Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0009, 29 Avril 1843
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0009, 29 Avril 1843" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.

L'ILLUSTRATION, NO. 0009, 29 AVRIL 1843 ***



L'ILLUSTRATION,

No 0009, SAMEDI 29 AVRIL 1843

Ab. pour Paris.--3 mois, 8 fr.--6 mois, 16 fr.--Un an, 30 fr
Prix de chaque Nº, 75 c.--La collection mensuelle br. 2 fr. 75.

Ab. pour les Dep.--3 mois, 9 fr.--6 mois, 17 fr--Un an, 32 fr.
pour l'étranger  --       10    --        20   --       40

No 9. Vol. I.--SAMEDI 29 AVRIL 1843
Bureaux, rue de Seine, 33



SOMMAIRE.

Courrier de Paris. _Vue de la salle de vente au Palais-Royal; portrait
de Monrose_.--Court scientifique, Sorbonne: zoologie.--Une visite à la
Chambre des Députés. _Portraits de M. Sauzet et de M. Shaw Lefebvre,
speaker de la Chambre des Communes; plan et vue intérieure de la Chambre
des Députés_.--Femmes françaises auteurs dramatiques.--Théâtres.
_Lucrèce_, tragédie en cinq actes, de M. Ponsard; _Judith_, tragédie en
trois actes; _Hermance_, comédie de madame Ancelot; _une scène de Judith
et une scène d'Hermance_; le _Puits d'Amour_, opéra comique en trois
actes: _une scène du Puits d'Amour_.--La Vengeance des Trépassés,
nouvelle (5e partie). _Délire de Léonor._--Industrie. Le sucre de canne
et le sucre de betterave.--Statistique. Le Mont-de-Piété de
Paris.--Bulletin bibliographique, avec _huit gravures._--Modes. _Quatre
gravures_.--Courses au Champ-de-Mars.--Madame Viardot à Vienne.--Rébus.



Courrier de Paris.

MONROSE.--MADAME DAMOREAU.--LES BOUTIQUES ET LES COMTESSES.--M. LE
PRINCE DE MOSKOWA.--LE LILAS ET LA PIERRE DE TAILLE.--LA POLITIQUE ET
LES CASSEROLES.--M. ALEXANDRE DUMAS.--LES DEMOISELLES DE SAINT-CYR.--LES
POETES AU DÉSESPOIR.--UN MOT DE BOILEAU.--LE CHAMP-DE-MARS A LOUER.

La semaine a commencé tristement, avec la nouvelle de la mort de
Monrose. Comment ne pas s'occuper d'abord de ce trépas subit qui nous
enlève un de nos plus adorables et de nos plus spirituels comédiens?
L'autre jour, un millionnaire expirait dans son luxe et dans sa
magnifique oisiveté. Qui s'en est inquiété? Quels regrets cette mort
splendide a-t-elle excités dans la ville? On a dit: Il vivait, il est
mort, et un instant après, excepté les héritier», personne n'y songeait
plus. Monrose meurt, il meurt pauvre, et voilà que partout on s'en
afflige. Ainsi la foule a d'admirables moments de discernement et de
justice; elle est ingrate parfois, et les philosophes n'ont pas manqué
de l'en accuser. Mais entre deux tombes, il est rare qu'elle se trompe
et ne se contente pas de donner un regard de curiosité au mort fastueux,
pour aller accompagner de ses adieux le mort utile. C'est ainsi que
Monrose a recueilli la part des souvenirs et des regrets, dans cette
rencontre funèbre. Avec le riche s'est éteint le bruit de ses fêtes
retentissantes: sur la tombe de Monrose, survit la mémoire de ses
services, de son talent et de l'honnête plaisir qu'il a donné. Et qui
pourrait nier que la vie d'un comédien comme Monrose ne soit aussi
regrettable qu'elle a été agréable et utile aux autres? N'est-ce donc
rien d'avoir attiré la foule, pendant plus de trente ans, aux jeux
poétiques de la fantaisie et de l'esprit, pour lui offrir animés et
vivants, par une sorte de merveilleuse incarnation, tous les types
sortis du cerveau de nos meilleurs auteurs comiques? L'acteur qui
s'associe avec ce bonheur, cette vérité et cette puissance aux créations
de l'esprit et du génie, n'honore-t-il pas, à son tour, son pays et son
époque? N'a-t-il point sa place marquée à la droite des hommes illustres
dont il a été le traducteur habile et le véridique interprète?

[Illustration: Vente publique au profit de la Guadeloupe, dans la Salle
de la Reine au Palais-Royal.]

La comédie avait tout préparé pour que Monrose ne pût lui échapper. Fils
de comédien, né en pleine comédie, il fut pour ainsi dire ondoyé dans la
coulisse. Vers 1785, à Besançon, naquit Monrose. Autour de son berceau,
tout jouait la comédie: père, mère, tantes, frères et soeurs. On peut
dire que Monrose suça, au biberon, des fragments de Molière, de Regnard,
de Marivaux et de Beaumarchais. Enfant, il avait déjà des airs éveillés
de Frontin, de Figaro, de Labranche et de Mascarille. Devenu jeune
homme, il ne dégénéra point de ses pères; Monrose lit ses premières
armes en province, comme Molière peut-être, entre quatre chandelles sur
quelques planches mal closes. Puis, il vint à Paris; ce fut un grand
jour pour notre artiste que le jour où il monta, Figaro imberbe, sur le
théâtre des jeunes élèves, armé de la guitare et coiffé de la résille.
On l'applaudit; car il était difficile à cet oeil intelligent, à cette
vive et mobile physionomie, à toute cette verve et à tout cet esprit, de
ne pas réussir dès son premier mot. De là, Monrose passa au théâtre
Montansier; par Thalie! c'était faire un pas de géant. Il y rencontra
Brunet et Tiercelin; Potier ne devait pas tarder à compléter le
triumvirat. Monrose, tout Figaro qu'il était, eut peur de ces grands
noms et de ces grandes renommées; dans un accès de modestie, il alla
chercher des rivaux moins en crédit; et ainsi Monrose échappa au
vaudeville. Molière s'en réjouit et l'adopta définitivement.

[Illustration: Monrose.]

Monrose fit rire Bordeaux, égaya Nantes, amusa l'Italie, à la suite de
mademoiselle Rancourt qui avait l'emploi de l'épouvanter; quand la
sombre Cléopâtre ou l'implacable Athalie avait donné le frisson à Naples
et à Milan, Monrose arrivait, et le sourire et la gaieté avec lui.
L'invasion de 1814 força Monrose de rentrer en France, comme s'il eût
été un corps d'armée ou un capitaine. Les succès qu'il obtint sur le
grand théâtre de Lyon émurent la Comédie-Française, qui l'appela enfin
et lui dit: Sois mon Figaro!

Depuis ce moment, Monrose s'était donné corps et âme à l'étude de son
art, au culte des maîtres de la scène, à la prospérité du théâtre, aux
plaisirs du public, prêtant aux poètes anciens et nouveaux le feu de son
regard, l'accent vibrant de sa parole, la vivacité et l'ardeur de son
talent incisif. Et partout, en tout temps, avec tout le monde, soit
qu'il eût affaire à Molière ou à Regnard, à Dancourt, à Beaumarchais, à
Boissy, à Destouches, à Marivaux, à Le Sage; soit que Picard, Alexandre
Duval, ou M. Scribe, l'appelassent à leur aide, il leur prêtait à tous
avec prodigalité, vieux ou jeunes, hommes de génie ou hommes d'esprit,
les trésors de verve comique dont il était doué: un organe sonore,
mordant et souple, un geste prompt, net, expressif, étincelant, un coup
d'oeil plein de hardiesse, d'intelligence et de feu, la singulière
mobilité d'un masque enjoué et provoquant, la charmante légèreté du
jarret et de l'allure, la promptitude du trait et de la répartie
aiguisée au fil de la parole, et tous ces jets éblouissants, toutes ces
fantaisies audacieuses qui caractérisent le Frontin, le Mascarille et le
Figaro; art charmant, qui faisait de Monrose le comédien le plus
piquant, le plus spirituel, le plus délié, le plus hardi, le plus
entraînant, et aujourd'hui le plus regrettable.

Maintenant, cette gaieté est éteinte et ensevelie. Mais le public
sait-il assez tout ce que coûte à l'acteur le rire qu'il excite et le
plaisir qu'il donne? A la fin de sa vie, Monrose était tombé dans une
sombre mélancolie; il est mort inquiet et profondément triste. O public!
amuse-toi et ris à gorge déployée!--Le cortège funèbre était nombreux:
les lettres et le théâtre s'y montraient en deuil. M. Samson a prononcé
sur la tombe des paroles touchantes; et qui pouvait mieux parler de
Monrose que l'homme dont le talent survivant adoucit sa perte? A ce
titre M. Régnier, de la Comédie-Française, aurait pu louer Monrose à
coté de M. Samson.--Ainsi, tout est dit, en ce monde, pour ce charmant
comédien, qui fut en même temps un homme de talent et un honnête homme.
Mais quelle voix délicate et souple chante mélodieusement du côté de
l'Opéra? Cette voix a une douceur et un charme auxquels nous ne sommes
plus accoutumés; elle arrive et chatouille notre oreille meurtrie par
les efforts violents et les oeuvres assourdissantes. Qu'est-ce donc? un
gosier de fauvette ou madame Damoreau? C'est madame Damoreau! Vraiment,
nos seigneurs et maîtres les théâtres lyriques sont de singuliers
sultans: ils avaient là, en leur pouvoir, cette voix exquise et suave,
cette mélodie qui s'appelle madame Cinti-Damoreau, et les maladroits
l'ont laissée partir et s'envoler de royaume en royaume, jusqu'au fond
de la Russie, comme un écho charmant qui s'éteint en s'éloignant, et
qu'on écoute encore. L'écho est revenu, la fée mélodieuse vient de
reparaître au milieu de son cortège de notes gracieuses et caressantes,
mais de reparaître un soir seulement, pour recueillir la moisson dorée
et parfumée d'une représentation à bénéfice. N'aurez-vous pas, cette
fois, le bon esprit de la garder et de la retenir? et faudra-t-il
qu'elle aille encore attendrir les rochers de quelque Norvège-, adoucir
et civiliser les ours du Volga ou du Don, ou faire marcher les murailles
de Novogorod?

On va le soir porter son bravo à la voix de madame Damoreau; le matin,
on avait donné son offrande aux infortunes de la Guadeloupe: ainsi l'on
passe de la charité au plaisir. Quel meilleur emploi de la vie? Si le
plaisir est ingénieux à séduire, heureusement la charité ne l'est pas
moins. Après les bals bienfaisants et les concerts philanthropiques, que
faire? Il semblait qu'on fût à bout d'attrayantes inventions; mais la
charité a de l'imagination, Dieu merci! Voyez-vous ce palais d'un roi
transformé en bazar? Des boutiques, des marchandises, des marchandes
s'établissent et s'étalent sous ces lambris qui n'ont abrité jusqu'ici
que des princes, des rois et des empereurs. Entrez, Messieurs! entrez,
Mesdames! le vaste magasin est ouvert: choisissez à votre goût, achetez
à votre fantaisie: l'or que vous jetterez ici retombera en consolations
sur une terrible infortune; il donnera du pain aux affamés et relèvera
les maisons incendiées. Marie-Amélie a patronné de sa protection royale
cette vente publique au profit de la Guadeloupe infortunée, et aussitôt
la salle du Palais-Royal, dite salle de la Reine, s'est ouverte à cette
pensée bienfaisante. Comtesses et duchesses, le faubourg Saint-Germain
et la Chaussée-d'Antin, prennent pince au comptoir. Voulez-vous des
tableaux et des bronzes? madame de Chabot en tient un entrepôt complet.
Des bretelles ou des gants? voyez madame de Montesquiou. Madame de
Coigny ne laisse rien à désirer pour la confection des châles et des
mantelets; et pour la bijouterie, mesdames d'Elchingen, de Fezensac,
d'Hautpoul et de Castellane n'ont pas leurs pareilles. N'oubliez pas
surtout mesdames de Trévise, de Praslin, de Ségur, de Montjoye,
d'Audenarde, du Roure, de Lariboissière, de Vatry, etc., etc., elles
sont assorties à la dernière mode et dans le goût du jour.

_Nota bene_. On ne marchande pas, mais on est libre de donner 300 fr.
d'un paquet de plumes et 1,000 fr. d'une boîte de pains à cacheter. Rare
et délicieux trafic, où le vendeur ne garde rien pour lui, et où
l'acheteur délie les cordons de sa bourse avec plaisir! D'une part, la
grâce charmante et désintéressée des marchandes; de l'autre, la
prodigalité du chaland, et plus loin, un grand désastre qu'on soulage!

N'ayant pas de babilles à gagner comme leurs pères, les fils des héros
de l'Empire cherchent un champ de combat dans les arts. Heureux ceux qui
trouvent à y occuper noblement leurs loisirs! Il y a quelques semaines,
l'héritier d'un nom des plus redoutés et des plus vaillants a lancé, au
second Théâtre-Français, une petite comédie en vers, faute de pouvoir
jeter un escadron sur les Prussiens et les Cosaques. Aujourd'hui c'est
M. le prince de la Moscowa qui dirige une armée harmonique dont il est
le fondateur et le général. Les différents régimens, flûtes, violons,
basses, bassons, tout ce qui constitue la grande armée musicale, ont
fait l'autre jour leurs manoeuvres dans la salle de Hertz. M. le prince
de la Moscowa commandait avec un sang-froid et un talent remarquables,
et son armée a triomphé sur toute la ligne. Quelle plus charmante et
plus agréable victoire, aujourd'hui que le temple de Janus est fermé!

La pierre de taille envahit Paris de plus en plus: c'est le moment de
s'écrier comme Horace: «Bientôt les villes ne laisseront plus un sillon
à la charrue!» Un pauvre jardin était échappé, sous mes fenêtres, à la
férocité de la truelle; ils viennent de le détruire! et quelle saison
ont-ils choisie pour cet assassinat? le mois de mai, le temps on la
victime me souriait dans sa jeune verdure et renaissait. Un lilas en
fleurs est resté, charmant, parfumé, étalant sa robe embaumée. Le
premier jour, à la vue de cette fleur si tendre, le coeur leur a manqué;
mais, les maçons qu'ils sont, ils la tueront demain!

Les grands préparatifs pour le bal de M. Sauzet continuent; il est
surtout question d'un souper monstre: le président de la Chambre des
Députés irait sur les brisées de Lucullus. M. Sauzet est pourvu, dit-on,
d'un Vatel bien capable, par ses talents superfins, de sortir
victorieusement de cette grande nuit culinaire. Un député du centre, ami
particulier de M. Sauzet, vient d'être mis en communication avec ce
grand homme, pour s'entendre sur le menu: M. Sauzet a bien d'autres
soins en tête, et le repas parlementaire qu'il préside tous les jours en
séance publique lui suffit et au-delà. L'ami s'entretenait donc avec le
grand Vatel.--Vous savez que nous avons toute la Chambre, lui dit-il, la
gauche et la droite, le centre, le tiers-parti et les extrémités.
Comment pouvez-vous traiter tous les partis?--Monsieur, répondit
fièrement Vatel, comme homme, j'ai une opinion; mais comme cuisinier, je
n'en ai pas.»

A la première représentation de _Lucrèce_ on a remarqué que M. Alexandre
Dumas sortait à tous les entr'actes, et se promenait dans les corridors,
tête nue et dans une agitation singulière. Un de nos critiques les plus
spirituels va droit à lui, et lui prenant la main: «Eh bien, mon cher,
que dites-vous de cela?» M. Dumas, entr'ouvrant sa loge, et prenant
vivement sa canne et son chapeau: «Mon cher M. ****, je m'en vais,
s'écrie-l-il; je vais travailler!» Est-ce une conversion, est-ce une
impertinence?--La veille, M. Alexandre Dumas avait lu, au
Théâtre-Français, un drame en cinq actes et en prose, intitulé: _Les
Demoiselles, de Saint-Cyr. Lucrèce_ n'était pas née, et M. Dumas aura
peut-être oublié de travailler ces demoiselles.

Le succès de M. Ponsard jette le trouble et le désespoir dans la nation
des dramaturges et des poètes; d'abord, les trois cents auteurs qui sont
sortis du collège ou de l'École de Droit, avec une tragédie de _Lucrèce_
dans la poche, ne peuvent comprendre qu'on leur ait préféré M. Ponsard;
ils crient au passe-droit et à la trahison; les poètes en exercice ne
sont pas moins blessés des couronnes qui tombent de toutes parts sur le
jeune front de M. Ponsard. Ils se plaignent amèrement de la critique qui
les dépossède de leur gloire, au profit de cette muse nouvelle-venue, et
prétend que depuis vingt ans, depuis trente ans peut-être, la Melpomène
n'a rien produit de comparable à _Lucrèce_. «Et ma tragédie, dit
celui-ci; et mon drame, s'écrie celui-là; pour qui et pour quoi les
prenez-vous?» Je déclare que j'ai reçu, pour ma part, plus de vingt
épîtres de reproches poignants et de réclamations attendrissantes; un
tragique, entre autres, m'écrit: «Monsieur, vous affirmez qu'aucun
succès, obtenu depuis trente ans, ne peut le disputer au succès de
_Lucrèce_. Vous devriez savoir, monsieur, que ma tragédie de _Caracalla_
aurait été représentée plus de deux cents fois, si le Théâtre-Français
avait voulu la jouer une seule. J'ai l'honneur de vous saluer.»

Les Romains de M. Ponsard ont le grand mérite d'être Romains; ils ne
ressemblent pas à ces héros latins à la Scudéry, dont Boileau se moque
si ingénieusement.--«_Mercure:_ Tiens, regarde tous ces gens-là, les
connais-tu?--_Le Français_: Si je les connais; eh! ce sont la plupart
des gens de mon quartier. Bonjour, madame, Lucrèce! bonjour, monsieur
Brutus! comment vous portez-vous?»

Le Champ-de-Mars lui-même n'échappera pas à la spéculation. On annonce
qu'une société s'est formée pour le prendre à bail, et le transformer en
café-restaurant et dansant. Nous arriverons, peu à peu, à faire une
salle de billard de la plaine Saint-Denis.



Cours scientifiques.

SORBONNE.

ZOOLOGIE.--M. DUCROTAY DE BLAINVILLE.

M. de Blainville vient de reprendre à la Sorbonne le cours de zoologie.
Pour le célèbre professeur, la zoologie n'est pas seulement une des
sciences naturelles; elle se lie au contraire aux plus hautes questions
de morale et de philosophie, et tout bon système zoologique doit être
catholique. Comment un pyrrhonien, par exemple, pourrait-il admettre
l'existence d'une longue série d'êtres qui se lient entre eux par des
caractères définis, lorsqu'il doute de l'être lui-même? De même
l'éclectique ne peut être que mauvais zoologiste; son système lui
permettant de glaner partout, il est évident qu'il choisira ce qui lui
convient, et négligera ce qui ne rentre pas dans son système. Nous avons
entendu M. de Blainville définir la zoologie par cette phrase, un peu
hardie peut-être: _La zoologie est la pensée de Dieu traduite en
animaux_. Une intelligence suprême a présidé à la création, et l'ordre
ne peut être que l'oeuvre d'une intelligence. Cette idée est grande et
belle, et M. de Blainville l'expose avec tout le feu de l'éloquence et
de la persuasion; mais de ce que l'ordre résulte de l'intelligence,
s'ensuit-il nécessairement que l'ordre établi soit précisément celui que
M. le professeur de Blainville croit voir dans le grand livre de la
nature, qui renferme encore pour nous tant de secrets et de mystères?
L'homme, dont les vues sont si courtes, les connaissances si
imparfaites, peut-il espérer jamais embrasser l'ensemble et comprendre
le plan du monde organisé? M. de Blainville est resté le seul défenseur
actuel de l'idée d'une _échelle animale_, d'une _série continue_ telle
que l'avait rêvée Bonnet. Champion déterminé, il soutient encore envers
et contre tous que les animaux se suivent comme dans une chaîne un
chaînon suit l'autre, chaîne décroissante dont le premier anneau serait
_l'homme_ et le dernier _l'éponge_, qui termine la série en liant le
règne animal au règne végétal. Le cours de cette année doit avoir pour
objet la démonstration de cette doctrine poursuivie dans toute la série.
Le règne animal doit, pour ainsi dire, passer en entier devant les yeux
du public, attentif de la Sorbonne, qui pourra juger par lui-même de la
vérité des doctrines du maître.

Afin de faire mieux comprendre à ses auditeurs ces notions si élevées,
M. de Blainville affectionne la figure suivante:

                            Homme
                          Singe
                        Chat
                      Oiseau
                    Ptérodactyle.
                  Lézard.
                Grenouille.
              Serpent.
            Poisson
          Insecte.
        Crabe.
      Huître.
    Corail.
  Infusoires.
Éponges

Le point le plus élevé de cette échelle est occupé par l'homme, le
dernier par l'éponge, et l'espace qui les sépare est réservé pour la
foule immense des animaux; chacun correspond à une ligne d'autant plus
longue que son organisation est plus parfaite. Les espèces fossiles
jouent un rôle très-important dans ce système; bien des échelons
resteraient vides si, pour les remplir, M. de Blainville n'exhumait
quelques vieux débris des temps anté-historiques. C'est ainsi que pour
avoir un chaînon qui unisse les reptiles aux oiseaux, la nature semble
avoir créé à dessein le _ptérodactyle,_ animal antédiluvien, espèce de
lézard volant.

L'espace nous manque pour réfuter cette doctrine spécieuse au premier
coup d'oeil, idéal plein de grandeur, mais que l'observation dénient
chaque jour. Il existe certainement une décroissance, une sorte de
dégénération successive depuis le roi de la création jusqu'aux derniers
des animaux; mais cette série n'est pas continue, des _hiatus_ se
trouvent à chaque pas, et, comme le grand Linné l'a dit, les affinités
qui unissent les animaux entre eux ne pourraient peut-être s'exprimer
jusqu'à un certain point qu'en donnant au tableau du régne animal la
forme d'une carte de géographie où chaque province a des rapports
intimes et plus ou moins étendus avec plusieurs provinces voisines.

Quoi qu'il en soit, c'est avec les arguments les plus brillants et les
plus spécieux que M. de Blainville défend sa thèse; il soutient son
système, un peu ancien peut-être, avec une ardeur toute juvénile, et la
série _animale_ n'eut jamais de plus éloquent défenseur.

M. de Blainville admet complètement, et comme base fondamentale de son
système, la théorie des causes finales. Il est parfaitement convaincu
que si l'on aborde la science sans prévention et de bonne foi, il est
impossible de ne pas reconnaître partout une relation évidente de cause
à effet: rien n'a été créé sans but, et le but de toute création est
toujours visible aux yeux du philosophe. Bernardin de Saint-Pierre
s'était déclaré le défenseur ingénieux de cette doctrine. S'il nous
était permis cependant d'exposer notre manière de voir après celle du
savant observateur et de l'éloquent écrivain, peut-être trouverions-nous
un peu hardie cette manie de tout expliquer, cette tendance de notre
esprit qui nous porte à soulever sans cesse, d'une main audacieuse, les
replis les plus cachés du voile de la nature. Ainsi, M. de Blainville
croit expliquer parfaitement pourquoi il y a de grands chats et de
petits chats, pourquoi le genre _Felis_ de Linné renferme des espèces
d'aussi grande taille que le lion et le tigre, et d'aussi petite que
notre chat domestique; c'est parce qu'il existe des animaux herbivores
et rongeurs de toutes les grandeurs, depuis le cerf jusqu'au lièvre,
depuis le lapin jusqu'au rat. Rien de plus simple, les grands chats
dévorent les cerfs, les petits prennent les souris. Il me semble qu'on
oublie en ce moment que si le chat a été fait pour manger la souris, on
pourrait dire avec autant de raison que la souris a été créée pour être
mangée par le chat.

Ces idées sont étroites et mesquines, ce sont les faibles produits de
notre intelligence bornée qui veut tout comprendre. Dirons-nous pour
cela que tout n'est que mystère, que nous ne pouvons rien lire dans le
livre de la nature? Loin de là. Il est sans doute de grandes lois qu'il
a été donné à l'homme de découvrir à force de patience et de génie; mais
il ne faut pas trop se hâter de conclure. Soyons timides dans nos
recherches. L'homme seul met en oeuvre de petits moyens pour arriver au
but; mais les lois qui dirigent le monde sont grandes comme la création
elle-même.

Après avoir consacré la première leçon à poser les bases de son système,
à exposer la _série animale en ce qu'elle est et ce qu'elle n'est pas_,
suivant ses propres expressions, M. de Blainville entre en matière et
démontre, les pièces en main, la vérité de ces assertions qui semblent
d'abord un peu hypothétiques; c'est alors qu'il est véritablement grand
professeur, et qu'il exprime les idées les plus ingénieuses avec une
éloquence pleine d'originalité.

M. de Blainville s'attache à démontrer que la série animale étant une
série décroissante, tous les organes doivent exprimer cette
décroissance, toujours plus visible à mesure que l'on descend l'échelle
des êtres. Ainsi, si nous prenons pour exemple la grande division des
mammifères, les quadrupèdes de Buffon, le premier d'entre eux sera le
plus voisin de l'espèce humaine, et le dernier le plus rapproché des
oiseaux, qui suivent immédiatement les mammifères. Les différences
successives se traduiront à l'extérieur par des dégénérations
correspondantes dans les organes. Les changements qui se manifestent dans
l'organisation des animaux devant influer en premier lieu sur l'appareil
digestif, puisqu'avant tout l'animal se nourrit. Olivier, pour exprimer
ces caractères différentiels, avait donné une très-grande importance au
système dentaire. Mais avant de mâcher ses aliments, l'animal doit les
porter à sa bouche, et, quand c'est un être supérieur, c'est à l'aide de
la main que ce mouvement s'exécute. Aussi M. de Blainville a-t-il établi
ces divisions sur les caractères tirés de la perfection plus ou moins
grande de cet organe. D'après sa définition, la main la plus parfaite
sera celle dans laquelle les doigts seront le plus indépendants les uns
des autres dans leurs mouvements. Or ce caractère ne se montre nulle
part dans la série animale d'une manière plus complète que dans l'espèce
humaine. Et, si nous suivons la série des mammifères, nous trouvons que
la main se dégrade toujours davantage; les doigts, encore très-libres
chez les singes, qui de tous les animaux sont les plus voisins de
l'homme, le deviennent bientôt moins dans les chats, chez lesquels
l'ongle les recouvre en partie, et finissent par se souder entièrement
chez le cheval, on l'on ne trouve plus qu'un seul doigt, rentrant pour
ainsi dire dans l'ongle qui l'enveloppe pour constituer le sabot. Dans
les cétacés, dont l'organisation est si loin de la nôtre, la main a
perdu tous ses mouvements, une peau dure et coriace la recouvre et la
transforme en rame.

Un second caractère de supériorité tiré de la main, et qui est encore
porté au plus haut degré possible dans l'espèce humaine, est la
différence extrême qui existe entre la main et le pied Suivant la
remarque ingénieuse de Bichat, dans la main, la partit.' la plus
considérable de l'organe est destinée au mouvement; dans le pied, c'est
le contraire, la plus grande partie du membre est consacrée à
l'immobilité, conformation que la station bipède rendait indispensable.
Chez les animaux il n'en est plus ainsi, la main devient toujours plus
semblable au pied, et dans certaines espèces, le cheval par exemple,
cette similitude est portée à un tel point qu'il faut quelques
connaissances anatomiques pour distinguer au premier coup d'oeil le
squelette du membre antérieur de celui du membre postérieur.

Pour donner à nos lecteurs quelque idée de la manière dont M. de
Blainville expose les faits, nous avons pris la main pour exemple; mais
tout autre organe aurait pu remplir également bien notre but. D'après
les idées de l'illustre professeur, tous les organes des animaux ne sont
en effet que des dépendances du système nerveux, et sont d'autant plus
parfaits que ce système est plus développé lui-même. De là la
délicatesse extrême, le mécanisme admirable de nos organes, instruments
aveugles de l'intelligence. Mais de là aussi l'imperfection de ceux de
ces êtres inférieurs qui sont pour ainsi dire aussi loin de l'homme sous
le rapport physique que sous le rapport intellectuel et moral.



Une visite à la Chambre des Députés..

Tout le monde, en France, s'occupe de la Chambre des Députés; on en
parle au moins une fois chaque jour en chaque commune de France.
L'habitant de la province, lorsqu'il vient à Paris, ne manque pas plus
de visiter le palais des représentants, qu'un vrai croyant de se
prosterner dans le temple de la Mecque. Cependant, peut-être en est-il
de la Chambre comme de beaucoup de choses qu'on a sous les yeux, et
qu'on se contente de voir sans jamais les regarder; peut-être une vue
d'ensemble manque-t-elle à ceux qui connaissent bien les détails, une
vue des détails à ceux qui connaissent l'ensemble. Voulez-vous, lecteur,
m'accepter pour cicérone, et me suivre au palais de ceux qui ont
l'honneur d'être nos représentants, ou, si vous l'aimez mieux, qui nous
font l'honneur de nous représenter?

Chemin faisant, et pour semer la route de réflexions conformes à l'objet
de notre voyage, jetons un moment les yeux, s'il vous plait, sur les
vicissitudes du gouvernement représentatif, dans notre pays, depuis son
origine. Il n'a pas encore soixante ans d'existence, ce qui paraît, pour
les gouvernements, figurer à peu près les mois de nourrice, et pourtant
que de changements, que de retours, que de convulsions dans ce berceau!
Les peuples en révolution semblent, sous la main de Dieu, comme un
balancier sous une main puissante. Sous cette impulsion, le pendule
décrit d'abord un secteur énorme, et atteint, du premier bond, un point
bien éloigné de son point de départ; puis, par un retour subit, il
revient sur lui-même avec furie, et dépasse dans sa course rétrograde
l'endroit d'où il avait pris son élan. Enfin, après quelques
oscillations, il se fixe et s'arrête sur un point intermédiaire,
rétrograde, si on ne pense qu'à celui qu'il avait d'abord atteint;
progressif, si on considère celui qu'il avait quitté. Ainsi nous avons
vu le balancier populaire, une fois mis en branle par la Constituante,
s'élancer jusqu'à la Convention, puis revenir jusqu'au despotisme armé
de l'Empire, plus dur, peut-être, plus solide et plus prestigieux
certainement que celui de l'ancienne monarchie; enfin, après les
oscillations de 1814 et de 1815, s'asseoir et se suspendre dans ce qu'on
a nommé le régime constitutionnel.

Les assemblées diverses qui ont représenté la France à ces époques si
profondément différentes, bien qu'elles ne fussent souvent séparées que
par quelques jours, ont, chacune par un caractère particulier,
fidèlement reflété la physionomie des idées et des événements
contemporains. La Constituante, noble, digne, majestueuse jusque dans
ses divisions, pleine du plus pur enthousiasme qui ait jamais animé des
hommes, pénétrée de la grandeur de sa mission et s'élevant jusqu'à elle:
terrain vierge de l'éloquence politique où toutes les variétés de cette
éloquence poussent avec les inconvénients et les grandeurs de la
végétation primitive. Neuve arène où le docteur Guillotin, faisant son
rapport sur la funèbre machine dont on lui attribue faussement
l'invention, pouvait dire avec une inexpérience grotesque. «Avec ma
machine, je vous coupe la tête en un clin d'oeil, et vous ne sentirez
pas;» presque en même temps qu'une voix plus grande que celle de
l'orateur antique criait; «La banqueroute est à vos portes et vous
délibérez!» La Législative, plus tumultueuse, moins forte, déjà débordée
par les passions, et avant plutôt le sentiment vague que la nette
perception de ce qu'il faudrait faire. La Convention, rude, énergique,
impitoyable, semblable à une statue de bronze de la Nécessité. Les
Cinq-Cents, au 18 brumaire, jurant de _vivre libres ou de mourir_,
dernier cri du patriotisme écrasé sous le coursier du conquérant. Le
Sénat et le Corps-Législatif, vieillards caducs, squelette» des
assemblées précédentes, que le poison du despotisme, pareil à celui des
Borgia, a fait passer en quelques instants de la jeunesse et de la force
à la décrépitude et à l'impuissance. Enfin les chambres de la
Restauration, ancêtres directs des nôtres, qui, après avoir accepté le
deuil divin des rois, ont pensé, en 1830, qu'il leur appartenait
d'humaniser les trônes.

Cette rapide excursion à travers le précédent demi-siècle nous a
conduits à la porte du Palais-Bourbon.

Si nous somme» venu» par la place de la Concorde, croyez-moi, ne
regardons pas long-temps l'édifice. Il est lourd sans même avoir
l'apparence de la grandeur, nu sans les semblants de la simplicité. Ces
murs aveugles qui s'attachent comme deux ailes à la colonnade du
fronton, sont du style le plus indigent, et offrent l'aspect d'un
bâtiment inachevé. Mais Alcibiade, commenté par Rabelais, nous apprend
que la docte antiquité elle-même renfermait dans le» boîtes les plus
bizarres les plus précieux onguents; ne nous arrêtons dont pas à
l'apparence, et entrons ensemble dans le palais.

Voici d'abord une première salle d'attente ou se tiennent quelques
personnes de la livrée de la Chambre. Elles doivent vérifier les cartes
d'admission dont il faut être porteur pour pénétrer plus avant. Telle
est la consigne rigoureuse, mais elle n'est pas toujours exécutée, et il
est rare, au contraire, qu'on ne puisse passer directement dans la salle
suivante, qu'en style de palais on appelle la salle des Pas-Perdus. Deux
groupe» de bronze se font face aux deux extrémités.

L'un est une cent millième reproduction du Laocaon antique. Quoique dans
la salle des séances, qui ouvre sur celle-ci, on parle souvent de
l'hydre de l'anarchie, on m'a assuré que le serpent mythologique n'était
nullement une allusion. L'autre groupe se compose de Paetus et de sa
femme: ce groupe, qui, malgré la gravité du lieu, doit rappeler aux
députés leurs plaisanteries de collège, n'est pas plus symbolique que le
premier; car l'exaltation toute stoïcienne du suicide et du mépris de la
vie, qu'il représente, n'a pas de sens applicable, que je sache, à nos
pacifiques citoyens venant discuter annuellement les affaires du pays.
Cette salle des Pas-Perdus présente généralement un aspect assez animé.
Des groupe affairés s'y croisent en tous sens. Ici, c'est une famille de
province qui accoste un huissier de la Chambre et l'envoie demander le
député de l'arrondissement d'où elle vient pour qu'il lui donne des
billets d'entrée. Là, c'est un solliciteur de fonctions publiques qui
entretient un député de sa pétition; le député, soucieux, ennuyé comme
un homme à qui on demande; le solliciteur, pressant, énergique,
magniloquent comme un homme qui demande. Plus loin, un député prie un
journaliste de rectifier une erreur qui s'est glissée dans le
compte-rendu d'une des opinions qu'il a soutenues dans les bureaux. On
cause, on va, on vient dans cette salle, avant, pendant et après les
séances.

Je ne vous parlerai pas de la salle des Conférences, ni de la
bibliothèque, ni de la buvette, qui ne sont pas des lieux ouverts au
public: je dirai seulement, comme un trait de moeurs qui n'est pas sans
importance, que la buvette ne date que de l'Empire pour les assemblées
délibérantes. Peut-être leur avait-elle été donnée pour les consoler de
ne pas délibérer. La buvette de l'ancien régime, que défunte Batonette a
illustrée, ainsi que les serviettes qu'elle en emportait, était pour la
Convention, par exemple, parmi les traditions d'un passé détruit. Ce
petit fait, si les recherches qui me l'ont fait connaître sont exactes,
en dit plus qu'on ne pense: car il est notoire qu'il faut que les
députés, comme les autres hommes, se trouvent dans des circonstances
bien terribles pour qu'ils oublient de se rafraîchir.

Un député de nos âmes nous a ouvert la salle des séances. Elle forme un
hémicycle. Le bureau du président, assisté de deux secrétaires-députés,
attire d'abord notre attention. Sur un gradin un peu supérieur on voit
un petit bureau réservé au secrétaire de la Chambre, employé qui ne fait
pas partie de la députation. Au-dessous du bureau du président se dresse
la tribune. Capitole pour les uns. Calvaire pour les autres; pour le
plus grand nombre, lieu saint qu'on craindrait de profaner en y montant.
Aux deux côtés de la tribune, deux pupitres pour les sténographe» du
_Moniteur_, devant, des sièges pour les huissiers. Un tableau
représentant le serment du 9 août domine cette partie de la Chambre,
flanquée parallèlement de deux statues figurant, l'une, la Liberté;
l'autre, l'Ordre public. La muraille qui supporte ce tableau et ces
statues est revêtue mi-partie de marbre, mi-partie de stuc; des panneaux
vert et or et des bas-reliefs l'animent et la décorent. En face du
président et venant se rattacher à son siége par les deux extrémités,
s'étagent les bancs des députes. Les noms de droite, de centre, de
gauche donnés aux fractions politiques de la Chambre, viennent de la
position respective des membres qui les composent autour du fauteuil de
la présidence. Des tribunes garnies de drap rouge sont percées, sur un
double rang, dans toute l'étendue du demi-cercle, et embrassent tous les
banc» de la Chambre: tribune des princes, tribune du corps diplomatique,
tribune des pairs de France, tribune du conseil d'État, tribune des
journalistes, tribune du public: cette dernière tribune ne contient
guère que trente pinces. La publicité des séances de la Chambre, si on
prend le mot au pied de la lettre, est donc à peu près une fiction. Mais
il n'était pas dans le voeu du législateur de leur en donner, en ce
sens, une plus étendue. On se souvenait de ces tribunes pleines d'orages
de la Constituante et de la Convention, et on ne voulait laisser venir
qu'un public assez limité pour pouvoir, au besoin, être mis tout entier
au corps-de-garde. La véritable tribune publique, c'est celle des
journalistes. Députés de l'opinion, ayant aussi leur droite, leur gauche
et leur centre, silencieusement rapprochés dans l'étroit espace de cette
tribune, réunis par une sorte de trève de Dieu, quelque violente que
doive être la bataille du lendemain, quelque furieuse qu'ait été celle
de la veille, ils laissent à la porte tous leurs souvenirs et tous leurs
projets; ils sont la pour ainsi dire comme les yeux attentifs de la
France, observant ses représentants, en attendant qu'ils deviennent les
mille et mobiles voix de la patrie.

[Illustration: (M. Sauzet, président de la Chambre des Députés.)]

Les tambours ont battu aux champs. Le président a passé devant la haie
des gardes qui lui présentent les armes. Il entre dans la salle, et la
séance est ouverte. On peut dire que chaque séance a sa physionomie
distincte: quelquefois agitée, passionnée, sombre, concentrée; souvent
calme, tranquille, assoupie, selon la nature des questions qui s'y
succèdent. Cependant cette variété n'est pas sans quelque fond
d'uniformité. Il y a des traits fondamentaux qui ne changent pas ou qui
du moins ne se modifient guère, et parmi lesquels on peut compter
l'absence de solennité dans la tenue de l'assemblée. Presque toujours,
au commencement des séances, la Chambre ressemble, qu'on me passe la
comparaison, à une classe d'écoliers indociles: les huissiers crient:
Silence! au milieu du bruit; le président agite en vain sa sonnette;
l'orateur qui est à la tribune s'entend à peine lui-même et n'est
entendu de personne.

[Illustration:]

                                                  MM.
  A. Entrées de MM. les Députés.
  G. Couloir de gauche.                     14. Soult, id.
  D. Couloir de droite.                     15. Duchâtel, id.
  B. Tribune des orateurs.                  16. Guizot, id.
                                            17. Berryer, député
  1. Le président de la Chambre.            18. Salvandy, id.
       M. Sauzet                            19. Thiers, id.
  2. Secrétaires: MM Boissy-d'Anglax,       20. Lefebvre, id.
       Las Cases....                        21. Carné, id.
  3. Secrétaire MM. de l'Espée              22. Jaubert, id.
       Lacrosse.                            23. Sébastiani, id.
  4. Huissiers.                             24. Fulchiron, id.
  5. Secrétaire de la présidence.           25. Gouin, id.
  6. Sténographes.                          26. Dupin, id
  7. Bnreau du Moniteur                     27. Vivien, id.
                                            28. Boudet, id.
             MM.                            29. G. de Beaumont.
                                            30. Tocquevilie, id.
  8. Cunin-Gridaine, ministre               31. Delessert, id.
  9. Teste, id.                             32. Vitet, id.
  10. Villemain, id.                        33. Duvergier de Hauranne, id.
  11. Martin (du Nord) id.                  34. Rémusat, id.
  12. Duperré, id.                          35. Billaut, id.
  13. Laplagne, id.                         36. Jacqueminot, id.



             MM.                            a. Tribune de MM. les rédacteurs
  37. Mauguin, id.                             en chef des journaux.
  38. H. Passy, id.                         b.--haute.
  39. Dufaure, id.                          c.--de MM. les journalistes.
  40. Ganneton, id.                         d.--de MM. les membres.
  41. Lamartine, id.                            du conseil municipal et
  42. La Rochejaquelein, id.                    officiers supérieurs de la
  43. La Bourdonnaye, id.                       garde nationale.
  44. Émile de Girardin. id.                e.--des ardes nationaux de
  45. Laffitte, id.                             service.
  46. Arago, id.                            f.--publique.
  47. Odilon Barrot, id.                    g.--haute.
  48. Ledru-Rollin, id.                     h.--basse.
  49. Cormenin, id.                         i.--des anciens députés.
  50. Dupont, id.                           k.--du conseil d'état.
  51. Tracy, id.                            l.--de MM. les questeurs.
                                            m.--de MM. le président et
  C. Couloir.                                   vice-président.
  E. Côté droit.                            n.--basse.
  F. Centre droit.                          o.--basse.
  P. Côté gauche.                           p.--de la maison du roi.
  O. Centre gauche.                         p.--de MM. les pairs de France.
  I. Tribunes du premier étage.             r.--du corps diplomatique.
  L. Tribunes du deuxième étage.            s.--basse.

Il y a plusieurs causes à cette simplicité bourgeoise des séances: le
défaut d'uniforme y est pour quelque chose, mais surtout le caractère et
la position sociale des membres de la députation. Industriels pour la
plupart, ils n'ont ni l'habitude, ni le goût, ni le besoin de ces formes
que les aristocraties se plaisent à multiplier, et qui y sont en effet
non-seulement des privilèges, mais des garanties et des libertés. Au
contraire, ces formes répugnent aux pouvoirs démocratiques, pour qui
elles n'ont plus de sens ni d'utilité: et plus ceux-ci ont d'attrait et
de puissance réelle, plus ils dédaignent l'apparat et le costume. A la
Chambre, les députés causent entre eux avec le laisser-aller du coin du
feu; cependant ils votent une loi qui obligera trente millions d'hommes.
Ils sont là quatre cents citoyens pour la plupart dans un costume plus
que simple et que rien ne distingue; cependant ils sont en fait le
premier pouvoir de l'État.

[Illustration: (M. Shaw Lefebvre, président de la Chambre des
Communes.)]

En Angleterre, la Chambre des Communes, qui, relativement au moins, joue
le rôle d'une assemblée démocratique au sein d'une aristocratie, offre
un singulier mélange de ce laisser-aller, de ce dédain du costume propre
aux démocraties, et du respect de la forme et de la tradition qui
caractérisent les pouvoirs aristocratiques. Si on compare, sous le
rapport de la tenue, les _honorables_ d'outre-Manche et nos députés,
quelque turbulents que ceux-ci nous paraissent, ils doivent céder la
palme du tumulte, du bruit, du genre débraillé, si je puis m'exprimer de
la sorte, à leurs confrères de l'autre côté du détruit. Les journaux
anglais eux-mêmes nous peignent, au milieu des séances parlementaires,
les _members of Parliament_ étendus sur leurs bancs, les uns plongés
dans un bruyant sommeil, les autres affectant une toux opiniâtre, ou
même simulant des cris d'animaux pour interrompre l'orateur du parti
opposé. La gaieté de l'_Old England,_ le sarcasme de _John Bull_, s'y
montrent dans leur rudesse mordante ou dans leur naïve bonhomie. Rien ne
ressemble plus à un pugilat que certaines discussions de la Chambre
basse, et, quelque aigreur que nos représentants puissent apporter
parfois dans leurs luttes oratoires, ils n'approchent jamais de la
franchise toute nue des procédés parlementaires anglais. A côté de cette
verve sans frein, il y a toutefois, dans la Chambre des Communes, un
pouvoir qui figure l'élément traditionnel et aristocratique, lequel,
jusqu'ici du moins, n'a jamais péri en Angleterre. Ce pouvoir, c'est le
président, l'orateur, le _speaker_. Au centre de cette foule qui
s'agite, qui se rue, qui semble n'avoir d'autre règle que la passion du
moment, ne voyez-vous pas cette calme et paisible figure, cette robe
magistrale, cette perruque à flots blancs, à tournure carrée, qui semble
un symbole de l'immobilité? Au milieu de ces habits modernes, négligés,
qui dénotent que le costume n'est plus un signe de la position sociale,
n'est-ce pas le passé lui-même qui revient au milieu du présent, avec
ses solennelles allures, pour présider, comme un aïeul vénérable, les
débats de ses petits-fils? Rien de plus original que le _speaker_ dans
la Chambre des Communes: si elle ne se distingue de la nôtre, sous tous
les autres rapports, que par du plus ou du moins, le _speaker_ y
introduit une différence radicale. Notre président, bien qu'il remplisse
à peu près les mêmes fonctions, n'est nullement un personnage analogue.
C'est un député comme un autre que rien ne distingue que la place au
fauteuil, et qui, lorsqu'il la quitte, peut rentrer dans les rangs sans
rien conserver de son caractère. Le _speaker_, au contraire, est le
président de la Chambre des Communes, et n'en fait pas véritablement
partie, ou plutôt il est la figure de l'assemblée tout entière. La masse
d'argent posée devant lui, attribut de l'autorité législative,
l'appareil quasi-judiciaire de son costume, tout indique en lui la
personnification du pouvoir des Communes. Les députés exercent ce
pouvoir; lui, il le représente Toutes ses fonctions actives se bornent à
ouvrir les séances par la formule de recensement, qu'il termine en se
comptant lui-même, à donner la parole, à consulter l'assemblée, etc.
Mais ses fonctions passives, si on peut dire, sont de personnifier, de
signifier la majesté, l'autorité de l'assemblée qu'il préside. De ces
deux sortes de fonctions, le président de la Chambre des Députés n'a que
les premières. Sa sonnette, son habit ou redingote (je ne sache pas
qu'il lui soit défendu de présider en redingote) ne peuvent rien
figurer. Il est le président des représentants d'un pays dans lequel le
sentiment de l'égalité prévaut sur celui de la liberté elle-même. Le
_speaker_ est le chef des représentants d'un pays qui ne tient que peu
de compte de l'égalité, et qui est pénétré de ce sentiment plastique du
costume, de l'apparat, de la cérémonie, évidemment inspiré chez lui par
une longue éducation aristocratique.

[Illustration: Chambre des Députés.]

Pour qui arrive à la Chambre des Députés avec la résolution de ne voir
que les faits actuel, sans la juger au point de vue du droit et de la
théorie, l'audition des séances est encore un sujet de graves
réflexions. Ces, hommes, à qui la loi a imposé le périlleux devoir de
réglementer leurs semblables, ces hommes qui décident en dernier ressort
de toutes les questions d'autorité et de liberté, de religion et de
morale, d'économie politique et de droit public, du moins dans ce
qu'elles ont d'extérieur, pour ainsi dire, et d'applicable à la vue des
nations, ces hommes sont-ils par leurs lumières par leurs moeurs, tout à
fait à la hauteur de cette mission redoutable? Ont-ils tous à un degré
assez élevé l'amour dévoué de l'humanité, eux qui ont une tâche cent
fois plus difficile et plus haute que de la gouverner; celle de la
régler et de la conduire? Sont-ils tous mus par le sentiment religieux
et éclairée de la marche incessante des hommes vers le mieux, sans
lequel la loi étroite et injuste devient une barrière qui parque les
peuples dans le malheur et dans l'ignorance, au lieu d'être la source
féconde de leur amélioration dans la science du bien-être ou dans la
science plus importante des moeurs? Il n'entre pas dans nos intentions
de faire ici une satire trop facile et trop commune! Aucune malveillance
ne nous anime, et ce serait sans vouloir diminuer en rien la sincérité,
la dignité, ni les talents d'aucun des membres de la Chambre, qu'après
nous être posé ces questions nous hésiterions à les résoudre par une
heureuse affirmative. Il n'est que trop vrai que ce terne matérialisme,
qui des doctrines philosophiques du dix-huitième siècle est aujourd'hui
passé dans les moeurs, et qui forme comme la religion de nos
contemporains, est trop fidèlement représenté à la Chambre par la
majorité. Qui peut le nier? La majorité y est incrédule et indifférente.
Les questions matérielles y ont le pas sur les questions morales: et
qu'on ne dise pas que c'est là une nécessité de la politique pratique,
une tendance utile qu'il faut encourager plutôt que la restreindre: car,
encore qu'il soit hors de doute que les intérêts matériels d'un peuple
sont dignes de toutes les méditations du législateur, il n'est pas moins
incontestable que les questions d'intérêt matériel elles-mêmes sont
susceptibles d'être traitées dans un esprit moral, que dis-je? ne
peuvent être complètement et efficacement résolues que lorsqu'un esprit
moral les a étudiées, éclairées, agrandies en les rattachant aux
questions d'ordre supérieur, dont on ne les sépare jamais impunément.
Or, c'est la ce qui manque surtout à la Chambre. Certains économistes
peuvent se plaindre qu'elle n'apporte pas assez de lumières spéciales,
qu'elle n'obéisse pas toujours dans ses décisions au mouvement
progressif de la science contemporaine. Tout en admettant la justice de
ces critiques, je dirais volontiers que ce ne serait là qu'un médiocre
mal, qu'un mal pour ainsi dire inévitable. Les savants, comme les
philosophes, vont toujours plus avant que leur siècle», et on ne peut
faire un crime à celui-ci de ne les suivre qu'à pas inégaux. Mais
lorsqu'à des lumières spéciales, même assez bornées, se joint un grand
sens de la marche de l'humanité, une équitable conscience du droit et du
devoir, tout se répare, tout s'accomplit dans une mesure suffisante,
rien ne se déchire véritablement dans le tissu de cette grande trame
dont Dieu a voulu que les siècles fussent les tisserands. Et, je le
répète avec regret, c'est ce génie de l'ensemble, cette compréhension
philosophique des choses, cette active et généreuse passion du bien
public, ce sont toutes ces vertus essentielles du législateur qui sont
souvent à désirer dans l'assemblée de nos représentants. On y est trop
porté à n'imaginer que la politique consiste dans le dédain des grands
problèmes de notre destinée, et se renferme tout entière dans je ne sais
quelle prudence égoïste, quelle administration plus ou moins habile des
intérêts de l'industrie, isolée de tous les autres mobiles de l'activité
humaine On dira qu'il est impossible que les représentants d'une société
engourdie dans le matérialisme aient un autre génie que le genre de la
société qu'ils représentent. Sophisme, argument fataliste contre lequel
doivent armer tous les nobles instincts. Sans doute il y a dans la loi
du développement des peuples une force secrète qui les entraîne, mais
cette force n'est pas irrésistible: mais les sociétés, comme les hommes,
ne sont elles-mêmes ce qu'elles sont, mais il leur reste toujours
l'initiative morale et la puissance nécessaire pour l'accomplir. Que les
députés se souviennent que c'est d'en haut que viennent les exemples
puissants énergiques, invincibles pour les masses; qu'ils se fassent la
généreuse avant-garde de toutes les idées de civilisation, de morale, de
droit, d'équité, d'amélioration du sort des classes souffrantes, et,
quel que soit le sommeil qui s'est appesanti sur les âmes, le concours
de la nation ne leur faillira pas. Nous sommes toujours les fils de ceux
qui mouraient pour sauver l'intégrité du pays après avoir fondé sa
liberté politique: et jamais les lois de l'honneur, du courage, de
l'humanité et du patriotisme, ne seront invoqués avec sincérité et
conviction sans éveiller aussitôt dans toutes les fibres de la France un
long et immense frémissement.



Femmes Françaises

AUTEURS DRAMATIQUES.

La critique, s'occupant à l'avance de la tragédie de _Judith_, tombée
lundi dernier au Théâtre-Français, s'étonnait qu'une femme osât aborder
le théâtre, et prétendait qu'une telle hardiesse n'avait pas d'exemple
dans notre histoire littéraire. Une simple nomenclature prouve que la
tragédie nouvelle n'est pas sans antécédents.

La première femme dont il soit parlé dans l'histoire de notre théâtre
est MARGUERITE NE VALOIS, soeur de François Ier et femme d'Henri
d'Albret, roi de Navarre; elle mourut âgée de cinquante-neuf ans, le 18
décembre 1549. Il nous reste d'elle des mystères, des comédies et des
farces: _les Innocents, la Nativité de Jésus-Christ, l'Adoration des
trois Rois, le Désert, la Farce de trop, prou, peu, moins._

LOUISE LABÉ, connue sous le nom de _la Belle Cordière_, suivit de près
la reine de Navarre; célèbre par sa beauté et son esprit, elle était
encore renommée comme musicienne. Entre autres ouvrages, elle a composé
une espèce de drame intitulé: _le Débat de la Folie et de l'Amour_, où
La Fontaine a puisé le sujet d'une de ses plus jolies fables.

MADELEINE DESROCHES et sa fille CATHERINE DESROCHES parurent vers la
même époque. Dans leurs _Oeuvres poétiques_ imprimées à Paris en 1578,
on trouve _Tobie_, tragi-comédie, et une pastorale à six personnages; on
a aussi imprimé sous leur nom la tragédie de _Panthée_, jouée par les
comédiens de l'hôtel de Bourgogne; mais on attribue généralement cette
pièce à Jules de Guersans, avocat au parlement de Rennes, amant
malheureux de Catherine Desroches.

Pendant le fameux siège de La Rochelle, en 1573, sous Charles IX, les
assiégés, qui se comparaient volontiers, dans leur campagne biblique, au
peuple fidèle de Bethulie, accueillirent avec enthousiasme une tragédie
_d'Holopherne._ Cette pièce, qu'il serait sans doute curieux de comparer
avec la _Judith_ de madame de Girardin, était aussi l'oeuvre d'une
femme, épouse d'un des chefs du parti calviniste, de CATHERINE DE
PARTHENAY, vicomtesse de Rohan.

Le dix-septième siècle a donné au théâtre un assez grand nombre de
femmes auteurs; parmi elles on compte mademoiselle COSNARD, auteur de la
tragédie des _Chastes Martyrs;_ madame de SAINT-BALMONT, qui fit celle
de _Marc et Marcellin_; FRANÇOISE PASCAL, dont on a joué l'_Endijmion_
et le _Vieillard amoureux_, pièce comique en vers de quatre pieds. Mais
une femme plus connue que celles que nous venons de citer est madame DE
VILLEDIEU (Marie Hortense Desjardins), dont les romans rendirent à la
littérature contemporaine le service de faire passer le goût de ceux de
Scudéri et de La Calprenède; en l'année 1662, elle fit représenter une
tragédie de _Manlius Torquatus_, bientôt suivie de celle de _Nitétis_ et
du _Carrousel du Dauphin_: cette dernière pièce resta moins long-temps
au théâtre que les précédentes.

Les Petits Moutons de madame DESNOULIÈRES l'ont assurément rendue plus
célèbre que sa tragédie de _Genséric_, jouée sans aucun succès, en 1680,
par la troupe de l'hôtel de Bourgogne.

Parente des deux Corneille, mademoiselle BERNARD crut sans doute que le
talent dramatique appartenait à toute sa famille; elle fit représenter
deux tragédies: _Laodamie_, en 1689, et _Brutus_, en 1691. Nous mettons
sous les yeux de nos lecteurs un passage de cette dernière pièce, que
Voltaire n'a pas dédaigné d'imiter:

        BRUTUS.

        N'achève pas: dans l'horreur qui m'accable,
        Laisse encore douter à mon esprit confus
        S'il me demeure un fils, ou si je n'en ai plus.

        TITUS.

        Non, vous n'en avez point, etc.

Voici le même passage dans Voltaire:

                                         Arrête, téméraire:
        De deux fils que j'aimais le ciel m'avait fait père;
        J'ai perdu l'un; que dis-je! Ah! malheureux Titus,
        Parle, ai-je encore un fils?

        TITUS
                                        Mon, vous n'en avez plus.

L'envie et la méchanceté contestèrent à mademoiselle BERNARD la
propriété exclusive de ses oeuvres, et l'on fit honneur à Fontenelle de
ses succès dramatiques, couronnés, en 1695, par la tragédie de
_Bradamante_.

Mademoiselle DE SAINTONGE termine le dix-septième siècle. Son goût la
porta vers l'opéra: _Didon, Circé_ et le ballet des _Saisons_ furent
reçus avec applaudissement.

Mademoiselle BARRIER, au commencement du dix-huitième siècle, s'annonça
par une tragédie d'_Arrie et Petus_, que l'on attribua à l'abbé
Pellegrin. Pour détruire ce soupçon, elle fit jouer _Cornélie_ l'année
suivante; mais ce fut encore à Pellegrin qu'on en attribua la gloire, en
vain donna-t-elle depuis _Tomyris, la Mort de Jules César_ et la comédie
du _Faucon_, on douta toujours qu'elle en fût véritablement l'auteur, et
cependant l'excessive médiocrité de toutes ces pièces semblait en
garantir l'authenticité. Il est vrai de dire aussi que cette médiocrité
même était une preuve non moins forte en faveur de l'abbé Pellegrin.

Mesdames BISSON DE LA COUDRAIS, MONICAU, et mademoiselle FLAMINA, ont
fait représenter quelques comédies, dans le dernier siècle, sur le
théâtre de la Comédie-Italienne, mais peu de femmes ont écrit autant
d'ouvrages dramatiques que madame de GOMEZ, fille du comédien Poisson.
Indignée de l'injustice des critiques contemporains, qui, après le
succès éclatant de sa tragédie d'_Habis_, jouée en 1714 et long-temps
restée au théâtre, prétendaient qu'elle avait emprunté le secours
poétique d'un _teinturier_, elle fit imprimer en tête de sa pièce une
préface où elle donna à ses calomniateurs le démenti le plus formel.

Nous devons à madame DU BOCAGE _les Amazones_. Madame de GRAFFIGNI est
l'auteur d'une seule pièce de théâtre intitulée _Cénie_, dont le succès
a surpassé celui de toutes les pièces dont nous venons de donner la
liste.

OLYMPE DE GOUGES, envoyée à l'échafaud par Robespierre, qu'elle avait
osé attaquer, fit représenter à la Comédie-Italienne et au
Théâtre-Français plusieurs pièces oubliées, entre autres _l'Esclavage
des Nègres_, jouée le 4 décembre 1790; MM. Étienne et Martainville
assurent que, sans égard pour le beau sexe, le public siffla
impitoyablement cette pièce.

De nos jours, _la Suite d'un Bal_, de madame DE BAWR, et les comédies et
les vaudevilles de madame ANCELOT ont réussi à la scène. Madame LOUISE
COLLET est auteur d'un drame en un acte, joué à l'Odéon. _Le
Gladiateur_, tragédie représentée en 1842 au Théâtre-Français, est
l'oeuvre de madame d'ALTENHEYM, fille de M. Soumet. La _Cosima_, de
madame SAND, a été jugée avec une sévérité passionnée. Enfin madame DE
GIRARDIN vient terminer la liste de ces dames auteurs, parmi lesquelles
il faut aussi ranger la mère de l'auteur de _Judith_; madame SOPHIE GAY
a donné au Théâtre-Français _le Marquis de Pomenars_ et _la Pauvre
Fille_, qui, malgré tout le talent de mademoiselle Mars, ne put avoir,
en 1824, qu'une, seule représentation.

Dans cette liste de pièces que nous avons rapidement énumérées, on
compte, comme il est facile de le voir, beaucoup plus de revers que de
succès. La _Judith_ de madame de Girardin vient encore grossir le
nombre de ces tentatives malheureuses.



Théâtres.

_Lucrèce_, tragédie en cinq actes, de M. PONSARD.--_Judith_, tragédie en
trois actes.--_Hermance_, comédie-vaudeville, de madame ANCELOT.

Depuis les tentatives révolutionnaires de M. Hugo, jamais la curiosité
publique n'avait été plus vivement émue que par l'apparition de cette
_Lucrèce_. Un fait singulier et remarquable, c'est que cette curiosité
semblait excitée en sens inverse du mouvement que lui avait imprimé, à
plusieurs reprises, l'auteur d'_Hernani_, de _Marion Delorme_ et de _Ruy
Blas_. Les récits merveilleux qui se faisaient d'avance de la tragédie
de M. Ponsard, par l'indiscrétion des lectures et les confidences de
coulisses et de salons, promettaient, non pas un pas rétrograde
(personne ne veut reculer), mais un retour aux voies plus droites et
plus naturelles, aux formes plus scrupuleuses et plus contenues. Quoi
donc? l'école dont M. Hugo est le chef inflexible aurait-elle compromis
sa cause? Le goût public se retirerait-il de cette poésie, après plus de
douze années d'assauts persévérants, et, l'on ne saurait le nier,
d'entreprises heureuses quelquefois, audacieuses toujours, pour le
vaincre et pour le dompter? Nous n'avons ni le temps ni l'envie de
discuter ici ce point d'histoire littéraire. Toujours est-il--et pour
résumer le fait en quelques mots--que toute fois que le sentiment public
se rejette d'un côté, c'est que de l'autre, où il penchait, les
déceptions l'ont découragé et que les excès ont fatigué sa conscience.
Sans vouloir blesser ici personne, sans mettre en suspicion aucun nom ni
aucune renommée, il nous semble prouvé par cette grande manifestation
d'espérance et d'attente soulevée tout à coup au bruit de la venue d'une
oeuvre annoncée avec tout l'appareil d'une sorte de restauration
poétique, que le parti littéraire, maître du théâtre depuis 1830, a mal
dirigé sa conquête, qu'il a frappé fort sans frapper juste, abattu sans
reconstruire, et prêché sans convaincre.--Enfin, le jour de la
représentation est arrivé. _Lucrèce_ s'est montrée, et, nous le disons
avec joie, l'épreuve a tourné à sa gloire. Au contraire de la plupart
des ouvrages prématurément exaltés dans la serre-chaude des amitiés
emportées et des admirations précoces, elle n'a point démenti les bruits
qui avaient marché devant elle. Elle a fait honneur à toutes les
espérances, à toutes les promesses. Et maintenant, suivez-moi, et
entrons ensemble dans les sentiers poétiques de l'oeuvre.

Nous voici d'abord à Collatie, dans la maison de Lucrèce; le mari de
Lucrèce, Collatin, est absent,--occupé au camp des Tarquins qui
assiègent Ardée. Lucrèce cherche-t-elle dans Rome quelque distraction à
ce veuvage? Gardez-vous de le croire. Simplement et chastement retirée
dans la pudeur et la modestie du foyer domestique, elle se livre aux
soins de sa maison. Ses esclaves, armées de fuseaux, filent de la laine,
et elle fait comme ses esclaves. Cependant sa nourrice s'inquiète:
Lucrèce aurait besoin de repos et de sommeil.

Faut-il donc que vos yeux s'usent, toujours baissés, A suivre dans vos
doigts le fil que vous tressez?

Les veilles fatigueront sa jeunesse. Un peu de plaisir et de danse
ramènerait la joie et le sourire dans ce foyer désert. Ainsi parle la
nourrice; mais Lucrèce aussitôt de l'accuser de manquer de sagesse et de
pudeur. Peu lui importe que le travail ternisse sa beauté! Ce qu'elle
vont préserver, c'est la beauté de son âme et sa pudeur. Son aïeule l'a
instruite aux moeurs laborieuses et pures; elle restera fidèle aux
leçons de son aïeule.

        C'est assez; le temps passe à tenir ces propos;
        Quand la langue se meut, la main reste en repos.
        Poursuivons notre tâche; allons ...

Vous le voyez. Lucrèce est une femme accomplie, un véritable trésor.
Elle aime la retraite, le travail, et point la coquetterie; elle est
fidèle à son mari absent, et économe d'inutiles paroles. Il faut aller à
Rome pour le voir.

Cette honnête solitude de Lucrèce est tout à coup troublée. Sextus,
Titus et Arons, fils de Tarquin le Superbe, arrivent du camp d'Ardée,
suivis de Collatin; Brute les accompagne; mais faut-il compter Brute
pour quelqu'un et pour quelque chose? Brute n'est-il pas la brute qui
sert de jouet aux patriciens et au peuple? Nous verrons bien.--Or, nos
jeunes gens, pour se distraire de l'ennui du siège et dans la joie d'un
festin, firent tomber le discours sur la vertu de leurs femmes; chacun
tint pour la sienne, et Collatin surtout pour Lucrèce. «Eh bien! allons
à Rome, dirent-ils, et nous verrons qui de nous a la femme la plus sage»
Vite à cheval! et les voici galopant quatre à quatre, et arrivant dans
la ville, la nuit, sans être attendus. D'abord on va chez la femme de
Brute; elle donnait danses et festins. La femme de Sextus se consolait à
table dans un doux tête-à-tête. Cette autre se mirait avec insouciance
dans l'acier et se parait de roses et de parfums; cette autre encore, le
teint livide et enflammé, jouait l'or de son riche bracelet.

        Vous seule, enfin, Lucrèce, à ce luxe étrangère,
        Vous vous êtes montrée en sage ménagère,
        Diligente, excitant vos femmes du regard,
        A leurs humbles travaux vous même prenant part.
        ........ Oui, Collatin a gagné le pari.
        Gloire à Lucrèce, et joie à son heureux mari!

Cependant la passion criminelle de Sextus vient de s'allumer à l'aspect
de cette vertu pudique. «O la belle maîtresse!» s'écrie-l-il, tandis que
Collatin invite ses hôtes au festin et ensuite au sommeil, qui doit
réparer leurs forces.

Brute reste seul avec Lucrèce. Et ici la situation prend un caractère
sévère et grave. Il ne s'agit plus d'innocents travaux au coin du foyer,
ni de spirituels et galants paris: Lucrèce a lu dans l'âme de Brute, et
Lucrèce le laisse voir. Cette feinte stupidité du fou cache l'âme d'un
Romain et le génie d'un grand homme. D'abord, elle s'étonna de voir un
Junius ainsi avili:

        Son esprit recula devant cette merveille
        D'un pareil descendant d'une race pareille.

Puis, peu à peu, elle comprit que le feu couvait sous la cendre, et que
Brute ne se faisait si petit que de peur de paraître trop grand. Oui,
s'écrie Brute:

        Oui, j'ai quitté mon nom, mais c'est pour le reprendre.
        J'accepte tous leurs coups, mais c'est pour les leur rendre.

Soyez prudent, dit Lucrèce; un soupçon, un mot peut vous découvrir et
faire tomber la hache. Patientez encore; j'ai voulu vous inviter à la
résignation en vous apprenant que, moi, je vous tiens pour d'autant plus
magnanime que vous êtes plus avili. Brute s'attendrit à cette confidence
de la noble piété de Lucrèce: que n'a-t-il une femme forte et chaste
comme elle! il s'abriterait du moins sous le bouclier du bonheur
domestique, et l'insulte viendrait expirer à son seuil. Mais les
Tarquins lui ont tout ravi: de sa femme, Sextus a fait sa proie. Ainsi
Brute est doublement avili comme époux et comme homme.

Voici Sextus qui revient et le raille. Il raconte le voyage que Brute et
lui firent à Delphes pour consulter l'oracle d'Apollon. «Celui-là sera
roi, dit le dieu, qui embrassera le premier sa mère.» Et Brute de se
jeter à terre, et Sextus d'en rire.

Oui, Sextus, vraiment, tu as raison de rire. Brute a été un grand
maladroit et un grand idiot, en effet; écoute-le plutôt, tandis qu'il
est seul, et que, rejetant son masque de fou, il se parle à lui-même,
dans toute la sagesse et la profondeur de son grand dessein:

        Celui qui le premier embrassera sa mère,
        Régnera le premier.--Et j'embrassai la terre.
        N'ai-je pas accompli l'oracle? Et puis encor
        Quand j'eus offert au dieu mon bâton rempli d'or.
        «Brute, me fut-il dit, tu m'offres ton emblème;
        La substance est pareille et l'écorce est la même.
        Le bâton brisera le sceptre, et par deux fois
        Le nom qu'on donne aux fous sera fatal aux rois.»
        Qu'on donne aux fous! c'est bien le nom dont on me nomme.
        Mais alors c'est donc moi qui gouvernerai Rome?
        En effet, j'éprouvais comme un élancement
        Qui m'emportait en haut vers te commandement
        Et cet homme, c'est moi qu'attend l'honneur suprême
        De venger mon pays, et mon père, et moi-même,
        D'affranchir l'avenir, de punir le passé,
        Et de glorifier mon surnom d'insensé.

Au milieu de ce magnifique élan du génie et du patriotisme de Brute, au
moment où le citoyen promet à Rome son sang pour la délivrer, et lui
fait, en attendant, l'offrande de sa patience et de ses humiliations, il
est interrompu par Valère, son ami et le complice de son projet
glorieux. Valère vient l'exciter à agir et à pousser le cri
d'indépendance. Non, il n'est pas temps encore, réplique Brute; les
patriciens sont las, mais le peuple ne l'est pas; laissons la tyrannie
descendre jusqu'à lui:

                                       Laisse faire;
        L'impunité les pousse, et c'est en quoi j'espère.
        Un premier attentat couronné de succès
        Est un chemin frayé vers les derniers excès.

D'ailleurs, il ne s'agit pas seulement de renverser, il faut savoir
reconstruire. Qui mettra-t-on à la place des Tarquina?

--Ce sera toi, dit Valère.

        BRUTE

        Valère, si mon voeu doit prévaloir, ni moi
        Ni personne jamais ne se nommera roi;
        Tarquin fut un tyran: un autre pourrait l'être.
        Rome, telle qu'elle est, n'a plus besoin de maître.
        Quand, faible et menacée, il fallait qu'au début
        Elle vainquit sans cesse, au prix de son salut.
        Alors, il était bon qu'une forte puissance
        Aux insubordonnés apprît l'obéissance,
        Pour mieux faire face au choc environnant,
        Doublât la résistance en la disciplinant;
        La grandeur du danger tenait  l'âme en haleine,
        Et nourrissait ainsi la fierté sous la gêne;
        Je guerrier respirait dans le sujet soumis.
        Mais Rome a triomphé de tous ses ennemis,
        Et ne combattant plus pour sauver ses murailles,
        N'a plus la même ardeur à gagner des batailles.
        Cette sécurité dans laquelle on s'endort
        Rend les esprits trop mous et le pouvoir trop fort.
        Depuis qu'il ne sert plus la défense commune,
        Le sceptre ne sert plus qu'à sa propre fortune;
        Affranchi du péril de nos rivaux anciens,
        Il s'essaie à présent contre les citovens.
        Son audace s'accroit du peu de résistance;
        Rome, trop tôt sauvée, a perdu sa constance,
        Et façonnée aux lois, n'a même plus au coeur
        D'un peuple impolicé la sauvage vigueur.

Pour éviter ce danger du pouvoir absolu, Brute destine à à Rome une
autorité partagée entre deux chefs:

        Rome redeviendra toute énergique et fière;
        Elle eût été, chétive, esclave de ses rois;
        Libre, elle soumettra l'Italie à ses lois.

Ainsi, dans cet entretien avec Valère, qu'il faudrait citer tout entier,
Brute s'élève au sommet des plus hautes méditations du politique et du
citoyen, mais pour retomber bientôt dans la torture et l'abaissement de
son courageux martyre. Tullie, sa femme, Sextus, amant de Tullie,
viennent effrontément étalera ses yeux le spectacle insolent de leurs
querelles amoureuses. A quoi bon se gêner devant un fou'. Sextus aime
Lucrèce, et Tullie en est jalouse; de là un combat de railleries et de
colère d'où jaillissent de vifs éclairs de poésie. Le croiriez-vous?
Sextus a l'audace de prendre Brute pour juge, et l'invite à prononcer
entre Tullie et Lucrèce. Mais Brute:

        Est-ce que les brebis aux louves sont pareilles?
        Est-ce que les frelons visitent les abeilles?
        Non, chacun suit la voie où l'entraînent ses goûts;
        Pourquoi donc parlez-vous de Lucrèce entre vous?

Sextus se retire en raillant; alors Brute, l'âme déchirée:

                                        Qu'en dites-vous, Tullie?
        Pensez-vous que ce soit assez être avilie?
        Qu'espérez-vons encor qui soit plus infamant?
        Ne vous suffit-il pas des mépris d'un amant?...
        Quand la tête voilée et ceinte de verveine,
        La robe jointe au corps par un bandeau de laine,
        La quenouille à la main vous avez pénétré
        Au delà de ce seuil à Vesta consacré,
        Aviez-vous résolu d'en chasser la déesse?
        Si le ciel, qui voulut affaiblir ma raison,
        M'interdit de régir moi-même ma maison,
        Deviez-vous pas bien mieux soigner, d'un oeil austère,
        L'honneur dont vous étiez seule dépositaire?
        Et combien votre nom serait-il rehaussé,
        Si vous aviez vécu pour le pauvre insensé!

Il est temps que cela finisse; il est temps que Tullie songe à son
expiation. Brute le lui dit sans ressentiment: le dédain a tué en lui la
colère. A cet arrêt terrible, à cette voix d'un fou qui parle comme un
sage, Tullie, épouvantée, croyant reconnaître un avertissement des
dieux, va cacher sa terreur dans l'orgie.

Cependant, Sextus a résolu de se faire aimer de Lucrèce:

        Dut Vesta l'animer, dut le coeur de Lucrèce
        Surpasser en airain Diane chasseresse,
        N'importe; mon amour ne peut être en défaut;
        Je l'aime en furieux, je l'aime, il me la faut.
        ................................................
        Le premier de vos rois n'a-t-il pas dû le jour
        Aux autels profanés par un divin amour?
        Lui-même, à la faveur d'une perfide amorce,
        N'a-t-il pas demandé des hymens à la force,
        Et, par ce crime heureux, prolongé nos destins?
        .................................................
        Nous sommes tous les fils d'un attentat immense;
        De quel droit m'accuser si je le recommence,
        Et si mon sang, ce sang par l'audace acheté,
        Fait de l'audace en moi couler l'hérédité?

Mais Sextus n'est pas délivré de Tullie. L'amante jalouse poursuit le
séducteur qui l'abandonne; il faut qu'il s'explique: l'aime-t-il encore,
oui ou non? Non, répond Sextus.

        Non, je n'eus pas l'idée alors, qu'il m'en souvienne,
        D'engager à jamais votre vie à la mienne;
        Je me peignis l'amour non pas voilé de pleurs,
        Mais joyeux, souriant et couronne de fleurs,
        Libre des clous d'airain, de ces pesantes chaînes,
        Dont Némésis unit les implacables haines,
        Suivant sa fantaisie, et, toujours jeune et beau,
        Lier du plaisir ancien en courant au nouveau.

Tullie est maintenant grondeuse et maussade; Sextus n'en veut plus.
Qu'est devenu le temps ou elle promenait son éternel sourire sur ses
adorateurs charmés, animant chaque fête et présidant aux festins joyeux?
Enfin, Tullie, se voyant abandonnée, éprouve le remords de sa
flétrissure; son indignation et son repentir s'exhalent avec éloquence:

        Tu m'as conduite au crime à travers la mollesse,
        Tes conseils corrupteurs préparaient ton pouvoir;
        Tes désirs m'attendaient sur le seuil du devoir!...
        C'est par tes soins qu'ici le bruit et la splendeur
        Ont chassé le travail, gardien de la pudeur.

Les dieux le puniront, ô Sextus, et l'ombre de Tullie est promise à la
pâleur de tes rêves; mais qu'importent ces reproches au
voluptueux!--Sextus résiste à une prédiction plus terrible encore et
plus menaçante, à la prédiction directe des dieux eux-mêmes, qui
s'expliquent à lui par la voix de la sibylle de Cumes: cette redoutable
pythonisse a traversé les mers pour apporter à Sextus son arrêt. Voici
les livres fatidiques qui annoncent et qui enseignent: Sextus peut y
lire la destinée des Tarquins et leur chute prochaine: à quoi
bon?--Va-t'en, menteuse pythonisse: Sextus ne veut ni de ta science ni
de toi; et la sibylle insultée se retire devant cet endurcissement et
cette incrédulité. Alors, rencontrant Brute, elle lui dit:

Salut, premier consul romain!

C'est assez de ces passions violentes et criminelles; reposons-nous et
contemplons Lucrèce; que l'innocence de cette chaste figure rappelle le
calme et épure l'air autour de nous. Lucrèce, comme nous l'avons vu
déjà, est modestement recueillie à l'ombre du foyer, maniant l'aiguille
et surveillant le travail de ses servantes. Pourtant elle est rêveuse et
triste. Sa journée et sa nuit ont été pleines de mauvais présages:
l'éclair a sillonné la nue; un chien a hurlé; le vent a sifflé comme une
voix sinistre, et Lucrèce s'est blessée au pied gauche. Puis un rêve
affreux: il lui a semblé qu'un horrible serpent la dévorait, et de son
coeur déchiré et ruisselant sous les morsures du monstre, les gouttes
fumantes enfantaient d'innombrables bataillons. C'est l'image de la
puissance future de Rome engendrée du sang de Lucrèce.

Ses présages ont dit vrai, car voici Sextus. Il arrive sous prétexte de
donner des nouvelles de Collatin; Lucrèce se confie naïvement à son hôte
et éloigne ses femmes. Sextus, méditant l'attentat, emploie d'ahord la
séduction de la parole, et cherche, sous le miel de son discours, à
faire passer dans l'âme de Lucrèce le poison du désir et de la volupté.
Il offre tout ce qui peut tenter une femme: la richesse, l'amour et le
pouvoir; il sera roi et il la fera reine.--Lucrèce ne veut qu'une
royauté: c'est la royauté de son honneur. Sextus, malgré lui, cède et
recule devant cette majesté du devoir qui rayonne dans cette chaste
femme; mais, dès que Lucrèce n'est plus présente, la passion de Sextus
s'enhardit et s'exalte:

Sibylles, maudissez, mânes, rassemblez-vous!

Bien ne peut plus arrêter le crime.

Lucrèce a fait mander son père Lucrétius, son mari Collatin, Valère et
Brute. Ils arrivent d'Ardée, ne sachant ce que ce message de Lucrèce
veut dire; elle, cependant, s'offre à eux, pâle, les yeux baissés et
vêtue de deuil: «Pourquoi ce deuil?--Je porte le deuil de mon honneur,
dit-elle douloureusement.--O ma noble femme! s'écrie Collatin.--Non, je
ne suis plus ta femme; l'épouse est morte.--Quoi, morte?

                                      .... Et qu'importe
        Que le corps soit vivant quand la pudeur est morte
        Tu n'as devant les veux qu'un corps déshonoré;
        Pourtant mon âme est pure, et je le prouverai.

Et Lucrèce raconte le crime de Sextus: il s'est présenté chez elle, la
nuit, la menaçant de la mort et de l'ignominie, car dans le lit de
Lucrèce morte il placera un esclave mort, et dira que, les ayant surpris
tous les deux, il a satisfait sur eux son ami Collatin. Et ainsi Sextus
sortit triomphant. En vain Collatin: «Je t'honore outragée!» en vain
Lucrétius: «Lève tes regards, ma fille; mon baiser efface
l'affront!--Non,

        Il ne faut pas qu'un jour, des désordres complice,
        Mon exemple devienne un prétexte invoqué,
        Quand aux devoirs d'épouse une autre aura manqué.
        Vous verrez à punir Sextus, et je l'approuve.
        Moi, j'ai dit n'avoir pas craint la mort, je le prouve!

A ces mois, Lucrèce se tue. Voilà l'occasion que Brutus attendait:
saisissant le fer sanglant, il voue les Tarquins à la vengeance et à
l'exécration de Rome; et tous, Lucrétius. Collatin et Valère, jurent à
son exemple, sur le poignard teint du pur sang d'une femme, de
poursuivre sans relâche et d'exterminer cette race exécrable. Le peuple
survient: Brute éveille sa colère:

        C'est le corps de Lucrèce! ô destinée affreuse.

        BRUTE.

        De la plus noble femme et la plus malheureuse;
        Apprenez, que chez elle un homme, cette nuit,
        Un nocturne larron, comme un hôte introduit,
        A, l'épée à la main, la menace à la bouche,
        Honteusement pillé la pudeur de sa couche.
        Il l'a déshonorée à main armée...

Et cet homme, c'est Sextus: A bas Sextus! à bas Tarquin! plus de rois,
plus de tyrans! à Rome! à Rome! et la tragédie finit sur ce cadavre et
sur cette chute prochaine des Tarquins.

M. Ponsard est un heureux poète. Que de fils d'Apollon dont il est
besoin de cacher les vers pour faire croire à leur beauté! Citer M.
Ponsard, c'est la manière la plus habile de faire son éloge, et nous
n'avons pas cru devoir employer d'autre ruse. On voit par quels heureux
dons de la muse le jeune poète a su manier toutes les cordes de la lyre
et prendre tous les tons. Ses idées et son style s'accommodent avec une
rare souplesse aux sentiments, aux situations et aux caractères; naïfs
et chastes avec Lucrèce, tristes, vigoureux et profonds quand c'est
Brute qui parle; élégants et sensuels en passant par la bouche de
l'insouciant et voluptueux Sextus; passionnés et amers pour peindre la
jalousie et les remords de Tullie.--La politique, dans la tragédie de M.
Ponsard, parle son langage mâle et concis, et la voix calme et simple de
la pudeur y contraste, dans sa simplicité adorable, avec les rudes
accents du patriotisme et les molles fantaisies du plaisir. Certes,
c'est là un mérite précieux et rare que M. Ponsard a conquis évidemment
par une étude assidue des formes sévères et des modèles antiques
_Lucrèce_ doit son brillant succès à cette sorte de résurrection de la
pureté du fond et de la solidité de la forme. On est las à n'en pas
douter, de ces mondes impossibles où la fantaisie égoïste du drame
fantastique s'égare depuis dix ans sur un hippogriffe sans frein. Le
public, après la fatigue de ces aventures irrégulières et violentes,
s'est retrouvé avec ravissement au milieu d'une poésie calme, réfléchie,
contenue, où la simplicité n'ôte rien à l'imagination, et dont la
modération double la force. Mais qu'on ne s'y trompe pas, M. Ponsard ne
se renferme point avec un scrupule outré dans les limites de la tragédie
classique; il n'a pas cette maladresse de se mettre, ni plus ni moins
dans un habit fait pour un autre temps et pour un autre monde. On a pu
voir que M. Ponsard arrivait suivant l'occasion, à des détails de
familiarité intérieure et à une variété de tons que l'art de Racine et
de Boileau n'admettait pas. Le secret de M. Ponsard est celui d'André
Chénier: être antique et nouveau tout à la fois. Nous n'entendons pas
cependant nous jeter dans les emportements d'un éloge exagéré. _Lucrèce_
a ses beautés, mais aussi ses défauts: M. Ponsard a trop de goût et de
justesse d'esprit pour ne pas le savoir mieux que personne. Les
personnages sont trop isolés les un des autres, et ne se lient pas
suffisamment par ce fil de la passion et des intérêts qui fait le noeud
et la cohésion des oeuvres. La scène importante où Sextus prépare l'
attentat s'égare en délicatesses raffinées et en subtilités coûteuses
que la passion n'accepte pas. Le style lui-même mériterait, çà et la,
qu'on lui fit quelques petites querelles. Il pousse la religion des
modèles trop loin, jusqu'à les imiter dans leurs erreurs et même dans
leurs vices. Inspirez-vous de Corneille, rien de mieux: mais prenez
_Horace_ et de _Cinna_ la force et la clarté, et n'allez pas dans votre
zèle jusqu'aux subtilités et aux embarras de syntaxe et de grammaire où
la langue, émancipée et agrandie par le génie, retombait encore,
échappant à la puissante main de Corneille et retournant quelquefois
avec lui dans ses langes. A part ces défauts, que la réflexion et
l'expérience du théâtre corrigeront dans M. Ponsard, _Lucrèce_ annonce
un poète, et non-seulement un poète, mais un esprit solide et sain. Et
c'est là un fait qu'on a raison de saluer de tous le encouragements et
de tous les bravos.

Le premier jour, les acteurs ayant eu peur, leur talent n'a gagné la
bataille qu'à demi; le lendemain, et depuis, affermis par le succès,
ils ont vaillamment secondé M. Ponsard. Bocage a donné au rôle de Brutus
un caractère d'originalité incontestable. Tout acteur, tout grand acteur
a ses défauts: Bocage a les siens; mais que de qualités énergiques et
pittoresques les compensent! Lucrèce a retrouvé dans madame Dorval la
chasteté et la pudeur de Betty Bell mêlées à un vif sentiment de la
femme antique. Bouchet a donné à Sextus tout l'esprit, toute l'insolence
et toute la grâce qui conviennent. La jalousie et la passion de Tullie
ont eu dans madame Halley une interprète digne de tout éloge. Ainsi
chacun a eu son succès, les acteurs et le poète _Judith_ a été moins
heureuse que _Lucrèce_. Le Second-Théâtre-Français, cette fois, a
remporté la victoire sur son aîné. Et d'abord, à juger les deux rivales
en elles-mêmes, abstraction faite du mérite des poètes. _Lucrèce_ ne
dut pas triompher de Judith. On peut, on doit s'intéresser à Lucrèce.
Certes, une femme de cette simplicité et de cette vertu, forcée dans la
chaste modestie de son honnêteté austère, s'immolant à la pudeur et
fécondant de son sang la liberté de sa patrie, une telle femme touche
l'âme et l'élève Mais, en vérité, comment s'émouvoir de Judith qui s'en
va traîtreusement provoquer un homme, l'excite par sa beauté armée de
toutes les ruses d'une attrayante parure, et par l'ardeur du festin:
puis l'immole, tout ivre encore du vin et du désir qu'elle a versés dans
ses veines? C'est là une infâme et horrible action, que Dieu lui-même,
qu'on y fait intervenir, ne saurait ni adoucir ni absoudre. Et
d'ailleurs quelle différence dans la gravité de la lutte et des
intérêts. Que nous fait Bethulie, à côté des grandes destinées de Rome?
L'aventure sanglante de Judith est donc un sujet impraticable au
théâtre. Quelque adresse qu'on y mette, l'épigramme de Racine aura
toujours raison, et le parterre, s'il pleure pleurera sur ce pauvre
Holopherne, si méchamment mis à mort. Cette fois, le parterre n'a pleuré
ni pour l'un ni pour l'autre.

La tragédie, s'il y a tragédie, est d'une grande simplicité et peut se
raconter en quelques lignes.

D'abord le poète nous fait assister à la désolation de Bethulie;
assiégée par l'armée d'Holopherne, la faim et la soif dévorent la ville:
les mères désolées pressent leurs enfants sur leur sein et implorent une
goutte d'eau. La misère a tué le courage, et l'on parle de se rendre.
Dans ce tumulte et ce désespoir, une femme vêtue de deuil apparaît au
seuil de sa maison, c'est Judith. L'inconsolable, qui pleure son veuvage
et porte pieusement le deuil de son époux Manassos. Judith sentant en
elle l'inspiration divine, ranime la force des citoyens abattus, et, se
parant de ses habits de fête prend la résolution d'aller trouver
Holopherne pour le séduire et pour l'immoler.

La voici dans la tente du conquérant, mais déjà ce conquérant est
conquis et désarmé par les charmes de Judith Phoedime, une femme, une
femme jusque-là maîtresse du coeur d'Holopherne, s'arme de sa passion et
de sa jalousie contre cette étrangère, cette Juive au regard séduisant.
Cependant ni les reproches ni les emportements de Phoedime ni le
mécontentement ni les cris de l'armée et des chefs qu'elle ameute contre
Judith et qui demandent si tête ne peuvent détourner Holopherne de son
amour. Il brave les uns il punit les autres, sauve Judith de leur
fureur, et se livre ensuite aveuglément à sa dangereuse amorce.--Le
festin homicide est préparé, Holopherne vide la coupe fumante et boit le
poison amoureux dans les yeux de Judith, puis il se retire sous sa
tente. Alors Judith, saisissant son glaive, soulève le rideau de
pourpre, entre, frappe, et revient tristement au milieu des juifs, qui
saluent leur libératrice par des cris de délivrance et du joie.

[Illustration: (Théâtre-Français.--_Judith_, tragédie--Mademoiselle
Rachel, rôle de Judith; Beauvalet, rôle d'Holopherne.)]

Tout manque à un pareil sujet; l'auteur a cru en adoucir la dureté et en
féconder la sécheresse par la passion sincère et la générosité
d'Holopherne; mais comment n'a-t-il pas compris qu'il aggravait ainsi
l'horreur qui résulte naturellement de l'action de Judith?--Que pouvait
faire le public dans ce vide de sentiments et d'intérêt? applaudir une
versification élégante; se réfugier, pour le reste, dans le silence, et
murmurer çà et là, ce qui était dans son droit. Peut-être aurait-il dû
se montrer courtois et patient jusqu'au bout. Mon avis est qu'il faut
tout accepter d'une femme, et singulièrement d'une femme spirituelle,
tout jusqu'à des tragédies; et vraiment madame Emile de Girardin mérite
par beaucoup de style gracieux et d'aimable esprit qu'on lui passe
_Judith_ sans plus de sévérité. D'ailleurs, cherchez à _Judith_ un poète
tragique du côté de la barbe, à qui Molière accorde la toute-puissance,
et la barbe elle-même y échouera. Sous les traits de mademoiselle
Rachel, Judith est d'une barbarie charmante, et je comprends que
Beauvalet-Holopherne s'y laisse prendre et y risque sa tête.

[Illustration: Théâtre du Vaudeville.--_Hermance_, ou Un an trop
tard.--(Mesdames Thénard et Pagé, mesdemoiselles Saint-Marc et
Castellan.)]

Revenons à des beautés moins farouches: Hermance, elle, est incapable de
détruire le moindre Holopherne; elle a le coeur trop sensible pour se
livrer au maniement du coutelas, séparée de l'homme qu'elle aime par des
événements inondés de pleurs, Hermance le trouve marié à sa soeur. Vous
devinez la lutte et le désespoir! Le mari est tenté de revenir à
Hermance; un instant Hermance chancelle; mais sa vertu surmonte son
coeur: Hermance s'enfuit, et se sacrifie, plutôt que de porter le
trouble dans la maison de sa soeur. Ce drame, très-honnête et
très-moral, obtient un succès de sanglots: la scène où Hermance,
retrouvant ses deux soeurs, s'assied près d'elles et leur raconte toutes
les douleurs de son passé, mêlées à la joie de les revoir, est tout
aimable et toute naïve: madame Ancelot n'a jamais rien fait de mieux; il
y a là trois visages qui s'encadrent agréablement: le frais visage de
mademoiselle Saint-Marc, le visage honnête et sage de madame Thénard; le
visage éveillé de madame Page; et derrière eux, venant, se jeter
étourdiment au milieu de ces épanchements de famille, un quatrième
visage qui se compose des beaux yeux, des dents d'ivoire et des joues
appétissantes de mademoiselle Castellan.



THÉÂTRE DE L'OPÉRA-COMIQUE.

_Le Puits d'Amour_, opéra-comique en trois actes, paroles de MM. SCRIBE
ET DE LEUVEN, musique de M. BALFE.

Il y avait une fois, à Londres, une jeune Irlandaise arrivée depuis peu
de son pays, et nourrissant en secret dans son coeur une passion
profonde. Elle avait tout ce qu'il faut pour cela, une âme tendre,
confiante et naïve, une imagination vive et ardente. Elle avait aussi
tout ce qu'il faut pour plaire et pour être aimée: une taille svelte et
dégagée, une démarche élégante, des traits délicats et fins, des cheveux
blonds les plus jolis du monde, des yeux bleus d'une transparence
admirable, et le regard le plus coquettement spirituel. Cette jeune
fille s'appelait Géraldine. Ce n'était d'ailleurs qu'une paysanne, ou
tout au plus la fille de quelque petit bourgeois du pays: cependant elle
avait reçu une éducation des plus distinguées. Elle pinçait de la harpe
comme un professeur, et savait sur le bout du doigt la mythologie. Avec
tant de qualités, tant de talents et tant de charmes, comment
n'aurait-elle pas fait tourner toutes les têtes? Elle n'y manqua pas. Le
shériff de Londres, sir Bolbury, fut bientôt à ses pieds. Le roi Edouard
lui-même la remarqua, et épuisa en son honneur tous les trésors de sa
rhétorique galante. Mais le coeur de la belle fut insensible à la
séduction. Elle résista imperturbablement à l'éloquence du monarque et
aux agréments du shériff. Rien ne put effacer de sa mémoire l'image de
son ami Tony le matelot, ni le temps, ni l'absence, ni la mort
elle-même. Voilà une amante modèle, et comme je vous souhaite d'en
rencontrer une, ô lecteur!

Cependant Tony le matelot l'avait trompée, car il n'était pas matelot et
ne s'appelait point Tony. C'était un jeune seigneur de la cour, le comte
de Salisbury, rien que cela! qui, voyageant en Irlande, avait imaginé de
prendre momentanément la veste courte et le chapeau goudronné pour se
rapprocher d'elle et endormir sa défiance. Mais ce qui n'avait été
d'abord à ses yeux qu'un passe-temps devint bientôt, les charmes et la
vertu de Géraldine y aidant, un amour véritable, et par conséquent
honnête. Le faux matelot feignit d'être rappelé à bord, et fit ses
adieux à Géraldine, qui pleura beaucoup, lui fit promettre de revenir,
et lui donna ce _qu'elle avait de plus précieux,_ l'anneau de sa mère,
comme un témoin irrécusable de l'engagement qu'elle prenait de n'être
jamais qu'à lui.

A Londres, le comte ne tarda pas à voir Géraldine; mais c'était, je vous
l'ai dit, un vertueux jeune homme, incapable de tromper plus long-temps
celle qu'il aimait, incapable surtout de tendre des pièges à sa naïve
confiance. Le roi lui imposait un riche et noble mariage, sous peine de
disgrâce. Il tenait à la faveur, et il lui sacrifia son amour. Combien
de courtisans, à sa place, se seraient montrés moins scrupuleux, et
n'auraient renoncé ni à l'amour ni à la faveur!

«Va, dit-il à son page Fulby, va trouver Géraldine, et sans me nommer,
dis-lui seulement que tu es chargé de lui remettre cette bague de la
part d'un matelot nommé Tony. Ne lui dis pas que je ne l'aime plus,
d'abord parce que cela n'est pas vrai, et puis je serais trop malheureux
si elle me croyait parjure. Dis-lui seulement que Tony est mort, et
qu'en mourant il l'aimait.»

Le page fait la commission, et se retire, tout surpris du calme stoïque
avec lequel Géraldine a écouté la fatale nouvelle. Ce page est un enfant
sans expérience, et qui ne comprend rien aux grandes passions. Géraldine
est calme parce que sa résolution est prise; une résolution péremptoire,
qui coupe court à toute douleur, et qui dispense les gens les plus
malheureux de s'affliger. Tout auprès d'elle est un puits,--car la
cruelle confidence lui a été faite au milieu de la place publique;--elle
ne ressemblait pas au joueur, qui dit:

        J'ai cent moyens tout prêts pour sortir de la vie,
        La rivière, le feu, le poison et le fer,

et qui continue à vivre. Elle n'a qu'une seule pièce, dans son arsenal,
mais elle n'hésite pas un seul instant à s'en servir. Elle monte sur la
margelle d'un pas ferme et s'élance dans le gouffre béant le plus
héroïquement du monde.

Ce puits avait été, une fois déjà, le théâtre d'une semblable aventure,
et c'est pour cela qu'on l'appelait dans le quartier le _Puits d'Amour_.
Mais la date de ce fait célèbre se perdait dans la nuit des temps, et
depuis il s'était opéré dans les profondeurs du vieux monument des
révolutions importantes, dont je ne puis me dispenser de vous raconter
l'histoire.

Ce puits s'ouvrait dans le voisinage du palais des rois d'Angleterre.
Or, le prédécesseur du roi actuel avait été un très-mauvais roi. Les
mauvais rois sont assez naturellement défiants et poltrons. Il leur faut
des cachettes et des portes de derrière. Le monarque dont je vous parle
avait donc fait construire en secret un appartement au fond de sa cave,
et avait pris le _Puits d'Amour_ pour porte de derrière et pour escalier
dérobé. Il suffisait de s'asseoir dans un fauteuil qui se trouvait là,
et de presser une détente: brrrr! la machine se mettait en mouvement, le
fauteuil s'élevait peu à peu jusqu'au niveau du sol, et vous arriviez
hors du palais et au milieu de la place publique sans que personne en
sût rien. Pour rentrer, la manoeuvre n'était pas plus difficile.
Edouard, le roi actuel, trouvant les choses si bien disposées, avait
tiré un grand parti de la machine et de l'appartement souterrain. De
concert avec quelques familiers, il s'y livrait en secret, l'hypocrite!
à des plaisirs que le décorum de la majesté royale ne lui eût pas permis
de goûter autrement.

Lors donc que Géraldine se précipite dans le _Puits d'Amour_, au lieu de
tomber dans l'eau, comme elle s'y attendait, elle rencontre la machine
que j'ai décrite, qui se trouvait là tout à point, et qui l'apporte au
milieu de là bande joyeuse et avinée. Figurez-vous un agneau qui
tomberait au milieu des loups.

L'agneau ne voit pas d'abord tout son danger. Les loups vont venir, mais
ils ne sont pas encore venus. Le seul présent est le moins redoutable de
tous: c'est Salisbury, accompagné de Fulby, son page, Géraldine le
reconnaît et n'éprouve aucune surprise.--Cela vous étonne? On voit bien
que vous ne vous êtes jamais jeté dans un puits! Imaginez-vous donc
qu'on prenne une pareille résolution, et qu'on fasse un pareil saut sans
que la cervelle en soit un peu ébranlée! Géraldine a voulu mourir, elle
a cru mourir, elle se croit morte, et pense que c'est seulement l'ombre
de son amant qui lui parle, et qui presse de l'ombre de ses lèvres
l'ombre blanche et délicate de sa jolie main. Le judicieux Salisbury se
garde bien de la détromper: mais, au plus fort de ses transports
amoureux «Vite! vite! cachez-vous, s'écrie le page qui faisait
sentinelle: voici le roi!»

Salisbury pousse Géraldine dans un cabinet. Mais je vous ai dit que la
jeune Irlandaise était une virtuose. Que trouve-t-elle dans ce cabinet?
Une harpe. Or, tout harpiste est comme les tambours, qui ne sauraient
voir leur instrument devant eux sans frapper dessus. Géraldine risque
d'abord quelques arpèges; puis l'inspiration lui vient; le son de sa
voix se marie bientôt comme de lui-même aux sons des cordes
harmonieuses, et le roi dit: Qu'est-ce que cela?

Or, vous savez que le roi est peu scrupuleux quand il est dans ses
petits appartements. Il fait boire à la pauvrette un vin perfide qui
l'assoupit, puis il renvoie tout le monde, et...--Vous rougissez,
madame? Rassurez-vous. Dieu protège la vertu en général, et Géraldine en
particulier. Dieu, _qui tient dans sa main le coeur des rois_, envoie
tout à coup à Edouard un irrésistible accès de mélomanie. Au lieu de
mettre à profit ce moment si favorable, il prend le ton de l'orchestre,
et se met en mesure, et chante si bien son bonheur qu'il oublie de le
goûter. Ce que c'est que d'aimer la musique! le temps fuit, et
l'occasion perdue ne revient pas. La police, introduite par Salisbury,
s'empare du monarque, qu'elle ne connaissait pas, apparemment. Edouard
se voit successivement arrêté par le shériff, malmené par les
constables, berné par Salisbury, bafoué par Géraldine; et, après avoir
été dupe de tout le monde,--inévitable et triste sort des rois!--il est
obligé d'unir lui-même à son rival celle qu'il avait espérée pour
maîtresse.

Voilà l'histoire de Géraldine et du _Puits d'Amour_. Elle n'est pas
très-vraisemblable, il faut bien l'avouer. Est-elle du moins amusante?
Cette question est délicate, et vous la déciderez mieux que moi.

J'aime mieux vous dire quelques mots de la musique de M. Balfe.

M. Balfe est ce compositeur anglais, ou plutôt irlandais, dont je vous
ai annoncé l'apparition il y a quelques semaines. M. Balfe a beaucoup
d'amis, amis très-zélés et très-bruyants. Mais, quelque bruit qu'aient
fait ces messieurs, _avant, pendant et après_, ils n'ont pas empêché
néanmoins qu'on entendit la partition de M. Balfe, et c'est là de leur
part une insigne maladresse; pour M. Balfe, c'est un malheur. Sans cela
on aurait pu du moins l'admirer de confiance.

[Illustration: Théâtre de l'Opéra-Comique--_Le Puits d'Amour._--Audran,
rôle du comte de Salisbury; madame Thillon, rôle de Géraldine;
mademoiselle Darrier, rôle du page.]

Avant la première représentation,--cette _solennité musicale,_ comme le
disait M. Balfe lui-même dans des _réclames_ écrites de sa propre
main,--l'auteur du _Puits d'Amour_ était un athlète formidable qui
allait tout écraser, un soleil étincelant, dont l'apparition sur
l'horizon de l'Opéra-Comique allait plonger dans l'ombre les pâles
étoiles qui se disputent un coin de ce ciel étroit et nébuleux.
Aujourd'hui M. Balfe n'est plus qu'un compositeur comme il y en a tant,
écrivant correctement la langue, sachant honnêtement son métier, et
arrangeant assez proprement des idées qu'il a ramassées partout, dans le
cour? de ses voyages.

        Une montagne en mal d'enfant
        Jetait une clameur si haute,
        Que chacun, au bruit accourant,
        Crut quelle accoucherait sans faute
        D'une cité plus grosse que Paris:
        Elle accoucha d'une souris.



La Vengeance des Trépassés.

NOUVELLE. (Suite.--Voyez P.. 73 89, 105 et 121.)

[Illustration:]

§ VI.--Léonor trouve le repos.

Don Christoval et Léonor avaient loué une petite maison dans l'île, non
loin de la demeure du chanoine Sulzer, dont ils avaient fait leur ami.
Ils vivaient la parfaitement heureux.

Don Sébastien leur envoyait tous les trois mois un quartier des rentes
de don Christoval, et ce revenu, qui dans une ville eut été à peine
suffisant, leur faisait à Reichenau une véritable opulence, jusqu'à leur
donner un superflu dont Léonor soutenait quelques pauvres familles. Le
nécessaire leur coûtait peu, et leurs plaisirs ne leur coûtaient rien.
Ces plaisirs consistaient dans la promenade, la lecture, la musique.
Souvent ils allaient s'asseoir au pied d'une grande croix plantée sur le
point le plus élevé de l'île, au milieu des vignes. Du haut de ce
belvédère-, ils jouissaient d'une vue ravissante: ils dominaient tout le
lac, à l'extrémité duquel l'oeil découvrait, au midi, les tours de
Constance inondées de lumière, qui semblait une ville fantastique perdue
dans les nuages; de l'autre côté se découpaient sur un fond clair les
sombres ruines de quelques manoirs féodaux, perchés comme de vieux nids
de vautours sur ces montagnes bizarres qu'on appelle en allemand le
Mont-aux-Grues et les Monts-Jumeaux; en face s'allongeaient sur la rive
de riantes collines, et, sur un dernier-plan, beaucoup plus reculé,
montaient plusieurs étages de glaciers, dont les cimes colossales,
éblouissantes de neige, se confondaient avec le ciel. Cette croix était
le but favori de leurs courses, soit au lever de l'aurore, soit au
coucher du soleil. Assis sur un banc de bois, en présence de cette belle
nature, d'un aspect si divers et si paisible, ils aimaient à repasser le
souvenir de leurs aventures, et finissaient par remercier la Providence
qui leur avait inspiré de venir se réfugier dans l'île sainte.
Quelquefois ils apportaient avec eux une guitare, et s'amusaient à
chanter les airs les plus caractéristiques de l'Espagne, boléros,
tirannas, séquidilles, parmi lesquels on pense bien que _Marinero del
alma_ n'était pas oublié. Léonor prenait plaisir aussi à imiter
d'inspiration ces mélodies arabes que les Bohémiennes font entendre dans
les villages, à la porte des auberges, et qui sont connues en Espagne
sous le nom de _cagjias_. Ce sont des tenues plaintives brusquement
entremêlées de quelques notes rapides, au gré de la chanteuse; et ce
chant empreint d'une tristesse ardente et passionnée, ce chant
capricieux, dépourvu de rhythme, impossible à noter, se prolonge
indéfiniment, toujours changeant et varié, sur deux ou quatre mesures
d'un accompagnement monotone et invariable; ou plutôt ce n'est pas un
chant: ce sont des sanglots, des cris, des soupirs, même des éclats de
rire, quelque chose en un mot qui bouleverse l'âme et dont il est
impossible de donner une idée à qui ne l'a pas entendu. La belle voix de
Léonor, secondée d'un goût exquis, rendait toutes ces émotions, toutes
ces nuances avec un accent irrésistible. Les bonnes gens qui
travaillaient aux vignes s'arrêtaient pour écouter, et après une ou deux
minutes d'extase, ils reprenaient leur ouvrage en disant: «Ce sont les
Espagnols.»

Don Christoval avait beaucoup aimé la botanique; ce goût se réveilla en
présence d'une nature qui offrait si abondamment de quoi le satisfaire.
Don Christoval et dom Sulzer, qui malgré son âge était encore robuste et
grand marcheur, faisaient ensemble de longues excursions dans l'île ou
dans les contrées avoisinantes. Léonor, dans les premiers temps, les
accompagnait; mais la naissance d'un fils, en lui imposant de nouveaux
devoirs, l'empêcha de chercher au dehors des distractions. A quoi bon
d'ailleurs? Tous les plaisirs pour elle n'étaient-ils pas rassemblés
autour de ce berceau, autour de ce berceau une famille s'était fondée;
le chanoine Sulzer avait été le parrain du petit Carlos; le bon
vieillard était fou de son filleul. Il faut renoncer à décrire la joie
triomphante de don Christoval. Enfin la venue de cet enfant était, comme
le disait dom Sulzer, une bénédiction visible du ciel, qui l'envoyait
aux père et mère comme un gage de pardon et la promesse d'un long
bonheur dans l'avenir.

A l'époque où nous sommes arrivés, le petit Carlos pouvait avoir huit ou
dix mois; il venait à merveille. Un matin, sa mère l'avait conduit dans
un grand enclos joignant le chevet de l'église, ou souvent elle allait
s'asseoir au soleil, cachée entre les contre-forts du choeur, un livre
ou sa broderie à la main, tandis que l'enfant se roulait sur l'herbe et
cueillait des primevères et des marguerites. Ce lieu paraissait avoir
servi de cimetière aux anciens moines, car on y voyait encore çà et là
quelque large pierre sépulcrale, ensevelie au niveau du sol, et dont la
mousse avait effacé l'inscription. Ce jour là donc, en l'absence de son
mari qui herborisait avec dom Sulzer, Léonor était dans son boudoir,
comme elle l'appelait; elle tenait son fils sur ses genoux et le faisait
jooer, lorsqu'elle s'entendit appeler à grands cris à la porte de
l'enclos. Elle reconnut la voix du petit messager qui apportait
ordinairement les lettres de Constance. Justement on attendait des
nouvelles de don Sébastien. Léonor déposa l'enfant sur une vieille tombe
et courut vers le chemin. C'était effectivement une lettre; mais sitôt
que la pauvre femme eut jeté les yeux sur l'adresse et reconnu
l'écriture, elle pâlit et trembla au point qu'elle fut obligée de
chercher un appui contre le mur. Elle fut quelque temps avant d'oser
rompre le cachet, tant il lui semblait que ce papier sinistre était
rempli de douleurs et d'amertume. Elle l'ouvrit enfin et lut ce qui
suit:

Ma nièce (bien que vous soyez indigne de ce nom), Vous avez souillé
l'antique honneur de notre famille;

«Vous avez abandonné, désolé, celui qui vous avait élevée et qui
remplaçait votre père;

«Vous avez trahi votre Dieu!

«Ne vous flattez pas que tant de crimes demeurent impunis.

«La Providence n'a pas voulu que je quittasse la vie avant d'avoir
découvert l'asile où vous cachez votre honte. Voici _ma dernière,
volonté_: Je confie au ciel le soin de l'exécuter. «Vous, votre complice
et vos enfants, si vous en avez, soyez Maudits! Je vous donne ma
malédiction comme prêtre et comme père! je vous la donne étant sur mon
lit de mort. Quand vous lirez ces lignes, dernier effort de ma main
défaillante, je n'existerai plus, et ma vengeance aura commencé, car les
morts se vengent, Léonor! Vous l'éprouverez. Adieu!»

Léonor, en achevant cette horrible lettre, sentit un nuage descendre sur
sa vue; elle fut quelques minutes sans rien distinguer, sans rien
entendre, frappée de stupeur et près île évanouir. Peu à peu cependant
la respiration lui revint, des pleurs se faisant passage la soulagèrent,
et elle essaya de marcher. Son regard, attaché à terre, était obscurci
par les larmes: elle arriva machinalement à l'endroit où elle avait
laissé son Carlos. Tout à coup elle vit devant elle l'enfant couché à la
renverse sur la pierre, immobile, ses petits bras étendus et la bouche
ouverte, d'où sortait le chapelet que sa mère lui avait laissé pour
jouer. Le pauvre enfant l'avait porté à sa bouche et en avait avalé les
premiers grains; il s'était étranglé! Ce chapelet était celui de la
soeur Dorothée, soigneusement conserve par Léonor, _afin qu'il lui
portât bonheur!_

Les cris de la malheureuse mère attirèrent du monde. On s'empressa de
porter secours à l'enfant; mais on reconnut bientôt que tout secours
était inutile. Dès qu'elle eut acquis cette affreuse certitude, Léonor
tomba sans mouvement sur la pierre, à côté de son fils. Quelqu'un
survenant à l'improviste, à qui l'on aurait dit: «De ces deux corps,
l'un est un cadavre,» n'aurait su discerner lequel. On les emporta l'un
et l'autre. Don Christoval, qui revenait avec dom Sulzer, voyant de loin
la foule se diriger vers sa maison, courut, et put croire en arrivant
que le même coup lui avait ravi sa femme et son fils.

Léonor ne recouvra l'usage de ses sens que pour faire craindre la perte
de sa raison. Pendant huit jours elle fut en proie à une lièvre ardente,
accompagnée d'un délire presque continuel. Dans ses transports, elle
demandait son fils; elle exigeait qu'on le lui apportât; elle
l'entendait pleurer dans la chambre voisine. Elle lui parlait, tâchait
de l'apaiser de la voix, en lui disant les choses les plus tendres et
s'emportant contre la méchanceté de ceux qui les séparaient. Dans
d'autres moments, elle voyait son oncle auprès d'elle. Alors, la maladie
lui prêtant des forces, elle se mettait à genoux sur son lit, et, les
mains jointes convulsivement, elle suppliait l'archevêque de lui faire
grâce: «Mon oncle, mon oncle, criait-elle, retirez votre main,
rendez-moi notre Carlos! c'est vous qui l'avez pris, je le sais bien!
vous l'avez caché dans votre tombeau! Laissez-moi l'y chercher; je suis
sûre que je l'y trouverai. Oh! mon bon oncle! nous vous aimerions
tant!... Ah! voilà mon oncle qui va nous bénir!... O ciel! il me frappe,
il me maudit, il m'écrase! Mon oncle, mon oncle, pardon! retirez votre
main!»

A ces crises succédaient des heures d'abattement inerte, pendant
lesquelles la malade semblait anéantie. Don Christoval veillait
assidûment à son chevet, et montrait une force d'âme et une présence
d'esprit incroyables. Le médecin qu'on avait fait venir de Constance
était un praticien habile et expérimenté, mais toute son habileté et son
expérience étaient ici en défaut; il ne savait que dire.

Le neuvième jour cependant il conçut une lueur d'espoir; la fièvre tomba
tout à coup d'elle-même, et, pour la première fois, Léonor reconnut son
mari. Cet état se soutint deux jours; on essaya de la nourrir un peu;
elle s'y prêta, et la tentative réussit. Don Christoval, qui s'était
préparé pour un second sacrifice, ressentit une joie aussi vive, aussi
pleine que s'il n'eût éprouvé aucune perte. Devant l'idée de conserver
Léonor, la mort de Carlos disparut. Telle est la pauvreté et
l'étroitesse de l'âme humaine, qu'un seul sentiment, une seule
jouissance l'absorbe tout entière; encore bien souvent est-ce trop
d'une!

Le soir de ce second jour, dom Sulzer venait de se retirer, assuré,
disait-il, de la convalescence de Léonor; la garde aussi était allée
prendre quelques instants de repos, don Christoval veillait seul près de
la malade. Elle était moitié assise, moitié couchée, la tête
languissamment appuyée contre la poitrine de son mari dont elle serrait
la main dans la sienne, et comme abritée sous le bras qui l'entourait.
Il v eut un long silence rempli de calme et de douceur; ce fut Léonor
qui le rompit d'une voix faible et sans quitter sa position:

«Don Christoval, dit-elle, voyons si vous avez bonne mémoire: vous
souvenez-vous où nous nous sommes rencontrés pour la première fois?

--Certainement, mon amie; je vous avais entrevue au salut, à la
cathédrale, mais vous ne m'aviez pas remarqué. La première fois que nous
échangeâmes un regard, ce fut à ce combat de taureaux sur la
Plaza-Mayor; vous étiez avec les dames de la famille de Médina-Sidonia.

--Le bruit courait alors que vous étiez amoureux d'Inès de Médina
Sidonia.

--Comment l'avez-vous su?

--Inès me le dit elle-même; entre femmes on se confie bien des choses.
Cette confidence me fit de la peine, et pourtant je ne vous connaissais
que depuis quelques heures et seulement pour vous avoir aperçu.

--Il avait été question de cela en effet; mais du moment que je te vis,
ma Léonor, je fis serment que tu serais ma femme, quels que fussent les
obstacles qui s'élevaient entre nous.

--Tu as tenu ton serment, mais au prix de quels sacrifices, mon ami!

--Et toi, Léonor, le rappelles-tu de quelle façon je parvins à le
remettre un billet?

--Si je me le rappelle!... C'était au Prado, où je me promenais avec ma
duègne.

--Je vous avais suivies pendant toute la promenade.

--Sans doute. Crois-tu que je ne l'eusse pas remarqué? Au moment où nous
remontions en carrosse, une espèce de pauvre nous aborda sous prétexte
de nous demander l'aumône. J'eus la présence d'esprit de faire monter
Léonise la première, et ce fripon de mendiant, au lieu de recevoir une
pièce de monnaie, me glissa effrontément une lettre dans la main; après
quoi, il s'éloigna en me comblant de bénédictions pour ma charité, si
bien que Léonise me gronda et m'appela prodigue.

--Jamais bénédictions ne furent plus justes ni plus sincères; car le
pauvre mendiant était au comble de ses voeux: il s'était attendu à un
refus exprimé avec colère, et la jeune dame en recevant le papier
s'était contentée de rougir, elle avait même souri légèrement.

--Oh! non, je vous promets que je n'ai pas souri!

--Oh! si, j'en suis très-sûr, et vous pouvez m'en croire.

--Je vous crois donc.

--Mais mon espoir fut bientôt renversé, quand j'appris que l'archevêque
venait d'enfermer sa nièce chez les nonnes de Sainte-Claire avec, le
projet arrêté de lui faire prendre le voile. Je fus au désespoir.
J'allai consulter Sébastien, et ce fut lui qui me suggéra le plan dont
je me servis avec succès. Il savait que le jardinier du couvent avait
besoin d'un garçon.

--Comment savait-il cela?

--Ma foi, je n'ai pas poussé la curiosité si loin. Mais en général ce
brave Sébastien avait toujours une abondante provision de renseignements
pareils. Il en recueillait de tous côtés, soit pour son usage, soit pour
celui de ses amis. C'était un héros d'aventures comparable à don Galaor.

--Quel mauvais sujet! Enfin vous séduisîtes ce malheureux José?

--Non, pas d'abord. Je me présentai comme un véritable garçon jardinier,
en lui avouant que je n'étais peut-être pas très au courant du métier;
mais je promis en revanche tant de zèle et de soumission qu'il
m'accepta, et pendant huit jours, Sanche travailla très-sérieusement et
très-maladroitement au jardin. Je m'étais imaginé que les religieuses
venaient quelquefois s'y promener, mais je n'en vis qu'une seule, et ce
n'était pas celle que je cherchais ni que je pouvais essayer de mettre
dans mes intérêts: c'était l'abbesse elle-même! Un jour que j'étais
occupé à tailler des rosiers, je la vis paraître au bout de l'allée avec
votre oncle. Ils semblaient absorbés dans un entretien sérieux et
venaient à moi. Et vite! je fis deux bouquets à la hâte, et je m'avançai
pour les leur offrir. Ils les prirent en riant de ma tournure gauche et
de ma mine embarrassée; mais leur préoccupation m'avait permis
d'approcher jusqu'à entendre cette phrase de l'archevêque: «Oui, ma
fille, arrangez-vous comme vous l'entendrez; arrangez-vous pour le
mieux; mais il faut qu'il en soit ainsi!»

» Cela me détermina, outre que José, irrité de ma mauvaise besogne,
parlait de me renvoyer. Je me découvris à lui. L'honnête vieillard fut
épouvanté, mécontent; mais l'ennemi était dans la place, il eût été bien
malaisé de l'en faire sortir sans esclandre. José préféra céder et me
servir. Nous conspirions ensemble, et tous les jours un nouveau moyen
était proposé, discuté et rejeté. Enfin, la mort de cette religieuse me
parut une occasion propice; il fallait la saisir et frapper un coup
hardi. Chère amie, tu sais le reste.

--Oui, je le sais; et vous, don Christoval, savez-vous quel quantième
nous avons aujourd'hui?

--Le 1er septembre. Pourquoi?

--Le 1er septembre! Cette date ne vous dit-elle rien? En ce moment nous
sommes dans l'anniversaire de cette nuit solennelle où, pour vous
appartenir, je commis un crime! C'était une nuit tout comme celle-ci; il
me semble que je m'y retrouve, que je revois les mêmes objets dans le
même ordre, éclairés par la même lumière triste et mystérieuse. Ah!
Christoval, il fallait bien vous aimer! Mais, va, je ne regrette pas ce
que j'ai fait.

--Et pourquoi le regretterais-tu? Jusqu'ici, malgré nos traverses,
n'avons-nous pas été heureux? Et nous le serons encore davantage dans
l'avenir, j'en ai la confiance et le pressentiment.

--Crois-tu? Ah! mon ami, la malédiction de mon oncle!

--Qu'importe? Penses-tu que Dieu se laisse engager par les injustices
des hommes, quels qu'ils soient?

--Il nous a enlevé notre Carlos!

--- C'est une épreuve qu'il nous envoie, la plus grande et probablement
la dernière de toutes; mais ce n'est pas la conséquence des paroles de
l'archevêque. Quant à ce qui s'est passé dans le monastère la nuit de ta
fuite, par combien de larmes, de prières, de bonnes oeuvres, n'as-tu pas
racheté cette faute? Qu'avons-nous sacrifié, après tout? Un cadavre
insensible. L'âme qui l'habita avait connu la violence de la passion,
puisqu'elle y avait succombé. N'en doute pas, Léonor, du séjour où Dieu
l'a mise, elle a vu notre amour, nos souffrances et tes vertus: elle
nous a pardonné.»

En cet endroit, Léonor tressaillit comme réveillée en sursaut; elle
s'arracha brusquement du sein de son mari et se mit sur son séant. Ses
yeux hagards étaient fixés au fond de la chambre, sa respiration était
brève et entrecoupée; d'une voix basse et pleine de terreur:
«Christoval, dit-elle, Christoval! Vois donc! qui est là?

--Où, mon amie?

--Là! là! derrière la porte?

--Il n'y a personne.

--Si, quelqu'un.... Une ombre, un fantôme enveloppe d'un suaire.... Il
porte à la main un grand cierge allumé!

--C'est une illusion de la fièvre; ma Léonor, calme-toi.

--Le voilà au pied de mon lit.. Il se dévoile.... Ah! soeur Dorothée!...
Grâce! épargnez-moi, ayez pitié de moi!... O ma soeur, ma soeur!... Ah!
je suis perdue! mon lit brûle!... Je brûle! je brûle!»

A ces cris terribles, la garde, le médecin, étaient accourus. Ils se
regardaient, ils ne savaient que faire, tant l'épouvante les avait
saisis. Don Christoval, au désespoir, s'efforçait d'apaiser la malade en
la serrant dans ses bras et en lui prodiguant les noms les plus tendres.
Mais l'accent de cette voix, naguère si puissante sur elle, paraissait
lui être devenu subitement inconnu. Malgré les supplications et les
caresses de son mari, Léonor continuait à se débattre et à crier: «De
l'eau! de l'eau!... Une goutte d'eau!» On lui en présenta: elle repoussa
le verre: «C'est de la flamme que vous me donnez!... Oh ciel! quoi!
personne n'aura pitié de mes tortures!... Ah! Dorothée, quelle
vengeance!... Mais vous, vous qui me regardez immobiles, ètes-vous donc
aussi impitoyables qu'elle?... Oh! je brûle! j'étouffe!... Christoval,
tu ne m'aimes donc plus? Sauve-moi, arrache-moi de ce bûcher!...
Christoval, à mon secours!» Et, comme il voulait la prendre dans ses
bras pour la déposer par terre, tout à coup, par une convulsion suprême,
par un effort inouï, elle se dressa tout debout, et, exhalant le reste
de ses forces dans une clameur perçante, elle retomba pesamment sur son
lit. La prédiction de la bohémienne était accomplie.

F. G.

(La fin à un prochain numéro.)



Industrie

LE SUCRE DE CANNE ET LE SUCRE DE BETTERAVE..
(Suite.--Voir p. 90.)

Les sucres de la Guadeloupe et de la Martinique se vendent aujourd'hui
dans les ports, droits acquittés, 63 fr. les 50 kilogrammes, bonne
qualité ordinaire, desquels il faut retrancher 24 fr. 75 c. pour les
droits. Il restera alors 38 fr. 25 c, sur lesquels il faudra payer, tant
aux colonies que dans la métropole, une foule de frais divers dont nous
allons donner le détail, et qui ne peuvent s'évaluer en bloc à moins
d'une vingtaine de francs et plus. Ces frais sont, aux colonies, outre
une taxe de 10 p. 100, le coût de la barrique vide, avec le fond, les
cercles et les clous, le fret de l'embarcadère au port d'embarquement,
le roulage, le pesage et le magasinage pendant un mois au moins, le
droit colonial de 1 fr. 70 c. par 100 k., et enfin, comme les colons
placés dans l'intérieur des terres ne vendent pas eux-mêmes, une
commission de vente de 5 p. 100. A ces frais déjà subis par le sucre au
moment où il quitte la colonie pour arriver dans un port de la
métropole, il faut actuellement ajouter la perte de poids par suite du
coulage pendant la traversée, le coulage en magasin, la tare, les
escomptes afférents à chaque opération, l'assurance, le courtage et la
police d'assurance, et enfin le droit de douane dont nous avons parlé.
Mais ce n'est pas tout encore. De nouveaux frais l'attendent après qu'il
est entré dans le port: ceux de tonnelier, de port en magasin, de
magasinage pendant un mois au moins, d'assurance contre l'incendie, de
courtage de vente, de commission de vente et de garantie qui sont de 3
p. 100. C'est à peine si, tous ces frais déduits, il restera un colon de
quoi couvrir son prix de revient. Dans l'hypothèse la plus favorable, il
aura, en sus de ses frais de production et de fabrication, 2 fr. ou 1
fr. Avec cette somme modique et presque dérisoire, il faut acquitter
l'impôt local et les autres charges coloniales, pourvoir au
renouvellement, à l'entretien du matériel et du personnel de la
sucrerie, payer non-seulement l'intérêt des capitaux engagés, mais
encore celui des capitaux empruntés, et enfin avoir ses bénéfices. Or,
c'est ce qui est matériellement impossible. Pour que le colon fût au
niveau de ses charges, il faudrait qu'il lui restât, y compris le prix
du sucre, un minimum de 23 fr. 50 c. par 50 kilog. de sucre vendu. En ce
moment, les entrepôts sont encombrés de 52 millions de kilog. de sucre
colonial, qui ne peuvent trouver d'acheteurs; par conséquent, ils
renferment une quantité de sucre qui peut suffire à la consommation de
la France pendant plus de cinq mois.

Qu'on ne s'étonne donc pas que les colons n'apportent à leur régime
intérieur aucune modification, qu'ils n'améliorent pas leurs procédés de
fabrication, qu'ils ne réduisent pas leurs frais par l'achat et
l'importation de machines. Les colons sentent toute l'importance de ces
progrès; ils comprennent combien leur réalisation aurait d'influence et
sur leur bien-être et sur la prospérité future des colonies, mais leur
situation misérable les met dans l'impossibilité de faire les avances
nécessaires.

Toutefois nous ne pouvons nous empêcher de parler ici d'un essai qui a
été dernièrement tenté à l'île Bourbon, et qui, si le succès répond aux
espérances qu'il a fait concevoir, pourrait être pour nos colonies le
commencement d'une nouvelle ère; nous voulons parler de la sucrerie qui
s'y est établie sous le nom de sucrerie _Vincent._

Nous avons exposé plus haut la nécessité où l'on est aux colonies de
réunir aujourd'hui la production et la fabrication sur la même sucrerie;
il ne peut ainsi exister aux colonies que deux classes d'individus: les
maîtres et les esclaves. Les premiers sont exclusivement propriétaires
du sol, et ils ne vivent qu'à la condition d'être à la fois grands
propriétaires agricoles et grands fabricants. De classe moyenne, il en
existe à peine, car on ne saurait donner ce nom à quelques mulâtres, à
des nègres affranchis, à quelques artisans, ou à des journaliers ou
ouvriers vivant de leurs salaires. Cet état de choses complique
singulièrement la grande question de l'esclavage en ce qu'elle ne permet
pas l'existence d'une propriété territoriale intermédiaire. Quelle
serait, en effet, la position d'un individu qui voudrait cultiver et
produire du sucre avec quelques hectares de terre? Ses frais iraient
immédiatement bien au-delà de ses produits, et il devrait aussitôt
cesser une industrie qui ne pourrait que le conduire à la misère.

A l'appui de ces réflexions, nous croyons devoir placer ici quelques
chiffres indiquant la population coloniale et ses deux grandes
divisions. Nous les trouvons consignés dans un état publié en 1838 par
le ministère de la Marine. Ces chiffres ont depuis fort peu changé. La
Martinique comptait alors une population libre de 40,013 individus, non
compris la garnison et les fonctionnaires non propriétaires. La
population esclave montait à 77,459. A la Guadeloupe, il y avait 32.059
individus libres, et 95,609 esclaves des deux sexes. La Guiane française
comptait une population libre de 5,036 individus, sur une population
esclave de 10,592; et enfin, à Bourbon, il y avait 30,803 personnes
libres; le nombre des esclaves était de 69,296. Depuis ce temps, il y a
eu dans chacune de ces colonies un assez grand nombre
d'affranchissements, qui, avec le temps, contribueront peut-être à créer
le germe d'une population d'ouvriers, mais qui, avec la constitution
actuelle du travail aux colonies, convertiront difficilement les
individus libérés en petits propriétaires.

A Bourbon, on vient de fonder une sucrerie sur un nouveau modèle, et
pourvue de toutes les machines que réclament aujourd'hui les progrès
industriels. Tout y fonctionne d'après les procédés les plus nouveaux
et les plus avancés. La plupart des appareils qui y sont employés sont
ceux dus à l'ingénieur Degrand. Mais ce qui distingue surtout cette
sucrerie de toutes les autres, c'est que c'est une véritable usine Elle
ne fait uniquement que fabriquer le sucre avec les cannes, absolument
comme le moulin fait de la farine avec le blé qu'on lui envoie. Quelle
que soit la quantité de cannes que vous ayez récoltée, vous les portez à
la sucrerie, qui les convertit en sucre pour un salaire, qui se paie
soit en argent, soit, ce qui est plus habituel, en nature. Le succès de
cette sucrerie a déjà déterminé rétablissement d'autres usines
semblables, et pour nos colonies, c'est tout un avenir, car elles
pourront alors envisager avec moins de terreur les grandes questions
dont la solution, la discussion même, les inquiètent et les tourmentent.
Du moment ou le colon pourra fabriquer ailleurs que chez lui, il se
formera une propriété agricole intermédiaire, et le sol, morcelé plus
qu'il ne l'est aujourd'hui, produira la formation d'une classe moyenne
dans les rangs inférieurs de laquelle il sera facile de trouver des
travailleurs, soit cultivant par eux-mêmes, soit salariés.

Examinons actuellement quelle est la production sucrière de nos Antilles
et celle de nos autres colonies à sucre. Réunies, elles peuvent produire
aujourd'hui annuellement de 80 à 85 millions de kilogrammes. Dans ce
chiffre la Guadeloupe figure pour 33 à 40 millions: la Martinique pour
25 à 30 millions; Bourbon pour 15 à 20 millions; Cayenne enfin, pour 2
millions de kilogrammes. En 1810, année du maximum, cette colonie nous
en a fourni 2.111.115 kilog.

Nos colonies toutefois n'ont pas toujours donné une semblable
production. Ruinées pendant l'occupation anglaise, elles ne donnaient
plus, quand elles sont rentrées en notre pouvoir, que des produits
insuffisants. Aussi une ordonnance du 23 avril 1814 dut-elle admettre
les sucres étrangers à concourir sur le marché, sans distinction
d'origine, avec les sucres des colonies françaises, au droit uniforme de
40 fr. par 100 kilog., droit, du reste, qui fut bientôt modifié par la
loi du 17 décembre de la même année.

D'après les recherches de M. Moreau de Jonnès, le produit en sucre brut
d'un hectare cultivé en cannes dans nos colonies donne les résultats
suivants:

Martinique..... 1,150 kilog. de sucre brut.
Guadeloupe..... 1,500
Guyane......... 1,530
Bourbon........ 1.600

Ainsi à la Guadeloupe, que nous prenons par exemple, un hectare cultivé
en cannes donne 1,500 kilog. de sucre brut qui sont fournis par 12,712
kilog. de vesou. En admettant que l'imperfection des machines ou celle
des procédés de fabrication laisse au moins un tiers du jus dans la
bégasse, nous aurons à la Guadeloupe une quantité de 19,000 kilog. de
vesou par hectare. Dans l'Inde, un hectare donne aujourd'hui 32.000
kilog. En appliquant ici le même raisonnement qu'à notre colonie des
Antilles, c'est-à-dire en tenant compte d'un tiers de jus laissé dans la
bégasse, nous aurons pour chiffre total celui de 48,000 kilog.

La consommation du sucre, restreinte presque partout, et surtout en
France, par des droits élevés, ne s'est augmentée depuis un certain
nombre d'années que d'une manière insensible. En France, elle est de 4
kilog. par tête environ. En Belgique, elle atteint à peine ce chiffre.
En Angleterre, où l'usage du thé et des boissons chaudes est plus
général que dans les autres pays, la consommation s'élève à 8 kilog. par
individu. A la Havane, elle est de 16 kilog.

Ces chiffres sont ceux qui sont le plus généralement adoptés, comme
approchant le plus de la vérité. Car Neuman, qui a voulu fixer pour
chaque pays de l'Europe la consommation en sucre, est tombé dans de
graves erreurs. Il nous suffira de dire que, l'évaluant en masse à
1.011.000.000 de livres, il porte la part de l'Angleterre à 321.500.000
livres, celle de la Belgique à 60 millions, et fait descendre celle de
la France à 178.500.000 livres. Cette proportion donnerait à
l'Angleterre une consommation annuelle par tête de 20 livres, et à la
Belgique de 15, proportion évidemment exagérée, tandis qu'en France la
moyenne est supérieure au chiffre des évaluations de ce statisticien.

(La suite à un prochain numéro.)



Statistiques

MONT-DE-PIÉTÉ DE PARIS.

Le dernier compte-rendu administratif du Mont-de-Piété
de Paris présente, pour l'année 1811, les résultats suivants:

Le solde du compte des fonds empruntés à 3 p. 00, ou
montant des 4.120 billets en circulation au
31 décembre 1810, était de                      16.521.089 f.
Il a été émis, en 1841, 4.016 billets           14.818.814
Ensemble, 8.136 billets, représentant la       ______________
somme de                                        31.342.903 f.
                                               ______________
Il a été remboursé, en 1841, 4,105 billets
pour la somme de                                16,558,202 f.

Au 31 décembre 1811, il restait en
circulation 1,031 billets pour la somme de      14.784.701

Ensemble, 8,130 billets, représentant la
somme de                                        31,342,903 f.

Les bonis provenant des ventes montent à 278.332 fr. 85 c.

MOYENNES DES OPÉRATIONS DIRECTES

Engagement            26 fr
Renouvellements       30
Dégagements           17

MOYENNES DES OPÉRATIONS PAR COMMISSIONNAIRES

Engagements           13 fr.
Renouvellements       19
Dégagements           12

MOYENNES GÉNÉRALES

Engagements           15 fr
Renouvellements       24
Dégagements           15

MOUVEMENT GENERAL DU MONT-DE-PIÉTÉ

Articles:   2.537.291.         Sommes: 41.792.016 fr.

Les diverses opérations accomplies pendant l'exercice de
1811, soit directement par le public, soit indirectement par
l'entremise des commissionnaires, se résument dans les proportions
suivantes:

Engagements par public, 17 p. 100 par commissionnaires. 83 fr.
Renouvellements         42                              58
Dégagements             52                              48

En 18398 la proportion des engagements effectués par le
public au Mont-de-Piété était sur la totalité de 9 p. 00. Elle
s'est élevée, en 1840, à 12 p. 00. et en 1841 à 17 p. 00.
Ce dernier résultat, avantageux pour les emprunteurs, est
dû à la création par l'administration de deux bureaux auxiliaires
gratuits.

Voici le résumé des opérations des bureaux auxiliaires:

1840.     Articles: 82.824.         Sommes: 1.020.113 f
1841.              177,626                  2.192.931 f. 47 c.

L'exercice de 1841 présente donc l'augmentation suivantei
dans les opérations:

Articles:           91 825.         Sommes: 1.172.821 f. 47 c.

Un semblable résultat, qui, du reste, a été plus important
encore pour 1842, ainsi qu'il ressortira du compte administratif
qui n'est pas encore rendu, prouve l'utilité des bureaux
auxiliaires et l'avantage que trouverait le public dans
l'extension de ces bureaux et la suppression de ceux des
commissionnaires.

DROITS PERÇUS PAR LE MONT-DE-PIÉTÉ

1º Par les dégagements                          749.749 fr. 20 c.
2º Par les renouvellements                      603.509     10
3º Par les vente                                151.016     70
                                             _________________
                                 Ensemble     1.504.275 fr

DROITS PERÇUS PAR LES COMMISSIONNAIRES.

1º Par engagements                              255.277 fr 74
2º Par renouvellement                            53.052    38
3º Par dégagements                               13.956    07
4º Par boni                                         589    80
5º Commission à 2 p. 00 sur 81.293 fr.
représentant les nantissement retirés
de leurs bureaux avant l'engagement
au Mont-de-Piété                                 13.625    80
6º Intérêts de 6 p. 00 de leurs avances
sur celles du Mont-de-Piété. Pour
mémoire

                                Ensemble        391.501 fr 88

SOMMES PAYÉES PAR LES EMPRUNTEURS:

1º Au Mont-de-Piété, pour droits à
9 1/2 p. 00                                    1,508,275 fr   c.
2º Aux commissionnaires, pour droits à
3 p. 00                                          391,501    83
3º Aux commissionnaires, pour intérêts
de leurs avances. Pour mémoire.
4º Différences sur les ventes. Pour
mémoire
5º Bonis acquis aux hospices (liquidation
de l'exercice de 1836)                            79,364    24

Total                                          1,979,141 fr 12 c

BENEFICES:

Versé aux hospices de la ville de Paris:
1º Bénéfices d'exploitation réalisés par le
Mont-de-Piété sur l'exercice de 1841.             429.979 fr 85 c.
2º Liquidation des bonis de l'exercice
de 1836.                                           79.364    24

                                    Ensemble      509.344 fr 09 c.

(Extrait du compte administratif de l'exercice
de 1841, clos le 30 juin 1842.)



Bulletin bibliographique.

[Illustration: (Un grenadier Français aux Pyramides.)]

_Panorama d'Égypte et de Nubie_, avec un portrait de Méhémet-Ali et un
texte orné de vignettes, par HECTOR MOREAU, architecte; 12 livraisons
in-folio, paraissant de deux mois en deux mois, et contenant chacune
trois planches gravées sur cuivre et trois feuilles de texte ornées de
dix à douze vignettes sur bois. Prix de chaque livraison: en couleur, 25
fr.; en noir, 15 fr.--A Paris, chez l'auteur, rue
Neuve-des-Petits-Champs, 97.--En vente: 6 livraisons; la 7e paraîtra
prochainement.

M. Hector Moreau avait passé deux années entières en Égypte et en Nubie,
occupé à en dessiner les principaux monuments anciens et modernes. De
retour en France, il s'est décidé à éditer à ses propres frais, et sans
aucun secours étranger, un de ces ouvrages dont jusqu'à ce jour aucun
particulier n'avait osé entreprendre la publication. Heureusement pour
lui, un succès complet a récompensé son courage. Bien que le
gouvernement ne lui ait encore accordé aucune souscription,--à qui sont
donc données les faveurs ministérielles?--ses livraisons ont paru
régulièrement aux époques fixées. La septième sera mise en vente sous
peu de jours. La huitième est sous presse. Encore quelques efforts, et
M. Moreau aura terminé un des livres les plus beaux et les plus
intéressants que la France possède sur l'Égypte.

Ce qui donne aux dessins du _Panorama d'Égypte et de Nubie_ une
supériorité incontestable sur ceux de ses rivaux, c'est la couleur. M.
Moreau ne se contente pas de dessiner, il peint. Ses grandes planches,
coloriées d'après ses modèles par d'habiles ouvriers, représentent
l'Égypte et la Nubie telles que les voient réellement les voyageurs qui
ont le bonheur d'aller les visiter: leur ciel bleu, la végétation si
luxuriante de leurs oasis, les murailles blanches de leurs habitations,
les sables arides et jaunes de leurs déserts, et enfin les étranges et
magnifiques peintures dont sont couverts encore la plupart des grands
monuments de l'Égypte ancienne. M. Moreau a de plus un autre mérite qui
n'appartient qu'à lui: architecte, et architecte distingué, il est
parvenu à restaurer les principaux temples, aujourd'hui ruinés,
construits sur les bords du Nil. Il nous les fait voir d'abord tels
qu'ils sont aujourd'hui, puis tels qu'ils etaient autrefois. La
restauration complète de la Ville de Thèbes, publiée dans la sixième
livraison, est un véritable chef-d'oeuvre.

La première planche de la première livraison avait réalisé avec un grand
bonheur une idée des plus ingénieuses. Elle représentait en rarcourci
toute la vallée du Nil depuis Alexandrie jusqu'à la deuxième cataracte.
D'un seul coup d'oeil on embrasse ainsi les points les plus intéressants
de l'Égypte et de la Nubie, tout l'ensemble des vieux monuments épars
sur les deux rive» du fleuve, et dont les planches suivantes doivent
reproduire en détail les principales merveilles: Alexandrie, le Caire,
les Pyramides, Syout, Abydus, Denderah, les vastes et imposantes ruines
de la Thébaide, celles de Karnac, Luxor, Memnon, la vallée des Tombeaux,
la première cataracte ou s'arrêta l'expédition française, et en avant de
laquelle se détache l'Île sacrée de Philae; puis, enfin, le fameux
temple d'Ypsamboul.

[Illustration: (Façade restaurée du temple de Denderah)]

Dans la sixième livraison, M. Moreau est arrivé jusqu'il Thèbes, dont il
a donné la restauration. Il a successivement représenté dans ses grandes
planches coloriées: _l'Aiguille et les bains de Cléopâtre, la Colonne de
Pompée, un marché d'Esclaves, le Panorama du Caire, la grande Rue du
Caire, la Cour d'une Mosquée, Méhémet-Ali et sa suite, le Colosse de
Memphis, les Pyramides et le Sphinx de Giseh, Beni-Hassan, Syout,
Melaivel-Aricli, Denderah, la salle hypostyle de Karnac, Luxor et
Thèbes._ Le texte qui accompagne ces beaux dessins est orné de
charmantes gravures sur bois, dont nous donnons ci-dessous quelques
échantillons. Nous avons choisi à dessein, outre quelques figures, deux
monuments arabes extérieur et intérieur, un monument ancien ruiné et un
monument ancien restauré.

La magnifique _mosquée Kaloum_ ou _grand moristan_, hôpital, fut
construite l'an 684 de l'hégire (1319)', par Kaloum, qui, ayant recouvré
la santé au moristan de Damas, en Syrie, fit voeu de construire un
semblable moristan au Caire; ce superbe monument contient à la fois un
hôpital pour les deux sexes, une mosquée et le tombeau de Kaloum, qui
est sous le dôme.

Le _minaret_ que représente la planche ci-jointe est un des plus beaux
minarets d'Alexandrie. La nuit, quand les étoiles brillent d'une
splendeur sans égale, on entend au milieu du silence les _muezzins_
desservants, qui, du haut des minarets, chantent ces paroles
solennelles: «Vrais croyants, qui pensez au salut, la prière est
préférable au sommeil; réveillez-vous, louez Dieu; il n'y a qu'un Dieu,
et Mahomet est son prophète.»

D'Alexandrie, transportons-nous à Thèbes.

Malgré les ravages du temps et des hommes, les ruines de Thèbes sont
encore tellement majestueuses qu'elles suffisent pour faire concevoir au
voyageur stupéfait la réalité des fabuleuses descriptions de cette
métropole extraordinaire qu'Homère a si bien définie par ces mots: _la
Thèbes aux cent portes._

Les premières ruines que l'on trouve au nord, sur la rive droite, sont
celles de. Karnac, ruines des plus remarquables à la fois par leur
grandeur et leur vaste étendue: «Qu'on se figure, en effet, dit M.
Moreau, un espace de 130 hectares environ, couvert de pylônes, de portes
triomphales, d'avenues, de sphinx, de temples, de galeries, de bassins,
d'obélisques, de statues, tout cela énorme, gigantesque, riche par la
matière et couvert de magnifiques sculptures peintes; qu'on se figure,
dans cet étonnant chaos de monuments abattus, des vues toujours
majestueuses, grandes de quelque côté qu'on les envisage.»

[Illustration: Ruines de Karnac.]

Au centre de la grande cour, qui a une seconde entrée latérale au sud,
il y avait une avenue de douze colonnes aujourd'hui renversées; une
seule, encore debout, a échappé au bouleversement général; il semble que
les dévastateurs et le temps ne l'aient épargnée que pour témoigner de
sa magnificence passée, et rendre plus pénible encore le désordre qui
l'entoure. A droite de cette culmine, surgit, des décombres, un reste de
figure colossale en granit, qui représentait Rhamsès III (Sesostris).
Cette figure et son pendant, aujourd'hui détruits ou enlevés,
précédaient un vestibule entre deux pylônes tout bouleversés, dans les
ruines desquels on trouve des hiéroglyphes de grande dimension avec des
cartouches, prénom de Binothris (Skhan), et d'Amon Touonkh ou
d'Amon-Tough, auteurs de grands monuments antérieurs à ces pylônes et à
l'invasion des pasteurs, c'est-à-dire à 2300 ans environ avant
Jésus-Christ.

C'est en traversant les montants d'une énorme porte qui domine
aujourd'hui les pylônes qui la dépassaient autrefois, et en franchissant
de colossaux blocs de pierre, que l'on entre dans la magnifique salle
hypostyle de Karnac. Cette salle fut commencée 1380 ans avant
Jésus-Christ, par Menephtah Ier (Ousirei), et continuée par ses fils,
Rhamsès II et III. Elle ne contient pas moins de cent trente-six
colonies de proportion gigantesque, couvertes, ainsi que les murs au
pourtour, de colossales figures qui donnent une si grande idée des
Égyptiens, qu'on serait tenté de croire à l'existence d'une race de
géants.

[Illustration: (Nubienne des environs de Philae.)]

[Illustration: (Minaret d'Alexandrie.)]

Revenons maintenant à Denderah _(Tentyra)_, dont l'imposante façade est
tournée vers le fleuve. Ce célèbre temple, construit en grès, est
remarquable par sa belle conservation.--Il fut commencé par Cléopâtre et
Ptolemée Césarion, son fils, et continué par tous les empereurs jusqu'à
Adrien et Antonin le Pieux. Il est malheureusement enterré dans les
décombres. La gravure ci-dessus le montre tel qu'il devait être à
l'époque de sa plus grande splendeur. Les vingt-quatre colonnes, en
partie enterrées, de ce magnifique portique ou pronaos, sont couvertes,
ainsi que les murs qui les entourent, de sculptures peintes représentant
des souverains faisant des offrandes aux divinités; le plafond est orné
du fameux zodiaque rectangulaire; sur les quatre faces du chapiteau sont
les têtes d'Isis au gracieux sourire et aux oreilles de vache; ces
têtes, qui toutes ont été martelées probablement par les chrétiens lors
du christianisme, ou par les musulmans iconoclastes, soutiennent des
petits temples supportant les solives et les plafonds, dans lesquels
sont sculptés ses épervier» déployant leurs ailes et portant des
harpies, haches d'armes des Pharaons, et où l'on retrouve des femmes
nues et allongées, qui, chez les anciens, étaient l'emblème de la voûte
céleste.

Après de vaste portique, on entre dans une salle décorée de dix colonnes
à tête d'Isis, et des sculptures peintes; cette salle communique dans
les chambres et sanctuaires sacrés, et, par une rampe à des chambres à
mi-étage dans lesquelles était le zodiaque circulaire, aujourd'hui à la
Bibliothèque Royale de Paris.

[Illustration: Femme de la Basse-Egypte.]

[Illustration: Intérieur de la Mosquée de Moristan au Caire.]

[Illustration: Femmes égyptiennes offrant des rafraîchissements à un
Idiot.]



_Jérôme Paturot à la recherche d'une position sociale et politique,_ par
M. ***; tomes II et III, contenant huit chapitres entièrement
inédits.--Paris, 1843. _Paulin_, 15 fr.

Jérôme Paturot est le Gil Blas du dix-neuvième siècle. Ces deux victimes
de l'organisation sociale de leur époque se ressemblent, du moins sous
tant de rapports, qu'il n'est pas permis de nier leur parenté; leur
esprit seul le prouverait au besoin; ils appartiennent à la même
famille, ils descendent du même père... Le bon sens français, ayant
pour organe Le Sage, au siècle dernier, et, de nos jours, un écrivain
célèbre, dont nous respecterons provisoirement l'anonyme, mais que les
contrefacteurs belges persistent, malgré de justes réclamations, à
désigner sous le nom de Rolle.

Jérôme Paturot n'avait d'abord publié que la première moitié de sa vie
le récit de sa lutte contre la destinée pendant qu'il cherchait' avec
tant d'ardeur et de simplicité une position sociale. Il complète
aujourd'hui ses confidences et nous raconte les instructives
vicissitudes d'une autre phase de son existence aventureuse. Qui n'a lu
le premier volume de ses curieux mémoires? Qui ne connaît l'histoire
touchante de sa jeunesse? son mépris pour le commerce des bonnets de
coton, sa suite de la maison de son oncle, dont il ne veut pas être le
successeur, sa passion pour la gloire, ses amours avec Malvina, ce
représentant si fidèle de la grisette française? Comme tant d'autres de
ses semblables, Jérôme manquait de réputation et d'argent..... Il
voulait devenir célèbre et riche. Quels moyens n'employa-t-il pas pour
conquérir la fortune et la gloire! Il fut tour à tour poète chevelu,
rédacteur en chef d'un journal qui paraissait quelquefois,
feuilletoniste, administrateur-fondateur de la société des bitumes du
Maroc, écrivain ministériel, philosophe (et quel philosophe!) etc., etc.
Enfin, ayant échoué dans toutes ses entreprises, ne pouvant pas se créer
la position sociale qu'il avait rêvée, il se décide à s'asphyxier, en
faisant des adieux poétiques à ce monde qui ne l'a pas compris... Mais
Malvina l'arrache à la mort, son oncle lui pardonne, et l'heureux
Jérôme, guéri de sa folie, revient de ses illusions, épouse sa maîtresse
et devient marchand de bonnets de coton dans la rue saint-Denis.

Après tant d'orages, le pauvre Jérôme avait trouvé un port.
Malheureusement pour lui, il n'y resta pas long-temps à l'ancre. Dès
qu'il se fut suffisamment reposé, il déploya de nouveau ses voiles et
s'élança une fois encore sur l'océan du monde. Comme il l'avoue lui-même
avec une candeur charmante, son exemple eût été incomplet et son
expérience insuffisante, s'il n'eût pas frayé tous les Capitoles et
gravi tous les Calvaires.

Jérôme Paturot est homme, c'est tout dire. Il a de la fortune, il lui
faut des honneurs; des flatteurs trouvent qu'il ressemble, sous le
rapport physique, à Napoléon: il se fait nommer successivement capitaine
d'une compagnie modèle, commandant, député; il aspire même à devenir
ministre, quand il apprend qu'il est ruiné... Ses créanciers l'enferment
à Clichy; mais le dévouement de sa femme lui ouvre les portes de la
prison pour dettes. Rapprochés par le malheur, Jérôme et Malvina se
pardonnent leurs fautes mutuelles, car ils sont tous deux coupables, et,
réunissant les débris de leur fortune détruite, ils vont s'établir au
fond d'une province, dans une petite et charmante maisonnette, où ils
vivent en paix en élevant leurs enfants, où tous leurs jours, qui se
ressemblent, s'écoulent sans surprise comme sans douleur.

Ce cadre ingénieux a permis à l'auteur de _Jérôme Paturot_ de fustiger
tous les vices, de fronder tous les ridicules de notre époque, si
féconde en vices et en ridicules. Ainsi, madame Paturot devient dame
patronnesse, elle donne des festivals, elle va se faire voir le samedi à
l'Exposition des tableaux, elle a l'honneur de recevoir les trois
dixièmes Muses; elle place chez un instituteur chevelu un de ses fils,
qui a la bosse du thème grec. Quant à son mari, ses diverses
transformations politiques l'élèvent jusqu'aux plus hautes régions. Il
défend devant la commission d'enquête industrielle la cause du bonnet de
coton national. Veut il faire construire une maison moyen âge, il
apprend à connaître le prix d'un alignement. Tantôt, se rappelant ses
aucuns triomphes littéraires, il aide à faire un succès chevelu; tantôt
il nous révèle les mystères des sociétés philanthropiques et savantes,
de la haute science et de la haute politique. Nous assistons d'abord à
une élection dans les montagnes; puis, revenant de lu province à Paris,
nous pénétrons avec le nouveau _représentant 'du peuple_ dans
l'intérieur de la Chambre des Députés, Paturot est bientôt arrêté par un
instructeur parlementaire, qui lui donne une leçon de politique, pour se
consoler des petites misères de la députation, il prépare, pendant
plusieurs semaines, une improvisation; et il fait imprimer dans le
_Moniteur_ le discours que l'hilarité générale l'a empêché de prononcer.
Dès-lors Paturot a atteint l'apogée de sa fortune et de sa puissance:
car il reçoit la confession d'un ministre; mais une crise ministérielle
renverse toutes ses espérances. La débâcle financière suit de près la
débâcle politique. De la Chambre, Paturot passe à la Bourse, où il perd
des sommes considérables; les escompteurs achèvent sa ruine. La prison
pour dettes, les philanthropes, le Mont-de-Piété, une faillite, les
créanciers, tels sont les derniers orages de cette vie agitée, les types
et les institutions dont se moque avec autant d'esprit que de bon sens
l'auteur de cette satire sociale et politique, M. ***, à qui l'Académie
des Sciences morales et politiques réserve le premier de ses trente
fauteuils qui deviendra disponible.


Lettres de Marguerite d'Angoulême, reine de Navarre, soeur de François
1er, publiées d'après les manuscrits de la Bibliothèque du Roi; par F.
GÉNIN, professeur à la Faculté des Lettres de Strasbourg. 1 vol. in-8,
de 485 pages.--Paris, _Jules Renouard_. (Publication de la Société de
l'histoire de Fiance.)


_Nouvelles lettres de la reine de Navarre, adressées au roi François
Ier, son frère_, publiées d'après le manuscrit de la Bibliothèque du
Roi; par F. GÉNIN. 1 vol. in-8, de 300 p.

Le premier volume contient cent soixante-onze lettres, datées de 1521 à
1549, et adressées à Anne de Montmorency, grand-maître, puis connétable
de France, à François Ier ou à d'autres personnages célèbres du temps,
tels que Mélancthon, Érasme, l'évêque de Meaux, Guillaume Briconnet, un
certain comte de Hohenlohe, doyen du grand chapitre de Strasbourg,
ardent schismatique, qui s'efforçait d'introduire en France la réforme
de Luther, etc, etc. Les époques et les événements qui tiennent le plus
de place dans cette correspondance sont: la captivité de François Ier à
Madrid, après la bataille de Pavie, en 1525; la réforme, la persécution
contre l'hérésie nouvelle, qui fit brûler Berquin en 1529, Alaman, en
1530, la grande affaire des placards, la mort de Louise de Savoie (1531),
l'empoisonnement du dauphin François par Montécuculli(1536), la guerre
contre Charles-Quint, dont la Provence et la Picardie furent le théâtre
(1530 et 1537).

L'éditeur a classé les lettres dont les originaux, autographes pour la
plupart, ne portaient aucune date. Il y a joint des notes nombreuses,
soit pour éclaircir les passages obscurs, soit pour relever les erreurs
historiques que dément la correspondance de Marguerite.

Parmi les pièces justificatives inédites, on remarque une épître de
Marot à la reine de Navarre.

La notice sur Marguerite d'Angoulême est un essai biographique assez
étendu (100 pages), dans lequel l'auteur, s'appuyant sur des témoignages
contemporains et sur des preuves irrécusables, présente sous un nouvel
aspect le caractère de cette princesse vertueuse et savante, calomniée
par les romanciers et les commentateurs de Marot. M. Génin fait voir que
les amours de Marot avec la reine de Navarre sont une chimère ridicule
sortie du cerveau de l'abbé Lenglet du Fresnoy, et accueillie avec une
confiance aveugle par des éditeurs tels que M. Auguis, qui sont tombés,
sans s'en apercevoir, dans les contradictions et les impossibilités les
plus grossières. Marguerite, la reine de Navarre, soeur de François Ier,
a payé injustement pour Marguerite, reine de Navarre, femme de Henri IV.

Le second volume renferme cent cinquante lettres à François 1er et un
supplément à la _Notice_ (24 pages), où l'auteur discute un document
mystérieux fourni par cette nouvelle correspondance. Il s'agit de savoir
s'il a existé entre Marguerite et François 1er une tendresse _plus que
fraternelle_. Le secret de cette nature, après trois siècles
d'intervalle, est bien difficile à découvrir, surtout dans une lettre
dont les phrases sont voilées d'une obscurité calculée. Cette seconde
correspondance, toute confidentielle et adressée au roi exclusivement,
offre un intérêt plus vif et plus serré que la première.

L'_Avertissement_ de ce second volume porte une accusation très-grave
contre M. Champollion-Pigeac, conservateur en chef des manuscrits de la
Bibliothèque royale. Lorsque M. Génin travaillait à son premier volume,
il découvrit par hasard l'indication de cette correspondance dont les
catalogues ne parlaient pas. M. Champollion nia audacieusement pendant
plusieurs mois l'existence de ce manuscrit, lequel, après l'impression
du volume, fut, grâce à un second hasard, trouvé caché _dans l'armoire
où M. Champollion-Pigeac serre ses papiers (p. VIII.) Encore, M.
Champollion ne voulait-il pas se dessaisir du volume! Il fallut que,
sur la plainte de M. Génin, le ministre de l'Instruction publique donnât
un ordre formel. Cet _avertissement_ fut réimprimé tout du long dans un
journal, avec le défi à M. Champollion de répondre. M. Champollion en
effet garda le silence. Mais il vient de solliciter et d'obtenir pour
son fils, M. Aimé Champollion, la commission de publier un choix de
pièces inédites du règne de François Ier. L'abus d'autorité que lui
reproche M. Génin se réduit donc à un trait de prévoyance paternelle;
mais il est bon que le public studieux qui fréquente les bibliothèques
soit mis sur ses gardes et sache à qui il a affaire.


_Histoire et description des voies de communication aux États-Unis, et
des tracaux d'art qui en dépendent_; par MICHEL CHEVALIER. 2 gros vol.
in-4º, avec un atlas in-fol. renfermant 25 gravures sur acier.--Paris,
1840, 1841 et 1843. _Gosselin_.

M. Michel Chevalier a divisé cet important ouvrage en six parties. Dans
la première il jetait un coup d'oeil rapide sur la topographie et sur le
climat des États-Unis; puis, traitant des premiers essais de travaux
publics, il donnait un aperçu général des divers plans qui ont été
proposés pour un système général de communications.--La seconde partie
était consacrée à l'étude des lignes tracées de l'est à l'ouest au
travers des Alleghanys, ou entre le littoral de l'Atlantique et la
vallée centrale de l'Amérique du Nord.--La troisième comprenait les
communications entre le bassin du Mississipi et celui du Saint-Laurent.
Avec cette troisième partie se terminait la première moitié du second
volume, publié en 1841.

La seconde moitié du tome deuxième, mise en vente le mois dernier,
complète la troisième partie, et traite en outre des communications du
nord au midi, le long de l'Atlantique (quatrième partie), des lignes qui
rayonnent autour des métropoles (cinquième partie) et des lignes
établies autour des mines de charbon (sixième partie). A une
récapitulation générale des canaux et des chemins de fer de l'Amérique
du Nord succède enfin un intéressant appendice sur la construction des
ponts en Amérique.

Le plus grand éloge que l'on puisse faire d'un pareil travail, c'est
d'essayer de prouver son importance et son utilité. Or si, pour se
rendre compte de la richesse comparative de l'Union-Américaine en voies
de communication perfectionnées, on rapproche les nombres exposés dans
la récapitulation générale de M. Michel Chevalier des chiffres qui
représentent la superficie territoriale et la population du pays, on
arrive aux résultats ci-après:

L'étendue territoriale de l'Union-Américaine étant de 26,700 myriamètres
carrés, et la population, telle que l'a constatée le recensement de
1840, de 17,069,453 habitants, la longueur des canaux et des chemins de
fer, qui correspond à un myriamètre carré et a un million d'habitants,
sera exprimée par les chiffres suivants:

1º En comptant les 24,794 kilom. 50 que possédera l'Union après
l'achèvement des travaux en cours d'exécution:

                                   Canaux. Chem. de fer. Totaux.

Kilom. par myriamètre carré.         » 41     »   59         1 »
Kilom. par million d'habitants.     597 »    836   »     1,453 »

2º En comptant seulement les lignes ou portions de ligne présentement
achevées et livrées au commerce:

                                     Canaux. Chem. de fer. Totaux.

Kilom. par myriamètre carré.         »   26    »   28      »  54
Kilom. par million d'habitants      409  »    399   »     808  »

En tenant compte des canaux ou des chemins de fer pour lesquels, au 31
décembre 1842, avait été obtenu un vote législatif accompagné d'une
allocation de fonds, la France possède 4,3.0 kilomètres de canaux
achevés ou à achever, et 1.7.10 kilomètres de chemins de fer dont près
de la moitié est terminée ou près de l'être. C'est un total de 6,075
kilomètres répartis sur une superficie de 5,277 myriamètres carrés que
recouvrait, en 1840, une population de 34.500.000 âmes.

Le royaume-uni de la Grande-Bretagne et de l'Irlande est en possession
de 8.500 kilomètres de canaux tous achevés, et de 3,600 kilomètres de
chemins de fer, presque tous dans le même état, distribués sur une
superficie de 3,120 kilomètres carrés, sur laquelle était répandue, en
1840, une population de 27,000,000 d'âmes.

Ainsi la proportion relative à la population, celle qui peut le plus
exactement exprimer la puissance productive comparative de chacun des
trois pays en voies de communication perfectionnées, représente aux
États-Unis, pour les canaux, quatre fois celle de la France, et, pour
les chemins de fer, dix-sept fois. Comparativement à la Grande Bretagne,
où les voies perfectionnées ont acquis un beaucoup plus grand
développement que chez nous, la richesse de l'Union-Américaine excède
celle du Royaume-Uni, pour les canaux, dans le rapport de trois et demi
à un, et, pour les chemins de fer, dans celui de six et demi à un.

Il est vrai qu'aujourd'hui les États-Unis sont arrêtés dans leur
magnifique essor créateur, tandis que l'Angleterre et la France
poursuivent imperturbablement leur oeuvre, et personne ne saurait
prévoir en quel instant ils pourront le reprendre quand ils seront en
mesure de terminer ce qu'ils avaient commencé avec un si admirable
ensemble.


_Journal des Economistes_ revue mensuelle de l'économie politique, des
questions agricoles, manufacturières et commerciales.--Paris, année
1842.--3 beaux volumes in-8. Prix: 30 fr. par an.--_Guillaumin_.

Le succès toujours croissant qu'obtient ce recueil prouve qu'il s'appuie
sur une idée juste et qu'il satisfait à un besoin réel. A aucune époque,
en effet, il ne fut plus utile d'étudier, avec une entière liberté
d'esprit, les questions d'intérêt public livrées à la discussion
quotidienne, et dans lesquelles il se mêle aujourd'hui tant de passion
et de calcul personnel. Au milieu du choc et de la divergence des
opinions, la voix de la science peut seule être prépondérante, et ainsi
s'explique la faveur qui s'est attachée, dès son début, à une
publication créée sous les auspices et avec le concours des plus
éminents économistes que possède la France, dans l'Institut et hors de
l'Institut.

Le _Journal des Économistes_ a commencé à paraître au mois de décembre
1842. Il forme déjà quatre beaux volumes in-8º, qui se vendent au prix
d'abonnement. Ses rédacteurs habituels sont MM. Rossi, Blanqui, Louis
Reyhaud. Horace Say, Wolowski, H. Passy, M. Pix, Moreau de Jonnès, Ramon
de la Sagra. H. Dussard, etc. Comme on le voit par ces noms, il puise au
sein même de l'Institut une partie importante de sa rédaction; mais il
s'adresse en outre, sans esprit d'exclusion, à tous les hommes qui
honorent et cultivent la science. Il a constamment tenu d'ailleurs plus
qu'il n'avait promis. Chacune de ses livraisons voit se réaliser quelque
amélioration nouvelle. Ainsi, une _chronique_ mensuelle résume
maintenant le mouvement des faits économiques. On y trouve toutes les
nouvelles qui peuvent intéresser le commerce l'industrie et
l'agriculture, des détails sur les projets de loi à l'état
d'élaboration; enfin une revue rapide et substantielle de ce qui s'est
accompli ou préparé dans la région des affaires. La bibliographie et le
bulletin ont également reçu des développements nouveaux.


_Fables_ de S. LAVALETTE, illustrées par GRANDVILLE.--Paris, _Hetzel_.

L'annonce d'un nouveau recueil de fables arrache toujours à ceux qui la
lisent une exclamation involontaire. «Comment, s'écrie-t-on malgré soi,
peut-on faire des fables après La Fontaine?» mais M. Viennet l'a dit
avec raison: «Il y a bien long-temps qu'on n'écrirait plus en France si
on avait peur d'aller se heurter contre un inimitable. Qui aurait osé
prendre la plume après les grands auteurs du siècle de Louis XIV? Quel
homme de talent, je ne dis rien de ceux qui n'en ont pas, ils osent
tout, je parle de ceux dont le génie ou l'esprit n'étouffe point le sens
commun, quel écrivain enfin eût osé faire des tragédies après Corneille
et Racine, des comédies après Molière et Regnard, des sermons après
Bossuet et Bourdaloue, des épîtres après Boileau, des fables après La
Fontaine? Qui aurait osé imprimer ses lettres après madame de Sévigné?»

M. S. Lavalette a eu ce courage; il a osé faire des fables après La
Fontaine, après Florian, et après M. Menuet. Il a publié un charmant
recueil de cinquante apologues, écrits avec une pureté remarquable et
pleins d'une malice charmante. Les portraits des principaux personnages
de ces petits drames satiriques ont été dessinés par Grandville, qui,
dans cette spécialité, laissera une réputation aussi effrayante pour ses
successeurs que peut l'être celle de l'inimitable La Fontaine pour les
fabulistes présents et futurs.


_Notice statistique sur la Guyane française_, avec une carte.--Paris,
_Didot_, 1843.

La Société d'études pour la colonisation de la Guyane française vient de
publier une _Notice statistique sur la Guyane française_, extraite de
l'ouvrage général sur la statistique de nos colonies, imprimé en 1837-38
par le département de la Marine. Cette notice contient sur l'état
présent, les ressources et les conditions climatériques de la Guyane,
tous les renseignements désirables, on y a joint une carte où la
circonscription de la Guyane française est tracée d'après les termes du
traité d'Utrecht, sur lequel s'appuient les prétentions de la France
dans la contestation des limites pendantes avec le gouvernement
brésilien.


_Bruits du Siècle_, poésies, par LÉON MAGNIER.--Paris, 1843. _Comptoir
central de la librairie_.--Se vend au profit des salles d'asile de
Saint-Quentin.

L'auteur des _Bruits du Siècle_,--c'est lui-même qui le déclare,--n'a
pas la prétention d'être l'écho de toutes les voix, de réfléchir tous
les rayons; il n'a pas la présomption de se croire une voix ou un
flambeau: seulement il a écouté quelques plaintes, il a écouté quelques
chants, et, pendant de rares loisirs que lui laissait la rédaction d'un
journal de province, il a écrit les pièces du recueil qu'il offre
maintenant, avec assez d'indifférence à la publicité.

Les _Bruits du siècle_ sont agréablement varies: il y a des _chants_.
des _satires_ et des _plaintes_, des _bruits guerriers_, des voix
_philosophiques_ et _religieuses_, des _voix d'utopistes_, et enfin des
_floscules_. Le tout réuni forme environ 6,000 vers. M. Léon Magnier
termine ainsi:

        Tout m'a manqué: le temps et le calme et l'étude.
        L'art qui n'éclaira pas ma sombre solitude,
        Et je ne puis, au front d'un monument coquet,
        M'en venir avec joie attacher le bouquet.

Pourquoi M. Léon Magnier se juge-t-il si sévèrement? Quelques unes des
pièces de son nouveau recueil sont aussi remarquables par la pensée et
le sentiment que par le style. Que M. Léon Magnier se défie surtout de
son extrême facilité, qu'il élague les premiers jets de son inspiration,
qu'il polisse ses vers, et il parviendra «à construire un solide édifice
sur lequel il pourra graver son nom.»



Modes.

[Illustration.]

Comme mode nouvelle, les robes sont encore assez pauvres. Sinon les
amazones à revers et les redingotes _à la vieille_, tout ce qui parait
n'est qu'un essai incertain; et malgré l'impatience des innovateurs,
nous sommes forcé de dire que la plupart des robes de ville se feront
très-certainement à jupes unies.

Par jupes unies, je comprends la robe ronde, ouverte ou fermée; si on
sort de cela, ce sera seulement par des garnitures connues: les volants
ou les biais devant ou autour du jupon.

La redingote à la vieille a le corsage en coeur, garni d'un bouillon
aplati, qui descend par-devant dans toute la hauteur de la jupe, tout
droit ou en Mathilde. L'amazone à revers est fermée, à revers abattu, ou
un peu décolletée, à revers à châle. La première tient de l'amazone de
drap, l'autre est plus habillée.

La place nous a manqué dans notre dernier numéro, pour le dessin d'une
toilette d'enfant dont nous donnions le détail: nous réparons
aujourd'hui cette lacune, en y ajoutant une observation à propos de
cette manche demi-longue. Les modes à deux fins sont commodes pour les
enfants: cette manche, dont le bouffant figure une manche de dessous,
peut devenir facilement une manche courte, et se porter avec des
mitaines: robe de promenade et de dîner tout à la foi?

[Illustration.].

Chapeau _à la vieille!_

Certes, de tous les surnoms que pût choisir une mode, celui-ci nous
parait un des plus bizarres.

La mode, c'est-à-dire les coquetteries de la beauté... les caprices de
la jeunesse... la mode, c'est-à-dire une loi imposée aux femmes jeunes
et jolies.

N'est-il pas plaisant d'entendre: _Modes à la vieille_, ces deux mots
qui hurlent de se trouver ensemble?

Du reste, quand les modes à la vieille nous apparaissent comme celle-ci,
jeunes et gracieuses, nous les recommandons aux visages de vingt ans.

[Illustration.]

Rien n'est charmant comme cette opposition,--c'est l'esprit du
travestissement.

Donc voici tout à la vieille:--mantelets, chapeaux, garnitures de robes,
fichus. On dit aussi à la grand'mère. Puis encore,--autre manière de
prendre date,--bonnet ou fichu Marie-Antoinette. Il faut tout le bon
goût artistique d'Alexandrine pour donner à ces formes l'élégance de la
jeunesse, et elle y réussit à ravir. Ses chapeaux de paille à ruban?
froncés (modèle nº I) sont ce qu'une femme distinguée peut porter de
plus joli.

[Illustration.]

Avec un héron, ou un esprit de deux couleurs, elle met des rubans
également de deux couleurs; ceci n'est pas négligé, et cependant c'est
assez simple pour être porté le matin à la ville.



Courses au Champ-de-Mars.

Dimanche 30 avril, commenceront au Champ-de-Mars les courses de la
Société d'encouragement; elles continueront le dimanche 7, le jeudi 11
et le dimanche 14 mai. Le mérite des courses est aujourd'hui un fait
acquis et presque généralement reconnu: elles ne sont plus seulement un
plaisir, elles représentent un intérêt national. Depuis dix ans elles
ont pris un caractère décidé d'utilité publique; depuis dix ans il s'est
créé des éleveurs, il s'est créé des chevaux; chaque année les produits
ont gagné en beauté et en vitesse, et les améliorations sont dues à
l'heureuse influence des courses. Aux adversaires des courses nous
demanderons s'ils connaissent des épreuves plus décisives et plus
complètes, et quelles garanties de vigueur leur donnerait un cheval qui
n'aurait pas passé par les essais de l'hippodrome. Un fait
incontestable, c'est que les vainqueurs du Champ-de-Mars et de Chantilly
sont plus propres à la reproduction que les chevaux fainéants. On peut
espérer, on doit même compter qu'ils transmettront leurs qualités à
leurs produits. Croisons habilement les différents sangs; marions la
vitesse avec le fond, et avec le temps nous obtiendrons de magnifiques
résultats.

Un grand pas a été déjà fait. Il y a quelques années à peine, deux ou au
plus trois chevaux paraissaient au poteau de départ. Que de courses à un
seul cheval n'avons-nous pas vues! Dimanche, trente chevaux, tous du
plus beau sang, tous en parfaite condition, tous bien faits, disputeront
quatre prix. Puis, après les courses, achetés et emmenés dans les
départements, ils régénéreront les races. Dans le premier prix, _la
bourse de mille francs_, onze chevaux sont inscrits, _Lawton,
Kare-Nickleby, Maid, Prospectus_ (premier favori), _Effié, Prospero_
(deuxième favori), _Remus, Cédar, Mirobolant, Romanesca_, partie pour
Bordeaux, et _Miserere_. Devant cent mille témoins, ils déploieront une
vitesse qui, en 1830, eût fait crier au miracle. N'est-ce donc pas une
immense conquête que d'avoir intéressé cent mille individus à ces
solennités hippiques?

Huit chevaux se disputeront _le prix de l'administration des Haras:
Vesperine, Singleton, Alcindor, Karagleuse, Drummer, Moustique, Péri_ et
_Ursule_. Les paris sont pour _Alcindor_ et _Drummer_.

Six autres sont inscrits pour _le prix du ministère du Commerce_. Puis
enfin viendra la course des haies, spectacle à émotions, où chevaux et
jockeys jouent leurs bras et leur tête. Cette année, la course des haies
sera plus brillante et plus nombreuse qu'elle n'a jamais été. Sept
chevaux: _Pesvet, Turpin, Lansquenet, Muley-Hamet, Pantalon, Paddy_ et
_Leporello_ franchiront des obstacles de quatre pieds et demi. Que
faut-il de plus aux oisifs et aux gens sérieux?



Madame Viardot-Garcia à Vienne.

On nous écrit de Vienne, à la date du 21 avril 1843:

«Le mercredi 19 de ce mois, madame Pauline Viardot-Garcia a débuté sur
le théâtre de la Porte de Carinthie, dans le rôle de Rosine _del
Barbiere_. C'était le jour de la fête de l'empereur. Le théâtre,
illuminé à l'extérieur, avait été envahi, dès l'ouverture des portes,
par l'élite de la société viennoise. A son entrée en scène, madame
Pauline Viardot a d'abord été accueillie avec une certaine réserve; mais
avant la fin de sa cavatine, cette froideur apparente avait cessé; la
cantatrice était sortie complètement victorieuse de cette première
épreuve. Le public enthousiasmé a redemandé successivement la
_cavatine_, le _duo avec Fiqaro_, le _trio du second acte_, puis enfin
le _rondo de Cenerentola_. Après les variations de ce rondo, les
applaudissements ont éclaté avec tant de force que la salle en était
ébranlée. Rappelée plusieurs fois pendant la représentation, madame
Viardot a été rappelée _six fois_ après la chute du rideau; elle est
revenue deux fois avec les autres acteurs et quatre fois seule.

«A la seconde représentation le succès a été encore plus grand. Le
dimanche 30 avril, madame Viardot a dû jouer le _Corradu d'Altamora_ de
Ricci, qui devait être donné l'hiver dernier à Paris.»

Une lettre de Donizetti, adressée à un des collaborateurs de
l'_Illustration_, confirme tous les détails que nous envoie notre
correspondant de Vienne. «Le triomphe de madame Viardot dépasse, dit le
célèbre maestro, les espérances de ses plus ardents admirateurs.»



Rébus.

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS.

Deux amis partis d'Orbec allant vers Surgy sans traverser Paris.

[Illustration.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0009, 29 Avril 1843" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home