Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3230, 21 Janvier 1905
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3230, 21 Janvier 1905" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



[Illustrations: LA REVUE COMIQUE par Henriot]

[Illustration: L'ILLUSTRATION: Nº 3230, 21 janvier 1905.]

[Illustration: LES FUNÉRAILLES DE Mme LOUBET MÈRE À MARSANNE
Le président de la République devant la tombe.
_Dessin de notre envoyé spécial, M. L. Sabattier._]



COURRIER DE PARIS

JOURNAL D'UNE ÉTRANGÈRE

Fin de mois mélancolique... Les brasseries du quartier sont moins
peuplées à l'heure de l'apéritif et se vident, le soir, un peu plus tôt
qu'à l'ordinaire. On y fait aussi moins de bruit; on y rit moins fort et
c'est, depuis trois semaines, comme un affaissement, un ralentissement
de vie qui étonne. Un pensionnaire de mon hôtel, vieux garçon et maître
de conférences à l'École des chartes, m'explique:

«Janvier est un mois terrible pour les Parisiens et vous n'êtes en ce
moment entourée, madame, que de gens qui n'ont plus le sou. Professeurs,
étudiants, petits rentiers du quartier latin, nous sommes tous ici logés
à la même enseigne. Il y a eu les étrennes, d'abord... et puis après, il
y a eu le terme, qui nous a achevés; c'est pour cela que vous voyez tant
de banquettes vides autour des tables où l'on boit. On souffle... on se
repose de l'effort auquel janvier condamne les petites bourses. Les
cafetiers savent bien cela et que le même phénomène s'observe au
lendemain de toutes les fêtes et des échéances de loyer. Sans le secours
d'aucun calendrier, un gérant de brasserie qui connaît son métier n'a
besoin que de jeter un coup d'oeil aux tables de son établissement pour
vous dire à peu près l'heure qu'il est, quelle saison nous traversons et
en quelle partie du mois nous sommes. Vous vous imaginez, vous autres
femmes, que l'on consomme des bocks ou des verres de quinquina comme on
veut et que c'est par hasard qu'il y a tantôt beaucoup de monde aux
terrasses du boulevard Saint-Michel et tantôt peu. Quelle erreur,
madame! Ces petites choses ont la fatalité d'une loi astronomique, et,
même, ici les pauvres hommes qui se croient libres n'ont que l'illusion
de la liberté...»

J'ai trouvé ce matin dans mon journal une lettre bien curieuse, adressée
par M. le ministre de l'intérieur à un sénateur bourguignon, nommé Piot.
Ce M. Piot est un homme vénérable, à ce qu'on dit, et d'excellent coeur,
qu'obsède une double ambition: M. Piot souhaiterait que les familles
très nombreuses fussent exceptionnellement honorées et protégées, parce
qu'il est d'avis (à tort, ou à raison, je n'en sais rien) que les
familles très nombreuses sont la richesse d'une nation et sa sauvegarde;
et, pour la même raison, M. Piot voudrait que, par toutes sortes
d'encouragements et de faveurs l'État incitât les familles qui ne sont
point nombreuses à le devenir... Or, il y a des économistes qui ne sont
point de l'avis de ce sénateur et qui pensent que c'est, au contraire,
le droit (et le devoir aussi, peut-être) d'un brave homme qui se marie
de ne point encombrer sa maison de plus d'enfants qu'il n'en peut
nourrir,--et qui, pensant cela, l'ont osé dire tout haut... Même,
plusieurs d'entre eux ont demandé, pour soutenir ces opinions, que des
salles de mairie leur fussent ouvertes autour de Paris; et ils ont donné
là leurs conférences. M. Piot ne peut supporter cela. Il a donc supplié
le gouvernement de refuser désormais l'usage des «locaux communaux» à
ces prêcheurs de mauvaises paroles...

Le gouvernement s'est rendu au voeu de M. Piot et vient de l'en
informer. Quand, à l'avenir, un conférencier désirera exposer, devant
les habitants de Saint-Ouen, de Bécon-les-Bruyères ou de
Levallois-Perret, la question de savoir si la fortune d'un pays dépend
ou ne dépend pas de l'accroissement indéfini des familles qui le
peuplent, il lui faudra d'abord faire connaître à M. le maire ses
conclusions. S'il pense là-dessus comme M. Piot, les portes de la mairie
lui seront ouvertes; dans le cas contraire, on les lui fermera au nez.

Je ne soupçonnais pas que la littérature jouât un si grand rôle en ces
sortes d'affaires, et les personnes que j'interroge à ce sujet sont
assez de mon avis. Mon libraire a huit enfants; mon hôtelier n'en a
qu'un; ma couturière en a deux et ma modiste n'en a pas. Je leur ai
demandé à chacun s'ils se souvenaient d'avoir été jamais influencés,
dans leur résolution d'avoir ou de n'avoir pas beaucoup d'enfants, par
la parole d'un conférencier ou par la lecture d'un livre?

Ils ont beaucoup ri.

L'Académie française, les salons et les journaux recommencent à
s'occuper de la réforme de l'orthographe. Autre problème où je voudrais
bien que me fût révélée la bonne solution que tout le monde cherche. On
la cherchera longtemps: les adversaires ont de si ingénieuses, de si
amusantes façons de se défendre ou d'attaquer! J'ai remarqué cela
souvent: ce qui complique en France toutes les questions, c'est l'esprit
prodigieux qu'on dépense à les discuter. Le Français ne se contente pas
de bien penser avec grâce; il est sympathique, il est séduisant dans
l'erreur. Il a des façons tellement spirituelles de raisonner faux qu'on
se prend à aimer pour elle-même, comme un joli visage ou un joli
tableau, l'opinion (fût-elle absurde) qu'il défend,--et qu'on lui sait
gré d'avoir tort presque autant que d'avoir raison. Le moyen pour une
étrangère de se débrouiller dans tout cela...

J'ai lu depuis huit jours une trentaine d'articles où la réforme de
l'orthographe française est ardemment combattue par les uns, défendue
vivement par les autres. Qui a tort? Qui a raison? Je ne sais pas. Ceux
qui ne veulent point que l'orthographe soit réformée ont des arguments
qui me charment, des arguments d'artistes et de braves gens. Ils disent
que les mots sont, après avoir longtemps servi, comme des bibelots
précieux qu'il faut aimer et ne manier que d'une main prudente; qu'en
chacun de ces bibelots,--les uns bien conservés, les autres usés presque
démolis ou très déformés par le temps,--il y a un peu du passé; que ce
sont de petits morceaux d'histoire. Ils disent que les mots ont, comme
les personnes, une figure, et mieux que cela: une beauté propre,
inséparable de l'idée qu'ils expriment, et qu'il est aussi sacrilège,
aussi vilain de toucher à l'orthographe des mots que de prétendre
«réformer» à coups de marteau ou de badigeon les architectures des temps
anciens... Et je trouve ces scrupules charmants et ces raisons très
décisives.

Il est vrai que les autres en donnent, qui sont très décisives aussi.
Ils disent que les mots ne sont point des «choses», mais des êtres qui
vivent et dont la loi est d'évoluer, de s'améliorer sans cesse comme
tout ce qui vit. Ils rappellent que les formes des mots n'ont cessé de
se modifier au cours des âges et que, ce que nous n'osons point, nos
ancêtres à maintes reprises l'ont osé. Pourquoi le droit de simplifier
l'orthographe, de la faire plus claire, plus raisonnable, plus
accessible à l'esprit des enfants et des étrangers, serait-il refusé aux
hommes d'aujourd'hui,--quand celui de la compliquer et de l'obscurcir
fut reconnu aux hommes d'autrefois?

Peut-être pourrait-on s'entendre, au moyen de concessions mutuelles, et
j'imagine assez volontiers ceci: une orthographe infiniment respectée,
traitée avec toutes les précautions que justifie son grand âge, mais
qu'il serait permis pourtant d'améliorer, de corriger, de consolider à
petits coups, au moyen de retouches délicates dont l'esprit et l'oeil
auraient le temps de prendre l'habitude, et qui se succéderaient
doucement, d'année en année, de génération en génération, sans
bousculade, une par une... La solution n'est pas brillante, je le sens
bien, et cependant n'est-ce pas à peu près de cette façon-là que s'y
prend la nature pour faire grandir les petits enfants et pousser les
arbres?

...Une heure charmante passée hier au rez-de-chaussée du Petit Palais,
dans les salles basses où la Ville a ouvert, cette semaine, son
exposition annuelle de «photographie documentaire»--le vilain nom pour
une chose si jolie! On avait, il y a un an, proposé aux amateurs que
tentent ces exercices un thème amusant; on leur avait dit: «Explorez le
vieux Montmartre, la Bièvre et les jardins particuliers de la Ville, et
vous nous montrerez l'hiver prochain comment vous avez su voir ces
choses et les traduire.» Ils viennent d'apporter au Petit Palais les
produits de leur chasse, et cela est délicieux. C'est, pour les
Parisiens et les Parisiennes qui naîtront dans très longtemps une suite
d'images précieuses où s'évoquera la vie de pittoresques coins
qu'aujourd'hui déjà la mort menace et que les plus vieux, en ce
temps-là, n'auront pas connus. Et il m'est très agréable de penser que
c'est à de simples amateurs que la gloire de ces utiles restitutions
sera due. J'ai, comme beaucoup de touristes amoureux de paysage, la
manie de ne jamais voyager sans mon kodak, et souvent cette passion de
l'«instantané» m'a été reprochée par des compagnes de voyage, qui
s'impatientaient de me voir m'attarder le long des chemins, guettant le
coin de prairie ou la masure bien «éclairés», l'amusante silhouette d'un
chemineau, le profil d'une barque sur la rivière. Elles me disaient en
riant: «Laissez-en pour les photographes...» Voyageuses naïves! Elles ne
comprenaient pas que les professionnels sont des gens trop occupés pour
courir le monde à la recherche des «sujets» que ne réclame point le
commerce et que les photographies les plus amusantes ne sont pas celles
qu'on trouve dans les magasins. Ce sont celles où l'amateur, habitué
désormais devant la nature à se servir lui-même, a su fixer égoïstement
le souvenir de ses joies à lui, de ses surprises à lui, de ses
trouvailles... A ce jeu-là, il est devenu très fort, l'amateur; si fort
qu'on l'invite, à cette heure, à vouloir bien honorer de sa
collaboration les futurs historiens de la grand'ville. C'est un succès,
cela, je pense?

Mes amies ne se moqueront plus de mon kodak.

Sonia.



LES FAITS DE LA SEMAINE

FRANCE

10 janvier.--Après avoir élu M. Doumer à la présidence par 265 voix
contre 240 données à M. Brisson, la Chambre procède aux divers scrutins
pour le renouvellement des autres membres du bureau. Sont élus vice
présidents: MM. Lockroy, Etienne, Guillain, Gerville Réache; questeurs:
MM. Lechevallier, Pajot, Chapuis.

12.--Renouvellement du bureau du Sénat: M. Fallières est maintenu à la
présidence. Sont élus vice-présidents: MM. Eugène Guérin, Loydet,
Poirrier, Desmons; questeurs: MM. Dusolier, Gayot, Bonnefoy-Sibour.

13.--A la Chambre, discussion d'une interpellation sur la politique
générale du cabinet; discours de MM. Lhôpiteau, Paul Deschanel, Zévaès
et Vaillant.--Le Sénat inscrit en tête de son ordre du jour le projet de
loi sur le service militaire de deux ans.

14.--Suite du débat engagé sur la politique générale du cabinet et
nouvelles protestations contre la délation dans l'armée: interventions
de M. Krantz, ancien ministre de la guerre, de M. Berteaux, ministre
actuel, de M. Ribot et de M. Jaurès; discours de M. Combes, président du
conseil, qui pose la question de confiance. Après une suspension
nécessitée par des incidents tumultueux, prolongation de la séance
jusqu'à minuit et demi. Vote d'un ordre du jour des gauches ainsi
motivé: «La Chambre, approuvant les déclarations et le programme du
gouvernement, et décidée à écarter toute obstruction...» Pour
l'approbation des déclarations, 287 voix contre 281, soit 6 voix de
majorité; pour l'approbation du programme (impôt sur le revenu, service
de deux ans, retraites ouvrières, séparation des Eglises et de l'État),
380 contre 55 (nombreuses abstentions au centre); pour l'ensemble, 289
voix contre 279, soit 10 voix de majorité.--A la suite de ce vote, M.
Combes manifeste l'intention de démissionner.

15.--Mort, à Marsanne (Drôme), de Mme Loubet, mère du président de la
République.--Election de trois sénateurs: Seine, M. Mascuraud, radical
socialiste; Eure-et-Loir, M. Fessard, progressiste; Aisne, M. Touron,
progressiste.


ÉTRANGER

8 janvier.--Elections complémentaires en Italie pour la Chambre des
députés: sont élus 5 ministériels, 1 socialiste, 2 candidats de
l'opposition.

9.--La grève de Bakou (Transcaucasie) s'étend; une soixantaine de
stations de forage ont été incendiées.

10.--L'empereur allemand confère la décoration de l'ordre _Pour le
Mérite_ aux généraux Stoessel et Nogi.

11.--Démission du cabinet Deuntzer en Danemark.--Le mouvement de grève
des mineurs dans le bassin de la Ruhr (Allemagne occidentale) prend de
l'extension.

12--L'ambassade française, envoyée à Fez, quitte Tanger.--Le
gouvernement russe adresse à toutes les puissances une note relative à
la neutralité de la Chine; il y expose ses griefs.

13--Mort du prince Charles-Alexandre de Lippe-Detmold. Le régent actuel
de la principauté est le prince Léopold de Lippe-Biesterfeld, dont les
droits, on le sait, ont été contestés récemment.--Signature d'une
convention d'arbitrage entre la Grande-Bretagne et
l'Autriche-Hongrie.--M. Christenson, ministre de l'instruction publique
dans le cabinet Deuntzer, devient président du nouveau ministère danois.

14--Le grand-duc Serge quitte le poste de gouverneur général de Moscou
et le prince Galitzine le poste de gouverneur général du Caucase.--Les
grévistes, dans le bassin de la Ruhr, sont au nombre de plus de 100,000.



LA GUERRE RUSSO-JAPONAISE

Le 13, des détachements de tous les régiments de l'armée de siège ont
fait une entrée triomphale dans Port-Arthur. La reddition des forts
russes s'était terminée la veille.

Les amiraux Outchtomsky, Gregorovilch et Roshtiliski ont, avec le
général Stoessel, donné leur parole de ne plus servir au cours de cette
guerre; ils vont retourner en Russie, par Nagasaki (Japon). Les généraux
Fock, Smirnov, Gorlatovsky, les amiraux Wiren et Willmann accompagnent
leurs hommes en captivité.

En Mandchourie, le 11, une colonne volante russe, composée de 8
escadrons et de 2 batteries à cheval, a exécuté un raid audacieux sur
les derrières de l'armée japonaise; son gros est parvenu jusqu'à
Niou-Tchouang, dont la faible garnison n'a pu l'empêcher de détruire un
certain nombre des approvisionnements en magasins, mais il s'est retiré
devant des renforts japonais.

En Corée, les Russes ont également fait leur réapparition. Des cosaques
sibériens ont poussé jusque près de Honé-Ouan, sur la côte orientale, au
nord de Gensan. On signale, dans ce pays, l'activité du génie japonais;
la ligne Fousan-Séoul est en exploitation depuis le commencement de
décembre; elle met Séoul à 50 heures de Tokio; des voies ferrées de
campagne ont été construites entre Séoul et Wi-Jou. Séoul et Gensan.

L'amiral Skrydlov a été rappelé à Saint-Pétersbourg.

La division complémentaire (3e échelon) de la 2e escadre du Pacifique,
composée de 7 croiseurs et contre-torpilleurs, a quitté le port de la
Sude (Crète) le 8; elle est entrée dans le canal de Suez le 11.

Au Japon, le département de la marine annonce, le 14, la formation d'une
flottille de sous-marins.--Des navires de guerre japonais auraient
établi une base navale à Labouan, au nord-ouest de Bornéo (archipel
malais).



Mme LOUBET MÈRE

La mère du président de la République vient de mourir, emportée
rapidement par une congestion pulmonaire dont la gravité permettait peu
d'espoir, en raison surtout du grand âge de Mme Loubet:
quatre-vingt-douze ans. C'est à Marsanne, dans sa métairie, entre les
bras de ses deux petits-fils, MM. Paul Loubet et Barbier, de sa bru, Mme
Auguste Loubet, accourus à son chevet, qu'elle s'est éteinte, le 15
janvier.

Cette métairie, «la Terrasse», comme l'appellent les gens du pays, elle
ne l'avait jamais quittée. Longtemps, jusqu'à son veuvage, elle y
partagea les travaux de son mari, cultivateur aisé faisant valoir
lui-même; ses trois enfants, deux fils et une fille, y naquirent;
naguère, octogénaire extraordinairement valide et alerte, elle la
dirigeait encore.

[Illustration: La métairie de la Terrasse, à Marsanne, près Montélimar,
où est morte Mme Loubet.]

[Illustration: Mme Loubet, mère du président de la République.]

Il y a près de six ans déjà, lors de l'élection présidentielle du 18
février 1899, _l'Illustration_ a publié, dans ce cadre rustique si bien
adapté à sa physionomie, le portrait de la bonne «dame de campagne».
Telle elle était restée, fidèle à ses vieilles habitudes, offrant par la
simplicité de sa vie un exemple à souhait pour l'antithèse classique
chère au poète.

Certes, l'élévation de M. Emile Loubet au faîte du pouvoir ne la
trouvait pas indifférente; elle en éprouvait une légitime fierté. Mais
ce sentiment si naturel se voilait parfois, dit-on, de quelque regret,
de quelque mélancolie; son bon sourire s'effaçait à la pensée que «son
fils» là-bas, dans «ce Paris», parmi les honneurs, devait avoir bien du
tracas.

Le président, qui affectionnait beaucoup sa mère, allait la voir aussi
souvent que les obligations de sa charge lui en laissaient le loisir. Sa
dernière visite à Marsanne, toute récente, date du commencement de
janvier; une semaine s'était à peine écoulée depuis cette réunion
familiale du nouvel an, lorsqu'il lui a fallu retourner vers la maison
en deuil pour accomplir les suprêmes devoirs de la piété filiale.
                                                                 E. F.

[Illustration: LES FUNÉRAILLES DE Mme LOUBET MÈRE.--Le cortège se
rendant de la maison mortuaire à l'église de Marsanne. _Photographie de
notre envoyé spécial_.]

[Illustration: La décoration prussienne "Pour le Mérite" décernée par
l'empereur Guillaume II aux généraux Stoessel et Nogi.]



UN GESTE DE GUILLAUME II

Au lendemain de la reddition de Port-Arthur, l'empereur Guillaume II, à
qui ne déplaisent pas les gestes à effet, faisait annoncer qu'il
décernait aux généraux Stoessel et Nogi, pour rendre hommage à la
bravoure dont ils avaient fait preuve, eux et leurs troupes, pendant le
siège, la croix de l'ordre Pour le Mérite, le plus élevé et le plus
envié des ordres militaires prussiens, le pendant du Saint-Georges
russe.

L'ordre Pour le Mérite--dont il a été créé, plus tard, une branche
réservée aux civils--fut fondé, en 1740, par le grand Frédéric, pour
récompenser les faits d'armes et les actions d'éclat. Il remplaçait
l'ordre de la Générosité, établi cent ans plus tôt par le prince
électeur de Brandebourg. L'insigne, porté en sautoir, suspendu à un
ruban noir à deux lisérés blancs, est formé par une croix à huit
pointes, en émail bleu, anglée d'aigles. Sur les branches, on lit en
français: _Pour le Mérite_.

La décision de l'empereur allemand a été immédiatement notifiée aux deux
généraux en deux longs télégrammes qui soulignaient la valeur de la
distinction.

La réponse du général Stoessel, parvenue à Berlin presque en même temps
que celle de son adversaire, est assez mélancolique:

Le télégramme de Votre Majesté, dit-il, m'est parvenu dans un des
moments les plus pénibles de ma vie. Je suis, ainsi que la garnison de
la forteresse, profondément touché et honoré par cette nomination dans
le haut ordre de la Prusse, qui m'honorera jusqu'aux dernières heures de
ma vie. Puisse Votre Majesté être convaincue de ma reconnaissance pour
la grâce qu'elle m'a faite!

J'ai l'honneur de saluer Votre Majesté en mon nom et au nom de mes
soldats.

Il est à croire, en effet, qu'en ces jours douloureux le vaillant
défenseur ne devait guère rêver de rubans et de chamarres. Mais
l'étiquette est là, devant laquelle il faut bien s'incliner, quoiqu'on
en ait.



LA MARQUISE DE MAC-MAHON
ET LES BOUCHERS DE LIMOGES

Une grande dame française dotée de la faveur d'ajouter à son titre
nobiliaire celui de «boucher honoraire», voilà certes qui est pour
provoquer la surprise et piquer la curiosité si l'on n'est point
suffisamment initié à nos vieilles coutumes locales. Le fait est
pourtant authentique, et voici comment cette singulière fortune vient
d'échoir à une femme éminente, portant un nom illustre:

Il y a quelques jours. Mme la marquise de Mac-Mahon allait, en sa
qualité de présidente des Dames royalistes, donner une conférence à
Limoges. Profitant de son séjour dans le chef-lieu de la Haute-Vienne,
elle voulut visiter la célèbre rue de la Boucherie, dont une gravure de
l'_Illustration_ (n° du 19 mars 1898) a si fidèlement reproduit la
physionomie d'un archaïsme pittoresque, en publiant une intéressante
étude de M. Henri de Noussanne sur la Corporation des bouchers de
Limoges. Cette corporation ne compte pas moins d'un millier d'années
d'existence; elle s'est attribué de longue date et continue de
revendiquer le privilège de recevoir aux portes de la ville les
souverains ou les chefs d'État; en outre, ses traditions séculaires
comportent des témoignages de particulière déférence à l'égard de tout
personnage de marque.

Il en fut ainsi pour la marquise de Mac-Mahon. Non seulement les membres
de la corporation la reçurent avec beaucoup de courtoisie; mais le
syndic, M. Malinvaud-Mantour, lui rendit sa visite et lui remit
solennellement, avec un diplôme sur parchemin, les insignes de «Boucher
honoraire de la ville de Limoges»: une cocarde de soie mi-partie verte
et blanche dont les rubans pendants portent, brodée en or, les lettres
S. A.. initiales du patron, saint Aurélien. La bénéficiaire, cela va
sans dire, se montra très flattée et aussi très touchée de cet honneur
inattendu et peu banal.

Rappelons que la marquise de Mac-Mahon est la fille du marquis de Vogué,
membre de l'Académie française, président de la Croix-Rouge et de la
Société d'agriculture, ancien ambassadeur à Constantinople. Mariée en
1881 au marquis de Mac-Mahon, lieutenant de dragons, neveu du maréchal
et petit-fils du duc des Cars, elle est devenue veuve de bonne heure.
Elle partage son temps entre les oeuvres de charité et la propagande des
idées qui lui sont chères.

[Illustration: Mme la marquise de Mac-Mahon. _Phot. Pirou, rue Royale._]



DEVANT PORT-ARTHUR UN MOIS AVANT LA CAPITULATION

_Photographies instantanées prises sur les positions japonaises par M.
Lorenzo d'Adda, correspondant de guerre._

[Illustration: Le drapeau de la batterie navale sur les hauteurs de
Hachimaki-Yama.]

_Nous recevons d'un correspondant de guerre accrédité du côté japonais,
M. Lorenzo d'Adda, toute une série de documents relatifs à la dernière
période du siège de Port-Arthur. Leur intérêt est tel, qu'il n'est pas
entamé par la reddition même de la place forte. Ces photographies, les
renseignements qui les accompagnent nous donnent une vision
particulièrement caractéristique de ce que fut l'agonie de Port-Arthur
et de l'âpreté de la lutte où les Russes devaient succomber._


L'ATTAQUE DE KEKAUSAN-NORD.

Le fort russe de Kekausan-Nord, écrit M. d'Adda, fut l'un de ceux que
les Japonais attaquèrent le plus furieusement. Du 26 au 30 octobre ils
dirigèrent contre lui, avec des obus de 28 et de 12 centimètres, une
canonnade terrible, afin d'en démolir la caponière qui formait, à
l'avant, contrescarpe et de préparer ainsi l'attaque d'infanterie qu'ils
projetaient.

Dans l'après-midi du 30; les parallèles japonaises étaient arrivées à 150
mètres environ de cette caponière. Alors, deux bataillons nippons se
ruèrent à l'assaut de la position russe. Mais un feu meurtrier les
accueillit. En un clin d'oeil, ils furent comme fauchés. Sur la pente
rougie de leur sang les cadavres demeuraient accroupis, la plupart
tenant toujours, dans leurs mains crispées, leurs fusils, dont les
baïonnettes scintillaient au soleil.

Ils attendirent là une dizaine de jours, dans cette suprême attitude
héroïque. L'odeur qu'ils dégageaient était telle, que les combattants,
des deux côtés, en étaient par moments suffoqués. La position, pour les
soldats russes dans leur fort comme pour les Japonais dans leurs
tranchées, devint intenable.

Un jour, on vit sortir de l'une des parallèles un médecin japonais
parlant russe. Il agitait un drapeau de la Croix-Rouge. Contrairement à
leur habitude (qui, d'ailleurs, est aussi celle des Japonais), les
Russes ne firent pas feu. Le médecin avança, très calme, vers l'ouvrage
et, à 50 mètres environ, s'arrêta.

--Holà! braves camarades du fort! cria-t-il.

Un officier russe de taille herculéenne se dressa sur le parapet:

--Que demandez-vous? interrogea-t-il.

--Voulez-vous bien nous permettre de venir chercher nos morts?

--Mais oui... Seulement ne venez pas plus qu'une dizaine d'hommes et,
bien entendu, sans armes...

--Très bien, c'est convenu! Merci, camarade.

--Adieu, camarade.

Et les Japonais purent enlever ces cadavres à demi décomposés.

A la date du 26 novembre les parallèles japonaises n'étaient plus qu'à
quelques mètres de la caponière. On fit exploser la mine; puis on
attendit encore quatre jours, comme si l'on avait hésité à donner
l'assaut décisif à cette fortification éventrée. Enfin, le 30, après une
lutte désespérée à la baïonnette, les petits hommes jaunes s'emparèrent
de la caponière. Mais aujourd'hui encore (2 décembre) le fossé et
l'escarpe sont aux mains des soldats du tsar.


UN DÉSERTEUR RUSSE

A une casemate de la 1ère division où j'étais, et d'où l'on voit, à
l'oeil nu, distinctement, les maisons des nouveaux quartiers de
Port-Arthur, la caserne des cosaques, le cimetière, des arbres, de-ci de
là, des cheminées hérissant les toits, hier, des soldats japonais ont
apporté, sur leurs épaules, un caporal de chasseurs sibériens, un
déserteur venu se livrer à eux.

Il était gai, le misérable, on lui avait donné à boire, promis de
l'argent et il a fourni aux officiers des indications précieuses. Par
exemple, il a fait connaître aux Japonais dans quelles maisons de
Port-Arthur on fabriquait les cartouches et dans quelles autres maisons
il y avait des dépôts de munitions. Les Russes ont multiplié ces
ateliers et ces dépôts en différentes places, précisément pour éviter
les dangers et les conséquences d'une explosion qui eût été désastreuse
si l'on avait réuni tous ces établissements.

Or, il y avait tout près du cimetière un édifice que les Japonais
croyaient abandonné et sur lequel ils ne tiraient jamais.

Ils apprirent par le déserteur russe que cet édifice était un des dépôts
de munitions les mieux fournis de la place et à l'aide du périscope
relevèrent exactement sa situation.

Immédiatement, le téléphone fonctionna, transmit des ordres aux
batteries de la 1ère et de la 6e division, et quelques minutes après une
trombe de fer s'abattait sur le dépôt de munitions. Il croula comme un
château de cartes, pendant qu'une grande fumée blanche se dégageait des
débris. Des détonations suivies et formidables attestèrent qu'il y avait
encore à cette place des munitions d'artillerie.

J'ai vu le traître dans la casemate où on l'avait relégué. Quand il
m'aperçut, qu'il découvrit cet Européen parmi les Jaunes, il devint
stupide, terrifié. Et un officier japonais qui était là me dit: «A
présent nous fusillerions bien volontiers cette canaille.»

[Illustration: Le fort de Kekausan-Nord.]

[Illustration: Coupe en A-B de l'escarpe, du fossé et de la caponière du
fort de Kekausan-Nord.]

[Illustration: Plan de la caponière du fort de Kekausan-Nord et des
parallèles japonaises creusées pour l'attaque.]

[Illustration: Ce que les soldats japonais du 7e régiment (9e div.) ont
trouvé dans une tranchée prise aux Russes: une mitrailleuse Maxim, une
torpille marine (dont les Russes se sont souvent servis comme mines), un
tambour, etc. L'obus couché est un obus de 30 centimètres lancé par le
«Sevastopol», le 30 octobre, et qui n'a pas explosé.]

[Illustration sur deux pages: Hakaghinsan en haut. Plus bas les deux
forts de Kekausan et Kekausan S.-E.
Montagne d'Or. Sur la ligne noire inférieure, dans la fumée, sont les
forts: Kekausan Nord et Bandjusan.
Dans la fumée, les deux forts de Shojusan et Nirjusan (dits: forts
Erlongshan). Au-dessus, les trois forts de Itzushan et Autzushan I et
II, et la colline de 203 mètres.
Au loin: presqu'île de Laotishan.
Ce qu'on voyait tous les jours des positions japonaises, pendant le
bombardement de Port-Arthur.--Photographie prise de Hachimaki-Yama.]

[Illustration: Batterie des obusiers de 28 centimètres de la 1re
division. Cinquante obusiers de ce calibre (28cm.) bombardaient
Port-Arthur. C'est l'un de ces engins (appartenant à la 9° division)
qui, à 7,400 m. de distance, après 45 coups d'essai de pointage, incendia
et coula en cinq coups consécutifs le croiseur russe «Baya», réfugié
dans le port.]

[Illustration: Le dépôt des obus de 28 centimètres. Ce sont ces
projectiles qui ont détruit la flotte enfermée dans le port et ont causé
dans la ville et dans les casemates le plus de ravages.]

[Illustration: Le transport des obus du dépôt général aux batteries. Un
service de wagonnets sur rails avait été reconnu nécessaire pour le
déplacement de ces énormes projectiles.]

[Illustration: Un tube lance-fusées dans une tranchée avancée (1re
division). Les Japonais lançaient des fusées lumineuses sur les
positions russes pour découvrir les mouvements nocturnes des assiégés.]

[Illustration: Un chef de coolies chinois. Cinq mille coolies étaient
affectés à l'enlèvement des malades et des blessés autour de Port-Arthur
et ne suffisaient pas à la besogne.]

[Illustration: Une tranchée parallèle japonaise dirigée vers une
position russe du groupe des forts de Bandjusan.
Vue le 17 novembre des positions de Hachimaki-Yama.]

[Un vieux canon qui a coopéré à la chute de Port-Arthur, Des pièces de
ce modèle ancien avaient été placées en grand nombre sur toutes les
positions japonaises et utilisées au lancement de nouveaux obus de 7cm
1/2 à grande puissance explosive.]

[Illustration: Le lieutenant-colonel Terada (1er régiment d'inf.), qui a
enlevé la position de Hachimaki-Yama.
Lancés à l'assaut de cette forte position, le 1er et le 2e régiment
furent décimés; le général qui était à leur tête et le colonel du 1er
régiment furent tués. Le 2e régiment se replia. Le lieutenant-colonel
Terada, avec les débris du 1er régiment s'entêta et conquit la
position.]

[Soldats du 7e régiment portant des blessés aux ambulances.
Les coolies chinois ne vont pas aux postes avancés où pleuvent les obus
et les balles, achevant parfois les blessés et tuant les brancardiers.]

[Illustration: Le quartier du général Nogi.
Le commandant en chef des troupes de siège avait fixé son quartier
général dans le village de Tobo-Chan et lui-même s'était installé dans
une de ces modestes cases chinoises.]

[Illustration: Le quartier général de la 1ère division.
De ce campement, au pied de la colline de Takasaki-Yama, à l'extrême
droite de l'armée japonaise, on devine, tout à l'arrière-plan, la baie
des Pigeons.]

[Illustration: Une jeune Chinoise aux champs.
En dépit du duel d'artillerie incessant, les femmes de Mandchourie
travaillent dans les champs, se garant seulement, d'un geste instinctif,
au sifflement des obus.]


LES DÉTAILS DU SIÈGE DE PORT-ARTHUR VUS PAR LA PHOTOGRAPHIE

_Clichés de M. Lorenzo d'Adda._

[Illustration: Maisons de Dalny incendiées par les Russes avant
l'évacuation.
Les maisons incendiées ne représentent que 25% des constructions. Toutes
celles qui sont en bon état sont bondées de blessés ou de malades. Dalny
n'est qu'un immense hôpital.]

[Illustration: Arrivée de blessés et de malades à Dalny.
Tous les jours arrivent à Dalny, des camps japonais, un ou deux trains
chargés de blessés et de malades. De la gare, ils sont portés par les
coolies dans un des innombrables hôpitaux improvisés partout.]

[Illustration: Dans une tranchée avancée de la 9e division.
«Le jour où j'ai visité cette tranchée, écrit M. d'Adda, les soldats
avaient été informés qu'ils sortiraient pendant la nuit pour un assaut.
De petits mortiers en bois étaient préparés pour lancer des grenades. Un
silence tragique régnait. Les officiers parlaient à voix basse. Parfois
on échangeait des appels ou des coups de fusil avec la position russe,
distante de moins de 250 mètres.»]

[Illustration: Les blessés.
Les obus et les shrapnells russes tombaient jour et nuit sur le terrain
occupé par les Japonais. Des centaines de soldats étaient atteints
chaque jour et de nombreux coolies chinois étaient occupés sans relâche
à recueillir morts et blessés.]

[Illustration: Les morts.
De grands espaces sont couverts de petits piquets de bambou qui marquent
la place où sont ensevelis les soldats morts. Pour les officiers, les
tombes sont un peu moins rudimentaires; sur un tertre entouré de pierres
se dressent des pieux portant des épitaphes. «Cette photographie, écrit
M. d'Adda, représente un soldat pensif devant deux tombes d'officiers.»]

[Illustration: LA MEILLEURE CARTE DES DÉFENSES DE PORT-ARTHUR PUBLIÉE AU
JAPON.
En nous envoyant cette carte, M. Lorenzo d'Adda nous écrit: «C'est la
plus exacte de toutes celles qui ont été publiées tant au Japon qu'en
Europe. Elle mentionne tous les points intéressants pour l'intelligence
de mes photographies. La ligne pointillée indique l'avance japonaise à
la fin de novembre.»]

[Illustration: LE VOYAGE DE LA MISSION DIPLOMATIQUE FRANÇAISE DE TANGER
A FEZ.--L'embarquement à Tanger.]

L'incident qui avait un moment retardé le départ de l'ambassade que le
ministre de France, M. Saint-René-Taillandier, était chargé de conduire,
à Fez, vers le sultan du Maroc, cet incident est heureusement aplani. Au
moment où les pessimistes commençaient à redouter de graves
complications, une lettre écrite au nom du sultan par Ben Sliman était
adressée directement à notre représentant et apportée en hâte, à Tanger,
par un courrier spécial.

Le sultan y disait, en substance, qu'il avait appris avec une profonde
douleur et une grande surprise l'ajournement du départ de l'ambassade et
les autres mesures annoncées par le ministre de France, qu'il n'avait
jamais pensé se priver des services de la mission militaire française et
que son représentant à Tanger avait mal interprété sa pensée en
annonçant le renvoi de cette mission.

Il suppliait donc M. Saint-René-Taillandier de ne pas laisser partir de
Fez le consul de France, ni la mission militaire, et il demandait en
même temps à notre ministre de se rendre le plus rapidement possible à
Fez pour resserrer les liens d'amitié entre les deux pays et prendre, de
concert avec le gouvernement chérifien, toutes les mesures qui seraient
utiles pour arriver à ce résultat.

Nous ne pouvions demander davantage. M. Saint-René-Taillandier fut
aussitôt autorisé par le quai d'Orsay à se mettre en route pour Fez et
le croiseur _Du-Chayla_, mis à la disposition de la mission pour la
conduire au port de Larache, vint mouiller en rade de Tanger.

Le 11 janvier, à 2 heures de l'après-midi, la mission s'embarquait.

Elle se compose, sous la haute direction de M. Saint-René-Taillandier,
de M. de Saint-Aulaire, premier secrétaire d'ambassade, du capitaine
Jouinot-Gambetta, attaché militaire, de M. Pelletier, troisième
secrétaire, et des drogmans et interprètes de la légation.

Les autorités marocaines de Tanger, le gouverneur en tête, et plusieurs
représentants des autres puissances étaient venus saluer les membres de
la mission française avant leur départ et les ont accompagnés jusqu'au
quai où les attendait la chaloupe qui devait les amener à bord du
_Du-Chayla._

Le voyage se passa sans incident et la traversée fut superbe. Le soir
même, à 6 h. 30, le croiseur jetait l'ancre devant Larache, salué par le
canon de la vieille forteresse. Mais en raison de l'heure avancée et de
l'état de la barre qui défend l'entrée du port, on dut remettre le
débarquement au lendemain.

Dès le matin, des barcasses appartenant au sultan conduisaient tout le
monde à terre, où une réception grandiose était faite à la mission par
le pacha. Des ordres avaient été donnés évidemment par le Maghzen pour
qu'on fit l'impossible afin d'effacer la mauvaise impression causée par
l'incident.

[Illustration: M. Saint-René-Taillandier, ministre de France, accompagné
à son départ par les autorités marocaines de Tanger.]

[Illustration: Larache, sur la côte occidentale du Maroc, où la mission
a débarqué pour prendre la route de Fez.]

[Illustration sur deux pages: UNE FANTASIA AU MAROC: APRÈS LE COUP DE
FEU.
Photographie instantanée de M. Veyre.]



NOTRE VOISIN LE SIAM

L'entente cordiale avec l'Angleterre a amené, comme conséquence directe,
l'entente cordiale avec le Piani. La semaine dernière, un fait s'est
passé, presque inaperçu dans le brouhaha politique, et cependant
d'importance. Le Siam nous a rendu une partie de ces provinces du Grand
Lac, qui appartinrent au Cambodge, notre protégé, et qui lui avaient été
ravies par la conquête. Dans le même temps, nous lui rendions
Chantaboun, que nous occupions comme gage temporaire. Le lendemain, on
annonçait que le roi de Siam avait manifesté le désir d'envoyer un de
ses frères, le prince Damrong, ministre de l'intérieur, saluer le
gouverneur général de l'Indo Chine. M. Beau a adressé une invitation au
prince, qui se rendra prochainement à Hanoï. Ainsi se manifeste par des
actes la fin d'une trop longue période de suspicions, d'hostilités plus
ou moins ouvertes et de colères.

Dans l'intérêt de notre empire indo-chinois, nous devons nous féliciter
de ce changement de politique. Aujourd'hui, notre Indo-Chine, de la
frontière chinoise au pays de Kratt, a ses frontières tracées; ses
populations sont pacifiées; son organisation, achevée. Ce qu'il lui
faut, désormais, mais nécessairement, c'est la paix qui lui permettra
d'achever ses canaux, ses routes, ses chemins de fer, de mettre en
exploitation ses richesses agricoles et bientôt, nous l'espérons,
industrielles, et enfin, s'il faut tout dire, de se fortifier contre des
agressions toujours possibles. La conquête est achevée, la mise en
valeur commence. Pour l'exécution de ce nouveau et difficile programme,
nous nous trouverons bien de l'amitié du Siam.

Et, par surcroît, nous nous donnerons ainsi l'occasion de mieux étudier
cette civilisation si curieuse, aujourd'hui en contact avec la nôtre.

Les photographies qui illustrent cet article nous révèlent précisément
un Siam que nous ne faisions que soupçonner.

Descendant, sur le front des troupes, d'un magnifique landau aux grandes
glaces, la reine Sowaya Pongsi met pied à terre dans un costume
inattendu et qui paraît des plus seyants. Et c'est dans ce même costume,
blouses blanches, culottes noires, souliers à boucles, que s'avance,
dans une cour du palais, l'alerte troupe des princesses, filles du roi.
On admirera leur corps souple et bien proportionné. Selon l'expression
d'un ancien voyageur, Mouhot, ces jeunes femmes n'ont rien à envier «aux
modèles convenus de notre statuaire». Le teint est olivâtre, les
pommettes des joues saillantes, les yeux noirs, taillés en amande et
légèrement bridés.

[Illustration: La reine de Siam descendant de voiture.]

[Illustration: Défilé des princesses de la famille royale.]

[Illustration: LA COUR DE SIAM.--S. M. le roi Chulalongkorn et son
état-major.]

La reine, les princesses, toute la famille royale et toute la La cour se
rendaient, le jour où ces photographies ont été prises, à une des plus
significatives cérémonies religieuses du Siam.

Les Siamois sont des bouddhistes orthodoxes, et ils le sont avec
ferveur. Leur ardeur religieuse s'atteste de la manière la plus
manifeste par le grand nombre de bonzes qu'ils nourrissent et
entretiennent. Elle s'affirme encore par la multiplicité des pagodes et
des sanctuaires. Les riches, non contents de faire des donations,
construisent un temple qu'ils se plaisent à enrichir et où doivent être
déposées leurs cendres: les pauvres donnent au moins une idole du
bouddha. Enfin, la profondeur du sentiment religieux de ce peuple éclate
dans la vénération dont est entouré le roi.

Les titres les plus pompeux lui sont prodigués. Il est par excellence le
_Phrah_, vieille expression cambodgienne qui peut se traduire par
«saint, divin, dieu, sacré, auguste», et qui s'applique, en effet, au
bouddha, aux dieux, au roi, aux princes, aux bonzes. Il est encore le
_Brah Pad Samtac_, «seigneur aux pieds sacrés», le _Chao Jivit_, «maître
des vies», _le Chao Phen Ti_, «maître de la surface de la terre», le
_Brah Maha Krasat_, «le saint et grand roi». Tels sont les titres qui
appartiennent à ce souverain, qu'un de nos instantanés représente
cependant sous une tenue sans faste, avec des allures simples, modestes
et qui a bien un peu l'air, s'il est permis de dire, d'un de nos
officiers coloniaux. Dès que le nouveau roi a reçu la douche,
l'ondoiement symbolique de la grande «purification» qui lui vaut un de
ses titres, celui de _Pavitra_, il est tenu d'aller vénérer les cendres
de ses ancêtres et prédécesseurs dans le temple «de la grande tour»,
Maha Prasat, qui s'élève dans l'enceinte même du palais royal. Chaque
année, à peu près vers la même époque,--octobre ou novembre,--il se rend
solennellement dans les grands temples de Bangkok, pour faire ses
dévotions au bouddha et offrir aux bonzes ses présents, les «Phra
Kabhin». Les cendres de ses ancêtres sont portées devant lui et entrent
avant lui dans le temple. C'est ce pèlerinage que représentent les
dernières de nos photographies. Le roi se rend aux grands temples soit
en voiture, soit parfois à pied, soit, le plus souvent, en barque. Selon
Gervaise, le roi de Siam, dans ses sorties en bateau, était assis sur un
trône couvert de beaux tapis et enrichi de pierres précieuses; il était
entouré de six pages prosternés. Cent vingt rameurs, appelés «bras
peints» parce que telle était leur coutume, manoeuvraient en cadence
leurs rames dorées, en chantant à voix basse des airs qui devaient être
anciens et traditionnels. A l'arrière, un petit étendard, fait d'une
feuille d'or, distinguait la pirogue, le _balon_ royal, dont le timonier
était frappé s'il se laissait emporter par le courant et décapité s'il
tombait à l'eau sans que son timon fût cassé dans ses mains. Deux
_balons_ d'honneur flanquaient celui que montait le roi: d'autres, en
grand nombre, le suivaient ou le précédaient. Le lecteur pourra
s'assurer par nos illustrations photographiques de l'exactitude de ces
descriptions. G. R.

[Illustration: Les princes, frères du roi, photographiant le cortège.]

[Illustration: S. M. le roi Chulalongkorn en palanquin.]

[Illustration: LE DÉFILE SUR LE MENAM DES BARQUES ROYALES ET
PRINCIÈRES.--La grande barque-pagode est celle qui précède toujours la
barque royale; elle porte les cendres des ancêtres de la dynastie.]



Documents et Informations.


Une locomotive sans charbon ni eau.

Une locomotive est actuellement en construction pour le Southern Pacific
railroad, aux Etats-Unis, qui, si l'on en croit certains experts, est
destinée à révolutionner les transports par voie ferrée. Ne nous hâtons
toutefois pas trop de nous émouvoir; ce n'est pas la première fois qu'on
nous annonce des révolutions de ce genre. La nouvelle locomotive marche
électriquement, mais elle produit elle-même son électricité; elle
consiste en un moteur à combustion interne du type non explosif qui
actionne une dynamo. Aussi cette locomotive n'a-t-elle ni charbon ni
eau; elle ne fait point de poussière ni de fumée. Elle marchera à 160 et
180 kilomètres à l'heure, sans difficulté, et porterait sans peine avec
elle le combustible nécessaire à un trajet de près de 5,000 kilomètres.
Ce qui caractérise la nouvelle locomotive, c'est qu'au lieu d'envoyer
dans l'atmosphère 90% de l'énergie disponible dans la houille, en n'en
conservant que 4% dans les chaudières, ce qui fait qu'à la roue on n'en
a que 2 1/2%, son coefficient d'utilisation est de 38% au point de vue
thermique, l'utilisation aux axes étant de 28.35: onze fois ce que donne
la locomotive. Le moteur est à quatre temps. Un réservoir à air comprimé
actionne un piston qui aspire de l'air; au second temps, l'air est
comprimé à haute pression et à haute température; au troisième temps, du
pétrole est injecté dans cet air incandescent; au quatrième, a lieu
l'expulsion du gaz. C'est au troisième temps que se fait le travail: la
combustion du pétrole se fait pendant une partie du temps seulement.

Attendons maintenant de savoir ce que donnera la nouvelle locomotive. En
tout cas, il est permis d'exprimer cette opinion que la locomotive
ordinaire actuelle est un outil barbare, qui est la cause d'un
gaspillage effroyable.


Le Lion de Chéronée.

Il y a deux ans (7 avril 1903) nous publiions une photographie des
ruines du Lion de Chéronée, élevé par la piété des Thébains à la mémoire
de leurs trois cents compatriotes du «Bataillon sacré» tombés en
défendant la patrie contre l'assaut de Philippe de Macédoine, en 300
avant Jésus-Christ. Ces débris avaient grande allure, et la tête du
lion, toute fruste et mutilée qu'elle fût, conservait une noblesse de
style, une fierté d'expression très impressionnantes.

On a, comme nous le disions alors, entrepris de restaurer ce monument
vénérable. M. L. Sokhos, l'artiste qu'on a chargé de cette tâche, y a
apporté tout le soin pieux dont il était capable, y a mis toute son âme.
Le monument, réédifié, sur son socle, domine maintenant le champ sacré
de Chéronée et va être de nouveau inauguré au printemps, en une fête qui
n'aura certes pas, quoi qu'on fasse, le caractère de celle dont il put
être le témoin le premier jour où il se dressa à cette place. D'aucuns
trouveront que les morceaux en étaient plus augustes et plus émouvants
que ne paraît être la restitution. Les ennemis des «restaurateurs» n'ont
pas toujours si grand tort qu'on le pense. Mais les «restaurateurs» sont
tenaces!

[Illustration: Le Lion de Chéronée reconstitué.--_Phot. Comm. par M.
Caclamanos._]


Le théâtre français en Amérique.

La nouvelle d'un curieux événement théâtral nous arrive de Cambridge
(Etats-Unis): pour sa dix-huitième représentation annuelle, le Cercle
français de l'université d'Harvard a donné les _Folies amoureuses_, de
Regnard, avec le prologue et le ballet de la Folie, c'est à-dire la
pièce dans toute son intégrité, telle que l'auteur l'offrit au public
parisien il y a deux siècles. Les organisateurs de ce spectacle ont même
poussé plus loin l'esprit d'initiative dont ils sont coutumiers: déjà,
en 1899, ils avaient eu la bonne fortune de «monter» la «première» du
_Pédant joué_ de Cyrano de Bergerac; cette fois, ils ont réussi à
découvrir le manuscrit original de la partition composée par Gilliet
pour accompagner l'oeuvre de Regnard en 1704, partition qui ne fut
jamais imprimée et a disparu du répertoire de la Comédie-Française.

Malgré les difficultés techniques d'interprétation, la partie musicale
n'a pas obtenu un succès moins vif que la pièce elle-même, où la sûreté
et la finesse de leur jeu ont valu aux acteurs les applaudissements
enthousiastes d'une nombreuse assistance. Notons que, la troupe étant
exclusivement formée d'étudiants, sous la direction du professeur
Bernard, les rôles de femmes étaient tenus par des hommes qui, sans
compter l'habile simulation de la voix et du geste féminins, surent
tirer le meilleur parti des artifices du maquillage, des postiches et du
costume.

Cette représentation méritait d'être signalée, ne fût-ce qu'à cause de
la très intéressante reconstitution des _Folies amoureuses_; mais il
convient de remarquer en outre que le Cercle français de l'université
d'Harvard n'en est pas à son coup d'essai. Voilà dix-huit ans, en effet,
qu'il est fondé et qu'il s'efforce de faire connaître au public
américain les chefs-d'oeuvre de notre art dramatique, interprétant en
français Molière, Racine, Corneille, Beaumarchais, voire Labiche; ainsi,
avec ses conférences inaugurées en 1898, il apporte une intelligente
contribution à l'oeuvre de la Fédération de l'Alliance française aux
Etats-Unis pour la propagation de notre langue et de notre littérature.

[Illustration: Les étudiants du Cercle français de l'université
d'Harvard se préparant à une représentation des «Folies amoureuses» de
Regnard.]



LE «BOUCLAGE» DU GYROSCOPE.

Les champions du _looping_ semblent avoir adopté la proverbiale devise
de Nicolet: «De plus fort en plus fort»! Après le «bouclage» de la
boucle, le «cercle de la mort», la «flèche humaine» et tant d'autres
prouesses prodigieuses, ce genre d'acrobatie vient de s'enrichir d'une
nouvelle création récemment inaugurée dans un de nos music-halls
parisiens: le «bouclage» du gyroscope.

L'ingénieux appareil construit par M. Roquejoffre consiste
essentiellement en une énorme roue métallique de 4 mètres de diamètre
qui, semblable à une roue de cycle, est adaptée à une solide colonne de
support en fonte; grâce aux roulements à billes, elle peut aisément à la
fois tourner dans le plan vertical et pivoter dans le plan horizontal;
enfin, un contrepoids d'environ 250 kilogrammes assure l'équilibre du
système. Quant à la piste, dont les lamelles de bois légèrement espacées
augmentent l'adhérence, elle est établie en porte-à-faux sur la face
extérieure de la jante.

Ceci posé, voici comment s'exécute l'exercice. L'homme se met en piste
sur une bicyclette un peu plus lourde qu'une machine ordinaire; il
pédale d'abord rapidement et, par l'intermédiaire des roues adhérant aux
lamelles, tel un écureuil faisant tourner sa cage, il imprime un
mouvement inverse au gyroscope; puis, il se cale, s'arrête brusquement
et le gyroscope l'entraîne en arrière. A une certaine hauteur, la force
ascensionnelle devenant nulle, le cycliste se lance de nouveau en
pédalant; alors son poids, la rapidité de la descente le projettent en
avant et, en répétant le même effort, il parvient, au bout de plusieurs
reprises à la partie supérieure du gyroscope, qu'il boucle six ou huit
fois de suite.

[Illustration: Le gyroscope acrobatique.]



L'ÉPAISSEUR DES CHEVEUX CHEZ L'HOMME SAIN ET CHEZ L'HOMME MALADE.

Un médecin japonais, le docteur Matsuura, de Kioto, a fait de curieuses
observations sur les variations d'épaisseur des cheveux et sur les
conditions dans lesquelles ces variations se produisent.

L'auteur est parti de cette idée que la nutrition du cheveu doit, comme
celle de l'ongle, dépendre de l'état de la nutrition générale et que, si
la consistance, le volume et la coloration de l'ongle subissent des
altérations dans les parties qui croissent dans le cours d'une maladie,
il doit en être de même de la consistance, du volume et de la coloration
du cheveu.

L'observation a confirmé ces prévisions théoriques, et M. Matsuura a
constaté que, dans le cours de presque toutes les maladies aiguës ou
chroniques, la partie des cheveux qui avait poussé durant la période
morbide avait une épaisseur inférieure à l'épaisseur normale. Cette
diminution d'épaisseur variait d'un dixième à un quart, alors que les
inégalités normales n'atteignaient jamais un dixième.

Comme on pouvait s'y attendre, c'est dans les maladies de longue durée,
la fièvre typhoïde, et surtout la phtisie, que cette altération était le
plus accentuée. Les seuls cas où l'auteur n'ait pu constater aucune
trace de ce phénomène sont ceux où la mort était arrivée soit
subitement, soit dans un temps très court, comme dans les ruptures
d'anévrisme, les embolies, les fractures du crâne ou autres accidents
mortels.

En même temps que la diminution de l'épaisseur des cheveux, l'auteur a
observé l'interruption de leur couche médullaire et leur friabilité. Les
cheveux des malades s'épilent aussi plus facilement.

Ces observations ne constituent pas une simple curiosité médicale.
Pratiquement, elles peuvent servir à rétablir l'histoire des maladies
d'un individu et, en médecine légale, à contrôler certaines affirmations
et à vérifier des identités douteuses.



COMMENT S'APPELLE LA PLUS HAUTE MONTAGNE DU GLOBE?

Jusqu'ici, quand on demandait quelle est la plus haute montagne du
globe, les gens bien informés répondaient sans hésitation: «Le mont
Everest ou Gaurisankar, dans l'Himalaya; 8,840 mètres.» Il va falloir
changer cela, en conséquence des récentes investigations qui ont mis fin
à des discussions qui duraient depuis longtemps déjà. Quand le pic de
8,840 mètres fut découvert, la science géographique lui donna un numéro
d'ordre, en l'absence de toute dénomination indigène. Ce fut le pic XV.
En 1856, L'_Indian Surrey_ proposa de donner au pic XV le nom de son
ancien chef, Everest. Ce qui fut fait. Mais en 1857, Schlagintweit vint
tout troubler. Il avait vu, de Kaulia, un sommet très élevé que les
indigènes de la région nommaient Gaurisankar, et il ajoutait que ce
Gaurisankar n'était autre que le pic XV ou Everest du gouvernement
indien. Le nom indigène devait prévaloir, disait le voyageur allemand
qui n'était peut-être pas fâché de vexer un peu les Anglais. Mais
ceux-ci répondaient qu'il devait y avoir erreur. Ils ne niaient pas
l'existence du Gaurisankar, mais contestaient que cette montagne fût la
même que l'Everest. Il devait y avoir deux pics. De nombreux mémoires
furent écrits pour et contre; mais on fit mieux: on explora, et, pour
achever de faire la lumière, une expédition fut envoyée au Népaul en
1903. Cette expédition a réglé le différend.

Elle a fait voir qu'effectivement, l'Everest et le Gaurisankar sont deux
pics bien distincts. Ils sont même à 57 kilomètres de distance et
appartiennent à deux massifs différents.

Le plus élevé est le pic XV ou Everest; le Gaurisankar (pic XX de
l'_Indian Surrey_), de l'autre côté de la vallée du Dudh Kosi, n'a que
7,143 mètres. L'Everest est considéré comme en ayant 8,840: la récente
exploration a obtenu trois chiffres, par trois visées différentes:
8,767, 8,817 et 8,840 mètres; elle a retenu la plus forte, déjà obtenue
par d'autres géographes. Il faut donc, à la question posée plus haut,
répondre désormais: «Mont Everest, 8,840 mètres.» Il paraîtrait aussi
que le nom de Gaurisankar serait une erreur; il n'y aurait pas de
Gaurisankar. Il y aurait une cime très élevée, voisine de l'Everest,
présentant deux sommets. Ces sommets auraient chacun leur nom: le plus
élevé serait le Sankar et l'autre le Gauri.

Il ne faut plus parler du Gaurisankar, mais seulement du Gauri et du
Sankar.

C'est le Sankar qui aurait 7,143 mètres.



LE NOUVEAU TRAITEMENT DES NÉPHRITES.

Depuis peu de temps une nouvelle méthode s'est introduite dans la
thérapeutique des néphrites: c'est la méthode opothérapique, préconisée
par le professeur Renaut, de Lyon, et qui consiste à traiter ces
affections si redoutables et si pénibles par la macération de rein de
porc.

MM. M. Page et Dardelin, qui ont utilisé cette méthode, ont communiqué à
la _Presse médicale_ leurs impressions sur les résultats obtenus par
eux. Celles-ci sont très satisfaisantes. Ils ont soigné 18 cas par la
méthode lyonnaise et, dans 16 cas, l'albumine a totalement disparu.
Voici quelques renseignements sur la méthode. Le remède se prépare en
coupant un rein de porc en menus morceaux qu'on lave avec de l'eau
fraîche pour enlever ce qui pourrait rester d'urine. Après quoi on fait
un hachis de ces morceaux de rein et on le pile jusqu'à ce qu'il forme
une bouillie qu'on met dans 300 grammes d'eau fraîche additionnée de sel
(à la dose de 7 gr. 50 0/00). On laisse macérer trois heures, au frais,
en remuant de temps en temps. C'est le liquide de macération qui
constitue le remède: on le boit en trois fois dans la journée,
additionné de julienne froide, par exemple, pour masquer le goût qui
d'ailleurs n'est pas trop mauvais. Le traitement doit se prolonger
pendant dix jours consécutifs. La macération doit être faite chaque
jour, car elle ne se conserve pas du jour au lendemain; il faut la
conserver à la glace pour éviter un commencement de fermentation.

Même dans des cas d'artériosclérose avancée, la méthode expérimentée par
MM. Page et Dardelin leur a donné d'excellents résultats: plusieurs mois
après le traitement, l'albumine n'avait pas reparu. Aussi faut-il
espérer que les médecins mettront à l'épreuve le procédé inauguré par M.
Renaut et que leurs malades s'en trouveront aussi bien que ceux de MM.
Page et Dardelin.



Mouvement littéraire.

_L'Indo-Chine française_, par Paul Doumer (Nony, 10 fr.).--_Péking
pendant l'occupation étrangère en 1900-1901_, par le lieutenant-colonel
Guillot (Lavauzelle, 3 fr. 50).


L'Indo-Chine française.

Pendant cinq ans, de 1897 à 1902, M. Doumer a gouverné l'Indo-Chine, où
il succédait à M. Rousseau. Ce sont ses souvenirs de là-bas et son
administration que le nouveau président de la Chambre expose dans son
livre. Pas de phrases inutiles en ces pages. L'auteur est avant tout un
homme d'action qui s'amuse peu aux bagatelles littéraires et aux
redondances oratoires. Il écrit comme il parle et comme il agit.
Quelquefois cependant sa concision se pare, comme lorsqu'il rend sa
vision des ruines kmères de Watpou, au Cambodge, et d'Angkor, au royaume
de Siam. «Tout est grand ici, tout est colossal: la végétation, les
ruines, les souvenirs. On ne peut s'empêcher d'admirer les arbres, dont
les fûts, que vingt bras n'entoureraient pas, s'élèvent vers le ciel,
droits, vigoureux, altiers, comme s'ils s'étaient nourris de la chair
des morts qui dorment à leur ombre.» Mais peut-être n'est-ce pas quand
il monte jusqu'à la poésie que M. Doumer nous semble supérieur. Il
excelle dans le récit tout nu, dans l'élégante et sobre manière dont il
use pour narrer ce qu'il a vu et les réformes qu'il a accomplies.

Débarqué à Saigon, le 13 février 1897, il commence par étudier la
Cochinchine, dont il nous dit le climat et les ressources. Là règne une
chaleur humide et accablante, et beaucoup d'insalubrité; mais de cette
terre molle, fertile, sort en abondance le riz dont l'exportation
annuelle s'élève de 80 à 100 millions de francs. Les habitants logent
dans des cases en bambou, aussi peu confortables que possible; ils ont,
par commune, une maison des notables et un marché couvert.

Sans s'attarder dans ce coin sud de la colonie, M. Doumer gagne par mer
le Tonkin, où il trouve une température moins supportable encore que
celle de la Cochinchine, mais en revanche des villes comme Hanoï, le
riche delta du fleuve Rouge, une population plus forte, plus laborieuse,
des artistes, des fondeurs de cuivre, des orfèvres, des nielleurs,
d'habiles brodeurs de soie. La Cochinchine nous appartient: le Tonkin,
dépendant de l'Annam, est un protectorat, en ce sens que les mandarins
nous servent d'intermédiaires pour administrer la population indigène:
les intérêts de chaque commune sont gérés par un conseil de notables qui
répartissent l'impôt, lequel est perçu en bloc par les mandarins et
livré au résident français. A Hué, M. Doumer est allé visiter le roi
d'Annam et s'est aperçu des exactions commises par l'administration
locale du pays. Après le roi Thanh-Thaï, ce fut au tour de Norodom de
recevoir le nouveau gouverneur général qui le trouva dans sa résidence
de Pnom-Penh, la capitale du Cambodge.

M. Doumer établit, dans cette région surtout indienne de la colonie, un
conseil de six ministres indigènes, sous la présidence du représentant
de la France. Les décisions de cet aréopage sont soumises à la signature
du roi et contre-signées pour être exécutoires par le résident supérieur
(juillet 1897).

Mais quelle résistance de Norodom quand, deux ans après, on supprima les
jeux publics si fructueux pour sa cassette personnelle! Avec la nouvelle
organisation du Cambodge, le trésor public augmenta, sans créer de
nouvelles charges, et la richesse de cette contrée prit des
développements que note M. Doumer. Les dernières excursions du
gouverneur général eurent pour théâtre le Laos, une des cinq fractions
de notre empire indo-chinois.

Nous avons, dans ces voyages multipliés, la première preuve de
l'activité de M. Doumer. Maintenant quelles modifications apporta-t-il
dans le gouvernement de la grande colonie, quelles améliorations dans
ses produits et dans son budget? Il demanda pour lui-même tous les
pouvoirs qu'un ministre peut avoir en France, dans son département.
Jusqu'à sa venue, dit-il, le gouvernement général étant trop faible, les
efforts manquaient de coordination et d'unité. Pour arrêter les budgets
annuels, il créa un Conseil supérieur de l'Indo-Chine et, en même temps,
pour l'épanouissement de la fortune publique, des chambres de commerce
et des chambres d'agriculture, un service des douanes et des régies
financières. A son arrivée, la Cochinchine était obérée, le Tonkin et
l'Annam en déficit. Grâce à une surveillance attentive et à des impôts
sur le sel, sur l'alcool, sur l'opium, les recettes furent bientôt
supérieures aux dépenses. Un budget général (31 juillet 1898) fut
établi, avec le souci toutefois d'employer sur place les contributions
directes et de faire entrer les indirectes dans le budget commun de
l'empire. Grâce aux excédents et à un emprunt amortissable, on put
entreprendre de grands travaux, tracer un réseau ferré de 2,400
kilomètres, des canaux d'irrigation et de dessèchement, des voies
navigables, des ports.

Ne demandant plus rien à la métropole, l'Indo-Chine lui est-elle
profitable? En 1896, la France importait dans la colonie pour 50,547,037
francs; en 1901, le chiffre des importations fut de 100,067,696 francs.
L'Indo-Chine, en 1896, exportait en France pour 10,143,905 francs; en
1901 ses exportations ont monté à 39,549,995 francs.

Avant de quitter son poste, M. Doumer, inquiet, avait signalé le
prochain péril japonais. Je ne me permets, dans ces articles purement
littéraires, d'émettre aucune opinion en dehors des lettres pures. Quand
un livre intéressant se présente, je le signale au public et me contente
d'en donner la substance et d'en juger la composition. C'est ce que j'ai
fait pour les souvenirs de M. Doumer.

Péking pendant l'occupation étrangère.

M. le lieutenant-colonel Guillot était commandant du génie, lors de
l'occupation de Péking par l'armée internationale. Dans un savant
travail, il nous donne le plan détaillé de la ville. En pleine liberté,
avec la curiosité d'un amateur et d'un militaire des armes savantes, il
s'est promené dans les deux parties de la grande cité: dans la ville
tartare où se dressent le Palais impérial, le palais des Ancêtres, celui
de la Statue, avec la cathédrale française et le couvent des soeurs de
Saint-Vincent-de-Paul, et dans la ville chinoise qui possède le temple
du Ciel et le temple de l'Agriculture.

Péking n'a guère qu'une population de 600,000 à 700,000 habitants, bien
que son étendue égale presque celle de Paris. C'est qu'il y a là des
parcs, des palais avec des entours spacieux, beaucoup d'arbres. La
sécurité la plus absolue reprit bientôt possession de la ville, après
l'entrée des troupes alliées; les boutiques s'ouvrirent de tous côtés;
on circulait doucement dans ces rues naguère agitées par les Boxers.
Instructif et pittoresque, même pour les profanes, le volume de M.
Guillot se distingue peut-être par un optimisme trop marqué à l'endroit
de la Chine et de ses desseins pacifiques. E. Ledrain.


Ont paru:

HISTOIRE.--_Marly-le-Roi, son histoire (697-1904)_, par Camille Piton.
In-8º, illustré, Joanin, 15 fr.--_La Reine Margot et la Fin des Valois
(1553-1615)_, par Charles Merki. In-8º, avec portrait, Plon, 7 fr.
50.--_Les Rupelmonde à Versailles (1686-1784)_, par le comte Charles
de Villermont. In-18, Perrin, 3 fr. 50.--_Jadis_, par Frédéric Masson.
In-18, Calmann-Lévy, 3 fr. 50.--_Le Maroc d'aujourd'hui, d'hier et de
demain_, par Arthur de Gauniers. In-8º, Fume, 2 fr. 50.--_L'Empire de la
Méditerranée_, par René Pinon. In-8º, Perrin, 5 fr.

ROMANS.--_L'Amant et le Médecin_, par Gabriel de la Rochefoucauld. In-18,
Calmann-Lévy, 3 fr. 50.--_La Maison de la petite Lima_, par Pierre de
Querlon. In-18, Mercure de France, 3 fr. 50.--_Le Péché de la morte_,
par Maxime Formont. In-18, Lemerre, 3 fr. 50.--_Au-dessus de l'abîme_,
par Th. Bentzon. In-18, Calmann-Lévy, 3 fr. 50.--_La Cité ardente_, par
Henry Carton de Wiart. In-18, Perrin, 3 fr. 50.--_La Guerre
universelle_, par Auguste Niemann, traduit de l'allemand par J.
Schroeder et P. Bruck-Gilbert. In-18, Flammarion, 3 fr. 50.--_La Valise
diplomatique_, par Léon de Tinseau. In-18, Calmann-Lévy, 3 fr.
50.--_L'Election sentimentale_, par le comte de Comminges. In-18, Juven,
3 fr. 50.--_Le Droit au bonheur_, par Camille Lemonnier. In-18,
Ollendorff, 3 fr. 50;--_Mon papa_, par Julien Berr de Turique. In-18,
d°, 3 fr. 50.

POÉSIES.--_La Sonate des heures_, par Albert Reggio. In-18, Perrin, 3
fr. 50.--_Le Secret de la vie_, par Fernand Richard. In-18, Plon, 3 fr.
50.--_Oiseaux_, par Louis Mandai. In-18, Lemerre, 3 fr.
50.--_Primevères_, par Henri Dorange. In-18, dº, 3 fr.--_La Jeunesse du
saint roi Louis_, pièce en 5 actes, en vers, par Joseph Ducos. In-18,
dº, 3 fr. _Armide et Gildis_, drame en vers en 5 actes, par Camille de
Sainte-Croix. In-18, Librairie générale, 3 fr. 50.--_Les Flammes de la
vie_, par Jeanne Sienkiewicz. In-18, Vernier, 3 fr.--_Les Voix de la
terre_, par Emile Peyromaure. In-18, Victor Havard, 3 fr.



LES THÉÂTRES

Malgré ses qualités d'esprit et de bonne humeur, _le Patrimoine_, de M.
Ambroise Janvier, à l'Odéon, n'a obtenu qu'un demi-succès; l'auteur
avait trouvé un excellent sujet de comédie, il l'a traité en vaudeville;
cette confusion des genres n'a jamais porté bonheur à une oeuvre de
théâtre. Il n'en est pas moins fort plaisant d'assister aux déboires de
cet excellent notaire qui, pour sauver le patrimoine d'une famille,
dilapidé par son chef, imagine de canaliser les fugues amoureuses de
celui-ci dans la direction des femmes du monde, sous prétexte qu'elles
coûtent moins cher, et ne s'aperçoit pas que sa propre femme a entrepris
déjà le sauvetage du débauché qu'elle aime follement. A signaler, parmi
les acteurs, M. Gémier et Mlle Mégard, particulièrement remarquables.

Au Vaudeville, après _Son Excellence Dominique_, amusante comédie
politico-bureaucratique de M. J. Thorel, d'après une nouvelle de M.
Bergeret, M. Romain Coolus nous a donné, dans _Petite Peste_, quelques
épisodes d'un «Roman comique» moderne, à coup sûr plus gai que l'ancien,
et qui cependant nous le ferait regretter, tant est lamentable
l'immoralité de ces nouveaux hôtes du Chariot de Thespis. La «petite
peste», c'est une «enfant de la balle», vertueuse peut-être, mais viciée
jusqu'aux moelles par son entourage de cabotins et d'oisifs aguichés par
la liberté de ses allures. Cela finit cependant par un mariage, comme
une honnête comédie, mais la «petite peste» n'est pour rien dans ce
dénouement bourgeois: un mariage libre lui eût souri davantage,--elle le
dit, du moins. La pièce est excellemment jouée par Mlle Marthe Régnier
et Thomassin, MM. Lérand, Dubosc, Gauthier et Colombey.

Spectacle plus reposant à la Renaissance, où M. Jules Lemaître a donné
deux pièces d'une haute saveur littéraire: d'abord la _Bonne Hélène_,
l'exquise fantaisie en vers, inspirée des infortunes conjugales du roi
Ménélas, que l'on avait déjà applaudie au Vaudeville; puis, _la
Massière_, étude de moeurs contemporaines, où, par une exception rare,
ne s'agitent que des braves gens, mus par des passions honnêtes.
_L'Illustration_ va publier cette pièce; nos lecteurs trouveront à la
lire le même plaisir délicat qu'on éprouve à la voir représentée.
Bornons-nous à signaler l'interprétation supérieure qu'en donne la
Renaissance avec Mmes Brandès et Judic, MM. Guitry, Boisselot et Maury.

M. Coquelin n'a pas cessé d'être le maître comédien de notre époque; il
suffit pour s'en convaincre d'aller l'entendre, à la Gaîté, dans les
grands rôles comiques de Molière, dans _Tartufe_ et aussi dans cette
aimable pièce de _l'Abbé Constantin_ que l'on a fort heureusement remise
à la scène.

La Comédie-Française vient de célébrer le 283e anniversaire de Molière
par une excellente représentation d'_Amphitryon_, précédée d'une exquise
fantaisie en vers de M. G. Courteline, la _Conversion d'Alceste_, que
nous publierons prochainement; nos lecteurs jugeront eux-mêmes à quel
point M. Courteline a su s'approprier la langue et l'esprit de son
illustre modèle, dans cet ouvrage qui dépasse de beaucoup la portée d'un
simple pastiche. A noter le grand succès obtenu, dans le rôle d'Oronte,
par M. Brunot, le plus jeune des pensionnaires de la Comédie Française.



NOTRE SUPPLÉMENT MUSICAL

Nous publions dans notre Supplément musical de ce jour un fragment de la
3e partie de la _Croisade des enfants_, légende musicale en quatre
parties adaptée du poème de Marcel Schwob, musique de notre
collaborateur Gabriel Pierné.

Cette oeuvre, couronnée au dernier concours musical de la Ville de
Paris, a été exécutée par les soins de la municipalité le 18 janvier;
une deuxième audition publique en sera donnée le 22 janvier aux concerts
du Châtelet, sous la direction de M. Ed. Colonne.

Cette oeuvre offre ceci de particulier que les enfants y tiennent une
place importante et que c'est la première fois, croyons-nous, que
s'unissent d'une façon presque constante la voix des enfants, la voix
des choeurs, hommes et femmes, et l'orchestre.

Les enfants ont été choisis dans les écoles de la Ville et après un mois
de travail ils sont arrivés à un résultat admirable de précision, de
justesse et de charme.

Le sujet de la Croisade des enfants est emprunté au remarquable poème de
Marcel Schwob; il tient tout entier dans ces quelques lignes extraites
des chroniques d'Albert de Stade, de Jacques de Voragine et d'Albéric
des Trois Fontaines (année 1212):

«Vers ce temps là beaucoup d'enfants sans chef et sans guide s'enfuirent
ardemment de nos villes et cités vers les pays d'outre-mer. Et, quand on
leur demandait où ils allaient, ils répondaient: «A Jérusalem pour
quérir la Terre sainte»... Ils portaient escarcelles, bourdons et la
croix sur l'esclavine... Et certains venaient depuis Cologne. Ils
arrivèrent jusqu'à Gênes et montèrent sur sept grandes nefs pour
traverser la mer. Et une tempête s'éleva et deux nefs périrent; et tous
les enfants d'icelles deux nefs furent engloutis... Et lorsqu'on
interrogea ceux qui revinrent pour connaître la cause de leur départ,
ils répondirent; «Nous ne savons point...»

[Illustration: Dessin de M. G. Picard pour le programme de la "Croisade
des Enfants".

La Croisade des Enfants, _légende musicale de MM. Gabriel Pierné Marcel
Schwob, vient d'être interprétée, sous la direction de M. Ed. Colonne,
au Châtelet.--Voir à la page précédente l'article sur notre «Supplément
musical»._]



LE GÉNÉRAL PEIGNÉ.

[Illustration: Le général Peigné.--_Phot. Pierre Petit._]

Dans la série des «fiches» relatives aux officiers, publiées depuis
quelque temps par les journaux, figurait, ces jours derniers, une lettre
du général Peigné à M. Vadécard, secrétaire général du Grand Orient, qui
a produit une vive émotion.

Ancien chef de cabinet du général Boulanger, le général Peigné est
actuellement commandant du 9e corps d'armée, à Tours, et membre du
conseil supérieur de la guerre. A la suite de la publication de sa
lettre, il a été mandé, pour fournir des explications, au ministère de
la guerre et a été reçu par M. Berteaux. Mais on ne sait rien d'officiel
sur ce qui s'est passé au cours de l'entrevue, et l'incident n'a eu,
jusqu'à présent, aucune sanction. Le ministère étant démissionnaire, il
ne peut être pris, à l'égard du général Peigné, aucune décision, car
c'est seulement en conseil des ministres que son cas peut être examiné.
La tâche reviendra au nouveau cabinet..



DUELS D'ESCRIMEURS.

Un nouveau duel vient de mettre en émoi le monde de l'épée. Cette fois
comme le 31 décembre dernier, c'étaient encore deux escrimeurs de marque
qu'une querelle d'ordre pour ainsi dire professionnel mettait aux
prises: MM. Thomeguex et Henry de Pierrebourg, le premier assisté de MM.
Rouzior-Dorcières et Destez, le second de MM. le comte de Rochefort et
Dumas-Descombes.

[Illustration: Le duel Thomeguex de Pierrebourg au Champ de Mars.]

La rencontre eut lieu, lundi matin, dans l'enceinte de la Grande Roue,
qui, décidément, est devenue un très moderne Pré-aux-Clercs. Bien que la
durée de chaque reprise eût été fixée à une minute seulement, la séance
fut fort longue, en raison de la fréquence des interruptions; à la
douzième reprise, M. de Pierrebourg était légèrement atteint au biceps,
et, après quelques minutes d'observation, les médecins ayant constaté
l'état d'évidente infériorité causé par l'engourdissement du bras, les
témoins mettaient fin au combat. Ajoutons que, suivant l'usage qui
prévaut de plus en plus, un public nombreux, quoique trié sur le volet,
avait été admis au spectacle de cette mémorable passe d'armes; deux
cordes tendues le maintenaient à distance respectueuse. Pendant plus
d'une heure, curieux battant la semelle, curieuses emmitouflées de
fourrures restèrent patiemment parqués derrière ce double rempart. Or il
faisait un froid de loup: sol glacé, chute de neige fondue, bise
cinglante transformaient le champ clos en une petite Sibérie. Et l'on se
demande ce qu'il faut admirer le plus, de la maîtrise et de la vaillance
des combattants ou de l'endurance des spectateurs bénévoles, prêts à
braver toutes les intempéries pour affirmer leur passion des sports en
général et de l'escrime en particulier.

Il nous faut encore revenir sur le duel Breittmayer-Lusciez. M.
Breittmayer nous demande, en effet, d'insérer le passage suivant,
_certifié exact_, du texte du procès-verbal: «...A la cinquième reprise,
l'épée de M. Breittmayer produit sur la face interne du bras droit de M.
Lu sciez, près de l'aisselle, une légère piqûre. A la fin de la même
reprise, M. Lusciez déclare ne pouvoir continuer immédiatement, étant
atteint de contracture musculaire de l'avant-bras. Après un temps
d'observation d'un quart d'heure, il déclara se trouver dans la même
impossibilité. En conséquence le combat est terminé.»

[Illustration: Le nouveau pont de Saint-Sébastien.--_Phot. Maigné, comm.
par M. Du Chambon._]



LE PONT MARIA-CRISTINA A SAINT-SÉBASTIEN

La municipalité de Saint-Sébastien vient d'inaugurer le nouveau pont
jeté sur l'Urumca et auquel a été donné le nom de Marie-Christine, en
l'honneur de la reine mère du roi Alphonse XIII. Ce pont, construit en
ciment armé, est l'oeuvre de M. Ribeira, ingénieur, et de M. Zapata,
architecte; il se trouve en face de la station du chemin de fer d'Iran à
Madrid.

L'inauguration a eu lieu le 20 janvier, jour de la fête patronale de
Saint-Sébastien, en présence des autorités civiles, militaires et
religieuses. L'évêque de Vitoria présidait la cérémonie religieuse.
Cette fête avait attiré à Saint-Sébastien un grand nombre de personnes,
venues de tous les points de la province de Guipuzcoa. A. C.



L'ILLUSTRATION THÉÂTRALE

Nous publierons dans notre prochain numéro: LA CONVERSION D'ALCESTE, de
M. Georges Courteline, cette suite du MISANTHROPE, que la
Comédie-Française a représentée avec un si grand succès, et L'INSTINCT,
de M. Henry Kistemaeckers, qui vient de réussir brillamment au théâtre
Molière, avec une interprétation de choit, aux premiers rangs de
laquelle il faut citer Mme Cora Laparcerie et M. Candé.

[Illustration: LA RÉFORME DU CODE CIVIL par Henriot.]



NOUVELLES INVENTIONS

(Tous les articles publiés sous cette rubrique sont entièrement
gratuits.)


UN TRANSFORMATEUR ASEPTIQUE PERFECTIONNÉ

La question de l'assainissement des villes et campagnes n'est
qu'imparfaitement résolue par le tout-à-l'égout qui déplace simplement
les matières insolubles sans les détruire. Mieux vaut une stérilisation
sur place, résultat possible, mais au prix de traitements chimiques ou
d'un filtrage onéreux et compliqué. La Société sanitaire du
Transformateur aseptique a résolu économiquement et simplement le
problème avec son appareil nouveau, doué des qualités suivantes:

Destruction complète et régulière des immondices;

Purification et innocuité absolues du liquide expulsé;

Suppression de toutes charges, de tout entretien, de toute vidange.

Cet appareil, fonctionnant sans addition de produits chimiques, permet à
tout propriétaire d'avoir chez lui, sans crainte d'infection, tous les
avantages d'installations modernes et hygiéniques, et donne aux
municipalités le moyen de satisfaire aux exigences de l'hygiène
publique, sans grever les budgets municipaux.

Le Transformateur aseptique réalise la destruction complète des eaux
vannes et des matières fécales, en les transformant en un liquide
inoffensif qui, s'écoulant dans un drain ou dans un égout, ne présente
aucun danger de contamination. L'analyse de ce liquide faite à
l'institut Pasteur a démontré qu'il contenait 1,500 fois moins de
microbes que les eaux d'égout.

Le Transformateur aseptique est une application très intéressante des
procédés bactériologiques dont Pasteur a posé le principe, en
établissant que les microbes sont les seuls agents de la putréfaction et
de la décomposition des matières organiques. C'est en effet par le
travail en quelque sorte mécanique de certains de ces micro organismes
que s'effectue la décomposition des matières, transformées en un liquide
dont l'innocuité est parfaitement établie.

Très solidement construit en ciment comprimé spécial, avec armature
extérieure en fer, le Transformateur aseptique peut être placé au-dessus
ou en contre-bas du sol, à l'intérieur ou à l'extérieur de l'habitation.

[Illustration: LE TRANSFORMATEUR ASEPTIQUE
A, B, tuyau et chambre d'arrivée; C, D, appareil et chambre de
purification; E, F, tuyau d'évacuation et chambre de filtration.]

Il se compose d'une série de quatre chambres:

La chambre d'arrivée;

Deux chambres de purification et la chambre de filtration.

La chambre d'arrivée reçoit les matières qui, séparées du liquide à
évacuer par une paroi suspendue, se trouvent accumulées dans un très
petit espace, condition favorable pour leur fermentation. Celle-ci
s'accomplit d'une manière intense et détermine une surproduction
d'ammoniaque qui a pour effet d'activer la destruction des corps
organiques, papiers, chiffons, etc.

Cette destruction est immédiate et le liquide encore chargé de détritus
provenant de la putréfaction des matières passe dans les chambres de
culture, où s'opère la réaction qui doit le purifier.

Pour prévenir l'obstruction de l'appareil on a soin de placer avant la
chambre d'arrivée un regard d'inspection, ou petit réceptacle en forme
de siphon, où les matières minérales, vaisselle, terre, pierres, etc.,
que l'on peut jeter dans les cabinets, se trouvent retenues par leur
propre poids. Les chambres de culture sont divisées par des chicanes, en
plusieurs compartiments, sur les parois desquels les bactéries
s'accumulent en couches gélatineuses, dont le contact exerce sur le
liquide l'effet purificateur.

Le liquide purifié s'écoule alors facilement à travers les interstices
existant entre les pierres qui garnissent la chambre de filtration,
interstices sur lesquels se forment encore de nouvelles couches
gélatineuses ne pouvant causer d'obstruction, car elles sont uniquement
formées de bactéries qui se détruisent fatalement d'elles-mêmes après un
séjour dans l'appareil.

Telle est la réaction qui s'opère dans le Transformateur aseptique et
qui est l'oeuvre exclusive du Travail mécanique des bactéries, sans
aucune intervention chimique.

Pour son bon fonctionnement, l'appareil réclame un apport d'eau à chaque
usage, dont la quantité varie de 6 à 8 litres suivant l'importance de
l'immeuble et le nombre de personnes pouvant y séjourner.

La parfaite étanchéité de l'appareil est assurée par une construction
des plus soignées et par un enduit hydrofuge spécial dont les parois
sont recouvertes intérieurement et extérieurement.

Le prix des appareils pour l'usage journalier de 30 à 75 personnes varie
de 450 à 600 francs.

_Pour tous renseignements, s'adresser à la Société sanitaire du
Transformateur aseptique, 44, boulevard Beaumarchais, Paris._


UN NOUVEAU FIXE-ÉPINGLE

Les épingles de cravate étant très sujettes à se détacher et à tomber,
nous croyons intéresser nos lecteurs en leur signalant un nouvel et
ingénieux fixe-épingle capable de remédier à ce petit accident.

[Illustration.]

Cet instrument se compose d'un simple petit tube de métal doré que l'on
glisse sous la pointe de l'épingle après l'avoir piquée dans la cravate;
il reste d'ailleurs invisible, étant placé sous la cravate.

Grâce à une adroite disposition, ce fixe-épingle s'adapte à toutes les
grosseurs d'épingles; une fois qu'il est en place, l'épingle ne peut se
détacher accidentellement. On peut voir sur la figure de droite
l'instrument posé sur l'épingle, la figure de gauche montrant la manière
de l'enlever.

Cet ingénieux fixe-épingle que nos gravures représentent grandeur nature
se trouve en vente au prix de 2 fr. 50, chez _MM. Kirby, Beard et Cie,
rue Auber, Paris._

_Pour toutes insertions concernant les nouvelles inventions, écrire au
service des Nouvelles Inventions, l'_Illustration, _13, rue
Saint-Georges, Paris._





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3230, 21 Janvier 1905" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home