Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3234, 18 Février 1905
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3234, 18 Février 1905" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 3234, 18 Février 1905

AVEC CE NUMÉRO: L'ILLUSTRATION THÉÂTRALE _LA FILLE DE JORIO_

LA REVUE COMIQUE, par Henriot.

_Suppléments de ce numéro:_
1° L'ILLUSTRATION THÉÂTRALE contenant La Fille de Jorio, par Gabriele
d'Annunzio.
2° DEUX GRANDES PHOTOGRAPHIES DU TSARÉVITCH ET DE LA FAMILLE IMPÉRIALE
DE RUSSIE.

Illustration: L'ILLUSTRATION
_Prix de ce Numéro: Un Franc._ SAMEDI 18 FÉVRIER 1905 63e Année.--Nº
3234.

[LE TSAR ET LE TSAREVITCH Première photographie officielle prise depuis
la naissance du prince héritier Alexis Nicolaïevitch. _Cliché Boissonnas
et Eggler.--Déposé, reproduction interdite_]


L'ILLUSTRATION _a fait, à ses anciens comme à ses nouveaux abonnés,
beaucoup de promesses. Toutes sont tenues._

_Journal universel d'actualités illustrées, chacun de ses numéros
contient--outre des dessins ou des photographies de choix sur tous les
événements notables--au moins un document rare, inédit, sensationnel,
qu'aucune autre publication ne saurait se procurer._

_C'est ainsi que nous avons la bonne fortune, aujourd'hui, de pouvoir
reproduire, avec droit exclusif en France, les premières photographies
du prince héritier de Russie: dans les bras du tsar son père, sur les
genoux de l'impératrice, entouré enfin de ses quatre soeurs, les jeunes
grandes-duchesses._

_C'est ainsi encore qu'une dépêche, que nous recevions hier de Suez,
nous annonçait l'arrivée prochaine de notre collaborateur L. Sabattier,
qui rapporte de ses longues journées de voyage en mer, en compagnie du
général Stoessel, des photographies et des dessins documentaires du plus
vif intérêt._

_Publication artistique,_ L'ILLUSTRATION _prodigue les belles gravures
hors texte. A partir du mois prochain, nous serons en mesure de donner
périodiquement des gravures en couleurs ou en camaïeu, remmargées, comme
celles qui ont valu un si grand succès à notre dernier numéro de Noël._

_Publication littéraire enfin,_ L'ILLUSTRATION _offre à ses abonnés la
plus attrayante des lectures: celle des oeuvres dramatiques nouvelles._

_Nous avions annoncé pour cette semaine la_ MASSIÈRE, _de M. Jules
Lemaitre, qui triomphe chaque soir au théâtre de la Renaissance. Mais,
entre temps, nous avons obtenu de l'illustre écrivain italien, M.
Gabriele d'Annunzio, et de son traducteur, M. G. Hérelle, l'autorisation
de publier la_ FILLE DE JORIO, _que le théâtre de l'Oeuvre vient de
révéler au public français. Nous donnons donc dans ce numéro cette pièce
curieuse et forte, inédite en France, et qui est considérée en Italie
comme un nouveau chef-d'oeuvre national._

_Après avoir fait connaître à nos lecteurs ce morceau capital de la
littérature dramatique italienne, c'est à la littérature dramatique
allemande contemporaine que nous les initierons la semaine prochaine
avec la_ RETRAITE, _de Beyerlein, traduite par MM. Rémon et Valentin, et
que vient de monter le théâtre du Vaudeville. La_ RETRAITE _a eu plus de
mille représentations en Allemagne._

_Puis nous reviendrons à la littérature dramatique française, d'abord
avec la_ MASSIÈRE, _de M. Jules Lemaitre; ensuite avec les_ VENTRES
DORÉS, _de M. Émile Fabre; avec le_ Duel, _de M. Henri Lavedan: avec_
MONSIEUR PIÉGOIS, _de M: Alfred Capus; avec_ L'ARMATURE, _de MM. Paul
Hervieu et Brieux; avec le_ GOÛT DU VICE, _de M. Henri Lavedan, etc.,
etc._

_Nous devons ajouter que_ L'ILLUSTRATION _va publier toute une série de
romans signés des noms les plus appréciés du public. Après la_ FORCE DU
PASSÉ, _par Mme Daniel Lesueur, que nous commençons aujourd'hui, nous
donnerons des oeuvres importantes de MM. Michel Corday et J.-H. Rosny,
de Mmes Marcelle Tinayre et Claude Lemaitre... et bien des surprises
agréables sont réservées à nos lecteurs._


COURRIER DE PARIS

JOURNAL D'UNE ÉTRANGÈRE

Après dîner. C'est la demi-heure, un peu morne, durant laquelle les
hommes se sont réfugiés au fumoir, pour empester de tabac les tentures
et se chuchoter à l'oreille des anecdotes grivoises. Nous sommes là sept
ou huit femmes groupées, dans un coin du salon trop vaste, autour de la
maîtresse de la maison, qui nous sourit d'un air préoccupé. Cette fuite
subite des maris a comme «jeté un froid»; il faut le temps de se
réinstaller, de reprendre contact, et l'on cherche des sujets de
conversation.

L'actualité les fournit et peu à peu s'établit un courant de familiarité
gentille. On parle de la guerre et des modes nouvelles, des projets de
M. Dujardin-Beaumetz et du duel épistolaire où se mesurèrent ces
jours-ci, avec une si belle véhémence, Mmes Syveton et Lebaudy; on agite
la question de savoir si Mme Madeleine Lemaire, dont l'exposition s'est
ouverte hier, rue de Sèze, «est en progrès»: et l'on se réjouit de voir
se rouvrir tout à l'heure celle des Aquarellistes.

--Et votre dispensaire?

La personne à qui l'on s'adresse est une jolie femme d'aspect grave, qui
écoutait nos bavardages sans rien dire. C'est la femme du docteur Y...,
mon médecin, fondateur, aux environs de Paris, d'un dispensaire dont
l'inauguration a été récemment signalée avec force éloges dans les
journaux. Mme V... sourit modestement, soupire, se plaint du surcroît de
peine et des sacrifices d'argent que cette oeuvre impose à son mari;
courses quotidiennes en banlieue... grosses responsabilités assumées...
«Il n'avait pas besoin de cela.» Etourdiment, une dame dit: «Quel
intérêt avait-il alors à l'entreprendre?»

Mme V... réplique, d'un ton un peu pincé:

--Aucun autre intérêt, madame, que celui d'être utile aux malheureux.
C'est une création dont la nécessité s'imposait. Le gouvernement ne
voulait rien faire; il fallait bien que quelqu'un se dévouât. Mon mari
s'est dévoué... Je sais bien que cela étonne, et qu'on est difficilement
cru, quand on dit d'un homme qu'il a fait une chose généreuse, sans
arrière-pensée d'en tirer profit...

Elle a dit cela d'une voix presque émue. Une porte s'est ouverte. Les
hommes ont fini de fumer et se répandent dans le salon avec des airs
guillerets et des figures un peu rouges. Le docteur V... est venu
s'asseoir près de moi; je le complimente. «Nous parlions de votre
affaire, lui dis-je; c'est très bien, ce que vous avez fait là.» Il
ricane, me conte son histoire et, comme je suis un peu sa confidente, il
conclut tout bas: «Et puis... c'est le ruban rouge dans un an.»

Lui au moins est plus franc que sa femme. Et pour la première fois
j'aperçois quelle imprudence ce serait de supprimer en France
l'institution de la Légion d'honneur. Elle est menacée, paraît-il;
quelques parlementaires se sont avisés de démontrer l'inutilité de cette
passementerie et d'en demander l'abolition. Psychologues ingénus! Ils
voudraient retirer à l'État, qui a tant d'argent à dépenser, le moyen
d'être gratuitement aimé, défendu, enrichi... Où trouveront-ils
l'équivalent de cette monnaie-là? Moyennant l'espérance de nouer un jour
un petit bout de moire écarlate à la boutonnière de son habit, mon
médecin donne à son pays, pour rien, une partie de sa fortune et de son
temps. «C'est une vanité ridicule», affirment ces messieurs. Et puis
après?

Je vois très bien ce que l'État risquerait de perdre à ce que cette
vanité-là disparût de nos moeurs; je ne vois pas ce qu'il gagne à
prétendre la corriger.

La municipalité parisienne nous annonce la reprise annuelle de ses bals.
On dansera, dans deux jours, à l'Hôtel de Ville! Je n'irai pas. J'aime
trop Paris pour me complaire en des spectacles où sa grâce m'apparaît un
peu diminuée, et je trouve que ces fêtes sont de celles qu'une ville qui
a le souci de passer pour la plus spirituelle du monde ne devrait pas
donner.

Je me souviens de la soirée que je passai là, il y a deux ans, la
première fois que je revins à Paris. De ma vie je ne fus si bousculée!
Mais ce n'est pas de cela que je me plains. Une fête n'est «réussie»
qu'à la condition qu'on s'y écrase, et la difficulté de s'y mouvoir, la
cohue aux vestiaires, l'insuffisance ou l'incommodité des sièges, un peu
d'asphyxie autour des orchestres et la vision de quelques bourrades
échangées autour de buffets inaccessibles sont les conditions
essentielles du plaisir qu'on y vient chercher. Mal assise au théâtre,
dans une salle bondée de gens, où j'étouffe, je me sens d'avance
disposée à trouver excellent un ouvrage autour duquel tant de curiosités
font escorte à la mienne; et il y a bien des chances, au contraire, pour
que j'y bâille, si trop de loges et de fauteuils sont vides autour de
moi. Il existe un _panurgisme_ de l'ennui comme de la joie et j'éprouve
une déception, comme un froissement de vanité blessée, à m'être dérangée
pour un plaisir qu'ont l'air de dédaigner les autres.

Les bals de l'Hôtel de Ville ne nous exposent point à ce genre de
malaise. On ne rencontre jamais là moins de cinq ou six mille personnes,
curieuses d'y danser, de s'y rafraîchir pour rien ou d'y assister, du
haut d'un escalier, au défilé des «hommes connus» du Parlement... mais
l'étrange promiscuité de figures! On a voulu convier égalitairement à
ces fêtes toutes sortes de ménages et ainsi affirmer une sorte de droit
public au quadrille municipal... D'honnêtes familles, de conditions fort
mêlées, y sont donc accourues de partout, et cela compose un spectacle
peu joli, de douteuses élégances, de gaietés un peu triviales, de
pauvretés «habillées» que rend plus choquantes à l'oeil la somptuosité
même du décor où elles s'encadrent. On croit honorer la foule en lui
ouvrant, pendant une nuit, les portes d'un palais; en lui faisant verser
de l'orangeade et distribuer des petits pains au foie gras par des
messieurs cravatés de blanc qui, tout bas, se moquent d'elle. Cruelle
politesse! Parmi le luxe de ces architectures, de ces murailles et de
ces plafonds où s'inscrivent les signatures des peintres les plus
«cotés» de ce temps-ci; parmi ces tapisseries, ces lumières, ces fleurs,
un habit mal coupé semble comique; une robe pauvre fait de la peine;
certains rires, un peu bruyants, choquent l'oreille comme une
grossièreté... Il y a des harmonies nécessaires, et c'est jouer un
méchant tour à Jenny l'ouvrière que de l'inviter à la table du roi.

                                                              Sonia.


LES FEMMES DE NOS MINISTRES

Mme ÉTIENNE CLÉMENTEL.

A la galerie des femmes de nos ministres, publiée dans son précédent
numéro, _l'Illustration_ ajoute aujourd'hui le portrait de Mme Etienne
Clémentel. Elle le présente sous la forme d'une exquise oeuvre d'art: un
buste dû au ciseau de Mathurin Moreau, et dont le nouveau ministre des
colonies a bien voulu autoriser la reproduction ici, consentant, dans
une pensée des plus délicates, à soulever les voiles d'un deuil intime,
afin d'associer publiquement à sa haute fortune politique une mémoire
très chère.

Le député du Puy-de-Dôme, en effet, est veuf depuis quelques années. Or,
son mariage se distingua de l'ordinaire par une particularité qu'il
convient de soustraire à l'ombre discrète de la vie privée: car elle
semble avoir exercé une mystérieuse influence sur l'orientation du futur
ministre, et ainsi elle prend actuellement un réel intérêt.

[Illustration: Buste de Mme Clémentel, par Mathurin Moreau.]

[Illustration: Les enfants de M. Clémentel et leur grand'mère.]

Etant notaire à Riom, M. Clémentel rencontra chez M. et Mme Roux, deux
excellents artistes, des compatriotes, une jeune fille accomplie, leur
nièce, qui, pour séduisante qu'elle fût au physique, n'offrait rien du
type arverne. C'était une fleur des tropiques transplantée sur notre
sol: née à Saigon, d'un colon français, M. Fournier, et d'une mère
annamite, elle avait été amenée en France par ses parents dès qu'elle
put supporter le voyage--elle avait alors _un an_. Devenue bientôt
orpheline, elle avait été adoptée par son oncle et sa tante. Elle
s'était acclimatée, développée, épanouie à leurs côtés, entre le
chevalet du peintre et la selle du sculpteur, devenant elle-même une
aquarelliste fort adroite. M. Clémentel l'épousa. D'une heureuse union
qui dura quatre ans, trois enfants naquirent; le dernier, hélas! ne
connaîtrait pas sa mère, brusquement enlevée au même moment où il venait
au monde, et,--le sort a de ces injustices cruelles,--l'homme politique
arrivé ne devait pas avoir la joie de partager toute sa destinée avec la
compagne, maintenant remplacée auprès des trois enfants par Mme Roux et
leur grand'mère, et qui ne survit plus à ses yeux qu'en souvenir et en
effigie.

Devant ce marbre que l'art du statuaire a presque animé par le caractère
et l'expression qu'il y a su mettre, on éprouve très vivement le regret
de ne pas voir Mme Etienne Clémentel au pavillon de Flore, où elle eût
été si bien à sa place, où, mieux que nulle autre, elle eût personnifié
la «coloniale», attestant de son aimable autorité féminine le pacte
définitif conclu entre la vieille Gaule et les races lointaines de
l'Orient, alliant le charme subtil de la fleur exotique à la grâce
souveraine de la rose française.

                                                          EDMOND FRANK.


LA FAMILLE IMPÉRIALE DE RUSSIE

S'il est une famille souveraine vers qui, en ce moment, se porte tout
parliculièrement l'attention universelle, c'est sans contredit la
famille impériale de Russie. Les portraits publiés dans ce numéro
offrent donc, au premier chef, un caractère d'actualité: de date
récente, ces photographies ont en outre le mérite de l'inédit, et les
difficultés au prix desquelles _l'Illustration_ a pu se les procurer, le
soin qu'elle a pris de s'en assurer le droit exclusif de reproduction,
attestent une fois de plus son effort constant pour donner à ses
lecteurs des documents d'une réelle valeur, puisés aux meilleures
sources.

Ceux-ci empruntent un surcroît d'intérêt aux circonstances présentes. La
Russie traverse, en effet, une des phases les plus critiques de son
histoire, et la dynastie des Romanov, en la personne de Nicolas II,
subit de rudes épreuves. Au cours d'une seule année, que de graves
événements! D'abord, cette guerre avec le Japon, dont on n'entrevoit pas
le terme; la persistance de la fortune contraire, malgré la vaillance
des armées de Mandchourie; la perte d'une flotte; la reddition de
Port-Arthur, malgré l'héroïque défense de Stoessel; puis, à l'intérieur,
la situation devenue précaire: l'agitation politique et sociale, les
grèves, la déplorable journée du 22 janvier à Saint-Pétersbourg, les
désordres, les émeutes dans les provinces; enfin, la crainte d'une
rupture du lien moral, jusqu'alors si étroit, entre l'empereur et son
peuple.

Les courtes diversions à tant de lourds soucis, le tsar les demande aux
joies paisibles de, l'intimité familiale; il les trouve auprès de
l'impératrice Alexandra, au milieu de leurs cinq enfants: les petites
grandes-duchesses Olga, Tatiana, Marie, Anastasia, comptant
respectivement neuf, sept, cinq et trois printemps (l'aînée, on ne l'a
pas oublié, fut du voyage historique à Paris en 1896), le petit
grand-duc Alexis, âgé de six mois. Certes, Nicolas II prodigue à ses
quatre filles les marques d'une tendre affection; mais, aujourd'hui, sa
sollicitude inquiète ne s'attache-t-elle pas surtout au tsarévitch, à ce
fils ardemment désiré, impatiemment attendu, et venu au monde, le 12
août dernier, dans de telles conjonctures que la salve de trois cent un
coups de canon, tirée de la forteresse Pierre-et-Paul, pour annoncer sa
naissance, a tout à la fois fait vibrer les coeurs d'une vive allégresse
en célébrant l'heureux événement et secoué les poitrines d'une
douloureuse émotion en évoquant, aux grondements de la poudre, l'image
des soldats russes fauchés sur les champs de bataille d'Extrême-Orient
par la canonnade meurtrière?

[Illustration: Le prince héritier de Russie sur les genoux de
l'impératrice. _Phot. Boissonnas et Eggler.--Déposé, reproduction
interdite._]

Depuis cette date insigne, l'horizon, là-bas, ne s'est pas éclairci;
dans l'empire même, le ciel s'est assombri, chargé d'orages: il semble
qu'une ombre tragique flotte autour du berceau du futur empereur, espoir
de la dynastie. Puisse cette ombre n'être que passagère et se dissiper
bientôt!

Il faut souhaiter de voir les Russes triompher de la mauvaise fortune et
le tsar Nicolas II, confiant en l'avenir, après avoir rétabli la paix,
doté ses nombreux et fidèles sujets de réformes dont son rescrit du 25
décembre a proclamé la nécessité, léguer plus tard à son héritier le
trône de Pierre le Grand, consolidé par des institutions où les idées de
progrès qui s'imposent aux monarchies modernes se concilieront avec le
maintien de la tradition nationale. E. F.


_LES FAITS DE LA SEMAINE_

FRANCE

10 février.--Dépôt sur le bureau de la Chambre, par le ministre de
l'instruction publique et des cultes, du projet de loi établissant la
séparation des Églises et de l'État.--Confirmation pure et simple, à la
chambre des mises en accusation, de l'ordonnance de non-lieu rendue par
le juge d'instruction dans l'affaire Syveton.

ÉTRANGER

6 février.--En Finlande, assassinat, par un ancien étudiant, de M.
Johansen, procureur impérial auprès du Sénat. En Pologne, la situation
est toujours grave.

7.--A Budapest, une assemblée des oppositions coalisées, présidée par
François Kossuth, arrête un programme commun dont le premier point est
l'indépendance économique de la Hongrie.

8.--Visite officielle du prince Ferdinand de Bulgarie à Berlin.--On
annonce officiellement que les négociations entre les ministères suédois
et norvégien, relatives à la représentation consulaire des deux
royaumes, sont rompues. Le roi de Suède et de Norvège, auquel son grand
âge rend plus pénibles les difficultés actuelles, confie au prince royal
le gouvernement des Royaumes-Unis.--Dans la République Argentine,
l'ordre est complètement rétabli.

9.--En Westphalie, la conférence des délégués mineurs adopte une
résolution préconisant la reprise du travail.

10.--En Belgique, où la grève générale des mineurs a été votée, on
compte 70.000 grévistes.--Subite recrudescence du mouvement ouvrier à
Saint-Pétersbourg; devant le refus de la journée de huit heures et d'une
augmentation de 20% des salaires, 13.000 ouvriers des ateliers Poutilot
quittent de nouveau le travail; 5.000 d'entre eux veulent pénétrer dans
Saint-Pétersbourg et en sont empêchés par un épais cordon de troupes.
Dans la ville, plusieurs ateliers importants sont de nouveau désertés.

12.--M. François Kossuth, chef du parti, hongrois de l'indépendance, le
fils du dictateur révolutionnaire de 1848, est reçu par l'empereur-roi,
à Vienne.


[Illustration: M. F. de Croisset. Mme Marguerite Curé. M. H. Gain. M.
Massenet.]

[Illustration: Mme Lina Cavalieri.
Auteurs et interprètes de "Chérubin"--_Photographies prises sur la
terrasse de Monte-Carlo._]

[Illustration: Mme Mary Garden. _Phot. Cautin et Berger._]

Chérubin a beaucoup fait parler de lui, depuis Beaumarchais. Il
continue. Ce fut, il y a deux ans, à l'occasion d'une comédie en vers de
M. Francis de Croisset, répétée et non jouée à la Comédie-Française.
C'est maintenant, grâce à la comédie chantée que vient de représenter le
théâtre de Monte-Carlo.

Cette oeuvre nouvelle, de MM. Francis de Croisset et Henri Cain pour les
paroles, et de M. J. Massenet pour la musique, n'a rien de commun que le
titre et le héros principal avec la pièce de M. de Croisset qui l'a
inspirée.

Mais c'est un poème charmant que le maître musicien a enveloppé d'une
musique légère, vivante, vibrante, d'une force et d'une finesse
incomparables.

Le théâtre de Monte-Carlo, pour le représenter, a fait exécuter par M.
Visconti trois décors pittoresques, gais, ensoleillés, et s'est assuré
une interprétation hors ligne aux premiers rangs de laquelle il faut
citer: MMmes Mary Garden (Chérubin), Lina Cavalieri (Ensoleillad).
Marguerite Carré (Nina).

[Illustration: Décor du premier acte.]

[Illustration: Décor du deuxième acte.]

[Illustration: Décor du troisième acte.]

_D'après les maquettes dessinées par M. A. Visconti._

UNE GRANDE PREMIERE A MONTE-CARLO.--_Chérubin,_ comédie chantée en trois
actes, poème de MM. Francis de Croisset et Henri Cain, musique de M. J.
Massenet.


[Illustration: LES "JEUX DU NORD" A STOCKHOLM (4-12 février 1905).
Patinage à voile, yachting à voile sur la glace et championnat du monde
du patin. _Photographies Julius Grape et Berliner
Illustration--Gesellschaft._]


[Illustration: Une séance de modèle vivant dans un atelier de l'académie
Julian.]

LES ARTISTES FEMMES

Certes, en écrivant cette délicate comédie, la _Massière_, que
l'_Illustration_ va publier dans un de ses plus prochains numéros, M.
Jules Lemaitre n'eut pas un seul moment la pensée de donner une pièce à
clef, et la malignité des spectateurs chercherait en vain à mettre un
autre nom, connu, sur la figure de Marèze, bon peintre et brave homme,
en dépit de sa pointe de fatuité. Toutefois, les artistes, tout Parisien
ayant côtoyé, si peu que ce soit, le monde des arts, ont reconnu sans
peine le cadre pittoresque et amusant où se déroule une partie de la
pièce: «l'atelier Justinien» du premier acte, c'est, bien évidemment,
l'un des ateliers Julian.

[Illustration: Les cinq massières des ateliers Julian.--_Photographies
Bouffar._]

Et on l'a si bien vu qu'on a, dès le premier jour, rappelé que la
principale interprète de la Massière était dans des conditions
excellentes pour jouer au naturel toute une partie du rôle. Mlle Marthe
Brandès, en effet, fut elle-même élève de l'académie Julian.

Elle eut sa place, son tabouret de bois grossier, son chevalet, dans le
demi-cercle des jeunes filles, plus ou moins appliquées, groupées autour
de la table à modèle. Elle connut, bien avant de jouer leur rôle au
théâtre, des massières, de vraies massières, qui lui arrangeaient ses
petites natures mortes, au besoin lui corrigeaient ses dessins, la
conseillaient, si elle le demandait, remplissaient, avec zèle, en bonnes
camarades, le rôle de «moniteurs».

Elle passa. Brilla-t-elle?

Je le demandais l'autre jour à M. Rodolphe Julian lui-même, le fondateur
de cette école libre qui, autant, plus peut-être, que l'officielle École
des beaux-arts, a contribué à faire de Paris un centre unique pour
l'enseignement artistique, a dérivé, capté les courants qui portaient
jadis les jeunes artistes désireux d'apprendre leur métier vers
l'Italie, vers l'Allemagne, à Munich, à Dusseldorf.

Quels souvenirs charmants à feuilleter que ceux de M. Julian! Que de
gracieuses, d'exquises silhouettes il évoque, rien qu'à prononcer les
noms de quelques-unes de ses élèves: de la plus tapageusement célèbre de
toutes, Mlle Bashkirtsef, à la princesse Terka Iablonovska, aujourd'hui
Mme Maurice Bernhardt; de Mme Jules Ferry à Mlle Canrobert,
qu'accompagnait souvent le maréchal lui-même; de Mlle Carpeaux, la fille
du génial sculpteur, à Mlle Cécile Baudry, héritière aussi du nom d'un
grand artiste; et Mme la princesse Murat, et Mme Henri Rochefort,
condisciples à l'atelier de MM. Bouguereau et Gabriel Ferrier, rue de
Berri; la comtesse Demidoff et miss Maud Gonne: Mlles Basponi, nièces de
la princesse Mathilde, et Mlle Pauline de Bassano, mêlées à des femmes
peintres célèbres d'aujourd'hui ou de demain, à Mme Jacques Marie, à Mme
Baudry-Saurel, femme aujourd'hui de M. Julian et professeur à l'école, à
Mlle Louise Breslau, à cette exquise Mlle Dufau.

--Mais Mlle Marthe Brandès, insisté-je.

--Elle resta, dit M. Julian, peu de temps notre élève. Elle eut pour
maître Cot, l'auteur de la populaire _Mireille_, et je crois, Tony
Robert Fleury. Elle était douée, en vérité. Peut-être courait-elle trop
de lièvres à la fois, travaillant de front le chant, la peinture, la
comédie. Elle eut son prix au Conservatoire. Elle nous quitta. Mais elle
était délicieuse. Au milieu même de cette phalange de jeunes et jolies
Américaines qui emplissait l'atelier, elle rayonnait. Elle était la
beauté, le charme, le printemps!

Et, ainsi, l'on pourrait dire, paraphrasant l'épitaphe antique; «Elle
dessina et plut». G. B.


L'AMBASSADE FRANÇAISE AU MAROC

L'ENTRÉE SOLENNELLE A FEZ

A quelques kilomètres de Fez, dans une _nzala_ (lieu d'arrêt), parmi les
aloès, les cactus et les carcasses de chameaux, l'ambassade a fait
halte, remettant au lendemain son entrée solennelle. Cette entrée est
chose trop importante, trop rituelle, pour qu'on l'escamote à la lin de
l'étape et du jour.

Le lendemain, de bonne heure, tout est prêt: dans un ordre rigoureux,
soumis à la règle d'un protocole immuable, la troupe de cavaliers se met
en marche vers les murs. Par la route aux multiples pistes où vont et
viennent depuis des siècles les longues caravanes de chameaux, de mulets
et d'ânons, elle avance avec lenteur et lentement montent à ses yeux les
minarets aux faïences polychromes, les remparts poussiéreux de la
nouvelle Fez, se détachant sur un fond lointain et blanc, les cimes
neigeuses de l'Atlas. Il y a deux ans, presque à la même époque, j'ai
passé par ce même chemin; mes yeux qui depuis ont vu tant de choses, les
splendeurs de l'Inde et l'horreur des tueries mandchoues, se sont posés
sur ce même paysage, et j'évoque sans peine la beauté de cette entrée
triomphale, une scène du moyen âge, se déroulant sous l'éclat du ciel
africain, dans une contrée, chez un peuple que les siècles n'ont pas
touché, demeurés tels aujourd'hui qu'ils étaient il y a cinq cents ans.

A l'appel du sultan, le souverain descendant du Prophète, ils sont venus
de la montagne et de la plaine, les beaux cavaliers, aux armes
étincelantes, aux selles finement brodées. Comme le prince féodal
appelait ses chevaliers et ses barons, le sultan convoque pour les
combats ou pour les fêtes ses contingents restés fidèles. Et les hommes
des tribus sont là, autour de leurs caïds, massés près des portes de la
ville. Les flanelles transparentes des blancs burnous flottants laissent
voir les couleurs riches des robes: les soies des selles sont de toutes
les nuances, vieilles soies aux teintes fondues, adoucies; et tout cela,
vêtements des hommes et parures des chevaux, tout cela s'unit
harmonieusement, compose une _symphonie visuelle_, une exquise fête des
yeux.

[Illustration: Le cortège arrive devant Fez.]

Vers l'hôte auguste qui leur arrive, représentant de la grande nation,
les hauts fonctionnaires du Maghzen, Ben-Sliman, Sidi El-Guebbas,
s'avancent. Ils ont laissé pour quelques heures leurs délicieux palais,
les bosquets d'orangers où courent les eaux vives; très graves et pâlis,
ils accueillent avec de beaux saints nobles le _bachadour_; ils lui
souhaitent contentement et bonheur dans cette ville dont ils sont si
fiers. Et, les présentations faites, les souhaits accomplis, le cortège
maintenant grossi se rapproche des murailles crénelées enfermant les
jardins du sultan, de la porte monumentale. La foule est devenue énorme;
tous les quartiers de Fez, les plus pauvres, les plus lointains, depuis
les Andalous jusqu'au _Mellah_ des juifs, ont déversé là leur population
grouillante. Un peu à l'écart de la cohue, en quelques points des
remparts, sur les premières pentes, des multitudes de paquets tout
blancs, mais des paquets remuant et parlant: ce sont les femmes qui
veulent, elles aussi, leur part du spectacle, soigneusement enroulées
dans le grand manteau qui les grossit, plus soigneusement encore
voilées.

[Illustration: Avant le passage du cortège de l'ambassade. Au fond, les
minarets de Fez.]

Ce n'est pas la première fois, certes, qu'un _bachadour_ entre dans Fez;
la ville, les habitants ont connu des réceptions semblables. Mais
l'entrée qu'y vient de faire l'ambassadeur français comporte un sens,
une gravité uniques, et ce n'est pas sans raison qu'on a entouré sa
mission d'un éclat tout particulier. Les féeries moyenâgeuses cachent
bien des misères et bien des crimes. Alors qu'autour de lui tout change,
tout se transforme, le mystérieux Mahgreb poursuit, depuis des siècles,
son rêve immuable, dédaigneux des modifications nécessaires. Peu à peu,
toute autorité s'écroule; le pays s'abîme dans une inquiétante anarchie
dont nous risquons, à toute heure, nous les voisins africains, de subir
les violents contre-coups. Le commerce, l'industrie moderne, dans leur
recherche fiévreuse de débouchés nouveaux, convoitent de plus en plus
cette proie qui leur a jusqu'ici échappé. Il faut, d'une nécessité
fatale, que le Maroc se transforme; il faut que quelqu'un l'y aide et ce
quelqu'un ne peut-être que nous. L'heure est venue d'accomplir cette
grande oeuvre, et M. Saint-René-Taillandier, l'intelligent ministre qui,
depuis des années, travaille, prépare et combine, va, dans la capitale
même de l'empire, en commencer la réalisation. Et voilà pourquoi tant
d'intérêt s'attache à ses premiers pas dans Fez. Voilà pourquoi nous
l'avons suivi, dans les étapes de sa longue route, campant dans les
douars, passant à gué les fleuves, sa gracieuse et charmante compagne
chevauchant à son côté. Cependant le cortège a passé sous les portes
massives. De grands carrés de lumière, des terrains vastes autour du
palais, et tout d'un coup la plongée dans d'obscures ruelles empuanties;
les zigzags, les détours par des couloirs enténébrés; on longe de hautes
murailles, on franchit un porche et brusquement c'est la joie d'un
merveilleux jardin, où chantent les ruisselets, où fleurissent à
profusion les orangers, les citronniers, les pêchers et les jasmins.
Après la piste poussiéreuse, les murs grisâtres, la puanteur des rues,
voici les doux ombrages et la fraîcheur. Fez; produit toujours sur le
voyageur arrivant la même impression de surprise, de bonheur, que le
vieux poète arabe traduisit par ce lyrisme ému: «O Fez, paradis
terrestre, qui surpasses en beauté tout ce qu'il y a de plus beau et
dont la vue seule charme et enchante! Demeures sur demeures au pied
desquelles coule une eau plus douce que la plus douce liqueur! Parterres
semblables au velours que les allées, les plates-bandes et les ruisseaux
bordent d'une broderie d'or! Parler de toi me console! Penser à toi fait
mon bonheur!»

                                                          RAYMOND RECOULY.

[Illustration: L'ambassade franchit la porte donnant accès dans le
Dar-Maghzen. _Photographies de M. Du Taillis._]

[Illustration: Mme Saint-René-Taillandier. M. Saint-René-Taillandier.
ENTRÉE SOLENNELLE DE L'AMBASSADE FRANÇAISE A FEZ _D'après les
photographies de MM. Du Taillis et Veyre._]


[Illustration: L'ENFANT QUI SERA TSAR LE GRAND-DUC HÉRITIER ALEXIS
NICOLAIEVITCH, NÉ A PÉTERHOF LE 12 AOUT 1904. ATAMAN DE TOUS LES
COSAQUES, CHEF DU RÉGIMENT DE LA GARDE DE FINLANDE, DU 51e RÉGIMENT
D'INFANTERIE DE ZITOVSK, DU 12e RÉGIMENT DE TIRAILLEURS DE LA SIBÉRIE
ORIENTALE ET DU CORPS DES CADETS DE TACHKENT, CHEVALIER DE L'ORDRE DE
SAINT-ANDRÉ Photographie Boissonnas et Eggler.--Déposé, reproduction
interdite.]

[Illustration: Grande-duchesse Tatiana, née le 11 juin 1897.
Grande-duchesse Marie, née le 27 juin 1899.
Grand-duc héritier Alexis, né le 12 août 1904.
Grande-duchesse Anastasia, née le 18 juin 1901.
Grande-duchesse Olga, née le 16 novembre 1895.
L'impératrice Alexandra
Nicolas II.
LA FAMILLE IMPÉRIALE DE RUSSIE._Photographie Boissonnas et
Eggler.--Déposé, reproduction interdite._]


[Illustration: Les "zimlianka" construites par les Russes pour s'y
terrer pendant l'hiver.--_Phot. R. Recouly._]

IMPRESSIONS D'UN CORRESPONDANT DE GUERRE

L'ARMÉE RUSSE DANS SES QUARTIERS D'HIVER

Moukden, décembre 1904.

Un froid vif mais sec, un soleil éclatant, le ciel d'une limpidité
parfaite, toute la joie riante d'un matin lumineux m'incitent à la
promenade. Je partirai au sud, vers le front; j'irai le long des lignes
visiter l'armée russe dans ses quartiers d'hiver. L'hiver que
j'attendais avec crainte est ici la saison bénie; moins de vermine; plus
de mouches, ces mouches odieuses, filles des excréments, qui nous
supplicièrent, nous affolèrent tout l'été; plus d'odeurs infectes, de
miasmes délétères apportant les pires épidémies. Le froid, le grand
purificateur, est venu; sur les boues du chemin, sur les ornières
innombrables où s'enfonçaient les hommes et les chevaux, une couche
épaisse de glace a fait une route merveilleuse, aussi unie qu'une piste.

Je quitte Moukden par la porte du sud et la route de Liao-Yang, le grand
chemin vers l'armée, grouillant d'animation, encombré à toute heure par
la masse des cavaliers, des attelages et des piétons.

À partir de Kouan-Chan, le pays n'est qu'un immense camp: les neuf corps
d'armée russes, sur une ligne de 30 kilomètres et plus, font face aux
troupes japonaises.

[Illustration: L'HIVERNAGE AU CAMP RUSSE.--Heures de loisir.]

Ce n'était pas une mince affaire que de pourvoir au logement de cette
multitude, durant la rude saison d'hiver. Dès les derniers jours
d'octobre, la température était descendue à 15 degrés au-dessous de zéro
pendant la nuit. Par un tel froid, les hommes auraient gelé sous la
tente. Où trouver assez de maisons chinoises pour des centaines de mille
hommes? D'ailleurs les maisons chinoises sont pour la plupart détruites:
on a commencé par en arracher les portes, puis les fenêtres, ensuite les
poutres, tout ce qui était combustible, pour faire bouillir les
chapelets de gamelles suspendues à un long bâton. Ne faut-il pas que le
soldat boive son thé? A ce difficile problème, l'habitude du froid,
l'expérience sibérienne ont fourni la solution: le Russe, grand
fouisseur, a creusé les _zimlianka_.

Pour saisir ce qu'est une _zimlianka_, pensez à une taupinière et vous
en aurez une assez juste idée. C'est une taupinière dont l'homme est la
taupe.

Un renflement de terre, en saillie d'un mètre ou deux au-dessus du sol,
fermé de trois côtés; une porte toute petite, cinq ou six marches vous
font descendre dans une chambre souterraine, où vous n'arrivez qu'en
vous baissant. Il faut que la porte soit petite, que le logis soit, le
plus possible, fermé au monde et au froid extérieur: c'est là le
principe, la raison d'être de l'habitation. Rien ne sera perdu de la
chaleur précieuse que le feu du charbon ou celui des corps humains
entassés y aura une fois emmagasinée. Sans doute, en gardant la chaleur
si douce, la _zimlianka_ garde aussi des odeurs qui le sont moins.
Senteurs des hommes, relents des mets, parfum des bottes, tout cela
forme un ensemble puissant mais âcre et fleure moins bon que, le boudoir
d'une élégante. Mais qu'importent des odeurs, même peu vagues, pourvu
qu'on se protège du froid!

Ce gîte séparé du monde serait éminemment propice aux méditations et aux
rêves, «car, que faire en un trou, à moins que l'on n'y songe»?
Descartes, pour digérer son _Discours de la méthode_, s'enferma tout un
hiver dans un _poêle_ de Hollande, où nulle distraction, nul trouble
n'arrivait jusqu'à lui. C'est grand dommage que, parmi les
correspondants de guerre, ne se soit pas trouvé quelque rejeton
cartésien. Combien mieux que le poêle hollandais, la zimlianka mandchoue
aurait abrité ses songeries!

Le soldat russe, lui, n'a guère le loisir de songer. A peine sort-il du
lourd sommeil de la nuit que de multiples soucis, les rudes
préoccupations matérielles sollicitent tous ses instants. Il y a le thé
à préparer et, pour cela, l'eau qu'il faut souvent aller chercher très
loin, le bois infiniment précieux et rare; il y a les vivres à toucher,
l'entretien des effets et des armes, les réparations incessantes que
requiert le logis; par dessus tout les devoirs militaires, car tout a
beau être calme, l'ennemi est là, très près, à deux ou trois kilomètres.
Presque chaque jour, vers le soir, le canon se fait entendre. Pour se
garder contre une surprise, on a partout élevé des fortifications et
creusé des tranchées et tous les jours on perfectionne ces défenses; on
en fait quelque chose de formidable, d'imprenable.

Les mêmes logis souterrains, mieux construits, abritent les officiers de
tous grades. Quelques-unes de ces excavations sont élégamment décorées
de tapis, de boiseries, de tentures et bibelots chinois, aussi coquettes
que des cabines de paquebots. Le Russe a le sens de l'installation
rapide et confortable. Resté plus près du passé que nous, il a gardé de
ses ancêtres nomades bien des habitudes et des goûts. Il s'accommode des
changements fréquents et même quotidiens. Ses besoins sont limités;
demeuré primitif et rude, il se trouve bien partout, supporte, sans
presque aucune peine, ce que d'autres Européens ne supporteraient certes
pas.

Au camp japonais l'existence est la même. Et, ainsi, les deux grandes
armées sont là en présence, également terrées, également attentives. En
quelques points, 500 ou 600 mètres à peine séparent les tranchées, les
sentinelles ennemies. Chacun des deux adversaires se renforce
incessamment, se prépare pour le choc prochain qui sera, sans aucun
doute, la grande et la plus horrible tuerie des siècles derniers.

                                                      RAYMOND RECOULY.

[Illustration: Quartiers d'hiver des troupes japonaises sur la rive
gauche du Cha-Ho. _Photographies Mare, Copyright by Collier's Weekly._]

[Illustration: Un bain chaud, en plein air. Une grande jarre de terre
enfouie dans le sol sert de baignoire; elle est chauffés par un foyer
souterrain.]

[Illustration: Coupant le bois pour alimenter les feux.]

[Illustration: La cuisine d'un détachement. Le deuxième soldat à gauche
se sert d'une gamelle prise aux Russes.]

L'HIVERNAGE AU CAMP JAPONAIS


Lorsqu'on entreprit le percement du tunnel du Simplon, qui va bientôt
offrir une nouvelle voie directe de passage entre la Suisse et l'Italie,
on avait prévu, évidemment, qu'on aurait à lutter contre de graves
difficultés. On craignait de se trouver, à certains moments, en présence
de roches friables, s'écroulant en masses sous le pic, ou encore de
poches de sable, non moins gênantes pour le travail. Mais l'obstacle le
plus redoutable dont on ait eu à souffrir, celui qui a le plus retardé
les ingénieurs, était tout à fait inattendu et s'est présenté au dernier
moment.

Alors que le tunnel,--qui, comme on sait (voir _l'Illustration_ du 27
juillet 1901), ne traverse pas la montagne horizontalement, mais est
forme de deux plans inclinés, l'un montant de Brigue, l'autre!
redescendant à Iselle,--avait franchi son point culminant, les travaux
étant beaucoup plus avancés du coté suisse, on rencontra tout à coup des
sources d'eau chaude qui, parfois, jaillissaient avec une abondance et
une violence extrêmes, et qui inondèrent la galerie, formant contre la
paroi du fond un véritable lac.

Si l'invasion de l'eau, en soi, était gênante, la température élevée
qu'elle détermina dans le tunnel était autrement redoutable pour les
travailleurs. Les eaux sortaient du roc à 50°-60°, et l'atmosphère, déjà
très surchauffée auparavant, devint du coup irrespirable, quelque soin
qu'on prit de ventiler en abondance. Il fallut céder momentanément la
place, laisser la nappe liquide se refroidir avant de songer à détourner
ou à épuiser les sources.

Maintenant on touche au moment où la communication va être établie entre
les deux parties du tunnel. On laissera alors les eaux s'écouler
d'elles-mêmes par le versant italien; mais cela différera le moment où,
selon la tradition, les ingénieurs pourront se serrer la main, d'un côté
à l'autre, à travers la brèche.

[3 illustrations:]

LES DIFFICULTES DE L'ACHÈVEMENT DU TUNNEL DU SIMPLON

Photographies montrant l'abondance des sources d'eau chaude qui ont
inondé les galeries.


[Illustration: Le croiseur cuirassé "Sully" en pleine marche.--_Phot. M.
Bar._]

L'ÉCHOUEMENT DU «SULLY»

Le 7 février, comme le croiseur cuirassé Sully, de notre escadre
d'Extrême-Orient, sortait de la baie d'Along pour aller exécuter des
tirs en mer, il toucha, à bâbord, sur une roche. Il y demeura échoué,
ayant au flanc une déchirure énorme. Immédiatement, il s'inclina et
toute sa proue bientôt fut submergée. Le lendemain, on constatait que,
retenu par la roche, il commençait une lente descente vers un fond de 17
mètres de profondeur, la coque continuant, probablement, à s'éventrer,
dans cette chute inquiétante.

Le _Gueydon_ et le _d'Assas_ étaient arrivés en hâte au secours du
_Sully_ pour recueillir l'équipage et sauver la plus grande partie
possible du matériel. On n'a donc aucune crainte pour les vies humaines
confiées au navire. Lui seul est en perdition, et c'est déjà un grand
désastre.

Si le _Sully_ ne peut être sauvé, c'est une perte formidable pour le
Trésor. Le navire a, en effet, coûté 24.778.247 francs, dont 21.530.699
francs pour la coque. Même si l'on admet que son renflouement soit
possible, les réparations qu'entraînera cet accident seront
considérables, et le bateau sera immobilisé pour de longs mois. Or,
c'est une des unités les plus importantes de la flotte française. Le
_Sully_, construit à la Seyne, achevé en 1903 seulement, est un croiseur
cuirassé de 138 mètres de long et de 10.014 tonnes de déplacement.
Actionné par trois machines développant ensemble une force de 20.500
chevaux, il a donné, aux essais, une vitesse de 21 noeuds. Comme
armement, il comprend 2 canons de 134mm, abrités dans des tourelles,
l'une à l'avant, l'autre à l'arrière; 8 canons de 164mm7; 6 de 100mm, 18
de 47mm et 2 de 65mm. Il est pourvu, de plus, de 5 tubes
lance-torpilles, dont 3 au-dessus de la flottaison et 2 sous-marins. Il
était monté par un équipage de 25 officiers et de 590 hommes. Le
commandement en était confié au capitaine de vaisseau Guiberteau.
L'armement, puis le départ du _Sully_ pour l'Extrême-Orient avaient été
l'occasion d'incidents retentissants dans l'administration de la marine.
Avant d'autoriser le croiseur à prendre la mer, la commission qui en
avait suivi les essais avait demandé l'exécution de certains travaux,
intéressant notamment le gouvernail, car le navire évoluait, paraît-il,
assez difficilement. Le ministre--c'était alors M. Camille
Pellelan--s'impatienta, crut deviner chez le préfet maritime, l'amiral
Bienaimé, chez le major général, amiral Ravel, un mauvais vouloir, une
hostilité personnelle. Le commandant du navire, le capitaine de vaisseau
Farret, fut relevé et remplacé par le capitaine de vaisseau Guiberteau,
qui occupa son poste le 25 janvier 1904. Quatre jours plus tard le
_Sully_ prenait la mer, sans que les travaux demandés par la commission
de recette eussent été faits. On ne peut savoir encore exactement dans
quelles conditions l'accident s'est produit. L'enquête conduite sur
place par le vice-amiral Bayle, commandant l'escadre d'Extrême-Orient,
qui s'est rendu aussitôt dans la baie d'Along pourra seule établir les
responsabilités. Le croiseur est échoué dans les parages de l'écueil
Canot, qui figure sur la carte du service hydrographique; mais cette
carte, éditée en 1889, ne mentionne pas la roche même qu'a touchée la
coque du navire. Des relevés nouveaux étaient depuis quelques années
poursuivis; ils n'ont pas encore été mis à jour. La baie d'Along, d'un
aspect si caractéristique, hérissée de pointes, de pyramides, de rocs
surgissant de l'eau, avec ses longs couloirs entre deux parois abruptes,
apparaît, d'ailleurs, comme un point où la navigation, surtout pour des
navires ayant les dimensions du _Sully_, doit être fort difficile, sinon
périlleuse.

[Illustration: Carte de la baie d'Along. (La croix indique les parages
où s'est échoué le _Sully_.)]

[Illustration: Vues de la baie d'Along.--_Photographies communiquées par
M. Dedin-Laporte._]



_Documents et Informations._


LE FUSIL JAPONAIS, ARME HUMANITAIRE.

Un médecin militaire russe, le docteur Wraden, vient d'adresser, de
l'armée de Mandchourie à un journal de médecine de son pays,
d'intéressants documents sur les blessures produites par le fusil
japonais.

Pour cet observateur, ce fusil mérite vraiment, autant qu'une pareille
expression peut être justifiée, la dénomination d'_arme humanitaire_.

L'enveloppe de son projectile, très épaisse, ne se déchire jamais, même
quand le plomb se déforme.

Bien entendu, de près, l'action hydrodynamique du projectile est
considérable! et, jusqu'à 200 pas, le cerveau, l'estomac, les intestins
éclatent sous son choc. Mais cette action explosive n'existe plus à
partir de 400 à 500 pas, et alors il se produit seulement des
perforations très nettes, dont l'évolution est remarquablement
favorable. Les os et les articulations semblent avoir été traversés par
un corps pointu aseptique, et même les blessures de l'intestin et du
poumon ne doivent pas être considérées comme graves.

De 800 à 1.000 pas, l'action de la balle devient de moins en moins
nette, et les tissus sont dilacérés et souillés de débris
vestimentaires. Ces blessures sont alors fréquemment infectées.

Enfin, au delà de 1.000 pas, les projectiles restent dans les tissus
sans être déformés et sans briser les os.

La balle japonaise est donc bien une balle humanitaire. Et, en effet,
moins d'un mois après leur blessure, 32% des blessés sont déjà revenus
dans les rangs.

Le paquet de pansement du soldat japonais donne d'ailleurs d'excellents
résultats. Imaginé par le docteur Kihouchi, médecin militaire japonais,
il se compose d'une compresse de gaze stérilisée dans laquelle on
emmagasine une certaine quantité de cendre de paille. Il paraît en tout
cas bien supérieur au paquet de pansement du soldat russe, qui se
compose d'une gaze au sublimé, qui a des propriétés irritantes.


LE COMMERCE EXTÉRIEUR DE LA FRANCE.

L'année dernière, nos importations sont restées à 464.600.000 francs,
soit, par rapport à l'année 1903, une différence en moins de 35.166.000
francs.

Par contre, nos exportations ont atteint 490.548.000 francs, gagnant
65.878.000, dont 15.354.000 francs pour la catégorie des objets
fabriqués et 10.549.000 francs pour les colis postaux.

D'une manière générale, nous avons importé peu de matières premières.
Nos exportations de fruits ont été considérables; mais celles de nos
vins ont quelque peu baissé. L'exportation des objets fabriqués a été
plus active qu'on aurait pu le penser d'après le ralentissement de
l'importation des matières premières.


EN BALLON DE LONDRES À PARIS.

Deux jeunes aéronautes français, M. Jacques Faure et M. Herbert
Latham--le premier en est d'ailleurs à sa 146e ascension--étaient partis
de Londres, en ballon, samedi soir 11 février, dans le but d'effectuer
la traversée de la Manche. Cette traversée se fit dans les meilleures
conditions, grâce à un bon vent soufflant du nord-nord-ouest et à
l'emploi, sur la Manche, du stabilisateur Hervé. A l'arrivée à Dieppe,
leur ballon, _l'Aéro-Club_, se comportait même si bien qu'ils eurent
l'idée de poursuivre leur voyage, et, à une heure du matin ils
atterrissaient heureusement près de Paris, à Aubervilliers.

Ils avaient, accompli le trajet total en six heures, c'est-à-dire en une
heure de moins que les meilleurs rapides, et établi un record de la
navigation aérienne.

[Illustration: _M. Jacques Faure et M. Herbert Latham, photographiés
dans leur nacelle avant leur voyage aérien de Londres à Paris._]


LE PEUPLE LE PLUS RICHE DU MONDE.

Le peuple le plus riche du monde est uni; peuplade fort peu connue, qui
ne possède ni libertés ni gouvernement politiques, mais qui, en
revanche, a de l'argent et des terres. Elle les a sans les avoir
d'ailleurs, et, sans les avoir, elle ne pourrait les perdre! Ces
richesses lui sont garanties par le gouvernement américain, et il ne
saurait les aliéner. La peuplade en question est celle des Osages, une
tribu qui occupe un coin du territoire de l'Oklahoma, et qui est un des
vestiges de la population qui possédait les Etats-Unis avant que les
blancs se fussent emparés du continent américain. Les Osages sont au
nombre de 1.833 et ce qu'ils possèdent, ils l'ont comme indemnité
d'expropriation allouée par les Etats-Unis. Mais ils n'ont que
l'usufruit; du jour où la tribu aura disparu le gouvernement américain
rentrera dans ses fonds. Chacun des 1.833 Osages possède un capital de
quelque 24.000 francs, déposé dans les caveaux de la Banque nationale à
Washington qui lui sert les intérêts à 5%. En outre chaque Osage possède
quelque 350 ou 400 hectares de terre, dont un cinquième est en culture;
le reste est loué comme pâturages à des éleveurs du Texas. Cette terre
gagnera certainement en valeur: elle renferme du pétrole et du charbon;
des lignes de chemin de fer vont la traverser; et au total, on estime
que la valeur de la terre possédée par chaque Osage est de près de
35.000 francs. Au total, chaque Osage--pour parler la langue des
affaires--«vaudrait» environ 60.000 francs. Il ne faudrait pas conclure
de ceci que le sort de l'Osage est particulièrement enviable, car,
l'argent qui lui revient, il ne le voit qu'en partie. Le gouvernement
américain commence par prélever sur la rente des Osages de quoi payer
les dépenses d'ordre public, d'écoles, de routes, etc. Il ne remet à
l'Osage que le surplus. Ce surplus, actuellement, est de 1.500 francs
par tête, environ. Chaque Osage a, toutefois, en surplus, ce qu'il peut
gagner par son travail sur sa ferme: il peut donc vivre de façon très
suffisante. La tutelle dans laquelle on le tient, au point de vue de
l'argent, a quelque chose de choquant; mais c'est sans doute le meilleur
procédé à adopter dans son intérêt même. Mis en possession de son
capital, il le gaspillerait, ou bien il se laisserait voler par des
blancs peu scrupuleux et finirait par retomber à la charge de l'État. En
faisant de l'Osage un capitaliste et un propriétaire qui ne peut
disposer ni de son capital ni de sa terre, on lui conserve sa fortune et
l'État s'en assure l'héritage pour plus tard.


LE PREMIER CONCOURS D'AVIATION.

Le concours d'appareils volants «plus lourds que l'air», organisé les
11, 12 et 13 février à la galerie des Machines par la sous-commission
d'aviation de l'Aéro-Club, a trouvé auprès du public un accueil empressé
et sympathique.

Nombre de concurrents, 28 ou 30 environ, avaient répondu à l'appel des
organisateurs et, si les expériences n'ont apporté rien de bien nouveau,
elles n'en ont pas moins montré qu'on peut faire des aéroplanes non
montés d'une stabilité convenable.

Du haut du pylône de 38 mètres d'où se lançaient les appareils, on a vu
successivement sortir des aéroplanes variés--oiseaux-mouches faits
d'éclats de bois et de papier de soie et pesant bien 2 grammes--cerfs-volants
genre Hargrave à surfaces superposées--aéroplanes à deux surfaces
successives, lestés d'épaisses lames de plomb et propulsés soit par
fusées, soit par hélices et ressorts de caoutchouc tordu, enfin un
aviateur de près de dix mètres d'envergure, mais que ses vastes
dimensions gênaient fort, car il s'est jeté, dès son départ, dans un
trophée de drapeaux, au grand désappointement des spectateurs. Plusieurs
de ces appareils ont fourni des planements prolongés de vingt à quarante
secondes, accompagnés des murmures approbateurs ou même des
applaudissements chaleureux du public. Un certain nombre, hélas!
pirouettant sur eux-mêmes comme des oiseaux blessés, ou suivant
impitoyablement une pente presque verticale, ont heurté le sol avec une
violence suffisante pour briser leur frêle carcasse. Leur chute
provoquait des rires, d'ailleurs dénués d'ironie, le public connaissant
fort bien la grande difficulté que l'on éprouve à lester convenablement
ces capricieux appareils. S'ils sont, en effet, trop chargés de l'avant,
ils fondent droit vers le sol comme un faucon sur sa proie, mais sans
relever à temps leur trajectoire; trop chargés de l'arrière, ils piquent
d'abord, se relèvent ensuite et parfois tournent sur eux-mêmes, comme
des pigeons «culbutants», accomplissant ainsi des sauts périlleux
aériens à rendre jaloux les plus fameux gymnasiarques.

Les concurrents dont le lest était judicieusement placé et qui ont
fourni des planements réguliers ont été récompensés de médailles
d'argent. Parmi les lauréats, nous devons citer MM. Burdin, Dargent,
Hanrion, Peyret, Wriss et Mouren, dont les appareils ont l'ait preuve
d'une grande stabilité.

Nos gravures représentent quelques types des plus curieux ou des plus
intéressants. M. Deltour exposait une nacelle à hélices latérales, à
pédales, pesant 50 kilos et mesurant 5 mètres carrés de surface.
_Gellitas_, de M. Gellit, est un extraordinaire volatile participant de
l'aigle, du vautour et du canard et portant une poupée--aéronaute.
L'aéroplane de M. Paulhan, suspendu à la voûte par une longue corde et
propulsé par deux hélices mues par un moteur à pétrole de 1 cheval 3/4,
a fourni quelques vols qui sembleraient lui permettre de se soutenir
seul dans l'espace.

Nous avons conté la mésaventure survenue au grand aéroplane de M. Seux,
dont le poids était d'environ 60 kilos pour 30 mètres de surface.

Citons enfin le curieux appareil de M. Dumoulin, muni d'une hélice à
trois branches et d'une surface supérieure susceptible de faire
parachute.

[Illustration: Aéroplane de M. Gellit, en forme de volatile,]

[Illustration: Aéroplane de M. Paulhan, à moteur, à hélices et à
gouvernails.]

[Illustration: Aéroplane de M. Dumoulin, sans moteur, à hélice et à
parachute.]

[Illustration: Aéroplane de M. Deltour, à pédales actionnant des hélices
latérales.]

[Illustration: Aéroplane de M. Seux, à grandes ailes latérales, sans
moteur et sans hélices.]

TYPES D'AÉROPLANES ayant participé au concours d'aviation de l'Aéro-Club
à la galerie des Machines.



_Mouvement littéraire._


DANIEL LESUEUR

_En même temps que la première partie du roman nouveau de Daniel
Lesueur_, la Force du Passé[1], _nos lecteurs nous sauront gré de leur
donner une, courte, étude sur l'oeuvre et la personnalité, d'une, des
plus célèbres femmes de lettres île notre époque. C'est M. Adolphe
Brisson, l'auteur de tant de, brillants portraits littéraires, qui a
bien voulu tracer ici celui de Daniel Lesueur._

Un sourire, des yeux clairs, une intelligence ouverte aux idées, une
sensibilité prête à s'émouvoir, accouplée à une raison solide, beaucoup
de gaieté, de vivacité et, sous la caresse du regard, sous la grâce des
paroles, une humeur très combative et des instincts de guerrière. Telle
apparaît, dans la vie, Daniel Lesueur et telle elle est dans ses livres.
De toutes les femmes qui sont en train de conquérir la grande gloire
littéraire, c'est une des mieux douées et des plus originales.

[Illustration: Daniel Lesueur. _Phot. Reutlinger._]

Et d'abord elle a passé par la poésie pour arriver à la prose. Lorsqu'on
proposa, il y a quelques années, sa candidature au comité des Gens de
lettres, M. Sully-Prudhomme l'appuya en ces termes:

«Daniel Lesueur est un de nos plus exquis poètes. Il faut qu'elle soit
un bien délicieux prosateur pour que nous ne lui en voulions pas trop de
ne plus rimer. Je le reconnais, et cependant je ne puis m'empêcher de
lui dire: Faites-nous encore de ces vers d'une si belle facture et si
pleins de pensées auxquels vous nous avez habitués.»

Il n'est pas indifférent de les relire, si l'on veut juger l'ensemble de
son oeuvre et l'évolution de son talent. Ils sont harmonieux, sonores,
vigoureusement forgés et, comme ceux de Mme Ackermann, imprégnés de
philosophie. Ils se rattachent un peu par l'inspiration, et assurément
par la forme, à l'école de Leconte de Lisle. Ainsi que son maître,
Daniel Lesueur a déserté les sentiers adorables de la foi pour la route
plus rude et plus âpre de la science. Je crois bien qu'elle a été
darwinienne: cela semble ressortir de ses poèmes, empreints du sentiment
de la vanité des choses et de leur perpétuelle évolution. Ce _moi_ dont
nous sommes orgueilleux, qu'est-ce au juste? Un vain souvenir dans une
frêle image. Nous sommes plongés au sein d'un songe. Notre personnalité
est chimérique comme les phénomènes où elle est mêlée. Elle est
constituée par le reflet d'hérédités vagues et lointaines.

      Dans mon coeur frémissant, dans ma chair douloureuse,
      Ce qui le mieux échappe à l'incessante mort,
      A l'évolution puissante et ténébreuse
      Qui partout en secret active son effort,

      C'est ce qui n'est pas moi: l'ineffaçable trace
      Qu'a gravée en mon sein la foule des aïeux.
      Ma joie et mes douleurs sont celles de ma race,
      Et le feu de son âme éclate dans mes yeux.

[Note 1: Par suite d'une erreur d'impression, le faux titre de la _Force
du Passé_ porte la mention «Illustrations de Simont». au lieu de
«Illustrations de Marchetti». Nous faisons réimprimer un faux titre
correct que nous adresserons, sur leur demande, à ceux de nos abonnés
qui font relier nos romans.]

Retenez ces vers; ils contiennent en germe plusieurs des livres futurs
de la romancière. En résumé Daniel Lesueur se rend compte que l'humanité
repousse avec horreur le pessimisme et le nihilisme scientifique et
qu'elle a soif d'illusions. Ce besoin se satisfait pas l'esprit
religieux, et c'est pourquoi, depuis tant de siècles, les hommes se
prosternent devant Dieu. Elle vénère ce sentiment, encore qu'elle ne le
partage point; elle le proclame auguste et sacré; elle en exalte la
grandeur. Mais l'irrésistible impulsion qui entraîne la créature vers
l'infini s'affirme par un autre mouvement: l'amour. Et à ce culte-là,
Daniel Lesueur se rallie. Elle sacrifie sur cet autel. L'homme est un
être fragile, mais la nature lui a donné le pouvoir de communiquer à des
êtres, comme lui fugitifs, un bonheur absolu--en les aimant. Que cette
félicité passe comme l'éclair ou qu'elle persiste, c'est assez qu'elle
ait duré un instant pour nous élever au-dessus de nous-mêmes. Ainsi
l'idéalisme que Daniel Lesueur ne trouve pas au fond de sa raison, elle
y atteint par la sensibilité. Elle s'accroche à cette branche pour ne
pas tomber dans le néant, dans l'abîme.

Et ceci nous explique que les romans de Daniel Lesueur soient si
passionnés.

Ce n'est pas aux abonnés de _l'Illustration_ qu'il est nécessaire de
vanter leur mérite. Ils n'ont pas oublié les belles oeuvres: _Passion
slave, Haine d'amour, Justice de femme, A force d'aimer_, qu'elle a
publiées ici même; ils y goûtèrent la séduction d'une langue souple,
dénuée de préciosité, non de délicatesse, parfois un peu abondante, mais
de veine et de saveur bien françaises; les caprices d'une imagination
toujours en éveil et qui s'amuse à ses propres jeux; beaucoup de finesse
dans l'observation des moeurs et de sûreté dans l'analyse des
caractères; enfin, par dessus tout, le don essentiel du romancier; le
«don de la vie», qui fait que le récit ne s'immobilise pas en de froides
abstractions, mais va de l'avant, captive le lecteur, parle à son coeur
et, l'entraîne.

Ces qualités, vous les retrouverez dans la _Force du Passé_. Je n'ai pas
lu tous les chapitres de ce livre, mais j'en connais le thème qui répond
à quelques unes des inquiétudes de l'heure actuelle... Qui de nous n'est
partagé entre ses traditions et ses rêves, le désir de marcher vers
l'avenir et l'amertume de briser des liens demeurés chers!... Hier...
Demain... Quels ravages, quand le problème se pose, quand le conflit
éclate dans une âme sincère, ingénument amoureuse et pleine d'illusions!
L'héroïne du nouvel ouvrage de Daniel Lesueur s'ajoutera aux jolis
portraits de jeunes femmes et de jeunes filles qu'elle a déjà tracés,
aux Marcienne, aux Renée, à ces figures modelées d'une main si ferme et
qui ont toutes un trait commun: la fierté dans la tendresse.

Daniel Lesueur est à son quinzième ou seizième volume. C'est vous dire
qu'elle possède sur le bout du doigt les grands et petits secrets du
métier. Elle s'est essayée dans des voies diverses: elle a poussé une
pointe vers le feuilleton, et l'on sait la faveur qui a accueilli son
fabuleux _Marquis de Valcor_. Je crois cependant que sa vraie note,
celle qui lui a valu et lui vaudra ses plus durables succès, est dans un
genre d'ouvrages un peu plus raffinés, dans des romans où elle puisse
exercer ses facultés d'analyste observateur, développer son goût pour la
vérité psychologique et verser la profonde connaissance qu'elle a de la
vie et de l'amour. A l'encontre de beaucoup de femmes de lettres, elle
n'a pas abdiqué son sexe; la vigueur de la pensée, en elle, n'exclut pas
les grâces féminines de l'exécution. Et sur tout ce qu'elle écrit--à
travers l'émotion et les larmes--voltige un sourire, ce gentil sourire
spirituel et bienveillant qui éclaire son visage. Vous l'apercevrez au
coin des pages de la _Force du Passé_. Et ce sera le charme de ce roman
où tant d'idées graves sont par ailleurs remuées.

[Illustration: Mme Daniel Lesueur en excursion sur le lac de Côme. C'est
sur les bords du lac de Côme qu'a été écrit le roman dont
_l'Illustration_ commence aujourd'hui la publication.]

                                                         ADOLPHE BRISSON.


ADOLF MENZEL

Le peintre Adolf Menzel, qui vient de mourir, à Berlin, à l'âge de
quatre-vingt-dix ans, n'était guère connu en France, encore qu'il eût
participé à toutes nos expositions universelles: en Allemagne, il était
célèbre, national, et l'une des gloires de l'école. En 1899, l'empereur
Guillaume II avait consacré son renom en lui accordant, par une faveur
exceptionnelle, le grand cordon de l'Aigle rouge, C'était un étrange
petit vieillard, au front saillant, tout blanc de poils, aux allures de
gnome, une manière de marmouset de la Forêt-Noire, d'humeur, dit-on,
assez atrabilaire. Ces particularités mêmes de son caractère et de son
physique avaient contribué, peut être aidant que son talent, à rendre sa
figure populaire.

[Illustration: Le grand peintre allemand Adolf Menzel. D'après un
instantané.]

Il avait débuté dans la lithographie, au moment où l'art de Senefelder,
tout nouvellement créé, était dans le plein de sa vogue. Il était
demeuré, jusqu'au bout et par-dessus tout, un illustrateur au crayon
alerte et précis. Comme peintre, son oeuvre se peut diviser en deux
parties: l'une, à laquelle il se donna avec passion, avec ferveur, fut
consacrée à glorifier les actions du grand Frédéric, celles qu'a
recueillies l'histoire et celles de la légende; l'autre où il semblait
se délasser en reproduisant des scènes de la vie réelle. Le premier
cycle surtout devait enthousiasmer l'empereur Guillaume II, qui donna un
jour au peintre cette joie de faire reproduire en tableau vivant, à la
cour, par des personnages fort haut placés, l'une de ses toiles les plus
fameuses, la _Séance de, musique_, où Frédéric tient en personne son
instrument favori, cette flûte dont si allègrement son père, le «Gros
Guillaume», lui cassa parfois sur les reins quelque exemplaire. Sans
doute la postérité cotera-t-elle plus haut la _Forge, la Pâtisserie à
Kissingen, En chemin de fer_ et autres oeuvres où Menzel s'est montré
observateur amusant, naturaliste au meilleur sens du mot.


LES THÉÂTRES

Nous donnerons, dans notre prochain numéro, la _Retraite_, comédie
dramatique en quatre actes, de M. Franz-Adam Beyerlein, traduite de
l'allemand par MM. Maurice Rémon et n. Valentin, que vient de
représenter le théâtre du Vaudeville. Cette pièce a produit une énorme
sensation en Allemagne; elle est, en effet, très captivante; ce n'est
pas assez dire pour le troisième acte--une scène de conseil de
guerre--un des plus émouvants que depuis longtemps nous ayons vus au
théâtre. MM. Lérand, Dubosc, L. Gauthier, Roger Vincent et Mlle Marthe
Mollet tiennent les principaux rôles avec beaucoup de talent: une bonne
part du succès revient aux excellents comédiens du Vaudeville.

[Illustration: LES "DRAGONS DE L'IMPERATRICE" AU THÉÂTRE DES
VARIÉTÉS.--Finale du 3e acte.
_Après une série d'intéressantes reprises des opérettes qui triomphèrent
sous le second Empire, le théâtre des Variétés vient de jouer, avec un
brillant succès, un opéra-comique en trois actes de MM. Georges Duval et
Albert Vanloo pour le texte et André Messager pour la musique, dont le
sujet est d'ailleurs emprunté à cette même période de notre histoire. Un
livret amusant, une parution délicieuse, des interprètes et des décors à
souhait assurent aux_ Dragons de l'Impératrice _une longue suite de
victoires quotidiennes sur la scène des Variétés._]


LES «JEUX DU NORD»

Les jeux Olympiques rassemblaient tous les quatre ans, aux bords de
l'Alphée, la Grèce entière. Los trois nations Scandinaves, Suède,
Norvège, Danemark, ont songé peut être à ce souvenir de l'antiquité
quand elles ont créé leurs «Jeux du Nord», qui doivent être célébrés, de
deux en deux ans, dans l'une des capitales des trois royaumes. La série
avait commencé à Stockholm, en 1901; en 1903, ce furent les Norvégiens
qui reçurent, à Christiania, leurs frères Scandinaves. Cette année,
c'est Stockholm, de nouveau, qui, du 4 au 12 février, a donné
l'hospitalité aux sportsmen danois, norvégiens et suédois, Copenhague,
en raison de la douceur relative, de son climat, ayant dû décliner
l'honneur.

Ce sont, bien entendu, des sports d'hiver, exclusivement, qui composent
le programme de cette réunion: courses à voile sur patins, courses de
yachts sur glace, patinage en vitesse, concours de patinage à figures,
courses de skis, alternent avec des excursions en traîneaux, des parties
de pêche dans l'archipel de la Baltique et avec des fêtes populaires du
plus pittoresque effet du plus vif intérêt.


[Illustration: Une orchidée de 125.000 francs.]

UNE ORCHIDÉE DE 125.000 FRANCS

Une orchidée dont on parle beaucoup dans le monde horticole est celle
qui est ici représentée. Elle a nom _J. Gurney Fowle_, ainsi baptisée en
l'honneur du président de la section orchidologique de la _Royal
Horticultural Society_. C'est un hybride, qui a été obtenu par les
grands horticulteurs Sander, de Saint-Albans; un hybride de
_Cypripedium_, des _Cyp. insigne et spicerianum_. Il n'est point encore
dans le commerce: le prix qui en est demandé est fort élevé: 5.000
livres (125.000 fr.). On ne craint pas la dépense parmi les amateurs
d'orchidées; on raconte qu'un _odontoqlossum_ ayant la fleur fortement
tachée en brun rouge ou en chocolat a été acheté par un collectionneur
germano-anglais, pour la somme de 62.500 francs et, jusqu'ici, c'était
le prix le plus élevé qu'eût atteint une orchidée. Mais si le
_Cypripedium_ anglais se vend 125.000 francs, c'est à lui, évidemment,
que reviendra l'honneur de détenir le «record» d'avoir le plus, dans sa
sphère, excité la folie humaine. Car tout cela est affaire de mode et,
dans ce domaine plus encore que dans beaucoup d'autres, la valeur est
fictive et, dès lors, sujette à de très considérables et rapides
variations.


LA NEIGE EN TUNISIE

Un phénomène très rare et qui mérite d'être signalé s'est produit
récemment dans l'extrême Sud tunisien. Le 29 janvier, Médenine, localité
située à 33º 20' de latitude et 8° 10' de longitude, a essuyé trois
heures durant, de sept heures à dix heures du matin, une forte
bourrasque accompagnée d'une abondante chute de neige. A la vue de ce
prodige dont ils ne connaissaient pas d'exemple sous leur climat, les
Arabes se calfeutrèrent hermétiquement dans leurs _rhorfas_ et se,
répandirent en lamentations, persuadés que c'était l'annonce de la fin
du monde ou tout au moins la ruine de leurs récoltes. Ils purent bientôt
constater combien leurs craintes étaient exagérées; mais cette journée
n'en marquera pas moins une date mémorable sur leur calendrier; on en
parlera longtemps encore à Médenine et, plus tard, les enfants, pour
compter leur âge, se reporteront à l'«année de la neige».

Si quelque chose, d'ailleurs, a dû laisser un souvenir ineffaçable aux
témoins de l'événement extraordinaire, c'est l'aspect insolite du
paysage qu'ils sont accoutumés à voir illuminé de la vive clarté du
soleil africain; sous leur blanc revêtement glacé, épais de 4
centimètres, les habitations basses ressemblaient à des huttes
d'Esquimaux: on se serait cru plus près du pôle que du tropique.


LE PRÉSIDENT MAZEAU

M. Charles Mazeau, grand-officier de la Légion d'honneur, ancien
sénateur de la Côte-d'Or et premier président honoraire de la Cour de
cassation, s'est éteint, la semaine dernière, dans sa quatre-vingtième
année.

Né à Dijon, il y avait fait ses études de droit, puis était venu à Paris
où longtemps il fut avocat à la Cour de cassation, avant d'y siéger
comme conseiller. Il était sénateur de la Côte-d'Or, qu'il avait
représentée à l'Assemblée nationale, lorsqu'en 1887 il devint ministre
de la justice dans le cabinet Rouvier.

Le 2 mars 1890, il avait été appelé à la première présidence de la Cour
suprême, qu'il occupa jusqu'en 1900, époque à laquelle il prit sa
retraite avec l'honorariat.

Peu de temps auparavant, on s'en souvient, M, Mazeau avait présidé les
débats du procès en révision de l'affaire Dreyfus.

[Illustration: M. Mazeau. _Phot. Sartony, rue Dupkol._]

[Illustration: La neige dans le Sud tunisien.]


L'HOPITAL MODÈLE, par Henriot.


_NOUVELLES INVENTIONS_

_(Tous les articles publiés sous cette rubrique sont entièrement
gratuits.)_

GILETS EN PAPIER

On sait que le papier, corps isolant pour l'électricité et la chaleur,
peut tenir lieu de tissu très chaud. L'application en a été souvent
signalée et plus d'un pauvre diable s'est confectionné de rudimentaires
vêtements avec des journaux de grand format. Il y a un revers à cette
médaille: la fragilité du papier, et les vêtements ainsi bâtis sont
d'une bien éphémère durée. M. Grabbe, graveur-imprimeur, a choisi un
papier spécial, identique à celui qui fait partie de l'équipement des
soldats japonais en campagne, et s'en est servi pour confectionner toute
une série de vêtements très chauds et susceptibles de rendre de réels
services aux personnes frileuses et en général à tous les sportsmen,
sujets aux refroidissements occasionnés par la transpiration.

Le papier en question est indéchirable, au moins autant qu'un bon tissu,
et imperméable; l'eau ne modifie pas sa solidité.

Le vêtement le plus intéressant à signaler est le gilet, dont l'adoption
par le Touring-Club de France est une preuve de ses remarquables
qualités calorifuges.

Grâce à sa disposition, ce système de gilet peut se placer
instantanément sur le maillot ou sur les effets, et il ne gêne en aucune
façon les mouvements de la personne qui le porte.

Ce gilet est enfermé dans une enveloppe de très petit volume, le tout ne
pèse pas 45 grammes, se met dans la poche et remplace avantageusement
tout vêtement encombrant et volumineux.

Il est également indispensable aux touristes se rendant aux bords de la
mer ou dans les montagnes, aux pêcheurs qui stationnent longuement au
bord de l'eau.

A un autre point de vue, il peut être utilisé avantageusement en hiver
par le malheureux qu'il garantira du froid, autant que tout vêtement
plus chaud et plus coûteux.

[Illustration:]

Ce gilet (figure) est composé d'un plastron et d'un dos qui se croisent
sur les épaules et sont réunis à cet endroit au moyen d'oeillets
métalliques. Le gilet se place comme une chape en passant la tête dans
l'échancrure qui se trouve entre le plastron et le dos. Ceci fait, il ne
suffit plus que de l'attacher à la ceinture au moyen d'un ruban fixé à
la partie postérieure du gilet et venant s'attacher par devant. Il se
met sous la jaquette ou vareuse, il peut aussi se porter sous le gilet
ordinaire pour les personnes qui désirent l'utiliser comme moyen
préventif contre les refroidissements.

Son prix, simple, est de 2 fr. 05; double, 2 fr. 60; triple, 3 fr. 60,
franco-poste pour la France.

S'adresser à _M. Grabbe, 36, rue de Lancry, Paris._

LE TABAC DÉNICOTINISÉ

Un ingénieux inventeur, le docteur Parant, vient d'imaginer un nouveau
procédé de dénicotinisation du tabac.

Le tabac dénicotinisé, partant inoffensif, conserverait son arôme et
serait très agréable à fumer.

La question d'empoisonnement par le tabac étant à l'ordre du jour dans
le monde médical où l'on impute à la nicotine un grand nombre de
méfaits, ce procédé de dénicotinisation, scientifique et pratique, vient
bien à son heure, et nous croyons qu'il intéressera les amateurs de la
plante importée par Nicot.

Le problème à résoudre était le suivant: Trouver un procédé simple, à la
portée de tous, qui permette d'enlever au tabac son poison, c'est-à-dire
la nicotine, et seulement la nicotine, tout en lui conservant son
arôme.

Ce procédé repose sur une action physique, la compression, et sur deux
actions chimiques:

Action de la potasse et de la soude sur les sels de nicotine; action du
tannin sur la nicotine.

La compression s'exerce au moyen d'une presse spéciale que l'on trouve
chez l'inventeur.

La nicotine étant très soluble dans l'eau, pour extraire la nicotine du
tabac, il faut le laver, mais le laver avec peu de liquide, sans cela le
tabac serait désagrégé, et le séchage ultérieur deviendrait impossible.
Le but de cette presse est donc, en premier lieu, de comprimer au
maximum le tabac sec, de façon à ce qu'une petite quantité d'eau soit
suffisante pour le laver, c'est-à-dire pour dissoudre la nicotine.

Le tabac étant lavé, pour extraire cette eau de lavage, il faut aussi le
comprimer fortement.

La presse a donc encore pour but d'enlever au tabac lavé la plus grande
partie de l'eau de lavage, qui contient en dissolution la nicotine.
Viennent ensuite les actions chimiques, en premier lieu celle de l'eau
alcaline. La nicotine pure, avons-nous dit, est très soluble dans l'eau,
mais, si le tabac est lavé avec de l'eau ordinaire, on enlève seulement
une très petite quantité de nicotine, parce que la majeure partie
existe, dans le tabac, à l'état de sels de nicotine, insolubles dans
l'eau.

Mais, si l'on alcalinise l'eau qui va servir au lavage avec une quantité
déterminée de _potasse_ ou de _soude_, les sels de nicotine sont
déplacés de leurs combinaisons et la nicotine, mise en liberté, devient
très soluble.

Il faut donc arroser le tabac préalablement comprimé avec de l'eau
alcaline et, quelques instants après, extraire, au moyen de la presse,
la majeure partie de cette eau.

Cette eau de lavage a entraîné non seulement la nicotine, mais encore
tous les principes solubles dans l'eau, principes nécessaires à la bonne
combustion et à la conservation de l'arôme du tabac.

Aussi est-il nécessaire de restituer ces principes au tabac en
l'arrosant avec l'eau de lavage, après en avoir toutefois extrait la
nicotine. La nicotine s'extrait à l'aide du tannin. Le tannin a la
propriété de former, avec la nicotine, un sel insoluble, le _tannate de
nicotine_.

Dans l'eau de lavage qui vient d'être recueillie, il suffit de verser
une quantité déterminée d'une solution de tannin et d'agiter quelques
instants: immédiatement un trouble se produit, un dépôt abondant se
forme au fond du vase, c'est le tannate de nicotine, insoluble; que l'on
filtre cette eau, le tannate de nicotine restera sur le filtre et, en
arrosant le tabac avec cette eau filtrée, on lui restituera tous ses
principes, excepté son poison, la nicotine. On fait ensuite sécher le
tabac. Tel est, résumé en quelques lignes, le procédé du docteur Parant.

Les personnes que la question intéressera particulièrement pourront
s'adresser pour plus amples détails au _docteur Parant, rue Regard, à
Lons-le-Saunier (Jura)._


[Suppléments:]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3234, 18 Février 1905" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home