Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3243, 22 Avril 1905
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3243, 22 Avril 1905" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 3243, 22 Avril 1905



Avec ce Numéro: L'ILLUSTRATION THÉÂTRALE contenant L'AGE D'AIMER

LA REVUE COMIQUE, par Henriot.

_Suppléments de ce numéro:
1º Deux gravures hors texte en couleurs et remmargées;_
2° L'ILLUSTRATION THÉÂTRALE _avec le texte complet de_ L'AGE D'AIMER.


L'ILLUSTRATION

_Prix de ce Numéro: Un Franc._
SAMEDI 22 AVRIL 1905
63e Année.--No 3243.

[Illustration: M. Le Bargy dans le rôle de l'abbé Daniel. UN GRAND
SUCCÈS A LA COMÉDIE-FRANÇAISE: LE DUEL PAR M. HENRI LAVEDAN (_Le Duel_
paraîtra dans L'_Illustration_ du 13 mai.)]



COURRIER DE PARIS

JOURNAL D'UNE ÉTRANGÈRE

Je n'ai pas osé aborder encore l'exhibition de la «Nationale», au Grand
Palais; après tant d'expositions de tableaux de toutes écoles et de tous
formats dont ces six mois d'hiver furent remplis, j'éprouve, à la veille
de ce dernier effort, un besoin de repos; je voudrais essayer d'oublier
tout ce que j'ai vu et ne point m'aventurer au milieu de ces deux mille
toiles avec des yeux trop fatigués... Et je suis allée, en attendant,
flâner devant les quinze ou vingt cadres d'un Salon bien modeste et qui
n'est ouvert que pour quelques jours: c'est une exposition où des
architectes ont réuni les esquisses d'un Palais-Royal transformé.

Faire revivre le Palais-Royal! Je vois que ce rêve hante beaucoup
d'imaginations parisiennes, et je me rappelle les beaux récits, que me
faisait mon parrain, d'une époque glorieuse et que je n'ai point connue,
où le Palais-Royal était un rendez-vous de «fête» parisienne et
d'honnêtes distractions aussi. Ses restaurants étaient les plus
fréquentés de Paris; son théâtre était celui où l'étranger et le
provincial _devaient_ être allés rire, et cela faisait partie du rite de
la Vie joyeuse. Une foule élégante affluait aux magasins des joailliers
dont les étalages répandaient une splendeur de luxe, le soir, sous ses
arcades illuminées; et le dimanche après midi c'était une jolie affluence
encore: celle des familles bourgeoises, des enfants dont les jeux
faisaient un accompagnement de joie bruyante aux orchestres militaires
qu'un auditoire «mondain» applaudissait. C'était le temps où «Monsieur,
Madame et Bébé» fréquentaient encore les beaux jardins du centre de la
ville, où des projets de mariages s'ébauchaient autour du canon du
Palais-Royal et sous les marronniers des Tuileries. Rendez-vous de
famille... Les familles se sont dispersées dans la direction de l'Étoile
et du Bois, et la mode n'est plus de venir écouter, le dimanche, la
musique militaire. On abandonne ce plaisir aux très petites gens. Et,
tout doucement, le Palais-Royal s'est vidé. Ses joailliers ont pris le
chemin de la rue Royale, les boutiques y sont à louer, presque toutes,
et l'on n'entend plus, sous les arbres, que des piaillements de moineaux
qui ignorent la mode et sont, eux, restés fidèles aux habitudes de leurs
parents.

Fera-t-on revivre le Palais-Royal? Je pose la question à mon parrain,
qui fait une moue incrédule, évoque (avec un peu d'exagération,
peut-être?) les charmes du Paris qui n'est plus, et conclut que tout
cela «ne le rajeunit point».

La décoration de Mme Adelina Patti ne la rajeunira pas non plus.
J'entends dire que cette cantatrice, aujourd'hui châtelaine vénérable et
retirée dans le pays de Galles, enthousiasma, il y a un peu plus de
trente ans, les Parisiens, et que c'est pour cela qu'on la décore. On la
remercie--rien n'est plus juste--des satisfactions qu'elle a données à
nos parents; et cette croix d'honneur me fait un peu penser à celles
dont je vois le gouvernement de ce pays récompenser, de temps en temps,
la vaillance de braves gens qui se sont bien battus à Saint-Privat... ou
en Crimée.

Je reconnais cependant qu'à l'égard des femmes de théâtre, ces lenteurs
ont une excuse. Une femme de théâtre est exposée à bien des aventures;
et si puissant que soit son génie de comédienne ou sa virtuosité de
cantatrice, il est rare que ce génie ou cette virtuosité suffisent à la
préserver (comment dire cela?) d'accidents inséparables de sa condition.
Car elle est femme; elle est faible; mal défendue contre les embûches
qui la guettent, et d'autant plus accessible aux tentations que le
Diable est là--compagnon de la Gloire--qui les multiplie autour
d'elle... Alors il a peur, le gouvernement; il craint qu'en ces
accidents le prestige du ruban rouge ne se trouve entamé un peu; et il
préfère attendre... (comment dire cela encore?) il préfère attendre que
sa candidate ait atteint l'heureux moment de la vie à partir duquel le
danger de certaines défaillances s'abolit de lui-même...

Et voilà pourquoi, sans doute, les femmes de théâtre doivent être
décorées un peu trop tard, si on ne veut pas s'exposer à ce qu'elles
l'aient été un peu trop tôt.


Avec ou sans décoration, Mme Adelina Patti aura connu la plus belle
joie que puisse souhaiter une virtuose: celle d'être allée jusqu'au bout
du rêve d'art qu'elle avait fait.

Notre pauvre Mimi Pinson n'aura pas eu cette chance-là. Elle avait
cependant, elle, une ambition plus modeste; elle ne songeait pas à la
gloire; elle ne demandait qu'à continuer l'apprentissage des jolies
choses que M. Gustave Charpentier rêva de lui enseigner; et voilà, faute
de ressources, le Conservatoire de Mimi Pinson licencié. Finies les
leçons de chant et de menuet, de harpe et de diction, d'orgue et de
piano--d'escrime même!--Car tout cela s'enseignait au Conservatoire de
Mimi Pinson. Peut-être même y enseignait-on trop de choses, et j'ai peur
qu'en cette affaire M. Gustave Charpentier n'ait été dupe de trop de
générosité d'âme, et d'un rêve trop haut.

Il avait voulu, disent ses amis, mettre «de l'idéal» dans l'âme de
l'ouvrière de Paris; la consoler, par d'honnêtes plaisirs, des
tristesses, des monotonies du labeur quotidien. Mais à force de
«consoler» trop ingénieusement, trop savamment Mimi Pinson des petites
misères de son état, ne pouvait-il arriver qu'il lui en inspirât le
dégoût; et n'existe-t-il pas d'autres plaisirs--plus simples que l'étude
de l'orgue et de la harpe, moins scabreux que celle de la
déclamation--et cependant capables d'amuser «proprement» une ouvrière
que l'atelier fatigue, et de mettre, à moins de frais, dans sa vie, «un
peu d'idéal»?

Je ne sais: ces modistes escrimeuses, ces couturières harpistes, ces
brodeuses qui apprennent la pavane et jouent _Rodogune_, m'inquiètent...
On peut vouloir améliorer sa vie; mais mépriser sa vie est une condition
mauvaise de bonheur, et je serais bien surprise que, du haut du petit
nuage où la fantaisie d'un artiste généreux les invitait, aux heures de
loisir, à se jucher, ces modistes, ces brodeuses, ces couturières
émancipées n'aient pas surpris en elles, quelquefois, une vague
mélancolie: l'ennui de ne plus aimer le métier qui les nourrit.


Je viens de voir des gens qui ont l'air d'aimer furieusement celui
qu'ils font! Je suis allée me promener, au boulevard Richard-Lenoir, le
long des pauvres baraques où se sont ouvertes, dimanche, la foire à la
ferraille et la foire aux jambons.

Est-ce le printemps qui les met en joie ou sont-ce nos curiosités qui
déchaînent ainsi leur verve? Je ne soupçonnais pas qu'on pût exercer
avec tant de bonne humeur des métiers où la fantaisie tient si peu de
place. La foire à la ferraille a de spirituels «bonimenteurs» qui savent
attirer la foule et l'intéresser à la vue des pauvres choses qu'ils
exhibent. J'ai beaucoup voyagé; mais c'est en France seulement que j'ai
rencontré, sur les places publiques, cette figure étonnante du camelot
philosophe, ironiste, homme d'esprit sans grossièreté, capable même
d'une espèce d'originalité dans l'expression,--avec des surprises
d'images, des trouvailles de mots qui amusent. La foire aux jambons
présente une physionomie différente: c'est ici la province qui s'étale
et vocifère, parmi les étalages si pittoresques de viandes fraîches et
fumées, de saucissons, de hures, de hachis. Tous les types, tous les
accents, tous les patois se confondent en cette cohue. Autour des
produits amoncelés en tas, suspendus en guirlandes au fronton de la
baraque, la femme s'agite, découpe, empaquette; l'homme bonimente, lui
aussi, mais simplement,--un bout de charcuterie piqué au bout de la lame
qu'il tend au passant, l'air joyeux; «Goûtez-donc, monsieur; goûtez,
madame...» Et il y a au fond de l'étroite boutique quelques bouteilles
de vin «de pays» dont on arrose le rond de saucisson offert au passage,
quand c'est un compatriote qui l'a cueilli. Bienfaisante province! c'est
elle qui faisait, il y a quinze jours, défiler chez nous le triomphant
cortège de ses animaux gras; c'est elle encore qui nous prodigue
aujourd'hui le luxe pantagruélique de ses charcuteries. Elle semble nous
dire: «Voici Pâques. Venez donc chez nous... vous y trouverez de la
gaieté, la vie facile, un tas de bonnes choses à manger, qu'ignorent vos
expositions culinaires. Vos cuisiniers, à vous, sont des chimistes.
Venez vous reposer de cette chimie auprès de nos cuisinières...»

Je suivrai ce conseil; j'irai me reposer en province quelques jours. Ces
vacances de Pâques ont un charme exquis; elles nous font goûter la
douceur du printemps qui commence; elles interrompent d'une façon
délicieusement reposante la monotonie ou la fatigue des labeurs qu'il
faudra recommencer demain; et on les aime justement parce qu'elles sont
courtes, trop courtes pour qu'on ait le temps de se rassasier du plaisir
qu'elles donnent.

Les vacances de Pâques, ce n'est pas le «dessert» complet que les
grandes vacances nous promettent; c'est le sorbet rafraîchissant qui
coupe en deux le menu trop chargé des corvées mondaines de l'hiver et
vous remet en appétit pour trois mois...

SONIA


DEUX TABLEAUX D'ALBERT GUILLAUME

_(Voir nos deux gravures hors texte.)_

Au Salon de la Société nationale des Beaux-Arts, comme dans toutes les
expositions auxquelles l'artiste, en ces derniers temps, a pris part, la
foule se presse, amusée, devant la série des envois de M. Albert
Guillaume.

La verve aimable et bonne enfant, la spirituelle observation que
dénotent ces toiles si alertement enlevées justifient le succès qu'elles
rencontrent. Si jamais, un beau jour, quelqu'un entreprenait de
disserter sur les petits ridicules de ce temps, il pourrait recueillir,
dans l'oeuvre de M. Albert Guillaume, des traits utiles à son sujet. Il
ne saurait rêver, pour son étude, de meilleures illustrations que ces
scènes entrevues et notées par le peintre, le sourire aux lèvres, au
hasard de ses pérégrinations à travers le monde parisien.

Par exemple, l'artiste a rapporté de quelque bal élégant les deux toiles
dont nous publions dans ce numéro de belles reproductions hors texte.

_Pendant le cotillon_, tandis que, dans le salon voisin, les couples
valsaient grisés de mouvement, de lumière et de bruit, il profitait,
pour prendre un croquis et des notes, du sommeil résigné d'un bon gros
jeune homme, condamné par persuasion aux travaux forcés de la mode et du
monde, et qui, moins infatigable, moins entraîné qu'il ne voudrait le
paraître, s'étant livré tout le jour aux sports obligatoires, s'oublie
en un long somme, vers les trois heures du matin, sur un confortable
divan, proche l'entassement des accessoires; ou bien encore il suivait
goguenard, dans ce coin quasi désert d'un boudoir retiré, le manège de
cette petite caillette évaporée consultant--heureux prétexte à
conversation un peu plus intime, à confidences, à confession--l'auteur à
la mode, le romancier d'aujourd'hui et de demain, condescendant et
intéressé, sur un grave problème sentimental. Et il fixait, dans
_Psychologie_, le souvenir du bon moment qu'il avait passé à les
observer.

Tout cela sans méchanceté, sans amertume, avec un peu d'ironie, de
malice tout au plus, si bien que même ses modèles, à moins qu'ils
n'aient vraiment bien mauvais caractère, n'en sauraient garder nulle
rancune à leur peintre.



[Illustration: SCÈNE DU DEUXIÈME ACTE DU «DUEL».--La duchesse de
Chailles (Mme Bartet) chez l'abbé Daniel (M. Le Bargy)]

«LE DUEL»

M. Henri Lavedan et la Comédie-Française ont eu lundi une soirée
triomphale, avec une oeuvre noble et belle, fortement conçue, savamment
construite et savoureusement écrite, mise à la scène et jouée avec une
magistrale perfection.

Le _Duel_ est une pièce à quatre personnages. Deux sont des prêtres. Et
voici le plus sûr témoignage de la hauteur de pensée et de l'art
admirable de M. Henri Lavedan: pas un instant, dans cette pièce où deux
soutanes sont presque continuellement en scène, dont le sujet est une
âpre lutte entre l'esprit chrétien et l'esprit athée, le spectateur n'a
même la crainte d'une allusion aux faits d'actualité, aux conflits
brûlants de l'Église et du pouvoir civil. Le meilleur catholique, le
plus intolérant anticlérical, assisteront aux trois actes du _Duel_ sans
qu'une réplique, un mot les irrite ou les froisse. Non pas que l'auteur
eût éludé les difficultés de son sujet: il les a ignorées; il s'est tenu
plus haut qu'elles. La critique a comparé déjà le _Duel_ à _Polyeucte:
Polyeucte_ serait plus dangereux peut-être à représenter aujourd'hui.

Il convient d'ajouter que M. Le Bargy (l'abbé Daniel) et M. Paul Mounet
(Mgr Bolène) ont su créer deux figures saisissantes, inoubliables, d'une
grandeur et d'un relief étonnants. Nos photographies donnent du moins
une idée de l'aspect physique, de la physionomie, qu'ils ont prêtés au
jeune vicaire et au vieil évêque. Portés avec cette noblesse, les habits
de prêtre peuvent paraître sur les planches d'un théâtre; ils n'y
sauraient choquer personne.

Ce n'est pas l'habitude de _l'Illustration_ d'analyser les oeuvres
dramatiques: elle a le privilège de les publier.

Nous publierons le _Duel_ dans le numéro du 13 mai. Les dépôts à faire à
l'étranger, indispensables pour une oeuvre qui sera jouée dans toutes
les grandes villes des deux mondes, nous imposent ce délai.

Nous offrirons à nos lecteurs cette belle primeur littéraire entre deux
autres _l'Armature_, de M. Brieux, d'après le célèbre roman de M. Paul
Hervieu, dont la première représentation, au théâtre du Vaudeville, a
été le second événement littéraire de cette semaine particulièrement
heureuse--et _Monsieur Piégois_, la charmante comédie de M. Alfred
Capus.

[Illustration: M. Henri Lavedan]

[Illustration: _Photographies Mathieu-Deroche._ Mgr Bolène (M. Paul
Mounet).]



[Illustration: L'automobile de M. Haviland brûlée par les
grévistes.--_Phot. Peyclit, comm. par M. Dubreuil._]

[Illustration: Une barricade sur la vieille route d'Aixe.--_Phot.
Prosper Batier._]

[Illustration: La prison de Limoges: à gauche, la porte que les
grévistes ont enfoncée. _Phot. Boureau._]

[Illustration: Le jardin d'Orsay: point où s'est produite la sanglante
collision entre les manifestants et la troupe. _Phot. comm. par M.
Thuillier._]

LES ÉMEUTES DE LIMOGES

[Illustration: Le général Tournier, commandant du 12e corps
d'armée.--_Phot. Paul Boyer._]

[Illustration: M. Labussière, maire et député de Limoges.--_Phot.
Faissat._]

[Illustration: Rue de la Mauvandière dépavée par les grévistes: à
gauche, le mur de la prison.--_Phot. Boureau._]

[Illustration: Le général Plazanet, commandant les troupes de
Limoges.--_Phot. Faissat._]

[Illustration: M. Cassagneau, préfet de la Haute-Vienne.--_Phot.
Faissat._]

[Illustration: La porte de la prison enfoncée par les émeutiers.--_Phot.
comm. par M. Thuillier._]

[Illustration: Armurerie pillée, place de la Motte.--_Phot. Peyclit._]

[Illustration: Funérailles de Camille Vardelle, victime de la
répression.--_Phot. Peyclit_]

LES EMEUTES DE LIMOGES



LE MYSTÈRE DE CHERBOURG

Un romancier fort irrévérencieux. Alexandre Dumas, si j'ai bonne
mémoire, a osé dire un jour qu'il y a quelque chose de plus grand que
l'infini des cieux: c'est, assurait-il, la bêtise humaine. Je ne
voudrais pas me faire l'écho d'une aussi formidable accusation, qui ne
date pas de notre époque, d'ailleurs, car elle est déjà exprimée en
termes pittoresques et non gazés par notre vieux Rabelais dans la vie
mirifique de Pantagruel. Mais j'oserai faire remarquer ici à mon tour,
aux lecteurs éclairés de l'_Illustration_, que, véritablement,
l'ignorance des citoyens de notre belle planète a quelque chose de
fantastique et d'inénarrable.

Depuis plus de quinte jours tous les journaux se font l'écho d'une
observation mirobolante faite par les habitants de l'une des plus
grandes villes de France, qui contemplent tous les soirs dans leur ciel
un astre inconnu et inexplicable. Ce «mystère» de Cherbourg fait couler
des flots d'encre. Quelle peut être cette apparition céleste! _Lumen in
coelo_. Devise pontificale. Est-ce une comète qui vient embraser la
terre? Est-ce une étoile temporaire comme celle qui terrifia nos
ancêtres l'année de la Saint-Barthélémy? Est-ce l'étoile des mages qui
ressuscite? Ne serait-ce pas un météore d'un nouveau genre, un bolide
fixe, roulant, diurne, périodique? un tonnerre en boule se reformant
chaque soir? un parhélie vertical dû à la réfraction du soleil couché?
un halo atmosphérique? un ballon lumineux? un essai de projection
électrique par laquelle les navigateurs de la perfide Albion sonderaient
nos côtes?

Des milliers de personnes cherchent tous les soirs la solution de
l'énigme. Le préfet maritime prescrit une enquête et le commandant du
cuirassé _Chasseloup-Laubat_ rédige un rapport. Les officiers de marine
ne se prononcent pas. Le phénomène lumineux reste enveloppé d'un
profond mystère[1]. On peut lire dans les journaux les mieux informés
qu'un bolide a été vu à Tunis et qu'il pourrait bien être venu planer
sur la rade de Cherbourg. Un journal de Paris, daté du 16 avril, publie
ceci: «Le globe lumineux que l'on apercevait à Cherbourg a fait son
apparition, il y a trois jours, à La Réole (Gironde), et tous les soirs
une grande quantité de curieux se rendent sur un point élevé de la ville
pour examiner ce curieux phénomène.» Etc., etc.

Note 1: Notre correspondant, M. J. Desrez, a pris, à l'intention de nos
lecteurs, ce croquis sommaire indiquant, au-dessus des «Ormeaux», la
lueur mystérieuse telle qu'elle apparaissait aux Cherbourgeois vers le
10 avril.]

Voilà ce qu'on peut lire partout, assaisonné de mille insanités. Or,
depuis trois grands mois, la belle planète Vénus, l'étoile du Berger,
l'astre le plus éclatant de la voûte étoilée, brille tous les soirs dans
le ciel de l'ouest, crevant les yeux, pour ainsi dire, de son
éblouissante lumière. Elle est si lumineuse qu'elle porte ombre, comme
un petit clair de lune. On peut l'apercevoir en plein jour même, avant
le coucher du soleil. L'humanité l'a saluée, depuis des milliers et des
milliers d'années, du titre de souveraine des dieux et des hommes. Elle
est l'étoile par excellence, la beauté, la blancheur, l'éclatante, comme
l'appelle Homère. Les amants la prenaient pour témoin de leurs serments
éternels aux temps de la légendaire Sémiramis comme de l'ardente
Cléopâtre.

[Illustration.]

[Illustration: Aspect télescopique actuel de la planète Vénus.
(Observatoire de Juvisy.)]

Les auteurs anciens sont remplis d'elle, son culte plane mystérieusement
sur toutes les mythologies. Elle ne quitte presque jamais notre ciel,
tantôt étoile du soir et tantôt étoile du matin, et cette année-ci
marque une de ses périodes les plus lumineuses, ce qui, par la
combinaison de son mouvement avec celui de la terre autour du soleil,
arrive tous les huit ans. Et, à en croire les relations publiées par les
journaux, personne ne paraît avoir pensé à elle!

Du temps d'Homère, d'Hésiode, de Virgile, on était certainement en
communication plus habituelle avec la nature. Il semble vraiment que, de
nos jours, on ignore tout.

Les 999 millièmes des habitants de notre planète vivent sans savoir où
ils sont, sans jamais se le demander, sans se douter des merveilles de
l'univers, comme des huîtres sous les flots, comme des lampes en leurs
galeries souterraines.

Il y a, à Paris, une Société astronomique dont le _Bulletin_ mensuel
tient ses lecteurs au courant des choses du ciel et des progrès de la
science. Elle compte en ce moment 3.065 membres. Eh bien, sur ce nombre,
Paris n'en compte pas le quart, et la France tout entière pas la moitié.
La majeure partie des membres de la Société astronomique de France, à la
tête de laquelle brillent les gloires de l'Institut et de la science
française: MM. Janssen. Poincaré, Lippmann, Bouquet de la Grye, Caspari,
Deslandres, Lallemand, Appell, le général Parmentier, le comte de la
Baume, le prince d'Arenberg, le prince Roland Bonaparte, Loewy, Puiseux,
Caillevet, Laussedat, Bischoffsheim, Laisant, Ch.-Ed. Guillaume, etc.;
la majeure partie des sociétaires, dis-je, sont des étrangers, parmi
lesquels nous remarquons le jeune et actif roi d'Espagne, le roi de
Suède et de Norvège, le prince d'Oldenbourg, et dont l'empereur don Pedro
avait été l'un des premiers membres.

L'ignorance est générale en France, j'ose le dire et prendre la
responsabilité entière de cette triste affirmation, l'ignorance
astronomique sut tout. Je ne voudrais pas penser qu'à ce point de vue
les ministres de l'instruction publique qui se sont succédé en France
depuis un siècle pourraient être aussi qualifiés de ministres de
l'ignorance publique; cependant, je ne puis m'empêcher de constater que
l'astronomie n'est enseignée nulle part, ni dans les écoles primaires,
ni dans les écoles secondaires, ni même répandue indirectement par des
livres de prix. Les livres de prix! J'ai quelquefois présidé des
distributions plus ou moins solennelles et feuilleté ces ouvrages.
C'est, à part de rares exceptions, du dernier grotesque.

La leçon qui vient de nous être donnée par «le mystère de Cherbourg» n'a
rien de surprenant. Nous servira-t-elle à quelque chose? Ce n'est pas
probable. La politique annihile toute vie intellectuelle. (L'année
dernière, toutefois, j'ai eu l'honneur de contribuer pour ma part à la
fondation d'un véritable cours d'astronomie physique à la Sorbonne.
C'est peut-être un commencement.)

Pour en revenir à Vénus, cause de tout cet émoi populaire, le premier
étonnement des Cherbourgeois a dû être causé par l'agrandissement
apparent de ce point lumineux vu à travers une atmosphère humide et mal
défini. L'imagination aura fait le reste. Dans les instruments
d'optique, la phase s'est de plus en plus accentuée depuis trois mois,
selon les indications des annuaires astronomiques. A l'intention de nos
lecteurs, j'en ai fait prendre aujourd'hui même (15 avril) un dessin à
mon observatoire de Juvisy, par M. Benoît, astronome adjoint, et la
figure ci-contre en est la reproduction. Ce globe offre en ce moment un
admirable croissant, dont la finesse est supérieure à celle du croissant
lunaire. Les plus petites lunettes suffisent pour montrer cette figure
caractéristique, et plusieurs personnes affirment la reconnaître à la
jumelle, ou même à l'oeil nu.

La belle planète se rapproche chaque soir du soleil, près duquel elle
passera le 27 de ce mois, pour devenir étoile du matin.

CAMILLE FLAMMARION.



GUILLAUME II EN ITALIE

En partant de Tanger, après son escale si brève mais si commentée et, à
la vérité, si pleine de conséquences politiques, l'empereur Guillaume II
s'en fut vers l'Italie, puis la Sicile. Là il dépouilla les uniformes
brillants et se métamorphosa en touriste pour visiter les sites fameux
qui avoisinent le pied de l'Etna, et notamment Taormina, son vieux
château, les ruines de son théâtre antique. C'est au retour d'une de ces
excursions en voiture que fut pris le cliché que nous reproduisons ici
et qui nous montre un Guillaume II en panama et en ulster, sans plus
rien d'olympien dans le regard, un homme nouveau, simple, inattendu
enfin.

[Illustration: Guillaume II en Italie Phot. instantanée.]



[Illustration: AU THÉÂTRE ROYAL DE MUNICH.--Reconstitution d'une fête à
Saint-Cyr: «la Danse des Nymphes», en présence de Louis XIV.]

[Illustration: La princesse Aldegunde de Bavière.]



UNE FÊTE A SAINT-CYR SOUS LOUIS XIV

Mme Sarah Bernhardt vient d'avoir l'heureuse idée de reprendre _Esther_;
mieux encore, de reconstituer la représentation de la tragédie de Racine
telle qu'en 1689 les pensionnaires de Saint Cyr la donnèrent devant
Louis XIV. Scrupuleusement soucieuse de l'exactitude, la grande artiste
a distribué à sa troupe féminine tous les rôles de la pièce, où elle
tient elle-même celui d'Assuérus avec son ordinaire maîtrise, en un
superbe costume bleu turquoise rehaussé d'or. Cette tentative a obtenu
un succès du meilleur aloi: si la mise en scène a satisfait les amateurs
de reconstitutions, les délicats ont fort goûté les pures beautés
classiques d_'Esther_, infligeant, après plus de deux siècles, un
nouveau démenti au fâcheux pronostic de Mme de Sévigné. Son fameux
«Racine passera comme le café» est, il est vrai, apocryphe (n'est-ce pas
le cas de nombre de «mots historiques» devenus proverbiaux?), mais elle
a écrit à peu près l'équivalent: «Racine fait des comédies pour la
Champmeslé; ce n'est pas pour les siècles à venir.» La célèbre
épistolière a commis là une de ces erreurs grossières auxquelles
n'échappent point les esprits les plus avisés: les oeuvres du divin
poète, y compris celles qui ne sortent guère du répertoire des
pensionnats et des couvents, sont à l'épreuve des atteintes du temps.

Aussi bien se rattachent-elles, dans l'ordre littéraire, à l'époque dont
l'éclat incomparable en toutes choses fut tel qu'il éblouit encore de
ses lointains reflets les générations d'aujourd'hui et que l'évocation
de ce passé compte parmi les moyens les plus propres à relever l'apparat
artistique de certains divertissements où nous cherchons des diversions
aux réalités positives du présent.

C'est ainsi que, dernièrement, une fête de bienfaisance au profit d'une
Association d'anciennes institutrices s'étant organisée à Munich, sous
le patronage de S. À. R. la princesse Aldegunde de Bavière, le morceau
capital du programme fut: _Une fêle à Saint-Cyr sous Louis XIV_. Munich,
d'ailleurs, on le sait a voué à notre «Grand Roi» un culte admiratif
poussé jusqu'au pastiche architectural de Versailles.

La représentation eut lieu au théâtre de la résidence royale. Salle des
plus brillantes, où la cour et la haute société bavaroise formaient un
public d'élite. On remarquait les princesses Aldegunde, Gisèle et Clara;
les princes Rupprecht, Léopold, Arnulph et Henri. Et, sur les planches
mêmes, un puissant monarque daignait montrer Sa Majesté au milieu d'une
autre cour et d'autres notabilités, occupant à l'avant-scène les places
réservées aux gens de qualité, suivant l'ancien usage. Car il
s'agissait, vous entendez bien, d'une résurrection du dix-septième
siècle, d'une sorte de tableau animé reproduisant, dans un somptueux
décor, les personnages d'une des périodes les plus prestigieuses de
l'histoire de France.

Mise en scène fort bien réglée, analogue à celle adoptée au théâtre
Sarah-Bernhardt pour encadrer l'interprétation d'_Esther_, avec cette
différence que, là, des acteurs et des actrices professionnels
représentaient les personnages illustres, tandis qu'au théâtre de
Munich, des artistes improvisés, des membres de l'aristocratie
bavaroise, remplissaient les principaux rôles. Louis XIV, c'était le
comte Albert Pappenheim: Mme de Maintenon; la baronne Sternegg; les
dames de sa suite: la princesse Léon Ratibor et la comtesse Otto
Castell; la directrice et les dames de la maison de Saint-Cyr: les
princesses Wrede, Lowenstein-Wertheim, Ysenburg, Mme Fiedler von
Isaborn, la baronne Viola Riedener; les gentilshommes de la suite du roi:
M. Fiedler von Isaborn, M. de Skrzyinski, le baron de Welczeck; quant
aux pensionnaires, elles étaient figurées par de jeunes institutrices.

Donc, Mme de Maintenon donnait un «régal» au Roi-Soleil. Seulement
_Esther_ n'était pas au programme; à l'austère tragédie, on avait
préféré un spectacle coupé un peu plus frivole: _Danse des Nymphes et
Sarabande, les Précieuses ridicules_ de Molière, récitation d'une fable de
La Fontaine, danses de l'époque, numéros variés où les nobles artistes
amateurs rivalisèrent d'entrain pour leur propre agrément et celui des
spectateurs. Bref, une réussite à souhait.

Le «Louis XIV» va-t-il devenir une des modes du vingtième siècle, comme
naguère le «Premier Empire»? En tout cas, il est intéressant de
constater la faveur flatteuse dont jouissent à l'étranger les choses de
France, même quand elles ont un caractère purement rétrospectif.

EDMOND FRANK.

[Illustration: AU THÉÂTRE SARAH-BERNHARDT.--Mme Sarah Bernhardt dans le
rôle d'Assuérus de la tragédie d'_Esther.--Phot. Henri Manuel._]


LE PROCÈS DU TRUST DES THÉÂTRES

Un hasard ami du pittoresque a fait se dérouler dans la salle des criées
le procès du trust des théâtres. La salle des criées (là-bas tout au
bout de la salle des Pas-Perdus) est la seule où les bancs du public
s'étagent en gradins demi-circulaires. Pour que les acheteurs
d'immeubles, aux jours d'adjudications, puissent sans peine faire un
signe à l'huissier qui annonce les surenchères, et pour qu'ils
aperçoivent, sur le bureau du président, les _feux_ qui s'allument et
s'éteignent, l'architecte a disposé les banquettes en amphithéâtre. Dans
amphithéâtre, il y a théâtre, comme dit l'autre; cette salle était donc
prédestinée à juger ce procès qui émeut depuis trois mois le monde
dramatique.

La salle des criées, ainsi construite, se trouve avoir, comme une salle
de parlement, une droite et une gauche qui se font face. Le sort a voulu
que les clients de Me Millerand, les novateurs, les contempteurs du
vieil ordre de choses, les révolutionnaires, se groupassent à l'extrême
gauche, tandis que les partisans du _statu quo_, les conservateurs,
défendus par Me Poincaré, prenaient place à l'autre bout de la salle. A
droite: tous les «sociétaires» de la Société des auteurs et compositeurs
dramatiques. A gauche: des stagiaires et les _trusrers._

Au reste, c'est par la position seule des banquettes que l'assemblée
rappelait un parlement. Les débats se déroulèrent, en effet, dans le
silence le plus respectueux; la lutte fut d'une courtoisie parfaite, et
puis les représentants de l'une et l'autre opinion apportaient dans la
défense de leurs idées une sincérité dont la politique ignore les
ardeurs. Chacun de ceux qui étaient là savait bien que ses intérêts
matériels étaient directement et immédiatement en jeu. Autour des
orateurs, ce n'était pas la foule des représentants du peuple, c'était
le peuple même, celui des maîtres-ouvriers d'art dramatique palpitant à
tous les incidents de l'audience.

Que voulait la gauche? Elle était composée de deux groupes coalisés,
formant bloc contre la Société des auteurs. Il y avait là des directeurs
impatients de ruiner la puissance de cette association qui maintient
haut et fixe le salaire de l'auteur dramatique, et grâce à
laquelle--fait unique dans l'ordre économique actuel--sont dictées au
Capital, par le Travail, toutes les conditions du contrat. Ceux-là,
vainement, avaient voulu secouer le joug, s'unir pour avoir raison des
écrivains omnipotents et démanteler la forteresse où ils s'abritent
contre la loi de l'offre et de la demande. Aces capitalistes s'étaient
joints quelques «stagiaires», les jeunes de la Société, irrités de ne
point participer encore à tous les avantages qu'elle procure à ses
membres anciens et dénonçant, enfants terribles, toutes les petites
erreurs qui se commettent dans la gestion quotidienne des intérêts
qu'elle défend.

Le procès était né au mois de novembre 1903. Un banquier, M. Roy, avait
acheté le droit au bail du théâtre des Bouffes et il avait voulu obtenir
de la Société des auteurs le «traité général». C'est le traité que doit
signer tout imprésario qui, ouvrant un théâtre, veut y jouer des pièces
signées des membres de la Société. C'est le traité qui fixe les
conditions générales que s'engage à consentir le directeur aux auteurs
qu'il représentera, et notamment le taux de 10% de la recette brute.

On refusa ce traité à M. Roy. Pourquoi? Parce que M. Roy était l'associé
de MM. Deval et Richemond, directeurs de l'Athénée et des
Folies-Dramatiques, et que la Société voyait, dans leur association, un
commencement de _trust_ funeste au développement de l'art dramatique et
aux intérêts des écrivains de théâtre.

Pour ce refus de traité qu'il jugeait abusif M. Roy réclamait 100.000
francs d'indemnité.

Quand M. Richemond, le 1er mai suivant, demanda le renouvellement de son
traité, pour les mêmes motifs le même refus lui fut opposé. Il forma
contre la Société une demande pareille, en limitant à 50.000 francs
l'indemnité qu'il réclamait. C'étaient ces deux demandes que soutenait
Me Millerand.

Un des articles des statuts de la Société, article essentiel, vital,
porte interdiction à ses membres de faire jouer leurs pièces sur des
théâtres n'ayant pas de traité général avec la Société. La violation de
cette prescription entraîne, pour le délinquant, de formidables amendes.

De là un procès reconventionnel de la Société contre un de ses membres,
M. Chancel, auteur de _Mlle l'Ordonnance_. Deux autres vaudevillistes se
plaignaient du préjudice que le refus opposé à MM. Roy et Richemond leur
causait et ils se joignaient à M. Chancel pour demander au tribunal de
prononcer la nullité de la Société. Me Signorino plaidait pour eux.

Me Poincaré défendait les intérêts de la Société des auteurs.

Les débats, commencés le 7 février, se sont terminés mardi dernier, 18
avril.

Chaque mardi, pour suivre la discussion singulièrement aride, une foule
de Parisiens se pressaient sur les bancs de bois de la salle, et des
Parisiennes aussi, qui écoutaient avec un intérêt réel ces longues
controverses sur la synallagmaticité des contrats, la liberté du
commerce et de l'industrie, la théorie des obligations, des
quasi-contrats et les règles des sociétés civiles.

Il y avait là MM. Sardou, Paul Hervieu. Alfred Capus, R. de Flers, G.-A.
de Caillevet, Robert Gangnat et Pellerin (ces deux derniers agents
généraux de la Société); MM, Richemond, Deval et Roy (les «trusters»);
MM. Paul Bilhaud, Michel Carré, Riche, Adrien Vély, G. Docquois, Henry
Kéroul, Louis Forest, Antony Mars, Henry Bernstein, Pierre Decourcelle,
Feydeau, Georges Claretie, Adrien Bernheim; et des dames: Mme Alfred
Capus. Decourcelle, Robert de Flers, etc.. Conformément aux conclusions
de M. le substitut Boulloche, la Société a pleinement gagné son procès.
Aucun des griefs invoqués n'a été déclaré fondé. La validité de la
Société a été proclamée. Son droit de refuser de traiter avec quiconque
lui apparaît comme un cocontractant dangereux pour les intérêts
professionnels a été reconnu. Le tribunal a affirmé l'existence d'un
trust des théâtres, en formation, dès novembre 1903. Il a dit que la
Société n'était point une oligarchie, qu'elle ne constituait pas un
monopole et que sa défiance à l'égard des directeurs coalisés
n'apparaissait pas sans fondement.

Bref, ce fut le triomphe et, sur l'autel dramatique, le jugement immola
_Mme l'Ordonnance_ dont il interdit à l'avenir les représentations et
dont l'auteur est condamné au minimum de l'amende statutaire: 6.000
francs.

HENRI VAREMNE.



PREMIÈRES REPRÉSENTATIONS

_L'Armide_, de Gluck, charme les habitués de l'Opéra malgré son
caractère archaïque et la surabondance de formules vieillies, affirmant
ainsi ta toute-puissance de la mélodie, de l'art de tendresse, de grâce
et aussi d'inspiration adéquate aux sentiments exprimés.
L'interprétation est supérieure avec Mlle Bréval, excellente avec Mmes
Féart, Demougeot, Verlet et M. Delmas, suffisante avec les autres
interprètes.

Nous avons déjà enregistré plus haut la nouvelle victoire que compte la
Comédie-Française avec le _Duel_, de M. Henri Lavedan, pièce originale,
hardie et fort émouvante ainsi que nos lecteurs pourront en juger.
L'interprétai ion est à la hauteur de l'oeuvre. Mme Bartet, MM. Le
Bargy, Paul Mounet et R. Duflos forment un ensemble d'une perfection
absolue.

Nous publierons également _l'Armature_, pièce en cinq actes, tirée d'un
roman de M. Paul Hervieu, par M. Brieux, et représentée au théâtre du
Vaudeville. L'auteur y développe, avec son entente habituelle de la
scène, le thème déjà connu des déboires et des turpitudes qu'occasionne
la fusion irréalisable de la noblesse traditionnelle avec les fortunes
trop rapides de la finance. Mlle Cerny et M. Grand jouent leurs rôles,
les seuls sympathiques de la pièce, avec une ardeur des plus
communicatives.

[Illustration: M. Richemond. M. Deval. M. Roy. Me Signorino. M. Forest.
«Trusters» et stagiaires.]

[Illustration: M. Paul Hervieu. Mme Bernheim. M. Capus. M. Sardou. Mme
Capus. M. A. Bernheim. INSTANTANES D'AUDIENCE.--Les bancs de la Société
des auteurs.]



[Illustration: AVANT LA PROCHAINE BATAILLE NAVALE.--Le pont avant du
"Mikasa", cuirassé-amiral de la flotte japonaise. _Cette photographie a
été prise au cours d'une réception des correspondants de guerre
étrangers par l'amiral Togo._]

_Documents et Informations_


[Illustration: Les réclames commerciales au Japon, le long des voies de
chemin de fer.]

PUBLICITÉ PITTORESQUE AU JAPON.

Décidément, les Japonais ont résolu d'étonner le monde en s'assimilant
la civilisation occidentale sous toutes ses formes: rien n'échappe à
leur ardeur imitatrice, pas même la très moderne industrie de la
publicité. Chez nous, on ne le sait que trop, hélas! celle-ci ne se
contente plus des murailles des villes et des épaules des
hommes-affiches pour étaler ses mirifiques boniments, copieusement
illustrés et violemment enluminés; elle s'est emparée des terrains
situés en bordure des voies ferrées, elle envahit les sites les plus
agrestes, à la grande désolation des amateurs de paysages. Cette
innovation du progrès était, paraît-il, une de celles que le Japon nous
enviait, à l'égal de nos institutions; comme nous, il avait déjà des
chemins de fer, mais il se sentait en état d'infériorité notoire, tant
que son réseau n'était pas, comme le nôtre, bordé d'un indicateur
commercial exhibant, sur le passage des trains, d'aguichantes réclames,
et son amour-propre national devait en souffrir. Là encore, les Nippons,
se piquant d'émulation, ont voulu se mettre «à la hauteur»; c'est chose
accomplie aujourd'hui. Ils apportent d'ailleurs à l'application du
système leur ingéniosité proverbiale, les ressources particulières de
leur art et, en voyageant chez eux, à la vue de ces écriteaux décorés
d'images, de ces édicules bizarres, de ces mannequins dressés le long
des rails, peut-être, le prestige de l'exotisme aidant, goûterions-nous
le pittoresque «bien japonais» d'un procédé de publicité emprunté par
eux à notre Occident, où, bien que fort pratiqué, il ne compte pas
précisément parmi les spectacles faits à souhait pour le plaisir des
yeux.


UNE MITRAILLEUSE PERFECTIONNÉE.

On annonce que le gouvernement russe vient de commander un certain
nombre de mitrailleuses d'un modèle tout récemment créé par un ingénieur
danois, M. Rexer. Le Japon avait d'ailleurs devancé son adversaire: il
va utiliser à bref délai, si ce n'est fait déjà, une quantité importante
de «rexers», et l'armée anglaise a mis, la semaine dernière, en essais
la nouvelle arme. En effet, l'an dernier, tandis que le roi Édouard VII
était en Danemark, il avait eu l'occasion d'assister aux expériences de
M. Rexer et en avait immédiatement signalé l'intérêt au War Office.
L'armée anglaise fut ainsi la première cliente de l'inventeur, que le
gouvernement de son propre pays n'encourageait guère.

A en croire les spécialistes, la mitrailleuse, ou plutôt le fusil
automatique Rexer, est une arme parfaite et appelée à détrôner les
engins du même genre, comme les maxims, en usage jusqu'à présent.

Le rexer est, en réalité, une sorte de gros mousquet. On peut voir sur
nos photographies combien sont réduites ses dimensions. Il ne pèse que 8
kilogrammes, alors que le poids de la moins lourde des mitrailleuses en
service est de 37 kilogrammes. Un fantassin le porte aisément à la
bretelle. Un cavalier le pend à l'arçon de sa selle, tandis qu'un cheval
peut suivre avec 8.000 cartouches, de la dimension même des projectiles
lancés par les maxims, et contenues dans un magasin en éventail, le
«ruban à cartouches», qui, au moment de l'action, s'adapte directement
sur le fusil.

Quant au fonctionnement de l'arme, tout ce qu'on en connaît par les
quelques détails publiés jusqu'à ce jour, c'est que le canon, enfermé
dans une enveloppe ou tube extérieur, est en partie mobile; le mouvement
de recul que lui imprime chaque détonation est corrigé par l'action d'un
ressort qui le ramène à sa place normale.

Ce double mouvement de va-et-vient actionne le mécanisme renfermé dans
la culasse; celle-ci s'ouvre automatiquement; la cartouche vide est
expulsée et la culasse se referme sur la nouvelle cartouche.

L'arme est complétée par un chevalet à deux jambes fixé à l'extrémité du
canon, sur le tube extérieur. Pour tirer, l'homme peut s'étendre à plat
ventre sur le terrain; il appuie la crosse sur son épaule droite; de la
main gauche, il met en place les rubans à cartouches. Il n'a plus qu'à
toucher la détente pour épuiser, en moins de deux secondes, le magasin
qui comporte vingt-cinq cartouches.

Après quelque entraînement, un homme peut tirer jusqu'à trois cents
coups en une minute, résultat obtenu au cours des essais qui ont eu lieu
la semaine dernière à Ealing (Angleterre). Grâce au tube extérieur et
aux deux pieds fixés à l'extrémité du canon, réchauffement de ce dernier
n'interrompt pas le tir.

Nous ajouterons que les cartouches peuvent être tirées une à une, comme
avec un fusil ordinaire, ce qui permet au soldat, en cas de besoin, de
prendre son temps pour viser. L'effet du recul étant presque nul, l'arme
ne dévie pas sensiblement pendant le tir et c'est un jeu pour un bon
tireur, ainsi que l'ont prouvé les exercices de tir exécutés à
Copenhague, que de faire mouche avec les vingt-cinq balles du magasin.


LES TRAMWAYS-ARROSOIRS.

[Illustration: L'arrosage par tramway automobile dans les rues de Milan.
_Phot. Varischi-Artico._]

La ville de Milan a eu la primeur, en Europe, de l'arrosage des rues au
moyen des tramways électriques.

A la vérité, on trouverait assez difficilement une autre ville se
prêtant aussi bien à une innovation de ce genre.

Offrant l'image d'un cercle presque parfait, avec sa grande place du
Dôme au centre et ses rues principales y aboutissant toutes, Milan
possédait depuis longtemps le réseau de tramways le plus parfait du
vieux monde, se développant sur 150 kilomètres.

Soit dit en passant, ce service modèle est la propriété de la ville qui
en a concédé l'exploitation à la Compagnie Edison. L'entreprise est
fructueuse pour la bailleresse comme pour la Compagnie fermière, puisque
chacune d'elles y réalise un bénéfice net de plus d'un million par an.
Et cela malgré--ou plutôt à cause de--la modicité du prix des places:
dix centimes après neuf heures du matin, cinq centimes auparavant: cela
encore, dans des voitures confortables, élégantes, légères et propres,
se succédant à intervalles assez rapprochés pour assurer la rapidité des
trajets, sans qu'il y ait jamais ni vide, ni encombrement.

L'invention américaine des tramways-arrosoirs devait nécessairement y
trouver une application pratique.

On a construit à cet effet des wagons spéciaux. Sur des
wagons-plates-formes ordinaires ont été adaptés des réservoirs de la
capacité de trente mètre» cubes environ chacun. Le long du parcours sur
les rails, ces réservoirs sont vidés au moyen de tubes perforés,
disposés en éventail à l'avant et à l'arrière des wagons et tournés
obliquement, sur les deux côtés, vers la droite et vers la gauche. Dans
l'intérieur des réservoirs, l'eau subit une pression de quatre
atmosphères, ce qui a pour but d'élargir le rayon d'arrosage, tout en
diminuant la dépense en liquide.

A l'avant et à l'arrière des wagons (afin de pouvoir manoeuvrer en tous
sens) sont ménagées deux terrasses où se tient le personnel de service.
Au moment de la mise en marche, le conducteur lance son véhicule comme
un simple wagon à voyageurs; à sa gauche et à sa droite prennent place,
sur la terrasse, les deux _arroseurs_ qui règlent la distribution d'eau
selon les parcours et selon la largeur des voies; l'éventail de
projection des eaux peut être élargi ou resserré à volonté, et la
distance des jets de pluie réglée à quelques centimètres près.

L'arrosage d'une ville de six cent mille habitants est ainsi assuré en
moins d'une heure.

Pour voir fonctionner ce curieux système il faut se lever de bon matin,
car les «arrosoirs électriques» cèdent la place dès cinq heures au
service des voyageurs.


LA CURE DES «JAUNES».

Ceci n'a rien à faire avec l'Extrême-Orient: les jaunes dont il s'agit
sont ceux que nous donnent les oeufs de poule. Et, s'il faut en croire
un médecin américain, M. Stein, les jaunes d'oeufs ont devant eux un bel
avenir, en tant que constituant l'aliment par excellence du mal nourri
et de tous ceux qui pour une cause ou pour une autre, ont besoin d'être
suralimentés. Le jaune d'oeuf, on le sait, est très riche en matières
azotées, très riche encore en matières grasses. C'est un aliment presque
complet. Mais ses bienfaits varient selon la manière dont on en fait
usage.


[Illustration: Le fusil-mitrailleuse Rexer en position de tir avec son
ruban-magasin à cartouches.]

[Illustration: Cavalier armé du fusil-mitrailleuse Rexer et son cheval
porteur d'une réserve de 8.000 cartouches.]

UN NOUVEL ENGIN DE GUERRE

Le véhicule dans lequel on l'administre a son importance. Pour certains
sujets, il faut le faire absorber avec du lait, du café ou du thé; pour
d'autres, avec du bouillon, ou un potage. Chez le tuberculeux, le jaune
d'oeuf doit être donné en abondance, par surcroît, comme matière grasse
en plus du régime ordinaire. Et, si le malade ne gagne pas du poids, il
faut changer de méthode d'administration; c'est que la substance dans
laquelle on donne les jaunes ne s'assimile pas: il faut chercher une
autre combinaison et procéder par tâtonnements jusqu'à ce que l'on ait
mis la main sur le véhicule convenable. Il convient de remarquer que
l'absorption du jaune ne facilite pas celle des matières grasses en
général, d'où le conseil donné par M. Stein de supprimer les corps gras
de l'alimentation chez les sujets qui s'assimilent bien le jaune et de
les remplacer par des farines. Plus tard, quand cela va mieux, on peut
introduire d'autres corps gras dans l'alimentation, par exemple en
faisant alterner les menus; un jour, ce sont les jaunes seuls qui
fournissent la graisse; le lendemain, ce sont les aliments gras
ordinaires, et ainsi de suite. La quantité de jaunes qu'on peut absorber
est considérable: un tuberculeux pesant 50 kilos au lieu de 64 kilos
doit prendre jusqu'à 15 jaunes dans sa journée, dans du lait, dans du
café, dans un potage, dans une bouillie, en grog enfin. Telle est la
«cure des jaunes» qui a certainement pour elle des raisons solides et
scientifiques.


LES DANGERS DU CHATOUILLEMENT.

On raconte que Barbe-Bleue tuait parfois les épouses ayant cessé de
plaire en les chatouillant.

Ceci est peut-être une légende. En tout cas, Barbe-Bleue en est une, et
ce n'est pas là qu'il faut aller chercher des documents scientifiques.
Mais, si le chatouillement ne tue pas--ce dont on ne sait rien,
d'ailleurs, personne n'ayant fait l'expérience--il est certain que,
d'après les faits que M. Charles Féré a récemment présentés à la Société
de Biologie, le chatouillement peut faire beaucoup de mal. Il peut
favoriser l'apparition de l'épilepsie: un petit garçon est devenu
épileptique à la suite d'un chatouillement peu prolongé des aisselles.
Une jeune fille, encore, est devenue choréique dans les mêmes
conditions.

Dans d'autres cas, le mal a été moins grave: les sujets sont devenus
neurasthéniques.

D'autres observateurs ont signalé des accidents d'un autre ordre: on a
vu se développer des troubles cardiaques. Il n'y a pas à être très
surpris du contre-coup grave que peut avoir le chatouillement.
L'irritation cutanée peut bien, semble-t-il, exercer des actions à
distance aussi vives que l'irritation des fosses nasales, de l'intestin,
du conduit auditif, etc., par des parasites. Aussi faut-il considérer le
chatouillement comme un amusement qui peut avoir des conséquences
funestes: un amusement à proscrire.


LES FEUILLES D'ALUMINIUM COMME PAPIER.

La légèreté et le bas prix de l'aluminium désignaient ce métal à de
nombreux emplois jusqu'à présent interdits aux métaux; et tout d'abord
on s'en servit comme de carton.

Nous avons eu, ces années dernières, des cartes de visite et des
cartes-réclames en aluminium. Mais, bientôt, on réussissait à diminuer
encore l'épaisseur de la feuille et, maintenant, le nouveau métal se
présente au commerce en lames aussi fines et aussi légères que le plus
fin des papiers.

Avec 33 grammes d'aluminium, on a réussi à laminer des feuilles d'un
mètre carré. Comme il semble que l'emploi des feuilles d'aluminium pour
la conservation des substances alimentaires soit à la veille de se
substituer à l'emploi des feuilles d'étain, dites vulgairement papier
d'argent, il était indispensable de savoir si ces nouvelles feuilles ne
contenaient ni arsenic, ni autres métaux toxiques.

Sous ce rapport, l'analyse chimique faite par M. Ogier a été tout à fait
rassurante. On n'y trouve, associés en très faibles proportions à
l'aluminium, que du calcium, un peu de fer et des traces de cuivre.

Mais, à côté des feuilles métalliques, on emploie aussi des papiers
métallisés, qui nous viennent d'Allemagne. Dans ces papiers, on trouve,
comme principales impuretés, le charbon et l'alumine. Le danger en est
donc nul.

Le prix des feuilles d'aluminium, ayant un centième de millimètre
d'épaisseur, est de 7 francs le kilo, avec un minimum de 30 mètres
carrés au kilogramme.

La substitution du papier d'aluminium au papier d'étain sera en somme
favorable à l'hygiène; car l'étain est fréquemment mélangé de plomb,
depuis qu'on le retire des boîtes de conserves et autres vases hors de
service.

D'autre part, M. Balland a constaté que l'air, l'eau, le vin, la bière,
le cidre, le café, le lait, les huiles, les graisses, ont moins d'action
sur l'aluminium que sur le plomb, le zinc et l'étain.

Enfin, M. Riche a établi que l'étain et le nickel sont plus corrodés par
l'acide lactique et l'acide acétique étendus que l'aluminium. Le
chocolat, le pain d'épices, les bonbons, n'auront donc rien à redouter
du papier d'aluminium.

Le seul agent un peu dangereux pour l'aluminium, c'est le sel marin.

En somme--et telle est la conclusion d'une étude de M. Riche sur la
valeur hygiénique du papier d'aluminium--sa substitution au papier
d'étain doit être considérée comme sans inconvénients au point de vue de
l'hygiène.


LA GUERRE RUSSO-JAPONAISE ET LA FABRICATION DES EXPLOSIFS.

La fabrication intensive d'explosifs nécessitée par la guerre
russo-japonaise a provoqué une crise économique spéciale qui sévit
actuellement avec une grande acuité sur le marché des substances qui
entrent dans la composition des explosifs de guerre.

C'est ainsi que les prix du camphre et de l'écorce de bourgène ou aulne
noir ont monté à des hauteurs fantastiques.

Pour le camphre, la hausse du prix a été d'autant plus considérable que
le Japon est le seul pays producteur et exportateur de cette substance,
et qu'il s'en est réservé la monopolisation, comme la Suisse l'a fait
pour l'alcool. Le prix du camphre est alors réglé par un décret du
Mikado.

Le camphre joue d'ailleurs un rôle capital dans la fabrication des
explosifs, en ce sens qu'il rend l'acide picrique maniable. Cet acide,
additionné de camphre, fond et coule à une douce chaleur, sans détoner,
et c'est ainsi que l'on peut fabriquer la mélinite, qui n'est que de
l'acide picrique fondu en plaques de faible épaisseur.

Comme conséquence, le camphre n'a plus aujourd'hui de cours commercial.

Quant à l'écorce d'aulne, utilisée pour la fabrication de la poudre sans
fumée, son prix a décuplé depuis six mois, mais sa raréfaction sur le
marché n'intéresse guère que les gouvernements qui ont à fabriquer de la
poudre; tandis que celle du camphre, qui est si largement utilisé en
médecine et en hygiène, se fait directement sentir sur toutes les
bourses.



_Mouvement littéraire_

_Dix mois de guerre en Mandchourie_, par RAYMOND RECOULY (JUVEN, 3 fr.
50).--_Journal d'un correspondant de guerre en Extrême-Orient_, par
RÉGINALD KAMI (CALMANN-LÉVY, 3 fr. 50).--_Jaunes contre Blancs, le
problème militaire indo-chinois_, par R. CASTEX (CHARLES-LAVAUZELLE, 3
fr. 50).--_La Troisième Jeunesse de Mlle Prune_, par PIERRE LOTI
(CALMANN-LÉVY, 3 fr. 50). Dix mois de guerre en Mandchourie. M. Raymond
Recouly a été le correspondant du _Temps_ pendant une partie de la
guerre russo-japonaise. A la fois lettré et précis, il nous dit ce qu'il
a vu et les impressions qu'il a éprouvées. Suivant dans ses marches
l'armée russe, il a été enveloppé dans la grande bataille de Liao-Yang,
à la fin d'août et au commencement de septembre dernier. Les soldats
russes qu'il a observés, puisqu'il était mêlé à leurs bataillons, ont
montré un héroïsme surhumain, dans toutes les rencontres, principalement
à Liao-Yang. Contre leur courage, toutes les attaques furieuses des
Japonais se sont brisées. Ils sont restés, au début et même à la fin de
la grande bataille, maîtres de leurs positions. Et, cependant, la
retraite a sonné! On a craint le mouvement de Kuroki et d'être coupé de
la ligne de communication. Avec un peu d'énergie et plus de coordination
dans les efforts, peut être aurait-on eu facilement raison du général
nippon, qui avait un fleuve à franchir. Il fallait se porter rapidement
à sa rencontre--il était isolé--et le séparer de plus en plus du gros de
l'année. Mais, supérieur dans la défensive et presque invincible, le
soldat russe l'est montré d'une notoire inhabileté dans l'offensive. Ce
que nous soupçonnions, M. Recouly nous l'apprend de la façon la plus
nette. Pendant que les Japonais faisaient la guerre hardie, la guerre
napoléonienne, leurs adversaires, braves entre tous, se contentaient de
parer les coups. A Cha-Ké, l'attaque russe, faute d'unité, échoua
complètement. Sur les moeurs du pays mandchou, sur les différentes races
qui l'habitent, sur la haine des Anglais contre les Russes, sur les
hésitations des Chinois, toujours disposés à se tourner du côté du _piu
patente_, M. Recouly nous renseigne exactement. Quand il ne peut
assister aux batailles, il examine les lieux, décrit la topographie du
pays, nous initie aux habitudes et aux passions de ceux qui peuplent la
grande Mandchourie et nous révèle jusqu'à quel point les Nippons sont
admirables dans l'organisation de l'espionnage. Le reporter actuel est
d'une grande utilité: il remplace les anciens écrivains de _Mémoires_, et
peut-être avantageusement pour les historiens futurs, car il apporte
moins de préoccupations personnelles dans son récit.


Journal d'un correspondant de guerre en Extrême-Orient.

M. Recouly s'est acquitté de sa tâche de correspondant dans l'armée
russe, M. Réginald Kann dans l'armée japonaise.

Peut-être M. Kann n'a-t-il pas rencontré chez les Nippons la même
bonhomie, ni les mêmes facilités cordiales que M. Recouly chez les
Russes Combien de jours il a dû se promener à Tokio et à Yokohama avant
d'obtenir l'autorisation de suivre les opérations militaires en Corée et
en Mandchourie! Avec une bonne foi douteuse, on lui promettait tout sans
lui rien accorder. Enfin, il a pu remplir ses fonctions d'observateur et
de reporter et assister, comme M. Recouly, à la bataille de Liao-Yang.
_L'Illustration_ a eu la primeur de son récit dans le numéro du 19
novembre 1904. Ancien élève de Saint-Cyr, M. Kann est du métier et
s'intéresse à la guerre. Echappant à la surveillance étroite à laquelle
on le soumettait, il a, d'une hauteur, contemplé la grande lutte,
l'embrassant dans son étendue, relevant les détails. Il marque les
défectuosités de la défense russe, le tort que l'on avait de trop serrer
les soldats, de les présenter comme une cible facile aux coups de
l'ennemi; dans la défensive, il faut un peu éparpiller les hommes, afin
de laisser des espaces par lesquels bombes et balles puissent passer et
se perdre. La longue lutte de Liao-Yang fournit encore à M. Kann
l'occasion de faire remarquer ce que Sadowa avait suggéré aux hommes
compétents. Il ne faut pas exagérer l'importance de l'artillerie dans la
guerre En 1866, les Autrichiens, par leurs canons, étaient supérieurs
aux Prussiens, mais ce furent les fusils de l'infanterie prussienne qui
décidèrent de la journée. A Liao-Yang, les munitions de l'artillerie
nipponne étaient déplorables, ce qui n'empêcha pas les Japonais d'avoir
le dessus. Au fond, les obus et les boulets font plus de bruit que
d'effet. Il est vrai que, s'ils ne tuent pas comme les balles pressées,
invisibles et rapides, ils jettent dans les rangs adverses la terreur et
le désarroi, et que l'infanterie, se sentant soutenue par le tir des
canons, marche plus vigoureusement et avec plus d'entrain.

Au point de vue militaire, le livre de M. Kann est des plus instructifs;
il est bon de mettre son récit en face du récit de M. Recouly; les deux
se complètent.

Toutefois, ajoutons que M. Kann n'a pas dans le haut commandement nippon
une confiance démesurée. Si celui-ci avait, au début de la guerre, avec
ses quatre cent cinquante mille hommes complètement prêts, montré plus
d'activité, que serait-il advenu de la Russie qui n'avait presque
personne en Extrême-Orient?

Après chaque grande victoire, les Japonais se sont pareillement un peu
trop longtemps reposés, ne poursuivant pas leurs avantages et laissant à
l'ennemi le temps de se ressaisir, de se ravitailler en hommes et en
munitions.


Jaunes contre Blancs.

M. R. Castex, enseigne de vaisseau, a, en 1904, accompagné M. François
Deloncle, chargé d'une mission en Indo-Chine et d'une enquête sur
notre grande colonie. _Jaunes contre Blancs_ nous fournit un résumé fort
lumineux de l'état de l'Indo-Chine et de ce que nous devons préparer
là-bas. Déjà signalé dès 1897, par M. Doumer, le péril japonais est
devenu des plus imminents. Nous n'avons rien à redouter des Anglais et
des Allemands qui, avant peu, auront les mêmes ennemis que nous-mêmes.
Mais le Japon est là, actif, remuant, organisant avec ses officiers
l'armée chinoise et celle du Siam, inondant notre colonie elle-même de
ses espions déguisés en Célestes et même en bonzes. Au moment redouté,
nous les trouverions à l'intérieur même de la Cochinchine, du Tonkin et
de l'Annam, soufflant le feu, attisant la révolte des populations. Que
devons-nous faire en prévision d'une attaque prochaine?

Notre marine est fort supérieure à celle du Japon. Mais, pour qu'elle se
mobilise, s'approvisionne de charbon et atteigne le lieu des hostilités,
il lui faut trois mois au minimum. Il est donc nécessaire de faire de
l'Indo-Chine comme une place en état de résister pendant trois mois aux
assauts de l'ennemi, avec ses propres forces. C'est comme une
grand'garde qu'il importe de constituer le plus tôt possible. La
Cochinchine et le Tonkin sont séparés l'un de l'autre et ne pourraient,
en cas de guerre, se prêter aucun appui. Leur mise en état de défense
n'est pas identique; ce sont deux unités non reliées entre elles. Avec
précision, M. Castex entre dans des détails techniques, marque les
points à fortifier et surtout le système de croiseurs et de sous-marins
à établir pour rendre les débarquements ennemis plus périlleux. Si la
France veut conserver son plus brillant empire colonial et le rendre
inaccessible aux entreprises des jaunes conduits par les Nippons, c'est
à une dépense de 180 millions qu'elle doit se résigner. Chiffre énorme!
Mais ne risquerait-il pas d'être bien des fois doublé si l'on ne se
décidait à faire ces préparatifs indispensables? Que l'optimisme de nos
alliés les Russes nous serve de leçon!


La Troisième Jeunesse de Mme Prune.

Au moment où j'achève cet article paraît le volume de M. Loti. Le divin
charmeur a visité le Japon dans ces derniers temps: il y a passé une
année presque entière. Combien peu belliqueux est son livre! Il a
retrouvé, là-bas, les mousmés, les maisons de thé, les danseuses aux
grâces félines, parmi lesquelles Pluie d'avril; il a revu sa belle-mère,
Mme Renoncule; une cousine au vocable de Fleur-de-Cerisier; et, en plein
veuvage, en pleine ardeur de la troisième jeunesse, Mme Prune. C'est
encore le Japon ancien, le Japon de jolies couleurs et de paravent qu'a
entrevu l'oeil de M. Loti. O illusion de la poésie et des souvenirs!

E. LEDRAIN.



Ont paru:

_La Grande Aventure_, par Georges de Labruyère. 1 vol., Librairie
universelle, 3 fr. 50.--_Jean et Pascal_, par Mme Juliette Adam, 1
vol., Lemerre, 3 fr. 50.--_Le Fond secret._ par Michel Provins. 1 vol..
Fasquelle, 3 fr. 50.--_Brichanteau célèbre_, par Jules Claretie. 1
vol., Fasquelle, 3 fr. 50.--_Un officier de cavalerie. Souvenirs du
général L'Hotte_, 1 vol. in-16, Plon-Nourrit et Cie, 3 fr. 50.--_Les
Cosaques de Transbaïkalie en Mandchourie en 1900_ par le général-major
Nicolaï-Orlov. 1 vol., Lavauzelle, 3 fr.--_Souvenirs d'un vélite de la
garde, sous Napoléon Ier_, par Lombard-Dumas. 1 vol. in-16, Plon-Nourrit
et Cie, 3 fr. 50,--_Médecine de l'enfance_, par le docteur Monin. 1 vol.
in-16, Maloine, 5 fr.


[Illustration: La jetée de Cam-Ranh.]

LA BAIE DE CAM-RANH

La baie de Cam-Ranh, où, d'après de récents câblogrammes, l'escadre de
l'amiral Rodjestvensky est ancrée à l'heure actuelle, est un point
stratégique des plus importants, à cause de sa situation sur la route
directe des paquebots entre Hong-Kong et Singapour. On comprend donc
aisément le choix de l'amiral russe, qui a peut-être également espéré
trouvera Cam-Ranh quelques facilités d'approvisionnement en combustible;
MM. de Barthélémy et de Pourtalès y ont, en effet, créé d'importants
dépôts de briquettes agglomérées.


LE COLONEL RENARD

La mort subite du colonel Renard, directeur du parc aérostatique
militaire de Chalais-Meudon, vient de priver prématurément l'armée et la
science d'une personnalité de haute valeur.

Fils d'un magistrat, Charles Renard était né à Damblain (Vosges), le 23
novembre 1847. Il comptait parmi les plus brillants élèves du lycée de
Nancy et, au concours général de 1866, à dix-huit ans, il remportait le
prix d'honneur de mathématiques spéciales; cette même année, il était
reçu troisième à l'École normale supérieure en même temps qu'à l'École
polytechnique. Ayant opté pour celle-ci, il en sortit dans l'arme du
génie.

[Illustration: Panorama de la baie de Cam-Ranh, où des télégrammes ont
signalé l'escadre de Rodjestvensky.--Phot. comm. par M. de Barthélémy.]

Il fit la campagne de 1870 à l'armée de la Loire, à l'armée de l'Est
avec Bourbaki. A dater de 1873, attiré tout particulièrement vers les
recherches d'aérostation et d'aviation, il s'y consacra avec les
collaborations successives du capitaine Krebs et de son frère, le
commandant Renard. Il eut la satisfaction de résoudre le premier, d'une
façon complète, le problème de l'aérostat dirigeable, c'est-à-dire le
retour certain au point de départ dans des conditions favorables. Il
avait acquis en cette matière une compétence et une autorité
incontestées.

[Illustration: Le colonel Ch. Renard.]

Les chercheurs du grand problème de l'aviation trouvaient toujours de
bons conseils et un excellent accueil auprès deavant modeste et
bienveillant autant qu'éminent. Mécanicien distingué dans les diverses
branches et en même temps physicien, le colonel Renard présidait
plusieurs sociétés savantes et avait apporté un précieux concours, comme
membre des jurys et des commissions, à nos expositions universelles.

LE «TOURBILLON DE LA MORT»

[Illustration: Mlle Marcelle Randal dans l'automobile du «Tourbillon de
la mort».]

Cette nouveauté acrobatique vient, hélas! de justifier son appellation
funèbre, qu'on présumait volontiers n'être qu'une artificieuse hyperbole
destinée à corser l'effet d'une «attraction» sensationnelle.

Le «Tourbillon de la mort», c'était le dernier mot du _looping the
loop_, le bouclage de la «boucle» en automobile, agrémenté d'un surcroît
de difficultés. On sait--et notre schéma le fera mieux comprendre
encore--comment fonctionnait, depuis un mois environ, au Casino de
Paris, l'appareil construit par l'ingénieur Revel. L'automobile où se
tenait, ligotée, Mlle Marcelle Randal, une jeune fille de vingt-deux
ans, descendait avec une rapidité vertigineuse d'une hauteur de 8
mètres, le long d'un plancher fortement incliné; au bas de ce plancher,
les roues de derrière faisaient déclencher un puissant ressort, qui
projetait la voiture en l'air en la faisant basculer; il en résultait un
véritable saut périlleux, au terme duquel le véhicule retombait sur un
plan d'arrêt.

Le soir du vendredi 14 avril, Mme Randal, son exercice accompli, ne se
releva pas, à son ordinaire, pour saluer les spectateurs: on la
transporta évanouie à son domicile, où elle expirait, le lendemain, sans
avoir repris connaissance. Une instruction judiciaire est ouverte et,
d'après l'avis des médecins, il semble bien que cette mort doive être
attribuée non à un accident, mais à la répétition de la commotion
cérébrale, conséquence des violentes secousses imprimées au corps de la
jeune acrobate.

[Illustration: Le dépôt de charbon de Cam-Ranh.]


Mme ADELINA PATTI

La croix de la Légion d'honneur vient d'être décernée, au titre
étranger, à Mme Adelina Patti. Le nom de la célèbre cantatrice, de
nouveau mis en vedette, évoque le souvenir de succès retentissants, mais
déjà bien lointains. D'origine espagnole (elle naquit à Madrid en 1843),
Adelina Patti, élevée en Amérique où ses parents s'étaient établis,
avait embrassé de bonne heure la carrière théâtrale. Douée d'une voix
d'une étendue, d'un éclat, d'une souplesse exceptionnels, elle avait à
peine seize ans quand elle débutait, à New-York, dans _Lucia_. En 1861,
elle contractait un engagement à Londres et, l'année suivante, elle
apportait en France une renommée qui allait recevoir sa consécration
définitive au Théâtre-Italien de la salle Ventadour: jamais le
répertoire des Donizetti, des Rossini, des Verdi, n'y trouva une
interprète plus applaudie, plus fêtée du public.

La Patti avait épousé, en 1868, le marquis de Caux, écuyer de l'empereur
Napoléon III; après la rupture de cette union, elle se remaria avec le
ténor Nicolini, puis, devenue veuve, avec le baron de Cedestroem,
appartenant à la noblesse suédoise. Elle a quitté Paris depuis 1870, et
réside habituellement en Angleterre.

[Illustration: Mme Adelina Patti.--_Phot. Langper._]


L'Illustration _publiera la semaine prochaine son numéro spécial (prix:
2 francs) consacré aux_ SALONS DE PEINTURE DE 1905.


LA DERNIERE SUISSE, par Henriot.


_NOUVELLES INVENTIONS_

_(Tous les articles publiés sous cette rubrique sont entièrement
gratuits.)_

LE MONOPHONE

Les appareils téléphoniques actuels ont tous un grave défaut, celui de
laisser à désirer, aussi bien au point de vue de l'hygiène qu'au point
de vue de la propreté. Quelle que soit leur disposition, qu'ils soient
munis d'un cornet ou d'une plaque vibrante, il faut toujours, pour s'en
servir, avoir en face de la bouche et souvent à très faible distance, un
réceptacle de microbes, de poussière et de salive. Ce réceptacle fait de
ces appareils d'actifs propagateurs de maladies contagieuses; mais, en
dehors même de ce danger, quelle est la personne qui n'éprouve une
certaine contrainte à approcher sa bouche de l'endroit où d'autres
personnes ont mis la leur?

La Société Industrielle des Téléphones vient de créer un appareil
hygiénique et propre qui fait disparaître cet inconvénient.

Comme l'indique la figure 1, le monophone est disposé de telle sorte que
son cornet, placé de côté et non en face de la bouche, ne recueille que
les ondes sonores, et laisse passer aussi bien les particules de salive
que les éléments contagieux.

Cela n'empêche d'ailleurs pas cet appareil simple et léger d'être un
transmetteur net et puissant, puisqu'il s'applique à merveille aux
conversations sur les plus longues lignes en service (Paris-Berlin,
Paris-Rome, etc.).

L'administration des Postes et des Télégraphes a admis d'emblée le
monophone sur le réseau et a autorisé la Société Industrielle des
Téléphones à le vendre comme appareil de substitution aux abonnés qui
sont déjà en possession d'un appareil combiné quelconque.

On peut voir sur la figure 2 la coupe du monophone.

Le cornet C transmet les ondes sonores, émises dans son voisinage, au
minuscule microphone à pastilles de charbon M. Ce microphone possède une
sensibilité remarquable, parce qu'il se trouve frappé sur ses deux faces
par les ondes sonores. En a, b, m, on remarque l'aimant les bobines, et
la membrane ordinaires placés derrière l'embouchure R p. Le téléphone
peut être suspendu par un crochet A et le courant lui arrive par les
bornes g, f. Cet appareil se trouve à la _Société Industrielle des
Téléphones_, 25, rue du 4 Septembre, Paris, au prix de 80 francs, moins
la reprise de l'ancien appareil combiné.

AMPOULES-SERINGUES STÉRILISÉES

Les injections sous-cutanées, d'une action sûre et rapide, sont
actuellement une des plus puissantes ressources de la médecine moderne
et l'emploi des ampoules scellées, aujourd'hui fort répandu, permet à
tous les médecins d'avoir sous la main des liquides bien stérilisés.

Mais les seringues hypodermiques sont d'un emploi assez compliqué et
difficilement aseptique, tant à cause de la difficulté que présente le
transvasement des liquides qu'à cause des dangers de contamination
provenant de l'imparfaite stérilisation de la seringue elle-même.

C'est à ces deux inconvénients que MM. Robert et Lesseure ont voulu
remédier en créant un système d'ampoule-seringue à coup sûr original et
ingénieux.

Comme son nom l'indique, cet ustensile permet d'employer l'ampoule
elle-même pour faire l'injection.

Il comporte un système d'ouverture des ampoules par arrachement qui a
permis d'obtenir ce résultat d'une façon aussi simple qu'économique et
sure. Un tube scellé (fig. 1) porte en sa partie médiane une bague très
saillante; son extrémité inférieure est rodée et porte un trait de
lime. La partie inférieure de ce tube contient le liquide à injecter.

Au-dessus de la solution est placée une boule de caoutchouc ou de toute
autre matière similaire compatible avec la nature du liquide; cette
boule a été introduite dans le tube avant la stérilisation, qui a été
faite à l'autoclave par les procédés ordinaires. Au moment de l'usage,
cette boule servira de piston.

Le mode d'emploi de l'instrument est des plus simples:

Saisir l'ampoule-seringue, comme le montre la figure 1, en plaçant les
pouces en face l'un de l'autre: tirer fortement, la cassure se fait
nette et sans éclat au niveau de la bague. A l'aide du pouce et de
l'index, briser la pointe effilée à la hauteur du trait de lime.
L'aiguille ordinaire, flambée à la lampe à alcool, s'adapte exactement
sur l'extrémité rodée. Il suffit alors, avec une tige de verre
introduite par l'extrémité libre, de refouler la boule de caoutchouc,
qui constitue un piston parfait; l'ampoule est ainsi devenue une
véritable seringue (fig. 2) et peut injecter toutes les solutions,
quelles qu'elles soient.

Les inventeurs font valoir les avantages suivants en faveur de leur
ingénieux appareil:

Aucune contamination n'est à craindre, puisque le liquide est injecté
sans transvasement;

Il y a économie de temps, puisqu'il est inutile de faire bouillir la
seringue;

La stérilisation, d'autre part, est plus sûre, l'ébullition de la
seringue ne donnant qu'une asepsie relative.

Ajoutons enfin l'économie; les ampoules-seringues suppriment l'emploi
des seringues ordinaires, coûteuses et délicates à manier.

Ces ampoules-seringues se trouvent au prix de 5 fr. la boîte de 10 (tige
de verre-piston comprise), chez _M. Robert, 37, rue de Bourgogne,
Paris._

_Pour toutes insertions concernant les nouvelles inventions, écrire au
service des Nouvelles Inventions, à_ l'Illustration, _13, rue
Saint-Georges, Paris._

[Illustration et note du transcripteur.
Suppléments non fournis:
1º _Deux gravures hors texte en couleurs et remmargées;_
2° L'ILLUSTRATION THÉÂTRALE _avec le texte complet de_ L'AGE D'AIMER.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3243, 22 Avril 1905" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home