Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3251, 17 Juin 1905
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3251, 17 Juin 1905" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



LA REVUE COMIQUE, par Henriot.

[Illustration: L'ILLUSTRATION _Prix du Numéro: 75 Centimes._ SAMEDI 17
JUIN 1905 _63e Année.--N° 3251_]

[Illustration: EN AUVERGNE, AVANT LA COURSE Un chauffeur en
reconnaissance sur le parcours des Éliminatoires. _Dessin d'après nature
de notre envoyé spécial, L. Sabattier._]


Courrier de Paris

JOURNAL D'UNE ÉTRANGÈRE

L'Académie française compte, depuis quelques jours, un «immortel» de
plus. L'élection d'un académicien fait partie de ces menus incidents
dont Paris ne se préoccupe guère et auxquels certaines traditions
littéraires et mondaines exigent pourtant qu'une espèce d'importance
doive paraître s'attacher. C'est une chose à quoi personne n'est obligé
de penser, mais dont tout le monde parle et de laquelle même, en
certains milieux, il serait presque malséant qu'on ne parlât point. Ce
n'est pas un souci public; c'est un sujet de conversation.

Le dernier élu s'appelle Etienne Lamy. Dans le monde de jeunes
littérateurs, d'artistes, d'hommes d'affaires et de mondains un peu
frivoles où je fréquente, personne ne connaît M. Lamy. Mais je me
rappelle sa silhouette pour l'avoir entrevue, il y a une dizaine
d'années, très loin du boulevard et de l'Académie,--à Kairouan, où un
groupe d'amis et de parents, en compagnie de qui j'explorais la Tunisie,
se trouva mêlé, pendant deux ou trois jours, à une sorte de caravane
officielle dont M. Etienne Lamy faisait partie. Je me souviens: c'était
M. René Millet, le résident général d'alors, qui avait organisé cette
excursion. M. Millet avait eu la bonne idée de faire les honneurs de son
«protectorat» à un certain nombre d'hommes distingués de la
métropole--hommes d'État, savants, écrivains, industriels ou
financiers--et d'exposer devant eux le tableau _vivant_ de ses
pittoresques richesses. Il y avait là M. Gaston Boissier, le géographe
Vidal de la Blache, des professeurs du Collège de France et de la
Sorbonne: MM. Rambaud, Oppert, Cagnat, Collignon, Marcel Dubois... M.
Etienne Lamy suivait la caravane en invité modeste qui ne tient pas à
être remarqué. De petite taille, la barbe courte et grisonnante taillée
en pointe, l'oeil souriant sous le verre du binocle, il charmait ceux
qui l'approchaient par la courtoisie parfaite de ses manières et la
grâce de sa conversation. Et j'appris que cet inconnu avait fait, tout
jeune, de brillants débuts dans la politique; qu'il s'en était retiré de
bonne heure et que, sans ambition, il se consacrait à d'austères travaux
d'histoire et de littérature. Son plus intime compagnon de voyage était
un petit homme tout mince, très jeune d'aspect, professeur de droit
criminel à Angers et dont un ou deux romans d'un sentiment aimable et
soigneusement écrits avaient mis le nom, tout récemment, en lumière: il
s'appelait René Bazin.

Les deux voyageurs ont fait un joli chemin. M. Bazin est entré à
l'Académie; M. Lamy vient de l'y rejoindre. Comment y est-il entré? En
quoi ses mérites ont-ils paru plus dignes de cette haute distinction que
les mérites de tant d'autres? C'est ce que personne ne peut m'expliquer
très clairement. Louis Veuillot, dans un petit volume de poésies que le
hasard me fit dénicher l'autre jour au fond d'un cabinet de lecture de
mon quartier, se posait irrespectueusement la même question: Qui me dira
comment se fait l'Académie; Pourquoi _Pantoufle_ en est, quand _Sabot_
n'en est pas? J'imagine donc ceci: qu'on est presque toujours digne
d'entrer à l'Académie, quand on y entre; mais qu'on n'y entre pas
uniquement parce qu'on était digne d'y entrer;--et que ces choix se
déterminent par toutes sortes de petites raisons, de raisons «à côté»,
où interviennent on ne sait quelles considérations mystérieuses
d'influences, d'amitiés, d'opinions, d'origines et d'attitude... En
sorte qu'il y a des hommes qui sont «voués» à l'Académie dès l'âge de
trente ans (dussent-ils n'y entrer qu'à soixante) d'une façon aussi
impérieuse et aussi naturelle que d'autres, à vingt ans, sont «marqués»
pour le professorat, le métier militaire, la poésie, le sport, la
magistrature, la débauche ou le commerce d'exportation. Célèbres ou
ignorés de tout le monde, s'ils sont nés pour en être, ils en seront. Et
l'on pourrait dire de l'Académie ce que M. Guitry disait un jour du
métier de comédien: «Jouer très bien la comédie: c'est facile, ou c'est
impossible.»


... Le retour de Longchamps a marqué l'officielle clôture de la «saison»
parisienne. On se débat bien encore un peu pour la faire durer:
Whisthler, sur la prière de ses admirateurs, s'attarde aux cimaises de
l'École des beaux-arts; Besnard nous convie, rue de Sèze, à une
éblouissante exposition de ses oeuvres; les amis des bêtes organisent,
au parc de Neuilly, une exposition de chats; mais, tout de même, c'est
la fin et le grand exode est commencé. Déjà le bois de Boulogne a changé
de figure; avant quinze jours, ce ne sera plus, en semaine, qu'un
délicieux désert d'arbres, une oasis de silence; et ce sera, le
dimanche, l'affolante kermesse où se déchaîneront l'invasion des
faubourgs «en balade» et les traditionnelles joies des déjeuners et des
dîners autour du lac. Le Paris des Batignolles, de la Chapelle, de
Belleville et de Ménilmontant aura pris, pour trois mois, possession du
Bois!

Le voyage, il y a peu d'années encore, était long, presque coûteux, et
l'on préférait fêter le dimanche à peu de distance de chez soi: sous les
arbres du bois de Vincennes ou des Buttes-Chaumont, qui sont d'exquises
promenades. Mais le Métro s'est offert au peuple de Paris... En lui
rendant faciles les déplacements à bon marché, il l'a rendu curieux
d'impressions nouvelles; il lui a suggéré l'ambition de fréquenter les
lieux élégants où il allait peu; et voilà le bois de Boulogne envahi.


J'y suis allée flâner avant-hier matin. Les fêtes de la Pentecôte
avaient déversé là, pendant deux jours, une telle foule que ce pauvre
Bois en semblait tout meurtri et comme exténué... Plates-bandes ravagées,
massifs d'arbustes démolis; et partout, dans les allées, sur l'herbe,
autour de chaque arbre, des papiers graisseux, des boîtes éventrées, des
bouteilles vides, des débris de vaisselle oubliée: le paysage tout
entier--si joli dans la mélancolie de cette paix matinale--semblait
souffrir d'être souillé ainsi.

Je lis dans les journaux que, pour préserver la beauté de cette
promenade, M. le préfet de police a décidé de faire placer le long de
ses allées principales un certain nombre de récipients, de «poubelles»
où les Parisiens devront désormais déposer, avant de quitter le Bois,
les _reliefs_ de leurs dînettes en plein air. Je serais bien surprise
que cet ordre-là fût obéi.

Il n'y a pas de peuple meilleur que le peuple de Paris; mais il n'y en a
pas non plus qui soit plus rebelle à ces petits devoirs de discipline
collective. J'étais à la Haye, il y a quatre ans, quand la reine
Wilhelmine se maria. Une foule effroyable s'y écrasait. Pour y assurer
l'ordre et y rendre la circulation aisée, la police avait usé d'un
expédient ingénieux; elle avait fait afficher sur tous les murs, au coin
des rues, ce simple avis: «Marchez à droite». On obéissait. Et ainsi se
formaient, dans chaque rue, deux courants inverses qui se côtoyaient
sans se mêler. Nulle part, même dans l'encombrement et le tumulte des
fêtes de nuit, je n'ai vu la moindre bousculade se produire.

Ici, je doute qu'un si sage conseil eût été écouté. Paris est une ville
où l'individu n'aime point à se sentir gouverné. Les gestes de l'
«autorité» l'agacent, ses admonestations lui font hausser les épaules et
il ne lui sait aucun gré des attentions qu'elle lui témoigne. Le
Parisien flâne sur la chaussée ou la traverse en lisant son journal, et
c'est aux cochers qu'il s'en prend s'il a failli être renversé par l'un
d'eux. Aux guichets des gares, je vois à chaque instant des gens se
heurter et discuter, parce que, sur deux voyageurs, il y en a presque
toujours un qui s'obstine à entrer du côté par où il eût fallu sortir.
Aux portes d'issue du Métropolitain, on a disposé des coffres de bois où
les voyageurs sont invités à jeter leurs tickets en passant: la plupart
les gardent dans leurs poches ou les répandent le long des escaliers.
Pour procurer aux convalescents des hôpitaux la distraction d'une
lecture qui ne leur coûtât rien, les compagnies de chemins de fer ont
placé sur leurs quais de grandes boîtes où nous sommes priés de déposer
nos vieux journaux: les journaux restent épars sur les banquettes des
wagons où tout le monde les oublie; ce sont les hommes d'équipe qui les
ramassent. La pêche à la ligne sera rouverte après-demain: cela n'a pas
empêché mon propriétaire, qui a la passion de cet exercice (et l'horreur
du poisson!), d'aller tous les dimanches, depuis un mois, poser
clandestinement de petites lignes dans la Marne, pour tirer de l'eau, au
mépris de la loi, des goujons qu'il y rejetait d'ailleurs aussitôt. Et
vraiment il semble que ce penchant à blaguer les consignes, à ruer dans
le brancard du «règlement», soit inné chez le Parisien: il n'y a pas de
ville où le gamin se complaise davantage à narguer l'autorité des
cochers en grimpant derrière les voitures jusqu'à ce qu'un coup de fouet
l'en déloge, et où la mention _Défense d'afficher_ attire plus
invinciblement son coup de crayon sur la pierre immaculée d'un mur.


Les plates-bandes du bois de Boulogne seront donc tout aussi sales, cet
été, en dépit des consignes de M. Lépine qu'elles le furent les étés
précédents; mais l'eau du ciel lavera tout cela, et les rois qui nous
rendront visite l'an prochain continueront de penser que cette
population d'espiègles est la plus charmante de toutes et que le bois de
Boulogne est un coin de terre duquel on ne s'éloigne qu'avec une immense
envie d'y revenir...

SONIA.



L'HOMME DU JOUR

LE PRÉSIDENT ROOSEVELT

S'il est, en ce moment, un personnage auquel s'applique, dans la plus
large acception du terme, la qualification d' «homme du jour», c'est
assurément le président des États-Unis; l'attention universelle, en
effet, se porte vers lui pour les mêmes raisons qui, depuis dix-huit
mois, la retiennent anxieusement fixée sur la grave conflagration
allumée en Extrême-Orient.

On sait par quelle initiative opportune vient de se signaler M. Théodore
Roosevelt. A la date du 8 juin, il a adressé aux gouvernements russe et
japonais une note dont la substance se résuma ainsi: «Le président
estime que l'heure est venue où, dans l'intérêt de toute l'humanité, il
doit rechercher s'il n'est pas possible de mettre fin à ce terrible et
lamentable conflit... Il presse vivement les belligérants d'ouvrir des
négociations directes en vue de conclure la paix, n'ayant, quant à lui,
en amenant une conférence entre les deux puissances, d'autre dessein que
de contribuer à un heureux résultat, conforme aux souhaits du monde
civilisé tout entier.»

La publication de ce document, immédiatement suivie de pourparlers
préliminaires, a eu un retentissement immense, et l'acte a été salué
d'un concert unanime d'éloges, tant en raison de ses conséquences
éventuelles que des hautes considérations qui l'ont inspiré.

[Illustration: M. THÉODORE ROOSEVELT, PRÉSIDENT DES ÉTATS-UNIS
D'AMÉRIQUE qui vient d'intervenir auprès du tsar et du mikado en faveur
de la paix. _Photographie prise, il y a quelques semaines, dans le
Colorado, où le Président chassait l'ours, vêtu en "rough-rider"._]

Certes, il fait le plus grand honneur à son auteur; mais, étant donnée
la personnalité du président actuel de la République transatlantique,
cette généreuse initiative, cette intervention influente suggèrent une
curieuse remarque, laquelle, d'ailleurs, n'est pas pour en diminuer le
mérite.

Un homme d'action avant tout, malgré son incontestable culture
intellectuelle; un apologiste fervent de la force et de l'énergie, ainsi
qu'en témoignent ses écrits et ses discours; un chasseur passionné,
comme le furent de tout temps la plupart des guerriers entraînés aux
combats humains par la lutte contre les bêtes, quittant volontiers,
quand il en trouve le loisir, la tranquille résidence de la
Maison-Blanche pour aller, dans les déserts sauvages du Far-West, en un
équipage des plus frustes, avec une escorte de cow-boys, rechercher les
émotions et courir les risques de la grande chasse à l'ours; un soldat
plein de vaillance et d'entrain, créateur de ce fameux corps de
cavaliers volontaires, les rough-riders, à la tête duquel, lors de la
dernière guerre hispano-américaine, il battit l'ennemi et conquit la
popularité; enfin, un chef d'État partisan déclaré et artisan déterminé
du développement de la puissance militaire de la vaste fédération dont
il dirige les destinées,--tel apparaît, en ses traits principaux, une
des figures les plus caractéristiques de l'histoire contemporaine. Ce
n'est pas, précisément, celle d'un apôtre de certaines doctrines
prêchées du haut de diverses tribunes: M. Roosevelt n'est point un
«pacifiste». Or, voici que, d'un beau geste résolu, il vient de prendre,
dans d'importantes conjonctures, le rôle de «pacificateur». Y a-t-il là
une antinomie, une contradiction? La question offre sujet à controverse
théorique; mais, esprit éminemment pratique, l'ancien élève de
l'université de Harward n'aurait pas de peine à se justifier du reproche
d'inconséquence, en citant à propos le vieil adage, encore vrai
aujourd'hui: _Si vis pacem, para bellum._



L'anéantissement, à Tsou-Shima, de la flotte russe, demeurera, dans
l'histoire des guerres maritimes, comme l'un des événements les plus
tragiques, un des désastres les plus épouvantables qu'on aura vus. Tant
de vies sacrifiées en quelques heures, tant d'espérances d'un seul coup
anéanties, sont pour faire rêver à jamais. L'écroulement de Waterloo, ce
coup suprême d'une fatalité qui s'acharnait, soulève à peine de pareils
regrets et de pareilles rages.

Maintenant, si l'on détourne un instant les regards de l'infortune
irréparable qui atteint tout un grand pays, c'est pour les reporter vers
le lit de douleur où l'amiral Rojestvensky déplore, sans doute, de
n'avoir pas trouvé, au milieu de ses frères d'armes, une mort glorieuse,
de n'avoir pas partagé le sort des héros sans nom engloutis avec leurs
navires dans la grande mer, au cours de ces journées néfastes.

[Illustration: VISITE DE L'AMIRAL TOGO A L'AMIRAL ROJESTVENSKY, A
L'HOPITAL MARITIME DE SASEBO]

Il avait accompli, en amenant son escadre jusque dans les mers
d'Extrême-Orient, un effort surhumain, un exploit qui émerveille les
hommes de mer les plus rompus au périlleux métier. Selon l'expression de
l'amiral Bienaimé, il n'a pas eu pour lui le Dieu des batailles, mais il
a, dans son superbe héroïsme, tout fait pour le mettre de son côté. Et
tant de science dépensée, tant de courage, tant d'abnégation, ont abouti
à cette effroyable catastrophe.

Il pensa, un moment, peut-être, échapper à l'ultime infortune pour un
soldat. Il espéra éviter d'être la proie du vainqueur. Un
contre-torpilleur russe l'avait pris à son bord, blessé, sanglant, au
soir du combat, lorsque tout fut perdu,--fors l'honneur. Deux navires
japonais, envoyés à la découverte, après avoir fouillé toute la nuit
l'Océan, rejoignaient au jour deux bateaux russes, dont l'un put encore
s'enfuir. L'autre demeura en panne, n'ayant plus d'eau, plus de charbon,
le drapeau blanc hissé à son mât de misaine, le pavillon de la
Croix-Rouge à son arrière: c'était le _Biedovy_ qui portait Rojestvensky
et son état-major.

Les officiers russes supplièrent en grâce leurs ennemis de laisser leur
chef sous leur garde, sur le navire où il était, de lui éviter une
souffrance de plus. Les Japonais y consentirent, mais placèrent sur le
pont du _Biedovy_ une garde armée, en stipulant froidement qu'elle
exécuterait, sans faillir, l'amiral, au cas où d'autres vaisseaux russes
arriveraient et tenteraient de l'enlever.

Il arriva ainsi à Sasebo à la remorque du _Sazanami_, par une mer
houleuse, dure aux pauvres blessés ballottés à ses soubresauts furieux.

Enfin, l'amiral put être transporté à l'hôpital où des soins dévoués
l'entourèrent, et la chevalerie des vainqueurs, cette fois, ne ménagea
rien de ce qui pouvait adoucir cette immense infortune, lui faire
oublier le traitement martial à l'excès qu'on lui avait infligé sur le
_Biedovy_.

Il était blessé en six endroits. A peine reposait-il dans le petit lit
blanc que le ministre de la marine, l'amiral Yamamoto, lui faisait
porter des fleurs par brassées, accompagnant l'envoi de cette touchante
dépêche:

«Veuillez me permettre de vous exprimer tout mon respect pour la façon
toute militaire dont vous avez rempli votre devoir en combattant
désespérément pour votre pays.

» Laissez-moi vous dire combien je regrette vos blessures. J'espère que
les ressources de nos hôpitaux navals, les capacités de nos chirurgiens
de marine, soulageront vos souffrances et vous rendront promptement la
santé.»

Un peu plus tard, le 2 juin, l'amiral Togo, son adversaire de
Tsou-Shima, venait en personne rendre visite à l'amiral russe. Il le
trouva enveloppé de bandages, pâle, fébrile et les yeux hagards.

Quand il vit l'amiral japonais, Rojestvensky voulut se soulever et il se
soutint un moment en s'appuyant sur le coude, écoutant Togo lui exprimer
ses regrets de le rencontrer dans des circonstances aussi douloureuses.
Le blessé souffrait visiblement. Togo eut pitié et, après avoir ajouté
qu'il était venu seulement pour prendre de ses nouvelles, il le pria de
se recoucher à son aise.

Ce sont là des démarches, des soucis, qui honorent grandement les
Japonais. Mais quelles prévenances, quels hommages sauraient calmer
l'amertume qui doit gonfler l'âme de ce marin admirable, dont la
vaillance aurait mérité de désarmer le sort obstinément contraire aux
armes russes?



[Illustration: 1. Les autorités allant inspecter la route (au volant: M.
Joly, préfet du Puy-de-Dôme). (_Phot. Bliès_.)--2. En attendant la
course: les montreurs d'ours.--3. La passerelle de Vauriat (pour les
automobiles).--4. La passerelle de Rochefort (pour les piétons).--5.
L'épandage et l'étalage automatiques du goudron.--6. Une tribune, en
haut de la côte de Grudelle.--7. La passerelle de Laqueuille (pour les
automobiles).--8. Les voitures concurrentes dans la cour de la gare de
Laqueuille.]

LA COUPE GORDON-BENNETT AU CIRCUIT D'AUVERGNE.--Sur la route.

[Illustrations: M. Sisz (voiture Renault). M. Bernin, sur voiture
Renault. M. Rougier (voiture de Dietrich).

M. Girardot, sur voiture Charron-Girardot-Voigt. M. Duray sur voiture de
Dietrich M. Rigolly, sur voiture Gobron-Brillié.

M. Théry, sur voiture Richard-Brasier. M. Wagner, sur voiture Darracq.
M. A. Clément fils, sur voiture Bayard-Clément.

M. Lavergne, sur voiture Hotchkiss. M. Stead (voiture Richard-Brasier).
M. H. Farman, sur voiture Panhard-Levassor.

M. Le Blon (voiture Hotchkiss,) M. Hanriot (voiture Bayard-Clément). M.
Gabriel (voiture de Dietrich) M. Heath (voiture Panhard-Levassor).

M. Edmond sur voiture Renault. M. A. Fournier (voiture Hotchkiss). M.
Caillois (voiture Richard-Brasier), M. Teste, sur voiture
Panhard-Levassor.]

Conducteurs et voitures des Éliminatoires françaises. LA COUPE
GORDON-BENNETT AU CIRCUIT D'AUVERGNE.

[Illustration: M. Michelsen. UNE SÉANCE HISTORIQUE DU PARLEMENT
NORVÉGIEN (7 juin.)--M. Michelsen, président du Conseil d'État, lit
l'adresse notifiant au roi Oscar la séparation de la Norvège et de la
Suède.]

[M. Olsson (Guerre). M. Arctander. M. Michelsen (Président). M. Lovland
(Affaires étrangères). M. G. Knudsen. M. Vinje. M. Bathner. M. Hagerup
Bull (Justice). M. Lehmkicht. M. C. Knudsen (Instruction publique). UNE
RÉVOLUTION PACIFIQUE EN NORVÈGE.--Les membres du gouvernement
provisoire. _Photographies Hilfling-Rasmussen._]

CHRISTIANIA, REINE DES FJORDS ET CAPITALE DE LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE.

[Illustration: UNE ANCIENNE CITÉ HANSÉATIQUE: BERGEN, LA SECONDE VILLE
DE NORVÈGE Phot. M. Meys. Le marché aux pommes de terre sur le quai de
la Hanse.]



[Illustration: Mine de 300 kilogrammes d'explosif près du fort
d'Anteshan.]

[_Phot. James Ricalton. Copyright Underwood and Underwood._ Mine à
l'ouest, du fort de Niriousan. PHOTOGRAPHIES DE L'EXPLOSION DES MINES]

_Un des systèmes de défense adoptés par les Russes enfermés dans
Port-Arthur et qui leur permirent de tenir les Japonais en échec pendant
tant de mois fut, sur l'initiative du valeureux et infortuné général
Kondratenko, l'installation d'un réseau de mines souterraines qui
explosaient au passage des colonnes assiégeantes. Dès que Port-Arthur
eut capitulé, les Japonais entrèrent en possession des cartes où était
repéré l'emplacement exact des mines intactes--il n'y en avait pas moins
de mille dans la zone de la défense--et ils s'empressèrent de les faire
éclater. C'est ainsi qu'un de nos correspondants de guerre put les
photographier au moment de leur explosion--non sans de graves risques
pour ses appareils et pour lui-même. Mais ces instantanés, véritablement
uniques, en nous montrant ces effroyables déflagrations, expliquent que
des compagnies et même des bataillons entiers de troupes japonaises
aient été, d'un seul coup, anéantis en montant à l'assaut._

[Illustration: Mine placée à 45 mètres au nord du fort de Niriousan.]

[Illustration: Mine placée devant la colline de 203 mètres.]

[_Phot. James Ricalton. Copyright Underwood and Underwood._ Mine placée
près du fort d'Anteshan. (Les taches noires sont les débris des caisses
de poudre.) DE LA DÉFENSE TERRESTRE DE PORT-ARTHUR]



LE GÉNÉRAL GALLIENI

RETOUR EN FRANCE DU GOUVERNEUR GÉNÉRAL DE MADAGASCAR.

Gouverneur général de Madagascar depuis neuf ans--c'est la première fois
qu'un Français occupe une situation de ce genre aussi longtemps--à la
fois organisateur et soldat, pacificateur et conquérant, le général
Gallieni, qui vient d'arriver à Paris cette semaine, avait déjà fait ses
preuves au Soudan et au Tonkin. Il a réussi, dès les débuts de son
administration nouvelle, à étouffer une insurrection qui, sans son
énergique autorité, nous eût certainement coûté notre nouvelle
possession bien peu de temps après sa douloureuse conquête! Puis,
pendant sept ans, grâce à une méthode pour ainsi dire nouvelle dans nos
colonies, mais appliquée avec un rare bonheur et un heureux choix tant
des circonstances que des collaborateurs appelés à exécuter les idées du
maître, ce fut la mise en valeur rationnelle et pratique de ce vaste
pays, une fois et demie grand comme la France.

Pour accomplir cette tâche, le général Gallieni eut à surmonter des
difficultés sans nombre, et cependant, du chaos dans lequel il trouva
Madagascar à son arrivée en 1896, il est parvenu à faire une belle
colonie qui, depuis deux ans, ne coûte plus un centime à la métropole, à
l'exception, bien entendu, des dépenses militaires. Des routes
sillonnent l'île, dans tous les sens, un vaste réseau télégraphique met
en communications directes les points les plus extrêmes et, d'ici
quelques mois, la locomotive entrera victorieuse à Tananarive, reliant
la capitale à la côte orientale et permettant de faire en quarante-huit
heures un voyage que le général Gallieni mit huit jours à effectuer
lorsqu'il débarqua pour la première fois dans la colonie.

Ne laissant à personne le soin de se rendre compte des besoins de ses
administrés--colons ou indigènes--le général Gallieni a effectué nombre
de voyages dans les différentes régions de Madagascar. Chaque année il a
entrepris une tournée de plusieurs mois dans l'île: voyage pénible et
fatigant s'il en est, d'où le confort est le plus souvent banni. C'est
au cours d'une de ces pérégrinations dans la brousse qu'a été prise la
photographie bien vécue dont notre dessin s'est textuellement inspiré.
Le général Gallieni est en costume de voyage et le colonel du génie
Roques, son infatigable collaborateur, qui vient de cueillir une noix de
coco, lui en verse le contenu,--boisson rafraîchissante et
antialcoolique par excellence.

Mais le général ne s'est pas borné à faire de la pacification et de
l'organisation administrative, il a créé des oeuvres d'assistance qui
vont permettre de régénérer la race malgache et de sauver les milliers
d'enfants indigènes qu'un manque de soins et d'hygiène vouait chaque
année à une mort inévitable; et alors sera résolu dans son essence même
le difficile problème de la main-d'oeuvre à Madagascar, la population
s'accroîtra chaque année dans de notables proportions et la grande île
africaine, qui ne compte à l'heure actuelle que 2 millions et demi
d'habitants pour une superficie égale à la France, la Belgique et la
Hollande réunies, aura des bras suffisants pour défricher son sol et
mettre en valeur ses richesses incontestables, mais jusqu'à présent
inexploitables par suite du manque de travailleurs. Ce beau résultat ne
sera, il est vrai, pas atteint avant nombre d'années; mais c'est en cela
qu'il faut surtout admirer l'oeuvre féconde du général Gallieni, c'est
que, dédaignant les sentiers battus et les satisfactions personnelles
immédiates, il a, avec une hauteur de vues remarquable, jeté les bases
d'une administration modèle et orienté dans le sens unique de la
prospérité future de la colonie tous les actes de son gouvernement.

[Illustration: Mme Gallieni.--Phot. Veynachter.]

[Illustration: Général Gallieni. Colonel Roques. En tournée
d'inspection: le général Gallieni acceptant du colonel Roques un verre
de lait de coco.]

Aussi a-t-il lui-même la plus grande confiance dans l'avenir de
Madagascar; et il est le premier à dire bien haut que, si nous avons eu,
en ces derniers temps, quelques déboires dans la grande île, si des
révoltes se sont produites dans certaines régions encore réfractaires à
notre autorité, si la prospérité économique de la colonie n'a pas tenu
tous les espoirs qu'avaient fait naître deux années particulièrement
heureuses, si des intempéries successives ont causé des ravages
nombreux,--il ne faut point désespérer; ce sont là épreuves passagères
et inhérentes à toute entreprise humaine.

Peut-être le général Gallieni ne retournera-t-il plus à Madagascar, mais
son oeuvre survivra à sa présence sur les rives de l'océan Indien et son
nom est pour toujours lié à l'avenir et à la prospérité de la grande île
africaine.

Avec le général sont revenues en France Mme et Mlle Gallieni qui, toutes
deux à Madagascar depuis quatre ans, n'ont pas peu contribué, par leur
charme et leur exquise amabilité, à faire aimer notre pays par nos
nouveaux sujets. MARC CLIQUE.

[Illustration: Mlle Gallieni.--Phot. Veynachter.]



[Illustration: LE PRINCE HERITIER D'ALLEMAGNE A L'AUTEL, LE 6 JUIN, DANS
LA CHAPELLE DU CHATEAU DE BERLIN. _Dessin d'après nature de notre
artiste-correspondant à Berlin, M, Edouard Cucuel._]

Le 6 juin, après la cérémonie civile, le kronprinz et sa fiancée, la
duchesse Cécile de Mecklembourg-Schwerin, furent conduits en grand
cérémonial à la chapelle du château royal. Le pasteur Dryander,
chapelain de la cour, attendait le cortège sur les marches de l'autel.
Il posa les questions de consentement aux fiancés, qui échangèrent les
anneaux d'or--or de Silésie, selon la tradition. Puis il prononça un
discours dont le texte, choisi par l'empereur, qui règle tout lui-même,
était emprunté aux paroles de Ruth à Booz: «Là où tu iras, j'irai; là où
tu habiteras, j'habiterai. Ton peuple sera mon peuple et ton Dieu sera
mon Dieu.»



_Mouvement littéraire_

_Histoire de l'Art_. T. Ier: _Des débuts de l'art chrétien à la fin de
la période romane_, sous la direction de M. André Michel (Armand Colin,
15 fr.).--_Douris et les Peintres de vases grecs_, par Edmond Pottier
(Laurens, 2 fr. 50).

Histoire de l'Art.

Ce grand travail ne pouvait être placé sous une direction plus sûre que
celle de M. André Michel. Ses études particulières, son cours à l'École
du Louvre, ont groupé autour de lui beaucoup de jeunes savants. Mais
quelle entreprise! Sortir des monographies pour donner des ensembles où
les idées générales, les classifications et en même temps l'érudition
minutieuse se doivent combiner, n'est pas chose facile. Plusieurs
collaborateurs de marque se sont distingués dans ce tome Ier. M. André
Pératé s'est occupé des origines premières--on ne parlera pas dans cette
_Histoire_ de l'art antique. Il a pris les catacombes avec leurs
fresques, avec leurs représentations symboliques de la colombe, du
phénix, avec, surtout, l'Orante, ou l'Ame, sous la forme d'une femme en
prière, enveloppée de longs vêtements, avec le Bon Pasteur portant sur
son dos une brebis, ou faisant paître des brebis et des agneaux dans les
prairies vertes et lumineuses du paradis. Les miracles de Jésus et, en
particulier, la guérison du paralytique, la multiplication des pains et
la résurrection de Lazare; l'histoire de Jonas, la Vierge et l'Enfant,
apparaissent dans les différents cimetières où étaient ensevelis et où
s'assemblaient les premiers chrétiens. Plus tard, après le triomphe, au
quatrième et au cinquième siècle, quand s'élevèrent les basiliques, ce
fut un art nouveau, avec mosaïques et peintures, avec des compositions
historiques; ce fut aussi un Christ nouveau, non plus imberbe et d'une
jeune beauté, mais semblable à un Jupiter majestueux. Il y a de la
sagacité, du savoir et de la poésie dans l'étude harmonieuse de M. André
Pératé, qui connaît fort bien Rome et l'Italie. Il nous rend les figures
des sarcophages et nous montre l'art byzantin s'emparant de la mosaïque
à partir du sixième siècle. Au onzième, vers la fin, naît dans les
fresques de saint Clément l'art italien; on y perçoit comme une aube des
jours de Giotto.

Mais comment analyser dans ce court article tout ce grand volume? M.
Eulard nous explique l'origine de la basilique, ce qu'elle 'est devenue
sous l'influence byzantine, pourquoi les tours y ont été ajoutées; il
dépeint les deux basiliques de Saint-Apollinaire, à Ravenne (Ve et VIe
siècle), qui influencèrent toute l'architecture religieuse. M. Gabriel
Millet s'étend longuement et savamment sur l'art byzantin, mélange
d'hellénisme et d'orientalisme, et le montre s'installant en Italie au
cinquième et au sixième siècle. Les miniatures, les soies byzantines
brodées avec représentation, les sculptures sur bois et sur pierre, les
ivoires, l'orfèvrerie de Constantinople, se répandent partout; une
iconographie débordante succède aux images sobres, naïves et symboliques
des catacombes. M. le Prieur s'est surtout préoccupé, dans les pages qui
lui ont été dévolues, des miniatures qu'il étudie avec soin et classe
avec méthode. Enfin, avec le travail de M. Bertaux sur la peinture dans
l'Italie méridionale du cinquième au onzième siècle, le premier volume
publié sous la direction de M. André Michel constitue un sérieux
monument qui, malgré la diversité des architectes, ne manque pas
d'unité.

Douris.

_La Collection des grands artistes_, qui, jusqu'ici, s'était bornée à
nous rappeler les peintres et les sculpteurs modernes, nous présente,
cette fois, trois anciens: _Lysippe_, par M. Maxime Collignon;
_Praxitèle_, par M. Georges Perrot, et _Douris_, par M. Edmond Pottier.
C'est au petit volume de M. Pottier que je veux m'attacher. Après s'être
étendu sur la fabrication des vases peints en Grèce, sur les procédés
techniques de cette industrie et nous avoir introduits par l'image dans
un premier atelier où des ouvriers façonnent et cuisent des poteries,
puis dans un autre où des artistes en couvrent quelques-unes de
représentations, M. Pottier examine l'oeuvre de Douris, qui vivait au
cinquième siècle, à la belle époque de l'art hellénique. Pourquoi a-t-il
choisi parmi tous les autres Douris et n'a-t-il pas adopté, par exemple,
Brygos ou Euphronios? C'est qu'en même temps que très curieuse, pleine
de mouvement, fort caractéristique, l'oeuvre connue de Douris est la
plus considérable. Nous possédons de lui vingt-six coupes, un canthare,
un vase à rafraîchir le vin, lesquels nous fournissent environ
quatre-vingts tableaux.

Où Douris a-t-il pris ses motifs? D'abord, comme ses émules, dans
l'histoire héroïque et mythique de la Grèce. Voici, sur une coupe, le
combat de Ménélas avec Paris, d'Ajax avec Hector; sur une autre, du
musée de Vienne, la dispute des armes d'Achille. Les exploits de Thésée,
Hercule combattant les Amazones, ont été traités par Douris. Ce qui est
singulier, c'est la façon toute libre dont il a représenté les Silènes
jouant et dansant, et, ailleurs, dans le _Rapt de Thétis par Pelée_, les
Néréides fuyant vers Nérée et Doris. Dans ce dernier tableau surtout,
rien de conventionnel, mais de gracieuses jeunes filles effarouchées;
c'est presque le _fugit ad salices_. Un des chefs-d'oeuvre mythiques de
Douris, c'est la coupe où Eos (l'Aurore) est représentée tenant
douloureusement dans ses bras le corps inanimé de son fils Memnon, roi
des Ethiopiens et allié de Priam.

A ces sujets mythiques s'ajoutent des peintures purement militaires et
surtout, au nombre de quarante et une, des scènes de la vie familière.
Qu'il est vivant, l'éphèbe gracieux sur les genoux duquel est posé un
lièvre sollicitant une caresse! Grâce à Douris, nous pouvons entrer dans
une école de la Grèce antique où nous attend un spectacle ravissant: des
écoliers apprennent en même temps à déchiffrer des poèmes et à manier la
lyre.

Peu de paysages, peu de cadre dans l'art grec, c'est l'homme qui absorbe
tout; c'est lui uniquement que l'on représente, non dans ses détails
anatomiques, mais dans son geste, tel que l'oeil le perçoit. M. Pottier,
avec une connaissance minutieuse de son sujet, un goût parfait, nous a
fait comprendre en Douris tout l'art du peintre de vases et en même
temps beaucoup de traits du caractère ethnique des Grecs et de leur
façon de concevoir et de rendre la beauté.

E. LEDRAIN.



Ont paru: _Grandeur et Décadence de Rome_, par G. Ferrero, t. II. 1 vol.
in-16, Plon-Nourrit et Cie, 3 fr. 50.--_L'Espionne_, par Ernest Daudet.
1 vol., librairie Ollendorff, 3 fr. 50.--_Le Génie du peuple_, par Emile
Blémont. 1 vol., Lemerre, 3 fr. 50.--_En Amérique: De San-Francisco au
Canada_, par Jules Huret. l vol., Fasquelle, 3 fr. 50.--_Les Variétés_,
1850-1870, par Roger Boutet de Monvel. 1 vol. in-16, Plon-Nourrit et
Cie, 3 fr. 50.--_Les Litiges de l'automobile_, par J. Imbrecq et Lucien
Périssé. 1 vol. in-8°, veuve Ch. Dunod. 6 francs.--_Principes d'anatomie
et de physiologie appliqués à l'étude du mouvement_, par le
lieutenant-colonel Chandezon. 1 vol., Charles-Lavauzelle, 7 fr.
50.--_Fleur de Lys_ (un ouvrage sur Louis XVII et ses descendants), par
Osmond. 1 vol.. imprimerie Dugas et Cie, à Nantes, 2 francs.



LE NOUVEAU DIRECTEUR
DU CONSERVATOIRE

M. Gabriel Fauré, l'exquis musicien qui vient d'être appelé à succéder à
M. Th. Dubois à la direction du Conservatoire de Paris, n'est l'élève
d'aucun conservatoire. Il est né le 13 mai 1845, à Pamiers (Ariège). Ses
maîtres fuient Niedermeyer, Dietsch et Saint-Saëns.

Il a débuté comme organiste à Bennes (1866), puis il vint à Paris où,
après divers postes, il fut nommé à la Madeleine (1896). M. Fauré, que
l'on appelle souvent «le Schumann français», est l'auteur de mélodies
délicates, telles que les _Berceaux, les Poses d'Ispahan_, le recueil de
la _Bonne chanson_ (sur des vers de Verlaine), qui ont fait sa
réputation. Sa musique de piano, sa musique de chambre, son _Requiem_
d'une conception très moderne, sa suite d'orchestre pour _Pellêas et
Mélisande_, son _Prométhée_, son _Shylock_, sont d'une rare
originalité.

La caractéristique du grand talent de M. Gabriel Fauré, c'est une
technique très simple; il arrive à noter l'impalpable avec une
extraordinaire précision. Debussy ne s'expliquerait guère si M. Gabriel
Fauré n'existait pas.

M. Gabriel Fauré est, en outre, le critique musical du _Figaro_ où son
savoir élégant, sans pédanterie, lui a conquis tous les suffrages. L. S.

[Illustration: M. Gabriel Fauré.--_Phot. Reutlinger._]


[Illustration: _Finasseur (par Winckfield's Pride et Finaude), à M.
Michel Ephrussi, gagnant du Grand Prix de Paris en 1905, monté par N.
Turner._]



L'ASSASSINAT DE M. DELYANNIS

Le président du conseil des ministres de Grèce, M. Delyannis, a été
assassiné, le 13 juin, au moment où il entrait à la Chambre, par un
nommé Ghera Karis, joueur de profession, qui l'a frappé d'un coup de
couteau, pour se venger, a-t-il dit, des mesures rigoureuses prises
récemment contre les maisons de jeu.

[Illustration: M. Delyannis.--Phot. Rhomaïdès.]

M. Théodore Delyannis était âgé de soixante-dix-neuf ans; il avait
commencé sa carrière politique en 1862, sous le gouvernement provisoire,
après la chute du roi Othon. Successivement ministre des affaires
étrangères, de l'intérieur, de l'instruction publique, plénipotentiaire
au congrès de Berlin, il occupa plusieurs fois la présidence du conseil,
qu'il reprenait, il y a un an, avec le portefeuille de l'intérieur.

La mort tragique du vénérable homme d'État, activement mêlé depuis
quarante-trois ans aux affaires de son pays, a causé une profonde
émotion et de vifs regrets. Il avait été ministre de Grèce à Paris,
poste actuellement occupé par M. Nicolas Delyannis, son neveu.



_Documents et Informations._

A QUOI TIENNENT LES TACHES BLANCHES DE LA ROBE DES ANIMAUX.

Beaucoup d'animaux blanchissent en hiver et, chez beaucoup d'animaux
aussi, on observe des taches blanches qui font un contraste frappant
avec la couleur sombre du reste de la fourrure. A quoi tient ceci? Un
naturaliste anglais, M. Barret Hamilton, vient d'essayer de résoudre
l'énigme. Il observe que le blanchiment du poil accompagne toujours le
développement du tissu adipeux, et que les taches blanches se montrent
surtout aux endroits où il se fait le plus de graisse. Ce développement
des dépôts graisseux serait la manifestation d'une oxydation
insuffisante et d'une nutrition ralentie, c'est-à-dire d'une atrophie
qui s'étendrait de la peau même au pigment des poils. Comme les taches
blanches se montrent aussi en des endroits où il n'y a pas de graisse,
il faut admettre que l'atrophie peut se produire par un autre mécanisme:
au crâne et ailleurs elle serait due au contact direct de la peau et du
squelette. La façon de voir de M. Barret Hamilton explique la calvitie
de l'homme; elle explique pourquoi les animaux marins sont d'autant plus
glabres que plus gras, et pourquoi les veaux à l'engrais perdent leur
poil, etc.

[Illustration: M. Santos-Dumont dans la nacelle de son nouveau
dirigeable.]

[Illustration: Le "Santos-Dumont-XIV" sur la pelouse du parc de
l'Aéro-Club.]

Le «Santos-Dumont XIV».

Depuis plusieurs mois, le silence s'était fait autour de M.
Santos-Dumont, mais cela n'indiquait pas que le brillant aéronaute fût
inactif. Il faisait reconstruire, sur des plans légèrement modifiés, un
nouveau dirigeable --le quatorzième--et, au premier jour favorable, nous
le verrons de nouveau s'élancer et, sans nul doute, se diriger dans les
airs.

Le _Santos-Dumont-XIV_ se distingue des précédents par sa forme beaucoup
plus allongée, plus effilée, et par la distance qui sépare l'enveloppe
de la nacelle qui porte le moteur, les hélices et le voyageur.

COMMENT ON ABÎME LES CHEVAUX DE COURSE.

Personne n'ignore, dans le monde sportif, que beaucoup de personnes peu
scrupuleuses n'hésitent pas à faire usage de procédés particuliers pour
donner artificiellement aux chevaux de course l'énergie nécessaire à
l'obtention de la victoire. Elles droguent et médicamentent ceux-ci de
façons variées: c'est le _doping_, un truquage d'importation américaine.
Ce truquage se fait avec des alcaloïdes divers, le plus souvent. On
n'attend point de nous l'indication des doses à employer et de la
manière de les administrer: mais nous pouvons indiquer les poisons dont
les maquignons font le plus souvent usage pour donner aux bêtes une
énergie factice. Ce sont surtout la strychnine, la caféine, la cocaïne,
l'atropine et le cacodylate de soude. Ces matières sont généralement
administrées les unes par la bouche, d'autres en injection, pendant les
quelques jours ou heures qui précèdent l'épreuve. Les uns sont des
stimulants nerveux; d'autres sont des excitants de la nutrition. Les
pauvres bêtes qui ont été traitées sont généralement reconnaissables:
elles transpirent beaucoup, elles salivent, elles sont agitées,
tremblantes, l'oeil est vague, inexpressif, atone, la démarche est celle
du maquignon qui a absorbé quelques petits verres de trop, incertaine,
titubante. Ces signes, toutefois, ne peuvent donner la certitude; seule
une expertise chimique peut la fournir. La circonstance qui fait du
_doping_ une pratique frauduleuse et délictueuse, c'est que le
possesseur du cheval cherche à donner à celui-ci les apparences de
qualités qu'il ne possède pas réellement. Les courses ont pour
but--paraît-il--de permettre une sorte de sélection des individus les
mieux doués, de ceux qu'il convient d'employer comme reproducteurs. Or,
il est bien évident que, si un amateur achète un cheval sur une victoire
qu'il vient de remporter et qui le classe parmi les sujets d'élite,
propres à propager une race plus rapide, cet amateur est volé si le
cheval ne doit son succès qu'à un artifice médicamenteux. Il est induit
en erreur sur la valeur réelle de l'animal. Car celui-ci n'a aucune
chance spéciale de donner une progéniture supérieure: en outre, c'est un
animal qui sera vite à bout de forces. Les excitants qui lui sont
administrés le ruinent: il arrive à la neurasthénie et à la maladie de
coeur. Jamais le _doping_ ne donnera de résultats pouvant être, même du
plus loin, comparés à ceux de la nutrition rationnelle et de
l'entraînement scientifique. Il ne peut que ruiner les chevaux. C'est
donc une pratique immorale et inintelligente à la fois.

LA CROISIÈRE DU DUC D'ORLÉANS.

Le 1er juin, la _Belgica_, portant l'expédition arctique du duc
d'Orléans, quittait Tromsoe, pour se rendre d'abord au Spitzberg.

Chasseur émérite et sportsman accompli, le duc d'Orléans est
admirablement armé et équipé pour toutes les chasses auxquelles on peut
se livrer dans la zone arctique. Mais il a tenu, d'autre part, à donner
à son voyage vers le nord un but scientifique qui en doublât l'intérêt
et le mît à même de faire profiter la science de sa croisière. Aussi
emporte-t-il à bord tout le matériel spécial que nécessitent les pêches
pélagiques et abyssales et les observations océanographiques sur les
conditions d'habitat des organismes récoltés. Si l'état des glaces le
permet, les recherches de l'expédition porteront surtout sur la partie
de l'océan Glacial qui s'étend entre le Spitzberg et le Groënland. Tant
par leur nature que par les engins avec lesquels elles se feront, ces
recherches apporteront une contribution intéressante aux travaux de la
Commission internationale de la mer à laquelle, seule des nations
riveraines de la mer du Nord, la France n'a pas cru devoir adhérer.

[Illustration: Karlsen, mécanicien. Mérite, peintre. Philippe, duc
d'Orléans. Dr Récamier. Comte de Gerlache. Andreassen. Lt Bergendahl. Le
duc d'Orléans et son état-major sur le pont de la "Belgica".--_Phot.
Jacobsen_]

L'état-major de la _Belgica_ comprend, outre le duc d'Orléans et le
commandant de Gerlache qui a repris, pour cette nouvelle campagne
scientifique, le commandement de son ancien navire, le docteur Récamier,
de Paris, ami personnel du prince; le lieutenant Bergendahl, de la
marine suédoise; M. Mérite, le peintre animalier bien connu à Paris, et
M. Koefoed, zoologue danois, attaché à la station biologique de Bergen.

Les aménagements de la _Belgica_ ont subi d'importantes modifications
qui en font un bâtiment d'un type nouveau, un véritable yacht polaire.

LA MORT DE L'ARCHIDUC JOSEPH.

[Illustration: L'archiduc Joseph.--_Phot. Koller-Karoly_.]

Un deuil qui vient de frapper le duc d'Orléans pourrait malheureusement
interrompre la croisière de la _Belgica_ dont nous parlons plus haut:
l'archiduc Joseph, père de Mme la duchesse d'Orléans, vient de mourir à
Fiume (Hongrie). Il était né à Presbourg, le 2 mars 1833, de l'archiduc
Joseph, palatin de Hongrie, et de la duchesse Marie-Dorothée de
Wurtemberg. Il avait pris part, comme général de brigade, à la bataille
de Sadowa et s'y était brillamment conduit. Il y conquit le grade de
feld-maréchal-lieutenant que lui conféra sur-le-champ l'empereur. Son
rôle militaire s'était poursuivi dans la paix par l'organisation, qui
lui avait valu en Hongrie une grande popularité, de l'armée des honveds,
dont il avait conservé le commandement jusqu'à sa mort. Sur un autre
terrain, on lui doit d'intéressants travaux sur l'ethnographie et le
folklore hongrois.



[Illustration: Un canon, fondu au Creusot pour l'armée chinoise, annonçant l'ouverture
de la fête.--_Ph. Jaillon et Balijean_]

LES FÊTES DU CREUSOT

Le Creusot a célébré dimanche dernier le centenaire de son véritable
fondateur, M. Eugène Schneider, né en 1805, mort en 1875.

C'est en 1836 que M. Eugène Schneider prit possession de la pauvre usine
dont il devait faire le premier établissement industriel de France.
Avant son arrivée au Creusot, cette usine avait trois fois périclité;
aujourd'hui elle est connue et réputée dans le monde entier.

En 1836, le Creusot comptait 2.700 habitants; il en compte actuellement
32.000. La ville vit de l'usine, dont elle tire la totalité de ses
ressources. Si l'usine disparaissait, la ville disparaîtrait aussi. Sur
les 32.000 habitants du Creusot, 3.000 tout au plus, c'est-à-dire moins
du dixième, ne dépendent pas directement des établissements Schneider et
Cie. Ces établissements occupent 8.700 ouvriers et 950 employés, soit
9.650 personnes. Si l'on supprimait tout d'un coup ces 9.650 personnes
et les membres de leurs familles qui vivent de leur travail, il ne
resterait plus dans la ville que des commerçants qui, désormais sans
clientèle, seraient contraints de fermer leurs magasins et d'aller
chercher fortune ailleurs.

Mais l'usine est prospère et la ville l'est aussi. Humble bourgade il y
a trois quarts de siècle, la ville a aujourd'hui des rues larges, des
boulevards et des squares, des maisons bien construites, de nombreuses
fontaines, de belles écoles, un vaste hospice. Aussi, dès 1856,
reconnaissante à M. Eugène Schneider de ce qu'il avait fait pour elle,
la population adressa au gouvernement une pétition dans laquelle elle
demandait que la ville prît le nom de Schneiderville; mais M. Schneider
exprima le désir que ce projet n'eût pas de suite et que le nom de
Creusot fût toujours conservé.

[Illustration M. et Mme B. Schneider et leurs enfants.--_Phot. Rajaud_.]

C'est donc justice que, dimanche dernier, les Creusotins aient honoré la
mémoire de celui à qui ils doivent leur existence et leur bien-être. Ce
fut une manifestation grandiose, à laquelle, sans exception, chacun
voulut prendre part. En quelques jours, la ville se revêtit d'une
brillante parure de feuillage et de fleurs, de lanternes et de lampions,
avec, aux principaux carrefours, des arcs de triomphe. Tous les
habitants avaient décoré leur demeure; toutes les corporations et toutes
les sociétés s'étaient unies dans un sentiment commun de reconnaissance.
Et, pour bien marquer qu'elle s'associait à l'élan populaire, la
municipalité avait fait placer les lettres E. S. au-dessus du portail
d'entrée de l'hôtel de ville.

[Illustration: La cérémonie du centenaire sur la place Eugène-Schneider,
au Creusot. _Instantané de MM. Jaillon, chef, et Balijean, opérateur de
l'atelier de photographe du Creusot._]

[Illustration: La délégation de la maison de retraite allant déposer une
couronne sur le socle de la statue.]

La fête commença le samedi soir par une retraite aux flambeaux. Le
dimanche matin, à six heures, le canon tonne. Sur la place de la
Couronne, qui domine le Creusot, une pièce d'artillerie, qui partira
dans quelques jours pour la Chine, tire sept coups auxquels répondent,
d'autres points culminants qui entourent la ville, des coups tirés par
des pièces destinées au Portugal. Ainsi, avant de semer la mort, ces
canons auront résonné pour la fraternité.

[Illustration: M. Burdy, ancien contremaître, prononçant son discours au
pied de la statue d'Eugène Schneider.]

A sept heures, le bureau de secours de l' usine remet 5 francs à chacun
des pauvres de la ville; ces pauvres sont au nombre de 804, qui
défilent, vieux et vieilles, humblement mais proprement vêtus. Puis
c'est une distribution de primes pour la bonne tenue des logements et
jardins ouvriers, et la distribution de 171 médailles d'honneur du
travail suivie d'un lunch offert par M. Eugène Schneider, député,
petit-fils du fondateur du Creusot, assisté du maire et des adjoints, de
M. Geny, directeur général de l'usine, des membres du comité de
direction et des chefs de service.

A une heure et demie a lieu la principale cérémonie de la journée. Sur
la place Schneider, devant la statue de celui qu'on fête, défilent des
délégations de toutes les sociétés et corporations de la ville. Sur une
estrade dressée pour la circonstance ont pris place: M. Schneider et sa
famille; M. Geny, directeur général de l'usine; M. Coureau, conseiller
général du Creusot; les chefs de service; le maire, les adjoints et les
conseillers municipaux; les représentants de la presse; des officiers
français et étrangers; des délégations d'employés et d'ouvriers. Deux
discours seulement: le premier prononcé par M. Burdy, ancien ouvrier et
ancien contremaître de l'usine, ancien adjoint au maire, qui rappelle ce
que la ville doit à la famille Schneider; le second prononcé par M.
Schneider, qui remercie tous ceux qui se sont associés à l'hommage rendu
à son grand-père. Avant de se retirer, les délégations vont déposer au
pied de la statue du fondateur du Creusot des fleurs et des palmes;
elles sont précédées par les trois jeunes fils de M. Schneider, qui
marchent de front, et qui, arrivés devant le monument de leur aïeul,
s'arrêtent et font le salut militaire.

[Illustration: Les trois fils de M. E. Schneider au pied de la statue de
leur aïeul.--_Phot. Rajaud._]

Le soir, un très beau feu d'artifice a été tiré sur la place de la
Molette en présence de plus de 60.000 personnes. Et la fête s'est
poursuivie tard dans la nuit, à la grande lumière des illuminations,
dans un ordre parfait. Pas un cri, pas une scène fâcheuse. Partout la
bienséance, partout une foule à la fois joyeuse et recueillie.



_NOUVELLES INVENTIONS_

_(Tous tes articles compris sous cette rubrique sont entièrement
gratuits.)_

CALENDRIER PERPÉTUEL AUTOMATIQUE J. TILMANT.

Depuis que les horloges mécaniques existent, on a cherché à leur
adjoindre un système particulier donnant les dates: mois, jours et
quantièmes, c'est-à-dire un calendrier perpétuel automatique. Mais des
difficultés sans nombre se présentaient, car il fallait tenir compte des
mois de trente ou trente et un jours et des mois de février de
vingt-huit ou vingt-neuf jours dans les années bissextiles.

Depuis Quare, habile horloger anglais du dix-septième siècle, qui paraît
être le premier en date, tous les maîtres de l'horlogerie aux
dix-huitième et dix-neuvième siècles ont également cherché à produire,
sous des formes diverses, montres, pendules ou horloges, des calendriers
perpétuels automatiques. Certains y sont arrivés; malheureusement ces
pièces, remarquables sous beaucoup d'autres rapports, ne résolvaient pas
toutes complètement le problème de tenir compte automatiquement des
bissextiles; celles qui y parvenaient atteignaient alors des prix élevés
qui ne les rendaient abordables qu'à de rares privilégiés de la fortune.

Un ingénieux ouvrier horloger français, M. J. Tilmant, après de longues
et patientes années d'études et d'essais, a résolu, d'une façon complète
et heureuse, ce problème si ardu. Le modèle que représente notre
gravure, aussi simple que robuste et d'un prix très abordable, est
destiné à rendre de réels services en raison de ses remarquables
qualités.

L'Auto-Tilmant est constitué: 1° par un mouvement d'horlogerie A
occupant la partie supérieure du système et donnant l'heure; 2° en
dessous, par un mécanisme B constituant le calendrier perpétuel
automatique proprement dit.

Les deux mouvements sont reliés par un levier qui, déplacé par une
cheville spéciale plantée verticalement dans le plan d'une roue qui fait
un tour en vingt-quatre heures, produit le changement des jours et des
quantièmes, vers minuit, et des mois en temps opportun. Les noms des
mois et des jours sont inscrits sur deux rouleaux que l'on aperçoit au
milieu, et les quantièmes sur deux disques verticaux placés en dessous.

[Illustration: Calendrier automatique Tilmant.]

De ces deux disques, l'un, celui qui est le plus rapproché du mécanisme,
porte en couronne les dix chiffres: 9, 8,... 1, 0; l'autre, qui
chevauche sur le premier, est divisé en quatre parties égales dans
chacune desquelles on a percé une ouverture rectangulaire. Les chiffres
du premier disque, qui fait chaque jour un dixième de tour, apparaissent
au travers des ouvertures du deuxième disque qui, lui, au moyen des
chiffres 1, 2, 3, que l'on a marqués à la gauche des ouvertures
précitées, est destiné à l'indication des dizaines du quantième. Ce
deuxième disque fait un tour complet, tantôt en 31, 30, 28 et
quelquefois 29 jours; c'est là la partie ingénieuse du système. Ce
résultat est obtenu par l'emploi d'une roue spéciale divisée en 48
parties inégales. Ces parties correspondent aux 48 mois compris dans un
cycle de quatre années, dont une bissextile; cependant, un dispositif
spécial permet de tenir compte entièrement de la loi du calendrier
grégorien qui veut que les années centenaires comme 1700, 1800, 1900,
2100, 2200, etc., ne soient pas bissextiles malgré leur divisibilité par
4, à l'exception des quatrièmes centenaires: 1600, 2000, 2400, etc. Tout
cela s'obtient automatiquement, et l'on ne peut qu'admirer la patiente
ingéniosité de l'inventeur. Une seule précaution est à prendre, celle de
remonter régulièrement la pendule tous les huit jours. Ajoutons que le
mouvement d'horlogerie est à échappement circulaire à cylindre et que
l'appareil peut ainsi marcher dans toutes les positions. Il peut donc
s'emporter en voyage. Son prix est de 50 francs, chez _M. G.
Bourdilliat, agent général, 22, faubourg Poissonnière, Paris._

[Illustration: PETITES DÉFINITIONS, par Henriot.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3251, 17 Juin 1905" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home