Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3253, 1er Juillet 1905
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3253, 1er Juillet 1905" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.

L'ILLUSTRATION, NO. 3253, 1ER JUILLET 1905 ***



L'Illustration, No. 3252, 1er Juillet 1905

Avec ce Numéro:
_1º SUPPLEMENT MUSICAL_
2º un hors texte en couleurs:
_ÉLOQUENCE_, par A. GUILLAUME


LA REVUE COMIQUE, par Henriot.


_Suppléments de ce numéro:
1° Une gravure en couleurs_, ÉLOQUENCE OFFICIELLE, _par Albert
Guillaume._
_2° Musique:_ PIÈCE BRÈVE, _par Gabriel Fauré;_ L'AME DES FLEURS, _par
Massenet;_ POÈME LANGUIDE, _par A. Scriabine._

[Illustration: L'ILLUSTRATION
_Prix du Numéro: 75 Centimes._
SAMEDI 1er JUILLET 1905
_63° Année--N° 3253_]

[Illustration: LES TAMBOURS dont le comité de l'infanterie propose la
suppression. _Voir le_ Courrier de Paris _à la page suivante._]



COURRIER DE PARIS

JOURNAL D'UNE ÉTRANGÈRE

Je ne connaissais pas M. Dujardin-Beaumetz. Je l'ai vu ces jours-ci pour
la première fois. C'était au Cours-la-Reine. Il inaugurait l'Exposition
de l'Enfance et, bien que l'installation n'en fût pas encore tout à fait
achevée, il semblait s'y amuser beaucoup. On lui fit voir des poupées et
des jouets dont la vue excita sa joie; il visita une chèvrerie, sourit
aux chèvres et promit que leur lait serait bon. Comme il passait devant
un jeu de balançoires immobiles, il admira l'alignement des sièges et
des poutrelles coloriées auxquelles ces sièges étaient suspendus et dit:
«Voyez comme, avec peu de chose, on peut faire de la beauté. Ceci même
est joli. Ces bois peints, ces cordages légers, ces cuivres, ont une
grâce géométrique qui amuse l'oeil. On dirait une estampe du
dix-huitième...» Correctement ganté, le torse épais sanglé sous la
redingote noire, il avançait à pas tranquilles, appuyé sur sa canne. Il
serrait des mains, félicitait. Je regardais sa figure. Elle est ronde et
colorée, s'encadre de boucles grisonnantes qui frisent sous le bord du
chapeau et d'une courte barbe étalée en éventail autour du menton. Des
yeux doux et profonds, sous la barre noire des sourcils, éclairent cette
face de brave homme d'un air de bonté satisfaite. On le mena au buffet.
On lui présenta une coupe de Champagne qu'il prit en souriant et vida
sans déplaisir. Une musique militaire joua devant lui le prélude de
_Messidor_ et, comme il avait aperçu l'auteur, Alfred Bruneau, parmi la
foule qui l'entourait, il lui fit signe, de s'approcher, lui prit les
mains, le nomma aux musiciens, le remercia. Des journalistes, à côté de
moi, échangeaient leurs impressions. L'un d'eux dit: «Dujardin-Beaumetz
est heureux... Il inaugure. Il n'y a que cela qui l'amuse.»

C'est vrai. M. Dujardin-Beaumetz a beaucoup inauguré depuis qu'il dirige
les Beaux-Arts; et ce zèle attire sur lui, je crois, quelques
railleries. Comme il a raison, cependant, de ne point faire fi de ce
qu'il y a de meilleur dans son état! C'est charmant, une inauguration.
C'est charmant, parce que c'est le commencement de quelque chose
d'utile, de bon, de joli, et qu'autour de ces commencements-là il n'y a,
pour un spectateur doué d'un peu de dilettantisme et de finesse, que de
la joie à recueillir.

J'ai connu un vieux garçon, pauvre et très seul dans la vie, dont la
principale récréation était d'assister de temps à autre à une messe de
mariage, de se mêler aux groupes bavards de la sacristie, de frôler
d'élégantes toilettes, d'en humer le parfum et, au besoin, d'embrasser
la mariée quand elle était gentille. J'imagine que c'est un genre de
volupté analogue que M. Dujardin-Beaumetz vient chercher dans les
expositions qu'il inaugure. Une exposition qui s'ouvre, c'est de
l'élégance, des toilettes, des fleurs, du décor, une amusante vision
d'inédit et de _tout neuf_, et, autour de cela, les figures
nécessairement souriantes de gens que rendent heureux le sentiment
d'avoir bien travaille et l'espoir d'en tirer quelque récompense... M.
Dujardin-Beaumetz est un artiste et, dit-on, un homme d'esprit. Je ne
comprendrais pas qu'investi par ses fonctions du droit de s'offrir,
plusieurs fois par semaine, le régal de spectacles si délicieux, il les
méprisât...


Une habitude tout à fait fâcheuse règne aujourd'hui dans Paris: on y
fait aux vieilles rues leur procès; on se préoccupe et l'on s'indigne,
au besoin, de ce que leurs noms signifient: il y a sur ces pauvres
petites plaques bleues des allusions qui choquent, des évocations de
souvenirs contre quoi protestent le puritanisme politique des uns, la
pudeur des autres. Voilà bien du travail pour les conseils municipaux de
demain! Il y a quelques semaines, c'étaient les habitants de la rue
Bréda qui s'avouaient honteux de demeurer «rue Bréda»; aujourd'hui, ce
sont ceux de la rue des Vertus qui se plaignent. «On se moque de nous,
disent-ils, et nous sommes en butte à toutes sortes de commentaires
ironiques dont notre patience, à la fin, se lasse.» Et ils demandent que
le nom de leur rue soit changé.

Il me paraît à craindre, si l'on fait droit à la requête de ces
Parisiens susceptibles, que leur succès n'encourage à se produire bien
des réclamations. Car, s'il est ridicule d'habiter la rue des Vertus,
l'est-il beaucoup moins de demeurer rue des Innocents, ou rue de la
Fidélité? Il y a des gens qui ont la coquetterie de leur bonne santé;
n'en verrons-nous pas quelques-uns protester à leur tour et se plaindre
d'avoir pour adresse le boulevard des Invalides?

Paris, qui est une ville d'irréligion, porte sur les plaques de ses rues
de nombreuses traces de son passé religieux. Bossuet, Fénelon,
Bourdaloue, Lamennais, Fléchier, Lacordaire, Massillon, ont donné leurs
noms à des voies publiques. Je feuillette un dictionnaire des rues de
Paris et j'y trouve une rue des Moines, une rue des Abbesses, une rue
des Terres-au-Curé, une rue de l'Évangile, une rue de la Madone; deux
impasses: de l'Église et de l'Enfant-Jésus; une place de la Nativité. Le
jour où la «revision» des plaques municipales sera commencée, certains
hommes farouches ne seront-ils pas tentés de purger Paris de tant de
souvenirs offensants? Toléreront-ils seulement qu'il continue d'y avoir
une rue Dieu?

Je voudrais qu'on respectât les noms des vieilles rues comme on respecte
les sépultures (est-ce que les chemins où nos pères ont construit leurs
maisons ne sont pas un peu les tombeaux de notre histoire?) et plus il y
a de naïveté, de mystère, de drôlerie en ces appellations, plus je
souhaiterais qu'on s'interdît d'y toucher. La rue Brise-Miche et la rue
du Chat-qui-Pêche, la rue des Cinq-Diamants, la rue du Pas-de-la-Mule et
la rue de l'Épée-de-Bois, la rue au Lard, l'impasse des Trois-Visages,
les rues Gît-le-Coeur, du Moulin-au-Beurre et du Pont-aux-Choux, la rue
des Petits-Carreaux, la rue Vide-Gousset, n'évoquent assurément nul
souvenir d'épopée, ce ne sont point des noms glorieux. Mais ce sont de
vieux noms; ce sont des parcelles de notre «autrefois»; cela a le charme
et l'intérêt d'un très vieux bibelot quelconque, d'un objet sans beauté,
mais qu'auraient usé pendant deux ou trois cents ans les mains de nos
grand'mères.

Encore une «vieillerie» que les novateurs ont condamnée: il est question
de supprimer, dans l'armée, les tambours [1].

[Note 1: Le comité d'infanterie vient, en effet, de se prononcer de
nouveau pour la suppression des tambours. Le général Farre, ministre de
la guerre il y a vingt-cinq ans, les avait déjà supprimés: ils furent
rétablis peu de temps après.]

Je n'ai aucune compétence en ces questions et j'ignore s'il est vrai que
le tambour soit un meuble inutile. On affirme qu'il l'est; et on lui
trouve, en outre, toutes sortes de défauts ou d'inconvénients graves
dont nos pères ne s'étaient point avisés: le tambour est encombrant; le
tambour est à la merci du choc qui le défonce ou de l'averse qui le rend
aphone, en distendant sa peau; et, comme un soldat ne peut combattre en
même temps qu'il bat du tambour, voilà une armée (on s'en aperçoit
aujourd'hui seulement) privée, nous dit-on, par l'emploi du tambour, des
bras de 10.000 combattants.

Mais le tambour ne pourrait-il être un instrument «de paix» qu'on
n'emporte point à la guerre? Nos orchestres militaires sont munis aussi
d'engins fort encombrants et tout le monde s'accorde à penser que la
grosse caisse, le trombone, l'ophicléide et la contrebasse ne sont point
des meubles qu'il convienne de pousser à l'assaut d'une place forte ou
de promener le long d'une ligne de tirailleurs. On les relègue «au
dépôt» dès que le canon tonne; qu'est-ce qui empêcherait qu'on y laissât
les tambours?

Le tambour, c'est de la musique (il paraît que le poète Jean Richepin,
dans sa jeunesse, en jouait supérieurement); le tambour est aussi le
plus admirable des métronomes; il n'excelle pas seulement à bien rythmer
la marche du troupier, il la soutient, il la ranime, il l'entraîne. Il
m'est arrivé quelquefois de suivre un régiment qui passait; les
tambours, en avant, ronflaient... et je me laissais prendre à ce rythme
comme à celui d'une valse qui vous soulève et vous force à danser.

A-t-on raison de détruire ces vieilles choses? C'est une idée qui me
hante: je me demande s'il n'est pas dangereux d'ôter à l'armée ses
parures d'autrefois, ses vieux jouets; et si nos pères, en voulant qu'un
peu d'amusement et quelques ornements superflus égayassent le métier de
soldat, n'étaient point de plus sensés philosophes que nous.

SONIA.



NOTRE SUPPLÉMENT EN COULEURS

«ÉLOQUENCE OFFICIELLE» Tableau d'Albert Guillaume.

C'est un déjà vieux couplet du Chat Noir, un couplet de Jacques Ferny,
qu'il faudrait réimprimer pour commenter cet amusant tableau:
«Messieurs, devant cette belle statue...» Et le spectacle est d'hier,
d'aujourd'hui, de demain,--car quel est le jour, en France, où l'on
n'inaugure pas un monument? Voici, sous les grands arbres du mail,
gardée par les agents en gants de filoselle, la petite tribune où
s'empilent les autorités: municipalité, sénateurs, députés,--un ministre
peut-être; derrière, au-delà, tout autour, la foule pressée des chers
concitoyens; au milieu la statue, toute neuve, au socle jonché de fleurs
et de palmes; la statue, découverte depuis cinq minutes, de l'illustre
enfant du pays qui peut-être, comme dans la chanson, «n'eut jamais, ah!
jamais de génie»--mais qui peut-être en eut aussi, ou fut quelque
bienfaiteur dont le nom revit dans le coeur des hommes--à moins que ce
n'eût été quelque politicien. Le représentant de l'arrondissement lui
rend hommage, et le geste éloquent de sa main gantée de clair, la
véhémence de sa mimique, disent assez clairement qu'il s'acquitte de la
tâche avec une conviction entière.



NOTES ET IMPRESSIONS

Les Européens n'ont derrière eux que deux ou trois siècles d'art; nous
autres, Japonais, nous en avons vingt-cinq: il est tout naturel que leur
goût ne soit pas aussi formé que le nôtre. BARON KITABATAKÉ.

                                 *
                                * *

Ce n'est pas insulter le lion que de bafouer l'âne qui s'est affublé de
sa peau. ALEX. DUMAS FILS.

                                 *
                                * *

Il y a, à la Chambre, bien des bonnes gens; mais le diable entre en eux
dès qu'ils entrent en séance. MELCHIOR DE VOGUÉ.

                                 *
                                * *

Chercher dans la guerre civile un remède contre les maux de la guerre
étrangère, c'est proposer le suicide comme un refuge contre les dangers
d'un duel. Il y a des Gribouilles partout.

                                *
                               * *

Il est plus facile de réconcilier deux ennemis qui ont tort l'un et
l'autre que des adversaires qui ont également raison. G.-M. VALTOUR.



[Illustration: A Dijon.--Translation des restes des soldats français,
italiens, allemands, morts en 1870, de l'ancien au nouveau
cimetière.--Phot. Gaitet.]

HOMMAGE AUX MORTS

On vient de transférer, à Dijon, de l'ancien au nouveau cimetière, les
restes des soldats français, italiens et allemands, qui, le 30 août
1870, tombèrent là, sur le champ de bataille.

Cette translation a été entourée de la plus grande solennité. L'armée y
devait, naturellement, tenir la première place. C'est sur des
corbillards décorés de trophées de drapeaux que les bières avaient été
déposées, et des soldats, l'arme sous le bras droit, encadraient le
cortège funèbre à travers les rues de la vieille cité bourguignonne.



LE ROI DE SAXE EN ALSACE-LORRAINE

Le roi de Saxe Frédéric-Auguste, accompagné du général de Hausen, son
ministre de la Guerre, s'est rendu récemment à Metz, où, pendant son
séjour, il a été l'hôte du comte Zeppelin, président de Lorraine. Ce
haut fonctionnaire était venu attendre le souverain à la gare en simple
tenue de ville; il le conduisit à la présidence dans une voiture de
louage, avec un cocher emprunté à l'administration des postes.

Le 23 juin, le roi inspecta le 12e régiment d'artillerie saxon et passa
une revue en présence du corps des officiers de la garnison.

Le 24, après avoir entendu la messe à la cathédrale, il alla, escorté de
son état-major, visiter les champs de bataille de 1870 et le hall
commémoratif de Gravelotte, inauguré par Guillaume II au mois de mai
dernier. Autour du monument élevé à la mémoire du 12e corps d'armée
saxon, la colonie saxonne de Metz et les officiers du 12e d'artillerie
s'étaient réunis pour faire à leur souverain une ovation enthousiaste.



PROMESSES DE RÉFORMES EN RUSSIE

Le mardi 20 juin, l'empereur Nicolas II recevait, en audience privée, au
palais Alexandria, à Péterhof, la députation du congrès des zemstvos
tenu à Moscou et les délégués de la municipalité de Saint-Pétersbourg,
qui s'étaient joints à eux.

La première délégation se composait de M. le comte P.-A. Heyden, de
Pskov, président; M. J.-J. Petrounkevitch, de Tver; M. N.-N. Zwow, de
Saratof; M. F.-I. Roditchef, de Tver; M. le comte G.-G. Zwow, président
du zemstvo de Toula; M. F.-A. Golovine, président du zemstvo de Moscou;
M. N.-N. Kovalevsky, de Kharkof; du comte P.-D. Dolgoroukof, de Roussk;
du comte S.-N. Troubetzkoï, de Moscou; de M. J.-A. Nowossiltzef, de
Temnikowsk et du comte D.-J. Chakowsky, de Yaroslav. La ville de
Saint-Pétersbourg était représentée par MM. le baron Korf, Nikitine et
Fedorof.

Tous ont eu la grande amabilité, au sortir de cette audience, de vouloir
bien poser spécialement pour _L'Illustration_. Cette photographie aura
du moins pour résultat de montrer combien est grande l'illusion des gens
qui s'imaginent le parti réformateur, en Russie, dirigé par des
démagogues à tous crins, des agitateurs sans feu ni lieu.

Cette audience de Péterhof marque, évidemment, une date importante dans
l'histoire de la Russie. Et ce n'est pas sans beaucoup de
tergiversations que le tsar, tiraillé entre son bon vouloir et les
intrigues du parti hostile à toutes réformes, se décida à l'accorder.

Même, un homme, parmi ces hommes rangés qui composaient la députation
des zemstvos, excita dans l'entourage impérial quelque défiance. Quand
les délégués du congrès de Moscou et de la ville de Saint-Pétersbourg,
amenés dans les voitures de la cour à la «ferme» Alexandria, tout
enguirlandée de verdure et de fleurs, furent dans le salon où on les
avait introduits en attendant qu'ils pussent être reçus, le ministre de
la cour, baron Fredericksz vint leur déclarer que, quelle que fût la
bienveillance de son maître, il lui était toutefois difficile de
recevoir M. Petrounkevitch, qui passait pour avoir des relations
révolutionnaires. M. Petrounkevitch, pourtant, fut reçu avec ses amis et
collègues.

On avait beaucoup discuté, par avance, sur les conditions dans
lesquelles Nicolas II consentirait à recevoir les délégués. «A titre
privé» disait leur lettre d'audience et dit aussi le compte rendu
officiel de l'audience. En réalité, envers et contre toutes les
définitions protocolaires, c'est bien une députation de son peuple qu'a
reçue l'empereur, et c'est ce qui donne à cette audience toute son
importance.

A peine avait-on introduit les délégués dans la salle où allait avoir
lieu cette décisive entrevue que Nicolas II parut. Il ne dit pas un mot
et attendit que le porte-parole des délégués parlât. Le comte
Troubetzkoï alors lut l'adresse, assez rude dans ses termes, qu'avaient
rédigée les mandataires des zemstvos. M. Fedorof lui succéda, parlant au
nom de la ville de Saint-Pétersbourg.

Puis l'empereur répondit, et l'essence de sa réponse tenait dans ces
deux phrases:

«Dissipez vos doutes; ma volonté est volonté souveraine et inébranlable,
et l'admission des élus aux travaux de l'État sera régulièrement
accomplie; je veille chaque jour et me consacre à cette oeuvre. Vous
pouvez annoncer cela à tous vos proches, aussi bien à ceux habitant la
campagne qu'à ceux des villes.»

Et, conformément à ce désir du tsar, le lendemain, les représentants de
la ville de Saint-Pétersbourg, devant le conseil municipal assemblé à la
_douma_, à l'hôtel de ville, rendaient compte de l'audience de Péterhof.

M. Nikitine en retraçait tous les détails. Puis, aux applaudissements
unanimes de l'assemblée, résumait les impressions des trois délégués de
la municipalité et disait leurs espérances,--les espérances du peuple
russe:

«Soyons confiants, a-t-il dit, dans les promesses du tsar. L'assemblée
sera convoquée de façon normale. Il n'y aura pas de déshérités. Le tsar
veille. Le tsar nous protégera contre les attentats à la liberté de
conscience, de la presse, de la parole, des personnes et du domicile.

»Nous sommes à la veille d'une grande réforme. Je suis sûr qu'elle se
réalisera, comme toutes les grandes réformes de la Russie, sans
cataclysme, et que la Russie en sortira rénovée.»



[Illustration: Le roi. Le ministre. A Metz.--Le roi Frédéric-Auguste de
Saxe et son ministre de la guerre, le baron de Hausen.--Phot. W.
Jacobi.]


[Illustration: S.-S. Zwow, F.-I. Roditchef, Comte de Zwow, F.-A.
Golovine, Kovalevsky, Comte Dolgoroukof, Comte Troubetzkoï, de Moscou,
Nowossiltzef, Comte Chakowsky.

De Saratof de Tver, pt. de zemstvo à Toula, pt. de zemstvo à Moscou, de
Kharkof, de Roussk. qui parla au nom des délégués, de Temnikowsk, de
Yaroslav.

Baron P.-Z. Korf, Comte Heyden, de Pskov, J.-J, Petrounkevitch, M.-P.
Fedorof, A.-N. Nikitine.

De Saint-Pétersbourg, président de la délégation des zemstvos, de Tver,
de Saint-Pétersbourg, de Saint-Pétersbourg.

La délégation du Congrès des zemstvos de Moscou et de la municipalité de
Saint-Pétersbourg, qui a été reçue par le tsar à Péterhof, le 20 juin.
_Photographie Moniouchko, prise spécialement pour_ L'Illustration.]

[Illustration: Séance de la «douma» de Saint-Pétersbourg, le 21 juin: M.
Nikitine rend compte de l'audience de Péterhof. _Dessin d'après nature
de M. V. Mazourovsky.--Voir l'article à la page précédente._

PROMESSES DE RÉFORMES EN RUSSIE]



LES TROUBLES DE LODZ

Il y a quinze jours, tout le monde, en France, ignorait, ou à peu près,
l'existence de la ville de Lodz, en Pologne. Les villes heureuses n'ont
pas d'histoire!

Au commencement du dix-neuvième siècle, une colonie allemande venait
s'établir, là où est Lodz, aux bords de la Loudka. Elle y fonda un
atelier de tissage de coton.

L'administration russe l'accueillit bien, espérant trouver dans les
survenants, dans ceux qui ne pouvaient manquer de venir les rejoindre,
une sorte de noyau antipolonais. Elle combla de faveurs les immigrants.
Lodz, rapidement, prospéra.

Il y vint de nouveaux Allemands et beaucoup d'Israélites, auxquels la
possession du sol et même les travaux de la terre étaient interdits en
Russie. La ville neuve les attira.

D'autres industries s'adjoignirent alors aux filatures de coton. Et Lodz
est maintenant une formidable ville industrielle, habitée par 400.000
âmes. Mais l'ouvrier y est très malheureux en raison même du pullulement
de la main-d'oeuvre. Quand la persécution antisémite commença en Russie,
les patrons chrétiens ne voulurent plus employer de juifs. Les patrons
israélites les repoussèrent également. Ceux des industriels qui
consentirent à utiliser leurs services profitèrent de leur situation
_d'outlaws_ pour leur offrir des salaires dérisoires: la paye moyenne
d'un ouvrier, à Lodz, ne dépasse pas 60 kopecks, 1 fr. 60 environ. La
moyenne s'établit fatalement d'après le tarif que les ouvriers
israélites étaient obligés de subir. Croupissant dans une misère noire,
inquiétés, d'autre part, à cause de leur religion, par l'autorité, les
juifs de Lodz s'efforcèrent de quitter cet enfer. Le «sionisme» en
fournit à nombre d'entre eux le moyen. Ils émigrèrent en masse en
Amérique. Le socialisme s'en mêla, remua les ouvriers non israélites et
aussi maltraités, au point de vue du gain, que les juifs. La population
ouvrière de Lodz tout entière fermenta: on sait quel a été, ces jours
derniers, le résultat de ce lamentable état de choses.

Une première bagarre eut lieu, le 18, entre ces miséreux et la police.
Il y eut de nombreuses victimes. Une question confessionnelle s'étant
élevée au sujet des funérailles, les socialistes s'unirent résolument
aux juifs. Le 20, 70.000 manifestants se heurtaient à la police. On
éleva des barricades. Il y eut, dans les rues, de véritables batailles
rangées. La police et la troupe furent sans pitié. Pendant plusieurs
jours, ce furent d'indescriptibles boucheries.

Et voilà comme Lodz est devenue tout à coup tristement célèbre.

Nous avons eu la bonne fortune de découvrir, à Paris, un peintre qui
nous apporte sur la vie populaire dans cette malheureuse ville, des
documents d'un haut intérêt et d'un réalisme très sincère. C'est M.
Léopold Pilichowski, un exposant fidèle de nos Salons. Fils d'un humble
cultivateur des environs de Lodz, M. Pilichowski a connu, au début de la
vie, toutes les misères des pauvres, et c'est à force d'énergie et de
persévérance qu'il parvint à poursuivre ses études artistiques, à
Munich, puis à Paris. Maître de son art, il a consacré le meilleur de
son talent à représenter les scènes de la vie juive à Lodz et dans la
région, son pays natal. Ses modèles favoris ont été ses coreligionnaires
infortunés, et l'on peut penser qu'il a mis à les peindre le meilleur de
lui-même. Nous connaissons admirablement, par lui, les types de ces
pauvres diables que, depuis une huitaine, on fusille en masse dans les
rues de la grande ville polonaise.


[Illustration: Halte sur la route de l'exil.]

[Illustration: Une ruelle à Lodz.]

[Illustration: Repos précaire.]

[Illustration: Les accablés.]

LA MISÈRE JUIVE A LODZ

_D'après les tableaux du peintre polonais Léopold Pilichowski._



LE CONCOURS CENTRAL HIPPIQUE

Le Concours central hippique, qui s'est tenu la semaine dernière à la
galerie des Machines et qui, sans doute, va se renouveler tous les ans,
n'est à aucun point de vue une répétition ni une concurrence du concours
hippique traditionnel du mois d'avril. A vrai dire, il n'a avec celui-ci
rien de commun, pas même le titre. Sa dénomination officielle et seule
exacte de «Concours central des animaux reproducteurs des espèces
chevaline et asine», en détermine parfaitement la nature et le but.
Alors que le concours organisé chaque année, au palais de l'Industrie
jadis, au Grand Palais maintenant, a pour objet de faire ressortir la
qualité et le dressage des chevaux destinés à la selle ou à la voiture,
l'exhibition nouvelle est réservée aux étalons et aux poulinières:
encore faut-il qu'ils soient nés en France.

D'autre part, elle admet des animaux de diverses races qui ne pourraient
figurer qu'exceptionnellement dans les épreuves du Grand Palais. A côté
des pur sang (anglais, arabe ou anglo-arabe), des trotteurs, des
demi-sang (anglo-arabe, normand, vendéen, du Centre, etc.), des
catégories spéciales étaient ouvertes, à la galerie des Machines, aux
races postières et aux races de gros trait (percheronne, ardennaise,
bretonne, etc.), et ce n'étaient certes ni les moins nombreuses, ni les
moins intéressantes. Il y avait même une petite place pour les ânes et
les mulets.

En somme, l'exposition présentait un tableau très fidèle et très complet
de la population chevaline de la France, sauf peut-être en ce qui
concerne les pur sang anglais, dont la qualité comme le nombre étaient
médiocres et qui ne peuvent, en réalité, être appréciés à leur juste
valeur que sur l'hippodrome. Elle permettait de juger de la variété et
de la richesse des ressources fournies par notre élevage, ressources
encore trop peu connues de nous et sur lesquelles peut-être les
étrangers étaient mieux édifiés. En 1900, l'Exposition de Vincennes
avait déjà pu nous donner confiance. Le concours de juin 1905 aura servi
surtout à mettre en lumière nos races de trait: non seulement elles ont
conservé leurs qualités originelles, elles les ont développées en y
joignant d'autres mérites, alliant à la force et à la puissance dues à
leur structure, d'apparence massive, une intensité d'énergie nerveuse et
une souplesse d'allures qui les rendent plus résistantes que jamais à la
fatigue et leur donnent du même coup une réelle beauté.

Les types les plus divers se rencontraient la semaine dernière à la
galerie des Machines, portés presque à leur perfection, déjà
admirablement appropriés aux services que peuvent attendre d'eux soit le
luxe, soit l'industrie, soit--ce qui est plus essentiel encore--la
défense nationale.

Les trois photographies que nous publions de trois des étalons primés
donneront bien l'idée de cette diversité d'aspect.

Dans le cheval d'origine orientale, arabe ou anglo-arabe, se maintient
toujours cette élégance aristocratique qui attire invinciblement le
regard, qui appelle la caresse et qui, d'ailleurs, n'exclut point la
vigueur, ni la résistance, au contraire! Notre cavalerie légère en a
donné des preuves suffisamment nombreuses, et, à l'occasion, en
donnerait de nouvelles encore.

Mais, sous une enveloppe plus grosse, en des membres plus épais, on peut
trouver, comme nous l'avons déjà dit, chez nos étalons de trait, une
solidité non moins grande et une harmonie des lignes non moins
véritable. Vus par groupes surtout, ces percherons, ces bretons,
évoquent bien l'idée du coup de collier irrésistible, dans lequel ils
entraîneront les masses les plus lourdes.

Enfin, malgré leur aspect certes moins engageant sous leur toison
floconneuse et souillée de fange, il ne faut point avoir de dédain pour
les braves baudets et ânesses dont les rejetons pourront traîner la
petite charrette si utile aux pauvres gens ou si réjouissante pour nos
bébés. Ils furent d'ailleurs une des grandes distractions du public.

[Illustration: Sadik, étalon de pur sang arabe.]

[Illustration: Bacchis, baudet.]

[Illustration: Mogy, étalon breton.]

TROIS TYPES D'ÉTALONS PHOTOGRAPHIÉS AU CONCOURS CENTRAL HIPPIQUE



Le «Trou de l'Agneau» et le sommet du mont Margérias.

UNE PROUESSE DE CHASSEURS ALPINS

Les bataillons de chasseurs alpins ont à remplir un rôle de
«couverture», c'est-à-dire doivent prendre et garder le contact avec
l'ennemi, afin de pouvoir renseigner à tout instant le gros de l'armée.
Ceci n'est possible qu'avec une connaissance parfaite des moindres
accidents du terrain; aussi les secteurs dévolus à ces troupes d'élite
sont-ils explorés par elles avec une minutie inconnue dans les autres
armes. Le service y est plus dur, mais en même temps singulièrement plus
intéressant, et le moral des hommes s'en ressent de la manière la plus
heureuse.

Le 13e bataillon des chasseurs alpins, en garnison à Chambéry, sous la
conduite du colonel Sauret, chef plein d'activité et d'initiative
énergique, vient de se distinguer brillamment en forçant un passage
nouveau au Margérias.

Au nord-est de Chambéry se trouve une grande crête rocheuse qui sépare
les vallées du Châtelard et d'Aillon de celle de la Leisse. Orientée du
nord au sud, elle s'étend, à vol d'oiseau, sur 12 ou 15 kilomètres de
long. Son point culminant est le mont Margérias, 1.846 mètres. Ses deux
versants sont de déclivités très inégales. Celui de droite forme un
plateau qui descend lentement vers Aillon. Celui de gauche commence par
une muraille à pic de 200 mètres environ et continue par des pentes très
inclinées dévalant jusqu'à la Leisse.

Au lieu de contourner toujours cette longue crête par le nord ou par le
sud, le colonel Sauret se proposa de l'attaquer en plein milieu, sous le
sommet, là où se dessine une légère faille. Le projet était hardi. La
légende voulait qu'un agneau, une fois, s'y étant inconsidérément lancé,
avait réussi à en sortir sain et sauf; mais, de mémoire d'homme,
personne n'avait jamais passé par là et aucun chef ne l'avait supposé
possible. Ce qui est aisé pour un touriste délivré de tout
_impedimentum_ peut devenir terrible pour une troupe en armes; et la
chose n'est en outre intéressante, au point de vue militaire, que si
elle peut s'effectuer dans un certain laps de temps assez court.

Le lieutenant Royer [2] et deux chasseurs ayant effectué une
reconnaissance préliminaire, l'expédition est décidée et, à 2 heures du
matin, six compagnies quittent la caserne de Joppet pour remonter la
vallée de la Leisse.

Jusqu'au Chalet-aux-Cares (1.380 m.), atteint à 6 h. 30, c'est une
simple promenade; c'est tout plaisir, mais voici venir la lutte et la
fatigue. C'est d'abord 200 à 300 mètres d'un pierrier assez raide. Puis,
à 7 h. 55, nous nous trouvons au pied même de la grande muraille du
Margérias.

[Note 2: Enlevé récemment à l'affection de tous par une courte
maladie.]

Nous avons à franchir une paroi scabreuse, rayée d'un couloir à peine
indiqué, où les pierres tiennent mal. Le fusil est horriblement gênant,
le sac tire d'une manière terrible, les hommes ont toutes les peines du
monde à grimper, mais ils sont pleins d'entrain et les officiers pleins
de sollicitude; le capitaine, Arbey et le lieutenant Fine (6e
compagnie), se sont arrêtés aux deux plus mauvais pas de cette escalade,
et, sans se lasser, prennent les fusils que chacun leur tend, à tour de
rôle. A mi-hauteur, après un petit replat, la roche surplombe, et nous
nous trouvons avec surprise à l'entrée d'une grande caverne noire, dont
le sol accidenté est encore capitonné de neige.

Le noyau plutonique des Alpes est ceinturé par un épais anneau de roches
sédimentaires, constitué en majeure partie de calcaire compact, mais
feuilleté et fissuré. Tel est le Margérias. L'eau de pluie, et plus
encore l'eau de neige, plus riche en acide carbonique, corrode le
calcaire et y pratique à la longue d'incroyables refouillements.

Notre caverne n'est que l'orifice inférieur du «Trou de l'Agneau», boyau
tortueux, coupé de brusques ressauts et qui finit par déboucher juste au
sommet. La gymnastique heurtée à laquelle il faut nous livrer dans le
sein de la roche, à la lumière tremblante de quelques lanternes, est
curieuse et inoubliable.

Enfin, voici le jour. A 8 h. 25 nous émergeons en plein soleil, au haut
de la montagne, à 1.850 mètres. Le passage est forcé avec un plein
succès. La musique nous joue ses airs les plus réconfortants pour nous
remettre de nos violents efforts.

Le retour (départ à 11 heures) eût été fort agréable sans un soleil
torride et les lourdes charges qui nous appesantissaient! Mais chacun
était fier du bel exploit accompli et c'est avec bonne humeur que nous
nous préparons à enlever l'étape qui nous sépare encore de la grande
halte.

La crête de la montagne est suivie vers le sud pendant 4 à 5 kilomètres,
au bout desquels le col d'Averne (1.518 m., 11 h. 40), permet de
redescendre dans la vallée de la Leisse. Un pierrier éprouvant et un
versant rapide nous amènent enfin, à 1 heure, à Pougène: il y a onze
heures que nous n'avons rien mangé et nous avons fait preuve d'une belle
endurance.

Tout à fait gaillards, nous nous levons deux heures plus tard pour
rentrer à Joppet, en excellente forme, à 5 h. 30.

EDOUARD MONOD-HERZEN.

[Illustration: «... Nous avons à franchir une paroi, rayée d'un couloir
à peine indiqué...»]



[Illustration: Le roi Frédéric-Auguste. LE 12e RÉGIMENT D'ARTILLERIE
SAXON DÉFILE AU PAS DE PARADE DEVANT LE ROI DE SAXE, SUR L'ESPLANADE DE
METZ, LE 23 JUIN _Voir l'article, page 3._]



[Illustration: Petit jouet en ivoire sculpté.]

[Illustration: Machines à compter ou jouets à combinaison de chiffres.]

[Illustration: Laie en ivoire sculpté.]

UNE NOUVELLE SALLE AU MUSÉE DU LOUVRE

LES TRÉSORS RAPPORTÉS DE SUSIANE PAR LA MISSION DE MORGAN
_(Photographies de M. G. Pissarro.)_

Il y avait une fois, dans un pays lointain, une reine qui s'appelait la
reine Napir Asou. Elle avait épousé le roi Ountach Gal, qui était un
fort bel homme et très galant.

Le roi Ountach Gal voulut un jour honorer son épouse. Il prescrivit à un
artiste de choix de faire la statue de la reine et commanda qu'elle fût
en bronze, adornée du mieux possible, faute de quoi le sculpteur aurait
la tête tranchée ou serait simplement empalé, suivant ce qu'il aimerait
le mieux. Si ce n'est vrai, c'est du moins vraisemblable.

Cela se passait, il y a trois mille cinq cents ans, à Suse en Susiane ou
pays d'Elam, non loin du Tigre et de l'Euphrate, à deux pas du golfe
Persique. Aujourd'hui, le chah de Perse, ami de la France et de
Contrexéville, règne sur cette contrée, bénie peut-être, mais, à coup
sûr, mal habitée. Des nomades y abondent, qui ne reconnaissent d'autre
puissance que celle d'Allah et se soucient fort peu de celle du chah.

Depuis 1897, nous entretenons en Susiane une mission dite de la
Délégation en Perse. Le ministère de l'instruction publique lui octroie
généreusement 130.000 francs par an, et M. de Morgan, précédemment
directeur général des antiquités de l'Égypte, en est l'admirable chef.
Elle combat sur le champ de bataille de l'archéologie et fait,
indistinctement, le coup de pelle, le coup de pioche et le coup de feu.
Elle s'occupe de doter la France de tout ce qu'elle découvre de propre à
enrichir le trésor scientifique de l'humanité et ne dédaigne ni la
flore, ni la faune, à la grande joie de notre Muséum d'histoire
naturelle. Ses principales trouvailles sont à présent au Louvre. Une
nouvelle salle--trop petite--proche de celle du Mastaba, leur est
réservée. MM. Bienvenu-Martin et Dujardin-Beaumetz l'ont inaugurée cette
semaine. On y remarquera des peintures évocatrices, faites par le
peintre Bondoux en Susiane. Leurs fraîches couleurs voisinent avec les
pierres, les poteries et les bronzes vénérables dont le R. P. Scheil a
déchiffré les inscriptions millénaires. La reine Napir Asou doit
beaucoup de reconnaissance à cet illustre et modeste érudit.

[Illustration: Koudourou, ou titre de propriété, portant le «sirou»
symbolique, ou serpent sacré.]

La belle statue dont lui fit présent le roi son époux dormait ensevelie,
à 20 mètres de profondeur, dans les ruines de l'ancienne acropole de
Suse. L'an passé, quelques-uns des 800 ouvriers qui ont déblayé 280.000
mètres cubes de 1897 à 1905, sur les 1.220.000 que représente le tell de
l'Acropole (il faudra vingt-cinq ans pour en venir à bout) mirent à jour
l'effigie de Sa Majesté. L'oeuvre d'art était intacte, à la tête près,
qui manquait. Elle manque toujours. Mais M. Lampre, le dévoué secrétaire
de la Délégation, espère la trouver, et sa zélée collaboratrice, Mme
Lampre, qui partage les joies et les peines de la mission, en restant
modestement vêtue du costume de son sexe, a la même confiance. Cette
tête, il nous la faut; on l'aura. Elle ne peut être que fort belle, car
les femmes qui perdent la tête sont ordinairement jolies.

Napir Asou l'était. Le savant M. Van Branteghem s'en est porté garant
dans _Saturday Review_. Dirons-nous, d'après lui, que la reine faisait
fort bien la révérence? Le mouvement de la statue semble l'indiquer.
Quel malheur que, lors du sac de Suse par quelque roi de Ninive ou
d'ailleurs, elle ait été décapitée! Heureusement, on respecta sa robe.
Elle était déjà à la mode actuelle: la jupe est «plissée-soleil». Mais,
sur ce point, les savants discutent. Une seule chose est certaine:
l'inscription qui est au bas de la statue. Le R. P. Scheil l'a traduite
et voilà pourquoi, au pays des ombres, la reine Napir Asou lui est
reconnaissante. Cette inscription énumère les noms, titres et grâces de
Sa Majesté. Derrière elle veillent deux lions d'argile émaillé, qui
virent le feu du four deux mille ans au moins avant Jésus-Christ. Plus
loin, voici le code d'Hanimourabi, stèle de granit qu'un roi de Suse dut
prendre en Babylonie à titre de trophée. C'est un monument d'une
inappréciable valeur et qui nous donne le code civil des Chaldéens vingt
siècles avant notre ère.

Nous avons eu, par la mission Dieulafoy, la révélation des splendeurs
des Achéménides. Xerxès et Darius nous sont apparus dans l'éclat de
leurs palais. Mais, avant eux, d'autres grands rois régnaient entre la
mer Caspienne et le golfe Persique. La mission Dieulafoy effleura le sol
où ils ont disparu; la Délégation de Perse, reprenant tout à pied
d'oeuvre, va jusqu'au tréfonds des ruines, et l'antique Elam sort du
tombeau. Voici des «koudourous», ou titres de propriété gravés sur
pierre, qui ont cinq mille ans; voici un vase de bronze, magnifiquement
ciselé cinquante siècles avant l'ère chrétienne. M. de Morgan et le R.
P. Scheil savent déjà presque toute l'histoire de la Susiane et de la
Chaldée depuis le lendemain du préhistorique. Un monde insoupçonné sort,
grâce à eux, de la nuit du passé.

H. DE N.

[Illustration: Vase en bronze (vieux d'environ 7.000 ans).]

[Illustration: La salle d'exposition des objets rapportés par la mission
de Morgan. Au premier plan, la reine Napir Asou.]



[Illustrations: 1. Un groupe de dentellières.--2. La Muse de
l'alimentation, marchande de fleurs et de primeurs.--3. Le buffet.]

Il s'est fondé récemment, sous le haut patronage de Mme la duchesse
d'Uzès, avec le concours de femmes du monde, une institution fort
intéressante destinée à encourager en France la très ancienne et très
artistique industrie de la dentelle à la main, qu'il serait si
regrettable de laisser péricliter; le but immédiat de cette oeuvre du
«Travail au foyer» est de procurer aux ouvrières de la «partie»,
disséminées dans nos campagnes, une besogne à domicile, suffisamment
rémunératrice.

Un comité, dont le vice-président, M. de Marande, prodigue son zèle de
la façon la plus active, avait organisé, le 21 juin, au jardin des
Tuileries, une grande fête au profit de l'oeuvre. Rien ne manquait au
programme pour en assurer le succès: ni l'agrément du cadre de verdure,
ni la variété des attractions, ni la précieuse collaboration du soleil.
Pendant toute une journée, une foule où souriaient toutes les élégances,
où figuraient les plus beaux noms de l'aristocratie française, se pressa
sur la terrasse des Feuillants, devant l'exposition des dentelles, les
groupes de dentellières, les boutiques des vendeuses titrées, et le luxe
paya un large tribut à la bienfaisance.

[Illustration: M. Arthur Meyer.]

[Illustration: En cercle autour de la duchesse d'Uzès.]

[Illustration: Breton et Parisienne.]

LA FÊTE DE L'ÉLÉGANCE ET DE LA DENTELLE AU JARDIN DES TUILERIES



[Illustration: Intérieur de la forteresse de Saïdia, enlevée au
prétendant par les troupes du Maghzen.]

[Illustration: La frontière algéro-marocaine près de Saïdia (au fond, la
Méditerranée).]

UNE FORTERESSE DU PRÉTENDANT MAROCAIN

Tandis qu'en Europe, à propos du Maroc, on se chamaille, on négocie à
coups de conversations diplomatiques et de notes, au Maroc même on
continue d'échanger des coups de fusil. Le prétendant Moulay M'hamed
résiste énergiquement aux troupes du Maghzen.

La forteresse de Saïdia, au bord même de la Méditerranée, avec une
défense naturelle de collines assez peu élevées, mais propres toujours
aux embuscades, avec une bonne muraille crénelée, était une de ses
positions principales. Elle vient de tomber aux mains des soldats du
sultan, qui n'est pas autrement fâché, dans toute cette interminable
campagne, de trouver quelquefois l'appui des canons français.



Sur les marches du palais législatif d'Athènes: passants et curieux
regardant les taches de sang à l'endroit où M. Delyannis fut assassiné.

LA MORT DE M. DELYANNIS

La profonde émotion causée en Grèce par l'assassinat de M. Delyannis,
président du Conseil, ne s'est pas bornée au monde politique. A la suite
du tragique événement, ce fut, pendant plusieurs jours, un pèlerinage
populaire vers le palais législatif au seuil duquel, le 13 juin, le
vénérable homme d'État avait été mortellement frappé: on voulait voir la
place même où il était tombé, et il semblait à cette foule expansive
qu'elle manifestait mieux ainsi sa réprobation contre le meurtrier et sa
sympathie pour la victime.



[Illustration: Un éléphant du royaume de Lilliput.]

L'EXPOSITION COLONIALE DE NOGENT

Le jardin colonial de Nogent, que dirige avec tant de soins
l'explorateur Jean Dybowski, est en ce moment le théâtre d'une
Exposition coloniale fort intéressante, variée, et qui attire dans ces
parages assez lointains, mais fort agréables, un public nombreux.

Cette Exposition a été inaugurée très brillamment, il y a une huitaine,
par M. Clémentel, ministre des Colonies. En dehors de son côté sérieux
(apiculture et botanique coloniales, beaux-arts), elle présente quelques
attractions pittoresques. Elle a ses nègres, avec leurs pirogues, dans
de jolis paysages de bambous aux fins feuillages, sa faune exotique,
dont le clou est un petit éléphant de boîte de jeu, mais bien vivant,
espiègle, haut d'un mètre à peu près, fantaisiste et tout à fait
amusant.

[Illustration: M. Clémentel, M. Dybowski et M. le maire de Nogent
inaugurant l'Exposition coloniale.]



LES BAGAGES DU KRONPRINZ

[Illustration: En gare de Stettin: les bagages du kronprinz d'Allemagne
partant, après son mariage avec la princesse Cécile de
Mecklembourg-Schwerin, pour le château d'Hubertusstock.]

Après la célébration de leur mariage, le 6 juin, le prince impérial
d'Allemagne et la princesse Cécile sont partis pour le château
d'Hubertusstock, où ils vont passer leur lune de miel. Pour un pareil
déplacement, les bagages ne furent pas, comme bien on pense, chose de
minime importance, et ceux du kronprinz, à eux seuls, considérables par
leur quantité et par leur poids, devaient fournir, à la bascule, ce
qu'on appelle un joli «excédent». Une photographie nous les montre
réunis sous le hall de la gare de Stettin: colis de toutes formes et de
toutes dimensions, y compris un monumental étui à chapeau, timbré d'un
chiffre couronné; un facteur du chemin de fer, préposé à leur garde,
partage la consigne avec un chien bull, gravement assis sur une énorme
malle et prêt à réprimer, de ses crocs redoutables, le moindre attentat
à la propriété princière. C'est le cas d'appliquer le vieil adage:
cave canem!



[Illustration: Un coin du jardin colonial.]

A L'EXPOSITION COLONIALE DE NOGENT-SUR-MARNE



NOS TRANSPORTS DE MOBILISATION EN 1870 ET EN 1905

Si _L'Illustration_, qui a publié en 1903, dans son numéro du 16 mai, un
tableau de la mobilisation allemande, s'occupe aujourd'hui de la
mobilisation française, ce n'est assurément pas avec l'intention de
laisser entendre à ses lecteurs que cette mobilisation puisse être une
éventualité proche. Rien ne permet de supposer que nous soyons à la
veille, ou même à l'avant-veille, d'un conflit armé.

Il importe cependant que le public français ne croie pas que des
complications, quelles qu'elles fussent, nous surprendraient au
dépourvu, ou dans un état d'infériorité. Et les deux schémas que nous
reproduisons ici sont, à cet égard, du plus haut intérêt. Ils montrent,
de la façon la plus frappante, quels progrès la France a réalisés,
depuis trente-cinq ans, dans l'organisation essentielle de ses
transports de mobilisation.

Voilà où nous en étions en 1870... Voici où nous en sommes en 1905... Il
est bon que tous les Français, et aussi tous les Allemands, puissent
comparer d'un coup d'oeil _ceci_ à _cela_.

Hâtons-nous d'ajouter que ces schémas ne sont pas empruntés au plan de
mobilisation de notre état-major général. Aucune divulgation criminelle
ne les a mis entre nos mains et nous ne compromettons, en les publiant,
aucun intérêt national. Nous les avons trouvés dans une brochure
allemande.

C'est une de ces brochures semi-confidentielles que publient, à un petit
nombre d'exemplaires, les officiers allemands des grandes villes de
garnison lorsque, en présence de leurs camarades, ils ont fait une
conférence remarquée, méritant les honneurs de l'impression et de
l'envoi au grand état-major de Berlin.

Celle-ci, intitulée _Der noechste Krieg gegen Frankreich (la Prochaine
Guerre contre la France)_, est l'oeuvre du major saxon von S...

Dans un premier tableau, l'auteur a résumé la façon dont s'effectua le
transport des troupes françaises en 1870. On voit que trois lignes
ferrées seulement, dont l'une était à double voie et les deux autres à
voie simple, servirent à transporter l'armée du Rhin et que, toutes les
lignes ferrées aboutissant à Paris, toute l'armée française mobilisée
dut passer par Paris pour se rendre à la frontière. Il en résulta une
lenteur, une irrégularité et un encombrement indescriptibles.

Il est facile de comprendre qu'une rapide concentration des armées à la
frontière exige les conditions essentielles suivantes:

1° Chaque corps d'armée doit posséder, pour son transport à la
frontière, une ligne ferrée indépendante;

2° Le transport sera plus rapide si la ligne est à plusieurs voies, si
elle est choisie la plus courte possible, mais en même temps la mieux
appropriée à une circulation intensive des trains, c'est-à-dire si elle
ne comporte pas de rampes trop fortes pour les grands convois et des
courbes à trop petit rayon.

En 1905, suivant le second tableau dressé par l'officier allemand, les
conditions d'un transport de troupes françaises à la frontière de l'est
sont merveilleusement remplies. Treize lignes à double voie (une de plus
qu'en Allemagne) amèneraient 13 corps français, directement et dans le
plus court temps possible, à la frontière. Ces 13 corps, s'ajoutant aux
3 corps de couverture (6e, 7e et 20e), formeraient quatre armées: sur
l'Argonne, à la trouée de la Moselle, près de Nancy et sur les Vosges.

Le major von S... calcule ainsi le temps nécessaire à la mobilisation,
au transport et à la concentration des armées françaises en 1905:

1° Envoi de l'ordre de mobilisation.......................... 1er jour.

2° Arrivée des réservistes, habillement; réquisitionnement des chevaux
et voitures, terminés le...................................... 5e jour.

3º Embarquement des troupes et du matériel de chaque corps d'armée,
terminé le. 8e jour 4° Transport à la frontière (2 jours), terminé
le........................................................... 10e jour.

Repos de deux jours, terminé le.............................. 12e jour.

Concentration, terminée le................................... 13e jour.

Marche en avant, le.......................................... 14e jour.

En résumé, près de 700.000 hommes (y compris les troupes de couverture)
seraient prêts à marcher en avant le 14e jour, contre 200.000 seulement,
en 1870, dans le même laps de temps.

J. DELAPORTE.

[Illustration: LA MOBILISATION TELLE QU'ELLE S'EFFECTUA EN 1870 Une
ligne à voie double et deux à voie simple partant de Paris pour aboutir
à la frontière allemande.

_En 1870, aucune voie ferrée de mobilisation ne réunissait directement
l'intérieur de la France à la frontière d'Allemagne. Toute l'armée du
Rhin dut passer par Paris, ce qui causa un encombrement énorme. La
Compagnie de l'Est réussit cependant à transporter 196.000 hommes en dix
jours par les trois lignes ferrées indiquées ci-dessus. La ligne à voie
double Paris-Strasbourg supporta 48 trains par jour (24 à l'aller et 24
au retour); les deux lignes Paris-Thionville et Paris-Mulhouse, à voie
simple, supportèrent seulement 36 trains quotidiens (18 à l'aller, 18 au
retour)._]

[Illustration: Dessiné spécialement pour l'Illustration par G. Lepage
sous la direction de M. Delaporte.

LA MOBILISATION TELLE QU'ELLE POURRAIT S'EFFECTUER EN 1905

Treize lignes ferrées à double voie, aboutissant pour le 1er corps à
Longwy, le 2e à Apremont, le 3e à Liart, le 10e à Verdun, le 4e à
Sainte-Menehould, le 11e à Châlons-sur-Marne, le 9e à Lérouville, le 12e
à Commercy, le 5e à Pagny-sur-Meuse, le 8e à Toul (encore à voie simple
entre Clamecy et Avallon), le 13e à Epinal, le 16e à Belfort, le 19e à
Belfort.

_Le 18e corps peut se rendre jusqu'à Chartres par une ligne indépendante
à voie double, le 17e jusqu'à Limoges, les 15e et 14e corps jusqu'à
Bellegarde, mais le retard de ces quatre corps d'armée n'a pas
d'importance, ces corps étant prévus en réserve provisoire. Ajoutons que
les 6e, 20e et 7e corps se rendent à pied à leur poste de combat. Enfin
une 14e ligne à voie double (de Paris à Lérouville par Meaux,
Château-Thierry, Epernay) servirait exclusivement au transport des
approvisionnements. Le transport d'un seul corps d'armée exigeant 120
trains, les treize corps d'armée amenés immédiatement à la frontière
exigeraient donc (13 x 120) 1.560 trains à l'aller et autant au retour,
soit une circulation de plus de 3.000 trains (60.000 wagons).
L'Illustration a donné, dans son numéro du 16 mai 1903, un tableau de la
mobilisation allemande._]

[Illustration: La comtesse Mathieu de Noailles, dont le nouveau roman:
_la Domination_, vient de paraître.--_Phot. Dornac._]



MOUVEMENT LITTÉRAIRE

_L'Impossible Sincérité,_ par la baronne Hélène de Zuylen (Calmann-Lévy,
3 fr. 50).--_La Domination_, par la comtesse de Noailles (Calmann-Lévy,
3 fr. 50).--_L'Illusion sentimentale_, par Paul Flat (Fontemoing, 3 fr.
50).--_La Nièce de M. Jacob Gaspard_, par Gaston Rouvier, (Fasquelle, 3
fr. 50).--_La Couronne des jours_, par Ernest Raynaud (Mercure de
France, 3 fr. 50).

L'Impossible Sincérité.

Une jeune Anglaise, Béryl, est adorée d'un jeune Hongrois, Gyula Zékéï,
un compatriote passionné de Pétofi. Elle lui rend tous ses sentiments;
mais, comme la jeune fille aime avant tout la loyauté, elle arracherait
son coeur plutôt que d'y laisser quelque amour pour un menteur. On a beau
lui dire que, dans la passion, les hommes mentent toujours un peu, elle
croit à la sincérité de Gyula. Celui-ci se rend en Hongrie, pour
obtenir, dit-il, le consentement de ses parents à son mariage avec
Béryl.

Cependant la jeune Anglaise a des soupçons. Elle apprend fortuitement
que le Hongrois est marié et père de deux enfants. Ce qu'il cherche à
obtenir, c'est le divorce, afin d'épouser Béryl. Mais, comme il l'a
trompée pour la posséder, elle rompt avec lui et le chasse de sa
présence, ce qui amène le fiancé à se loger une balle mortelle dans la
tête. Désespérée, Béryl est conduite elle-même par la fièvre au bord du
tombeau, puis voyage, mais sans retrouver la tranquillité. A ses yeux se
présente un de ses cousins, de même race qu'elle, aussi froid en amour
que le Hongrois était démonstratif. Celui-là ne ment pas, ou ment,
dit-il, aussi peu que possible. Finira-t-elle par l'épouser? Peut-être.
A Venise, où l'on coudoie tant d'étrangers, elle aperçoit souvent à la
même place deux enfants vêtus de deuil auxquels elle demande leur nom.
Ce sont les enfants de Gyula.

«Aujourd'hui, Béryl savait que, parmi les évocations du passé, ce sont
les souvenirs navrés qui obsèdent avec le plus tenace parfum», telle est
la morale du roman que la baronne Hélène de Zuylen a intitulé:
_l'Impossible Sincérité._

Ce n'est plus seulement comme romancières que les femmes nous dépassent.
Avec Mme de Zuylen, elles montrent dans la musique de la phrase, dans la
disposition des couleurs, dans la recherche précieuse du mot, la science
la plus raffinée.

La Domination.

Où la domination dans le roman de Mme de Noailles? Je vois bien un jeune
écrivain, Antoine Arnault, possédé de la fureur d'être au premier rang.
On sent dans ce personnage un petit lettré fort rempli de son moi, mais
dont l'esprit manque de vigueur et de savoir. Rien ne surpasse en vanité
cet Antoine Arnault, qui essaye de se faire une place dans les salles à
manger d'un monde aristocratique et hautain. Evidemment, Mme de Noailles
a peint ici d'après nature. Successivement, Antoine aime plusieurs
femmes, entre autres la comtesse Albi, dont le nom flatte ses puériles
prétentions. Il goûte à plusieurs beautés sans trop s'y attarder et en
dilettante, jusqu'à ce qu'enfin il épouse bourgeoisement une jeune fille
pourvue d'une assez belle dot. Ne se met-il pas à adorer la soeur de sa
femme? Avec une absence totale de scrupule, tous les deux, Antoine et sa
belle-soeur, installent sous le toit familial leur amour
semi-incestueux. Mme de Noailles nous a fort bien représenté le petit
lettré sans vergogne qui aspire à la domination littéraire et féminine
et qui ne sait pas se dominer lui-même. Avec un art subtil elle nous a
pareillement indiqué les endroits accessibles de la femme en général, la
cible qu'elle offre aux flèches d'Éros.

Dans ce roman, Mme de Noailles décrit aussi les lieux qu'avec ses amies
traverse Antoine Arnault et, surtout, pose devant nous, en une vivante
évocation, cette superbe veuve qui s'appelle Venise. Il y a là, malgré
la modernité des types, je ne sais quoi, partout, de sensuellement
païen, d'un paganisme semi-oriental et décadent.

L'Illusion sentimentale.

M. Paul Flat, lui, ne répand la couleur que suffisamment pour qu'on le
croie capable de la verser à flot, s'il le voulait. Charles Hérial, son
héros, a rencontré un jeune homme, Lucien d'Entraygues, avec lequel il
s'est lié d'une vive amitié. Ensemble, ils ont communié dans les mêmes
maîtres et dans les mêmes idées; ils se sont enivrés de Wagner; ils ont
pareillement bu ensemble aux sources plus pures peut-être et plus
harmonieuses, mais moins capiteuses de l'art italien. Les mêmes paysages
les ont enthousiasmés et, le soir, leur ont apporté les mêmes
mélancolies. Mais l'apparition d'une jeune fille les troubla dans leur
amitié. Lucien d'Entraygues aimait cette jeune fille. Charles Hérial,
lui prêtant tous les charmes de l'esprit et du corps; l'épousa. Il fut
trompé par l'illusion sentimentale. Après quelques mois de mariage, le
voile tombant, la réalité apparut. Sa femme n'avait pas toute la finesse
d'esprit, tout le jugement qu'il lui avait supposés. Aussi, après s'être
détaché d'elle, retourna-t-il vers l'ami et reprirent-ils les communions
anciennes. L'oeuvre de M. Flat, serrée, abondante en fines dissections,
sera goûtée de tous les gens lettrés.

La Nièce de M. Jacob Gaspard

C'est un article entier que mériterait le roman de M. Gaston Rouvier...
Une petite ville suisse en temps d'élections communales, avec ses
intrigues et ses commérages, nous est représentée. Ne ressemble-t-elle
pas un peu à un bourg français? M. Jacob Gaspard, usurier émérite, est
candidat à la présidence ou mairie. Mais l'amour lui trouble l'âme. Il
veut épouser sa nièce, laquelle est éprise d'un jeune Français et
n'éprouve que dégoût pour le vieil oncle. Celui-ci est tué dans une
mêlée ouvrière. Rien de sublime comme l'image de Mathilde, la mère de la
jeune fille, que tire de sa fange et que transfigure l'amour maternel.

La Couronne des jours.

De la prose harmonieuse de Mme de Zuylen et de Noailles, nous allons,
sans changer d'univers, aux poèmes de M. Ernest Raynaud. Le poète des
_Vitraux_ a un jour accolé au nom de M. Raynaud l'adjectif _grand_. Dans
tous les cas, c'est un artiste riche, habile, que l'auteur des _Cornes
du faune_, de la _Tour d'ivoire_ et de la _Couronne des jours_. Combien
de pierres précieuses rutilantes et finement serties dans les pages de
M. Raynaud! Peut-être sa phrase s'accommode-t-elle mieux des sujets
élevés, des peintures antiques, que des détails de la vie familière.
Je recommande en particulier aux amateurs d'art, dans le dernier volume
du poète: _la Nouvelle Arcadie._

E. LEDRAIN.



M. ERNEST DAUDET

M. Ernest Daudet, frère du célèbre romancier, a, on le sait, conquis
depuis longtemps sa place parmi nos écrivains les plus distingués. Il a
publié lui-même des romans qui auraient suffi à lui assurer une
notoriété personnelle; mais c'est surtout à des études historiques qu'il
a, pendant vingt-cinq ans, consacré le meilleur de son labeur, fouillant
les archives avec une patience de bénédictin, y faisant d'importantes
découvertes documentaires, éclairant d'une vive lumière des points
curieux demeurés obscurs, puis--et ceci n'est pas le moindre de ses
mérites--pratiquant l'art difficile de communiquer à ses lecteurs
l'intérêt passionna que le chercheur a pris à ses investigations et
jusqu'à l'émotion qu'il a ressentie au contact du passé.

[Illustration: M. Ernest Daudet.--Phot. Caulin et Berger.]

Entre tant de travaux remarquables, il convient de mentionner
particulièrement _l'Histoire de l'émigration_, pour laquelle l'Académie
française vient de décerner à M. Ernest Daudet le grand prix Gobert, la
plus haute distinction dont elle dispose en faveur des historiens. Avant
lui, MM. Albert Sorel, Albert Vandal, Thureau-Dangin, Hanotaux,
académiciens aujourd'hui, avaient obtenu tour à tour ce prix, qui compta
Augustin Thierry au nombre de ses illustres titulaires; de tels noms en
disent assez la valeur honorifique.



L'EXPOSITION COLONIALE DE MARSEILLE

POSE DE LA PREMIÈRE PIERRE DU PALAIS DE MADAGASCAR.

Le comité d'organisation de l'Exposition nationale coloniale, qui doit
s'ouvrir à Marseille en avril 1906, a profité de l'arrivée à Marseille
du général Gallieni pour l'inviter à poser la première pierre du palais
que la colonie de Madagascar va édifier, selon les plans de M. Jully,
sur le vaste emplacement qui lui a été réservé sur les terrains de
l'Exposition. Entouré de M. Charles Roux, commissaire général; de MM.
Morel, directeur; Giry et Delborbe, directeurs adjoints, et de toutes
les notabilités présentes au banquet qui lui avait été offert quelques
instants avant par la Société de géographie de Marseille, le général
Gallieni a scellé lui-même les premières assises de la très belle
construction que sera le palais de Madagascar, et la très curieuse
photographie que nous reproduisons représente le général au moment même
où, une pelle à la main, il jette le mortier sur les fondations.



[Illustration: Avant. Arrière. Le vaisseau anglais à trois ponts
_Royal-Adélaïde_ en démolition dans le port de Dunkerque.--_Phot.
Falciny._]

DOCUMENTS et INFORMATIONS

UN VAISSEAU VÉNÉRABLE.

Depuis quelque temps, on peut voir dans le port de Dunkerque un bâtiment
plus que centenaire, ayant appartenu à la marine britannique et
récemment vendu en France pour démolition, par l'Amirauté, qui l'avait
transformé en ponton-caserne. Cet énorme vaisseau à trois ponts, armé
jadis de 120 canons, déplace environ 4.500 tonnes; il mesure 80 mètres
de longueur, 18 m. 25 de largeur et 14 mètres de hauteur au-dessus de
l'eau; l'avant s'effile gracieusement; l'arrière, d'une structure
quasi-monumentale, rappelle, avec ses quatre balcons ouvragés, la façade
d'une maison. Lancé au commencement du siècle dernier, le
_Royal-Adélaïde_ prit part, en 1805, à la bataille de Trafalgar; c'est
un des plus beaux spécimens des anciennes constructions navales.



EDUCATION SPARTIATE OFFICIELLE.

L'hygiène, si fort en honneur dans nos sociétés civilisées, serait-elle
à la veille de subir une réaction, inséparable de tous les engouements,
et, après le dix-neuvième siècle, qui a proclamé la toute-puissance
sociale de l'hygiène, le vingtième siècle va-t-il décréter que celle-ci
ne sert qu'à conserver les faibles et à peupler la terre de malingres,
au détriment des forts dont ils prennent les places? Il ne semblait pas
qu'un tel revirement fût à la veille de se produire.

Or, en Prusse, la Chambre des députés vient d'adopter un projet de loi
portant création d'un office spécial dénommé: _Office pour le bien
public_.

Ce titre ne dit pas grand'chose; mais le ministre de l'intérieur a
déclaré, à ce sujet, qu'il s'agit de ne plus s'occuper seulement
d'assister les malades, les faibles, les indigents, mais bien de ne pas
négliger les personnes en bonne santé. «L'avenir de notre pays, a-t-il
dit, consiste à créer une population forte au point de vue physique,
apte à endurer les rigueurs de la nature, capable de fournir un travail
effectif, et non point un peuple amolli et affaibli par l'application
des mesures d'hygiène.»

Il n'y a pas à s'y tromper: c'est bien la première bombe envoyée dans le
camp des hygiénistes. C'est bien la proclamation du retour à l'éducation
Spartiate, c'est-à-dire aux méthodes d'endurcissement qui tuent les
faibles et ne laissent subsister que les forts. Dans cette voie on peut
aller très loin, mais dans un sens tout opposé à celui où se sont
engagées les sciences médicales modernes.



ENCORE LE TRAITEMENT DU MAL DE MER.

Ayant signalé à nos lecteurs la méthode que conseille le docteur M.-A.
Legrand pour le traitement du mal de mer, nous croyons qu'il sera
intéressant pour eux de savoir quels résultats a donnés cette méthode
dans des essais tout récents. Ces essais ont été faits à bord d'un
cuirassé et d'un aviso-école, par grosse mer, sur douze marins sujets au
mal de mer, dont deux étaient malades même par beau temps. Ces douze
marins ont subi l'immobilisation préventive de tout le ventre, depuis le
pli des cuisses jusqu'au-dessous des mamelons, à l'aide d'une bande de
forte toile de 5 mètres de long sur 25 centimètres de large. Or, dans
tous les cas, sauf un seul, le résultat a été fort bon. Voici du reste
les observations faites:

1. Matelot.--A eu seulement quelques malaises au début, mais a été
immobilisé tardivement.

2. Matelot.--N'a absolument rien ressenti.

3. Matelot.--Léger état de faiblesse. Sujet très nerveux. N'a rien
ressenti.

4. Officier.--Se protège toujours de cette façon au moyen d'une très
large ceinture et s'en trouve toujours très bien.

5. Distributeur.--A pu parfaitement faire son service au poste à l'avant
et n'a rien ressenti.

6. Elève-mécanicien.--A pu faire son service dans la machine sans rien
ressentir, sauf un léger mal de tête.

7. Elève-mécanicien.--A fait son service aussi sans rien éprouver.

8. Elève-mécanicien.--Résultat médiocre: le sujet a eu un vomissement.
Pourtant il y a amélioration évidente.

9. Maître infirmier.--A été légèrement indisposé à l'arrivée au
mouillage, mais seulement après avoir desserré la bande; est d'habitude
très malade.

10. Mécanicien.--Légèrement indisposé aussi, mais après avoir desserré
la bande.

11. Quartier-maître fourrier.--Se porte bien, sauf légère perte
d'appétit; mais a le mal de mer dès que, peu avant le mouillage, il
enlève la bande.

12. Le même.--Cette fois, garde la bande jusqu'au bout, et tout le temps
«se trouve aussi bien qu'à terre», lui qui était invariablement malade.

Aucun de ces sujets n'était entraîné à l'immobilisation du ventre et
tous étaient des victimes régulières du mal de mer. Grâce à
l'immobilisation, ils ont tous fait leur service malgré le mauvais temps
et sans être incommodés.



[Illustration: A Marseille.--Le général Gallieni scellant la première
pierre du palais de Madagascar dans l'enceinte de l'Exposition coloniale
de 1906._--Phot. Brion_]



NOTRE SUPPLÉMENT MUSICAL

_Pièce Brève (pour piano)_, par Gabriel Fauré.--_L'Illustration_ a salué
la nomination de M. Gabriel Fauré au poste envié de directeur du
Conservatoire de musique. Nos lecteurs et lectrices pourront apprécier,
par cette _Pièce Brève_, que nous publions, combien l'inspiration du
maître est originale.

Ce qui caractériserait cette oeuvre exquise, ce serait l'imprécision du
titre et la coloration précise de la pensée musicale. Il semblerait que,
si _Pièce Brève_ avait été un morceau de piano et chant au lieu d'être
uniquement pour piano, l'auteur aurait écrit sa musique d'abord, puis
ses paroles seulement après la musique.

Un chant s'élève, à la fois ample et gai, puis les broderies soulignent
une phrase très musicale et, par une modulation très trouvée, le chant
initial suit à nouveau son développement. Oserai-je dire que, malgré les
accords de la fin, _Pièce Brève_ ne finit pas. Il semble qu'il y a là
une porte ouverte sur l'infini. On rêve, on rêve encore, alors que
l'inspiration du maître s'est tue. C'est le plus bel éloge que l'on
puisse faire de cette page de M. Gabriel Fauré.

_L'Ame des Fleurs_ (mélodie), par Massenet.--S'il est un compositeur
dont le talent est souple et divers, c'est bien M. Massenet. Qu'il
s'agisse, par contre, d'un opéra ou d'une simple mélodie, M. Massenet
sait imprimer à l'un ou à l'autre sa griffe magistrale; et l'on peut
dire que _l'Ame des Fleurs_ est «le sonnet sans défaut qui vaut seul un
long poème», ainsi que le souhaitait Boileau.

Faut-il louer la distinction de la phrase mélodique, la justesse de
l'expression, le piquant et l'imprévu des sonorités de cette page toute
parfumée de poésie? Chez M. Massenet, la langue musicale a une éloquence
telle que, même quand il se sert du piano, on devine un dessin
orchestral dans ce qu'il a voulu décrire. Ainsi, dans l'envolée lyrique
de ce passage de _l'Ame des Fleurs:_ «Oh! respectons la relique des
roses!» on entend un unisson d'instruments à cordes qui charme
l'oreille. C'est précisément le secret des maîtres d'évoquer tant de
choses avec les moyens les plus simples, et M. Massenet s'y entend.

_Poème languide_, par A. Scriabine.

A. Scriabine est né à Moscou en 1870. Sa 3e symphonie vient d'être jouée
à Paris sous la direction du célèbre chef d'orchestre Nikisch, dirigeant
l'orchestre Colonne. Il est donc d'actualité.

Scriabine est élève de Saponov et Tanief. Entré comme professeur au
Conservatoire de Moscou, il en sort presque aussitôt pour se consacrer
exclusivement à la composition. Son bagage musical est déjà assez
considérable: oeuvres pour piano, sonates, trois symphonies; la
dernière, le _Divin Poème_, qui vient d'être exécutée ici, exprime en
partie les idées philosophiques qui, de tout temps, le préoccupaient.
Ces idées n'atteindront leur complet développement et leur parfaite
expression que dans son oeuvre suivante déjà presque terminée.

C'est un musicien curieux, raffiné... pourtant un peu compliqué.



[Illustration: LE JARDIN DU TROCADÉRO ET LES QUARTIERS NORD-OUEST DE
PARIS PENDANT LA NUIT DU SOLSTICE D'ÉTÉ (20-21 juin). _Photographie
prise, à 2 heures du matin, de la deuxième plate-forme de la tour
Eiffel._]

[Illustration: Le gagnant du prix de France et son entraîneur.]

[Illustration: Le coureur américain Kramer, gagnant du Grand Prix
cycliste de la Ville de Paris.]

LE PRIX DE FRANCE

Le prix de France est le grand prix des gentlemen-riders: le cavalier
gagnant ce steeple-chase a désormais son droit d'entrée à vie sur
l'hippodrome d'Auteuil. L'heureux vainqueur du prix de France de 1905,
couru à Auteuil dimanche dernier, est un officier, M. Petit. Il montait
_Valmajour_, appartenant à M. Arthur Veil-Picard et entraîné par M. J.
d'Okhuysen. Celui-ci mérite une mention spéciale. C'est bien le type de
l'entraîneur moderne, tout à fait différent de l'entraîneur anglais
classique, ancien jockey devenu trop lourd, bon serviteur, presque
toujours fidèle, des aristocratiques propriétaires d'écuries de courses.
M. d'Okhuysen, hollandais d'origine, fit ses études au lycée de Nice,
suivit les cours de l'école d'Alfort, passa par le journalisme sportif,
s'avisa enfin d'appliquer à l'entraînement ses connaissances
vétérinaires et son esprit novateur. Il eut d'abord deux chevaux d'ordre
modeste, dont il fit deux gagnants de modestes épreuves. Il a eu pour la
première fois cette année des cracks sous sa direction et il a remporté
successivement le grand prix de Nice avec _Brat_, le grand prix de
Bruxelles, le prix du Jockey-Club et le Grand Prix de Paris avec
_Finasseur_, à M. Michel Ephrussi. M. Arthur Veil-Picard, possédant
seulement des chevaux d'obstacles, ne pouvait aspirer qu'au Grand
Steeple et au prix de France: il a manqué le grand-steeple que
Frosdorphe n'a pu disputer; mais l'allocation du prix de France a dû
être pour lui une appréciable compensation.

[Illustration: Concours de tourisme en montagne: une des quarante-trois
voitures concurrentes sur la route de Pleintanais.]

[Illustration: La formation de la trombe.]

[Illustration: La trombe s'abattant sur le lac.]

UNE TROMBE SUR LE LAC DE ZUG (SUISSE).

_Clichés pris je 19 juin, à 4 heures après midi, par M. Léopold
Woelffling, ex-archiduc d'Autriche._

[Illustration: Médaille gravée par Louis Oury, dont un exemplaire sera
décerné à chaque concurrent classé dans la «Coupe des Pyrénées».]

[Illustration: LA COUPE DES PYRÉNÉES. Oeuvre en argent du sculpteur
Ducuing, qui sera offerte au vainqueur de la course organisée par le
journal _la Dépêche_, de Toulouse à Toulouse par les Pyrénées: Béziers,
Perpignan, Foix, Bayonne, Pau, Tarbes (20-27 août 1905).]

[Illustration: Sur le lac du Bourget: le garage des canots de course
automobiles.]

LA SAISON SPORTIVE A AIX-LES-BAINS



[Illustration: L'AUTOMOBILE PLIANTE, par Henriot.]



_NOUVELLES INVENTIONS_

(Tous les articles compris sous cette rubrique sont entièrement
gratuits.)

SUPPORT ARTICULÉ POUR BIBERON

Les mères de famille s'intéresseront assurément à l'utile et commode
support de biberon décrit dans les lignes qui suivent, en raison des
avantages réels qu'il est appelé à leur rendre. Comme on peut le voir
sur la figure ci-jointe, le support articulé soutient le biberon à la
portée de la bouche de l'enfant et lui permet de téter tout seul quand
il est dans son berceau; grâce à une disposition ingénieuse, donnant la
même souplesse qu'un mécanisme à la «cardan», le biberon suit tous les
mouvements de la tête de l'enfant; la tétine en caoutchouc est toujours
maintenue au niveau de sa bouche; il la lâche et la reprend à volonté.

Cet appareil très simple et d'un maniement très facile est indispensable
surtout la nuit; la mère n'est plus obligée de se priver de sommeil pour
soutenir le biberon du bébé pendant le temps de la tétée; elle n'est
plus tentée de prendre l'enfant dans son lit pour lui donner à boire.
Dans la journée, enfin, la mère peut vaquer à ses occupations pendant
que l'enfant boit. Cet appareil procure, en un mot, la commodité
cherchée autrefois dans l'usage des biberons à longs tubes, difficiles à
nettoyer et dangereux en raison de leur manque d'asepsie. Il a été créé
pour faciliter l'emploi des bouteilles coiffées de tétines à soupapes,
reconnues seules hygiéniques par les médecins.

Ces avantages très réels du «support articulé pour biberon» le feront
apprécier de toutes les mères de famille, surtout de celles qui sont
obligées de gagner leur vie en travaillant chez elles, tout en soignant
leurs enfants.

L'appareil se place sur tous les berceaux et lits d'enfants. On fixe
d'abord le support sur le berceau en allongeant les planchettes à la
largeur du lit; on place ensuite la bouteille en passant le col dans
l'anneau en métal et l'on relève le caoutchouc dessus pour la maintenir;
il suffit d'incliner ensuite la bouteille à la hauteur de la bouche du
bébé et de la fixer par la vis de serrage; la bouteille pourra tourner à
droite ou à gauche, suivant les mouvements de la tête de l'enfant.

[Illustration: _Fig. 1.--Support articulé pour biberon._]

L'appareil se fait en bois, cuivre et cuivre nickelé; les prix
respectifs étant de 5 francs, 9 francs et 10 fr. 50; joindre 0 fr. 85
pour le port.

_S'adresser à M. Jules Mallat, 12, rue Buisson, Saint-Etienne (Loire)._


Note du transcripteur: Ces suppléments ne nous ont pas été fournis.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3253, 1er Juillet 1905" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home