Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3254, 8 Juillet 1905
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3254, 8 Juillet 1905" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.

L'ILLUSTRATION, NO. 3254, 8 JUILLET 1905 ***



L'Illustration, No. 3254, 8 Juillet 1905

CE NUMÉRO CONTIENT Quatre pages supplémentaires SUR LA COUPE
GORDON-BENNETT.



[Illustration: LA REVUE COMIQUE, par Henriot.]



[Illustration: _Ce numéro contient quatre pages supplémentaires sur la_
COUPE GORDON-BENNETT.
L'ILLUSTRATION
_Prix du Numéro: 75 Centimes._
SAMEDI 8 JUILLET 1905
63e Année--N° 3254]

[Illustration: ELISÉE RECLUS
Auteur de la "Géographie universelle" et de "l'Homme et la Terre", mort
le 4 juillet.
_Photographie P. Kadar.--Voir l'article, page 32._]

A la première nouvelle des graves événements d'Odessa, un envoyé spécial
de _L'Illustration_, M. Gustave Babin, est parti pour cette ville où il
est arrivé lundi après soixante-douze heures consécutives de chemin de
fer. Outre les photographies qu'il pourra prendre lui-même, il nous
enverra, par les voies les plus rapides et les plus sûres, de nombreux
documents graphiques (clichés et croquis) préparés et réunis pour
L'Illustration aux heures mêmes où le Kniaz-Potemkine menaçait la ville,
mais qui n'avaient pu encore nous parvenir.

Notre prochain numéro contiendra les premiers envois de M. Gustave
Babin, qui se rendra, en quittant Odessa, dans les autres régions les
plus troublées de la Russie.



COURRIER DE PARIS

JOURNAL D'UNE ÉTRANGÈRE

Hier, en sortant du musée de Cluny où j'étais allée faire mon pèlerinage
hebdomadaire d'amoureuse de vieilles reliures et de vieux bijoux, j'ai
gagné la rue Saint-Jacques et suis descendue de là vers la rue
Dante,--incurable badaude que je suis! Au milieu de cette rue s'élève
une maison neuve, qui n'est point habitée encore et dont la porte
d'entrée, surmontée d'épaisses cariatides, s'encadre de deux rideaux de
tôle derrière lesquels il y a deux boutiques à louer. Les journaux nous
ont appris qu'un des appartements de cet immeuble venait d'être loué par
M. le président de la République et que c'est là, entre deux étalages de
petits marchands, qu'au mois de février prochain M. Loubet viendra
goûter la joie d'être redevenu simple citoyen--de n'avoir plus ni fêtes
à présider, ni rois à recevoir, ni ministres à choisir... ou à
congédier.

Et nous étions bien, devant cette façade blanche, une cinquantaine de
curieux attroupés, qui regardions. Des gens entraient, sortaient,
posaient des questions à un concierge visiblement exaspéré. Dans la
matinée, une voiture de Cook, chargée de touristes, était venue
s'arrêter devant la maison (c'est une voisine qui m'a conté cela); et
voilà un immeuble qui aura eu l'exceptionnelle fortune d'être
«historique» avant même qu'aucun locataire y ait mis le pied.

Les vrais Parisiens (ils sont rares) sauront gré à M. Loubet d'un choix
où s'attestent à la fois l'extrême simplicité de ses goûts et un certain
amour de Paris qu'on ne lui connaissait pas; car, si ce coin de notre
«rive gauche» est tout à fait dénué d'élégance, il en est aussi l'un des
plus intéressants et des plus pittoresques morceaux. Logé près de la
Seine, à quelques pas de l'antique Cité, M. Loubet pourra consacrer les
loisirs de ses matinées à d'amusantes flâneries parmi des ruelles où
s'évoque l'histoire d'un Paris très démodé, très oublié et que les
habitants du quartier de l'Elysée ne connaissent guère. C'est la rue
Galande; c'est la rue du Fouarre; c'est, bornée par les masures
lamentables de l'ancien Hôtel-Dieu, la rue Saint-Julien-le-Pauvre, avec
sa petite église où, depuis huit cents ans, des Parisiens ont prié;
c'est la rue de la Bûcherie, de la Huchette, de la Parcheminerie...
Aussi, l'on s'étonne; et j'entends autour de moi des réflexions
gentilles. Il est évident que l'on ne s'attendait point à ce que M.
Loubet fixât son domicile de demain à une distance si grande des
quartiers où ses amis d'aujourd'hui résident de préférence,--et qu'on en
est flatté. «C'est un homme qui n'est pas fier.» Voilà ce qui plaît.

Aussi bien cette qualité-là, chez un chef d'État, semble-t-elle la plus
rare de toutes. Et l'opinion populaire ne s'y trompe point. Il lui est
tout à fait indifférent que le nommé Cincinnatus, consul et dictateur,
ait--il y a vingt-trois siècles--rétabli l'ordre dans Rome, sauvé
l'armée, conquis des territoires et rasé la maison d'un certain Spurius
Malius qui se mêlait d'aspirer à la royauté. La seule chose qui
intéresse la foule et qu'elle veuille retenir de cette histoire, c'est
que Cincinnatus fut un homme puissant qui, sa tâche finie, ne redouta
point la pauvreté et «laboura son champ lui-même». Ce petit trait n'a
l'air de rien; cependant, il a contribué bien plus à la gloire de
Cincinnatus qu'un demi-siècle de services éclatants rendus à l'État.

Il se pourrait que la même fortune fût réservée à M. Loubet et que, bien
longtemps après que les écoliers de France auront oublié ce que fut ce
«septennat», à quels événements historiques le nom de M. Loubet
s'associe et quels rois firent visite à ce républicain, ce seul souvenir
demeure: «M. Loubet fut un président de République (1899-1906) qui, son
mandat étant expiré, quitta l'Elysée pour aller habiter, dans une petite
maison de la rue Dante possédée par un négociant en vins, un appartement
dont le loyer n'excédait pas cinq mille cinq cents francs.»


En attendant, de toutes les parties du monde, les visiteurs de marque
continuent d'affluer, souriants et cordiaux, vers l'Elysée. Ce seront,
la semaine prochaine, les marins anglais; ce sont, cette semaine, les
marins d'Amérique,--les compatriotes de cet amiral Jones dont on vient
chez nous, très solennellement, quérir la dépouille.

Je vois qu'on a beaucoup discuté sur l'authenticité de cette dépouille
et qu'il n'est pas tout à fait sûr que ce soient les restes de l'amiral
Jones qu'emportent chez eux les Américains. Mais ils affirment, eux,
qu'il n'y a point d'erreur, et je trouve infiniment noble l'empressement
de ces hommes à vouloir honorer un mort dont il ne semble pas que
l'identité soit irréprochablement établie.

Les Français, les Anglais, les Allemands, se fussent montrés, je crois,
dans une circonstance pareille, plus difficiles à satisfaire. Les
Américains sont, eux, un peuple jeune et dont l'histoire ne remonte pas
très loin dans l'infini des temps. Les Américains n'ont ni vieux
monuments ni vieux livres; les Américains manquent d'ancêtres... De là
un penchant très excusable à ne point examiner de trop près les «pièces»
du mort qu'on leur présente. Est-ce bien lui? Peut-être... mais il
n'importe. L'essentiel et l'urgent, c'est d'offrir à la piété populaire
des monuments à saluer.

Et comme cela est significatif! Nous nous étions habitués à considérer
ce peuple américain comme uniquement avide de bien-être; nous pensions
qu'il n'avait d'autre orgueil que celui d'être riche et fort; et
longtemps il n'eut, en effet, que cet orgueil-là. Un autre lui vient:
celui de se composer une belle histoire et d'orner son passé. Il a
d'énormes usines, de vastes banques et des bibliothèques somptueuses; et
il souffre de n'avoir pas assez de glorieuses sépultures où s'inscrivent
des dates un peu vieilles. Il y a un an, le poète Mistral avait fait
remettre, au président Roosevelt, un exemplaire de sa _Mireille_ en
provençal et je me souviens d'avoir lu dans les journaux la traduction
d'une jolie et très touchante lettre qu'à cette occasion le président
fit remettre au poète. Il avouait, le président--un peu
mélancoliquement, me sembla-t-il--que les _trusts_ ne sont pas l'unique
moyen qu'aient découvert les hommes d'être forts et qu'il y a d'autres
joies dans la vie que celles de bien fabriquer et de bien vendre...

Ne dénigrons donc point notre idéalisme; il fait des jaloux parmi ceux
dont nous sommes jaloux; et saluons très bas les braves gens qui ont
fait huit jours de mer pour venir chercher à Paris un vieux cercueil où
il est _probable_ que gît la dépouille d'un de leurs grands hommes. Il y
a là l'indice d'un sentiment neuf que les Yankees d'il y a cinquante ans
ne connaissaient pas.

Mais ne méprisons pas trop non plus les joies que donne l'argent, ni
surtout les délicieux rêves que suscite en nous la possibilité de
conquérir la fortune tout d'un coup!

Cette Loterie de la Presse a mis, autour de moi, toutes les têtes à
l'envers. «Trois lots d'un millions! Que feriez-vous si vous gagniez un
million demain?» Et l'on discute, on fait ses comptes. Les moins
gourmands déclarent qu'un lot de cent mille francs les contenterait.
«Cent mille francs? dit ma modiste; j'en demande la moitié pour être
heureuse.» On se promet des cadeaux les uns aux autres; on bâtit mille
projets puérils et charmants. Et cela déjà est un bonheur qui vaut bien
la pièce d'or dont on l'aura payé.

Car, si gagner à la loterie est une joie, c'en est une aussi, même si
l'on n'y gagne rien, de penser que, peut-être, on y gagnera quelque
chose; c'est une joie, en somme, et très réelle, que d'_espérer_; que de
vivre un mois ou deux dans l'attente du coup de hasard qui vous fera
riche. Certains philosophes trouvent immoral cet espoir-là. En quoi
l'est-il?

J'ai connu un homme de lettres très illustre (mort aujourd'hui) qui
était joueur. Il m'avouait un jour sa passion. Et, comme elle lui avait
coûté très cher, cette passion-là, je lui demandais:

--Ne vous corrigerez-vous jamais?

Il sourit:

--Non, dit-il; car, pour celui qu'amusent vraiment les caprices du
hasard, il y a, au jeu, deux émotions et, par conséquent, deux joies: la
première, c'est de gagner; la seconde, c'est de perdre.

Je crois que, tout de même, celui-là exagérait.

SONIA.



NOTES ET IMPRESSIONS

Rien ne marque tant le jugement solide d'un homme que de savoir choisir
entre les grands inconvénients.
                                                         CARDINAL DE RETZ.

                                *
                               * *

Notre étrange Paris, dans ses populations et ses aspects, est comme une
carte d'échantillons du monde.
                                                          ALPHONSE DAUDET.

                                *
                               * *

Un homme un peu malin devient plus facilement ministre que chef de
bureau.
                                                        GUY DE MAUPASSANT.

                                *
                               * *

Les déclassés deviennent si nombreux qu'ils commencent à former une
Classe.
                                                                A. CAPUS.

                                *
                               * *

Ce n'est point le vin, c'est la parole qui fait l'ivresse sobre du Midi.
                                                            ETIENNE LAMY.

                                *
                               * *

On voit tout à coup surgir, des couches profondes de l'histoire, des
problèmes nouveaux, comme, de celles du globe, des volcans inconnus.

                                *
                               * *

Dans toutes les luttes de la vie, c'est l'imprévu qu'il faudrait
s'attacher à prévoir.
                                                           G.-M. VALTOUR.



FIN D'EXIL

La semaine dernière, M. Chaumié, garde des sceaux, a saisi le Sénat d'un
projet de loi d'amnistie, précédé d'un exposé des motifs concluant en
ces termes: «La République est assez forte pour n'avoir plus à redouter
les entreprises qu'on voudrait diriger contre elle et qu'elle saurait
déjouer. Elle peut être clémente et jeter maintenant l'oubli sur des
fautes dont quelques-unes ont été payées par leurs auteurs de plusieurs
années d'exil.»

Le gouvernement estime enfin que le moment est venu de réaliser une idée
généreuse, depuis assez longtemps déjà «dans l'air», et, tenu d'en
référer au Parlement, c'est l'assemblée du Luxembourg qui, constituée en
haute cour de justice pour juger un procès politique, prononça la
condamnation, qu'il invite la première à décréter la mesure de clémence.
Le plus notoire des condamnés de 1899, M. Paul Déroulède, va bénéficier
de cette amnistie. Accusé--et il ne s'en défendit pas--d'avoir, le 23
février, lors des funérailles du président Félix Faure, tenté
d'entraîner les troupes dans un mouvement insurrectionnel afin de
substituer au régime existant une république plébiscitaire, il fut
frappé d'un bannissement de dix ans; voilà donc la sixième année que le
chef de la Ligue des patriotes passe sur la terre étrangère. Il a, on le
sait, fixé sa résidence en Espagne, le moins loin possible de son pays,
à Saint-Sébastien, où il habite une demeure baptisée d'un nom
significatif, la _Villa Alta_. M. Déroulède a mené là une existence de
repos forcé, particulièrement pénible à l'ardeur active de son
tempérament, supportant, d'ailleurs, la pesante monotonie des jours
d'épreuves et les affres obsédantes de la nostalgie avec la dignité
inhérente à son caractère; recevant la visite de quelques amis, rompant
rarement le silence de sa retraite par une lettre ou un télégramme plus
ou moins sensationnels, destinés à montrer son constant souci des
événements politiques.

[Illustration: La _Villa Alta_, résidence de M. Paul Déroulède, à
Saint-Sébastien.]

On n'a pas oublié le duel du 6 décembre dernier, où M. Jaurès et lui
échangèrent deux balles et comment, interdite sur le territoire
espagnol, la rencontre, grâce à la tolérance de notre gouvernement, eut
lieu sur le territoire français, près de la frontière. Le 17 du même
mois, M. Déroulède conduisait jusqu'à la même frontière, mais sans qu'il
lui fût permis de la franchir, cette fois, M. Marcel Habert, son fidèle
Achate, dont la peine de bannissement arrivait à, expiration.

Souvent le poète proscrit aimait aller méditer dans la solitude d'un
site romantique, aux environs de Saint-Sébastien, à la pointe d'un
promontoire de Pasages, tel, sur son rocher de Guernesey, Victor Hugo,
qui a dit:

Oh! n'exilons personne! Oh! l'exil est impie!

Le front soucieux, il contemplait l'immensité de la mer changeante;
mais, certainement, toute sa pensée se portait vers la France, où il
aura bientôt le droit de rentrer.

[Illustration: FIN D'EXIL.--M. Paul Déroulède aux rochers d'Hugo, à
San-Juan de Pasages.]



UNE ESCADRE AMÉRICAINE A CHERBOURG

[Illustration: _Galveston. Brooklyn_, vaisseau-amiral. _Tacoma.
Chattanooga_ Dessin de Johanson.

On trouvera plus loin (p. 30) des détails sur l'amiral américain
John-Paul Jones, dont une mission extraordinaire, envoyée par les
États-Unis, est venue cette semaine chercher les restes, récemment
exhumés à Paris. L'escadre américaine, qui doit escorter ces glorieuses
reliques et qui est commandée par l'amiral Sigsbee, est arrivée le 30
juin à Cherbourg, où elle a échangé avec la terre et les navires sur
rade les saluts d'usage.]



UNE ESCADRE ANGLAISE A BREST

[Illustration: _Magnificent. Illustrious. King-Edward-VII. Jupiter.
Commonwealth_.--Dessin de Wilkinson.

C'est le 10 juillet que commenceront les fêtes franco-anglaises de
Brest. A 1 h. 30 de l'après-midi, l'escadre anglaise arrivera en rade.
Après les réceptions, un grand dîner aura lieu le soir même à bord du
_Masséna_, bâtiment-amiral français. Les bals, banquets, revues se
succéderont pendant toute la semaine. _L'Illustration_ sera représentée
à ces fêtes par plusieurs de ses dessinateurs et photographes.]



DEUX DOCUMENTS RÉTROSPECTIFS SUR LA DÉFAITE RUSSE DE MOUKDEN

[Illustration: ATTENDANT L'ARRIVÉE DES JAPONAIS, APRÈS L'ÉVACUATION DE
MOUKDEN.

La retraite de l'armée russe après la défaite de Moukden, nous écrit le
Dr Van Haut, auteur de cette photographie, se fit avec tant de hâte que
beaucoup de morts ne purent être enterrés. On voit ici environ 600
cadavres rassemblés, en attendant les Japonais, sous la surveillance de
quelques membres du personnel de la Croix-Rouge.]

[Illustration: LA RETRAITE DE L'ARMÉE RUSSE, ABANDONNANT MOUKDEN EN
FLAMMES, LE MATIN DU 10 MARS.

Cette photographie, qui nous parvient tardivement est, à coup sûr, une
des plus impressionnantes qui aient été prises en Mandchourie. Nous la
publions telle que nous l'avons reçue: elle fut prise à l'aube naissante
d'un lendemain de défaite, dans la fumée de l'incendie.]

A PÉTERHOF

La situation de la Russie est de jour en jour plus tragique. Comme les
désastres de Mandchourie, les désordres intérieurs forment une série
ininterrompue et qui va s'aggravant. Peut-être la paix est-elle
maintenant prochaine en Extrême-Orient; mais quand se fera-t-elle dans
le pays russe?

Les événements d'Odessa, la révolte de l'équipage du _Kniaz-Potemkine_,
ont causé dans le monde entier une émotion profonde. Jamais, dans leur
lutte contre toutes les puissances gouvernementales, les forces
révolutionnaires n'avaient obtenu un résultat aussi retentissant; et
elles l'ont obtenu à la fois dans le pays de l'autocratie absolue et
contre l'autorité qui paraissait la plus intangible de toutes: celle
qu'exercent à leur bord les officiers d'un navire de guerre.

En présence de ce désarroi formidable, les pensées vont irrésistiblement
à celui que tous les coups visent et frappent: le tsar. La France, qui
l'a acclamé et fêté deux fois, le plaint, mais l'observe aussi. Que
fait-il? Que va-t-il faire?

Nous avons annoncé la semaine dernière qu'il avait quitté
Tsarskoïé-Sélo, sa résidence depuis le mois de janvier, pour Péterhof,
au bord du golfe de Finlande. Là, il a accompli aussitôt un acte
politique important en recevant officiellement les délégués du Congrès
des zemstvos, en écoutant le discours respectueux mais ferme du prince
Troubetzkoï, en promettant que les élus de la nation russe seraient
bientôt appelés à participer aux affaires de l'État. Maintenant, tandis
qu'en Pologne, au Caucase, sur les rivages de la mer Noire et de la mer
Baltique, les grèves, les pillages, les révoltes et les massacres
attestent combien seraient urgentes les réformes qui s'élaborent si
lentement, la vie de Cour se poursuit à Péterhof, sans fêtes assurément,
mais avec toutes ses autres obligations monotones: parades militaires,
cérémonies religieuses.

A l'heure même où le _Kniaz-Potemkine_, avec son équipage de mutins,
bravait Sébastopol et menaçait Odessa, le tsar et l'impératrice, les
officiers de leur palais, les chambellans et les dames d'honneur,
inauguraient solennellement une nouvelle église, dédiée aux saints
Pierre et Paul.

Le photographe de _L'Illustration_ n'a pas voulu laisser passer cette
occasion de prendre, avec quelques épisodes de la cérémonie, un nouveau
portrait du souverain russe, à l'heure la plus critiqué de son règne. Il
nous semble que ce portrait sera beaucoup et longuement regardé. On
interrogera la physionomie, la démarche de l'empereur; on cherchera son
regard; on voudra deviner l'énigme de ses pensées et de sa volonté.

Au même titre que les plus tragiques clichés pris sur les champs de
bataille de Mandchourie, une telle photographie est un précieux document
pour les historiens futurs.

[Illustration: Fêtes d'inauguration de l'église Pierre et Paul, à
Péterhof, résidence actuelle de l'empereur Nicolas II.]

[Illustration: Officiers et dames de la Cour. Le tsar. La tsarine.
L'EMPEREUR NICOLAS II INAUGURE, A PÉTERHOF, UNE NOUVELLE ÉGLISE.]

[Illustration: La flotte de la mer Noire à l'ancre dans le port de
Sébastopol, où s'est produite la mutinerie du _Kniaz-Potemkine._]

[Illustration: Le port d'Odessa: vue du môle où fut exposé le corps du
matelot Omeltchouk, dont la mort a causé la mutinerie du
_Kniaz-Potemkine._]

[Illustration: Les quais à Odessa: à droite, la voie ferrée suspendue,
dont la charpente a été incendiée pendant l'émeute du 28 juin.]

[Illustration: A ODESSA.--_Sur les quais: les ouvriers chargeurs
actuellement en grève. Les vues que nous publions ici ont été prises
avant les émeutes de ces jours derniers: elles permettent simplement de
«situer» les événements que les dépêches ont racontés en détail. Mais
notre prochain numéro contiendra d'importants documents photographiques
d'actualité dont notre collaborateur, M. Gustave Babin, arrivé lundi
soir à Odessa, nous annonce l'envoi par télégramme._]

[Illustration: Le "Kniaz-Potemkine", le plus neuf des cuirassés de la
mer Noire, dont l'équipage s'est révolté le 27 juin, massacrant une
partie des officiers, et qui s'est présenté le même jour devant Odessa,
surexcitant par sa présence et son exemple les ouvriers du port, déjà en
grève générale, et provoquant de sanglants désordres.]

[Illustration: Panorama d'Odessa, vu de la mer.]

[Illustration: Le "Georgi-Pobiedonostzef", qui s'était joint au
"Potemkine", à Odessa, mais qui a fait sa reddition le 2 juillet.]

LE CUIRASSÉ 'ERRANT' "KNIAZ-POTEMKINE"

Le Kniaz-Potemkine, cuirassé d'escadre de 12.500 tonneaux, a été lancé à
Nicolaïef en 1900 et achevé en 1903; il est armé de 48 canons et de 5
tubes lance-torpilles; il peut marcher à 16 noeuds: c'est une arme
formidable aux mains des révolutionnaires russes. _Peint par A. Normann
Phot. Braun, Clément et Cie._

[Illustration: Stationnaire "Élisabeth", qui a tiré sur les mutins
russes. Le port roumain de Constantza, où le "Kniaz-Potemkine" a
séjourné les 2 et 3 juillet.]



Supplément:

LA COUPE GORDON-BENNETT

(Voir aux pages suivantes les photographies prises par les
collaborateurs de L'ILLUSTRATION pendant la course.)

[Illustration: SUR LE CIRCUIT D'AUVERGNE: LA POURSUITE DANS UN VIRAGE]

[Illustration: Vue générale des tribunes de Laschamps, quelques minutes
avant le départ.]

[Illustration: Théry, le vainqueur, au départ.]

[Illustration: Nazzari (2e) au départ.]

[Illustration: Cagno (3e) en vitesse.]

[Illustration: Vendeuses de chocolat de Royat aux tribunes de
Laschamps.]

[Illustration: Caillois (4e) sur la route.]

LA COUPE GORDON-BENNETT (5 JUILLET): INSTANTANÉS PRIS AU DÉPART, PENDANT
LA COURSE ET A L'ARRIVEE.

[Illustration: LE CLASSEMENT DE LA COURSE GORDON-BENNETT REPORTÉ SUR LA
CARTE DU CIRCUIT. La position attribuée aux concurrents sur la carte
représente la distance à laquelle chacun d'eux se trouvait en arrière de
Théry, au moment où celui-ci achevait son 4e tour. Toutes les voitures
sont supposées ici être parties ensemble, et notre schéma montre de
quelle façon elles se sont égrenées sur le parcours, selon leur vitesse
moyenne, variant de 78 kilomètres à l'heure, pour Théry, à 57
kilomètres, pour Lytle. Dans la réalité, les coureurs étant partis à des
intervalles de 5 minutes, ceux qui n'ont pas regagné de rangs en étaient
encore au 3e tour quand le vainqueur finissait le 4e.

_Les noms des coureurs sont écrits en capitales penchées et soulignés._]

[Illustration: Le vainqueur Théry débouche du pont du chemin de fer
entre les 4-Routes et la Baraque.]

[Illustration: Caillois (n° 7) dépassa Lytle (n° 6) en panne au tournant
du Gendarme.]

[Illustration: Sur le parcours: l'heure du déjeuner.]

[Illustration: Passage de Théry, vainqueur, devant les tribunes.]

[Illustration: Lancia, qui fut longtemps le vainqueur probable.]

[Illustration: Nazzari, qui a sauvé l'honneur italien en se classant
2e.]

[Illustration: Théry après sa victoire.]

[Illustration: Le fils de M. Brasier, constructeur de la voiture
gagnante, au volant de Théry.]

[Illustration: Le 1er prix du Corso fleuri: M. Battu, trésorier de
l'Automobile-Club d'Auvergne.]

[Illustration: Le 2e prix: M. Bergougnan.]

La grande épreuve automobile internationale de la Coupe Gordon-Bennett,
qui s'est disputée pour la dernière fois peut-être en 1905, a été
remportée une fois de plus par la France. C'est le populaire coureur
Théry, déjà vainqueur, en 1904 au Taunus, qui a triomphé de nouveau sur
le circuit d'Auvergne. Les conditions de la course exigent, on le sait,
que les voitures mises en ligne par chaque pays pour disputer la Coupe
soient, dans tous leurs détails de fabrication exclusivement nationale.
Avec la construction Richard-Brasier, à laquelle appartiennent les
voitures arrivées la première et la quatrième; avec les pneumatiques
Michelin, dont leurs roues étaient munies et qu'il est de notre devoir
de citer en une circonstance aussi mémorable, c'est l'industrie
française qui a triomphé sur toute la ligne.

[Illustration: Le défilé de la maison Richard-Brasier: au centre, M.
Brasier; à sa droite, Théry; à sa gauche, Caillois, sur leurs voitures
de course.--_Photographies Bliès_. L'AVANT-VEILLE DE LA COURSE: UN CORSO
FLEURI A CLERMONT-FERRAND]

La liste d'arrivée des concurrents, qui mentionne parmi les quatre
premiers deux Français et deux Italiens, appelle une autre remarque:
c'est que, dans cette lutte industrielle moderne, où l'ingéniosité doit
s'ajouter à la science et l'audace au sang-froid, les deux pays latins
se montrent supérieurs à la coalition germano-anglo-saxonne.

Voitures et conducteurs allemands, anglais, américains, autrichiens,
n'ont pas «existé» un instant contre les Français et les Italiens qui,
prenant le commandement au départ, l'ont conservé jusqu'à la fin, se
disputant entre eux seulement les premières places.

[Illustration: LE CIRCUIT D'AUVERGNE--La veille de la course: la
bourrasque au pesage de Laschamps.

La veille de la Coupe Gordon-Bennett, pendant les opérations du pesage,
un coup de vent subit et d'une violence irrésistible s'abattit sur le
plateau de Laschamps, s'engouffrant dans les toiles, démembrant les
charpentes, renversant, comme des châteaux de cartes, tous ces frêles
édifices de tentes, de garages improvisés, de tribunes. Ce fut un moment
de désarroi indescriptible. On se hâta d'éloigner les voitures de
course; aucune n'avait la plus légère avarie et tout se réduisit, pour
les spectateurs, à plus de peur que de mal.]



Sur les côtes de Norvège.

EN NORVÈGE

Fragments d'un journal de voyage, par BRIEUX

Nous voici embarqués sur _l'Ile-de-France_, bateau touriste qui va
emmener au cap Nord cent soixante Français. Nous n'avons à nous occuper
de rien. Nous n'avons pas besoin d'initiative. On nous assurera nos
repas, soit à bord, soit à terre, le gîte dans la cabine, ou dans les
hôtels, et l'on nous conduira devant les beautés à admirer.

C'est une manière de voyager. Ce n'est peut-être pas la meilleure, mais
c'en est une qui a ses avantages lorsqu'on veut faire beaucoup de chemin
en peu de temps... et qu'on aime la société. Le premier jour, on
s'installe et l'on s'observe mutuellement. Nous avons à bord tout un
petit monde: savants, médecins, prêtres, généraux, un amiral, des
commerçants, des industriels, des notaires et des avocats; des
agriculteurs, gens du monde et un acteur. «C'est un bateau
d'échantillons», dit quelqu'un.

A première vue, il semble que tous ces passagers soient des heureux de
ce monde. Pourtant il y a bien des solitaires. Comment ceux-là se
sont-ils décidés à ce long voyage au milieu d'inconnus? Peut-être
veulent-ils fuir des proches, et se fuir eux-mêmes?...

Beaucoup de ménages, cependant... Pendant qu'on embarque, nous pouvons
chercher à deviner comment ils se sont décidés; nous pouvons nous amuser
à évoquer l'arrivée du prospectus _Une croisière en Norvège_ dans un
foyer paisible, le soir, au moment où monsieur et madame,
confortablement installés, prennent leur café, en pensant au prochain
départ pour la mer ou la campagne.

[Illustration: «Nous voici embarqués...»]

On a ouvert d'une main distraite l'enveloppe qui contenait le papier
fatal, on l'a déplié avec indifférence... Un des deux époux s'est
intéressé aux descriptions enthousiastes...

Puis, le lendemain, à déjeuner:

Madame.--Enfin, qu'est-ce qu'on risque?... Tu verses vingt francs
d'arrhes. Cela ne nous engage à rien. Si, dans huit jours, après avoir
pris des renseignements, nous ne nous décidons pas, nous perdrons un
louis et voilà tout...

Monsieur.--C'est vrai...

Madame.--Alors, tu vas aller nous inscrire?

Monsieur.--J'irai un de ces jours.

Madame.--Il faudrait y aller aujourd'hui.

Monsieur.--Il est trop tard.

Madame.--Mais non.

Monsieur.--Je suis pris, cet après-midi...

Madame.--Ne te dérange pas, je puis très bien y passer moi-même.

Le soir, en rentrant, monsieur trouve la grande table du salon couverte
par un plan immense sur lequel madame est penchée:

Monsieur.--Qu'est-ce que c'est que ça?

Madame, _sans lever la tête_.--C'est le plan du bateau.

Monsieur.--Quel bateau?

Madame.--De notre bateau... Voilà notre cabine... C'est la meilleure. Je
l'ai vue. Pas notre cabine, bien entendu... Une petite réduction, grande
comme ça... C'est gentil. On dirait une maison de poupée.

Monsieur.--Ibsen, déjà!

Madame.--Et j'ai acheté tous les récits de voyage que j'ai pu trouver.

Le lendemain soir:

Madame, qui a lu depuis la veille.--Je commence à être documentée.

Monsieur, de même.--Moi aussi.

Madame.--J'ai fait la tournée de nos amis les plus intimes. Nous sommes
les premiers de notre petit clan qui allons en Norvège.

Monsieur.--C'est quelque chose.

Madame.--Tout le monde nous envie, c'est un voyage admirable.

Monsieur.--Peuh!

Madame.--Tu n'as qu'à lire...

Monsieur.--Si tu t'en rapportes aux livres!...

Trois jours après, monsieur a mis bas les armes parce qu'un soir madame
a répondu à ses objections par des larmes et par cette phrase:

--Maintenant que j'ai dit partout que nous allions en Norvège, si nous
n'y allons pas, de quoi aurons-nous l'air?

On fait les emplettes nécessaires: imperméables, couvertures de voyage
supplémentaires, vérascope Richard, etc.. et, un matin, on part...

... Depuis quelques jours madame a comme un remords. Elle songe que
c'est, en somme, un long voyage; qu'il faut s'éloigner de mille lieues
de ceux qu'on aime, de ses parents, de ses amis, de son château
tranquille, de Paris où l'on est si bien; elle pense qu'en somme un
naufrage est toujours possible. Son imagination bat la campagne, il lui
semble qu'elle a des pressentiments de malheur et elle se reproche son
insistance; elle se dit qu'on aurait été si bien chez soi, avec toutes
ses aises et ses habitudes, et elle pense qu'on est un peu fou d'aller
troquer tout cela contre la cabine étroite d'un bateau. Elle a envie de
pleurer.

Monsieur a des pensées analogues. Il se rappelle le soir où, dans leur
paix, est arrivé ce prospectus, fatalement, sournoisement, avec
l'impassibilité féroce d'une lettre anonyme... entre deux réclames d'un
marchand de vin et celle d'un tailleur pour dames...

La tristesse grave des départs les étreint et c'est d'une voix dolente
que l'employé de la gare du Nord a entendu, un matin, une phrase
définitive: «Deux premières pour Dunkerque.»

En route, chacun se répète cette phrase du livre de mon aimable confrère
Emile Berr:

«J'admire Cook de plus en plus. Cet homme a su organiser jusqu'à la
mélancolie des âmes; il a prévu et il a tracé l'itinéraire triste qu'il
est «esthétique» d'avoir suivi.»

Ils se demandent encore ce qu'ils vont faire là-bas, eux qui n'ont pas
l'âme mélancolique et qui ne sont pas des esthètes... Si l'on allait
apprendre, à Dunkerque, que le bateau _l'Ile-de-France_ a eu une avarie
et que la croisière n'aura pas lieu, qu'on serait content!... sans trop
le laisser voir!...

Dans le train, changement d'humeur. Une fois cassé le petit fil qui vous
retient aux choses, une fois acceptée l'idée du départ, une fois le
voyage inévitable, la bonne humeur réapparaît.

On regarde le billet délivré par la Compagnie de navigation, et c'est
avec des rires qu'on lit ces articles:

La Société n'est pas responsable des pertes ou dommages pouvant provenir
d'avaries au navire ou aux machines, abordages, incendies, échouements,
ruptures d'apparaux, cordages, échelles ou autres parties de la coque,
des accessoires ou du grément, ni des cas de fortune de mer; elle ne
répond pas de la baraterie, des fautes ou négligences du capitaine, du
pilote, des mécaniciens, des hommes de l'équipage ou de toutes autres
personnes. Elle décline toutes responsabilités quant aux accidents
pouvant survenir aux passagers, soit à bord, soit dans les embarcations,
ou embarquation du débarquant, soit en quelque lieu que ce soit au cours
du voyage... Dans le cas où le paquebot viendrait à se perdre...

[Illustration: Le marché aux poissons.]

Voici qui n'est pas rassurant. Mais qu'importe!... On est parti.

A BORD

_Mercredi, deux heures._--On voit le soleil briller à travers les
hublots.

«Navrant, dit quelqu'un.--Comment? navrant?--Certes, nous ne connaîtrons
pas la Norvège. Regardez cette mer, elle est bleue; ce ciel, il est
bleu. Nous allons rapporter en France des idées fausses.»

Les côtes apparaissent, bien semblables aux nôtres: ici, c'est la
Méditerranée; puis nous entrons dans un golfe interminable au fond
duquel se trouve Bergen: c'est le lac des Quatre-Cantons.

On a ouvert une malle énorme contenant des cartes postales. Tout le
monde se les arrache et passe son temps à écrire des adresses. Hélas!
j'en achète aussi. Avant le départ, combien de fois n'avons-nous pas
entendu la phrase:

--Vous nous adresserez des cartes postales? Ce n'est pas pour moi; mais,
vous savez, ma fille en fait collection.

[Illustration: «Première impression: que les places sont grandes à
Bergen!»]

On dit la messe tous les matins, dans le salon. L'après-midi, une dame
qui, certes, chante fort bien, fait entendre dans le même salon des cris
d'amour très profane. Les prêtres, qui ont revêtu l'habit civil, fument
des cigarettes au milieu d'une cour de dames âgées.

BERGEN

Il y a eu une joie, ce soir, à bord. La petite humanité que nous
constituons a cru trouver, dans l'un des siens, un jouet, une tête de
Turc, un naïf, dont on allait s'amuser pendant tout le voyage. Nous
venions d'arriver en vue de Bergen. Au fait, je vais manquer à mon
devoir si je ne décris pas Bergen. Ne manquons pas à notre devoir. Comme
je n'aime pas plus faire des descriptions que vous n'aimez à les lire,
vous pouvez ne pas avoir peur. Je serai bref. Voici:

A travers les fines rayures d'une pluie qui paraît être ici l'état
normal, tant elle tombe avec régularité, on voit, au fond d'un golfe, un
amas de maisons en tas, serrées les unes contre les autres et coiffées
de toits rouges avec de grosses enseignes en lettres blanches, des
enseignes où les voyelles sont rares... («Les consonnes ne doivent pas
coûter cher en Norvège», dit quelqu'un.)

Au-dessus de la ville, un clocher pointu, noir et rouge; au-dessus du
clocher, la montagne verte; au-dessus de la montagne, des nuages gris.
Et tout cela baigné de pluie, mais baigné de pluie de façon constante,
persistante; non pas violente, mais habituelle, nécessaire, inévitable,
perpétuelle, définitive... Quand il ne pleut pas ici, les gens se
demandent si ce dérangement de l'atmosphère ne présage pas un
cataclysme.

[Illustration: A BERGEN.-Les réservoirs à poissons vivants.]

Malgré cela, un grand nombre de passagers se préparent à descendre à
terre. Ils forment un groupe compact devant la coupée. Tout à coup un
grand éclat de rire. On ne sait d'où vient de surgir un petit homme vêtu
du suroit des marins du Nord, et d'un suroit dont la couleur jaune-serin
éclate au milieu des imperméables gris. On ne voit que lui. Il
resplendit. Et l'esprit français ruisselle:

«Bravo! bravo!--Les Bergenois vont vous prendre pour un phoque.--Un
loup-phoque.--Mais, monsieur, vous avez un parapluie, il gâte votre joli
costume...--Il détonne...--Donnez votre parapluie, par grâce!--Pour
l'amour du beau!--Pour nous faire plaisir!--Eh! quoi, vous avez gardé
votre casquette de voyage?--Vous n'avez donc pas le casque? le casque en
cuir, le casque en toile huilée?

--Mais si, répond le héros, qui fait bonne contenance sous l'averse des
quolibets, il est dans ma cabine.

--Allez le chercher.--Allez chercher le capuchon.

--Ca-pu-chon!... ca-pu-chon!...»

Un prêtre se montre plus excité que les autres dans cette réclamation du
capuchon. Le phoque lui répond:

--L'abbé, mettez le vôtre. Par ce temps-là, vous devriez marquer la
pluie... vous n'êtes qu'un baromètre dérangé.

L'abbé se tait, car les rires s'égarent sur sa tête sacrée.

Et la caravane s'écoule lentement par l'escalier de la coupée.

Une heure après, ceux qui la composent reviennent, trempés,
naturellement. Ils ont pris, au débarcadère, un tramway, sont allés
jusqu'au bout de sa course et ne l'ont pas quitté.

Il est dix heures et demie du soir et il fait encore clair. Quand je dis
qu'il fait encore clair, c'est une manière de parler. Ce n'est pas le
jour qui dure, c'est le crépuscule, c'est l'heure douteuse, l'heure
triste du soir, et cela fait comprendre la couleur des idées
norvégiennes. La brume enveloppe tout, ne laissant en valeur que les
premiers plans, mais avec une netteté pas encore vue.

«On dirait de la mauvaise peinture», dit quelqu'un assez justement.

_Jeudi._--Réveil. A travers le hublot: la pluie... Si vous le permettez,
désormais je vous parlerai du temps lorsqu'il ne pleuvra pas, ce sera
plus simple. Tout de même, il ne faut pas oublier que nous sommes venus
ici pour voir Bergen, et que nous ne pouvons rester à l'abri, puisque
nous voyageons pour notre plaisir.

Embarquons!

... Que se passe-t-il?... Il ne pleut plus!... Rassurez-vous, ça ne
durera pas. Et voici la description obligée de l'intérieur de la
ville... Première impression: que les places sont grandes!... Une, deux,
trois places aussi spacieuses que celle de la Concorde. Pourquoi ce
terrain perdu?... C'est qu'on espère ainsi circonscrire les incendies
qui trouvent, dans cet amas de maisons en bois, je dirais un «aliment
facile» si cette façon de s'exprimer pouvait être admise.

Les tramways électriques sous les trolleys et avec leurs incessants
coups de cloche donnent à toutes les villes une uniformité dont on peut
se plaindre, puisque nous sommes venus chercher d'autres choses que les
nôtres.

Il faut passer au marché, parce que les poissons qu'on y voit tout
vivants, dans les bassins d'eau de mer, sont vraiment différents des
nôtres. Il en est de rouges et de bleus, de jaunes et de verts, énormes.
Le marchand les pêche d'une puisette sur le choix de sa cliente et, en
un tour de main, avec deux ou trois coups de couteau jetés ça et là sur
la tête et sur la queue, la jolie bête luisante et colorée disparaît
dans le panier ou le filet à provisions.

Ici, des coins pittoresques. Noir et rouge, toujours. Mais vous entendez
bien qu'il s'agit d'un rouge de Norvège, lavé, déteint, éteint,
détrempé... Un quai long, long, est bordé de hautes maisons blanches, à
pignons très pointus. C'est l'ancien quai de la Hanse.

[Illustration: «Il y a, non loin de Bergen, une petite église de bois
qui ressemble à une pagode.» _Photographies Meys._]

On a conservé ou plutôt reconstitué le logis d'un de ces marchands de la
Hanse. Cela donne l'idée de la tyrannie dans le commerce. Et la maison
se divise très nettement en deux parties: ce qu'on laissait voir au
public et ce qu'on l'empêchait de regarder. Ici, le bureau vitré; mais
vous connaissez la maison Plantin, à Anvers?... C'est la même chose en
moins bien. Imaginez cependant, dans la partie publique, les livres de
commerce, les balances, les faux poids; dans l'autre, le coffre-fort,
des nerfs de boeuf pour donner du zèle aux employés, des lavabos de
cuivre, des armes et des lits dans des niches comme les lits bretons.

Les touristes, à Bergen, à terre, reçoivent une leçon de choses. S'il
leur arrive, à la fin du repas, de demander un petit verre de fine
Champagne, on le leur refuse d'un air scandalisé; puis, après un moment,
le garçon, avec un geste qu'ont nos sympathiques camelots du boulevard
(ils deviennent sympathiques à cette distance), leur dit en anglais ou
en allemand:

--Maintenant, si vous voulez que je vous rende un grand service, je vous
dirai que, personnellement, je possède un peu de bénédictine, mais elle
sera marquée «eau de Seltz» sur la carte...

... Est-ce que ces Septentrionaux vertueux n'auraient, par hasard, de
plus que nous, que l'hypocrisie?

[Illustration; Le quai des Hanséates à Bergen.--Copyright Underwood and
Underwood.]

FANTOFT

Il y a, non loin de Bergen, une toute petite église de bois qui
ressemble à une pagode, mais qui y ressemble à un tel point qu'il est
impossible de croire qu'à cette distance deux peuples aussi différents
aient pu concevoir sans entente une architecture aussi identique...
Alors, il faudrait donc accepter que ces diables de Norvégiens soient
allés dans l'Inde, en Chine? Par où alors?

--Par le détroit de Behring, dit un savant de la croisière...

Qui donc l'aurait cru! Comme on s'instruit en voyageant!

Retour sous une pluie battante... oui, je sais bien, j'avais dit que je
ne vous en parlerais plus, mais c'est irrésistible.

[Illustration: Stalheim.]

On dîne, à bord, par petites tables de dix couverts. On agite quelques
questions. A une table de millionnaires, on vient de trouver le moyen
d'éteindre le paupérisme. Après dîner, dans la cordialité qui commence à
régner entre les sauvages que nous sommes plus ou moins, on nous annonce
pour demain l'arrivée de l'empereur d'Allemagne. Tous les cours français
battent à cette nouvelle et les femmes lancent des regards mécontents à
un intrus qui prétend que c'est seulement un bateau de touristes
allemands qui est attendu.

_Vendredi._--Il pl... Non... Toute l'eau du ciel mise en réserve depuis
le déluge s'est précipitée sur nous pendant la nuit et continuera à nous
inonder pendant toute la journée; j'aime mieux vous le dire tout de
suite.

On cause. On s'émeut, non sans raison, de la façon dont notre
littérature est représentée aux devantures des librairies. Rien que des
livres pornographiques ou des ouvrages inconnus aux titres prometteurs.
On comprend l'indignation du pasteur Malders en trouvant sur la table de
Mme Alving des «romans français».

(A suivre.)



[Illustration: Le palais de l'Elysée, résidence du président de la
République. Façade sur le jardin.]

[Illustration: La salle des fêtes de l'Elysée, où l'on danse les soirs
de bal.]

[Illustration: La salle à manger: le couvert mis pour un grand dîner.]

[Illustration: Salon de réception à l'Elysée. Où LE PRÉSIDENT LOUBET
REÇOIT LES SOUVERAINS]

UN SAGE

_Maison neuve, 5, rue Dante (Ve arrondissement).--Rue nouvelle de 16
mètres de large, en vue du boulevard Saint-Germain, à proximité de la
Sorbonne, la Faculté de Droit, l'École de Médecine, le Sénat..._

[Illustration: A louer: Grands appartements (hauteur de plafond: 3m,40)
comprenant: Antichambre-galerie, grand et petit salon, 4 à 5 chambres à
coucher à volonté, etc. Confort moderne...]

[Illustration: 5, rue Dante: maison dont M. Emile Loubet vient de louer
le 1er étage.]

[Illustration: 5, rue Dante: le vestibule.]

[Illustration: Sa future chambre à coucher.]

[Illustration: Sa future salle à manger.]

[Illustration: Son futur salon. Où M. LOUBET RECEVRA SES AMIS]

Ainsi s'exprime l'alléchant prospectus qu'il est loisible à tout un
chacun de cueillir, en passant, chez le concierge dudit n° 5. Le
document est parfaitement véridique: une des plus récemment percées à
travers cet îlot du vieux Paris de la rive gauche, la rue offre un
curieux contraste avec les vestiges moyenâgeux de ses voisines
immédiates. Quant à la maison, elle est on ne peut plus neuve, en effet,
comme l'atteste le millésime 1905, gravé sur la façade; son architecture
extérieure a bien la physionomie typique du «bel immeuble de rapport»
moderne. Pénètre-t-on à l'intérieur, on constate, dès le vestibule,
qu'il a fort bon air et, en poussant plus avant la visite, que les
principaux appartements sont vastes et confortables.

Or, un de ces appartements, celui du premier étage (cinq mille cinq
cents francs de loyer), aura l'insigne fortune d'abriter un locataire de
marque, qui l'a retenu tout de suite, quoiqu'il ne doive l'occuper que
dans sept mois. Ce locataire, éminent entre tous, n'est autre que M.
Emile Loubet, président de la République française, dont le septennat
expire le 18 février 1906. Son intention, maintes fois exprimée, de ne
pas solliciter le renouvellement de son bail présidentiel, M. Loubet
vient de l'affirmer en signant un bail en bonne et due forme avec le
propriétaire du n° 5 de la rue Dante.

C'est donc là que, l'an prochain, aussitôt libéré de la charge du
pouvoir, il s'installera, en compagnie de Mme Loubet et de ses deux
fils, heureux de se retrouver au milieu de ce quartier latin qu'il
habita longtemps, non loin de ce palais du Luxembourg qu'il quitta pour
le palais de l'Elysée. Cette résidence du chef de l'État, les salons
somptueux où il reçut des souverains et donna des fêtes splendides, le
parc ombreux où naguère encore une garden-party réunissait une brillante
assemblée, s'imposeront certes à son souvenir, mais sans lui laisser de
regrets. Au faste, à l'apparat officiels, il préférera certainement
l'intimité familiale de son _home_, relativement modeste; honoré,
conscient de la tâche terminée, du devoir accompli, goûtant un repos
bien gagné, il y mènera, selon ses goûts simples, la vie bourgeoise d'un
«brave homme» dont les grandeurs n'ont pas altéré la sagesse.



MOUVEMENT LITTÉRAIRE

Un livre nouveau de M. Jules Lemaître: _En marge des vieux livres_[1].

En matière de critique, le formulaire de l'éloge, médiocrement pourvu,
est condamné à la banalité par l'inévitable abus des mêmes expressions.
Ainsi, le qualificatif «régal littéraire», appliqué à une oeuvre de M.
Jules Lemaître, est une sorte d'épithète de nature, on pourrait presque
dire un «cliché». Comment l'éviter? Comment trouver mieux? Le plus sage
est, je crois, de n'y point prétendre et de recommander tout uniment aux
gourmets ce nouveau régal d'une essence rare.

[Footnote 1: Soc. Française d'Imprimerie et de Librairie, 3 fr. 50.]

J'ignore ce que l'élève Jules Lemaître griffonnait en marge de ses
cahiers et de ses livres d'écolier: probablement, comme les camarades,
des bonshommes, la charge du pion ou du professeur, des épigrammes plus
ou moins classiques, où peut-être se révélait déjà la précoce virtuosité
de sa plume; ce qu'il importe davantage de savoir, c'est ce que
l'académicien d'aujourd'hui a écrit «en marge des vieux livres».

Ceci, vous entendez bien, est manière de parler, et il ne faut pas
prendre les mots au pied de la lettre. Les vieux livres dont il s'agit
sont: _l'Odyssée, l'Iliade, l'Énéide, les Evangiles, la Légende dorée_,
vénérables monuments sur lesquels M. Jules Lemaître était incapable de
porter une main sacrilège. Mais il les a beaucoup fréquentés, il les
connaît à fond, et ils lui ont suggéré les sujets d'une série de contes
philosophiques, tout ensemble concis, substantiels et savoureux. _La
Sirène, le Mariage de Télémaque, Thersite, le Premier Mouvement, Anna
Soror, les Idées de Liette, le Salut des bêtes, le Voyage du petit
Hozaël, la Onze-millième vierge_--pour ne citer que la moitié du
volume--autant de pages absolument exquises.

Le conteur subtil et disert en a emprunté la matière première à ses
lectures favorites, elles lui ont fourni le canevas sur quoi il a
dessiné de délicates broderies. Il s'est inspiré directement de ses
auteurs; mais il s'est bien gardé de les trahir, de les travestir, tel
un parodiste irrévérencieux. Son procédé, si j'ose employer ce terme,
consiste en une sorte d'adaptation fort habile, part où sa touche
personnelle, sa fine ironie, se glissent discrètement parmi des
pastiches imitant à merveille le caractère et la couleur propres des
modèles. A peine va-t-il parfois jusqu'à risquer la note franchement
moderne; par exemple, au dénouement de l'aventure de sainte Cordula, la
onze-millième vierge, récit tout imprégné d'un poétique parfum de
légende, il conclura: «Certes, elle l'avait bien gagné, cette patronne
ingénue des ratés, des malchanceux, des retardataires, de tous ceux qui
«manquent le train».

Ce sont là, en somme, fantaisies de lettré, que seul peut se permettre
sans témérité un écrivain de la valeur de M. Jules Lemaître, un esprit
sagace nourri du suc de l'antiquité.

Tout cela est vif, alerte, pimpant, amusant même, encore bien qu'il s'en
dégage toujours une idée de haute moralité. Il est impossible d'exprimer
de façon plus ingénieuse de très vieilles vérités, de façon plus aimable
des choses très graves, en un mot de pratiquer avec plus de maîtrise
l'art difficile de charmer le lecteur en lui donnant à penser.

EDMOND FRANK.



ONT PARU

_Les Demi-Fous_, roman par Michel Corday. Basquelle, 3 fr.
50.--_L'Isolée_, roman par René Bazin. Calmann-Lévy, 3 fr.
50.--_L'Impossible Pardon_, par Antoine Albulat. E. Petit, 3 fr.
50.--_L'Art de vivre_, par le docteur Toulouse. 1 vol., Fasquelle, 3 fr.
50.--_Cambrioleurs et Cambriolés_, par E. Bailly. 1 vol., Lahure, 3 fr.
50.--_Brimborion_, par Jean Rameau. 1 vol., Ollendorff, 3 fr. 50.--_La
Halle des âmes_, par Frédéric-Arthur Chassériau. 1 vol., Fasquelle, 3
fr. 50.--_La Vie belge_, par Camille Bemonnier. 1 vol., Fasquelle, 3 fr.
50.--_Zigzags en France_, par Henri Boland. 1 vol. in-16, Hachette, 4
fr.--_En zigzag de Singapour à Moscou_, par Jean de
Nettancourt-Vaubecourt. 1 vol. in-16, Plon-Nourrit et Cie, 3 fr.
50.--_Waldech-Rousseau_, par Gaston Deschamps. 1 vol., Basquelle, 3 fr.
50.--_Femme de lettres_, par Mary Bloran. 1 vol. in-16, Hachette, 3 fr.
50.--_L'Idéalisme contemporain_, par Brunschvigg. 1 vol. in-16, Alcan, 2
fr. 50.



DOCUMENTS et INFORMATIONS

 L'AMIRAL JOHN-PAUL JONES.

[Illustration: L'amiral John-Paul Jones, d'après une médaille et des
gravures de l'époque (1775-1779).]

Il dormait, depuis plus d'un siècle, au fond d'un cimetière abandonné de
Paris, dans un cercueil de chêne et de plomb, cet impétueux marin, qu'on
aurait pu appeler «cette tempête» comme Charles XII, ce hardi corsaire
qui fit trembler la flotte britannique et qu'on appelait Paul Jones.

Écossais d'origine, il avait pris du service en Amérique en 1775 et
s'était signalé pendant la guerre de l'Indépendance par des exploits
légendaires. Ainsi, en 1779, il lança, avec une témérité folle, la
légère frégate qu'il montait contre un des plus formidables vaisseaux de
la marine britannique, s'accrocha à ses flancs et le força à amener son
pavillon. Voici encore son portrait à bord du vaisseau qu'il commande:
le _Bonhomme-Richard_, au moment où il vient d'enlever la frégate la
_Sérapis_. A la suite de cette expédition, il vint en France où on lui
fit un accueil enthousiaste. Louis XV lui fit don d'une épée, ornée
d'une dédicace flatteuse et pompeuse. En 1781, le Congrès de
Philadelphie lui décerna une médaille d'or frappée à son effigie, que
nous reproduisons ci-dessus.

Mais là devait s'arrêter sa fortune. Après un séjour à l'étranger, il
revint à Paris, mais il passa inaperçu: la tourmente révolutionnaire
battait son plein. Il mourut pauvre, dans une petite chambre de la rue
de Tournon, en 1792.

Quant à l'Amérique, elle n'avait point oublié son fameux «commodore»;
aussi l'ambassadeur des États-Unis s'intéressa-t-il fort aux fouilles
qui ont été récemment pratiquées sur l'emplacement du cimetière situé
non loin du canal Saint-Martin, emplacement occupé aujourd'hui par les
maisons 41, 43, 45 et 47.

Dans la cour du n° 43, on a creusé un puits et, ensuite, une galerie qui
a permis de dégager le cercueil qui contenait la dépouille du célèbre
corsaire. Ses restes seront transportés aux États-Unis où l'on rendra au
héros de l'Indépendance tous les honneurs qui sont dus à une telle
mémoire. Le 30 juin, l'escadre de l'amiral Sigsbee, venue pour chercher
ces glorieuses cendres, a mouillé devant Cherbourg. L'amiral est arrivé
lundi à Paris, accompagné de son état-major. Reçu sur le quai de la gare
Saint-Lazare par le colonel Bailly-Blanchard, deuxième secrétaire de
l'ambassade des États-Unis, il s'est rendu à l'hôtel Brighton.

A bord du vaisseau-amiral se trouvait M. Loomis, envoyé spécial du
gouvernement des États-Unis. Lundi et mardi, des fêtes ont eu lieu à
Cherbourg en l'honneur des envoyés de la grande République. La ville
était illuminée. La division de l'escadre française du Nord, qui était
sur rade, a pris part à ces fêtes.

[Illustration: M. Loomis, envoyé spécial en France pour ramener aux
États-Unis les restes de l'amiral Jones.]



LA FORÊT DE FRANCE.

S'il faut en croire Jules César, la Gaule, il y a vingt siècles, était,
au moins dans sa moitié septentrionale, couverte d'une vaste forêt
coupée de quelques marais. Ceci est évidemment une exagération qui ne
peut se concilier avec cette assertion du même César et de Strabon que
la population était très dense. Même en admettant que les vainqueurs
aient exagéré le chiffre de la population vaincue pour accroître leur
mérite, il fallait qu'une partie du sol eût été défrichée pour nourrir
la population. Celle-ci a été évaluée à cinq millions environ pour la
Gaule entière, d'après les contingents qui, au témoignage de César,
furent levés en l'an 52, lors de l'investissement d'Alésia. Pour que la
Gaule pût nourrir une telle population, il faut que la moitié au moins
du territoire fût déboisée. La forêt pourtant était utilisée: on y
faisait paître les troupeaux et nous savons, par Pline et César, que les
essences principales consistaient en sapins, chênes, érables, ormes,
bouleaux, hêtres, etc.

La conquête romaine fut très nuisible à la forêt: les vainqueurs, dans
un but stratégique, firent défricher de vastes étendues. Et, peu après,
la destruction fut accrue du fait de l'immigration de nombreux Germains
qui vinrent s'établir en Gaule et furent les fondateurs des royaumes
primitifs des Wisigoths, des Burgundes et des Francs. Ces immigrants
défrichèrent le sol pour en prendre possession. Mais, avec le
développement du pouvoir royal, l'étendue des forêts fut plutôt accrue:
il fallait laisser au gibier des retraites et ne point mettre en péril
les chasses.

Les moines, par contre, la réduisirent. Et la chose était désirable:
c'est à l'excès de forêts et à l'insuffisance de terres labourables que
sont dues les famines si fréquentes au moyen âge. Des moines donc
accrurent la superficie défrichée et, à la fin du moyen âge, la forêt
occupait encore à peu près le tiers du sol. Après ce moment, elle a
rapidement décliné, d'après M. Huffel, à _l'Économie forestière_ duquel
nous empruntons ces détails. A la fin du dix-huitième siècle, grâce au
progrès de l'agriculture, on put constater, par la carte de Cassini,
qu'il ne restait que 7.026.000 hectares de bois: un septième de la
superficie du sol, la moitié du chiffre obtenu cinq cents ans
auparavant. A la veille de la Révolution, donc, le taux de boisement
était de 15 ou 16%. Actuellement, il est de 18%. La forêt n'a donc pas
diminué au cours des cent dernières années, elle aurait plutôt augmenté.
Lavoisier donnait, en 1789, une superficie de 9 millions d'hectares à la
forêt: en 1892, il faut lui en donner 9.608.635. La répartition de la
forêt dans les différents départements est très inégale, allant de 3,5%
dans la Manche, à 56% dans les Landes.



LES PROGRÈS DE LA PESTE AUX INDES.

Depuis le commencement de l'année, la mortalité par la peste a fait, aux
Indes, de tels progrès que le gouvernement anglais a décidé d'en
supprimer les statistiques hebdomadaires.

Au surplus, pour donner une idée de cette aggravation, voici quelques
chiffres caractéristiques:

Années.         Nombre de victimes.

1901............... 275.000

1902............... 580.000

1903............... 850.000

1904............. 1.025.000

Le nombre de l'année 1905 sera encore plus effrayant, car, pour les
quatre premiers mois, il atteint déjà 690.000. A ce taux, pour l'année
entière, il sera supérieur à _deux millions_.

Il est admis, paraît-il, que la population indigène est trop nombreuse
et que ce sont là de petites saignées insignifiantes, ne représentant
aucune valeur économique.

Soit: mais il ne faudrait pas fermer les yeux aux inévitables
conséquences de la solidarité.

Bien que les Indes soient très éloignées de nous, le foyer pestilentiel
des Indes finira par devenir tellement actif, qu'à un moment donné, il
ne nous sera plus possible d'en éviter les atteintes.

L'Angleterre a le devoir de travailler avec énergie à éteindre ce foyer;
car, toute considération d'humanité mise de côté, elle prend la
responsabilité des désastres qui se préparent peut-être.

Que veut-on faire, d'ailleurs, avec les 700 médecins du service médical
indien, pour une population de 260 millions d'habitants?



A PROPOS D'UNE PHOTOGRAPHIE.

C'est à la bonne grâce et à la bonne volonté de ses lecteurs et de ses
abonnés, qui lui communiquent tous les sujets intéressants qui
parviennent à leur connaissance, c'est au zèle de ses correspondants
attitrés que _L'Illustration_ doit, en grande partie, la multitude et la
variété de ses documents illustrés et de ses informations de toutes
sortes.

Mais _L'Illustration_, qui remercie chaque fois en particulier ses
correspondants, occasionnels ou permanents, tient à leur rendre aussi
publiquement justice. C'est ainsi que la jolie photographie de la statue
de Méhémet-Ali illuminée, à Alexandrie, que nous avons publiée dans
notre numéro du 3 juin dernier, était de MM. Reiser et Binder,
photographes. M. Damadian, dont nous avons cité le nom, avait été
simplement l'obligeant intermédiaire qui nous l'avait fait parvenir.



LE CHEMIN DE FER DE LA JUNGFRAU.

On sait que, depuis 1896, une ligne de chemin de fer, la plus audacieuse
qui ait jamais été projetée, est en construction dans l'Oberland
bernois. Partant du col de la Petite-Schneidegg (2.069 m.), station de
faîte du chemin de fer de montagne de Lauterbrunnen à Grindelwald, elle
gravit souterrainement les flancs de la Jungfrau. Une courte galerie
latérale doit conduire de chaque station à une plate-forme extérieure
permettant de jouir de la vue des Alpes. Or, le 17 juin dernier, a été
ouverte, à 3.161 mètres d'altitude, la première fenêtre par laquelle on
aperçoit la Mer de glace. Le panorama des glaciers, vu en pleine lumière
dans l'encadrement de ces roches sombres, est d'une incomparable
magnificence.

On aménage en ce moment la station proche; elle sera prête le 29
juillet. Il restera alors deux stations à établir: celle de
«Jungfraujock», à 3.396 mètres, et celle des «Roches Jungfrau», à 4.093
mètres. De ce dernier point un ascenseur de 73 mètres conduira les
voyageurs au sommet même de la Jungfrau.

[Illustration: La Mer de glace, vue d'une des "fenêtres" ouvertes au
flanc de la Jungfrau, pour le chemin de fer souterrain en
construction.--_Phot. S. Herzog._]



PERTE D'UN VAISSEAU-ÉCOLE DANOIS.

Un vaisseau-école danois, le _George-Stage_, a sombré, la nuit du 25 au
26 juin, par suite d'une collision. Venant de Stockholm, il se rendait à
Copenhague, lorsque, à une dizaine de kilomètres de ce port, dans le
détroit du Sund, un vapeur anglais, _l'Aucona_, l'abordant brusquement
de flanc, le fit chavirer: deux minutes après, il coulait et la mer ne
laissait plus émerger que le haut de sa mâture. Au moment où la
catastrophe se produisit, le capitaine, commandant Malte-Brun, neveu de
l'amiral du même nom, occupait le banc de quart; les élèves, au nombre
de quatre-vingts, étaient moitié dans les hamacs, moitié sur le pont;
vingt-deux d'entre eux périrent, malgré la promptitude que _l'Aucona_
mit à porter secours aux naufragés.

[Illustration: Le vaisseau-école danois _George-Stage_ naufragé toutes
voiles dehors dans le détroit du Sund.--_Phot. comm. par M. du
Chanton._]

Le _George-Stage_ était un trois-mâts à voiles à bord duquel des jeunes
gens de quatorze à dix-sept ans, se destinant à la marine militaire ou
marchande, naviguaient durant une année et recevaient gratuitement leur
première instruction spéciale. Un riche armateur l'avait affecté à ce
service en 1882, à la suite d'un sinistre maritime où il perdit son
fils.



L'EXPLORATION DE LA HAUTE ATMOSPHÈRE PAR LES BALLONS JUMEAUX.

Jusqu'à présent, pour l'exploration des hautes régions de l'atmosphère,
on avait employé soit les ballons libres, soit les cerfs-volants.

Se proposant de faire ces recherches en mer, le prince de Monaco a dû
adopter, pour surmonter des difficultés spéciales, des systèmes de
ballons jumeaux, imaginés par M. Hergesell.

Ces systèmes sont de deux sortes:

Dans un de ces systèmes, on lance deux ballons, réunis au moyen d'une
ligne en cordage de 10 mètres de long. L'un des ballons est gonflé plus
que l'autre et disposé pour éclater quand l'altitude désirée est
atteinte. Une fois l'explosion produite, le système commence à
descendre, le ballon déchiré formant parachute.

L'autre système consiste à se débarrasser du second ballon en le faisant
détacher du premier à l'aide d'un électro-aimant actionné par une petite
pile, agissant elle-même sous la poussée de l'aiguille du baromètre,
quand celui-ci indique l'altitude à laquelle on veut recueillir les
observations.

Le ballon porteur des appareils n'ayant plus, comme dans le cas
précédent, la force ascensionnelle suffisante, effectue alors doucement
sa descente.

En suivant du navire les phases de l'opération, on peut régler sa
vitesse de façon à recueillir les ballons peu après leur chute.

A bord de la _Princesse-Alice_, six ballons jumeaux ont été ainsi lancés
entre Monaco et la Corse.



L'AUTOMOBILE DU D'HENRI DE ROTHSCHILD.

Après s'être classé premier au concours de tourisme d'Aix-les-Bains avec
une automobile de 60 chevaux, le baron Henri de Rothschild avait confié
cette voiture à l'un de ses mécaniciens, M. Louis Tournier, qui devait
la lui conduire à Clermont-Ferrand, en compagnie d'un cuisinier de la
famille de Rothschild, M. Joseph Siegfried.

En route les deux voyageurs prirent deux jeunes femmes. A 10 kilomètres
de Clermont-Ferrand et à 4 kilomètres de Laschamps, le conducteur
engagea sa voiture dans une descente à une allure telle qu'elle dérapa
et alla se fracasser contre un parapet.

Une des voyageuses, Marie Machenolle, qui s'était dressée au moment
décisif, fut lancée à une assez grande distance dans une prairie où sa
chute ne lui valut que des contusions. Son amie Gabrielle se fractura le
crâne sur le parapet et mourut immédiatement. Joseph Siegfried se brisa
le côté gauche de la mâchoire inférieure.

Enfin le conducteur, Louis Tournier, dont l'imprudence semble bien avoir
causé ce terrible accident, fut jeté sur des tonneaux contenant le
goudron qui devait assurer le westrumitage de la route du circuit, et
détail vraiment dramatique, sa tête en défonça un et s'y défonça
elle-même.

[Illustration: Le baron Henri de Rothschild, gagnant du concours de
tourisme d'Aix-les-Bains. _Phot. Fortin._]

[Illustration: Une des victimes: Mlle Gabrielle X..., tuée sur le coup.]

[Illustration: La voiture dont le conducteur, M. Louis Tournier, a
succombé.]

UN ACCIDENT D'AUTOMOBILE PRÈS DE CLERMONT-FERRAND.--_Photographies
Bliès._



ELISÉE RECLUS

Elisée Reclus, l'illustre géographe français, s'est éteint, mardi
dernier, à Thourout, en Belgique, à l'âge de soixante-quinze ans.

D'une famille nombreuse, dont la plupart des membres se sont distingués
à des titres divers, fils d'un pasteur protestant, il était né à
Sainte-Foy-la-Grande (Gironde). Dès sa jeunesse, entraîné par une
irrésistible vocation, il avait beaucoup voyagé, parcourant l'Allemagne,
la Hongrie, l'Angleterre, apprenant les langues des pays traversés,
observant de près leur topographie, les moeurs de leurs habitants, et
c'est ainsi qu'il recueillit tant de solides matériaux pour
l'édification de ce monument considérable, la _Nouvelle. Géographie
universelle_, qui devait lui valoir à bon droit la célébrité.

Chez ce travailleur infatigable, le temps n'avait affaibli ni la
lucidité, ni l'activité intellectuelles; aux dix-neuf tomes de sa
_Géographie_, il s'était proposé d'ajouter un ouvrage complémentaire,
dont le titre: _l'Homme et la Terre_, indique à lui seul toute
l'ampleur. Il aura eu la suprême satisfaction de l'achever avant que la
mort vînt glacer sa main, et l'on peut dire de cette magistrale étude
qu'elle est le digne couronnement de l'édifice.

Imbu d'idées très indépendantes et très avancées en philosophie et en
politique, Elisée Reclus avait participé en 1871 à l'insurrection de la
Commune; ayant été condamné à la déportation simple, puis au
bannissement, il refusa de bénéficier de l'amnistie. On se demande
comment l'incessant labeur du savant et de l'écrivain s'accommoda de
l'instabilité d'une vie souvent heurtée, passée en majeure partie à
l'étranger. En dernier lieu, il avait fixé sa résidence en Belgique et
occupait une chaire de géographie comparée à l'Université libre de
Bruxelles.

Quoi qu'on puisse penser des doctrines ultra-libertaires qu'il
professait et pratiquait avec l'intransigeance d'une profonde
conviction, il reste avant tout l'auteur d'une oeuvre impérissable, qui
lui survivra, au grand honneur de sa mémoire et de la science française.



SPORT FANTAISISTE

Le Racing-Club de France, qui a organisé si souvent des épreuves sévères
de courses à pied, de grand fond et de vitesse, en plat ou avec
obstacles, offrait, la semaine dernière, sur sa pelouse, une
garden-party qui fut brillante par la profusion des toilettes claires,
des élégances discrètes--ou s'efforçant de l'être--des invitées, et fort
pittoresque par les numéros qui constituaient le programme: entre autres
une course de petites filles, et, pour jeunes gens, une course où les
obstacles étaient figurés par des panneaux de papier que les concurrents
devaient intrépidement traverser. Cette épreuve de sport amusant fut
d'ailleurs gagnée, de haute lutte, par un athlète sérieusement entraîné
à des courses moins fantaisistes: M. Moreau.

[Illustration: Course d'obstacles fantaisiste à la garden-party du
Racing-Club de France.]



M. ARISTIDE BRIAND

Avocat et journaliste, M. Aristide Briand s'était déjà signalé dans les
rangs du socialisme militant lorsqu'en 1902 les électeurs de la Loire
l'envoyèrent à la Chambre où il ne devait pas tarder à marquer parmi les
meilleurs orateurs du groupe parlementaire représentant son parti. Le
député de la Loire vient de conquérir la grande notoriété en attachant
son nom à l'importante loi sur la séparation des Églises et de l'État,
adoptée lundi dernier. En effet, en qualité de rapporteur, il a, pour
une large part, soutenu sans fléchir le poids d'une longue et laborieuse
discussion, au cours de laquelle il a montré autant d'habileté que
d'éloquence. Ayant su, tout en soutenant avec fermeté ses principales
conclusions, favorables au projet, faire d'opportunes concessions à
l'esprit de tolérance et de libéralisme, il a, au terme de sa tâche, la
rare fortune de rallier à la fois les suffrages de ses amis politiques
et de ses adversaires.

[Illustration: M. Aristide Briand, rapporteur de la loi sur la
séparation des Églises et de l'État. Phot. Manuel.]

M. Briand, originaire de Nantes, n'a que quarante-trois ans.



NAVIGATION AÉRIENNE AU LONG COURS

Afin d'étudier les ressources pratiques, et aussi les difficultés de la
direction des ballons, MM. Lebaudy ont décidé de faire faire à leur
aérostat dirigeable, construit par M. Julliot et piloté par M.
Juchmès--nous en avons fait la description à plusieurs reprises--un long
voyage par étapes à travers la France. Cette expérience de grande
envergure présente un intérêt d'autant plus vif qu'elle est effectuée
avec le concours actif du parc aérostatique militaire de Chalais.

Parti lundi matin de son aérodrome de Moisson, le dirigeable _Lebaudy_
accomplissait en 2 h. 35 les 100 kilomètres de sa première étape et
atterrissait heureusement à l'endroit désigné, près de Meaux. Il
repartait mardi matin pour le camp de Châlons-sur-Marne; mais, obligé de
lutter contre un vent anormal, il a atterri à mi-chemin et s'est garé
provisoirement à la Ferté-sous-Jouarre d'où, après s'être
réapprovisionné en hydrogène, il a continué jeudi sa route aérienne.

[Illustration: Le dirigeable _Lebaudy_ atterrissant à Meaux, première
étape de son voyage de Moisson au camp de Châlons.]



LES TRAMWAYS FUNÉRAIRES

Nous attribuions, il y a quelques semaines (n° du 22 avril), à la ville
de Milan, le mérite d'avoir, la première, en Europe, employé les
tramways électriques à l'arrosage de ses rues. L'affirmation nous a valu
diverses protestations: Bordeaux, depuis deux ans; Bâle, depuis plus de
deux ans; une petite ville de Westphalie, Remscheid, voisine
d'Elberfeld, celle-là depuis dix ans, utilisent, paraît-il, ce système.
Dont acte.

Milan sera-t-elle plus heureuse avec les tramways funéraires qu'elle
vient de créer?

Il y a beau temps, déjà, que l'hygiène recommande de ne plus tolérer
l'établissement de nouveaux cimetières dans l'enceinte des villes. A
Milan, on s'empressa, dès qu'on le put, de tenir compte de cette
indication de la science et un nouveau cimetière fut créé en pleine
campagne, à 13 kilomètres de la ville, à Musocco.

On ne fit à cette innovation qu'une objection: la difficulté d'accès que
présentait une nécropole aussi éloignée. Mais l'édilité milanaise vient
de répondre à cette critique en décidant la création d'une ligne de
tramways funéraires desservant le cimetière nouveau.

La ligne part de la cour du vieux cimetière Monumental. A l'avant est
placé un fourgon mortuaire où l'on dépose le cercueil; ce fourgon,
d'ornementation sobre, contient à son arrière un compartiment pour le
personnel de service; un wagon spécial est réservé aux parents et amis.
Un train emporte le reste du cortège et ramène tout le monde, la
cérémonie terminée. Tous les frais du transport sont compris dans la
taxe municipale des pompes funèbres.

Quelques minutes suffisent à amener tout le convoi à la nécropole de
Musocco, vaste champ de repos aménagé selon les prescriptions les plus
rigoureuses de l'hygiène moderne.



LA FÊTE FÉLIBRÉENNE DE SCEAUX

Les Méridionaux de Paris ou, tout aussi exactement, les Parisiens du
Midi--ceux d'entre eux du moins qui revendiquent le titre de cigaliers
et de félibres--ont célébré, le dimanche 2 juillet, leur fête annuelle.

Reçus, à Sceaux, par la municipalité et la fanfare des pompiers, ils se
formèrent en cortège et allèrent couronner de fleurs les bustes de
Florian, d'Aubanel et de Paul Arène dont s'honore cette petite ville,
amie des lettres et des arts. Puis, sous les ombrages de l'ancien parc
de la duchesse du Maine, ils célébrèrent les jeux Floraux. M. Camille
Pelletan, oublieux des soucis de la politique, en avait accepté la
présidence; il exalta les beautés de la Provence et du Languedoc, leurs
langues, leurs coutumes, leurs sites «où chante éternellement la cigale
d'or». Et la Cour d'amour traditionnelle fut formée en cercle; la reine
actuelle du félibrige, Mme Marguerite Bouet, fille de notre confrère
Léon Bouet, directeur de l'Agence universelle de reportage
photographique, qui avait, pour la circonstance, revêtu le costume
arlésien--«seul costume royal devant lequel tous les républicains
s'inclinent», venait de déclarer M. Pelletan--présidait gracieusement,
assistée de Mme Camille Pelletan et de la reine de l'an dernier, Mlle
Yvonne Bonnaud. On dit des vers, on chanta. On dîna ensuite. Et enfin, à
la lueur de lanternes vénitiennes, une immense farandole, déroulée à
travers les allées du parc, termina la fête.

[Illustration: La Cour d'amour félibréenne à Sceaux: entre le maire de
Sceaux et M. Pelletan, Mlle Marguerite Bouet, en costume arlésien,
préside.]



[Illustration: QUESTIONS VINICOLES, par Henriot.]



_NOUVELLES INVENTIONS_

_(Tous tes articles compris sous cette rubrique sont entièrement
gratuits.)_

LE RAIDISSEUR "PARFAIT"

Le tendeur de fils que nous décrivons à nos lecteurs possède de
remarquables qualités de légèreté et de commodité; rien n'est d'ailleurs
plus simple que son emploi et sa construction.

Ce raidisseur est formé d'un seul morceau de fil d'acier, plié de façon
à présenter une boucle entre deux branches droites, perpendiculaires
entre elles, l'extrémité de la grande branche formant une sorte de
crochet.

Ce raidisseur existe en deux modèles différents:

Dans le modèle _fermé_, les deux branches se touchent, tandis que, dans
le modèle _ouvert_, elles laissent entre elles un certain espace.

Pour utiliser ce raidisseur, on fait passer le fil à tendre dans la
boucle. Pour cela, si le fil à tendre a un bout libre, on passe ce bout
libre directement dans la boucle d'un raidisseur, fermé ou ouvert, et on
l'attache ensuite au point qui doit le recevoir. Si, au contraire, le
fil à tendre est déjà attaché à ses deux extrémités, on introduit ce fil
dans la boucle d'un raidisseur ouvert en le faisant passer entre ses
deux branches (fig. 1).

[Illustration: Fig. 1.]

Saisissant ensuite la grande branche, en fait tourner le raidisseur, en
ayant soin, si cela est nécessaire, de pousser un peu avec le doigt le
fil à tendre, de manière que ses deux brins viennent s'enrouler sur la
petite branche (fig. 2).

[Illustration: Fig. 2.]

Lorsque la tension voulue est obtenue, on arrête le raidisseur en
plaçant le crochet qui se trouve à l'extrémité de la grande branche à
cheval sur l'un des brins du fil (fig. 3).

[Illustration: Fig. 3.]

Ce raidisseur peut aussi être employé à l'établissement de ligatures,
soit pour attacher un fil à une partie fixe, anneau, poteau, etc., soit
simplement pour former une boucle au bout d'un fil. Pour cela, on passe
le bout du fil dans la boucle d'un raidisseur et l'on fait tourner ce
raidisseur autour du fil: le bout s'enroule régulièrement, formant une
ligature régulière, courte et très solide (fig. 4).

[Illustration: Fig. 4.]

Ce nouveau raidisseur est très bon marché; étant fabriqué d'une seule
pièce et en fil d'acier extra résistant, il est très robuste et ne
présente aucun risque de casse ou de détérioration quelconque.

Léger et peu volumineux, il est d'un transport facile.

Sa mise en place est des plus simples et _n'exige l'emploi d'aucune
clef._

Il n'y a aucune ligature à faire pour attacher le raidisseur, ni aucune
broche à poser pour le maintenir en place.

Le fil à tendre s'enroule sur une partie cylindrique de diamètre assez
faible; la tension s'opère régulièrement et d'une façon continue. On
peut, sans grand effort, la pousser à la limite et arriver à rompre le
fil. On peut l'arrêter juste au point voulu, puisque, à chaque
demi-tour, on peut arrêter le raidisseur.

Lorsqu'un fil est tendu depuis un certain temps et que la dilatation ou
la charge des fruits ont amené son allongement, on le retend avec la
plus grande facilité, en faisant faire au raidisseur un demi-tour, ou un
ou plusieurs tours.

Le raidisseur fermé ne peut pas être enlevé sans couper le fil qu'il
tend.

Le raidisseur ouvert peut se poser sur un fil déjà en place, sans qu'il
soit besoin ni de le couper ni de le détacher.

Il se pose sur la ronce artificielle aussi facilement que sur un fil
simple et exactement de la même façon.

Lorsqu'on veut enlever un raidisseur posé, il est facile de le
débarrasser du fil enroulé dessus, en faisant glisser ce fil sur la
petite branche, après l'avoir coupé dans la partie qui passe dans la
boucle.

La rouille n'influe pas sur le fonctionnement de cet appareil.

Le prix des raidisseurs variant de 7 à 80 francs le cent, suivant
dimensions, prière, pour tous renseignements, de s'adresser à _M.
Aufort, ingénieur à Vierzon (Cher)._

(La ronce artificielle se tend avec des raidisseurs n° 3 ou n° 4, valant
15 et 25 francs le cent.)

L'"IDÉAL"

L'«Idéal», tel est le nom donné par son inventeur à la nouvelle brosse à
barbe que nous décrivons à nos lecteurs. L'«Idéal» est un blaireau fort
commode, en ce sens qu'il empêche radicalement le savon de se répandre
le long de la monture, inconvénient qui oblige la personne se servant
des blaireaux ordinaires à s'essuyer constamment les mains, mouillées de
savon. D'autre part, ce dispositif permet de poser le blaireau tout
debout, au lieu de le placer dans un bol, d'où il peut s'échapper et se
détériorer à terre, et dans lequel tout au moins il abîme son bouquet.

Ces résultats avantageux sont très simplement obtenus. Le manche
ordinaire du blaireau est entouré d'une enveloppe tubulaire plus grande,
formant un godet dont le blaireau occupe le centre. Ce godet reçoit,
sans pouvoir le transmettre à l'enveloppe extérieure, le savon qui
s'écoule le long des parois. Cette enveloppe se visse et se dévisse à
volonté sur le manche pour permettre un nettoyage à grande eau, qui est
des plus aisés.

[Illustration: Les deux types du blaireau l'«Idéal».]

La figure ci-dessus permet de se rendre compte de la disposition de cet
ustensile.

Pour se procurer «l'Idéal», dont le prix de vente est de 13 francs la
douzaine, _s'adresser à M. Mignonac-Dret, 9, rue des Trois-Bornes,
Paris._





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3254, 8 Juillet 1905" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home