Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3262, 2 Septembre 1905
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3262, 2 Septembre 1905" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.

L'ILLUSTRATION, NO. 3262, 2 SEPTEMBRE 1905 ***



L'Illustration, No. 3262, 2 Septembre 1905



[Illustration: LA REVUE COMIQUE, par Henriot.]

Suppléments de ce numéro:
1° Quatre pages tirées à part sur la COUPE DES PYRÉNÉES.
2° Supplément musical contenant un fragment des «HÉRÉTIQUES».

[Illustration: L'ILLUSTRATION
_Prix du Numéro: 75 Centimes._
SAMEDI 2 SEPTEMBRE 1905
_63e Année.--N° 3262_]

[Illustration: LES TROIS ARTISANS DE LA PAIX RUSSO-JAPONAISE Le
président Théodore Roosevelt, le baron Komura et M. Serge Witte. Trois
portraits caractéristiques, d'après des photographies instantanées.
_Stereograph copyright 1905 by Underwood and Underwood, London and
New-York_.]



COURRIER DE PARIS

JOURNAL D'UNE ÉTRANGÈRE

Une amie m'écrit: «Vous vous plaignez d'avoir retrouvé Paris sur les
plages du Sud-Ouest? Alors, remontez au nord et suivez la côte bretonne.
Il y a bien là encore, pour la femme sauvage que vous êtes, quelques
coins à éviter et, si les élégances de Biarritz vous ont fait peur, je
doute que celles de Dinard vous séduisent. A Dinard aussi, vous
trouverez une nature terriblement pomponnée, ratissée, truquée; trop de
magasins à l'instar de Paris; tout l'implacable attirail des grandes
villégiatures mondaines... Mais n'allez pas jusque-là. Simplement
promenez-vous, en deçà de Saint-Enogat, le long de ce délicieux morceau
de littoral qui va du cap Fréhel à Saint-Lunaire. Là vraiment vous
savourerez la volupté d'ignorer Paris pendant quelques jours, ce qui
vous sera une bonne façon de vous préparer à le mieux _raimer_ le mois
prochain.»

J'ai suivi le conseil qu'on me donnait. Je connaissais un peu ce pays;
j'y suis retournée, et depuis une semaine j'ai vécu selon mon rêve, en
effet,--au milieu de braves gens venus ici, comme moi, pour s'y abrutir
délicieusement dans la contemplation d'un horizon d'émeraude; pour y
regarder du matin au soir la vague ourler d'écume les granits noirs de
la plage silencieuse, en ne pensant à rien du tout.

J'avais emporté des livres, je ne les lis pas. Et mes voisins d'hôtel
ont les poches bourrées de journaux dont ils oublient de déchirer les
bandes. Qu'est-ce que cela nous fait, ce qui se passe hors d'ici? On
n'imagine pas quelle distance prodigieuse il y a entre Paris et tels
coins d'univers que sépare à peine du boulevard un trajet de dix heures
d'express et comme l'attrait de ce qu'on appelle «des nouvelles»
s'amoindrit, se banalise, se dénature au cours de certains voyages... On
m'apporte à la plage mon journal tous les matins. Et, tandis qu'autour
de moi les enfants jouent, construisent des forts dans le sable et que,
tout là-bas, l'eau dort parmi les rochers nus ou mugit doucement dans
l'effort de travail qui la ramène, comme à lentes enjambées, vers
l'alignement rose et blanc de nos cabines, je regarde ce que dit, ce que
fait Paris... Déplacements ministériels... Assemblée générale des
actionnaires du Printemps... L'escroc Gallay ramené de Bahia... Au
courrier des théâtres: le directeur du Gymnase vient d'engager je ne
sais qui; celui du Vaudeville nous fait connaître le programme de sa
saison. Pourquoi ces choses, qui m'intéressaient il y a quinze jours, ne
m'intéressent-elles plus? Je n'éprouve même pas le besoin d'en vouloir à
M. Bérard, contre qui je vois qu'une campagne furieuse est engagée par
quelques journaux. On reproche à ce haut fonctionnaire d'accabler ses
commis de trop d'ouvrage, sans profit pour une clientèle qui se plaint
de n'avoir jamais été plus mal servie. En effet, il se peut que les
lettres que j'ai écrites cet été n'aient pas toutes atteint leur
destination dans le délai prescrit; et, plusieurs fois aussi, il m'a
semblé que mes dépêches n'excédaient guère en vitesse l'allure d'un
train de marchandises. Je n'en ressens aucun dépit; et, dans l'immense
paix qui m'enveloppe, j'excuse les télégraphistes d'avoir, eux aussi, en
ce moment, l'âme distraite ou la main molle...

J'excuserais même les politiciens de ne point faire ce mois-ci de
politique. Je lis--j'essaye de lire ce qu'ils écrivent. Je les vois
échanger les mêmes injures que l'hiver dernier, pour les mêmes raisons
qui les feront de nouveau s'entre-dévorer l'hiver prochain; et j'admire
la ténacité de passions si fortes qu'elles résistent même aux séductions
d'une trêve possible--la trêve des grandes vacances.

Je me rappelle qu'un jour un Irlandais de mes amis, à qui je rendais
visite, à Dublin, me dit:

--Quel dommage, madame, que vous n'ayez pas été ici le 12 juillet
dernier. C'est le jour où les catholiques et les protestants se battent
dans les rues. Vous ne sauriez imaginer combien cela est curieux. Dès le
matin, la police et la troupe prennent leurs dispositions en vue des
bagarres de la journée. De leur côté, catholiques et protestants
s'assemblent, s'organisent et s'arment. Il y a chaque fois des blessés
et des morts.

--Pourquoi ce jour-là, demandai-je, et non un autre?

--C'est que le 12 juillet marque l'anniversaire de la fondation de notre
Ligue catholique en Irlande. Les adversaires des deux camps, qui se
détestent toute l'année, ont donc choisi ce jour pour régler leurs
comptes et foncer loyalement les uns sur les autres. Cela fait, chacun
retourne à ses affaires et, pendant tout le reste de l'année, on est
tranquille.

Voilà de la sagesse. Pourquoi les polémistes de France n'imitent-ils pas
cet exemple? On ne saurait leur demander de ne s'injurier qu'un jour par
an; mais ne serait-ce pas charmant qu'ils consentissent à se reposer,
l'été venu, et que, durant ces deux mois d'été où la mer est si belle,
ils fissent semblant de s'oublier les uns les autres? En vérité,
l'inutilité de toute cette prose me confond.

Mais ce sont surtout nos chroniqueurs, nos échotiers--les professionnels
de la fantaisie--qui me semblent falots, vus de si loin... Car eux non
plus ne désarment pas. Ils ne consentent pas à cesser d'être spirituels
un instant. Même à la campagne où ils se sont retirés--et feignent de
vouloir qu'on les oublie--ils ont des mots «cruels» ou charmants que
leurs amis rapportent diligemment, comme un butin précieux, aux
gazettes, ou qu'eux-mêmes prennent soin d'y adresser. Et ces mots ne
semblent plus drôles du tout... Ils ressemblent à ces coquillages qu'on
voit au bord de la mer, sur lesquels l'humidité de l'eau fait chatoyer
mille couleurs tendres et qui ont, dans l'instant où on les ramasse, une
grâce étrange de joyaux vivants. Tirez-les, au bout de quelques jours,
du filet ou de la poche où vous les avez mis. Ce sont de petites choses
desséchées, sans couleur, et qui semblent mortes. Les «mots» que nous
fabrique l'esprit parisien ressemblent à cela. C'est _sur place_ qu'il
les faut ramasser et qu'il en faut jouir. A distance, ils n'amusent
plus; leurs couleurs s'éteignent, leur grâce semble fanée. Ce sont les
coquillages de la plage parisienne; des coquillages qui, à cette
époque-ci de l'année surtout, ne supportent point les déplacements.

Car il nous importe si peu qu'il y ait, à cinq ou six cents kilomètres
d'ici, des hommes d'esprit! La mer nous procure une joie supérieure à
toutes; en amusant nos yeux par l'incessante diversité de ses
spectacles, elle nous ôte le goût, la volonté de penser; et c'est--au
gré d'une force, implacable et très douce à la fois, qui le berce--comme
un anéantissement délicieux de tout l'esprit.

Nous sommes ici, à l'heure de la marée basse, à l'heure du bain--à
toutes les heures--quelques centaines de flâneurs qui goûtons cette joie
et qu'a rassemblés sur cette petite plage lointaine un même besoin de
fuir pour un instant le monde, de nous reposer de «l'esprit de Paris».
Cette communauté de sentiment crée parmi nous des rapprochements
inattendus, des amitiés éphémères, mais qui ont leur charme et leur
prix. «Liaisons de plage.» J'ai entendu souvent des gens se moquer de
ces liaisons-là. Et il est vrai que ce coin de grève où je passe mes
journées est le centre d'un bien étrange assemblement de personnes. Les
conditions sociales les plus diverses sont représentées là et
fraternellement s'y coudoient, s'y mêlent... Je note: une famille de
fonctionnaires, un peintre connu, les femmes et les enfants de deux
industriels et d'un banquier parisiens, une cantatrice célèbre qui goûte
en notre compagnie le réconfort de quelques semaines
d'«embourgeoisement»... L'agrément de cette réunion a attiré vers nous
une clientèle de jeunes gens dont la jovialité entretient autour de nous
une atmosphère de bonne humeur un peu folle. Et, petit à petit, un
courant de familiarité s'est établi. La continuité du contact incite à
de vénielles audaces. On affuble de sobriquets les jeunes gens; les
enfants, après huit jours de tennis, se tutoient. Nous formons une
espèce de grande famille, improvisée on ne sait comment, qui se
disloquera dans quelques jours. Et cette séparation, je le sens déjà,
nous laissera au coeur une petite mélancolie.

N'avons-nous pas joui, en effet, durant ces journées si vite passées à
ne rien faire, d'un des plus rares plaisirs que la vie offre aux hommes:
celui de s'abandonner librement aux sympathies que crée le hasard des
rencontres?

Toute l'année, des nécessités de métier, des préjugés, le souci de je ne
sais quelles convenances familiales ou mondaines, nous ont interdit
d'user de cette liberté-là, car nos amitiés sont soumises; dans
l'ordinaire de l'existence, à un régime de discipline et de précautions
qui ne souffre guère qu'on l'enfreigne... C'est le charme des vacances,
justement, de rendre pour quelques semaines ces infractions possibles.
Et il en résulte une infinie douceur de vivre. Nul souci des conditions
et du rang: on a fui, pour se reposer, l'agitation des villes; on a
ressenti, devant les prodigieuses beautés du ciel et de la mer, des
émotions pareilles; en causant, on s'est aperçu qu'il y a un certain
nombre de choses qu'on aime ou qu'on déteste de la même façon; on s'est
rapproché; et voilà une amitié improvisée pour un mois, pour huit jours.
Amitié nécessaire? Non. Solide? J'en doute. Désintéressée? Assurément.
Et sont-elles si nombreuses, les amitiés où l'intérêt, l'habitude, le
préjugé, la vanité, n'ont point de part et qu'a seule formées la
fraternité spontanée de deux esprits, de deux coeurs, de deux caprices?

Ne médisons pas trop des «liaisons de plage».

SONIA.



LE 19 AOUT A MOSCOU

S'il est, entre toutes les villes de Russie, une ville qui ait dû être
déçue par la promulgation du manifeste impérial instituant la douma
d'empire, c'est bien Moscou.

Aspirant tout à coup à reprendre son rang de capitale politique de
l'empire, au point d'éveiller les susceptibilités de Saint-Pétersbourg,
la capitale administrative, Moscou, a joué, dans le développement de la
crise actuelle, le rôle le plus actif, le plus efficace. C'est là qu'est
né, sous l'inspiration de M. Chipof, ancien maire de Moscou, tout ce
mouvement des zemstvos qui a ému la bureaucratie et le gouvernement et
précipité, évidemment, la décision impériale. Moscou est, et va demeurer
pour longtemps, sans doute, la première citadelle du parlementarisme
russe.

Les Moscovites sont si bien conscients de l'action qu'ils ont exercée;
ils étaient si intimement persuadés qu'on leur rendait, au dehors, une
justice entière, qu'ils n'avaient manifesté nulle surprise quand on leur
avait annoncé que c'est du haut du Kremlin, de l'iconostase de cette
cathédrale de l'Assomption où les tsars ceignent la lourde couronne
bilobée, que serait promulguée «la Constitution». On leur avait fixé la
date de cette cérémonie: le 30 juillet--12 août, jour anniversaire de la
naissance de l'héritier impérial. On leur avait laissé espérer que le
tsar, en personne, viendrait solennellement proclamer _urbi et orbi_, en
ce lieu auguste, ses volontés. Puis, le 12 août avait passé sans rien
réaliser de toutes ces espérances. Et Une semaine seulement, jour pour
jour, après cette date tant attendue, le manifeste paraissait au
_Moniteur du gouvernement_, sans éclats, sans fanfares. Le lendemain, il
en était donné lecture, à la fin de l'office, dans la cathédrale de
l'Assomption--comme par les popes dans chaque église des Russies--par le
métropolite chargé d'or et de gemmes.

Mais la foule qui l'écoutait, recueillie, sans trop comprendre au juste,
peut-être,--cette foule, en majeure partie, connaissait déjà et la
proclamation et la loi qu'elle annonce. Elle était venue là surtout pour
jouir de la pompe habituelle à ces offices solennels, du défilé des
équipages amenant au Kremlin la phalange brillante des fonctionnaires,
des officiers en uniformes de gala. Car tout ce qui sait lire avait
longuement lu et relu, dès la veille, la parole impériale. Les voyageurs
placides des tramways, les flâneurs désoeuvrés des jardins et des
boulevards, les _izvosztchiks_ sur leur petit siège bas, guettant le
client à quelque coin de rue, tous penchés, attentifs, sur les pages
blanches et noires des journaux, sur les larges feuilles vertes des
télégrammes, avaient médité ce manifeste de Nicolas II, ces articles de
loi, qui remplissaient quelques colonnes des gazettes et qui vont
changer peut-être du tout au tout les destinées de la vieille, de la
sainte Russie.



LES JAPONAISES DE LA CROIX-ROUGE

Depuis le commencement de la guerre russo-japonaise, nous avons publié
de nombreuses gravures initiant nos lecteurs au fonctionnement des
ambulances nippones dans les diverses phases d'une bataille. On sait que
l'organisation de ce service a provoqué l'admiration de tous les
officiers européens.

[Illustration: LA CROIX-ROUGE AU JAPON.--Princesses japonaises apprenant
à panser les blessés.]

Au Japon même, on a surtout remarqué le rôle des femmes. Toutes se sont
affiliées à la Croix-Rouge et, non contentes de travailler pour les
soldats tombés en Mandchourie, les plus grandes dames ont tenu, comme
leurs soeurs des autres pays en pareille circonstance, à soigner
elles-mêmes les blessés des deux nations qui avaient été ramenés dans
l'empire du mikado. En Russie, d'ailleurs, on avait constaté le même
élan et, au début des hostilités, nous avons montré l'impératrice
présidant elle-même l'ouvroir des dames de Saint-Pétersbourg.

La gravure que nous donnons aujourd'hui traduit, avec une éloquente et
gracieuse simplicité, cet état d'âme des nobles japonaises. Dans un coin
de parc, les princesses Nashimoto et Yorihito ont fait apporter un
mannequin spécialement construit pour cet usage. Sous les yeux de la
baronne Sannomiya, Anglaise d'origine, directrice de la Croix-Rouge,
guidées par un vénérable docteur de leur pays, elles apprennent à panser
les blessures que font les balles et les shrapnells. Et la grâce du
tableau forme un contraste saisissant avec les scènes de tuerie qu'il
évoque.



[Illustration: Les dvorniks (concierges) lisant le journal devant leur
porte.]

[Illustration: Les izvosztchiks (cochers de fiacre) le lisant sur leur
siège.]

[Illustration: Vendeur de journaux devant un tramway.]

[Illustration: Sur les bancs des promenades publiques.]

ASPECT DE MOSCOU, LE 19 AOUT, JOUR DE LA PUBLICATION DE L'OUKASE CRÉANT
UNE ASSEMBLÉE NATIONALE

DEUX GRANDS ÉVÉNEMENTS EN RUSSIE: L'ASSEMBLÉE NATIONALE ET LA PAIX AVEC
LE JAPON

[Illustration: LA LECTURE DES JOURNAUX DANS LE PEUPLE _Photographie
prise à Moscou, sur un marché aux fruits, par notre correspondant._]

Nous avons montré plus haut quelle impression avait produite, à Moscou,
la publication du manifeste impérial annonçant l'institution d'une
assemblée nationale, avec quel empressement on s'était jeté sur les
feuilles où était reproduit ce document historique, et quel spectacle,
assez inusité, avait offert toute une journée l'ancienne capitale des
tsars, avec cette multitude de gens pressés de lire la proclamation
impériale depuis si longtemps attendue. A quelques jours de là, un autre
événement, non moins grand, non moins désiré, la conclusion de la paix
avec le Japon, allait donner aux journaux russes l'occasion d'un gros
tirage,--fait rare dans leurs annales. Et l'on put revoir, au seuil des
maisons, aux carrefours, dans les petits marchés que tiennent, de place
en place, les marchands ambulants, les mêmes scènes se reproduire, et
les «lettrés» déchiffrant pour leurs camarades ignorants les gazettes,
et leur apprenant, d'une Voix souvent mal assurée, l'émouvante nouvelle
après laquelle soupirait depuis des mois la Russie entière.



[Illustration: L'éclipse à 1 h. 9 (ciel couvert).]

[Illustration: L'éclipse à 1 h. 15 (ciel dégagé).]

[Illustration: Boulevard des Italiens, sur un toit: le photographe
Gerschell prenant les deux images de l'éclipse.]

[Illustration: Observation du phénomène réfléchi dans un seau.]

[Illustration: Les agents en observation.]

[Illustration: A travers son parapluie.]

Les photographies scientifiques prises par les astronomes en Espagne ou
en Tunisie, dans les régions de l'éclipse totale, n'ont pu nous parvenir
encore. Mais nous pouvons du moins enregistrer, dès cette semaine, le
succès de curiosité qu'a obtenu à Paris même l'éclipse partielle, dont
toute la France a dû se contenter. C'était à l'heure du déjeuner, et les
quartiers ouvriers, avec le va-et-vient qui les anime à ce moment, comme
les boulevards et les rues du centre, où les flâneurs semblaient s'être
donné rendez-vous avec les employés et les «midinettes» échappées de
leurs, ateliers, ont présenté le spectacle le plus original. Les nuages
s'étant écartés à la minute voulue, vers une heure, chacun cherchait à
voir de son mieux le phénomène à sa façon, d'après les recettes de son
journal, qui à travers de vieux clichés photographiques ou des verres
fumés à la flamme d'une bougie et qui noircissaient les doigts, qui par
des trous d'épingle percés au fond de son chapeau ou au travers d'une
feuille de carton, tel fantaisiste ingénieux enfin à travers l'étoffe
mince de son parapluie. Dans les restaurants soudain vidés, les tables
demeuraient désertes. Mille petites scènes amusantes s'offraient, le
long du trottoir, à l'observateur. Ce sont quelques-unes d'entre elles
que _L'Illustration_, grâce à l'ubiquité et à la rapidité de ses
services photographiques, peut offrir ici à ses lecteurs.

[Illustration: Contre la balustrade du Métro, place de l'Opéra.]

[Illustration: Les balcons de la mode, rue de la Paix.]

[Illustration: Par un trou de son chapeau.]

[Illustration: Les midinettes, rue de la Paix.]

[Illustration: Un observateur attentif.]

[Illustration: L'ÉCLIPSE DE SOLEIL DU 30 AOUT, A PARIS.]



[Illustration: M. Alexandre Bérard, sous-secrétaire d'État, dans son
cabinet de travail, avec M. Pierre Jouhannaud, son chef de cabinet.]

LA "CRISE" DES POSTES

Personne ne peut plus l'ignorer. Elle a fait trop de bruit. Les journaux
sont remplis de doléances et de plaintes: public d'un côté, employés de
l'autre se répondent en lamentations alternées, comme les strophes et
les antistrophes du choeur antique. Ceux-ci sont surmenés, ceux-là sont
mal servis. Le public y met plus d'acharnement que les employés,
disposés en général à rendre hommage à la bienveillance particulière du
sous-secrétaire d'État aux Postes et Télégraphes, M. Alexandre Bérard,
et à mettre hors de discussion les bonnes intentions d'un chef qui a
fait pour eux plus qu'aucun de ses prédécesseurs.

En somme, cette crise est périodique: elle se reproduit chaque année
avec la saison des villégiatures. On donnait, l'autre jour, un exemple
bien caractéristique de cette augmentation du trafic postal qu'apporte
l'été: la receveuse d'une petite commune du Pas-de-Calais qui n'a, en
hiver, que 1.500 habitants, a dû expédier, du 20 juillet au 20 août,
30.000 cartes postales illustrées--1.000 par jour! Le croirait-on: la
carte postale illustrée, la malencontreuse carte, est à peu près la
seule cause, la principale du moins, du mal dont on se plaint.

Sans doute, ce mal sévissait depuis quelques années déjà. Il est allé
croissant. Le voici arrivé à l'état aigu, au moment où il faut
impérieusement lui trouver un remède rapide.

Pourtant, à voir fonctionner, à la recette principale de Paris, si
régulièrement, si parfaitement, les rouages délicats et compliqués dont
l'ensemble compose le service postal, on s'étonne de toutes ces
doléances qu'on a entendues. Mais, précisément, cet organe formidable
est peut-être celui dont on ait le moins lieu de se plaindre. Sous la
direction de M. G. Serres--qui fut naguère l'organisateur du service
postal de l'Exposition de 1900, l'un des rares services de la foire du
monde qui ait marché à souhait--la recette principale de Paris apparaît
comme un modèle auquel on voudrait voir ressembler, toutes proportions
gardées, pour la régularité, la ponctualité, le plus infime des bureaux
de France. C'est ici qu'il faut venir pour se faire rapidement une idée,
au moins sommaire, de l'organisation du service postal en France.

[Illustration: Le tri des sacs vides, au retour.]

Une lettre jetée à la boîte, en un point quelconque, passe par trois
phases principales: l'expédition, le transport, la distribution. Au
point de vue de l'expédition des correspondances, les bureaux de Paris,
sont classés en deux catégories: 1° bureaux à service restreint dits
_bureaux satellites_; 2° bureaux de tri ou de transit dits _bureaux de
passe_.

Au bureau, quel qu'il soit, sont centralisées les correspondances jetées
dans ses boîtes mêmes et celles qui sont confiées aux boîtes de
quartier, placées sur la voie publique. Il les traite de la même façon.
Bureau satellite, il les sépare en quatre parts: 1° lettres pour Paris;
2° pour la banlieue parisienne; 3° pour les départements français; 4°
pour l'étranger. Il forme ainsi quatre liasses insérées dans un même sac
envoyé au bureau de passe. Celui-ci a donc à expédier ses propres
lettres, plus celles des bureaux satellites de son rayon. Il a d'abord
procédé pour ses correspondances à un classement identique à celui de
ces bureaux. Il joint à chacune de ses quatre liasses à lui les liasses
ayant mêmes destinations qui lui arrivent dans des sacs. Il achemine à
son tour vers la recette principale, vers l'hôtel des Postes, les trois
sacs collecteurs, appelés _dépêches_, qui contiennent les lettres pour
Paris, la banlieue et l'étranger. Il garde les lettres pour les
départements, car il est chargé d'en effectuer le tri et de les
acheminer directement vers les gares, vers les bureaux ambulants qui les
conduisent à destination.

Donc, toutes les lettres pour Paris, la banlieue et l'étranger sont
centralisées à l'hôtel des Postes. Dix fois le jour, de 7 h. 30 du matin
à 10 h. 20 du soir, chaque bureau de passe les lui expédie. Ce service
des transports, très important, est assuré, tant de bureau à bureau que
des bureaux aux gares, par 123 tilburys, 70 fourgons à un cheval, 53
fourgons à deux chevaux et 12 automobiles. Tout ce matériel appartient à
l'Administration. Un entrepreneur fournit les chevaux, les cochers et
les chauffeurs, moyennant une indemnité de tant par kilomètre. Le crédit
annuel qui lui est versé va aux environs de 1.400.000 francs.

[Illustration: Au départ des imprimés: Les journaux du samedi.]

[Illustration: En route vers le tri.]

L'HOTEL DES POSTES DE PARIS

Voici donc les correspondances centralisées à la recette principale, qui
les joint à son tour à celles qu'elle a recueillies dans ses boîtes. Des
services différents vont être chargés d'en assurer l'expédition ou la
distribution.

[Illustration: Le mess de l'hôtel des Postes.]

Le service de la distribution dans Paris est, de tous, le plus vivant,
le plus pittoresque. La photographie même donne une bien pâle idée de
l'animation endiablée qui y règne pendant une demi-heure, de 6 h. 1/2 à
7 heures, pendant la période de préparation de la distribution du matin,
la plus forte de la journée. Ce labeur précipité et silencieux, dans
cette haute salle aux élégantes membrures de fer, est extraordinairement
impressionnant.

Au point de vue de la distribution, Paris est divisé en deux zones: une,
desservie par la recette principale, comprend le vieux Paris, les onze
arrondissements du centre; la seconde, desservie par neuf bureaux
centraux--un par arrondissement--comprend la zone annexée, la
périphérie.

Mais l'ancien Paris, lui-même, se subdivise en onze rayons ne présentant
d'ailleurs aucune concordance avec les onze arrondissements, car on a
cherché surtout, en vue de la bonne exécution du service, à égaliser
autant que possible le travail entre les rayons. Ce sont, en somme, onze
bureaux autonomes réunis dans le même établissement. A chacun correspond
en quelque sorte une case, une division de l'immense hall. Toutes ces
divisions sont semblables: une série de hauts casiers à parois de verre
où les lettres, d'abord, au cours d'un premier tri à l'arrivée, classées
par rayons, sont classées maintenant par _quartiers_ comprenant chacun
un certain nombre de rues et desservis chacun par quatre brigades de
facteurs de lettres et trois de facteurs d'imprimés. Chaque facteur
prend, dans les casiers de verre étiquetés, son lot de lettres qu'il
classe à son tour sur une table, par rues, suivant son itinéraire. Au
premier coup de 7 heures, c'est un hourvari terrible: «Ficelons!
Ficelons! Dépêchons!» répètent les voix des chefs de service, et en un
clin d'oeil la salle, si grouillante tout à l'heure, est vide. Tandis
que les facteurs ont gagné les grands omnibus qui doivent les déposer
chacun dans son quartier, le personnel qui reste à l'hôtel s'en va vers
la petite cantine coopérative, ou vers le «chauffoir» où quelque facteur
adroit, ancien coiffeur du régiment, rase pour un prix minime, coupe les
cheveux des camarades. Et sept fois par jour la salle se remplit de
nouveau, s'anime un moment du bruissement des papiers hâtivement maniés,
puis retombe dans le silence.

[Illustration: Entre deux tournées: un coiffeur du «chauffoir».]

Au service du départ, ce même travail de classement s'effectue en sens
inverse. Le personnel des _trieurs_ sépare les correspondances--lettres
ou imprimés--par destination dans des casiers de verre tout pareils à
ceux de la distribution, où les _releveurs_ viennent les prendre pour
les mettre dans des sacs et en former des _dépêches_. S'il s'agit de la
province ou de l'étranger, on fera une dépêche de tout ce qui doit
prendre la même direction, être confié au même _ambulant_. Par des
glissières en spirale, sortes de toboggans traversant de haut en bas
tout l'hôtel, on laisse descendre les dépêches bien closes et cachetées,
et les employés préposés aux fourgons les recueillent au
rez-de-chaussée.

Et un chiffre donnera une idée de ce mouvement de dépêches: 30.000 sacs
environ sont manipulés chaque jour, déposés vides, puis triés dans la
cour de l'hôtel, en un tas où se mêlent aux sacs gris du service
français les sacs rayés ou bariolés des divers offices postaux du monde,
enfin, remplis et réexpédiés. Le service des bureaux ambulants, qui fait
circuler à travers la France, vers les frontières ou les paquebots,
toutes ces lettres, tous ces plis, est l'un des plus pénibles qui soient
et l'un des plus chargés.

[Illustration: Au pied des glissières: la dernière étape d'une lettre à
la recette principale.]

[Illustration: A l'heure de la distribution: les omnibus des facteurs.]

L'HOTEL DES POSTES DE PARIS

[Illustration: A L'HOTEL DES POSTES DE PARIS: LE GRAND HALL, A L'HEURE
OU S'OPÈRE LE TRI POUR LA PREMIÈRE DISTRIBUTION DU MATIN.]

Il faut avoir vu l'intérieur d'un de ces immenses wagons sans fenêtres,
aux parois toutes couvertes de casiers, où se recommence, pour chaque
point du trajet, l'opération du tri, pour se rendre compte à quel point
doivent être rudes aux employés les douze ou quinze heures passées là.

Ils accomplissent leur besogne avec zèle et intelligence, et les
correspondances acheminées sur les grandes lignes sont celles qui
donnent le moins de sujets de plaintes. On s'étonnera toujours un peu de
voir une lettre se rendre de Paris à Bordeaux ou à Marseille en moins de
temps qu'une autre de Chantilly à Meudon. C'est que celle-ci, manipulée
déjà au départ puis amenée à la gare du Nord, aura encore à subir, au
bureau de tri de la gare Saint-Lazare, vers lequel elle sera dirigée,
une autre manipulation, le tri définitif, qui l'amènera à bon port.

Evidemment, le service des postes, comme tant d'autres services publics,
est perfectible. Le public est patient, l'Administration remplie de bon
vouloir, le personnel appliqué à son devoir. Les incidents de ces
derniers jours auront heureusement, espérons-le, rapproché la solution.
Ils ont montré qu'il y avait, aussi bien du côté des employés que de la
part de l'Administration, un égal désir d'aboutir à une amélioration
dont tout le monde doit profiter. Souhaitons que cette crise, dont on
s'est tant ému, procure enfin à M. Alexandre Bérard les crédits que
lui-même réclame depuis si longtemps. Et ainsi il sera démontré une fois
de plus qu'«à quelque chose malheur est bon.»



[Illustration: Le grand cloître, construit en marbre de Carrare et
mesurant 200 mètres de longueur.]

LA GRANDE-CHARTREUSE DE FARNETA

Nous avons reproduit récemment (29 octobre 1904) une série de
photographies prises par M. Boyer d'Agen à l'intérieur d'un couvent de
carmélites, ordre dont le cloître est justement considéré comme le plus
inaccessible de tous les cloîtres. Notre collaborateur nous introduit
aujourd'hui dans le monastère de la nouvelle Grande-Chartreuse.
Plusieurs artistes avaient essayé déjà de nous représenter l'existence
des disciples de Saint-Bruno; on possédait des photographies «inanimées»
de certaines parties de leurs monastères. Mais celles que nous publions
ici sont les premières qui aient surpris le chartreux lui-même dans son
cloître et jusque dans sa cellule.

En quittant la France, les moines de la Grande-Chartreuse se partagèrent
en deux groupes: l'un s'installa à Tarragone, en Espagne, où fonctionne
aujourd'hui la distillerie jadis établie à Fourvoirie; l'autre, plus
nombreux, comprenant le général de l'ordre, dom Michel II, se réfugiait
provisoirement au Monte Oliveto, en Italie. Non loin de là, entre Pise
et Florence, à 5 kilomètres de Lucques, la vieille chartreuse de Farneta
restait abandonnée depuis l'époque où Bonaparte, après en avoir fait un
hôtel de passage pour ses généraux, la donnait à la famille Bacciocchi
qui se borna à cultiver aux alentours une olive considérée comme la plus
délicate de la Péninsule. Les chartreux de France achetèrent l'immeuble
avec ses dépendances et assurèrent, en quelques mois, la restauration de
l'antique monastère presque entièrement construit en marbre de Carrare,
dont les fameuses carrières sont toutes proches.

Le touriste qui s'acheminera vers cette nouvelle Grande-Chartreuse
éprouvera des sensations différentes de celles que lui offrait la route
à la fois sauvage et verdoyante du Désert. Nous sommes ici dans le doux
pays de Toscane, à une vingtaine de kilomètres de Pise, en allant à
Florence par Pistoie. De l'autre côté des remparts de la petite ville de
Lucques, silencieuse et recueillie, la campagne est fertile et chaude;
des villas nombreuses éclairent les massifs d'oliviers qui garnissent la
montagne; et, bientôt, la chartreuse de Farneta étale sa blancheur de
marbre que rend encore plus éclatante le voisinage des cyprès et des
pins parasols.

[Illustration: Vue générale de la Grande-Chartreuse de Farneta.]

[Illustration: Chartreux cultivant le jardin attenant à sa cellule.]

[Illustration: Un chartreux forgeron. (Chaque cellule comporte un
atelier pour le métier que le Père a choisi.)]

[Illustration: Frère lai remettant la «sportule» (repas) au guichet de
chaque cellule.]

[Illustration: Le réfectoire où les moines prennent en commun le repas
de midi, le dimanche et les jours de fête.]

[Illustration: L'office dans la chapelle: le choeur des Pères.]

[Illustration: 1. Rentrée en cellule.--2. Le «spacîment» ou promenade
hebdomadaire. (Les Pères âgés portent un pliant.)]

Nos gravures nous montrent le chartreux aux principales heures de son
immuable journée. Tout d'abord le défilé silencieux sous le grand
cloître pour se rendre à la chapelle où s'alignent les vagues
silhouettes des moines, telles que le profane peut, chaque jour, les
appercevoir de loin. Après la rentrée dans la cellule, impénétrable aux
étrangers, voici les religieux se distrayant des longues méditations par
une heure ou deux de travail manuel. Parfois le visiteur rencontre le
Frère lai chargé de porter à chaque Père son maigre repas; mais l'entrée
du réfectoire reste interdite à l'heure où la communauté s'y rassemble
pour le repas du dimanche. Et c'est seulement le jour de la promenade
hebdomadaire que nous pourrons rencontrer sur la route, et saluer d'un
bonjour auquel il leur est permis de répondre, les disciples de
Saint-Bruno arrachés un instant à leur cloître et à leur silence.

Le chapitre général a récemment défini le monastère de Farneta
_Grande-Chartreuse_, c'est-à-dire maison mère de toutes les chartreuses
existantes; et c'est encore un Français, dom Herbault, qui a remplacé
dom Michel, prieur général de l'ordre, lequel, malgré les fatigues
physiques et morales résultant de si dures épreuves, ne voulut point
quitter son poste avant d'avoir donné un nouvel abri à sa chère
communauté.



[Illustration: Les nègres de Missoum-Missoum célèbrent par des danses
l'arrivée des Français.]

L'INCIDENT DE MISSOUM-MISSOUM

Le courrier du Congo vient de nous apporter quelques documents sur la
rencontre qui eut lieu, le 9 mai dernier, entre les troupes allemandes
au service de la Compagnie du Sud-Cameroun et les miliciens du Congo
français, rencontre qui fit, parmi ces derniers, cinq victimes: quatre
morts et un blessé.

La carte ci-dessous nous fera comprendre l'origine du conflit. La
frontière entre le Cameroun et le Congo français sépare en même temps
les territoires exploités par la Société du Sud-Cameroun de la
concession de 60.000 kilomètres carrés accordée, dans le Congo français,
à la Compagnie N'Goko Sangha, et qui s'étend entre le 9e et le 14e degré
de longitude est. Or, la détermination de cette frontière est encore
incomplète.

[Illustration: Carte de la région de Missoum-Missoum, montrant les
régions de la concession de la Compagnie française N'Goko Sangha,
successivement évacuées par la Compagnie allemande du Sud-Cameroun.]

En 1901-1902, une commission, où la France était représentée par le
docteur Cureau, a fixé au 2°10'20" un parallèle antérieurement prévu
comme base de délimitation. Elle a, ensuite, établi la frontière à
partir des rapides de Chollet, sur la rivière N'Goko, jusqu'à la rivière
Sangha. Aucune ratification n'est encore intervenue, le gouvernement
allemand ayant soulevé des objections pour la partie qui touche la
Sangha; toutefois, le caractère restreint de ces protestations semble
prouver que les deux parties admettent le parallèle 2°10'20" comme
frontière entre un point situé à l'est de la N'Goko et l'océan
Atlantique, soit sur une longueur d'environ 500 kilomètres.

Mais, jusqu'ici, aucune mission officielle n'a repéré sur le terrain,
par rapport à cette ligne purement astronomique, les villages ou les
points saillants qui s'en trouvent rapprochés. Les diverses cartes
existantes présentent souvent des indications contradictoires; aucune,
d'ailleurs, ne saurait, en l'absence d'un accord précis, faire loi
diplomatiquement.

Une telle situation devait provoquer des difficultés continuelles entre
les deux Compagnies voisines. A en croire la N'Goko Sangha, dont les
dires paraissent appuyés de documents sérieux, la Société du Cameroun
s'était attribué un morceau important du territoire français. Depuis
trois ans, nos compatriotes l'obligeaient à reculer peu à peu, en
opposant, aux incertitudes et aux erreurs des cartes, des observations
astronomiques partielles dont les agents du Sud-Cameroun pouvaient
aisément contrôler l'exactitude. Il est, en effet, aussi facile de
déterminer la position exacte d'un village que de relever le point sur
un navire; l'opération est identique. Ces restitutions forcées, quoique
légitimes, dont notre croquis fait ressortir l'importance, ont, sans
doute, exaspéré ceux qui s'y voyaient contraints.

Le 10 février dernier, la chaloupe _Madeleine_, de la N'Goko Sangha,
remontant la N'Goko, dont la navigation est libre, est arrêtée au poste
allemand de Moloudou où l'on confisque une partie du chargement, alors
qu'aucun règlement douanier n'autorisait cette mesure.

Quelques semaines plus tard, la Compagnie française revendiquait le
village de Missoum-Missoum, auquel on assigne trois positions
différentes, indiquées sur notre carte, mais qui, d'après un relevé
opéré en 1904 par le lieutenant français Braun, se trouve
incontestablement à 4 ou 5 kilomètres au sud de la frontière, par
conséquent en territoire français. La Compagnie Sud-Cameroun aurait pris
l'engagement d'évacuer, pour le 9 mai, la factorerie qu'elle possédait à
500 mètres au nord du village. En attendant, la Compagnie N'Goko Sangha
installait dans le village même un poste de miliciens dont les indigènes
célébrèrent l'arrivée par des danses... en grand costume, comme le
montre notre gravure.

Le 9 mai, au petit jour, un groupe de soldats allemands, qui s'étaient
avancés en se dissimulant dans la brousse, envahissent le poste
français, sous les ordres du capitaine Schoenemann, tuant quatre hommes,
dont le sergent Maïssa-Coumba, chef de poste, représenté ci-dessus entre
M. Dupont, administrateur français, et M. Karmel, agent de la Compagnie
N'Goko Sangha. En outre, un cinquième milicien était sérieusement
blessé.

[Illustration: Le sergent Maïssa-Coumba, chef du poste de
Missoum-Missoum, où il fut tué. (Debout entre M. Karmel et
l'administrateur Dupont.)]

D'après l'officier allemand, c'est notre sous-officier qui tira le
premier. D'après le rapport de l'agent français, Maïssa, en luttant
contre les soldats qui s'étaient jetés sur lui, fit partir son fusil
dont la balle frappa la terre, et, aussitôt, le capitaine Schonemann
commanda le feu. Cette version paraît plus vraisemblable, car on ne
signale aucun mort ni blessé du côté allemand, alors qu'il y eut, du
côté français, quatre morts et un blessé.

Quoi qu'il en soit, ces faits regrettables constituent moins un incident
international, dans le sens politique du mot, qu'un incident privé de
cette vie coloniale où les différences de nationalité, l'influence du
soleil et la puissance des Compagnies concessionnaires contribuent si
souvent à augmenter, dans une mesure peu fréquente en pays civilisé,
l'âpreté de la lutte pour la vie.

[Illustration: Une factorerie de la Compagnie N'Goko Sangha.]

[Illustration: La chaloupe française _Madeleine_, qui fut arrêtée par
les Allemands.]



[Illustration: LE PREMIER TRONÇON DU TUNNEL DESTINÉ AU PASSAGE DU
MÉTROPOLITAIN SOUS LA SEINE

Arrivée du «caisson» près du pont au Change, en amont duquel il doit
être immergé et logé sous le lit du grand bras de la Seine.--_Voir
l'article à la page suivante._]

LE PASSAGE DU MÉTROPOLITAIN
SOUS LA SEINE

Voir la gravure, page 161.

Les Parisiens qui, vendredi dernier, vers 5 heures du matin, suivaient
les quais de la Seine entre le pont de Solférino et le pont au Change
ont joui d'un spectacle peu banal. Tandis que de nombreux agents
cyclistes couraient d'un pont à l'autre au milieu d'automobiles dont les
allées et venues accentuaient cette animation insolite, la navigation
était complètement interrompue. Seul, un immense coffre en fer glissait
sur l'eau entre deux remorqueurs chargés l'un de le traîner, l'autre
d'assurer sa direction. Comme le montre notre gravure, cette masse
puissante mais peu élégante jetait dans le décor pittoresque et endormi
de la Seine une note étrange. De la berge du pont de Solférino, où il
fut construit, on amenait, au point du fleuve où il va être immergé,
puis «foncé», le premier des cinq caissons devant former le tunnel qui
permettra à une prochaine ligne du Métropolitain de passer sous les deux
bras de la Seine.

Cette ligne relie la porte de Clignancourt à la porte d'Orléans, en
touchant les gares du Nord et de l'Est et en desservant les Halles, la
Cité, le boulevard Saint-Germain, la rue de Rennes et la gare
Montparnasse. Elle atteint la Seine en débouchant de la place du
Châtelet, un peu en amont du pont au Change, et traverse en biais les
deux bras du fleuve dans la direction de la place Saint-Michel.

C'est la première fois que l'on procédera de cette façon pour passer
sous une rivière. Jusqu'ici on avait coutume d'avancer directement sous
l'eau au moyen du bouclier. En raison des dimensions nécessaires pour
placer les deux voies dans un même tunnel, ce mode d'exécution n'a point
paru offrir une sécurité assez grande, et les ingénieurs ont préféré
inaugurer la solution du problème par l'emploi des caissons foncés
verticalement avec emploi d'air comprimé.

Le caisson que représente notre gravure mesure les dimensions suivantes:
longueur, 36 mètres; hauteur, 9 mètres; largeur extérieure, 9 m. 60;
largeur intérieure, 7 m. 30. Il pèse 280 tonnes.

Deux autres caissons, de longueur un peu différente, formeront, avec
celui-ci, un tunnel courbe de 120 mètres de longueur, ayant un rayon de
350 mètres, dans lequel on franchira le grand bras du fleuve; le tunnel
du petit bras, rectiligne, sera formé par deux caissons donnant une
longueur de 60 mètres.

Le _cuvelage_, ou revêtement intérieur du caisson, en fonte, a une
épaisseur de 4 centimètres avec nervures en saillie de 12 centimètres. A
l'intérieur, il est garni d'un enduit imperméable; à l'extérieur, il est
hérissé d'une armature destinée à fixer le béton que l'on coulera tout
autour, enveloppant ainsi la fonte d'un revêtement de béton armé qui
aura 90 centimètres d'épaisseur à la clé. La paroi extérieure, en acier,
interrompue au dossier du niveau des naissances du cintre, n'a d'autre
objet que de former un compartiment étanche pour le coulage du béton
jusqu'au point où le caisson sortira de l'eau quand il reposera sur le
fond de la Seine.

Dans quelques jours, ce caisson, qui plonge actuellement sur environ 2
m. 30, sera lesté de manière à toucher le fond de la Seine qui se trouve
à 5 mètres du niveau normal. Il émergera donc, encore, d'environ 4
mètres. On procédera, alors, au bétonnage en ménageant plusieurs
cheminées pour le travail ultérieur de fonçage. Le cuirassement terminé,
on enfoncera cette énorme masse sous le lit de la Seine par le procédé
classique de l'air comprimé. Comme on compte laisser un intervalle d'un
mètre entre la clé de voûte et le fond de l'eau, on devra donc creuser
jusqu'à une dizaine de mètres.

Ce travail, qui ne présente dans sa dernière période aucune difficulté
technique particulière, demande une précision de calculs et une sûreté
d'exécution absolues. L'opération de la mise à l'eau et du transport, en
apparence si simple, était déjà fort délicate. Préparée et dirigée par
M. Bienvenue, ingénieur en chef du service du Métropolitain, et M.
Locherer, ingénieur en chef adjoint, elle s'est effectuée sans le plus
léger accroc. Une huitaine de jours ont été consacrés à l'établissement
de glissières que des scaphandriers ont assujetties au fond de l'eau. Le
25 août, à 4 h. 35 du matin, le caisson, mis à l'eau la veille,
commençait à s'éloigner du pont de Solférino; il s'arrêtait à 6 heures
près du pont au Change.

Nous pouvons avoir assez de confiance en nos ingénieurs pour ne pas
craindre de voir un jour la Seine tomber dans le Métro.



[Illustration: UN SOUVENIR DE l'ATTENTAT DE LA RUE DE ROHAN

La peau du cheval du capitaine Schneider, transformée en tapis pour être
offerte au roi d'Espagne]



[Illustration: Les meurtriers du commandant de Cuverville, notre attaché
naval à Port-Arthur.]

DOCUMENTS et INFORMATIONS

LES ASSASSINS DU COMMANDANT DE CUVERVILLE.

Le mystère qui enveloppait la mort du malheureux commandant de
Cuverville, notre attaché naval à l'ambassade de Saint-Pétersbourg,
envoyé à Port-Arthur pour y suivre les opérations de guerre, s'est
éclairci à la suite de l'arrestation de trois de ses assassins.

On se rappelle que le commandant de Cuverville avait quitté, le 17 août
1904, la place assiégée, en compagnie de l'attaché naval allemand, M. de
Gilgenheim, et d'un officier lusse. Ils s'étaient embarqués à la baie du
Pigeon à destination de Tché-Fou, sur une jonque chinoise qui battait
pavillon français. Jamais ils n'arrivèrent au port, et toutes les
recherches faites pour les retrouver, aussi bien par la marine allemande
que par la marine française, demeurèrent infructueuses. En janvier
suivant seulement, les autorités chinoises signalèrent qu'elles avaient
mis la main sur la jonque que montaient les disparus. Elles firent
arrêter le patron de cette embarcation et deux des hommes de l'équipage;
deux autres ont jusqu'ici échappé à toutes les poursuites. Emprisonnés
d'abord à Tché-Fou, puis à Fu-San-Chien, le centre judiciaire auquel
ressortit Tché-Fou, le patron Yuc-Chich-Yen et les deux matelots
Chang-Yen-Ga et Li-Chang-Fat, savamment bâtonnés et torturés, ont fini
par confesser leur crime: les trois officiers furent tués à coups de
hache pendant leur sommeil et leurs cadavres jetés à la mer. Après quoi,
on se partagea ce qu'ils avaient. Quelques-uns de leurs bijoux ont été
retrouvés. Mais l'enquête se poursuit encore, les trois assassins
n'avouant la vérité que par bribes. Et puis, des accusations graves ont
été portées contre les Japonais. On s'efforce de faire sur ce point la
lumière.

LE PRIX D'UN COEUR.

Quelle peut bien être la valeur marchandé d'un coeur humain? Il ne
s'agit pas de la somme qu'une personne indélicate peut devoir à une
autre, du sexe opposé--et plutôt du sexe faible--en Angleterre ou en
Amérique, pour avoir brisé cet organe au sens figuré du mot: il s'agit
de la valeur de l'organe même. Une annonce a récemment paru dans un
journal de New-York, par laquelle une personne met en vente son coeur,
après sa mort. Il faut dire que cette personne en a deux, et elle
voudrait tirer quelque argent de cette malformation, de son vivant, en
cédant ses coeurs à qui voudra en prendre livraison après sa mort. Ce
possesseur de deux coeurs est un charpentier de l'État de New-York, âgé
de trente-cinq ans, et pourvu d'une santé satisfaisante. Il mène une vie
active et laborieuse. Il y a deux ans, son médecin lui a découvert
l'anomalie dont il cherche maintenant à tirer profit. On raconte qu'un
spécialiste a offert 50.000 francs au charpentier, pour le privilège de
lui enlever un de ses coeurs; mais, sagement, le charpentier a refusé.
Il n'avait pas confiance! D'autres personnes lui ont offert, à ce qu'il
prétend, de grosses sommes pour son corps, après décès. Ceci lui plaît
davantage, mais il veut obtenir le meilleur prix, et c'est pourquoi il
se met aux enchères _post mortem_. Il a un émule. C'est un Bâlois qui,
lui, aurait déjà trouvé acquéreur: l'Académie de médecine de Londres lui
aurait retenu sa dépouille pour l'honorable somme de 75.000 francs. Quel
prix l'Américain obtiendra-t-il? Nous ne savons; mais il ne peut
décemment se vendre au rabais. De toute façon, le prix d'un coeur--ou
plutôt de deux coeurs--est élevé: le tarif actuel ne permet pas d'en
acquérir dans des conditions médiocres.

UN SOUVENIR DE L'ATTENTAT DE LA RUE DE ROHAN.

Le roi Alphonse XIII va recevoir ces jours-ci un original cadeau. Le
propriétaire d'une de nos plus grandes tanneries, M. Lepage, de Segré,
ayant acheté les peaux des deux chevaux tués par la bombe de la rue de
Rohan, l'un appartenant au capitaine Schneider et l'autre à un garde
républicain, les a transformées, grâce à un tannage spécial, en deux
étranges tapis qui, pour être neufs, n'en sont pas moins criblés de
trous. Bien que le protocole des cours s'oppose à la réception de
cadeaux faits par un simple particulier, le roi a déclaré qu'il
acceptait les deux tapis, en raison de l'événement, qu'ils lui
rappelaient.

[Illustration: Un pont de 3 kilomètres sur le fleuve Jaune, pour le
chemin de fer de Péking à Hankow.]

UN PONT DE 3 KILOMÈTRES SUR LE PLEUVE JAUNE.

Le pont, d'apparence fort peu chinoise, que représentent nos gravures a
été lancé dernièrement sur le fleuve Jaune. Le chemin de fer de Péking à
Hankow se trouve ainsi terminé, et ses 250 derniers kilomètres seront
livrés à l'exploitation à la fin de septembre, complétant une ligne de
1.250 kilomètres, soit, à peu près, la distance de Paris à Gênes.

Ce pont mesure une longueur totale de 3.010 mètres. Il comprend 50
travées de 31 mètres et 52 travées de 21 mètres. Les fondations des
piles sont faites en pieux à vis enfoncés, en moyenne, de 16 mètres dans
le sable. (Le pieu à vis est un tube métallique extérieurement muni
d'ailettes que l'on enfonce par rotation dans les terrains sablonneux où
son emploi est préféré à celui de l'antique pilotis enfoncé par
battage.) La fourniture métallique a été partagée entre l'industrie
française et l'industrie belge. Les chantiers, éclairés à l'électricité,
étaient en activité jour et nuit.

La «FLÈCHE DE LARD» DE DUMNOW.

Voici, certes, l'une des fêtes locales les plus curieuses qui existent
en Angleterre: à Dumnow, un usage, d'une très ancienne origine, veut
que, chaque année, l'on décerne la «flèche de lard» à ceux des ménages
concurrents qui n'ont jamais eu de dispute depuis le mariage et qui,
depuis un an et un jour, n'ont pas pensé de mal l'un de l'autre.

Le jugement qui prononce sur les mérites des candidats est rendu, dans
une cour d'amour, par un juge en robe rouge, assisté de six jeunes gens
et de six jeunes filles, après plaidoiries contradictoires de l'avocat
des candidats et de l'avocat du lard. Le mois dernier, la cour de Dumnow
a décerné deux flèches, la première au pasteur Jenkins et à Mrs. Jenkins;
la seconde aux époux Noakes, de Ludlow.

Détail curieux: le révérend Jenkins, l'un des heureux bénéficiaires de
la «flèche de lard», était végétarien.

LES MICROBES DES MONNAIES.

Les pièces de monnaie et les billets de banque devraient attirer
l'attention des hygiénistes, car nul objet plus que ceux-là ne passe de
main en main, et surtout de poche en poche, quand ce n'est pas même de
bouche en bouche, après un contact intimé avec le mouchoir ou la salive,
ces deux réceptacles de microbes dangereux, parmi lesquels celui de la
tuberculose se rencontre si fréquemment.

Il est même stupéfiant de noter avec quelle indifférence des mains
délicates, qui se gantent couramment pour éviter les contacts suspects,
manient les pièces de monnaie et des billets de banque, souvent plus
crasseux que des chiffons qu'on ne prendrait qu'avec des pincettes. Il
semble que la valeur représentative de ces objets les purifie ou les
immunise contre les microbes, véhicules de la contagion.

_A priori_, on pourrait affirmer que les billets, surtout quand ils sont
un peu vieux, sont recouverts de nombreux microbes.

Deux bactériologistes de New-York, MM. Darlington et Park, ont
d'ailleurs vérifié le fait expérimentalement: sur un billet modérément
propre, ils ont compté 1.250 bactéries, et sur des billets sales, ils en
ont trouvé jusqu'à 73.000.

Les pièces de monnaie sont beaucoup moins «microbifères». Le nombre des
microbes qu'on peut recueillir à leur surface peut ne pas dépasser de 25
à 50. Il semble que les métaux, par l'action dissolvante de l'humidité,
soient peu favorables à la vie des microbes.

Au contraire, les billets de banque les conservent virulents, pendant
très longtemps, à leur surface.

L'argent n'a pas d'odeur, a-t-on dit au figuré. Matériellement, on le
manie comme s'il était toujours propre.

LA GÉNÉALOGIE DE W. BOUGUEREAU.

Nous recevons d'un de nos abonnés, M. de Richemond, archiviste
départemental de la Charente-Inférieure, des renseignements concernant
les ascendants de M. William Bouguereau, qui complètent d'intéressante
façon la biographie de l'artiste et que personne, que nous sachions, n'a
publiés encore.

La famille Bouguereau est connue à la Rochelle depuis 1523, époque à
laquelle vivait Jehan Bouguereau, marchand et bourgeois. Un Jean-Massé
Bouguereau, marchand orfèvre, eut une fille, Marie, qui épousa, en 1624,
Jehan de Layzement, aussi orfèvre, dont un fils, pasteur à la Rochelle,
suivit ses collègues dans l'exil en 1685, et un fils, Jean-Massé
Bouguereau, né en 1603, orfèvre et officier de la Monnaie.

Les descendants ou les alliés de la famille Bouguereau embrassent
généralement cette même profession d'orfèvres ou appartiennent au clergé
protestant.

En 1676 naît un Jehan Bouguereau, qui, plus tard, orfèvre et essayeur de
la Monnaie, épousera Marie-Madelaine Seignette. Elle lui donna un fils,
Jean-Elie, maître monnayeur, qui, de son mariage avec Suzanne-Louise Le
Page, eut dix enfants, dont huit filles. Des deux fils de ceux-ci l'un,
l'aîné de toute la famille, Samuel-Elie, abjura le protestantisme et fut
professeur d'anglais au collège de la Rochelle.

Il eut à son tour huit enfants, dont l'aîné, Elie-Sulpice-Théodore, fut
père du peintre. Un autre des fils de Samuel-Elie, Jean-Baptiste-Eugène,
né le 25 août 1811 et décédé le 28 mars 1893, entra dans les ordres et
fut successivement vicaire, puis curé à Rochefort (1846) et se distingua
pendant une épidémie de choléra. Il fut nommé chanoine honoraire en
1860. Ce fut lui, comme on sait, qui éleva M. William Bouguereau. Mais
la mère de l'artiste, née Marie-Marguerite Bonnin, qui mourut à Paris en
1896, à l'âge de quatre-vingt-dix ans, était protestante.

Comme toutes les bonnes vieilles familles bourgeoises, les Bouguereau
ont des armoiries; ils portent: _d'azur à une croix d'or chargée de cinq
roses de gueules_. Ce blason figure au Cabinet des titres, 399.
Bibliothèque nationale, Charles d'Hozier, manuscrit 56, pages 277-278.

[Illustration: UNE CURIEUSE COUTUME ANGLAISE.--Deux couples bien unis à
qui a été décernée la «flèche de lard».]


[Illustration: Plaquette qui fut offerte, le 26 octobre 1901, à M.
Ernest Cronier, «à l'apogée de sa carrière industrielle», par la Société
Say et le personnel des raffineries et sucreries.]

DEUX KRACHS SUCRIERS

La crise des magasins du Printemps, qui avait eu sa cause première dans
les spéculations malheureuses sur les sucres faites par M. Jules
Jaluzot, vient de se dénouer heureusement. Lundi dernier, l'assemblée
générale des actionnaires, réunie à la salle des Ingénieurs civils, rue
Blanche, a reçu et accepté la démission donnée par M. Jules Jaluzot de
ses fonctions de gérant statutaire de la Société; elle lui a accordé
_quitus_ de sa gestion. Enfin, elle a élu comme gérant, à sa place, M.
Gustave Laguionie, de la maison Laguionie et Anfrie, membre de la
Chambre de commerce de Paris. M. Laguionie est essentiellement ce qu'on
appelle un fils de ses oeuvres. Né à Lanouaille (Dordogne), il a conquis
de haute lutte, à force de travail et d'énergie, la grosse situation
commerciale qu'il occupe. Il avait déjà fait partie du personnel du
Printemps. Il y débutait comme petit employé en 1866. Rapidement, il
était devenu chef de rayon à la soierie, puis, en fin de compte, fondé
de pouvoir de M. Jaluzot. En 1883, il s'était associé à une grande
maison de soieries qui devint par la suite la maison G. Laguionie et A.
Anfrie.

[Illustration: M. Laguionie, le nouveau directeur du Printemps.]

Ce même jour où la perte de M. Jaluzot était consommée on apprenait que
la spéculation venait de faire une nouvelle victime,--et il n'est
malheureusement pas certain que ce soit la dernière!

Dans la nuit de samedi à dimanche, M. Ernest Cronier, président du
conseil d'administration de la Raffinerie Say, se tuait dans son cabinet
de toilette, d'une balle au coeur, après avoir, tant il était décidé à
mourir, absorbé du cyanure de potassium.

Comme M. Jaluzot, M. Cronier avait joué sur les sucres,--joué et perdu
des sommes considérables qu'il est difficile de chiffrer exactement,
mais qu'on a évaluées aux environs de 100 millions. Il était le
liquidateur de la succession de M. Henry Say, et la majeure partie de la
fortune des héritiers Say serait, à ce qu'on assure, engloutie dans la
catastrophe.

Cependant M. Ernest Cronier jouissait de la confiance, de l'estime, de
l'affection générales. Le 26 octobre 1901, les administrateurs de la
Société des Raffineries Say, tout le personnel des usines, offraient à
leur président, arrivé «à l'apogée de sa carrière», disait la dédicace
d'une photographie qui lui fut remise, une double plaquette en or et en
argent due au médailleur M. O. Roty, et qui n'est d'ailleurs pas son
chef-d'oeuvre. On entendait fêter l'homme qui avait conduit la maison
Say à la victoire à l'Exposition de 1900, le philanthrope qui avait
secondé M. Henry Say dans la fondation des oeuvres d'assistance en
faveur des employés et ouvriers des usines. Et les devises modelées par
M. Roty aux deux faces de son oeuvre célébraient la Prévoyance, la
Solidarité, et aussi l'Initiative, la Justice et la Bonté. Enfin le
maître graveur avait repris, au bas de l'allégorie où la Reconnaissance
apportait des fleurs à M. Cronier, une phrase appliquée par M. Henry Say
à son collaborateur: «...Son génie n'a d'autre rival que son coeur...»
Hélas!... comme dit le grand tragique grec: «Ne proclame jamais un homme
heureux qu'après sa mort...»



NOTRE SUPPLÉMENT MUSICAL

La création, aux Arènes de Béziers, des _Hérétiques_, opéra en trois
actes de M. Ch. Levadé sur un poème de M. A. Ferdinand-Hérold, a été
l'événement artistique de la huitaine. Deux représentations en ont été
données, les 27 et 29 août. Elles ont été extrêmement brillantes.

La partition de M. Ch. Levadé est pleine de couleur et de vie, tour à
tour attendrie, émouvante, et atteint à une grande énergie dans les
passages dramatiques. Devant un public où la critique parisienne, si
exigeante, si raffinée, se mêlait à une foule passionnée de musique,
elle a obtenu un très franc succès.

Le fragment que nous publions dans notre supplément musical: _Loin du
monde impur_, est l'air que chante, à son apparition en scène,
Bellissenda, femme de Roger, comte de Béziers, le héros du drame.

Un _Air de Ballet_ pour piano complète notre supplément musical. Il est
de M. Henry Eymieu, élève de Widor, fondateur de la Société de Musique
nouvelle, si accueillante aux jeunes compositeurs. Ce morceau est tiré
de la _Légende du Ménétrier_, pièce en quatre actes, en vers, de M.
Jacques Roullet, que le théâtre Molière a représentée la saison
dernière. M. Henry Eymieu avait écrit pour cette oeuvre une musique de
scène d'une jolie couleur, attendrie et mélancolique.

[Illustration: L'assemblée extraordinaire des actionnaires du Printemps,
le 28 août.]

[Illustration: M. Ernest Cronier.--_Phot. Nadar._]



UN ÉLÉPHANT QUI TUE SON GARDIEN

L'éléphant _Saïd_, le plus imposant des pensionnaires du Jardin des
Plantes, vient de se rendre, mercredi dernier, coupable d'un meurtre: il
a tué son gardien, Neff.

[Illustration: L'éléphant _Saïd_ et sa victime, le gardien Neff.]

_Saïd_ est depuis vingt ans au Jardin des Plantes. C'est un éléphant
d'Afrique superbe. Neff l'avait élevé et, de longues années, l'homme et
la bête avaient fait un excellent ménage. Mais, en vieillissant, _Saïd_
était devenu difficile de caractère. A diverses reprises, des scènes
avaient eu lieu entre Neff et lui. Si bien qu'on avait défendu au
gardien d'entrer dans la rotonde où était son pensionnaire, son ancien
ami. Comment? pourquoi enfreignit-il, mercredi, cette consigne?

Quand les collègues de Neff accoururent à ses cris, l'éléphant l'avait
saisi de sa trompe par la taille, jeté à terre, puis broyé contre la
grille de l'enclos. Il ne relevèrent plus, après avoir détourné
l'attention de _Saïd_, qu'un cadavre tuméfié, horrible. Tout le drame
n'avait pas duré deux minutes.



[Illustration: INCIDENT DE VOYAGE, par Henriot.]



_NOUVELLES INVENTIONS_

_(Tous les articles compris sous cette rubrique sont entièrement
gratuits.)_

NOUVEAU BEC INTENSIF RENVERSÉ

Les inventeurs ont toujours rencontré d'assez grandes difficultés
lorsqu'ils ont voulu produire l'incandescence des manchons Auer dans les
becs à flamme renversée. Ces difficultés tiennent soit à la position de
l'injecteur surmontant le brûleur, soit à la forme du conduit en col de
cygne, quand l'injecteur occupe une position latérale par rapport au
brûleur.

En effet, dans le premier cas, l'injecteur placé directement au-dessus
du brûleur ne peut recevoir que de l'air plus ou moins chaud contenant
de l'acide carbonique; dans le second cas, la forme en col de cygne du
conduit ne se prête pas au mélange parfait des deux fluides. En outre,
dans les deux cas, il ne se produit pas de brassage rendant intime les
mélanges des deux éléments, de sorte que le pouvoir lumineux du manchon
laisse beaucoup à désirer. L'influence de ce brassage est bien plus
considérable qu'on ne serait tenté de le croire et peut varier du simple
au double l'intensité de la lumière produite.

Le nouveau bec intensif brûlant à flamme renversée, représenté dans le
dessin ci-joint, se caractérise essentiellement par la disposition à
angle droit du conduit du brûleur par rapport au conduit d'arrivée du
mélange.

Le conduit du brûleur forme chambre d'angle à l'endroit de son coude
d'assemblage et présente un orifice de sortie conique.

Ceci posé, voici quel est le fonctionnement de ce bec: le gaz
d'éclairage et l'air passant par l'injecteur Bunsen sont entraînés
d'abord ensemble dans le conduit de la manière ordinaire; mais, en
arrivant dans le coude, la veine fluide en mouvement se brise contre la
paroi verticale qu'elle rencontre et tourbillonne dans la chambre
d'angle, de sorte que les deux éléments brassés dans cette chambre et
dans le conduit du brûleur arrivent à celui-ci sous la forme d'un
mélange tout à fait intime.

Au sortir du bec, le mélange brûle en crépitant et en produisant une
flamme bleue, ce que l'on n'obtient pas avec les autres becs renversés.

Il va sans dire que le diamètre du conduit d'arrivée doit être
proportionné au débit de gaz.

Le Bunsen peut être placé soit horizontalement, soit verticalement. Dans
ce dernier cas, le conduit du brûleur est coudé un peu au-dessus du
Bunsen pour continuer ensuite à angle droit sa jonction avec le conduit
d'arrivée du mélange.

Ce bec intensif ne noircit pas les manchons et ne produit pas de retours
de flamme.

Des rendements photométriques ayant été faits dans plusieurs
laboratoires ont donné, d'après l'inventeur, des résultats supérieurs à
tous les autres becs renversés connus.

Citons des exemples:

Le bec nº 1 dépense 44 Litres pour un pouvoir éclairant de 40 bougies
  --   nº 2   --    68       --                            65   --
  --   nº 3   --    95       --                            95   --
  --   nº 4   --   140       --                           130   --

La suppression des ombres que donnent les becs droits procure encore un
avantage lumineux appréciable. Ces becs brûlent très bien à partir de 15
millimètres de pression, résultat non obtenu jusqu'à présent avec les
becs renversés ordinaires.

Pour se procurer ces appareils, s'adresser à M. Compin, 57, rue du
Cherche-Midi, Paris.

PLIOIR MÉTALLIQUE POUR LIGNES

Les plioirs employés jusqu'à présent sont constitués soit par un morceau
de roseau, soit plus généralement par une petite planchette en bois; ils
présentent tous l'inconvénient de couper la ligne en crin ou en racine
de Florence, d'abord par leurs angles vifs et ensuite lorsque la ligne
sèche sur le plioir, le crin se rétrécit et exerce une traction souvent
considérable sur les fibres du bois.

En outre, ces plioirs ont le défaut de conserver l'humidité de la ligne
appliquée contre la planchette, ce qui en empêche le séchage rapide et
facilite leur mise hors service.

Le plioir métallique représenté par notre gravure a pour but et pour
effet d'obvier à ces inconvénients; il est formé d'un fil de métal
disposé de manière à ce que l'ensemble présente une élasticité
suffisante pour céder sous l'action exercée par la tension de la ligne.
Ce plioir offre l'avantage de sécher rapidement la ligne qui se conserve
ainsi plus longtemps en bon état. D'autre part, la ligne étant enroulée
sur des parties rondes, ne se coupe pas comme sur les angles vifs de la
planchette constituant les plioirs ordinaires.

Tous ces avantages, qui seront appréciés par les pêcheurs soigneux,
feront préférer ce plioir métallique au plioir en bois, d'autant plus
que son prix n'est pas sensiblement plus élevé.

Il se fait de plusieurs formes et de différentes dimensions et se vend
de 1 fr. 20 à 1 fr. 60 la douzaine (longueur de 0m,14 à 0m,20) et 1 fr.
45 assorti.

Ce plioir se trouve au détail chez _M. Mérat, 63, rue Oberkampf, Paris_.
Pour la vente en gros de cet objet, ainsi que des vérons secs et
montures décrits dans _L'Illustration_ du 22 juillet dernier, s'adresser
à _M. Robillard, fabricant d'articles de pêche, 25, rue
Notre-Dame-de-Nazareth, Paris._



Suppléments de ce numéro:
1° Quatre pages tirées à part sur la COUPE DES PYRÉNÉES. (Ci-après.)
2° Supplément musical contenant un fragment des «HÉRÉTIQUES».
(Ce supplément ne nous a pas été fourni.--Note du transcripteur.)



LA COUPE DES PYRÉNÉES

[Illustration: PASSAGE DES CONCURRENTS AU PIED DE LA VILLA DU POÈTE
EDMOND ROSTAND _Photographie prise au pont Aguara, entre Cambo et
Larressore, par G. Ouvrard._]

_On sait que M. Edmond Rostand s'est choisi un asile charmant à
Cambo-les-Bains, au pays basque. Sa villa, toute neuve, claire et gaie,
domine une route à flanc de colline, où ont passé les concurrents de la
Coupe des Pyrénées. Si bien que l'auteur de_ Cyrano, _sa famille et ses
amis ont pu suivre un moment, de la terrasse même de l'élégant château
moderne, les péripéties de cette belle épreuve sportive._

[Illustration: M. J. Caubère de la «Dépêche». M. de Perrodil. M. Arnoux
La voiture du contrôle.]

[Illustration: Cap. Gentil. M. Tampier. Ct. Ferrus. M. Sorel. Le
maharajah. M. Arnoux. M. Lumet. Le vainqueur (M. Sorel) et le jury de la
Coupe.]

[Illustration: M. Maurice Sarraut, directeur des services parisiens de
_la Dépêche de Toulouse_, organisateur de la «Coupe des Pyrénées».]

[Illustration: M. Dubief. M. Berteaux, M. Ruau. M. Chaumié. M. Gauthier.
Le maire, M. Serres, Le général Fabre. M. Cruppi, député. Cinq ministres
à Toulouse pour la distribution des récompenses:]

[Illustration: Le baron Henri de Rothschild sur la voiture 83.]

[Illustration: A la descente du col de Puymorens (1.931 m.).]

[Illustration: A 12 kilomètres de Luchon: route neutralisée longeant la
Pique.]

[Illustration: Arrivée des concurrents au dernier contrôle, à
Toulouse-Braqueville.]

[Illustration: Un arrêt des concurrents: au Mas-d'Azil, entre Foix et
Luchon.]

[Illustration: QUATRE VAINQUEURS.--M. Sorel, qui a remporté la Coupe sur
une voiture de Diétrich de 40 chevaux (n° 80): parmi ses passagers, le
maharajah de Sihavy.--M. Belleville, sur voiture Brouhot (n° 20) de 15
chevaux.--M. Bardin, sur voiture de Dion de 8 chevaux (n° 2).--M.
Bablot, sur voiture Berliet de 16-22 chevaux (n° 48).]

[Illustration: A Cauterets: les guides pyrénéens formant la tête du
cortège pour la réception de M. Ruau, ministre de l'Agriculture.]

LA COUPE AUTOMOBILE DES PYRÉNÉES (20-27 AOUT 1905)

_La course pour la Coupe des Pyrénées s'est terminée très brillamment,
et l'accident malheureux que nous signalions la semaine dernière, au
début du circuit, a été le seul qui l'ait attristée._ La Dépêche de
Toulouse, _qui avait patronné cette épreuve, et son directeur parisien,
M. Maurice Sarraut, qui en a été le dévoué et très expert organisateur,
peuvent être fiers de ce succès. Affirmé par l'enthousiasme des
populations sur tout le parcours, par l'accueil excellent qu'elles
réservaient aux coureurs, il a été consacré encore officiellement par la
présence, à la distribution des prix, de cinq ministres... MM. Berteaux,
Chaumié, Gauthier, Dubief et Ruau._

[Illustration: LA REPRÉSENTATION DES _HÉRÉTIQUES_ AUX ARÈNES DE BÉZIERS.
--_Phot. Ch. Cochet._]

_La dernière représentation des_ Hérétiques, _donnée aux Arènes de
Béziers, était en l'honneur des chauffeurs qui venaient de courir la
«Coupe des Pyrénées» et des nombreux amis et curieux qui les
accompagnaient. Ils ont ratifié, par leurs applaudissements chaleureux,
l'accueil que la critique et le public de la première avaient fait
l'avant-veille à la partition de M. Ch. Levadé et le grandiose décor de
Jambon les a enthousiasmés. Qu'on imagine une citadelle entière
reconstituée, un admirable paysage héroïque évoquant le souvenir d'un
Jean-Paul Laurens; les remparts de Béziers, avec, leurs créneaux, leurs
mâchicoulis, leurs échauguettes, leurs tours en poivrières; tout un coin
de ville moyenâgeux, très imposant. Jamais compositeur, jamais auteur
dramatique n'osèrent rêver pour leur oeuvre un pareil cadre._





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3262, 2 Septembre 1905" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home