Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3264, 16 Septembre 1905
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3264, 16 Septembre 1905" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 3264, 16 Septembre 1905

[Illustration: LA REVUE COMIQUE, par Henriot.]

Ce numéro est accompagné d'un supplément de quatre pages
sur LES TREMBLEMENTS DE TERRE EN CALABRE.

[Illustration: L'ILLUSTRATION
_Prix du Numéro: 75 Centimes._
SAMEDI 16 SEPTEMBRE 1905
_63e Année--N° 3264_]

[Illustration: LES TREMBLEMENTS DE TERRE EN CALABRE. A Reggio, après la
catastrophe: la population campée devant la cathédrale. _Dessin d'après
nature de G. Amato.--Voir l'article, page 192._]



Comme les années précédentes, _L'Illustration_ publiera, au cours de la
saison théâtrale qui va commencer, les oeuvres dramatiques nouvelles, au
fur et à mesure de leurs représentations sur les principales scènes
parisiennes. Nous pouvons dès à présent annoncer à nos lecteurs que nous
leur offrirons, entre autres, la primeur des prochaines oeuvres de MM.
PAUL HERVIEU _(le Réveil)_, HENRI LAVEDAN _(le Goût du vice)_, JULES
LEMAITRE _(Bertrade)_, MAURICE DONNAY _(Paraître)_. Nous nous sommes
également assuré le droit de publication d'une pièce dont les Courriers
de théâtre ont déjà beaucoup parlé: _la Vieillesse de don Juan_, par MM.
MOUNET-SULLY et PIERRE BARBIER.

La saison 1904-1905 nous a fourni dix-neuf suppléments de théâtre, parmi
lesquels de grands succès comme _le Bercail, la Massière, Monsieur
Piégois_ et _le Duel_. Tout fait prévoir que la saison 1905-1906 ne sera
pas moins brillante.



COURRIER DE PARIS

JOURNAL D'UNE ÉTRANGÈRE

Promenade aux music-halls. Les théâtres sont encore en vacances et c'est
à peine si deux, trois, quatre d'entre eux nous font la grâce de
s'entr'ouvrir chaque soir. Et l'on sent si bien qu'ils ne le font qu'à
contre-coeur, comme s'ils méprisaient _in petto_ ces auditoires d'été où
ne figurent ni l'habitué qu'on sait difficile, ni le riche passant qui
paye sa loge au plus haut prix, ni le critique influent dont les-arrêts
sont, neuf mois par an, si anxieusement guettés... Cela, c'est la
clientèle d'hiver. On recommencera, dans une quinzaine de jours, à
s'occuper d'elle, à lui préparer les petits et les grands plats qu'elle
aime, au besoin à lui en servir de nouveaux, propres à surprendre
agréablement son goût; pour l'instant, on ne songe point à se mettre en
frais. Vieux spectacles; troupes d'arrière-plan, formées de «doublures»,
de petits comédiens inoccupés. Les autres--ceux qui font recette--sont
aux eaux ou voyagent. De juillet à septembre, il n'y a au ciel de l'art,
comme dit un auteur dramatique de mes amis, que des étoiles filantes.

Et c'est pourquoi les étrangers qui nous font visite se précipitent aux
music-halls. Ils y pullulent, et l'on me dit qu'il y a très longtemps
qu'ils n'étaient venus à Paris en aussi grand nombre que cette année. A
quoi les reconnaît-on? C'est une question que je me suis souvent posée.
Ils sont habillés, chaussés, coiffés, comme tout le monde l'est autour
d'eux; nulle saisissante particularité de type ou d'aspect ne les
distingue; y a-t-il rien de plus international aujourd'hui que nos modes
et qui ressemble plus à la figure d'un bourgeois d'Anvers ou de Cassel
que la figure d'un bourgeois de Dunkerque? Et, du geste de tel
conseiller municipal d'Aix-en-Provence ou de Marseille à celui d'un
politicien de Sofia ou de Bilbao, la différence est-elle si grande?...

Cependant, on les reconnaît. On les reconnaît à je ne sais quelles
fugaces nuances d'attitude, à des détails de tenue, à de certaines
façons de regarder les gens et les choses, de s'amuser à ce qui nous
ennuie, de s'ennuyer à ce qui nous amuse. On les reconnaît surtout à
l'ignorance charmante ou au dédain qu'ils étalent de nos pudeurs
parisiennes; dans les couloirs des Folies-Bergère ou de l'Olympia, on
les voit promener avec ingénuité des épouses mûres ou des fillettes,--en
braves gens qui visiblement ignorent que ces lieux de plaisir sont de
ceux où les maris parisiens préfèrent, en général, venir flâner sans
leurs femmes.

Mais comment connaîtraient-ils ces choses,--et les préjugés, les
précautions, les pudeurs dont notre morale mondaine est faite? Ceux qui
pourraient les renseigner là-dessus sont absents et Paris, d'où s'est
enfuie pour trois mois l'élite «indigène» qui l'anime d'une vie si
brillante et si jolie, ressemble à ces châteaux de province que
d'obligeants portiers entr'ouvrent aux touristes à l'époque de l'année
où les maîtres de la maison ne sont pas là.

Aussi bien, le Paris dont nous offrons en ce moment le spectacle aux
étrangers en vacances doit-il les effarer un peu; et je ne serais pas
surprise que quelques-uns emportassent de cette visite une déception.

Ils avaient rêvé, en y venant, de s'y perdre au milieu d'une agitation
folle et de la plus amusante des cohues: ils trouvent les Champs-Elysées
vides de voitures, et ce sont des compatriotes qui leur sourient, aux
tables des restaurants. On leur avait vanté l'incomparable beauté de
certaines de nos places et de nos rues: ils en trouvent les chaussées
éventrées, obstruées de fortifications véritables, au fond desquelles
s'ébauchent les itinéraires du Métro de demain. Ce ne sont partout
qu'équipes d'ouvriers qui s'agitent, creusent, pavent ou dépavent,
nettoient, restaurent ou démolissent. Paris pudiquement profite, pour
faire sa toilette, du moment où les Parisiens ne le regardent pas.

Et ces brillantes soirées de music-halls ne sont-elles pas propres
aussi, par leur éclat même, à discréditer un peu Paris aux yeux des
étrangers qui y affluent? Ils observent, ces étrangers; ils
réfléchissent; à la médiocrité de tels spectacles «de vacances» que leur
servent certains théâtres dont on leur a vanté la renommée, ils
comparent la somptuosité joyeuse d'autres spectacles où chaque soir
brillent la danseuse rare, l'acrobate illustre, le dresseur de fauves ou
le prestidigitateur que tout le monde veut voir et qu'il faut avoir vus;
ils ont l'impression que c'est vers ce genre d'amusements que se portent
sans doute, de préférence, nos curiosités et nos goûts, puisque ce sont
ces _premières_-là qu'à l'ouverture de la saison on a voulu nous offrir
avant toutes les autres; et, fort légitimement, ils en concluent que
Paris demeure la capitale des joies faciles et de la futilité.

C'est ainsi que, de peuple à peuple, on n'arrive que bien difficilement
à se connaître et à se comprendre. On se fréquente volontiers, et
beaucoup plus qu'autrefois; mais, dirai-je, à tort et à travers; et, de
là, des malentendus, un continuel danger de se mal «interpréter» les uns
les autres. Nous visitons les pays chauds pendant l'hiver et les pays
froids pendant l'été; nous oublions qu'on ne _comprend_ Biskra, par
exemple, ou Kairouan qu'à condition d'y avoir eu trop chaud; que ce
n'est point à l'époque des «nuits blanches» qu'il faudrait s'aller
promener à Christiania, mais durant les jours noirs où les lampes
s'allument à deux heures de l'après-midi,--où s'épanouit la joie des
jeux d'hiver. Et, de même, on ignorera Paris si l'on ne veut ou si l'on
ne peut lui faire visite qu'en ces mois de vacances où lui-même est
absent de chez lui, où l'art dramatique n'a que Bobèche à donner en
spectacle à ceux qui rêvaient d'y rencontrer Sarah Bernhardt, Mounet,
Granier, Coquelin, Bartet, Réjane...

Il est vrai qu'il reste à Paris ses promenades, dont certaines, à cette
époque de l'année surtout, ont une grâce unique. Mais voilà-t-il pas que
leur existence est menacée et n'a-t-on pas très sérieusement parlé, ces
temps derniers, d'entamer les futaies du bois de Boulogne pour y
construire des gâteaux de pierre de taille et de ciment,--de belles
maisons modernes où l'art nouveau sévira?

L'affaire a fait du bruit et je suis contente de voir que, depuis huit
jours, une belle fureur s'est déchaînée contre l'architecte ambitieux
par qui fut lancé ce projet fou. Car l'idée est d'un architecte, je le
jurerais. Pour éprouver le besoin de raser une forêt et de mettre à la
place des maisons à six étages que personne ne réclame, il faut être
celui qui les construira. Ou alors on est inexcusable.

[Illustration: Le général Dessirier, gouverneur de Paris, se reposant au
pied d'un arbre.]

[Illustration: M. Berteaux, le général Brugère et le général Dessirier.]

[Illustration: Le général Chaffee, chef de la mission américaine AUX
GRANDES MANOEUVRES DE L'EST]

Mais il est probable que, cette fois, les amis des arbres auront raison
des amis du bâtiment et que notre bois de Boulogne nous sera conservé.
L'opinion publique, ordinairement si divisée sur la moindre des affaires
qui nous occupent, s'est prononcée de façon trop unanime et trop
violente sur celle-ci pour qu'il n'y ait pas imprudence à dédaigner sa
protestation.

C'est que les Parisiens aiment passionnément leurs vieux arbres.
Pourquoi? Encore une question que les moralistes se sont posée.
Quelques-uns, pleins d'esprit et de sensibilité, prétendent attacher un
sens philosophique à cet amour. Ils pensent qu'inconsciemment nous
sommes séduits, émus par ce qu'un bel arbre exprime de solidité, de
puissance, de vitalité toujours renouvelée. Au milieu d'une société
qu'agitent tant de fièvres, un si frénétique besoin de mouvement et de
changement, l'arbre est un reposant symbole: il est ce qui ne bouge pas,
et qui dure.

Sans doute. Mais nous aimons les arbres, je crois, pour de plus simples
raisons, et moins «littéraires»: parce que, dans une ville où l'on a la
passion de la campagne, ils sont pour nous l'illusion de la campagne et
nous en apportent--à domicile, presque--la fraîcheur et le parfum; et
que nous restera-t-il de cette illusion-là quand nos arbres n'existeront
plus? D'autres villes ont des fleuves, des rivières, le long desquels il
est de douces flâneries permises; Paris ne connaît pas cette joie, et
n'est-ce pas une chose lamentable que la Seine y soit, à peu près
partout, inaccessible aux promeneurs?

Nous avons fait de la Seine un ruisseau d'eau sale à l'usage des
chalands et des bateaux-mouches; de ses ponts, l'abri des gens sans
domicile; de ses quais, l'asile des tondeurs de chiens. Pas une terrasse
où s'asseoir; pas un coin propice à la rêverie. Il est vrai que,
dimanche dernier, la foule s'y précipita et que, sur ses berges, du pont
de Bercy au viaduc d'Auteuil, plus une place, dès huit heures du matin,
n'était à prendre: on s'y disputait un prix de natation! Mais ce sont là
des événements exceptionnels et qui ne sauraient fournir aux Parisiens
amants de la nature un suffisant aliment de plaisir. Ils préféreraient
un fleuve dédaigné de Holbein, de Burgess et de Paulus, mais au bord
duquel une heure de bonne sieste fût possible...

SONIA.



LES GRANDES MANOEUVRES

L'importance et la qualité des troupes engagées, le thème stratégique et
la configuration du terrain, la personnalité des officiers généraux,
donnaient un intérêt particulier aux grandes manoeuvres qui viennent de
se dérouler dans la région de l'Est. Chacune des deux armées en présence
comprenait deux corps d'armée et deux divisions de cavalerie. D'un côté,
le 6e corps, ayant son siège à Chalons-Sur-Marne, et le 6e corps
provisoire, sous les ordres du général Hagron, considéré comme le futur
généralissime; d'autre part, le 20e corps (Nancy) et le 5e (Orléans),
commandés par le général Dessirier, gouverneur de Paris. La direction
suprême était exercée par le généralissime Brugère.

La concentration des troupes s'est effectuée dans les vallées de la
Marne et de l'Aube. L'armée du général Dessirier, manoeuvrant au sud,
dans la région de Bar-sur-Aube, devait s'opposer à la marche de l'armée
du général Hagron, descendant de Vitry-le-François sur Brienne, où elle
devait se frayer un passage vers la vallée de la Seine. C'est dans cette
même plaine de Champagne qu'avaient été inaugurées, en 1891, les
manoeuvres d'armée. A quelques kilomètres de la petite ville de Brienne,
dont l'école militaire eut pour élève Bonaparte, les deux armées se
retrouvaient à l'endroit même où Napoléon préparait les victoires de
Champaubert et de Montmirail. Ces vastes champs peu accidentés, propices
aux longs déploiements, mais ne leur offrant point d'abris, coupés de
quelques rivières suffisantes pour compliquer les mouvements de
retraite, offraient aujourd'hui à nos généraux un terrain excellent pour
comparer les enseignements de la tactique napoléonienne avec les
exigences et les ressources de l'outil militaire moderne.

Après une série de manoeuvres partielles destinées surtout à établir un
lien entre les diverses unités, le général Dessirier, conformément au
programme, s'est laissé refouler jusqu'à l'Aube, sous les yeux de M.
Loubet qui avait tenu à assister, en compagnie de M. Berteaux, ministre
de la Guerre, au dernier épisode des manoeuvres.

Malgré un temps peu favorable, les troupes ont fait preuve d'une rare
endurance. Les débuts du corps des cyclistes, dont nous avons rapporté
les prouesses dans notre dernier numéro, ont été fort remarqués. Parmi
les officiers étrangers, la mission américaine, ayant à sa tête le
lieutenant général Chaffee, fut très entourée. Le représentant des
Etats-Unis, qui a paru très frappé de la vivacité du soldat français et
qui était en complet kaki a, comme tant d'autres, à tort ou à raison,
déclaré nos uniformes beaucoup trop voyants.



[Illustration: M. Clémentel.--_Phot. Otto._]

UNE NOUVELLE "MINISTRESSE"

Parmi les manies parisiennes, il y en avait une, récemment encore, qui
se manifestait à l'occasion des fêtes officielles, bals et cérémonies,
où, à côté de nos présidents et de nos ministres, apparaissaient leurs
femmes, et qui consistait à déclarer de confiance: «Comme nos grandes
dames républicaines sont mal! Comme elles s'habillent mal!» Ce n'était,
le plus souvent, que l'expression d'un préjugé injuste et qui faisait
sourire ceux qui avaient été admis à voir de près le personnel féminin
de certaines cours d'Europe.

En publiant les portraits des «ministresses», au moment de la formation
des derniers cabinets (Waldeck-Rousseau, Combes et Rouvier),
_L'Illustration_ a prouvé péremptoirement que la beauté, la grâce et
l'élégance sont, au contraire, loin d'être exclues des salons officiels.

Nous sommes heureux de pouvoir ajouter ici, à la série des portraits de
femmes de nos ministres actuels (parue le 11 février dernier), un
nouveau portrait, qui ralliera les suffrages des plus difficiles.

On annonce en effet la très prochaine entrée dans le ministère d'une
nouvelle «ministresse», qui sera admirée entre toutes. M. Clémentel,
ministre des Colonies, veuf depuis plusieurs années [1], se remarie: il
épousera, au mois d'octobre, une jeune veuve, Mme Knowles, que les fées
d'autrefois et celles d'aujourd'hui ont comblée de leurs dons. Les fées
anciennes ne lui ont pas marchandé, notre portrait l'atteste, les grâces
ordinaires de la femme; les fées de la fin du dernier siècle l'ont dotée
des qualités sportives, devenues non moins nécessaires, lui ont donné le
goût de la chasse et de l'automobile, ont fait d'elle un type accompli
de femme moderne.

[Note 1: Nous avons reproduit dans _L'Illustration_ du 18 février un
buste de la première Mme Clémentel, qui était fille d'un colon français
d'indo-Chine et d'une mère annamite.]

Il convient d'ajouter que la future Mme Clémentel, pour être capable de
conduire habilement une 40 chevaux, n'en est pas moins une très bonne
mère de famille: elle a un fils âgé de neuf ans.

Les Colonies étant le plus mal logé de tous nos ministères, M. et Mme
Clémentel n'habiteront pas le pavillon de Flore: ils ont loué un hôtel
particulier à Neuilly.



NOTES ET IMPRESSIONS

Ceux-là sont mauvais juges de la marche d'un gouvernement légal qui ne
connaissent que la révolution et ses violences. CHATEAUBRIAND.

                                    *
                                   * *

Les taxes qui grèvent la plupart des actes de notre vie lui donnent
l'aspect d'une carte à payer. H. BAUDRILLART.

                                    *
                                   * *

Le peuple est encore plus prompt que l'individu à oublier les faits et à
travestir ce qu'il en retient.

                                    *
                                   * *

Les illusions, filles de la jeunesse, sont des enfants condamnés,
généralement, à ne pas survivre à leur mère. G.-M. VALTOUR.



[Illustration: Mme Knowles, fiancée de M. Clémentel.--_Phot.
Reutlinger._]

[Illustration: AUX GRANDES MANOEUVRES DE L'EST.--M. Berteaux, ministre
de la Guerre, et son état-major.--_Phot. Chusseau-Flaviens._]

[Illustration: La foule acclame le président de la République et le
général Brugère, passant les troupes en revue dans une automobile
conduite par le capitaine Lévêque.--_Phot. Léon Bouet. Voir l'article à
la page précédente._]

[Illustration: A Brienne: M. Casimir-Perier, ancien président de la
République, M. le président Loubet et M. Berteaux.]



[Illustration: Incendie des usines et des réservoirs de naphte, près de
Bakou.]

LES DÉSORDRES AU CAUCASE

Les troubles qui viennent d'éclater à Bakou semblent dépasser en
importance et en horreur tous ceux qui, en ces derniers temps, se sont
produits sur divers points de la Russie. C'est un nouvel épisode de la
lutte constante que le fanatisme religieux et les haines de races
entretiennent parmi les populations du Caucase. Le mouvement est
d'autant plus violent qu'il a surgi entre les deux peuples les plus
foncièrement hostiles: d'un côté, les Tatars, appelés plus couramment
Tartares, sans cesse tourmentés de la passion panislamique, population
de culture nulle, d'instincts plutôt sauvages, vivant pauvrement des
produits du sol ou du travail dans les mines, comme le groupe d'ouvriers
que montre plus loin une de nos gravures; d'autre part, les Arméniens,
riches, habiles, détenant l'industrie et le commerce, également acharnés
à la défense de leurs intérêts et de leur religion. Les uns et les
autres étant armés, le moindre conflit dégénère en massacres.

La situation particulière de Bakou devait, en outre, favoriser dans une
rare mesure les actes de vandalisme. Cette cité de 120.000 âmes, bâtie
sur la rive occidentale de la mer Caspienne, est le centre de
l'industrie pétrolière du Caucase. Autour de la ville, à Bibi-Eybat, à
Surakhany, et surtout à Balakhany dont nous donnons une vue générale,
s'élèvent, innombrables, les pyramides de bois ou _derricks_, à
l'intérieur desquelles jaillissent les colonnes de naphte qui se
rendent, par des ruisseaux à l'air libre, dans des lacs noirâtres
formant de gigantesques réservoirs d'incendie. Il a suffi d'une torche
pour changer toute cette région en fournaise et provoquer en quelques
heures une centaine de millions de ruines.

Les photographies reproduites ici nous ont été envoyées par un de nos
correspondants russes à qui _L'Illustration_ doit déjà de nombreux
documents de premier ordre. Représentent-elles l'incendie allumé ces
jours derniers par les bandes tartares? Ou bien ont-elles été prises
antérieurement, lors d'un des embrasements accidentels si fréquents de
tout un district pétrolifère? Quoi qu'il en soit, leur authenticité
n'est pas douteuse, et elles évoquent avec une vérité saisissante le
spectacle de ruine qu'offre actuellement une des plus grandes sources de
richesse du monde.

[Illustration: A BAKOU.--Incendie des fontaines de naphte de Balakhany.]

[Illustration: Vue générale de Bakou: les quais et le port au centre, la
tour des Vierges.]

[Illustration: Les massacreurs de Bakou: types d'ouvriers tartares.]

[Illustration: Vue générale des puits de naphte de Balakhany,
aujourd'hui incendiés. LES TROUBLES DU CAUCASE _Voir l'article à la page
précédente._]



A TOKIO.--La foule devant les bureaux du journal Tchou-wo-Shimboun
(Journal du Centre).

LES TROUBLES DE TOKIO

[Illustration: Le comte Katsura, chef du cabinet japonais.]

Le peuple japonais n'a point partagé l'enthousiasme facile des autres
peuples pour le rétablissement de la paix. Dès que le texte du traité de
Portsmouth fut connu à Tokio, la presse nippone, à l'exception du
_Kokumin_, le journal semi-officiel, publia des articles violents contre
le gouvernement. Des partisans et des amis du comte Katsura, premier
ministre, rompirent même toutes relations avec le cabinet. Enfin, cette
indignation générale se traduisit, dans le peuple, par l'insurrection du
5 septembre dernier. Au Japon, les insurrections sont plutôt rares.
Aussi la police, prise un peu au dépourvu, ne sut pas empêcher des
milliers de manifestants d'entourer l'hôtel du ministre de l'Intérieur
et les bureaux du _Kokumin_. Mais, grâce à l'intervention de la troupe,
la personne du premier ministre et celles des rédacteurs du _Kokumin_
restèrent sauves. Il y eut, par contre, de nombreux agents de police
blessés et quelques commissariats livrés aux flammes. Aujourd'hui tout
paraît être rentré dans l'ordre, mais le mikado doit penser qu'il est
bien difficile de contenter à la fois tout le monde et son peuple.



LE CHAH DE PERSE A PETERHOF

Le chah de Perse, Mouzaffer-ed-Din--cette personnalité si
parisienne--était, ces jours derniers, l'hôte du tsar à Peterhof.
Nicolas II, selon l'usage, était allé recevoir à la gare son auguste
visiteur, et c'est à la gare même que notre photographe a réussi à
prendre l'instantané des deux souverains. Si l'on songe que cette
réception avait lieu juste à l'instant critique de la conférence de
Portsmouth, on n'observera pas sans intérêt les traits de celui qui
devait être, à ce moment-là, l'homme le plus préoccupé du monde.

On a dit que cette visite de Mouzaffer-ed-Din, pendant les angoisses des
négociations de la paix, avait causé quelque embarras à la cour
impériale. La chose est possible et même probable. Mais le malaise--s'il
y en eut--dura peu. La paix, décidée à point, a permis au souverain
asiatique de voir autour de lui tous les visages s'éclairer. Les dîners
à la cour furent moins lugubres. Nicolas II, familier et charmant;
accompagna son hôte dans toutes ses promenades.

[LE CHAH DE PERSE EN RUSSIE.--Le tsar et le chah passent en revue la
garde d'honneur à la gare de Peterhof.--_Phot. C.-O. Bulla._]



LE TENNIS A DINARD

_Dinard est la «reine des plages» de la Côte d'Emeraude, admirablement
située, près de Saint-Malo et de Saint-Servan, à l'embouchure de la
Rance, une rivière délicieuse. Bien que sa fortune soit moins ancienne,
cette plage bretonne ne le cède guère aujourd'hui à Trouville, sa rivale
normande, pour la vogue et la «mondanité». Toutefois, sa population
d'été et d'automne--car la saison de Dinard se prolonge jusqu'en
octobre--compte plus d'éléments cosmopolites, des Anglais et des
Américains surtout, et l'on s'y livre davantage aux sports anglo-saxons:
le «lawn-tennis» y fait rage et, surtout en ce mois de septembre, tous
les «cours» à la mode sont pris d'assaut. Le tableau dessiné d'après
nature par notre collaborateur M. Simont est une évocation de cette vie
élégante particulièrement réussie et forme une antithèse frappante avec
les autres gravures de notre numéro, consacrées aux tragiques actualités
de cette semaine._



[Illustration: Sada Yacco dans le rôle d'Oriye, l'Ophélie japonaise:
scène de la folie.]

[Illustration: Asajiro Fujisawa dans le rôle de Toshimaru Hamura,
l'Hamlet japonais.]

SHAKESPEARE AU JAPON

Non contents d'emprunter au monde occidental ses machines, ses engins
les plus perfectionnés, les canons, les navires de guerre et les fusils
dont ils viennent de faire un si brillant usage, les Japonais, depuis
quelques années, s'appliquent aussi à connaître et à s'approprier les
arts et les littératures de l'Europe.

Il n'apparaît pas, jusqu'à présent, qu'ils en aient fait un aussi bon
usage que de nos armes. On nous a montré, à quelques-unes de nos
expositions, les envois de jeunes artistes japonais qui avaient
fréquenté d'un coeur convaincu les ateliers de peinture de Paris ou de
Munich; et nous avons été généralement d'accord pour regretter qu'ils ne
soient pas demeurés à l'école d'Hiroshighé ou d'Outamaro, «le vieillard
fou de dessin». Nous avons vu, naguère, _la Dame aux camélias_
assaisonnée à la mode japonaise par la troupe de Mme Sada Yacco, grande
actrice, pourtant; et il n'a pas paru que l'oeuvre émouvante de Dumas y
ait gagné quoi que ce fût.

Voici que les Nippons viennent de s'attaquer à Shakespeare, au grand
Will lui-même.

Ils ont commencé par _Hamlet_. Hélas! pauvre Yorik! L'étrange
salmigondis qu'ils en ont fait!

Car il s'agit non point d'une traduction plus ou moins fidèle, mais d'un
arrangement, ou plutôt d'un dérangement complet, d'un autre drame qui se
déroule de nos jours et où se reconnaît seulement la vigoureuse armature
de l'oeuvre shakespearienne.

Cela s'intitule _la Souricière_. Le prince au deuil éternel est devenu
Toshimaru Hamura, incarné par l'acteur Asajiro Fujisawa. Il est de
grande famille, et le blason des _daïmios_, ses ancêtres, écussonne par
place le long _kimono_ de soie qu'il porte au début de l'action, en
attendant qu'il revête plus tard le complet coupé à New-York ou à
Boston. A la mort de son père, le vieux duc Hamura, mystérieusement
disparu, le frère de celui-ci a pris sa place au lit nuptial, et, son
titre et ses armes. Et ce Claudius est fourbe et inquiet, comme le
Claudius anglais.

[Illustration: Mohei Fukui, dans le rôle de Naonoshin Horio, le Polonius
japonais.]

Le jeune homme, lui, est le type même du parfait gentleman bien né, tel
que le conçoit le Japonais d'aujourd'hui. Il suit, avec son ami
Horatio--pardon, Shozi Hara--les cours de l'Université de Tokio. Bien
entendu, il aime. Il a élu Oriye--Mme Sada Yacco--fille de Naonoshin
Horio, étourdi, empressé, gaffeur comme Polonius lui-même.

Un jour, se promenant au cimetière d'Hoyama, près de Tokio, il a une
vision: son père, le feu duc Hamura--c'est M. Otojiro Kawakami, le mari
de Mme Sada Yacco, que nous applaudîmes auprès d'elle à Paris--se dresse
devant lui, l'oeil atone, les cheveux épars. Mais quel spectre peu
romantique! Un uniforme de gala, correctement boutonné, brodé d'or aux
parements et au col, étoile sur la poitrine de l'ordre du Chrysanthème
et relevé d'épaulettes, a remplacé l'armure d'acier étincelante au clair
de lune et le long suaire qui frissonne au vent du matin sur la terrasse
d'Elseneur, comme l'épée de cour à dragonne d'or s'est substituée au
lourd glaive à deux tranchants enseveli au côté du vieil Hamlet.

[Illustration: Sada Yacco en Ophélie japonaise, au premier acte
d'_Hamlet._]

S'imagine-t-on la stupeur qui s'emparerait d'un fanatique de Shakespeare
égaré au Nippon, devant cette apparition falote et sacrilège?

Ce seul avatar du spectre suffirait à donner la mesure de l'irrévérence
avec laquelle les Japonais ont traité le grand tragique. Ils n'ont gardé
de son oeuvre que l'intrigue, mais jusqu'à ses moindres détails.

C'est ainsi que, de même qu'Hamlet est envoyé en France, Toshimaru
Hamura va voyager en Mandchourie et en Sibérie--habile concession à
l'actualité--et revient sain et sauf, ayant échappé au naufrage du
steamer qui le ramenait. Et il n'est pas jusqu'au duel final à l'épée
qui n'ait été conservé par l'adaptateur. Et ce mélange de fantasmagories
et de vapeur, de combats singuliers et de voyages d'études, sans parler
de l'accoutrement ultra-moderne des acteurs, nous apparaît, à nous,
d'une ahurissante fantaisie.

Après _Hamlet_, on est tombé sur _Othello_. Le Maure de Venise--qui
n'est plus même basané, mais seulement de figure terrible--est devenu le
major général Washiro, nommé commandant en chef de Formose au moment où
les insulaires menacent de se soulever, secondés dans leur rébellion par
les pirates chinois. Il a mission d'étouffer cette rébellion.

À peine débarqué, il rencontre Tomoye Fujin (Desdémone--Mme Sada Yacco)
moulée en une toilette très américaine, dont l'élégance et le charme
l'impressionnent soudain. Telle est la fille du comte Banjo Fura (le
Brabantio du poète), ministre du Trésor. Celui-ci s'oppose au mariage
sous le prétexte que Washiro est de naissance suspecte et préférerait
marier sa fille à Kokotori (Rodrigue), fils d'un directeur de
banque,--ce qui n'apparaît pas non plus, au premier abord, comme d'une
noblesse très relevée.

Il y a encore Cassio, appelé le major Yoshio Katsu, et Iago, Goza Iya,
aussi vilain personnage que l'original, et la petite Bianca, devenue une
geisha de Tokio!

Et tout ce monde arbore des uniformes galonnés, aux boutons fleuris du
chrysanthème héraldique, des robes _last fashion_. Et le bouquet enfin,
le voici: c'est que, comme il est fort malséant, pour une grande dame,
au Japon, de chanter une chanson populaire et que la patricienne
Desdémone n'oserait pas même fredonner _le Saule_, c'est un phonographe
qui, dans la chambre nuptiale, nasille la poétique romance!

Mais après tout, pourquoi tant rire? Voltaire n'en a-t-il pas usé avec
un sans façon presque égal quand il adaptait _Othello_ en _Zaïre?_

[Illustration: Le «spectre» de la version japonaise d'_Hamlet_,
représenté en uniforme moderne par Oto Kawakami.]

[Illustration: Sada Yacco dans le rôle de Tomoye Fujin, la Desdémone
japonaise.]

[Illustration: SHAKESPEARE AU JAPON.--Une scène de la version japonaise
_d'Othello_: Goza Iya (Iago) et Biaka (Bianca).]



[Illustration: La foule applaudissant les concurrents au passage.]

[Illustration: Le départ au pont National.]

LA TRAVERSÉE DE PARIS A LA NAGE

Sous ce titre amusant, et d'ailleurs exact, notre confrère _L'Auto_
avait organisé une épreuve sportive qui s'est «nagée» dimanche dernier
entre le pont National et le viaduc d'Auteuil, soit sur une distance
d'environ 12 kilomètres. Huit concurrents s'étaient fait inscrire:
quatre Anglais, dont le célèbre Holbein, (qui faillit réussir la
traversée de la Manche) trois Français: deux pékins et le sergent
Poullitou, de l'École de Joinville; enfin, une jeune et fort jolie
Australienne de dix-huit ans, miss Kellermann.

[Illustration: Burgess nageant.]

Dès 8 heures du matin, les quais et les ponts se couvrent de monde;
comme chacun est assuré de trouver une place où voir bien et longtemps à
un moment donné, cette foule énorme se distingue par un calme parfait.

Les nageurs, bien que se tenant presque toujours au milieu du fleuve,
apparaissent très distincts; ceux meules qui renonceront à la lutte
donnent, malgré le froid et le vent, une impression de grande aisance.
Miss Kellermann qui, partie la première, tient longtemps la tête, est
particulièrement acclamée; au pont de l'Alma, elle est dépassée par
Paulus qui, jusqu'à la fin du parcours, étonnera la foule par la
régularité et l'élégance de sa nage. Etendu sur le côté gauche, les
jambes manoeuvrant toujours sous l'eau, il semble avancer uniquement
avec le bras droit qui rame en glissant sur l'eau dans un mouvement de
va-et-vient d'un rythme parfait, Paulus arrive premier, en 3 h. 29,
battant de plus d'une heure Burgess, Holbein et miss Kellermann. Les
quatre autres concurrents, dont les champions anglais Nuttal et
Billington, qui semblaient favoris, ont dû abandonner la course. Le
Parisien qui vient de conquérir le championnat du monde sur les plus
intrépides nageurs d'outre-Manche est un notable commercent, âgé de
quarante-quatre ans, père de quatre enfants, dont la célébrité relative
commença aux bains Deligny vers 1885. Vainqueur de plusieurs épreuves
importantes, il avait renoncé aux courses depuis 1898. Son succès est
d'autant plus intéressant que, jusqu'ici, les plus longues courses à la
nage n'avaient point dépassé 4 ou 5 kilomètres.

[Illustration: Paulus après sa victoire.]

[Illustration: Holbein Burgess. Le sergent Poullitou. Après le départ:
en pleine eau.]

[Illustration: Miss Kellermann plongeant.]

[Illustration: Miss Kellermann nageant.]

[Illustration: Miss Kellermann à l'arrivée.]

LA TRAVERSEE DE PARIS A LA NAGE



[Illustration: L'entrée de la Belgica, le 12 septembre, dans le port
d'Ostende.]

[Illustration: Le duc d'Orléans et le commandant de Gerlache saluant
leurs amis.]

L'EXPÉDITION ARCTIQUE DU DUC D'ORLÉANS

La _Belgica_, le vaillant et robuste trois-mâts qui porta naguère vers
le pôle sud le commandant Adrien de Gerlache et ses compagnons, vient de
pousser, avec l'expédition que conduisait Monsieur le duo d'Orléans, une
pointe non moins heureuse dans l'océan Glacial arctique, cette fois.
Mardi, elle ramenait aux quais d'Ostende, tous florissants de santé, le
prince et la mission d'exploration qu'il avait organisée.

Le moins qu'on puisse dire, en attendant la publication complète des
travaux de la mission, c'est que cette campagne a été des plus fécondes.
Quand on songe au peu de temps qu'elle a duré, on est surpris, en
vérité, des résultats acquis; la côte est du Groenland, reconnue et
minutieusement relevée sur 80 milles de long, l'extrême point connu de
ce continent reporté du 77e degré au delà du 78° 20, sans parler de
quantité d'observations scientifiques faites en cours de route, tels
sont les fruits d'un voyage de quatre mois.

[Illustration: Croquis provisoire de l'expédition de la _Belgica_,
d'après les indications de Monsieur le duc d'Orléans et du commandant de
Gerlache.

1. Point où la «Belgica» rencontra la banquise (80º 20 de latitude).--2.
Point d'entrée du navire dans la banquise, le 21 juillet.--3. La
première terre aperçue, le 28 juillet.--4. Point de sortie de la
banquise (70° 26 de latitude).--Le carton d'angle montre la
rectification de la côte d'après les relevés de l'expédition.]

A peine la _Belgica_ amarrée à l'entrée du bassin d'Ostende, le prince,
qui avait commandé lui-même la délicate manoeuvre de l'accostage,
voulait bien résumer pour nous ces quelques semaines d'une vie rude et
salubre, au milieu des brumes interminables du Nord, des glaces de la
banquise, des tourmentes, des frimas, avec, comme distractions, de
fructueuses parties de chasse.

Nous avons annoncé en son temps le départ de la _Belgica_ et donné la
composition de son état-major. On sait que le duc d'Orléans avait fait
appel au concours éclairé du commandant de Gerlache, qui fut son
principal collaborateur et dont l'expérience et le dévouement, nous
disait-il, lui ont été particulièrement précieux.

C'est le 3 juin dernier que l'expédition quittait Tromsoe, faisant voile
au nord pour le Spitzberg; on était en avance et, sur les conseils de M.
de Gerlache, le prince avait décidé de profiter de cette circonstance et
d'aborder la banquise non plus par le sud, comme l'avaient fait les
précédents explorateurs, mais par le nord.

Il demeura un mois dans les eaux du Spitzberg, étudiant la côte ouest,
multipliant les expériences océanographiques.

Le moment venu, au jugé, de foncer sur la banquise, la _Belgica_ remonta
au-dessus du Spitzberg, poursuivant toujours les sondages et les pêches
d'étude. La marche en avant fut quelques jours retardée par les glaces
flottantes. Enfin le 8 juillet, par 80° 20 de latitude nord et 5° 40 de
longitude est, on atteignait la banquise. Il fallut en côtoyer le bord
abrupt en redescendant vers le sud-ouest, en quête d'un passage libre
qui permît à la _Belgica_ de s'y engager. On revint ainsi en arrière
jusqu'au 21 juillet. Ce jour-là, par 76° 10 de latitude nord et 7 degrés
de longitude ouest, on découvrait un chenal navigable, dirigé vers le
nord-ouest. On le suivit.

Pendant toute une semaine, on navigua à l'aveuglette, à travers
d'épaisses brumes. Mais on avait depuis longtemps dépassé le point
extrême auparavant reconnu, le cap Bismarck. Et encore, ce point,
baptisé comme la Terre du Roi Guillaume à la suite de l'expédition
conduite par le capitaine prussien Koldewey, n'avait-il pas été atteint
par mer. Après la perte de l'un de ses navires, la _Hansa_, Koldewey
avait fait hiverner le second, la _Germania_, à l'île Sabine, et ce fut
en traîneau, avec un détachement de son personnel, qu'il alla planter le
drapeau prussien sur ce promontoire avant lui inconnu.

Le duc d'Orléans allait avoir meilleure fortune que ce devancier: le 28
juillet--la _Belgica_ avait stoppé la veille--comme le prince, chasseur
passionné et tireur dont l'habileté a émerveillé ses compagnons, venait
de «descendre» un ours superbe, le rideau de brume s'éclaircit, se leva.
On aperçut alors, dans le demi-jour polaire, une terre assez élevée qui
émergeait, à bâbord du navire, de l'immensité blême. Une émotion
indicible s'empara de tous. Séance tenante, Monsieur le duc d'Orléans
partit avec un détachement pour l'atteindre; deux heures après, il la
foulait. Un _cairn_ était élevé et le drapeau aux trois couleurs
françaises mettait sa note joyeuse dans ce paysage de désolation. Le
soir elle était appelée «Terre de France» et, sur la proposition du
commandant de Gerlache, avec l'assentiment du prince, la pointe qui la
terminait reçut le nom de cap Philippe.

On quitta le 5 août ce point pour regagner la mer libre que l'on
retrouva par 70° 20 de latitude.

[Illustration: La côte orientale du Groenland, du cap Bismarck au cap
Philippe. (Relevé du peintre Mérite.)]

Dans ce voyage de retour, on eut la chance heureuse de pouvoir relever
toute la côte très méticuleusement, la photographier même en certains
points jusqu'au cap Bismarck, en noter les fiords, les anfractuosités,
rapporter, en somme, des indications suffisantes pour établir presque
sur toute la longueur une carte suffisamment exacte du contour. Et l'on
peut voir que ce littoral, au lieu de se creuser vers l'est, comme le
supposait Koldewey, s'incurve au contraire vers le nord-ouest.

Maintenant, s'agit-il d'une terre, d'un prolongement vers l'est du
continent groenlandais ou d'une série d'îles? Le prince, très
prudemment, évite de se prononcer. Il incline pourtant à croire que le
cap Bismarck est la pointe sud d'une île.

--Et alors, dit-il gaiement, ce sera non plus la Terre de France, mais
l'archipel Français! G. B.



[Illustration: Le cap Philippe.]

[Illustration: 1. Lieutenant-colonel Cornejo,--2. Colonel de la
Combe.--3. Major Salazar.--4. M. E. Collin, ingénieur du Creusot.--5.
Colonel Varela.--6. Général Echenique, président de la commission.--7.
Colonel Chaumeton.--8. Colonel Zuleta.--9. Colonel Abril.--10.
Lieutenant-colonel Régal. La commission d'expériences du canon français
de 75 millimètres à tir rapide, actuellement en essai au Pérou.]

[Illustration: 1. M. Michel Fort.--2. Major Salazar.--3. M. E.
Collin.--4. Lieutenant-colonel Régal.--5. Colonel Abril.--6. Colonel de
la Combe.--7. Colonel Muniz, ministre de la Guerre.--8. M. José Pardo,
président de la République.--9. Colonel Ugarte, chef d'état-major.--10.
Général Echenique.--11. Colonel Varela.--12. Colonel Chaumeton.--13.
Colonel Zuleta.--14. Lieutenant-colonel Cornejo. Le président de la
République du Pérou et les membres de la commission devant la cible des
tirs de précision à 2.000 mètres.]

[Illustration: Le tir du canon Schneider-Canet de 75 millimètres par des
artilleurs péruviens.]

L'ARTILLERIE FRANÇAISE AU PÉROU

L'artillerie française, récemment victorieuse de ses concurrents en
Portugal et en Bulgarie, vient de montrer encore ses excellentes
qualités sur les bords du Pacifique.

[Illustration: Effet de neuf projectiles de 75 millimètres chargés à
schneidérite sur une maison située à 1.000 mètres de distance.]

Au commencement de l'année actuelle la maison Schneider a, en effet,
envoyé au Pérou un canon de campagne de 75 millimètres à tir rapide,
«modèle léger 1904», avec un approvisionnement de 500 cartouches, pour
qu'il y soit procédé à une série d'expériences destinées à mettre en
évidence la valeur de ce matériel.

Ces expériences viennent d'avoir lieu en présence d'une commission
composée des officiers d'artillerie les plus éminents de ce pays: M. le
général Echenique, président; MM. le colonel Varela, commandant le
régiment d'artillerie de montagne à Lima; colonel Abril, commandant en
second le même régiment; colonel de la Combe; colonel Zuleta;
lieutenant-colonel Régal; lieutenant-colonel Cornejo et major Salazar.
Faisait également partie de cette commission M. le capitaine Chaumeton,
membre de la mission militaire que le gouvernement français a mise,
depuis plusieurs années, à la disposition du gouvernement péruvien (cet
officier a, au Pérou, le grade de colonel).

Avec le concours de M. Emile Collin, le distingué ingénieur envoyé au
Pérou par les ateliers du Creusot, les essais les plus variés ont eu
lieu pendant tout un mois et ont produit sur la commission tout entière
une excellente impression. Nous mentionnerons, en particulier, la séance
au cours de laquelle fut exécuté, en présence de M. José Pardo,
président de la République, un tir de projectiles chargés à
«schneidérite», l'explosif spécial de l'artillerie du Creusot: après un
tir de réglage préalable destiné à rechercher la hausse exacte du but,
le feu fut ouvert à 1.000 mètres sur une maison abandonnée, solidement
construite en briques, que neuf obus suffirent à démolir presque en
entier, démontrant ainsi à la fois la justesse du tir de la pièce et la
puissance de l'explosif employé.

Ces nombreuses épreuves, des plus concluantes, ont eu également un
retentissement considérable dans l'opinion et ont démontré une fois de
plus l'excellence des canons fabriqués en France, que leurs qualités
maîtresses, solidité et facilité d'emploi de l'arme, rapidité et
précision du tir, ont placés à la tête des matériels actuellement en
service dans les armées européennes.



LES THÉÂTRES

Les théâtres qui avaient fermé leurs portes commencent à les rouvrir; si
le mauvais temps s'accentue, la saison théâtrale ne tardera pas à
commencer sérieusement. Pour le moment, on peut aller à l'Opéra-Comique,
au Gymnase et aux Folies-Dramatiques, qui offrent au public des
spectacles déjà consacrés par le succès. Comme nouveauté, nous n'avons à
signaler qu'un brave et honnête drame de M. Maurice Lefèvre, à l'Ambigu:
_le Crime d'un fils_. C'est une nouveauté qui n'en est pas une, car les
situations en sont familières aux habitués du théâtre «du crime», mais
ceci n'est pas pour nuire à son succès. Il suffit que l'auteur ait
réussi une fois de plus à provoquer alternativement le rire et les
larmes du spectateur en lui contant l'histoire d'une pauvre mère réduite
à la mendicité par les débordements de son garnement de fils; les deux
sont sauvés en fin de compte par un docteur quelque peu spirite aidé
d'un excellent gentilhomme. On a fort applaudi le marquis, quoiqu'il
soit doublé d'un colonel. Est-ce un signe des temps?



DOCUMENTS et INFORMATIONS


LA TÉLÉGRAPHIE SANS FIL DU PACIFIQUE À L'ATLANTIQUE.

Le Pérou a décidé d'établir un service de télégraphie sans fil de Lima à
Iquitos, sur l'Amazone. La télégraphie ordinaire n'était pas possible:
il était à peu près impossible de franchir les forêts vierges et,
d'autre part, les Indiens, ne comprenant rien aux fils et les
soupçonnant d'être des agents malfaisants, détruisaient le réseau à
peine établi. On a bien songé à poser des câbles dans les rivières, mais
le courant est trop rapide: il faudrait sans cesse renouveler la ligne,
par suite d'usure.

Une autre solution a été adoptée: le gouvernement péruvien a chargé un
ingénieur de la Compagnie de Télégraphie sans fil de Berlin de partir
pour l'intérieur, avec quarante ouvriers et de nombreux Indiens
porteurs, et de rechercher l'emplacement de cinq stations
radio-télégraphiques, pour mettre en communication les rives atlantique
et pacifique du pays. L'expédition, rendue très difficile pourtant par
la nécessité de traverser des régions inhabitées et même inexplorées
jusqu'ici, a fort tien réussi.

La compagnie allemande a obtenu le monopole de l'exploitation et va
procéder à l'installation des stations. Entre Puerto-Bermudez, où
s'arrête la télégraphie ordinaire, et Iquitos, il y a 1.000 kilomètres:
trois stations seront établies entre ces deux points; le service sera
même prolongé d'Iquitos à Manaos et Para. De la sorte, la télégraphie
sans fil reliera l'Atlantique et le Pacifique.


LES PETITS ATELIERS DE FAMILLE.

En ces derniers temps, on se lamentait, à juste titre, sur la
disparition rapide des ateliers de famille, qui sont si précieux pour la
famille même de l'ouvrier, pour l'hygiène, et aussi pour certaines
productions, qui réclament le travail individuel.

La force mécanique avait porté un coup sérieux à ces petits ateliers,
dont elle avait amené l'absorption dans les grandes usines; mais les
sociétés d'électricité sont venues leur assurer une vie nouvelle.

Dans un mémoire lu à l'Académie des sciences morales et politiques, M.
G. Picot fait connaître qu'à Saint-Etienne plus de 10.000 métiers sont
mus, chez l'ouvrier, à raison de 10 francs par mois pour chaque atelier
individuel.

Le même mouvement se produit à Lyon, où plus de 700 métiers sont
actionnés au domicile des canuts, à la Croix-Rousse.

A Paris même, le nombre des petits ateliers est considérable: dans un
grand nombre de maisons des Xe et XIXe arrondissements, une machine à
vapeur distribue la force à tous les étages. Les ouvriers occupent des
pièces séparées; chaque petite salle est payée, avec la force motrice, 2
et 3 francs par jour.

La force électrique, plus souple, plus facile à conduire, est ainsi
appelée à transformer les immeubles encombrés et malsains, et à assurer
la durée des ateliers de famille, dont la prospérité est liée à la
petite industrie parisienne.


LE MONUMENT DE CLAUDE TILLIER.

M. Bienvenu-Martin va présider, le dimanche 17 septembre, l'inauguration
du monument élevé, à Clamecy, à Claude Tillier, pamphlétaire et
romancier, qui naquit dans cette ville en 1801, fut d'abord soldat, puis
maître d'école, donna, à _L'Indépendant_ de Clamecy, des articles très
mordants, publia quelques opuscules de polémique, vifs de ton--pour
l'époque--et d'un style élégant, conquit la notoriété avec un roman tout
à fait joli, _Mon oncle Benjamin_, qui fut suivi de plusieurs autres
fort intéressants aussi, puis mourut à Ne vers, en 1844, honoré de
l'estime de plusieurs littérateurs et critiques alors en vogue.

Le monument de Claude Tillier a été conçu et exécuté par le sculpteur E.
Boisseau. Il mesure 4 m. 50 de hauteur. Il se compose d'une stèle que
couronne le buste de l'écrivain. Contre cette stèle, un petit Satyre,
enguirlandé d'églantier, symbolise le talent libre du pamphlétaire; à
ses pieds, une tête d'enfant, émergeant des roseaux, évoque le Beuvron,
la petite rivière orléanaise sur les bords de laquelle Tillier aimait à
aller chercher l'inspiration.

[Illustration: Monument de Claude Tillier, par E. Boisseau.]


POURQUOI LA NATATION CONVIENT AUX OBÈSES.

Un journal de médecine transatlantique assure que rien ne convient
mieux, comme exercice, aux obèses, que la natation. Mais il faut la
natation à l'eau de mer. Et il ne suffit pas de petits bains de cinq ou
dix minutes: il les faut d'une heure ou deux par jour. Et dans de l'eau
froide, pas tiède, par surcroît. Pourquoi? C'est que l'exercice accélère
la combustion des réserves du corps et le froid favorise le rayonnement
et, par suite, aussi, la combustion. Le sujet qui se démène dans l'eau
froide se brûle trois ou quatre fois plus vite que l'oisif qui reste
assis à l'ombre, à se rafraîchir avec un éventail. Si, avec cela, il
réduit son alimentation, en ce qui concerne le sucre et les féculents,
il peut être assuré de maigrir rapidement. On peut ajouter que, de façon
générale, l'air de mer accélère les combustions: il y a donc plusieurs
bonnes raisons pour que l'obèse qui se baigne longuement à la mer et
nage beaucoup perde du poids et de la chair, ou plutôt de la graisse.


UN MONUMENT À VAUBAN.

La petite ville de Saint-Léger-Vauban, dans l'Yonne, pays natal du
maréchal de Vauban, a inauguré, le dimanche 10 septembre, une statue
élevée au grand ingénieur militaire. La cérémonie était présidée par M.
Bienvenu-Martin, ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts.

[Illustration: Statue de Vauban, par Guillot.]

La statue, oeuvre du statuaire Guillot, enfant de l'Yonne, lui aussi, se
dresse sur un piédestal en granit du Morvan, figurant un pan de
fortification, une contrescarpe inventée par Vauban. Le maréchal est
représenté debout, dirigeant les opérations d'un siège, la main gauche
posée sur une carte; de la droite, qui tient une canne, il indique les
travaux à effectuer.

L'ORIGINAL DE SHYLOCK. On ignore peut-être, même parmi les médecins, que
le Shylock mis en scène par Shakespeare n'a point été une imagination du
dramaturge. L'original de Shylock a existé; et c'était un médecin.
C'était un juif portugais, du nom de Buy, ou Boderigo Lopez, qui, grâce
à son habileté médicale et aussi à son esprit d'intrigue, avait gagné la
confiance de la reine Elisabeth. Il se fixa à Londres en 1559 et fut
plusieurs années le médecin principal de la reine, jusqu'au moment où il
se laissa séduire par la politique. Il fut médecin de l'hôpital
Saint-Bartholomew, où il était logé, étant peu payé sans doute, mais
ayant su se faire attribuer plusieurs petits profits. Peu estimé de ses
confrères qui l'accusaient d'indélicatesses diverses, il sut gagner
l'amitié de quelques grands personnages, grâce à qui il obtint de la
reine le privilège et le monopole de l'importation de l'anis et du sumac
en Angleterre. Ce médecin était en même temps un brocanteur dans l'âme.
Harvey a écrit de Lopez: «Ce n'est point un des plus savants, ou des
plus experts des médecins de la cour; mais il fait un grand plat de
lui-même et a su se faire passer pour le meilleur, et, grâce à des
pratiques juives, il a su accumuler une grosse fortune et même se faire
quelque réputation auprès de la reine même et de quelques-uns des grands
seigneurs et des grandes dames.» Des conspirateurs ayant offert 50.000
couronnes à Lopez pour assassiner la reine et participer à un complot
espagnol, la cupidité du médecin fut éveillée; il écouta et discuta la
proposition et se compromit assez pour qu'on le mît en prison, le
complot ayant été découvert.

Son procès fut instruit, et il fut condamné à mort et exécuté en 1594, à
la vive satisfaction de beaucoup de ses contemporains. De leur avis,
rien n'était trop odieux pour n'avoir pas été fait par Lopez. Il était
capable de tout pour de l'argent: sa réputation, à cet égard, était
faite. Aussi a-t-il figuré dans plus d'une pièce, après sa mort.
Shakespeare s'en est emparé et en a fait Shylock; Marlowe l'a utilisé
dans le _Juif de Malte_ et _Faust_; Dekker et Middleton l'ont fait
figurer dans deux autres pièces. Shakespeare arriva premier: _le
Marchand de Venise_ fut joué deux mois après l'exécution de Lopez, alors
que l'histoire de celui-ci était encore le thème de toutes les
conversations. Lopez était soupçonné d'empoisonnements et l'on savait sa
passion pour l'argent.

Il avait, pour avancer ses affaires, feint d'embrasser le christianisme
et ne manquait pas une occasion de proclamer la sincérité de sa
croyance. C'est à quoi pensait Shakespeare, sans doute, quand Antonio
compare Shylock à «une pomme de belle apparence, dont le coeur est
pourri».


UN TRAITEMENT TRÈS SIMPLE DES VERRUES.

Un médecin anglais, M. J. Burdon Cooper, s'étant mis lui-même au régime
de l'eau de chaux pendant une dizaine de jours pour cause de troubles
digestifs, fut très agréablement surpris en constatant qu'en même temps
que ses troubles digestifs, une verrue avait disparu, contre laquelle il
avait, jusque-là, vainement employé les traitements les plus variés. Ce
pouvait être une coïncidence, sans doute, mais peut-être aussi y
avait-il eu une action du remède. Pour s'assurer de la chose, M. Burdon
Cooper s'est mis à traiter à l'eau de chaux tous les sujets porteurs de
verrues. Il leur en faisait prendre, chaque jour après déjeuner, un
verre, avec un peu de lait. Dans tous les cas, il a obtenu la
disparition de la verrue; l'action a pu être plus ou moins rapide, mais
elle n'a jamais manqué. En un temps qui avarié de quatre jours à six
semaines, la verrue a disparu. Il faut donc un peu de patience à qui
entreprend ce traitement: il ne faut pas se décourager si le succès
n'est pas immédiat. Avis aux porteurs de verrues.


LA MORTALITÉ EN FRANCE DEPUIS VINGT ANS.

Il résulte d'un tableau dressé par le docteur Imbeaux, d'après les
documents statistiques du ministère de l'Intérieur, que l'hygiène s'est
grandement améliorée dans les 56 principales villes de France depuis
vingt ans.

En 1886, pour l'ensemble de ces villes, la mortalité était de 26,4 décès
pour 1.000 habitants. En 1903, elle était tombée à 20,14; et, dans ces
chiffres, ceux dus à la fièvre typhoïde avaient diminué de moitié.

A Paris, en particulier, la mortalité a passé, dans ce laps de temps, de
24,5 pour 1.000 habitants à 17,24; et la fièvre typhoïde a diminué de
plus d'un quart.

Toutefois, il est encore des villes où les progrès de l'hygiène ne se
font pas sentir. En 1903, on a relevé une mortalité de 27,9 à Rouen; de
25,9 à Brest; de 25,3 à Avignon; de 25,1 à Cette; de 25 à Marseille,
etc.

C'est Belfort qui détient le record de l'hygiène: la mortalité n'y a
été, en 1903, que de 15,7 pour 1.000 habitants. Après Belfort, viennent
Douai et Vincennes, avec le chiffre 16.


[Illustration: LA BOMBE DE BARCELONE.--Le cortège funèbre des victimes
passant sur la place de l'attentat, la Rambla.]

LA BOMBE DE BARCELONE.

Les attentats anarchistes n'ont jamais signifié grand'chose. Le plus
récent de tous, qui vient de terrifier Barcelone, en est peut-être aussi
le plus incohérent.

C'est le 3 septembre dernier, à 1 h. 30, sur la Rambla, la promenade des
fleurs, située au bord de la mer, qu'éclata la bombe. Il passait, à ce
moment, des gens inoffensifs, des ouvriers, des enfants, des femmes. La
détonation fut si violente qu'elle retentit jusqu'aux extrémités les
plus éloignées de la ville. Le déplacement de l'air jeta un cocher à bas
de son siège. Et ce fut, naturellement, un sauve-qui-peut général, au
milieu d'une panique indescriptible. Suivant les détails que les
journaux ont publiés sur cet événement, le nombre des blessés--presque
tous cruellement atteints--serait de soixante environ. Deux femmes
seulement sont mortes sur le coup. D'après les indications de la police,
l'engin, enfermé dans une enveloppe de plâtre, de forme cubique, avait
été déposé au pied d'un arbre. On ne croit guère à un complot.
L'attentat est plutôt l'oeuvre d'un isolé, ayant agi d'après sa propre
impulsion. La police suit des pistes et surveille des blessés.

En attendant l'arrestation du coupable, on a procédé à l'enterrement des
victimes. Ces obsèques ont eu lieu le 5 septembre au matin, à 9 heures,
au milieu d'une grande affluence de population. Toutes les autorités y
assistaient. La famille royale et le gouvernement s'étaient fait
représenter. Tout Barcelone suivait le convoi.


UN «SANTOS-DUMONT» AMÉRICAIN.

Un nouveau ballon dirigeable a fait, le 20 août dernier, ses débuts à
New-York. Il a été construit sous les auspices, avec le concours d'un
journal de là-bas, le _New-York American_, par M. A. Roy-Knabenshue, qui
l'a piloté dans les airs. Il rappelle étonnamment--à s'y méprendre--les
_Santos-Dumont_ que nous vîmes évoluer à différentes reprises, avec des
succès différents, au-dessus de Paris, de Monte-Carlo ou de Trouville:
même enveloppe en forme de fuseau et, surtout, même poutre armée à
section triangulaire; enfin, comme le dernier, celui de Trouville,
hélice à l'avant.

La grande nouveauté que présenta l'_American's_, ce fut, à sa seconde
ascension, le 23 août. Car, ce jour-là, l'aéronaute emportait avec lui
cent chèques, variant de 1 à 100 dollars, qu'il lança, du haut des airs,
aux badauds qui suivaient ses évolutions. «Tenez les yeux aux ciel et
ramassez un des chèques», disait une proclamation, dans le style de
Mangin, publiée le matin par notre confrère américain.

D'après le _New-York American_, 100.000 personnes avaient suivi la
première ascension; toute la ville de New-York s'intéressa, le jour
de la seconde, aux évolutions du ballon, avec passion, au point que les
«affaires étaient abandonnées». On le croit sans peine. Ce détail, même
mis à part, il semble, à en lire les comptes rendus, que les deux
ascensions ont donné d'excellents résultats, l'_American's_ est demeuré
le premier jour cinquante-quatre minutes en l'air; le second, un peu
plus d'une demi-heure. Et il est revenu chaque fois sans dommage à bon
port.

[Illustration: UN «SANTOS-DUMONT» AMÉRICAIN.--L'ascension de M. A.
Roy-Knabenshue, le 20 août, à New-York.]


[Illustration: Chaloupe de la commission sanitaire, visitant les
péniches des mariniers sur la Sprée.]

[Illustration: Pavillon d'observation des malades à Koepenick, près de
Berlin.]

LE CHOLÉRA EN ALLEMAGNE.--LES PRÉCAUTIONS SANITAIRES À BERLIN.


LE TREMBLEMENT DE TERRE EN CALABRE

La carte ci-dessous indique la zone la plus atteinte par le tremblement
de terre qui vient de secouer la presqu'île de Calabre.

[Illustration: Carte de la presqu'île de Calabre, indiquant, par
l'intensité du grisé, l'état de dévastation.]

C'est sur la côte occidentale, dans le district de Monte Leone, que le
cataclysme semble avoir produit le plus de ravages. La secousse s'est
propagée dans toutes les directions, touchant au nord l'extrémité de la
province de Cosenza et atteignant, par delà le détroit, le territoire de
Messine. En dehors de Monte Leone, Catanzaro, Martirano, Palmi, Tropea,
ont été fort éprouvés.

Plusieurs gravures de notre supplément représentent ces gracieuses
petites villes, pittoresquement situées dans une région assez malsaine,
mais luxuriante, presque réduites aujourd'hui à des amas de ruines et où
la densité de la population fait craindre un nombre de victimes dont on
ne connaît encore que très approximativement l'importance.

Nous publions en même temps les premiers documents (dessins et
photographies) que nous envoient nos correspondants italiens, accourus
en Calabre dès la première nouvelle du désastre:

Une vue des fouilles dans les décombres à Monte Leone, et deux dessins
de notre collaborateur, M. G. Amato, nous montrant, l'un, la procession
de Saint-Michel, à Tropea, petite ville entre Monte Leone et Palmi, pour
conjurer de nouveaux désastres; l'autre, la foule campée devant la
cathédrale de Reggio.


ÉBOULEMENT D'UNE FALAISE

La falaise du cap de la Hève, près Sainte-Adresse, haute de 80 mètres,
s'est effondrée, le 7 septembre au matin, sur une longueur de 250 mètres
et une profondeur d'environ 40 mètres. Peu s'en est fallu que le
sémaphore de la Hève fût emporté avec ses deux gardiens; il ne se trouve
plus qu'à une quinzaine de mètres du bord de la falaise et, par mesure
de prudence, on l'a évacué.

Un éboulement semblable s'est produit, au même endroit, il y a dix ans.
Il est probable qu'il s'en produira encore d'autres. On se trouve en
présence du phénomène géologique de «dénudation par la mer» qui
concourt, avec tant d'autres aussi inéluctables, à modifier sans cesse,
de façon lente mais sûre, le profil des continents.


M. RENÉ GOBLET

Nous apprenons, au moment de mettre sous presse, la mort, à l'âge de
soixante-seize ans, de M. René Goblet, ancien président du Conseil.

[Illustration: M. René Goblet.--_Phot. Pirou, boul. St-Cermain._]

Né à Aire (Pas-de-Calais) en 1828, M. Goblet était avocat à Amiens
lorsque, en 1871, les électeurs de la Somme l'envoyèrent à l'Assemblée
nationale. Réélu député en 1877, puis en 1881, il fut sous-secrétaire
d'État à la Justice en 1879, ministre de l'Intérieur en 1882, de
l'Instruction publique en 1885 et forma, en 1887, un cabinet où il prit
le portefeuille de l'Intérieur. Renversé l'année suivante, il revenait
au pouvoir comme ministre des Affaires étrangères (1888-1889). Après
avoir occupé un siège au Sénat, il se fit élire député de Paris en 1893.
Depuis son échec aux élections de 1898, il était rentré dans, la vie
privée.


LE CHOLÉRA EN ALLEMAGNE

Quelques cas de choléra ont été signalés, à la fin du mois d'août, à
Varsovie et dans la Prusse orientale, sur la frontière russe. De son
point de départ sur la Vistule, le mal est arrivé graduellement aux
environs de Berlin en suivant l'Oder et en contaminant les vallées
adjacentes. Jusqu'en ces derniers jours on a constaté en Allemagne 139
cas avec 46 décès.

Des mesures énergiques sont prises pour arrêter l'invasion du fléau qui
tend à se propager par les voies fluviales. Des postes d'observation
sont établis de tous côtés; une commission spéciale, que notre gravure
montre à bord du canot officiel, est chargée d'arrêter les bateliers et
de les soumettre à une visite médicale. On peut donc espérer que
l'épidémie, nettement circonscrite, aura bientôt disparu.


M. ARNOUS DE RIVIÈRE

_L'Illustration_ vient d'avoir le vif regret de perdre un de ses plus
anciens collaborateurs, M. Jules Arnous de Rivière, décédé dans sa
soixante-quinzième année, à la suite d'une courte maladie. De longue
date, il s'occupait spécialement, avec autant d'ingéniosité que de
compétence, de la partie du journal consacrée à la Science récréative et
aux Jeux d'esprit; demeuré jusqu'à la fin en pleine possession de son
activité intellectuelle, la mort seule a marqué le terme de son labeur
assidu.

Port expert en tous les jeux, habile à résoudre les problèmes les plus
compliqués, M. A. de Rivière a écrit divers ouvrages sur les échecs, le
damier, le billard, les cartes, le trente et quarante; il est
l'inventeur du _damier diagonal_, des _dominos à deux couleurs_, du
_salta-steeple_, de _l'étoile nationale_, etc.

C'est surtout dans le monde des échecs qu'il avait acquis une réputation
universelle: jadis, il eut l'honneur de tenir tête au célèbre joueur
américain Murphy, surnommé «le Napoléon des échecs», et parfois même il
réussit à le battre.

[Illustration: M. Arnous de Rivière.-_Ph. Pirou, b. St-Germain_.]

En 1870, M. A. de Rivière, bien qu'approchant de la quarantaine, avait
pris une part active à la défense de Paris et sa vaillance lui avait
valu la médaille militaire.

C'était un homme d'une haute courtoisie, d'une affabilité parfaite, chez
qui des revers et des déboires dignement supportés n'avaient altéré,
jusqu'au déclin de la vie, ni les qualités de l'esprit, ni celles du
coeur.


LE «MIKASA» COULÉ

Le cuirassé japonais _Mikasa_, qui portait, dans la guerre récente, le
pavillon de l'amiral Togo et qui se trouvait, depuis quelque temps, à
l'ancre à Sasebo, vient de couler à la suite d'un incendie qui fit
exploser la soute aux munitions, déterminant une voie d'eau importante
au-dessous de la ligne de flottaison. Nous avons publié une belle
photographie du pont de ce cuirassé dans notre numéro du 22 avril
dernier.

[Illustration: La falaise de la Hève éboulée.--_Phot. Dejean._]



[Illustration: LA DÉFENSE DE L'ÉLÉPHANT, par Henriot.]



_NOUVELLES INVENTIONS_

_(Tous les articles compris sous cette rubrique sont entièrement
gratuits.)_

SERRURES «YALE» Le type de serrure que nous décrivons à nos lecteurs
offre des caractères d'inviolabilité et de commodité des plus
intéressants. Assez connue en Amérique, la serrure «Yale» l'est peu ou
pas en Europe, et son originalité mérite une description détaillée.
Cette serrure est dite à cylindre et à clé paracentriques.

Un rapide coup d'oeil sur les figures ci-dessous permet de se rendre
compte du mécanisme et de sa remarquable sûreté.

La figure 1 représente la coupe du cylindre, la clé à demi engagée dans
son logement, et soulevant au fur et à mesure une série de goujons
mobiles dans le canon de la serrure. L'emplacement de ces goujons est en
concordance parfaite avec les encoches de la clé.

La figure 2 montre une clé engagée à fond, mais n'étant pas celle de la
serrure. Le canon intérieur, arrêté par les goujons, ne peut tourner,
bien que la clé soit engagée entièrement. A plus forte raison ne
pourra-t-on le faire manoeuvrer avec un instrument de crochetage, qu'il
est du reste presque impossible de faire pénétrer dans l'entrée
paracentrique, en raison de ses dimensions minuscules et de sa forme.

La figure 3, au contraire, montre le fonctionnement du mécanisme
intérieur sous l'action de sa clé propre. Le canon tourne librement,
entraînant dans sa course la série des goujons inférieurs et actionnant
une came fixée à l'extrémité et qui agit sur le pêne de la serrure.

La petite clé Yale, qui mesure peut-être moins d'un millimètre
d'épaisseur pour 4 à 5 centimètres de long, est en melchior, d'une
grande solidité. Elle est légère, élégante; un trousseau d'une dizaine
de ces clés prend place facilement dans un porte-monnaie, une poche de
gilet. Elle est elle-même tout un trousseau, les serrures «Yale» pouvant
être ajustées sur clés passe-partout. Une clé peut ouvrir un très grand
nombre de serrures, toutes différentes les unes des autres, ayant
chacune leur clé propre. Ces serrures peuvent se diviser en plusieurs
séries, commandées dans chaque série par une clé maîtresse. Une clé
passe-partout peut être ajustée à la fois sur des serrures de portes
d'entrée, des serrures de meubles et même sur des cadenas munis de ce
mécanisme. C'est dire qu'il suffit d'une seule clé pour ouvrir toutes
les serrures d'une même maison.

Fig. 3.

On conçoit aisément l'avantage de ce système pour les administrations,
les grandes usines, les grands hôtels.

Nous devons ajouter que le cylindre Yale s'applique à bon nombre de
modèles de serrures. Notre figure 4 représente une serrure pour portes
d'entrée, à tirage (prix: 25 fr. 50), possédant à l'intérieur et à
l'extérieur un double mécanisme; celui de l'extérieur est indépendant et
fixé par une barre d'assemblage d'épaisseur variable, suivant celle de
la porte, et permettant par suite d'adapter la serrure à des portes
variant de 22 à 76 millimètres d'épaisseur, sans modification de
grandeur de la clé. Les serrures «Yale» se trouvent dans les principales
maisons de quincaillerie. Pour tous renseignements, s'adresser à _la
maison Yale et Tourne, 107, avenue Parmentier, Paris._



LES TREMBLEMENTS DE TERRE EN CALABRE

[Illustration: A TROPEA, APRÈS LA CATASTROPHE. Procession de la statue
de saint Michel, patron de la ville, pour conjurer de nouveaux
désastres. _Dessin d'après nature de G. Amato--Voir l'article, page 192
du numéro._]

LES TREMBLEMENTS DE TERRE EN CALABRE

[Illustration: A MONTE LEONE.--Les soldats cherchent les victimes dans
les décombres.--_D'après une photographie_. La population a évacué la
ville et est maintenue loin des ruines.--Monte Leone avait été déjà
détruit par le tremblement de terre de 1783.--_Voir l'article, page 192
du numéro._]

[Illustration: Type d'habitant de Martirano (village de 2.400 habitants,
un des plus éprouvés).]

[Illustration: Le rivage occidental de la Calabre, près de Palmi (ville
de 15.000 habitants, où plus de 300 maisons sont en ruines)]

[Illustration: Vendeur d'eau à Catanzaro (ville de 28.000 habitants, en
grande partie détruite).]

[Illustration: Panorama de Scilla, en face de Messine: le phare, à
gauche, est maintenant écroulé.]

[Illustration: Une vue de Monte Leone (ville de 12.000 habitants, centre
du cataclysme)]

[Illustration: Tropea (6.000 habitants), près de Monte Leone.]

VUES DES VILLES ET DES VILLAGES DE CALABRE LES PLUS ÉPROUVÉS PAR LE
TREMBLEMENT DE TERRE. _Voir le texte et la carte à la page 192 du
numéro._





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3264, 16 Septembre 1905" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home