Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3266, 30 Septembre 1905
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3266, 30 Septembre 1905" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.

L'ILLUSTRATION, NO. 3266, 30 SEPTEMBRE 1905 ***



L'Illustration, No. 3266, 30 Septembre 1905

[Illustration: LA REVUE COMIQUE, par Henriot.]

Supplément de ce numéro: grande gravure hors texte, RECUEILLEMENT, par
Dagnan-Bouveret.

[L'ILLUSTRATION
_Numéro: 75 Centimes._
SAMEDI 30 SEPTEMBRE 1905
_63e Année--Nº 3266_]

[Illustration: M. Revoil. Dr. Rosen Les deux négociateurs: M. Revoil,
directeur du cabinet de M. Rouvier, et le docteur Rosen, représentant de
l'Allemagne à Tanger, en tête à tête dans la salle des Commissions, au
ministère des Affaires étrangères. L'ENTENTE FRANCO-ALLEMANDE SUR LA
QUESTION DU MAROC]



NOS SUPPLÉMENTS GRATUITS

_L'Illustration_, qui offre à ses abonnés et à ses lecteurs, souvent
avec une semaine d'avance sur les autres journaux illustrés, des
documents toujours plus nombreux sur les grandes actualités courantes,
n'en consacre pas moins une place de plus en plus importante à ses
suppléments d'art, gravures hors texte et en couleurs, et à la
publication des pièces de théâtre en cours de représentation sur les
grandes scènes parisiennes.

Les gravures hors texte, tirées avec un soin minutieux et présentées sur
papier de luxe, méritent pour la plupart d'être encadrées. Nous les
multiplierons encore pour répondre aux voeux de nos abonnés.

Quant aux pièces de théâtre, nous allons en recommencer la publication
avec le mois d'octobre qui marque la réouverture de la saison
dramatique. Naturellement, _L'Illustration_ n'entend pas reproduire
_toutes_ les pièces jouées de l'automne au printemps sur tous les
théâtres de Paris. Nos abonnés et nos lecteurs désirent connaître
surtout _toutes_ les oeuvres dramatiques remarquables par leur tenue,
leur haute valeur littéraire et leur succès. Nous serons heureux de les
leur offrir, cette année comme les années précédentes.

_L'Illustration_ publiera d'abord, après leur première représentation,
les deux grandes oeuvres dramatiques qui vont être jouées au
commencement d'octobre:

DON QUICHOTTE, comédie en trois parties et huit tableaux, en vers,
de _JEAN RICHEPIN_, à la Comédie-Française;

LE MASQUE D'AMOUR, pièce en cinq actes et neuf tableaux, de _DANIEL
LESUEUR_, au théâtre Sarah-Bernhardt.

Nous publierons aussi très prochainement: LA MARCHE NUPTIALE, comédie en
quatre actes, de _HENRY BATAILLE_, en répétitions au théâtre du
Vaudeville; LA RAFALE, comédie en trois actes, de _HENRY BERNSTEIN_,
qu'on répète au théâtre du Gymnase.

Nous publierons ensuite, au fur et à mesure de leur représentation sur
les grandes scènes parisiennes, les pièces nouvelles des maîtres du
théâtre contemporain:

BERTRADE, par _JULES LEMAITRE_, de l'Académie française, qui sera jouée
à la Renaissance;

LE GOUT DU VICE, par _HENRI LAVEDAN_, de l'Académie française, qui sera
joué au Gymnase;

LE RÉVEIL, par _PAUL HERVIEU_, de l'Académie française, qui sera joué à
la Comédie-Française;

PARAITRE, par _MAURICE DONNAY_, qui sera joué à la Comédie-Française;

PAQUERETTE ou LES ÉTRENNES, également par _MAURICE DONNAY_, qui sera
jouée au théâtre Antoine.

Nous nous sommes enfin assuré le droit de reproduction de:

LA VIEILLESSE DE DON JUAN, par _MM. MOUNET-SULLY et PIERRE BARBIER_, qui
sera jouée à la Comédie-Française.



COURRIER DE PARIS

JOURNAL D'UNE ÉTRANGÈRE

Lorsqu'un roi fait visite à Paris, c'est M. Lépine, préfet de police,
qu'on voit d'abord précéder, en Victoria, son cortège. Aussi quelle joie
parmi la foule, quand, dans le vacarme des premiers coups de canon, tout
au fond de la grande avenue vide et bordée de baïonnettes, apparaît,
comme blotti en un coin de sa voiture, M. le préfet,--barbiche
grisonnante, oeil fouilleur, figure osseuse de vieux troupier à l'affût.
On rit; on crie: «Vive Lépine!» Lépine aperçu, c'est la fête qui
commence. Il porte un doigt au bord de son chapeau, et file.

Le revoici... Octobre va s'ouvrir et Paris fait sa rentrée. M. Lépine le
précède, comme il précède les rois. La première exposition de la
«saison» qui commence demain est un concours de jouets, dont il eut
l'idée il y a quelques années et qui porte son nom. Concours Lépine! Les
affiches sont posées partout, et cela signifie que les vacances sont
finies. Aux coins des rues, les marchands de marrons, réinstallés,
considèrent avec satisfaction le cortège de l'hiver parisien qui
s'avance; et les familles vont, au Petit Palais des Champs-Elysées, se
renseigner sur ce qu'a produit de nouveau, cet été, dans le loisir de la
morte-saison, l'imagination des fabricants de jouets.

J'admire beaucoup les fabricants de jouets d'aujourd'hui; je les admire
pour l'ingéniosité de leurs trouvailles et leur science profonde; mais,
l'avouerai-je? je n'aime pas du tout les jouets qu'ils font. Le jouet
d'aujourd'hui m'émerveille et me déplaît. Il est trop savant; il semble
moins propre à amuser l'enfant qu'à faire valoir aux yeux des grandes
personnes le génie du monsieur très instruit qui l'inventa. Les jouets
qu'on me donnait dans mon enfance avaient déjà ce défaut. Je me souviens
de ma première poupée. C'était une petite personne trop lourde,
luxueusement vêtue, et qui _parlait_. Je la trouvai admirable pendant
une heure, et puis elle m'ennuya infiniment, et très vite la monotonie
de son sourire, de son gloussement mécanique, de son accoutrement
fastueux me la fit détester. Et plus d'une fois je me pris à envier les
petites filles du voisinage, enfants d'ouvriers que je voyais manier
avec amour de pauvres poupées de carton, muettes et toutes nues; mais de
vraies poupées, celles-là, qui ne jacassaient point et que le premier
chiffon venu suffisait à parer chaque jour d'un semblant de toilette
nouvelle. Le goût du luxe et les progrès de l'industrie ont changé tout
cela, et le temps approche où il n'y aura même plus de jouets amusants
pour les enfants pauvres. On leur vend pour vingt sous, trente sous, de
ridicules petits chefs-d'oeuvre: des personnages ou des bêtes qu'un
mécanisme anime et meut comiquement: un ours qui danse, un pompier qui
monte à l'échelle, un cuisinier qui râpe une carotte, un perruquier qui
taille une barbe... Le concours Lépine nous prodigue ces spectacles.
L'enfant passe, regarde, s'étonne. On lui offre l'objet. Au bout de cinq
minutes, il a fini d'être étonné; au bout de dix, il a cassé sa
mécanique. Au diable le chef-d'oeuvre! Un pantin de bazar, compagnon de
ses jeux, confident incassable de ses tristesses et de ses joies,
n'eût-ils pas mieux fait son affaire?

Et, tandis que le concours Lépine ouvre ses portes aux petits enfants,
le lycée rouvre les siennes à leurs grands frères. J'assiste en ce
moment, dans quelques familles amies, à des conversations qui
m'intéressent beaucoup:

--Où mettez-vous Pierre à la rentrée?

--A Louis-le-Grand; mais comme externe. Et vous?

--Nous, nous laissons Georges à Janson. Externe aussi, bien entendu.
J'ai trop souffert d'être enfermé pendant dix ans.

--C'est ce que dit mon mari. Il pense d'ailleurs que rien n'est, au
point de vue moral, plus dangereux que certaines amitiés d'internat; que
les enfants doivent être formés de bonne heure à l'usage de la liberté
et qu'il n'est de sérieuse éducation possible qu'en famille. C'est
absolument mon avis.

--C'est aussi le mien. Qu'en pensez-vous, docteur?

L'homme à qui l'on s'adresse est un des médecins les plus connus de
Paris. Il hésite, sourit, et répond:

--L'un de mes deux fils, madame, fut externe. C'est, vous le savez, un
assez mauvais sujet, et je ne crois pas que l'internat l'eût fait pire
qu'il n'est. J'incline même à penser le contraire.

» Mon fils Gustave était en effet, comme externe, à l'abri des
fréquentations mauvaises du lycée; le malheur est qu'il employa la
liberté que je lui laissais à boire, de bonne heure, des bocks en des
brasseries où ses camarades internes n'entraient pas, à lire des livres
qu'ils ne lisaient pas, à rechercher des amitiés, à courir des
spectacles, à contracter des habitudes de vie qui ne convenaient ni à
son âge, ni à sa condition. J'aurais dû le surveiller; mon métier ne
m'en laissait pas le loisir. La chambre où il travaillait était
incommode; les visites qui affluent chez moi lui offraient d'incessants
sujets de distractions et comme, en attendant de divorcer, je me
disputais plusieurs fois par jour avec ma femme, il n'était pas jusqu'à
mon ménage qui ne fût un spectacle peu propre à développer chez cet
enfant le sentiment de la vie de famille. J'en conclus donc que
l'internat, qui a été funeste à tant de petits garçons, eût peut-être
été le salut de celui-là; et qu'en matière d'éducation il n'est point de
système qui formellement l'emporte sur les autres... Tout dépend de
l'homme qu'on est, de la femme qu'on a, du métier qu'on fait, de
l'appartement qu'on habite, des gens qu'on fréquente, des qualités
natives de l'enfant, de ses défauts, de son tempérament. C'est une grave
affaire, madame, que de former un homme...»



Grave affaire et lourde responsabilité! Ainsi, il y a au Tyrol un père
et une mère qui, s'ils ont une conscience et lisent les journaux, ont dû
vivre ces jours-ci, comme disait Dumas, de supérieures minutes
d'émotion. Ce sont les parents de ce jeune Rinaldo Agostini, dit Eitar
Amor, arrêté pour vagabondage, et à propos de qui la question se posa,
devant les magistrats et les philologues, de savoir s'il n'existait
point au monde une langue si jeune que personne ne la connût encore, ou
si vieille que tout le monde, sauf ce miraculeux vagabond, l'eût
oubliée.

Qu'était-ce que l'_agrach?_ Personne ne savait; et le faux Eitar
demeurait, pendant une semaine, l'impassible spectateur des discussions
dont sa personne et son aventure étaient l'objet. Il répondait aux
questions avec politesse, s'efforçait visiblement d'aider ses juges dans
l'éclaircissement d'un mystère qui avait fini par affoler tout le monde.
Une fiche trouvée dans les dossiers de M. Bertillon fit connaître le nom
véritable de Eitar; que ce «déraciné» dont l'histoire avait ému Paris
était un simple aventurier; que la langue qu'il parlait, sans en pouvoir
préciser l'origine ni la grammaire, était un argot de son invention.

Cet Agostini me trouble. Je pense à ce qu'une telle aventure suppose
d'audace, de volonté, de finesse, d'intelligence, de sang-froid chez le
gamin qui en fut le héros et aux très belles choses, aux très grandes
choses peut-être, dont eût été capable--orienté vers un idéal
noble--cet esprit-là. Je songe aux petites causes mystérieuses, au
tragique mystère d'influences de quoi il dépend qu'un enfant paré de
tels dons les emploie à conquérir de la gloire ou à mériter de la
prison... Et je suis bien contente de n'avoir pas de fils à élever.
J'aurais trop peur.

SONIA.



NOTRE GRAVURE HORS TEXTE "RECUEILLEMENT" _D'après le tableau de M.
Dagnan-Bouveret._

Le talent grave et doux de M. Dagnan-Bouveret ne s'est peut-être jamais
exprimé de façon plus complète que dans cette calme et mélancolique
figure, d'une sobre harmonie, d'une pénétrante expression.

Femme de pêcheur, fiancée dont le «promis» vogue au hasard des mers
brumeuses ou veuve à tout jamais inconsolable, pour quel absent, quel
disparu, prie, de son front grave, de ses yeux navrés, de ses lèvres
mornes, de ses longs doigts égrenant d'un mouvement machinal un pauvre
chapelet, cette femme blanche et noire, en habits de deuil?



[Illustration: La dernière photographie de M. Godefroy Cavaignac (juin
1905).]

Depuis quelque temps déjà, M. Godefroy Cavaignac vivait très retiré et
il avait annoncé sa résolution de ne pas solliciter le renouvellement de
son mandat législatif.



LE NOUVEAU CANON ALLEMAND

Comment nous avons pu nous procurer la photographie du nouveau canon à
tir rapide et à bouclier que les Allemands construisent pour l'opposer à
notre 75, alors que l'artillerie allemande cache son nouveau matériel à
tous les yeux, aussi soigneusement que l'artillerie française
dissimulait autrefois son canon actuel, c'est ce que nous croyons
inutile de faire connaître. Philippe de Macédoine prétendait jadis qu'il
n'existait point de ville si bien gardée où ne pût entrer un mulet
chargé d'or; nous donnons aujourd'hui la preuve qu'il ne se trouve point
de quartier ou de champ de manoeuvres où ne puisse pénétrer le
photographe chargé de renseigner les lecteurs de _L'Illustration._

Cette nouvelle pièce est destinée à remplacer le canon à _tir accéléré_
que les Allemands adoptèrent en 1896, sur les renseignements erronés que
leur fournit à cette époque leur service d'espionnage habilement
aiguillé sur une fausse piste par le général Deloye, alors directeur de
l'artillerie au ministère de la Guerre. Persuadés que nous allions
construire un canon de ce genre, ils réarmèrent en quelques mois toute
leur artillerie, et quel ne fut pas leur désappointement quand ils nous
virent, un an après, adopter un canon très supérieur au leur et surtout
quand ils eurent pu constater en Chine les qualités si remarquables de
ce matériel[1].

[Note 1: Voir _L'Illustration_ du 30 août 1902]

Aussi, depuis cinq ou six ans, leurs ingénieurs et leurs officiers
d'artillerie n'ont-ils cessé de travailler à la construction d'un
véritable _canon à tir rapide_, mais leurs recherches avaient été si mal
orientées dans les débuts qu'ils n'ont pu encore rattraper les dix ou
douze années d'études qui constituaient notre avance.

On sait en quoi consiste le problème du tir rapide. Il s'agit de
construire une bouche à feu qui, après chaque coup tiré, revienne
exactement à la même position, si bien qu'on n'ait pas besoin de la
repointer. Pour y arriver, le meilleur procédé jusqu'ici a paru être de
réunir le canon proprement dit, le tube, à son affût par un frein et un
ressort. L'affût est fixé au sol par une bêche qui le maintient
immobile; au départ du coup, le canon recule seul en glissant sur
l'affût; il est retenu dans ce mouvement par un frein et il comprime en
même temps un ressort. Quand il a fini de reculer, le ressort, qui s'est
bandé, le ramène à sa première position et l'on peut tirer à nouveau.

Le système en lui-même n'était pas nouveau; il avait déjà été appliqué
aux canons de marine, pour lesquels il est facile de trouver des points
d'attache. Mais dans l'artillerie de terre il n'en est point de même; la
bêche qui fait partie des nouveaux affûts ne peut maintenir ceux-ci
immobiles qu'à une condition, c'est que l'effort exercé par elle sur le
terrain ne soit pas trop grand, sinon elle laboure le sol en reculant.
Il faut donc que le canon ne tire pas trop fort sur l'affût par
l'intermédiaire de son frein. Comment arriver à ce résultat? Tout
simplement en allongeant le frein. Au lieu de faire reculer le canon de
60 centimètres en exerçant un effort de 2.000 kilos, on le fait reculer
d'une longueur double et l'effort devient de 1.000 kilos seulement. Dans
ces conditions, la bêche ne bouge plus, et l'affût pas davantage. Ce
n'est pas tout, il faut encore que l'affût ne se soulève pas au choc du
départ, il ne faut pas qu'il se cabre, sinon il se détériorerait en
retombant et, de plus, se dépointerait. On l'empêche de se _cabrer_ en
le faisant suffisamment lourd et suffisamment long.

Le canon à tir rapide diffère donc des bouches à feu précédentes en ce
que son affût est long, bas et peu incliné; il doit être de plus
suffisamment lourd, résultat qu'on obtient en partie en faisant asseoir
dessus deux hommes pendant le tir.

Sur l'affût devenu immobile, on peut alors fixer ce que l'on veut, en
particulier des boucliers en acier à l'épreuve de la balle, sans que
ceux-ci risquent d'être détériorés par le tir. On obtient ainsi le canon
_à tir rapide_ et à bouclier. (Ce bouclier s'aperçoit sur la figure
entre les deux canonniers assis sur les sièges d'affût. Le haut et le
bas se rabattent pendant la marche sur la partie centrale qui est peu
élevée et par suite peu visible.) Le ressort ou _récupérateur_ qui
ramène à chaque coup le canon à sa place peut être soit un ressort en
caoutchouc, soit un ressort en acier, soit même un ressort en air. La
première solution est celle des Russes, la seconde celle des Allemands,
la troisième est celle du matériel français. Or, jusqu'ici, le ressort
en caoutchouc s'est montré carrément mauvais; le ressort en acier est
lourd, fragile et peu puissant; le ressort _en air_ est aussi léger que
puissant et peu encombrant, mais il ne peut être employé qu'à condition
d'avoir trouvé un truc, un tour de main, un joint empêchant l'air de se
sauver malgré la pression énorme à laquelle il est soumis. Ce truc, qui
constitue le secret du 75, les Allemands ne l'ont pas et ils ont dû
remplacer notre matériel _à pneumatiques_ par un matériel _à ressorts_.
Or leurs ressorts sont aussi bons qu'on peut les faire, ils cassent
rarement et sont du reste très faciles à remplacer, mais ils ramènent
lentement le canon à sa place et sont exposés à ne pouvoir le faire si
les glissières sont sales ou détériorées et le canon très incliné. Ce
manque de puissance des récupérateurs des Allemands empêche leur canon
de 75 d'atteindre la puissance du nôtre. Il possède une vitesse initiale
légèrement moindre, un projectile plus léger (soit 13 livres au lieu des
14 livres 1/2 du nôtre), des balles moins lourdes et, par suite, moins
efficaces.

Sa rapidité de tir, _dans de bonnes conditions_, est comparable à celle
de notre 75, vingt-cinq coups au maximum, quinze à seize coups en temps
normal. Encore faut-il que le canon allemand se trouve dans de bonnes
conditions, c'est-à-dire que le canon soit pointé dans la direction
exacte de l'axe de l'affût. S'il se trouve tant soit peu à droite ou à
gauche, l'affût se déplacera de plus en plus latéralement à chaque coup
et il faudra refaire le pointage, ce qui ralentira le tir.

Pour tous les autres détails, les Allemands ont copié notre matériel.
Ils ont adopté notre _cartouche_ à obus, notre caisson blindé qu'on
place près de la pièce pour avoir les munitions sous la main, nos sièges
fixés à la flèche d'affût, notre ligne de mire indépendante, nos
galeries porte-sacs, placées contre les dossiers des coffres, etc. Ils
étudient nos méthodes de tir qu'il faut s'attendre à les voir démarquer.

Tout cela n'est pas pour nous inquiéter, car, tout compte fait, ils
n'arrivent qu'à imiter à peu près ce que nous avons. Mais ce qui doit
par contre nous préoccuper, c'est la supériorité numérique écrasante
qu'aura bientôt l'artillerie allemande sur la nôtre.

Les Allemands auront en effet, en 1906, 144 canons par corps d'armée
alors que nous n'en avons que 96, c'est-à-dire qu'ils disposeront d'un
nombre de bouches à feu supérieur de moitié au nôtre.

Dans ces conditions, la lutte ne serait pas possible. X.



LES GRANDES MANOEUVRES FRANÇAISES ET ALLEMANDES COMPARÉES

_A quelles conceptions stratégiques ont obéi les états-majors français
et allemand dans la préparation des grandes manoeuvres de 1903? Nos
lecteurs pourront les déterminer de façon très précise en consultant les
schémas que nous publions ci-dessous. Les cartes I et II montrent le
lieu de concentration des divers corps d'armée et la direction générale
qu'ils ont suivie pour s'y rendre. Les cartes III et IV font voir le
thème général des manoeuvres pour les troupes des deux pays._

[Illustration: Mode et lieux de concentration par voies ferrées Du 5e
corps: entre Brienne et Bar-sur-Aube; du 20e corps: en avant de
Doulevant-le-Château; du 6e corps (moins la 12e div.): à
Vitry-le-François; du corps provisoire (12e div., 5e brigade coloniale
et 5e brigade métropolitaine): à Châlons-sur-Marne.]

GRANDES MANOEUVRES FRANÇAISES

Du 3 au 6 septembre, se sont déroulées les manoeuvres de «corps d'armée
contre corps d'armée» et, du 6 au 10, les manoeuvres dites «d'armée
contre armée» (deux corps de chaque côté).

Pendant la première période, les combats ont eu lieu dans le sens
est-ouest: le 5e corps (Orléans) est en lutte avec le 20e (Nancy), entre
Brienne et Doulevant. Le corps provisoire (Paris-Reims) se déploie
contre le 6e corps (privé de sa 12e division), entre Châlons et Vitry.

Dans la seconde période, les combats se déplacent dans le sens nord-sud;
le 6e corps et le corps provisoire s'unissent contre le 5e et le 20e,
devenus alliés, et la bataille finale se livre dans le triangle
Vitry-Brienne-Doulevant. C'est l'armée _ennemie_ qui, d'une façon
générale, a remporté le plus de succès.

Bien que ces deux périodes de manoeuvres paraissent répondre à un double
thème qui serait celui-ci: 1° combats isolés entre corps d'armée
français et corps d'armée allemand, placés l'un en face de l'autre; 2°
combat final de deux armées, l'une allemande, venant du nord-nord-est,
dans la direction Sedan-Châlons, l'autre française, paraissant venir du
centre de la France, on doit considérer le thème général des manoeuvres
françaises comme beaucoup plus complexe qu'il ne semblerait à première
vue.

[Illustration: Le thème général des manoeuvres françaises.]

En réalité, les deux périodes de manoeuvres (3-10 septembre) répondaient
à l'unique hypothèse que voici: un groupe d'armées allemandes a envahi
la France par l'Argonne, et a réussi à traverser la Meuse. Sur la gauche
de ce groupe d'armées, une force considérable, opérant de flanc, et
venant du Palatinat, s'est avancée entre Nancy et Lunéville, entre Toul
et Épinal, jusque dans la vallée supérieure de l'Ornain, petit affluent
de la Marne. Là, cette armée détache en avant deux corps, l'un vers
Vitry, l'autre vers Doulevant et Brienne, de façon à explorer les deux
routes (route de l'Aube, route de la Marne) qui conduisent dans le
bassin de Paris. Mais une armée française s'est concentrée derrière la
Loire et s'est avancée jusqu'à Troyes. De là, pour riposter à la
manoeuvre ennemie, l'armée française lance en exploration un corps vers
Châlons, un autre vers Brienne. Des combats d'avant-garde se livrent
pendant trois jours entre ces corps d'armée; puis les deux armées,
concentrant leurs forces, s'avancent, l'une (l'armée allemande), de la
vallée supérieure de l'Ornain vers Vitry, et l'autre (l'armée
française), de Troyes vers Brienne, sur la rive droite de l'Aube, où se
disputera la bataille décisive, dans un engagement général qui mettrait
face à face les Allemands adossés aux Ardennes et les Français ayant
derrière eux le plateau de Langres.

Il est à remarquer que l'hypothèse d'une invasion de la France par
l'Argonne est une hypothèse fréquemment envisagée par les stratégistes
et qui fut, du resté, réalisée une fois dans l'histoire. Quatre fois, en
un siècle, la France a été foulée par le pied de l'envahisseur, en 1792,
en 1814, en 1815 et en 1870, et chacune de ces invasions s'est acheminée
vers Paris par une route différente. En 1792, les Prussiens, conduits
par le maréchal de Brunswick, empruntèrent justement cette route de
l'Argonne, et ne furent arrêtés qu'à Valmy, en Champagne.

En 1814, Blucher et Schwarzenberg, poursuivant Napoléon, envahirent la
France par les vallées de l'Aube, de la Marne et de la Seine.

En 1815, l'armée anglo-prussienne de Wellington, Blucher et Bulow,
venant de Waterloo, se dirigea vers Paris par les vallées de l'Escaut,
de l'Oise et de l'Aisne.

En 1870, les armées du prince Frédéric-Charles et du Prince Royal
purent, après les journées de Sedan et de Metz, atteindre la capitale,
sans coup férir, en suivant le cours de tous les affluents de la Seine.

On est en droit de dire que les manoeuvres françaises étaient la
répétition, sur une plus vaste échelle, de la campagne désormais fameuse
de 1792, où fut battu Brunswick, et où s'immortalisèrent Kellermann et
Dumouriez.

[Illustration: En Allemagne: concentration du 8e corps (plus la 25e
brigade de Munster): à Coblentz; du 18e corps (plus la 28e division de
Carlsruhe): à Hambourg.]

GRANDES MANOEUVRES ALLEMANDES

Après une revue du 8e corps à Coblentz et du 18e à Hambourg par
l'empereur, les manoeuvres allemandes ont commencé le 12 septembre entre
le corps d'armée national (8e corps) et l'ennemi (18e corps). Elles ont
duré quatre jours. Le 8e corps mettait en ligne 6 brigades d'infanterie
ou 12 régiments, 2 brigades de cavalerie ou 4 régiments, et 2 brigades
d'artillerie ou 24 pièces. Le 18e corps, accru de la 28e division (55e
et 56e brigade d'infanterie) lui opposait 6 brigades ou 12 régiments, 3
brigades de cavalerie ou 6 régiments, 3 brigades d'artillerie ou 34
pièces. La supériorité du 18e corps en cavalerie et artillerie lui a
valu la victoire hypothétique. L'hypothèse stratégique mise en avant par
le grand état-major allemand était l'exacte contre-partie de celle
qu'avait adoptée l'état-major français:

Une armée française venant des environs de Nancy a franchi la frontière
allemande, s'est engagée dans ce qu'on appelle la trouée de Sarrebruok,
c'est-à-dire dans le couloir assez large compris entre les forteresses
de Metz et de Strasbourg, entre les Vosges et leur prolongement, le
Hardt d'un côté, et de l'autre le Hunsruck. Elle franchit sans encombre
le plateau d'Alzey et assiège Mayence. Poursuivant sa route, le long du
Mein, entre le Taunus et l'Odenwald, elle va pénétrer dans la Hesse ou
la Franconie, quand une armée nationale, se concentrant à Marbourg,
détache en avant vers Coblentz un ou plusieurs corps d'armée, avec
mission de franchir le Rhin et de tomber sur les derrières de l'armée
d'invasion dont une fraction assiège Mayence. Mais l'envahisseur a prévu
le danger. Arrêtant un moment sa marche, il dépêche son aile gauche, à
travers les contreforts du Taunus, attaquer de flanc l'avant-garde de
l'armée allemande détachée vers Coblentz. Notre carte IV montre très
exactement la double direction suivie inversement par les deux
avant-gardes, ainsi que les manoeuvres fictives ou réelles auxquelles ce
thème a donné lieu.

L'état-major allemand, sans doute pour frapper les esprits, avait
conféré la supériorité numérique au 18e corps (représentant l'armée
française). La victoire est restée, en conséquence, à l'envahisseur.

On fera à ce propos une remarque qui n'est pas dénuée d'intérêt:

Sans parler de la campagne d'Iéna, en 1806, trois exemples anciens ont
pu guider l'état-major allemand dans la conception de cette hypothèse
stratégique:

1° La marche de Hoche sur le Palatinat en 1793, son échec devant
Kaiserslautern et sa revanche devant les lignes de Wissembourg. Le
général républicain réussissait à rejeter les Austro-Prussiens au-delà
du Rhin, après avoir débloqué Landau;

2° La prise de Cologne, Coblentz et Dusseldorf par le général Jourdan,
commandant de l'armée de Sambre-et-Meuse en 1794, et sa victoire
d'Altenkirchen;

3° La seconde campagne de Hoche, à la tête de l'armée de Sambre-et-Meuse
en 1797, et sa victoire de Neuwied.

Du côté allemand comme du côté français, on a donc trouvé sur ce terrain
historique des leçons à méditer.

J. DELAPORTE.

[Illustration: Le thème général des manoeuvres allemandes.]

[Illustration: Carte montrant les lignes de la Compagnie française des
Câbles télégraphiques sur la côte vénézuélienne.]

[Illustration: Ensemble des lignes de la Cie française des Câbles
télégraphiques.]

Un singulier chef d'État de l'Amérique du Sud, le président Castro,
dictateur de la république vénézuélienne, vient de se signaler par une
nouvelle fantaisie qui, cette fois, touche directement la France.

Sous prétexte que la Compagnie française des Câbles ne remplissait pas
complètement les obligations de son cahier des charges et n'avait pas
assuré de façon parfaite les services télégraphiques avec l'Amérique du
Nord, il a fait prononcer la déchéance par les tribunaux à sa dévotion
et ordonné la fermeture immédiate de tous les bureaux de la côte, à
l'exception de celui de la Guaira, dont il avait besoin pour ses
communications avec l'Europe. Ce n'est pas tout: aux réclamations
courtoises de M. Désiré Brun, représentant de la Compagnie, il a répondu
brutalement par un arrêté d'expulsion.

Ces actes arbitraires, ces abus de pouvoir, constituent à tous égards
des illégalités flagrantes; la légitimité de l'annulation du contrat
fût-elle admise, qu'elle n'impliquerait nullement une spoliation, et la
mesure coercitive prise contre M. Brun, en violation des conventions
internationales, ne se justifie pas davantage. Notre gouvernement a donc
chargé M. Taigny, remplissant les fonctions de ministre de France à
Caracas pendant l'absence de M. Wiener, de remettre au président Castro
une protestation et d'exiger de lui les satisfactions que l'affaire
comporte.

[Illustration: M. Taigny, chargé d'affaires de France à Caracas.]

[Illustration: Le président Cipriano Castro.]

LE DIFFÉREND FRANCO-VÉNÉZUÉLIEN



LE GLISSEMENT DES QUAIS D'ANVERS

Il vient de se produire, dans le port d'Anvers, un accident assez peu
ordinaire: dans la nuit du 17 au 18 septembre, les quais du Sud étaient
entraînés vers l'Escaut par un mouvement de glissement. Les murs, ne
pouvant résister à la pression des terres, s'écroulaient sur une
longueur de 150 mètres. Les terres n'étant plus retenues continuaient
leur marche au fleuve et, en quarante-huit heures, se déplaçaient d'un
mètre et demi. Sous cette poussée, les conduites d'eau actionnant les
grues hydrauliques étaient rompues, les rails des voies ferrées tordus,
arrachés, et, enfin, un hangar destiné à recevoir les marchandises
s'affaissait à ce point qu'on dut le démolir. Les ingénieurs multiplient
les travaux pour enrayer le mal et de nombreuses équipes d'ouvriers sont
nuit et jour occupées sous leurs ordres. On évaluait les dégâts à plus
de deux millions de francs.



LE PATRIARCHE MARONITE A PARIS

Paris compte depuis quelque temps parmi ses hôtes de marque Mgr Elias
Hoyek, patriarche' maronite d'Antioche et de tout l'Orient, commandeur
de la Légion d'honneur. Il vient de Rome, où il est allé présenter ses
hommages au pape Pie X; le rite dont il est le plus haut dignitaire et
qui compte la majeure partie de ses adeptes au Liban appartient en
effet, on le sait, à la religion catholique. Mgr Hoyek est âgé de
soixante et un ans; il a été élu en 1899. C'est un homme robuste, de
belle prestance; son visage ouvert, encadré d'une barbe épanouie,
blanche comme la neige, porte l'expression de l'intelligence, de la
finesse et de la bonté; il est vêtu d'une longue soutane, par-dessus
laquelle se drape une ample houppelande aux longues manches, et coiffé
d'une sorte de turban de soie noire.

[Illustration: A Anvers: une crevasse produite par le glissement des
quais dans le port.--_Phot. A. Pierre._]

[Illustration: A Paris: Sa Béatitude Mgr Elias Hoyek, patriarche
maronite, en fiacre.]

L'éminent prélat a déjà visité Paris, antérieurement à son élévation au
patriarcat. Il y revient aujourd'hui pour affirmer la fidélité des
maronites à la France, au service de laquelle il a toujours mis
l'influence considérable qu'il exerce dans cette région de l'Orient;
aussi notre gouvernement, à son arrivée, l'a-t-il reçu avec les plus
grands égards, et c'est le ministère des Affaires étrangères qui a
pourvu à son installation durant le séjour que fait chez nous «Sa
Béatitude», accompagnée de trois autres prélats et d'une suite
nombreuse.



[Illustration: Maison du riche arménien Toumanoff détruite par les
Tatars.]

[Illustration: Maison du riche tatar Alieff bombardée par les cosaques.]

LES ÉVÉNEMENTS DE BAKOU

Les désordres terribles qui ont ensanglanté et ruiné Bakou semblent
avoir pris fin. Le calme paraît rétabli. La troupe est enfin maîtresse
de la ville. On a annoncé que les belligérants, Arméniens et musulmans,
avaient fait la paix, comme après une campagne. On va pouvoir évaluer
les tristes résultats de l'émeute, en attendant qu'on songe à réparer
les ruines qu'elle a causées.

Mais, sans doute, n'aurons-nous, sur les scènes effroyables de violence,
de meurtre, qui se sont déroulées pendant des semaines entières, que peu
de documents. Les habitants terrifiés ne songeaient qu'à fuir, à quitter
en toute hâte, sans regarder derrière eux, cette ville livrée à toutes
les horreurs de la guerre civile. Les amateurs photographes les plus
fanatiques sentaient bien que ce n'était guère l'heure ni le lieu
d'augmenter leur collection d'un «bel instantané». Il leur eût fallu une
vaillance peu commune pour l'oser. A peine, de-ci de-là, quelqu'un
dut-il avoir le sang-froid de photographier, à la dérobée, quelque
cadavre étendu dans une rue balayée par la trombe des émeutiers et
attendant au grand soleil la sépulture, ou encore cet attelage de boeufs
abattu à coups de fusil--après son conducteur--par une troupe de
furieux.

[Illustration: Un réservoir de naphte incendié.]

On a surtout photographié des ruines, qui attestent d'ailleurs assez
éloquemment quelle fut la violence de la lutte et à quels excès on s'est
porté.

Aucun des deux camps n'a montré moins de passion sanguinaire et
destructrice que l'autre. On s'entre-tuait en conscience; on brûlait, on
pillait, on démolissait les maisons, les exploitations industrielles
avec un pareil entrain.

Entre les deux partis--contre les deux serait plus juste--avec cette
consigne de «rétablir l'ordre», les cosaques tiraient à l'aveuglette
tour à tour sur les Tatars et sur les Arméniens. Et si la maison de
Toumanoff, un des plus riches Arméniens de Bakou, a été incendiée par
les Tatars, en revanche, la maison du Tatar Alieff, un notable, aussi,
parmi les siens, a été bombardée par les cosaques eux-mêmes.

Les pertes matérielles qui résultent de cette émeute sont incalculables,
et les compagnies' qui exploitaient les sources de naphte, comme celles
qui leur servaient d'auxiliaires, compagnies de transports, par exemple,
ont subi des dommages presque irréparables.

[Illustration: Rue de la Marine: une victime.]

[Illustration: Attelage d'un Arménien assassiné.]

CE QU'ON VOIT DANS LES RUES DE BAKOU

[Illustration: Un des chariots boers que les Allemands utilisent pour
leurs convois de ravitaillement dans le Sud-Ouest africain.]



DANS L'AFRIQUE ALLEMANDE

Une dépêche du Cap, en date du 20 septembre, annonçait un nouvel et
grave échec des troupes allemandes dans la campagne entreprise pour la
répression des indigènes rebelles: pendant la marche du général de
Trotha contre Henrik Witboï, celui-ci, se dérobant à la colonne
principale, attaqua son long convoi près de Keetmansoop surprit
l'escorte et l'anéantit complètement: mille têtes de bétail, une
centaine de fourgons de munitions, quantité de fusils auraient été pris.

C'est, on s'en souvient, au commencement de l'année dernière, qu'éclata
la révolte des Herreros, une des peuplades de la colonie allemande du
Sud-Ouest africain, dont elle occupe la partie septentrionale, le long
du littoral de l'océan Atlantique, jusqu'à la colonie portugaise de
Mossamedès [2] Les Herreros ou Beest-Damara (Damara du bétail)
appartiennent à une des plus belles races de l'Afrique; ils sont de
haute stature, vigoureux, de physionomie assez ouverte, mais de
caractère irritable et, pour peu que la lutte les surexcite, enclins à
la férocité. Au nombre de cent mille, ils ont pu mettre sur pied environ
trente mille guerriers, aujourd'hui bien entraînés; quoique la plupart
d'entre eux aient conservé la tenue sommaire des sauvages, ils ont
emprunté aux Européens certaines de leurs façons de combattre et savent
faire «parler la poudre», le fusil à la main.

[Note 2: Voir _L'Illustration_ du 30 janvier 1904.]

Il fallait compter sérieusement avec de pareils adversaires, favorisés
d'ailleurs par les conditions naturelles du pays et par l'agitation
belliqueuse de peuplades voisines, Hottentots, Ovambas. L'Allemagne l'a
constaté à ses dépens: depuis bientôt deux ans que dure cette campagne,
elle lui a déjà coûté la vie de près de deux mille soldats et plus de
trois cents millions de francs; à diverses reprises, et récemment
encore, elle a dû expédier là-bas des renforts considérables, hommes,
chevaux, artillerie, matériel, service d'ambulances.

Le général de Trotha va, il est vrai, avoir un successeur en qualité de
gouverneur de la colonie: M. de Lindiquist, ancien consul général au
Cap, qui se fait fort de réaliser promptement la pacification par des
mesures énergiques; un avenir prochain nous apprendra si sa tâche est
aussi aisée qu'il le présume.

En somme, au bout de vingt ans, l'Allemagne n'a pas réussi à consolider
définitivement sa domination dans le Sud-Ouest africain. Après s'y être
établie en 1884, elle n'y a ménagé ni les hommes, ni les capitaux; elle
y a multiplié les ouvrages fortifiés, les casernes; elle s'est efforcée
d'y attirer les Boers, notamment à l'époque de la guerre du Transvaal,
et, malgré tout, son oeuvre coloniale n'est guère plus avancée qu'au
début. Aussi, ces soulèvements d'indigènes, cette résistance prolongée
des Herreros, ne sont-ils pas, à l'heure présente, un des moindres
soucis du gouvernement de Berlin.



[Illustration: Une rue indigène à Swakopmund, sur la côte de
l'Atlantique.]

[Illustration: Un beau type de Herreros.]

LA MISSION BRAZZA

Le gouvernement de la République prépare à Savorgnan de Brazza des
funérailles solennelles. En attendant, il a veillé à ce qu'aucun honneur
ne fût marchandé à la dépouille mortelle du grand explorateur, amenée à
Marseille par le paquebot _les Alpes_, au moment où elle allait toucher
la terre de France. Mais, quelques devoirs qu'on lui prodigue, rien ne
saurait effacer, dans le souvenir de ceux qui accompagnaient de Brazza
dans son voyage, la vision de son débarquement à Dakar lorsque, terrassé
par la maladie, il dut quitter la _Ville-de-Maceio_, qui le rapatriait,
laissant les compagnons de son dernier labeur poursuivre leur route vers
la patrie, tandis qu'il s'en allait expirer à l'hôpital, sur cette terre
d'Afrique où il avait accompli une si grande oeuvre, au temps de sa
belle vigueur.

[Illustration: Maison occupés par M. de Brazza, à Brazzaville.]

[Illustration: Le vapeur _Dolisie_ amenant la mission de Brazza à
Brazzaville.]

Il prévoyait, dès ce moment, sa fin prochaine, et ses adieux calmes et
touchants à M. Hoarau-Desruisseaux, inspecteur général des colonies--à
qui il confiait la direction de la mission--montrèrent qu'il ne
conservait aucune illusion sur le sort qui l'attendait.

C'était déjà un agonisant que des marins tout blancs transportèrent, le
13 septembre, du bord dans une chaloupe à vapeur et débarquèrent sur le
wharf de Dakar; un moribond qui ne pouvait déjà plus supporter la
lumière du jour, et qui gisait presque inanimé sur ce brancard, drapé
comme d'un poêle funèbre, pour le protéger contre le grand soleil.

[Illustration: Le petit vapeur transbordant M. de Brazza malade à
l'appontement de Dakar.]

[Illustration: Le retour: en vue de Dakar.--La civière de M. de Brazza
accrochée au palan qui va descendre l'explorateur, du paquebot à bord du
petit vapeur côtier.]

[Illustration: M. Gentil. Mme de Brazza. M. de Brazza.
L'ARRIVÉE À BRAZZAVILLE.--Mme de Brazza, au bras de M. Gentil, et suivie
de Savorgnan de Brazza, débarque du _Dolisie_.]

[Illustration: Le débarquement de M. de Brazza mourant, à l'appontement
de Dakar.]

QUELQUES INSTANTANÉS SUR LA MISSION D'ENQUÊTE AU CONGO FRANÇAIS

[Illustration: L'hôtel du commissaire général, M. Gentil, à
Brazzaville.]

Tandis que son cercueil s'en venait vers la France, des polémiques
regrettables--à tout le moins intempestives--se sont élevées au sujet de
ce Congo, dont M. de Brazza était chargé de préparer l'organisation
définitive. Une lettre de lui a été livrée à la publicité, qui adresse à
M. Gentil, commissaire général du Congo, des reproches assez vifs. M.
Émile Gentil, qui avait précédé le retour de la mission, est défendu
énergiquement par ses amis, car, malade en ce moment, il est dans
l'impossibilité de se défendre lui-même. Nous nous garderons de prendre
parti dans ce débat: les rapports de la mission Brazza sont aux mains de
M. le ministre des Colonies. Il entendra M. Gentil. Les pièces du procès
seront publiées. Alors seulement on pourra prononcer équitablement.

Ce sont deux bons Français que cet incident oppose l'un à l'autre. Il
faut souhaiter que leur gloire à tous deux sorte indemne de ce débat.

[Illustration: Un des principaux indigènes reçus par M. de Brazza: le
chef Bankoy, du village M'Pili, et sa suite.]

[Illustration: M. Hoarau-Desruisseaux, inspecteur général, qui a
présenté les rapports de la mission au ministre des Colonies.]

[Illustration: SUR L'APPONTEMENT, DE DAKAR.--Le transport de M. de
Brazza à la voiture d'ambulance qui va le conduire à l'hôpital.]



[Illustration: Campement de la population de Pizzo, sur le
rivage.--_Phot. A. Croce._]

APRÈS LE TREMBLEMENT DE TERRE

Il faudra de longs mois, sans doute, avant que la vie ait repris son
cours normal aux champs désolés de la Calabre. Le sol y tremble encore,
on y vit toujours dans l'inquiétude, dans les transes, et chaque soleil
qui se lève éclaire là-bas des scènes navrantes, des drames quotidiens
de misère et de douleur. A-t-on, même, pu évaluer jusqu'à présent, d'une
façon précise, les désastres causés par la catastrophe?

Aux pays ravagés par le tremblement de terre, la plupart des maisons,
comme on sait, ont été détruites. C'étaient, le plus souvent, en
certains endroits dans la campagne, de misérables huttes aux murs de
terre, de pisé, aux toits fragiles. Les bâtiments solidement construits,
les gares de chemin de fer, par exemple, édifiées en bonnes briques, ont
presque partout résisté. Les cabanes des paysans se sont écroulées, dès
les premières secousses sismiques, plus facilement que des châteaux de
cartes, ensevelissant trop souvent sous leurs décombres ceux qu'elles
abritaient.

Mais, même parmi les demeures qui ont échappé à la destruction
immédiate, combien sans doute ont dû et doivent encore être abattues,
parce qu'elles n'assuraient plus à leurs hôtes un logement assez sûr, et
que leurs murailles, ébranlées par les premiers assauts, menaçaient
ruine. L'épisode que reproduisent d'une façon si saisissante trois de
nos photographies, où l'on voit s'écrouler en trois temps, comme dans un
cinématographe, un pan de mur d'une maison de Parghelia, est une scène
de tous les jours, à laquelle doivent commencer à s'accoutumer les
malheureux sinistrés. Que de pauvres gens qui, au premier examen,
s'imaginaient pouvoir réoccuper le soir la maison qu'il leur avait fallu
fuir, affolés, dans la nuit du désastre, ont dû renoncer à cet espoir
chimérique et se sont trouvés, le lendemain, sans abri, comme les
voisins!

[Illustration: Campement dans un train.--_Phot. comm. par M. de Mouy._]

[Illustration: Le théâtre de Martirana transformé en hôtellerie
commune.--_Phot. A. Croce._]

[Illustration: Chute d'un pavillon à Parghelia (1re phase).]

L'une des premières préoccupations du roi Victor-Emmanuel, au cours de
son voyage à travers la contrée dévastée, avait été d'assurer des asiles
momentanés à ces populations sans feu ni lieu et, sur son ordre, dans
les bourgades qu'il traversait, des soldats--dont le dévouement dans
ces circonstances si pénibles a été héroïque et touchant--s'occupaient à
construire des baraquements pour recevoir ces malheureux.

Il en était qui, sous la frayeur encore que leur avaient causée les
événements dramatiques dont ils venaient d'être témoins, n'eussent
consenti qu'à grand'peine à se réfugier sous un toit. Ils s'établirent
comme ils purent, campèrent dans des wagons de chemin de fer, ou
s'endormirent en plein champ. A Pizzo, la population s'installait, au
lendemain du désastre, sur la plage, au bord des flots.

A Martirana, on transforma en hôtel le théâtre de la petite ville. Des
familles y logèrent comme elles purent, au milieu du parterre, sur la
scène, dans les couloirs. Les plus favorisés de ces infortunés furent
ceux qui purent, arrivés les premiers, retenir quelque loge, bien
étroite sans doute, et y improviser leur chambre à coucher.

Et dans quelles conditions inconfortables, dans quel dénûment, pour tout
dire, il faut vivre! On a tout perdu. Les ustensiles les plus
indispensables sont demeurés ensevelis sous les débris des maisons
écroulées.

[Illustration: Chute du pavillon (2e phase).]

Tant qu'il fait jour, aidés par la troupe, les pauvres sinistrés vont et
viennent sur les ruines de leurs anciennes demeures, essayant de retirer
du milieu des décombres les morceaux de leurs lits, quelques pièces de
vêtements, souvent dans quel état, grand Dieu! ou quelque pièce de leur
mobilier rustique. Et c'est un spectacle étrangement poignant que de
voir circuler, entre des murailles branlantes, ces sauveteurs emportant
des planches fendues, quelque panneau d'armoire, le tiroir d'un buffet,
des chaises bancales, un sac de linge, des vaisselles sorties ébréchées
à peine de ce cataclysme, et risquant leur vie pour sauver ces épaves!
Une atmosphère pestilentielle plane sur ces maisons éboulées, sur ces
murs qui vacillent, sur ces amoncellements de pierres, de poutres, qui
recèlent encore des cadavres en décomposition, et que fouillent et
déblayent des soldats, défaillant parfois devant les douleurs dont ils
sont les témoins. C'est vraiment le pays de l'épouvante et de la
désolation.

Comment décrire, encore, ces hôpitaux pleins de gémissements et de
râles, regorgeant de blessés, de malades, de patients demi-fous et qui
conservent encore dans leurs yeux hagards les visions effroyables qui
les frappèrent dans la nuit du désastre? Ce sont des impressions qu'on
ne peut supporter qu'à condition d'avoir les nerfs solides, le coeur
cuirassé du triple airain du poète! E. M.

[Illustration: Chute du pavillon (3e phase): un nuage de poussière.
_Instantanés communiqués par le vicomte Roger de Mouy, consul de
France._]



[Illustration: APRÈS LE TREMBLEMENT DE TERRE.--Femmes blessées à
l'hôpital de Catanzaro.--_Phot. A. Croce._]

[Illustration: Croquis exécuté en 2 minutes 55 secondes, pendant
l'éclipse totale, à Sfax (Tunisie).]

[Illustration: Dessin de reconstitution de l'éclipse totale exécuté
d'après le croquis ci-contre.]

COMMENT ON DESSINE
UNE ÉCLIPSE DE SOLEIL

_M. l'abbé Moreux, directeur de l'observatoire de Bourges, était à la
tête de celle des missions françaises qui avait choisi Sfax, en Tunisie,
pour observer F éclipse totale du 30 août dernier. Il a bien voulu nous
communiquer le croquis qu'il a exécuté pendant l'éclipsé même et le
dessin qu'il a fait ensuite d'après ce croquis, en expliquant à nos
lecteurs «comment--et pourquoi--on dessine une éclipse de soleil»._

Malgré tout ce que les journaux ont publié, nous ne pensons pas faire
injure à nos lecteurs en supposant que bien peu d'entre eux se font une
idée nette d'une éclipse totale. On pense généralement que la beauté
d'un semblable phénomène est réservée aux seuls initiés, aux astronomes
surtout, munis de puissants instruments. En réalité, c'est exactement le
contraire. Beaucoup de ceux qui sont attachés aux missions scientifiques
céderaient volontiers leur place derrière un instrument pour pouvoir
observer à leur aise et en dilettanti le spectacle merveilleux d'une
éclipse totale.

A ceux qui m'interrogent à ce sujet, je me plais toujours à citer les
paroles du célèbre Warren de La Rue. On lui demandait un jour quel
instrument il préférait pour observer une éclipse: «Un coussin»,
répondit-il.

C'est qu'en effet le spectacle d'une éclipse totale ne revêt jamais dans
un instrument le caractère de grandeur et de beauté du phénomène vu à
l'oeil nu. La moindre lentille interposée entre l'oeil et la couronne
solaire suffit à enlever une partie de la faible luminosité de ce voile
léger et ténu auréolant le soleil à la façon d'une gloire et dont la
constitution intime est le but de toutes les missions scientifiques.

L'un des points les plus essentiels est l'extension de cette lumière
coronale qui varie avec l'activité solaire; or, il est d'expérience que
la plaque photographique est impuissante à déceler les dernières limites
de la couronne atteintes par un oeil expérimenté.

De là la nécessité, quand on le peut, de mettre au programme le dessin
du phénomène pour fixer la forme des régions lointaines de cette sorte
d'atmosphère cométaire.

Les lecteurs de _L'Illustration_ ont donc sous les yeux la
représentation de l'éclipse telle qu'un spectateur doué d'une bonne vue
pouvait l'apercevoir le 30 août à Sfax.

Le premier dessin est le croquis de l'éclipse exécuté en 2 minutes 55
secondes.

La durée de la totalité à Sfax, quoique supérieure de plusieurs secondes
à ce chiffre, ne m'a pas permis de consacrer au dessin tout le temps
disponible, car je devais noter l'heure exacte des contacts et mon
programme se doublait en quelque sorte.

Plusieurs minutes avant la totalité, j'ai pu suivre l'empiétement du
disque lunaire sur le disque brillant du soleil à l'aide d'une lunette
équatoriale. Les pics de la lune se découpaient très nettement sur le
fond d'un jaune d'or éclatant. En même temps l'éclat du croissant
diminuait peu à peu et, 30 secondes avant la totalité, le verre noir qui
protégeait l'oeil devenait inutile.

Je pus alors constater que le mince croissant solaire se déchiquetait,
offrant de nombreuses solutions de continuité. On eût dit les grains
d'un chapelet brillant disposés en demi-cercle autour du disque noir de
la lune. Ce phénomène est connu sous le nom de _grains de Baily_ et, sur
mon croquis, je l'ai indiqué comme atteignant sa visibilité maximum 5
secondes avant la totalité.

A ce moment la couronne apparut sur le côté opposé lançant ses rayons
dans le ciel déjà obscurci; puis les derniers grains brillants
disparurent, je pressai le bouton électrique du chronographe: l'éclipse
était commencée.

On n'imagine guère l'activité qu'il faut déployer alors pour faire
l'esquisse sommaire que vous avez sous les yeux.

Il ne peut être question de rendre l'effet produit. Il faudrait toute la
gamme des couleurs et un temps beaucoup plus long que celui des plus
longues éclipses atteignant 6 minutes au maximum.

On doit donc se borner à noter sur un papier préparé à l'avance et où
l'on a tracé des circonférences éloignées entre elles d'un demi-diamètre
solaire, les formes de la couronne. Cette esquisse doit se faire comme
tous les dessins à main levée, c'est-à-dire que l'on indique d'abord les
grandes lignes, se réservant ensuite le dessin de détail, s'il reste du
temps.

Afin de laisser l'oeil s'habituer aux teintes faibles de la couronne
extérieure, je commence par les parties basses et voisines du soleil.
Elles étaient limitées, cette année, par un anneau brillant de couleur
dorée, dont l'intérieur avait une teinte lumineuse d'un bleu pâle
rappelant celui de certains globes électriques.

A mesure que le dessin avance, il ne faut pas oublier que les secondes
s'écoulent et l'on est obligé de jeter de temps en temps les yeux sur le
chronomètre dont les aiguilles sont soumises à l'inexorable loi du
temps. Souvent c'est un aide qui vous indique le nombre de secondes
écoulées. Cette fois je n'avais pas même cette ressource, mes
collaborateurs étant occupés à d'autres travaux; mais l'éclipsé fut
tellement lumineuse que, pendant toute la durée de la totalité, je pus
lire l'heure du chronomètre à 1m,50 de distance.

Les chiffres inscrits au crayon sur le croquis ne sont autres que les
secondes indiquées au chronomètre à mesure que le dessin avançait. Une
minute et demie avant la fin je pus aborder le dessin de détail; mon
oeil habitué à l'obscurité put saisir certains rayons à un diamètre et
demi du soleil. L'extension n'a pas été très grande, ainsi qu'on pouvait
le prévoir en raison de la période de maximum d'activité solaire
coïncidant avec l'époque de l'éclipse. J'ai omis les protubérances
roses, dont deux étaient argentées au sommet, et qui donnent une belle
coloration rouge à la partie voisine du soleil. Ce détail n'aurait aucun
intérêt puisque les formes protubérantielles sont parfaitement obtenues
à l'aide de la photographie.

Il sera intéressant dans quelques jours de comparer cette esquisse et le
dessin terminé avec la représentation photographique.

Nos plaques obtenues avec des poses relativement longues et des
objectifs extra-lumineux vont être développées de manière à obtenir le
rendement maximum dans les parties faiblement impressionnées.

Avant de clore cette note, je tiens à parler d'une conclusion très
intéressante résultant de nos expériences: il y a grand intérêt à
calculer exactement la durée de la totalité et à la comparer à la durée
observée afin de vérifier certaines données astronomiques.

Pour m'aider dans cette vérification, M. Paul Ditisheim, dont la
réputation de chronométrie est connue du monde entier, a bien voulu
construire et mettre à ma disposition un chronographe enregistreur au
centième de seconde. La précision réclamée par les faits était dépassée,
mais l'appareil, qui a fonctionné merveilleusement, nous a montré que
nous devions désormais introduire de sérieuses corrections dans nos
tables des diamètres lunaires servant à calculer les éclipses; la
différence entre le calcul et l'observation atteignant près de 3
secondes sur la durée de la totalité.

Ce fait a été confirmé d'une manière indirecte par deux observateurs
qui, placés l'un à Sousse, l'autre à Gabès, n'ont pas joui de l'éclipse
totale alors que ces deux localités étaient comprises dans la zone de
totalité indiquée par le Bureau des longitudes. Nous avons donc besoin
de quelques éclipses pour connaître le soleil et rédiger nos tables
astronomiques.

Abbé TH. MOREUX.



[Illustration: LE DÉBARQUEMENT ET LA PESÉE DES MORUES A GRANVILLE]

Voici un épisode de la vie maritime qui a bien souvent retenu et amusé
les oisifs baigneurs en villégiature ou les touristes de passage à
Granville. La balance énorme, à plateaux de bois soutenus par de
robustes filins, est installée sur le navire même qui s'amarre à quai,
le fléau suspendu à un gui, à une vergue. On pèse d'abord 50 kilogrammes
de morues équilibrées avec des poids marqués, puis, ces poids retirés,
on les remplace par un poids égal de poissons, auxquels fait contrepoids
la charge de l'autre plateau. Alors, dès qu'on a débarrassé celui-ci
--et tandis que les femmes, échelonnées sur les barreaux de l'échelle,
se passent les morues, en les comptant d'une voix monotone, jusqu'à la
charrette qui les attend au haut du quai--on le charge de nouveau d'une
quantité suffisante pour équilibrer ce que porte le second plateau, si
bien que le travail peut se poursuivre sans interruption, sans perte de
temps.



DOCUMENTS et INFORMATIONS

MONUMENTS COMMÉMORATIFS.

On a procédé récemment à l'inauguration de deux monuments destinés à
perpétuer la mémoire d'illustrations nationales ayant des titres divers
à ce définitif hommage.

A Paris d'abord, le 22 septembre, date anniversaire de la proclamation
de la première République, en 1792, la statue de Camille Desmoulins,
dont, au cours d'une cérémonie solennelle, M. Henry Maret, député,
président du comité; M. Dujardin-Beaumetz, sous-secrétaire d'État des
Beaux-Arts, et M. Clémentel, ministre des Colonies, furent les éloquents
panégyristes. Le nom seul du tribun journaliste suffit pour évoquer la
fameuse scène historique racontée par les moindres précis scolaires et
popularisée par l'image: au Palais-Royal, le 12 juillet 1789, un jeune
avocat juché sur une table, jetant à la foule irritée du renvoi de
Necker un vibrant appel aux armes, arborant la cocarde verte qu'aussitôt
ses auditeurs cueillent aux branches des arbres; faisant, en un mot, le
geste décisif qui entraîna le peuple à l'assaut de la Bastille. Le
souvenir matérialisé de cet épisode avait sa place dans le jardin du
Palais-Royal, à l'endroit même où l'orateur révolutionnaire prononça ses
paroles enflammées, en face du passage central conduisant à la galerie
d'Orléans; c'est là que, exhaussé d'un socle de granit assez bas,
debout, le bras droit étendu, la jambe et le bras gauches appuyés sur
une chaise, se dresse le Camille Desmoulins de M. Boverie, à qui on doit
déjà une statue remarquée de Baudin.

Hippolyte Taine, lui, n'a pas participé à l'histoire comme acteur; mais,
homme d'étude, investigateur patient et sagace, esprit indépendant, il
l'a rigoureusement passée au crible de la critique et sa méthode, son
enseignement, ont exercé une influence considérable sur plus d'une
génération. Au-dessous des dates de sa naissance et de sa mort,
1828-1893, l'inscription lapidaire du monument qui vient de lui être
érigé à Vouziers, devant sa maison natale, dans la rue maintenant
baptisée de son nom, résume d'une façon aussi exacte que concise le
caractère du penseur et de l'écrivain: elle atteste la sérénité, la
fermeté d'une intelligence appliquée, avec l'unique amour de la vérité,
à la recherche des causes les plus hautes des choses en matière
philosophique, historique et littéraire. Dimanche dernier, en présence
de M. Dujardin-Beaumetz et des notabilités locales, on découvrait
l'oeuvre du sculpteur ardennais Stanislas Martougen, un buste sévère,
supporté par une stèle au pied de laquelle une Muse est accoudée sur une
pile de volumes représentant l'énorme labeur de l'auteur de _Thomas
Graindorge_ et des _Origines de la France contemporaine._

[Illustration: Monument de Taine, à Vouziers.]

[Illustration: Comment on repeint un mât de pavillon au sommet d'une
maison gratte-ciel à New-York.--_Phot. Grantham Bain._]

_UN FAÎTE VERTIGINEUX._

Nous constatons chez nous, depuis quelques années, une tendance marquée
à bâtir dans les grandes cités, à Paris surtout, des maisons beaucoup
plus hautes qu'autrefois; mais, sous ce rapport, la France est encore
bien loin d'égaler l'Amérique: nos immeubles à sept ou huit étages ne
sont que des jouets lilliputiens auprès de ces constructions
gigantesques qui en comptent douze, dix-huit et même davantage. A
New-York, par exemple, le Park-Row building, l'édifice privé le plus
élevé de la ville, domine tous les autres de son dôme décoré de statues
colossales et couronné d'une lanterne au sommet de laquelle flotte un
drapeau. S'agit-il de réparer la toiture, de repeindre le mât terminal:
après l'ascension à l'intérieur, où ne manquent sans doute ni les
ascenseurs ni les échelles, l'ouvrier chargé de ce soin est obligé de se
hisser extérieurement jusqu'au faîte et de s'accrocher dans le vide au
moyen de cordes. Voilà certes un homme qui doit faire preuve d'une rare
agilité de gymnaste, avoir la tête solide et n'être point sujet aux
terribles affres du vertige.

[Illustration: Monument de Camille Desmoulins, au Palais-Royal.]

LES CAILLES ET LA POLITIQUE EXTÉRIEURE.

L'établissement de l'influence française au Maroc aurait-il une
répercussion sur les intérêts des chasseurs français? C'est bien
possible et voici comment. La caille est un oiseau migrateur, qui passe
l'hiver au Maroc et en Égypte, et qui, en été, monte en Europe et en
France particulièrement. Les plus belles sont celles qui viennent du
Maroc: celles d'Égypte sont moins grasses, leur long voyage aérien les
ayant fatiguées. Mais il n'en vient pas autant qu'il devrait. Ceci tient
à ce que des industriels anglais et allemands se rendent en Égypte et au
Maroc pour capturer les oiseaux au moment où ils vont prendre leur vol
vers le nord. Les cailles, venant de l'intérieur du pays, un peu
éprouvées par leur premier vol, se reposent quelques jours. C'est à ce
moment que des bandes d'Arabes, payés par les industriels en question,
pourchassent les oiseaux, les étourdissent avec des branchages et les
prennent vivants pour les expédier aussitôt en Angleterre et en
Allemagne en évitant la France où ce trafic est défendu. C'est ce qui
fait que nos champs sont privés d'une partie du contingent de cailles
qui, autrement, seraient venues nous rendre visite. Si l'influence
française devient prépondérante au Maroc, il faudra voir à mettre fin à
ce trafic et à empêcher des industriels étrangers de venir, non nous
couper l'herbe sous le pied, mais nous retirer la caille au moment où
elle allait prendre le chemin de notre bouche. Cela fera l'affaire des
chasseurs et aussi du consommateur français.


UN PRÉTENDU SIGNE DE LA
RACE MONGOLE.

Chez la plupart des nouveau-nés japonais, on constate, au niveau de la
région sacro-coccygienne, une ou plusieurs taches bleues, dont les
dimensions varient entre celle d'un petit pois et celle de la paume de
la main. Il n'est pas rare d'en trouver également dans la région des
épaules. Au bout de quelques mois, ces taches disparaissent.

Considérées d'abord comme propres aux Japonais, ces taches ont été
ensuite retrouvées chez d'autres peuples mongols, et on leur attribua
alors la valeur d'un caractère de race. Mais voici que plusieurs
observateurs contestent cette conclusion.

C'est d'abord M. Adachi, qui a constaté l'existence de cellules
pigmentaires spéciales dans la région sacro-coccygienne chez le singe et
chez les enfants de toutes races, colorées ou non. Il suffit que ces
cellules soient un peu plus abondantes que normalement pour que les
taches apparaissent. Et, en effet, M Kocko Fujisawa, à Munich, a
retrouvé ces taches chez plusieurs enfants nouveau-nés, dont les
familles étaient exemptes de tout mélange mongol.

Il est bon que l'on connaisse l'existence et le caractère passager de
ces taches; car le chirurgien pourrait être tenté de les enlever et, à
leur place, on provoquerait des cicatrices indélébiles.

LE POIDS D'UN OBJET CHANGE-T-IL AVEC SA TEMPÉRATURE?

Petit problème de physique: un corps quelconque pèse-t-il, chaud,
autant, plus, ou moins que le même corps froid? Remarquez que ceci peut
avoir de l'importance en physique du globe: l'attraction entre corps,
qui se manifeste par la gravitation, pourrait changer et varier. L'idéal
serait de pouvoir mesurer cette attraction entre corps identiques à des
températures très différentes; mais l'expérience ne peut guère se faire.
Alors un physicien anglais, M. Poynting, a procédé autrement. Il a
cherché à voir si un corps, pour lequel on a pris la tare à la balance à
une température donnée, conserve le même poids à une autre température
beaucoup plus basse ou plus élevée. L'expérience est très délicate et
demande beaucoup de soins. Elle a montré que le corps solide échauffé à
plus de 100° est un peu plus léger que le même corps à 15°. La
différence est très faible: 3 millièmes de milligramme pour un solide de
208 grammes de poids. De façon générale, la différence de poids n'est
pas même de 1 pour _dix puissance dix_ pour un degré de température de
différence. La différence existe, mais elle est infinitésimale. Pendant
réchauffement ou le refroidissement du corps en expérience, il se fait
des variations (apparentes) de poids assez considérables; mais ceci est
éphémère: le corps échauffé qui d'abord semble perdre une proportion
assez importante de son poids en récupère la plus grande partie et se
montre, une fois échauffé, n'avoir qu'un poids très légèrement inférieur
à celui qu'il avait à basse température.

[Illustration: Devant la cabane Vallot.]

[Illustration: A l'observatoire de M. Janssen.
UN GROUPE D'OFFICIERS ITALIENS AU SOMMET DU MONT-BLANC.--Photographies
Brocherel.]

UN EXPLOIT D'ALPINISTES.

Le 2 septembre dernier, une caravane de dix-sept personnes accomplissait
l'ascension du Mont-Blanc par le versant orienté du côté de l'Italie, en
suivant la route du Dôme, de beaucoup plus longue et plus fatigante que
celle de Chamonix. Il ne s'agissait pas de touristes ordinaires; elle se
composait, en effet, en majeure partie, de militaires italiens, dont
huit officiers: le colonel Canton, les lieutenants Feretti, Sarti,
Allosio, Baccon, Blanchi, Morello, Vignola et six soldats, accompagnés
de deux guides de Courmayeur et M. Brocherel, auquel nous devons les
vues photographiques reproduites ici. Cette caravane se dirigea d'abord
vers le refuge Vallot, où elle s'arrêta pour se restaurer; puis,
continuant son itinéraire, elle gagna les Bosses, où elle trouva un
sentier tracé par les porteurs de l'observatoire Janssen. Après avoir
atteint victorieusement la calotte du mont, elle reprit à la descente le
même chemin qu'à la montée, ayant, pendant toute cette expédition
accidentée, affronté les passages difficiles et les violentes tourmentes
de neige avec la vaillance et l'endurance d'alpinistes déterminés.

UN ARBRE PHÉNOMÈNE.

Le fameux figuier de Roscoff, en Bretagne, apparaîtrait comme un chétif
buisson auprès de l'arbre phénoménal dont nous donnons ici la vue, et
qui ombrage un coin de terre au Transvaal, non loin de Pretoria. Il a 20
mètres de hauteur, 55 de diamètre et 170 de circonférence. Comme le
figuier breton, il a plusieurs troncs, et telles de ses branches,
retombées vers le sol, y ont pris racine. Mais le pied principal mesure
seul 25 mètres de circonférence, et tous ses troncs sont parfaitement
solidaires les uns des autres, de sorte qu'il s'agit bien, en réalité,
d'un seul arbre.

Quant à l'âge exact de ce géant, on l'ignore, mais il dépasse
certainement quatre cents ans, car les premiers émigrants arrivés dans
le Sud-Africain après la révocation de l'édit de Nantes, le connurent,
ainsi que l'attestent des pièces retrouvées aux archives de Pretoria,
dans le même état où il est actuellement.

LA TAUPE ET LE MAL DE DENTS.

Personne n'a oublié la recette qui, dans une scène mémorable de _la
Cagnotte_, est donnée par un des personnages de la pièce contre le mal
de dents. «Vous prenez une taupe, dit-il, une jeune taupe de cinq à six
mois.» Mais la suite de la recette manque, la conversation changeant de
sujet. Pour la trouver, il faut chercher dans le folklore où elle a
d'ailleurs été prise.

Le «dogme de la taupe» n'est point une invention de dramaturge: c'est
une réminiscence, c'est le rappel d'une superstition qui a eu longtemps
cours. Au pays de Baugé, M. C. Fraysse a recueilli l'histoire tout au
long, et il l'a racontée dans la _Revue des traditions populaires_. Le
procédé dont il s'agit, aussi cruel qu'imbécile, ce qui n'est pas peu
dire, consistait à prendre une taupe mâle--il n'est rien dit de l'âge
qu'elle devait avoir--et à lui inciser la peau. Puis on introduisait
l'index entre cuir et chair jusqu'à ce que la malheureuse bête mourût,
ce qui pouvait être assez long, soit dit en passant. La taupe morte, on
retirait l'index et on le posait sur la dent malade qui aussitôt cessait
d'être douloureuse.

En réalité, par ce procédé, on faisait prendre patience aux gens, en
même temps qu'on les amenait à s'auto-suggestionner. Tout a une fin,
même le mal de dents; et, en imposant au malade une occupation qui
devait certainement durer quelques heures, on courait quelque chance de
voir le mal cesser vers le moment où l'occupation prenait fin par la
mort de l'animal. Pourtant la taupe pouvait être, et était, employée
aussi d'une façon plus expéditive: façon plus cruelle encore, tout en
restant aussi imbécile. On coupait les quatre pattes à une taupe vivante
et on les mettait sur la tête de l'enfant atteint du mal de dents. En
réalité, disait la tradition, une seule patte suffit. Mais on ne savait
pas bien si l'une des quatre n'avait pas plus de vertu que les autres
et, pour plus de sécurité, on employait les quatre.

La taupe servait encore à combattre les convulsions des enfants. On en
attachait une vivante au cou du malade. Sans doute, il en éprouvait
quelque frayeur qui le remettait d'aplomb; trouvant le remède pire que
le mal, il se décidait à guérir: chose facile dans le cas de convulsions
d'ordre hystérique.

Cette médecine populaire, à la fois niaise et cruelle, n'est pas encore
morte dans les campagnes: elle existe toujours, elle a ses adeptes et
ses fervents: des survivants attardés du moyen âge.

UN NOUVEL ANALGÉSIQUE LOCAL.

Cette substance, à joindre à plusieurs autres qui ont aussi la propriété
précieuse de supprimer la douleur, porte un nom de dimensions
redoutables. C'est le chlorhydrate de
benzoïl-tétraméthyle-éthyle-diéthyle carbinol. Tel est son nom rationnel
et scientifique. Mais, pour les conversations courantes, on a voulu
quelque chose de plus court et l'on s'est arrêté au mot: «alypène».

L'alypène est une substance pulvérulente, facilement soluble dans l'eau,
pouvant être sans inconvénient bouillie, c'est-à-dire stérilisée; on
peut l'adjoindre à l'adrénaline ou à l'antipyrine sans qu'aucun des
corps n'entrave l'action de l'autre. L'alypène aurait sur la cocaïne un
grand avantage. Elle est aussi fortement analgésique que cette dernière,
mais beaucoup moins toxique: elle ne dilate pas la pupille et ne trouble
en rien la vue.

Les solutions d'alypène à 1 ou 2% insensibilisent la cornée et la
conjonctive, en une minute ou 75 secondes, au plus. Avec la solution à
4% on a une anesthésie plus rapide, qui dure 8 ou 10 minutes. L'alypène,
qui paraît devoir rendre de grands services en ophtalmologie, sert aussi
pour l'anesthésie locale du nez, du pharynx et du larynx.

On emploie des solutions à 10%.

Elles suffisent, employées en applications successives, à rendre
parfaitement indolores les cautérisations à l'acide chromique ou au
galvanocautère. L'alypène ne détermine aucune intoxication et a
l'avantage de coûter sensiblement moins cher que la cocaïne. Cet
anesthésique, qui présente de nombreuses et sérieuses qualités, a été
découvert par un médecin allemand, M. Impens, et étudié de très près par
plusieurs médecins qui en disent tous grand bien.

UN CAS DE GROSSESSE QUINTUPLE

Mettre au monde cinq jumeaux n'est pas chose fréquente, et la science
n'a enregistré qu'un très petit nombre de cas semblables.

Le fait vient de se produire à Mourom, en Russie. La mère est une
paysanne de vingt-cinq ans, dont le père était né d'une grossesse
gémellaire et dont les deux tantes paternelles avaient eu des jumeaux.
On voit qu'ici l'hérédité est très marquée.

Cette femme, sur cinq grossesses, en avait d'ailleurs eu déjà deux
gémellaires.

Les cinq enfants sont nés vivants, tous du sexe masculin, ayant
l'apparence d'enfants presque à terme; mais aucun n'a survécu. Celui
d'entre eux qui a vécu le plus longtemps n'a pas dépassé trente-neuf
heures.

L'état d'extrême surexcitation nerveuse produit chez la mère à la suite
d'un accouchement si inaccoutumé, fit craindre quelque temps pour sa
raison; mais, après trois jours, tout était calmé; et, après dix jours,
elle sortait de l'hôpital de Mourom en parfaite santé.

[Illustration: Un arbre phénomène (170 mètres de circonférence) non loin
de Pretoria.--_Phot. Lasne_.]

[Illustration: MM. Meist et Auer.]

[Illustration: MM. Singer, Bebel et Pfannkuch.]

[Illustration: M. et Mme Volmar.]



QUELQUES NOTABILITÉS SOCIALISTES ALLEMANDES

LES SOCIALISTES ALLEMANDS AU CONGRÈS D'IÉNA

Le congrès socialiste allemand s'est tenu à Iéna, du 17 au 23 septembre.
Parmi les notabilités du parti, on y remarquait Bebel, Singer, Auer,
Meist, Pfannkuch, Volmar, accompagné de sa femme. Au cours des séances
qui ont eu lieu à la Maison du Peuple, devant le buste de Karl Marx,
entouré de drapeaux rouges et de verdure, on a prononcé force discours,
voté force résolutions, concernant l'organisation des groupes, la
politique électorale, l'internationalisme, la grève générale, voire la
propagande contre l'alcoolisme. Et l'on s'est séparé en décidant que le
congrès de 1906 siégerait à Mannheim.

Mme GALLI-MARIÉ

La grande artiste dont la renommée, déjà ancienne, n'est point encore
oubliée, bien que sa retraite du théâtre date d'une vingtaine d'années,
vient de mourir à Vence, près de Nice, à l'âge de soixante-cinq ans.

Fille du ténor Marié, de l'Opéra, Mme Galli-Marié, après de brillants
débuts au théâtre des Arts de Rouen, était entrée en 1862 à
l'Opéra-Comique, où elle obtint un vif succès dans la _Servante
maîtresse_, de Pergolèse. Devenue bientôt une des étoiles de la salle
Favart, elle devait, durant une longue carrière, conserver la faveur du
public, comme principale interprète de divers ouvrages comiques ou
dramatiques: _Lara, le Capitaine Henriot, Fior d'Aliza, Fantasio, Don
César de Bazan, Piccolino_, etc. Mais c'est surtout à _Mignon_,
d'Ambroise Thomas, et à _Carmen_, de Bizet, que son nom demeure associé,
et l'on s'accorde à reconnaître qu'en ces deux rôles, personne n'a
surpassé leur triomphante créatrice, qui les avait marqués de son
empreinte personnelle.

[Illustration: Dans le rôle de _Mignon._]

[Illustration: Dans le rôle de _Carmen._]

Mme GALLI-MARIÉ DANS SES DEUX PRINCIPAUX ROLES.--_Phot. Nadar._

Mme Galli-Marié ne se montrait pas seulement habile à tirer parti d'une
voix chaude et vibrante de mezzo-soprano; à la virtuosité de la
cantatrice elle joignait le jeu expressif, le talent plein de souplesse
et d'originalité d'une excellente comédienne.

LE COLONEL MARCHAND EN ESPAGNE

Le colonel Marchand visite en ce moment l'Espagne en touriste.
Accompagné de quelques amis, il accomplit son tour en automobile, ne se
contentant pas des haltes dans les sites classiques, dans les villes
fameuses, et traversant souvent des bourgades perdues dont le charme
pittoresque demeurera à jamais inconnu des pèlerins du «voyage
circulaire à prix réduit».

L'autre jour, en allant voir les ruines antiques de Merrida--l'_Emerita
Augusta_ des Romains--il dut passer à Castuera, dans l'Estramadure.
C'était la première fois qu'y paraissait une automobile. Et l'on imagine
sans peine quel succès de curiosité obtinrent, auprès des populations
massées en rangs pressés sur leur route, le colonel et ses compagnons,
et surtout leur machine.

[Illustration: L'EX-COLONEL MARCHAND EN ESPAGNE.--Tout le village de
Castuera (Estramadure) autour de l'automobile du colonel (assis lui-même
à gauche du conducteur).]



NOTRE GRAVURE DE PREMIÈRE PAGE

DEUX DIPLOMATES EN TÊTE A TÊTE

Les négociations franco-allemandes engagées au sujet de la question
marocaine auront singulièrement traîné en longueur. Toutes les
difficultés semblaient aplanies, lorsque de nouvelles objections ont
surgi du côté de Berlin; il a fallu entamer des pourparlers
complémentaires afin de régler divers points restés douteux, de
déterminer certaines précisions jusqu'aux plus menus détails.

Deux notables diplomates ont été chargés de cette tâche délicate: pour
la France, M. Revoil, directeur du cabinet du ministre des Affaires
étrangères; pour l'Allemagne, le docteur Rosen, récemment nommé
représentant de cette puissance à Tanger. Celui-ci, qui doit aller
remplacer le comte Tattenbach après l'accomplissement de sa mission
spéciale à Paris, a fait, jeune encore, une brillante carrière à la
chancellerie impériale. Quant à M. Revoil, il était d'autant mieux
qualifié en la circonstance qu'avant de devenir gouverneur général de
l'Algérie en 1901, il occupait le poste de ministre de France au Maroc.

Ces messieurs se sont abouchés le 8 septembre, au quai d'Orsay, et,
depuis cette date, il ne s'est guère passé de jours sans qu'on lût dans
les journaux une information concise constatant ou annonçant une
entrevue de M. Revoil et du docteur Rosen. Voilà donc trois semaines que
dure leur conversation. Que se sont-ils dit au juste? Mystère et secret
professionnel! Mais il y a lieu de présumer qu'ils échangèrent des
propos intéressants et que les subtilités de la «forme» leur fournirent
une rare occasion d'exercer leur patience; car en style diplomatique, on
le sait, les moindres mots, une virgule même, prennent parfois une
importance capitale. On souhaite que leur commun effort aboutisse enfin
à un résultat satisfaisant.


[Illustration: CE QU'ON NE LIT PAS DANS LES JOURNAUX, par Henriot.]


_NOUVELLES INVENTIONS_

_(Tous les articles compris sous cette rubrique sont entièrement
gratuits.)_

L'AÉRIFÈRE GOULAS

Cet ustensile consiste en un système à crémaillère s'adaptant à toutes
les fenêtres, ainsi qu'aux portes de balcons à ferrure crémone, et
permettant de les maintenir entr'ouvertes à volonté pour aérer les
appartements, sans crainte qu'un malencontreux coup de vent vienne les
ouvrir ou les fermer brusquement, en provoquant, par cela même, un
désastre quelconque: carreaux cassés, rideaux déchirés, potiches
renversées.

Tout le monde sait qu'un certain nombre de maladies s'entretiennent ou
prennent naissance dans l'air vicié, chargé de vapeurs méphitiques qui
s'agglomèrent dans des proportions considérables à l'intérieur des
habitations tant par la respiration que par tout foyer de combustion,
éclairage ou chauffage, etc.

Il convient donc de remédier à ce grave inconvénient en renouvelant
l'air pur qui est l'agent principal de la santé. De nos jours
l'importance accordée à l'air fréquemment renouvelé est tellement
considérable qu'on n'hésite pas à lui attribuer la guérison des
tuberculeux à qui les médecins recommandent de conserver leurs fenêtres
ouvertes jour et nuit.

On obtient ce résultat par un moyen simple et d'une façon constante en
toute saison à l'aide d'un appareil approprié à cet usage et nommé
Aérifère, tel que le représente le dessin ci-contre (fig. 1).

Cet appareil, avons-nous dit, est à crémaillère; c'est-à-dire muni de
crans permettant de régler l'ouverture suivant les besoins. Ainsi,
lorsqu'il est posé seulement au premier cran dans la gâche, la fenêtre
est à peine entr'ouverte, mais laisse le passage de l'air en haut et en
bas, ce qui constitue une sorte de ventilateur; l'air pur entrant par le
bas chasse l'air vicié par le haut. En posant l'Aérifère aux crans plus
éloignés, on obtient forcément une plus grande ventilation.

[Illustration: Fig. 1.]

Par son utilité, la sécurité qu'il offre et la modicité de son prix, la
place de l'Aérifère est marquée partout, aussi bien dans les
appartements privés que dans les salons, salles de réception, etc. Il
est surtout indispensable dans les chambres à coucher en toute saison,
mais principalement pour les nuits d'été. Cet appareil s'adapte très
facilement au moyen de trois vis et se place à une vingtaine de
centimètres au-dessus de la poignée de crémone ou quelques centimètres
au-dessous. On commence par placer la crémaillère sur le battant du
ventail gauche de la fenêtre que l'on tient fermée, on la pose avec la
vis à environ un centimètre et demi, du bord (voir la fig. 2), sans
oublier de placer la petite rondelle de fer entre le bois de la fenêtre
et la crémaillère, afin que le roulement ait lieu fer sur fer, sans
détériorer le bois. Après cette première pose, on entr'ouvre la fenêtre,
on relève la crémaillère horizontalement et l'un présente la gâche à
cheval sur la ferrure de la crémone pour tracer la place des vis qui
doivent la maintenir après avoir posé la crémaillère pour s'assurer du
niveau.

[Illustration: Fig. 2.]



Le prix de l'Aérifère est de 2 francs chez _M. A. Genty, à Pocé
(Indre-et-Loire)._





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3266, 30 Septembre 1905" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home