Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3267, 7 Octobre 1905
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3267, 7 Octobre 1905" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 3267, 7 Octobre 1905

[Illustration: LA REVUE COMIQUE, par Henriot.]

[Supplément de ce numéro: gravure hors texte en couleurs, ETUDE, par
Albert Besnard.]

L'ILLUSTRATION _Prix du Numéro: 75 Centimes._ SAMEDI 7 OCTOBRE 1905 _63e
Année-N° 3267_

[Illustration: Général von Gay S. M. Guillaume II Princesse
Frédéric-Charles de Hesse. General von Plessen. Autour du pavillon
impérial, pendant une «pause». AUX GRANDES MANOEUVRES ALLEMANDES]



LES SUPPLÉMENTS DE _L'ILLUSTRATION_

PIÈCES DE THÉÂTRE

Les _Suppléments de théâtre de L'ILLUSTRATION_ ont pris, depuis quelques
années, une importance considérable. Lire chez soi, si loin de Paris
qu'on habite, aussitôt après leur première représentation, les oeuvres
dramatiques nouvelles, dont tout le monde parle et qu'on ne pourra
entendre et applaudir que plus tard, c'est un des plus grands plaisirs
intellectuels que l'on puisse éprouver. Le journal qui le procure à ses
abonnés ne saurait leur offrir une plus belle prime gratuite.

Nos lecteurs seront, cette année, mieux encore que les précédentes, à
même de suivre la production dramatique, car nous leur offrirons, à
partir du 14 octobre, les pièces suivantes, dont la liste, par noms
d'auteurs, forme comme un véritable répertoire des premiers écrivains de
ce temps:

HENRY BATAILLE.--_La Marche nuptiale_ (Vaudeville). HENRY
BERNSTEIN.--_La Rafale_ (Gymnase).
_La Patronne_ (Odéon). BRIEUX.--_La Française._
_Les Hannetons._
A. CAPUS.--_Les Passagères_ (Renaissance),
A. CAPUS et L. DESCAVES.--_L'Attentat_ (Gaîté).
FRANCIS DE CROISSET.--_Paris-New-York._
LUCIEN DESCAVES.--_Le Lien_ (théâtre Antoine).
MAURICE DONNAY.--_Paraître_ (Comédie-Française).
_Pâquerette_ ou _les Etrennes_ (théâtre Antoine).
LEON GARDILLOT.--_Vers l'amour_ (théâtre Antoine).
PAUL HERVIEU.--_Le Réveil_ (Comédie-Française).
HENRI LAVEDAN.--_Le Goût du vice_ (Gymnase).
JULES LEMAITRE.--_Bertrade_ (Renaissance).
DANIEL LESUEUR--_Le Masque d'amour_ (théâtre Sarah-Bernhardt).
CATULLE MENDÈS.--_Glatigny_ (Odéon).
_Sainte Thérèse_ (théâtre Sarah-Bernhardt).
GEORGES MITCHELL et JACQUES BASCHET.--_Florise Bonheur_, d'après le
roman d'ADOLPHE BRISSON (Odéon).
MOUNET-SULLY et PIERRE BARBIER.--_La Vieillesse de don Juan_
(Comédie-Française).
JEAN RICHEPIN.--_Don Quichotte_ (Comédie-Française).

A cette liste viendront s'ajouter encore, au fur et à mesure de leur
représentation, d'autres oeuvres dramatiques que leur succès ou leur
haute valeur littéraire recommanderont à notre choix.

SUPPLÉMENTS D'ART EN COULEURS

Nos gravures hors texte, en couleurs, tirées en fac-similé de tableaux
de maître et remmargées sur papier teinté, ont obtenu un succès
considérable, à en juger par les demandes qui nous parviennent
journellement et que nous ne pouvons pas toujours satisfaire, car nos
numéros s'épuisent rapidement.

Nous allons dorénavant multiplier ces gravures qui, encadrées ou
conservées en portefeuille, formeront bientôt une collection inestimable
d'oeuvres d'art, une sorte de galerie des chefs-d'oeuvre modernes.

Nous publions aujourd'hui la reproduction d'une merveilleuse «Étude»
d'Albert Besnard.

Nous donnerons ensuite des oeuvres de:

Jules Lefebvre, Roybet, Juana Romani, Fritz Thaulow, Marcel Baschet,
Boudin, Geoffroy, Caro Delvaille, Ernest Laurent, L. Sabattier, Georges
Scott, et nous continuerons la série humoristique des scènes de la vie
parisienne, d'Albert Guillaume.

Notre NUMÉRO DE NOËL, en préparation, dont nous avons demandé, cette
année, la couverture au maître joaillier René Lalique, sera
particulièrement somptueux et ne contiendra pas moins de sept hors texte
en couleurs. Il sera mis en vente, le 2 décembre, au prix habituel de 2
fr. 50. Tous les abonnés, sans exception, le recevront gratuitement,
comme les suppléments de théâtre et les gravures hors texte.



COURRIER DE PARIS

JOURNAL D'UNE ÉTRANGÈRE

Internat ou externat? Je vois que la question préoccupe. Plusieurs
correspondants inconnus m'ont écrit à ce sujet d'amusantes lettres.
L'une d'elles m'est adressée par un «papa» (c'est le substantif dont il
la signe), qui veut bien approuver mes récentes observations sur
l'éducation des garçons, et qui ajoute:

«... Il faut essayer d'être juste en tout. Si le régime de l'externat
présente des avantages nombreux, je lui reconnais quelques inconvénients
graves, notamment celui de fournir au régiment d'assez déplorables
troupiers. Les hommes de mon âge, élevés pour la plupart au «bahut»,
quittaient le dortoir pour la chambrée et ne semblaient pas souffrir
outre mesure d'un régime qui n'était, en somme, que la continuation de
l'internat dont ils avaient l'habitude. Nous passions du lycée au
régiment comme on passe d'un lit d'hôtel dans l'autre, sans en ressentir
cette impression de dépaysement, d'étouffement, si je puis dire, dont se
plaignent aujourd'hui nos fils.

» C'est qu'ils ont fait au lycée, comme externes, un apprentissage
précoce de la liberté. Ils ont vécu, dans leurs familles, une vie
facile, infiniment douce quelquefois; ils n'ont connu ni les étroites
couchettes, un peu dures, où leurs papas avaient dormi (et fort bien, je
le jure!), ni les menus, un peu monotones et dépourvus de raffinement,
des réfectoires de l'_Alma mater_. Nous portions la même tunique un an
de suite; à seize ans, mon fils a des notes de tailleur qui m'effarent.

» Aussi la vie militaire apparaît-elle comme une très douloureuse et
très humiliante épreuve aux petits bourgeois de maintenant. Ils sont, au
régiment, beaucoup mieux traités, de toutes les façons, que ne le furent
leurs anciens, aux temps déjà lointains du «volontariat». On les nourrit
mieux; on les fatigue moins; et je pourrais, madame, vous citer une
caserne (dans les Vosges) où j'ai vu nos troupiers passer sous la douche
après l'exercice, puis chausser des _pantoufles_ et prendre le thé.
Vains égards; politesses inutiles! J'ai dans ma famille deux jeunes gens
«de la classe» qui partiront pour le régiment dans quelques jours. Ils
vont là comme on va au martyre; et déjà la perspective de cette année de
détention affole leurs pauvres mères. Tout cela n'est-il pas un peu
comique, et doit-on considérer comme décidément parfaite l'éducation
familiale qui produit de ces effets-là?»

Autre lettre. Celle-ci est d'un philosophe joyeux, qui prend--un peu
ironiquement--son parti des moeurs nouvelles.

«... La mode est, en effet, m'écrit mon correspondant, de donner à nos
enfants plus de liberté qu'on n'en donnait à ceux d'autrefois. Mais
cette mode n'est-elle point l'effet d'un état d'esprit nouveau--d'une
sorte d'horreur des disciplines anciennes qui sévit sur les «grandes
personnes» aussi bien que sur les enfants et dont les maîtres les plus
vénérés donnent l'exemple à leurs élèves? Car enfin nos potaches ne sont
pas seuls, madame, à ne vouloir plus entendre parler d'internat. M.
Lavisse n'accepta naguère la direction de l'École normale qu'à la
condition qu'on ne l'obligeât point à y coucher... Plus récemment, M.
Bonnat, nommé directeur de l'École des beaux-arts, décidait également
d'y laisser vide l'appartement de son prédécesseur. Plus récemment
encore--M. Théodore Dubois ayant pris sa retraite et abandonné le
logement (peu commode et pas joli, je le reconnais) qu'il occupait au
Conservatoire--M. Gabriel Fauré, son successeur, notifiait aux pouvoirs
publics son désir de n'y point loger. M. Gabriel Fauré, comme M.
Choufleury, «restera chez lui»,--boulevard Malesherbes. Tous externes!

»Est-ce un bien? Est-ce un mal? Je vous laisse, madame, le soin d'en
décider...»

Jamais de la vie! Mon incompétence est absolue en d'aussi délicates
matières.

Mais je connais une femme qui, si cette question lui était posée,
n'hésiterait point à y répondre. C'est la reine Ranavalo.

«Ces hommes illustres ont raison, dirait-elle. Il n'est si glorieux ni
si confortable logis d'où l'on ne soit heureux de décamper, quand c'est
par ordre ou par devoir qu'on l'habite. Et c'est pour cela que j'éprouve
tant de joie à m'échapper de temps en temps de la jolie case algérienne
où m'ont installée mes vainqueurs, pour venir respirer l'air de Paris ou
de sa banlieue.»

Elle a eu d'ailleurs une très bonne «presse», cette petite reine déchue,
et son retour en France a été salué fort gentiment par tout le monde.
Les reporters parisiens l'ont interviewée sans ironie et les bonnes gens
de Saint-Germain, sur son passage, ont ôté leurs chapeaux. Visiblement,
cette femme est populaire. La foule française, qui a si bon coeur,
respecte en elle une vaincue qui ne fait point de bruit et chez qui la
résignation se rehausse d'une sorte d'élégance, de dignité souriante et
un peu sauvage... Au surplus, il me semble que, cette année surtout,
elle a (sans s'en douter) bien choisi le moment de visiter Paris. Elle y
arrive au lendemain d'événements dont le monde colonial s'est fort ému
et qui y ont déchaîné de lamentables polémiques. Elle a trouvé dans nos
journaux--si on les lui lit--de graves nouvelles: Brazza mort à la
tâche, Gentil malade et diffamé, deux chefs «blancs» frappés par la
justice pour l'usage criminel qu'ils avaient fait là-bas de leur
puissance... Et elle a pu penser qu'à Madagascar, aussi bien qu'au
Congo, certaines victoires se payent cher, et que, même en face de
«sauvages» désarmés, le métier de conquérant n'est pas rose tous les
jours.

Je ne dis pas qu'à cette pensée Ranavalo, qui est une personne sans
méchanceté, se réjouisse. Mais, simplement, elle compare... Prisonnière,
elle observe ses geôliers, les écoute, retient le récit de leurs
déboires et, sans doute, y trouve de quoi se consoler de sa propre
infortune.

Et puis cette terrasse de Saint-Germain, sous le soleil d'automne, est
tellement jolie! Et le tumulte de la «rentrée» fait de nouveau nos
boulevards si amusants! N'y a-t-il pas aussi les magasins de nouveautés,
dont la dernière page des journaux nous annonce les grandes
«expositions» d'hiver? Ranavalo est femme; pourquoi tant «d'occasions
exceptionnelles» ne la séduiraient-elles point? Pourquoi, toute reine
qu'elle est (ou qu'elle fut) ne se sentirait-elle pas, comme nous
toutes, tentée, attirée presque irrésistiblement par ce vertige du grand
magasin: bousculades, abondance féerique de tout ce qui peut amuser la
curiosité d'une femme, exciter sa coquetterie, satisfaire ou,
simplement, renseigner son goût; prévenances exquises de vendeurs qui
semblent donner ce qu'ils vendent; droit de toucher à tout et de faire
du désordre dans tout ce qu'on touche; d'acheter aujourd'hui pêle-mêle,
et «pour rire», mille choses inutiles qu'on rendra demain? Ranavalo,
pour sûr, était au Louvre lundi dernier; à moins que ce ne soit au Bon
Marché, ou bien aux Galeries Lafayette, ou au Petit-Saint-Thomas, ou au
Printemps; et pour sûr, en sortant de la cohue, un peu grisée de bruit
et de poussière, elle a pensé: «Il n'y a que Paris!»


Tous et toutes le pensent,--rois ou reines, princes et princesses de
partout. Le roi Jean de Bohême, il y a cinq siècles et demi, le pensait
déjà. Il avait marié sa soeur à la cour de France; et, quand son fils
fut devenu un grand garçon, c'est à Paris, disent les historiens, qu'il
l'envoya, pour y apprendre «les manières courtoises». On a beaucoup
parlé, depuis huit jours, de ce Jean de Bohême, à propos d'un monument
érigé à sa mémoire sur le champ de bataille de Crécy, où il tomba. J'ai
même lu quelques jolis discours prononcés à cette occasion par des
savants français, par des Tchèques, par des Luxembourgeois, descendants
fidèles des sujets de Jean l'Aveugle. Mais pourquoi l'Angleterre
n'était-elle point conviée à cette cérémonie? J'aurais trouvé cela poli,
presque spirituel, «très parisien»; et pour «l'Anglais» lui-même, il y
avait là une si gentille et si facile allocution à prononcer:

«Messieurs, nous avons été vos vainqueurs à Crécy. Nous vous en
exprimons nos regrets. A cinq siècles et demi de distance, on ne peut
pas tout prévoir. Vous glorifiez aujourd'hui la mémoire d'un homme qui
mourut héroïquement ce jour-là, en se battant, au service de votre roi,
contre le nôtre. Nous saluons, comme vous, ce souvenir; et nous vous
prouvons par là que nous ne vous gardons rancune ni du mal que nous vous
avons fait en 13-16, ni des petits ennuis que vous-mêmes avez pu nous
causer ultérieurement. Le temps marche; une «entente cordiale» a succédé
aux haines d'autrefois; et cela nous enseigne que, de peuple à peuple,
on ne devrait jamais se détester ou se chérir qu'avec précaution.
Messieurs, veuillez oublier Édouard III. C'est Édouard VII qui vous en
prie...»

On eût, aux sons de _la Marseillaise_, acclamé l'Anglais, et c'eût été
la vraie moralité de cette petite fête.

SONIA.



UNE OEUVRE D'ALBERT BESNARD «ÉTUDE»

Nous avons enregistré ici le très franc succès qu'obtint, l'été dernier,
l'exposition d'ensemble de l'oeuvre de M. Albert Besnard ouverte, en mai
et juin, aux galeries Georges Petit. Même ceux qui connaissaient le
mieux et aimaient l'artiste, ceux qui avaient suivi, depuis tant
d'années, ses attachantes recherches, demeurèrent émerveillés devant
l'opulente souplesse de ce talent personnel, délicat et fort. Et quant à
ceux qui souriaient jadis, devant le _Portrait de Mme Roger Jourdain_ et
plaisantaient si spirituellement cette «femme jaune», comme on l'appela,
ils s'étonnaient, confus un peu, d'avoir quelque temps méconnu et
malmené un si beau peintre. Ce fut l'éclatante réparation, survenant à
temps, cette fois, par exception.

«L'oeil, écrivions-nous alors, rendant compte de l'exposition, est
enveloppé de caresses oubliées depuis que Rubens, Goya, Delacroix ont
cessé de peindre.» Et ces rapprochements n'apparurent à personne
excessifs ou impies.

Devant la blonde et claire figure que nous avons reproduite ici, ceux
qui n'ont pu voir l'exposition dernière, où vingt autres, cent autres,
toutes fraîches et saines, et lumineuses à l'envi, se groupaient,
pourront comprendre l'enthousiasme qui se fit jour alors. Car cette
_Etude_, dorée de tièdes rayons, caressée d'air fluide, cette soyeuse
chevelure où jouent les reflets, ces épaules frissonnantes, où la vie
circule, ces joues duvetées, avivées par l'afflux d'un sang jeune et
généreux, ce beau décor de verdure luxuriante et d'eaux fraîches qui
forme fond, tout cela caractérise et résume les qualités maîtresses de
M. Albert Besnard, le culte passionné de la couleur, la délicatesse, de
la vision, la séduisante élégance du dessin, l'harmonie et la
distinction, enfin.



L'INCIDENT DE MISSOUM-MISSOUM EN ROUTE POUR LE CONGO

[Illustration: M. Winckeller. Ct Moll. A BORD DU «PHILIPPEVILLE».--Le
commandant français Moll et le délégué allemand Winckeller, quittant
Anvers pour aller participer aux travaux de délimitation du Congo-Chari
français et du Cameroun allemand.]

L'incident de Missoum-Missoum, dont _L'Illustration_ a exposé les
origines dans son numéro du 2 septembre, a démontré les nécessités de
délimiter rigoureusement les possessions françaises du Congo-Chari et
les possessions allemandes du Cameroun. C est la une tâche longue et
laborieuse, car il s'agit de relever plus de 2.000 kilomètres de
frontières à travers un pays difficile; on estime qu'elle peut durer
deux ans. La haute direction de la mission chargée de la remplir, pour
la France, a été confiée au commandant Moll, de l'infanterie coloniale,
breveté d'état-major, un des plus jeunes officiers supérieurs de l'armée
(il n'a que trente-trois ans), qui a déjà fait ses preuves comme
topographe et comme négociateur, lors de la délimitation des possessions
françaises et anglaises entre le Niger et le lac Tchad.

Accompagné du lieutenant Maille et de l'enseigne de vaisseau d'Ardignac,
il a quitté Anvers le 28 septembre, à destination de l'Afrique, à bord
du paquebot faisant le service de la malle congolaise, où s'étaient
également embarqués deux commissaires allemands. Au moment du départ,
auquel assistait une foule énorme massée sur les quais, le commandant
Moll et l'un des délégués étrangers, M. Winckeller s'entretenaient
cordialement, disposés à accomplir du meilleur accord possible leur
commune besogne.



LA REINE RANAVALO A PARIS

[Ranavalo. La reine Ranavalo, entre sa tante et sa nièce, dans le salon
de sa nouvelle résidence à Saint-Germain-en-Laye.]

Avec la permission,--indispensable!--du gouvernement français, Ranavalo,
reine détrônée de Madagascar, vient de nouveau passer quelque temps en
France. Elle s'est installée avec sa nièce, la petite princesse
Marie-Louise, et deux gouvernantes, dans une maison de famille bien
paisible, bien bourgeoise, de Saint-Germain, 3, rue Franklin, à
proximité de la forêt et de la gare. Elle y occupe un petit appartement
de cinq pièces, très simple, avec des chambres meublées de pitchpin, un
salon d'acajou de velours grenat, à bandes de tapisserie. Elle déclare
s'y trouver fort bien.


NOTES ET IMPRESSIONS

Celui qui n'a pas de philosophie au milieu des misères d'ici-bas, c'est
un homme qui va tête nue sous une averse. CLAUDE TILLIER.

                                   *
                                  * *

Si les perfectionnements d'armes et de projectiles continuent, il ne
restera plus, après une bataille, assez de survivants pour enterrer les
morts. Général HAESELER.

                                   *
                                  * *

Il vaut mieux être chauvin à soixante ans que chauve à trente. V.
SARDOU.

                                   *
                                  * *

La beauté, en somme, c'est l'art de plaire; le reste, c'est de la
géométrie. MME CAMILLE DUGUET.

                                   *
                                  * *

Les habitants de notre planète ont deux principes irréductibles de
division: la différence de couleur de la peau et celle des idées
religieuses.

                                   *
                                  * *

Les esprits les mieux doués, comme les fonds de terre les plus riches,
ne sont mis en valeur qu'au prix de longs sacrifices. G.-M. VALTOUR.



[Illustration: M. Mazas. M. Erzaiz. M. Villamayor. Alphonse XIII. M.
Martos. Duc de Médiacoeli. M. Bermejillo. Une partie de jeu.]

[Illustration: M. Erzaiz. Alphonse XIII. Marquis de Najera. M.
Bermejillo. Un déjeuner intime.]

LE ROI D'ESPAGNE A SAINT-SÉBASTIEN LES DISTRACTIONS DU ROI D'ESPAGNE

En attendant que la visite du président de la République l'oblige à se
soumettre de nouveau au joug de l'étiquette, le jeune roi d'Espagne mène
la vie libre qui semble tant lui plaire. De temps à autre, une excursion
en automobile l'amène, comme on sait, en France. Entre deux de ces
promenades, grand passionné de sports, le roi fait son tour au tir aux
pigeons de Saint-Sébastien, y déjeune ou y lunche, et volontiers, après
le repas, préside quelque partie de cartes entre deux de ses familiers,
--marquant au besoin les points avec cette bonne grâce, cette
gentillesse, si l'on ose dire, qui lui ont conquis tant de respectueuses
sympathies auprès de tous ceux qui l'ont approché.



[Illustration: Mme Daniel Lesueur. Mlle Nelly Cormon. M. André
Calmettes. Mlle Anne Ratecliff.
AU THÉÂTRE SARAH-BERNHARDT.--L'auteur et les principaux interprètes du
Masque d'amour pendant une répétition.]

«LE MASQUE D'AMOUR»

AU THÉÂTRE SARAH-BERNHARDT

La première représentation du _Masque d'amour_--dont nous publierons le
texte complet illustré dans un de nos plus prochains numéros--va être un
des événements artistiques du commencement de la saison théâtrale. Le
nom de l'auteur, Daniel Lesueur, le choix des interprètes et jusqu'au
titre, bellement romantique, contribuent à attirer sur cette oeuvre
nouvelle la curiosité du public: nous y répondons préventivement en
publiant un groupe de l'auteur et de trois des principaux artistes,
pendant une répétition sur le «plateau», entre une partie de décor et le
rideau de fer.



LE MONUMENT D'EUGÈNE FROMENTIN

M. Dujardin-Beaumetz, sous-secrétaire d'État aux Beaux-Arts, présidait
dimanche, à la Rochelle, à l'inauguration du monument élevé à Eugène
Fromentin, peintre et écrivain.

[Illustration: Monument d'Eugène Fromentin, par Ernest Dubois, à la
Rochelle.]

Ce monument, est dû à la collaboration du statuaire Ernest Dubois et de
l'architecte Patouillard-Demoriane. Sur un fût est posé le buste du
délicat artiste, drapé d'un ample manteau. Une palme s'enroule autour du
socle, devant lequel caracole, comme à la fantasia, burnous flottant,
fusil au poing, un de ces cavaliers arabes que Fromentin a représentés
dans toutes leurs élégantes et fougueuses attitudes. Devant ce très
décoratif monument, le sous-secrétaire d'État aux Beaux-Arts a prononcé
l'éloge de Fromentin et loué comme il convenait le peintre du
_Fauconnier arabe_ et l'auteur de _Dominique_, paraphrasant avec bonheur
le mot de Sainte-Beuve: «Il a deux muses, il est peintre en deux
langues.»

[Illustration: LE DIRIGEABLE «LEBAUDY» DANS L'AÉRODROME MILITAIRE DE
TOUL. _Depuis son accident fortuit du camp de Châlons, dû à un brusque
coup de tempête, qui ne lui retirait aucune de ses qualités
intrinsèques, le dirigeable_ Lebaudy _a été conduit, réparé et regonflé,
à Toul. Notre photographie--document indiscret--montre, dans son nouvel
aérodrome--désormais permanent, assure-t-on--l'arrière du dirigeable
gigantesque dominant la foule des ouvriers qui travaillent à creuser la
cale nécessaire au passage du gouvernail, des moteurs, de la nacelle,
lorsqu'il devra effectuer ses sorties, avec le contrôle et sous la
direction effective des autorités militaires. Il est intéressant de
constater à ce sujet que la France qui, la première entre les nations,
employa les sous-marins à la défense des côtes, va être aussi la
première à étudier l'utilisation des ballons dirigeables pour la défense
des places fortes._]



[Illustration: Installation de notre service photographique sur le
terrain des manoeuvres.]

LES MITRAILLEUSES AUX GRANDES MANOEUVRES ALLEMANDES

Au cours des grandes manoeuvres, l'empereur d'Allemagne et son
état-major ont observé avec un intérêt particulier tout ce qui concerne
les progrès de l'artillerie.

L'importance qu'ils attachent au nouveau canon, dont nous avons
reproduit le modèle dans notre dernier numéro, ne leur fait pas négliger
la mitrailleuse, ainsi que l'attestent les documents complémentaires
fournis par notre service photographique.

[Illustration: Pont de bateaux en vue d'un ancien château fort en
ruines.]

[Illustration: Les mitrailleuses d'infanterie allemandes en service.]

Les Allemands possèdent, à l'heure actuelle, 16 groupes de ces engins (à
6 pièces, 3 caissons et 80 hommes) et ils on créent de nouveaux tous les
ans. Ces groupes sont affectés à des bataillons de chasseurs ou à des
régiments d'infanterie Nos photographies représentent, la première, une
de ces unités en action; l'autre, des servants portant leur pièce, sorte
de «civière-traîneau» qui, en temps ordinaire, est fixée sur
l'arrière-train d'une voiture.

La mitrailleuse automatique Maxim de nos voisins emploie les cartouches
d'infanterie, ce qui facilite singulièrement le réapprovisionnement.
Celles-ci sont disposées, au nombre de 250, sur un ruban traversant
l'arme. Chaque fois qu'un coup part, le canon, monté sur glissières,
recule et actionne ainsi un mécanisme robuste qui met en place une
nouvelle cartouche et en détermine ensuite l'explosion, sans que les
servants aient autre chose à faire qu'à pointer et à changer de temps en
temps le ruban Aussi obtient-on des vitesses de tir pouvant atteindre
500 coups à la minute au polygone, et 250 à 300 sur le champ de
bataille. En somme, une mitrailleuse tire aussi vite que 25 fantassins,
beaucoup plus juste à cause de son affût; un groupe allemand avec ses 6
pièces, fait donc autant de besogne qu'une compagnie d'infanterie. L. S.

[Illustration: Un pont de bateaux sur le Rhin]

[Illustration: Signaux à bras]



[Illustration: Arcade monumentale inaugurée, à Bruxelles, par le roi
Léopold, le 27 septembre.]

A l'extrémité de la rue de la Loi, à Bruxelles, et à l'entrée de
l'admirable avenue qui conduit au domaine royal de Tervueren, s'élève un
ensemble de constructions qui abritent le palais ou musée du
Cinquantenaire de l'indépendance de la Belgique. Ce palais présente, en
façade vers la capitale, deux colonnades en hémicycle que devait relier
et compléter, au centre, un motif décoratif, à la fois arc de triomphe
et porte de ville.

[Illustration: Une partie des échafaudages pendant la construction de
l'arcade monumentale.]

Au printemps de 1904, le roi Léopold conçut le dessein de faire achever
le monument, à l'occasion du 75e anniversaire de l'indépendance, qui
tombait, comme on sait, cette année, et d'en faire don à sa capitale.

Il appela un architecte français dont il n'est pas besoin, pensons-nous,
de refaire ici l'éloge: M. Charles Girault, le bâtisseur de ce gracieux
et spirituel Petit Palais des Champs-Elysées. Et il ne lui imposait
qu'une condition: être prêt pour l'anniversaire. Il s'agissait de
construire, en dix-huit mois, un monument de 20 mètres de profondeur, 45
mètres de hauteur et 60 mètres de façade--soit 20 de plus que l'Arc de
l'Étoile. Combien eussent reculé devant cette tâche!

M. Girault se mit à l'oeuvre. En avril 1904, il attaquait les projets.
La rapidité avec laquelle il a mis debout cet arc énorme tient du
prodige. Il serait injuste, d'ailleurs, de n'en pas reporter une partie
de l'honneur à l'entrepreneur, M. Wouten-Dousten, de Bruxelles, qui lui
a été le plus précieux des collaborateurs.

Le monument présente trois grandes arcades de 10 mètres d'ouverture. Une
ordonnance ionique supporte un entablement d'énergique et élégante
silhouette que surmonte un attique décoré, aux angles, de Renommées, et,
couronné, au centre, d'un quadrige de belle allure.

Sous la direction de M. Charles Girault, les meilleurs sculpteurs belges
ont modelé ces figures et toutes celles qui complètent la décoration de
«l'arcade monumentale», comme disent nos voisins. Quant à la partie
architecturale, elle est de ce joli et fin granit bleuté de Belgique.

Le procédé de montage a grandement facilité l'exécution rapide des
travaux. Deux formidables et très pittoresques échafaudages avaient été
construits, en avant de chacune des façades. Un pont roulant courait à
leur sommet et déposait l'une après l'autre les assises de pierre,
soubassements, pieds-droits, fûts, chapiteaux des colonnes, taillés,
parachevés à l'atelier.

Si bien que, le mercredi 27 septembre, le roi Léopold pouvait
inaugurer--sans apparat, avec une suite peu nombreuse--le monument tout
à fait fini. Il n'a pas ménagé à son architecte les compliments et s'est
fait présenter par lui ses collaborateurs, se déclarant émerveillé du
tour de force.

[Illustration: M. Girault. Léopold II. Les sculpteurs. Le jour de
l'inauguration: le roi Léopold, l'architecte, M. Girault, et le groupe
des sculpteurs qui ont collaboré à la décoration du monument.]



LE CONGRÈS INTERNATIONAL DE LA TUBERCULOSE

[Illustration: Séance inaugurale du Congrès, présidée par M. Loubet, le
2 octobre, sous le dôme central du Grand Palais des Champs-Elysées.]

DEUX SALLES DE L'EXPOSITION ANNEXÉE AU CONGRÈS

[Illustration: Chambre à coucher antihygiénique avec ses tentures, ses
tapis, ses meubles retenant la poussière et obstruant l'air et la
lumière.]

[Illustration: Avers. Revers. Insigne des congressistes Grave par
Vernon.]

[Illustration: Chambre de domestique dans une maison bourgeoise.]

Un Congrès international de la tuberculose vient de se réunir à Paris,
au Grand Palais des Champs-Elysées. Le sommaire de l'ordre du jour de
ses travaux, répartis entre quatre sections, en indique suffisamment
l'objet et l'importance: pathologie médicale et chirurgicale,
préservation et assistance de l'enfant et de l'adulte, hygiène sociale.
Le nombre des congressistes inscrits dépassait 2.400, et cette liste
comptait des notabilités de tous les pays, médecins, savants,
économistes, administrateurs, membres de l'enseignement, législateurs,
hommes d'État, notamment M. Casimir-Perier, ancien président de la
République; on y voyait figurer en outre des femmes, comme la soeur
Candide, connues pour leur dévouement aux oeuvres de bienfaisance.

La séance inaugurale a eu lieu, lundi dernier 2 octobre, avec un apparat
des plus solennels, en présence du président de la République, entouré
de ses secrétaires généraux; de M. Rouvier, président du Conseil; des
ministres de l'Intérieur et de la Guerre; du professeur Hérard, doyen de
l'Académie de médecine, président du Congrès; du docteur Letulle,
secrétaire général; des délégués officiels des États adhérents; du corps
diplomatique, etc.

TROIS SALLES DE L'EXPOSITION ANNEXÉE AU CONGRÈS

[Illustration: Chambre à coucher hygiénique aménagée par les soins du
Touring-Club]

[Illustration: Une salle d'hôpital modèle reconstituée par M. André
Mesureur (d'après le service de M. le Dr Tapret, à l'hôpital
Lariboisière).]

[Illustration: Chambre d'un détenu à la prison de Fresnes.]

Pour la circonstance, la rotonde centrale du Grand Palais avait été
merveilleusement aménagée et décorée, sous l'habile direction de M. G.
Umbdenstock, architecte diplômé du gouvernement, répétiteur à l'École
polytechnique; à la clarté tamisée qui, avec ses mannequins figurant les
personnages, les moindres objets, chacun à sa place, est une
reconstitution parfaite due à M. André Mesureur, fils de l'éminent
directeur de cette administration; un rapprochement comparatif entre une
cellule de la prison de Fresnes et une mansarde de domestique dans un
bel immeuble de l'avenue des Champs-Elysées (on devine aisément de quel
côté est l'hygiène); un autre rapprochement, non moins suggestif, entre
la chambre à coucher vieux style, encombrée de tentures et de tapis,
nids à microbes, et la chambre simple et salubre que l'utile campagne du
Touring-Club de France commence à faire prévaloir dans les hôtels. Ce
sont là de véritables «leçons de choses».



LE CINQUANTENAIRE DU SIEGE DE SÉBASTOPOL

[Illustration: La colline de Malakoff après l'attaque.]

[Illustration: Le quartier de l'infanterie (au loin: l'escadre en mer).]

[Illustration: Entrée de la rade (vue prise de Malakoff).]

[Illustration: Intérieur du bastion russe n° 1.]

Vues de Sébastopol après le siège, prises au daguerréotype. _Voir les
légendes détaillées et l'article, page 240._

[Illustration: Le quartier des matelots à Karbelnaïa.]

[Illustration: Intérieur du bastion russe n° 6. Vues de Sébastopol après
le siège, prises au daguerréotype.]

LE CINQUANTENAIRE DU SIÈGE DE SÉBASTOPOL _Voir les légendes détaillées
et l'article, page 210._



[Illustration: Le Klong-Chê, qui devait former la frontière au nord de
Kratt, d'après le traité.]

LA FRONTIÈRE FRANCO-SIAMOISE

Comme la Russie, nous avons un voisin jaune, actif et remuant, en
Extrême-Orient: moins dangereux que le Japon, le Siam nous créa
cependant autrefois de graves difficultés. Mais nos relations avec lui
ont été en s'améliorant, et l'accord semble parfait depuis les récents
travaux des commissions de délimitation française et siamoise.

La commission française était présidée par le commandant Bernard, de
l'artillerie coloniale; la commission siamoise par le général Mom
Chatidej Udom, chef d'état-major de l'armée siamoise. Les deux
commissions ont procédé, cette année, à la délimitation de la région
comprise entre le Grand Lac du Cambodge et la mer. Elles se sont réunies
au mois de janvier dernier à la frontière même, au petit poste de
Soai-Don-Kéo, sur les bords du Prek-Kompong-Prak et se sont mises en
route vers Kratt.

Tout le territoire qu'elles ont traversé est à peu près désert. Le
brigandage a été en effet si actif, depuis près de quarante ans, sur les
confins du Siam et du Cambodge, que presque tous les villages ont été
successivement abandonnés. Il n'était donc pas possible de recruter sur
place des porteurs. La commission française a employé exclusivement,
pour ses transports, une cinquantaine d'éléphants loués à des
propriétaires cambodgiens ou prêtés par le roi du Cambodge. La
commission siamoise a dû, au contraire, réquisitionner, à une grande
distance, une véritable armée de coolies, ce qui risquait évidemment de
mécontenter les populations de la zone frontière.

Le peu de ressources qu'offrait la région traversée ne permettait du
reste aux membres des deux commissions ni de se ravitailler sur place,
ni même de trouver des abris. Malgré les difficultés qui résultaient
d'une telle situation, la traversée de la forêt, qui couvre tout le pays
jusqu'à la mer, s'est effectuée, grâce aux précautions sanitaires prises
dès le départ, sans que le commandant Bernard ait eu à déplorer la perte
d'un seul homme, européen ou indigène. C'est là un exemple et, un
enseignement fort remarquables, d'autant que la forêt cambodgienne a,
dans toute l'Indo-Chine, une terrible réputation d'insalubrité.

Les résultats obtenus dans cette première campagne ont été très
importants et presque inespérés. La frontière, tracée d'une façon trop
précise par le texte même du traité, ne tenait compte ni des
revendications formulées par les populations cambodgiennes, ni même de
la topographie exacte des lieux. Cela s'explique par l'imperfection des
cartes existantes et par le peu de renseignements que possédait notre
administration du Cambodge elle-même. Le commandant Bernard a réussi
cependant à obtenir, aussi, bien du côté du Grand Lac que du côté de la
mer, des rectifications de frontière que notre carte indique
suffisamment.

[Illustration: Le commandant Bernard.]

Du côté de Kratt, en particulier, la frontière devait, d'après le
traité, être formée par une rivière dénommée Klong-Dja, qui, en réalité,
se réduit à un ruisseau nommé Klong-Chê, extrêmement étroit et qui est à
sec pendant huit mois de l'année, sauf dans le voisinage de
l'embouchure. La frontière a été reportée jusqu'aux rives du grand
fleuve qui arrose toute la région de Kratt, le Klong-Yaï.

D'autre part, le mouillage des grands navires, situé entre l'île de
Koh-Chang et le cap Lem-Ling, ne pouvait présenter de sécurité, au point
de vue militaire, que si le gouvernement siamois consentait à une
cession additionnelle de territoire au nord du cap Lem-Ling. De ce côté
encore, la frontière a été reportée jusqu'à l'estuaire de Packnam-Ven,
large de 3.000 mètres, profond de 6 à 8, et qui deviendra un port de
cabotage de premier ordre le jour où les passes qui y conduisent auront
été approfondies ou balisées.

Les districts que nous venons d'acquérir sont, nous l'avons dit, très
peu peuplés. On ne trouve d'agglomérations de quelque importance que
dans le voisinage du Grand Lac ou dans les environs mêmes de Kratt.
Kratt est un très gros village, peuplé de 12.000 à 15.000 habitants,
mais où se fait un commerce assez important. Il y a un assez grand
nombre de marchands chinois qui s'occupent principalement du commerce
des cotonnades et du commerce du poivre. Le sol, très fertile, est
couvert d'une forêt très épaisse, presque inextricable, qui a rendu les
opérations topographiques particulièrement difficiles. On ne peut dire
que notre nouvelle acquisition nous apporte, en dehors du mouillage de
Koh-Chang et du port de Packnam-Ven, des richesses importantes, mais il
y a là des terres riches, en bordure le long de la mer, adossées à de
magnifiques montagnes et dont l'avenir n'est pas douteux. Il faut
attendre toutefois que, grâce à la paix que nous saurons faire régner,
grâce à une organisation médicale qui s'impose, à un régime fiscal
approprié, la zone frontière se repeuplé. Il dépend de nous et de notre
administration que cet avenir se réalise dans un délai assez bref.

[Illustration: Carte des rectifications de la frontière
franco-siamoise.]



[Illustration: Le convoi de la commission française dans une clairière
de la forêt.]

[Illustration: A DAKAR.--Savorgnan de Brazza sur son lit de mort.]

[Illustration: M. Binger. Mme de Brazza. M. Ph. de Brazza. A
MARSEILLE.--La veuve de M. de Brazza traversant les docks, à sa descente
du paquebot.]

[Illustration: A MARSEILLE.--Le cercueil transporté, du paquebot à la
chapelle ardente sur le quai.]

[Illustration: M. Chanot, maire. M. Mastier, préfet. Général Hambel. A
MARSEILLE.--Les autorités se rendant à la chapelle ardente.]

[Illustration: A PARIS.--Les funérailles officielles: le cortège passant
devant le ministère de la Marine. LA MORT DE SAVORGNAN DE BRAZZA ET SES
OBSÈQUES EN FRANCE.]



LIVRES NOUVEAUX

LES HISTORIENS DU SECOND EMPIRE[1]

Mme Adam et M. Emile Ollivier nous racontent la même époque, avec des
opinions bien différentes. Ce qu'on disait dans son salon politique et
parmi les inflexibles de l'opposition, Mme Adam nous le rend fort bien,
avec une flamme que les années écoulées n'ont pas refroidie. Elle
s'exprime comme si elle était encore en pleine bataille. M. Emile
Ollivier retrace, lui, les luttes de tribune, les divisions qui
sévissaient parmi les amis de l'empereur, la marche lente mais sûre vers
l'Empire libéral et vers le ministère de janvier 1870, dont il fut le
grand orateur.

A partir de 1866, une grande inquiétude règne en France, chez les sages
esprits. M. Thiers, le 3 mai 1866, un mois avant la guerre qui devait
aboutir à Sadowa, avait prononcé un magnifique et prophétique discours,
dans lequel il avait recommandé au gouvernement de faire, du côté de
l'Italie, le geste nécessaire et d'empêcher son alliance avec la Prusse.
Peut-être à la date où M. Thiers monta solennellement à la tribune
était-il déjà un peu tard; mais il n'avait pas ménagé précédemment ses
perpétuels avertissements. Neftzer, un familier de Mme Adam et le
créateur du _Temps_, ne cessa aussi de sonner l'alarme et de montrer du
doigt la frontière de l'est, jusqu'à l'éclat de juillet 1870. Pour tout
homme clairvoyant, M. de Bismarck voulait fermement la lutte et le
démembrement de la France.

M. Ollivier nous déclare qu'en persistant à toujours montrer les nuages
noirs accumulés à l'est, M. Thiers avait provoqué et déchaîné la
tempête. Tel n'est point mon sentiment. L'homme d'État signalait le
danger imminent, la nécessité de le conjurer, mais désirait fermement la
paix et ne fit pas un mouvement capable de la compromettre.

Il fallait un certain courage pour donner sa pensée. La Prusse était
populaire en France. L'opposition, accoutumée à répéter certaines
déclamations contre l'Autriche, se réjouissait de ses humiliations. Au
début, l'empereur lui-même et surtout le prince Napoléon, leurrés par
certaines fantasmagories trompeuses et certaines caresses de M. de
Bismarck, semblent avoir vu, d'un oeil favorable, la fortune croissante
de la Prusse. Quand les écailles leur tombèrent des yeux, il était un
peu tard. En 1868, le maréchal Niel soutint, à la tribune, une bataille
pour une nouvelle organisation de l'armée et une augmentation des
effectifs. M. Thiers se sépara, dans la circonstance, de ses amis de
l'opposition et vota toujours en faveur de notre puissance militaire.
Combien M. Jules Simon dut plus tard regretter amèrement ses paroles
imprudentes! Il vivait, avec ses amis, en pleine légende, s'imaginant
qu'au moment suprême la levée en masse de soldats improvisés pourvoirait
à tout, et qu'à notre chant de la Marseillaise allaient s'évanouir les
bataillons allemands. Se préparer à la guerre, enfermer des jeunes gens
dans une caserne, les soumettre à la discipline militaire, excitait
l'indignation de M. Jules Favre. Avec quelle brutalité les événements
renversèrent, deux ans après, toutes les théories des deux orateurs! M.
Emile Ollivier, d'une plume alerte, avec ses souvenirs et ses notes et
une parfaite bonne foi, n'a rien oublié des erreurs parlementaires de
l'époque. La majorité de la Chambre, fidèle à l'empereur, hésitait
elle-même, dans la crainte des électeurs, à soutenir le maréchal Niel.

[Note 1: _Mes Sentiments et nos Idées avant 1870_, par Mme Edmond Adam
(Lemerre, 3 fr. 50).--_L'Empire libéral_, par Emile Ollivier Garnier, 3
fr. 50.]

Dans le salon de Mme Adam régnaient un peu les mêmes idées qu'au
Parlement. Ceux qui, plus tard, devaient faire leur _mea culpa_, comme
Challemel-Lacour, ne montraient que de l'hostilité pour une aggravation
du budget de la guerre et même pour les armées permanentes. Et
cependant, de partout, arrivait un perpétuel _cave_. Nino Bixio, en
Italie, le prince de Sagan rencontré en Allemagne, ne cessaient de le
crier en même temps que M. Thiers et Neftzer. Sceptique et désabusé sur
le reste, Mérimée, toutefois, s'animait jusqu'à l'éloquence et jusqu'aux
larmes contre tout ce qui paraissait nuisible à la patrie.

J'ai marqué la principale préoccupation des deux volumes, si différents
et si hostiles parfois, de M. Emile Ollivier et de Mme Adam. Ce qui fait
le charme et l'intérêt passionnant du livre de M. Emile Ollivier, c'est
qu'il participe à la fois de la grande et belle histoire et des mémoires
familiers. Sans parti pris, par des faits quelquefois anecdotiques,
l'auteur nous montre les craintes des esprits avisés. Ne nous
découvre-t-il pas aussi comment, grâce à la politique extérieure et aux
luttes intestines, nous nous sommes peu à peu acheminés vers la
catastrophe? Ceux qui prirent le pouvoir en 1870 trouvèrent une
situation qu'ils n'avaient pas créée et que, longtemps avant leur venue,
avait dénoncée M. Thiers.

Mme Adam ne se borne pas, dans ses souvenirs, à la politique. Amie de
George Sand, elle nous répète ce que la grande artiste lui a dit de ses
amours avec Musset. L'enfant du siècle, Rolla, était en proie à l'alcool
et à de basses fréquentations. A certains moments d'ivresse que ne
put-il pas, en effet, dire à l'amie du voyage à Venise? Quels propos
n'entendit-elle pas dans leurs fréquentes querelles? Mais je ne veux, en
aucune façon, revenir sur cette histoire d'amour si douloureuse.

Plus plaisant nous apparaît Sainte-Beuve, nommé sénateur, essayant plus
de vingt fois son costume, ne sachant s'il le choisirait collant ou
aisé, aussi malheureux dans cette histoire d'habit et de tailleur qu'en
1848, lorsqu'il prit le train de l'exil pour Liège. Combien de lettrés
et d'hommes politiques sont présentés par Mme Adam, qui mime leurs
gestes et qui, sans méchanceté toutefois, en tire les ficelles! Nous
avons là quelques marionnettes humaines, gesticulant et parlant au
naturel. Hélas! le monde n'est-il pas comme un théâtre de _fantochi_?
Tel nous le voyons souvent dans _Mes Sentiments et nos Idées_. Ce qui
est singulièrement amusant, c'est la première visite de Gambetta au
salon et à la salle à manger de Mme Adam. Rien de plus pittoresque.
S'imaginant invité chez quelque bas bleu, il parut dans un costume peu
décoratif et fut tout surpris de trouver là tous les hommes en habit et
en cravate blanche. Pour le tirer de sa confusion, Mme Adam l'installa à
sa droite, place que, du reste, il ne quitta plus dans la maison. On
saisit, sur le vif, dans les pages de Mme Adam, ceux-là qui se
préparaient au pouvoir en jetant leur première gourme dans l'opposition.
M. Emile Ollivier nous peint de son côté les hommes du Parlement, en
pleine possession de leurs moyens, combattant pour ou contre l'Empire,
cherchant à se surpasser mutuellement et à occuper le premier rang.
Retiré de tout, il a pu écrire cette substantielle et vivante histoire.
Si la politique avait absorbé toute son existence, il n'aurait eu ni le
temps, ni le calme nécessaire pour bâtir ce monument dans lequel
entreront les historiens de l'avenir et où ils puiseront à pleines mains
les renseignements précis et les jugements sans passion.

E. LEDRAIN.



_Henner et Barrias_, par A. Soubies; deux plaquettes illustrées, 1 franc
l'une, Flammarion.--_Almanach des spectacles, 1904_. par A. Soubies,
avec une eau-forte de Lalauze, Flammarion.

[Illustration: EN CHINE.--La brouette à voiles.--_Phot. comm. par M. G.
de Ryckman._]



DOCUMENTS et INFORMATIONS

UNE NOUVELLE INDUSTRIE: LA CASÉINERIE.

L'industrie des beurreries, très ancienne et très connue d'ailleurs,
vient de donner naissance à une nouvelle industrie, fort intéressante,
et qui paraît appelée à un bel avenir.

Pour faire du beurre, on sépare la crème du lait, et il reste ce qu'on
nomme le petit-lait. Mais que devient ce liquide? Généralement, on
l'emploie à nourrir des porcs. Mais voici qu'on vient de s'aviser qu'il
y avait à faire de ce liquide un emploi beaucoup plus lucratif et aussi
beaucoup plus compliqué.

En effet, le petit-lait contient encore de la caséine et de la lactose.

Or, avec la caséine, on peut, en la solidifiant, fabriquer une foule
d'objets à bon marché. Et, en effet, la caséine remplace avantageusement
le celluloïd, dont elle n'a ni la mauvaise odeur, ni surtout la
dangereuse inflammabilité.

C'est ainsi qu'a été fondée, il y a quelques mois, une caséinerie à
Surgères, dans la Charente-Inférieure, près d'une beurrerie coopérative.

Cette caséinerie a été organisée par le docteur Zirn. Avec la caséine
solidifiée par des procédés chimiques, on fabrique des objets dits en
«galalithe» ou pierre de lait; la plus blanche sert à faire de la colle;
et même on en réserve une certaine quantité, dont la coagulation a été
spontanée, pour des produits d'alimentation.

Quant à la lactose du petit-lait, il est également facile de l'extraire,
et l'on songe à l'employer pour l'alimentation artificielle des enfants,
ainsi qu'on le fait en Allemagne et en Angleterre.

Actuellement, on fabrique en galalithe des peignes, des porte-plume, des
coupe-papier, des grattoirs, des broches, etc.

Le petit-lait de trente-cinq laiteries est employé dans la caséinerie de
Surgères qui, cette année, a manipulé 180.000 kilogrammes de caséine.

LA BROUETTE CHINOISE.

La brouette chinoise, connue depuis des siècles, diffère notablement de
la nôtre; la roue, d'un grand diamètre, occupant le centre, supporte
directement le poids de la charge. Cette disposition réduit
naturellement l'espace utilisable et, par suite, les fardeaux sont
placés de chaque côté de ladite roue, du contact de laquelle les
préserve une caisse à claire-voie. L'équilibre de ces véhicules est des
plus instables à cause de leur hauteur; pour le maintenir, le
conducteur, les bras très écartés, doit parfois se livrer à une
véritable gymnastique.

Les Chinois, gens fort économes et aussi peu soucieux des commodités
matérielles que du prix du temps, apprécient fort l'extrême bon marché
de la brouette et l'emploient à de multiples usages. Dans les villes,
elle devient le fiacre du peuple et de la petite bourgeoisie; le
voyageur est-il seul? l'équilibre s'établit au moyen d'un contrepoids,
un sac pesant ou simplement une grosse pierre. Couramment, elle sert au
transport des marchandises et, à travers les immenses plaines du Centre
et du Nord, c'est ainsi que se fait la majeure partie du trafic; il
n'est pas rare de rencontrer sur les routes chinoises, transformées en
fondrières, de longues files de ces camions sommaires, chargés outre
mesure, qui couvrent des distances invraisemblables. Les voies très
fréquentées offrent, creusée peu à peu par les roues, une ornière
profonde où ne manquent pas de s'engager tous les conducteurs, car s'il
leur faut y pousser plus fort, en compensation, ils risquent moins de
verser. Du reste, la plupart des brouettes sont attelées d'un âne, d'un
boeuf, d'un cheval ou d'un homme; lorsque le vent souffle dans une
direction favorable, l'addition d'une petite voile carrée au véhicule
permet d'obtenir des vitesses relativement considérables.

BOUTEILLES EN PAPIER.

Les objets que l'on fabrique avec du papier sont aujourd'hui très
nombreux et ils ont l'avantage d'être solides, légers et peu coûteux.

Mais on n'avait pas encore songé à faire des bouteilles en papier. Les
Américains viennent de faire cette, innovation, qui donne, paraît-il, de
très bons résultats.

[Illustration: EN ALGÉRIE.--Campement, près de Souk-Ahras, de la mission
astronomique allemande chargée d'observer l'éclipse du 30 août.--_Phot.
L. Aréna._]

Les bouteilles en papier ont été d'abord adoptées pour le transport du
lait et elles ont, dans ce cas, le grand avantage de ne servir qu'une
fois. Ainsi elles écartent du précieux liquide les adultérations
résultant des lavages imparfaits et des fermetures incomplètes. Ces
bouteilles en papier, de forme conique, sont en effet pourvues d'un
système de bouchage irréprochable.

Quant au contact du lait avec le papier lui-même, il est évité par une
imperméabilisation obtenue en passant les bouteilles dans un bain de
paraffine à 100 degrés.

A Philadelphie, où l'on fait grand usage de ces bouteilles, on a reconnu
que le lait contenu dans les bouteilles en verre était toujours plus
riche en microbes que celui contenu dans les bouteilles en papier.

UN OBSERVATOIRE IMPROVISÉ EN ALGÉRIE.

Parmi les observatoires provisoires installés par les astronomes de tous
pays, aux points où l'on pouvait le mieux suivre les phases de l'éclipse
de soleil du 30 août, l'un des plus curieux était celui que la mission
allemande, dirigée par le docteur Knopf, directeur de l'observatoire
d'Iéna, avait établi près de Souk-Ahras (département de Constantine).
Aux portes de la petite ville algérienne qui, pour le dire en passant,
grandit et se développe avec la rapidité d'une ville américaine, et dont
la population a doublé en trois ans--le docteur Knopf avait installé, au
seuil de la plaine, tout son campement, que dominait de ses deux tubes,
braqués comme des canons énormes vers le ciel, la lunette de Zeiss qui
allait servir aux observations. Et ça été pendant quelques jours le lieu
de promenade favori des flâneurs de Souk-Ahras. Ajoutons que le temps,
très clair, a favorisé particulièrement les travaux de la mission
allemande.

LES PLUS GRANDES PLUIES.

L'endroit où il pleut le plus est la région de Cherrapunji, dans la
province indienne d'Assam. La hauteur annuelle moyenne de la pluie que
reçoit cette localité a été, pour 1895-1903, 11 m. 223.

Au second rang, lui disputant de près le record de l'humidité, vient la
station de Debundscha, en Cameroun, qui a reçu, année moyenne, de 1895 à
1903, une hauteur d'eau de 10 m. 454. C'est pendant l'été que cette
station est surtout inondée.

Mais ces quantités d'eau reçues ne sont que des moyennes, qui sont assez
fortement dépassées par les maximums. Ainsi, en 1851, à Cherrapunji, il
est tombé 14 m. 785 d'eau, et, en 1902, il en est tombé 14 m. 133. Dans
une seule journée, dans cette localité, il en est tombé 456 millimètres,
près d'un demi-mètre.

Que sont nos pluies, dans le bassin de Paris, où la moyenne annuelle ne
dépasse pas 378 millimètres d'eau, à côté de ces déluges!

LA CUEILLETTE DES NOIX DE COCO.

Le cocotier, tout le monde le sait, est une sorte de palmier commun dans
les régions tropicales et fort apprécié pour les multiples qualités qui
permettent d'utiliser son bois, ses feuilles, ses fleurs, son fruit,
voire l'enveloppe de ce fruit; mais il est un point que bien des gens
sans doute--on ne pense pas à tout--négligent d'élucider Etant donné
qu'un cocotier peut atteindre une vingtaine de mètres de hauteur,
comment cueille-t-on les noix de coco placées au sommet? A la réflexion,
on ne s'imagine guère l'indigène provoquant par la secousse ou par le
gaulage (avec quelle perche?) la chute plutôt dangereuse de ces énormes
et lourdes noix ayant souvent la grosseur de la tête humaine dont elles
menaceraient la sécurité. Toucher à la cime empanachée?

La grande échelle de nos pompiers suffirait à peine. Faute d'un pareil
engin, les nègres des Antilles, ceux de Porto-Rico entre autres, y
suppléent en faisant de l'arbre lui-même, au tronc relativement grêle et
capable de plier sous le poids de plusieurs hommes, l'échelle où ils
accomplissent des prodiges d'équilibre et d'agilité. Ainsi qu'en
témoigne notre document photographique, c'est justice et non malice de
comparer, en l'occurrence, à des bandes de quadrumanes ces équipes de
noirs acrobates grimpeurs.

UNE ACADÉMIE PROVINCIALE.

Dans notre avant-dernier numéro, à l'occasion du centenaire de la
fondation de l'Académie de Mâcon, nous avons constaté la prospérité de
cette compagnie et cité, entre autres chiffres à l'appui, le nombre de
ses membres associés. Ceux-ci ne sont pas moins de 340; mais, le zéro
étant tombé à l'impression, les 340 n'étaient plus que 34 dans nos
colonnes. Plusieurs membres de l'Académie mâconnaise, abonnés à
_L'Illustration_, nous ont écrit pour nous signaler cette erreur que
nous nous empressons de réparer.

[Illustration: Aux ANTILLES.--Nègres de Porto-Rico montant à la
cueillette des noix de coco.--_Copyright Underwood and Underwood._]

JOSÉ-MARIA DE HEREDIA

Le poète José-Maria de Heredia, qui a succombé lundi dernier à une
douloureuse maladie, était né, en 1842, à la Fortuna, près de
Santiago-de-Cuba, d'un père espagnol et d'une mère de souche française.
Venu de bonne heure en France, il fut élevé au collège Saint-Vincent, à
Senlis, puis suivit les cours de l'École des chartes et obtint, sa
naturalisation.

Dès la vingtième année, sa vocation poétique commença de se révéler par
une remarquable virtuosité en un genre où il devait atteindre à la
maîtrise; mais, arrivé à la maturité de l'âge et du talent, une des
originalités de ce poète, ainsi qu'on l'a dit justement, était d'être à
la fois presque inédit et presque célèbre. Longtemps, en effet, ces
sonnets ciselés avec une laborieuse lenteur, aux rythmes d'une sonorité
retentissante comme les syllabes mêmes du nom de l'auteur, celui-ci
s'était contenté de les déclamer de sa voix chaude dans l'intimité des
cénacles littéraires, de les laisser répéter de bouche en bouche, et un
petit nombre d'entre eux, très connus: _les Conquérants, le Samouraï, le
Récif de corail, le Vieil Orfèvre_, restaient épars dans quelques
journaux, revues ou anthologies, lorsqu'en 1893 il se décida enfin à les
réunir et à les publier sous le titre: _les Trophées_.

[Illustration: José-Maria de. Heredia, mort le 3 octobre. _Phot. Pirou,
rue Royale_.]

L'année suivante, il entrait à l'Académie français; se piquant, elle
aussi, d'originalité, la docte compagnie daignait ouvrir son sein à
l'«homme d'un seul livre». Les fervents admirateurs de ce livre, à leurs
yeux plus précieux que l'or et plus durable que l'airain, ne pouvaient
qu'applaudir à ce rare et beau geste.

Brillante étoile de la pléiade parnassienne, disciple préféré de Leconte
de Lisle--qui lui avait légué son habit d'académicien--José-Maria de
Heredia s'était cependant assez dégagé de l'influence du maître pour
affirmer sa personnalité.

«Le sentiment qu'il exprimait de préférence, a écrit Jules Lemaître,
c'était je ne sais quelle joie héroïque de vivre par l'imagination à
travers la nature et l'histoire magnifiée et glorifiée...

»Mais ce qui peut-être le distinguait entre tous, c'était la recherche
de l'extrême précision dans l'extrême splendeur. Il joignait à l'ivresse
des sons et des couleurs le goût d'une forme dont la brièveté,
l'exactitude et la plénitude rappelaient en quelque façon nos écrivains
classiques.»

En 1901, M. de Heredia avait remplacé Henri de Bornier comme
administrateur de la bibliothèque de l'Arsenal. Il consacrait cette
studieuse retraite à la préparation d'une édition nouvelle des
_Bucoliques_, d'André Chénier.

Rappelons--ce souvenir n'a d'ailleurs qu'un intérêt anecdotique--qu'en
1896, lors de la visite de Nicolas II et de la tsarine à Paris, il eut
l'honneur de haranguer en vers les souverains russes.

UN CINQUANTENAIRE MILITAIRE SÉBASTOPOL, 1855-1905, PORT-ARTHUR

En examinant les photographies que reproduit aujourd'hui
_L'Illustration_ (pages 234-235), on serait tenté de s'extasier sur les
terribles effets de l'artillerie moderne et sur les progrès qu'elle n'a
cessé d'accomplir. Cependant l'artillerie moderne et ses progrès n'ont
ici rien à faire, car il ne s'agit point de vues prises à Port-Arthur,
ainsi qu'on pourrait le croire, mais de photographies _authentiques_
exécutées en 1855, à Sébastopol. Il y a, en effet, cinquante ans que
nous sommes entrés à Malakoff, et il a fallu des raisons de haute
convenance pour nous empêcher de célébrer dignement le cinquantenaire
d'une journée qui fut glorieuse pour nos armes.

Certes ce fut une laborieuse entreprise que ce siège de près de douze
mois, entamé aussi loin de la mère patrie, sur un sol étranger où tout
manquait et où il nous fallut tout apporter; aussi, sur un total de
225.000 hommes que la France envoya successivement en Crimée, 75.000
succombèrent, autant furent blessés et un tiers seulement de l'effectif
rentra sain et sauf après une campagne de plus de deux ans. Les Anglais
perdirent de leur côté 22.000 soldats et les Turcs environ 35.000. Quant
aux Russes, on peut évaluer le total de leurs pertes à près de 200.000
hommes. Le seul assaut du 8 septembre 1855 coûta aux alliés 10.000
soldats et aux Russes 13.000. Les travaux exécutés devant Sébastopol
furent gigantesques et dépassent de beaucoup tout ce que l'on a jamais
fait dans ce genre. Les alliés construisirent plus de 80 kilomètres de
tranchées ou de cheminements divers; ils mirent en batterie 800 pièces
de canon qui lancèrent sur la place plus d'un million et demi de
projectiles, soit près de 2.000 coups par pièce, tandis, que les 1.500
bouches à feu des Russes tirèrent de leur côté trois millions d'obus, de
bombes ou de boulets.

Et cependant tant de fatigues supportées, tant de sang répandu ne nous
donnèrent que la stérile possession d'une ville détruite par le canon et
par l'incendie. C'est que la guerre de Crimée n'avait été, d'un bout à
l'autre, comme l'écrivait, le 24 août 1854, le général Bosquet, qu'une
«aventure». Aventure du côté de la France qui, au moment de s'engager
dans une pareille entreprise, n'avait que «14 batteries disponibles...
des escadrons qui comptaient 40 à 50 sabres, des compagnies qui
n'avaient que 30 à 40 fantassins et des magasins vides...» Aventure
aussi du côté de la Russie qui avait à peu près oublié de fortifier
Sébastopol du côté de la terre et de relier ce grand port militaire au
reste de l'empire par des routes et des voies ferrées, qui avait oublié
surtout de préparer sérieusement la mobilisation de son armée.

Cinquante ans plus tard, les Russes devaient recommencer en Mandchourie
une aventure analogue qui, faute de préparation, devait tourner plus mal
encore.

Sébastopol était à peine fortifié, mais Port-Arthur ne l'était guère
davantage, et encore les quelques défenses qui s'y trouvaient
avaient-elles été élevées non par les Russes, mais par les Chinois.

Sébastopol était comme isolé du reste de la Russie; Port-Arthur n'était
relié à l'Europe que par une voie ferrée d'un rendement presque
ridicule.

Mais alors que Sébastopol se trouva _par hasard_[2] abondamment pourvu
d'artillerie et de munitions, alors que le commandement y disposait du
génie de Todleben, Port-Arthur se trouvait aussi dépourvu que possible
de tous les éléments de défense autres que l'incomparable solidité du
soldat russe.

Il est vrai que, comme à Sébastopol, l'attaque pécha par bien des côtés:
les Japonais entreprirent le siège avec un matériel insuffisant et ils
durent se résigner à procéder à coups d'hommes, comme nous l'avions fait
en 1855. Comme nous, ils finirent par réussir, et il faut avouer qu'ils
l'avaient mieux mérité, car leur entreprise était, au fond, mieux
préparée que la nôtre; mais, à Port-Arthur comme à Sébastopol, les
fautes du défenseur contribuèrent peut-être plus encore au succès que
les efforts de l'assaillant.

Une dernière comparaison s'impose entre la campagne de Crimée et celle
de Mandchourie, c'est la comparaison des résultats acquis.

En 1855, le bénéficiaire de la campagne, ce ne fut point la France, qui
n'eut pour elle que l'honneur et les coups; ce fut, sans contredit,
l'Angleterre qui sut, sans bourse délier, se faire prêter une armée, et,
grâce à l'entente cordiale, parvint sans effort à atteindre son but, la
destruction d'une marine rivale et l'éclipsé prolongée de la puissance
russe en Europe.

Sans doute les Japonais se sont montrés, en 1905, moins naïfs que nous
ne l'avions été nous-mêmes cinquante ans auparavant: ils ont su se
réserver leur part, mais le véritable triomphateur de la guerre
russo-japonaise n'est-ce pas encore l'Angleterre qui, sans même brûler
une amorce, a, pour la deuxième fois, obtenu l'anéantissement d'une
marine rivale, arrêté pour longtemps les progrès menaçants de la
puissance russe et entraîné par surcroît la France et le Japon dans
l'orbite de l'entente cordiale? Tant il est vrai que, s'il est des
nations auxquelles les leçons de l'histoire ne profitent jamais, il en
est d'autres pour qui l'histoire est un perpétuel recommencement. L. S.

[Note 2: L'approvisionnement de Sébastopol, _exclusivement destiné à la
marine_, tut tout entier employé aux besoins d'un siège qu'on n'avait
pas prévu.]

LÉGENDE DÉTAILLÉE DES GRAVURES du siège de Sébastopol (pages 234-235).

LA COLLINE DE MALAKOFF, APRÈS L'ATTAQUE (VUE PUISE DES PENTES DU MAMELON
VERT).--On aperçoit _en haut_ quelques débris de la fameuse tour ainsi
que les ruines du parapet russe; puis, _descendant la pente_, les
zigzags de nos tranchées et enfin, au premier plan, la batterie n° 34
comprenant six obusiers de siège de 22 centimètres. Cette batterie,
construite du 24 juillet au 7 août 1855 par le capitaine Sémonin, de la
1re batterie du 8e d'artillerie, ouvrit le feu sur Malakoff le 17 août
et ne l'interrompit qu'après la prise de la ville.

LE QUARTIER DE L'INFANTERIE (VUE DES GRANDES CASERNES, PRISE DE
MALAKOFF).--On aperçoit dans le fond l'escadre anglo-française. Une
partie des casernes est intacte, mais celles du centre et tous les
bâtiments en arrière, qui se trouvaient sur la ligne de tir des
batteries de l'attaque Malakoff, sont en ruines.

ENTRÉE DE LA RADE (VUE PRISE DE MALAKOFF).--Au fond, la presqu'île
portant le fort du Sord et se terminant, à gauche, par le fort
Constantin. Au-dessous du fort Constantin, le fort Nicolas, qui forme
avec ce dernier l'entrée de la rade et avec le fort Paul l'entrée du
port Sud; au centre, les docks compris entre les casernes et le faubourg
de Karbelnaïa.

INTÉRIEUR DU BASTION RUSSE N° 1 (VU DE SÉBASTOPOL).--Au milieu de la
photographie se trouvent un abri à munitions en maçonnerie et un
escabeau de pointage. A droite et à gaucho sont deux caronades de 30 sur
affût marin, muni d'une longue _brague_ passée dans l'anneau de culasse
pour amortir le recul. Les embrasures sont garnies de _portières_ en
cordages pour arrêter les balles; la caronade gauche porte en outre,
autour de sa volée, un _masque_ circulaire en cordages pour boucher
l'ouverture qui se trouve à la partie inférieure de la _portière_
correspondante.

LE QUARTIER DES MATELOTS À KARBELNAÏA (VUE PRISE DE MALAKOFF).-Ce
quartier, qui comprenait quatre longues files de maisons, est
entièrement anéanti. On aperçoit en arrière la rade et la presqu'île où
se trouvait le fort du Nord; à droite, le viaduc sur lequel la route
passe le ravin Ouchakoff.

INTÉRIEUR DU BASTION RUSSE N° 6 (VU DE SÉBASTOPOL).--Les embrasures sont
détruites, le parapet éventré, les portières qui garnissaient les
embrasures sont tombées sur les affûts. Les gabions disloqués jonchent
le sol et recouvrent, au premier plan, une grosse pièce de marine à
moitié enfouie dans le sol. Au centre, un canon de 30 sur affût marin a
été abandonné par les servants qui cherchaient à le mettre en batterie
et qui n'ont pu tenir sous la pluie des projectiles.



[Illustration: L'AVIS DU SAVANT, par Henriot.]



SUPPLÉMENT.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3267, 7 Octobre 1905" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home