Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3735, 3 Octobre 1914
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3735, 3 Octobre 1914" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Ce numéro contient un portrait hors texte en couleurs du général Joffre

L'ILLUSTRATION

_Prix du Numéro: 1 Franc._
SAMEDI 3 OCTOBRE 1914
_72e Année.--No 3735._


[Illustration: «KAMERAD... PARDON!»

C'est par ce cri, en jetant leurs armes et en levant les mains ouvertes,
que les soldats allemands (ici un dragon démonté) déclarent qu'ils se
rendent et implorent la pitié; d'autres crient: «Pas Kapout» (_ne me
tuez pas_) ou «Kaptif». _Dessin de L. SABATTIER d'après une photographie
instantanée prise par un dragon français._]


LE GÉNÉRAL JOFFRE

«Pour être prêts aujourd'hui, il faut avoir, par avance, orienté avec
méthode, avec ténacité, toutes les ressources du pays, toute
l'intelligence de ses enfants, toute leur énergie morale vers un but
unique: la victoire. Il faut avoir tout organisé, tout prévu. Une fois
les hostilités commencées, aucune improvisation ne sera valable. Ce qui
manquera alors manquera définitivement. Et la moindre lacune peut causer
un désastre.»

L'homme qui, moins d'un an avant le formidable conflit, s'exprimait
ainsi, parlant à coeur ouvert à des camarades, à une assemblée de
polytechniciens--une élite--était celui-là même à qui incombait la
lourde tâche de préparer une guerre que sa sagesse, son discernement,
croyaient, savaient inéluctable: le chef d'état-major général de l'armée
française, le général Joffre. Et ainsi l'on peut se tenir pour bien
assurés que, pour ce qui dépendait de lui, aucune des mesures de défense
et de salut qu'avait prévues son lucide esprit ne fut oubliée ni
négligée.

Or, cet organisateur, le voici maintenant face à face avec la
gigantesque tâche, la tâche quasi surhumaine qu'il avait depuis
longtemps envisagée, pour laquelle il a ménagé toutes ses ressources
intellectuelles et veillé à conserver toute sa vigueur physique: le
voici général en chef des armées françaises, en présence du plus
redoutable des ennemis, également fort, également préparé pour la lutte
implacable,--si sûr de lui qu'il l'a déchaînée.

D'autres diront avec autorité les qualités éminentes qu'il fallut au
général Joffre déployer dans la première partie de la campagne, dans
cette savante retraite qui amena l'ennemi jusqu'aux bords témoins de ses
premiers revers et du changement de front de l'équitable Fortune.
Jusque-là, on a admiré son sang-froid, sa pondération, sa
constance,--des vertus militaires qui évoquaient, dans les mémoires
fidèles aux vieux souvenirs classiques, la figure du sagace et froid
adversaire d'Annibal, de Fabius le Temporiseur.

L'heure enfin sonne où il tient l'avantage. Il va prendre l'offensive.
Alors, soudainement il se dresse dans une attitude où le retrouvent
mieux, plus ressemblant à lui-même, ses amis, ses fidèles, ceux qui le
connaissent et l'admirent de longue date. Avant l'action, il parle à ses
soldats. Il leur dicte le devoir qui, désormais, va s'imposer à eux
jusqu'à l'accomplissement de la suprême besogne, jusqu'au succès
décisif:

«Au moment, leur dit-il, où s'engage une bataille d'où dépend le salut
du pays, il importe de rappeler à tous que le temps n'est plus de
regarder en arrière; tous les efforts doivent être employés à
attaquer... Une troupe qui ne peut plus avancer devra, coûte que coûte,
garder le terrain conquis et se faire tuer sur place plutôt que de
reculer.»

--Voilà le vrai Joffre! s'écrie notre confrère Louis Latapie, attaché de
longtemps à ce grand chef par la plus profonde et la plus respectueuse
affection, et qui a publié de lui, ces jours derniers, dans la
_Liberté_, un portrait «retouché», aussi vivant, aussi crâne que tous
ceux qu'on en avait donnés jusqu'ici étaient impavides et figés, et
autrement séduisant pour nos âmes françaises, éprises avant tout de
l'offensive et toujours prêtes à bondir en avant.

Oui, voilà le vrai Joffre: croyons-en fermement ce témoin de toute sa
vie.

D'ailleurs, observez bien, dans la nerveuse esquisse peinte que nous
reproduisons, ce menton volontaire, énergique, et cet oeil, surtout, cet
oeil calme, mais résolu, et non dépourvu de malice, cet oeil pénétrant
derrière lequel semble se préparer un bon tour... Attendre, sans doute,
s'il est nécessaire,--guetter son heure; reculer, mais, comme dit le
peuple, pour mieux sauter. Et puis, rappelez-vous, d'autre part, le
passé, qu'on semble avoir un peu trop oublié, de cet homme, toute sa vie
d'action ardente, les Pescadores avec Courbet; le Soudan et les travaux
du chemin de fer de Kayes au Niger; puis la marche vers Tombouctou, au
secours des débris de la colonne Bonnier, l'occupation et l'organisation
de la Ville Mystérieuse; Madagascar, enfin... tant d'oeuvres, tant de
postes où se révéla le chef de grande race abondant en ressources.

Mais quel champ inouï, effrayant aussi, s'ouvre aujourd'hui devant cette
activité, devant cette intelligence! Et quelles responsabilités, en
présence desquelles une âme de trempe moyenne se sentirait défaillir!

Des millions d'hommes aux prises, de part et d'autres, assaillants et
défenseurs; une bataille engagée sur des lieues et des lieues, et qu'il
faut suivre heure par heure,--suivre et conduire, renforçant tel point
faible, dégarnissant cet autre d'un contingent superflu, déterminant ici
ou là une poussée décisive qui emportera la position chèrement
conquise;... cela et tant de préoccupations encore, ravitaillement en
munitions et en vivres, haute direction de tous les convois... tant de
détails, enfin, qui ne viennent pas même à l'esprit du profane. Non,
jamais nous n'imaginerons la fièvre qui doit régner, d'une aube à
l'autre, dans le bureau improvisé d'où se manoeuvrent les pièces
vivantes du formidable échiquier, ni l'écrasant labeur, ni la lucidité
d'esprit, ni les ressources d'énergie intellectuelle et physique que
peut bien exiger de celui qui l'assume un si lourd et si glorieux rôle.
Il nous suffit de savoir que le général Joffre n'en est point accablé
d'esprit ni de corps.

Méthodiquement il y fait face, soumis par sa volonté à une sévère
hygiène morale et corporelle. Debout à l'aube, le généralissime reprend
dès six heures la rude tâche. A dix heures chaque soir, par raison
encore, il se met au lit, et ceux qui l'approchent, ceux qui le servent
avec un dévouement dont l'affection et l'enthousiasme centuplent
l'énergie, affirment que le grand Condé même, à la veille de Rocroy, ne
reposa pas plus paisiblement qu'il ne fait chaque nuit.

Et ils admirent, autant qu'ils l'aiment, cette grande force équilibrée,
disciplinée, cette force indomptable à laquelle la Patrie confiante a
remis la sauvegarde de ses destinées.

                                                       GUSTAVE BABIN.



LES GRANDES HEURES

LA PATIENCE

Comme il est de vieille coutume, au fond des cloîtres et des chartreuses
d'inscrire dans chaque pièce, sur l'austère tableau du mur, au-dessus de
la porte, des préceptes et des devises ayant pour but, en peu de mots,
d'imposer une règle de conduite immuable et de droite rigueur, ainsi
nous ferions bien, pendant ces jours continuellement tourmentés, de
tracer partout, en belles lettres liturgiques, pour le rendre visible à
chacun de nos regards, inévitable à chacun de nos pas, ce seul mot:
PATIENCE, et qu'il devienne aussitôt la règle même et la consigne
militaire de notre existence troublée.

La patience doit être notre mot d'ordre, notre loi.

Les plus impérieuses raisons nous somment de la pratiquer.

C'est une vertu. Une des plus grandes, sinon la plus considérable, et
vertu d'action, vertu mouvementée, féconde, sous son apparence passive.
Nos amis les Anglais qui l'exercent avec une résolution supérieure, en
savent l'hygiène morale et le bénéfice, ils en ont une séculaire
expérience couronnée de loyaux succès.

Ne croyez pas tout d'abord que cette patience, dont le calme nom déjà
vous irrite et vous rabaisse, soit un article de femme et de vieillard,
qu'elle résume un programme adapté à la médiocre taille des craintifs,
des faibles et des petits... Non. Si vous êtes altérés de mérite et de
risques, si vous ne pouvez pas renoncer à l'idée d'_endurer_, dites-vous
que la patience accordera large matière à vos ambitions et qu'en vous la
présentant on ne vous offre pas un jeu de tout repos. Car la patience
n'a point son étymologie dans la mollesse et le détachement. La patience
est une souffrance ainsi que l'exprime avec une indubitable clarté le
mot _pâtir_ qui l'a enfantée dans la douleur. Et la patience, au-dessus
d'une souffrance, est le plus rare et le plus distingué des courages,
puisqu'elle prouve et nécessite l'absolue maîtrise de soi, l'entière et
complète possession de toutes ses forces. Elle réclame un sang-froid
ininterrompu, l'abnégation du succès immédiat, le perpétuel sacrifice
de la minute, le renoncement à ce qui plairait davantage. Dieu me garde
de médire de l'irrésistible feu, de l'impétueuse ardeur qui sont la
caractéristique enviée de notre tempérament! Mais, en leur rendant
hommage, il ne faut pas craindre de reconnaître que la promptitude de
l'élan, si réussis qu'en soient les effets, n'est quelquefois qu'une
heureuse et violente diversion, une admirable impuissance à se posséder,
une imprudence de génie, une virtuosité dans l'excès. Du moment que l'on
éclate, _c'est qu'on ne peut plus se retenir_, que l'on cesse par
conséquent d'être le maître et le directeur de son énergie. En beau
désespoir de cause on la laisse alors jaillir, faire explosion. Ainsi
l'on se soulage, on se libère, on s'en donne à coeur joie, on assouvit
une passion, une des plus hautes, celle de l'intrépidité, mais on
l'assouvit. Le patient est celui qui la réprime et la réserve, aussi
longtemps qu'il faut, pour ne la contenter en plein et d'un seul coup
qu'à l'heure de la permission. Ménageant, sans les atténuer, ses
fureurs, il les rumine, les mâche et les remâche comme des balles, il
les garde jusqu'à l'extrême limite, et même à la fin, quand il leur
donne carrière, il sent qu'il pourrait, s'il en était besoin, les
maintenir encore. C'est lui qui les mène au lieu de céder à leur
entraînement.

Pour bien observer, jusque dans les plus tragiques circonstances de la
vie, cette vertu de ténacité spéciale, il ne suffit pas d'être un brave
et d'avoir du coeur, il faut être une âme ayant une foi. De ceux qui la
courtisent, la sereine et pure patience exige une volonté de source
religieuse. Sans cela elle rebute, elle fait semblant d'être surhumaine
et l'on se souvient avec effroi que le privilège n'en est attribué
qu'aux anges: patience angélique.

Mais aussi le beau travail, accessible au plus saint des orgueils!
Quelle fière tentation! Et comment ne pas s'y jeter puisque l'on
s'attaque au plus difficile? D'ailleurs on découvre bien vite, sans
avoir la peine de les chercher, les avantages de l'entreprise. Le
patient, celui qui attend, qui veut, qui sait, qui peut attendre, qui en
a les moyens--et l'on en a toujours les moyens dès qu'on en a la
volonté--cet homme-là possède une force inébranlable et contre laquelle
tout se brise. Il est en situation de tout oser, plus que l'audacieux,
de négliger des chances sûres parce qu'il a la confiance d'en saisir de
plus sûres encore. Au jour le jour, à l'heure, il se charge et
«s'accumule» de puissance électrique à la façon d'une bouteille de Leyde
et au lieu de se dépenser il s'accroît. Par la patience il obtient
rapidement l'équilibre, la lucidité, une vue ferme et générale de
l'ensemble. Les choses, dérangées, regagnent leur place, petite ou
grande, et le patient, qui occupe à présent les crêtes morales, domine
le panorama. Enfin la patience a ceci de magnifique et de mystérieux: de
son propre fait elle dégage une certitude de durée qui aussitôt la crée,
l'anime et l'entretient... Au _patiens quia æternus_ qui glorifie le
Saint-Siège, on pourrait substituer avec autant de raison, comme juste
devise: _Æternus quia patiens_.

Mais assez de philosophie sur ce thème. Je ne m'y suis volontairement
arrêté à regret que pour mieux préparer le terrain où je voulais venir.
Le voilà libre et solide sous nos pieds. Vous m'avez tous compris.
_Cette guerre est une guerre de patience._ Il faut que tout le monde,
sans exception, se consacre au culte monastique et persévérant de cette
vertu.



[Illustration: LE GÉNÉRAL JOFFRE
_COMMANDANT EN CHEF DES ARMÉES_]

Au début des hostilités nous avons commis la faute, généreuse et bien
naturelle, d'être trop impatients. Quatre fois par jour au moins nous
prétendions à de bonnes nouvelles. Une victoire le matin au réveil, pour
nous mettre en joie, une à midi, une à quatre heures, une dernière le
soir avant de nous coucher. A chaque courrier nous voulions des lettres
de nos combattants, de nos parents, de nos amis, et longues, nourries de
détails... Nous voulions des communiqués fréquents et précis de notre
état-major, ne nous dissimulant rien de ses pensées, de ses intentions,
de son but. Nous voulions tout le temps des prisonniers, des drapeaux,
des canons... Que ne voulions-nous pas? Après que cette fougue un peu
présomptueuse eût reçu quelques justes et chères récompenses, nous avons
dû nous plier à une acceptation plus dure et plus serrée de la réalité,
mettre au pas nos grands désirs et discipliner nos espoirs. Et nous nous
sommes enrégimentés dans la patience.

Or, voici qu'au bout de trois semaines de la rude école nous commençons
à en ressentir les bienfaits libérateurs. Tout ce que nous avons mérité
davantage en cessant de le demander avec une hâte intempestive, le
destin, providentiel et munificent, nous l'apporte et nous le distribue
dans une répartition croissante. La chance, captivée, gagnée à notre
vaillante sagesse, tourne comme un brusque vent, nous avançons, l'ennemi
recule, et notre coeur bat plus fort et plus vite dans nos poitrines qui
se dégagent... Victoires précieuses, laborieuses, préparées, tissées fil
à fil, sur le prudent canevas de la retenue, de la réflexion, sur la
solide trame de la défensive... en attendant les victoires futures et
débridées qui seront le couronnement des coûteuses contraintes. Gloire
donc à la patience! Nous la souhaitons à tous.

Nous voulons d'abord qu'elle n'abandonne jamais ceux qui l'ont eue bien
avant nous, à qui seuls nous la devons, dont elle est le grave soutien,
c'est-à-dire nos chefs aimés, bénis, prodigieux. Que notre patience aide
et secoure la leur! La nôtre est infime et la leur est sublime.
Respectons au moins la splendide glace de leur conduite, collaborons au
chef-d'oeuvre anonyme de leur renoncement. Que ces guides vigilants,
impassibles, sacrés, absents de tout ce qui n'est pas le salut de la
patrie, se sentent soulevés, obligés par notre docile et confiante
ignorance de leurs secrets. Ne commettons pas le crime d'essayer de
déchiffrer à tout prix les énigmes de leur silence, ne les injurions pas
de nos doutes, ne cherchons pas à les entamer de nos curiosités.
Laissons-nous conduire par eux, aveuglément, comme les troupes dont ils
sont l'âme lumineuse et fermée.

Et si les chefs ont cette patience de montagne et de pyramide, s'ils
sont capables de la garder, comment les soldats ne l'auraient-ils pas à
leur tour, ne seraient-ils pas jaloux de la partager avec eux, de leur
en alléger le poids? Rien ne leur sera plus aguichant et plus aisé. Nul
ne sait, pas même eux, les ressources de leur énergie. Patience donc au
fantassin qui s'énerve de la retraite, au cavalier qui piaffe, à
l'artilleur qui ne tire pas, à tous ceux dont les bras et les jambes
«fourmillent».

Patience également aux choses elles-mêmes, aux choses vivantes de la
guerre, aux armes prêtes et décidées qui se morfondent, patience à la
gueule des canons, aux fusils chargés stupéfaits de ne pas partir,
patience à la baïonnette fainéante, au fourreau qui vomit le sabre.
Patience à l'aéroplane exaspéré de ne pas décoller.

Patience à toute l'armée, à l'_active_, à la _réserve_, à la
_territoriale_, à tous ceux qui sont déjà là, à ceux qui n'y sont pas
encore.

Patience au blessé bourru qui morigène sa plaie, trop pressé de revenir
se battre, au sortir du lit d'ambulance. Qu'il prenne le temps de
guérir, de digérer les coups qu'il a reçus et ceux plus lourds qu'il a
portés!

Patience aux parents... Ah oui!... Grande et cruelle patience, aux mères
toutes droites et blanches, aux femmes à l'oeil fixe, aux jeunes filles
qui cousent en soupirant, aux soeurs pâles et sérieuses, à toutes celles
qui ne savent rien, qui voudraient savoir et ne pas savoir, qui ne
savent plus ce que veut leur coeur et qui debout vont et viennent, comme
des somnambules, dans la monotonie d'un drame sans nom, sans précédent,
sans fin... Patience! Elles _les_ reverront. Toutes ont le devoir, le
droit d'espérer et d'être exaucées.

Patience aux enfants, aux petits qui ne jouent plus, dont on s'occupe
moins--ou davantage!--qui voient des larmes dans des yeux sans demander
pourquoi, auxquels on ne parle de rien mais qui devinent tout...
Patience! Ils crieront de nouveau dans la maison en fête, ils
grandiront, se souviendront... Ils oublieront...

Patience à tous ceux qui écrivent... qui écrivent des lettres et n'en
reçoivent pas! Patience des deux côtés, ici et là-bas, sur tout «le
front» de la famille disjointe et plus unie.

Patience aux civils mécontents, humiliés, à tous ceux qui tiraillés par
des devoirs contraires et souvent égaux se sont résignés au plus simple,
ont accepté le moins voyant, ont fait avec humilité le sacrifice de
l'amour-propre belliqueux et de l'orgueil flatteur. A ceux-là patience
aussi. Leur tour viendra, plus tard, au train pacifique et terre-à-terre
des épreuves.

Patience à toutes les forces et à toutes les faiblesses. Patience au
pays entier, aux désolés, aux sans-abri de Belgique et de France...
Patience à Louvain, aux sols profanés, aux murs béants, aux toits
détruits, aux flammes vengeresses qui se rallumeront _ailleurs_, aux
carillons interrompus dont nous saluerons le réveil...

Et patience même aux empires en marche... qu'ils prennent bien leurs
mesures!... Patience aux flottes, aux armées de la divine cause, portant
écrit sur leurs drapeaux, en paraphe de feu, l'inexorable arrêt du
Souverain Juge. Ecoutez!... Ce grondement... les voilà!

                                                    HENRI LAVEDAN.

_P.-S._--Et voici que j'apprends le crime, l'inoubliable sacrilège de
Reims qui ne sera jamais pardonné. Ils ont détruit la cathédrale! La
cathédrale de Reims! Ah! le bruit terrible, le fracas sinistre, affreux,
déchirant, le tonnerre de gloire et de consternation que déchaînent en
s'écroulant ces mots qui font mal à dire, qui ne sortent que comme un
cri: «La cathédrale de Reims n'est plus!» Les larmes encombrent mes
yeux. Et pourtant à ma révolte, à mon immense chagrin ne se rattache
aucun souvenir personnel qui les ravive... Je ne suis jamais allé à
Reims. Jamais, hélas! je n'ai franchi le seuil du sanctuaire fameux et
vénéré. Mais tant de fois j'ai vu, étudié, admiré sur l'image ce
monument de beauté radieuse que je le connais comme si je l'avais
souvent visité. J'en sors à l'instant même sans y être entré,... et ma
peine s'augmente du tardif regret de l'irréparable!

                                                             H. L.



LA GUERRE
DE LA SOMME AUX KARPATHES.

La bataille s'est poursuivie, toute la semaine, de la Somme à la Meuse,
avec des accalmies tantôt sur un point, tantôt sur l'autre, des avancées
ici, plus loin de légers reculs bientôt suivis de reprises de terrain.
Au total, nous progressons, et notamment au Nord-Ouest, où la lutte est
la plus ardente.

Au commencement de la bataille de l'Aisne, les fronts des deux armées
occupaient deux lignes parallèles entre elles, orientées suivant la
direction Soissons-Reims-Verdun. Actuellement, notre aile gauche, par
une avance régulière, a repoussé, vers le Nord-Est, l'aile droite
allemande.

Ainsi, dans cette véritable lutte de siège engagée depuis vingt jours
par nos soldats infatigables contre un ennemi solidement retranché; dans
cette bataille à propos de laquelle on a rappelé celle de
Moukden--qu'elle passe déjà, en longueur--nous avançons toujours.

Or, c'était une maxime d'un capitaine de chez eux, du grand Frédéric,
que «vaincre, c'est avancer».

Solidement appuyées sur le camp retranché d'Anvers, les troupes belges
harcèlent sans relâche l'ennemi et lui disputent énergiquement le
terrain qu'il occupe. Les Allemands ont tenté une diversion sur
Schooten, au Nord-Est d'Anvers; ils ont été repoussés avec des pertes
sérieuses. D'autre part, l'armée belge a remporté un gros avantage près
de Termonde. Enfin, elle a coupé sur plusieurs points le chemin de fer
de Liége à Hasselt, entre Tongres et Bilsen.

Les Allemands, prévoyant la nécessité de se replier de France, se
préparent à la résistance en territoire belge et y exécutent
d'importants travaux.

Nous devons mentionner ici plusieurs protestations qui nous arrivent de
Hollande, au sujet d'une carte publiée dans notre numéro du 8 août.
Cette carte, où étaient tracés les itinéraires de l'invasion allemande,
tendait à faire croire que les armées du kaiser avaient violé le
territoire néerlandais. La véhémence avec laquelle nos
correspondants--et même un communiqué officiel--s'indignent qu'on ait pu
supposer la Hollande assez complaisante pour avoir toléré le passage de
nos ennemis nous touche profondément. Ils nous affirment de toute leur
énergie que leur pays saurait défendre au besoin par les armes sa
neutralité, et nous le croyons. Nous espérons que la Hollande aura le
même souci de garder la neutralité commerciale et se fera scrupule
d'éviter sur ce terrain jusqu'au soupçon.

En Galicie, nos alliés russes ont obtenu d'importants avantages.

Maîtres de Jaroslav après une série de combats dont l'un, celui de
Sadava-Visznia, ne dura pas moins de sept jours, ils ont aussitôt
poursuivi leur marche en avant, enlevant d'abord Rzeszov, progressant
vers Cracovie et tendant évidemment à atteindre au plus vite la Silésie.
Ils ont pris Khyrof et poussé jusqu'à Przemysl, place très forte au Sud
de Jaroslav qu'ils ont investie. Les deux grandes voies ferrées qui la
relient au centre du pays, l'une vers Cracovie, l'autre par Lisko, sont
en leur possession. Sans doute, Lisko, sur le San, a été occupée à son
tour. Le _Messager de l'armée russe_ annonce qu'à la date du 28 la
Galicie est complètement purgée de forces ennemies, qui s'enfoncent dans
les Karpathes. Les Russes ont fait un butin de guerre considérable.
Enfin, Tarnovitz, en Silésie, est déjà occupé.

L'armée russe du Nord qui, sous le commandement du général Rennenkampf,
s'était avancée d'abord en Prusse orientale, obligeant l'Allemagne à y
remener une partie des forces qu'elle avait lancées contre nous, s'était
ensuite repliée, dans une retraite admirable, vers les régions de Kovno
et de Grodno. Elle a repris l'offensive. Elle a arrêté l'ennemi et le
poursuit actuellement dans la forêt d'Augustov, à la hauteur de Lyck.
Une autre armée cerne progressivement Koenigsberg.

L'activité des Serbes et des Monténégrins ne se ralentit pas non plus.
Des combats aussi longs et aussi vifs que ceux que nous livrons
nous-mêmes se sont déroulés sur le front
Mitrovitza-Lovnitza-Zvornik-Lioubovia. La dernière et la meilleure
nouvelle qui nous parvient de Serbie est que les alliés arrivent devant
Sarajevo et occupent le massif de la Romania, qui domine la capitale de
la Bosnie.

Sur mer, l'Angleterre a eu malheureusement à déplorer la perte des trois
croiseurs _Aboukir_, _Hogue_ et _Cressy_, coulés par des sous-marins
allemands dans la mer du Nord.

Dans l'Adriatique, la flotte franco-anglaise a occupé l'île de Lissa et
commencé le bombardement de Cattaro.

La cueillette des colonies allemandes se poursuit méthodiquement. Les
soldats et marins de l'Angleterre et de la France collaborent à
l'occupation du Cameroun; Douala, le port le plus important de cette
colonie, s'est rendu le 27. Nous avons repris la plus grande partie des
territoires du Congo que nous avions cédés en 1911. Des forces
britanniques ont occupé la Nouvelle-Guinée. Enfin, les Japonais viennent
d'écraser les Allemands à 10 kilomètres de Kiao-Tchéou.



[Illustration: L'INCENDIE DE LA CATHÉDRALE DE REIMS _Dessin de G.
Fraipont, d'après le croquis d'un témoin._]

[Illustration: Un contrefort et une verrière, éprouvés par le feu et par
le bombardement.]

[Illustration: La façade méridionale de Notre-Dame de Reims après
l'incendie. Les lignes pointillées indiquent les profils des toitures
détruites.]

[Illustration: _Phot. Neurdein._ Avant.] [Illustration: Après. _Phot.
Branger._]

LE PORTAIL DE LA CATHÉDRALE DE REIMS QUI A LE PLUS SOUFFERT

[Illustration: LA GRANDE NEF, DÉCOIFFÉE PAR L'INCENDIE, DE LA CATHÉDRALE
DE REIMS Vue prise de la tour Nord-Ouest, en regardant vers le chevet de
la basilique.]

[Illustration: Le défilé du premier régiment allemand, drapeau en tête,
sur la place de l'Hôtel-de-Ville, à Bruxelles.--_Phot. G. Chérau._]



EN BELGIQUE ENVAHIE

UN HÉROS DU DEVOIR CIVIQUE: LE BOURGMESTRE
DE BRUXELLES, M. ADOLPHE MAX.

(DE NOTRE ENVOYÉ SPÉCIAL)

_M. Gaston Chérau, qui s'était rendu en Belgique au mois d'août, pour y
assister aux efforts de l'héroïque armée du roi Albert résistant à la
formidable invasion germanique, s'est trouvé enfermé dans Bruxelles
quand les Allemands y sont entrés. Ce n'est que trois semaines après
qu'il a réussi à regagner la France, par Ostende et l'Angleterre. Nous
avons déjà publié (numéro des 12 et 19 septembre) ses notes sur la
destruction de Louvain. Voici maintenant son récit de l'occupation de
Bruxelles par l'envahisseur:_

Je venais de quitter un Paris silencieux, contenu, courageux, actif--un
beau Paris conscient de son devoir, disposé à tous les sacrifices,
assuré qu'après le dernier éclaterait l'aurore de la victoire; j'étais
en route pour la Belgique ensanglantée et je me persuadais que je
retrouverais la même atmosphère, plus âpre peut-être, car la lutte était
commencée... Ah! bien oui!... En approchant de Bruxelles, on ne pouvait
plus douter qu'il s'agissait d'une kermesse, et à Bruxelles, vraiment,
c'était une kermesse! On criait des éditions spéciales, on vendait des
cocardes, les cafés regorgeaient de clients, les maisons étaient
pavoisées, les tramways étaient bondés, les automobiles et les voitures
ne circulaient qu'avec peine, et, dans cette foule méridionale, il y
avait des gardes civiques en armes, «les soldats du dimanche», ceux des
parades et des concours de tir.

La Belgique héroïque était pourtant tout près, à quelques pas elle était
ici même, un peu trop joyeuse, me semblait-il, mais vibrante, prête aux
sacrifices, elle aussi, bien qu'il ne lui parût pas qu'on dût lui en
demander de nouveaux.

Soudain, on apprit qu'une grave affaire avait été engagée à Haelen et je
crois bien que ce fut à partir de ce jour que le Bruxelles du boulevard
Anspach, de la place de la Bourse et de la place de Broukère finit par
se persuader que la guerre était à ses portes. Il n'en demeura pas moins
badaud et pas moins _zuanzeur_.

Or, dans la matinée du mercredi 19 août, des réfugiés de la région de
Tirlemont apparurent, le regard perdu et comme étonnés de se retrouver
vivants après un cauchemar. Ils arrivaient par la gare et par les
routes, dans tous les équipages.

Je décidai, aussitôt, de partir pour Louvain: je fus arrêté avant d'y
entrer par une patrouille de dragons allemands. Un peu plus tard, à
l'instant où je fus autorisé à me retirer, j'aperçus une longue bande
grise qui ondulait à la crête d'un repli de terrain. C'était un régiment
d'infanterie--d'infanterie allemande--qui se dirigeait sur Louvain.

Lorsque, dès mon retour à Bruxelles, je fis part de la rencontre que
j'avais faite, on me répondit qu'il ne s'agissait que de petites
infiltrations d'ennemis et qu'au surplus on prenait les précautions que
la situation commandait.

En effet, depuis le matin, les gardes civiques faisaient des tranchées
et posaient des ronces artificielles aux portes de la ville. Le pont du
canal de Charleroi était barré par deux lignes de tombereaux. Tous les
«soldats du dimanche» travaillaient avec le même entrain, et les
chemises fines se plaquaient sur les épaules en sueur.

A 9 heures du soir, on travaillait encore.

Les cafés devaient fermer à minuit; on y commentait l'affiche du
bourgmestre invitant les possesseurs d'armes à les déposer sans retard
dans les bureaux de police de leur quartier.

A 10 heures du soir, un coup de clairon éclata place de la Bourse. Les
gardes civiques accoururent, formèrent les rangs, se mirent en route....
On ne devait plus les revoir. A minuit on dirigeait le premier ban sur
Gand et l'on désarmait le deuxième, qui était renvoyé dans ses foyers.

A 6 heures du matin, un Taube se promenait au-dessus de la ville, tandis
que, très loin, le canon tonnait vers le Nord-Ouest; à 8 heures, on me
signalait que des Allemands avaient été rencontrés à 5 kilomètres de
Bruxelles. Cependant, les journaux paraissent: ils affirmaient qu'il n'y
avait rien à craindre, que les ennemis ne pénétreraient pas de si tôt
dans les faubourgs, que des «mesures» avaient été prises...

Je songeai aux petits terrassements qu'avaient exécutés, avec tant de
coeur, les gardes civiques, et je me représentai une division se
heurtant à ces taupinières... Je décidai donc de regagner Paris, pour ne
pas risquer d'être inutilement enfermé dans Bruxelles.

A 11 heures, mon train s'ébranla; à une heure et demie, il me ramenait à
mon point de départ.

A 2 h. 10 minutes, une berline grise débarquait deux officiers à l'hôtel
de ville!

Je la reverrai toute ma vie, cette automobile, comme, toute ma vie, je
reverrai le spectacle qui suivit!

La place de l'Hôtel-de-Ville avait été vidée. Les petites rues
adjacentes étaient barrées par les agents de police. La vie était comme
suspendue; il régnait un silence d'exécution capitale.

Combien de temps avons-nous attendu là?... Je me souviens qu'à ce moment
des hommes se sont montrés sous le porche de l'hôtel de ville, que du
regard ils ont inspecté la place et les façades des maisons, puis ils
ont disparu.

Soudain, des pas de chevaux résonnèrent sur les pavés, du côté de la rue
de la Colline... Trois cavaliers allemands apparurent; puis la tête d'un
régiment d'infanterie déboucha, derrière eux. Aussitôt, une épée sortit
du fourreau, un commandement éclata, rauque, inhumain, pareil à un cri
de menace ou de terreur qui s'étrangle dans la gorge et... (je ne puis
penser à cet instant sans éprouver de nouveau l'étreinte qui m'a
étouffé) des fifres et des tambours entamèrent une marche lente, si
lente qu'on aurait cru à une marche funèbre et si durement scandée
qu'elle paraissait jouée par un mauvais orgue de Barbarie.

Derrière eux, aussitôt, la compagnie se mit au pas de parade; les bottes
frappèrent lourdement le pavé en mesure, la place résonna et, de la
foule qui se pressait dans la rue du Marché-aux-Herbes s'éleva une
sorte de rumeur intraduisible, un «Ho!» de stupéfaction, d'effroi, de
réprobation, un grondement, vite réprimé par les agents:

--Silence!... Pas un mot!

Ce n'était pas une menace de sergent de ville; c'était un conseil
impérieux et fraternel.

Enfin, le drapeau allemand défila; le cri de «halte!» retentit. Le
régiment s'immobilisa...

Puis d'autres compagnies apparurent. Deux chevaux d'officiers glissèrent
sur les pavés et s'abattirent; des voitures et les cuisines roulantes se
massèrent devant la maison des Brasseurs. Un soldat traînant une petite
vache, un autre chargé de jambons fermaient la marche...

La place était grise d'uniformes, de ce gris que je ne puis plus voir
sans en éprouver une nausée.

Sur la façade de l'hôtel de ville, trois grands drapeaux flottaient: un
drapeau belge, encadré d'un drapeau français et d'un drapeau anglais. Au
bout d'un temps que je ne puis préciser, ils disparurent et, à l'angle
de gauche du bijou gothique, orgueil de la capitale, monta le long
drapeau noir, blanc et rouge, qui pendit, morne et menaçant.

Au dire des Allemands, Bruxelles était allemand.

A partir de ce moment, tandis que les aéroplanes qui volaient sur la
ville faisaient des signaux à l'aide de leurs fusées lumineuses, le
fleuve d'ennemi commença de couler par la chaussée de Louvain, le
boulevard Bischoffsheim, le boulevard du Jardin-Botanique et le
boulevard d'Anvers. Deux autres bras empruntaient des routes à l'Est de
Bruxelles.

Il y avait de la cavalerie, de l'infanterie, de l'artillerie, des
mitrailleuses, des projecteurs, des chariots de télégraphie; surtout, il
y avait d'inimaginables, d'indescriptibles processions de
voitures,--ambulances, caissons de munitions, wagons de déménagements,
chars à bancs, chars de betteraves, breaks, calèches, tonneaux,
victoria... (Je n'invente pas!) Cela donnait l'impression d'un
formidable déplacement de romanichels, et ce qui s'accumulait dans tant
de voitures disparates n'était pas fait pour modifier cette idée. Un
landau était chargé de foin, de cages de lapins et de pigeons voyageurs,
d'un mouton vivant aux pattes liées et de chaises de cuisine au dossier
coupé. Une élégante charrette anglaise portait des sous-officiers et des
paniers de vin; un superbe saint-germain, un des plus beaux, vraiment,
que j'aie jamais vus, était attaché par une grosse corde à l'essieu de
la voiture... Il y avait beaucoup de chiens dans le convoi, chiens de
berger, terriers, colleys, griffons de chasse, qui suivaient en tirant
sur leur laisse, encore inaccoutumés au voyage. Ils ne venaient pas de
loin, les malheureux, et leur sort devait être court: les Allemands sont
friands de leur viande. Mais ce qu'il y avait, surtout, c'étaient des
chevaux, des chevaux en quantité, de toutes les tailles, de toutes les
couleurs, des chevaux réquisitionnés ou volés, tous les chevaux qu'ils
avaient rencontrés.

[Illustration: Le fanion blanc improvisé par la municipalité de
Bruxelles, pour entrer en pourparlers avec l'état-major allemand.]

Cela dura trois jours et trois nuits, avec des arrêts subits, qui se
prolongeaient parfois des heures pendant lesquelles on faisait bavarder
les soldats.

Quelques-uns étaient sûrs de se trouver sur la route de la victoire. Un
homme du 74e me dit:

--Nous sommes quinze millions!

En me voyant sourire, il eut un accès de colère et appela un de ses
camarades.

--Combien sommes-nous qui allons en France?

Et l'autre de répliquer imperturbablement:

--Quinze millions.

C'était l'officier qui l'avait dit, le matin même.

Mais la majorité de ceux que j'ai interrogés avaient d'autres
convictions. Ils étaient mornes, parlaient du pays qu'ils avaient
quitté, que si peu reverraient... L'un, devant qui je m'exclamais:

--Que voulez-vous! c'est la guerre...

--C'est la guerre? grommela-t-il. On voit bien que vous êtes garçon!

[Illustration: Un intermède dans le défilé des troupes allemandes, le
jour de l'occupation de Bruxelles.

_Phot. G. Chérau._]

Je sortis mon carnet de notes, sur lequel était collée une photographie
de mon fils; le soldat se pencha, sa figure s'illumina et, avec une
émotion dont j'ai été remué, il me tendit un portefeuille qui contenait
un groupe composé d'une femme et de cinq enfants.

--Vous les voyez? fit-il. Eh bien, maintenant que je n'y suis plus, ma
femme touche un mark par jour. Il faut que cela suffise pour sept, car
il y a ma mère avec eux. Un mark par jour, pour sept!

Il eut un juron, et, frappant son portefeuille, il mâchonna:

--Vous croyez que c'est à cause d'eux que je me battrais? C'est à cause
d'eux que je ne me battrai pas!

Et ce que j'en ai entendu d'invectives à l'adresse de l'empereur et de
son armée!

C'est ainsi qu'ils traversèrent Bruxelles, les terribles soldats de
cette majesté pacifique.

Avec plus de sobriété, les officiers, d'ailleurs, ne montraient pas plus
d'enthousiasme. Un de ceux qui prenaient leur repas à l'hôtel prononça
tristement:

--La Belgique sera notre tombeau.

Et ses camarades ne protestèrent pas. Cela, du moins, n'empêcha pas
qu'ils burent du champagne déraisonnablement, mais ils buvaient en
silence, rageusement, à pleins verres.

Pendant cette fin de semaine, si lourde de menaces et endeuillée,
Bruxelles ne s'est pas douté qu'un héros était né de la poussière même
que soulevait la horde des envahisseurs. Ce n'est qu'au bout de quelques
jours qu'il a connu la conduite de son bourgmestre Adolphe Max.

Cet homme-là sera, désormais, une des grandes figures du Brabant
bourgeois.

Avec un tact, une énergie, une diplomatie au-dessus de tout éloge, et
aussi avec une lucidité spirituelle dont il n'est pas commun de trouver
l'exemple dans des circonstances aussi tragiques, il est entré vivant
dans le livre des patriotes illustres de la Belgique.

Son heure a sonné quand on l'a prévenu que l'armée allemande approchait
de la ville. Aussitôt, il réunit son collège et décida d'aller
parlementer. Sur un jonc brut, on cloua hâtivement une grande serviette
de toilette et, précédé de ce fanion improvisé, que portait le
secrétaire communal, accompagné des échevins Steens et Jacqmain, le
bourgmestre se mit en route. Ce fut le lieutenant d'état-major
Kriegsheim qu'il rencontra et c'est à lui qu'il demanda de renoncer à
faire traverser Bruxelles par les troupes allemandes. Il le fit avec un
beau courage, parlant du droit des gens, alors qu'on ne parlait devant
lui que du droit du plus fort; à bout d'arguments, et devant le refus
qu'on lui imposait, il annonça qu'il désirait télégraphier à l'empereur
d'Allemagne, «ne pouvant tolérer, dit-il, que l'armée d'un souverain
qu'on avait fêté à Bruxelles pénétrât dans Bruxelles sans y être
autorisée par ceux qui administraient la ville». Et il tint si bon,
qu'il fallut en passer par sa volonté. L'officier prit la dépêche et
s'en fut la présenter à son chef. Au bout d'une demi-heure, les
pourparlers reprirent. L'officier informa le bourgmestre que la dépêche
serait transmise, mais qu'il était nécessaire, en attendant, de se
soumettre aux ordres du général commandant le 4e corps, savoir: l'armée
traverserait la ville; l'agglomération serait tenue de pourvoir à
l'entretien des troupes allemandes pendant leur séjour.

«Le capitaine Kriegsheim, poursuit-on dans le procès-verbal, a requis
d'autre part la ville de Bruxelles et les communes de l'agglomération de
payer, à titre de contribution de guerre, dans les trois jours, une
somme de 50 millions de francs en or, argent ou billets de banque, la
province de Brabant ayant à payer pour le surplus, à titre de
contribution de guerre, une somme de 450 millions de francs, somme
pouvant être payée en traites au plus tard le 1er septembre 1914.

»Le bourgmestre de Bruxelles, protestant contre la violence qui lui a
été faite, a déclaré ne céder qu'à la contrainte...

»Il a fait connaître son intention de siéger en permanence à l'hôtel de
ville pour veiller à la bonne marche des services.

»M. le capitaine Kriegsheim a communiqué qu'il avait reçu mandat de
retenir provisoirement à la disposition du commandant allemand, pour
garantir la bonne conduite de la population bruxelloise, le bourgmestre
de Bruxelles, le conseil communal et cent notables de la ville...»

A ce moment, le bourgmestre interrompit la lecture:

[Illustration: La salle de l'Indépendance, à l'Hôtel de Ville de
Bruxelles, où le bourgmestre, M. Max, a dressé son lit depuis le début
de l'occupation allemande.

_Phot. Gaston Chérau._]

--Si vous voulez un otage, prononça-t-il, sans se départir de son calme,
me voici! Faites de moi ce que vous voudrez. En cas de troubles, il
m'importe peu de perdre la vie pour garantir la vie et les propriétés de
mes concitoyens. Mais, si vous persistez dans votre décision de retenir
le collège communal et cent notables de la ville, je déclare ne plus me
porter garant de rien.

Ce que l'on traduisit, sur le document officiel, par:

«Après un échange de vues à ce sujet, le capitaine Kriegsheim a
spontanément renoncé à cette exigence, sous réserve de ratification de
son mandant...»

Et cela se terminait ainsi:

«Fait en double à Bruxelles, le 20 août 1914.

»_Signé_: KRIEGSHEIM, »lieutenant d'état-major au 4e corps d'armée.»

On chercherait en vain une autre signature.

Quand, enfin, l'état-major pénétra dans l'hôtel de ville et annonça son
intention d'y coucher, le bourgmestre répliqua:

--Vous y serez très mal; mais, puisque telle est votre décision, je
coucherai moi-même ici, me considérant toujours comme chez moi.

Et, sans attendre une réponse, il fit monter un lit dans la salle de
l'Indépendance; c'est là que, depuis l'invasion, il passe ses nuits.

[Illustration: Le bourgmestre Adolphe Max.]

Tous ses gestes sont marqués du même sceau:

Au général qui le priait de faire enlever sur l'heure les drapeaux
belge, français et anglais qui flottaient devant le beffroi, il lançait:

--Voilà une besogne qui n'est pas pour moi; et, si je m'y prêtais, je ne
trouverais pas un homme à mes ordres pour l'exécuter.

De telles réponses sont faites sans colère, par un homme qui consulte à
la fois deux consciences: la sienne et celle de la grande cité dont il a
la charge.

C'est à cette fermeté raisonnée et bourgeoise, et aussi à la complète
entente qui règne entre le bourgmestre et ses échevins, que les
Bruxellois doivent en grande partie d'avoir échappé à un désastre et,
sous la botte même de l'Allemand, d'avoir gardé intacte la fierté dont
ils ont tant souci.

Le commandant de corps d'armée hausse-t-il le ton? Le bourgmestre se met
au diapason; il ne provoque pas, mais il ne perd pas une occasion de
répliquer. Les deux affiches qu'on trouvera ici sont assez éloquentes
pour ne pas être commentées, et si le commandant militaire s'imagine
avoir eu le dernier mot dans cette affaire, c'est que les espions qui
sillonnent Bruxelles ne lui ont pas rapporté l'écho des rires malicieux
qui ont accueilli sa littérature.

Quoi qu'il en pense, la germanisation de Bruxelles n'est pas commencée.

GASTON CHÉRAU.

[Illustration:

VILLE DE BRUXELLES

Le Gouverneur Allemand de
la Ville de Liège, Lieutenant-Général
von Kolewe, a fait afficher hier
l'avis suivant:

«_Aux habitants de la Ville de Liège._

»Le Bourgmestre de Bruxelles a fait savoir au
Commandant allemand que le Gouvernement
français a déclaré au Gouvernement belge
l'impossibilité de l'assister offensivement en
aucune manière, vu qu'il se voit lui-même forcé
à la défensive.»

J'oppose à cette affirmation le
démenti le plus formel.

Bruxelles, le 30 août 1914.

_Le Bourgmestre_,
ADOLPHE MAX.


Une courageuse affiche de M. Max
pour protester contre un mensonge allemand.]

[Illustration:

Wichtige
Bekanntmachung.

Ich verbiete hierdurch auf das
strengste einen jeden Maueranschlag,
auch von seiten der Stadtverwaltung,
ohne meine ausdrueckliche
Genehmigung.

Brüssel, 31 August 1914.

_Der Militaergouverneur_,
(_Gez._) von LUETTWITZ,
Generalmajor.



Avis
important.

Il est strictement défendu, aussi
à la municipalité de la ville, de
publier des affiches sans avoir reçu
ma permission spéciale.

Bruxelles, le 31 août 1914.

_Le Gouverneur militaire allemand_,
(_Signé_) von LUETTWITZ,
Général.

La réplique, en allemand et en français, du gouverneur militaire allemand,
le général von Luettwitz.]

[Illustration: LA PLUS FORMIDABLE LUTTE DE L'HISTOIRE.--Notre ligne de
front, de Pont-à-Mousson au Nord de la Somme, telle qu'elle
est définie par le communiqué officiel du 29 septembre.]

Ce panorama représente toute l'immense région où, de la Moselle à la
Somme, se poursuit la gigantesque bataille qui dépasse en durée, en
efforts, en sacrifice de vies humaines tout ce que le monde a vu
jusqu'ici. Le front sur lequel nous tenons invinciblement, en dépit
d'efforts que l'on devine désespérés, se continue même de Nancy aux
Vosges à hauteur de Strasbourg et, descendant par une partie des crêtes
de ces nobles montagnes, va finir, à travers le Sundgau d'Altkirch, à la
frontière suisse.

Le panorama s'étend donc seulement de la Moselle, destinée bientôt à
redevenir française dans la partie de son cours qui nous a été arrachée,
à la Somme qui prend en ce moment le caractère de fossé contre
l'invasion. Cette ligne décrit une forte courbe sur un développement de
plus de 300 kilomètres, dont chaque extrémité marque un point capital de
l'effort allemand. C'est aux ailes, en effet, que l'ennemi agit avec le
plus de violence.

A l'Est, c'est la plaine de Woëvre, région de grandes cultures aux
terres épaisses, collantes, étendues entre les vastes étangs aux rives
sinueuses, égouttés par un lacis de ruisseaux lents, aux bois parcourus
par des routes rares, faciles à couper, aux fondrières où l'on s'enlise
facilement quand les épaisses brumes de ce pays palustre voilent les
mornes horizons. Là s'avancent des régiments que le départ des corps
d'armée allemands envoyés vers l'Oise, la Somme et l'Escaut, a libérés
de notre farouche et victorieuse résistance opposée sur les bords de la
Meurthe et sur le Couronné de Nancy.

Nous ne savons rien de la force de cette armée de Lorraine, ni de
l'itinéraire qu'elle suit à travers ce pays rappelant en très petit la
contrée de Mazurie où l'armée russe de Pologne avance contre les
Allemands.

Ces plaines palustres sont dominées par les raides pentes des Côtes ou
Hauts de Meuse, développant sur 25 lieues, de Toul à Dun-sur-Meuse,
leurs lignes géométriques du côté de la Woëvre, plus molles mais parfois
très fières du côté du beau fleuve descendant avec lenteur vers Liége et
Rotterdam. Ces Côtes de Meuse sont le théâtre d'actions encore
mystérieuses. Nous les tenons au Sud-Est de Verdun; elles ont été
forcées à hauteur de Saint-Mihiel. Mais les colonnes allemandes qui les
ont traversées occupent seulement un étroit couloir dont nous tenons la
paroi Nord par les hauteurs de Spada, au nom guerrier, et la paroi Sud
par les collines fortifiées portant le nom de position de Commercy.

Situation dangereuse, celle des Allemands vers Saint-Mihiel, si nous
parvenons à serrer l'étau!

Sur l'autre rive de la Meuse, la situation nous est moins précisée
encore. Nous occupons une ligne allant de la «région de Varennes» à
Reims, à travers l'Argonne et les parties les plus moroses de la morose
Champagne pouilleuse. Varennes, c'est l'humble ville qui doit une
renommée sans doute éternelle à l'arrestation de Louis XVI et de
Marie-Antoinette pendant leur fuite. Elle est à la lisière des bois de
l'Argonne, sur la sinueuse rivière d'Aire. Entre la ville et la Meuse
s'étend un pays de grands bois, de lourdes croupes revêtues de villages
aux toits rouges, de vallons étroits mais profonds. Là une armée
allemande, celle que le kronprinz commande et qui semble arrêtée par la
Meuse, s'est retranchée sur des positions contre lesquelles notre action
se poursuit.

A hauteur de Varennes, l'Argonne se rétrécit. Cette Argonne où Dumouriez
voyait les Thermopyles de la France, où il s'appuyait à la veille de
Valmy, c'est une forêt épaisse, autrefois de traversée très difficile,
rendue accessible par les travaux de vicinalité moderne, mais offrant
encore un sérieux obstacle à la marche d'une grande armée. Que
tenons-nous de l'Argonne? Rien ne permet de le deviner.

A l'Ouest de l'Argonne, jusqu'à Reims, le front occupé par nos troupes
s'étend à travers la Champagne rémoise d'abord zone de collines
crayeuses très accidentées, parsemée de petits bois de pins, puis vastes
plaines aux horizons sans fin où se multiplient les pinèdes jalonnées de
rares villages, jusqu'aux abords de Reims.

Ici les données sont vagues. Nous occupons les _avancées_ de Reims,
terme que l'on peut difficilement expliquer si nous ne connaissons pas
l'orientation de ces avancées. Mais nous devinons mieux la disposition
de nos troupes au Nord-Ouest de la ville; leurs avant-gardes tiennent la
route de Laon jusqu'à Berry-au-Bac où l'Aisne, sortant de la plaine,
entre dans le couloir du Soissonnais. Nos lignes se poursuivent jusqu'au
pied des hauteurs de Craonne conquises au prix de tant d'efforts.

Là, brusquement, la ligne du front se replie à l'Ouest pour épouser
l'étroite arête d'une singulière horizontalité qui, pendant vingt
kilomètres, domine la vallée de l'Ailette au Nord, tandis qu'au Sud
elle s'étend vers l'Aisne en tentacules séparant les multiples vallons
du Soissonnais aux flancs escarpés, coupés de carrières, dont les
Allemands ont fait des défenses formidables. Cette arête de Craonne est
si régulière et plane que le chemin qui la parcourt en vue des horizons
immenses du Laonnais a pris le nom de chemin des Dames. Cette chaussée
est comme le chemin de ronde de la fortification naturelle, haute de
cent mètres, dont l'Ailette est le fossé.

A partir de la route de Soissons à Reims, où le chemin des Dames
aboutit, le plateau, la _pénéplaine_, du Soissonnais s'élargit. Là passe
la ligne de nos avant-postes dont le jalonnement est laissé dans le
vague par le communiqué de l'état-major. Elle atteint l'Oise au-dessous
de Noyon où nous paraissons tenir le vaste prolongement de la forêt de
Compiègne qui porte le nom de forêt de Laigue,--et non de l'Aigle.

Sur cet immense front de l'Argonne à l'Oise, la bataille se poursuit
avec avance progressive pour nous. Plus à l'Ouest, entre l'Oise et la
Somme, elle atteignait mardi et mercredi toute son intensité. Il serait
malaisé de tracer exactement les fronts d'après les indications de
l'état-major. Si nous sommes à Ribécourt, sur l'Oise, en aval de Noyon
et à Roye, sur le chemin de fer de Montdidier à Péronne, on signale
l'ennemi à Lassigny, entre Roye et Ribécourt, et, plus au Nord, à
Chaulnes. Les lignes de chaque parti semblent ainsi se pénétrer.

Au Nord de Chaulnes, la Somme déroule ses replis dans une vallée où les
eaux refluent en étangs, se traînent entre les marais et les tourbières,
au pied de plateaux très ondulés, domaine des grandes cultures de
céréales, d'oeillette et de betteraves. Dans cette contrée, l'Ancre
coule au fond d'une vallée large et marécageuse dont la vieille cité de
Corbie et l'industrieuse ville d'Albert sont les points vitaux. A Albert
commence une autre ligne de front étendue à travers des campagnes amples
et placides jusqu'au gros bourg de Combles qui précède Péronne.

Cette disposition singulière des armées révèle que, sur cette extrême
aile gauche, non loin de la plaine où Faidherbe remporta sa victoire de
Bapaume, la lutte se poursuit avec acharnement. Ce n'est plus la
bataille de l'Aisne qui s'y poursuit, mais la bataille de la Somme.

                                                      ARDOUIN-DUMAZET.



[Illustration: Le transfert en lieu sûr de l'_Assomption de la Vierge_,
par Rubens, de la cathédrale d'Anvers.]

[Illustration: LES DÉVASTATIONS ALLEMANDES EN BELGIQUE.--Termonde après
le bombardement et l'incendie.]

[Illustration: Une chapelle de l'église de Notre-Dame de Malines, après
leur passage.]

[Illustration: Statuette de Madone miraculeusement préservée de
l'incendie, dans un couvent de Termonde.]



LES DÉVASTATIONS ALLEMANDES EN BELGIQUE.

[Illustration: Pièce allemande de 77 millimètres d'une batterie qui fut
anéantie par le tir de notre 75 près du Plessis-Placy (Seine-et-Marne).]

[Illustration: Obusier léger de 105 millimètres d'une batterie détruite
en un quart d'heure, à Fromentières (Marne), par une batterie française
de 75, tirant à 7.500 mètres.]



L'ARTILLERIE ALLEMANDE QUI A SUBI LE FEU DE LA NÔTRE

[Illustration: DANS LA TRANCHÉE.--La lecture du _Bulletin des Armées de
la République_.

_Dessin de GEORGES SCOTT_]

C'est un de nos meilleurs collaborateurs, sous-officier dans un régiment
de l'armée de Lorraine, qui nous fournit le vivant commentaire de ce
dessin de Georges Scott: «Je ne sais pas, nous écrit-il, comment le
_Bulletin des Armées de la République_ est apprécié à Paris et même si
on l'y connaît. Mais je puis vous assurer que cette petite feuille, qui
nous donne les nouvelles et les assaisonne souvent de l'éloquence d'un
Lavisse ou d'un de Mun, fait--quand elle arrive--le bonheur de nos
hommes... On vient de la distribuer à la compagnie. Un lieutenant a
remis un exemplaire au chef de demi-section. Nous sommes dans une
tranchée; mais l'ennemi est loin aujourd'hui; on est tranquilles. Tout
le monde se groupe auprès des faisceaux, les uns couchés, les autres
assis ou debout. Visages fatigués, pas rasés ou mal rasés (depuis dix
jours nous ne nous sommes pas lavés et nous dormons peu); mais de
l'entrain, de la plaisanterie dans les yeux. Un soldat prend le
_Bulletin_ et le lit à claire voix, de la première ligne à la dernière.
Silence religieux, ému parfois... N'est-ce pas là un joli sujet de
dessin pour _L'Illustration_, à laquelle je ne cesse pas de penser?...»

[Illustration: Le _Königin-Luisa_, bâtiment poseur de mines allemand,
coulé par l'estafette anglaise _Amphion_ et la flottille des
contre-torpilleurs britanniques.

_D'après le croquis d'un officier anglais, publié par_ The Illustrated
London News.]

[Illustration: Le croiseur estafette anglais _Amphion_ touche une mine
flottante et coule quelques minutes après.]

[Illustration: Comment on repêche les mines: deux remorqueurs ou deux
torpilleurs, que leur faible tirant d'eau met à l'abri, tirent un câble
immergé à la profondeur voulue et qui ramasse les mines par le filin les
reliant à leur ancre.]

LE DANGER DES MINES FLOTTANTES SEMÉES PAR LES ALLEMANDS DANS LA MER DU
NORD _Dessins de Henri Rudaux._



[Illustration: Une bombe, lancée par un aéroplane français, ayant
atteint une patrouille ennemie dans le voisinage d'un de nos champs
d'aviation, nos aviateurs et sapeurs vont relever les soldats allemands
morts ou blessés.]


[Illustration: ÉPISODES DE GUERRE.--Interrogatoire d'un prisonnier
allemand.]

[Illustration: Il y a huit jours, on se battait là.]

[Illustration: A Baron, près de Nanteuil-le-Haudoin: la maison incendiée
du compositeur français Albéric Magnard, qui tua deux uhlans et fut
fusillé.]

[Illustration: La foudre n'en fait pas autant: comment l'explosion d'un
obus français de 75 a déchiqueté un arbre dans le parc du château de
Mondement.]

[Illustration: Les marais de Saint-Gond, où une de nos armées a décimé
et mis en déroute la Garde prussienne.

CHAMPS DE BATAILLE]

[Illustration: Trois morts allemands sur une place de Soissons.
_A la pointe du jour, le 20 septembre, trois Allemands pénétraient en
automobile dans la ville de Soissons. Surpris par des sentinelles
françaises au moment où ils s'apprêtaient à faire sauter ce qui restait
du pont sur l'Aisne, ils furent tués, tous les trois, en pleine ville._]

[Illustration: Ce qui reste d'un convoi allemand de munitions sur la
route de Soissons à Villers-Cotterêts.

_Ce convoi, composé de camions automobiles chargés de munitions, fut
assailli par les dragons français qui tuèrent le conducteur de la 1re
voiture. Les suivantes entrèrent en collision et prirent feu._]

ÉPISODES DE GUERRE

[Illustration: Trophées de guerre devant le pavillon allemand de
l'Exposition de Lyon.--_Phot. Bouvard_]



LE PAVILLON ET LES TROPHÉES

Lyon, 19 septembre 1914.

Ils avaient mis leur pavillon au terme de l'avenue des Nations, à cette
Exposition de Lyon qu'un mauvais sort a poursuivie: un grand pavillon à
rotonde, avec un péristyle à huit colonnes énormes; sur l'entablement on
lisait «Pavillon allemand», et, au-dessus, s'élevait un monstrueux dôme
vert en forme de casque, de ce vert pâteux qu'ils ont inventé et qui
fait reconnaître de loin leur architecture aussi bien que leurs
flanelles de voyage. Toute l'avenue des pays étrangers aboutissait à ce
pavillon; toute la perspective convergeait vers ce dôme et vers cette
rotonde. Grande-Bretagne et Belgique, Etats-Unis, Perse, Japon, Brésil,
Inde et Russie n'étaient devant lui que petits personnages, modestement
alignés sur deux files, cortège du Puissant qui avait pris la place
centrale. Ah! la fameuse «place au soleil» ne manquait pas cette fois
aux Germains; et la lumière du Rhône, meilleure encore que celle du
Rhin, éclairait généreusement l'insupportable architecture, la fresque
où ils avaient représenté nue leur force, et les chapiteaux faits de
quatre têtes d'hommes émergeant d'une gangue de plâtre, tendant le cou
vers les quatre coins de l'univers. Tout cela d'un style si exagéré, si
caricatural du style allemand normal, qu'on avait pu se demander si
l'insolence de cette laideur et de ce volume n'en cachait pas une autre,
le plaisir de mettre là, comme une injure, quelque chose qu'ils savaient
grossier.

Maintenant, le pavillon est fermé... «Pour cause de faillite», disent
les passants, et le mot propage un bon rire dans la foule. La
municipalité a fait effacer l'inscription qui impliquait la propriété de
l'Allemagne, et invité la population à ne point détériorer un monument
qui, désormais, appartient à la Ville.

Depuis la guerre, on avait bien oublié l'Exposition. Les gardiens
n'enregistraient pas dix entrées par jour. Les bons nègres souriants du
«Village sénégalais» avaient beau montrer leurs dents blanches et
afficher quotidiennement l'annonce alléchante d'une «naissance au
village», on ne les venait plus visiter; et tout dormait là-bas, entre
le Rhône et la plaine infinie de l'Isère...

Brusquement tout a changé. Devant l'orgueilleux pavillon, il y a depuis
hier trente-huit canons allemands, un aéroplane, une quarantaine de
caissons de munitions, un fourneau de campagne, deux voitures de
pharmacie d'ambulance, et une file de fourgons de déménagement.
L'aéroplane est au centre, et les canons s'alignent de chaque côté de
lui, en une rangée parfaite, aussi longue que les ailes du bâtiment,
comme pour une bataille. Les caissons et les fourgons sont à l'arrière.
Partout, et jusqu'au faîte du hideux casque vert des faisceaux de
drapeaux tricolores...

Trophées: le rêve se développe à l'entour de ces rudes prises de guerre.
Ces canons-là viennent de servir; ce n'est pas une parade, le feu a
passé par ces bouches, ils ont été hissés sur les collines, braqués sur
nous; autour d'eux et par eux le vacarme des batailles a empli une
journée; puis des Français obscurs ont fait taire ces engins, les ont
capturés et traînés à leur tour. On vient les voir maintenant; le peuple
se presse devant eux, curieux et grave. Ils sont couverts de boue,
heurtés par les balles, fatigués, aussi visiblement abattus que des
hommes ou des chevaux. C'est un trait de génie que d'avoir réveillé
l'Exposition morte par l'attrait de ces trophées devant le pavillon
dressé par l'adversaire; c'est une habile diversion à la torpeur d'une
entreprise ruinée par cette lutte même. Il y a des canons ailleurs, il y
en aura bientôt par toute la France, mais ici, devant ce témoignage
d'une longue arrogance, ils prennent une valeur de moquerie que les
Français comprennent bien. Des soldats blessés, encore en convalescence
dans les hôpitaux lyonnais, passent sans rancune devant ces ennemis
désarmés.

Les canons sont tous du calibre 77. Ils sont lourds et larges, le siège
des servants est protégé au dehors par un rideau de cuir, et les
artilleurs français qui défilent se gaussent de tant de confort. Le
grand aigle marque le bronze peint en gris, ainsi que la double devise
«_Pro gloria Patriæ_», et «_Ultima ratio regis_».

Impossible de les toucher. Des territoriaux zélés, pour se dédommager de
n'avoir point à défendre la patrie, défendent une corde tendue. Mais on
peut leur voir le coeur, à ces monstres, et l'on se penche. L'intérieur,
rayé de brillantes rainures dorées comme emportées dans un double et
hardi mouvement de giration, présente l'image inattendue d'une belle
gerbe de blé qu'on tord et qu'on va lier.

L'aéroplane est un biplan. Il est blindé, d'un métal mince et chatoyant,
le même sans doute qui faisait au Taube de Paris un ventre si rose au
soleil couchant. Les ailes et la carapace sont trouées de balles; plus
que les nôtres, ces avions allemands ont l'air vivants; et celui-ci
ressemble à un insecte, une grosse sauterelle, avec des mandibules, des
antennes, des pinces, tout un système compliqué d'organes tactiles,
comme ceux qui rendent si sûr et si informé le vol de la moindre cigale.
La grande hélice d'acajou est haute, effilée, belle de bois et de forme.

Quant aux fourgons de pharmacie, ils contiennent les petits tiroirs les
plus séduisants pour une ménagère.

Dans quelques jours, tous ces trophées, conquis par quelles luttes! vont
être dispersés sur les places et dans les jardins de la ville. Comme en
tant d'autres cités de France, on pourra tout à son aise et pour des
générations se familiariser avec ces emblèmes de gloire. Mais il fallait
les avoir vus ici, réunis comme une humiliante réponse devant le
pavillon germanique. Ils y parlent un langage qu'on ne se lasse pas
d'entendre. D'ici combien d'années, dans un monde hostile à son âme,
l'Allemagne n'osera-t-elle pas envoyer aux Expositions universelles une
image d'elle-même? Si c'est ici de longtemps le dernier pavillon
allemand de stuc et de faux bronze, regardons-le et pensons avec un
juste effroi que nous fûmes menacés et atteints par la contagion de
ceci; que cette âme s'insinua entre les nôtres, qu'elle chercha et
entreprit notre avilissement; et que ces canons-là ont tonné de leur
brutal fracas notre réveil et la fin d'une demi-servitude.

                                            E. SAINTE-MARIE PERRIN.



L'OEUVRE DES TRAINS DE BLESSÉS

La Presse française désireuse d'améliorer le sort des blessés pendant
leur transport des champs de bataille aux hôpitaux, a pris sous son
patronage les cantines des trains d'évacuation et des gares avec ce
programme: soins immédiats et distribution rapide et suffisante d'une
alimentation hygiénique, de linge et de vêtements chauds.

L'oeuvre a son siège, 37, rue de Châteaudun, au Syndicat de la Presse,
où doivent être adressés les dons en nature et en argent.
_L'Illustration_, qui est représentée dans le comité et s'est inscrite
parmi les donateurs, fait un pressant appel à ses lecteurs. Elle compte
sur l'élan de la reconnaissance française envers ceux qui souffrent si
vaillamment pour le salut du pays.



LA GUERRE DES TAUPES

On a dit quelles véritables fortifications les Allemands, retranchés sur
leurs nouvelles lignes, après leur défaite de la Marne, ont établies
pour se maintenir contre nos vigoureux assauts.

Il faut reconnaître qu'ils sont parfaitement organisés pour effectuer
ces travaux de terrassements. Sous le feu de l'artillerie qui les
protège, leurs «pionniers» arrivent sur la position choisie munis
d'outils portatifs à manches courts et suivis du fourgon qui contient
les outils plus lourds, à longs manches. Chaque compagnie a son fourgon.
Le travail est conduit avec une méthode rigoureuse, selon des principes
précis comme une équation. On sait que chaque fusilier a tel espace, et
sa place lui est mathématiquement ménagée. Le feu meurtrier de nos 75
peut arroser une de ces tranchées si parfaitement réglementaires,
protégées en avant par le talus où l'on a accumulé toute la terre de
l'excavation, les morts n'auront pas même la place de tomber,--et cela
explique les descriptions qu'on a données, après la bataille, de
certaines tranchées où les cadavres demeuraient debout dans la position
de tir.

En avant de ces tranchées de front, d'autres moins spacieuses sont
établies pour les sentinelles. En arrière on a construit de véritables
habitations de troglodytes, des fossés recouverts en partie de
terrassements et de branchages étayés par des pieux. Il y a là des
dortoirs quasi confortables, les cuisines, les magasins de vivres et de
munitions, tout cela relié par des passages aux lignes de front. Le fond
est souvent cimenté. On dirait, en vérité, que ces gens ont juré de
passer là leur hiver. Enfin, les mitrailleuses ont aussi leurs places
réservées. Et, tout à fait à l'arrière, est installée l'artillerie,
pièces de siège montées sur des plates-formes improvisées et gros
obusiers.

Tout cela forme comme une immense taupinière, un terrier difficile à
enlever, mais dont, finalement, nos baïonnettes auront bien raison,
espérons-le.

[Illustration: Intérieur d'une tranchée abri, sur les positions
allemandes.]



TAISEZ-VOUS!

MÉFIEZ-VOUS!

_Les oreilles ennemies
vous écoutent._

_Supplément à L'ILLUSTRATION
du 30 Octobre 1915._

_L'ILLUSTRATION attire l'attention de ses lecteurs
sur cet Avis que le ministère de la Guerre a eu l'heureuse
initiative de faire imprimer, qui sera affiché dans tous les
wagons, tramways, bateaux, etc., et qui ne saurait être
trop répandu... et suivi._





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3735, 3 Octobre 1914" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home