Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Le Tour du Monde; Côte d'Ivoire - Journal des voyages et des voyageurs; 2. sem. 1905
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le Tour du Monde; Côte d'Ivoire - Journal des voyages et des voyageurs; 2. sem. 1905" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



[Note au lecteur de ce fichier digital:

Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées.

Ce fichier est un extrait du recueil du journal "Le Tour du monde:
Journal des voyages et des voyageurs" (2em semestre 1905).

Les articles ont été regroupés dans des fichiers correspondant
aux différentes zones géographiques, ce fichier contient les articles sur
la Côte d'Ivoire.

Chaque fichier contient l'index complet du recueil dont ces
articles sont originaires.

La liste des illustrations étant très longue, elle a été déplacée et
placée en fin de fichier.]



                    LE TOUR DU MONDE



                         PARIS
                IMPRIMERIE FERNAND SCHMIDT
                  20, rue du Dragon, 20



                NOUVELLE SÉRIE--11e ANNÉE
                       2e SEMESTRE



                    LE TOUR DU MONDE

                         JOURNAL
              DES VOYAGES ET DES VOYAGEURS



                     Le Tour du Monde
             a été fondé par Édouard Charton
                         en 1860



                         PARIS
              LIBRAIRIE DE HACHETTE ET Cie
             79, BOULEVARD SAINT-GERMAIN, 79
         LONDRES, 18, KING WILLIAM STREET, STRAND
                          1905

Droits de traduction et de reproduction réservés.



TABLE DES MATIÈRES


L'ÉTÉ AU KACHMIR

Par _Mme F. MICHEL_

  I. De Paris à Srînagar. -- Un guide pratique. -- De Bombay à
     Lahore. -- Premiers préparatifs. -- En _tonga_ de
     Rawal-Pindi à Srînagar. -- Les Kachmiris et les maîtres du
     Kachmir. -- Retour à la vie nomade.                             1

  II. La «Vallée heureuse» en _dounga_. -- Bateliers et
     batelières. -- De Baramoula à Srînagar. -- La capitale du
     Kachmir. -- Un peu d'économie politique. -- En amont de
     Srînagar.                                                      13

  III. Sous la tente. -- Les petites vallées du Sud-Est. --
     Histoires de voleurs et contes de fées. -- Les ruines de
     Martand. -- De Brahmanes en Moullas.                           25

     IV. Le pèlerinage d'Amarnâth. -- La vallée du Lidar. -- Les
     pèlerins de l'Inde. -- Vers les cimes. -- La grotte sacrée.
     -- En _dholi_. -- Les Goudjars, pasteurs de buffles.           37

  V. Le pèlerinage de l'Haramouk. -- Alpinisme funèbre et
     hydrothérapie religieuse. -- Les temples de Vangâth. --
     Frissons d'automne. -- Les adieux à Srînagar.                  49


SOUVENIRS DE LA CÔTE D'IVOIRE

Par _le docteur LAMY_

_Médecin-major des troupes coloniales_.

  I. Voyage dans la brousse. -- En file indienne. -- Motéso.
     -- La route dans un ruisseau. -- Denguéra. -- Kodioso. --
     Villes et villages abandonnés. -- Où est donc Bettié? --
     Arrivée à Dioubasso.                                           61

  II. Dans le territoire de Mopé. -- Coutumes du pays. -- La
     mort d'un prince héritier. -- L'épreuve du poison. -- De
     Mopé à Bettié. -- Bénié, roi de Bettié, et sa capitale. --
     Retour à Petit-Alépé.                                          73

  III. Rapports et résultats de la mission. -- Valeur
     économique de la côte d'Ivoire. -- Richesse de la flore. --
     Supériorité de la faune.                                       85

  IV. La fièvre jaune à Grand-Bassam. -- Deuils nombreux. --
     Retour en France.                                              90


L'ÎLE D'ELBE

Par _M. PAUL GRUYER_

  I. L'île d'Elbe et le «canal» de Piombino. -- Deux mots
     d'histoire. -- Débarquement à Porto-Ferraio. -- Une ville
     d'opéra. -- La «teste di Napoleone» et le Palais impérial.
     -- La bannière de l'ancien roi de l'île d'Elbe. -- Offre à
     Napoléon III, après Sedan. -- La bibliothèque de l'Empereur.
     -- Souvenir de Victor Hugo. Le premier mot du poète. -- Un
     enterrement aux flambeaux. Cagoules noires et cagoules
     blanches. Dans la paix des limbes. -- Les différentes routes
     de l'île.                                                      97

  II. Le golfe de Procchio et la montagne de Jupiter. -- Soir
     tempétueux et morne tristesse. -- L'ascension du Monte
     Giove. -- Un village dans les nuées. -- L'Ermitage de la
     Madone et la «Sedia di Napoleone». -- Le vieux gardien de
     l'infini. «Bastia, Signor!». Vision sublime. -- La côte
     orientale de l'île. Capoliveri et Porto-Longone. -- La gorge
     de Monserrat. -- Rio 1 Marina et le monde du fer.             109

  III. Napoléon, roi de l'île d'Elbe. -- Installation aux
     Mulini. -- L'Empereur à la gorge de Monserrat. -- San
     Martino Saint-Cloud. La salle des Pyramides et le plafond
     aux deux colombes. Le lit de Bertrand. La salle de bain et
     le miroir de la Vérité. -- L'Empereur transporte ses pénates
     sur le Monte Giove. -- Elbe perdue pour la France. --
     L'ancien Musée de San Martino. Essai de reconstitution par
     le propriétaire actuel. Le lit de Madame Mère. -- Où il faut
     chercher à Elbe les vraies reliques impériales. «Apollon
     gardant ses troupeaux.» Éventail et bijoux de la princesse
     Pauline. Les clefs de Porto-Ferraio. Autographes. La robe de
     la signorina Squarci. -- L'église de l'archiconfrérie du
     Très-Saint-Sacrement. La «Pieta» de l'Empereur. Les
     broderies de soie des Mulini. -- Le vieil aveugle de
     Porto-Ferraio.                                                121


D'ALEXANDRETTE AU COUDE DE L'EUPHRATE

Par _M. VICTOR CHAPOT_

_membre de l'École française d'Athènes._

  I. -- Alexandrette et la montée de Beïlan. -- Antioche et
     l'Oronte; excursions à Daphné et à Soueidieh. -- La route
     d'Alep par le Kasr-el-Benat et Dana. -- Premier aperçu
     d'Alep.                                                       133

  II. -- Ma caravane. -- Village d'Yazides. -- Nisib. --
     Première rencontre avec l'Euphrate. -- Biredjik. --
     Souvenirs des Hétéens. -- Excursion à Resapha. -- Comment
     atteindre Ras-el-Aïn? Comment le quitter? -- Enfin à Orfa!    145

  III. -- Séjour à Orfa. -- Samosate. -- Vallée accidentée de
     l'Euphrate. -- Roum-Kaleh et Aïntab. -- Court repos à Alep.
     -- Saint-Syméon et l'Alma-Dagh. -- Huit jours trappiste! --
     Conclusion pessimiste.                                        157


LA FRANCE AUX NOUVELLES-HÉBRIDES

Par _M. RAYMOND BEL_

     À qui les Nouvelles-Hébrides: France, Angleterre ou
     Australie? Le condominium anglo-français de 1887. --
     L'oeuvre de M. Higginson. -- Situation actuelle des îles. --
     L'influence anglo-australienne. -- Les ressources des
     Nouvelles-Hébrides. -- Leur avenir.                           169


LA RUSSIE, RACE COLONISATRICE

Par _M. ALBERT THOMAS_

  I. -- Moscou. -- Une déception. -- Le Kreml, acropole
     sacrée. -- Les églises, les palais: deux époques.             182

  II. -- Moscou, la ville et les faubourgs. -- La bourgeoisie
     moscovite. -- Changement de paysage; Nijni-Novgorod: le
     Kreml et la ville.                                            193

  III. -- La foire de Nijni: marchandises et marchands. --
     L'oeuvre du commerce. -- Sur la Volga. -- À bord du
     _Sviatoslav_. -- Une visite à Kazan. -- La «sainte mère
     Volga».                                                       205

  IV. -- De Samara à Tomsk. -- La vie du train. -- Les
     passagers et l'équipage: les soirées. -- Dans le steppe:
     l'effort des hommes. -- Les émigrants.                        217

  V. -- Tomsk. -- La mêlée des races. -- Anciens et nouveaux
     fonctionnaires. -- L'Université de Tomsk. -- Le rôle de
     l'État dans l'oeuvre de colonisation.                         229

  VI. -- Heures de retour. -- Dans l'Oural. -- La
     Grande-Russie. -- Conclusion.                                 241


LUGANO, LA VILLE DES FRESQUES

Par _M. GERSPACH_

     La petite ville de Lugano; ses charmes; son lac. -- Un peu
     d'histoire et de géographie. -- La cathédrale de
     Saint-Laurent. -- L'église Sainte-Marie-des-Anges. --
     Lugano, la ville des fresques. -- L'oeuvre du Luini. --
     Procédés employés pour le transfert des fresques.             253


SHANGHAÏ, LA MÉTROPOLE CHINOISE

Par _M. ÉMILE DESCHAMPS_

  I. -- Woo-Sung. -- Au débarcadère. -- La Concession
     française. -- La Cité chinoise. -- Retour à notre
     concession. -- La police municipale et la prison. -- La
     cangue et le bambou. -- Les exécutions. -- Le corps de
     volontaires. -- Émeutes. -- Les conseils municipaux.          265

  II. -- L'établissement des jésuites de Zi-ka-oueï. --
     Pharmacie chinoise. -- Le camp de Kou-ka-za. -- La fumerie
     d'opium. -- Le charnier des enfants trouvés. -- Le
     fournisseur des ombres. -- La concession internationale. --
     Jardin chinois. -- Le Bund. -- La pagode de Long-hoa. --
     Fou-tchéou-road. -- Statistique.                              277


L'ÉDUCATION DES NÈGRES AUX ÉTATS-UNIS

Par _M. BARGY_

     Le problème de la civilisation des nègres. -- L'Institut
     Hampton, en Virginie. -- La vie de Booker T. Washington. --
     L'école professionnelle de Tuskegee, en Alabama. --
     Conciliateurs et agitateurs. -- Le vote des nègres et la
     casuistique de la Constitution.                               289


À TRAVERS LA PERSE ORIENTALE

Par _le Major PERCY MOLESWORTH SYKES_

_Consul général de S. M. Britannique au Khorassan_.

  I. -- Arrivée à Astrabad. -- Ancienne importance de la
     ville. -- Le pays des Turkomans: à travers le steppe et les
     Collines Noires. -- Le Khorassan. -- Mechhed: sa mosquée;
     son commerce. -- Le désert de Lout. -- Sur la route de
     Kirman.                                                       301

  II. -- La province de Kirman. -- Géographie: la flore, la
     faune; l'administration, l'armée. -- Histoire: invasions et
     dévastations. -- La ville de Kirman, capitale de la
     province. -- Une saison sur le plateau de Sardou.             313

  III. -- En Baloutchistan. -- Le Makran: la côte du golfe
     Arabique. -- Histoire et géographie du Makran. -- Le Sarhad.  325

  IV. -- Délimitation à la frontière perso-baloutche. -- De
     Kirman à la ville-frontière de Kouak. -- La Commission de
     délimitation. -- Question de préséance. -- L'oeuvre de la
     Commission. -- De Kouak à Kélat.                              337

  V. -- Le Seistan: son histoire. -- Le delta du Helmand. --
     Comparaison du Seistan et de l'Égypte. -- Excursions dans le
     Helmand. -- Retour par Yezd à Kirman.                         349


AUX RUINES D'ANGKOR

Par _M. le Vicomte DE MIRAMON-FARGUES_

     De Saïgon à Pnôm-penh et à Compong-Chuang. -- À la rame sur
     le Grand-Lac. -- Les charrettes cambodgiennes. -- Siem-Réap.
     -- Le temple d'Angkor. -- Angkor-Tom -- Décadence de la
     civilisation khmer. -- Rencontre du second roi du Cambodge.
     -- Oudong-la-Superbe, capitale du père de Norodom. -- Le
     palais de Norodom à Pnôm-penh. -- Pourquoi la France ne
     devrait pas abandonner au Siam le territoire d'Angkor.        361


EN ROUMANIE

Par _M. Th. HEBBELYNCK_

  I. -- De Budapest à Petrozeny. -- Un mot d'histoire. -- La
     vallée du Jiul. -- Les Boyards et les Tziganes. -- Le marché
     de Targu Jiul. -- Le monastère de Tismana.                    373

  II. -- Le monastère d'Horezu. -- Excursion à Bistritza. --
     Romnicu et le défilé de la Tour-Rouge. -- De Curtea de Arges
     à Campolung. -- Défilé de Dimboviciora.                       385

  III. -- Bucarest, aspect de la ville. -- Les mines de sel de
     Slanic. -- Les sources de pétrole de Doftana. -- Sinaïa,
     promenade dans la forêt. -- Busteni et le domaine de la
     Couronne.                                                     397


CROQUIS HOLLANDAIS

Par _M. Lud. GEORGES HAMÖN_

_Photographies de l'auteur._

  I. -- Une ville hollandaise. -- Middelburg. -- Les nuages.
     -- Les _boerin_. -- La maison. -- L'éclusier. -- Le marché.
     -- Le village hollandais. -- Zoutelande. -- Les bons
     aubergistes. -- Une soirée locale. -- Les sabots des petits
     enfants. -- La kermesse. -- La piété du Hollandais.           410

  II. -- Rencontre sur la route. -- Le beau cavalier. -- Un
     déjeuner décevant. -- Le père Kick.                           421

  III. -- La terre hollandaise. -- L'eau. -- Les moulins. --
     La culture. -- Les polders. -- Les digues. -- Origine de la
     Hollande. -- Une nuit à Veere. -- Wemeldingen. -- Les cinq
     jeunes filles. -- Flirt muet. -- Le pochard. -- La vie sur
     l'eau.                                                        423

  IV. -- Le pêcheur hollandais. -- Volendam. -- La lessive. --
     Les marmots. -- Les canards. -- La pêche au hareng. -- Le
     fils du pêcheur. -- Une île singulière: Marken. -- Au milieu
     des eaux. -- Les maisons. -- Les moeurs. -- Les jeunes
     filles. -- Perspective. -- La tourbe et les tourbières. --
     Produit national. -- Les tourbières hautes et basses. --
     Houille locale.                                               433


ABYDOS

dans les temps anciens et dans les temps modernes

Par _M. E. AMELINEAU_

     Légende d'Osiris. -- Histoire d'Abydos à travers les
     dynasties, à l'époque chrétienne. -- Ses monuments et leur
     spoliation. -- Ses habitants actuels et leurs moeurs.         445


VOYAGE DU PRINCE SCIPION BORGHÈSE AUX MONTS CÉLESTES

Par _M. JULES BROCHEREL_

  I. -- De Tachkent à Prjevalsk. -- La ville de Tachkent. --
     En tarentass. -- Tchimkent. -- Aoulié-Ata. -- Tokmak. -- Les
     gorges de Bouam. -- Le lac Issik-Koul. -- Prjevalsk. -- Un
     chef kirghize.                                                457

  II. -- La vallée de Tomghent. -- Un aoul kirghize. -- La
     traversée du col de Tomghent. -- Chevaux alpinistes. -- Une
     vallée déserte. -- Le Kizil-tao. -- Le Saridjass. --
     Troupeaux de chevaux. -- La vallée de Kachkateur. -- En vue
     du Khan-Tengri.                                               469

  III. -- Sur le col de Tuz. -- Rencontre d'antilopes. -- La
     vallée d'Inghiltchik. -- Le «tchiou mouz». -- Un chef
     kirghize. -- Les gorges d'Attiaïlo. -- L'aoul d'Oustchiar.
     -- Arrêtés par les rochers.                                   481

  IV. -- Vers l'aiguille d'Oustchiar. -- L'aoul de Kaende. --
     En vue du Khan-Tengri. -- Le glacier de Kaende. -- Bloqués
     par la neige. -- Nous songeons au retour. -- Dans la vallée
     de l'Irtach. -- Chez le kaltchè. -- Cuisine de Kirghize. --
     Fin des travaux topographiques. -- Un enterrement kirghize.   493

  V. -- L'heure du retour. -- La vallée d'Irtach. -- Nous
     retrouvons la douane. -- Arrivée à Prjevalsk. -- La
     dispersion.                                                   505

  VI. -- Les Khirghizes. -- L'origine de la race. -- Kazaks et
     Khirghizes. -- Le classement des Bourouts. -- Le costume
     khirghize. -- La yourte. -- Moeurs et coutumes khirghizes.
     -- Mariages khirghizes. -- Conclusion.                        507


L'ARCHIPEL DES FEROÉ

Par _Mlle ANNA SEE_

     Première escale: Trangisvaag. -- Thorshavn, capitale de
     l'Archipel; le port, la ville. -- Un peu d'histoire. -- La
     vie végétative des Feroïens. -- La pêche aux dauphins. -- La
     pêche aux baleines. -- Excursions diverses à travers
     l'Archipel.                                                   517


PONDICHÉRY

chef-lieu de l'Inde française

Par _M. G. VERSCHUUR_

     Accès difficile de Pondichéry par mer. -- Ville blanche et
     ville indienne. -- Le palais du Gouvernement. -- Les hôtels
     de nos colonies. -- Enclaves anglaises. -- La population;
     les enfants. -- Architecture et religion. -- Commerce. --
     L'avenir de Pondichéry. -- Le marché. -- Les écoles. -- La
     fièvre de la politique.                                       529


UNE PEUPLADE MALGACHE LES TANALA DE L'IKONGO

Par _M. le Lieutenant ARDANT DU PICQ_

  I. -- Géographie et histoire de l'Ikongo. -- Les Tanala. --
     Organisation sociale. Tribu, clan, famille. -- Les lois.      541

  II. -- Religion et superstitions. -- Culte des morts. --
     Devins et sorciers. -- Le Sikidy. -- La science. --
     Astrologie. -- L'écriture. -- L'art. -- Le vêtement et la
     parure. -- L'habitation. -- La danse. -- La musique. -- La
     poésie.                                                       553


LA RÉGION DU BOU HEDMA

(sud tunisien)

Par _M. Ch. MAUMENÉ_

     Le chemin de fer Sfax-Gafsa. -- Maharess. -- Lella Mazouna.
     -- La forêt de gommiers. -- La source des Trois Palmiers. --
     Le Bou Hedma. -- Un groupe mégalithique. -- Renseignements
     indigènes. -- L'oued Hadedj et ses sources chaudes. -- La
     plaine des Ouled bou Saad et Sidi haoua el oued. -- Bir
     Saad. -- Manoubia. -- Khrangat Touninn. -- Sakket. -- Sened.
     -- Ogla Zagoufta. -- La plaine et le village de Mech. --
     Sidi Abd el-Aziz.                                             565


DE TOLÈDE À GRENADE

Par _Mme JANE DIEULAFOY_

  I. -- L'aspect de la Castille. -- Les troupeaux en
     _transhumance_. -- La Mesta. -- Le Tage et ses poètes. -- La
     Cuesta del Carmel. -- Le Cristo de la Luz. -- La machine
     hydraulique de Jualino Turriano. -- Le Zocodover. -- Vieux
     palais et anciennes synagogues. -- Les Juifs de Tolède. --
     Un souvenir de l'inondation du Tage.                          577

  II. -- Le Taller del Moro et le Salon de la Casa de Mesa. --
     Les pupilles de l'évêque Siliceo. -- Santo Tomé et l'oeuvre
     du Greco. -- La mosquée de Tolède et la reine Constance. --
     Juan Guaz, premier architecte de la Cathédrale. -- Ses
     transformations et adjonctions. -- Souvenirs de las Navas.
     -- Le tombeau du cardinal de Mendoza. Isabelle la Catholique
     est son exécutrice testamentaire. -- Ximénès. -- Le rite
     mozarabe. -- Alvaro de Luda. -- Le porte-bannière d'Isabelle
     à la bataille de Toro.                                        589

  III. -- Entrée d'Isabelle et de Ferdinand, d'après les
     chroniques. -- San Juan de los Reyes. -- L'hôpital de Santa
     Cruz. -- Les Soeurs de Saint-Vincent de Paul. -- Les
     portraits fameux de l'Université. -- L'ange et la peste. --
     Sainte-Léocadie. -- El Cristo de la Vega. -- Le soleil
     couchant sur les pinacles de San Juan de los Reyes.           601

  IV. -- Les «cigarrales». -- Le pont San Martino et son
     architecte. -- Dévouement conjugal. -- L'inscription de
     l'Hôtel de Ville. -- Cordoue, l'Athènes de l'Occident. -- Sa
     mosquée. -- Ses fils les plus illustres. -- Gonzalve de
     Cordoue. -- Les comptes du _Gran Capitan_. -- Juan de Mena.
     -- Doña Maria de Parèdes. -- L'industrie des cuirs repoussés
     et dorés.                                                     613



  TOME XI, NOUVELLE SÉRIE.--6e LIV.          Nº 6.--11 Février 1905.

[Illustration: La barre de Grand-Bassam nécessite un grand déploiement
de force pour la mise à l'eau d'une pirogue. D'après une photographie.]



SOUVENIRS DE LA CÔTE D'IVOIRE

Par le Docteur LAMY

_Médecin-major des troupes coloniales._

     I. -- Voyage dans la brousse. -- En file indienne. -- Motéso. --
     La route dans un ruisseau. -- Denguéra. -- Kodioso. -- Villes et
     villages abandonnés. -- Où est donc Bettié? -- Arrivée à
     Dioubasso.


[Illustration: Le féminisme à Adokoï: un médecin concurrent de
l'auteur.--D'après une photographie.]

Le 25 novembre 1898, à Marseille, je m'embarquais à bord du _Stamboul_,
impatient de faire la connaissance des officiers avec lesquels je devais
voyager: le capitaine du génie Houdaille, chef de mission, que nous
devions appeler «le commandant» pour le distinguer des deux autres
officiers du même grade, Crosson-Duplessis et Thomasset; le lieutenant
du génie Macaire et l'adjoint du génie Borne. À ces officiers, le
commandant avait joint 7 sergents, 8 caporaux et soldats, tous du génie.
Au total, 21 Européens.

Longeant les côtes d'Espagne, afin d'éviter les lames encore trop
violentes, nous passions Gibraltar, faisions escale à Las Palmas, puis à
Dakar, où s'embarquaient le capitaine Thomasset et vingt-cinq
tirailleurs sénégalais qu'il avait recrutés pour servir d'escorte à la
mission. À Konakry, nous choisissions les porteurs qui nous étaient
nécessaires. Ils étaient quatre-vingt-quatre, divisés en quatre équipes:
Sénégalais, Sous-Sous, Mendès, Timénés.

Le 16 décembre, nous débarquions à Grand-Bassam, sans avoir trop à
souffrir de cette fameuse «barre» dont on nous parlait depuis notre
départ. Il est vrai que si elle fut clémente pour nos personnes, elle le
fut moins pour nos nombreuses caisses d'instruments, de vivres, etc...,
dont quelques-unes reçurent un bain d'eau salée.

Heureusement nous arrivions en décembre! car c'est surtout pendant les
mois d'avril à septembre que la barre occasionne de nombreux et graves
accidents aux voyageurs qui, sur les grosses pirogues de barre conduites
par des Minas ou des Kroumen, doivent affronter les énormes vagues
venant se briser sur le rivage avec un bruit de tonnerre.

À terre, installés dans une ancienne factorerie, nous terminons nos
préparatifs, tout en recueillant sur l'intérieur du pays les
renseignements qui pourront nous être de quelque utilité. Mais, à notre
grand étonnement, nous constatons que, en dehors de la lagune et du
fleuve Comoé, la forêt est complètement inconnue. Il faut donc faire
quelques reconnaissances préliminaires; le capitaine Crosson-Duplessis
et le lieutenant Macaire se rendent à Petit-Bassam; le capitaine
Thomasset à Dabou, sur la lagune.

Le dimanche, 25 décembre, la fête de Noël vient nous rappeler, par de
nombreux et bruyants tam-tams, que nous sommes en pays nègre jouissant
d'un certain degré de civilisation. En effet, pendant ces danses, les
noirs se vident des flacons d'essences et d'alcools parfumés sur la tête
et les épaules: cela s'appelle fêter le «christmas» chez les indigènes,
dont quelques-uns connaissent certains mots anglais et subissent
l'influence de Cape Coast, grâce à leur mélange avec les Apolloniens. À
la fin du mois, les préparatifs sont terminés; nous avons fait
l'acquisition de trois interprètes, de quelques boys, et, le 30
décembre, nous quittons Grand-Bassam pour remonter le fleuve Comoé à
bord de la canonnière le _Diamant_, jusqu'au point terminus de la
navigation, Petit-Alépé, à 50 kilomètres de la côte. C'est là que se
montrent les premiers rochers dans le lit du fleuve; aussi les vapeurs
faisant le commerce s'arrêtent-ils à Petit-Alépé pour y transborder
leurs marchandises dans les pirogues du pays; celles-ci remontent la
rivière jusqu'aux rapides infranchissables de Malamalasso, à 60
kilomètres plus loin.

En débarquant à Petit-Alépé, nous débutons dans notre voyage à travers
la forêt: c'était la vraie vie de brousse qui allait commencer pour
nous. Aussi, laissant de côté les maisons des négociants et les cases du
village, commencions-nous par établir le campement, opération très
simple quand l'emplacement a été choisi et qui se répéta bien souvent
par la suite.

À Petit-Alépé, il nous fut facile de nous initier et peu à peu de nous
accoutumer à notre nouvelle façon de vivre en pleine forêt; nous avions
encore sous la main les ressources alimentaires et autres des
factoreries de Grand-Bassam.

[Illustration: «Travail et maternité» ou «Comment vivent les femmes de
Petit-Alépé».--D'après une photographie.]

Une nuit, à deux heures du matin, j'entendis mes deux voisins qui se
levaient précipitamment. Ils venaient tous deux de se réveiller,
entourés de fourmis, de grosses fourmis noires, aux morsures très
douloureuses; leurs lits, leurs tentes, en étaient couverts; j'eus le
temps de m'habiller et de sortir de chez moi assez rapidement pour
éviter cette invasion. Ces armées de fourmis sont si nombreuses qu'il
n'y a qu'à partir, les laisser passer, et on revient tranquillement
quelques heures après. Le feu, la fumée, n'y peuvent rien.

D'ailleurs le jour se levait, et à nos souhaits de ne plus avoir de
sitôt une nouvelle alerte, nous mêlions nos voeux de bonne année:
c'était le 1er janvier!

Le lendemain avait lieu le départ pour la brousse; nous l'attendions
avec impatience depuis notre arrivée dans la colonie. La corne annonce
le réveil: il est six heures. Les tentes sont pliées, les cantines
fermées, et chaque porteur se place auprès de sa charge, sur laquelle il
assujettit de son mieux son léger bagage personnel. «En avant!» et la
colonne se met en marche sur l'unique sentier qui sort de Petit-Alépé et
se dirige vers Motéso et Grand-Alépé.

[Illustration: À Motéso: soins maternels.--D'après une photographie.]

Quelques tirailleurs forment la tête du cortège: le pays est inconnu, et
nous ne savons encore quelle réception nous devons attendre des Attiés.
Ceux-ci sont, en effet, proches parents des Ebriés, avec lesquels le
Gouvernement de la Côte d'Ivoire est en hostilités depuis plusieurs
mois; de plus, les peuplades de la forêt nous ont été dépeintes comme
très guerrières et armées de fusils de traite en grand nombre. Le gros
des porteurs est au centre; à l'arrière-garde les Européens et les
derniers tirailleurs.

Dans le sentier étroit, montant, la colonne s'allonge; il faut marcher
en file indienne, l'un derrière l'autre, en évitant du pied les racines,
de la tête, les lianes qui barrent le chemin. Un tronc d'arbre énorme,
abattu par le dernier orage, intercepte le sentier; il faut passer. Les
porteurs de petite taille se glissent sous le tronc, d'autres
contournent l'obstacle pendant que quelques paresseux déposent leurs
charges et profitent de cet arrêt pour prendre un repos de courte durée.

Nous arrivons à Motéso, après quatre heures de marche, et constatons
avec désappointement que le village est de peu d'importance et
complètement évacué par les habitants. Le chef ne peut fournir de
vivres, dit-il; il ne possède rien. C'est la misère dans tout son pays,
tandis que ses voisins de Grand-Alépé et de Memni sont dans l'abondance.

Le campement est cependant établi à 300 mètres environ du village, et
pendant que les officiers commencent le lever du pays, je me rends à
Grand-Alépé, en compagnie de mon boy Allou.

Ce brave garçon, né aux environs de Grand-Bassam, s'était proposé pour
mon service à mon arrivée dans la colonie. N'ayant aucune indication
pour éclairer mon choix, j'accepte Allou en lui faisant crédit sur la
mine: la figure me paraît franche, bien ouverte, et, de temps en temps,
un éclair d'intelligence illumine son visage toujours souriant. Je lui
parle: il comprend que je m'adresse à lui; mais c'est tout, et avec
empressement il m'apporte le premier objet qu'il a sous la main.

Je ne puis demander plus et le nomme mon boy-cuisinier.

En sa compagnie, je me dirige donc vers Grand-Alépé; sur l'épaule, j'ai
mon fusil de chasse qui me quitte rarement, tandis qu'Allou porte
l'inséparable appareil photographique. Après une heure de marche, la
forêt devient moins épaisse et, à travers une éclaircie, j'aperçois
devant moi le village.

Sur l'unique rue s'alignent, de chaque côté, les cases en terre,
recouvertes de feuilles de palmiers. Les toits se succèdent aussi loin
que peut aller la vue, et les dernières maisons se perdent dans la forêt
qui, à l'autre extrémité de la rue, recommence, à demi voilée par le
brouillard et la fumée du village.

L'entrée de la rue est barrée par une sorte de palissade ne laissant
passage qu'à une personne; les pieux se sont transformés en arbres et
sont couverts de feuilles. Une branche de palmier ferme le haut de la
porte et, à terre, de chaque côté, sont entassées les poteries du pays,
auxquelles adhèrent encore des plumes, du sang, des jaunes d'oeufs. La
palissade n'est pas défensive. «C'est fétiche!» me dit mon boy. Seules,
les personnes au coeur loyal et que n'animent pas de mauvaises
intentions, peuvent y passer.

Nous entrons, mais déjà notre arrivée est signalée. Dans tout le
village, ce sont des cris: toutes les portes s'ouvrent et, dans la rue,
chacun se sauve, s'arrêtant de temps en temps pour m'examiner de loin.
Les animaux domestiques, chèvres, poulets, effrayés, sautent de tous
côtés et augmentent le vacarme. Allou explique de son mieux mes
intentions pacifiques et, à la défiance, succèdent immédiatement un
sans-gêne et une curiosité sans bornes. Je suis entouré, touché de tous
côtés. On m'offre des oeufs, des poulets, du vin de palme, et l'on me
demande mon fusil, un cadeau....

Je n'ai pour salut que la fuite et je repars bien vite pour Motéso.

Notre séjour à Motéso me permit de faire connaissance avec quelques
habitants et, en étudiant leurs moeurs et leurs coutumes, d'être témoin
de quelques scènes de famille.

À la Côte d'Ivoire, il est d'usage, au moins sur le littoral et à peu de
distance de la côte, de combattre l'atonie de l'intestin par des lavages
quotidiens. Sur une petite pierre, aplatie par l'usage, sont mélangées
diverses poudres de graines de différentes couleurs, parmi lesquelles le
poivre et le piment rouge. Le tout, bien écrasé, est délayé dans de
l'eau et introduit dans l'appareil destiné à cet usage. Cet appareil
n'est autre qu'une courge en forme de carafe, percée aux deux
extrémités, et qui se rencontre communément dans le pays. Il n'est pas
rare, en plein Grand-Bassam, de voir, vers six heures, au petit lever,
les indigènes, hommes ou femmes, sortir de leurs cases, tenant à la main
l'appareil tout préparé. On se promène, on se dit les nouvelles, puis
chacun se retire à quelques pas et, derrière un coin de case,
s'administre le contenu de la courge. L'opération achevée, la
conversation est reprise; on se rend au marché en oubliant que l'on
tient toujours à la main l'instrument qui vient de servir.

À Motéso, j'entrai dans une case, attiré par les cris d'un enfant au
moment où la mère s'apprêtait à rendre ce service à son dernier né. Je
priai la mère de ne se déranger en aucune façon et je la vis introduire
un appareil de petit modèle et souffler fortement à l'extrémité opposée.
L'opération était terminée et réussie, ce dont je fus averti par les
cris de l'enfant.

[Illustration: Installation de notre campement dans une clairière
débroussaillée. D'après une photographie.]

Pendant mes excursions aux environs, je découvris, au milieu d'une forêt
de palmiers, ce que je pourrais presque appeler une usine pour la
fabrication de l'huile de palme. Cette usine, composée de plusieurs
hangars dépendant du village de Grand-Alépé, contenait une douzaine de
mortiers de très grande taille, creusés dans d'énormes troncs d'arbres.
À l'aide de gros pilons en bois, les indigènes écrasent dans ces
mortiers les graines de palmiers quand elles sont rouges, c'est-à-dire
bien mûres. L'huile recueillie est placée sur un feu violent dans de
grandes terrines; l'eau s'évapore, et l'huile ainsi épurée est bonne au
commerce ou à l'usage indigène. On la transporte à la lagune et, de là,
dans la factorerie; une petite quantité est conservée pour l'éclairage,
quelques soins médicaux et surtout pour la cuisine: elle sert à préparer
le plat du pays, le _foutou_, fricassée d'animaux divers, fortement
épicée.

[Illustration: Environs de Grand-Alépé: des hangars dans une palmeraie,
et une douzaine de grands mortiers destinés à la préparation de l'huile
de palme.--D'après une photographie.]

Les relations très cordiales pendant les deux premiers jours ont, au
troisième, brusquement changé. Un des notables du pays, accompagné de
ses deux femmes, vint se plaindre d'un de nos porteurs, qu'il accusa
d'avoir voulu attenter à l'honneur et même aux jours de ses compagnes.
On parle, on discute: tapage épouvantable pendant une demi-heure. Tout
le village commente l'histoire avec force gestes et cris; on se comprend
de moins en moins. Le vieux et ses deux femmes, voyant que l'on ne fait
pas droit à leur requête en leur donnant un cadeau proportionné à
l'offense, se retirent furieux, quand le porteur, sujet de la
discussion, apprenant la cause de tout ce bruit, vient trouver le
commandant. Il voulait tout simplement acheter des ignames que portaient
ces dames; effrayées, elles ont préféré prendre la fuite. Tout
s'explique, et après une heure et demie de palabre, l'accord est fait.

En quittant Motéso, nous arrivons, après une heure de marche, à Memni,
où se trouve une mission catholique. Nous ne faisons qu'y passer et nous
nous mettons en marche dans la direction de Denguéra.

Au sortir du village, le chemin n'est autre que le lit d'un ruisseau
dans lequel il faut patauger pendant près d'une heure. Nous le quittons
au moment où, l'habitude aidant, nous commencions à comprendre et à
estimer la préférence des noirs pour ce genre de chemin, qui, outre
qu'il est tout tracé, présente l'avantage de rafraîchir les pieds
pendant la marche. À la sortie du ruisseau, le sentier est presque
impraticable. À tout instant ce sont des obstacles, des lianes surtout,
qui, s'accrochant aux charges, les font tomber de la tête des porteurs.
Nous avons quelque raison de regretter le joli ruisseau au-dessus duquel
la brousse rare et élevée permettait un passage facile. La halte, vers
midi, est de courte durée, et, le soir, nous devons nous arrêter en
pleine forêt pour préparer le campement.

En évitant autant que possible les fourrés trop épais, les arbres
épineux ou à racines sortant du sol, il nous est facile, en moins d'une
demi-heure, d'avoir un emplacement net et prêt à recevoir les tentes.
Les porteurs, mettant à terre leurs charges, s'arment de leur sabre
d'abatis et frappent à qui mieux mieux, tranchent lianes, arbustes, pour
en rejeter les débris sur les côtés. En quelques minutes, sur
l'emplacement indiqué par chacun de nous, les tentes s'élèvent, et, dans
la solitude et le silence de la forêt, surgit un village où chacun
termine rapidement son installation. Les boys montent le lit du maître,
alignent les cantines ou versent dans la cuvette d'émail l'eau boueuse;
plus loin, les tirailleurs et les porteurs, allumant leurs feux,
préparent le repas ou nettoient le sol sur lequel ils doivent reposer.

Mais la nuit s'avance plus tôt que d'ordinaire; le vent s'élève et
devient plus froid: tout annonce une tornade pour la nuit. Pendant que
l'on consolide les tentes, les porteurs prévoyants cherchent un abri;
une racine d'arbre sur laquelle ils appuient des branches de palmiers,
et voilà leur refuge, à moins que, stoïquement, connaissant d'avance
l'inutilité de leurs travaux, ils ne préfèrent attendre l'orage. Déjà le
tonnerre a résonné au loin et s'avance rapidement.

Le repas, bien sommaire, se termine à la lueur des éclairs, de plus en
plus brillants. Sous les arbres touffus, les roulements de tonnerre sont
sans fin, et le vent, qui augmente de force, fait craquer la cime des
arbres et jette à terre les branches pourries et couvertes de
mousses.... Un grand silence, et tout paraît se calmer, quand un coup de
vent formidable vient ranimer les feux qui s'éteignaient; les
étincelles, les feuilles volent de tous côtés; la pluie tombe à
torrents.

À l'abri, sous nos tentes, nous nous endormons au bruit monotone de
l'eau sur la toile, entrevoyant, à la lueur des derniers éclairs, les
noirs, le dos à la pluie, les pieds auprès du feu éteint et fumant
encore. Au bruit de l'eau qui tombe se mêle la voix du conteur qui,
toute la nuit, fera oublier à ses amis, insouciants, l'inclémence de la
nature.

La fraîcheur de la nuit nous permet un repos réconfortant; aussi, au
signal du lever, tout le monde est dispos et prêt à reprendre la marche
en avant. Les noirs se secouent, tordent leurs habits et se rendent au
travail, car, toute la journée, il faut faire le lever du pays.

Trois jours entiers, dans ce camp, nous vivons en pleine humidité;
aussi, le 16 janvier, au matin, le quittons-nous avec empressement. Un
guide de Memni doit nous conduire à Denguéra. Il le fait bien malgré
lui, car les races de Memni et de Denguéra sont différentes, par
conséquent ennemies, et comme nous le verrons souvent par la suite, les
indigènes n'aiment pas s'aventurer en pays inconnu.

Le terrain argileux rend la marche glissante et, après quelques heures
de voyage, la fatigue intervenant, les chutes de porteurs se font de
plus en plus fréquentes. Le chemin, toujours très mauvais, est coupé de
nombreux cours d'eau auxquels succèdent des marécages où l'on s'envase.
Il est dit que la journée sera dure.

Voici midi. Le soleil, qu'on ne voit pas, mais dont on subit la chaleur
torride, traverse l'épais rideau de verdure qui devrait nous protéger.
La vapeur que l'on respire nous étouffe, et toujours nous ne voyons que
marais et qu'humus glissant et détrempé. Pas très gaie, cette marche,
dans les sentiers du pays: tellement d'herbe et de brousse que vous ne
voyez même pas les talons de celui qui vous précède. Impossible de lever
les yeux au ciel à cause des racines d'arbres qui vous font buter à
chaque pas; à droite, à gauche, des branches vertes, séchées, pourries,
des fourrés, des arbres toujours, toujours.

Enfin, le terrain remonte peu à peu, le sol devient résistant et, de
chaque côté, des plantations de bananiers, entrevues derrière la brousse
qui borde le chemin, nous annoncent qu'un village ne peut être éloigné;
à deux heures, nous étions à Denguéra.

[Illustration: Dans le sentier étroit, montant, il faut marcher en file
indienne. D'après une photographie.]

Cette fois encore notre arrivée était annoncée, car nous trouvions le
chef et les notables du village nous attendant sous une case. Il est, en
effet, presque impossible de passer une porte fétiche sans que votre
passage soit prévu. Les Attiés, par raison stratégique, évitent de faire
déboucher les chemins brusquement en plein village: le sentier contourne
toujours une partie des habitations, et ce n'est qu'après un coude
prononcé qu'il aboutit à la porte fétiche. En dehors des deux issues qui
se font face aux deux extrémités de la rue, le village est complètement
entouré de broussailles qui s'opposent à toute attaque de ce côté.

Nous étions installés depuis la veille dans un campement, auprès du
village de Denguéra, quand, vers midi, nous entendîmes un tam-tam
étourdissant qui s'approchait de nous. C'était le roi! le roi de
Denguéra, ou plutôt des différents groupes appelés Denguéra, et dont
nous ne connaissions que l'un des villages.

L'entrée fut triomphale et bruyante; toute la suite royale hurlait à
pleins poumons, pendant que les tam-tams, de différentes tailles,
faisaient rage. Six noirs, au souffle puissant, la figure et le cou
gonflés par l'effort, faisaient résonner les trompes de sa Majesté: des
défenses d'éléphant, percées d'une ouverture latérale auprès de la
pointe; l'accord, ainsi obtenu, était d'une grande justesse.

L'importance de l'orchestre aurait pu nous faire espérer un roi puissant
et riche. Ce n'était encore qu'un vulgaire chef noir sans autorité, se
reconnaissant le plus pauvre de tous ses sujets, et ne sachant que
tendre la main pour demander un cadeau.

Nous ne restâmes au camp de Denguéra que le temps nécessaire pour le
lever du chemin parcouru et de celui qui devait nous mener à Kodioso, où
nous campions quelques jours plus tard.

Toute cette partie de la forêt entre Denguéra et Kodioso a un aspect
particulier. Les grands arbres y sont peu nombreux; la végétation paraît
moins ancienne que dans les autres lieux déjà visités, et ce sont, de
tous côtés, plantations abandonnées et ruines nombreuses. De véritables
forêts de goyaviers, aux troncs tortueux, recouvrent les emplacements
de villages immenses, de villes, témoins jadis d'une population plus
nombreuse qu'à l'époque actuelle. Les villages qui existent sont rares,
dispersés et sans importance; les cases sont moins bien construites, et
beaucoup d'entre elles tombent en ruines.

[Illustration: Nous utilisons le fut renversée d'un arbre pour traverser
la Mé.--D'après une photographie.]

Sont-ce des villages détruits, brûlés pendant les dernières guerres? ou
ne faut-il pas plutôt voir dans ces ruines les conséquences d'un abandon
volontaire, conforme à la coutume de la forêt, qui est d'une hygiène
bien comprise? Par la présence d'une agglomération nombreuse, le sol est
souillé; aussi, après un séjour de 40, 50 ans, les habitants
abandonnent-ils leurs cases: ils se déplacent. Il en est de même pour
leurs plantations, dont ils jugent le sol appauvri par une culture
continue. Les arbres de la forêt sont abattus, brûlés sur place, et l'on
a ainsi un nouveau champ, au sol fécond et enrichi par les cendres des
derniers incendies.

Pendant notre marche en avant, les provisions on réserve diminuant de
jour en jour, il nous fallait à chaque étape, à chaque village, nous
ravitailler auprès des habitants. Les ignames étaient, depuis longtemps,
notre unique légume, accommodé à diverses sauces. Les poulets étiques du
pays, rares d'ailleurs, alternaient avec quelques cabris apportés par
les chefs. Les indigènes, qui ne mangent pas les oeufs, les offrent à
leurs divinités; aussi n'est-il pas rare, aux entrées de village, à la
porte fétiche, de trouver une véritable omelette. Ces oeufs, conservés
pieusement, nous étaient vendus à des prix exagérés, et régulièrement,
le pauvre Allou venait m'annoncer que sur la douzaine récemment achetée,
il s'en trouvait deux ou trois mangeables, je ne dis pas frais.

Notre disette de vivres nous fit donc estimer d'autant plus les cadeaux
du chef de Kodioso, où nous séjournâmes quelques jours, s'il est
possible d'appeler cadeau un objet qui «doit» être payé le double ou le
triple de sa valeur.

[Illustration: La popote dans un admirable champ de bananiers. D'après
une photographie.]

Il faut s'entendre, en effet, sur le sens donné au mot «cadeau» dans ce
pays. On vous offre un oeuf, un poulet, un boeuf, à une condition, la
seule, c'est de répondre à cette gracieuseté par une autre, mais de
valeur beaucoup plus grande. Si, au premier cadeau, vous ne donnez en
échange qu'un objet juge insuffisant, vous pouvez dire adieu à toute
autre offre de ce genre. Par contre, si vous avez payé largement, c'est
une cohue de gens du village se précipitant sous votre tente pour vous
«faire un cadeau», à grand renfort de cris et de bousculades. Chacun
vous apporte quelque chose: un oeuf, un igname, un poulet, du vin de
palme, des ananas, des cannes à sucre, du «poutou». L'objet offert n'est
pas encore en votre possession que le noir a déjà désigné ce qu'il veut:
généralement, un miroir, un couteau, parfois un fusil, votre casque,
voire même vos propres habits.

Heureusement nous savions qu'un convoi de vivres, qui nous était
destiné, avait remonté le Comoé et devait se trouver à Bettié. Cette
seule espérance nous faisait avaler, avec moins d'amertume, les ignames
indigènes et trouver savoureux le boeuf en boulettes ou en salade, que
le chef cuisinier retirait chaque jour de nos dernières boîtes de
conserves.

Suivant les cartes du pays et d'après le relevé du chemin que nous
avions parcouru depuis Petit-Alépé, Bettié ne pouvait être loin et
devait se trouver au nord-est. Quel ne fut pas notre étonnement, quand
le chef de Kodioso nous répondit par l'interprète: «Bettié, connais pas!
mais Adokoï ne peut manquer d'être sur la route de ce pays.»

On s'entend avec le chef de Kodioso, qui nous donne un guide pour nous
conduire, le soir même, à Adokoï. Avec plaisir on part en plein midi, et
cependant, au milieu des immenses champs de bananiers, quelle chaleur
jusqu'à trois heures! On marche toujours aussi légèrement, jouissant
déjà du repos annoncé; nous devons, en effet, coucher à Adokoï.

D'heure en heure, les kilomètres s'ajoutent aux kilomètres. À cinq
heures, on interpelle le guide: «Adokoï?» La tête ahurie du personnage
nous tient lieu de réponse.

[Illustration: Indigènes coupant un acajou.--D'après une photographie.]

Mais à quoi bon crier? il faut d'abord camper. Où? Pas une goutte d'eau.
Nous devons donc reprendre la marche en avant. À six heures, le guide
desserre les dents pour nous annoncer la rivière Mé, à peu de distance,
_acaco-coco_, un peu loin, pas trop; ce qui veut aussi bien dire
quelques mètres que quelques kilomètres.

Je pars en avant avec le guide, et après une demi-heure de marche, nous
débouchons brusquement sur une rivière, large de 80 à 100 mètres, la
rivière Mé. Mais pas d'Adokoï. La nuit nous a déjà surpris et nous force
à nous abriter sous quelques huttes abandonnées au milieu de la forêt.

Notre campement était établi le lendemain sur les bords de la rivière,
auprès du pont qui la traverse. Un arbre immense a été jeté au-dessus de
l'eau; la racine tient à la berge, et les branches prennent appui dans
le lit de la rivière.

Devant le camp, se trouve un acajou de plus de 50 mètres de longueur,
qui vient d'être abattu récemment par les indigènes, ainsi qu'en
témoigne l'échafaudage, fraîchement monté autour du pied de l'arbre. Le
tronc a près de 1m50 de diamètre, et l'arbre, de la section aux
premières branches, a pu fournir cinq billes d'acajou de 4 mètres de
longueur chacune. Ces énormes masses seront roulées jusqu'à la rivière
et voyageront, par le fleuve et la lagune, jusqu'à Grand-Bassam, pour
être, de là, expédiées en Europe.

À Apiagui, où nous passions quelques jours plus tard, nous obtenions la
même réponse que précédemment: Bettié était inconnu. N'ignorant pas que
dans ce pays attié les mêmes villages avaient des noms différents et
souvent nombreux, le commandant crut nécessaire d'expliquer qu'il
s'agissait d'un village sur un grand fleuve.... Le fleuve était connu,
très vaguement d'ailleurs, mais non Bettié. Et cependant les vivres
faisaient complètement défaut. Le menu quotidien était toujours: igname,
boeuf de conserve, vin de palme. Plus de riz, plus de biscuit.

À Adokoï, où nous arrivions le 30 janvier, à 35 kilomètres de Kodioso,
ce fut encore la question posée au premier notable qui voulut bien nous
honorer d'une palabre. Bettié était toujours inconnu, ou plutôt il
existait un village de ce nom, mais très loin, si loin, qu'il était
préférable de se rendre d'abord dans le pays de Séka, qui n'était pas
trop éloigné, et où les renseignements seraient certainement plus
précis.

On ne pouvait attendre plus longtemps, et le 1er février, le commandant,
avec le capitaine Thomasset et quelques tirailleurs, partait en
reconnaissance, à la recherche de Bettié, et surtout du convoi de
vivres.

À six heures du matin, au moment où le commandant quittait le campement,
arrivait le chef d'Adokoï, apportant une chèvre en cadeau. Je suis
chargé de répondre à ce souhait de bienvenue par un autre présent.
Pendant quelque temps, le chef erre dans le camp au milieu des porteurs
et des tirailleurs, et, ne voyant pas survenir l'objet précieux attendu
en échange, il délie de ses propres mains la chèvre attachée à un arbre
et retourne au village. Je lui adresse mon interprète en lui faisant
dire qu'un cadeau donné ne peut être repris. À ces justes observations,
le chef répond «que son cadeau n'a pas été payé et que, de plus, il a
été fait au commandant et non pas à moi». D'ailleurs, il se demande
pourquoi il s'occupe de tout cela, puisqu'il n'est pas le chef
véritable, lequel, effrayé de la présence des blancs, est, paraît-il,
dans la brousse.

Il était de toute nécessité de voir le chef dont l'autorité s'étendait
sur le pays. On le fait demander. Il répond qu'il viendra le lendemain.
Le lendemain, personne. À midi, on nous annonce son arrivée. Cela dure
deux jours, et encore pas de chef. Enfin, le deuxième jour, à huit
heures du soir, les trompes royales résonnent: c'est Sa Majesté qui fait
son entrée dans son village.

Au matin, il se présente au camp, se croyant à son dernier jour, et
tremblant d'émotion et de vieillesse.

Le pauvre petit vieux!

Il a nom Leliépi et porte la barbe du menton tressée en signe
d'autorité. Après un quart d'heure de palabre, se sentant encore en vie
et comblé de cadeaux pour lui et ses royales épouses, il ne peut retenir
ses larmes. Il serre avec frénésie les mains des blancs assistant à la
réunion et jette à nos pieds un peu de terre prise devant lui, signe de
grande reconnaissance et de profond respect.

Leliépi paraît très intelligent et possède une autorité véritable et
incontestée sur tous ses sujets. Il promet des porteurs pour transporter
les bagages, des vivres en abondance; tout marche à merveille.

Une bouteille de gin, donnée en cadeau, court de main en main, passe de
bouche en bouche, et, rapidement absorbée par la Cour, met en mouvement
toutes les langues. «Oumbrenon!--Les blancs!» dit le roi, et dans ce
seul mot se condense son admiration pour nous.

[Illustration: La Côte d'Ivoire.--Le pays Attié.]

Nous sommes des amis, si bien que, le soir même, je débute et vais
tâcher d'extraire, de la cuisse d'un jeune homme, des projectiles qui y
ont été placés par la maladresse d'un ami. Oh! tout simplement, comme en
France, une histoire de chasse. Son compagnon le prend pour une biche et
lui adresse la charge de son fusil en certaine partie charnue peu
protégée chez les noirs de ce pays. Le mal n'aurait pas été grand si
c'eût été du plomb bien calibré de Saint-Étienne ou d'ailleurs. Mais ici
les chasseurs ne possèdent pas de Lefaucheux et se servent de
canardières à pierre, longues de deux mètres et bourrées, jusqu'à la
gueule, de poudre et de balles. Les balles sont des rognures de fer, des
boîtes à conserves pliées, qui font généralement des plaies très
sérieuses. C'est ce produit qui a été administré à mon client, lequel ne
paraît pas enchanté de me voir à son chevet. Je ne puis pourtant
l'abandonner, car j'ai été conduit près de lui par la volonté du roi
qui, me voyant, ce matin, faire des pansements aux porteurs, a cru que
je pourrais en faire autant à son blessé.

En me rendant chez mon client, j'ai rencontre, à un coin de rue, le
doyen de la Faculté de Médecine d'Adokoï, une bonne petite vieille, à
figure réjouie, couverte de gris-gris, de perles, etc. Elle se demande
ce qui pourra bien advenir à ce pauvre garçon, assez peu soucieux de sa
vie pour se mettre entre les mains d'un médecin blanc! Cependant, nous
nous faisons bonne figure, et nous nous serrons les mains avec le
plaisir qu'on éprouve à se trouver entre confrères.

Le projectile, qui a traversé la cuisse, roule sous la peau. Une simple
incision peut le faire sortir. Je dois le guérir, me dit-on, mais il ne
faut pas parler d'opération. Impossible.

Je quitte donc le malheureux blessé, qui continuera son martyre chaque
matin. Au moyen d'une baguette l'opérateur indigène repousse la peau, et
de cette façon, le projectile doit reprendre la voie par laquelle il est
entré. Le pansement se compose de feuilles bouillies dans une décoction
d'écorces astringentes. À mon retour, je retrouverai ce malheureux; la
balle sera tombée, et, avec elle, une partie des chairs de la cuisse.

Pendant notre séjour à Adokoï, le roi tint toutes ses promesses. Après
des adieux touchants, nous nous dirigeons vers Dioubasso, en regrettant
de quitter ce pays, dont les habitants nous ont donné une si franche
hospitalité.

Le petit village de Dioubasso ne pouvait être pour nous un centre assez
riche en ressources; aussi fut-il nécessaire de rayonner aux environs,
afin de nous procurer les vivres dont nous avions besoin. À l'est, je
trouvai un village beaucoup plus important, Biasso, et décidai les
indigènes à venir nous ravitailler au campement. Pour la première fois,
un blanc paraissait chez eux. Je veux prendre une photographie: tous
fuient au bruit de l'appareil. Mais là, comme partout, la plus grande
familiarité succède rapidement à l'étonnement et à la crainte du début.

[Illustration: Ce fut un sauve-qui-peut général quand je braquai sur les
indigènes mon appareil photographique. Dessin de J. Lavée, d'après une
photographie.]

Je reviens à Dioubasso, suivi de nombreux indigènes apportant des
provisions que nous voulons acheter avant le déjeuner. Le prix élevé
qu'ils en demandent ne nous permet pas de conclure le marché. Cela nous
est d'autant plus pénible que nous ne possédons plus de vivres.

On se met à table en espérant que les noirs reviendront plus
conciliants, et comme le campement est envahi par les habitants du
village, discutant entre eux et faisant un bruit assourdissant, nous les
prions de rentrer chez eux. Personne ne bouge; le vacarme continue, et
les vivres ne nous viennent pas. Par les soins de quatre de nos
tirailleurs, le camp est enfin évacué et l'incident paraît terminé.

Une heure plus tard, mon ancien infirmier, le tirailleur Ali-Sadjéou,
vient me trouver. Les noirs l'ont mis en joue pendant qu'il traversait
le village pour aller chercher de l'eau. Il n'avait pas son fusil et
revenait. Nous avions, en effet, commis la faute de camper loin d'un
point d'eau et de laisser le village intercepter la route qui menait au
ruisseau.

Quelques instants après, en armes, nous arrivons à l'entrée de
Dioubasso; les tirailleurs, en avant, précèdent les porteurs qui doivent
faire la corvée d'eau. Les habitations sont abandonnées. Les indigènes,
embusqués dans les broussailles qui entourent le village à 30 mètres
environ des cases, ont apprêté leurs fusils. Quand la provision d'eau
est faite, on s'arrête au centre des maisons, près de la case à
palabres. Un boeuf qui erre près de nous est saisi, et l'interprète
annonce à haute voix que, comme amende, nous emportons le boeuf, et que
les maisons ne seront pas brûlées.

Dans la soirée, les notables venaient reconnaître leurs torts, mais
déjà, le boeuf, coupé en quartiers, était distribué aux affamés que nous
étions, trop heureux de cette bonne aubaine.

De Dioubasso, un guide nous conduisit dans le pays de Séka-Séka où nous
arrivions assez tard dans la soirée. L'entrevue avec le chef du village
fut assez froide: sa police l'avait mis au courant de l'affaire de
Dioubasso.

Il nous parla du passage du commandant qu'il avait autorisé à traverser
son village, il y avait quelques jours; il lui avait même fourni un
guide pour le conduire à Bettié. Bettié était donc connu dans ce pays,
et nous pouvions espérer être bientôt ravitaillés. «Il s'offrait,
moyennant des cadeaux plus importants que ceux de l'autre blanc, à nous
indiquer le même chemin.»

On ne pouvait nous mettre plus poliment à la porte. Or nous devions
attendre le commandant dans ce village.

À cette déclaration de notre part, le chef bondit sur le tabouret en
bois à trois pieds qui lui servait de trône. Ce meuble portatif est dans
ce pays un insigne de l'autorité du personnage qui a le droit de s'y
asseoir. Le chef bondit, se frappa les lèvres de la paume de la main
gauche et, se levant, nous congédia.

Puis se ravisant, il nous invite à loger dans le village. Nous refusons
en pensant à la possibilité d'une attaque nocturne. Enfin, sur notre
prière de nous indiquer un emplacement où nous pourrions camper, le chef
nous fait conduire hors du village et nous nous installons auprès d'un
petit ruisseau.

On pouvait espérer qu'il y avait eu mauvaise entente; un mot mal traduit
par nos interprètes avait pu froisser sa Majesté, qui nous refusait la
permission de séjourner sur son territoire, permission qui nous avait
toujours été accordée jusque-là. Notre confiance en nos interprètes
n'était plus bien grande depuis que nous avions remarqué qu'ils avaient,
à différentes reprises, réussi à s'approprier des cadeaux que l'on nous
faisait. Cela leur était d'autant plus facile que, pour converser avec
les chefs attiés, il fallait fréquemment se servir de deux interprètes,
tellement les dialectes varient de village à village.

Vers midi commença un défilé sans fin de guerriers du pays, le fusil à
la main: la force armée était mobilisée. À cette menace d'intimidation,
il était nécessaire de répondre; nos tirailleurs reçurent donc l'ordre
de faire, chaque matin, le maniement d'armes auprès du camp.

Mais à ce moment, sans vivres, nous ne pouvions nous montrer difficiles
et, le même soir, à quatre heures, il nous fallait palabrer pour acheter
un boeuf. «Le roi nous le donne, traduit l'interprète, car il reconnaît
la supériorité des blancs qui font des fusils, des couteaux, etc....»
Cependant, comme nous avons également pour nous la richesse, il nous
demande en échange la modique somme de 3 onces 1/2 de poudre d'or (200
francs). Nous répondons que «nous sommes certainement des êtres
supérieurs, mais que ce n'est pas une raison pour nous combler de
cadeaux de ce genre». On parlemente: le boeuf, une bête blanche, est,
paraît-il, superbe et ne ressemble en rien aux autres boeufs que nous
avons pu acheter précédemment. On tombe d'accord pour 90 francs. Nous
avions enfin un gîte et des vivres pour réparer nos forces usées par un
mois de dur voyage à travers la brousse.

  (_À suivre._)                         Dr LAMY.

[Illustration: La rue principale de Grand-Alépé.--D'après une
photographie.]

Droits de traduction et de reproduction réservés.



  TOME XI, NOUVELLE SÉRIE.--7e LIV.          Nº 7.--18 Février 1905.

[Illustration: Les trois grâces de Mopé (pays Attié).--D'après une
photographie.]



SOUVENIRS DE LA CÔTE D'IVOIRE[1]

          [Note 1: _Suite. Voyez page 61._]

Par le Docteur LAMY

_Médecin-major des troupes coloniales._

     II. -- Dans le territoire de Mopé. -- Coutumes du pays. -- La
     mort d'un prince héritier. -- L'épreuve du poison. -- De Mopé à
     Bettié. -- Bénie, roi de Bettié et sa capitale. -- Retour à
     Petit-Alépé.


[Illustration: Femme du pays Attié portant son enfant en
croupe.--D'après une photographie.]

Ce voyage continu de plus d'un mois à travers la brousse, dans des
sentiers rocailleux et couverts de branchages, avait occasionné à nos
porteurs de nombreuses plaies s'ulcérant très facilement et devenant
même parfois graves par leur étendue et leur profondeur. Tous les
matins, c'était un long défilé de tirailleurs, de porteurs, auxquels il
fallait panser, qui les pieds, qui les mains. À ces nombreux invalides
commençaient à se joindre pour les pansements quelques sujets de Séka.

Un matin, je terminais à peine mon service et, encore entouré des
derniers malades et des indigènes qui venaient s'instruire à ma visite
dans l'art de guérir les plaies, je me disposais à quitter ma tente,
quand je vis deux tirailleurs déposer à mes pieds un de nos porteurs
inanimé.

Le Sénégalais Lamina Touré venait d'être piqué par un serpent qu'il
n'avait pu reconnaître, et qui probablement devait être une vipère
cornue, reptile très répandu dans l'Attié et que nous rencontrions
fréquemment. Un de nos sous-officiers, se disposant à se coucher, avait
été fort surpris de trouver une de ces vipères blottie sous sa
couverture.

Le blessé, aussitôt mordu, n'avait eu que le temps de se rendre auprès
de ses amis, et en leur disant ce qui venait de lui arriver, s'était
évanoui; en toute diligence on me l'apportait.

Le venin était déjà en grande partie absorbé, ainsi que l'indiquaient la
respiration difficile et irrégulière, le coma dans lequel se trouvait
plongé le blessé. Les Attiés, témoins de l'état de Lamina et connaissant
le résultat fatal d'une piqûre de vipère cornue, regardaient avec un
sourire ironique mes préparatifs d'injection: je ne pouvais avoir
d'espoir que dans le sérum antivenimeux du docteur Calmette, dont je
possédais quelques flacons dans mes cantines médicales, et je me
disposais à l'injecter.

Une première injection faite n'amène aucun résultat.

«Le fétiche pour serpents», me font dire les Attiés, pouvait seul sauver
le pauvre blessé. Néanmoins, quelques minutes plus tard je fais une
nouvelle injection. Cette fois je constate un mieux appréciable: l'état
général est meilleur, et, au grand étonnement des spectateurs, le malade
fait quelques mouvements.

Dans l'après-midi le mieux s'accentuait d'autant plus que je venais de
procéder à une nouvelle injection.

Après une convalescence de quelques jours, Lamina était complètement
guéri. J'étais un grand féticheur!

Le lendemain, le chef Séka, m'amenant force malades à guérir, me
demandait d'aller donner mes soins au vieux roi de Mopé. «Mopé? où
était-ce?» Le village où nous étions!

Il fallait s'expliquer. De tout cela il résulta que Mopé était bien le
nom du village et que Séka-Séka voulait dire grand chef: le roi. D'autre
part, le vieux chef malade était le véritable roi du pays, et celui que
j'avais devant moi et qui se faisait appeler Séka-Séka avait pris le
pouvoir et le titre royal avant la disparition du titulaire.
J'accompagnai donc l'usurpateur chez le royal malade auquel j'ordonnai
quelques drogues inoffensives: le mal était incurable.

Au retour du commandant, les palabres recommencèrent. On agita surtout
la question de notre départ: «Nous ne pouvions rester plus longtemps sur
le territoire de Mopé.»

Cela fut dit longuement et quelquefois même avec véhémence par le chef
Séka. Les bonnes relations étaient rompues, et moi seul continuai à
recevoir de mes malades et surtout du vieux roi quelques cadeaux
consistant en ignames, rares poulets et oeufs pour fétiches.

[Illustration: Une clairière près de Mopé.--D'après une photographie.]

Je reçus, un jour, en cadeau, un grand plat de «foutou» au singe.
L'accepter était très simple, mais il me fallut y goûter devant la
maîtresse de maison qui l'avait préparé. Je fus très étonné de trouver
un goût excellent à ce mets que j'avais toujours refusé d'accepter
jusque-là. Tout heureuse de l'accueil que j'avais fait à son cadeau, la
matrone me donna en quelques mots la préparation du «foutou» que je
savais être le fond de la nourriture des indigènes à la Côte d'Ivoire.
Des bananes bouillies à l'eau et écrasées sont mélangées à de l'huile de
palme, et quand le tout est bien cuit, on y ajoute quantité de poivre et
de piments, et un peu de viande de poulet, de boeuf, de poisson, de
singe, suivant l'occasion ou la richesse de la maison.

À Mopé, je remarquai, d'ailleurs, les mêmes usages, les mêmes coutumes
que dans le reste de la forêt et que sur les bords des lagunes.

Ici je retrouvai la porte fétiche à l'entrée du village, des arbres et
cases fétiches au centre de l'agglomération et à l'intérieur de chaque
enceinte particulière, avec les mêmes sacrifices: des oeufs, des
poulets, etc.

Quant au costume, il ne différait que par de légers détails, étant très
sommaire dans tout le pays, aussi bien chez les hommes que chez les
femmes. Dans les régions de la côte, les indigènes emploient les
cotonnades européennes importées; dans la forêt, les tissus sont de
fabrication attiée; aussi le vêtement y est-il encore plus rudimentaire.

Les jeunes filles portent deux colliers de perles, un autour du cou,
l'autre autour des reins. À ce dernier est attaché un lambeau d'étoffe
qui, passant entre les jambes, se noue devant et derrière. Les femmes
ont quelquefois une pièce d'étoffe plus grande, une serviette roulée
autour des reins. Les plus riches possèdent des rangées de perles assez
nombreuses autour des jambes ou des bras; mais le costume n'en est pas
pour cela plus complet. Les petits garçons, moins riches ou moins
coquets que leurs soeurs, se contentent d'une ficelle. Quand ils
deviennent grands, ils prennent, dans le vestiaire commun à la famille,
un lambeau d'étoffe toujours très petit, qu'ils se mettent autour de la
ceinture. Souvent ces tissus sont remplacés par l'écorce souple d'un
arbre, le «fou» ou «pou», dont ils se font des ceintures, surtout
pendant leurs travaux aux champs.

[Illustration: La garnison de Mopé se porte à notre rencontre.--D'après
une photographie.]

Dans l'Attié comme dans tout pays nègre, la femme fait les corvées,
rapporte des bananeraies et des champs, toujours très éloignés des
villages, le bois, les bananes, les ignames, les grains de palme pour
préparer la nourriture pendant que les hommes flânent dans leur cour,
font palabre ou chassent, armés de leurs longs fusils de traite; à moins
qu'ils ne se rendent chez le forgeron du village, car c'est le
rendez-vous des oisifs, les jours, si rares cependant, où l'artiste doit
travailler. L'installation est, d'ailleurs, plus que sommaire. Le
soufflet? deux troncs d'arbres creusés, fermés à une extrémité par une
peau de bête, l'autre ouverture se terminant dans le foyer. Un aide pèse
alternativement sur les deux peaux et le vent ainsi produit vient
activer la combustion des amandes de palme, qui servent de charbon.
L'enclume? une pierre, et le marteau? une pièce de fer quelconque. Les
ouvrages ainsi forgés répondent à ce matériel rudimentaire, et bien
qu'imparfaits, suffisent à placer l'artisan en haute estime parmi ses
concitoyens.

Les femmes s'occupent toute la journée de leur intérieur et des soins du
ménage. La plus grande propreté règne à l'intérieur de leur habitation;
à l'extérieur, la rue principale et les alentours du village ne
présentent pas la moindre ordure.

Après avoir donné ses soins aux enfants, la mère se rend dans une partie
retirée de la maison et procède à un lavage minutieux de son corps tout
entier. Pour cet usage, elle se sert d'une éponge faite avec les fibres
de la tige du bananier que l'on a mise tremper dans l'eau et ensuite
battue longuement.

Le savon ne lui est pas inconnu. Elle sait le fabriquer en mélangeant
des cendres de peaux de bananes avec de l'huile de palme. Ce savon en
forme de boule grisâtre est très fort et nettoie très bien. Aussi pour
prévenir l'irritation possible de la peau, si les frictions au savon ont
été trop fortes ou répétées, elle s'enduit le corps d'huile de palme,
et, si elle est coquette ou doit tenir son rang de femme de chef, se
recouvre la poitrine et la gorge d'une résine parfumée.

Les jours de fête ou de deuil, les ablutions sont de toute nécessité, et
la toilette est encore plus soignée. Aux onctions d'huile de palme,
succèdent des applications de peinture sur diverses parties du corps et
de parfums aux odeurs fortes, mais souvent agréables.

Pendant tout notre séjour dans la forêt, j'ai remarqué la déférence et
le respect avec lesquels nous étions reçus par les chefs et les
habitants des villages. Leur respect et leur adoration pour les blancs
proviennent, sans doute, de ce qu'ils nous reconnaissent une
intelligence élevée et une supériorité indéniable, se manifestant dans
nos ustensiles les plus communs, les vêtements, les fusils, etc.

Mais cette admiration est également accrue par la légende répandue dans
tout le pays attié sur les blancs qui, d'après elle, seraient des êtres
supérieurs, vivant dans l'eau, d'où leur couleur, où ils sont privés de
femmes: ils nous voyaient toujours sans compagnes. De là leur crainte de
nous voir enlever leurs épouses et leur interdiction à ces dernières
d'approcher de nos campements.

Et cependant, si j'en juge par les palabres dont j'ai pu être témoin, la
vertu des femmes ne paraît pas une obligation. Des fautes graves se
rachètent très facilement au moyen d'une amende souvent légère. Je ne
sais même pas si ces amendes ne constituent pas une sorte de commerce.
La coutume veut qu'en ce pays l'épouse qui a péché vienne avertir le
mari en dénonçant son complice. Ce dernier est condamné à réparer le
dommage et, sitôt l'amende reçue, le mari, trop heureux de ce cadeau si
mérité, quitte la palabre en compagnie de l'épouse infidèle qui a su
cependant se rendre utile à la communauté.

En général, les femmes sont admises aux palabres, mais elles n'y ont pas
voix quand il s'agit d'une discussion d'intérêt général.

Le roi ou chef du pays, qui doit rendre la justice ou diriger les
débats, n'a pas toujours une bien grande autorité sur ses sujets;
l'influence qu'il possède est très souvent méconnue dans les réunions
publiques, et c'est ce qui explique la difficulté que nous avons maintes
fois rencontrée pour nous procurer des vivres, des porteurs. Le chef
n'était pas toujours obéi, surtout quand il commandait aux jeunes gens;
les anciens nous ont été, en général, moins hostiles, et c'est souvent
grâce à eux que, dans les cas difficiles, les relations n'ont pas été
rompues.

Cette déférence du roi et des anciens pour nous, pour un blanc en
général, se révèle dans cette coutume qui veut que le chef du village,
dans lequel vous arrivez, vous apporte un cadeau quelconque: un animal,
des aliments, et dans ce dernier cas, il se croit obligé d'en goûter
devant vous avant que vous en mangiez. Si c'est du liquide, de l'eau, du
vin de palme, il en verse quelques gouttes à terre comme offrande aux
fétiches, puis en boit lui-même quelques gorgées et vous passe ensuite
le reste. Vous devez agir de même si vous offrez du vin, du gin. Cette
simple cérémonie est une preuve de la pureté des intentions de celui qui
fait le cadeau; il ne faut pas oublier, on effet, que dans ce pays le
poison est en grand honneur.

Suivant une autre coutume, le chef doit accompagner le voyageur de
marque, le blanc, qui traverse le pays, jusqu'à l'extrémité du village
et même plus loin. À cette occasion, une femme du chef dépose une
nouvelle offrande: oeufs, poulet, à la porte fétiche que l'on vient de
franchir, ou plus loin sur une tombe près de laquelle on passe dans la
brousse.

[Illustration: Femme de Mopé fabriquant son savon à base d'huile de
palme et de cendres de peaux de bananes.--D'après une photographie.]

Dans l'Attié, les défunts sont enterrés loin des habitations, dans un
endroit isolé que l'on débroussaille et sur lequel on vient déposer des
poteries et des cadeaux à la mémoire de celui qui n'est plus.

Les funérailles se célèbrent avec grande pompe, comme je pus le
constater pendant que nous étions installés à Mopé.

Un jour, de grands cris s'élèvent dans tout le village: des hurlements,
des pleurs; comme des fous, les habitants courent de tous côtés. Le
frère de Séka, successeur désigné au trône de Mopé, venait de mourir
subitement.

Toute la journée ce fut un tam-tam continuel; la nuit, au lieu d'y
mettre un terme, ne fit que redoubler le tapage. Le lever du soleil fut
salué d'une pétarade nourrie et de cris de plus en plus forts et
nombreux. Des environs arrivent les guerriers, puis les parents et les
amis du défunt. On abandonne complètement les travaux des champs où l'on
ne va même plus chercher du vin de palme, des bananes. Je ne sais si
l'on a le temps de manger. En tout cas, il est défendu de rien prendre:
tout le pays est en deuil.

[Illustration: Danse exécutée aux funérailles du prince héritier de
Mopé.--D'après une photographie.]

La curiosité me poussant, je me rendis au village. Une foule compacte
emplissait la rue centrale. Des groupes de guerriers, fusil en main,
entourant des barils de poudre de traite, chargeaient leurs armes
jusqu'à la gueule: c'était miracle qu'il n'y eût pas d'accident. Des
personnes, la figure enduite de couleur blanche, se frappaient la tête
contre le mur en hurlant.

Auprès de la maison du chef, il était impossible de passer. Les tam-tam
de guerre, longs de 2 mètres, creusés dans d'énormes troncs d'arbres,
résonnaient sous les coups redoublés des nègres. Un chant monotone
sortait de toutes les poitrines, pendant que quelques forcenés
exécutaient la danse funèbre.

À tout instant la foule grossissait, et de nombreux guerriers, le chien
du fusil relevé, défilaient auprès de la maison du mort.

Quand le soleil marqua le milieu du jour, le tumulte s'arrêta comme par
enchantement, et l'on fit cercle sur une place auprès du village: d'un
côté le chef Séka entouré de toute sa famille, de l'autre le grand
féticheur ayant derrière lui les habitants du village. On allait faire
fétiche ou plutôt boire le poison d'épreuve.

Allou m'expliqua de son mieux la raison et le sujet de la cérémonie à
laquelle j'assistai à l'écart derrière un palmier. «La mort ne pouvait
être naturelle, me disait-il. Nécessairement, étaient accusées d'avoir
tué le frère de Séka, les personnes y ayant intérêt, c'est-à-dire les
membres de la famille du défunt qui pouvaient espérer devenir un jour
roi de Mopé.»

Le grand féticheur s'avance au milieu du cercle formé par les assistants
et fait apporter par un jeune garçon, complètement nu, les appareils de
la cérémonie: un grand mortier avec son pilon en bois dans lequel on
doit mélanger le «foutou» de bananes cuites avec la décoction de
l'écorce à poison contenue dans une terrine en terre du pays.

À grands cris et avec force gestes, le féticheur explique qu'il existe
un coupable et que le poison doit le faire connaître. Si la mort a été
naturelle, le poison sera sans effet sur ceux qui en boiront, sinon le
meurtrier sera dévoilé et puni. Séka répond que tout est convenu.

«Le foutou est préparé, reprend le féticheur, qui va le manger?»

Personne ne bouge, hormis le jeune aide du féticheur qui, revenant avec
une noix de coco en guise de coupe, se met en devoir de verser le poison
dans le mortier et de le mélanger aux bananes.

De nouveau, le féticheur répéta son invitation: «Qui va le manger?»

Un silence terrible s'étend sur toute l'assistance, et j'entends à peine
le pauvre Allou, tremblant lui aussi, me souffler: «Si quelqu'un mange,
il est mort.» C'est en effet l'écorce rouge du tali qui a servi à la
préparation, et tous savent que ce poison ne pardonne pas.

En tournant en cercle devant les assistants terrifiés, le féticheur
pousse des cris, de véritables rugissements pour solliciter un aveu des
assistants. Au milieu de ses hurlements de plus en plus violents, on
peut reconnaître les noms de différentes personnes présentes, mais nul
n'y répond.

Tout à coup il s'arrête, et de la main indique, auprès du chef, un noir
de forte taille. Celui-ci ne peut se dérober. Il se lève, et le frisson
qui parcourt toute l'assemblée me fait également trembler malgré moi: je
vais donc assister au poison d'épreuve.

Le condamné s'approche de Séka, lui parle à l'oreille, et tous deux,
suivis de leur famille, se retirent derrière les palmiers voisins,
pendant que le féticheur fait entendre des imprécations de plus en plus
terribles.

«Écoutez, cria Séka, qui revient accompagné de sa famille, au milieu de
l'assistance, après une absence de plus d'un quart d'heure, écoutez! le
fétiche n'a pas menti. Le coupable désigné avoue avoir tué mon frère, et
je le condamne à offrir un boeuf et dix bouteilles de gin à la mémoire
du défunt!»

C'était très simple: la crainte de la mort venait de se faire
reconnaître coupable d'un crime imaginaire le premier indigène désigné
par le féticheur.

Déjà le boeuf immédiatement amené est dépouillé, dépecé. C'est la curée!
Chacun en veut une part et la vue du sang excite les désirs et augmente
la clameur. Les fusils partent d'eux-mêmes, les tam-tam recommencent et
nous devons, cette nuit encore, ne jouir que d'un repos relatif.

Le lendemain, le vacarme est toujours le même. Vers midi, les
féticheuses se couvrent de fibres d'écorce, de peinture blanche et se
ceignent la tête de branches; elles se réunissent aux femmes du pays et
aux parentes du défunt, qui, également peintes en blanc, transportent le
mort auprès d'un ruisseau pour procéder à la toilette mortuaire en lui
faisant des ablutions. Cette cérémonie dure environ trois heures. Puis
le défunt est ramené chez lui où il est embaumé. Les parfums en usage
sont mélangés à différentes couleurs avec lesquelles chaque femme
agrémente, suivant son caprice, les diverses parties du corps de
l'époux.

Les funérailles ne prennent fin que cinq jours plus tard, paraît-il. Les
autres cérémonies nous ont été complètement cachées. Pourquoi?

Au dire de mon boy Allou, un chef de cette importance ne peut s'en aller
seul en terre. Il faut lui donner des compagnes et pour cela, dans la
tombe, on précipite, décapitées, quelques épouses par trop fidèles. Sur
ce sujet il m'a, d'ailleurs, été impossible de me renseigner, car le 3
mars, je reçus l'ordre de partir pour Bettié où notre convoi de vivres
était toujours en détresse.

[Illustration: Toilette et embaumement du défunt.--D'après une
photographie.]

De Mopé à Bettié, il y a trois jours de marche. Afin de gagner du temps,
je doublais les étapes, espérant faire la route en deux jours, si
possible. Le lendemain au soir, le lieutenant Macaire et moi nous étions
les hôtes de Bénié Coamé, roi de Bettié et autres lieux. Le palais où
nous sommes reçus n'est pas royal; construit en planches, il possède une
toiture en tôle aux ouvertures innombrables.

Politique et commerçant, Bénié a su profiter de ses relations avec les
premiers explorateurs qui ont été ses hôtes. Puissant par lui-même et
devenu l'ami de la France, il a su, par son commerce, accroître encore
son influence. Bettié, sa capitale, était d'ailleurs très bien placée,
tous les produits du Nord passant par ce point pour descendre par le
Comoé. À chaque colis, une légère redevance est perçue par Sa Majesté
qui, de cette façon, s'enrichit chaque jour.

Bénié fait venir de France ce qu'il voit, tout ce qui lui plaît. Sa
maison n'est qu'un grand bazar: boîtes à musique, fusils, etc. Il a
beaucoup de femmes, plus d'enfants encore. C'est un grand roi.

Chaque jour il fait palabre et son plus grand plaisir est, en compagnie
du chef de poste, représentant du Gouvernement français, de présider une
fête en costume de riche musulman ou de colonel d'artillerie.

[Illustration: Jeune femme et jeune fille de Mopé.--D'après une
photographie.]

De nombreuses caisses de vivres pour la Mission se trouvaient déjà
réunies au poste de Bettié; mais il y en avait encore beaucoup à
Malamalasso. Le roi Bénié, qui était chargé de les faire transporter par
ses sujets, me répondit qu'il faisait son possible, mais qu'en ce moment
les Français devenaient bien exigeants. Ses voisins, les chefs attiés,
habitant le long du Comoé n'avaient jamais voulu nous obéir et nous ne
leur imposions pas de corvées: ils vivaient en paix. Lui avait fait un
traité avec nous, lors du passage de son ami Binger, et depuis lors,
c'étaient tous les jours des corvées, des plaintes, des amendes....

Il avait peut-être raison. Je ne le lui dis pas, et l'appelant grand
roi, lui fis comprendre que les honneurs devaient quelquefois se payer,
et qu'en tout cas, je comptais sur lui pour me fournir les trois cents
porteurs dont j'avais besoin.--Impossible. Il devait monter les vivres
pour les troupes de l'Undénié, fournir des travailleurs pour la
construction du télégraphe, etc....

Je décidai donc d'aller moi-même m'occuper du transport des dernières
charges délaissées.

Malamalasso est le point extrême de la navigation du Comoé pour les
pirogues qui y déchargent leur contenu. Les charges sont transportées
par terre de Malamalasso à Daboissué, et de là, elles reprennent la voie
fluviale jusqu'à Bettié. Accompagné du fidèle Allou, je quittai Bettié
un beau matin, et descendis le fleuve jusqu'à Daboissué. De là, une
route magnifique devait nous conduire, le soir, à Aponokrou, et le
lendemain à midi, à Malamalasso.

Après un déjeuner sommaire à Daboissué, nous nous mîmes en route sous un
soleil de feu. Un orage était imminent et rendait la marche fatigante.

Le chemin avait dû être excellent autrefois et ombragé, si j'en jugeais
par les arbres nombreux et touffus qui encombraient le sentier. On
installait le fil télégraphique qui doit relier les postes du nord de la
Côte d'Ivoire à Grand-Bassam et pour cela, il fallait abattre, sur une
largeur de 20 à 30 mètres, tous les arbres que l'on ne conservait pas
pour supporter le fil. J'arrivais un peu trop tard.

De midi à huit heures du soir, heure à laquelle je parviens exténué à
Aponokrou, il nous faut escalader des branches, ramper sous des troncs,
passer en pleine brousse; à chaque pas, il y a un obstacle à franchir.
On s'énerve, on s'impatiente, mais inutilement. Une pluie silencieuse
nous surprend au milieu de cette étape fatigante, et c'est pour nous un
soulagement de recevoir cette douche bienfaisante.

[Illustration: Route, dans la forêt tropicale, de Malamalasso à
Daboissué. D'après une photographie.]

Dans la case sous laquelle je m'abrite, je puis espérer prendre un repos
bien mérité, mais je suis à peine au lit que les rats se lèvent et
courent de tous côtés, les moustiques volent et piquent, pendant qu'au
dehors des crapauds, à la voix puissante, font un charivari énorme,
alternant avec les porteurs qui se battent, racontent des histoires
interminables jusqu'au matin, ou jouent, sur une flûte à deux trous, le
même air pendant toute la nuit.

Au matin je me lève et reprends la marche pour arriver à Malamalasso
avant déjeuner. Ce n'est pas un village: un simple point de débarquement
et de transit. Quelques cases y servent d'abris pour les porteurs qui
n'y font que passer, prennent leur charge et s'en vont. Mais que la
nature y est jolie et que l'on est récompensé des fatigues du voyage,
quand, du haut des roches de Malamalasso, on peut admirer le Comoé
coulant au milieu d'une forêt splendide, au sortir des défilés énormes
où les chutes succèdent aux rapides infranchissables, empêchant toute
navigation!

Le Mala-Mala, un ruisseau qui se jette dans le Comoé, vient ajouter le
bruit sonore de sa cascade aux sourds roulements du fleuve.

Le paysage est enchanteur et repose le voyageur qui, depuis plusieurs
mois, ne connaît que les sentiers de rocailles et d'humus, sous une
voûte qu'aucun rayon de soleil ne vient égayer. Mais il faut partir, et
le retour à Bettié n'est que le signal de mon prochain départ pour
rejoindre la Mission.

La disette n'a fait que s'accentuer à Mopé; aussi, dès que les études et
levers seront terminés, le commandant donnera l'ordre de redescendre
vers Grand-Bassam. Je dois quitter Bettié le plus tôt possible avec le
convoi de vivres et rejoindre la Mission à Adokoï. Pendant mon absence
de Mopé, le capitaine Crosson-Duplessis a parcouru le Morénou, et le
capitaine Thomasset vient de pousser une pointe vers le Baoulé et doit
aller, si possible, jusqu'au N'zi.

[Illustration: Bénié Coamé, roi de Bettié et autres lieux, entouré de
ses femmes et de ses hauts dignitaires.--D'après une photographie.]

Tels sont les renseignements que me donne une lettre parvenue à Bettié.
J'explique au roi la situation et lui demande, pour le lendemain, trois
cents porteurs. L'annonce d'un cadeau digne d'un roi de son importance
décide Sa Majesté qui, le lendemain, à l'heure convenue, tient à
assister au départ du convoi.

Les indigènes de Bettié, de race agni, sont les ennemis des Attiés; ils
devaient donc me porter les charges jusqu'au premier village attié, et
de là, revenir chez eux. Ce même soir nous y couchions; mon boy Allou et
moi, nous étions les seuls gardes de tout le convoi.

Le lendemain, dès quatre heures du matin, sur la grande place du village
de Kong, je faisais palabre avec le chef, espérant pouvoir partir vers
six heures, et, à marche forcée, me rendre à Adokoï, lieu de rendez-vous
avec le reste de la Mission.

«Il faut trois jours pour aller à Adokoï», me traduisait Allou; le chef
fournira les porteurs pour trois pièces blanches (3 francs) par jour.»

Nous discutons longuement: le prix fait est de deux pièces. Je me hâte,
et aux yeux des habitants, puise dans la caisse à argent le nécessaire
pour placer sur chaque charge les 2 francs promis. Quand tout est
terminé, je donne le signal du départ. Personne ne bouge. «Ils ne
veulent pas», me dit Allou. Je ne le voyais que trop.

Le soleil était déjà haut dans le ciel. Exaspéré de ce refus et de ce
nouveau retard, je bouscule le chef. À l'instant, la place est déserte,
les femmes rentrent chez elles et quelques guerriers ont déjà le fusil à
la main. Allou tourne vers moi des yeux résignés, il se croit à son
dernier jour.

Je ne pouvais penser à imposer ma volonté. Allou fut dépêché de nouveau
au chef, lui apportant un cadeau.

Il était onze heures, l'heure du déjeuner. L'appétit avait disparu, et
courant à la suite de nos trois cents porteurs, Allou et moi, nous
disions que le dîner du soir serait bien accueilli.

Le soir à huit heures, nous arrivons sur les bords de la rivière Mé. Le
campement fut établi dans une île de sable, au milieu du lit presque à
sec de la rivière, et un lourd sommeil réparateur nous faisait oublier
les fatigues et les émotions de la journée. La nuit était calme et
douce, rien ne vint troubler notre repos.

Sans attendre le lever du soleil, nous reprenons notre marche précipitée
que venaient retarder des obstacles de tout genre. Sur la rive droite de
la rivière Mé, le sentier n'existait plus: de tous côtés, sur plus d'un
kilomètre, le sol avait été défoncé pour la recherche de l'or, et
quelques puits, d'une profondeur de 4 à 5 mètres, témoignaient d'un
travail récent au milieu des nombreuses fosses creusées par les
générations précédentes.

Demander à mes porteurs des renseignements sur la richesse en or de ce
terrain était inutile. Je n'en aurais obtenu aucune réponse: la
recherche de l'or est fétiche. On ne peut y travailler à sa volonté, ni
même en parler librement.

D'ailleurs, le temps n'était pas aux palabres, et il nous fallait
continuer notre marche ou plutôt notre course jusqu'à Adokoï. Nous y
arrivons, le soir, à la nuit tombante.

Au campement, j'apprenais le départ de Mopé, départ pris par les
indigènes pour une fuite déguisée, et la perte de plusieurs de nos
cantines de voyage. Dans ce cas, perte pourrait signifier vol. Ces
cantines en métal avaient excité les désirs du chef Séka qui, à
différentes reprises, n'avait pu cacher son admiration pour notre
mobilier peu luxueux cependant. Séka fournit les porteurs nécessaires,
mais à l'arrivée à Adokoï, le commandant constatait la disparition du
convoi des cantines si enviées.

Immédiatement, pendant la nuit, des tirailleurs repartaient pour Mopé,
entraient dans le domicile privé de Séka qui, fort surpris de l'arrivée
inopinée de notre force armée (il nous croyait en fuite), s'excusa
humblement de ce retard, bien involontaire, dans le transport des
bagages.

Dans la matinée, cantines et tirailleurs étaient de retour à Adokoï.

D'autre part, je constatais un vol assez important d'argent commis
pendant le transport de mes charges de Kong à Adokoï. Nous ne pouvions
songer à punir les voleurs déjà rentrés dans leurs villages. De plus, le
vieux chef Leliépi, toujours dévoué, nous apprenait que les tam-tam de
guerre résonnaient dans tout l'Attié contre nous. «Nous revenions sur
nos pas, disait-on, nous avions donc peur d'avancer», et tous se
préparaient à nous attaquer.

[Illustration: Chute du Mala-Mala, affluent du Comoé, à Malamalasso.
D'après une photographie.]

La Mission pouvait, d'un jour à l'autre, se terminer à coups de fusil.
Le plus sage était de redescendre au plus vite à Grand-Bassam, puisque
rien ne nous retenait plus dans l'Attié.

Rapidement, et sans arrêt, nous repassions par les mêmes villages, les
mêmes sentiers qu'à l'aller, ayant cependant, quelquefois, une certaine
difficulté à reconnaître la route déjà suivie. Les pluies quotidiennes
avaient fait, du pays, un vaste marécage, et les ruisseaux, desséchés,
s'étaient transformés en rivières, qu'il fallait traverser, ayant
souvent de l'eau par-dessus les épaules.

Chaque jour, en pleine marche, c'est une nouvelle tornade. Brusquement,
il fait noir à n'y plus voir à deux pas, et le vent se lève pour devenir
d'une violence inouïe, jusqu'au moment où la pluie commence. Autour de
nous tombent, de tous côtés, des branches pourries, des débris de
lianes; on peut se faire écraser à tout instant. Aussi, les promenades
de ce genre ne sont pas du goût de nos porteurs.

La pluie fait rage; les ruisseaux deviennent des fleuves. On en a
jusqu'au ventre, plus loin jusqu'aux aisselles; au dernier, il faut
nager.

On en rit de bon coeur. D'ailleurs, rien à y faire; nous devons arriver
au campement pour déjeuner, et, par conséquent, faire bonne figure. Et
puis, comment ne pas rire en voyant les culbutes des amis? Sur la tête,
afin de ne pas trop les salir dans l'eau boueuse, on porte avec
précaution ses habits: veston, chemise. Les chaussettes et souliers sont
conservés pour ne pas se blesser dans l'eau, et le chapeau, pour éviter
les coups de soleil. Brusquement, le pied glisse, et tout va à la
rivière.

[Illustration: La vallée du Comoé à Malamalasso.--D'après une
photographie.]

C'est ce qui est arrivé à ma cantine, aux environs de Denguéra. Le
porteur s'est dérobé, et la malle a pris un bain d'un quart d'heure.
Quand je l'ai ouverte, tout baignait encore dans l'eau.

Oh! si l'on pouvait imiter les noirs! Bien plus pratiques que nous, ils
serrent précieusement les trois fils qui leur servent d'habits, pour
s'en revêtir dès que l'orage a pris fin. Nous, trempés, grelottants,
nous attendons l'arrivée de nos cantines pour nous changer. Et, si l'on
campe dans un village, impossible de se soustraire, pendant la toilette
et le changement d'habits, aux regards curieux et étonnés de la
population tout entière.

En pleine forêt, sur l'emplacement d'argile humide de notre ancien
campement, entre Denguéra et Memni, nous venions d'élever nos tentes,
quand, à la tombée de la nuit, de grands cris s'élèvent sur le chemin.

Tout le camp est en éveil. À l'entrée du sentier, débouchent tout à coup
des tirailleurs, le fusil sur l'épaule. En un instant, ils sont
entourés, acclamés; on leur fait une réception enthousiaste: porteurs et
tirailleurs se précipitent vers les nouveaux arrivants qu'ils aident à
se décharger, leur enlevant leurs armes, leurs charges,... puis ce ne
sont que poignées de main, longues et vigoureuses, qu'étreintes
bruyantes. «Le capitaine, le capitaine!» crie-t-on de tous côtés.

Cet heureux retour du capitaine Thomasset et de son escorte nous met en
joie, en nous faisant oublier l'inquiétude qui, chaque jour, grandissait
parmi nous, motivée par l'esprit belliqueux et surexcité des populations
que nous venions de quitter.

À marches forcées, suivant le même chemin que nous, et sans avoir subi
la moindre attaque, le capitaine Thomasset avait traversé le pays attié
par Mopé, Adokoï, Kodioso, surprenant les indigènes par la rapidité de
sa course. Cette excursion jusqu'au N'zi avait pleinement réussi. En
effet, malgré l'hostilité des habitants, le capitaine était parvenu au
but qu'on lui avait assigné: se diriger vers le nord-ouest et
reconnaître cette rivière, affluent du Boudama. Il est vrai que ce
succès ne fut obtenu que par le courage et le sang-froid du chef de
l'expédition.

Le passage lui fut refusé par le chef du dernier village qu'il fallait
traverser pour toucher à la rive du N'zi. Informé de cette décision, le
capitaine fait dire par son interprète que ses intentions sont
pacifiques, mais qu'il tient à continuer son chemin, et saura faire
usage de ses armes, si cette liberté ne lui est pas accordée. Pour toute
réponse, le chef garde prisonnier l'interprète. Le capitaine proteste de
nouveau et annonce que si à l'instant même son interprète ne lui est pas
rendu, il va donner l'assaut au village, qui sera détruit et brûlé.

Intimidés, les indigènes expliquent qu'il y a malentendu, et que le
passage ne peut-être refusé à un blanc qui sait aussi bien commander.

Le jour même, le N'zi était reconnu, et le retour s'effectuait
immédiatement dans la direction de Mopé, que le commandant Houdaille,
accompagné du reste de la Mission, venait de quitter, quelques jours
auparavant, pour redescendre vers Petit-Alépé. Ce retour du capitaine
Thomasset permettait d'augmenter le nombre des travailleurs et de mener
encore plus rapidement les travaux à effectuer en cours de route.
Certains points ont dû être étudiés à nouveau, et tout le long de la
tranchée principale faite à l'aller, de nombreuses percées transversales
avaient été exécutées et levées, donnant ainsi une connaissance exacte
du terrain avoisinant.

Ce travail complémentaire, venant s'ajouter aux fatigues de la marche
quotidienne, ne laissait aucun loisir aux membres de la Mission, tant
Européens que tirailleurs et porteurs. Et quand, après une journée de
labeur incessant, nous attendions avec impatience le moment de nous
reposer sous la tente, dans ce même pays où, à l'aller, nous avions
peine à nous approvisionner, il nous était impossible, au retour, de
trouver un emplacement sec pour y installer notre campement.

Par ces bains continuels, nos habits, complètement mouillés, tombaient
en lambeaux, et le soir, en pleine humidité, dans un campement où nous
ne pouvions nous réchauffer, nous sentions, aux fatigues de la journée,
s'ajouter des accès de fièvre paludéenne, contre laquelle la volonté
demeure impuissante. Chaque jour, nouvelles fatigues, nouvelles
privations, et toujours la fièvre revenait plus tenace. Heureusement, la
Mission touchait à sa fin.

Encore deux jours.... Memni..., et le lendemain, après un voyage
effectué aussi rapidement que possible, nous arrivions enfin, le 4
avril, à Petit-Alépé, heureux de saluer, en ce point, notre retour aux
pays civilisés, et pouvant, par ses ressources et ses communications
avec Grand-Bassam, nous faire oublier nos privations de la brousse.

Oh! ces beaux jours passés à Petit-Alépé, pendant lesquels, oublieux des
fatigues supportées et déjà loin de nous, nous vivions des souvenirs de
la brousse, des bons et surtout des mauvais jours, entrevoyant déjà
notre retour à Bassam, et de là, en France!

  (_À suivre._)                         Dr LAMY.

[Illustration: Tam-tam de guerre à Mopé.--D'après une photographie.]

Droits de traduction et de reproduction réservés.



  TOME XI, NOUVELLE SÉRIE.--8e LIV.          Nº 8.--25 Février 1905.

[Illustration: Piroguiers de la Côte d'Ivoire pagayant.--D'après une
photographie.]



SOUVENIRS DE LA CÔTE D'IVOIRE[2]

          [Note 2: _Suite. Voyez pages 61 et 73._]

Par le Docteur LAMY

_Médecin-major des troupes coloniales._

     III. -- Rapports et résultats de la Mission. -- Valeur économique
     de la Côte d'Ivoire. -- Richesse de la flore. -- Supériorité de
     la faune.


[Illustration: Allou, le boy du docteur Lamy. D'après une photographie.]

Encore quelques jours de travail, et les plans et levés étaient
terminés; les rapports, dans lesquels se condensaient les travaux et les
résultats de la Mission, pouvaient être considérés comme achevés; les
résultats étaient des plus satisfaisants.

Grâce à la prodigieuse activité du chef de Mission, qui sut distribuer à
chacun sa besogne selon ses aptitudes et tirer de tous le maximum
d'efforts, sans jamais dépasser les bornes de la résistance humaine,
plus de 700 kilomètres avaient été levés et venaient compléter la carte
de la Côte d'Ivoire, dont tout le pays attié était jusque-là tout à fait
inconnu. De ces 700 kilomètres, une grande partie en avait été chaînée
et étudiée de façon à établir un avant-projet de chemin de fer. Quant à
l'itinéraire Petit-Alépé-Mopé (106 kilomètres), il avait été
complètement levé à la planchette et piqueté. Entre ces deux points, une
tranchée continue, de 3 mètres de largeur, avait été faite en pleine
forêt à la hache et au coupe-coupe, et des reconnaissances
transversales, exécutées tout le long de cette tranchée, avaient permis
de connaître suffisamment le terrain pour que l'établissement immédiat
de la voie ferrée fût possible.

Le terrain de la Côte d'Ivoire présente une telle uniformité de
constitution et d'ondulation que, des études précises faites sur
l'itinéraire Alépé-Mopé, il était facile de tirer des conclusions
identiques pour les tracés du capitaine Thomasset vers le N'zi, et du
capitaine Crosson-Duplessis, dans le Morénou.

Ce dernier, pendant le séjour de la Mission à Mopé, avait complètement
exploré le Morénou, établi d'excellentes relations avec les chefs du
pays, et, sans être inquiété, reconnu certains points du cours supérieur
du Comoé.

De ces différents rapports résultait la possibilité de l'établissement
de la voie ferrée à des prix peu élevés, tout d'abord jusqu'à Mopé, puis
avec prolongement vers le Baoulé jusqu'au N'zi et embranchement dans le
Morénou avec prolongement éventuel sur Kouq.

Une autre solution par Grand-Alépé et Abidjean permettait l'accès du
chemin de fer jusqu'à la lagune, ou plutôt au port de Petit-Bassam. Le
capitaine Crosson-Duplessis avait, en effet, su étudier la possibilité
de la création d'un port dans la baie d'Abidjean et obtenu des résultats
précis et satisfaisants. Le trou sans fond, qui est connu depuis
longtemps pour exister devant le rivage de Petit-Bassam, où la barre ne
se produit pas, semble avoir une prolongation dans la lagune, derrière
l'île Boulay. Grâce aux fonds reconnus de 10 à 16 mètres, le port
naturel, existant déjà sur 800 mètres de largeur et 4 kilomètres de
longueur, serait rendu accessible aux navires venant du large, après le
percement de la langue de sable de 800 mètres qui sépare la mer de la
lagune et sur laquelle est bâti Petit-Bassam. Après l'établissement des
quais nécessaires, la ville pourrait être construite sur les hauteurs de
30 à 40 mètres, qui entourent et dominent le fond de la baie d'Abidjean.

À ces diverses études, faisaient suite les rapports du capitaine
Crosson-Duplessis sur l'ethnographie des pays parcourus, du capitaine
Thomasset sur la géologie, et du lieutenant Macaire sur la création
d'une usine électrique de 700 à 2 000 chevaux à Malamalasso, en se
servant des chutes du Mala-Mala d'abord, puis même du Comoé.

[Illustration: La forêt tropicale à la Côte d'Ivoire.--D'après une
photographie.]

Le lieutenant Macaire avait également étudié la richesse forestière du
pays attié, au point de vue de la valeur des bois pour le commerce et
l'industrie; il en rapportait divers échantillons pour les faire essayer
en France.

Quant à moi, j'avais joint à mon rapport médical, sur l'état sanitaire
du détachement, quelques notes sur la climatologie, la flore et la faune
du pays[3].

          [Note 3: Il m'a été donné d'observer très fréquemment dans
          la forêt, surtout aux environs de Adokoï, Mopé, l'affection
          déjà signalée sous le nom de «goundou ou anakhré», par le Dr
          Maclaud. Le malade qui en est atteint présente une tumeur
          osseuse de chaque côté de la racine du nez; cette tumeur,
          augmentant peu à peu de volume, en arrive à obstruer
          quelquefois la vision. L'origine et la cause de cette
          affection sont encore inconnues des indigènes, qui ne
          paraissent pas la redouter et se contentent d'en rire.]

Au point de vue médical, mon service avait été peu chargé pendant la
Mission; je n'avais eu à m'occuper que de quelques cas légers de fièvre
paludéenne, de dysenterie. Ma principale occupation journalière
consistait dans les pansements de nombreuses plaies ulcérées de nos
porteurs et de nos tirailleurs.

Dans mes loisirs, j'avais pu faire quelques observations météorologiques
en mettant en usage, quand cela m'était possible, les appareils
enregistreurs que nous possédions. C'est ainsi que j'avais constaté dans
la température de la forêt un abaissement de trois à quatre degrés sur
les températures observées près de la côte et des lieux découverts; les
maxima ayant toujours varié entre 28 et 31 et les minima entre 20 et 22
degrés.

Par contre, l'humidité déjà très grande à la Côte d'Ivoire (il y tombe
une hauteur d'eau de 2m70 par an) se trouve dans la forêt encore
considérablement augmentée. Nous avons passé tout notre séjour dans la
brousse, au milieu, d'une atmosphère saturée d'humidité, si bien qu'il
nous a été impossible de reconnaître les saisons sèches et pluvieuses
observées à la Côte. Sous la forêt, il pleut toute l'année; la quantité
seule diffère, mais on peut dire que d'avril à juillet les pluies sont
continuelles. Les tornades journalières, pendant ces mois, sont
généralement amenées par le vent du nord. Celles qui succèdent au vent
du sud-ouest, qui est le vent régnant généralement sur la forêt, sont
moins fréquentes, et surtout moins violentes; pendant toute la durée de
la pluie, il se produit une baisse de 5 ou 6 degrés dans la température.

[Illustration: Le débitage des arbres.--D'après une photographie.]

Aux environs de Denguéra, j'avais constaté, du 11 au 25 janvier, un
abaissement anormal de la température, surtout au matin. Il faisait
froid, et le thermomètre marquait 15 degrés. L'hermâttan, vent froid et
sec, venant du nord-est du Sahara, se faisait sentir à ce moment dans la
forêt avant d'arriver à la Côte, où il souffle régulièrement tous les
ans à la même époque.

Cette humidité, chaude et constante à la Côte d'Ivoire, donne à la
végétation une activité sans égale. Aussi les indigènes ne
s'adonnent-ils que fort peu à la culture, la nature leur fournissant,
avec prodigalité, les aliments nécessaires.

Dans leurs champs, situés généralement à 2 ou 3 kilomètres de leurs
villages, ils cultivent surtout des bananiers aux fruits gros et peu
sucrés, qu'ils cuisent et écrasent pour préparer le «foutou»: c'est la
base de leur nourriture. Les ignames et le manioc ne sont conservés que
comme réserves pour les temps de disette et de guerre ou pour les jours
de marche.

Dans leurs plantations poussent encore quelques papayers, des ricins,
des piments, des tomates sauvages. Autour des villages, il n'est pas
rare de rencontrer des citronniers, des manguiers sauvages. Des arbres à
noix de kola blanche ou rouge existent souvent au centre des habitations
ou auprès de l'arbre à palabres du village; ils sont considérés comme
fétiches. Beaucoup de villages sont entourés d'une ceinture de cocotiers
plantés entre les cases et la brousse. Les clôtures des maisons, les
portes fétiches, sont souvent formées par des ricins, des pourghères,
dont les graines purgatives sont connues des indigènes.

Sur les bords des lagunes et des fleuves surtout, et quelquefois tout
autour des villages, des plantations, la forêt fait place à une autre
forêt de palmiers d'espèces variées, parmi lesquelles domine le palmier
à huile. C'est une des richesses du pays, et les produits, amandes et
huile, qu'en retirent les indigènes, sont l'objet d'un commerce très
important. D'autres palmiers servent à préparer le vin de palme, boisson
fermentée qui est absorbée à l'occasion des fêtes et réjouissances:
c'est le «n'zan» des Agnis, le «n'raufi» des Attiés.

Les Attiés savent filer, tisser le coton, qu'ils recueillent sur les
cotonniers de petite taille cultivés près de leurs villages ou dans
leurs plantations. Ils en obtiennent des pièces d'étoffe, larges de 30
centimètres environ, auxquelles ils donnent une teinte bleue, en se
servant d'une décoction de plants d'indigo qui existent, mais en petite
quantité, dans certains villages. Ce sont ces étoffes dont ils font
leurs ceintures.

Dans la forêt, les arbres sont d'essences nombreuses et variées; on y
trouve l'acajou et beaucoup d'autres arbres à bois dur; les baobabs y
sont fréquents. Les lianes à caoutchouc (landolphia) s'y rencontrent en
assez grand nombre, mais elles ne sont pas exploitées par les indigènes.
Le caoutchouc, qui, en petite quantité, provient de l'Attié, serait
retiré des nombreuses espèces de ficus qui se trouvent dans le pays; il
est de bonne qualité et ne contient que peu d'impuretés. À la Côte, il
se présente sous l'aspect de boules, facilement différenciées des pains
énormes qui descendent de l'Undénié et des galettes produites sur les
bords des lagunes. Les fromayers et les caïlcédra, nombreux dans la
forêt, surtout sur les bords des fleuves et des lagunes, sont d'une
grande utilité aux indigènes; c'est, en effet, dans les troncs de ces
arbres qu'ils creusent leurs pirogues.

Comme on le voit, le pays attié est d'une richesse surprenante en
variétés d'arbres et de plantes et en valeur d'essences ou de produits
commerciaux. Par contre, on est étonné d'y rencontrer aussi peu
d'animaux.

Dans les villages, ce sont des boeufs rares et de petite taille, des
chèvres, des poulets, etc. Dans la forêt, de nombreux papillons, aux
couleurs éclatantes, et des reptiles, des insectes encore plus nombreux.

On croirait la brousse inhabitée si quelques oiseaux ne venaient, par
leurs cris, annoncer leur présence au sommet des arbres les plus élevés,
surtout le long des fleuves; des aigles pêcheurs, au blanc plumage, des
toucans au long bec, des vautours, des martins-pêcheurs, etc. Près des
plantations, ce sont des pigeons, des tourterelles, des perroquets verts
et gris, etc.

Et cependant les panthères, léopards, chats-tigres, belettes, civettes,
existent dans la forêt; les indigènes les connaissent, portent les dents
de ces carnassiers en colliers autour du cou et m'en ont montré des
traces. Il en est de même pour l'éléphant: une seule fois, j'ai suivi le
passage d'une troupe de ces animaux qui ne doivent pas être nombreux, je
crois, dans l'Attié. Les défenses que possèdent les indigènes sont rares
et petites. Il est vrai que cette rareté de l'ivoire dans le pays
pourrait tout aussi bien provenir du petit nombre d'éléphants que du
danger de cette chasse pour des noirs mal armés, et craignant
d'affronter des animaux aussi redoutables. D'après les indigènes,
l'hippopotame existerait en certains points inaccessibles du Comoé et du
N'zi; nous n'en avons jamais vu.

[Illustration: Les lianes sur la rive du Comoé.--D'après une
photographie.]

Il est digne de remarque que, pendant notre séjour en pleine forêt, nous
n'ayons rencontré aucun de ces animaux, ni sanglier, ni biche, ni
antilope dont j'ai cependant relevé plusieurs fois les traces.

Si les oiseaux paraissent rares et se perchent, hors du regard, sur la
cime des arbres, des singes d'espèces nombreuses et variées emplissent
la forêt de leurs ébats. J'ai pu reconnaître sept espèces différentes
déjà signalées par Binger sous les noms agnis: kouamé (le cynocéphale),
tié, adéré, foé, assibé, koumo, fah lié. Les Attiés, qui les prennent au
piège, en font leur nourriture sans se soucier de la valeur de certaines
de leurs fourrures, qui seraient estimées pour les foé, tié, pah-lié.
Aussi nombreux que les singes, courent, de tous côtés, le long des
lianes et des broussailles, des rats palmistes, des écureuils, etc. Un
bruissement continuel semble animer ces immenses solitudes....

Car la forêt paraît être surtout le domaine des reptiles et des
insectes; ils y pullulent: lézards, iguanes, caméléons et serpents. Les
caïmans, très peu nombreux, de petite taille, sont fétiches dans tout
l'Attié, et il est défendu de les tuer. Il est à craindre que, de cette
façon, leur nombre n'augmente rapidement.

[Illustration: Les occupations les plus fréquentes au village:
discussions et farniente attié.--D'après une photographie.]

Pour une autre raison, la crainte, les serpents venimeux, eux aussi, ne
sont pas détruits. Les Attiés ont la terreur de ces reptiles poussée au
plus haut degré; la vue d'un serpent, même mort, les met en fuite.

La vipère cornue, de la famille des Cérastes, très commune, est d'autant
plus dangereuse que sa couleur grise lui permet de passer plus
facilement inaperçue. Sa longueur est de 2 mètres. Elle est surtout
reconnaissable à sa tête triangulaire, présentant, au centre, une tache
noirâtre de même forme, et six petites cornes placées sur deux rangées,
en avant des yeux. Les crochets venimeux sont au nombre de deux,
mobiles, et généralement très allongés.

Une seule fois, j'ai observé un autre serpent venimeux, un crotale, de
couleur verte, au corps plus fin que le précédent, mais de même taille.
Les crochets étaient fixés à la mâchoire supérieure.

Plus grand, plus robuste, mais beaucoup moins dangereux, était l'énorme
boa qu'à notre retour à Memni nous présentèrent les indigènes. Il avait
8 mètres de longueur et il fallait deux hommes pour le porter. On peut
juger du nombre de «foutous» et de sauces diverses qu'il servit à
préparer.

Les insectes que j'ai observés sont des sauterelles, criquets, grillons,
cigales, des termites relativement rares et construisant des termitières
de petit volume. Dans la brousse se rencontrent des taons, des guêpes,
dont le voisinage est toujours désagréable. Une petite espèce d'abeilles
produit du miel que les noirs recueillent et paraissent estimer.

Les moustiques, très rares au centre de la forêt, pullulent sur les
bords du fleuve et des lagunes. N'ayant pu, faute de loisirs, en étudier
les diverses variétés, il m'est impossible de préciser la relation qu'il
y a eu entre leur présence, leur absence et les accès de fièvre
paludéenne constatés. Cependant, en général, je puis dire que, dans la
forêt, les accès de fièvre ont été moins fréquents que sur la côte et
les bords des lagunes et des fleuves. À terre, sur l'humus, on ne voit
que fourmis rouges, magnans, fourmis cadavres à l'odeur écoeurante. Plus
dangereux et presque aussi fréquents sont les gros scorpions noirs
d'Afrique, les mygales, énormes araignées, dont les morsures sont
venimeuses. Une chenille couverte de piquants occasionna chez un de nos
sergents des accidents d'urticaire très douloureux.

Quant aux poux de bois, argas, vivant dans la forêt, ils sont aussi
fréquents et malfaisants que les chiques répandues sur le sable du
rivage et dans les cases de la côte: ces insectes, argas et chiques, se
logent sous l'épiderme, provoquent des démangeaisons insupportables et
occasionnent souvent des plaies s'ulcérant facilement.


     IV. -- La fièvre jaune à Grand-Bassam. -- Deuils nombreux. --
     Retour en France.

Grâce aux nombreux bateaux à vapeur qui relient fréquemment la côte et
Petit-Alépé, il nous était facile de descendre à Grand-Bassam et je m'y
rendais environ une fois par semaine, afin d'acheter les vivres qui nous
étaient nécessaires. Cordialement accueilli par mes deux confrères, les
Drs Chaussade et Bailly, je passais la journée en leur compagnie et
reprenais ensuite le bateau qui devait me reconduire à Petit-Alépé avant
la nuit.

Un jour, le chef de service, le Dr Chaussade, me fit part de quelques
cas curieux qui venaient de se produire dans le village indigène: des
noirs en excellente santé avaient été pris de fièvre brusquement. Leurs
ganglions avaient formé des bubons et, après quelques jours de maladie,
la mort était survenue. L'attention du docteur avait été attirée, non
par les indigènes eux-mêmes, qui, loin d'appeler le médecin, cachaient
plutôt les malades, mais par l'augmentation des décès au commencement du
mois d'avril.

À la curiosité fit place une certaine inquiétude, quand, vers le 16,
j'appris, par hasard, que le nombre de morts allait en croissant
considérablement: c'était une véritable épidémie qui se déclarait,
d'autant plus grave que les indigènes n'avaient aucune hygiène et que
les cas, isolés jusque-là dans un seul quartier, étaient, en ce moment,
disséminés dans tout le village noir.

Le vapeur, qui me conduisait, le 21 avril, à Bassam, manqua de charbon
en cours de route; il fallut chauffer au bois, et la nuit nous surprit
alors que nous étions encore sur le fleuve. À notre arrivée, je ne
pouvais me rendre chez mes confrères, l'heure étant trop avancée.
J'appris, d'ailleurs, que l'un d'eux était souffrant et préférai me
reposer au grand air, sur mon lit de camp, sous une vérandah.

[Illustration: Un incendie à Grand Bassam.--D'après une photographie.]

Aussi, le lendemain, levé avec le jour, j'errais près du marché, quand
un infirmier me vint dire qu'on m'appelait à l'hôpital. À pas lents, je
parcourais le boulevard Treich-Laplène, aux cocotiers naissants, quand
un Européen que je rencontrai me balbutia, l'émotion l'empêchant de
parler: «Docteur, si vous voulez voir le Dr Bailly en vie, allez vite à
l'hôpital!»

J'arrivai trop tard. Le lendemain, les Européens de Grand-Bassam,
fonctionnaires et commerçants, accompagnaient à sa dernière demeure le
corps de ce pauvre camarade, mourant loin de sa famille, frappé
brusquement au troisième jour de sa maladie. Il n'était débarqué à
Bassam que depuis vingt-neuf jours! C'était son début dans la carrière.

Deux jours plus tard, un télégramme du gouverneur de la colonie
parvenait à Petit-Alépé, adressé au commandant: «Docteur Létinois, mort
au champ d'honneur.»--Deux balles en pleine poitrine frappaient un autre
camarade, non plus, cette fois, à Grand-Bassam, mais à Tabou, dans la
région du Cavally où une colonne opérait contre les Tépos révoltés.
Décidément, le ciel de la Côte d'Ivoire était funeste à mes camarades et
il me tardait de quitter cette Afrique où, chaque jour, un nouveau deuil
nous déchirait le coeur.

[Illustration: La danse indigène est caractérisée par des poses et des
gestes qui rappellent une pantomime.--D'après une photographie.]

Au milieu de ces jours de tristesse et de mort, nous arrivait une
heureuse nouvelle: un de nos amis, un jeune commerçant, plein d'entrain
et confiant dans l'avenir, descendait le Comoé, et sitôt son arrivée à
Petit-Alépé, nous devions fêter son heureux retour.

Le 29 avril, il y avait réception à Alépé, c'est-à-dire un grand dîner
où le nombre des plats rivalisait avec celui des vins. Le cuisinier noir
faisait montre de ses talents culinaires; le maître de maison tenait à
témoigner des richesses de sa cave. Il fallait, en effet, boire à la
santé de l'heureux arrivant, à celle de la Mission brillamment terminée,
aux absents (le commandant et le capitaine Crosson-Duplessis étaient à
Petit-Bassam) et surtout au prochain retour en France. Encore quinze
jours au plus!

Il est minuit, et l'on songe enfin à se séparer, quand un coup de
sifflet retentit dans la nuit: c'est un bateau à vapeur. Immédiatement
nous sommes à l'appontement. On vient apporter des ordres de commerce
pour un de nos convives. Lentement, vers le village, nous remontons la
berge du fleuve pour nous rendre au camp. Un nouveau coup de sifflet
vient nous surprendre, nous voyons le reflet rouge des feux d'un vapeur
qui accoste au débarcadère. Petit-Alépé gagnait donc d'importance pour
voir ainsi, de nuit, aborder deux vapeurs. Quelle était la raison de
cette seconde arrivée? Une lettre du gouverneur au Dr Lamy: le Dr
Chaussade était gravement malade. Je devais me servir du même bateau, la
_Comète_, pour redescendre immédiatement à Bassam, assurer le service.
Mes cantines sont fermées et embarquées aussitôt. J'étais prêt à partir
et, sans différer, faisais mes adieux à mes amis. Un peu tristes les
adieux! Comme ceux que l'on fait quand on va vers l'inconnu et que cet
inconnu est des plus sombres. «À bientôt! crie-t-on de la berge quand le
bateau s'éloigne, bon voyage!»--Je réponds: «À bientôt!» tandis qu'au
fond du coeur, je me dis: «Non, c'est plutôt un adieu.»

Cet inconnu, vers lequel je descends rapidement, poussé par le courant
et à toute vapeur, cet inconnu m'effraie, je l'avoue humblement. Un de
mes camarades est mort, il y a huit jours, l'autre est gravement malade.
De plus, j'apprends à bord qu'un directeur d'une factorerie est décédé
sur la plage au moment où il s'embarquait pour rentrer en France; de
nombreux cadavres de rats, me dit-on, ont été trouvés dans les magasins
de factoreries et dans les cases indigènes, etc.

À cinq heures du matin, j'étais auprès de mon chef, le Dr Chaussade, qui
s'excusait de m'avoir fait déranger pour un simple accès de fièvre: il
se trouvait très bien.

Vers huit heures, avant de quitter Grand-Bassam pour faire un voyage
d'un jour sur la lagune, le gouverneur et le commandant Houdaille
venaient prendre des nouvelles du malade. Il fut convenu que je
resterais pour assurer le service à Bassam pendant quelques jours et que
le Dr Chaussade irait en convalescence se remettre de ses fatigues,
auprès de la Mission, à Petit-Alépé.

[Illustration: Une inondation à Grand-Bassam.--D'après une
photographie.]

Cette décision ne devait pas avoir de suites (et ce fut le salut des
membres de la Mission) car, malheureusement, le mieux constaté dans
l'état du malade fut de courte durée. Le Dr Chaussade s'alitait à trois
heures du soir, très gravement atteint; la mort survenait au
commencement de la nuit. Quelles longues et cruelles heures pour un
médecin discutant sur son lit de mort, jusqu'au dernier soupir, la
maladie qui l'emporte, quand, à ces angoisses, s'ajoute le sentiment de
la responsabilité du devoir à accomplir! Ces situations terribles sont
rares, même aux colonies, d'un médecin se sentant mortellement atteint
d'un mal qu'il ignore, qu'il craint de nommer, car, il faut se hâter, si
c'est une épidémie qui débute, de prendre les mesures nécessaires pour
sauver ceux qui sont encore en vie.

Le Dr Chaussade entrevit cela et, mourant, il murmurait: «Donnez des
ordres, je meurs de la peste!»

[Illustration: Un campement sanitaire à Abidjean.--D'après une
photographie.]

Avant midi, le lendemain, ce pauvre camarade reposait au cimetière, et
quand, à la même heure, le gouverneur, de retour à Grand-Bassam,
apprenait ce nouveau malheur, je me rendais, en toute hâte, auprès de
lui. On se trouvait en face d'une épidémie grave. La peste? C'était
probable chez les noirs, mais on ne pouvait l'affirmer pour les
Européens décédés. En tout cas, il fallait prendre des mesures
énergiques, communes à toute épidémie, et... attendre. L'attente ne fut
pas longue. Le jour même, l'infirmier était atteint; le jour suivant, de
nouveaux cas se déclaraient chez les Pères missionnaires, chez les
personnes ayant approché le dernier malade. Puis quatre ou cinq décès
successifs, pendant les premiers jours de mai, nous prouvaient que
l'épidémie existait bien et augmentait de violence. Cette fois, c'était
la fièvre jaune: les derniers cas ne permettaient plus aucun doute et
venaient éclairer le diagnostic resté incertain pour les premiers
malades.

Grand-Bassam comptait environ soixante Européens, parmi lesquels cinq ou
six femmes, qu'il fallait éloigner rapidement du foyer de l'épidémie.
Des ordres sont donnés en ce sens. Quelques personnes dociles et
confiantes préfèrent s'exiler dans la brousse plutôt que de rester à la
côte. La vie ne devait certes pas être facile et agréable sur les bords
de la lagune, du Comoé; mais ne valait-il pas mieux, de cette façon,
éviter le fléau? Malheureusement, tous ne furent pas de cet avis. Les
vieux coloniaux, qui, depuis plusieurs années, fréquentaient les côtes
du golfe de Guinée, affirmaient avoir vu, tous les ans, à cette époque,
des cas de ce genre: «La fièvre bilieuse, bien connue et sans caractère
épidémique, devenait plus fréquente, plus meurtrière, à ce moment de
l'année, mais on ne pouvait l'appeler fièvre jaune», disaient ces
habitués de Grand-Bassam, heureux et fiers de pouvoir retirer de leur
ancienneté à la côte un peu de pratique et de connaissances médicales.
Ils ne se doutaient pas du mauvais conseil qu'ils donnaient à ceux qui,
trop nombreux, les écoutèrent. Il fallait partir, et très peu s'y
décidèrent.

Pour beaucoup d'Européens, fonctionnaires ou commerçants, il était
difficile, je le sais, d'abandonner leur poste, leur factorerie; et ne
trouvaient-ils pas préférable de cacher l'existence de l'épidémie, dont
la révélation, une fois faite, devait amener l'arrêt complet du commerce
dans la colonie?

«D'ailleurs, l'épidémie est-elle bien reconnue, bien confirmée?»
disaient-ils, et cette opinion prenait d'autant plus de force qu'elle
rassurait tout le monde et montrait l'inutilité des mesures radicales
qui allaient être prises. En effet, Grand-Bassam étant dépourvu d'étuve
et d'autres moyens de désinfection, on ne pouvait avoir recours qu'à
l'incendie pour arrêter, si possible, la contagion. Toute habitation
d'Européen ou de noir, où un décès s'était produit, devait être
immédiatement brûlée avec ce qu'elle contenait.

Cette dernière mesure de rigueur fut mise immédiatement à exécution, non
sans provoquer de nombreuses difficultés, tant du côté des Européens que
du côté des indigènes. Pouvait-on croire pourtant que ces ordres avaient
été donnés sans réflexion? Oh! ces trop longues journées de Bassam et
ces nuits d'insomnie, plus longues encore, pendant lesquelles, depuis la
mort du Dr Chaussade, j'assumai les responsabilités d'un médecin-chef
d'une colonie, et cela au début d'une épidémie, sans un confrère, un
ami, auprès duquel j'aurais pu trouver un conseil, un appui[4]! Ces
longues journées, ces longues nuits, pendant lesquelles, allant de
malade en malade, je n'avais pas un moment de repos, ni pour le corps ni
pour l'esprit, qu'elles m'ont paru terribles et combien mes plus mauvais
jours, passés dans la brousse, me semblaient agréables auprès des
premières journées de mai 1899!

          [Note 4: Je ne puis cependant oublier les bons soins de M.
          Vaillant, constructeur et directeur du warf de Grand-Bassam,
          qui fut toujours pour moi un excellent ami.]

J'étais seul, et ma croyance dans l'existence de la fièvre jaune n'était
pas partagée. Mais, chaque jour, c'était un nouveau décès, et l'épidémie
frappant par toute la ville, sans grâce ni merci, venait, hélas! me
donner raison. En dix jours, plus de douze décès sur une population de
quarante personnes. On se comptait! Il fallut bien croire à la fièvre
jaune le jour où ses plus acharnés adversaires succombèrent sous ses
coups.

Alors, ce fut de l'affolement. Le jour, on se fuyait ou presque: dans
les rues, personne ne se promenait. La nuit, seul le bruit de la barre
s'entendait sourd et régulier; les noirs en oubliaient de faire tam-tam.
Je fus même menacé du fusil si je tentais d'approcher d'une maison: un
malade me faisait demander, mais, devant cette menace, je me gardai bien
d'avancer.

Un soir, je rentrais chez moi, quand en passant boulevard
Treich-Laplène, j'entendis des chants joyeux au son d'un violon. Cette
gaieté faisait mal au milieu de cette désolation. On chantait, on
dansait pour s'étourdir. Cette nuit encore, le sommeil ne vint pas; mon
émotion était trop grande au souvenir de cette folle gaieté voulue pour
oublier les morts du matin, de la veille, ceux de demain.

Cette même nuit devait, d'ailleurs, être agitée. Vers deux heures du
matin, un garde de police vint me prévenir que les indigènes étaient
soupçonnés de cacher leurs malades et de transporter leurs morts pendant
la nuit, de l'autre côté de la lagune. De cette façon, l'épidémie qui
sévissait sur eux paraissait en décroissance et semblait même terminée:
depuis quelques jours, il n'y avait eu aucune case d'incendiée. Le garde
de police venait, en pleine nuit, d'arrêter un enterrement et me priait
de constater l'état du cadavre. Immédiatement, je fais ouvrir le
cercueil et reconnais sur le défunt les symptômes déjà signalés
précédemment. L'épidémie faisait donc toujours des victimes chez les
noirs!

Le jour même, cette constatation provoquait de nouveaux ordres de la
part du gouverneur. Le lendemain, tous les indigènes de Grand-Bassam,
drapeaux anglais et français en tête, conduits par des Apolloniens, se
rendaient en masse à l'hôtel du Gouvernement et sommaient le gouverneur
de revenir sur sa décision. On ne pouvait que s'incliner devant la
volonté du peuple aussi violemment manifestée; les tirailleurs étaient
absents de Grand-Bassam, et la police se trouvait insuffisante. Les
cases indigènes ne furent plus incendiées et, comme autrefois, les noirs
continuèrent d'inhumer les corps dans la maison même, habitée par le
défunt.

[Illustration: Une rue de Jackville, sur le golfe de Guinée.--D'après
une photographie.]

Les inhumations des Européens se faisaient dans le cimetière, sur la
grève, au bord de la mer, et le corps était placé entre deux lits de
chaux. Bientôt la chaux elle-même fit défaut. Quant aux enterrements,
ils n'existaient plus en tant que cérémonie. Personne n'accompagnait à
sa dernière demeure le corps d'un voisin, d'un ami, et le triste cortège
ne se composait que de quatre porteurs noirs.

Le 13 mai au matin, il me fut impossible de me lever. J'avais des
courbatures dans tous les membres et un fort mal de tête. C'était un
violent accès de fièvre qui débutait ou plutôt la première atteinte de
ce mal qui n'avait pas encore pardonné. Sur quinze personnes frappées
avant moi, il y avait eu exactement quinze victimes.

Je ne pouvais avoir l'espoir d'être épargné; aussi voulant mettre de
l'ordre dans mes papiers d'affaires, mes rapports de Mission et surtout
faire connaître mes dernières volontés, commençai-je par écrire quelques
lettres à ma famille d'abord, puis au commandant et au lieutenant
Macaire.

[Illustration: Grand-Bassam: cases détruites après une épidémie de
fièvre jaune. D'après une photographie.]

Cela n'alla pas sans quelques difficultés, car les idées erraient
confusément dans ma tête brûlante de fièvre, et ma volonté ne suffisait
plus à soutenir mes membres fatigués. Une douleur violente aux reins, le
coup de barre, me rendait tout mouvement impossible. Puis je songeai à
me soigner, indécis entre les médicaments de la Faculté et les remèdes
créoles sur lesquels je m'étais instruit longuement pendant mes jours
passés. J'associai les deux et peut-être fis-je bien.

Le lendemain, la fièvre diminuait. Le troisième jour de ma maladie, tout
paraissait terminé et j'aurais pu dire comme mon confrère, le Dr
Chaussade, que je me sentais bien, si je n'avais connu, par une longue
et triste expérience, la façon de procéder de cette terrible maladie
qui, à la veille de la mort, vous donne l'espoir d'une erreur et l'oubli
du danger passé.

Je ne pouvais m'abuser quand le soir de ce jour trompeur je sentis la
fièvre revenir. Une grande faiblesse m'envahissait. Je ne pus que dire
adieu à la vie et perdis connaissance.

Quand je revins à moi, le lendemain matin, le soleil était déjà haut
dans le ciel. J'appelai mon boy. Allou ne me répondit pas, et depuis
lors, jamais je ne l'ai revu. Il m'avait été fidèle pendant mon séjour
dans la brousse, mais la crainte de la mort avait été trop forte pour
lui ou peut-être n'avait-il pas voulu être le seul témoin de mes
derniers moments. En tous cas, il était parti, et comme souvenir de son
ancien maître, avait emporté ma montre. Qu'il soit pardonné pour ses
bons services dans l'Attié!

Pendant ma maladie, l'épidémie avait continué ses ravages, décimant les
Européens de Grand-Bassam.

Aussi, à peine débarqué, le Dr Rimbert, venant du Dahomey, avait-il
songé à conduire loin de ce point infesté tous ceux que la mort avait
épargnés et qui voulaient bien abandonner leurs intérêts. Sur le vapeur
Binger, en leur compagnie, le Dr Rimbert était parti pour Bérély, où il
avait le bonheur de constater qu'aucun cas suspect n'avait éclaté parmi
eux. Ils étaient sauvés!

D'autre part, le Dr Mondon venait d'arriver de France et prenait la
direction du Service de santé, ayant auprès de lui le Dr Germain, qui
s'était embarqué à Dakar pour la Côte d'Ivoire.

Ma convalescence ne fut pas longue, et le 22 mai, je pouvais de nouveau
donner mes soins aux malades. Cette fois mon service s'était bien
simplifié. Tout d'abord je n'étais plus seul, mais, hélas! mes confrères
arrivaient un peu tard. Ils ne trouvaient plus à Bassam que les derniers
Européens qui s'entêtaient encore à y rester et devaient sans tarder
succomber presque tous: près de trente morts sur trente présents pendant
toute l'épidémie! Quelques autres, plus heureux, étaient guéris: trois
seulement et j'étais de ceux-là.

Ah! ces détails que j'appris peu à peu en parcourant la ville désolée,
quand je questionnai les indigènes, les anciens boys, qu'ils furent
navrants et combien je me félicitai de n'y avoir pas assisté pendant que
la maladie me forçait à ne penser qu'à moi!... Un jeune homme préférant
s'alcooliser et buvant de l'absinthe à même la bouteille, afin de ne pas
se sentir mourir; cet autre, déjà frappé autrefois à la Havane, ne
pouvant croire à une nouvelle attaque et niant jusqu'à son dernier
soupir que la fièvre jaune lui donnât la mort.

Pour ajouter à la terreur de ces jours désolés, la mer elle-même avait
cru devoir faire l'impossible. Un raz de marée formidable s'était formé
le long des côtes de Guinée; le warf en construction à Grand-Bassam
avait été fortement endommagé. Des vagues énormes avaient repoussé les
dunes de sable qui forment le rivage et s'étaient répandues dans la
ville de Bassam, inondant les rues, les cases indigènes, comblant les
mares si nombreuses qui, malheureusement pour l'hygiène, existaient de
tous côtés, près des habitations. Il avait fallu improviser des ponts,
des passages en pirogue.

Le cimetière européen lui-même n'avait pas été respecté par la mer en
furie, et les cadavres des victimes de l'épidémie, auxquelles un juste
repos aurait pu être accordé, se trouvaient découverts par les flots
qu'un trop léger linceul de sable n'avait pu arrêter.

Il ne me restait plus qu'à rejoindre mon poste, la Mission, qui se
trouvait en ce moment à Jackville. Sitôt que l'épidémie fut connue à
Petit-Alépé, le commandant, donnant une consigne sévère, avait
complètement isolé le camp pour éviter toute contagion. Puis, comme il
fallait penser au retour en France, la Mission s'était dirigée vers la
côte, sur Jackville, par le Comoé et la lagune, sans toucher à
Grand-Bassam.

L'épidémie était terminée faute de nouvelles victimes, et je pouvais, le
8 juin, faire mes adieux à mes confrères avant de partir pour Abidjean,
sur la lagune, où je devais faire une quarantaine avant d'aller
rejoindre la Mission. Il me tardait, en effet, de revoir mes amis qui, à
plusieurs reprises, avaient perdu tout espoir de me ramener en France
avec eux.

Les dix jours passés à Abidjean furent pour moi dix jours de privations
et de fatigues physiques. Les factoreries étaient fermées à la côte par
défaut de personnel; les indigènes des bords de la lagune sont
commerçants, mais pas hospitaliers; il était donc très difficile de se
nourrir. Une seule chose me soutenait: la volonté de revoir la France.

Aussi, quel fut mon bonheur de recevoir, le 16, un mot du commandant qui
m'adressait une pirogue montée par des Jack-Jack, afin de me permettre
de le rejoindre avant l'arrivée probable du paquebot qui devait nous
transporter, le 18!

J'étais prêt. Afin d'éviter de semer des germes de l'épidémie au milieu
de la Mission qui en avait été heureusement préservée jusque-là, j'avais
brûlé tout ce qui n'avait pas de valeur, mes habits, mon linge, et, par
de nombreux bains antiseptiques, nettoyé tout le reste de mon matériel.

Le 18, j'étais à Jackville dans les bras de mes amis. Je n'oublierai
jamais la cordialité de leur réception et les bons soins dont j'ai été
comblé. Pour eux je revenais de loin, et il fallait, paraît-il, me
fortifier si je tenais à revoir la France.

Dans la soirée, on crut apercevoir de la fumée au large de Jackville; la
nuit tombait et il fut impossible de se rendre compte exactement,...
puis au loin ce fut un feu. C'était le paquebot! Les beaux rêves que
nous faisions cette nuit-là dans notre pauvre lit de camp, auquel nous
allions dire adieu: c'était donc notre dernier sommeil sur la terre
d'Afrique, et demain le départ pour la France!

Au matin, réveillés de bonne heure par la barre qui roulait à nos pieds
(le camp était établi sur le sable du rivage), nous regardions la mer au
loin, bien loin!... Pas de paquebot! et un télégramme nous apprenait de
Bassam que le courrier ne nous recevrait pas à bord, car tout le pays
était en quarantaine.

Chaque jour ce fut une nouvelle attente, une nouvelle déception.

Enfin, le 26 juin au matin, nous disions adieu à la Côte d'Ivoire, aux
lugubres souvenirs, et tout à la joie du retour, après une heureuse
traversée, nous débarquions à Marseille, le 15 juillet.

                                        Dr LAMY.

[Illustration: Grand-Bassam: le boulevard Treich-Laplène.--D'après une
photographie.]

Droits de traduction et de reproduction réservés.


       *       *       *       *       *


TABLE DES GRAVURES ET CARTES


L'ÉTÉ AU KACHMIR

Par _Mme F. MICHEL_


  En «rickshaw» sur la route du mont Abou.
    (D'après une photographie.)                                      1

  L'éléphant du touriste à Djaïpour.                                 1

  Petit sanctuaire latéral dans l'un des temples djaïns du mont Abou.
    (D'après une photographie.)                                      2

  Pont de cordes sur le Djhilam, près de Garhi. (Dessin de Massias,
    d'après une photographie.)                                       3

  Les «Karévas» ou plateaux alluviaux formés par les érosions du
    Djhilam. (D'après une photographie.)                             4

  «Ekkas» et «Tongas» sur la route du Kachmir: vue prise au relais
    de Rampour. (D'après une photographie Jadu Kissen, à Delhi.)     5

  Le vieux fort Sikh et les gorges du Djhilam à Ouri. (D'après une
    photographie.)                                                   6

  Shèr-Garhi ou la «Maison du Lion», palais du Mahârâdja à Srînagar.
    (Photographie Bourne et Sheperd, à Calcutta.)                    7

  L'entrée du Tchinar-Bâgh, ou Bois des Platanes, au-dessus de
    Srînagar; au premier plan une «dounga», au fond le sommet du
    Takht-i-Souleiman. (Photographie Jadu Kissen, à Delhi.)          7

  Ruines du temple de Brankoutri. (D'après une photographie.)        8

  Types de Pandis ou Brahmanes Kachmirs. (Photographie Jadu Kissen,
    à Delhi.)                                                        9

  Le quai de la Résidence; au fond, le sommet du Takht-i-Souleiman.
    (Photographie Jadu Kissen, à Delhi.)                            10

  La porte du Kachmir et la sortie du Djhilam à Baramoula.
    (Photographie Jadu Kissen, à Delhi.)                            11

  Nos tentes à Lahore. (D'après une photographie.)                  12

  «Dounga» ou bateau de passagers au Kachmir. (Photographie Bourne
    et Shepherd, à Calcutta.)                                       13

  Vichnou porté par Garouda, idole vénérée près du temple de
    Vidja-Broer (hauteur 1m 40.)                                    13

  Enfants de bateliers jouant à cache-cache dans le creux d'un
    vieux platane. (D'après une photographie.)                      14

  Batelières du Kachmir décortiquant du riz, près d'une rangée de
    peupliers. (Photographie Bourne et Shepherd, à Calcutta.)       15

  Campement près de Palhallan: tentes et doungas. (D'après une
    photographie.)                                                  16

  Troisième pont de Srînagar et mosquée de Shah Hamadan; au fond,
    le fort de Hari-Paryat. (Photographie Jadu Kissen, à Delhi.)    17

  Le temple inondé de Pandrethan. (D'après une photographie.)       18

  Femme musulmane du Kachmir. (Photographie Jadu Kissen, à Delhi.)  19

  Pandit Narayan assis sur le seuil du temple de Narasthân.
    (D'après une photographie.)                                     20

  Pont et bourg de Vidjabroer. (Photographie Jadu Kissen, à
    Delhi.)                                                         21

  Ziarat de Cheik Nasr-oud-Din, à Vidjabroer. (D'après une
    photographie.)                                                  22

  Le temple de Panyech: à gauche, un brahmane; à droite, un
    musulman. (Photographie Jadu Kissen, à Delhi.)                  23

  Temple hindou moderne à Vidjabroer. (D'après une photographie.)   24

  Brahmanes en visite au Naga ou source sacrée de Valtongou.
    (D'après une photographie.)                                     25

  Gargouille ancienne, de style hindou, dans le mur d'une mosquée,
    à Houtamourou, près de Bhavan.                                  25

  Temple ruiné, à Khotair. (D'après une photographie.)              26

  Naga ou source sacrée de Kothair. (D'après une photographie.)     27

  Ver-Nâg: le bungalow au-dessus de la source. (D'après une
    photographie.)                                                  28

  Temple rustique de Voutanâr. (D'après une photographie.)          29

  Autel du temple de Voutanâr et accessoires du culte. (D'après une
    photographie.)                                                  30

  Noce musulmane, à Rozlou: les musiciens et le fiancé. (D'après
    une photographie.)                                              31

  Sacrifice bhramanique, à Bhavan. (D'après une photographie.)      31

  Intérieur de temple de Martand: le repos des coolies employés au
    déblaiement. (D'après une photographie.)                        32

  Ruines de Martand: façade postérieure et vue latérale du temple.
    (D'après des photographies.)                                    33

  Place du campement sous les platanes, à Bhavan. (D'après une
    photographie.)                                                  34

  La Ziarat de Zaïn-oud-Din, à Eichmakam. (Photographie Bourne et
    Shepherd, à Calcutta.)                                          35

  Naga ou source sacrée de Brar, entre Bhavan et Eichmakar.
    (D'après une photographie.)                                     36

  Maisons de bois, à Palgâm. (Photographie Bourne et Shepherd, à
    Calcutta.)                                                      37

  Palanquin et porteurs.                                            37

  Ganech-Bal sur le Lidar: le village hindou et la roche
    miraculeuse. (D'après une photographie.)                        38

  Le massif du Kolahoi et la bifurcation de la vallée du Lidar
    au-dessus de Palgâm, vue prise de Ganeth-Bal. (Photographie
    Jadu Kissen, à Delhi.)                                          39

  Vallée d'Amarnâth: vue prise de la grotte. (D'après une
    photographie.)                                                  40

  Pondjtarni et le camp des pèlerins: au fond, la passe du
    Mahâgounas. (Photographie Jadu Kissen, à Delhi.)                41

  Cascade sortant de dessous un pont de neige entre Tannin et
    Zodji-Pâl. (D'après une photographie.)                          42

  Le Koh-i-Nour et les glaciers au-dessus du lac Çecra-Nag.
    (Photographie Jadu Kissen, à Delhi.)                            43

  Grotte d'Amarnâth. (Photographie Jadu Kissen, à Delhi.)           43

  Astan-Marg: la prairie et les bouleaux. (D'après une
    photographie.)                                                  44

  Campement de Goudjars à Astan-Marg. (D'après une photographie.)   45

  Le bain des pèlerins à Amarnath. (D'après une photographie.)      46

  Pèlerins d'Amarnâth: le Sâdhou de Patiala; par derrière, des
    brahmanes, et à droite, des musulmans du Kachmir. (D'après une
    photographie.)                                                  47

  Mosquée de village au Kachmir. (D'après une photographie.)        48

  Brodeurs Kachmiris sur toile. (Photographie Bourne et Shepherd,
    à Calcutta.)                                                    49

  Mendiant musulman. (D'après une photographie.)                    49

  Le Brahma Sâr et le camp des pèlerins au pied de l'Haramouk.
    (D'après une photographie.)                                     50

  Lac Gangâbal au pied du massif de l'Haramouk. (Photographie Jadu
    Kissen, à Delhi.)                                               51

  Le Noun-Kôl, au pied de l'Haramouk, et le bain des pèlerins.
    (D'après une photographie.)                                     52

  Femmes musulmanes du Kachmir avec leurs «houkas» (pipes) et leur
    «hangri» (chaufferette). (Photographie Jadu Kissen, à Delhi.)   53

  Temples ruinés à Vangâth. (D'après une photographie.)             54

  «Mêla» ou foire religieuse à Hazarat-Bal. (En haut, photographie
    par l'auteur; en bas, photographie Jadu Kissen, à Delhi.)       55

  La villa de Cheik Safai-Bagh, au sud du lac de Srînagar. (D'après
    une photographie.)                                              56

  Nishat-Bâgh et le bord oriental du lac de Srînagar. (Photographie
    Jadu Kissen, à Delhi.)                                          57

  Le canal de Mar à Sridagar. (Photographie Jadu Kissen, à Delhi.)  58

  La mosquée de Shah Hamadan à Srînagar (rive droite). (Photographie
    Jadu Kissen, à Delhi.)                                          59

  Spécimens de l'art du Kachmir. (D'après une photographie.)        60


SOUVENIRS DE LA CÔTE D'IVOIRE

Par _le docteur LAMY_

_Médecin-major des troupes coloniales_.


  La barre de Grand-Bassam nécessite un grand déploiement de force
    pour la mise à l'eau d'une pirogue. (D'après une photographie.) 61

  Le féminisme à Adokoï: un médecin concurrent de l'auteur.
    (D'après une photographie.)                                     61

  «Travail et Maternité» ou «Comment vivent les femmes de
    Petit-Alépé». (D'après une photographie.)                       62

  À Motéso: soins maternels. (D'après une photographie.)            63

  Installation de notre campement dans une clairière débroussaillée.
    (D'après une photographie.)                                     64

  Environs de Grand-Alépé: des hangars dans une palmeraie, et une
    douzaine de grands mortiers destinés à la préparation de l'huile
    de palme. (D'après une photographie.)                           65

  Dans le sentier étroit, montant, il faut marcher en file indienne.
    (D'après une photographie.)                                     66

  Nous utilisons le fût renversé d'un arbre pour traverser la Mé.
    (D'après une photographie.)                                     67

  La popote dans un admirable champ de bananiers. (D'après une
    photographie.)                                                  68

  Indigènes coupant un acajou. (D'après une photographie.)          69

  La côte d'Ivoire.--Le pays Attié.                                 70

  Ce fut un sauve-qui-peut général quand je braquai sur les
    indigènes mon appareil photographique. (Dessin de J. Lavée,
    d'après une photographie.)                                      71

  La rue principale de Grand-Alépé. (D'après une photographie.)     72

  Les Trois Graces de Mopé (pays Attié). (D'après une
    photographie.)                                                  73

  Femme du pays Attié portant son enfant en groupe. (D'après une
    photographie.)                                                  73

  Une clairière près de Mopé. (D'après une photographie.)           74

  La garnison de Mopé se porte à notre rencontre. (D'après une
    photographie.)                                                  75

  Femme de Mopé fabriquant son savon à base d'huile de palme et de
    cendres de peaux de bananes. (D'après une photographie.)        76

  Danse exécutée aux funérailles du prince héritier de Mopé.
    (D'après une photographie.)                                     77

  Toilette et embaumement du défunt. (D'après une photographie.)    78

  Jeune femme et jeune fille de Mopé. (D'après une photographie.)   79

  Route, dans la forêt tropicale, de Malamalasso à Daboissué.
    (D'après une photographie.)                                     80

  Benié Coamé, roi de Bettié et autres lieux, entouré de ses femmes
    et de ses hauts dignitaires. (D'après une photographie.)        81

  Chute du Mala-Mala, affluent du Comoé, à Malamalasso. (D'après
    une photographie.)                                              82

  La vallée du Comoé à Malamalasso. (D'après une photographie.)     83

  Tam-tam de guerre à Mopé. (D'après une photographie.)             84

  Piroguiers de la côte d'Ivoire pagayant. (D'après une
    photographie.)                                                  85

  Allou, le boy du docteur Lamy. (D'après une photographie.)        85

  La forêt tropicale à la côte d'Ivoire. (D'après une
    photographie.)                                                  86

  Le débitage des arbres. (D'après une photographie.)               87

  Les lianes sur la rive du Comoé. (D'après une photographie.)      88

  Les occupations les plus fréquentes au village: discussions et
    farniente Attié. (D'après une photographie.)                    89

  Un incendie à Grand-Bassam. (D'après une photographie.)           90

  La danse indigène est caractérisée par des poses et des gestes
    qui rappellent une pantomime. (D'après une photographie.)       91

  Une inondation à Grand-Bassam. (D'après une photographie.)        92

  Un campement sanitaire à Abidjean. (D'après une photographie.)    93

  Une rue de Jackville, sur le golfe de Guinée. (D'après une
    photographie.)                                                  94

  Grand-Bassam: cases détruites après une épidémie de fièvre jaune.
    (D'après une photographie.)                                     95

  Grand-Bassam: le boulevard Treich-Laplène. (D'après une
    photographie.)                                                  96


L'ÎLE D'ELBE

Par _M. PAUL GRUYER_


  L'île d'Elbe se découpe sur l'horizon, abrupte, montagneuse et
    violâtre.                                                       97

  Une jeune fille elboise, au regard énergique, à la peau d'une
    blancheur de lait et aux beaux cheveux noirs.                   97

  Les rues de Porto-Ferraio sont toutes un escalier (page 100).     98

  Porto-Ferraio: à l'entrée du port, une vieille tour génoise,
    trapue, bizarre de forme, se mire dans les flots.               99

  Porto-Ferraio: la porte de terre, par laquelle sortait Napoléon
    pour se rendre à sa maison de campagne de San Martino.         100

  Porto-Ferraio: la porte de mer, où aborda Napoléon.              101

  La «teste» de Napoléon (page 100).                               102

  Porto-Ferraio s'échelonne avec ses toits plats et ses façades
    scintillantes de clarté (page 99).                             103

  Porto-Ferraio: les remparts découpent sur le ciel d'un bleu
    sombre leur profil anguleux (page 99).                         103

  La façade extérieure du «Palais» des Mulini où habitait Napoléon
    à Porto-Ferraio (page 101).                                    104

  Le jardin impérial et la terrasse de la maison des Mulini
    (page 102).                                                    105

  La Via Napoleone, qui monte au «Palais» des Mulini.              106

  La salle du conseil à Porto-Ferraio, avec le portrait de la
    dernière grande-duchesse de Toscane et celui de Napoléon,
    d'après le tableau de Gérard.                                  107

  La grande salle des Mulini aujourd'hui abandonnée, avec ses
    volets clos et les peintures décoratives qu'y fit faire
    l'empereur (page 101).                                         107

  Une paysanne elboise avec son vaste chapeau qui la protège du
    soleil.                                                        108

  Les mille mètres du Monte Capanna et de son voisin, le Monte
    Giove, dévalent dans les flots de toute leur hauteur.          109

  Un enfant elbois.                                                109

  Marciana Alta et ses ruelles étroites.                           110

  Marciana Marina avec ses maisons rangées autour du rivage et
    ses embarcations tirées sur la grève.                          111

  Les châtaigniers dans le brouillard, sur le faite du Monte
    Giove.                                                         112

  ... Et voici au-dessus de moi Marciana Alta surgir des nuées
    (page 111).                                                    113

  La «Seda di Napoleone» sur le Monte Giove où l'empereur
    s'asseyait pour découvrir la Corse.                            114

  La blanche chapelle de Monserrat au centre d'un amphithéâtre de
    rochers est entourée de sveltes cyprès (page 117).             115

  Voici Rio Montagne dont les maisons régulières et cubiques ont
    l'air de dominos empilés... (page 118).                        115

  J'aperçois Poggio, un autre village perdu aussi dans les nuées.  116

  Une des trois chambres de l'ermitage.                            117

  L'ermitage du Marciana où l'empereur reçut la visite de la
    comtesse Walewska, le 3 Septembre 1814.                        117

  Le petit port de Porto-Longone dominé par la vieille citadelle
    espagnole (page 117).                                          118

  La maison de Madame Mère à Marciana Alta.--«Bastia, signor!»--La
    chapelle de la Madone sur le Monte Giove.                      119

  Le coucher du soleil sur le Monte Giove.                         120

  Porto-Ferraio et son golfe vus des jardins de San Martino.       121

  L'arrivée de Napoléon à l'île d'Elbe. (D'après une caricature du
    temps.)                                                        121

  Le drapeau de Napoléon roi de l'île d'Elbe: fond blanc, bande
    orangé-rouge et trois abeilles jadis dorées.                   122

  La salle de bains de San Martino a conservé sa baignoire de
    pierre.                                                        123

  La chambre de Napoléon à San Martino.                            123

  La cour de Napoléon à l'île d'Elbe. (D'après une caricature du
    temps.)                                                        124

  Une femme du village de Marciana Alta.                           125

  Le plafond de San Martino et les deux colombes symboliques
    représentant Napoléon et Marie-Louise.                         126

  San Martino rappelle par son aspect une de ces maisonnettes à
    la Jean-Jacques Rousseau, agrestes et paisibles (page 123).    126

  Rideau du théâtre de Porto-Ferraio représentant Napoléon sous la
    figure d'Apollon gardant ses troupeaux chez Admète.            127

  La salle égyptienne de San Martino est demeurée intacte avec ses
    peintures murales et son bassin à sec.                         127

  Broderies de soie du couvre-lit et du baldaquin du lit de Napoléon
    aux Mulini, dont on a fait le trône épiscopal de l'évêque
    d'Ajaccio.                                                     128

  La signorina Squarci dans la robe de satin blanc que son aïeule
    portait à la cour des Mulini.                                  129

  Éventail de Pauline Borghèse, en ivoire sculpté, envoyé en
    souvenir d'elle à la signora Traditi, femme du maire de
    Porto-Ferraio.                                                 130

  Le lit de Madame Mère, qu'elle s'était fait envoyer de Paris à
    l'île d'Elbe.                                                  130

  Le vieil aveugle Soldani, fils d'un soldat de Waterloo,
    chauffait, à un petit brasero de terre jaune, ses mains
    osseuses.                                                      131

  L'entrée du goulet de Porto-Ferraio par où sortit la flottille
    impériale, le 26 février 1815.                                 132


D'ALEXANDRETTE AU COUDE DE L'EUPHRATE

Par _M. VICTOR CHAPOT_

_membre de l'École française d'Athènes_.


  Dans une sorte de cirque se dressent les pans de muraille du
    Ksar-el-Benat (page 142). (D'après une photographie.)          133

  Le canal de Séleucie est, par endroits, un tunnel (page 140).    133

  Vers le coude de l'Euphrate: la pensée de relever les traces de
    vie antique a dicté l'itinéraire.                              134

  L'Antioche moderne: de l'ancienne Antioche il ne reste que
    l'enceinte, aux flancs du Silpios (page 137).                  135

  Les rues d'Antioche sont étroites et tortueuses; parfois, au
    milieu, se creuse en fossé. (D'après une photographie.)        136

  Le tout-Antioche inonde les promenades. (D'après une
    photographie.)                                                 137

  Les crêtes des collines sont couronnées de chapelles ruinées
    (page 142).                                                    138

  Alep est une ville militaire. (D'après une photographie.)        139

  La citadelle d'Alep se détache des quartiers qui l'avoisinent
    (page 143). (D'après une photographie.)                        139

  Les parois du canal de Séleucie s'élèvent jusqu'à 40 mètres.
    (D'après une photographie.)                                    140

  Les tombeaux de Séleucie s'étageaient sur le Kasios. (D'après
    une photographie.)                                             141

  À Alep une seule mosquée peut presque passer pour une oeuvre
    d'art. (D'après une photographie.)                             142

  Tout alentour d'Alep la campagne est déserte. (D'après une
    photographie.)                                                 143

  Le Kasr-el-Benat, ancien couvent fortifié.                       144

  Balkis éveille, de loin et de haut, l'idée d'une taupinière
    (page 147). (D'après une photographie.)                        145

  Stèle Hittite. L'artiste n'a exécuté qu'un premier ravalement
    (page 148).                                                    145

  Église arménienne de Nisib; le plan en est masqué au dehors.
    (D'après une photographie.)                                    146

  Tell-Erfat est peuplé d'Yazides; on le reconnaît à la forme des
    habitations. (D'après une photographie.)                       147

  La rive droite de l'Euphrate était couverte de stations romaines
    et byzantines. (D'après une photographie.)                     148

  Biredjik vu de la citadelle: la plaine s'allonge indéfiniment
    (page 148). (D'après une photographie.)                        149

  Sérésat: village mixte d'Yazides et de Bédouins (page 146).
    (D'après une photographie.)                                    150

  Les Tcherkesses diffèrent des autres musulmans; sur leur personne,
    pas de haillons (page 152). (D'après une photographie.)        151

  Ras-el-Aïn. Deux jours se passent, mélancoliques, en négociations
    (page 155). (D'après une photographie.)                        152

  J'ai laissé ma tente hors les murs devant Orfa. (D'après une
    photographie.)                                                 153

  Environs d'Orfa: les vignes, basses, courent sur le sol. (D'après
    une photographie.)                                             154

  Vue générale d'Orfa. (D'après une photographie.)                 155

  Porte arabe à Rakka (page 152). (D'après une photographie.)      156

  Passage de l'Euphrate: les chevaux apeurés sont portés dans le
    bac à force de bras (page 159). (D'après une photographie.)    157

  Bédouin. (D'après une photographie.)                             157

  Citadelle d'Orfa: deux puissantes colonnes sont restées debout.
    (D'après une photographie.)                                    158

  Orfa: mosquée Ibrahim-Djami; les promeneurs flânent dans la cour
    et devant la piscine (page 157). (D'après une photographie.)   159

  Pont byzantin et arabe (page 159). (D'après une photographie.)   160

  Mausolée d'Alif, orné d'une frise de têtes sculptées (page 160).
    (D'après une photographie.)                                    161

  Mausolée de Théodoret, selon la légende, près de Cyrrhus.
    (D'après une photographie.)                                    162

  Kara-Moughara: au sommet se voit une grotte taillée (page 165).
    (D'après une photographie.)                                    163

  L'Euphrate en amont de Roum-Kaleh; sur la falaise campait un petit
    corps de légionnaires romains (page 160). (D'après une
    photographie.)                                                 163

  Trappe de Checkhlé: un grand édifice en pierres a remplacé les
    premières habitations (page 166).                              164

  Trappe de Checkhlé: la chapelle (page 166). (D'après une
    photographie.)                                                 165

  Père Maronite (page 168). (D'après une photographie.)            166

  Acbès est situé au fond d'un grand cirque montagneux (page 166).
    (D'après une photographie.)                                    167

  Trappe de Checkhlé: premières habitations des trappistes
    (page 166). (D'après une photographie.)                        168


LA FRANCE AUX NOUVELLES-HÉBRIDES

Par _M. RAYMOND BEL_


  Indigènes hébridais de l'île de Spiritu-Santo. (D'après une
    photographie.)                                                 169

  Le petit personnel d'un colon de Malli-Colo. (D'après une
    photographie.)                                                 169

  Le quai de Franceville ou Port-Vila, dans l'île Vaté. (D'après
    une photographie.)                                             170

  Une case de l'île de Spiritu-Santo et ses habitants. (D'après
    une photographie.)                                             171

  Le port de Franceville ou Port-Vila, dans l'île Vaté, présente
    une rade magnifique. (D'après une photographie.)               172

  C'est à Port-Vila ou Franceville, dans l'île Vaté, que la France
    a un résident. (D'après une photographie.)                     173

  Dieux indigènes ou Tabous. (D'après une photographie.)           174

  Les indigènes hébridais de l'île Mallicolo ont un costume et
    une physionomie moins sauvages que ceux de l'île Pentecôte.
    (D'après des photographies.)                                   175

  Pirogues de l'île Vao. (D'après une photographie.)               176

  Indigènes employés au service d'un bateau. (D'après une
    photographie.)                                                 177

  Un sous-bois dans l'île de Spiritu-Santo. (D'après une
    photographie.)                                                 178

  Un banquet de Français à Port-Vila (Franceville). (D'après
    une photographie.)                                             179

  La colonie française de Port-Vila (Franceville). (D'après
    une photographie.)                                             179

  La rivière de Luganville. (D'après une photographie.)            180


LA RUSSIE, RACE COLONISATRICE

Par _M. ALBERT THOMAS_


  Les enfants russes, aux grosses joues pales, devant l'isba
    (page 182). (D'après une photographie de M. J. Cahen.)         181

  La reine des cloches «Tsar Kolokol» (page 180). (D'après une
    photographie de M. Thiébeaux.)                                 181

  Les chariots de transport que l'on rencontre en longues files
    dans les rues de Moscou (page 183).                            182

  Les paysannes en pèlerinage arrivées enfin à Moscou, la cité
    sainte (page 182). (D'après une photographie de M. J. Cahen.)  183

  Une chapelle où les passants entrent adorer les icônes
    (page 183). (D'après une photographie de M. J. Cahen.)         184

  La porte du Sauveur que nul ne peut franchir sans se découvrir
    (page 185). (D'après une photographie de M. Thiébeaux.)        185

  Une porte du Kreml (page 185). (D'après une photographie de M.
    Thiébeaux.)                                                    186

  Les moines du couvent de Saint-Serge, un des couvents qui
    entourent la cité sainte (page 185). (D'après une photographie
    de M. J. Cahen.)                                               187

  Deux villes dans le Kreml: celle du XVe siècle, celle d'Ivan,
    et la ville moderne, que symbolise ici le petit palais
    (page 190).                                                    188

  Le mur d'enceinte du Kreml, avec ses créneaux, ses tours aux
    toits aigus (page 183). (D'après une photographie de M.
    Thiébeaux.)                                                    189

  Tout près de l'Assomption, les deux églises-soeurs se dressent:
    les Saints-Archanges et l'Annonciation (page 186). (D'après une
    photographie de M. Thiébeaux.)                                 189

  À l'extrémité de la place Rouge, Saint-Basile dresse le fouillis
    de ses clochers (page 184). (D'après une photographie de M.
    Thiébeaux.)                                                    190

  Du haut de l'Ivan Véliki, la ville immense se découvre (page 190).
    (D'après une photographie de M. Thiébeaux.)                    191

  Un des isvotchiks qui nous mènent grand train à travers les rues
    de Moscou (page 182).                                          192

  Il fait bon errer parmi la foule pittoresque des marchés moscovites,
    entre les petits marchands, artisans ou paysans qui apportent là
    leurs produits (page 195). (D'après une photographie de M. J.
    Cahen.)                                                        193

  L'isvotchik a revêtu son long manteau bleu (page 194). (D'après
    une photographie de M. J. Cahen.)                              193

  Itinéraire de Moscou à Tomsk.                                    194

  À côté d'une épicerie, une des petites boutiques où l'on vend le
    kvass, le cidre russe (page 195). (D'après une photographie de
    M. J. Cahen.)                                                  195

  Et des Tatars offraient des étoffes étalées sur leurs bras
    (page 195). (D'après une photographie de M. J. Cahen.)         196

  Patients, résignés, les cochers attendent sous le soleil de midi
    (page 194). (D'après une photographie de M. J. Cahen.)         197

  Une cour du quartier ouvrier, avec l'icône protectrice (page 196).
    (D'après une photographie de M. J. Cahen.)                     198

  Sur le flanc de la colline de Nijni, au pied de la route qui
    relie la vieille ville à la nouvelle, la citadelle au marché
    (page 204). (D'après une photographie de M. J. Cahen.)         199

  Le marché étincelait dans son fouillis (page 195). (D'après une
    photographie de M. J. Cahen.)                                  200

  Déjà la grande industrie pénètre: on rencontre à Moscou des
    ouvriers modernes (page 195). (D'après une photographie.)      201

  Sur l'Oka, un large pont de bois barrait les eaux (page 204).
    (D'après une photographie de M. Thiébeaux.)                    202

  Dans le quartier ouvrier, les familles s'entassent, à tous les
    étages, autour de grandes cours (page 196). (D'après une
    photographie de M. J. Cahen.)                                  203

  Le char funèbre était blanc et doré (page 194). (D'après une
    photographie.)                                                 204

  À Nijni, toutes les races se rencontrent, Grands-Russiens, Tatars,
    Tcherkesses (page 208). (D'après une photographie de M. J.
    Cahen.)                                                        205

  Une femme tatare de Kazan dans l'enveloppement de son grand châle
    (page 214). (D'après une photographie de M. Thiébeaux.)        205

  Nous avons traversé le grand pont qui mène à la foire (page 205).
    (D'après une photographie de M. Thiébeaux.)                    206

  Au dehors, la vie de chaque jour s'étalait, pêle-mêle, à
    l'orientale (page 207). (D'après une photographie de M. J.
    Cahen.)                                                        207

  Les galeries couvertes, devant les boutiques de Nijni (page 206).
    (D'après une photographie de M. Thiébeaux.)                    208

  Dans les rues, les petits marchands étaient innombrables
    (page 207). (D'après une photographie de M. J. Cahen.)         209

  Dans une rue, c'étaient des coffres de toutes dimensions, peints
    de couleurs vives (page 206). (D'après une photographie de M.
    J. Cahen.)                                                     210

  Près de l'asile, nous sommes allés au marché aux cloches
   (page 208). (D'après une photographie de M. J. Cahen.)          211

  Plus loin, sous un abri, des balances gigantesques étaient pendues
    (page 206). (D'après une photographie de M. J. Cahen.)         211

  Dans une autre rue, les charrons avaient accumulé leurs roues
    (page 206). (D'après une photographie de M. J. Cahen.)         212

  Paysannes russes, de celles qu'on rencontre aux petits marchés
    des débarcadères ou des stations (page 215). (D'après une
    photographie de M. J. Cahen.)                                  213

  Le Kreml de Kazan. C'est là que sont les églises et les
    administrations (page 214). (D'après une photographie de M.
    Thiébeaux.)                                                    214

  Sur la berge, des tarantass étaient rangées (page 216). (D'après
    une photographie de M. Thiébeaux.)                             215

  Partout sur la Volga d'immenses paquebots et des remorqueurs
    (page 213). (D'après une photographie de M. Thiébeaux.)        216

  À presque toutes les gares il se forme spontanément un petit
    marché (page 222). (D'après une photographie de M. J. Cahen.)  217

  Dans la plaine (page 221). (D'après une photographie de M.
    Thiébeaux.)                                                    217

  Un petit fumoir, vitré de tous côtés, termine le train
    (page 218). (D'après une photographie de M. Thiébeaux.)        218

  Les émigrants étaient là, pêle-mêle, parmi leurs misérables
    bagages (page 226). (D'après une photographie de M. J.
    Cahen.)                                                        219

  Les petits garçons du wagon-restaurant s'approvisionnent
    (page 218). (D'après une photographie de M. Thiébeaux.)        220

  Émigrants prenant leur maigre repas pendant l'arrêt de leur train
    (page 228). (Photographie de M. A. N. de Koulomzine)           221

  L'ameublement du wagon-restaurant était simple, avec un bel air
    d'aisance (page 218). (Photographie de M. A. N. de Koulomzine) 222

  Les gendarmes qui assurent la police des gares du Transsibérien.
    (Photographie de M. Thiébeaux.)                                223

  L'église, près de la gare de Tchéliabinsk, ne diffère des isbas
    neuves que par son clocheton (page 225). (Photographie extraite
    du «Guide du Transsibérien».)                                  224

  Un train de constructeurs était remisé là, avec son wagon-chapelle
    (page 225). (Photographie de M. A. N. de Koulomzine.)          225

  Vue De Stretensk: la gare est sur la rive gauche, la ville sur
    la rive droite. (Photographie de M. A. N. de Koulomzine.)      226

  Un point d'émigration (page 228). (Photographie de M. A. N. de
    Koulomzine.)                                                   227

  Enfants d'émigrants (page 228). (D'après une photographie de M.
    Thiébeaux.)                                                    228

  Un petit marché dans une gare du Transsibérien. (Photographie de
    M. Legras.)                                                    229

  La cloche luisait, immobile, sous un petit toit isolé (page 230).
    (D'après une photographie de M. Thiébeaux.)                    229

  Nous sommes passés près d'une église à clochetons verts (page 230).
    (Photographie de M. Thiébeaux.)                                230

  Tomsk a groupé dans la vallée ses maisons grises et ses toits
    verts (page 230). (Photographie de M. Brocherel.)              231

  Après la débâcle de la Tome, près de Tomsk (page 230). (D'après
    une photographie de M. Legras.)                                232

  Le chef de police demande quelques explications sur les passeports
    (page 232). (D'après une photographie de M. Thiébeaux.)        233

  La cathédrale de la Trinité à Tomsk (page 238). (Photographie
    extraite du «Guide du Transsibérien».)                         234

  Tomsk: en revenant de l'église (page 234). (D'après une
    photographie de M. Thiébeaux.)                                 235

  Tomsk n'était encore qu'un campement, sur la route de l'émigration
    (page 231). (D'après une photographie.)                        236

  Une rue de Tomsk, définie seulement par les maisons qui la bordent
    (page 231). (Photographie de M. Brocherel.)                    237

  Les cliniques de l'Université de Tomsk (page 238). (Photographie
    extraite du «Guide du Transsibérien».)                         238

  Les longs bâtiments blancs où s'abrite l'Université (page 237).
    (Photographie extraite du «Guide du Transsibérien».)           239

  La voiture de l'icône stationnait parfois (page 230). (D'après une
    photographie de M. Thiébeaux.)                                 240

  Flâneurs à la gare de Petropavlosk (page 242). (D'après une
    photographie de M. Legras.)                                    241

  Dans les vallées de l'Oural, habitent encore des Bachkirs
    (page 245). (D'après une photographie de M. Thiébeaux.)        241

  Un taillis de bouleaux entourait une petite mare. (D'après une
    photographie.)                                                 242

  Les rivières roulaient une eau claire (page 244). (D'après une
    photographie.)                                                 243

  La ligne suit la vallée des rivières (page 243). (D'après une
    photographie de M. Thiébeaux.)                                 244

  Comme toute l'activité commerciale semble frêle en face des eaux
    puissantes de la Volga! (page 248.) (D'après une photographie
    de M. G. Cahen.)                                               245

  Bachkirs sculpteurs. (D'après une photographie de M. Paul
    Labbé.)                                                        246

  À la gare de Tchéliabinsk, toujours des émigrants (page 242).
    (D'après une photographie de M. J. Legras.)                    247

  Une bonne d'enfants, avec son costume traditionnel (page 251).
    (D'après une photographie de M. G. Cahen.)                     248

  Joie naïve de vivre, et mélancolie.--un petit marché du sud
    (page 250). (D'après une photographie de M. G. Cahen.)         249

  Un russe dans son vêtement d'hiver (page 249). (D'après une
    photographie de M. G. Cahen.)                                  250

  Dans tous les villages russes, une activité humble, pauvre de
    moyens.--Marchands de poteries (page 248). (D'après une
    photographie de M. G. Cahen.)                                  251

  Là, au passage, un Kirghize sur son petit cheval (page 242).
    (D'après une photographie de M. Thiébeaux.)         252


LUGANO, LA VILLE DES FRESQUES

Par _M. GERSPACH_


  Lugano: les quais offrent aux touristes une merveilleuse
    promenade. (Photographie Alinari.)                             253

  Porte de la cathédrale Saint-Laurent de Lugano (page 256).
    (Photographie Alinari.)                                        253

  Le lac de Lugano dont les deux bras enserrent le promontoire de
    San Salvatore. (D'après une photographie.)                     254

  La ville de Lugano descend en amphithéâtre jusqu'aux rives de son
    lac. (Photographie Alinari.)                                   255

  Lugano: faubourg de Castagnola. (D'après une photographie.)      256

  La cathédrale de Saint-Laurent: sa façade est décorée de figures
    de prophètes et de médaillons d'apôtres (page 256).
    (Photographie Alinari.)                                        257

  Saint-Roch: détail de la fresque de Luini à Sainte-Marie-des-Anges
    (Photographie Alinari.)                                        258

  La passion: fresque de Luini à l'église Sainte-Marie-des-Anges
    (page 260). (Photographie Alinari)                             259

  Saint Sébastien: détail de la grande fresque de Luini à
    Sainte-Marie-des-Anges. (Photographie Alinari.)                260

  La madone, l'enfant Jésus et Saint Jean, par Luini, église
    Sainte-Marie-des-Anges (page 260). (Photographie Alinari.)     261

  La Scène: fresque de Luini à l'église Sainte-Marie-des-Anges
    (page 260).                                                    262

  Lugano: le quai et le faubourg Paradiso.
    (Photographie Alinari.)                                        263

  Lac de Lugano: viaduc du chemin de fer du Saint-Gothard.
    (D'après une photographie.)                                    264


SHANGHAÏ, LA MÉTROPOLE CHINOISE

Par _M. ÉMILE DESCHAMPS_


  Les quais sont animés par la population grouillante des Chinois
    (page 266). (D'après une photographie.)                        265

  Acteurs du théâtre chinois. (D'après une photographie.)          265

  Plan de Shanghaï.                                                266

  Shanghaï est sillonnée de canaux qui, à marée basse, montrent
    une boue noire et mal odorante. (Photographie de Mlle Hélène
    de Harven.)                                                    267

  Panorama de Shanghaï. (D'après une photographie.)                268

  Dans la ville chinoise, les «camelots» sont nombreux, qui débitent
    en plein vent des marchandises ou des légendes extraordinaires.
    (D'après une photographie.)                                    269

  Le poste de l'Ouest, un des quatre postes où s'abrite la milice
    de la Concession française (page 272). (D'après une
    photographie.)                                                 270

  La population ordinaire qui grouille dans les rues de la ville
    chinoise de Shanghaï (page 268).                               271

  Les coolies conducteurs de brouettes attendent nonchalamment
    l'arrivée du client (page 266). (Photographies de Mlle H. de
    Harven.)                                                       271

  Une maison de thé dans la cité chinoise. (D'après une
    photographie.)                                                 272

  Les brouettes, qui transportent marchandises ou indigènes, ne
    peuvent circuler que dans les larges avenues des concessions
    (page 270). (D'après une photographie.)                        273

  La prison de Shanghaï se présente sous l'aspect d'une grande cage,
    à forts barreaux de fer. (D'après une photographie.)           274

  Le parvis des temples dans la cité est toujours un lieu de
    réunion très fréquenté. (D'après une photographie.)            275

  Les murs de la cité chinoise, du côté de la Concession française.
    (D'après une photographie.)                                    276

  La navigation des sampans sur le Ouang-Pô. (D'après une
    photographie.)                                                 277

  Aiguille de la pagode de Long-Hoa. (D'après une photographie.)   277

  Rickshaws et brouettes sillonnent les ponts du Yang King-Pang.
    (D'après une photographie.)                                    278

  Dans Broadway, les boutiques alternent avec des magasins de belle
    apparence (page 282).                                          279

  Les jeunes Chinois flânent au soleil dans leur Cité.
    (Photographies de Mlle H. de Harven.)                          279

  Sur les quais du Yang-King-Pang s'élèvent des bâtiments, banques
    ou clubs, qui n'ont rien de chinois. (D'après une
    photographie.)                                                 280

  Le quai de la Concession française présente, à toute heure du
    jour, la plus grande animation. (D'après une photographie.)    281

  Hong-Hoa: pavillon qui surmonte l'entrée de la pagode. (D'après
    une photographie.)                                             282

  «L'omnibus du pauvre» (wheel-barrow ou brouette) fait du deux à
    l'heure et coûte quelques centimes seulement. (D'après une
    photographie.)                                                 283

  Une station de brouettes sur le Yang-King-Pang. (D'après une
    photographie.)                                                 284

  Les barques s'entre-croisent et se choquent devant le quai
    chinois de Tou-Ka-Dou. (D'après une photographie.)             285

  Chinoises de Shanghaï. (D'après une photographie.)               286

  Village chinois aux environs de Shanghaï. (D'après une
    photographie.)                                                 287

  Le charnier des enfants trouvés (page 280). (D'après une
    photographie.)                                                 288


L'ÉDUCATION DES NÈGRES AUX ÉTATS-UNIS

Par _M. BARGY_


  L'école maternelle de Hampton accueille et occupe les négrillons
    des deux sexes. (D'après une photographie.)                    289

  Institut Hampton: cours de travail manuel. (D'après une
    photographie.)                                                 289

  Booker T. Washington, le leader de l'éducation des nègres aux
    États-Unis, fondateur de l'école de Tuskegee, en costume
    universitaire. (D'après une photographie.)                     290

  Institut Hampton: le cours de maçonnerie. (D'après une
    photographie.)                                                 291

  Institut Hampton: le cours de laiterie. (D'après une
    photographie.)                                                 292

  Institut Hampton: le cours d'électricité. (D'après une
    photographie.)                                                 293

  Institut Hampton: le cours de menuiserie. (D'après une
    photographie.)                                                 294

  Le salut au drapeau exécuté par les négrillons de l'Institut
    Hampton. (D'après une photographie.)                           295

  Institut Hampton: le cours de chimie. (D'après une
    photographie.)                                                 296

  Le basket ball dans les jardins de l'Institut Hampton. (D'après
    une photographie.)                                             297

  Institut Hampton: le cours de cosmographie. (D'après une
    photographie.)                                                 298

  Institut Hampton: le cours de botanique. (D'après une
    photographie.)                                                 299

  Institut Hampton: le cours de mécanique. (D'après une
    photographie.)                                                 300


À TRAVERS LA PERSE ORIENTALE

Par _le Major PERCY MOLESWORTH SYKES_

_Consul général de S. M. Britannique au Khorassan._


  Une foule curieuse nous attendait sur les places de Mechhed.
    (D'après une photographie.)                                    301

  Un poney persan et sa charge ordinaire. (D'après une
    photographie.)                                                 301

  Le plateau de l'Iran. Carte pour suivre le voyage de l'auteur,
    d'Astrabad à Kirman.                                           302

  Les femmes persanes s'enveloppent la tête et le corps d'amples
    étoffes. (D'après une photographie.)                           303

  Paysage du Khorassan: un sol rocailleux et ravagé, une rivière
    presque à sec; au fond, des constructions à l'aspect de fortins.
    (D'après une photographie.)                                    304

  Le sanctuaire de Mechhed est parmi les plus riches et les plus
    visités de l'Asie. (D'après une photographie.)                 305

  La cour principale du sanctuaire de Mechhed. (D'après une
    photographie.)                                                 306

  Enfants nomades de la Perse orientale. (D'après une
    photographie.)                                                 307

  Jeunes filles kurdes des bords de la mer Caspienne. (D'après une
    photographie.)                                                 308

  Les préparatifs d'un campement dans le désert de Lout. (D'après
    une photographie.)                                             309

  Le désert de Lout n'est surpassé, en aridité, par aucun autre de
    l'Asie. (D'après une photographie.)                            310

  Avant d'arriver à Kirman, nous avions à traverser la chaîne de
    Kouhpaia. (D'après une photographie.)                          311

  Rien n'égale la désolation du désert de Lout. (D'après une
    photographie.)                                                 312

  La communauté Zoroastrienne de Kirman vint, en chemin, nous
    souhaiter la bienvenue. (D'après une photographie.)            313

  Un marchand de Kirman. (D'après une photographie.)               313

  Le «dôme de Djabalia», ruine des environs de Kirman, ancien
    sanctuaire ou ancien tombeau. (D'après une photographie.)      314

  À Kirman: le jardin qui est loué par le Consulat, se trouve à un
    mille au delà des remparts. (D'après une photographie.)        315

  Une avenue dans la partie ouest de Kirman. (D'après une
    photographie.)                                                 316

  Les gardes indigènes du Consulat anglais de Kirman. (D'après une
    photographie.)                                                 317

  La plus ancienne mosquée de Kirman est celle dite Masdjid-i-Malik.
   (D'après une photographie.)                                     318

  Membres des cheikhis, secte qui en compte 7 000 dans la province
    de Kirman. (D'après une photographie.)                         319

  La Masdjid Djami, construite en 1349, une des quatre-vingt-dix
    mosquées de Kirman. (D'après une photographie.)                320

  Dans la partie ouest de Kirman se trouve le Bagh-i-Zirisf,
    terrain de plaisance occupé par des jardins. (D'après une
    photographie.)                                                 321

  Les environs de Kirman comptent quelques maisons de thé. (D'après
    une photographie.)                                             322

  Une «tour de la mort», où les Zoroastriens exposent les cadavres.
    (D'après une photographie.)                                    323

  Le fort dit Kala-i-Dukhtar ou fort de la Vierge, aux portes de
    Kirman. (D'après une photographie.)                            324

  Le «Farma Farma». (D'après une photographie.)                    325

  Indigènes du bourg d'Aptar, Baloutchistan. (D'après une
    photographie.)                                                 325

  Carte du Makran.                                                 326

  Baloutches de Pip, village de deux cents maisons groupées autour
    d'un fort. (D'après une photographie.)                         327

  Des forts abandonnés rappellent l'ancienne puissance du
    Baloutchistan. (D'après une photographie.)                     328

  Chameliers brahmanes du Baloutchistan. (D'après une
    photographie.)                                                 329

  La passe de Fanoch, faisant communiquer la vallée du même nom et
    la vallée de Lachar. (D'après une photographie.)               330

  Musiciens ambulants du Baloutchistan. (D'après une
    photographie.)                                                 331

  Une halte dans les montagnes du Makran. (D'après une
    photographie.)                                                 332

  Baloutches du district de Sarhad. (D'après une photographie.)    333

  Un fortin sur les frontières du Baloutchistan. (D'après une
    photographie.)                                                 334

  Dans les montagnes du Makran: À des collines d'argile succèdent
    de rugueuses chaînes calcaires. (D'après une photographie.)    335

  Bureau du télégraphe sur la côte du Makran. (D'après une
    photographie.)                                                 336

  L'oasis de Djalsk, qui s'étend sur 10 kilomètres carrés, est
    remplie de palmiers-dattiers, et compte huit villages.
    (D'après une photographie.)                                    337

  Femme Parsi du Baloutchistan. (D'après une photographie.)        337

  Carte pour suivre les délimitations de la frontière
    perso-baloutche.                                               338

  Nous campâmes à Fahradj, sur la route de Kouak, dans une
    palmeraie. (D'après une photographie.)                         339

  C'est à Kouak que les commissaires anglais et persans s'étaient
    donné rendez-vous. (D'après une photographie.)                 340

  Le sanctuaire de Mahoun, notre première étape sur la route de
    Kouak. (D'après une photographie.)                             341

  Cour intérieure du sanctuaire de Mahoun. (D'après une
    photographie.)                                                 342

  Le khan de Kélat et sa cour. (D'après une photographie.)         343

  Jardins du sanctuaire de Mahoun. (D'après une photographie.)     344

  Dans la vallée de Kalagan, près de l'oasis de Djalsk. (D'après
    une photographie.)                                             345

  Oasis de Djalsk: Des édifices en briques abritent les tombes
    d'une race de chefs disparue. (D'après une photographie.)      346

  Indigènes de l'oasis de Pandjgour, à l'est de Kouak. (D'après
    une photographie.)                                             347

  Camp de la commission de délimitation sur la frontière
    perso-baloutche. (D'après une photographie.)                   348

  Campement de la commission des frontières perso-baloutches.
    (D'après une photographie.)                                    349

  Parsi de Yezd. (D'après une photographie.)                       349

  Une séance d'arpentage dans le Seistan. (D'après une
    photographie.)                                                 350

  Les commissaires persans de la délimitation des frontières
    perso-baloutches. (D'après une photographie.)                  351

  Le delta du Helmand.                                             352

  Sculptures sassanides de Persépolis. (D'après une photographie.) 352

  Un gouverneur persan et son état-major. (D'après une
    photographie.)                                                 353

  La passe de Buzi. (D'après une photographie.)                    354

  Le Gypsies du sud-est persan.                                    355

  Sur la lagune du Helmand. (D'après une photographie.)            356

  Couple baloutche. (D'après une photographie.)                    357

  Vue de Yezd, par où nous passâmes pour rentrer à Kirman. (D'après
    une photographie.)                                             358

  La colonne de Nadir s'élève comme un phare dans le désert.
    (D'après une photographie.)                                    359

  Mosquée de Yezd. (D'après une photographie.)                     360


AUX RUINES D'ANGKOR

Par _M. le Vicomte De MIRAMON-FARGUES_


  Entre le sanctuaire et la seconde enceinte qui abrite sous ses
    voûtes un peuple de divinités de pierre.... (D'après une
    photographie.)                                                 361

  Emblème décoratif (art khmer). (D'après une photographie.)       361

  Porte d'entrée de la cité royale d'Angkor-Tom, dans la forêt.
    (D'après une photographie.)                                    362

  Ce grand village, c'est Siem-Réap, capitale de la province.
    (D'après une photographie)                                     363

  Une chaussée de pierre s'avance au milieu des étangs. (D'après
    une photographie.)                                             364

  Par des escaliers invraisemblablement raides, on gravit la
    montagne sacrée. (D'après une photographie.)                   365

  Colonnades et galeries couvertes de bas-reliefs. (D'après une
    photographie.)                                                 366

  La plus grande des deux enceintes mesure 2 kilomètres de tour;
    c'est un long cloître. (D'après une photographie.)             367

  Trois dômes hérissent superbement la masse formidable du temple
    d'Angkor-Wat. (D'après une photographie.)                      367

  Bas-relief du temple d'Angkor. (D'après une photographie.)       368

  La forêt a envahi le second étage d'un palais khmer. (D'après
    une photographie.)                                             369

  Le gouverneur réquisitionne pour nous des charrettes à boeufs.
    (D'après une photographie.)                                    370

  La jonque du deuxième roi, qui a, l'an dernier, succédé à Norodom.
    (D'après une photographie.)                                    371

  Le palais du roi, à Oudong-la-Superbe. (D'après une
    photographie.)                                                 371

  Sculptures de l'art khmer. (D'après une photographie.)           372


EN ROUMANIE

Par _M. Th. HEBBELYNCK_


  La petite ville de Petrozeny n'est guère originale; elle a, de
    plus, un aspect malpropre. (D'après une photographie.)         373

  Paysan des environs de Petrozeny et son fils. (D'après une
    photographie.)                                                 373

  Carte de Roumanie pour suivre l'itinéraire de l'auteur.          374

  Vendeuses au marché de Targu-Jiul. (D'après une photographie.)   375

  La nouvelle route de Valachie traverse les Carpathes et aboutit
    à Targu-Jiul. (D'après une photographie.)                      376

  C'est aux environs d'Arad que pour la première fois nous voyons
    des buffles domestiques. (D'après une photographie.)           377

  Montagnard roumain endimanché. (Cliché Anerlich.)                378

  Derrière une haie de bois blanc s'élève l'habitation modeste.
    (D'après une photographie.)                                    379

  Nous croisons des paysans roumains. (D'après une photographie.)  379

  Costume national de gala, roumain. (Cliché Cavallar.)            380

  Dans les vicissitudes de leur triste existence, les tziganes ont
    conservé leur type et leurs moeurs. (Photographie Anerlich.)   381

  Un rencontre près de Padavag d'immenses troupeaux de boeufs.
    (D'après une photographie.)                                    382

  Les femmes de Targu-Jiul ont des traits rudes et sévères, sous
    le linge blanc. (D'après une photographie.)                    383

  En Roumanie, on ne voyage qu'en victoria. (D'après une
    photographie.)                                                 384

  Dans la vallée de l'Olt, les «castrinza» des femmes sont
    décorées de paillettes multicolores.                           385

  Dans le village de Slanic. (D'après une photographie.)           385

  Roumaine du défilé de la Tour-Rouge. (D'après une photographie.) 386

  La petite ville d'Horezu est charmante et animée. (D'après une
    photographie.)                                                 387

  La perle de Curtea, c'est cette superbe église blanche,
    scintillante sous ses coupoles dorées. (D'après une
    photographie.)                                                 388

  Une ferme près du monastère de Bistritza. (D'après une
    photographie.)                                                 389

  Entrée de l'église de Curtea. (D'après une photographie.)        390

  Les religieuses du monastère d'Horezu portent le même costume
    que les moines. (D'après une photographie.)                    391

  Devant l'entrée de l'église se dresse le baptistère de Curtea.
    (D'après une photographie.)                                    392

  Au marché de Campolung. (D'après une photographie.)              393

  L'excursion du défilé de Dimboviciora est le complément obligé
    d'un séjour à Campolung. (D'après une photographie.)           394

  Dans le défilé de Dimboviciora. (D'après des photographies.)     395

  Dans les jardins du monastère de Curtea.                         396

  Sinaïa: le château royal, Castel Pelés, sur la montagne du même
    nom. (D'après une photographie.)                               397

  Un enfant des Carpathes. (D'après une photographie.)             397

  Une fabrique de ciment groupe autour d'elle le village de Campina.
    (D'après une photographie.)                                    398

  Vue intérieure des mines de sel de Slanic. (D'après une
    photographie.)                                                 399

  Entre Campina et Sinaïa la route de voiture est des plus
    poétiques. (D'après une photographie.)                         400

  Un coin de Campina. (D'après une photographie.)                  401

  Les villas de Sinaïa. (D'après une photographie.)                402

  Vues de Bucarest: le boulevard Coltei. -- L'église du Spiritou
    Nou. -- Les constructions nouvelles du boulevard Coltei. --
    L'église métropolitaine.--L'Université.--Le palais Stourdza.
    -- Un vieux couvent. -- (D'après des photographies.)           403

  Le monastère de Sinaïa se dresse derrière les villas et les
    hôtels de la ville. (D'après une photographie.)                404

  Une des deux cours intérieures du monastère de Sinaïa. (D'après
    une photographie.)                                             405

  Une demeure princière de Sinaïa. (D'après une photographie.)     406

  Busteni (les villas, l'église), but d'excursion pour les habitants
    de Sinaïa. (D'après une photographie.)                         407

  Slanic: un wagon de sel. (D'après une photographie.)             408


CROQUIS HOLLANDAIS

Par _M. Lud. GEORGES HAMÖN_

_Photographies de l'auteur._


  À la kermesse.                                                   409

  Ces anciens, pour la plupart, ont une maigreur de bon aloi.      409

  Des «boerin» bien prises en leurs justins marchent en roulant,
    un joug sur les épaules.                                       410

  Par intervalles une femme sort avec des seaux; elle lave sa
    demeure de haut en bas.                                        410

  Emplettes familiales.                                            411

  Les ménagères sont là, également calmes, lentes, avec leurs
    grosses jupes.                                                 411

  Jeune métayère de Middelburg.                                    412

  Middelburg: le faubourg qui prend le chemin du marché conduit
    à un pont.                                                     412

  Une mère, songeuse, promenait son petit garçon.                  413

  Une famille hollandaise au marché de Middelburg.                 414

  Le marché de Middelburg: considérations sur la grosseur des
    betteraves.                                                    415

  Des groupes d'anciens en culottes courtes, chapeaux marmites.    416

  Un septuagénaire appuyé sur son petit-fils me sourit
    bonassement.                                                   417

  Roux en le décor roux, l'éclusier fumait sa pipe.                417

  Le village de Zoutelande.                                        418

  Les grandes voitures en forme de nacelle, recouvertes de bâches
    blanches.                                                      419

  Aussi comme on l'aime, ce home.                                  420

  Les filles de l'hôtelier de Wemeldingen.                         421

  Il se campe près de son cheval.                                  421

  Je rencontre à l'orée du village un couple minuscule.            422

  La campagne hollandaise.                                         423

  Environs de Westkapelle: deux femmes reviennent du «molen».      423

  Par tous les sentiers, des marmots se juchèrent.                 424

  Le père Kick symbolisait les générations des Néerlandais
    défunts.                                                       425

  Wemeldingen: un moulin colossal domine les digues.               426

  L'une entonna une chanson.                                       427

  Les moutons broutent avec ardeur le long des canaux.             428

  Famille hollandaise en voyage.                                   429

  Ah! les moulins; leur nombre déroute l'esprit.                   429

  Les chariots enfoncés dans les champs marécageux sont enlevés
    par de forts chevaux.                                          430

  La digue de Westkapelle.                                         431

  Les écluses ouvertes.                                            432

  Les petits garçons rôdent par bandes, à grand bruit de sabots
    sonores....                                                    433

  Jeune mère à Marken.                                             433

  Volendam, sur les bords du Zuiderzee, est le rendez-vous des
    peintres de tous les pays.                                     434

  Avec leurs figures rondes, épanouies de contentement, les petites
    filles de Volendam font plaisir à voir.                        435

  Aux jours de lessive, les linges multicolores flottent partout.  436

  Les jeunes filles de Volendam sont coiffées du casque en dentelle,
    à forme de «salade» renversée.                                 437

  Deux pêcheurs accroupis au soleil, à Volendam.                   438

  Une lessive consciencieuse.                                      439

  Il y a des couples d'enfants ravissants, d'un type expressif.    440

  Les femmes de Volendam sont moins claquemurées en leur logis.    441

  Vêtu d'un pantalon démesuré, le pêcheur de Volendam a une allure
    personnelle.                                                   442

  Un commencement d'idylle à Marken.                               443

  Les petites filles sont charmantes.                              444


ABYDOS

dans les temps anciens et dans les temps modernes

Par _M. E. AMELINEAU_


  Le lac sacré d'Osiris, situé au sud-est de son temple, qui a été
    détruit. (D'après une photographie.)                           445

  Séti Ier présentant des offrandes de pain, légumes, etc. (D'après
    une photographie.)                                             445

  Une rue d'Abydos. (D'après une photographie.)                    446

  Maison d'Abydos habitée par l'auteur, pendant les trois premières
    années. (D'après une photographie.)                            447

  Le prêtre-roi rendant hommage à Séti Ier (chambre annexe de la
    deuxième salle d'Osiris). (D'après une photographie.)          448

  Thot présentant le signe de la vie aux narines du roi Séti Ier
    (chambre annexe de la deuxième salle d'Osiris). (D'après une
    photographie.)                                                 449

  Le dieu Thot purifiant le roi Séti Ier (chambre annexe de la
    deuxième salle d'Osiris, mur sud). (D'après une photographie.) 450

  Vue intérieure du temple de Ramsès II. (D'après une
    photographie.)                                                 451

  Perspective de la seconde salle hypostyle du temple de Séti Ier.
    (D'après une photographie.)                                    451

  Temple de Séti Ier, mur est, pris du mur nord. Salle due à
    Ramsès II. (D'après une photographie.)                         452

  Temple de Séti Ier, mur est, montrant des scènes diverses du
    culte. (D'après une photographie.)                             453

  Table des rois Séti Ier et Ramsès II, faisant des offrandes aux
    rois leurs prédécesseurs. (D'après une photographie.)          454

  Vue générale du temple de Séti Ier, prise de l'entrée. (D'après
    une photographie.)                                             455

  Procession des victimes amenées au sacrifice (temple de
    Ramsès II). (D'après une photographie.)                        456


VOYAGE DU PRINCE SCIPION BORGHÈSE AUX MONTS CÉLESTES

Par _M. JULES BROCHEREL_


  Le bazar de Tackhent s'étale dans un quartier vieux et fétide.
    (D'après une photographie.)                                    457

  Un Kozaque de Djarghess. (D'après une photographie.)             457

  Itinéraire de Tachkent à Prjevalsk.                              458

  Les marchands de pain de Prjevalsk. (D'après une photographie.)  459

  Un des trente-deux quartiers du bazar de Tachkent. (D'après une
    photographie.)                                                 460

  Un contrefort montagneux borde la rive droite du «tchou».
    (D'après une photographie.)                                    461

  Le bazar de Prjevalsk, principale étape des caravaniers de
    Viernyi et de Kachgar. (D'après une photographie.)             462

  Couple russe de Prjevalsk. (D'après une photographie.)           463

  Arrivée d'une caravane à Prjevalsk. (D'après une photographie.)  464

  Le chef des Kirghizes et sa petite famille. (D'après une
    photographie.)                                                 465

  Notre djighite, sorte de garde et de policier. (D'après une
    photographie.)                                                 466

  Le monument de Prjevalsky, à Prjevalsk. (D'après une
    photographie.)                                                 467

  Des têtes humaines, grossièrement sculptées, monuments funéraires
    des Nestoriens... (D'après une photographie.)                  467

  Enfants kozaques sur des boeufs. (D'après une photographie.)     468

  Un de nos campements dans la montagne. (D'après une
    photographie.)                                                 469

  Montée du col de Tomghent. (D'après une photographie.)           469

  Dans la vallée de Kizil-Tao. (D'après une photographie.)         470

  Itinéraire du voyage aux Monts Célestes.                         470

  La carabine de Zurbriggen intriguait fort les indigènes. (D'après
    une photographie.)                                             471

  Au sud du col s'élevait une blanche pyramide de glace. (D'après
    une photographie.)                                             472

  La vallée de Kizil-Tao. (D'après une photographie.)              473

  Le col de Karaguer, vallée de Tomghent. (D'après une
    photographie.)                                                 474

  Sur le col de Tomghent. (D'après une photographie.)              475

  J'étais enchanté des aptitudes alpinistes de nos coursiers.
    (D'après une photographie.)                                    475

  Le plateau de Saridjass, peu tourmenté, est pourvu d'une herbe
    suffisante pour les chevaux. (D'après une photographie.)       476

  Nous passons à gué le Kizil-Sou. (D'après des photographies.)    477

  Panorama du massif du Khan-Tengri. (D'après une photographie.)   478

  Entrée de la vallée de Kachkateur. (D'après une photographie.)   479

  Nous baptisâmes Kachkateur-Tao, la pointe de 4 250 mètres que
    nous avions escaladée. (D'après une photographie.)             479

  La vallée de Tomghent. (D'après une photographie.)               480

  Des Kirghizes d'Oustchiar étaient venus à notre rencontre.
    (D'après une photographie.)                                    481

  Kirghize joueur de flûte. (D'après une photographie.)            481

  Le massif du Kizil-Tao. (D'après une photographie.)              482

  Région des Monts Célestes.                                       482

  Les Kirghizes mènent au village une vie peu occupée. (D'après
    une photographie.)                                             483

  Notre petite troupe s'aventure audacieusement sur la pente
    glacée. (D'après une photographie.)                            484

  Vallée supérieure d'Inghiltchik. (D'après une photographie.)     485

  Vallée de Kaende: l'eau d'un lac s'écoulait au milieu d'une
    prairie émaillée de fleurs. (D'après une photographie.)        486

  Les femmes kirghizes d'Oustchiar se rangèrent, avec leurs
    enfants, sur notre passage. (D'après une photographie.)        487

  Le chirtaï de Kaende. (D'après une photographie.)                488

  Nous saluâmes la vallée de Kaende comme un coin de la terre des
    Alpes. (D'après une photographie.)                             489

  Femmes mariées de la vallée de Kaende, avec leur progéniture.
    (D'après une photographie.)                                    490

  L'élément mâle de la colonie vint tout l'après-midi voisiner
    dans notre campement. (D'après une photographie.)              491

  Un «aoul» kirghize.                                              492

  Yeux bridés, pommettes saillantes, nez épaté, les femmes de
    Kaende sont de vilaines Kirghizes. (D'après une photographie.) 493

  Enfant kirghize. (D'après une photographie.)                     493

  Kirghize dressant un aigle. (D'après une photographie.)          494

  Itinéraire du voyage aux Monts Célestes.                         494

  Nous rencontrâmes sur la route d'Oustchiar un berger et son
    troupeau. (D'après une photographie.)                          495

  Je photographiai les Kirghizes de Kaende, qui s'étaient, pour
    nous recevoir, assemblés sur une éminence. (D'après une
    photographie.)                                                 496

  Le glacier de Kaende. (D'après une photographie.)                497

  L'aiguille d'Oustchiar vue de Kaende.                            498

  Notre cabane au pied de l'aiguille d'Oustchiar. (D'après des
    photographies.)                                                498

  Kirghizes de Kaende. (D'après une photographie.)                 499

  Le pic de Kaende s'élève à 6 000 mètres. (D'après une
    photographie.)                                                 500

  La fille du chirtaï (chef) de Kaende, fiancée au kaltchè de la
    vallée d'Irtach. (D'après une photographie.)                   501

  Le kaltchè (chef) de la vallée d'Irtach, l'heureux fiancé de
    la fille du chirtaï de Kaende. (D'après une photographie.)     502

  Le glacier de Kaende.                                            503

  Cheval kirghize au repos sur les flancs du Kaende. (D'après
    des photographies.)                                            503

  Retour des champs. (D'après une photographie.)                   504

  Femmes kirghizes de la vallée d'Irtach. (D'après une
    photographie.)                                                 505

  Un chef de district dans la vallée d'Irtach. (D'après une
    photographie.)                                                 505

  Le pic du Kara-tach, vu d'Irtach, prend vaguement l'aspect d'une
    pyramide. (D'après une photographie.)                          506

  Les caravaniers passent leur vie dans les Monts Célestes,
    emmenant leur famille avec leurs marchandises. (D'après une
    photographie.)                                                 507

  La vallée de Zououka, par où transitent les caravaniers de Viernyi
    à Kachgar. (D'après une photographie.)                         508

  Le massif du Djoukoutchiak; au pied, le dangereux col du même nom,
    fréquenté par les nomades qui se rendent à Prjevalsk. (D'après
    une photographie.)                                             509

  Le chaos des pics dans le Kara-Tao. (D'après une photographie.)  510

  Étalon kirghize de la vallée d'Irtach et son cavalier. (D'après
    une photographie.)                                             511

  Véhicule kirghize employé dans la vallée d'Irtach. (D'après une
    photographie.)                                                 511

  Les roches plissées des environs de Slifkina, sur la route de
    Prjevalsk. (D'après une photographie.)                         512

  Campement kirghize, près de Slifkina. (D'après une
    photographie.)                                                 513

  Femme kirghize tannant une peau. (D'après une photographie.)     514

  Les glaciers du Djoukoutchiak-Tao. (D'après une photographie.)   515

  Tombeau kirghize. (D'après une photographie.)                    516


L'ARCHIPEL DES FEROÉ

Par _Mlle ANNA SEE_


  «L'espoir des Feroé» se rendant à l'école. (D'après une
    photographie.)                                                 517

  Les enfants transportent la tourbe dans des hottes en bois.
    (D'après une photographie.)                                    517

  Thorshavn apparut, construite en amphithéâtre au fond d'un petit
    golfe.                                                         518

  Les fermiers de Kirkeboe en habits de fête. (D'après une
    photographie.)                                                 519

  Les poneys feroïens et leurs caisses à transporter la tourbe.
    (D'après une photographie.)                                    520

  Les dénicheurs d'oiseaux se suspendent à des cordes armées d'un
    crampon. (D'après une photographie.)                           521

  Des îlots isolés, des falaises de basalte ruinées par le heurt
    des vagues. (D'après des photographies.)                       522

  On pousse vers la plage les cadavres des dauphins, qui ont
    environ 6 mètres. (D'après une photographie.)                  523

  Les femmes feroïennes préparent la laine.... (D'après une
    photographie.)                                                 524

  On sale les morues. (D'après une photographie.)                  525

  Feroïen en costume de travail. (D'après une photographie.)       526

  Les femmes portent une robe en flanelle tissée avec la laine
    qu'elles ont cardée et filée. (D'après une photographie.)      527

  Déjà mélancolique!... (D'après une photographie.)                528


PONDICHÉRY

chef-lieu de l'Inde française

Par _M. G. VERSCHUUR_


  Groupe de Brahmanes électeurs français. (D'après une
    photographie.)                                                 529

  Musicien indien de Pondichéry. (D'après une photographie.)       529

  Les enfants ont une bonne petite figure et un costume peu
    compliqué. (D'après une photographie.)                         530

  La visite du marché est toujours une distraction utile pour le
    voyageur. (D'après une photographie.)                          531

  Indienne en costume de fête. (D'après une photographie.)         532

  Groupe de Brahmanes français. (D'après une photographie.)        533

  La pagode de Villenour, à quelques kilomètres de Pondichéry.
    (D'après une photographie.)                                    534

  Intérieur de la pagode de Villenour. (D'après une photographie.) 535

  La Fontaine aux Bayadères. (D'après une photographie.)           536

  Plusieurs rues de Pondichéry sont larges et bien bâties.
    (D'après une photographie.)                                    537

  Étang de la pagode de Villenour. (D'après une photographie.)     538

  Brahmanes français attendant la clientèle dans un bazar.
    (D'après une photographie.)                                    539

  La statue de Dupleix à Pondichéry. (D'après une photographie.)   540


UNE PEUPLADE MALGACHE

LES TANALA DE L'IKONGO

Par _M. le Lieutenant ARDANT DU PICQ_


  Les populations souhaitent la bienvenue à l'étranger. (D'après
    une photographie.)                                             541

  Femme d'Ankarimbelo. (D'après une photographie.)                 541

  Carte du pays des Tanala.                                        542

  Les femmes tanala sont sveltes, élancées. (D'après une
    photographie.)                                                 543

  Panorama de Fort-Carnot. (D'après une photographie.)             544

  Groupe de Tanala dans la campagne de Milakisihy. (D'après une
    photographie.)                                                 545

  Un partisan tanala tirant à la cible à Fort-Carnot. (D'après
    une photographie.)                                             546

  Enfants tanala. (D'après une photographie.)                      547

  Les hommes, tous armés de la hache. (D'après une photographie.)  548

  Les cercueils sont faits d'un tronc d'arbre creusé, et recouverts
    d'un drap. (D'après une photographie.)                         549

  Le battage du riz. (D'après une photographie.)                   550

  Une halte de partisans dans la forêt. (D'après une
    photographie.)                                                 551

  Femmes des environs de Fort-Carnot. (D'après une photographie.)  552

  Les Tanala au repos perdent toute leur élégance naturelle.
    (D'après une photographie.)                                    553

  Une jeune beauté tanala. (D'après une photographie.)             553

  Le Tanala, maniant une sagaie, a le geste élégant et souple.
    (D'après une photographie.)                                    554

  Le chant du «e manenina», à Iaborano. (D'après une
    photographie.)                                                 555

  La rue principale à Sahasinaka. (D'après une photographie.)      556

  La danse est exécutée par des hommes, quelquefois par des femmes.
    (D'après une photographie.)                                    557

  Un danseur botomaro. (D'après une photographie.)                 558

  La danse, chez les Tanala, est expressive au plus haut degré.
    (D'après des photographies.)                                   559

  Tapant à coups redoublés sur un long bambou, les Tanala en tirent
    une musique étrange. (D'après une photographie.)               560

  Femmes tanala tissant un lamba. (D'après une photographie.)      561

  Le village et le fort de Sahasinaka s'élèvent sur les hauteurs
    qui bordent le Faraony. (D'après une photographie.)            562

  Un détachement d'infanterie coloniale traverse le Rienana.
    (D'après une photographie.)                                    563

  Profil et face de femmes tanala. (D'après une photographie.)     564


LA RÉGION DU BOU HEDMA

(sud tunisien)

Par _M. Ch. MAUMENÉ_


  Les murailles de Sfax, véritable décor d'opéra.... (D'après une
    photographie.)                                                 565

  Salem, le domestique arabe de l'auteur. (D'après une
    photographie.)                                                 565

  Carte de la région du Bou Hedma (sud tunisien).                  566

  Les sources chaudes de l'oued Hadedj sont sulfureuses. (D'après
    une photographie.)                                             567

  L'oued Hadedj, d'aspect si charmant, est un bourbier qui sue la
    fièvre. (D'après une photographie.)                            568

  Le cirque du Bou Hedma. (D'après une photographie.)              569

  L'oued Hadedj sort d'une étroite crevasse de la montagne.
    (D'après une photographie.)                                    570

  Manoubia est une petite paysanne d'une douzaine d'années.
    (D'après une photographie.)                                    571

  Un puits dans le défilé de Touninn. (D'après une photographie.)  571

  Le ksar de Sakket abrite les Ouled bou Saad Sédentaires, qui
    cultivent oliviers et figuiers. (D'après une photographie.)    572

  De temps en temps la forêt de gommiers se révèle par un arbre.
    (D'après une photographie.)                                    573

  Le village de Mech; dans l'arrière-plan, le Bou Hedma. (D'après
    une photographie.)                                             574

  Le Khrangat Touninn (défile de Touninn), que traverse le chemin
    de Bir Saad à Sakket. (D'après une photographie.)              575

  Le puits de Bordj Saad. (D'après une photographie.)              576


DE TOLÈDE À GRENADE

Par _Mme JANE DIEULAFOY_


  Après avoir croisé des boeufs superbes.... (D'après une
    photographie.)                                                 577

  Femme castillane. (D'après une photographie.)                    577

  On chemine à travers l'inextricable réseau des ruelles
    silencieuses. (D après une photographie.)                      578

  La rue du Commerce, à Tolède. (D'après une photographie.)        579

  Un représentant de la foule innombrable des mendiants de Tolède.
    (D'après une photographie.)                                    580

  Dans des rues tortueuses s'ouvrent les entrées monumentales
    d'anciens palais, tel que celui de la Sainte Hermandad.
    (Photographie Lacoste, à Madrid.)                              581

  Porte du vieux palais de Tolède. (D'après une photographie.)     582

  Fière et isolée comme un arc de triomphe, s'élève la merveilleuse
    Puerta del Sol. (Photographie Lacoste, à Madrid.)              583

  Détail de sculpture mudejar dans le Transito. (D'après une
    photographie.)                                                 584

  Ancienne sinagogue connue sous le nom de Santa Maria la Blanca.
    (Photographie Lacoste, à Madrid.)                              585

  Madrilène. (D'après une photographie.)                           586

  La porte de Visagra, construction massive remontant à l'époque
    de Charles Quint. (Photographie Lacoste, à Madrid.)            587

  Tympan mudejar. (D'après une photographie.)                      588

  Des familles d'ouvriers ont établi leurs demeures près de
    murailles solides. (D'après une photographie.)                 589

  Castillane et Sévillane. (D'après une photographie.)             589

  Isabelle de Portugal, par le Titien (Musée du Prado).
    (Photographie Lacoste, à Madrid.)                              590

  Le palais de Pierre le Cruel. (D'après une photographie.)        591

  Statue polychrome du prophète Élie, dans l'église de Santo Tomé
    (auteur inconnu). (D'après une photographie.)                  592

  Porte du palais de Pierre le Cruel. (D'après une photographie.)  593

  Portrait d'homme, par le Greco. (Photographie Hauser y Menet,
    à Madrid.)                                                     594

  La cathédrale de Tolède.                                         595

  Enterrement du comte d'Orgaz, par le Greco (église Santo Tomé).
    (D'après une photographie.)                                    596

  Le couvent de Santo Tomé conserve une tour en forme de minaret.
    (D'après une photographie.)                                    597

  Les évêques Mendoza et Ximénès. (D'après une photographie.)      598

  Salon de la prieure, au couvent de San Juan de la Penitencia.
    (D'après une photographie.)                                    599

  Prise de Melilla (cathédrale de Tolède). (D'après une
    photographie.)                                                 600

  C'est dans cette pauvre demeure que vécut Cervantès pendant son
    séjour à Tolède. (D'après une photographie.)                   601

  Saint François d'Assise, par Alonzo Cano, cathédrale de Tolède.  601

  Porte des Lions. (Photographie Lacoste, à Madrid.)               602

  Le cloître de San Juan de los Reyes apparaît comme le morceau le
    plus précieux et le plus fleuri de l'architecture gothique
    espagnole. (Photographie Lacoste, à Madrid.)                   603

  Ornements d'église, à Madrid. (D'après une photographie.)        604

  Porte due au ciseau de Berruguete, dans le cloître de la
    cathédrale de Tolède. (Photographie Lacoste, à Madrid.)        605

  Une torea. (D'après une photographie.)                           606

  Vue intérieure de l'église de San Juan de Los Reyes.
    (Photographie Lacoste, à Madrid.)                              607

  Une rue de Tolède. (D'après une photographie.)                   608

  Porte de l'hôpital de Santa Cruz. (Photographie Lacoste,
    à Madrid.)                                                     609

  Sur les bords du Tage. (Photographie Lacoste, à Madrid.)         610

  Escalier de l'hôpital de Santa Cruz. (D'après une photographie.) 611

  Détail du plafond de la cathédrale. (D'après une photographie)   612

  Pont Saint-Martin à Tolède. (D'après une photographie.)          613

  Guitariste castillane. (D'après une photographie.)               613

  La «Casa consistorial», hôtel de ville. (D'après une
    photographie.)                                                 614

  Le «patio» des Templiers. (D'après une photographie.)            615

  Jeune femme de Cordoue avec la mantille en chenille légère.
    (D'après une photographie.)                                    616

  Un coin de la Mosquée de Cordoue. (Photographie Lacoste,
    à Madrid.)                                                     617

  Chapelle de San Fernando, de style mudejar, élevée au
    centre de la Mosquée de Cordoue. (D'après une photographie.)   618

  La mosquée qui fait la célébrité de Cordoue, avec ses dix-neuf
    galeries hypostyles, orientées vers la Mecque. (Photographie
    Lacoste, à Madrid.)                                            619

  Détail de la chapelle de San Fernando. (D'après une
    photographie.)                                                 620

  Vue extérieure de la Mosquée de Cordoue, avec l'église
    catholique élevée en 1523, malgré les protestations des
    Cordouans. (D'après une photographie.)                         621

  Statue de Gonzalve de Cordoue. (D'après une photographie.)       622

  Statue de doña Maria Manrique, femme de Gonzalve de Cordoue.
    (D'après une photographie.)                                    623

  Détail d'une porte de la mosquée. (D'après une photographie.)    624





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le Tour du Monde; Côte d'Ivoire - Journal des voyages et des voyageurs; 2. sem. 1905" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home