Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3689, 8 Novembre 1913
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3689, 8 Novembre 1913" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.

L'ILLUSTRATION, NO. 3689, 8 NOVEMBRE 1913 ***



AVEC CE NUMÉRO _"La Petite Illustration"_ CONTENANT _JEAN et LOUISE_ par
ANTONIN DUSSERRE _PREMIÈRE PARTIE_

[Illustration: LA REVUE COMIQUE, par Henriot.]

Ce numéro contient:

1° LA PETITE ILLUSTRATION, Série-Roman n° 18: JEAN ET LOUISE, par M.
Antonin Dusserre;

2° Un SUPPLÉMENT ÉCONOMIQUE ET FINANCIER de deux pages.

L'ILLUSTRATION _Prix du Numéro: Un Franc._ SAMEDI 8 NOVEMBRE 1913 _71e
Année.--Nº 3689._

[Illustration: HASSOUNA (Mme SUZANNE DESPRÉS). L'ENSEIGNE MERRONAY (M.
R. VINCENT). Le lieutenant de vaisseau Cadiere (M. Tarride). UN CONFLIT
ENTRE LA PASSION ET LE DEVOIR Au théâtre de la Renaissance: scène du 3e
acte de «L'Occident» de M. Henry Kistemaeckers. _Phot. A. Bert.--Voir
l'article, page 360._]



COURRIER DE PARIS

UN FILS DE LA MER BRETONNE

Il y a vingt-deux ans je passai un été à Roscoff. J'habitais, sur la
place, une maison appartenant à deux soeurs, deux vieilles filles, qui
élevaient des pigeons. Elles leur donnaient à manger, à la main, dans
une étroite cour à pots de fleurs dont elles avaient su faire un
jardinet mystique. C 'étaient des femmes enfantines et pures, de la
France d'autrefois. Ah! dites-moi?... vivez-vous toujours,
mesdemoiselles? Portez-vous toujours vos petits bonnets du temps de la
reine Anne? Racontez-vous toujours les mêmes histoires de famille? Que
je le voudrais! Si oui, je vous souhaite traversée heureuse et longue
encore comme on souhaite par habitude aux vieux marins, qui pourtant
sont ancrés, une mer jolie... Et si vous n'êtes plus là... que couchées
sous la dalle--ce qui se pourrait--car en vingt-deux ans, même à terre,
l'on se perd corps et biens!... si vous n'êtes plus là je ne suis pas
gêné de vos âmes... Sont en Paradis.

Des fenêtres de ma chambre je voyais l'église de pierre grave, l'église
trapue, posée, enfoncée, enlisée dans le sol, avec cet air d'y avoir
échoué exprès, et avec cette apparence de solidité spéciale et
impressionnante qu'ont tous les sanctuaires bretons comme s'ils
voulaient exprimer qu'ici plus qu'ailleurs leurs assises sont
inébranlables, de matière granitique cimentée de foi.

Et je me souviens aussi--car c'est là que j'en voulais venir, par un
détour un peu long et que l'on aura trouvé inutile, mais dont je n'ai
pas eu le courage de me priver--je me souviens qu'une de mes
distractions, à Roscoff, était d'aller au _vivier_.

Comme ce nom l'indique on appelait ainsi un endroit, situé aux bords
mêmes de la mer, près d'un petit fortin, et dont je ne savais de façon
très imparfaite que ce que j'en avais entendu dire... que l'on y
conservait vivant du poisson... Mais pourquoi? Pour s'approvisionner?
Dans un but scientifique? Je ne crois pas m'en être occupé jamais, ni
avoir été frappé là, dans mes visites, par la vue de poissons
exceptionnels... Mais ce qui m'est resté à fleur d'esprit, c'est la
rêverie où j'entrais alors, comme par compensation et regret, quand je
quittais le vivier. En continuant ma promenade je supposais des
quantités d'animaux aquatiques de forme et de beauté surprenantes,
inconnues, pêchées dans les couches profondes, puis versées dans ces
réservoirs de tout à 1 heure, et je me donnais en imagination la
curiosité, le pouvoir et la joie de faire vider ces bassins et d'en voir
retirer, mêlées aux coquillages, aux herbes et aux plantes sous-marines,
des espèces innombrables et grouillantes comme en soulèvent seulement
dans les contes orientaux les filets des pêcheurs protégés par un
génie... Eh bien, tous ces poissons de mon désir et de ma fantaisie, que
je n'avais pas vus, mais que j'inventais à plaisir... ils existaient
effectivement dans la mer mystérieuse... Et à l'époque même où je me
désolais qu'on n'en eût pas la connaissance directe, «la mise à l'air»,
un enfant de huit ans, un petit Breton de ces côtes, qui peut-être passa
près de moi, avait en lui déjà la vocation d'être plus tard le tireur de
filets prédestinés, le révélateur des richesses, vivantes ou engourdies,
des abîmes salés.

C'était Mathurin Méheut, fils de la mer bretonne, peintre de sa faune et
de sa flore, et dont l'actuelle exposition aux Arts décoratifs est un
incomparable enchantement.

Mon ancien rêve de quelques minutes--qui par bonheur était le sien,
celui de toute sa vie--l'artiste ardent et tenace qu'est Méheut voulut
et sut le réaliser. Il a pu puiser dans ces bassins de Roscoff, dans les
cuves du vivier devenu laboratoire de zoologie expérimentale; et, par
des centaines de croquis, de dessins, d'aquarelles, d'études gouachées,
il nous montre aujourd'hui, pour ainsi dire toutes palpitantes, les
entrailles de la mer,... de la mer qu'en prestigieux chirurgien, au
scalpel puissant, décisif et sûr, il semble avoir _opérée_ pour nous. Il
en arrache et en retire les organes, innombrables, qu'il nous étale
mouillés, trempés, dégoûtants de leur acre et rude liqueur... Par eux
nous voyons à nu l'organisme et le dedans des flots, car ces poissons de
toutes formes, mais d'une puissance si ramassée, d'une si grande énergie
élastique, ces pieuvres à ramures, ces poulpes, ces congres, tantôt
noués et enchevêtrés, tantôt déroulés et comme abandonnés à leur propre
dérive, tous ces animaux étranges, ces potées visqueuses, ces gélatines
qui respirent, ces paquets qui tremblent et flottent, ces abcès du
rocher, ces tentacules, ces amas et ces complications de chairs gluantes
et animées,... ce sont bien véritablement les entrailles, les intestins,
les boyaux, les tripes formidables et copieuses de la mer... Et qui sait
si de ces réseaux toujours en travail, de ce pullulement, de ce
croisement, de cette activité incessante et apocalyptique des milliards
de poissons, ne vient pas--pour le moins autant que du dehors et du
souffle des vents--l'agitation extérieure et éternelle du flot? Le
dérangement des surfaces est presque toujours la conséquence des
troubles du dedans. Pourquoi la vague ne serait-elle pas le perpétuel
choc en retour du coup de nageoire et la répercussion du chassement de
queue?

Mais regardons toutes les catégories d'animaux du monde aquatique
surprises par l'oeil étonnant de l'artiste et fixées par sa main,
précisées, serrées et emprisonnées dans les limites d'une facture
vraiment admirable. Exécutés au crayon, ou rehaussés, écaillés de
touches, ou peints à l'aquarelle avec un éclat, une minutie et une
largeur qui rappellent l'art des plus beaux maîtres japonais, ces
dessins, se surpassant l'un l'autre, et qu'on se lasse bientôt de
comparer, si nombreux sont-ils, offrent une abondance, une variété, une
somptuosité documentaires qui imposent le respect. On a peine à
concevoir qu'un homme de trente ans soit l'auteur allègre et aisé d'une
oeuvre de cette importance, qui représente l'emploi de toute une longue
et laborieuse vie. On ne peut se détacher des parois en verre de chaque
tableau où, comme derrière la vitre d'un aquarium, se profilent les
trigles, les lamproies, les poissons les plus curieux, de fantastique
invraisemblance et de bizarre horreur... Voici les pieuvres ébouriffées
et dépeignées, telles des chrysanthèmes, les anatifes bleus et mauves
pervers ainsi que des orchidées, les anguilles gris-perle pareilles à
des grès flammés de Copenhague, les hippocampes, lutins de l'eau,
farfadets noirs des vertes voûtes, dansant sur leur queue en spirale,
figures neptuniennes et sataniques à la fois, tantôt retombant, avec
leur petite tête en forme de marteau, comme un moraillon de serrure
gothique et tantôt redressées comme une guivre minuscule à l'avant d'une
gondole...

Il faudrait consacrer des heures à l'attentive observation de ces
planches, enluminures merveilleuses du poème de la mer; on y pourrait
étudier toutes les diversités de nageoires, flexibles ou résistantes,
pellicules diaphanes comme ces plantes de la terre qu'on appelle
monnaies de pape, ou bien armées, onglées, montées sur tiges et arêtes
pointues, hérissées comme des épaulières d'armures de samouraï, ou
semblables au papier huilé des lanternes de pagode... et Méheut sait
tout, a tout noté, défini, détaillé: l'arête dorsale, la fourche des
queues variées à vous confondre, la nervure des membranes, l'emboîtement
des pinces, le jeu des crochets. Tout ce qui trempe et agit dans l'eau
de sel, il l'a vu, il le connaît par coeur à force de l'avoir saisi sur
le vif des centaines de fois; il possède, comme un petit-fils de
Léonard, l'anatomie et la structure de la patte, et aussi la mécanique
de l'aile; il est instruit, et à fond, comme bien peu, de l'animal
terrestre, aquatique ou aérien, qu'il s'agisse du tigre ou du chien de
mer, de l'escargot, de la libellule ou du cormoran. On le sent paré,
gréé d'une audace et d'une patience, d'une possibilité d'attention et
d'exécution à toute épreuve, et aussi d'un incommensurable amour, car ce
labeur vous donne la certitude d'avoir été accompli dans le calme et
l'ordre de l'esprit, de la conscience, dans la joie de l'effort, dans le
beau désir du résultat promis par la volonté.

Si je ne craignais, en m'étendant davantage, de vous retirer un peu de
votre plaisir et de votre mérite à découvrir tout seul les multiples
faces de ce talent si généreux et si fécond, je vous parlerais aussi de
l'historien attendri des vieux métiers de la côte armoricaine: meuniers,
sabotiers, tisserands, vanniers... je vous exposerais la tâche
éducatrice et touchante du botaniste et de l'entomologiste, du
contemplateur minutieux, et jamais découragé, sévère et recueilli à
établir l'architecture impeccable d'un épi de blé ou la ramification
d'une algue, avec une autorité égyptienne. Mathurin Méheut a la passion
de fer, l'enthousiasme rigide, le fanatisme du dessin. On sent l'homme,
toujours arqué, tendu sur cet étroit et unique chemin de la ligne qui
borde, en les délimitant, les précipices de la forme. Il y marche en
virtuose qui a dompté le vertige, ainsi que sur une corde roide
métallique, et son crayon laisse après lui sur la feuille comme un
passage d'acier noir.

Je ne suis pas le seul à penser qu'il n'a plus grand'chose à acquérir
dans la rigueur et l'inflexibilité. Qu'il se tourne vers ses tableaux,
vers les pages dans lesquelles il nous retrace, avec une émotion trop
carguée encore, les scènes de la vie triste et rude des grandes côtes
bretonnes, et là, qu'il rêve, médite, oubliant un peu à ses pieds le
crabe et la coquille, pour laisser parler le poète, qui s'abrite et se
gare en lui de la tempête et des marées. Je conserve avec une mélancolie
pensive et bien profonde l'image de ses ciels d'hiver épais et sombres,
d'un bleu de tricot,... de ses rochers noirs, battus et rebattus par la
vague comme si elle voulait à chaque coup assommer la grève... et celle
des blocs en dos d'éléphant, arrondis par des siècles de flux et de
reflux, le long desquels, toujours en suivant le même tracé, avec la
même géographie liquide, coule et pleure l'écume, en filets plats et
triangulaires. On dirait, sur du basalte, des hiéroglyphes d'argent,--je
ne sais quelle écriture diluvienne, effrayante, mystérieuse... le _Mane,
thecel, phares_ du naufrage... Et je me rappelle aussi la figure de ce
vieux cheval nu, au poil rouge, en bridon de bohémien, chargé de paquets
de goémons couleur de giroflée lui retombant de chaque côté comme des
hardes de guerrier comanche,... et qui, les sabots dans les galets,
demeure immobile, croupe à la bourrasque... avec un air presque humain
d'inexprimable anéantissement...

HENRI LAVEDAN.

_(Reproduction et traduction réservées.)_



[Illustration: Antonin Dusserre sur le seuil de sa maison, à Carbonnat,
dans le Cantal.]

UN PAYSAN ÉCRIVAIN

ANTONIN DUSSERRE

_La Petite Illustration_ commence aujourd'hui la publication de _Jean et
Louise_, l'oeuvre d'un paysan d'Auvergne dont les premiers écrits nous
ont été révélés par la _Semaine Auvergnate_. Antonin Dusserre, l'auteur
de ce roman rustique, est né à Carbonnat, sur la Cère, le 2 novembre
1865. Il a toujours vécu dans sa maison natale, une très modeste demeure
des champs, composée d'un rez-de-chaussée et d'un grenier. Deux pièces
suffisent au logement: la première est la cuisine. Antonin Dusserre
travaille dans la seconde, près de la fenêtre, devant les prairies
qu'arrose la Cère. C'est là qu'il a appris tout seul le latin,
l'anglais, l'allemand, l'espagnol, et qu'il a écrit _Jean et Louise_. M.
John Raphaël, le distingué traducteur de ce roman que le grand public
anglais aura connu avant nous, va d'ailleurs nous présenter avec plus de
détails l'oeuvre et l'auteur dans l'article suivant:

Le frais roman d'Antonin Dusserre, _Jean et Louise_, est l'oeuvre d'un
silencieux, d'un homme de la terre, un vrai, dont les paroles ne sortent
qu'avec une petite honte, que la vue de ses propres pensées, habillées
d'encre, rend un peu craintif, et qui exprime de belles choses avec la
rusticité un peu gauche de son langage endimanché.

L'histoire de _Jean et Louise_ est en quelque sorte, du moins nous
pouvons le soupçonner, l'histoire de l'auteur lui-même. Dusserre est un
grand gaillard, fortement moustachu, dont la rudesse cache mal une très
grande timidité, un fort dont la grande force est surtout de s'être
toujours dompté et de s'être conquis dans des circonstances qui seraient
venues facilement à bout d'une intelligence plus compliquée que la
sienne.

Car il est surtout et avant tout un simple. Dans son petit village de
Carbonnat, près d'Aurillac, on l'aime autant qu'on l'estime. «C'est un
poète», dit-on volontiers de lui, chez lui, «mais c'est un très brave
homme, tout de même». On le voit, du matin au soir, rôder dans la
campagne, une main dans la poche et un livre dans l'autre main. Cet
homme de la terre lit toujours, lit infatigablement. Il a étudié
plusieurs langues étrangères et connaît les romans des grands écrivains
anglais et allemands, ainsi que les ouvres des grands écrivains
français. Il lit tout ce qui lui tombe sons la main et, quand il n'est
pas occupé à lire ou à travailler la terre, il est en train de rêver ou
d'écrire. Mais, en lisant _Jean et Louise_, vous verrez que l'auteur a
mieux fait que de parcourir les bons livres. Il a su regarder la vie et
la comprendre. L'excellent artiste qu'est L. Sabattier est allé trouver
Antonin Dusserre à Carbonnat. Il s'est demandé--car en route il avait lu
le roman qu'il devait illustrer--s'il n'allait pas se trouver en face
d'un paysan littérateur, d'un de ces paysans de contrebande qui choquent
presque autant qu'un paysan d'opéra-comique. Ce coin du pays d'Auvergne,
la petite ville d'Aurillac autant que l'humble village de Carbonnat, a
perdu beaucoup de son ancien caractère. Les paysans de maintenant ne s'y
habillent plus à l'ancienne mode, ne portent plus le costume pittoresque
de jadis, car les grands magasins leur envoient les «dernières modes» de
Paris, et même les enfants essaient de ressembler aux «gens de la
ville». Mais Dusserre, lui, n'essaie de ressembler à aucun. Sabattier
lui demandait s'il ne pouvait pas lui indiquer des gens qui voudraient
peut-être poser quelques-uns des personnages du roman. «--Mais oui,
disait Dusserre, c'est très simple. Voici mon neveu, par exemple. C'est
un peu moi en plus jeune. Il vous fera Jean.--Que fait-il, votre
neveu--?...--Il vit chez moi et, le dimanche, il fait la barbe de tout le
monde à Carbonnat.--»

[Illustration: Antonin Dusserre chez lui--_Croquis de l. Sabattier._]

Dusserre est romancier parce qu'il est né poète; il couche de jolies
choses sur le papier avec la même simplicité qu'il garde son bétail dans
les montagnes. Il a noté avec la fraîcheur d'âme d'un enfant la beauté
du lever et du coucher du soleil, la beauté des champs, la beauté de la
vie de campagne. Avec son esprit rude, il a marqué en relief les traits
des paysans de son entourage. Son livre est calqué sur la vie qui fut la
sienne dans un petit coin perdu du Cantal. Il l'a vécu pendant qu'il l'a
écrit, il l'a écrit pendant qu'il l'a vécu.

Un jour de marché, à Aurillac, Dusserre a acheté un livre,--un livre
d'un auteur jusqu'alors inconnu et dont le titre, _Marie Claire_,
l'avait frappé. En lisant _Marie Claire_, le paysan de Carbonnat a senti
grandir en lui le désir de voir imprimer les choses que lui aussi avait
rêvées, tandis qu'il gardait ses bêtes dans la campagne. Ce timide
écrivit à Mme Marguerite Audoux, et l'auteur de _Marie Claire_ eut la
curiosité d'aller voir chez lui, dans son village, cet écrivain qui
avait eu une existence pareille à la sienne, et elle lui a tendu la
main. Elle s'est constituée en quelque sorte la bonne fée, marraine de
_Jean et Louise_. Elle a apporté le manuscrit à Paris; elle l'a montré à
quelques amis, à des éditeurs. Mais la vie à Paris va si vite qu'on a
peu le temps de s'occuper d'un paysan du Cantal. J'ai lu, un soir, _Jean
et Louise_ en manuscrit, et aussitôt le roman m'a séduit. J'ai pensé que
Londres goûterait cette primeur en attendant que Paris ait le temps de
la découvrir, et c'est ainsi que ce roman a paru d'abord dans une
traduction anglaise.

_L'Illustration_--en révélant cette oeuvre à ses lecteurs--aura réalisé
tout le rêve de l'humble poète qui croyait mourir sans faire entendre sa
chanson.

JOHN N. RAPHAËL.



LA NOUVELLE DIRECTION DE L'OPÉRA

La désignation du futur directeur de l'Opéra a suivi de près la
nomination de M. Albert Carré comme administrateur de la
Comédie-Française et celle de M. P.-B. Gheusi et des frères Isola à la
direction de l'Opéra-Comique: au conseil des ministres tenu, jeudi de la
semaine dernière, à Rambouillet, M. Louis Barthou, président du Conseil,
ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, annonçait que, sur
la proposition de M. Léon Bérard, son choix s'était porté sur M. Jacques
Rouché. La nouvelle, très favorablement accueillie, d'ailleurs, n'était
pas attendue si vite, car la concession en cours ne prend fin, en effet,
que dans quatorze mois. Le premier résultat de la décision ministérielle
fut que M. André Messager, coassocié de M. Broussan dans la direction
actuelle, donna immédiatement sa démission, mû, dit-il, par le sentiment
de sa dignité, en informant M. Barthou qu'il résignait ses fonctions fin
novembre. M. Marius Gabion, administrateur général, suit son directeur
dans la retraite.

Le nouveau directeur de l'Opéra, qui est déjà âgé de cinquante-trois
ans, a une carrière intéressante et variée.

Fils du mathématicien Eugène Rouché, il a passé par l'École
polytechnique,--qui, décidément, mène à tout, elle aussi. Mais il ne fut
point ingénieur, ni des ponts et chaussées, ni des mines, ni des tabacs,
ni du génie maritime. Un peu fonctionnaire, pourtant: on le vit un temps
dans un ministère; il fut, promu en 1885, chef de cabinet de M.
Dautresme au Commerce, après avoir été secrétaire général de la
préfecture de la Seine-Inférieure. Puis, marié à Mlle Piver, il se
consacra à la grande industrie de la parfumerie, où il allait réaliser
promptement une belle fortune.

[Illustration: M. Jacques Rouché, le futur directeur de l'Opéra.--_Phot.
Dornac._]

Alors il put donner libre carrière à des goûts qu'il n'avait jamais
celés, passionné également de belles-lettres et de beaux-arts.

Il prit d'abord la direction de la _Grande Revue_, où il succédait à
l'éminent avocat Fernand Labori. Puis il se laissa attirer par le
théâtre, qui partageait de longtemps avec la peinture et la littérature
ses prédilections. Une petite «scène de quartier», le théâtre des
Batignolles, débaptisé et nommé moins prosaïquement théâtre des Arts,
lui suffit pour se révéler artiste de goût délicat, directeur
entreprenant et fort avisé. S'attachant tour à tour à monter des pièces
de haute tenue littéraire, de véritables curiosités, présentées dans des
décors originaux, ou à restituer avec leur caractère archaïque, en des
cadres savamment apprêtés, des ouvres musicales classiques de Mozart, de
Lulli, de Rameau, il apprenait là, avec le plus complet succès, le
métier auquel désormais il va se consacrer en toute expérience. De sa
part, on peut s'attendre, à l'Académie nationale, aux plus heureuses
révélations. Dilettante au meilleur sens du mot, il a, vient-il de
déclarer, pour première ambition de «restaurer l'art français».

[Illustration: M. Camille Chevillard.--_Phot Gerschel._]

Il a ambitionné d'être seul à diriger la grande scène. Ce n'est pas
vulgaire besoin d'autorité. Et son premier soin a été de s'assurer une
collaboration de premier ordre, celle de M. Camille Chevillard, avec le
titre de chef des études musicales et, donc, la succession de M. André
Messager qui, dans la direction actuelle, assumait jusqu'ici ces
fonctions.

Le gendre et le digne continuateur de Charles Lamoureux sera à M. Rouché
le plus précieux des collaborateurs. Il est superflu de rappeler ses
titres à l'estime et à la sympathie des amateurs de musique. Fils d'un
violoncelliste célèbre, M. Camille Chevillard a consacré au plus subtil
des arts sa carrière entière. Lamoureux, dans ses efforts persévérants
pour révéler à la France l'oeuvre de Wagner, n'eût pu rêver de second
plus fidèle ni plus zélé. Depuis qu'il a succédé, en 1897, à son
beau-père à la tête de l'admirable phalange d'exécutants groupés par
celui-ci, il n'a pas fait jouer, dans ses concerts, moins de deux cents
ouvres françaises. Et le pur musicien qu'est M. André Messager aura un
remplaçant digne de lui.

                                *
                               * *

Dans le même moment où M. Jacques Rouché faisait cet excellent choix,
MM. P.-B. Gheusi et Isola étaient non moins heureux en appelant à
l'Opéra-Comique, aux mêmes fonctions de directeur musical, M. Paul
Vidal, l'élégant et spirituel auteur de la _Reine Fiammette_, de la
_Maladetta_, de _Guernica_,--et, auparavant, de ces quatre exquises
partitions qui firent autrefois nos délices, au théâtre de marionnettes
de la galerie Vivienne. Et l'ancien chef d'orchestre de l'Opéra a de
bonne grâce accepté de leur apporter l'appoint de sa science musicale
irréprochable, de son grand talent, de sa connaissance approfondie des
chefs-d'oeuvre de l'art musical. Il ne faut donc point douter qu'on ne
continue à faire, rue Favart, de très parfaite besogne.

[Illustration: M. Paul Vidal.--_Phot. Bert._]



[Illustration: Entre les wagons broyés et la locomotive du train
tamponneur.]

LA CATASTROPHE DE MELUN

Une horrible catastrophe s'est produite mardi dernier, sur le réseau
P.-L.-M., aux abords de la gare de Melun. A 9 heures et demie du soir,
le train-poste n° 11, se dirigeant sur Marseille, a été pris en écharpe
par le rapide de sens inverse qui arrive à Paris à 10 heures du soir.

Notre plan schématique permet de se rendre compte des circonstances de
l'accident.

Les six voies dont dispose le réseau P.-L.-M. à la sortie de Paris se
réduisent à quatre au delà de Villeneuve-Saint-Georges. Ces quatre voies
se divisent en deux groupes comprenant chacun une voie montante et une
voie descendante. Un des groupes (figuré dans la partie supérieure de
notre schéma) constitue ce qu'on appelle couramment «la grande ligne»;
passant par Melun, Fontainebleau, Moret, il est affecté au service des
trains rapides. L'autre groupe, passant par Corbeil, vient se rapprocher
du premier aux abords de Melun; il prend ensuite la direction d'Héricy
pour rejoindre la grande ligne à Montereau.

Des voies de croisement établies près de la gare de Melun permettent de
faire bifurquer les trains d'un groupe de voies sur un autre. C'est au
point de bifurcation que la collision s'est produite.

Le train-poste pris en écharpe est un train régulier dont l'itinéraire
est toujours le même. En quittant Paris, il suit d'abord la grande ligne
puis, pour la dégager, il bifurque devant Melun sur la ligne de Corbeil.
Il doit pour cela couper à niveau la voie descendante par laquelle
arrivent les rapides de Marseille.

Il y a là évidemment une situation dangereuse à laquelle la Compagnie
P.-L.-M. songe à remédier en établissant un saut de mouton, c'est-à-dire
en opérant le croisement à des niveaux différents. Mais aucun accident
ne doit se produire si les signaux sont observés par les mécaniciens.
Les deux postes sémaphoriques établis en amont et en aval de Melun sont
solidaires; un système d'enclanchement automatique empêche que par
erreur on accorde simultanément le passage à deux trains pouvant se
rencontrer. Les trains venant de Marseille trouvent à environ 1.500
mètres avant Melun le disque rouge ou signal avancé; à 500 mètres de là,
c'est-à-dire à 1 kilomètre de la gare, un disque vert prescrit au
mécanicien de ramener sa vitesse à 20 kilomètres à l'heure environ,
enfin plus loin la sortie de la gare est commandée par le signal carré,
signal d'arrêt absolu situé à 150 mètres environ du lieu où s'est
produit l'accident.

[Illustration: Schéma montrant comment s'est produite la rencontre entre
le rapide n° 2 venant de Marseille et le train postal n° 11 venant de
Paris.]

L'enquête semble avoir établi que tous les signaux étaient fermés et
qu'ils ont été «brûlés» par le mécanicien du rapide n° 2 venant de
Marseille. Ce dernier, du reste, aurait fait des aveux.

[Illustration: Le mécanicien Dumaine, qui conduisait le train
tamponneur.]

Ce rapide marchait à une allure d'environ 100 kilomètres; ayant à peine
franchi la gare de Melun, il prenait en écharpe et anéantissait les deux
premières voitures du train-poste n° 11 qui venait de s'engager sur la
voie transversale; en même temps, les trois fourgons à bagages du train
tamponneur, un wagon-poste qui suivait, deux voitures de seconde classe,
étaient écrasés. Aussitôt, un incendie se déclarait au milieu des débris
où se tordaient, en hurlant de douleur, les malheureux plus ou moins
broyés.

[Illustration: Les débris d'un wagon postal.]

[Illustration: Le tri des lettres sur la voie.]

[Illustration: M. Poincaré visite les lieux de la catastrophe: à sa
droite, M. Dervillé; à sa gauche, le préfet de Seine-et-Marne; derrière
eux, M. Massé, ministre du Commerce et des Postes.]

Le train-poste tamponné emmenait 68 agents des Postes et comprenait sept
wagons à destination de Besançon, du Mont-Cenis, de Lyon, de Pontarlier
et de la côte méditerranéenne.

A l'heure où nous écrivons, on ignore le nombre exact des victimes. Sur
39 cadavres, 14 seulement ont été identifiés; 14 blessés sont soignés à
l'hôpital de Melun.

Nos photographies donnent une impression saisissante de l'aspect
effroyable que présentaient les voies pendant le déblaiement. Jamais,
croyons-nous, dans les catastrophes antérieures de chemin de fer, on ne
vit un train aussi fracassé et, en contemplant cet amoncellement de
ferrailles, on s'étonne que le nombre des victimes ne soit pas encore
plus considérable.

La troupe, les agents du P.-L.-M. et ceux des Postes, les pompiers,
rivalisèrent de zèle pour sauver les sinistrés, puis pour déblayer les
voies, et l'on put voir, durant toute une journée, des hommes dévoués
faisant «le tri des lettres» au milieu des débris de ferrailles que
tachaient en maints endroits des lambeaux de chair humaine.

M. Poincaré s'est rendu de bonne heure sur le théâtre de la catastrophe
où il a trouvé M. Massé, ministre du Commerce, M. Dervillé, président du
conseil d'administration de la Cie P.-L.-M. et tous les hauts
fonctionnaires que leur devoir appelait à Melun. Il a rendu visite aux
blessés, et il a tenu à féliciter les nombreux agents qui se sont
distingués en cette triste circonstance.

[Illustration: LA CATASTROPHE DE MELUN.--Les travaux de déblaiement.]



[Illustration: Les six fils, la fille, le gendre et les trois
belles-filles de l'empereur d'Allemagne.

_Cliché W. Niederastroth, photographe de la Cour._ De gauche à droite:
le prince Joachim, 6e fils du kaiser; le prince Oscar (5e fils); la
princesse Eitel-Frédéric; la princesse Victoria-Louise, à présent
duchesse régnante de Brunswick-Lunebourg; le prince Ernest-Auguste de
Cumberland, son mari, duc régnant de Brunswick-Lunebourg; la princesse
Auguste-Guillaume; la kronprinzessin; le kronprinz (en haut); le prince
Eitel-Frédéric (2e fils); puis, assis sur le tapis, le prince Adalbert
(3e fils) et le prince Auguste-Guillaume (4e fils).]

LA FILLE DU KAISER SUR LE TRONE DE BRUNSWICK

Le prince Ernest-Auguste de Cumberland et sa femme la princesse
Victoria-Louise de Prusse, fille de l'empereur d'Allemagne, ont fait, le
lundi 3 novembre, leur entrée joyeuse dans la capitale du duché de
Brunswick, dont la souveraineté--comme conséquence de la réconciliation
des deux maisons de Cumberland et de Hohenzollern--vient d'être rendue
aux Cumberland.

Les nouveaux souverains du duché, grand comme un département français et
peuplé de 300.000 âmes environ, sont arrivés à midi et demi à la gare de
Brunswick. Les fonctionnaires de l'État les attendaient à la gare. Le
duc et la duchesse sont entrés dans leur capitale aux acclamations de la
foule qui se montra très sensible à la grâce riante de sa jeune
souveraine.

[Illustration: Les nouveaux souverains du duché assistent, devant la
gare de Brunswick, au défilé de la compagnie d'honneur.]

Sur la place Friedrich-Wilhelm, le premier bourgmestre, qui était à la
tête du corps municipal, a exprimé la joie que la ville de Brunswick
éprouvait à pouvoir de nouveau saluer dans ses murs l'ancienne famille
ducale. Au château, après la réception par les jeunes princes régnants
des députés de leur petit État, on donna lecture du discours du trône où
le nouveau duc de Brunswick promit de consacrer tous ses efforts
désormais à faire le bonheur des Brunswickois.

[Illustration: La foule sur la place du Marché, à Brunswick, attend
l'arrivée du cortège ducal.]



[Illustration: Les conscrits revenant de la mairie après la remise du
drapeau.]

PREMIERS CONSCRITS DES COLONIES

Cette année, pour la première fois, les contingents fournis par nos
vieilles colonies, Antilles, Guyane, sont venus en France pour y faire
leur service militaire, que jusqu'ici ils étaient censés effectuer dans
leur pays natal. Ce fut tout un événement, outre-mer, où la vie est, par
certains côtés, bien différente de la nôtre, où de meilleure heure, par
exemple, les jeunes gens songent à se créer un foyer,--mais un
événement considéré, en définitive, par la plupart comme heureux. Et il
y eut fort peu de réfractaires, peu de conscrits marrons, comme on dit
là-bas, reprenant une vieille locution des temps lointains de
l'esclavage: il est telles communes, ainsi celle du Lorrain, à la
Martinique, qui se glorifient de n'en avoir pas eu même un seul. Les
conseils de revision fonctionnèrent au milieu du calme et, sans à-coups,
formèrent la classe.

La population tout entière s'appliqua d'ailleurs à adoucir aux conscrits
l'amertume instinctive du départ. C'est ainsi qu'à Fort-de-France
(Martinique) un comité se constitua qui recueillit, en quelques jours,
une somme rondelette afin d'organiser en leur honneur des fêtes d'adieu.
Son premier soin fut d'acquérir un superbe drapeau qui fut remis
solennellement aux jeunes recrues, dont les boutonnières s'ornèrent
d'insignes et de cocardes, à la mode de France.

Enfin arriva le jour des adieux, où, selon le mot du poète, «il faut que
les femmes pleurent». C'était le 4 octobre que la _Champagne_ devait
emmener «la classe». A l'aube, le grand transatlantique entrait dans le
port.

Le clergé, tenant à s'associer aux manifestations de sympathie de tous
côtés prodiguées aux futurs soldats, célébrait à leur intention, dans la
matinée, une messe où officia l'évêque lui-même. Et, déjà revêtus de
leur uniforme--car depuis plusieurs jours, arrives par groupes des
diverses communes de l'île, on les concentrait et on les habillait à la
caserne--la démarche un peu lourde, avec les «godillots», ceux-là
surtout habitués à courir pieds nus par les mornes et les fonds, ils
faisaient, dans la très simple église, de jolis groupes juvéniles. Ils
sortirent, drapeau en tête, toujours, du temple pavoisé et fleuri de
palmes.

[Illustration: Rassemblement sur la Savane, devant la statue de
Joséphine.]

A l'issue de l'office, ils se retrouvaient, huit cents environ, sur la
Savane, la grande place de Fort-de-France, que décore la statue de
l'impératrice Joséphine, créole illustre. Et, bien alignés, encadrés par
leurs anciens de la coloniale, ils avaient d'avance l'air fort martial.

D'une estrade, comme aux jours de grandes solennités, les autorités de
la colonie assistaient à ce spectacle qui avait attiré toute la ville,
et plus particulièrement ceux qui allaient, ce jour-là, voir s'éloigner
leurs enfants.

Le colonel Richard, commandant supérieur de la garnison de l'île, passa
en revue les conscrits; puis le gouverneur leur adressa une brève et
chaleureuse allocution, exaltant la grandeur de la tâche à laquelle les
convie la mère patrie. Et quand, enfin, au commandement: «En avant!»,
leurs rangs s'ébranlèrent en bon ordre, il semblait qu'un salutaire
frisson de fierté les faisait tressaillir.

A la porte de la «concession» de la Compagnie Transatlantique, ils se
séparaient définitivement des êtres chers, les parents, les amis, les
mères, bien émues sans trop vouloir toujours le laisser paraître, et les
_doudous_ souples et câlines... Sans doute, cette foule, arrêtée par les
grilles, n'était point la foule exubérante des jours de fête, mais
chacun pourtant fit bonne contenance. Et la _Champagne_ largua ses
amarres aux accents du _Chant du départ,_ répondant, du pont, au
volettement des mouchoirs. Les soldats martiniquais s'éloignaient non
point résignés, mais résolus, en hommes. Ils n'avaient pas voulu faire
mentir la chanson qu'aux derniers jours on leur avait apprise:

        _Tu es parti, petit soldat créole,_
        _Non sans qu'un chant de ta lèvre s'envole._

[Illustration: A FORT-DE-FRANCE.--Embarquement des conscrits
martiniquais sur la _Champagne.--Photographies Leboulanger._]



LE MAROC QU'IL FAUT VOIR

ARCHITECTURE ORIENTALE, RUINES ROMAINES ET CIVILISATION FRANÇAISE

_D'un fructueux voyage au Maroc--au Maroc déjà pénétré de la
civilisation française--M. Gervais-Courtellemont nous a rapporté, avec
d'admirables photographies en couleurs, un ensemble de rapides et très
actuelles impressions qui, sous la signature de cet ami très informé de
l'Orient, ajouteront encore à l'intérêt des documents reproduits dans
ces pages._

Le Maroc pacifié! Le Maroc ouvert à la civilisation européenne! Cet
invraisemblable résultat obtenu si rapidement après les sanglantes
journées dont les lecteurs de _L'Illustration_ ont suivi les tragiques
péripéties!...

Quel miracle a pu faire céder si vite à nos armes ce peuple belliqueux,
fièrement jaloux de son indépendance, ce peuple, qui, depuis
l'occupation--d'ailleurs précaire--des Romains, n'avait jamais supporté
de maîtres? Par quel prodige d'efforts persévérants, d'énergie
habilement mêlée de bonté et de désintéressement, soldats et
fonctionnaires français, sous la conduite d'un chef incomparable,
ont-ils réalisé ce qui semblait irréalisable? Et comment expliquer aussi
cet engouement de l'opinion publique, en France et en Algérie, pour ce
Maroc où se portèrent à l'envi, et dans un «rush» extraordinaire, les
capitaux, les activités, l'audace et le labeur patient?

Il faut le reconnaître. L'«impopularité» dont souffrirent cruellement et
dont souffrent encore le Tonkin et Madagascar, l'indifférence de la
métropole à l'égard de l'Afrique occidentale française délaissée, ont
ici été remplacées par un enthousiasme que rien n'a rebuté et qui ne
semble pas près de s'atténuer.

Il en est des événements historiques comme de tant de choses humaines:
question de circonstances... Et toutes furent favorables au Maroc
naissant. Tout de suite on a compris en France l'intérêt primordial qui
s'attachait à la manifestation de notre prépondérance dans ce pays,
limitrophe de notre Algérie-Tunisie. Aux yeux des moins clairvoyants se
sont ouvertes les larges perspectives d'une Afrique du Nord française,
prolongement naturel de notre pays, d'une France neuve où se
retremperont nos forces, et d'où sortiront des générations nombreuses et
fortes prêtes à soutenir la métropole.

[Illustration: Tanger vue de la mer.]

[Illustration: Minaret de la Koutoubya, à Marrakech.]

[Illustration: Rabat: l'embouchure de l'oued Bou Regreg et la barre,
vues de la tour Hassan.]

Les esprits les plus chagrins ne peuvent méconnaître, en effet, le
prodigieux essor de l'Algérie et de la Tunisie, dont la prospérité,
depuis ces dernières années surtout, commande l'admiration des plus
sceptiques, en particulier celle des étrangers. Or, le Maroc sera
précisément le déversoir des activités surabondantes qui ne trouvent
déjà plus leur emploi sur le sol algérien. Les fils, si nombreux, de nos
colons ont de suite essaimé vers la terre nouvelle, non plus en enfants
perdus comme, autrefois, leurs pères dans l'Algérie nouvellement
conquise, mais largement nantis de capitaux, confiants et pourvus de
l'expérience déjà acquise sur la terre africaine.

Comme le voilà déjà loin de nous, ce vieux Maroc vermoulu des
diplomates, autour duquel tant d'intrigues stériles ou néfastes se
nouèrent et se dénouèrent, pour le plus grand profit de nombreux
aigrefins, enturbannés ou non, hommes de proie qui savaient si bien
troubler l'eau, pour y mieux pêcher, que l'imbroglio marocain semblait,
en s'éternisant, devenir une de ces maladies chroniques et incurables
des sociétés agonisantes, dont la vieille Turquie, après tant d'autres
dans l'histoire, a donné au monde le lamentable spectacle.

Il y a maintenant un Maroc nouveau, que la France généreuse a entrepris
d'assainir, de revivifier et de conduire vers un avenir prospère.

Ce Maroc nouveau, je viens de le parcourir avec facilité, dans la
sécurité la plus absolue et je ne saurais exprimer ici toutes les fortes
joies que j'ai éprouvées à voir si activement et si fructueusement unis
dans l'oeuvre commune colons et fonctionnaires, soldats et ingénieurs. Et
ce qui m'a le plus frappé, ce qui m'a le plus étonné, ce à quoi je
m'attendais le moins, c'est l'excellent état d'esprit des populations
marocaines à l'égard de la France et le loyal acquiescement des vaincus
au nouvel état de choses.

Lune de miel peut-être, mais qui s'explique assez facilement d'ailleurs
par ce fait que, depuis l'arrivée des Français au Maroc, un véritable
Pactole coule à pleins bords dans le pays. Nous avons apporté tant
d'argent là-bas! Le renchérissement de tout ce qui s'achète, terres,
animaux, fruits, légumes, poissons, volaille, denrées de toutes sortes,
a été si rapide et a pris de telles proportions que les principaux
bénéficiaires--les indigènes du plus petit au plus grand--ne peuvent que
se réjouir de cette fortune imprévue. En outre, les procédés employés à
leur égard par les administrations, civiles et militaires, ont été
empreints d'une telle bienveillance qu'ils seraient mal venus à
regretter l'ancien régime.

                                    *
                                   * *

Cela dit, et la situation ainsi jugée dans son ensemble, je ne cacherai
pas qu'il y a, comme dans toute médaille, un revers, et que quelques
ombres se projettent sur le tableau.

Ainsi, ceux qui n'ont pas dépassé Casablanca, et qui ne manqueront pas
de s'étonner de mon optimisme, ont sans doute emporté du Maroc nouveau
une impression moins heureuse.

[Illustration: Couloirs et jardins du palais de la Baya, à Marrakech.]

Le premier contact avec la terre marocaine, pour qui débarque dans le
grand port--ou mieux, ce qui devrait être le grand port--de l'Atlantique
marocain, est, en effet, plutôt décevant. Tout d'abord, l'aspect
lamentable de ces quais trop étroits et mal organisés, encombrés jusqu'à
l'invraisemblable de marchandises disparates confondues dans un
désordre, jetées dans un tohu-bohu indescriptibles, le coudoiement d'une
populace cosmopolite dans les rues d'une ville en plein travail
d'enfantement, disposent mal à la bienveillance.

Là s'est donné rendez-vous, pour la curée, toute une écume sociale fort
peu intéressante. Et, d'autre part, la fièvre des spéculations sur les
terrains y sévit avec rage! Quelle poussée, quelle ruée d'appétits vers
ces profits à réaliser sans efforts, tout de suite! Quels éclairs de
convoitise allument les regards quand sont cités des exemples de
fortunes subites, faites comme sur un coup de dés... A côté de cela, une
autre fièvre, créatrice celle-ci, qui emporte tout dans un tourbillon
vertigineux! Aucun effort stérile. Toute entreprise un peu réfléchie
couronnée de succès immédiat, prédisposant malheureusement les mieux
trempés au gaspillage, à la vie large, à la «fête». Partout de l'action,
de la vie intense, des appétits déchaînés, une surabondance d'énergies,
le grand «rush» en un mot, soutenir par l'or, par l'alcool, par
l'aiguillon des désirs souvent immodérés de fortune rapide... Telles
sont les visions, les sensations fiévreuses, les impressions irritantes
du premier accès au Maroc.

                                     *
                                    * *

Mais, sitôt franchis les faubourgs de Casablanca, tout change. Et l'on
admire l'oeuvre intelligente, méthodique et rapide de la civilisation.
Voici d'abord les grandes plaines de la Chaouïa. Des pistes provisoires
l'ont ouverte aux premiers essais de colonisation agricole et, en maints
endroits déjà, des routes remplacent ces pistes. Aussi les 246
kilomètres qui séparent Casablanca de Marrakech sont-ils aujourd'hui
sillonnés de services d'autos pour les voyageurs et de camions
automobiles pour les messageries.

Que nous sommes loin des débuts si difficiles de l'Algérie des premiers
jours! Le chameau, le mulet et, pour les gens pressés, la patache
étaient alors les seuls moyens de transportée télégraphe aérien de
Chappe, l'unique organe de communication un peu rapide.

Par la T. S. F. aujourd'hui arrivent à tout instant les nouvelles de
France, transmises directement de la tour Eiffel à Casablanca, à Eabat
ou à Fez. Et, pour les communications intérieures, la T. S. F. étend ses
invisibles ramifications un peu partout jusque dans les petits postes
échelonnés sur les routes d'étapes. Aussi que de facilités pour éviter
toute surprise de l'ennemi, administrer, faire rayonner la pensée
directrice du chef! Et pour le public, en général, quelle célérité dans
l'expédition des affaires, l'organisation des menus détails d'un voyage!

A Marrakech, les touristes de l'avenir auront beaucoup à voir. D'abord
la palmeraie, immense, qui encercle la ville, très étendue elle-même
dans la vaste plaine. Puis les souks, avec leur animation pittoresque,
quartier des cuivres, quartier des étoffes, des tanneries malodorantes,
grand marché, bazar des pantoufles et des maroquineries (une des
spécialités de Marrakech), toute cette vie orientale que saura conserver
intacte, avec toute sa couleur locale, une administration intelligente,
assagie par les funestes expériences des grandes villes algériennes dont
une modernisation vraiment barbare a détruit tout le caractère. Aussi
saura-t-on gré au général Lyautey de faire tous ses efforts pour diriger
l'édification des cités européennes _à côté_ et non point au milieu des
villes indigènes, ce qui, à la fois, sauvegarde la tradition locale, et
permet d'assurer le confort du progrès aux villes nouvelles.

[Illustration: Cour intérieure du palais de la Baya.]

Parmi tant de beaux monuments de Marrakech, la mosquée de la Koutoubya,
avec son élégant et majestueux minaret, mérite une mention spéciale. On
sait qu'au treizième siècle le sultan Almohade Abou-Yousef-al-Mansour,
dont l'empire comprenait, avec le Maroc, l'Andalousie arabe, fit
construire simultanément à Séville, à Rabat et à Marrakech trois
minarets presque identiques, copiés sur le modèle du minaret de la
mosquée des Ommeyades de Damas.

Celui de Séville est devenu le clocher de la cathédrale, la fameuse
Giralda. Les lecteurs de _L'Illustration_ ont pu voir dans un récent
article ce qui reste du minaret de Rabat, la tour Hassan. Aujourd'hui,
nous plaçons sous leurs yeux l'élégante silhouette du minaret de la
Koutoubya, au milieu des jardins d'oliviers, de grenadiers, de figuiers
et d'orangers qu'entrelacent les frondaisons luxuriantes des vignes, des
jasmins et des roses.

Il faut signaler également le palais dit de la Baya qu'édifia, il y a
quelque vingt ans, le grand vizir du jeune Moulai Abd-el-Aziz. Cette
construction récente atteste le bon goût et l'habileté des artisans
modernes qui ont su garder, là comme à Rabat et à Fez, les belles
traditions du passé.

De Casablanca, une autre route praticable aux automobiles, et améliorée
de jour en jour, conduit à Rabat, capitale choisie provisoirement par le
général Lyautey, et qui deviendra, il faut l'espérer, la capitale
définitive du protectorat marocain.

Cette question du choix de la capitale a eu le don, on ne sait trop
pourquoi, de passionner l'opinion publique en France et, à leur retour
du Maroc, c'est sur ce sujet que sont tout d'abord et toujours
interrogés les voyageurs. Sans la moindre hésitation, je formule ici
nettement ma prédilection pour Rabat.

[Illustration: A Meknès: porte des remparts extérieurs décorée de
mosaïques en faïences.]

Aux considérations économiques et stratégiques qui militent en faveur de
cette ville, déjà si privilégiée au point de vue sanitaire, sur Fez sa
rivale, j'ajouterai une raison qui mérite d'être prise en considération
sérieuse: il importe, avant tout, à mon avis, d'éloigner le centre de
notre direction politique et administrative de Fez, ce foyer d'intrigues
politico-religieuses où ont été préparées les sanglantes journées que
l'on sait et qui sera certainement le dernier point où notre domination
sera discutée, l'ultime refuge des mécontents, suppôts des anciens
régimes, fanatiques ignorants et superstitieux entre les mains desquels
l'Islam marocain a complètement dévié des saines traditions, gens de
mosquées et de zaouïas que l'honnêteté de nos institutions prive de tant
de bénéfices et de prébendes illicites, intrigants de toutes sortes qui
ont su prendre une telle emprise sur les habitants de Fez qu'il serait
peut-être imprudent et tout au moins impolitique de les combattre de
front, mais qu'il est sage de laisser à distance du centre
gouvernemental...

De Rabat à Fez les voies de communications s'améliorent également avec
une rapidité extraordinaire.

Le petit chemin de fer militaire à voie étroite qui part de Casablanca
avance vite, et, dès aujourd'hui, en utilisant la route, la piste et le
transport par voie ferrée de Kenitra à Bel Hamri, la circulation est
facile entre le littoral, Fez et Meknès.

De Bel Hamri à Fez, deux routes s'offrent au voyageur, également
intéressantes et praticables aux automobiles, l'une par Petitjean et le
col de Zagotta, l'autre par Meknès.

Entre les deux, le massif du Zerhoun, aux collines boisées d'oliviers ou
parsemées de vignobles, rappelle les meilleures parties de notre petite
Kabylie ou mieux encore les riants et fertiles environs de Tlemcen.

Là, dans un repli de terrain, tel un nid d'oiseau douillettement blotti
dans la verdure, se dresse la zaouïa de Moulai Idriss et, toutes
proches, voici les ruines de Volubilis qui fut le plus important
établissement, le camp retranché des Romains dans la Mauritanie
Tingitane.

Il semble bien qu'on a un peu surfait l'importance de cette ville. Les
vestiges qui en restent aujourd'hui, arcs de voûte et lourdes assises
solidement assemblées, ne sont, en somme, que des spécimens un peu
grossiers de constructions militaires romaines.

Et rien, ni l'étendue des ruines, ni la richesse des matériaux, ni
l'élégance des constructions, ne saurait approcher de ce que nous avons
retrouvé à Timgad, à El Djem, à Cherchell ou à Tebessa.

[Illustration: Ruines romaines de Volubilis.]

Le Maroc des Romains ne nous a pas encore livré ses secrets, mais il ne
semble pas que, dans cette province lointaine, leur civilisation ait
jamais brillé d'un grand éclat.

Elle est, en revanche, très pittoresque, la petite cité où repose dans
l'éternité le très grand saint Moulai Idriss Ier, descendant d'Ali,
gendre du prophète Mahomet, qui, traqué en Orient par les kalifes, se
réfugia au Maroc et y fonda un véritable empire.

                                  *
                                 * *

Située sur la crête allongée d'un mamelon au pied duquel coule une
petite rivière, Meknès offre au touriste les admirables vestiges des
monuments qui en firent la gloire au dix-huitième siècle et lui valurent
le surnom de Versailles marocain. Souvenirs du fastueux règne de Moulai
Ismaël, le grand ancêtre des chérifs, descendants du Prophète, venus du
Tafilelt, et dont la dynastie règne encore aujourd'hui au Maroc.

[Illustration: Porte de Chella, près de Rabat.]

Sur un mamelon parallèle à celui qui porte la ville arabe, s'étagent les
bâtiments de la ville militaire, le camp, animé du mouvement des
batteries, du va-et-vient des tirailleurs sénégalais et de leurs noires
épouses, du ronflement des auto-mitrailleuses, de toutes les
manifestations d'une vie bruyante qui contraste avec le silence de la
vieille cité islamique.

Ce devait être une jolie réplique de l'Alhambra de Grenade, ce palais de
Moulai Ismaël dont on peut admirer, aujourd'hui encore, les portes
monumentales, chefs-d'oeuvre de la céramique marocaine. On sait qu'au
Maroc les revêtements de faïences polychromes ne sont pas faits de
carreaux de dimensions diverses, comme en Asie Mineure, à Damas ou en
Perse, mais composés de menus morceaux de faïence découpés et savamment
juxtaposés, selon le caprice du dessin; le temps fond dans sa patine ces
petits cubes multicolores, leur donne ce charme un peu sévère spécial
aux monuments marocains, cette douce harmonie de vieilles tapisseries,
si différente des habituelles décorations de céramiques orientales,
toutes vibrantes de l'éclat des vives couleurs...

--_A suivre._--GERVAIS-COURTELLEMONT.

[Illustration: La zaouïa de Moulai Idriss, dans les montagnes du
Zerhoun. PHOTOGRAPHIES EN COULEUR DE L'AUTEUR.]



LE PRIX NOBEL DE MÉDECINE

L'Académie de Stockholm vient de rendre un nouvel hommage à la science
française en décernant le prix Nobel de médecine au docteur Charles
Richet, professeur de physiologie à la Faculté de médecine de Paris.

Fils d'un des plus grands chirurgiens du dernier siècle, l'éminent
lauréat a su entourer d'un nouveau prestige le nom paternel. Né à Paris
en 1850, il se révéla de bonne heure comme un chercheur original, avide
d'appliquer son intelligence exceptionnelle aux travaux les plus divers.
Après avoir travaillé dans le laboratoire de Berthelot, il publie un
_Dictionnaire de physiologie_ qui est resté le modèle du genre; puis il
occupe ses loisirs en assumant la direction de la _Revue scientifique_.

Une série d'études techniques sur des questions jusqu'alors à peine
entrevues le placent bientôt au premier rang et, en 1887, il se voit
appelé à occuper la chaire de physiologie de la Faculté de médecine.
Quelques mois plus tard, en participation avec notre collaborateur le
docteur Héricourt, il démontre que le sang des animaux vaccinés contre
une infection peut, si on le transfère à un autre animal, conférer à ce
dernier un certain degré d'immunité. C'était le point de départ de la
méthode sérothérapique qui a donné depuis de si brillants résultats.
Plus récemment, Charles Richet formulait les premières règles de
l'anaphylaxie, ou sensibilisation progressive de l'organisme aux
substances toxiques issues des albuminoïdes. Il ouvrait ainsi à la
thérapeutique une branche nouvelle d'une importance considérable.

[Illustration: M. Charles Richet à sa table de travail.]

Dans ses divers ouvrages, le docteur Richet n'apparaît point seulement
comme un savant de haute envergure, il se révèle encore écrivain de
race; par l'ampleur et la précision du style, tels morceaux de son
_Essai de psychologie générale_ rappellent, les plus belles pages
d'Ampère. Depuis plusieurs années, il faisait partie de la Société des
Gens de lettres.

On applaudira d'autant plus au choix de l'Académie suédoise qu'en
choisissant un grand physiologiste elle a, en même temps, distingué une
des plus belles intelligences de notre époque.



[Illustration: M. Camille Saint-Saëns devant son orgue.--_Photographie
prise le 4 novembre, avant-veille de son dernier concert._]

UN GRAND COMPOSITEUR VIRTUOSE

Une soirée musicale tout à fait sensationnelle, une véritable solennité,
attirait, jeudi, à la salle Gaveau, une admirable chambrée: le maître
Camille Saint-Saëns y faisait au public ses adieux comme virtuose du
piano et de l'orgue. Il y avait des années déjà qu'il ne s'était plus
fait applaudir au concert. En faveur d'une oeuvre intéressante que nous
avons présentée naguère à nos lecteurs, le _Cercle national pour le
soldat de Paris_, fondé par M. René Thorel, il avait consenti à donner
une fois encore--et la dernière, a-t-il affirmé--ce régal à ses
admirateurs.

Il n'est pas un amateur de musique qui ne sache qu'avant d'être le
compositeur aux nobles inspirations, à la facture impeccable, Camille
Saint-Saëns avait été un prestigieux exécutant. Il n'avait pas dix ans
quand il se révéla pianiste précoce, étonnant d'intelligence et de
sûreté. Plus tard, musicien déjà célèbre, auteur de maint chef-d'oeuvre,
il tint longtemps, après l'orgue de Saint-Merri, église populaire, celui
de la Madeleine, paroisse ultra élégante, et cela par goût pur, et alors
que sa gloire n'avait plus rien à y gagner. Car, au contraire de son
émule Ernest Reyer dont la haine pour le piano fut proverbiale, et
peut-être un peu légendaire, toutes les prédilections de l'auteur de
_Samson et Dalila_ vont aux instruments à clavier. Il les anime en
artiste incomparable. A leur intention, il a écrit des compositions déjà
classiques autant que ses admirables symphonies, et dont il a exécuté
trois, au cours du concert de jeudi. Ceux qui l'ont applaudi en cette
soirée n'oublieront ni le style grave de ces pages, ni la merveilleuse
interprétation qu'en donna le maître.

De la retraite lointaine où il est allé abriter ses lauriers, un autre
pianiste incomparable, un magicien, Francis Planté, exprimait son regret
de ne pouvoir joindre ses applaudissements à ceux qui allaient fêter son
grand ami: «Applaudir alternativement Saint-Saëns comme pianiste et
comme organiste, écrivait-il, est une rare et merveilleuse aubaine pour
notre publie parisien... Tout Paris sera là; je l'envie et je voudrais
être avec lui.»

C'est une joie, hélas! que «Tout Paris» ne retrouvera plus et qui sera
réservée désormais à de rares et heureux intimes du grand musicien.



UNE MONTAGNE INGÉNIEUSEMENT ET PATIEMMENT OUVRAGÉE.

Les rizières en gradins de l'île Luçon, dans l'archipel des Philippines.

_C'est d'une des parties les plus sauvages, et jusqu'à ces derniers
temps les moins connues, de l'île Luçon, dans l'archipel des
Philippines, que nous vient l'extraordinaire image reproduite ici, dont
l'étonnant aspect ferait croire, tout d'abord, à quelque immense
amphithéâtre naturel aux innombrables gradins... La région où a été pris
ce cliché est habitée par une peuplade barbare, les Bontoc Igorots,
encore rebelles à toute civilisation, mais, par un curieux contraste, la
nécessité a fait d'eux les plus ingénieux et les plus patients des
agriculteurs. Pour mettre en valeur la contrée montagneuse où ils
vivent, ils ont inventé un procédé sans doute unique au monde, tout à la
fois primitif et compliqué: sur les flancs de leurs montagnes, ils
construisent des étages de terrasses, reliées entre elles par des canaux
d'irrigation, qui assurent un débit d'eau égal et régulier. Et ils
réussissent ainsi à transformer en champs fertiles, où pousse
principalement le riz, les falaises les plus escarpées._

[Illustration: La naissance d'une ville militaire: construction de
maisons destinées aux officiers de la garnison de Labry.]



LE PRIX DE LA VIE DANS NOS GARNISONS DE L'EST

_L'augmentation considérable des forces disposées le long de notre
frontière de l'Est, la création de garnisons nouvelles, le brusque
développement de celles qui ont reçu un surcroît de troupes, ont posé,
de façon pressante, des questions d'ordre économique étroitement liées à
l'organisation de la défense nationale. Dans notre numéro du 18 octobre,
nous avons montré, en signalant l'arrivée du 16e bataillon de chasseurs
à Labry, l'effort accompli, en trois mois, pour loger nos soldats:
quelle va être, d'autre part, la situation matérielle des officiers et
des sous-officiers dans ces grandes villes militaires de l'Est,--que
vient précisément de visiter, pour une rapide enquête, depuis Mézières
jusqu'à Lunéville et Baccarat, une sous-commission de la Chambre,
composée de MM. Cochery, Combrouze et Albert Thomas? L'article suivant,
que nous envoie M. Georges Servant, donnera sur ce point d'utiles
précisions:_

Nous ne pouvons, ici, faire porter l'étude des conditions nouvelles où
se trouvent, dans l'Est, nos officiers et sous-officiers sur tous les
centres militaires répartis le long de la frontière: elle entraînerait
une documentation considérable et, sans doute, peu diverse. Pour faire
ressortir les résultats d'une brève enquête, nous avons choisi, en
manière d'exemples, trois centres voisins, qui, malgré la différence
numérique de leur population, présentent des caractères semblables.
Verdun, c'est la grande ville forte, garnison ancienne dont on double
presque le contingent; Etain, c'est la petite ville campagnarde; Labry,
c'est le simple village, deux garnisons nouvelles où l'apport des
troupes a transformé complètement la vie.

Tout d'abord, il faut constater qu'une grande partie des difficultés
présentes vient du retard apporté dans la construction des casernes; et
la première cause en est la lenteur avec laquelle la Chambre a discuté
le vote des crédits nécessaires. Le délai dans lequel les travaux
devaient être exécutés ayant été réduit au minimum, les exigences des
entrepreneurs ont augmenté: ne leur fallait-il pas prendre des équipes
plus nombreuses et, pour hâter l'exécution des marchés, utiliser des
moyens plus rapides mais aussi plus coûteux? L'afflux considérable des
ouvriers, la plus-value de la main-d'oeuvre ont encore fait croître le
prix de la vie, et tout a concouru ainsi à compliquer la situation que
les troupes allaient trouver à leur arrivée.

A Verdun, le contingent militaire n'atteindra heureusement son chiffre
définitif que dans quelques mois: la garnison de 16.000 hommes en
comptera 25.000. De cette augmentation de forces devait nécessairement
naître la difficulté de procurer aux nouveaux officiers et
sous-officier--les premiers au nombre de 120 par régiment, les seconds
au nombre de 30 à 40--les logements indispensables. Si, malgré les
retards, les casernes ont pu être à peu près terminées, comment
l'industrie privée eût-elle pu arriver à construire ceux-ci? Verdun,
déjà pleine de soldats, se voit envahie par les nouveaux arrivants, qui
prennent ce que leurs prédécesseurs n'avaient pas voulu; les
propriétaires profitent de cet état de choses anormal, augmentent leurs
prix et vont jusqu'à les doubler.

Dans un faubourg, une chambre non garnie se paie 50 francs par mois. Un
officier a pour 275 francs par an un véritable taudis, un autre paie 300
francs une demeure d'où le confort est absent,--et ceci loin du centre,
dans un endroit incommode et dont les abords sont vraiment indignes
d'eux.

Les sous-officiers ne sont pas mieux partagés. Nous en connaissons un
qui, avec sa femme et un enfant, se loge dans deux misérables pièces
pour 23 francs par mois; un autre occupe, pour 300 francs par an, trois
pièces dans une petite maison en planches. Heureusement, l'autorité
militaire s'est préoccupée de leur sort. Deux grands pavillons, pouvant
abriter chacun douze ménages, ont été construits pour eux par les soins
du génie; les appartements comprennent tous une vaste chambre à deux
fenêtres, une salle à manger, une cuisine et un cabinet de débarras.

Etain, petit bourg de la plaine de la Woëvre, présente un cas
particulier. La Société de la Corroierie Lorraine s'est, il y a deux ans
environ, réunie à la Société de Champigneulles et aussitôt les ouvriers
se sont portés vers leur nouveau centre de travail, abandonnant la ville
et leurs logements qui, depuis le temps, sont demeurés vides. En
arrivant, les sous-officiers au moins ont trouvé des locaux pour les
recevoir: il est vrai que les propriétaires, pour rattraper la
«non-valeur» des dernières années, ont doublé le chiffre des loyers. Et
même, il n'est pas rare de voir porter à 350 francs le prix d'un
logement fixé jadis à 120 francs.

Près de la gare, au premier étage d'un immeuble, deux sous-officiers,
occupant chacun deux pièces et une cuisine, ont un loyer annuel de 250
francs; dans le centre, un lieutenant, pour trois pièces et une cuisine,
paie 400 francs; un capitaine, pour un appartement plus vaste, mais
situé au-dessus d'un café, 550 francs. Dans les hôtels, la pension varie
de 90 francs à 110 francs.

A Labry enfin, il eût été matériellement impossible de loger les
officiers et sous-officiers ailleurs qu'en campement chez l'habitant. Le
problème aurait donc dû s'y poser plus ardu encore qu'ailleurs; mais,
dès que la décision ministérielle prévoyant à Babry l'établissement
d'une garnison fut connue, une initiative privée, que nous avons déjà
signalée, vint seconder les efforts des autorités militaires. Le même
entrepreneur qui, avec une rapidité très remarquée, et dont le
complimenta le ministre de la Guerre lors de son inspection, édifiait
les casernes, mit une égale énergie à construire les pavillons destinés
aux officiers et sous-officiers: insuffisants encore en nombre poulies
loger tous, ils peuvent servir d'exemple à ceux qui voudraient compléter
cette belle entreprise. Les appartements, sains et aérés, comprenant
deux et trois pièces et une cuisine, sont loués 350 francs et 450 francs
aux sous-officiers. Plus confortables et plus coûteux aussi, les
appartements ou les maisons réservés aux officiers comportant un loyer
de 700 à 1.800 francs; mais de belles et nombreuses pièces leur sont
offertes pour ce prix, et l'électricité, l'eau, le chauffage, leur
assurent de précieuses commodités.

Il serait à souhaiter que d'autres initiatives arrivent à des résultats
aussi heureux. La Société Immobilière que dirige un ancien officier du
génie, le général Drouhez, a déjà acquis des terrains dans cette région
de l'Est; mais, reculant devant la difficulté de faire bâtir cette année
à cause de l'augmentation de la main-d'oeuvre, elle a remis sa tâche à
plus tard. Pourquoi, d'autre part, n'appliquerait-on pas aux
constructions de ce genre le principe des habitations ouvrières à bon
marché? On pourrait voir ainsi s'élever des cités nouvelles qui, prenant
comme centre la vie militaire, lui emprunterait sa régularité et son
ordonnance.

Mais au problème du logement s'ajoute celui, non moins important, de la
nourriture. Déjà cette question se posait dans notre région de l'Est
avant l'arrivée des nouvelles troupes: elle s'est, depuis,
singulièrement compliquée.

L'enchérissement des vivres vient tout d'abord de l'insuffisance du sol
à nourrir l'immense population qui vit sur lui. Depuis de nombreuses
années, l'exploitation des bassins de Briey, Longwy, Pont-à-Mousson, a
transformé les paysans en mineurs et amené un nombre d'ouvriers
considérable dans la contrée. Le prix de la vie a augmenté et,
naturellement, ceux qui peuvent dépenser le plus, les ouvriers et les
employés des usines et des mines dont le salaire est élevé, accaparent
la meilleure partie des objets de première nécessité,--au détriment des
fonctionnaires et des officiers qui, avec de modestes ressources, ne
peuvent arriver que difficilement à subvenir à leurs besoins. Justement
ému par cette situation, le ministre de la Guerre a accordé aux
officiers et sous-officiers des garnisons de Labry, d'Etain et de Stenay
l'indemnité de résidence affectée à la garnison de Paris. Peut-être
pourrait-on faire davantage encore en essayant de faciliter d'une façon
générale la vie matérielle des habitants de nos régions de l'Est. Sans
doute tous les capitaux ont-ils été absorbés depuis dix ans par toutes
les entreprises industrielles qui se sont développées dans cette partie
de la France. Mais, de l'intérieur du pays, de Reims, de Lille,
d'Amiens, les producteurs ne pourraient-ils venir installer sur notre
frontière des magasins, des succursales où nos soldats trouveraient, au
point de vue de l'alimentation surtout, tout ce qui leur est nécessaire?
Il semble que cet effort pourrait être tenté et que, si commerçants,
compagnies de transport, autorités civiles et militaires se mettaient
d'accord, d'appréciables résultats seraient obtenus dans ces régions de
frontière.

GEORGES SERVANT.

[Illustration: Pavillons pour sous-officiers, édifiés à Verdun par les
soins du génie.]



[Illustration: UN JOLI SITE MENACÉ: LES CASCADES DE GIMEL _Cliché M.
Beynié._]

Il y a peu de mois, au moment où les syndicats d'initiative du Centre
faisaient leur grand appel au tourisme et conviaient le président de la
République à venir admirer les sites du Limousin, du Périgord et du
Quercy, le conseil municipal d'une commune de la Corrèze donnait à un
industriel allemand, M. Streubel, l'autorisation de dériver les eaux qui
alimentent les cascades de Gimel. C'était la fin des merveilleuses
chutes qui sont l'un des trésors touristiques du Limousin.

Bien que le site eût été classé depuis plusieurs années, sur la demande
même du propriétaire du terrain des cascades, le peintre Gaston
Vuillier, l'industriel allemand, fort de la délibération du conseil
municipal de Gimel, n'a pas hésité à commencer les travaux de captage en
amont des cascades. Ces travaux, il est vrai, ont été arrêtés presque
aussitôt par les agents des Eaux et Forêts, et procès-verbal a été
dressé contre M. Streubel qui ne s'était pas encore muni des
autorisations administratives nécessaires. Mais l'affaire n'est
malheureusement pas close. La protection des paysages est assez
médiocrement assurée par notre législation actuelle et l'on peut
seulement espérer que l'on parviendra à sauver les cascades limousines
dont cette photographie montre la puissante beauté.



CE QU'IL FAUT VOIR

PETIT GUIDE DE L'ÉTRANGER A PARIS

J'ai reçu, cette semaine, les doléances, d'ailleurs fort courtoises,
d'un étranger qui est venu montrer Paris à ses enfants, à l'occasion des
vacances de la Toussaint, et qui me déclare avoir rapporté une assez
fâcheuse impression d'une promenade qu'il a faite avec eux au Jardin des
Plantes. Cet étranger, qui aime et qui admire Paris, n'y était pas
revenu depuis un assez grand nombre d'années. Entré au Muséum par la
porte principale de la place Valhubert, du côté de la Seine, il s'est
dirigé vers la partie des jardins où le portaient ses souvenirs de
jeunesse: vers les cages des animaux féroces et des oiseaux de proie, la
grande volière et le pavillon des reptiles, la fosse aux ours et la
rotonde des «grands animaux». Il reconnaît que le spectacle donné aux
hommes par tant de bêtes assemblées n'est pas moins intéressant
aujourd'hui qu'il ne l'était autrefois; mais il a trouvé minable, en
général, l'aspect des bâtiments où ces bêtes sont logées; il lui a
semblé, me dit-il, que cette riche exposition était un peu compromise
aux yeux du passant par la pauvreté de son décor. Ce fut sa première
déception. Il en éprouva une autre quand, au seuil des galeries qu'il
eût désiré visiter, des gardiens l'arrêtèrent, lui demandant le billet
d'entrée qu'il n'avait pas. Et il conclut mécontent: «Le Jardin des
Plantes a donc cessé d'être un jardin public?»

Eh non, le Jardin des Plantes est bien un jardin public, et c'est même,
monsieur, sa faiblesse... Car, si les visiteurs étaient obligés de
donner, pour y entrer, un peu d'argent, la vénérable Maison de Guy de
Labrosse, de Buffon et de Bernardin de Saint-Pierre serait plus riche.
On aurait le moyen d'y loger les animaux aussi somptueusement, au moins,
qu'en ces jardins zoologiques payants de l'étranger, dont on nous oppose
trop facilement l'exemple. On aurait le moyen d'édifier; on n'a même
pas, actuellement, celui de démolir! Et c'est, pour les amis du Muséum,
un vrai sujet de tristesse--et presque un sujet d'humiliation--que le
spectacle de ces vieilles galeries de la rue Cuvier qu'on utilise
encore, tant bien que mal (car telle est la richesse croissante de nos
collections qu'il les faut bien entasser où on peut!) et dont les
carcasses vermoulues devront rester debout, tant qu'on n'aura pas
l'argent qu'il faut pour les jeter par terre...

Heureusement, il n'y a pas au Muséum que ces galeries-là: il y a les
trois maisons admirables dont mon correspondant se plaint qu'on lui ait
interdit l'entrée,--qui est libre deux jours par semaine, et, les autres
jours, réservée aux travailleurs, aux personnes qu'effraye le bruit de
la foule. Mais à ceux-là est délivré _gratuitement_, sur leur demande,
le billet de famille qui leur permettra de s'instruire le plus
commodément du monde, de s'instruire et de s'enthousiasmer au spectacle
des richesses les plus étonnantes, des plus rares trésors que le génie
humain ait accumulés en aucun musée de l'Univers. Les deux palais de la
Zoologie et de l'Anthropologie, de construction relativement récente, le
palais de la Géologie, des Minéraux et de la Botanique, dont l'unique
galerie, vieille de près d'un siècle, constitue, en sa simplicité, l'un
des plus augustes décors qui soient à Paris,--voilà, pour le touriste
étranger qui consent à ne pas aimer de Paris que ses boulevards et ses
music-halls, l'une des premières choses et des plus nécessaires qui
soient à voir! D'autant que pour revenir du Jardin des Plantes aux
Champs-Elysées, il y a le bateau,--pour deux sous! Et je vous ai déjà
dit le charme unique de cette promenade.

                                     *
                                    * *

En attendant le Salon d'automne où nous serons conviés bientôt, diverses
petites expositions sollicitent, çà et là, nos curiosités. Je ne vous
recommande pas celle des Synchromistes; mais je la signale simplement,
et par acquit de conscience, comme j'ai précédemment signalé celles où
le cubisme, le futurisme, l'orphisme s'épanouissaient. Les fondateurs de
cette école nouvelle en ont exposé la raison d'être et l'objet dans une
petite brochure que deux ou trois échantillons de «synchromie»
accompagnent. N'essayez pas de comprendre; ce serait une peine inutile.
Mais ne vous moquez pas, non plus; car rien ne nous autorise à douter
que ces inventeurs d'on ne sait quoi ne soient sincères.

                                     *
                                    * *

Retournez plutôt au Louvre. Dans la salle Mollien, affectée à la
peinture du dix-septième siècle, vient d'être provisoirement exposé--en
attendant que soient constituées les salles d'_Orient_--le fameux tapis
persan provenant de l'ancienne collégiale de Mantes, et récemment acquis
par l'État. C'est un morceau unique. Il date de la seconde moitié du
dix-septième. Tissé en soies et en laines du coloris le plus somptueux,
le tapis de la salle Mollien offre aux yeux l'un des plus splendides
échantillons qui soient d'un art où se combinent si curieusement
«l'esprit de géométrie» et le sens du pittoresque éperdu. Un pan de
toile peinte à l'aquarelle remplace une partie du tapis, coupée... on ne
sait quand! Ce n'est pas une des moindres originalités de l'oeuvre,
acquise au prix de 30.000 francs.

                                     *
                                    * *

Encore une lettre! Celle-ci contient une requête, et tout à fait
intéressante. La voici:

«... La Comédie-Française aura à sa tête, dans quelques semaines, un
nouvel administrateur général; et l'on attend, je crois, de M. Albert
Carré, diverses réformes. Oserai-je proposer à son attention
bienveillante l'idée d'une innovation très simple, qui ne coûterait
rien, qui ne jetterait le désarroi ni dans les traditions ni dans les
intérêts, et dont la réalisation serait accueillie avec plaisir non
seulement par ceux qui viennent du dehors visiter Paris, mais par ceux
qui l'habitent?

»Cette innovation consisterait à ouvrir, une fois par semaine, dans la
matinée, (c'est-à-dire avant l'heure où le travail des répétitions
commence), _les coulisses_ de la Comédie-Française au public, comme on
lui ouvre les musées, les châteaux, les monuments «classés». J'entends
par les coulisses: la scène et ses abords, les foyers d'artistes et les
couloirs, au besoin (avec l'autorisation de ceux-ci) quelques loges de
sociétaires. La Comédie-Française n'est pas seulement une très grande
maison; elle est, même dans les parties où la foule ne pénètre pas, le
plus élégant, le mieux orné, le mieux ordonné de nos théâtres. On sent,
dès qu'on y est entré, qu'une tradition auguste habite ces murs-là...
Alors, pourquoi ne pas classer les coulisses du Théâtre-Français au
nombre des choses «qu'il faut voir» à Paris, ou que, du moins, il est
officiellement permis d'y voir?»

Je ne sais s'il plaira à M. Albert Carré d'inscrire au programme de la
Comédie ce nouveau genre de spectacle... Mais je conviens, en effet,
qu'il aurait un succès fou.

UN PARISIEN.



AGENDA (8-15 novembre 1913)

CONFÉRENCES.--A la Sorbonne (grand amphithéâtre), le _8 novembre_, à 8
h. du soir, au cours de la fête de l'Union des Sociétés françaises de
sports athlétiques, conférence de Me Henri-Robert, sur l'éducation
physique et sportive.--Les lundis à 5 heures, au théâtre Femina,
conférences de M. Henry Bidou, critique des «Débats», sur le
dix-septième siècle.--Salle Gaveau, (45, rue La Boétie): visions d'art
de M. Gervais-Courtellemont, conférences illustrées avec projections en
couleurs: le _13 novembre_, à 3 heures, le Maroc d'hier et
d'aujourd'hui; le _14_, à 9 heures du soir, l'Empire ottoman après la
guerre des Balkans.

EXPOSITIONS.--Galerie Georges Petit (8, rue de Sèze): exposition de la
gravure originale en couleurs.--Galerie Haas et Gross (4, rue
Édouard-VII), dessins de Romney, inspirés par les oeuvres de
Shakespeare.--Galerie Arthur Tooth (41, boulevard des Capucines):
tableaux de M. Sidney Adamson.--Galerie La Boétie (6 1/2 bis, rue La
Boétie): exposition Henri Valensi.--Galerie Boutet de Monvel (18, rue
Tronchet): céramiques de Lachenal.

L'EXPOSITION D'AVICULTURE.--Au Grand Palais: du _12 au. 16 novembre_,
exposition internationale d'aviculture.

FÊTE DE LA CHANSON.--Le _12 novembre_, au Conservatoire, en soirée, fête
de la Chanson française, organisée par MM. Maurice de Féraudy et Xavier
Privas.

CONCERTS ET AUDITIONS.--Le _8 novembre_, à l'Institut, audition de la
cantate de Mlle Lili Boulanger, premier grand prix de Rome de
musique.--Le _11 novembre_, à 8 h. 45 du soir, salle des concerts du
Conservatoire, première audition du Salon des musiciens français.

FÊTE.--Le _8 novembre_, à la Sorbonne, à 8 heures du soir, fête de
l'Union des sociétés françaises de sports athlétiques.

SPORTS.--_Courses de chevaux_: le _8 novembre_, Saint-Cloud; le 9,
Auteuil; le 10, Saint-Cloud; le 11, Saint-Ouen; le 12, Maisons-Laffitte;
le 13, Auteuil (prix de Vincennes); le 14, Saint-Cloud; le 15,
Vincennes.--_Boxe: le 15 novembre_, à Luna-Park, match
Jeff-Smith-Bernard.



LES THÉÂTRES

La presse quotidienne, rendant compte de la représentation de
l'_Occident_, de M. Henry Kistemaeckers à la Renaissance, en a vanté
surtout la haute et salutaire inspiration animant des scènes
mouvementées, chatoyantes, toujours intéressantes et parfois émouvantes.
On y a vu un conflit entre l'Orient et l'Occident; on y peut voir
encore, et surtout, un conflit entre la passion et le devoir; et la
scène que représente notre première page montrant l'enseigne Merronay
bouleversé entre les supplications de son amour et les exhortations à la
discipline, exprime bien la portée, dégage la morale de cette oeuvre, si
chaleureusement applaudie avec ses interprètes, au premier rang desquels
M. Tarride et Mme Suzanne Després.

LES LIVRES & LES ÉCRIVAINS

SAINT AUGUSTIN

Il y a toujours un livre qu'un écrivain rêve d'écrire en sa vie, un
livre qui sera vraiment pour lui le Livre, et qui est conçu par le coeur
avant de germer dans le cerveau. L'«oeuvre» d'ailleurs ne se crée que
peu à peu. Elle s'épanouit lentement, avec mille hésitations, page par
page. L'écrivain lui a consacré les instants les plus intimes, les plus
secrets, les plus précieux de sa pensée. Il a vécu avec elle, en elle,
ces heures de passion, d'extase, de délire, que l'on ne donne qu'à
l'amour. Entre les besognes quotidiennes, entre les autres travaux de
son art, il est revenu en amant, en croyant, avec une fidélité de
mystique, au manuscrit informe, sabré de ratures, rapiécé de notes, où
il s'absorbe comme dans une prière ou une vision et qui, après des
années et des années seulement, sera livré aux profanes. Une oeuvre de
cette nature exceptionnelle est née d'hier. C'est le _Saint Augustin_[1]
de M. Louis Bertrand.

[Note 1: _Saint Augustin_, Fayard éditeur, 3 fr. 30.]

M. Louis Bertrand nous a donné de beaux livres. Nous lui devons le _Sang
des races, la Cina, L'Invasion_. Il a charmé notre imagination par les
poèmes de lumière blanche que sont ses récits de voyage, et intrigué
notre esprit par ses réquisitoires, d'une éloquence imprévue, contre le
classicisme. Mais le Livre de M. Louis Bertrand est son _Saint
Augustin_.

Cette oeuvre est-elle un chef-d'oeuvre? D'aucuns--et nous en sommes--la
salueront comme telle. Mais il n'est peut-être pas sûr que ce
chef-d'oeuvre soit celui-là même qu'a voulu réaliser son auteur. Il
apparaît, en effet, que M. Louis Bertrand s'est surtout proposé de nous
révéler un saint Augustin encore ignoré de nous, un latin sensible,
racinien et romantique, tout à fait autre que le Maître intransigeant
revendiqué par les disciples de Jansénius. Il a tenté, d'autre part, de
reconstituer sous nos yeux, en sa grandeur, sa lumière et son tumulte,
l'époque où vécut l'évêque d'Hippone. Cette résurrection de l'Afrique
latine du quatrième siècle et du début du cinquième, M. Louis Bertrand
nous semble l'avoir réussie magnifiquement avec une sûreté documentaire,
avec une puissance d'évocation, une diversité d'images et un faste
lumineux qui imposent à notre esprit un long enchantement. Nous sommes,
à chaque page, éblouis par le soleil ressuscité de l'Afrique latine.
Voici Thagaste, le municipe où vécurent Patricius et Monique, la ville
natale d'Augustin, la même jadis qu'aujourd'hui, avec ses petites rues
blanches qui montent vers des buttes argileuses, sa double file de
maisons rutilantes au soleil matinal, et dont les seuils se frangent
d'une ombre épaisse. Mais, surtout, voici Carthage, «la splendide,
l'auguste, la sublime Carthage» des auteurs africains, presque aussi
peuplée que Rome et à peine moins étendue, avec, elle aussi, son
Capitole et son Palatin sur la colline de Byrsa, avec sa place Maritime,
où affluaient les étrangers récemment débarqués et les oisifs en quête
de nouvelles, où les libraires exposaient les livres et les pamphlets du
jour; avec ses dix-sept basiliques chrétiennes et ses sanctuaires
païens; avec ses théâtres, son cirque, son stade, son amphithéâtre aussi
vaste que le Colisée romain; avec ses citernes colossales, son grand
aqueduc, ses thermes, ses droites avenues, pavées de larges dalles, ses
jardins publics et ses marchés; Carthage grenier de Rome et qui pouvait
affamer la métropole s'il lui plaisait; Carthage, avec ses foules
grouillantes et ses élites raisonnantes, capitale d'Afrique où se
coudoyaient tous les échantillons des races du soleil, depuis le nègre
amené du Soudan par le marchand d'esclaves, jusqu'au Numide romanisé,
Babel de races, de coutumes, de croyances et d'idées, où le futur
apôtre, l'étudiant curieux et ardent à la dispute, trouvait un abrégé
vivant des religions et des philosophies de son époque.

Vous vous émerveillerez de cette vision de Carthage en son prodigieux
tumulte de foules, en ses retentissantes luttes d'idées. Et précisément
parce que le tableau est immense, multiple en son mouvement et tellement
divers en ses jeux de couleur, il arrive que notre attention s'y égare
et qu'Augustin--à Carthage comme d'ailleurs à Rome, à Milan, dans la
villa de Verecundus et dans le monastère d'Hippone--y perd parfois son
relief de figure centrale. Le décor trop puissant absorbe le personnage.
La splendeur des images partout jaillissantes nuit à l'expression du
portrait proposé, et nous ne sommes pas bien sûrs, en atteignant, à
regret, la fin de cette oeuvre vraiment rare, que l'apologète ait gagné
son procès. Le saint Augustin--l'auteur de la doctrine impitoyable de la
prédestination--présenté avec une douceur d'âme, une sensibilité toutes
modernes, par M. Louis Bertrand, est-il plus vrai que le rude Africain
au génie intraitable et un peu barbare, le violent apôtre dont
j'émerveillèrent Arnauld d'Andilly et les solitaires de Port-Royal? La
discussion, au moins, reste ouverte sur le caractère de l'homme et sur
le rayonnement du saint. Nous échappons au mirage en même temps que
s'évanouissent les images. Et la beauté de ce livre chrétien, écrit par
un poète ardent de la vie et un adorateur passionné de la lumière, reste
tout de même un peu païenne.

ALBÉRIC CAHUET.



LE HAMAC POUR NOS SOLDATS

_L'article publié par_ L'Illustration _dans son numéro du 4 octobre,
pour exposer les avantages qu'il y aurait à substituer dans les casernes
le hamac des marins au lit des fantassins nous a valu quelques
objections et quelques critiques auxquelles notre collaborateur, M.
Sauvaire Jourdan, qui fut l'auteur de cette proposition va répondre:_

Le lit en bois a disparu des casernes ou presque, me dit-on, et les
punaises avec.

A quoi je répondrai que la suppression du lit en bois et son
remplacement par le lit en fer est seulement un but vers lequel tend
l'administration de la Guerre.

En attendant, on trouve encore des lits en bois dans nombre de casernes
et de quartiers, et les punaises continuent à y prospérer. Et on en
trouvera encore longtemps puisque l'administration vient de passer tout
récemment un marché pour 80.000 _tréteaux en bois de modèle réduit_, au
coût de 3 francs chaque.

On m'objecte encore: «Vos calculs sont fantaisistes, et vous avez dû
oublier, dans le prix de 49 francs que vous donnez pour le hamac, le
matelas, les couvertures, etc.»

Or, voici le décompte exact des diverses fournitures qui rentrent dans
la composition du hamac et du lit militaire:

  2 toiles de hamac à 7 fr. 78   Fr. 15 56
  1 matelas                           13 39
  2 couvertures à 7 fr. 80            15 60
  2 araignées à 0 fr. 25               0 50
  2 anneaux à 0 fr. 25                 0 50
  2 rubans à 0 fr. 20                  0 40

                 Total            Fr. 45 95

Ceci est le prix du hamac tel qu'il est fabriqué par la Marine elle-même
dans ses arsenaux. Si on veut y ajouter un drap du prix de 3 fr. 90, on
atteint le total de 49 fr. 85. qui est bien celui que j'ai indiqué.
Voici maintenant pour le lit militaire (en fer):

  Chalets à tréteaux de fer.         Fr. 9  »
  Un sommier métallique                 17  »
  Un matelas avec enveloppe             37  »
  Un traversin                           6  »
  4 draps à 7 fr. 15 pièce              28 60
  Une couverture                        22  »
  Un couvre-pieds ou demi-couverture    11  »

                 Total.            Fr. 130 60

Ce total de 130 fr. 60 dépasse de 17 fr. 60 celui de 113 francs que
j'indiquais dans mon article. J'avais calculé sur le lit en bois. Il en
résulte que l'économie par unité n'est plus seulement de 64 francs mais
bien de 81 francs, et celle que l'administration de la Guerre aurait pu
réaliser pour les 250.000 hommes de la nouvelle classe est de 20.250.000
francs au lieu de 16 millions!

Pour ce qui est de la différence notable entre les prix payés par la
Guerre et ceux payés par la Marine pour les draps, couvertures, matelas,
il n'y a vraiment qu'une chose à en dire, c'est que la Guerre pourrait
s'informer auprès de la Marine des procédés qu'elle emploie pour avoir
ces fournitures à si bon compte.

«Il n'y a pas d'économies à faire sur l'entretien, dit-on encore: le
soldat de terre ne lavant pas ses draps, ne pourra laver les toiles de
hamac!»

C'est vraiment avoir trop mauvaise opinion du soldat français. Une foule
de jeunes inscrits maritimes arrivant au service de la Marine ignorent
l'art de laver une toile de hamac. Une leçon suffit pour le leur
apprendre, et puis c'est fini pour la vie!

Enfin, et c'est ici la plus étonnante des objections faites à l'emploi
du hamac dans l'armée, on m'écrit qu'un soldat ne pourrait se faire à
une couchette telle que le hamac! Et pourquoi donc, s'il vous plaît? Nos
marins sont-ils d'autres hommes que nos soldats? Pensez-vous que, tous
petits, ils ont été habitués au hamac? Si cela peut être exact pour un
faible nombre de pêcheurs de Terre-Neuve et d'Islande (et encore la
plupart d'entre eux ont-ils à bord des couchettes en planches) l'énorme
majorité des jeunes gens qui viennent à la Marine n'a connu auparavant
que des lits plus ou moins confortables, mais lits tout de même. Et
croyez bien qu'ils goûtent à leur première nuit de hamac le même repos
que dans ces lits, si ce n'est un meilleur.

Donc, je me permets de conclure à nouveau que les plus fortes raisons de
propreté, de commodité, d'économie, plaident en faveur du hamac de marin
et veulent qu'on l'emploie pour nos soldats. Je sais bien qu'il y a la
terrible routine? Mais, qu'on fasse un essai! Beaucoup de jeunes gens
qui vont entrer au service s'y prêteraient volontiers.

SAUVAIRE JOURDAN, _capitaine de frégate de réserve._



DOCUMENTS et INFORMATIONS

LA «BROUSSETTE».

Il y a quelques mois, notre confrère le _Matin_ entretenait ses lecteurs
d'un nouveau système de portage aux colonies. Il s'agissait de
pousse-pousse monoroue conduits par deux hommes qui en maintenaient en
même temps l'équilibre. Et il était question également d'un truc
indéversable à une seule roue, à traction humaine, pouvant porter les
bagages des coloniaux en tournée.

Mais voici que, dans le même ordre d'idées, un nouvel appareil réalise
un progrès encore sur les systèmes précédents. La photographie que nous
reproduisons représente un véhicule à une seule roue et son mode
d'attelage, avec un harnais spécial, qui peut servir à tous les animaux
tracteurs, cheval, mulet, bouf porteur ou âne. La «broussette» ou
voiture de brousse--imaginée par M. G. Brousseau, administrateur de lre
classe à Madagascar--peut porter jusqu'à 1.000 kilos. Elle se compose,
comme on peut le voir, de caissons en tôle situés au-dessous de l'axe de
la roue et de brancards plats et rigides, d'une forme spéciale,
s'appuyant sur un bât de 0 m. 90 de largeur. Ce dispositif permet
d'équilibrer la charge comme dans un bateau.

[Illustration: Un vapeur de 6.000 tonneaux, ensablé depuis sept ans, à
30 mètres du rivage, sur une côte déserte du Guatemala.--_Phot. Hauff._]

Conduit par deux hommes et un boeuf, ce nouvel appareil de portage peut
faire le travail de 40 porteurs. Les caissons en tôle étant étanches, il
peut traverser les rivières par ses propres moyens, avec une certaine
charge. On voit les avantages, et surtout l'économie énorme qu'est
susceptible de réaliser son emploi dans les régions de nos colonies où
n'existent encore que des sentiers muletiers. Ajoutons que l'inventeur
n'entend tirer aucun profit personnel des garanties que lui assurent ses
brevets et qu'il est surtout soucieux de mettre à la disposition de
l'administration coloniale, des colons et des indigènes, un appareil de
transport appelé à rendre les plus appréciables services.

A PROPOS DU CENTENAIRE DE LEIPZIG.

En opposant, dans notre numéro du 18 octobre dernier, l'Arc de triomphe,
tout imprégné de génie latin, et le monument de Leipzig, chef-d'oeuvre
de la «manière germanique», nous avons rappelé quelle fut cette bataille
des Nations, «où 350.000 alliés--Autrichiens, Russes, Suédois, Anglais,
Prussiens--vinrent à bout, après une lutte de quatre jours, de 157.000
Français». Il eût été juste de préciser--et c'est un de nos lecteurs de
Pologne qui nous en fait la remarque--que dans nos rangs combattaient
environ 1.400 Polonais, sous le commandement du prince Joseph
Poniatowski. Nommé, pour son héroïsme, maréchal de France au début de
l'action, il devait succomber dans la malheureuse retraite: après avoir
vaillamment contenu les colonnes ennemies sur les bords de l'Elster,
blessé à deux reprises et ne voulant pas se rendre, il se précipita, à
cheval, dans le fleuve où il se noya. «Toute la Pologne, nous écrivait à
la fin du mois dernier notre correspondant, commémore en ce moment la
mort de son héros.»

[Illustration: Pour les transports aux colonies: la _broussette_,
voiture de brousse, à une roue, imaginée par M. Brousseau.]

LES FANTAISIES DE LA TEMPÊTE.

Il y avait jadis, pour quiconque allait la première fois à Belle-Ile,
une facétie classique. Les loups de mer qui amenaient de Quiberon, sur
leur barque, le «terrien», le Parisien, ne manquaient jamais de lui
signaler, du large, tout au sommet de la falaise, sur le plateau, trois
mâts bien gréés, dominant les vieux ormes et profilant sur le doux ciel
breton le fin réseau de leurs manoeuvres: la «mâture», fichée en pleine
terre, où s'exerçaient à la manoeuvre les apprentis marins de la colonie
pénitentiaire. L'explication était plus stupéfiante encore que cette
apparition insolite elle-même: une grande tempête avait hissé là, à 30
mètres de haut, ce navire tout équipé, et l'avait mollement déposé sur
le gazon.

Pourquoi pas? Les pêcheurs dont les huttes de roseaux avoisinent la
plage d'Ocos, au Guatemala, ont été, en 1906, témoins d'une fantaisie à
peine moins extraordinaire de l'Océan.

Le vapeur _Sesostris_, de 6.000 tonnes, qui attendait en rade son
chargement de café, fut surpris par un coup de vent avec ses feux
éteints. Avant qu'il eût pu appareiller, il chassait sur ses ancres et
se trouvait jeté à la côte à 30 mètres environ dans les terres. La mer,
en se retirant, le laissa à sec. Il s'y trouve encore. «On n'a pas
désespéré de le renflouer. On s'efforce de creuser un canal qui le
remettra en communication avec son élément. En attendant, il demeure
intact ou à peu près, avec presque tout son gréement, ses
machines,--jusqu'au piano de son carré. Tout cela, en bon état, est
confié à la garde d'un nègre qui, installé à bord, est bien le
Guatémalien le mieux logé du pays. C'est la vie de bord sans le roulis,
sans le tangage, sans le mal de mer,--l'idéal, enfin, si l'idéal était
de ce monde.

LES ÉTONNANTES OBSERVATIONS D'UN NAVIGATEUR NANTAIS. Les marins
d'aujourd'hui n'ont guère plus, comme avaient les navigateurs
d'autrefois pendant les longues traversées à la voile, le loisir de se
livrer à l'observation des phénomènes physiques. Il y a plus d'un siècle
un marin nantais, le capitaine René Fruneau, avait fait, durant ses
navigations dans les mers de l'Inde et dans le Pacifique qu'il parcourut
en tous sens pendant près de trente ans pour le compte de compagnies de
commerce, une curieuse découverte qu'il nous conte en ses mémoires et
que nous signale un de nos abonnés, M. César Morel, administrateur en
chef de l'Inscription maritime.

Un jour, voguant à l'ouest de l'île Luçon, Fruneau vit monter du sein de
la mer une grande quantité de globules, qui s'épanouissaient à la
surface en petits cercles «huileux ou bitumeux», et s'éparpillaient
aussitôt en tourbillonnant; il parvint à recueillir dans un verre la
valeur de deux cuillerées de cette huile «ou bitume» qui, le soir venu,
apparut phosphorescente; quelques heures après, au calme plat succéda
une effroyable tempête. Et huit fois, au cours de ses traversées
ultérieures, il eut l'occasion de voir ainsi monter et émerger, par
temps absolument calme, ces étranges globules; huit fois une tempête
épouvantable s'ensuivit.

Nous ne croyons pas que ce phénomène ait été signalé par d'autres que
par le capitaine René Fruneau, ni qu'il ait été jamais observé ailleurs
qu'en ces régions où les eaux reposent sur des fonds de nature plus ou
moins volcanique et éruptive,--ce qui pourrait peut-être expliquer
l'ascension de ces globules de «bitume» précédant une perturbation des
éléments.

Cet homme de mer était, d'ailleurs, d'une fertile ingéniosité. Il
signale, en ses mémoires, le danger «de faire travailler des poudres par
temps sec et froid, avec des vêtements de laine, lesquels, dans ces
conditions, dégagent des étincelles». Il avait découvert aussi--n'en
ayant jamais entendu parler auparavant--et utilisait souvent, pour
aborder certaines îles en dépit du ressac, les propriétés du filage de
l'huile de coco dont il était toujours abondamment pourvu.

Enfin, par calme plat, son navire n'avançant plus, il avait imaginé de
faire, sur un coup de sifflet, courir autour du pont son équipage
poussant de soudaines et formidables clameurs; cela--nous
assure-t-il--produisait un tourbillon qui se propageait dans
l'atmosphère; il n'en fallait pas plus; la brise était provoquée, les
voiles à nouveau se gonflaient...

LES BACTÉRIES DE L'OEUF.

On a longtemps considéré que l'oeuf, protégé par sa coquille, doit
nécessairement échapper à l'invasion des micro organismes. Cette opinion
a été combattue par des observateurs qui s'appellent Zimmermann, Poppe,
et, chez nous, Chrétien. Il semble cependant qu'elle corresponde à la
réalité. M. Otto Maurer, directeur de la station expérimentale du
Kansas, vient, en effet, d'établir, par toute une série d'observations
patientes ayant porté sur plus de 6.000 oeufs, que la coquille et
surtout la mince pellicule continue qui la tapisse à l'intérieur
opposent un obstacle infranchissable à la propagation des germes venus
du dehors. Par contre, M. Maurer a mis en évidence les dangers
d'infection qui menacent ces conserves de jaune et de blanc séparés,
dont la préparation porte, en Amérique seulement, sur plus de 400.000
oeufs par jour, et auxquelles l'industrie assure des débouchés
considérables: s'il est vrai que certains microbes, le _B. subtilis_, le
_B. anthracis_, le _Proteus Zeukeri_ notamment, sont rapidement détruits
quand ils sont mis en contact avec la substance propre d'un oeuf frais,
la plupart des autres y vivent et y prolifèrent très bien. On peut même
admettre que toute conserve d'oeuf qui ne présente aucun signe manifeste
de décomposition commençante est dépourvue de nocivité, et inversement.

C'est dire que l'industrie spéciale qui s'occupe de la conservation des
oeufs «séparés» doit effectuer toutes ses manipulations avec la plus
rigoureuse propreté, et qu'il importe de nettoyer très soigneusement les
coquilles des oeufs mis en oeuvre par elle pour éviter la propagation au
blanc et au jaune des germes qui les souillent à l'extérieur. M. Otto
Maurer vient de montrer, en outre, qu'en soumettant les oeufs pendant
deux heures à une température de 70°, de manière à les dessécher
légèrement, on réduit considérablement les chances de leur infection,
sans modifier en rien ni leur composition chimique ni leur goût, et par
conséquent sans diminuer leurs qualités commerciales.

[Illustration: LE VOYAGE D'UNE LOCOMOTIVE, DANS L'ESPACE.--Une machine
de 20 tonnes passée par des câbles transbordeurs, d'une rive à l'autre,
au-dessus de la Grande-Rivière (Nouveau-Mexique). _Communiqué par le_
Scientific American.]

Depuis longtemps déjà on utilise les transbordeurs aériens pour mettre
en communication les deux versants d'une vallée. Entre deux pylônes
d'une portée souvent considérable sont tendus des câbles sur lesquels
roulent des chariots électriques où pendent des wagonnets chargés
d'objets divers: minerais, matériaux de construction, vivres, etc.
Certains transbordeurs sont même affectés au transport des voyageurs. En
voyant notre photographie, il est permis de se demander où s'arrêtera
l'audace des ingénieurs dans les emplois de ce genre de locomotion. La
machine qu'on aperçoit suspendue dans le cagnon de la Grande-Rivière
(Nouveau-Mexique) pèse 20 tonnes; les chariots qui la supportent à 100
mètres au-dessus de l'eau circulent sur des câbles amarrés à des pylônes
distants de près de 400 mètres. Il a suffi de presser sur un bouton
électrique pour envoyer cette énorme masse d'une rive à l'autre du
torrent que n'enjambe aucun pont assez solide, et la grandeur du paysage
accentue ici l'impression de force et de puissance que donne cette
manifestation du génie humain.



[Illustration: LES OPINIONS DE «MARS», par Henriot.]

Note du transcripteur: Les suppléments mentionnés en titre ne nous ont
pas été fournis.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3689, 8 Novembre 1913" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home