Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3690, 15 Novembre 1913
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3690, 15 Novembre 1913" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.

L'ILLUSTRATION, NO. 3690, 15 NOVEMBER 1913 ***



L'Illustration, No. 3690, 15 Novembre 1913

AVEC CE NUMÉRO _La Petite Illustration_ CONTENANT LES REQUINS PIÈCE EN
TROIS ACTES par M. DARIO NICCODEMI


[Illustration: LA REVUE COMIQUE, par Henriot.]


[Illustration: Ce numéro comprend:

1° LA PETITE ILLUSTRATION, Série-Théâtre n° 20: LES REQUINS, de
M. Dario Niccodemi;

2° Un SUPPLÉMENT ÉCONOMIQUE ET FINANCIER de deux pages.


L'ILLUSTRATION _Prix du Numéro: Un Franc._ SAMEDI 15 NOVEMBRE 1913 71e
Année.--N° 3690.]

[Illustration: M. ROUX. M. DAUCOURT. PRINCE VALENTIN BIBESCO. UNE ÉTAPE
DU VOYAGE AÉRIEN DE PARIS AU CAIRE L'aviateur Daucourt et son passager,
M. Roux, reçus par les aviateurs roumains à leur arrivée à Bucarest.
_Phot. Duratzo.--Voir l'article, page 365._]


_Les prochains numéros de_ La Petite Illustration _«Série-Théâtre»
contiendront:_

_Le Secret, de_ M. HENRY BERNSTEIN;
_Le Phalène, de_ M. HENRY BATAILLE;
_Le Procureur Hallers, de_ MM. HENRY DE GORSE ET LOUIS FOREST;
_L'Occident, de_ M. HENRY KISTEMAECKERS;
_Le Veau d'or, de_ M. LUCIEN GLEIZE.



COURRIER DE PARIS

LE PROGRÈS DANS LE DANGER ET DANS LA MORT

Transportons-nous, si vous le voulez bien, au siècle passé.

Que pouvait-il, alors, vous arriver dans _un escalier?..._ n'importe
lequel, petit ou grand, de service ou d'honneur?.... j'entends vous
arriver de fâcheux, car l'escalier, maintes fois, était le théâtre de
légers événements qui n'offraient rien de pénible: causeries sur les
paliers, le dos appuyé à la rampe, aventures gracieuses et inattendues,
intrigues nouées au passage et dénouées... Mais je ne considère ici
l'escalier que comme endroit dangereux. Le pire que l'on y risquait,
c'était de faire une chute, et encore la chose était-elle malaisée et
demandait-elle une certaine recherche, avec cette pente si douce, et ces
marches basses, larges, profondes, ne procédant guère que dix par dix et
entrecoupées de fréquents _repos..._ oui, pour choir dans cet
escalier-là, il fallait vraiment une forte résolution,--ou une extrême
faiblesse! Dans les deux cas il était difficile et prétentieux de se
faire beaucoup de mal. On ne roulait pas bien loin. Tout au plus
allait-on décemment, si on avait l'os tendre, jusqu'à se casser un bras
ou une jambe,... et puis voilà! Par exemple, cet escalier débonnaire
n'avait qu'une exigence, une seule, mais à laquelle tous devaient se
soumettre, _on devait le monter avec ses jambes, avec ses propres
jambes_. Il était traditionnel et logique. Il disait: «Je suis un
escalier, j'ai des marches, montez-moi.»

Voyons l'escalier d'aujourd'hui. Généralement roide, obscur et haut, il
se présente comme l'ennemi déterminé des genoux et des reins. Il abrège
le cardiaque et mûrit l'asthmatique. La plupart du temps il nécessite
une telle dépense d'énergie qu'il semble avoir été fait pour qu'on ne
le monte pas, que l'on en soit rebuté rien qu'à la vue. Pourquoi? C'est
_qu'il sait_ «qu'il y a l'ascenseur». Et même quand il a été construit
bien antérieurement, à, une époque où l'ascenseur n'était pas encore
inventé, l'escalier le prévoyait...! et se donnait dès ce moment les
façons détachées d'un passage qui bientôt ne sera plus bon à rien, qui
ne doit plus servir.

Avec cet escalier-là, plus besoin de jambes, Le podagre et le
paralytique, le cul-de-jatte, l'aveugle, l'amputé, sont en quelques
secondes au septième étage. Ils n'ont plus à compter les marches, ni à
craindre de les manquer. Elles n'existent pas.

Apprenons maintenant ce qu'on risque en échange? La mort. Et une mort
affreuse, ou, tout au moins, des accidents d'une exceptionnelle
gravité... Dans l'escalier d'autrefois, vous pouviez vous laisser aller
à une confiance absolue et ne penser à rien, vous étiez avec un ami.
L'escalier d'aujourd'hui, c'est un ennemi avec lequel vous est interdite
la moindre distraction. Si vous ouvrez par mégarde la porte palière à un
mauvais moment, vous vous précipitez dans le vide de la cage. Si dans
l'ascenseur vous avez le malheur d'allonger la jambe, c'est un pied
coupé, sans arrêt. Vous ne cessez d'être à la merci d'une machine
capable de vous jouer les plus terribles tours. On ne sort jamais d'un
accident d'ascenseur sans être un tantinet broyé. Mais vous êtes chez
vous trois minutes plus tôt! je suis forcé d'en convenir. Vous risquez
chaque jour, et plusieurs fois par jour, votre vie pour trois minutes,
pendant lesquelles vous ne faites rien et qui ne vous profitent pas.
_C'est le progrès._

Descendons dans _la rue d'autrefois_. Quels en étaient les périls
divers? Le cavalier, le carrosse, le porteur de fardeaux, sans parler du
pot de fleurs et de l'enseigne qui se détachaient. Il semble bien que,
même en étant un flâneur inattentif, on devait cependant pouvoir sortir
de chez soi exempt de toute angoisse et y rentrer intact sans s'étonner
d'être encore en vie... Les voitures, lourdes et encombrantes, étaient
empêchées d'aller vite dans les rues étroites et tortueuses et de
surprendre le piéton, et les grandes voies, vastes et faciles à
embrasser d'un coup d'oeil, permettaient au promeneur de voir venir de
loin les attelages solennels. L'accident était donc rare, et presque
toujours rendu impossible par _l'embarras_. On se disputait et on se
chamaillait davantage, on criait... mais on ne se cassait que la voix.

Tandis qu'aujourd'hui la me est le _lasciate ogni speranza_ de chaque
jour, de chaque heure, de chaque minute. Le risque le plus courant que
l'on y brave est celui de la mort... presque certaine... distribuée et
largement répandue par l'_auto_ sous toutes ses formes: la mort en
pétarade par la motocyclette, la mort bourrue par le taxi, foudroyante
et recommandée par l'auto postal, la mort en gâchis par l'autobus qui ne
pardonne pas, par les camions de fer de raffineries ou d'entreprises de
construction... Ah! que les anciennes voitures de laitiers qui
dévalaient avec un gai fracas de casseroles rétamées le long des pentes
de Belleville et de Montmartre nous semblent à présent douces et peu
meurtrières. Qui ne les regrette?

Il est indéniable, par compensation, que nous allons plus vite, et que
nous sommes beaucoup plus tôt _rendus_, même si c'est chez le
pharmacien, à Beaujon, ou à la morgue. _C'est le progrès_.

Prenons sur la route d'_autrefois_ la diligence. Qu'y avait-il à
craindre? Qu'elle versât. Elle ne s'en privait pas, et sans doute une ou
deux côtes enfoncées, quelques bonnes contusions et foulures laissaient
parfois du beau voyage un désagréable souvenir. Mais, malgré tout, ces
misères étaient honnêtes, presque raisonnables; elles se comprenaient,
elles n'avaient rien d'effroyable et de trop inattendu. Le tout était,
dans la montagne, d'éviter le précipice avec lequel on ne discute pas. A
part cela on s'en tirait en se ramassant. On ne dégringolait jamais que
de sa hauteur ou de celle du siège... et la preuve que ce n'était pas si
grave, c'est qu'on en riait après et que les dessinateurs de ce temps
nous ont laissé des centaines d'images pleines de belle humeur et de
gaieté dont les chavirements de diligences ont été le _motif..._
continuel et réjouissant, tandis que vous ne pouvez vous représenter une
seconde un Carie Vernet, un Henri Monnier ou un Lami exerçant
aujourd'hui sa verve à propos d'une collision de trains. Cette idée
odieuse, insoutenable, ne saurait venir à personne.

Pourquoi? Parce qu'ici c'est encore et toujours la mort qui entre en
scène et frappe.

Le décuplement de l'énergie et de la vitesse est une constante menace
pour la vie humaine qu'il atteint et réduit. Afin de gagner quelques
instants l'on se met en situation, mille fois par jour, de perdre des
années. On fait meilleur marché de son existence, on joue avec à
plaisir. Au lieu de laisser la mort à la place considérable, toujours
exorbitante, mais un peu reculée qu'elle occupait, à certains endroits
et carrefours de la destinée où l'on savait qu'il était bien difficile
de ne pas la trouver, comme à un poste fatal, il semble qu'on veuille,
de plus en plus, la faire entrer dans nos habitudes, dans nos moeurs,
dans le programme de nos occupations et de nos travaux; on se montre
soucieux de la mêler à tous nos actes, réputés jusqu'ici les plus
inoffensifs, on l'engage, on l'excite, on l'invite, on la défie, on la
prie à toute minute d'avancer, on lui donne partout ses entrées
permanentes, on en fait son habituelle compagnie. Si encore l'on ne
s'exposait ainsi qu'au risque plus fréquent d'être abattu par elle avec
la prompte et loyale clémence qu'elle témoignait auparavant à ses élus,
il n'y aurait que demi-mal, mais, suivant les progrès de la science,
elle aussi s'est mise au niveau de son temps. Elle se «scientifise»,
elle se sert de la matière même et des éléments du progrès et de la
découverte pour les faire contribuer à la destruction de l'homme; elle
emploie, à le supplicier avant la fin, l'électricité, le feu, toutes les
forces que celui-ci se targue d'avoir domptées. Embusquée dans la
moindre machine imaginée et construite par l'homme, la mort ne pense
plus qu'à la détraquer et la faire éclater pour punir l'homme de son
orgueil, en le mutilant.

Sans vouloir donc rechercher si l'homme a tort ou non d'arracher à la
science et à l'inconnu ses secrets en vue d'une perfection, d'une
maîtrise et d'une domination qu'il prétend nécessaires et illimitées...
sans le blâmer ni l'encourager... on peut cependant lui faire voir et
toucher du doigt que le premier et le plus sur des résultats de son
infernal génie est de faire progresser le danger et la mort dans des
proportions inouïes, démesurées, épidémiques, de les étendre et de les
vulgariser... Qu'il accepte donc avec plus de sérénité cette conséquence
inévitable de sa fureur de progrès, de sa folie de puissance et de
vitesse, de son déchaînement à se «surhumaniser» en tout... et quand, de
plus en plus fréquentes, arrivent les catastrophes, les chutes, les
collisions au-devant desquelles il a volé comme exprès... comme à un
rendez-vous, qu'il cesse ensuite de s'étonner, d'être stupide et même de
gémir, de dire: «Quelle horreur! Comment cela a-t-il pu se produire?» et
de rechercher à côté les petites causes, dans la défectuosité du
matériel... ou l'oubli du chauffeur...

Le seul _chauffeur_ coupable ce n'est pas le pauvre diable au service de
la locomotive, c'est le voyageur de toute classe, c'est vous, c'est moi,
c'est l'homme en général, l'homme du train, de l'express et du _rapide_
qu'est devenue la vie d'aujourd'hui... voilà l'unique et universel
responsable des malheurs et des deuils qu'il organise avec tant de soin!
Dans cette nouvelle et forcenée croisade de l'Orgueil ce n'est plus
«Dieu le veut», c'est «l'Homme le veut». Alors vaille que vaille! Et
tant pis pour les carbonisés et broyés de la route! de la route d'en bas
ou d'en haut! Toujours plus vite! L'Homme le veut.

HENRI LAVEDAN.

_(Reproduction et traduction réservées.)_



A PROPOS D'UNE PROVOCATION

_Une dépêche de Sofia, reproduite par les journaux quotidiens, annonçait
récemment qu'un lieutenant bulgare se rendait en France, après avoir
provoqué «au nom de ses camarades» notre illustre collaborateur Pierre
Loti, à la suite de ses articles sur les atrocités commises en
territoire turc. Le grand écrivain n'aurait pas accordé à l'auteur de
cette incartade, désavoué dans son propre pays, l'honneur d'une réponse,
si de fervents amis, Français et Turcs, n'avaient spontanément offert de
se faire ses champions. Mais M. Pierre Loti a voulu, en écrivant la
déclaration qu'on va lire, mettre l'incident au point, et empêcher
qu'une aussi ridicule provocation fût prise plus longtemps au sérieux._

Je voulais garder le silence, qui est ma manière habituelle; mais le
généreux élan de tous ceux qui m'offrent de se battre pour moi m'oblige
à parler. Ce sont des Turcs, ce sont des Français. Et, par la forme de
leurs réponses, quel bel exemple de convenance ils donnent à ce Bulgare
d'occasion!

Puissé-je maintenant les arrêter tous, par ce que je vais dire!

J'ai conscience d'avoir rempli un devoir sacré, en usant de la notoriété
de mon nom pour établir le véritable rôle, pendant la guerre, des Turcs
si calomniés, et des Alliés soi-disant chrétiens. Je me suis borné du
reste à dire sans haine ce que j'avais vu et surtout à reproduire, après
les avoir contrôlés, de plus accablants témoignages, qui depuis ont
acquis la valeur de documents historiques. Je n'ai jamais eu un mot
grossier pour les officiers bulgares et j'ai même rendu justice à leur
incontestable bravoure. Leurs soldats aussi ont été braves, et je l'ai
dit; cependant il faut distinguer: le courage militaire n'est vraiment
sublime que chez des hommes civilisés, dont la pitié, dont les nerfs
même se révoltent devant la nécessité des blessures et du sang; mais
chez des soldats sanguinaires, qui se complaisent ensuite à mutiler
leurs prisonniers, à avoir les mains rouges, le courage perd de sa
valeur et se rapproche trop du taureau furieux dans l'arène.

Dès le début, je soupçonnais que mon attitude, dont je reste fier,
pourrait bien m'attirer des coups de couteau un beau soir ou des balles
de browning. Mais j'ai reçu une chose plus imprévue: une lettre de
provocation d'un petit lieutenant de Sofia, conçue en termes tellement
ignobles que les doigts répugnent à la toucher; certain passage semble
même d'un fou. Je n'aurais pas pris la peine de lire une telle lettre,
_a priori_ jetée au panier où j'ai dû la repêcher, si les journaux
n'avaient annoncé d'abord qu'il était délégué par l'armée bulgare. Je me
refusai cependant à croire qu'un groupe d'officiers, de quelque nation
qu'ils fussent et si aveuglés par la fureur qu'on pût les supposer,
aient choisi pour les représenter un tel personnage,--et j'avais raison,
car le jeune insolent a été désavoué dans la suite.

J'estime que je ne dois aucune réparation à personne pour avoir
hautement proclamé la _vérité, l'indéniable vérité_, que des milliers
d'autres ont consignée dans différents journaux ou rapports officiels,
mais avec moins de retentissement voilà tout. Peut-être les Bulgares
eux-mêmes, plus tard, si, comme je l'espère, ils s'acheminent vers des
moeurs plus humaines, puiseront-ils dans mes écrits, _devenus pages
d'histoire_, d'utiles matières à réflexion, d'utiles enseignements.

La lettre que j'ai reçue--si elle n'était l'oeuvre isolée d'un jeune
énergumène en quête de réclame et qui n'est même pas
Bulgare--constituerait à elle seule une pièce à charge dans le dossier
balkanique, tant elle dénote de grossièreté foncière. Après avoir
constaté mon «ineptie» et mon «ignominie», la plus heureusement trouvée
et la plus amusante des épithètes qu'il me donne est celle de
«crapuleux»; il n'y a pas à dire, pour qui me connaît, je suis tout
entier dans ce mot-là!

Je dédaignerai donc, bien entendu, de recevoir les témoins que l'on
m'annonce. Il restera toujours à ces messieurs la ressource de
m'assassiner; je sors sans armes, comme sans peur, et ce sera chose
facile. Je m'étonne même que ce ne soit pas déjà fait, ainsi que
plusieurs lettres anonymes m'en avaient prévenu, en termes des plus
immondes.

Ce semblant de réponse, que voici, me semble déjà trop; aussi n'est-ce
pas au petit lieutenant un tel que je l'adresse; non, je l'écris pour
ces innombrables amis inconnus, dont la pensée suit fraternellement ma
pensée et auxquels je me dois un peu; mais c'est mon dernier mot, et je
ne répondrai plus, quoi qu'il arrive, aux injures qui me viendraient de
là-bas; certes, je me serais laissé entraîner à le faire, jadis;
aujourd'hui, au crépuscule de ma vie, le peu de rôle qui me reste à
jouer en ce monde m'apparaît beaucoup plus haut que cela.

Je me dois surtout, en cet instant, à ceux qui voudraient se battre à ma
place; après leur avoir adressé ici mon remerciement très ému et leur
avoir serré les mains, je les conjure, au nom de la sympathie qu'ils ont
sans doute pour moi, je les conjure de n'en rien faire; cela me
désolerait et me blesserait presque. Ils l'admettront, j'en ai l'espoir:
cette lettre de l'Arménien-Bulgare, à présent que je l'ai publiquement
dénoncée telle qu'elle est, ne vaut plus qu'un haussement d'épaules.
L'auteur a besoin d'une leçon, je l'accorde; mais ne sera-t-elle pas
beaucoup plus claire et plus décisive, cette leçon-là, si personne ne
ramasse son petit défi?

En terminant, je veux remercier du fond du coeur la presse de mon pays,
qui m'a soutenu, sans distinction de clans, avec une loyauté si unanime
et si belle.

PIERRE LOTI.



PARIS-LE CAIRE EN AÉROPLANE

_(Voir notre gravure en première page.)_

L'aviateur Daucourt et son compagnon M. Roux continuent triomphalement
leur randonnée vers le Caire.

Nous avons laissé les deux hardis voyageurs sur la route d'Augsbourg à
Munich. Trois jours plus tard, ils arrivaient à Vienne. Après avoir
attendu en vain le beau temps, ils quittent la capitale de l'Autriche le
2 novembre à 10 heures du matin, et, pendant 300 kilomètres, ils volent
en plein brouillard. A 2 heures de l'après-midi ils atterrissent à
Budapest; une réception enthousiaste leur est faite par l'Aéro-Club de
Hongrie et par la colonie française.

Nos compatriotes s'engagent ensuite dans les gorges encaissées du
Danube; ils passent au-dessus des Portes de Fer, et, après un vol de 400
kilomètres, sans escale, ils se reposent à Craïova. Le lendemain, pour
la première fois, le soleil est magnifique; en deux heures, ils
franchissent les 250 kilomètres qui les séparent de Bucarest: trois
aéroplanes militaires roumains, venus au-devant d'eux, les escortent
jusqu'au champ d'aviation, où les attend le prince Bibesco. Même accueil
enthousiaste à Varna dont les habitants n'ont pas encore vu d'aéroplane;
un régiment bulgare musique en tête vient saluer le départ de nos
aviateurs. Poussés vers le large par un vent de tempête, les voyageurs
atterrissent à Podima, village de pêcheurs, situé non loin des lignes de
Tchataldja. Personne ne peut les comprendre, et les paysans, les prenant
pour des Bulgares, se montrent défiants. Enfin, tout s'arrange. Le temps
se calme, l'avion reprend son vol et vient se poser à San Stefano devant
le consul général de France qu'entourent le préfet de Constantinople et
les officiers aviateurs ottomans.

Les autorités turques rivalisent d'attentions délicates pour les
courageux Français. Le sultan, prévenu de leur présence à la cérémonie
du baise-main, envoie le grand maître des cérémonies les féliciter; les
deux touristes déjeunent à l'ambassade de France, dînent chez le maire
de Péra, sont reçus par le gouverneur militaire de Constantinople.

Si, comme il faut l'espérer, aucun accident ne vient interrompre ce raid
merveilleux, nous retrouverons bientôt l'oiseau de France à Beyouth.



LE MARIAGE DE NIJINSKY

C'est de l'Amérique du Sud que nous en est venue la nouvelle: le célèbre
danseur qui, il y a quelques années, a révélé aux Parisiens,
d'inoubliable façon, les grâces imprévues, les langueurs et les
frénésies des ballets russes, et qui, depuis, renouvelait pour eux à
chaque saison le miracle de ses souples jeux, Nijinsky s'est marié. Il
s'était rendu, l'été dernier, en Argentine, pour y donner une série de
représentations impatiemment attendues. Les loisirs de la longue
traversée le rapprochèrent d'une jeune artiste de sa troupe, Mlle
Pulska, qui, appartenant à une riche famille russe, s'était sentie
poussée, voici un an seulement, vers le théâtre, par une irrésistible
vocation chorégraphique. Lorsqu'ils débarquèrent à Buenos-Ayres, ils
étaient fiancés.

[Illustration: Nijinsky et sa jeune femme sortant de l'église
Saint-Michel, à Buenos-Ayres.--_Phot. Baudoin._]

Les grands ténors, illustres dans les deux mondes, avaient seuls coutume
jusqu'à présent de bénéficier, dans les affaires de leur vie privée,
d'un succès de curiosité: cette fois-ci, ce fut un danseur qui l'obtint.
Et le mariage de Nijinsky fut un événement à Buenos-Ayres. La cérémonie
religieuse eut lieu, le 10 septembre, en l'église Saint-Michel, celle
qu'élit de préférence l'aristocratie argentine en semblables occasions.
Notre photographie montre le couple dont l'union vient d'être célébrée:
dans le jeune homme à la stricte élégance qui apparaît sur cette image,
on reconnaîtra, après un peu d'hésitation peut-être, celui qui a si
souvent émerveillé les Parisiens par ses bonds harmonieux, le Vestris
slave, le prestigieux créateur de l'_Oiseau de feu_, de _Schéhérazade_
et de _Pétrouchka_.



LE PONT DU GARD

Le pont du Gard, monument romain et propriété nationale, en quelque
sorte confisqué par un propriétaire riverain qui, dans un accès
d'humeur, aurait même menacé de le faire sauter si l'État s'obstine à
revendiquer le droit d'accès pour le public,--telle est la nouvelle
originale qui, tout en nous arrivant du Midi, est rigoureusement exacte.

Cette question du pont du Gard, qui prend aujourd'hui un caractère aigu,
ne date point d'hier; invraisemblable au premier abord, elle est la
résultante logique d'un état de choses curieux que nous allons exposer
rapidement en nous référant au rapport tout à fait remarquable de M.
Grandjean, inspecteur général honoraire des monuments historiques.

Le pont du Gard est situé sur la commune de Vers, canton de Remoulins,
arrondissement d'Uzès. Comme on s'y rend presque toujours par Remoulins,
l'opinion publique le place généralement sur cette dernière commune;
l'erreur est même consacrée par la plupart des documents officiels.

Ce pont franchit, non point le Gard, mais le Gardon, modeste rivière
dont la largeur, aux eaux moyennes, atteint à peine une quinzaine de
mètres et ne dépasse guère l'ouverture d'une arche. Mais, en temps de
crue, le ruisseau noie vingt ou trente mètres de chaque berge, couvrant
alors des surfaces très accidentées, rocailleuses et complètement
stériles.

L'ouvrage est formé de trois rangs d'arcades superposés. Les deux
premiers sont de 6 et de 11 grandes arcades qui ont jusqu'à 24 mètres
d'ouverture, le troisième, établi à environ 47 mètres au-dessus du
niveau de l'eau, a 35 arcades plus petites. Ces proportions, hors de
toute mesure avec celles du Gardon, s'expliquent par le fait que le
«Pont du Gard» n'est pas un pont: c'est un aqueduc. Il fut construit
pour réunir par-dessus la vallée, à une altitude considérable, les deux
collines entre lesquelles coule le Gardon, et faire passer de l'une à
l'autre les eaux des fontaines d'Eure et d'Airon destinées à
l'alimentation de Nîmes.

Ainsi s'explique que le pont du Gard ne repose que pour partie--un tiers
environ--sur les berges proprement dites de la rivière. Le reste
s'appuie sur les versants des collines à une hauteur que les eaux sont
loin de pouvoir atteindre. Par ses deux extrémités, sur une grande
étendue, il constitue donc un ouvrage en terre ferme, analogue aux
aqueducs de Fréjus et de Coutances, par exemple. Et, alors que le
monument est la propriété de l'État, tous les terrains qui
l'environnent, sur l'une et l'autre rive, en amont et en aval,
appartiennent à M. Fernand Calderon. Ce magnifique ouvrage offre donc la
particularité, sans doute unique, d'être entièrement enclavé dans le
fonds d'un particulier.

[Illustration: Plan indiquant (par une bande de grisé) la zone de
protection projetée autour du pont du Gard sur des terrains appartenant
en grande partie à M. Calderon. Les chiffres 1, 2, 3, 4, désignent les
endroits d'où ont été prises les photographies correspondantes.]

[Illustration: 1.--Fourche formée par le chemin de grande communication
(à gauche) qui va franchir le Gardon sur la première rangée d'arches, et
par l'entrée (à droite) du chemin privé de M. Calderon.--_Phot. Ch.
Bernheim._]

La situation s'aggrave de la circonstance que le Gardon, dans cette
partie de son cours, n'est ni navigable ni flottable. En conséquence,
aux termes de l'article 3 de la loi du 8 avril 1898 sur le régime des
eaux, la rivière et son lit appartiennent en propre à M. Calderon.
L'Etat n'a ainsi ni les droits ni les facilités dont il jouirait si la
rivière était navigable ou flottable.

Dans ces conditions, en dehors du monument romain, l'État possède
simplement:

Le cours d'eau et son lit sur le trajet du pont antique;

Le sol où sont assises les maçonneries de l'ouvrage et le sol que couvre
la projection des arches inférieures;

Les petites fractions de terrain qui, de part et d'autre des extrémités
du pont, sur le penchant des deux collines, ont été aménagées par l'État
pour créer des rampes, sentiers ou escaliers d'accès.

Remarquons, en passant, qu'il n'existe aucun titre, aucune pièce
indiquant à quelle époque le pont serait devenu la propriété de l'État.
Mais nul ne paie l'impôt pour ce monument qui est classé depuis 1838;
l'État y a effectué des travaux à diverses reprises, notamment en
1855-1858, où les dépenses ont atteint 198.000 francs; enfin, M.
Calderon a reconnu implicitement les droits de l'État.

[Illustration: 3--Le chemin de grande communication franchissant le
Gardon par le pont moderne juxtaposé au pont antique contre la rangée
des premières arches.]

Tout contre la face aval de l'aqueduc, les États du Languedoc ont fait
construire, de 1743 à 1747, un pont présentant les mêmes dimensions, le
même nombre d'arches, le même écartement des piles, la même hauteur et à
peu près la même longueur que le premier étage de l'aqueduc. Ce pont
appartient aujourd'hui au département et fait partie du chemin de grande
communication n° 32.

Par ce chemin et par le pont moderne on peut, sans emprunter le sol de
M. Calderon, accéder à la première plate-forme de l'aqueduc. C'est une
atténuation à l'enclavement. Mais pour voir l'aqueduc, pour jouir de
l'admirable perspective que découpent ses arches antiques, il ne faut
pas être dessus, il faut être sur la propriété de M. Calderon.

[Illustration: 2.--Porte clôturant le chemin privé de la propriété de M.
Calderon avec écriteau interdisant l'accès sous les arches du
pont.--_Phot. Ch. Bernheim._]

Cette propriété de 368 hectares constitue le domaine de Saint-Privat,
qui s'étend autour d'un assez joli château sis à 1.800 mètres en amont
de l'aqueduc sur la rive droite. C'est une terre seigneuriale qui
appartint à la famille de Fournès jusqu'en 1865. A cette époque elle fut
vendue à M. Thomas Calderon, père du propriétaire actuel qui la possède
depuis 1894.

On accède au château par un chemin privé d'environ 7 mètres de largeur
qui prend sa naissance sur la route départementale, à 115 mètres en aval
de l'aqueduc. Après avoir parcouru ces 115 mètres, le chemin passe sous
la première arche romaine, puis continue pendant trois ou quatre cents
mètres sur un terrain dégarni, en grande partie formé de la berge
inondable. Il s'enfonce alors dans les bois. C'est de ce chemin, à 150
ou 200 mètres des arches--par conséquent sur la partie de terrain
dégarni--qu'on a la plus belle vue de l'aqueduc. C'est même le seul
point d'où on puisse le contempler sans gêne, dans toute son étendue.
Sur la rive gauche, le terrain est moins favorable.

Pendant longtemps, M. Calderon a laissé au public le libre passage de
son domaine. Il prétend aujourd'hui que le développement du tourisme a
créé une situation nouvelle, intolérable. Certains jours de fête,
dit-il, notamment à la Pentecôte, des bandes arrivent d'Avignon, de
Nîmes, de Beaucaire, et festoient sur sa propriété qu'elles saccagent
sous les yeux des gendarmes débordés.

Pour éviter ces déprédations, M. Calderon a fait barrer l'entrée de son
chemin privé, et il semble _provisoirement_ maître de la situation. Car,
comme nous le disions plus haut, l'État ne possède ici que la propriété
du petit morceau de terrain couvert par les premières arches. Il peut,
il est vrai, revendiquer la copropriété des 115 premiers mètres du
chemin privé qui «conduit à des exploitations différentes».

L'attitude de M. Calderon a ému l'administration, qui veut en finir avec
une situation prodigieusement anormale. M. Paul Léon, chef de la
division des services d'architecture au sous-secrétariat des Beaux-Arts,
est allé causer avec le propriétaire de Saint-Privat; il lui a proposé
d'acheter le terrain nécessaire pour rendre au public le «point de vue».
M. Calderon demanda 46.000 francs, puis 20.000 francs pour un terrain
d'environ un hectare qui, paraît-il, vaut à peine un millier de francs.

Devant ces prétentions, les pouvoirs publics ne se trouvent pas
désarmés; la loi de 1906 sur la protection des sites permet à la commune
et au département de recourir à la procédure d'expropriation. D'après
l'enquête faite par le préfet du Gard, il suffirait, pour dégager les
abords de l'aqueduc, d'acquérir 12 hectares de terrain, dont sept
seulement appartiennent à M. Calderon et estimés 1.050 francs l'hectare.
Soit une dépense totale d'environ 13.000 francs. Au cas où le
département du Gard refuserait d'exproprier, l'État se chargerait de le
faire en vertu du droit souverain d'expropriation que lui confère la loi
de 1841.

Peut-être, d'ici là, M. Calderon aura-t-il réfléchi.

Cet heureux propriétaire est, paraît-il, un fort galant homme; on
conçoit que la sauvagerie de certains touristes l'ait exaspéré. Il a,
dit-il, trouvé des inconnus jusque dans son vieux castel, inventoriant
son mobilier et usant de son billard.

En cédant à l'État pour leur valeur intrinsèque quelques ares de terre,
M. Calderon recouvrera la tranquillité; il redeviendra maître chez lui
sans grand dommage pour l'harmonie de sa belle propriété, et tous les
Français applaudiront à ce geste élégant.

F. HONORÉ.

[Illustration: 4--Le pont du Gard vu dans toute son étendue de la
propriété de M. Calderon, dont l'accès est maintenant interdit au
public.--_Phot. Neurdein._]



[Illustration: Les nouveaux paquebots français de l'Amérique du Sud: le
_Gallia.--Phot. M. Bar_.]

UNE RENAISSANCE MARITIME

LES RELATIONS ENTRE LA FRANCE ET l'AMÉRIQUE DU SUD

En terminant la publication ici même, il y a deux ans et demi, de ses
notes de voyage en Argentine et au Brésil, M. Georges Clemenceau
exprimait le vif regret que les paquebots français mis à la disposition
des passagers entre l'Europe et le continent sud-américain ne
répondissent plus à leurs habitudes de luxe et à leurs besoins de
vitesse.

Notre éminent collaborateur faisait ressortir combien il était fâcheux
que les voyageurs brésiliens ou argentins, venant en Europe ou rentrant
chez eux, fussent conduits à prendre passage sur des bâtiments de toutes
nations, à l'exclusion ou à peu près des nôtres, alors que les énormes
progrès économiques de l'Argentine et du Brésil sont dus en majeure
partie à nos capitaux.

Et M. Clemenceau concluait en formulant l'espoir de voir prochainement
apparaître une organisation nouvelle, dont les bâtiments, installés
d'après le goût moderne et filant 20 nouds, permettraient d'atteindre
directement Rio de Janeiro en dix jours et demi et Buenos-Ayres en
treize jours.

Or, voici que les desiderata patriotiques exprimés au commencement de
1911 par M. Clemenceau sont réalisés dès la fin de 1913.

En effet, le paquebot _Lutetia_, inaugurant réellement les services de
la nouvelle Compagnie Sud-Atlantique, est parti de Bordeaux le 1er
novembre et se trouve, au moment où paraissent ces lignes, sur les côtes
sud-américaines. Le seul aspect de sa coque monumentale et élégante, un
coup d'oeil jeté sur ses aménagements, apprendront au monde argentin et
brésilien qu'il y a quelque chose de changé et qu'ils peuvent désormais
se confier sans arrière-pensée aux beaux bâtiments dont un coq
symbolique, fièrement dressé sur ses ergots, décore les trois cheminées.

La Compagnie Sud-Atlantique met en service des à présent deux paquebots
identiques, _Lutetia_ et _Gallia_, auxquels s'ajoutera prochainement le
_Massilia_.

Ce sont de magnifiques navires réunissant, avec toutes les qualités
essentielles de solidité, de rapidité et de sécurité, le summum du
confortable dans les appartements privés, du luxe dans l'aménagement et
la décoration des salons communs.

Leur longueur est de 175 mètres; leur largeur, de 19 m. 50; leur
déplacement, de 15.000 tonnes. La puissance totale des machines est de
20.000 chevaux et assure une vitesse de 20 nouds et demi.

Le _Gallia_ et ses «sister-ships», _Lutetia_ et _Massilia_, portent
au-dessus de la flottaison six ponts, en y comprenant le pont supérieur,
réservé à la promenade au grand air. Au-dessous se trouvent réunies
toutes les pièces communes, décorées dans le meilleur goût français:
salons de musique et de lecture, rotonde, fumoir, séparés par de grands
halls qui forment eux-mêmes de véritables salons. La salle à manger
occupe une partie du troisième pont: c'est une vaste salle en fer à
cheval où les passagers se grouperont par petites tables et où ils
goûteront, on peut nous en croire, tous les raffinements de la vieille
cuisine française.

On trouve à cet étage, et aux trois autres en dessous, les logements des
passagers, appartements complets, chambres à deux ou à un seul lit, tous
excellents, recevant à pleins flots l'air et la lumière du jour, et
munis de tout ce qui constitue le confortable de l'existence.

Si le luxe règne en maître dans les installations réservées aux
passagers de première classe à bord des paquebots de la Sud-Atlantique,
on n'y a pas oublié ceux des autres classes. Les aménagements qui leur
sont réservés ont été soigneusement étudiés, et on peut dire que chaque
classe est installée comme l'était la classe supérieure sur les
paquebots d'antan.

Au moment même où le _Lutetia_ quittait Bordeaux pour le voyage
d'inauguration, la Compagnie Sud-Atlantique réunissait à Marseille, à
bord du _Gallia_, un groupe nombreux d'invités auxquels elle offrait, à
travers la Méditerranée apaisée, une délicieuse croisière.

Les côtes des Baléares, celles de la Corse, puis l'admirable littoral du
Var et de la Provence, de Nice à Marseille, défilèrent devant leurs yeux
ravis. On mouilla devant Palma, à l'impressionnante cathédrale, devant
Ajaccio, aux golfes harmonieux, devant Bastia enfin, dont le vieux port
génois fut très admiré; et, après chaque visite à terre, on revenait à
bord avec joie, pour y retrouver le charme de la plus exquise et de la
plus fastueuse hospitalité et y goûter la douceur de vivre loin des
préoccupations des villes, dans la compagnie la plus agréable, entre le
ciel et la mer.

La présence, à bord du _Gallia_, de M. de Monzie, sous-secrétaire d'État
à la Marine marchande, entouré de hautes personnalités diplomatiques,
politiques, maritimes et financières, donnait à cette excursion
méditerranéenne une signification spéciale. M. de Monzie, depuis son
installation à la tête des services de la Marine marchande, a saisi
toutes les occasions de proclamer son intention de faire sortir cet
organe si important de notre outillage national de l'état de marasme
presque humiliant où il se débat. Nous ne doutons pas qu'il n'y arrive
et il aura par là bien mérité du pays. Le jeune ministre voit tout
particulièrement dans une meilleure organisation des lignes de paquebots
un des moyens les plus puissants pour augmenter la richesse, le bon
renom, le crédit de la France, en la faisant mieux connaître et
apprécier. Et il veut, dans ce but, que ce soient des paquebots français
et non des navires allemands, anglais ou italiens, qui amènent jusqu'à
nous les innombrables étrangers, attirés de tous les coins du monde par
le génie de notre race et les agréments si divers et si nombreux de
notre pays. En participant à la croisière du _Gallia_, au premier rang
des hôtes de la Compagnie Sud-Atlantique, M. de Monzie a montré
l'importance qu'il attache au succès d'une entreprise qui va redonner au
pavillon français, sur une des voies maritimes les plus importantes du
monde, la place qu'il doit occuper.

Il est juste, d'ailleurs, de noter que cette sorte de renaissance
maritime si nécessaire se poursuit depuis plusieurs années, et nul
n'ignore les vigoureux efforts tentés et les grands succès obtenus déjà
par la Compagnie Générale Transatlantique et la Compagnie des
Messageries Maritimes. Des bâtiments tels que la _France_ et la
_Provence_ pour la première, le _Paul-Lecat_ et l'_André-Lebon_ pour la
seconde, peuvent s'aligner à côté des plus réputés coureurs des mers
naviguant sous n'importe quel pavillon. Si les pouvoirs publics veulent
bien faciliter, comme ils paraissent enfin s'y employer sous l'impulsion
de M. de Monzie, la tâche de nos compagnies de navigation, il n'est pas
douteux que notre Marine marchande, facteur si important de la
prospérité nationale, retrouvera sur toutes les mers son ancien
prestige.

[Illustration: Le salon de musique du _Gallia.--Phot. Leleux._]



LA COMTESSE MATHIEU DE NOAILLES

Elle est la Poétesse. Tout se résoud pour elle en images, en sensations,
en musiques. Ce regard qu'elle pose sur vous, si direct, si assuré,
c'est une question qu'elle vous adresse; mais votre réponse est vaine,
car elle s'est déjà répondu, et vous êtes déjà oublié, ou bien au
contraire vous faites désormais partie de son univers. La foule de la
rue, la corolle qui se fane près d'elle, dans ce vase, la nouvelle
apportée par le visiteur, tout cela n'est que sons qu'elle harmonise,
transpose et fixe en ses vers:

        Prenez ces yeux, emplis de vastes paysages,
        Qui n'ont jamais bien vu l'exact et le réel,
        Et qui, toujours troublés par de changeants visages,
        Ont versé plus de pleurs que la mer n'a de sel.

«L'exact et le réel» qu'elle ignore, elle en est avidement curieuse,
cependant. Mais, dès qu'elle a cueilli ces fleurs vivantes, elle les
transfigure et leur prête le parfum de sa sensibilité. Tous ceux qui
savent quelque chose doivent verser en ses mains leur trésor. La
politique même la passionne. Ce n'était point seulement en Parisienne
qu'elle déjeunait, dans le tumulte mondain d'un grand restaurant de
Versailles, un jour fameux de l'hiver dernier. A travers les rangs des
badauds, elle voyait l'Histoire, et les pierres magnifiques avaient
cessé en son esprit d'être musée pour redevenir palais...

Le gros chapelet d'ambre que caressent ses doigts fins, la bigarrure des
couleurs qui l'entourent, son allongement gracieux sur ce divan, ces
roses qui alourdissent l'air et l'aromatisent, tous ces raffinements et
ces langueurs composent une atmosphère orientale que le lumineux visage
de la poétesse semble éclairer. Mais ce ne sont point là turqueries
fantaisistes ni paresses d'Islam. La pensée ardente, la parole vive de
la reine du lieu vivifie les rayons, nuance l'ombre et poivre les
odeurs. Rien de moins résigné, de moins endormi que l'âme de notre
Sultane. Si ses émotions sont parfois celles d'une petite fille aux
sentiments frais, la femme commande en elle comme une amazone
impérieuse... Les démons conservent parfois un reflet de la grâce des
anges, et l'on dirait qu'un autre sortilège confère aux anges, par
instants, le charme impitoyable de Satan. L'amour, baume délicieux et
philtre pervers dans le langage des poètes, est bien aussi cordial et
poison dans l'âme des amantes. Sans larmes, les yeux qui les admirent
leur semblent morts. Tourmenter, c'est ranimer, pour Ève; la chair qui
pantelle lui paraît plus vivante. Ses filles se désespèrent donc avec
ravissement de désespérer qui les aime. La pitié germe en elles et fait
s'épanouir toutes leurs vertus; et, si la pitié reste vaine, elles
suscitent le chagrin, qui est l'arbre où mûrissent les fruits
nécessaires de la compassion et du dévouement. C'est la plus
tragiquement sincère des confessions que cette imploration du désolé
bourreau à sa victime:

        Et moi, qui me revêts de vos grâces précoces,
        Comme un brûlant frelon dans un lis engouffré,
        Cher être par qui j'ai, plus qu'à mon tour, pleuré,
        Pourrai-je pardonner à mon âme féroce
        La paix qui m'envahit quand c'est vous qui souffrez?

L'amour n'est point ici un jet d'eau qui murmure; c'est un torrent
écumant et vertigineux, dont le flot coule doucement, par endroits,
entre deux pierres moussues. Mais le ciel est plus serein d'avoir été
orageux, les arbres plus luxuriants d'avoir été secoués par l'averse. La
nature rassérénée s'exalte, et «tout l'azur luit dans le coeur sans
limites» de l'amante, dans ce coeur «innombrable» qu'elle a pourtant
«resserré» sur l'amant. C'est le panthéisme dans l'amour: tout l'univers
en soi, tout l'univers en l'autre, l'immensité et l'éternité dans le
rêve, l'infini dans l'éphémère, le divin dans l'extase:

        Je regarde votre humble et délicat visage
        Par qui j'ai voyagé, vogué, chanté, souffert,
        Car tous les continents et tous les paysages
        Faisaient de votre front mon sensible univers.

Il n'est pas de transports plus spirituels, d'évocation plus éthérée que
ces élans et ces aveux où les profanes croient reconnaître une voix trop
humaine et sensuelle. Ce verbe n'est perceptible qu'aux initiés, à ceux
qui savent vivre dans le silence et se complaire dans le recueillement.

La souffrance est partout, dans ces exaltations, et se mêle à la joie,
qu'elle aiguise peut-être, mais qu'elle purifie en même temps:

        Car l'amour, radieux comme un verger prospère,
                    Est gonflé de sanglots...

Si chacun de ses caprices est un poème, ces deux beaux vers attestent
néanmoins que sa rêverie n'est point divagation de femme nerveuse, et
que, dans sa vie intérieure, elle gravit vraiment les calvaires qu'elle
évoque pour nous, comme elle se laisse vraiment bercer sur les eaux des
lacs profonds et tranquilles.

Un poète, qu'une foi religieuse inspire, vient d'exhorter la poétesse
des _Vivants et les Morts_ à ne plus chanter que sur le ton de la
prière. Que dès maintenant il admette au cloître de sa piété la douce
novice au «visage émerveillé». Malgré l'apparence, elle n'est pas très
éloignée de lui. Ses poèmes d'amour sont comme des cantiques. La volupté
verbale est soeur du mystique enthousiasme. Le rêve, dans l'azur, suit
la même voie que l'adoration, et l'amant irréel, vers qui montent les
hymnes qui nous enchantent, pourrait, plus fidèlement qu'en un homme du
siècle, se réaliser en un dieu de pureté.

[Illustration: La comtesse Mathieu de Noailles dans son salon.
_Photographie Desboutin.._]

Son trône est ce divan multicolore que vous voyez apparaître devant vous
par le miracle de la science des images. C'est là qu'elle tient sa cour,
cour de poètes uniquement. Car même ceux qui ne savent pas l'art de
rimer deviennent devant elle fervents des métaphysiques esthétiques,
sensibles à la musique et aux idées. Elle rend élégant le banal, elle
étouffe le médiocre et répudie le laid: tout se supériorise sous son
regard et s'embellit sous son sourire. Magicienne de notre temps, elle
renouvelle le vieux mythe d'Orphée le charmeur.

JEAN LEFRANC.



[Illustration: Itinéraire des pèlerins à Sainte-Hélène: de James-Town à
Longwood en passant par le Tombeau.--_Dessin de L. Trinquier._]

_LES DOMAINES FRANÇAIS DE SAINTE-HÉLÈNE_

UNE MASURE ET UN TOMBEAU

Dans une terre anglaise de l'Océan, jadis fameuse, hérissée de canons et
peuplée de soldats, aujourd'hui abandonnée, vidée, mourante et comme
ensevelie dans le deuil de ses éternelles brumes et de ses rochers
noirs, il est un lieu de pèlerinage où le drapeau français a le droit de
flotter librement. A Sainte-Hélène, un calvaire et un sépulcre, la
maison de Longwood où mourut Napoléon prisonnier et la vallée du Tombeau
où, pendant dix-neuf ans encore, il demeura captif du sol britannique,
sont, depuis plus d'un demi-siècle, propriétés de l'État français.

Le nom de Longwood, sanctifié par une immortelle agonie, s'est fixé dans
nos imaginations. Les visions du tumulus clair, sur lequel pleure un
saule échevelé, nous ont été rendues familières par les compositions
ingénues et touchantes des imagiers romantiques. Mais ce que l'on ignore
généralement chez nous où l'histoire vulgarisée de Sainte-Hélène
s'arrête à la dernière page du _Mémorial_, c'est que Longwood est devenu
français comme le lieu du Tombeau, que la sépulture comme la prison sont
maintenant des domaines à nous et que nous entretenons depuis
cinquante-cinq ans, dans l'île, un conservateur chargé de protéger,
contre les empiétements, les outrages et la ruine, ce patrimoine
national. Cela, il est vrai, ne s'apprend point à l'école. Les
encyclopédies elles-mêmes, en notant que Sainte-Hélène est l'«île
britannique où fut déporté, en 1815, et où mourut, le 5 mai 1821,
l'empereur Napoléon Ier», n'ajoutent point que les lieux historiques de
cette île, Longwood et le Tombeau, sont aujourd'hui domaines de la
France. Et, s'il vous prenait la fantaisie d'interroger, chacun à son
tour, nos quinze ministres ou sous-secrétaires d'État, sur les droits de
notre pays dans l'île Sainte-Hélène, vous auriez de la difficulté,
j'imagine, à obtenir une seule réponse satisfaisante. Les domaines
français de Sainte-Hélène ne sont plus, aujourd'hui, qu'un article du
budget en trois lignes et toute leur histoire administrative tient, avec
leur état civil, en un seul carton vert des archives du quai d'Orsay.
Or, on songe, paraît-il, à supprimer, sinon le carton vert, du moins
l'article du budget. De 1815 à 1821, la garde de l'Empereur prisonnier
coûta annuellement 10 millions à l'Angleterre. La garde de son tombeau
et de la maison où il est mort coûte chaque année 9.000 francs à la
France. L'administration trouve la dépense ruineuse. Elle songe à la
réduire et peut-être à la supprimer. Le conservateur actuel, M. Roger,
un homme de bonne volonté, mais chargé de famille, et qui, déjà, en
est--comme l'Empereur--à sa cinquième année d'exil, veut rentrer en
France. C'est une bonne occasion pour ne le point remplacer. Les
domaines qui, faute de crédit, ne sont plus entretenus, la masure qui
n'est plus réparée, se conserveront désormais tout seuls. Des passants
de toutes les nations pourront, comme jadis, couvrir d'inscriptions
outrageantes les murs de ces lieux d'agonie. Il sera loisible à
d'autres, comme jadis encore, de venir piétiner le tombeau. Qu'importe!
Sainte-Hélène, c'est loin. Les étrangers seuls s'y arrêtent! Il n'y va
presque plus jamais de visiteurs français...

Cependant, cette indifférence de notre administration, ces velléités
d'abandon ayant été, il y a quelques mois, dénoncées au public,
l'opinion a paru s'en émouvoir. Mais la situation ne s'est point
améliorée. Un de nos confrères italiens, M. Cavicchioni, qui vient de
séjourner dans l'île, avec une âme de pèlerin, a rapporté de son voyage
les plus récentes photographies de Longwood. Ces documents illustrent le
dossier que nous croyons opportun de publier aujourd'hui: le dossier de
l'abandon par la France des domaines français de Sainte-Hélène.

                               *
                              * *

Traditionnellement, lorsqu'un navire est dans les eaux de l'île et longe
les lugubres falaises de basalte à pic dans la mer, après qu'il a tourné
une masse volcanique, le Barn-Mount, les officiers indiquent aux
voyageurs un rocher dont les arêtes dessinent le profil de l'Empereur.
Le bateau s'arrête à quelque cent mètres de la côte devant le petit port
clair et presque gai, par contraste, de James-Town. L'arrivée du
«postal» est toujours pour les gens de l'île un spectacle nouveau, et le
bâtiment est vite entouré de petites barques. Des canots amènent les
voyageurs devant un escalier dont l'abord est rendu très difficile par
la violence d'un ressac permanent le long de la jetée. Non sans peine on
parvient à mettre le pied sur les gradins humides,--ceux-là mêmes
peut-être que gravit Napoléon le 17 octobre 1815. Une ligne uniforme de
constructions basses, presque toutes des magasins à façades jaunes,
s'adossent à la montagne couleur de rouille. La route court entre ces
bâtiments et la mer et conduit, par un pont-levis, jusqu'au glacis
meublé de vieux canons inutiles. Puis, sous la terrasse du
«château»--l'édifice où sont réunis les services administratifs--un
passage voûté vous mène sur la petite place centrale, ombragée, où
s'élève l'église. Les choses d'autrefois sont demeurées dans leur état
antérieur. Au château, le bureau du gouverneur est toujours ce même
bureau qu'occupait Hudson Lowe, lorsqu'il descendait de Plantation
House. Et Plantation House--à trois milles du port vers l'intérieur,
dans la partie la mieux protégée et la plus verte de l'île--continue
d'être la résidence du gouverneur de Sainte-Hélène, aujourd'hui un
simple major, dont le traitement de 18.750 francs représente la seizième
partie du traitement annuel (300.000 fr.) d'Hudson Lowe entre 1815 et
1821. Le gouverneur n'a plus, il est vrai, sous son autorité, une flotte
et des troupes. L'état-major est représenté par un capitaine
d'artillerie de marine. Et la garnison, jadis forte de 3.000 hommes, se
réduit maintenant à une vingtaine de marins casernes à Ladder Hill, le
fort qui domine James-Town et auquel on accède par un escalier à pic de
600 marches. L'ordre public est assuré par quatre policemen.

LES PÈLERINAGES DE SAINTE-HÉLÈNE: LA VALLÉE DU TOMBEAU

[Illustration: Sur la route de James-town à Longwood: embranchement du
chemin du tombeau, à gauche du parapet en ruine.]

[Illustration: Le tombeau de Napoléon et (en haut et à gauche) la source
de l'Empereur. _Photographies A.-C. Cavicchioni._]

LES PÈLERINAGES DE SAINTE-HÉLÈNE: LA MAISON DE LA CAPTIVITÉ ET DE LA
MORT

[Illustration: Sur la route de Longwood: le sémaphore d'Alarm-House.]

[Illustration: Le salon où est mort l'Empereur.]

[Illustration: A gauche, fenêtres du salon; à droite, ouvertures du
cabinet de travail et de la chambre de l'Empereur.

_Photographies prises au cours de l'été de 1913 par M. A.-C.
Cavicchioni._]

[Illustration: Vue d'ensemble de Longwood Old House.]

[Illustration: La véranda.]

L'OEUVRE DU VENT ET DE L'OUBLI: LES PREMIÈRES RUINES

[Illustration: Etat actuel de la tonnelle où, les jours de beau temps,
Napoléon réunissait autour de lui ses compagnons d'exil.]

[Illustration: Façade sud-est de la maison avec ses murs lépreux et ses
carreaux brisés.--Au premier plan, le bassin tracé par l'Empereur.
_Photographies A.-C. Cavicchioni._]

Il est curieux de noter que, dans le parc superbe de Plantation House,
il existe, encore vivants, parmi les verdures d'une floraison tropicale,
des témoins centenaires de l'histoire de l'île. Ce sont deux
monstrueuses tortues, que l'on appelle «les tortues du temps de
Napoléon», ou les tortues d'Hudson Lowe. Elles gîtent là depuis un
siècle, apprivoisées et familières... Et ce ne sont point, paraît-il,
les seuls êtres qui ont survécu au temps de la captivité. On montre
encore, dans l'île un perroquet blanc, centenaire lui aussi, qui siffle
à merveille, et auquel, naturellement, on a donné le nom de «Napoléon».
Enfin, il y a peu d'années, décédait à James-Town un batelier
nonagénaire, qu'entourait une curiosité presque déférente. Les
vieillards de Sainte-Hélène prétendaient que c'était un fils de
l'Empereur...

                                     *
                                    * *

Il est rare que le postal s'arrête plus de trois heures au mouillage,
et, en ce cas, il ne faut point songer à tenter l'excursion de Longwood,
à moins de se résigner à séjourner dans l'île, pendant un mois, jusqu'au
retour du paquebot. Si l'on peut, par bonheur, disposer d'une journée,
on loue un cheval ou une voiture au prix d'une livre, et, après avoir
suivi les humbles maisons de Napoléon street--où passa le convoi funèbre
de l'exhumation en 1840--on s'engage sur la route de Longwood. C'est une
voie carrossable qui s'agrippe à moitié côte, traçant comme une longue
barre sombre à travers la maigre végétation des agaves et des cactus.
Au-dessous, tout au fond dans la vallée, James-Town semble une coulée de
pierres et de blocs. Plus haut, à droite, on rencontre le chemin qui
conduit aux Ronces (Briars), le cottage verdoyant et fleuri des petites
Balcombes où, dans un pavillon séparé, minuscule, Napoléon vécut les
trois premiers mois de son exil. Si vous faites la route en quelque fin
d'après-midi, dans la grande clarté tropicale et le calme absolu du
soir, vous percevez, en cet endroit, comme un faible chant d'oiseau, le
murmure d'un filet d'eau qui descend lentement de Francis Plain et forme
la cascade des Briars. Parfois encore, le silence est rompu par le bruit
de sabots d'une mule revenant de la montagne avec une charge de bois ou
d'herbe ou par l'écho d'une voix humaine qui se répercute d'un bout à
l'autre de la vallée comme un cri dans une chambre close. Au ciel, de
grands nuages, toujours en mouvement, couvrent et découvrent sans cesse
le sommet sur lequel est placé High Knoll, le fort le plus important et
le plus élevé de l'île. Bien des années se sont passées depuis que
l'Empereur suivit à cheval cette route pour atteindre le lieu de sa
prison. Trois quarts de siècle se sont écoulés depuis qu'il la
redescendit, au bruit des salves, dans un cercueil sur lequel était jeté
le manteau impérial. On a cependant cette impression que rien ici n'a
bougé depuis le temps du drame et celui de l'apothéose. Ce sont, aux
bords de la même route qui longe les mêmes ravins, les mêmes silhouettes
bleues des pins, les mêmes agaves dressant parmi les cailloux leurs
feuilles en fer de lances et leur floraison de clochettes. Ce sont à
divers intervalles les mêmes parapets disjoints. La même cascade
continue sa même fraîche chanson en sa course incertaine avant de
recevoir le coup de balai du vent qui la jette en poussière dans la
vallée.

Pour atteindre les plateaux, la route va et vient, sinueuse, à travers
les pins, les saules et les oliviers sauvages, tandis que se découvrent,
à chaque volte, de nouvelles visions de mer, de vallée et de ciel.

On entre dans une région battue par le vent, où sapins et gommiers se
ploient tragiquement, dans un gémissement continu, et l'on entrevoit le
sémaphore d'Alarm House. C'est de là qu'on signalait, au temps de la
captivité, les navires aperçus au large, et que l'on tirait le canon
pour donner l'alarme à la garnison et à la division navale, chargées sur
terre et sur mer de la garde du prisonnier. Passons. La route,
maintenant, longe un vaste gouffre désolé le «Bol au punch du Diable»,
et, peu après, elle laisse à sa gauche un chemin dont l'accès se
dissimule dans les agaves et les cactus. Arrêtons notre voiture ou
mettons pied à terre si nous sommes à cheval. Ce chemin discret, presque
secret, va nous conduire à la vallée française du Tombeau.

[Illustration: Plan du domaine français de Longwood Old House (ancienne
résidence de l'Empereur à Sainte-Hélène).]

[Illustration: Les tortues «du temps de l'Empereur» dans l'ancien parc
d'Hudson Lowe.]

L'entrée du domaine, à quelque distance de la route, est indiquée par
une porte rustique, une barrière que soutiennent deux montants en brique
surmontés chacun d'un boulet. Il suffit de soulever un loquet, et l'on
entre sans plus de formalités dans les lieux de la sépulture, très
verts, envahis par les graminées, les genêts et les buissons à mûres, et
plantés de pins et de cyprès dont le parfum de cimetière se dégage,
intense, dans l'humidité constante de ce lieu. Le domaine comprend 40
acres ou 16 hectares. Avec le tombeau vide et la maison délabrée de
Longwood, il fut acquis en 1858 par le gouvernement de Napoléon III au
prix fort de 178.565 francs, frais compris. La transaction, d'ailleurs,
fut laborieuse et ne dura pas moins de cinq années. La spéculation s'en
était mêlée. Il avait fallu, en outre, tourner les dispositions de la
législation coloniale anglaise qui interdit l'aliénation à une puissance
étrangère d'une parcelle du territoire britannique. Mais, comme alors le
cabinet de Windsor voulait être agréable aux Tuileries, on trouva les
accommodements nécessaires et, depuis le mois de mai 1858, l'habitation
et le tombeau de l'empereur Napoléon sont inscrits sur les registres
domaniaux de Sainte-Hélène comme propriétés françaises. Cette
acquisition a mis fin à un long scandale, à une exploitation éhontée
dont était l'objet, depuis 1840, depuis l'année de l'exhumation, la
sépulture impériale. La terre de la fosse était constamment enlevée et
vendue, renouvelée et revendue. On payait pour voir le tombeau. On
payait pour boire à la source. Il a fallu changer toutes ces habitudes.
La sépulture, de nouveau, a été protégée. La fosse a été recouverte par
des dalles, et l'on a cessé de tenir boutique en ce lieu. Voici cette
tombe dans sa retraite fraîche et verte. Elle est enfermée dans la
double ceinture d'une palissade basse et d'une haie de bois de fer. Les
cyprès et les pins avec un saule unique--arrière-petit-fils de l'un des
deux saules originaires--versent une ombre quasi contenue sur sa pierre
blanche qu'étreint une petite grille noire et que borde une rutilante
parure de géraniums. Un peu plus haut, la source aimée de l'Empereur
affleure dans une coupe de pierre, et une écharpe de lys d'eau jetée sur
le sol indique le sillage de son cours souterrain. Au delà des barrières
est la maison du garde, un humble insulaire qui, pour quelques shillings
par semaine, protège cet endroit contre les incursions des bestiaux des
domaines voisins. Et disons tout de suite que, pour des raisons
d'économie, il est question de supprimer ce garde, à moins que, pour des
raisons d'économie encore, on ne fasse la fortune de ce Yamstock
illettré en l'élevant--il en est question--aux fonctions de représentant
officiel du gouvernement français à Sainte-Hélène.

                                    *
                                   * *

On peut revenir à la route par un autre chemin, une sente raboteuse
creusée, croit-on, par les Chinois qui venaient à la source chercher
l'eau de table de l'Empereur. On continue de monter vers un plateau nu
couvert de gommiers phtisiques et d'immortelles sauvages. On passe
devant Hutt's gâte, la maisonnette du premier séjour des Bertrand. Tout
auprès, maintenant, s'élève une petite chapelle anglicane. Un peu plus
loin, un portail, flanqué de deux échoppes, indique l'entrée de
l'ancienne enceinte du domaine réservé au «Général». Faisons quelque
cent pas encore, et après avoir laissé à notre gauche Longwood New
House, la nouvelle résidence construite--trop tard--pour l'Empereur à la
fin de la captivité, nous nous trouvons en face de Old House, la maison
en forme de croix où Napoléon vécut les cinq dernières années de son
existence.

Cette maison, lorsque la mission française en 1840 vint chercher les
cendres de Napoléon, se trouvait dans un délabrement scandaleux. La
chambre et le salon où était mort l'Empereur avaient été transformés en
écurie et en moulin à orge. Et, depuis, rien n'avait été tenté pour
remédier à cet abandon insultant.

Après 1858, Longwood devenu français fut restauré, reconstitué par une
mission spéciale qui séjourna à Sainte-Hélène pendant vingt et un mois.
L'entreprise fut confiée au capitaine de génie Masselin. Il ne fallait
pas faire neuf. Il fallait, dans la confusion des démolitions et des
reconstructions successives, retrouver ce qui avait été l'ancienne
maison. On a utilisé autant que possible les matériaux anciens restés
sur place. On a rétabli les peintures et les papiers d'après des
fragments recueillis. Si ces réparations ont été, évidemment,
considérables--et quelle maison de famille n'a point dû, en un siècle,
subir des transformations importantes tout en restant la même et sans
rien perdre de sa physionomie et de son âme?--du moins, la demeure
a-t-elle conservé son aspect d'autrefois, presque toutes ses pierres et
jusqu'à sa détresse intérieure. Ce n'est point une _autre_ maison. C'est
bien toujours, et minutieusement la même, la maison de l'Empereur
captif... Et maintenant, entrons:

On accède par une petite véranda peinte en vert et parée de feuillages
grimpants dans une première pièce assez vaste que l'amiral Cockburn
avait fait ajouter à la hâte à la primitive demeure pendant le séjour de
l'Empereur dans le cottage des Briars. C'est une légère construction en
pans de bois, coffrée en planches à l'intérieur et à l'extérieur et qui
prend jour par trois fenêtres à l'ouest et deux à l'est. Cette pièce
servit d'abord à la fois de salle de billard et de salle d'attente pour
les visiteurs; cette dernière destination prévalut après que le billard
eut été reporté dans un autre local en arrière. C'est là que, lorsque le
captif recevait, l'un des aides de camp, Montholon ou Gourgaud, botté à
l'écuyère et l'épée au côté, accueillait les personnages de marque
auxquels Napoléon daignait accorder audience. Un huissier en livrée vert
et or, avec gilet blanc, culotte de soie noire, bas de soie blanche, et
souliers aux boucles étincelantes, Santini d'abord, Noverraz ensuite, se
tenait immobile devant la porte du salon où attendait l'Empereur.

Aujourd'hui, cette pièce délabrée trahit toutes les tristesses de
l'abandon. A l'extérieur, les pans de bois sont vermoulus, à moitié
pourris et très malmenés, particulièrement du côté de la tonnelle, par
le vent de l'est. Les murs, à l'intérieur, avaient été originairement
peints à l'huile en vert clair, avec un petit filet noir encadrant
chacune des parois. Mais ce vert, sali et moisi, est devenu tellement
foncé qu'il en est noir. Aussi, quand on pénètre en ce lieu, la première
impression est-elle lugubre. C'est bien, on n'en doute plus, le salon
funèbre qui précède une chambre mortuaire. Un seul meuble se trouve là:
le haut pupitre taché d'encre qui supporte le registre des visiteurs.

De la salle d'attente on passe dans le salon, une pièce exiguë où
l'Empereur recevait et tenait cercle avec sa petite cour le soir après
dîner. Découvrez-vous. C'est là que Napoléon est mort, le 5 mai 1821, un
peu avant le crépuscule. Entre les deux fenêtres ouvertes sur l'occident
se trouvait le lit de camp sur lequel expira le captif. La place est
indiquée par une petite balustrade en bois sombre, qui entoure un buste
de Napoléon. Sur la cheminée, une grande glace avec un cadre dédoré et
sali. Aux murs un papier commun jaunâtre à fleurs vertes, qui fut copié
d'ailleurs sur le papier primitif.

[Illustration: Le tombeau de Napoléon aux Invalides. _Phot. en couleurs
de L. Gimpel._]

L'une des portes du salon donne accès dans la salle à manger, basse, à
peu près obscure, qui reçoit son seul jour d'une porte ouverte sur le
jardin au nord. Un affreux papier brique à ramages noisette et or
tapisse les murs. Cette salle à manger communique, à gauche, avec la
bibliothèque peinte en gris vert, et, à droite, avec les deux petites
pièces qui formaient l'appartement de l'Empereur: cabinet de travail et
chambre à coucher dont le papier tombe par morceaux. Le reste ne vaut
guère qu'on en parle. Les visiteurs s'arrêtent à peine dans l'ancienne
cuisine fumeuse et peuvent s'amuser à compter les trous de rats dans les
parquets des logis de la suite et du personnel de service. Autour de la
maison, dans les jardins parsemés de violettes pâles et de jaunes
immortelles, on ne retrouve point les plates-bandes d'autrefois. Le
bassin, tracé par l'Empereur l'année de sa mort, est aujourd'hui vidé,
séché, lézardé. C'est une ruine au pied d'autres ruines, toute cette
façade nord tourmentée par le vent qui a disjoint les pierres des
murailles et brisé les carreaux des fenêtres. Un peu plus loin, la
tonnelle où, les jours de beau temps, l'Empereur aimait à réunir ses
derniers fidèles, n'est plus qu'un squelette lamentable autour duquel
s'enroulent, tristement symboliques, des fleurs de la Passion.

                                    *
                                   * *

Et voilà tout ce qui, dans son actuelle misère, fut pendant cinq ans la
dernière résidence impériale. Nous en sommes à ce moment critique où la
masure ouverte à tous les vents, avec ses fenêtres disjointes et sans
vitres, ses planchers troués par la vermine et ses coffrages pourris, ne
tient plus. Une bourrasque un peu plus furieuse que les autres balaiera
toute cette poussière de souvenirs. Les visiteurs des deux
continents--il y a eu encore cette année sur le livre de Longwood trois
cents signatures d'officiers japonais--viendront errer dans ce désastre,
et ils s'indigneront non plus contre les Anglais de 1821 qui n'avaient
pas su préserver ces reliques, mais contre les Français d'aujourd'hui,
insoucieux de la religion de leur gloire, qui laissent s'éteindre en ces
lieux la plus sublime évocation de l'âme française, malheureuse,
résignée, grandie. Notre distingué confrère italien déjà cité, M.
Cavicchioni, pénétré, à son retour de Sainte-Hélène, des récentes
tristesses de Longwood, nous assurait qu'il venait de passer là-bas les
semaines les plus impressionnées de sa vie. «On entretient et on relève,
ajoutait-il, des palais impériaux et royaux. C'est fort bien. Mais il y
a des palais dans toutes les capitales et il n'y a qu'un Longwood au
monde. Longwood appartient à l'humanité. Ne laissons pas mourir
Longwood.» Ainsi, les étrangers s'émeuvent de cet abandon que les
Français, trop généralement, ignorent. Un haut personnage britannique,
lord Curzon, vice-roi des Indes, ne disait-il pas, il y a deux ans,
après une visite à Longwood, qu'il eût été fier de pouvoir prendre à sa
charge tous les frais de cette conservation. Et soyez sûrs que, si la
maison s'écroule enfin, les touristes du monde entier s'en disputeront
les pierres à prix d'or.

Le conservateur que nous avons là-bas fait tout ce qu'il peut pour
cacher le scandale des premières ruines. C'est un très digne, très
intelligent et très accueillant fonctionnaire. Mais les 3.000 fr.
annuels qu'on joint à son maigre traitement de 6.000 francs sont
aussitôt absorbés par les frais de gardiennage et d'entretien
superficiel. Notre administration semble ignorer que tout est hors de
prix à Sainte-Hélène où il n'y a rien. Carreaux, peinture, papier
doivent être envoyés de France, et il est rare que ces fournitures,
malgré les demandes réitérées, arrivent à Longwood. Le sceau des
domaines français date encore du Second Empire. Oui, c'est un cachet aux
armes impériales--et, en la circonstance, il ne faut pas s'en
plaindre--qui scelle les papiers officiels de ce fonctionnaire de la
République. Mais notre conservateur ne peut point, avec ses seules
ressources, boucher les trous des murs et ceux du parquet, consolider
charpente, toiture et ferrures de cette maison chancelante. Bien
plus--et il faut le dire--la pénurie de son budget lui interdit même de
répondre aux curieux, érudits et publicistes du monde entier qui lui
demandent des renseignements sur les lieux de la captivité. On a
rarement vu pareille misère administrative. M. Roger a demandé son
rappel. Les visiteurs de l'île regretteront ce Français courtois et
instruit, auquel il faut donner un digne successeur. Et pourquoi ne
serait-ce point, comme au début, un officier supérieur en retraite, qui
joindrait les émoluments du conservateur à sa pension de soldat?
L'éminent et vénéré général Niox, qui veille sur le somptueux sarcophage
impérial, celui de l'apothéose dans la gloire des Invalides, trouverait,
j'en suis persuadé, des candidats multiples à cette autre faction
d'honneur auprès de la première humble sépulture et de la suprême
station de l'exil, Longwood,--ce Golgotha près du Tombeau.

ALBÉRIC CAHUET.



[Illustration: Devant la salle du Congrès: les membres des deux Chambres
avant l'entrée en séance.]

[Illustration: Pendant le vote: les portes de la salle gardées
militairement pour empêcher la sortie des représentants.]

LA PREMIÈRE ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE EN CHINE (6
OCTOBRE).--_Photographies de M. H. E. Dozon._

L'INTRONISATION DE YUAN-CHI-KAI

Moins d'un mois après son élection à la présidence définitive de la
République chinoise, on apprenait que Yuan-Chi-Kaï venait de se
débarrasser, par un coup d'État, de toute l'opposition parlementaire.
Les 300 députés appartenant au kouo-ming-tang, c'est-à-dire à
l'opposition radicale, étaient exclus du Parlement. Ce coup de force a
peu surpris.

Les Européens qui, comme notre confrère Jean Rodes, le distingué
correspondant du _Temps_, ont été témoins de l'élection présidentielle
et de l'installation--véritable intronisation--au Palais impérial du
président Yuan-Chi-Kaï, n'ont point, en effet, conservé de doutes sur le
caractère peu constitutionnel et quasi monarchique du régime que l'on
instaurait. A propos des opérations électorales qui durèrent, le 6
octobre, de 10 heures du matin à 7 heures du soir, M. Jean Rodes a noté
cet incident caractéristique:

«Plusieurs centaines d'habitants de Tien-Tsin, délégués par la Chambre
de commerce de cette ville et venus, le matin, en chemin de fer,
s'arrogèrent, avec évidemment l'acceptation de Yuan-Chi-Kaï, dont ils
étaient partisans, la police de la salle. Vers le milieu de la journée,
des parlementaires ayant voulu sortir pour manger, ces gardiens
improvisés les en empêchèrent absolument. Ils consentirent seulement à
leur faire parvenir quelques vivres. C'est donc pour ainsi dire à l'état
de prisonniers et surveillés par des gens sans mandat que les députés et
sénateurs procédèrent à l'élection...»

Quatre jours après, le 10 octobre, le président Yuan-Chi-Kaï recevait
solennellement l'investiture légale, en présence de tous les hauts
dignitaires des Chambres et des ministres étrangers.

«Affublé d'un costume de général moderne couleur bleu de ciel et coiffé
d'un haut képi surmonté d'un panache blanc, Yuan-Chi-Kaï, dit M. Jean
Rodes, était, d'une manière assez peu en harmonie avec cette tenue
militaire, porté en chaise. Une foule de dignitaires, vêtus du même
uniforme, se pressaient et trottinaient autour de lui, selon la plus
vieille coutume des cours orientales.»

1. Le président Yuan-Chi-Kaï.--2. S. E. Don Luis Pastor, doyen du corps
diplomatique, ministre d'Espagne.--3. S. E. M. Wallenberg, ministre de
Suède.--4. S. E. M. A. Conty, ministre de France.--5. S. E. M. de
Cartier de Marchienne, ministre de Belgique.--6. S. E. le comte
Aklefelt-Laurvig, ministre de Danemark.--7. S. E. M. Williams, chargé
d'affaires des États-Unis.--8. S. E. Lou-Tseng-Tsiang, ministre des
Affaires étrangères, Wai-Kiao-Pou.--9. S. E. H. Kroupensky, ministre de
Russie.--10. S. E. M. Yamaza, ministre du Japon.--11. S. E.
Tsao-Jou-Linn, vice-ministre des Affaires étrangères.--12. S. E. M.
Bathala de Freitas, ministre de Portugal.--13. S. E. le comte von
Limburg-Stirum, ministre des Pays-Bas.--14. S. E le baron von
Seckendorff, ministre d'Allemagne.--15. S. E. Leang-Cheu-Yi, secrétaire
général de la présidence.--16. M. le chevalier Daniel Varé, chargé
d'affaires d'Italie.--17. M. J. B. Alston, chargé d'affaires de
Grande-Bretagne.--18. Amiral Tsai-Ting-Kan, conseiller du
président.--19. le général Yin-Tchang, conseiller du président.--20. M.
Herrera de Huerta, ministre du Mexique.--21. M. Tang-Tsai-Fou,
conseiller au ministère des Affaires étrangères.--22. M. Tang-Hoa-Long,
président de la Chambre des députés, Tchong-Yi-Yuan.--23. M.
Wang-Chia-Siang, président du Sénat, Tsan-Yi-Yuan.--24. M. le comte des
Fours, chargé d'affaires d'Autriche-Hongrie.--25. Amiral Liou-Kuan-Hsun,
ministre de la Marine.

La solennité eut lieu dans la vaste salle où l'empereur se tenait
autrefois pour les grandes réceptions annuelles. Lorsque Yuan-Chi-Kaï
eut fait son entrée, il gravit la haute estrade impériale et s'installa
délibérément à la place du trône où des chambellans, les uns en habit,
les autres en redingote, l'entourèrent. Le président, dans ce décor et
avec ces formes monarchiques, lut un long discours. Puis, à un
commandement du maître des cérémonies, tous les Chinois présents
s'inclinèrent profondément trois fois. La réception diplomatique eut
lieu ensuite. Après quoi le prince Pou Loun, vêtu lui aussi en général
bleu, vint au nom de la famille impériale présenter ses voeux et offrir
un cadeau. Une grande parade militaire, le défilé de 18.000 hommes
devant les portes du palais, termina ces cérémonies qui devaient
marquer, pour l'histoire, les débuts pittoresques et un peu gauches de
la République chinoise dans le monde moderne.

Le lendemain, le président Yuan-Chi-Kaï réunissait dans un déjeuner
suivi d'une garden-party les chefs de mission et le personnel des
légations, et c'est au cours de cette fête, plus intime, que fut prise
la photographie ici reproduite de Yuan-Chi-Kaï, en son bel uniforme bleu
et archigalonné de président ou de généralissime, au milieu des
ministres accrédités en sa capitale.

[Illustration: Le président Yuan-Chi-Kaï, entouré des membres du corps
diplomatique à Pékin.--_Phot. Fu Sheng._]



[Illustration: APRÈS LA TEMPÊTE.--Les épaves du «Mesolonghion» jeté à la
côte près de Casablanca; à l'arrière-plan, le «Nana Martini» échoué.

_Photographie Ch. Ratet._]

_Le coup de vent qui, à la fin du mois dernier, a soufflé sur
l'Atlantique a sévi avec une violence particulière sur les côtes du
Maroc, où la mer est toujours si dure. Le 29 octobre, la tempête jetait
à la côte un voilier français, la_ Marguerite, _à Rabat, et trois autres
navires mouillés en rade de Casablanca, le_ Liria, _espagnol, le_
Mesolonghion; _battant pavillon hellénique, et le_ Nana Martini,
_allemand. Aux premières nouvelles de ces trois derniers sinistres, le
général Franchet d'Esperey et le général Ditte se portaient sur la
plage. Les secours furent organisés rapidement. Mais le_ Mesolonghion,
_le plus en danger et le premier secouru, fut vite mis en pièces par les
vagues furieuses. Quatorze de ses matelots disparurent. Le_ Nana
Martini, _échoué non loin de là, put débarquer sans pertes son équipage.
Quant au_ Liria, _le sauvetage des marins qui le montait fut long,
dangereux, fertile en péripéties. Il fut l'occasion de maints actes de
courage et de dévouement. Là encore tout le monde fut sauf, mais le
navire était perdu. Ce véritable raz de marée a été, pour le port de
Casablanca, en construction, une rude et excellente épreuve. On n'était
pas sans inquiétude quant aux fondations des môles, que les prophètes de
malheur disaient devoir être balayées comme des fétus. Elles ont, au
contraire, résisté admirablement_.



CE QU'IL FAUT VOIR

PETIT GUIDE DE L'ÉTRANGER A PARIS

J'ai sur ma table une douzaine de cartes qui me convient aux expositions
d'art les plus diverses. On le sent: l'écluse est maintenant ouverte et
nous allons vivre jusqu'à l'été _sous_ la peinture! En quel océan ce
torrent ira-t-il se noyer lui-même? Quelles terres, je veux dire quelles
collections ira-t-il submerger ou féconder? On ne sait pas; et à
l'éternelle question que se posent tant de braves gens, chaque année:
«Où peut bien aller toute cette peinture?» nulle bouche humaine n'a
encore répondu.

J'utiliserai deux de ces cartes, en tout cas: j'irai à la galerie
Montaigne--c'est-à-dire au théâtre des Champs-Elysées--voir l'Exposition
d'Art chinois ancien; un art merveilleux, qui étonne sans doute plus
qu'il ne charme, mais dont les surprises sont si passionnantes!
Rappelez-vous les expositions récentes dont nous avons eu le régal au
musée Cernuschi.

Et puis j'irai flâner au quai de l'Horloge pour y voir une série
d'oeuvres de Roty qu'un graveur-éditeur y expose depuis quelques jours.
Roty fut un homme exquis, et qui a laissé une oeuvre aussi délicate et
aussi noble que lui. Il a eu ce génie de n'être point l'esclave de ses
outils; de ne jamais rapetisser ni sa vision ni son sentiment des choses
à la mesure du cadre où il enfermait son oeuvre. Il a mis en des
médailles toutes petites de vastes paysages, de grands gestes et des
rêves infinis. Il faut aimer Roty. Ce petit homme timide fut l'honneur
d'un art où nous excellons. Et puis on le fait revivre à nos yeux, dans
un magasin du quai de l'Horloge, en plein décor de «vieux Paris», tout
près de cet Institut où, discrètement, il siégea. C'est très bien.

Le dixième Salon de la «Gravure originale en couleurs» est ouvert pour
une dizaine de jours encore. Il faut l'avoir vu. Cette exposition n'a
point la prétention de nous révéler des chefs-d'oeuvre, et elle n'est
pas d'ailleurs destinée à cela. Mais elle a un autre objet, qui est très
intéressant aussi: elle nous montre comment l'art, en somme, peut
arriver à se vulgariser _artistement_ dans une forme où il semblait que
ce fût bien difficile... Nous avions la _chromo_, qui était à la portée
de toutes les bourses; la gravure en couleurs est moins universellement
accessible, et l'on ne peut pas dire d'elle qu'elle soit «peuple». Elle
est «classes moyennes». N'importe. Elle marque un admirable progrès dans
l'art de mettre à la disposition d'amateurs de plus en plus nombreux de
délicates jouissances, d'une qualité continuellement améliorée, et qui
n'étaient, il y a peu d'années encore, que le privilège d'une élite.

La Comédie-Française a repris, comme chaque année, au seuil de l'hiver,
ses soirées d'abonnement. Ses matinées du jeudi étaient, depuis quelque
temps déjà, recommencées. Si j'étais chargé de montrer Paris à un
étranger, je ne me presserais pas de le conduire aux soirées
d'abonnement de la Comédie-Française, pas plus qu'à celles de l'Opéra.
J'aurais peur qu'il en emportât l'impression que les Français
d'aujourd'hui pratiquent mal, quand ils sont au théâtre, l'art
d'écouter. L'Abonné est souvent inattentif; il semble même qu'à ses yeux
il y ait quelque élégance à l'être. Il a payé pour tout entendre; mais
il ne saurait admettre que le droit de tout entendre lui impose le
devoir d'écouter tout. Le spectacle qu'on lui donne n'est pas toujours
d'une irréprochable beauté; mais il faut convenir qu'il est lui-même,
quelquefois,--vu de la scène, ou de loges voisines, occupées par des
gens attentifs, un spectacle bien ennuyeux.

Bien plus volontiers conduirais-je mon Etranger à ces matinées du jeudi
qui sont comme les fêtes hebdomadaires du Théâtre-Français, et qui sont
rendues délicieuses, vraiment, par la qualité de la clientèle qu'on y
voit. Clientèle de fraîche jeunesse: d'adolescents attentifs, de
fillettes bien sages et pour qui ces matinées sont l'aventure, la petite
folie de la semaine! De jolis visages; des toilettes dont l'élégance
demeurera discrète, quelques années encore (ensuite, on verra!); un
silence de cathédrale autour des mots qui viennent de la scène; une joie
de kermesse à chaque baisser de rideau; ah! le gentil spectacle qui nous
est donné là! Et je voudrais, pour que mon ami l'Etranger rapportât de
nous, dans son pays, une opinion flatteuse tout à fait,--je voudrais le
conduire, après cela, chez Lamoureux ou chez Colonne; je veux dire chez
Chevillard ou chez Pierné.

Les deux grands Concerts du dimanche ont fait, le mois dernier, leur
réouverture (le sixième concert des deux séries sera donné demain);
après avoir vu comment notre jeunesse sait écouter une comédie,
l'Etranger y verra comment nos adultes savent écouter de la musique;
avec quelle docilité émue et recueillie ils se livrent à elle. Tous sont
venus chercher là l'émotion qui amuse, ou qui exalte, ou qui apaise;
car, parmi tant de sensibilités assemblées, il n'y en a pas une à qui
l'orchestre ne dise, à un moment donné, la phrase qu'elle avait besoin
d'entendre, et qu'elle se rappellera... On vante le recueillement de
certaines foules allemandes, au concert; il ne saurait être plus
profond, plus émouvant que ne l'est, depuis cinquante ans--depuis
Pasdeloup, le bon prophète!--celui des foules de Paris!

                                 *
                                * *

Une bonne nouvelle. Le musée Galliéra qui organise en ce moment, comme
tous les ans, à l'automne, son «Exposition générale d'art appliqué»,
annonce pour 1914 une Exposition _spéciale_ dont l'intérêt sera grand.

On sait que, depuis 1902, le musée Galliéra a organisé, chaque année--à
côté des collections qui constituent le fonds permanent de ses
richesses--des expositions spéciales, qui étaient chaque fois, dans
l'ordre des Arts appliqués à l'industrie, consacré à un objet différent.
Le musée Galliéra nous a donné successivement les expositions de la
_Reliure_, de _l'Ivoire_, de la _Dentelle_, du _Fer forgé_, de la
_Soie_, de la _Porcelaine_, de la _Parure précieuse de la Femme_, du
_Papier et de la toile imprimés et pochés_, de la _Verrerie_, des
_Grès,_ de la _Broderie_; et, cette année, la délicieuse et si amusante
Exposition de l'_Art pour l'enfance_, qui vient de finir, et à laquelle
succède celle dont j'ai parlé plus haut: l'Exposition générale _d'Art
appliqué_ à laquelle M. Eugène Delard, le si dévoué conservateur du
Musée, pourvoit au moyen de ses collections permanentes. C'est cette
Exposition que suivra, au printemps prochain, la quatorzième Exposition
spéciale de Galliéra. Elle aura pour sujet: «la _Statuette_», et «le
_Meuble_ destiné à la faire valoir».

On voudrait, par cette Exposition, montrer le rôle décoratif de la
Statuette, et à quels ingénieux emplois peut être affectée, dans nos
intérieurs d'art modernes, la «petite Sculpture». Voilà un thème
excellent!

J'ai déjà dit quels services nos musées municipaux rendent à l'Art, et
quels intéressants spectacles ils nous donnent. Comme on souhaiterait
que la Ville de Paris apportât au nettoyage de ses rues et à
l'administration de ses ordures ménagères une intelligence égale à celle
qu'elle déploie dans le gouvernement de ses musées!

_Un Parisien_.



AGENDA (15-22 novembre 1913)

EXPOSITIONS ARTISTIQUES.--Grand Palais: Salon d'automne.--Galerie
Georges Petit (8, rue de Sèze): exposition de la gravure originale en
couleurs. (Clôture le _27 novembre._)--Galerie Boutet de Monvel (rue
Tronchet, 18): céramiques de Lachenal.--Galerie Devambez (43, boulevard
Malesherbes): oeuvres de M. Hans Ekegardh; le _21 novembre_, ouverture
de l'exposition des Amis de l'eau-forte.--Galerie Montaigne (avenue
Montaigne): exposition d'art chinois ancien.

VENTES D'ART.--Hôtel Drouot, salle 6, les _20 et 21 novembre_, estampes
anciennes.--Salle 8, les _20 et 21 novembre_, laques anciennes du Japon,
bronzes chinois et japonais, peintures et dessins.

CONFÉRENCES.--Salle Gaveau (45, rue La Boétie): _Visions d'art_ de M.
Gervais-Courtellemont: le _21 novembre_ à 9 heures du soir, la _France
dans l'Afrique du Nord_ (projections en couleurs), causerie de M.
Gervais-Courtellemont; le _20 novembre_, à 3 heures, _Jeanne d'Arc_,
causerie de M. Funck-Brentano.--Université des _Annales_ (51, rue
Saint-Georges), à 5 heures: le _17 novembre, Snobisme, snobs et
snobinettes_, par M. Jules Lemaître; le _18, le Bon roi Henry_, par M.
Henry Roujon; le _19, la Jeunesse de Victor Hugo_, par M. Jean Richepin;
le _20, Une visite à madame mère, Laetitia Ramolino à Rome_, par M.
Frédéric Masson; le _21, la Vie flamande_, par M. Émile Verhaeren; le
_22, Pourquoi chante-t-on?_ par M. Reynaldo Hahn.--Au théâtre de la
Renaissance: le _15 novembre_, à 5 heures, conférence sur le _Tango_,
par M. André de Fouquières; le _22 novembre_, à 5 heures, gala de
musique consacré à Gustave Charpentier, conférence de M. Albert
Acrémant.

CONCERTS ET AUDITIONS.--Théâtre des Champs-Elysées, le _19 novembre_, en
soirée, concert symphonique avec le concours de Mme Félia
Litvinne.--Hôtel du Foyer (34, rue Vaneau), le _20 novembre_, de 3 à 4
heures, séance de musique donnée par l'Association des Concerts
Chaigneau.

EXPOSITION DE CHIENS DE LUXE.--Du _21 au 23 novembre_, 87, rue La
Boétie, exposition organisée par le Club du chien de luxe.

SPORTS.--_Courses de chevaux_; le _15 novembre_, Vincennes; le _16_,
Auteuil (prix Montgomery); le _17_, Saint-Ouen; le _18_, Enghien; le
_19_, Vincennes (obstacles); le 20, Auteuil (prix de Marly); le _21_,
Saint-Ouen; le 22, Vincennes (trot).--_Gymnastique: le 15 novembre_, à 3
heures, à la Sorbonne, congrès de l'Union des Sociétés de gymnastique de
France; le _16 novembre_, au gymnase Japy, à 3 heures: sixième tournoi
international.--_Aéronautique: le 15 novembre_, à Saint-Cloud, concours
de distance organisé par l'Aéro-Club de France.



LES LIVRES & LES ÉCRIVAINS

LES LIVRES DE LA TERRE

Quelques livres de la terre nous sont venus liés ensemble comme une
gerbe d'automne. Ils renferment un peu de la même âme; ils répandent une
harmonie de parfums qui évoquent nos vacances trop vite interrompues
parmi les bois, les sillons et les vignes. Ces livres sont: _Au Pays
d'Oïl_, par M. Jean Revel; le _Vieux Gamin_, par M. Gaston Roupnel et le
_Roman de la Forêt_, de M. Jean Nesmy, auxquels il faut joindre le
_Planet Saint-Eloy_, de M. Roux-Servine, qui nous dit la vie et la mort
de la tradition provinciale sur la «placette» d'une petite ville de
Provence.

Nous devons à M. Jean Revel de fortes études sur la vie terrienne:
«Rustres», «Contes normands», les «Hôtes de l'Estuaire», «Terriens». On
lira avec le même goût les savoureuses et émouvantes nouvelles qu'il a
réunies sous ce titre: Au _Pays d'Oïl_[1]. M. Jean Revel a foi dans les
destinées de la littérature provinciale, qu'il a dotée généreusement
d'un prix annuel de 800 francs. Il continue d'écrire lui-même, pour
l'exemple, et avec raison, puisque son talent reste chaud et jeune.

Le _Roman de la Forêt_[2] est l'oeuvre d'un forestier, et il faut nous
en réjouir. M. Jean Nesmy a vécu longuement dans la forêt champenoise.
Il connaît, comprend et aime la forêt. Il vient de lui consacrer un très
beau livre, où il traite un sujet inédit: la vie des charbonniers, et où
il traduit, avec un art subtil et charmant, les plus menues perceptions
de bruits, de parfums, de couleurs. Voici, par exemple, les bois
mouillés:

«La pluie tombe toujours monotone et têtue, à menus fils, à petites
aiguilles et n'a pas même un chant dans sa tristesse. Elle dégoutte des
branches, vernit les bourgeons, les feuilles mauves et les écorces,
gonfle les mousses, glisse en rosée sous les herbes qu'elle ploie, hache
l'air, effume l'horizon et, portée comme un embrun par le vent de la
hauteur qui la chasse, déplie ses voiles et les replie...»

Plus loin «la forêt de givre fait sa musique de dégel». Puis c'est la
forêt à l'aube de mai, la forêt aux couchants et la forêt la nuit, tout
le poème profond de la Forêt dans les quatre chants de ses quatre
saisons.

M. Gaston Roupnel est un conteur bourguignon dont la plume trempe en
pleine sève et qui dresse ses personnages dans l'air de leur pays avec
ce relief puissant, cette expression ardente que, jadis, les imagiers de
villages savaient donner à leurs figures d'églises. Ce n'est point
certes que le _Vieux Garain_[3] prenne dans ce récit un visage de saint.
Ce «Jean-Jean de la Terre», intrépide «perce-coeur du pays» en sa
jeunesse, savoureux ivrogne en son âge mûr, et riche diseur d'anecdotes
sur sa fin, avant d'être taquiné par le croque-mort, est tour à tour le
bon gars et le mauvais larron. Mais quand, avec ses expressions un peu
débraillées, il évoque la vie, la vie locale d'un demi-siècle en «sa
sincère gueuserie», il nous livre les plus extraordinaires portraits
bourguignons fixés, sans retouche, dans la réalité du cadre.

[Note 1: Édition Fasquelle.]

[Note 2: Édition B. Grasset.]

[Note 3: Édition Fasquelle.]

M. Roux-Servine, l'auteur du _Planet Saint-Eloy_[4], nous offre, pour
ses débuts dans le roman, une oeuvre charmante, originale, sympathique,
pleine d'esprit et de talent, qui vaut d'être lue et mise en
bibliothèque. M. Roux-Servine est certainement un homme du Midi et
peut-être bien un félibre. Il est en tout cas un traditionniste de la
meilleure qualité et qui, pour cette raison, n'aime point le cabotinage
du traditionnisme. Et M. Roux-Servine en plus est un poète. Vous vous en
apercevrez dès ses premières lignes, à la description évocatrice qu'il
nous donne du Planet Saint-Eloy, une placette d'Iscle en Provence,
irrégulière, maussade, avec la fontaine qui s'y égoutte continûment
entre les branches de trois platanes, avec ses anciens hôtels
renfrognés. En ces maisons du passé survivent de vieux us et gîtent de
vieilles gens: un ancien notaire, un chanoine, une dame très noble, deux
demoiselles âgées, un officier en retraite, gaillard et ronchon, dont la
seule présence en ce lieu est un demi-scandale. Le scandale complet se
déchaîne lorsque emménagent sur le Planet un peintre fantasque et riche
et une antiquaire pratique et jolie. Il ne faut pas accabler les vivants
sous le poids des morts, mais il paraît cependant juste de noter que
l'on trouve dans ce livre quelque chose de l'observation balzacienne,
traduite avec la fantaisie d'un Murger, un Murger plus fin, plus discret
quoique méridional. Et il y a aussi, en ces pages nuancées, une satire
bien jolie des métèques qui, pour vivre dans le Midi, prétendent le
connaître et affirment l'aimer.

[Note 4: Édition du «Provençal de Paris» 15, rue du Faubourg-Montmartre.]

RÊVE D'EMPEREUR

Il y a des gens, disait la baronne du Montet, qui ont le talent de se
draper d'un nuage. «Napoléon III, ajoute M. Frédéric Loliée, était de
ces nébuleux, à qui le clair-obscur prête des proportions agrandies».
Car M. Frédéric Loliée vient de nous donner un fort ouvrage sur Napoléon
III[5], très curieusement étudié dans la formation et le développement
de son rêve impérial. On connaît les livres précédents de ce séduisant
et brillant historien. Jusqu'ici, des témoignages d'époque lui avaient
permis d'esquisser, sous la forme intime, les grands portraits et les
silhouettes notables de la société du second Empire. Mais la figure
essentielle, centrale, manquait encore à cette galerie. Il nous fallait
un Napoléon III, vu par M. Loliée dans la solitude de Ham et dans le
faste des Tuileries, une analyse intime--à travers les circonstances de
la vie privée ou publique--de cette figure du destin. M. Loliée a
ressuscité son personnage avec beaucoup de finesse d'observation et un
grand effort d'impartialité. Après avoir, dans la première moitié de son
ouvrage, dressé un triptyque impressionnant de Louis Bonaparte, enfant,
conspirateur, prisonnier, il nous montre, après la réalisation du
«rêve», les Tuileries rouvertes aux rites somptuaires d'un autre âge, le
palais des rois rendu à la vie avec un faste tout à fait digne de son
histoire, un éclat matériel répondant à l'idée la plus brillante qu'on
pût concevoir d'un vrai décor monarchique, et, debout, au milieu de
cette pompe renouvelée du premier Empire, un homme, donnant plutôt
l'impression avec son attitude impassible, indifférente, «d'un maître
revenu chez soi que d'un Élu fraîchement sorti du scrutin populaire».

M. Frédéric Loliée insiste peu sur les faits, déjà connus, et que l'on
pourra d'ailleurs retrouver, fort agréablement liés, commentés et
illustrés, dans l'ouvrage du comte Fleury et de M. Louis Sonolet, sur la
_Société du second Empire_[6]. M. Loliée concentre son observation sur
la vie intérieure, sur l'évolution d'âme; et les traits qu'il dégage en
force et en relief composent le portrait moral le plus impressionnant et
le plus vrai peut-être que l'on nous ait jusqu'ici donné du rêveur
impérial.

ALBÉRIC CAHUET.

[Note 5: _Rêve d'Empereur_. Ed. Émile-Paul, 7 fr. 50.]

[Note 6: Dont le troisième volume (1863-1807) vient de paraître. Ed.
Albin Michel, prix 5 francs.]



DOCUMENTS et INFORMATIONS

[Illustration: Le biplan avec ses rampes électriques.]

[Illustration: Le sillage lumineux tracé par l'aéroplane.]

[Illustration: La chute des bombes sur une carcasse en bois figurant un
cuirassé et l'incendie de ce dernier.]

EXPÉRIENCES DE LANCEMENT DE BOMBES EN AÉROPLANE, LA NUIT

AVIONS LANCEURS DE BOMBES.

L'Amirauté anglaise a fait procéder récemment, sur l'aérodrome de
Hendon, à d'intéressantes expériences de lancement de bombes du bord
d'un aéroplane. Ces expériences ayant lieu la nuit, la silhouette
générale des avions était indiquée par une série de lampes qui
permettaient de suivre les évolutions; sur le sol de l'aérodrome, on
avait dressé une carcasse on bois simulant un navire de guerre, éclairée
par des feux reproduisant aussi exactement que possible les feux
réglementaires.

Le vol des avions, dans ces conditions, fut un spectacle nouveau.
L'appareil disparaissait dans la nuit, traçant des lignes de feu qui se
déroulaient en un lumineux sillage. Et l'éclatement des bombes, qui,
grâce à l'adresse des pointeurs, incendièrent assez rapidement le but
proposé, ajoutait à l'étrangeté de ce feu d'artifice d'un nouveau genre.


CONSERVATION DES OEUFS PAR LE SILICATE DE SOUDE.

Il y a longtemps qu'on a préconisé la conservation des oeufs dans un
bain de silicate de soude ou verre soluble; mais depuis peu on a
prétendu que les oeufs ainsi traités renferment une certaine quantité de
silice soluble qui les rend dangereux pour la consommation.

Un chimiste anglais, M. Bartlett, s'est livré à une série d'expériences
en vue d'éclaircir définitivement la question. Il a constaté que si le
bain contient de la soude libre, l'oeuf en absorbe et le blanc prend la
consistance de gelée.

On évite cet inconvénient en employant une solution convenable de
silicate de soude à 10%. Après onze mois d'immersion les oeufs ne
contiennent pas plus de silice que les oeufs frais et leur poids est
sensiblement le même qu'avant leur introduction dans le bain. D'autre
part, leur qualité est en général supérieure à celle des oeufs conservés
par le froid, car les pores de la coquille sont clos et ne se laissent
traverser par aucune mauvaise odeur.


CARPES D'ÉGOUT.

Nous avons signalé jadis les essais entrepris en certains pays,
notamment en Allemagne, pour assainir les cours d'eau, en les peuplant
de jeunes carpes: ces poissons se nourrissent de certains microbes et
les ferments qu'ils sécrètent en détruisent d'autres.

Le procédé a donné d'excellents résultats et on songe à l'utiliser pour
la purification des eaux d'égout. D'après les expériences et les calculs
du docteur Hofer, de Munich, la carpe prospère dans les eaux polluées;
des sujets d'une livre placés au mois d'août dans des étangs recevant
des eaux d'égout avaient triplé de poids au mois de novembre. On
pourrait ainsi obtenir un revenu dépassant parfois 1.000 francs par
hectare.

Le savant allemand ajoute que ces carpes peuvent être mangées sans
danger. Elles consomment, non pas les toxines, mais seulement les
animalcules qui les produisent; d'autre part, leur cuisson offrirait des
garanties suffisantes contre l'infection microbienne.

Attendons-nous donc à voir bientôt introduire à Paris comme «carpes de
la Loire» les carpes d'égout dues à l'initiative de la science
germanique.


INCONVÉNIENTS DU CHOCOLAT POUR LES NOURRICES.

On sait que l'alimentation des nourrices exerce une grande influence sur
la composition du lait, influence telle qu'on fait parfois ingérer par
la nourrice certains médicaments destinés à l'enfant. Mais on n'avait
jamais remarqué jusqu'ici l'action nocive que peut présenter la
consommation abusive du chocolat. MM. Brandeis et Quintrie ont fait à
cet égard une observation curieuse qu'ils viennent de communiquer à la
Société de médecine et de chirurgie de Bordeaux.

Un bébé étant affecté de troubles digestifs assez graves, le lait
maternel fut analysé: on y trouva des cristaux d'oxalate de chaux.
C'était un élément tout à fait anormal, et, en cherchant d'où il pouvait
provenir, on apprit que la mère mangeait une quantité excessive de
chocolat. Or, le chocolat contient presque toujours une légère
proportion d'acide oxalique; il fut donc interdit à la nourrice. En
quelques jours les malaises de l'enfant cessèrent complètement.


LA TEINTURE D'IODE DANS LES APPROVISIONNEMENTS DE L'ARMÉE

Depuis que les travaux du professeur Reclus ont fait connaître la haute
valeur antiseptique de la teinture d'iode, la chirurgie moderne en a
fait la base de presque tous ses pansements. Malheureusement, ce
précieux produit doit, pour être efficace, être de préparation récente.
Au bout de huit jours, il s'altère et devient irritant; après un mois,
il est caustique. Pour remédier à cet inconvénient grave, on a proposé
de lui ajouter diverses substances conservatrices, de l'iodate de
potasse par exemple, du borax ou de l'iodure de potassium. Mais ce ne
sont là que des moyens de fortune dont la constance n'a jamais été
démontrée.

Aussi convient-il de signaler qu'un praticien de notre armée, le
pharmacien-major Pellerin, attaché à la direction du service de santé du
ministère de la Guerre, vient de trouver le moyen pratique de fabriquer
des comprimés d'iode pur, susceptibles de résister pendant de longs mois
à toute altération. Pour s'en servir, il suffit d'en placer un dans une
quantité convenable d'un liquide alcoolique quelconque où il se dissout
instantanément.

Grâce à cette découverte, nos ambulances et nos formations sanitaires de
campagne vont être, dans un délai très bref, pourvues du médicament
précieux, indispensable pour les soins d'urgence à donner aux blessés.


L'ÉPONGE DE FER ET LA PURIFICATION DE L'EAU.

Quand on fait passer un courant de vapeur d'eau dans de la fonte en
fusion, celle-ci, en se solidifiant par refroidissement, prend un aspect
poreux qui lui a valu le nom commercial d'éponge de fer. Ce produit bien
connu n'a dans l'industrie que des usages assez restreints; mais il est
possible que désormais sa fabrication se trouve assurée d'assez larges
débouchés. Le service municipal des eaux de New-York vient, en effet,
de l'employer pour constituer des lits filtrants et se déclare enchanté
de son emploi, après de nombreuses expériences concordantes. Un filtre
garni d'éponge de fer se laisse traverser par l'eau avec une grande
rapidité, mais l'assainit au passage d'une façon si parfaite que,
fût-elle saumâtre ou fétide à son entrée dans l'appareil, cette eau se
trouve, à la sortie, dépourvue de toute mauvaise odeur, privée de goût
désagréable et susceptible de demeurer pendant de longs mois claire,
limpide, sans aucune altération, absolument potable en un mot.

Ces expériences devraient être reprises chez nous: en raison du prix de
revient très bas de l'éponge de fer, rien ne s'opposerait à son adoption
pour le filtrage des eaux, si les conclusions optimistes des ingénieurs
américains sont confirmées de tous points.


A PROPOS DE LA STATUE DE JUPILLE.

Plusieurs lecteurs nous demandent quel est l'auteur du monument,
reproduit dans notre numéro du 1er novembre, qui rappelle, à l'Institut
Pasteur, l'acte de courage du petit Jupille terrassant un chien enragé:
ce groupe est l'oeuvre du statuaire Émile Truffot, qui fut l'un des
meilleurs élèves de Carpeaux, et a laissé le souvenir d'un excellent
artiste.



NAVIRES AMÉRICAINS EN FRANCE

Une division navale américaine, composée des cuirassés _Vermont_ et
_Ohio_, au cours d'une croisière en Méditerranée, va passer quelques
semaines dans les eaux françaises. Ces cuirassés sont actuellement à
Marseille, où a été prise notre photographie. Ils y ont grand succès de
curiosité, avec leurs étranges mâts-tourelles. Mais ce qui retient le
plus vivement l'attention des marins comme des simples... terriens,
c'est le transport _Orion_ qui les accompagne et qui est spécialement
chargé de les ravitailler en charbon. C'est un navire d'un type tout
nouveau et qui vient d'être mis en service récemment. Il peut porter
10.500 tonnes de houille. Il présente un aspect très particulier, avec
son pont chargé de grues puissantes qui lui permettent de charger
rapidement les navires qui peuvent avoir recours à ses services. De tels
bâtiments pareraient heureusement, en temps de guerre, aux difficultés
toujours grandes du ravitaillement.



LE SOUVENIR FRANÇAIS A BERNE

La colonie française de Berne n'oublie pas les soldats morts pour la
patrie pendant le séjour en Suisse, en 1871, de nos troupes de l'Est
mutilées et épuisées; et, suivant une tradition déjà lointaine, elle
s'est réunie dimanche dernier avec son drapeau, au cimetière de
Bremgarten où s'élève un très beau monument commémoratif.

Deux couronnes de fleurs naturelles ornées de rubans tricolores furent
déposées au pied de ce monument, l'une par la colonie française, l'autre
par la société suisse des anciens légionnaires qui avait tenu à se
joindre au cortège formé à l'entrée du cimetière. Cette touchante
manifestation des anciens légionnaires suisses, groupés sous le drapeau
français, est une réponse éloquente aux attaques haineuses et
périodiques de la presse pangermaniste contre notre légion.

[Illustration: Le monument français de Berne fleuri par les anciens
légionnaires.--_Phot. Fourmann._]



LE PROCÈS DE KIEF

A Kief, un retentissant procès, terminé d'hier, a, durant plusieurs
semaines, provoqué d'ardentes discussions en Russie. L'assassinat, dans
des conditions restées mystérieuses, d'un enfant nommé Youtchinsky;
certaines conclusions des médecins qui avaient procédé à l'autopsie, la
mise en accusation de l'israélite Beylis, soupçonné d'être l'assassin,
ont permis d'évoquer devant les juges l'obsession sanglante du «crime
rituel». D'où, en Russie, une émotion violente, le déchaînement des
antisémites, d'un côté, et, d'autre part, la riposte non moins ardente
de leurs adversaires les accusant d'inventer des prétextes à massacres.

Le procès s'est terminé par l'acquittement de Beylis. Le jury de Kief,
tout en affirmant sa conviction que le meurtre du jeune Youtchinsky
avait été commis dans la fabrique où les juifs confectionnaient leurs
pains azymes, a, sur une seconde question, répondu que Beylis n'était
pas coupable.

[Illustration: Le transport de la marine de guerre américaine _Orion_
ravitaillant en charbon le cuirassé _Ohio_ dans le port de
Marseille.--_Phot. du lieut.-col. Prat._]

[Illustration: Beylis.--_Phot. Kowalsky._]

Ce verdict rendu par douze hommes du peuple, dont une certaine partie de
l'opinion suspectait bien à tort les préjugés, paraît devoir apaiser les
passion...



UN CÉTACÉ EN BRETAGNE

Il n'est pas rare de voir un cachalot ou quelque baleinoptère échouer
sur nos côtes; en général, ces monstres marins sont de taille réduite et
nous donnent une idée assez imparfaite de la légendaire baleine.

[Illustration: Une baleine échouée à la pointe de Penmarch.]

Le cétacé trouvé ces jours derniers sur la côte de Penmarch, près du
phare d'Eckmühl, se distingue de ses congénères égarés en nos régions
par sa taille exceptionnelle; il mesure environ 15 mètres de longueur.
Ce sujet rare a attiré l'attention du Muséum qui a envoyé un délégué
chargé de surveiller le dépeçage. Et le squelette sera probablement
attribué à un musée de province, qui pourra s'honorer, comme le Jardin
des Plantes de Paris, d'une cour de la Baleine.



LES THÉÂTRES

Le théâtre Léon-Poirier vient de nous révéler une comédie satirique, de
M. Lucien Gleize, qui a obtenu le plus franc succès. Le _Veau d'or_ est
l'histoire amusante, alerte, et très spirituellement satirique sans
méchanceté, d'un parvenu richissime, vaniteux jusqu'au ridicule, et de
sa cour d'adulateurs; une intrigue sentimentale lie entre elles les
scènes dont se composent ces trois actes, scènes de caractère où
éclatent à tout instant les traits cocasses, les formules bien venues,
les mots de situation. On a applaudi la pièce et ses interprètes, Mlles
Catherine Fonteney et Suzanne Révonne, MM. Berthier, Louis Gauthier,
Henri Beaulieu, Dechamps, Paul Plan, Arvel.

«L'_Insaisissable Stanley Collins_, pièce à grand spectacle en vingt
tableaux», de MM. de Marsan et Timmory, est une oeuvre conçue selon
l'esthétique du théâtre du Châtelet. L'insaisissable Stanley Collins
rappelle le mystérieux Crawford de l'affaire Humbert, si ingénieusement
imaginé par la grande Thérèse. Les deux auteurs, tout autant qu'elle,
ont fait preuve d'un sens avisé des coups de théâtre et, comme elle, ils
se sont avant tout préoccupés de la mise en scène. Décors changeants,
brillants costumes, musiques, cortèges et ballets sont d'un faste varié
et pittoresque.

Le théâtre de la Porte-Saint-Martin vient de reprendre le _Ruisseau_, de
M. Pierre Wolff, qui, lors de sa création au Vaudeville en 1907,
atteignit et dépassa la centième représentation. Cette comédie si fine,
émouvante et généreuse, n'a pas vieilli. Son charme, qui est fait de
tendresse, n'a rien perdu de son pouvoir sur le public. Et le succès
d'hier égale et dépassera peut-être celui d'il y a six ans. Son
interprétation est du reste tout à fait supérieure avec MM. Huguenet,
Rosenberg, Mlle Jeanne Provost et Mlle Jane Pierly qui, après tant
d'autres artistes de café-concert, a fait là, sur une grande scène, un
début, d'autant plus remarqué qu'elle prenait dans le principal rôle
féminin la lourde succession de Mlle Yvonne de Bray.

[Illustration: Mlle Jane Pierly.--_Phot. A. Bert_]

C'est décidément la saison des «reprises», au moins pour la
Porte-Saint-Martin et pour l'Ambigu. Voici, sur cette dernière scène, la
reprise de _Raffles_, triomphe de la pièce policière. Sa carrière fut
longue au théâtre Réjane qui la révéla en 1907. Il est à prévoir qu'elle
va, durant de nombreuses soirées, connaître un regain de succès avec sa
nouvelle interprétation parmi laquelle figure, d'ailleurs, le brillant
créateur de Raffles, M. André Brûlé.

M. Jacques Rouché, devenu directeur de l'Opéra, est remplacé au théâtre
des Arts par M. Irénée Mauget qui, au cours de l'été, représenta un
certain nombre d'actes inédits d'auteurs nouveaux sur le théâtre de
Verdure du Pré-Cateian, et qui se promet de nous révéler des oeuvres
intéressantes. Son premier spectacle à la salle du boulevard des
Batignolles comportait un drame de MM. Johannès Gravier et Lebert, le
_Droit de mort_, sur un sujet profondément pathétique: le véritable
droit de mort que des parents peuvent exercer encore de nos jours sur
leurs enfants en s'opposant à une intervention chirurgicale,--et une
comédie de MM. Pierre Bossuet et Georges Léglise, le _Coeur en panne_,
marivaudage un peu long avec quelques jolies scènes.

Le théâtre du Vieux-Colombier nous a offert, pour son second spectacle,
une pièce en quatre actes, de M. Jean Schlumberger, les _Fils Louverné_;
c'est un drame de famille composé avec le souci évident d'éviter tout
effet mélodramatique, écrit avec un tact littéraire parfait; il est joué
avec un soin discret par la troupe ordinaire du Vieux-Colombier.

Le théâtre Impérial a renouvelé aimablement son spectacle en affichant
trois petites pièces gaies: _Un malheur n'arrive jamais seul_, de M.
Félix Galipaux; _Express-Agency_, de MM. Henri Falk et Maurice Dumas,
qui ont mis à la scène les exploits comiques d'un fantaisiste Sherlock
Holmes; _Un virtuose_, de MM. Wilned et Henry Roy, amusante
«comédie-bouffe» dont un piano mécanique fait les frais. Une pantomime
de M. Paul Franck, la _Griserie du Tango_, agrémente la soirée, qui se
termine par une revue de MM. Jean Bastia, Jules Moy et Moriss, _A la
bonne Franckette_, jouée par les auteurs.



[Illustration: LE MONSIEUR QUI «FAIT DE L'EXERCICE», par Henriot.]


[Note du transcripteur: Les suppléments mentionnés en titre ne nous ont
pas été fournis.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3690, 15 Novembre 1913" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home