Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3274, 25 Novembre 1905
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3274, 25 Novembre 1905" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.

L'ILLUSTRATION, NO. 3274, 25 NOVEMBRE 1905 ***



L'Illustration, No. 3274, 25 Novembre 1905


Avec ce Numéro: L'ILLUSTRATION THÉÂTRALE CONTENANT BERTRADE


LA REVUE COMIQUE, par Henriot.


Suppléments de ce numéro:
1° L'ILLUSTRATION THÉÂTRALE contenant le texte complet de BERTRADE
2° Une magnifique photographie en double page du naufrage de l'_Hilda_;
3° Le deuxième fascicule du roman de J.-H. Rosny: LA TOISON D'OR.


L'ILLUSTRATION _Prix de ce Numéro: Un Franc._ SAMEDI 25 NOVEMBRE 1905
_63e Année--Nº 3274_.

[Illustration: LA SAINTE-CATHERINE, RUE DE LA PAIX Une «Catherine»
coiffant le bonnet, dans un atelier de modiste.--_voir le Courrier de
Paris à la page suivante._]



COURRIER DE PARIS

JOURNAL D'UNE ÉTRANGÈRE

Une bande de curieux passe, sur le boulevard, escortant quelqu'un que je
ne distingue pas. Devant la porte d'entrée d'un grand journal, on voit
le groupe s'arrêter; des poignées de main s'échangent; quelques cris
vagues sont proférés; des gens interrogent autour de moi: «Qu'est-ce
qu'il y a? Qui est-ce?» Un agent sourit, flegmatique, et dit: «Je crois
que c'est Loizemant.»

Je me souviens. J'ai vu souvent, depuis deux ans, ce nom-là dans les
journaux, et le «cas» de Loizemant est un des plus troublants que je
connaisse. On avait condamné cet homme à mort parce qu'il avait
assassiné une femme. On le croyait, du moins. Et puis, tout de suite, un
doute surgit. On cessa d'être certain que Loizemant eût assassiné. Mais
on ne le relâcha point pour cela. On décida simplement que cet assassin,
qui n'avait probablement assassiné personne, au lieu d'avoir la tête
tranchée, irait passer au bagne le reste de sa vie. C'est la façon dont
la magistrature, en quelques pays très civilisés, s'excuse d'avoir, sans
preuves suffisantes, condamné un homme à mort. Elle dit à cet homme:
«Nous vous avions cru coupable, et il est bien possible que vous soyez
innocent. Nous ne vous couperons donc pas le cou, mais nous ferons de
vous un forçat à perpétuité. La vie n'est faite que de concessions
réciproques, et n'est-il pas juste qu'en de si délicates affaires chacun
y mette un peu du sien?»

Tout de même, les amis de Loizemant continuaient de protester. La
réparation leur semblait vraiment insuffisante... On écouta leurs
plaintes. Et l'on décida de ne point envoyer Loizemant au bagne. On
réduisit sa peine à cinq ans de réclusion. Deux ans et demi ont passé.
Les juges estiment que, décidément, cet employé aux contributions
indirectes a payé suffisamment cher la maladresse de s'être laissé
soupçonner d'assassinat et ils le renvoient chez lui. Est-il réhabilité?
Pas le moins du monde. Est-il libre, au moins? Pas tout à fait non plus:
le séjour de Paris continue de lui être interdit. Cependant on vient de
l'autoriser à y passer une semaine. Jamais assassin ne fut l'objet de
tant de politesses. Car Loizemant, devant la loi, continue d'être un
assassin... Que tout cela est compliqué! Le coeur, dit Pascal, a ses
raisons que la raison ne connaît pas. Le code aussi, je pense?

                                     *
                                    * *

Le code... je devrais dire: les codes, le civil et le militaire. Ne le
pourrait-on rajeunir aussi, celui-là? Un code militaire ne devrait point
prêter à rire, et je ne puis m'empêcher de rire un peu en pensant que,
tout à l'heure, après avoir solennellement célébré le mariage d'un de
ses enfants, un soldat de soixante ans passés, comblé d'honneurs,
rentrera chez lui pour y subir une punition de quinze jours de
consigne... Est-il bon, est-il mauvais que M. le général Brugère soit
puni? Je n'en sais rien et ce n'est pas mon affaire d'en décider. Mais
enfin il est puni; en bon soldat qu'il est, il reconnaît, dit-on, la
punition méritée: il gardera pendant quinze jours les arrêts, «comme un
sous-lieutenant». M. le général Brugère ne pourra donc (à moins que sa
punition ne soit levée tout à l'heure) ni recevoir ses amis, ni aller au
théâtre pendant quinze jours; ni, le soir, dîner en ville; ni se montrer
au Bois, le matin. Les gens épris d' «égalité» quand même trouvent cela
très bien; je trouve cela très puéril et un peu choquant. On ne châtie
pas au lycée de la même façon les élèves des petites classes et ceux des
grandes; on ne met pas un rhétoricien au piquet. De même, l'obligation
de «garder la chambre» peut être une façon ingénieuse de punir un
officier de vingt ans (la liberté de courir étant, à cet âge-là, l'une
de celles à quoi l'homme tient le plus); mais infliger cette peine à un
sexagénaire... dire au généralissime: «Vous n'irez plus au Bois...
pendant deux semaines»; priver de sortie, comme un potache, l'homme à
qui est réservé l'écrasant honneur de conduire un jour, peut-être, les
armées de France à l'ennemi, voilà un usage dont la cocasserie m'effare.
Je ne vois pas--à l'occasion d'une petite faute commise dans le
service--le ministre de l'Instruction publique privant de dessert M.
Liard, vice-recteur de l'Académie. Cependant, serait-ce beaucoup plus
ridicule que de mettre M. le général Brugère en retenue?

                                     *
                                    * *

Sans révolution, sans tapage, aussi simplement qu'on achète une terre ou
qu'on se marie, les Norvégiens viennent de se donner un roi. La saison
n'est pas propice aux déménagements, en Scandinavie surtout, et je crois
bien que si S. M. Haakon VII (c'est le nom du nouveau roi) avait été
consulté sur le choix de la date où devait être inaugurée l'ère nouvelle
de la royauté en Norvège, il eût préféré attendre un peu. Il est
délicieux au printemps, ce fjord de Christiania; mais en décembre! De la
neige partout; de la brume plein le ciel; le long du grand
boulevard--_Cari Joharis gade_--qui va de la petite rotonde du Storthing
au vaste palais blanc que le couple royal occupera demain, les
réverbères allumés jusqu'à dix heures du matin, et rallumés dès trois
heures... Il y a bien le patinage, les courses en traîneau, les fêtes de
nuit sur la glace (merveilleuses!) et les longues soirées où l'on peut
entendre Nansen raconter ses voyages au pôle et le vieux Grieg jouer sa
musique, le crâne auréolé de mèches blanches ébouriffées; il y a bien
aussi le petit théâtre, où le culte du dieu Ibsen est si pieusement et
si joliment célébré... Mais tout cela--en attendant le dégel et les
belles nuits d'été--vaudra-t-il Copenhague pour le roi, et Londres pour
la reine? Car elle est Londonienne, la jolie reine Maud; comme toutes
les femmes de son pays, bourgeoises ou filles de roi, elle a beaucoup
voyagé et elle ne rapportera pas à Christiania de jolis souvenirs que de
son pays; elle en rapportera de France aussi, de ce beau Paris où ses
parents l'amenèrent toute petite; où elle est souvent revenue et qu'elle
connaît bien. Et peut-être cet hiver--tandis qu'il fera tout noir dans
les rues mouillées de Christiania, se rappellera-t-elle avec un peu de
mélancolie le temps où elle n'était qu'une petite princesse, mais une
princesse dont la maison s'ouvrait sur les pistes d'Hyde park,--et pas
très loin, en somme, du boulevard des Italiens!

                                     *
                                    * *

Les avènements royaux ne sont pas les seules fêtes où se mêle un peu de
tristesse. En regardant mon calendrier, j'y lis: 25 novembre, _Sainte
Catherine_, et je pense aux braves filles en l'honneur de qui cet
anniversaire sera célébré tout à l'heure, et dont c'est le tour de
«coiffer» la sainte. Amère minute à passer; et j'en sais plus d'une qui
aimerait autant, ce jour-là, que son âge fût ignoré de tout le monde. On
est pourtant très jeune, à vingt-cinq ans; mais on paraît une demoiselle
fort mûre à celles qui en ont seize; et c'est cela qui fait peur. On
pense: «Auraient-elles raison et serais-je plus vieille que je ne
crois?» Tout de même, on les fête; et, pour les «midinettes» de Paris,
c'est une joyeuse journée que la Sainte-Catherine. Je me rappelle un
tableau gentil; c'était le 25 novembre de l'an dernier, rue de la Paix.
Il était midi; des marchandes de fleurs s'attardaient aux portes des
grands couturiers, guettant au passage les bandes rieuses: ouvrières,
vendeuses et mannequins, qui allaient déjeuner. Un cortège passa,
précédé de deux jolies filles dont les chevelures (blonde et brune)
étaient fleuries de noeuds de soie: coiffures de Sainte-Catherine...
«Deux maris feraient bien mieux leur affaire,» dit un passant Elles
étaient sans doute de cet avis, les pauvres jolies filles. Mais, à
Paris, certaines mélancolies ne s'avouent pas; c'est une ville où les
femmes savent rire, même quand elles ont un peu envie de pleurer.

SONIA.



[Illustration: L'éventaire de la fleuriste assailli par les
«midinettes».]

[Illustration: Une «Catherine» promenant son bonnet, avec ses
camarades.]

LA SAINTE-CATHERINE (25 novembre) RUE DE LA PAIX, A PARIS



LE COMTE DE FLANDRE

Le comte de Flandre, frère cadet du roi des Belges, qui vient de
succomber à une congestion pulmonaire, était âgé de soixante-huit ans.
Lorsque Léopold II avait perdu son fils unique, il était devenu
l'héritier direct du trône; mais, malgré sa haute situation, il ne joua
en Belgique qu'un rôle assez effacé. Général à vingt-trois ans, il
refusa, en 1867, la couronne de Roumanie, commanda en 1870 un des corps
d'observation envoyés à la frontière française et porta longtemps,
jusqu'en 1902, le titre de commandant supérieur de la cavalerie. Surtout
vers la fin de sa carrière, une surdité prononcée le tenait éloigné de
la vie publique; dans son vaste hôtel de Bruxelles, il menait une
existence familiale, d'une simplicité bourgeoise, sans faste ni grosses
dépenses; la bibliothèque y occupait une large place, et, bibliophile
passionné, il préférait à toute autre société celle de ses livres.

Il avait renoncé tout récemment à ses droits et à son titre d'héritier
présomptif en faveur de son fils aîné, le prince Albert.



LE GRAND-DUC DE LUXEMBOURG

Le doyen des souverains d'Europe, le grand-duc Adolphe de Luxembourg,
frère de la reine de Suède, s'est éteint, le 17 novembre, dans sa
quatre-vingt-neuvième année, au château de Hohenbourg (Palatinat).

En 1839, il avait hérité de son père la couronne ducale de Nassau, dont
il devait se voir dépossédé par la Prusse, en 1866. Lorsque Guillaume
III, roi de Hollande, chef de la branche cadette de la maison d'Orange
et grand-duc de Luxembourg, mourut en 1890, ne laissant qu'une fille, la
princesse Wilhelmine, que la constitution luxembourgeoise, admettant la
loi salique, privait d'une part de la succession paternelle, ce fut au
prince Adolphe, chef de la branche aînée, qu'échut la souveraineté du
grand-duché. Il l'exerça effectivement jusqu'en 1902, époque où,
fléchissant sous le poids de l'âge, devenu impotent, il confia la
régence à son fils Guillaume, le prince héritier.

[Illustration: Le comte de Flandre.--_Phot. Gunther._]

[Illustration: Le grand-duc défunt Adolphe de Luxembourg.--_Phot.
Bernhoeft._]

[Illustration: Le nouveau grand-duc, la grande-duchesse et leur dernière
fille, Sophie.]

[Illustration: Elisabeth. Antonia. Hilda. Charlotte. Marie-Adélaïde. Les
petites princesses de Luxembourg.--_Phot. Bernhoeft._]

Le nouveau grand-duc, âgé de cinquante-trois ans, a épousé, en 1893, une
infante de Portugal, la princesse Marie-Anne de Bragance. De cette union
sont nées six filles: Marie-Adélaïde, Charlotte, Hilda, Antonia,
Elisabeth et Sophie; l'aînée a onze ans et demi, la plus jeune en aura
bientôt quatre. Ainsi qu'en témoigne une photographie de 1902 qui, au
nombre de cinq (un autre document montre la dernière entre les bras de
sa mère), les représente rangées en flûte de Pan, elles sont charmantes,
les petites princesses; nul souci ambitieux ne semble altérer leur
sérénité enfantine, et, si elles regrettent l'absence d'un frère espéré,
sans doute ignorent-elles encore cette peu galante loi salique dont la
rigueur interdit à leur sexe la possession du trône autour duquel elles
prennent leurs ébats.



NOTES ET IMPRESSIONS

Jamais l'art n'a été ni plus encouragé, ni plus décourageant. ROBERT DE
LA SUZERANNE.

                                        *
                                       * *

Ne demandez pas à un homme quel Dieu il sert, mais à quelles actions son
Dieu le convie. MAXIME DUCAMP.

                                        *
                                       * *

Un budget d'État ne doit comprendre que des impôts de justice et de
nécessité; la passion politique y ajoute des impôts de jalousie et de
vengeance.

                                        *
                                       * *

 Le feu de bois dans l'âtre est bien l'ami rêvé par l'égoïsme: il
s'anime, pétille, égaye, réchauffe et se consume pour mes besoins ou mon
plaisir. G.-M. VALTOUR.



[Illustration: L'avant de l'_Hilda_ sur les roches des Portes.--_Phot.
Germain, Saint-Malo._]

[Illustration: _L'_Hilda.--_Phot. comm. par M. A. Duez._]

LE NAUFRAGE DU VAPEUR «HILDA»

C'est un des sinistres maritimes les plus effroyables qui se soient
produits en ces dernières années, que ce naufrage du steamer _Hilda_, de
la Compagnie anglaise _South Western_, qui, dans la nuit de samedi à
dimanche dernier, est venu se fracasser sur les rochers des Portes, à
proximité du phare du Jardin, à l'entrée de la rade de Saint-Malo, en
engloutissant une centaine de victimes.

Dimanche matin, un autre vapeur, l'_Ada_, qui partait de Saint-Malo pour
Jersey, apercevait, émergeant des flots, comme il sortait des passes, un
mât auquel étaient cramponnés dix naufragés, toute une grappe prête à
s'égrener. Plusieurs étaient morts, mais leurs membres raidis les
retenaient au gréement. Six seulement vivaient encore, cinq marchands
d'oignons de la côte bretonne et un matelot anglais, exténués,
défaillants de froid, de misère et de fatigue. Une chaloupe de l'_Ada_,
avec l'aide d'un bateau pilote, put les recueillir et les ramener à
Saint-Malo. Ce sont les seuls survivants de la catastrophe.

[Illustration: Le chauffeur anglais Grinter.]

_L'Hilda_ était un beau navire de 80 mètres de longueur, jaugeant 373
tonneaux, qui assurait le service entre Southampton et Saint-Malo, avec
escales à Guernesey et à Jersey. De ce dernier point, il gagnait
Saint-Malo par le large des Minquiers. Il était commandé par le
capitaine Gregory, âgé de soixante ans, vieux routier de la Manche, qui
avait accompli avec lui d'innombrables fois la traversée entre la France
et l'Angleterre.

Dès son départ de Southampton, vendredi 17 novembre, le bateau avait eu
à lutter contre le mauvais temps. Le capitaine n'avait pas quitté la
passerelle. Le vent soufflait avec violence. Il faisait un froid
rigoureux. La neige, par surcroît, s'était mise à tomber, chassant les
passagers dans leurs cabines. Ceux-ci étaient nombreux. Il y avait à
bord, notamment, cinquante et un de ces marchands d'oignons des côtes
nord de la Bretagne, qui vont chaque année en Angleterre vendre leurs
récoltes, et qui s'en revenaient au pays après leur tournée habituelle.
Les passagers de première classe, dont le nombre n'est pas exactement
connu, appartenaient pour la plupart à la colonie anglaise de Dinard.

Vers 9 heures, samedi soir, on approchait de Saint-Malo. On naviguait «à
l'estime», à tâtons, au milieu de la tourmente; du brouillard se mêlait
à la neige, accroissant encore l'obscurité. Aucun des feux de la rade
n'apparaissait. Le capitaine et ses officiers pouvaient se croire encore
loin de terre. On lança des fusées, qui furent aperçues entre 10 et 11
heures de Saint-Malo et du phare de la Pierre du Jardin. Les gardiens de
ce phare y répondirent; mais, du navire, on ne vit pas leurs signaux.

[Illustration: Les marchands d'oignons: en haut, Paul-Marie Le Penn,
Olivier Caroff; en bas, Louis Rozeo, Tanguy-Laot, Jean-Louis Mouster.

LES SIX SURVIVANTS DU NAUFRAGE, QUI ONT ÉTÉ RECUEILLIS DANS LA MATURE DE
L'HILDA]

LES NAUFRAGÉS DE L'«HILDA», AU LEVER DU JOUR

_D'après le récit du chauffeur anglais Grinter._

Tout à coup un choc formidable se produisit, a raconté un survivant du
naufrage, le matelot Grinter. Le commandant Gregory, parfaitement calme,
donna l'ordre de mettre les embarcations à la mer. L'opération ne put
être faite que pour deux d'entre elles, qui elles-mêmes chavirèrent
bientôt. Le navire coulait rapidement.

«Nous étions, ajouta Grinter, dans un tourbillon de neige quand le
bateau sombra; je fus lancé dans les gréements et je grimpai au grand
mât avec le second et le cuisinier. La mâture fut complètement couchée;
un certain nombre de Français qui s'y étaient réfugiés de l'autre côté
furent brusquement plongés dans la mer, puis le mât se releva à demi. Il
y avait environ vingt personnes dans les agrès quand le navire coula.
Environ deux heures après que le navire eut coulé, le maître-coq lâcha
et glissa dans l'eau; le second tint jusqu'à 6 heures, mais à ce moment
il tomba en avant sur le gréement, où son cadavre resta accroché. Un
autre homme mourut, tomba et resta suspendu par un pied. Un peu avant le
lever du jour, un Français mourut à son tour et tomba, retenu par une
jambe. Enfin, à l'aube, nous vîmes les effrayantes roches sur lesquelles
nous avions naufragé, et j'aperçus l'_Ada_ à environ un demi-mille.»

Le lendemain, on put se rendre compte de la position de l'épave, brisée
net par le ressac en deux endroits.

Depuis, chaque jour a apporté son contingent de cadavres, les uns
recueillis en mer, où leur ceinture de sauvetage les maintenait
flottants, les autres jetés à la côte en longues et sinistres théories.

_Voir aussi la double page hors texte sur le naufrage de l_'Hilda.



[Illustration: Tour Saint-Jacques. Châtelet. Pont Notre-Dame. Marché aus
fleurs. Station de la Cité et Hôtel-Dieu. Caserne de la Cite. Préfecture
de police. Petit-Pont. Place Saint-Michel (station), Fontaine
Saint-Michel. Place Saint-André-des-Arts. Coupe schématique figurant le
trajet du Métropolitain sous les deux bras de la Seine et à travers la
Cité, entre la place du Châtelet et la place Saint-Michel.]

[Illustration: Plan de la traversée de la Seine par le Métropolitain.]

LE TUNNEL DU MÉTROPOLITAIN SOUS LA SEINE

Au mois de septembre dernier, on remorquait le long de la Seine une
énorme caisse métallique qui excitait vivement la curiosité des
Parisiens. C'était le premier des cinq caissons devant former les deux
tunnels qui permettront à une nouvelle ligne du Métropolitain, allant de
la porte de Clignancourt à la porte d'Orléans, de passer sous les deux
bras de la Seine entre la station du Châtelet et celle de la place
Saint-Michel. Ce caisson, amarré en amont du pont au Change, n'a cessé,
depuis lors, d'intriguer le public. Il s'est d'abord entouré d'un
système compliqué d'échafaudages entre lesquels on distinguait, sortant
de sa voûte encore ajourée, quatre cheminées terminées par une sorte de
grand tonneau. Puis, la carcasse métallique fut remplie de béton et le
caisson s'enfonça peu à peu dans l'eau, sous laquelle il a complètement
disparu. Les cheminées, seules, continuent à émerger, incertaines
heures, leur porte s'ouvre un instant pour faire entrer ou sortir des
groupes d'ouvriers. C'est tout ce qu'aperçoit le public. Essayons de lui
faire voir ce qui se passe à l'intérieur de ce chantier mystérieux.

Rappelons d'abord la structure et les dimensions du caisson. Il est
formé d'un cuvelage voûté en fonte, mesurant environ 35 mètres de
longueur sur 7 mètres de largeur et 5 mètres de hauteur, protégé par une
cuirasse variant de 70 centimètres à un mètre d'épaisseur, faite d'une
armature métallique noyée dans le béton. Cette cuirasse se prolonge
jusqu'à 1m,80 au-dessous du cuvelage ménageant ainsi entre le plafond et
le sous-sol de la Seine une «chambre de travail» à l'intérieur de
laquelle les ouvriers creusent le lit du fleuve pour y «foncer» peu à
peu le caisson.

_Les étapes d'immersion et de fonçage du caisson._--Avant d'expliquer
comment on arrive dans cette chambre de travail et ce qui s'y passe,
indiquons la série des positions successives du caisson, que nous avons
figurées dans la série de schémas ci-contre.

Le poids du béton et des quatre cheminées destinées à maintenir la
communication entre la chambre de travail et l'air extérieur a amené
graduellement le caisson à toucher le lit de la Seine, l'eau ne
pénétrant que dans la chambre de travail et dans les cheminées où elle s
arrête au niveau du fleuve (fig. 1, 2, 3, de la série ci-contre).

On lance alors par les cheminées de l'air comprimé qui refoule l'eau et
met à sec la chambre de travail. Puis pour surpasser l'effort
ascensionnel du à la pression de cet air comprimé qui, formant ressort
entre le sol et le plafond, tend à faire remonter le caisson, on leste
ce dernier en remplissant progressivement d'eau l'intérieur du cuvelage.

Les ouvriers peuvent désormais pénétrer dans la chambre de travail pour
creuser le sol et y incruster peu à peu le caisson qui cesse bientôt
d'émerger. C est sa position actuelle (fig. 4, 5).

Dans quelques jours, il reposera à sa place définitive, la voûte
trouvant à environ un mètre au-dessous du lit de la Seine dont la
profondeur moyenne, en cet endroit, atteint 5 mètres. A ce moment, on
coulera du béton comprimé dans la chambre de travail et dans les
tronçons de cheminées qui traversent les parois du caisson. Des
scaphandriers dévisseront les boulons dont l'enlèvement permettra de
retirer la partie supérieure des cheminées. Enfin, on jettera des
matériaux dans le fleuve pour combler le trou subsistant dans son lit,
et le caisson, toujours rempli d'eau, se trouvera isolé sous la Seine,
sans communication avec l'air extérieur (fig. 6, 7).

Lorsque tous les caissons (trois sous le grand bras du fleuve, deux sous
le petit bras) seront posés, on les mettra en communication entre eux et
avec le reste du tunnel. Quant à l'eau de lestage, on aura divers moyens
de la retirer. Un conduit a été ménagé dans la voûte du caisson; des
scaphandriers y raccorderont des tuyaux par lesquels on pompera l'eau ou
on la refoulera à l'extérieur à l'aide de l'air comprimé. On pourra
encore épuiser par le bas après raccordement des caissons.

_Le système de l' air comprimé._--C'est l'air comprimé qui permet
d'accomplir sans trop de peine et avec beaucoup de sécurité des travaux
de ce genre. En arrivant dans la chambre de travail, il refoule l'eau et
l'empêche de jaillir du sol. Sa pression doit augmenter à mesure qu'on
enfonce, puisque, en même temps, croît la pression de l'eau. A partir du
moment où le premier ouvrier est descendu dans la chambre de travail,
l'air comprimé la remplit en permanence, sous peine d'inondation
immédiate. Le schéma ci-dessus montre le dispositif adopté pour cela.

Les cheminées, d'un diamètre de 90 centimètres, se terminent dans une
sorte de tonneau, appelé _sas à air_, de 2m,75 de hauteur sur 2 mètres
de diamètre, qui communique avec la cheminée par une soupape. L'air
comprimé arrive du secteur par un tuyau pénétrant dans la cheminée, même
quand la soupape est fermée. On en consomme environ 15.000 mètres cubes
par vingt-quatre heures, ce qui représente une dépense approximative de
300 francs.

[Illustration: Schéma montrant le fonctionnement du sas à air pour
l'envoi de l'air comprimé, l'entrée et la sortie des ouvriers, et
l'évacuation des déblais.]

[Illustration: Dans le sas à air: l'éclusage avant la descente.]

En temps normal, cette soupape reste ouverte pour livrer passage au seau
qui remonte les déblais, et, dans le sas privé de toute communication
avec le dehors, se tiennent un surveillant et un ouvrier. S'agit-il de
faire entrer quelqu'un: on ferme la soupape et l'on ouvre l'échappement
à l'air libre pour vider le sas de son air comprimé. On ouvre ensuite la
porte extérieure, puis, les ouvriers entrés, on la referme et l'on
procède à l'éclusage, c'est-à-dire on fait rentrer progressivement l'air
comprimé. Une fois l'égalité de pression rétablie entre le sas et la
cheminée, on rouvre la soupape et les ouvriers descendent dans la
chambre de travail. Pour la sortie, on écluse en sens inverse. Chaque
éclusage dure environ une minute. Un système de soupapes commandées par
un embrayage automatique permet d'évacuer continuellement les déblais
sans établir de communication entre le sas et l'extérieur. Un système
analogue est appliqué aux «bétonnières» par lesquelles on versera le
béton.

_Dans la chambre de travail_.--Descendons dans la chambre de travail.
Nous voici d'abord dans le sas, toutes portes fermées; une dizaine de
personnes peuvent y tenir sans aise au milieu d'une atmosphère brumeuse
qu'éclaire vaguement la lumière du jour arrivant par la lentille du
plafond. Pendant que l'air comprimé entre en sifflant, les «voyageurs»
se pincent le nez et avalent leur salive pour contre-balancer les
premiers chocs de l'air comprimé sur le tympan. L'équilibre s'établit,
le sifflement cesse, et la soupape s'ouvre. L'oeil plonge dans un trou
noir, au fond duquel apparaît, à une vingtaine de mètres, le disque
blafard que dessine la lumière de la chambre de travail. Nous prenons
les échelons. Le froid extérieur était assez vif; à mesure que nous nous
enfonçons dans l'eau, la température augmente. Un dernier échelon, et
nous sautons dans la chambre de travail. L'aspect est assez lugubre. Un
immense rectangle d'environ 35 mètres sur 7, haut seulement de 1m,80, où
des lampes Edison éclairent un brouillard pénétrant. Une photographie
prise à la lumière du magnésium eût montré ce chantier, toujours plongé
dans une demi-obscurité, d'une façon fort inexacte; le dessin de M.
Kupka en donne, au contraire, une impression saisissante. Notre
collaborateur est le premier artiste qui ait jamais travaillé en pareil
endroit, puisque, jusqu'à ce jour, les ingénieurs n'avaient pas encore
imaginé d'introduire un caisson sous l'eau par fonçage vertical direct.

[Illustration: ce qu'on voit au-dessus du niveau de la Seine après
l'immersion d'un caisson, et ce qui se passe au-dessous. Le schéma qui
continue la photographie montre la situation de la chambre de travail
dont l'intérieur est représenté par notre gravure de double page.]

LES ÉTAPES DE L'IMMERSION ET DU PONÇAGE DU CAISSON DANS LE LIT DE LA
SEINE (SCHÉMAS TRANSVERSAUX)

1. Le caisson inachevé flotte comme un bateau.--2. Revêtu de son
enveloppe de béton, et ses quatre cheminées terminées, il s'enfonce
davantage.--3. Il repose sur le fond de la Seine. 4. L'air comprimé
refoule l'eau et met à sec la chambre de travail.--5. Le caisson est
entièrement lesté d'eau pour annihiler la poussée ascensionnelle de
l'air comprimé.--6. En place définitive, à un mètre environ sous le fond
de la Seine.--7. On bétonne la chambre de travail et les tronçons de
cheminée traversant les parois du caisson. On démonte la partie
supérieure des cheminées et l'on comble la tranchée creusée dans le lit
de la Seine. L'eau intérieure du caisson sera épuisée soit par le haut,
au moyen d'un tuyau posé par un scaphandrier; soit par le bas, après
raccordement du caisson avec le tunnel ordinaire.

Jour et nuit, trente ouvriers spéciaux, dits _tubistes_, reconnus par un
médecin exempts de toute affection cardiaque, débitent au pic un sol qui
se compose de marne et de roches en formation. Parfois des bancs durs
obligent de recourir à la mine; on emploie une poudre sans fumée, mais
l'explosion, dans cette «boîte», a quelque chose de sinistre. Les
déblais sont remontés dans un seau.

Après avoir creusé une rigole d'approche à une certaine distance des
parois, on entaille verticalement contre la paroi même, sur tout le
pourtour, en laissant, de distance en distance, une étroite travée de
sol. Les ouvriers attaquent ensuite ces derniers soutiens, tous
ensemble, et, en quelques minutes, le caisson descend de 5 ou 6
centimètres. On abaisse alors la partie centrale du sol jusqu'au niveau
du caisson et l'on commence une nouvelle attaque. On enfonce ainsi, en
moyenne, de 30 centimètres par jour. Actuellement, il reste environ 2
mètres à creuser. La pression, qui atteint deux atmosphères, ne produit
aucune sensation de gêne; et, grâce à la porosité du terrain, l'air
comprimé, en s'y infiltrant, entraîne les déchets de la combustion
respiratoire. Il règne, néanmoins, dans ce chantier, une chaleur humide
et lourde. Nous remontons, la soupape se ferme, et, après un nouvel
éclusage, nous nous retrouvons à l'air libre. Un dernier détail:
l'infrastructure de la ligne numéro 3 est revenue à environ 2.250.000
francs le kilomètre; pour les 1.100 mètres compris entre le carrefour de
la rue des Halles et de la rue de Rivoli, et le carrefour du boulevard
Saint-Germain et de la rue Danton, on a prévu une dépense de 15
millions.

JEAN CERVIN

[Illustration: Vue de l'armature métallique des caissons avant
l'immersion. _Phot. Godefroy._]

[Illustration: Aspect d'une cheminée d'accès à la chambre de travail,
vue du _sas à air_.]

[Illustration: _Dessin d'après nature de Kupka_ LES MYSTÈRES DE LA
CONSTRUCTION DU METROPOLITAIN: LE CHANTIER SOUS LA SEINE EN AMONT DU
PONT AU CHANGE]

_L'antre mythologique où forgeaient les cyclopes, les grottes
mystérieuses où peinaient les Niebelungen, apparaîtraient comme des
décors puérils et démodés auprès de cet atelier souterrain, lentement
descendu à 8 mètres sous le fond de la Seine. Quand, par la longue
cheminée qui relie l'atmosphère libre à la chambre de travail, où de
puissantes machines compriment un air lourd aux poumons, on pénètre dans
cette galerie métallique, sous une pression incommodante, la sensation
qu'on éprouve est étrange. Au rayonnement des lampes électriques, une
trentaine d'ouvriers travaillent, s'escriment du pic et du marteau, à
coups rythmés, avec un bruit assourdissant, creusent peu à peu le sol où
s'enfonce le caisson, tandis que les «glaiseurs» attentifs, comme celui
qu'on aperçoit à gauche, au premier plan du dessin, s'appliquent à
boucher avec de l'argile les fissures du terrain par où se perdrait trop
vite la charge d'air comprimé. Les beaux gestes harmonieux des
travailleurs sont plus lents, plus pénibles qu'au grand soleil; leurs
poitrines halètent plus fort. Pourtant, ils accomplissent leur labeur du
même air tranquille et sûr, ainsi séparés du monde, reliés seulement
avec les camarades du haut par un fil téléphonique et par cette cheminée
qui leur livre passage et leur envoie l'air nécessaire, calmes comme si
leur vie n'était pas à la merci d'une valve qui se dérangerait._--Voir
l'article technique aux pages précédentes.



[Illustration: Vue de Madrid à 1.000 mètres d'altitude. Le ballon que
l'on aperçoit est le «Vencejo».]

UN ATTERRISSAGE DE BALLON DANS L'ESTRAMADURE

_Nous donnions ici-même, il y a trois semaines, avec des photographies à
l'appui, le récit du beau voyage en ballon fait par M. Jacques-Faure et
le comte Rozan_ des Tuileries aux Karpathes. _Voici aujourd'hui le récit
non moins curieux de l'ascension que le comte Henry de la Vaulx,
participant à un concours aérostatique organisé à Madrid à l'occasion du
voyage de M. Loubet, fit à bord de l'_Elfe, _avec M. Paul Tissandier,
et de leur aventureux atterrissage en pleine montagne, dans
l'Estramadure._

27 octobre: le parc du Royal Aéro-Club d'Espagne, prosaïquement situé
près d'une usine dont les gazomètres noirs et enfumés ne le cèdent pas
en laideur à ceux de la banlieue parisienne, fourmille de monde; tout ce
que la Société madrilène compte d'illustrations et de beautés s'est
donné rendez-vous autour des bulles légères de soie qui bientôt vont
planer par-dessus les montagnes de la Castille. C'est en effet un
spectacle inédit dans ce pays qui: le départ de ces douze ballons
joyeusement enrubannés aux couleurs franco-espagnoles. Je monte avec mon
ami Paul Tissandier _l'Elfe_, géant de 1.800 mètres cubes. Le départ
nous est donné à midi précis et il est bientôt salué par les
applaudissements d'un essaim de jeunes et jolies personnes.

Nous montons à 500 mètres et découvrons derrière nous Madrid, tandis que
dans le sens de notre marche s'étendent à perte de vue de grandes
plaines dénudées, pelées, sans la moindre végétation, parsemées de-ci
de-là de villages à l'aspect désolé. A droite, une longue chaîne de
montagnes barre l'horizon: c'est le Guadarrama.

[Illustration: Les premiers contreforts de la Sierra Guadarrama.]

Nous montons doucement et marchons à l'allure fantastique de 8
kilomètres à l'heure.

La température est douce et nous déjeunons confortablement installés
dans le fond de notre nacelle pendant qu'autour de nous, à des altitudes
différentes, d'autres aérostats emportent d'autres êtres humains qui se
livrent à la même occupation et font sans doute les mêmes réflexions sur
la monotonie et la tristesse des plaines de Castille.

Mais voici qu'un ballon à reflets d'argent descend avec rapidité; sa
forme s'allonge démesurément; il touche terre et se dégonfle en une
seconde... Que s'est-il passé? Nous l'ignorons. Nous continuons notre
voyage et reconnaissons au pied du Guadarrama l'Escurial, la résidence
perpétuelle des souverains d'Espagne, qu'ils soient vivants ou morts.

Le jour baisse; un automobiliste lancé à notre poursuite nous crie que
nous allons vers Avila, c'est-à-dire en pleine montagne. En effet, bien
qu'à 750 mètres d'altitude, notre guide-rope traîne bientôt sur les
premiers contreforts; je jette du lest; nous nous équilibrons à 3.000
mètres et pénétrons franchement dans la montagne. Quelquefois notre
guide-rope, touche presque le sol; nous franchissons des pics qui
dépassent 2.500 mètres.

Tout à coup Tissandier qui fait le quart me réveille brusquement.
Derrière nous, presque sous nos pieds, s'étend une mer immense; sur la
rive un feu rouge clignote.

Il n'y a pas à hésiter, il faut descendre.

L'Océan nous barre impérieusement la route. Je tire de toutes mes forces
sur la corde de soupape... _L'Elfe_ touche terre; Tissandier jette
l'ancre, je manoeuvre le panneau de déchirure et notre ballon repose sur
le sol à moitié dégonflé... Il est 5 heures du matin.

Avec nos jumelles, nous inspectons la mer et nous nous réjouissons
d'être descendus à temps.

Le jour se lève, nous distinguons très nettement les flots dont le bruit
parvient jusqu'à nous... Puis il nous semble que le rivage s'éloigne
comme si progressivement, telle une fée armée de son bâton magique, la
terre empiétait sur le domaine des eaux, et l'Océan fuit de plus en plus
rapidement bien que le bruit des vagues monte toujours aussi
distinctement à nos oreilles.

Serions-nous le jouet d'une hallucination? Quelle peut être cette marée
diabolique qui transforme ainsi le lit des flots? Le soleil se lève
derrière les hautes montagnes, son disque ensanglanté apparaît à
l'horizon et les côtes s'éloignent encore... Nous braquons nos
jumelles... hélas! il n'y a plus de doute, la mer a disparu. Nous avons
été le jouet d'un mirage extraordinaire et dans la vallée, comme pour se
rire de nous, les cascades d'un torrent simulent le déferlage des
vagues.

Nous sommes furieux, car nous avions encore dans notre nacelle le lest
suffisant pour nous maintenir toute la journée dans les airs.

Mais il faut bien nous résigner et aller tout d'abord chercher du
renfort pour descendre notre ballon au fond de la vallée; en effet, dans
notre précipitation à regagner la terre et par la nuit noire, nous avons
atterri au haut d'une montagne.

Un village nous apparaît en contre-bas; nous nous y rendons aussitôt.

Ah! quel village, et comme il a sa couleur locale de saleté! Mais, en
revanche, les habitants, fidèles à leurs vieux principes d'hospitalité,
y sont charmants et serviables. Un vieillard, don Felipe Alonso Garcia,
qui paraît avoir la haute main sur tout le Torno (c'est le nom du
village), nous dit que tous vont aider à la descente du matériel. Je
parle de rétribution, mais le vieillard réplique que personne ici
n'acceptera d'argent, car, ajoute-t-il, il ne faut pas que jamais l'on
puisse dire qu'un étranger venu au Torno réclamer de l'aide et du
secours ait dû payer pour cela.

Une demi-heure après, le «pueblo» tout entier, hommes, femmes, enfants,
gravit la montagne de «Fuente Lengua» et c'est bientôt, à travers les
escarpements et les rochers, de longues théories de paysans espagnols en
pittoresques costumes portant sur leur dos le ballon et tous ses agrès.

Le tout est descendu jusqu'à l'une des maisons du village et demain, car
le trajet est long, _l'Elfe_ rejoindra par les mêmes moyens, avec
l'adjonction de quelques mules de charge, le bas de la vallée. C'est en
ce point que passe la route qui mène à Placenzia, petite ville de
l'Estramadure dotée d'un chemin de fer et surtout célèbre dans toute
l'Espagne par l'internement volontaire de Charles-Quint au couvent de
Saint-Just, après son abdication.

Le soir de ce premier jour, un grand banquet nous fut offert. Je n'ose
pas dire que le menu me plut en tout point, culinairement parlant, mais
il était donné de bon coeur et avec une grande fraternité; la fraternité
était même si complète que nous buvions tous le vin du pays à même une
grosse cruche circulant à la ronde; on se servait aussi beaucoup des
assiettes de ses voisins et l'on jetait ses os par terre, si bien que le
carrelage de notre chambre à coucher (car c'était dans notre chambre
qu'avait lieu le banquet) ressemblait, à la fin du repas, à un véritable
charnier.

Au dessert, le médecin du village nous porta un toast et termina en
buvant à la Liberté, à l'Égalité, à la Fraternité, au grand Dogme de la
République française.

Sans nous en douter, nous étions descendus au milieu d'un foyer de
républicanisme perdu en pleine Estramadure; des _Viva la Republica_ sont
gravés sur les cruchons, sur les assiettes et même sur les fruits du
jardin. Bien plus, tous les habitants du village sont francs-maçons et
notre ami Felipe Alonso Garcia pousse la coquetterie jusqu'à avoir des
cartes de visite en forme de triangle avec son nom écrit de la même
manière.

Et le docteur Casimiro Garcia Lopez y Garcia nous dit au moment du
départ: «C'est au nom de l'humanité que nous vous avons reçus: ne
sommes-nous pas tous frères?»

Heureux républicains dignes des antiques Spartiates!

Comte HENRY DE LA VAULX.

[Illustration: _L'Elfe_ deux heures après l'atterrissage, qui se fit à 5
heures du matin.]

[Illustration: Le transport de _l'Elfe_ en charrette à boeufs, sur la
route de Placenzia.]

[Illustration: APRÈS L'ATTERRISSAGE DE L'«ELFE» DANS LES MONTAGNES DE
L'ESTRAMADURE Le transport de l'enveloppe et de la nacelle du lieu de
l'atterrissage au premier village.--_D'après une photographie de M. Paul
Tissandier._]



[Illustration: Le palais royal à Christiania.]

HAAKON VII, ROI DE NORVÈGE

Par le plébiscite des 12 et 13 novembre, que le Storthing, dans sa
séance solennelle du 18, a ratifié à l'unanimité, la Norvège vient de se
donner un roi: environ 80% du nombre des votants (exactement 259.563
contre 69.624) se sont prononcés en faveur de la monarchie.

Les élections se sont effectuées de la façon la plus calme: rien n'a
troublé les opérations du scrutin dans les salles de vote bien
aménagées, aux abords desquelles se tenaient de paisibles distributeurs
de bulletins, les _ja_ (oui) très demandés, les _nei_ (non) en grande
quantité laissés pour compte.

Suivant les prévisions (voir L'Illustration du 11 novembre), le chef de
la nouvelle dynastie est le prince Charles de Danemark, petit-fils du
roi Christian. Il a déclaré qu'avec la permission de son illustre
grand-père il acceptait son élection, en prenant le nom de Haakon VII et
en donnant à son fils celui d'Olaf, noms portés par d'anciens rois
norvégiens. Le souverain, la reine Maud, le jeune prince héritier
Alexandre, n'ont donc plus qu'à ceindre leur front des couronnes toutes
prêtes.

[Illustration: La ville de Christiania, vue du palais du roi de
Norvège.]

[Illustration: Les couronnes du roi de Norvège, du prince héritier et de
la reine.]

[Illustration: Le roi Haakon VII.]

[Illustration: Le petit prince héritier Olaf.]

[Illustration: La reine Maud de Norvège.]

[Illustration: Distributeur de bulletins monarchistes.]

[Illustration: Un bateau du port de Christiania hisse le signal «oui»
pour manifester l'opinion de son équipage.]

[Illustration: Distributeur de bulletins républicains.]

LE PLÉBISCITE DU 12 NOVEMBRE EN NORVÈGE (259.563 OUI--69.624 NON)



AU CIMETIÈRE CHRÉTIEN DE SÉBASTOPOL.--Funérailles des manifestants tués
en voulant forcer les portes de la prison pour délivrer les prisonniers
politiques.--_Photographie d'un correspondant._

APRÈS L'ÉMEUTE DE CRONSTADT.--Au milieu des ruines des maisons
incendiées: une arrestation.--Photographie de notre correspondant, C.-O.
Bulla.

LES TROUBLES EN RUSSIE: DE LA MER NOIRE A LA MER BALTIQUE



LES LIVRES ET LES ÉCRIVAINS

DEUX LIVRES SUR LAMARTINE ET ELVIRE(1).

Note 1: _Lettres inédites d'Elvire à Lamartine_, par René Domine
(Hachette, 3 fr. 50).--_Lamartine, de 1816 à 1830; Elvire et les
Méditations_, par Léon Séché. (Mercure de France, 7 fr. 50).

Nous savions depuis longtemps que toutes les lettres d'Elvire à
Lamartine n'avaient pas disparu et que la famille du poète en conservait
quelques-unes. Mme Valentine de Lamartine, sur laquelle Mme Émile
Ollivier a écrit un livre exquis, s'en était ouvert à quelques amis. A
ces reliques était joint, placé sous verre, le fameux mouchoir baigné
des larmes de Graziella. Qu'est-il devenu? Les épîtres, du moins, ne
sont pas égarées. M. de Montherot, petit-neveu de Lamartine, les a
tirées de ses papiers de famille et Communiquées à M. Doumic qui s'est
empressé de les publier dans la _Revue des Deux-Mondes_. Il a réuni en
plaquette ses pages de la _Revue_, en y ajoutant plusieurs lettres du
docteur Alin et d'Aymon de Virieu sur la fin d'Elvire.

[Illustration: Portrait d'Elvire (Julie Bouchard des Hérettes) d'après
la miniature d'Elouis (appartenant à M. Léon Séché).]

Le plus documenté des historiens et des critiques, M. Léon Séché,
donnait presque en même temps au _Mercure de France_ des études sur
Lamartine et sur son grand amour. Ces jours-ci paraissent en volume, et
fort augmentés, les articles de M. Séché, qui s'est livré à des
recherches infinies et minutieuses sur les origines, sur l'existence et
sur la famille d'Elvire.

Née à Paris en 1784, d'une mère créole, Elvire, c'est-à-dire
Françoise-Julie Bouchard des Hérettes, appartenait par son père à la
région nantaise; sa famille maternelle habitait la Touraine. Quelles
furent son enfance et sa première jeunesse? Elle passa quelques années à
Saint-Domingue, fut élevée en France dans un pensionnat dont nous ne
savons pas le nom, et habitait à Saint-Paterne, près de Tours, chez son
oncle, M. de Bergey, une fort belle propriété, la Grange-Saint-Martin,
quand le physicien Charles la demanda en mariage. D'une grande
réputation scientifique, de manières charmantes, d'une tournure encore
agréable, Charles n'était pas précisément le vieillard accablé par l'âge
que représente la légende. Il avait cinquante-huit ans et Julie vingt
quand ils s'unirent à la mairie et à l'église de Saint-Paterne, le 25
juillet 1804.

La miniature de Julie par le peintre Elouis, qui appartient à M. Léon
Séché et dont il a donné en tête de son livre une reproduction, nous la
peint extrêmement séduisante, sous son chapeau de soie rose. L'apparence
est enfantine; le corps frêle, les lèvres minces, le nez droit; le
visage est éclairé par deux grands yeux qui semblent l'absorber tout
entier. Il y a là, dans ces deux lumières trop brillantes, quelque
marque du mal profond qui devait, tout emporter et que l'on pressentait
déjà au moment du mariage. Elle avait vingt-cinq ans quand elle posa
devant Elouis.

Ce fut en juillet 1816, à Aix, en Savoie, où elle était allée soigner sa
santé, qu'elle rencontra Lamartine. La maladie ajoutait à sa séduction.
Le futur poète, lui, ressemblait pour la beauté à un jeune dieu. «La
poésie, écrit Brifaut, dans ses _Mémoires_, se jouait sur son front; ses
grands cheveux bouclés lui donnaient quelque ressemblance avec l'Apollon
du Belvédère; il paraissait la réalisation vivante de cet idéal jeté en
marbre. S'il prenait par les yeux, c'était bien autre chose quand ses
paroles d'or tombaient avec un bruit délicieux dans l'oreille.» C'est à
peu près à l'époque où il vit Julie pour la première fois, à vingt-six
ans, que l'aperçut Brifaut, et avant les _Méditations_, Elvire en avait
trente-deux. _Raphaël_ nous a retracé les enchantements de ces jours
d'été, passés au bord du lac du Bourget. Mais que ces heures furent
courtes! Vers le milieu de septembre, la jeune femme dut regagner Paris,
ramenant avec elle non seulement son mal ancien, mais la souffrance
nouvelle de l'amour et de la séparation.

Le matin de Noël 1816, Lamartine, inquiet, tourmenté, débarquait à
Paris, n'ayant qu'un désir et qu'un but: revoir Elvire. Jusqu'à la fin
d'avril 1817, il l'entretint tous les jours, soit chez elle, le soir,
dans l'appartement que Charles occupait à l'Institut, soit en des
promenades sur les quais. La légende nous les montre surtout près du
Louvre, au jardin de l'Infante, tout ensoleillé en hiver et à l'abri du
nord. Il ne leur suffisait pas de converser ensemble et de s'épancher en
de longs tête-à-tête; ils s'écrivaient presque quotidiennement. De là
ces lettres d'Elvire, dont trois seulement ont survécu. Elles sont
passionnées. Nous avons les pages que Julie envoya à Lamartine le 26
décembre 1816, et qu'elle avait tracées, la veille, à onze heures et
demie, après l'apparition du jeune homme d'Aix. «Est-ce vous, Alphonse,
est-ce bien vous que je viens se jetter dans mes bras?... Quoi,
Alphonse, je ne me trompe pas, vous êtes bien ici! Nous habitons le même
lieu!» Exagérant la différence d'âge qui les sépare, elle l'appelle son
fils, elle prend à son endroit le nom de mère.

Les deux autres lettres publiées par M. Doumic ont été écrites, l'une,
le soir du 1er janvier 1817, l'autre, le 2 au matin et expédiées
ensemble. Peut-être n'ont-elles pas la même exaltation, la même flammé
mystique. Julie entretient Lamartine des Mounier, de M. de Bonald, dont
elle admire le talent. Cependant, quelles effusions encore! Quelle
tendresse pour son enfant!

Mais Lamartine, s'imaginant que le diapason avait baissé, que Julie
n'était plus au même ton, qu'elle était moins exclusivement occupée de
lui, dut se plaindre amèrement et menacer de s'éloigner de Paris. Aussi
le soir même du 2 janvier--les choses vont vite en amour--Julie lui
envoie-t-elle une double épître éplorée, débordante de désespoir et lui
jetant un appel suprême: «Je reviens à moi, cher enfant, et c'est pour
souffrir encore. Vous avez éprouvé un affreux ébranlement, vous voulez
partir malade. Vous allez voyager avec le doute dans le coeur, vous
voulez donc mourir et me tuer?... Regarde-le, Alphonse, ce coeur que tu
calomnies. Vois la plaie que tu lui as faite, vois-la saigner et
accuse-moi après si tu le peux.»

Cependant le mal de Julie la minait de plus en plus. En vain, pendant
l'été, Lamartine l'attendit-il auprès du lac adoré, elle ne vint pas;
elle était couchée tout épuisée dans une maison de Viroflay.

        Regarde,  je viens seul m'asseoir sur cette pierre
        Où tu la vis s'asseoir.

Hélas! il ne devait plus jamais revoir le visage adoré. Convertie à
Dieu, sentant sa fin prochaine, exhortée à la vie chrétienne par M. de
Bonald, Elvire demanda à son jeune ami de ne pas lui faire de visite.
Sans doute, elle obéissait à ses scrupules de néophyte catholique;
peut-être aussi voulait-elle, tout abîmée par la maladie, ne pas lui
montrer ses traits déformés et lui laisser dans l'imagination et dans le
coeur un souvenir de beauté. Elle voulait rester pour lui l'apparition
de l'été précédent au lac du Bourget. Le 18 décembre 1817, Julie rendit
son souffle à Dieu sur un crucifix qu'Amédée de Parseval remit à
Lamartine,

        ... don d'une main mourante,
        Image de mon Dieu.

La famille du poète possède la dernière missive de Julie, datée du 11
novembre, un mois avant la mort. Elle est grave, triste, d'un beau
sentiment chrétien. «J'ai reçu toutes vos lettres. Qu'à présent, mon
ami, elles puissent toujours être lues par tout le monde... Je suis sûre
que Dieu trouve bon que je calme les sollicitudes d'un enfant qui aime
trop sa mère. Il sait que cet enfant est vertueux. Il permet que j'en
fasse un ami...»

Maintenant, cette passion si vive des deux côtés resta-t-elle purement
platonique? C'est l'opinion de M. Léon Séché, très épris à la fois
d'Elvire et de Lamartine. Ce n'est pas celle de M. Doumic. Ne
semble-t-il pas que les mots échappés à la plume de Julie donnent raison
à celui-ci? J'ai beaucoup connu et aimé un homme qui m'a porté une
affection presque paternelle, M. de Ronchaud. Il fut l'ami, le confident
du grand poète; ce fut lui qui ramena en Saône-et-Loire le corps de Mme
de Lamartine. Or, me parlant de Julie et de Raphaël, il m'a formellement
déclaré que leur amour dépassa les bornes du platonisme.

Où repose le corps de Mme Charles? Il passa par l'église Saint-Germain
des Prés et fut transporté dans un cimetière de province que M. Léon
Séché n'a pas encore découvert.

Nous devons à cette jeune créole languissante et bonne un grand poète et
les plus belles _Méditations: l'Isolement, le Lac, le Vallon, le Soir,
les Étoiles, Souvenirs_ etc. L'oeuvre de M. Séché, vivante et
documentée, nous montre bien où la poésie nouvelle a pris sa source.
S'il n'y avait pas dans M. Séché autant d'enthousiasme, il n'y aurait
pas une recherche aussi ardente de l'inédit:

E. LEDRAIN.



UN OUVRAGE SUR LE «JIU-JITSU»

Après avoir travaillé plusieurs années le jiu-jitsu avec des amis
japonais habitant New-York, M. H. Irving Hancock a suivi les cours du
professeur de la police de Nagasaki et des maîtres réputés de Tokio et
de Yokohama. Dans un petit volume accueilli avec faveur de l'autre côté
de l'Atlantique, il expose avec précision les principes fondamentaux de
cette méthode de combat, sur laquelle on nous avait donné jusqu'ici des
renseignements assez vagues.

La science du jiu-jitsu demande avant tout Un entraînement général, se
rapprochant par certains côtés des procédés traditionnels employés pour
cultiver la force humaine: développement musculaire, entraînement du
coeur et des poumons, assouplissements, équilibre, agilité, etc. A cette
gymnastique complexe s'ajoutent des exercices particuliers de résistance
et d'endurcissement. Le Japonais cherche notamment à s'endurcir le
tranchant de la main, au point de pouvoir, après six mois
d'entraînement, s'en servir pour briser une canne. Il se préoccupe
encore d'endurcir aux coups les parties sensibles du corps: cou, flanc,
abdomen, etc., et d'assurer aux membres la plus grande force de
résistance possible aux pressions de l'assaillant. Une hygiène
rationnelle, où l'usage de l'eau en boisson et en bains joue le
principal rôle, achève de procurer la forme nécessaire pour aborder et
pratiquer utilement l'escrime spéciale du jiu-jitsu.

Cette escrime se compose de prises, parfois dénommées coups, auxquelles
les coups proprement dits s'ajoutent de façon accessoire. Ces prises
sont de deux sortes: les unes consistent à pincer ou à presser des
muscles et des nerfs, en un point particulièrement sensible, afin de
déterminer une douleur qui paralyse l'adversaire. D'autres, utilisant
des effets de levier ou de porte à faux, amènent un membre ou une partie
du corps dans une position telle que le dégagement direct est
impossible; l'adversaire a pour unique ressource de riposter par une
autre prise douloureuse ou par un coup, quand il n'est pas obligé de
s'avouer vaincu, sous peine de voir l'assaillant accentuer son effort
pour lui briser un membre. La pratique du jiu-jitsu exige donc la
connaissance parfaite de certains points anatomiques et de prises
plaçant un membre ou un muscle dans une position critique, puis
l'agilité nécessaire pour effectuer le premier la prise, se trouver
ainsi dans une position plus favorable que celle de la résistance et de
la riposte.

[Illustration: Le «viens donc!» Truc employé par les agents de police
japonais pour venir à bout d'un prisonnier récalcitrant.]

L'auteur nous indique quelques-uns des coups classiques.

Le _pincement de bras_ s'effectue en un point situé sur le bras, à peu
près à mi-chemin entre le coude et l'épaule, et dont l'extrême
sensibilité nous a été révélée à tous par des chocs fortuits.

Le _coup de gosier_, porté avec le tranchant du poignet sur la pomme
d'Adam, étend sur le sol tout homme n'ayant pas prévu l'attaque.

Dans la _prise de gorge_ on saisit l'adversaire par l'intérieur du col
de son vêtement et l'on appuie la seconde articulation de chaque index
contre la pomme d'Adam. Une pression énergique maintenue plus d'une
vingtaine de secondes peut amener la mort d'un homme non entraîné. Mais,
quelle que soit sa violence, elle sera immédiatement dénouée si le
défenseur, croisant ses mains en avant du corps, projette avec force ses
bras de gauche à droite contre les bras de l'assaillant. Elle gênera peu
un Japonais habitué à supporter, couché à terre, la pression de trois
hommes appuyant de toutes leurs forces sur un lourd bambou placé en
travers de sa gorge.

Le «_viens donc!_», très employé par les agents de police japonais,
apparaît d'une grande simplicité. L'assaillant jette son bras droit
par-dessus le bras gauche de sa victime dont il saisit en même temps le
poignet avec la main gauche. Au moment précis où il effectue la prise,
l'attaquant se saisit à lui-même le poignet gauche avec la main droite
en faisant passer celle-ci sous le bras gauche de l'adversaire. Il
fléchit ensuite en avant et a toute facilité pour culbuter son homme
d'un croc-en-jambe. Si le défenseur résiste, il risque une fracture du
bras ou de l'avant-bras; s'il connaît le jiu-jitsu, il peut, en lui
appliquant sous le menton sa main libre ouverte, mettre son adversaire
sur le dos.

Le _coup d'arrêt_ est un des plus simples et des plus efficaces.
L'assaillant jette brusquement son bras gauche autour de la ceinture de
son adversaire en enfonçant ses doigts à la base de l'épine dorsale. En
même temps, il exerce de bas en haut, avec la main droite, une pression
sous le menton de façon à rejeter la tête en arrière. Avec un peu de
brutalité, le cou est brisé. On peut riposter par la prise de gorge, à
moins que l'assaillant porte le genou au ventre juste au moment de la
prise: dans ce cas, l'attaque est irrésistible.

Ces quelques exemples montrent que le succès final des coups offensifs
et défensifs du jiu-jitsu repose tout entier sur l'agilité. Ils
expliquent encore l'insistance avec laquelle l'auteur exhorte les
Européens à se résigner aux préliminaires pénibles de l'entraînement
avant d'aborder ces brillants coups de combat dont l'étude, sous peine
d'amener de graves accidents, demande, outre une grande force de
résistance, une extrême prudence et beaucoup de courtoisie dans les
assauts.

Bien que le nombre des coups indiqués par l'auteur soit assez restreint,
ce petit traité de jiu-jitsu reste intéressant et curieux. Il vient
d'être traduit par MM. le chef d'escadron d'artillerie L. Perrus et le
capitaine d'artillerie J. Pesseaud, qui ont su conserver, dans une
langue claire et agréable à lire, la précision du texte original.
L'ouvrage est illustré de dix-neuf planches photographiques d'après
nature. (Berger-Levrault, 3 fr. 50.)

F. H.



[Illustration: Les arbres de Saigon couverts de sauterelles.]

DOCUMENTS et INFORMATIONS

LES SAUTERELLES EN COCHINCHINE.

C'est dans le voisinage des régions désertiques que se produisent
d'ordinaire les invasions de sauterelles; à la suite d'une grande
sécheresse, ces insectes viennent chercher dans un pays plus verdoyant
la nourriture qu'ils ne trouvent plus dans la maigre végétation des
sables. Ainsi s'expliquent les ravages fréquents qu'ont à subir les
contrées situées au nord du Sahara et certaines parties de l'Amérique du
Nord et de la République Argentine.

C'est donc avec une extrême surprise qu'on vit, pour la première fois, à
la fin du mois de septembre dernier, des nuages de sauterelles s'abattre
en Cochinchine. Notre gravure, reproduisant une photographie prise à
Saïgon, montre les sauterelles reposées sur les arbres, en telle
quantité que les feuilles disparaissent totalement et que les branches
plient sous le poids des insectes au point de donner aux arbres l'aspect
des variétés dites «pleureuses».

LA POPULATION DE LA RUSSIE.

On ne connaissait pas encore les résultats définitifs du recensement de
1897. Ceux-ci viennent seulement d'être publiés.

Ils donnent, pour l'ensemble de la Russie d'Europe et d'Asie, et pour la
Finlande, une population de 125.640.021 habitants.

Dans ce nombre global, représentant la population de toutes les Russies,
la Russie d'Europe seule entre pour 93 millions et demi d'habitants, en
chiffres ronds, la Pologne pour 9 millions et demi, le Caucase pour 9
millions et quart, la Sibérie pour moins de 6 millions.

Ce qui correspond à des densités de population allant de 19,4 au
kilomètre carré en Russie d'Europe à 0,5 en Sibérie.

Les deux tiers seulement de la population globale ont le russe pour
langue maternelle: ce qui revient à dire qu'un tiers des sujets du tsar
ne sont pas Russes.

Dans le royaume de Pologne, notamment, les Russes ne forment guère que 7
% de la population; les Polonais sont, dans l'ensemble de l'empire, au
nombre de 7.931.000.

Dans les provinces Baltiques, on trouve 1.790.000 Allemands.

Enfin, le nombre exact des israélites indiqué par le recensement est de
5.215.805. Moscou en compte 8.000; Saint-Pétersbourg, 17.000 sur plus
d'un million d'habitants; Odessa, 139.000 sur 404.000, et Varsovie,
219.000 sur 864.000 âmes.

La Russie n'est habitée que par un petit nombre d'étrangers: 605.000,
dont 158.000 Allemands, 122.000 Hongrois et Autrichiens, 121.000 Turcs,
74.000 Persans, 48.000 Chinois, etc.

Il n'y a pas plus de 9.000 Français et de 7.500 Anglais; mais on y
rencontre 6.000 Suisses.

LA TOXICITÉ DES OEUFS.

Croirait-on que les oeufs sont un poison? C'est pourtant ce qu'affirme
M. G. Loisel. Mais il faut s'entendre. Les oeufs sont toxiques dans
certaines conditions seulement, quand on les absorbe de certaine
manière. Ils sont toxiques en injection sous la peau et personne n'a
l'idée de se les administrer de cette manière. C'est le jaune surtout
qui est toxique. La toxicité varie selon l'espèce qui a fourni l'oeuf.
L'oeuf de cane tue le lapin à la dose de 8 centimètres cubes, celui de
poule ne tue qu'à une dose plus élevée. Par contre, l'oeuf de tortue est
plus nuisible que celui de la cane: il tue à la dose de 5 ou 6
centimètres cubes. Donc la tortue est plus toxique que la cane, et cette
dernière l'est plus que la poule. Les lapins empoisonnés par le jaune
d'oeuf injecté sous la peau ou dans une cavité du corps meurent avec les
symptômes d'une intoxication aiguë du système nerveux central. Le blanc
de l'oeuf de tortue est très toxique aussi. Mais aucun de ces oeufs
n'est malfaisant, absorbé par les voies digestives: il importe de ne pas
l'oublier.

LA COULEUR DE L'EAU.

Après de longues hésitations, les savants s'accordent aujourd'hui à
admettre que l'eau _physiquement_ pure, vue en masse, est bleu d'azur.
Cette couleur est celle que prend la lumière blanche du soleil absorbée
par l'eau, par suite d'un phénomène dont l'explication serait un peu
longue. Elle n'est pas due à la pureté _chimique_ de l'eau, puisque la
mer, qui est l'eau la plus bleue, est aussi celle, qui contient le plus
de sels. Cependant, d'après les expériences de Forel, les matières en
solution seraient la cause prédominante de la modification de couleur
sur laquelle agissent encore les matières en suspension, la couleur du
fond, le reflet du ciel et des berges. Aussi l'eau bleue est assez rare
dans la nature; beaucoup de mers, de lacs, qui nous donnent l'impression
de cette nuance, sont verts.

L'eau actuellement reconnue la plus bleue est celle de la mer des
Sargasses, entre les îles du cap Vert et les Antilles. L'eau de la
Méditerranée, sur la côte française et autour de Capri, est plus bleue
que celle du Léman, beaucoup moins bleue elle-même que celle des lacs de
Kandersteg et d'Arolla, en Suisse.

Jusqu'ici, on n'avait point précisé le rapport entre la couleur de l'eau
et son degré de pureté. Le professeur belge, M. Spring, qui étudie
depuis longtemps cette question délicate, vient de communiquer à
l'Académie des sciences de Bruxelles plusieurs chiffres intéressants. De
l'eau pure contenant un millionième d'hydrate ferrique paraît brune sous
une épaisseur de 6 mètres; il suffit d'un dix-millionième pour qu'elle
soit verte; et, pour qu'elle reste bleue, il en faut moins d'un
vingt-millionième. Quant à la matière humique, elle fait disparaître la
coloration bleue à une dose inférieure à un quarante-millionième. Les
composés calciques auraient une grande influence sur la clarification,
car ils éliminent jusqu'à un certain état d'équilibre les composés
ferriques et humiques.

LES ALIÉNÉS EN FRANCE.

La statistique des aliénés nous apprend que, dans la dernière décade
1889-1900, le nombre de ces malheureux a passé, en France, de 65.713 à
70.000.

Encore ne s'agit-il ici que des aliénés dangereux; car le nombre de ceux
qui ne sont pas dangereux et qui ne trouvent pas place dans les asiles
est considérable, si considérable qu'on commence à s'en inquiéter et
qu'il est question de les admettre comme des malades ordinaires parmi
les nécessiteux qui reçoivent l'assistance médicale. Quoi qu'ïl en soit,
sait-on combien il y a de médecins pour soigner ces 70.000 malades,--car
les aliénés sont des malades, il ne faut pas l'oublier? Juste 115, ce
qui fait à peu près un médecin pour 600 malades.

Mais, dans certains établissements, cette moyenne est dépassée, et l'on
ne trouve qu'un médecin pour 750 et même pour 1.000 aliénés.

Faut-il s'étonner, après cela, que l'aliénation soit toujours considérée
comme un état incurable; et pense-t-on qu'un seul médecin puisse
considérer 1.000 aliénés comme 1.000 malades qu'il s'agirait d'étudier
en vue de leur amélioration ou de leur guérison possibles?

Il est vrai qu'ému de cet état de choses le Conseil supérieur de
l'Assistance publique vient de limiter à 400 le nombre d'aliénés que
devrait désormais soigner un seul médecin. Mais ce chiffre est encore
bien élevé.

LA COLONIE FRANÇAISE DE LISBONNE.

Dans le numéro du 4 novembre dernier, nous avons publié les portraits et
les noms de ceux de nos compatriotes, résidant à Lisbonne, qui ont fait
partie de la commission chargée de recevoir M. Loubet. Parmi eux
figurait le trésorier de la Chambre de commerce française, M. Fernand
Touzet, et non Pouget comme nous l'avons imprimé par suite d'une erreur
qui nous est signalée seulement aujourd'hui et que nous nous empressons
de réparer.



[Illustration: Un invité de marque: M. Rouvier.]

[Illustration: M. Hennion, commissaire de la Sûreté. Le roi.]

[Illustration: Le roi Alphonse XIII et M. Loubet.]

LA NOUVELLE VISITE DU ROI ALPHONSE XIII A PARIS.--LA CHASSE DU 20
NOVEMBRE DANS LE TIRÉ DES PLAISIRS, A RAMBOUILLET.

LE ROI D'ESPAGNE EN FRANCE

Le jeune roi d'Espagne désirait vivement profiter de son passage par la
France, à son retour d'Allemagne, pour revoir Paris et s'y attarder
pendant deux ou trois jours qu'il emploierait à sa guise, affranchi des
représentations officielles et des obligations protocolaires. Il a
réalisé ce projet, du 19 au 21 novembre, descendu à l'hôtel Bristol,
d'où une rapide automobile l'emportait constamment vers les buts divers
de sa fantaisie. Mais son incognito relatif ne l'a pas empêché ni de
faire visite à l'Elysée, ni d'accepter du président de la
République,--avec quel empressement!--une invitation à chasser.

Cette chasse eut lieu, lundi dernier, dans les tirés de Rambouillet. A
midi, après un déjeuner au château, un landau, attelé à la daumont de
quatre mules harnachées aux couleurs espagnoles--celles-là mêmes que le
souverain offrit à M. Loubet lors de son voyage à Madrid--conduisait le
président et son hôte, suivis de quelques invités de marque, aux tirés,
où le colonel Lamy organisait les battues. Bravant une neige épaisse,
d'un effet fort pittoresque dans les bois, mais peu clémente aux
chasseurs, et moins encore au malheureux gibier destiné à la rougir de
son sang, Alphonse XIII se montra plein d'endurance et d'entrain.
Rarement on eut l'occasion d'assister à pareille hécatombe de faisans,
de lièvres, de lapins, etc.: 829 pièces au tableau; et la «part du roi»
y fut, dit-on, très belle.



[Illustration: L'arrivée du roi de Portugal à la gare du Bois de
Boulogne.]

[Illustration: Le roi Carlos et le président Loubet se rendant au palais
du quai d'Orsay.]

LE ROI DE PORTUGAL A PARIS

A peine le roi d'Espagne avait-il quitté Paris que, le lendemain même de
son départ, le roi de Portugal y arrivait à son tour, mais non pas sous
l'incognito de naguère. Cette fois, il venait en France officiellement,
empressé à rendre au président de la République la visite récente que
celui-ci lui fit dans ses Etats. Laissant à Lisbonne la reine Amélie,
qui a tenu à rester auprès du jeune prince Louis-Philippe, investi de la
régence pendant l'absence de son père, dom Carlos a entrepris ce voyage
accompagné de M. Eduardo Villaça, son ministre des Affaires étrangères,
et d'une suite nombreuse. Son arrivée, mercredi dernier, à la gare du
Bois de Boulogne, où l'attendait M. Loubet, entouré des ministres, s'est
effectuée avec le cérémonial et les honneurs militaires d'usage; en
uniforme de généralissime portugais, la plume blanche au casque, la
poitrine barrée du grand cordon de la Légion d'honneur, il est monté en
voiture pour se rendre d'abord au palais des Affaires étrangères, lieu
de sa résidence pendant son séjour, et la foule, massée sur le parcours
du cortège, a fait le meilleur accueil au souverain, dont la figure
ouverte et sympathique est déjà bien connue des Parisiens.

En raison des nécessités matérielles du journal, au moment de mettre
sous presse, nous ne pouvons publier dans ce numéro, sur cet événement
historique de la semaine, qu'un document de «dernière heure». Aussi
bien, nous avons donné, il y a peu de temps, le 4 novembre, un
remarquable portrait de dom Carlos, et, quant aux réceptions, dîners et
représentations de gala, etc., ils ne diffèrent pas sensiblement, comme
décor et physionomie, de ce qu'on a vu déjà si souvent, depuis que tant
de souverains se plaisent à nous rendre visite.



«L'ILLUSTRATION» PUBLIERA LA SEMAINE PROCHAINE SON NUMÉRO DE NOËL 1905.
Le numéro du 9 décembre contiendra un supplément théâtral: LES OBERLÉ.



LE CARNET DE LA REINE, par Henriot.


Note du transcripteur: Les suppléments mentionnés en titre ne nous ont
pas été fournis.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3274, 25 Novembre 1905" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home