Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3276, 9 Décembre 1905
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3276, 9 Décembre 1905" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 3276, 9 Décembre 1905

Avec ce Numéro L'ILLUSTRATION THÉÂTRALE CONTENANT LES OBERLÉ


LA REVUE COMIQUE, par Henriot.


Supplément de ce numéro: L'ILLUSTRATION THÉÂTRALE contenant les Oberlé,
par Edmond Haraucourt. L'ILLUSTRATION Prix de ce Numéro: Un Franc.
SAMEDI 9 DÉCEMBRE 1905 63e Année-N° 3276

[Illustration: L'ARRIVÉE DES NOUVEAUX SOUVERAINS DE NORVEGE DANS LEUR
CAPITALE Le roi Haakon VII, portant le prince héritier, serre la main de
M. Michelsen, premier ministre, venu le saluer à bord du _Heimdal,_ en
rade de Christiania, le 25 novembre.--_D'après une photographie._]



COURRIER DE PARIS

JOURNAL D'UNE ÉTRANGÈRE

Rue de Sèze. La grande cohue. Quelque chose comme une émeute
silencieuse,--autour d'une porte; la prise d'assaut d'on ne sait quoi
par une foule très élégante qui, des deux rues voisines, afflue, se
serre en interminables files au long des trottoirs, guette fiévreusement
son tour d'entrer... C'est le grand spectacle de la semaine,--autrement
sensationnel qu'une «première» aux théâtres du boulevard; un spectacle
où ce n'est pas de l'émotion inventée et truquée, de la littérature
qu'on nous sert, mais de la douleur «pour de bon», le dénouement du
drame vécu dont un homme est mort. La vente Cronier! Tout Paris a voulu
voir cela et, depuis cinq jours, la salle Georges Petit est une étuve.
On s'écrase, on joue des coudes pour arriver jusqu'aux cimaises:

--Avez-vous vu le Gainsborough?

--Et cette _Flore_, ma chère! c'est le chef-d'oeuvre de Carpeaux.

--Moi, ce sont les tapisseries que je voudrais m'offrir. Ces cartons de
Boucher! c'est le triomphe de Beauvais.

--Et le Watteau! Et les Fragonard!

--Il y a un Perronneau délicieux.

--Oui, mais Chardin!

--Et les La Tour, donc!...

L'amie qui me régale de cette promenade à «l'exposition Cronier» est
fort emballée. Je lui demande: «Vous connaissez le Louvre?» Elle me
répond: «Très mal; on n'a pas le temps.» Je lui demande encore:
«Etes-vous allée voir, à Versailles, l'adorable galerie de peinture du
dix-huitième que M. de Nolhac vient d'installer dans les appartements du
Dauphin?» Elle ne sait ce que je veux dire, et, distraitement, fait:
«Non. Mais regardez donc ça, comme c'est joli!»

Elle n'est allée ni au Louvre, ni à Versailles, ni en aucun des lieux où
les délices de l'art d'autrefois s'offrent continuellement, librement et
sans risque de bousculade, à la vue de tout le monde. Aux yeux de mon
amie, le Louvre et Versailles, c'est des expositions Cronier qui ne
ferment jamais, et où, par conséquent, on n'ira jamais, parce qu'il n'y
aura jamais de raison pour qu'on se presse d'y aller. Cette
exposition-ci, au contraire, c'est comme un petit Louvre «interdit au
public» et dont les portes se seraient, par accident, entre-bâillées
pour quelques jours à la curiosité de huit ou dix mille privilégiés. On
s'y rue donc.

Et puis, il n'y a pas que la peinture. Il y a _l'accident_. Il y a
l'attrait des circonstances dramatiques dans lesquelles ce rare
spectacle nous est offert. La Rochefoucauld nous enseigne que, presque
toujours, un peu de joie se mêle au spectacle de l'infortune des autres.
J'imagine que nulle part cette abominable réflexion ne saurait se
vérifier mieux qu'ici. Nulle émotion n'ennoblit la curiosité de cette
foule. On voit des gens rire; on entend des mots d'esprit; on devine
qu'au souvenir du désastre évoqué par cet étalage de chefs-d'oeuvre
d'inavouées rancunes se soulagent et que, devant ces Chardin, ces
Fragonard, ces Corot, ces La Tour à vendre, plus d'une jalousie
mondaine, secrètement, se sent vengée. Les meilleurs plaignent le
disparu, mais, tout de même, éprouvent une sensation agréable à la
pensée qu'en cette tragique aventure ce fut un autre qu'eux qui
«écopa»... Et ce sont là, évidemment, des sensations qu'une visite aux
musées nationaux ne saurait donner.

                                  *
                                 * *

La semaine, au surplus, fut propice aux bavardages, aux confidences, aux
potins mondains. Le soir même du jour où l'exposition Cronier fermait
ses portes, la Comédie-Française rouvrait les siennes aux abonnés.
Reprise des «mardis»... c'est une date, cela. La reprise des mardis de
la Comédie-Française marque l'officielle réouverture de la saison
mondaine à Paris. Octobre et novembre sont les mois des petites
rentrées: rentrées d'écoles, de tribunaux, d'universités. Du château on
ne revient que plus tard. Les sports d'automne, les grandes chasses,
retiennent un peu plus longtemps, chaque année, loin de Paris, la
clientèle de premières loges des, «mardis», et ce n'est guère qu'en
décembre qu'elle consent à nous rejoindre, ou qu'elle est censée nous
avoir rejoints.

C'est à la Comédie-Française qu'elle donne ses premiers rendez-vous. Se
préoccupe-t-elle beaucoup des «nouveautés» que va lui servir M. Jules
Claretie? J'en doute un peu. J'ai, l'hiver dernier, fréquenté quelques
loges de la Comédie, aux jours d'abonnement; et il m'a semblé que, chez
la plupart de ces auditeurs hebdomadaires, l'art dramatique n'excitait
pas une passion très forte. L'abonné écoute Molière et Racine par
habitude; Augier, Dumas, Pailleron par politesse; et, avec un peu plus
de curiosité, Hervieu, Donnay, Capus, Brieux, dont il connaît les
figures, et avec qui il a dîné. Il n'applaudit qu'avec réserve ce qui
lui plaît et, s'il est mécontent, ne le dissimule point. La bonne humeur
ne lui revient franchement qu'aux entr'actes. L'entr'acte est, pour
l'abonné, le moment délicieux du spectacle; celui où, débarrassé du
devoir d'écouter une pièce qui l'amuse peu et de paraître attentif aux
gestes de comédiens qui lui indiffèrent, il s'évade vers les coulisses,
amusé par la grâce qui lui sourit, par la beauté qu'il effleure:
innocents plaisirs qu'on aime pour ce qu'ils ont d'un peu illicite et de
clandestin! Dans la salle, les grillages dorés des baignoires se sont
abaissés; les portes des loges s'entr'ouvrent; on se rend des visites;
des conversations s'engagent où il est rarement question de la pièce
qu'on est venu entendre; et cette trop courte récréation ne prend fin
qu'à l'instant où les trois coups sont frappés...

                                  *
                                 * *

Un homme est toujours assuré d'avoir pour lui l'opinion publique et de
mettre, comme on dit, les rieurs de son côté, quand il s'avise, en
France, de résister à la tyrannie d'une loi mauvaise ou d'un règlement
maladroit.

Beaucoup de gens sauront donc gré de son geste de rébellion au voyageur
qui, l'autre jour, passant la frontière à Tourcoing pour rentrer à
Paris, refusa de descendre de wagon pour faire visiter en douane ses
bagages à main, fut condamné pour ce fait à cinq cents francs d'amende
par le juge de paix, et a résolu, dit-on, de faire appel de ce jugement
devant la Cour.

Le cas est d'autant plus intéressant que le rebelle qu'on va juger
n'appartient point à ce qu'on appelle le parti du désordre. Ce n'est ni
un révolutionnaire qui s'insurge par habitude contre les lois, ni un
politicien d'opposition préoccupé de chercher noise au gouvernement, ni
un étudiant qui s'amuse. C'est un grave et pacifique officier
ministériel, un agent de change connu et dont les opinions
conservatrices sont notoires.

Mais il est probable que M. R. G... a voyagé beaucoup en Europe, et
qu'ayant comparé le régime des douanes françaises à celui des douanes de
plusieurs autres grands pays, il a souffert de la comparaison. Sans
doute l'État est fort excusable de se défendre contre les fraudes
variées qui le menacent, puisque, aux yeux de beaucoup de citoyens,
voler l'État ce n'est pas voler. Mais n'est-ce pas assez qu'il oblige le
voyageur à tenir ses bagages ouverts «à toute réquisition de
l'autorité»; et n'est-ce pas trop qu'il lui impose le devoir de se
déranger pour venir lui-même au-devant de cette réquisition-là?

Il est vrai que c'est un métier bien délicat que celui de «gabelou», et
qu'en France surtout cette sorte d'espionnage légal se heurte à des
susceptibilités, à des malices, à des trucs qui y rendent l'application
de la loi plus malaisée peut-être que partout ailleurs. Il y a tant
d'hommes d'esprit, dans ce pays-ci!

On me contait dernièrement l'aventure d'un ancien ministre, M. Yves
Guyot, qui, passant avec une valise à la main devant les employés de
l'octroi, est arrêté par l'invariable question:

--Vous n'avez rien à déclarer?

--Rien du tout, fait M. Guyot.

--Ouvrez, dit le commis.

--Je refuse.

Le commis se fâche, invoque le droit de l'État, appelle à son secours un
chef, devant qui, très poliment, l'ancien ministre s'explique:
«J'aurais, dit-il, ouvert cette valise si vous m'en aviez requis du
premier coup, et sans phrases. Cela, c'est votre droit. Mais vous m'avez
_demandé_ si j'avais quelque chose à déclarer; j'ai dit non; et vous ne
m'avez pas cru. Cela, je ne l'admets pas. Vous avez le droit de fouiller
mes bagages, mais non celui de mettre en doute publiquement ma probité.»

Qui avait raison?

SONIA.



L'ENTRÉE DES SOUVERAINS

NORVÉGIENS A CHRISTIANIA

Les nouveaux souverains de Norvège ont fait leur entrée solennelle dans
leur capitale le 25 novembre.

Dès le matin, le navire de guerre le _Heimdal_, portant les membres du
gouvernement, était allé à la rencontre du yacht royal le _Danebrog_,
venant de Copenhague, escorté de vaisseaux des marines norvégienne,
danoise, anglaise et allemande. Après le transbordement de Leurs
Majestés et du jeune prince héritier sur le _Heimdal_, celui-ci se mit
en route pour Christiania; il y arrivait à 1 h. 1/2, salué par des
salves d'artillerie et les hurrahs de la foule. Au débarcadère, la
municipalité reçut les souverains sous un pavillon drapé de rouge, et
son chef leur adressa des souhaits de bienvenue auxquels le roi répondit
quelques paroles d'une cordiale simplicité; puis ce fut à travers la
ville, parmi les pavoisements, les guirlandes, les acclamations de la
multitude, le défilé du cortège officiel se rendant au château, où
devait avoir lieu, dans la salle du Trône, la réception du Storthing et
du corps diplomatique. Malgré le voile de brume qui l'enveloppait,
malgré la neige qui poudrait ses toits et couvrait d'un épais tapis
blanc le sol de ses rues, Christiania était en liesse, et ce froid décor
d'hiver formait un pittoresque contraste avec la chaleur de
l'enthousiasme populaire.

Le lendemain dimanche, le roi et la reine se rendirent à l'église
Saint-Sauveur, au seuil de laquelle les attendaient les pasteurs.

Le lundi 27, Haakon VII, toujours acclamé sur son passage, allait prêter
serment de fidélité à la constitution devant le Storthing assemblé sous
la présidence de M. Berner.

La gracieuse reine Maud et le petit prince Olaf eurent leur large part
des ovations et des marques de sympathie multipliées pendant ces
journées de bon accueil. Le roi s'en montra vivement touché. Aussi bien,
le jour de l'arrivée, l'esprit familial qu'il apporte de la cour de
Danemark s'était affirmé par un joli mouvement de fierté paternelle,
lorsque, à bord du _Heimdal_, il avait pris dans ses bras, pour le
présenter à M. Michelsen, premier ministre et chef du gouvernement
provisoire, l'enfant royal, dont le frais visage, épanoui sous son
bonnet de fourrure, semblait sourire inconsciemment à l'avenir de la
nouvelle dynastie.



[Illustration: Une rue de magasins juifs après le passage des pillards.]

[Illustration: La même rue après le passage des incendiaires.]

A ISMAÏL (BESSARABIE)

ÉVÉNEMENTS DE RUSSIE

La Russie est, en ce moment, presque isolée du reste du monde: ses
postiers, ses télégraphistes, sont en grève; les chemins de fer
fonctionnent de la façon la plus irrégulière, au bon plaisir des
employés ou de ceux qui les mènent. C'est miracle que des courriers
arrivent encore de temps à autre. Cependant, le zèle de nos
correspondants ne se ralentit point; et nous continuons de recevoir de
toutes les parties de l'empire troublé, d'intéressants documents.

Les trois premières photographies de cette page donnent une idée des
excès auxquels se livrent les antisémites.

Deux sont prises à quelques heures d'intervalle dans la même rue
d'Ismaïl, près de Kichinef, en Bessarabie. Les pillards avaient d'abord
passé et emporté tout ce qui pouvait constituer un butin profitable.

[Illustration: A SARATOF.--Vue intérieure de la synagogue pillée et
incendiée.]

Les incendiaires vinrent sur les talons des voleurs et mirent le feu.

La troisième photographie nous vient de Saratof, et montre ce qu'ont
fait de la synagogue les bandes furieuses en rage de représailles contre
ceux qu'ils considèrent comme les instigateurs du mouvement
révolutionnaire.

Notre dernière photographie, enfin, n'est pas la moins curieuse. Elle
donne une vue du premier Congrès général qu'aient tenu les délégués des
paysans. Il a eu lieu à Moscou la semaine dernière. D'autres réunions de
paysans des environs de Moscou avaient bien eu lieu cet été. Cette
assemblée, du fait qu'elle réunissait des délégués de différentes
provinces, a une importance et une portée considérables, et les
résolutions qui y ont été prises--une tend à la «socialisation» de la
terre, une autre déclare nuls les emprunts d'État contractés après le 23
novembre--montrent que le «moujik» s'organise, et sait ce qu'il veut.

[Illustration: A MOSCOU.--Le premier Congrès général des délégués du
Corps des paysans.--_Phot. Smirnof_.]



LES NOUVELLES BALLES

BALLES ALLEMANDE (1905).--BALLES FRANÇAISE (1898)

Depuis l'introduction, dans notre armée, de la balle D qui donnait au
fusil 1886 (fusil Lebel) tous les avantages des fusils de _très petit_
calibre adoptés en Italie, au Japon et dans d'autres pays, l'infanterie
allemande, qui avait conservé sa cartouche 1888, se trouvait, par
rapport à l'infanterie française, dans un état d'infériorité notable.
Aussi les spécialistes allemands cherchaient-ils avec persistance un
projectile qui rendît à leur fusil 1898 son ancien rang. C'est le
résultat qu'ils viennent enfin d'atteindre.

La nouvelle balle allemande porte le nom de balle S, de l'initiale du
mot _Spitzgeschoss_ (projectile à pointe). Elle présente, en effet, au
lieu de la forme en ogive émoussée de la balle 1888 (fig. b), une forme
très allongée, presque conique, avec un méplat imperceptible (fig. c).
Alors que dans les projectiles ordinaires de l'infanterie ou de
l'artillerie la pointe constitue habituellement le tiers au plus de la
hauteur, dans la balle S la pointe s'étend sur plus de la moitié de la
longueur totale (1). C'est là une révolution complète dans la forme des
projectiles; c'est même la _faillite_ de l'ancienne balistique.

[Illustration: Fig. a. Fig. b. Fig. c.
Balle Lebel Balle allemande Balle S, nouvelle (1886). (1888). balle
allemande.]

On enseignait jadis fort longuement (et l'on enseigne probablement
encore), dans les cours de toutes les écoles militaires de tous les pays
du monde, que la meilleure forme avant à donner aussi bien aux balles
qu'aux obus était une ogive d'une hauteur égale au diamètre du
projectile, ogive tronquée à l'avant par un méplat. Telle était, par
exemple, la forme donnée à la balle 1886-1893 de notre fusil actuel,
balle ogivale à méplat de 4 millimètres (fig. a). Telle était également,
à peu de chose près, la forme de la balle 1888 allemande (fig. b),
celle-ci ne différant de l'ancienne balle française que par l'arrondi de
la partie antérieure. Au reste, à part cette légère modification, la
balle allemande était identique à la nôtre comme calibre, longueur et
poids, si bien que, le tracé intérieur des deux armes étant aussi le
même, les deux fusils se trouvaient tout à fait équivalents au point de
vue du tir.

Cet état de choses s'était modifié il y a quelques années, quand nous
avions adopté la balle D. Celle-ci est une balle de cuivre bi-ogivale,
c'est-à-dire très pointue à l'avant et de forme légèrement fuyante à
l'arrière (2). Bien que notablement plus longue que notre ancienne balle
1886-1893, en plomb chemisé de maillechort, elle est sensiblement plus
légère que cette dernière, en raison de la densité moins grande du métal
qui la constitue. Toutefois, contrairement aux anciens principes de la
balistique, qui voulaient des balles en métal très lourd, elle conserve
mieux sa vitesse dans l'air et sa trajectoire est beaucoup plus tendue
que celle de la balle qui l'a précédée.

On peut d'ailleurs juger des progrès réalisés depuis quarante ans, en ce
qui concerne la tension des trajectoires, par la figure d. Celle-ci
représente à la même échelle, et pour la distance de 1.000 mètres, les
trajectoires des fusils 1866 (Chassepot) et 1874 (Gras), ainsi que la
trajectoire commune au fusil 1886 (Lebel) et aux fusils allemands 1888
et 1898. Or les deux premières s'élèvent jusqu'à 17 ou 18 mètres, tandis
que la dernière ne dépasse pas 10 mètres. Quant au progrès réalisé par
la balle S elle-même, on l'appréciera sur la figure e, qui représente,
pour la distance de 700 mètres, la trajectoire du fusil 1886 (Lebel) et
des fusils allemands 1888 et 1898 comparativement avec celle du fusil
1898 tirant la nouvelle balle. La première s'élève en effet deux fois
plus (3m,80) que la seconde (1m,85), ce qui lui donne une zone
dangereuse beaucoup moins étendue.

(1) On a prétendu aussi que le culot de la balle S était arrondi au lieu
d'être coupé d'équerre (voir la ligne pointillée de la fig. e), mais
nous croyons que la balle ainsi établie était une simple balle
d'expérience et non la balle définitivement adoptée en Allemagne, et
brevetée depuis plusieurs mois par la _Deutsche Waffen und Munitions
fabriken_.

(2) Par un sentiment de réserve que l'on comprendra facilement, et bien
que le secret encore conservé sur la balle D soit, depuis longtemps, le
_secret de Polichinelle_, nous nous abstenons de donner le dessin de ce
projectile.

[Illustration: Fig. d.--Aplatissement progressif des trajectoires.]

[Illustration: Fig. e.--Trajectoires du fusil 1898 allemand avec
l'ancienne balle et avec la nouvelle.]

Il ne sera peut-être pas inutile ici, puisque nous venons d'écrire ce
mot, de définir ce qu'on appelle, en langage technique, la _zone
dangereuse_: c'est la zone dans laquelle la balle se rapproche
suffisamment du sol pour frapper un homme détaille ordinaire (lm,70) et
où, par suite, elle devient dangereuse.

Nous allons éclaircir par un exemple ce que cette définition peut avoir
d'obscur:

Considérons sur la figure f la trajectoire de 600 mètres de la balle D.
On voit que cette trajectoire s'élève seulement à lm,70 au-dessus du
terrain horizontal.

[Illustration: du fusil français avec la balle D. Fig. f.--Zones
dangereuses du fusil allemand avec la balle S.]

Par conséquent, depuis l'endroit où la balle est lancée jusqu'à celui où
elle vient toucher le sol, 600 mètres plus loin, elle peut atteindre un
homme de lm,70. On dit alors que la _zone dangereuse_ est de 600 mètres.

Avant l'adoption de cette balle, notre fusil actuel n'avait qu'une zone
dangereuse de 500 mètres, c'est-à-dire que l'infanterie ne pouvait
battre _d'une façon continue_ le terrain situé en avant de son front que
jusqu'à la distance de 500 mètres.

La balle S allemande a une zone dangereuse encore plus considérable qui,
pour un homme debout, atteint environ 675 mètres, comme le montre la
partie inférieure de la figure f. Pour un tireur à genou, cette zone
dangereuse est encore de 500 mètres et, pour un tireur couché, elle
s'élève au chiffre inattendu de 270 mètres. Cette balle est donc
sensiblement supérieure à la nôtre, ce qui n'a rien d'extraordinaire,
car elle est venue bien après et les Allemands ont pu ainsi profiter du
résultat de nos recherches.

Ajoutons encore quelques détails: la balle S allemande possède une
chemise en acier nickelé qui ressemble _extérieurement_ à la chemise en
maillechort de notre ancienne balle, mais qui est beaucoup plus
résistante de façon à ne point s'arracher dans le canon. Elle est
_beaucoup_ plus légère (10 gr.) que l'ancienne balle allemande (14 gr 7)
et, de plus, elle est lancée par une charge de poudre notablement plus
forte que celle de la balle 1888. Pour ces deux raisons, elle sort de
l'arme avec la vitesse initiale extrêmement considérable de 860 mètres
par seconde, au lieu des 620 mètres que possédaient l'ancienne balle
1888 allemande et notre balle 1886 elle-même. La balle D, qui est
seulement un peu moins lourde que la balle 1886, possède de son côté une
vitesse peu inférieure à 700 mètres, grâce à l'emploi d'une charge de
poudre plus forte. Elle a donc une vitesse plus réduite que la balle S;
mais, en raison de son poids, elle triomphe plus facilement de la
résistance de l'air et conserve un peu mieux sa vitesse, ce qui rétablit
l'équilibre dans une certaine mesure.

Toutefois, contrairement à ce que l'on pourrait croire et à ce
qu'enseignait jadis la balistique, la balle S ne souffre pas trop de sa
légèreté et elle conserve sa supériorité sur l'ancienne balle allemande,
non seulement à 2.000 mètres, mais jusqu'à la distance invraisemblable
de 4.000 mètres.

Quant à la _précision_ du tir, bien loin d'avoir été atteinte par
l'allégement de la balle, comme nous le prêchaient jusqu'ici les
balisticiens vieux jeu, elle a été augmentée dans la proportion de 5 à 7
environ.

C'est là un résultat qu'on avait déjà constaté en France avec la balle
D, la justesse variant dans ce cas, comme la tension de la trajectoire.

D'autre part, la _pénétration_ s'est fortement accrue. C'est ainsi que
la balle S tirée dans le bois de pin à 400 mètres s'enfonce de 80 cent,
au lieu de 45 à 800 35--25 à 1.800 10--5

A 350 mètres, elle traverse 7 millimètres de fer.

Dans le sable ou dans la terre, elle s'enfonce de 90 centimètres au
maximum.

Enfin la balle S traverse nettement un mur d'une brique d'épaisseur (22
cent, environ), c'est-à-dire qu'elle traverse une brique _en long_. Les
murs de clôture ordinaire ne se trouvent donc plus à l'épreuve de la
balle, ce qui ne manquera pas de donner lieu à des surprises parfois
désagréables. On sera atteint derrière un mur, comme derrière un gros
arbre, du moins aux distances inférieures à 400 mètres.

Ajoutons que, la nouvelle cartouche allemande pesant de 4 à 5 grammes de
moins que la cartouche en service jusqu'à ce jour, l'approvisionnement
en munitions du fantassin allemand peut être augmenté d'un quart (150
cartouches au lieu de 120), ce qui constitue un nouvel et précieux
avantage.

En résumé, l'armée allemande vient de faire avec la balle S un progrès
technique des plus sérieux, progrès qui laisse derrière lui celui que
nous avions accompli nous-mêmes. C'est là un fait qui mérite d'être
apprécié à sa juste valeur, surtout après les éloges dithyrambiques
jadis consacrés à la balle D.

Il y a deux ans seulement, nous avions, au point de vue technique, une
supériorité notable sur l'armée allemande avec la balle D et le canon de
75 à tir rapide; cette supériorité était même assez accentuée pour faire
quelque peu hésiter nos voisins de l'Est devant l'hypothèse d'une
agression possible. Aujourd'hui, la balle allemande est meilleure que la
nôtre; les Allemands achèvent de construire un matériel d'artillerie à
tir rapide qui sera presque l'équivalent du nôtre et qui aura sur ce
dernier une supériorité numérique de près de moitié (1); enfin ils
disposent d'une artillerie lourde à tir rapide _que nous n'avons pas
encore_. Il semble qu'il y ait là une situation de nature à préoccuper
tous ceux qui ont la responsabilité de notre défense nationale.

L. S.

N.-B.--Les renseignements qui précèdent sont extraits du _Manuel de tir
de l'infanterie allemande (Schiessvorschrift fur die infanterie)_,
document officiel approuvé par l'empereur Guillaume le 2 novembre 1905.
Il paraît par suite difficile d'en contester la valeur.

Note 1: Voir dans _L'Illustration_ du 30 septembre 1905, l'article sur le
«Nouveau canon allemand».

On ne peut d'autre part se dispenser de signaler le fait que le ministre
de la Guerre allemand, général von Einem, ait jugé bon de porter à la
connaissance de toute l'armée des renseignements très étendus concernant
la nouvelle balle. Il a voulu, sans aucun doute, par cette divulgation
si en dehors des usages habituels de l'armée allemande, rassurer les
esprits en montrant toute l'étendue du progrès qui vient d'être
accompli.



[Illustration: Le port. Vieille forteresse construite par les Génois. Vue
générale de Mitylène].

LA DÉMONSTRATION DE MITYLÈNE

Le gouvernement ottoman ayant refusé d'accepter le contrôle financier
que les grandes puissances européennes, d'un commun accord, jugeaient
nécessaire d'établir en Macédoine, les divers États intéressés ont
décidé de recourir, pour l'y contraindre, à une démonstration navale
collective. L'Allemagne, quoique déclarant hautement s'associer à cette
manifestation, s'est excusée de ne pouvoir envoyer aucun de ses bateaux
joindre l'escadre internationale; elle a prétexté qu'elle n'avait, dans
la Méditerranée, nul navire de guerre. La force navale qui s'est réunie
au Pirée, pour, de là, aller bloquer Mitylène, est donc composée, en
principal, des navires français _Charlemagne_ et _Dard_; de navires
russes, anglais, italiens et autrichiens. Le vice-amiral Ripper, de la
marine autrichienne, est investi du commandement de l'expédition.

Partie le 26 novembre du Pirée, l'escadre internationale a mouillé
quelques heures plus tard devant Mitylène. Le 28, des détachements des
équipages des diverses nationalités, au nombre de 400 hommes en tout,
débarquaient sans rencontrer aucune autre résistance qu'une protestation
diplomatique du gouverneur et occupaient la douane et le télégraphe.

[Illustration: Bombes découvertes dans l'hôtel allemand «Kroecker», sous
le grand escalier.]

[Illustration: Bombes découvertes au «cercle d'Orient», fréquenté par
les représentants des puissances étrangères à Constantinople. (La petite
pèse 8 kilogrammes; la grosse, 50 kilogrammes.)]

On se souvient qu'en 1901 déjà, lors de l'incident franco-turc auquel
avait donné lieu le règlement des créances Tubini-Lorando, c'est
également sur Mitylène que s'était dirigée la flotte de l'amiral
Caillard. C'est l'une des îles les plus riches de l'Archipel, l'ancienne
Lesbos, la patrie de la poétesse Sapho. Elle fut fortifiée au moyen âge.
Mais de ses remparts il ne demeure que des débris. Sa capitale, Mitylène
ou Mételin, qu'occupent les marins de l'escadre, est pittoresquement
bâtie en amphithéâtre, au-dessus d'un port peu sûr, à cause de son
manque de profondeur. Mais l'île a deux autres ports, Kalloni et les
Oliviers, véritables mers intérieures, qui sont d'admirables abris pour
les navires.

Cette action contre Mitylène n'a d'ailleurs pas suffi et,
ultérieurement, l'escadre a dû occuper une autre île, Lemnos.



LA DYNAMITE A CONSTANTINOPLE

L'attentat dirigé, le 21 juillet, contre le sultan Abdul-Hamid, a été,
en quelque sorte, le signal d'une recrudescence de l'agitation
arménienne, et la commission d'enquête constituée, aussitôt, sous la
présidence de Nedjib Pacha Melhamé, pour instruire l'affaire et
rechercher les coupables, s'est trouvée en présence d'une besogne aussi
compliquée que difficile.

[Illustration: Garabet Vartanian Ohannès Arfarian.]

DEUX DES ARMÉNIENS CONDAMNÉS A MORT

Elle manquait de tout indice susceptible de la mettre sur la trace des
coupables. On avait pourtant ramassé, sur le lieu de l'explosion, un
morceau de fer provenant d'une voiture et portant, estampé, le numéro
1507. Ce fut suffisant pour permettre de retrouver la ville d'origine de
la voiture qui avait apporté l'engin, puis le propriétaire du véhicule.

Ce fut enfin la clef de l'enquête. Mais à peine la commission avait-elle
commencé ses travaux, peu de jours après l'attentat d'Yildiz Kiosk,
qu'un Arménien récemment arrivé d'Amérique, Vartanian, tuait à coups de
revolver, comme on se le rappelle, le banquier Apik Effendi Oundjian,
qui avait refusé des subsides aux révolutionnaires. Vartanian fut
arrêté. Son revolver était semblable à celui d'un de ses compatriotes,
venant également d'Amérique et inculpé dans l'affaire de la bombe
Arfarian. On eut la preuve qu'ils avaient été armés tous deux par le
même Comité, la preuve du complot.

Le champ des investigations se précisa.

Des perquisitions faites à Constantinople firent découvrir de nombreuses
bombes, surtout dans le quartier européen. L'une, saisie au cercle
d'Orient, rendez-vous du monde diplomatique, et qui, hérissée de
pointes, présentait l'aspect d'un énorme marron, pesait 50 kilogrammes.
Dans une seule maison, l'hôtel allemand Kroecker, on recueillit douze
engins.

Après Vartanian et Arfarian, d'autres Arméniens furent arrêtés. Tous ont
été condamnés à mort. On mit également la main sur un Belge, Jauris,
considéré comme complice de l'attentat contre le sultan. La légation de
Belgique refusait de le laisser juger par les tribunaux turcs. Son
procès vient pourtant de commencer. Mais on n'a pu se saisir de l'auteur
principal de l'attentat, un Arménien russe connu sous le pseudonyme de
Ripps.



[Illustration: LES BOUÉES LUMINEUSES DU PLATEAU DES MINQUIERS 1. Le
bateau des Ponts et chaussées accostant la bouée pour la charger.--2.
Commencement de l'opération de chargement.--3. L'opération terminée,
l'homme rentre à bord.--4. L'_Augustin-Fresnel_, bateau spécial des
Ponts et chaussées.--5. Les réservoirs de gaz d'huile à bord de
l'_Augustin-Fresnel_--6. Une bouée à sec dans le parc des
Minquiers.--7. En mer, la nuit.--_Voir l'article, page 399._]



VERTIGE MODERNE
Dessin de Georges Scott.



[Illustration: Deux blue-jackets un peu gais.]

[Illustration: Les marins de l'escadre britannique d'Extrême-Orient se
dirigeant de la gare de Shimbashi vers le parc de Hibya.]

LES FÊTES DE L'ALLIANCE ANGLO-JAPONAISE A TOKIO

Au mois d'octobre dernier, l'escadre anglaise de Hong-Kong venait
mouiller dans les eaux du Japon; il s'agissait d'une démonstration
pacifique, confirmative de l'alliance anglo-japonaise et concertée
d'avance. Donc, suivant le programme convenu, les équipages débarquèrent
à Yokohama, d'où des trains spéciaux les conduisirent par groupes
successifs à Tokio. Leur visite fut l'occasion de réjouissances varices;
ce n'étaient partout que pavoisements aux couleurs accouplées des deux
nations, guirlandes de lampions, banderoles portant la formule de
bienvenue: _Welcome_; on avait organise notamment, au parc de Hibya--à
peu près l'équivalent de notre jardin des Tuileries--une sorte de
grande kermesse: théâtres en plein vent, vastes tentes à l'abri
desquelles les _blue-jackets_ fraternisaient, le verre en main, avec
leurs camarades japonais, la bière, peut-être aussi quelques autres
breuvages, coulant à discrétion et gratis. En outre, pour ajouter un
charme à la fête, la municipalité n'avait pas craint de réquisitionner
extraordinairement tout un bataillon de _geishas_, personnes plutôt
légères, n'ayant point coutume de se montrer en public.

C'est ainsi que l'on put voir des matelots, même des officiers, agitant
de petits drapeaux de papier, «se balader» à travers les rues de la
capitale nippone en aimable compagnie. Un certain nombre, ayant célébré
l'alliance par de trop copieuses libations, «bourlinguaient» fortement
et allèrent échouer à l'ambulance que la délicate et prévoyante
sollicitude de leurs hôtes avait aménagée pour un cas qui, d'ailleurs,
n'était pas pendable, quoi qu'en aient dit les rigoristes, témoins de
cette mémorable bordée.

[Illustration: Anglais, Japonais... et Japonaises fraternisant dans les
rues de Tokio]



Les gagnants: M. et Mme François Gelper, M. Georges Messing.

LE SECOND MILLION DE LA LOTERIE DE LA PRESSE

Les heureux gagnants du deuxième million de la loterie de la Presse, M.
Georges Messing, ouvrier fondeur en cuivre, Mme Gelper, sa soeur,
blanchisseuse, et M. Gelper, son beau-frère, ouvrier peintre,
habitaient, en un faubourg de Lille et dans la plus étroite des ruelles,
la plus petite des maisons. C'étaient de pauvres gens, mais de vraiment
braves gens, très travailleurs et très économes, dont le premier souci,
à la nouvelle de leur fortune inespérée, fut d'en affecter une large
partie à leurs parents moins favorisés du sort, si bien que ce second
million, loin de ne profiter qu'à un seul, va faire le bonheur d'une
famille nombreuse: il ne pouvait mieux tomber!

M. Georges Messing, M. et Mme Gelper, sont d'ailleurs du plus aimable
accueil, et c'est très gracieusement qu'ils ont reçu l'envoyé spécial de
_L'Illustration_ que les banquiers de Lille, MM. Pajot et Lefebvre (chez
qui ils avaient acheté le billet gagnant), avaient bien voulu conduire
auprès d'eux, le soir même de ce 1er décembre qui faisait de ces
modestes ouvriers les célébrités du jour. Ils étaient alors en pleine
joie: tous les voisins, tous les camarades d'atelier des gagnants
s'étaient réunis pour fêter la bonne aubaine et buvaient à la santé des
millionnaires; et, aux sons d'un orchestre local, c'était, dans un
estaminet voisin, un bal qui, pour avoir été improvisé en quelques
instants, n'en était que plus cordial et plus joyeux. Avec beaucoup de
bonne grâce, M. Messing, s'arrachant aux poignées de main amies, nous
conduisit visiter son théâtre de marionnettes, créé et construit par
lui, où, chaque samedi et chaque dimanche, il donnait aux enfants du
quartier des représentations très réputées parmi cette jeunesse.

C'est M. Georges Messing et sa soeur Mme Gelper qui avaient pris, en
prélevant peu à peu, chacun dix francs, sur leurs maigres gains
journaliers, ce billet n° 9606 de la 36e série, qui devait leur
rapporter une si considérable fortune. Ils comptent vivre très
tranquillement à Lille, dans leur même quartier; leur plus grand bonheur
est de ne plus être assujettis aux aléas de métiers pénibles, et leur
plus grand plaisir de faire le bien autour d'eux.

[Illustration: M. Georges Messing sur la scène de son petit théâtre de
marionnettes.]

[Illustration: Le domicile qu'habitaient Gelper et Messing: allée de la
Vieille-Aventure, à Lille. (Les nouveaux millionnaires ont aussitôt posé
l'écriteau: A LOUER.)]



[Illustration: La maison de M. Thiers, place Saint-Georges, à Paris:
aspect actuel.]

[Illustration: La maison de M. Thiers pendant sa démolition sous la
Commune.]

[Illustration: Vue d'ensemble des ruines de la maison de M. Thiers,
place Saint-Georges, pendant la Commune.]

LA MAISON DE M. THIERS

Mlle Dosne, devenue héritière des biens de M. Thiers, il y a une
vingtaine d'années, après la mort de sa soeur, veuve de l'illustre homme
d'État, vient de faire don à l'Institut de France de l'hôtel qu'habitait
à Paris, lorsqu'il eut quitté le pouvoir, l'ancien président de la
République.

Cette maison, portant le numéro 27 de la place Saint-Georges, s'élève,
entre cour et jardin, sur remplacement même de celle où résida longtemps
l'auteur de _l'Histoire du Consulat et de l'Empire_ avant l'époque de la
Commune, et qui disparut, on sait dans quelles mémorables circonstances.
A la date du 10 mai 1871, le comité de Salut public du gouvernement
insurrectionnel, protestant contre les mesures de répression ordonnées
de Versailles par le chef du pouvoir exécutif de la République
française, prenait un arrêté ainsi conçu:

«Article premier: Les biens meubles des propriétés de Thiers seront
saisis par les soins de l'administration des Domaines.--Art. 2: La
maison de Thiers, située place Saint-Georges, sera rasée.--Art. 3: Les
citoyens Fontaine, délégué aux Domaines, et J. Andrieu, délégué aux
Services publics, sont charges de l'exécution immédiate du présent
arrêté.»

Et l'acte de vandalisme s'accomplit, en effet, sans délai. Mais, dès le
27 mai, la Commune vaincue, l'Assemblée nationale, sur un rapport de M.
Wallon, votait à l'unanimité la réédification, aux frais de la nation,
de la maison démolie.



LA VENTE DE LA COLLECTION CRONIER

Les tableaux, objets d'art, meubles, tapisseries, que M. Cronier avait
réunis dans son hôtel de la rue de Lisbonne, ont été dispersés cette
semaine au vont des enchères, en deux vacations, dirigées par M.
Lair-Dubreuil, commissaire-priseur.

Nous avons reproduit, le 11 novembre, quelques-unes des pièces
marquantes de la collection: les prix qu'elles ont obtenus vont montrer
que nos choix avaient été judicieux.

_Le Billet doux_, par Fragonard, que M. Cronier avait acheté 110.000
francs et dont on demandait 200.000 francs, est resté à deux marchands
pour 420.000 francs; _le Volant_, par Chardin, a été acquis moyennant
140.000 francs par le baron Henri de Rothschild; _le Lorgneur_, acheté
par M. Marne, est monté seulement à 6.500 francs, les experts n'ayant
plus osé affirmer qu'il était de Watteau.

Du _Portrait de la comtesse de Coventry_, pastel de La Tour, on donne
72.000 francs. Le spirituel et souriant _Portrait du graveur Schmidt_,
autre pastel du même maître, que le prince Demidof paya 4.150 francs en
1879, est adjugé à M. Veil-Picard pour 77.000 francs. _La Liseuse_, de
Fragonard, qui fut vendue 301 francs en 1845, monte à 182.000 francs.

_Le Printemps_, de Diaz, est adjugé à 50.000 francs; le Troyon, _Vache à
la lisière d'un bois_, à 40.100 francs; _le Pâtre_, de Corot, à 47.000
francs; _la Mare_, de Jules Dupré, à 60.100 francs. Avec l'école
anglaise, on a eu quelques déceptions. Le _Portrait présumé de sir John
Campbell_, de Gainsborough, est bien monté à 65.000 francs; le _Portrait
de miss Day_, par Lawrence, à 43.000 francs; _la Jeune Laitière_, bien
qu'on ne garantît plus qu'il fût bien de Romney, à 30.000 francs. Mais
le Reynolds du catalogue, _Esquisse du portrait de lady Stanhope_,
«attribué» au peintre, était payé seulement 10.000 francs. La gouache
intitulée _Méditation_, vendue comme oeuvre de «l'école anglaise» et non
plus de Gainsborough, était pourtant poussée jusqu'à 65.000 francs.
Qu'eût-ce été d'un Gainsborough?

Quant aux deux tapisseries, le panneau de _l'Histoire de Don Quichotte_,
exécuté aux Gobelins d'après les cartons de Coypel, a été payé 200.000
francs, et le panneau de Beauvais, d'après Boucher, _Psyché montrant ses
joyaux à ses soeurs_, 300.000 francs.

En tout, les deux vacations ont produit 5.198.031 francs!

[Illustration: LA VENTE DE LA COLLECTION CRONIER A LA GALERIE GEORGES
PETIT.--A quatre cent mille!... _Le Billet doux_, de Fragonard!...--On
demande à voir!... _Le Billet doux_, de Fragonard, a été adjugé 420.000
francs, auxquels il faut ajouter 42.000 francs de frais à la charge de
l'acquéreur.]



LIVRES NOUVEAUX

_Romans._

Par son titre: _Pom-Prune_, le livre de M. Paul Guiraud (Albin
Michel, 3 fr. 50) semble tout d'abord appartenir au domaine de la
fantaisie. En réalité, ce livre est un roman de moeurs et de caractères,
très sérieux, très étudié, et «Pom-Prune» n'est que le sobriquet du
principal personnage. La puérilité même de ce surnom familier, datant de
son enfance, contraste d'une façon singulièrement ironique avec la
condition sociale du banquier Georges Prunier, les hautes fonctions
publiques auxquelles il doit s'élever, la débâcle tragique où il est
destiné à sombrer. Autour de lui, dans une grande ville du Midi, se
succèdent, comédie ou drame, des scènes mouvementées de la vie de
province, mettant en jeu passions politiques, luttes électorales,
intrigues locales,--le tout peint d'une main experte et,
vraisemblablement, d'après nature. Des personnages qui n'existèrent
jamais autrement que dans l'imagination d'ingénieux escrocs et l'esprit
crédule de peu sympathiques créanciers, mais auxquels, grâce à la
procédure d'un procès fictif, la paperasserie de justice donne une
apparence de vie, tels sont les _Bonshommes en papier_ (Fasquelle, 3 fr.
50), autour desquels évolue le roman de M. Jules Perrin. En outre d'une
intrigue assez dramatique, ce livre contient une curieuse étude des
scribes de ministères et autres _papyrocéphales_. A signaler aussi le
récit bien vivant d'une soirée de contrat dans certain fameux hôtel
de... la rue de la Pompe où sont réunis, autour de la grande Irène, les
principaux acteurs de la plus grande duperie du siècle.

Jusqu'ici, dans les romans, on nous a présenté des mécontents de l'ordre
social sous un aspect plutôt maussade. Trop souvent, on leur a donné un
visage hargneux et un geste brutal. En homme d'esprit, M. Charles
Géniaux s'est avisé de rompre avec la convention. Son _Homme de peine_
(Fasquelle, 3 fr. 50), Goulot, est un révolté joyeux! Parce qu'il est
disgracié, affamé et même battu, Goulot ne se croit pas obligé de perdre
sa bonne humeur native et c'est avec une gaieté cynique--peu
communicative, d'ailleurs, et qui donne le frisson--qu'il promène son
existence tourmentée à travers une Bretagne misérable et poignante.

Une jolie créature, au coeur ardent et droit, dont l'esprit cravache
vaillamment les préjugés d'une société de hobereaux de province, telle
est _Mademoiselle Nouveau-Jeu_ (Juven, 3 fr. 50), l'héroïne du roman de
M. Paul Junka. Il y a des pages charmantes dans ce livre, celles,
surtout, consacrées aux trois pauvres «petites soeurs bleues», des
enfants étonnées, confiantes, sans défense contre la vie, vouées au bleu
jusqu'au mariage par une mère attendrissante et puérile.

Une amourette, qui se déroule avec un gracieux héroïsme parmi les phases
d'un complot, telle est _l'Idylle dans un drame_ (Mame, 3 fr.), que
publie M. Ernest Daudet. Les amoureux, ce sont un garçonnet, fils d'un
ex-colonel de la garde impériale, et une fillette dont les parents,
anciens émigrés, ont les faveurs de Louis XVIII. Quant au complot, il
est fomenté, naturellement, par ces demi-solde, toujours sympathiques,
puisque persécutés, malheureux et frondeurs.

De l'aveu et par la volonté de l'auteur, M. Gabriel Faure, _l'Amour sous
les lauriers-roses_--le joli titre!--est un roman qui n'est qu'un roman
(Fasquelle, 3 fr. 50). Dans ce livre, aucune étude philosophique,
psychologique, historique ou sociale. Mais, seulement, une intrigue
fine, délicate, sensuelle, dont les rives du lac de Côme et les jardins
de Bellagio constituent les voluptueux décors.

M. Paul Bertnay--l'auteur de _Jusqu'aux étoiles_--dont nos lecteurs ont
pu récemment encore apprécier le fin talent, vient de publier en
librairie _la Buissonnière_ (Tallandier, 3 fr. 50), un autre roman dont
_L'Illustration_ eut la primeur, et dans lequel l'auteur a donné tant de
charme vaillant à un personnage de jeune fille et tant de grâce
spirituelle à un personnage de jeune femme.

_Auteurs gais_.

Vingt nouvelles très courtes, dont la première, _Détails sur mon
suicide_, prête son titre au volume (Flammarion, 3 fr. 50), composent le
récent apport de MM. Max et Alex Fischer à la collection des «auteurs
gais». Il s'agit, bien entendu, d'un suicide pour rire, et le reste non
plus n'engendre pas la mélancolie. La verve humoristique de ces
fantaisistes jumeaux, déjà justement réputés en leur genre, a ceci de
particulier qu'elle sait atteindre aux limites extrêmes de la
bouffonnerie sans rien perdre de sa finesse ni de sa légèreté. Un style
concis, rapide, incisif, de qualité vraiment littéraire, ajoute encore à
l'attrait de ces petits contes pleins d'observation et de philosophie,
sous leur forme paradoxale.

_Histoire._

Le comte de Gobineau--dont le nom fut mêlé à de récentes
polémiques--avait, aux deux pôles de sa brillante carrière de diplomate,
de penseur et d'écrivain, consacré deux études aux destinées de la
Grèce. Ce sont ces _Deux Études sur la Grèce moderne_ (Plon, 3 fr. 50),
l'une mettant en relief la haute figure de Capo d'Istria, l'autre
plaidant la cause des Hellènes dans le remaniement de la carte d'Orient,
qu'un éditeur avisé vient de réunir en un seul volume.

Le livre du comte de Gobineau prendra une bonne place parmi les ouvrages
qui, cette année, ont traité du problème oriental et parmi lesquels nous
citerons: _la Question d'Orient dans l'histoire contemporaine,
1821-1905_ (Dujarric. 4 fr.), l'ouvrage d'ensemble net et complet de M.
Albéric Cahuet sur la matière.

La France et l'Italie sont maintenant les meilleures amies du monde.
C'est bien entendu. Cependant, on n'a pas encore oublié au prix de quels
efforts diplomatiques la froideur prolongée de jadis entre les deux
nations s'est transformée en la vive sympathie d'aujourd'hui. C'est
l'histoire des «années troubles», des années de froissements politiques,
sous l'influence de Crispi et d'antagonisme économique, que, dans son
remarquable ouvrage, _la France et l'Italie, 1881-1899_ (Plon, 2 vol.,
15 fr), M. A. Billot nous présente. M. A. Billot était ambassadeur à
Rome pendant les années troubles. C'est donc avec la plus autorisée des
compétences que son livre est écrit.

Dans un livre fort agréable à lire, _les Derniers Républicains_ (Victor
Havard, 3 fr. 50), M. Guillaumin nous rappelle les gestes et analyse les
convictions des généraux Pichegru, Simon, Delmas, Monnier et Humbert,
qui--Pichegru excepté--furent, en quelque sorte, les demi-solde
républicains du Consulat et de l'Empire.

Dans son nouvel ouvrage sur les origines du Paris moderne, _Paris sous
Napoléon: administration et grands travaux_ (Plon, 5 fr.), M. L. Lanzac
de Laborie ne se contente pas de tracer un fidèle tableau des
transformations de la capitale sous le premier Empire. Il s'attache
également à nous donner la physionomie exacte des rues, quartiers,
théâtres, cafés, lieux de public et lieux de plaisir où se mouvait la
société d'alors.

_Littérature_.

En écrivant son _Histoire de la littérature française, 900-1900_
(Ollendorff, 2 vol., 15 fr), M. Léo Claretie n'a pas eu l'intention de
nous donner un ouvrage scolaire ou didactique. Dans nos lycées,
l'histoire de la littérature, de Malherbe à Hugo, doit--disent les
programmes--être achevée en seize heures. Il en résulte que, d'après le
plan uniforme sur lequel, jusqu'ici, les histoires littéraires ont été
conçues, beaucoup d'écrivains de second ordre, mais dignes, néanmoins,
de souvenir, ont été traditionnellement négligés. M. Léo Claretie s'est
efforcé de réparer cette ingratitude et, dans son ouvrage--aimablement
illustré de traits et d'anecdotes--il a voulu joindre aux noms très
célèbres ceux «dont le seul démérite est de n'avoir pas figuré sur les
programmes des classes, qui sont les dispensateurs de la gloire».

Qu'il s'agisse de littérature, de journalisme, de travaux divers, ou
simplement de correspondance épistolaire, quiconque écrit--professionnel
ou non--connaît la difficulté du _qualificatif_. Bien souvent, celui qui
conviendrait pour la propriété, la précision, la nuance, ne se présente
pas du premier coup; on le cherche, il se dérobe sous la plume et,
parfois, on ne le trouve qu'au prix d'un effort mental prolongé. C'est à
réduire cet effort au minimum que M. Pierre Schefer s'est ingénié en
composant un _Dictionnaire des qualificatifs classés par analogie_
(Delagrave, 2 fr.). Aide-mémoire précieux, indicateur suggestif, son
petit livre est de ceux que leur utilité constante doit placer à portée
de la main.

_Questions d'actualité._

Si, dans notre pays, pour des raisons anciennes et récentes, l'empereur
Guillaume n'est pas le plus populaire des souverains, il est du moins
celui dont, à l'heure actuelle, on parle le plus souvent. Divers
ouvrages, récemment éclos, nous ont initiés aux singularités
authentiques ou imaginaires de la vie intime du monarque. M. John
Grand-Carteret n'a pas eu l'intention d'ajouter un volume de plus à la
liste de ces livres révélateurs. _Lui_ (Par Laimm. 3 fr. 50), c'est
Guillaume II devant l'objectif caricatural de toutes les nations; c'est
un nouveau et très heureux numéro de la série humoristique que M. J.
Grand-Carteret a entrepris de publier sur l'Allemagne et les Allemands.
Dans une curieuse lettre au kaiser, l'auteur plaide la cause de la
caricature que, seule, la maladresse des gouvernements rend séditieuse.
Et peut-être, après tout, n'est-ce point là un paradoxe!

Dans un volume in-8° de près de six cents pages, _le Président Émile
Loubet et ses prédécesseurs, trente-cinq années de république_ (Jurai,
15 fr.), M. Henri Avenel a résumé non seulement l'histoire du septennat
qui touche à son terme, mais encore celle des précédentes magistratures
présidentielles. Nourri de faits et de documents, cet ouvrage forme un
précis très complet de nos annales politiques depuis l'avènement de la
troisième République jusqu'à l'heure actuelle. Des tables fort bien
faites le rendent aisé à consulter et le texte en est abondamment
illustré de portraits et de gravures fixant le souvenir des événements
notoires.



DOCUMENTS et INFORMATIONS

LES EFFETS D'UNE TROMBE.

Le 4 juillet dernier, une trombe a ravagé les environs de Cravant, près
de Beaugency. M. Maillard vient de signaler quelques-uns des curieux
effets de ce phénomène atmosphérique, qui s'est accompagné d'une
dépression barométrique très forte au centre du tourbillon. Dans une
cuisine, le carrelage s'est soulevé en dos d'âne. Ailleurs, dans un
grenier, une balance-bascule de 50 kilos de poids a été jetée à un mètre
de distance. Une petite pièce, dans le haut d'une habitation, a
littéralement éclaté comme le fait une vessie pleine d'air sous la
cloche pneumatique: ses cloisons se sont crevées et brisées, la pression
à l'intérieur étant plus forte qu'au dehors. Ailleurs, en vertu du même
principe, des vitres de chambres closes se sont brisées de dedans en
dehors. On a remarqué un fait qui, à première vue, semble étonnant, mais
qui, si l'on y réfléchit, est très naturel: c'est que les toitures les
plus solides ont été les plus éprouvées. Les toitures formées d'ardoises
ou de tuiles reposant sur des lattes n'ont pas souffert appréciablement:
en effet, les ardoises ou tuiles, en se soulevant légèrement, aspirées
par la dépression extérieure, ou plutôt soulevées par la pression
intérieure, ont permis à la pression intérieure de se mettre en
équilibre avec l'extérieure; les toitures neuves, solides, totalement
appuyées et n'ayant pas de jeu, ont été enlevées tout d'une pièce, au
contraire. C'est qu'elles manquaient de jeu, c'est qu'elles mettaient
obstacle à l'établissement de l'équilibre: elles ont éclaté comme les
murs ou les vitres cités plus haut, et ont été enlevées. Dans les champs
on a observé aussi de singuliers effets. Un champ d'avoine a été
totalement privé de son grain. Les tiges sont restées en place, amarrées
par les racines; mais les grains, moins solidement attachés aux tiges,
ont été enlevés, comme si un peigne y avait passé. Cet effet de happage
est dû à un violent courant d'air ascendant.

LE SOUFRE DE LA LOUISIANE.

Il y a une vingtaine d'années, des sondages effectués en Louisiane, près
du lac Charles, dans l'espoir de découvrir du pétrole, révélèrent un
gisement de soufre d'environ 35 mètres d'épaisseur à 140 mètres de la
surface du sol. Pour l'atteindre, il fallait traverser une nappe
aquifère et des sables boulants; quatre compagnies essayèrent
successivement de vaincre ces difficultés et se ruinèrent.

En 1891, M. Frasch imagina un procédé aussi bizarre qu'audacieux. On
fore jusqu'à la partie inférieure du gisement un trou qu'on munit d'un
tubage de 254 millimètres de diamètre s'arrêtant à la partie supérieure
du gisement. Dans ce premier tube on en place trois autres qui
descendent presque au fond du trou de sonde et présentent des diamètres
respectifs de 152, 76 et 25 millimètres. Les intervalles entre ces
quatre tubes forment donc trois «couronnes».

Par la couronne extérieure on lance de l'eau sous pression suffisante
pour atteindre la température de 330° centigrades: le soufre, fusible à
110°, monte dans la couronne intermédiaire par suite de la pression de
l'eau. On envoie de l'air comprimé par le petit tube central, et le
soufre liquide, se mélangeant de bulles d'air, est refoulé dans la
couronne centrale, formant une colonne de densité inférieure à celle du
soufre liquide et de l'eau, ce qui lui permet d'arriver à l'air libre.
Le soufre sort ainsi du sol, tout raffiné, avec un degré de pureté de
99,6%.

La richesse du gisement actuellement reconnu est évaluée à 40 millions
de tonnes.

La production de la mine, qui était de 100 tonnes par jour en 1902,
atteint aujourd'hui environ 1.000 tonnes, soit 350.000 tonnes par an. M.
Frasch vient de perfectionner une installation qui lui permettrait,
affirme-t-il, de produire 3.000 tonnes par jour. La consommation
mondiale du soufre se chiffre par 500.000 tonnes, dont la presque
totalité était jusqu'ici produite par la Sicile (467.000 tonnes en
1902). Les États-Unis en absorbent 150.000 tonnes. Par suite d'une
entente récente entre les compagnies intéressées, le soufre de la
Louisiane ne sera exporté que dans quelques régions déterminées
d'Europe.

UN PRÉSENT DE M. LOUBET À LA REINE DE PORTUGAL.

[Illustration: Gerbe de roses en orfèvrerie offerte par le président de
la République à la reine de Portugal.]

Le président de la République a prié le roi de Portugal de vouloir bien
offrir en son nom, à la reine Amélie, une gerbe de roses de France,
exécutée par Falize. Les fleurs, en bijouterie d'or et d'argent,
plongent leurs tiges dans un très beau vase en cristal de Galle, monté
sur pied d'orfèvrerie, portant, d'un côté, l'écusson royal au chiffre de
la reine; de l'autre, les armes de la République avec une banderole d'or
où est inscrite la dédicace: _Émile Loubet, président de la République
française, à S. M. la reine Amélie de Portugal._

TRAINS DE BOIS SUR LE PACIFIQUE.

On se rappelle peut-être que des spéculateurs américains avaient imaginé
de recourir au flottage pour le transport des bois à travers les océans.
Ils avaient calculé qu'en formant des radeaux représentant la charge de
vingt grands navires, il suffirait qu'un seul sur trois arrivât à
destination pour rendre le procédé économique. Le premier essai réussit
exactement dans cette proportion; mais, contrairement aux prévisions,
les bois des radeaux disloqués, au lieu d'être portés par le Gulf-Stream
vers les rivages antarctiques, arrivèrent dans les parages des Açores.
Durant plusieurs mois, les navigateurs y furent exposés à se heurter à
d'innombrables troncs mesurant de 75 centimètres à 2 mètres de diamètre,
et de 9 mètres à 27 mètres de longueur. Ce mode de transport, à peu près
abandonné sur la côte orientale des États-Unis, est devenu assez usité
entre le Canada et San-Francisco, la proximité continuelle l'assèchement
et la pêche du lac d'Enghien de la côte en atténuant les risques pour
les exploiteurs... et pour les autres.

[Illustration: Un coup de filet ramenant 1.800 kilos de poisson.]

[Illustration: Le lac complètement asséché.]

Un industriel, plus audacieux que tous ses devanciers, fait construire
en ce moment un radeau monstre que quatorze remorqueurs traîneront sur
le Pacifique, des rives canadiennes aux côtes chinoises. Si ce «fagot»
se disloque en route, les accidents que ces épaves pourront causer
seront compensés dans une certaine mesure par les nouvelles données
qu'elles fourniront sur la direction des courants. Elles pourront, en
outre, apporter la richesse à de nombreuses familles de pêcheurs.

L'ÉPAISSEUR DE LA GLACE EN SIBÉRIE.

On savait, d'après les observations de Middendorf, que l'épaisseur de la
nappe de glace des lacs sibériens varie ordinairement entre lm,50 et
lm,80, sans dépasser jamais 2m,40. Le professeur Velikov vient de
communiquer le résultat d'études faites, au même point de vue, sur les
eaux courantes de la Russie d'Asie. Sur l'Ienisseï, l'épaisseur de glace
oscille entre 70 et 90 centimètres; à l'extrémité septentrionale de la
Sibérie, vers Bouloum et Rourskoyé-Oustié, elle atteint 2 mètres et
2m,35. On cote seulement lm,80 sur la Yassa, à Verkhoyansk; ce point,
situé sous 67° 30' de latitude, est pourtant voisin du pôle froid de
l'ancien monde, et la température moyenne des trois mois d'hiver y varie
de -44° à -48°, s'abaissant parfois à -67°.

Enfin, en Transbaïkalie, aux latitudes de Londres et de Hambourg (51°30'
et 53°35') on trouve d'un mètre à 2m,35 de glace; l'épaisseur croît très
vite dans le haut bassin de l'Amour quand la neige fait défaut. Pour
empêcher la congélation complète des rivières peu profondes et sauver la
vie des poissons, les habitants du pays couvrent alors la glace de
branches de pin qui déterminent la formation de monceaux de neige
mettant la couche de glace à l'abri de la température extérieure.

LA PÊCHE DU LAC D'ENGHIEN.

Tous les cinq ans environ, on assèche le lac d'Enghien pour procéder au
curage du fond.

C'est l'occasion d'une grande pêche, toujours fructueuse, car cette eau,
dont s'accommoderaient mal les truites, est très favorable à la
multiplication des carpes, perches, anguilles et gardons. Il y a
quelques jours, le lac a été mis presque complètement à sec et il n'a
pas fallu moins de près de trois semaines pour mener à bout cette
opération; en deux coups de filet, dans le chenal qui avait été laissé
plein d'eau, on a retiré 3.400 kilos de poisson dont le frétillement
était guetté par de nombreux curieux.

L'HÔPITAL CLAUDE-BERNARD.

Le nouvel hôpital élevé à la porte d'Aubervilliers, et dont nous
donnions récemment une vue d'ensemble, vient d'être inauguré en présence
de M. le président de la République. Il portera le nom d' «hôpital
Claude-Bernard»!

Au cours de la visite des divers pavillons, on a fait remarquer à M.
Émile Loubet à quel point l'installation en était parfaite et quel soin
on avait pris de se conformer, dans les moindres détails aux
prescriptions des hygiénistes. C'est ainsi que l'air et la lumière
pénètrent à flots par de larges baies dans toutes les salles chauffées à
la vapeur, et dont les murs, soigneusement laqués, ce qui permet de
fréquents lessivages, partout sont arrondis dans les angles.

L'hôpital Claude-Bernard est, de tout point, un hôpital modèle.

LES BOUÉES LUMINEUSES _Voir la gravure page 390._

Le récent naufrage de l'_Hilda_, en vue de Saint-Malo, semble résulter
surtout de l'impossibilité où se trouva le capitaine d'apercevoir, à
travers la brume, les feux de la rade et de reconnaître les récifs qui
en gênent l'approche.

Pour parer à cette éventualité dangereuse, la marine entretient, en de
nombreux points voisins des côtes, de France, des feux flottants
destinés à signaler les écueils par les temps où les projections
lumineuses du littoral ne peuvent les atteindre.

Le «plateau des Minquiers», massif de rochers fort dangereux, situé
précisément dans le golfe de Saint-Malo, était jadis signalé par un
bateau-feu comportant un équipage et devant être ravitaillé tous les dix
ou quinze jours. Ce bateau a été remplacé par cinq bouées lumineuses qui
peuvent fonctionner, abandonnées à elles-mêmes, durant trois mois. En
fait, cependant, on les recharge à peu près aussi souvent qu'on
ravitaillait le bateau-feu: on se borne à attendre une mer calme pour
aborder à ces rochers, dont l'accès, fort difficile par les gros temps
d'hiver, est parfois impossible pendant plusieurs semaines.

En tôle d'acier très résistante, d'une seule pièce, contenant du gaz
d'huile à la pression de 11 atmosphères, la bouée pèse 5 tonnes. Elle
est munie d'une longue queue chargée d'un poids de 1.500 kilos qui lui
assure une grande stabilité, et de gros champignons en fonte, remplaçant
une ancre, l'empêchent de dériver. La lampe est entourée de lentilles
identiques à celles des phares.

[Illustration: Une salle du nouvel hôpital Claude-Bernard, à
Aubervilliers.]

Pour le chargement, le bateau accoste la bouée, l'amarre, et un homme
fixe à son extrémité supérieure un tuyau par lequel on envoie le gaz
pompé dans les réservoirs du bateau. De temps en temps, les bouées sont
remplacées et ramenées au port pour être repeintes et nettoyées.



LES THÉÂTRES

Le théâtre de l'Ambigu, qui semble vouloir renoncer au mélodrame, joue,
avec un succès incontestable, une pièce simple et poignante: _la Grande
Famille_, de M. Arquillière, le distingué comédien. Le sujet se déroule
en province, et trois actes sur six se passent dans une caserne, ce qui
a permis à l'auteur de nous présenter une image vivante et pittoresque
de la vie au régiment. A ce titre, c'est un document. Il a a été fort
goûté--et fort applaudi. _L'Illustration_ publiera _la Grande Famille_
dans son prochain numéro.

Le théâtre de l'Athénée détient aussi un nouveau succès. L'humoristique
comédie-vaudeville de MM. Tristan Bernard et Godfernaux, dénommée
_Triplepatte_, met en scène un viveur mondain que tous ses proches,
parents et créanciers, voudraient enfermer définitivement dans les liens
du mariage. Triplepatte, de son vrai nom le vicomte de Houdan, hésite,
manque de parole et finalement épouse celle qu'il avait fait «poser» à
la mairie. C'est un type bien parisien d'homme usé par l'inaction; la
satiété des plaisirs le laisse désemparé et sans volonté pour le bien
comme pour le mal. _Triplepatte_ est très bien interprété par
l'excellente troupe de l'Athénée et présenté au public dans une mise en
scène brillante.

Les Bouffes-Parisiens ont fait leur réouverture avec une pièce de style
anglo-américain, c'est-à-dire dépourvue de sens et de raison. Elle est
cependant intéressante parce que les chants et les danses, l'éternel
balancement des personnages, ne laissent pas au public le temps de
s'ennuyer; le musicien _des Filles Jackson et Cie_, M. Clérice, a
beaucoup de gaieté et un sens très vif des rythmes entraînants: c'est
lui qui sauve le scénario de M. Maurice Ordonneau et stimule la verve
des acteurs, dont certains sont d'ailleurs remarquables.

Au Palais-Royal, MM. Pierre Veber et Adrien Vely passent en revue, en
dix tableaux de mise en scène luxueuse, les événements de l'année
écoulée; c'est un prétexte à exhumer d'aimables vieilleries: le bal de
la Chaumière, les héros célébrés par E. Sue et par Gavarni et les
vieilles chansons d'antan. Le public prend grand plaisir à cette revue
rétrospective, comme aussi à la critique fort spirituellement faite des
principales nouveautés du temps présent.

Au Vaudeville, MM. Decourcelle et Granet viennent de donner avec un
plein succès une pièce tirée du célèbre roman de Balzac: _la Cousine
Bette_. L'adaptation au théâtre est faite avec une habileté consommée.
Une interprétation parfaite et l'exactitude historique du décor donnent
un intérêt des plus vifs à la reconstitution des moeurs et du costume de
1830, et accentuent la portée des principales situations du drame.



[Illustration: La devanture de la librairie du _Cu-Cut_.

L'atelier du _Cu-Cut_ saccagé.

La porte de l'imprimerie du _Cu-Cut_.]

A BARCELONE: UNE IMPRIMERIE CATALANISTE MISE A SAC PAR DES OFFICIERS
ESPAGNOLS

LES INCIDENTS DE BARCELONE

L'agitation catalaniste, assoupie depuis quelques années déjà, a repris,
ces temps derniers, avec une nouvelle intensité, à la suite des
élections municipales. On en sait les causes: les Catalans ne tondent
pas à se séparer de l'Espagne, mais revendiquent une certaine autonomie.
Leur attitude a exaspéré leurs adversaires, et des officiers, dans un
excès de zèle loyaliste regrettable, viennent de se porter à de
fâcheuses extrémités.

Réunis au nombre de trois cents, armés de leurs sabres, de haches, de
revolvers, d'outils divers, ils se sont rués vers les locaux occupés par
le journal catalaniste le Cu-Cut, à l'imprimerie d'abord, où ils ont
pénétré de force après avoir brisé la devanture et fracturé la porte.
Une fois là, ils détruisirent les machines, firent main basse sur tout
le papier, journaux, almanachs, et y mirent le feu, dans la rue, sous
l'oeil du gouverneur et de la police, impuissants. La rédaction reçut
ensuite la visite de ces furieux et fut pareillement saccagée. Puis la
_Veu de Catalogna_, autre journal catalaniste, fut envahie à son tour,
dans les mêmes conditions, et traitée de pareille façon.

Et, tandis que brûlaient les _autodafés_, les passants inoffensifs
étaient molestés et obligés, sous menace de coups, de crier: «Vive
l'Espagne! A bas la Catalogne!»



[Illustration: La princesse Eugénie de Battenberg.--_Phot. Hughes et
Mullins._]

LA FUTURE REINE D'ESPAGNE Depuis quelque temps, le bruit s'est répandu
des prochaines fiançailles du roi d'Espagne avec la princesse
Victoria-Eugénie de Battenberg; bien que cette nouvelle n'ait pas encore
reçu de confirmation officielle, on a dès maintenant de sérieuses
raisons de la tenir pour véridique. C'est lors de son séjour à Londres,
au mois de juin dernier, que le jeune souverain aurait fixé son choix
sur la fille de la princesse Béatrice, soeur du roi Édouard VII, et
veuve du prince Henri de Battenberg, de la branche morganatique de
Hesse-Darmstadt, mort en 1896. Par le mariage projeté, Alphonse XIII se
trouverait, on le voit, étroitement allié à la maison d'Angleterre. La
future reine, qui est la filleule de l'impératrice Eugénie, est née à
Balmoral, le 24 octobre 1887; elle vient donc d'accomplir sa
dix-huitième année; on s'accorde à louer le charme de sa beauté blonde,
la culture de son intelligence, la vivacité de son esprit. Elle a trois
frères, dont l'aîné, le prince Alexandre-Albert, âgé de dix-neuf ans,
appartient à la marine britannique.



SIR HENRY CAMPBELL BANNERMAN

A la suite de la démission du cabinet conservateur présidé par M.
Balfour, le roi d'Angleterre a confié à sir Henry Campbell Bannerman, le
leader de l'opposition parlementaire, la mission de former un cabinet
libéral.

[Illustration: Sir Henry Campbell Bannerman.--_Phot. E. H. Mills._]

Né en Écosse en 1836, le nouveau «premier» du gouvernement britannique
est âgé de soixante-neuf ans; il siège depuis 1868 à la Chambre des
communes, sur les bancs de ce parti libéral dont il est devenu le chef.
Au cours de sa longue carrière politique, il fut, de 1871 à 1874,
secrétaire des Finances au ministère de la Guerre, fonctions qu'il
reprit en 1880; il occupa, en 1882, le poste de secrétaire de
l'Amirauté, et, en 1886, il eut le portefeuille de secrétaire d'État à
la Guerre, dans le dernier cabinet Gladstone.



L'«OMÉGA»

On vient de mettre à l'eau le submersible _Oméga_, construit à Toulon,
dans l'arsenal du Mourillon.

[Illustration: Le submersible _Oméga_, qui vient d'être lancé à Toulon.]

La coque, en forme de cigare aplati à l'avant et évasé vers l'arrière,
supporte une passerelle d'environ 20 mètres qui émerge seule pendant la
navigation en surface et au centre de laquelle se trouve le kiosque du
commandant avec son capot. Cette coque, à peu près semblable à celle des
autres submersibles, est d'un tonnage bien supérieur: 301 tonneaux; elle
mesure 48 mètres de longueur. La vitesse prévue est de 11 noeuds.



M. PHILIPPE JOURDE

M. Philippe Jourde, président honoraire de l'Association des
journalistes parisiens, fondateur du syndicat de la Presse parisienne,
qu'il présida également, et de la Caisse des victimes du devoir, vient
de mourir à l'âge de quatre-vingt-neuf ans. Ancien négociant, il était
entré au conseil d'administration du _Siècle_, puis avait dirigé ce
journal pendant une dizaine d'années, jusqu'en 1878. Depuis 1882, il
s'était établi au château de Carry-Rouet, dans le canton des Martigues,
dont, pendant dix-huit ans, il fut le représentant au conseil général
des Bouches-du-Rhône. C'est là qu'il s'est éteint, après avoir consacré
l'activité de sa verte vieillesse et une partie de sa fortune non
seulement à la constitution d'une importante collection d'objets d'art
et d'une bibliothèque de plus de 20.000 volumes, léguée au Puy, sa ville
natale, mais encore à la fondation d'oeuvres de bienfaisance, notamment
de l'asile des marins, aux Martigues, magnifique établissement que la
généreuse donation de M. Jourde a fait la propriété de l'Association de
secours des gens de mer de la Méditerranée.

[Illustration: M. Philippe Jourde.--_Phot. Pierre Petit._]



LA RECETTE, par Henriot.



_NOUVELLES INVENTIONS (Tous les articles compris sous cette rubrique
sont entièrement gratuits.)_

LE SOUTIRAGE DE l'ACIDE CARBONIQUE

On n'avait pas trouvé jusqu'ici de procédé bien commode pour vider
facilement et sûrement les cuves de la masse d'acide carbonique qu'elles
contiennent au-dessus du moût ayant l'opération du foulage; le très
simple appareil que nous décrivons ici résout ce problème en décantant
ce gaz, comme on le ferait d'un liquide que l'on voudrait soutirer d'un
récipient, soutirage qui en assure l'évacuation complète et conjure tout
danger d'asphyxie. Le principe de cet appareil repose sur la densité de
l'acide carbonique qui, comme on le sait, est considérable, environ une
fois et demie celle de l'air, propriété qui permet de le transvaser sans
qu'il se mêle sensiblement à l'air ambiant, tout au moins pour un temps,
et qui donne la faculté de le soutirer comme un liquide.

Le moyen est des plus simples et consiste à munir, dans les conditions
indiquées ci-après, une cuve quelconque d'orifices que l'on peut ouvrir
ou fermer à volonté. Reportons-nous à la cuve représentée sur notre
figure. L'une des douelles montre la place de cinq de ces orifices; ils
sont ronds, ont 6 centimètres de diamètre et doivent être espacés de 20
centimètres à partir du haut. On en met quatre pour un vaisseau de 6
mètres cubes (environ 25 pièces); mais ce nombre peut être augmenté ou
diminué suivant sa capacité. Il en faut nécessairement plusieurs, la
hauteur du raisin pouvant être plus ou moins grande dans la cuve. Pour
toute sûreté, le plus bas ne doit guère être à plus d'un mètre du fond.

Au niveau de chacune de ces ouvertures, sont adaptés des ajutages
métalliques formés de deux pièces, l'une s'appliquant sur la cuve avec
des vis; l'autre, en forme de bouchon, se vissant sur la première. La
fermeture est rendue étanche par deux rondelles de caoutchouc: l'une se
place entre la cuve et le cercle de la pièce, l'autre entre cette pièce
et le bouchon.

Tous ces ajutages doivent être fermés en dehors du foulage, l'acide
carbonique qui se produit, et qui résulte du dédoublement du sucre de
raisin en alcool et en acide carbonique, étant nécessaire, en formant
au-dessus du moût une couche qui l'empêche d'aigrir.

[Illustration:]

Lorsqu'on veut procéder au foulage, on ouvre tous les ajutages qui sont
au-dessus du moût, de façon à soutirer tout l'acide carbonique qui le
surmonte. Il s'écoule, en vertu de sa densité, sous forme de jets, comme
s'il s'agissait d'un liquide, ce qui ne demande pas plus de dix minutes,
un quart d'heure; on s'assure, du reste, qu'il ne reste plus de ce gaz,
au moyen d'une lanterne qui doit brûler jusqu'à l'ouverture la plus
basse.

Cette précaution étant prise, on peut entrer dans la cuve avec la
sécurité la plus absolue, sans être incommodé même par l'acide
carbonique emprisonné sous le chapeau formé par les rafles, qui se
dégage lorsqu'on foule et qui s'écoule par les orifices, au fur et à
mesure qu'il arrive.

Ces ajutages se trouvent au prix de 3 fr. 50 pièce chez _M. Rameau,
ingénieur, 110, rue s'Angoulême, Paris._


Note du transcripteur: Les suppléments mentionnés en titre ne nous ont
pas été fournis.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3276, 9 Décembre 1905" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home