Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires du général baron de Marbot (3/3)
Author: Marbot, Jean-Baptiste-Antoine-Marcelin, Baron de, 1782-1854
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires du général baron de Marbot (3/3)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica)



MÉMOIRES DU GÉNÉRAL BARON DE MARBOT

III

POLOTSK--LA BÉRÉSINA--LEIPZIG--WATERLOO

PARIS

1891

     ... J'engage le colonel Marbot à continuer à écrire pour la défense
     de la gloire des armées françaises et à en confondre les
     calomniateurs et les apostats. (Testament de Napoléon.)


[Illustration: SOUVENIRS DES CAMPAGNES du Général Baron DE MARBOT]



TABLE DES MATIÈRES

CHAPITRE PREMIER

Mon mariage.--Adieux à Masséna.

CHAPITRE II

Biographie de Masséna.--Existence aventureuse et campagne
d'Italie.--Zurich.--Gênes.--1805.--Abus des licences.--Ses dernières
campagnes.--Sa fin.

CHAPITRE III

1812.--L'Empereur m'adjoint au colonel du 23e de chasseurs à cheval.--Je
rejoins mon régiment à Stralsund.--Superbe état de ce corps.--Intrigues
du comte de Czernicheff.

CHAPITRE IV

La guerre devient inévitable.--Avertissements donnés à Napoléon.--La
Cour impériale à Dresde.--Vice de composition de l'armée et des divers
corps.

CHAPITRE V

Revue de l'Empereur.--L'armée sur le Niémen.--Un mot sur les historiens
de la campagne de 1812.--Efforts des Anglais pour nous isoler.--Attitude
de Bernadotte.--Dispositions de la Pologne.

CHAPITRE VI

Passage du Niémen.--Entrée dans Wilna.--Je joins l'ennemi.--Le 23e de
chasseurs à Wilkomir.--Difficultés en Lithuanie.--Marche en avant.

CHAPITRE VII

Division de l'armée russe.--Bagration échappe à Jérôme.--Marche sur la
Düna.--Attaque infructueuse de Dünabourg.--Je culbute deux régiments de
Wittgenstein sur la Düna.--Nous nous séparons de la Grande
Armée.--Composition du 2e corps.

CHAPITRE VIII

Affaire de Jakoubowo ou Kliastitsoui.--Je suis blessé.


CHAPITRE IX

Défilé des marais de Sebej.--Retraite.--Brillante affaire du gué de
Sivotschina.--Mort de Koulnieff.--Retour offensif.--Derniers adieux.

CHAPITRE X

Nouvelle retraite d'Oudinot.--Marches et contremarches.--Le 23e de
chasseurs est comblé de récompenses.--Retraite sur Polotsk.--Le général
Saint-Cyr.--Oudinot, blessé, cède le commandement à Saint-Cyr.

CHAPITRE XI

Nouvelles dispositions prises par Saint-Cyr.--Attaque et surprise de
l'ennemi.--Incidents divers.--Combat de cavalerie.--Retraite de
l'ennemi.--Établissement dans Polotsk.--Saint-Cyr est nommé maréchal.

CHAPITRE XII

Marche de la Grande Armée.--Prise de Smolensk.--Ney au défilé de
Valoutina.--Bataille de la Moskova.--Épisodes divers.

CHAPITRE XIII

Mauvaises nouvelles d'Espagne.--Rostopschine.--Incendie de
Moscou.--Réveil de l'armée russe.--Fourberie de Koutousoff.

CHAPITRE XIV

La retraite est décidée.--Surprise du corps de Sébastiani.--Combat de
Malo-Iaroslawetz.--Retour sur Mojaïsk et la Moskova.--Baraguey d'Hilliers
met bas les armes.--Je suis nommé colonel.--Retraite héroïque du
maréchal Ney.

CHAPITRE XV

Situation du 2e corps.--Démoralisation des Bavarois.--Mission auprès du
comte Lubenski.

CHAPITRE XVI

Défection des Autrichiens.--Défense de Polotsk.--Wittgenstein prisonnier
nous échappe.--Nouveaux combats.--Évacuation de la ville.--Les Bavarois
nous abandonnent.--Jonction avec le corps de Victor.--Le marais de
Ghorodié.

CHAPITRE XVII

Oudinot nous rejoint et se sépare de Victor.--Grave situation de
l'armée.--Abandon et reprise de Borisoff.--Incendie du pont de la
Bérésina.--Nous faisons un immense butin à Borisoff.

CHAPITRE XVIII

La brigade Corbineau rejoint le 2e corps.--Fausse démonstration en aval
de Borisoff et passage de la Bérésina.

CHAPITRE XIX

Perte de la division Partouneaux.--Combat de Zawniski près Brillowa.--M.
de Noailles.--Passage des ponts et catastrophe de la Bérésina.--Le 2e
corps protège la retraite.--Je suis blessé à Plechtchénitsoui.

CHAPITRE XX

Intensité du froid.--Brigandage armé.--Arrivée à Wilna.--Le défilé de
Ponari.--Retraite en traîneaux.--Arrivée à Kowno.--Passage de la
Vistule.

CHAPITRE XXI

Causes de nos désastres.--Manque d'interprètes.--Confiance aveugle dans
la fidélité de nos alliés.--Considérations sur l'incendie de
Moscou.--Chiffre de nos pertes.--Témoignage flatteur accordé par
l'Empereur au 23e de chasseurs.

CHAPITRE XXII

1813.--Fâcheuse situation générale.--Incurie de
l'administration.--Observations sur la conservation des places
fortes.--État de la France.--Levées forcées et illégales.--Je rejoins
mon dépôt à Mons.

CHAPITRE XXIII

Reprise des hostilités sur l'Elbe.--Batailles de Lutzen et de
Bautzen.--Armistice.--Je rejoins mon régiment.--État de
l'armée.--Malaise général.--Napoléon devait traiter.--Force des armées
en présence.

CHAPITRE XXIV

Du choix des chefs de corps.--Rupture de l'armistice.--Trahison de
Jomini.--Combats en Silésie sur le Bober.--Épisodes divers.--Douloureux
échec.

CHAPITRE XXV

Bataille des 26 et 27 août devant Dresde.--Vandamme à Kulm.--Fière
attitude de Vandamme prisonnier.

CHAPITRE XXVI

Défaite d'Oudinot à Gross-Beeren et de Macdonald à la Katzbach.--Le
plateau de Janër.--Nous repassons la Katzbach.

CHAPITRE XXVII

Concentration sur Dresde.--Épisodes.--Les Baskirs.--Napoléon au camp de
Pilnitz.--Je suis comblé de faveurs.

CHAPITRE XXVIII

Napoléon, sourd aux avis du roi de Wurtemberg, se décide à combattre à
Leipzig.--Combat de Wachau.--Topographie de Leipzig.--Position de nos
troupes.--Surprise avortée des souverains alliés au
Kelmberg.--Alternatives de la journée du 16 octobre.

CHAPITRE XXIX

Vaine tentative d'armistice.--Bataille du 18 octobre.--Bernadotte combat
contre nous.--Défection des Saxons.--Loyauté du roi de
Wurtemberg.--Résultat indécis du combat.

CHAPITRE XXX

Situation critique.--Défaut de prévoyance dans l'organisation de la
retraite.--Adieux du roi de Saxe.--Magnanimité exagérée de
Napoléon.--Les alliés pénètrent dans Leipzig.--Rupture prématurée du
pont de l'Elster.--Quel fut le sort de mon régiment.

CHAPITRE XXXI

Je recueille sur l'Elster les débris de notre armée.--Massacre de cinq
cents brigands alliés.--Retraite sur la Saale.--Erfurt.--Murat quitte
l'armée.--Les Austro-Bavarois à Hanau.--Je force le défilé de Gelnhausen
sur la Kinsig.--L'armée devant Hanau.

CHAPITRE XXXII

Épisode.--Bataille de Hanau.--Retraite sur le Rhin.--Derniers efforts
des ennemis.--_Azolan_.--Fuite de Czernicheff.--Reconstitution des corps
de troupes.

CHAPITRE XXXIII

Derniers événements de 1813.--Reddition des places.--Violation déloyale
de la capitulation de Dresde.--Désastres en Espagne.--Affaire de
Vitoria.--Joseph regagne la frontière.--Retraite de Soult sur
Bayonne.--Suchet en Catalogne.--Situation en Tyrol et en Italie.

CHAPITRE XXXIV

1814.--Je suis nommé au commandement du département de
Jemmapes.--Situation difficile.--Soulèvement conjuré.--Extermination
d'un parti de Cosaques dans Mons.--Rappel de nos troupes vers
Paris.--Mon dépôt est transféré à Nogent-le-Roi.

CHAPITRE XXXV

Belle campagne de Napoléon.--La résistance devient
impossible.--Insuffisance des mesures prises pour préserver
Paris.--Arrivée des alliés.--Retour tardif de l'Empereur sur la
capitale.--Paris aurait dû tenir.--Intrigues ourdies contre Napoléon.

Lettres sur les événements de 1815.

Le général de Marbot (article du _Journal des Débats_ du 22 novembre
1854).

États de service du général baron de Marbot.

Table des noms.



CHAPITRE PREMIER

Mon mariage.--Adieux à Masséna.


Mon frère et les autres aides de camp de Masséna ne tardèrent pas à
quitter l'Espagne et vinrent nous rejoindre à Paris, où je restai tout
l'été et l'automne suivant. J'allais chaque mois passer quelques jours
au château de Bonneuil, chez M. et Mme Desbrières. Pendant mon absence,
cette excellente famille avait eu les meilleurs procédés pour ma mère.
Mon retour accrut l'affection que j'avais depuis longtemps pour leur
fille, et bientôt il me fut permis d'aspirer à sa main. Le mariage fut
convenu, et j'eus même un moment l'espoir d'obtenir le grade de colonel
avant la célébration de cet acte important.

Il était d'étiquette que l'Empereur signât au contrat de mariage de tous
les colonels de ses armées, mais il n'accordait que fort rarement cette
faveur aux officiers des grades inférieurs; encore fallait-il qu'ils
fissent connaître au ministre de la guerre les motifs qui les portaient
à solliciter cette distinction. Je fondai ma demande sur ce que
l'Empereur, quand je le vis, la veille de la bataille de Marengo,
m'avait dit, en me parlant de mon père, récemment mort à la suite de
blessures reçues au siège de Gênes: «Si tu te comportes bien et marches
sur ses traces, ce sera moi qui te servirai de père!...» J'ajouterai
que, depuis ce jour, j'avais reçu huit blessures et avais la conscience
d'avoir toujours rempli mon devoir.

Le ministre Clarke, homme fort rude et qui repoussait presque toujours
les demandes de ce genre, convint que la mienne méritait d'être prise en
considération et me promit de la présenter à Sa Majesté. Il tint parole,
car, peu de jours après, je reçus l'ordre de me rendre auprès de
l'Empereur, au château de Compiègne, et d'y amener le notaire, porteur
du contrat de mariage; c'était le bon M. Mailand, avec lequel je partis
en poste. À notre arrivée, l'Empereur était à la chasse à courre, non
qu'il aimât beaucoup cet exercice, mais il pensait avec raison qu'il
devait imiter les anciens rois de France. La signature fut donc remise
au lendemain. Le notaire, qu'on attendait à Paris, était désolé de ce
retard; mais qu'y faire?...

Le jour suivant, nous fûmes introduits auprès de l'Empereur, que nous
trouvâmes dans les appartements où, vingt ans plus tard, j'ai si souvent
fait le service d'aide de camp auprès des princes de la maison
d'Orléans. Mon contrat fut signé dans le salon où le fut depuis celui du
roi des Belges avec la princesse Louise, fille aînée de Louis-Philippe,
roi des Français.

Dans ces courtes entrevues, Napoléon était habituellement très affable.
Il adressa quelques questions au notaire, me demanda si ma prétendue
était jolie, quelle était sa dot, etc., etc., et me dit en me
congédiant: «Qu'il voulait aussi que j'eusse une bonne position, et
que, sous peu, il récompenserait mes bons services...» Pour le coup, je
me crus colonel! Cet espoir s'accrut encore lorsque, en sortant du
cabinet impérial, je fus accosté par le général Mouton, comte de Lobau,
dont je reçus l'assurance confidentielle que l'Empereur avait inscrit
mon nom sur la liste des officiers supérieurs auxquels il voulait donner
des régiments. Cette assertion me fut d'autant plus agréable que le
comte de Lobau, aide de camp de Napoléon, était chargé, sous la
direction du ministre de la guerre, du travail relatif à l'avancement
militaire. Je revins donc à Paris, le cœur rempli de joie et
d'espérance!... Je me mariai le 11 novembre suivant.

Ce n'est pas à vous, mes chers enfants, que je ferai l'éloge de
l'excellente femme que j'épousai: je ne peux mieux la louer qu'en lui
appliquant la maxime de l'un de nos plus célèbres philosophes: «La
meilleure de toutes les femmes est celle dont on parle le moins!»

J'étais heureux au sein de ma famille, et j'attendais chaque jour mon
brevet de colonel, lorsque, peu de temps après mon mariage, je fus
informé par le ministre de la guerre que je venais d'être placé comme
_chef d'escadrons_ dans le 1er régiment de chasseurs à cheval, alors en
garnison au fond de l'Allemagne!... Je fus atterré de ce coup, car il me
paraissait bien pénible d'aller encore servir comme simple chef
d'escadrons, grade dans lequel j'avais reçu trois blessures et fait les
campagnes de Wagram et de Portugal. Je ne pouvais comprendre le motif de
cette disgrâce, après ce qui m'avait été dit par l'Empereur et le comte
de Lobau. Celui-ci me donna bientôt le mot de l'énigme.

Masséna, ainsi que je l'ai déjà dit, avait, à son entrée en Portugal,
quatorze aides de camp, dont six officiers supérieurs. Deux d'entre eux,
MM. Pelet et Casabianca, furent faits colonels pendant la campagne; ils
étaient plus anciens que moi et avaient bien rempli leur devoir. Leur
avancement semblait, du reste, assurer le mien, puisque je devenais le
premier chef d'escadrons de l'état-major. Celui qui avait le cinquième
rang était M. Barain, officier d'artillerie, que j'avais trouvé
capitaine aide de camp de Masséna à mon entrée dans son état-major. M.
Barain, ayant perdu une main à Wagram, avait été nommé chef d'escadrons:
c'était justice. Mais l'Empereur, en lui donnant ce nouveau grade,
l'avait désigné pour le service des arsenaux, qu'on peut très bien faire
avec un bras de moins. Masséna s'attendait également à voir M. Barain
s'éloigner de lui; néanmoins, celui-ci insista pour l'accompagner en
Portugal, bien qu'il fût dans l'impossibilité de remplir aucune mission
dans un pays aussi difficile. Personne ne pensait donc qu'on lui
donnerait de l'avancement.

Or, il se trouvait que Barain était neveu de M. François de Nantes,
directeur des Droits réunis, qui venait d'assurer de nombreuses places à
des membres de la famille de Masséna. M. François de Nantes demanda, en
retour, la faveur d'une proposition au grade de colonel pour son neveu
Barain. Le maréchal, forcé de choisir entre Barain et moi, opta pour mon
camarade. J'ai su, par le comte de Lobau, que l'Empereur avait hésité à
signer, mais qu'il céda enfin aux instances de l'intègre directeur des
Droits réunis, venu pour appuyer la seule demande de faveur qu'il eût
encore faite pour sa famille. Ainsi mon camarade fut nommé colonel.

Je me suis peut-être trop appesanti sur cette malheureuse affaire, mais,
pour juger de mon désappointement, il faut se reporter à cette époque et
se rappeler que l'importance des chefs de corps était telle, dans les
armées impériales, qu'on a vu plusieurs colonels refuser le grade de
général et demander comme faveur spéciale la permission de rester à la
tête de leur régiment. Masséna m'adressa la lettre suivante, seule
récompense de trois campagnes faites et de trois blessures reçues auprès
de lui:

     «Paris, 24 novembre 1811.

     «Je vous envoie, mon cher Marbot, l'ordre de service que je reçois
     pour vous. J'avais demandé de l'avancement pour vous, ainsi que
     vous le savez, et j'ai le double regret de voir que vous ne l'avez
     pas obtenu et de vous perdre. Vos services sont bien appréciés par
     moi, et ils doivent être, pour vous, indépendants des récompenses
     auxquelles ils vous donnaient droit de prétendre. Ils vous
     acquerront toujours l'estime de ceux sous les ordres desquels vous
     vous trouverez. Croyez, mon cher Marbot, à celle que vous m'avez
     inspirée, ainsi qu'à mes regrets et au sincère attachement que je
     vous ai voué.

     «MASSÉNA.»

Je ne pensais pas revoir Masséna, quand Mme la maréchale m'écrivit que,
désirant connaître ma femme, elle nous invitait l'un et l'autre à dîner.
Je n'avais jamais eu qu'à me louer de la maréchale, surtout à Antibes,
sa patrie, où je la rencontrai au retour du siège de Gênes. J'acceptai
donc. Masséna vint à moi, m'exprima de nouveau ses regrets, et me
proposa de demander ma nomination au grade d'officier de la Légion
d'honneur. Je répondis que, puisqu'il n'avait pu rien faire pour moi
pendant que j'étais dans son état-major, blessé sous ses yeux, je ne
voulais pas lui créer de nouveaux embarras, et que je n'attendais
d'avancement que de moi-même; puis je me perdis dans la foule des
invités...

Ce fut ma dernière rencontre avec ce maréchal, bien que je continuasse à
visiter sa femme et son fils, tous deux excellents pour moi.

Je crois devoir vous donner ici quelques détails sur la vie de Masséna,
dont la biographie, ainsi que celle de la plupart des hommes célèbres, a
été écrite d'une façon fort inexacte.



CHAPITRE II

Biographie de Masséna.--Existence aventureuse et campagne
d'Italie.--Zurich.--Gênes.--1805.--Abus des licences.--Ses dernières
campagnes.--Sa fin.


André Masséna naquit le 6 mai 1758 à la Turbie, bourgade du petit État
de Monaco. Son aïeul paternel, tanneur estimé, eut trois fils: Jules,
père du maréchal, Augustin et Marcel. Les deux premiers allèrent
s'établir à Nice, où ils installèrent une fabrique de savon. Marcel prit
du service en France dans le régiment de Royal-Italien. Jules Masséna
étant mort en laissant très peu de fortune et cinq enfants, trois
d'entre eux, au nombre desquels se trouvait le jeune André, furent
recueillis par leur oncle Augustin, qui, se bornant à leur enseigner à
lire et à écrire, les employait à faire du savon.

André, dont le caractère ardent et aventureux ne pouvait se plier à la
vie monotone et laborieuse d'une fabrique, abandonna, dès l'âge de
treize ans, la maison de son oncle et alla s'embarquer clandestinement
comme mousse sur un vaisseau marchand, en compagnie d'un de ses cousins
nommé Bavastro, qui devint, pendant les guerres de l'Empire, le plus
célèbre corsaire de la Méditerranée. Quant à André, après avoir navigué
deux ans et fait même un voyage en Amérique, les fatigues et les mauvais
traitements qu'il eut à subir dans la marine l'en dégoûtèrent, et le 18
août 1775, il s'enrôla comme simple fantassin dans le régiment de
Royal-Italien sous les auspices de son oncle Marcel, qui était devenu
sergent-major et obtint bientôt l'épaulette. Ce Marcel Masséna, que j'ai
connu en 1800 commandant de la place d'Antibes, était un homme grave et
capable, fort estimé de son colonel, M. Chauvet d'Arlon, qui, voulant
bien étendre sa protection sur André, lui fit apprendre passablement
l'orthographe et la langue française, et, malgré quelques incartades, il
l'éleva en quelques années au grade d'adjudant sous-officier. Il lui
avait même fait espérer une sous-lieutenance de maréchaussée, lorsque,
lassé d'attendre, André prit congé à l'expiration de son engagement.

Rentré dans la vie civile, sans aucune fortune, André rejoignit son
cousin Bavastro, et profitant du voisinage des frontières de France, de
Piémont, de l'État de Gênes et de la mer, ils firent sur une grande
échelle le commerce interlope, c'est-à-dire la _contrebande_, tant sur
les côtes qu'à travers les montagnes du littoral, dont Masséna apprit
ainsi à connaître parfaitement tous les passages. Cette circonstance lui
devint plus tard d'une très grande utilité, lorsqu'il eut à commander
des troupes dans ces contrées. Endurci par le rude métier de
contrebandier, obligé d'épier sans cesse les démarches des douaniers
sans laisser pénétrer les siennes, Masséna acquit, à son insu,
l'intelligence de la guerre, ainsi que la vigilance et l'activité sans
lesquelles on ne peut être un bon officier. Ayant ainsi amassé quelques
capitaux, il épousa une Française, Mlle Lamarre, fille d'un chirurgien
d'Antibes, et se fixa dans cette ville, où il faisait un petit commerce
d'huile d'olive et de fruits secs de Provence, lorsque survint la
révolution de 1789.

Dominé par son goût pour les armes, Masséna quitta sa femme et son
magasin pour s'enrôler dans le 1er bataillon des volontaires du Var. Ses
connaissances théoriques et pratiques des exercices militaires le
firent nommer capitaine adjudant-major, et peu de temps après major. La
guerre éclata bientôt; le courage et l'activité de Masséna l'élevèrent
rapidement aux grades de colonel et de général de brigade. Il eut le
commandement du camp dit des _Mille fourches_, dont faisait partie la
compagnie du 4e d'artillerie commandée par le capitaine Napoléon
Bonaparte, sous les ordres duquel il devait servir plus tard en Italie.
Masséna, chargé de conduire une colonne au siège de Toulon, s'y
distingua en s'emparant des forts Lartigues et Sainte-Catherine, ce qui
lui valut le grade de général de division. La ville prise, il ramena ses
troupes à l'armée d'Italie, où il se fit remarquer dans tous les
engagements qui eurent lieu entre le littoral de la Méditerranée et le
Piémont, pays qu'il connaissait si bien. Intelligent, d'une activité
dévorante et d'un courage à toute épreuve, Masséna, après plusieurs
années de succès, avait déjà rendu son nom célèbre, lorsqu'une faute
grave faillit briser totalement sa carrière.

On était au début de la campagne de 1796; le général Bonaparte venait de
prendre le commandement en chef de l'armée, ce qui plaçait sous ses
ordres Masséna, sous lequel il avait jadis servi. Masséna, qui menait
alors l'avant-garde, ayant battu auprès de Cairo un corps autrichien,
apprit que les chefs ennemis avaient abandonné dans l'auberge d'un
village voisin les apprêts d'un joyeux souper; il forma donc avec
quelques officiers le projet de profiter de cette aubaine et laissa sa
division campée sur le sommet d'une montagne assez élevée.

Cependant, les Autrichiens, remis de leur terreur, revinrent à la charge
et fondirent au point du jour sur le camp français. Nos soldats,
surpris, se défendirent néanmoins avec courage; mais leur général
n'étant pas là pour les diriger, ils furent acculés à l'extrémité du
plateau sur lequel ils avaient passé la nuit, et la division, attaquée
par des ennemis infiniment supérieurs en nombre, allait certainement
subir une grande défaite, lorsque Masséna, après s'être fait jour à
coups de sabre parmi les tirailleurs autrichiens, accourt par un sentier
depuis longtemps connu de lui et apparaît devant ses troupes, qui, dans
leur indignation, le reçoivent avec des huées bien méritées!... Le
général, sans trop s'émouvoir, reprend le commandement et met sa
division en marche pour rejoindre l'armée. On s'aperçoit alors qu'un
bataillon, posté la veille sur un mamelon isolé, ne peut en descendre
par un chemin praticable sans faire un très long détour qui l'exposerait
à défiler sous le feu de l'ennemi!... Masséna, gravissant la montée
rapide sur ses genoux et sur ses mains, se dirige seul vers ce
bataillon, le joint, harangue les hommes et les assure qu'il les sortira
de ce mauvais pas s'ils veulent l'imiter. Faisant alors remettre les
baïonnettes dans le fourreau, il s'assoit sur la neige à l'extrémité de
la pente, et, se poussant ensuite en avant avec les mains, il glisse
jusqu'au bas de la vallée... Tous nos soldats, riant aux éclats, font de
même, et, en un clin d'œil, le bataillon entier se trouva réuni hors de
la portée des Autrichiens stupéfaits!... Cette manière de descendre, qui
ressemble beaucoup à ce que les paysans et les guides de Suisse
appellent la _ramasse_, n'avait certainement jamais été pratiquée par un
corps de troupes de ligne. Le fait, tout extraordinaire qu'il paraisse,
n'en est pas moins exact, car non seulement il m'a été certifié par les
généraux Roguet père, Soulés, Albert et autres officiers faisant alors
partie de la division Masséna, mais, me trouvant neuf ans plus tard au
château de la Houssaye, lorsque le maréchal Augereau y reçut l'Empereur
et tous les maréchaux, je les entendis plaisanter Masséna sur le nouveau
moyen de retraite dont il avait usé en cette circonstance.

Il paraît que le jour où Masséna s'était servi de ce bizarre expédient,
souvent employé par lui lorsqu'il était contrebandier, le général
Bonaparte, nouvellement placé à la tête de l'armée, comprenant que,
arrivé très jeune au commandement en chef, il devait par cela même se
montrer sévère envers les officiers qui manquaient à leur devoir,
ordonna de traduire Masséna devant un conseil de guerre, sous
l'inculpation d'avoir _abandonné son poste_, ce qui entraînait la peine
de mort ou tout au moins sa destitution!... Mais au moment où ce général
allait être arrêté, commença la célèbre bataille de Montenotte, dans
laquelle les divisions Masséna et Augereau firent deux mille
prisonniers, prirent quatre drapeaux, enlevèrent cinq pièces de canon et
mirent l'armée autrichienne dans une déroute complète!... Après ces
immenses résultats, auxquels Masséna avait si grandement contribué, il
ne pouvait plus être question de le traduire devant des juges. Sa faute
fut donc oubliée, et il put poursuivre sa glorieuse carrière.

On le vit se distinguer à Lodi, Milan, Vérone, Arcole, enfin partout où
il combattit, mais principalement à la bataille de Rivoli, et ses succès
lui firent donner par le général Bonaparte le glorieux surnom d'_enfant
chéri de la victoire_!... Les préliminaires de la paix ayant été signés
à Léoben, Masséna, qui avait pris une si grande part à nos victoires,
reçut la mission d'en porter le traité au gouvernement. Paris
l'accueillit avec les marques de la plus vive admiration, et partout le
peuple se pressait sur son passage, chacun voulant contempler les traits
de ce fameux guerrier. Mais bientôt cet éclatant triomphe de Masséna
fut obscurci par son amour exagéré de l'argent, qui fut toujours son
défaut dominant.

Le général Duphot, ambassadeur de France à Rome, avait été assassiné
dans cette ville. Une partie de l'armée d'Italie, sous le commandement
de Berthier, fut chargée d'aller en tirer vengeance; mais ce général,
bientôt rappelé par Bonaparte qui voulait l'emmener en Égypte, céda la
place à Masséna dans le commandement de l'armée de Rome. Peu de temps
après l'arrivée de ce général, qu'on accusait déjà de s'être procuré
beaucoup d'argent durant les campagnes faites les années précédentes en
Italie, l'armée se plaignit d'être en proie à la misère, sans vêtements
et presque sans pain, tandis que les administrateurs, prélevant de
nombreux millions sur les États du Pape, vivaient dans le luxe et
l'abondance. L'armée se révolta et envoya une députation de cent
officiers demander compte à Masséna de l'emploi de cet argent. Soit que
le général ne pût en justifier, soit qu'il se refusât à le faire par
esprit de discipline, Masséna ne consentit pas à se disculper, et les
troupes ayant persisté dans leur demande, il se vit forcé de quitter
Rome et d'abandonner le commandement de l'armée. Dès son retour en
France, il publia un mémoire justificatif, qui fut mal accueilli par le
public, ainsi que par la plupart de ses camarades auxquels il l'adressa;
mais il fut surtout peiné de ce que le général Bonaparte partît pour
l'Égypte sans répondre à la lettre qu'il lui avait écrite à ce sujet.

Cependant, une nouvelle coalition, où entraient la Russie, l'Autriche et
l'Angleterre, ayant bientôt déclaré la guerre à la France, les
hostilités recommencèrent. En de telles circonstances, Masséna,
quoiqu'il se fût mal disculpé des accusations portées contre lui, ne
pouvait rester dans l'oubli; aussi le Directoire, voulant utiliser ses
talents militaires, s'empressa-t-il de lui confier le commandement de
l'armée française chargée de défendre la Suisse. Masséna y obtint
d'abord de grands avantages; mais ayant attaqué avec trop de
précipitation le dangereux défilé de Feldkirch, dans le Vorarlberg, il
fut repoussé avec perte par les Autrichiens. À cette époque, notre armée
du Rhin, commandée par Jourdan, venait d'être battue à Stockach par le
prince Charles, et celle que nous avions en Italie, vaincue à Novi par
les Russes aux ordres du célèbre Souvarow, avait perdu son général en
chef Joubert, mort sur le champ de bataille. Les Autrichiens, prêts à
passer le Rhin, menaçaient l'Alsace et la Lorraine; l'Italie était au
pouvoir des Russes que Souvarow conduisait en Suisse en franchissant le
Saint-Gothard. La France, sur le point d'être envahie en même temps par
ses frontières du Rhin et des Alpes, n'avait plus d'espoir qu'en
Masséna. Elle ne fut point trompée dans son attente.

En vain, le Directoire, impatient, et Bernadotte, son turbulent ministre
de la guerre, expédient courrier sur courrier pour prescrire à Masséna
de livrer bataille: celui-ci, comprenant que la défaite de son armée
serait une calamité irréparable pour son pays, ne se laisse point
ébranler par les menaces réitérées de _destitution_, et, imitant la sage
prudence de Fabius et de Catinat, il ne veut frapper qu'à coup sûr et
décisif, en profitant de l'instant où les circonstances lui donneront
une supériorité momentanée sur les ennemis. Ce moment arriva enfin.
L'inhabile général Korsakow, ancien favori de Catherine II, s'étant
imprudemment avancé vers Zurich, à la tête de 50,000 Russes et Bavarois,
pour y attendre son général en chef Souvarow, qui venait d'Italie avec
55,000 hommes, Masséna, s'élançant comme un lion sur Korsakow, avant
l'arrivée de Souvarow, le surprend dans son camp de Zurich, bat,
disperse ses troupes et les rejette jusqu'au Rhin, après leur avoir fait
éprouver des pertes immenses! Puis, se retournant vers Souvarow, que
l'héroïque résistance du général Molitor avait arrêté pendant trois
jours aux défilés du Saint-Gothard, Masséna défait le maréchal russe
comme il avait vaincu son lieutenant Korsakow.

Les résultats de ces divers engagements furent 30,000 ennemis tués ou
prisonniers, quinze drapeaux et soixante bouches à feu enlevés,
l'indépendance de la Suisse affermie et la France délivrée d'une
invasion imminente! Ce fut le moment où la gloire de Masséna fut la plus
belle et la plus pure; aussi le Corps législatif proclama-t-il trois
fois que son armée et lui avaient bien mérité de la patrie!...

Cependant, les peuples étrangers se préparaient à de nouvelles attaques
contre la France, dont le gouvernement et la nation, divisés par les
factions, s'accusaient réciproquement des désordres de l'intérieur,
ainsi que des revers des armées du Rhin et d'Italie. Le Directoire avili
chancelait sous le mépris public, et chacun avouait que cet état de
choses ne pouvait durer, lorsque le général Bonaparte, récemment arrivé
d'Égypte, accomplit, au 18 brumaire de l'an VIII, le coup d'État prévu
depuis deux ans et se plaça à la tête d'un nouveau gouvernement avec le
titre de premier Consul. Masséna, homme nul en politique, ne prit aucune
part à cette révolution, et bien que peu dévoué au nouvel ordre de
choses, il accepta par patriotisme le commandement des débris de l'armée
d'Italie que la mort du général en chef Championnet avait momentanément
placée sous les ordres de mon père, le plus ancien des généraux
divisionnaires.

L'incurie du Directoire avait été si grande qu'à son arrivée à Nice
Masséna trouva l'armée dans la plus profonde misère. Des corps entiers
rentraient avec leurs armes en France pour demander du pain et des
vêtements!... J'ai déjà fait connaître les efforts tentés par le général
en chef pour remettre les troupes sur un bon pied, malgré la pénurie qui
régnait alors dans la rivière de Gênes, où il s'était jeté avec l'aile
droite de son armée lorsque les forces supérieures des Autrichiens
l'eurent séparé du centre et de la gauche. Je ne reviens donc pas sur ce
que vous connaissez déjà, et me bornerai à dire que Masséna se couvrit
d'une gloire immortelle par son courage physique et moral, son activité,
sa prévoyance et son intelligence de la guerre. Il garantit de nouveau
la France d'une invasion, en donnant au premier Consul, par la ténacité
de la défense, le temps de réunir à Dijon l'armée de réserve, à la tête
de laquelle Bonaparte traversa les Alpes et vint battre les Autrichiens
dans les plaines de Marengo.

Après cette victoire, le premier Consul, retournant en France, crut ne
pouvoir confier le commandement de l'armée à un homme plus illustre que
Masséna; mais au bout de quelques mois, des griefs semblables à ceux
dont s'était plainte jadis l'armée de Rome se produisirent contre lui.
Les réclamations s'élevèrent de toutes parts; des impôts nouveaux
s'ajoutèrent aux anciens, des réquisitions nombreuses furent frappées
sous divers prétextes, et cependant les troupes n'étaient pas payées! Le
premier Consul, instruit de cet état de choses, retira brusquement et
sans explication le commandement de l'armée à Masséna, qui, rentré dans
la vie privée, manifesta son mécontentement en refusant de voter le
consulat à vie. Il s'abstint aussi de paraître à la nouvelle Cour; mais
le premier Consul ne lui en donna pas moins une arme d'honneur, sur
laquelle étaient inscrites les victoires remportées par lui et celles
auxquelles il avait contribué.

Quand Bonaparte saisit la couronne impériale et récompensa les généraux
qui avaient rendu le plus de services à la patrie, il comprit Masséna
dans la première liste des maréchaux et le nomma grand cordon de la
Légion d'honneur et chef de la quatorzième cohorte de cet ordre qu'il
venait de créer. Ces hautes dignités et les émoluments énormes qui y
furent attachés ayant détruit l'opposition faite par Masséna depuis
qu'on lui avait retiré le commandement de l'armée d'Italie, il vota pour
l'Empire, se rendit aux Tuileries et assista aux cérémonies du sacre et
du couronnement.

Une troisième coalition ayant menacé la France en 1805, l'Empereur
confia à Masséna le soin de défendre avec 40,000 hommes la haute Italie
contre les attaques de l'archiduc Charles d'Autriche qui en avait
80,000. Cette tâche offrait de grandes difficultés; cependant, non
seulement Masséna préserva la Lombardie, mais attaquant les ennemis, il
les poussa au delà du Tagliamento et pénétra jusque dans la Carniole,
où, forçant le prince Charles à s'arrêter tous les jours pour lui faire
face, il retarda tellement sa marche que le généralissime autrichien ne
put arriver à temps pour sauver Vienne, ni pour se joindre à l'armée
russe que l'Empereur battit à Austerlitz. Néanmoins, celui-ci ne parut
pas apprécier beaucoup les services rendus par Masséna dans cette
campagne; il lui reprochait de n'avoir pas agi avec sa vigueur
habituelle, ce qui n'empêcha pas qu'après le traité de Presbourg, il le
chargea d'aller conquérir le royaume de Naples, sur le trône duquel il
voulait placer le prince Joseph, son frère. En un mois, les Français
occupèrent tout le pays, excepté la place forte de Gaëte, dont Masséna
s'empara cependant après un siège soutenu avec vigueur. Mais pendant
qu'on dirigeait les attaques contre cette ville, il éprouva un bien vif
chagrin dont il ne se consola jamais. Une somme énorme que Masséna
prétendait lui appartenir fut confisquée par l'Empereur! Ce fait curieux
mérite d'être raconté.

Napoléon, persuadé que le meilleur moyen de contraindre les Anglais à
demander la paix était de ruiner leur commerce, en s'opposant à
l'introduction de leurs marchandises sur le continent, les faisait
saisir et brûler dans tous les pays soumis à son autorité, c'est-à-dire
dans plus de la moitié de l'Europe. Mais l'amour de l'or est bien
puissant et le commerce bien subtil!... On avait donc imaginé une
manière de faire la contrebande _à coup sûr_. Pour cela, des négociants
anglais avec lesquels on était d'accord envoyaient un ou plusieurs
navires remplis de marchandises se faire prendre par un de nos
corsaires, qui les conduisait dans un des nombreux ports occupés par nos
troupes, depuis la Poméranie suédoise jusqu'au bout du royaume de
Naples. Ce premier acte accompli, il restait à débarquer les colis et à
les introduire, en évitant la confiscation; mais on y avait paré
d'avance. L'immense étendue de côtes des pays conquis ne permettant pas
de les faire exactement surveiller par des douaniers, ce service était
fait par des soldats placés sous les ordres des généraux chargés du
commandement du royaume ou de la province occupés par nos troupes. Il
suffisait donc d'une autorisation donnée par l'un d'eux pour faire
passer les ballots de marchandises; puis les négociants traitaient avec
le _protecteur_. On appelait cela une _licence_.

L'origine de ce nouveau genre de commerce remontait à 1806, époque à
laquelle Bernadotte occupait Hambourg et une partie du Danemark. Ce
maréchal gagna de la sorte des sommes considérables, et lorsqu'il
voulait donner une marque de satisfaction à quelqu'un, il lui accordait
une _licence_, que celui-ci vendait à des négociants. Cet usage
s'étendit peu à peu sur tout le littoral de l'Allemagne, de l'Espagne,
et principalement de l'Italie. Il pénétra même jusqu'à la cour de
l'Empereur, dont les dames et les chambellans se faisaient donner des
_licences_ par les ministres. On s'en cachait vis-à-vis de Napoléon,
mais il le savait ou s'en doutait. Cependant, pour ne pas rompre trop
brusquement les habitudes des pays conquis, il tolérait cet abus hors de
l'ancienne France, pourvu que l'exécution s'en fît avec mystère; mais
chose étonnante chez ce grand homme, dès qu'il apprenait que quelqu'un
avait poussé trop loin les gains illicites produits par les _licences_,
il lui faisait _rendre gorge_! Ainsi, l'Empereur ayant été informé que
le commissaire ordonnateur Michaux, chef de l'administration de l'armée
de Bernadotte, avait perdu en une seule soirée 300,000 francs dans une
maison de jeu de Paris, il lui fit écrire par un aide de camp que la
caisse des Invalides ayant besoin d'argent, il lui ordonnait d'y verser
300,000 francs, ce que Michaux s'empressa de faire, tant il avait gagné
sur les licences!...

Vous pensez bien que Masséna n'avait pas été le dernier à vendre des
_licences_. D'accord avec le général Solignac, son chef d'état-major, il
en inonda tous les ports du royaume de Naples. L'Empereur, informé que
Masséna avait déposé la somme de _trois millions_ chez un banquier de
Livourne, qui avait reçu en même temps 600,000 francs du général
Solignac, fit écrire au maréchal pour l'engager à lui _prêter_ un
million et demanda 200,000 fr. au chef d'état-major. C'était juste le
tiers de ce que chacun d'eux avait gagné sur les _licences_. Vous voyez
que l'Empereur ne les _écorchait_ pas trop. Mais à la vue de ce mandat
d'une nouvelle forme, Masséna, rugissant comme si on lui arrachait les
entrailles, répond à Napoléon que, étant le plus _pauvre_ des maréchaux,
chargé d'une nombreuse famille et criblé de dettes, il regrette
vivement de ne pouvoir rien lui envoyer!...

Le général Solignac fait une réponse analogue, et tous deux se
félicitaient d'avoir ainsi trompé l'Empereur, lorsque, pendant le siège
de Gaëte, on voit arriver en courrier le fils du banquier de Livourne,
annonçant que l'inspecteur du trésor français, escorté du commissaire de
police et de plusieurs gendarmes, s'étant présenté chez son père, s'est
fait remettre le livre de caisse sur lequel il a donné quittance des
trois millions six cent mille francs versés par le maréchal et le
général Solignac, en ajoutant que cette somme, _appartenant à l'armée_,
était un dépôt confié à ces deux personnages et dont l'Empereur
ordonnait la remise sur-le-champ, soit en espèces, soit en effets de
commerce négociables, annulant les reçus donnés à Masséna et à Solignac!
Procès-verbal avait été donné de cette saisie, à laquelle le banquier,
qui, du reste, ne perdait rien, n'avait pu s'opposer.

Il est difficile de se faire une idée de la fureur de Masséna en
apprenant que sa fortune venait de lui être ravie. Il en tomba malade,
mais n'osa adresser aucune réclamation à l'Empereur, qui, se trouvant
alors en Pologne, y fit venir Masséna. Après la paix de Tilsitt, le
titre de duc de Rivoli et une dotation de 300,000 francs de rente furent
la récompense de ses services, mais ne le consolèrent pas de ce qui
avait été pris à Livourne, car, malgré sa circonspection habituelle, on
l'entendait parfois s'écrier: «Le cruel, pendant que je me battais pour
ses intérêts, il a eu le courage de me prendre les petites économies que
j'avais placées à Livourne[1]!»

L'invasion de l'Espagne ayant allumé de nouveau la guerre avec
l'Autriche, l'Empereur, menacé par ces armements considérables, revint
en toute hâte de la Péninsule pour se rendre en Allemagne, où il s'était
fait devancer par Masséna. Je vous ai déjà fait connaître la part
glorieuse que ce maréchal prit à la campagne de 1809; aussi, pour
récompenser sa bonne conduite et sa fermeté aux combats d'Essling et de
Wagram, l'Empereur le nomma prince d'Essling, en lui accordant une
nouvelle dotation de 500,000 francs de rente qu'il cumulait avec celle
de 300,000 du duché de Rivoli et 200,000 francs d'appointements comme
maréchal et chef d'armée. Le nouveau prince n'en dépensa pas un sou de
plus.

Les campagnes de 1810 et 1811, en Espagne et en Portugal, furent les
dernières de Masséna. Je viens de les raconter: elles ne furent pas
heureuses. Son moral était affaibli; aussi ces deux campagnes, au lieu
d'ajouter à sa gloire, amoindrirent-elles sa réputation de grand
général, et l'_enfant chéri de la victoire_ éprouva des revers là où il
aurait pu et dû vaincre.

Masséna était maigre et sec; d'une taille au-dessous de la moyenne. Sa
figure italienne était remplie d'expression. Les mauvais côtés de son
caractère étaient la dissimulation, la rancune, la dureté et l'avarice.
Il avait beaucoup d'esprit naturel; mais sa jeunesse aventureuse et la
position infime de sa famille ne l'ayant pas mis en état d'étudier, il
manquait totalement de ce qu'on appelle l'_instruction_. La nature
l'avait créé général; son courage et sa ténacité firent le reste. Dans
les beaux jours de sa carrière militaire, il avait le coup d'œil juste,
la décision prompte, et ne se laissait jamais abattre par les revers. En
vieillissant, il poussa la circonspection jusqu'à la timidité, tant il
redoutait de compromettre la gloire jadis acquise. Il détestait la
lecture; aussi n'avait-il aucune notion de ce qu'on a écrit sur la
guerre; il la faisait d'inspiration, et Napoléon l'a bien jugé,
lorsqu'en parlant de lui dans ses _Mémoires_, il dit que Masséna
arrivait sur le champ de bataille sans savoir ce qu'il ferait: les
circonstances le décidaient.

C'est à tort qu'on a voulu représenter Masséna comme étranger à la
_flatterie_, disant franchement et un peu brusquement même la vérité à
l'Empereur. Sous sa rude écorce, Masséna était un rusé courtisan. En
voici un exemple remarquable.

L'Empereur, accompagné de plusieurs maréchaux, parmi lesquels se
trouvait Masséna, chassait à tir dans la forêt de Fontainebleau, et
Napoléon ajuste un faisan; le coup, mal dirigé, porte sur Masséna,
auquel un grain de plomb crève l'œil gauche. L'Empereur, ayant seul tiré
au moment de l'accident, en était incontestablement l'auteur
involontaire; cependant Masséna, comprenant que, son œil étant perdu, il
n'avait aucun intérêt à signaler le maladroit qui venait de le blesser,
tandis que l'Empereur lui saurait gré de détourner l'attention de sa
personne, accusa le maréchal Berthier d'imprudence, bien que celui-ci
n'eût pas encore fait feu! Napoléon, ainsi que tous les assistants,
comprit parfaitement la discrète intention du courtisan, et Masséna fut
comblé d'attentions par le maître!

Bien que très avare, le vainqueur de Zurich aurait donné la moitié de sa
fortune pour être né dans l'ancienne France, plutôt que sur la rive
gauche du Var. Rien ne lui déplaisait autant que la terminaison
italienne de son nom dont il transformait l'_a_ en _e_ muet dans sa
signature, et lorsqu'il parlait à son fils aîné, il l'appelait toujours
Massén_e_. Cependant le public n'adopta pas ce changement, et le nom de
Masséna prévalut, en dépit de celui qui l'avait illustré.

La campagne de Portugal avait tellement affaibli le moral et le physique
de Masséna, qu'il fut contraint d'aller chercher le repos et la santé
sous le doux climat de Nice. Il y passa toute l'année 1812; mais
Napoléon, à son retour de la malheureuse expédition de Russie, s'étant
trouvé dans la nécessité d'utiliser tout ce que l'Europe avait de
ressources, pensa que le nom de Masséna pourrait encore rendre quelques
services, surtout en Provence, et il conféra au maréchal l'emploi de
gouverneur de la 8e division militaire.

Lorsqu'en 1814 les ennemis envahirent la France, Masséna, qui, du reste,
avait peu de troupes à sa disposition, ne fit rien pour arrêter leurs
progrès, et le 15 avril il se soumit au duc d'Angoulême, qui le nomma
commandeur de Saint-Louis, mais ne le créa point pair de France, sous
prétexte que, né à l'étranger, il ne s'était pas fait naturaliser!...
Comme si les victoires de Rivoli, de Zurich, la défense de Gênes et une
série d'actions glorieuses pour la France n'avaient pas autant de valeur
que des lettres de grande naturalisation données souvent à prix d'argent
à des intrigants étrangers!... L'injure faite à Masséna dans cette
circonstance produisit un fort mauvais effet sur l'esprit des
populations et de l'armée. Cette mesure fâcheuse fut une des causes qui
contribuèrent le plus à irriter la nation contre le gouvernement de
Louis XVIII et à amener le retour de l'Empereur.

Celui-ci débarqua près de Cannes le 1er mars 1815 et se mit sur-le-champ
en marche vers Paris, à la tête d'un millier de grenadiers de sa garde.
L'imprévu et la rapidité de cette invasion surprirent Masséna et le
jetèrent dans une grande perplexité. Il essaya néanmoins de résister au
torrent, en réunissant quelques régiments de ligne et en mettant en
activité les gardes nationales de Marseille et des environs; mais ayant
appris que le duc d'Angoulême avait été forcé de capituler à la Palud et
de quitter le royaume, Masséna dépêcha son fils à Louis XVIII pour le
prévenir qu'il ne devait plus compter sur lui, et, se ralliant au
gouvernement impérial, il fit, le 10 avril, arborer le drapeau tricolore
dans toute l'étendue de sa division et enfermer le préfet du Var qui
voulait encore résister. Par cette conduite, Masséna ne satisfit aucun
parti et s'aliéna les royalistes ainsi que les bonapartistes; aussi
l'Empereur s'empressa-t-il de le rappeler à Paris, où il le reçut assez
froidement.

Napoléon ayant, peu de temps après, commis la faute énorme d'abdiquer
une seconde fois par suite de la perte de la bataille de Waterloo, la
Chambre des représentants, qu'il avait eu le tort de réunir en partant
pour l'armée, s'empara du pouvoir et nomma un gouvernement provisoire,
dont le premier acte fut d'investir Masséna du commandement de la garde
nationale de Paris, bien que les infirmités du maréchal le missent hors
d'état de l'exercer en personne; mais on voulait un nom capable d'animer
l'esprit de la population et de la porter à seconder l'armée dans la
défense de la capitale. Les intrigues de Fouché, duc d'Otrante, ayant
semé la discorde parmi les membres du gouvernement provisoire, les
projets de résistance furent soumis à un conseil militaire, dans lequel
Masséna émit l'avis que Paris _ne pouvait résister_!... En conséquence,
un armistice fut conclu avec les généraux ennemis, et l'armée française
se retira derrière la Loire, où elle fut licenciée.

Lorsque les alliés furent maîtres de la France, Louis XVIII, pour punir
Masséna d'avoir abandonné sa cause après le 20 mars, le fit comprendre
au nombre des juges du maréchal Ney, espérant que, aveuglé par la
haine, il n'hésiterait pas à condamner son infortuné collègue et
entacherait ainsi le glorieux nom de Masséna; mais celui-ci se récusa,
en alléguant les dissentiments qui avaient existé, en Portugal, entre le
maréchal Ney et lui. Puis, voyant ce moyen rejeté, il se joignit à ceux
des juges qui votèrent pour le renvoi de Ney devant la Chambre des
pairs. Ils espéraient le sauver ainsi, mais ils auraient mieux fait
d'avoir le courage politique de le juger et de l'acquitter... Ils ne
l'osèrent!... Ce fut une grande faute. Le maréchal Ney, condamné par la
pairie, ayant été fusillé, son sang, au lieu de calmer la fureur de la
faction royaliste, la rendit implacable. Bientôt elle poursuivit Masséna
lui-même.

Les Marseillais, pour lesquels il avait naguère employé son crédit afin
d'obtenir la franchise de leur port, le dénoncèrent à la Chambre des
députés pour cause de _péculat!..._ Cette accusation était mal fondée,
car Masséna n'avait commis aucune exaction en Provence; aussi la
majorité de la Chambre introuvable, bien que renommée pour sa haine
contre les hommes célèbres de l'Empire, repoussa avec mépris la pétition
des habitants de Marseille. Ce fut à cette séance que le député Manuel,
devenu si célèbre, commença à se faire remarquer par la chaleureuse
défense qu'il prononça en faveur de Masséna. Celui-ci, ayant ainsi
échappé à la réaction qui, à cette époque, inondait la France, abandonna
la scène du monde, sur laquelle il avait joué un rôle si brillant, et
vécut désormais dans la retraite, en son château de Rueil, ancienne
habitation du cardinal de Richelieu. Masséna termina ainsi, dans la
disgrâce et la solitude, sa glorieuse carrière. Il mourut le 4 avril
1817, à l'âge de cinquante-neuf ans.

À son décès, le gouvernement ne lui ayant pas encore envoyé le nouveau
bâton de commandement qu'il est d'usage de placer sur le cercueil des
maréchaux, le général Reille, gendre de Masséna, fit réclamer cet
insigne auprès du général Clarke, duc de Feltre, ministre de la guerre;
mais celui-ci, devenu légitimiste des plus forcenés, n'ayant pas répondu
à cette juste demande, le général Reille, par un acte de courage fort
rare à cette époque, fit savoir à la cour que, si le bâton de maréchal
n'était pas envoyé au moment des obsèques de son beau-père, il placerait
ostensiblement sur le cercueil celui que l'Empereur avait donné jadis à
Masséna; alors le gouvernement se décida à faire remettre cet insigne.

J'ai signalé quelques taches dans la vie de ce guerrier célèbre, mais
elles sont couvertes par sa gloire éclatante et les services signalés
qu'il rendit à la France; aussi la mémoire de Masséna parviendra à la
postérité comme celle d'un des plus grands capitaines de cette époque,
si fertile en illustrations militaires.



CHAPITRE III

1812.--L'Empereur m'adjoint au colonel du 23e de chasseurs à cheval.--Je
rejoins mon régiment à Stralsund.--Superbe état de ce corps.--Intrigues
du comte de Czernicheff.


Je commençai l'année 1812 à Paris, auprès de ma jeune femme et de nos
parents. Mais le bonheur dont je jouissais était troublé par la pensée
de mon prochain départ. Je devais aller rejoindre le 1er régiment de
chasseurs à cheval, dans lequel j'avais été placé comme simple chef
d'escadrons. Les regrets que j'éprouvais de n'avoir pas obtenu le grade
de colonel, que je croyais avoir mérité, furent un peu atténués lorsque,
ayant été aux Tuileries pour les salutations du jour de l'an, l'Empereur
me fit ordonner, par son aide de camp, de me rendre dans son salon
particulier. J'y trouvai le général Mouton, comte de Lobau, qui, dans
cette affaire, fut, comme toujours, très bienveillant pour moi. Napoléon
parut et me dit d'un ton fort affable qu'il avait eu le projet de me
donner un régiment; que des considérations particulières l'ayant porté à
nommer mon camarade Barain colonel, ce qui, avec Pelet et Casabianca,
faisait _trois_ colonels pris parmi les aides de camp de Masséna, il ne
croyait pas devoir en accorder _quatre_ à son seul état-major, mais
qu'il ne me perdrait pas de vue. L'Empereur ajouta que, ne pouvant me
nommer sur-le-champ titulaire d'un régiment, il allait me charger d'en
commander un, le 23e de chasseurs à cheval, dont le colonel, M. de La
Nougarède, était devenu goutteux au point de ne pouvoir presque plus
monter à cheval; «mais, continua l'Empereur, c'est un excellent
officier, qui a vaillamment fait les premières campagnes avec moi; je
l'aime et l'estime beaucoup, et comme il m'a supplié de lui permettre
d'essayer de faire une nouvelle campagne, je ne veux pas lui retirer son
régiment. Cependant, j'apprends que ce beau corps périclite entre ses
mains; je vous envoie donc comme coadjuteur de La Nougarède. _Vous
travaillerez pour vous_, car si la santé du colonel actuel se rétablit,
je le ferai général; dans le cas contraire, je le mettrai dans la
gendarmerie, et, de quelque manière qu'il quitte son régiment, c'est
vous qui en serez colonel. Je vous répète donc que vous allez
_travailler pour vous_...»

Cette promesse me rendit l'espérance, et je me préparais à gagner ma
nouvelle destination, lorsque le ministre de la guerre prolongea mon
congé jusqu'à la fin de mars. Bien que je n'eusse pas demandé cette
faveur, elle me fut très agréable.

Le 23e régiment de chasseurs se trouvait alors dans la Poméranie
suédoise. J'avais donc une distance énorme à parcourir, et comme je
voulais arriver avant l'expiration de mon congé, je quittai Paris le 15
mars, en me séparant à grand regret de ma chère femme. J'avais acheté
une bonne calèche, dans laquelle, sur la recommandation du maréchal
Mortier, je cédai une place à son neveu, M. Durbach, lieutenant au
régiment dans lequel j'allais servir. Mon ancien domestique, Woirland,
m'ayant demandé à rester en Espagne, où il comptait faire fortune comme
cantinier, je l'avais remplacé, à mon départ de Salamanque, par un
Polonais nommé Lorentz Schilkowski. Cet homme, ancien uhlan autrichien,
ne manquait pas d'intelligence, mais, comme tous les Polonais, il était
ivrogne et, contrairement au caractère des soldats de cette nation,
poltron comme un lièvre. Mais Lorentz, outre sa langue natale, parlait
un peu le français, parfaitement l'allemand et le russe, et, sous ces
derniers rapports, il me fut très précieux pour voyager et faire la
guerre dans le Nord.

J'approchais des provinces rhénanes, lorsque, en sortant pendant la nuit
du relais de Kaiserslautern, le postillon précipita ma calèche dans une
fondrière où elle fut brisée. Personne ne fut blessé; néanmoins, M.
Durbach et moi nous dîmes simultanément: «Voilà un bien mauvais présage
pour des militaires qui seront bientôt en face de l'ennemi!...»
Cependant, après avoir passé une journée à faire réparer la voiture,
nous pûmes nous remettre en route; mais la chute avait tellement
maltraité les ressorts et les roues qu'ils cassèrent six fois pendant
notre voyage, ce qui nous retarda beaucoup et nous força souvent à faire
plusieurs lieues à pied dans la neige. Nous parvînmes enfin sur les
bords de la mer Baltique, où le 23e de chasseurs tenait garnison à
Stralsund et Greifswald.

Je trouvai dans le colonel de La Nougarède un excellent homme, instruit,
capable, mais que la goutte avait tellement vieilli avant l'âge, qu'il
pouvait à peine se tenir à cheval et voyageait constamment en voiture,
triste manière d'aller pour le chef d'un régiment de cavalerie légère!
Il me reçut on ne peut mieux, et après m'avoir expliqué sa position et
fait connaître les raisons qui, dans l'intérêt de son avenir, le
retenaient au régiment, il me communiqua une lettre par laquelle le
comte de Lobau l'informait des motifs qui avaient porté l'Empereur à me
mettre auprès de lui. M. de La Nougarède, loin d'en être blessé, y
voyait au contraire un redoublement des bontés de l'Empereur et
l'espoir prochain d'être nommé général, ou chef de légion de
gendarmerie. Il comptait, avec mon aide, faire au moins une partie de la
campagne et obtenir ce qu'il désirait à la première revue de l'Empereur.
Aussi, pour me faire participer à l'autorité du commandement plus que ne
le comportait mon grade de premier chef d'escadrons, il réunit tous les
officiers, devant lesquels il me délégua provisoirement tous ses
pouvoirs, jusqu'à ce qu'il fût complètement rétabli, prescrivant à
chacun de m'obéir sans qu'il fût besoin d'en référer à lui, que ses
infirmités mettaient si souvent hors d'état de suivre le régiment
d'assez près pour le commander en personne. Un ordre du jour fut rédigé
en ce sens, et, sauf le grade, je me trouvai par le fait _chef de corps_
à dater de ce jour, et le régiment prit bientôt l'habitude de me
considérer comme son chef réel.

Depuis l'époque dont je parle, j'ai commandé plusieurs régiments de
cavalerie soit comme colonel, soit comme officier général. J'ai été
longtemps inspecteur de cette arme, et je déclare que si j'ai vu des
corps aussi bien composés que le 23e de chasseurs, je n'en ai jamais
rencontré qui le surpassassent. Ce n'est pas que ce régiment offrît
quelques sujets hors ligne et d'un mérite transcendant tels que j'en ai
connu un petit nombre dans plusieurs autres corps; mais s'il n'y avait
dans le 23e aucun homme d'une capacité vraiment remarquable, il ne s'en
trouvait aucun qui ne fût à la hauteur des fonctions qu'il devait
remplir. Ici pas de sommités, mais aussi pas de parties faibles; tout le
monde marchait du même pied, tant pour la valeur que pour le zèle. Les
officiers, remplis d'intelligence et suffisamment instruits, avaient
tous une excellente conduite et vivaient en vrais _frères d'armes_. Il
en était de même des sous-officiers, et les cavaliers suivant ce bon
exemple, l'accord le plus parfait régnait parmi eux. C'étaient presque
tous de vieux soldats d'Austerlitz, Iéna, Friedland, Wagram; aussi la
plupart d'entre eux avaient le triple, ou au moins le double _chevron_;
ceux qui n'en avaient qu'un étaient en très petit nombre. L'espèce
d'hommes était superbe; elle provenait de la Normandie, l'Alsace, la
Lorraine et la Franche-Comté, provinces connues pour leur esprit
militaire et leur amour pour les chevaux. La taille et la force de ces
chasseurs ayant été remarquées par le général Bourcier, chargé de la
remonte générale, il avait donné au 23e de chasseurs des chevaux plus
grands et plus corsés que ceux affectés à l'arme; aussi appelait-on ce
régiment les _carabiniers_ de la cavalerie légère. Un séjour de
plusieurs années dans la fertile Allemagne avait mis les hommes et les
chevaux dans un parfait état, et le régiment, quand j'en pris le
commandement, présentait un effectif de plus de mille combattants bien
disciplinés, toujours calmes et silencieux, surtout devant l'ennemi.

Je n'étais pas encore monté. Je me rendis donc de Stralsund dans l'île
de Rugen, qui nourrit d'excellents chevaux. J'en achetai plusieurs; j'en
fis venir d'autres de Rostock et me formai ainsi une écurie de sept
bonnes bêtes, ce qui n'était pas trop, car la guerre avec la Russie
paraissait imminente. Déjà, pendant l'été de 1811, je l'avais pressenti
en voyant le grand nombre d'anciens soldats que l'Empereur tirait des
régiments de la Péninsule pour renforcer sa vieille garde. Le séjour que
je venais de faire à Paris avait donné plus de force à mes prévisions.
Ce furent d'abord de légers bruits de rupture qui s'évanouissaient
promptement au milieu des fêtes et des plaisirs qu'amena l'hiver, mais
ils se reproduisaient toujours avec plus d'intensité; ils prirent enfin
une grande consistance qui devint une _quasi-certitude_, à la suite d'un
événement grave que je dois relater, car il eut un très grand
retentissement en Europe.

L'empereur Alexandre avait eu pour compagnon d'enfance un jeune seigneur
russe, nommé Czernicheff, qu'il aimait beaucoup et dont, à son avènement
au trône, il avait fait son aide de camp. Déjà en 1809, lorsque
Alexandre, alors allié de Napoléon, simulait plutôt qu'il ne faisait
réellement la guerre à l'Autriche, dont l'empereur des Français venait
d'envahir les États, nous avions vu arriver à Vienne le colonel comte de
Czernicheff, dont la mission ostensible était d'entretenir de bons
rapports entre Napoléon et Alexandre, mais dont le but secret était
d'informer son souverain de nos succès et de nos revers, afin que
celui-ci pût resserrer ou rompre son alliance avec la France selon les
circonstances.

Le favori d'Alexandre fut on ne peut mieux reçu par Napoléon, dont il ne
quitta pas la personne dans les revues et les courses qui précédèrent la
bataille d'Essling; mais lorsque cette sanglante affaire parut indécise
et qu'une grêle de boulets vint tomber au milieu de l'état-major
impérial, M. de Czernicheff tourna bride promptement, puis, repassant
les ponts du Danube, il alla se mettre à l'abri du péril dans le palais
de Schœnbrünn, et, le surlendemain de la bataille, il reprit le chemin
de Pétersbourg, pour aller sans doute raconter l'insuccès de notre
entreprise!... Napoléon trouva le procédé fort inconvenant, et il sortit
de sa bouche des lazzi piquants sur la bravoure du colonel russe.
Néanmoins, après la paix conclue avec l'Autriche, M. de Czernicheff vint
très fréquemment à Paris, où il passa une partie des années 1810 et
1811. Beau, galant, aimable, fort dissimulé et d'une politesse des plus
recherchées, son titre d'aide de camp de l'empereur de Russie le fit
bien venir, non seulement à la cour, mais aussi dans les salons de la
haute société, où jamais il ne parlait de politique; il paraissait
absorbé par les soins qu'il donnait aux dames, près desquelles il
passait pour avoir beaucoup de succès. Mais vers la fin de 1811, époque
où des bruits de guerre se renouvelèrent, la police de Paris ayant été
informée que, tout en feignant de ne s'occuper que de ses plaisirs, M.
le colonel russe se livrait à des menées suspectes sous le rapport
politique, elle le fit surveiller avec soin, et acquit bientôt la
certitude qu'il avait de fréquentes entrevues avec M. X..., employé au
ministère de la guerre, spécialement chargé de dresser les états de
situation présentés tous les dix jours à l'Empereur sur le personnel et
le matériel de toutes les forces de ses armées. Non seulement M. de
Czernicheff avait été reconnu se promenant après minuit dans les parties
les plus sombres des Champs-Élysées avec l'employé français, mais on
l'avait vu souvent se glisser sous des vêtements vulgaires dans le
logement de X... et y passer plusieurs heures.

L'intimité d'un personnage aussi haut placé avec un pauvre hère de
commis des bureaux de la guerre étant une preuve indubitable que le
premier avait soudoyé l'autre pour qu'il lui livrât les secrets de
l'État, l'Empereur, indigné de l'abus que le colonel russe avait fait de
sa position pour agir contrairement au droit des gens, ordonna d'arrêter
M. de Czernicheff; mais celui-ci, prévenu, dit-on, par une femme, sortit
à l'instant même de Paris, gagna un relais voisin, et quittant la route
de poste directe, de peur d'être rejoint par un courrier, il prit les
voies les moins fréquentées et parvint à la frontière du Rhin en évitant
Mayence et Cologne, où le télégraphe avait déjà transmis l'ordre de
s'emparer de sa personne. Quant au pauvre employé, il fut saisi au
moment même où il comptait la somme de 300,000 francs en billets de
banque, qu'il avait reçus pour prix de sa trahison! Forcé par l'évidence
de convenir de son crime, il avoua qu'un autre commis de la guerre avait
aussi vendu diverses pièces au colonel russe. On arrêta le second
coupable, et tous deux furent jugés, condamnés et fusillés! Ils
moururent en maudissant M. de Czernicheff, qu'ils accusaient d'être venu
les chercher jusque dans leurs mansardes afin de les séduire par la vue
d'un monceau d'or, qu'il augmentait sans cesse lorsqu'il les voyait
hésiter. L'Empereur fit publier dans tous les journaux français un
article des plus virulents contre M. de Czernicheff, en y ajoutant des
observations qui, bien qu'indirectes, durent blesser vivement l'empereur
de Russie, car elles rappelaient que les assassins de Paul Ier, son
père, n'avaient pas été punis par Alexandre.

Après une telle sortie, il ne fut plus possible de mettre la guerre en
question, et, bien qu'elle ne fût pas encore déclarée, on s'y prépara de
part et d'autre ouvertement. La conduite de M. de Czernicheff, bien que
blâmée hautement par tout le monde, trouva néanmoins, surtout parmi les
diplomates, des approbateurs secrets qui fondaient leur opinion sur le
fameux adage: «_Salus patriæ, prima lex_», et ils rappelaient à ce sujet
une anecdote peu connue, que je tiens du maréchal Lannes, et qui
prouverait que, tout en punissant avec raison les Français qui vendaient
les secrets de leur patrie aux ennemis, Napoléon faisait corrompre chez
les étrangers les employés qui pouvaient lui fournir des renseignements
utiles, surtout pour la guerre.

Le maréchal Lannes me raconta donc à Vienne, en 1809, qu'au moment où
les hostilités allaient éclater entre la France et l'Autriche, dont
l'archiduc Charles devait commander les armées, ce prince fut averti
par un avis anonyme qu'un général-major qu'il estimait beaucoup et dont
il venait de faire son sous-chef d'état-major, s'était vendu à
l'ambassadeur de France, le général Andréossi, avec lequel il avait
pendant la nuit de fréquents rendez-vous dans une maison solitaire du
vaste faubourg de Léopoldstadt, dont on indiquait le numéro. Le prince
Charles avait une telle estime pour le général-major, que, considérant
comme une infâme calomnie l'accusation portée contre lui par un inconnu
qui n'osait se nommer, il ne prit aucune mesure pour s'assurer de la
vérité. Déjà l'ambassadeur de France avait demandé ses passeports et
devait quitter Vienne dans quarante-huit heures, lorsqu'un second avis
anonyme informa l'archiduc que son sous-chef d'état-major, après avoir
travaillé seul dans son cabinet où se trouvaient les états de situation
de l'armée, devait avoir la nuit suivante un dernier entretien avec le
général Andréossi. L'archiduc, voulant éloigner de son esprit des
soupçons qu'il craignait de conserver malgré lui contre un officier qui
lui était cher, résolut de constater lui-même son innocence. En
conséquence, il prit un habit de ville des plus simples, et, accompagné
seulement par son premier aide de camp, il se promena après minuit dans
la partie la plus sombre de la ruelle où était la maison indiquée. Après
quelques moments d'attente, le prince Charles et son aide de camp
aperçurent un homme que, malgré son déguisement, ils reconnurent avec
douleur être le sous-chef d'état-major autrichien, auquel un signal fit
ouvrir la porte. Peu d'instants après, le général Andréossi fut
introduit de la même façon. L'entretien dura plusieurs heures, pendant
lesquelles l'archiduc indigné, ne pouvant plus douter de la trahison de
son sous-chef d'état-major, resta patiemment devant la maison, et
lorsque enfin la porte se rouvrit pour donner passage au général
Andréossi et au général-major autrichien qui sortaient ensemble, ils se
trouvèrent face à face avec le prince Charles, qui dit tout haut:
«Bonsoir, monsieur l'ambassadeur de France!» Et dédaignant d'adresser
des reproches au sous-chef d'état-major, il se borna à diriger sur lui
la lumière d'une lanterne sourde!... Mais l'aide de camp, moins
circonspect, frappa sur l'épaule de ce misérable en disant: «Voilà cet
infâme traître de général _un tel_ que l'on dégradera demain!...»

L'ambassadeur Andréossi s'esquiva sans mot dire. Quant au sous-chef
d'état-major autrichien, se voyant pris en flagrant délit et connaissant
d'avance le sort qui l'attendait, il rentra chez lui et se fit sauter la
cervelle d'un coup de pistolet. Cette scène tragique, soigneusement
cachée par le gouvernement autrichien, eut peu de retentissement; on
annonça que le sous-chef d'état-major était mort d'une attaque
d'apoplexie foudroyante; il paraît que l'ambassadeur de France lui avait
remis deux millions.

Quant à l'affaire du colonel Czernicheff, elle présenta une bizarrerie
remarquable: c'est qu'au moment où Napoléon se plaignait des moyens
employés par cet aide de camp de l'empereur Alexandre pour se procurer
les états de situation de nos armées, le général Lauriston, ambassadeur
à Saint-Pétersbourg, achetait non seulement les renseignements les plus
positifs sur le placement et les forces de l'armée russe, mais encore
les cuivres gravés qui avaient servi à l'impression de l'immense carte
de l'empire moscovite!... Malgré les difficultés énormes que présentait
le transport de cette lourde masse de métal, la trahison fut si bien
ménagée et si largement payée, que ces cuivres, dérobés dans les
archives du gouvernement russe, furent transportés de Saint-Pétersbourg
en France sans que leur disparition fût découverte par la police ni par
les douanes moscovites! Dès que les cuivres furent arrivés à Paris, le
ministère de la guerre, après avoir substitué les caractères français
aux caractères russes qui indiquent les noms des lieux et des fleuves,
fit imprimer cette belle carte, dont l'Empereur ordonna d'envoyer un
exemplaire à tous les généraux et chefs de régiment de cavalerie légère.
À ce titre, j'en reçus un que je parvins, non sans peine, à sauver
pendant la retraite, car il forme un gros rouleau. La carte contenait
toute la Russie, même la Sibérie et le Kamtchatka, ce qui fit beaucoup
rire ceux qui la reçurent: bien peu la rapportèrent, je possède la
mienne.



CHAPITRE IV

La guerre devient inévitable.--Avertissements donnés à Napoléon.--La
Cour impériale à Dresde.--Vice de composition de l'armée et des divers
corps.


Le motif le plus puissant qui portât l'Empereur à faire la guerre à la
Russie était le désir de la ramener à l'exécution du traité signé à
Tilsitt en 1807, traité par lequel l'empereur Alexandre s'était engagé à
fermer tous les ports de ses États à l'Angleterre, ce qui n'avait jamais
été pratiqué que d'une manière fort imparfaite. Napoléon pensait avec
raison qu'il ruinerait les Anglais, peuple essentiellement fabricant et
marchand, s'il parvenait à détruire leur négoce avec le continent
européen; mais l'exécution de ce projet gigantesque offrait de si
grandes difficultés, que l'ancienne France, seule, était vraiment
soumise aux restrictions commerciales; encore, les licences, dont j'ai
parlé plus haut, y faisaient-elles d'énormes brèches. Quant à l'Italie,
à l'Allemagne et aux provinces Illyriennes, le système continental, bien
qu'établi par décret impérial, n'y était appliqué qu'illusoirement, tant
à cause de retendue des côtes que par la connivence et le défaut de
surveillance de ceux qui administraient ces vastes contrées; aussi
l'empereur de Russie répondait-il aux sommations que la France lui
faisait d'interdire toute relation commerciale avec l'Angleterre, en
signalant cet état d'exception presque général en Europe. Mais la
véritable cause du refus qu'opposait Alexandre aux prétentions de
Napoléon était la crainte qu'il éprouvait d'être assassiné comme lavait
été l'empereur Paul, son père, auquel on reprochait d'avoir blessé
l'amour-propre national en s'alliant à la France, et, en second lieu,
d'avoir détruit le commerce russe en déclarant la guerre à l'Angleterre.
Or, Alexandre commençait à comprendre qu'il s'était déjà aliéné les
esprits par la déférence et l'amitié qu'il avait témoignées à Napoléon
dans les entrevues d'Erfurt et de Tilsitt; et il devait craindre,
maintenant, de leur fournir un nouveau grief par la suspension de tout
commerce avec l'Angleterre, seul débouché par lequel la noblesse russe
pouvait écouler les produits encombrants de ses immenses propriétés et
s'assurer ses revenus. La mort de Paul Ier prouvait bien à quels dangers
l'empereur de Russie s'exposait en prenant une pareille mesure.
Alexandre devait craindre d'autant plus, qu'il voyait encore près de lui
les officiers qui avaient entouré son père; de ceux-là était Benningsen,
son chef d'état-major.

Napoléon ne tenait pas assez compte des difficultés de cette situation,
en menaçant Alexandre de la guerre s'il n'accédait pas à ses désirs.
Cependant, en apprenant les pertes subies et les revers essuyés en
Espagne et en Portugal, il semblait hésiter à s'engager dans une guerre
dont le résultat lui paraissait fort incertain. Je tiens du général
Bertrand que Napoléon a souvent répété à Sainte-Hélène que sa seule
pensée fut d'abord d'effrayer l'empereur Alexandre, afin de l'amener à
l'exécution du traité: «Nous étions, disait-il, comme deux maîtres
d'égale force qu'on croit prêts à en venir aux mains, mais qui, n'en
ayant envie ni l'un ni l'autre, se menacent de l'œil et du fer en
avançant à petits pas, chacun d'eux ayant l'espoir que son adversaire
reculera par crainte de croiser l'épée!...» Mais la comparaison de
l'Empereur n'était pas exacte, car l'un des deux maîtres d'armes avait
derrière lui un précipice sans fond, prêt à l'engloutir au premier pas
qu'il ferait en arrière; ainsi placé entre une mort ignominieuse et la
nécessité de combattre avec des chances de succès, il devait prendre ce
dernier parti. Telle était la situation d'Alexandre, situation encore
aggravée par les manœuvres auxquelles l'Anglais Wilson se livrait auprès
du général Benningsen et des officiers de son état-major.

L'empereur Napoléon hésitait encore et semblait vouloir écouter les
sages avis de Caulaincourt, son ancien ambassadeur à Saint-Pétersbourg.
Il voulut même interroger plusieurs officiers français qui avaient
habité quelque temps la Russie et en connaissaient la topographie et les
ressources. Parmi eux se trouvait le lieutenant-colonel de Ponthon, qui
avait été du nombre des officiers du génie que Napoléon, lors du traité
de Tilsitt, avait, sur les instances d'Alexandre, autorisés et même
invités à passer quelques années au service de la Russie. C'était un
homme des plus capables et des plus modestes. Attaché au service
topographique de Napoléon, il n'eût pas cru pouvoir émettre spontanément
son avis sur les difficultés qu'éprouverait une armée portant la guerre
dans l'empire russe; mais lorsque l'Empereur le questionna, de Ponthon,
en homme d'honneur, tout dévoué à son pays, crut devoir dire la _vérité_
tout entière au chef de l'État, et, sans craindre de lui déplaire, il
lui signala tous les obstacles qui s'opposeraient à son entreprise. Les
principaux étaient: l'apathie et le défaut de concours des provinces
lithuaniennes assujetties depuis de longues années à la Russie; la
résistance fanatique des anciens Moscovites; la rareté des vivres et
fourrages; des contrées presque désertes qu'il faudrait traverser; des
routes impraticables pour l'artillerie après une pluie de quelques
heures; mais il appuya surtout sur les rigueurs de l'hiver et
l'impossibilité physique de faire la guerre lorsqu'on aurait atteint
l'époque des neiges, qui tombaient souvent dès les premiers jours
d'octobre. Enfin, en homme vraiment courageux, au risque de déplaire et
de compromettre son avenir, M. de Ponthon se permit de tomber aux genoux
de l'Empereur pour le supplier, au nom du bonheur de la France et de sa
propre gloire, de ne pas entreprendre cette dangereuse expédition, dont
il lui prédit toutes les calamités. L'Empereur, après avoir écouté avec
calme le colonel de Ponthon, le congédia sans faire aucune observation.
Il fut plusieurs jours rêveur et pensif, et le bruit se répandit que
l'expédition était ajournée. Mais bientôt M. Maret, duc de Bassano,
ramena l'Empereur à son premier projet, et l'on assura, dans le temps,
que le maréchal Davout ne fut point étranger à la résolution que prit
Napoléon de porter sa nombreuse armée d'Allemagne sur les rives du
Niémen, à l'extrême frontière de l'empire russe, afin de déterminer
Alexandre à obéir à ses sommations.

À compter de ce moment, bien que M. de Ponthon fût toujours attaché au
cabinet et suivît constamment l'Empereur, celui-ci ne lui adressa plus
la parole pendant tout le trajet du Niémen à Moscou, et lorsque, pendant
la retraite, Napoléon fut forcé de s'avouer à lui-même que les
prévisions de cet estimable officier ne s'étaient que trop vérifiées, il
évitait de rencontrer ses regards; néanmoins, il l'éleva au grade de
colonel.

Mais ne devançons pas le cours des événements et revenons aux
préparatifs que faisait Napoléon pour amener de gré ou de force la
Russie aux conditions qu'il voulait lui imposer.

Dès le mois d'avril, les troupes françaises cantonnées en Allemagne,
ainsi que celles des divers princes de la Confédération germanique
rangés sous la bannière de Napoléon, s'étaient mises en mouvement, et
leur marche vers la Pologne n'était ralentie que par la difficulté de se
procurer les moyens de nourrir leurs nombreux chevaux, les herbes et
même les blés étant à peine hors de terre, à cette époque, dans les
contrées du Nord. Cependant, l'Empereur quitta Paris le 9 mai, et,
accompagné de l'Impératrice, il se rendit à Dresde, où l'attendaient son
beau-père, l'empereur d'Autriche, et presque tous les princes
d'Allemagne, attirés, les uns par l'espoir de voir accroître l'étendue
de leurs États, les autres par la crainte de déplaire à l'arbitre de
leur destinée. Parmi les rois, le seul absent était le roi de Prusse,
parce que, ne faisant pas partie de la Confédération du Rhin, il n'avait
pas été appelé à cette réunion et n'osait s'y présenter sans
l'autorisation de Napoléon! Il la fit humblement solliciter, et, dès
qu'il l'eut obtenue, il s'empressa de venir augmenter la foule des
souverains qui s'étaient rendus à Dresde pour faire leur cour au
tout-puissant vainqueur de l'Europe.

Les protestations de fidélité et de dévouement qui furent alors
prodiguées à Napoléon l'étourdirent au point de lui faire commettre une
faute des plus graves dans l'organisation des contingents qui devaient
former la grande armée destinée à porter la guerre en Russie. En effet,
au lieu d'affaiblir les gouvernements d'Autriche et de Prusse, ses
anciens ennemis, en exigeant d'eux qu'ils lui fournissent la plus grande
partie de leurs troupes disponibles, que la prudence aurait dû l'engager
à faire marcher à l'avant-garde, tant pour épargner le sang français que
pour être à même de surveiller ses nouveaux et chancelants alliés, non
seulement Napoléon ne demanda que 30,000 hommes à chacune de ces
puissances, mais il en forma les deux ailes de son armée!... Les
Autrichiens, sous le prince Schwartzenberg, tinrent la droite en
Volhynie; les Prussiens, auxquels il donna pour chef un maréchal
français, Macdonald, occupèrent la gauche, vers l'embouchure du Niémen.
Le centre était composé des corps français et des contingents de la
Confédération du Rhin, dont la fidélité avait été éprouvée par les
campagnes d'Austerlitz, d'Iéna et de Wagram.

Le vice de cette organisation frappa beaucoup de bons esprits, qui
voyaient avec peine les ailes de la Grande Armée composées d'étrangers
restant sur les frontières de leurs pays respectifs et à même de former,
en cas de revers, deux armées sur nos derrières, lorsque notre centre,
composé de troupes sûres, se serait enfoncé dans l'Empire russe. Ainsi,
l'Autriche, qui avait 200,000 soldats sous les armes, n'en mettant que
30,000 à la disposition de Napoléon, en gardait 170,000 prêts à agir
contre nous en cas d'insuccès!... La Prusse, bien que moins puissante,
avait, outre son contingent, 60,000 hommes en réserve. On s'étonnait
donc que l'Empereur tînt si peu compte de ce qu'il laissait derrière
lui; mais sa confiance était si grande que le roi de Prusse l'ayant prié
de permettre que son fils aîné (le roi actuel)[2] fît la campagne auprès
de lui, en qualité d'aide de camp, Napoléon ne voulut pas y consentir.
Cependant ce jeune prince eût été un otage précieux, un gage bien sûr de
la fidélité de son père.

Pendant que les fêtes se succédaient à Dresde, les troupes de Napoléon
sillonnaient le nord de l'Allemagne. Déjà l'armée d'Italie, franchissant
les montagnes du Tyrol, se dirigeait sur Varsovie. Les 1er, 2e et 3e
corps français, commandés par les maréchaux Davout, Oudinot et Ney,
traversaient la Prusse pour marcher sur la Vistule. La Westphalie, la
Bavière, la Saxe, Bade, le Wurtemberg, ainsi que les autres confédérés
du Rhin, fournissaient leurs contingents, et l'Autriche, ainsi que la
Prusse, les avait imités. Mais, chose digne de remarque, tandis que les
généraux autrichiens exprimaient leur satisfaction d'unir leurs drapeaux
aux nôtres, les officiers subalternes et la troupe ne marchaient qu'à
regret contre la Russie. C'était tout le contraire dans le contingent
prussien: les généraux et les colonels se trouvaient humiliés d'être
dans l'obligation de servir leur vainqueur, tandis que les officiers des
rangs inférieurs et les soldats se félicitaient d'avoir l'occasion de
combattre à côté des Français, pour prouver que s'ils avaient été battus
dans la campagne d'Iéna, ce n'était pas faute de courage, mais parce que
leurs chefs les avaient mal dirigés.

Non seulement Napoléon avait encadré sa Grande Armée dans les
contingents autrichiens et prussiens, mais il avait affaibli le moral
des troupes françaises en les mêlant à des régiments étrangers. Ainsi,
le 1er corps, commandé par le maréchal Davout, comptait au 1er juin
67,000 hommes, sur lesquels 58,000 Français; le surplus était composé de
Badois, Mecklembourgeois, Hessois, Espagnols et Polonais. Le 2e corps,
aux ordres du maréchal Oudinot, se composait de 34,000 Français auxquels
on avait joint 1,600 Portugais, 1,800 Croates et 7,000 Suisses.

Le 3e corps, commandé par le maréchal Ney, était formé par 23,000
Français, 3.000 Portugais, 3,000 Illyriens et 14,000 Wurtembergeois. Les
4e et 6e corps, réunis sous les ordres du prince Eugène, étaient formés
de 77,000 hommes, sur lesquels 38,000 Français, 1,700 Croates, 1,200
Espagnols, 2,000 Dalmates, 20,000 Italiens et 12,000 Bavarois.

La réserve de cavalerie, commandée par Murat, comptait 44,000
combattants, sur lesquels il y avait 27,000 Français, 4,400 Prussiens,
600 Wurtembergeois, 1,100 Bavarois, 2,000 Saxons, 6,000 Polonais et
3,000 Westphaliens.

Je n'ai pas l'intention de donner ici la nomenclature des forces dont
Napoléon disposait au moment de son entrée en Russie; mais j'ai voulu
démontrer, par l'examen de l'état de situation de plusieurs corps
d'armée, à quel point l'élément français était mêlé aux étrangers, qui,
confondus eux-mêmes de la façon la plus hétérogène, sous le rapport du
langage, des mœurs, des habitudes et des intérêts, servirent tous fort
mal et paralysèrent souvent les efforts des troupes françaises. Ce fut
là une des principales causes des revers que nous éprouvâmes.



CHAPITRE V

Revue de l'Empereur.--L'armée sur le Niémen.--Un mot sur les historiens
de la campagne de 1812.--Efforts des Anglais pour nous isoler.--Attitude
de Bernadotte.--Dispositions de la Pologne.


L'Empereur, ayant quitté Dresde le 29 juillet, se dirigea vers la
Pologne par Danzig et la vieille Prusse, que traversaient en ce moment
ses troupes, qu'il passait en revue à mesure qu'il les rencontrait.

D'après l'organisation de l'armée, le 23e de chasseurs à cheval se
trouvait embrigadé avec le 24e de la même arme. Le général Castex eut le
commandement de cette brigade qui fit partie du 2e corps d'armée, placé
sous les ordres du maréchal Oudinot. Je connaissais depuis longtemps le
général Castex, excellent homme, qui fut parfait pour moi pendant toute
la campagne. Le maréchal Oudinot m'avait vu au siège de Gênes, auprès de
mon père, ainsi qu'en Autriche, lorsqu'en 1809 j'étais aide de camp du
maréchal Lannes; il me traita avec beaucoup de bonté.

Le 20 juin, le 2e corps reçut l'ordre de s'arrêter à Insterburg pour y
être passé en revue par l'Empereur. Ces solennités militaires étaient
toujours attendues avec impatience par les individus qui espéraient
participer aux faveurs distribuées dans ces réunions par Napoléon.
J'étais de ce nombre, et je me croyais d'autant plus certain d'être
nommé colonel du régiment que je commandais provisoirement, qu'outre
les promesses que l'Empereur m'avait faites à ce sujet, le général
Castex et le maréchal Oudinot m'avaient prévenu qu'ils allaient me
proposer _officiellement_ et qu'ils croyaient que M. de La Nougarède
allait être placé comme général à la tête d'un des grands dépôts de
remonte qu'on devait établir sur les derrières de l'armée. Mais la
fatalité qui, quelques mois avant, avait reculé si souvent la délivrance
de mon brevet de chef d'escadrons, me poursuivit de nouveau pour
l'obtention de celui de colonel.

Les revues étaient des examens sévères que l'Empereur faisait soutenir
aux chefs de ses régiments, surtout à la veille d'une entrée en
campagne; car, outre les questions d'usage sur la force numérique en
hommes et en chevaux, l'armement, etc., il en adressait, coup sur coup,
une foule d'imprévues, auxquelles on n'était pas toujours préparé à
répondre. Par exemple: «Combien avez-vous d'hommes de tel département
depuis deux ans? Combien de mousquetons provenant de Tulle ou de
Charleville? Combien avez-vous de chevaux normands? Combien de bretons?
Combien d'allemands? Quelle quantité la compagnie que voilà a-t-elle de
triples chevrons? Combien de doubles et de simples? Quelle est la
moyenne de l'âge de tous vos soldats? de vos officiers? de vos chevaux?
etc...»

Ces questions, toujours faites d'un ton bref des plus impératifs,
accompagné d'un regard perçant, décontenançaient bien des colonels, et
cependant, malheur à celui qui hésitait à répondre: il était mal noté
dans l'esprit de Napoléon! Je m'étais si bien préparé que j'eus réponse
à tout, et l'Empereur, après m'avoir complimenté sur la belle tenue du
régiment, allait probablement me nommer colonel et élever au grade de
général M. de La Nougarède, lorsque celui-ci, les jambes enveloppées de
flanelle, s'étant fait hisser à cheval pour suivre de loin les
mouvements de son régiment que je commandais à sa place, s'entendant
appeler, s'approcha de Napoléon et l'irrita par une demande maladroite
en faveur d'un officier, son parent, indigne de tout intérêt. Cette
demande souleva une tempête dont j'éprouvai le contre-coup. Napoléon se
mit dans une colère des plus violentes, ordonna à la gendarmerie de
chasser de l'armée l'officier dont on lui parlait, et, laissant M. de La
Nougarède atterré, il s'éloigna au galop. Ainsi La Nougarède ne fut
point fait général.

Le maréchal Oudinot ayant suivi l'Empereur pour lui demander ses ordres
relativement au 23e de chasseurs, Sa Majesté répondit: «Que le chef
d'escadrons Marbot continue à le commander.» Avant d'obtenir le grade de
colonel, je devais recevoir encore une nouvelle et grave blessure!

Pour rendre justice à M. de La Nougarède, je dois dire qu'il m'exprima
de la manière la plus loyale les regrets qu'il éprouvait d'être la cause
involontaire du retard apporté à mon avancement. La fâcheuse position de
cet homme estimable m'inspirait un vif intérêt, car il craignait d'avoir
perdu la confiance de l'Empereur et, par suite de ses infirmités, ne
pouvait se remettre bien dans l'esprit de Sa Majesté par sa conduite
dans les combats qui devaient avoir lieu.

J'avais été assez heureux, le jour de la revue, pour que l'Empereur eût
accordé tout l'avancement et toutes les décorations que j'avais demandés
pour les officiers, sous-officiers et soldats du 23e et, comme la
reconnaissance qui résulte de ces faveurs remonte toujours au chef qui
les a fait obtenir, l'influence que je commençais à prendre sur le
régiment s'en accrut beaucoup et calma les regrets que j'éprouvai de
n'avoir pas obtenu le grade dont je remplissais les fonctions.

Je reçus à cette époque une lettre du maréchal Masséna et une autre de
Mme la maréchale, me recommandant, le premier, M. Renique; la seconde,
son fils Prosper. Je fus très sensible à cette double démarche, et y
répondis comme je le devais, en acceptant dans mon régiment ces deux
capitaines. Toutefois, Mme la maréchale n'ayant pas persisté dans ses
intentions, Prosper Masséna ne vint point en Russie, et il n'aurait pu,
du reste, en supporter le rude climat.

L'armée allait bientôt toucher à la frontière de l'empire russe et
revoir le Niémen, sur lequel nous nous étions arrêtés en 1807.
L'Empereur disposa ses troupes sur la rive gauche de ce fleuve dans
l'ordre suivant: d'abord, à l'extrême droite,, le corps autrichien du
prince de Schwartzenberg, s'appuyant sur la Galicie vers Drogitchin. À
la gauche de Schwartzenberg, le roi Jérôme avait rassemblé, entre
Bialystok et Grodno, deux corps d'armée considérables. À côté d'eux, le
prince Eugène de Beauharnais réunissait, à Prenn, 80,000 hommes.
L'Empereur était au centre, en face de Kowno, avec 220,000 combattants,
commandés par Murat, Ney, Oudinot, Lefebvre et Bessières. La garde
faisait partie de cette immense réunion de troupes. Enfin, à Tilsitt, le
maréchal Macdonald, avec 35,000 Prussiens, formait l'aile gauche, ainsi
que je l'ai déjà dit. Le Niémen couvrait le front de l'armée russe,
forte d'environ 400,000 hommes commandés par l'empereur Alexandre, ou
plutôt par Benningsen, son chef d'état-major. Ces forces étaient
divisées en trois corps principaux, commandés par les généraux
Bagration, Barclay de Tolly et Wittgenstein.

Quatre historiens ont écrit sur la campagne de 1812. Le premier fut
Labaume, ingénieur-géographe français, c'est-à-dire appartenant à un
corps qui, bien que dépendant du ministère de la guerre, n'allait point
au combat et ne suivait les armées que pour lever des plans. Labaume
n'avait jamais commandé les troupes et n'avait pas la connaissance
pratique de l'art militaire; aussi ses jugements sont-ils presque
toujours inexacts, quand ils ne font pas tort à l'armée française.
Cependant, l'ouvrage de Labaume ayant paru peu de temps après la paix de
1814 et la rentrée de Louis XVIII, l'esprit de parti et le désir d'avoir
des renseignements sur les terribles événements de la récente campagne
de Russie lui donnèrent une célébrité d'autant plus grande que personne
ne s'occupa de réfuter ce livre, et que le public s'habitua à considérer
son contenu comme des vérités incontestables.

La seconde relation publiée sur la campagne de 1812 est du colonel
Boutourlin, aide de camp de l'empereur Alexandre. Cet ouvrage, bien
qu'écrit par un ennemi, contient des appréciations sages, et si la
narration de l'auteur n'est pas exacte sur tous les points, c'est que
les documents lui ont manqué, car il est impartial, et il a fait tout ce
qui dépendait de lui pour découvrir la vérité; aussi Boutourlin est-il
généralement estimé, car il a écrit en homme d'honneur.

Le libelle de Labaume était déjà oublié lorsque, en 1825, par conséquent
après le décès de l'Empereur, le général comte de Ségur publia une
troisième relation de la campagne de 1812. L'esprit de son ouvrage
affligea plus d'un survivant de cette campagne, et nos ennemis l'ont
eux-mêmes qualifié de _roman militaire_. M. de Ségur eut cependant un
immense succès, tant à cause de la pureté et de l'élégance de son style
que par suite de l'accueil que lui firent la cour et le parti
ultra-royaliste. Les anciens officiers de l'Empire, se trouvant
attaqués, chargèrent le général Gourgaud de répondre à M. de Ségur; il
le fit avec succès, mais d'une façon trop acerbe, ce qui occasionna un
duel entre lui et M. de Ségur, qui fut blessé. Il faut convenir que si
ce dernier se montre peu favorable à Napoléon et à son armée, le général
Gourgaud est trop louangeur pour l'Empereur, car il ne veut reconnaître
aucune de ses fautes!...

Je n'ai certainement pas l'intention d'écrire une nouvelle relation de
la campagne de 1812, mais je crois devoir en rappeler les faits
principaux, puisqu'ils font partie essentielle de l'époque à laquelle
j'ai vécu, et que plusieurs se rattachent à ce qui m'est advenu; mais,
dans cette analyse succincte, je veux éviter les deux excès contraires
dans lesquels sont tombés Ségur et Gourgaud. Je ne serai ni détracteur
ni flatteur: je serai véridique.

Au moment où les deux puissants empires d'Europe allaient
s'entre-choquer, l'Angleterre, alliée naturelle de la Russie, dut faire
tous ses efforts pour l'aider à repousser l'invasion que l'empereur des
Français allait faire sur son territoire. En prodiguant l'or aux
ministres turcs, le cabinet anglais parvint à faire conclure la paix
entre le sultan et la Russie, ce qui permettait à celle-ci de rappeler
dans ses États l'armée qu'elle avait sur la frontière de Turquie, armée
qui joua un rôle immense dans la guerre contre nous. L'Angleterre avait
également ménagé la paix entre l'empereur Alexandre et la Suède, alliée
naturelle de la France, sur laquelle Napoléon devait d'autant plus
compter que Bernadotte venait d'en être nommé prince héréditaire et
qu'il gouvernait le pays pour le vieux roi, son père adoptif.

Je vous ai fait connaître précédemment par quel concours de
circonstances bizarres Bernadotte fut élevé au rang d'héritier
présomptif de la couronne de Suède. Le nouveau prince suédois, après
avoir assuré qu'il resterait Français par le cœur, se laissa cependant
séduire ou intimider par les Anglais, auxquels il eût été d'ailleurs
facile de le renverser. Il sacrifia les véritables intérêts de sa patrie
adoptive en se laissant dominer par l'Angleterre et en s'alliant avec la
Russie dans une entrevue avec l'empereur Alexandre. Cette rencontre eut
lieu à Abo, petite ville de la Finlande. Les Russes venaient de
conquérir cette province et promettaient à la Suède de l'en dédommager
par la cession de la Norvège qu'on arracherait au Danemark, trop fidèle
allié de la France. Ainsi Bernadotte, loin de s'appuyer sur nos armées
du Nord pour se faire restituer ses provinces, consacrait, au contraire,
ces empiétements en se rangeant parmi les alliés des Russes!

Si Bernadotte eût agi de concert avec nous, la position topographique de
la Suède eût merveilleusement servi nos intérêts communs. Cependant, le
nouveau prince ne prit pas encore entièrement parti contre nous; il
voulait savoir de quel côté serait la victoire et ne se prononça que
l'année suivante. Privé de l'appui de la Turquie et de la Suède, sur
lesquelles il avait compté pour contenir les armées russes, Napoléon ne
pouvait avoir d'autres alliés dans le Nord que les Polonais. Mais ce
peuple turbulent, dont les aïeux n'avaient pu s'accorder lorsqu'ils
formaient un seul État indépendant, n'offrait aucun appui moral ni
physique.

En effet, la Lithuanie et autres provinces qui forment plus du tiers de
l'ancienne Pologne, soumises depuis près de quarante ans à la Russie,
avaient presque entièrement perdu le souvenir de leur antique
constitution et se considéraient comme russes depuis de longues années.
La noblesse envoyait ses fils dans les armées du Czar, auquel
l'habitude les avait trop attachés pour qu'on pût espérer les voir se
joindre aux Français. Il en était de même des autres Polonais, que
divers partages avaient jadis séparés de la mère patrie pour les
soumettre à l'Autriche et à la Prusse. Ils marchaient bien contre la
Russie, mais c'était par obéissance et sous les drapeaux de leurs
nouveaux souverains. Ils n'éprouvaient ni amour ni enthousiasme pour
l'empereur Napoléon, et craignaient de voir leurs propriétés dévastées
par la guerre. Le grand-duché de Varsovie, cédé en 1807 au roi de Saxe
par le traité de Tilsitt, était la seule province de l'ancienne Pologne
qui eût conservé un reste d'esprit national et se fût un peu attachée à
la France. Mais de quelle utilité un si petit État pouvait-il être pour
les grandes armées de Napoléon?

Néanmoins celui-ci, plein de confiance dans ses forces comme dans son
génie, résolut de franchir le Niémen. En conséquence, le 23 juin,
l'Empereur, accompagné du général Haxo et se couvrant du bonnet et du
manteau d'un Polonais de sa garde, parcourut les bords du Niémen. Le
soir même, à dix heures, il fit commencer le passage de ce fleuve sur
plusieurs ponts de bateaux, dont les plus importants avaient été jetés
en face de la petite ville russe de Kowno, que nos troupes occupèrent
sans éprouver aucune résistance.



CHAPITRE VI

Passage du Niémen.--Entrée dans Wilna.--Je joins l'ennemi.--Le 23e de
chasseurs à Wilkomir.--Difficultés en Lithuanie.--Marche en avant.


Le 24, au lever du soleil, nous fûmes témoins d'un spectacle des plus
imposants. Sur la hauteur la plus élevée de la rive gauche, on
apercevait les tentes de l'Empereur. Autour d'elles, toutes les
collines, leurs pentes et leurs vallées étaient garnies d'hommes et de
chevaux couverts d'armes étincelantes!... Cette masse, composée de
250,000 combattants, divisés en trois immenses colonnes, s'écoulait dans
le plus grand ordre vers les trois ponts établis sur le fleuve, et les
différents corps s'avançaient ensuite vers la rive droite dans la
direction indiquée à chacun d'eux. Ce même jour, le Niémen était franchi
par nos troupes sur d'autres points, vers Grodno, Pilony et Tilsitt.

Le général Gourgaud m'a communiqué un état de situation surchargé de
notes écrites de la main de Napoléon, et il résulte de ce document
officiel que l'armée comptait au passage du Niémen 325,000 hommes[3]
présents, dont 155,400 Français et 170,000 alliés, plus 984 bouches à
feu. Le régiment que je commandais faisait partie du 2e corps, aux
ordres du maréchal Oudinot, qui passa le 23 sur le premier pont de
Kowno et se dirigea sur-le-champ vers Ianowo.

La chaleur était étouffante. Elle amena vers la nuit un orage affreux,
et une pluie diluvienne inonda les routes et les champs à plus de
cinquante lieues à la ronde. L'armée n'y vit cependant pas un funeste
présage, comme on s'est plu à le dire, car le soldat considéra la grêle
et le tonnerre comme choses fort ordinaires en été. Au surplus, les
Russes, bien autrement superstitieux que certains Français, eurent aussi
un bien fâcheux pronostic, car, dans la nuit du 23 au 24 juin,
l'empereur Alexandre faillit périr dans un bal à Wilna, le plancher
d'une salle s'étant enfoncé sous son fauteuil, à l'heure même où la
première barque française, portant le premier détachement des troupes de
Napoléon, abordait à la rive droite du Niémen, sur le territoire russe.
Quoi qu'il en soit, l'orage ayant infiniment refroidi le temps, nos
chevaux en souffrirent d'autant plus dans les bivouacs qu'ils mangeaient
des herbes mouillées et couchaient sur un terrain fangeux. Aussi l'armée
en perdit-elle plusieurs milliers de coliques aiguës.

Au delà de Kowno, coule une très petite rivière appelée la Vilia, dont
l'ennemi avait coupé le pont. L'orage venait de gonfler les eaux de cet
affluent du Niémen, de sorte que les premiers éclaireurs d'Oudinot se
trouvaient arrêtés. L'Empereur survint au moment où j'arrivais moi-même
à la tête de mon régiment. Il ordonna aux lanciers polonais de sonder le
gué: un homme se noya; je pris son nom, il s'appelait Tzcinski. Si
j'insiste sur ce détail, c'est qu'on a infiniment exagéré l'accident qui
se produisit au passage de la Vilia par les lanciers polonais.

Cependant, les Russes se retiraient sans attendre l'armée française, qui
occupa bientôt Wilna, capitale de la Lithuanie. Il y eut près de cette
ville un combat de cavalerie, dans lequel Octave de Ségur, mon ancien
camarade de l'état-major de Masséna, fut pris par les Russes à la tête
d'un escadron du 8e de hussards qu'il commandait. Octave était le frère
aîné du général comte de Ségur.

Le jour même où l'Empereur entrait dans Wilna, les troupes du maréchal
Oudinot rencontrèrent le corps russe de Wittgenstein à Wilkomir, où eut
lieu le premier engagement sérieux de cette campagne. Je n'avais jamais
servi sous les ordres d'Oudinot. Ce début confirma la haute opinion que
j'avais de son courage, mais il m'en donna une plus faible de ses
talents militaires.

Un des plus grands défauts des Français, quand ils font la guerre, est
de passer sans raison des précautions les plus minutieuses à une
confiance sans bornes. Or, comme les Russes nous avaient laissés
franchir le Niémen, envahir la Lithuanie et occuper Wilna sans opposer
de résistance, il était devenu de bon ton, parmi certains officiers, de
dire que les ennemis fuiraient toujours et ne tiendraient nulle part.
L'état-major d'Oudinot, et ce maréchal lui-même, émettaient souvent
cette opinion et traitaient de _contes_ les rapports que faisaient les
paysans sur un gros corps de troupes russes placé en avant de la petite
ville de Wilkomir. Cette incrédulité fut sur le point de nous devenir
fatale; voici comment.

La cavalerie légère, étant les yeux des armées, marche habituellement en
avant et sur les flancs. Mon régiment précédait donc les divisions
d'infanterie d'une petite lieue, lorsque, arrivés non loin de Wilkomir,
sans avoir rencontré un seul poste ennemi, je me trouvai en face d'une
forêt d'immenses sapins, au milieu desquels les pelotons à cheval
pouvaient aisément circuler, mais dont les hautes branches masquaient au
loin la vue. Craignant une embuscade, j'arrêtai le régiment et lançai à
la découverte un seul escadron, commandé par un capitaine fort
intelligent, qui revint au bout d'un quart d'heure m'annoncer la
présence d'une armée ennemie. Je me porte alors rapidement à l'extrême
lisière de la forêt, d'où j'aperçois à une portée de canon la ville de
Wilkomir protégée par un ruisseau et par une colline sur laquelle se
trouvaient en bataille 25 à 30,000 fantassins ennemis, avec cavalerie et
artillerie!...

Vous serez sans doute étonnés que ces troupes n'eussent en avant d'elles
ni grand'gardes, ni petits postes, ni éclaireurs; mais c'est l'usage des
Russes, lorsqu'ils sont résolus à défendre une bonne position, d'en
laisser approcher le plus près possible leur ennemi sans que le feu de
leurs tirailleurs le prévienne de la résistance qu'il va éprouver, et
c'est seulement lorsque ses masses sont à bonne portée qu'ils les
foudroient avec l'artillerie et la mousqueterie, ce qui étonne et
ébranle les soldats de leurs adversaires!... Cette méthode, qui offre
peut-être quelques avantages, a souvent eu de bons résultats pour les
Russes; aussi le général Wittgenstein nous préparait-il une réception de
ce genre!...

Le cas me parut si grave que, sans montrer mon régiment, je le fis
rentrer dans la forêt et courus de ma personne au-devant du maréchal
Oudinot pour le prévenir de l'état des choses. Je le trouvai hors du
bois, dans une plaine, où, après avoir mis pied à terre et fait arrêter
ses troupes, il déjeunait fort tranquillement au milieu de son
état-major. Je m'attendais à ce que mon rapport le tirerait de cette
fausse sécurité, mais il me reçut d'un air incrédule, et, me frappant
sur l'épaule, il s'écria: «Allons, voilà Marbot qui vient de nous
trouver 30,000 hommes à étriller!» Le général Lorencez, gendre et chef
d'état-major du maréchal Oudinot, fut le seul à me croire; il avait été
jadis aide de camp d'Augereau et me connaissait de longue date. Il prit
donc ma défense, en faisant observer que lorsqu'un chef de corps disait:
«_J'ai vu_», il devait être cru, et que négliger les avertissements des
officiers des troupes légères était s'exposer à de grands revers. Ces
observations du chef d'état-major ayant fait réfléchir le maréchal, il
commençait à me questionner sur la présence de l'ennemi, présence dont
il paraissait douter encore, lorsqu'un capitaine d'état-major, M.
Duplessis, arrivant tout essoufflé, vient dire qu'il a parcouru tous les
environs, pénétré même dans la forêt, et qu'il n'a pas vu un seul Russe!
En entendant ce rapport, le maréchal et son état-major se prirent à rire
de mes craintes, ce qui m'affecta vivement. Néanmoins, je me contins,
certain que, sous peu, la vérité serait connue.

En effet, le déjeuner terminé, on se remet en marche, et je retourne à
mon régiment qui faisait l'avant-garde. Je le dirige encore à travers
bois, comme j'avais fait la première fois, car je prévoyais ce qui
allait arriver dès que nous déboucherions en face de la position
ennemie. Malgré mes observations, Oudinot voulut suivre une très large
route tirée au cordeau qui traverse la forêt; mais à peine approchait-il
de la lisière, que les ennemis, apercevant le groupe nombreux formé par
son état-major, font un feu roulant de leurs canons qui, placés en face
de la grande route, l'enfilent de plein front et portent le désordre
dans l'escadron doré, naguère si joyeux! Heureusement, les boulets
n'atteignirent aucun homme; mais le cheval du maréchal fut tué, ainsi
que celui de M. Duplessis et beaucoup d'autres!... J'étais suffisamment
vengé; aussi, j'avoue à ma honte que j'eus peine à cacher la
satisfaction que j'éprouvais en voyant tous ceux qui avaient ri de mon
rapport et traité de fantaisies tout ce que j'avais dit sur la présence
de l'ennemi, se disperser en courant sous une grêle de boulets et sauter
les fossés à qui mieux mieux, pour chercher un refuge derrière les
grands sapins! Le bon général Lorencez, que j'avais engagé à rester dans
la forêt, rit beaucoup de cette scène. Je dois au maréchal Oudinot la
justice de dire que, à peine remonté à cheval, il vint à moi pour
m'exprimer les regrets qu'il éprouvait de ce qui s'était passé pendant
le déjeuner, et m'engager à lui donner des renseignements sur la
position des Russes et à lui indiquer les passages de la forêt par
lesquels il pourrait diriger ses colonnes d'infanterie sans trop les
exposer au canon.

Plusieurs officiers du 23e qui avaient, ainsi que moi, parcouru le bois
le matin, furent chargés de conduire les divisions. Celles-ci furent
néanmoins reçues à leur débouché par une canonnade terrible, ce qui
aurait pu être évité si, averti comme on l'était de la présence des
Russes, on eût manœuvré pour tourner un de leurs flancs, au lieu de
marcher sans précaution vers leur front. Je fus ainsi contraint, une
fois sorti de la forêt, d'attaquer la position par le point le mieux
défendu, et de prendre le taureau par les cornes!

Quoi qu'il en soit, nos braves troupes ayant abordé l'ennemi avec une
grande résolution, elles le repoussèrent de toutes parts, et, après deux
heures de combat, il effectua sa retraite. Elle n'était pas sans dangers
pour lui, car, pour l'opérer, il devait passer par la ville et traverser
le pont d'un ruisseau fort encaissé. Cette opération, toujours fort
difficile quand on doit la faire en combattant, commença d'abord avec
ordre; mais notre artillerie légère ayant pris position sur une hauteur
qui domine la ville, son feu redoublé porta bientôt le désordre dans les
masses ennemies, qui se précipitèrent à la débandade vers le pont. Au
lieu de reformer les rangs après l'avoir passé, on les voyait fuir
tumultueusement dans les plaines de la rive opposée, où leur retraite se
changea bientôt en déroute! Un seul régiment d'infanterie russe, celui
de Toula, tenait encore ferme à l'entrée du pont du côté de la ville. Le
maréchal Oudinot désirait vivement forcer ce défilé pour aller compléter
sa victoire sur les troupes qui fuyaient dans les plaines au delà du
ruisseau; mais nos colonnes d'infanterie touchant à peine les faubourgs,
il leur fallait au moins un quart d'heure pour arriver devant le pont,
et les moments étaient précieux.

Mon régiment, qui avait fait une charge heureuse à l'entrée de la ville,
se trouvait réuni sur la promenade, peu éloignée du ruisseau. Le
maréchal me fait dire de l'amener au galop, et, à peine arrivé, il
m'ordonne de charger sur les bataillons ennemis qui couvrent le pont, de
le traverser et de me lancer ensuite dans la plaine à la suite des
fuyards. Les militaires expérimentés savent combien il est difficile
pour la cavalerie d'enfoncer de braves fantassins résolus à se bien
défendre dans les rues d'une ville! Je compris toute l'étendue des
périls de la mission qui m'était imposée; il fallait obéir sur-le-champ;
je savais d'ailleurs que c'est par les premières impressions de combat
qu'un chef de corps se place bien ou mal dans l'esprit de sa troupe. La
mienne était composée de braves guerriers. Je les enlève rapidement au
galop et fonds à leur tête sur les grenadiers russes, qui nous reçurent
en croisant bravement la baïonnette. Ils furent néanmoins enfoncés du
premier choc, tant notre élan avait été impétueux! Dès que nous eûmes
pénétré dans les rangs ennemis, mes terribles chasseurs, se servant avec
dextérité de la pointe de leurs sabres, firent une affreuse boucherie!

Les ennemis se retirèrent sur le tablier du pont, où nous les suivîmes
de si près que, arrivés de l'autre côté, ils cherchèrent vainement à se
reformer; ils ne purent y parvenir, nos cavaliers étant mêlés avec eux
et tuant tout ce qu'ils pouvaient atteindre. Le colonel russe tomba
mort. Alors son régiment, découragé, n'étant plus commandé et voyant
accourir les voltigeurs français, qui arrivaient déjà au pont, mit bas
les armes! Je perdis sept hommes tués et eus une vingtaine de blessés.
Nous prîmes un drapeau et fîmes 2,000 prisonniers. Après ce combat, je
me lançai avec mon monde dans la plaine, où nous prîmes un grand nombre
de fuyards, plusieurs canons et beaucoup de chevaux.

Le maréchal Oudinot, qui, du haut de la ville, avait été témoin de
l'affaire, vint complimenter le régiment, pour lequel il eut depuis ce
jour une prédilection particulière. Il la méritait à tous égards.
J'étais fier de commander de tels soldats, et lorsque le maréchal
m'annonça qu'il allait demander pour moi le grade de colonel, je
craignais que l'Empereur, renonçant à sa première combinaison, ne me
donnât le premier régiment vacant. Étrange bizarrerie des choses
humaines! Le beau combat de Wilkomir, où le 23e s'était couvert de
gloire, fut sur le point de devenir plus tard la cause de sa perte,
parce que le courage qu'il avait montré dans cette occasion le fit
choisir pour une opération matériellement impraticable, dont je parlerai
sous peu. Mais revenons à Wilna, où l'Empereur commençait à rencontrer
quelques-unes des difficultés qui devaient faire échouer sa gigantesque
entreprise.

La première fut d'organiser la Lithuanie, que nous venions de conquérir.
Cette organisation devait être faite de manière à nous attacher non
seulement les provinces encore occupées par les Russes, mais de plus
celles du duché de Posen et de la Galicie que d'anciens traités avaient
incorporées à la Prusse et à l'Autriche, alliées de Napoléon, qui avait
en ce moment tant d'intérêt à les ménager!

Les seigneurs les plus ardents des diverses parties de la Pologne
faisaient proposer à Napoléon de soulever toutes les provinces et de
mettre à son service plus de 300,000 hommes, le jour où il déclarerait
_officiellement_ que tous les partages subis par leur pays étaient
annulés et que le royaume de Pologne était _reconstitué!_ Mais
l'empereur des Français, tout en reconnaissant les avantages qu'il
pourrait recueillir de cette levée de boucliers, ne se dissimulait pas
qu'elle aurait pour premier résultat de le mettre en guerre avec la
Prusse et l'Autriche, qui, plutôt que de se voir arracher d'immenses et
belles provinces, joindraient leurs armées à celles des Russes. Mais il
craignait surtout l'inconsistance de la nation polonaise, qui, après
l'avoir engagé contre les trois plus grandes puissances du Nord, ne
tiendrait peut-être pas ses promesses d'aujourd'hui. L'Empereur répondit
donc qu'il ne reconnaîtrait le royaume de Pologne que lorsque les
populations de ces vastes contrées se seraient montrées dignes d'être
indépendantes en se soulevant contre leurs oppresseurs. On tournait
ainsi dans un cercle vicieux, Napoléon ne voulant reconnaître la Pologne
qu'autant qu'elle se soulèverait, et les Polonais ne voulant agir
qu'après la reconstitution de leur nationalité. Au surplus, ce qui
prouverait que l'Empereur, en portant la guerre en Russie, n'avait
d'autre but que le rétablissement du blocus continental, c'est qu'il
n'avait fait conduire sur le Niémen aucun approvisionnement de fusils ni
d'habits pour armer et équiper les troupes que les Polonais eussent dû
mettre sur pied.

Quoi qu'il en soit, quelques seigneurs influents, voulant forcer la
main à Napoléon et l'engager malgré lui, se constituèrent à Varsovie en
Diète nationale, à laquelle vinrent se joindre un petit nombre de
députés de plusieurs cercles. Le premier acte de cette assemblée ayant
été de proclamer _la reconstitution et l'indépendance de l'ancien
royaume de Pologne_, le retentissement de cette patriotique déclaration
fut immense dans toutes les provinces, qu'elles fussent devenues russes,
prussiennes ou autrichiennes. On crut pendant quelques jours à un
soulèvement général, qu'eût probablement appuyé Napoléon; mais cette
exaltation irréfléchie dura peu chez les Polonais, dont à peine quelques
centaines vinrent se joindre à nous. Le refroidissement devint tel que
la ville et le cercle de Wilna ne purent fournir que vingt hommes pour
la garde d'honneur de Napoléon. Si les Polonais avaient déployé à cette
époque la centième partie de l'énergie et de l'enthousiasme dont ils
firent preuve lors de l'insurrection de 1830-1831, ils auraient
peut-être recouvré leur indépendance et leur liberté. Mais loin de venir
en aide aux troupes françaises, ils leur refusaient les choses les plus
indispensables, et, dans le cours de cette campagne, nos soldats durent
souvent s'emparer de force des vivres et des fourrages, que les
habitants et surtout les seigneurs nous cachaient, et livraient
cependant à la première réquisition des Russes, leurs persécuteurs.
Cette partialité en faveur de nos ennemis révoltait les soldats
français, ce qui donna lieu à quelques scènes fâcheuses que M. de Ségur
qualifie d'_affreux pillage!_ Il n'est cependant pas possible d'empêcher
de malheureux soldats harassés de fatigue et auxquels on ne fait aucune
distribution, de s'emparer du pain et des bestiaux dont ils ont besoin
pour vivre.

La nécessité de maintenir l'ordre dans les provinces occupées par son
armée amena, malgré tout, l'Empereur à nommer des préfets et des
sous-préfets, choisis parmi les Polonais les plus éclairés; mais leur
administration fut illusoire et ne rendit aucun service à l'armée
française. La cause principale de l'apathie des Polonais lithuaniens
provenait de l'attachement intéressé des grands pour le gouvernement
russe, qui assurait leurs droits sur les paysans dont ils craignaient
l'affranchissement par les Français, car tous ces nobles polonais, qui
parlaient sans cesse de _liberté_, tenaient les paysans dans le plus
rude servage!

Quoique l'agglomération des troupes françaises sur leurs frontières eût
dû faire pressentir aux Russes le commencement prochain des hostilités,
ils n'en avaient pas moins été surpris par le passage du Niémen, qu'ils
n'avaient défendu sur aucun point. Leur armée s'était mise en retraite
sur la Düna, sur la rive gauche de laquelle ils avaient construit, à
Drissa, un immense camp retranché. De toutes parts les divers corps
français suivaient les colonnes ennemies. Le prince Murat commandait la
cavalerie de l'avant-garde, et chaque soir il atteignait l'arrière-garde
des Russes; mais, après avoir soutenu un léger engagement, celle-ci
s'éloignait à marches forcées pendant la nuit, sans qu'il fût possible
de l'amener à un combat sérieux.



CHAPITRE VII

Division de l'armée russe.--Bagration échappe à Jérôme.--Marche sur la
Düna.--Attaque infructueuse de Dünabourg.--Je culbute deux régiments de
Wittgenstein sur la Düna.--Nous nous séparons de la Grande
Armée.--Composition du 2e corps.


Dès les premiers jours de notre entrée en Russie, les ennemis avaient
commis une faute énorme en permettant à Napoléon de rompre leur ligne,
de sorte que la plus grande masse de leurs troupes, conduite par
l'empereur Alexandre et le maréchal Barclay, avait été rejetée sur la
Düna, tandis que le surplus, commandé par Bagration, se trouvait encore
sur le haut Niémen, vers Mir, à quatre-vingts lieues du gros de leur
armée. Ainsi coupé, le corps de Bagration chercha à se réunir à
l'empereur Alexandre en passant par Minsk; mais Napoléon avait fait
garder ce point important par le maréchal Davout, qui repoussa vivement
les Russes et les rejeta sur Bobruïsk qu'il savait devoir être gardé par
Jérôme Bonaparte, à la tête de deux corps dont l'effectif s'élevait à
60,000 combattants. Bagration allait donc être réduit à mettre bas les
armes, lorsqu'il fut sauvé par l'impéritie de Jérôme, qui, ayant mal
compris les avis que Davout lui avait adressés et n'acceptant pas
d'ailleurs de reconnaître la suprématie qu'une longue expérience et de
grands succès donnaient à ce maréchal, voulut agir de son chef et
manœuvra si mal que Bagration échappa à ce premier danger. Cependant,
Davout, le suivant avec sa ténacité ordinaire, le rejoignit sur la
route de Mohilew, et, bien qu'il n'eût en ce moment qu'une division de
12,000 hommes, il attaqua et battit les 36,000 Russes de Bagration,
surpris, il est vrai, sur un terrain trop resserré pour qu'ils pussent
se déployer et mettre en action toutes leurs forces. Bagration, ainsi
repoussé, alla passer le Borysthène, beaucoup plus bas que Mohilew, à
Novoï-Bychow, et, désormais à l'abri des attaques de Davout, il put
enfin aller rejoindre la grande armée russe à Smolensk.

Dans les marches et contremarches que fit Bagration pour échapper à
Davout, il surprit la brigade de cavalerie française commandée par le
général Bordesoulle et lui enleva tout le 3e régiment de chasseurs à
cheval, dont mon ami Saint-Mars était colonel.

La prise du corps de Bagration aurait eu un résultat immense pour
Napoléon; aussi sa colère contre le roi Jérôme qui l'avait laissé
échapper fut-elle terrible! Il lui ordonna de quitter sur-le-champ
l'armée et de retourner en Westphalie. Cette mesure rigoureuse, mais
indispensable, produisit dans l'armée un effet très défavorable au roi
Jérôme; cependant, était-il le plus coupable? Son premier tort était
d'avoir pensé que sa dignité de _souverain_ s'opposait à ce qu'il reçût
les avis d'un simple maréchal. Mais l'Empereur, qui savait fort bien que
ce jeune prince n'avait de sa vie dirigé un seul bataillon, ni assisté
au plus petit combat, n'avait-il pas à se reprocher de lui avoir confié
pour son début une armée de 60,000 hommes, et cela dans des
circonstances aussi graves?... Le général Junot remplaça le roi Jérôme
et ne tarda pas à commettre aussi une faute irréparable.

À cette époque, l'empereur de Russie envoya vers Napoléon le comte de
Balachoff, l'un de ses ministres. Ce parlementaire trouva l'empereur des
Français encore à Wilna. On n'a jamais bien connu le but de cette
entrevue. Quelques personnes crurent qu'il s'agissait d'un armistice,
mais elles furent promptement détrompées par le départ de M. de
Balachoff, et l'on apprit bientôt que le parti anglais, dont l'influence
était immense à la cour et dans l'armée russe, ayant pris ombrage de la
mission donnée à M. de Balachoff, et craignant que l'empereur Alexandre
ne se laissât aller à traiter avec Napoléon, avait hautement exigé que
l'empereur de Russie s'éloignât de l'armée et retournât à
Saint-Pétersbourg. Alexandre accéda à ce désir, mais il tint à rappeler
également son frère Constantin. Laissés à eux-mêmes et stimulés par
l'Anglais Wilson, les généraux russes ne songèrent qu'à donner à la
guerre un caractère de férocité qui pût effrayer les Français. Ils
prescrivirent donc à leurs troupes de faire le désert derrière elles, en
incendiant les habitations et tout ce qu'elles ne pouvaient enlever!

Pendant que du point central de Wilna, Napoléon dirigeait les différents
corps de son armée, la rivière de la Düna avait été atteinte le 15
juillet par les colonnes que dirigeaient Murat, Ney, Montbrun, Nansouty
et Oudinot. Celui-ci, n'ayant probablement pas bien compris les ordres
de l'Empereur, fit une marche excentrique, et, descendant la Düna par sa
rive gauche, tandis que le corps de Wittgenstein la remontait sur le
bord opposé, il se présenta devant la ville de Dünabourg, vieille place
mal fortifiée, dont il espérait enlever le pont, afin de passer le
fleuve et d'aller sur la rive droite attaquer en queue Wittgenstein.
Mais celui-ci, en s'éloignant de Dünabourg, y avait laissé une forte
garnison et une nombreuse artillerie. Mon régiment faisait comme
d'habitude l'avant-garde, que le maréchal Oudinot dirigeait en personne
ce jour-là.

Dünabourg est située sur la rive droite; nous arrivions par la gauche,
qui est gardée par un ouvrage considérable servant de tête au pont de
communication situé entre la place et l'avancée que sépare le fleuve,
très large en cet endroit. À un quart de lieue des fortifications,
qu'Oudinot prétendait n'être pas garnies de canons, je trouvai un
bataillon russe, dont la gauche s'appuyait à la rivière et dont le front
était couvert par les baraques en planches d'un camp abandonné. Ainsi
postés, les ennemis étaient fort difficiles à joindre. Le maréchal
m'ordonna cependant de les attaquer. Après avoir laissé à l'intelligence
des officiers le soin d'éviter les baraques en passant par les
intervalles qui les séparaient, je commande la charge. Mais à peine le
régiment a-t-il fait quelques pas en avant au milieu d'une grêle de
balles lancées par les fantassins russes, que l'artillerie, dont le
maréchal avait nié l'existence, tonne avec impétuosité du haut des
fortifications, dont nous étions si près que les boîtes à mitraille
passaient au-dessus de nos têtes avant d'avoir le temps d'éclater. Un
des rares boulets qui s'y trouvaient mêlés traversa une maison de
pêcheur et vint briser la jambe d'un de mes plus braves trompettes qui
sonnait la charge à mes côtés!... Je perdis là plusieurs hommes.

Le maréchal Oudinot, qui avait eu le tort grave d'attaquer le camp de
baraques ainsi protégé par le canon et la mousqueterie, espéra débusquer
les fantassins ennemis en envoyant contre eux un bataillon portugais qui
précédait notre infanterie; mais ces étrangers, anciens prisonniers de
guerre, qu'on avait enrôlés en France, un peu malgré eux, se portèrent
au feu très mollement, et nous restions toujours exposés. Voyant
qu'Oudinot se tenait bravement sous les balles ennemies, mais sans
donner aucun ordre, je compris que si cet état de choses se prolongeait
encore quelques minutes, mon régiment allait être détruit. J'ordonnai
donc à mes chasseurs de se disperser et fis sur les fantassins russes
une charge en _fourrageurs_, qui eut le double avantage de leur faire
lâcher pied et d'éteindre le feu des artilleurs, qui n'osaient plus
tirer de crainte d'atteindre leurs tirailleurs mêlés aux Français.
Sabrés par mes cavaliers, les défenseurs du camp s'enfuirent dans le
plus grand désordre vers la tête du pont. Mais la garnison chargée de la
défense de cet ouvrage était composée de soldats de nouvelles levées
qui, craignant de nous y voir entrer à leur suite, fermèrent les portes
à la hâte, ce qui contraignit les fuyards à s'élancer vers le pont de
bateaux pour gagner l'autre rive et chercher un refuge dans la ville
même de Dünabourg.

Ce pont n'avait pas de garde-fou, les barques chancelaient, la rivière
était large et profonde, et j'apercevais de l'autre côté la garnison de
la place sous les armes et cherchant à fermer ses portes! Aller plus
avant me paraissait une folie! Pensant donc que le régiment en avait
assez fait, je l'avais arrêté, lorsque le maréchal survint en s'écriant:
«Brave 23e, faites comme à Wilkomir, passez le pont, forcez les portes
et emparez-vous de la ville!» En vain le général Lorencez voulut lui
faire sentir que les difficultés étaient ici beaucoup plus grandes, et
qu'un régiment de cavalerie ne pouvait attaquer une place forte, si mal
gardée qu'elle fût, lorsque, pour y arriver, il fallait passer deux
hommes de front sur un mauvais pont de bateaux: le maréchal s'obstina en
disant: «Ils profiteront du désordre et de la terreur des ennemis!» Puis
il me renouvela l'ordre de marcher sur la ville. J'obéis; mais à peine
étais-je sur la première travée du pont avec le premier peloton, à la
tête duquel j'avais tenu à honneur de me placer, que la garnison de
Dünabourg, étant parvenue à fermer la porte des fortifications donnant
sur la rivière, parut au haut des remparts, d'où elle commença à faire
feu sur nous!...

La ligne mince sur laquelle nous nous tenions ne permettant pas à ces
soldats inexpérimentés de tirer avec justesse, le canon et la
mousqueterie nous firent éprouver bien moins de pertes que je ne
l'aurais cru. Mais en entendant la place tirer sur nous, les défenseurs
de la tête de pont, revenus de leur frayeur, se mirent aussi de la
partie. Le maréchal Oudinot, voyant le 23e ainsi placé entre deux feux,
à l'entrée du pont vacillant, au delà duquel il ne pouvait avancer, me
fit parvenir l'ordre de rétrograder. Les grandes distances que j'avais
laissées entre les pelotons permirent alors à ceux-ci de faire demi-tour
par cavalier sans trop de désordre. Cependant deux hommes et deux
chevaux tombèrent dans le fleuve et se noyèrent. Pour regagner la rive
gauche, nous étions obligés de repasser sous les remparts de la tête de
pont, où nous fûmes encore assaillis par un feu roulant qui, fort
heureusement, était exécuté par des miliciens inhabiles; car si nous
avions eu affaire à des soldats bien exercés au tir, le régiment eût été
totalement exterminé.

Ce malheureux combat, si imprudemment engagé, me coûta une trentaine
d'hommes tués et beaucoup de blessés. On espérait, du moins, que le
maréchal s'en tiendrait à cet essai infructueux, d'autant plus que,
ainsi que je l'ai déjà dit, les instructions de l'Empereur ne lui
prescrivaient pas de prendre Dünabourg; cependant, dès que ses divisions
d'infanterie furent arrivées, il fit attaquer derechef la tête de pont,
dont les ennemis avaient eu le temps de renforcer la garnison par un
bataillon de grenadiers, accouru des cantonnements voisins, au bruit de
la canonnade; aussi nos troupes furent-elles repoussées avec des pertes
infiniment plus considérables que celles éprouvées par le 23e de
chasseurs. L'Empereur, ayant appris cette vaine tentative, en blâma le
maréchal Oudinot.

Vous savez que mon régiment était de brigade avec le 24e de chasseurs à
cheval. Le général Castex, qui commandait cette brigade, avait, dès le
premier jour de notre réunion, établi un ordre admirable dans le
service. Chacun des deux régiments, le faisant à son tour pendant
vingt-quatre heures, marchait en tête lorsqu'on allait vers l'ennemi,
faisait l'arrière-garde dans les retraites, fournissait tous les postes,
reconnaissances, grand'gardes et détachements, pendant que l'autre
régiment, suivant tranquillement la route, se remettait un peu des
fatigues de la veille et se préparait à celles du lendemain, ce qui ne
l'empêchait point de venir appuyer le corps de service, si celui-ci
était aux prises avec des forces supérieures. Ce système
extraréglementaire avait l'immense avantage de ne jamais séparer les
soldats de leurs officiers ni de leurs camarades, pour les placer sous
les ordres de chefs inconnus et les mêler aux cavaliers de l'autre
régiment. Enfin, pendant la nuit, une moitié de la brigade dormait
pendant que l'autre veillait sur elle. Cependant, comme il n'y a rien
sans inconvénients, il pouvait se faire que le hasard appelât plus
souvent un des deux corps à être de service, les jours où surviendraient
des engagements sérieux, ainsi que cela venait d'arriver au 23e tant au
combat de Wilkomir qu'à celui de Dünabourg. Cette chance le poursuivit
pendant la majeure partie de la campagne; mais il ne s'en plaignit
jamais, s'en tira toujours avec honneur, et fut souvent envié par le 24e
qui eut bien moins d'occasions de se faire remarquer.

J'ai déjà dit que pendant qu'Oudinot faisait sa course sur Dünabourg,
les corps de Ney, ainsi que l'immense réserve de cavalerie commandée par
Murat, remontaient vers Polotsk par la rive gauche de la Düna, tandis
que l'armée russe de Wittgenstein suivait la même direction par la rive
droite. Ainsi séparés de l'ennemi par la rivière, nos cavaliers se
gardaient mal et plaçaient, chaque soir, selon l'habitude française,
leurs bivouacs beaucoup trop près des bords de la Düna. Wittgenstein,
s'en étant aperçu, laissa passer l'infanterie de Ney et le gros de la
cavalerie de Montbrun, dont la division du général Sébastiani fermait la
marche, ayant pour arrière-garde la brigade du général Saint-Geniès,
ancien officier de l'armée d'Égypte, homme très brave, mais peu capable.
Arrivé au delà de la petite ville de Drouia, le général Saint-Geniès,
sur l'ordre de Sébastiani, établit ses régiments au bivouac à deux cents
pas de la rivière, qu'on croyait infranchissable sans bateaux. Mais
Wittgenstein, ayant connaissance d'un gué très praticable, profita de la
nuit pour faire passer le fleuve à une division de cavalerie qui,
s'élançant sur le corps français, enleva presque entièrement la brigade
Saint-Geniès, fit ce général prisonnier et contraignit Sébastiani à se
retirer promptement avec le reste de sa division vers le corps de
Montbrun. Après ce rapide coup de main, Wittgenstein rappela ses troupes
sur la rive droite et continua à remonter la Düna. Cette affaire fit
grand tort à Sébastiani et lui attira les reproches de l'Empereur.

Peu de temps après ce fâcheux événement, Oudinot ayant reçu l'ordre de
s'éloigner de Dünabourg et de remonter la Düna pour rejoindre Ney et
Montbrun, son corps d'armée prit la route qu'avaient suivie les corps de
ces derniers et vint passer devant la ville de Drouia. Le projet du
maréchal était de faire camper ses troupes à trois lieues au delà; mais
comme il craignait que les ennemis ne profitassent du gué pour jeter sur
la rive gauche de nombreux partis destinés à assaillir le grand convoi
qu'il traînait après lui, il décida, en s'éloignant avec toute son
armée, qu'un régiment de la brigade Castex passerait la nuit sur le
terrain où la brigade du général Saint-Geniès avait été surprise, et
aurait pour consigne d'observer le gué par lequel les Russes étaient
passés pour venir attaquer cette brigade. Mon régiment étant de service
ce jour-là, ce fut à lui qu'échut la dangereuse mission de rester seul
devant Drouia jusqu'au lendemain matin. Je savais que le gros de l'armée
de Wittgenstein avait remonté le fleuve, mais j'aperçus deux forts
régiments de cavalerie laissés par lui non loin du gué. C'était plus
qu'il n'en aurait fallu pour me battre.

Lors même que j'aurais voulu exécuter à la lettre l'ordre qui me
prescrivait d'établir mon bivouac sur l'emplacement qu'avait occupé,
deux jours avant, celui de Saint-Geniès, cela m'eût été impossible, le
sol étant couvert de plus de deux cents cadavres en putréfaction; mais à
cette raison majeure il s'en joignit une autre non moins importante. Ce
que j'avais vu et appris sur la guerre m'avait convaincu que le meilleur
moyen de défendre une rivière contre les attaques d'un ennemi dont le
but ne peut être de s'établir sur la rive qu'on occupe soi-même, est de
tenir le gros de sa troupe à certaine distance du fleuve, d'abord pour
être prévenu à temps du passage de l'adversaire, et en second lieu parce
que celui-ci, n'ayant en vue que de faire un coup de main pour se
retirer ensuite lestement, n'ose s'éloigner du rivage par lequel sa
retraite est assurée! J'établis donc le régiment à une demi-lieue de la
Düna, dans un champ où le terrain formait une légère ondulation.
J'avais laissé seulement quelques vedettes doubles sur le rivage, car je
suis convaincu que lorsqu'il ne s'agit que d'_observer_, deux hommes
voient tout aussi bien qu'une forte grand'garde. Plusieurs rangées de
cavaliers furent placées à la suite les uns des autres entre ces
vedettes et notre bivouac, d'où, comme l'araignée au fond de sa toile,
je pouvais être rapidement informé, par ces légers cordons, de tout ce
qui se passait sur le terrain que je devais garder. Du reste, j'avais
interdit les feux, même ceux des pipes, et prescrit le plus grand
silence.

Les nuits sont extrêmement courtes en Russie au mois de juillet;
cependant, celle-ci me parut bien longue, tant je craignais d'être
attaqué dans l'obscurité par des forces supérieures aux miennes. La
moitié des hommes étaient en selle, les autres faisaient manger leurs
chevaux et se tenaient prêts à monter dessus au premier signal. Tout
paraissait tranquille à la rive opposée, lorsque Lorentz, mon domestique
polonais, qui parlait parfaitement le russe, vint m'informer qu'il avait
entendu une vieille Juive, habitante d'une maison voisine, dire à une
autre femme de sa caste: «La lanterne du clocher de Morki est allumée,
l'attaque va commencer!» Je fis amener ces femmes devant moi, et,
questionnées par Lorentz, elles répondirent que, craignant de voir leur
hameau devenir le champ de bataille des deux partis, elles n'avaient pu
apercevoir sans alarme briller sur l'église du village de Morki, situé
sur la rive opposée, la lumière qui, l'avant-dernière nuit, avait servi
de signal aux troupes russes pour traverser le gué de la Düna et fondre
sur le camp français!...

Bien que je fusse prêt à tout événement, cet avis me fut très utile. En
un instant, le régiment fut à cheval, le sabre à la main, et les
vedettes du bord de la rivière, ainsi que les cavaliers placés en
cordon dans la plaine, reçurent à voix basse, et de proche en proche,
l'ordre de le rejoindre. Deux des plus intrépides sous-officiers,
Prud'homme et Graft, accompagnèrent seuls le lieutenant Bertin, que
j'envoyai observer les mouvements de l'ennemi. Il revint peu d'instants
après m'annoncer qu'une colonne de cavaliers russes traversait le gué,
que déjà plusieurs escadrons avaient pris pied sur la rive, mais que,
étonnés de ne pas trouver notre camp au lieu qu'avait occupé celui de
Saint-Geniès, ils s'étaient arrêtés, craignant sans doute de se trop
éloigner du gué, leur unique moyen de retraite; cependant, ils s'y
étaient décidés, avançaient au pas et se trouvaient à petite distance de
nous!

À l'instant, je fis mettre le feu à une immense meule de foin ainsi qu'à
plusieurs granges placées sur la hauteur. La lumière de leurs flammes
éclairant toute la contrée, je distinguai parfaitement la colonne
ennemie formée des hussards de Grodno. J'avais avec moi un millier de
braves cavaliers... nous nous élançons au galop dans la plaine, au cri
de «Vive l'Empereur!» et chargeons rapidement sur les Russes, qui,
surpris d'une attaque aussi brusque qu'imprévue, tournent bride et,
sabrés par mes chasseurs, courent à la débandade vers le gué par lequel
ils étaient venus. Ils s'y trouvèrent face à face avec le régiment de
dragons qui, formant brigade avec eux, les avait suivis et sortait à
peine de la rivière. Ces deux corps s'étant choqués et mêlés, il en
résulta un désordre affreux dont mes chasseurs profitèrent, grâce à la
lueur de l'incendie, pour tuer un grand nombre d'ennemis et prendre
beaucoup de chevaux. Les Russes se précipitant en tumulte dans le gué
qu'ils voulaient passer tous à la fois pour éviter les coups de
mousqueton que mes chasseurs tiraient du haut du rivage sur cette foule
éperdue, il s'en noya un bon nombre. Notre brusque attaque dans la
plaine avait tellement étonné les ennemis, qui s'attendaient à nous
surprendre endormis, que pas un ne se mit en défense, et tous fuirent
sans combattre; aussi j'eus le bonheur de regagner mon bivouac sans
avoir à déplorer la mort ni la blessure d'aucun de mes hommes!... Le
jour naissant éclaira notre champ de bataille, sur lequel gisaient
plusieurs centaines d'ennemis tués ou blessés. Je confiai ceux-ci aux
habitants du hameau près duquel j'avais passé la nuit, et me mis en
route pour me rallier au corps d'Oudinot, que je rejoignis le soir même.
Le maréchal me reçut très bien et complimenta le régiment sur sa belle
conduite.

Le 2e corps, marchant constamment sur la rive gauche de la Düna, parvint
en trois jours en face de Polotsk. Nous y apprîmes que l'Empereur avait
enfin quitté Wilna, où il était resté vingt jours, et se dirigeait vers
Witepsk, ville assez importante, dont il comptait faire le nouveau
centre de ses opérations.

En s'éloignant de Wilna, l'Empereur y avait laissé le duc de Bassano en
qualité de gouverneur de la province de Lithuanie, et le général
Hogendorf comme chef militaire. Aucun de ces deux fonctionnaires ne
convenait pour organiser les derrières d'une armée, car le duc de
Bassano, ancien diplomate et secrétaire ponctuel, n'avait aucune
connaissance en _administration_, tandis que le Hollandais Hogendorf,
parlant très mal notre langue, n'ayant aucune notion de nos usages et
règlements militaires, ne pouvait réussir auprès des Français qui
passaient à Wilna et de la noblesse du pays. Aussi les richesses
qu'offrait la Lithuanie ne furent d'aucun secours pour nos troupes.

Polotsk, ville située sur la rive droite de la Düna, est composée de
maisons en bois et dominée par un immense et superbe collège, alors tenu
par des Jésuites, qui presque tous étaient Français. Elle est entourée
de fortifications en terre ayant jadis soutenu un siège dans les guerres
de Charles XII contre Pierre le Grand. Les corps d'armée de Ney, de
Murat et de Montbrun, pour se rendre de Drissa à Witepsk, avaient établi
sur la Düna, en face de Polotsk, un pont de bateaux qu'ils laissèrent au
corps d'Oudinot, destiné à marcher sur la route de Pétersbourg. Ce fut
donc en ce lieu que le 2e corps prit une autre direction que la Grande
Armée, que nous revîmes seulement l'hiver suivant au passage de la
Bérésina.

Il faudrait plusieurs volumes pour retracer les manœuvres et les combats
de la partie de l'armée qui suivit l'Empereur à Moscou. Je me bornerai
donc à indiquer les faits les plus importants, à mesure qu'ils se
dérouleront.

Ainsi, le 25 juillet, il y eut près d'Ostrowno une affaire d'avant-garde
très favorable à notre infanterie, mais où plusieurs régiments de
cavalerie furent trop précipitamment engagés par Murat. Le 16e de
chasseurs fut de ce nombre. Mon frère, qui y servait comme chef
d'escadrons, fut pris et conduit bien au delà de Moscou, à Sataroff, sur
le Volga. Il y retrouva le colonel Saint-Mars, ainsi qu'Octave de Ségur.
Ils s'entr'aidèrent à supporter les ennuis de la captivité, auxquels mon
frère était déjà habitué, car il avait passé plusieurs années dans les
prisons et sur les pontons des Espagnols. Nos chances de guerre étaient
bien différentes: Adolphe, fait trois lois prisonnier, ne fut jamais
blessé, tandis que, recevant très souvent des blessures, je ne fus
jamais pris.

Pendant que l'Empereur, maître de Wilna, manœuvrait pour amener l'armée
russe à une bataille décisive, mais sans pouvoir y parvenir, le corps
d'Oudinot, après avoir passé la Düna à Polotsk, s'établit en avant de
cette ville, ayant en face de lui les nombreuses troupes du général
Wittgenstein, formant l'aile droite de l'ennemi. Avant de rendre compte
des événements qui se passèrent sur les rives de la Düna, je crois
nécessaire de vous faire connaître la composition du 2e corps, dont je
suivis tous les mouvements.

Le maréchal Oudinot, qui le commandait, n'avait d'abord sous ses ordres
que 44,000 hommes répartis en trois divisions d'infanterie, dont les
chefs étaient les généraux Legrand, Verdier et Merle, tous trois, et
surtout le premier, excellents officiers. On remarquait parmi les
généraux de brigade Albert et Maison. La cavalerie se composait d'une
superbe division de cuirassiers et de lanciers, commandée par le général
Doumerc, officier assez ordinaire, ayant sous ses ordres le brave
général de brigade Berckheim. Deux brigades de cavalerie légère
faisaient aussi partie du 2e corps. La première, composée des 23e et 24e
de chasseurs, était commandée par le général Castex, excellent militaire
sous tous les rapports. La seconde, formée par les 7e et 20e de
chasseurs et le 8e de lanciers polonais, était aux ordres du général
Corbineau, homme brave, mais apathique. Ces deux brigades n'étaient pas
réunies en division; le maréchal les attachait, selon les besoins, soit
aux divisions d'infanterie, soit à l'avant-garde ou à l'arrière-garde.
Ce système présentait de grands avantages.

Le 24e de chasseurs, avec lequel mon régiment était de brigade, était on
ne peut mieux composé et eût rendu de grands services si la sympathie et
l'union eussent existé entre les soldats et leur chef. Malheureusement,
le colonel A... se montrait fort dur pour ses subordonnés, qui, de leur
côté, étaient assez mal disposés pour lui. Cet état de choses avait
décidé le général Castex à marcher et à camper avec le 23e de chasseurs,
et à réunir sa cuisine de campagne à la mienne, bien qu'il eût servi
dans le 24e. Le colonel A..., grand, adroit, toujours parfaitement
monté, se montrait généralement bien dans les combats à l'arme blanche,
mais passait pour aimer moins les combats de mousqueterie et
d'artillerie. Malgré tout, l'Empereur appréciait chez ce chef de corps
une qualité qu'il possédait au plus haut degré, car c'était
incontestablement le meilleur officier de cavalerie légère de toutes les
armées de l'Europe. Jamais on ne vit un tact plus fin, un coup d'œil qui
explorât le pays avec autant de justesse; aussi, avant de parcourir une
contrée, il devinait les obstacles que les cartes ne signalaient pas,
prévoyait les points où devaient aboutir les ruisseaux, les chemins, les
moindres sentiers, et il tirait des mouvements de l'ennemi des
prévisions qui se réalisaient presque toujours. Sous le rapport de la
petite comme de la grande guerre, M. A... était donc un officier des
plus remarquables. L'Empereur, qui l'avait fréquemment employé à des
reconnaissances dans des campagnes précédentes, l'avait signalé au
maréchal Oudinot, qui l'appelait même souvent dans son conseil, d'où il
résultait forcément que bien des corvées et de périlleuses missions
retombaient sur mon régiment.



CHAPITRE VIII

Affaire de Jakoubowo ou Kliastitsoui.--Je suis blessé.


À peine les divers corps d'armée qui nous avaient précédés à Polotsk
s'en furent-ils éloignés, pour aller rejoindre l'Empereur à Witepsk,
qu'Oudinot, entassant toutes ses troupes en une seule et immense colonne
sur la route de Saint-Pétersbourg, marcha le 29 juillet sur l'armée de
Wittgenstein, qu'on savait être postée à dix lieues de nous, entre deux
petites villes nommées Sebej et Newel. Nous allâmes ce jour-là coucher
sur les rives de la Drissa. Cet affluent de la Düna n'est encore qu'un
fort ruisseau devant le relais de Siwotschina, où il est traversé par la
grande route de Pétersbourg; et comme il n'existait pas de pont, le
gouvernement russe y avait suppléé en faisant abattre des deux côtés, en
pente douce, les hautes berges qui l'encaissent; et, en pavant le fond
du ruisseau sur une largeur égale à celle de la route, on avait établi
un gué fort praticable, mais à droite et à gauche duquel les troupes et
les chariots ne pouvaient passer, tant le rivage est escarpé. Je crois
devoir donner cette explication, parce que trois jours après ce lieu fut
le théâtre d'un engagement des plus vifs.

Le lendemain 30, mon régiment étant de service, je pris la tête de
l'avant-garde et, suivi de tout le corps d'armée, je traversai le gué de
la Drissa. La chaleur était accablante, et dans les blés couverts de
poussière qui bordaient la route, on voyait deux larges zones où la
paille couchée et écrasée, comme si un rouleau y eût été traîné
plusieurs fois, indiquait le passage de fortes colonnes d'infanterie.
Tout à coup, auprès du relais de poste de Kliastitsoui, ces indices
disparaissaient des bords de la grande route et se reproduisaient à sa
gauche sur un large chemin vicinal qui aboutit à Jakoubowo. Il était
évident que l'ennemi avait quitté sur ce point la direction de Sebej
pour se jeter sur notre flanc gauche. La chose me parut grave! J'arrêtai
nos troupes et envoyai prévenir mon général de brigade. Mais le
maréchal, qui marchait ordinairement en vue de l'avant-garde, ayant
aperçu cette halte, accourut au galop, et, malgré les observations des
généraux Castex et Lorencez, il m'ordonna de continuer la marche par la
grande route. À peine avais-je fait une lieue, que j'aperçois venant à
nous un kibick, ou calèche russe, attelé de deux chevaux de poste!... Je
le fais arrêter et vois un officier ennemi qui, assoupi par la chaleur,
s'était couché tout de son long dans le fond du kibick. Ce jeune homme,
fils du seigneur auquel appartenait le relais de Kliastitsoui que je
venais de quitter, était aide de camp du général Wittgenstein et
revenait de Pétersbourg avec la réponse aux dépêches dont son général
l'avait chargé pour son gouvernement. Rien ne saurait peindre sa
stupéfaction, lorsque, réveillé en sursaut, il se trouva en présence de
nos chasseurs à figures rébarbatives et aperçut non loin de là de
nombreuses colonnes françaises! Il ne pouvait concevoir comment il
n'avait pas rencontré l'armée de Wittgenstein, ou au moins quelques-uns
de ses éclaireurs, entre Sebej et le point où nous étions; mais cet
étonnement confirmait le général Castex et moi dans la pensée que
Wittgenstein, pour tendre un piège à Oudinot, avait brusquement quitté
la route de Pétersbourg pour se jeter sur la gauche et sur
l'arrière-garde de l'armée française, qu'il allait attaquer en flanc et
en queue! En effet, nous entendîmes bientôt le canon, et peu après la
fusillade.

Le maréchal Oudinot, quoique surpris par une attaque aussi imprévue, se
tira assez bien du mauvais pas où il s'était engagé. Faisant faire un _à
gauche_ aux diverses fractions de sa colonne, il se mit en ligne en face
de Wittgenstein, dont il repoussa si vigoureusement les premières
attaques que le Russe ne crut pas devoir les renouveler ce jour-là, et
se retira derrière Jakoubowo. Mais sa cavalerie avait eu un assez beau
succès, car elle avait pris sur nos derrières un millier d'hommes et une
partie des équipages de l'armée française, entre autres nos forges de
campagne. Ce fut une perte immense, dont la cavalerie du 2e corps se
ressentit péniblement pendant toute la campagne. Après cet engagement,
les troupes d'Oudinot ayant pris position, la brigade Castex reçut
l'ordre de rétrograder jusqu'à Kliastitsoui, afin de garder
l'embranchement des deux routes, où l'infanterie du général Maison vint
se joindre à nous. L'officier russe, prisonnier dans la propre maison de
son père, nous en fit les honneurs avec beaucoup de grâce.

Cependant, un combat sérieux se préparant pour le lendemain, les
commandants des deux armées prirent leurs dispositions, et au point du
jour les Russes marchèrent sur la maison de poste de Kliastitsoui où
s'appuyait la droite des Français. Bien qu'en de telles circonstances
les deux régiments fussent employés, néanmoins celui qui était de
service se mettait en première ligne. C'était le tour du 24e de
chasseurs. Pour éviter toute hésitation, le brave général Castex vient
se placer en tête du régiment, le conduit rapidement sur les bataillons
russes, les enfonce et fait 400 prisonniers, en n'éprouvant qu'une perte
légère. Castex entra courageusement le premier dans les rangs ennemis;
son cheval fut tué d'un coup de baïonnette, et le général, dans sa
chute, eut un pied foulé. Il ne put pendant plusieurs jours diriger la
brigade, dont le colonel A... prit le commandement.

Les bataillons russes que le 24e venait de sabrer avaient été remplacés
sur-le-champ par d'autres, qui débouchaient de Jakoubowo et s'avançaient
sur nous rapidement. Le maréchal ayant alors envoyé à M. A... l'ordre de
les attaquer, celui-ci commanda le _passage de ligne en avant!_ ce que
j'exécutai aussitôt. Arrivé en première ligne, le 23e s'étant remis en
bataille, marcha vers l'infanterie russe, qui s'arrêta et nous attendit
de pied ferme: c'était le régiment de Tamboff. Dès que nous fûmes à
bonne portée, je commandai la _charge!_... Elle fut exécutée avec
d'autant plus de résolution et d'ensemble que mes cavaliers, outre leur
courage habituel, étaient vivement stimulés par la pensée que leurs
camarades du 24e suivaient des yeux tous leurs mouvements!... Les
ennemis commirent la faute énorme, selon moi, de démunir leur ligne de
tout son feu à la fois, en nous tirant une _bordée_ qui, mal ajustée, ne
tua ou blessa que quelques hommes et quelques chevaux: un feu de file
eût été bien plus meurtrier. Les Russes voulurent recharger leurs armes,
mais nous ne leur en laissâmes pas le temps; nos excellents chevaux,
lancés à fond de train, arrivèrent sur eux, et le choc fut si violent
qu'une foule d'ennemis furent jetés à terre!... Beaucoup se relevèrent
en essayant de se défendre avec la baïonnette contre les coups de pointe
de nos chasseurs; mais après avoir essuyé de grandes pertes, ils
reculèrent, puis se débandèrent, et un bon nombre furent tués ou pris
en fuyant vers un régiment de cavalerie qui arrivait à leur secours.
C'étaient les hussards de Grodno.

J'ai remarqué que lorsqu'un corps en a battu un autre, il conserve
toujours sa supériorité sur lui. J'en vis ici une nouvelle preuve, car
les chasseurs du 23e s'élancèrent comme sur une proie facile contre les
hussards de Grodno qu'ils avaient jadis si bien battus dans le combat de
nuit de Drouia, et les hussards, ayant reconnu leurs vainqueurs,
s'enfuirent à toutes jambes! Ce régiment fut pendant tout le reste de la
campagne en face du 23e, qui conserva toujours sur lui le même
ascendant.

Pendant que les événements que je viens de raconter se passaient à notre
aile droite, l'infanterie du centre et de la gauche ayant attaqué les
Russes, ceux-ci, battus sur tous les points, abandonnèrent le champ de
bataille, et à la tombée de la nuit, ils allèrent prendre position à une
lieue de là. Notre armée garda celle qu'elle occupait entre Jakoubowo et
l'embranchement de Kliastitsoui. La joie fut grande ce soir-là dans les
bivouacs de la brigade, car nous étions vainqueurs!... Mon régiment
avait pris le drapeau des fantassins de Tamboff, et le 24e s'était aussi
emparé de celui du corps russe qu'il avait enfoncé; mais le contentement
qu'il éprouvait se trouvait affaibli par le regret de savoir ses deux
chefs d'escadrons blessés. Le premier, M. Monginot, était sous tous les
rapports un officier du plus grand mérite; le second, frère du colonel,
sans avoir les talents ni l'esprit de son aîné, était un officier des
plus intrépides. Ces deux chefs d'escadrons se rétablirent promptement
et firent le reste de la campagne.

Lorsqu'un corps cherche à _tourner_ son ennemi, il s'expose à être
tourné lui-même. C'est ce qui était arrivé à Wittgenstein, car ce
général, qui le 29 avait quitté la route de Pétersbourg pour se jeter
sur la gauche et sur les derrières de l'armée française, avait compromis
par là sa ligne de communication dont Oudinot aurait pu le séparer
complètement, si, après l'avoir battu le 30, il l'eût poussé
vigoureusement. La situation du général russe était d'autant plus
dangereuse que, placé en face d'une armée victorieuse qui lui barrait le
chemin de la retraite, il apprit que le maréchal Macdonald, après avoir
passé la Düna et pris la place de Dünabourg, avançait sur ses derrières.
Pour sortir de ce mauvais pas, Wittgenstein avait habilement employé
toute la nuit après le combat pour faire à travers champs un détour qui,
par Jakoubowo, ramenait son armée sur la route de Saint-Pétersbourg, au
delà du relais de Kliastitsoui. Mais craignant que la droite des
Français, postée à peu de distance de ce point, ne vînt fondre sur ses
troupes pendant leur marche de flanc, il avait résolu de l'en empêcher
en attaquant lui-même notre aile droite avec des forces supérieures,
pendant que le gros de l'armée, exécutant son mouvement, regagnerait la
route de Saint-Pétersbourg et rouvrirait ses communications avec Sebej.

Le lendemain, 31 juillet, mon régiment prenait le service au lever de
l'aurore, lorsqu'on s'aperçut qu'une partie de l'armée ennemie, battue
la veille par nous, ayant contourné la pointe de notre aile droite,
était en pleine retraite sur Sebej, tandis que le surplus venait nous
attaquer à Kliastitsoui. En un clin d'œil, toutes les troupes du
maréchal Oudinot furent sous les armes; mais pendant que les généraux
prenaient leurs dispositions de combat, une forte colonne de grenadiers
russes, attaquant nos alliés de la légion portugaise, les mit dans un
désordre complet; puis elle se dirigeait vers la vaste et forte maison
du relais, point important dont elle allait s'emparer, lorsque le
maréchal Oudinot, toujours l'un des premiers au feu, accourt vers mon
régiment déjà rendu aux avant-postes, et m'ordonne de tâcher d'arrêter,
ou du moins de retarder la marche des ennemis jusqu'à l'arrivée de notre
infanterie qui s'avançait rapidement. J'enlève mon régiment au galop et
fais sonner la charge, en prenant obliquement la ligne ennemie par sa
droite, ce qui gêne infiniment le feu de l'infanterie; aussi celui que
les grenadiers ennemis firent sur nous fut-il presque nul, et ils
allaient, être sabrés vigoureusement, car le désordre était déjà parmi
eux, lorsque, soit par instinct, soit sur le commandement de leur chef,
ils font demi-tour et gagnent en courant un large fossé, qu'en venant
ils avaient laissé derrière eux. Tous s'y précipitèrent, et là, couverts
jusqu'au menton, ils commencèrent un feu de file des mieux nourris!
J'eus tout de suite six à sept hommes tués, une vingtaine de blessés, et
reçus une balle au défaut de l'épaule gauche. Mes cavaliers étaient
furieux; mais notre rage était impuissante contre des hommes qu'il nous
était physiquement impossible de joindre!... Dans ce moment critique, le
général Maison, arrivant avec sa brigade d'infanterie, m'envoya l'ordre
de passer derrière ses bataillons; puis il attaqua par les deux flancs
le fossé, dont les défenseurs furent tous tués ou pris.

Quant à moi, grièvement blessé, je fus conduit auprès du relais. On me
descendit de cheval à grand'peine. Le bon docteur Parot,
chirurgien-major du régiment, vint me panser; mais à peine cette
opération était-elle commencée que nous fûmes obligés de l'interrompre.
L'infanterie russe attaquait de nouveau, et une grêle de balles tombait
autour de nous! Nous nous éloignâmes donc hors de la portée des fusils.
Le docteur trouva ma blessure grave: elle eût été mortelle si les
grosses torsades de l'épaulette, que la balle avait dû traverser avant
d'atteindre ma personne, n'eussent changé la direction et beaucoup
amorti la force du coup. Il avait néanmoins été si rude que le haut de
mon corps, poussé violemment en arrière, était allé toucher la croupe de
mon cheval; aussi les officiers et chasseurs qui me suivaient me
crurent-ils mort, et je serais tombé si mes ordonnances ne m'eussent
soutenu. Le pansement fut très douloureux, car la balle s'était
incrustée dans les os, au point où le haut du bras se joint à la
clavicule. Il fallut, pour l'extraire, élargir la plaie, dont on voit
encore la grande cicatrice.

Je vous avouerai que si j'eusse alors été colonel, j'aurais suivi les
nombreux blessés du corps d'armée qu'on dirigeait vers Polotsk, et que,
passant la Düna, je me serais rendu dans quelque ville de Lithuanie pour
m'y faire soigner. Mais je n'étais que simple chef d'escadrons;
l'Empereur pouvait en une journée de poste arriver à Witepsk, passer une
revue du corps, et il n'accordait rien qu'aux militaires _présents_ sous
les armes. Cet usage, qui, au premier aspect, paraît cruel, était
néanmoins basé sur l'intérêt du service, car il stimulait le zèle des
blessés, qui, au lieu de traîner dans les hôpitaux, s'empressaient de
rejoindre leurs corps respectifs dès que leurs forces le permettaient.
L'effectif de l'armée y gagnait infiniment. À toutes les raisons dites
plus haut, se joignaient mes succès devant l'ennemi, mon attachement au
régiment, ma récente blessure reçue en combattant dans les rangs; tout
m'engageait à ne pas m'éloigner. Je restai donc, malgré les douleurs
intolérables que j'éprouvais; puis, après avoir mis mon bras en écharpe
tant bien que mal et m'être fait hisser à cheval, je rejoignis mon
régiment.



CHAPITRE IX

Défilé des marais de Sebej.--Retraite.--Brillante affaire du gué de
Sivotschina.--Mort de Koulnieff.--Retour offensif.--Derniers adieux.


Depuis que j'avais été blessé, l'état des choses était bien changé; nos
troupes avaient battu Wittgenstein et fait un grand nombre de
prisonniers. Cependant, les Russes étaient parvenus à gagner la route de
Saint-Pétersbourg, par laquelle ils effectuaient leur retraite sur
Sebej.

Pour se rendre du relais de Kliastitsoui à cette ville, il faut
traverser le très vaste marais de Khodanui, au milieu duquel la grande
route est élevée sur une digue formée par d'immenses sapins couchés les
uns auprès des autres. Un fossé, ou plutôt un canal large et profond,
règne des deux côtés de cette digue, et il n'existe aucun autre passage,
à moins de se jeter bien loin de la direction de Sebej. Ce défilé a près
d'une lieue de long, mais la route en bois qui en assure la viabilité
est d'une largeur très considérable. Aussi, dans l'impossibilité de
placer des tirailleurs dans le marais, les Russes se retiraient-ils en
épaisses colonnes par cette route factice, au delà de laquelle nos
cartes indiquaient une plaine. Le maréchal Oudinot, voulant compléter sa
victoire, avait résolu de les y suivre. À cet effet, il avait déjà
engagé sur la route du marais la division d'infanterie du général
Verdier, que devait suivre d'abord la brigade de cavalerie Castex, puis
tout le corps d'armée. Mon régiment n'était pas encore entré en ligne
lorsque je le rejoignis.

En me voyant me replacer à leur tête malgré ma blessure, officiers,
sous-officiers et chasseurs me reçurent par une acclamation générale,
qui prouvait l'estime et l'attachement que ces braves gens avaient
conçus pour moi; j'en fus profondément touché. Je fus surtout pénétré de
reconnaissance pour la satisfaction qu'exprima, en me revoyant, mon
camarade, le chef d'escadrons Fontaine. Cet officier, quoique fort brave
et très capable, avait si peu d'ambition qu'il était resté dix-huit ans
simple capitaine, avait refusé trois fois le grade de chef d'escadrons
et ne l'avait accepté que sur l'ordre formel de l'Empereur.

Je repris donc le commandement du 23e, qui pénétra dans le marais à la
suite de la division Verdier, sur laquelle les derniers pelotons de la
colonne ennemie s'étaient bornés à tirer de loin quelques coups de fusil
tant qu'on fut dans le défilé; mais, dès que nos fantassins débouchèrent
dans la plaine, ils aperçurent l'armée russe déployée, dont l'artillerie
les reçut par un feu terrible. Cependant, malgré leurs pertes, les
bataillons français n'en continuèrent pas moins à marcher en avant.
Bientôt ils se trouvèrent tous hors du défilé, et ce fut à mon régiment
à paraître dans la plaine, à la tête de la brigade. Le colonel A..., qui
la commandait provisoirement, n'étant pas là pour nous diriger, je
songeai à éloigner le plus possible mon régiment de ce point dangereux
et lui fis prendre le galop dès que l'infanterie m'eut fait place. J'eus
néanmoins sept ou huit hommes tués et un plus grand nombre de blessés.
Le 24e, qui me suivait, souffrit aussi beaucoup. Il en fut de même de la
division d'infanterie du général Legrand; mais, dès qu'elle fut formée
dans la plaine, le maréchal Oudinot ayant attaqué les lignes ennemies,
leur artillerie divisa ses feux sur plusieurs points, et la sortie du
défilé serait devenue moins périlleuse pour les autres troupes, si
Wittgenstein n'eût en ce moment attaqué avec toutes ses forces celles
que nous avions dans la plaine. La supériorité du nombre nous
contraignit à céder le terrain avant l'arrivée du reste de notre armée,
et nous dûmes battre en retraite vers le défilé de Khodanui.
Heureusement, cette voie était fort large, ce qui nous permit d'y
marcher facilement par pelotons.

Du moment qu'on quittait la plaine, la cavalerie devenait plus
embarrassante qu'utile; ce fut elle que le maréchal fit retirer la
première. Elle fut suivie par la division d'infanterie Verdier, dont le
général venait d'être très grièvement blessé. La division Legrand fit
l'arrière-garde. Sa dernière brigade, commandée par le général Albert,
eut à soutenir un combat très vif au moment où ses derniers bataillons
étaient sur le point de s'engager dans le marais; mais une fois qu'ils y
furent en colonne, le général Albert ayant placé à la queue huit pièces
de canon qui, tout en se retirant, faisaient feu sur l'avant-garde
ennemie, celle-ci éprouva à son tour de grandes pertes. En effet, ses
pièces ne tiraient que fort rarement, parce que, après chaque coup, il
fallait qu'elles fissent un premier demi-tour pour continuer la
poursuite et un second pour se remettre en batterie, mouvements lents et
fort embarrassants dans un défilé. L'artillerie russe nous fit donc peu
de mal dans le passage du marais.

La fin du jour approchait lorsque les troupes françaises, sortant du
défilé, repassèrent devant Kliastitsoui et se trouvèrent sur les rives
de la Drissa, au gué de Sivotschina, qu'elles avaient traversé le matin
en poursuivant les Russes, après les avoir battus à Kliastitsoui.
Ceux-ci venaient de prendre leur revanche, car, après nous avoir fait
perdre sept ou huit cents hommes dans la plaine, au delà du marais, ils
nous poussèrent à leur tour l'épée dans les reins!... Pour mettre fin au
combat et donner un peu de repos à l'armée, le maréchal Oudinot lui fit
traverser le gué de Sivotschina et la mena camper à Biéloé.

La nuit commençait, lorsque les avant-postes laissés en observation sur
la Drissa firent savoir que les ennemis passaient ce cours d'eau. Le
maréchal Oudinot, s'étant rendu promptement vers ce point, reconnut que
huit bataillons russes, ayant sur leur front quatorze bouches à feu en
batterie, venaient d'établir leurs bivouacs sur la rive gauche, que nous
occupions. Le surplus de leur armée était de l'autre côté de la Drissa,
se préparant sans doute à la traverser le lendemain pour venir nous
attaquer. Cette avant-garde était commandée par le général Koulnieff,
homme fort entreprenant, mais ayant, comme la plupart des officiers
russes de cette époque, la mauvaise habitude de boire une trop grande
quantité d'eau-de-vie. Il paraît qu'il en avait pris ce soir-là outre
mesure, car on ne saurait expliquer autrement la faute énorme qu'il
commit en venant, avec huit bataillons seulement, camper à peu de
distance d'une armée de 40.000 hommes, et cela dans les conditions les
plus défavorables pour lui. En effet, le général russe avait, à deux
cents pas derrière sa ligne, la Drissa, qui, à l'exception du gué, était
infranchissable, non point à cause du volume de ses eaux, mais parce que
les berges, coupées à pic, ont une élévation de 15 à 20 pieds. Koulnieff
n'avait ainsi d'autre retraite que par le gué. Or, pouvait-il espérer,
en cas de défaite, que ses huit bataillons et quatorze canons
s'écouleraient assez promptement par cet unique passage devant les
forces considérables de l'armée française, qui pouvait d'un instant à
l'autre fondre sur eux du lieu voisin qu'elle occupait, à Biéloé?
Non!... Mais il paraît que le général Koulnieff était hors d'état de
faire ces réflexions lorsqu'il plaça son camp sur la rive gauche du
ruisseau. On doit donc s'étonner que pour l'établissement de son
avant-garde, le général en chef Wittgenstein s'en soit rapporté à
Koulnieff, dont il devait connaître les habitudes d'intempérance.

Pendant que la tête de colonne des Russes se portait arrogamment à une
aussi petite distance de nous, une grande confusion régnait, non parmi
les troupes françaises, mais parmi leurs chefs. Le maréchal Oudinot,
homme des plus braves, manquait de fixité dans ses résolutions et
passait en un instant d'un projet d'attaque à des dispositions de
retraite. Les pertes qu'il venait d'éprouver vers la fin de la journée
de l'autre côté du grand marais l'ayant jeté dans une grande perplexité,
il ne savait comment faire pour exécuter les ordres de l'Empereur, qui
lui enjoignaient de refouler Wittgenstein sur la route de
Saint-Pétersbourg, au moins jusqu'à Sebej et Newel. Ce fut donc avec
grande joie que le maréchal reçut pendant la nuit une dépêche qui lui
annonçait la très prochaine arrivée d'un corps de Bavarois commandés par
le général Saint-Cyr, que l'Empereur plaçait sous ses ordres. Mais au
lieu d'attendre ce puissant renfort dans une bonne position, Oudinot,
conseillé par le général d'artillerie Dulauloy, voulait aller recevoir
les Bavarois en faisant rétrograder toute son armée jusqu'à Polotsk!...
Cette pensée inexplicable trouva une très vive opposition dans la
réunion de généraux convoqués par le maréchal. Le brave général Legrand
expliqua que, bien que nos succès de la matinée eussent été
contre-balancés par les pertes de la soirée, l'armée était cependant on
ne peut mieux disposée à marcher à l'ennemi; que la faire battre en
retraite sur Polotsk serait ébranler son moral et la présenter aux
Bavarois comme une troupe vaincue venant chercher un refuge auprès
d'eux; enfin que cette pensée seule devait indigner tous les cœurs
français. La chaleureuse allocution de Legrand ayant réuni les suffrages
de tous les généraux, le maréchal déclara renoncer à son projet de
retraite.

Il restait à résoudre une question fort importante. Que fera-t-on dès
que le jour paraîtra? Le général Legrand, avec l'ascendant que lui
donnaient son ancienneté, ses beaux services et sa grande habitude de la
guerre, proposa de profiter de la faute commise par Koulnieff pour
attaquer l'avant-garde russe, si imprudemment placée sans appui sur la
rive occupée par nous, et de la rejeter dans la Drissa qu'il avait à
dos. Cet avis ayant été adopté par le maréchal et tout le conseil,
l'exécution en fut confiée au général Legrand.

Le camp de l'armée d'Oudinot était situé dans une forêt de grands sapins
fort espacés entre eux. Au delà, se trouvait une immense clairière. Les
lisières du bois prenaient la forme d'un arc dont les deux pointes
aboutissaient à la Drissa, qui figurait la corde de cet arc. Le bivouac
des huit bataillons russes se trouvait établi très près de la rivière,
en face du gué. Quatorze canons étaient en batterie sur le front de
bandière.

Le général Legrand, voulant surprendre l'ennemi, prescrivit au général
Albert d'envoyer dans chacune des deux parties du bois qui figuraient
les côtés de l'arc, un régiment d'infanterie qui, s'avançant vers les
extrémités de la corde, devait prendre en flanc le camp ennemi, dès
qu'il entendrait la marche d'un régiment de cavalerie; celui-ci, sortant
du bois par le centre de l'arc, devait fondre à toutes jambes sur les
bataillons russes et les pousser dans le ravin. La tâche qu'avait à
remplir la cavalerie était, comme on le voit, la plus périlleuse, car
non seulement elle devait attaquer de _front_ la ligne ennemie garnie de
6,000 fusils, mais essuyer le feu de quatorze pièces d'artillerie avant
de joindre les ennemis! Il est vrai qu'en agissant par surprise, on
espérait trouver les Russes endormis et éprouver peu de résistance.

Vous venez de voir que mon régiment, ayant pris le service le 31 juillet
au matin à Kliastitsoui, l'avait fait pendant toute la journée. Il
devait par conséquent, selon la règle établie, être relevé par le 24e le
1er août, à une heure du matin. Ce régiment fut donc commandé pour
l'attaque, et le mien devait rester en réserve, car l'espace vide entre
le bois et le ruisseau ne pouvait contenir qu'un seul régiment de
cavalerie. Le colonel A... se rendit auprès d'Oudinot, et lui fit
observer qu'il y avait à craindre que pendant que nous nous préparions à
combattre les troupes de Wittgenstein placées devant nous, ce général
n'eût dirigé vers notre droite une forte colonne pour passer la Drissa à
un gué existant probablement à trois lieues en amont du point où nous
étions, gagner nos derrières et enlever nos blessés et nos équipages;
qu'il serait donc convenable d'envoyer un régiment de cavalerie observer
le gué dont il parlait. Le maréchal adopta cette idée, et le colonel
A..., dont le régiment venait de prendre le service, le fit promptement
monter à cheval, et, l'emmenant dans l'expédition qu'il avait conçue,
laissa au 23e les risques du combat qui allait s'engager.

Mon brave régiment reçut avec calme l'annonce de la périlleuse mission
qui lui était confiée et vit avec plaisir le maréchal et le général
Legrand passer sur son front pour présider aux préparatifs de l'attaque
importante que nous allions faire.

À cette époque, tous les régiments français, à l'exception des
cuirassiers, avaient une compagnie de grenadiers, nommée compagnie
d'_élite_, qui tenait habituellement la droite de la ligne. Celle du 23e
était donc ainsi placée, lorsque le général Legrand fit observer au
maréchal que les ennemis ayant leur artillerie en avant de leur centre,
et les dangers devant être par conséquent beaucoup plus grands sur ce
point, il conviendrait de le faire attaquer par la compagnie d'élite,
composée des hommes les plus aguerris et des meilleurs chevaux, afin
d'éviter une hésitation qui pourrait compromettre le résultat de
l'opération. En vain, j'assurai que le régiment, presque entièrement
formé d'anciens soldats, était sous tous les rapports moraux et
physiques aussi solide sur un point que sur un autre, le maréchal
m'ordonna de placer la compagnie d'élite au centre du régiment. J'obéis;
puis, ayant réuni les officiers, je leur expliquai à demi-voix ce que
nous allions exécuter, et les prévins que pour mieux surprendre les
ennemis, je ne ferais aucun commandement préparatoire et me bornerais à
celui de _Chargez!_ lorsque notre ligne serait à petite portée du canon
ennemi. Tout étant bien convenu, le régiment sortit du bivouac dans le
plus grand silence aux premières lueurs du crépuscule, et traversa avec
assez de facilité le bois dont les grands arbres étaient très espacés;
puis nous entrâmes dans la clairière unie au bout de laquelle se
trouvait le camp russe. Seul de tout le régiment, je n'avais pas le
sabre à la main, car la droite, celle qui restait libre, était employée
à tenir les rênes de mon cheval. Vous comprenez ce qu'il y avait de
pénible dans cette position pour un officier de cavalerie qui va
s'élancer sur les ennemis!... Mais j'avais tenu à marcher avec mon
régiment et me plaçai en avant de la compagnie d'élite, ayant auprès de
moi son intrépide capitaine, M. Courteau, un des meilleurs officiers de
ce corps et celui que j'affectionnais le plus.

Tout était parfaitement tranquille dans le camp des Russes, vers lequel
nous avancions au petit pas, sans bruit, et j'avais d'autant plus
d'espoir de le surprendre que le général Koulnieff n'ayant fait passer
le gué à aucun détachement de cavalerie, nous n'apercevions pas de
vedettes et distinguions seulement, à la lueur affaiblie des feux,
quelques rares sentinelles d'infanterie, placées si près du camp,
qu'entre leur avertissement et notre brusque apparition, il était
probable que les Russes ne pourraient se préparer à la défense. Mais
tout à coup deux vilains Cosaques, gens rôdeurs et méfiants, paraissent,
à cheval, à trente pas de ma ligne, la considèrent un moment, puis
s'enfuient vers le camp, où il était évident qu'ils allaient signaler
notre arrivée!... Ce contre-temps me fut très désagréable, car sans lui
nous serions certainement arrivés sur les Russes sans perdre un seul
homme. Cependant, comme nous étions découverts et approchions d'ailleurs
du point où j'avais résolu d'accélérer la marche, je mis mon cheval au
galop. Tout le régiment fit de même, et bientôt je fis entendre le
commandement: «Chargez!»

À ce signal, tous mes intrépides cavaliers s'élancent rapidement avec
moi vers le camp, où nous tombons comme la foudre!... Mais l'alarme
venait d'y être donnée par les deux Cosaques! Les artilleurs, couchés
auprès de leurs pièces, saisissent leurs lances à feu, et quatorze
canons vomissent à la fois la mitraille sur mon régiment! Trente-sept
hommes, dont dix-neuf de la compagnie d'élite, furent tués raides! Le
brave capitaine Courteau fut de ce nombre, ainsi que le lieutenant
Lallouette! Les artilleurs russes essayaient de recharger leurs pièces,
lorsqu'ils furent hachés par nos cavaliers! Nous avions peu de blessés,
presque tous les coups ayant été mortels. Nous eûmes une quarantaine de
chevaux tués. Le mien fut estropié par un biscaïen; il put néanmoins me
porter jusque dans le camp, où les fantassins russes, réveillés en
sursaut, couraient déjà aux armes. Ces hommes se voyant rudement sabrés
par nos chasseurs à cheval qui, d'après mes instructions, s'étaient
placés dès l'abord entre eux et les rangées de fusils, fort peu purent
saisir les leurs et faire feu sur nous, d'autant moins qu'au bruit de
l'artillerie, les deux régiments d'infanterie du général Albert, sortant
du bois, s'étaient élancés au pas de course sur les extrémités du camp,
où ils passaient au fil de la baïonnette tout ce qui essayait de se
défendre. Les Russes en désordre ne pouvant résister à cette triple
attaque, une grande partie d'entre eux qui, arrivés la nuit au camp,
n'avaient pu distinguer la hauteur des berges de la rivière, voulurent
s'échapper dans cette direction et tombèrent de quinze à vingt pieds sur
des roches où presque tous furent brisés: il en périt beaucoup!

Le général Koulnieff, à peine réveillé, se réunit cependant à un groupe
de 2,000 hommes, dont le tiers tout au plus avait des fusils, et suivant
machinalement cette masse désordonnée, il se présenta devant le gué.
Mais, en pénétrant dans le camp, j'avais fait occuper ce point important
par 500 à 600 cavaliers, dont faisait partie la compagnie d'élite qui,
exaspérée par la mort de son capitaine, s'élança en fureur sur les
Russes, dont elle fit un très grand massacre!... Le général Koulnieff,
que déjà l'ivresse faisait chanceler sur son cheval, ayant attaqué le
maréchal des logis _Legendre_, celui-ci lui plongea son sabre dans la
gorge et l'étendit mort à ses pieds!... M. de Ségur, dans sa narration
de la campagne de 1812, fait tenir au général Koulnieff mourant un
discours à l'instar des héros d'Homère. J'étais à quelques pas du
sous-officier Legendre lorsqu'il passa son sabre dans la gorge de
Koulnieff, et je puis certifier que ce général russe tomba sans proférer
un seul mot[4]!... La victoire des fantassins du général Albert et du
23e fut complète. Les ennemis eurent au moins 2,000 hommes tués ou
blessés, et nous leur fîmes près de 4,000 prisonniers; le surplus périt
en tombant sur les rochers aigus. Quelques Russes des plus lestes
parvinrent à rejoindre Wittgenstein, qui, en apprenant la sanglante
défaite de son avant-garde, se mit en retraite sur Sebej.

Le maréchal Oudinot, enhardi par l'éclatant succès qu'il venait
d'obtenir, résolut de poursuivre les Russes et fit, comme la veille,
passer l'armée sur la rive droite de la Drissa; mais pour donner aux
régiments d'infanterie de la brigade Albert ainsi qu'au 23e de chasseurs
à cheval le temps de se remettre des fatigues du combat, le maréchal les
laissa en observation sur le champ de bataille de Sivotschina.

Je profitai de ce repos pour procéder à une cérémonie dont on s'occupe
bien rarement à la guerre. Ce fut de rendre les derniers devoirs à ceux
de nos braves camarades qui venaient d'être tués!... Une fosse
considérable les reçut tous, rangés selon leurs grades, ayant le
capitaine Courteau et son lieutenant sur le front de la ligne! Puis les
quatorze canons russes, si courageusement enlevés par le 23e, furent
placés en avant de cette tombe militaire!

Ce pieux devoir accompli, je voulus faire panser ma blessure de la
veille, qui me causait des douleurs affreuses, et fus pour cela
m'asseoir à l'écart sous un immense sapin. J'y aperçus un jeune chef de
bataillon qui, adossé contre le tronc de l'arbre et soutenu par deux
grenadiers, fermait péniblement un petit paquet dont l'adresse était
tracée avec du sang... C'était le sien!... Cet officier, appartenant à
la brigade Albert, venait de recevoir, à l'attaque du camp russe, un
affreux coup de baïonnette qui lui avait ouvert le bas-ventre, d'où
s'échappaient les intestins!... Plusieurs étaient percés, et, quoique le
pansement eût été fait, le sang coulait toujours: le coup était
mortel!... Le malheureux blessé, qui ne l'ignorait pas, avait voulu,
avant de succomber, faire ses adieux à une dame qu'il chérissait; mais
après avoir écrit, il ne savait à qui confier ce précieux dépôt, lorsque
le hasard me conduisit auprès de lui. Nous ne nous connaissions que de
vue; néanmoins, pressé par les approches de la mort, il me pria d'une
voix presque éteinte de lui rendre deux services; et, après avoir fait
éloigner de quelques pas les grenadiers, il me donna le paquet en
disant, les larmes aux yeux: «Il y a un portrait!» Il me fit promettre
de le remettre _secrètement_ en mains propres, si j'étais assez heureux
pour retourner un jour à Paris; «du reste, ajouta-t-il, ce n'est pas
pressé, car il vaut mieux qu'on ne reçoive ceci que longtemps après que
je ne serai plus!...» Je promis de m'acquitter de cette pénible mission,
ce que je ne pus exécuter que deux ans plus tard, en 1814!... Quant à la
seconde prière que m'adressa le jeune chef de bataillon, elle fut
exaucée deux heures après! Il lui était pénible de penser que son corps
serait déchiré par les loups, dont le pays foisonne, et il désirait que
je le fisse placer à côté du capitaine et des cavaliers du 23e, dont il
avait vu l'enterrement. Je m'y engageai, et ce malheureux officier étant
mort quelque temps après notre pénible entretien, je me conformai à ses
derniers vœux!



CHAPITRE X

Nouvelle retraite d'Oudinot.--Marches et contremarches.--Le 23e de
chasseurs est comblé de récompenses.--Retraite sur Polotsk.--Le général
Saint-Cyr.--Oudinot, blessé, cède le commandement à Saint-Cyr.


Profondément ému par ce lugubre épisode, je réfléchissais fort
tristement, lorsque je fus tiré de mes rêveries par le bruit lointain
d'une très vive canonnade. Les deux armées étaient encore aux prises. En
effet, le maréchal Oudinot, après avoir passé devant le relais de
Kliastitsoui, où j'avais été blessé la veille, ayant joint
l'arrière-garde russe à l'entrée du marais dont le débouché nous avait
été si funeste vingt-quatre heures avant, s'était obstiné à y refouler
l'armée ennemie; mais celle-ci, n'étant pas disposée à passer ce
dangereux défilé, avait fait, avec des forces considérables, un retour
offensif contre les troupes françaises, qui, après avoir éprouvé d'assez
grandes pertes, se retiraient suivies par les Russes. On eût dit
qu'Oudinot et Wittgenstein jouaient une partie de barres!... Quand l'un
s'avançait, l'autre se retirait pour le poursuivre à son tour s'il
battait en retraite!... La nouvelle reculade d'Oudinot nous fut annoncée
sur le champ de bataille de Sivotschina par un aide de camp qui
apportait au général Albert l'ordre de conduire sa brigade et le 23e de
chasseurs à deux lieues en arrière, dans la direction de Polotsk.

Au moment de partir, je ne voulus pas abandonner les quatorze pièces
enlevées le matin par mon régiment, et comme les chevaux avec lesquels
l'ennemi les avait amenées étaient tombés en notre pouvoir, on les
attela, et nous fîmes conduire l'artillerie à notre prochain bivouac,
d'où ce glorieux trophée du courage du 23e fut dirigé la nuit suivante
sur Polotsk; nos quatorze canons ne tardèrent pas à concourir très
efficacement à la défense de cette ville.

L'armée d'Oudinot battit en retraite ce même jour jusqu'au gué de
Sivotschina qu'elle avait passé le matin en poursuivant Wittgenstein,
qui, rendu plus circonspect par le désastre éprouvé le jour même en ce
lieu par son avant-garde, n'osa aventurer aucun corps isolé sur la rive
occupée par nos troupes. Les deux armées, ainsi séparées par la Drissa,
prirent respectivement leurs positions de nuit. Mais le 2 août, Oudinot
ayant rapproché ses troupes de Polotsk, les hostilités cessèrent pour
quelques jours, tant les deux partis avaient besoin de repos. Nous fûmes
rejoints par le bon général Castex ainsi que par le 24e de chasseurs,
qui en voulait beaucoup à son colonel de l'avoir éloigné au moment où
c'était à lui d'attaquer le camp russe, tandis que dans sa course vers
la haute Drissa il n'avait pas vu un seul ennemi, ni trouvé le gué
supposé.

Après quelques jours de repos, Wittgenstein porta une partie de ses
troupes vers la basse Düna, d'où Macdonald menaçait sa droite. Le
maréchal Oudinot ayant suivi dans cette direction l'armée russe,
celle-ci fit volte-face vers nous, et pendant huit à dix jours il y eut
de nombreuses marches, contremarches et plusieurs engagements partiels,
dont il serait trop long et trop pénible de faire l'analyse, d'autant
que tout cela n'amena d'autre résultat que de faire tuer des hommes
fort inutilement, et de démontrer le peu de décision des chefs des deux
armées.

Le plus sérieux des combats livrés pendant cette courte période eut lieu
le 13 août, auprès du magnifique couvent de Valensoui, construit sur les
bords de la Svolna. Cette petite rivière, dont les berges sont très
fangeuses, séparait les Français des Russes, et il était évident que
celui des deux généraux qui tenterait le passage de vive force sur un
terrain aussi défavorable éprouverait un sanglant échec. Wittgenstein ni
Oudinot n'avaient donc pas le projet de franchir la Svolna sur ce point;
mais au lieu d'aller chercher ailleurs un champ de bataille sur lequel
ils pussent se mesurer, on les vit tous les deux prendre position sur ce
cours d'eau comme pour se narguer mutuellement. Bientôt il s'établit
d'une rive à l'autre une canonnade des plus vives et parfaitement
inutile, puisque les troupes d'aucun parti n'ayant le moyen de joindre
leur adversaire, ce déplorable engagement ne pouvait avoir aucun
avantage pour personne.

Cependant Wittgenstein, pour ménager ses soldats, s'était borné à poster
quelques bataillons de chasseurs à pied dans les saules et les roseaux
qui bordent le rivage, et tenait ses troupes hors de la portée des
canons français, dont le feu bien nourri atteignait seulement
quelques-uns de ses tirailleurs, tandis qu'Oudinot, s'étant obstiné,
malgré les sages observations de plusieurs généraux, à rapprocher sa
première ligne de la Svolna, éprouva des pertes qu'il aurait pu et dû
s'éviter. L'artillerie des Russes n'est pas à beaucoup près, aussi bonne
que la nôtre, mais elle se sert, en campagne, de pièces dites
_licornes_, dont la portée dépassait celle des canons français de cette
époque. Ce furent ces licornes qui firent les plus grands ravages parmi
nos troupes.

Le maréchal Oudinot, persuadé que nos ennemis allaient franchir la
rivière, tenait non seulement une division d'infanterie à portée de les
repousser, mais il la faisait appuyer par la cavalerie du général
Castex, précaution surabondante, car un passage, même celui d'une petite
rivière, demande plus de temps qu'il n'en faut aux défenseurs pour
accourir au-devant des attaquants. Mon régiment et le 24e de chasseurs
n'en furent pas moins exposés pendant vingt-quatre heures aux boulets
des Russes, qui nous tuèrent et estropièrent plusieurs hommes.

Pendant ce combat, où les troupes restèrent très longtemps de pied
ferme, on vit arriver l'aide de camp qu'Oudinot avait envoyé à Witepsk
porter à l'Empereur le rapport des combats de Kliastitsoui ainsi que de
celui de Sivotschina. Napoléon, voulant témoigner en particulier aux
troupes qu'il ne les rendait pas responsables du peu de succès de notre
marche, venait de combler le 2e corps de récompenses, tant en avancement
qu'en décorations. Après avoir bien traité l'infanterie, Sa Majesté
accordait quatre croix de la Légion d'honneur à chacun des régiments de
cavalerie. Le major général prince Berthier ajoutait dans sa lettre
d'envoi que l'Empereur, pour exprimer au 23e de chasseurs à cheval la
satisfaction qu'il éprouvait pour sa belle conduite à Wilkomir, au pont
de Dünabourg, au combat de nuit de Drouia, à Kliastitsoui, et surtout à
l'attaque du camp russe de Sivotschina, lui envoyait, en sus des quatre
récompenses données aux autres régiments, _quatorze_ décorations, une
pour chaque canon enlevé par lui à l'avant-garde de Koulnieff!...
J'avais donc dix-huit croix à distribuer à mon brave régiment. L'aide de
camp n'avait pas apporté les brevets, mais le major général suppléait à
cet envoi en chargeant les chefs des régiments de désigner les
militaires qui devaient les recevoir et de lui en faire passer l'état.

J'assemblai tous les capitaines et, après m'être éclairé de leur avis,
je dressai ma liste et fus la présenter au maréchal Oudinot, en le
priant de me permettre de la faire connaître sur-le-champ au régiment:
«Comment, ici, sous les boulets!...--Oui, monsieur le maréchal, sous les
boulets... Ce sera plus chevaleresque!...»

Le général Lorencez, qui, comme chef d'état-major, avait libellé le
rapport des divers combats et fait un très grand éloge du 23e de
chasseurs, ayant été de mon avis, le maréchal consentit à ma demande.
Les décorations ne devaient arriver que plus tard, mais j'envoyai
chercher aux équipages une pièce de ruban que j'avais dans mon
portemanteau, et après y avoir fait couper dix-huit morceaux, j'annonçai
au régiment les récompenses qui lui étaient accordées par l'Empereur.
Puis, faisant sortir des rangs les élus à tour de rôle, je donnai à
chacun un bout de ce ruban rouge, alors si désiré, si bien porté, et
dont on a depuis si grandement affaibli le prestige en le prodiguant, en
le prostituant même!... Cette distribution faite _en présence de
l'ennemi_, au milieu des dangers, produisit un effet immense sur le
régiment, dont l'enthousiasme fut au comble lorsque j'appelai le vieux
sous-officier Prud'homme, réputé à juste titre le plus intrépide et le
plus modeste de tous les guerriers du 23e de chasseurs. Toujours calme,
ce brave, illustré par de nombreuses actions d'éclat, s'approcha d'un
air timide et reçut le ruban, au milieu des vives acclamations de tous
les escadrons: ce fut un vrai triomphe pour lui!... Je n'oublierai
jamais cette scène touchante qui, vous le savez, se passait sous le
canon de l'ennemi.

Mais il n'y a point de bonheur complet!... Deux hommes portés sur ma
liste comme approchant le plus du mérite de Prud'homme venaient d'être
cruellement blessés par des boulets!... Le maréchal des logis
_Legendre_, celui qui avait tué le général Koulnieff, avait un bras
emporté, et le brigadier _Griffon_ une jambe brisée!... On les amputait
lorsque je me rendis à l'ambulance pour les décorer!... À la vue du
ruban de la Légion d'honneur, ils parurent oublier leurs douleurs et
firent éclater la joie la plus vive!... Cependant Legendre ne survécut
pas longtemps à sa blessure, mais Griffon se rétablit, fut évacué sur la
France, et, plusieurs années après, je le retrouvai à l'hôtel des
Invalides.

Le 24e de chasseurs, qui ne recevait que quatre décorations, tandis que
le 23e en recevait dix-huit, convint que c'était juste, mais n'en
manifesta pas moins ses regrets d'avoir été privé de l'honneur de
prendre les quatorze canons russes à Sivotschina, eût-il même dû y
éprouver les pertes que nous avions subies nous-mêmes. «Nous sommes
soldats, disaient-ils, nous devons courir toutes les chances bonnes ou
mauvaises!» Ils en voulurent à leur colonel de ce qu'ils appelaient un
passe-droit!... Quelle armée que celle dont les soldats réclamaient le
privilège de marcher à l'ennemi!...

Vous demandez sans doute quelle fut dans cette distribution de
récompenses celle que je reçus moi-même?--Aucune! parce que l'Empereur,
avant de se décider à retirer le commandement du régiment au colonel de
La Nougarède en le faisant ou général ou chef d'une légion de
gendarmerie, voulait savoir si la santé de cet officier lui permettrait
de faire l'un de ces services. En conséquence, le major général
enjoignait au maréchal Oudinot de faire examiner M. de La Nougarède par
un conseil de santé, dont l'avis fut qu'il ne pourrait jamais monter à
cheval. D'après cette décision, le maréchal autorisa M. de La Nougarède
à retourner en France, où il obtint le commandement d'une place de
second ordre. Ce malheureux colonel, avant de quitter Polotsk, où ses
infirmités l'avaient forcé de se réfugier, m'écrivit une lettre fort
touchante par laquelle il faisait ses adieux au 23e et bien que M. de La
Nougarède n'eût jamais combattu à la tête de ce régiment (ce qui attache
infiniment les troupes à leur chef), il en fut néanmoins regretté et le
méritait à tous égards.

Le régiment restant ainsi sans colonel, le maréchal s'attendait à
recevoir bientôt ma promotion à ce grade, et j'avoue franchement que je
l'espérais aussi; mais l'Empereur s'étant éloigné de nous et ayant
quitté Witepsk pour marcher sur Smolensk et de là vers Moscou, les
travaux de son cabinet furent ralentis par les préoccupations que lui
donnaient les opérations militaires, si bien que je ne fus nommé colonel
que trois mois plus tard!

Mais revenons sur les bords de la Svolna, dont les Français
s'éloignèrent précipitamment, en laissant une partie de leurs blessés
dans le couvent de Valensoui.

Parmi ceux que nous parvînmes à emporter, se trouvait M. Casabianca,
colonel du 11e régiment d'infanterie légère, qui avait été mon camarade
lorsque nous servions l'un et l'autre comme aides de camp auprès de
Masséna. M. Casabianca était un officier du plus grand mérite, dont
l'avancement eût été fort rapide; mais, frappé à la tête au moment où il
visitait les tirailleurs de son régiment placés sur les bords de la
Svolna, il vit sa carrière arrêtée. Il était mourant lorsque je
l'aperçus sur un brancard, porté par des sapeurs! Il me reconnut, et, en
me serrant la main, il me dit combien il regrettait de voir notre corps
d'armée si médiocrement dirigé. Le soir même, ce malheureux colonel
expira!... Ses dernières paroles n'étaient que trop fondées, car notre
chef semblait agir sans méthode ni plan. Après un succès, il poursuivait
Wittgenstein, sans se préoccuper d'aucun obstacle, et ne parlait de rien
moins que de le pousser jusqu'à Saint-Pétersbourg; mais au moindre
revers, il battait rapidement en retraite, et voyait des ennemis
partout. Ce fut sous cette dernière influence qu'il ramena sous les murs
de Polotsk ses troupes, très affectées qu'on les fît reculer ainsi
devant les Russes, qu'elles venaient de vaincre dans presque toutes les
rencontres.

Le 15 août, jour de la fête de l'Empereur, le 2e corps d'armée arriva
fort tristement à Polotsk, où nous trouvâmes le 6e corps formé des deux
belles divisions bavaroises du général de Wrède, dont un général
français, Gouvion Saint-Cyr, avait le commandement supérieur. L'Empereur
envoyait ce renfort de 8 à 10,000 hommes au maréchal Oudinot, qui l'eût
reçu avec plus de satisfaction s'il n'eût craint le contrôle de celui
qui le conduisait. En effet, Saint-Cyr était un des militaires les plus
capables de l'Europe!... Contemporain et émule de Moreau, de Hoche, de
Kléber et de Desaix, il avait commandé avec succès une des ailes de
l'armée du Rhin, lorsque Oudinot était à peine colonel ou général de
brigade. Je n'ai connu personne qui dirigeât mieux ses troupes sur un
champ de bataille que ne le faisait Saint-Cyr.

Fils d'un petit propriétaire de Toul, il avait étudié pour être
ingénieur civil; mais dégoûté de cet état, il s'était fait comédien à
Paris, et ce fut lui qui créa le célèbre rôle de _Robert, chef de
brigands_, au théâtre de la Cité, où la révolution de 89 le trouva.
Saint-Cyr entra dans un bataillon de volontaires, fit preuve de talents,
d'un grand courage, parvint très promptement au grade de général de
division et se distingua par de nombreux succès. Il était d'une taille
élevée, mais avait plutôt la tournure d'un professeur que d'un
militaire, ce qu'il faut peut-être attribuer à l'habitude qu'il avait
contractée auprès des généraux de l'armée du Rhin de ne porter ni
uniforme, ni épaulettes, mais une simple redingote bleue tout unie.

Il était impossible de voir un homme plus calme! Les périls les plus
grands, les contrariétés, les succès, les défaites, rien ne pouvait
l'émouvoir... il était _de glace_ devant tous les événements!... On
conçoit quel avantage un tel caractère, secondé par le goût pour l'étude
et la méditation, donnait à cet officier général. Mais Saint-Cyr avait
aussi de sérieux défauts: jaloux de ses camarades, on l'a vu souvent
tenir ses troupes au repos tandis que, auprès de lui, d'autres divisions
étaient écrasées; Saint-Cyr marchait alors, et profitant de la lassitude
des ennemis, il les battait et paraissait ainsi avoir remporté seul la
victoire. En second lieu, si le général Saint-Cyr était un des chefs de
l'armée qui savaient le mieux employer les troupes sur le champ de
bataille, c'était incontestablement celui qui s'occupait le moins de
leur bien-être. Jamais il ne s'informait si les soldats avaient des
vivres, des vêtements, des chaussures, et si leurs armes étaient en bon
état. Il ne passait aucune revue, ne visitait point les hôpitaux et ne
demandait même pas s'il en existait! Selon lui, les colonels devaient
pourvoir à tout cela. En un mot, il voulait qu'on lui amenât sur le
champ de bataille des régiments tout _prêts à combattre_, sans qu'il eût
à s'occuper des moyens de les tenir en bon état. Cette manière d'agir
avait beaucoup nui à Saint-Cyr, et partout où il avait servi, les
troupes, tout en rendant justice à ses talents militaires, ne l'avaient
point aimé. Tous ses camarades redoutaient de se trouver avec lui, et
les divers gouvernements qui s'étaient succédé en France ne l'avaient
employé que par nécessité. L'Empereur fit de même, et il avait une telle
antipathie pour Saint-Cyr que, lors de la création des maréchaux, il ne
le porta pas sur la liste des promotions, bien que ce général eût de
meilleurs services et beaucoup plus de talents que la plupart de ceux
auxquels Napoléon donna le bâton de commandement. Tel était l'homme que
l'Empereur venait de placer sous les ordres d'Oudinot, au grand regret
de celui-ci, qui sentait que la supériorité de Saint-Cyr allait
l'écraser.

Le 16 août (jour de la naissance d'Alfred, mon fils aîné[5]), l'armée
russe, forte de soixante et quelques mille hommes, vint attaquer
Oudinot, qui, en comptant le corps bavarois amené par Saint-Cyr, avait
sous ses ordres 52,000 combattants. En toute autre circonstance et dans
les guerres ordinaires, un engagement entre 112,000 hommes aurait pris
le nom de _bataille_, dont la perte ou le gain aurait eu d'immenses
résultats; mais en 1812, le chiffre des troupes des armées belligérantes
s'élevant à 600,000 ou 700,000 hommes, une collision entre 100,000
guerriers n'était qu'un combat! C'est donc ainsi qu'on désigne l'affaire
qui eut lieu sous Polotsk, entre les troupes russes et le corps du
maréchal Oudinot.

La ville de Polotsk, bâtie sur la rive droite de la Düna, est entourée
de vieux remparts en terre. En avant du front principal de la place, les
champs sont divisés par une infinité de petites rigoles entre lesquelles
on cultive des légumes. Bien que ces obstacles ne fussent point
infranchissables pour l'artillerie et la cavalerie, ils en gênaient
cependant la marche. Ces jardins s'étendent à une petite demi-lieue du
front de la ville; mais à leur gauche, sur les rives de la Düna, on
trouve une vaste prairie, unie comme un tapis. C'est par là que le
général russe aurait dû attaquer Polotsk, ce qui l'aurait rendu maître
du faible et unique pont de bateaux qui nous mettait en communication
avec la rive gauche d'où nous tirions nos munitions de guerre et nos
vivres. Mais Wittgenstein, préférant prendre le taureau par les cornes,
dirigea ses forces principales vers les jardins, d'où il espérait
escalader les remparts, qui ne sont, à proprement parler, que des talus
faciles à gravir, mais qui ont l'avantage de dominer au loin. L'attaque
fut des plus vives; cependant, nos fantassins défendirent bravement les
jardins, pendant que, du haut des remparts, l'artillerie, parmi laquelle
figuraient les quatorze pièces prises à Sivotschina par le 23e, faisait
un affreux ravage dans les rangs ennemis... Les Russes reculèrent en
désordre pour aller se reformer dans la plaine. Oudinot, au lieu de
conserver sa bonne position, les poursuivit et fut à son tour repoussé
avec perte. Une grande partie de la journée se passa ainsi, les Russes
revenant sans cesse à la charge et les Français les refoulant toujours
au delà des jardins.

Pendant ces sanglantes allées et venues, que faisait le général
Saint-Cyr? Il suivait silencieusement Oudinot, et lorsque celui-ci lui
demandait son avis, il s'inclinait en se bornant à répondre:
«Monseigneur le maréchal!...» ce qui semblait dire: Puisqu'on vous a
fait maréchal, vous devez en savoir plus que moi, simple général;
tirez-vous d'affaire comme vous pourrez!

Cependant, Wittgenstein ayant déjà essuyé des pertes énormes, et
désespérant d'obtenir la victoire en continuant ses attaques du côté des
jardins, finit par où il aurait dû commencer et fit marcher le gros de
ses troupes vers les prairies qui bordent la Düna. Oudinot avait
jusqu'alors tenu ses pièces de 12 et toute sa cavalerie sur ce point, où
elles étaient restées comme étrangères au combat; mais le général
d'artillerie Dulauloy, qui craignait pour ses canons, vint proposer au
maréchal de faire repasser sur la rive gauche de la rivière non
seulement les pièces de gros calibre, mais toute la cavalerie, sous
prétexte qu'elles gêneraient les mouvements de l'infanterie. Oudinot
ayant demandé à Saint-Cyr ce qu'il en pensait, celui-ci, au lieu de lui
donner le bon conseil d'utiliser l'artillerie et la cavalerie sur un
terrain où elles pouvaient facilement manœuvrer et appuyer l'infanterie,
se contenta de répéter son éternel refrain: «Monseigneur le maréchal!»
Finalement, Oudinot, malgré les observations du général Lorencez, son
chef d'état-major, prescrivit à l'artillerie ainsi qu'à la cavalerie de
se retirer de l'autre côté du fleuve.

Ce mouvement regrettable, qui paraissait annoncer une retraite et
l'abandon total de Polotsk et de la rive droite, déplut infiniment aux
troupes qu'on éloignait, et affecta le moral de l'infanterie destinée à
défendre le côté de la ville qui avoisine les prairies. L'ardeur des
Russes s'accrut au contraire, en voyant dix régiments de cavalerie et
plusieurs batteries quitter le champ de bataille. Aussi, pour porter le
désordre dans cette énorme masse pendant qu'elle s'en allait, ils
avancèrent promptement et firent tirer leurs _licornes_, dont les
projectiles creux, après avoir produit l'effet de boulets, éclataient
comme des obus. Les régiments voisins du mien eurent plusieurs hommes
tués ou blessés. Je fus assez heureux pour qu'aucun de mes cavaliers ne
fût atteint; je perdis seulement quelques chevaux. Celui que je montais
ayant eu la tête brisée, je tombai avec lui, et mon épaule blessée ayant
violemment porté sur la terre, j'éprouvai une affreuse douleur! Un peu
moins d'inclinaison donnée au canon russe, je recevais le boulet en
plein corps, et mon fils était orphelin quelques heures après avoir vu
le jour!

Cependant, les ennemis venaient de renouveler le combat, et lorsque,
après avoir passé le pont, nous tournâmes la tête pour regarder ce qui
se passait sur la rive que nous venions de quitter, nous fûmes témoins
d'un spectacle des plus émouvants. L'infanterie française, les Bavarois,
les Croates, combattaient bravement et même avec avantage; mais la
légion portugaise et surtout les deux régiments suisses fuyaient devant
les Russes, et ne s'arrêtèrent que lorsque, poussés dans la rivière, ils
eurent de l'eau jusqu'aux genoux!... Là, contraints de faire face à
l'ennemi sous peine de se noyer, ils combattirent enfin, et par un feu
de file des mieux nourris, ils obligèrent les Russes à s'éloigner un
peu. Le commandant de l'artillerie française, qui venait de passer la
Düna avec la cavalerie, saisit avec habileté l'occasion d'être utile en
faisant approcher ses pièces de la rive, et tirant par-dessus le fleuve,
il foudroya les bataillons ennemis placés à l'autre bord.

Cette puissante diversion arrêtant sur ce point les troupes de
Wittgenstein, que les Français, Bavarois et Croates repoussaient sur
d'autres, le combat se ralentit et dégénéra en tiraillement une heure
avant la fin du jour. Mais le maréchal Oudinot ne pouvait se dissimuler
qu'il faudrait le recommencer le lendemain. Aussi, très préoccupé d'une
situation dont il ne voyait pas l'issue, et se heurtant au mutisme
obstiné de Saint-Cyr, il s'en allait à cheval et au petit pas, suivi par
un seul aide de camp, au milieu des tirailleurs de son infanterie, quand
les tireurs ennemis, remarquant ce cavalier coiffé d'un chapeau à plumes
blanches, en firent leur point de mire et lui envoyèrent une balle dans
le bras!

Aussitôt le maréchal, faisant informer Saint-Cyr de sa blessure, lui
remit le commandement de l'armée; lui laissant le soin d'arranger les
affaires, il quitta le champ de bataille, traversa le pont, s'arrêta un
moment au bivouac de la cavalerie, et, s'éloignant de l'armée, il se
rendit sur les derrières, en Lithuanie, pour y faire soigner sa
blessure. Nous ne revîmes le maréchal Oudinot que deux mois après.



CHAPITRE XI

Nouvelles dispositions prises par Saint-Cyr.--Attaque et surprise de
l'ennemi.--Incidents divers.--Combat de cavalerie.--Retraite de
l'ennemi.--Établissement dans Polotsk.--Saint-Cyr est nommé maréchal.


Saint-Cyr prit d'une main habile et ferme les rênes du commandement, et
en peu d'heures les choses changèrent totalement de face, tant est
grande l'influence d'un homme capable et qui sait inspirer la confiance!
Le maréchal Oudinot venait de laisser l'armée dans une situation très
alarmante: une partie des troupes acculées à la rivière, les autres
disséminées au delà des jardins où elles tiraillaient en désordre; les
remparts mal garnis d'artillerie; les rues de la ville encombrées de
caissons, de bagages, de cantiniers et de blessés; tout cela
pêle-mêle!... Enfin les troupes n'avaient, en cas de revers, d'autre
retraite que le pont de bateaux jeté sur la Düna. Ce pont était fort
étroit et tellement mauvais que l'eau dépassait de plus de six pouces
les planches du tablier. Enfin, la nuit approchait, et l'on craignait
que les tirailleries n'amenassent une affaire générale qui pouvait nous
devenir funeste, tant il régnait peu d'ordre parmi les régiments des
différentes nations.

Le premier acte du général Saint-Cyr fut d'ordonner qu'on fît rentrer
les tirailleurs engagés, certain que les ennemis fatigués imiteraient
cet exemple, dès qu'on ne les attaquerait plus. En effet, le feu cessa
bientôt des deux côtés. Les troupes purent se réunir, prendre quelque
repos, et la partie parut remise au lendemain.

Afin d'être à même de l'engager avec des chances favorables, Saint-Cyr
profita de la nuit pour se préparer à repousser les ennemis et s'assurer
une retraite en cas de revers. Il réunit à cet effet tous les chefs de
corps, et après leur avoir exposé franchement les dangers de la
situation, dont le plus grave était l'encombrement de la ville et des
abords du pont, il ordonna que les colonels, suivis de plusieurs
officiers et de patrouilles, parcourraient les rues de Polotsk pour
diriger les soldats valides de leurs régiments vers les bivouacs, et
tous les blessés, les malades, chevaux demain, cantiniers et charrettes,
au delà du pont. Le général Saint-Cyr ajouta qu'au point du jour il
visiterait la ville et _suspendrait_ de ses fonctions le chef de corps
qui n'aurait pas ponctuellement exécuté ses ordres! Aucune excuse ne
devait être admise. On s'empressa d'obéir! Les blessés et les malades
furent transportés à bras sur la rive gauche, où l'on réunit ce qui
n'était pas indispensable pour le combat, enfin tous les _impedimenta_
de l'armée. Aussi, les remparts, les rues furent bientôt complètement
libres, de même que le pont. On consolida celui-ci, par lequel Saint-Cyr
fit repasser sur la rive droite la cavalerie et l'artillerie, qu'il
établit dans le bourg le moins voisin de l'ennemi. Enfin, pour se
ménager une retraite plus facile, le prudent général en chef fit
établir, avec des tonneaux vides recouverts de planches, un second pont,
uniquement destiné à l'infanterie. Tous ces préparatifs étant terminés
avant le jour, l'armée attendit avec confiance les ennemis. Mais ils
restèrent impassibles dans leurs bivouacs établis dans la plaine, sur
la lisière d'une vaste forêt qui entoure Polotsk du côté opposé à la
rivière.

Le général Saint-Cyr, qui s'était attendu à être attaqué de grand matin,
attribuait la tranquillité qui régnait dans le camp des Russes aux
pertes énormes qu'ils avaient éprouvées la veille. Elles pouvaient y
contribuer; mais la principale cause de la quiétude dans laquelle se
trouvait Wittgenstein provenait de ce que, attendant pour la nuit
suivante une forte division d'infanterie et plusieurs escadrons de
Saint-Pétersbourg, il avait reculé son attaque jusqu'à l'arrivée de ce
puissant renfort, afin de nous vaincre le lendemain plus facilement.

Bien que les seigneurs polonais, grands propriétaires des environs de
Polotsk, n'osassent prendre ouvertement parti pour les Français, de
crainte de se compromettre vis-à-vis des Russes, néanmoins ils nous
servaient en secret et nous procuraient facilement des espions. Le
général Saint-Cyr, inquiet de ce qui se préparait dans le camp ennemi,
ayant engagé l'un de ces nobles à y envoyer un de ses vassaux les plus
éclairés, celui-ci fit conduire au bivouac russe plusieurs voitures de
fourrage et plaça parmi les charretiers son intendant, habillé en
paysan. Cet homme, fort intelligent, apprit en causant avec les soldats
de Wittgenstein qu'on attendait de nombreuses troupes. Il fut même
témoin de l'arrivée du régiment des Cosaques de la garde, d'un escadron
des chevaliers-gardes, et fut informé que plusieurs bataillons seraient
rendus au camp vers minuit. Ces renseignements pris, l'intendant fut en
rendre compte à son maître, qui s'empressa de prévenir le général en
chef de l'armée française.

En apprenant cette nouvelle, Saint-Cyr résolut de battre Wittgenstein
avant l'arrivée des renforts attendus. Mais comme il ne voulait pas
engager une affaire trop longue, il prévint les généraux et chefs de
corps qu'il n'attaquerait qu'à six heures du soir, afin que, la nuit
mettant fin au combat, les Russes n'eussent pas le temps de profiter de
leur succès si les chances leur étaient favorables. Il est vrai que dans
le cas où nous serions vainqueurs, il nous serait impossible de
poursuivre les ennemis dans l'obscurité; mais Saint-Cyr n'en avait pas
le projet et désirait pour le moment se borner à leur donner une bonne
leçon qui les éloignât de Polotsk. Le général français, voulant agir par
_surprise_, prescrivit que la plus parfaite tranquillité régnât dans la
ville et sur toute la ligne des avant-postes, ce qui fut exécuté.

La journée nous parut bien longue. Chacun, et même le général en chef,
malgré son sang-froid, avait constamment la montre à la main. Ayant
remarqué la veille que l'éloignement de la cavalerie française avait
permis aux Russes de refouler notre aile gauche jusque dans la Düna, le
général Saint-Cyr, un moment avant l'attaque, fit venir en silence tous
ses escadrons derrière de vastes magasins, au delà desquels commençaient
les prairies. C'est sur ce terrain uni que devait agir la cavalerie pour
fondre sur la droite des ennemis et couvrir la gauche de notre
infanterie, dont les deux premières divisions devaient attaquer le camp
russe, pendant que la troisième soutiendrait la cavalerie et que les
deux dernières, formant la réserve, garderaient la ville. Tout était
prêt, lorsque, enfin, à six heures du soir, le signal général de
l'attaque fut donné par un coup de canon, suivi par la détonation de
toute l'artillerie française, qui envoya de nombreux projectiles sur les
avant-postes et même sur le camp ennemi.

À l'instant, nos deux premières divisions d'infanterie, précédées par le
26e léger, s'élancent sur les régiments russes placés dans les jardins,
tuent ou prennent tous les soldats qu'ils peuvent joindre, et, mettant
les autres en fuite, les poursuivent jusqu'au camp, où ils firent un
grand nombre de prisonniers et enlevèrent plusieurs canons. La surprise,
bien que faite en plein jour, fut si complète, que le général
Wittgenstein dînait paisiblement dans un petit château touchant à son
camp, lorsque, prévenu que des voltigeurs français étaient dans la cour,
il sauta par une fenêtre, et trouvant sous sa main un petit cheval de
Cosaque, il l'enfourcha et s'enfuit à toutes jambes vers le gros de ses
troupes! Nos voltigeurs s'emparèrent des beaux chevaux, des papiers, des
fourgons et des vins du général russe, ainsi que de l'argenterie et du
dîner placés sur sa table. Le butin fait dans le camp par d'autres
compagnies fut immense.

Au bruit produit par l'attaque si imprévue des Français, la terreur se
répandit parmi les ennemis, qui s'enfuirent presque tous sans songer à
prendre leurs armes! Le désordre était au comble; personne ne
commandait, et cependant l'approche de nos divisions d'infanterie était
annoncée par une vive fusillade et le son des tambours qui battaient la
charge!... Tout présageait donc un immense succès aux troupes
françaises, à la tête desquelles marchait Saint-Cyr, toujours calme!...
Mais, à la guerre, un événement imprévu et souvent peu important change
l'état des choses!...

Un grand nombre de soldats ennemis avaient gagné en fuyant les derrières
du camp. C'était là que bivouaquait l'escadron des chevaliers-gardes,
arrivé seulement depuis quelques heures. Cette troupe, composée de
jeunes gens d'élite, choisis dans les meilleures familles nobles, était
commandée par un major d'un courage éprouvé, dont l'ardeur venait,
dit-on, de s'accroître par de copieuses libations. En apprenant ce qui
se passe, cet officier monte rapidement à cheval, et, suivi de cent
vingt chevaliers cuirassés, il s'élance vers les Français, qu'il ne
tarde pas à rencontrer. Le premier de nos bataillons attaqué par lui
appartenait au 26e léger. Il résista vigoureusement. Les
chevaliers-gardes, repoussés avec perte, cherchaient à se rallier pour
faire une seconde charge en ligne, lorsque leur major, impatienté par le
temps qu'il faut à des cavaliers désunis pour reprendre leurs rangs,
abandonne le bataillon français qu'il n'avait pu enfoncer, et ordonnant
aux chevaliers-gardes de le suivre, il les lance à toutes brides en
_fourrageurs_ au travers du camp! Il le trouva rempli de fantassins
portugais, suisses et même bavarois, nos alliés, dont les uns,
éparpillés par l'effet même de la victoire, cherchaient à se réunir,
tandis que les autres ramassaient le butin abandonné par les Russes.

Les chevaliers-gardes ayant tué ou blessé plusieurs de ces soldats, le
désordre se mit dans cette foule, et bientôt une _retirade_ tumultueuse
se déclara et dégénéra même en terreur panique. Or, en pareil cas, les
soldats prennent pour adversaires tous ceux des leurs qui courent pour
venir se réunir à eux, et le nombre des ennemis qui les poursuivent
paraît immense au milieu d'un nuage de poussière, tandis que, la plupart
du temps, il n'est que d'une poignée d'hommes. C'est ce qui arriva ici.
Les chevaliers-gardes, dispersés sur un vaste terrain et avançant
toujours sans regarder derrière eux, simulaient, aux yeux des fuyards,
un corps immense de cavalerie; aussi le désordre s'accrut et gagna un
bataillon suisse au milieu duquel le général Saint-Cyr s'était réfugié.
Il y fut tellement pressé par la foule que son cheval fut renversé dans
un fossé.

Le général, vêtu d'une simple redingote bleue, sans marques
distinctives, resta couché par terre et ne fit aucun mouvement à
l'approche des chevaliers-gardes, qui, le croyant mort, ou le prenant
pour un simple employé d'administration, passèrent outre et continuèrent
leur poursuite à travers la plaine. On ne sait où ce désordre se serait
arrêté, lorsque l'intrépide et intelligent général Berckheim, accourant
à la tête du 4e régiment de cuirassiers, s'élança sur les
chevaliers-gardes, qui, malgré leur courageuse défense, furent presque
tous tués ou pris. Leur vaillant major resta au nombre des morts. La
charge exécutée par cette poignée d'hommes aurait eu des résultats
immenses si elle eût été soutenue, et le beau fait d'armes des
chevaliers-gardes prouva de nouveau que les attaques de cavalerie
_imprévues_ sont celles qui ont le plus de chances de succès.

Le général Saint-Cyr, relevé par nos cuirassiers, fit avancer à
l'instant toutes les divisions d'infanterie, avec lesquelles il attaqua
les Russes avant qu'ils fussent remis de leur désordre. Le succès ne fut
pas un moment indécis; les ennemis furent battus et perdirent beaucoup
d'hommes et plusieurs canons.

Pendant que le combat d'infanterie que je viens de raconter se passait
en avant de Polotsk, voici ce qui avait lieu à la gauche de notre armée
dans les prairies qui longent la Düna. Au moment où le premier coup de
canon donna le signal du combat, nos régiments de cavalerie, dont la
brigade Castex formait la tête, se portèrent rapidement vers les
escadrons ennemis qui, de leur côté, marchaient vers nous.

Un engagement sérieux paraissait imminent. Le bon général Castex me fit
alors observer que si, malgré ma blessure, j'avais pu continuer à
commander mon régiment aux combats de Sivotschina et de la Svolna, où il
ne s'agissait que de braver le feu de l'infanterie et du canon, il n'en
serait pas de même aujourd'hui où, ayant affaire à des cavaliers
ennemis, j'allais me trouver compromis dans une charge sans moyen de me
défendre, puisque, ne pouvant me servir que d'un seul bras, il me serait
impossible de tenir en même temps la bride de mon cheval et mon sabre.
En conséquence, il m'engagea à rester momentanément avec la division
d'infanterie placée en réserve. Je ne crus pas devoir accepter cette
offre bienveillante et exprimai si vivement le désir de ne pas
m'éloigner du régiment, que le général se rendit à mes instances; mais
il fit placer derrière moi six cavaliers des plus braves, commandés par
l'intrépide maréchal des logis Prud'homme. J'avais d'ailleurs à mes
côtés les deux adjudants-majors, deux adjudants, un trompette et mon
ordonnance Fousse, un des meilleurs soldats du régiment. Ainsi entouré
et placé devant le centre d'un escadron, j'étais suffisamment garanti;
d'ailleurs, dans un besoin urgent, j'aurais lâché les rênes de mon
cheval pour prendre de la main droite la lame de mon sabre, suspendu à
mon poignet par la dragonne.

La prairie étant assez large pour contenir deux régiments en bataille,
le 23e et le 24e marchaient de front. La brigade du général Corbineau,
composée de trois régiments, était en seconde ligne, et les cuirassiers
suivaient en réserve. Le 24e, placé à ma gauche, avait devant lui un
corps de dragons russes; mon régiment se trouvait en face des Cosaques
de la garde, reconnaissables à la couleur rouge de leurs vestes, ainsi
qu'à la beauté de leurs chevaux, qui, bien qu'arrivés seulement depuis
quelques heures, ne paraissaient nullement fatigués.

Dès que, en avançant au galop, nous fûmes à bonne portée des ennemis, le
général Castex ayant commandé la _charge_, toute sa brigade fondit en
ligne sur les Russes, et, du premier choc, le 24e enfonça les dragons
qui lui étaient opposés... Mon régiment éprouva plus de résistance de la
part des Cosaques de la garde, hommes choisis, de forte stature, et
armés de lances de 14 pieds de long, qu'ils tenaient d'une main ferme.
J'eus quelques chasseurs tués, beaucoup de blessés; mais enfin mes
braves cavaliers ayant pénétré dans cette ligne hérissée de fer, tous
les avantages furent pour nous, car la longueur des lances est nuisible
dans un combat de cavalerie, quand ceux qui les portent, n'étant plus en
bon ordre, sont serrés de près par des adversaires armés de sabres, dont
ils peuvent facilement se servir, tandis que les lanciers éprouvent
beaucoup de difficulté pour présenter la pointe de leurs perches. Aussi
les Cosaques furent-ils obligés de tourner le dos. Mes cavaliers en
firent alors un grand massacre et prirent un bon nombre de beaux et
excellents chevaux.

Nous allions poursuivre ce succès, lorsque notre attention ayant été
attirée vers la droite par un très grand tumulte, nous vîmes la plaine
couverte de fuyards: c'était le moment où les chevaliers-gardes
exécutaient leur vigoureuse charge. Le général Castex, pensant alors
qu'il ne serait pas sage d'avancer encore lorsque notre centre
paraissait rétrograder en désordre, fit sonner le ralliement, et notre
brigade s'arrêta. Mais à peine avait-elle reformé ses rangs, que les
Cosaques de la garde, enhardis par ce qui se passait au centre et
désirant se venger de leur première défaite, revinrent à la charge et
s'élancèrent en fureur sur mes escadrons, tandis que les hussards de
Grodno attaquaient le 24e. Les Russes, repoussés sur tous les points par
la brigade Castex, ayant fait avancer successivement leur seconde et
leur troisième ligne, le général Corbineau accourut à son secours avec
les 7e et 20e de chasseurs et le 8e de lanciers. Il y eut alors un grand
combat de cavalerie, où chacun des deux partis éprouva des chances
diverses!... Déjà nos cuirassiers accouraient pour prendre part à
l'affaire, et ceux des Russes avançaient aussi, lorsque Wittgenstein,
voyant son infanterie battue et vivement poussée par la nôtre, fit
ordonner à sa cavalerie de se retirer; mais elle était beaucoup trop
engagée pour que la retraite pût être facilement exécutée.

En effet, les généraux Castex et Corbineau, certains d'être soutenus par
nos cuirassiers qui les suivaient de près, lancèrent tour à tour leurs
brigades sur les cavaliers russes, qui furent jetés dans le plus grand
désordre et subirent des pertes considérables. Arrivé au delà de la
forêt où se réunirent nos divisions d'infanterie et de cavalerie toutes
victorieuses, le général Saint-Cyr, voyant approcher la nuit, fit cesser
la poursuite, et les troupes retournèrent vers Polotsk pour reprendre
les bivouacs qu'elles avaient quittés peu d'heures avant.

Pendant le combat tumultueux de la cavalerie des deux partis, ma
blessure m'avait causé de bien vives douleurs, surtout lorsque j'étais
obligé de mettre mon cheval au galop. L'impossibilité de me défendre
moi-même me plaça souvent dans une situation très difficile, dont je
n'aurais pu sortir si je n'eusse été entouré par un groupe de braves qui
ne me perdirent jamais de vue. Une fois, entre autres, poussé par la
foule des combattants sur un peloton de Cosaques de la garde, je fus
obligé, pour ma conservation personnelle, de lâcher la bride pour
prendre mon sabre en main. Cependant, je n'eus pas besoin de m'en
servir, car, en voyant leur commandant en péril, les hommes de tout
grade qui m'escortaient, attaquant avec fureur les Cosaques qui déjà
m'environnaient, firent mordre la poussière à plusieurs et mirent les
autres en fuite. Mon ordonnance Fousse, chasseur d'élite, en tua
_trois_, et l'adjudant-major Joly _deux_! Je revins donc sain et sauf de
ce grand combat, auquel j'avais désiré me trouver en personne, afin
d'imprimer un plus grand élan à mon régiment et lui prouver de nouveau
que, tant que je pourrais monter à cheval, je tiendrais à honneur de le
commander au moment du danger. Les officiers et la troupe me surent très
bon gré de ce dévouement, et l'affection que tous me portaient déjà s'en
accrut, ainsi que vous le verrez plus tard, lorsque je parlerai des
malheurs de la grande retraite.

Les combats de cavalerie à cavalerie sont infiniment moins meurtriers
que ceux contre l'infanterie. D'ailleurs, les cavaliers russes sont
généralement maladroits dans le maniement de leurs armes, et leurs
chefs, peu capables, ne savent pas toujours employer leurs cavaliers à
propos. Aussi, bien que mon régiment se fût trouvé engagé pendant le
combat de Polotsk avec les Cosaques de la garde, réputés une des
meilleures troupes de l'armée russe, il n'éprouva pas de grandes pertes.
J'eus dans cette journée huit ou neuf hommes tués et une trentaine de
blessés. Mais au nombre de ces derniers était le chef d'escadrons
Fontaine. Cet excellent et brave officier se trouvait au plus épais de
la mêlée, lorsque son cheval fut tué. M. Fontaine, dont les pieds
étaient embarrassés dans les étriers, cherchait à se dégager à l'aide de
quelques chasseurs venus à son secours, lorsqu'un maudit officier de
Cosaques, passant au galop au milieu de ce groupe, se penche avec
dextérité sur sa selle et porte à Fontaine un terrible coup de sabre qui
lui crève l'œil gauche, blesse l'autre et fend l'os du nez!... Mais au
moment où l'officier russe, fier de cet exploit, s'éloignait, l'un de
nos chasseurs, l'ajustant à six pas avec son pistolet, lui cassa les
reins et vengea ainsi son commandant! Aussitôt que cela fut possible, je
fis panser M. Fontaine, qui fut transporté à Polotsk, dans le couvent
des Jésuites, où j'allai le voir le soir même. J'admirai la résignation
de ce courageux militaire, qui, devenu borgne, supportait patiemment les
douleurs et les inconvénients qu'entraîne la perte presque totale de la
vue. Depuis lors, Fontaine ne put jamais faire de service actif. Ce fut
une grande perte pour le 23e de chasseurs, dans lequel il servait depuis
la formation, aimé et considéré de tous; je fus sensible à son malheur.
Resté le seul officier supérieur du régiment, je m'efforçai de pourvoir
à tous les besoins du service, ce qui était une très grande tâche.

Vous trouverez sans doute que je suis entré dans trop de détails
relativement aux divers combats que soutint le 2e corps d'armée; mais je
répéterai ce que je vous ai déjà dit: Je me complais aux souvenirs des
grandes guerres auxquelles j'ai pris part, et j'en parle avec
plaisir!... Il me semble alors que je suis sur le terrain, entouré de
mes braves compagnons qui, presque tous, hélas! ont déjà quitté la
vie!... Mais revenons à la campagne de Russie.

Tout autre que le général Saint-Cyr aurait, après d'aussi rudes
engagements, passé ses troupes en revue pour les féliciter sur leur
courage et s'enquérir de leurs besoins; mais il n'en fut pas ainsi, car
à peine le dernier coup de fusil était-il tiré, que Saint-Cyr alla
s'enfermer dans le couvent des Jésuites, où il employait tous les jours
et une partie des nuits à quoi faire?--_À jouer du violon!_ C'était sa
passion dominante, dont la nécessité de marcher à l'ennemi pouvait seule
le distraire! Les généraux Lorencez et de Wrède, chargés par lui du
placement des troupes, envoyèrent deux divisions d'infanterie et les
cuirassiers sur la rive gauche de la Düna. La troisième division
française et les deux bavaroises restèrent à Polotsk, où elles furent
occupées à élever les fortifications d'un vaste camp retranché, devant
servir d'appui aux troupes qui, de ce point important, couvraient la
gauche et les derrières de la Grande Armée, destinée à marcher sur
Smolensk et Moscou. Les brigades de cavalerie légère Castex et Corbineau
furent placées à deux lieues en avant du grand camp, sur la rive gauche
de la Polota, petite rivière qui va se jeter dans la Düna à Polotsk.

Mon régiment alla bivouaquer auprès d'un village appelé Louchonski. Le
colonel du 24e de chasseurs établit le sien à un quart de lieue en
arrière, à l'abri du 23e. Nous restâmes là deux mois, dont le premier
sans faire aucune course lointaine.

En apprenant la victoire remportée par le général Saint-Cyr devant
Polotsk, l'Empereur lui envoya le bâton de maréchal de l'empire. Mais au
lieu de profiter de cette occasion pour visiter ses troupes, le nouveau
maréchal vécut dans une solitude plus profonde encore s'il est possible.
Personne ne pouvait pénétrer près du chef de l'armée, ce qui lui valut,
de la part des soldats, le sobriquet de _hibou_. En outre, bien que
l'immense couvent de Polotsk contînt plus de cent appartements qui
eussent été si utiles pour les blessés, il voulut y loger _seul_,
croyant faire une très grande concession en permettant qu'on reçût dans
les communs des officiers supérieurs _blessés_; encore fallait-il qu'ils
n'y séjournassent que quarante-huit heures, après quoi, leurs camarades
devaient les transporter en ville. Les caves et les greniers du couvent
regorgeaient de provisions amassées par les Jésuites; vins, bière,
huile, farine, etc., tout s'y trouvait en abondance; mais le maréchal
s'était fait remettre les clefs des magasins, dont rien ne sortait,
même pour les hôpitaux!... Ce fut à grand'peine que je parvins à obtenir
deux bouteilles de vin pour le commandant Fontaine blessé. Ce qu'il y a
de bizarre, c'est que le maréchal Saint-Cyr usait à peine de ces
provisions pour lui-même, car il était d'une extrême sobriété, mais
aussi d'une fort grande originalité. L'armée le blâma hautement, et ces
mêmes provisions, dont le maréchal refusait de distribuer une partie à
ses troupes, devinrent, deux mois plus tard, la proie des flammes et des
Russes, lorsque les Français furent contraints d'abandonner la ville et
le couvent en feu!



CHAPITRE XII

Marche de la Grande Armée.--Prise de Smolensk.--Ney au défilé de
Valoutina.--Bataille de la Moskova.--Épisodes divers.


Pendant que les événements que je viens de raconter s'accomplissaient
devant Polotsk et sur les rives de la Drissa, l'Empereur était resté à
Witepsk, d'où il dirigeait l'ensemble des opérations de ses nombreux
corps d'armée. Quelques écrivains militaires ont reproché à Napoléon
d'avoir perdu beaucoup de temps, d'abord à Wilna, où il demeura dix-neuf
jours, et ensuite à Witepsk, où il en passa dix-sept, et ces écrivains
prétendent que ces trente-six jours auraient pu être mieux employés,
surtout dans un pays où l'été est fort court et où l'hiver commence à
faire sentir ses rigueurs dès la fin de septembre. Ce reproche, qui
paraît fondé jusqu'à un certain point, est néanmoins atténué, d'abord
par l'espoir qu'avait l'Empereur de voir les Russes demander un
accommodement; en second lieu, par la nécessité de ramener vers un
centre commun les divers corps détachés à la poursuite de Bagration;
enfin, parce qu'il était indispensable d'accorder quelque repos aux
troupes qui, outre les marches régulières, se trouvaient, chaque soir,
forcées d'aller chercher des vivres loin de leurs bivouacs; car, les
Russes brûlant tous les magasins en se retirant, il était impossible de
faire des distributions journalières aux soldats français. Cependant, il
exista fort longtemps une heureuse exception à ce sujet pour le corps
de Davout, parce que ce maréchal, aussi bon administrateur que grand
capitaine, avait, bien avant le passage du Niémen, organisé d'immenses
convois de petits chariots qui suivaient son armée. Ces chariots remplis
de biscuits, de salaisons et de légumes, étaient traînés par des bœufs
dont on abattait un certain nombre chaque soir, ce qui, en assurant les
vivres de la troupe, contribuait infiniment à maintenir le soldat dans
le rang.

L'Empereur quitta Witepsk le 13 août, et, s'éloignant de plus en plus
des 2e et 6e corps, qu'il laissait à Polotsk sous les ordres de
Saint-Cyr, il se porta sur Krasnoë, où une partie de sa Grande Armée se
trouvait réunie en présence de l'ennemi. On espérait une bataille; on
n'obtint qu'un léger combat contre l'arrière-garde russe, qui fut battue
et se retira lestement.

Le 15 août, anniversaire de sa fête, l'Empereur fit défiler devant lui
ses troupes, qui le reçurent avec enthousiasme. Le 16, l'armée découvre
Smolensk, place forte que les Russes ont surnommée _la Sainte_, parce
qu'ils la considèrent comme la clef de Moscou et le palladium de leur
empire. D'anciennes prophéties annonçaient de grands malheurs à la
Russie le jour où elle laisserait prendre Smolensk. Cette superstition,
entretenue avec soin par le gouvernement, date de l'époque où la ville
de Smolensk, située sur le Dniéper ou Borysthène, était l'extrême
frontière des Moscovites, qui se sont élancés de ce point pour faire
d'immenses conquêtes.

Le roi Murat et le maréchal Ney, arrivés les deux premiers devant
Smolensk, pensèrent, on ne sait trop pourquoi, que l'ennemi avait
abandonné cette place. Les rapports adressés à l'Empereur lui faisant
ajouter foi à cette croyance, il prescrivit de faire entrer
l'avant-garde dans la ville. L'impatience de Ney n'attendait que cet
ordre: il s'avance vers la porte avec une faible escorte de hussards;
mais tout à coup un régiment de Cosaques, masqué par un pli de terrain
couvert de broussailles, se précipite sur nos cavaliers, les ramène et
enveloppe le maréchal Ney, qui fut serré de si près qu'une balle de
pistolet, tirée presque à bout portant, lui déchira le collet de son
habit! Heureusement la brigade Domanget accourut et dégagea le maréchal.
Enfin, l'arrivée de l'infanterie du général Razout permit à Ney
d'approcher assez de la ville pour se convaincre que les Russes étaient
dans l'intention de se défendre.

En voyant les remparts armés d'un grand nombre de bouches à feu, le
général d'artillerie Éblé, homme des plus capables, conseilla à
l'Empereur de tourner la place, en ordonnant au corps polonais du prince
Poniatowski d'aller passer le Dniéper deux lieues au-dessus; mais
Napoléon, adoptant l'avis de Ney, qui assurait que Smolensk serait
facilement enlevé, donna l'ordre d'attaquer. Trois corps d'armée, celui
de Davout, de Ney et de Poniatowski, s'élancèrent alors de divers côtés
sur la place, dont les remparts firent un feu meurtrier, qui l'était
cependant beaucoup moins que celui des batteries établies par les Russes
sur les hauteurs de la rive opposée. Un combat des plus sanglants
s'engagea; les boulets, la mitraille et les obus décimaient nos troupes,
sans que notre artillerie parvînt à ébranler les murailles. Enfin, à
l'entrée de la nuit, les ennemis, après avoir vaillamment disputé le
terrain pied à pied, furent refoulés dans Smolensk, qu'ils se
préparèrent à abandonner; mais en se retirant ils allumèrent partout
l'incendie. L'Empereur vit ainsi s'évanouir l'espoir de posséder une
ville qu'on supposait avec raison abondamment pourvue. Ce ne fut que le
lendemain au point du jour que les Français pénétrèrent dans la place,
dont les rues étaient jonchées de cadavres russes et de débris fumants.
La prise de Smolensk nous avait coûté 12,000 hommes tués ou blessés!...
perte immense qu'on aurait pu éviter en passant le Dniéper en amont,
ainsi que l'avait proposé le général Éblé; car, sous peine d'être coupé,
le général Barclay de Tolly, chef de l'armée ennemie, eût évacué la
place pour se retirer vers Moscou.

Les Russes, après avoir brûlé le pont, s'établirent momentanément sur
les hauteurs de la rive droite et se mirent bientôt en retraite sur la
route de Moscou. Le maréchal Ney les y poursuivit avec son corps
d'armée, renforcé par la division Gudin, détachée du corps du maréchal
Davout.

À peu de distance de Smolensk, le maréchal Ney atteignit, à Valoutina,
l'armée russe engagée avec tous ses bagages dans un défilé. L'action
devint très sérieuse; ce fut une véritable bataille, qui serait devenue
très funeste aux ennemis si le général Junot, chef du 8e corps d'armée,
qui avait effectué trop tardivement le passage du Dniéper à
Pronditchewo, à deux lieues au-dessus de Smolensk, et s'y était reposé
quarante-huit heures, fût accouru au canon de Ney dont il n'était plus
qu'à une lieue! Mais, bien qu'averti par Ney, Junot ne bougea pas! En
vain l'aide de camp Chabot lui porta au nom de l'Empereur l'ordre
d'aller se joindre à Ney; en vain l'officier d'ordonnance Gourgaud vint
confirmer le même ordre, Junot resta immobile!...

Cependant, Ney, aux prises avec des forces infiniment supérieures, ayant
successivement engagé toutes les troupes de son corps d'armée,
prescrivit à la division Gudin de s'emparer des positions formidables
occupées par les Russes. Cet ordre fut exécuté avec une rare
intrépidité; mais, dès la première attaque, le brave général tomba
mortellement blessé. Cependant, conservant toujours son admirable
sang-froid, il voulut, avant d'expirer, assurer le succès des troupes
qu'il avait si souvent conduites à la victoire, et désigna le général
Gérard pour lui succéder dans le commandement, bien que celui-ci fût le
moins ancien général de brigade de sa division.

Aussitôt Gérard se mit à la tête de la division, marcha sur l'ennemi, et
à dix heures du soir, après avoir perdu 1,800 hommes et en avoir tué
6,000, il resta maître du champ de bataille, dont les Russes se hâtèrent
de s'éloigner.

Le lendemain, l'Empereur vint visiter les troupes qui avaient si
vaillamment combattu; il les combla de récompenses et nomma Gérard
général de division. (Il devint plus tard maréchal de France.) Le
général Gudin mourut peu d'heures après.

Si Junot eût voulu prendre part au combat, il pouvait enfermer l'armée
russe dans un étroit défilé, où, placée entre deux feux, elle eût été
obligée de mettre bas les armes, ce qui aurait amené la fin de la
guerre. On regretta donc le roi Jérôme, qui, bien que médiocre général,
fût probablement venu au secours de Ney, et l'on s'attendait à voir
Junot sévèrement puni. Mais c'était le premier officier que Napoléon eût
attaché à sa personne et qui l'avait suivi dans toutes ses campagnes
depuis le siège de Toulon, en 93, jusqu'en Russie. L'Empereur l'aimait,
il pardonna. Ce fut un malheur, car un exemple devenait nécessaire.

Dès que la prise de Smolensk fut connue par les Russes, un cri de
réprobation générale s'éleva contre le général Barclay de Tolly. C'était
un _Allemand_; la nation l'accusait de ne pas mettre assez de vigueur
dans la conduite de la guerre, et pour défendre l'antique Moscovie,
elle demandait un général _moscovite_. L'empereur Alexandre, contraint
de céder, conféra le commandement en chef de toutes ses armées au
général Koutousoff, homme usé, peu capable, connu pour sa défaite à
Austerlitz, mais ayant le mérite, fort grand dans les circonstances
actuelles, d'être un Russe de vieille roche, ce qui lui donnait beaucoup
d'influence sur les troupes comme sur les masses populaires.

Cependant, l'avant-garde française, poussant toujours l'ennemi devant
elle, avait déjà dépassé Dorogobouje, lorsque, le 24 août, l'Empereur se
détermina à quitter Smolensk. La chaleur était accablante; on marchait
sur un sable mouvant; les vivres manquaient pour une aussi immense
réunion d'hommes et de chevaux, car les Russes ne laissaient derrière
eux que des villages et des fermes incendiés. Quand l'armée entra dans
Wiasma, cette jolie ville était en feu! Il en fut de même de celle de
Ghiat. Plus on approchait de Moscou, moins le pays offrait de
ressources. Il périt quelques hommes et surtout beaucoup de chevaux. Peu
de jours après, à une chaleur intolérable succédèrent des pluies froides
qui durèrent jusqu'au 4 septembre; l'automne approchait. L'armée n'était
plus qu'à six lieues de Mojaïsk, seule ville qui restât à prendre avant
d'arriver à Moscou, lorsqu'elle s'aperçut que les forces de
l'arrière-garde ennemie s'étaient considérablement accrues. Tout
indiquait qu'une grande bataille allait enfin avoir lieu.

Le 5, notre avant-garde fut un moment arrêtée par une grosse colonne
russe fortement retranchée sur un mamelon garni de douze canons. Le 57e
de ligne, que, dans les campagnes d'Italie, l'Empereur avait surnommé le
_terrible_, soutint dignement sa réputation en s'emparant de la redoute
et de l'artillerie ennemie. On était déjà sur le terrain où se donna,
quarante-huit heures après, la bataille que les Russes nomment
_Borodino_ et que les Français appellent la _Moskova_.

Le 6, l'Empereur fit annoncer par un ordre du jour qu'il y aurait
bataille le lendemain. L'armée attendait avec joie ce grand jour qu'elle
espérait devoir mettre un terme à sa misère, car il y avait un mois que
les troupes n'avaient reçu aucune distribution, chacun ayant vécu _comme
il pouvait_. On employa de part et d'autre la soirée à prendre des
dispositions définitives.

Du côté des Russes, Bagration commande l'aile gauche, forte de 62,000
hommes; au centre se trouve l'hetman Platow avec ses Cosaques et 30,000
fantassins de réserve; la droite, composée de 70,000 hommes, est aux
ordres de Barclay de Tolly, qui, après avoir déposé le commandement en
chef, en a pris un secondaire. Le vieux Koutousoff est généralissime de
toutes ces troupes, dont le chiffre s'élève à 162,000 hommes. L'empereur
Napoléon peut à peine opposer aux Russes 140,000 hommes ainsi disposés:
le prince Eugène commandait l'aile gauche; le maréchal Davout, l'aile
droite; le maréchal Ney, le centre; le roi Murat, la cavalerie; la garde
impériale était en réserve.

La bataille se donna le 7 septembre; le temps était voilé, et un vent
froid soulevait des tourbillons de poussière. L'Empereur, souffrant
d'une horrible migraine, descendit vers une espèce de ravin où il passa
la plus grande partie de la journée à se promener à pied. De ce point,
il ne pouvait découvrir qu'une partie du champ de bataille, et, pour
l'apercevoir en entier, il devait gravir un monticule voisin, ce qu'il
ne fit que deux fois pendant la bataille. On a reproché à l'Empereur son
inaction; il faut cependant reconnaître que du point central où il se
trouvait avec ses réserves, il était à même de recevoir les fréquents
rapports de ce qui se passait sur toute la ligne, tandis que s'il eût
été d'une aile à l'autre en parcourant un terrain aussi accidenté, les
aides de camp porteurs de nouvelles pressantes n'auraient pu
l'apercevoir ni su où le trouver. Il ne faut d'ailleurs pas oublier que
l'Empereur était malade, et qu'un vent glacial, soufflant avec
impétuosité, l'empêchait de se tenir à cheval.

Je n'ai point assisté à la bataille de la Moskova. Je m'abstiendrai donc
d'entrer dans aucun détail sur les manœuvres exécutées pendant cette
mémorable action. Je me bornerai à dire qu'après des efforts inouïs, les
Français obtinrent la victoire sur les Russes, dont la résistance fut
des plus opiniâtres; aussi la bataille de la Moskova passe-t-elle pour
une des plus sanglantes du siècle. Les deux armées éprouvèrent des
pertes _immenses_ qu'on évalue au total à 50,000 morts ou blessés!...
Les Français eurent 49 généraux tués ou blessés et 20,000 hommes mis
hors de combat. La perte des Russes fut d'un tiers plus considérable. Le
général Bagration, le meilleur de leurs officiers, fut tué, et, chose
bizarre, il était propriétaire du terrain sur lequel la bataille eut
lieu. Douze mille chevaux restèrent dans les champs. Les Français firent
très peu de prisonniers, ce qui dénote avec quelle bravoure les vaincus
se défendirent.

Pendant l'action, il se passa plusieurs épisodes intéressants. Ainsi, la
gauche des Russes, deux fois enfoncée par les efforts inouïs de Murat,
Davout et Ney, et se ralliant constamment, revenait pour la troisième
fois à la charge, lorsque Murat chargea le général Belliard de supplier
l'Empereur d'envoyer une partie de sa garde pour achever la victoire,
sans quoi il faudrait une seconde bataille pour vaincre les Russes!
Napoléon était disposé à obtempérer à cette demande; mais le maréchal
Bessières, commandant supérieur de la garde, lui ayant dit: «Je me
permettrai de faire observer à Votre Majesté qu'elle est en ce moment à
sept cents lieues de France», soit que cette observation déterminât
l'Empereur, soit qu'il ne trouvât pas la bataille assez avancée pour
engager sa réserve, il refusa. Deux autres demandes de ce genre eurent
le même sort.

Voici un des faits les plus remarquables de cette bataille si féconde en
actions courageuses. Le front de la ligne ennemie était couvert par des
hauteurs garnies de redoutes, de redans, et surtout par un fort crénelé
armé de 80 canons. Les Français, après des pertes considérables,
s'étaient rendus maîtres de tous ces ouvrages, mais n'avaient pu se
maintenir dans le fort. S'emparer de nouveau de ce point important était
chose très difficile, même pour l'infanterie. Le général Montbrun, chef
du 2e corps de cavalerie, ayant remarqué, à l'aide de sa longue-vue, que
le fort n'était pas fermé à la _gorge_; que les troupes russes y
entraient par pelotons, et qu'en tournant la hauteur on pouvait éviter
les remparts, les ravins, les rochers, et conduire les escadrons jusqu'à
la porte, par un terrain en pente douce et praticable pour les chevaux;
le général Montbrun, dis-je, proposa de pénétrer dans le fort par
derrière avec sa cavalerie, tandis que l'infanterie l'attaquerait par
devant. Cette proposition téméraire ayant été approuvée par Murat et par
l'Empereur, Montbrun fut chargé de l'exécution; mais, tandis que cet
intrépide général prenait ses dispositions pour agir, il fut tué d'un
coup de canon: ce fut une grande perte pour l'armée!... Sa mort ne fit
cependant pas renoncer au projet qu'il avait conçu, et l'empereur envoya
le général Caulaincourt, frère du grand écuyer, pour remplacer Montbrun.

On vit alors une chose inouïe dans les fastes de la guerre: un fort
immense défendu par une nombreuse artillerie et plusieurs bataillons,
attaqué et pris par une colonne de cavalerie!... En effet, Caulaincourt,
s'élançant avec une division de cuirassiers en tête de laquelle marchait
le 5e régiment de cette arme, commandé par l'intrépide colonel
Christophe, culbute tout ce qui défend les approches du fort, arrive à
la porte, pénètre dans l'intérieur et tombe mort, frappé d'une balle à
la tête!... Le colonel Christophe et ses cavaliers vengèrent leur
général en passant une partie de la garnison au fil de leurs sabres. Le
fort resta en leur pouvoir, ce qui acheva d'assurer la victoire aux
Français.

Aujourd'hui, où la soif de l'avancement est devenue insatiable, on
s'étonnerait qu'après un aussi beau fait d'armes un colonel ne reçût pas
d'avancement; mais sous l'Empire, l'ambition était plus modérée.
Christophe ne devint général que plusieurs années après et ne témoigna
aucun mécontentement de ce retard.

Les Polonais, ordinairement si braves, et notamment ceux organisés
depuis cinq ans dans le grand-duché de Varsovie sous les ordres du
prince Poniatowski, agirent si mollement que l'Empereur leur fit
adresser des reproches par son major général. Le général Rapp reçut à la
Moskova sa vingt et unième blessure!

Bien que les Russes eussent été battus et forcés de s'éloigner du champ
de bataille, leur généralissime Koutousoff eut l'_outrecuidance_
d'écrire à l'empereur Alexandre qu'il venait de remporter une grande
victoire sur les Français! Cette fausse nouvelle étant arrivée à
Saint-Pétersbourg le jour de la fête d'Alexandre, y causa une joie des
plus vives!... On chanta le _Te Deum_; Koutousoff fut proclamé sauveur
de la patrie et nommé _feld-maréchal_. Cependant, la vérité fut bientôt
connue; l'allégresse se changea en deuil; mais Koutousoff était
feld-maréchal! C'était ce qu'il voulait. Tout autre que le timide
Alexandre eût sévèrement puni ce grossier mensonge du nouveau maréchal:
mais on avait besoin de Koutousoff; il resta donc à la tête de l'armée.



CHAPITRE XIII

Mauvaises nouvelles d'Espagne.--Rostopschine.--Incendie de
Moscou.--Réveil de l'armée russe.--Fourberie de Koutousoff.


Les Russes se retirant vers Moscou furent rejoints le 8 au matin à
Mojaïsk, où s'engagea un assez vif combat de cavalerie dans lequel le
général Belliard fut blessé. Napoléon passa trois jours à Mojaïsk, tant
pour donner les ordres nécessités par les circonstances, que pour
répondre à de nombreuses dépêches arriérées. L'une d'elles, arrivée la
veille de la grande bataille, l'avait très vivement affecté et avait
beaucoup contribué à le rendre malade, car elle annonçait que notre
armée dite de Portugal, commandée par le maréchal Marmont, venait
d'éprouver une sanglante défaite aux Arapiles, près de Salamanque, en
Espagne.

Marmont était une des erreurs de Napoléon, qui, l'ayant eu pour camarade
au collège de Brienne, et plus tard dans l'artillerie, lui portait un
grand intérêt; séduit par quelques succès d'école jadis obtenus par
Marmont, l'Empereur supposait à ce maréchal des talents militaires que
sa conduite à la guerre ne justifia jamais. Marmont avait, en 1811,
remplacé Masséna dans le commandement de l'armée de Portugal, en
annonçant qu'il battrait Wellington; mais ce fut tout le contraire.
Marmont venait d'être vaincu, blessé; son armée, jetée dans le plus
grand désordre et obligée d'abandonner plusieurs provinces, aurait
éprouvé des pertes encore plus considérables si le général Clausel ne
l'eût ralliée.

En apprenant cette catastrophe, l'Empereur dut faire de bien graves
réflexions sur l'entreprise qu'il réalisait en ce moment, car, tandis
qu'il se préparait à entrer sous peu de jours dans Moscou, à la tête de
la plus nombreuse de ses armées, une autre venait d'être battue à mille
lieues de là. Il envahissait la Russie et allait perdre l'Espagne!... Le
chef d'escadrons Fabvier, aujourd'hui lieutenant général, qui avait
porté les dépêches de Marmont, ayant voulu prendre part à la bataille de
la Moskova, y fut blessé à l'attaque de la grande redoute. C'était venir
chercher une balle de bien loin!...

Le 12 septembre, Napoléon quitta Mojaïsk, et le 15 il entrait dans
Moscou. Cette ville immense était déserte. Le général Rostopschine, son
gouverneur, en avait fait sortir tous les habitants. Ce Rostopschine,
dont on a voulu faire un héros, était un homme barbare qui, pour
acquérir de la célébrité, ne reculait devant aucun moyen. Il avait
laissé étrangler par la populace un grand nombre de marchands étrangers,
et surtout des Français, établis à Moscou, dont le seul crime était
d'être _soupçonnés_ de faire des vœux pour l'arrivée des troupes de
Napoléon. Quelques jours avant la bataille de la Moskova, les Cosaques
ayant enlevé une centaine de malades français, le général Koutousoff les
envoya, par des chemins détournés, au gouverneur de Moscou, qui, sans
pitié pour leurs souffrances et leurs fatigues, les laissa d'abord
quarante-huit heures sans manger, et les fit ensuite promener en
triomphe dans les rues, où plusieurs de ces malheureux moururent de
faim, pendant que des agents de police lisaient au peuple une
proclamation de Rostopschine qui, pour le déterminer à prendre les
armes, disait que tous les Français étaient aussi débiles et tomberaient
facilement sous ses coups. Cette affreuse promenade terminée, la
plupart de ceux de nos soldats qui vivaient encore furent assommés par
la populace, sans que Rostopschine fît rien pour les sauver!...

Les troupes russes vaincues n'avaient fait que traverser Moscou, d'où
elles s'éloignaient pour aller se reformer à plus de trente lieues de
là, vers Kalouga, sur la route d'Asie. Le roi Murat les suivit dans
cette nouvelle direction, avec toute sa cavalerie et plusieurs corps
d'infanterie. La garde impériale resta dans la ville, et Napoléon fut
s'établir au _Kremlin_, antique palais fortifié, résidence habituelle
des czars. Tout était tranquille en apparence, lorsque, pendant la nuit
du 15 au 16 septembre, les marchands français et allemands, qui
s'étaient soustraits aux recherches du gouverneur, vinrent prévenir
l'état-major de Napoléon que le feu allait être mis à la ville. Cet avis
fut bientôt confirmé par un agent de police russe, qui ne pouvait se
résoudre à exécuter les ordres de son chef. On apprit par cet agent que,
avant de quitter Moscou, Rostopschine avait fait ouvrir le bagne, les
prisons, et rendre la liberté à tous les forçats, en leur faisant
distribuer un très grand nombre de torches confectionnées par des
ouvriers anglais. Tous ces incendiaires étaient restés cachés dans les
palais abandonnés, où ils attendaient le signal[6]!

L'Empereur, informé de cet affreux projet, prescrivit sur-le-champ les
mesures les plus sévères. De nombreuses patrouilles parcoururent les
rues et tuèrent plusieurs brigands pris sur le fait d'incendie; mais
c'était trop tard; le feu éclata bientôt sur différents points de la
ville et fit des ravages d'autant plus rapides que Rostopschine avait
fait enlever toutes les pompes; aussi, en peu de temps, Moscou ne fut
plus qu'une grande fournaise ardente. L'Empereur quitta le Kremlin et se
réfugia au château de Peterskoë; il ne rentra que trois jours après,
lorsque l'incendie commençait à diminuer, faute d'aliments. Je
n'entrerai dans aucun détail sur l'incendie de Moscou, dont le récit a
été fait par plusieurs témoins oculaires. Je me bornerai à examiner plus
tard les effets de cette immense catastrophe.

Napoléon, appréciant mal la situation dans laquelle se trouvait
Alexandre, espérait toujours un accommodement, quand enfin, las
d'attendre, il prit la détermination de lui écrire lui-même. Cependant,
l'armée russe se réorganisait vers Kalouga, d'où ses chefs envoyaient
vers Moscou des agents chargés de diriger vers leurs régiments les
soldats égarés. On en évalue le nombre à 15,000. Retirés dans les
faubourgs, ces hommes circulaient sans défiance au milieu de nos
bivouacs, prenaient place aux feux de nos soldats et mangeaient avec
eux, et personne n'eut la pensée de les faire prisonniers. Ce fut une
grande faute, car, peu à peu, ils rejoignirent l'armée russe, tandis que
la nôtre s'affaiblissait journellement par les maladies et les premiers
froids. Nos pertes en chevaux étaient surtout immenses, ce qu'on
attribuait aux fatigues extraordinaires que le roi Murat avait imposées
pendant toute la campagne à la cavalerie dont il était le chef. Murat,
se souvenant des brillants succès obtenus en 1806 et 1807 contre les
Prussiens, en les poursuivant à outrance, pensait que la cavalerie
devait suffire à tout et faire des marches de douze à quinze lieues par
jour, sans se préoccuper de la fatigue des chevaux, l'essentiel étant
d'arriver sur les ennemis avec quelques têtes de colonnes! Mais le
climat, la difficulté de trouver des fourrages, la longue durée de la
campagne, et surtout la ténacité des Russes, avaient bien changé les
conditions. Aussi la moitié de notre cavalerie était sans chevaux
lorsque nous arrivâmes à Moscou, et Murat achevait de détruire le
surplus dans la province de Kalouga. Ce prince, fier de sa haute taille,
de son courage, et toujours affublé de costumes bizarres mais brillants,
avait attiré l'attention des ennemis, et, se complaisant à parlementer
avec eux, il échangeait des présents avec les chefs cosaques. Koutousoff
profita de ces réunions pour entretenir les Français dans de fausses
espérances de paix, que le roi Murat faisait partager à l'Empereur.
Mais, un jour, cet ennemi, qui se disait affaibli, se réveille, se
glisse entre nos cantonnements, nous enlève plusieurs convois, un
escadron de dragons de la garde et un bataillon de marche; aussi
Napoléon défendit-il désormais, _sous peine de mort_, toute
communication avec les Russes non autorisée par lui.

Cependant, Napoléon ne perdait pas tout espoir de conclure la paix. Il
envoya, le 4 octobre, le général Lauriston, son aide de camp, au
quartier général du maréchal Koutousoff. Ce Russe astucieux montra au
général Lauriston une lettre adressée par lui à l'empereur Alexandre
pour le presser d'adhérer aux propositions des Français, attendu,
disait-il, que l'armée moscovite se trouvait hors d'état de continuer à
faire la guerre. Mais à peine l'officier porteur de cette dépêche
était-il parti pour Saint-Pétersbourg, muni par Lauriston d'un
passeport qui devait le préserver de l'attaque de ceux de nos partisans
qui rôdaient entre les deux armées, que Koutousoff expédia un autre aide
de camp vers son empereur. Ce second envoyé n'ayant pas de
laissez-passer français fut rencontré par nos patrouilles, et, comme il
était de bonne prise d'après les lois de la guerre, il fut arrêté, et
ses dépêches furent envoyées à Napoléon. Elles contenaient _tout le
contraire_ de celles que Koutousoff avait montrées à Lauriston. En
effet, le maréchal russe, après avoir supplié son souverain de ne point
traiter avec les Français, lui annonçait «que l'armée de l'amiral
Tchitchakoff, ayant quitté la Valachie après la paix avec les Turcs,
s'avançait sur Minsk afin de couper la retraite à Napoléon. Koutousoff
instruisait aussi Alexandre des pourparlers qu'il avait engagés et qu'il
poursuivait habilement avec Murat, à dessein d'entretenir la pernicieuse
sécurité dans laquelle les Français vivaient à Moscou, à une époque si
avancée de la saison...»

À la vue de cette lettre, Napoléon, comprenant qu'il avait été joué,
entra dans une violente colère et forma, dit-on, le projet de marcher
sur Saint-Pétersbourg; mais, outre que l'affaiblissement de son armée et
les rigueurs de l'hiver s'opposaient à cette vaste expédition, des
motifs d'une bien haute importance portaient l'Empereur à se rapprocher
de l'Allemagne pour être plus à même de la surveiller et de voir ce qui
se passait en France. Une conspiration venait d'éclater à Paris, et les
chefs de ce mouvement avaient été les maîtres de la capitale pendant une
journée!... Un exalté, le général Malet, avait jeté sur Paris cette
étincelle qui aurait pu allumer l'incendie, et s'il ne se fût rencontré
un homme perspicace autant qu'énergique, en la personne de
l'adjudant-major Laborde, c'en était peut-être fait du gouvernement
impérial.

Les esprits n'en furent pas moins frappés de cet événement, et l'on peut
concevoir quelle fut la douleur de Napoléon en apprenant le danger
qu'avaient couru sa famille et son gouvernement!



CHAPITRE XIV

La retraite est décidée.--Surprise du corps de Sébastiani.--Combat de
Malo-Iaroslawetz.--Retour sur Mojaïsk et la Moskova.--Baraguey
d'Hilliers met bas les armes.--Je suis nommé colonel.--Retraite héroïque
du maréchal Ney.


À Moscou, la situation de Napoléon s'aggravait de jour en jour. Le froid
sévissait déjà avec rigueur, et le moral des soldats Français de
naissance était seul resté ferme. Mais ces soldats ne formaient que la
moitié des troupes que Napoléon avait conduites en Russie. Le surplus
était composé d'Allemands, de Suisses, de Croates, de Lombards, de
Romains, de Piémontais, d'Espagnols et de Portugais. Tous ces étrangers,
restés fidèles tant que l'armée avait eu des succès, commençaient à
murmurer, et, séduits par les proclamations en diverses langues dont les
agents russes inondaient nos camps, ils désertaient en grand nombre vers
l'ennemi, qui promettait de les renvoyer dans leur pays.

Ajoutons à cela que les deux ailes de la Grande Armée, uniquement
composées d'Autrichiens et de Prussiens, ne se trouvaient plus en ligne
avec le centre, comme au commencement de la campagne, mais étaient sur
nos derrières, prêtes à nous barrer le passage au premier ordre de leurs
souverains, anciens et irréconciliables ennemis de la France!... La
position était des plus critiques, et, bien qu'il dût en coûter beaucoup
à l'amour-propre de Napoléon d'avouer au monde entier, en se retirant
sans avoir imposé la paix à Alexandre, qu'il avait manqué le but de son
expédition, le mot de _retraite_ fut enfin prononcé!... Mais ni
l'Empereur, ni ses maréchaux, personne enfin n'avait alors la pensée
d'abandonner la Russie et de repasser le Niémen; il ne s'agissait que
d'aller prendre ses cantonnements d'hiver dans les moins mauvaises
provinces de la Pologne.

L'abandon de Moscou était décidé en principe; cependant, avant de se
résoudre à l'exécuter, Napoléon, conservant encore un dernier espoir
d'accommodement, envoya le duc de Vicence (Caulaincourt) vers le
maréchal russe Koutousoff, qui ne fit aucune réponse!...

Pendant ces lenteurs, notre armée fondait de jour en jour, et, dans une
confiance aveugle, nos avant-postes restaient aventurés dans la province
de Kalouga, sur des positions difficiles, quant tout à coup l'événement
le plus imprévu vint dessiller les yeux des plus incrédules et anéantir
les illusions que l'Empereur conservait encore de conclure la paix!

Le général Sébastiani, que nous avons vu se laisser surprendre à Drouïa,
venait de remplacer le général Montbrun dans le commandement du 2e corps
de cavalerie, et, quoique près de l'ennemi, il passait ses journées en
pantoufles, lisant des vers italiens et ne faisant aucune
reconnaissance. Koutousoff, profitant de cette négligence, se porte, le
18 octobre, sur le corps d'armée de Sébastiani, l'investit de toutes
parts, l'accable par le nombre et le contraint d'abandonner une partie
de son artillerie!... Les trois divisions de cavalerie de Sébastiani,
séparées du surplus des troupes de Murat, ne parvinrent à le rejoindre
qu'en renversant plusieurs bataillons ennemis, qui cherchèrent vainement
à s'opposer à leur passage. Dans ce combat sanglant, Sébastiani fit
preuve de valeur, car il était très brave, mais on peut le signaler
pour sa médiocrité comme général. Vous en verrez une nouvelle preuve
lorsque nous en serons à la campagne de 1813.

En même temps que le maréchal Koutousoff surprenait Sébastiani, il
faisait attaquer Murat sur toute la ligne. Ce prince fut blessé
légèrement. L'Empereur, ayant appris le jour même cette mauvaise
affaire, ainsi que l'arrivée au camp ennemi d'un renfort de dix mille
cavaliers de l'armée russe de Valachie, que les Autrichiens, nos alliés,
avaient laissés passer, l'Empereur, dis-je, donna l'ordre de départ pour
le lendemain.

Le 19 octobre au matin, l'Empereur quitta Moscou, où il était entré le
15 septembre. Sa Majesté, la vieille garde et le gros de l'armée prirent
la route de Kalouga; le maréchal Mortier et deux divisions de la jeune
garde restèrent en ville pendant vingt-quatre heures de plus, afin d'en
achever la ruine et de faire sauter le Kremlin. Ils devaient ensuite
fermer la marche.

L'armée traînait après elle plus de quarante mille voitures qui
encombraient les défilés. On en fit l'observation à l'Empereur, qui
répondit que chacune de ces voitures sauverait deux blessés, nourrirait
plusieurs hommes, et qu'on s'en débarrasserait insensiblement. Ce
système philanthropique pourrait, ce me semble, être combattu, car la
nécessité d'alléger la marche d'une armée en retraite paraît devoir
passer avant toutes les autres considérations.

Pendant le séjour des Français à Moscou, le roi Murat et les corps de
cavalerie avaient occupé une partie de la province de Kalouga, sans
cependant s'être emparés de la ville de ce nom, dont les environs sont
très fertiles. L'Empereur, voulant éviter de passer sur le champ de
bataille de la Moskova, ainsi que par la route de Mojaïsk, dont l'armée
avait épuisé les ressources en venant à Moscou, prit la direction de
Kalouga, d'où il comptait gagner Smolensk par des contrées fertiles et,
pour ainsi dire, neuves. Mais, au bout de quelques jours de marche, nos
troupes, dont l'effectif, après la jonction du roi Murat, s'élevait
encore à plus de 100,000 hommes, se trouvèrent en présence de l'armée
russe qui occupait la petite ville de Malo-Iaroslawetz. La position de
l'ennemi était des plus fortes; cependant l'Empereur la fait attaquer
par le prince Eugène à la tête du corps italien et des divisions
françaises Morand et Gérard. Aucun obstacle n'arrêtant l'impétuosité de
nos troupes, elles s'emparèrent de la ville après un combat long et
meurtrier, qui nous coûta 4,000 hommes tués ou blessés. Le général
Delzons, officier d'un grand mérite, resta parmi les morts.

Le lendemain, 24 octobre, l'Empereur, étonné de la vive résistance qu'il
avait éprouvée, et sachant que toute l'armée russe lui barrait le
passage, arrête la marche de ses troupes et passe trois jours à
réfléchir au parti qu'il doit prendre.

Pendant une des reconnaissances qu'il faisait sur le front des ennemis,
Napoléon fut sur le point d'être enlevé par eux!... Le brouillard était
épais... Tout à coup les cris de Hourra! hourra! se font entendre; de
nombreux Cosaques sortent d'un bois voisin de la route, qu'ils
traversent à vingt pas de l'Empereur en renversant et pointant tout ce
qu'ils rencontrent sur leur passage. Mais le général Rapp, s'élançant à
la tête de deux escadrons de chasseurs et de grenadiers à cheval de la
garde, qui suivaient constamment l'Empereur, sabre et met en fuite les
ennemis. Ce fut dans ce combat que M. Le Couteulx, mon ancien camarade à
l'état-major de Lannes, devenu aide de camp du prince Berthier, s'étant
armé de la lance d'un Cosaque tué par lui, commit l'imprudence de
revenir en brandissant cette arme, imprudence d'autant plus grave que Le
Couteulx était revêtu d'une pelisse et d'un bonnet fourré, sous lesquels
on ne pouvait rien distinguer de l'uniforme français. Aussi, un
grenadier à cheval de la garde le prit pour un officier de Cosaques, et,
le voyant se diriger vers l'Empereur, il le poursuivit et lui passa son
énorme sabre au travers du corps!... Malgré cette affreuse blessure, M.
Le Couteulx, placé dans une des voitures de l'Empereur, supporta le
froid, les fatigues de la retraite, et parvint à regagner la France.

Les reconnaissances faites par Napoléon l'ayant convaincu de
l'impossibilité de continuer sa marche vers Kalouga, à moins de livrer
une sanglante bataille aux nombreuses troupes de Koutousoff, Sa Majesté
se décida à aller passer par Mojaïsk pour gagner Smolensk. L'armée
quitta donc un pays fertile pour reprendre une route dévastée, déjà
parcourue au mois de septembre au milieu des incendies et jalonnée de
cadavres!... Le mouvement que fit l'Empereur, le reportant après _dix_
jours de fatigues à _douze_ lieues seulement de Moscou, donna aux
soldats beaucoup d'inquiétudes pour l'avenir. Le temps devint affreux;
le maréchal Mortier rejoignit l'Empereur après avoir fait sauter le
Kremlin.

L'armée revit Mojaïsk et le champ de bataille de la Moskova!... La
terre, sillonnée par les boulets, était couverte de débris de casques,
de cuirasses, de roues, d'armes, de lambeaux d'uniformes et de trente
mille cadavres à demi dévorés par les loups!... Les troupes et
l'Empereur passèrent rapidement, en jetant un triste regard sur cet
immense tombeau!

M. de Ségur, dans la première édition de son ouvrage sur la campagne de
Russie, dit qu'en repassant sur le champ de bataille de la Moskova, on
aperçut un malheureux Français qui, ayant eu les deux jambes brisées
dans le combat, s'était blotti dans le corps d'un cheval ouvert par un
obus, et y avait passé cinquante jours, _se nourrissant et pansant ses
blessures avec la chair putréfiée des morts!_... On fit observer à M. de
Ségur que cet homme eût été asphyxié par les gaz délétères, et qu'il
eût, d'autre part, préféré couvrir ses plaies avec de la terre fraîche
et même avec de l'herbe, plutôt que d'augmenter la putréfaction en y
mettant de la chair pourrie!... Je ne fais cette observation que pour
mettre en garde contre les exagérations d'un livre qui eut d'autant plus
de succès qu'il est très bien écrit.

Après Wiasma, l'armée fut assaillie par des flots de neige et un vent
glacial qui ralentirent sa marche. Un grand nombre de voitures furent
abandonnées, et quelques milliers d'hommes et de chevaux périrent de
froid sur la route. La chair de ces derniers servit de nourriture aux
soldats et même aux officiers. L'arrière-garde passa successivement du
commandement de Davout à celui du prince Eugène et définitivement sous
celui du maréchal Ney, qui conserva cette pénible mission tout le reste
de la campagne.

Le 1er novembre, on parvint à Smolensk. Napoléon avait fait réunir dans
cette ville une grande quantité de vivres, de vêtements et de
chaussures; mais les administrateurs qui en étaient chargés, ne pouvant
connaître l'état de désorganisation dans lequel l'armée était tombée,
ayant exigé des bons de distribution et toutes les formalités des temps
ordinaires, ces lenteurs exaspérèrent les soldats, qui, mourant de faim
et de froid, enfoncèrent les portes des magasins et s'emparèrent
tumultueusement de ce qu'ils contenaient, de sorte que beaucoup d'hommes
eurent trop, plusieurs pas assez, d'autres _rien!_

Tant que les troupes avaient marché en ordre, le mélange des diverses
nations n'avait donné lieu qu'à de légers inconvénients; mais dès que la
misère et la fatigue eurent fait rompre les rangs, la discipline fut
perdue. Comment aurait-elle pu subsister dans un immense rassemblement
d'individus _isolés_, manquant de tout, marchant pour leur compte et ne
se comprenant pas?... Car dans cette masse désordonnée régnait vraiment
la _confusion des langues!_... Quelques régiments, et principalement
ceux de la garde, résistaient encore. Presque tous les cavaliers des
régiments de ligne, ayant perdu leurs chevaux, furent réunis en
bataillons, et ceux de leurs officiers qui étaient encore montés
formèrent les escadrons _sacrés_ dont le commandement fut confié aux
généraux Latour-Maubourg, Grouchy et Sébastiani, qui y remplissaient les
fonctions de simples capitaines, tandis que des généraux de brigade et
des colonels faisaient celles de maréchaux des logis et de brigadiers.
Cette organisation suffirait seule pour faire connaître à quelle
extrémité l'armée était réduite!

Dans cette position critique, l'Empereur avait compté sur une forte
division de troupes de toutes armes que le général Baraguey d'Hilliers
devait conduire à Smolensk; mais en approchant de la ville, on apprit
que ce général avait mis bas les armes devant une colonne russe, en
spécifiant que lui seul ne serait pas fait prisonnier de guerre, et
qu'il lui serait permis d'aller joindre l'armée française afin de rendre
compte de sa conduite. Mais l'Empereur ne voulut pas voir Baraguey
d'Hilliers, auquel il fit donner l'ordre de se rendre en France et d'y
garder les arrêts jusqu'à ce qu'un conseil de guerre l'eût jugé.
Baraguey d'Hilliers prévint ce jugement en mourant de désespoir à
Berlin.

Ce général avait été l'une des erreurs de Napoléon, qu'il séduisit lors
du camp de Boulogne, en lui promettant de dresser les dragons à servir
tour à tour comme fantassins et cavaliers. Mais l'essai de ce système
ayant été fait en 1805 pendant la campagne d'Autriche, les vieux dragons
qu'on avait mis à pied, et que Baraguey d'Hilliers commandait en
personne, furent battus à Wertingen sous les yeux de l'Empereur. On leur
rendit des chevaux, ils furent encore défaits, et pendant plusieurs
années les corps de cette arme se ressentirent du désordre que Baraguey
avait jeté parmi eux. L'auteur de ce système bâtard, tombé en disgrâce,
avait espéré se relever en demandant à venir en Russie, où il acheva de
se perdre aux yeux de l'Empereur par sa capitulation sans combat et en
violant le décret qui prescrit au chef d'un corps réduit à mettre bas
les armes de suivre le sort de ses troupes, et lui défend de solliciter
des ennemis des conditions favorables à lui seul.

Après avoir passé plusieurs jours à Smolensk afin de réunir les troupes
restées en arrière, l'Empereur se rendit le 15 à Krasnoë où, malgré ses
graves préoccupations (car on se battait non loin de la ville), il
expédia un officier vers le 2e corps d'armée resté sur la Düna et devenu
désormais son seul espoir de salut.

Les régiments dont se composait ce corps avaient éprouvé moins de
fatigues et de privations que ceux qui avaient fait partie de
l'expédition de Moscou; mais aussi, par compensation, ils avaient bien
plus souvent combattu les ennemis. Napoléon, voulant les en récompenser
en nommant à tous les emplois vacants, se fit apporter les propositions
d'avancement relatives au 2e corps. Il y en avait plusieurs en ma
faveur, dont l'une ne demandait pour moi que le grade de major
(lieutenant-colonel). Ce fut celle que le secrétaire présenta. Je tiens
du général Grundler, qui, ayant reçu l'ordre de porter ces dépêches, se
trouvait dans le cabinet de l'Empereur au moment où il achevait son
travail, que Napoléon, au moment de signer, raya de sa main le mot
_major_ pour y substituer celui de _colonel_, en disant: «C'est une
ancienne dette que j'acquitte.» Je fus donc enfin colonel du 23e de
chasseurs, le 15 novembre; mais je ne l'appris que quelque temps après.

La retraite continuait péniblement, et les ennemis, dont les forces
augmentaient sans cesse, coupèrent de l'armée le corps du prince Eugène,
ainsi que ceux de Davout et de Ney. Les deux premiers parvinrent à
grand'peine à se faire jour les armes à la main et à rejoindre
l'Empereur, dont l'esprit était douloureusement préoccupé par l'absence
du corps de Ney, car il fut plusieurs jours sans en recevoir aucune
nouvelle.

Le 19 novembre, Napoléon parvint à Orscha. Il s'était écoulé un mois
depuis qu'il avait quitté Moscou, et il restait encore cent vingt lieues
à faire pour parvenir au Niémen. Le froid était intense.

Tandis que de sombres inquiétudes agitaient l'Empereur sur le sort de
l'arrière-garde et de son intrépide chef, le maréchal Ney, celui-ci
exécutait un des plus beaux faits d'armes dont il soit fait mention dans
les annales militaires. Parti le 17 au matin de Smolensk, après en avoir
fait sauter les remparts, le maréchal, à peine en marche, fut assailli
par des myriades d'ennemis qui l'attaquèrent sur les deux flancs, en
tête et en queue!... Ney, les repoussant constamment, marcha au milieu
d'eux pendant trois jours; mais enfin il se trouva arrêté au dangereux
défilé du ravin de Krasnoë, au delà duquel on découvrait de fortes
masses de troupes russes et une formidable artillerie, qui commença un
feu vif et soutenu. Sans s'étonner de cet obstacle imprévu, le maréchal
prend l'audacieuse résolution de forcer le passage et ordonne au 48e de
ligne (commandé par le colonel Pelet, ancien aide de camp de Masséna) de
charger vivement à la baïonnette. À la voix de Ney, les soldats
français, bien que harassés de fatigue, exténués de besoin et engourdis
par le froid, s'élancent sur les batteries russes et les enlèvent. Les
ennemis les reprennent, et nos troupes les en chassent de nouveau. Mais
enfin il fallut céder à la supériorité du nombre. Le 48e, accablé par la
mitraille, fut en très grande partie détruit, car sur six cent cinquante
hommes qui étaient entrés dans le ravin, une centaine seulement le
repassèrent. Le colonel Pelet, grièvement blessé, était de ce nombre.

La nuit survint, et tout espoir de rejoindre l'Empereur et l'armée
paraissait perdu pour le corps d'arrière-garde; mais Ney a confiance en
ses troupes et surtout en lui-même. Par son ordre, de nombreuses lignes
de feux sont allumées afin de retenir les ennemis dans leur camp, dans
la crainte d'une nouvelle attaque le lendemain. Le maréchal a résolu de
mettre le Dniéper entre lui et les Russes, et de confier sa destinée et
celle de ses troupes à la fragilité des glaces de ce fleuve. Il était
seulement indécis sur le chemin qu'il devait prendre pour gagner le plus
tôt possible le Dniéper, lorsqu'un colonel russe venant de Krasnoë se
présente comme _parlementaire_ et somme Ney de mettre bas les armes!...
L'indignation du maréchal éclate à la pensée d'une telle humiliation, et
comme l'officier ennemi n'était porteur d'aucun ordre écrit, Ney lui
déclare qu'il ne le considère pas comme parlementaire, mais bien comme
un _espion_; qu'il va donc le faire passer au fil des baïonnettes s'il
ne le guide vers le point le plus rapproché du Dniéper!... Le colonel
russe fut contraint d'obéir.

Ney donne à l'instant l'ordre de quitter en silence le camp, dans lequel
il abandonne artillerie, caissons, bagages et les blessés hors d'état de
le suivre; puis, favorisé par l'obscurité, il gagne, après quatre heures
de marche, les rives du Dniéper. Ce fleuve était gelé, mais cependant
pas assez fortement pour être praticable sur tous les points, car il
existait un grand nombre de crevasses et des parties où la glace était
si mince qu'elle s'enfonçait lorsque plusieurs hommes y passaient à la
fois. Le maréchal fit donc défiler ses soldats un à un. Le passage du
fleuve, ainsi opéré, les troupes du maréchal Ney se croyaient en sûreté,
quand au jour naissant elles aperçurent un bivouac considérable de
Cosaques. L'hetman Platow y commandait, et comme il avait, selon son
habitude, passé la nuit à boire, il dormait en ce moment. Or, la
discipline est si forte dans l'armée russe que personne n'oserait
éveiller son chef ni faire prendre les armes sans son ordre. Les débris
du corps de Ney côtoyèrent donc à une lieue le camp de l'hetman sans
être attaqués. On ne vit les Cosaques de Platow que le lendemain.

Le maréchal Ney marcha durant trois jours en combattant sans cesse le
long des bords sinueux du Dniéper qui devaient le conduire à Orscha, et
le 20 il aperçut enfin cette ville où il espérait trouver l'Empereur et
l'armée; mais il est encore séparé d'Orscha par une vaste plaine,
occupée par un corps nombreux d'infanterie ennemie, qui s'avance sur lui
pendant que les Cosaques se préparent à l'attaquer par derrière. Prenant
une bonne position défensive, il envoie successivement plusieurs
officiers pour s'assurer que les Français occupent encore Orscha, sans
quoi il eût été impossible de continuer la résistance. Un des officiers
atteint Orscha, où le quartier général se trouvait encore. En apprenant
le retour du maréchal Ney, l'Empereur manifesta une joie des plus vives,
et pour le dégager de la situation périlleuse où il se trouvait, il
envoya au-devant de lui le prince Eugène et le maréchal Mortier, qui
repoussèrent les ennemis et ramenèrent à Orscha le maréchal Ney avec ce
qui restait des braves placés sous ses ordres. Cette retraite fit le
plus grand honneur au maréchal Ney.

Le lendemain, l'Empereur continua sa retraite par Kokanow, Toloczin et
Bobr, où il trouva les troupes du maréchal Victor arrivées depuis peu
d'Allemagne et entra en communication avec le 2e corps, dont Saint-Cyr
venait de rendre le commandement au maréchal Oudinot.



CHAPITRE XV

Situation du 2e corps.--Démoralisation des Bavarois.--Mission auprès du
comte Lubenski.


Comme il est important d'indiquer les causes qui avaient réuni le 2e
corps au surplus de l'armée dont il s'était séparé dès le commencement
de la campagne, je dois reprendre l'abrégé de son historique depuis le
mois d'août, lorsque, après avoir battu les Russes devant Polotsk, le
maréchal Saint-Cyr fit établir auprès de cette place un immense camp
retranché gardé par une partie de ses troupes et distribua le surplus
sur les deux rives de la Düna. La cavalerie légère couvrait les
cantonnements, et, ainsi que je l'ai déjà dit, la brigade Castex, à
laquelle mon régiment était attaché, fut placée à Louchonski, sur la
petite rivière de la Polota, d'où nous étions à même de surveiller les
grandes routes venant de Sébej et de Newel.

L'armée de Wittgenstein, après sa défaite, s'était retirée en arrière de
ces villes, de sorte qu'il existait entre les Russes et les Français un
espace de plus de vingt-cinq lieues, non occupé à poste fixe, mais où
chacun des deux partis envoyait des reconnaissances de cavalerie, ce qui
donnait lieu à de petits combats peu importants. Du reste, comme les
environs de Polotsk étaient suffisamment garnis de fourrages et de
grains encore sur pied, et qu'il était facile de comprendre que nous y
ferions un long séjour, les soldats français se mirent à faucher et à
battre les blés, qu'on écrasait ensuite dans de petits moulins à bras,
dont chaque maison de paysan est garnie.

Ce travail me paraissant trop lent, je fis réparer à grand'peine deux
moulins à eau situés sur la Polota, auprès de Louchonski, et dès ce
moment le pain fut assuré pour mon régiment. Quant à la viande, les bois
voisins étaient remplis de bétail abandonné; mais comme il fallait y
faire une traque chaque jour pour avoir la provision, je résolus
d'imiter ce que j'avais vu pratiquer à l'armée de Portugal et de former
un troupeau régimentaire. En peu de temps, je parvins à réunir 7 à 800
bêtes à cornes, que je confiai à la garde de quelques chasseurs
démontés, auxquels je donnai les chevaux du pays, trop petits pour
entrer dans les rangs. Ce troupeau, que j'augmentai par de fréquentes
excursions, exista plusieurs mois, ce qui me permit de donner au
régiment de la viande _à discrétion_ et entretenait la bonne santé de ma
troupe, qui me sut gré des soins que je prenais d'elle. J'étendis ma
prévoyance sur les chevaux, pour lesquels on construisit de grands
hangars, recouverts en paille et placés derrière les baraques des
soldats, de sorte que notre bivouac était presque aussi confortable
qu'un camp établi en pleine paix. Les autres chefs de corps firent des
établissements analogues, mais aucun ne forma de troupeaux: leurs
soldats vivaient au jour le jour.

Pendant que tous les régiments français, croates, suisses et portugais
s'occupaient sans relâche du soin d'améliorer leur situation, les
Bavarois seuls ne faisaient rien pour se soustraire à la misère et aux
maladies!... En vain le général comte de Wrède cherchait-il à les
stimuler en leur montrant avec quelle activité les soldats français
construisaient les baraques, moissonnaient, battaient le blé, le
transformaient en farine, bâtissaient des fours et faisaient du pain,
les malheureux Bavarois, totalement démoralisés depuis qu'ils ne
recevaient plus de distributions _régulières_, admiraient les travaux
intelligents de nos troupes sans essayer de les imiter; aussi
mouraient-ils comme des mouches, et il n'en serait pas resté un seul si
le maréchal Saint-Cyr, sortant momentanément de sa nonchalance
habituelle, n'eût engagé les colonels des autres divisions à fournir
quotidiennement du pain aux Bavarois. La cavalerie légère, placée plus
avant dans les campagnes et près des forêts, leur envoyait des vaches.

Cependant, ces Allemands, si mous lorsqu'il fallait travailler, étaient
fort braves devant l'ennemi; mais dès que le péril cessait, ils
retombaient dans leur complète apathie. La nostalgie, ou maladie du
pays, s'emparait d'eux; ils se traînaient vers Polotsk, et, gagnant les
hôpitaux établis par les soins de leurs chefs, ils demandaient la
_chambre où l'on meurt_, s'étendaient sur la paille et ne se relevaient
plus! Un très grand nombre périrent de la sorte, et les choses en
vinrent au point que le général de Wrède se vit obligé de placer dans
son fourgon les drapeaux de plusieurs bataillons qui n'avaient plus
assez d'hommes pour les garder. Cependant, on était au mois de
septembre, le froid ne se faisait pas encore sentir; le temps était, au
contraire, fort doux; aussi les autres troupes étaient en bon état et
vécurent gaiement en attendant les événements futurs.

Les cavaliers de mon régiment se faisaient surtout remarquer par leur
bonne santé, ce que j'attribuais d'abord à la quantité de pain et de
viande que je leur donnais, et surtout à l'eau-de-vie que j'étais
parvenu à me procurer en abondance, par suite d'une convention conclue
avec les Jésuites de Polotsk. Ces bons Pères, tous Français, avaient à
Louchonski une grande ferme dans laquelle se trouvait une distillerie
d'eau-de-vie de grain; mais, à l'approche de la guerre, les ouvriers
s'étant enfuis vers le monastère en y apportant les alambics et tous les
ustensiles, la fabrication avait cessé, ce qui privait les religieux
d'une partie de leur revenu. Cependant, l'agglomération de l'armée
autour de la ville avait rendu les alcools si rares et si chers, que les
cantiniers faisaient plusieurs jours de marche pour aller en chercher
jusqu'à Wilna. Il me vint donc en pensée de faire avec les Jésuites un
traité par lequel je devais protéger leurs distillateurs, faire ramasser
et battre par mes soldats le blé nécessaire, à condition que mon
régiment aurait chaque jour une partie de l'eau-de-vie qui en
proviendrait. Ma proposition ayant été acceptée, les moines eurent de
grands bénéfices en faisant vendre de l'alcool au camp, et j'eus
l'immense avantage d'en faire distribuer trois fois par jour à mes
soldats, qui depuis qu'ils avaient passé le Niémen ne buvaient que de
l'eau.

Je sais qu'au premier aspect ces détails sont oiseux, mais je les
rappelle avec plaisir parce que les soins que je pris de mes hommes
sauvèrent la vie à beaucoup d'entre eux et maintinrent l'effectif du 23e
de chasseurs fort au-dessus de celui des autres régiments de cavalerie
du corps d'armée, ce qui me valut de la part de l'Empereur un témoignage
de satisfaction dont je parlerai plus loin.

Parmi les précautions que je pris, il en est encore deux qui sauvèrent
la vie à beaucoup de mes cavaliers. La première fut de les contraindre,
dès le 15 septembre, à se munir tous d'une de ces redingotes en peau de
mouton avec toison qu'on trouvait en quantité dans les habitations des
villages abandonnés. Les soldats sont de grands enfants, dont il faut
prendre soin pour ainsi dire malgré eux. Les miens prétendirent d'abord
que ces grandes pelisses étaient inutiles et surchargeaient leurs
chevaux; mais dès le mois d'octobre ils les placèrent avec plaisir sous
leurs manteaux, et, lorsque les grands froids furent venus, ils me
remercièrent de les avoir forcés à les garder.

La seconde des précautions que je crus devoir prendre fut d'envoyer sur
les derrières de l'armée tous les chasseurs démontés par le feu ennemi
ou dont les chevaux étaient morts de fatigue. Un ordre du jour du major
général prescrivait d'envoyer tous ces hommes sur Lepel, en Lithuanie,
où ils devaient recevoir des chevaux qu'on attendait de Varsovie. Je me
préparais à exécuter cet ordre, lorsque, ayant appris que le dépôt de
Lepel était encombré de cavaliers à pied, manquant de tout et n'ayant
rien à faire, car il n'arrivait pas un seul cheval de remonte, je pris
sur moi d'envoyer tous mes hommes démontés directement à Varsovie, sous
le commandement du capitaine Poitevin, qui avait été blessé. Je savais
très bien que ce que je faisais était contraire aux règlements; mais
dans une armée _immense_, transportée aussi loin et placée dans des
conditions aussi extraordinaires, il était physiquement impossible que
l'état-major et l'administration pussent pourvoir aux besoins des
troupes. Il fallait donc qu'un chef de corps pût prendre bien des choses
sous sa responsabilité; aussi, le général Castex, qui ne pouvait me
donner une autorisation officielle, m'ayant promis de fermer les yeux
sur ce qui se passait, je continuai à agir de la sorte tant que cela fut
possible, si bien qu'insensiblement le nombre de chasseurs démontés
envoyés par moi à Varsovie s'éleva à 250. Après la campagne, je les
retrouvai sur la Vistule, tous habillés de neuf, bien équipés et ayant
d'excellents chevaux, ce qui fut un très bon renfort pour le régiment.
Les hommes démontés appartenant à d'autres corps et réunis à Lepel, au
nombre de plus de 9,000, ayant été surpris par la grande retraite des
troupes revenant de Moscou, furent presque tous faits prisonniers ou
périrent de froid sur les routes! Il eût été cependant si facile de les
diriger pendant l'été et l'automne sur Varsovie, dont le dépôt de
remonte avait beaucoup de chevaux et manquait de cavaliers.

Je passai à Louchonski un grand mois dans le repos, ce qui avança la
guérison de la blessure que j'avais reçue en juillet à Jakoubowo. Nous
étions bien, dans ce camp, sous le rapport matériel, mais fort inquiets
de ce qui se passait vers Moscou, et n'avions que très rarement des
nouvelles de France. Je reçus enfin une lettre, par laquelle ma chère
Angélique m'annonçait qu'elle venait de donner le jour à un garçon. Ma
joie, quoique bien vive, fut mêlée de tristesse, car j'étais bien loin
de ma famille, et, sans prévoir tous les dangers auxquels je serais
exposé avant peu, je ne me dissimulais pas que de grands obstacles
s'opposeraient à notre réunion.

Vers le milieu de septembre, le maréchal Saint-Cyr me donna une mission
fort délicate. Elle avait un double but: d'abord, aller reconnaître ce
que faisaient les ennemis dans les environs de Newel, et revenir ensuite
par les rives du lac Ozérichtchi, afin de m'aboucher avec le comte
Lubenski, le plus grand seigneur du pays et l'un des rares Polonais
disposés à tout entreprendre pour secouer le joug des Russes.
L'Empereur, qui, tout en hésitant à proclamer le rétablissement de
l'ancienne Pologne, voulait organiser en départements les parties déjà
conquises, avait éprouvé beaucoup de refus de la part des seigneurs
auxquels il s'était proposé d'en confier l'administration; mais,
d'après les assurances qui lui furent données sur le patriotisme du
comte Lubenski, Sa Majesté venait de le nommer préfet de Witepsk. Ce
seigneur vivant retiré dans une terre située au delà des cercles occupés
par les Français, il était difficile de lui faire parvenir sa nomination
et d'assurer son arrivée. Napoléon avait donc ordonné d'envoyer un parti
de cavalerie légère vers le comte Lubenski.

Chargé de remplir cette mission, avec trois cents hommes de mon
régiment, je choisis les cavaliers les plus braves, les mieux montés,
et, après les avoir pourvus de pain, de viandes cuites, d'eau-de-vie et
de tout ce qui était nécessaire, je quittai, le 14 septembre, le camp de
Louchonski, où je laissai la brigade Castex et le surplus de nos
escadrons. J'emmenai avec moi Lorentz, qui devait me servir
d'interprète.

La vie de partisan est périlleuse et très fatigante. Éviter les grandes
routes, nous cacher le jour dans les forêts sans oser y faire du feu,
prendre dans un hameau des vivres et des fourrages, que nous allions
consommer à quelques lieues de là, afin de donner le change aux espions
ennemis; marcher toute la nuit, en se dirigeant quelquefois vers un
point différent de celui où l'on doit aller; être sans cesse sur le
_qui-vive_, telle fut la vie que je menai lorsque, lancé avec trois
cents hommes seulement dans une contrée immense et inconnue pour moi, je
dus m'éloigner de l'armée française et me rapprocher de celle des
Russes, dont je pouvais rencontrer de nombreux détachements. Ma
situation était fort difficile; mais j'avais confiance dans ma destinée,
ainsi que dans la valeur des cavaliers dont j'étais suivi. J'avançais
donc résolument, en côtoyant à deux ou trois lieues au large la route
qui, de Polotsk, se rend à Newel par Tomtschino, Krasnopoli et
Petschski.

Je ne vous ferai pas le récit détaillé des événements peu intéressants
qui nous survinrent; il vous suffira de savoir que, grâce aux bons avis
que nous donnaient les paysans, antagonistes déclarés des Russes, nous
fîmes le tour de la ville de Newel en évitant tous les postes ennemis,
et que, après huit jours, ou plutôt huit nuits de marche, nous parvînmes
au lac Ozérichtchi, sur les rives duquel est situé le magnifique château
qui appartenait alors au comte Lubenski.

Je n'oublierai jamais la scène qui se passa à notre arrivée dans cet
antique et vaste manoir. La lune éclairait une superbe soirée d'automne.
La famille du comte était réunie pour célébrer l'anniversaire de sa
naissance et se réjouir de la victoire remportée par Napoléon à la
Moskova, lorsque des domestiques accourant annoncer que le château est
cerné par des soldats à cheval qui, après avoir placé des postes et des
sentinelles, pénétraient déjà dans les cours, on pensa que c'était la
police russe qui venait arrêter le maître du logis. Celui-ci, homme des
plus courageux, attendait avec calme qu'on le conduisît dans les prisons
de Saint-Pétersbourg, quand un de ses fils, que la curiosité avait porté
à ouvrir une fenêtre, vient dire: «Ces cavaliers parlent français!»

À ces mots, le comte Lubenski, suivi de sa nombreuse famille et d'une
foule de serviteurs, se précipitant hors du château, les réunit sur un
immense péristyle, dont je montais alors les degrés, et, s'avançant vers
moi les bras tendus, il s'écria d'un ton tragique: «Sois le bienvenu,
généreux Gaulois, qui apportes la liberté dans ma patrie si longtemps
opprimée!... Viens, que je te presse sur mon cœur, guerrier du grand
Napoléon, libérateur de la Pologne!...» Non seulement le comte
m'embrassa, mais il voulut que la comtesse, ses filles et ses fils
fissent de même. Puis l'aumônier, les précepteurs, les institutrices
vinrent me baiser la main, et toute la domesticité posa ses lèvres sur
mon genou!... Bien que fort étonné des honneurs de divers degrés qu'on
me rendait, je les reçus avec toute la gravité dont j'étais capable, et
je croyais la scène terminée, lorsque, sur un mot du comte, chacun se
prosternant se mit en prière.

Entré au château, je remis à M. Lubenski sa nomination de préfet de
Witepsk, revêtue de la signature de l'empereur des Français, et lui
demandai s'il acceptait: «Oui, s'écria-t-il avec force, et je suis prêt
à vous suivre!...» La comtesse montra le même enthousiasme, et il fut
convenu que le comte, accompagné de son fils aîné et de deux serviteurs,
partirait avec moi. J'accordai une heure pour faire les préparatifs du
voyage. Il n'est pas besoin de dire qu'elle fut employée à donner un bon
souper à mon détachement, qui fut obligé de le manger à cheval, tant je
craignais d'être surpris. Les adieux faits, nous allâmes coucher à
quatre lieues de là, dans une forêt où nous restâmes cachés tout le jour
suivant. La nuit d'après, nous continuâmes notre marche; mais, pour
dépister les partis ennemis, qui auraient pu être surpris de la présence
d'un détachement français dans ces parages, je me gardai bien de
reprendre les chemins que j'avais suivis en venant, et, passant par
Lombrowka, Swino et Takarena, tantôt par des sentiers, tantôt à travers
champs, je parvins, au bout de cinq jours, à Polotsk. Je me félicitai
d'autant plus d'avoir changé de route en revenant, que j'appris plus
tard, par des marchands de Newel, que les Russes avaient envoyé un
régiment de dragons et 600 Cosaques m'attendre aux sources de la Drissa,
vers Krasnopoli.

Après avoir rendu compte de ma mission au maréchal Saint-Cyr et lui
avoir présenté M. Lubenski, je regagnai le bivouac de Louchonski, où je
retrouvai le général Castex et la partie de mon régiment que j'y avais
laissée. Mon expédition avait duré treize jours, pendant lesquels nous
avions éprouvé bien des fatigues, quelques privations; mais je ramenais
mon monde en bon état. Nous n'avions pas combattu, car les petits
groupes d'ennemis que nous avions aperçus s'étaient tous enfuis en nous
voyant.

Le trajet que le comte Lubenski avait fait avec nous m'avait mis à même
de le juger et de l'apprécier. C'était un homme fort instruit, capable,
aimant son pays par-dessus tout, mais dont l'exaltation faussait
quelquefois le jugement lorsqu'il s'agissait de choisir les moyens de
reconstituer la Pologne. Néanmoins, si tous ses compatriotes avaient
partagé son ardeur et eussent pris les armes à l'arrivée des Français,
la Pologne eût peut-être recouvré son indépendance en 1812; mais, à peu
d'exceptions près, ils restèrent tous dans la plus profonde apathie.

En s'éloignant de Polotsk, le comte alla prendre possession de sa
préfecture. Il ne la garda pas longtemps, car un mois s'était à peine
écoulé que l'armée française, après avoir quitté Moscou, traversait la
province de Witepsk en effectuant sa retraite. Forcé, par ce fatal
événement, d'abandonner sa préfecture et de se soustraire à la vengeance
des Russes, le comte Lubenski se réfugia dans la Galicie, en Pologne
autrichienne, où il possédait de très grands biens. Il y vécut en paix
jusqu'en 1830, époque à laquelle il revint dans la Pologne russe,
lorsqu'elle prit les armes contre le Czar. J'ignore quelle a été la
destinée du comte Lubenski pendant et après ce soulèvement. Plusieurs de
ses compatriotes m'ont assuré qu'il s'était de nouveau retiré sur ses
terres de Galicie. C'était un grand patriote et un excellent homme.

Peu de jours après notre retour à Louchonski, je fus grandement surpris
en voyant arriver de France un détachement de trente cavaliers de mon
régiment. Ils venaient de Mons et avaient par conséquent traversé la
Belgique, les provinces rhénanes, toute l'Allemagne, une partie de la
Prusse, de la Pologne, et parcouru plus de 400 lieues sous le
commandement d'un simple sous-officier. Cependant, pas un homme n'était
resté en arrière et pas un cheval n'était blessé!... Cela suffirait pour
démontrer le zèle et le bon esprit dont le 23e de chasseurs était
animé.



CHAPITRE XVI

Défection des Autrichiens.--Défense de Polotsk.--Wittgenstein prisonnier
nous échappe.--Nouveaux combats.--Évacuation de la ville.--Les Bavarois
nous abandonnent.--Jonction avec le corps de Victor.--Le marais de
Ghorodié.


Vers le 12 octobre, le 2e corps d'armée, qui, depuis le 18 août, vivait
dans l'abondance et la tranquillité à Polotsk et dans les environs, dut
se préparer à courir derechef la chance des combats. Nous apprîmes que
l'amiral Tchitchakoff, commandant en chef de l'armée russe de Valachie,
après avoir fait la paix avec les Turcs par l'intermédiaire des Anglais,
se dirigeait vers Mohilew, afin de se porter sur les derrières de
l'empereur Napoléon, qui, n'ayant pas encore quitté Moscou, se berçait
toujours de l'espoir de conclure un traité avec Alexandre. On s'étonnait
que le prince Schwartzenberg, chargé avec trente mille Autrichiens, nos
alliés, de surveiller le corps russe de Valachie, eût laissé passer
Tchitchakoff; mais le fait n'était pas moins réel. Non seulement les
Autrichiens n'avaient pas barré le chemin aux Russes, ainsi qu'ils le
pouvaient; mais, au lieu de les suivre en queue, ils étaient restés fort
tranquilles dans leurs cantonnements de Volhynie.

Napoléon avait trop compté sur la bonne foi des ministres et des
généraux de son beau-père l'empereur d'Autriche, en leur confiant le
soin de couvrir l'aile droite de la Grande Armée. En vain le général de
Ségur cherche à pallier les torts du gouvernement autrichien et du
prince Schwartzenberg, commandant de ses armées; il y eut trahison
flagrante de leur part, et l'histoire flétrira leur conduite!

Pendant qu'à notre droite les Autrichiens livraient passage au corps
russe venant de Turquie, les Prussiens, dont on avait si imprudemment
formé notre aile gauche, se préparaient à pactiser aussi avec les
ennemis, et cela presque ouvertement, sans se cacher du maréchal
Macdonald, que l'Empereur avait mis à leur tête pour les maintenir dans
la fidélité. Dès que ces étrangers apprirent que l'occupation de Moscou
n'avait pas amené la paix, ils prévirent les désastres de l'armée
française, et toute leur haine contre nous se réveilla. Ils ne se mirent
point encore en rébellion complète, mais le maréchal Macdonald était
fort mal obéi, et les Prussiens, cantonnés près de Riga, pouvaient d'un
moment à l'autre se réunir aux troupes russes de Wittgenstein pour
accabler le 2e corps français campé sous Polotsk.

On comprend combien la situation du maréchal Saint-Cyr devenait
difficile. Elle ne put cependant l'émouvoir, et, toujours impassible, il
donna avec calme et clarté les ordres pour une défense opiniâtre. Toute
l'infanterie fut réunie dans la ville et le camp retranché: plusieurs
ponts furent ajoutés à ceux qui unissaient déjà les deux rives de la
Düna. On plaça les malades et les non-combattants au vieux Polotsk,
ainsi qu'à Ekimania, postes fortifiés situés sur la rive gauche. Le
maréchal, ne pensant pas avoir assez de troupes pour disputer la plaine
à Wittgenstein qui venait de recevoir de très puissants renforts de
Saint-Pétersbourg, crut ne devoir garder que cinq escadrons, et il en
prit un dans chaque régiment de cavalerie légère. Le surplus passa sur
la rive opposée.

Le 16 octobre, les éclaireurs ennemis se montrèrent devant Polotsk,
dont l'aspect dut leur paraître bien changé, tant à cause de l'immense
camp retranché nouvellement établi, que par les nombreuses
fortifications dont la plaine était couverte. La plus grande et la plus
forte était une redoute surnommée _la Bavaroise_. Tous ceux des
malheureux soldats du général de Wrède qui avaient survécu à la maladie
du pays demandèrent à défendre cette redoute, ce qu'ils firent avec
beaucoup de valeur.

Le combat commença le 17 et dura toute la journée, sans que le maréchal
Saint-Cyr pût être forcé dans sa position. Le général Wittgenstein,
furieux, attribuant cet échec à ce que ses officiers n'avaient pas assez
reconnu le fort et le faible de nos ouvrages défensifs, voulut les
examiner lui-même et s'en approcha très courageusement; mais cet acte de
dévouement faillit lui coûter la vie, car le commandant Curély, l'un des
plus braves et des meilleurs officiers de l'armée française, ayant
aperçu le général russe, s'élance sur lui à la tête de l'escadron fourni
par le 20e de chasseurs, sabre une partie de son escorte, et poussant
jusqu'à Wittgenstein, auquel il met la pointe sur la gorge, il le force
à rendre son épée!

Après l'importante capture du général en chef ennemi, le commandant
Curély aurait dû se retirer promptement entre deux redoutes et conduire
son prisonnier dans le camp retranché; mais Curély était trop ardent,
et, voyant que l'escorte du général russe revenait à la charge pour le
délivrer, il crut l'honneur français engagé à ce qu'il conservât son
prisonnier, _malgré_ tous les efforts des ennemis!... Wittgenstein se
trouva donc pendant quelques minutes au milieu d'un groupe de
combattants qui se disputaient sa personne; mais le cheval de Curély
ayant été tué, plusieurs de nos chasseurs mirent pied à terre pour
relever leur chef, et Wittgenstein, profitant de la confusion produite
par cet événement, s'enfuit au grand galop, en ordonnant aux siens de le
suivre!...

Cet épisode, bientôt connu de toute l'armée, donna lieu à une
controverse des plus vives. Les uns prétendaient que la modération dont
Curély avait fait preuve en ne portant aucun coup au général
Wittgenstein devait cesser du moment où les Russes, revenus au combat,
étaient sur le point de délivrer leur général, et ils soutenaient que
Curély aurait dû lui passer alors son sabre au travers du corps. Mais
d'autres disaient que, du moment où Curély avait reçu le général ennemi
_à merci_, il n'avait plus le droit de le tuer. Il peut y avoir du vrai
dans ce dernier raisonnement; cependant, pour qu'il fût complètement
exact, il faudrait que, à l'exemple des anciens chevaliers, le général
Wittgenstein se fût constitué prisonnier, _secouru_ ou _non secouru_;
mais il paraît qu'il n'avait pas pris cet engagement, ou bien qu'il y
manqua, puisqu'il s'évada dès qu'il en vit la possibilité. En avait-il
le droit? C'est une question très difficile à résoudre. Il en est de
même de celle relative au droit qu'aurait eu Curély de tuer Wittgenstein
pendant qu'on cherchait à le reprendre. Quoi qu'il en soit, lorsque,
plus tard, on présenta le commandant Curély à l'Empereur pendant le
passage de la Bérésina, où le général Wittgenstein nous fit éprouver de
si grandes pertes, Napoléon dit au chef d'escadrons: «Ce malheur ne fût
probablement pas arrivé si, usant de votre droit, vous eussiez tué
Wittgenstein sur le champ de bataille de Polotsk, au moment où les
Russes cherchaient à l'arracher de vos mains...» Malgré ce reproche,
mérité ou non, Curély devint colonel peu de temps après et officier
général en 1814.

Mais revenons à Polotsk, dont les ennemis, repoussés le 17 octobre,
renouvelèrent l'attaque le 18, avec des forces tellement supérieures
que, après avoir éprouvé des pertes immenses, Wittgenstein s'empara du
camp retranché. Mais Saint-Cyr, se mettant à la tête des divisions
Legrand et Maison, l'en chassa à coups de baïonnette. Sept fois les
Russes revinrent avec acharnement à la charge, et sept fois les Français
et les Croates les repoussèrent, et restèrent enfin maîtres de toutes
les positions.

Le maréchal Saint-Cyr, quoique blessé, n'en continua pas moins à diriger
les troupes. Ses efforts furent couronnés d'un plein succès, car les
ennemis, abandonnant le champ de bataille, se retirèrent dans la forêt
voisine. 50,000 Russes venaient d'être battus par 15,000 hommes. La joie
régnait dans le camp français. Mais le 19 au matin, on apprit que le
général Steinghel, à la tête de 14,000 Russes, venait de traverser la
Düna devant Disna et remontait la rive gauche pour tourner Polotsk,
s'emparer des ponts et enfermer l'armée de Saint-Cyr entre les troupes
qu'il amenait et celles de Wittgenstein. En effet, on vit bientôt
l'avant-garde de Steinghel paraître devant Natcha, se dirigeant vers
Ekimania, où se trouvaient la division de cuirassiers et les régiments
de cavalerie légère dont le maréchal n'avait gardé qu'un escadron à
Polotsk.

En un clin d'œil, nous fûmes tous à cheval et repoussâmes les ennemis,
qui auraient cependant fini par prendre le dessus, car il leur arrivait
de puissants renforts, et nous n'avions pas d'infanterie, lorsque le
maréchal Saint-Cyr en envoya trois régiments, détachés des divisions qui
gardaient Polotsk. Dès lors, Steinghel, qui n'avait plus que quelques
efforts à faire pour arriver aux ponts, s'arrêta tout court, tandis que
sur l'autre rive Wittgenstein gardait aussi l'immobilité. Il semblait
que les deux généraux russes, après avoir combiné un plan d'attaque
très bien conçu, n'osaient en achever l'exécution, chacun d'eux s'en
reposant sur l'autre du soin de vaincre les Français.

Cependant la position de ces derniers devenait horriblement critique,
car, sur la rive droite, ils étaient acculés par l'armée de
Wittgenstein, triple de la leur, contre une ville entièrement construite
en bois et une rivière considérable, n'ayant d'autre moyen de retraite
que les ponts, dont les troupes de Steinghel menaçaient de s'emparer par
la rive gauche.

Tous les généraux pressent alors Saint-Cyr d'ordonner l'évacuation de
Polotsk; mais il veut gagner la nuit, parce qu'il sent que les 50,000
Russes placés devant lui n'attendent que son premier mouvement
rétrograde pour s'élancer sur son armée affaiblie et porter le désordre
dans ses rangs. Il resta donc immobile, et, profitant de l'inconcevable
inaction des généraux ennemis, il attendit le coucher du soleil, dont
heureusement le moment fut avancé par un brouillard fort épais, qui
déroba les trois armées à la vue les unes des autres. Le maréchal saisit
cet instant favorable pour exécuter sa retraite.

Déjà sa nombreuse artillerie et quelques escadrons restés sur la rive
droite avaient traversé les ponts en silence, et l'infanterie allait
suivre en dérobant sa marche à l'ennemi, lorsque, sur le point de
partir, les soldats de la division Legrand, ne voulant pas abandonner
aux Russes leurs baraques intactes, y mirent le feu. Les deux autres
divisions, pensant que c'était un signal convenu, firent de même, et en
un instant toute la ligne fut embrasée. Cet immense incendie ayant
annoncé aux Russes notre mouvement rétrograde, toutes leurs batteries
éclatèrent, et leurs obus mirent le feu aux faubourgs ainsi qu'à la
ville, sur laquelle leurs colonnes se précipitèrent. Mais les Français,
et principalement la division Maison, la défendirent pied à pied, car,
à la lueur de l'incendie, on se voyait comme en plein jour.

Polotsk brûla complètement: les pertes des deux partis furent
considérables; néanmoins la retraite de nos troupes s'effectua avec
ordre: on emmena nos blessés transportables; les autres, ainsi qu'un
grand nombre de Russes, périrent dans les flammes.

Il paraît que le désaccord le plus complet régnait entre les chefs de
l'armée ennemie, car pendant cette nuit de combat Steinghel resta fort
tranquille dans son camp et ne seconda pas plus l'attaque de
Wittgenstein que celui-ci n'avait secondé la sienne le jour
précédent[7]. Ce fut seulement quand Saint-Cyr, après avoir évacué la
place, se fut mis hors des atteintes de Wittgenstein, en brûlant les
ponts de la Düna, que Steinghel commença le 20 au matin à prendre des
dispositions pour nous attaquer; mais les troupes françaises étant alors
toutes réunies sur la rive gauche, Saint-Cyr les porta contre Steinghel,
qui fut culbuté avec perte de plus de 2,000 hommes tués ou pris.

Dans ces rudes engagements de quatre jours et une nuit, les Russes
eurent six généraux et 10,000 hommes tués ou blessés. La perte des
Français et de leurs alliés ne fut que de 5,000 hommes hors de combat,
différence énorme, qu'il faut attribuer à la supériorité du feu de nos
troupes, surtout à celui de l'artillerie. Mais l'avantage que nous
avions eu sous le rapport des pertes était en partie compensé, car les
blessures que le maréchal Saint-Cyr avait reçues allaient priver l'armée
du chef en qui elle avait une entière confiance. Il fallait le
remplacer. Le comte de Wrède, alléguant son rang de général en chef des
corps bavarois, prétendit avoir le commandement sur les généraux de
division français; mais ceux-ci refusant d'obéir à un étranger, le
maréchal Saint-Cyr, quoique très souffrant, consentit à garder quelque
temps encore la direction des deux corps d'armée et ordonna la retraite
vers Oula, afin de se rapprocher de Smoliany et couvrir ainsi le flanc
de la route d'Orscha à Borisoff, par laquelle l'Empereur revenait de
Moscou.

Cette retraite fut si bien ordonnée, que Wittgenstein et Steinghel, qui,
après avoir réparé les ponts de la Düna, nous suivaient en queue avec
50,000 hommes, n'osèrent nous attaquer, bien que nous n'eussions que
12,000 combattants, et ils n'avancèrent que de quinze lieues en huit
jours. Quant au comte de Wrède, dont l'orgueil blessé ne voulait plus se
plier à l'obéissance, il marchait à volonté avec un millier de Bavarois
qui lui restaient et une brigade de cavalerie française, qu'il avait
emmenée par subterfuge, en disant au général Corbineau qu'il en avait
reçu l'ordre, ce qui n'était pas! La présomption du comte de Wrède ne
tarda pas à être punie; il fut attaqué et battu par une division russe.
Il se retira alors sans autorisation sur Wilna, d'où il gagna le Niémen.
La brigade Corbineau, refusant de le suivre, revint joindre l'armée
française, pour laquelle son retour fut un grand bonheur, ainsi que vous
le verrez lorsque je parlerai du passage de la Bérésina.

Cependant, par ordre de l'Empereur, le maréchal Victor, duc de Bellune,
à la tête du 9e corps d'armée fort de 25,000 hommes de troupes, dont la
moitié appartenait à la Confédération du Rhin, accourait de Smolensk
pour se joindre à Saint-Cyr et rejeter Wittgenstein au delà de la Düna.
Ce projet eût certainement été suivi d'un prompt effet, si Saint-Cyr
eût eu le commandement supérieur; mais Victor étant le plus ancien des
deux maréchaux, Saint-Cyr ne voulut pas servir sous ses ordres, et, la
veille de leur réunion, qui eut lieu le 31 octobre devant Smoliany, il
déclara ne pouvoir continuer la campagne, remit la direction du 2e corps
au général Legrand et s'éloigna pour retourner en France. Saint-Cyr fut
regretté des troupes, qui, tout en n'aimant pas sa personne, rendaient
justice à son courage et à ses rares talents militaires. Il ne manquait
à Saint-Cyr, pour être un chef d'armée complet, que d'avoir moins
d'égoïsme et de savoir gagner l'attachement des soldats et des officiers
en s'occupant de leurs besoins: mais il n'y a pas d'homme sans défaut.

Le maréchal Victor avait à peine réuni sous son commandement les 2e et
9e corps d'armée, que la fortune lui offrit l'occasion de remporter une
victoire éclatante. En effet, Wittgenstein, ignorant cette jonction et
se fiant à sa supériorité, vint attaquer nos postes en s'adossant
imprudemment à des défilés très difficiles. Il ne fallait qu'un effort
simultané des deux corps pour le détruire, car nos troupes, maintenant
aussi nombreuses que les siennes, étaient animées du meilleur esprit et
désiraient vivement le combat; mais Victor, se méfiant sans doute de
lui-même, sur un terrain qu'il voyait pour la première fois, profita de
la nuit pour se retirer, gagna Sienno et cantonna les deux corps d'armée
dans les environs. Les Russes s'éloignèrent aussi, en laissant seulement
quelques Cosaques pour nous observer. Cet état de choses, qui dura toute
la première quinzaine de novembre, fut très favorable à nos troupes, car
elles vécurent largement, la contrée offrant beaucoup de ressources.

Le 23e de chasseurs, posté à Zapolé, couvrait un des flancs des deux
corps réunis, lorsque le maréchal Victor, informé qu'une nombreuse armée
ennemie se trouvait à Vonisokoï-Ghorodié, prescrivit au général Castex
de faire reconnaître ce point par un des régiments de sa brigade.
C'était au mien à marcher. Nous partîmes à la tombée du jour et
arrivâmes sans encombre à Ghorodié, village situé dans un bas-fond, sur
un très vaste marais desséché. Tout y était fort tranquille, et les
paysans que je fis interroger par Lorentz n'avaient pas vu un soldat
russe depuis un mois. Je me mis donc en disposition de revenir à Zapolé,
mais le retour ne fut pas aussi calme que l'avait été notre marche en
avant.

Bien qu'il n'y eût pas de brouillard, la nuit était fort obscure; je
craignais d'égarer le régiment sur les nombreuses digues des marais que
je devais traverser de nouveau. Je pris donc pour guide celui des
habitants de Ghorodié qui m'avait paru le moins stupide. Ma colonne
cheminait en très bon ordre depuis une demi-heure, lorsque tout à coup
j'aperçois des feux de bivouac sur les collines qui dominent les
marais!... J'arrête ma troupe et fais dire à l'avant-garde d'envoyer en
reconnaissance deux sous-officiers intelligents qui devront observer, en
tâchant de n'être pas aperçus. Ces hommes reviennent promptement me dire
qu'un corps très nombreux nous barre le passage, tandis qu'un autre
s'établit sur nos derrières! Je tourne la tête, et, voyant des milliers
de feux entre moi et Ghorodié que je venais de quitter, il me parut
évident que j'avais donné sans le savoir au milieu d'un corps d'armée
qui se préparait à bivouaquer en ce lieu!... Le nombre des feux
augmentait sans cesse; la plaine ainsi que les coteaux en furent bientôt
couverts et offraient l'aspect d'un camp de 50,000 hommes, au centre
duquel je me trouvais avec moins de 700 cavaliers!... La partie n'était
pas égale; mais comment éviter le péril qui nous menaçait? Il n'y avait
qu'un seul moyen, c'était de nous lancer au galop et en silence par la
digue principale que nous occupions, de fondre sur les ennemis surpris
par cette attaque imprévue, de nous ouvrir un passage le sabre à la
main, et, une fois éloignés de la clarté des feux du camp, l'obscurité
nous permettrait de nous retirer sans être poursuivis!... Ce plan bien
arrêté, j'envoie des officiers tout le long de la colonne pour en
prévenir la troupe, certain que chacun approuverait mon projet et me
suivrait avec résolution!... J'avouerai néanmoins que je n'étais pas
sans inquiétude, car l'infanterie ennemie pouvait prendre les armes au
premier cri d'un factionnaire et me tuer beaucoup de monde pendant que
mon régiment défilerait devant elle.

J'étais dans ces anxiétés, lorsque le paysan qui nous guidait part d'un
grand éclat de rire, et Lorentz en fait autant... En vain je questionne
celui-ci, il rit toujours, et, ne sachant pas assez bien le français
pour expliquer le cas extraordinaire qui se présentait, il me montre son
manteau, sur lequel venait de se poser un des nombreux _feux follets_
que nous avions pris pour des feux de bivouac... Ce phénomène était
produit par les émanations des marais, condensées par une petite gelée,
après une journée d'automne dont le soleil avait été très chaud. En peu
de temps, tout le régiment fut couvert de ces feux, gros comme des œufs,
ce qui amusa beaucoup les soldats. Ainsi remis d'une des plus vives
alarmes que j'aie jamais éprouvées, je regagnai Zapolé.



CHAPITRE XVII

Oudinot nous rejoint et se sépare de Victor.--Grave situation de
l'armée.--Abandon et reprise de Borisoff.--Incendie du pont de la
Bérésina.--Nous faisons un immense butin à Borisoff.


Au bout de quelques jours, il m'échut une nouvelle mission, dans
laquelle nous n'eûmes plus à braver les feux follets, mais bien ceux des
mousquetons des dragons russes. Un jour que le général Castex s'était
rendu à Sienno, auprès du maréchal Victor, et que, le 24e de chasseurs
étant en expédition, mon régiment se trouvait à Zapolé, je vois arriver
deux paysans et reconnais dans l'un M. de Bourgoing, capitaine aide de
camp d'Oudinot. Ce maréchal, qui s'était rendu à Wilna après avoir été
blessé à Polotsk, le 18 août, ayant appris que Saint-Cyr, blessé à son
tour le 18 octobre, venait de quitter l'armée, avait résolu de rejoindre
le 2e corps et d'en reprendre le commandement.

Oudinot, sachant que ses troupes étaient dans les environs de Sienno, se
dirigeait vers cette ville, lorsque, arrivé à Rasna, il fut prévenu, par
un prêtre polonais, qu'un parti de dragons russes et de Cosaques rôdait
auprès de là; mais comme le maréchal apprit en même temps qu'il y avait
de la cavalerie française à Zapolé, il résolut d'écrire au commandant de
ce poste pour lui demander une forte escorte, et expédia sa lettre par
M. de Bourgoing, qui, pour plus de sûreté, se déguisa en paysan. Bien
lui en prit, car à peine était-il à une lieue qu'il fut rencontré par
un fort détachement de cavaliers ennemis qui, le prenant pour un
habitant de la contrée, ne firent pas attention à lui. Peu de moments
après, M. de Bourgoing, entendant plusieurs coups de feu, pressa sa
marche et parvint à Zapolé.

Dès qu'il m'eut informé de la position critique dans laquelle se
trouvait le maréchal, je partis au trot, avec tout mon régiment, pour
lui porter un prompt secours. Il était temps que nous arrivassions, car,
bien que le maréchal se fût barricadé dans une maison en pierres où,
ayant réuni à ses aides de camp une douzaine de soldats français qui
rejoignaient l'armée, il se défendait vaillamment, il allait néanmoins
être forcé par les dragons russes, lorsque nous apparûmes. En nous
voyant, les ennemis remontèrent à cheval et prirent la fuite. Mes
cavaliers les poursuivirent à outrance, en tuèrent une vingtaine et
firent quelques prisonniers: j'eus deux hommes blessés. Le maréchal
Oudinot, heureux d'avoir échappé aux mains des Russes, nous exprima sa
reconnaissance, et mon régiment l'escorta jusqu'à ce que, arrivé dans
les cantonnements français, il fût hors de danger.

À l'époque dont je parle, tous les maréchaux de l'Empire paraissaient
résolus à ne pas reconnaître entre eux les droits de l'_ancienneté_, car
aucun ne voulait servir sous un de ses camarades, quelle que fût la
gravité des circonstances. Aussi, dès qu'Oudinot eut repris le
commandement du 2e corps d'armée, Victor, plutôt que de rester sous ses
ordres pour combattre Wittgenstein, se sépara de lui et se dirigea vers
Kokhanow avec ses 25,000 hommes. Le maréchal Oudinot, resté seul,
promena ses troupes pendant quelques jours dans diverses parties de la
province, et alla enfin établir son quartier général à Tschéréia, ayant
son avant-garde à Loukoulm.

Ce fut pendant un petit combat, soutenu en avant de cette ville par la
brigade Castex, que me parvint enfin ma nomination au grade de
_colonel_. Si vous considérez que j'avais reçu, comme chef d'escadrons,
une blessure à Znaïm, en Moravie, deux à Miranda de Corvo, en Portugal,
une à Jakoubowo, fait quatre campagnes dans le même grade, et que,
enfin, je commandais un régiment depuis l'entrée des Français en Russie,
vous penserez peut-être que j'avais bien acquis mes nouvelles
épaulettes. Je n'en fus pas moins reconnaissant envers l'Empereur,
surtout en apprenant qu'il me maintenait au 23e de chasseurs que
j'affectionnais beaucoup, et dont j'avais la certitude d'être aussi aimé
qu'estimé. En effet, la joie fut grande dans tous les rangs, et les
braves que j'avais si souvent menés au combat vinrent tous, soldats
comme officiers, m'exprimer la satisfaction qu'ils éprouvaient de me
conserver pour leur chef. Le bon général Castex, qui m'avait toujours
traité comme un frère, voulut me faire reconnaître lui-même à la tête du
régiment. Enfin, le colonel du 24e lui-même, bien que nous fussions peu
liés, crut devoir venir me féliciter à la tête de son corps d'officiers,
dont j'avais su acquérir la considération.

Cependant la situation de l'armée française s'aggravait chaque jour. Le
feld-maréchal Schwartzenberg, commandant en chef du corps autrichien
dont Napoléon avait formé l'aile droite de son armée, venait, par la
trahison la plus infâme, de laisser passer devant lui les troupes russes
de Tchitchakoff, qui s'étaient emparées de Minsk, d'où elles menaçaient
nos derrières. L'Empereur dut alors vivement regretter d'avoir confié le
commandement de la Lithuanie au général hollandais Hogendorf, son aide
de camp, qui, n'ayant jamais fait la guerre, ne sut rien entreprendre
pour sauver Minsk, où il pouvait facilement réunir les 30,000 hommes
des divisions Durutte, Loison et Dombrowski, mises à sa disposition. La
prise de Minsk était un événement grave auquel l'Empereur attacha
néanmoins peu d'importance, parce qu'il comptait passer la Bérésina à
Borisoff, dont le pont était couvert par une forteresse en très bon état
gardée par un régiment polonais. La confiance de Napoléon était si
grande à ce sujet que, pour alléger la marche de son armée, il avait
fait brûler à Orscha tous ses équipages de pont. Ce fut un bien grand
malheur, car ces pontons nous eussent assuré le prompt passage de la
Bérésina, qu'il nous fallut acheter au prix de tant de sang!

Malgré sa sécurité relativement à ce passage, Napoléon, en apprenant
l'occupation de Minsk par les Russes, manda au maréchal Oudinot de
quitter Tschéréia pour se rendre à marches forcées sur Borisoff; mais
nous y arrivâmes trop tard, parce que le général Bronikowski, chargé de
la défense du fort[8], se voyant entouré par de nombreux ennemis, crut
faire un acte méritoire en sauvant la garnison, et au lieu d'opposer une
vive résistance, qui eût donné au corps d'Oudinot le temps d'arriver à
son secours, le général polonais abandonna la place, puis il passa avec
toute sa garnison sur la rive gauche, par le pont, et prit la route
d'Orscha pour venir rejoindre le corps d'Oudinot, qu'il rencontra devant
Natscha. Le maréchal le reçut fort mal et lui ordonna de revenir avec
nous vers Borisoff.

Non seulement cette ville, le pont de la Bérésina et la forteresse qui
le domine étaient déjà au pouvoir de Tchitchakoff, mais ce général, que
ses succès rendaient impatient de combattre les troupes françaises,
s'était porté le 23 novembre au-devant d'elles avec les principales
forces de son armée, dont le général Lambert, le meilleur de ses
lieutenants, faisait l'avant-garde avec une forte division de cavalerie.
Le terrain étant uni, le maréchal Oudinot fit marcher en tête de son
infanterie la division de cuirassiers, précédée par la brigade de
cavalerie légère Castex.

Ce fut à trois lieues de Borisoff, dans la plaine de Lochnitza, que
l'avant-garde russe, marchant en sens contraire des Français, vint se
heurter contre nos cuirassiers, qui, ayant fort peu combattu pendant le
cours de cette campagne, avaient sollicité l'honneur d'être placés en
première ligne. À l'aspect de ces beaux régiments, encore nombreux, bien
montés, et sur les cuirasses desquels étincelaient les rayons du soleil,
la cavalerie russe s'arrêta tout court; puis, reprenant courage, elle se
reportait en avant, lorsque nos cuirassiers, chargeant avec furie, la
renversèrent et lui tuèrent ou prirent un millier d'hommes.
Tchitchakoff, à qui l'on avait assuré que l'armée de Napoléon n'était
plus qu'une masse sans ordre et sans armes, ne s'était pas attendu à une
vigueur pareille; aussi s'empressa-t-il de battre en retraite vers
Borisoff.

On sait qu'après avoir fourni une charge, les grands chevaux de la
grosse cavalerie, et surtout ceux des cuirassiers, ne peuvent longtemps
continuer à galoper. Ce furent donc le 23e et le 24e de chasseurs qui
reçurent l'ordre de poursuivre les ennemis, tandis que les cuirassiers
venaient en seconde ligne à une allure modérée.

Non seulement Tchitchakoff avait commis la faute de se porter au-devant
du corps d'Oudinot, mais il y avait encore ajouté celle de se faire
suivre par tous les équipages de son armée, dont le nombre de voitures
s'élevait à plus de quinze cents!... Aussi le désordre fut-il si grand
dans la retraite précipitée des Russes vers Borisoff, que les deux
régiments de la brigade Castex virent souvent leur marche entravée par
les chariots que les ennemis avaient abandonnés. Cet embarras devint
encore plus considérable dès que nous pénétrâmes dans la ville, dont les
rues étaient encombrées de bagages et de chevaux de trait, entre
lesquels se faufilaient les soldats russes qui, après avoir jeté leurs
armes, cherchaient à rejoindre leurs troupes. Cependant nous parvînmes
au centre de la ville, mais ce ne fut qu'après avoir perdu un temps
précieux, dont les ennemis profitèrent pour traverser la rivière[9].

L'ordre du maréchal était de gagner le pont de la Bérésina et de tâcher
de le passer en même temps que les fuyards russes; mais, pour cela, il
aurait fallu savoir où se trouvait ce pont, et aucun de nous ne
connaissait la ville. Mes cavaliers m'amenèrent enfin un Juif que je
questionnai en allemand; mais, soit que le drôle ne comprît pas cette
langue ou feignît de ne pas la comprendre, nous n'en pûmes tirer aucun
renseignement. J'aurais donné beaucoup pour avoir auprès de moi Lorentz,
mon domestique polonais qui me servait habituellement d'interprète; mais
le poltron était resté en arrière dès le commencement du combat. Il
fallait pourtant sortir de l'impasse dans laquelle la brigade se
trouvait engagée. Nous fîmes donc parcourir les rues de la ville par
plusieurs pelotons, qui aperçurent enfin la Bérésina.

Cette rivière n'étant pas encore assez gelée pour qu'on pût la traverser
sur la glace, il fallait donc la franchir en passant sur le pont; mais
pour l'enlever il aurait fallu de l'infanterie, et la nôtre se trouvait
encore à trois lieues de Borisoff. Pour y suppléer, le maréchal Oudinot,
qui arriva sur ces entrefaites, ordonna au général Castex de faire
mettre pied à terre aux trois quarts des cavaliers des deux régiments,
qui, armés de mousquetons et formant un petit bataillon, iraient
attaquer le pont. Nous nous empressâmes d'obéir, et, laissant les
chevaux dans les rues voisines à la garde de quelques hommes, nous nous
dirigeâmes vers la rivière sous la conduite du général Castex, qui, dans
cette périlleuse entreprise, voulut marcher à la tête de sa brigade.

La déconfiture que venait d'éprouver l'avant-garde russe ayant porté la
consternation dans l'armée de Tchitchakoff, le plus grand désordre
régnait sur la rive occupée par elle, où nous voyions des masses de
fuyards s'éloigner dans la campagne. Aussi, bien qu'il m'eût paru
d'abord fort difficile que des cavaliers à pied et sans baïonnettes
pussent forcer le passage d'un pont et s'y maintenir, je commençai à
espérer un bon résultat, car l'ennemi ne nous opposait que quelques
rares tirailleurs. J'avais donc prescrit aux pelotons qui devaient
arriver les premiers sur la rive droite de s'emparer des maisons
voisines du pont, afin que, maîtres des deux extrémités, nous pussions
le défendre jusqu'à l'arrivée de notre infanterie, et assurer ainsi à
l'armée française le passage de la Bérésina. Mais tout à coup les canons
de la forteresse grondent et couvrent le tablier du pont d'une grêle de
mitraille qui, portant le désordre dans notre faible bataillon, le force
à reculer momentanément. Un groupe de sapeurs russes, munis de torches,
profite de cet instant pour mettre le feu au pont; mais comme la
présence de ces sapeurs empêchait l'artillerie ennemie de tirer, nous
nous élançons sur eux!... La plupart sont tués ou jetés dans la rivière,
et déjà nos chasseurs avaient éteint l'incendie à peine allumé,
lorsqu'un bataillon de grenadiers, accourant au pas de charge, nous
force à coups de baïonnette à évacuer le pont, qui bientôt, couvert de
torches enflammées, devint un immense brasier dont la chaleur intense
contraignit les deux partis à s'éloigner!

Dès ce moment, les Français durent renoncer à l'espoir de passer la
Bérésina sur ce point, et _leur retraite fut coupée!_... Cette immense
calamité nous devint fatale et contribua infiniment à changer la face de
l'Europe en ébranlant le trône de Napoléon!

Le maréchal Oudinot, ayant reconnu l'impossibilité de forcer le passage
de la rivière devant Borisoff, jugea qu'il serait dangereux de laisser
encombrer cette ville par les troupes de son armée. Il leur envoya donc
l'ordre de camper entre Lochnitza et Némonitza. La brigade Castex resta
seule dans Borisoff, avec défense de communiquer avec les autres corps,
auxquels on voulait cacher aussi longtemps que possible la fatale
nouvelle de l'embrasement du pont, qu'ils n'apprirent que quarante-huit
heures plus tard.

D'après les usages de la guerre, les bagages de l'ennemi appartiennent
aux capteurs. Le général Castex autorisa donc les chasseurs de mon
régiment et ceux du 24e à s'emparer du butin contenu dans les 1,500
voitures, fourgons et chariots que les Russes avaient abandonnés en
fuyant au delà du pont. Le butin fut _immense!_ Mais comme il y en avait
cent fois plus que la brigade n'aurait pu en porter, je réunis tous les
hommes de mon régiment, et leur fis comprendre qu'ayant à faire une
longue retraite, pendant laquelle il me serait probablement impossible
de continuer les distributions de viande que je leur avais fait faire
pendant toute la campagne, je les engageais à s'attacher principalement
à se munir de _vivres_, et j'ajoutai qu'ils devaient songer aussi à se
garantir du froid et ne pas oublier que des chevaux surchargés ne
duraient pas longtemps; qu'il ne fallait donc pas accabler les leurs
sous le poids d'une quantité de choses inutiles à la guerre; qu'au
surplus, je passerais une revue, et que tout ce qui ne serait pas
_vivres_, _chaussures_ et _vêtements_ serait impitoyablement rejeté. Le
général Castex, afin de prévenir toute discussion, avait fait planter
des jalons qui divisaient en deux portions l'immense quantité de
voitures prises. Chaque régiment avait son quartier.

Le corps d'armée d'Oudinot environnant trois côtés de la ville, dont le
quatrième, couvert par la Bérésina, était en outre observé par divers
postes, nos soldats pouvaient se livrer avec sécurité à l'examen du
contenu des voitures et chariots russes. Aussitôt le signal donné,
l'investigation commença. Il paraît que les officiers du corps de
Tchitchakoff se traitaient bien, car jamais on ne vit dans les équipages
d'une armée une telle profusion de jambons, pâtés, cervelas, poissons,
viandes fumées et vins de toutes sortes, plus une immense quantité de
biscuits de mer, riz, fromage, etc., etc. Nos soldats profitèrent aussi
des nombreuses fourrures, ainsi que des fortes chaussures trouvées dans
les fourgons russes, dont la capture sauva ainsi la vie à bien des
hommes. Les conducteurs ennemis s'étant enfuis sans avoir eu le temps
d'emmener leurs chevaux, qui étaient presque tous bons, nous choisîmes
les meilleurs pour remplacer ceux dont nos cavaliers se plaignaient. Les
officiers en prirent aussi pour porter les vivres dont chacun venait de
faire si ample provision.

La brigade passa encore la journée du 24 dans Borisoff, et comme, malgré
les précautions prises la veille, la nouvelle de la rupture du pont
avait pénétré dans les bivouacs du 2e corps, le maréchal Oudinot,
voulant que toutes ses troupes profitassent des denrées contenues dans
les voitures des ennemis, consentit à laisser entrer successivement en
ville des détachements de tous les régiments, qui faisaient place à
d'autres, dès qu'ils avaient opéré leur chargement. Nonobstant la grande
quantité de vivres et d'objets de tout genre enlevés par les troupes
d'Oudinot, il en restait encore beaucoup dont s'emparèrent, le jour
suivant, les nombreux soldats débandés qui revenaient de Moscou.

Cependant, les chefs, ainsi que les officiers capables d'apprécier la
fâcheuse position de l'armée, étaient dans de vives anxiétés. En effet,
nous avions devant nous la Bérésina, dont les troupes de Tchitchakoff
garnissaient la rive opposée; nos flancs étaient débordés par
Wittgenstein, et Koutousoff nous suivait en queue!... Enfin, excepté les
débris de la garde, les corps d'Oudinot et de Victor, réduits à quelques
milliers de combattants, le surplus de cette _Grande Armée_, naguère si
belle, se composait de malades et de soldats sans armes, que la misère
privait de leur ancienne énergie. Tout paraissait conspirer contre nous;
car si, grâce à l'abaissement de la température, le corps de Ney avait
pu, quelques jours avant, échapper aux ennemis en traversant le Dniéper
sur la glace, nous trouvions la Bérésina dégelée, malgré un froid
excessif, et nous n'avions pas de pontons pour établir un passage!

Le 25, l'Empereur entra dans Borisoff, où le maréchal Oudinot
l'attendait avec les 6,000 hommes qui lui restaient. Napoléon, ainsi que
les maréchaux et officiers de sa suite, furent étonnés du bon ordre qui
régnait dans le 2e corps, dont la tenue contrastait singulièrement avec
celle des misérables bandes qu'il ramenait de Moscou. Nos troupes
étaient certainement beaucoup moins belles qu'en garnison, mais chaque
soldat avait conservé ses armes et était prêt à s'en servir
courageusement. L'Empereur, frappé de leur air martial, réunit tous les
colonels et les chargea d'exprimer sa satisfaction à leurs régiments
pour la belle conduite qu'ils avaient tenue dans les nombreux et
sanglants combats livrés dans la province de Polotsk.



CHAPITRE XVIII

La brigade Corbineau rejoint le 2e corps.--Fausse démonstration en aval
de Borisoff et passage de la Bérésina.


Vous devez vous souvenir que, quand le général bavarois comte de Wrède
s'éloigna sans autorisation du 2e corps, il avait emmené la brigade de
cavalerie Corbineau, en trompant ce général, auquel il assura avoir reçu
des ordres à cet effet, ce qui n'était pas. Eh bien, cette supercherie
eut pour résultat de sauver l'Empereur et les débris de sa Grande Armée!

En effet, Corbineau, entraîné malgré lui dans une direction opposée à
celle du 2e corps dont il faisait partie, avait suivi le général de
Wrède jusqu'à Gloubokoé; mais là, il avait déclaré qu'il n'irait pas
plus loin, à moins que le général bavarois ne lui montrât l'ordre qu'il
prétendait avoir de garder sa brigade auprès de lui. Le comte de Wrède
n'ayant pu satisfaire à cette demande, le général Corbineau se sépara de
lui, gagna vers Dockchtsoui les sources de la Bérésina; puis, longeant
sa rive droite, il espérait atteindre Borisoff, y passer la rivière sur
le pont et, prenant la route d'Orscha, aller au-devant du corps
d'Oudinot, qu'il supposait être dans les environs de Bobr.

On a reproché à l'Empereur, qui avait plusieurs milliers de Polonais du
duché de Varsovie à son service, de n'en avoir pas, dès le commencement
de la campagne, placé quelques-uns comme interprètes auprès de chaque
officier général et même de chaque colonel, car cette sage mesure aurait
fait éviter bien des erreurs et rendu le service infiniment plus exact.
On en eut la preuve dans la périlleuse course de plusieurs jours que la
brigade Corbineau fut obligée de faire dans un pays nouveau pour elle,
dont aucun Français ne connaissait la langue; car fort heureusement,
parmi les trois régiments commandés par ce général, se trouvait le 8e de
lanciers polonais, dont les officiers tiraient des habitants tous les
renseignements nécessaires. Cet avantage immense servit merveilleusement
Corbineau.

En effet, comme il était parvenu à une demi-journée de Borisoff, des
paysans ayant informé ses lanciers polonais que l'armée russe de
Tchitchakoff occupait cette ville, Corbineau désespérait de parvenir à
traverser la Bérésina, lorsque ces mêmes paysans, l'engageant à
rétrograder, conduisirent sa colonne en face de Studianka, petit village
situé non loin de Weselowo, à quatre lieues en amont de Borisoff, et
devant lequel se trouvait un gué. Les trois régiments de cavalerie de
Corbineau le traversèrent sans pertes, et ce général, se dirigeant
ensuite à travers champs, en évitant habilement d'approcher de Borisoff,
de même que des troupes de Wittgenstein, établies à Roghatka, passa
entre-deux et rejoignit enfin le maréchal Oudinot, le 23 au soir, près
de Natscha.

La marche hardie que venait de faire Corbineau fut glorieuse pour lui et
on ne peut plus heureuse pour l'armée, car l'Empereur, ayant reconnu
l'impossibilité physique de rétablir promptement le pont de Borisoff,
résolut, après en avoir conféré avec Corbineau, d'aller traverser la
Bérésina à Studianka. Mais comme Tchitchakoff, informé du passage de la
brigade Corbineau sur ce point, venait d'envoyer une forte division et
beaucoup d'artillerie en face de Studianka, Napoléon employa pour
tromper l'ennemi une ruse de guerre qui, bien que fort ancienne, réussit
presque toujours. Il feignit de n'avoir pas de projet sur Studianka et
de vouloir profiter de deux autres gués situés au-dessous de Borisoff,
dont le moins défavorable est devant le village de Oukoloda. À cet
effet, on dirigea ostensiblement vers ce lieu un des bataillons encore
armés, qu'on fit suivre de plusieurs milliers de traînards, que les
ennemis durent prendre pour une forte division d'infanterie. À la suite
de cette colonne marchaient de nombreux fourgons, quelques bouches à feu
et la division de cuirassiers. Arrivées à Oukoloda, ces troupes tirèrent
le canon et firent tout ce qu'il fallait pour simuler la construction
d'un pont.

Tchitchakoff, prévenu de ces préparatifs et ne doutant pas que le projet
de Napoléon ne fût de franchir la rivière sur ce point pour gagner la
route de Minsk qui l'avoisine, se hâta non seulement d'envoyer par la
rive droite toute la garnison de Borisoff en face d'Oukoloda, mais, par
suite d'une aberration d'esprit inqualifiable, le général russe, qui
avait assez de forces pour garder en même temps le bas et le haut de la
rivière, fit encore descendre vers Oukoloda toutes les troupes placées
la veille par lui en amont de Borisoff, entre Zembin et la Bérésina. Or,
c'est précisément en face de Zembin qu'est situé le village de Weselowo,
dont le hameau de Studianka est une dépendance. Les ennemis
abandonnaient donc le point sur lequel l'Empereur voulait jeter son
pont, et couraient inutilement à la défense d'un gué situé à six lieues
_au-dessous_ de celui que nous allions franchir.

À la faute qu'il commit d'agglomérer ainsi toute son armée en aval de la
ville de Borisoff, Tchitchakoff en ajouta une qu'un sergent n'eût pas
commise et que son gouvernement ne lui a jamais pardonnée. Zembin est
bâti sur un vaste marais, que traverse la route de Wilna par Kamen. La
chaussée de cette route présente vingt-deux ponts en bois que le général
russe, avant de s'éloigner, pouvait, en un moment, faire réduire en
cendres, car ils étaient environnés d'une grande quantité de meules de
joncs secs. Dans le cas où Tchitchakoff eût pris cette sage précaution,
l'armée française devait être perdue sans retour, et il ne lui eût servi
de rien de passer la rivière, puisqu'elle eût été arrêtée par le profond
marais dont Zembin est entouré; mais, ainsi que je viens de le dire, le
général russe nous abandonna les ponts intacts et descendit stupidement
la Bérésina avec tout son monde, ne laissant qu'une cinquantaine de
Cosaques en observation en face de Weselowo.

Pendant que les Russes, trompés par les démonstrations de l'Empereur,
s'éloignaient du véritable point d'attaque, Napoléon donnait ses ordres.
Le maréchal Oudinot et son corps d'armée doivent se rendre la nuit à
Studianka, pour y faciliter l'établissement de deux ponts, passer
ensuite sur la rive droite et se former entre Zembin et la rivière. Le
duc de Bellune, partant de Natscha, doit faire l'arrière-garde, pousser
devant lui tous les traînards, tâcher de défendre Borisoff pendant
quelques heures, se rendre ensuite à Studianka et y passer les ponts.
Tels furent les ordres de l'Empereur, dont les événements empêchèrent la
stricte exécution.

Le 25 au soir, la brigade Corbineau, dont le chef connaissait si bien
les environs de Studianka, se dirigea vers ce lieu en remontant la rive
gauche de la Bérésina. La brigade Castex et quelques bataillons légers
marchaient à sa suite; puis venait le gros du 2e corps. Nous quittâmes à
regret la ville de Borisoff, où nous avions passé si heureusement deux
journées. Il semblait que nous eussions un triste pressentiment des
maux qui nous étaient réservés.

Le 26 novembre, au point du jour, nous étions à Studianka, et l'on
n'apercevait, à la rive opposée, aucun préparatif de défense, de sorte
que si l'Empereur eût conservé l'équipage de ponts qu'il avait fait
brûler quelques jours avant à Orscha, l'armée eût pu franchir la
Bérésina sur-le-champ. Cette rivière, à laquelle certaines imaginations
ont donné des dimensions gigantesques, est tout au plus large comme la
rue Royale, à Paris, devant le ministère de la marine. Quant à sa
profondeur, il suffira de dire que les trois régiments de cavalerie de
la brigade Corbineau l'avaient traversée à gué, sans accident,
soixante-douze heures avant, et la franchirent de nouveau le jour dont
je parle. Leurs chevaux ne perdirent point pied ou n'eurent à nager que
pendant deux ou trois toises. Le passage n'offrait en ce moment que de
légers inconvénients pour la cavalerie, les chariots et l'artillerie. Le
premier consistait en ce que les cavaliers et conducteurs avaient de
l'eau jusqu'aux genoux, ce qui, néanmoins, était supportable, puisque
malheureusement le froid n'était pas assez vif pour geler la rivière,
qui charriait à peine quelques rares glaçons: mieux eût valu pour nous
qu'elle fût prise à plusieurs degrés. Le second inconvénient résultait
encore du peu de froid qu'il faisait, car une prairie marécageuse, qui
bordait la rive opposée, était si fangeuse, que les chevaux de selle y
passaient avec peine et que les chariots enfonçaient jusqu'à la moitié
des roues.

L'esprit de corps est certainement fort louable, mais il faut savoir le
modérer, et même l'oublier, dans les circonstances difficiles. C'est ce
que ne surent pas faire, devant la Bérésina, les chefs de l'artillerie
et du génie, car chacun de ces deux corps éleva la prétention de
construire _seul_ les ponts, de sorte qu'ils se contrecarraient
mutuellement, et rien n'avançait, lorsque l'Empereur, étant arrivé le
26, vers midi, termina le différend en ordonnant qu'un des deux ponts
serait établi par l'artillerie et l'autre par le génie. On arracha à
l'instant les poutres et les voliges des masures du village, et les
sapeurs, ainsi que les artilleurs, se mirent à l'ouvrage.

Ces braves soldats donnèrent alors une preuve de dévouement dont on ne
leur a pas assez tenu compte. On les vit se jeter tout nus dans les eaux
froides de la Bérésina et y travailler constamment pendant six ou sept
heures, bien qu'on n'eût pas une seule goutte d'eau-de-vie à leur donner
et qu'ils ne dussent avoir pour lits, la nuit suivante, qu'un champ
couvert de neige!... Aussi presque tous périrent-ils lorsque les grandes
gelées arrivèrent.

Pendant qu'on travaillait à la construction des ponts et que mon
régiment, ainsi que toutes les troupes du 2e corps, attendaient sur la
rive gauche l'ordre de traverser la rivière, l'Empereur, se promenant à
grands pas, allait d'un régiment à l'autre, parlant aux soldats comme
aux officiers. Murat l'accompagnait. Ce guerrier si brave, si
entreprenant, et qui avait accompli de si beaux faits d'armes lorsque
les Français victorieux se portaient sur Moscou, le fier Murat s'était
pour ainsi dire éclipsé depuis qu'on avait quitté cette ville, et il
n'avait, pendant la retraite, pris part à aucun combat. On l'avait vu
suivre l'Empereur en silence, comme s'il eût été étranger à ce qui se
passait dans l'armée. Il parut néanmoins sortir de sa torpeur en
présence de la Bérésina et des seules troupes qui, s'étant maintenues en
ordre, constituaient en ce moment le dernier espoir de salut.

Comme Murat aimait beaucoup la cavalerie et que, des nombreux escadrons
qui avaient passé le Niémen, il ne restait plus que ceux du corps
d'Oudinot, il dirigea les pas de l'Empereur de leur côté. Napoléon
s'extasia sur le bel état de conservation de cette troupe en général et
de mon régiment en particulier, car il était à lui seul plus fort que
plusieurs brigades. En effet, j'avais encore plus de 500 hommes à
cheval, tandis que les autres colonels du corps d'armée n'en comptaient
guère que 200! Aussi, je reçus de l'Empereur de très flatteuses
félicitations, auxquelles mes officiers et mes soldats eurent une large
part.

Ce fut en ce moment que j'eus le bonheur de voir venir à moi Jean
Dupont, le domestique de mon frère, ce serviteur dévoué dont le zèle, le
courage et la fidélité furent à toute épreuve. Resté seul, après que son
maître eut été fait prisonnier dès le début de la campagne, Jean suivit
à Moscou le 16e de chasseurs, fit toute la retraite en soignant et
nourrissant les trois chevaux de mon frère Adolphe, et il n'en voulut
pas vendre un seul, malgré les offres les plus séduisantes. Ce brave
garçon vint me joindre après cinq mois de fatigues et de misères,
rapportant tous les effets de mon frère; mais en me les montrant, il me
dit, les larmes aux yeux, qu'ayant usé sa chaussure et se voyant réduit
à marcher pieds nus sur la glace, il s'était permis de prendre une paire
de bottes de son maître. Je gardai à mon service cet homme estimable,
qui me fut d'une bien grande utilité, lorsque, quelque temps après, je
fus blessé derechef au milieu des plus horribles jours de la grande
retraite.

Mais revenons au passage de la Bérésina. Non seulement tous nos chevaux
traversèrent cette rivière facilement, mais nos cantiniers la
franchirent avec leurs charrettes, ce qui me fit penser qu'il serait
possible, après avoir dételé plusieurs des nombreux chariots qui
suivaient l'armée, de les fixer dans la rivière les uns à la suite des
autres, afin de former divers passages pour les fantassins, ce qui
faciliterait infiniment l'écoulement des masses d'hommes isolés qui le
lendemain se presseraient à l'entrée des ponts. Cette idée me parut si
heureuse que, bien que mouillé jusqu'à la ceinture, je repassai le gué
pour la communiquer aux généraux de l'état-major impérial. Mon projet
fut trouvé bon, mais personne ne bougea pour aller en parler à
l'Empereur. Enfin, le général Lauriston, l'un de ses aides de camp, me
dit: «Je vous charge de faire exécuter cette passerelle dont vous venez
de si bien expliquer l'utilité.» Je répondis à cette proposition,
vraiment inacceptable, que n'ayant à ma disposition ni sapeurs, ni
fantassins, ni outils, ni pieux, ni cordages, et ne devant pas
d'ailleurs abandonner mon régiment, qui, placé sur la rive droite,
pouvait être attaqué d'un moment à l'autre, je me bornais à lui donner
un avis que je croyais bon et retournais à mon poste!... Cela dit, je me
remis à l'eau et rejoignis le 23e.

Cependant, les sapeurs du génie et les artilleurs ayant enfin terminé
les deux ponts de chevalets, on fit passer l'infanterie et l'artillerie
du corps d'Oudinot, qui, dès leur arrivée sur la rive droite, allèrent
placer leurs bivouacs dans un grand bois situé à une demi-lieue, au delà
du hameau de Zawniski, où la cavalerie reçut ordre d'aller les
rejoindre. Nous observions ainsi Stakowo[10] et Dominki, où aboutit la
grande route de Minsk, par laquelle le général Tchitchakoff avait emmené
toutes ses troupes vers la basse Bérésina, et qu'il devait reprendre
nécessairement pour se reporter sur nous en apprenant que nous avions
franchi la rivière auprès de Zembin.

Le 27 au soir, l'Empereur passa les ponts avec sa garde et vint
s'établir à Zawniski, où la cavalerie reçut l'ordre d'aller les
rejoindre. Les ennemis n'y avaient pas paru.

On a beaucoup parlé des désastres qui eurent lieu sur la Bérésina; mais
ce que personne n'a dit encore, c'est qu'on eût pu en éviter la plus
grande partie, si l'état-major général, comprenant mieux ses devoirs,
eût profité de la nuit du 27 au 28 pour faire traverser les ponts aux
bagages et surtout à ces milliers de traînards qui le lendemain
obstruèrent le passage. En effet, après avoir bien établi mon régiment
au bivouac de Zawniski, je m'aperçus de l'absence d'un cheval de bât
qui, portant la petite caisse et les pièces de comptabilité des
escadrons de guerre, n'avait pu être risqué dans le gué. Je pensais donc
que le conducteur et les cavaliers qui l'escortaient avaient attendu que
les ponts fussent établis. Ils l'étaient depuis plusieurs heures, et
cependant ces hommes ne paraissaient pas! Alors, inquiet sur eux aussi
bien que sur le dépôt précieux qui leur était confié, je veux aller en
personne favoriser leur passage, car je croyais les ponts encombrés. Je
m'y rends donc au galop, et quel est mon étonnement de les trouver
_complètement déserts!_... Personne n'y passait en ce moment, tandis
qu'à cent pas de là et par un beau clair de lune j'apercevais plus de
50,000 traînards ou soldats isolés de leurs régiments, qu'on surnommait
_rôtisseurs_. Ces hommes, tranquillement assis devant des feux immenses,
préparaient des grillades de chair de cheval, sans se douter qu'ils
étaient devant une rivière dont le passage coûterait le lendemain la vie
à un grand nombre d'entre eux, tandis qu'en quelques minutes ils
pouvaient la franchir sans obstacles dès à présent, et achever les
préparatifs de leur souper sur l'autre rive. Du reste, pas un officier
de la maison impériale, pas un aide de camp de l'état-major de l'armée
ni d'aucun maréchal n'était là pour prévenir ces malheureux et les
pousser au besoin vers les ponts!

Ce fut dans ce camp désordonné que je vis pour la première fois des
militaires revenant de Moscou. Mon âme en fut navrée!... Tous les grades
étaient confondus: plus d'armes, plus de tenue militaire! Des soldats,
des officiers et même des généraux couverts de haillons et n'ayant pour
chaussures que des lambeaux de cuir ou de drap mal réunis au moyen de
ficelles!... Une cohue immense dans laquelle étaient pêle-mêle des
milliers d'hommes de nations diverses, parlant bruyamment toutes les
langues du continent européen, sans pouvoir se comprendre mutuellement!

Cependant, si l'on eût pris dans le corps d'Oudinot ou dans la garde
quelques-uns des bataillons encore en ordre, ils eussent facilement
poussé cette masse au delà des ponts, puisque, en retournant vers
Zawniski, et n'ayant avec moi que quelques ordonnances, je parvins, tant
par la persuasion que par la force, à faire passer deux ou trois mille
de ces malheureux sur la rive droite. Mais un autre devoir me rappelant
vers mon régiment, je dus aller le rejoindre.

En vain, en passant devant l'état-major général et celui du maréchal
Oudinot, je signalai la vacuité des ponts et la facilité qu'il y aurait
à faire traverser les hommes sans armes au moment où l'ennemi ne faisait
aucune entreprise; on ne me répondit que par des mots évasifs, chacun
s'en rapportant à son collègue du soin de diriger cette opération[11].

Revenu au bivouac de mon régiment, je fus heureusement surpris d'y
trouver le brigadier et les huit chasseurs qui, pendant la campagne,
avaient eu la garde de notre troupeau. Ces braves gens se désolaient de
ce que la foule des _rôtisseurs_, s'étant jetée sur leurs bœufs, les
avait tous dépecés et mangés sous leurs yeux, sans qu'ils pussent s'y
opposer. Le régiment se consola de cette perte, car chaque cavalier
avait pris à Borisoff pour _vingt-cinq jours_ de vivres.

Le zèle de mon adjudant, M. Verdier, l'ayant poussé à retourner au delà
des ponts pour tâcher de découvrir les chasseurs gardiens de notre
comptabilité, ce brave militaire s'égara dans la foule, ne put repasser
la rivière, fut fait prisonnier dans la bagarre du lendemain, et je ne
le revis que deux ans après.



CHAPITRE XIX

Perte de la division Partouneaux.--Combat de Zawniski près Brillowa.--M.
de Noailles.--Passage des ponts et catastrophe de la Bérésina.--Le 2e
corps protège la retraite.--Je suis blessé à Plechtchénitsoui.


Nous voici arrivés au moment le plus terrible de la fatale campagne de
Russie... au passage de la Bérésina, qui eut lieu principalement le 28
novembre...

À l'aube de ce jour néfaste, la position des armées belligérantes était
celle-ci. À la rive gauche, le corps du maréchal Victor, après avoir
évacué Borisoff pendant la nuit, s'était rendu à Studianka avec le 9e
corps, en poussant devant lui une masse de traînards. Ce maréchal avait
laissé, pour faire son arrière-garde, la division d'infanterie du
général Partouneaux, qui, ayant ordre de n'évacuer la ville que deux
heures après lui, aurait dû faire partir à la suite du corps d'armée
plusieurs petits détachements qui, unis au corps principal par une
chaîne d'éclaireurs, eussent ainsi jalonné la direction. Ce général
aurait dû, en outre, envoyer jusqu'à Studianka un aide de camp chargé de
reconnaître les chemins et de revenir ensuite au-devant de la division;
mais Partouneaux, négligeant toutes ces précautions, se borna à se
mettre en marche à l'heure prescrite. Il rencontra deux routes qui se
bifurquaient, et il ne connaissait ni l'une ni l'autre; mais comme il ne
pouvait ignorer (puisqu'il venait de Borisoff) que la Bérésina était à
sa gauche, il aurait dû en conclure que pour aller à Studianka, situé
sur ce cours d'eau, c'était la route de _gauche_ qu'il fallait
prendre!... Il fit tout le contraire, et, suivant machinalement quelques
voltigeurs qui le précédaient, il s'engagea sur la route de droite et
alla donner au milieu du nombreux corps russe du général Wittgenstein!

Bientôt environnée de toutes parts, la division Partouneaux fut
contrainte de mettre bas les armes[12], tandis qu'un simple chef de
bataillon qui commandait son arrière-garde, ayant eu le bon esprit de
prendre la route de gauche, par cela seul qu'elle le rapprochait de la
rivière, rejoignit le maréchal Victor auprès de Studianka. La surprise
de ce maréchal fut grande en voyant arriver ce bataillon au lieu de la
division Partouneaux, dont il faisait l'arrière-garde! Mais l'étonnement
du maréchal se changea bientôt en stupéfaction lorsqu'il fut attaqué par
les Russes de Wittgenstein, qu'il croyait tenus en échec par la division
Partouneaux! Victor ne put dès lors douter que ce général et tous ses
régiments ne fussent prisonniers.

Mais de nouveaux malheurs l'attendaient, car le maréchal russe
Koutousoff, qui, depuis Borisoff, avait suivi Partouneaux en queue avec
de nombreuses troupes, ayant appris sa capitulation, pressa sa marche et
vint se joindre à Wittgenstein pour accabler le maréchal Victor.
Celui-ci, dont le corps d'armée était réduit à 10,000 hommes, opposa une
résistance des plus vives. Ses troupes (même les Allemands qui en
faisaient partie) combattirent avec un courage vraiment héroïque et
d'autant plus remarquable que, attaquées par deux armées à la fois et
étant acculées à la Bérésina, leurs mouvements se trouvaient en outre
gênés par une grande quantité de chariots conduits sans ordre par des
hommes isolés, qui cherchaient tumultueusement à gagner la rivière!...
Cependant le maréchal Victor contint Koutousoff et Wittgenstein toute la
journée.

Pendant que ce désordre et ce combat avaient lieu à Studianka, les
ennemis, qui prétendaient s'emparer des deux extrémités des ponts,
attaquaient sur la rive droite le corps d'Oudinot, placé en avant de
Zawniski. À cet effet, les 30,000 Russes de Tchitchakoff, débouchant de
Stakowo, s'avancèrent à grands cris contre le 2e corps, qui ne comptait
plus dans ses rangs que 8,000 combattants. Mais comme nos soldats,
n'ayant pas été en contact avec ceux qui revenaient de Moscou, n'avaient
aucune idée du désordre qui régnait parmi ces malheureux, le moral du
corps d'Oudinot était resté excellent, et Tchitchakoff fut
vigoureusement repoussé, sous les yeux mêmes de l'Empereur, qui arrivait
en ce moment avec une réserve de 3,000 fantassins et 1,000 cavaliers de
la vieille et de la jeune garde. Les Russes renouvelèrent leur attaque
et enfoncèrent les Polonais de la légion de la Vistule. Le maréchal
Oudinot fut grièvement blessé, et Napoléon envoya Ney pour le remplacer.
Le général Condras, un de nos bons officiers d'infanterie, fut tué; le
vaillant général Legrand reçut une blessure dangereuse.

L'action se passait dans un bois de sapins de dimensions colossales.
L'artillerie ennemie ne pouvait donc apercevoir nos troupes que fort
imparfaitement; aussi tirait-elle à toute volée sans que ses boulets
nous atteignissent; mais, en passant au-dessus de nos têtes, ils
brisaient beaucoup de branches plus grosses que le corps d'un homme, et
qui tuèrent ou blessèrent dans leur chute bon nombre de nos gens et de
nos chevaux. Comme les arbres étaient très espacés, les cavaliers
pouvaient circuler entre eux, quoique avec difficulté. Cependant, le
maréchal Ney, voyant approcher une forte colonne russe, lança contre
elle ce qui nous restait de notre division de cuirassiers. Cette charge,
faite dans des conditions aussi extraordinaires, fut néanmoins l'une des
plus brillantes que j'aie vues!... Le brave colonel Dubois, à la tête du
7e de cuirassiers, coupa en deux la colonne ennemie, à laquelle il fit
2,000 prisonniers. Les Russes, ainsi mis en désordre, furent poursuivis
par toute la cavalerie légère et repoussés avec d'énormes pertes jusqu'à
Stakowo[13].

Je reformais les rangs de mon régiment, qui avait pris part à cet
engagement, lorsque je vis arriver à moi M. Alfred de Noailles, avec
lequel j'étais lié. Il revenait de porter un ordre du prince Berthier
dont il était aide de camp; mais, au lieu de retourner vers ce maréchal
après avoir rempli sa mission, il dit, en s'éloignant de moi, qu'il
allait jusqu'aux premières maisons de Stakowo _pour voir_ ce que
faisaient les ennemis. Cette curiosité lui devint fatale, car, en
approchant du village, il fut entouré par un groupe de Cosaques qui,
après l'avoir jeté à bas de son cheval et pris au collet, l'entraînèrent
en le frappant! J'envoyai sur-le-champ un escadron à son secours, mais
cet effort resta infructueux, car une vive fusillade partie des maisons
empêcha nos cavaliers de pénétrer dans le village: depuis ce jour, on
n'entendit plus parler de M. de Noailles!... Les superbes fourrures et
l'uniforme couvert d'or qu'il portait ayant tenté la cupidité des
Cosaques, il fut probablement massacré par ces barbares. La famille de
M. de Noailles, informée que j'étais le dernier Français avec lequel il
eût causé, me fit demander des renseignements sur sa disparition; je ne
pus donner que ceux susmentionnés. Alfred de Noailles était un excellent
officier et un bon camarade.

Mais cette digression m'a éloigné de Tchitchakoff, qui, battu par le
maréchal Ney, n'osa plus venir nous attaquer ni sortir de Stakowo de
toute la journée.

Après vous avoir fait connaître sommairement la position des armées sur
les deux rives de la Bérésina, je dois vous dire en peu de mots ce qui
se passait sur le fleuve pendant le combat. Les masses d'hommes isolés
qui avaient eu deux nuits et deux jours pour traverser les ponts et qui,
par apathie, n'en avaient pas profité, parce que personne ne les y
contraignit, voulurent tous passer à la fois, lorsque les boulets de
Wittgenstein vinrent tomber au milieu d'eux. Cette multitude immense
d'hommes, de chevaux et de chariots s'entassa complètement à l'entrée
des ponts, qu'elle obstruait sans pouvoir les gagner!... Un très grand
nombre, ayant manqué cette entrée, furent poussés par la foule dans la
Bérésina, où presque tous se noyèrent!

Pour comble de malheur, un des ponts s'écroula sous le poids des pièces
et des lourds caissons qui les suivaient! Tout se porta alors vers le
second pont, où le désordre était déjà si grand que les hommes les plus
vigoureux ne pouvaient résister à la pression. Un grand nombre furent
étouffés! En voyant l'impossibilité de traverser les ponts ainsi
encombrés, beaucoup de conducteurs de voitures poussèrent leurs chevaux
dans la rivière; mais ce mode de passage, qui eût été fort utile si on
l'eût exécuté avec ordre deux jours auparavant, devint fatal à presque
tous ceux qui l'entreprirent, parce que, poussant leurs chariots
tumultueusement, ils s'entre-choquaient et se renversaient les uns les
autres! Cependant, plusieurs parvinrent à la rive opposée; mais comme on
n'avait pas préparé de sortie en abattant les talus des berges, ainsi
que l'état-major aurait dû le faire, peu de voitures parvinrent à les
gravir, et il périt encore là bien du monde!

Dans la nuit du 28 au 29, le canon des Russes vint augmenter ces
horreurs en foudroyant les malheureux qui s'efforçaient de franchir la
rivière. Enfin, à neuf heures du soir, il y eut un surcroît de
désolation, lorsque le maréchal Victor commença sa retraite et que ses
divisions se présentèrent en ordre devant le pont, qu'elles ne purent
gagner qu'en refoulant par la force tout ce qui obstruait le passage!...
Mais jetons un voile sur ces horribles scènes!...

Le 29, au point du jour, on mit le feu à toutes les voitures restant
encore sur la rive gauche, et lorsque enfin le général Éblé vit les
Russes s'approcher du pont, il le fit aussi incendier! Quelques milliers
de malheureux restés devant Studianka tombèrent aux mains de
Wittgenstein. Ainsi se termina le plus horrible épisode de la campagne
de Russie! Cet événement eût été bien moins funeste si l'on eût su et
voulu employer le temps que nous avaient laissé les Russes depuis notre
arrivée devant la Bérésina. L'armée perdit dans ce passage 20 à 25,000
hommes.

Ce grand obstacle franchi, la masse des hommes isolés échappés à cet
affreux désastre était encore immense. On la fit évacuer sur Zembin.
L'Empereur et la garde suivirent. Venaient ensuite les débris de
quelques régiments, et enfin le 2e corps, dont la brigade Castex faisait
l'extrême arrière-garde.

J'ai déjà dit que la route de Zembin, la seule voie qui nous restât,
traverse un immense marais au moyen d'un très grand nombre de ponts que
Tchitchakoff avait négligé de brûler lorsque, plusieurs jours avant, il
occupait cette position. Nous ne commîmes pas une pareille faute, car,
après le passage de l'armée, le 24e de chasseurs et mon régiment y
mirent aisément le feu, avec des joncs secs entassés dans le voisinage.

En ordonnant de brûler les ponts de Zembin, l'Empereur avait espéré se
débarrasser pour longtemps de la poursuite des Russes; mais il était
écrit que toutes les chances nous seraient contraires!... En effet, la
gelée, qui à cette époque de l'année aurait dû transformer en un chemin
facile les eaux de la Bérésina, leur avait laissé presque toute leur
fluidité quand nous devions les traverser; mais à peine les eûmes-nous
franchies, qu'un froid rigoureux vint les geler au point de les rendre
assez solides pour porter du canon!... Et comme il en fut de même de
celles du marais de Zembin, l'incendie des ponts ne nous fut d'aucune
utilité[14]. Les trois armées russes que nous avions laissées derrière
nous purent, sans obstacle, se mettre à notre poursuite; mais, fort
heureusement, elle fut peu vigoureuse. D'ailleurs, le maréchal Ney, qui
commandait l'arrière-garde française, ayant réuni tout ce qui était
encore en état de combattre, faisait de fréquents retours offensifs sur
les ennemis lorsqu'ils osaient approcher de trop près.

Depuis que le maréchal Oudinot et le général Legrand avaient été
blessés, le général Maison commandait le 2e corps, qui, se trouvant,
malgré ses grandes pertes, le plus nombreux de toute l'armée, était
habituellement chargé de repousser les Russes. Nous les maintînmes au
loin pendant les journées du 30 novembre et du 1er décembre; mais, le 2,
ils nous serrèrent tellement avec des forces considérables qu'il en
résulta un combat très sérieux dans lequel je reçus une blessure
d'autant plus dangereuse qu'il y avait ce jour-là 25 degrés de froid!...
Je devrais peut-être me borner à vous dire que je fus frappé d'un coup
de lance, sans entrer dans aucun détail, car ils sont si horribles que
je frémis encore lorsque j'y pense!... Mais enfin je vous ai promis le
récit de ma vie tout entière. Voici donc ce qui m'advint au combat de
Plechtchénitsoui.

Pour vous mettre plus à même de bien comprendre mon récit et les
sentiments qui m'agitèrent pendant l'action, je dois vous dire d'abord
qu'un banquier hollandais, nommé Van Berchem, dont j'avais été l'intime
ami au collège de Sorèze, m'avait envoyé au commencement de la campagne
son fils unique, qui, devenu Français par la réunion de son pays à
l'Empire, s'était engagé dans le 23e, bien qu'il eût à peine seize
ans!... Ce jeune homme, rempli de bonnes qualités, avait beaucoup
d'intelligence; je l'avais pris pour secrétaire, et il marchait toujours
à quinze pas derrière moi avec mes ordonnances. Il était ainsi placé le
jour dont je parle, lorsqu'en traversant une vaste plaine, le 2e corps,
dont mon régiment formait l'extrême arrière-garde, vit accourir vers lui
une énorme masse de cavalerie russe qui, en un moment, le déborda et
l'attaqua de toutes parts. Le général Maison prit de si bonnes
dispositions que nos carrés d'infanterie repoussèrent toutes les charges
de la cavalerie régulière des ennemis.

Ceux-ci ayant alors fait participer au combat une nuée de Cosaques qui
venaient insolemment piquer les officiers français devant leurs troupes,
le maréchal Ney ordonna au général Maison de les faire chasser, en
lançant sur eux tout ce qui restait de la division de cuirassiers, ainsi
que des brigades Corbineau et Castex. Mon régiment, encore nombreux, se
trouva devant un _pulk_ de Cosaques de la mer Noire, coiffés de hauts
bonnets d'astrakan et beaucoup mieux vêtus et montés que ne le sont
ordinairement les Cosaques. Nous fondîmes sur eux, et, selon la coutume
de ces gens-là, qui ne se battent jamais en ligne, les Cosaques firent
demi-tour et s'enfuirent au galop; mais, étrangers à la localité, ils se
dirigèrent vers un obstacle bien rare dans ces vastes plaines: un
immense et profond ravin, que la parfaite régularité du sol empêchait
d'apercevoir de loin, les arrêta tout court!... Se voyant dans
l'impossibilité de le franchir avec leurs chevaux et obligés de faire
face à mon régiment qui allait les rejoindre, les Cosaques se
retournent, et, se serrant les uns contre les autres, ils nous
présentent bravement leurs lances!

Le terrain, couvert de verglas, était fort glissant, et nos chevaux,
très fatigués, ne pouvaient galoper sans tomber. Il n'y eut donc pas de
choc, et ma ligne arriva seulement au trot sur la masse ennemie qui
restait immobile. Nos sabres touchaient les lances; mais celles-ci ayant
treize à quatorze pieds de long, il nous était impossible d'atteindre
nos adversaires, qui n'osaient reculer, de crainte de tomber dans le
précipice, ni avancer pour venir affronter nos sabres! On s'observait
donc mutuellement, lorsqu'on moins de temps qu'il n'en faut pour le
raconter, se passa la scène suivante.

Pressé d'en finir avec les ennemis, je criai à mes cavaliers qu'il
fallait saisir quelques lances de la main gauche, les détourner, pousser
en avant, et pénétrer au milieu de cette foule d'hommes, où nos armes
courtes nous donneraient un avantage immense sur leurs longues perches.
Pour être mieux obéi, je voulus donner l'exemple, et, écartant quelques
lances, je parvins en effet à pénétrer dans les premiers rangs
ennemis!... Mes adjudants-majors, mes ordonnances me suivirent, et tout
le régiment fit bientôt de même. Il en résulta une mêlée générale. Mais
au moment où elle s'engageait, un vieux Cosaque à barbe blanche, qui,
placé aux rangs inférieurs, se trouvait séparé de moi par d'autres
combattants, se penche, et, dirigeant adroitement sa lance entre les
chevaux de ses camarades, il me frappe de son fer aigu, qui passe,
d'outre en outre, sous la rotule de mon genou droit!...

En me sentant blessé, je poussai vers cet homme pour me venger de la
douleur affreuse que j'éprouvais, lorsque je vis devant moi deux beaux
jeunes gens de dix-huit à vingt ans, portant un brillant costume couvert
de riches broderies: c'étaient les fils du chef du _pulk_. Un homme âgé,
espèce de mentor, les accompagnait, mais n'avait pas le sabre à la main.
Le plus jeune de ses élèves ne se servait pas du sien, mais l'aîné
fondit bravement sur moi et m'attaqua avec fureur!... Je le trouvai si
peu formé, si faible, que, me bornant à le désarmer, je le pris par le
bras, le poussai derrière moi et ordonnai à Van Berchem de le garder.
Mais à peine avais-je accompli cet acte d'humanité, que je sentis un
corps dur se poser sur ma joue gauche... une double détonation éclate à
mes oreilles, et le collet de mon manteau est traversé par une balle!...
Je me retourne vivement, et que vois-je?... Le jeune officier cosaque
qui, tenant une paire de pistolets doubles dont il venait de tirer
traîtreusement un coup sur moi par derrière, _brûlait la cervelle_ au
malheureux Van Berchem!!!...

Transporté de fureur, je m'élance alors sur cet enragé, qui déjà
m'ajustait avec le second pistolet!... Mais son regard ayant rencontré
le mien qui devait être terrible, il en fut comme _fasciné_ et s'écria
en très bon français: «Ah! grand Dieu! je vois la mort dans vos yeux!...
Je vois la mort dans vos yeux!!!--Eh bien, scélérat, tu vois
juste!!!...» En effet, il tomba!...

Le sang appelle le sang! La vue du jeune Van Berchem étendu à mes pieds,
ce que je venais de faire, l'animation du combat et peut-être aussi
l'affreuse douleur que me causait ma blessure, tout cela réuni me jetant
dans un état de surexcitation fébrile, je cours vers le plus jeune des
officiers cosaques, je le saisis à la gorge, et déjà mon sabre était
levé, lorsque le vieux gouverneur, cherchant à garantir son élève,
penche le haut du corps sur l'encolure de mon cheval, de manière à
m'empêcher de remuer le bras, et s'écrie d'un ton suppliant: «Au nom de
votre mère, grâce, grâce pour celui-ci, il n'a rien fait!...»

En entendant invoquer un nom vénéré, mon esprit, exalté par tout ce qui
m'entourait, fut frappé d'_hallucination_, au point que je crus voir une
main blanche, si connue de moi, se poser sur la poitrine du jeune homme
que j'allais percer, et il me sembla entendre la voix de ma mère
prononcer les mots: «Grâce! grâce!» Mon sabre s'abaissa! Je fis conduire
le jeune homme et son gouverneur sur les derrières.

Mon émotion était si grande après ce qui venait de se passer, que je
n'aurais pu donner aucun ordre au régiment, si le combat eût encore duré
quelque temps; mais il fut bientôt terminé. Un grand nombre de Cosaques
avaient été tués, et les autres, abandonnant leurs chevaux, s'étaient
laissés glisser dans les profondeurs du ravin, où la plupart périrent
dans les énormes tas de neige que les vents y avaient amoncelés. Les
ennemis furent aussi repoussés sur tous les autres points. (Mes états de
service portent ma blessure comme reçue le 4 décembre; elle le fut en
réalité le 2, jour du combat de Plechtchénitsoui.)

Dans la soirée qui suivit cette affaire, je questionnai mon prisonnier
et son gouverneur. J'appris que les deux jeunes gens étaient fils d'un
chef puissant qui, ayant perdu une jambe à la bataille d'Austerlitz,
avait voué aux Français une haine si vive que, ne pouvant plus les
combattre, il avait envoyé ses deux fils pour leur faire la guerre. Je
prévis que le froid et le chagrin feraient bientôt périr le seul qui lui
restât. J'en eus pitié et lui rendis la liberté, ainsi qu'à son
vénérable mentor. Celui-ci, en prenant congé de moi, me dit ces mots
expressifs: «En pensant à son fils aîné, la mère de mes deux élèves vous
maudira; mais en revoyant le second, elle vous bénira, ainsi que votre
mère, en considération de laquelle vous avez épargné le seul enfant qui
lui reste!»

Cependant, la vigueur avec laquelle les troupes russes avaient été
repoussées dans la dernière action ayant calmé leur ardeur, nous fûmes
deux jours sans les revoir, ce qui assura notre retraite jusqu'à
Malodeczno; mais si les ennemis nous laissaient un moment de trêve, le
froid nous faisait une guerre des plus rudes, car le thermomètre
descendit à 27 degrés! Les hommes et les chevaux tombaient à chaque pas,
et beaucoup pour ne plus se relever. Je n'en restai pas moins avec les
débris de mon régiment, au milieu duquel je bivouaquai sur la neige
chaque nuit: où aurais-je pu aller pour être moins mal? Mes braves
officiers et soldats, considérant leur colonel comme un _drapeau
vivant_, tenaient à me conserver et m'entouraient de tous les soins que
comportait notre affreuse situation. La blessure que j'avais reçue au
genou m'empêchant de me tenir à califourchon, j'étais obligé de placer
ma jambe sur l'encolure du cheval et de garder l'immobilité, ce qui me
glaçait. Aussi mes douleurs devinrent-elles intolérables; mais que
faire?

La route était parsemée de morts et de mourants, la marche lente et
silencieuse. Ce qui restait d'infanterie de la garde formait un petit
carré dans lequel marchait la voiture de l'Empereur. Il avait à ses
côtés le roi Murat.

Le 5 décembre, après avoir dicté son vingt-neuvième bulletin, qui jeta
toute la France dans la stupeur, Napoléon quitta l'armée à Smorgoni,
pour se rendre à Paris. Il faillit être enlevé à Ochmiana par un parti
de Cosaques. Le départ de l'Empereur produisit un effet immense sur
l'esprit des troupes. Les uns le blâmaient en le qualifiant d'_abandon_;
les autres l'approuvaient comme le seul moyen de préserver la France de
la guerre civile et de l'invasion de nos prétendus alliés, dont la
plupart, n'attendant qu'une circonstance favorable pour se déclarer
contre nous, n'oseraient bouger, en apprenant que Napoléon, rentré dans
ses États, y organisait de nombreux régiments. Je partageais cette
dernière opinion, dont les faits prouvèrent la justesse.



CHAPITRE XX

Intensité du froid.--Brigandage armé.--Arrivée à Wilna.--Le défilé de
Ponari.--Retraite en traîneaux.--Arrivée à Kowno.--Passage de la
Vistule.


L'Empereur, en s'éloignant, confia le commandement des débris de l'armée
à Murat, qui, dans cette circonstance, se montra au-dessous de sa tâche.
Il faut convenir aussi qu'elle était on ne peut plus difficile. Le froid
paralysait les facultés morales et physiques de chacun; la
désorganisation était partout. Le maréchal Victor refusa de relever le
2e corps, qui faisait l'arrière-garde depuis la Bérésina, et le maréchal
Ney eut beaucoup de peine à l'y contraindre. Chaque matin, on laissait
des milliers de morts dans les bivouacs qu'on quittait. Je m'applaudis
alors d'avoir, au mois de septembre, forcé mes cavaliers à se munir de
redingotes en peau de mouton: cette précaution sauva la vie à beaucoup
d'entre eux. Il en fut de même des provisions de bouche que nous avions
faites à Borisoff, car, sans cela, il aurait fallu disputer à la
multitude affamée des cadavres de chevaux.

Je dirai à ce sujet que M. de Ségur exagère lorsqu'il dit que, pour
assouvir leur faim, on vit des malheureux réduits à manger de la _chair
humaine_[15]! La route était suffisamment garnie de chevaux pour que
personne ne songeât à se faire anthropophage. Au surplus, on serait dans
une grande erreur si l'on croyait que les vivres manquaient totalement
dans la contrée, car ils ne faisaient défaut que dans les localités
situées sur la route même, parce que ses environs avaient été épuisés
lorsque l'armée se rendait à Moscou; mais comme elle n'avait fait que
passer comme un torrent, sans s'étendre sur les flancs, et que depuis
cette époque la moisson avait été faite, le pays s'était un peu remis,
et il suffisait d'aller à une ou deux lieues sur les côtés pour
retrouver une certaine abondance. Il est vrai que les détachements
encore en bon ordre pouvaient seuls faire de telles excursions sans être
enlevés par des partis de Cosaques qui rôdaient autour de nous.

Je me concertai donc avec plusieurs colonels pour organiser des
_maraudes armées_ qui revenaient toujours non seulement avec du pain et
quelques pièces de bétail, mais avec des traîneaux chargés de viandes
salées, de farine et d'avoine prises dans les villages que les paysans
n'avaient pas abandonnés. Cela prouve que si le duc de Bassano et le
général Hogendorf, auxquels l'Empereur avait confié, au mois de juin,
l'administration de la Lithuanie, avaient rempli leur devoir pendant le
long espace de temps qu'ils passèrent à Wilna, ils auraient pu
facilement créer de grands magasins; mais ils s'étaient surtout attachés
à approvisionner la ville, sans s'occuper des troupes.

Le 6 décembre, l'intensité du froid s'accrut infiniment, car le
thermomètre descendit à près de 30 degrés; aussi cette journée fut-elle
encore plus funeste que les précédentes, surtout pour les troupes qui
n'avaient pas été habituées peu à peu à l'intempérie du climat. De ce
nombre était la division Gratien, qui, forte de 12,000 conscrits, avait
quitté Wilna le 4 pour venir au-devant de nous. La brusque transition de
casernes bien chaudes avec le bivouac de 29 degrés et demi de froid fit
périr en quarante-huit heures presque tous ces malheureux! La rigueur de
la saison produisit des effets encore plus terribles sur 200 cavaliers
napolitains de la garde du roi Murat. Ils venaient aussi à notre
rencontre après avoir séjourné longtemps à Wilna; mais ils moururent
_tous_ dès la première nuit qu'ils passèrent sur la neige!

Ce qui restait d'Allemands, d'Italiens, d'Espagnols, de Croates et
autres étrangers que nous avions conduits en Russie, sauvèrent leur vie
par un moyen qui répugnait aux Français: ils _désertaient_, gagnaient
les villages à proximité de la route et attendaient, en se chauffant
dans les maisons, l'arrivée des ennemis, qui, souvent, n'avait lieu que
quelques jours après, car, chose étonnante, les soldats russes, habitués
à passer l'hiver dans des habitations bien calfeutrées et garnies de
poêles toujours allumés, sont infiniment plus sensibles au froid que
ceux des autres contrées de l'Europe; aussi l'armée ennemie
éprouvait-elle de grandes pertes, ce qui explique la lenteur de la
poursuite.

Nous ne comprenions pas comment Koutousoff et ses généraux se bornaient
à nous suivre en queue avec une faible avant-garde, au lieu de se jeter
sur nos flancs, de les déborder et d'aller nous couper toute retraite en
gagnant la tête de nos colonnes. Mais cette manœuvre, qui eût consommé
notre perte, leur devint impossible, parce que la plupart de leurs
soldats périssaient, ainsi que les nôtres, sur les routes et dans les
bivouacs, car l'intensité du froid était si grande qu'on distinguait
une sorte de fumée sortant des oreilles et des yeux. Cette vapeur, se
condensant au contact de l'air, retombait bruyamment sur nos poitrines
comme auraient pu le faire des poignées de grains de millet. Il fallait
s'arrêter souvent pour débarrasser les chevaux des énormes glaçons que
leur haleine formait en se gelant sur le mors des brides.

Cependant quelques milliers de Cosaques, attirés par l'espoir du
pillage, supportaient encore l'intempérie de la saison et côtoyaient nos
colonnes, dont ils avaient même l'audace d'attaquer les points où ils
apercevaient des bagages; mais il suffisait de quelques coups de fusil
pour les éloigner. Enfin, pour jeter facilement le trouble parmi nous
sans courir aucun danger, car nous avions été réduits, faute
d'attelages, à abandonner toute notre artillerie, les Cosaques placèrent
sur des traîneaux de petits canons légers, avec lesquels ils tiraient
sur nos troupes jusqu'à ce que, voyant un détachement armé s'avancer
vers eux, ils se sauvassent à toutes jambes. Ces attaques partielles,
qui, en réalité, faisaient peu de mal aux Français, ne laissaient pas
que d'être fort désagréables par leur continuelle répétition. Beaucoup
de malades et de blessés ayant été pris et dépouillés par ces coureurs,
dont quelques-uns firent un immense butin, le désir de s'enrichir aussi
nous attira de nouveaux ennemis, sortant des rangs de nos alliés: ce
furent les Polonais.

Le maréchal de Saxe, fils d'un de leurs rois, a dit avec raison que «les
Polonais sont les plus grands pillards du monde et ne respecteraient
même pas le bien de leurs pères». Jugez si ceux qui étaient dans nos
rangs respectaient celui de leurs alliés. Aussi, dans les marches et
dans les bivouacs, ils volaient tout ce qu'ils voyaient; mais comme on
se méfiait d'eux et que les larcins isolés devinrent fort difficiles,
ils résolurent de travailler _en grand_. Pour cela, ils s'organisèrent
en bandes, jetèrent leurs casques, se coiffèrent de bonnets de paysans,
et, se glissant hors des bivouacs dès que la nuit était close, ils se
réunissaient sur un point donné, et, revenant ensuite vers nos camps en
poussant le cri de guerre des Cosaques: «Hourra! hourra!» ils portaient
ainsi la terreur dans l'esprit des hommes faibles, dont beaucoup
fuyaient en abandonnant effets, voitures et vivres. Alors les prétendus
Cosaques, après avoir tout pillé, s'éloignaient et rentraient avant le
jour dans la colonne française, où ils reprenaient le titre de Polonais,
sauf à redevenir _Cosaques_ la nuit suivante.

Cet affreux brigandage ayant été signalé, plusieurs généraux et colonels
résolurent de le punir. Le général Maison fit faire si bonne garde dans
les bivouacs du 2e corps, qu'une belle nuit nos postes surprirent une
cinquantaine de Polonais au moment où, s'apprêtant à jouer le rôle de
_faux Cosaques_, ils allaient faire leur _hourra_ de pillage!... Se
voyant cernés de toutes parts, ces bandits eurent l'impudence de dire
qu'ils avaient voulu faire une _plaisanterie_!... Mais comme ce n'était
ni le lieu ni le moment de rire, le général Maison les fit _tous
fusiller_ sur-le-champ! On fut quelque temps sans voir des voleurs de
cette espèce; mais ils reparurent plus tard.

Nous arrivâmes le 9 décembre à Wilna, où il existait quelques magasins;
mais le duc de Bassano et le général Hogendorf s'étaient retirés vers le
Niémen, et personne ne donnait d'ordre... Aussi, là comme à Smolensk,
les administrateurs exigeaient, pour délivrer des vivres et des
vêtements, qu'on leur remît des _reçus_ réguliers, ce qui était
impossible à cause de la désorganisation de presque tous les régiments.
On perdit donc un temps précieux. Le général Maison fit enfoncer
plusieurs magasins, et ses troupes eurent quelques vivres et des effets
d'habillement, mais le surplus fut pris le lendemain par les Russes. Les
soldats des autres corps se répandirent en ville dans l'espoir d'être
reçus par les habitants; mais ceux-ci, qui, six mois avant, appelaient
les Français de leurs vœux, fermèrent leurs maisons dès qu'ils les
virent dans le malheur! Les Juifs seuls reçurent ceux qui avaient de
quoi payer cette hospitalité passagère.

Repoussés des magasins ainsi que des habitations particulières,
l'immense majorité des hommes affamés se porta vers les hôpitaux, qui
furent bientôt encombrés outre mesure, bien qu'il ne s'y trouvât pas
assez de vivres pour tous ces malheureux; mais ils étaient du moins à
l'abri des grands froids!... Cet avantage précaire détermina cependant
plus de 20,000 malades et blessés, parmi lesquels se trouvaient deux
cents officiers et huit généraux, à ne pas aller plus loin! Leurs forces
morales et physiques étaient épuisées.

Le lieutenant Hernoux, l'un des plus vigoureux et des plus braves
officiers de mon régiment, était tellement consterné de ce qu'il voyait
depuis quelques jours, qu'il se coucha sur la neige, et rien ne pouvant
le déterminer à se lever, il y mourut!... Plusieurs militaires de tous
grades se brûlèrent la cervelle pour mettre un terme à leurs misères!

Dans la nuit du 9 au 10 décembre et par 30 degrés de froid, quelques
Cosaques étant venus tirailler aux portes de Wilna, bien des gens
crurent que c'était l'armée entière de Koutousoff, et, dans leur
épouvante, ils s'éloignèrent précipitamment de la ville. J'ai le regret
d'être obligé de dire que le roi Murat fut de ce nombre: il partit sans
donner aucun ordre; mais le maréchal Ney resta. Il organisa la retraite
le mieux qu'il put, et nous quittâmes Wilna le 10 au matin, en y
abandonnant, outre un très grand nombre d'hommes, un parc d'artillerie
et une partie du trésor de l'armée.

À peine étions-nous hors de Wilna que les infâmes Juifs, se ruant sur
les Français qu'ils avaient reçus dans leurs maisons pour leur soutirer
le peu d'argent qu'ils avaient, les dépouillèrent de leurs vêtements et
les jetèrent _tout nus_ par les fenêtres!... Quelques officiers de
l'avant-garde russe qui entraient à ce moment furent tellement indignés
de cette atrocité qu'ils firent tuer beaucoup de Juifs.

Au milieu de ce tumulte, le maréchal Ney avait poussé vers la route de
Kowno tout ce qu'il pouvait mettre en mouvement; mais à peine avait-il
fait une lieue, qu'il rencontra la hauteur de Ponari. Ce monticule,
qu'en toute autre circonstance la colonne eût franchi sans y faire
attention, devint un obstacle immense, parce que la glace qui le
couvrait avait rendu la route tellement glissante que les chevaux de
trait étaient hors d'état de monter les chariots et les fourgons!... Ce
qui restait du trésor allait donc tomber aux mains des Cosaques, lorsque
le maréchal Ney ordonna d'ouvrir les caissons et de laisser les soldats
français puiser dans les coffres. Cette sage mesure, dont M. de Ségur
n'a probablement pas connu le motif, l'a porté à dire que les troupes
pillèrent le trésor impérial. Dans le _Spectateur militaire_ de
l'époque, j'ai également relevé cette phrase de M. de Ségur: «Après le
départ de l'Empereur, la plupart des colonels de l'armée, qu'on avait
admirés jusque-là marchant encore, avec quatre ou cinq officiers ou
soldats, autour de leur aigle... ne prirent plus d'ordres que
d'eux-mêmes... Il y eut des hommes qui firent deux cents lieues sans
tourner la tête!» J'ai prouvé que le maréchal Ney, ayant vu tomber dans
un combat le colonel et le chef de bataillon d'un régiment qui ne
comptait plus que soixante hommes, comprit que de telles pertes
s'opposeraient à la réorganisation de l'armée et ordonna qu'on ne gardât
devant l'ennemi que le nombre d'officiers supérieurs proportionné à
celui de la troupe.

Plusieurs jours avant notre arrivée à Wilna, l'intensité du froid ayant
fait périr beaucoup de chevaux de mon régiment et empêchant de monter
ceux qui nous restaient encore, tous mes cavaliers marchaient à pied.
J'aurais bien voulu pouvoir les imiter; mais ma blessure s'y opposant,
je fis prendre un traîneau auquel on attela un de mes chevaux. La vue de
ce nouveau véhicule m'inspira l'idée de sauver par ce moyen mes malades
devenus nombreux, et comme en Russie il n'y a pas de si pauvre
habitation dans laquelle on ne trouve un traîneau, j'en eus bientôt une
centaine, dont chacun, traîné par un cheval de troupe, sauvait deux
hommes. Cette manière d'aller parut si commode au général Castex, qu'il
m'autorisa à placer tous les autres cavaliers en traîneaux. M. le chef
d'escadron Monginot, devenu colonel du 24e de chasseurs depuis que M.
A... avait été nommé général, ayant reçu la même autorisation, tout ce
qui restait de notre brigade attela ses chevaux et forma une caravane
qui marchait avec le plus grand ordre.

Vous croyez, sans doute, qu'en marchant ainsi nous paralysions nos
moyens de défense; mais détrompez-vous, car sur la glace nous étions
bien plus forts avec des traîneaux qui passent partout et dont les
brancards soutiennent les chevaux, que si nous fussions restés en selle
sur des montures tombant à chaque pas!

La route étant couverte de fusils abandonnés, nos chasseurs en prirent
chacun deux et firent aussi ample provision de cartouches, de sorte que
lorsque les Cosaques se hasardaient à nous approcher, ils étaient reçus
par une mousqueterie des plus vives, qui les éloignait promptement.
D'ailleurs, nos cavaliers combattaient à pied au besoin; puis, le soir,
nous formions avec les traîneaux un immense carré, au milieu duquel nous
établissions nos feux. Le maréchal Ney et le général Maison venaient
souvent passer la nuit en ce lieu, où il y avait sécurité, puisque
l'ennemi ne nous suivait qu'avec des Cosaques. Ce fut sans doute la
première fois qu'on vit faire l'arrière-garde en traîneaux; mais la
gelée rendait tout autre moyen impraticable, et celui-ci nous réussit.

Nous continuâmes donc à couvrir la retraite jusqu'au 13 décembre, où
nous revîmes enfin le Niémen et Kowno, dernière ville de Russie. C'était
par ce même lieu que, cinq mois plus tôt, nous étions entrés dans
l'empire des Czars. Combien les circonstances étaient changées
depuis!... Quelles pertes immenses l'armée française avait éprouvées!

À son entrée dans Kowno avec l'arrière-garde, le maréchal Ney trouva
pour toute garnison un faible bataillon de 400 Allemands, qu'il joignit
aux quelques troupes qui lui restaient, afin de défendre la place le
plus longtemps possible et de donner ainsi aux malades et blessés la
facilité de s'écouler vers la Prusse. En apprenant l'arrivée de Ney, le
roi Murat s'éloigna pour gagner Gumbinnen.

Le 14, les Cosaques de Platow, suivis de deux bataillons d'infanterie
russe, placés ainsi que plusieurs canons sur des traîneaux, parurent
devant Kowno, qu'ils attaquèrent sur plusieurs points. Mais le maréchal
Ney, secondé par le général Gérard, les repoussa et se maintint dans la
ville jusqu'à la nuit. Alors, il nous fit traverser le Niémen sur la
glace et quitta le dernier le territoire russe!

Nous étions en Prusse, en pays allié!... Le maréchal Ney, accablé de
fatigue, malade, et considérant d'ailleurs la campagne comme terminée,
nous quitta aussitôt et se rendit à Gumbinnen, où se réunissaient tous
les maréchaux. Dès ce moment, l'armée n'eut plus de chef, et les débris
de chaque régiment marchèrent isolément en avançant sur le territoire
prussien. Les Russes, en guerre avec ce pays, auraient eu le droit de
nous y suivre; mais satisfaits d'avoir reconquis leur territoire, et ne
sachant d'ailleurs s'ils devaient se présenter en Prusse comme alliés ou
ennemis, ils voulurent attendre les ordres de leur gouvernement et
s'arrêtèrent sur le Niémen. Nous profitâmes de leur hésitation pour nous
diriger vers les villes de la Vieille-Prusse.

Les Allemands sont généralement humains; beaucoup d'entre eux avaient
des parents et des amis dans les régiments qui avaient suivi les
Français à Moscou. Ils nous reçurent donc assez bien, et j'avoue
qu'après avoir couché pendant cinq mois à la belle étoile, ce fut avec
délices que je me vis logé dans une chambre chaude et placé dans un bon
lit! Mais cette brusque transition d'un bivouac glacial à un bien-être
depuis si longtemps oublié me rendit gravement malade. Presque toute
l'armée éprouva les mêmes effets: nous perdîmes beaucoup de monde, entre
autres les généraux Éblé et Lariboisière, chefs de l'artillerie.

Malgré la réception convenable qu'ils nous firent, les Prussiens, se
rappelant leur défaite d'Iéna et la manière dont Napoléon les avait
traités en 1807, en démembrant une partie de leur royaume, nous
haïssaient secrètement et nous auraient désarmés et arrêtés au premier
signal donné par leur roi. Déjà le général York, chef du nombreux corps
prussien dont l'Empereur avait si imprudemment formé l'aile gauche de la
Grande Armée, le général York, cantonné entre Tilsitt et Riga, venait
de pactiser avec les Russes et de renvoyer le maréchal Macdonald, que,
par un reste de pudeur, il n'osa cependant pas faire arrêter. Les
Prussiens de toute classe applaudirent à la trahison du général York, et
comme les provinces que traversaient en ce moment les soldats français
malades et sans armes étaient garnies de troupes prussiennes, il est
probable que les habitants auraient cherché à s'emparer de nous, s'ils
n'avaient craint pour leur roi qui était à Berlin, au milieu d'une armée
française commandée par le maréchal Augereau. Cette crainte et le
désaveu que le roi de Prusse (le plus honnête homme de son royaume)
infligea au général York, en le faisant juger et condamner à mort pour
crime de haute trahison, ayant empêché un soulèvement général contre les
Français, nous en profitâmes pour nous éloigner et pour gagner les rives
de la Vistule.

Mon régiment la traversa auprès de la forteresse de Graudenz, au point
même où nous l'avions passée en nous rendant en Russie; mais le trajet
fut cette fois très périlleux, car le dégel s'étant déjà fait sentir à
quelques lieues en amont, la glace était recouverte d'un grand pied
d'eau, et l'on entendait d'affreux craquements, présage d'une débâcle
générale. Ajoutez à cela que ce fut au milieu d'une nuit obscure que je
reçus l'ordre de passer le fleuve _à l'instant même_, car le général
venait d'être informé que le roi de Prusse ayant quitté Berlin pour se
réfugier en Silésie, au centre d'une armée considérable, les populations
commençaient à s'agiter, et il était à craindre qu'elles ne se
soulevassent contre nous, dès que la débâcle nous empêcherait de
traverser la Vistule. Il fallait donc absolument affronter le danger. Il
était immense, car le fleuve est très considérable devant Graudenz, et
il existait dans la glace de larges et nombreuses crevasses qu'on
n'apercevait que fort difficilement à la lueur des feux allumés sur les
deux rives.

Comme il ne fallait pas songer à faire ce trajet avec nos traîneaux,
nous les abandonnâmes: on prit les chevaux en main, et, précédés de
quelques hommes armés de perches qui signalaient les crevasses, nous
commençâmes cette périlleuse traversée. Nous étions jusqu'à mi-jambes
dans l'eau à demi gelée, ce qui aggrava la position des blessés et des
malades; mais la douleur physique n'était rien auprès des craintes que
nous inspiraient les craquements des glaçons, menaçant à chaque instant
de s'enfoncer sous nos pieds! Le domestique d'un de mes officiers tomba
dans une crevasse et ne reparut plus! Enfin, nous arrivâmes à la rive
opposée, où nous passâmes la nuit à nous réchauffer dans des huttes de
pêcheurs, et le lendemain nous fûmes témoins d'un dégel complet de la
Vistule, de sorte que si nous eussions retardé notre passage de quelques
heures, nous étions faits prisonniers!...

Du lieu où nous avions franchi la Vistule, mon régiment se rendit dans
la petite ville de Sweld, où il avait déjà cantonné avant la guerre: ce
fut là que je commençai l'année 1813. Celle qui venait de finir avait
été certainement la plus pénible de ma vie!



CHAPITRE XXI

Causes de nos désastres.--Manque d'interprètes.--Confiance aveugle dans
la fidélité de nos alliés.--Considérations sur l'incendie de
Moscou.--Chiffre de nos pertes.--Témoignage flatteur accordé par
l'Empereur au 23e de chasseurs.


Jetons maintenant un coup d'œil rapide sur les causes qui firent manquer
la campagne de Russie.

La principale fut incontestablement l'erreur dans laquelle tomba
Napoléon, lorsqu'il crut pouvoir faire la guerre dans le nord de
l'Europe avant de terminer celle qu'il soutenait depuis longtemps en
Espagne, où ses armées venaient d'essuyer de grands revers, à l'époque
où il se préparait à aller attaquer les Russes chez eux. Les troupes
vraiment _françaises_, ainsi disséminées au nord et au midi, se trouvant
insuffisantes partout, Napoléon crut y suppléer en joignant à leurs
bataillons ceux de ses alliés. C'était affaiblir un vin généreux en y
mêlant de l'eau bourbeuse!... En effet, les divisions françaises furent
moins bonnes; les troupes des alliés restèrent toujours médiocres, et ce
furent elles qui, pendant la retraite, portèrent le désordre dans la
Grande Armée.

Une cause non moins fatale de nos revers fut la mauvaise organisation,
ou plutôt le manque total d'organisation des pays conquis. Car, au lieu
d'imiter ce que nous avions fait pendant les campagnes d'Austerlitz,
Iéna et Friedland, en établissant dans les pays dont l'armée
s'éloignait de petits corps de troupes qui, échelonnés d'étapes en
étapes, communiquaient régulièrement entre eux pour assurer la
tranquillité de nos derrières, l'arrivée des munitions, des hommes
isolés, et le départ des convois de blessés, on avait imprudemment
poussé toutes les forces disponibles vers Moscou, si bien que, de cette
ville au Niémen, il n'y avait, si on en excepte Wilna et Smolensk, pas
une seule garnison, pas un magasin, pas un hôpital! Deux cents lieues de
pays étaient ainsi livrées à quelques partis de Cosaques errants. Il
résulta de cet abandon que les malades rétablis ne pouvaient rejoindre
l'armée, et que, faute de convois d'évacuation, on fut obligé de laisser
pendant près de deux mois tous les blessés de la Moskova dans le couvent
de Kolotskoï. Ils s'y trouvaient encore au moment de la retraite;
presque tous furent pris, et ceux qui, comptant sur leurs forces,
voulurent suivre l'armée périrent de fatigue et de froid sur les grandes
routes! Enfin les troupes en retraite n'avaient pas de subsistances
assurées dans des contrées qui produisent d'immenses quantités de blé.

Le défaut de petites garnisons sur nos derrières fut encore cause que
sur plus de 100,000 prisonniers faits par les Français dans le cours de
la campagne, _pas un_, mais à la lettre _pas un seul_, ne sortit de
Russie, parce qu'on n'avait pas organisé sur les derrières des
détachements pour les conduire en se les passant de main en main. Aussi,
tous ces prisonniers s'échappaient facilement et retournaient vers
l'armée russe, qui récupérait par ce moyen une partie de ses pertes,
tandis que les nôtres s'aggravaient chaque jour.

Le manque d'interprètes contribua aussi à nos désastres beaucoup plus
qu'on ne le pense; en effet, quels renseignements obtenir dans un pays
inconnu, quand on ne peut échanger une seule parole avec les
habitants?... Ainsi, lorsque sur les bords de la Bérésina le général
Partouneaux se trompa de chemin, quittant celui de Studianka pour se
diriger vers le camp de Wittgenstein, Partouneaux avait avec lui un
paysan de Borisoff, qui, ne sachant pas un mot de français, tâchait de
lui faire comprendre par des signes expressifs que ce camp était russe;
mais, faute d'interprète, on ne s'entendit pas, et nous perdîmes une
belle division de 7 à 8,000 hommes!

Dans une circonstance à peu près semblable, le 3e de lanciers, surpris
au mois d'octobre, malgré les avis incompris de son guide, avait perdu
200 hommes. Cependant, l'Empereur avait dans son armée plusieurs corps
de cavalerie polonaise, dont presque tous les officiers et beaucoup de
sous-officiers parlaient très bien le russe; mais on les laissa dans
leurs régiments respectifs, tandis qu'on aurait dû en prendre
quelques-uns dans chaque corps pour les placer auprès de tous les
généraux et colonels, où ils auraient rendu de très grands services.
J'insiste sur ce point, parce que l'armée française étant celle où les
langues étrangères sont le moins connues, il en est souvent résulté de
très grands inconvénients pour elle, ce qui néanmoins ne nous a pas
corrigés de l'insouciance que nous apportons dans cette partie si
essentielle à la guerre.

J'ai déjà fait observer combien fut grande la faute que l'on commit en
formant les deux ailes de la Grande Armée avec les contingents de la
Prusse et de l'Autriche. L'Empereur dut vivement s'en repentir, d'abord
en apprenant que les Autrichiens avaient laissé passer l'armée russe de
Tchitchakoff, qui venait nous couper le chemin de la retraite sur les
bords de la Bérésina, et en second lieu lorsqu'il connut la trahison du
général York, chef du corps prussien. Mais les regrets de Napoléon
durent être encore bien plus amers pendant et après la retraite, car si
dès le commencement de la campagne il eût composé les deux ailes de la
Grande Armée de troupes françaises, en amenant à Moscou les Prussiens et
les Autrichiens, ceux-ci, ayant éprouvé leur part de misères et de
pertes, auraient été au retour aussi affaiblis que tous les autres
corps, tandis que Napoléon aurait retrouvé intactes les troupes
françaises laissées par lui aux deux ailes! J'irai même plus loin, car
je pense que l'Empereur, afin d'affaiblir la Prusse et l'Autriche,
aurait dû _exiger_ d'elles des contingents triples et quadruples de ceux
qu'elles lui envoyèrent!... On a dit, après l'événement, que ces deux
États n'auraient pas adhéré à cette demande; je pense tout le contraire,
car le roi de Prusse venant à Dresde _supplier_ Napoléon de vouloir bien
agréer son fils pour aide de camp n'aurait osé rien lui refuser; et
l'Autriche, dans l'espoir de recouvrer quelques-unes des riches
provinces que l'empereur des Français lui avait arrachées, aurait de son
côté fait tout pour lui complaire!... La trop grande confiance que
Napoléon eut en 1812 dans la Prusse et l'Autriche le perdit!...

On a prétendu, et l'on répétera longtemps, que l'incendie de Moscou,
dont on a fait honneur à la courageuse résolution du gouvernement russe
et du général Rostopschine, fut la principale cause de la non-réussite
de notre campagne de 1812. Cette assertion me paraît contestable.
D'abord, la destruction de Moscou ne fut pas tellement complète qu'il
n'y restât assez de maisons, de palais, d'églises et de casernes, pour
établir toute l'armée, ainsi que le prouve un état que j'ai vu entre les
mains de mon ami le général Gourgaud, alors premier officier
d'ordonnance de l'Empereur. Ce ne fut donc pas le défaut de _logements_
qui contraignit les Français à quitter Moscou. Bien des gens pensent que
ce fut la crainte de manquer de vivres; mais c'est encore une erreur,
car les rapports faits à l'Empereur par M. le comte Daru, intendant
général de l'armée, prouvent que, même après l'incendie, il existait
dans cette ville immense plus de provisions qu'il n'en aurait fallu pour
nourrir l'armée pendant six mois! Ce ne fut donc pas la crainte de la
_disette_ qui détermina l'Empereur à faire retraite, et sous ce rapport
le gouvernement n'aurait pas atteint le but qu'il se proposait, s'il
l'avait eu toutefois. Ce but était tout autre.

En effet, la cour voulait porter un coup mortel à la vieille
aristocratie des boyards en détruisant la ville, centre de leur
constante opposition; le gouvernement russe, tout despotique qu'il est,
a beaucoup à compter avec la haute noblesse, dont plusieurs empereurs
ont payé de leur vie le mécontentement. Les plus puissants et les plus
riches membres de cette noblesse faisant de Moscou le foyer perpétuel de
leurs intrigues, le gouvernement, de plus en plus inquiet de
l'accroissement de cette ville, trouva dans l'invasion française une
occasion de la détruire. Le général Rostopschine, un des auteurs du
projet, fut chargé de l'exécution, dont il voulut plus tard rejeter
l'odieux sur les Français[16]; mais l'aristocratie ne s'y trompa pas;
elle accusa si hautement le gouvernement et montra un tel mécontentement
de l'incendie inutile de ses palais, que l'empereur Alexandre, pour
éviter une catastrophe personnelle, fut obligé non seulement de
permettre la reconstruction de Moscou, mais de bannir Rostopschine, qui,
malgré ses protestations de patriotisme, vint mourir à Paris, haï par
la noblesse russe.

Mais quels que fussent les motifs de l'incendie de Moscou, je pense que
sa conservation aurait été plus nuisible qu'utile aux Français, car pour
dominer une cité immense, habitée par plus de 300,000 individus,
toujours prêts à se révolter, il aurait fallu affaiblir l'armée, pour
placer à Moscou une garnison de 50,000 hommes qui, au moment de la
retraite, auraient été assaillis par la populace, tandis que l'incendie
ayant éloigné presque tous les habitants, quelques patrouilles suffirent
pour maintenir la tranquillité.

La seule influence qu'ait eue Moscou sur les événements de 1812 provint
de ce que Napoléon, ne voulant pas comprendre qu'Alexandre ne pouvait
lui demander la paix, sous peine d'être mis à mort par ses sujets,
pensait que s'éloigner de cette capitale avant d'avoir conclu un traité
avec les Russes serait avouer l'impuissance dans laquelle il était de
s'y maintenir. L'empereur des Français s'obstina donc à rester le plus
longtemps possible à Moscou, où il perdit plus d'un mois à attendre
inutilement des propositions de paix. Ce retard nous devint fatal,
puisqu'il permit à l'hiver de se prononcer avant que l'armée française
pût aller se cantonner en Pologne. Mais lors même que Moscou aurait été
conservé intact, cela n'eût rien changé aux événements; la catastrophe
provint de ce que la retraite ne fut pas préparée d'avance et exécutée
en temps opportun. Il était cependant facile de prévoir qu'il ferait
très grand froid en Russie pendant l'hiver!... Mais, je le répète,
l'espérance de conclure la paix séduisit Napoléon et fut la seule cause
de son long séjour à Moscou.

Les pertes de la Grande Armée pendant la campagne furent immenses; on
les a cependant beaucoup exagérées. J'ai déjà dit que j'avais vu entre
les mains du général Gourgaud un état de situation surchargé de notes
écrites de la main de Napoléon, et qu'il résultait de ce document
_officiel_ que le nombre d'hommes qui passèrent le Niémen fut de
325,900, dont 155,400 Français et 170,500 alliés. À notre retour, les
contingents prussiens et autrichiens passèrent en masse à l'ennemi, et
presque tous les autres alliés avaient déserté individuellement pendant
la retraite. Ce n'est donc qu'en établissant une balance entre
l'effectif des Français à leur entrée en campagne et ce qu'il était à
leur second passage du Niémen, qu'on peut faire un premier calcul
approximatif de leurs pertes.

Or il résulte des états de situation produits en février 1813 que 60,000
Français avaient repassé le Niémen; il en manquait donc 95,000. Sur ce
nombre, 30,000 des prisonniers faits par les Russes rentrèrent dans leur
patrie après la paix de 1814. La perte totale des Français regnicoles
fut donc, pendant la campagne de Russie, de 65,000 morts[17].

La perte éprouvée par mon régiment fut dans des proportions relativement
beaucoup moindres. En effet, à l'ouverture de la campagne, le 23e de
chasseurs comptait dans ses rangs 1,018 hommes. Pendant son séjour au
camp de Polotsk, il en reçut 30, ce qui portait à 1,048 le nombre de
cavaliers de ce corps entrés en Russie. Sur ce nombre, j'eus 109 hommes
tués, 77 faits prisonniers, 65 estropiés et 104 égarés. Le déficit ne
fut donc que de 355 hommes; de sorte que, après la rentrée des cavaliers
que j'avais dirigés sur Varsovie après la campagne, le régiment qui,
des bords de la Vistule, avait été envoyé au delà de l'Elbe, dans la
principauté de Dessau, put réunir en février 1813 un total de 693 hommes
à cheval, ayant tous fait la campagne de Russie.

En voyant ce chiffre, l'Empereur, qui de Paris surveillait la
réorganisation de son armée, pensa qu'il y avait erreur, et renvoya la
_situation_, en me faisant ordonner d'en faire produire une plus exacte,
et comme la seconde fut conforme à la première, l'Empereur ordonna au
général Sébastiani d'aller inspecter mon régiment et de lui faire
dresser un état _nominatif_ des hommes présents. Cette opération ayant
détruit tous les doutes et confirmé ce que j'avais avancé, je reçus peu
de jours après du major général une lettre des plus flatteuses pour les
officiers et sous-officiers, et surtout pour moi. Elle portait que
«l'Empereur chargeait le prince Berthier de nous exprimer la
satisfaction de Sa Majesté, pour les soins que nous avions donnés à la
conservation des hommes placés sous nos ordres; que l'Empereur, sachant
que le 23e de chasseurs n'avait pas été jusqu'à Moscou, ne fondait pas
la comparaison sur les pertes essuyées par les régiments qui avaient
poussé jusque-là, mais qu'il l'établissait entre ceux du 2e corps
d'armée qui, s'étant trouvés dans les mêmes conditions, auraient dû ne
faire qu'à peu près les mêmes pertes; que néanmoins le 23e de chasseurs,
bien qu'il eût plus souffert du feu de l'ennemi que les autres, était
celui de tous qui avait ramené le plus d'hommes, ce que Sa Majesté
attribuait au zèle du colonel, des officiers et sous-officiers, ainsi
qu'au bon esprit des soldats!»

Après avoir mis à l'ordre et fait lire cette lettre devant tous les
escadrons, je comptais la garder comme un titre glorieux pour ma
famille, mais j'en fus empêché par un scrupule que vous approuverez
sans doute. Il me parut peu convenable de priver le régiment d'une pièce
qui, portant les marques de la satisfaction impériale pour _tous_,
appartenait à _tous_. J'envoyai donc la lettre du major général aux
archives du régiment. Je me suis bien souvent repenti de cet acte de
délicatesse, car un an s'était à peine écoulé, que le gouvernement de
Louis XVIII ayant été substitué en 1814 à celui de l'Empereur, le 23e de
chasseurs fut incorporé au 3e de même arme. Les archives de ces deux
corps furent d'abord réunies, mal conservées, puis, au grand
licenciement de l'armée en 1815, elles se perdirent dans l'immense
gouffre du bureau de la guerre. En vain, après, la révolution de 1830,
j'ai fait rechercher la lettre du major général, si flatteuse pour mon
ancien régiment et pour moi, je n'ai pu parvenir à la retrouver.



CHAPITRE XXII

1813. Fâcheuse situation générale.--Incurie de
l'administration.--Observations sur la conservation des places
fortes.--État de la France.--Levées forcées et illégales.--Je rejoins
mon dépôt à Mons.


L'année 1813 commença pour la France sous de bien fâcheux auspices; car
à peine les glorieux débris de notre armée revenant de Russie eurent-ils
franchi la Vistule et commencé à se réorganiser, que la trahison du
général prussien York et des troupes qu'il commandait nous contraignit à
nous retirer derrière l'Oder, et bientôt à abandonner Berlin et toute la
Prusse soulevée contre nous, à l'aide des corps que Napoléon avait eu
l'imprudence d'y laisser. Les Russes hâtèrent autant que possible leur
marche et vinrent se joindre aux Prussiens, dont le Roi déclara alors la
guerre à l'empereur des Français.

Napoléon n'avait dans le nord de l'Allemagne que deux divisions,
commandées, il est vrai, par le maréchal Augereau, mais presque
entièrement composées de conscrits. Quant aux Français qui venaient de
faire la campagne de Russie, dès qu'ils furent bien nourris et qu'ils
cessèrent de coucher sur la neige, ils recouvrèrent leurs forces, et
l'on aurait pu les opposer aux ennemis. Mais nos cavaliers étaient
presque tous à pied; très peu de fantassins avaient conservé leurs
fusils; nous n'avions plus d'artillerie; la plupart des soldats
manquaient de chaussures, et leurs habits tombaient en lambeaux! Le
gouvernement français avait cependant employé une partie de l'année 1812
à faire confectionner une grande quantité d'effets de tous genres; mais,
par suite de la négligence de l'administration de la guerre, alors
dirigée par M. Lacuée, comte de Cessac, aucun régiment ne reçut les
vêtements qui lui étaient destinés. La conduite de nos administrateurs
en cette circonstance mérite d'être signalée. Voici comment les choses
se passaient.

Dès que le dépôt d'un régiment avait confectionné à grands frais les
nombreux effets destinés à ses bataillons ou escadrons de guerre,
l'administration traitait avec une maison de roulage pour les
transporter jusqu'à Mayence, qui faisait alors partie de l'Empire. Les
colis, traversant la France, ne couraient donc aucun danger jusqu'aux
bords du Rhin; cependant, par ordre de M. de Cessac, un détachement
devait les accompagner jusqu'à Mayence, où l'on renvoyait les rouliers
français, ainsi que l'escorte, pour livrer les caisses à des
entrepreneurs étrangers, chargés de les diriger sur Magdebourg, Berlin
et la Vistule, sans qu'aucun agent français eût à surveiller ces
expéditions; aussi se faisaient-elles avec tant de mauvaise foi et une
si grande lenteur que les ballots contenant les effets d'habillement et
les chaussures mettaient six à huit mois pour parcourir le trajet de
Mayence à la Vistule, ce qui aurait pu être fait en quarante jours.

Mais ce qui n'avait été qu'un grave inconvénient lorsque les armées
françaises occupaient paisiblement l'Allemagne et la Pologne devint une
_calamité_ après la campagne de Russie. Plus de deux cents bateaux
chargés d'effets destinés à nos régiments étaient retenus par les glaces
sur le canal de Bromberg, auprès de Nackel, lorsqu'en janvier 1813 nous
passâmes sur ce point. Mais comme il ne se trouvait pas sur cet immense
convoi _un seul_ agent de l'administration française pour nous prévenir,
et que les bateliers, tous Prussiens, se considéraient déjà comme nos
ennemis, pas un ne parla, et nous passâmes outre, croyant que ces
barques portaient des marchandises. Cependant, le lendemain, les
Prussiens prirent pour plus de douze millions d'effets d'habillement,
linge et chaussures, qui, destinés à nos malheureux soldats, servirent à
vêtir plusieurs régiments que la Prusse leva contre nous. Le froid, qui
sévissait de nouveau, fit périr quelques milliers de Français de plus,
mais on n'en vanta pas moins notre habile administration!

Le peu de régularité qui régna dans la marche de l'armée française
pendant qu'elle traversait la Prusse provint d'abord de l'incurie de
Murat, qui avait pris le commandement après le départ de l'Empereur, et
plus tard de la faiblesse du prince Eugène de Beauharnais, vice-roi
d'Italie. Aussi était-il temps de repasser l'Elbe pour entrer sur le
territoire de la Confédération du Rhin. Mais avant de se résoudre à
éloigner ses troupes de la Pologne et de la Prusse, l'Empereur, voulant
s'y ménager des moyens de retours offensifs, avait ordonné de laisser de
fortes garnisons dans les places qui assurent le passage de la Vistule,
de l'Oder et de l'Elbe, telles que Praga, Modlin, Thorn, Danzig,
Stettin, Custrin, Glogau, Dresde, Magdebourg, Torgau, Wittemberg et
Hambourg.

Cette grave décision de Napoléon peut être envisagée sous deux points de
vue bien différents; aussi a-t-elle été louée par des militaires
éclairés, tandis que d'autres, non moins instruits, l'ont fortement
blâmée.

Les premiers disaient que la nécessité de donner enfin du repos et un
refuge aux nombreux malades et blessés que son armée ramenait de Russie
força l'Empereur de garder les places fortes dont l'occupation assurait,
du reste, aux Français la conservation d'un immense matériel de guerre
et de grands approvisionnements de vivres. Ils ajoutaient que ces
forteresses embarrasseraient les mouvements des ennemis, qui, forcés de
les bloquer, affaibliraient ainsi le nombre des troupes actives qu'ils
pourraient employer contre nous; enfin, que si les renforts que Napoléon
faisait venir de France et d'Allemagne le mettaient à même de gagner une
bataille, les places fortes conservées par lui faciliteraient aux
Français une nouvelle conquête de la Prusse, ce qui nous reporterait
bientôt au delà de la Vistule et contraindrait les Russes à retourner
dans leur pays.

On répondit à cela que Napoléon affaiblissait son armée en la morcelant
sur tant de points éloignés, dont les garnisons ne pouvaient se prêter
mutuellement aucun secours; qu'il ne fallait pas compromettre le salut
de la France pour sauver quelques milliers de malades et de blessés,
dont un très petit nombre pourrait servir de nouveau. En effet, ils
périrent presque tous dans les hôpitaux. On disait encore que les
régiments italiens, polonais et allemands de la Confédération du Rhin,
joints par l'Empereur aux garnisons françaises pour ne pas trop diminuer
ses troupes, serviraient mal. Effectivement, presque tous les soldats
étrangers combattirent très mollement et finirent par passer à l'ennemi.
On ajoutait enfin que l'occupation des places fortes gênerait fort peu
les armées russes et prussiennes, qui, après les avoir bloquées par un
corps d'observation, continueraient leur marche vers la France: ce fut
en effet ce qui arriva.

Chacune de ces deux opinions présente, en thèse générale, des avantages
et des inconvénients. Cependant, dans les conditions où se trouvait
l'armée française, je crois devoir me ranger à l'avis de ceux qui
proposaient d'abandonner les places, car puisque, de l'aveu même de
leurs contradicteurs, ces places ne pouvaient nous être utiles qu'autant
que nous battrions complètement les armées russes et prussiennes,
c'était une raison de plus pour chercher à augmenter nos _forces
disponibles_, au lieu de les disséminer à l'infini!...

Et qu'on ne dise pas que les ennemis n'ayant plus, dès lors, de blocus à
faire, auraient aussi accru le nombre de leurs bataillons disponibles,
ce qui aurait rétabli la proportion, car on tomberait dans une très
grande erreur!... En effet, l'ennemi aurait toujours été obligé de
laisser de fortes garnisons dans les places abandonnées par nous, tandis
que nous eussions pu disposer de la _totalité_ des troupes que nous y
laissâmes, et qui furent ainsi paralysées. J'ajouterai que la défense
inutile de ces nombreuses forteresses priva notre armée active de
beaucoup de généraux expérimentés, entre autres du maréchal Davout, qui,
à lui seul, valait plusieurs divisions. Je conçois d'ailleurs qu'on
renonce à se servir, en campagne, de quelques brigades, lorsqu'il s'agit
de leur confier la garde des places d'où dépend le salut de son pays,
telles que sont les villes de Metz, de Lille, de Strasbourg pour la
France, car alors c'est, pour ainsi dire, le _corps_ de la patrie qu'on
défend. Au contraire, les forteresses placées sur la Vistule, l'Oder et
l'Elbe, à deux et trois cents lieues de France, n'avaient pas une
importance _positive_, mais seulement une importance _conditionnelle_,
c'est-à-dire subordonnée aux succès de nos armées actives. Ces succès
n'ayant pas eu lieu, les quatre-vingt et quelques mille hommes de
garnison que l'Empereur avait laissés en 1812 dans ces places furent
obligés de _mettre bas les armes_!...

La situation de la France, dès les premiers mois de 1813, était des plus
critiques, car, au midi, nos armées d'Espagne avaient éprouvé de très
grands revers par suite de l'affaiblissement de nos forces dans la
Péninsule, d'où l'on tirait sans cesse quelques régiments, tandis que
les Anglais ne cessèrent d'envoyer des troupes à Wellington; aussi ce
général avait-il fait une brillante campagne dans le courant de 1812. Il
nous avait repris Ciudad-Rodrigo, Badajoz, le fort de Salamanque, avait
gagné la bataille des Arapiles, occupé Madrid, et il menaçait les
Pyrénées.

Au nord, les soldats nombreux et aguerris que Napoléon avait conduits en
Russie avaient presque tous péri dans les combats ou succombé de misère.
L'armée prussienne, encore intacte, venait de se joindre aux Russes. Les
Autrichiens étaient sur le point d'imiter cet exemple. Enfin, les
souverains et surtout les peuples de la Confédération germanique,
excités par l'Angleterre, chancelaient dans leur alliance avec la
France. Le Prussien baron de Stein, homme de moyens et fort
entreprenant, saisit cette occasion pour publier divers pamphlets, dans
lesquels il appelait tous les Allemands à secouer le joug de Napoléon et
à reconquérir leur liberté. Cet appel fut d'autant mieux écouté que le
passage, le séjour et l'entretien des troupes françaises qui, depuis
1806, avaient occupé l'Allemagne, lui avaient occasionné des pertes
immenses auxquelles s'était jointe la confiscation des marchandises
anglaises, par suite du blocus continental établi par Napoléon. La
Confédération du Rhin lui aurait donc échappé, si les souverains des
divers États dont elle se composait eussent dès lors pris la résolution
de céder aux vœux de leurs sujets; mais aucun d'eux n'osa bouger, tant
était grande l'habitude de l'obéissance à l'empereur des Français,
ainsi que la crainte de le voir bientôt arriver à la tête de forces
considérables, qu'il organisait promptement et dirigeait sans cesse sur
l'Espagne.

La majeure partie de la nation française avait encore une très grande
confiance dans Napoléon. Les gens instruits le blâmaient sans doute
d'avoir, l'année précédente, poussé son armée jusqu'à Moscou et surtout
d'y avoir attendu l'hiver; mais les masses populaires, habituées à
considérer l'Empereur comme _infaillible_, et n'ayant d'ailleurs aucune
notion sur les événements et sur les pertes éprouvées par nos troupes en
Russie, voyaient seulement la gloire que la prise de Moscou faisait
rejaillir sur nos armes; aussi y eut-il beaucoup d'élan pour donner à
l'Empereur les moyens de ramener la victoire autour de ses aigles.
Chaque département, chaque ville firent des dons patriotiques en
chevaux; mais de nombreuses levées de conscrits et d'argent attiédirent
bientôt cet enthousiasme. Cependant, au total, la nation s'exécuta
d'assez bonne grâce, et les bataillons ainsi que les escadrons sortaient
pour ainsi dire de terre comme par enchantement. Chose étonnante! après
les nombreuses levées d'hommes qui avaient été faites en France depuis
vingt ans, jamais le recrutement n'avait produit une aussi forte et une
aussi belle espèce de soldats. Cela provenait de plusieurs causes.

D'abord, chacun des cent huit départements alors existants avait depuis
plusieurs années une compagnie d'infanterie dite _départementale_, sorte
de garde prétorienne de MM. les préfets, qui s'étaient complu à la
former des hommes les mieux constitués. Ceux-ci, ne quittant jamais les
principales villes du département où ils étaient fort bien casernés,
nourris et vêtus, et où ils faisaient très peu de service, avaient eu le
temps d'acquérir toutes leurs forces corporelles, car la plupart
menaient cette vie depuis six à sept ans, et comme on les exerçait
régulièrement au maniement des armes, à la marche et aux manœuvres, il
ne leur manquait que le _baptême du feu_ pour être des troupes
parfaites. Ces compagnies étaient, selon l'importance du département, de
150, 200 et 250 hommes. L'Empereur les envoya _toutes_ à l'armée, où
elles furent fondues dans des régiments de ligne.

En second lieu, on appela au service une très grande quantité de
conscrits des années précédentes, dont les uns par protection, les
autres par ruse ou maladies passagères, avaient obtenu d'être placés à
la queue des dépôts, c'est-à-dire de rester chez eux jusqu'à nouvel
ordre. L'âge les avait rendus presque tous forts et vigoureux.

Ces mesures étaient légales; mais ce qui ne l'était pas, ce fut le
rappel des individus qui, ayant déjà tiré à la conscription et s'étant
trouvés libérés par le sort, n'en étaient pas moins contraints à prendre
les armes, s'ils avaient moins de trente ans. Cette levée produisit une
grande quantité d'hommes propres à supporter les fatigues de la guerre.
Il y eut bien à ce sujet quelques murmures, principalement dans le Midi,
la Vendée et la Bretagne; cependant, l'immense majorité du contingent
marcha, tant était grande l'habitude de l'obéissance!... Mais cette
abnégation des populations entraîna le gouvernement dans une mesure
encore plus illégale, et d'autant plus dangereuse qu'elle frappait la
classe supérieure; car, après avoir fait marcher les hommes que le sort
avait exemptés, on força ceux qui s'étaient fait remplacer (ainsi que la
loi les y autorisait) à prendre néanmoins les armes, bien que plusieurs
familles se fussent gênées et même ruinées pour conserver leurs fils,
car les remplaçants coûtaient alors 12, 15, 18 et jusqu'à 20,000 francs,
qu'il fallait payer _comptant_. Il y eut même des jeunes gens qui,
s'étant fait remplacer jusqu'à _trois fois_, n'en furent pas moins
obligés de partir, et l'on en vit qui servaient dans la même compagnie
que l'individu payé par eux pour les substituer!... Cette iniquité
provenait des conseils de Clarke, ministre de la guerre, et de Savary,
ministre de la police, qui persuadèrent à l'Empereur que, pour prévenir
pendant la guerre tout mouvement hostile au gouvernement, il fallait
éloigner de l'intérieur les fils des familles influentes et les envoyer
à l'armée pour servir en quelque sorte d'otages!... Mais afin d'atténuer
un peu aux yeux de la classe aisée l'odieux de cette mesure, l'Empereur
créa, sous la dénomination de _gardes d'honneur_, quatre régiments de
cavalerie légère spécialement destinés à recevoir les jeunes gens bien
élevés. Ces corps, auxquels on donna un brillant uniforme de hussards,
eurent des officiers généraux pour colonels.

À ces levées plus ou moins légales, l'Empereur ajouta le produit d'une
conscription anticipée et de nombreux et excellents bataillons formés
avec les matelots, ouvriers ou artilleurs de la marine militaire, tous
hommes faits, instruits au maniement des armes, et qui, ennuyés de la
vie monotone des ports, désiraient ardemment depuis longtemps aller
acquérir de la gloire auprès de leurs camarades de l'armée de terre. Ils
devinrent bientôt d'excellents et redoutables fantassins. Le nombre de
ces marins s'élevait à plus de 30,000. Enfin l'Empereur, obligé
d'employer tous les moyens pour reconstituer l'armée, dont une grande
partie avait péri dans les glaces de la Russie, affaiblit encore ses
armées d'Espagne, en y prenant non seulement quelques milliers d'hommes
pour compléter sa garde, mais plusieurs brigades et divisions entières,
composées de vieux soldats habitués aux fatigues et aux dangers.

De leur côté, les Russes, et surtout les Prussiens, se préparaient à la
guerre. L'infatigable baron de Stein parcourait les provinces en
prêchant la croisade contre les Français, et en organisant son
_Tugenbund_ ou ligue de la vertu, dont les adeptes juraient de prendre
les armes pour la liberté de l'Allemagne. Cette société, qui nous
suscita de si nombreux ennemis, agissait ouvertement dans la Prusse déjà
en guerre avec Napoléon, et s'insinuait dans les États et les armées de
la Confédération du Rhin, malgré quelques souverains et de l'aveu tacite
de plusieurs autres, si bien que presque toute l'Allemagne en secret
était notre ennemie, et les contingents qu'elle joignait à nos forces
militaires se préparaient à nous trahir à la première occasion, ainsi
que les événements le prouvèrent bientôt. Ces événements n'auraient pas
tardé à se produire, si la mollesse et la lenteur naturelles aux
Allemands ne les eussent empêchés d'agir beaucoup plus tôt qu'ils ne le
firent, car les débris de l'armée française, qui avaient repassé l'Elbe
à la fin de 1812, restèrent paisiblement cantonnés sur la rive gauche de
ce fleuve pendant les quatre premiers mois de 1813, sans que les Russes
et les Prussiens, postés en face, osassent les attaquer!... Ils ne se
croyaient pas assez forts, bien que la Prusse eût mis sur pied sa
landwehr, composée de tous les hommes valides, et que Bernadotte,
oubliant qu'il était né Français, nous eût déclaré la guerre et eût
joint les troupes suédoises à celles des ennemis de sa véritable
patrie!...

Pendant le séjour que nous fîmes sur la rive gauche de l'Elbe, bien que
l'armée française reçût continuellement des renforts, sa cavalerie était
encore peu nombreuse, si l'on en excepte quelques régiments dont le
mien faisait partie; aussi lui avait-on assigné comme cantonnements
plusieurs communes et les deux petites villes de Brenha et de Landsberg,
situées dans un excellent pays, non loin de Magdebourg. J'éprouvai là un
bien vif chagrin. L'Empereur, voulant activer l'organisation des
nouvelles levées, et pensant que la présence des chefs de corps serait
pour cela momentanément fort utile aux dépôts de leurs régiments, décida
que tous les colonels se rendraient en France, excepté ceux qui auraient
encore un certain nombre d'hommes présents sous les armes. Le chiffre
fixé pour la cavalerie était de quatre cents; j'en avais plus de six
cents à cheval!... Je fus donc forcé de rester, lorsque j'aurais été si
heureux d'embrasser ma femme et l'enfant qu'elle m'avait donné pendant
mon absence!...

À la peine que je ressentais, se joignit encore une grande contrariété.
Le bon général Castex, dont j'avais eu tant à me louer pendant la
campagne de Russie, nous quitta pour entrer dans les grenadiers à cheval
de la garde. Sa brigade et celle du général Corbineau, qui venait d'être
nommé aide de camp de l'Empereur, furent réunies sous les ordres du
général Exelmans. Le général Wathiez devait remplacer le général Castex,
et le général Maurin, Corbineau; mais comme ces trois généraux s'étaient
rendus en France après la campagne de Russie et que j'étais le seul
colonel présent, le général Sébastiani, au corps duquel la nouvelle
division allait être attachée, m'en donna le commandement, ce qui
ajoutait aux obligations que j'avais à remplir dans mon régiment un
surcroît de charges, puisque je devais, par un temps affreux, visiter
souvent les cantonnements des trois autres. La blessure que j'avais
reçue au genou, bien que cicatrisée, me faisait encore souffrir, et je
ne sais vraiment comment j'aurais pu continuer ce service jusqu'à la
fin de l'hiver, lorsqu'au bout d'un mois le général Wathiez, ayant
rejoint l'armée, prit le commandement de la division.

Peu de jours après, sans que je l'eusse demandé, je reçus l'ordre de me
rendre en France, afin d'organiser le très grand nombre de recrues et de
chevaux envoyés au dépôt de mon régiment. Ce dépôt se trouvait dans le
département de Jemmapes, à Mons en Belgique, qui faisait alors partie de
l'Empire. Je me mis en route sur-le-champ. Mon voyage fut rapide, et
comme je compris que, autorisé à venir en France pour affaires de
_service_, il ne serait pas convenable de solliciter le plus petit congé
pour aller à Paris, j'acceptai l'offre que me fit Mme Desbrières, ma
belle-mère, de conduire à Mons ma femme et mon fils. Après une année de
séparation et tant de dangers courus, je revis ma chère femme avec un
bien grand plaisir et embrassai pour la première fois notre petit
Alfred, âgé de huit mois. Ce jour fut un des plus beaux de ma vie! Vous
comprendrez surtout la joie que j'éprouvai en embrassant mon enfant et
en me rappelant qu'il avait été sur le point de devenir orphelin le jour
même de sa naissance!...

Je passai au dépôt la fin d'avril, ainsi que les mois de mai et de juin,
dans de très grandes occupations. Les recrues envoyées au 23e étaient
fort nombreuses, les hommes superbes et de race belliqueuse, car ils
provenaient presque tous des environs de Mons, ancienne province du
Hainaut, d'où l'Autriche tirait ses meilleurs cavaliers, principalement
les célèbres dragons de La Tour, lorsque les Pays-Bas lui appartenaient.
Les habitants de cette contrée aiment et soignent bien les chevaux. Ceux
que le pays produit étant un peu trop forts pour des chasseurs, j'obtins
l'autorisation d'en faire acheter dans les Ardennes, d'où nous tirâmes
une assez belle remonte.

J'avais trouvé au dépôt quelques bons officiers et sous-officiers.
Plusieurs de ceux qui avaient fait la campagne de Russie s'y étaient
rendus pour se rétablir de leurs blessures ou de maladies; enfin le
ministre m'avait envoyé quelques jeunes sous-lieutenants sortant de
l'École de cavalerie et de Saint-Cyr. Avec de tels éléments, je formai
promptement divers escadrons qui n'étaient sans doute pas parfaits, mais
dont les hommes pouvaient figurer sans inconvénient parmi les vieux
cavaliers revenant de Russie que j'avais laissés sur l'Elbe et avec
lesquels ils devaient être fondus à leur arrivée. Dès qu'un escadron
était prêt, il partait pour l'armée.



CHAPITRE XXIII

Reprise des hostilités sur l'Elbe.--Batailles de Lutzen et de
Bautzen.--Armistice.--Je rejoins mon régiment.--État de
l'armée.--Malaise général.--Napoléon devait traiter.--Force des armées
en présence.


Pendant que je m'occupais activement à reconstituer mon régiment et que
tous les colonels, principalement ceux de cavalerie, étaient retenus en
France par les mêmes soins, les hostilités recommencèrent sur l'Elbe,
que les alliés avaient franchi.

L'Empereur, ayant quitté Paris, se trouvait le 25 avril à Naumbourg en
Saxe, à la tête de 170,000 hommes, dont un tiers seulement étaient
Français, une partie des troupes récemment dirigées sur l'Allemagne
n'étant point encore arrivées sur le théâtre de la guerre. Les deux
autres tiers de l'armée de Napoléon étaient formés des contingents de la
Confédération du Rhin, dont la plupart étaient fort mal disposés à
combattre pour lui. Le général Wittgenstein, auquel notre désastre de la
Bérésina avait donné quelque célébrité, bien que les éléments nous
eussent fait beaucoup plus de mal que ses combinaisons, commandait en
chef les troupes russes et prussiennes réunies, fortes de 300,000
hommes, qui se présentèrent le 28 avril devant l'armée de Napoléon, aux
environs de Leipzig.

Il y eut le 1er mai un vif engagement à Poserna, dans la plaine déjà
célèbre par la mort de Gustave-Adolphe. Le maréchal Bessières y fut tué
d'un coup de canon. L'Empereur le regretta plus que l'armée, qui n'avait
pas oublié que les conseils donnés par ce maréchal, le soir de la
bataille de la Moskova, avaient empêché Napoléon de compléter la
victoire en faisant combattre sa garde, ce qui eût changé la face des
événements et amené la destruction complète des troupes russes.

Le lendemain de la mort du maréchal Bessières, et pendant que Napoléon
continuait sa marche sur Leipzig, il fut attaqué à l'improviste et en
flanc par les Russo-Prussiens, qui avaient passé la rivière de l'Elster
avant le jour. Dans cette bataille, qui prit le nom de Lutzen, l'action
fut des plus vives; les troupes nouvellement arrivées de France
combattirent avec la plus grande valeur. Les régiments de marine se
firent particulièrement remarquer. Les ennemis, battus de toutes parts,
se retirèrent vers l'Elbe; mais les Français, n'ayant presque pas de
cavalerie, ne purent faire que peu de prisonniers, et leur victoire fut
incomplète. Néanmoins, elle produisit un très grand effet moral dans
toute l'Europe, et surtout en France, car ce premier succès prouvait que
nos troupes avaient conservé toute leur supériorité, et que les glaces
de la Russie avaient pu seules les vaincre en 1812.

L'empereur Alexandre et le roi de Prusse, qui, après avoir assisté à
Lutzen à la défaite de leurs armées, s'étaient rendus à Dresde, furent
obligés d'en sortir à l'approche de Napoléon victorieux, qui prit, le 8,
possession de cette ville, où son allié le roi de Saxe vint bientôt le
rejoindre. Après un court séjour à Dresde, les Français y passèrent
l'Elbe et suivirent les Prusso-Russes, dont ils joignirent et battirent
l'arrière-garde à Bischofswerda.

L'empereur Alexandre, mécontent de Wittgenstein, avait pris lui-même le
commandement des armées alliées; mais ayant été défait à son tour par
Napoléon au combat de Wurtchen, il reconnut probablement son
insuffisance pour la direction des troupes, car bientôt il renonça à les
conduire.

Les Russo-Prussiens s'étant arrêtés et retranchés à Bautzen, l'empereur
des Français fit tourner leur position par le maréchal Ney, et remporta
le 21 mai une victoire que le manque de cavalerie rendit encore
incomplète; mais les ennemis eurent 18,000 hommes hors de combat, et
s'enfuirent dans le plus grand désordre.

Le 22, les Français, s'étant mis à la poursuite des Russes, atteignirent
leur arrière-garde en avant du défilé de Reichenbach. Le peu de
cavalerie qu'avait Napoléon était commandé par le général
Latour-Maubourg, militaire des plus distingués, qui la mena avec tant de
vigueur que les ennemis furent enfoncés et abandonnèrent le champ de
bataille après de grandes pertes. Celles des Français, bien que peu
nombreuses, leur furent très sensibles. Le général de cavalerie Bruyère,
excellent officier, eut les deux jambes emportées et mourut de cette
affreuse blessure. Mais l'événement le plus funeste de cette journée fut
produit par un boulet qui, après avoir tué le général Kirgener
(beau-frère du maréchal Lannes), blessa mortellement le maréchal Duroc,
grand maréchal du palais, homme aimé de tout le monde, le plus ancien et
le meilleur ami de Napoléon. Duroc ayant survécu quelques heures à sa
blessure, l'Empereur se rendit auprès de lui et donna les preuves d'une
grande sensibilité. Son désespoir fut des plus touchants. Les témoins de
cette scène déchirante remarquèrent que, obligé de quitter son ami pour
reprendre la direction de l'armée, Napoléon, en s'éloignant de Duroc,
baigné de ses larmes, lui donna rendez-vous dans «_un monde meilleur_»!

Cependant l'armée française, poursuivant ses succès, était parvenue en
Silésie, et occupa le 1er juin Breslau, sa capitale. Alors, frappés de
terreur, les alliés, surtout les Prussiens, reconnurent ce qu'il y avait
de critique dans leur position, et se sentant, malgré leur jactance,
incapables d'arrêter seuls les Français, ils voulurent gagner du temps,
dans l'espoir que l'Autriche, mettant un terme à ses hésitations,
joindrait enfin ses armes aux leurs. Les Prusso-Russes envoyèrent donc
des parlementaires chargés de solliciter un armistice qui, sous la
médiation de l'Autriche, allait, disait-on, amener la conclusion d'un
traité de paix. L'empereur Napoléon ayant cru devoir accorder cet
armistice, il fut signé le 4 juin, pour durer jusqu'au 10 août.

Pendant que Napoléon marchait de succès en succès, le maréchal Oudinot
se fit battre à Luckau et perdit 1,100 hommes. L'Empereur espérait que,
pendant l'armistice, les nombreux renforts qu'il attendait de France et
surtout la cavalerie, dont il avait si vivement regretté l'absence, le
rejoindraient et pourraient participer à une nouvelle campagne, si elle
devenait indispensable. Cependant, malgré cet avantage, plusieurs
généraux regrettaient que l'Empereur n'eût pas poursuivi ses succès. Ils
disaient que si l'armistice nous donnait le temps de faire arriver nos
réserves sur le théâtre de la guerre, il laissait aussi la même faculté
aux Russo-Prussiens, qui, outre les Suédois déjà en marche pour venir
défendre leur cause, avaient l'espoir de voir se joindre à eux les
Autrichiens. Ces derniers n'étaient pas prêts en ce moment, mais ils
allaient avoir plus de deux mois pour organiser et mettre en mouvement
leurs nombreuses troupes.

En apprenant à Mons les victoires de Lutzen et de Bautzen, je fus peiné
de n'y avoir pas participé; mais les regrets que j'éprouvai furent
atténués quand j'eus acquis la certitude que mon régiment ne s'y était
pas trouvé; en effet, il était alors en avant de Magdebourg, sur la
route de Berlin. M. Lacour, ancien aide de camp du général Castex, avait
été vers la fin de 1812 nommé chef d'escadron au 23e de chasseurs, qu'il
commandait en mon absence. C'était un officier très brave, qui s'était
fait lui-même une demi-éducation avec des livres, ce qui lui donnait des
prétentions peu en rapport avec l'habit militaire; en outre, son peu
d'entente du commandement exposa le régiment à des pertes qu'on aurait
pu éviter et dont je parlerai plus loin. Pendant mon séjour au dépôt, je
reçus comme second chef d'escadrons M. Pozac, brillant officier sous
tous les rapports, auquel sa valeur avait fait obtenir un sabre
d'honneur à la bataille de Marengo.

Vers la fin de juin, tous les colonels envoyés en France pour organiser
de nouvelles forces, ayant rempli cette tâche, reçurent l'ordre de
retourner en poste à l'armée, bien que les hostilités dussent encore
être suspendues pendant quelque temps. Je fus donc contraint de me
séparer de ma famille, auprès de laquelle je venais de passer des jours
si heureux; mais l'honneur et le devoir parlaient, il fallait obéir!

Je repris la route d'Allemagne et me rendis d'abord à Dresde, où
l'Empereur avait convoqué tous les colonels, afin de les questionner sur
la composition des détachements dirigés par eux sur l'armée. J'appris à
ce sujet une chose qui me navra le cœur!... J'avais organisé dans mon
dépôt quatre superbes escadrons de 150 hommes chacun. Les deux premiers
(heureusement les plus beaux et les meilleurs) avaient rejoint le
régiment; le troisième m'avait été enlevé par décision impériale, pour
se rendre à Hambourg, où il fut incorporé dans le 28e de chasseurs, un
des plus faibles régiments de l'armée. Cet ordre étant régulier, je m'y
soumis sans murmurer. Mais il n'en fut pas de même lorsque je fus
informé que le 4e escadron, que j'avais fait partir de Mons, ayant été
vu à son passage à Cassel par Jérôme, roi de Westphalie, ce prince
l'avait trouvé si beau que, de son autorité privée, il l'avait incorporé
dans sa garde!... Je sus que l'Empereur, très irrité de ce que son frère
s'était permis de s'emparer ainsi d'un détachement de ses troupes, lui
avait ordonné de se remettre sur-le-champ en route, et j'espérais qu'il
me serait rendu; mais le roi Jérôme fit agir quelques aides de camp de
l'Empereur, qui représentèrent à Sa Majesté que la garde du roi de
Westphalie étant uniquement composée d'Allemands peu sûrs, il serait
convenable de lui laisser un escadron français sur lequel il pût
compter; qu'en second lieu, le Roi venait de donner à grands frais à cet
escadron le brillant uniforme des hussards de sa garde; enfin que même
en perdant un escadron, le 23e de chasseurs serait encore un des plus
forts régiments de la cavalerie française. Quoi qu'il en soit,
l'incorporation de mon escadron dans la garde westphalienne fut ainsi
maintenue, malgré mes vives réclamations. Je ne pouvais me consoler de
cette perte et trouvais souverainement injuste de me voir ainsi
dépouillé du fruit de mes peines et de mes travaux.

Je rejoignis mon régiment non loin de l'Oder, dans le pays de Sagan, où
il était cantonné près de la petite ville de Freistadt, ainsi que la
division Exelmans dont il faisait partie. M. Wathiez, mon nouveau
général de brigade, avait été mon capitaine au 25e de chasseurs. Il fut
toujours très bien pour moi. Nous allâmes loger dans un charmant et
confortable château, nommé Herzogwaldau, placé au centre de plusieurs
villages occupés par mes cavaliers.

Pendant notre séjour en ce lieu, il se passa un épisode fort bizarre. Un
chasseur nommé Tantz, le seul mauvais sujet qu'il y eût au régiment,
s'étant fortement grisé, osa menacer un officier qui le faisait conduire
à la salle de police. Mis en jugement, cet homme fut condamné à mort et
la sentence ratifiée. Or quand la garde, commandée par l'adjudant
Boivin, alla chercher Tantz pour le conduire au lieu où il devait être
fusillé, elle le trouva complètement nu dans la prison, sous prétexte
qu'il faisait trop chaud. L'adjudant, très brave militaire, mais dont
l'intelligence n'égalait pas le courage, au lieu de faire habiller le
condamné, se borna à lui faire endosser un manteau; mais, arrivé sur le
pont-levis des larges fossés du château, Tantz jette le manteau à la
figure des hommes de garde, s'élance dans l'eau, la traverse à la nage,
gagne la campagne et va joindre les ennemis de l'autre côté de l'Oder.
On n'entendit plus parler de lui!... Je cassai l'adjudant pour avoir
manqué de surveillance, mais il reconquit bientôt ses épaulettes par un
trait de courage que je rapporterai sous peu.

Les escadrons que je venais de joindre au régiment portaient sa force
numérique à 993 hommes, dont près de 700 avaient fait la campagne de
Russie. Les soldats nouvellement arrivés étaient fortement constitués et
presque tous tirés de la légion départementale de Jemmapes, ce qui avait
beaucoup facilité leur instruction comme cavaliers. J'incorporai mes
nouveaux escadrons dans les anciens. De part et d'autre on se préparait
à la lutte, mais les ennemis avaient utilisé leur temps à nous susciter
un puissant adversaire, en décidant l'Autriche à marcher contre nous!...

L'empereur Napoléon, que de nombreuses victoires avaient habitué à ne
pas compter avec ses ennemis, se crut de nouveau invincible en se voyant
en Allemagne à la tête de 300,000 hommes, et il n'examina pas assez les
forces dont se composaient les éléments qu'il allait opposer à l'Europe
_entière_, coalisée contre lui.

L'armée française venait, ainsi que je l'ai déjà dit, de recevoir une
très forte espèce d'hommes; aussi, jamais elle n'avait été aussi belle!
Mais comme, à l'exception de quelques régiments, la plupart de ces
nouveaux soldats n'avaient point encore combattu, et que les désastres
de la campagne de Russie avaient jeté dans les corps une perturbation
dont les effets se faisaient encore sentir, nos superbes troupes
formaient une armée plus propre à montrer pour obtenir la paix, qu'à
faire en ce moment la guerre; aussi presque tous les généraux et
colonels qui voyaient les régiments de près étaient-ils d'avis qu'il
leur fallait quelques années de paix.

Si de l'armée française on passait à l'examen de celle de ses alliés, on
ne trouvait que mollesse, mauvaise volonté et désir d'avoir l'occasion
de trahir la France!... Tout devait donc porter Napoléon à traiter avec
ses adversaires, et pour cela il aurait dû se rattacher d'abord son
beau-père l'empereur d'Autriche, en lui restituant la Dalmatie,
l'Istrie, le Tyrol et une partie des autres provinces qu'il lui avait
arrachées en 1805 et 1809. Quelques concessions de ce genre, faites à la
Prusse, auraient calmé les alliés qui, à ce qu'il paraît, offraient à
Napoléon de lui rendre les colonies enlevées à la France et de lui
garantir toutes les provinces en deçà du Rhin et des Alpes, de même que
la haute Italie; mais il devait abandonner l'Espagne, la Pologne, Naples
et la Westphalie.

Ces propositions étaient convenables; cependant; après en avoir conféré
avec les diplomates étrangers envoyés pour traiter avec lui, Napoléon
rudoya M. de Metternich, le principal d'entre eux, et les renvoya tous
sans rien céder. On assure même qu'en les voyant sortir du palais de
Dresde, il ajouta: «Comme nous allons les battre!...» L'Empereur
paraissait oublier que les armées ennemies étaient près de _trois fois_
plus nombreuses que celles qu'il pouvait leur opposer. En effet, il
n'avait pas plus de 320,000 hommes en Allemagne, tandis que les alliés
pouvaient mettre en ligne près de 800,000 combattants!

La fête de l'Empereur tombait au 15 août, mais il ordonna de l'avancer,
parce que l'armistice finissait le 10. Les réjouissances de la
Saint-Napoléon eurent donc lieu dans les cantonnements. Ce fut la
dernière fois que l'armée française célébra le jour de la naissance de
son empereur! Il y eut fort peu d'enthousiasme, car les officiers les
moins clairvoyants comprenaient que nous étions à la veille de grandes
catastrophes, et les préoccupations des chefs se reflétaient sur
l'esprit des subalternes. Cependant, chacun se préparait à bien faire
son devoir, mais avec peu d'espoir de succès, tant était grande
l'infériorité numérique de notre armée, comparée aux troupes
innombrables des ennemis, et déjà, parmi nos alliés de la Confédération
du Rhin, le général saxon Thielmann avait déserté avec sa brigade pour
se joindre aux Prussiens, après avoir tenté de leur livrer la forteresse
de Torgau. Il régnait donc dans l'esprit de nos troupes un grand malaise
et peu de confiance.

Ce fut en ce moment qu'on apprit le retour en Europe du célèbre général
Moreau, qui, condamné au bannissement en 1804, à la suite de la
conspiration de Pichegru et de Cadoudal, s'était retiré en Amérique. La
haine que Moreau portait à Napoléon lui faisant oublier ce qu'il devait
à sa patrie, il flétrit ses lauriers en allant se ranger parmi les
ennemis de la France! Mais ce nouveau Coriolan subit bientôt la peine
que méritait cette conduite infâme!...

Cependant, un immense demi-cercle se formait autour de l'armée
française. Un corps de 40,000 Russes était en Mecklembourg; Bernadotte,
prince royal de Suède, occupait Berlin et les environs avec une armée de
120,000 hommes, composée de Suédois, Russes et Prussiens. Les deux
grandes armées russe et prussienne, fortes de 220,000 hommes, dont
35,000 de cavalerie, cantonnaient en Silésie, entre Schweidnitz et
l'Oder; 40,000 Autrichiens étaient postés à Lintz, et la grande armée
autrichienne, dont le nombre s'élevait à 140,000 hommes, était réunie à
Prague; enfin, derrière et à peu de distance de cette première ligne
composée de 560,000 combattants, d'immenses réserves étaient prêtes à
marcher.

L'empereur Napoléon avait ainsi distribué ses troupes: 70,000 hommes,
concentrés auprès de Dahmen en Prusse, devaient agir contre Bernadotte;
le maréchal Ney, avec 100,000 hommes, gardait une partie de la Silésie.
Un corps de 70,000 hommes se trouvait aux environs de Zittau. Le
maréchal Saint-Cyr, avec 16,000 hommes, occupait le camp de Pirna et
couvrait Dresde. Enfin, la garde impériale, forte de 20 à 25,000 hommes,
était autour de cette capitale, prête à se porter où besoin serait. En
ajoutant à ces forces les garnisons laissées dans les places, les
troupes de Napoléon étaient infiniment moins nombreuses que celles des
ennemis. Cette énumération ne comprend pas les armées laissées en
Espagne et en Italie.



CHAPITRE XXIV

Du choix des chefs de corps.--Rupture de l'armistice.--Trahison de
Jomini.--Combats en Silésie sur le Bober.--Épisodes divers.--Douloureux
échec.


L'empereur des Français avait divisé son armée en quatorze corps, dits
d'infanterie, bien qu'ils eussent chacun une division ou au moins une
brigade de cavalerie légère. Les généraux en chef furent: pour le
premier corps, Vandamme; pour le 2e le maréchal Victor; 3e, maréchal
Ney; 4e, général Bertrand; 5e, général Lauriston; 6e, maréchal Marmont;
7e, général Reynier; 8e, prince Poniatowski; 9e, maréchal Augereau; 10e
(enfermé dans Danzig), le général Rapp; 11e, maréchal Macdonald; 12e,
maréchal Oudinot; 13e, maréchal Davout; 14e maréchal Saint-Cyr; enfin la
garde, sous les ordres directs de l'Empereur. La cavalerie était divisée
en cinq corps ainsi commandés, savoir: le 1er, par le général
Latour-Maubourg; 2e, général Sébastiani; 3e, général Arrighi; 4e,
général Kellermann; 5e, général Milhau. La cavalerie de la garde était
sous les ordres du général Nansouty.

Si l'armée applaudit à quelques-uns de ces choix, tels que ceux de
Davout, Ney, Augereau, Reynier et Saint-Cyr, elle regrettait de voir des
commandements importants: à Oudinot, qui avait commis plus d'une erreur
dans la campagne de Russie; à Marmont, qui par trop de précipitation
venait de perdre la bataille des Arapiles; à Sébastiani, qui semblait
au-dessous d'une telle tâche; enfin, elle se plaignit que pour une
campagne qui devait décider du sort de la France, l'Empereur _essayât_
les talents stratégiques de Lauriston et de Bertrand. Le premier était
un bon artilleur; le second, un excellent ingénieur; mais n'ayant ni
l'un ni l'autre dirigé des troupes sur le terrain, ils étaient par
conséquent dans l'impossibilité formelle de mener un corps d'armée.

Napoléon, se rappelant que lorsqu'il fut nommé général en chef de
l'armée d'Italie, il n'avait encore commandé que quelques bataillons, ce
qui ne l'empêcha pas de conduire une armée dès son début, crut
probablement que Lauriston et Bertrand pourraient faire de même; mais
les hommes universels comme Napoléon sont fort rares, et il ne pouvait
espérer en rencontrer de tels dans ces nouveaux chefs de corps. C'est
ainsi que l'affection personnelle qu'il vouait à ces généraux l'entraîna
dans l'erreur qu'il avait déjà commise en confiant une armée à
l'artilleur Marmont.

En vain on discutera sur ce point; l'histoire des guerres passées nous
prouve que pour être général en chef, les théories ne suffisent pas, et
que, à _très peu_, mais _très peu d'exceptions près_, il faut avoir
servi dans les régiments d'infanterie ou de cavalerie et y avoir
commandé comme _colonel_ pour être à même de bien diriger des masses de
troupes, car c'est un apprentissage que très peu d'hommes peuvent bien
faire comme officiers généraux, surtout comme chefs d'armée. Jamais
Louis XIV ne confia en rase campagne le commandement d'un corps de
troupes au maréchal de Vauban, qui était cependant un des hommes les
plus capables de son siècle, et, si on le lui eût offert, il est à
présumer que Vauban l'eût refusé, pour s'en tenir à sa spécialité,
l'attaque et la défense des places. Marmont, Bertrand et Lauriston
n'eurent pas la même modestie, et l'affection que Napoléon leur portait
l'empêcha d'écouter aucune des observations qu'on lui fit à ce sujet.

Le roi Murat, qui s'était rendu à Naples après la campagne de Russie,
rejoignit l'Empereur à Dresde. Les coalisés, c'est-à-dire les
Autrichiens, Russes et Prussiens, ouvrirent la campagne par un manque de
bonne foi indigne des nations civilisées. Bien que, aux termes de la
dernière convention, les hostilités ne dussent commencer que le 16 août,
ils attaquèrent nos avant-postes le 14 et mirent la plus grande partie
de leurs troupes en marche, par suite de la trahison de Jomini.

Jusqu'à ce jour, on n'avait vu que deux généraux saxons, Thielmann et
Langueneau, s'avilir au point de passer à l'ennemi; mais l'uniforme de
général français était encore exempt d'une telle tache. Ce fut un
Suisse, le général Jomini, qui la lui imprima. Ce malheureux était
simple commis, au traitement de 1,200 francs, dans les bureaux du
ministère de la République helvétique, en 1800, lorsque le général Ney
fut envoyé à Berne par le premier Consul pour s'entendre avec le
gouvernement de la Suisse sur les moyens de défense de cet État, alors
notre allié. Les fonctions du commis Jomini, spécialement chargé de la
tenue des registres de situation de la République helvétique, l'ayant
mis en rapport avec le général Ney, celui-ci fut à même d'apprécier ses
moyens, qui étaient grands, et, cédant à ses vives sollicitations, il le
fit admettre comme lieutenant et bientôt comme capitaine dans un
régiment suisse qu'on formait pour le service de la France. Le général
Ney, prenant de plus en plus son protégé en affection, le fit faire
_officier français_, le choisit pour aide de camp, et lui donna le moyen
de publier les ouvrages qu'il écrivait sur l'art de la guerre, ouvrages
qui, bien que trop vantés, ne manquent certainement pas de mérite.

Grâce à cette haute protection, Jomini devint promptement colonel,
général de brigade, et se trouvait chef d'état-major du maréchal Ney
lors de la reprise des hostilités, en 1813. Séduit alors par les
brillantes promesses des Russes et oubliant ce qu'il devait au maréchal
Ney, à l'Empereur, ainsi qu'à la France, sa patrie adoptive, il déserta
en emportant les états de situation de l'armée, ainsi que toutes les
notes relatives au plan de campagne qui allait s'ouvrir, et, de crainte
que, en apprenant sa fuite, Napoléon ne modifiât ses projets, il insista
auprès des alliés pour qu'ils commençassent les hostilités deux jours
avant celui fixé pour la rupture de l'armistice. L'empereur Alexandre,
au grand étonnement de l'Europe, récompensa la trahison de Jomini en le
nommant son aide de camp, ce qui choqua tellement la délicatesse de
l'empereur d'Autriche que, dînant un jour chez Alexandre et apercevant
Jomini au nombre des convives, il s'écria tout haut: «Je sais que les
souverains sont quelquefois dans la nécessité de se servir de
déserteurs, mais je ne conçois pas qu'ils les reçoivent dans leur
état-major et même à leur table!...»

La trahison de Jomini, chef d'état-major du maréchal Ney, ayant fait
tomber aux mains des alliés les ordres de marche dictés par Napoléon,
fut pour celui-ci un coup des plus funestes, car plusieurs de ses corps
d'armée furent attaqués pendant leur mouvement de concentration et
obligés de céder à l'ennemi des positions importantes, faute de temps
pour en préparer la défense.

Cependant, l'Empereur, dont le projet était de se porter en Bohême,
trouvant partout les ennemis prévenus et sur leurs gardes dans cette
direction, résolut de marcher sur l'armée prussienne de Silésie et d'y
faire reprendre l'offensive par les corps français, qui avaient été
forcés de se retirer devant Blücher. En conséquence, Napoléon se rendit,
le 20 août, à Löwenberg, où il attaqua une masse considérable de
coalisés, composée de Prussiens, Russes et Autrichiens. Divers combats
eurent lieu, les 21, 22 et 23, dans les environs de Goldenberg,
Graditzberg et Bunslau. Les ennemis perdirent 7,000 hommes, tués ou
pris, et se retirèrent derrière la Katzbach.

Pendant un des nombreux engagements qui eurent lieu durant ces trois
jours, la brigade Wathiez, qui poursuivait les ennemis, fut arrêtée tout
à coup par un large et bourbeux ruisseau, affluent du Bober. Il
n'existait d'autre passage que deux ponts en bois, situés à un
demi-quart de lieue l'un de l'autre, et que l'artillerie russe couvrait
de boulets. Le 24e de chasseurs, qui était passé sous le commandement du
brave colonel Schneit, ayant reçu l'ordre d'attaquer le pont de gauche,
s'y porta avec son intrépidité habituelle; mais il n'en fut pas de même
du 11e régiment de hussards hollandais, qui, nouvellement admis dans la
brigade, avait pour mission d'enlever le pont de droite. En vain son
colonel, M. Liégeard, bon et brave officier, le seul Français qu'il y
eût dans ce corps, exhorta ses cavaliers à le suivre; pas un ne
bougeait, tant ils étaient dominés par la peur. Mais comme mon régiment,
placé par son tour de service en seconde ligne, recevait presque autant
de boulets que le 11e de hussards, je courus sur le front de ce corps
pour aider le colonel à décider ses cavaliers à fondre sur l'artillerie
ennemie, ce qui était le seul moyen d'en faire cesser le feu, mais
voyant mes efforts infructueux, et prévoyant que la lâcheté des
Hollandais ferait perdre beaucoup de monde à mon régiment, je le fis
passer devant eux et allais le lancer, lorsque je vis le pont de gauche
s'écrouler sous le premier peloton du 24e, dont plusieurs hommes et
chevaux furent noyés. Les Russes, en se retirant, avaient préparé cet
événement, en faisant scier avec une telle habileté les principales
poutres destinées à soutenir le tablier que, à moins d'être prévenu, on
ne pouvait s'en apercevoir.

À la vue de ce funeste accident, je craignis que les ennemis eussent
tendu un piège semblable sur le pont vers lequel je dirigeais la tête de
ma colonne; j'arrêtai un moment sa marche afin de faire examiner le
passage. Cette inspection était très difficile, car non seulement
c'était le pont vers lequel les ennemis braquaient leur artillerie, mais
la fusillade d'un de leurs bataillons le couvrait de balles! J'allais
donc demander un homme de bonne volonté pour cette périlleuse
entreprise, et j'avais la certitude d'en trouver, lorsque l'adjudant
Boivin, que j'avais cassé naguère pour avoir, faute de surveillance,
laissé évader le chasseur condamné à mort, mit pied à terre et vint à
moi en disant «qu'il ne serait pas juste qu'un de ses camarades fût tué
en allant reconnaître le passage, et qu'il me priait de lui permettre de
remplir cette mission, afin de réparer sa faute». Cette noble
détermination me plut, et je répondis: «Allez, monsieur, et vous
retrouverez votre épaulette au bout du pont!...»

Boivin, s'avançant alors avec calme, au milieu des boulets et des
balles, examine le tablier du pont, descend au-dessous et revient me
donner l'assurance que tout est solide et que le régiment peut
passer!... Je lui rendis son grade; il reprit son cheval, et, se plaçant
en tête de l'escadron qui allait franchir le pont, il marcha le premier
sur les Russes, qui n'attendirent pas notre attaque et se retirèrent
promptement. L'Empereur ayant, le mois suivant, passé la revue du
régiment et fait plusieurs promotions, je fis nommer M. Boivin
sous-lieutenant.

Notre nouveau général, M. Wathiez, sut acquérir, dans ces divers
combats, l'estime et l'affection des troupes. Quant au général Exelmans,
commandant de la division, nous ne le connaissions encore que par la
voix publique de l'armée qui nous avait informés de sa brillante valeur;
mais elle le signalait aussi pour manquer souvent d'esprit de suite dans
le commandement. Nous en eûmes la preuve dans le fait suivant, qui
signala la reprise des hostilités.

Au moment où la division exécutait une retraite que mon régiment devait
couvrir, le général Exelmans, sous prétexte de tendre un _piège_ à
l'avant-garde prussienne, m'ordonne de mettre à sa disposition ma
compagnie d'élite et mes 25 plus habiles tirailleurs, dont il confie le
commandement au chef d'escadrons Lacour; puis il place ces 150 hommes au
milieu d'une plaine entourée de bois, et après avoir défendu de bouger
sans son ordre, il s'en va et les oublie complètement!... Les ennemis
arrivent, et, voyant le détachement ainsi abandonné, ils s'arrêtent, de
crainte qu'on ne l'ait mis là afin de les attirer dans une embuscade.
Pour s'en assurer, ils font glisser isolément quelques hommes à droite
et à gauche dans les bois, et, n'entendant aucun coup de feu, ils en
augmentent insensiblement le nombre, au point d'environner entièrement
nos cavaliers! En vain quelques officiers font observer au commandant
Lacour que cette marche enveloppante a pour but de lui couper la
retraite; Lacour, très brave militaire, mais n'ayant aucune initiative,
s'en tient à la lettre de l'ordre qu'il avait reçu, sans penser que le
général Exelmans l'a peut-être oublié, qu'il serait bon de l'envoyer
prévenir et de faire tout au moins reconnaître le terrain par lequel il
pourra se retirer. On lui a dit de rester _là_, il y restera, dussent
ses hommes y être pris ou périr.

Pendant que le chef d'escadrons Lacour exécutait sa consigne plutôt en
simple sergent qu'en officier supérieur, la division s'éloignait!... Le
général Wathiez et moi, ne voyant pas revenir le détachement, et ne
sachant où trouver Exelmans qui galopait à travers champs, avions de
sinistres pressentiments. Je demande alors et obtiens du général Wathiez
de retourner vers le commandant Lacour. Je pars au grand galop avec un
escadron, et j'arrive pour être témoin d'un spectacle affreux, surtout
pour un chef de corps qui aime ses soldats!

Les ennemis, après avoir débordé les deux flancs et même les derrières
de notre détachement, l'avaient fait charger de front par des forces
infiniment supérieures, si bien que 700 à 800 lanciers prussiens
entouraient nos 150 hommes, qui, pour comble de malheur, n'avaient pour
toute retraite qu'une mauvaise passerelle en planches, posée sur le
ruisseau très encaissé d'un moulin voisin!... Nos cavaliers ne pouvaient
marcher que _par un_ dans cet étroit défilé. Il y eut donc encombrement,
et ma compagnie d'élite perdit plusieurs hommes. Un grand nombre de
chasseurs, apercevant alors une immense cour, pensèrent qu'elle avait
issue sur le ruisseau, et, dans l'espoir de trouver un pont, ils
s'engagèrent dans ce passage, où tout le détachement les suivit. Le
ruisseau longeait en effet la cour, mais il formait en cet endroit la
retenue du moulin, dont les berges étaient soutenues par de larges
dalles glissantes, ce qui en rendait l'accès extrêmement difficile pour
les chevaux et donnait un avantage immense aux ennemis, qui, pour
assurer la capture de tous les Français entrés dans cette vaste cour, en
avaient fermé les portes.

Ce fut en ce moment critique que je parus de l'autre côté du ruisseau
avec l'escadron de renfort que j'avais amené à la hâte. Je lui fis
mettre pied à terre, quatre chevaux étant tenus par un seul homme; tous
les autres cavaliers, armés de leurs carabines, coururent à la
passerelle que gardait un escadron de Prussiens. Mais ceux-ci, restés à
cheval et n'ayant que quelques pistolets pour toute arme de jet, ne
purent résister au feu bien nourri des nombreuses carabines de nos
chasseurs. Aussi furent-ils contraints de s'éloigner de quelques
centaines de pas, en laissant sur le terrain une quarantaine de blessés
et de morts.

Ceux de mes cavaliers qui étaient enfermés dans la cour voulurent
profiter de ce moment de répit pour forcer la grande porte en faisant à
cheval une vigoureuse sortie; mais je leur criai de n'en rien faire,
parce que cet acte de vigueur ne les eût pas sauvés, car, pour me
rejoindre, ils auraient été dans l'obligation d'aller avec leurs chevaux
franchir le ruisseau sur la passerelle, ce qu'ils n'auraient pu exécuter
qu'en marchant un par un, en prêtant le flanc et tournant le dos aux
Prussiens, qui n'auraient pas manqué de les charger et de les exterminer
pendant ce mouvement. Le rivage était garni d'arbres de rivière, au
milieu desquels les fantassins pouvaient braver impunément une nombreuse
cavalerie. Je plaçai donc en tirailleurs le long du ruisseau les hommes
de l'escadron qui avaient déjà mis pied à terre, et, dès qu'ils furent
en communication avec la cour du moulin, je fis dire à ceux qui s'y
trouvaient de mettre également pied à terre, de prendre leurs carabines,
et, pendant que cent d'entre eux tiendraient par leurs feux les ennemis
à distance, les autres, se glissant derrière la ligne des tireurs, se
passeraient de main en main les chevaux jusqu'au delà de la passerelle.

Pendant que ce mouvement, couvert par un cordon de 180 tirailleurs à
pied, s'exécutait avec le plus grand ordre, les lanciers prussiens,
furieux de voir leur proie près de leur échapper, essayèrent de
troubler notre retraite par une vigoureuse attaque; mais leurs chevaux
embarrassés par les branchages des saules, par des flaques d'eau, des
trous nombreux, et pouvant à peine avancer au petit pas sur ce terrain
fangeux, ne parvinrent jamais à joindre nos tirailleurs à pied, dont le
feu bien ajusté, exécuté à très petite distance, leur fit éprouver une
grande perte!...

Cependant, le major prussien qui commandait cette charge, poussant
audacieusement sur le milieu de notre ligne, cassa d'un coup de pistolet
la tête au lieutenant Bachelet, un des bons officiers de mon régiment.
Je regrettai vivement M. Bachelet, qui fut promptement vengé par les
chasseurs de son peloton, car le major prussien, percé de plusieurs
balles, tomba mort auprès de lui!

La chute de leur chef, les nombreuses pertes qu'ils venaient d'éprouver,
et surtout l'impossibilité de nous joindre, déterminèrent les ennemis à
renoncer à leur entreprise; ils se retirèrent. Je fis relever les
blessés et exécutai ma retraite sans être suivi. Mon régiment perdit
dans cette déplorable affaire un officier et neuf cavaliers tués; treize
avaient été faits prisonniers. Le lieutenant Maréchal était au nombre de
ces derniers. La perte de ces vingt-trois hommes me déchira le cœur avec
d'autant plus de raison qu'elle était inutile et qu'elle portait
entièrement sur les plus intrépides guerriers du corps, dont la plupart
étaient désignés pour la décoration ou l'avancement. Je ne pus jamais me
consoler du chagrin que me causa ce rude échec! Il acheva de nous
indisposer à l'égard d'Exelmans. Il en fut quitte pour être réprimandé
par le général Sébastiani et par l'Empereur, auprès duquel le
recommandait d'ailleurs l'amitié de Murat. Le vieux général
Saint-Germain, ancien colonel et même créateur du 23e de chasseurs,
pour lequel il avait conservé beaucoup d'affection, ayant dit hautement
qu'Exelmans méritait un châtiment exemplaire, ces généraux se prirent de
querelle et en seraient venus aux mains si l'Empereur ne s'y fût
personnellement opposé. Le commandant Lacour, dont l'inhabileté avait si
grandement contribué à cette catastrophe, perdit de ce jour ma
confiance.



CHAPITRE XXV

Bataille des 28 et 27 août devant Dresde.--Vandamme à Kulm.--Fière
attitude de Vandamme prisonnier.


Après les journées des 21, 22 et 23 août, dans lesquelles nous avions
battu le corps prussien du feld-maréchal Blücher, qui s'était retiré
derrière la Katzbach, l'Empereur venait de donner des ordres de
poursuite pour le lendemain. Mais apprenant que la grande armée
austro-prusso-russe, forte de 200,000 hommes, commandée par le prince de
Schwartzenberg, venait de déboucher, le 22, des montagnes de Bohême en
se dirigeant vers la Saxe, Napoléon prit avec lui toute sa garde, la
cavalerie de Latour-Maubourg et plusieurs divisions d'infanterie. Il se
porta à marches forcées sur Dresde, où le maréchal Saint-Cyr avait été
s'enfermer avec les troupes qu'il avait retirées à la hâte du camp de
Pirna.

L'Empereur, en s'éloignant de la Silésie, se fit suivre par le maréchal
Ney et confia au maréchal Macdonald la direction de la nombreuse armée
qu'il laissait sur le Bober, c'est-à-dire les 3e, 5e et 11e corps
d'infanterie et le 2e de cavalerie, avec une très imposante artillerie,
ce qui formait en totalité un effectif de 75,000 hommes. Le commandement
d'une telle masse de combattants était une tâche trop lourde pour
Macdonald, ainsi que la suite le démontra.

Vous avez dû remarquer que plus le nombre des troupes engagées est
considérable, moins je décris en détail leurs mouvements: d'abord,
parce que cela demanderait un travail immense que je craindrais de
n'être pas capable de mener à bonne fin; en second lieu, ce serait
rendre la lecture de ces Mémoires trop fatigante. Je serai donc encore
plus concis sur les événements de la guerre de 1813, auxquels 600,000 à
700,000 hommes prirent part, que je ne l'ai été dans les récits des
précédentes compagnes.

Le 28 août, 200,000 alliés ayant cerné la ville de Dresde, dont les
fortifications étaient à peine à l'abri d'un coup de main, la situation
du maréchal Saint-Cyr devint infiniment critique, car il n'avait que
17,000 Français pour résister aux forces immenses des ennemis. Ceux-ci,
bien mal servis par leurs espions, ignoraient l'arrivée prochaine de
Napoléon, et, pleins de confiance en leur grand nombre, ils remirent
l'attaque au lendemain. Leur assurance s'accrut en voyant venir à eux
deux régiments westphaliens qui, désertant le service du roi Jérôme, se
joignirent aux Autrichiens.

Le maréchal Saint-Cyr, inquiet, s'attendait à être attaqué le 26 au
matin; mais il fut rassuré sur les résultats du combat par la présence
de l'Empereur, qui ce jour-là même entra de bonne heure à Dresde à la
tête de la garde et de nombreuses troupes de toutes armes. Peu
d'instants après, les ennemis, croyant encore n'avoir affaire qu'au seul
corps de Saint-Cyr, marchèrent sur la ville avec une telle impétuosité
qu'ils enlevèrent plusieurs redoutes, et déjà, les Russes et les
Prussiens, maîtres du faubourg de Pirna, essayaient d'enfoncer la porte
de Freyberg, lorsque, par ordre de l'Empereur, cette porte s'ouvrit tout
à coup et donna passage à une colonne d'infanterie de la garde
impériale, dont la première brigade était commandée par le brave général
Cambronne!... Ce fut comme l'apparition de la tête de Méduse!...
L'ennemi recula épouvanté, son artillerie fut enlevée au pas de course,
et les canonniers tués sur leurs affûts! De toutes les portes de Dresde
de pareilles sorties ayant été faites simultanément avec le même
résultat, les coalisés abandonnèrent les redoutes prises par eux et
s'enfuirent dans les campagnes voisines, où Napoléon les fit charger par
sa cavalerie jusqu'au pied des collines. Dans cette première journée,
l'ennemi perdit 5,000 hommes mis hors de combat, et on lui fit 3,000
prisonniers. Les Français eurent 2,500 hommes tués ou blessés: cinq
généraux étaient au nombre de ces derniers.

Le lendemain 27, ce fut l'armée française qui, à son tour, prit
l'initiative de l'attaque, bien qu'elle eût 87.000 hommes de moins que
ses adversaires. L'engagement fut d'abord vif et sanglant; mais la pluie
qui tombait par torrents sur un sol des plus gras eut bientôt converti
le champ de bataille en larges flaques d'eau fangeuse, où nos troupes,
dans leur marche vers l'ennemi, avaient grand'peine à se mouvoir.
Néanmoins, on avançait toujours, et déjà la jeune garde faisait reculer
la gauche des ennemis, lorsque l'Empereur, s'étant aperçu que le prince
de Schwartzenberg, généralissime des coalisés, avait commis la faute de
ne pas soutenir suffisamment son aile gauche, la fit écraser par
l'infanterie du maréchal Victor et par la cavalerie de Latour-Maubourg.

Le roi Murat, qui commandait cette partie de la ligne française, y parut
plus brillant que jamais, car, après avoir forcé le défilé de Cotta, il
tourna et sépara de l'armée autrichienne le corps de Klenau, sur lequel
il se précipita le sabre à la main à la tête des carabiniers et des
cuirassiers. Le mouvement fut décisif: Klenau ne put résister à cette
terrible charge!... Presque tous ses bataillons, enfoncés, furent forcés
de mettre bas les armes, et deux autres divisions d'infanterie
éprouvèrent le même sort.

Pendant que Murat battait ainsi la gauche des ennemis, leur aile droite
était mise en déroute par la jeune garde, de sorte qu'à trois heures, la
victoire était assurée, et les coalisés battaient en retraite vers la
Bohême.

Dans cette deuxième et sanglante journée, les ennemis laissèrent sur le
champ de bataille 48 drapeaux, 26 canons et 40,000 hommes, dont 20,000
prisonniers. La perte principale tomba sur l'infanterie autrichienne,
qui eut deux généraux tués, trois blessés et deux faits prisonniers.

Il est à noter qu'à cette époque, les armes à percussion étant à peine
connues, les fantassins de toutes les nations se servaient encore de
fusils à pierre, dont le feu devenait à peu près impossible dès que la
poudre de l'amorce était mouillée. Or, comme la pluie n'avait cessé de
tomber pendant toute la journée, elle contribua beaucoup à la défaite de
l'infanterie ennemie attaquée par nos cavaliers. Il se passa même, à ce
sujet, un fait très remarquable.

Une division de cuirassiers, commandée par le général Bordesoulle, se
trouvant en présence d'une forte division d'infanterie autrichienne
formée en carré, la fit sommer de se rendre. Le général ennemi s'y étant
refusé, Bordesoulle, s'avançant, lui fit observer que pas un des fusils
de sa troupe n'était en état de tirer. L'Autrichien répondit que ses
soldats se défendraient à la baïonnette avec d'autant plus d'avantage
que les chevaux des Français, enfonçant dans la boue jusqu'aux jarrets,
ne pourraient venir les choquer du coup de poitrail qui fait la force de
la cavalerie. «Je vais foudroyer votre carré avec mon
artillerie!...--Mais vous n'en avez pas, car elle est restée dans les
boues!--Cependant, si je vous montre les canons placés derrière mon
premier régiment, vous rendrez-vous?--Il le faudrait bien, puisqu'il ne
me resterait aucun moyen de défense!»

Le général français fit alors avancer jusqu'à trente pas des ennemis une
batterie de six pièces dont les artilleurs, la lance à feu en main,
s'apprêtaient à tirer sur le carré. À cette vue, le général autrichien
et sa division mirent bas les armes.

La pluie ayant ainsi paralysé le feu de l'infanterie des deux armées et
beaucoup ralenti la marche de la cavalerie, ce fut l'artillerie qui,
malgré la grande difficulté de se mouvoir sur un terrain détrempé par
des pluies diluviennes, joua le rôle principal, surtout l'artillerie
française, dont Napoléon avait fait doubler les attelages avec des
chevaux momentanément retirés aux fourgons de l'administration qui
étaient en sûreté dans la ville de Dresde; aussi nos pièces de campagne
firent-elles un grand ravage, et ce fut un de leurs boulets qui frappa
Moreau.

La voix publique annonçait depuis quelque temps le retour en Europe de
cet ancien et illustre général français, qu'elle assurait avoir pris du
service parmi les ennemis de son pays; mais très peu de gens ajoutaient
foi à ce bruit, qui fut cependant confirmé le soir de la bataille de
Dresde d'une manière fort bizarre. Notre avant-garde poursuivait les
ennemis en déroute, lorsque l'un de nos hussards apercevant à l'entrée
du village de Notnitz un magnifique chien danois qui, d'un air inquiet,
paraissait chercher son maître, l'attire, s'en empare et lit sur son
collier ces mots: «J'appartiens au général Moreau.» On apprend alors,
par le curé du lieu, que le général Moreau vient de subir chez lui une
double amputation; un boulet français, tombé au milieu de l'état-major
de l'empereur de Russie, avait d'abord brisé l'un des genoux du célèbre
transfuge; puis, ayant traversé le corps de son cheval, il avait été
frapper l'autre jambe de Moreau. Cet événement ayant eu lieu au moment
de la défaite des armées alliées, l'empereur Alexandre, pour éviter que
Moreau ne fût pris par les Français, l'avait fait porter à bras par des
grenadiers, jusqu'au moment où la poursuite de nos troupes s'étant
ralentie, on avait pu panser le blessé et lui couper les deux
cuisses!... Le curé saxon, témoin de cette cruelle opération, rapportait
que Moreau, à qui l'on n'avait pu cacher que sa vie était en danger, se
maudissait lui-même et répétait sans cesse: «Comment, moi! moi, Moreau,
mourir au milieu des ennemis de la France, frappé par un boulet
français!...» Il expira le 1er septembre, et les Russes emportèrent son
corps.

Personne dans l'armée française ne regretta Moreau, dès qu'on sut qu'il
avait pris les armes contre sa patrie. Un parlementaire russe étant venu
réclamer le chien de la part du colonel Rapatel, aide de camp de Moreau,
dont il avait suivi la fortune, on lui remit cet animal, mais sans le
collier, qui fut envoyé au roi de Saxe. Ce collier figure à présent
parmi les curiosités de la galerie de Dresde.

Cependant, le prince de Schwartzenberg, généralissime des troupes
ennemies battues à Dresde, ayant indiqué la ville de Tœplitz comme point
de réunion aux débris de ses armées, les Autrichiens effectuèrent leur
retraite par la vallée de Dippotiswald, les Russes et les Prussiens par
la route de Telnitz, et les débris du corps de Klenau par celle de
Freyberg. L'empereur Napoléon suivit jusqu'auprès de Pirna les
mouvements des colonnes françaises qui poursuivaient les vaincus; mais,
au moment d'arriver dans cette ville, il fut pris d'une indisposition
subite, accompagnée d'un léger vomissement, et causée par la fatigue
qu'il avait éprouvée pour être resté cinq jours constamment à cheval,
exposé à une pluie incessante.

L'un des plus grands inconvénients attachés à la position des princes,
c'est qu'il se trouve toujours dans leur entourage quelques personnes
qui, voulant témoigner d'un excès d'attachement, feignent de s'alarmer à
leur moindre indisposition et exagèrent les précautions qu'il faut
prendre: c'est ce qui arriva en cette circonstance. Le grand écuyer
Caulaincourt conseilla à Napoléon de retourner à Dresde, et les autres
grands officiers n'osèrent donner l'avis infiniment meilleur de
continuer jusqu'à Pirna, distant seulement d'une lieue. La jeune garde
s'y était déjà rendue, et l'Empereur y eût trouvé, avec le repos dont il
avait besoin, l'immense avantage d'être à même d'ordonner les mouvements
des troupes engagées à la poursuite des ennemis, ce qu'il ne pouvait
faire de Dresde, situé à une bien plus grande distance du centre des
opérations. Napoléon laissa donc aux maréchaux Mortier et Saint-Cyr le
soin de soutenir le général Vandamme, chef du 1er corps, qui, détaché de
la Grande Armée depuis trois jours, avait battu un corps russe, menaçait
à présent les derrières des ennemis, interceptait la route de Dresde à
Prague et occupait Peterswalde, d'où il dominait le bassin de Kulm en
Bohême, ainsi que la ville de Tœplitz, point des plus importants, par où
les coalisés devaient nécessairement faire leur retraite. Mais la
rentrée de Napoléon à Dresde annula le succès qu'il venait de remporter
et amena un immense revers, dont les effets contribuèrent infiniment à
la chute de l'Empire. Voici le récit très succinct de cette catastrophe
célèbre.

Le général Vandamme était un très bon et fort brave officier, qui, déjà
illustré dès les premières guerres de la Révolution, avait presque
constamment commandé en chef divers corps dans celles de l'Empire; aussi
l'on s'étonnait qu'il n'eût pas encore reçu le bâton de maréchal, dont
ses manières brusques et cassantes l'avaient privé. Ses détracteurs ont
dit, après sa défaite, que le désir d'obtenir enfin cette haute
récompense l'avait poussé à se jeter à l'étourdie, avec 20,000 hommes
seulement, sur le chemin de 200,000 ennemis, auxquels il prétendait
barrer le passage; mais la vérité est qu'ayant été prévenu par le major
général qu'il serait soutenu par les deux armées des maréchaux Saint-Cyr
et Mortier, et reçu l'_ordre formel_ d'aller s'emparer de Tœplitz pour
couper toute retraite aux ennemis, le général Vandamme dut obéir.

Se croyant certain d'être soutenu, il descendit donc bravement le 29
août vers Kulm, d'où, poussant devant lui les troupes ennemies, il
chercha à gagner Tœplitz; et il est positif que si Mortier et Saint-Cyr
eussent exécuté les ordres qu'ils avaient reçus, les corps prussiens,
russes et autrichiens, engagés dans des chemins affreux et se trouvant
coupés de la Bohême par la prise de Tœplitz, se fussent vus attaqués en
tête et en queue, et contraints de mettre bas les armes. Vandamme eût
alors reçu les plus grands éloges, de ceux mêmes qui l'ont blâmé depuis.

Quoiqu'il en soit, Vandamme, arrivé devant Tœplitz le 30 au matin, s'y
trouva en présence de la division d'Ostermann, un des meilleurs et des
plus braves généraux de l'armée russe, et il l'attaqua avec d'autant
plus de vigueur que, voyant descendre des hauteurs de Peterswalde un
corps d'armée qui suivait la route parcourue la veille par ses propres
troupes, il dut croire que c'étaient les armées de Mortier et de
Saint-Cyr, dont l'Empereur lui avait fait promettre le secours. Mais au
lieu d'amis, ces nouveaux venus étaient deux fortes divisions
prussiennes, conduites par le général Kleist, et qui, dirigées sur Kulm,
d'après l'avis de Jomini, venaient de passer entre les corps de
Saint-Cyr et de Mortier sans que ces maréchaux s'en fussent aperçus,
tant était grand le mauvais vouloir de Saint-Cyr lorsqu'il devait
seconder un de ses camarades, mauvais vouloir qui dans cette
circonstance influa sur le général Mortier!... Ni l'un ni l'autre ne
bougèrent lorsque leur coopération, jointe aux efforts courageux de
Vandamme, eût infailliblement amené la défaite totale des ennemis. En
effet, leurs colonnes d'infanterie, de cavalerie, d'artillerie et
d'équipages, jetées dans le plus grand désordre, se trouvaient entassées
pêle-mêle dans les étroits défilés des hautes montagnes qui séparent la
Silésie de la Bohême.

Au lieu du secours qu'il attendait, le général Vandamme vit paraître les
deux divisions du général Kleist, qui fondirent à l'instant sur lui.
Vandamme, tout en continuant de combattre en tête les Russes
d'Ostermann, placés devant Tœplitz, retourna son arrière-garde contre
Kleist, qu'il attaqua avec furie. Déjà les ennemis faiblissaient de
toutes parts, lorsque les immenses renforts qui leur survinrent, portant
leurs forces à plus de 100,000 hommes, établirent une telle
disproportion avec les 15,000 combattants qui restaient au général
Vandamme, que celui-ci, malgré sa valeur et sa ténacité, dut penser à
faire retraite sur les corps de Saint-Cyr et de Mortier, qu'il croyait
être non loin de lui, d'après ce que l'Empereur lui avait fait écrire
par le prince Berthier.

Arrivés au défilé de Telnitz, les Français le trouvèrent occupé par les
divisions ennemies du corps du général Kleist, qui leur barraient
entièrement le passage. Mais nos bataillons, précédés par la cavalerie
du général Corbineau qui, malgré l'aspérité des montagnes, avait
réclamé l'honneur de continuer à faire l'avant-garde, se précipitèrent
sur les Prussiens avec une telle impétuosité qu'ils les culbutèrent et
parvinrent à franchir le défilé, après avoir pris toute l'artillerie
ennemie, dont ils ne purent emmener que les chevaux, à cause du mauvais
état des chemins.

Les militaires qui ont fait la guerre comprendront qu'un tel succès ne
peut être obtenu qu'au prix de bien du sang, et qu'après un aussi
terrible combat, le 1er corps d'armée fût infiniment réduit Cependant
Vandamme, environné de tous côtés par des forces décuples des siennes,
refusa de se rendre, et, se plaçant en tête de deux bataillons du 85e,
les seuls dont il pût encore disposer, il fondit au milieu des ennemis,
dans l'espoir d'y trouver la mort. Mais son cheval ayant été tué, un
groupe nombreux de Russes se précipita sur lui et le fit prisonnier.

Les généraux, les officiers et jusqu'aux simples soldats ennemis,
admirant le courage de Vandamme, eurent pour lui les plus grands égards;
mais, chose incroyable, et cependant certaine, les bons procédés
cessèrent et se changèrent en outrages dès que le prisonnier eut été
conduit à Prague, devant l'empereur de Russie et le grand-duc
Constantin, son frère, qui, oubliant ce qu'on doit au courage
malheureux, lui adressèrent la parole en termes insultants; le grand-duc
Constantin lui arracha lui-même son épée. Vandamme, indigné de ce
procédé, s'écria: «Mon épée est facile à prendre ici; il eût été plus
noble de venir la chercher sur le champ de bataille; mais il paraît que
vous n'aimez que les trophées qui ne vous coûtent pas cher!...» En
entendant ces paroles, l'empereur Alexandre, furieux, ordonna d'arrêter
Vandamme, auquel il donna les épithètes de _pillard_ et de _brigand_!

Vandamme répondit, en regardant fièrement Alexandre en face: «Je ne
suis ni _pillard_ ni _brigand_; mais, dans tous les cas, mes
contemporains et l'histoire ne me reprocheront pas d'avoir trempé mes
mains dans le sang de mon père!» Alexandre pâlit à cette allusion faite
à la catastrophe de l'assassinat de Paul Ier, son père, auquel la voix
publique l'accusait d'avoir donné son assentiment, de crainte d'être
lui-même mis à mort par les conjurés. Atterré par les souvenirs de la
scène horrible à laquelle il devait le trône, et que Vandamme venait de
lui rappeler d'une façon presque directe devant son nombreux état-major
et un peloton de ses gardes, Alexandre s'éloigna rapidement. Le général
français, gardé à vue, fut conduit à Wintka, aux frontières de la
Sibérie, et ne revit sa patrie qu'après la paix de 1814.

La bataille de Kulm coûta au 1er corps de l'armée française 2,000 hommes
tués et 8,000 faits prisonniers, parmi lesquels se trouvait son général
en chef. Le surplus des soldats de Vandamme, au nombre de 10,000,
commandés par les généraux Teste, Mouton-Duvernet, du Monceau et
Corbineau, étant parvenus à se faire jour les armes à la main, allèrent
rejoindre Saint-Cyr et Mortier. Ces deux maréchaux avaient gravement
manqué à leur devoir en ne poursuivant pas l'ennemi en déroute et en
s'arrêtant, ainsi qu'ils le firent, le premier à Reinhards-Grimme, et
Mortier à Pirna, d'où ils entendaient le bruit du combat que soutenait
le brave et malheureux Vandamme.

On doit s'étonner que de Dresde, si voisin de Reinhards et de Pirna,
Napoléon n'ait pas envoyé quelques-uns de ses nombreux aides de camp
s'assurer que Saint-Cyr et Mortier s'étaient mis en marche pour se
porter au secours de Vandamme, ainsi qu'il le leur avait prescrit. Ces
deux maréchaux, n'ayant pas exécuté les ordres qu'ils avaient reçus,
méritaient d'être traduits devant un conseil de guerre; mais déjà
l'armée française, accablée sous le nombre immense des ennemis que
Napoléon avait soulevés contre lui, en était arrivée à un tel point
d'épuisement que, si l'Empereur eût voulu punir tous ceux qui manquaient
de zèle, il eût dû renoncer à se servir de presque tous les maréchaux.
Il se borna donc à réprimander Saint-Cyr et Mortier, parce qu'il avait
plus que jamais besoin de cacher ses désastres. En effet, ce n'était pas
seulement à Kulm que ses troupes avaient éprouvé des revers, mais sur
tous les points de l'immense ligne qu'elles occupaient.



CHAPITRE XXVI

Défaite d'Oudinot à Gross-Beeren et de Macdonald à la Katzbach.--Le
plateau de Jauër.--Nous repassons la Katzbach.


On a dit avec raison que, dans les dernières campagnes de l'Empire, la
guerre était rarement bien faite lorsque Napoléon ne dirigeait pas en
personne le combat. Il est donc à regretter que ce grand capitaine ne
fût pas bien pénétré de cette vérité et eût trop de confiance dans les
talents de ses lieutenants, dont plusieurs n'étaient pas à la hauteur de
leur tâche, bien qu'ils ne manquassent pas de présomption, ainsi qu'on
venait d'en avoir de nouveaux exemples. Au lieu d'ordonner aux chefs des
corps d'armée qu'il détachait de se tenir autant que possible sur la
_défensive_, jusqu'à ce qu'il vînt avec de puissantes réserves écraser
les forces placées devant eux, l'Empereur leur laissait beaucoup trop de
latitude, et, comme chacun voulait faire parler de soi et avoir _sa
bataille d'Austerlitz_, ils attaquaient souvent à contresens et se
faisaient battre par leur faute.

C'est ce qui était advenu au maréchal Oudinot, auquel Napoléon avait
donné une armée considérable, composée des corps de Bertrand et de
Reynier, en le chargeant d'observer les nombreuses troupes prussiennes
et suédoises réunies auprès de Berlin, sous le commandement supérieur de
Bernadotte, devenu prince de Suède. Le maréchal Oudinot, étant moins
fort que son adversaire, aurait dû temporiser; mais l'habitude d'aller
en avant, la vue des clochers de Berlin, et la crainte de ne pas
répondre à la confiance de Napoléon l'entraînant, il poussa droit devant
lui le corps de Bertrand, qui fut battu, ce qui n'empêcha pas Oudinot de
persister, malgré ce premier échec, à vouloir s'emparer de Berlin. Mais
il perdit une grande bataille à Gross-Beeren et fut contraint de se
retirer par la route de Wittemberg, après avoir essuyé de très
nombreuses pertes.

Peu de jours après, le maréchal Macdonald, que Napoléon avait laissé sur
la Katzbach à la tête de plusieurs corps d'armée, voulut aussi profiter
du moment de liberté que lui laissait l'éloignement de l'Empereur, pour
essayer de gagner une bataille et faire oublier la sanglante défaite
qu'il avait éprouvée à la Trébia, dans la campagne d'Italie de 1799;
mais il se fit encore battre!

Macdonald, très brave de sa personne, était constamment malheureux à la
guerre, non qu'il manquât d'aptitude, mais parce que, semblable aux
généraux de l'armée autrichienne et surtout au célèbre maréchal Mack, il
était trop compassé et trop exclusif dans ses mouvements stratégiques.
Avant le combat, il se traçait un plan de conduite qui était presque
toujours bon; mais il aurait dû le modifier selon les circonstances, et
c'est ce que son esprit lent ne savait pas faire. Il agissait comme
certains joueurs d'échecs qui, lorsqu'ils dirigent leur partie et celle
de l'adversaire absent, conduisent tout à bien dans leur intérêt tant
qu'ils jouent seuls et ne savent plus que faire, lorsque, dans une
partie réelle, l'adversaire place ses pièces tout autrement qu'ils ne
l'avaient supposé!... Aussi le 26 août, le jour même où l'Empereur
remportait une victoire éclatante devant Dresde, le maréchal Macdonald
perdait une bataille que les Français ont nommée de la Kaztbach et les
Allemands de Jauër[18].

L'armée française, forte de 75,000 hommes, dont mon régiment faisait
partie, était placée entre Liegnitz et Goldenberg, sur la rive gauche de
la petite rivière de la Katzbach, qui la séparait de plusieurs corps
prussiens commandés par le feld-maréchal Blücher. Le terrain que nous
occupions était entrecoupé de mamelons boisés qui, bien que praticables
pour la cavalerie, rendaient cependant ses mouvements difficiles, mais
offraient par cela même d'immenses avantages à l'infanterie. Or, comme
les principales forces de Macdonald consistaient en troupes de cette
arme, et qu'il n'avait que les 6,000 chevaux du corps de Sébastiani,
tandis que les ennemis disposaient de 15 à 20,000 cavaliers, placés sur
l'immense plateau de Jauër, dont le sol est presque partout uni, tout
faisait un devoir à Macdonald d'attendre les Prussiens dans la position
qu'il occupait. Ajoutons à cette considération que la Katzbach, peu
encaissée à la rive gauche sur laquelle nous nous trouvions, l'est
infiniment du côté opposé, de sorte que, pour gagner le plateau de
Jauër, il faut gravir une colline élevée, couverte de rochers, et
n'offrant qu'un chemin pierreux et fort rapide.

La Katzbach, qui coule au fond de cette gorge, n'a de ponts que devant
les rares villages de la contrée, et n'offre que des gués fort étroits,
qui deviennent impraticables à la moindre crue d'eau. Cette rivière
couvrait le front de l'armée française, ce qui nous était on ne peut
plus favorable; mais le maréchal Macdonald, voulant attaquer les
Prussiens, abandonna les grands avantages qu'offrait cette position et
se mit la Katzbach _à dos_, en ordonnant à ses troupes de la traverser
sur plusieurs points. Le corps de cavalerie de Sébastiani, dont faisait
partie la division Exelmans, dans laquelle se trouvait mon régiment,
devait franchir la rivière au gué de Chemochowitz.

Le temps, qui était déjà menaçant le matin, aurait dû porter le maréchal
à remettre son attaque à un autre jour, ou l'engager du moins à agir
sur-le-champ. Il ne prit aucun de ces deux partis et perdit des moments
précieux à donner des ordres de détail, si bien que ce ne fut qu'à deux
heures de l'après-midi que ses colonnes se mirent en mouvement. Mais à
peine l'armée était-elle en marche qu'elle fut assaillie par un orage
affreux, qui fit gonfler la Katzbach et rendit le gué tellement
difficile que la division de cuirassiers du général Saint-Germain ne put
le passer.

Arrivés sur la rive opposée, nous dûmes gravir par un défilé fort étroit
une côte des plus raides, dont la pluie avait rendu le terrain si
glissant que nos chevaux s'abattaient à chaque pas. Nous fûmes donc
obligés de mettre pied à terre et ne remontâmes à cheval qu'après avoir
atteint l'immense plateau qui domine la vallée de la Kaztbach. Nous y
trouvâmes plusieurs divisions d'infanterie française, que les généraux
avaient prudemment placées auprès des bouquets de bois dont cette plaine
est garnie; car, ainsi que je l'ai déjà dit, on savait que l'ennemi nous
était infiniment supérieur en cavalerie, désavantage d'autant plus grand
que les armes à percussion n'étant pas connues à cette époque, la pluie
mettait les fantassins hors d'état de faire feu.

En arrivant dans ces vastes plaines, nous fûmes très étonnés de ne pas
voir d'ennemis! Le silence complet qui y régnait me parut cacher quelque
piège, car nous avions la certitude que la nuit précédente le maréchal
Blücher occupait cette position avec plus de 100,000 hommes. Il était
donc nécessaire, à mon avis, de bien faire reconnaître le pays avant de
s'y engager. Le général Sébastiani pensa différemment; aussi, dès que la
division Roussel d'Urbal fut formée, il la lança dans l'immensité de la
plaine, non seulement avec l'artillerie qui lui appartenait, mais encore
avec celle de la division Exelmans, que nous avions eu tant de peine à
conduire sur le plateau.

Dès qu'Exelmans, qui s'était éloigné de ses troupes, nous rejoignit à la
sortie du défilé et s'aperçut que Sébastiani avait emmené ses canons, il
courut après ce général pour les réclamer et laissa sa division sans
ordres. Les deux brigades qui la composaient étaient à cinq cents pas
l'une de l'autre, sur le même front, et ployées en colonnes par
régiment. Le mien formait la tête de la brigade Wathiez, ayant derrière
lui le 24e de chasseurs. Le 11e de hussards était à la queue.

Le plateau de Jauër est tellement vaste que, bien que la division
Roussel d'Urbal, partie en avant, fût composée de sept régiments de
cavalerie, nous l'apercevions à peine à l'horizon. À mille pas du flanc
droit de la colonne dont je faisais partie, se trouvait un des nombreux
bouquets de bois dont la plaine est parsemée. Si mon régiment eût été
seul sur ce point, j'aurais certainement fait fouiller ce bois par un
peloton; mais comme Exelmans, très jaloux de son autorité, avait établi
comme règle que pas un homme de sa division ne devait sortir des rangs
sans son ordre, je n'avais osé prendre les précautions d'usage, et, par
le même motif, le général commandant la brigade avait cru devoir s'en
abstenir aussi. Cette obéissance passive fut sur le point de nous être
fatale.

J'étais placé devant mon régiment, qui, ainsi que je l'ai déjà dit, se
trouvait en tête de la colonne, lorsque, tout à coup, j'entends derrière
moi de très grands cris: ils provenaient de l'attaque imprévue de
nombreux lanciers prussiens qui, sortant à l'improviste du bois,
s'étaient jetés sur le 24e de chasseurs et le 11e de hussards, qu'ils
avaient pris en flanc et mis dans le plus grand désordre. La charge des
ennemis, étant oblique, avait d'abord porté sur la queue de notre
colonne, puis sur le centre, et menaçait de venir frapper en tête. Mon
régiment allait donc être attaqué par le flanc droit. La situation était
d'autant plus critique que l'ennemi avançait rapidement. Mais, plein de
confiance dans le courage et l'intelligence de mes cavaliers de tous
grades, je commandai un _changement de front à droite_ au grandissime
galop.

Cette manœuvre, si dangereuse devant l'ennemi, s'exécuta avec tant de
vélocité et d'ordre que, en un clin d'œil, le régiment se trouva en
ligne devant les Prussiens, et comme ceux-ci, en marchant _obliquement_
vers nous, présentaient le flanc, nos escadrons profitèrent de cet
avantage et pénétrèrent tous dans les rangs ennemis, qu'ils enfoncèrent
et où ils firent un grand carnage.

En voyant le succès obtenu par mon régiment, le 24e de chasseurs, revenu
de la surprise occasionnée par l'attaque de flanc qui l'avait d'abord
rompu, se rallia promptement et repoussa la partie de la ligne ennemie
qui lui était opposée. Quant au 11e de hussards, entièrement composé de
Hollandais, dont l'Empereur avait cru faire des Français par un simple
décret, il fut impossible à son chef de le ramener à la charge. Mais
nous sûmes nous passer de l'assistance de ces mauvais soldats, car le
23e et le 24e suffirent pour achever la déroute des trois régiments
prussiens qui nous avaient attaqués.

Pendant que nos chasseurs les poursuivaient à outrance, un vieux colonel
ennemi, déjà, démonté, ayant reconnu mon grade à mes épaulettes et
craignant d'être achevé par quelqu'un de mes cavaliers, vint se réfugier
près de moi, où, malgré l'animation du combat, personne n'osa plus le
frapper dès que je l'eus pris sous ma sauvegarde. Bien que cet officier
marchât à pied dans des terres labourées changées en boue, il suivit
pendant un quart d'heure les mouvements précipités de mon cheval, en
s'appuyant d'une main sur mon genou, et me répétant sans cesse: «Vous
êtes mon _anche_ tutélaire!...» Ce vieillard me faisait vraiment pitié,
car il allait tomber de fatigue et ne voulait cependant pas me quitter,
lorsque, voyant un de mes chasseurs ramenant un cheval de prise, je le
fis prêter au colonel prussien, que j'envoyai sur les derrières, sous la
conduite d'un sous-officier de confiance. Vous verrez que cet officier
ennemi ne tarda pas à me témoigner sa reconnaissance.

Cependant, le plateau de Jauër et les rives de la Katzbach étaient
devenus subitement le théâtre d'une sanglante bataille, car de chaque
bois il sortait des troupes prussiennes. La plaine en fut bientôt
couverte. Mon régiment, dont je n'avais pu modérer l'ardente poursuite,
se trouva bientôt devant une brigade d'infanterie ennemie dont les
fusils, mis hors de service par la pluie, ne purent nous envoyer une
seule balle. J'essayai de rompre le carré prussien; mais nos chevaux,
empêtrés dans la boue jusqu'aux jarrets, ne purent avancer qu'au petit
pas, et l'on sait que, sans élan, il est à peu près impossible à la
cavalerie de pénétrer dans les rangs serrés des bataillons qui, bien
composés et bien commandés, présentent bravement une haie de
baïonnettes. En vain nous arrivions si près des ennemis que nous
parlions avec eux et frappions leurs fusils avec la lame de nos sabres,
nous ne pûmes jamais enfoncer leurs lignes, ce qui nous eût été facile
si le général en chef Sébastiani n'eût pas envoyé l'artillerie de la
brigade sur un autre point.

Notre situation et celle de l'infanterie ennemie placée devant nous
étaient vraiment ridicules, car on se regardait dans le blanc des yeux
sans se faire le moindre mal, nos sabres étant trop courts pour
atteindre des ennemis dont les fusils ne pouvaient partir! Les choses
étaient depuis quelque temps dans cet état, lorsque le général Maurin,
commandant une brigade voisine de la nôtre, envoya à notre aide le 6e
régiment de lanciers, dont les longues armes, dépassant les baïonnettes
ennemies, tuèrent en un instant beaucoup de Prussiens, ce qui permit,
non seulement à nos lanciers, mais aux chasseurs du 23e et du 24e, de
pénétrer dans le carré ennemi, où nos cavaliers firent un affreux
carnage. Pendant ce terrible combat, on entendait la voix sonore du
brave colonel Perquit, qui criait, avec un accent alsacien des plus
prononcés: «_Bointez_, lanciers! _bointez!_»

La victoire se déclarait ainsi en notre faveur sur cette partie du vaste
champ de bataille, lorsqu'elle nous fut ravie par l'arrivée imprévue de
plus de 20,000 cavaliers prussiens, qui, après avoir écrasé la division
Roussel d'Urbal, si imprudemment envoyée seule à plus d'une lieue en
avant, venaient attaquer la nôtre avec des forces infiniment
supérieures!

L'approche de cette énorme masse ennemie nous fut signalée par l'arrivée
du général Exelmans, qui avait, ainsi que je l'ai déjà dit, quitté
momentanément sa division pour aller, presque seul, réclamer au général
Sébastiani sa batterie d'artillerie, que ce général en chef avait si
mal à propos envoyée joindre celle de Roussel d'Urbal. N'ayant pu
rencontrer Sébastiani, il n'était arrivé auprès de la première division
que pour être témoin de la prise des canons de Roussel d'Urbal ainsi que
des siens propres, et se trouver entraîné dans l'affreuse déroute des
escadrons de son collègue. Nous eûmes le pressentiment de quelque
malheur, en voyant accourir notre général, la figure altérée, ayant
perdu son chapeau et même sa ceinture! Aussi nous empressâmes-nous
d'arrêter nos soldats, occupés à sabrer les fantassins ennemis que nous
venions d'enfoncer. Mais, pendant que nous nous efforcions de remettre
nos gens en bon ordre, nous fûmes totalement enveloppés par les nombreux
escadrons prussiens qui poursuivaient jusque dans nos rangs les débris
de la division d'Urbal!...

En un clin d'œil, le corps d'armée de cavalerie de Sébastiani, fort tout
au plus de 5 à 6,000 combattants, fut accablé par 20,000 cavaliers
ennemis, qui, outre l'immense supériorité du nombre, avaient l'avantage
d'être presque tous des _uhlans_, c'est-à-dire d'être armés de lances,
tandis que nous n'avions que quelques escadrons qui en portassent!...
Aussi, malgré la vive résistance que nous cherchions à opposer, les
groupes que nous formions étaient constamment dispersés par les
Prussiens, qui, nous poussant sans cesse, nous ramenèrent enfin à
l'extrémité de la plaine, au point où commence la descente de la
profonde gorge au bas de laquelle coule la rivière de la Katzbach!

Nous fûmes reçus sur ce point par deux divisions d'infanterie française,
auprès desquelles nous espérions nous rallier; mais les fusils de nos
fantassins étaient si mouillés qu'ils ne pouvaient faire feu. Il ne leur
restait d'autre moyen de défense qu'une batterie de six canons et leurs
baïonnettes, qui arrêtèrent un moment les cavaliers ennemis; mais les
généraux prussiens ayant fait avancer une vingtaine de bouches à feu,
celles des Français furent en un instant démontées, et leurs bataillons
furent enfoncés!... Alors, un hourra général lança contre nos troupes
les 20.000 cavaliers ennemis, qui nous rejetèrent en désordre vers la
Katzbach!...

Cette rivière, que nous avions traversée le matin avec tant de peine,
bien qu'elle soit peu considérable, avait été transformée en torrent
impétueux par les pluies diluviennes qui n'avaient cessé de tomber
pendant toute la journée. Les eaux, refluant sur les deux rives,
couvraient presque entièrement les parapets du pont de Chemochowitz et
empêchaient de reconnaître si le gué de ce nom était encore praticable.
Cependant, comme c'était par ces deux passages que nous étions venus le
matin, on se dirigea vers ces points. Le gué était infranchissable pour
les fantassins: beaucoup s'y noyèrent, mais le pont sauva la grande
masse.

Je réunis autant que possible mon régiment, que je fis marcher par
demi-pelotons très serrés, qui, se soutenant mutuellement, entrèrent
dans l'eau avec assez d'ordre et gagnèrent la rive opposée, n'ayant
perdu que deux hommes. Tous les autres régiments de cavalerie prirent la
même direction, car, malgré la confusion inséparable d'une telle
retraite, les cavaliers comprirent qu'il fallait laisser les ponts aux
fantassins. J'avouerai que la descente de la côte fut un des moments les
plus critiques de ma vie... Le terrain, très escarpé, glissait sous les
pieds de nos chevaux, qui trébuchaient d'ailleurs à chaque pas sur de
nombreux quartiers de roches. Enfin la mitraille que vomissait sur nous
l'artillerie ennemie achevait de rendre notre situation horrible. J'en
sortis néanmoins sans éprouver aucun accident personnel, grâce au
courage, à l'ardeur, ainsi qu'à l'adresse de mon excellent cheval turc,
qui, marchant au bord des précipices comme un chat sur un toit, me sauva
la vie, non seulement dans cette affaire, mais dans plusieurs autres. Je
reparlerai plus tard de cet excellent animal.

Les troupes d'infanterie et de cavalerie françaises qui venaient d'être
précipitées du haut du plateau de Jauër se crurent à l'abri des ennemis
dès qu'elles eurent franchi la Katzbach; mais les Prussiens avaient
dirigé une forte colonne vers un pont situé au-dessus de celui de
Chemochowitz, où elle avait passé la Katzbach, de sorte qu'en arrivant
sur la rive que nous avions quittée le matin, nous fûmes très étonnés
d'y être attaqués par de nombreux escadrons de uhlans. Cependant, malgré
la surprise, quelques régiments, au nombre desquels le maréchal
Macdonald cita le mien dans son rapport, se portèrent sans hésiter
contre les ennemis... Je ne sais néanmoins ce qui serait advenu sans
l'arrivée de la division du général Saint-Germain, qui, laissée le matin
sur la rive gauche et n'ayant par conséquent pas pris part au combat, se
trouva toute portée pour venir à notre aide. Cette division, composée de
deux régiments de carabiniers, d'une brigade de cuirassiers et de six
pièces de 12, attaquant avec fureur les ennemis, rejeta dans la rivière
tous ceux qui l'avaient franchie pour venir nous couper la retraite, et
comme il n'y a rien d'aussi terrible que les troupes qui, après avoir
subi un échec, reprennent l'offensive, les cavaliers des divisions
Exelmans et Roussel d'Urbal exterminèrent tout ce qu'ils purent
atteindre.

Ce retour offensif nous fut d'une grande utilité, car il arrêta les
ennemis, qui n'osèrent ce jour-là nous suivre au delà de la Katzbach.
Cependant, le désastre de l'armée française fut immense, car le maréchal
Macdonald lui ayant fait le matin traverser la rivière sur tous les
ponts et les gués qui existaient entre Liegnitz et Goldeberg,
c'est-à-dire sur une ligne de plus de cinq lieues, et presque tous les
passages ayant été momentanément interceptés par l'inondation, l'armée
française se trouva étendue sur un long cordon, ayant les Prussiens à
dos, et en face une rivière presque infranchissable; aussi les scènes
désastreuses dont j'avais été témoin sur le plateau de Jauër ainsi qu'au
pont de Chemochowitz se reproduisirent-elles sur tous les points du
champ de bataille! Partout la pluie paralysa le feu de notre infanterie
et favorisa les attaques de la cavalerie prussienne, quatre fois plus
nombreuse que la nôtre!... Partout la retraite fut rendue très
périlleuse par la difficulté que nos troupes éprouvèrent à franchir la
Katzbach débordée. La plupart des hommes qui essayèrent de franchir
cette rivière à la nage se noyèrent. Le général de brigade Sibuet fut de
ce nombre: nous ne pûmes sauver que quelques pièces d'artillerie.



CHAPITRE XXVII

Concentration sur Dresde.--Épisodes.--Les Baskirs.--Napoléon au camp de
Pilnitz.--Je suis comblé de faveurs.


Après la malheureuse affaire de la Katzbach, le maréchal Macdonald,
cherchant à réunir ses troupes, indiqua comme points de ralliement les
villes de Bunzlau, de Lauban et de Gorlitz. Une nuit des plus obscures,
des chemins défoncés, la pluie tombant toujours à torrents, rendirent la
marche lente et fort pénible; aussi beaucoup de soldats, surtout des
confédérés, s'égarèrent ou restèrent en arrière.

L'armée de Napoléon perdit à la bataille de la Katzbach 13,000 hommes
tués ou noyés, 20,000 prisonniers et 50 pièces de canon. Ce fut une
véritable calamité. Le maréchal Macdonald, dont les faux calculs
stratégiques avaient amené cette catastrophe irréparable, sut, tout en
perdant la confiance de l'armée, conserver son estime par la franchise
et la loyauté avec lesquelles il convint de ses torts; car le lendemain
du désastre, ayant réuni auprès de lui tous les généraux et colonels, il
nous dit, après nous avoir engagés à contribuer tous à la conservation
de l'ordre, «que, dans les troupes et parmi les officiers, chacun avait
fait son devoir; qu'un seul était cause de la perte de la bataille, et
que le coupable était _lui_, parce qu'en voyant la pluie, il n'aurait
pas dû quitter un terrain accidenté pour aller attaquer dans de vastes
plaines un ennemi dont les escadrons étaient infiniment plus nombreux
que les nôtres, ni se mettre une rivière à dos par un temps orageux». Ce
noble aveu désarma la critique, et chacun s'efforça de contribuer au
salut de l'armée, qui battit en retraite vers l'Elbe, par Bautzen.

Le destin semblait vouloir nous accabler; car, peu de jours après que le
maréchal Oudinot eut perdu la bataille de Gross-Beeren, Macdonald celle
de la Katzbach et Vandamme celle de Kulm, les Français éprouvèrent un
immense revers. Le maréchal Ney, qui avait remplacé Oudinot dans le
commandement des troupes destinées à marcher sur Berlin, n'ayant pas des
forces assez considérables pour remplir cette mission difficile, fut
battu à Jutterbach par le transfuge Bernadotte, et contraint
d'abandonner la rive droite de l'Elbe.

L'Empereur revint à Dresde avec sa garde. Les divers corps d'armée aux
ordres de Macdonald prirent position non loin de cette ville, tandis que
le maréchal Ney, après avoir refoulé les Suédois sur la rive droite,
réunissait ses troupes sur la rive gauche, à Dessau et à Wittemberg.
Durant près de quinze jours, de la fin de septembre au commencement
d'octobre, l'armée française resta presque immobile autour de Dresde.
Mon régiment était bivouaqué auprès de Veissig, sur les hauteurs de
Pilnitz, qu'occupait une de nos divisions d'infanterie, soutenue par la
cavalerie de Sébastiani et d'Exelmans.

Bien qu'il n'eût pas été conclu d'armistice officiel, la lassitude des
deux partis établit entre eux une suspension d'armes de _fait_, dont
chacun profita pour se préparer à de nouveaux et plus terribles combats.

Ce fut au camp de Pilnitz que je reçus une lettre du colonel de
cavalerie prussienne auquel j'avais prêté un cheval, après qu'il eut été
pris et blessé par des cavaliers de mon régiment au début de la
bataille de la Katzbach. Cet officier supérieur, nommé M. de Blankensée,
ayant été délivré par les siens lorsque la chance tourna contre nous,
n'en était pas moins reconnaissant de ce que j'avais fait pour lui, et,
afin de me le prouver, il m'envoya dix chasseurs et un lieutenant de mon
régiment qui, restés blessés sur le champ de bataille, avaient été à
leur tour faits prisonniers. M. de Blankensée les avait fait panser, et,
après les avoir comblés de soins pendant quinze jours, il avait obtenu
de ses chefs l'autorisation de les faire conduire aux avant-postes
français, et me les adressait avec mille remerciements, m'assurant qu'il
me devait la vie. Je crois qu'il avait raison, mais je n'en fus pas
moins sensible à l'expression de la reconnaissance d'un des chefs de nos
ennemis.

Tandis que nous campions sur le plateau de Pilnitz, il se passa un fait
curieux dont toute la division fut témoin.

Dans un moment d'ivresse, un brigadier du 4e de chasseurs avait manqué
de respect à son lieutenant, et un lancier du 6e que son cheval mordait
avec fureur, ne pouvant lui faire lâcher prise, l'avait frappé au ventre
avec des ciseaux, ce qui avait amené la mort de l'animal. Certainement
ces deux hommes méritaient d'être punis, mais seulement par mesure
disciplinaire. Le général Exelmans les _condamna à mort_ de son autorité
privée, et ayant fait monter la division à cheval pour assister à leur
exécution, il en forma un grand carré dont trois faces seulement étaient
pleines, et sur la quatrième on creusa deux trous devant lesquels on
conduisit les deux patients.

Ayant été en course toute la nuit, je rentrais au camp en ce moment, et
voyant ces lugubres préparatifs, je ne mis point en doute que les
coupables n'eussent été jugés et condamnés. Mais j'appris bientôt qu'il
n'en était rien, et, m'approchant d'un cercle formé par le général
Exelmans, les deux généraux de brigade et tous les chefs des régiments,
j'entendis M. Devence, colonel du 4e de chasseurs, et M. Perquit,
colonel du 6e de lanciers, supplier le général de division de vouloir
bien faire grâce aux deux coupables. Le général Exelmans refusait, tout
en parcourant au pas le front des troupes pendant qu'on implorait sa
clémence.

Je n'ai jamais pu me défendre d'exprimer mon indignation quand je vois
commettre un acte qui me semble injuste. J'eus peut-être tort, mais
apostrophant les colonels Devence et Perquit, je leur dis qu'ils
compromettaient leur dignité en souffrant qu'on promenât dans le camp
comme criminels des hommes de leurs régiments qui n'avaient pas été
_jugés_, et j'ajoutai: «L'Empereur n'a concédé à personne le droit de
_vie_ ou de _mort_, et s'est personnellement réservé celui de faire
grâce.»

Le général Exelmans s'émut en voyant l'effet produit par ma sortie et
s'écria qu'il _pardonnait_ au chasseur du 4e mais que le lancier allait
être fusillé; c'est-à-dire qu'il graciait le soldat qui avait manqué à
son lieutenant, et voulait faire exécuter celui qui avait tué un cheval.

Pour mettre à mort ce malheureux, on fit demander dans chaque régiment
deux sous-officiers; mais comme ceux-ci n'ont pas de mousqueton, ils
durent prendre ceux de quelques soldats. Dès que cet ordre me fut
transmis, je ne répondis pas à mon adjudant-major, qui me _comprit_;
aussi aucun homme du 23e ne se présenta pour participer à l'exécution.
Le général Exelmans s'en aperçut et ne dit rien!... Enfin une détonation
retentit, et tous les assistants frémissent d'indignation! Exelmans
ordonne alors que, selon l'usage, on fasse défiler les troupes devant
le _cadavre_. On se met en marche. Mon régiment était le second dans la
colonne, et j'hésitais pour savoir si je devais le faire passer devant
le corps de cette malheureuse victime de la sévérité d'Exelmans, lorsque
de grands éclats de rire se firent entendre dans le 24e de chasseurs,
qui, marchant devant moi, était déjà arrivé sur le lieu de l'exécution.
J'envoyai un adjudant pour s'informer de ce qui causait cette joie
indécente en présence d'un cadavre, et j'appris bientôt que le _mort_ se
portait à merveille!

En effet, tout ce qui venait de se passer n'était qu'une parodie
inventée pour effrayer les soldats qui seraient tentés de manquer à la
discipline; parodie qui consistait à fusiller un homme _à blanc_,
c'est-à-dire sans balles! Et pour que le secret de ce simulacre
d'exécution fût mieux gardé, notre chef en avait chargé des
sous-officiers, auxquels on avait distribué des cartouches qui ne
contenaient que de la poudre!... Mais comme, pour compléter l'illusion,
il fallait que les troupes _vissent_ le cadavre, Exelmans avait prescrit
au lancier qui devait jouer ce rôle de se jeter la face contre terre dès
qu'on ferait feu sur lui, de contrefaire le mort, et de s'éloigner de
l'armée la nuit suivante avec des habits de paysan et un peu d'argent
qu'on lui avait remis à cette intention! Mais le soldat, qui était un
Gascon des plus madrés, ayant fort bien compris que le général Exelmans
outrepassait ses pouvoirs et n'avait pas plus le droit de le fusiller
sans jugement que de le renvoyer sans congé, était resté _debout_ après
la détonation, et refusait de s'éloigner, à moins qu'on ne lui délivrât
une feuille de route qui le garantît d'être arrêté par la gendarmerie!

En apprenant que c'était cette discussion entre le général et le
prétendu _mort_ qui avait excité les éclats de rire du 24e de chasseurs
placé en tête de la colonne, je ne voulus pas que mon régiment
participât à cette comédie, qui, selon moi, était bien plus contraire à
la discipline que les fautes qu'on voulait punir ou prévenir. Je fis
donc faire demi-tour à mes escadrons, et, prenant le trot, je les
éloignai de cette scène pénible pour les faire rentrer au camp, où je
leur fis mettre pied à terre. Cet exemple ayant été suivi par tous les
généraux de brigade et les colonels de la division, Exelmans resta seul
avec le prétendu mort, qui reprit tranquillement le chemin du bivouac,
où dès son arrivée il se mit à manger la soupe avec ses camarades, dont
les éclats de rire recommencèrent de plus belle!...

Pendant notre séjour sur le plateau de Pilnitz, les ennemis, surtout les
Russes, reçurent de nombreux renforts, dont le principal, conduit par le
général Benningsen, ne comptait pas moins de 60,000 hommes et se
composait des corps de Doctoroff, de celui de Tolstoï et de la réserve
du prince Labanoff. Cette réserve venait d'au delà de Moscou et comptait
dans ses rangs une très grande quantité de Tartares et de Baskirs, armés
seulement d'arcs et de flèches.

Je n'ai jamais compris dans quel but le gouvernement russe amenait
d'aussi loin et à grands frais de telles masses de cavaliers irréguliers
qui, n'ayant ni sabres, ni lances, ni aucune espèce d'armes à feu, ne
pouvaient résister à des troupes réglées et ne servaient qu'à épuiser le
pays et à affamer les corps réguliers, les seuls capables de résister à
des ennemis européens. Nos soldats ne furent nullement étonnés à la vue
de ces Asiatiques à demi sauvages qu'ils surnommaient les _Amours_, à
cause de leurs arcs et de leurs flèches!

Néanmoins, ces nouveaux venus, qui ne connaissaient pas encore les
Français, avaient été si exaltés par leurs chefs presque aussi ignorants
qu'eux, qu'ils s'attendaient à nous voir fuir à leur approche: il leur
tardait donc de nous joindre. Aussi, dès le jour même de leur arrivée
devant nos troupes, ils se lancèrent en bandes innombrables sur elles;
mais ayant été reçus partout à coups de fusil et de mousqueton, les
Baskirs laissèrent un grand nombre de morts sur le terrain.

Ces pertes, loin de calmer leur frénésie, semblèrent les animer encore
davantage, car, marchant sans ordre, et tous les passages leur étant
bons, ils voltigeaient sans cesse autour de nous comme des essaims de
guêpes, se glissaient partout, et il devenait fort difficile de les
joindre. Mais aussi, quand nos cavaliers y parvenaient, ils en faisaient
d'affreux massacres, nos lances et nos sabres ayant une immense
supériorité sur leurs flèches! Toutefois, comme les attaques de ces
barbares étaient incessantes et que les Russes les faisaient soutenir
par des détachements de hussards afin de profiter du désordre que les
Baskirs pourraient jeter sur quelques points de notre ligne, l'Empereur
ordonna à ses généraux de redoubler de surveillance et de visiter
souvent nos avant-postes.

Cependant, on se préparait des deux côtés à reprendre les hostilités,
qui, ainsi que je l'ai déjà dit, n'avaient été suspendues par aucune
convention, mais seulement _de fait_. Le plus grand calme régnait dans
notre camp, lorsqu'un matin où, selon mon habitude, j'avais mis habit
bas et me préparais à me raser en plein air devant un petit miroir cloué
à un arbre, je me sens frappé sur l'épaule!... Comme je me trouvais au
milieu de mon régiment, je me retournai vivement pour savoir quelle
était la personne qui se permettait cette familiarité à l'égard de son
colonel... J'aperçus l'Empereur, qui, voulant examiner les positions
voisines sans donner l'éveil aux ennemis, était venu en poste avec un
seul aide de camp. N'ayant aucun détachement de sa garde, il s'était
fait suivre d'escadrons choisis par portions égales dans tous les
régiments de la division. Ayant pris, sur son ordre, le commandement de
l'escorte, je marchai toute la journée auprès de lui et n'eus qu'à me
louer de sa bienveillance.

Comme on se disposait à retourner à Pilnitz, nous aperçûmes un millier
de Baskirs qui accouraient vers nous de toute la vitesse de leurs petits
chevaux tartares. L'Empereur, qui n'avait pas encore vu des troupes de
ce genre, s'arrêta sur un monticule, en demandant qu'on tâchât de faire
quelques prisonniers. J'ordonnai à cet effet à deux escadrons de mon
régiment de se cacher derrière un bouquet de bois, tandis que le surplus
continuait à marcher dans une autre direction. Cette ruse bien connue
n'aurait pas trompé des Cosaques, mais elle réussit parfaitement avec
les Baskirs, qui n'ont pas la moindre notion de la guerre. Ils passèrent
donc auprès du bois, sans le faire visiter par quelques-uns des leurs,
et continuaient à suivre la colonne, lorsque tout à coup nos escadrons,
les attaquant à l'improviste, en tuent un grand nombre et en prennent
une trentaine.

Je les fis conduire auprès de l'Empereur, qui, après les avoir examinés,
manifesta l'étonnement que lui faisait éprouver la vue de ces piteux
cavaliers, qu'on envoyait, sans d'autres armes qu'un arc et des flèches,
combattre des guerriers européens munis de sabres, de lances, de fusils
et de pistolets!... Ces Tartares Baskirs avaient des figures chinoises
et portaient des costumes fort bizarres. Dès que nous fûmes rentrés au
camp, mes chasseurs s'amusèrent à faire boire du vin aux Baskirs, qui,
charmés de cette bonne réception, si nouvelle pour eux, se grisèrent
tous et exprimèrent leur joie par des grimaces et des gambades si
extraordinaires qu'un rire homérique, auquel Napoléon prit part,
s'empara de tous les assistants!...

Le 28 septembre, l'Empereur, ayant passé la revue de notre corps
d'armée, me donna les témoignages d'une bienveillance véritablement
exceptionnelle, car lui, qui n'accordait que très rarement plusieurs
récompenses à la fois, me nomma en même temps _officier de la Légion
d'honneur_, _baron_, et m'accorda une _dotation_!... Il combla aussi mon
régiment de faveurs, en disant que c'était le seul du corps de
Sébastiani qui se fût maintenu en bon ordre à la Katzbach, eût enlevé
des canons à l'ennemi, et repoussé les Prussiens partout où il les avait
joints.

Le 23e de chasseurs fut redevable de cette distinction aux éloges
qu'avait faits de lui le maréchal Macdonald, qui, lors de la déroute de
la Katzbach, avait cherché un refuge dans les rangs de mon régiment et
assisté aux belles charges qu'il fit pour rejeter les ennemis au delà de
la rivière.

La revue terminée, et les troupes ayant repris le chemin de leur camp,
le général Exelmans passa sur le front de mon régiment et le complimenta
à haute voix de la justice que l'Empereur venait de rendre à sa valeur,
et, s'adressant particulièrement à ma personne, il s'attacha à faire un
éloge véritablement exagéré des qualités du colonel.

Cependant l'armée française se concentrait aux environs de Leipzig,
tandis que toutes les forces des ennemis se dirigeaient aussi sur cette
ville, autour de laquelle leur grand nombre leur permettait de former un
cercle immense, qui se resserra chaque jour davantage, et qui avait
évidemment pour but d'enfermer les troupes françaises et de leur couper
toute retraite.

Il y eut le 14 octobre un vif combat de cavalerie à Wachau, entre
l'avant-garde austro-russe et la nôtre; mais, après des succès balancés,
on se replia de part et d'autre dans ses positions respectives, et
l'action se termina par ce qu'il y a de plus ridicule à la guerre, une
canonnade qui dura jusqu'à la nuit, sans autre résultat qu'une grande
perte d'hommes.

L'Empereur, après avoir laissé à Dresde une garnison de 25,000 hommes,
commandés par le maréchal Saint-Cyr, se rendit à Leipzig, où il arriva
le 15 au matin.



CHAPITRE XXVIII

Napoléon, sourd aux avis du roi de Wurtemberg, se décide à combattre à
Leipzig.--Combat de Wachau.--Topographie de Leipzig.--Position de nos
troupes.--Surprise avortée des souverains alliés au
Kelmberg.--Alternatives de la journée du 16 octobre.


On ne connaîtra jamais bien l'exacte vérité sur la bataille de Leipzig,
tant à cause de l'étendue et de la complication du terrain sur lequel on
combattit plusieurs jours, qu'en raison du nombre immense des troupes de
différentes nations qui prirent part à cette mémorable affaire. Ce sont
principalement les documents relatifs à l'armée française qui manquent,
parce que plusieurs commandants de corps d'armée, de division, et une
partie des chefs d'état-major, ayant trouvé la mort sur le champ de
bataille, ou étant restés au pouvoir de l'ennemi, la plupart des
rapports n'ont jamais pu être terminés, et ceux qui l'ont été se
ressentent de la précipitation et du désordre inévitables qui
présidèrent à leur rédaction. D'ailleurs, comme à Leipzig j'étais
colonel d'un régiment encadré dans une division dont je dus suivre tous
les mouvements, il ne me fut pas possible d'aussi bien connaître ceux
des autres corps que je l'avais fait dans les campagnes précédentes,
lorsque, étant aide de camp de divers maréchaux, j'avais dû, par
position, avoir connaissance de l'ensemble général des opérations de
l'armée en portant des ordres sur les diverses parties du champ de
bataille. Je dois donc plus que jamais circonscrire mon récit et le
borner à ce qui est absolument nécessaire pour vous donner un aperçu des
faits les plus importants de la bataille de Leipzig, dont le résultat
eut une si grande influence sur les destinées de l'Empereur, de la
France et de l'Europe.

Le cercle de fer dans lequel les ennemis se préparaient à enfermer
l'armée française n'était point encore complet autour de Leipzig,
lorsque le roi de Wurtemberg, homme d'un caractère violent, mais plein
d'honneur, crut de son devoir de prévenir Napoléon que l'Allemagne
entière allait, à l'instigation des Anglais, se soulever contre lui, et
qu'il ne lui restait plus que le temps nécessaire pour se retirer avec
les troupes françaises derrière le Mein, car toutes celles de la
Confédération germanique l'abandonneraient sous peu pour se joindre à
ses ennemis. Il ajouta que lui-même, roi de Wurtemberg, ne pourrait
s'empêcher de les imiter, car il devait enfin céder à ses sujets qui le
poussaient à suivre le torrent de l'esprit public allemand, en rompant
avec lui pour se ranger du côté des ennemis de la France.

L'Empereur, ébranlé par l'avis du plus capable comme du plus fidèle de
ses alliés, eut, dit-on, la pensée de faire retraite vers les montagnes
de la Thuringe et de la Hesse, de s'y couvrir de la rivière de la Saale
et d'attendre que les alliés vinssent l'attaquer à leur désavantage dans
ces contrées difficiles, boisées et remplies de défilés.

L'exécution de ce plan pouvait sauver Napoléon; mais pour cela, il
fallait agir promptement, lorsque les armées ennemies n'étaient pas
encore entièrement réunies ni assez rapprochées pour nous attaquer
pendant la retraite; mais au moment de se déterminer à abandonner une
partie de ses conquêtes, l'Empereur ne put s'y résoudre, tant il lui
paraissait pénible de laisser croire qu'il se considérait comme
_vaincu_, puisqu'il cherchait un refuge derrière des montagnes si
difficiles à traverser. Le trop de courage de ce grand capitaine nous
perdit; il ne considéra pas que son armée, très affaiblie par de
nombreuses pertes, comptait dans ses rangs beaucoup d'étrangers qui
n'attendaient qu'une occasion favorable pour le trahir, et qu'elle se
trouvait exposée à être accablée par des forces supérieures dans les
immenses plaines de Leipzig. Il aurait donc bien fait de la conduire
dans les montagnes de la Thuringe et de la Hesse, si favorables à la
défense, et d'annuler ainsi une partie des forces des rois coalisés.
D'ailleurs, l'approche de l'hiver et la nécessité de nourrir leurs
nombreuses troupes devaient bientôt forcer les ennemis à se séparer,
tandis que l'armée française, garantie sur son front et ses flancs par
l'extrême difficulté de venir l'attaquer dans un pays hérissé
d'obstacles naturels, aurait eu derrière elle les fertiles vallées du
Mein, du Rhin et du Necker.

Cette proposition nous aurait du moins permis de gagner du temps et
peut-être de fatiguer les alliés au point de leur faire désirer la paix.
Mais la confiance que Napoléon avait en lui, comme dans la valeur de ses
troupes, l'ayant emporté sur ces considérations, il prit le parti
d'attendre les ennemis dans les plaines de Leipzig.

Cette fatale décision était à peine prise, qu'une seconde lettre du roi
de Wurtemberg vint informer l'Empereur que le roi de Bavière, ayant
subitement changé de parti, venait de pactiser avec les coalisés, et que
les deux armées bavaroise et autrichienne, cantonnées sur les bords de
l'Inn, s'étant réunies en un seul camp sous les ordres du général de
Wrède, marchaient sur le Rhin; enfin que le Wurtemberg, bien qu'à
regret, mais contraint par la force de cette armée, était obligé d'y
joindre la sienne; en conséquence, l'Empereur devait s'attendre à ce que
bientôt 100,000 hommes cerneraient Mayence et menaceraient les
frontières de France.

À cette nouvelle inattendue, Napoléon crut devoir revenir au projet de
se retirer derrière la Saale et les montagnes de la Thuringe; mais il
était trop tard, puisque déjà les forces principales des alliés étaient
en présence de l'armée française et trop rapprochées d'elle pour qu'il
fût possible de la mettre en retraite sans qu'elle fût attaquée pendant
ce mouvement difficile. L'Empereur se détermina donc à combattre!... Ce
fut un grand malheur, car l'effectif des troupes françaises ou alliées
de la France que Napoléon avait réunies autour de Leipzig ne s'élevait
qu'à 157,000 hommes, dont seulement 29,000 de cavalerie, tandis que le
prince de Schwartzenberg, généralissime des ennemis, disposait de
350,000 combattants, dont 54,000 de cavalerie!...

Cette armée immense se composait de Russes, Autrichiens, Prussiens et
Suédois, que l'ex-maréchal français Bernadotte conduisait contre ses
compatriotes, contre ses anciens frères d'armes! Le nombre total des
combattants des deux partis s'élevait à 507,000 hommes, sans compter les
troupes laissées dans les places fortes.

La ville de Leipzig, l'une des plus commerçantes et des plus riches de
l'Allemagne, est placée vers le milieu de la vaste plaine qui s'étend
depuis l'Elbe jusqu'aux montagnes du Harz, de la Thuringe et de la
Bohême. La situation de cette contrée l'a presque toujours rendue le
théâtre principal des guerres qui ont ensanglanté la Germanie. La petite
rivière de l'Elster, qu'on pourrait nommer un ruisseau, tant elle est
peu large et peu profonde, coule du sud au nord jusqu'à Leipzig, dans
une vallée peu encaissée, au milieu de prairies humides. Ce cours d'eau
se divise en un grand nombre de bras, qui opposent un véritable
obstacle aux opérations ordinaires de la guerre et nécessitent une
infinité de ponts pour mettre en communication les villages qui bordent
la vallée.

La Pleisse, autre ruisseau de la même nature, mais encore plus faible
que l'Elster, coule à une lieue et demie de celui-ci, auquel elle se
joint sous les murs de Leipzig.

Au nord de la ville vient se jeter la Partha, faible ruisseau qui
serpente dans un vallon étroit et présente à chaque pas des gués ou de
petits ponts à traverser.

Leipzig, se trouvant au confluent de ces trois ruisseaux et presque
entourée vers le nord et l'ouest par leurs bras multipliés, est ainsi la
clef du terrain occupé par leurs rives. La ville, peu considérable,
était à cette époque environnée par une vieille muraille, percée par
quatre grandes portes et trois petites. La route de Lutzen par Lindenau
et Markranstadt était la seule par laquelle l'armée française pût encore
communiquer librement avec ses derrières.

C'est dans la partie du terrain situé entre la Pleisse et la Partha que
se livra le plus fort de la bataille. On y remarque le Kelmberg, qui est
un mamelon isolé, surnommé la _redoute suédoise_, parce que, dans la
guerre de Trente ans, Gustave-Adolphe avait établi quelques
fortifications sur ce point, qui domine au loin toute la contrée.

La bataille de Leipzig, commencée le 16 octobre 1813, dura trois jours;
mais l'engagement du 17 fut infiniment moins vif que ceux du 16 et du
18.

Sans vouloir entrer dans les détails de cette mémorable affaire, je
crois devoir néanmoins indiquer les principales positions occupées par
l'armée française, ce qui donnera une idée générale de celles des
ennemis, puisque chacun de nos corps d'armée avait en face de lui au
moins un corps étranger et souvent deux.

Le roi Murat dirigeait notre aile droite, dont l'extrémité s'appuyait à
la petite rivière de la Pleisse, auprès des villages de Connewitz,
Dölitz et Mark-Kleeberg que le prince Poniatowski occupait avec ses
Polonais. Après ceux-ci et derrière le bourg de Wachau, se trouvait le
corps du maréchal Victor. Les troupes du maréchal Augereau occupaient
Dösen.

Ces divers corps d'infanterie étaient flanqués et appuyés par plusieurs
masses de la cavalerie des généraux Kellermann et Michaud.

Le centre, aux ordres directs de l'Empereur, se trouvait à
Liebert-Wolkwitz. Il était composé des corps d'infanterie du général
Lauriston, ainsi que de celui du maréchal Macdonald, ayant avec eux la
cavalerie de Latour-Maubourg et de Sébastiani. (Mon régiment, qui
faisait partie du corps de ce dernier général, était placé en face du
monticule du Kelmberg ou redoute suédoise.)

L'aile gauche, commandée par le maréchal Ney, se formait du corps
d'infanterie du maréchal Marmont, ainsi que de ceux des généraux Reynier
et Souham, soutenus par la cavalerie du duc de Padoue. Elle occupait
Taucha, Plaussig et les rives de la Partha. Un corps d'observation, fort
de 45,000 hommes, aux ordres du général Bertrand, était détaché au delà
de Leipzig pour garder Lindenau, Lindenthal, Gohlis, les passages de
l'Elster et la route de Lutzen.

À Probstheyda, derrière le centre, se trouvait, aux ordres du maréchal
Oudinot, la réserve composée de la jeune, de la vieille garde, et de la
cavalerie de Nansouty.

Le vénérable roi de Saxe, qui n'avait pas voulu s'éloigner de son ami
l'empereur des Français, était resté dans la ville de Leipzig avec sa
garde et plusieurs régiments français qu'on y avait laissés pour y
maintenir l'ordre.

Pendant la nuit du 15 au 16, les troupes du maréchal Macdonald avaient
fait un mouvement pour se concentrer sur Liebert-Wolkwitz en s'éloignant
du Kelmberg, ou redoute suédoise; mais comme on ne voulait cependant pas
abandonner ce poste aux ennemis avant la fin de la nuit, je reçus
l'ordre de le surveiller jusqu'au petit point du jour. La mission était
fort délicate, car, pour la remplir, je devais me porter en avant avec
mon régiment jusqu'au pied du monticule, pendant que l'armée française
se retirerait d'une demi-lieue dans la direction opposée. J'allais
courir le risque de me voir cerné et même enlevé avec toute ma troupe
par l'avant-garde ennemie, dont les éclaireurs ne manqueraient pas de
gravir le sommet du monticule, dès que les premières heures de l'aurore
leur permettraient d'apercevoir ce qui se passait dans de vastes plaines
situées à leurs pieds et occupées par l'armée française.

Le temps était superbe, et, malgré la nuit, on y voyait passablement à
la clarté des étoiles; mais, comme en pareil cas on aperçoit infiniment
mieux de bas en haut les hommes qui arrivent sur une hauteur, tandis
qu'ils ne peuvent eux-mêmes apercevoir ceux qui sont en bas, je portai
mes escadrons le plus près possible du monticule, afin que l'ombre
projetée par le sommet cachât mes cavaliers, et après avoir prescrit le
plus profond silence et une parfaite immobilité, j'attendis les
événements.

Le hasard fut sur le point d'en produire un qui eût été bien heureux
pour la France, pour l'Empereur, et eût rendu mon nom à tout jamais
célèbre!... Voici le fait.

Une demi-heure avant les premières lueurs de l'aurore, trois cavaliers,
venant du côté des ennemis, grimpent à petits pas sur le monticule du
Kelmberg, d'où ils ne pouvaient nous apercevoir, tandis que nous
distinguions parfaitement leur silhouette et entendions leur
conversation. Ils parlaient français: l'un était Russe, les deux autres
Prussiens. Le premier, qui paraissait avoir autorité sur ses compagnons,
ordonna à l'un d'eux d'aller prévenir _Leurs Majestés_ qu'il n'y avait
aucun Français sur ce point-là et qu'elles pouvaient monter, car dans
quelques minutes on apercevrait toute la plaine; mais qu'il fallait
profiter de ce moment pour que les Français n'envoyassent pas des
tirailleurs de ce côté...

L'officier auquel s'adressaient ces paroles fit observer que les
escortes, marchant au pas, étaient encore bien éloignées. «Qu'importe,
lui fut-il répondu, puisqu'il n'y a ici personne que nous!» À ces mots,
ma troupe et moi redoublâmes d'attention et aperçûmes bientôt, sur le
haut du monticule, une vingtaine d'officiers ennemis, dont l'un mit pied
à terre.

Quoique, en établissant une embuscade, je n'eusse certainement pas la
prévision de faire une bonne capture, j'avais cependant prévenu mes
officiers que, si l'on voyait quelques ennemis sur la redoute suédoise,
il faudrait, au signal que je ferais avec mon mouchoir, que deux
escadrons contournassent ce monticule, l'un par la droite, l'autre par
la gauche, afin de cerner les ennemis qui se seraient ainsi hasardés à
venir si près de notre armée. J'étais donc plein d'espoir, lorsque
l'ardeur immodérée d'un de mes cavaliers fit échouer mon projet. Cet
homme, ayant par hasard laissé tomber la lame de son sabre, prit à
l'instant sa carabine en main, et, de crainte d'être en retard lorsque
je donnerais le signal de l'attaque, il tira au beau milieu du groupe
étranger et tua un major prussien.

Vous pensez bien qu'en un clin d'œil tous les officiers ennemis, qui
n'avaient d'autre garde que quelques ordonnances et se voyaient sur le
point d'être environnés par nous, s'éloignèrent au grand galop. Nos gens
ne purent les suivre bien loin, de crainte de tomber eux-mêmes dans les
mains des escortes qu'on entendait accourir. Mes chasseurs prirent
néanmoins deux officiers, dont on ne put tirer aucun renseignement. Mais
j'appris depuis, par mon ami le baron de Stoch, colonel des gardes du
grand-duc de Darmstadt, que l'empereur Alexandre de Russie et le roi de
Prusse se trouvaient au nombre des officiers qui avaient été sur le
point de tomber aux mains des Français auprès de la redoute suédoise.
Cet événement aurait alors changé les destinées de l'Europe. Le hasard
en ayant décidé autrement, il ne me restait plus qu'à me retirer
lestement, avec tout mon monde, vers l'armée française.

Le 16 octobre, à huit heures du matin, les batteries des alliés
donnèrent le signal de l'attaque. Une vive canonnade s'engagea sur toute
la ligne, et l'armée alliée marcha sur nous de tous les points. Le
combat commença à notre droite, où les Polonais, repoussés par les
Prussiens, abandonnèrent le village de Mark-Kleeberg. À notre centre,
les Russes et les Autrichiens attaquèrent _six fois_ Wachau et
Liebert-Wolkwitz, et furent constamment battus avec de très grandes
pertes. L'Empereur, regrettant sans doute d'avoir abandonné le matin la
redoute suédoise que les ennemis avaient occupée et d'où leurs
artilleurs faisaient pleuvoir sur nous une grêle de mitraille, ordonna
de se réemparer de ce monticule, ce qui fut promptement exécuté par le
22e d'infanterie légère, soutenu par mon régiment.

Ce premier succès obtenu, l'Empereur, ne pouvant agir sur les ailes des
ennemis qui, par leur supériorité. numérique, présentaient un front trop
étendu, résolut de les occuper à leurs extrémités, pendant qu'il
essayerait de percer leur centre. En conséquence, il dirigea sur Wachau
le maréchal Mortier avec deux divisions d'infanterie, et le maréchal
Oudinot avec la jeune garde. Le général Drouot, avec soixante bouches à
feu, soutenait l'attaque, qui réussit.

De son côté, le maréchal Victor enfonça et mit en déroute le corps
russe, commandé par le prince Eugène de Wurtemberg; mais, après des
pertes considérables, celui-ci rallia son corps à Gossa. En ce moment,
le général Lauriston et le maréchal Macdonald débouchant de
Liebert-Wolkwitz, l'ennemi fut culbuté, et les Français s'emparèrent du
bois de Grosspossnau. Le général Maison reçut une blessure en s'emparant
de ce point important.

En vain la nombreuse cavalerie autrichienne du général Klenau, soutenue
par un pulk de Cosaques, essaya de rétablir le combat; elle fut culbutée
et mise en désordre par le corps de cavalerie du général Sébastiani. Le
combat fut des plus acharnés; mon régiment y prit part; je perdis
quelques hommes, et mon premier chef d'escadrons, M. Pozac, fut blessé
d'un coup de lance à la poitrine, pour avoir négligé de la garantir,
selon l'usage, avec son manteau roulé en fourrageur.

Cependant, le prince de Schwartzenberg, voyant sa ligne fortement
ébranlée, fit avancer ses réserves pour la soutenir, ce qui détermina
l'Empereur à ordonner une grande charge de cavalerie, à laquelle prirent
part les deux corps de Kellermann, de Latour-Maubourg et les dragons de
la garde. Kellermann renversa une division de cuirassiers russes; mais,
pris en flanc par une autre division, il dut se replier sur les hauteurs
de Wachau, après avoir enlevé plusieurs drapeaux à l'ennemi.

Le roi Murat fit alors avancer de l'infanterie française, et le combat
se renouvela. Le corps russe du prince de Wurtemberg, enfoncé derechef,
perdit vingt-six pièces de canon. Ainsi maltraité, le centre de l'armée
ennemie pliait et allait être enfoncé, lorsque l'empereur de Russie,
témoin de ce désastre, fit avancer rapidement la nombreuse cavalerie de
sa garde, qui, rencontrant les escadrons de Latour-Maubourg dans le
désordre qui suit toujours une charge à fond, les ramena à leur tour et
reprit aux Français vingt-quatre des canons qu'ils venaient d'enlever.
Ce fut dans cette charge que le général Latour-Maubourg eut la cuisse
emportée par un boulet.

Cependant, comme aucun des deux partis n'avait obtenu d'avantages
marquants, Napoléon, pour décider la victoire, venait de lancer sur le
centre ennemi la réserve composée de la vieille garde à pied et à cheval
et d'un corps de troupes fraîches arrivant de Leipzig, lorsqu'un
régiment de cavalerie ennemie, qui s'était glissé ou égaré sur les
derrières des Français, jeta quelque inquiétude parmi nos troupes en
mouvement, qui s'arrêtèrent, se formèrent en carré pour ne pas être
surprises, et, avant qu'on ait pu connaître la cause de cette alerte, la
nuit vint suspendre sur ce point les opérations militaires.

D'autres événements s'étaient passés sur l'extrême droite des Français.
Pendant toute la journée, le général Merfeld avait inutilement tenté de
s'emparer du passage de la Pleisse, défendu par le corps de Poniatowski
et ses Polonais; cependant, vers la fin du jour, il parvint à se rendre
maître du village de Dölitz, ce qui compromettait notre aile droite;
mais les chasseurs à pied de la vieille garde, conduits par le général
Curial, étant accourus de la réserve au pas de charge, culbutèrent les
Autrichiens au delà de la rivière et leur firent quelques centaines de
prisonniers, parmi lesquels se trouvait le général Merfeld, qui tombait
pour la troisième fois au pouvoir des Français.

Quoique les Polonais se fussent laissé enlever Dölitz, l'Empereur, pour
relever leur moral, crut devoir donner le bâton de maréchal de France à
leur chef, le prince Poniatowski, qui ne jouit pas longtemps de
l'honneur de le porter.

De l'autre côté de la rivière de l'Elster, le général autrichien Giulay
s'était emparé du village de Lindenau, après sept heures d'un combat
acharné. L'Empereur, informé de ce grave événement, qui compromettait la
retraite de la majeure partie de ses troupes, fit attaquer si
vigoureusement Lindenau par le général Bertrand que ce poste fut repris
à la baïonnette.

À notre gauche, l'impatience de Ney faillit amener une grande
catastrophe. Ce maréchal, qui commandait l'aile gauche, placée par
l'ordre de l'Empereur, voyant qu'à dix heures du matin aucune troupe ne
paraissait devant lui, envoya de son autorité privée, sous la conduite
du général Souham, un de ses corps d'armée à Wachau, où le combat
paraissait fortement engagé; mais, pendant ce mouvement irréfléchi, le
maréchal prussien Blücher, dont la marche avait été retardée, parut avec
l'armée de Silésie et s'empara du village de Möckern. Alors Ney, qui,
diminué d'une partie de ses troupes, n'avait plus à sa disposition que
le corps de Marmont, fut obligé, sur le soir, de se replier jusque dans
les murs de Leipzig et de se borner à défendre le faubourg de Halle.

Les Français perdirent beaucoup de monde dans cet engagement, qui
produisit d'ailleurs un fort mauvais effet sur ceux de nos soldats qui,
placés en avant ou sur les flancs de Leipzig, entendaient le canon et la
fusillade derrière eux. Cependant, vers les huit heures du soir, le
combat cessa totalement de part et d'autre, et la nuit fut tranquille.



CHAPITRE XXIX

Vaine tentative d'armistice.--Bataille du 18 octobre.--Bernadotte combat
contre nous.--Défection des Saxons.--Loyauté du roi de
Wurtemberg.--Résultat indécis du combat.


Cette première journée avait laissé la victoire indécise; cependant elle
était à l'avantage des Français, puisque, avec des forces infiniment
moins considérables, ils avaient non seulement tenu tête aux coalisés,
mais les avaient chassés d'une partie du terrain qu'ils occupaient la
veille.

Les troupes des deux partis se préparaient à renouveler le combat le
lendemain matin; mais, contrairement à leur attente, la journée du 17
s'écoula sans qu'aucun mouvement hostile eût lieu de part ni d'autre.
Les coalisés attendaient l'arrivée de l'armée russe de Pologne, ainsi
que des troupes qu'amenait le prince royal de Suède, Bernadotte, ce qui
devait accroître infiniment leurs forces.

De son côté, Napoléon, regrettant d'avoir rejeté les propositions de
paix qui lui avaient été faites deux mois auparavant, pendant
l'armistice, espérait quelque résultat d'une mission pacifique qu'il
avait envoyée la nuit précédente aux souverains alliés par le général
autrichien comte de Merfeld, qui venait d'être fait prisonnier.

Il se produit quelquefois des séries de faits bien étranges. Le comte de
Merfeld était le même qui, seize ans auparavant, était venu demander au
général Bonaparte, alors chef de l'armée d'Italie, le célèbre armistice
de Léoben. C'était lui qui avait rapporté à Vienne le traité de paix
conclu entre le gouvernement autrichien et le Directoire, représenté par
le général Bonaparte. C'était lui qui, dans la nuit de la bataille
d'Austerlitz, avait transmis à l'empereur des Français les propositions
d'armistice faites par l'empereur d'Autriche, et comme la singulière
destinée du général Merfeld le conduisait de nouveau vers Napoléon au
moment où celui-ci avait à son tour besoin d'armistice et de paix,
l'Empereur sourit à l'espoir que cet intermédiaire amènerait encore le
résultat qu'il désirait. Mais les choses étaient trop avancées pour que
les souverains alliés consentissent à traiter avec Napoléon, dont la
proposition seule dénotait un grand embarras. Aussi, quoiqu'ils
n'eussent pu nous vaincre dans la bataille du 16, ils ne perdirent pas
l'espoir de nous accabler par un nouvel effort de leurs troupes,
supérieures en nombre, et comptaient beaucoup sur la défection des corps
allemands qui se trouvaient encore parmi nous, et dont les chefs, tous
membres de la société secrète du _Tugenbund_, profitèrent du repos que
donna l'espèce d'armistice du 17, pour se concerter sur la manière dont
ils devaient exécuter leur insigne trahison. La mission du comte de
Merfeld n'obtint même pas de réponse.

Le 18 octobre, dès le matin, l'armée des coalisés commença l'attaque
contre nous. Le 2e corps d'armée de cavalerie, dont mon régiment faisait
partie, se trouva placé, comme il l'avait été le 16, entre
Liebert-Wolkwitz et le Kelmberg, ou redoute suédoise. Le combat, engagé
sur tous les points, fut surtout terrible vers notre centre, au village
de Probstheyda, qu'attaquèrent à la fois un corps russe et un corps
prussien; tous deux furent repoussés avec des pertes immenses. On se
battait sur tous les points. Les Russes attaquèrent très vivement
Holzhausen, que Macdonald défendit avec succès.

Vers onze heures, on entendit une canonnade en arrière de Leipzig, du
côté de Lindenau, et l'on apprit que, sur ce point, nos troupes venaient
de rompre le cercle dans lequel l'ennemi se flattait d'enfermer l'armée
française, et que le corps du général Bertrand marchait sur Weissenfeld,
dans la direction du Rhin, sans que l'ennemi eût pu l'en empêcher.
L'Empereur prescrivit alors d'évacuer les équipages vers Lutzen.

Cependant, le plateau de Leipzig était, vers Connewitz et Lössnig, le
théâtre d'un épouvantable engagement; la terre répétait au loin le bruit
des feux précipités d'un millier de canons. Les ennemis tentaient de
forcer le passage de la Pleisse. Ils furent repoussés, bien que les
Polonais eussent fait manquer quelques-unes des charges à la baïonnette
de notre infanterie.

Alors, le 1er corps de cavalerie française, voyant les escadrons
autrichiens et prussiens venir au secours de leurs alliés, sortit de
derrière le village de Probstheyda, et, se précipitant au milieu des
ennemis, il les enfonça et les poursuivit jusque sur leurs réserves,
qu'amenait le prince Constantin de Russie. Les alliés, encore enfoncés
sur ce point, réunirent des forces immenses pour enlever Probstheyda;
mais ces formidables masses y furent si bien reçues par quelques-unes de
nos divisions d'infanterie et par les chasseurs à pied de la vieille
garde, qu'elles reculèrent promptement. Nous perdîmes là les généraux
Vial et Rochambeau. Celui-ci venait d'être nommé maréchal de France par
l'Empereur.

Bernadotte, prince de Suède, n'avait point encore combattu contre les
Français, et paraissait, dit-on, indécis; mais enfin, stimulé et même
menacé par le maréchal prussien Blücher, il se détermina à passer la
Partha au-dessus du village de Mockau, à la tête des troupes suédoises
et d'un corps russe placé sous ses ordres[19]. Lorsqu'une brigade de
hussards et de lanciers saxons, postés sur ce point, vit arriver les
Cosaques qui précédaient Bernadotte, elle marcha vers eux comme pour les
charger; mais faisant tout à coup volte-face et oubliant à quoi ils
exposaient leur vieux roi, notre allié, qui se trouvait au milieu des
troupes de Napoléon, les infâmes Saxons dirigèrent leurs fusils et leurs
canons contre les Français!

La tête d'armée conduite par Bernadotte, suivant la rive gauche de la
Partha, se dirigea vers Sellerhausen, défendu par Reynier. Ce général,
dont le corps d'armée était presque entièrement composé de troupes
provenant des contingents allemands, ayant été témoin de la désertion de
la cavalerie saxonne, se défiait de l'infanterie de cette nation, qu'il
avait placée près de la cavalerie de Durutte, afin de la contenir; mais
le maréchal Ney, trop confiant, lui prescrivit de déployer les Saxons et
de les envoyer soutenir un régiment français qui défendait le village de
Paunsdorf. Mais à peine les Saxons furent-ils à quelque distance des
troupes françaises, que, apercevant dans la plaine de Paunsdorf les
enseignes prussiennes, ils se précipitèrent vers elles au pas de course,
ayant à leur tête l'indigne général Russel, leur chef. Quelques
officiers français, ne pouvant comprendre une pareille trahison,
pensaient que les Saxons allaient attaquer les Prussiens; aussi le
général Gressot, chef d'état-major de Reynier, courut-il vers eux pour
modérer ce qu'il croyait être un excès d'ardeur; mais il ne trouva plus
devant lui que des ennemis! Cette défection d'un corps d'armée tout
entier, qui produisit un vide effrayant dans le centre de l'armée
française, eut, de plus, le grave inconvénient de ranimer l'ardeur des
alliés, et, sur-le-champ, la cavalerie wurtembergeoise suivit l'exemple
des Saxons.

Non seulement le prince de Suède Bernadotte accueillit dans ses rangs
les perfides Saxons, mais il réclama le secours de leur artillerie pour
augmenter l'effet de la sienne, et supplia même l'ambassadeur anglais de
lui prêter la batterie de fusées à la Congrève qu'il avait amenée avec
lui, et que l'ancien maréchal de France fit diriger sur les Français.

À peine le corps saxon fut-il dans les rangs des ennemis, qu'il signala
sa trahison en faisant contre nous une décharge générale de toute son
artillerie, dont le commandant s'écria, en arrivant parmi les Russes,
«qu'après avoir brûlé la moitié de ses munitions pour les Français, il
allait tirer le reste contre eux!» En effet, il lança sur nous une grêle
de projectiles, dont mon régiment reçut une très large part, car je
perdis là une trentaine d'hommes, au nombre desquels était le capitaine
Bertin, officier du plus grand mérite: ce brave eut la tête emportée par
un boulet.

C'était cependant Bernadotte, un Français, un homme auquel le sang
français avait procuré une couronne, qui nous portait ainsi le coup de
grâce!

Au milieu de cette déloyauté générale, le roi de Wurtemberg présenta une
honorable exception, car, ainsi que je l'ai déjà dit, il avait prévenu
Napoléon que les circonstances allaient le forcer à abandonner son
parti; mais, même après qu'il eut pris cette suprême décision, il mit
dans son exécution les procédés les plus loyaux, en prescrivant à celles
de ses troupes placées dans son voisinage de n'agir contre les Français
qu'après leur avoir dénoncé les hostilités dix jours d'avance, et, bien
que devenu ennemi de la France, il chassa de son armée le général, ainsi
que plusieurs officiers wurtembergeois, qui avaient entraîné ses troupes
dans les rangs des Russes pendant la bataille de Leipzig, et retira
toutes les décorations aux régiments transfuges.

Cependant Probstheyda continuait à être le théâtre de la lutte la plus
meurtrière. La vieille garde, déployée derrière le village, se tenait
prête à voler au secours de ses défenseurs. Le corps prussien de Bulow,
ayant essayé de faire un mouvement en avant, fut écrasé; mais nous
perdîmes dans ce combat le brave général Delmas, militaire distingué et
homme des plus honorables, qui, brouillé avec Napoléon depuis la
création de l'Empire, avait passé dix ans dans la retraite, mais avait
sollicité du service dès qu'il avait vu sa patrie en danger.

Au milieu d'une affreuse canonnade et de vives attaques partielles, les
Français se maintenaient sur toute la ligne dans leurs positions. Ainsi,
vers la gauche, le maréchal Macdonald et le général Sébastiani avaient
conservé le terrain situé entre Probstheyda et Stötteritz, malgré les
nombreuses attaques des Autrichiens de Klenau et des Russes de
Doctoroff, lorsque tout à coup celles de nos troupes qui étaient placées
sur ce point furent assaillies par une charge de plus de 20,000 Cosaques
et Baskirs. Les efforts de ces derniers portèrent principalement sur le
corps de cavalerie du général Sébastiani.

En un clin d'œil, les barbares entourèrent à grands cris nos escadrons,
contre lesquels ils lancèrent des milliers de flèches, qui ne nous
causèrent que très peu de pertes, parce que les Baskirs, étant
totalement irréguliers, ne savent pas se former en rangs et marchent
tumultueusement comme un troupeau de moutons. Il résulte de ce désordre
que ces cavaliers ne peuvent tirer horizontalement devant eux sans tuer
ou blesser ceux de leurs camarades qui les précèdent. Les Baskirs
lancent donc leurs flèches paraboliquement, c'est-à-dire en l'air, en
leur faisant décrire une courbe plus ou moins grande, selon qu'ils
jugent que l'ennemi est plus ou moins éloigné; mais cette manière de
lancer les projectiles ne permettant pas de viser exactement pendant le
combat, les neuf dixièmes des flèches s'égarent, et le petit nombre de
celles qui atteignent les ennemis ayant usé pour s'élever en l'air
presque toute la force d'impulsion que la détente de l'arc leur avait
communiquée, il ne leur reste plus en tombant que celle de leur propre
poids, qui est bien faible; aussi ne font-elles ordinairement que de
fort légères blessures. Enfin, les Baskirs n'ayant aucune autre arme,
c'est incontestablement la troupe la moins dangereuse qui existe au
monde.

Cependant, comme ils arrivaient sur nous par myriades, et que plus on
tuait de ces guêpes, plus il en survenait, l'immense quantité de flèches
dont ils couvraient l'air devait nécessairement, dans le nombre, faire
quelques blessures graves; ainsi, un de mes plus braves sous-officiers
légionnaires, nommé Meslin, eut le corps traversé par une flèche qui,
entrée par la poitrine, lui sortait dans le dos! L'intrépide Meslin,
prenant la flèche à deux mains, la cassa et arracha lui-même les deux
tronçons de son corps, ce qui ne put le sauver: il succomba peu
d'instants après. C'est, je crois, le seul exemple de mort que l'on
puisse citer à la suite d'un coup de flèche tiré par un Baskir. Mais
j'eus plusieurs hommes et chevaux atteints, et fus moi-même blessé par
cette arme ridicule.

J'avais le sabre à la main; je donnais des ordres à un officier et
j'étendais le bras pour lui indiquer le point vers lequel il devait se
diriger, lorsque je sentis mon sabre arrêté par une résistance étrange,
et éprouvai une légère douleur à la cuisse droite, dans laquelle était
implantée d'un pouce dans les chairs une flèche de quatre pieds de long
dont l'ardeur du combat m'avait empêché de sentir le coup. Je la fis
extraire par le docteur Parot et placer dans une des caisses de
l'ambulance régimentaire, car je voulais la conserver comme monument
curieux; je regrette qu'elle se soit égarée.

Vous comprenez bien que pour une blessure aussi légère, je ne m'éloignai
pas de mon régiment, d'autant plus que le moment était fort critique...
En effet, les renforts amenés par Bernadotte et Blücher attaquaient
vivement le bourg de Schönfeld, situé non loin du lieu où la Partha
entre dans la ville de Leipzig. Les généraux Lagrange et Friederichs,
qui défendaient ce point important, repoussèrent _sept assauts_ et
chassèrent sept fois les alliés des maisons qu'ils avaient enlevées. Le
général Friederichs fut tué dans ce combat; c'était un excellent et très
brave officier, qui joignait à ces qualités morales l'avantage d'être le
plus bel homme de toutes les armées françaises.

Cependant, les ennemis allaient peut-être se rendre maîtres de
Schönfeld, lorsque le maréchal Ney vola au secours de ce village, qui
resta au pouvoir des Français. Le maréchal Ney reçut à l'épaule une
contusion qui le força de quitter le champ de bataille.

Quand la nuit vint, les troupes des deux armées étaient sur une grande
partie de la ligne dans la même position qu'au commencement de la
bataille; ce soir-là, les cavaliers de mon régiment, ainsi que ceux de
toutes les divisions du corps de Sébastiani, attachèrent leurs chevaux
aux mêmes piquets qui leur avaient servi à la fin des trois journées
précédentes, et presque tous les bataillons occupèrent les mêmes
bivouacs. Ainsi cette bataille, dont les ennemis ont tant célébré le
succès, fut indécise, puisque, bien inférieurs en nombre, ayant contre
nous presque toutes les nations de l'Europe et comptant une foule de
traîtres dans nos rangs, nous ne perdîmes pas _un pouce de terrain_!...
Aussi le général anglais sir Robert Wilson, qui se trouvait à Leipzig en
qualité de commissaire britannique, et dont le témoignage ne peut être
suspecté de partialité, dit-il au sujet de cette bataille: «Malgré la
défection de l'armée saxonne au milieu du combat, malgré le courage
ardent et persévérant des troupes alliées, on ne put enlever aux
Français _un seul_ des villages qu'ils se proposaient de garder comme
essentiels à leur position. La nuit termina l'action, laissant aux
Français, surtout aux défenseurs de Probstheyda, la gloire d'avoir
inspiré à leurs ennemis une généreuse envie!...»

Après le coucher du soleil, au moment où commençait l'obscurité, je
reçus l'ordre de faire cesser sur le front de mon régiment ce
tiraillement inutile qui suit ordinairement les engagements sérieux. Ce
n'est pas sans peine que l'on parvient à séparer alors les hommes des
deux partis qui viennent de combattre les uns contre les autres,
d'autant plus que, pour ne pas faire connaître cette disposition aux
ennemis, qui pourraient en profiter pour fondre à l'improviste sur nos
avant-postes, on ne se sert ni de tambours ni de trompettes pour
prescrire aux tirailleurs de cesser le feu et de se réunir pour
rejoindre leurs régiments; mais on fait prévenir à voix basse les chefs
des pelotons, qui envoient des sous-officiers chercher en silence les
petits postes. Les ennemis, de leur côté, agissant de même, le feu
diminue insensiblement et finit bientôt entièrement.

Afin de m'assurer qu'on n'oubliait aucune vedette sur le terrain et que
cette petite retraite vers le bivouac était exécutée en bon ordre, je la
faisais habituellement diriger par un adjudant-major. Celui qui était de
service ce soir-là se nommait le capitaine Joly, militaire instruit,
fort capable et d'un grand courage, mais un peu obstiné. Il en avait
donné des preuves quelques mois avant la bataille, lorsque, chargé de
distribuer aux officiers des chevaux de remonte, dont l'Empereur faisait
présent à ceux d'entre eux qui avaient fait la campagne de Russie, M.
Joly, malgré mes observations et celles de ses amis, avait choisi pour
lui un superbe cheval blanc, dont ni moi ni aucun de mes camarades
n'avions voulu à cause de sa robe trop éclatante, et que j'avais d'abord
mis au rang des trompettes. Aussi, le soir de la bataille de Leipzig, au
moment où M. Joly, en remplissant ses fonctions, marchait au pas
derrière la ligne des tirailleurs, la blancheur de sa monture fut si
bien remarquée par les ennemis, malgré l'obscurité, que le cheval et le
maître furent tous deux grièvement blessés. Le capitaine avait reçu une
balle au travers du corps et mourut pendant la nuit, dans une maison du
faubourg de Halle, où j'avais fait transporter la veille le commandant
Pozac.

Bien que la blessure de celui-ci ne fût pas dangereuse, il se désolait
en pensant que probablement l'armée française s'éloignerait et qu'il
resterait prisonnier des ennemis, qui s'empareraient alors du sabre
d'honneur qui lui avait été donné par le premier Consul après la
bataille de Marengo, lorsqu'il n'était encore que sous-officier; mais je
calmai ses justes regrets en me chargeant du glorieux sabre, qui,
transporté par un des chirurgiens du régiment, fut remis à Pozac à son
retour en France.



CHAPITRE XXX

Situation critique.--Défaut de prévoyance dans l'organisation de la
retraite.--Adieux du roi de Saxe.--Magnanimité exagérée de
Napoléon.--Les alliés pénètrent dans Leipzig.--Rupture prématurée du
pont de l'Elster.--Quel fut le sort de mon régiment.


Le calme de la nuit ayant enfin succédé dans les champs de Leipzig à la
terrible bataille dont ils venaient d'être témoins, les chefs des deux
partis purent examiner leur position.

Celle de l'empereur Napoléon était la plus défavorable: en effet, si
l'on a blâmé ce grand homme de ne s'être pas retiré derrière la Saale
huit jours avant la bataille, lorsqu'il pouvait encore éviter de
compromettre le salut de son armée, autour de laquelle des forces
infiniment plus nombreuses que les siennes allaient former un grand
cercle de fer, à plus forte raison beaucoup de militaires ont-ils
désapprouvé les opérations de l'Empereur, lorsqu'à Leipzig il se laissa
complètement cerner sur le champ de bataille par les ennemis. Je dis
_complètement_, car le 18, à onze heures du matin, le corps autrichien
de Lichtenstein s'étant emparé du village de Kleinzschocher, sur la rive
gauche de l'Elster, il fut un moment où la route de Leipzig à
Weissenfels, seule retraite qui restât aux Français, se trouva
interceptée, et l'armée de Napoléon complètement environnée.

Cette situation critique ne dura, il est vrai, qu'une demi-heure; mais
fut-il prudent de s'exposer aux fâcheux événements qui auraient pu en
résulter, et n'aurait-il pas mieux valu, avant que toutes les forces
ennemies se fussent réunies pour entourer l'armée française, que le chef
de celle-ci l'eût abritée derrière les montagnes de la Thuringe et la
rivière de la Saale?...

Nous approchons d'un moment bien critique!... Les Français avaient
conservé leurs positions pendant les trois jours qu'avait duré la
bataille; mais ce succès moral n'avait été obtenu qu'au prix de bien du
sang, car, tant en tués qu'en blessés, ils avaient près de 40,000 hommes
hors de combat!... Il est vrai que les ennemis en avaient perdu 60,000;
différence énorme à leur désavantage, qu'il faut attribuer à
l'obstination qu'ils mirent à attaquer les villages retranchés par nous.
Mais comme le nombre des troupes alliées était infiniment plus
considérable que celui des Français, notre armée, après avoir perdu
40,000 combattants, se trouvait proportionnellement bien plus affaiblie
que la leur.

Ajoutons à cela que l'artillerie française ayant tiré depuis trois jours
220,000 coups de canon, dont 95,000 dans le seul engagement du 18, les
réserves étaient épuisées, et il n'y restait pas plus de 16,000 coups,
c'est-à-dire de quoi entretenir le feu du combat pendant deux heures
seulement. Ce défaut de munitions, qu'on aurait dû prévoir avant de
s'engager loin de nos frontières contre des forces infiniment
supérieures, mettant Napoléon hors d'état de livrer une nouvelle
bataille, qu'il eût peut-être gagnée, il fut contraint de se résoudre à
ordonner la retraite.

L'exécution en était infiniment difficile, à cause de la nature du
terrain que nous occupions, et qui, parsemé de prairies humides, de
ruisseaux, et traversé par trois rivières, présentait une quantité de
petits défilés qu'il fallait passer sous les yeux et à petite portée des
ennemis, qui pouvaient facilement jeter le désordre dans nos rangs
pendant cette marche périlleuse.

Un seul moyen pouvait assurer notre retraite; c'était l'établissement
d'une infinité de _ponceaux_ sur les prairies, les fossés, les petits
cours d'eau, et celui de ponts plus grands sur les rivières de la Partha
et de la Pleisse, et principalement de l'Elster, qui reçoit ces divers
affluents aux portes et même dans la ville de Leipzig. Or, rien n'était
plus facile que la création de ces passages indispensables, puisque la
ville et les faubourgs de Leipzig, placés à une petite portée de fusil,
offraient une immense provision de poutres, de planches, de madriers, de
clous, de cordes, etc.

Toute l'armée avait donc la persuasion que de nombreux passages avaient
été établis dès son arrivée devant Leipzig; qu'on les avait augmentés le
16 et surtout le 17, dont la journée entière s'était écoulée sans
combat. Eh bien!... par un concours de circonstances déplorables et
d'une négligence incroyable, aucune mesure n'avait été prise!... et
parmi les documents qui nous sont restés sur cette célèbre bataille, on
ne trouve rien, _absolument rien d'officiel_, qui démontre qu'il eût été
pris des mesures pour faciliter, en cas de retraite, l'écoulement des
nombreuses colonnes engagées au delà des défilés que forment les
rivières ainsi que les rues de la ville et des faubourgs de Leipzig.
Aucun des officiers échappés à la catastrophe, pas plus que les auteurs
qui l'ont décrite, n'ont pu prouver que les chefs de l'armée aient rien
fait pour l'établissement de passages nouveaux et la libre circulation
sur ceux déjà existants. Seulement, le général Pelet, qui est, avec
raison, très grand admirateur de Napoléon et pousse quelquefois cette
admiration jusqu'à l'exagération, le général Pelet écrivit, quinze ans
après la bataille, «que M. Odier, sous-inspecteur aux revues,
c'est-à-dire sous-intendant de la garde impériale, lui a dit plusieurs
fois qu'il était présent lorsque dans la matinée (il ne spécifie point
de quel jour) l'Empereur donna l'ordre à _un_ général de l'état-major de
suivre la construction des ponts et le chargea spécialement de ce
travail». Le général Pelet ne fait pas connaître le nom de l'officier
général auquel l'Empereur aurait donné cet ordre; cependant, il eût été
fort important de le savoir.

M. Fain, secrétaire de Napoléon, dit, dans ses _Mémoires_, «que
l'Empereur ordonna d'établir dans les marais voisins quelques nouveaux
passages qui pussent faciliter la traversée de ce long défilé».

Je ne sais jusqu'à quel point l'histoire admettra la vérité de ces
assertions posthumes; mais en les supposant véridiques, plusieurs
auteurs pensent que le chef de l'armée française n'aurait pas dû se
borner à _donner un ordre_ à un général d'état-major qui n'avait
peut-être à sa disposition ni sapeurs ni le matériel nécessaire, et
qu'il aurait fallu charger de l'établissement de nouveaux passages
plusieurs officiers, et au moins un par régiment dans chaque corps
d'armée, car il est _constant_ que personne ne s'en occupa. Et en voici
le véritable motif, qui ne fut alors connu que de bien peu de personnes.

L'Empereur avait pour chef d'état-major général le maréchal prince
Berthier, qui ne l'avait pas quitté depuis la célèbre campagne d'Italie
en 1796. C'était un homme capable, exact, dévoué, mais qui, ayant
souvent éprouvé les effets de la colère impériale, avait conçu une telle
crainte des boutades de Napoléon qu'il s'était promis de ne jamais
prendre l'initiative sur _rien_, de ne faire aucune _question_, et de se
borner à faire exécuter les ordres qu'il recevait _par écrit_. Ce
système, qui maintenait les bons rapports du major général avec son
chef, était nuisible aux intérêts de l'armée; car, quelles que fussent
l'activité et les vastes capacités de l'Empereur, il était physiquement
impossible qu'il vît _tout_ et s'occupât de _tout;_ et cependant, s'il
oubliait quelque chose d'important, rien n'était fait.

Il paraît qu'il en fut ainsi à Leipzig, où, presque tous les maréchaux
et généraux chefs de corps d'armée ayant à plusieurs reprises, et
notamment les deux derniers jours, fait observer à Berthier combien il
était nécessaire d'établir de nombreux passages pour assurer la retraite
en cas de revers, le major général leur avait constamment répondu:
«L'Empereur ne l'a pas ordonné!» On ne put rien en obtenir; aussi, pas
une poutrelle, pas une planche n'avaient été placées sur un ruisseau
lorsque, dans la nuit du 18 au 19, l'Empereur prescrivit de battre en
retraite sur Weissenfels et la rivière de la Saale.

Les alliés avaient éprouvé de si grandes pertes que, sentant
l'impossibilité de recommencer la lutte, ils n'osaient nous attaquer de
nouveau et étaient sur le point de se retirer eux-mêmes, lorsque,
apercevant les gros bagages de l'armée se diriger vers Weissenfels par
Lindenau, ils comprirent que Napoléon se préparait à la retraite, et
firent leurs préparatifs pour être à même de profiter des chances que ce
mouvement pouvait amener en leur faveur.

Le moment le plus affreux d'une retraite, surtout pour un chef de corps,
est celui où il faut se séparer des blessés qu'on est forcé d'abandonner
à la pitié des ennemis, qui souvent n'en ont aucune et pillent ou
achèvent les malheureux trop fortement atteints pour suivre leurs
camarades. Cependant, comme le pire de toutes choses est d'être laissé
gisant sur la terre, je profitai de la nuit pour faire relever par les
soldats valides tous les blessés de mon régiment, que je réunis dans
deux maisons contiguës, d'abord pour les soustraire au premier moment de
fureur des ennemis pris de vin qui occuperaient le faubourg, et en
second lieu pour les mettre à même de s'aider les uns les autres et de
soutenir mutuellement leur moral. Un chirurgien sous-aide, M. Bordenave,
m'ayant offert de rester avec eux, j'acceptai, et à la paix je fis avoir
la décoration de la Légion d'honneur à cet estimable docteur, dont les
bons soins avaient sauvé la vie à beaucoup d'hommes.

Cependant, les troupes se mirent en marche pour s'éloigner de ce champ
de bataille témoin de leur gloire et inondé de tant de sang! L'empereur
Napoléon quitta son bivouac à huit heures du soir, se rendit en ville et
s'établit dans l'auberge des _Armes de Prusse_, sur le boulevard du
Marché aux chevaux. Après avoir donné quelques ordres, Napoléon alla
visiter le vénérable roi de Saxe, qu'il trouva faisant des préparatifs
pour le suivre.

Ce roi, modèle des amis, s'attendait à ce que, pour le punir de la
fidélité inaltérable qu'il avait eue pour l'empereur des Français, les
souverains alliés lui arracheraient son royaume, et cependant, ce qui
l'affligeait le plus, c'était la pensée que son armée s'était
_déshonorée_ en passant à l'ennemi. Napoléon ne pouvait consoler ce
digne vieillard, et ce ne fut qu'avec peine qu'il obtint de lui qu'il
resterait à Leipzig dans ses États et enverrait un de ses ministres vers
les confédérés pour demander un accommodement.

Cet émissaire parti, l'Empereur fit ses adieux au vieux roi de Saxe, à
la Reine, à la princesse leur fille, modèle de toutes les vertus, qui
avait suivi son père jusque sous les canons ennemis. La séparation fut
d'autant plus touchante que l'on apprit que les alliés refusaient de
prendre aucun engagement sur le sort qu'ils réservaient au monarque
saxon... Ce prince allait donc se trouver à leur merci... Il avait de
belles provinces... Que de motifs pour que ses ennemis fussent
impitoyables!

Vers huit heures du soir, la retraite commença par les corps des
maréchaux Victor et Augereau, les ambulances, une partie de
l'artillerie, la cavalerie et la garde impériale.

Pendant que ces troupes défilaient à travers le faubourg de Lindenau,
les maréchaux Ney, Marmont et le général Reynier gardaient les faubourgs
de Halle et de Rosenthal. Les corps de Lauriston, de Macdonald et de
Poniatowski entrèrent successivement dans la ville et s'établirent
derrière les barrières, dont les murs étaient crénelés. Tout était ainsi
disposé pour qu'une résistance opiniâtre faite par notre arrière-garde
mît l'armée à même d'opérer régulièrement sa retraite. Néanmoins,
Napoléon, voulant éviter à la ville de Leipzig les horreurs qui suivent
toujours un combat dans les rues, avait permis aux magistrats d'adresser
une demande aux souverains alliés pour régler, par un armistice de
quelques heures, l'évacuation de la ville. Cette proposition
philanthropique fut rejetée, et les alliés, dans l'espoir que le
désordre se mettrait dans l'arrière-garde française et qu'ils en
profiteraient, n'hésitèrent pas à exposer à une destruction totale l'une
des plus grandes villes de l'Allemagne!

Ce fut alors que, dans leur indignation, plusieurs généraux français
proposèrent à l'Empereur d'assurer la retraite de son armée en la
massant dans l'intérieur de la ville et incendiant les faubourgs,
excepté celui de Lindenau, par lequel nos troupes s'écouleraient,
pendant que le feu arrêterait les ennemis.

Je pense que le refus de consentir à ce que la retraite eût lieu sans
combat nous donnait le droit d'employer tous les moyens de défense
possibles, et le feu étant le plus certain en pareil cas, nous aurions
dû nous en servir; mais Napoléon ne put s'y résoudre, et cette
magnanimité exagérée lui coûta sa couronne, car le combat dont je vais
parler lui fit perdre presque autant d'hommes que la bataille de trois
jours qu'il venait de livrer. Elle nous fut même bien plus funeste, car
elle porta la désorganisation dans l'armée, qui, sans cela, pouvait
arriver en France encore très puissante. Or, la belle résistance que ces
faibles débris opposèrent aux alliés pendant trois mois démontra assez
ce que nous aurions pu faire si tous les guerriers français qui avaient
survécu à la grande bataille eussent repassé le Rhin en conservant leurs
armes et leur organisation!... La France eût probablement repoussé
l'invasion!...

Mais il en fut autrement, car pendant que Napoléon, par une générosité
trop chevaleresque et blâmable selon moi, refusait de faire incendier
une ville ennemie, ce qui devait assurer sans coup férir la retraite
d'une partie de son armée, le prince royal de Suède, l'indigne
Bernadotte, blâmant le peu d'ardeur que les alliés mettaient à
exterminer les Français ses compatriotes, lança toutes les troupes
placées sous ses ordres contre le faubourg de Taucha, s'en rendit maître
et pénétra ainsi jusque sur les boulevards et dans la ville.

Entraînés par cet exemple, le maréchal Blücher et ses Prussiens, ainsi
que les Russes et les Autrichiens, font de même, et attaquent de toutes
parts les derrières des colonnes françaises, qui se retiraient vers le
pont de Lindenau. Enfin, pour combler la mesure, une vive fusillade
éclata auprès de ce pont de l'Elster, seule retraite qui restât à nos
troupes!... Cette fusillade provenait des bataillons des gardes saxonnes
qui, laissées en ville auprès de leur roi, et regrettant de n'avoir pu
déserter avec les autres régiments de leur armée, voulaient donner des
preuves de leur _patriotisme allemand_, en attaquant _par derrière_ les
Français qui passaient sur la place du château où résidait leur
souverain!... En vain ce malheureux et vénérable prince, paraissant au
balcon du palais au milieu des balles, criait à ses officiers et
soldats: «Tuez-moi, lâches!... Tuez votre roi, afin qu'il ne soit pas
témoin de votre déshonneur!...» Les misérables continuèrent d'assassiner
les Français!... Alors, dans son indignation, le roi saxon, rentrant
dans ses appartements, saisit le drapeau de sa garde et le jeta dans le
feu!...

Le coup de pied de l'âne fut donné à nos troupes, en cette fatale
circonstance, par un bataillon badois qui, signalé pour sa _lâcheté_,
avait été laissé en ville pendant la bataille, afin de fendre les bûches
nécessaires pour chauffer les fours à pain!... Ces infâmes Badois,
abrités derrière les fenêtres et les murs de la grande boulangerie,
tirèrent aussi sur nos soldats, dont ils tuèrent un grand nombre!...

Cependant, les Français résistèrent courageusement et se défendirent
dans les maisons, et bien que toutes les armées alliées eussent pénétré
en masse dans la ville, dont elles occupaient les boulevards et les rues
principales, nos troupes, malgré les pertes immenses qu'elles
éprouvaient, disputaient le terrain pied à pied, en se retirant en bon
ordre vers le grand pont de l'Elster à Lindenau.

L'Empereur était difficilement parvenu à sortir de la ville et à gagner
le faubourg par lequel l'armée s'écoulait. Il s'arrêta et mit pied à
terre au dernier pont, celui dit _du Moulin_, et ce fut alors seulement
qu'il fit charger la mine du grand pont. Il adressa de là aux maréchaux
Ney, Macdonald et Poniatowski l'ordre de conserver la ville encore
pendant vingt-quatre heures, ou du moins jusqu'à la nuit, afin de
laisser au parc d'artillerie, ainsi qu'aux équipages et à
l'arrière-garde, le temps nécessaire pour traverser le faubourg et les
ponts. Mais à peine l'Empereur, remonté à cheval, se fut-il éloigné de
mille pas sur la route de Lutzen, que tout à coup on entendit une
terrible explosion!...

Le grand pont de l'Elster venait de sauter!... Cependant, les troupes de
Macdonald, de Lauriston, de Reynier et de Poniatowski, ainsi que plus de
deux cents pièces d'artillerie, se trouvaient encore sur le boulevard de
Leipzig, et tout moyen de retraite leur était enlevé! Le désastre était
à son comble!...

Pour expliquer la cause de cette catastrophe, on a dit plus tard que des
tirailleurs prussiens et suédois, auxquels les Badois avaient ouvert les
portes de Halle, s'étant glissés de proche en proche jusqu'aux environs
du pont où, réunis à des gardes saxons, ils s'étaient emparés de
plusieurs maisons et tiraient sur les colonnes françaises, le sapeur
chargé de mettre le feu à la mine, trompé par cette fusillade, pensa que
l'ennemi arrivait, et que le moment d'exécuter sa consigne et de faire
sauter le pont était venu; il avait donc mis le feu aux poudres.
D'autres attribuèrent cette déplorable erreur au colonel du génie
Montfort, qui, en apercevant quelques tirailleurs ennemis, aurait, de
son autorité privée, ordonné de mettre le feu à la mine. Cette dernière
version fut adoptée par l'Empereur, qui ordonna de mettre en jugement M.
de Montfort, dont on fit le _bouc émissaire_ de ce fatal événement; mais
il fut démontré plus tard qu'il n'y avait pris aucune part.

Quoi qu'il en soit, l'opinion de l'armée accusa encore le major général
de négligence, et l'on disait avec raison qu'il aurait dû confier la
garde du pont à une brigade entière, dont le général aurait été chargé,
sous sa _responsabilité personnelle_, d'ordonner lui-même de mettre le
feu aux poudres lorsqu'il reconnaîtrait que le moment était favorable.
Mais le prince Berthier se défendait avec sa réponse habituelle:
«L'Empereur ne l'avait pas ordonné!...»

Après la rupture du pont, quelques-uns des Français auxquels cet
événement coupait la retraite se jetèrent dans l'Elster, qu'ils
espéraient traverser à la nage. Plusieurs y parvinrent: le maréchal
Macdonald fut de ceux-là; mais le plus grand nombre, entre autres le
prince Poniatowski, se noyèrent, parce que, après avoir traversé la
rivière, ils ne purent gravir ses bords fangeux, qui étaient d'ailleurs
bordés de tirailleurs ennemis.

Ceux de nos soldats qui étaient restés en ville et dans les faubourgs
après la rupture du pont, ne songeant plus qu'à vendre chèrement leur
vie, se barricadèrent derrière les maisons et combattirent vaillamment
toute la journée et une partie de la nuit suivante; mais les cartouches
leur ayant manqué, ils furent forcés dans leurs retranchements
improvisés et presque tous égorgés! Le carnage ne cessa qu'à deux heures
du matin!...

Pendant cela, les souverains alliés, réunis sur la grande place et ayant
Bernadotte parmi eux, savouraient leur victoire et délibéraient sur ce
qu'ils auraient à faire pour en assurer le résultat.

On porte à 13,000 le nombre des Français massacrés dans les maisons, et
à 25,000 celui des prisonniers. Les ennemis ramassèrent 250 pièces de
canon.

Après le récit des événements généraux qui terminèrent la bataille de
Leipzig, je crois devoir vous faire connaître ceux qui ont
particulièrement trait à mon régiment et au corps de cavalerie de
Sébastiani, dont il faisait partie. Comme nous avions repoussé pendant
trois jours consécutifs les attaques des ennemis et conservé notre champ
de bataille, l'étonnement et la douleur furent grands parmi les troupes,
lorsqu'on apprit le 18 au soir que, faute de munitions de guerre, nous
allions battre en retraite!... Nous espérions du moins, et il paraît que
c'était le projet de l'Empereur, qu'elle se bornerait à aller derrière
la rivière de la Saale, auprès de la place forte d'Erfurt, où nous
pourrions renouveler nos provisions de poudre et recommencer les
hostilités. Nous montâmes donc à cheval le 18 octobre à huit heures du
soir, et abandonnâmes ce champ de bataille sur lequel nous avions
combattu pendant trois jours et où nous laissions les corps de tant de
nos infortunés et glorieux camarades.

À peine fûmes-nous hors du bivouac, que nous éprouvâmes les
inconvénients résultant de la négligence de l'état-major impérial, qui
n'avait absolument rien préparé pour faciliter la retraite d'une armée
aussi nombreuse!... De minute en minute, les colonnes, surtout celles
d'artillerie et de cavalerie, se trouvaient arrêtées au passage de
larges fossés, de marais et de ruisseaux sur lesquels il eût été
cependant si facile de jeter de petits ponts!... Les roues et les
chevaux enfonçaient dans la boue, et la nuit étant des plus obscures, il
y avait encombrement partout; notre marche fut donc des plus lentes,
tant que nous fûmes dans la plaine et les prairies, et souvent
complètement arrêtée dans la traversée des faubourgs et de la ville. Mon
régiment qui faisait la tête de colonne de la division d'Exelmans, qui
ouvrait cette pénible marche, n'arriva au pont de Lindenau qu'à quatre
heures du matin de la journée du 19 octobre. Lorsque nous franchîmes ce
passage, nous étions bien loin de prévoir l'épouvantable catastrophe
dont il serait témoin dans quelques heures!

Le jour parut: la route, large et belle, était couverte de nombreuses
troupes de toutes armes, ce qui annonçait que l'armée serait encore
considérable en arrivant sur la Saale. L'Empereur passa... Mais en
longeant au galop les flancs de la colonne, il n'entendit pas les
acclamations accoutumées qui signalaient toujours sa présence!...
L'armée était mécontente du peu de soin qu'on avait mis à assurer sa
retraite dès son départ du champ de bataille. Qu'auraient dit les
troupes si elles avaient été informées de l'imprévoyance avec laquelle
avait été dirigé le passage de l'Elster, qu'elles venaient de traverser,
mais où tant de leurs camarades allaient bientôt trouver la mort!...

Ce fut pendant la halte de Markranstadt, petite ville située à trois
lieues de Leipzig, que nous entendîmes la détonation de la mine qui
détruisait le pont de l'Elster; mais, au lieu d'en être peiné, chacun
s'en réjouit, car on ne mettait pas en doute que le feu n'eût été mis
aux poudres qu'après le passage de toutes nos colonnes et pour empêcher
celui des ennemis.

Pendant les quelques heures de repos que nous prîmes à Markranstadt,
sans nous douter de la catastrophe qui venait d'avoir lieu sur la
rivière, je pus voir nos escadrons en détail et connaître les pertes
éprouvées par le régiment durant la bataille des trois jours. J'en fus
effrayé!... Car elles s'élevaient à 149 hommes, dont 60 tués, parmi
lesquels se trouvaient deux capitaines, trois lieutenants et onze
sous-officiers, ce qui était énorme sur un chiffre de 700 hommes avec
lequel le régiment était arrivé sur le champ de bataille le 16 octobre
au matin. Presque tous les blessés l'avaient été par les boulets ou la
mitraille, ce qui donnait malheureusement peu d'espoir pour leur
guérison!... Mes pertes se fussent peut-être élevées au double si,
pendant la bataille, je n'eusse pris la précaution de soustraire autant
que possible mon régiment au feu du canon. Ceci mérite explication.

Il est des circonstances et des positions où le général le plus humain
se trouve dans la pénible obligation de placer ses troupes en évidence
sous les boulets de l'ennemi; mais il arrive aussi très souvent que
certains chefs étalent inutilement leurs lignes sous les batteries
ennemies et ne prennent aucune mesure pour éviter les pertes d'hommes,
ce qui cependant est quelquefois bien facile, principalement pour la
cavalerie, qui, par la vélocité de ses mouvements, peut en un instant se
porter sur le point où elle est nécessaire, et prendre la formation
qu'on désire. C'est surtout dans les grandes masses de cavalerie et sur
les grands champs de bataille que ces précautions conservatrices sont
les plus nécessaires, et où cependant on s'en occupe le moins.

Ainsi, à Leipzig, le 16 octobre, Sébastiani, général en chef du 2e corps
de cavalerie, ayant placé les nombreux escadrons de ses trois divisions
entre le village de Wachau et celui de Liebert-Wolkwitz, en assignant
approximativement à chaque général de division l'emplacement que la
sienne devait occuper, celle d'Exelmans se trouva établie sur un terrain
ondulé, entrecoupé par conséquent de petites buttes et de bas-fonds. Le
corps d'armée formait une ligne considérable. Les ennemis avaient leur
cavalerie à grande portée de nous et ne pouvaient donc pas nous
surprendre. Je profitai des bas-fonds qui existaient sur le terrain où
notre brigade était formée, pour y masquer mon régiment, qui, ainsi
garanti du canon et cependant se trouvant à son rang et prêt à agir, eut
le bonheur de voir s'écouler une grande partie de la journée sans perdre
un seul homme, car les boulets passaient au-dessus des cavaliers, tandis
que les corps voisins éprouvaient des pertes notables.

Je me félicitais d'avoir si bien placé mes escadrons, lorsque le général
Exelmans, sous prétexte que chacun devait avoir sa part de danger,
m'ordonna, malgré les représentations du général de brigade, de porter
le régiment à cent pas en avant de la ligne. J'obéis, mais en très peu
de temps j'eus un capitaine tué, M. Bertin, et une vingtaine d'hommes
hors de combat. J'eus alors recours à une nouvelle méthode: ce fut
d'envoyer de braves cavaliers, bien espacés, tirer des coups de carabine
sur l'artillerie des ennemis, qui, à leur tour, firent aussi avancer des
tirailleurs, de sorte que ces groupes des deux partis s'étant mis ainsi
à tirailler entre les lignes, les canonniers ennemis ne pouvaient faire
feu sur mon régiment, de crainte de tuer leurs propres gens. Il est vrai
que les nôtres éprouvaient le même embarras; mais ce silence de
l'artillerie des deux partis sur un point minime de la bataille était
tout à notre avantage, les alliés ayant infiniment plus de canons que
les Français. D'ailleurs, notre infanterie et celle des ennemis étant en
ce moment aux prises dans le village de Liebert-Wolkwitz, la cavalerie
française et la leur n'avaient qu'à attendre l'issue de ce terrible
combat; il était inutile qu'elles se démolissent mutuellement à coups de
boulets, et mieux valait s'en tenir à un engagement entre des
tirailleurs qui, la plupart du temps, brûlent leur poudre aux moineaux.
Aussi mon exemple fut-il suivi par tous les colonels des autres
brigades, et les ennemis placés devant elles ayant aussi fait taire
leurs canons, la vie de bien des hommes fut épargnée. Un plus grand
nombre l'eût été si le général Exelmans ne fût venu ordonner de faire
rentrer les tirailleurs, ce qui devint le signal d'une grêle de boulets
que les ennemis lancèrent sur nos escadrons. Heureusement, la journée
touchait à sa fin.

C'était le 16 au soir. Tous les colonels de cavalerie du 2e corps
s'étaient si bien trouvés de cette manière d'épargner leurs hommes que,
d'un commun accord, nous l'employâmes tous dans la bataille du 18. Quand
les corps ennemis tiraient le canon, nous lancions nos tirailleurs, et,
comme ils auraient enlevé les pièces si on ne les eût défendues, nos
adversaires étaient contraints d'envoyer des tirailleurs contre les
nôtres, ce qui, des deux côtés, paralysait l'artillerie. Les chefs de la
cavalerie ennemie placés en face de nous, ayant probablement deviné et
approuvé le motif qui nous faisait agir, firent de même, de sorte que
dans la troisième journée les canons attachés à la cavalerie des deux
partis furent beaucoup moins employés. Cela n'empêchait pas de s'aborder
mutuellement dans des charges vigoureuses, mais au moins elles avaient
pour but d'attaquer ou de défendre une position, et alors on ne doit pas
s'épargner, tandis que les canonnades sur place, qui ont trop souvent
lieu de cavalerie à cavalerie, ne servent qu'à faire périr inutilement
beaucoup de braves gens. Voilà ce qu'Exelmans ne voulait pas comprendre;
mais comme il courait sans cesse d'une aile à l'autre, dès qu'il
s'éloignait d'un régiment, le colonel lançait ses tirailleurs en avant,
et le canon se taisait.

Tous les généraux de cavalerie, ainsi que Sébastiani, furent tellement
persuadés des avantages de cette méthode, qu'Exelmans reçut enfin
l'ordre de ne plus _agacer_ les canonniers ennemis en faisant tirer les
nôtres sur eux, lorsque nos escadrons, étant en observation, n'avaient
ni attaque à faire ni à repousser.

Deux ans plus tard, j'employai ce même système à Waterloo devant
l'artillerie anglaise, et je perdis beaucoup moins de monde que si
j'eusse agi autrement. Mais revenons à Markranstadt.



CHAPITRE XXXI

Je recueille sur l'Elster les débris de notre armée.--Massacre de cinq
cents brigands alliés.--Retraite sur la Saale.--Erfurt.--Murat quitte
l'armée.--Les Austro-Bavarois à Hanau.--Je force le défilé de
Gelnhausen, sur la Kinsig.--L'armée devant Hanau.


Pendant la halte que l'Empereur et les divisions sorties de Leipzig
faisaient en ce lieu, on apprit le funeste événement de la rupture du
pont de Lindenau, qui privait l'armée de presque toute son artillerie,
de la moitié de ses troupes restées prisonnières, et livrait des
milliers de nos camarades blessés aux outrages et au fer de la
soldatesque ennemie, enivrée et poussée au massacre par ses infâmes
officiers! La douleur fut générale!... Chacun regrettait un parent, un
ami, des camarades aimés!... L'Empereur parut consterné!... Cependant,
il ordonna de faire rebrousser chemin jusqu'au pont de Lindenau à la
cavalerie de Sébastiani, afin de recevoir et de protéger les hommes
isolés qui auraient pu franchir la rivière sur quelques points, après la
catastrophe causée par l'explosion de la mine.

Afin de hâter le secours, mon régiment et le 24e de chasseurs, qui
étaient les mieux montés du corps d'armée, reçurent l'ordre de précéder
cette colonne et de partir au _grand trot_. Le général Wathiez étant
indisposé, je dus, comme étant le plus ancien colonel, le remplacer dans
le commandement de la brigade.

Dès que nous eûmes parcouru la moitié de la distance qui nous séparait
de Leipzig, nous entendîmes de nombreux coups de fusil, et, en
approchant des faubourgs, nous distinguâmes les cris de désespoir jetés
par les malheureux Français qui, n'ayant plus aucun moyen de retraite,
manquant de cartouches pour se défendre, traqués de rue en rue, de
maison en maison, et accablés par le nombre, étaient lâchement égorgés
par les ennemis, surtout par les Prussiens, les Badois et les gardes
saxonnes.

Il me serait impossible d'exprimer la fureur qu'éprouvèrent alors les
deux régiments que je commandais!... Chacun respirait la vengeance et
pensait à regret qu'elle était à peu près impossible, puisque l'Elster,
dont le pont était brisé, nous séparait des assassins et des victimes!
Notre exaspération s'accrut encore lorsque nous rencontrâmes environ
2,000 Français, la plupart sans vêtements et presque tous blessés, qui
n'avaient échappé à la mort qu'en se jetant dans la rivière et l'avaient
traversée à la nage au milieu des coups de fusil qu'on leur tirait de la
rive opposée!... Le maréchal Macdonald se trouvait parmi eux; il n'avait
dû la vie qu'à sa force corporelle et à son habitude de la natation. Il
était complètement nu, et son cheval s'était noyé. Je lui fis donner à
la hâte quelques vêtements et lui prêtai le cheval de main qui me
suivait constamment, ce qui lui permit d'aller au plus tôt rejoindre
l'Empereur à Markranstadt et de lui rendre compte du désastre dont il
venait d'être témoin et dont un des principaux épisodes était la mort du
maréchal Poniatowski, qui avait péri dans les eaux de l'Elster.

Le surplus des Français qui étaient parvenus à franchir la rivière
s'étaient vus obligés de se débarrasser de leurs armes pour pouvoir
nager et n'avaient plus aucun moyen de défense; ils couraient à travers
champs pour éviter de tomber dans les mains de 4 à 500 Prussiens,
Saxons et Badois, qui, non contents de s'être baignés dans le sang
français pendant les massacres exécutés dans la ville et les faubourgs,
avaient, au moyen de poutres et de planches, établi une passerelle
au-dessus des arches du pont que la mine avait détruit et s'en étaient
servis pour traverser l'Elster et venir tuer ceux de nos malheureux
soldats qu'ils pouvaient atteindre sur la route de Markranstadt!...

Dès que j'aperçus ce groupe d'assassins, je prescrivis à M. Schneit,
colonel du 24e, un mouvement qui, concordant avec ceux de mon régiment,
enferma tous les brigands dans un vaste demi-cercle, et je fis à
l'instant sonner la charge!... Elle fut terrible, effroyable!... Les
bandits, surpris, n'opposèrent qu'une très faible résistance, et il en
fut fait un très grand massacre, car on ne donna quartier à _aucun_!...

J'étais si outré contre ces misérables que, avant la charge, je m'étais
bien promis de passer mon sabre au travers du corps de tous ceux qui me
tomberaient sous la main. Cependant, me trouvant au milieu d'eux et les
voyant _ivres_, _sans ordre_ et sans autres chefs que deux officiers
saxons qui tremblaient à l'approche de notre vengeance, je compris qu'il
ne s'agissait plus d'un combat, mais d'une _exécution_, et qu'il ne
serait pas bien à moi d'y participer. Je craignis de trouver du
_plaisir_ à tuer de ma main quelques-uns de ces scélérats! Je remis donc
mon sabre au fourreau et laissai à nos cavaliers le soin d'exterminer
ces assassins, dont les deux tiers furent couchés morts sur place!...

Les autres, parmi lesquels se trouvaient deux officiers et plusieurs
gardes saxons, s'enfuirent vers les débris du pont, dans l'espoir de
traverser de nouveau la rivière sur la passerelle; mais, comme on ne
pouvait y marcher qu'un à la fois, et que nos chasseurs les serraient
de près, ils gagnèrent une grande auberge voisine, d'où ils se mirent à
tirer sur mes gens, aidés en cela par quelques pelotons badois et
prussiens postés sur la rive opposée.

Comme il était probable que le bruit de ce combat attirerait vers le
pont des forces considérables, qui, sans franchir la rivière, pourraient
détruire mes deux régiments par une vive fusillade et quelques coups de
canon, je résolus de hâter la conclusion, et fis mettre pied à terre à
la grande majorité des chasseurs, qui, prenant leurs carabines et bien
munis de cartouches, attaquèrent l'auberge par ses derrières et mirent
le feu aux écuries et aux greniers à foin!... Les assassins que
renfermait ce bâtiment, se voyant alors sur le point d'être atteints par
les flammes, essayèrent de faire une sortie; mais à mesure qu'ils se
présentaient aux portes, nos chasseurs les tuaient à coups de carabine!

En vain ils députèrent vers moi un des officiers saxons; je fus
impitoyable et ne voulus pas consentir à traiter en _soldats_ qui se
rendent après s'être honorablement défendus, des _monstres_ qui avaient
égorgé nos camarades prisonniers de guerre! Ainsi les 4 à 500 assassins
prussiens, saxons et badois qui avaient franchi la passerelle furent
_tous_ exterminés!... J'en fis prévenir le général Sébastiani, qui
arrêta à mi-chemin les autres brigades de cavalerie légère.

Le feu que nous avions allumé dans les greniers à fourrages de l'auberge
gagna bientôt les habitations voisines. Une grande partie du village de
Lindenau, qui borde les deux côtés de la grande route, fut brûlée, ce
qui dut arrêter le rétablissement du pont et le passage des troupes
ennemies chargées de poursuivre et d'inquiéter l'armée française dans sa
retraite.

Cette prompte expédition terminée, je ramenai la brigade à
Markranstadt, ainsi que les 2,000 Français échappés à la catastrophe du
pont. Il y avait parmi eux plusieurs officiers de tous grades;
l'Empereur les questionna et voulut connaître ce qu'ils savaient
relativement à l'explosion de la mine et aux massacres commis par les
alliés sur les Français prisonniers de guerre. Il est probable que ce
triste récit fit regretter à Napoléon de n'avoir pas suivi le conseil
qui lui avait été donné, le matin, d'assurer la retraite de son armée et
d'empêcher les ennemis de nous attaquer pendant ce mouvement, en leur
barrant le passage par le feu mis aux faubourgs et même, au besoin, à la
ville de Leipzig, dont presque tous les habitants s'étaient enfuis
pendant la bataille des trois jours.

Dans le retour offensif que je venais de faire jusqu'au pont de
Lindenau, la brigade que je commandais avait eu seulement trois blessés,
dont un de mon régiment; mais c'était un des plus intrépides et des plus
intelligents sous-officiers. Il avait la décoration de la Légion
d'honneur et se nommait Foucher. Une balle, reçue à l'attaque de
l'auberge qu'il fallait incendier, lui avait fait _quatre_ trous, en
traversant ses deux cuisses de part en part!... Malgré cette grave
blessure, le courageux Foucher fit toute la retraite à cheval, ne voulut
point entrer à l'hôpital d'Erfurt, auprès duquel nous passâmes peu de
jours après, et suivit le régiment jusqu'en France. Il est vrai que ses
camarades et tous les cavaliers de son peloton prenaient un soin tout
particulier de lui: il le méritait à tous égards.

En m'éloignant de Leipzig, où les alliés avaient égorgé des milliers de
prisonniers français, je craignais pour les malheureux blessés de mon
régiment que j'y avais laissés, et au nombre desquels se trouvait le
chef d'escadrons Pozac; mais, heureusement, le faubourg éloigné dans
lequel je les avais logés ne fut pas visité par les Prussiens.

Vous avez vu que, pendant le dernier jour de la grande bataille, un
corps autrichien ayant voulu nous couper la retraite en s'emparant de
Lindenau, où passe la grande route qui conduit à Weissenfels et de là à
Erfurt, l'Empereur l'avait fait repousser par les troupes du général
Bertrand. Celui-ci, après avoir rouvert les communications, avait gagné
Weissenfels, où nous le rejoignîmes.

Après les pertes que nous avait occasionnées la rupture du pont de
Lindenau, il n'était plus possible de songer à arrêter sur la Saale ce
qui restait de l'armée française; aussi Napoléon passa-t-il cette
rivière. Quinze jours avant la bataille, ce cours d'eau lui offrait une
position inexpugnable qu'il avait alors dédaignée pour courir les
chances d'un engagement général en pays découvert, en se mettant à dos
trois rivières et une grande ville qui présentaient des défilés à chaque
pas!... Le grand capitaine avait trop compté sur son _étoile_ et sur
l'incapacité des généraux ennemis.

Dans le fait, ceux-ci commirent des fautes tellement grossières que non
seulement, malgré l'immense supériorité du nombre de leurs troupes, ils
ne purent, pendant une bataille de trois jours, nous enlever _un seul_
des villages que nous défendions; mais j'ai entendu le roi des Belges,
qui servait alors dans l'armée russe, avouer devant le duc d'Orléans
que, par deux fois, les alliés furent jetés dans une telle confusion que
l'ordre de la retraite fut donné à leurs armées! Mais les événements
ayant changé, ce fut la nôtre qui dut céder à la mauvaise fortune!

Après avoir passé la Saale, Napoléon remercia et congédia les officiers
et quelques troupes de la Confédération du Rhin qui, soit par honneur,
ou faute d'occasion d'abandonner notre armée, se trouvaient encore dans
ses rangs. L'Empereur poussa même la magnanimité jusqu'à laisser les
armes à tous ces militaires, qu'il avait le droit de retenir comme
prisonniers, puisque leurs souverains s'étaient rangés parmi ses
ennemis. L'armée française continua sa retraite jusqu'à Erfurt, sans
autre événement que le combat de Kosen, où une seule division française
battit un corps d'armée autrichien et fit prisonnier le comte de Giulay,
son général en chef.

Toujours séduit par les espérances d'un grand retour offensif vers
l'Allemagne et par les ressources que lui offriraient, en pareil cas,
les places fortes dont il était contraint de s'éloigner, Napoléon
établit une nombreuse garnison à Erfurt. Il avait laissé à Dresde 25,000
hommes et le maréchal Saint-Cyr; à Hambourg, 30,000, sous le maréchal
Davout, et les nombreuses places de l'Oder et de l'Elbe étaient aussi
gardées en proportion de leur importance: ce furent de nouvelles pertes
à ajouter à celles que nous coûtaient déjà les forteresses de Danzig et
de la Vistule.

Je ne répéterai point, à cette occasion, ce que j'ai dit sur
l'inconvénient de disséminer une trop grande partie de ses forces pour
conserver des places dont on était forcé de s'éloigner.

Je me bornerai à dire que Napoléon laissa dans les forteresses de
l'Allemagne 80,000 soldats, dont _pas un seul_ ne revit la France avant
la chute de l'Empire, qu'ils eussent peut-être prévenue si on les avait
réunis sur nos frontières!

L'arsenal d'Erfurt répara les pertes de notre artillerie. L'Empereur,
qui jusque-là avait supporté les revers avec une fermeté stoïque, fut
cependant ému par l'abandon du roi Murat, _son beau-frère_, qui, sous
prétexte d'aller défendre son royaume de Naples, s'éloigna de Napoléon
auquel il devait tout!... Murat, jadis si brillant à la guerre, n'avait
rien fait de remarquable pendant cette campagne de 1813. Il est certain
que ce prince, bien qu'il fût encore dans nos rangs, entretenait une
correspondance avec M. de Metternich, premier ministre d'Autriche, qui,
en mettant sous ses yeux l'exemple de Bernadotte, lui garantissait au
nom des souverains alliés la conservation de son royaume, s'il venait se
ranger parmi les adversaires de Napoléon. Ce fut à Erfurt que Murat
quitta l'armée française, et, à peine arrivé à Naples, il se prépara à
nous faire la guerre!

Ce fut aussi à Erfurt que l'Empereur apprit la manœuvre audacieuse des
Bavarois, ses anciens alliés, qui, après avoir trahi sa cause et s'être
réunis à un corps autrichien et à plusieurs pulks de Cosaques, s'étaient
mis en marche sous le commandement du général comte de Wrède, qui non
seulement avait la prétention de s'opposer au passage de l'armée
française, mais encore de la faire prisonnière, ainsi que son empereur!

Le général de Wrède côtoyait notre armée à deux journées de marche et se
trouvait déjà à Wurtzbourg avec 60,000 hommes. Il en détacha 10,000 sur
Francfort, et avec les 50,000 autres il se dirigea vers la petite place
forte de Hanau, afin de barrer le passage aux Français. Le général de
Wrède, qui avait fait la campagne de Russie avec nous, croyait trouver
l'armée française dans le déplorable état auquel le froid et la faim
avaient réduit les débris de celle de Moscou, lorsqu'elle parvint sur la
Bérésina. Mais nous lui prouvâmes bientôt que, malgré nos malheurs, nous
avions encore des troupes en bon état, et suffisantes pour battre des
Austro-Bavarois!

Le général de Wrède, ignorant que depuis Erfurt les troupes de ligne
des alliés, que nous avions combattues à Leipzig, ne nous suivaient plus
que de fort loin, était devenu très entreprenant et croyait nous mettre
entre deux feux. Cela ne lui était pas possible; cependant, comme
plusieurs corps ennemis cherchaient à déborder notre droite par les
montagnes de la Franconie, pendant que les Bavarois se présentaient en
tête, notre situation pouvait devenir critique.

Napoléon, s'élevant alors à la hauteur du danger, marcha vivement sur
Hanau, dont les avenues sont couvertes par d'épaisses forêts et surtout
par le célèbre défilé de Gelnhausen, que traverse la Kinzig. Ce cours
d'eau, dont les rives sont très escarpées, coule entre deux montagnes
qui ne laissent entre elles qu'un étroit passage pour la rivière, le
long de laquelle on a établi une très belle grande route, taillée dans
le roc, et allant de Fulde à Francfort-sur-le-Mein, par Hanau.

Le corps de cavalerie de Sébastiani, qui avait fait l'avant-garde depuis
Weissenfels jusqu'à Fulde, où l'on entre dans les montagnes, devait être
remplacé par l'infanterie, en arrivant sur ce point. Je n'ai jamais
connu les motifs qui s'opposèrent à ce que ce grand principe de guerre
fût suivi dans cette grave circonstance; mais, à notre étonnement, la
division de cavalerie légère d'Exelmans continua de marcher en avant de
l'armée. Mon régiment et le 24e de chasseurs étaient en tête. Je
commandais la brigade. Nous apprîmes par les paysans que l'armée
austro-bavaroise occupait déjà Hanau, et qu'une forte division venait
au-devant des Français, pour leur disputer le passage du défilé.

Ma situation, comme chef d'avant-garde, devint alors fort critique; car
comment pouvais-je, _sans un seul fantassin_ et avec de la cavalerie
resserrée entre de hautes montagnes et un torrent infranchissable,
combattre des troupes à pied, dont les éclaireurs, grimpant sur les
rochers, allaient nous fusiller à bout portant? J'envoyai sur-le-champ à
la queue de la colonne prévenir le général de division; mais Exelmans
fut introuvable. Cependant, comme j'avais ordre d'_avancer_ et ne
pouvais arrêter les divisions qui me suivaient, je continuai ma marche,
lorsqu'à un coude que fait la vallée, mes éclaireurs me firent prévenir
qu'ils étaient en face d'un détachement de hussards ennemis.

Les Austro-Bavarois avaient commis la même faute que nos chefs; car si
ceux-ci faisaient attaquer avec de la cavalerie un long et étroit défilé
dans lequel dix à douze chevaux seulement pouvaient passer de front, nos
ennemis envoyaient de la cavalerie pour _défendre_ un passage où cent
voltigeurs auraient arrêté dix régiments de cavalerie! Ma joie fut donc
extrême en voyant que l'ennemi n'avait pas d'infanterie, et comme je
savais par expérience que lorsque deux colonnes de partis divers se
rencontrent sur un terrain étroit, la victoire est à celle qui, fondant
sur la tête de l'autre, la pousse toujours sur les fractions qui sont
derrière elle, je lançai au triple galop ma compagnie d'élite, dont le
premier peloton put seul aborder l'ennemi; mais il le fit si franchement
que la tête de la colonne autrichienne fut enfoncée et tout le reste mis
dans une si grande confusion que mes cavaliers n'avaient qu'à pointer.

Nous continuâmes cette poursuite pendant plus d'une heure. Le régiment
ennemi que nous avions devant nous était celui de Ott. Jamais je ne vis
de hussards aussi beaux. Ils arrivaient de Vienne, où on les avait
complètement habillés de neuf. Leur costume, bien qu'un peu théâtral,
faisait un très bel effet: pelisse, dolman blancs, pantalon et shako
amarante; tout cela propre et luisant à plaisir. On aurait dit qu'ils
venaient du bal ou de jouer la comédie!... Cette brillante tenue
contrastait d'une étrange façon avec la toilette plus que modeste de nos
chasseurs, dont beaucoup portaient encore les vêtements usés avec
lesquels ils avaient bivouaqué pendant dix-huit mois, tant en Russie
qu'en Pologne et en Allemagne, et dont les couleurs distinctives
s'étaient effacées au contact de la fumée du canon et de la poussière
des champs de bataille; mais sous ces habits râpés se trouvaient des
cœurs intrépides et des membres vigoureux! Aussi les blanches pelisses
des hussards de Ott furent-elles horriblement ensanglantées, et ce
régiment coquet perdit, tant en tués qu'en blessés, plus de 200 hommes,
sans qu'aucun des nôtres ne reçût le plus petit coup de sabre, les
ennemis ayant toujours fui sans avoir une seule occasion de se
retourner. Nos chasseurs prirent un grand nombre d'excellents chevaux et
de pelisses dorées.

Tout allait bien pour nous jusque-là; cependant, en suivant au grand
galop le torrent des vainqueurs qui poursuivaient les vaincus, je
n'étais pas sans inquiétude sur la conclusion de cet étrange combat, car
l'affaissement des montagnes qui bordaient des deux côtés la Kinzig
annonçait que nous approchions du point où se termine la vallée, et il
était probable que nous trouverions là une petite plaine garnie
d'infanterie, dont la fusillade et le canon devraient nous faire payer
bien cher notre succès. Mais heureusement il n'en fut rien, et, en
sortant du défilé, nous n'aperçûmes pas un fantassin, mais seulement de
la cavalerie, dont faisait partie le gros du régiment des hussards de
Ott que nous venions de si malmener et qui, dans sa frayeur, continua sa
fuite précipitée et entraîna une quinzaine d'escadrons, qui se
retirèrent sur Hanau.

Le général Sébastiani fit alors déboucher ses trois divisions de
cavalerie, que vinrent bientôt appuyer l'infanterie des maréchaux
Macdonald et Victor, et plusieurs batteries. Enfin, l'Empereur et une
partie de sa garde parurent, et le surplus de l'armée française suivait.

C'était le 29 octobre au soir; on établit les bivouacs dans un bois
voisin; nous n'étions qu'à une lieue de Hanau et de l'armée
austro-bavaroise.



CHAPITRE XXXII

Épisode.--Bataille de Hanau.--Retraite sur le Rhin.--Derniers efforts
des ennemis.--_Azolan_.--Fuite de Czernicheff.--Reconstitution des corps
de troupes.


Voici maintenant quels motifs avaient retenu Exelmans en arrière lors de
notre passage dans le défilé. Avant l'entrée de la vallée, les
éclaireurs lui avaient présenté deux soldats autrichiens faits
prisonniers au moment où, éloignés de leur armée, ils maraudaient et
buvaient dans un village isolé. Exelmans, les ayant fait questionner en
allemand par un de ses aides de camp, fut très étonné qu'ils
répondissent en bon français et leur demanda où ils avaient si bien
appris notre langue. Un de ces malheureux, à moitié ivre, croyant alors
se donner de l'importance, s'écria qu'ils étaient _Parisiens_! À peine
ces mots étaient-ils prononcés que le général, furieux de voir des
Français porter les armes contre leurs compatriotes, ordonna qu'on les
fusillât sur-le-champ. On les saisit, et le pauvre garçon qui, pour
faire le gentil, s'était vanté d'être Français, venait d'être mis à
mort, lorsque son camarade, dégrisé par ce terrible spectacle, protesta
que ni l'un ni l'autre n'avaient jamais mis les pieds en France, mais
qu'étant nés à Vienne, de parents parisiens naturalisés Autrichiens, ils
avaient été considérés comme regnicoles et forcés, comme tels, d'obéir à
la loi du recrutement et d'entrer dans le régiment qu'on leur avait
désigné. Pour prouver ce qu'il avançait, il montra son livret et celui
de son infortuné compagnon, qui constataient le fait. Cédant enfin aux
instances de ses aides de camp, Exelmans consentit à épargner cet
innocent.

Entendant alors le bruit du combat qui commençait, le général voulut
gagner la tête de la colonne que je commandais; mais, arrivé à l'entrée
du défilé, il lui devint impossible d'y pénétrer et de trouver place
dans les rangs, tant était rapide le galop des deux régiments qui
l'occupaient en poursuivant les ennemis. Après l'avoir tenté à maintes
reprises, le général fut bousculé avec son cheval et roula dans la
Kinzig, où il fut sur le point de se noyer.

L'Empereur, se préparant à combattre, profita de la nuit pour diminuer
la file des voitures. Tous les bagages furent dirigés vers la droite,
sur Coblentz, sous l'escorte de quelques bataillons et de la cavalerie
des généraux Lefebvre-Desnouettes et Milhau. Ce fut un grand allégement
pour l'armée.

Le 30 au matin, l'Empereur n'avait encore à sa disposition que les corps
d'infanterie de Macdonald et de Victor, qui ne présentaient qu'un
effectif de 5.000 baïonnettes, soutenu par les divisions de cavalerie de
Sébastiani.

Du côté par lequel nous arrivions, une grande forêt que la route
traverse couvre les approches de Hanau. Les gros arbres de cette forêt
permettent d'y circuler sans trop d'embarras. La ville de Hanau est
bâtie sur la rive opposée de la Kinzig.

Le général de Wrède, qui ne manquait pourtant pas de moyens militaires,
avait commis la faute énorme de placer son armée de telle sorte qu'elle
avait la rivière à dos, ce qui la privait de l'appui qu'auraient pu lui
donner les fortifications de Hanau, avec lesquelles le général bavarois
ne pouvait communiquer que par le pont de Lamboy, qui restait son seul
moyen de retraite. Il est vrai que la position occupée par lui barrait
la route de Francfort et de France, et qu'il se croyait certain de nous
empêcher de forcer le passage.

Le 30 octobre, au point du jour, la bataille s'engagea comme une grande
partie de chasse. Quelques coups de mitraille, le feu de nos tirailleurs
d'infanterie et une charge en fourrageurs exécutée par la cavalerie de
Sébastiani, dispersèrent la première ligne ennemie, assez maladroitement
postée à l'extrême lisière du bois; mais dès qu'on eut pénétré plus
avant, nos escadrons ne pouvant agir que dans les rares clairières
qu'ils rencontraient, les voltigeurs s'engagèrent seuls sur les pas des
Bavarois, qu'ils poussèrent d'arbre en arbre jusqu'au débouché de la
forêt. Alors ils durent s'arrêter en face d'une ligne ennemie forte de
40,000 hommes, dont le front était couvert de 80 bouches à feu!

Si l'Empereur eût eu alors auprès de lui toutes les troupes qu'il
ramenait de Leipzig, une attaque vigoureuse l'aurait rendu maître du
pont de Lamboy, et le général de Wrède aurait payé cher sa témérité;
mais les corps des maréchaux Mortier, Marmont, et le général Bertrand,
ainsi que le grand parc d'artillerie, retardés par le passage de
plusieurs défilés, principalement par celui de Gelnhausen, n'étant pas
encore arrivés, Napoléon ne pouvait disposer que de 10,000
combattants!... Les ennemis auraient dû profiter de ce moment pour
fondre vivement sur nous. Ils ne l'osèrent point, et leur hésitation
donna à l'artillerie de la garde impériale le temps d'arriver.

Dès que le brave général Drouot, qui la commandait, eut quinze pièces
sur le champ de bataille, il commença à canonner, et sa ligne,
s'accroissant successivement, finit par présenter cinquante bouches à
feu, qu'il fit avancer en tirant, bien que fort peu de troupes fussent
encore derrière lui pour la soutenir. Mais, à travers l'épaisse fumée
que vomissait cette formidable batterie, il n'était pas possible que les
ennemis s'aperçussent que les pièces n'étaient pas appuyées. Enfin, les
chasseurs à pied de la vieille garde impériale parurent, au moment où un
coup de vent dissipait la fumée!...

À la vue des bonnets à poil, les fantassins bavarois, saisis de terreur,
reculèrent épouvantés. Le général de Wrède, voulant à tout prix arrêter
ce désordre, fit charger sur notre artillerie toute la cavalerie
autrichienne, bavaroise et russe dont il pouvait disposer, et en un
instant notre immense batterie fut entourée par une nuée de cavaliers
ennemis!... Mais à la voix de l'intrépide général Drouot, leur chef,
qui, l'épée à la main, leur donnait l'exemple d'une courageuse
résistance, les canonniers français, saisissant leurs fusils, restèrent
inébranlables derrière les affûts, d'où ils tiraient à brûle-pourpoint
sur les ennemis. Cependant, le grand nombre de ceux-ci aurait fini par
les faire triompher, lorsque, sur l'ordre de l'Empereur, toute la
cavalerie de Sébastiani ainsi que toute celle de la garde impériale,
grenadiers à cheval, dragons, chasseurs, mameluks, lanciers et gardes
d'honneur, fondant sur les cavaliers ennemis avec furie, en tuèrent un
très grand nombre, dissipèrent le surplus, et s'élançant ensuite sur les
carrés de l'infanterie bavaroise, ils les enfoncèrent, leur firent
éprouver des pertes immenses, et l'armée bavaroise, mise en déroute,
s'enfuit vers le pont de la Kinzig et la ville de Hanau.

Le général de Wrède était fort brave; aussi, avant de s'avouer vaincu
par des forces moitié moins considérables que les siennes, il résolut de
tenter un nouvel effort, et, réunissant tout ce qui lui restait de
troupes disponibles, il nous attaqua à l'improviste. Tout à coup la
fusillade se rapprocha de nous, et la forêt retentissait de nouveau du
bruit du canon; les boulets sifflaient dans les arbres, dont les grosses
branches tombaient avec fracas... L'œil cherchait en vain à percer la
profondeur de ce bois; à peine pouvait-on entrevoir la lueur des
décharges d'artillerie, qui brillaient par intervalles dans l'ombre
projetée par le feuillage épais des hêtres immenses sous lesquels nous
combattions.

En entendant le bruit occasionné par cette attaque des Austro-Bavarois,
l'Empereur dirigea de ce côté les grenadiers à pied de sa vieille garde,
conduits par le général Friant, et bientôt ils eurent triomphé de ce
dernier effort des ennemis, qui se hâtèrent de s'éloigner du champ de
bataille pour se rallier sous la protection de la place de Hanau, qu'ils
abandonnèrent aussi pendant la nuit en y laissant une énorme quantité de
blessés. Les Français occupèrent cette place.

Nous n'étions plus qu'à deux petites lieues de Francfort, ville
considérable, ayant un pont en pierre sur le Mein. Or, comme l'armée
française devait longer cette rivière pour gagner, à Mayence, la
frontière de France qui était à une marche de Francfort, Napoléon
détacha en avant le corps du général Sébastiani et une division
d'infanterie pour aller occuper Francfort, s'emparer de son pont et le
détruire. L'Empereur et le gros de l'armée bivouaquèrent dans la forêt.

La grande route de Hanau à Francfort longe de très près la rive droite
du Mein. Le général Albert, mon ami, qui commandait l'infanterie dont
nous étions accompagnés, était marié depuis quelques années à Offenbach,
charmante petite ville bâtie sur la rive gauche, précisément en face du
lieu où, après avoir laissé derrière nous les bois de Hanau, nous fîmes
reposer nos chevaux dans l'immense et belle plaine de Francfort.

En se voyant si près de sa femme et de ses enfants, le général Albert ne
put résister à l'envie d'avoir de leurs nouvelles et surtout de les
rassurer sur son compte, après les dangers qu'il venait de courir aux
batailles de Leipzig et de Hanau, et pour cela il s'exposa peut-être
plus qu'il ne l'avait été dans ces sanglantes affaires, car, s'avançant
en uniforme et à cheval jusqu'à l'extrême rivage du Mein, il héla,
malgré nos observations, un batelier dont il était connu; mais pendant
qu'il causait avec cet homme, un officier bavarois, accourant à la tête
d'un piquet de fantassins, fit apprêter les armes et allait tirer sur le
général français, lorsqu'un groupe nombreux d'habitants et de bateliers,
se plaçant devant les fusils, empêcha les soldats de faire feu, car
Albert était très aimé à Offenbach.

En voyant cette ville où je venais de combattre pour mon pays, j'étais
bien loin de penser qu'elle deviendrait un jour mon asile contre la
_proscription_ du gouvernement de la France, et que j'y passerais _trois
ans_ dans l'exil!...

L'Empereur, après avoir quitté la forêt de Hanau pour se rendre à
Francfort, avait à peine fait deux lieues, lorsqu'il apprit que la
bataille recommençait derrière lui. En effet, le général bavarois, qui
avait craint, après sa déconfiture de la veille, d'être talonné à
outrance par l'Empereur, s'était rassuré en voyant l'armée française
plus empressée de gagner le Rhin que de le poursuivre, et, revenant sur
ses pas, il attaquait vivement notre arrière-garde. Mais les corps de
Macdonald, Marmont et celui de Bertrand, qui avaient occupé Hanau
pendant la nuit, ayant laissé les Austro-Bavarois s'engager encore une
fois au delà de la Kinzig, les reçurent à coups de baïonnette, les
culbutèrent et en firent un très grand massacre!... Le général en chef
de Wrède fut grièvement blessé, et son gendre, le prince d'Œttingen, fut
tué.

Le commandement de l'armée ennemie échut alors au général autrichien
Fresnel, qui ordonna la retraite, et les Français continuèrent
tranquillement leur marche vers le Rhin. Nous le repassâmes le 2 et le 3
novembre 1813, après une campagne entremêlée de victoires éclatantes et
de revers désespérants qui, ainsi que je l'ai déjà dit, eurent pour
principale cause l'erreur dans laquelle tomba Napoléon, lorsqu'au lieu
de faire la paix au mois de juin, après les victoires de Lutzen et de
Bautzen, il se brouilla avec l'Autriche, ce qui entraîna la
Confédération du Rhin, c'est-à-dire toute l'Allemagne; de sorte que
Napoléon eut bientôt toute l'Europe contre lui!...

Après notre rentrée en France, l'Empereur ne s'arrêta que six jours à
Mayence, et se rendit à Paris, où il s'était fait précéder de vingt-six
drapeaux pris à l'ennemi. L'armée blâma le prompt départ de Napoléon. On
convenait que de grands intérêts politiques l'appelaient à Paris, mais
on pensait qu'il aurait dû se partager entre sa capitale et le soin de
réorganiser son armée, et aller de l'une à l'autre pour exciter le zèle
de chacun, car l'expérience avait dû lui apprendre qu'en son absence
rien ou très peu de chose se faisait.

Les derniers coups de canon que j'entendis en 1813 furent tirés à la
bataille de Hanau, comme aussi ce jour-là faillit être le dernier de ma
vie! Mon régiment chargea _cinq fois_, dont deux sur les carrés
d'infanterie, une sur l'artillerie et deux sur les escadrons bavarois.
Mais le plus grand danger que je courus provint de l'explosion d'un
caisson chargé d'obus qui prit feu tout auprès de moi. J'ai dit que, par
ordre de l'Empereur, toute la cavalerie française fit une charge
générale dans un moment très difficile. Or, il ne suffit pas, en pareil
cas, qu'un chef de corps, surtout lorsqu'il est engagé dans une forêt,
lance son régiment droit devant lui, comme je l'ai vu faire à plusieurs;
mais il doit, d'un coup d'œil rapide, examiner le terrain sur lequel
vont arriver ses escadrons, afin d'éviter de les conduire dans des
fondrières marécageuses.

Je marchai donc quelques pas en avant, suivi de mon état-major
régimentaire, ayant à côté de moi un trompette qui, d'après mon ordre,
signalait aux divers escadrons les obstacles qu'ils allaient trouver
devant leur ligne. Bien que les arbres fussent largement espacés entre
eux, le passage de la forêt était difficile pour la cavalerie, parce que
le terrain se trouvait jonché de morts, de blessés, de chevaux tués ou
mourants, d'armes, de canons et de caissons abandonnés par les Bavarois;
et l'on comprend qu'il est très difficile, en pareil cas, qu'un colonel
allant au grand galop sur les ennemis au milieu des balles et des
boulets, tout en examinant le terrain que ses escadrons vont traverser,
puisse s'occuper de sa personne!... Je m'en rapportais donc pour cela à
l'intelligence et à la souplesse de mon excellent et brave cheval turc
_Azolan_! Mais le petit groupe qui me suivait de plus près ayant été
infiniment diminué par un coup de mitraille qui avait blessé plusieurs
de mes ordonnances, je n'avais à mes côtés que le trompette de service,
charmant et bon jeune homme, lorsque sur toute la ligne du régiment
j'entends ces cris: «Colonel! colonel! Prenez garde!...» Et j'aperçois à
dix pas de moi un caisson de l'artillerie bavaroise qu'un de nos obus
venait d'enflammer!

Un arbre énorme, abattu par quelques boulets, me barrait le chemin en
avant; passer de ce côté m'eût pris trop de temps. Je crie au trompette
de se baisser, et, me couchant sur l'encolure de mon cheval, je le
présente devant l'arbre pour le sauter. _Azolan_ s'élance très loin,
mais pas assez pour franchir toutes les branches touffues, au milieu
desquelles ses jambes sont empêtrées. Cependant le caisson flambait
déjà, et la poudre allait prendre feu! Je me considérais comme perdu...
quand mon cheval, comme s'il eût compris notre danger commun, se mit à
faire des bonds de quatre à cinq pieds de haut, toujours en s'éloignant
du caisson, et dès qu'il fut en dehors des branchages, il prit un galop
tellement rapide en allongeant et baissant son corps, qu'il s'en fallait
de bien peu qu'il ne fût réellement _ventre à terre_.

Je frissonnai lorsque la détonation se produisit. Il paraît que je me
trouvais hors de la portée des éclats d'obus, car ni moi ni mon cheval
ne fûmes atteints. Mais il n'en avait pas été de même pour mon jeune
trompette; car, le régiment ayant repris sa marche après l'explosion, on
aperçut ce malheureux jeune homme mort et horriblement mutilé par les
éclats de projectiles. Son cheval était aussi broyé en morceaux.

Mon brave _Azolan_ m'avait déjà sauvé à la Katzbach. Je lui devais donc
la vie pour la seconde fois. Je le caressai, et la pauvre bête, comme
pour exprimer sa joie, se mit à hennir de sa voix la plus claire. Il est
des moments où l'on est porté à croire que certains animaux ont
infiniment plus d'intelligence qu'on ne le pense généralement.

Je regrettai vivement mon trompette, qui, tant par son courage que par
ses manières, s'était fait aimer de tout le régiment. Il était fils d'un
professeur du collège de Toulouse, avait fait ses classes, et trouvait
un grand plaisir à débiter des tirades de latin. Une heure avant sa
mort, ce pauvre garçon ayant remarqué que presque tous les arbres de la
forêt de Hanau étaient des hêtres, dont les branches, se projetant au
loin, formaient une espèce de toit, l'occasion lui parut favorable pour
réciter l'églogue de Virgile qui commence par ce vers:

     Tityre, tu patulæ recubans sub tegmine fagi...

ce qui fit beaucoup rire le maréchal Macdonald, qui, passant en ce
moment devant nous, s'écria: «Voilà un petit gaillard dont la mémoire
n'est pas troublée par ce qui l'entoure! C'est bien certainement la
première fois qu'on récite des vers de Virgile sous le feu du canon
ennemi!»

«Celui qui se sert de l'épée périra par l'épée», disent les Livres
saints. Si cette parabole n'est point applicable à tous les militaires,
elle l'était sous l'Empire à beaucoup d'entre eux. Ainsi M. Guindet,
qui, en octobre 1806, avait tué au combat de Saalfeld le prince Louis de
Prusse, fut tué lui-même à la bataille de Hanau. Ce fut sans doute la
crainte d'avoir un pareil sort qui engagea le général russe Czernicheff
à fuir devant le danger.

Vous devez vous rappeler que, dans les premiers mois de 1812, cet
officier, alors colonel aide de camp et favori de l'empereur Alexandre,
se trouvant à Paris, avait abusé de sa haute position pour séduire deux
pauvres employés du ministère de la guerre, qui furent exécutés pour
avoir vendu l'état de situation des armées françaises, et que le colonel
russe n'évita la juste punition que lui auraient infligée les tribunaux
qu'en s'échappant furtivement de France. Rentré dans son pays, M. de
Czernicheff, bien qu'il fût plus courtisan que militaire, y devint
officier général et commandait à ce titre une division de 3,000
Cosaques, la seule troupe russe qui parût à la bataille de Hanau, où son
chef joua un rôle qui le rendit la fable des Autrichiens et des Bavarois
présents à cet engagement.

En effet, Czernicheff, qui, en marchant contre nous, chantait hautement
victoire tant qu'il crut n'avoir à combattre que des soldats malades et
sans ordre, changea de ton dès qu'il se vit en présence de braves et
vigoureux guerriers revenant de Leipzig. Le général de Wrède eut d'abord
toute sorte de peine à le faire entrer en ligne, et dès que Czernicheff
entendit la terrible canonnade de notre artillerie, il mit ses 3,000
cavaliers au trot et s'éloigna bravement du champ de bataille, au milieu
des huées des troupes austro-bavaroises, indignées de cette honteuse
conduite. Le général de Wrède étant accouru en personne lui faire de
sanglants reproches, M. de Czernicheff répondit que les chevaux de ses
régiments avaient besoin de manger, et qu'il allait les faire rafraîchir
dans les villages voisins. Cette excuse fut trouvée si ridicule que,
quelque temps après, les murs de presque toutes les villes d'Allemagne
furent couverts de caricatures représentant M. de Czernicheff faisant
manger à ses chevaux des bottes de lauriers cueillis dans la forêt de
Hanau. Les Allemands, malgré leur flegme habituel, sont quelquefois très
caustiques.

En repassant le Rhin, les troupes dont se composaient les débris de
l'armée française s'attendaient à voir finir leurs misères dès qu'elles
toucheraient le sol de la patrie; mais elles éprouvèrent une bien grande
déception, car l'administration et l'Empereur lui-même avaient tellement
compté sur des succès, et si peu prévu notre sortie de l'Allemagne, que
rien n'était préparé sur notre frontière pour y recevoir des troupes et
les réorganiser. Aussi, dès le jour même de notre entrée à Mayence, les
soldats et les chevaux auraient manqué de vivres si l'on ne les eût
dispersés et logés chez les habitants des bourgs et villages voisins.
Mais ceux-ci, qui, depuis les premières guerres de la Révolution,
avaient perdu l'habitude de nourrir des soldats, se plaignirent
hautement, et il est de fait que cette charge était trop lourde pour les
communes.

Comme il fallait garder, ou du moins surveiller les divers points de
l'immense ligne que forme le Rhin depuis Bâle jusqu'à la Hollande, on
établit comme on le put les nombreux malades et blessés dans les
hôpitaux de Mayence. Tous les hommes valides rejoignirent les noyaux de
leurs régiments; puis les divisions et corps d'armée, dont la plupart ne
se composaient que de très faibles cadres, furent répartis le long du
fleuve. Mon régiment, ainsi que tout ce qui restait du corps de
cavalerie de Sébastiani, descendit le Rhin à petites journées; mais,
bien que le temps fût superbe et le paysage charmant, chacun était navré
de douleur, car on prévoyait que la France allait perdre ces belles
contrées, et que ses malheurs ne se borneraient pas là.

Mon régiment passa quelque temps à Clèves, puis quinze jours dans la
petite ville d'Urdingen, et descendit ensuite jusqu'à Nimègue. Pendant
ce triste voyage, nous étions péniblement affectés en voyant à la rive
opposée les populations allemandes et hollandaises arracher de leurs
clochers le drapeau français pour y replacer celui de leurs anciens
souverains!... Malgré ces tristes préoccupations, tous les colonels
tâchaient de réorganiser le peu de troupes qui leur restaient; mais que
pouvions-nous faire sans effets, équipements ni armes de rechange?...

La nécessité de faire vivre l'armée forçait l'Empereur à la tenir
disséminée, tandis que pour la réorganiser il aurait fallu créer de
grands centres de réunion. Nous étions donc dans un cercle vicieux.
Cependant les ennemis, qui auraient dû passer le Rhin peu de jours après
nous pour empêcher notre réorganisation, se sentaient encore si
affaiblis par les rudes coups que nous leur avions portés dans la
dernière campagne, qu'il leur fallait du temps pour se remettre. Ils
nous laissèrent donc tranquilles tout le mois de novembre et de
décembre, que je passai en grande partie sur les bords du Rhin, dans un
fantôme de corps d'armée, commandé par le maréchal Macdonald.

Je reçus enfin, ainsi que les autres colonels de cavalerie, l'ordre de
conduire tous mes hommes démontés au dépôt de mon régiment, pour tâcher
d'y reconstituer de nouveaux escadrons. Le dépôt du 23e de chasseurs
étant encore à Mons, en Belgique, je m'y rendis. Ce fut là que je vis la
fin de l'année 1813, si fertile en grands événements, et pendant
laquelle j'avais couru bien des dangers et supporté bien des fatigues.

Avant de terminer ce que j'ai à dire sur cette année, je crois devoir
indiquer sommairement les derniers événements de la campagne de 1813.



CHAPITRE XXXIII

Derniers événements de 1813.--Reddition des places.--Violation déloyale
de la capitulation de Dresde.--Désastres en Espagne.--Affaire de
Vitoria.--Joseph regagne la frontière.--Retraite de Soult sur
Bayonne.--Suchet en Catalogne.--Situation en Tyrol et en Italie.


Les places fortes d'Allemagne dans lesquelles, en se retirant, l'armée
française avait laissé des garnisons, furent bientôt cernées et
plusieurs même assiégées. Presque toutes succombèrent. Quatre seulement
tenaient encore à la fin de 1813.

C'était d'abord Hambourg, où commandait l'intrépide maréchal Davout, qui
sut conserver cette place importante jusqu'au moment où, l'Empereur
ayant abdiqué, le nouveau gouvernement rappela la garnison en France;
secondement, Magdebourg, que le général Le Marois, aide de camp de
l'Empereur, sut aussi conserver jusqu'à la fin de la guerre;
troisièmement, Wittemberg, que défendait avec courage le vieux général
Lapoype, et qui fut enlevé d'_assaut_ le 12 janvier suivant; enfin
Erfurt, qui fut obligé de capituler faute de vivres.

Toutes les autres forteresses que l'Empereur avait voulu conserver au
delà du Rhin, et dont les plus importantes étaient Dresde, Danzig,
Stettin, Zamosk, Torgau et Modlin, se trouvaient déjà au pouvoir de
l'ennemi. L'occupation des deux premières fut un _déshonneur_ pour les
armées alliées! En effet, lorsque, après la bataille de Leipzig,
Napoléon se retira vers la France avec les débris de son armée, en
laissant à Dresde un corps de 25,000 hommes, commandé par le maréchal
Saint-Cyr, celui-ci essaya de s'ouvrir, les armes à la main, un passage
au travers des troupes ennemies qui le bloquaient. Il les repoussa
plusieurs fois, mais enfin, accablé par des forces supérieures et
manquant de vivres, il fut contraint d'accepter la capitulation
honorable qui lui était offerte. Elle portait que la garnison
conserverait ses armes, qu'elle ne serait pas prisonnière de guerre et
retournerait en France par journées d'étape.

Le maréchal aurait voulu que ses troupes réunies marchassent en corps
d'armée et bivouaquassent tous les soirs sur le même point, ce qui leur
eût permis de se défendre en cas de trahison; mais les généraux ennemis
ayant fait observer que, par suite de l'épuisement du pays, il ne serait
pas possible de trouver tous les jours vingt-cinq mille rations dans la
même localité, le maréchal français dut céder devant cette nécessité. Il
consentit donc à ce que son armée fût divisée en plusieurs petites
colonnes de 2 à 3,000 hommes, qui voyageraient à une et même deux étapes
de distance.

Pendant les premiers jours, tout se passa convenablement; mais dès que
la dernière colonne française fut sortie de Dresde, après avoir fait la
remise des forts et des munitions de guerre, les généraux étrangers
déclarèrent qu'ils n'avaient pas eu le droit de signer la capitulation
sans l'agrément de leur généralissime prince de Schwartzenberg, et que
celui-ci la désapprouvant, elle était nulle! Mais on offrait de ramener
nos troupes à Dresde, et de les replacer exactement dans la situation où
elles se trouvaient le jour de la capitulation, c'est-à-dire avec des
vivres pour quelques jours seulement, pénurie que les Français avaient
cachée aux étrangers tant que nous occupions la place, et qui,
désormais connue par ceux-ci, rendait leur nouvelle proposition
illusoire!...

Nos troupes furent indignées de cet odieux manque de foi; mais que
pouvaient entreprendre des détachements isolés de 2 à 3,000 hommes, que
les ennemis avaient pris la précaution de faire entourer par des
bataillons placés d'avance sur les lieux où chaque petite colonne
française devait apprendre la rupture de la capitulation de Dresde?
Toute résistance devenait impossible; nos gens furent donc dans la
triste nécessité de mettre bas les armes!...

Après la trahison commise sur le champ de bataille de Leipzig, venait la
transgression des capitulations, engagements jusque-là sacrés parmi
toutes les nations civilisées. Les Allemands n'en ont pas moins chanté
_victoire_, car tout, même l'infamie, leur paraissait permis pour
abattre l'empereur Napoléon. Tous les souverains alliés ayant adopté ce
nouvel et inique droit des gens, inconnu de nos pères, ils le mirent en
pratique à l'égard de la garnison de Danzig.

Le brave général Rapp, après avoir longtemps défendu cette place avec la
plus grande vigueur, mais n'ayant enfin plus de vivres, consentit à se
rendre, à condition que la garnison rentrerait en France. Cependant,
malgré le traité signé par le prince de Wurtemberg, commandant le corps
d'armée qui faisait le siège, cette condition fut indignement violée, et
les courageux défenseurs de Danzig, encore au nombre de 16,000, furent
envoyés comme prisonniers en Russie, où la plupart périrent de misère.

Un des traits les plus saillants de ce siège mémorable fut la conduite
d'un capitaine d'infanterie de la garnison, nommé M. de Chambure. Cet
officier, rempli de courage et d'intelligence, avait demandé et obtenu
l'autorisation de faire une _compagnie franche_, choisie parmi les plus
intrépides volontaires. Cette troupe s'était vouée aux entreprises les
plus téméraires. Elle allait pendant la nuit surprendre les postes des
assiégeants, pénétrait dans leurs tranchées, dans leurs camps,
détruisait leurs ouvrages sous le feu même de leurs batteries, enclouait
leurs pièces et allait au loin dans la campagne enlever ou piller leurs
convois. Chambure, s'étant embarqué pendant la nuit avec ses hommes,
surprit un cantonnement russe, mit le feu à un parc de munitions,
détruisit plusieurs magasins, tua ou blessa plus de cent cinquante
hommes, n'en perdit que trois et rentra dans la place, triomphant.

Peu de temps après, M. de Chambure se porte une nuit sur la batterie de
brèche, s'en empare, encloue toutes les bouches à feu, et, joignant la
raillerie au courage, il dépose dans la gueule d'un mortier une lettre
adressée au prince de Wurtemberg et ainsi conçue: «Prince, vos bombes
m'empêchant de dormir, je suis venu enclouer vos mortiers; ne m'éveillez
donc plus, ou je serai forcé de vous faire de nouvelles visites.» En
effet. Chambure revint plusieurs fois, réussit constamment et répandit
la terreur parmi les travailleurs et les canonniers ennemis. Horace
Vernet a popularisé son nom en le représentant au moment où il dépose
dans un mortier la lettre adressée au prince de Wurtemberg.

Les nombreuses défections qui se produisirent à cette époque me
rappellent l'anecdote suivante[20]. Parmi les généraux qui secondèrent
le célèbre Washington, combattant pour l'indépendance américaine, le
plus brave, le plus capable, le plus estimé de l'armée était le général
Arnold. Il perdit une jambe dans une bataille, et son patriotisme était
si grand qu'il n'en continua pas moins à combattre les ennemis de son
pays; mais enfin, s'étant brouillé avec Washington au sujet d'un
passe-droit dont il croyait avoir à se plaindre, le général Arnold
déserta, alla prendre du service dans l'armée anglaise et devint un des
plus grands ennemis de ses compatriotes. Quelque temps après, un
armistice ayant été signé et quelques officiers américains s'étant
avancés entre les deux camps, plusieurs officiers anglais, au nombre
desquels se trouvait le général Arnold, s'approchèrent d'eux, et l'on
causa paisiblement.

Cependant le général Arnold, s'apercevant que sa présence déplaisait à
ses anciens amis, leur dit qu'il s'en étonnait, car s'il était
actuellement leur adversaire, ils ne devaient pas oublier les éminents
services qu'il avait rendus jadis à l'Amérique, pour laquelle il avait
perdu une jambe. Alors un Américain lui répondit: «Nous nous en
souvenons si bien que, si jamais nous te faisons prisonnier, ta jambe de
bois sera déposée dans le temple de la Patrie, comme un monument destiné
à rappeler à nos derniers neveux l'héroïque valeur dont tu fis preuve
lorsque tu combattais pour l'indépendance de ta patrie; mais après avoir
rendu cet honneur à ta jambe, nous ordonnerions d'accrocher le surplus
de ton corps à la potence, pour servir d'exemple à tous les traîtres qui
combattent contre leur patrie!»

Mais reprenons l'examen de la situation des armées françaises en
décembre 1813.

L'Espagne, cause première de toutes les catastrophes qui signalèrent la
fin du règne de Napoléon, avait été dégarnie, dans le cours de cette
année, d'une grande partie de ses meilleures troupes, que l'Empereur
envoya renforcer l'armée d'Allemagne. Cependant, l'effectif de celles
qui restèrent dans la péninsule Ibérique s'élevait encore à plus de
100,000 nommes. Ce nombre, bien qu'insuffisant, aurait cependant contenu
les ennemis, si Napoléon en avait laissé le commandement au maréchal
Soult. Mais comme il voulait absolument faire de son frère Joseph un
_général_ qui sût défendre le royaume qu'il lui avait donné, ce fut à ce
prince, homme fort estimable, mais antimilitaire, que l'Empereur confia
la direction des armées d'Espagne. Il lui donna, il est vrai, pour major
général et conseil, le maréchal Jourdan; mais celui-ci, vieilli avant
l'âge, et qui n'avait pas fait la guerre depuis les premières campagnes
de la Révolution, était aussi usé au moral qu'au physique et n'inspirait
aucune confiance aux troupes. Aussi, malgré les talents dont firent
preuve Suchet, Reille, Bonnet, Gazan, Foy, Harispe, Decaen, Clausel et
autres généraux qui servaient sous les ordres du roi Joseph, les armées
anglo-portugaises, commandées par lord Wellington et aidées par les
guérillas espagnoles, nous firent éprouver d'irréparables pertes.

Les Français, resserrés sur tous les points, avaient déjà été contraints
d'abandonner Madrid, les deux Castilles, et de repasser l'Èbre, pour
concentrer leurs principales forces autour de la ville de Vitoria,
lorsque, attaqués dans cette position par des masses trois fois
supérieures en nombre, ils perdirent une bataille dont les suites furent
d'autant plus désastreuses que le roi Joseph et le maréchal Jourdan
n'avaient pris aucune précaution pour assurer la retraite; aussi
fut-elle des plus désordonnées. Les équipages du Roi, les parcs
d'artillerie, les nombreuses voitures d'une foule d'Espagnols qui,
ayant pris parti pour Joseph, cherchaient à fuir la vengeance de leurs
compatriotes, les fourgons du trésor, ceux de l'administration
militaire, etc., etc., tout cela se trouva bientôt pêle-mêle, au point
que les routes en furent encombrées et que les régiments avaient
grand'peine à se mouvoir au milieu de cette confusion. Cependant, ils ne
se débandèrent pas, et, malgré les vigoureuses attaques des ennemis, le
gros de l'armée parvint à gagner Salvatierra et la route de Pampelune,
par laquelle la retraite fut exécutée.

La bataille de Vitoria fit honneur aux talents et à la valeur du général
Clausel, qui rallia l'armée et lui donna une direction. Dans cette
malheureuse journée, les Français perdirent 6,000 hommes tués, blessés
ou faits prisonniers, et laissèrent au pouvoir des ennemis une grande
partie de leur artillerie et presque tous leurs bagages.

Malgré cet échec, nos troupes, dont le moral était excellent, auraient
pu se maintenir dans la Navarre, en s'appuyant à la place forte de
Pampelune et aux montagnes des Pyrénées; mais le roi Joseph ordonna de
continuer la retraite et de franchir la Bidassoa, dont notre
arrière-garde, commandée par le général Foy, eut ordre de détruire le
pont. Ainsi, dès la fin de juin, nous avions abandonné l'Espagne sur
cette partie de la frontière; néanmoins, le maréchal Suchet tenait
encore en Aragon, en Catalogne et dans le royaume de Valence; mais les
résultats de la bataille de Vitoria furent si malheureux pour nous que,
Wellington ayant pu envoyer des renforts dans le midi de, l'Espagne,
Suchet dut évacuer le royaume et la ville de Valence.

Ceci avait lieu au moment où l'Empereur était encore triomphant en
Allemagne. Dès qu'il fut informé de la situation des affaires au delà
des Pyrénées, il s'empressa de révoquer les pouvoirs donnés par lui au
roi Joseph ainsi qu'au maréchal Jourdan, et nomma le maréchal Soult son
lieutenant général auprès de toutes les armées d'Espagne.

Celui-ci, après avoir réorganisé les divisions, fit de grands efforts
pour secourir la garnison française laissée dans Pampelune; mais ce fut
en vain; cette place fut obligée de capituler, et le maréchal Soult dut
ramener ses troupes sur la Bidassoa. La forteresse de Saint-Sébastien,
gouvernée par le brave général Rey, se défendit très longtemps; mais
enfin elle fut prise d'assaut par les Anglo-Portugais, qui, oubliant les
droits de l'humanité, pillèrent, violèrent et massacrèrent les
malheureux habitants de cette ville espagnole, bien qu'ils fussent leurs
alliés! Les officiers anglais ne prirent aucune mesure pour mettre un
terme à ces atrocités, qui durèrent trois fois vingt-quatre heures, à la
honte de Wellington, des généraux de son armée et de la nation
anglaise!...

Le maréchal Soult défendit pied à pied la chaîne des Pyrénées, et battit
plusieurs fois Wellington; mais les forces supérieures dont celui-ci
disposait lui permettant de reprendre sans cesse l'offensive, il parvint
enfin à s'établir en deçà de nos frontières et porta son quartier
général à Saint-Jean de Luz, première ville de France, que n'avaient pu
lui faire perdre ni les défaites éprouvées par le roi François Ier, ni
les guerres désastreuses de la fin du règne de Louis XIV.

On ne conçoit pas qu'après la défection des troupes allemandes à
Leipzig, le maréchal Soult ait cru pouvoir conserver dans l'armée
française des Pyrénées plusieurs milliers de soldats d'outre-Rhin!...
Ils passèrent tous à l'ennemi dans une même nuit, et augmentèrent les
forces de Wellington.

Cependant, le maréchal Soult, après avoir réuni plusieurs divisions sous
les remparts de Bayonne, se reporta contre les Anglo-Portugais. Il y eut
le 9 décembre, à Saint-Pierre de Rube, une bataille qui dura cinq jours
consécutifs, et qui fut une des plus sanglantes de cette guerre, car
elle coûta 16,000 hommes aux ennemis et 10,000 aux Français, qui
revinrent néanmoins prendre leur position autour de Bayonne.

Avant que ces événements se produisissent vers les Basses-Pyrénées, le
maréchal Suchet, ayant appris en octobre les revers que Napoléon venait
d'éprouver en Allemagne, et comprenant qu'il lui serait impossible de se
maintenir dans le midi de l'Espagne, se prépara à se rapprocher de la
France. À cet effet, il se replia sur Tarragone, dont il fit sauter les
remparts après avoir retiré la garnison, qui vint augmenter son armée,
dont la retraite, bien qu'inquiétée par les Espagnols, s'opéra dans le
plus grand ordre, et à la fin de décembre 1813, Suchet et les troupes
sous ses ordres se trouvèrent établis à Girone.

Pour compléter cet examen de la situation des armées françaises à la fin
de 1813, il est nécessaire de rappeler qu'au printemps de cette année,
l'Empereur, comptant fort peu sur l'Autriche, avait réuni dans le Tyrol
et dans son royaume d'Italie une nombreuse armée, dont il avait confié
le commandement à son beau-fils Eugène de Beauharnais, vice-roi de ce
pays. Ce prince était bon, fort doux, très dévoué à l'Empereur; mais
quoique infiniment plus militaire que Joseph, roi d'Espagne, il s'en
fallait cependant de beaucoup qu'il fût capable de conduire une armée.
La tendresse que l'Empereur avait pour Eugène l'abusait sur ce point.

Ce fut le 24 août, jour où devait finir en Allemagne l'armistice conclu
entre Napoléon et les alliés, que les Autrichiens, jusque-là restés
neutres, se déclarèrent nos ennemis au delà des Alpes. Les troupes
italiennes combattaient dans nos rangs, mais les Dalmates avaient
abandonné notre parti pour prendre celui de l'Autriche. Le prince Eugène
avait sous ses ordres d'excellents lieutenants, parmi lesquels on
distinguait: Verdier, Grenier, Gardanne, Gratien, Quesnel, Campo et
l'Italien Pino. Les hostilités ne furent jamais bien vives, car les
chefs des deux armées avaient compris que ce serait des événements qui
surviendraient en Allemagne que dépendrait le succès de la campagne. Il
y eut néanmoins de nombreux combats avec des résultats divers; mais
enfin les forces supérieures des Autrichiens, auxquelles vint bientôt se
joindre un corps anglais débarqué en Toscane, contraignirent le vice-roi
à ramener l'armée franco-italienne en deçà de l'Adige.

On apprit au mois de novembre la défection de Murat, roi de Naples.
L'Empereur, auquel il devait tout, ne put d'abord y croire. Elle n'était
cependant que trop réelle! Murat venait de joindre ses drapeaux à ceux
de l'Autriche, qu'il avait si longtemps combattue, et ses troupes
occupaient déjà Bologne. Telle est la versatilité des Italiens, qu'ils
accueillirent partout avec acclamations les Austro-Napolitains, qu'ils
détestaient auparavant et haïrent encore davantage peu de temps après.
Au mois de décembre, l'armée du vice-roi, forte seulement de 43,000
hommes, occupait Vérone et ses environs.

L'empereur Napoléon, voyant toute l'Europe coalisée contre lui, ne put
se dissimuler que la première condition de paix qu'on lui imposerait
serait le rétablissement des Bourbons sur le trône d'Espagne. Il résolut
donc de faire de son propre mouvement ce qu'il prévoyait devoir être
forcé de faire plus tard. Il rendit la liberté au roi Ferdinand VII,
retenu à Valençay, et ordonna à l'armée de Suchet de se retirer sur les
Pyrénées.

Ainsi, à la fin de 1813, nous avions perdu toute l'Allemagne, toute
l'Espagne, la plus grande partie de l'Italie, et l'armée de Wellington,
qui venait de franchir la Bidassoa et les Pyrénées occidentales, campait
sur le territoire _français_, en menaçant Bayonne, la Navarre et le
Bordelais.



CHAPITRE XXXIV

1814. Je suis nommé au commandement du département de
Jemmapes.--Situation difficile.--Soulèvement conjuré.--Extermination
d'un parti de Cosaques dans Mons.--Rappel de nos troupes vers
Paris.--Mon dépôt est transféré à Nogent-le-Roi.


Je commençai à Mons l'année 1814, pendant laquelle je ne courus pas
d'aussi grands dangers physiques que dans les précédentes, mais où
j'éprouvai de bien plus grandes peines morales.

Comme j'avais laissé à Nimègue tous les cavaliers de mon régiment qui
avaient encore leurs chevaux, je ne trouvai à Mons, où était le dépôt,
que des hommes démontés, auxquels je cherchais à donner des chevaux
tirés des Ardennes, lorsque les événements s'y opposèrent.

Le 1er janvier, les ennemis, après avoir hésité près de trois mois avant
d'oser envahir la France, passèrent le Rhin sur plusieurs points, dont
l'un des deux plus importants fut d'abord Caub, bourgade située entre
Bingen et Coblentz, au pied des rochers de Lurlai, qui, en resserrant
infiniment le fleuve, rendent sa traversée très facile. L'autre passage
eut lieu à Bâle, dont les Suisses livrèrent le pont de pierre, en
violant la neutralité de leur territoire, neutralité qu'ils réclament ou
abandonnent tour à tour, selon leurs intérêts du moment.

On évalue de 5 à 600,000 hommes le nombre des troupes que les alliés,
nos ennemis, firent alors entrer dans la France, épuisée par vingt-cinq
ans de guerre, qui avait plus de la moitié de ses soldats prisonniers en
pays étrangers, et dont plusieurs provinces étaient prêtes à se séparer
à la première occasion. De ce nombre était la province dont Mons,
chef-lieu du département de Jemmapes, faisait partie.

Cette vaste et riche contrée, annexée à la France d'abord en _fait_ par
la guerre en 1792, et puis en _droit_ par le traité d'Amiens, s'était si
bien habituée à cette union, qu'après les désastres de la campagne de
Russie, elle avait montré le plus grand zèle et fait d'énormes
sacrifices pour aider l'Empereur à remettre ses troupes sur un bon pied.
Hommes, chevaux, équipement, habillement..., elle avait obtempéré à
toutes les demandes sans murmurer!... Mais les pertes que nous venions
d'éprouver en Allemagne ayant découragé les Belges, je trouvai l'esprit
de cette population totalement changé. Elle regrettait hautement le
gouvernement paternel de la maison d'Autriche, sous lequel elle avait
longtemps vécu, et désirait vivement se séparer de la France, dont les
guerres continuelles ruinaient son commerce et son industrie. En un mot,
la Belgique n'attendait que l'occasion de se révolter, ce qui eût été
d'autant plus dangereux pour nous que, par sa position topographique,
cette province se trouvait sur les derrières du faible corps d'armée que
nous avions encore sur le Rhin. L'Empereur envoya donc quelques troupes
à Bruxelles, dont il donna le commandement au général Maison, homme
capable et des plus fermes.

Celui-ci, ayant parcouru plusieurs départements, reconnut que celui de
Jemmapes, surtout la ville de Mons, était animé du plus mauvais esprit.
On y parlait publiquement d'une prise d'armes contre les faibles
garnisons françaises qui l'occupaient, ce que ne pouvait empêcher le
général O..., qui en avait le commandement; car ce général, vieux,
goutteux, sans énergie, étant né en Belgique, paraissait craindre de se
compromettre vis-à-vis de ses compatriotes. Le comte Maison le suspendit
de ses fonctions et me donna le commandement du département de Jemmapes.

La mission était d'autant plus difficile que, après les Liégeois, les
habitants du Borinage, ou pays montois, sont les plus hardis et les plus
turbulents de toute la Belgique, et que, pour les contenir, je n'avais
qu'un petit bataillon de 400 conscrits, quelques gendarmes, et 200
cavaliers démontés de mon régiment, parmi lesquels se trouvaient une
cinquantaine d'hommes nés dans le pays, et qui, en cas de collision,
auraient été se joindre aux insurgés. Je ne pouvais donc vraiment
compter que sur les 150 autres chasseurs, qui, provenant de l'ancienne
France, et ayant tous fait la guerre avec moi, m'auraient suivi partout.
Ils avaient de bons officiers. Ceux de l'infanterie, et surtout le chef
de bataillon, étaient on ne peut mieux disposés à me seconder.

Je ne pouvais cependant me dissimuler que, si l'on en venait aux mains,
la partie ne serait pas égale. En effet, de l'hôtel où j'étais logé, je
voyais tous les jours 3 à 4,000 paysans et ouvriers de la ville, armés
de gros bâtons, se réunir sur la grande place et prêter l'oreille aux
discours de plusieurs anciens officiers autrichiens, tous nobles et
riches, et qui, ayant quitté le service lors de la réunion de la
Belgique à la France, prêchaient actuellement contre l'Empire, qui les
avait accablés d'impôts, leur avait enlevé leurs enfants pour les
envoyer à la guerre, etc., etc. Ces propos étaient écoutés avec d'autant
plus d'avidité, qu'ils sortaient de la bouche de seigneurs grands
propriétaires, et s'adressaient à leurs fermiers et aux gens qu'ils
occupaient, et sur lesquels ils avaient une très grande influence!...

Ajoutez à cela que chaque jour apportait des nouvelles de la marche des
ennemis, qui approchaient de Bruxelles, en poussant devant eux les
débris du corps d'armée du maréchal Macdonald. Tous les employés
français quittaient le département pour se réfugier à Valenciennes et à
Cambrai. Enfin, le maire de Mons, M. Duval de Beaulieu, homme des plus
honorables, crut devoir me prévenir que ma faible garnison et moi
n'étions plus en sûreté au milieu d'une nombreuse population exaltée, et
que je ferais bien d'évacuer la ville, ce à quoi personne ne mettrait
obstacle, mon régiment et moi y ayant toujours parfaitement bien vécu
avec les habitants.

Je compris que cette proposition partait d'un comité composé d'anciens
officiers autrichiens, et qu'on avait chargé le maire de venir me la
transmettre dans l'espoir de m'intimider!... Je résolus donc de _montrer
les dents_, et dis à M. Duval que je le priais d'assembler le conseil
municipal ainsi que les notables, et qu'alors je répondrais à la
proposition qu'il venait de me faire.

Une demi-heure après, toute ma garnison était sous les armes, et dès que
le conseil municipal, accompagné des plus riches habitants, se présenta
sur la place, je montai à cheval pour être entendu de tous, et après
avoir prévenu le maire qu'avant de causer avec lui et son conseil
j'avais un ordre très important à donner aux troupes, je fis connaître à
mes soldats la proposition qu'on venait de m'adresser d'abandonner sans
combat la ville confiée à notre garde. Ils en furent indignés et
l'exprimèrent hautement!... J'ajoutai que je ne devais pas leur
dissimuler que les remparts étant démolis sur plusieurs points et
manquant d'artillerie, il serait fort difficile de les défendre contre
des troupes de ligne; que cependant, le cas échéant, nous combattrions
vigoureusement; mais que si, contre le droit des gens, c'étaient les
habitants de la ville et de la campagne qui se portaient contre nous,
nous ne devrions pas nous borner à la _défensive_, mais que nous les
attaquerions en employant tous les moyens, car tous sont permis contre
des _révoltés_!... qu'en conséquence, j'ordonnais à mes soldats de
s'emparer du clocher, d'où, après une demi-heure d'attente et trois
roulements de tambour, ils feraient feu sur les attroupements qui
occuperaient la place, tandis que des patrouilles dissiperaient ceux qui
obstrueraient les rues, en fusillant principalement les gens de la
campagne qui avaient quitté leur travail pour venir nous chercher noise.
J'ajoutai que, si le combat s'engageait, j'ordonnais, comme le meilleur
moyen de défense, de _mettre le feu à la ville_ pour occuper les
habitants, et de tirer constamment sur l'incendie pour les empêcher de
l'éteindre!...

Cette allocution vous paraîtra sans doute bien acerbe; mais songez à la
position critique dans laquelle je me trouvais, n'ayant que 700 hommes,
dont très peu avaient fait la guerre, n'attendant aucun renfort et me
voyant entouré d'une multitude qui augmentait à chaque instant; car
l'officier qui commandait le poste envoyé sur le clocher m'informa que
toutes les routes aboutissant à la ville étaient couvertes de masses de
charbonniers, sortant des mines de Jemmapes et se dirigeant sur Mons. Ma
faible troupe et moi courions le risque d'être écrasés, si je n'eusse
montré une grande énergie!... Mon discours avait produit beaucoup
d'effet sur les riches nobles, promoteurs de l'émeute, ainsi que sur les
habitants de la ville, qui commencèrent à se retirer; mais comme les
paysans ne bougeaient pas, je fis avancer deux caissons de munitions,
distribuer cent cartouches à chaque soldat, charger les armes, et
ordonnai aux tambours de faire les trois roulements précurseurs de la
fusillade!

À ce terrible signal, la foule immense qui encombrait la place se mit à
courir tumultueusement vers les rues voisines, où chacun se pressait à
l'envi pour chercher un refuge, et peu d'instants après, les chefs du
parti autrichien, ayant le maire à leur tête, vinrent me serrer les
mains et me conjurer d'épargner la ville! J'y consentis, à condition
qu'ils enverraient _à la minute_ porter l'ordre aux charbonniers et
ouvriers de retourner chez eux. Ils s'exécutèrent avec empressement, et
les jeunes élégants les mieux montés s'élancèrent sur leurs beaux
chevaux et sortirent par toutes les portes de la cité, pour aller
au-devant des masses, qu'ils renvoyèrent dans leurs villages sans que
personne y mît d'opposition.

Cette obéissance passive me confirma dans la pensée que l'émeute avait
des chefs puissants, et que ma garnison et moi eussions été arrêtés si
je n'eusse intimidé les meneurs, en les menaçant d'employer tous les
moyens, même le feu, plutôt que de rendre à des émeutiers la ville
confiée à ma garde!...

Les Belges sont grands musiciens. Il devait y avoir ce soir-là un
concert d'amateurs, auquel mes officiers et moi étions invités, ainsi
que M. de Laussat, préfet du département, homme ferme et courageux. Nous
convînmes de nous y rendre comme à l'ordinaire, et nous fîmes bien, car
on nous reçut parfaitement, du moins en apparence. Tout en causant avec
les nobles qui avaient dirigé le mouvement, nous leur fîmes comprendre
que ce n'était pas aux populations à décider par la rébellion du sort de
la Belgique, mais bien aux armées belligérantes; qu'il y aurait donc
folie à eux d'exciter au combat des ouvriers et des paysans et de faire
verser le sang pour hâter de quelques jours une solution qu'il fallait
attendre.

Un vieux général autrichien retiré à Mons, où il était né, dit alors à
ses compatriotes qu'ils avaient eu grand tort de comploter l'arrestation
de la garnison, car c'eût été attirer de nombreuses calamités sur la
ville, puisque des militaires ne doivent jamais rendre les armes _sans
combattre_! Chacun convint de la justesse de l'observation, et à compter
de ce jour, la garnison et les habitants vécurent en très bon accord,
comme par le passé. Les Montois nous donnèrent même peu de jours après
une preuve éclatante de leur loyauté; voici à quelle occasion.

À mesure que l'armée des alliés avançait, une foule de vagabonds,
surtout des Prussiens, s'équipaient en _Cosaques_, et, poussés par le
désir du pillage, ces maraudeurs se ruaient sur tout ce qui avait
appartenu à l'administration pendant l'occupation des Français et
s'emparaient même sans répugnance des effets des individus non
militaires de cette nation.

Une forte bande de ces prétendus Cosaques, après avoir traversé le Rhin
et s'être répandue dans les départements de la rive gauche, avait poussé
jusqu'aux portes de Bruxelles et pillé le château impérial de Tervueren,
où elle avait enlevé tous les chevaux du haras que l'Empereur y avait
formé; puis, se fractionnant en divers détachements, ces maraudeurs
parcouraient la Belgique. Il en vint dans le département de Jemmapes, où
ils essayèrent de soulever les populations; mais n'ayant pas réussi, ils
pensèrent que cela provenait de ce que Mons, le chef-lieu, ne se
prononçait pas pour eux, tant était grande la terreur que le colonel qui
y commandait avait inspirée aux Montois!... Ils résolurent donc de
m'enlever ou de me tuer; mais pour ne point me donner l'éveil en
employant un trop grand nombre d'hommes à cette expédition, ils se
bornèrent à envoyer 300 Cosaques.

Il paraît que le chef de ces partisans avait été assez bien renseigné,
car, sachant que j'avais trop peu de monde pour faire bien garder les
vieilles portes et les anciens remparts, alors à moitié démolis, il fit
pendant une nuit obscure approcher de la ville ses cavaliers, dont la
majeure partie, après avoir mis pied à terre, pénétra en silence dans
les rues et se dirigea vers la grande place et l'hôtel de la Poste, où
j'avais d'abord logé. Mais depuis que j'étais informé du passage du Rhin
par les ennemis, je me retirais tous les soirs à la caserne, où je
passais la nuit au milieu de mes troupes. Bien m'en prit, car les
Cosaques allemands entourèrent l'hôtel dont ils fouillèrent tous les
appartements, et furieux de ne pas trouver d'officiers français, ils
s'en prirent à l'aubergiste, qu'ils maltraitèrent, pillèrent, et dont
ils burent le meilleur vin au point de se griser, officiers comme
soldats.

Un Belge, ancien brigadier de mon régiment, nommé Courtois, auquel
j'avais fait obtenir la décoration comme étant l'un de mes plus braves
guerriers, entrait en ce moment à l'hôtel. Cet homme, né à
Saint-Ghislain près de Mons, avait perdu une jambe en Russie l'année
précédente. J'avais été assez heureux pour le sauver en lui procurant
les moyens de regagner la France. Il en avait conservé une telle
reconnaissance que, pendant le séjour que je fis à Mons dans le cours de
l'hiver de 1814, il venait très souvent chez moi et se parait, dans ces
occasions, de l'uniforme du 23e de chasseurs qu'il avait si
honorablement porté. Or, il advint que pendant la nuit dont il est
question, Courtois, regagnant le logis d'un de ses parents chez lequel
il recevait l'hospitalité, aperçut le détachement ennemi qui se
dirigeait vers l'hôtel de la Poste. Bien que le brave brigadier sût que
je n'y passais plus les nuits, il voulut néanmoins s'assurer que _son
colonel_ ne courait aucun danger, et pénétra bravement dans l'hôtel, où
il entraîna son parent.

À la vue de l'uniforme français et de la décoration de la Légion
d'honneur, les Prussiens eurent l'infamie de se jeter sur le malheureux
estropié et voulurent lui arracher la croix qui brillait sur sa
poitrine!... Le vieux soldat ayant cherché à défendre sa décoration, les
Cosaques prussiens le tuèrent, traînèrent son cadavre dans la rue, puis
continuèrent leur orgie!

Mons était si grand relativement à ma faible garnison, que je m'étais
retranché dans la caserne, et concentrant ma défense de nuit sur ce
point, j'avais interdit à ma troupe d'aller du côté de la grande place,
bien que je fusse instruit que les ennemis s'y trouvaient, car je ne
connaissais pas leur nombre et craignais que les habitants ne se
réunissent à eux!... Mais dès que ceux-ci furent informés de
l'_assassinat_ de Courtois, leur compatriote, homme estimé de toute la
contrée, ils résolurent de le venger, et, oubliant momentanément leurs
griefs contre les Français, ils députèrent vers moi le frère de Courtois
ainsi que les plus notables et les plus braves d'entre eux, pour
m'engager à me mettre à leur tête, afin de chasser les Cosaques!

Je crois bien que les excès et le pillage que ceux-ci avaient commis à
l'hôtel de la Poste, inspirant à chaque bourgeois des craintes pour sa
famille et sa maison, les portaient, au moins autant que la mort de
Courtois, à repousser les Cosaques, et qu'ils eussent agi tout
différemment si, au lieu d'assassins et de pillards, des troupes réglées
eussent pénétré dans la ville! Néanmoins, je crus devoir profiter de la
bonne volonté de ceux des habitants qui venaient de s'armer en notre
faveur. Je pris donc une partie de ma troupe, et me portai vers la
place, tandis qu'avec le surplus, le chef de bataillon, qui connaissait
parfaitement la ville, allait, par mon ordre, s'embusquer auprès de la
brèche par laquelle les Cosaques prussiens avaient pénétré dans la
place.

Dès les premiers coups de fusil que nos gens tirèrent sur ces drôles, le
plus grand tumulte régna dans l'hôtel et sur la place!... Ceux des
ennemis qui ne furent pas tués à l'instant s'enfuirent à toutes jambes;
mais beaucoup s'égarèrent dans les rues, où ils furent assommés en
détail. Quant à ceux qui parvinrent jusqu'au lieu où ils avaient laissé
leurs chevaux attachés aux arbres de la promenade, ils y trouvèrent le
chef de bataillon qui les accueillit par une fusillade à
brûle-pourpoint! Le jour venu, on compta dans la ville ou sur la vieille
brèche plus de 200 ennemis morts, et nous n'avions pas perdu un seul
homme, nos adversaires ne s'étant point défendus, tant ils étaient
abrutis par le vin et les liqueurs fortes!... Ceux d'entre eux qui
survécurent à cette surprise, en se laissant glisser le long des débris
des vieux remparts, se jetèrent dans la campagne, où ils furent tous
pris ou tués par les paysans devenus furieux en apprenant la mort du
malheureux Courtois, considéré comme la gloire de la contrée, et qui,
surnommé par eux _la jambe de bois_, leur était devenu aussi cher que le
général Daumesnil, autre _jambe de bois_, l'était aux faubouriens de
Paris.

Je ne cite pas le combat de Mons comme une affaire dont je puisse tirer
vanité, car, avec les gardes nationaux, j'avais douze à treize cents
hommes, tandis que les Cosaques prussiens n'en comptaient guère que 300;
mais j'ai cru devoir rapporter cet engagement bizarre, pour démontrer
combien l'esprit des masses est versatile. En effet, tous les paysans et
charbonniers du Borinage qui, un mois avant, se portaient en masse pour
exterminer ou du moins désarmer le petit nombre de Français laissés dans
Mons, venaient de prendre parti pour eux contre les Prussiens, parce que
ceux-ci avaient tué l'un de leurs compatriotes! Je regrettai aussi
beaucoup le brave Courtois, tombé victime de l'attachement qu'il avait
pour moi.

Le trophée le plus important de notre victoire fut les 300 et quelques
chevaux que les ennemis abandonnèrent entre nos mains. Ils provenaient
presque tous du pays de Berg, et étaient fort bons; aussi je les
incorporai dans mon régiment, pour lequel cette remonte inattendue
arriva fort à propos.

Je passai encore un mois à Mons, dont les habitants étaient redevenus
parfaits pour nous, malgré l'approche des armées ennemies. Mais les
progrès de celles-ci devinrent enfin si considérables que les Français
durent non seulement abandonner Bruxelles, mais toute la Belgique, et
repasser les frontières de l'ancienne France. Je reçus ordre de conduire
le dépôt de mon régiment à Cambrai, où, avec les chevaux pris naguère
aux Cosaques prussiens, je pus remettre dans les rangs 300 bons
cavaliers revenus de Leipzig, et former deux beaux escadrons, qui, sous
la conduite du commandant Sigaldi, furent bientôt dirigés sur l'armée
que l'Empereur avait réunie en Champagne. Ils s'y firent remarquer, et
soutinrent la gloire du 23e de chasseurs, surtout à la bataille de
Champaubert, où fut tué le brave capitaine Duplessis, officier des plus
remarquables.

J'ai toujours eu une grande prédilection pour la lance, arme terrible
entre les mains d'un bon cavalier. J'avais donc demandé et obtenu
l'autorisation de distribuer à mes escadrons des lances que les
officiers d'artillerie ne pouvaient emporter en évacuant les places du
Rhin. Elles furent si bien appréciées que plusieurs autres corps de
cavalerie en demandèrent aussi, et se félicitèrent d'en avoir.

Les dépôts des régiments étant obligés de passer sur la rive gauche de
la Seine afin de ne pas tomber entre les mains des ennemis, le mien se
rendit à Nogent-le-Roi, arrondissement de Dreux. Nous avions un assez
bon nombre de cavaliers, mais presque plus de chevaux. Le gouvernement
faisait les plus grands efforts pour en réunir à Versailles, où il avait
créé un dépôt central de cavalerie, sous les ordres du général Préval.

Celui-ci, de même que son prédécesseur le général Bourcier, entendait
beaucoup mieux les détails de remonte et d'organisation que la guerre,
qu'il avait très peu faite. Il s'acquittait fort bien de la mission
difficile dont l'Empereur l'avait chargé; mais comme il ne pouvait
cependant improviser des chevaux ni des équipements, et qu'il tenait
d'ailleurs à ne mettre en route que des détachements bien organisés, les
départs étaient peu fréquents. J'en gémissais, mais aucun colonel ne
pouvait se rendre à l'armée sans un ordre de l'Empereur, qui, pour
ménager ses ressources, avait défendu d'envoyer à la guerre plus
d'officiers que n'en comportait le nombre d'hommes qu'ils avaient à
commander. Ce fut donc vainement que je priai le général Préval de me
laisser aller en Champagne. Il fixa mon départ pour la fin de mars,
époque à laquelle je devais conduire à l'armée un régiment dit _de
marche_, composé des hommes montés de mon dépôt et de plusieurs autres.

Je fus autorisé à résider jusqu'à ce moment-là à Paris, au sein de ma
famille, car M. Caseneuve, mon lieutenant-colonel, suffisait pour
commander et réorganiser les 200 hommes qui se trouvaient encore à
Nogent-le-Roi, et je pouvais, du reste, les inspecter en quelques
heures. Je me rendis donc à Paris, où je passai une grande partie du
mois de mars, un des plus pénibles de ma vie, bien que je fusse auprès
de ce que j'avais de plus cher. Mais le gouvernement impérial, auquel
j'étais attaché et que j'avais si longtemps défendu au prix de mon sang,
croulait de toutes parts. Les armées ennemies occupaient, de Lyon, une
grande partie de la France, et il était facile de prévoir qu'elles
arriveraient bientôt dans la capitale.



CHAPITRE XXXV

Belle campagne de Napoléon.--La résistance devient
impossible.--Insuffisance des mesures prises pour préserver
Paris.--Arrivée des alliés.--Retour tardif de l'Empereur sur la
capitale.--Paris aurait dû tenir.--Intrigues ourdies contre Napoléon.


Les plus grands antagonistes de l'Empereur sont forcés de convenir qu'il
se surpassa lui-même dans la campagne d'hiver qu'il fit dans les trois
premiers mois de 1814. Jamais général n'avait fait preuve de tant de
talents, ni réalisé d'aussi grandes choses avec d'aussi faibles
ressources. On le vit, avec quelques milliers d'hommes, dont une grande
partie étaient des conscrits inexpérimentés, tenir tête à toutes les
armées de l'Europe, faire face partout avec les mêmes troupes, qu'il
portait d'un point à un autre avec une rapidité merveilleuse, et,
profitant habilement de toutes les ressources du pays pour le défendre,
il courait des Autrichiens aux Russes, des Russes aux Prussiens, pour
revenir de Blücher à Schwarzenberg et de celui-ci à Sacken, quelquefois
repoussé par eux, mais beaucoup plus souvent vainqueur. Il eut un moment
l'espoir de chasser du territoire français les étrangers qui, découragés
par leurs nombreuses défaites, songeaient à repasser le Rhin. Il n'eût
fallu pour cela qu'un nouvel effort de la nation; mais la lassitude de
la guerre était générale, et de toutes parts, surtout à Paris, on
conspirait contre l'Empire.

Plusieurs écrivains militaires ont exprimé leur étonnement de ce que la
France ne s'était pas levée en masse, comme en 1792, pour repousser les
étrangers, ou bien qu'elle n'ait pas imité les Espagnols en formant dans
chaque province un centre de défense nationale.

On répond à cela que l'enthousiasme qui avait improvisé les armées de
1792 était usé par vingt-cinq ans de guerres et les trop fréquentes
conscriptions anticipées faites par l'Empereur, car il ne restait dans
la plupart de nos départements que des vieillards et des enfants. Quant
à l'exemple tiré de l'Espagne, il n'est nullement applicable à la
France, qui, ayant laissé prendre trop d'influence à la ville de Paris,
ne peut rien quand celle-ci ne se met pas à la tête du mouvement, tandis
qu'en Espagne, chaque province, formant un petit gouvernement, avait pu
agir et se créer une armée, lors même que Madrid se trouvait occupé par
les Français. Ce fut la _centralisation_ qui perdit la France.

Il n'entre point dans le plan que je me suis donné de raconter les hauts
faits de l'armée française dans la célèbre campagne de 1814; car il
faudrait pour cela écrire des volumes, commenter tout ce qui a été
publié à ce sujet, et je ne me sens pas le courage de m'appesantir sur
les malheurs de mon pays; je me bornerai donc à dire qu'après avoir
disputé pied à pied le terrain compris entre la Marne, l'Aube, la Saône
et la Seine, l'Empereur conçut un vaste projet qui, s'il réussissait,
devait sauver la France. C'était de se porter avec le gros de ses
troupes, par Saint-Dizier et Vitry, vers la Lorraine et l'Alsace, ce
qui, en menaçant fortement les derrières de l'ennemi, devait lui faire
craindre d'être séparé de ses dépôts, de n'avoir plus aucun moyen de
retraite, et le déterminer à se retirer vers la frontière, tandis qu'il
en avait encore les moyens.

Mais pour que le superbe mouvement stratégique projeté par l'Empereur
pût avoir un bon résultat, il fallait le concours de deux conditions qui
lui manquaient, savoir: la fidélité des hauts fonctionnaires de l'État,
et les moyens d'empêcher les ennemis de s'emparer de Paris, dans le cas
où, sans se préoccuper de la marche que l'Empereur faisait sur leurs
derrières, ils se porteraient vers la capitale. Malheureusement, la
fidélité à l'Empereur était tellement affaiblie dans le Sénat et le
Corps législatif, que ce furent les principaux membres de ces
assemblées, tels que Talleyrand, le duc de Dalberg, Laisné et autres,
qui, par des émissaires secrets, informaient les souverains alliés de la
désaffection de la haute classe parisienne à l'égard de Napoléon, et les
engageaient à venir attaquer la capitale.

Quant aux moyens de défense, je dois avouer que Napoléon n'y avait pas
suffisamment pourvu, car on s'était borné à couvrir de quelques
palissades les barrières de la rive droite, sans faire aucun ouvrage
pour y placer du canon. Et comme le très petit nombre de troupes de
ligne, d'invalides, de vétérans et d'élèves de l'École polytechnique qui
formaient la garnison était insuffisant pour qu'on pût même essayer de
résister, l'Empereur, en s'éloignant de la capitale au mois de janvier,
pour aller se mettre à la tête des troupes réunies en Champagne, avait
confié à la garde nationale la défense de Paris, où il laissait son fils
et l'Impératrice. Il avait réuni aux Tuileries les officiers de la
milice bourgeoise, qui, selon l'habitude, avaient répondu par de
nombreux _serments_ et les plus belliqueuses protestations au discours
chaleureux qu'il leur adressa. L'Empereur avait nommé l'Impératrice
_régente_, et désigné pour lieutenant général commandant supérieur son
frère Joseph, ex-roi d'Espagne, le meilleur, mais le plus
_antimilitaire_ de tous les hommes.

Napoléon, se faisant illusion au point de croire qu'il avait ainsi
pourvu à la sûreté de la capitale, pensa qu'il pouvait la livrer pour
quelques jours à ses propres forces, pour aller avec le peu de troupes
qui lui restaient exécuter le projet de se jeter sur les derrières des
ennemis. Il partit donc pour la Lorraine vers la fin de mars. Mais à
peine était-il à quelques jours de marche, qu'il apprit que les alliés,
au lieu de le suivre, ainsi qu'il l'avait espéré, s'étaient dirigés sur
Paris, en poussant devant eux les faibles débris des corps des maréchaux
Marmont et Mortier, qui, postés sur les hauteurs de Montmartre,
essayaient de les défendre, sans que la garde nationale les secondât
autrement que par l'envoi de quelques rares tirailleurs.

Ces fâcheuses nouvelles ayant dessillé les yeux de Napoléon, il fit
rétrograder ses colonnes vers Paris, dont il prit lui-même la route
sur-le-champ.

Le 30 mars, l'Empereur, voyageant rapidement en poste et sans escorte,
venait de dépasser Moret, lorsqu'une vive canonnade se faisant entendre,
il conçut l'espoir d'arriver avant l'entrée des alliés dans la capitale,
où sa présence aurait certainement produit une très vive sensation sur
le peuple, qui demandait des armes. (Il y avait cent mille fusils et
plusieurs millions de cartouches dans les casernes du Champ de Mars,
mais le général Clarke, ministre de la guerre, ne voulut pas en
permettre la distribution.)

Arrivé au relais de Fromenteau, à cinq lieues seulement de Paris,
l'Empereur, n'entendant plus le canon, comprit que cette ville était au
pouvoir des ennemis, ce qui lui fut confirmé à Villejuif. En effet,
Marmont avait signé une capitulation qui livrait la capitale aux
ennemis!...

Cependant, à l'approche du danger, on avait éloigné de Paris
l'Impératrice et son fils le roi de Rome, qui s'étaient rendus à Blois,
où le roi Joseph, abandonnant le commandement dont l'Empereur l'avait
revêtu, les suivit bientôt. Les troupes de ligne évacuèrent Paris par la
barrière de Fontainebleau, route par laquelle on attendait l'Empereur.

Il est impossible de donner une idée de l'agitation dans laquelle se
trouvait alors la capitale, dont les habitants, divisés par tant
d'intérêts différents, venaient d'être surpris par une invasion que peu
d'entre eux avaient prévue... Quant à moi, qui m'y attendais, et qui
avais vu de si près les horreurs de la guerre, j'étais bien tourmenté de
savoir où je mettrais en sûreté ma femme et mon jeune enfant, lorsque le
bon vieux maréchal Sérurier ayant offert un asile à toute ma famille à
l'hôtel des Invalides, dont il était gouverneur, je fus tranquillisé par
la pensée que, les lieux habités par les vieux soldats ayant été partout
respectés par les Français, les ennemis agiraient de même envers nos
anciens militaires. Je conduisis donc ma famille aux Invalides et
m'éloignai de Paris avant l'entrée des alliés, pour me rendre à
Versailles aux ordres du général Préval, qui me donna le commandement
d'une petite colonne composée de cavaliers disponibles de mon régiment,
ainsi que de ceux des 9e et 12e de chasseurs.

Lors même que les alliés n'eussent pas marché sur Paris, cette colonne
devant être réunie ce jour-là même à Rambouillet, je m'y rendis. J'y
trouvai mes chevaux et équipages de guerre, et pris le commandement des
escadrons qui m'étaient destinés.

La route était couverte par les voitures des personnes qui s'éloignaient
de la capitale. Je ne m'en étonnai pas; mais je ne pouvais comprendre
d'où provenait le grand nombre de troupes de diverses armes qu'on voyait
arriver de toutes les directions par détachements qui, si on les eût
réunis, auraient formé un corps assez considérable pour arrêter les
ennemis devant Montmartre et donner le temps à l'armée, qui accourait de
la Champagne et de la Brie, de sauver Paris. Mais l'Empereur, trompé par
son ministre de la guerre, n'avait donné aucun ordre à ce sujet, et
ignorait probablement qu'il lui restât encore de si grands moyens de
défense, dont voici l'énumération, d'après les documents pris au
ministère de la guerre, savoir:

Quatre cents canons, suffisamment approvisionnés, soit à Vincennes, soit
à l'École militaire du Champ de Mars, ou au dépôt central d'artillerie.
Plus de 50,000 fusils neufs dans ces mêmes lieux. Quant aux hommes, le
roi Joseph et Clarke, le ministre de la guerre, pouvaient disposer de
troupes amenées à Paris par les maréchaux Marmont et Mortier, et dont
l'effectif s'élevait à 19,000 hommes; de 7 à 8,000 soldats de la ligne
casernés à Paris; de 3,000 hommes appartenant aux dépôts de la garde
impériale; de 15 à 18,000 cavaliers démontés, casernés à Versailles ou
dans les environs; de 18 à 20,000 conscrits ou soldats de dépôts
destinés aux régiments de la ligne, et des gardes nationales actives
casernées à Saint-Denis, Courbevoie, Rueil et autres villages des
environs de Paris; de plus de 2,000 officiers en congé, blessés, sans
emploi ou en retraite, qui étaient venus offrir leurs services; enfin de
20,000 ouvriers, presque tous anciens soldats, qui demandaient à
contribuer à la défense de Paris.

Ces forces réunies présentaient un effectif de plus de 80,000 hommes,
qu'il était facile de rassembler en quelques heures et d'utiliser à la
défense de la capitale jusqu'à l'arrivée de Napoléon et de l'armée qui
le suivait.

Joseph et Clarke, prévenus dès le 28 mars au matin de l'approche des
ennemis, qui n'attaquèrent que le 30, eurent donc quarante-huit heures
pour employer ces ressources, mais aucune ne fut mise en usage. Enfin,
pour comble d'impéritie, au moment où les troupes ennemies attaquaient
Romainville, Joseph et Clarke faisaient sortir de Paris, par la barrière
de Passy, 4,000 des meilleurs fantassins ou cavaliers de la garde
impériale, pour aller renforcer à Blois l'escorte de l'Impératrice qui
était déjà plus nombreuse qu'il n'était nécessaire pour le moment.

Dès que Napoléon apprit que Paris avait capitulé et que les deux petits
corps de Marmont et de Mortier avaient évacué la place en se retirant
vers lui, il leur envoya l'ordre de venir prendre position à Essonnes, à
sept lieues et à mi-chemin de Paris à Fontainebleau, et se rendit
lui-même dans cette dernière ville, où arrivaient les têtes de colonnes
de l'armée revenant de Saint-Dizier, ce qui indiquait l'intention dans
laquelle était l'Empereur de marcher sur Paris, dès que ses troupes
seraient réunies.

Les généraux ennemis ont avoué plus tard que s'ils eussent été attaqués
par l'Empereur, ils n'auraient osé recevoir la bataille, en ayant
derrière eux la Seine et l'immense ville de Paris avec son million
d'habitants, qui pouvaient se révolter pendant la bataille, barricader
les rues ainsi que les ponts, et leur couper la retraite; aussi
étaient-ils résolus à se retirer pour aller camper sur les hauteurs de
Belleville, Charonne, Montmartre et les buttes Chaumont, qui dominent la
rive droite de la Seine et la route d'Allemagne, lorsque survinrent dans
Paris de nouveaux événements qui les retinrent dans cette ville.

M. de Talleyrand, ancien évêque marié, avait été, en apparence, l'un des
hommes les plus dévoués à l'Empereur, qui l'avait comblé de richesses,
fait prince de Bénévent, grand chambellan, etc., etc. M. de Talleyrand,
dont l'amour-propre était blessé de n'être plus le confident de Napoléon
et le ministre dirigeant de sa politique, s'était mis, surtout depuis
les désastres de la campagne de Russie, à la tête de la sourde
opposition que faisaient les mécontents de tous les partis, et
principalement le _faubourg Saint-Germain_, c'est-à-dire la haute
aristocratie, qui, après s'être soumise en apparence et avoir même servi
Napoléon aux jours de sa prospérité, s'était posée en ennemie et, sans
se compromettre ouvertement, attaquait par tous les moyens le chef du
gouvernement. Les principaux chefs de ce parti étaient: l'abbé de Pradt,
que l'Empereur avait nommé archevêque de Malines; le baron Louis, l'abbé
de Montesquiou, M. de Chateaubriand, le député Laisné, etc., etc.

Presque tous ces hommes de talent, dirigés par Talleyrand, le plus
habile et le plus intrigant de tous, attendaient depuis quelque temps
l'occasion de renverser Napoléon. Ils comprirent qu'ils n'en
trouveraient jamais une aussi favorable que celle que leur offrait
l'occupation de la France par un million et demi d'ennemis, et la
présence à Paris de tous les souverains de l'Europe, dont la plupart
avaient été grandement humiliés par Napoléon. Mais, bien que celui-ci
fût en ce moment très affaibli, il n'était point encore totalement
abattu, car, outre l'armée qu'il ramenait avec lui et qui venait de
faire des prodiges, il lui restait celle de Suchet entre les Pyrénées et
la Haute-Garonne, des troupes nombreuses commandées par le maréchal
Soult, et il y avait deux belles divisions à Lyon; enfin, l'armée
d'Italie était encore formidable, de sorte que, malgré l'occupation de
Bordeaux par les Anglais, Napoléon pouvait encore réunir des forces
considérables et prolonger indéfiniment la guerre, en soulevant les
populations exaspérées par les exactions des ennemis.

M. de Talleyrand et son parti comprirent que s'ils donnaient à
l'Empereur le temps de faire arriver sous Paris les troupes qui le
suivaient, il pourrait battre les alliés dans les rues de la capitale ou
se retirer dans quelques provinces dévouées, où il continuerait la
guerre jusqu'à ce que les alliés, fatigués, consentissent à faire la
paix. Il fallait donc, selon Talleyrand et ses amis, changer la face du
gouvernement. Mais là se trouvait la grande difficulté, car ils
voulaient rétablir en la personne de Louis XVIII la famille des Bourbons
sur le trône, tandis qu'une partie de la nation désirait y laisser
Napoléon, ou tout au moins y appeler son fils.

La même divergence d'opinion existait parmi les souverains alliés, car
les rois d'Angleterre et de Prusse se rangeaient du côté des Bourbons,
tandis que l'empereur de Russie, qui ne les avait jamais aimés et qui
craignait que l'antipathie de la nation française pour ces princes et
les émigrés n'amenât quelque nouvelle révolution, n'était pas éloigné de
prendre les intérêts du fils de Napoléon.

Pour couper court à ces discussions et décider la question en prenant
les devants, l'astucieux Talleyrand, voulant en quelque sorte _forcer la
main_ aux souverains étrangers, fit paraître à cheval sur la place Louis
XV une vingtaine de jeunes gens du faubourg Saint-Germain, parés de
cocardes blanches et conduits par le vicomte Talon, mon ancien compagnon
d'armes, de qui je tiens ces détails. Ils se dirigèrent vers l'hôtel de
la rue Saint-Florentin, habité par l'empereur Alexandre, en criant à
tue-tête: «Vive le roi Louis XVIII! Vivent les Bourbons! À bas le
tyran!...»

Ces cris ne produisirent d'abord sur les curieux rassemblés qu'un
sentiment de stupéfaction, à laquelle succédèrent les menaces de la
foule, ce qui ébranla les membres les plus résolus de la cavalcade. Ce
premier élan de royalisme ayant manqué son effet, ils recommencèrent la
scène sur différents points des boulevards. Sur quelques-uns on les hua,
sur d'autres on les applaudit. Comme l'entrée des souverains alliés
approchait et qu'il fallait aux Parisiens un _cri_ pour les animer,
celui jeté par le vicomte Talon et ses amis retentit toute la journée
aux oreilles de l'empereur Alexandre, ce qui permit à Talleyrand de dire
le soir à ce monarque: «Votre Majesté a pu juger par elle-même avec
quelle unanimité la nation désire le rétablissement des Bourbons!»

À compter de ce moment, la cause de Napoléon fut perdue, bien que ses
adhérents fussent infiniment plus nombreux que ceux de Louis XVIII,
ainsi que les événements le prouvèrent l'année suivante.



LETTRES ÉCRITES PAR LE COLONEL DE MARBOT EN 1815[21]

       *       *       *       *       *

(Après le licenciement du 23e de chasseurs et son incorporation au 3e de
la même arme, le colonel de Marbot est nommé au commandement du 7e de
hussards (d'Orléans). Ce régiment fait partie du 1er corps
d'observation, aux ordres du comte d'Erlon.)

     Cysoing, 10 avril 1815.

... Je suis en face de Tournay et je garde la ligne depuis Mouchin
jusqu'à Chéreng. Quand je dis que je garde la ligne, je n'ai pas
grand'peine, car les Anglais ne font aucun mouvement et sont aussi
tranquilles à Tournay que s'ils étaient à Londres. Je crois que tout se
passera à l'amiable. J'ai été hier à Lille, où j'ai été on ne peut mieux
reçu par le général en chef comte d'Erlon.

     Saint-Amand, 5 mai.

... Je viens de recevoir l'ordre de former une députation de cinq
officiers et dix sous-officiers ou soldats pour aller à Paris, au Champ
de Mai. L'ordre porte que le colonel sera lui-même à la tête de la
députation. Celles de tous les régiments de la division doivent se
mettre en route pour être rendues le 17 à Arras et partir le lendemain
pour Paris. Tout est ici fort tranquille, et l'on n'y parle pas de
guerre. Il y a beaucoup de désertions dans les troupes étrangères. Les
hommes qui en arrivent assurent que tout ce qui est belge, saxon ou
hollandais, désertera à nous. Mon régiment devient de jour en jour plus
considérable. J'ai 700 hommes. Dans mon dépôt, il en est arrivé 52 hier;
le costume les flatte tant qu'ils arrivent _drus comme mouches_; on ne
sait où les fourrer...

     Saint-Amand, 8 mai.

... Depuis huit jours, la désertion est au dernier degré dans les
troupes étrangères. Les soldats belges, saxons, hanovriens, arrivent par
bandes de 15 à 20. Ils affirment que les Russes ne viennent pas et qu'on
croit qu'il n'y aura pas de guerre. Cela paraît ici presque certain.
S'il en arrive ainsi, que de paroles perdues! Que de projets qui se
trouveront manqués!...

     Pont-sur-Sambre, 13 juin.

... Je suis arrivé ce matin de Paris à Valenciennes. J'ai trouvé mon
régiment sur la place. Il traversait la ville pour aller vers Maubeuge.
Je n'ai eu que le temps de mettre mes effets sur mes chevaux, de confier
ma voiture à un ami et de partir. Je tombais de sommeil, mais il a fallu
marcher toute la journée au milieu d'une armée immense. Nous venons de
prendre position pour cette nuit... Nous marchons!... Il paraît que le
gant est jeté définitivement... Je ne crois pas qu'on se batte avant
cinq jours...

     Merbes-le-Château, 14 juin.

... Nous avons encore marché aujourd'hui, et j'ai été à cheval ce matin
à trois heures... Nous voilà sur l'extrême frontière. L'ennemi se
retire, et je ne crois pas qu'il y ait un grand engagement. Tant pis,
car nos troupes sont bien animées...

(Après une brillante affaire, le 17 juin, à Jenappe, le colonel de
Marbot est nommé général de brigade; la chute de l'Empire empêche que
cette nomination soit confirmée. Après Waterloo, le colonel se retire
avec son régiment sur Valenciennes, puis vers Paris et derrière la
Loire.)

     Laon, 26 juin 1813.

Je ne reviens pas de notre défaite!... On nous a fait manœuvrer comme
des citrouilles. J'ai été, avec mon régiment, flanqueur de droite de
l'armée pendant presque toute la bataille. On m'assurait que le maréchal
Grouchy allait arriver sur ce point, qui n'était gardé que par mon
régiment, trois pièces de canon et un bataillon d'infanterie légère, ce
qui était trop faible. Au lieu du maréchal Grouchy, c'est le corps de
Blücher qui a débouché!... Jugez de la manière dont nous avons été
arrangés!... Nous avons été enfoncés, et l'ennemi a été sur-le-champ sur
nos derrières!... On aurait pu remédier au mal, mais personne n'a donné
d'ordres. Les gros généraux ont été à Paris faire de mauvais discours.
Les petits perdent la tête, et cela va mal... J'ai reçu un coup de lance
dans le côté; ma blessure est assez forte, mais j'ai voulu rester pour
donner le _bon exemple_. Si chacun eût fait de même, cela irait encore,
mais les soldats désertent à l'intérieur; personne ne les arrête, et il
y a dans ce pays-ci, quoi qu'on dise, 50,000 hommes qu'on pourrait
réunir; mais alors il faudrait _peine de mort_ contre tout homme qui
quitte son poste et contre ceux qui donnent permission de le quitter.
Tout le monde donne des congés, et les diligences sont pleines
d'officiers qui s'en vont. Jugez si les soldats sont en reste! Il n'y en
aura pas un dans huit jours, si la _peine de mort_ ne les retient... Si
les Chambres veulent, elles peuvent nous sauver; mais il faut des moyens
_prompts_ et des lois _sévères_... On n'envoie pas un bœuf, pas de
vivres, rien...; de sorte que les soldats pillent la pauvre France comme
ils faisaient en Russie... Je suis aux avant-postes, sous Laon; on nous
a fait promettre de ne pas tirer, et tout est tranquille...

(Lettre écrite en 1830 par le colonel de Marbot au général E. de
Grouchy.)

     MON GÉNÉRAL,

J'ai reçu la lettre par laquelle vous exprimez le désir de connaître la
marche des reconnaissances dirigées par moi sur la Dyle, le jour de la
bataille de Waterloo. Je m'empresse de répondre aux questions que vous
m'adressez à ce sujet.

Le 7e de hussards, dont j'étais colonel, faisait partie de la division
de cavalerie légère attachée au 1er corps, formant, le 18 juin, la
droite de la portion de l'armée que l'Empereur commandait en personne.
Au commencement de l'action, vers onze heures du matin, je fus détaché
de la division avec mon régiment et un bataillon d'infanterie placé sous
mon commandement. Ces troupes furent mises en potence à l'extrême
droite, derrière Frichemont, faisant face à la Dyle.

Des instructions particulières me furent données, de la part de
l'Empereur, par son aide de camp Labédoyère et un officier d'ordonnance
dont je n'ai pas retenu le nom. Elles prescrivaient de laisser le gros
de ma troupe toujours en vue du champ de bataille, de porter 200
fantassins dans le bois de Frichemont, un escadron à Lasne, poussant des
postes jusqu'à Saint-Lambert; un autre escadron moitié à Couture, moitié
à Beaumont, envoyant des reconnaissances jusque sur la Dyle, aux ponts
de Moustier et d'Ottignies. Les commandants de ces divers détachements
devaient laisser de quart de lieue en quart de lieue des petits postes à
cheval, formant une chaîne continue jusque sur le champ de bataille,
afin que, par le moyen de hussards allant au galop d'un poste à l'autre,
les officiers en reconnaissance pussent me prévenir rapidement de leur
jonction avec l'avant-garde des troupes du maréchal Grouchy, qui
devaient arriver du côté de la Dyle. Il m'était enfin ordonné d'envoyer
directement à l'Empereur les avis que me transmettraient ces
reconnaissances. Je fis exécuter l'ordre qui m'était donné.

Il me serait impossible, après un laps de temps de quinze années, de
fixer au juste l'heure à laquelle le détachement dirigé vers Moustier
parvint sur ce point, d'autant plus que le capitaine Éloy, qui le
commandait, avait reçu de moi l'injonction de s'éclairer au loin et de
marcher avec la plus grande circonspection. Mais en remarquant qu'il
partit à onze heures du champ de bataille, et n'avait pas plus de deux
lieues à parcourir, on doit présumer qu'il les fit en deux heures, ce
qui fixerait son arrivée à Moustier à une heure de l'après-midi. Un
billet du capitaine Éloy, que me transmirent promptement les postes
intermédiaires, m'apprit qu'il n'avait trouvé aucune troupe à Moustier,
non plus qu'à Ottignies, et que les habitants assuraient que les
Français laissés sur la rive droite de la Dyle passaient la rivière à
Limal, Limelette et Wavre.

J'envoyai ce billet à l'Empereur par le capitaine Kouhn, faisant
fonction d'adjudant-major. Il revint accompagné d'un officier
d'ordonnance, lequel me dit de la part de l'Empereur de laisser la ligne
des postes établie sur Moustier, et de prescrire à l'officier qui
éclairait le défilé de Saint-Lambert de le passer, en poussant le plus
loin possible dans les directions de Limal, Limelette et Wavre. Je
transmis cet ordre, et envoyai même ma carte au chef du détachement de
Lasne et Saint-Lambert.

Un de mes pelotons, s'étant avancé à un quart de lieue au delà de
Saint-Lambert, rencontra un peloton de hussards prussiens, auquel il
prit plusieurs hommes, dont un officier. Je prévins l'Empereur de cette
étrange capture, et lui envoyai les prisonniers.

Informé par ceux-ci qu'ils étaient suivis par une grande partie de
l'armée prussienne, je me portai avec un escadron de renfort sur
Saint-Lambert. J'aperçus au delà une forte colonne, se dirigeant vers
Saint-Lambert. J'envoyai un officier à toute bride en prévenir
l'Empereur, qui me fit répondre d'avancer hardiment, que cette troupe ne
pouvait être que le corps du maréchal Grouchy venant de Limal et
poussant devant lui quelques Prussiens égarés, dont faisaient partie les
prisonniers que j'avais faits.

J'eus bientôt la certitude du contraire. La tête de la colonne
prussienne approchait, quoique très lentement. Je rejetai deux fois dans
le défilé les hussards et lanciers qui la précédaient. Je cherchais à
gagner du temps en maintenant le plus possible les ennemis, qui ne
pouvaient déboucher que très difficilement des chemins creux et bourbeux
dans lesquels ils étaient engagés; et lorsque enfin, contraint par des
forces supérieures, je battais en retraite, l'adjudant-major, auquel
j'avais ordonné d'aller informer l'Empereur de l'arrivée _positive_ des
Prussiens devant Saint-Lambert, revint en me disant que l'Empereur
prescrivait de prévenir de cet événement la tête de colonne du maréchal
Grouchy, qui devait déboucher en ce moment par les ponts de Moustier et
d'Ottignies, puisqu'elle ne venait pas par Limal et Limelette.

J'écrivis à cet effet au capitaine Éloy; mais celui-ci, ayant vainement
attendu sans voir paraître aucune troupe, et entendant le canon vers
Saint-Lambert, craignit d'être coupé. Il se replia donc successivement
sur ses petits postes, et rejoignit le gros du régiment resté en vue du
champ de bataille, à peu près au même instant que les escadrons qui
revenaient de Saint-Lambert et Lasne, poussés par l'ennemi.

Le combat terrible que soutinrent alors derrière les bois de Frichemont
les troupes que je commandais et celles qui vinrent les appuyer, absorba
trop mon esprit pour que je puisse spécifier exactement l'heure; mais je
pense qu'il pouvait être à peu près sept heures du soir; et comme le
capitaine Éloy se replia au trot et ne dut pas mettre plus d'une heure à
revenir, j'estime que ce sera vers six heures qu'il aura quitté le pont
de Moustier, sur lequel il sera, par conséquent, resté cinq heures. Il
est donc bien surprenant qu'il n'ait pas vu votre aide de camp, à moins
que celui-ci ne se soit trompé sur le nom du lieu où il aura abordé la
Dyle.

Tel est le précis du mouvement que fit le régiment que je commandais
pour éclairer pendant la bataille de Waterloo le flanc droit de l'armée
française. La marche, la direction de mes reconnaissances furent d'une
si haute importance dans cette mémorable journée, que le maréchal
Davout, ministre de la guerre, m'ordonna à la fin de 1815 d'en relater
les circonstances dans un rapport que j'eus l'honneur de lui adresser
et qui doit se trouver encore dans les archives de la guerre[22].

Des faits que je viens de raconter est résultée pour moi la conviction
que l'Empereur attendait sur le champ de bataille de Waterloo le corps
du maréchal Grouchy. Mais sur quoi cet espoir était-il fondé? C'est ce
que j'ignore, et je ne me permettrai pas de juger, me bornant à la
narration de ce que j'ai vu.

J'ai l'honneur d'être, etc.

[Illustration: _Extrait d'une Lettre du général de Marbot, datée de
Tirlemont_, 18 _août_ 1831.

(Communiqué par M. Élie Massenat.)]



Les récits du général de Marbot se terminant à la bataille de Waterloo,
nous avons pensé que le lecteur désirerait connaître la suite de la
carrière du vaillant soldat. Nous la trouvons retracée dans un article
biographique publié au _Journal des Débats_, par M. Cuvillier-Fleury, le
lendemain de la mort du général: il y parle précisément des _Mémoires_
dont il avait eu connaissance et qu'il engage vivement la famille à
publier. Nous avons donc cru ne pouvoir mieux faire que de terminer
cette publication en reproduisant ici _in extenso_ l'article de M.
Cuvillier-Fleury, l'un des morceaux les plus éloquents du célèbre
académicien.

       *       *       *       *       *

LE GÉNÉRAL DE MARBOT

(Article du _Journal des Débats_ du 22 novembre 1854.)

Une nombreuse assistance, composée de parents et d'amis, de généraux, de
magistrats, de membres de l'ancienne pairie, et de personnes
distinguées, au milieu desquelles on remarquait le maréchal ministre de
la guerre, accompagnait, samedi dernier, à l'église de la Madeleine, et
conduisait ensuite au champ du repos les restes mortels de M. le général
baron de Marbot, enlevé le 16 novembre, et après une courte maladie, à
l'affection et aux regrets de sa famille.

Le nom de Marbot avait été doublement inscrit dans l'histoire de la
Révolution et de l'Empire. Le père du général qui vient de mourir,
ancien aide de camp de M. de Schomberg, député de la Corrèze à
l'Assemblée constituante, avait commandé la 1re division militaire,
présidé le Conseil des Anciens, et il était mort des suites d'une
blessure qu'il avait reçue au siège de Gênes. Ce fut pendant cette
campagne, si fatale à son père, que Jean-Baptiste-Marcellin de Marbot
fit le premier apprentissage de la guerre, comme simple soldat au 1er
régiment de hussards. Il était né le 18 août 1782, au château de la
Rivière (Corrèze), et il n'avait que dix-sept ans quand il entra au
service. Un mois plus tard, à la suite d'un brillant fait d'armes, il
fut nommé sous-lieutenant; et c'est ainsi que s'ouvrit pour lui, entre
cette perte irréparable qui lui enlevait son plus sûr appui et cette
promotion rapide qui le désignait à l'estime de ses chefs, la rude
carrière où il devait s'illustrer.

Marbot appartenait à cette génération qui n'avait que très peu d'années
d'avance sur le grand mouvement de 89, et pour laquelle la Révolution
précipitait pour ainsi dire la marche du temps; car il faut bien le
remarquer ici: parmi ceux qui, voués au métier des armes, devaient
porter si haut et si loin la gloire du nom français, tous n'avaient pas
eu le même bonheur que le jeune Marbot. L'ancien régime faisait payer
cher aux plus braves le tort d'une origine obscure et d'une parenté sans
blason. On attendait quelquefois quinze et vingt ans une première
épaulette. Plusieurs quittaient l'armée faute d'obtenir un avancement
mérité. Ce fut ainsi que Masséna prit son congé le 10 août 1789, après
quatorze ans de service comme soldat et sous-officier. Moncey mit treize
ans à gagner une sous-lieutenance. Soult porta six ans le fusil.
Bernadotte ne fut sous-lieutenant qu'après avoir passé dix ans dans le
régiment de Royale-Marine. Il mit à peine le double de ce temps-là, une
fois la Révolution commencée, pour devenir de sous-lieutenant roi de
Suède[23]. Marbot, soldat en 1799, était déjà capitaine en 1807. On lui
avait tenu compte des canons qu'il avait enlevés aux Autrichiens, dans
une brillante charge de cavalerie, pendant la seconde campagne d'Italie;
on lui avait su gré de l'énergique activité de ses services comme aide
de camp du maréchal Augereau pendant la bataille d'Austerlitz. Ce fut
donc comme capitaine qu'il fit la campagne d'Eylau. Pendant la bataille
de ce nom, et au moment le plus critique de cette sanglante journée,
Augereau lui donna l'ordre de se rendre en toute hâte sur l'emplacement
qu'occupait encore le 14e de ligne, cerné de tous côtés par un
détachement formidable de l'armée russe, et d'en ramener, s'il le
pouvait, les débris. Mais il était trop tard. Pourtant Marbot, grâce à
la vitesse de son cheval, et quoique plusieurs officiers du maréchal,
porteurs du même ordre, eussent rencontré la mort dans cette périlleuse
mission, Marbot pénètre jusqu'au monticule où, pressés de toutes parts
par un ennemi acharné, les restes de l'infortuné régiment tentaient leur
dernier effort et rendaient leur dernier combat. Marbot accourt; il
demande le colonel; tous les officiers supérieurs avaient péri. Il
communique à celui qui commandait à leur place, en attendant de mourir,
l'ordre qu'il avait reçu. Cependant les colonnes russes, débouchant sur
tous les points et bloquant toutes les issues, avaient rendu toute
retraite impossible... «Portez notre aigle à l'Empereur, dit à Marbot,
avec d'héroïques larmes, le chef du 14e de ligne, et faites-lui les
adieux de notre régiment en lui remettant ce glorieux insigne que nous
ne pouvons plus défendre...» Ce qui se passa ensuite, Marbot ne le vit
pas: atteint par un boulet qui le renversa sur le cou de son cheval,
puis emporté par l'animal en furie hors du carré où le 14e achevait de
mourir jusqu'au dernier homme, l'aide de camp d'Augereau fut renversé
quelques moments après, puis laissé pour mort sur la neige, et il eût
été confondu dans le même fossé avec les cadavres qui l'entouraient, si
un de ses camarades ne l'eût miraculeusement reconnu et ramené à
l'état-major.

Le général Marbot racontait parfois, et avec une émotion communicative,
ce dramatique épisode de nos grandes guerres; et c'est bien le lieu de
faire remarquer ici tout ce qu'il mettait d'esprit, de verve,
d'originalité et de couleur dans le récit des événements militaires
auxquels il avait pris part; il n'aimait guère à raconter que ceux-là.
Précision du langage, vigueur du trait, abondance des souvenirs, netteté
lumineuse et véridique, don de marquer aux yeux par quelques touches
d'un relief ineffaçable les tableaux qu'il voulait peindre, rien ne
manquait au général Marbot pour intéresser aux scènes de la guerre les
auditeurs les plus indifférents ou les plus sceptiques. Son accent, son
geste, son style coloré, sa vive parole, cette chaleur sincère du
souvenir fidèle, tout faisait de lui un de ces conteurs si attachants et
si rares qui savent mêler au charme des réminiscences personnelles tout
l'intérêt et toute la gravité de l'histoire.

Le général Marbot a laissé plusieurs volumes de mémoires manuscrits, qui
ne sont entièrement connus que de sa famille. Pour nous, à qui sa
confiante amitié avait pourtant donné plus d'une fois un avant-goût de
ce rare et curieux travail, œuvre de sa vigoureuse vieillesse, nous
n'anticiperons pas sur une publication qui ne saurait être, nous
l'espérons, ni éloignée, ni incomplète. Depuis Eylau jusqu'à Waterloo,
les services de Marbot ont d'ailleurs assez d'éclat pour qu'il ne soit
pas nécessaire de les rappeler longuement, et mieux vaut attendre qu'il
nous les raconte. De l'état-major d'Augereau, Marbot passe en 1808 à
celui du maréchal Lannes, en 1809 à celui du maréchal Masséna. Il fait
sous ces deux chefs illustres les deux premières campagnes d'Espagne,
blessé le 1er novembre 1808 d'un coup de sabre à Agreda, puis d'un coup
de feu qui lui traverse le corps au siège de Saragosse, La même année,
il reçoit un biscaïen à la cuisse et un coup de feu au poignet à Znaïm,
au moment même où une trêve vient d'être signée, et où il est envoyé
entre les deux armées ennemies avec mission de faire cesser le feu.
Marbot, comme on a pu le remarquer, est blessé partout, et partout on le
retrouve. L'ambulance ne le retient jamais si longtemps que le champ de
bataille. Sa vigoureuse constitution le sauve des suites de ses
blessures. Sa convalescence même est héroïque. Son courage et sa
vocation tirent parti même des mauvaises chances. Blessé ou non, les
maréchaux, commandant en chef des corps d'armée dans des positions
difficiles, veulent tous avoir Marbot dans leur état-major, et on
comprend que ce n'est pas seulement l'intrépide sabreur que les
maréchaux recherchent, c'est aussi l'officier sérieux, instruit,
d'excellent conseil, l'homme de bon sens, l'esprit avisé et plein de
ressources, l'intelligence au service du courage, et le calme dans la
décision[24]; c'est tout cela qui désigne sans cesse le jeune Marbot à
la confiance et au choix des généraux; et c'est ainsi qu'il passe les
dix premières années de sa vie militaire, faisant la guerre sous les
yeux des plus illustres lieutenants de Napoléon, à la grande école,
celle du commandement supérieur, ayant vu de près, dans plusieurs
campagnes mémorables, le fort et le faible de ce grand art si plein de
prodiges et de misères, de concert et d'imprévu, de hautes conceptions
et de méprisable hasard, ayant saisi son secret, et capable pour sa part
de nous le donner dans cette confidence posthume dont il a laissé à de
dignes fils la primeur et l'héritage.

En 1812, le capitaine Marbot quitte définitivement l'état-major des
maréchaux. Nous le retrouvons à la tête d'un régiment de cavalerie (le
23e de chasseurs), qu'il commande avec supériorité pendant toute la
campagne de Russie; et à la Bérézina c'est lui qui protège, autant que
la mauvaise fortune de la France le permet alors, le passage de nos
troupes, et qui contribue à refouler les forces ennemies qui écrasaient
leurs héroïques débris. Blessé tout à la fois d'un coup de feu et d'un
coup de lance à Jacobowo pendant la retraite, il revient peu de mois
après, et à peine guéri, recevoir en pleine poitrine la flèche d'un
Baskir sur le champ de bataille de Leipzig. Au combat de Hanau, le
dernier que nos troupes livrèrent sur le sol de l'Allemagne, le colonel
Marbot retrouve sa chance, il est blessé par l'explosion d'un caisson;
et enfin à Waterloo, dans une charge de son régiment, il reçoit d'une
lance anglaise, et après des prodiges de valeur, une nouvelle blessure,
mais non pas encore la dernière.

L'aveugle et fanatique réaction qui emporta un moment le gouvernement
restauré après les Cent-jours fit inscrire le nom de Marbot sur la liste
de proscription du 24 juillet 1815. La réaction lui devait cela. Marbot
se réfugia en Allemagne; et c'est là, sur ce théâtre de nos longues
victoires, qu'il composa ce remarquable ouvrage[25] qui lui valut
quelques années après, de la part de l'empereur Napoléon mourant sur le
rocher de Sainte-Hélène, cet immortel suffrage de son patriotisme et de
son génie: «... Au colonel Marbot: je l'engage à continuer à écrire pour
la défense de la gloire des armées françaises, et à en confondre les
calomniateurs et les apostats[26]!...»

La Restauration était trop intelligente pour garder longtemps rancune à
la gloire de l'Empire. Elle pouvait la craindre, mais elle l'admirait.
La lettre de Vérone, dans laquelle le sage roi Louis XVIII avait rendu
un si grand témoignage au héros d'Arcole et des Pyramides, était
toujours le fond de sa politique à l'égard des serviteurs du régime
impérial. Le général Rapp était un aide de camp du Roi. Les maréchaux de
Napoléon commandaient ses armées. Marbot fut rappelé de l'exil et nommé
au commandement du 8e régiment de chasseurs à cheval. Déjà, en 1814, et
très peu de temps après le rétablissement de la monarchie des Bourbons,
le colonel Marbot avait été appelé à commander le 7e de hussards, dont
M. le duc d'Orléans était alors le colonel titulaire. Cette circonstance
avait décidé en lui le penchant qui le rapprocha depuis de la famille
d'Orléans, et qui, plus tard, l'engagea irrévocablement dans sa
destinée. Homme de cœur et d'esprit comme il l'était, attaché plus
encore peut-être par sa raison que par sa passion à ces principes de 89
et à ces conquêtes de la France démocratique que la Charte de 1814 avait
consacrés, esprit libéral, cœur patriote, Marbot s'était senti tout
naturellement entraîné vers un prince qui avait pris une part si
glorieuse en 1792 aux premières victoires de l'indépendance nationale et
qui, le premier aussi, en 1815, avait protesté du haut de la tribune de
la pairie contre la réaction et les proscripteurs. Aussi quand le duc de
Chartres fut en âge de compléter par des études militaires la brillante
et solide éducation qu'il avait reçue à l'Université, sous la direction
d'un professeur éminent, ce fut au colonel Marbot que fut confiée la
mission de diriger le jeune prince dans cette voie nouvelle ouverte à
son intelligence et à son activité; et tout le monde sait que le
disciple fit honneur au maître. Dès lors le général Marbot (le Roi
l'avait nommé maréchal de camp après la révolution de Juillet) ne quitta
plus le duc d'Orléans jusqu'à sa mort; et il le servit encore après, en
restant attaché comme aide de camp à son jeune fils. Devant le canon
d'Anvers, en 1831; plus tard, en 1835, pendant la courte et pénible
campagne de Mascara où il commanda l'avant-garde; en 1839, pendant
l'expédition des Portes de Fer; en 1840, à l'attaque du col de Mouzaïa,
partout Marbot garda sa place d'honneur et sa part de danger auprès du
prince, et il reçut sa dernière blessure à ses côtés. «... C'est votre
faute si je suis blessé», dit-il en souriant au jeune duc, comme on le
rapportait à l'ambulance.--«Comment cela? dit le prince.--Oui,
monseigneur; n'avez-vous pas dit au commencement de l'action: Je parie
que si un de mes officiers est blessé, ce sera encore Marbot? Vous avez
gagné!...»

Je montre là, sans y insister autrement, un des côtés de la physionomie
militaire de Marbot: il avait, dans un esprit très sérieux, une pointe
d'humeur caustique très agréable. Il était volontiers railleur sans
cesser d'être bienveillant. Une singulière finesse se cachait dans ce
qu'on pouvait appeler quelquefois chez lui son gros bon sens. J'ajoute
que les dons les plus rares de l'intelligence, la puissance du calcul,
la science des faits et le goût des combinaisons abstraites s'alliaient
en lui à une imagination très inventive, à une curiosité très littéraire
et à un génie d'expression spontanée et de description pittoresque qui
n'était pas seulement le mérite du conteur, comme je l'ai dit, mais qui
lui assurait partout, dans les délibérations des comités, dans les
conseils du prince, et jusque dans la Chambre des pairs, sur les
questions les plus générales, un légitime et sérieux ascendant. D'un
commerce très sûr, d'une loyauté à toute épreuve, sincère et vrai en
toute chose, Marbot avait, dans la discussion, une allure, non pas de
guerrier ni de conquérant,--personne ne supportait mieux la
contradiction,--mais de raisonneur convaincu et déterminé, qui pouvait
se taire, mais qui ne se rendait pas. Il avait, si on peut le dire, la
discussion intrépide comme le cœur; il marchait droit à la vérité, comme
autrefois à la bataille. Il affirmait quand d'autres auraient eu
peut-être intérêt à douter; il tranchait des questions qu'une habileté
plus souple eût réservées, et il n'y avait à cela, je le sais, aucun
risque sous le dernier règne. L'époque, le lieu, l'habitude des
controverses publiques, l'esprit libéral et curieux du prince qu'il
servait, tout autorisait et encourageait chez Marbot cette franchise
civique du vieux soldat. D'ailleurs, comment l'arrêter? Elle lui était
naturelle comme sa bravoure et elle découlait de la même source.

Le livre que l'Empereur avait si magnifiquement récompensé par deux
lignes de sa main, plus précieuses que le riche legs qu'il y avait
joint, ce livre aujourd'hui épuisé, sinon oublié, est pourtant ce qui
donnerait à ceux qui n'ont pas connu le général Marbot l'idée la plus
complète de son caractère, de son esprit et de cet entrain qui
n'appartenait pas moins à sa raison qu'à son courage. Le livre est
presque tout entier technique, et il traite de l'art de la guerre dans
ses plus vastes et dans ses plus minutieuses applications; malgré tout
et en dépit de cette spécialité où il se renferme, c'est là une des plus
attachantes lectures qu'on puisse faire. Je ne parle pas de cette verve
de l'auteur qui anime et relève les moindres détails; c'est là l'intérêt
qui s'adresse à tout le monde, c'est le plaisir; l'ouvrage a d'autres
mérites, je veux dire cette vigueur du ton, cette ardeur du
raisonnement, ce choix éclairé et cette mesure décisive de l'érudition
mise au service des théories militaires,--mais surtout cet accent de
l'expérience personnelle et ce reflet de la vie pratique, lumineux
commentaire de la science. Tel est ce livre du général Marbot. Il
l'écrivit à trente-quatre ans. Le livre est l'homme; et je comprends
qu'il ait plu à l'Empereur et qu'il ait agréablement rempli
quelques-unes de ces longues veillées de Sainte-Hélène; il lui rappelait
un de ses officiers les plus énergiques et les plus fidèles; il ralliait
dans leur gloire et ranimait dans leur audace tous ces vieux bataillons
détruits ou dispersés; il flattait, dans le vainqueur d'Austerlitz,
l'habitude et le goût de ces grandes opérations de guerre offensive[27]
dont la théorie intrépide et la pratique longtemps irrésistible avaient
été l'instrument de sa grandeur et la gloire de son règne. Marbot
flattait ces souvenirs dans l'Empereur déchu plus qu'il ne l'aurait
voulu faire peut-être dans l'Empereur tout-puissant; mais il écrivait en
homme convaincu. Il défendait la guerre d'invasion comme quelqu'un qui
n'avait jamais fait autre chose, avec conviction, avec vérité, par
entraînement d'habitude et sans parti pris de plaire à personne. Il
était l'homme du monde qui songeait le moins à plaire, quoiqu'il y eût
souvent bien de l'art dans sa bonhomie, bien du cœur et bien de l'élan
dans sa rudesse. Le général Rogniat avait écrit[28] que les passions les
plus propres à inspirer du courage aux troupes étaient, selon lui, «le
fanatisme religieux, l'amour de la patrie, l'honneur, l'ambition,
l'amour, enfin le désir des richesses... _Je passe sous silence la
gloire_, ajoute l'auteur; _les soldats entendent trop rarement son
langage pour qu'elle ait de l'influence sur leur courage_...» C'était
là, il faut bien l'avouer, une opinion un peu métaphysique pour l'époque
où le général Rogniat écrivait, et qui, fût-elle fondée (ce que je ne
crois pas), n'était ni utile à répandre ni bonne à dire. «... Mais quoi!
s'écrie le colonel Marbot dans sa réponse, quoi! ils n'entendaient pas
le langage de la gloire, ces soldats qui jurèrent au général Rampon de
mourir avec lui dans la redoute de Montélésimo! Ceux qui, saisissant
leurs armes à la voix de Kléber, préférèrent une bataille _sanglante_ à
une capitulation _honteuse!_ Ils n'entendaient pas le langage de la
gloire, ces soldats d'Arcole, de Rivoli, de Castiglione et de Marengo,
ceux d'Austerlitz, d'Iéna et de Wagram! Ces milliers de braves qui
couraient à une mort presque certaine dans le seul espoir d'obtenir la
croix de la Légion, n'entendaient pas le langage de la gloire!... Que
veulent donc ces braves soldats qui s'élancent les premiers sur la
brèche ou s'enfoncent dans les rangs des escadrons ennemis? Ils veulent
se distinguer, se faire une réputation d'hommes intrépides, qui attirera
sur eux l'estime de leurs chefs, les louanges de leurs compagnons et
l'admiration de leurs concitoyens. Si ce n'est pas là l'amour de la
gloire, qu'est-ce donc[29]?...»

J'ai cité cette héroïque tirade, non pas pour donner une idée du style
du général Marbot: il a d'ordinaire plus de tempérance, plus de mesure,
plus d'originalité, même dans sa force; mais _ce style à la baïonnette_,
qu'on aurait pu taxer de déclamation dans un temps différent du nôtre, a
aujourd'hui un incontestable à-propos.

Une fois en guerre, qui ne reconnaît que cette façon de juger le soldat
français est à la fois la plus équitable, la plus politique et la plus
vraie? Marbot était le moins pindarique et le moins déclamateur des
hommes, quoiqu'il y eût parfois bien de l'imagination dans son langage.
Mais un sûr instinct lui avait montré ce qui fait battre la fibre
populaire sous l'uniforme du soldat et sous le drapeau de la France; et
aujourd'hui, après quarante ans, en rapprochant de ces lignes épiques,
détachées d'un vieux livre, la liste récemment présentée au général
Canrobert des 8,000 braves qui se sont fait inscrire pour l'assaut de
Sébastopol, n'est-ce pas le cas de répéter avec le général Marbot: Si
l'amour de la gloire n'est pas là, où est-il donc?...

Cette solidarité traditionnelle de la bravoure dans les rangs de l'armée
française, aussi loin que remontent dans le passé ses glorieuses
annales, est très nettement marquée dans l'ouvrage que le colonel Marbot
écrivait en 1816 et qu'il publiait quelques années après. S'il l'eût
écrit vingt ou trente ans plus tard, il n'eût pas seulement nommé les
conquérants de l'Égypte, de l'Allemagne et de l'Italie; il eût signalé,
dans les héritiers de ces belliqueux instincts, la même flamme
d'héroïsme qui animait les pères; il les eût suivis sous les murs de
Cadix, dans les champs de la Morée et à l'attaque du fort l'Empereur.
Plus tard, il eût cité ces infatigables soldats qui nous ont donné
l'Afrique: il les avait vus à l'œuvre. Il est mort en faisant comme nous
tous de patriotiques vœux pour le succès de nos armes, engagées si
glorieusement et si loin! Les drapeaux changent, les révolutions
s'accumulent, les années s'écoulent: la bravoure française ne varie pas.
Elle est dans la race et dans le sang. Marbot était plus que personne un
type éminent de ce _courage de nature_, comme il l'appelle, qui n'a pas
seulement la solidité, mais l'élan, qui n'attend pas l'ennemi, qui court
à lui et le surprend, comme les zouaves à l'Alma, par ces apparitions
soudaines qui font de la vitesse elle-même un des éléments de la
victoire. Ce courage de l'invasion, de l'offensive, cet art ou plutôt ce
don de marcher en avant, «de tirer avantage des lenteurs de l'ennemi, de
l'étonner par sa présence, et de frapper les grands coups avant qu'il
ait pu se reconnaître», cette sorte de courage était bien celle qui
convenait à une nation prédestinée, plus qu'aucune autre, par la
franchise de son génie, par l'expansion contagieuse de son caractère,
par la facilité de sa langue acceptée de tous, à la diffusion de ses
sentiments et de ses idées; et il n'est pas inutile de le rappeler, au
moment où un si grand nombre de Français sont en ligne devant un
redoutable ennemi. Marbot avait, avec toutes les qualités sérieuses du
métier, ce courage d'avant-garde, et il était cité dans l'armée pour
l'audace de ses entreprises ou de ses aventures. Un jour (c'était, je
crois, au début de la campagne de Russie, et il venait d'être nommé
colonel), il arrive à la tête de son régiment devant un gué qu'il avait
mission de franchir. Le passage était défendu par un nombreux
détachement de Cosaques, appuyés sur une artillerie imposante. Marbot
fait reconnaître la position, qui est jugée imprenable. «Marchons,
dit-il, mes épaulettes sont d'hier, il leur faut un baptême; en
avant!...» En disant cela, il pique des deux. Il y eut là, pendant
quelques instants, une lutte corps à corps, sabre contre sabre, et des
provocations d'homme à homme, comme dans un chant d'Homère. Enfin
l'ennemi céda, les canons furent pris. Marbot reçut sa huitième
blessure, mais il passa.

Le général Marbot avait été fidèle à l'Empire jusqu'à souffrir, en
mémoire de cette glorieuse époque, la proscription et l'exil. Nous avons
vu comment la Restauration lui rendit à la fin justice, et comment la
dynastie de Juillet lui donna sa confiance. La révolution de Février le
mit à la retraite. Le général Marbot se résigna. Il accepta sans se
plaindre une disgrâce qui le rattachait encore à la royauté déchue. Il
avait la qualité des nobles cœurs, il était fidèle. Le souci très
éclairé et très intelligent du père de famille n'avait jamais affaibli
chez lui le citoyen ni le soldat. Après avoir été un des héros de
l'épopée impériale, il fut un des personnages les plus considérables et
les plus favorisés de la monarchie de Juillet, et il s'en est souvenu
jusqu'à son dernier jour, non sans un mélange de douloureuse amertume
quand il songeait à cette jeune branche d'un tronc royal, brisée
fatalement sous ses yeux, mais avec une imperturbable sérénité de
conscience en songeant aussi qu'il n'avait jamais cessé, depuis soixante
ans, de servir son pays sur tous les champs de bataille, dans toutes les
rencontres sérieuses, dans l'armée, dans le Parlement, dans les affaires
publiques, dans l'éducation d'un prince, et jusque dans ces derniers et
trop courts loisirs de sa verte vieillesse, consacrés au récit de nos
grandes guerres et au souvenir de nos victoires immortelles.

     CUVILLIER-FLEURY.

[Illustration: _Annotation du général de Marbot, en marge des_
Considérations sur l'art de la guerre, _du général Rogniat_.]



ÉTATS DE SERVICE de JEAN-BAPTISTE-ANTOINE-MARCELLIN BARON DE MARBOT NÉ À
ALTILLAC (CORRÈZE) LE 18 AOÛT 1782

Entré au 1er régiment de hussards              28 septembre 1799.

Maréchal des logis                             1er décembre 1799.

Sous-lieutenant                                31 décembre 1799.

Passé au 25e régiment de chasseurs à cheval    11 juin 1801.

Envoyé à l'école d'équitation de Versailles    12 septembre 1802.

Nommé aide de camp du général Augereau         31 août 1803.

Lieutenant                                     11 juillet 1804.

Capitaine                                      3 janvier 1807.

Passé aide de camp du maréchal Lannes          2 novembre 1808.

Chef d'escadrons                               3 juin 1809.

Passé aide de camp du maréchal Masséna         18 juin 1809.

Passé au 1er régiment de chasseurs             23 novembre 1811.

Passé au 23e             --                    28 janvier 1812.

Colonel   --             --                    15 novembre 1812.

Passé au 7e de hussards                        8 octobre 1814.

Porté sur la 2e liste de l'ordonnance
royale du                                      24 juillet 1815.

Sorti de France d'après la loi du              12 janvier 1816.

Rappelé par l'ordonnance du                    15 octobre 1818.

Admis au traitement de réforme                 1er avril 1820.

Rétabli en demi-solde avec rappel du           1er avril 1820.

Colonel du 8e régiment de chasseurs            22 mars 1829.

Aide de camp de S. A. R. le duc d'Orléans      12 août 1830.

Maréchal de camp                               22 octobre 1830.

Compris dans le cadre d'activité de
l'état-major général                           22 mars 1831.

Commandant la 1re brigade de cavalerie
au camp de Compiègne                           18 juin 1834.

Commandant une brigade de grosse
cavalerie au camp de Compiègne                 10 juillet 1836.

Lieutenant général maintenu dans ses fonctions
d'aide de camp de S. A. R. le duc d'Orléans    21 octobre 1838.

Mis à la disposition du gouverneur
de l'Algérie                                   3 avril 1840.

Rentré en France                               11 avril 1840.

Membre du comité d'état-major                  20 septembre 1841.

Nommé inspecteur général pour 1842
du 14e arrondissement de cavalerie             22 mai 1842.

Commandant les troupes destinées à figurer la
ligne ennemie dans le corps d'opérations sur
la Marne                                       29 mai 1842.

Aide de camp de S. A. R. Monseigneur
le comte de Paris                              20 juillet 1842.

Inspecteur général pour 1843 du
8e arrondissement de cavalerie                 11 juin 1843.

Inspecteur général pour 1844 du
6e arrondissement de cavalerie                 25 mai 1844.

Membre du comité de cavalerie                  13 avril 1845.

Inspecteur général pour 1845 du
2e arrondissement de cavalerie                 24 mai 1845.

Inspecteur général pour 1846 du
2e arrondissement de cavalerie                 27 mai 1846.

Inspecteur général pour 1847 du
13e arrondissement de cavalerie                11 juin 1847.

Maintenu dans la 1re section du cadre
de l'état-major général                        1er août 1847.

Admis à faire valoir ses droits à la
retraite par décret du                         17 avril 1848.

Retraité par arrêté du                         8 juin 1848.

Décédé à Paris                                 16 novembre 1854.



CAMPAGNES

An VIII, Italie.--An IX, Ouest.--An X, Gironde.--An XII, au camp de
Bayonne.--An XIII, au camp de Brest.--An XIV, 1805, 1806 et 1807, Grande
Armée.--1808 et 1809, Espagne et Autriche.--1810 et 1811,
Portugal.--1812, Russie.--1813 et 1814, Grande Armée.--1815,
Belgique.--1831, 1832, à l'armée du Nord.--1835, 1839 et 1840, en
Algérie.



BLESSURES

Un coup de baïonnette au bras gauche. Affecté
d'étourdissements considérables par le passage
d'un boulet, qui a enlevé la corne de son
chapeau à la bataille d'Eylau                  8 février 1807.

Un coup de sabre au front à Agréda             1er novembre 1808.

Un coup de feu au travers du corps
au siège de Saragosse                          9 février 1809.

Un coup de biscaïen dans la cuisse
droite à la bataille d'Essling                 22 mai 1809.

Un coup de feu au poignet gauche
au combat de Znaïm                             12 juillet 1809.

Un coup d'épée dans le visage et un coup de
sabre dans le ventre au combat
de Miranda de Corvo                            14 mars 1811.

Un coup de feu à l'épaule gauche au combat de
Jakoubowo                                      31 juillet 1812.

Un coup de lance au genou droit au
combat de Plechtchénitsoui                     4 décembre 1812.

Un coup de flèche dans la cuisse
droite à la bataille de Leipzig                18 octobre 1813.

Un coup de lance dans la poitrine à
la bataille de Waterloo                        18 juin 1815.

Une balle au genou gauche dans
l'expédition de Médéah                         12 mai 1840.



DÉCORATIONS

Ordre de la Légion d'honneur. Chevalier        16 octobre 1808.

  -- Officier                                  28 septembre 1813

  -- Commandeur                                21 mars 1831.

  -- Grand officier                            30 avril 1836.

Chevalier de Saint-Louis                       10 septembre 1814.

Grand-croix de la Couronne de chêne
de Hollande                                    décembre 1832.

Grand officier de Léopold de Belgique          août 1842.

Pair de France en                              1845.



NOTES

[1: Le général Lamarque raconte dans ses _Mémoires_ comment il eut la
désagréable mission d'annoncer à Masséna la confiscation de ses
millions. La scène se passe la nuit au palais Acton. (_Note de l'éd._)]

[2: Frédéric-Guillaume IV.]

[3: M. Thiers parle de 400,000 hommes en chiffres ronds.]

[4: On lit dans le livre de M. de Ségur: «La mort de Koulnieff fut,
dit-on, héroïque; un boulet lui brisa les deux jambes et l'abattit sur
ses propres canons; alors voyant les Français s'approcher, il arracha
ses décorations et, s'indignant contre lui-même de sa témérité, il se
condamna à mourir sur le lieu même de sa faute en ordonnant aux siens de
l'abandonner.»]

[5: Le baron Alfred de Marbot, maître des requêtes au Conseil d'État,
mort en 1865.]

[6: M. de Ségur écrit: «On ne cherche plus à cacher, à Moscou, le sort
qu'on lui destine... La nuit, des émissaires vont frapper à toutes les
portes; ils annoncent l'incendie... On enlève les pompes; la désolation
monte à son comble... Ce jour-là, une scène effrayante termina ce triste
drame... Les prisons s'ouvrent: une foule sale et dégoûtante en sort
tumultueusement... Dès lors, la grande Moscou n'appartient plus ni aux
Russes, ni aux Français, mais à cette foule impure, dont quelques
officiers et soldats de police dirigèrent la fureur. On les organisa; on
assigna à chacun son poste, et ils se dispersèrent pour que le pillage
et l'incendie éclatassent partout à la fois...»]

[7: Si nous en croyons les Mémoires de Tchitchakoff, le funeste
désaccord qui régnait trop souvent parmi les lieutenants de Napoléon
existait également parmi ceux d'Alexandre. C'est à ce désaccord que les
débris de la Grande Armée auraient dû en partie leur salut lors du
passage de la Bérésina. (_Note de l'éditeur._)]

[8: La tête de pont sur la rive droite.

Le comte de Rochechouart, alors aide de camp de l'empereur Alexandre,
donne dans ses _Mémoires_ de nombreux détails sur toute l'affaire de
Borisoff, à laquelle il prit une grande part. (_Note de l'éditeur._)]

[9: Les Mémoires de Tchitchakoff confirment pleinement tous ces
détails.]

[10: Ou Stakof.]

[11: Dans une curieuse et dramatique relation illustrée de la campagne
de Russie, publiée à Stuttgard en 1843, Faber du Faur signale cette
vacuité des ponts dans la nuit du 27 au 28 novembre, et même dans celle
du 28 au 29. (_Note de l'éditeur._)]

[12: Le général Partouneaux se défendit d'ailleurs héroïquement; sa
division était réduite à quelques centaines de combattants lorsqu'elle
dut se rendre. (Voy. THIERS, _Histoire du Consulat et de l'Empire_.)]

[13: Tchitchakoff a rendu justice à la vigueur de notre cavalerie dans
cette affaire. Du reste, ses Mémoires (publiés en 1862) et ceux du comte
de Rochechouart confirment de point en point les détails donnés sur ces
événements: la prise et la perte de Borisoff par les Russes; leur
mouvement intempestif sur Beresino inférieur; le combat de Zawniski près
Brillowa et Stakowo; la fatale rupture des ponts et la retraite de nos
troupes par les marais gelés de Zembin. (_Note de l'éditeur._)]

[14: Tchitchakoff a trouvé dans ce fait une excuse à sa négligence.]

[15: «Des malheureux se précipitèrent dans ces brasiers... leurs
compagnons affamés les regardaient sans effroi... il y en eut même qui
attirèrent à eux ces corps défigurés et grillés... et il est trop vrai
qu'ils osèrent porter à leur bouche cette révoltante nourriture!» (DE
SÉGUR, _Histoire de Napoléon_.)]

[16: Dans sa brochure publiée en 1823, Rostopschine insiste
particulièrement sur les causes accidentelles de l'incendie.]

[17: M. Thiers établit comme il suit le compte de nos pertes. Selon lui,
420,000 hommes passèrent le Niémen, et ce chiffre fut porté à 533,000
par des renforts successifs: 300,000 auraient péri, tant Français
qu'alliés. (_Note de l'éditeur._)]

[18: Ou Janowitz.]

[19: Le comte de Rochechouart nous raconte d'une façon très pittoresque
la mission qu'il eut à remplir auprès de Bernadette, qui hésitait encore
à passer l'Elbe au mois de septembre; il nous décrit également sa
rencontre avec le prince royal de Suède, «superbe au milieu de la
mitraille, entouré de morts et de blessés...», sur le champ de bataille
de Leipzig. (_Note de l'éditeur._)]

[20: Dans les garnisons de la plupart des places fortes, et notamment
dans celle de Danzig, composées de troupes de diverses nationalités, on
eut à regretter quelques désertions même parmi les officiers; ceux-ci
trouvèrent dans le camp russe l'accueil le plus empressé et nous
combattirent dans la campagne de France.]

[21: Ces lettres sont les seuls documents que nous possédions sur la
campagne de Waterloo.]

[22: Les démarches faites au ministère de la guerre pour trouver ce
rapport sont malheureusement restées infructueuses. (_Note des
éditeurs._)]

[23: Voir les _Portraits militaires_ de M. de La Barre-Duparcq, p. 23
Paris, 1853.]

[24: Plurimum audaciæ ad pericula capessenda, plurimum consilii intra
ipsa pericula erat...» (Tite-Live, lib. XXI, _De Annibale_.)]

[25: _Remarques critiques_ sur l'ouvrage de M. le lieutenant général
Rogniat, intitulé: _Considérations sur l'art de la guerre_, par le
colonel Marbot (Marcellin), Paris, 1820. Marbot écrivit aussi en 1825 un
autre ouvrage, qui eut alors un certain retentissement et qui le
méritait; il est intitulé: _De la nécessité d'augmenter les forces
militaires de la France_.]

[26: Paragraphe II, n° 31, du testament de Napoléon. Le legs de
l'Empereur à Marbot était de _cent mille francs_.]

[27: Voir le chapitre intitulé: _Des grandes opérations offensives_, p.
597 et suiv. de l'ouvrage précité.]

[28: _Considérations sur l'art de la guerre_, p. 410.]

[29: _Remarques critiques_, etc., p. 191-192.]



TABLE DES NOMS

Abal (dom), I.

Adam, I.

Aguesseau (d'), II.

Aister (d'), I.

Albert (général), I; III.

Albuqueuque (d'), II.

Alexandre Ier, I; III.

Alorna (marquis d'), II.

Amy (colonel), II.

Andréossi, III.

Angoulême (duc d'), II; III.

Antonio (don), II.

Argenton, II.

Arnold, III.

Arrighi (duc de Padoue), III.

Aspre (comte d'), II.

Aspre (général d'), II.

Assalagny (docteur), II.

Auersperg (prince d'), I.

Augereau (maréchal), I; II; III.

Augereau (général), I.

Auguste (prince de Prusse), I.

B

Bachelet, III.

Bagration, I; III.

Balachoff (comte de), III.

Baour-Lormian, I.

Baraguey d'Hilliers, III.

Barain, II; III.

Barairon, I.

Barclay de Tolly, III.

Bareiros (José), II.


Barral (de), II.

Barras, I.

Bassano (duc de), III.

Bastide, I.

Bavastro, III.

Bayard, II.

Beaufort d'Hautpoul, II.

Beauharnais (prince Eugène de), I; II; III.

Beauharnais (comte de), II.

Beaumont, I.

Becker (général), II.

Belair, I.

Bellavène (général), I.

Belliard (général), II; III.

Benningsen, I; III.

Berckheim (général), III.

Beresford (général), II.

Berlier (colonel), II.

Bernadotte, I; II; III.

Bernard, I.

Berthier (maréchal), I; II; III.

Bertin, III.

Bertrand (général), I; II; III.

Bessières (maréchal), I; II; III.

Blancheton (docteur), II.

Blancheville, I.

Blankensée (de), III.

Blücher, I; III.

Boivin, III.

Bonaparte (Jérôme), I; II; III.

Bonaparte (Joseph), I; II; III.

Bonaparte (Louis), I; II.

Bonaparte (Lucien), I; II.

Bonaparte (Caroline), II.

Bonaparte (Pauline), I.

Bonnet (général), II; III.

Bonnier, II.

Bordenave, I; III.

Bordesoulle (général de), III.

Boudet (général), II.

Bourcier (général), I; III.

Bourgoing (de), III.

Boutourlin, III.

Brame, I.

Brénier (général), II.

Briqueville (de), II.

Brisset (docteur), II.

Bro, I.

Bronilowski, III.

Brune, I.

Brunswick (prince de), I.

Brunswick-Œls (prince de), II.

Bruyère (général), II; III.

Buget, I.

Bulow, III.

C

Cadoudal, I; III.

Cambacérès, I; II.

Cambronne (général), III.

Campbell (général), II.

Campo (général), III.

Canisy (comte de), II.

Canon, I.

Canouville (de), II.

Canrobert (Certain de), I.

Capucino (Le), II.

Carlos (don), II.

Carra Saint-Cyr, (général), II.

Casabianca, II; III.

Caseneuve, III.

Castaños (général), II.

Castex (général), III.

Catherine II. I; II; III.

Catinat, III.

Caulaincourt (duc de Vicence), III.

Caulaincourt (général), III.

Cavalier, II.

Certain (de), I.

Cervoni (général), II.

Chabot, III.

Chabot (représentant), I.

Chalopin, I.

Chambure (de), III.

Chamot, I.

Championnet (général), I; III.

Charles IV, II.

Charles XII. III.

Charles le Téméraire, II.

Charles-Quint, II.

Charles (archiduc), I; II; III.

Chasteler (marquis de), II.

Chateaubriant (vicomte de), III.

Chateauville (de), I.

_Chaudron_ (_maréchal_), II.

Chauvet d'Arlon, III.

Chérin (général), I.

Chévetel, I.

Christine (archiduchesse), II.

Christophe (général), III.

Claparède (général), II.

Clarke (duc de Feltre), II; III.

Clary, I.

Clausel (général), II; III.

Cobourg (prince de), I.

Cœli (don Raphaël), I; II.

Colbert, II.

Comnène, II.

Condorcet (madame), I.

Condras (général), III.

Conroux (général), II.

Constantin (grand-duc), I; III.

Corbineau (général), I; II; III.

Cortès (Fernand), II.

Cosnac (de), I.

Costa (Bernardo), II.

Cotton (général), II.

Coupé, I.

Courteau, III.

Courtois, III.

Coutard (colonel), II.

Cox (général), II.

Crawfurd (général), II.

Curély (général), III.

Curial (général), III.

Czartoryski (prince), I.

Czernicheff (comte de), II; III.

D

Dagusan, II.

Dahlmann (général), I.

Dalberg (duc de), III.

Dannel, I.

Daru (comte), III.

Daumesnil (général), II; III.

David, I.

Davout (maréchal), I; II; III.

Debry, II.

Decaen (général), I; III.

Defermon (comte), I; II.

Delaborde (général), II.

Delmas (général), III.

Delzons (général), III.

Demont (général), I; II.

Denniée, I.

Derneberg (colonel), II.

Desaix (général), I; II; III.

Desbrières, I; II; III.

Desjardins (général), I.

Despaulx (dom), I.

Despenoux, II.

Devence (colonel), III.

Doctoroff, III.

Domanget (général), III.

Dombrowski (général), III.

Donnadieu (général), I; II.

Donzelot (général), I.

Dorignac, I.

Dorsenne (général), II.

Doumerc (général), III.

Drouet (comte d'Erlon), II; III.

Drouot (général), III.

Dubois (colonel), III.

Ducos (général), I.

Dugommier (général), I.

Duhesme (général), II.

Dulauloy (général), III.

Dulimberg, II.

Dulong (général), II.

Dumouriez (général), II.

Duphot (général), III.

Duplessis (capitaine), III.

Dupont (général), I; II.

Dupont (Jean), III.

Durbach, III.

Duroc (général), I; II; III.

Durosnel (général), I; II.

Durutte (général), III.

Duval de Beaulieu, III.

E

Éblé (général), II; III.

Éloy, III.

Enghien (duc d'), I; II.

Espagne (général), II.

Estresse (colonel, marquis d'), I.

Étrurie (reine d'), II.

Exelmans (général), III.

F

Fabius, III.

Fabvier (général), III.

Fain, III.

Fénérol (général), I.

Ferdinand VII (prince des Asturies), II; III.

Ferdinand (archiduc), I.

Ferdinand (prince de Prusse), I.

Ferey (général), II.

Ferlus (dom), I.

Ferlus (Raymond), I.

Finguerlin, I.

Fontaine, III.

Fouché (duc d'Otrante), I; III.

Foucher, III.

Fourcart, I.

Fournier (capitaine), I.

Fournier (général), II.

Fousse, III.

Foy (général), II; III.

Franceschi, I; II.

Francisco (don), II.

Franck (docteur), II.

François de Nantes, III.

François Ier (empereur d'Autriche), I; II; III.

François Ier, III.

Frayssinous (l'abbé de), I.

Frédéric II. I.

Frédéric II (Guillaume-Charles, roi de Wurtemberg), II; III.

Frédéric-Auguste (roi de Saxe), I; III.

Frédéric-Guillaume III (roi de Prusse), I; III.

Frederichs (général), III.

Freira (général), II.

Frère (général), II.

Fresnel (général), III.

Friant (général), I; III.

Fririon (général), II.

Froissard, I.

Furstemberg (prince de), I.

G

Gardanne (général), II; III.

Garran, I.

Gault, I.

Gauthier (général), II.

Gautrin (colonel), II.

Gavoille, I.

Gazan (général), I; III.

Gérard (maréchal), I; III.

Gérard (baron), I.

Giulay (comte de), I; III.

Godard, I.

Godoy (prince de la Paix), I; II.

Gohier, I.

Gortschakoff, I.

Gouache, II.

Gourgaud (général), III.

Gouvion Saint-Cyr (maréchal), I; II; III.

Graft, III.

Graindorge (général), II.

Gratien (général), II; III.

Gravina (amiral), I.

Graziani, I.

Grenier (général), III.

Gressot (général), III.

Griffon, III.

Grouchy (maréchal), I; II; III.

Grundler (général), III.

Gudin (général), I; II; III.

Guéhéneuc (général), I; II.

Guindet, I; III.

Guiraud, I.

Guiton (général), II.

Gustave-Adolphe, III.

Gustave IV, I.

H

Harispe (général), III.

Harpin, I.

Hatzfeld (princesse), I.

Haugwitz (comte), I.

Hautpoul (général d'), I.

Haxo (général), III.

Hernandès, II.

Hernoux, III.

Herrasti (Andréas), II.

Hersent, II.

Hesse-Cassel (grand électeur de), I.

Hesse-Darmstadt (landgrave de), I.

Hesse-Hombourg (prince de), II.

Heudelet (général), I; II.

Hijar (duc de), II.

Hill (général), II.

Hiller (général), II.

Hoche (général), I; III.

Hofer (Andréas), II.

Hogendorf (général), III.

Hohenlohe (prince de), I.

Holstein-Augustenbourg (prince de), I.

Houdetot (général d'), I.

Houston (général), II.

Hulot d'Hozery, II.

Humières (d'), I.

I

Infantado (duc de l'), II.

Isembourg (prince d'), II.

J

Jacqueminot (général), I.

Jacques II. II.

Jardin, I.

Jardon, II.

Jean (archiduc), I; II.

Jean VI (roi de Portugal), II.

Jellachich, I.

Joinville (prince de), II.

Joly, III.

Jomini (général), III.

Joséphine (impératrice), I; II.

Joubert (général), I; III.

Jourdan (maréchal), I; III.

Julian (don), II.

Junot (duc d'Abrantès), II; III.

Junot (duchesse d'Abrantès), II.

K

Kalkreuth (maréchal), I.

Katt, II.

Keith (amiral), I.

Kellermann (maréchal), I; II; III.

Kienmayer (général), I.

Kinglin (général), I.

Kirgener (général), III.

Kléber, III.

Kleist (général), III.

Klenau (général), III.

Koch (général), II.

Kosciusko, I.

Korsakow (général), III.

Kouhn, III.

Koulnieff (général), III.

Koutousoff (maréchal), I; III.

L

Labanoff (prince), III.

Labaume, III.

Labédoyère (de), II.

Laborde, II; III.

La Bourdonnaye (de), II.

Lachèze, I.

La Coste (Certain de), I.

Lacoste (général), II.

Lacour (commandant), III.

Lacour (général), II.

Lacuée (comte de Cessac), III.

Lafitte (colonel), II.

Laforest, I.

Lagarde, I.

Lagrange (de), II.

Lagrange (général), III.

Laisné, III.

Lajolais, I.

Lalouette, III.

La Majorie, I.

Lamarque (général), II; III.

Lamarre, III.

Lambert (général), I; III.

Lambesc (prince de), I.

Lami, II.

Lamothe, II.

Lamotte (général), II.

Lamour (colonel), II.

Languenau (général), III.

Lanneau, I.

Lannes (maréchal), I; II; biogr.: III.

La Nougarède (colonel de), III.

Lapanonie (de), I.

Lapisse (général), II.

Lapoype (général), III.

La Riboissière (général de), III.

La Romana (général marquis de), II.

Larrey (docteur), I; II.

Lasalle (général), I; II.

Lasalle (de), II.

Lasowski (général), II.

Latour, II.

Latour d'Auvergne (de), II.

Latour-Maubourg (général de), II; III.

Launay (de), I.

Lorencez (général de), III.

Lauriston (général de), II; III.

Lauriston (comtesse de), I.

Laussat (de), III.

Leclerc (général), I.

Le Couteulx de Canteleu, II; III.

Lefebvre (maréchal), I; II; III.

Lefebvre-Desnouettes (général), II; III.

Lefrançois, II.

Legendre, III.

Legrand (général), II; III.

Leistenschneider, I.

Le Marois, III.

Léopold Ier, III.

Lepic (général), II.

Letermillier, II.

Lichtenstein (prince de), I.

Liégeard, III.

Ligne (prince de), II.

Ligniville (comte de), II.

Lima (général), II.

L'Isle (Certain de), I.

Loison (général), II; III.

Lorentz (Schilkowski), III.

Lorge (général), II.

Louis (baron), III.

Louis XIV, II; III.

Louis XVIII. III.

Louis-Philippe, II; III.

Louis (prince de Prusse), I; III.

Louise (reine des Belges), III.

Louise-Amélie (reine de Prusse), I.

Louverture (Toussaint), I.

Lubenski (comte), III.

M

Macard, I.

Macdonald, II; III.

Mack (feld-maréchal), I; III.

Magon (amiral), I.

Mailand, III.

Mainvielle, I.

Maison (général), I; III.

Malet (général), III.

Malseigne (général comte de), I.

Manuel, III.

Marchand (général), II.

Marbot (général Antoine), I; II.

Marbot (Adolphe de), I; II; III.

Marbot (baron Alfred de), III.

Marbot (Félix de), I.

Marbot (Théodore de), I.

Maréchal, III.

Marescalchi (comte), II.

Maria (reine de Portugal), II.

Marie-Charlotte (reine d'Espagne), II.

Marie-Louise (impératrice), II; III.

Marlborough, II.

Marmont (maréchal), I; II; III.

Marulaz (général), II.

Mascareguas (de), II.

Masséna, I; II; III; biogr.: III.

Masséna (Augustin), III.

Masséna (Jules), III.

Masséna (Marcel), III.

Masséna (Prosper), II; III.

Masséna (Victor), II.

Massy, I.

Mathis, I.

Maucune (général), II.

Maurice (colonel), I.

Maurin, I; III.

Maximilien-Joseph (roi de Bavière), III.

Maximilien (archiduc), II.

Mélas, I.

Ménard (colonel), I.

Méneval (de), I.

Merfeld (général), III.

Mergey, I.

Méric, II.

Merle (général), II; III.

Merlhes (docteur), I.

Mermet, II.

Meslin, III.

Metternich, III.

Michaud (général), III.

Michaux, III.

Milhau (général), III.

Mina, II.

Moerner (général comte de), I.

Molitor, II; III.

Mollendorf, I.

Monceau (général du), III.

Moncey, I; II.

Monck, I.

Mongalvi, I.

Monginot, III.

Monnier (colonel), II.

Montbrun (général), II; III.

Montesquiou (colonel de), II.

Montesquiou (l'abbé de), III.

Montezuma, II.

Montfort (général de), III.

Montluc, II.

Montmorency, I.

Moore, II.

Morand (général), I; II; III.

Moreau (général), I; III.

Moreau (colonel), I.

Morland (général), I.

Mortier (maréchal), I; II; III.

Moulins, I.

Mounier, I; II.

Moustache, I.

Mouton (comte de Lobau), I; II; III.

Mouton-Duvernet (général), III.

Muller (général), I.

Muller, I.

Murat, I; II; III.

Mustapha, I; II.

N

Nansouty (général), II; III.

Napier, II.

Napper-Tandy, I.

Narbonne (de), I.

Nelson (amiral), I.

Ney (maréchal), I; II; III.

Niocel, I.

Noailles (Alfred de), III.

Nordmann (général), II.

O

Odier, III.

Œttingen (prince d'), III.

O'Meara (colonel), II.

Ordener (général), I.

O'Reilly (général), II.

Orléans (duc d'), I; II; III.

Orléans (Gaston d'), I.

Ott (général), I.

Oudinet (De Beaulieu), I.

Oudinot (maréchal), I; II; III.

Oudinot (Victor), II.

P

Pack (général), II.

Paget (général), II.

Palafox, II.

Pamplona (général comte), II.

Papon, I.

Parot (docteur), III.

Parque (duc del), II.

Partouneaux (général), III.

Pasqual, II.

Pasquier (duc).

Paul Ier, III.

Pelet (général), II; III.

Percy, II.

Pereiras (général), II.

Pérignon (maréchal), I.

Perquit (colonel), III.

Perron, II.

Pertelay, I; II.

Philippe le Bon, II.

Picart (colonel), I.

Pichegru (général), I; III.

Pierre le Grand, III.

Pierre III (roi de Portugal), II.

Pignatelli (prince), II.

Pino (général), III.

Pinoteau (colonel), I.

Platow (hetman), III.

Poitevin, III.

Polignac (prince de), I.

Pombal (marquis de), II.

Pommereul (comte de), I.

Poniatowski (prince), III.

Ponthon (colonel de), III.

Porcher de Richebourg, II.

Potemkin, II.

Pouzet (général), II.

Pozac, III.

Pradt (l'abbé de), III.

Préval (général), III.

Prud'homme, III.

Puy (Certain du), I.

Q

Quesnel (général), III.

R

Radetzky, II.

Rambuteau (comte de), I.

Rapatel, III.

Rapp (général), I; II; III.

Raymond (docteur), I.

Razout (général), II; III.

Reding (général), II.

Régnier (général), II.

Reille (général), III.

Renique, II; III.

Repnin (prince), I.

Rességuier (de), I.

Rey (général), III.

Reynier (général), II; III.

Richard Ier, roi d'Angleterre, II.

Rivière (de), I.

Roderjot, II.

Rochambeau (général de), III.

Roger-Ducos, I.

Rogniat (général), II.

Roguet (général), III.

Rouan (prince de), I.

Rome (roi de), III.

Romestan, I.

Ronsin (général), I.

Rosily (amiral), I.

Rostopschine, III.

Rothschild, I.

Roumestain, I.

Roussel d'Urbal (général), III.

Roustan, I.

Ruchel (général), I.

Russel (général), III.

S

Sacken (général), III.

Sacleux (colonel), I.

Sahuguet d'Espagnac (général), II.

Sainte-Croix (général d'Escorches de), II.

Sainte-Croix (Robert d'Escorches de), II.

Sainte-Église, II.

Saint-Geniès (général de), III.

Saint-Georges (chevalier de), I.

Saint-Germain (général de), III.

Saint-Hilaire (général), II.

Saint-Marc (général), II.

Saint-Mars (général de), II; III.

Saint-Sulpice, II.

Salicetti, I.

Salme (général), II.

Samson (général), I.

San Carlos (duc de), II.

Sanchez (Julian), II.

Sanguinet (de), I.

Sans-gêne (Mlle), I.

Sarrut (général), II.

Savary (duc de Rovigo), I; II; III.

Savary (colonel), I.

Saxe (maréchal de), II; III.

Saxe-Teschen (prince Albert de), II.

Schérer (général), I.

Schérer, I.

Schill, II.

Schmettau, I.

Schneit (colonel), III.

Schomberg (général comte de), I.

Schwartzenberg (prince de), III.

Sébastiani (général), III.

Ségur (général comte de), III.

Ségur (Octave de), II; III.

Sénarmont (général), I.

Septeuil (de), II.

Séras (général), I; II.

Sérurier (maréchal), I; III.

Sibille, I.

Sibuet (général), III.

Sicard (colonel), I.

Sieyès, I.

Sigaldi, III.

Simon (général), I; II.

Solignac, II; III.

Souham (général), III.

Soulès (général), III.

Soult (maréchal), I; II; III.

Soult (Pierre), II.

Souwaroff (général), I; III.

Spencer (général), II.

Spire, I.

Stabenrath (général), II.

Stabs, II.

Staël (Mme de), I.

Stein (baron de), III.

Steinghel (général), III.

Stibar (comtesse de), II.

Stoch (baron de), I; III.

Suchet (maréchal), I; II; III.

Sudernanie (duc de), I.

Sylveira (général), II.

T

Talbot (colonel), II.

Talleyrand (prince de), I; II; III.

Talleyrand-Périgord (de), II.

Talon (vicomte), III.

Tantz, III.

Tassin, II.

Tchitchakoff (amiral), III.

Teste (général), III.

Tharreau (général), II.

Thielmann (général), III.

Thomières (général), II.

Tillet, II.

Tolstoï (prince), III.

Trent, II.

Trepano (Colindo), I.

Trivulce (maréchal de), II.

Truguet (amiral), I.

Tzcinski, III.

U

Urquigo (d'), II.

V

Valois, I.

Van Berchem, III.

Vandamme, II; III.

Vauban (maréchal de), III.

Vaux (général de), I.

Vedel (général), II.

Verdal (de), I.

Verdier, III.

Verdier (général), II; III.

Vernet (Horace), III.

Vial (général), III.

Viana, II.

Victor (maréchal), II; III.

Villeneuve (amiral), I.

Vincent, II.

Virion (général), I.

Viry (de), II.

W

Washington, III.

Waters (colonel), II.

Wathier (général), II.

Wathiez (général), III.

Watteville (de), II.

Weber (général), II.

Weimar (prince de), I.

Wellington, I; II; III.

Willatte (général), I.

Williams (colonel), II.

Wilson, III.

Wittgenstein, III.

Woirland, I; II; III.

Wrède (général de), III.

Wukassowitz (général), II.

Wurtemberg (prince Eugène de), III.

Y

York (général), III.

Yvan (docteur), II.

Yzquierdo, II.

Z

Zach (général), I.

Zaniboni, II.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires du général baron de Marbot (3/3)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home