Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Abbé de l'Épée - sa vie, son apostolat, ses travaux, sa lutte et ses succès;
Author: Berthier, Ferdinand, 1803-1886
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Abbé de l'Épée - sa vie, son apostolat, ses travaux, sa lutte et ses succès;" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images available at the Bibliothèque nationale
de France (BNF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr



L'ABBÉ DE L'ÉPÉE.

Quoy des mains? Nous requérons, nous promettons, appellons, congédions,
menaçons, prions, supplions, nions, refusons, interrogeons, admirons,
nombrons, confessons, repentons, craignons, vergoignons, doutons,
instruisons, commandons, incitons, encourageons, jurons, témoignons,
accusons, condamnons, absolvons, injurions, mesprisons, déffions,
despitons, flattons, applaudissons, bénissons, humilions, mocquons,
réconcilions, recommandons, exaltons, festoyons, resjouissons,
complaignons, attristons, desconfortons, désespérons, estonnons,
escrions, taisons: et quoy non?

      MICHEL MONTAIGNE.

Montmartre.--Impr. PILLOT FRÈRES, LANGRAND et Ce.

[Illustration: L'ABBÉ DE L'ÉPÉE.]

L'ABBÉ
DE L'ÉPÉE,
SA VIE, SON APOSTOLAT,
SES TRAVAUX, SA LUTTE ET SES SUCCÈS;

AVEC L'HISTORIQUE DES
MONUMENTS ÉLEVÉS A SA MÉMOIRE
=à Paris et à Versailles=;

ORNÉ DE SON PORTRAIT GRAVÉ EN TAILLE DOUCE,
D'UN FAC-SIMILE DE SON ÉCRITURE,
DU DESSIN DE SON TOMBEAU DANS L'ÉGLISE SAINT-ROCH A PARIS,
ET DE CELUI DE SA STATUE A VERSAILLES;

PAR

FERDINAND BERTHIER,

SOURD-MUET,

Doyen des professeurs de l'Institution nationale de Paris,
Vice-président de la Société centrale d'éducation et d'assistance pour
les Sourds-Muets de France,
Chevalier de la Légion-d'Honneur, etc., etc,

His sunt additae orchestrarum loquacissimae
manus, linguosi digiti, silentium clamosum,
expositio tacita...... Ostendes homines posse et
sine oris affatu suum velle declarare.

CASSIODORE, lib. IV, cap. 51.

PARIS,
MICHEL LÉVY FRÈRES, LIBRAIRES-ÉDITEURS,
RUE VIVIENNE, 2 BIS.

1852.



PROLÉGOMÈNES.


Le 27 mai 1838 fut fondée à Paris (rue Saint-Guillaume, nº 9, au
faubourg Saint-Germain) une société centrale des Sourds-Muets[1], dont
le but était de délibérer sur les intérêts de cette classe
exceptionnelle, de réunir en faisceau les lumières de tous les
sourds-muets épars sur la surface du globe et des hommes instruits qui
ont fait une étude approfondie de cette spécialité, de resserrer les
liens qui unissent cette grande famille, d'offrir à chaque membre un
point de ralliement, un foyer de communications réciproques, et de leur
procurer les facilités qui leur sont indispensables pour se produire
dans le monde.

La Société centrale s'occupait, en outre, de fournir aux sourds-muets
des moyens de réunion et d'études; de les entretenir dans de bonnes
habitudes par l'assistance continuelle de leçons gratuites et de sages
conseils; d'obtenir le placement de leurs ouvrages d'art, et de leur
assurer le patronage des parlants qui, par leur position sociale et
leurs relations, peuvent leur être utiles.

L'année de sa fondation fut marquée par un événement qui fera époque.
Les cendres de l'abbé de l'Épée, le _père spirituel_ des pauvres
sourds-muets, furent découvertes par ses enfants dans les caveaux de
l'église Saint-Roch, à Paris.

Il fut décidé, presque aussitôt, qu'un monument serait élevé à ces
restes précieux. Honneur aux personnages éminents qui voulurent bien se
mettre à la tête de cette œuvre réparatrice, et qui formèrent le
noyau de la commission chargée de recueillir les fonds nécessaires et
d'en régulariser l'emploi!

A ces hommes dévoués notre éternelle reconnaissance est acquise; _la
mémoire du cœur_ ne s'éteindra jamais chez les sourds-muets.

La commission que fondèrent nos amis se composait de MM. Dupin aîné,
alors président de la chambre des députés, ancien procureur général à la
cour de cassation, _président_; Chapuys-Montlaville, député, maintenant
préfet, _secrétaire_; Villemain, de l'académie française, qui fut, plus
tard, ministre de l'instruction publique; le baron de Schonen, alors
procureur général à la cour des comptes, maintenant décédé; le baron de
Gérando, alors pair de France, maintenant décédé; Cavé, alors directeur
des beaux-arts au ministère de l'intérieur, maintenant décédé; l'abbé
Olivier, curé de Saint-Roch, aujourd'hui évêque d'Évreux; Eugène Garay
de Monglave, plus tard membre de la commission consultative de
l'institution nationale des sourds-muets de Paris; Nestor d'Andert,
artiste peintre; Ferdinand Berthier, doyen sourd-muet des professeurs de
l'institution nationale des sourds-muets de Paris, président de la
Société centrale; Forestier, sourd-muet, alors instituteur libre et
vice-président de cette association, aujourd'hui directeur de l'école de
Lyon, et Lenoir, professeur sourd-muet à l'Institution nationale de
Paris, qui était secrétaire de la Société centrale.

A peine formée, la Commission, en émettant le vœu qu'un écrit fût
consacré à l'historique des bienfaits de l'abbé de l'Épée et de la
découverte de ses restes précieux dont nous déplorions la perte, daigna,
pour l'accomplissement de cette tâche, jeter les yeux sur moi, pensant
peut-être que l'intervention d'un sourd-muet régénéré par ce grand homme
exciterait naturellement l'intérêt public et provoquerait les
souscriptions.

Ce choix fut accueilli par l'unanime approbation de la Société centrale.

M. Frédéric Peyson, sourd-muet, peintre d'histoire, élève de MM. Hersent
et Léon Cogniet, fut invité par la même unanimité à reproduire pour cet
opuscule les traits du saint Vincent de Paule de ce peuple
exceptionnel.

Sur ces entrefaites, en 1839, un prix était fondé par la Société des
sciences morales, lettres et arts de Seine-et-Oise, en faveur du mémoire
qui réunirait aux plus curieuses recherches historiques sur la condition
des sourds-muets avant et depuis l'abbé de l'Épée, le meilleur éloge de
ce bienfaiteur de l'humanité. M'occupant déjà de remplir les vues de la
Commission, on pense bien que je ne laissai pas échapper cette occasion
d'élever à la mémoire de ce sublime instituteur ce nouveau monument de
la reconnaissance de ses enfants. J'osai donc m'aventurer dans la lice,
et le Ciel bénit mon audace: mon mémoire obtint le prix.

Cependant je réservais pour le travail que la Commission du monument de
Saint-Roch m'avait confié la partie de mes recherches qui concerne plus
spécialement les vertus de l'apôtre des sourds-muets, dans le but d'en
former une introduction au simple narré de sa vie et des travaux de la
Commission parisienne.

La rédaction de mon mémoire touchait à sa fin; mais les circonstances ne
me permettaient pas, à mon grand regret, de pouvoir en adresser un
exemplaire à chacun des souscripteurs et de faire face aux frais de
publication de l'œuvre au moyen du surplus du montant des
souscriptions. Je me déterminai donc en juillet 1838 à tenter, par
l'intermédiaire du garde des sceaux de cette époque (M. Barthe), une
démarche auprès de l'imprimerie nationale. Malheureusement le comité,
établi à la chancellerie pour examiner les ouvrages dignes de cette
faveur, ne jugea pas qu'une production de la nature de la mienne
rentrât dans la catégorie de celles que les ordonnances qui régissent
les impressions gratuites désignent comme pouvant être publiées sur les
fonds de cet établissement, c'est-à-dire des ouvrages appartenant aux
sciences et particulièrement aux langues orientales. On me fit observer
que mon travail semblait concerner plus spécialement le ministère de
l'intérieur ou celui de l'instruction publique.

Dans le cours d'avril 1839, je m'adressai donc au directeur des
beaux-arts, sollicitant son intervention auprès du ministre de
l'intérieur, attendu que la Société centrale, dont je m'honorais d'être
le président, n'était pas assez riche pour subvenir aux dépenses
nécessitées par une semblable publication. Ma lettre resta sans réponse.

Depuis, par un effet de la bienveillance de l'autorité municipale de
Versailles, les divers documents relatifs à l'érection d'une statue de
l'abbé de l'Épée dans cette ville m'étant tombés entre les mains, je les
rassemblai et les coordonnai avec un empressement d'autant plus
religieux que je crus y voir le complément naturel de mes recherches. La
Commission de Seine-et-Oise me paraissait être la digne sœur de celle
qui allait enrichir l'église Saint-Roch, à Paris, d'un monument conçu
dans le même but.

Quant au succès matériel de mon œuvre, il ne repose plus maintenant
tout entier, je l'avoue, que sur la sympathie des admirateurs du grand
apôtre des sourds-muets.

Le public jugera si, interprètes de la Société centrale, M. Peyson et
moi sommes restés au-dessous, de notre tâche. Les membres de cette
ancienne réunion se bornent à déclarer qu'il est impossible, suivant
eux, d'apporter à une œuvre de conscience plus de zèle et de
désintéressement.

Ils ont foi dans l'historique de la vie de leur _père spirituel_, qui,
s'il remplit son but, deviendra le catéchisme de la grande famille des
sourds-muets épars sur la surface du globe.

Et ils recommandent à la mémoire de leurs frères présents et à venir,
non-seulement les noms des membres composant la Commission de Paris, qui
a si puissamment aidé la Société centrale à payer une dette sacrée de
vénération et de gratitude à l'abbé de l'Épée, mais aussi ceux des
membres de la Commission de Versailles, dont le dévouement si spontané,
si actif, a su dignement réparer l'oubli de sa ville natale envers un de
ses plus illustres enfants.



L'ABBÉ DE L'ÉPÉE,

SA VIE, SON APOSTOLAT, SES TRAVAUX, SA LUTTE ET SES SUCCÈS.



I

     Les sourds-muets dans l'antiquité et le moyen âge.--Abandon
     général.--Quelques efforts tentés en leur faveur.--Ils échouent
     faute d'ensemble.--Naissance de l'abbé de l'Épée.--Sa vocation pour
     l'état ecclésiastique.--Le formulaire d'Alexandre VII.--Il refuse
     de le signer.--Il est autorisé, néanmoins, à remplir les fonctions
     du diaconat.--Il devient avocat et prête serment le même jour que
     M. de Maupeou.--Enfin, un neveu de Bossuet lui fraie le chemin du
     sacerdoce.


Parmi le peu de noms que la foule changeante ne prononce qu'avec
vénération, noms plus imposants cent fois que tous ces magnifiques
titres qui chatouillent la vanité humaine, nous n'en connaissons pas qui
mérite plus d'occuper le premier rang dans l'admiration, l'amour et la
reconnaissance des peuples que celui du _père spirituel_ des
sourds-muets, l'abbé de l'Épée.

Dût-on nous taxer d'exagération, nous maintiendrons notre dire, et, nous
ferons mieux, nous le prouverons.

Qu'on établisse, en effet, un parallèle entre la condition des
sourds-muets chez les anciens et celle dans laquelle les a placés le
génie de cet humble missionnaire! Depuis des siècles, ces tristes
victimes de la nature marâtre courbaient le front sous le joug d'un
préjugé barbare. La foule indifférente[2] regardait d'un œil de
dédain cette caste de nouvelle espèce, comme elle les appelait, circuler
au milieu d'elle. Ils languissaient, ces infortunés, dans l'ignorance et
dans l'esclavage: ils attendaient un nouveau Messie qui vînt briser
leurs fers.

Pour preuve de l'empire qu'exerçait sur eux une aveugle prévention,
quelque coin obscur du globe qu'ils habitassent, nous allons signaler la
manière dont ils étaient traités chez les Flamands, par exemple.

Au moyen âge, l'être atteint d'une pareille infirmité était
considéré[3] dans cette contrée, ou comme un maniaque, ou comme un
innocent qu'on mettait en curatelle. C'était sous l'influence de cette
opinion générale que ces malheureux étaient menés à l'église de Damme,
où l'on vénérait les reliques de la Sainte-Croix, pour obtenir leur
guérison. Cette croyance pouvait être autorisée par le miracle qu'avait
opéré Jésus-Christ sur un homme muet possédé du démon. Il y avait en ce
temps-là une femme salariée exprès pour mettre ordre à la foule et avoir
soin des sourds-muets.

Et cependant, vers le milieu du seizième siècle, un lent et
consciencieux travail de réhabilitation se préparait silencieusement en
leur faveur sur divers points du globe; quelques hommes d'élite (honneur
leur soit rendu!) ne balançaient pas à tenter de généreux efforts pour
ouvrir les sentiers de l'intelligence à cette classe déshéritée de toute
participation aux avantages de l'union sociale; malheureusement
l'obscurité dont leurs tentatives étaient enveloppées les condamnait à
périr avec eux.

Un seul homme se présenta, dont le regard puissant dit aux sourds-muets:
_Et vous aussi, vous serez hommes!_ Avec quel étonnement le dix-huitième
siècle ne le vit-il pas, dès son apparition, ébranler cette effrayante
barrière dressée entre ces infortunés et leurs frères parlants! Il l'a
doté, ce siècle, si éclairé entre tous les siècles, d'une des plus
belles conquêtes du génie de l'homme. Ces heureuses semences ne sont pas
tombées sur un sol ingrat. On les a vues féconder à la fois l'esprit et
le cœur des sourds-muets régénérés. Rendus à toute la dignité
humaine, ils ouvrent leurs cœurs aux consolantes vérités de la
religion, contribuent aux charges de la communauté, partagent ses
devoirs et ses avantages, cultivent aussi les sciences et les arts. Au
milieu du concert d'admiration qui s'élève de tous les coins de
l'univers pour bénir ces miracles, un sourd-muet ose accepter la tâche
imposée par la bienveillance de ses anciens collègues de la Commission
du monument de Saint-Roch, et tracer l'esquisse rapide de la vie du
vertueux bienfaiteur de ses frères d'infortune. Si le sentiment d'une
profonde vénération et le zèle d'une ardente reconnaissance ne
remplacent pas en lui le talent, sa témérité aura du moins, il l'espère,
quelques droits à l'indulgence du public.

Charles-Michel de l'Épée[4] naquit à Versailles, le 24 novembre 1712[5].
Il eut pour père un expert ordinaire des bâtiments du roi, homme
recommandable par ses qualités morales autant que par son savoir, et
dont la tendresse éclairée se consacrait sans relâche à développer
l'esprit et le cœur de ses enfants. Aussi l'exercice des vertus
devint-il de bonne heure chez le jeune de l'Épée un besoin plutôt qu'un
devoir. A travers ses brillants succès dans les sciences, ses parents
avaient remarqué en lui un penchant décidé pour l'état ecclésiastique,
et ils s'étaient efforcés de le détourner d'une carrière qui contrariait
leurs vues. Peine inutile! Dieu avait parlé, et le jeune homme suivait
sa vocation.

Ses études achevées, à dix-sept ans, il sollicita la faveur de gravir
les premiers degrés du sacerdoce, et, suivant l'usage qui était alors
une loi pour tout le diocèse de Paris, on lui demanda d'accepter le
_formulaire d'Alexandre VII_[6], espèce de déclaration d'orthodoxie
moliniste. Le jeune de l'Épée refusa de le signer. Et pourtant il ne
croyait obéir qu'à sa conscience, car l'Église n'eut jamais de fils plus
respectueux et plus soumis. Toutefois on lui permit d'exercer les
humbles fonctions du diaconat, compensation, hélas! bien faible pour
toute l'ardeur, toute l'immensité du saint zèle dont il était embrasé!

Que faire? Quel parti prendre? Charles-Michel tourna ses regards vers le
barreau, dont sa famille avait déjà rêvé pour lui les triomphes; il
subit avec succès ses examens; il se fit recevoir avocat au parlement de
Paris et prêta serment en cette qualité le même jour qu'un autre adepte,
destiné à devenir un jour chancelier du royaume,
Nicolas-Charles-Augustin de Maupeou[7].

Cependant son âme douce et tendre regrettait sans cesse, au milieu du
tumulte des tribunaux, le paisible ministère des autels. Il sentait que
là seulement étaient sa vie, son bonheur, son avenir; il se livra donc
avec une nouvelle ardeur aux études théologiques, et ses vœux furent
exaucés. Jacques-Benigne Bossuet, évêque de Troyes, neveu de l'immortel
auteur du _Discours sur l'Histoire universelle_, l'appela près de lui,
l'admit en 1736 dans les quatre ordres mineurs, le nomma desservant de
Fouges, le 23 mars de cette année, sous-diacre le 31, diacre le 22
septembre, chanoine de Pougy, le 28 mars 1738, et prêtre, le 5 avril. Le
20 août 1736, il avait fourni la preuve qu'il jouissait d'un revenu
suffisant pour entrer dans les ordres. Son père et sa mère lui
constituaient une rente de 250 livres sur les fermes qu'ils possédaient
dans la principauté de Dombes[8].



II

     Vertus et maximes de l'abbé de l'Épée.--Sa tolérance.--Ses rapports
     avec le protestant Ulrich.--Ses vœux en faveur des juifs.--Son
     abnégation, son humilité.--Ses relations avec un évêque janséniste
     qu'il rend dépositaire de son adhésion à la bulle =Unigenitus=.--On
     lui interdit le ministère de la parole et celui de la
     confession.--On lui refuse les cendres.--Sa réponse à un prêtre
     intolérant.--Vengeance sublime.--Commencement de son apostolat.


Le talent de la parole que l'abbé de l'Épée avait cultivé dans les
luttes tumultueuses du barreau lui ouvrit le chemin de la paisible
chaire de vérité. Son éloquence, partie du cœur, arrivait droit au
cœur; elle se répandait comme une rosée bienfaisante dans les villes
et dans les campagnes du diocèse, et il jouissait du bien qu'elle
produisait. Personne n'offrit un plus parfait modèle de tout ce qu'il
enseigna. Sollicitude, bienveillance, activité, modestie, simplicité, il
réunissait en lui, au plus haut degré, toutes les vertus du sacerdoce.
On eût dit que la Providence suscitait à l'Église gallicane un autre
Fenélon au milieu des querelles qui la déchiraient. Ennemi de
l'intolérance, il répétait sans cesse avec le grand Henri IV: «Tous ceux
qui sont bons sont de ma religion.» Il se plaisait également à laisser
échapper de ses lèvres cette belle maxime du cygne de Cambray:
«Souffrons toutes les religions, puisque Dieu les souffre!»

Imbu de ces principes de charité, il accueillit dans la suite, avec la
sympathie la plus touchante, le protestant Ulrich, qui était venu du
fond de la Suisse étudier sa méthode. Bientôt une étroite liaison
établit une sorte de parenté entre leurs âmes, et porta Ulrich à abjurer
ses anciennes croyances. L'abbé de l'Épée, désirant le retirer de la
misère dans laquelle il gémissait à Paris, insistait pour qu'il acceptât
une somme de 600 livres qu'il lui offrait: «Vous m'avez enseigné,
répondit le fier Helvétien, combien est agréable au Ciel l'état de
l'homme qui travaille en paix dans l'indigence et qui souffre les
privations sans murmurer; vous m'avez inculqué vos principes. Après ce
don, tous les autres me seraient inutiles; de plus nécessiteux jouiront
de vos largesses. J'ai appris de vous à aimer Dieu, mes frères et le
travail: je suis riche de vos bienfaits.»

Et cette fraternité universelle inondait tellement son âme, que le
vœu le plus ardent de son cœur était de voir les juifs sortir
enfin de leur longue servitude pour entrer dans la grande famille
chrétienne.

Véritable pasteur de ses frères, il tâchait de les conduire au Ciel,
afin de mériter de le gagner pour lui-même. «Grâce à Dieu, disait-il sur
la fin de ses jours, je n'ai jamais commis de ces fautes qui tuent les
âmes, mais je suis épouvanté quand je réfléchis combien j'ai mal répondu
à une telle faveur d'en haut: une mauvaise pensée m'a poursuivi une
seule fois dans mon jeune âge; le Seigneur me donna la force de prier et
de vaincre; ce fut sans retour, et j'arrive, après une carrière longue
et tranquille, au jugement de Dieu, avec cette unique victoire. Ce sont
les grands combats qui font les saints; Dieu a tout fait pour mon salut,
et je n'ai rien fait qui réponde à l'excellence de sa grâce.»

Cependant le protecteur, l'appui de l'abbé de l'Épée, l'évêque de
Troyes, venait de s'endormir du sommeil du juste[9]. Il lui restait
encore un ami, c'était le célèbre Soanen, évêque de Senez, qui s'était
rallié aux principes de Port-Royal. Ses relations intimes avec le
prélat, relations fondées sur une parfaite harmonie de sentiments, lui
attirèrent les censures de l'archevêque de Paris, Christophe de
Beaumont. Il avait même rendu Soanen, qui avait longtemps repoussé la
bulle _Unigenitus_, dépositaire de son acte d'adhésion à cette
déclaration du saint-siége. C'est un modèle parfait de droiture d'âme et
de pureté d'intention[10], et pourtant, contradiction remarquable dans
un homme d'un esprit aussi supérieur, il y remercie très-humblement Dieu
de la protection que sa grâce a daigné accorder à la cause qu'il a
défendue, et des signes visibles de sa toute-puissance dont il lui a plu
de l'entourer. En se soumettant, il confesse, dans l'effusion de sa
candide reconnaissance, avoir vu de ses yeux quelques-unes des guérisons
miraculeuses que le Seigneur a opérées par l'intercession du bienheureux
diacre François Pâris.

De pareilles restrictions ne pouvaient satisfaire l'archevêque de Paris.
On interdit à l'abbé de l'Épée le ministère de la prédication: on lui
défend de diriger les consciences, et, comme si la Providence eût voulu
mettre sa vertu à une plus rude épreuve[11], se présentant un jour dans
sa paroisse pour y recevoir les cendres avec les fidèles, il se voit
repoussé publiquement par le prêtre qui préside à cette cérémonie. Mais
lui, avec cette résignation chrétienne qui ne se dément jamais, se lève
et répond à l'outrage en ces termes: «J'étais venu, pécheur contrit,
m'humilier à vos pieds; votre refus ajoute à ma mortification; mon but
est atteint devant Dieu; je n'insiste pas pour ne point tourmenter votre
conscience[12].

Plus tard, l'abbé de l'Épée, d'accord avec le curé de Saint-Roch, prêta
généreusement à ce même ecclésiastique l'appui de son ministère près des
tribunaux chargés des affaires spirituelles. Il avait interdit la sainte
table à un pauvre prêtre pour lequel l'abbé de l'Épée professait la plus
grande estime, et cela peut-être pour le même motif qui avait fait
exclure l'abbé de l'Épée de la distribution des cendres. On rapporte
que, dans la suite, la raison de ce ministre intolérant s'égara, et
qu'en proie à d'horribles souffrances, il retrouva à son chevet l'âme
généreuse de sa victime.

Au milieu de toutes ces tribulations, la Providence le conduisait par
des sentiers secrets à un pénible, mais glorieux apostolat, auprès de
gentils d'une nouvelle espèce. A lui devait échoir la tâche d'achever
la grande œuvre de leur régénération morale à peine ébauchée par un
vénérable prêtre de la doctrine chrétienne.



III

     Deux sœurs sourdes-muettes, élèves du R. P. Vanin, de la
     doctrine chrétienne.--La mort les ayant privées de leur
     instituteur, l'abbé de l'Épée se résout à continuer son
     œuvre.--Théorie du langage des gestes.--Il ignore entièrement
     les travaux de ses prédécesseurs.--Ses premières
     tentatives.--Objections des philosophes et des
     théologiens.--Réponses victorieuses à ces objections.--Important
     avis du R. P. Lacordaire.


Ce fut vers l'année 1753, suivant toutes les probabilités, qu'une
affaire de peu d'importance amena l'abbé de l'Épée dans une maison de la
rue des Fossés-St-Victor, qui faisait face à celle des frères de la
doctrine chrétienne. La maîtresse du logis étant absente, on
l'introduisit dans une pièce où se tenaient ses deux filles, sœurs
jumelles, le regard attentivement fixé sur leurs travaux d'aiguille. En
attendant le retour de leur mère, il voulut leur adresser quelques
paroles; mais quel fut son étonnement de ne recevoir d'elles aucune
réponse! Il eut beau élever la voix à plusieurs reprises, s'approcher
d'elles avec douceur, tout fut inutile. A quelle cause attribuer ce
silence opiniâtre?

Le bon ecclésiastique s'y perdait. Enfin la mère arrive. Le vénérable
visiteur est au fait de tout. Les deux pauvres enfants sont
sourdes-muettes. Elles viennent de perdre leur maître, le vénérable R.
P. Vanin ou Fanin, prêtre de la doctrine chrétienne de
St-Julien-des-Ménétriers, à Paris. Il avait entrepris charitablement
leur éducation au moyen d'estampes qui ne pouvaient leur être d'un grand
secours. En ce moment décisif, un rayon du Ciel révèle à l'étranger sa
vocation. Sans aucune expérience dans l'art difficile dont il va sonder
les profondeurs inconnues, il est déjà tout prêt à se sacrifier.

A partir de ce jour, il remplira auprès de ces infortunées la place que
le père Vanin laisse vide. Après avoir mûrement réfléchi aux moyens par
lesquels il pourra remplacer chez elles l'ouïe et la parole, il croit
entrevoir dans le langage des gestes la pierre angulaire que le Ciel
destine à soutenir l'édifice intellectuel du sourd-muet. Intimement
convaincu de la possibilité d'appliquer à cet enseignement ce principe
que les idées et les sons articulés n'ont pas de rapport plus immédiat
entre eux que les idées et les caractères écrits, principe évident qui
s'est gravé dans sa jeune intelligence dès les bancs de l'école, il ne
se laisse pas effrayer par les obstacles qu'il prévoit dans un monde
nouveau dont il n'a pas exploré les routes; car il ne soupçonne pas même
les travaux de ceux qui, avec des mérites divers, l'ont précédé dans la
carrière. Son génie, planant sur la sphère des possibilités, a déjà
saisi ce qui échappe aux regards vulgaires, et le globe entier retentira
bientôt des succès inouïs obtenus par ce grand homme à l'aide de la
mimique, cette langue universelle, vainement cherchée par les
philosophes et par les savants de tous les siècles et de tous les
pays[13]. Les écoles que l'humanité a élevées, et qu'elle élève encore à
l'envi sur tous les points de la France et dans toutes les contrées du
monde, sont autant de temples qui proclament le Dieu dont le souffle
vivifiant les a édifiées. Mais alors tout était encore à faire. De
longtemps l'heure du repos ne sonnera pour l'apôtre des sourd-muets, ou
plutôt il n'y aura jamais pour lui de repos sur la terre.

En 1760, il met en lumière sa méthode, qui doit lui attirer les
critiques de quelques philosophes et de quelques théologiens. Les
premiers s'obstinent à dénier à tout autre sens qu'à l'ouïe la vertu de
transmettre au sourd-muet les connaissances que reçoit le parlant par
cette voie, quoiqu'ils affectent, contradiction flagrante! d'admettre
sans peine le vieil axiome: _Nihil est in intellectu quod prius non
fuerit in sensu_ (Il n'est rien dans notre esprit qui n'y soit entré par
nos sens).

Les autres opposent à l'abbé de l'Épée ces paroles de l'apôtre: _Fides
ex auditu_ (I. Rom. 10-17). La foi nous vient par l'ouïe.

Il ne fut pas difficile à notre instituteur de démontrer aux philosophes
que les formes visibles peuvent produire le même effet que les sons
fugitifs, et que ces deux moyens ne sont susceptibles de nous fournir
des idées qu'à la condition qu'elles seront interprétées par quelque
signe extérieur, commun à l'espèce humaine, et que ce signe extérieur
fixera ensuite dans la mémoire ce que les mots prononcés ou écrits
signifient dans l'intention de ceux qui les prononcent ou les écrivent.

On ne se tint pas pour battu; on évoqua l'effrayant fantôme de la
métaphysique. Il n'embarrassa pas davantage le grand homme. «Le langage
mimique est, observa-t-il avec ses yeux d'aigle, susceptible de
traduire tous les mots d'une langue quelconque jusqu'aux nuances les
plus délicates qui les différencient.» Nous ajouterons même qu'à l'égal
de la parole et même au-dessus, il réunit l'énergie, la flexibilité à la
clarté, à la vérité, et que cet immense avantage tient naturellement aux
lois immuables et éternelles de notre organisation physique.

On se rappelle, du reste, que la question avait été souverainement
résolue ailleurs depuis des siècles, non-seulement dans une lutte
engagée entre la mimique de Roscius et les périodes harmonieuses de
Cicéron, mais aussi sur le théâtre de Rome, où, après ce célèbre
comédien et après Ésope, l'art des Pylade et des Bathylle balançait,
effaçait même l'art des Sophocle et des Ménandre.

L'abbé de l'Épée remet non moins victorieusement sous les yeux des
théologiens le sentiment d'Estius sur le texte de saint Paul. «La
lecture, dit-il, des vérités saintes de notre religion, qui, selon le
docteur qu'il regarde[14] comme un des plus habiles commentateurs des
Écritures divines, se fait par le secours des yeux, est comprise dans
ces paroles de l'apôtre: _ex auditu_; car, s'il est vrai que le plus
grand nombre de ceux qui se sont convertis à la foi n'en ont appris les
vérités saintes que par la voix éloquente des ministres qui les leur ont
prêchées, on ne peut pas disconvenir, non plus, qu'il n'y en ait eu
beaucoup auxquels ces vérités saintes ont été transmises par la lecture.
Les saints Évangiles ont été écrits afin qu'en les lisant, on crût les
vérités saintes qu'ils renferment: _Ces choses ont été écrites_, dit
l'apôtre saint Jean dans son Évangile (chap. 28, v. 31), _afin que vous
croyiez que Jésus est le fils de Dieu, et qu'en le croyant, vous ayez la
vie en son nom_.»

Notre infatigable athlète ne s'arrête pas là; il invoque avec une
nouvelle force les lumières de saint Augustin, en démontrant comment ce
grand docteur explique la raison d'un arrêt qui semble, au premier
abord, exclure les sourds de naissance de la perception de la foi, arrêt
dont, à la honte de l'humanité, on a fait si fréquemment un si étrange
abus: _Quod vitium ipsam impedit fidem_. C'est, dit saint Augustin,
parce que le sourd de naissance, ne pouvant apprendre à connaître les
lettres, il lui est impossible de recevoir la foi par le moyen de la
lecture: _Nàm surdus natus litteras, quibus lectis fidem concipiat,
discere non potest_.

«Après tout, que serait-il arrivé, s'écrie enfin l'abbé de l'Épée, si
l'un et l'autre eussent connu les secrets de la langue des
sourds-muets?»

Nous ne pensons pas qu'il soit hors de propos de placer ici, en passant,
l'opinion du père Lacordaire, qui n'est certainement pas sans
importance, même après celle de ses illustres devanciers.

Lors du séjour du célèbre dominicain à Nancy, en 1844, un professeur
sourd-muet de cette ville, M. Richardin me pressa de l'accompagner chez
lui. Il y tenait d'autant plus, qu'il était loin d'être satisfait de la
manière de voir de l'éloquent dominicain par rapport aux sourds-muets en
ce qui touche la foi. Il se permit donc de l'interpeller à cet égard, et
cette interpellation provoqua de la part du grand prédicateur un
sourire, plein d'indulgence. Il saisit la plume et jette à la hâte sa
réponse sur le papier. Qu'on juge de l'explosion de la joie de mon
collègue à la lecture de l'explication suivante du texte de saint Paul!

«L'apôtre des gentils veut dire que la foi vient de la révélation faite
à l'homme par la parole de Dieu; peu importe que l'homme entende la
parole de Dieu par l'ouïe ou par un sens qui supplée à l'ouïe.--La foi
est l'adhésion de l'âme à la parole de Dieu, manifestée à l'homme _de
quelque manière que ce soit_.»

Ainsi il demeure dûment avéré que c'est par la révélation extérieure que
nous sommes initiés aux vérités naturelles et surnaturelles, et qu'on
est fondé à interpréter de la même manière cette autre observation de S.
Paul: «Comment les hommes invoqueraient-ils le Dieu en qui ils ne
croient pas? Et comment croiraient-ils en lui, s'ils ne l'entendent pas?
Et comment enfin l'entendraient-ils, s'il ne leur est pas annoncé?»
_Quomodò ergò invocabunt in quem non crediderunt? Aut quomodò credent ei
quem non audierunt? Quandò autem audient sinè predicante?_ (Rom. 10,
14-15.)



IV

     Lutte plus sérieuse du célèbre instituteur des sourds-muets avec
     les hommes de sa spécialité.--Publication de ses divers travaux
     sous le voile de l'anonyme.--Succès de ses séances
     publiques.--Intérêt que lui portent Louis XVI, Joseph II et
     Catherine de Russie.--Sa réputation grandit avec son
     zèle.--Exercices en français, en latin, en italien, en espagnol, en
     anglais.--Quelques taches éparses dans l'ensemble de son
     système.--Puériles décompositions grecques et latines.


L'abbé de l'Épée eut encore à lutter avec de nouveaux adversaires plus
terribles pour lui: c'étaient des hommes spéciaux qui se livraient au
même enseignement. Après avoir longtemps résisté aux instances réitérées
de ses amis relativement à la publication de sa méthode, il dut se
déterminer à faire violence à sa modestie, et non seulement prendre un
parti qui importait à l'intérêt général de la nombreuse famille de
déshérités dont il s'était constitué le père, mais admettre encore des
étrangers à suivre les cours qu'il leur faisait journellement.

A chaque séance, l'admiration publique allait _crescendo_ et se
communiquait comme par un fil électrique d'un bout du monde à l'autre.
C'est ce qui explique l'empressement des savants les plus distingués et
des plus grands personnages à se presser autour de l'humble instituteur.
Dire quel effet ses démonstrations lumineuses produisirent sur leur
imagination est chose difficile. Tout le monde sait le haut intérêt dont
elles furent également l'objet de la part de Louis XVI, de l'empereur
Joseph II et de Catherine II, impératrice de Russie.

Au milieu de ces félicitations universelles, l'abbé de l'Épée crut
néanmoins devoir garder l'anonyme en publiant ses réponses aux pamphlets
lancés contre son nouveau système, ses quatre lettres renfermant à la
fois l'exposé et la défense de ce système, son livre de l'_Institution
des Sourds-Muets par la voie des signes méthodiques_, in-12 (1774-1776),
ouvrage qui contient le projet d'une langue universelle fondée sur des
signes naturels assujettis à une méthode commune, et, huit ans après, sa
_Véritable manière d'instruire les Sourds-Muets, confirmée par une
longue expérience_. Toutefois, le célèbre instituteur eut beau
envelopper son nom d'un voile épais, son mérite transcendant brilla à
tous les yeux, et, s'il dut lui en coûter beaucoup d'être si
pompeusement prôné, si unanimement porté aux nues, sa joie intérieure
n'en fut pas moins grande quand il vit qu'il recueillait la moisson
bienfaisante qu'il avait semée à la sueur de son front. Laissons-le
parler lui-même:

«Aujourd'hui les choses sont changées de face. On a vu plusieurs
sourds-muets se montrer au grand jour. Les exercices (en français, en
latin, en italien, en espagnol, en allemand et en anglais) sur les
sacrements et sur les vérités de la religion ont été annoncés par des
programmes qui ont excité l'attention du public. Des personnes de tout
état et de toute condition y sont venues en foule. Les souteneurs ont
été embrassés, applaudis, comblés d'éloges, couronnés de lauriers. Ces
enfants, qu'on avait regardés jusqu'alors comme des rebuts de la nature,
ont paru avec plus de distinction et fait plus d'honneur à leurs pères
et mères que leurs autres enfants qui n'étaient pas en état de faire la
même chose, et qui en rougissaient. Les larmes de tendresse et de joie
ont succédé aux gémissements et aux soupirs. On montrait ces acteurs de
nouvelle espèce avec autant de confiance et de plaisir qu'on avait pris
jusqu'alors de précaution pour les faire disparaître.»

Toutefois, notre admiration aveugle ne va point jusqu'à nous faire
accorder sans restriction tous nos éloges à notre maître. Nous ne
croyons pas même insulter à sa gloire en signalant ici les quelques
écarts de son génie qui déparent son œuvre admirable. On va le voir,
en effet, tout à l'heure se contredire lui-même, après avoir démontré
avec une dialectique victorieuse à quel point il importe de s'en tenir
religieusement aux principes fondamentaux sur lesquels repose
l'éducation du sourd-muet, et quelles immenses ressources recèle la
mimique quand on s'efforce sérieusement de la perfectionner.

Je prends au hasard quelques passages de sa _véritable manière
d'instruire les sourds-muets_.

Voici de quelle manière il enseigne l'emploi des articles: «Nous faisons
observer au sourd-muet (dit-il pages 16-17) les jointures de nos doigts,
de nos mains, du poignet, du coude, etc., et nous les appelons
_articles_ ou _jointures_. Nous écrivons ensuite sur le tableau que _le,
la, les, de, du, des_, joignent les mots comme nos articles joignent nos
os (les grammairiens nous pardonneront si cette définition ne s'accorde
pas avec la leur). Dès lors le mouvement de l'_index_ droit, qui s'étend
et se replie plusieurs fois en forme de crochet, devient le signe
raisonné que nous donnons à tout article. Nous en exprimons le genre en
portant la main au chapeau pour l'article masculin _le_, et à
l'oreille, où se termine la coiffure d'une personne du sexe, pour
l'article féminin _la_. L'article pluriel _les_ s'annonce par le
mouvement répété des quatre doigts d'une ou de deux mains en forme de
crochet. L'apostrophe s'indique en faisant en l'air une apostrophe avec
l'_index_ droit. Il faut y ajouter le signe de masculin, si l'apostrophe
est suivie d'un nom substantif masculin, et, au contraire, le signe de
féminin, si le nom substantif qui suit est un nom féminin.

«_De, du, de la, des_, sont des articles au second cas. Il faut donc
ajouter au signe d'article le signe de second et ensuite le signe de
singulier ou de pluriel, de masculin ou de féminin. Nous avons soin de
faire observer que le _de, du, des_ de l'ablatif n'est point un article,
mais une préposition qui a son signe particulier à proportion de l'usage
auquel on l'emploie.»

S'agit-il d'expliquer le cas? «Il faut (dit-il pages 18-19) en faire
apprendre les noms au sourd-muet par la dactylologie, nominatif,
génitif, datif, etc., sans se mettre en peine de lui expliquer pourquoi
on leur a donné ces noms. Mais ils ont chacun les signes qui leur sont
propres: premier, second, troisième degré, etc., par lesquels on descend
du premier cas, qu'on appelle _le nominatif_, jusqu'au sixième, qu'on
nomme l'ablatif, et ce sont des signes beaucoup plus intelligibles que
ceux qu'on pourrait appliquer à ces différents noms, après même en avoir
donné la définition. Nous dirons (page 28) comment premier, second,
troisième, etc., se distinguent d'un, deux, trois, etc.

«Quant au signe du mot _cas_, il s'exprime de cette manière: on fait
rouler l'un sur l'autre les deux _index_ en déclinant, c'est-à-dire en
descendant depuis le premier jusqu'au sixième.

       *       *       *       *       *

Pour ce qui regarde les signes de certains mots composés[15], l'abbé de
l'Épée est d'avis de les décomposer matériellement à l'aide du grec et
du latin, au lieu d'en caractériser la valeur intrinsèque par un trait
aussi rapide que la pensée. Ainsi, _satisfaire_ signifie, selon lui,
d'après sa décomposition latine, FAIRE ASSEZ; _introduire_, signifie
CONDUIRE DEDANS.

Elle n'est certainement pas moins étrange la distinction qu'il a cru
devoir établir (pages 57-58 _ibid._) entre les différents passés: _j'ai
aimé,--j'aimai,--j'ai eu aimé,--j'eus aimé,--j'avais aimé_, en les
désignant par premier, deuxième, troisième et quatrième parfait, après
avoir jeté, pour chacun d'eux, la main par dessus l'épaule, signe commun
à tout passé.

Il n'entre pas dans le plan de mon ouvrage de m'attacher laborieusement
à relever une à une les fautes dans lesquelles est tombé l'abbé de
l'Épée. Ma tâche est plus belle; j'ai à le montrer à tous les yeux
couronné d'une brillante auréole de gloire. D'ailleurs, de pareilles
erreurs ne glissent-elles pas inaperçues à travers les innombrables
démonstrations dictées par la plus saine logique, à travers les
magnifiques préceptes qu'il puise dans les trésors de son inépuisable
charité?.... Que conclure de là, sinon que notre grand apôtre serait
Dieu lui-même, s'il était parfait?



V

     Les signes naturels seuls peuvent-ils suffire à l'expression même
     des idées métaphysiques?--Divers essais infructueusement tentés
     pour arriver à une écriture universelle.--Descartes et Leibnitz ne
     croient pas à la possibilité d'un succès.--M. de Lamennais est d'un
     avis contraire.--La fusion de toutes les langues en une seule, si
     elle était possible, serait-elle durable?--La mimique est la seule
     langue universelle.--Tentative heureuse de Bébian pour peindre le
     geste et le fixer sur le papier comme on y fixe la parole.--Sa
     MIMOGRAPHIE.


Avant de passer outre, il me reste à réfuter une objection qu'on a
prétendu opposer à la donnée primitive de la méthode de l'abbé de
l'Épée.

«La langue des sourds-muets n'aurait pas besoin, a-t-on dit, d'être
apprise, si elle ne consistait qu'en signes naturels; mais la diversité
des opérations de l'esprit et le nombre infini de relations dont la
combinaison des idées rend les objets susceptibles ne permettront
jamais d'exprimer par ces seuls signes tout ce qui se passe en nous,
et, malgré les rêveries de St-Martin et de quelques autres idéologues,
l'on sera toujours obligé de recourir aux signes conventionnels. Ces
considérations auraient dû convaincre les glossographes de
l'impossibilité même absolue d'établir une langue vraiment universelle.»

Nous accorderons que les essais tentés par plusieurs savants, sous
diverses dénominations[16], ont tous échoué jusqu'à présent, comme il
était indubitable qu'ils échoueraient, puisqu'ils n'avaient rien moins
pour but que de résoudre le problème, jusqu'alors insoluble, d'une
classification raisonnée des idées à substituer à l'ancien catalogue des
mots par ordre alphabétique.

S'il faut ajouter foi à certains témoignages, Leibnitz aurait emprunté à
Descartes l'idée de son _Alphabet des pensées_, titre dont il a décoré
sa langue caractéristique universelle, consistant dans le catalogue
exact des notions composées, c'est-à-dire des pensées, des jugements,
marqués chacun d'un caractère propre et spécial.

Descartes, après avoir tâché de démontrer, de son côté, qu'il est
absolument impossible d'essayer de fixer une langue universelle, à moins
d'établir un ordre logique et suivi entre toutes les pensées qu'enfante
l'esprit humain, comme il en existe naturellement entre les nombres, se
croit fondé à conclure (_Lettres,--tom._ 2, _p._ 550), que ce n'est que
dans le _pays des romans_ que cette langue peut devenir familière à tous
les habitants d'une ville, à tout un peuple, à tous les peuples.

De nos jours, M. de Lamennais paraît, au contraire, intimement convaincu
de la solution possible du problème, quand il dit dans son _Esquisse
d'une philosophie_: «Le mélange des langues tend à rendre commun aux
familles distinctes qui les parlent le développement de chacune d'elles,
à fondre tous les progrès dans un seul progrès, le progrès de l'espèce:
ce qui fait concevoir une époque future où, la fusion étant complète et
le genre humain étant parvenu à se constituer dans l'unité, toutes les
langues aussi se fondront dans une seule langue universelle.»

Après les diverses raisons alléguées par ces grands philosophes,
serons-nous mal venu à soutenir, supposé même que cette tentative fût
couronnée d'un plein succès, que les passions ou les caprices de chaque
peuple finiraient nécessairement par effacer bientôt le caractère
d'unité qu'on serait parvenu à imprimer à ce projet de langue
universelle?

Et serons-nous plus mal venu, nous sourd-muet, à vous offrir pour essai
(c'est aux savants que nous nous adressons), après notre illustre maître
l'abbé de l'Épée, la langue dans laquelle nous nous communiquons nos
pensées et nos sentiments sans proférer une parole, la mimique?
Observez-le bien, cette langue suffit abondamment, selon nous, à tout ce
qu'on est en droit d'exiger d'elle, si restreint qu'on suppose, _à
priori_, le nombre d'éléments dont elle se compose. Mais ce que vous y
remarquerez vous avertira assurément que, pour en arriver là, elle a
besoin de vous voir réunir hardiment vos efforts aux nôtres. Et qui
d'entre vous se refusera à reconnaître, après cela, que Descartes a eu
tort de nous renvoyer au pays des chimères?

D'un autre côté, un des disciples les plus brillants de l'abbé de
l'Épée, Bébian, ancien censeur des études à l'institution des
sourds-muets de Paris, est venu à bout de peindre le geste et de le
fixer sur le papier comme on y fixe la parole. _Sa mimographie_, qui
n'est qu'un essai, ne renferme, il est vrai, qu'un petit nombre de
caractères à l'aide desquels il démontre la possibilité d'écrire tous
les signes qu'on veut, mais il ne tient qu'à nous d'élargir son cadre et
de la mettre à la portée du genre humain. D'avance nous pouvons répondre
du succès, car il repose sur le fond de notre nature même, je veux dire
sur notre organisation physique. En effet, le langage des gestes
n'est-il pas le premier que nous apportons tous en naissant? L'usage
seul si commode de la parole vous force plus tard à négliger de le
cultiver aussi soigneusement, aussi fructueusement que nous le faisons,
nous qui sommes déshérités de cet avantage.



VI

     Parole artificielle enseignée aux sourds-muets.--A quel hasard en
     est due l'introduction dans le cours d'études de l'abbé de
     l'Épée.--Découverte inattendue d'un livre espagnol et d'un livre
     latin sur cette spécialité.--Juan Pablo Bonet et Conrad
     Amman.--Quelques ouvrages composés sur ce sujet après l'abbé de
     l'Épée.--Sourds-muets parlants les plus remarquables, formés par
     ses leçons.--Succès qu'avait déjà obtenus, à Paris, dans
     l'articulation artificielle, un juif portugais, Jacob Rodrigues
     Pereire, et qu'ignorait complétement notre célèbre instituteur.


Maintenant reprenons le cours des travaux de l'abbé de l'Épée!

Notre instituteur a tracé, en outre, d'après son plan, les règles de la
parole artificielle et il a obtenu d'aussi brillants succès dans cette
partie de l'enseignement.

Voici dans quelle circonstance il se décida à essayer de délier la
langue de ses élèves.

Un jour, dans une de ses séances publiques, un inconnu lui présente un
livre espagnol, en l'assurant que, s'il consent à l'acheter, il rendra
un vrai service à celui qui le possède. L'abbé refuse d'abord, il
allègue son ignorance de cette langue; mais, en ouvrant le volume au
hasard, il est surpris d'y trouver l'alphabet manuel des Espagnols.
Cette particularité le décide, il garde le livre et renvoie le
commissionnaire satisfait. Son étonnement redouble quand, à la première
page, ce titre frappe ses yeux: _Arte para enseñar à hablar à los
mudos,_ (art d'enseigner à parler aux muets). C'est l'œuvre de Juan
Pablo Bonet, secrétaire du connétable de Castille, œuvre qui lui a
valu dans sa patrie les plus grands éloges.

Dès ce moment, l'instituteur français a résolu d'apprendre cette langue
étrangère, afin de se mettre en état de rendre un nouveau service à ses
élèves. Dans la suite, il se procura un ouvrage latin sur le même sujet,
composé par Conrad Amman, médecin suisse. Ce livre lui a été indiqué par
une des personnes qui assistent à ses séances. Il est intitulé:
_Dissertatio de loquelâ surdorum et mutorun._

De la méthode de ces deux excellents guides il parvient à en composer
une qui est regardée encore de nos jours comme un chef-d'œuvre de
clarté, et dont ses successeurs ont tiré à l'envi le meilleur parti
possible[17]. Quel spectateur eût pu, dès lors, rester froid et
indifférent en entendant Louis-François-Gabriel de Clément de la Pujade
prononcer en public un discours latin de cinq pages et demie, soutenir
plus tard une discussion en règle sur la définition de la philosophie,
et répondre aux objections de François-Élisabeth-Jean de Didier, l'un de
ses condisciples[18]. «Les arguments étaient d'avance communiqués,»
ajoute le maître avec sa franchise ordinaire. (Page 202. _Véritable
manière d'instruire les sourds-muets_.)

Sous sa direction habile, une sourde-muette réussit également à réciter
de vive voix à sa maîtresse les vingt-huit chapitres de l'Évangile selon
Saint-Matthieu, et à répéter avec elle l'office de Primes tous les
dimanches, etc.

Mais pourquoi douter, comme quelques biographes ont osé le faire, de la
véracité du respectable instituteur quand il assure n'avoir eu aucune
connaissance des procédés de ses prédécesseurs, encore moins de ceux de
son compétiteur, le juif portugais Jacob Rodrigues Pereire[19]? La
manière dont lui-même rend compte de son opinion personnelle sur eux
n'est-elle pas d'ailleurs une preuve sans réplique de la candeur de
cette belle âme qu'absorbait tout entière le plus sincère désir de faire
le bien et d'en céder même la gloire à de plus capables que lui?

Voici comment il s'exprime à cet égard dans l'avertissement de sa
_véritable manière d'instruire les sourds-muets:_

«Lorsque je consentis pour la première fois à me charger de
l'instruction de deux sœurs jumelles sourdes-muettes, qui n'avaient
pu trouver aucun maître depuis la mort du père Vanin, prêtre de la
doctrine chrétienne, j'ignorais qu'il y eût dans Paris un
instituteur[20] qui, depuis quelques années, s'était appliqué à cette
œuvre et avait formé des disciples. Les éloges donnés par l'Académie
à ses succès lui avaient acquis de la réputation dans l'esprit de ceux
qui en avaient entendu parler, et sa méthode, avec le secours de
laquelle il réussissait à faire parler plus ou moins clairement les
sourds-muets, avait été regardée comme une ressource à laquelle on
devait de justes applaudissements.»



VII

     L'alphabet manuel, à une seule main, est originaire d'Espagne et
     remonte à 1620.--Persistance de l'Angleterre à garder l'alphabet
     manuel à deux mains, pareil à celui de nos colléges.--Plusieurs
     instituteurs d'Allemagne n'en emploient aucun.--Difficulté pour les
     commencements.--Notre dactylologie se popularise en France.--Ses
     avantages.--Quelques-unes de ses règles.--Son utilité pour les
     parlants.--Son usage dans les ténèbres.--Elle est inférieure à la
     mimique.--Justice rendue à Pereire par l'abbé de
     l'Épée.--Justification du célèbre instituteur par lui-même.--Exposé
     de sa méthode.--Attaque du sourd-muet Saboureux de
     Fontenay.--L'abbé de l'Épée offre d'être jugé contradictoirement
     avec Pereire et d'adopter même son système, s'il est déclaré
     supérieur au sien.


Avant d'aller plus loin, qu'à propos de l'alphabet manuel on nous
permette quelques légères explications qui ne nous semblent pas
déplacées ici.

Originaire d'Espagne, ainsi que l'art de faire parler les sourds-muets,
il consiste à représenter l'une après l'autre les lettres de chaque mot
par différentes formes convenues qu'on donne aux doigts d'une seule
main. Son adoption date de l'abbé de l'Épée, qui s'était servi jusque-là
de l'alphabet à deux mains dont les écoliers parlants font encore usage
dans les classes pour tromper la vigilance de leurs maîtres. L'invention
de l'alphabet manuel à une seule main remonte à Juan Pablo Bonet, qui
vivait en 1620, peut-être même est-il plus ancien. Depuis cette époque,
il s'est répandu, avec quelques modifications, dans presque toutes les
institutions de sourds-muets d'Europe et d'Amérique[21], et il commence
déjà à se populariser dans l'un et l'autre hémisphère, à l'exception
toutefois de l'Angleterre, où l'alphabet manuel à deux mains paraît
devoir résister longtemps à l'influence française. Partout en France où
le hasard conduit nos pas, dans l'atelier du pauvre comme dans le salon
du riche, nous rencontrons toujours quelque personne connaissant ce mode
de communication à une main et se faisant une politesse de l'employer
pour se mettre en rapport avec nous. Et n'établit-il pas heureusement,
en effet, une sorte de trait d'union entre les sourds-muets et ceux
qui veulent entrer en relation avec ces pauvres créatures, auxquelles
les anciens supposaient à peine une intelligence, une âme, et que tout
ce qui précède a montrées égales au moins, si ce n'est supérieures, aux
parlants en vénération et en reconnaissance?

[Illustration: Alphabet manuel des Sourds-Muets.]

Un des avantages de l'alphabet manuel est sa parfaite ressemblance, sauf
quelques légères exceptions, avec les caractères de l'écriture et de la
typographie. Il est généralement préféré aux autres signes essayés
depuis[22] à cause de son usage plus commode, plus agréable, plus
facile. Dix minutes d'application suffisent pour l'apprendre. La
rapidité dépend ensuite de l'habitude. On conçoit que par ce moyen on
doit parler toutes les langues qui ont les mêmes lettres que le
français.

La lettre J se représente comme la lettre I; seulement, pour la
première, il faut imprimer au petit doigt un léger mouvement de droite à
gauche, pour décrire la ligne tracée ci-contre.

Quant à la lettre Z, elle s'écrit en l'air avec l'index, absolument
comme la plume ou le crayon la reproduirait sur le papier.

Pour indiquer que chaque mot est terminé, on s'arrête et l'on tire en
l'air avec le plat de la main, les ongles en dessus, une ligne
horizontale de gauche à droite. L'habitude de cet exercice rend,
d'ailleurs, cette précaution inutile.

L'accentuation et la ponctuation sont figurées en l'air par l'index. Il
en est de même pour les chiffres.

De ce qui précède il résulte que notre alphabet manuel n'est pas à
dédaigner des parlants eux-mêmes dont un accident voile ou éteint
momentanément la voix, et de ceux qui, dans un âge plus ou moins avancé,
perdent entièrement la parole.

N'oublions pas de remarquer, en passant, que les jeunes sourds-muets,
dans la plupart des établissements d'éducation qui leur sont ouverts,
adoptent, de plus, en dehors de l'enseignement, divers signes
caractéristiques particuliers qu'ils affectionnent, et à l'aide desquels
ils augmentent et complètent leurs moyens de communication.

Ainsi ils désignent les premiers nombres jusqu'à 10 en levant autant de
doigts qu'ils veulent désigner d'objets. Depuis 10 jusqu'aux nombres les
plus élevés ils ouvrent les deux mains autant qu'ils ont de dizaines à
exprimer, et ils y ajoutent les unités. Plus tard, afin d'éviter toute
longueur, toute confusion, ils expriment le nombre de dizaines comme si
c'étaient des unités; puis, pour tracer un zéro, ils forment un rond
avec le pouce et l'index appuyés l'un sur l'autre, comme s'ils avaient à
représenter la lettre _O_ de l'alphabet manuel. S'agit-il d'exprimer
_cent_ et _mille_, ils ont recours au même procédé pour reproduire les
chiffres romains C et M.

On nous demande souvent comment il est possible aux sourds-muets de
soutenir une conversation dans les ténèbres. L'obscurité n'est pas, tant
s'en faut, chez nous un obstacle à cet échange d'idées et de sentiments.

En plaçant sa main dans celle de son interlocuteur, on lui fait palper
aisément toutes les formes de l'alphabet manuel. En lui faisant suivre
les mouvements qu'exécutent les bras, on le met à même de saisir de
l'œil, pour ainsi dire, les pensées qu'on exprime. Ou bien, l'on
prend les deux bras de l'interlocuteur, et on leur fait exécuter les
mouvements qu'ils font en plein jour. Dans ces divers exercices,
l'habitude devance presque toujours la pensée d'autrui, quelque moyen
qu'on emploie d'ailleurs pour se faire comprendre. Après ces quelques
données suffisantes, il serait, pensons-nous, inutile de décrire ici les
mille autres ressources que fournit au sourd-muet le besoin, ou, disons
mieux, la nature si ingénieuse et si bienfaisante à son égard.

Toutefois, si l'alphabet manuel ne remplace pas entièrement la langue
des gestes, cette langue sublime, universelle, basée sur la nature et la
raison, qui tient lieu de toutes les autres, mais ne s'apprend pas en un
jour, il peut, à la rigueur, la suppléer jusqu'à un certain point,
quoiqu'il n'offre, en définitive, qu'un moyen de relation beaucoup moins
parfait et beaucoup moins rapide.

L'abbé de l'Épée, tout en rendant le plus sincère hommage aux talents
déployés par Pereire dans l'art de la parole, ne laisse pas de faire
consciencieusement observer qu'il n'est pas l'auteur de cette méthode
tant prônée, et qu'elle a été pratiquée plus de cent ans avant lui par
Bonet, Conrad Amman, et, en Angleterre, par John Wallis, savant
professeur de l'université d'Oxford. Comme pour compléter sa
justification personnelle, il expose tout uniment, et sans se mettre en
frais de protestations nouvelles, qu'il n'a connu aucun de ces illustres
auteurs, tout absorbé qu'il a été jusqu'alors par les études d'un tout
autre genre, et _qu'il n'a pas encore songé à désirer, encore moins à
entreprendre de faire parler ses deux élèves_. Voilà ses propres
expressions.

Il avait, ajoute-t-il, uniquement en vue de leur apprendre à penser avec
ordre, à combiner méthodiquement leurs idées. Et c'est d'après ce
principe fondamental qu'il s'est efforcé d'assujettir les signes
représentatifs à une méthode dont il se propose de composer une espèce
de grammaire.

Voici, du reste, comment il raisonne[23] pour essayer de convaincre ses
lecteurs de l'utilité de ses nouveaux procédés:

«La route des estampes[24] n'est point de mon goût. L'alphabet manuel
français, que je savais dès ma plus tendre enfance, ne peut m'être utile
que pour apprendre à lire à mes disciples. Il s'agit de les conduire à
l'intelligence des mots. Les signes les plus simples, qui ne consistent
qu'à montrer avec la main les choses dont on sait les noms, suffisent
pour commencer l'ouvrage; mais ils ne mènent pas loin, parce que les
objets ne tombent pas toujours sous nos yeux, et qu'il y en a beaucoup
qui ne peuvent être aperçus par nos sens. Il me paraît donc qu'une
méthode de signes combinés doit être la voie la plus commode et la plus
sûre, parce qu'elle peut également s'appliquer aux choses absentes ou
présentes, dépendantes ou indépendantes des sens.......»

Ce point de départ qui, au premier aspect, semblait devoir paraître
ingénieux et juste à tous les esprits non prévenus, devint cependant,
dans le _Journal de Verdun_, l'objet d'une attaque irréfléchie, pour ne
rien dire de plus, de la part du sourd-muet Saboureux de Fontenay[25],
que l'abbé de l'Épée ne se lassait pas d'exalter lui-même comme un
phénomène de son siècle, capable, par la variété et la supériorité de
ses connaissances, d'occuper une place honorable dans la république des
lettres. Quelle raison pouvait-il donc faire valoir pour justifier ses
hostilités envers notre vénérable instituteur? Aucune, mon Dieu! mais,
il faut le dire, rien au monde ne semblait devoir déraciner de son
esprit la prévention obstinée qu'il était absolument impossible
d'inculper à ses frères d'infortune des idées complètes des choses
indépendantes des sens avec le secours des signes méthodiques. L'abbé de
l'Épée ne pouvait manquer d'être étrangement surpris de se voir dans la
nécessité de combattre un pareil adversaire, auquel son infirmité avait
forcément dérobé la partie la plus intéressante de son œuvre, qu'il
avait exposée de vive voix devant des personnes présentes avec lui à une
de ses leçons.

Quoi qu'il en soit, dépouillant tout amour propre d'innovateur, et
n'écoulant que sa philanthropie, sa charité chrétienne, il offre d'être
jugé contradictoirement avec Pereire, et d'adopter même son système,
s'il est déclaré supérieur au sien.

Essayons de bien fixer la place qui, dans ce concert d'efforts dirigés
vers le même but, doit être réservée à l'instituteur portugais. Mais,
pour que les droits de chacun soient pesés en parfaite connaissance de
cause, il nous semble important de remonter plus haut.



VIII

     Tentatives en faveur des sourds-muets en Angleterre, en Hollande,
     en Allemagne, en France, à Genève, en Espagne, en Portugal, en
     Italie.--Travaux de saint Jean de Beverley, de Rodolphe Agricola,
     de Jérôme Cardan, de J. Pasck, de saint François de Sales, de Pedro
     de Ponce, de Juan Pablo Bonet, de Ramirez de Carion, d'Emmanuel
     Ramirez de Cortone, de Pedro de Castro, de John Bulwer, de J.
     Wallis, de William Holder, de Degby, de Gregory, de Georges
     Dalgarno, de Van Helmont, de Conrad Amman, de Kerger, de Georges
     Raphel, de Lassius, d'Arnoldi, de Samuel Heinicke, d'Ernaud, de
     Jacob Rodrigues Pereire.--Succès brillants des deux derniers à
     l'Académie des sciences de Paris.--Pension de Louis XV au second.
     Il le nomme son interprète pour les langues espagnole et
     portugaise.--Sa tolérance religieuse.--Secret absolu recommandé à
     ses élèves.--Il offre de vendre sa méthode au gouvernement.--Lettre
     de la sourde-muette Mlle Marois.--Legs du sourd-muet Coquebert de
     Montbret.


_L'histoire ecclésiastique des Anglais_, par Bède le Vénérable[26],
rapporte qu'à la fin du septième siècle, saint Jean de Beverley,
archevêque de Yorck, se chargea d'enseigner la prononciation à un jeune
sourd-muet qui avait trouvé chez lui un asile hospitalier.

Rodolphe Agricola, professeur de philosophie à l'université de
Heidelberg (mort en 1495), nous met devant les yeux, dans son _Tractatus
de inventione dialecticâ_, comme un fait merveilleux, la facilité qu'un
sourd-muet avait acquise, vers ce temps, de converser par écrit avec les
parlants.

Jérôme Cardan, né en 1501, mort en 1576, réformateur de la philosophie
au XVIe siècle, prouva, par des réflexions aussi justes que subtiles
sur la position exceptionnelle des sourds-muets dans le monde, que
personne n'était plus à même que lui[27] de l'apprécier comme elle le
mérite.

Dès 1578, J. Pasck, prédicateur de la cour de l'électeur de Brandebourg,
qui comptait parmi ses enfants deux sourds-muets, prit soin lui-même de
leur éducation, sous la seule inspiration de sa tendresse paternelle.
Mais il ne nous a laissé, chose fâcheuse! rien d'écrit sur ses procédés,
qui paraissent toutefois empreints d'un sens profond.

Pendant le séjour que saint François de Sales fit à la Roche (vers
1604), il donna un exemple de charité qui ne surprendra personne, mais
qui n'a pas dû laisser, disent ses contemporains, de lui être d'un grand
mérite devant Dieu. Entre les malheureux qui venaient tous les jours
recevoir l'aumône à sa porte, il rencontra un sourd-muet de naissance:
c'était un homme d'une vie fort innocente, et qui, pourvu d'ailleurs
d'une certaine adresse, trouvait à s'employer dans les bas services de
l'évêché. Comme on savait que le saint prélat aimait les pauvres, on le
lui amenait quelquefois pendant son repas, pour qu'il jouît du plaisir
de le voir s'expliquer par signes et comprendre parfaitement ceux qu'on
lui adressait. Saint François, touché de sa position, ordonna qu'on
l'admît au nombre de ses domestiques et qu'on en eût le plus grand soin.
Son maître d'hôtel lui ayant respectueusement fait observer qu'il
n'avait pas besoin de ce surcroît de charge inutile, et que, du reste,
cet infirme ne pouvait être bon à rien: «Qu'appelez-vous bon à rien? lui
répondit l'évêque; comptez-vous donc pour rien l'occasion qu'il m'offre
de pratiquer la charité? Plus Dieu l'a affligé, plus on doit en avoir
pitié. Si nous étions à sa place, voudrions-nous qu'on fût si ménager à
notre égard?» Le sourd-muet fut donc reçu dans la domesticité de la
maison, et saint François le garda jusqu'à sa mort.

Le prélat fit plus encore; il entreprit de l'instruire lui-même par
signes des mystères de la foi, et il y réussit, grâce à un travail
persévérant, grâce à une patience infatigable. Il lui apprit à se
confesser par gestes et désira être son directeur; il l'admit ensuite à
la communion, dont il ne s'approchait qu'avec un respect et une dévotion
qui édifiaient tous les fidèles. Il ne survécut guère à son admirable
instituteur et mourut, dit-on, de douleur de l'avoir perdu[28].

Dans la pléiade des instituteurs tant français qu'étrangers, j'en
signalerai, chemin faisant, qui me paraissent mériter une mention
honorable.

Selon le témoignage unanime de tous ceux qui se sont consacrés plus ou
moins directement à la science qui nous occupe, l'honneur d'une
initiative réelle et sérieuse remonte à 1570 et appartient de droit à
Pedro de Ponce, bénédictin espagnol, mort en 1584, après avoir fait
l'éducation de deux frères et d'une sœur du connétable Velasco, ainsi
que du fils du gouverneur d'Aragon, tous quatre atteints de
surdi-mutité. Son manuscrit, ce premier manuscrit de l'histoire d'un art
peu cultivé, qu'on avait cru longtemps perdu dans les révolutions
incessantes de l'Espagne, a été retrouvé en 1839, au fond d'un de ses
innombrables monastères, et transporté à Madrid, sous la philanthropique
influence de M. Ramon de la Sagra. Treize ans auparavant, il avait été
inutilement cherché par le savant baron de Gérando, ancien
administrateur de notre Institution nationale des sourds-muets. Nous
sommes encore à attendre l'effet de la promesse que son illustre ami, M.
Ramon de la Sagra, lui avait faite de doter l'établissement de Paris
d'une copie de ce précieux manuscrit.

Le même pays vît paraître, après le célèbre bénédictin, Juan Pablo Bonet
(_Art d'enseigner aux muets à parler_, 1620), qui eut pour élève le
frère sourd-muet du connétable de Castille, auquel il était attaché
comme secrétaire, et Ramirez de Carion, autre religieux[29], qui avait
fait jurer[30] à un sourd-muet de naissance, son disciple, Emmanuel
Philibert, prince de Savoie Carignan[31], de ne point révéler sa
méthode. Ce ne fut que neuf ans après la publication du livre de Bonet
que l'instituteur se décida à lancer dans le monde le sien, intitulé:
_Maravillas de naturaleza, en que se contienen dos mil secretos de cosas
naturales_, 1629. (_Merveilles de la nature, contenant deux mille
secrets de choses naturelles_.)

La carrière a été parcourue avec plus ou moins de succès en Italie par
deux autres Espagnols, Emmanuel Ramirez de Cortone et Pedro de Castro,
premier médecin du duc de Mantoue, qui instruisait le fils sourd-muet du
prince Thomas de Savoie (toujours des sourds-muets dans cette pauvre
maison de Savoie!);--en Angleterre, par John Bulwer (_le Philosophe ou
l'Ami des sourds-muets_, 1648), par J. Wallis (_Traité grammatico
physique de la parole ou de la formation des sons vocaux_, 1660), par
William Holder, Degby, Gregory et Georges Dalgarno, Écossais, qui,
presque à la même époque (en 1620), publiait, en outre de son _Ars
signorum_[32], l'exposition de sa manière d'instruire les sourds-muets,
sous le titre de _Didas Colocophus_ ou le _Précepteur du sourd-muet_.

La Hollande est fière aussi d'avoir donné le jour à Van Helmont, dont
les travaux ont pourtant été éclipsés par ceux de Conrad Amman, médecin
suisse établi à Amsterdam (_Surdus loquens_, 1692, et _Dissertation sur
la parole_, 1700).

L'Allemagne a produit Kerger, Georges Raphel, père de trois
sourds-muets, Lassius, Arnoldi et Samuel Heinicke, directeur de l'École
des sourds-muets de Leipsick.

Enfin, Jacob-Rodrigues Pereire, juif portugais, forcé de quitter Cadix,
où il avait essayé, mais en vain, de réunir quelques sourds-muets, se
présenta, le 11 juin 1749, escorté de son élève Azy d'Etavigny, fils
d'un directeur des fermes de Bordeaux, à l'Académie des sciences, où il
fut autorisé à lire un mémoire sur sa méthode, lequel, dès le 9 juillet,
devint l'objet d'un premier rapport de Buffon, Mairan et Ferrein. Le 13
janvier 1751, un autre de ses élèves, dont nous avons déjà parlé,
Saboureux de Fontenay[33], comparut devant cette Académie, ce qui donna
lieu, le 27, à un second rapport des mêmes savants. L'éloge de sa
prétendue découverte se trouve, en outre, dans le troisième tome de
l'_Histoire naturelle_ de Buffon (1re édition). Telle est l'origine
du titre glorieux d'inventeur dont il s'enorgueillissait.

Parmi les notabilités qui assistèrent souvent aux leçons de
l'instituteur portugais, je citerai, outre le célèbre naturaliste, J.-J.
Rousseau[34], La Condamine[35], d'Alembert, Diderot[36], Lecat[37], le
P. André[38], etc.

Je ne puis résister au désir de reproduire ici l'extrait d'une lettre
adressée à M. Rodrigues, ami de l'instituteur portugais, par Mlle
Marois, sa plus chère élève:

«........Buffon et Rousseau surtout ont été très-assidus à suivre les
gradations de notre intelligence, qu'ils ont prise dès le néant, et
qu'ils ont vu Pereire conduire sans effort jusqu'à l'art de la parole,
jusqu'à la merveille de la compréhension, jusqu'à ce trésor précieux de
nous faire aimer la lecture même des choses abstraites et, le dirai-je?
jusqu'à la connaissance de l'intérieur des hommes par les inflexions de
toute leur figure, quand ils ont parlé devant nous un certain temps; car
vous savez, Monsieur, que la figure de l'homme est le grand livre de ce
qui se passe dans le secret du cœur.»

En 1749, à l'occasion de la présentation à la cour du premier élève de
Pereire, que Louis XV interrogea pendant près d'une heure, en présence
du dauphin, père de Louis XVI, le roi daigna accorder au maître une
gratification de 800 livres, le 22 octobre 1751; plus tard, en 1765, une
autre pension de la même somme; et il lui fit délivrer le brevet de son
interprète pour les langues espagnole et portugaise.

Quoique Israélite de religion, sa tolérance était telle, qu'il élevait
ses élèves suivant la volonté de leurs familles. Il en était très-aimé;
mais il tenait beaucoup à ce qu'ils gardassent le secret le plus absolu
sur ses procédés, _qu'il offrait de vendre au gouvernement_.

En quoi consistait cependant sa prétendue méthode[39]? Qu'avait-elle de
spécial, de différent de toutes les autres? Mon Dieu! tout se bornait à
un plagiat, comme on l'a vu tout à l'heure, sauf néanmoins l'application
ingénieuse qu'il faisait des moyens mis en usage avant lui pour
redresser, chez les sourds-muets, cet état déplorable de la nature. On a
également prétendu que c'était sur le plan d'un de ses compatriotes, du
nom de Fayoso, qu'il avait édifié tout son système.

Ernaud, aussi chaud partisan de l'_alphabet labial_ que son rival le fut
de la dactylologie, vint, de son côté, en 1757, élever au sein de
l'Académie des Sciences les mêmes prétentions à ce titre d'inventeur; et
son ambition fut bientôt également satisfaite. Mais le voile dont l'un
et l'autre avaient eu soin de se couvrir ne tarda pas à se déchirer. Ces
hommes s'étaient parés des plumes des Bonet, des Amman et des Wallis.



IX

     Avènement de l'abbé de l'Épée.--Rivalité de l'abbé Deschamps.--Son
     cours élémentaire.--Il est combattu par le sourd-muet Desloges,
     ouvrier relieur et colleur de papier, élève d'un autre sourd-muet,
     domestique d'un acteur de la Comédie-Italienne.--L'abbé de l'Épée
     devient le confesseur de ses enfants d'adoption.--L'empereur Joseph
     II lui sert la messe.--Il amène dans son établissement sa sœur
     la reine Marie-Antoinette et lui adresse un prêtre allemand, en le
     priant de le mettre à même de populariser sa méthode dans ses
     États.--Lettre de ce prince à l'abbé de l'Épée.


Après eux, enfin, parut, en France, l'abbé de l'Épée, qui eut la gloire
d'effacer l'espèce d'anathème jeté, dans cette sainte mission, par
l'antériorité des autres peuples, sur notre terre classique des
lumières, et ouvrit une carrière jusque-là inconnue à la grande famille
des sourds-muets. Sa découverte fut dignement appréciée par un autre
instituteur français, l'abbé Deschamps, chapelain de l'église d'Orléans.
Son _Cours élémentaire de l'éducation des sourds-muets_ vit le jour
cinq ans après la publication de l'_Institution des sourds-muets par la
voie des signes méthodiques_. Il est à déplorer seulement que cet
ecclésiastique, aussi recommandable par les qualités de l'esprit que par
celles du cœur, ait persisté à repousser aveuglément l'évidence qui
militait en faveur de la méthode de l'abbé de l'Épée, en s'opiniâtrant à
faire de la prononciation le grand pivot de son système et reléguant la
mimique à la dernière période de l'enseignement, au lieu de l'appeler à
jouer son rôle dans la première, pour des raisons qu'il est aisé de
déduire à la première inspection de l'enfant sourd-muet. Cette
persistance provoqua les _Observations d'un sourd-muet_, petit ouvrage
aussi remarquable par la concision du style que par la rectitude des
aperçus dont il est semé. Il est dû à la plume de Desloges, pauvre
ouvrier relieur et colleur de papier, élève en pantomime d'un sourd-muet
de naissance, Italien de nation, illettré, domestique d'un acteur de la
Comédie-Italienne, ensuite dans plusieurs grandes maisons, et notamment
chez M. le prince de Nassau.

Au milieu de ces rivalités qui présageaient de nouveaux triomphes à
notre célèbre instituteur, son troupeau croissait en âge, en raison, et
touchait au moment où le besoin des secours spirituels se fait
généralement sentir aux jeunes âmes que Dieu ne repousse pas. Qui
recevra leurs confidences? Qui recueillera le récit naïf de leurs
fautes? Un seul parlant comprend leur langage muet. C'est leur maître,
c'est l'abbé de l'Épée. Après avoir inutilement multiplié ses démarches
auprès de ses supérieurs ecclésiastiques, pour en obtenir l'autorisation
de confesser ses élèves, il s'adresse, de guerre lasse, à l'archevêque
de Paris. Ce prélat ne répond pas à ses deux lettres. Alors
l'instituteur lui déclare qu'il regarde son silence comme une adhésion
tacite et qu'il va, dès ce jour, remplir avec confiance les nouvelles
fonctions auxquelles Dieu l'appelle.

L'abbé de l'Épée disait habituellement sa messe, de fort bonne heure, à
l'église Saint-Roch. Un matin qu'il allait monter à l'autel, il cherche
en vain des yeux l'enfant qui l'assiste: un inconnu, vêtu simplement,
mais avec goût, s'offre pour le remplacer, et il le remplace, en effet,
à la grande satisfaction du prêtre, qui l'invite à visiter son
établissement. L'étranger est dans l'admiration de tout ce qu'il voit,
et, en quittant l'abbé, il lui glisse dans la main un objet enveloppé de
papier: «Voici, lui dit-il, un léger souvenir de ma visite.» C'était une
magnifique tabatière avec le portrait de l'empereur d'Allemagne Joseph
II, enrichi de diamants. Nous tenons le fait d'un contemporain notre
ami, M. le comte Armand d'Allonville, si connu par l'immensité et la
précision de ses souvenirs.

Pendant son séjour à Paris, en 1777, sous le nom de comte de
Falkenstein, Joseph II fréquenta l'école du célèbre instituteur.
Personne n'était plus digne que lui d'apprécier tout ce qu'au fond de
son âme le génie de la charité couvait de feu créateur, tout ce que
l'activité de son dévouement avait de désintéressé. Aussi y amena-t-il
sa sœur, la reine Marie-Antoinette, qui en revint, comme lui, saisie
de respect et d'admiration. L'enthousiasme de ce prince philosophe ne
fut pas stérile. Ayant à cœur de fonder dans ses États une école de
sourds-muets sur le modèle de celle de Paris, il envoya dans cette
capitale un ecclésiastique de Vienne, l'abbé Storck, et supplia l'abbé
de l'Épée de lui indiquer la route à suivre pour réussir à former
l'esprit et le cœur de ses sourds-muets allemands. Le jeune prêtre
remit au vénérable fondateur la lettre suivante[40]:

«Monsieur l'abbé........ l'établissement que vous avez consacré au
service du public, et dont j'ai eu l'occasion d'admirer les étonnants
progrès, m'engage à vous adresser l'abbé Storck, porteur de cette
lettre. Je me flatte qu'il aura les qualités requises pour apprendre de
vous à conduire un pareil établissement à Vienne. Je ne le connais pas
autrement que par son ordinaire, qui me l'a choisi..... et qui croit
pouvoir en répondre. Je me flatte que vous voudrez bien le prendre sous
votre direction, en lui communiquant la méthode que vous avez établie
avec tant de soin. Votre amour pour le bien de l'humanité et la gloire
de rendre à la société de nouveaux sujets me font espérer que vous
contribuerez de bon cœur à étendre votre charité sur une partie des
sourds-muets allemands, en leur formant un maître qui, par les yeux,
leur fournira des moyens suffisants pour les faire penser et combiner
leurs idées. Adieu...

      »Signé: JOSEPH.»

L'abbé de l'Épée avait déjà répondu en ces termes au désir que
l'empereur lui avait manifesté de savoir quels étaient les moyens
d'élever un jeune sourd-muet de Vienne, appartenant à une puissante
famille: «Votre Majesté n'aurait qu'à me l'envoyer à Paris, ou, à
défaut, un sujet intelligent, de trente ans au moins, que je mettrais en
état de réussir parfaitement dans cette entreprise.»



X

     Lutte entre deux instituteurs allemands de sourds-muets.--L'abbé de
     l'Épée intervient.--Il en appelle aux académies de Vienne, d'Upsal,
     de St-Pétersbourg, de Zurich et de Leipsick.--Abstention générale,
     à l'exception de celle de Zurich, qui se prononce en sa
     faveur.--Nouvelle attaque de M. Nicolaï de Berlin.--Nouvelle
     victoire de l'abbé de l'Épée.--Condillac se prononce pour
     lui.--Extension trop grande donnée à la parole artificielle du
     sourd-muet--Opinion de l'abbé de l'Épée sur ce sujet.


C'est à l'occasion de la mise en pratique des théories de l'instituteur
français dans la capitale de l'Autriche qu'un débat, devenu célèbre,
s'engagea entre l'abbé Storck et Heinicke, qui, secondé par les
libéralités de l'électeur de Saxe, avait fondé, en 1778, un nouvel
institut de sourds-muets à Leipsick, presque en même temps que s'élevait
celui de Paris, débat dans lequel la vanité jalouse de l'un des deux
rivaux ne fit que donner un nouveau relief à l'humilité évangélique de
l'autre.

L'instituteur de Leipsick prétendait si bien à la prééminence de sa
création, qu'il ne cherchait qu'à renouveler contre l'abbé de l'Épée des
attaques indignes de son talent, d'ailleurs universellement apprécié. Ce
dernier dut intervenir dans la querelle, et il le fit de la meilleure
grâce du monde. Après s'être attaché une troisième et dernière fois à
pulvériser ces deux objections de Heinicke: 1º l'absence de l'ouïe ne
peut pas trouver de compensation dans la possession de la vue;--2º
l'écriture, secondée par les signes méthodiques, ne saurait jamais faire
entrer les idées abstraites dans le cerveau du sourd-muet;--il finit par
en déférer généreusement à l'appréciation des académies ou sociétés
littéraires de Vienne, d'Upsal, de Saint-Pétersbourg, de Zurich, en
Suisse, et même de Leipsick. Toutes s'abstinrent de souscrire au vœu
du fondateur français, excepté celle de Zurich, qui, après avoir
consacré plusieurs séances à la discussion de ce procès littéraire[41],
déclara, au milieu des applaudissements universels, qu'elle plaçait
l'abbé de l'Épée au-dessus de Heinicke, comme ayant le mieux atteint le
but.

Un autre adversaire, non moins redoutable, entra presque aussitôt en
lice, comme s'il n'eût pas voulu laisser l'instituteur français maître
paisible du champ de bataille. M. Nicolaï, membre de l'Académie de
Berlin, l'attaqua vivement par la publication d'une lettre en allemand,
reproduite par le _Journal de Paris_, dans laquelle il prétendait
fulminer, s'il m'est permis de m'exprimer ainsi, un interdit sur le
système entier, d'après la manière trop peu satisfaisante, selon lui,
dont un des élèves de l'abbé Storck était sorti d'une épreuve à laquelle
il avait voulu le soumettre. Il en concluait (belle conclusion!) que
l'intelligence de cet élève ne s'étendait pas beaucoup au-delà de la
sphère de la nomenclature des objets visibles, et que cette expérience
suffisait abondamment pour faire condamner sans appel les principes sur
lesquels reposait la méthode de notre premier instituteur. Cet
échafaudage d'arguments spécieux ne tarda pas à être renversé de fond en
comble par l'apparition de deux lettres de l'abbé de l'Épée, également
insérées dans le _Journal de Paris_ (27 mai 1785).

Notre infatigable athlète a beau provoquer à cet égard l'examen sérieux
de l'Académie de Berlin, le rapporteur Formey trouve plus commode
d'abandonner la décision à intervenir au temps, à l'expérience, et de se
tenir coi, les yeux fermés, que d'aller se jeter, à corps perdu, à
travers les coups redoublés qu'on se porte de part et d'autre.

Sur ces entrefaites, Condillac se présente en faveur de la méthode de
l'abbé de l'Épée, avec son _Cours d'études pour l'instruction du prince
de Parme_ (t. 1er, 1re part., chap. 1er, p. 11) et avec sa
_Grammaire_, publiée quatre ans après l'_Institution des sourds-muets
par la voie des signes méthodiques_: il tient à honneur de faire justice
de ce silence outrageant et de mettre, avant une plus longue épreuve, le
sceau de la vérité et de l'immortalité à l'œuvre de son illustre
contemporain.

Jusqu'à l'abbé de l'Épée, l'art créé en Espagne, et créé de nouveau en
Angleterre, avait semblé destiné à tomber dans un éternel oubli, ou peu
s'en faut: c'est qu'en réalité il s'appuyait sur une fausse base. A
quelques exceptions près, tous ceux qui l'avaient pratiqué avec plus ou
moins de succès, avant ce respectable instituteur, s'imaginaient avoir
résolu le problème en mettant les sourds-muets en possession de la
parole artificielle.

Ce n'est cependant pas qu'on doive, tant s'en faut, proscrire
impitoyablement cet instrument, qui ressemble néanmoins, nous sommes
obligé de le dire, au langage harmonieux de l'homme, à peu près comme la
voix criarde et inintelligente du perroquet; mais il importe surtout de
prendre garde à ne pas trop l'élever au-dessus de sa véritable valeur.

Les jeunes sourds-muets sont-ils, en effet, tous aptes à réussir dans
les expériences de ce genre que l'on voudrait tenter sur eux? Ne
remarque-t-on pas, au contraire, un défaut plus ou moins absolu de
souplesse dans les organes vocaux de l'immense majorité? Et ne
s'aperçoit-on pas même le plus souvent de la répugnance ou tout au plus
du mauvais vouloir avec lequel nos enfants reçoivent les leçons
régulières de leur maître parleur? Puis, avec quelle folâtre
satisfaction, dès qu'ils s'en voient débarrassés, ne se cramponnent-ils
pas, pour ainsi dire, à la mimique, cette langue chérie où leurs jeunes
imaginations, jusque-là emprisonnées dans un cercle de fer, reprennent
tout leur essor!

On aura beau le contester, l'enseignement de l'articulation n'est ni ne
peut être autre chose qu'un complément d'instruction: encore le succès
dépend-il des dispositions particulières de l'élève. C'est ce qu'a
démontré, avec toute l'autorité de l'expérience, l'abbé de l'Épée, à qui
se sont joints les instituteurs les plus habiles dont s'enorgueillit la
nation sourde-muette.

Nous voici arrivé bien au-delà de notre but. Notre tâche n'est cependant
pas, bien s'en faut, encore achevée. Nous avons à parler des vertus de
notre héros pacifique. Lecteur! un peu de patience, et de l'indulgence
surtout!



XI

     Vertus et bienfaits de l'abbé de l'Épée.--Sa soutane usée.--Presque
     octogénaire, il se prive de feu pour ses enfants, durant un hiver
     rigoureux.--Projet d'un tableau de l'abbé de l'Épée par le
     sourd-muet Léopold Loustau.--Il refuse un évêché en France et une
     abbaye en Allemagne.--Belles réponses à Joseph II et à Catherine de
     Russie.--Paroles mémorables.--Il ne demande qu'à instruire des
     sourds-muets pauvres et à apprendre pour eux les langues de tous
     les pays.--Son désintéressement, ses sacrifices.--Louis XVI redoute
     d'abord son jansénisme.--Plus tard, il accepte le patronage de son
     école, en autorise le transfert à l'ancien couvent des Célestins et
     lui assigne une rente annuelle sur sa cassette.--La mort ne permet
     pas à l'abbé de l'Épée de voir ses élèves installés dans ce nouveau
     local.--Statistique des pensions de sourds-muets et de
     sourdes-muettes, existantes à cette époque à Paris.--Son école à un
     second étage de la rue des Moulins.--Sa maison de campagne à loyer,
     rue des Martyrs.--Scènes attendrissantes.


Si le génie de l'abbé de l'Épée était immense, ses bienfaits ne le
furent pas moins. Pas un jour de sa vie ne s'écoula sans qu'un nouveau
sacrifice de sa part vint adoucir la triste destinée de ceux qu'il
regardait comme ses fils adoptifs. Le bon pasteur s'obstinait à traîner
une soutane usée, à garder la plus stricte économie dans ses repas, dans
son entretien, et, quoique presque octogénaire et assiégé par les
infirmités irréparables de ce grand âge, à se priver de feu pendant un
hiver des plus rigoureux (1788), _pour ne pas faire tort_, disait-il,
_au patrimoine sacré de ses enfants_. Un matin, la nouvelle de cette
privation secrète est révélée par sa gouvernante; elle jette leur âme
dans le désespoir, et, joignant leurs instances à celles de cette
excellente femme, ils le supplient, les larmes aux yeux, dans leur
langage empreint de la plus naïve éloquence, de se conserver pour ses
fils adoptifs.

Peu lui importait, d'ailleurs, que son indigence scandalisât un monde
raffiné, quand il se contentait de sa seule parure, la vertu; ce n'était
point toutefois chez lui une vertu rude, sauvage, repoussante, mais une
vertu bienfaisante qui s'insinuait doucement dans les esprits. Au milieu
de ses mortifications, il avait soin de se dérober à l'admiration de
ceux qui l'approchaient. Il cherchait à se cacher à lui-même. Son âme,
d'une rare trempe, s'était si bien endurcie à ses combats intérieurs de
chaque jour, qu'on le voyait partager tout son temps entre le travail et
la charité ou la prière. A le voir réciter les offices de l'Église à
certaines heures fixes, on l'eût pris pour un fervent cénobite qui prie
sur les tombeaux.

Jusqu'à présent, ô surprise! pas un grand maître n'a confié à la toile
une scène aussi touchante! Eh bien! c'est pour nous un grand bonheur
d'avoir à annoncer ici qu'un jeune artiste de talent, un sourd-muet, M.
Léopold Loustau[42], ancien élève de l'Institution de Nancy, songe à
réparer cette injure, trop prolongée, à la mémoire de notre saint
Vincent de Paule.

Sans doute, il est présent encore au souvenir de nos lecteurs ce
désintéressement trop rare, hélas! dans notre siècle d'égoïsme, dont
l'humble apôtre fit preuve dans une circonstance antérieure,
lorsqu'atteignant à peine sa vingt-sixième année, il refusa un évêché
que le cardinal de Fleury lui offrait en reconnaissance d'un service
personnel que son père lui avait rendu. A l'empereur Joseph II, qui lui
proposait une abbaye dans ses États, il répondait ainsi: «Je suis
confus, sire, de vos bontés; si, à l'époque où mon entreprise n'offrait
encore aucune chance de succès, quelque médiateur puissant eût sollicité
et obtenu pour moi un riche bénéfice, je l'aurais accepté pour en faire
servir les ressources au profit de l'institution. Mais je suis déjà
vieux; si Votre Majesté veut du bien aux sourds-muets, ce n'est pas sur
ma tête déjà courbée vers la tombe qu'il faut le placer, c'est sur
l'œuvre elle-même. Il est digne d'un grand prince de la perpétuer
pour le bien de l'humanité.»

Pas moins grande ne fut la surprise de Catherine II, la célèbre
impératrice, toujours si empressée à accorder sa protection à tout ce
qui était grand et populaire, en recueillant la réponse de l'abbé de
l'Épée à son ambassadeur, chargé de lui offrir en 1780 de riches
présents en son nom: «Monseigneur, lui avait-il dit, je ne reçois jamais
d'or, mais dites à Sa Majesté que, si mes travaux lui ont paru dignes de
quelque estime, je ne lui demande pour toute faveur que de m'envoyer un
sourd-muet de naissance que j'instruirai.»

--«Les riches, dit-il quelque part, ne viennent chez moi que par
tolérance; ce n'est point à eux que je me suis consacré, c'est aux
pauvres: sans ces derniers, je n'aurais pas entrepris l'éducation des
sourds-muets. Les riches ont le moyen de chercher et de payer quelqu'un
pour les instruire.»

Ce fut toujours dans l'intérêt des sourds-muets de toutes les nations
que l'abbé de l'Épée apprit seul, dans la maturité de l'âge, l'italien,
l'espagnol, l'anglais et l'allemand. «Je suis, disait-il, à l'âge de
plus de soixante ans, je suis prêt à étudier toute autre langue dans
laquelle il faudrait instruire un sourd-muet qui me sera envoyé par la
Providence, car je ne regarde pas avec indifférence les sourds-muets des
nations qui nous environnent.»

Aux amis qui lui demandaient: «A quoi tant d'idiomes peuvent-ils vous
servir quand il ne s'agit que de sourds-muets français?--A rien,
répondait le bon abbé.--Alors pourquoi les leur faire
apprendre?--Pourquoi? C'est que je suis mortel. Une partie
très-considérable de ma carrière est déjà fournie.--Et qui instruira les
sourds-muets après moi? Ce travail est pénible; il engage à des dépenses
et il ne rapporte rien; trois pierres d'achoppement pour bien des gens.
Je me suis donc imaginé qu'en faisant faire à mes élèves un exercice où
chacun serait libre de les interroger en différentes langues, il en
résulterait une évidente preuve que les sourds-muets sont aussi
susceptibles d'instruction que les autres enfants. Qui sait si quelque
puissance ne voudra pas former dans ses États une maison de
sourds-muets? Et, dès lors, il y aura quelqu'un après moi, n'importe en
quel pays, qui continuera mon œuvre.»

Seul, sans autre ressource qu'une modeste fortune de 12,000 livres de
rente environ[43], il soutint une école nombreuse dont il payait les
maîtres, les maîtresses, ainsi que la nourriture et l'entretien des
élèves. Sa dépense personnelle ne s'éleva jamais à plus de 2,000 fr. Son
frère, architecte du roi, dont les qualités personnelles le rendaient
digne d'une telle parenté, s'empressait d'ouvrir sa bourse à sa première
réquisition, lorsqu'il s'agissait de seconder les élans spontanés de son
âme, de quelque indifférence que, dans le principe, son école fût
l'objet de la part du pouvoir. Souvent même notre charitable instituteur
entamait ses capitaux malgré les conseils de la prudence.

Si l'on s'en rapporte à un journal mensuel de l'époque[44], Louis XVI
aurait dit à l'abbé de Radonvilliers, ex-jésuite, son sous-précepteur:
«L'abbé de l'Épée rend un grand service à ses élèves, mais mieux
vaudrait pour eux qu'ils restassent sourds-muets que d'ouvrir l'oreille
au jansénisme.»

Il n'est plus question depuis longtemps, grâce à Dieu, des querelles du
jésuitisme et du jansénisme, et, grâce à Dieu aussi, il n'est sorti de
l'école de l'abbé de l'Épée ni jansénistes ni jésuites, mais de bons
catholiques, des hommes vertueux et instruits, et des citoyens
estimables.

Au surplus, on doit rendre à la bonté naturelle de Louis XVI cette
justice, que, plus tard, il ne se contenta pas d'accepter le patronage
de l'enseignement de ces pauvres orphelins déshérités, en autorisant le
transfert de leur école dans le couvent des Célestins supprimé, sur un
vœu formulé par son conseil en date du 25 mars 1785, lequel conseil
avait fait espérer cette translation à l'abbé de l'Épée par arrêt du 21
novembre 1778[45]; il fit don encore à cette école d'une rente annuelle
de 6,000 livres sur sa cassette. Mais la mort si prompte, si imprévue de
l'abbé de l'Épée, ne lui permit pas de goûter la satisfaction de se
voir installé avec ses élèves dans ce nouveau local.

Du vivant de ce bienfaiteur de l'humanité, on comptait à Paris trois
pensions de sourdes-muettes confiées aux soins de quatre ou cinq dames
respectables[46], et une de sourds-muets, rue d'Argenteuil, dont M.
Chevreau avait la direction. Tout près de là, dans une maison sise rue
des Moulins, nº 14, à la butte Saint-Roch, dans un humble appartement au
second étage, dont le premier était occupé par son frère, l'abbé de
l'Épée réunissait tous ces pauvres enfants les mardis et vendredis de
chaque semaine, de sept heures du matin à midi. Ils étaient au nombre de
soixante-dix ou quatre-vingts, des deux sexes. Telle fut l'obscure
origine de la célèbre institution de Paris et de toutes celles de France
et de l'étranger.

L'abbé de l'Épée admettait, en outre, le public aux exercices de ses
élèves, qui avaient souvent lieu de trois heures à cinq. Son dévouement
allait jusqu'à renouveler parfois ses démonstrations de cinq heures à
sept.

Les jours de congé, il les conduisait à une petite habitation de
Montmartre (rue des Martyrs), qu'il tenait à loyer et qui était voisine
de la maison de M. de Malesherbes. Là on le voyait se mêler parfois à
leurs jeux et plus souvent encore captiver l'attention de ceux qui
faisaient cercle autour de lui, en assaisonnant ses préceptes
d'histoires instructives et édifiantes. Puis il partageait et faisait
partager leur frugal repas à quelques-uns de ses amis, heureux de leur
bonheur et semblable au plus chéri des pères qu'environnerait sa
nombreuse famille.

Au milieu de l'allégresse de cet essaim d'âmes innocentes et candides,
le vénérable patriarche laisse échapper, un jour, involontairement un
geste, leur annonçant sa mort peut-être prochaine. Le désespoir se peint
aussitôt sur leur physionomie jusque-là radieuse. Les voilà qui lui font
tous, pour ainsi dire, un rempart de leur corps, comme s'ils cherchaient
à le dérober au coup qui le menace, ayant peine à croire qu'un si bon
père doive être enlevé si tôt à leur amour. Lui, de son côté, s'efforce
d'essuyer leurs larmes, sans pouvoir retenir les siennes. Il leur montre
le ciel comme le séjour de l'immortalité et de la félicité éternelle,
leur donnant à entendre que là il ira les attendre. Alors une douce
tristesse prend la place du désespoir dans cette intéressante famille;
et tous lui promettent de ne rien épargner pour l'aller rejoindre un
jour là haut, au sortir de cette vallée de larmes.

Cependant un coup affreux devait venir bientôt briser l'âme du saint
prêtre.



XII

     Episode du jeune comte de Solar.--Un sourd-muet, de douze à treize
     ans, trouvé sur la grande route de Péronne, envoyé à Bicêtre, puis
     à l'Hôtel-Dieu de Paris.--Quelques souvenirs confus.--Enlèvement et
     abandon.--Appartient-il à une famille riche?--Note envoyée à toutes
     les maréchaussées de France.--Étrange visite à l'Hôtel-Dieu.--Le
     sourd-muet en est retiré et mis en pension avec d'autres frères
     d'infortune.--Une confusion de personnes.--Nom de Joseph substitué
     à celui de Louis Leduc.--Le prince de Montbarey et Mme de
     Hauteserre.--Découverte de la demeure de Mme la comtesse de Solar,
     à Toulouse.--Un trait de lumière.


L'histoire du jeune sourd-muet abandonné, connu sous le nom du comte de
Solar, est si palpitante d'intérêt, que nous croyons devoir en résumer
succinctement, impartialement, les faits principaux, les circonstances,
les péripéties, sans négliger d'examiner consciencieusement les
témoignages que les parties adverses ont essayé d'invoquer contre lui.
Nous pensons même que nos lecteurs nous sauront gré de ménager leur
attention en bannissant de ce récit certaines longueurs qui finiraient
bientôt par la fatiguer dans un livre destiné principalement à démontrer
qu'il n'y a rien ici-bas qui puisse rebuter la sainte trinité de la Foi,
de l'Espérance et de la Charité chrétienne.

Le 1er août 1773, sur la grande route de Péronne, à peu de distance
du château de Séchelles, en Picardie, un enfant, âgé de douze à treize
ans, est trouvé dans un état de délabrement capable de fendre le cœur
le plus insensible. M. Le Roux, receveur des aides à Cuvilly, et son
épouse le recueillent à leur porte et le confient à une femme charitable
(Mme Paulin), qui le garde un mois entier chez elle. En vertu d'un
ordre de M. de Sartine, lieutenant général de police, ordre motivé sur
une recommandation de Mme Hérault de Séchelles, le jeune sourd-muet
est placé à Bicêtre le 2 septembre de la même année. Il y tombe malade
et est transporté à l'Hôtel-Dieu le 13 juin 1775. Il y avait environ
huit mois qu'il y languissait, lorsqu'une affaire conduisit l'abbé de
l'Épée[47] dans cet asile de la souffrance. L'enfant, vêtu d'une casaque
grise et coiffé d'un bonnet de coton blanc, costume uniforme de
l'hôpital, lui est présenté par la mère Saint-Antoine, chargée de la
salle au service de laquelle il est resté attaché. A une seconde visite,
cette religieuse conjure l'abbé de le retirer de cet hôpital pour
l'instruire. Il l'interroge. Les gestes du sourd-muet lui donnent à
entendre qu'il appartient à des parents riches; que son père boitait et
qu'il est mort; que sa mère est restée veuve avec quatre enfants, deux
sœurs ses aînées, lui et une sœur plus jeune; qu'il y a dans la
maison des domestiques et un grand jardin qui rapporte beaucoup de
fruits; qu'un cavalier, enfin, après l'avoir mené bien loin, l'a
abandonné, le visage couvert d'un masque ou d'un voile. Son maintien,
son air distingué sous les haillons de la misère et sa pantomime
expressive semblent confirmer cette déposition de l'orphelin, victime
d'un préjugé barbare ou d'une ambition criminelle.

D'après le conseil de M. Papillon, prévôt de la maréchaussée de
l'Ile-de-France, l'abbé de l'Épée en réfère à M. le comte de
Saint-Germain, ministre de la guerre, le suppliant de vouloir bien
donner des ordres pour faire parvenir son signalement exact à toutes les
maréchaussées du royaume. Ce signalement est reproduit à l'Imprimerie
royale sous le titre de _Note intéressante_. En voici la teneur, portant
en marge qu'on tient ces renseignements de l'abbé de l'Épée,
instituteur gratuit des sourds-muets:


      DU PREMIER MARS 1776.

      =NOTE INTÉRESSANTE=

     «Le 2 septembre 1773[48], on a trouvé sur le grand chemin de
     Péronne par Compiègne, proche Séchelles, un jeune enfant sourd et
     muet[49], âgé d'environ douze à treize ans. On l'a conduit à Paris
     et mis à l'hôpital général avec l'indication ci-dessus: il a été
     mené ensuite à l'Hôtel-Dieu pour cause de maladie, et y est resté
     pour servir selon ses forces dans une des salles.

»Étant parvenu maintenant à l'âge de quinze ans, il s'exprime par
     signes d'une manière assez sensible pour faire entendre:

     «1º Qu'il est d'une famille honnête et aisée;

     «2º Que son père, qui était boiteux, est mort;

     «3º Que sa mère est restée veuve avec quatre enfants, savoir: trois
     filles et lui;

     «4º Que sadite mère portait des rubans, avait une montre, de beaux
     habits, une maison vaste et des domestiques pour la servir, et que
     lui-même y a toujours été servi;

     «5º Qu'il y avait un grand jardin, un jardinier pour le cultiver,
     et que ce jardin rapportait beaucoup de fruits: il explique ce
     qu'on faisait pour les conserver pendant l'hiver;

     «6º Qu'un certain jour on l'a fait monter sur un cheval avec un
     cavalier;

     «7º Qu'on lui a mis un masque, afin qu'il ne vît pas où on le
     menait;

     «8º Qu'après l'avoir mené bien loin, le cavalier l'a abandonné.

     «Il s'agit de faire rendre à ce misérable enfant son nom, son état
     et ses biens.

     «Monseigneur le comte de Saint-Germain, secrétaire d'État, ayant le
     département de la guerre, ordonne à toutes les brigades de
     maréchaussée du royaume de faire les informations et recherches les
     plus exactes pour découvrir, s'il est possible, le lieu de la
     naissance du jeune homme dont il s'agit, ainsi que les noms et
     qualités de ses parents, et de lui en donner avis sur-le-champ. Le
     zèle de la brigade qui sera parvenue à faire cette découverte
     intéressante, sera récompensé par une gratification.»

      «A Paris, de l'Imprimerie royale, 1776.»



Les lettres et les éclaircissements qui parvinrent de divers côtés au
ministre, furent renvoyés à l'abbé de l'Épée. Dans le courant du même
mois, un inconnu vêtu de noir se présente à l'Hôtel-Dieu, demandant à
voir le jeune sourd-muet, et, après l'avoir considéré en affectant un
mépris outrageant, il s'écrie: «Ce n'est pas celui-là;» et sur
l'observation qui lui est faite que c'est celui-là même, il réplique:
«Je sais bien ce que je dis,» et il s'en va.

Cependant le charitable abbé, craignant que quelque nouveau piége ne
soit tendu au pauvre enfant, se décide, quoique déjà chargé d'un lourd
fardeau, à le retirer de l'hôpital pour le placer chez M. Chevreau,
maître de pension, à qui il a déjà confié vingt-six de ses frères
d'infortune.

Quelque temps après, il substitue le nom de Joseph à celui de Louis
Leduc qu'il lui a d'abord donné sur la foi de lettres attestant la
vérité de la déclaration faite, par une fille de vingt-deux ans, traitée
à cette époque pour une blessure à l'Hôtel-Dieu; qu'elle connaissait le
jeune sourd-muet, ainsi que toute sa famille. L'abbé n'a pas tardé à se
convaincre, en effet, que l'enfant trouvé sur la route de Péronne, au
mois d'août 1773, et conduit à Paris le 2 septembre suivant, ne peut
être Louis Leduc, venu dans cette dernière ville, pour la première fois,
à la fin de mars 1774. Celui-ci, né le 11 février 1764, et amené à
l'Hôtel-Dieu le 23 mars 1774, a été conduit, dès le même jour, à
l'hôpital de la Pitié, d'où il a été transféré, le 28 du même mois, à
Bicêtre, où il est mort le 19 janvier 1775.

L'abbé de l'Épée reçoit, le 5 juin 1776, une lettre du prince de
Montbarey, avec une note de Mme de Hauteserre, qui va passer, tous
les ans, huit mois à Toulouse, où elle avait loué, au commencement de
l'année 1773, chez Mme la comtesse de Solar, originaire de Paris et
veuve de M. le comte de Solar, ancien militaire, mort à Alby, un
appartement, au-dessous duquel il y a un très-beau et très-vaste jardin.

«La comtesse, dit cette dame, avait une fille, âgée d'environ quatorze
ans, et un garçon sourd-muet, qui pouvait en avoir douze à treize. Cet
enfant partit de Toulouse vers le commencement du mois d'août de ladite
année 1773, sous la conduite d'un jeune homme; on l'emmenait aux eaux de
Barèges pour le guérir de sa surdité, et, depuis, on ne le vit plus: sa
mère était morte en novembre ou décembre de l'année dernière, et sa
sœur habitait actuellement un couvent de Toulouse.»

Mme de Hauteserre ajoutait que le jeune Solar avait les dents mal
rangées et une surdent à la mâchoire inférieure, du côté gauche. Mlle
Caroline de Solar avait aussi une surdent au même endroit.



XIII

     L'abbé de l'Épée veille attentivement sur le dépôt que lui a confié
     la Providence--Menaces dont il est l'objet.--L'autorité le
     protége.--Diverses personnes reconnaissent le jeune Solar.--Voyage
     du célèbre instituteur, avec son protégé, à Clermont en Beauvoisis,
     sa ville natale.--Nouvelles reconnaissances.--Joseph se rappelle
     une cicatrice de son père.--Il est reconnu par son grand-père, mais
     sa sœur hésite d'abord.--Une démarche auprès du duc de
     Penthièvre.--Elle réussit.--Le prince accorde une pension de 800
     livres au jeune Solar.--Le paiement en est bientôt
     suspendu.--Pourquoi.--Curieuse lettre de l'abbé de l'Épée.--Le
     premier semestre de la pension est payé.


Le signalement du jeune Solar, donné par Mme de Hauteserre,
s'accordait parfaitement avec celui de Joseph, pris au moment de son
arrivée à Paris. L'abbé de l'Épée se serait empressé, sans doute, de
poursuivre incontinent ses recherches, s'il n'eût pas jugé plus à propos
de se mettre en garde contre toute nouvelle surprise.

D'autres personnes inconnues ont beau lui demander le dépôt que la
Providence lui a confié, il lui semble trop sacré pour s'en défaire. On
le menace, mais l'autorité le rassure en lui déclarant qu'aucune
démarche sérieuse n'a encore été tentée pour lui soustraire son jeune
protégé et qu'on ne prendra aucun parti sans l'avoir consulté au
préalable.

Vers le mois de juin ou de juillet 1777, une demoiselle de Bierre se
présente à l'école de l'abbé de l'Épée, et, dès qu'elle voit Joseph,
elle s'écrie: «Je le reconnais bien, c'est le fils de M. le comte de
Solar.» Elle l'avait vu très-souvent, en effet, jusqu'à l'âge de sept ou
huit ans, chez Mlle Desgodets, grand'tante du jeune homme, dont elle
était alors dame de compagnie. Sa déposition est confirmée non-seulement
par celle de la nommée Anathot, ancienne domestique de M. d'Austel,
conseiller de l'élection de Paris et grand-oncle du jeune Solar, mais
aussi par celles de la dame Marguerite Roger, veuve de Guillaume Allin,
maître maçon, et de sa fille.

L'abbé de l'Épée ayant entendu dire, sur ces entrefaites, que son
protégé a vu le jour à Clermont en Beauvoisis, sollicite et obtient des
deux ministres Amelot et le comte de Saint-Germain l'autorisation de se
mettre en quête de nouveaux renseignements. Arrivé dans ce pays avec
son élève, il fait lever l'extrait de son acte de baptême et reçoit la
déclaration de vingt-huit habitants de cette ville, à la tête desquels
figure le nom de M. d'Austel de la Baronnière, lieutenant général du
bailliage et parent maternel du jeune Solar. Cette déclaration est
unanime: tous reconnaissent dans Joseph le fils du défunt comte. Ce
parent lui a demandé s'il se rappelait avoir vu une marque au visage de
son père. Aussitôt l'enfant trace sur sa joue la forme et les contours
d'une cicatrice. Il fait plus, il en indique la couleur en montrant ses
manchettes. En effet, le comte de Solar portait à la figure les traces
d'un éclat de bombe.

A son retour à Paris, l'abbé de l'Épée fait prier M. Clignet de
Marqueny, avocat au parlement et père de la comtesse de Solar, de
vouloir bien se rendre chez M. Joisneau, son parent et son ami, afin de
reconnaître ou de méconnaître, selon son honneur et sa conscience, le
jeune sourd-muet qu'il a à lui présenter. Devant eux, M. Cligny
reconnaît, le 19 septembre 1777, cet enfant pour son petit-fils.

De son côté, M. Moreau de Vormes, avocat au conseil et tuteur de Mlle
Caroline de Solar, a écrit à l'abbé de l'Épée qu'il ne doute plus que
Joseph ne soit le comte de Solar. Dans la vue de ménager une entrevue
entre les deux enfants, on fait venir Mlle de Solar à Paris de son
couvent de Toulouse. Dès le premier jour, le frère et la sœur ne se
reconnaissent pas, mais bientôt, à l'aide d'entretiens muets, ils
finissent par se livrer aux doux épanchements de l'amitié fraternelle.
On cite, en outre, comme une nouvelle présomption en faveur du protégé
de l'abbé de l'Épée, le _post scriptum_ d'une lettre adressée le 8
novembre 1777 par Mlle de Solar, qui venait d'être placée dans une
pension de Paris, à la maîtresse de pension de Joseph, madame Chevreau:
«Je vous prie de dire _mille choses tendres à mon cher petit frère_.»

Le respectable instituteur ne s'occupe plus, dès lors, que d'assurer le
sort de son protégé. Il se présente au duc de Penthièvre, l'aïeul du roi
Louis-Philippe, avec un placet, où il lui rappelle que M. le comte de
Solar, père du jeune sourd-muet, a été page de la duchesse du Maine,
gentilhomme de M. le prince de Dombes, puis de M. le comte d'Eu, et que
le grand-père de cet enfant a été gentilhomme de M. le duc du Maine. A
ce placet se trouvent jointes toutes les pièces qu'il a pu réunir en sa
faveur. Le solliciteur est accueilli avec les plus bienveillantes
démonstrations d'intérêt et de sympathie. Le prince lui promet que les
pièces seront scrupuleusement examinées dans son conseil et qu'une
réponse lui sera faite sous quinzaine. Son Altesse tient parole. Voici
la lettre en date du 8 novembre 1777 qu'elle lui fait écrire par M.
l'abbé Lenoir, chef de son conseil et conseiller de la grand'chambre:

«Monseigneur le duc de Penthièvre, Monsieur, a accordé une pension de
800 livres à M. de Solar. Ce jeune homme la doit uniquement à vos bontés
pour lui et aux peines que vous vous êtes données pour constater son
état...... Je vous prie de me permettre de faire insérer dans le brevet
qu'elle sera payée sur vos quittances. C'est le plus grand bien à faire
à ce jeune-homme que de le laisser dans votre dépendance. Je suis, etc.»

Ce ne fut toutefois qu'après six semaines environ d'attente, que l'abbé
de l'Épée put avoir connaissance du motif qui avait arrêté l'envoi du
brevet de pension qui devait lui être expédié immédiatement. On avait
assuré à M. l'abbé Lenoir qu'il n'était pas impossible qu'il survînt un
acte mortuaire renversant tout l'échafaudage de preuves réunies, à
grand'peine, par l'abbé de l'Épée. M. de Vormes, craignant, de son côté,
de voir sa pupille privée par ce contre-coup d'une pension de 400
livres, qui lui avait été accordée pour les quelques années qu'il
surveillerait son éducation, avait supplié le digne instituteur des
sourds-muets de suspendre toute démarche jusqu'à nouvel
éclaircissement. Ce dernier lui adressa incontinent la réponse
suivante[50]:

    «MONSIEUR,

«J'ignorais jusqu'à ce moment tout ce que la malice des hommes a pu dire
contre vous. Tout ce que je savais, c'est ce que vous aviez dit
vous-même, en présence de M. le premier président du parlement de
Toulouse et de M. l'abbé Dubourg, que vous aviez cru agir pour les
intérêts de Mademoiselle votre pupille en arrêtant l'expédition du
brevet accordé par S. A. S. Monseigneur le duc de Penthièvre au jeune
comte de Solar. Ne vous offensez pas, Monsieur, si je l'appelle ainsi.
C'est le nom qu'il prend du consentement de M. le lieutenant civil et de
M. le procureur du roi, et c'est ainsi qu'il signe dans tous les actes
de la procédure entamée au civil. Quel autre nom, en effet, peut prendre
un jeune homme qui, après n'avoir disparu que pendant quatre ans, est
reconnu par son grand-père, par son grand-oncle à la mode de Bretagne et
par bon nombre de témoins respectables?

«Vous prétendez, Monsieur, que j'ai toujours été en avant depuis que
vous m'avez marqué que la prudence exigeait que je ne fisse aucune
démarche sous le nom du _comte de Solar_. Vous me permettrez de vous
dire qu'à partir de ce moment, je n'ai pas avancé d'un quart de ligne.
Mon placet au prince était antérieur à cet avis de votre part. Il vous
sera facile de vérifier les dates. Depuis lors, je n'ai fait d'autre
démarche que celle d'aller chez M. l'abbé Lenoir, sur l'avis qu'il
m'avait donné que la pension était accordée et qu'il désirait me voir.

«Vous paraissez, Monsieur, me reprocher que je ne vous ai pas montré
l'extrait mortuaire que j'avais reçu. Vous avez donc oublié que j'ai eu
l'honneur de vous dire que cela était impossible, parce que je l'avais
envoyé à M. le procureur du roi. Vous pouvez lui demander à le voir, et
je ne doute point qu'il ne vous le communique; mais, comme il m'a paru
que cette pièce contenait des erreurs matérielles, j'ai désiré savoir si
l'extrait qu'on vous a envoyé de Charlas même les renferme
pareillement.

«Je ne vous cacherai point, Monsieur, les erreurs que renferme la pièce
qui m'est venue, et que j'ai envoyée à M. le procureur du roi. Il n'y a
ni les noms de baptême, ni le premier nom de famille, ni l'âge du
défunt, mais seulement le nom de _comte de Solar_, décédé le 28 janvier
1774. Cherchez si c'est le fils, le père ou le grand-père, l'oncle ou le
cousin germain, un homme ou un enfant. Vous ne trouverez rien. Je vous
le demande, Monsieur, si c'est à tort que je désire savoir si l'extrait
que vous avez reçu, est plus complet.

«Je ne sais pas, non plus, pourquoi vous refusez de me dire, ou, du
moins, pourquoi vous ne me dites pas si c'est de Barèges ou de Bagnères
que vous avez reçu l'indication d'un enfant inconnu, mort en 1774. Il en
sera question dans le procès. Il faudra toujours qu'on le sache. Vous
nous éviteriez des longueurs par un seul trait de plume ou un petit
morceau de papier, si vous avez l'extrait dont il s'agit.

«Je vous souhaite, Monsieur, ainsi qu'à Madame votre épouse et à tout ce
qui vous appartient, l'année la plus heureuse que vous puissiez désirer
et espérer. Nous pouvons avoir des sentiments différents sur un fait
particulier, mais cela ne change rien à l'estime et au respect avec
lesquels j'ai l'honneur d'être,

        «Monsieur,

      «Votre très-humble et très-obéissant
      serviteur,

          L'abbé DE L'ÉPÉE.

«Ce 31 décembre, immédiatement après avoir reçu l'honneur de la vôtre, à
huit heures du soir.»

Quelle ne dut pas être la surprise de l'abbé de l'Épée en recevant, dans
le mois de janvier suivant, une ordonnance de 400 livres pour les six
derniers mois de l'année 1777!



XIV

     Cazeaux, accusé d'avoir, de concert avec la comtesse de Solar,
     supprimé la personne et l'état de l'enfant sourd-muet, est arrêté à
     Toulouse et amené a Paris, les fers aux pieds et aux mains.--Ses
     moyens de défense.--Il demande à être transféré, avec le
     sourd-muet, partout où la justice croira que sa présence peut
     devenir nécessaire pour éclaircir l'affaire.--Cette requête est
     jointe au fond; on refuse son élargissement provisoire, ainsi que
     le transfert de l'enfant et de sa sœur sur les lieux.--Enfin,
     une sentence du Châtelet déclare Joseph fils du comte de Solar,
     reconnaît Cazeaux innocent et le renvoie absous.--Commentaire des
     juges.


Cependant, on avait écrit à Toulouse. On y avait demandé des
renseignements sur le jeune de Solar, et ces renseignements étaient
venus. Rien n'y était passé sous silence: on accusait formellement un
sieur Cazeaux d'avoir, de concert avec la comtesse de Solar, supprimé la
personne et l'état de l'enfant. Une plainte est dressée contre le
prévenu; il est décrété de prise de corps le 5 février 1778, arrêté à
Toulouse le 10 mai, amené, les fers aux pieds et aux mains, à Paris, et
plongé dans les cachots du grand Châtelet, à la suite d'un rapport
foudroyant de M. Avril, conseiller au parlement.

Les moyens de défense présentés par Cazeaux nous paraissent, pour
l'éclaircissement de la question en elle-même, mériter d'être reproduits
ici en entier:

«En 1773, disait-il, j'étais clerc chez M. Belin, procureur à Toulouse;
j'eus l'occasion de connaître Mme la comtesse de Solar. Cette dame,
sachant qu'à l'époque des vacances du parlement, je devais aller trouver
ma famille à Charlas, et, de là, accompagner ma mère aux eaux de
Bagnères, qui en sont proches, me pria instamment de me charger de son
fils, sourd et muet, alors âgé de onze ans, auquel le régime des eaux
avait été prescrit. J'acceptai avec d'autant plus d'empressement, que je
savais que Mme de Solar avait des relations très-puissantes à
Versailles, et que je pensai que ce service, rendu de bonne grâce, ne
serait point inutile à mon avancement et à ma fortune.

«L'enfant, qui me connaissait déjà, consentit facilement à me suivre,
et, le samedi 4 septembre 1773, à cinq heures du soir, à la porte de
l'auberge de l'_Écharpe_, dans l'une des rues les plus fréquentées de
Toulouse, en présence de cinquante à soixante personnes, je montai à
cheval, en prenant sur le devant de ma selle le jeune comte de Solar.
Nous partîmes, accompagnés de l'un de mes parents, l'abbé Cazeaux, et
d'un domestique de mon père, qui, tous deux, étaient aussi à cheval.
Ceci ne saurait faire l'objet d'un doute. Je donne les noms des
personnes qui assistaient à mon départ. Nous nous rendîmes à Charlas, en
passant par Saint-Elix-de-la-Terrasse, Montaigut et Montoussin. A
Charlas, je trouvai ma mère. L'enfant fut reçu à merveille par toute ma
famille, et, bientôt après, nous partîmes avec ma mère pour Bagnères.

»Après quinze jours de résidence aux eaux, le jeune de Solar revint avec
nous à Charlas. Ma mère s'attacha à cet enfant, et j'écrivis à Mme de
Solar pour lui demander de nous le laisser jusqu'à la Saint-Martin,
époque de mon retour. La comtesse y consentit; quelques affaires
domestiques et le mauvais temps retardèrent mon départ, et, vers Noël,
la petite vérole s'étant répandue dans le pays, l'enfant en fut atteint.
On lui prodigua les soins les plus empressés. Moi-même j'étais
constamment à son chevet, ce qui fut cause peut-être que je me vis
bientôt à toute extrémité. D'un autre côté, l'état de l'enfant ne tarde
pas à s'aggraver: un dépôt se forme dans sa poitrine. On lui administre
l'extrême-onction; et il meurt! Le jeune de Solar alors est enseveli,
mis dans un cercueil, et enterré au cimetière de Charlas, dans la
sépulture de ma famille.

«Tous ces faits, je peux les établir de la manière la plus péremptoire.
Je donne les noms de plus de quarante témoins qui ont vu l'enfant, qui
ont assisté à ses derniers moments, qui l'ont conduit au cimetière. Que
pourra-t-on répondre à ces témoins? Que l'acte de décès est
irrégulier... Mais rien n'est plus facile à expliquer que cette
irrégularité. Lorsque le curé de Charlas dressa cet acte, il manquait de
renseignements, et cela se comprend aisément: l'enfant était étranger au
pays; personne que moi, et j'étais alors dans un état de maladie
désespéré, ne connaissait exactement son âge et son nom... On savait
seulement que c'était le comte de Solar. Le curé constata donc que le
comte de Solar était mort; c'était tout ce qu'il savait. J'ignore s'il
demanda des renseignements pour compléter son acte, ou si ces
renseignements ne lui parvinrent pas... Toujours est-il que, lorsque,
pour se conformer à la loi, il fut obligé d'envoyer le double de l'acte
au greffe de la sénéchaussée de Toulouse, il l'envoya dans l'état où il
se trouvait alors. Plus tard, il s'aperçut que cet acte était
insuffisant, parce qu'il ne désignait pas clairement la personne
décédée, et il crut devoir le compléter en ajoutant ces mots: _Un enfant
âgé d'environ dix à onze ans, qui était muet, et qu'on appelait le comte
de Solar_. Il est vrai que cet acte manque de régularité; mais on ne
saurait contester que cet enfant, décédé à Charlas, fût le fils de la
comtesse de Solar.

«Quelles conséquences résultent de tout ceci? disait Cazeaux; c'est que
d'abord l'enfant, à moi confié à Toulouse par la comtesse de Solar, le 4
septembre 1773, est vraiment mort et enterré à Charlas, en janvier 1774,
et que, dès lors, l'enfant, que présente l'abbé de l'Épée, ne saurait
être le jeune de Solar, qui m'a été confié.--Ensuite, ajoutait-il, il
suffirait d'un simple rapprochement de date pour se convaincre que le
jeune comte de Solar, vu par un grand nombre de témoins, le 4 septembre
1773, à Toulouse, au moment de son départ avec moi, ne pouvait être cet
enfant sourd-et-muet, conduit, sur l'ordre de M. de Sartine au château
de Bicêtre, le 2 du même mois de septembre 1773, et qu'un mois
auparavant (le 1er août 1773) on avait trouvé abandonné sur le grand
chemin de Péronne en Picardie!»

Aussi Cazeaux, se faisant fort de prouver sa parfaite innocence,
insiste-t-il pour être transféré avec le jeune sourd-muet partout où la
justice croira que sa présence peut devenir nécessaire pour éclaircir
l'affaire.

Cette requête est jointe au fond; on refuse non-seulement
l'élargissement provisoire, mais encore le transfert de l'enfant et de
Caroline de Solar sur les lieux indiqués.

Enfin, par sentence de Messieurs du Châtelet, en date du 29 septembre
1778, Joseph est reconnu et déclaré fils de M. le comte de Solar et
frère de Caroline de Solar. Et le sieur Cazeaux est reconnu innocent et
renvoyé absous.

Ainsi s'expliquent Messieurs du Châtelet sur leur sentence:

«Le public croyait que Joseph ne pouvait être Solar sans que Cazeaux fût
coupable, et que celui-ci ne pouvait être innocent si Joseph était
Solar; mais cette alternative est tout à fait étrangère au procès.
L'enfant trouvé près de Péronne, dans les premiers jours d'août, et
qu'on a nommé Joseph, nous a été démontré être le petit Solar. Rien de
mieux établi que cette vérité; nous l'avons, en conséquence, déclaré
être de la famille des comtes de Solar. Il nous a été démontré avec la
même évidence que Cazeaux n'était pas et ne pouvait être complice de la
perte de cet enfant. Il nous a rendu bon compte de l'enfant dont on l'a
chargé sous le nom du petit Solar, dans le commencement de septembre
suivant, enfant qui est décédé ensuite. Cazeaux est donc innocent, et
nous l'avons renvoyé tel.

«La curiosité du public sur les aventures du petit Solar n'est pas
satisfaite; la nôtre ne l'a pas été non plus. Comment a-t-il été conduit
près de Péronne? Par qui? En quel temps? Où a-t-on trouvé un autre
enfant sourd et muet, à peu près du même âge? Pourquoi l'a-t-on
substitué? Quel dessein avait sa mère? Tout cela, sans doute, serait
fort intéressant à savoir; mais ce n'est pas là ce que nous avions à
juger. Si nous l'eussions appris, et si la Providence l'eût éclairci,
nous en eussions, au plus tôt, instruit le public. Elle ne l'a pas fait;
elle ne nous a appris que deux choses: Joseph est le comte de Solar et
Cazeaux n'est pas coupable. Notre jugement n'a donc porté que sur ces
deux points.--Mais à quoi bon, a-t-on dit, faire tant de dépenses, de la
part du gouvernement, pour découvrir si peu? A quoi bon? A rendre à un
malheureux enfant son état et à empêcher un innocent de subir la peine
d'un coupable. La mère a emporté avec elle son secret; la justice n'a pu
découvrir son complice; mais le crime se trouve sans effet, et celui à
qui on l'imputait faussement, est sauvé. Voilà l'affaire que les dates
rapprochées ont éclairée au point que la vérité nous a paru évidente.»



XV

     Lettre de l'abbé de l'Épée à Me Élie de Beaumont, défenseur de
     Cazeaux.--Preuves, suivant le célèbre instituteur, de l'identité de
     Joseph et du comte de Solar.--Particularités remarquables.--Détails
     peu édifiants sur la mère du sourd-muet.--Réponse de Me
     Tronçon-Ducoudray à l'abbé de l'Épée.--Extrait mortuaire
     constatant, à son avis, le décès.--L'illustre avocat modifie, plus
     tard, son opinion.--Ses aveux à M. Bouilly, auteur du drame de
     L'abbé de L'ÉPÉE..--Confirmation de la sentence du Châtelet par le
     parlement de Paris, qui ordonne, en outre, un supplément d'enquête
     et d'instruction.


L'abbé de l'Épée, dans sa lettre de 72 pages à Me Élie de Beaumont,
défenseur de Cazeaux, le même qui avait gagné le fameux procès de Calas,
rend compte, sous la date du 1er février 1779, de tout ce qui regarde
son jeune protégé, administre les preuves constatant l'identité du
mineur Joseph avec le comte de Solar, et tâche de détruire les diverses
objections soulevées par les dépositions de tous les témoins qui ont
comparu dans cette affaire. L'identité, suivant lui, consiste en ce
que, comme le comte de Solar, Joseph avait une surdent qui lui a été
arrachée par le chirurgien de l'Hôtel-Dieu, pendant le séjour qu'il y a
fait, et en ce que, si le comte de Solar avait une marque, en forme de
lentille, à la fesse gauche, Joseph a, sur la peau, plusieurs signes
lenticulaires, dont un[51] exactement à la même place.

Notre illustre instituteur a soin d'expliquer, entre autres faits, que,
dans la maison de l'île Saint-Louis, où sa mère l'avait mis en pension,
il y avait aussi deux demoiselles pensionnaires, plus grandes que lui,
qu'il croyait naturellement ses sœurs, de sorte que, toutes les fois
qu'il allait dîner chez M. Daustel, son grand-oncle, et chez Mme
Desgodets, sa grand'tante, il avait soin de demander qu'on lui donnât
quelque chose pour ses sœurs.

La mère de Solar, prouve ailleurs l'abbé de l'Épée, survécut deux ans à
son fils. Elle mourut en 1775. Elle ne possédait pour tout bien que 800
livres de pension viagère, que lui faisait M. le comte d'Eu. Elle avait
un loyer de 700 livres. Elle donnait à jouer à Toulouse... Elle ne
vivait que d'emprunts.--Il existait encore, selon lui, une lettre de
cette dame à M. Joisneau, son parent et son ami, par laquelle elle le
priait de ne pas lui refuser quelque argent pour se faire croire plus
riche _vis-à-vis du père du monsieur qu'elle devait épouser_, le
conjurant de lui garder le secret sur la mort de son fils, qui, depuis
deux ans, lui a coûté, dit-elle, 3,500 livres en remèdes.

A la fin de sa lettre, le vénérable instituteur s'écrie, du fond de sa
conscience d'honnête homme:

     _Aperi os tuum muto et causis omnium filiorum qui pertranseunt._

     _Ouvrez la bouche en faveur du muet et pour soutenir la cause de
     tous les innocents que l'on veut perdre._

     (Traduction de la Bible, par M. Le Gros). Prov. 31, 8.

Ce travail, extrêmement remarquable au point de vue de la dialectique,
est précédé d'un _Mémoire à consulter pour le sieur Bonvalet, avocat en
parlement, tuteur du jeune comte de Solar, sourd et muet_, mémoire suivi
d'une _Consultation du conseil, composé de MM. Boudet, Aubry, Cadet de
Sainville_, et d'une seconde consultation des mêmes, en date du 18 mars
1779.

Tandis que l'abbé de l'Épée prétend, sous le double rapport de la forme
et du fond, découvrir, dans l'irrégularité des deux actes mortuaires
invoqués, la preuve, sans réplique, de la parfaite identité du jeune
Joseph avec le jeune comte de Solar, Me Tronçon-Ducoudray[52], autre
défenseur du sieur Cazeaux, s'efforce de combattre, dans deux plaidoyers
des 1er et 9 mars 1779, les inductions qu'il en tire au préjudice de
son client, et conclut de l'énoncé officiel de l'extrait mortuaire
consigné dans le double registre envoyé au greffe de Toulouse, suivant
la déclaration de 1776, que cet extrait mortuaire démontre
incontestablement le décès du comte de Solar. Selon le même défenseur,
le jeune comte de Solar avait, comme nous l'avons vu, été inhumé le 28
janvier 1774, dans la sépulture de la famille Cazeaux. Son père était
mort au commencement de 1772, dans les environs d'Alby, chez un de ses
amis, M. Cassagnac de Granier; quelques années avant son décès, il
avait été frappé de paralysie et marchait difficilement.

Me Élie de Beaumont envisage la question sous toutes ses faces, et
s'efforce de pulvériser les présomptions accumulées contre le sieur
Cazeaux. Mais l'abbé de l'Épée ne se tient pas pour battu; il s'attache
à expliquer toutes les contradictions imputées à Joseph dans ses
interrogatoires, et prend à témoin, avec une nouvelle énergie, le
mécontentement que son interprète sourd-muet, Didier ou Deydier, ne
craignit pas de manifester au retour de l'audience, de ce que Joseph,
selon lui, avait si mal répondu, et de ce que lui-même, pour remplir
dignement son devoir, avait été obligé de traduire en conscience ses
réponses. Le vénérable instituteur finit non-seulement par récuser les
témoignages de ceux qui avaient été présents à l'acte d'inhumation comme
n'étant, à ses yeux, de nulle valeur, mais encore par invoquer,
principalement dans l'intérêt de sa cause, l'opinion d'un cousin germain
de la dame Solar, magistrat respectable, qui ne cessait de la dépeindre
comme très-expérimentée dans l'art de mentir.

Le 20 avril 1779, sur les conclusions de M. d'Aguesseau des Frênes,
petit-fils du grand d'Aguesseau, le parlement de Paris confirme la
plainte et la procédure.

«La cour ordonne que l'instruction sera continuée et qu'il sera informé
par addition au village d'Orvilliers, à Roye, à Péronne et à Mondidier;

Ordonne d'entendre le sieur Lacombe, officier de la maréchaussée
d'Amiens, le sieur du Candas, exempt de celle de Mondidier, et autres
témoins qui pourront avoir connaissance de l'enfant sourd et muet
trouvé, _le premier août_ 1773, au village de Cuvilly, et _vu quelques
jours auparavant_ à celui d'Orvilliers;

Décrète de prise de corps le quidam qui a été demander aux sieur et dame
Le Roux des nouvelles de _son frère_; ordonne qu'il sera amené
prisonnier ès-prisons du Châtelet, et que son procès lui sera fait et
parfait par les officiers du Châtelet;

Donne acte à M. le procureur général de sa plainte des faits de rature,
surcharges, interlignes et variations à l'acte mortuaire, du 28 janvier
1774, du dénommé le comte de Solar, etc.; ordonne qu'il en sera informé
par-devant les juges du Châtelet; décrète d'assigné, pour être ouïs, le
sieur Durban, curé de Charlas, et les deux témoins de l'acte, etc.;

Ordonne que le sourd et muet nommé Joseph, Deydier, son interprète,
Caroline de Solar et le sieur Cazeaux seront conduits par les juges et
officiers du Châtelet, etc., à Toulouse, à Alby, la Granerie, les
villages de Seisses, Saint-Elix-de-la-Terrasse, Montoussin, Montaigut,
Charlas, et autres lieux qui se trouvent sur la route de Toulouse à
Bagnères, ainsi qu'à Bagnères, pour être par eux dressé procès-verbal
des _gestes, signes et observations dudit Joseph et de son interprète
dans tous les lieux indiqués_;

«Les autorise à informer, récoler, confronter, interroger, recevoir
toutes déclarations, etc., à l'effet de constater si ledit Joseph
_reconnaîtra les lieux et les personnes, etc., et s'il sera reconnu,
etc._;

«Ordonne que le roi sera très-humblement supplié d'accorder lettres
patentes attributives de juridiction et de territoire, etc., pour ce que
dessus rapporté et joint au procès, être jugé définitivement, sauf
l'appel en la cour;

«Ordonne que les neuf lettres écrites par le comte et la comtesse de
Solar aux sieurs Joisneau et Villot, en 1768, 1769, 1771 et le 26 août
1773, seront déposées au greffe du Châtelet pour servir à l'instruction
et au jugement dudit procès, ce que de raison.

«En ce qui touche l'appel de la sentence du Châtelet du 29 septembre
1778, met l'appelation et ce dont est appel au néant; émendant, ordonne
que ledit Cazeaux sera par provisoire élargi des prisons où il est
détenu par l'huissier de la cour de service, à la charge de se
représenter, en état de décret de prise de corps, toutefois et quantes,
etc.;

«Comme aussi à la charge que ledit Cazeaux ne pourra aller ni à
Toulouse, ni à Charlas, ni dans tous les autres endroits où le mineur
Joseph sera conduit, avant que les officiers du Châtelet aient procédé
aux opérations ci-dessus et en leur présence, etc.»



XVI

     Foi robuste de l'abbé de l'Épée.--Ses occupations et ses infirmités
     ne lui permettent pas d'accompagner le jeune Solar dans ses courses
     au midi de la France.--Diverses personnes intéressées dans
     l'affaire prennent la même direction.--Recherches long-temps
     infructueuses.--Joseph ne se reconnaît nulle part, pas même en
     présence de la tombe de son père.--On en exhume une tête d'enfant,
     avec une surdent semblable à celle qu'on a arrachée à
     Joseph.--Aventures d'un sourd-muet de Charleroi.--Parti qu'en tire
     le défenseur de Cazeaux.--Contradictions palpables, graves
     accusations formulées contre le pupille de l'abbé de l'Épée et
     contre les divers témoins qui déposent en sa faveur.--Nouvelle
     sentence confirmative du Châtelet.


Le jeune sourd-muet Joseph ne connaissait ni sa patrie ni sa famille, et
probablement le bon, le loyal instituteur avait affaire à trop forte
partie. Néanmoins, sa constance ne se rebuta point. Sa foi dans la
Providence ne lui permettait pas de douter du succès de ses démarches.
Cette foi était si sincère, si robuste, qu'un docte et pieux
ecclésiastique l'ayant supplié de lui laisser vérifier les preuves par
lui recueillies de la guérison d'un paralytique de Saint-Côme, dans la
procession solennelle de l'Eucharistie, qui avait eu lieu en 1770 ou
1771: «Monsieur, répondit l'abbé de l'Épée, si le miracle se faisait à
ma porte, je ne l'ouvrirais pas pour le voir.»

Il n'accompagna pas, comme on l'a prétendu par erreur, le jeune Solar
dans ses courses au midi de la France; ses occupations et ses infirmités
l'obligèrent à en charger le maître de pension M. Chevreau. Joseph eut,
ainsi que nous l'avons dit, le sourd-muet Deydier pour compagnon et pour
interprète. Comment réussiront-ils à découvrir le lieu de sa naissance?
On conduit le pauvre délaissé à toutes les barrières de Paris; à la
barrière d'Enfer, il indique que c'est par là qu'il est entré dans la
capitale. Voilà un trait de lumière pour l'abbé de l'Épée, qui le fait
partir pour Toulouse, le 19 août 1799, avec le sieur Olivier, conseiller
au Châtelet, le sieur Deyeux, substitut, et un greffier. Ce ne fut que
le 23 du même mois que le sieur Cazeaux et l'huissier, qui lui fut donné
pour gardien, prirent la même route. Mme de Vormes se chargea
d'accompagner Mlle de Solar dans cette direction.

Le rendez-vous général était à Saint-Jorry, près de Toulouse. Le 6
septembre, à six heures du matin, tous ces personnages sont réunis à
l'entrée de la ville, qu'inondent les flots d'une population immense,
avide de suivre leurs pas, d'examiner les traits de leurs visages et
d'interroger leurs moindres mouvements. Le juge ordonne à Joseph et à
son interprète de s'arrêter devant chaque maison dont l'aspect frappera
le jeune Solar. Après avoir parcouru successivement tous les lieux
témoins de son enfance et s'être transporté, les jours suivants, dans
tous les sites où il est censé avoir porté ses pas, Joseph déclare ne
rien reconnaître, pas même le lieu où repose le feu comte de Solar, son
père, tandis que cette vue arrache des torrents de larmes à la jeune
Caroline. On descend dans la fosse, et, aux yeux de toute la paroisse,
on en retire sans fracture la tête d'un jeune enfant. Un autre jour (le
dimanche 26 septembre), on en extrait tous les ossements et différentes
dents cariées; on trouve enfin cette surdent si importante dans
l'affaire, au dire du défenseur du sieur Cazeaux, cette surdent qu'on
prétend avoir été arrachée à Joseph.

C'est en Picardie que se terminent les enquêtes. Nous jugeons à propos
d'en extraire seulement ce qui a trait à l'inconnu qui vint à Cuvilly
demander des nouvelles de son frère, et qu'on ne retrouva plus ensuite.

C'était un jeune homme, de quinze à seize ans, nommé Alexandre Joseph,
qui, ayant quitté son père, Pinchon de la Motte, employé aux mines de
Charleroy, avait mendié son pain en compagnie de son frère sourd-muet,
âgé de neuf à dix ans, nommé Pierre Joseph, et qui était vêtu d'une
roulière. Alexandre, le voyant tellement accablé de lassitude, qu'il ne
pouvait plus poursuivre sa route, l'avait abandonné du côté de Cuvilly.
A son retour chez son père, il lui avait dit que son frère était à
Paris, où une dame l'avait fait placer; il lui avait offert d'aller
chercher un certificat constatant le fait qu'il avançait, et, étant
revenu quelque temps après, il avait apporté à son père un écrit sans
signature, lui annonçant que son fils Pierre était à Bicêtre.

Cependant le défenseur de Cazeaux accuse l'abbé de l'Épée d'avoir laissé
surprendre sa bonne foi. Il va jusqu'à soutenir qu'un homme revêtu d'un
caractère honorable, le sieur Ducasse, juge à la monnaie de Toulouse, a
préparé ce coup de théâtre avec le petit imposteur; il l'accuse
formellement, il accuse les membres de la famille Hauteserre, témoins
les plus favorables à Joseph. Il tire de nouveaux arguments contre ce
dernier de ses variations, de ses contradictions manifestes, de ce qu'il
appelle ses tergiversations incessantes. Il est, assure-t-il,
scandalisé de la liberté illimitée qu'on a laissée au principal acteur
de cette mystification et à son digne interprète, de courir, de grand
matin, dans les rues, tantôt avec le sieur Chevreau, tantôt avec
différents domestiques, tantôt avec divers particuliers qui portent le
plus vif intérêt à sa cause. Il arrive aux prétendues reconnaissances de
certaines personnes et y voit le fruit évident, ou d'une prévention
aveugle, ou d'une obstination opiniâtre, ou d'une mauvaise foi palpable.
Enfin, il oppose Joseph à Joseph lui-même, répondant contradictoirement
aux questions qu'on lui adresse sur la reconnaissance dont il est
l'objet de la part de la dame d'Hauteserre, de son fils, de ses sœurs
et de la servante. Et, pour établir démonstrativement que le sourd-muet
présent n'est pas le comte de Solar, il s'efforce de prouver 1º
l'impossibilité physique, que l'individu qui a passé à Toulouse tout le
mois d'août et les premiers jours de septembre 1773, soit le même qu'on
découvre à Cuvilly, le 1er août 1773; 2º le fait de Joseph, méconnu
par l'universalité morale des témoins les plus dignes de foi, rapproché
du fait de Joseph méconnaissant les personnes et les lieux que le vrai
Solar aurait dû reconnaître.

Et, cependant, le 8 juin 1781, une nouvelle sentence du Châtelet
réhabilite le jeune _Théodore_. (C'est le nouveau nom que l'abbé de
l'Épée a donné à son protégé.) Voici le résumé de l'arrêt:

_Le mineur Joseph_ est déclaré _comte de Solar_; défenses à toutes
personnes de le troubler dans la possession de son état.

_Cazeaux_ est déchargé de l'accusation, son écrou est rayé, biffé.

Il est enjoint _au curé_ d'être plus exact et de se conformer aux
ordonnances et déclarations du roi.

_Cadours_[53] est mandé et admonesté à 3 fr. d'aumône.

_La demoiselle Solar_ et la fille Lama sont mises hors de cour.

Il est enjoint à _la demoiselle_ de reconnaître Joseph pour son frère.

L'énonciation faite sur le registre est rayée comme fausse.

Et Cazeaux promet de faire afficher la sentence en ce qui le concerne
seulement.



XVII

     Redoublement d'efforts des adversaires du pupille de l'abbé de
     l'Épée.--Ils réussissent à faire suspendre l'exécution de la
     sentence.--Joseph perd ses protecteurs le duc de Penthièvre et
     l'abbé de l'Épée.--Les parlements sont détruits par la
     révolution.--Le nouveau tribunal de Paris casse le jugement rendu
     en faveur du pauvre délaissé.--Sans appui, sans famille, sans
     ressource, l'ex-comte de Solar s'enrôle dans l'armée républicaine
     et meurt, suivant les uns, sur un champ de bataille, selon
     d'autres, dans un hôpital.--Son interprète, le sourd-muet Didier,
     suit son exemple et s'engage dans l'artillerie.


Cependant, la partie adverse qui soutenait que le jeune sourd-muet,
unique héritier présumé de la maison de Solar, était mort en 1774, à
Charlas, près de Bagnères, en appelle encore au parlement et, par des
efforts inouïs, elle obtient que l'exécution de la sentence sera
suspendue. Sur ces entrefaites, cet infortuné perd ses seuls
protecteurs, l'abbé de l'Épée et le duc de Penthièvre, et, après la
destruction des parlements, sa prétendue famille réussit, le 24 juillet
1792, à faire casser par le nouveau tribunal de Paris le jugement rendu
en faveur du pauvre délaissé. Voici quelle est ta teneur de
l'annulation:


    «LE TRIBUNAL, etc.[54],

     «Considérant que le sieur Cazeaux n'a fondé son appel que sur ce
     que Joseph a été déclaré fils des sieur et dame Solar, disposition
     qui ne peut faire grief qu'à la demoiselle Solar; et que le sieur
     Cazeaux, qui a été complétement déchargé d'accusation, n'a ni
     qualité ni intérêt à contester;

     «Considérant sur les reproches, que ceux proposés contre la femme
     Lama, le sieur Ducasse, la veuve Daris, la dame Combette et ses
     deux enfants ne reposent que sur des faits vagues et insignifiants;

     «Qu'au contraire, le reproche contre l'individu connu au procès
     sous le nom de _Joseph_ est fondé en droit, 1º sur son état de
     sourd et muet qui ne lui a pas permis d'entendre par lui-même, la
     lecture des actes qui étaient la base de l'instruction, ni de se
     rendre un compte personnel des faits qui pouvaient être à sa
     connaissance; 2º sur ce que, quoique, lors de sa déposition, il ne
     fût pas ostensiblement partie au procès, il y avait néanmoins
     l'intérêt le plus sensible, intérêt qu'il a manifesté ouvertement,
     depuis, en se faisant recevoir partie intervenante;

     «Considérant, au fond, qu'il est clairement établi au procès que
     l'individu sourd et muet, connu sous le nom de _Joseph_[55], a été
     trouvé sur la grande route de Péronne à Paris, au village de
     Cuvilly, en Picardie, le 1er août 1773;

     «Qu'à cette époque, il fut recueilli par le sieur Le Roux, receveur
     des aides à Cuvilly, et par la dame son épouse, chez lesquels il
     est resté jusqu'au 2 septembre suivant;

     «Que, le 2 de ce même mois, il est entré, par ordre du sieur de
     Sartine, dans la maison de Bicêtre à Paris, où il a résidé, tant
     dans cette maison qu'en celle de l'Hôtel-Dieu, plus de vingt mois
     consécutifs;

     «Qu'au contraire, Guillaume-Jean-Joseph, aussi sourd et muet, seul
     fils, né à Clermont, en Beauvoisis, du mariage des sieur et dame
     Solar, le 1er novembre 1762, ayant quitté le séjour de la
     Granerie, près Alby, a habité la ville de Toulouse, avec sa mère et
     Caroline, sa sœur, jusqu'au commencement de septembre 1773;

     «Que, dans les premiers jours de ce mois, sa mère le confia au
     sieur Cazeaux pour le conduire à Charlas, et de là aux eaux de
     Bagnères, où il a été vu dans le cours dudit mois, comme à Charlas
     les mois suivants, et positivement reconnu par les personnes qui
     l'avaient vu à Toulouse, immédiatement auparavant;

     «Qu'après le voyage de Bagnères et le retour de cet enfant à
     Charlas, chez le sieur Cazeaux père, dans la maison duquel il a
     habité assez longtemps, toujours connu sous le nom de _Solar_, il a
     été attaqué de la petite vérole, à la fin de l'année 1773, est mort
     des suites de cette maladie le 28 janvier suivant, et a été inhumé,
     le lendemain 29, dans le cimetière de la paroisse de Charlas, sous
     la dénomination seulement de _fils du comte de Solar_, parce
     qu'aucune des personnes présentes ne connaissait ses noms de
     baptême;

     «Qu'ainsi ce n'est que par une funeste erreur qu'en élevant des
     doutes sur la mort de cet enfant, on a présumé que l'individu
     Joseph pouvait être Guillaume, fils des sieur et dame Solar, et
     que le sieur Cazeaux fils a été accusé de l'exposition et
     suppression d'état de cet enfant; et, par suite de la même erreur,
     que les premiers juges, en déchargeant le sieur Cazeaux
     d'accusation, ont néanmoins donné à Joseph une qualité que
     l'évidence des preuves lui refuse;

     «Considérant, sur les autres accusations, que, par rapport au sieur
     Durban, curé de Charlas, on ne voit que des omissions et
     négligences sans dessein criminel dans la rédaction de l'acte
     mortuaire de Guillaume, fils de Solar, et que, dès lors, il doit
     être déchargé d'accusation, en lui enjoignant de se conformer
     dorénavant aux lois existantes sur la tenue des registres de
     baptêmes, mariages, sépultures;

     «Qu'en ce qui concerne Jean-Marc Cadours, accusé de prétendus faits
     de suggestion envers quelques témoins, il n'y a pas de preuve à
     l'appui de l'accusation;

     «Et qu'en ce qui touche la demoiselle Solar et autres accusés
     (abstraction faite du _quidam_, nommé Alexandre, à l'égard duquel
     il n'est entendu rien préjuger), il n'existe pas au procès le
     moindre indice du plus léger délit;

     «Déclare Jean-François-Hippolyte Cazeaux non-recevable dans l'appel
     par lui interjeté de la sentence du Châtelet de Paris du 28 juin
     1781;

     «Reçoit Caroline Solar, Jean-Baptiste-François Durban et Jean-Marc
     Cadours, appelants de ladite sentence;

     «Dit qu'il a été mal jugé, quant aux chefs concernant lesdits
     accusés et l'individu connu au procès sous le nom de _Joseph_;
     émendant et ayant égard, sur les conclusions du ministère public,
     au reproche proposé contre ledit Joseph, premier témoin de
     l'information faite à Paris, le 23 juillet 1778, a ordonné que sa
     déposition soit rejetée, et non lue aux termes de l'ordonnance; et,
     sans s'arrêter aux reproches fournis contre les 7e et 10e
     témoins de l'information de Toulouse, du 13 mai 1778, et encore
     contre les 50e, 52e et 54e témoins d'autre information de
     Toulouse du 20 octobre 1779, et contre le 16e de l'information
     faite, en la même ville, le 30 septembre précédent, lesquels sont
     déclarés non pertinents et inadmissibles;

     «Faisant droit sur les appellations, fins et conclusions des
     parties,

     «Déclare que l'enfant sourd et muet, mort des suites de la petite
     vérole chez Cazeaux père, à Charlas, le 28 janvier 1774 et inhumé,
     le lendemain, dans le cimetière de la paroisse dudit lieu, était
     véritablement Guillaume-Jean-Joseph, sourd et muet, fils unique de
     Vincent-Joseph de la Fontaine Solar et de Jeanne-Pauline Antoinette
     Clignet, son épouse, lequel était né à Clermont le premier
     novembre 1762;

     «En conséquence, ordonne qu'énonciation des noms dudit enfant et de
     ses père et mère, et que mention par extrait du présent jugement
     seront faites par le greffier du tribunal sur le registre joint au
     procès, lequel registre sera remis ensuite dans les archives de la
     paroisse de Charlas, et, en outre, sur le double registre étant au
     greffe de la sénéchaussée de Toulouse, par le greffier dépositaire
     actuel;

     «Décharge Caroline Solar[56] de l'accusation contre elle intentée;
     fait défenses à l'individu nommé _Joseph_ de se dire et qualifier
     fils des sieur et dame Solar et de prendre les noms et exercer les
     droits et actions appartenant à cette famille;

     «Décharge pareillement Jean-Marc Cadours et Jean-Baptiste-François
     Durban, curé de Charlas, d'accusation; et, cependant, enjoint audit
     Durban de se conformer aux lois existantes sur la tenue des
     registres de baptêmes, mariages et sépultures de sa paroisse;

     «Faisant droit sur l'intervention de l'individu nommé _Joseph_,
     l'évince des fins et conclusions par lui prises en sa requête, et,
     sur les autres demandes des parties, les renvoie hors procès;

     «Ordonne qu'au résidu, la sentence, dont est appel, sortira son
     plein et entier effet;

     «Ordonne, en outre, qu'à la diligence du ministère public, le
     présent jugement sera exécuté, imprimé et affiché en cette ville de
     Paris et partout où besoin sera, et autorise Caroline Solar à le
     faire imprimer et afficher de sa part partout où elle jugera
     convenable.

      Signé EUDE, rapporteur.»

     Un jugement conforme[57] est rendu en dernier ressort le 24 juillet
     1792.

Quel parti prendra l'ex-comte de Solar? Le voilà seul jeté au milieu de
ce tourbillon égoïste qu'on appelle le monde, sans appui, sans famille,
sans ressource. Mieux eût valu cent fois qu'une pitié compatissante ne
fût point venue à son secours, qu'on l'eût abandonné sur la route de
Péronne. Masse encore brute et sans culture, n'ayant d'autre sentiment
que celui du bien-être et de la douleur, il ignore et cette lumière
céleste que la Providence a mise en nous et ces rapports fraternels de
l'homme avec l'homme, que son âme neuve et candide colore des plus
brillants reflets. Son réveil, après tant de secousses, dut être
effrayant! Il lui fallait cependant se décider. La France
révolutionnaire s'ébranlait pour courir à la frontière, pour voler à la
victoire. Solar ne balance pas, il oublie son infirmité, il s'engage
dans un régiment de dragons. Trois mois après, entouré d'ennemis, hors
d'état d'entendre le signal de la retraite, il vend cher sa vie et
montre, par son indomptable valeur, qu'il est digne du nom dont quelques
personnes persistent à croire qu'il a été injustement, brutalement
dépouillé, et que c'est le sang d'un brave officier qui coule dans ses
veines. Suivant une autre version, le malheureux se serait enrôlé dans
un régiment de cuirassiers, et mal préparé par l'aisance de ses
premières années et par les misères de son adolescence à la rude vie des
camps, il aurait, peu de temps après, rendu le dernier soupir dans un
hôpital. C'est par erreur qu'on a prétendu que son camarade Didier
n'avait quitté les drapeaux qu'après avoir assisté à la mort de son
frère d'armes et d'infortune. Le fait est qu'il n'en fut pas témoin. Non
moins brave que son ami, il servait alors dans l'artillerie à Lyon.



XVIII

     Coup d'œil rétrospectif sur l'épisode du comte de Solar.--Est-ce
     une aventure réelle ou un roman historique?--Bonne foi, conviction
     de l'abbé de l'Épée.--Ses efforts pour rendre l'innocence et
     l'honneur à Cazeaux.--Un dilemme pour en finir.--M. Fournier des
     Ormes voit dans cette aventure une mystification.--Suivant lui, le
     pupille du célèbre instituteur n'aurait pas été complétement
     sourd.--Cette opinion combattue par M. Valade-Gabel.--La pièce de
     Bouilly.--Première représentation.--Grand succès.--Incident de la
     seconde.--L'abbé Sicard mis en liberté.


Quelques personnes, à l'exemple du défenseur de Cazeaux, ont paru
disposées à reprocher à l'abbé de l'Épée de s'être laissé entraîner dans
cette mémorable affaire par l'excès d'un zèle aveugle et de s'être lancé
à l'aventure dans une entreprise dont il a, suivant elles, mal calculé
les conséquences. Nous faudra-t-il nous rallier à cette opinion ou
soutenir celle du vénérable instituteur?

A ne considérer, la main sur la conscience, que le dénouement de ce
procès, et principalement l'épisode dramatique du cimetière de Charlas,
où cette fameuse surdent est enfin découverte et représentée comme une
pièce de conviction à la décharge de Cazeaux, peut-être, malgré
certaines présomptions palpables en faveur de l'élève de l'abbé de
l'Épée, pencherions-nous, avec nos adversaires, pour y voir moins une
aventure réelle qu'un roman historique.

Quoi qu'il en soit, de quel droit nous permettrions-nous de faire un
crime à ce bienfaiteur de l'humanité d'avoir joué, dans ce drame si
fécond en péripéties, un rôle indigne du caractère dont il était revêtu,
et bien plus indigne encore de cette pureté d'intention qui, de l'aveu
de tous ceux qui ont été à même de le connaître et de l'apprécier, ne se
dément pas un instant dans le cours de cette vie d'abnégation et de
sacrifices? Jusqu'à sa dernière heure, nous ne craignons pas de le dire,
il eut la ferme conviction que son client appartenait à une famille
honorable, et que, tôt ou tard, la vérité triompherait dans sa personne.

En ce qui regarde Cazeaux, à voir avec quel consciencieux et généreux
empressement notre illustre instituteur a tout mis en œuvre pour lui
faire rendre l'innocence et l'honneur, ne semble-t-il pas qu'il
s'imputait à lui-même, en gémissant, les rigueurs qu'avait endurées ce
malheureux jeune homme?

Enfin pourquoi, au lieu de souiller la vie, si pure, de notre grand
instituteur, ne pas lui rendre la justice d'admirer exclusivement, et en
bannissant jusqu'à la moindre pensée outrageante, sa persévérance à
consacrer tous les efforts de sa charité surhumaine à la défense des
droits d'un de ses fils adoptifs, qu'il regarde, dans son for intérieur,
nous le répétons une bonne fois pour toutes, comme un pauvre orphelin
victime d'une barbare cupidité?

Tout examiné, nous nous bornerons à poser le dilemme suivant:

De deux choses l'une: ou le jeune sourd-muet, alors âgé de dix-sept à
dix-huit ans, est un imposteur, ou il ne l'est pas. S'il a effrontément
menti, pourquoi avoir négligé d'employer tous les moyens infaillibles
qu'offrait la justice pour s'assurer si sa déposition est ou non
véritable?

Si, de sa part, il n'y a pas eu la moindre intention d'en imposer à qui
que ce soit, pourquoi refuser d'admettre que la coïncidence ou la
similitude des circonstances a pu produire une si étrange illusion?

M. Fournier des Ormes, dans ses feuilletons intitulés: _le Sourd-Muet de
l'abbé de l'Épée (Souvenirs historiques)_, qui ont paru dans le
_Constitutionnel_, sur la fin de 1851, n'a pas craint de ranger
l'histoire de Joseph au nombre des mystifications du dix-huitième
siècle, et il a étayé victorieusement, selon lui, sa conviction à cet
égard sur ce qu'il n'était pas complétement sourd.

Nous croyons devoir opposer à cette opinion celle de M. Valade-Gabel,
professeur distingué de sourds-muets, ancien directeur de l'Institution
de Bordeaux, qui, à propos de la publication de ces feuilletons, a bien
voulu nous adresser par écrit quelques observations, auxquelles nous
paraît donner un poids considérable son expérience dans une matière
qu'il a longtemps étudiée et pratiquée. Les voici:


      «Paris, le 15 avril 1852.

    CHER COLLÈGUE,

     «Vous ne vous êtes point trompé, elle est inadmissible, elle est
     impuissante, la supposition à l'aide de laquelle un jeune écrivain
     prétend expliquer ce qui reste à jamais inexplicable dans le procès
     du sourd-muet de Péronne, et ce qui fera toujours suspecter le bien
     jugé de la sentence qui le dépouilla même de son nom.

     «La prétendue tradition qui veut faire de lui un demi-sourd,
     capable de surprendre les secrets des familles, est d'invention
     récente; l'auteur la qualifie lui-même de simple hypothèse. Mais en
     fût-il autrement, fût-il avéré que ce malheureux jeune homme avait
     conservé un certain degré d'audition, on ne saurait déduire de ce
     fait aucune conséquence légitime pour lui imputer un rôle infâme.
     Celui qui, dès l'enfance, n'entend qu'à demi, au tiers, au quart,
     n'entre pas, pour cela, en possession du quart, du tiers, de la
     moitié du langage; il contracte seulement l'habitude de s'exprimer
     et de comprendre à l'aide de signes mimiques, et quiconque s'est
     occupé de l'éducation des sons sait que l'habitude de penser
     autrement qu'avec la parole élève un obstacle invincible à
     l'audition de celle-ci. Ajoutons que l'instruction donnée par
     l'abbé de l'Épée à ses élèves ne ressemblait en rien à celle que le
     demi-sourd doit recevoir pour devenir capable d'écouter et de
     comprendre le discours verbal.

     «Interrogez à ce sujet M. Allibert. Vous le savez, durant nombre
     d'années, notre estimable collègue à l'Institution de Paris reçut
     du docteur Itard des leçons de parole. Eh bien! comme finalement
     c'est à l'aide des signes qu'il a acquis son instruction, tout
     demi-entendant et tout intelligent qu'il est, je soutiens que
     l'oreille ne lui révèle jamais rien de ce qui se dit autour de
     lui.

     «Il eût été plus raisonnable de supposer que le précurseur de
     Gaspard Hauser avait, comme Desloges, perdu l'ouïe, après avoir eu
     l'usage de la parole, et qu'il saisissait encore celle-ci au
     mouvement des lèvres. Malheureusement, cette supposition accuserait
     trop de naïveté et de bonhomie chez tous les hommes distingués qui
     furent en rapport avec lui.

     «J'ignore l'intention qui a pu dicter les feuilletons dont il
     s'agit; mais, à coup sûr, si l'auteur s'est proposé d'effacer
     jusqu'à leur dernière trace les soupçons qui planèrent sur
     certaines personnes qui ont figuré dans cette déplorable affaire,
     il a complétement manqué son but. Je ne suis pas le seul à qui il
     ait remis en mémoire que le respectable abbé Salvan, ce digne
     collaborateur de l'abbé de l'Épée, regrettait avec amertume
     l'impossibilité où, lors du procès de 1792, l'abbé Sicard s'était
     trouvé de faire usage des pièces que son prédécesseur lui avait
     laissées dans l'intérêt de son pupille.

     «Adieu, cher collègue; vous avez voulu connaître toute ma pensée,
     la voilà sans déguisement.»

Comme chacun sait, ce fut dans cette cause célèbre que Bouilly puisa,
avec une heureuse hardiesse, le sujet de l'_Abbé de l'Épée, comédie
historique_, en cinq actes et en prose, dont le sous-titre fut remplacé
par celui de _drame_, lors du dénoûment inattendu de cet étrange procès.
Bouilly était déjà précédé d'une assez belle réputation due à sa
_comédie historique de René Descartes_, jouée aussi sur le premier
théâtre de la nation, quand il se présenta avec son nouvel ouvrage
devant l'aréopage de la rue Richelieu. Sa lecture achevée, il n'y eut
qu'une voix pour prédire à l'œuvre un succès immense, infaillible.
Qui, d'ailleurs, en eût osé douter, quand l'élite de la scène
française[58] s'empressait de lui prêter le concours actif de ses
talents, de son bon vouloir, de son âme tout entière?

Ce fut le samedi 14 décembre 1799 qu'eut lieu la première représentation
de l'_Abbé de l'Épée_. Chacun des acteurs s'efforçait d'imprimer un
caractère particulier au rôle dont il s'était chargé. On comprendra
aisément combien le jeu de Monvel dut électriser l'assemblée, quand on
saura ce que fut ce grand comédien, et avec quelle opiniâtreté
invincible il lutta non-seulement dans sa jeunesse contre une nature
rebelle, mais encore, plus tard, contre les infirmités de l'âge,
lorsqu'elles vinrent l'assaillir.

C'est au second acte que l'abbé de l'Épée, assis dans le cabinet de
Franval, ayant auprès de lui la mère et la sœur de cet avocat, leur
explique par quelle persistance de moyens, d'efforts, de peines, de
fatigues, il est parvenu à découvrir la ville où est né le jeune
sourd-muet que la Providence lui a confié, quelle est sa famille, quel
est le vrai nom enfin de cette intéressante victime de la perversité des
hommes. Il commence ainsi son récit:

«Voici le sujet qui m'amène. Je serai peut-être un peu long, mais je ne
dois rien négliger pour arriver au but que je me propose.»

A ces mots: «Je serai peut-être un peu long,» une voix
du parterre s'écria: _Tant mieux!_ et toute la salle applaudit.

Après la chute du rideau, l'auteur, à la demande générale, parut sur la
scène et fut accueilli par d'unanimes bravos. Les mêmes honneurs furent
décernés au talent non moins impressionnable que gracieux de Mme
Vanhove-Talma (depuis comtesse de Chalot), jouant, comme on vient de le
voir, le personnage du jeune sourd-muet; et des vers tombèrent de toutes
parts à ses pieds.

Qu'on nous permette de citer les suivants, dont la forme a bien vieilli,
mais qui, à défaut d'autres mérites, ont, au moins, celui de peindre
l'époque:

    Vous, dont les talents enchanteurs
    Nous ont si souvent, sur la scène,
    Fait entendre les sons flatteurs
    De Thalie ou de Melpomène,
    _Vanhove_, par quel art secret,
    Sans avoir besoin de paroles,
    Faites-vous d'un sourd et muet
    Le plus intéressant des rôles?

Et ceux-ci d'une épître du citoyen Chazet, devenu depuis le chansonnier
légitimiste Alisan de Chazet:

    Vanhove, ce muet charmant,
    Qui s'exprime avec éloquence
    Et qui choisit le sentiment
    Pour interprète du silence.

La seconde représentation fut témoin d'un heureux incident, auquel les
sourds-muets durent la liberté de l'abbé Sicard, le plus célèbre
successeur de l'abbé de l'Épée. Laissons Bouilly raconter lui-même ce
touchant épisode:

«....... Mme Bonaparte m'avait fait prévenir qu'elle ne pourrait
assister à la première représentation; mais elle vint à la seconde,
accompagnée du premier consul, dont la présence me valut une des plus
honorables jouissances que j'aie éprouvées dans ma carrière littéraire.
Au cinquième acte, lorsque Monvel, représentant l'abbé de l'Épée, dit à
l'avocat Franval: «Qu'il y a longtemps qu'il est séparé de ses nombreux
élèves, et que, sans doute, ils souffrent beaucoup de son absence.,»
Collin d'Harleville, placé à la galerie, avec plusieurs gens de lettres,
en face de la loge de Bonaparte, se lève et s'écrie: «Que Sicard, qui
gémit dans les fers, que le vertueux Sicard nous soit rendu!» A ce cri
de l'honneur et de l'amitié, un grand nombre de spectateurs se lèvent et
répètent: «La liberté de Sicard! la liberté de l'instituteur des
sourds-muets!...» J'étais, en ce moment, au fond du théâtre, et ne
sachant ce qui pouvait causer ce tumulte, je l'attribuai à quelque
imperfection de mon ouvrage, que le public frappait de sa réprobation,
lorsque Dazincourt, s'apercevant de l'altération répandue sur mon
visage, s'avance vers moi, ivre de joie, et me dit: «Eh bien! cher ami,
quel triomphe pour vous! Votre ouvrage va faire cesser l'incarcération
d'un ami de l'humanité[59].» J'apprends alors que le premier consul,
frappé d'une réclamation aussi générale, et, cédant aux vives instances
de Joséphine, avait annoncé qu'il se ferait rendre compte de la
détention de l'abbé Sicard. Je l'avouerai, l'honneur que je ressentis me
fit tressaillir bien délicieusement, et les félicitations de tous ceux
qui m'entouraient sont encore présentes à mon souvenir. Il est de ces
dates du cœur qui ne s'effacent jamais.»

       *       *       *       *       *



XIX

     Le buste du célèbre instituteur des sourds-muets offert à M.
     Bouilly par les jeunes élèves de l'École nationale de
     Paris.--Félicitations du premier consul Bonaparte et du roi Louis
     XVIII à l'auteur du drame de l'abbé de L'ÉPÉE..--Souvenirs
     intéressants de Mme Talma. Deux traits de présence d'esprit de
     cette admirable actrice à deux représentations de la pièce.--Tribut
     d'éloge de Monvel à son élève.--Conclusions de M.
     Villenave.--Heureux résultats pour les sourds-muets du succès du
     drame de l'abbé de L'ÉPÉE..


Écoutons encore l'auteur du drame de l'_Abbé de l'Épée_, à propos d'une
visite que lui firent les élèves de l'Institution nationale:

«...... Les jeunes sourds-muets, dit-il, instruits par Sicard que
c'était à ma pièce qu'il devait le bonheur de se retrouver parmi eux, et
qui se livraient, dans leur institution, à l'étude des beaux-arts,
avaient eux-mêmes modelé en terre cuite un fort beau buste de l'abbé de
l'Épée, qu'ils me destinaient. Ils étaient sortis, de bonne heure, de
leur école, située au haut du faubourg Saint-Jacques, et s'adressèrent,
d'abord, par écrit, au concierge du Théâtre-Français, qui leur indiqua
mon adresse. J'habitais, à cette époque, la rue Villedot. Ils se
présentent à la loge du portier, au nombre de trente environ, et lui
font un grand nombre de signes rapides, expressifs, mais auxquels le
pauvre homme ne comprenait rien. Il s'imagina que c'étaient des échappés
de Charenton. Enfin, l'un d'eux saisit une plume et fait entendre
clairement l'objet de leur mission. Mon portier les conduit alors
lui-même à mon appartement, où ils m'entourent, m'expriment
l'attachement et la reconnaissance qu'ils me portent, par des gestes
parlants et d'une expression ravissante. De mon côté, je me fis
comprendre d'eux par la pantomime que j'employais et par quelques-uns de
leurs signes que j'imitais, à ce point qu'une heure entière s'écoula
dans nos mutuels épanchements, qui m'offraient un charme tout nouveau,
une jouissance inexprimable. Je reçus de leurs mains le buste de l'abbé
de l'Épée, que je plaçai sur le marbre de mon secrétaire; et je leur
demandai la permission d'aller les remercier à leur Institution et
d'assister souvent à leurs études dirigées par Sicard; ce qu'ils
m'accordèrent tous avec les démonstrations de la joie la plus franche.

«Je mis une des fleurs du magnifique bouquet qu'ils m'apportaient, sous
le globe de verre dont j'avais fait couvrir le buste de l'abbé de
l'Épée. Je les conserve encore dans ma galerie; et chaque fois que j'y
porte les yeux, elles me rappellent mon double succès et la plus belle
époque de ma carrière dramatique.»

Bonaparte, de son côté, adressa à Bouilly les félicitations les plus
flatteuses sur son double succès. «Je vous remercie, lui dit-il, _avec
le sourire aux dents blanches qui rendait sa bouche si expressive_: vous
m'avez procuré le plaisir de rendre Sicard à ses élèves.--Et moi,
général, répondit Bouilly, je dois vous remercier bien plus encore de
m'avoir procuré par cet acte de justice la plus honorable jouissance que
puisse éprouver un auteur!.......»

Louis XVIII, avec cette politesse exquise qui le caractérisait, tenait,
longtemps après, ce langage à Bouilly: «Vous n'êtes pas seulement un
conteur moraliste, vous avez obtenu sur la scène des succès mérités.
J'ai vu jouer à Londres votre _Abbé de l'Épée_, vos _Deux Journées_; et
la vive impression que m'ont fait éprouver ces deux créations
dramatiques, est encore présente à mon souvenir.»

Mme Talma revendique, à son tour, ici la parole comme un légitime
dédommagement du sacrifice qu'elle a fait généreusement au soulagement
de ceux qui en sont privés, de cette voix qui fut si longtemps en
possession des suffrages du public. Le morceau délicieux qu'on va lire,
donnera la mesure, non-seulement des difficultés qu'elle a eues à
surmonter dans la création d'un rôle pour elle si nouveau, mais encore
du talent admirable, à l'aide duquel elle est parvenue à reproduire si
heureusement la nature. Il est emprunté au livre qu'elle a publié en
1836, sous le titre de: _Études sur l'Art théâtral_ (p. 226-270).

«L'art de bien dire au théâtre ne suffit pas: un acteur intelligent doit
encore savoir tirer parti des moindres circonstances pour augmenter
l'illusion théâtrale, fût-ce même à ses risques et périls. Qu'il me soit
permis de rappeler une de ces circonstances dans laquelle, ayant montré
de la présence d'esprit, j'en fus récompensée immédiatement par les
applaudissements du public. C'était à l'époque du brillant succès de
_l'Abbé de l'Épée_; je jouais le rôle du sourd-muet (le jeune Solar), et
j'avais toute l'illusion du personnage que je remplissais; car, pour
mieux m'identifier avec cette nature nouvelle pour moi, j'avais
recherché l'amitié de Massieu, si connu par son intelligence, sa belle
âme, son esprit et son savoir.

«Pendant plus de six mois, je m'étais préparée à représenter le
personnage que m'avait confié M. Bouilly. Je me composai une société
journalière de sourds-muets; ils étaient enchantés de me voir profiter
de leurs leçons; et Massieu surtout me donnait avec empressement les
matériaux nécessaires à la composition de mon rôle. Enfin, le succès de
la pièce fut complet, et le mien par contre-coup.

«Un jour donc, une circonstance extraordinaire me fournit l'occasion de
montrer à quel point je m'étais identifiée avec mon personnage: une
machine qui servait à faire mouvoir les décorations tombe du cintre,
derrière le théâtre; des cris se font entendre; un accident des plus
graves semblait être arrivé; toute la salle se lève spontanément;
Baptiste, Mlle Thénard et Mlle Bourgoin, qui étaient en scène, se voient
forcés de la quitter; ils reviennent bientôt rassurer les spectateurs
(très-nombreux), en affirmant que personne n'a été blessé; et le calme
ne tarde pas à se rétablir.

«Mais le public, qui ne perd jamais l'occasion d'être juste envers les
acteurs, s'aperçut que, pendant ce temps, j'étais restée comme sourde à
ma place, près d'une table, observant une mappemonde et complétement
étrangère à l'événement qui avait interrompu le spectacle; le jeu de ma
physionomie était loin d'exprimer la crainte. Alors, frappé de cet
à-propos, le public me fit entendre des applaudissements réitérés à
quatre reprises.... Ah! pour cette fois, je n'avais garde de rester dans
mon rôle de sourd; mon cœur battait de plaisir.... J'avais senti
l'importance de la mission dont je m'étais chargée: un seul mouvement de
surprise ou de crainte eût détruit toute illusion.

«Un jour, j'entrais avec Monvel sur la scène, au second acte de _l'Abbé
de l'Épée_: c'est le moment où le jeune Solar reconnaît la maison dans
laquelle il a passé ses premières années. Nous avions joué plusieurs
fois cette pièce; son succès était complet: nous savions donc, Monvel et
moi, ce que nous devions faire; nos effets étaient réglés presque
invariablement. Cependant, un jour, au lieu de me trouver sous la main
de Monvel, ou plutôt de l'abbé de l'Épée, au moment où il se retournait
pour m'interroger de nouveau par les signes accoutumés, il regarde
autour de lui, il me cherche et me trouve pressant de mes mains la
muraille de la maison paternelle où il ne m'était plus permis d'entrer:
mes yeux pleins de larmes exprimaient toute ma pensée. Monvel, en me
regardant, s'attendrit lui-même à tel point, qu'il ne pouvait parler; et
le public, s'apercevant de notre émotion mutuelle, fit entendre de longs
applaudissements.

«En rentrant dans la coulisse: «Parbleu, madame, me dit le célèbre
artiste, vous avez bien opéré! Je ne savais, d'honneur, si je pourrais
finir ma scène, moi! Je ne me doutais pas de ce nouveau jeu de théâtre;
il fallait donc m'avertir.--Sans doute, mon maître, si j'avais su
moi-même ce que je ferais! En résultat, êtes-vous mécontent? Ai-je mal
fait?--Non sans doute, chère petite, dit-il en m'embrassant. Avec tant
d'âme on ne peut se tromper; suivez toujours vos inspirations!»

Enfin, car il faut se borner de crainte de s'écarter beaucoup plus
longtemps du sujet qu'il ne convient, reproduisons ici à la hâte les
quelques lignes tracées sur la célèbre comédienne par un écrivain
distingué, dont nous pleurons encore la perte, M. Villenave, dans la
notice qui se trouve en tête du livre auquel nous empruntons ces
détails. (Pages XIV-XV.)

«Mme Talma obtint un bien beau triomphe dans le drame de l'_Abbé de
l'Épée_. Ce fut, en effet, un rôle bien difficile que celui de ce
sourd-muet qu'on vit, avec une surprise mêlée d'attendrissement et
d'admiration, remplir la scène pendant les quatre derniers actes, sans
cesser d'intéresser profondément les spectateurs. Trente-six ans se sont
écoulés (en 1836), et l'auteur, M. Bouilly, en conservant le souvenir de
cette belle époque de sa vie, n'a pas oublié celle qui jouait le
sourd-muet et à qui, dit-il, avec une modestie devenue bien rare, _je
dus mon plus beau laurier_. Les poëtes firent des vers en l'honneur de
l'excellente actrice, et on eût pu lui appliquer cet heureux distique
composé pour l'abbé de l'Épée par un de ses élèves (de Seine,
sourd-muet).

    Il révèle à la fois le secret merveilleux
    De parler par les mains, d'entendre par les yeux.

S'étonnera-t-on ensuite que, malgré les critiques dont la pièce de
Bouilly est devenue l'objet depuis lors, tant au point de vue du style,
qui n'est peut-être pas celui qui convient le mieux au sujet, qu'au
point de vue de la mimique qui, de nos jours, a fait des pas de géant,
elle ait contribué si prodigieusement, grâce à d'aussi puissants
éléments de succès, à agrandir l'intérêt que mérite une si cruelle
privation, à populariser la gloire de son héros, à multiplier enfin les
effets de la sympathie nationale et étrangère en faveur de cette famille
exceptionnelle?



XX

     Efforts tentés auprès du gouvernement pour suspendre les
     représentations du drame de l'abbé de L'ÉPÉE..--L'auteur accusé par
     la presse d'avoir voulu troubler le repos et compromettre l'honneur
     de certaines personnes.--M. Bouilly se disculpe.--Il offre de
     changer le lieu de la scène et efface du titre la qualification de
     COMÉDIE HISTORIQUE.--Mort de l'abbé de l'Épée.--Touchant spectacle
     de ses derniers moments.--Tableau du sourd-muet Peyson.--Le célèbre
     instituteur inhumé à Saint-Roch.--On se dispute son image.--Sa
     répugnance à laisser reproduire ses traits, de son vivant.--Le
     sculpteur sourd-muet de Seine.--La Commune de Paris demande à
     l'Assemblée nationale que l'État adopte les sourds-muets privés de
     leur père.--Ce vœu est réalisé.--Oraison funèbre de l'abbé de
     l'Épée, prononcée dans l'église Saint-Étienne-du-Mont.--Supplice du
     panégyriste.


Qui le croirait? Il se trouva des personnes intéressées que le succès du
drame de l'_Abbé de l'Épée_ offusqua, et qui ne craignirent pas d'agir
auprès des autorités supérieures, dans la vue d'en obtenir que les
représentations de la pièce fussent suspendues. Elles eurent même
recours à la voie de la presse pour accuser l'auteur de n'avoir mis son
œuvre au théâtre qu'avec l'arrière-pensée de _troubler leur repos et
de compromettre leur honneur_. D'aussi basses inculpations
pouvaient-elles porter la moindre atteinte à l'estimable caractère de
celui qui en était l'objet? Comment soupçonner l'auteur qui, en
retraçant sur la scène un mémorable épisode de la vie de notre illustre
fondateur, avait formellement déclaré ne tendre qu'à un double objet,
honorer la mémoire de l'abbé de l'Épée, et intéresser le public en
faveur non-seulement de celui qu'il avait institué, en mourant, le
légataire de son génie, l'abbé Sicard, mais encore de tous ses
successeurs à venir? Peu lui importait, disait-il, que la sentence du
Châtelet de Paris, restituant ses droits à l'élève de notre illustre
maître, eût été infirmée par un nouveau jugement en 1792, s'il voyait
son but complétement atteint. Il croyait même sa conscience parfaitement
en repos après avoir constaté qu'il s'était borné à la donnée
principale, et n'avait fait autre chose que d'y ajouter quelques
développements épisodiques, quelques nouveaux personnages de son
invention.

Supposons que les reproches dont on l'accabla fussent fondés, n'avait-il
pas droit, au moins, à un peu d'indulgence pour l'attention scrupuleuse
qu'il avait apportée à se renfermer strictement, d'un bout à l'autre de
son œuvre, dans les limites que lui imposaient la prudence humaine
et les convenances sociales? Ne le vit-on pas, sur les réclamations de
Cazeaux, se hâter, avec un empressement qui l'honorait, de supprimer du
titre de sa pièce la qualification de _comédie historique_? Et sa
générosité n'alla-t-elle pas même jusqu'à lui offrir de changer le lieu
de la scène, l'assurant sur l'honneur que son œuvre ne le regardait
ni directement ni indirectement?

Avant la fin de ce procès célèbre qui occupe une si large place dans
l'existence de l'abbé de l'Épée, ses forces avaient sensiblement
décliné, et il penchait, à vue d'œil, vers la tombe. Déjà son état
commençait à inspirer de sérieuses inquiétudes à tous ceux qui
l'environnaient, lorsqu'un coup imprévu vint tout à coup confirmer leurs
craintes. Il s'endormit dans le Seigneur le 23 décembre 1789, après
avoir reçu les derniers sacrements du curé de l'église Saint-Roch, sa
paroisse, M. Marduel, neveu et successeur de son ami, entouré d'une
députation de l'Assemblée nationale, ayant à sa tête Mgr de Cicé,
archevêque de Bordeaux, de ses parents et de ses élèves, fondant en
larmes. Une pauvre fille inconnue se fit remarquer à genoux devant ce
lit de mort. Sourde-muette, elle était venue de bien loin contempler son
père adoptif, et elle le trouvait expirant. De tendres conseils, de
douces consolations tombaient encore de ses doigts glacés sur ces
malheureux enfants qui n'allaient plus avoir de père. Tout à coup un
dernier rayon d'espoir brille dans ses yeux qui s'éteignent. Dieu
n'abandonnera pas ces pauvres orphelins. Ils l'ont compris, et leur
séparation est moins cruelle, et les larmes qui coulent de leurs yeux,
en présence du cadavre de leur ami, sont moins amères, et leur douleur a
revêtu le caractère d'une pieuse résignation.

Cette scène touchante a été reproduite sur la toile avec un talent
supérieur par le sourd-muet Frédéric Peyson, de Montpellier. Ce fut un
des tableaux les plus remarquables de l'exposition de 1839.

L'auteur de ce mémoire avait proposé à ses amis, tant parlants que
sourds-muets, réunis dans une circonstance solennelle, d'exprimer dans
une pétition collective[60] le vœu de voir le gouvernement se décider
à faire l'acquisition de cette œuvre, et la requête avait été
couverte aussitôt de nombreuses signatures. Mais le prix en ayant paru
un peu trop élevé, le généreux artiste se décida à offrir son tableau à
l'Institution nationale des sourds-muets de Paris, dont il décore la
chapelle, et chargea un professeur sourd-muet distingué, M. Alphonse
Lenoir, de transmettre cette résolution[61] à la Commission consultative
de cet établissement.

L'abbé de l'Épée fut inhumé au sein de l'église Saint-Roch, dans le
caveau de la chapelle Saint-Nicolas: c'est dans cette chapelle,
appartenant à sa famille, qu'il avait coutume de célébrer la messe, que
ses sourds-muets, à tour de rôle, servaient de vive voix.

Quand le père spirituel des sourds-muets eut rendu le dernier soupir, ce
fut à qui reproduirait sa vénérable image. De son vivant, il n'avait
jamais voulu se prêter au désir d'aucun artiste, jaloux de conserver ses
traits, ne fût-ce que pour le plus simple croquis. Il ne fit exception à
la règle qu'en faveur d'une dame, dont le portrait a été prêté pour
modèle, par le fils d'une de ses nièces, Mme la comtesse de
Courcel[62] à M. Michaut (des Monnoies), auteur de la statue de l'Apôtre
des sourds-muets érigée à Versailles.

Un jour, s'apercevant que son élève de Seine, sculpteur et graveur,
avait fait son buste, sur lequel était écrit le distique que nous avons
cité plus haut, il en demanda le prix à l'auteur, le paya et brisa cette
image. L'artiste, qui s'était fait fort de triompher de la modestie du
maître, ne vit d'autre moyen de gagner sa gageure, que d'épier les
intervalles de recueillement où il lui arrivait parfois de se plonger,
afin de saisir, à la dérobée, des traits si chers. Le bon abbé, instruit
du succès de cette innocente manœuvre, ne put s'empêcher de sourire à
l'opiniâtre reconnaissance du statuaire, qui ne fut pas, du reste, le
seul à tromper sur ce point la vigilance du maître.

Ce de Seine est le même qui, plus tard, moula la figure de Mirabeau, et
remporta le prix du concours ouvert par l'Assemblée nationale pour
l'exécution du buste du grand orateur. Les premiers artistes de l'époque
avaient pris part à la lutte. Le vainqueur s'y était présenté sans
appui, ni précédents. Le gouvernement lui accorda, en outre, 600 francs
de pension et un logement au Louvre[63].

Quatre députés de la Commune de Paris, M. Godard, avocat au parlement,
portant la parole, exprimèrent à l'Assemblée nationale le vœu qu'un
établissement fût ouvert, aux frais de l'État, aux malheureux orphelins
que la mort de l'abbé de l'Épée laissait sans appui. Ce vœu, comme on
le verra tout à l'heure, fut réalisé. Depuis lors, des écoles de ce
genre se sont multipliées à l'infini, sur tous les points du globe, pour
attester la supériorité de sa méthode sur celle de tous les instituteurs
étrangers.

A pareil jour, deux ans plus tard, le 23 février 1790, l'oraison funèbre
de l'abbé de l'Épée fut prononcée dans l'église de
Saint-Étienne-du-Mont, en présence d'une députation de l'Assemblée
nationale, du maire de Paris, des membres de la Commune, et de tout ce
que la capitale comptait de plus illustre dans les lettres et dans les
sciences, par l'abbé Fauchet, prédicateur ordinaire du roi, dont le nom
a conquis dans le monde politique une impérissable renommée par sa
participation à la prise de la Bastille, par son dévouement à la cause
du peuple et aux nouvelles institutions, par son supplice enfin, qui eut
lieu le 31 octobre 1793. Ses juges l'avaient déclaré suspect de
complicité avec les Girondins, et plus particulièrement avec la
courageuse Charlotte Corday.

On nous saura peut-être gré de reproduire ici les paroles que l'abbé de
l'Épée avait adressées à ce même abbé Fauchet, quand celui-ci lui avait
soumis son panégyrique de saint Augustin.

«Oui, disait-il à l'auteur, en lui témoignant son approbation de ce
qu'il avait insisté sur les dangers de l'orgueil, c'est malheureusement
notre péché d'origine à tous; c'est celui qu'il nous faut combattre
toute la vie; il n'y a point de relâche à se permettre sur ce point;
c'est tout le mal de l'homme; c'est le mien. Je l'éprouve à toute heure:
vous m'avez loué en désirant mon suffrage, je pourrais vous louer aussi;
mais assez d'autres vous empoisonneront d'éloges. De nous-mêmes nous ne
sommes que trop enclins à nous applaudir au fond de nos cœurs, tandis
que, si nous avons un motif de bénir le ciel pour nous avoir accordé
quelques lumières, nous avons mille raisons de nous humilier de nos
ténèbres.»



XXI

     L'Assemblée nationale décrète que le nom de l'abbé de l'Épée sera
     inscrit parmi ceux des citoyens qui ont bien mérité de l'humanité
     et de la patrie et que son Institution sera subventionnée par
     l'État.--Fondation de 24 bourses gratuites, projet de translation à
     l'ancien couvent des Célestins.--La Convention fonde, dans chacune
     des écoles de Paris et de Bordeaux, 60 bourses, portées
     successivement, pour la première, à 80 et à 100.--La Convention
     avait eu un instant le projet de fonder, pour l'éducation de 4000
     sourds-muets, une école normale et six grandes institutions, avec
     ateliers et travaux agricoles.--Transfert de l'établissement de
     Paris dans le local actuel, à l'ancien séminaire
     Saint-Magloire.--Les frais d'éducation des sourds-muets rangés, en
     1832, parmi les _dépenses facultatives_ des budgets
     départementaux.--M. de Gerando avait infructueusement proposé que
     ce fût parmi les _dépenses obligatoires_.


Dans sa séance du 21 juillet 1791, l'Assemblée nationale, qui avait
renvoyé, le 24 mai de l'année précédente, à son comité de mendicité, une
pétition de l'abbé Sicard[64], relative à la perpétuité de
l'établissement ouvert aux sourds-muets, décréta[65] que le nom de
l'abbé de l'Épée serait placé au rang de ceux des citoyens qui avaient
bien mérité de l'humanité et de la patrie, et que son Institution serait
entretenue aux frais de l'État comme un monument digne de la nation
française. Elle y fonda, mais pour une année seulement, vingt-quatre
bourses gratuites, dont elle assurait la jouissance, par arrêt des 10-14
septembre[66], aux titulaires, et assigna à l'Institution les bâtiments
de l'ancien couvent des Célestins, qu'elle devait partager avec celle
des aveugles, jusqu'au moment où un nouveau projet d'organisation des
deux établissements, préparé par un comité spécial, aurait reçu sa
sanction définitive.

C'est un devoir sacré, pour nos cœurs reconnaissants, de recommander
à la mémoire des amis de l'humanité le nom de Prieur, député de Châlons,
dont toutes les conclusions en faveur des pauvres sourds-muets furent
votées par l'Assemblée nationale. Son rapport remarquable se terminait
ainsi: «A votre voix, Messieurs, quatre mille infortunés (le nombre a dû
en être quatre ou cinq fois plus grand) pourront recouvrer toutes leurs
facultés, et, avec elles, l'usage de leurs droits; ils redeviendront des
hommes et des citoyens.» Ainsi les sourds-muets, ces étrangers dans la
société humaine, ces anciens parias de la civilisation, en imprimant ce
rapport de leurs mains, tracèrent alors eux-mêmes, en caractères
ineffaçables, leurs lettres de grande naturalisation intellectuelle,
comme l'a si justement observé un de nos littérateurs les plus en
renom[67].

Un décret des 10-14 septembre 1792, concernant les établissements des
sourds-muets et des aveugles-nés, alloua sur le trésor national les
fonds nécessaires au paiement des pensions fondées dans lesdits
établissements.

La Convention nationale, par décret des 12-14 mai 1793, convertissant en
Institution nationale l'École des sourds-muets de Bordeaux, et la
plaçant sous la surveillance du département et de la municipalité, lui
alloua une subvention annuelle de 16,000 francs, et y créa, ainsi que
dans celle de Paris, vingt-quatre bourses gratuites. Elle décréta, en
outre, que tous les sourds-muets recevraient indistinctement le bienfait
de l'éducation publique, et que, pour atteindre ce but, en différents
endroits de la république, d'autres établissements s'élèveraient, sur le
modèle de ceux de Paris et de Bordeaux. Cependant, elle crut devoir se
borner, pour le moment, à la création de soixante bourses[68], pour
chacune des deux institutions alors existantes, qu'elle organisa sur le
pied d'une parfaite égalité par son arrêté du 16 nivôse an III (5
janvier 1795). Elle affecta définitivement, à la première les bâtiments
de l'ancien séminaire de l'archevêque de Paris, rue du
Faubourg-Saint-Jacques, nos 254 et 256, connu sous le nom de
séminaire de Saint-Magloire et qu'elle occupe encore aujourd'hui[69].

A cette époque, le citoyen Maignet, député du Puy-de-Dôme, s'exprimait
ainsi, dans son rapport à la Convention nationale, sur le projet de
décret d'organisation première de ces établissements:

«L'on ne perdra jamais de vue que le principal but que nous nous
proposons, est d'arracher les sourds-muets à l'indigence, en leur
donnant une profession qui puisse leur faire trouver dans le travail des
ressources suffisantes contre le besoin. Le soin des instituteurs sera
de discerner quelle est la profession pour laquelle chacun d'eux montre
le plus de talent, et de l'y appliquer.»

Le même représentant s'était efforcé de démontrer la nécessité de créer
une École centrale, pour y former des instituteurs. Il avait émis, en
outre, le vœu que six établissements fussent fondés en France, pour
recevoir 4,000 sourds-muets; qu'on y annexât divers ateliers, et que,
plusieurs fois, par semaine, les instituteurs conduisissent leurs élèves
dans les champs, et n'épargnassent rien pour leur inspirer le goût des
travaux agricoles. Le rapporteur insistait pour que son projet fût
adopté, quels que fussent les embarras dans lesquels la patrie était
alors plongée. «Nous venons, s'écriait-il avec l'accent énergique d'une
consciencieuse philanthropie, vous offrir un nouveau genre d'alliance à
contracter, alliance inconnue, jusqu'ici, dans les fastes de l'histoire,
mais qui n'en sera que plus chère à vos cœurs; c'est l'alliance avec
l'infortune; il s'agit de lier par la reconnaissance les enfants
sourds-muets au règne de la liberté.»

La Convention nationale décida, art. 2, titre III du décret du 3
brumaire an IV, sur l'organisation de l'instruction publique, la
création de plusieurs écoles publiques de sourds-muets dans les
départements[70], outre celles de Paris et de Bordeaux; mais il ne fut
pas donné suite à ce projet proposé par le comité de secours publics, et
précédé d'un exposé des motifs de Roger-Ducos, député des Landes.

Un décret du 16 vendémiaire an V déclara, art. 4:

«Les établissements existants, destinés aux aveugles et aux
sourds-muets, resteront à la charge du trésor national.»

A partir de là, ce n'est plus qu'en 1832 que nous voyons, de nouveau,
les sourds-muets fixer sérieusement sur eux la sollicitude du
Gouvernement, et devenir l'objet d'une disposition spéciale dans le
classement des attributions des conseils généraux. Cette disposition met
leurs frais d'éducation au nombre des dépenses facultatives des budgets
départementaux.

M. le baron de Gérando, chargé de rédiger cette disposition importante,
avait proposé au ministre de l'intérieur de ranger ces dépenses parmi
celles qui sont obligatoires, comme l'entretien des aliénés et des
enfants-trouvés; il échoua malheureusement dans cette généreuse
initiative.



XXII

     Mode d'administration successif des Institutions nationales des
     sourds-muets de Paris et de Bordeaux.--Projets divers ayant pour
     but de généraliser en France cet enseignement
     spécial.--Sollicitations infructueuses jusqu'à ce jour.--Pétition
     adressée en 1851 par la Société centrale d'éducation et
     d'assistance pour les sourds-muets en France à l'Assemblée
     nationale législative.--Éloges de l'abbé de l'Épée, par MM. Bébian,
     ancien censeur des études de l'Institution nationale de Paris, et
     d'Aléa, ancien directeur du collège royal des sourds-muets de
     Madrid.--L'auteur des TEMPLIERS, M. Raynouard, de l'Académie
     française, voulait, à sa mort, fonder un prix pour le meilleur
     poème à la gloire de l'abbé de l'Épée.--Nomenclature complète des
     œuvres du célèbre instituteur.


Les écoles de sourds-muets de Paris et de Bordeaux, placées d'abord sous
la surveillance des autorités départementales, furent, plus tard,
administrées par un conseil, composé d'abord de trois membres, puis de
cinq, et enfin de sept. Deux arrêtés, en date du 18 fructidor an VII et
du 18 vendémiaire an IX, rendus par Lucien Bonaparte, alors ministre de
l'intérieur, avaient réglé l'organisation de l'école de Paris; un
autre, en date du 8 brumaire an X, émanant de l'illustre Chaptal, avait
modifié les deux statuts précédents. En 1822, tous les arrêtés
antérieurs furent révisés et fondus en un règlement général, revêtu, le
28 juin, de l'approbation ministérielle; enfin, une ordonnance royale,
du 21 février 1841, concernant les établissements généraux de
bienfaisance et d'utilité publique, créa un conseil supérieur, composé
de vingt-quatre membres, chargé de les surveiller, et, en exécution de
l'art. 6 de ladite ordonnance, un arrêté ministériel, du 16 mars de la
même année, organisa, près de chacun de ces établissements, une
commission consultative, composée de cinq membres, y compris le
directeur.

A diverses époques, le Gouvernement s'est occupé de mesures législatives
pour procurer l'éducation à tous les sourds-muets.

La Convention nationale voulait rattacher l'enseignement de ces
infortunés au système général d'instruction publique de la France.

Plus tard, Chaptal, par une lettre en date du 22 germinal an IX,
consultait le conseil d'administration de l'École de Paris sur un projet
semblable. Il insistait principalement pour que les établissements de
sourds-muets fussent assis sur de solides bases.

En 1836, un autre ministre, M. le comte de Gasparin, ayant invité le
conseil d'administration de l'Institution nationale de Paris à élaborer
un projet de loi sur l'organisation définitive des écoles consacrées à
ces malheureux, ne trouva pas celui qui lui fut remis de nature à être
présenté à l'examen des Chambres.

Six ans après, la même question fut débattue au sein du congrès
scientifique de France, tenu à Strasbourg, où étaient accourus quatre
instituteurs français de sourds-muets, MM. Piroux, directeur de l'école
de Nancy; Edouard Morel, directeur actuel de celle de Bordeaux; Jacoutot
et Selligsberger, dont chacun dirige un établissement de ce genre à
Strasbourg. Les vues d'enseignement général, exposées dans cette
enceinte d'une manière péremptoire par les deux premiers, furent
favorablement accueillies par l'assemblée, qui en adopta les
conclusions.

Deux pétitions ont été simultanément adressées sur le même sujet, au
Corps législatif, par M. Eugène Garay de Monglave, ancien membre de la
commission consultative de l'Institution des sourds-muets de Paris, et
par l'auteur de ce mémoire. Depuis, l'une et l'autre ont été renouvelées
jusqu'à trois ou quatre fois; mais elles n'ont obtenu aucun résultat
immédiat, aucun résultat complet, malgré les votes favorables dont
elles n'ont cessé d'être l'objet de la part des diverses législatures.

En juillet 1851, une pétition[71] à l'Assemblée nationale a été proposée
et adoptée unanimement au sein de la _Société centrale d'éducation et
d'assistance pour les Sourds-Muets en France_, présidée par M. Dufaure,
ancien ministre. Elle tend à l'extension de l'enseignement de ces
infortunés et des jeunes aveugles, et à une augmentation de fonds
nécessaires pour atteindre ce but.

Mais la dissolution de cette Assemblée, ayant été amenée par l'événement
du 2 décembre de la même année, a nécessité la rédaction d'un nouveau
mémoire[72] au Prince Louis-Napoléon Bonaparte, Président de la
République.

La Société royale académique des sciences de Paris proposa, en 1817, au
concours, l'éloge de l'abbé de l'Épée. Le prix fut décerné, en 1819, à
M. Bébian, ancien censeur des études de l'Institution des sourds-muets
de Paris, et l'accessit à M. Bazot, membre de l'Athénée des arts, etc.
Nous avons de M. d'Aléa, ancien directeur du collége royal des
sourds-muets de Madrid, _l'Éloge de l'abbé de l'Épée, ou Essai sur les
avantages du système des signes méthodiques, appliqué à l'instruction
générale élémentaire_, traduit de l'espagnol sous les yeux de l'auteur.
M. d'Aléa était déjà connu dans sa patrie par une traduction espagnole
de _Paul et Virginie_. On assure qu'il a travaillé à un _Dictionnaire de
signes d'action analogiques_.

On nous a rapporté que, quelque temps avant sa mort, le célèbre auteur
des _Templiers_, M. Raynouard, avait manifesté l'intention de proposer
pour sujet d'un prix de poésie l'éloge de notre _père spirituel_. Nous
aurions voulu qu'il eût été donné suite à cette proposition, qui aurait
certainement honoré la mémoire du savant académicien dont nous déplorons
la perte.

Voici la nomenclature complète des ouvrages de l'abbé de l'Épée:

1º _Relation de la maladie et de la guérison miraculeuse opérée sur
Marie-Anne Pigalle_, 1757, in-12;

2º _Institution des sourds et muets, ou Recueil des exercices soutenus
par les sourds et muets, pendant les années 1771, 1772, 1773 et 1774,
avec les lettres qui ont accompagné les programmes de chacun de ces
exercices_, Paris, 1774, in-12 de 112 pages (dans sa quatrième lettre,
il développe les moyens dont il s'est servi pour conduire ses élèves à
la connaissance de la divinité et des dogmes religieux; il y annonce que
ce quatrième exercice public sera le dernier);

3º _Institution des sourds et muets par la voie des signes méthodiques_,
Paris, 1776, in-12; _nouvelle édition corrigée sous ce titre: La
véritable manière d'instruire les sourds et muets, confirmée par une
longue expérience_, Paris, 1784, in-12; cet ouvrage a été traduit en
allemand;

4º _Dictionnaire général des signes employés dans la langue des
sourds-muets_, auquel la mort l'empêcha de mettre la dernière main.



XXIII

     Violation des sépultures de l'église Saint-Roch en 93.--Le plomb
     des cercueils fondu en balles sur les autels.--Mission que l'auteur
     s'était imposée de retrouver la tombe de l'abbé de l'Épée.--Lettre
     aux journaux pour se plaindre de ce que son portrait ne figure pas
     au Musée historique de Versailles, de ce que sa statue ne se voit,
     ni dans sa ville natale, ni à Paris; de ce que la tombe enfin de
     son successeur, l'abbé Sicard, languit sans honneur, dans un
     déplorable abandon.--Demande de renseignements au curé de
     Saint-Roch sur le lieu de la sépulture de l'abbé de l'Épée dans
     cette église.--Comment on découvre que ses restes reposent dans le
     caveau de la chapelle Saint-Nicolas.--L'auteur y descend avec le
     sourd-muet Forestier et le docteur Doumic.--Spectacle
     déchirant!--Souscription ouverte dans les journaux pour élever un
     monument aux cendres du célèbre instituteur et faire apposer deux
     inscriptions en français sur la maison où il est né et sur celle
     qui fut le berceau de son enseignement.


J'ai terminé le tableau, malheureusement beaucoup trop incomplet, des
exploits de notre héros pacifique. J'aurais voulu pouvoir en recueillir
religieusement tous les traits. Ce n'est pas que je ne me sois adressé à
bien des témoins de son admirable existence[73] dans la vue de donner
plus de prix à ce modeste travail; mais, à mon vif regret, aucun n'a pu
me satisfaire pleinement. Par bonheur, les traces du passage de
l'illustre fondateur sont trop profondes, trop lumineuses, pour qu'il
soit besoin de rien ajouter à l'auréole de gloire qui couronne son front
vénérable.

Le _Mercure de France_, du 10 avril 1790, avait proposé, pour épitaphe
au tombeau de l'abbé de l'Épée, ces quatre vers latins[74]:

    Hic jacet, egregio cœli qui munera pollens,
    Naturæ imposuit (visu mirabile)! leges;
    Auditum et surdis tribuit, mutisque loquelam.
    An sit, ut hunc laudet, mutus vel surdus in orbe?

Cette épitaphe de mauvais goût, et qui raconte si imparfaitement les
bienfaits de celui que le peuple sourd-muet a canonisé dans le
calendrier de sa reconnaissance, fut-elle réellement gravée sur sa
tombe? Elle le méritait peu certainement. A tout hasard, en voici la
traduction française:

«Ci-gît qui, riche d'un admirable don du ciel, imposa (ô prodige!) des
lois à la nature, en rendant l'ouïe aux sourds et la parole aux muets.
Existe-t-il, pour le louer, un sourd ou un muet sur la terre?»

Cette tombe, comme tant d'autres, fut violée en 93. Le plomb des
cercueils, qui reposaient dans les caveaux de l'église Saint-Roch, fut
brisé, fondu, converti en balles. On vit alors des centaines d'ouvriers
travailler dans le saint lieu, devenu un vaste atelier, à fondre, sur
les autels consacrés longtemps à la célébration des mystères du
christianisme, des projectiles destinés à repousser les ennemis de la
France révolutionnaire.

Élève de l'Institution nationale des sourds-muets de Paris, j'appris
tout cela dès ma plus tendre enfance; je sus de mes maîtres que l'abbé
de l'Épée avait été inhumé dans l'église Saint-Roch. Dès lors, je
m'étais imposé la mission de retrouver, un jour, les restes mortels de
notre bienfaiteur à tous. C'était, dans mon esprit, une idée arrêtée. Je
ne voulais pas mourir sans avoir acquitté, au nom de mes frères épars
sur le globe, ce tribut de pieuse reconnaissance.

C'est dans ces sentiments que je crus devoir, avant tout, appeler, par
l'entremise de la presse, l'attention publique sur la scandaleuse
absence d'un portrait de l'abbé de l'Épée au Musée historique de
Versailles, ce Panthéon moderne de toutes nos gloires nationales.

Le 20 novembre 1837, les journaux publiaient la lettre suivante:

«Auriez-vous l'extrême bonté d'accueillir dans les colonnes de votre
feuille l'expression tardive, mais franche, de l'étonnement dont une
lacune déplorable a frappé une portion assez nombreuse de la grande
famille française, les sourds-muets, ces enfants adoptifs de l'abbé de
l'Épée, dans une revue attentive qu'ils ont faite du Musée de
Versailles? Quoi! pas un coin, pas une esquisse consacrée à _notre père
intellectuel_! Notre étonnement a dû être partagé par tous les
appréciateurs de son talent, si national, quoique si modeste. Que de
regards ont dû vainement le chercher dans ce vaste panorama des
célébrités de toutes les époques! Le génie et la charité de cet homme ne
devraient-ils pas aussi occuper une large et belle page dans les annales
artistiques, à côté, et j'oserai dire même au-dessus des lumières ou des
merveilles des siècles, comme son œuvre est placée par la postérité
au rang des créations les plus extraordinaires de l'intelligence, et
qualifiée de divine par les plus beaux génies de notre époque?

«Dieu sait combien de médiocrités obscures et ignorées ont obtenu ici
les honneurs d'une représentation peu méritée! L'adulation est prodigue
d'encens; l'admiration est avare d'hommages. Les Apelle, les Phidias ont
trop souvent profané leur pinceau, leur ciseau; trop souvent ils ont
immortalisé des ennemis du genre humain, des dévastateurs du monde; ils
ont déifié même d'heureux scélérats; et l'homme de bien, le régénérateur
d'une portion de l'espèce humaine, est indignement oublié! _Proh pudor!_

«Ce qui a droit de nous surprendre encore davantage, c'est que ce soit
précisément dans les lieux qui l'ont vu naître, à Versailles, qu'on
n'ait pas songé à élever un trophée à la mémoire de notre Messie, tandis
qu'avec un empressement de compatriotes, digne des plus grands éloges,
on y a payé un tribut d'estime et de reconnaissance au héros
pacificateur de la Vendée, à Hoche. C'était un sublime caractère, sans
doute; mais les généraux, amis de la concorde et de la paix, ont-ils
jamais manqué à notre belle France? Qu'on nous dise, d'un autre côté,
s'il s'est jamais rencontré, et s'il se rencontrera jamais peut-être un
second abbé de l'Épée! Le sauveur dévoué d'une classe d'êtres rejetée
ignominieusement en masse du sein de la société par de désolants
préjugés, et plongée ainsi dans la plus déplorable dégradation, ne
mérite-t-il pas ici, je le demande, une statue, un portrait au moins, à
défaut d'un temple que lui eût élevé la Grèce antique?

«Ne pourrait-on pas, à juste titre, reprocher la même insouciance à
notre capitale, à cette ville, berceau de la civilisation de nos frères
d'infortune, et qui fut, la première, témoin des triomphes de l'art sur
la nature? Il faut le publier à la honte de notre pays, les hommes
utiles sont mieux appréciés à l'étranger.

«En 1828, une souscription contribua à l'érection d'un monument de
marbre blanc en l'honneur de Daniel Guyot, directeur de l'École des
sourds-muets de Groningue, en Hollande, mort l'année précédente. On le
voit sur la place de la ville, en face même de cette institution.

«En 1829, à Gênes, les mêmes honneurs furent décernés au père Assarotti,
directeur de l'École des sourds-muets de cette ville. Or, Guyot et
Assarotti avaient puisé, l'un et l'autre, cet art bienfaisant dans la
méthode de l'instituteur français. Pourquoi donc, lorsque les élèves
sont, ailleurs, si justement, si dignement récompensés, le maître
est-il, en France, dans sa patrie, laissé dans un coupable oubli? On ne
sait pas même où reposent ses cendres. Les recherches auxquelles nous
nous sommes livrés à cet égard n'ont produit aucun résultat.

«Le gouvernement s'empressera (et son amour éclairé de la justice nous
en est un sûr garant), de réparer ce honteux abandon, qui, prolongé,
démentirait le titre de foyer des lumières, que l'Europe intellectuelle
a, depuis longtemps, décerné à Paris.

«Qu'il me soit permis de profiter de cette circonstance pour déplorer
l'état de dépérissement où languit le monument élevé à l'abbé Sicard, à
l'aide d'une souscription ouverte en 1822 par son respectable ami M.
Lafon-Ladébat. Qu'on choisisse une commission chargée de réparer le
modeste mausolée d'un homme de bien, et nous serons les premiers à
contribuer de notre faible offrande à cette œuvre de reconnaissance.

«En publiant cette lettre[75], expression sincère du vœu de tous mes
frères, vous aurez acquitté, Monsieur, une trop minime partie,
malheureusement, de notre dette sacrée envers nos deux bienfaiteurs, qui
sont aussi ceux de l'humanité entière; car quel est le pays qui ne leur
doit pas de nouveaux citoyens, tout aussi dévoués que ceux qui les ont
précédés dans la carrière?

«Agréez, je vous prie, d'avance, l'expression de leur gratitude, ainsi
que l'assurance particulière de ma considération la plus distinguée.»

Dans le courant de janvier 1838, je me présentai à M. l'abbé Olivier,
alors curé de Saint-Roch, aujourd'hui évêque d'Évreux, lui demandant des
renseignements sur l'emplacement qu'occupaient les restes précieux de
l'abbé de l'Épée, emplacement sur lequel tout le monde ne s'accordait
pas. Ce prélat, dont l'obligeance, dans cette grave circonstance, ne
s'effacera jamais de nos souvenirs, m'ayant répondu qu'il ne connaissait
dans sa paroisse personne qui eût assisté à l'inhumation, mais m'ayant
bien promis de ne rien épargner pour découvrir si mention de sa
sépulture ne serait point faite dans ce qui peut rester des registres du
temps, je me mis, de mon côté, en quête d'informations, et, au bout de
quatre mois, j'arrivai enfin au terme de mes recherches. Mes efforts
furent couronnés du plus heureux succès. Une personne respectable,
Mme Guerin, qui venait de perdre une sœur sourde-muette, élève de
l'abbé de l'Épée, eut l'extrême bonté de me mener chez Mlle Courtois,
rue Villedot, nº 3, entendante-parlante, ancienne compagne et amie
intime des demoiselles élèves du célèbre instituteur.

Il serait difficile de peindre la joie et la reconnaissance qui
brillaient dans les yeux de cette excellente femme en apprenant le motif
de la visite du pauvre sourd-muet, député de ses frères. Les expressions
me manquent pour reproduire ce qu'il y eut d'empressement dans son
accueil. Nous n'éprouvâmes aucune difficulté à nous entendre,
quoiqu'elle n'eût, disait-elle, depuis longues années, personne avec qui
elle pût s'entretenir dans le langage des signes. Elle nous apprit que
c'était le caveau de la chapelle Saint-Nicolas qui avait reçu le corps
de l'abbé de l'Épée, et que ses ossements ne s'y trouvaient mêlés à
aucuns autres. «Car, ajoutait-elle avec effusion, cette chapelle
appartenait à sa famille; c'est là que tous les jours nous entendions sa
messe.» Puis, elle se prit à nous raconter, toute joyeuse, avec de
grands détails, l'histoire de son bienfaiteur et du nôtre; et ces
détails, qui nous étaient connus dès l'enfance, venant d'elle, avaient
pour nous un parfum de nouveauté que je n'oublierai de ma vie. Elle mit
à notre disposition quelques manuscrits, quelques imprimés, que, depuis
tant d'années, elle conservait comme de précieuses reliques. Dans les
uns se trouvait exposée la méthode de l'abbé de l'Épée; les exercices
publics de ses élèves étaient l'objet des autres. Mme Guerin, avec le
même empressement, offrit à notre curiosité des lettres du respectable
prêtre, adressées à quelques-unes de ses filles adoptives, et renfermant
de paternelles instructions sur les vérités du christianisme et les
dangers du monde.

Ces renseignements pris, accompagné de mon ami Forestier, ancien élève
de l'École, aujourd'hui directeur de l'institution des sourds-muets de
Lyon, et de M. le docteur Doumic, qui, ayant un frère sourd-muet,
possédait à fond la langue des signes, je me rendis chez le curé de
Saint-Roch, pour lui faire part de nos découvertes et solliciter de son
obligeance l'autorisation de vérifier nous-mêmes le témoignage de
Mlle Courtois. Un vieux gardien du temple, appelé par l'abbé Olivier,
recueille ses souvenirs et confirme notre déposition. Tout ce que nous
avons avancé lui a été raconté par son prédécesseur, témoin des obsèques
de l'abbé de l'Épée. «Vite, s'écrie le digne prêtre dans son
enthousiasme, vite, qu'on aille quérir un maçon, un fossoyeur! Il n'y a
pas un instant à perdre. Ne voyez-vous pas l'impatience de ces enfants,
à qui nous allons restituer les cendres de leur père?» Déjà la pierre
qui ferme le caveau a cédé à nos efforts. Nous sommes tous descendus, et
les premiers ossements ont été découverts.

Le 6 juin, les journaux inséraient la lettre suivante:

«Quand le Musée historique de Versailles s'ouvrit au public, les
sourds-muets y cherchèrent en vain le portrait de l'abbé de l'Épée. Leur
surprise trouva de l'écho dans la presse périodique, et l'oubli fut
réparé. En même temps, ils exprimaient le regret de n'avoir pu arriver à
la découverte du lieu qui recelait la dépouille mortelle de leur
immortel bienfaiteur. Depuis, il nous est venu des informations,
confirmées par l'ancien curé de Saint-Roch, feu l'abbé Marduel, qui
assista au dernier soupir de son ami, _notre père spirituel_. Ses
cendres reposent dans cette église, sous les marches de la chapelle
Saint-Nicolas, celle où l'on voit le magnifique Christ de Michel-Ange.

«Le curé actuel de Saint-Roch, M. l'abbé Olivier, qui n'avait pas trouvé
la sépulture de l'abbé de l'Épée inscrite sur les anciens registres de
l'église, nous a autorisés fort obligeamment, MM. le docteur Doumic,
Forestier et moi, à descendre dans le caveau. Là, quel spectacle affreux
s'est offert à nos regards! Plus de cercueil de plomb! De la poussière
et quelques os épars, voilà tout ce qui reste d'un des plus grands
bienfaiteurs de l'humanité! Nos cœurs se sont émus, et nous, les
enfants de ce génie de charité, nous qui, sans lui, ne serions pas des
hommes, nous venons vous conjurer d'ouvrir les colonnes de votre journal
à une souscription qui aurait pour but de réparer cet acte de
vandalisme. Nous faisons un appel, non-seulement à tous les sourds-muets
de l'univers,--c'est pour eux un devoir d'honneur, ils doivent se priver
de pain pour donner un tombeau à leur père,--mais encore à toutes les
âmes charitables, de quelque point du globe qu'elles viennent, à quelque
opinion qu'elles se rallient, quelque religion qu'elles professent.
L'appel de notre reconnaissance sera entendu, nous n'en doutons pas. Il
n'est pas besoin d'énumérer ici les droits de l'abbé de l'Épée à cet
acte de reconnaissance publique, ils sont dans vos bouches, hommes qui
parlez, dans nos cœurs, à nous qui ne parlons pas. Il ne sera pas dit
que, quand d'abondantes souscriptions affluent de toute la France pour
honorer le plus beau génie qui ait illustré notre scène[76], le Messie
d'une des classes les plus maltraitées de la société sera l'objet de
l'indifférence publique. _Qui fecerit et docuerit bonum hic magnus
vocabitur_, «celui qui aura fait et enseigné le bien, sera appelé
grand.» (Saint Matthieu, v. 19.)

«Ne conviendrait-il pas aussi de placer deux inscriptions, mais en
français et non en latin, pour que tous les sourds-muets qui savent
lire pussent les comprendre, l'une sur la maison qu'habita notre premier
instituteur, rue des Moulins, nº 14, à Paris, lieu où il recueillait les
victimes de la nature marâtre, lieu où il mourut, l'autre sur la maison
où il naquit, à Versailles, dans l'ancienne rue de Clagny, laquelle,
depuis quelques mois seulement, porte le nom du grand homme.

«Recevez, Monsieur, par anticipation, nos remercîments à tous et
l'assurance de ma considération personnelle.»

      «FERDINAND BERTHIER,

        «Professeur sourd-muet à l'Institution des
           sourds-muets de Paris.»



XXIV

     Une commission se forme pour régulariser la souscription destinée à
     élever un monument à l'abbé de l'Épée.--M. Dupin aîné en accepte la
     présidence; M. Villemain consent à en faire partie.--Elle se
     compose, en outre, de MM. de Schonen, de Gérando,
     Chapuys-Montlaville, Cavé, l'abbé Olivier, Monglave, Nestor
     d'Andert, et de trois sourds-muets, Ferdinand Berthier, Forestier
     et Lenoir.--Regrets de M. de Chateaubriand et du premier président
     Séguier.--Première séance à l'hôtel de la présidence de la
     Chambre.--Remercîments des trois membres sourds-muets.--Projet de
     M. Victor Lenoir, architecte du gouvernement.--Voies et moyens:
     représentations à bénéfice, souscription de la famille royale.--Où
     s'élèvera le monument?--On repousse la cour de l'Institution; on
     préfère la chapelle Saint-Nicolas, à Saint-Roch.--Organisation de
     la souscription.--Recherches à faire au Palais de Justice, à
     l'Hôtel de Ville, aux Archives nationales, sur le lieu de
     l'inhumation.--MM. Montlaville, Monglave et Berthier, délégués pour
     aller constater l'identité des restes découverts ou à découvrir.


Il restait à former une commission chargée de surveiller et de diriger
cette œuvre éminemment philanthropique.

Le 11 juin 1838, mon compatriote et ami, M. Chapuys-Montlaville, alors
député de Saône-et-Loire, aujourd'hui préfet de la Haute-Garonne, nous
présenta, Lenoir, mon collègue à l'Institution nationale de Paris,
Forestier et moi, à M. Dupin aîné, alors président de la Chambre des
députés. Nous prîmes la liberté de lui offrir, au nom de nos frères, la
présidence[77] de cette commission, et de lui soumettre une liste de
membres dont nous avions l'intention de la composer. M. Dupin, avec
cette rapidité d'émotion que chacun lui connaît, saisit la plume et
écrivit: «J'accepte bien volontiers; c'est un honneur, un plaisir et un
devoir.»

Le 13, M. Chapuys-Montlaville me chargea d'une lettre pour M. Villemain.
La voici, avec la réponse de l'illustre académicien:


    «A MONSIEUR VILLEMAIN.

     «Les restes de l'abbé de l'Épée ont été découverts dans l'un des
     caveaux de l'église Saint-Roch. Les sourds-muets brûlent d'élever
     un monument à la mémoire de leur père. Une commission a été
     proposée par eux. M. Dupin en a accepté la présidence. Ils
     désirent, Monsieur, que vous en fassiez partie, et je suis heureux
     qu'ils aient bien voulu me choisir pour être l'interprète de leur
     vœu et de leurs sentiments. C'est M. Berthier, président de la
     Société des sourds-muets, qui vous remettra cette lettre.

     «Veuillez agréer, Monsieur, l'hommage de mes sentiments les plus
     dévoués.»

    RÉPONSE DE M. VILLEMAIN.

«J'ai bien regretté d'avoir manqué l'honneur de vous voir; mais vous ne
pouviez douter de mon empressement à faire tout ce qui vous était
agréable, autant que je pouvais y contribuer. J'ai vu, ce matin, M.
Berthier, qui m'a remis un opuscule d'un grand intérêt; je lui ai dit
que je serais très-honoré de la confiance qui m'est témoignée. Mais, à
cette époque de l'année, je suis tellement occupé de soins
universitaires et académiques, que je craindrais de ne pouvoir être
exact aux réunions. Je vous soumets, Monsieur, ce scrupule de ma part.
Je vous prie d'en être juge. Si vous ne l'approuvez pas, je m'associerai
bien volontiers à la commission qui serait formée pour honorer la
mémoire du si vénérable abbé de l'Épée. J'ai soumis mon excuse à M.
Berthier. Mais, comme personne n'est plus occupé que M. Dupin, je sens
que, malgré l'embarras où je me trouve dans les mois de juillet et
d'août, je dois trouver moyen d'être disponible pour toute convocation
qu'il voudra bien m'adresser. Et un intermédiaire comme vous, Monsieur,
ne me permet pas d'hésiter.

«Agréez, Monsieur, la nouvelle assurance de ma considération la plus
distinguée et de mes dévoués sentiments.»

Le 16, une nouvelle lettre paraissait dans les feuilles publiques. Elle
était ainsi conçue:

«L'empressement avec lequel tous les journaux ont bien voulu accueillir
la proposition que j'ai faite d'élever un monument à la mémoire de
l'abbé de l'Épée, m'enhardit à solliciter une nouvelle preuve de leur
bienveillance accoutumée. Une commission, chargée de cette sainte
mission, vient de se former; elle se compose de:

    MM. DUPIN aîné, président de la Chambre des députés,
    _président_;

    VILLEMAIN, pair de France, vice-président du
    Conseil royal de l'Instruction publique;

    DE SCHONEN, pair de France, procureur-général à
    la Cour des Comptes;

    Le baron DE GÉRANDO, pair de France, président du
    Conseil d'administration de l'Institution des
    sourds-muets de Paris;

    CHAPUYS-MONTLAVILLE, député de Saône-et-Loire;

    CAVÉ, chef de la division des Beaux-Arts au ministère
    de l'Intérieur;

    L'abbé OLIVIER, curé de Saint-Roch;

    Eugène GARAY DE MONGLAVE, homme de lettres;

    NESTOR d'ANDERT, artiste;

    Ferdinand BERTHIER, professeur sourd-muet à l'Institution
    de Paris, président de la Société centrale
    des sourds-muets;

    FORESTIER, instituteur sourd-muet, vice-président
    de cette association;

    LENOIR, professeur sourd-muet à l'Institution de
    Paris, secrétaire de cette société.

«Vous qui nous avez aidés à rendre un premier hommage à notre immortel
bienfaiteur, vous ne refuserez pas, nous en avons la certitude, de
mettre le comble à votre obligeance en annonçant la formation de la
commission, et en ouvrant vos colonnes à la souscription dont elle doit
régulariser l'emploi.

»Agréez, etc., etc.

      «Ferdinand BERTHIER.»

Nous avions proposé à M. le vicomte de Chateaubriand et à M. le baron
Séguier, premier président de la cour royale de Paris, de faire partie
de la commission. Nous croyons devoir insérer ici les lettres que l'un
et l'autre nous adressèrent en réponse.

      «Paris, 13 juin 1838.

    «MESSIEURS,

»Je serais infiniment flatté d'être compté au nombre des membres d'une
commission chargée d'un monument à élever à l'abbé de l'Épée; ma
séparation complète du monde me prive de l'honneur que vous vouliez me
faire; mais je serai très-heureux d'être porté sur votre liste comme un
des premiers souscripteurs.

«Agréez, Messieurs, je vous prie, mes regrets sincères, mes remercîments
empressés et l'assurance de la considération distinguée avec laquelle je
suis

      «Votre très-humble et très-obéissant
            serviteur:

      «CHATEAUBRIAND.»

      «Paris, le 13 juin 1838.

    «MONSIEURS,

«Vous avez eu trop de bonté de penser à moi pour entrer dans une
commission fort honorable. Quand je suis appelé à prendre part à quelque
chose, c'est pour m'en occuper réellement; et je sens que mes
occupations très-nombreuses et des forces physiques bien insuffisantes
me rendent impropre à tout surcroît d'entreprise. Président de la
commission du monument Périer, je n'ai pu encore le terminer
complétement, ce qui m'avertit de ne pas tenter une nouvelle besogne.
Veuillez, Messieurs, recevoir, avec mes excuses et regrets, l'expression
de ma haute considération.

      «Le président SÉGUIER.»

Le mercredi 20, M. Dupin aîné convoqua, dans l'hôtel de la présidence,
les membres de la commission. M. Chapuys-Montlaville, secrétaire, donna
lecture de notre discours de remercîment à nos nouveaux collègues, et
ensuite d'une lettre de M. Victor Lenoir, frère du professeur
sourd-muet, qui offrait, pour le monument à élever, son concours gratuit
comme architecte du gouvernement.

Notre discours de remercîment était conçu en ces termes:

«Ferdinand Berthier, Forestier et Alphonse Lenoir à Messieurs leurs
collègues de la commission pour le monument de l'abbé de l'Épée.

    «MESSIEURS,

«Le premier sentiment qui saisit nos cœurs au moment où nous nous
trouvons, pour la première fois, dans une occasion aussi solennelle, an
milieu des représentants des grands corps politiques, de l'Église, des
beaux-arts et des sciences, est celui de la plus vive et de la plus
sincère gratitude. Permettez-nous, à nous pauvres sourds-muets, de vous
l'exprimer avant tout, comme nous la sentons. Si quelque chose peut
alléger, en ce jour, le poids de notre infirmité, c'est votre
empressement honorable et bienveillant à concourir à honorer la mémoire
de l'abbé de l'Épée.

»Vous allez vous occuper, Messieurs, d'acquitter une dette sacrée de la
reconnaissance publique. Souffrez que nous vous rappelions le vœu que
nous avons formé, les premiers, de voir une tombe rendue aux restes
mortels de ce bienfaiteur de l'humanité, et une double inscription
indiquer, d'une part, la maison qui vit naître l'apôtre des
sourds-muets, de l'autre, celle qui fut témoin de sa charité et de ses
derniers moments.

»Nous avons reçu deux lettres de M. Victor Lenoir[78], architecte du
Gouvernement, frère de l'un de nous, par laquelle il offre d'ériger
gratuitement un monument à l'abbé de l'Épée. Notre
secrétaire-interprète, M. Chapuys-Montlaville, va vous en donner
lecture.

»Nous avons des projets à vous soumettre; mais nous ne voulons pas
anticiper sur la proposition de Monsieur le secrétaire et sur les
vôtres, sans doute, Messieurs. Nous attendons que vous nous autorisiez à
vous en faire part.»

La commission désira savoir quelles étaient nos vues sur les moyens à
employer pour hâter et grossir la souscription, et nous nous empressâmes
de la satisfaire: nous demandions que les théâtres nationaux et les
autres scènes, vraiment dignes de ce nom, fussent priés d'accorder une
représentation au bénéfice du monument que nous projetions. Nous
offrions nos conseils pour le rôle de Théodore, dans le drame de l'_Abbé
de l'Épée_, pour celui de la _Muette de Portici_, pour tous les autres
rôles, enfin, de notre spécialité.

Le vœu fut émis que le roi Louis-Philippe et sa famille fussent priés
d'inscrire leurs noms en tête de notre liste de souscripteurs.

On s'occupa ensuite de la place à assigner au monument.

Un membre proposa la cour de l'Institution des sourds-muets de Paris,
comme point central de l'édifice où se perpétue l'œuvre immortelle de
l'abbé de l'Épée. Cet avis fut combattu par plusieurs membres qui
paraissaient redouter que, dans un temps de révolution, ce sanctuaire ne
fût pas respecté, qu'on n'en changeât la destination, qu'il ne fût
métamorphosé en caserne, en magasin à fourrage, etc.

Un autre membre déclara qu'il pensait que le monument ne pouvait être
élevé que là où le vénérable bienfaiteur de l'humanité avait été inhumé,
dans l'église St-Roch, où il disait habituellement la messe, et qui est
toute peuplée de ses souvenirs. «Désormais, ajouta-t-il, si l'on
considère le sentiment religieux qui s'est emparé de tous les esprits,
l'église deviendra l'asile le plus inviolable, et ses murs seront les
derniers que la sédition tentera de renverser.»

Cette proposition ayant été adoptée par un mouvement unanime, M. le curé
de cette paroisse déclara qu'il était heureux de s'associer à ce
sentiment, et de pouvoir mettre à la disposition de ses collègues,
non-seulement le lieu où reposaient les dépouilles mortelles de l'abbé
de l'Épée, mais encore la chapelle de St-Nicolas, qui deviendrait ainsi
le but d'un saint pèlerinage, et où, chaque année, un service pourrait
être célébré pour le repos de l'âme de notre père spirituel. Des
remercîments unanimes accueillirent l'offre de M. l'abbé Olivier, et la
commission décida que la souscription serait immédiatement ouverte en
France et à l'étranger, au secrétariat de la Chambre des députés, chez
le trésorier de l'Institution nationale des sourds-muets, et chez six
notaires de Paris: MM. Moreau, Aumont-Thiéville, Cotelle, Bertinot,
Roquebert et Perrin.

M. Chapuys-Montlaville fut invité à faire des recherches au Palais de
Justice, à l'Hôtel de Ville et aux Archives nationales, pour recueillir
le plus de renseignements possible sur le jour et le lieu de
l'inhumation, et à se réunir à M. Eugène Garay de Monglave, et à
l'auteur de cet écrit, pour constater, par des preuves évidentes,
l'identité des restes découverts ou à découvrir.



XXV

     Exhumation des restes mortels de l'abbé de l'Épée par MM. Garay de
     Monglave, Chapuys-Montlaville et Ferdinand Berthier.--Découverte de
     fragments de souliers, de rabat, de soutane, de bonnet carré et
     d'étole, reconnus par une personne qui a eu des rapports avec le
     grand instituteur.--La pipe de terre.--Oubli ou profanation.--Noms
     des premiers souscripteurs.--Appel éloquent à toutes les âmes
     généreuses.--Propositions de MM. Michaut (des Monnoies), Victor
     Lenoir, architecte, et Auguste Préault, statuaire.--Appel aux
     ambassadeurs étrangers, aux cours de cassation et des comptes, aux
     cours d'appel, etc.--Réponse de l'ambassadeur de Bavière.


Le lendemain, jeudi 21 juin 1838, dès huit heures du matin, nous étions
réunis tous trois, M. Chapuys-Montlaville, M. de Monglave et moi, à la
chapelle St-Nicolas. Le caveau a été rouvert, la terre retournée
profondément, et aussitôt des ossements plus nombreux sont venus à la
surface avec des débris que les personnes attachées à l'église ont
reconnus pour des fragments de souliers, de rabat, de soutane, de bonnet
carré et d'étole. Il ne nous paraissait plus douteux qu'un
ecclésiastique avait été enseveli à cette place, avec ses vêtements
sacerdotaux; mais cet ecclésiastique était-il bien l'abbé de l'Épée?
Mlle Courtois, présente à ces fouilles, déclara devant nous, à M. le
curé, qu'elle reconnaissait parfaitement ces divers objets pour avoir
appartenu au vénérable instituteur, et cita plusieurs circonstances
importantes à l'appui de son assertion. Une pipe de terre courte, noire,
fut trouvée près du crâne. Un des profanateurs de ces tombeaux l'y
avait-il laissé tomber? Ou plutôt faut-il soupçonner ici une hideuse,
une sacrilége dérision, qui rappellerait la couronne d'épines du Fils de
l'Homme? Nos cœurs en furent profondément émus.

Nous dressâmes procès-verbal des dires de Mlle Courtois. Avant de
s'éloigner, cette excellente personne nous exprima le vœu de garder,
comme souvenir, un des fragments d'étole trouvés dans le tombeau de son
bienfaiteur. Elle fut satisfaite. J'en ai conservé un aussi, et cette
précieuse relique ne me quittera jamais.

       *       *       *       *       *

Le lundi 25 juin, eut lieu la seconde réunion de la commission, sous la
présidence de M. Dupin aîné. Déjà les journaux avaient annoncé les
premiers résultats de la souscription. Voici les premiers noms
inscrits:

D'abord, tous les membres de la commission; puis, MM. Lacave-Laplagne,
ministre des finances; de Salvandy, ministre de l'instruction publique;
de Chateaubriand, Benjamin Delessert, député; le comte Lepelletier
d'Aunay, le comte d'Allonville, A. de Gasparin, le marquis de Maleville,
Wustenberg, Daguenet, le maréchal Clauzel, Fulchiron, Salverte, St-Réal,
Cerclet, Delespaul, le général Bachelu, Denis Lagarde, etc., etc.

M. Villemain avait été chargé de préparer un projet de prospectus. Il en
donna lecture, et ce projet fut approuvé d'une voix unanime, comme tout
ce qui sort de la plume de ce brillant écrivain. Immédiatement après, le
secrétaire lut une copie de l'acte authentique constatant l'enterrement
de l'abbé de l'Épée, et le procès-verbal de la déclaration de Mlle
Courtois.

Avant de se séparer, il fut arrêté que la commission reprendrait le
cours de ses séances à la prochaine ouverture des Chambres.

Voici l'appel éloquent fait par M. Villemain à toutes les âmes
généreuses:

«Parmi les bienfaiteurs de l'humanité, il n'est pas de nom plus connu et
plus vénéré que celui de l'abbé de l'Épée. Avant lui, l'art de rendre à
la plénitude de la vie morale des êtres intelligents, que la nature
semble avoir séparés du commerce de leurs semblables, n'avait été que
rarement pratiqué, et n'avait produit çà et là que quelques prodiges
accidentels de patience et de tendresse.

«L'abbé de l'Épée, en créant une méthode et en l'appliquant avec
étendue, fut le véritable fondateur de cette belle Institution des
sourds-muets, qui honore la philanthropie si éclairée de la France, et
qui a été imitée dans toute l'Europe et dans le Nouveau-Monde. Sa
découverte fut une œuvre constante de vertu, autant qu'une invention
utile et ingénieuse. Aussi la France, à l'époque même la plus agitée de
sa régénération politique, ne négligea-t-elle rien pour assurer la
perpétuité d'une semblable création; mais la mémoire même de l'inventeur
ne reçut aucun hommage particulier.

«L'Institution nationale des sourds-muets à Paris est florissante;
d'autres maisons de charité, fondées sur le même modèle, ont étendu le
même bienfait. La statue de l'abbé de l'Épée n'est nulle part; il y a
peu de temps même on ne savait où était sa tombe. Le zèle religieux de
quelques-uns de ses enfants, de ceux qui lui doivent leur place dans la
société intelligente, est parvenu à découvrir que les restes de cet
homme vénérable avaient été déposés dans un des caveaux de l'église
St-Roch, à Paris. La date officielle de cette inhumation (24 décembre
1789) et d'autres circonstances authentiques ont fait retrouver les
ossements à la place indiquée. De là est venue la pensée de les honorer
par un témoignage national du respect profond de la France pour la
science, la vertu, la religion, activement consacrées au soulagement des
misères humaines.

       *       *       *       *       *

«Un comité s'est formé dans l'espérance que des offres lui viendraient
de toutes parts pour élever aux restes mortels de l'abbé de l'Épée un
monument modeste comme sa vie, monument qui serait placé dans l'église
même où il avait été enseveli, et où la reconnaissance et le respect
publics viendraient chercher son image.»

       *       *       *       *       *

Le samedi 15 février 1840, la commission s'assembla dans une des salles
de l'hôtel de la présidence de la Chambre des députés, salle que M.
Sauzet, alors président, avait bien voulu mettre à sa disposition.
L'année précédente, outre la multiplicité des travaux de la Chambre, la
célèbre affaire _de la coalition_, qui avait si vivement préoccupé
l'attention publique, avait dû être un obstacle à l'activité accoutumée
de nos honorables collègues.

       *       *       *       *       *

Un membre proposa à la commission de s'adjoindre M. Benjamin Delessert
en qualité de trésorier. En cas d'acceptation de la part de l'honorable
banquier, tous les fonds seraient versés chez lui.

Lecture fut donnée de lettres adressées à la commission par MM. Michaut
(des Monnoies), Victor Lenoir, architecte, et Auguste Préault,
statuaire.

A la suite de ces diverses lectures, un membre émit le vœu qu'il fût
procédé à la nomination d'une sous-commission, chargée d'examiner les
plans et projets présentés, et de soumettre à la commission ceux qui lui
paraîtraient dignes de son attention.

Cette sous-commission, composée du président, du secrétaire de la
commission, de M. Nestor d'Andert et de M. Ferdinand Berthier, prit
connaissance des lettres suivantes:

     MICHAUT _(des Monnoies) à Monsieur le président de la commission du
     monument à élever à l'abbé de l'Épée._

    «MONSIEUR LE PRÉSIDENT,

«Au moment où la commission va se réunir de nouveau, permettez-moi,
comme vous avez eu la bonté de m'y encourager, de vous rappeler ma
statuette, vue, je puis le dire, avec quelque intérêt par la plupart des
membres de cette commission, et le désir que j'aurais (dégagé de toute
idée spéculative) d'être chargé du monument à élever à la mémoire de
l'abbé de l'Épée.

«Il y a cinq ans environ, Monsieur le président, que je m'occupais d'une
statue, de grandeur naturelle, représentant ce bienfaiteur de
l'humanité, au moment où il découvrit l'alphabet manuel. M. le comte de
Montalivet, alors intendant de la liste civile, voulut bien me faire
espérer pour mon œuvre une place au Musée de Versailles; mais il a
été décidé, depuis, qu'il n'y aurait pas de statue de l'abbé de l'Épée
dans cette galerie historique; qu'il n'y avait place que pour un buste,
et ce buste m'a été confié.

«Quant à ma statue, plusieurs juges compétents l'avaient vue; je puis
citer MM. le député de Jouvencel, le directeur de l'École des
sourds-muets, Léon Cogniet, Paulin Guérin, et quelques autres peintres.
Tous avaient eu la bonté d'encourager mes efforts et de me prédire un
succès.

«La longue maladie qui m'a enlevé mon père interrompit mon travail; la
terre se sécha, le dégoût me prit, et la figure s'en alla en morceaux.
Je n'en pus tirer qu'un souvenir, une statuette qu'ont vue plusieurs
membres de la commission, et pour laquelle ils ont bien voulu me faire
concevoir des espérances.

«Que mon titre de graveur n'effarouche pas mes juges! Le premier, je
monte sur la brèche; je ne demande qu'à être examiné et jugé. Bien
jeune, j'étudiai la statuaire sous des maîtres habiles, dans les
ateliers de Moitte et de Lemot, et déjà j'obtenais des succès, quand la
maladie vint me forcer à suspendre un art trop fatigant. Je fis de la
gravure avec quelque bonheur, et, dans ce temps, mes succès ne furent
attribués par les artistes compétents qu'à mes longues études de
sculpteur.

«Je serais aujourd'hui au comble de la satisfaction s'il m'était permis
de faire encore de la sculpture, et de reprendre en grand l'exécution
d'une statue dont la pensée m'occupe depuis si longtemps.

«L'intérêt n'entre pour rien dans mon projet. Être utile, revenir à une
carrière que j'ai eu tort d'abandonner, produire une œuvre digne du
bienfaiteur des sourds-muets, digne de la commission qui préside à
l'exécution du monument qu'on lui destine, digne de moi-même, Monsieur
le président, voilà mon seul but, voilà tout mon espoir d'avenir.

«Vos collègues, comme vous, Monsieur le président, ont daigné nourrir
cet espoir; vous ne détruirez point votre œuvre; j'ose en attendre
les effets, heureux de me dire avec un profond respect, etc., etc.»

     VICTOR LENOIR, _architecte du gouvernement, à Messieurs les membres
     de la commission du monument à élever à l'abbé de l'Épée._

    «MONSIEURS,

«J'ai l'honneur de vous adresser une esquisse du monument à élever à
l'abbé de l'Épée. J'ai désiré arrêter votre attention sur l'idée
principale, subordonnant les détails des figures à l'étude spéciale du
sculpteur. La tête vénérable de l'abbé de l'Épée sera mieux reconnue
dans un simple buste que dans une figure en pied, en raison de la masse,
peu favorable à la sculpture des vêtements. On peut s'en rendre compte
par la statue de Malesherbes, au Palais de Justice; ce qui doit faire
renoncer sans regret à la dépense d'une statue en pied.

«Motif:

«Au pied du buste de l'abbé de l'Épée, un jeune sourd-muet et une jeune
sourde-muette tiennent, ouvert à tous, le précieux livre que leur _père
intellectuel_ (comme ils l'appellent) leur a laissé. Ils déposent une
couronne sur ce livre. J'ai pensé que la reconnaissance des sourds-muets
ne saurait jamais s'exprimer d'une manière trop lisible, et qu'il
conviendrait peut-être de donner à ces deux enfants le costume connu des
élèves de l'Institution.

«La simplicité du motif serait relevée par un piédestal d'une masse
assez imposante pour être un symbole de durée. Sur ses faces de marbre
blanc, les sourds-muets, habitués à voir des enseignements écrits sur
tous les murs de leur Institution, aimeraient à lire les principaux
traits de la vie de l'abbé de l'Épée; et les parlants, en réfléchissant
à ce qu'un homme seul a osé entreprendre pour les sourds-muets,
comprendraient mieux ce qu'il reste à faire pour répartir, entre tous
les sourds-muets de France, le bienfait, pour eux, indispensable de
l'éducation. Quand l'idée fut conçue d'honorer la mémoire de l'abbé de
l'Épée par un monument, je me proposai comme architecte pour le
construire. Ma position particulière de frère d'un sourd-muet m'a fait
offrir de confondre les honoraires de l'architecte dans la dépense
générale.

«Je proposerais de ne pas adosser tout à fait le monument au fond de la
chapelle, afin de lui conserver l'effet des ombres plus longues qui
seraient favorablement produites par le jour venant des fenêtres en
face.

«Je joins ici l'évaluation des dépenses.

    «J'ai l'honneur d'être, etc., etc.»


    _Devis des dépenses du monument de l'abbé
    de l'Épée_.

    «Le buste en marbre et les deux figures,
    avec le motif qui les relie.              3,500 f.
    «Piédestal en marbre blanc sur massif
    en pierre                                 3,500
                                              -----
    Total                                     7,000

«NOTA. Les honoraires de l'architecte seraient employés à faire les
inscriptions.

M. NOVION, entre autres entrepreneurs de marbre, offre d'exécuter le
monument, en confiant les figures aux meilleurs sculpteurs, pour le prix
de sept mille francs.

«Si les fonds ne permettaient pas d'atteindre cette somme, et qu'il
fallût réserver une dépense pour le caveau, on pourrait très-dignement
exécuter le buste et les figures en fer coulé. La position abritée du
monument ne laisse aucun inconvénient à l'emploi du fer, dont la fusion
peut être d'une entière perfection dans les ateliers de M. Calla. Je
citerai mon expérience, y ayant fait exécuter le bazar Montesquieu,
entièrement construit en fer.

      «Vr LENOIR.»

     AUGUSTE PRÉAULT, _statuaire, à Monsieur Chapuys-Montlaville,
     secrétaire de la commission du monument à élever à l'abbé de
     l'Épée._

    «MONSIEUR,

«La commission nommée pour élever un monument à la mémoire de l'_abbé de
l'Épée_ n'ayant pas de statuaire désigné pour le charger de ce travail,
permettez-moi de vous demander votre voix et votre protection pour
obtenir cet honneur, qui me serait bien cher.

«Je désire que le monument soit en bronze, en marbre ou en granit.
L'objet principal doit être la représentation fidèle de l'_abbé de
l'Épée_, c'est-à-dire la tête, le buste et les mains, tels que les
statuaires de l'antiquité les consacraient aux grands penseurs. Je pense
qu'il faut éviter la statue en pied, qui entraînerait à des frais
inutiles, et se garder de tout ce qui ne serait ni la tête, ni le
cœur, ni la mimique des deux mains pour exprimer le travail des deux
premières parties; le reste du monument ne doit être que l'accessoire et
servir seulement à développer ce que j'expose.

«Je désirerais, en outre, qu'une ou deux personnes fussent désignées
pour surveiller les progrès de l'œuvre, et éviter tout ennui à la
commission.

«Le statuaire s'engagerait à ne pas s'éloigner de cette donnée, qui est
certainement très-vague, mais en dehors de laquelle il ne croit pas
qu'il soit possible de présenter un projet plus arrêté, tant que
l'artiste ne sera pas définitivement choisi, que l'on n'aura pas désigné
la place où doit s'élever le monument, et que l'on ne sera pas renfermé
dans un chiffre fixé d'avance pour faire face aux travaux de statuaire,
d'architecture, de fonte, etc.

«La souscription resterait ouverte pendant six mois, et l'on
commencerait d'abord le buste; la commission aurait toute confiance dans
le sculpteur et dans ses deux membres surveillants, pour l'exécution de
l'œuvre. Quant à moi, si j'en étais chargé, je m'engagerais à faire
tout ce que mon talent et mon honneur me commanderaient.

«Dans cette attente, j'ai bien l'honneur d'être, etc., etc.»

       *       *       *       *       *

Cette lecture achevée, la commission s'ajourna au samedi 29 février.

       *       *       *       *       *

Ce jour-là, il fut donné communication de la réponse suivante de M.
Benjamin Delessert à l'invitation qui lui avait été adressée par M.
Chapuys-Montlaville, au nom de la commission:


      «Paris, 17 février 1840.

    «MONSIEUR,

     «Je reçois la lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'adresser
     le 16 courant, pour m'entretenir de la souscription relative au
     monument à élever à la mémoire de l'abbé de l'Épée.

     Ainsi que je l'ai dit à M. Dupin, je souscrirai volontiers pour une
     somme de 60 francs; mais il me serait de toute impossibilité de
     faire partie du comité, ni de remplir les fonctions de trésorier,
     mes occupations absorbant tout mon temps, et ayant déjà refusé
     d'être le caissier de plusieurs souscriptions analogues.

     Agréez, etc.»

Un membre indique M. Caccia, banquier, pour remplacer M. Benjamin
Delessert. Mais il n'est pas donné suite à cette proposition.

M. le secrétaire annonce qu'il a écrit aux ambassadeurs étrangers, à la
cour de cassation, à la cour des comptes, aux cours d'appel, et qu'il a
reçu la réponse de l'ambassadeur de Bavière, dont voici la teneur:

      7 septembre 1839.

             LÉGATION DE BAVIÈRE.

    _A Monsieur le secrétaire de la commission pour
    le monument de l'abbé de l'Épée._

    «MONSIEUR,

«Je me suis empressé de communiquer à mon gouvernement le contenu de la
lettre que vous m'avez fait l'honneur de m'adresser dans les premiers
jours du mois de juillet dernier.

«Le roi, mon souverain, digne appréciateur du mérite et des vertus de
l'homme célèbre dont toute l'humanité partage les bienfaits, s'est
empressé d'autoriser les personnes auxquelles vous confierez cette
honorable mission, à recueillir, en Bavière, les dons gratuits destinés
à l'érection du monument consacré à la mémoire de l'abbé de l'Épée.

«Je m'empresse, Monsieur, de vous transmettre copie de l'ordonnance
royale[79], datée du 22 août dernier, qui vient de m'être communiquée à
cet effet.

«Recevez, Monsieur, les assurances de ma très-parfaite considération.»

Voici la teneur de la lettre qui avait été adressée, en juin 1839, aux
ambassadeurs des cours étrangères:

«Une commission est formée pour recueillir des souscriptions à l'effet
d'élever un monument à l'abbé de l'Épée dans l'église Saint-Roch, lieu
de sa sépulture.

«Le bienfait de l'abbé de l'Épée est universel. Cet homme de bien
n'appartient pas seulement à la France, mais à toutes les nations
civilisées.

«Nous sommes convaincus, Monsieur l'ambassadeur, que vos nationaux
éprouveront le besoin de s'unir à nous pour accomplir cet acte de piété,
et nous venons, pleins de confiance, vous prier de vouloir bien
recueillir les souscriptions de vos compatriotes, afin qu'il soit dit
que tous ceux qui ont profité du bienfait, ont témoigné ensemble de la
reconnaissance qu'ils gardent au bienfaiteur.

«Nous avons l'honneur de vous offrir, Monsieur l'ambassadeur, l'hommage
de notre haute considération.

      «Le secrétaire,      Le président de la commission,
    CHAPUYS-MONTLAVILLE.      DUPIN.»



XXVI

     Rapport de M. Nestor d'Andert sur les projets soumis à la
     commission.--Préférence acquise à celui de M. Préault.--Les
     ministres invités à compléter la somme nécessaire à l'érection du
     monument.--Celui de l'Intérieur, M. de Montalivet, souscrit pour
     3,000 fr.--Devis à forfait de M. Préault--La commission l'accepte,
     à condition que l'artiste ne pourra exiger les sommes à recevoir
     qu'à mesure des rentrées, et que le monument sera prêt en février
     1841.--Nouvelle circulaire, nouvelles démarches auprès des grands
     corps de l'État.--Appel à Louis-Philippe et à sa famille.--On en
     ignore le résultat.--L'ancien curé de Saint-Roch, devenu évêque
     d'Évreux, regrette de ne pouvoir prêcher le jour de l'inauguration
     du monument.--On s'adresse à l'abbé Cœur, qui ne peut, à cause
     de ses nombreux travaux, accepter cette honorable
     mission.--Fixation ultérieure du jour de la cérémonie.


M. Nestor d'Andert fait un rapport sur le résultat de l'examen des
divers projets de monuments dont la sous-commission a été chargée.

     «Messieurs, dit-il, la sous-commission, réunie, le jeudi 27
     février, chez son président M. Dupin, s'est occupée attentivement
     des divers projets de monuments à élever à la mémoire de l'abbé de
     l'Épée.

     «Deux concurrents se sont présentés.

     «Quatre dessins ont été soumis.

     «Trois portent la signature de M. Lelong, architecte.

     «La sous-commission a été frappée du manque absolu d'expression
     dans les trois premiers projets, qui lui ont paru n'offrir aucun
     trait caractéristique du génie, des travaux et de la gloire de
     l'abbé de l'Épée.

     «Elle a remarqué surtout que la sculpture, d'où devait jaillir la
     pensée fondatrice du monument, sa signification prompte, facile,
     intelligible, était trop sacrifiée à la partie architecturale,
     toujours destinée, dans de pareils ouvrages, à accompagner plutôt
     qu'à prévaloir, à subir plutôt qu'à dominer.

     «L'architecture est le cadre, la statue est le tableau, vous le
     savez, Messieurs.

     «En outre, elle a paru craindre l'abus trop prolongé de la
     décoration dans ces trois monuments, une ornementation banale,
     exagérée, et conséquemment d'un luxe usé, mesquin, plus théâtral
     que vrai.

     «Enfin, la sous-commission a pensé que cette exagération, que cette
     profusion d'ornements pourraient entraîner, malgré l'autorité des
     chiffres posés par l'auteur, dans des dépenses considérables et
     sans compensation avantageuse.

     «Il restait à la sous-commission à examiner le quatrième projet
     présenté par MM. Auguste Préault et Lassus. Et d'abord, la
     sous-commission a été saisie de l'harmonie élevée et de l'heureuse
     ordonnance du monument. La réputation et le talent incisif du
     sculpteur étaient déjà une garantie de la perfection de l'œuvre,
     tandis que le plan de M. Lelong, pour y revenir dans un
     rapprochement nécessaire entre des artistes de mérite, n'indique
     aucunement quel serait le sculpteur chargé du soin des bas-reliefs
     et rondes bosses.

     «Le projet de MM. Auguste Préault et Lassus semble donc réunir
     toutes les conditions désirables sous le triple rapport de
     l'expression dans la sculpture, de l'art répandu dans l'ensemble et
     de l'économie dans les dépenses, ce qui a engagé la sous-commission
     à désigner ce dernier plan à vos lumières comme étant le plus
     convenable à tous les titres.»

A l'issue de la séance, on écrivait aux ministres:

     «Les restes de l'illustre abbé de l'Épée ont été retrouvés, par les
     soins et la piété de quelques-uns de ses enfants adoptifs, dans
     l'un des caveaux de l'église Saint-Roch, lieu de sa sépulture.

     «Des preuves authentiques ont été recueillies, et une commission
     s'est formée spontanément pour honorer la mémoire de ce bienfaiteur
     de l'humanité, en lui élevant un monument funéraire.

     «La souscription, ouverte depuis bientôt deux ans, marche
     lentement; toutefois, nous avons déjà une certaine somme à notre
     disposition.

     «Le ministre de l'intérieur[80], un grand nombre de membres des
     deux Chambres, les diverses écoles de sourds-muets, toutes les
     personnes, enfin, auxquelles nous nous sommes adressées, ont bien
     voulu concourir à cette œuvre de gratitude et de respect.

     «Deux artistes, MM. Lassus et Préault, ont déclaré ne demander que
     le remboursement de leurs déboursés, dans le cas où ils seraient
     chargés du monument. Ils proposent même de le prendre à leurs
     risques et périls. Ils se contenteraient de 6 à 7,000 francs pour
     l'exécuter.

     «La commission, reconnaissante de leurs offres, est disposée à les
     accepter. Son but sera ainsi tout à fait rempli. En effet, elle n'a
     pas prétendu élever un monument somptueux, tout de luxe, à un homme
     d'une modestie proverbiale. Il aurait formé un contraste trop
     évident avec son caractère et sa vie.

     «Une simple manifestation, un souvenir, acquitteront notre dette.

     «Nous évaluons à 3,000 francs environ les sommes qui sont ou seront
     versées dans la caisse de la souscription.

     «Une autre somme de 4,000 francs est donc indispensable pour former
     le complément de celle qui est demandée pour le monument.

     «Nous espérons, Monsieur le ministre, que vous voudrez bien vous
     associer à notre œuvre, et faire contribuer l'État à cet acte de
     justice et de gratitude.

     «Veuillez agréer, etc.»

La commission s'est réunie le 13 juin 1840.

M. le président annonce à la commission que M. le ministre de
l'intérieur souscrit pour une somme de 3,000 francs, ainsi qu'il résulte
d'une lettre de M. Cavé, directeur des Beaux-Arts, en date du 9 de ce
mois, ainsi conçue:

     «Monsieur le président, je m'empresse d'avoir l'honneur de vous
     informer que M. le ministre de l'intérieur a alloué, selon votre
     désir, une somme de 3,000 francs pour le monument de l'abbé de
     l'Épée dans l'église Saint-Roch. Vous recevrez incessamment avis
     officiel de cette décision.

     «Agréez, etc.»

M. Dupin aîné donne ensuite lecture d'un devis fourni par MM. Préault et
Lassus. Ce devis[81] est suivi d'un engagement formel, pris par M.
Préault, d'exécuter à forfait et de livrer, pour le prix de 7,000
francs, le monument dont le modèle en relief et au lavis se trouve sous
les yeux de la commission. M. Préault déclare que, dans le cas où le
chiffre de la souscription ne s'élèverait pas à 7,000 francs, il
n'aurait aucun recours à exercer contre la commission et se contenterait
des 3,000 francs du ministre de l'intérieur, et des autres sommes qui
résulteraient des diverses souscriptions.

Le plan, le devis et l'engagement de M. Préault demeurent annexés au
procès-verbal.

M. le président propose à la commission d'accepter les offres de MM.
Lassus et Préault, aux conditions précitées, contenues dans le dossier
et dans l'engagement mentionné ci-dessus.

Après en avoir délibéré, la commission arrête que les offres de MM.
Préault et Lassus sont acceptées telles qu'elles se trouvent contenues
dans leurs devis et leurs déclarations; toutefois, elle prie M. le
président de mettre à cette acceptation deux nouvelles conditions: la
première, c'est que les paiements ne pourront être demandés qu'aux
époques de rentrée des sommes provenant de la souscription; la seconde,
c'est que le monument sera entièrement achevé et posé d'ici au mois de
février 1841.

MM. le président et le secrétaire de la commission sont autorisés à
signer le présent marché avec MM. Lassus et Préault.

En juillet 1841 parut une circulaire du président de la commission,
contresignée par le secrétaire, dont voici la teneur:


    «MONSIEUR,

     «Les restes de l'illustre abbé de l'Épée, le père des pauvres
     enfants que vous initiez à la vie en pratiquant sa méthode, ont été
     retrouvés dans l'église de Saint-Roch, à Paris.

     «Cette sépulture devait être honorée. Une commission s'est formée,
     une souscription a été ouverte; le gouvernement français s'est
     associé à cette œuvre de respect et de gratitude.

     «Un artiste, M. Préault, n'a pas voulu attendre que la souscription
     eût produit tout son effet; il a demandé et obtenu l'entreprise du
     monument.

     «Il l'achève en ce moment, et, cependant, nos fonds sont loin de
     pouvoir couvrir tous les frais. Nous avons recours à vous,
     Monsieur, à tous les sourds-muets du pays que vous habitez, à
     leurs familles, à leurs amis, à tous les amis de l'humanité.

     «Nous vous prions d'ouvrir une souscription pour le monument de
     l'abbé de l'Épée et de vous unir à nous pour honorer la mémoire de
     cet homme de bien.

     «Votre réponse devra être adressée à M. Dupin, procureur général à
     la Cour de cassation et président de la commission, sous le couvert
     de M. le président de la Chambre des députés.

     «Nous avons l'honneur de vous offrir, Monsieur, l'assurance de nos
     sentiments distingués.»

Le jeudi 24 février 1842, se réunirent, au domicile de M. Dupin, les
membres de la commission, MM. Chapuys-Montlaville, Nestor d'Andert,
Monglave, Ferdinand Berthier et Alphonse Lenoir. Le président était si
pressé d'expédier les affaires urgentes de la Chambre, qu'à peine
avait-il le loisir d'examiner celles du monument. Cependant, M.
Chapuys-Montlaville, après avoir donné lecture d'une réclamation de M.
Auguste Préault, fut autorisé par le président: 1º à envoyer un garçon
de la Chambre des députés, en uniforme, aux ministres, aux pairs de
France, aux députés, aux banquiers, à l'archevêque de Paris, etc.; 2º à
écrire au roi pour en solliciter une souscription au monument; 3º enfin
à supplier l'évêque d'Évreux[82] de vouloir bien prêcher dans l'église
Saint-Roch le jour de l'inauguration.

On devait fixer ultérieurement l'époque de la cérémonie.

Voici la demande de la commission au roi Louis-Philippe, datée de mars
1842:

    «SIRE,

«Nous allons élever un modeste monument à l'abbé de l'Épée dans l'église
Saint-Roch, à Paris, à l'endroit où ses restes profanés ont été
retrouvés et où il avait été enseveli primitivement.

«Confiants dans les sentiments élevés et généreux de Votre Majesté, nous
osons espérer qu'Elle voudra bien contribuer avec nous à rendre un pieux
et solennel hommage à l'un des plus grands bienfaiteurs de l'humanité.

«Nous sommes, avec le plus profond respect, etc.»

Nous ignorons encore si le roi Louis-Philippe a souscrit et si sa
famille s'est associée à lui dans cette pensée sainte.

Monseigneur l'évêque d'Évreux s'étant excusé sur ses tournées pastorales
de ne pouvoir satisfaire au désir de la commission, on s'adressa à M.
l'abbé Cœur, alors professeur d'éloquence sacrée à la Sorbonne, qui
ne put, à son grand regret, à cause de ses nombreux travaux, accepter
cette honorable mission.



XXVII

     La Commission cesse de s'assembler.--M. Préault, presque abandonné
     à lui-même et n'ayant plus que les conseils de MM. de Monglave et
     Berthier, tient religieusement sa promesse.--Le monument est
     inauguré en août 1841, sans cérémonie et presque à huis
     clos.--Description et éloge de cette œuvre remarquable.--Mais
     pourquoi une inscription latine?--Sur 22,000 sourds-muets que
     renferme la France, il n'y en a pas 22 qui sachent le
     latin.--Hommage des sourds-muets suédois.--Couronne de bronze due
     aussi à M. Préault, ainsi que la statue de l'abbé de l'Épée qui
     orne la façade de l'hôtel de ville de Paris.--Cruels sacrifices
     pécuniaires de l'artiste pour le monument de Saint-Roch et pour
     celui qu'il a élevé au général Marceau sur une place de
     Chartres.--Un buste du grand instituteur dû à un sculpteur
     sourd-muet, offert à l'école de Paris.--Séance
     d'inauguration.--Souscription ouverte pour élever une statue à
     l'abbé de l'Épée sur une des places de Versailles, sa ville
     natale.--L'Institution de Paris s'associe à cet acte de
     reconnaissance.


Depuis lors, la commission ne fut plus convoquée. Toutefois, selon
l'engagement de l'architecte et du sculpteur, le monument élevé à la
mémoire de l'abbé de l'Épée fut inauguré presque à l'époque convenue,
c'est-à-dire en août 1841, mais sans cérémonie, et presque à huis clos!
Pourquoi? Dieu le sait.

Ce tombeau consiste en une pierre triangulaire portant, au sommet, le
buste en bronze du célèbre instituteur, et, à la base, deux figures de
même métal, représentant un jeune enfant et une jeune fille, les mains
levées, en signe de reconnaissance, vers l'homme qui les a arrachés à
leur triste infirmité et leur a donné, en dépit de la nature, le bien
précieux de l'éducation.

[Illustration: Monument de l'abbé de l'Épée dans une chapelle de
l'Église Saint-Roch, à Paris.

Sculpteur, M. PRÉAULT.--Architecte, M. LASSUS.]

L'inscription simple et noble qui la décore[83] serait en parfaite
harmonie avec le monument si, malgré notre avis réitéré et à notre bien
vif regret, on eût consenti à l'écrire en français et non en latin,
langue inconnue à l'immense majorité des sourds-muets du globe.
L'œuvre en elle-même fait le plus grand honneur aux artistes
distingués qui ont concouru à son érection. M. Lassus, architecte, et M.
Auguste Préault ont compris qu'il devait être d'une conception simple et
grave, comme le génie de l'homme à la mémoire duquel il est consacré. Le
buste et les figures sont exécutés, d'ailleurs, avec une grâce et une
délicatesse qui révèlent une face toute nouvelle dans le talent si
neuf, si hardi, si original de M. Préault.

       *       *       *       *       *

Quatre ans plus tard, par l'intermédiaire de M. Eugène Garay de Monglave
et de l'auteur de ce mémoire, à côté du monument fut attachée une
couronne de lauriers, en bronze, due au même statuaire, avec
l'inscription suivante: _A l'abbé de l'Épée, les sourds-muets suédois._
C'était la réalisation d'un vœu, exprimé par M. O.-E. Borg, directeur
de l'Institution des sourds-muets et des aveugles de Stockholm. Il
n'était arrivé à Paris, avec le montant de la souscription de ses
élèves, qu'en 1845, longtemps après que le monument de Saint-Roch était
terminé.

Presque dans le même temps, c'est-à-dire en 1844, sur la façade
monumentale de l'hôtel de ville de Paris, l'administration municipale
faisait poser la statue, de grandeur naturelle, de l'abbé de l'Épée, due
également au ciseau de M. Préault, entre celles des grands hommes qui
sont nés dans la capitale, ou qui l'ont illustrée par leurs travaux et
leurs écrits. Elles sont placées dans des niches pratiquées au premier
étage et dans les entre-colonnements des deux ailes de cet édifice.

Dans ce dernier travail, M. Préault a trouvé, on nous l'assure du moins,
la stricte rémunération de ses peines. Malheureusement nous avons tout
lieu de croire qu'il n'en a pas été de même pour le monument de
Saint-Roch, et qu'outre son inspiration, sa main d'œuvre et son
temps, l'honorable statuaire a dû parfaire de sa bourse la somme assez
élevée qui était nécessaire à la rémunération complète des ouvriers et
des fournisseurs avec lesquels il avait traité, la souscription n'ayant
pas produit suffisamment pour faire face à toutes les dépenses, ou la
dispersion subite des membres de la Commission avant l'achèvement des
travaux ayant jeté le désordre dans la rentrée régulière des fonds
recueillis en divers lieux et par diverses mains.

C'est toujours un spectacle douloureux que celui d'un artiste victime de
son dévouement à la gloire et à l'humanité. Si ce qu'on nous rapporte
est vrai, M. Préault serait, du reste, à cet égard, coutumier du fait,
et sa belle statue du général républicain Marceau, que tout Paris a
admirée, et qui décore aujourd'hui une des principales places publiques
de Chartres, ville natale du célèbre guerrier, aurait été, de sa part,
l'occasion d'un nouveau sacrifice obligé à l'art qu'il professe avec
tant d'éclat, et à une des gloires de la France, dont personne n'est
plus enthousiaste que lui. _Macte animo, generose puer!_

       *       *       *       *       *

En avril 1840, le neveu du sculpteur sourd-muet, Amédée Durand, avec un
tact qui l'honore, avait bien voulu offrir à l'Institution nationale
des sourds-muets de Paris le buste original de son illustre fondateur,
terminé, à son insu, par son oncle, trois ans avant la mort du célèbre
instituteur, c'est-à-dire à la date de 1786, buste d'après lequel ont
été exécutés ceux qu'on a vus circuler dans le public sur une échelle
réduite. Cet artiste était aussi l'auteur d'un second buste dont il
avait changé les proportions. Ainsi se trouva dûment constatée l'origine
de ces copies, jusque-là inconnue.

Le don de M. Amédée Durand, accepté par l'ancienne administration de
l'Institution, avec tout l'empressement qu'il méritait, fut inauguré, le
11 mai 1840, dans la salle des séances publiques.

Ce jour-là, à une heure de l'après-midi, quatre élèves sourds-muets,
signalés les premiers par ordre de mérite, ont été introduits dans la
salle du conseil d'administration, pour y recevoir le buste. Ils l'ont
transporté dans celle des exercices publics, précédés de quatre élèves
sourdes-muettes, désignées également par rang de mérite, chargées de
couronnes d'immortelles, de lauriers et de guirlandes de fleurs. Les
membres des anciens conseils d'administration et de perfectionnement[84]
venaient à la suite.

Le buste de l'abbé de l'Épée a été placé sur un piédestal, au haut de
l'estrade; les quatre élèves sourds-muets rangés à droite, les quatre
sourdes-muettes, à gauche, figuraient la famille des sourds-muets réunis
autour de leur père.

Les dames du comité, M. Amédée Durand, les élèves de l'un et l'autre
sexe étaient assis dans la salle, en face du buste; les fonctionnaires
des deux maisons occupaient les deux parties latérales.

M. le baron de Gérando, président et doyen à la fois du conseil
d'administration, s'est avancé et a adressé aux fonctionnaires et aux
élèves des deux maisons une allocution analogue à la circonstance.

A la suite de ce discours, aussi profondément senti que fortement
exprimé, les couronnes ont été déposées sur le buste par deux élèves (un
sourd-muet et une sourde-muette); le piédestal a été entouré de
guirlandes par les autres, aux applaudissements réitérés de l'assemblée.

Ensuite, M. le président a procédé à une distribution de livrets de la
caisse d'épargne, provenant d'un premier fonds de 200 fr., de ses
deniers, placé par M. Désiré Ordinaire, alors directeur de l'École des
sourds-muets de Paris, pour former le noyau d'une masse commune, somme
que d'autres dons étaient venus accroître successivement. Avec
l'approbation de M. le Ministre de l'intérieur, le conseil
d'administration avait statué que le dépôt, s'élevant à un total de 664
fr., serait réparti, proportionnellement à leur mérite, entre les élèves
des deux maisons qui, d'après les notes comparées des divers
fonctionnaires, se seraient le plus distingués par leur conduite, leur
travail et leurs progrès.

Le président faisait observer qu'en distribuant ces livrets en pareille
circonstance, l'administration s'était proposé, non-seulement de
décerner un témoignage de satisfaction aux élèves les plus méritants,
mais aussi d'offrir à tous un sujet utile de réflexion, une instruction
sensible, qui leur fît apprécier, de bonne heure, les avantages de
l'ordre et de l'économie dans toutes les conditions sociales.

Alors, les élèves des deux maisons sont venus successivement défiler
devant le buste de l'abbé de l'Épée, et l'ont salué; ceux d'entre eux
auxquels les livrets étaient destinés les ont reçus des mains du
président, et leurs noms ont été en même temps proclamés.

Le président, au moment de lever la séance, a fait connaître à
l'assemblée que la ville de Versailles, qui s'honore d'avoir vu naître
l'abbé de l'Épée, venait d'ouvrir une souscription pour ériger un
monument à ce bienfaiteur de l'humanité; que le conseil
d'administration, désirant s'associer à l'hommage public rendu par sa
ville natale à la mémoire de l'immortel fondateur de l'Institution
nationale, avait arrêté qu'un registre de souscription, sur lequel ses
membres s'inscriraient individuellement, serait ouvert par les soins et
dans les mains de l'agent comptable, et qu'il en serait donné avis au
Maire de Versailles.

A deux heures et demie, l'assemblée se retirait, visiblement émue.



XXVIII

     Ces hommages, rendus, de toutes parts, à la mémoire de l'abbé de
     l'Épée, avaient été devancés, dès 1835, dans un banquet
     commémoratif de sa naissance, par une proposition que je fis aux
     sourds-muets et à leurs amis d'acquérir un buste en bronze du
     célèbre instituteur.--Empressement unanime de tous les
     convives.--Le buste est commandé au sculpteur Parfait Merlieux, et
     inauguré sur la fin du banquet de l'année suivante.--Transports
     d'allégresse de tous les assistants.--Mon allocution.--Bienfaits de
     la Société centrale des sourds-muets.--Projet de cours publics et
     gratuits en faveur des ouvriers atteints de cette infirmité.


Ces divers tributs d'admiration, payés à la mémoire de l'abbé de l'Épée,
avaient été devancés par l'appel qu'au second banquet[85] du 123e
anniversaire de sa naissance (6 décembre 1835), j'avais fait, comme
président, au concours sympathique de mes frères, tant sourds-muets que
parlants, dans la vue d'acquérir un buste en bronze de ce bienfaiteur de
l'humanité, ce _palladium_, ce drapeau de notre association commune, qui
devait être désormais arboré au milieu de nous, à chaque anniversaire de
ce bienheureux événement. Tous répondirent, comme un seul homme, à cet
appel. Aussi, dès le 4 décembre de l'année suivante, l'œuvre du
sculpteur Parfait Merlieux fut-elle, sur la fin du repas, découverte et
saluée d'unanimes applaudissements. Ces applaudissements redoublèrent
quand on vit une couronne d'immortelles descendre sur la tête vénérée du
premier apôtre des sourds-muets. Je me levai alors pour adresser aux
convives l'allocution mimique suivante:

«Frères, la voilà, s'offrant enfin à vos joies et à vos bénédictions,
cette image chérie qui, à notre grand regret, manquait toujours à notre
fête annuelle! Le voilà ce visage de notre saint Vincent de Paule, qu'a
su reproduire, avec tant de fidélité, un artiste de mérite, Parfait
Merlieux, que vous voyez assis ici à mes côtés. Contemplez avec moi ces
traits de l'abbé de l'Épée, brillants de toute la puissance du génie, de
tout l'éclat des plus rares vertus! Contemplez cette auréole qui annonce
un envoyé de Dieu, ce front majestueux d'où jaillit, comme une flamme
céleste, cette admirable conception qui nous a placés au niveau des
hommes privilégiés, qui nous a élevés jusqu'à lui, jusqu'à la divinité!

«Notre âme, alors que pas la plus légère clarté n'y pénétrait encore,
n'était-elle pas emprisonnée dans le monde matériel? Aujourd'hui,
rompant ses fers et secouant son engourdissement, elle prend un rapide
essor vers le monde de l'intelligence.

«Nous étions esclaves de nos sens, de nos passions. Maintenant, nous
sommes maîtres de notre conduite; la raison est notre flambeau, notre
reine!

«D'autre part, et tout le monde le reconnaît, depuis l'institution de
cette fête et de notre comité, le cercle de nos idées s'est
prodigieusement agrandi.

«N'est-ce pas à l'heureux contact de tous ceux qui ont bien voulu
s'associer à nos efforts, qu'est dû cet étonnant progrès de notre
civilisation? Nous ne sommes plus en dehors du grand travail des
intelligences humaines: nous gravitons avec elles vers le pôle de la
perfectibilité; et, pourtant, je vous vois murmurer contre d'injustes
préventions. Rassurez-vous, frères, rassurez-vous et espérez! L'évidence
est notre arme à nous. Le temps n'est peut-être pas éloigné où elle
détruira toutes ces préventions, comme l'art créateur de l'abbé de
l'Épée, après avoir soulevé, à sa naissance, les attaques de
l'ignorance, en sortit triomphant à la fin.

«Elles sont présentes, frères, à votre mémoire ces paroles simples qu'un
respectable ecclésiastique adressa à notre _sauveur_ en venant
d'assister à un de ses exercices: «Je vous plaignais avant de vous avoir
vu, je ne vous plains plus maintenant; vous rendez à la société et à la
religion des êtres qui étaient étrangers à l'une et à l'autre.»

«Au milieu des témoignages d'intérêt et de bienveillance qui nous
environnent, qu'il me soit permis de signaler à votre reconnaissance la
constante sollicitude du gouvernement en faveur des sourds-muets moins
heureux que nous. Il vient d'ordonner un recensement général de cette
population à part; et je crois savoir qu'il s'occupe de multiplier,
autant qu'il est en son pouvoir, les écoles consacrées à l'éducation de
ces infortunés.

«Si le sort des jeunes sourds-muets excite l'intérêt public, celui des
pauvres ouvriers sourds-muets qui languissent dans une complète
ignorance des droits et des devoirs du citoyen, et qui, pour mieux
gagner leur pain, ont besoin de savoir appliquer la chimie à
l'industrie, n'a-t-il pas autant de droits à notre bienveillance à tous?
Pourquoi ne prendrions-nous donc pas la liberté de supplier le
gouvernement de nous autoriser à créer des cours publics et gratuits
dont il apprécierait certainement l'importance? Ce serait nous aider à
ouvrir une école aux mœurs et au respect des lois. Plusieurs hommes
de mérite ont bien voulu nous promettre de nous seconder dans
l'accomplissement de cette grande œuvre de l'émancipation des
sourds-muets.

«Tel était, frères, l'esprit de charité qui animait l'apôtre dont nous
sommes heureux de fêter, en ce moment, l'anniversaire.

«Imitons-le! C'est le meilleur moyen de reconnaître ce qu'il a fait pour
nous.

«J'ai abusé, sans doute, de votre attention; et, cependant, j'en ai
encore besoin pour quelques secondes: je n'ai pas fini.

«Agréez l'expression de ma vive et profonde reconnaissance pour
l'éclatant honneur que j'ai reçu de vous et qui m'impose de nouveaux
efforts pour justifier votre choix!

«C'est dans vos encouragements et dans votre approbation que je puiserai
cette constance nécessaire pour surmonter les obstacles et pour arriver
au but de nos vœux. Je termine, mes frères, en vous proposant un
toast cher à nos cœurs:

«A L'IMMORTEL ABBÉ DE L'ÉPÉE!»



XXIX

     Toast porté en langue mimique à la gloire des sourds-muets par leur
     ami Eugène Garay de Monglave.--Revue des célébrités de cette nation
     exceptionnelle.--Professeurs, lauréats, jurisconsultes, prosateurs
     et poëtes, bacheliers, mathématiciens, chimistes, physiciens,
     inventeurs, peintres (histoire, sujets religieux, portraits,
     marines, pastel, daguerréotype et lithographie), statuaire,
     graveurs, mécaniciens, horlogers, imprimeurs, ouvriers en tout
     genre, militaires.--Trait héroïque de dévouement et de courage d'un
     sourd-muet de douze ans.--Le gouvernement lui décerne une marins et
     médaille.--Ses condisciples se cotisent pour lui fournir le moyen
     d'assister à notre banquet.--Mon toast à M. Bouilly et la réponse
     de ce doyen de nos auteurs dramatiques.


Dans ce banquet des sourds-muets, comme dans tous ceux qui l'avaient
précédé et dans tous ceux qui le suivirent, on vit, immédiatement après
le président, se succéder à la tribune plusieurs orateurs[86], faisant
assaut de sentiments, de verve, d'éloquence, dans ce concert unanime
d'actions de grâces. Au nombre des rares parlants, devenant alors
sourds-muets, afin d'apporter leur fraternel concours à cette
solennité, M. Eugène Garay de Monglave se fit remarquer par la chaleur
expansive qu'il mit, selon sa coutume, à défendre les intérêts d'une
classe nombreuse de citoyens, trop peu comprise encore de nos jours.
C'est pour acquitter, en partie du moins, à son égard, une dette sacrée
de reconnaissance, que nous croyons devoir assigner ici une place
spéciale au toast brillant de cet ami dévoué de nos frères d'infortune.

    «A la gloire des sourds-muets:!
    «Ils ont déjà leur jurisconsulte: . . . . . .

...(1)[87], qui recherche leurs titres enfouis, correspond avec le
_Droit_, avec la _Gazette des Tribunaux_, et adresse, pour ses frères
méconnus, des pétitions aux assemblées législatives, qui les renvoient
aux Ministres;

«Des prosateurs: ce même...........(2), au style incisif et harmonieux,
auteur de divers ouvrages remarquables, et couronné par une académie;
Claudius Forestier, directeur de l'École des sourds-muets de Lyon, qui
aspire à devenir le Rollin de ses frères d'infortune, et prépare, pour
eux, un cours complet d'éducation; puis, le fils du général Gazan, leur
La Bruyère, à la pensée originale et hardie; puis, leurs professeurs et
écrivains distingués, Lenoir, Allibert, Richardin, Chambellan, Imbert et
d'autres encore;

«Des poëtes: Pélissier, que Lamartine a chanté, et chez qui la plus
suave harmonie arrive, non par l'oreille, mais par le cœur;
Pélissier, dont les délicieuses mélodies sont, en ce moment, sous
presse[88]; et son émule, son rival peut-être un jour, Châtelain, qui
s'est formé, comme lui, à l'École des sourds-muets de Toulouse;

«Un bachelier qui a subi ses examens avec succès: E. Laurent de Blois;
un mathématicien, un physicien de mérite, à qui l'on doit de curieuses
découvertes, et dont l'Académie des sciences a mentionné les précieux
travaux: Paul de Vigan;

«Plusieurs peintres dont les tableaux figurent aux expositions et au
Musée de Versailles: Mlle Fanny Robert, la gracieuse élève de
Girodot, dont le pinceau a tant de délicatesse et d'abandon; Peyson,
l'Apelle méridional, qui a retracé _les derniers moments de l'abbé de
l'Épée_; Loustau, à qui le gouvernement commande des sujets religieux;
de Widerkehr, qui excelle dans les marines; Gouin, surnommé, à juste
titre, le Dubufe de la daguerréotypie[89], qui a inventé, de concert
avec un autre sourd-muet, Richardin, frère du professeur, une machine à
polir les plaques daguerriennes; Armand Godard, Levassor, Duneuf,
l'Américain du Nord John Carlin; le Péruvien Varela; l'excellent Octave
Bézu, qui s'est fait un nom dans le pastel, et qui, de simple ouvrier,
est devenu, à force de labeur et de persévérance, un artiste de mérite;

«Des lithographes: Bézu encore, Widerkehr, Ed. Robert, le frère de cette
personne si habile dans la peinture, dont je viens de vous parler;

«Un statuaire de talent: Cary;

«Des graveurs: Boclet, attaché au dépôt de la guerre; Gamble et Mlle
Alavoine;

«Des mécaniciens, à la tête desquels Maloisel[90], Leclerc[91], Haacke
réclament une place;

«Des horlogers distingués: Barbat et Alavoine, le frère de la
sourde-muette qui excelle dans la gravure;

«Des imprimeurs: Boulard, Doumic, Romiguières; d'autres encore qui ont
fait leurs preuves à l'Imprimerie nationale, chez Didot et ailleurs;

«Tout un peuple d'ouvriers laborieux et patients qui se font remarquer
dans tous les arts manuels, et dont les noms seuls dépasseraient, de
beaucoup, les bornes de cette allocution rapide;

«Des marins même: l'un d'eux, nègre robuste, au service des États-Unis
(dont le nom m'échappe), estimé de ses chefs, aimé de ses camarades,
vint, il y a quelques années, visiter ses frères blancs de l'école de
Paris, et s'entretenir avec eux dans cette langue si pleine d'images que
leur a donnée, à tous, la nature compatissante;

«Des militaires enfin: l'un d'eux, Lamazure, garde national, a fait
bravement la guerre de la Vendée; un autre, Deydier, a longtemps servi
dans l'artillerie, et s'est vu, avec douleur, mis à la retraite après de
brillants exploits, dans la force de l'âge, parce qu'il était
sourd-muet; un troisième, le comte de Solar, noble fils d'une noble
maison, jeté sur la voie publique par ses nobles parents, recueilli,
adopté par l'abbé de l'Épée, ballotté par les tribunaux, joué sur la
scène française, devint dragon dans les armées de la République, et
tomba sous les coups d'une nuée d'Autrichiens, parce que, seul, il
n'avait pas entendu le signal de la retraite.

«Vous le voyez bien! aucune gloire ne manque à ceux qui nous entourent.
A la gloire donc des sourds-muets, à leur bonheur, à leur avenir!

«Après avoir gravé sur la colonne immortelle de cette gloire silencieuse
des noms de professeurs et d'hommes de lettres, de bacheliers et de
poëtes, de mathématiciens, de chimistes, de peintres, de lithographes,
de statuaire, de graveurs, de mécaniciens, d'imprimeurs, d'ouvriers en
tout genre, de marins même et de soldats intrépides, qu'il me soit
permis d'y inscrire un nouveau nom!

«Dernièrement, un petit sourd-muet de douze ans se présente à notre
école, où il est admis par le Gouvernement. Une somme de cinquante
francs lui a été donnée par le Ministre de l'intérieur, autant par le
ministre de la marine, et à sa boutonnière brille une médaille[92],
prix de son courage et de son dévouement.

«Les sourds-muets sont fiers de compter dans leurs rangs ce nouveau
camarade décoré. Ils le montrent avec orgueil et racontent avec bonheur
son histoire.

«C'était le 14 juin dernier, sur la côte du Havre: quatre enfants ont
aperçu sur le sable une chaloupe abandonnée; ils s'en emparent, y
montent, rament et s'y balancent, ignorant, pauvres petits, le danger
qu'ils courent; mais l'un d'eux est entraîné par son aviron trop pesant,
il tombe dans l'eau, il s'y débat; ses camarades poussent des cris
déchirants, tous les spectateurs frémissent, l'enfant va périr....

«Heureusement les deux frères Hurtrelle (Alexandre et
Léopold-Hippolyte), âgés, le premier, de quatorze ans, le second, qui
est sourd-muet, de douze, se trouvaient aussi sur la plage. L'un a
entendu, l'autre a vu; ils démarrent la petite barque des bains, ils s'y
précipitent, ils font force de rames, ils sont bientôt près de l'enfant
qui disparaît. Le sourd-muet se jette dans l'eau, il nage, il atteint
l'enfant; mais comment réussir à le faire entrer avec lui dans
l'embarcation? Ses forces et celles de son frère s'y refusent. Tout à
coup, une idée s'offre à l'esprit du petit sourd-muet; il saisit le
jeune imprudent par la tête, la soutient hors de l'eau, fait signe à son
frère de ramer, et tous trois arrivent sur la grève, aux acclamations de
la ville entière, témoin de cet acte d'héroïsme.

«Léopold, entré dans notre école, se montre, au milieu de ses frères
sourds-muets, aussi modeste qu'il a été courageux au moment du danger;
il ne comprend rien aux félicitations qu'on lui adresse, il ne comprend
pas qu'il ait fait autre chose que son devoir.

«Ses camarades avaient décidé qu'il assisterait à ce banquet; mais, pour
y être admis, il faut payer sept francs, somme énorme pour notre héros,
qui ne possède que trois sous. Qu'importe! Ses camarades se cotiseront,
ils feront, entre eux, une quête; celui-ci donnera un sou, celui là,
deux sous, cet autre, plus favorisé de la fortune, trois sous au plus;
et tous ces modestes sous, qu'ils destinaient à leurs plaisirs, étant
réunis, formeront les sept francs exigés. Ils en feront hommage à leur
nouveau condisciple, que, grâce à ces offrandes fraternelles, nous
sommes heureux de voir aujourd'hui au milieu de nous.

«Eh bien! Messieurs, qu'en pensez-vous? N'avais-je pas raison de vous
dire qu'un nouveau nom restait à graver sur la colonne de votre gloire?

«Un toast donc encore à l'élève Hurtrelle! un toast à la gloire des
sourds-muets!»

Il est superflu, sans doute, de dire que M. de Monglave, en descendant
de la tribune, s'est vu entouré, aussitôt, de flots de sourds-muets, qui
lui serraient la main avec effusion. La reconnaissance d'Hurtrelle,
surtout, ne saurait se décrire.

Pour clore cet hymne à la louange de la quasi-divinité, objet de nos
hommages, on ne trouvera pas peut-être déplacé ici le toast qu'en
pareille circonstance je portai à M. Bouilly, et la réponse dont il fut
l'objet de la part de ce respectable doyen de nos auteurs dramatiques.
Voici l'un et l'autre:

      _Mon toast:_

«A la santé de M. Bouilly, qui, sur la scène française, a fait revivre
l'abbé de l'Épée et son cher _Théodore_, connu sous le nom de _comte de
Solar_, au milieu d'un attendrissement général, mêlé de la plus vive
admiration! Son nom restera gravé dans nos cœurs comme celui d'un
ardent défenseur de la cause de l'humanité, d'un éloquent interprète des
sourds-muets.»

      _Réponse de M. Bouilly:_

«Messieurs, je n'ai pas moins éprouvé que vous l'influence bienfaisante
de l'homme célèbre dont vous honorez si dignement la mémoire. J'obtins,
sous l'auréole de son nom, mon plus beau laurier dramatique: l'ouvrage
que m'inspira un des plus beaux traits de l'humanité et du génie
français, excita l'intérêt public, non-seulement sur tous les théâtres
de France, mais sur ceux des grandes cités de l'Europe entière.

«Il ne faut que jeter un regard sur cette figure, où l'empreinte de la
bonté semble voiler le feu sacré du génie, pour être convaincu que
l'abbé de l'Épée ne fut inspiré dans ses travaux, ni par une vaine
ambition de fortune, ni même par l'insatiable désir de la célébrité. Il
obéissait ingénument à la piété la plus pure et à l'amour de ses
semblables. Aussi, jamais on ne le vit briguer les faveurs ni la
protection des puissants du jour. Il employa un capital de 15,000 liv.
de rente, c'est-à-dire plus de 100,000 écus, à soutenir l'admirable
institution dont il était le fondateur. Il s'imposait même, à cet effet,
les plus dures privations. On le vit, pendant un hiver rigoureux,
quoique atteint des infirmités de la vieillesse, se refuser du bois pour
son modeste foyer; et, lorsque ses élèves, instruits de cette touchante
économie, le forçaient à se garantir des rigueurs de la saison, afin
qu'il se conservât pour eux, il disait, de ce ton paternel et pénétrant
qui le caractérisait: _Vous l'avez voulu, mes enfants, je vous ai fait
tort de 300 livres._

«En 1780, l'ambassadeur de Russie vint lui offrir un présent
considérable de la part de l'impératrice Catherine; il le refusa en
disant: _Veuillez dire à Sa Majesté que tout ce que j'ose attendre
d'elle, c'est de m'envoyer un sourd-muet de naissance._

«Paroles admirables! noble fierté d'un philanthrope français, qui aimait
mieux dissiper son patrimoine que de recevoir d'une main étrangère ce
qu'aurait dû lui offrir celle qui portait le sceptre de la France!......
Mais alors, comme aujourd'hui, le choc des partis défigurait tout et
méconnaissait jusqu'à la vertu même.

«Oh! s'il est vrai qu'une émanation secrète, invisible, s'échappant de
la tombe d'un homme de bien, lui apporte la récompense de ce qu'il a
fait sur la terre, quelle gloire, quelle jouissance doit éprouver
l'ombre de l'abbé de l'Épée en voyant son buste chéri, couronné de
fleurs, entouré de ceux qu'il vengea d'un oubli de la nature, en
comptant, parmi eux, des littérateurs profonds, des peintres célèbres,
des mécaniciens renommés, des imprimeurs habiles, des hommes enfin
honorables, placés dans tous les rangs de l'ordre social!....

«On vante, et avec justice, les hauts faits d'un héros, les grandes
découvertes d'un savant, l'immuable intégrité d'un magistrat, les
immortelles productions d'un artiste...... Mais quels droits n'a pas,
comme eux, à la vénération et à la reconnaissance nationales le
philanthrope simple et modeste, s'occupant, sans relâche, à recréer des
âmes, à les doter de toute l'intelligence qui leur est nécessaire pour
sentir la dignité de leur être et connaître tous les bienfaits du
Créateur!

«Enlacez-vous donc, heureux sourds-muets, devenus citoyens, hommes
distingués dans tous les genres; enlacez-vous autour de l'image révérée
de votre bienfaiteur! Que la vive expression de vos regards et de vos
gestes parlants lui prouve combien l'institution qu'il a créée devient
féconde, et comme elle se propage dans les deux hémisphères, grâce au
développement que lui donnent, chaque jour, ses dignes successeurs!
Jurez-vous, de nouveau, de vous porter estime, amitié, secours mutuel,
consolation dans les peines, part active dans les succès, en un mot,
cette inaltérable fraternité d'êtres régénérés, ne formant plus qu'une
même famille!

«Alors le vieux littérateur, qui osa retracer un des plus beaux traits
de votre second père, se confondant parmi vous, ajoutera ces mots que
daignera vous faire comprendre M. Berthier, votre cher instituteur:

«Homme à jamais célèbre! génie modeste, mais immortel! je te dus, à la
fleur de l'âge, ma plus belle couronne; elle ne s'est pas fanée sur ma
tête septuagénaire; et je te dois, en ce moment encore, un des plus
beaux jours de ma vie.»



XXX

     Résumé des travaux de la commission créée pour l'inauguration d'une
     statue de l'abbé de l'Épée sur une des places publiques de
     Versailles, sa ville natale.--Communication officieuse du maire du
     chef-lieu de Seine-et-Oise.--Honorable initiative d'un citoyen, M.
     le docteur Bataille.--Sa lettre à un journal du
     département.--Nobles sentiments.--Modèle de la statue de notre
     illustre instituteur par M. Michaut, le célèbre graveur des
     monnaies.--Offres désintéressées.--Premier noyau de la commission
     de Versailles.


Occupons-nous, maintenant, des travaux de la commission de Versailles,
qui réclament une place ici à des titres non moins respectables. Et,
avant tout, qu'il me soit permis de proclamer ma vive reconnaissance
pour la rare obligeance avec laquelle M. Remilly, alors maire du
chef-lieu de Seine-et-Oise, a daigné, sur ma demande, m'accorder
l'autorisation d'en prendre communication, tant aux archives de la
Mairie, qu'à la bibliothèque de la ville.

       *       *       *       *       *

Ma lettre, du 6 juin 1838, demandant une éclatante réparation pour les
dépouilles mortelles de l'abbé de l'Épée, avait trouvé un écho
sympathique dans l'âme d'un digne compatriote de notre illustre
instituteur, M. le docteur Bataille, qui s'empressa d'adresser un appel
énergique au public, dans la lettre suivante, que la _Presse de
Seine-et-Oise_ inséra dans son numéro du 25 juillet de la même année:


      PROJET D'UN MONUMENT A L'ABBÉ DE L'ÉPÉE.

    «MONSIEUR LE RÉDACTEUR,

«De tous côtés, la France s'efforce à rendre, en honneurs
reconnaissants, à la mémoire des grands hommes qu'elle a produits, ce
qu'elle a reçu d'eux en illustration ou en bienfaits.

«Ce noble échange entre la patrie et ses plus glorieux enfants est un
des beaux essors de notre époque, et n'en sera pas le trait le moins
caractéristique. Ce sera, dans l'histoire morale de notre siècle, un bel
épisode que celui qui montrera une nation, surchargée d'affaires pendant
quarante années, mettre à profit ces temps de paix, si chèrement
achetés, ces temps de douce culture des sciences, des lettres, des arts,
et de tout ce qui est intelligence ou vertu, pour régler ses comptes
avec le passé et solder ses arriérés de reconnaissance, arriérés
nombreux, dont l'acquittement, tout en rehaussant l'éclat de sa gloire
et son légitime orgueil, tournera, en définitive, au profit de la
morale.

«Ce n'est pas assez d'être riche, on n'est pas fâché de montrer ses
richesses. Aussi voyez avec quel patriotique entraînement chaque
province, chaque département, chaque ville, chaque individu même, suit
ce mouvement dont je parlais tout à l'heure, et répond à l'appel fait au
denier de tous pour exposer à l'admiration publique les traits de nos
hommes illustres. Voyez _Molière_, _Racine_, _Voltaire_, _Foy_, _etc._,
à Paris; _Corneille_, _Boïeldieu_, à Rouen; _Malherbe_, à Caen; _Jeanne
d'Arc_, à Orléans; _Kléber_, à Strasbourg; _Hoche_, à Versailles;
_Marceau_, à Chartres, et tant d'autres statues élevées dans tant
d'autres localités, (la France oubliera-t-elle le noble, le preux et
loyal Eugène Beauharnais, cette brillante exhumation des beaux
caractères de la Grèce antique?); enfin, et comme type de grandiose, ce
colossal monument, colossal comme notre gloire, ces somptueuses
galeries, objet d'éternelle admiration des siècles à venir, grande
banque de _toutes les gloires de la France_, qui ne connaît pas de
prescription, et où se paient au porteur les créances, partout ailleurs
insolvables.

«C'est, sans doute, par cet entraînement pour tout ce qui est éclat
national, et plus encore, je le crois, par un sentiment privé qui ne
l'honore pas moins, que nous venons de voir un jeune professeur[93],
dont l'âme, n'est ni _sourde_ au cri de la reconnaissance, ni _muette_ à
l'expression d'un chaleureux enthousiasme, provoquer, avec la simple
éloquence d'un cœur tout plein des bienfaits de son maître,
l'érection à Paris d'un monument à l'abbé de l'Épée.

«Mais nous donc, Monsieur le rédacteur, nous, citoyens de cette ville
qui a vu naître cet apôtre de la plus utile charité, laisserons-nous à
d'autres le soin d'honorer seuls nos concitoyens? Et croirons-nous avoir
assez fait pour sa mémoire en donnant son nom à une des rues les moins
connues des étrangers qui nous viennent visiter, et peut-être même
inconnue d'une partie des habitants de la ville? Ne signalerons-nous par
aucun monument public l'orgueil que nous éprouvons de compter l'abbé de
l'Épée au nombre des enfants de Versailles?

«Hoche fut, sans doute, une de nos gloires les plus pures; car, s'il fut
guerrier, il ne le fut que pour être pacificateur; il fut brave, mais
humain; fort, mais généreux, même au milieu de ces tragiques et
sanglantes hécatombes de nos guerres civiles. Mais l'abbé de l'Épée...
à quel titre refuserait-on à l'homme de modeste patience et de généreux
dévouement, à l'homme de bienfaisant génie et de tendre philanthropie,
les honneurs accordés, avec tant d'élan, à l'homme de guerre et de
pacification?

«Quant à moi, je pense que ces deux gloires sont trop également vraies,
trop également belles, pour qu'une ville qui a le rare bonheur de les
compter ensemble pour siennes, au milieu de quelques autres célébrités,
puisse n'en honorer qu'une, sans se rendre coupable d'un déni de justice
envers l'autre.

«J'émets donc le vœu et formule ici la proposition qu'il soit élevé
une statue à l'abbé de l'Épée sur un des points les plus apparents de
Versailles.

«L'emplacement qui réunirait les conditions les plus favorables à cet
objet, me paraît être l'espace compris entre la rue Pétigny et la rue
Neuve. Là, nul, pour ainsi dire, ne pourrait aller visiter nos royales
galeries, notre somptueux jardin, Trianon le favori, venir de
Saint-Germain, ou s'y rendre, sans payer son tribut d'admiration au père
des sourds-muets; et, pour faire de ce monument d'illustration pour la
ville un objet d'utilité publique, il serait aisé d'y établir la
fontaine qui occupe actuellement le coin du boulevard de la Reine.

«Je ne me dissimule pas que les dépenses d'exécution sont considérables;
que, de plus, il faut faire l'acquisition du bâtiment et du terrain
qu'il occupe. Mais ne peut-on fonder aucun espoir d'allégement sur la
caisse municipale, lorsqu'il s'agira d'un appel à faire, par voie de
souscription, au patriotisme des habitants, et qu'on invoquera encore du
gouvernement un acte de générosité, semblable à celui dont il nous a
gratifiés pour la statue de Hoche?

«Quel sera, Monsieur le rédacteur, le sort de ma proposition? Je
l'ignore. Mais, quel qu'il puisse être, je ne me hasarde pas moins à la
confier à votre journal, si utilement consacré à la prospérité de la
ville, comme à tout ce qui touche à son éclat.

«Agréez, etc.»

       *       *       *       *       *

Au commencement de 1839, M. Michaut, le célèbre graveur des monnaies,
présenta à un grand nombre d'habitants de Versailles une statuette de
l'abbé de l'Épée, et proposa d'en exécuter le modèle en grand, sans
autre condition que le remboursement de ses frais. Les offres
désintéressées de l'artiste, premier souscripteur, furent accueillies
comme elles devaient l'être, et il eut la satisfaction de voir tous ceux
de ses concitoyens auxquels il s'adressait, promettre de s'associer à
lui, afin de couvrir les dépenses du monument.

       *       *       *       *       *

Dans une séance préparatoire se réunirent, en conséquence, le jeudi 24
janvier 1839, dans l'étude de M. Besnard, notaire à Versailles, MM. le
lieutenant général Wathiez, le vicomte de Beaucours, l'abbé Caron,
Lebrun, le docteur Bataille, Ferrand, Gauguin, Fassman et Besnard, tous
faisant partie des souscripteurs au monument à élever, dans sa ville
natale, à la mémoire de l'abbé de l'Épée.

M. Michaut était présent.

Cette réunion, à laquelle avaient été appelées les personnes ayant
apporté, jusqu'alors, leur adhésion au projet, avait pour objet de
nommer une commission à laquelle serait confié le soin de donner
l'impulsion à la souscription et de l'amener à un prompt résultat. M.
l'abbé Caron fut désigné par les souscripteurs présents pour présider
l'assemblée. M. Besnard accepta les fonctions de secrétaire provisoire.
Le bureau ainsi constitué, il fut procédé à la nomination dont il
s'agissait. Cette nomination eut lieu par acclamation, et les membres
proclamés furent MM. le marquis de Sémonville, le baron de Fresquienne,
l'abbé Caron, le lieutenant général vicomte Wathiez, Lebrun, de
Sainte-James, Bernard de Mauchamps, Gauguin, Boisselier et Besnard.

Toutes les personnes qui assistaient à la réunion déclarèrent qu'elles
n'entendaient pas, en nommant une commission de dix membres, limiter à
ce nombre celle qui devait représenter tous les souscripteurs, laissant,
au contraire, à la commission permanente élue, la faculté de s'adjoindre
les membres qui lui paraîtraient utiles aux intérêts de la
souscription.



XXXI

     Membres présents à la première réunion.--Formation du bureau
     définitif.--Comment on pourra activer les souscriptions.--Voies et
     moyens.--Plusieurs projets.--Divers modes de publicité.--Le maire
     de la ville accepte les fonctions de membre de la commission.--La
     statue sera en bronze et de taille héroïque.--Divers emplacements
     proposés.--Deux seuls paraissent convenables.--Autorisation à
     demander au conseil municipal.--Comité de trois membres, chargé,
     sous le titre de jury de surveillance, de suivre l'exécution des
     travaux.--Publication de la liste des souscripteurs tous les deux
     mois.


La première séance de la commission eut lieu le 25 janvier, dans le
cabinet de M. Besnard. Les membres présents étaient:

  MM. BERNARD DE MAUCHAMPS, vice-président du tribunal;

      BESNARD, notaire;

      DE FRESQUIENNE (le baron), membre du conseil municipal;

      GAUGUIN receveur principal;

      LEBRUN, directeur de l'École normale primaire;

      DE SAINTE-JAMES, avocat;

      WATHIEZ (le vicomte), lieutenant général.

On procéda ensuite, par acclamation, au choix des membres du bureau de
la commission. En voici le résultat: Président, M. le marquis de
Sémonville, pair de France; vice-président, M. le baron de Fresquienne;
secrétaire, M. Besnard; trésorier, M. Gauguin.

La commission, sur la proposition de son président provisoire, décida
qu'il y avait lieu, pour elle, d'user de la faculté qui lui était
accordée par les souscripteurs, d'appeler, dans son sein, les personnes
qui, par leurs lumières, leur position ou leur dévouement, lui
paraîtraient devoir lui apporter un utile concours. En conséquence, en
furent élus membres, par acclamation, MM. Remilly, maire de Versailles;
Taphinon, conseiller de préfecture; Douchain, architecte du département.

La discussion roula, dès lors, sur le meilleur mode à adopter pour
activer les souscriptions. Plusieurs projets et moyens furent exposés;
mais la commission remit sa décision à une prochaine séance. Elle se
borna, pour le moment, à arrêter qu'elles seraient ouvertes chez M.
Gauguin, son trésorier, et chez MM. les notaires de la ville. Quant au
mode de publicité, il fut statué que l'on adresserait des notices sur le
projet d'érection aux principales feuilles de la capitale et aux deux
journaux qui se publiaient à Versailles; que des affiches seraient, en
outre, placées dans tous les lieux apparents de la ville; que des
lettres seraient enfin écrites aux principaux chefs de famille de la
localité. Pour donner encore plus de publicité au projet et à la
souscription, il fut convenu qu'une lettre serait adressée à M. le
préfet de Seine-et-Oise, pour l'inviter à consentir à une insertion dans
le _Mémorial administratif du département_.

Il fut décidé que l'en-tête des lettres serait ainsi conçue: _Commission
pour l'érection de la statue de l'abbé de l'Épée_, et que les affiches
et notices pour les journaux seraient intitulées: _Commission pour le
monument à élever à l'abbé de l'Épée, dans Versailles, sa ville natale_.

       *       *       *       *       *

Dans la seconde séance, qui eut lieu le 30 janvier, chez le
vice-président, M. de Fresquienne, il fut donné lecture d'un projet de
proposition destiné aux affiches et aux lettres à adresser aux
souscripteurs. Ce prospectus fut adopté après discussion. Il portait
que, dans les trois mois qui suivraient l'érection de la statue, il
serait publié un compte-rendu de la souscription et de son emploi.

M. le vice-président parla de la visite qu'il avait faite à M. le maire
de Versailles, pour lui annoncer la résolution de la commission de
l'appeler dans son sein. Enfin, le mode de souscription dans les
départements fut l'objet d'une discussion générale.

       *       *       *       *       *

Le 6 février, M. le maire acceptait avec empressement l'honneur qui lui
était offert de faire partie de la commission.

       *       *       *       *       *

A l'ouverture de la troisième séance, qui eut lieu le 16 février, il fut
donné communication de cinq lettres de notaires de Paris, acceptant le
dépôt, dans leurs études, de registres destinés à recevoir les
souscriptions.

M. le président ouvrit la discussion sur la matière à employer de
préférence par l'artiste dans la confection de la statue. La commission
décida: 1º qu'elle serait en bronze; 2º qu'elle serait de taille
héroïque, c'est-à-dire de huit pieds au moins.

Il fut décidé que M. Michaut serait prié de soumettre à la commission un
devis approximatif des dépenses qui devraient lui être remboursées;
puis, M. le président mit aux voix l'emplacement. Douze points de la
ville étaient proposés: 1º l'axe de la rue des Réservoirs et de la rue
de la Paroisse, 2º l'axe des boulevards de la Reine et du Roi, 3º l'axe
du boulevard de la Reine et de la rue Duplessis, 4º la demi-lune qui
devait exister prochainement sur le boulevard de la Reine à la
prolongation de la rue de l'abbé de l'Épée, 5º le marché Notre-Dame, 6º
le carrefour de Montreuil, 7º le carrefour Charost, 8º la place des
Tribunaux, 9º l'ancien hémicycle de l'avenue de la Mairie, 10º la rampe
qui prolonge l'avenue de Sceaux, 11º la place Saint-Louis, 12º le
Marché-Neuf.

Deux seuls de ces emplacements réunirent les suffrages de la commission:
la place Saint-Louis et la place des Tribunaux. Il fut arrêté qu'un
extrait du procès-verbal (relativement à ce qui concernait l'emplacement
désigné) serait soumis à M. le maire, afin d'obtenir l'autorisation du
conseil municipal.

Il fut nommé un comité de trois membres, destiné uniquement à suivre
l'exécution de la statue, sous le titre de _jury de surveillance_, et on
l'autorisa à s'adjoindre telles personnes qu'il jugerait capables de
l'aider à éclairer la commission, et qu'il serait libre de choisir, soit
dans le sein de la commission, soit en dehors.

Puis on s'occupa de divers projets relatifs à la souscription et au mode
de publicité, et l'on procéda à l'examen des ressources pécuniaires
dont on pourrait disposer pour les dépenses d'impression et d'envoi.

Dans le but de stimuler l'élan du public, il fut arrêté que l'avis
suivant serait inséré à la fin du prospectus:

«La commission publiera successivement, de deux mois en deux mois, la
liste des souscripteurs.»



XXXII

     Mort du président de la commission, M. le marquis de
     Sémonville.--M. le baron de Fresquienne élu à sa place.--Demande
     d'autorisation au Ministre de l'instruction publique pour élever la
     statue sur l'axe de la grille de clôture du jardin de l'École
     normale.--Réponse favorable.--M. Michaut s'engage à ce que les
     frais de la statue ne dépassent pas dix mille francs, et demande à
     en commencer le modèle en argile plastique.--M. l'architecte Petit
     invité à dresser un devis estimatif des dépenses du piédestal et
     des grilles.--Autorisation du conseil municipal, émettant toutefois
     le vœu qu'on choisisse un emplacement plus convenable.--Projet
     d'une médaille en bronze, destinée à chaque souscripteur.


La quatrième séance eut lieu le 3 août, à l'École normale primaire, dans
le salon de M. Lebrun, l'un des membres de la commission. En l'absence
du vice-président, M. l'abbé Caron annonça, avec douleur, à ses
collègues que la commission venait de perdre M. le marquis de
Sémonville, qui en avait accepté la présidence. Il fut immédiatement
procédé à l'élection, au scrutin secret, d'un nouveau président et d'un
nouveau vice-président. M. le baron de Fresquienne et M. l'abbé Caron
furent promus à ces fonctions.

On soumit à l'assemblée un projet de lettre à adresser au Ministre de
l'instruction publique, ayant pour but d'en obtenir l'érection de la
statue sur l'axe de la grille de clôture du jardin de l'École normale,
au milieu d'un espace dont elle se dégagerait, et qui formerait un
hémicycle de 5 mètres sur le terrain du jardin pratique de cette école.

Un plan, dressé par M. Petit, architecte de la ville, fut déposé sur le
bureau, afin de mettre la commission de surveillance à même d'apprécier
l'étendue du terrain demandée au Ministre.

Lecture fut donnée d'une lettre de M. Michaut, qui, sur l'invitation qui
lui en avait été adressée, s'engageait à ce que les frais de la statue
ne dépassassent pas la somme de dix mille francs, et qui demandait, en
même temps, à être autorisé à en commencer le modèle en argile
plastique, aux conditions par lui proposées. Il fut fait droit tout de
suite à cette demande, et l'on décida, de plus, que l'architecte Petit
dresserait un devis estimatif des dépenses qu'occasionneraient le
piédestal du monument et les grilles qui l'entoureraient.

Ces travaux devaient consister en maçonnerie, marbrerie, serrurerie,
peinture, charpente, terrasse et pavage:

En maçonnerie, pour établir l'hémicycle, fonder le piédestal, en former
le noyau en pierre de taille, élever la plate-forme sur laquelle il
serait placé et l'entourer d'un stylobate;

En marbrerie, pour revêtir le piédestal de marbre blanc veiné;

En serrurerie, pour entourer l'hémicycle d'une grille en fer, reposant
sur le stylobate, et d'une autre grille, dite d'appui, reposant sur le
bord de la plate-forme;

En peinture, pour peindre la grille en couleur bronze;

En charpente, pour enfermer les travaux pendant leur durée et jusqu'à ce
que la statue fût érigée;

En terrasse, enfin, et en pavage, pour les fouilles à pratiquer, afin
d'établir les fondations du monument et d'en paver les approches.

Tous ces travaux étaient estimés approximativement, d'après détails
circonstanciés, à la somme de onze mille six cent soixante francs,
répartis comme suit:

    Maçonnerie.         3,500 fr.
    Marbrerie.          4,550
    Serrurerie.         3,000
                       ---------
    Transport.          11,050 fr.

    Report.             11,050 fr.
    Peinture.              160
    Charpente.             150
    Terrasse et pavage.    300
                        ---------
    Total.              11,660 fr.
                        ==========

A la cinquième séance, le 9 décembre, M. le secrétaire donna lecture de
l'autorisation accordée par M. Villemain, Ministre de l'instruction
publique, grand maître de l'Université. Elle était ainsi conçue:

     _A M. le baron de Fresquienne, président de la commission pour
     l'érection de la statue de l'abbé de l'Épée, à Versailles._

      A Paris, le 10 septembre 1839.

«Monsieur le baron, j'ai reçu les renseignements officiels qui m'étaient
nécessaires pour prononcer définitivement sur la demande formée par la
commission que vous présidez, à l'effet d'obtenir la concession d'une
petite portion du terrain affecté au jardin botanique de l'École normale
primaire de Versailles, dans le but d'agrandir la place où doit s'élever
la statue de l'abbé de l'Épée.

«D'après ces renseignements, j'ai décidé que la dite portion de terrain,
ayant une surface de 39 m. 27 c., serait concédée à la société des
souscripteurs pour le monument, aux conditions suivantes: 1º que la
grille, formant l'entourage de l'hémicycle qui existera derrière la
statue, soit suffisamment élevée pour garantir la clôture du jardin de
l'école; 2º qu'une grille plus basse soit placée devant la statue, afin
d'empêcher le public d'entrer dans l'intérieur de l'hémicycle; 3º enfin,
qu'une porte de sortie soit réservée dans l'une et l'autre grille, afin
de conserver à l'École normale l'issue qu'elle a, en cet endroit, sur la
rue Saint-Pierre. Je vous prie, Monsieur le baron, de faire part de ma
décision à la commission que vous présidez.

«Recevez, Monsieur le baron, etc.»

       *       *       *       *       *

Il fut arrêté que M. le président adresserait, au nom de la commission,
une lettre de remercîment à M. le Ministre de l'instruction publique.

Puis, M. le secrétaire donna lecture de la décision prise par le conseil
municipal de Versailles, dans sa séance du 14 novembre, et dont voici
les conclusions:

«Le conseil, vu la demande qui lui a été adressée par les souscripteurs
à la statue de l'abbé de l'Épée, et après avoir entendu le rapport de sa
commission, décide:

«1º Le conseil autorise l'érection d'une statue de l'abbé de l'Épée sur
une des places de la ville de Versailles;

«2º Ce monument sera élevé sur l'emplacement désigné par la commission
des souscripteurs, ou sur le terrain situé sur l'avenue de la Mairie, en
face l'Hôtel de Ville, si, par suite, il est jugé plus convenable par le
conseil, après avoir entendu la commission des souscripteurs;

«3º Le conseil se réserve d'apprécier le mérite de la statue, avant son
érection, d'après le modèle en plâtre qui devra être fait dans les mêmes
proportions que celles que doit avoir cette statue, et de fixer la
saillie que le monument aura sur la voie publique.

«L'ensemble des conclusions de la commission a été mis aux voix et
adopté avec la modification suivante, qui vient d'être exprimée pour le
deuxième paragraphe:

«Le conseil est d'avis que la statue soit érigée sur l'emplacement
proposé par la commission des souscripteurs, émettant le vœu que les
résultats de la souscription permettent à la commission de proposer la
place Saint-Louis, qui lui paraît préférable sous tous les rapports, ou
tout autre endroit, jugé convenable par le conseil, sur la proposition
de la commission.»

Cette lecture entendue, la commission discuta les conclusions du
conseil municipal. Elle vota des remercîments à M. le maire, pour
l'autorisation[94] que ce magistrat s'était empressé de lui faire
obtenir.

M. le président ouvrit la discussion sur la quotité des dépenses
prévues.

L'avis de M. Lebrun fut qu'une médaille serait le moyen le plus propre à
stimuler les souscriptions et à en augmenter le nombre et la quotité.
Puis, il déposa sur le bureau le croquis de la médaille projetée.

M. le secrétaire donna lecture d'une lettre de M. Michaut, s'engageant à
faire gratuitement la médaille, qu'il regardait comme un accessoire du
monument.

On pensa qu'une médaille, œuvre de M. Michaut, dont la réputation, au
point de vue de la gravure surtout, est européenne, exciterait les
citoyens à souscrire, afin de se procurer une représentation fidèle du
monument, un souvenir de leur générosité, et de jouir ainsi
individuellement de leur propre sacrifice pécuniaire.

La commission arrêta, en conséquence, 1º que le projet d'une médaille à
distribuer aux souscripteurs était décidé en principe; 2º que cette
médaille serait du dessin du croquis présenté et du module de trente
lignes; 3º qu'elle serait en bronze, mais délivrée néanmoins en métal
plus précieux aux souscripteurs qui en feraient la demande, en en payant
préalablement le prix. On arrêta, en outre, que le nom du souscripteur
serait gravé sur sa médaille, et que le bureau conviendrait avec M.
Michaut des conditions de cette gravure supplémentaire.

La commission nomma, enfin, _un comité chargé de rédiger et d'envoyer
les prospectus, de dresser les listes de souscripteurs et d'accélérer
les travaux_, concurremment avec le président et le secrétaire.



XXXIII

     M. Aubernon, préfet de Seine-et-Oise, avant de donner son
     approbation complète au projet de monument qu'on prépare à l'abbé
     de l'Épée, désire être mieux édifié sur diverses circonstances qui
     s'y rattachent.--Réponses de la commission aux différentes
     questions qui lui ont été soumises par M. le préfet.--Première
     pensée d'une entrevue de quelques membres du conseil municipal de
     Versailles avec quelques membres de la commission du monument,
     ayant pour but d'essayer de lever en commun ces
     obstacles.--Délibération favorable du conseil municipal en réponse
     aux objections soulevées par M. le préfet.--Rédaction d'un
     prospectus à répandre pour activer les souscriptions.


M. le préfet de Seine-et-Oise, dans une lettre du 14 janvier 1840,
adressée à M. le maire de Versailles, lui faisait observer que, comme il
n'était pas complétement édifié sur l'affaire du monument à élever à
l'abbé de l'Épée, il ne pensait pas pouvoir, dans l'état actuel des
choses, y donner son approbation. Il désirait, avant tout, être éclairé:

1º Sur la forme et le mérite de la statue projetée, question qui ne
pouvait être résolue que par la présentation d'un modèle en plâtre, de
la grandeur même de la statue;

2º Sur l'emplacement, choisi par les souscripteurs, qui ne lui
paraissait pas être agréé par le conseil municipal, opinion que
partageait M. le préfet, l'hémicycle qui devait être pris sur le jardin
de l'École normale lui semblant trop restreint, et la place Saint-Louis
offrant, à son avis, un emplacement plus convenable;

3º Sur le montant de la dépense, sur la garantie que cette dépense
serait intégralement couverte au moyen des souscriptions, et sur les
ressources que la ville de Versailles se proposait d'y affecter afin de
compléter la somme exigée pour les frais, dans le cas où les
souscriptions ne seraient pas suffisantes;

4º Enfin, sur le fait même de la concession du terrain, qui aurait dû
être faite à la ville, et non aux souscripteurs.

       *       *       *       *       *

Le 17 janvier, M. le maire de Versailles écrivit à la commission des
souscripteurs, en lui adressant copie de la lettre de M. le préfet de
Seine-et-Oise.

       *       *       *       *       *

En conséquence, dans la sixième séance du 27 janvier 1840, M. le
président exposa à la commission que M. le préfet de Seine-et-Oise
n'avait pas paru complétement satisfait des explications fournies par la
commission, ni de la délibération du conseil municipal, et qu'il croyait
nécessaire d'obtenir de nouveaux renseignements avant d'homologuer une
délibération sur laquelle il regrettait de ne pas se trouver nanti de
documents suffisants. Il était donc d'avis, d'après la lecture des
délibération et décision ci-dessus mentionnées, de rassembler le comité
de rédaction, à l'effet de préparer une réponse.

M. Lebrun développa son travail, qui fut entièrement approuvé dans son
ensemble et dans ses détails, dans son esprit et dans sa forme. La
commission décida, à l'unanimité, que ce mémoire serait adressé, en
double exemplaire, à M. le maire de Versailles.

M. le secrétaire donna, ensuite, lecture du prospectus[95], avec les
additions qui y avaient été faites par le comité de rédaction, et il fit
connaître les listes qui avaient été dressées, de l'avis de ce comité.

       *       *       *       *       *

Le 5 février, la commission répondit aux quatre questions qui lui
avaient été soumises par M. le préfet, et finit par proposer, dans le
cas où ses réponses ne paraîtraient pas suffisantes et ne porteraient
pas la conviction dans tous les esprits, un moyen qui rendrait plus
prompte et plus facile la conclusion d'une affaire qui avait déjà
souffert tant de retard. «Si le conseil municipal, observait-elle,
voulait bien désigner quelques-uns de ses membres à l'effet de
s'entendre avec la commission des souscripteurs sur les points en
désaccord, sans aucun doute de telles communications auraient bientôt
levé tous les obstacles.»

Comme la commission du conseil municipal qui devait présenter
incessamment un rapport au conseil sur les observations faites par M. le
préfet de Seine-et-Oise relativement à l'érection de la statue de l'abbé
de l'Épée, désirait entendre encore les membres du comité des
souscripteurs, M. le maire écrivit, le 11 février 1840, à M. de
Fresquienne, pour le prier de vouloir bien inviter les membres du comité
à se réunir à la commission, qui devait être convoquée le 14, à la
Mairie.

       *       *       *       *       *

Dans la septième séance, qui eut lieu le 3 mai, il fut donné lecture
d'un rapport étendu, contenant l'exposé de ce qui avait été fait depuis
le 27 janvier. M. le secrétaire porta ensuite à la connaissance de la
commission le nombre des prospectus délivrés, d'après les états qu'il
avait tenus.

M. le trésorier exposa l'état de la caisse au 16 avril 1840. La
commission déclara approuver cet aperçu de la situation.

M. le président communiqua la délibération suivante du conseil
municipal, qui répondait aux différentes questions proposées par M. le
préfet:

    «Le conseil,

«Vu les motifs exprimés dans le rapport qui précède, estime qu'il y a
lieu de répondre à M. le préfet:

«1º Que le conseil municipal a reçu de la commission des souscripteurs,
par l'organe de M. le baron de Fresquienne, son président, la promesse
écrite de la production préalable d'un modèle en plâtre, de grandeur
d'exécution;

«2º Que l'emplacement choisi sur la place des Tribunaux ne lui paraît
pas heureux, et qu'une statue de deux mètres, douze centimètres, suivant
la mesure annoncée, ne lui semble pouvoir convenir à aucun autre
emplacement de la ville;

«3º Que la ville de Versailles n'a pas eu d'engagement pécuniaire à
prendre, et qu'aucun sacrifice n'a été réclamé d'elle pour cet objet;

«4º Que la concession du terrain de l'École normale n'a pu être faite,
ni aux souscripteurs, ni à la ville, et que l'Université, qui en jouit,
aurait seulement transféré la jouissance à la ville, devenue
propriétaire du monument.

«Les propositions de la commission sont successivement mises aux voix et
adoptées.»



XXXIV

     Lettre d'envoi du prospectus.--Premières listes de
     souscriptions.--Empressement des évêques et du clergé.--Offrande de
     300 francs de la part du roi Louis-Philippe.--Les membres de la
     commission invités à donner chacun son avis sur le modèle de la
     statue.--Le statuaire Michaut promet d'en profiter.--Souscriptions
     des sourds-muets, recueillies par le docteur Doumic.--Projet
     d'exposition du modèle de la statue dans la cour de l'Institution
     des sourds-muets de Paris.--Le préfet de Seine-et-Oise accepte les
     fonctions de président d'honneur de la commission.--MM. Molé,
     Lepelletier-d'Aunay, Berlin de Vaux et le duc de Luynes désignés
     pour en être membres d'honneur.--Le Ministre de la guerre regrette
     de ne pouvoir accorder le bronze qu'on lui demande pour la
     confection de la statue.


Une circulaire, signée du président baron de Fresquienne, et
contre-signée du secrétaire E.-B. de Sainte-James, membres du conseil
municipal, avait déjà été répandue. Elle était conçue en ces termes:

«La commission, en vous adressant ses prospectus, vous prie de vouloir
bien considérer que le monument qu'elle se propose d'ériger ne doit pas
être confondu avec ceux dont l'objet peut toucher seulement les vanités
municipales. Ce n'est pas un hommage ordinaire à rendre à un guerrier, à
un magistrat, à un savant, mais un témoignage national de
reconnaissance. L'abbé de l'Épée est un homme de lumières et de charité,
un apôtre de l'infortune, le saint Vincent de Paule de notre époque.
C'est ainsi que vous comprendrez sa position et que vous aimerez,
non-seulement à vous associer à notre œuvre, mais encore à provoquer
l'assistance des personnes qui sont placées sous votre direction, ou
avec lesquelles vous vous trouvez en rapports fréquents.

«Nous espérons que vous voudrez bien nous faire obtenir quelques
souscriptions, et nous vous prions de recevoir l'assurance de nos
sentiments les plus distingués.»

      _Le président_, Baron DE PRESQUIENNE,
      _Le secrétaire_, E. B. DE SAINTE-JAMES,
              Membres du conseil municipal.

A peine la commission avait-elle commencé l'envoi de son prospectus, que
déjà l'on répondait avec un honorable empressement à l'appel qu'elle
faisait aux gens de bien, aux admirateurs du génie, à toutes les
personnes qui éprouvaient de la sympathie pour une idée patriotique et
morale. C'était ce que prouvait la première liste qu'elle publiait, et
dont le total s'élevait à 2,060 fr. 75 c.

Le roi Louis-Philippe, informé de ce projet, fit remettre au trésorier
une somme de 300 fr. pour accélérer la réalisation des fonds
nécessaires, et témoigner, en même temps, de sa sympathie pour ce
monument vraiment national.

       *       *       *       *       *

A l'ouverture de la huitième séance, le 14 juin, M. le président exprima
le désir de voir inviter chaque membre à formuler son opinion
personnelle sur le modèle de la statue en plâtre qu'il avait été admis à
visiter. On procéda immédiatement à l'audition de chacun d'eux, et il
fut arrêté que l'envoi des notes de la commission serait fait
immédiatement à M. Michaut, par les soins du secrétaire, et qu'il serait
prié de formuler aussi promptement que possible une réponse à ses
observations.

M. le président déposa sur le bureau une lettre de M. le docteur Doumic,
frère d'un sourd-muet, proposant de faire souscrire les 30,000
infortunés de cette catégorie que peut contenir la France[96]. Des
remercîments furent votés à M. Doumic, pour le zèle éclairé qu'il
apportait à l'érection du monument, et il fut décidé qu'on lui
transmettrait l'expression des sentiments de sympathie dont la
commission était animée pour ses louables efforts.

       *       *       *       *       *

Dans la neuvième séance, tenue le 3 juillet, il fut donné communication
d'une lettre de M. Michaut, s'engageant à profiter des observations de
la commission pour certains détails. Il proposait ensuite de solliciter
de M. le directeur de l'Institution nationale des sourds-muets de
Paris[97] l'autorisation d'exposer le modèle de sa statue dans cet
établissement, afin que le public pût être admis à le contempler, et
qu'il en résultât un nouveau stimulant pour la souscription.

M. le président porta à la connaissance de la commission une nouvelle
lettre de M. le docteur Doumic, annonçant qu'il tenait à sa disposition
une somme de 348 fr. 50 c., qui lui avait été versée par 83
sourds-muets. Il annonçait, en outre, qu'il allait continuer à réunir de
nouvelles souscriptions.

Le secrétaire rendit compte de la visite que M. le baron de Fresquienne
l'avait autorisé à faire à M. le directeur de l'Institution des
sourds-muets, pour s'entendre avec lui sur la convenance du projet
d'exposition de la statue dans cet établissement. Le directeur
regrettait de n'y pouvoir consacrer la salle des séances de l'École;
mais il consentait volontiers à ce que l'exposition eût lieu dans la
cour de la maison, où des mesures pourraient être prises pour veiller à
la conservation de la statue en plein air; mais, ajoutait-il, il était
nécessaire, avant tout, que la proposition qui lui était faite, fût
approuvée par l'autorité supérieure, M. le Ministre de l'intérieur. Le
secrétaire avait, en conséquence, déclaré au directeur qu'il s'engageait
à proposer à la commission de faire face à tous les frais que pourraient
entraîner la pose de la statue et son enlèvement, ainsi que l'abri qu'il
pourrait être utile de lui donner. Le directeur s'engagea, de son côté,
à demander promptement l'autorisation ministérielle, et à faire part à
la commission du résultat de sa démarche. Il promit, en outre, de mettre
l'agent, chargé des dépenses de l'établissement, à la disposition de la
commission pour recueillir les offrandes.

La commission décida, en conséquence, que le modèle de la statue serait
transporté, 1º dans la cour de l'hôtel de ville de Versailles, 2º vers
le mois d'octobre, dans celle de l'Institution nationale des
sourds-muets de Paris, 3º au mois de février suivant, dans celle du
Louvre, en obtenant toutes les autorisations indispensables pour
arriver à ces fins.

La commission s'occupa incontinent de la question de savoir s'il ne
serait pas utile de lui agréger de nouveaux membres, afin de lui donner
plus de puissance et de popularité.

Le titre de membres d'honneur serait offert à MM. le comte Molé et
Lepelletier-d'Aunay, tous deux membres du conseil général du
département, ainsi qu'à M. Bertin de Vaux, ancien député du département,
pair de France, et à M. le duc de Luynes.

En juillet 1841, M. le préfet de Seine-et-Oise répondit à M. l'abbé
Caron, vice-président de la commission, qu'il acceptait la présidence
d'honneur qui lui était décernée par les membres de cette commission.
Cette offre avait été motivée, non-seulement sur ce que ce fonctionnaire
occupait si dignement le poste honorable auquel la confiance du
gouvernement l'avait élevé, mais encore sur ce qu'il avait tenu à être
le premier patron de cette entreprise, et sur ce que son nom, inscrit
par lui en tête de la liste de souscription, attestait le désir qu'il
éprouvait de voir une statue érigée à l'abbé de l'Épée dans sa ville
natale.

Ce magistrat annonça, en même temps, à M. l'abbé Caron qu'il s'était
empressé de transmettre à M. le Ministre de la guerre la demande que ce
respectable ecclésiastique avait faite pour obtenir le bronze nécessaire
à la confection de la statue, ajoutant qu'il avait vivement insisté pour
que les 1,500 kilog., qui paraissaient devoir suffire, fussent accordés
par le gouvernement.

Le président du conseil, Ministre secrétaire d'État de la guerre,
maréchal, duc de Dalmatie, répondit à M. le préfet de Seine-et-Oise
qu'une semblable demande lui avait déjà été adressée par M. le baron de
Fresquienne, au nom de la commission, et qu'il lui avait fait connaître
les motifs qui le forçaient, à son grand regret, de refuser le bronze
demandé. «En effet, il n'existe pas, dit le Ministre, de vieux bronzes
dont nous puissions disposer, si ce n'est pour la fabrication des
bouches à feu et de différents autres objets qui sont confectionnés dans
les fonderies de l'État pour le service de la guerre. Tout autre emploi
pour un service étranger serait blâmable, et la cour des comptes ne
manquerait pas de le signaler comme tel.»

       *       *       *       *       *

La commission publia, dans le courant du même mois, une seconde liste de
souscriptions, qui en portait le montant à 4,664 fr. Il était à
remarquer que cette liste ne comprenait que bien peu de personnes qui ne
fussent pas de Versailles, et, cependant, la commission espérait
beaucoup des souscriptions dont elle avait provoqué l'ouverture dans les
départements et à l'étranger. Elle était également convaincue que tous
les sourds-muets qui auraient connaissance du projet d'érection de ce
monument, s'empresseraient de suivre l'exemple des quatre vingt-trois de
leurs frères qui, à la vue du modèle en plâtre, avaient spontanément
souscrit pour plusieurs centaines de francs. Parmi ses premiers
souscripteurs, elle comptait déjà un grand nombre d'évêques et de
membres du clergé. Ce bon exemple devait, suivant elle, porter ses
fruits. Elle faisait donc un appel à tous les gens de bien, à tous les
admirateurs du génie, à toutes les familles qui avaient profité des
services rendus par l'abbé de l'Épée, non-seulement en France, mais chez
toutes les nations, car il s'agissait moins d'élever un monument au
génie, que d'acquitter une dette de reconnaissance.



XXXV

     Exposition du modèle de la statue dans la cour de l'Institution des
     sourds-muets de Paris.--Description. Éloge.--Visite du préfet de
     Seine-et-Oise, du maire de Versailles, d'un de ses adjoints, de
     délégués du conseil municipal, de membres de la commission des
     souscripteurs.--Mes impressions en présence de la
     statue.--Engagement du fondeur.--Adoption de la statue par le
     conseil municipal, qui décide qu'elle sera placée à la croix des
     rues Royale et d'Anjou.--M. Michaut se soumet aux corrections
     indiquées.--L'architecte de la ville mis à la disposition de
     l'œuvre.--Nouveaux moyens à employer pour activer les
     souscriptions.


Le modèle de la statue de l'abbé de l'Épée, destinée à la ville de
Versailles, venait, enfin, d'être exposé, ainsi qu'on l'avait annoncé,
dans la cour de l'Institution des sourds-muets de Paris, rue
Saint-Jacques, nº 254. Ce modèle avait deux mètres et demi de
proportion; il représentait l'abbé de l'Épée à quarante ans environ, en
costume de prêtre. Aujourd'hui que nous avons pu nous livrer à un examen
sérieux de l'œuvre de M. Michaut, c'est un devoir pour nous de
féliciter le statuaire. Il a su résoudre heureusement un problème
difficile, longtemps discuté, mais qu'il faudra bien admettre désormais
comme une vérité artistique, à savoir que l'habit ecclésiastique peut
devenir riche et gracieux sous le ciseau d'un habile sculpteur. Nous
pensons qu'on nous saura gré de quelques détails sur cette composition
remarquable.

Debout sur un piédestal, le vénérable instituteur des sourds-muets, dont
le petit collet est relevé avec grâce, tient de la main gauche un crayon
et une tablette, sur laquelle est écrit le mot _Dieu_, d'abord en
caractères symboliques, puis en caractères ordinaires. Sa main droite,
élevée vers le ciel, indique que c'est là qu'il faut que l'humanité
adresse ses témoignages de reconnaissance pour le nouveau bienfait dont
elle vient d'être dotée. Les doigts sont disposés de manière à former la
première lettre du mot _Dieu_. C'était dans cette position simple,
naturelle, c'était avec cette physionomie pleine de bienveillance que
l'illustre abbé devait chercher à créer ces intelligences enfantines,
trop longtemps plongées dans les ténèbres du néant.--Vue de face, la
statue est tout à fait à l'abri de la critique; de profil, elle est
belle. L'œil est satisfait autant que le cœur.--La soutane est de
l'effet le plus vrai, le mieux senti.--Par derrière, les plis du
manteau retombent naturellement et sans contrainte.

Sur le socle sont indiqués trois bas-reliefs; celui de face représente
le tombeau de l'abbé de l'Épée, auprès duquel la Charité, sous ses
emblèmes, rend grâce à Dieu du nouveau moyen de soulagement offert à
l'humanité. Ceux de droite et de gauche représentent les deux premiers
élèves de ce maître dévoué.

Le travail de l'artiste est aussi beau que son désintéressement est
honorable. Pour que son œuvre puisse être citée comme un des plus
beaux ornements de la ville, qui déjà possède tant de richesses en ce
genre, il attend impatiemment le moment où le modèle sera descendu, afin
de pouvoir travailler à donner plus de légèreté aux plis du manteau, qui
retombent sur le bras gauche.--Il a droit, désormais, à nos
félicitations autant qu'à notre reconnaissance.

Le samedi 21 août 1841, M. le préfet de Seine-et-Oise se rendit, à trois
heures de l'après-midi, dans la cour de l'Institution des sourds-muets
de Paris. M. Remilly, maire de Versailles, et M. Delerot, l'un des
adjoints, s'y trouvaient déjà, avec les membres du conseil municipal
composant la commission d'examen du monument. Ils y furent reçus par
une députation de membres de la commission des souscripteurs.

La visite dura une demi-heure, pendant laquelle ces Messieurs
examinèrent attentivement la statue, et témoignèrent, plusieurs fois,
leur satisfaction du talent avec lequel M. Michaut avait traité son
sujet et su imprimer à sa figure le caractère de bienveillance, de
douceur et de fermeté tout à la fois, qui est devenu le cachet
historique du vénérable abbé de l'Épée.

Le piédestal sur lequel était placée, en ce moment, la statue, était
loin de représenter exactement celui sur lequel elle devait être élevée
à Versailles; celui-ci était hexagone, tandis que le projet définitif
annonçait un piédestal carré, plus gros, plus haut, et faisant
probablement ressortir la statue avec plus d'avantage.

       *       *       *       *       *

Le 25 août, le _Journal de Seine-et-Oise_ publiait l'article suivant,
intitulé[98]: _Impressions des sourds-muets en présence de la statue de
l'abbé de l'Épée, dans la cour de l'Institution des sourds-muets de
Paris:_

«La statue de l'abbé de l'Épée, dont le modèle en plâtre est exposé dans
la cour de l'Institution des sourds-muets de Paris, rue Saint-Jacques,
nº 254, doit être coulée en bronze et orner une des places publiques de
Versailles. C'est l'œuvre de M. Michaut, le célèbre graveur des
monnaies. Ce tribut de reconnaissance nationale était un devoir pour la
ville qui a vu naître un des plus illustres bienfaiteurs de l'humanité.
Grâces soient rendues à la commission chargée de ce soin pieux, à cette
commission qui a eu la louable idée de faire placer provisoirement ce
monument, simple et majestueux, sur le théâtre des miracles de _notre
père spirituel_. Il me semble inutile de décrire la profonde vénération,
la vive reconnaissance qui, à son apparition soudaine, ont saisi les
cœurs de tous ces enfants, anciens et nouveaux élèves de notre
Institution, et de peindre l'avidité religieuse avec laquelle ils
dévoraient des yeux les traits si chéris de leur Messie. Les _aînés_, je
veux dire les plus anciens, racontaient en détail l'histoire de sa vie à
leurs _cadets_, et ceux-ci la répétaient aux plus jeunes de leurs
condisciples. De toutes parts, dans l'École, les crayons et les plumes
étaient en mouvement. C'était à qui consacrerait quelques lignes,
tracées d'inspiration, au sublime instituteur des sourds-muets; c'était
à qui dessinerait ses traits, mélange heureux de noblesse et de bonté.
Déjà la lithographie les a reproduits par centaines dans l'atelier même
de l'établissement.

«Tous les yeux sont fixés sur cette image chérie. Que de sensations
elle excite! Nos enfants s'extasient; leur cœur s'enflamme au
souvenir de ce courage inébranlable, de ce sublime dévouement qu'il lui
a fallu pour lutter avec avantage contre tant de préjugés injustes et
puissants. Nos frères, se disent-ils, étaient retranchés, il y a
soixante ans à peine, de la communion du monde moral et physique. Ils
étaient repoussés impitoyablement, ou du moins dédaigneusement exclus du
banquet de la vie, et marqués, pour ainsi dire, d'un signe visible du
courroux céleste. On les fuyait comme des pestiférés. Il n'y avait pas
jusqu'aux tendres mères qui ne fissent violence à leur affection pour ne
pas blesser les regards de la multitude par le spectacle de cette
infirmité. La foule criait arrière à ces innocentes victimes de
l'ignorance, de la barbarie, condamnées à ne jamais savourer la coupe
des jouissances communes, et cela parce qu'il avait plu à Aristote de
les reléguer bien au-dessous des animaux les plus stupides! Oh! combien
tout cela est changé maintenant! Tournons nos yeux sur nous-mêmes,
regardons autour de nous, comparons-nous à eux! N'avons-nous pas de
puissants motifs de bénir la mémoire de notre saint apôtre?

«Du milieu de tous ces groupes de muets s'échappe soudain un geste
énergique. Qu'elle devienne la propriété de l'école, cette statue dont
l'exécution répond si bien à toutes les sensations de nos cœurs, à
toutes les pensées des admirateurs du génie, cette statue dont le
travail honore le talent d'un modeste artiste! Ce vœu trouve de
l'écho dans l'Institution entière. Mais, mes amis, leur a-t-on dit, à
quoi pensez-vous donc? Ne voyez-vous pas que c'est une dette sacrée que
Versailles a hâte d'acquitter envers le plus digne de ses enfants,
envers l'abbé de l'Épée? La voyez-vous, cette ville des rois de France,
tendant son casque et demandant l'aumône pour qu'on érige, au plus vite,
le monument qu'elle a voté à notre grand instituteur? Elle ne repoussera
pas l'obole des orphelins qu'il a laissés ici-bas. Leur place est, au
premier rang, dans la fête qui se prépare. Patience donc, mes amis!
Votre tour ne peut manquer de venir. L'École doit posséder aussi une
image de l'abbé de l'Épée. Pour Versailles doit être le grand homme, la
statue monumentale! Pour vous, le bienfaiteur modeste, l'instituteur qui
préside à vos jeux, à vos travaux, à vos espérances! Vous l'aurez, vous
dis-je; patience, mes amis! car à Versailles, au noble berceau de notre
père, doit appartenir l'exemple de tous les hommages.

«Qu'il me soit permis, après avoir traduit aussi fidèlement que possible
les sentiments si naïfs de mes jeunes frères, d'enregistrer ici une
réponse touchante qu'il y a cinq jours, à la distribution de nos prix,
une jeune sourde-muette, Aimée Duval, élève de Mlle Barbier[99], a
faite à cette question:

«Quel sentiment éprouvez-vous en voyant la statue de l'abbé de l'Épée
dans l'Institution des sourds-muets?»

«En voyant ici l'image de celui qui a tant fait pour nous, nous croyons
voir un bon père au milieu de ses enfants. Avant que l'abbé de l'Épée se
fût occupé de nous, combien notre sort était triste et malheureux! nous
ne connaissions ni notre Dieu, ni nos devoirs. Aujourd'hui, nous ne
sommes plus séparés du reste de la société, et nous savons que, si nous
obéissons toujours à la loi de Dieu, nous serons aussi heureux dans le
ciel que ceux qui ont toutes leurs facultés. Soyez mille fois béni, vous
qui avez été, pour nous, comme un second père, vous à qui nous devons
plus que la vie! Jamais nous ne contemplerons vos traits sans un vif
sentiment d'amour et de reconnaissance. Nous savons que vous êtes au
ciel, où vous jouissez du bien que vous avez fait à tant de malheureux;
que la plus douce récompense pour votre belle âme est de voir les
sourds-muets pratiquer toutes les vertus, et que nous ne pouvons mieux
vous prouver notre reconnaissance qu'en remplissant tous nos devoirs. Si
jamais nous étions tentés de nous en écarter, votre pensée viendrait
nous retenir, et c'est ainsi que vous ne cesserez jamais d'être le
bienfaiteur des sourds-muets.»

       *       *       *       *       *

M. Saint-Denis, dans sa lettre du 10 octobre 1841, au président de la
commission du monument, s'engageait: 1º à faire transporter le modèle en
plâtre de la statue de l'abbé de l'Épée, qui se trouvait dans la cour de
l'Institution des sourds-muets, rue des Trois-Bornes, nº 15, afin de l'y
mouler en deux parties seulement;

2º A le couler en bronze, qu'il garantissait composé de 84 livres cuivre
pur de Russie et 16 livres de blanc (qui pourrait, d'ailleurs, être
essayé par expert sur la statue même);

3º A la faire réparer avec tous les soins convenables, sous la direction
de M. Michaut, et, enfin, à la faire transporter à Versailles et placer
sur son piédestal, avec toutes les précautions et solidités nécessaires;
le tout, pour la somme de _six mille francs_.

Il s'engageait, en outre, si on l'exigeait, à la livrer, toute terminée,
deux mois après le jour de l'arrivée du modèle dans sa fonderie.

Le maire de Versailles annonça, le 17 décembre, à M. le baron de
Fresquienne, qu'il avait adressé à M. le préfet la délibération du
conseil municipal du 8 novembre, ayant pour objet l'érection de la
statue de l'abbé de l'Épée sur le point de jonction des rues Royale et
d'Anjou. M. le préfet était tout disposé à soumettre cette délibération
à l'approbation de M. le Ministre de l'intérieur; mais, auparavant, il
lui paraissait nécessaire d'être parfaitement fixé sur le montant de la
dépense, ainsi que sur les moyens d'y pourvoir.

       *       *       *       *       *

A l'ouverture de la dixième séance de la commission, le 19 mars 1842, M.
le président a annoncé que la statue n'avait pu être exposée au Louvre
ni à Versailles, à cause des frais de transport et de la fragilité du
plâtre, mais que l'exposition avait eu lieu à l'Institution des
sourds-muets, en vertu de l'autorisation de M. le Ministre de
l'intérieur.

Il a fait connaître, de plus, que M. le préfet du département avait bien
voulu accepter la présidence d'honneur et faire espérer son concours le
plus efficace à la commission. Ce patronage lui permettait, en
conséquence, de se dispenser d'adjoindre des propriétaires éminents du
département à l'accomplissement du projet qu'elle poursuivait avec zèle,
la sollicitude de M. le préfet lui ayant fait obtenir, en outre, de M.
le Ministre de l'intérieur, une somme de 3,000 francs, pour faire face
aux dépenses de la fonte de la statue.

«Le 21 août, a dit ensuite M. le président, M. le préfet, M. le maire,
des membres de la commission municipale et de la commission du monument
se sont rendus à l'Institution des sourds-muets pour examiner la statue.
D'autres personnages éminents s'y sont rendus aussi. Le 8 novembre, le
conseil municipal a adopté la statue, et décidé qu'elle serait posée à
la croix des rues Royale et d'Anjou, mais à condition que des
corrections y seraient faites.... Depuis, il a été transmis à M. le
préfet un état de prévision des dépenses, pour éclairer M. le Ministre
de l'intérieur sur l'autorisation à accorder à l'emplacement de la
statue. Le 4 mars, M. le maire a mis l'architecte de la ville à la
disposition du bureau, pour aviser, de concert avec lui, à la
réalisation des projets de la commission....»

Déjà elle avait accepté les offres de M. Saint-Denis, mais à la
condition qu'elles ne l'engageraient, à son égard, que lorsque les
corrections à faire par l'artiste auraient été exécutées, et il était
bien entendu que le moulage n'aurait lieu que sur l'avis écrit du
président, et après l'approbation de la commission.

M. le trésorier lui communique la situation de son avoir.

M. le président rappelle que plusieurs appels de fonds pourraient amener
des résultats: 1º chez les habitants du quartier Saint-Louis, qui
voyaient avec plaisir les décisions du conseil et de la commission, 2º
près des évêques de France, 3º près des établissements de sourds-muets
qui avaient fait des promesses, 4º près de MM. les présidents de chambre
des notaires d'arrondissements, 5º enfin, près de MM. les correspondants
de la commission.

       *       *       *       *       *

Dans la onzième séance du 17 décembre, le président d'honneur, M. le
préfet Aubernon, proposa de s'occuper, avant tout, des moyens financiers
à la disposition de la commission.--Il fut décidé que le bureau
provoquerait immédiatement les rentrées en retard, par des lettres
adressées aux personnes et aux chefs d'établissements mentionnés
ci-dessus.

       *       *       *       *       *

Puis, la commission arrêta ce qui suit:

       *       *       *       *       *

«La statue sera immédiatement mise à la disposition du fondeur, pour
être moulée et coulée. Elle sera, par l'entremise du bureau, au nom de
la commission des souscripteurs, offerte à la ville de Versailles; le
maire et le conseil municipal de cette ville seront priés de prêter
leur concours, par une mise de fonds, qui, tout en facilitant
l'achèvement du monument, sera un signe de l'hommage rendu par la ville
à l'abbé de l'Épée.»

M. le président mit aussitôt à l'ordre du jour le détail des corrections
faites à la statue.

Quelques interpellations furent adressées à M. Michaut, présent à la
séance; il satisfit avec empressement aux demandes qui lui furent
faites. En conséquence, la commission décida que le modèle serait
définitivement adopté et livré au fondeur, sous la direction de M.
Michaut, dans l'état où il se trouvait en ce moment.

On s'occupa ensuite du traité à passer avec le fondeur. M. Besnard,
vice-secrétaire, qui avait été adjoint au bureau, pour lui prêter
assistance dans une opération qui rentrait dans ses études spéciales,
donna lecture de la lettre que nous avons déjà rapportée, par laquelle
M. Saint-Denis offrait de mouler, couler, transporter et poser la
statue, moyennant 6,000 fr. Il passa incontinent à la lecture du projet
de traité, qui fut adopté à l'unanimité.

M. le président d'honneur appela l'attention de la commission sur les
moyens à mettre en usage pour provoquer de nouvelles souscriptions. On
arriva à l'examen de ce qui était relatif à la médaille: M. Michaut
demanda à contribuer à la dépense, lors même qu'on ne recueillerait pas
les fonds nécessaires, La commission ajourna cette discussion à une
époque plus opportune.



XXXVI

     Hommage, par la commission des souscripteurs, au conseil municipal
     de la statue de l'abbé de l'Épée.--Examen du bronze destiné à cette
     œuvre.--Déficit de 2,700 fr. sur la somme nécessaire à
     l'achèvement des travaux.--Le conseil municipal en vote
     2,000.--Projet d'une plaque commémorative.--Inscription de la face
     principale du monument.--Travaux du fondeur surveillés par le
     statuaire.--Érection fixée au 8 septembre 1843.--Dernières
     dispositions.--Programme de la fête.--Décision du conseil
     municipal.--Je suis invité à adresser une allocution mimique aux
     sourds-muets qui assisteront à la cérémonie.


Le 6 février 1843, la commission des souscripteurs, reconnaissante de
l'accueil bienveillant que le conseil municipal avait fait à ses projets
en désignant un emplacement pour que la statue de l'illustre bienfaiteur
de l'humanité restât perpétuellement exposée à la vénération publique
dans sa ville natale, le pria d'accepter, au nom de cette ville, le don
qu'elle lui faisait de la fidèle image du célèbre instituteur des
sourds-muets, en lui exposant que la seule charge qui pesait encore sur
elle était la dépense relative à la construction du piédestal. Elle fit
connaître, en outre, au conseil municipal qu'elle avait traité avec un
fondeur, et donné l'ordre que la statue fût immédiatement coulée en
bronze, pour lui être livrée le 15 avril 1843.

       *       *       *       *       *

Le 19 juin, fut adressée à la commission une note de M. Berthier,
inspecteur général des mines, ainsi qu'une lettre de M. l'inspecteur des
mines de Seine-et-Oise, sur l'analyse de deux échantillons de bronze,
envoyés au laboratoire des mines à Paris par M. le baron de Fresquienne.

M. le maire de Versailles transmit, le 22 juillet, à la commission, la
délibération du conseil municipal, en date du 6 février, dont la teneur
suit:

     «M. le maire communique une lettre de la commission pour la statue
     de l'abbé de l'Épée, qui annonce l'achèvement de ce monument, et en
     fait l'offre à la ville, au nom des souscripteurs.

     «Dans un rapport, joint à la lettre de la commission, M. le
     secrétaire rend compte des corrections faites à la statue.

     «La commission a annexé aux pièces un état de la situation
     financière de la souscription; de cet exposé il ressort un déficit
     de 2,700 fr.; cette somme est, à peu près, égale à celle qui figure
     au devis pour la construction du piédestal de la statue.

     «Plusieurs membres sont d'avis, les uns, de voter une somme de
     2,000 fr., les autres, de charger la ville de la construction du
     piédestal; ces deux opinions se réunissent dans la supposition que
     le rabais qui résultera de l'adjudication des travaux du piédestal
     réduira probablement cette dépense à 2,000 fr.

     «Le conseil décide que l'acceptation de la statue n'aura lieu
     qu'après son érection sur la place qu'elle doit occuper;

     «Que la construction du piédestal sera supportée par la
     souscription;

     «Que la ville souscrit pour une somme de 2,000 fr., au paiement de
     laquelle il sera pourvu dans la session de mai.»

Dans la douzième séance de la commission des souscripteurs, du 1er
août 1843, présidée par M. le préfet de Seine-et-Oise, il fut donné
communication de deux rapports, l'un sur l'état de la souscription en
général, l'autre sur celui de la souscription particulière de la ville,
et il fut arrêté, 1º que l'on s'adresserait aux habitants notables, par
le moyen de lettres et par celui de visites, dont serait chargée une
personne investie de la confiance de la commission; 2º que l'on
s'adresserait à M. le Ministre de l'instruction publique, qui avait pris
tant d'intérêt à l'érection de la statue; 3º que l'on ferait une
démarche vis-à-vis de Messieurs les membres du conseil général du
département, dont la session devait s'ouvrir le 21 août.

D'autres rapports furent lus sur la qualité du bronze, sur les travaux
du piédestal, etc., etc.

Quant à la plaque commémorative, il fut arrêté qu'elle serait en cuivre,
enfermée dans une boîte de chêne ou de plomb, et qu'elle porterait
l'inscription suivante:

                    =AD. MAJ. GLOR. DEI.=

    Sous le Règne de LOUIS-PHILIPPE Ier, Roi des Français,

                        EN AOÛT 1843,

     Ce monument a été érigé par la reconnaissance publique

                       A LA MÉMOIRE DE

               =CHARLES-MICHEL DE L'ÉPÉE,=

        Prêtre, premier Instituteur des Sourds-Muets,

 NÉ A VERSAILLES, LE 24 NOV. 1712, MORT A PARIS, LE 23 DÉCEM. 1789.

        MONUMENT EXÉCUTÉ AVEC LES OFFRANDES DE LA VILLE
                      ET DES HABITANTS,
           DES SOURDS-MUETS ET D'AUTRES PERSONNES,

              Par les soins des Commissaires:

        MM. AUBERNON, Pair et Préfet, Président d'honneur;

    REMILLY, Député et Maire;
    Bon DE FRESQUIENNE, ex-Maire;
    L'abbé CARON, Vice-Président;
    DE STE-JAMES GAUCOURS, Sre
    BESNARD, Vice-Secrétaire;
    GAUGUIN, Trésorier;
    Lt-Gal Vte WATHIEZ;
    B. DE MAUCHAMPS;
    TAPHINON;

    LEBRUN;
    COUPIN DE LA COUPERIE;
    BOISSELLIER;
    DOUCHAIN;
    Dr BATTAILLE;
    Feu le Mis DE SÉMONVILLE, Pair;
    Feu le Cher DE JOUVENCEL, ex-Maire et ex-Député.

   Statuaire: MICHAUT, Graveur des monnaies;
   Architecte: PARIS, Architecte de la ville;
             Fondeur: SAINT-DENIS.

Épreuve de la planche, placée sous la première pierre du Monument.

      GABRIEL F., à Versailles.

Il fut décidé, en outre, que cette plaque serait posée sans cérémonie,
en présence du bureau, et que procès-verbal en serait dressé en double
exemplaire, l'un pour être joint à la plaque, l'autre pour rester aux
archives de la ville.--On n'y ajoutait point de monnaies de l'époque,
suivant l'usage, à cause de l'exiguïté des ressources de la commission.

On arrêta que l'on graverait en creux, sur la face principale du
piédestal, l'inscription suivante:

        L'ABBÉ DE L'ÉPÉE,

        NÉ A VERSAILLES,

      LE XXIV NOV. MDCCXII.

Relativement au jour de l'inauguration, la commission fut d'avis qu'il
en serait référé à M. le maire et à M. le préfet, et qu'en tout cas,
l'autorité municipale devrait prescrire ce qu'il y aurait à faire; mais
on était d'avis que le dimanche 27 août serait le jour le plus opportun.

Ce qui est relatif à la médaille, a été renvoyé à une époque plus
éloignée, selon les ressources de la commission.

M. Michaut fit, le 15 août 1843, un rapport par lequel il déclara que
les conditions imposées par la commission du monument, d'après les
articles du traité passé entre M. le baron de Fresquienne, président de
la commission et M. de Saint-Denis, étaient convenablement remplies par
le fondeur, dont il avait suivi les travaux avec l'assiduité
nécessaire.--Et que, quant à l'aplomb, on ne pourrait le juger que sur
place.

Sur l'invitation de M. le préfet de Seine-et-Oise, président d'honneur,
la treizième séance de la commission eut lieu, le 26 août 1843, chez M.
l'abbé Caron, vice-président.

La commission, considérant que les travaux ne pouvaient être terminés
pour le 27, rapporta la décision qu'elle avait prise précédemment, et
décida qu'elle fixerait ultérieurement le jour de l'inauguration, quand
elle aurait été éclairée par M. Paris sur l'époque de la clôture des
travaux.

Cet architecte, ayant été immédiatement introduit, exposa son avis sur
l'exécution matérielle et la teneur de l'inscription. Chaque membre prit
successivement part à la discussion. Après un long débat, la commission
déclara choisir les lettres en bronze appliquées par des tenons scellés.
Elle rapporta sa décision du 1er août, et arrêta que cette
inscription, posée sur la face principale du monument, serait conçue en
ces termes:

            L'ABBÉ DE L'ÉPÉE,
      PREMIER INSTITUTEUR DES SOURDS-MUETS,
             NÉ A VERSAILLES,
        LE XXIV NOVEMBRE MDCCXII.

Puis, l'architecte ayant donné l'assurance que tous les travaux seraient
terminés la semaine suivante, la commission décida qu'elle fixerait
irrévocablement le jour de l'inauguration au dimanche 3 septembre, vers
une heure de relevée.

Après que M. Paris se fut retiré, M. Gabriel, graveur de la plaque, fut
introduit, et il proposa d'en faire tirer des exemplaires. La commission
arrêta qu'il en serait remis un à chaque souscripteur, et que les quatre
sur papier porcelaine, qui avaient été apportés par M. Gabriel, seraient
offerts, un au roi Louis-Philippe, souscripteur, par les soins de M. le
préfet; un autre à M. le préfet lui-même, président d'honneur de la
commission; le troisième à M. Remilly, maire de Versailles; et le
quatrième à M. le baron de Fresquienne, président de la commission.

L'ordre du jour appelait la délibération relative à l'inauguration de la
statue. La commission décida ce qui suit:

Le jour de l'arrivée de la statue, M. le maire serait prévenu que, le
monument étant terminé, la commission proposait de fixer le jour de son
inauguration au dimanche 3 septembre, à une heure; qu'elle l'en
informait, en le priant d'inviter les autorités, et de vouloir bien
prendre toutes les mesures de police qu'il croirait nécessaires,
notamment pour empêcher la commission et les souscripteurs d'être
confondus avec la foule. Il fut arrêté que cette lettre à M. le maire
serait présentée à l'approbation et à la signature de M. le préfet,
président d'honneur. De plus, il fut décidé, à l'unanimité, que ledit
président d'honneur serait invité, par la commission, à vouloir bien lui
donner un dernier témoignage de sa haute bienveillance, en daignant être
son interprète, le jour de l'inauguration, pour l'hommage à faire de la
statue à la ville de Versailles.

La commission arrêta, aussi, que MM. les souscripteurs, habitant Paris
et Versailles, seraient invités à la cérémonie, de même que diverses
personnes qui ont rendu différents services à la commission.

Il fut enfin décidé qu'une notice sur la vie de l'abbé de l'Épée serait
imprimée et distribuée aux souscripteurs; qu'elle serait lue le jour de
l'inauguration, et qu'en conséquence, la cérémonie de l'inauguration
devrait se composer: 1º de l'offre de la statue à la ville de
Versailles; 2º de la réponse de M. le maire; 3º de la lecture de la
notice.

M. le maire, dans la séance extraordinaire du conseil municipal, du 2
septembre, fit, au sujet de cette offre, un rapport dans lequel il
rappela la délibération suivante du conseil municipal, après avoir
entendu, le 8 novembre 1841, celui de la commission qui avait été
chargée de visiter le modèle de la statue de l'abbé de l'Épée:

«L'érection de la statue de l'abbé de l'Épée, d'après le modèle de M.
Michaut, est autorisée: cette statue sera élevée sur le point de
jonction des rues Royale et d'Anjou[100].»

M. le maire s'empressa, sur la proposition de la commission du monument,
de fixer au dimanche 3 septembre l'inauguration de la statue, dont elle
devait renouveler solennellement, le même jour, l'offre à la ville, et
lui annonça qu'il avait prescrit déjà toutes les mesures de police qui
lui paraissaient nécessaires pour maintenir le bon ordre pendant la
cérémonie.

       *       *       *       *       *

M. de Sainte-James Gaucourt, secrétaire de la commission, m'écrivait, le
2 septembre, de Versailles, en ces termes:

    «MONSIEUR,

«Le bureau de la commission, ayant connu hier soir, à sept heures, le
programme de l'inauguration, s'est réuni chez M. l'abbé Caron, et a
décidé, a l'unanimité, que M. Ferdinand Berthier serait prié de vouloir
bien adresser une allocution _mimique_ aux sourds-muets réunis au pied
de la statue. Cette allocution devra durer de trois à quatre minutes au
plus; on laisse à M. Berthier le soin d'exprimer à ses compagnons
d'infortune la reconnaissance qui les anime pour l'abbé de l'Épée, leur
bienfaiteur, et de leur témoigner que _la ville de Versailles_ tient à
honneur de perpétuer sa mémoire. Les sentiments de M. Berthier sont la
garantie de l'éloquence de ses paroles.

«Personnellement je prie M. Berthier de remettre au secrétaire, ou
encore mieux au président, une note de son allocution, après l'avoir
prononcée.

«Si M. Berthier n'eût pas annoncé, par lettre, qu'il devait partir pour
Lyon le 24 ou le 25, on aurait pu convenir de ces faits beaucoup plus
tôt.

«Si, d'ailleurs, M. Berthier veut se rendre à _midi et demi précis_ sur
remplacement de la statue, il y trouvera la commission, dont les
présidents lui communiqueront plus en détail leurs intentions.

«J'ai à me féliciter d'être l'interprète de vœux qui doivent
sympathiser avec ceux de M. Berthier, et j'ai l'honneur d'être son
très-humble et très-obéissant serviteur.»



XXXVII

     Inauguration de la statue de l'abbé de l'Épée à Versailles, sa
     ville natale.--Autorités, garde nationale, les sourds-muets de
     Paris et d'Orléans.--Désintéressement du chemin de fer.--Absence
     regrettable du clergé.--Nombreuse affluence de
     spectateurs.--Discours du préfet, au nom de la commission des
     souscripteurs. Réponse du maire.--Notice sur la vie et les travaux
     de l'abbé de l'Épée, par M. de Sainte-James, secrétaire de la
     commission du monument.--Mon allocution mimique.--Salves
     d'artillerie.--Absence du vénérable Paulmier.--Discours qu'il
     devait prononcer.


[Illustration: Statue de l'abbé de l'Épée, à Versailles.

=Par M. MICHAUT (Des Monnoies)=.]

Le dimanche 3 septembre 1843, à midi et demi, au point de jonction des
rues Royale et d'Anjou, la statue de l'abbé de l'Épée s'élevait sur un
piédestal, couverte d'un voile. Une enceinte avait été réservée tout
autour, par les soins de l'administration municipale; des piquets de
garde nationale formaient la haie; aux deux côtés du monument se
tenaient des sourds-muets de tout âge, de tout sexe, de toute
condition, les élèves de l'Institution de Paris, parmi lesquels on
remarquait leurs jeunes frères d'Orléans, que l'administration du chemin
de fer s'était empressée de faire transporter gratuitement, sous la
conduite de leur respectable aumônier, M. l'abbé Bouchet. A une heure,
la commission, précédée de son président d'honneur, M. Aubernon, pair de
France et préfet de Seine-et-Oise, prit place sur la face principale du
monument, ainsi que le corps municipal, en présence des autorités (moins
le clergé[101]), des souscripteurs, et d'une immense affluence; là, aux
applaudissements répétés de tous les spectateurs, M. le préfet, ayant
donné l'ordre d'enlever le voile qui couvrait la statue, l'offrit à la
ville dans les termes suivants:


    «MONSIEUR LE MAIRE,

     «La statue de l'abbé de l'Épée s'offre aux regards de la foule qui
     nous environne, et je suis chargé, par la commission de
     souscription, d'en faire hommage à la ville de Versailles,
     représentée par son corps municipal.

     «Le zèle des souscripteurs, dans cette œuvre de reconnaissance,
     a été soutenu par l'appui du roi, par le concours du corps
     municipal lui-même, par l'honorable désintéressement de l'artiste,
     par l'assentiment de la ville entière où l'abbé de l'Épée a reçu le
     jour.

     «Versailles doit, en effet, ressentir un juste orgueil d'avoir vu
     naître le premier instituteur des sourds-muets, le prêtre vénérable
     qui, animé par la piété et la charité, a su trouver, dans les
     inspirations de son génie bienfaisant, le secret de leur rendre la
     parole et l'ouïe, de les initier aux vérités de la religion et de
     toutes les connaissances humaines, et de leur donner, pour ainsi
     dire, une seconde vie, la vie véritable, celle de la foi, de la
     morale, de l'intelligence et de la raison.

     «Cette belle cité, si remplie de mémorables monuments et de grands
     souvenirs, sera satisfaite de voir élever la statue de l'abbé de
     l'Épée non loin de celle qu'elle a dédiée au général Hoche; elle
     s'associera aux sentiments qui nous animent, et elle pensera, comme
     nous, que la gloire et la reconnaissance qui perpétuent le souvenir
     du guerrier défenseur de la patrie, doivent être aussi le partage
     du bienfaiteur du pauvre et de l'humanité.»

M. Remilly, maire de Versailles, membre de la Chambre des députés, a
répondu ainsi:

     «Oui, Monsieur le préfet, Versailles doit ressentir un juste
     orgueil.

     «Un homme d'un sublime et, cependant, modeste génie, un homme dans
     l'âme duquel Dieu plaça ce foyer d'ardente charité dont il anime
     ceux qui sont destinés par lui à soulager l'humanité souffrante,
     naquit dans cette ville. La sollicitude divine qui, à côté des plus
     grands maux, place toujours quelque heureux allégement, confia une
     auguste mission à notre concitoyen: il devait créer la vie
     intellectuelle et morale chez une partie de ses semblables qui en
     était déshéritée.--Ses veilles laborieuses, toute sa vie furent
     consacrées à cette grande entreprise, et il put, enfin, suppléer
     aux organes de ces malheureux, privés des moyens de communiquer
     leurs pensées au moyen des mots, et, par suite, privés, en quelque
     sorte, de toutes pensées. Son intelligence supérieure et
     observatrice, scrutant, approfondissant la pensée, l'intelligence
     humaine, rendit, sous une autre forme, à des frères infortunés, la
     faculté qui leur avait été refusée; et en leur donnant la langue
     intelligente des signes, l'usage de ce langage expressif et fécond,
     il fit participer ces pauvres parias de la nature aux bienfaits de
     l'éducation, les aida à cultiver leur intelligence, éveilla dans
     leurs âmes les idées endormies, étouffées sous une infirmité
     horrible: noble tâche! dont le but fut atteint par cet homme, à
     l'âme haute et sainte, à laquelle le bien accompli semblait si
     naturel, qu'il ne croyait pas qu'on dût jamais lui en tenir compte.

     «Oui, Monsieur le préfet, heureuse et fière de l'avoir vu naître
     dans son sein, la ville de Versailles, par l'intermédiaire de son
     corps municipal, accepte la statue de l'un de ses plus illustres
     enfants, de l'un des plus sublimes bienfaiteurs de l'humanité, de
     l'abbé de l'Épée!

     «Honneur à ceux qui ont voulu cette exaltation publique, si
     justement méritée! qui ont provoqué avec une louable persévérance
     la sympathie des nobles cœurs pour un génie vertueux et modeste!
     Honneur à l'artiste désintéressé qui a su le faire revivre parmi
     nous, qui a voulu faire descendre dans son œuvre, dans ce
     bronze, la bienfaisante et grande pensée qui animait ce génie
     durant sa vie de vertu et d'abnégation!

     «Je suis heureux, Monsieur le préfet, d'être l'interprète des
     sentiments de gratitude de la ville envers tous ceux qui ont voulu
     exposer à la vénération publique l'image du vertueux abbé de
     l'Épée, en rappelant le souvenir de ses utiles travaux, de son
     dévouement sans bornes à l'humanité, que cette image inspire à
     d'autres, en même temps que le noble désir de s'élever comme lui,
     la volonté de faire servir leur génie au bonheur de leurs
     semblables, à l'exemple des nobles et saints travaux qui
     immortalisent notre grand concitoyen.»

M. de Sainte-James Gaucourt, secrétaire de la commission, lut une notice
biographique sur l'abbé de l'Épée.

Je vins, à mon tour, payer un tribut de reconnaissance à la mémoire de
l'illustre instituteur de mes frères, et je mimai le discours suivant:

    «FRÈRES ET SŒURS!

«Dans une circonstance solennelle, qui rappelle tant de souvenirs
glorieux, il était naturel que l'éloge du grand homme que nous célébrons
sortît, d'abord, de la bouche éloquente d'un de ses concitoyens, d'un
habitant respectable de cette ville, qui a le droit d'être fière de
l'avoir vu naître. A la mimique maintenant son tour! Place à cet
admirable langage qu'il nous a révélé! D'autres ont charmé les oreilles
attentives; qu'il nous soit permis de nous faire entendre aussi des yeux
impatients!

«O image si justement vénérée de notre père spirituel, souris à la naïve
énergie de nos sentiments exprimés dans une langue qui est notre
patrimoine à nous, que Dieu, à l'heure de la création, dispensa
également à tous les hommes; que, le premier après Dieu, tu soumis au
frein de l'intelligence humaine, et qui, plus tard, s'est posée en
égale, au moins, de la parole dans tous les genres, secouant les vieux
oripeaux dont l'avait affublée l'ignorance, et reprenant sa robe blanche
de néophyte pour saluer ton ombre en ce jour solennel.

«Mais quel spectacle a frappé mes regards étonnés, attendris? D'où
viennent les flots d'admiration qui se pressent autour de vous, pauvres
enfants que la nature a traités en marâtre? Pourquoi tous ces rangs
divers, confondus en un seul et même sentiment sur cette place publique
de la cité royale? Ah! je le vois, mes frères, mes sœurs en Dieu,
vous venez expier ici, à la face du Très-Haut, de funestes erreurs qui
ont trop longtemps voilé la terre. Vous venez, vous, les heureux de la
création, proclamer, dans cette enceinte, trop souvent souillée par la
flatterie, que tous les hommes sont vos frères, sont vos égaux, et que,
quelles que soient les épreuves que le ciel leur envoie, ils n'en sont
pas moins les fils du même Dieu. Reportons toute la gloire de ces aveux
publics à l'objet si cher de nos hommages! Oh! comme nous le contemplons
religieusement! Quel langage parlent à nos regards ce geste expressif,
cette attitude pleine de majesté, ce front large et haut, tout sillonné
par l'étude. Allez, nous dit notre Rédempteur, allez, mes disciples
bien-aimés, par toute la terre» instruire vos frères et vos sœurs
d'infortune, les éclairer, comme je vous ai éclairés, et féconder dans
leurs cœurs, dans leurs esprits, les heureuses semences que j'ai fait
fructifier dans les vôtres. Allez! ne redoutez pas la fatigue et les
ronces du chemin, et que Dieu vous conduise!

«Frères et sœurs! non, certainement, vous ne faillirez pas à cette
mission sainte. Vous l'avez promis, promettez-le encore devant ce
bronze, pour nous si palpitant de souvenirs!

«Avec moi, remerciez aussi l'artiste, si bien inspiré, qui a rendu notre
Messie à notre adoration, qui a buriné la pensée dont il était animé, en
caractères ineffaçables!

«Grâces aussi, grâces, mille fois, à la commission, si digne de mener à
bonne fin cette œuvre de réparation qu'attendait la mémoire d'un des
plus grands hommes de notre belle France, si féconde en grands hommes,
qu'attendait Versailles, fière, dans la postérité la plus reculée, de
l'avoir vu naître dans ses murs!»

M. Eugène Garay de Monglave, ancien membre de la commission consultative
de l'Institution des sourds-muets de Paris, traduisit aussitôt
verbalement mon discours avec une grande énergie et une vive
sensibilité.

       *       *       *       *       *

M. le président annonça, à une heure trois quarts, la fin de la
cérémonie, pendant que des salves d'artillerie apprenaient au monde que
la ville de Versailles venait de consacrer un monument digne de ses
immortels travaux à l'impérissable mémoire de l'un de ses plus illustres
enfants.

       *       *       *       *       *

Lors de l'érection de la statue de l'abbé de l'Épée, l'absence du
vénérable Paulmier, professeur émérite parlant de l'Institution des
sourds-muets de Paris, avait été remarquée; cette absence avait pour
cause une indisposition grave qui le retenait à l'École. On n'avait eu
garde de l'oublier dans les invitations faites pour cette cérémonie, où
sa place était marquée en sa qualité de vétéran de la science mimique.
Une lettre particulière lui avait été exactement adressée par le
président et le secrétaire de la commission.

Voici le discours que l'honorable instituteur devait prononcer au pied
de la statue:

«Nul n'est plus digne d'aussi solennels hommages que l'immortel abbé de
l'Épée: autant l'âme est au-dessus du corps, autant son œuvre est
au-dessus des jeux de l'esprit et de toutes les imitations et fictions
des arts. O belle et sublime conception que celle qui crée, pour ainsi
dire, l'âme d'un sourd-muet! Le statuaire, avec son ciseau, travaille la
pierre, et parvient, à force de tourmenter un bloc de marbre, à faire,
en quelque sorte, mouvoir la matière; l'instituteur éveille l'âme,
développe l'entendement, rend la parole à un muet, fait jaillir la
pensée de son cerveau presque inanimé, et lui apprend à s'exprimer avec
autant de pureté, d'élégance et de force, que l'écrivain le plus
éloquent.

«Qu'on ne croie pas que cette noble et singulière occupation soit
bornée; elle tient aux beaux-arts et à la pantomime de la scène par le
langage d'action. La logique et la grammaire, qui sont les yeux du
discours, comme la géographie et la chronologie sont ceux de l'histoire,
introduisent le sourd-muet dans le sanctuaire des sciences; les mots
appelés _pronoms_ par les grammairiens désignent les relations
personnelles, découvrent le principe du drame, et conduisent
naturellement aux premiers éléments de l'ordre social.

«Si l'on parcourt, d'un coup d'œil, le siècle qui vient de s'écouler,
on ne trouve pas d'invention plus utile à l'humanité. Sans doute,
durant cette période de gloire, plusieurs beaux génies ont jeté un vif
éclat sur la philosophie et les lettres: l'un surprend, éclaire, éblouit
par la variété et la prodigieuse fécondité de son rare talent[102];
l'autre, doué de la plus profonde sensibilité[103] et d'une éloquence
mâle et persuasive, défend victorieusement la liberté de l'homme et des
peuples, en même temps qu'il trace les devoirs des mères, des
précepteurs de l'enfance et de la jeunesse; celui-ci, chargé d'une haute
magistrature, occupé par état de faire exécuter les lois, médite toute
sa vie sur l'objet de ses devoirs, et lègue aux hommes, comme fruit de
ses veilles, l'_Esprit des lois_[104]: toutefois, aucun de ces grands
hommes, par le noble cachet de son invention, ne s'est placé au-dessus
du fondateur de l'Institution des sourds-muets de naissance, dont le
génie, par sa douce influence, semble un astre nouveau, se levant pour
féconder, éclairer une tête qui paraissait frappée de stérilité et
abandonnée de la nature entière: c'est plus que l'humanité, c'est une
inspiration divine qui lui fit concevoir la première idée de cette
céleste invention; c'est le désir de faire naître Jésus-Christ dans le
cœur de tant d'infortunés, et de les initier aux mystères de cette
religion sainte, qui embrasa le cœur de l'abbé de l'Épée et de son
digne continuateur, l'abbé Sicard, dont, jusqu'à mon dernier soupir, je
m'honorerai d'avoir été l'humble élève.»



XXXVIII

     Pièces de vers auxquelles donne naissance l'inauguration de la
     statue de l'abbé de l'Épée, à Versailles. Improvisation poétique du
     sourd-muet Pélissier, avec épigraphe du sourd-muet Lenoir.--Le
     conseil municipal autorise le maire à accepter le monument, et
     adresse des remercîments aux commissaires, aux souscripteurs et au
     statuaire.--La commission sollicite en vain de M. le Ministre de
     l'intérieur, par l'intermédiaire de M. le préfet, une dernière
     subvention pour solder ses comptes.--Relevé définitif des recettes
     et dépenses.--Tribut de regret de la commission à quatre de ses
     membres décédés.--Ses remercîments à M. le préfet Aubernon.--Elle
     décerne une médaille au statuaire Michaut.--Désir des souscripteurs
     sourds-muets de voir leurs noms imprimés dans les journaux, afin de
     constater leur reconnaissance pour l'abbé de l'Épée. La commission
     ne peut que faire lithographier des listes générales.--Conclusion:
     sept vœux émis; trois encore à exaucer, une statue dans
     l'Institution, berceau de l'art d'élever les sourds-muets; deux
     inscriptions, l'une, sur la maison modeste où il naquit, à
     Versailles; l'autre, sur la maison modeste où il commença à
     enseigner, à Paris.


A l'occasion de l'inauguration de la statue, plusieurs pièces de vers,
plus remarquables, en général, sous le rapport de l'intention que sous
celui du talent, parurent dans les journaux de Seine-et-Oise.

Notre poëte sourd-muet, Pélissier[105], voulut chanter, à son tour, cet
envoyé du ciel, et, plus heureux, il réussit à le faire dans la
véritable langue des dieux.

Ses vers ont pour épigraphe cette pensée d'un de nos frères:

    Élever des statues aux grands hommes, c'est léguer
    à la postérité de sublimes leçons.

                   A. LENOIR.

    Il est de certains noms consacrés par la gloire,
    Ainsi que ces feux purs qui scintillent aux cieux,
    Astres éblouissants qu'aux pages de l'histoire
    Les siècles font éclore en jalons lumineux.
    L'esprit de l'Évangile, en dépit de l'envie,
    Fait rayonner leur front d'un éclat souverain,
    Et l'artiste leur doit une seconde vie
      Dans le granit ou dans l'airain.

M. le préfet, président d'honneur de la commission, adressa, le 16
septembre, à M. le baron de Fresquienne, expédition d'une délibération
par laquelle le conseil municipal de Versailles autorisait M. le maire à
accepter l'hommage fait à la ville du monument de l'abbé de l'Épée. Dans
cette même délibération, le conseil municipal votait des remercîments
aux commissaires, aux souscripteurs et à l'artiste désintéressé, auteur
de la statue.

       *       *       *       *       *

M. le préfet transmit, le 30 avril 1844, à M. le Ministre de
l'intérieur, la demande formée par les membres de la commission, à
l'effet d'obtenir une nouvelle subvention de 1,800 francs, pour
acquitter la somme restant à payer aux entrepreneurs qui ont contribué à
la construction et à l'érection du monument. Malgré la recommandation et
les démarches personnelles de ce fonctionnaire, M. le Ministre ne put
accueillir favorablement cette pétition, et voici en quels termes il
l'en informa:

       *       *       *       *       *

«J'aurais voulu, Monsieur le préfet, qu'il me fût possible de donner
suite à votre demande, mais l'état des fonds dont je dispose pour
encouragement aux beaux-arts ne m'en offre pas les moyens. Je vous en
témoigne tous mes regrets.»

       *       *       *       *       *

Le 25 juin 1845, les membres composant la commission ouvraient leur
quatorzième et dernière séance chez M. le baron de Fresquienne, pour
procéder à la clôture définitive de leurs opérations.

Lecture fut faite d'un rapport divisé en cinq paragraphes:

1º Compte-rendu des opérations depuis la première séance jusqu'au jour
de l'inauguration;

2º Procès-verbal de la séance d'inauguration;

3º Compte-rendu des travaux jusqu'à ce jour, 25 juin 1845;

4º Examen des comptes de M. le trésorier, et rapport;

5º Inventaire des pièces écrites et imprimées de la commission.

    COMPTES DE M. LE TRÉSORIER,

    _Recettes._

    1º Subvention du Ministre de l'intérieur.    3,000 f. » c.

    2º Souscription du roi.                        300    »

    3º Souscription de la ville de Versailles.   2,000    »

    4º Souscriptions particulières.              6,499    »

    5º Intérêts de fonds libres placés
    momentanément chez M. le receveur
    général.                                       208    40

    6º Allocation de la ville de Versailles
    pour solder les travaux.                     1,805    47
                                                ------------
    Total.                                      13,812 f. 87 c.

    _Dépenses._

    1º Acquisition de registres et autres
    menues dépenses.                                11 f. 10 c.

    2º Frais d'un modèle en bois, et
    papier.                                         27    50

    3º Frais d'impressions diverses.             1,099    50

    4º Affranchissements et ports de               531    45
    lettres
                                                 -----------
    Transport.                                   1,669 f. 55 c.

    5º Remboursement à M. Michaut
    des déboursés du modèle de la
    statue et de son transport à
    l'Institution des sourds-muets,
    où elle a été exposée.                       1,270    »

    6º Prix du bronze et de la fonte
    de la statue payé à M. Saint-Denis.          6,000    »

    7º Acquisition et frais de transport
    du granit de Soignies, pour le
    piédestal, et frais accessoires.             1,462    96

    8º Prix de la grille d'entourage
    en fonte.                                      993    80

    9º Écritures diverses payées au
    sieur G..., et à d'autres personnes
    employées par M. de Sainte-James.              155    05

    10º Gravure d'une planche en cuivre
    placée sous le piédestal,
    payée à M. Gabriel Cerf.                        77    »

    11º Travaux d'établissement de la
    statue, du piédestal, et accessoires
    payés aux divers entrepreneurs.              2,182    51
                                                ------------
    Total.                                      13,810 f. 87 c.
                                                =============

    _Balance._

    La recette s'élève à                        13,812 f. 87 c.
    La dépense         à                        13,810    87
                                                --------------
    Par conséquent, le trésorier
    est reliquataire
    de.                                              2 f. »
                                                ================

Quant à l'engagement pris de publier l'état des recettes et dépenses
dans les trois mois de la clôture des travaux,

Attendu qu'il a été impossible de pourvoir plus tôt à cette obligation;
que, d'un autre côté, la publication serait suffisante si elle était
faite dans les journaux du département,

La commission arrête ce qui suit:

Il sera fait une seule publication dans l'un des journaux qui paraissent
à Versailles; elle sera ainsi conçue:

«La commission des souscripteurs au monument de l'abbé de l'Épée, en
terminant ses travaux, a arrêté le chiffre de ses recettes et de ses
dépenses dans sa dernière séance du 25 juin, et, afin de se montrer
fidèle à l'engagement qu'elle a pris dans ses prospectus, elle a fait la
déclaration qui précède.»

L'excédant en recette de 2 francs fut versé à la caisse du bureau de
bienfaisance.

La commission, en se séparant, crut devoir exprimer les vifs regrets
qu'elle avait éprouvés de ce que quatre de ses membres les plus
distingués, dont elle avait été à même d'apprécier le zèle et les
lumières, n'avaient pu assister au terme de ses travaux.

La mémoire du marquis de Sémonville et du chevalier de Jouvencel, et les
souvenirs si rapprochés encore de MM. Taphinon et Douchain, lui étaient
précieux, et l'on savait combien leur concours avait été généreux et
utile.

La commission voulut aussi témoigner sa vive reconnaissance à M.
Aubernon, préfet de Seine-et-Oise, qui, en acceptant le titre de
président d'honneur, avait facilité l'accomplissement de ses travaux.

Heureuse et flattée de son bienveillant patronage, elle aimait à
renouveler à ce digne magistrat l'expression de sa profonde gratitude.

Après avoir pris l'avis de ses collègues, M. le président déclara les
travaux terminés et la commission dissoute.

      EXTRAIT DU COMPTE-RENDU DES OPÉRATIONS DU BUREAU
      DEPUIS L'INAUGURATION.

«Le conseil municipal, sur la proposition d'un de ses membres, étranger
à la commission, a décerné, en 1843, à M. Michaut, notre statuaire, une
médaille comme témoignage de sa reconnaissance pour son zèle
désintéressé. Ce don, modeste en apparence, vous paraîtra néanmoins
précieux, et honorer autant l'artiste qui s'en est rendu digne que le
corps qui le lui a décerné.»

Les sourds-muets souscripteurs du monument avaient exprimé le vœu que
leurs noms fussent publiés dans les journaux. Ce n'était pas orgueil de
leur part, c'était le besoin impérieux de prouver à leurs frères, à
leurs parents, à leurs amis, qu'ils avaient répondu, comme c'était, pour
eux, un devoir, à l'appel d'une légitime reconnaissance. Certainement le
plus vif désir de la commission Versaillaise eût été de se rendre à leur
juste empressement; mais elle recula devant les dépenses auxquelles cet
objet l'aurait entraînée. Il eût fallu payer les frais d'insertion 50
centimes la ligne, et il en aurait coûté 200 francs, au moins, pour
obtenir cette publicité dans un seul grand journal de Paris; de plus, on
eût dû envoyer un exemplaire de cette liste à chaque sourd-muet
souscripteur. C'était, à 20 centimes l'un, 16 francs encore! non compris
ceux qui avaient souscrit collectivement. La commission pensa qu'il
valait mieux faire lithographier des listes de tous les souscripteurs,
sans exception, lesquelles leur seraient distribuées, et permettraient
d'en reproduire d'autres dans la suite. Ces listes, d'accord avec les
quittances individuelles, appartiennent à chaque souscripteur, pour qui
elles constituent comme un titre personnel[106].

Sur les sept vœux émis dans cet ouvrage, quatre seulement sont
exaucés:

Un monument s'élève dans l'église Saint-Roch, à Paris, près de l'autel
où l'abbé de l'Épée célébrait la sainte messe, sur l'emplacement même où
reposent ses dépouilles mortelles.

Sa statue orne le fronton de l'Hôtel de Ville de la capitale de la
France.

Une autre statue du saint Vincent de Paule de nos frères d'infortune
décore une des places de Versailles, sa patrie.

Son portrait a été inauguré au Musée national de cette ville.

Mais le berceau de son admirable création, mais l'Institution nationale
des sourds-muets de Paris, attend encore sa statue, qui lui a été
promise.

Mais rien ne signale même au respect public la maison modeste où il
naquit à Versailles, la maison modeste où il commença à enseigner à
Paris.

Paris, Versailles, la France, le monde entier, acquitteront-ils donc
enfin ces trois dernières dettes de reconnaissance?

En douter un instant serait leur faire injure.

Nous attendons avec une pleine confiance la réalisation prochaine de nos
trois derniers vœux.

      FIN.



NOTES.


(A) L'orthographe du nom de l'abbé de l'Épée a été l'objet d'une
discussion intéressante, à l'époque où l'on s'occupait de l'érection de
sa statue à Versailles.

_Lespée_, c'est ainsi que ce nom est signé par son père dans l'extrait
du registre de 1712 des actes de l'état civil de la ville de Versailles,
que nous rapportons textuellement plus bas. _Lespée_, c'est ainsi qu'il
est écrit encore au frontispice _d'un petit livre pour étudier les
règles du jeu de trictrac_, qui porte le millésime de 1698, et qu'une
des nièces du célèbre instituteur, madame la comtesse de Courcel, a bien
voulu me communiquer il y a onze ou douze ans. Mais à cette orthographe
nous opposons, non-seulement celle de la signature qu'on lit au bas
d'une lettre autographe par lui adressée à l'abbé Salvan, son élève, et,
comme lui, instituteur des sourds-muets, mais encore celle du nom de _de
l'Épée_ retrouvé sur un livre dont il fit don à _Anne-Catherine
Dessales, sourde-muette, pour récompense de la science dont elle avait
donné des preuves dont un exercice public à Paris, le 8 août 1779_.

D'ailleurs, n'avons-nous pas plus d'un exemple de ces altérations
d'orthographe?

L'empereur Napoléon, qui s'appelait d'abord _Buonaparte_ (un nom
italien), ne signa-t-il pas _Bonaparte_ dès qu'il se vit investi du
commandement de l'armée d'Italie?

A la vue de la noble particule, précédant le nom de notre héros
pacifique, quelqu'un osera-t-il accuser sa vanité? Mais qui donc ignore
que son humilité était devenue proverbiale?

              (3e Arrondissement de Seine-et-Oise.)

                     MAIRIE DE VERSAILLES.

      _Extrait du registre des actes de naissance de la ville de
             Versailles, pour l'année_ 1712.

L'an mil sept cent douze, le vingt-six novembre, a été baptisé
_Charles-Michel_ né avant-hier, fils de Charles-François Lespée, expert
ordinaire des bâtiments du roi, et de Françoise-Marguerite Varignon, son
épouse, de cette paroisse. Le parrain a été Michel Varignon, oncle
maternel; la marraine, Catherine Portier, veuve de Thomas Valleran,
entrepreneur des bâtiments du roi, qui ont signé avec le père présent.

Signé: Michel Varignon, Catherine Portier, Lespée et Blaise, prêtre.

       *       *       *       *       *

(B) Voici une note, concernant les formulaires, que nous devons à
l'obligeance d'un de nos amis, M. Dupoux:

«Deux formulaires, ou actes d'adhésion, furent imposés aux catholiques,
à l'occasion des disputes sur le jansénisme.

«Voici la traduction du premier, arrêté par l'Assemblée du clergé, en
1656, et sanctionné par une bulle d'Alexandre VII, du 16 octobre de la
même année:

«Je me soumets entièrement à la Constitution de notre Saint Père le pape
Innocent X, du 31 mai 1653, selon son véritable sens, expliqué par
l'Assemblée de Messeigneurs les prélats de France, du 28 mars 1654, et
confirmée, depuis, par le bref de Sa Sainteté, du 29 septembre de la
même année. Je reconnais que je suis obligé, en conscience, d'obéir à
cette Constitution, et je condamne, de cœur et de bouche, la doctrine
des cinq propositions de Cornélius Jansenius, contenues dans son livre,
intitulé _Augustinius_, que le pape et les évêques ont condamnées,
laquelle doctrine n'est point celle de saint Augustin, que Jansenius a
mal expliquée contre le vrai sens du saint docteur.»

«La signature pure et simple de ce premier formulaire fut ordonnée par
l'Assemblée du clergé de 1660, et rendue obligatoire comme loi de l'État
par une déclaration royale du 20 avril 1664.»

       *       *       *       *       *

«Voici maintenant la traduction du second formulaire, appelé le
_formulaire d'Alexandre VII_, parce qu'il fut imposé par ce souverain
pontife, et inséré dans sa bulle du 15 février 1665.

«Je me soumets à la Constitution apostolique d'Innocent X, du 3 mai
1653, et à celle d'Alexandre VII, du 16 octobre 1656; et je rejette et
condamne sincèrement les cinq propositions extraites du livre de
Cornelius Jansenius, intitulé _Augustinus_, et dans le sens du même
auteur, comme le Saint-Siége apostolique les a condamnées par les
susdites Constitutions. C'est ce que j'assure: ainsi Dieu m'aide et les
saints Évangiles!»

«Une déclaration du roi, promulguée le 25 avril 1666, ordonna à tous les
archevêques et évêques du royaume de signer ou de faire signer ce
formulaire par tous les ecclésiastiques séculiers et réguliers, par les
religieuses et les maîtres d'écoles, sans aucune distinction,
explication ou restriction.

«Il est présumable que le second formulaire, celui d'Alexandre VII, est
le même qu'on proposa à l'abbé de l'Épée de signer, lorsqu'il se
présenta pour entrer dans les ordres; car il ne paraît pas qu'il en ait
été prescrit un troisième.

«La bulle de Clément XI, publiée en 1705, et qui commence par ces mots:
_vineam domini Sabaoth_, se borne à condamner ce que l'on appelait le
_silence respectueux_, c'est-à-dire la prétention des jansénistes, qui
consistait à condamner les cinq propositions, mais sans reconnaître
qu'elles fussent extraites du livre de Jansenius, sous le prétexte que,
ce dernier point étant une question de fait non révélé, l'on n'était
point, en conscience, tenu de le confesser, même sur l'ordre du pape.

«La bulle _unigenitus_ du même pontife, en date du 8 septembre 1713,
contient la condamnation du fameux livre du père Quesnel, intitulé:
_Réflexion morales sur le Nouveau Testament_. Elle ne propose pas, non
plus, de nouveau formulaire. C'est, du reste, le dernier acte relatif au
jansénisme qui soit émané du Saint-Siége.

«Les querelles du jansénisme furent terminées par un ouvrage intitulé:
_Corps de doctrine_, adopté, en 1720, par l'Assemblée du clergé de
France. Je ne sache pas que cet ouvrage contienne un nouveau formulaire.
On le vérifierait en se reportant aux procès-verbaux de l'Assemblée du
clergé à cette époque.»

       *       *       *       *       *

Désireux de ne conserver aucun doute à cet égard, et de savoir
positivement si le formulaire imposé par Alexandre VII est bien celui
qu'on voulut faire signer à l'abbé de l'Épée, lorsqu'à dix-sept ans, il
demanda à être admis dans les ordres sacrés (dans le courant de 1729 à
30), je m'adressai au savant abbé Girard, sous-bibliothécaire de la
Sorbonne, qui, avec un empressement que je n'oublierai de ma vie, se
livra incontinent à d'actives recherches, relativement au fait qui me
préoccupait. Il en résulta clairement qu'il n'avait été publié que deux
formulaires, l'un, par le clergé de France, en 1656, l'autre, par le
pape Alexandre VII, en 1665. C'est, à son avis, ce dernier dont
l'approbation a été constamment exigée. Ce ne peut donc être, a-t-il
ajouté, que celui-là auquel l'abbé de l'Épée aura été obligé d'apposer
sa signature.

       *       *       *       *       *

(C) Qu'on juge de l'étrange surprise que j'éprouvai en lisant en note ce
qui suit, à la page 11 d'une brochure intitulée: _Inauguration de la
statue de l'abbé de l'Épée dans Versailles, sa ville natale_.

«Jamais l'abbé de l'Épée n'a été avocat au parlement, ni même admis au
stage. C'est ce qui résulte de recherches dues récemment à l'obligeance
de M. Caubert, doyen du conseil de l'ordre des avocats à Paris.»

Or, cette déclaration est contraire au témoignage unanime de toutes les
notices qui ont été publiées, jusqu'à ce jour, sur la vie de l'apôtre
des sourds-muets.

Ayant tout lieu de présumer que les recherches en question n'avaient pas
été faites aussi scrupuleusement qu'on aurait pu le désirer (loin de
moi, d'ailleurs, la moindre pensée de douter de la bonne volonté qu'on y
a apportée), ou, du moins, que les archives du Palais avaient dû
souffrir de la révolution de 93, je me décidai à procéder moi-même à de
nouvelles investigations à ce sujet, et je parvins enfin à savoir qu'aux
Archives de la République existait l'acte de réception de M. l'abbé de
l'Épée comme avocat, à la date du lundi 13 juillet 1733.

La preuve de son admission est consignée, en outre, dans une lettre de
ce bienfaiteur de l'humanité à Me Élie de Beaumont, datée du 1er
février 1779, laquelle commence par ces mots:

«Nous avons eu l'honneur, l'un et l'autre, d'être reçus avocats en la
cour... Pour moi, l'état auquel je me suis consacré depuis 1731, ne me
permet de défendre, comme avocat, que ceux que les canons des conciles
appellent _miserabiles personæ_....»

       *       *       *       *       *

(D) Réponse de M. l'abbé Coffinet, chanoine, secrétaire de l'évêché de
Troyes, à M. de Sainte-James Gaucourt, secrétaire de la commission pour
l'érection de la statue de l'abbé de l'Épée, en date du 21 août 1843:

      21 août 1843:

    «MONSIEUR,

«En recevant votre lettre, j'éprouvais d'abord la crainte de ne pouvoir
répondre à votre désir; car les archives du secrétariat de l'évêché de
Troyes ne remontent pas au-delà de 1802. Mais bientôt je me rappelai
qu'à l'époque de 1793, quelques actes épiscopaux avaient été transférés
à la Préfecture. Je m'empressai donc d'écrire à M. le préfet, pour le
prier d'ordonner des recherches _depuis_ 1712 _jusqu'à_ 1737. Elles
furent couronnées d'un plein succès. Elles fournirent même des
renseignements imprévus. C'est avec un vif plaisir que je vous transmets
l'extrait de ces documents, destinés a éclaircir, tout à la fois, une
partie de la vie d'un homme justement illustre, et à donner toute la
certitude désirable à un fragment de son histoire.

«Je dois les extraits ci-joints à l'obligeance de M. Ph. Guignard,
archiviste de l'Aube. Ce jeune homme, aussi distingué par sa science que
par sa piété, me demande, pour échange de son travail, un exemplaire de
la notice que vous préparez sur l'abbé de l'Épée. Il vous prévient que,
dans le cas où vous ne relateriez pas ces documents à la suite de votre
ouvrage, il se propose de faire imprimer tout au long ces fragments
précieux pour le nom de l'homme qu'ils concernent, dans la _Bibliothèque
de l'école des chartes_.

«Si je ne craignais d'être indiscret, je vous prierais de m'adresser
également un autre exemplaire de votre notice, que je conserverais avec
soin dans mes archives.

«Agréez l'assurance des sentiments respectueux avec lesquels je suis,
etc.»

      ARCHIVES DU DÉPARTEMENT DE L'AUBE.

_Registre des actes épiscopaux (titres de l'évêché de Troyes)._

23 mars 1736. Nomination de M. Charles-Michel de l'Épée à la cure de
Feuges (arrondissement d'Arcis-sur-Aube).

31 mars 1736. Promotion de M. Charles-Michel de l'Épée aux quatre ordres
mineurs et au sous-diaconat.

26 août 1736. Patrimoine de M. Charles-Michel de l'Épée trouvé suffisant
pour qu'il puisse être promu aux ordres sacrés.

22 septembre 1736. Promotion de M. Charles-Michel de l'Épée au diaconat.

28 mars 1738. Nomination de M. Charles-Michel de l'Épée au canonicat de
Pougy.

5 avril 1738. Promotion de M. Charles-Michel de l'Épée à la prêtrise.

   _Registre des actes épiscopaux (titres de l'évêché de Troyes)._

   Inventaire Vallet. Registre nº 37, de 1731 à 1742, page 190.

   1736. _Nomination de M. Charles-Michel de l'Épée à la cure de Feuges._

1e 23 mars 1736
fº 62, vº

Cura de _Feugiis_ (Feuges.)

Jacobus Benignus Bossuet, permissione divinâ, Trecensis episcopus,
dilecto nostro Magistro Carolo-Michæli l'Épée, clerico parisiensi,
salutem in Domino! Curam, seu parochialem ecclesiam, sub invocatione
sancti Benedicti de Feugiis (Feuges, arrondissement d'Arcis-sur-Aube),
in nostrâ diœcesi, cujus, occurente vacatione, collatio, provisio et
alia quævis dispositio ad nos, ratione nostræ dignitatis episcopalis,
pleno jure, spectare et pertinere dignoscitur, proùt spectans et
pertinens, liberam nunc et vacantem per desertionem Magistri Laurenti
Cuchin presbyteri, illius ultimi et immediati possessoris pacifici, aut
alio quovis modo et ex cujuscumque personâ, tibi presenti atque
sufficienti, capaci et idoneo per prævium examen reperto, contulimus et
donavimus, conferimusque et donamus, ac de illâ, illiusque juribus et
pertinentiis universis providimus et providemus per presentes.--Quocircà
_Mandamus_ notario apostolico qui super hoc fuerit requisitus, quatenùs
te, seu procuratorem tuum, ad hoc legitimè constitutum, nomine tuo et
pro te, in possessionem corporalem, realem et actualem dictæ parochialis
ecclesiæ, juriumque et pertinentium ejusdem universorum ponat et
inducat, adhibitis solemnitatibus in talibus assuetis, jureque
cujuslibet salvo.

Datum Trecis, sub signo vicarii nostri generalis, anno Domini millesimo
septingentesimo trigesimo sexto, die verò mensis Martii vigesimâ tertiâ,
presentibus ibidem Magistro Petro Noel et Daniele Lenoir, presbyterio
Trecis respectivè commorantibus, testibus ad premissa vocatis, et in
presenti minutâ, cum vicario nostro generali, subsignatis.

Signé: Noel, Philippe, vicarius generalis, Lenoir.

      _Promotion de Charles-Michel de l'Épée aux quatre ordres mineurs
      et au sous-diaconat_.

  2e 31 mars
  1736
  même reg.
  fº 63, rº.

Clericali tonsurâ initiati et promoti ad quatuor minores, subdiaconatûs,
diaconatûs et presbiteratûs, ordines per nos Jacobum Benignum Bossuet,
permissione divinâ, Trecensem episcopum, in sacello palatii nostri
episcopalis Trecensis, anno Domini millesimo septingentesimo trigesimo
sexto, die verò Sabbati Sancti mensis Martii ultimâ.

      Ad quatuor minores ordines.

M. Carolus-Michæl l'Épée, clericus parisiensis, pastor parochialis
ecclesiæ de Feugiis, in nostrâ diœcesi.

      Ad subdiaconatum.

M. Carolus-Michæl l'Épée, acolytus parisiensis, pastor parochialis
ecclesiæ de Feugiis, in nostrâ diœcesi, sub titulo patrimonii
approbando.

      _Patrimoine de Charles-Michel de l'Épée trouvé suffisant pour
      qu'il puisse être promu aux ordres sacrés_.

  3e 20 août
  1736
  même reg.
  fº 65, vº.

Jacobus Benignus Bossuet, permissione divinâ, Trecensis episcopus,
universis presentes litteras inspecturis notum facimus quod, viso quodam
instrumento publico coràm Magistris Billeheu et Baptiste, notariis,
Lutetiæ commorantibus, die quintâ mensis Maii proximè elapsi confecto,
quo Carolus-Franciscus de l'Épée et Franscisca Margareta Varignon, prius
uxor, Parisiis, in vico Ludovici magni, commorantes, summam ducentarum
et quinquaginta librarum annui reditûs, dilecto nostro Magistro
Carolo-Michæli de l'Épée, subdiacono parisiensi, pastori parochialis
ecclesiæ de Feugiis, in nostrâ diœcesi, et ipsorum filio, in titulum
patrimonii cujus ope ad sacros (etiam presbyteratûs) ordines promoveri
possit, cessisse et donasse dignoscuntur; quam quidem summam 250 liv. ex
tributis et vectigalibus, principatûs Dumbensis ad hoc oppigneratis ob
collocatam quinque millium librarum summam, singulis annis percipiendi
jus habebant, ipsi donatores juxtà instrumentum publicum hâc de re coràm
Poncet, notario in ditione Dumbensi, die octavâ mensis Julii anni
millesimi septingentesimi vigesimi septimi confectum; cujus quidem
donationis sponsores existunt. Achilles Bellanger et Antonius Dionysius
Goblain, Parisiis commorantes; nos, prœfatam summam 250 liv. annui
reditûs sufficientem ut, ope hujusmodi tituli patrimonii, prœfatus
Magister Carolus-Michæl de l'Épée ad sacros (etiam presbyteratûs)
ordines promoveri possit et valeat, judicavimus et approbavimus,
judicamusque et approbamus, cum hoc tamen vinculo quod dictus Magister
de l'Épée, suum præditum reditum vendere, donare aut alio pacto alienare
non poterit, absque nostrâ aut vicarii nostri generalis licentiâ, quod
ei strictè sub pænis juris interdicimus.

Datum Trecis, sub signo vicarii nostri generalis, anno Domini millesimo
septingentesimo trigesimo sexto, die verò mensis Augusti vigesimo.

      _Promotion de Charles de l'Épée au diaconat._

  4º 22 sept. 1736,
  même reg.
  fº 66, rº et vº

Clericali tonsurâ initiati, etc...... anno Domini 1736, die verò sabbati
Quatuor Temporum septembris vigesimâ secundâ, per Jac. Ben. Bossuet.

      Ad diaconatum.

M. Carolus-Michæl l'Épée subdiaconus parisiensis, pastor parochialis
ecclesiæ de Feugiis, in nostrâ diœcesi.

      _Nomination de Charles de l'Épée au canonicat de Pougy_.

  5º 28 mars 1738,
  même reg.
  fº 66, rº et vº

Jacobus Benignus Bossuet, permissione divinâ, Trecensis episcopus,
dilecto nostro Magistro Carolo-Michæli l'Épée, diacono parisiensi,
salutem in Domino! Canonicatum et præbendam collegiatæ ecclesiæ sancti
Nicolai de Pugiaco (Pougy,--arrondissement d'Arcis-sur-Aube), in nostrâ
diœcesi, quorum, occurente vacatione, collatio, presentatio et alia
quævis dispositio ad nos, ratione nostræ dignitatis episcopalis, pleno
jure, spectare et pertinere dignoscuntur, proùt spectans et pertinens,
liberos nunc et vacantes per puram et simplicem resignationem Magistri
Petri Lorin presbyteri, illorum ultimi et immediati possessoris
pacifici, in manibus nostris spontè et liberè factam et per nos
admissam, tibi presenti atque sufficienti, capaci et idoneo, contulimus
et donavimus, conferimusque et donamus, ac de illis illorumque juribus
et pertinentiis universis providimus et providemus per presentes.
Quocircà _Mandamus_ dilectis nostris canonicis et capitulo prœfatæ
ecclesiæ collegiatæ de Pugiaco et in eorum recusationem, P., notario
apostolico qui super hoc fuerit requisitus, quatenùs te, seu
procuratorem tuum, ad hoc legitimè constitutum, nomine tuo et pro te, in
possessionem corporalem, realem et actualem dictorum canonicatûs et
præbendæ, juriumque et pertinentium eorumdem universorum, ponent et
inducant, seu ponat et inducat, stallum in choro, locum et vocem in
capitulo, tibi, vel dicto tuo procuratori, pro te, assignent, seu
assignet, adhibitis solemnitatibus in talibus assuetis, jureque
cujuslibet salvo.

Datum Trecis, sub signo vicarii nostri generalis, anno Domini millesimo
septingentesimo trigesimo octavo, die verò mensis Martii vigesimâ
octavâ, presentibus ibidem Magistro Petro Noel et Daniele Lenoir,
presbyterio Trecis respectivè commorantibus, testibus ad præmissa
vocatis et in presenti minutâ, cum vicario nostro générali, subsignatis.

      Signé: Lefebvre, vicarius generalis; Lenoir, Noel.

      _Promotion de Charles de l'Épée à la prêtrise_.

  6º 5 avril 1738,
  même reg.
  fº 84, vº et 85, rº.

Clericali tonsurâ initiati, etc...... anno Domino millesimo
septingentesimo trigesimo octavo, die verò Sabbati Sancti quintâ mensis
Aprilis, per Jac. Ben. Bossuet.

      Ad Presbyteratum.

M. Carolus-Michæl l'Épée, diaconus parisiensis, canonicus ecclesiæ
collegiatæ de Pugiaco, in diœcesi Trecensi.

Je soussigné, certifie que tous les documents ci-dessus sont
très-authentiques. Ils ont été, sur ma demande, et d'après
l'autorisation de M. le préfet, puisés par M. Ph. Guignard, archiviste
de l'Aube, dans les _Actes épiscopaux_ qui furent déposés à la
Préfecture avant 1793.

    Troyes, le 21 août 1843.

          Signé: COFFINET,
      Chanoine, secrétaire de l'évêché de Troyes.

       *       *       *       *       *

(E) «Les agiographes, remarque M. l'abbé Bouchet, avec une sagacité
impartiale qui l'honore, ont la sotte habitude, dans leurs vies des
saints, de ne nous présenter que le beau côté de leurs héros, ce qui
nuit à la vérité historique et en fausse les conséquences morales, car,
avec de telles vies, les lecteurs s'imaginent toujours que les saints ne
sont pas des hommes comme eux, et que, eux, lecteurs, étant hommes, ils
ne peuvent pas être des saints.

«Quand même nous écririons la vie d'un saint, nous croirions de notre
devoir d'historien de chercher et de montrer en lui quelque point
vulnérable dans son existence. Si l'abbé de l'Épée n'est pas proprement
un saint canonisé, c'est un homme de génie, et, ce qui vaut mieux encore
qu'un homme de génie, un bienfaiteur, le plus grand bienfaiteur des
sourds-muets.

«Son génie et sa bienfaisance ne l'ont malheureusement pas mis à l'abri
des faiblesses humaines, et, loin d'atténuer ses fautes, nous les dirons
aussi nettement que ses vertus, tout en gémissant de voir un homme aussi
supérieur tomber formellement dans l'hérésie, et, loin de taxer l'Église
catholique d'intolérance et de crier au rigorisme outré, nous préférons
dire franchement que l'abbé de l'Épée a erré dans la foi et s'est attiré
les rigueurs de l'Église, société divinement instituée pour garder le
dépôt sacré des doctrines.

«Puis, dans le parti janséniste, aujourd'hui presque entièrement éteint,
les bonnes œuvres étaient communément matière à ostentation;
cependant, nous croyons que l'abbé de l'Épée fut toujours un homme
profondément modeste, comme le sont presque tous les hommes de génie, et
nous ne pouvons nous empêcher d'admirer la réponse qu'il fit au prêtre
qui se crut obligé de lui refuser les cendres.

«Le jansénisme répand une large tache sur cette belle vie de l'abbé de
l'Épée, et les éloges maladroits des historiens et des panégyristes
ignorants ne parviendront jamais à l'effacer. Consolons-nous en disant:
le _soleil a ses taches_. Et notre pénible fonction d'historien une fois
remplie, nous ne persistons pas moins à croire que la question de bonne
foi et l'immense charité de l'ami des sourds-muets lui auront fait
trouver grâce devant celui qui est le Dieu de vérité, mais qui est aussi
et surtout le Dieu de charité: _Deus caritas est_.

«Comme ami des sourds-muets, nous admirons le premier instituteur public
des sourds-muets en France; mais, comme chrétien, nous aimons encore
davantage l'Église catholique, dont, avant tout, il eût dû regretter de
ne pas rester le ministre soumis.»

      (F) _Copie du certificat délivré par l'abbé de l'Épée à
      Mlle Blouïn_.

Je soussigné, instituteur gratuit des sourds-muets de Paris, certifie à
tous ceux auxquels il appartiendra, que Mlle
Charlotte-Louise-Jacqueline Blouïn, native d'Angers, m'ayant été
adressée par feu Monsieur Ducluzel, intendant de Tours, pour que je lui
apprisse à instruire les sourds-muets, cette demoiselle a fait, dans
cet art, des progrès qui ont surpassé mon attente, et que le témoignage
que j'en ai rendu, lorsqu'elle est retournée dans son pays, a engagé
Monsieur l'intendant, quelques mois après, à m'écrire la lettre
suivante, en date du 19 février 1782:

«Enfin, Monsieur, la demoiselle Blouïn, pour laquelle je vous avais
demandé vos bontés, vient d'être autorisée à ouvrir un cours d'éducation
pour les sourds-muets à Angers. Ses talents sont votre ouvrage: je ne
dois mes succès qu'aux vôtres, dans l'art où vous avez daigné lui
communiquer vos lumières: agréez-en le premier hommage. Ce n'est pas
assez que la capitale vous admire, ma Généralité va jouir de vos
bienfaits; je m'estime heureux d'avoir pu contribuer, avec vous, à
diminuer les malheurs de l'humanité.

«J'ai l'honneur d'être....»

      Signé: DUCLUZEL.

Mlle Blouïn, étant revenue à Paris pendant les vacances de 1782,
vient d'y faire un second voyage sur la fin de celles de la présente
année, où nous avions déjà repris nos leçons. Dès qu'elle y est entrée,
_j'ai cessé de les dicter par signes aux sourds-muets_, pour lui en
laisser faire la fonction, qu'elle a remplie parfaitement. Ses
opérations lui ont attiré les applaudissements d'un grand nombre de
personnes de différents pays, qui ne pouvaient se lasser d'admirer les
talents que Dieu lui a donnés pour réussir dans cette œuvre. Je la
crois donc capable de conduire ses élèves au degré d'instruction auquel
sont parvenus ceux de nos sourds-muets qui en ont donné des preuves dans
des exercices publics, et singulièrement dans celui du 13 août 1783, en
présence de Monseigneur le nonce du pape, et de Monseigneur l'archevêque
de Tours, accompagné de quelques-uns de ses illustres confrères.

En foi de quoi, j'ai délivré le présent certificat.

    Paris, ce 11 novembre 1783.

      Signé: l'abbé de L'ÉPÉE.

       *       *       *       *       *

(G) _A Monsieur le directeur de l'Institution nationale des sourds-muets
de Paris, sur la nouvelle dactylologie de M. Leménager_.

      «Ce 17 juillet 1842.

«Le mémoire de M. Leménager, sur lequel vous demandez l'avis des
professeurs de l'institution, afin de remplir le vœu de M. le
ministre de l'Intérieur, ne tend à rien moins qu'à remplacer la
dactylologie usuelle de nos sourds-muets par une nouvelle dactylologie
de l'invention de l'auteur.

«D'abord, tant s'en faut que le travail de M. Leménager soit une méthode
nouvelle, comme il le prétend. C'est, tout au plus, au contraire, si
l'on y voit seulement un jeu de mains ingénieux. Or, il est ici question
d'examiner s'il est vrai, comme il le soutient encore, que son nouveau
mode digital de communication est plus commode, plus prompt, et plus
facile que celui que nous employons. M. Leménager est dans une étrange
erreur, lorsqu'il prête à ce dernier les inconvénients qu'il n'a pas. Ce
n'est pas la faute de l'instrument, mais celle de la personne qui en
fait usage, si elle ne met pas autant ou presque autant de rapidité dans
ses doigts que M. Leménager dans les siens. Cet instrument exige des
doigts tant de souplesse ou d'agilité qu'on n'aperçoive pas le plus
léger mouvement dans le bras. Je ne prétends pas, toutefois, que notre
alphabet manuel puisse suivre la parole à la course. Ce but sembla
atteint un instant par le _Syllabaire dactylologique_ de M. Recoing, qui
entreprit d'instruire lui-même son fils sourd-muet, travail sur lequel
divers rapports furent présentés à notre conseil d'administration. Et,
cependant, on ne pensa pas qu'il pût être d'une utilité indispensable
dans notre éducation générale, et l'on allégua, comme l'une des
principales raisons de son rejet, le temps considérable qu'exigeait
cette étude encore compliquée, quoique déjà fort abrégée depuis.

«Quant à l'alphabet qui nous occupe, il ne me paraît pas plus utile,
malgré sa simplicité, de l'appliquer à l'enseignement d'une école de
sourds-muets. A quoi bon former nos enfants à apprendre de mémoire un
alphabet qui semble plutôt fait pour les parlants que pour eux? car,
indépendamment des vingt-cinq lettres de l'alphabet ordinaire, on y
trouve des indications représentant une _série de voyelles combinées et
accompagnées d'autres lettres qui forment des sons pour l'épellation et
la terminaison d'un grand nombre de mots_. Adoptât-on même aujourd'hui
cet alphabet de pure convention, qui peut répondre que, dans un temps
plus ou moins éloigné, il n'en surgirait pas, comme à l'envi, une
multitude d'autres? Dans cette hypothèse, auquel d'entre eux attribuer
la stabilité et la prééminence sur les autres?

«En raisonnant ainsi, je suis loin, Dieu m'en garde! de me constituer le
chevalier de notre dactylologie, originaire d'Espagne, et qui, après
avoir été introduite par l'abbé de l'Épée, avec quelques modifications,
dans son école, s'est propagée, à l'exception de l'Angleterre, dans
presque toutes celles d'Europe et d'Amérique, bien qu'on puisse lui
reprocher, sans injustice, de ne pas s'adapter parfaitement, dans ses
diverses positions, aux différents caractères de l'écriture et de la
typographie. Mais pourquoi, au lieu de nous arrêter inutilement à
discuter le mérite respectif que peut avoir tel ou tel alphabet
dactylologique, ne pas nous consacrer au perfectionnement, à la
généralisation de notre langue naturelle, de notre langue universelle,
de la langue des signes? Loin de chercher à étendre le domaine de la
dactylologie, pourquoi ne pas travailler à le restreindre au profit de
l'intelligence? Dans l'état actuel de l'enseignement, nous arrivons au
point où la dactylologie ne servira plus qu'à tracer les noms propres de
personnes ou de lieux, et encore transitoirement, en attendant qu'on
leur impose des signes de convention qui expriment leurs qualités bonnes
ou mauvaises, procédant, en cela, comme les parlants ont procédé dans
leur baptême universel des hommes et des lieux! Or, pour cette mission
transitoire, dont l'importance diminue chaque jour, la vieille
dactylologie espagnole est plus que suffisante, et elle a l'immense
avantage, d'être adoptée et connue.

«Loin donc de s'occuper à perfectionner et à répandre la dactylologie,
il faudrait, je le répète, chercher à la restreindre, travaillant de
plus en plus, dans notre enseignement, à substituer l'intelligence à la
matière, l'idée à sa représentation brute. C'est ce que n'a pu
comprendre M. Leménager, étranger qu'il est au véritable langage
mimique. C'est ce langage qui, plus que toutes les dactylologies
possibles, peut nous être d'une immense ressource dans notre infirmité
et l'emporter même de vitesse, comme il le désire, sur la langue parlée.

«Ce sujet m'a emporté beaucoup trop loin à propos d'une nouvelle
trouvaille dactylologique, trouvaille, selon moi, sans importance et
même sans objet.

«Je termine en vous réitérant la nouvelle assurance du profond respect
et du sincère dévouement avec lequel j'ai l'honneur d'être, mon cher
directeur,

    Votre dévoué serviteur.

     _A Messieurs les membres de la Commission Consultative de
     l'Institution nationale des sourds-muets de Paris, sur la nouvelle
     dactylologie de M. Charles Wilhorgne._

      «Ce 4 mai 1847.

Vous m'avez chargé, sur la demande de M. le Ministre de l'intérieur, de
vous rendre compte d'un essai de M. Charles Wilhorgne, avocat à Rouen,
sur _la dactylographie_ ou _sténographie des doigts_, laquelle, suivant
l'auteur, aurait, sur ce qu'on est convenu d'appeler chez nous la
_dactylologie_, l'avantage de rivaliser presque avec la parole
elle-même. Pour le prouver, M. Wilhorgne s'efforce d'établir, entre l'un
et l'autre système, un parallèle qui, il faut bien le dire tout d'abord,
révèle, en lui, peu de connaissance des procédés en usage dans nos
écoles. A la simple inspection des deux planches gravées que renferme sa
brochure, et qui représentent l'alphabet manuel de son invention, on ne
voit pas trop en quoi cet instrument peut être utilisé avec fruit dans
nos études. _La dactylographie_ de M. Wilhorgne a pour but,
non-seulement d'indiquer les lettres ou syllabes sur les phalanges de la
main, mais encore, dit-il, «d'exprimer d'une façon abrégée, et sans
jamais s'écarter des lois de l'orthographe, une prodigieuse quantité de
mots par l'emploi des terminaisons les plus usitées du langage, à la
représentation desquelles sont affectées certaines parties extérieures
de la main gauche.» L'auteur se croit fondé à en conclure que son
nouveau mode digital de communication doit infailliblement produire une
grande rapidité dans l'expression de la pensée, et il ajoute que, pour
éviter la confusion des mots, qui semblerait, au premier abord,
inséparable de l'adoption de son procédé, on sera tenu de fermer la main
après chaque mot. Ici il fait jouer d'abord un rôle important à la main
gauche; mais, plus tard, après avoir paru reconnaître l'inconvénient
qu'il peut y avoir à employer les deux mains, il se voit obligé de
transférer la fonction de la gauche à la droite, en réservant,
toutefois, aux ongles du pouce et du petit doigt de la main gauche le
privilége de reproduire certaines terminaisons chaque fois que l'index
de la droite les indique.

«Si l'on veut que l'importance de tel ou tel alphabet manuel se mesure
sur le plus ou moins de promptitude qu'il offre, celui que nous
employons aujourd'hui ne demande, pour être presque aussi rapide que la
parole elle-même, qu'une certaine souplesse dans les doigts, lors même
que l'usage en serait restreint à représenter, sans en omettre une
seule, les lettres composant, soit un mot, soit une phrase. Tout bien
considéré, nous pensons que celui de M. Wilhorgne ne réussira pas mieux
que tous ceux qu'on a essayé d'introduire dans notre enseignement à
diverses époques, à supplanter le système espagnol adopté par l'abbé de
l'Épée avec quelques modifications. Celui-ci obtiendra toujours la
préférence, non-seulement des sourds-muets, mais des parlants eux-mêmes.

«L'auteur commet une non moins grande erreur, lorsqu'il prétend que sa
dactylographie présente un avantage marqué sur notre dactylologie en ce
qui concerne les rapports des sourds-muets, devenus aveugles avec les
autres.

«Les aveugles de naissance peuvent aussi facilement que les
sourds-muets, _devenus aveugles_, converser avec les autres hommes, au
moyen de notre alphabet manuel. Il leur suffit, pour cela, de suivre,
par le toucher, les contours rapides de la main _parlante_.

«En somme, la dactylographie de M. Wilhorgne ne nous paraît guère
mériter que la Commission Consultative en propose l'adoption à M. le
Ministre en faveur de nos jeunes sourds-muets. C'est un système tout
conventionnel, qui peut paraître plus ou moins ingénieux à certaines
personnes, mais qui ne saurait aspirer au mérite d'une utilité réelle et
d'une pratique générale. Il semble devoir plutôt être abandonné au choix
des parlants, dont les doigts se montrent rebelles au mécanisme de la
dactylologie usuelle des sourds-muets.

«A notre avis, la dactylologie de l'abbé de l'Épée répond amplement aux
besoins de cette branche secondaire de notre enseignement. On a beau
faire, les principaux moyens de communication des sourds-muets seront
toujours (et de plus en plus) d'abord la mimique naturelle
perfectionnée, excluant les représentations dactylologiques des lettres
d'une langue et peignant, indépendamment des langues, chaque idée par un
signe, puis l'articulation et la lecture sur les lèvres pour
quelques-uns, et le dessin et l'écriture pour le grand nombre.

«Essayer de ramener aujourd'hui notre enseignement à une dactylologie ou
dactylographie plus ou moins rapide, plus ou moins saisissante, c'est
vouloir lui faire rebrousser chemin, c'est chercher à le pousser dans
une fausse route. L'importance de la dactylologie ou de la
dactylographie (n'importe) diminue chaque jour, à mesure du progrès de
notre enseignement. Les hommes d'activité et de savoir, au lieu d'user
leurs efforts à poursuivre le progrès dans ces moyens secondaires,
insuffisants, applicables à la seule représentation isolée d'une langue
et non à l'idéologie de toutes, devraient s'entendre pour concentrer
leurs vues sur des problèmes beaucoup plus importants, dont notre
spécialité attend, en vain, la solution, tels que les meilleurs moyens
d'initiation à la connaissance, plus ou moins complète, de sa langue
maternelle, et l'emploi du peu de loisir que laisse à nos élèves cette
étude, toujours longue et difficile, à quelques travaux intellectuels,
variés, qui les intéresseraient en les y ramenant.

«Chaque année voit éclore de prétendues découvertes qui émanent de
philanthropes mus par les meilleures intentions, mais, malheureusement,
tout à fait étrangers à l'enseignement des sourds-muets. Il en résulte
que, souvent, ils nous donnent, soit pour du nouveau, soit pour de
l'utile, ou ce que nous connaissons depuis fort longtemps, ou ce qui,
en définitive, ne nous offre qu'une utilité plus que contestable. Il
serait à désirer que ces personnes, qui pourraient rendre de véritables
services, si elles étaient plus éclairées sur un enseignement qu'elles
ignorent, voulussent bien consulter les hommes spéciaux avant de bâtir
leurs systèmes et de prendre la plume; il en résulterait une grande
économie de temps et pour eux-mêmes et pour les hommes spéciaux qu'on
charge ensuite d'examiner leurs écrits. Or, rien n'est plus précieux que
le temps, à une époque où l'on vit si vite.»

       *       *       *       *       *

(H) _Legs d'un sourd-muet._--Un legs fort important a été fait à la
ville de Rouen par une personne qui est morte au mois d'août 1847, en
laissant, par un acte de sa dernière volonté, toute sa fortune à cette
ville.

Cette fortune consiste, assure-t-on, en biens-fonds d'une valeur de
300,000 fr., et en une bibliothèque dans laquelle on ne compte pas moins
de soixante mille volumes.

Le donateur est un sourd-muet, M. le baron Coquebert de Montbret,
célibataire, appartenant à une famille fort riche, et dont l'unique
plaisir était de collectionner des publications littéraires de toutes
sortes. M. Coquebert de Montbret avait des manières rustiques; il fuyait
la société pour vivre dans l'intimité de ses chers bouquins, et il était
animé d'une telle ardeur pour la science, que, malgré son infirmité, il
parvint à connaître à fond les langues et les littératures orientales.
Sa passion favorite pour les livres fut souvent exploitée, aux dépens de
sa fortune, par d'indignes spéculateurs, qui auraient dû respecter, au
moins, son infirmité.

Le Conseil Municipal de Rouen eut à délibérer sur le testament, dont la
validité était contestée par les héritiers. Mme Brongniart, sœur
de M. de Montbret, attaqua cet acte en nullité, se fondant sur ce que le
testateur n'avait pas la plénitude de ses facultés intellectuelles au
moment où il disposait de sa bibliothèque et de son patrimoine en faveur
de la ville de Rouen. Sa passion pour les livres avait souvent entraîné
M. de Montbret à consentir à des prix énormes pour l'acquisition de
raretés bibliographiques; sa famille les considérait comme des
prodigalités qui mettaient en péril sa fortune; elle voulut le protéger
contre la rapacité des exploitateurs, lesquels pouvaient d'autant plus
aisément abuser des fantaisies du bibliomane, qu'il était privé de la
ressource ordinaire de débattre un marché verbalement, parce qu'il était
sourd-muet, et elle obtint qu'il lui fût constitué un conseil
judiciaire.

Les prodigues sont des fous aux yeux du monde; mais tous les prodigues
ne sont pas des fous aux yeux de la science. Jusqu'à son dernier jour,
M. Coquebert de Montbret parut dans les conditions d'un homme qui, non
seulement conserve ses facultés intellectuelles, mais encore les possède
à un degré fort éminent. Les termes mêmes de son testament, les motifs
assignés à ses dispositions dernières sont des témoignages, en quelque
sorte complémentaires, que cet homme, voué pendant toute sa vie aux plus
nobles investigations de l'esprit, était resté, jusqu'au bout, sain de
tête et de cœur.

Telle fut, du moins, la présomption qui ressortit des informations
préliminaires auxquelles le conseil municipal de Rouen dut se livrer;
mais ce fut une présomption assez puissante pour l'amener à accorder
l'autorisation de plaider et de soutenir en justice la validité du legs
de M. de Montbret.

Ajoutons qu'à la présomption de lucidité se joignait, chez le testateur,
celle de la fermeté et de la fixité de sa volonté dans l'acte important
de sa munificence; car le testament avait été fait en quadruple
expédition et déposé en quatre endroits différents, afin qu'il fût mieux
garanti par le donataire.

Des légataires particuliers demandèrent à la ville la délivrance de
leurs legs; mais leurs prétentions restèrent nécessairement subordonnées
à l'issue de la contestation. Toutefois, la levée des scellés eut lieu à
la requête de la ville et de Mme Brongniart, sous réserve des droits
de chaque partie.

       *       *       *       *       *

(I) La méthode de l'abbé de l'Épée, couronnée des succès les plus
heureux, donna lieu, d'abord, à un arrêt rendu en conseil d'État, le 21
novembre 1778, par lequel le roi Louis XVI annonçait qu'il prenait sous
sa protection l'établissement de ce grand instituteur, non moins
recommandable par ses vertus qu'estimable par ses talents, et qu'il
avait l'intention d'en assurer la perpétuité.

Ce premier arrêt fut suivi d'un second, du 25 mars 1785, que nous
croyons devoir rapporter textuellement:

«Le roi s'étant fait représenter, en son conseil, l'arrêt rendu en
icelui le 21 novembre 1778, par lequel, étant informée du zèle et du
désintéressement avec lequel le sieur abbé de l'Épée s'est dévoué à
l'instruction des sourds et muets de naissance, Sa Majesté aurait
ordonné qu'il serait incessamment procédé à l'examen des moyens les plus
propres à former, sous sa protection, dans la ville de Paris, un
établissement d'éducation et d'enseignement en faveur des sujets de l'un
et de l'autre sexe qui seraient affligés de cette double infirmité, et
que, à cet effet, il serait proposé à Sa Majesté tels statuts et
règlements qu'il appartiendrait, tant pour sa fondation que pour le
gouvernement et direction desdits établissements, et, en attendant qu'il
y ait été pourvu définitivement, Sa Majesté aurait ordonné que, sur la
portion libre des biens que les monastères des Célestins, situés dans le
diocèse de Paris, tenaient de la libéralité des rois ses prédécesseurs,
il serait, sous les ordres des sieurs commissaires établis par ledit
arrêt pour veiller particulièrement à tout ce qui pourrait accélérer et
préparer ledit établissement, payé et délivré par le sieur Bollioud de
Saint-Julien, commis à la régie desdits biens par les arrêts des 29 mars
et 6 juillet 1776, toutes les sommes qui seraient jugées nécessaires,
soit pour la subsistance et entretien des sourds et muets qui seraient
sans fortune, soit, en général, pour toutes les dépenses préparatoires
dudit établissement. Et Sa Majesté s'étant fait rendre compte, tant de
ce qui a été fait jusqu'à présent, en exécution dudit arrêt, que de
l'empressement avec lequel plusieurs évêques, et notamment ceux
d'Orléans, d'Amiens et de Soissons, ont déjà concouru à l'exécution de
ses vues pour la dotation de cet établissement, elle aurait reconnu que
le moyen d'exciter et d'étendre une émulation aussi précieuse pour
l'humanité, serait d'en fixer, dès à présent, le siége, et de mettre
ainsi les pauvres qui seront forcés d'y avoir recours, en état de jouir,
sans délai, de l'enseignement qui leur aura été assuré, et les autres
évêques du royaume à portée de faire participer leurs diocésains à cet
avantage, par l'application et cession d'une légère portion des biens
vacants qui pourront se trouver, à l'avenir, à leur disposition, et
principalement de ceux qui proviendront de la dotation royale. Et Sa
Majesté s'étant pareillement fait représenter les divers plans, devis et
projets, qui ont été dressés par les ordres desdits sieurs commissaires
pour la construction d'un hospice propre à recevoir les sujets de l'un
et de l'autre sexe, elle aurait de même reconnu que cet établissement ne
pouvait être mieux placé, et avec plus de célérité et moins de dépenses,
que dans la partie des bâtiments conventuels du monastère des Célestins
de Paris, qui a son entrée par la rue du Petit-Musc, et est séparée des
autres lieux claustraux, ainsi que de l'église, par une ligne
transversale de démarcation, qui a été tracée, à cet effet, du levant au
couchant, par le sieur Lemoine de Couson, architecte; et comme,
d'ailleurs, le grand nombre d'élèves dont le sieur abbé de l'Épée est
aujourd'hui surchargé, ne permet pas de différer plus longtemps la
fondation de cet établissement, Sa Majesté, en attendant que le sieur
archevêque de Paris ait prononcé, en la forme ordinaire, sur la
destination des biens dudit monastère, et, néanmoins, après avoir pris
l'avis dudit sieur archevêque, a jugé convenable de faire connaître ses
intentions définitives, tant sur son emplacement, que sur les conditions
qui seront nécessaires pour y être admis. A quoi voulant pourvoir, ouï
le rapport, et tout considéré, le roi, étant en son conseil, a ordonné
et ordonne ce qui suit:

«Art. 1er. Il sera incessamment pourvu à la confection des
distributions et réparations nécessaires pour recevoir l'établissement
des sourds et muets, de l'un et de l'autre sexe, dans la partie des
bâtiments et lieux conventuels des Célestins de Paris à ce destinée, et
y former un hospice permanent d'éducation et d'enseignement en leur
faveur, par le sieur abbé de l'Épée et autres instituteurs qui lui
succéderont à l'avenir.

«2. Le montant des frais desdites réparations, lesquelles seront faites
sur les plans et devis qui en auront été préalablement dressés et agréés
par Sa Majesté, sera avancé et délivré par le sieur Bollioud de
Saint-Julien, receveur général du clergé, sur les revenus libres des
biens des Célestins du diocèse de Paris, sur les ordonnances du sieur
archevêque, et dans les termes qui seront convenus à ce sujet, sauf,
lors du décret à intervenir pour l'union et application desdits biens, à
retenir lesdites avances sur les deniers comptants qui seraient destinés
à former la dotation de cet établissement.

«3. Jusqu'à ce que, en conséquence dudit décret, il ait été pourvu d'une
manière convenable à ladite dotation, il sera annuellement payé et
délivré par ledit sieur de Saint-Julien, sur les mêmes biens, au sieur
abbé de l'Épée, et sur ses simples quittances, la somme de 3,400 liv.,
pour être employée à l'entretien des pauvres sourds et muets, de l'un et
de l'autre sexe, qui pourront en avoir besoin, et à faciliter
l'instruction de l'ecclésiastique adjoint à ses travaux pour se former
audit enseignement.

«4. A compter du jour du présent arrêt, et jusqu'à ce que ledit
établissement ait été consolidé par lettres-patentes de Sa Majesté, les
rentes et redevances qui ont été ou seront, par la suite, unies et
affectées à la fondation et entretien d'icelui par les décrets des
évêques, et notamment ceux des évêques d'Orléans et d'Amiens, des 14
mars 1780 et 1er août 1781, et lettres-patentes confirmatives, dûment
enregistrées, seront perçues par ledit sieur de Saint-Julien; en
conséquence, seront les divers établissements chargés de l'acquit
d'icelles, ensemble les fermiers et débiteurs, même les payeurs des
rentes de l'Hôtel de Ville de Paris, tenus de payer et vider leurs mains
en celles dudit sieur de Saint-Julien, au moyen de quoi et sur les
quittances qu'ils en recevront, ils seront et demeureront bien et
valablement déchargés; et seront lesdites sommes par lui remises audit
sieur abbé de l'Épée, et employées au profit des sourds et muets, aux
conditions imposées auxdits décrets en faveur des sujets de chaque
diocèse.

«5. La pension gratuite entière pour chaque élève sera et demeurera
fixée à la somme de 400 liv. par an, et la demi-pension à celle de 200
liv.; et ne pourront être lesdites pensions payées et continuées au-delà
du terme de trois années, passé lequel les mêmes sujets ne pourront plus
en jouir, sous quelque prétexte que ce soit.

«6. Lesdites pensions et demi-pensions gratuites ne seront accordées
qu'à des sujets d'une pauvreté reconnue et attestée par le certificat du
curé de la paroisse et par l'extrait du rôle des impositions, qui sera,
à cet effet, délivré par le receveur particulier de l'élection; et
seront lesdits extraits et certificats dûment légalisés par le juge
royal le plus prochain, pour être, s'il y a lieu, sur iceux procédé à
l'admission du sujet dans ledit hospice.

7. Toutes les dispositions ci-dessus seront exécutées jusqu'à ce qu'il
en ait été autrement ordonné par les décrets, règlements et
lettres-patentes à intervenir, pour la direction et administration
temporelle et spirituelle dudit établissement; et sera, en conséquence,
le présent arrêt notifié, de l'ordre du roi, aux débiteurs des
redevances et payeurs des rentes affectées à la dotation d'icelui, à ce
qu'ils n'en ignorent et aient à s'y conformer.

Fait au conseil d'État du roi, etc.»

       *       *       *       *       *

(J) _Différence entre les mots_ sourd et muet _et_ sourd-muet.

Dans les premiers temps où le triste sort des enfants atteints de
surdi-mutité éveilla la commisération publique, on se servait
habituellement de l'expression _sourd et muet_. Ce n'est que vers la fin
du dix-huitième siècle que _sourd-muet_ devint le terme consacré.

Quoi qu'il en soit de ces deux appellations, l'analogie fondée sur les
rapports des causes avec leurs effets nous amène à établir entre l'un et
l'autre une distinction raisonnée.

La dénomination de _sourd et muet_ suppose deux incapacités distinctes
et ne découlant pas forcément l'une de l'autre; d'une part, l'incapacité
d'entendre, occasionnée par la paralysie du nerf auditif ou par toute
autre cause, de l'autre, l'incapacité absolue d'articuler la parole
humaine, cette incapacité étant le résultat physiologique d'une
paralysie ou lésion survenue dans la langue ou dans toute autre partie
de l'appareil vocal, tandis que l'appellation de _sourd-muet_ renferme,
au contraire, l'idée du rapport direct de la surdité au mutisme, de
telle façon que celui-ci soit considéré alors comme la conséquence
obligée de celle-là.

En thèse générale, ne remarque-t-on pas que l'appareil vocal de nos
jeunes sourds-muets est tout aussi bien conformé que celui des jeunes
entendants-parlants? Toutefois, évidemment les premiers ne réussissent
pas, comme les seconds, toutes conditions égales, d'ailleurs, à acquérir
l'usage, proprement dit, de la parole, savoir: la flexibilité, la
pureté, la douceur, le charme de l'articulation. Quelle cause peut
amener un tel désavantage si ce n'est l'inaction, plus ou moins
prolongée, des organes vocaux du jeune sourd-muet, et surtout l'absence
complète chez lui, de la surveillante, de l'institutrice élémentaire de
la parole, du juge infaillible des sons, une oreille ouverte, attentive,
exercée?

N'est-on pas fondé a induire de là que, chez le jeune sourd-muet, les
organes de la parole sont tout à fait dans le cas d'une arme dont les
ressorts, faute d'usage, se rouilleraient et perdraient leur élasticité?

Le nombre des _sourds et muets_ paraît, en ce moment, si faible
comparativement à celui _des sourds-muets_, que c'est de ces derniers
seuls que les gouvernements s'occupent exclusivement aujourd'hui, et
que, sur la porte des établissements qui leur sont consacrés, on ne lit
plus que ces mots: _Institution_ ou _école des sourds-muets_ et non des
_sourds et muets_.

On a prétendu établir cinq catégories[107] parmi les jeunes sourds-muets
de chaque année réunis à l'Institution nationale de Paris, catégories
qu'on a basées sur leurs différents degrés de surdité. Moi, homme
incompétent en pareille matière, je laisse à tout autre le soin de
constater l'exactitude ou l'inexactitude de cette remarque[108].

       *       *       *       *       *

(K) _Extrait de l'allocution de M. Ferdinand Berthier au banquet
anniversaire de la naissance de l'abbé de l'Épée, du 11 décembre 1842_.

«Mes amis! le moment qui s'enfuit est trop précieux, trop solennel pour
que je néglige l'occasion qu'il m'offre de faire un appel à votre
concours de camarades et de frères. Cet appel n'est pas nouveau pour
vous: déjà, il vous a été fait par moi; déjà vous vous y êtes associés
de cœur. Il s'agit de l'achat du tableau de notre frère Peyson (de
Montpellier), représentant les derniers moments de l'abbé de l'Épée. Mes
démarches pour y parvenir sont connues de plusieurs d'entre vous;
malheureusement, à mon bien vif regret, jusqu'ici elles n'ont été
couronnées d'aucune assurance positive. Quoi qu'il en soit, et pour
l'acquit de ma conscience, il était de mon devoir, c'était, dans ma
pensée, un parti pris de venir vous en rendre compte dans une occasion
solennelle comme celle-ci. J'avais besoin de clore ainsi la mission de
mandataire que vous m'aviez confiée depuis si longtemps et à laquelle je
m'enorgueillis d'avoir toujours été fidèle. Permettez-moi donc, en
finissant, de soumettre à votre approbation une nouvelle demande que
j'ai signée et qu'aucun de vous, j'en suis sûr, ne refusera de signer, à
mon exemple. Demain elle pourra être déposée entre les mains de M. le
Ministre de l'intérieur. Que Dieu soit en aide aux pauvres
sourds-muets!»

      _Pétition à M. le comte Duchâtel, ministre de l'intérieur._
                       «Paris, le 11 décembre 1842.

    Monsieur le ministre,

Les sourds-muets de tous les pays, de toutes les conditions, réunis
aujourd'hui, suivant l'usage, en famille et dans un banquet pour fêter
l'anniversaire de la naissance de l'abbé de l'Épée, pensent qu'ils ne
sauraient mieux faire éclater leur reconnaissance envers celui qu'ils
ont l'habitude d'appeler leur _père intellectuel_ qu'en tendant vers
Votre Excellence leurs mains timides, mais confiantes, et la sollicitant
en faveur d'un des leurs, de Peyson, artiste distingué, auteur d'un
portrait de l'abbé Sicard, que la liste civile a daigné lui commander
pour le musée historique de Versailles, où il figure en ce moment.

Peyson a, de plus, exposé, au salon de 1839, un grand tableau
représentant _les deniers moments de l'abbé de l'Épée_. Cette œuvre
remarquable n'a pas trouvé, jusqu'à ce jour, un Mécène.

Peyson, sans protecteur, presque délaissé, aurait, depuis longtemps,
brisé son pinceau, si ses frères ne s'étaient efforcés de faire luire, à
ses yeux, un rayon d'espérance en lui répétant qu'il y a ici-bas une
Providence pour les jeunes talents malheureux. Votre Excellence ne
refusera pas de réaliser cette prédiction de l'amitié en autorisant
l'acquisition du tableau de notre artiste. Qui de nous peut en douter en
se rappelant ce que vous avez déjà fait, Monsieur le ministre, pour un
autre de nos frères, pour Léopold Loustau, peintre habile, à qui vous
avez commandé successivement deux grands tableaux religieux?

Tous les sourds-muets et tous leurs amis attendent avec une égale
confiance l'effet de votre sollicitude en faveur de Peyson, son digne
émule.

    Nous sommes, avec le plus profond respect,
        Monsieur le Ministre,
           Les très-humbles, etc.

Avec la plus instante recommandation à l'intérêt de Monsieur le Ministre
de l'intérieur, L. De Jussieu, membre du Conseil supérieur des
établissements de bienfaisance;

A. de Lanneau, directeur de l'Institution royale des sourds-muets;
Ferdinand Berthier, doyen des professeurs de l'Institution royale des
sourds-muets; Victor Lenoir; de Nogent; Imbert; Salcède de Monville;
Leroy; Pélissier; Del Portal; L. Fabrège; Bonniol; Ch. Michel; A.
Lenoir; Léopold Loustau; Greux; Dumont; A. Gamble; Leguillon; Lardé;
Brézillon; Worner; Damien; Fouret; Boudin; Convert; Boulard; de
Widerkehr; Chomat; Steiner; Rouet; Duneuf; Dréville; Cervoni; Huart;
Lemarié; Franclet; Bézu; Puybonnieux, professeur à l'Institution royale
des sourds-muets; Pollet; Trezel; Nonnen; Michelet, membre de la
Commission Consultative de l'Institution royale des sourds-muets;
Queilhe; E. Allibert; Lecomte; Eug. Garay de Monglave, membre de la
Commission Consultative de l'Institution royale des sourds-muets,
remplissant les fonctions d'inspecteur-général des études; Léon Gilles;
Robillard; A. Levassor.

       *       *       *       *       *

(L) «_A Messieurs les membres de la Commission Consultative de
l'Institution royale des sourds-muets de Paris._

      «Paris, ce 14 mai 1845.

    «MONSIEUR,

«J'ai l'honneur de vous rappeler qu'au dernier banquet annuel des
sourds-muets en commémoration de l'anniversaire de la naissance de
l'abbé de l'Épée, banquet auquel la plupart d'entre vous avaient bien
voulu s'empresser de prendre part, j'avais été chargé, comme président,
d'annoncer qu'un de nos frères, M. Peyson, peintre d'histoire, par un
élan spontané de son cœur reconnaissant, offrait à l'Institution
royale de Paris son tableau représentant les derniers moments de ce
grand homme de bien. Nous fûmes heureux de vous voir témoigner hautement
que l'Institution, dont l'administration vous est confiée, serait fière
de posséder dans son sein un souvenir d'un de nos artistes qui ont le
mieux recueilli les précieux fruits de l'éducation qu'on reçoit dans cet
établissement.

«Si un vœu de sa part avait quelque droit à être écouté de vous, il
demanderait que son tableau figurât dans votre salle du conseil, car il
ne serait pas à sa place dans celle des séances publiques, qui, par la
disposition du jour, nuirait plutôt à son exposition, et qui,
d'ailleurs, renferme déjà un grand tableau reproduisant un beau trait de
la vie de l'abbé de l'Épée.

«Les sourds-muets osent espérer que vous voudrez bien faire apposer au
bas du tableau une inscription constatant, à la fois, et le nom du
donateur, et le motif de son offrande.

«Veuillez, le plus tôt que vous jugerez convenable, envoyer prendre le
tableau, dans l'atelier du peintre, quai Bourbon, 39.

«Permettez-moi, Messieurs, de saisir cette occasion de vous prier
d'agréer l'hommage de notre reconnaissance et de celle de tous les
élèves, qui seront heureux de voir multiplier autour d'eux l'image de
leur créateur intellectuel.

«Votre très-humble et très-obéissant serviteur,

    «A. LENOIR.»

       *       *       *       *       *

(M) L'emplacement actuel de l'Institution des sourds-muets de Paris fut
jadis la propriété d'une colonie de l'hôpital Saint-Jacques-du-Haut-Pas,
situé en Italie, dans le territoire de la république de Lucques, colonie
connue sous le nom des _religieux de cet hôpital_ ou de _frères
pontifes_ ou _constructeurs de ponts_.

Nous ignorons l'époque précise de cette fondation à Paris. Seulement des
lettres de Charles-le-Bel, de l'année 1322, ainsi que d'autres lettres
de Philippe de Valois, de l'année 1335, nous apprennent que ces
religieux avaient la jouissance de la moitié d'un local nommé le _Clos
du roi_; qu'ils y recueillaient les pèlerins de la Terre-Sainte, et
portaient le signe du tan sur leurs habits. On les appelait aussi les
_frères hospitaliers_.

Leur première chapelle fut bénie en 1350. Une autre plus vaste, dont les
chefs avaient le titre de _commandeurs_, s'éleva en 1519, et fut érigée,
dans le cours de 1566, en succursale de l'église paroissiale, malgré
l'opposition des curés du voisinage.

«Avons permis et permettons, porte la Sentence de l'Official de Paris,
aux manants et habitants desdits faubourgs de la porte Saint-Jacques et
de Notre-Dame-des-Champs, avoir, à leurs dépens, autres personnes qui
_disent, chantent et célèbrent_ à haute voix, et avec chants, lesdits
offices divins, etc.»

En 1572, il ne restait plus que deux religieux dans cet hôpital, presque
abandonné. Catherine de Médicis s'étant fait bâtir un nouvel hôtel
appelé _Hôtel de la reine_, et, plus tard, _Hôtel de Soissons_, sur
l'emplacement qu'occupaient alors les _Filles repenties_, et où s'élève
aujourd'hui la Halle au Blé, ces filles, dépossédées, vinrent
s'installer dans le monastère des moines de Saint-Magloire, qui, par
contre coup, prirent possession de la maison de
Saint-Jacques-du-Haut-Pas, emportant avec eux les reliques de leur
patron. De là cette demeure prit le nom de leur ordre.

La chapelle du monastère vit, en 1584, s'édifier, à côté d'elle, une
nouvelle succursale, consacrée aux besoins spirituels des fidèles du
quartier, qui ne pouvaient guère s'accommoder des heures des religieux.

Mais cette église fut bientôt trouvée si petite, qu'on se vit forcé,
dans l'année 1630, d'en entreprendre la reconstruction, qui ne put être
terminée qu'en 1688. _Monsieur_, frère de Louis XIII, en avait posé la
première pierre, et les libéralités du prince de Longueville
contribuèrent à son achèvement.

Le bâtiment qui avait servi à l'ancien hôpital, et qui fut démoli en
1823, était séparé de l'église paroissiale par une ruelle connue, à
cette époque, sous le nom de rue des _Deux Eglises_, auquel celui de rue
de _l'Abbé de l'Épée_ a été récemment substitué, à la demande de
l'Institution des sourds-muets.

La vie que menaient les moines de Saint-Magloire, scandalisa tellement
l'évêque de Paris, Henri de Gondi, qu'il résolut de les supprimer, et de
donner leur établissement aux prêtres de l'Oratoire. Cette maison devint
ainsi le premier séminaire dont la capitale ait été pourvue. Elle se
maintint avec cette destination jusqu'à la révolution de 1792, qui y
transféra, ainsi que nous l'avons dit, l'Institution des sourds-muets,
fondée par l'abbé de l'Épée.

       *       *       *       *       *

Voici la description exacte de cet édifice, tel qu'il existe
aujourd'hui:

Il est situé au-dessus de l'église de Saint-Jacques-du-Haut-Pas. Son
portail, lourd et massif, disgracieux à l'œil, n'offre rien de
remarquable comme œuvre architecturale. Les principaux corps de
logis, formant les trois côtés de la grande cour, sont: le bâtiment des
garçons, en face de l'entrée; à gauche, celui des filles; à droite, un
autre bâtiment qui renferme un atelier (celui des menuisiers), la salle
des séances publiques, communiquant à la Bibliothèque, l'infirmerie des
garçons, outre les logements du médecin, de l'aumônier et des employés.
Au nord, un vaste appendice a été consacré à tous les détails de
l'administration et aux appartements du directeur, du professeur faisant
fonctions de sous-directeur et du receveur-économe. La salle des séances
de la Commission Consultative est attenante aux premiers. Du même côté,
se déroulent trois jardins: le premier est destiné au directeur, le
second au receveur-économe, le troisième à l'aumônier. Le niveau de ces
trois jardins, qui côtoyent la rue de l'abbé de l'Épée, est élevé d'un
mètre au-dessus de celui du grand jardin de la maison.

Comme les trois petits jardins qui l'avoisinent, le bâtiment en question
donne sur la rue de l'abbé de l'Épée, et fait angle intérieurement, du
côté du grand jardin, avec la façade du principal corps de logis.

Pour isoler complétement l'Institution des sourds-muets, on a démoli, il
y a quelques années, une vieille masure formant l'angle des rues d'Enfer
et de l'abbé de l'Épée, laquelle avait abrité jadis le quartier des
filles, et tombait en ruine depuis long-temps.

L'ensemble de ces constructions, surmontées de paratonnerres, et élevées
de quatre étages, réunit presque toutes les conditions de commodité et
de salubrité désirables.

Le bâtiment des garçons, faisant face au grand portail, est situé entre
le jardin, avec terrasse au couchant, et la cour au levant. Dans cette
cour, on contemple un orme colossal, dont la tête domine majestueusement
les plus hautes maisons du quartier Saint-Jacques, et s'aperçoit de
toutes les éminences de Paris et des alentours. Ce géant végétal, dont
l'existence remonte à plus de trois siècles, ombragea le bon La
Fontaine, lorsqu'il vint passer deux ans dans une cellule du séminaire
de Saint-Magloire. Il vit s'asseoir fréquemment aussi, sous son
feuillage, l'éloquent auteur du _Petit Carême_.

Un bassin occupe le centre du jardin, à l'extrémité duquel règne un
quinconce de beaux tilleuls, au milieu duquel s'élève un gymnase. Au
fond de ce quinconce, un mur sépare d'une institution de jeunes parlants
une longue file d'élégants parterres que nos jeunes sourds-muets se
plaisent à cultiver à leurs heures de récréation. Le Jardin des Plantes
leur envoie le superflu de ses richesses. A frais communs, ils y ont
taillé, industrieux horticulteurs, des voûtes, des berceaux, des grottes
de charmille. Là, faisant trêve à leurs jeux, ils se groupent pour
étudier sur des tables éparses, et, dans leur libéralité, livrent
ensuite, tout le reste du jour, leurs fraîches oasis à qui veut en
jouir.

La maison des garçons est surmontée d'une horloge à deux cadrans
tournés, l'un vers la cour, l'autre du côté du jardin. Cette horloge est
abritée par un petit campanile que couronne une girouette. Tout le long
de la grande façade de la cour règne, au rez-de-chaussée, une galerie
couverte, intérieurement tapissée de tableaux extraits de revues pour
les enfants; d'images reproduisant leurs jeux; de cartes géographiques;
de tableaux synoptiques d'histoire; de gravures représentant les
hauts-faits des annales de tous les peuples, les merveilles de la
nature, les grands hommes de France, etc., etc. Ses piliers supportent,
au premier étage, une autre galerie vitrée, faisant saillie sur le
bâtiment. Le long du rez-de-chaussée s'ouvrent des salles d'étude, un
atelier (celui des tourneurs), le réfectoire, la cuisine et l'office.

Il y a, dans l'établissement, deux escaliers conduisant aux divers
étages. Le plus grand a des marches en pierre et une rampe en fer;
l'autre est en bois.

Le premier étage est occupé par les classes et la chapelle; le second,
par les salles de dessin et d'écriture et par les trois ateliers de
lithographes, de cordonniers et de tailleurs; les troisième et
quatrième, par les dortoirs. Celui des plus grands élèves est au
troisième; celui des plus petits, au quatrième. Au troisième, tous les
lits sont de fer, tandis que, au quatrième, il n'y a presque que des
lits de bois. Au bout de chaque dortoir, on a pratiqué un vestiaire et
un salon de toilette, avec lavabo. Les rez-de-chaussée sont pavés en
dalles; le reste de l'établissement est parqueté.

Les classes sont au nombre de six, que domine une septième, dite _de
perfectionnement_, fondée par feu le docteur Itard, ancien médecin de
l'Institution. Les arrivants suivent, d'année en année et de classe en
classe, le professeur respectif qui les a reçus à leur entrée dans la
maison, lequel leur fait ainsi parcourir l'échelle graduelle du cours
général d'études, fixé à six années par le règlement. C'est ce qu'on
appelle le _système de rotation_. L'enseignement comprend les préceptes
de la religion et les éléments de grammaire générale, d'histoire, de
géographie et de calcul, sans compter la parole artificielle et la
lecture sur les lèvres, enseignées par un professeur et son adjoint,
dans deux salles d'étude, à tous les élèves qui font preuve de
dispositions pour cette double spécialité.

Il y a, dans chaque classe, des tableaux noirs, sur lesquels la leçon
est écrite à la craie, et une rangée de pupitres, devant lesquels les
jeunes sourds-muets, assis, écrivent sur des ardoises les dictées qu'on
leur fait par signes, ou les compositions dont on leur donne le sujet.

Les élèves de sixième année sont, en outre, admis à un concours annuel
qui détermine l'admission de deux d'entre eux, pour trois années de
plus, à la classe de perfectionnement dont nous avons parlé, et qui doit
toujours se composer de six élèves.

Tous les exercices de la maison des garçons ont lieu au son de la
caisse, qu'ils battent eux-mêmes, avec la précision, avec l'ensemble de
vieux tambours de la ligne, et dont les moindres vibrations leur sont
sensibles, soit par l'épigastre, soit par la plante des pieds ou la
paume des mains.

Dans la chapelle, éclairée par cinq fenêtres percées dans le mur de
droite et ornée de quatorze bas-reliefs en plastique, représentant le
Chemin de la Croix, on remarque, derrière le maître-autel, un grand
tableau de Steph. Barth. Garnier, qui représente Jésus-Christ rendant
l'ouïe et la parole à un jeune sourd-muet.

Sur l'arc de la voûte qui couronne cette peinture, on lit cette
inscription:

«Il a bien fait toutes choses. Il a fait entendre les sourds et parler
les muets.»

      «Saint-Marc, ch. VII, verset xxxvii.»

A gauche, on admire le beau tableau dont nous avons parlé, œuvre et
don affectueux d'un sourd-muet vivant, Frédéric Peyson, ancien élève de
l'École, et disciple de Léon Cogniet, représentant _les derniers moments
de l'abbé de l'Épée_. A côté, un second autel avec la statue de la
Sainte Vierge. A droite, enfin, une plaque de marbre portant cette
inscription en lettres d'or:

«L'an 1805 et le 13 février, cette chapelle a été solennellement bénie
et consacrée à Dieu, sous l'invocation de saint Roch et de saint
Ambroise, par Sa Sainteté le pape Pie VII, lors de sa visite à cette
Institution, sous le ministère de Son Excellence Monseigneur de
Champagny; étant administrateurs, MM. Brousse-Desfaucherets, Mathieu de
Montmorency, Bonnefoux, Duquesnoy, Sicard.

«Réédifiée en 1830, par A.-M. Peyre, architecte.»

Au-dessus de la porte du saint lieu règne une tribune destinée aux
jeunes sourdes-muettes, et au-dessous un confessionnal.

Dans les classes et les études, toutes les prières sont faites, à tour
de rôle, par un élève, à l'aide de la mimique.

Sous la chapelle est la cuisine, spacieuse et bien tenue, munie d'un
réservoir qu'on remplit au moyen d'une pompe, et d'un grand fourneau de
fonte, sur lequel est appendue une abondante batterie de cuisine. Par un
perron de quelques marches on monte de cette pièce au réfectoire des
garçons, dont la fontaine est de marbre, ainsi que les tables, qui
reposent sur des pieds de fonte; au moyen d'un tour pratiqué dans
l'office, la même cuisine dessert le réfectoire des filles, qui en est
entièrement séparé, et occupe l'autre extrémité des bâtiments.

En arrivant dans la salle des séances publiques, qui se trouve dans
l'aile de droite, en entrant par la rue Saint-Jacques, le regard
s'arrête, tout d'abord, sur un grand tableau exécuté et donné à
l'Institution, en 1835, par Ponce Camus. Cette peinture représente le
jeune sourd-muet connu sous le nom du _comte de Solar_(sujet du drame de
M. Bouilly, joué à la Comédie-Française), accompagné de son maître et
protecteur, l'abbé de l'Épée, reconnaissant la maison où il a vu le
jour, sur une des places publiques de Toulouse. Aux murs de droite et de
gauche sont gravés les noms des anciens administrateurs de
l'établissement, qu'on retrouve encore entre les bustes du fondateur et
de son élève et successeur, l'abbé Sicard. Ces deux vénérables images
ornent les deux côtés du tableau noir destiné aux exercices publics, sur
lequel repose un autre buste plus grand de l'abbé de l'Épée, œuvre
remarquable de M. Auguste Préault. Au-dessus du tableau noir on lit
cette inscription:

«L'École des sourds-muets, en France, a été fondée par l'abbé de l'Épée,
qui l'a établie à ses frais, en 1760, rue des Moulins, à la butte
Saint-Roch. Elle a été érigée en Institution nationale par les lois des
24 et 29 juillet 1791.»

Devant le tableau règne une estrade consacrée aux exercices, d'où l'on
descend, par un double perron, à une série de gradins disposés en
amphithéâtre pour le public. Le long du mur de droite on lit, sur une
pierre de marbre:

«Mme Suzanne-Elisabeth-Eulalie Champion, veuve Vignette, décédée à
Paris, le 3 février 1831, a légué à l'Institution royale des
sourds-muets trois fermes, sous la condition que, à perpétuité, huit
enfants sourds-muets, pauvres, seraient admis gratuitement dans cette
Institution.»

Le mur de gauche a pour pendant cette autre inscription:

«Jean-Marc-Gaspard Itard, chevalier de la Légion-d'Honneur, membre de
l'Académie royale de médecine et de plusieurs Sociétés savantes,
médecin, pendant trente-huit ans, de l'Institution, né à Oraison
(Basses-Alpes), le 15 avril 1774, décédé le 5 juillet 1838, a, par son
testament, fait à Paris, le 4 octobre 1837, légué a cette Institution
huit mille francs de rente perpétuelle, 5 pour 100, pour y fonder une
classe d'instruction complémentaire et six bourses triennales gratuites
en faveur de six sourds-muets désignés au concours parmi les élèves qui
ont atteint le terme ordinaire des études.

«Le conseil d'administration a voulu que ce marbre perpétuât le souvenir
de ce bienfait et l'expression de la reconnaissance de l'Institut.»

L'uniforme des garçons est, à peu près, le même que celui des jeunes
lycéens parlants. Les dimanches et jours fériés, il consiste en une
tunique, un pantalon et un képi de drap bleu foncé, avec liséré rouge.
Pendant la semaine, ils sont vêtus d'une blouse bleue.

Les élèves sont divisés en compagnies et en pelotons, ayant à leur tête
un sergent-major, des sergents et des caporaux, portant fièrement, sur
leurs manches, les marques distinctives de leurs grades respectifs.

Deux petits pavillons, élevés des deux côtés du grand portail, font
saillie sur la cour. Dans l'un est le bureau du contrôleur du service;
l'autre sert de logement au concierge.

Pour entrer dans le quartier des filles, on passe devant ce dernier
pavillon, qui est contigu à la salle des bains, et l'on arrive à la loge
spéciale de la portière de cette partie de la maison.

La distribution du quartier des filles reproduit, à peu de choses près,
en diminutif, celle du quartier des garçons. Cette aile de l'édifice est
composée de quatre étages.

Le rez-de-chaussée renferme une pièce d'entrée, avec une fontaine au
fond, une salle de récréation et un réfectoire. De là on descend par
quelques marches dans un jardin, clos de murs, contenant un bassin et un
gymnase, sans compter les parterres des sous-maîtresses.

Le premier étage est occupé par les classes et par une grande salle
d'étude, qui se transforme en ouvroir, à certaines heures du jour; le
second, par les dortoirs; le troisième, par l'infirmerie et la lingerie;
le quatrième, par les logements de la surveillante en chef et de ses
subordonnées.

L'établissement entier, qui a coûté plus de 1,200,000 francs, a été
élevé par la munificence du gouvernement, à la place des vieux bâtiments
de l'hôpital Saint-Jacques-du-Haut-Pas, qui, ainsi que nous l'avons dit
plus haut, menaçaient ruine, ayant été construits en 1386, sous
Philippe-le-Hardi.

Le personnel des deux établissements se compose comme suit: un directeur
responsable, assisté d'une commission consultative de quatre membres,
qui se renouvelle par quart; un receveur-économe et un aumônier.

Quartier des garçons: sept professeurs, dont quatre sourds-muets (un des
professeurs parlants remplit les fonctions de sous-directeur; un autre,
celles de bibliothécaire-archiviste).

Un professeur suppléant, un surveillant sourd-muet, un maître d'étude
sourd-muet, des aspirants sourds-muets ou parlants, dont le nombre est
fixé, chaque année, par le ministre; six chefs d'ateliers, dont un
sourd-muet; un maître de dessin, un maître d'écriture, un contrôleur du
service, un veilleur et cinq hommes de peine.

166 élèves, dont 100 à la charge du gouvernement, et 8 aux frais des
familles.

Quartier des filles: une surveillante en chef, trois dames professeurs,
trois répétitrices, des aspirantes dont le nombre est également fixé
chaque année; deux maîtresses d'étude, dont une sourde-muette; une
maîtresse de dessin, une maîtresse d'écriture, une infirmière, une
portière, une veilleuse et deux servantes, dont une sourde-muette.

       *       *       *       *       *

(N) _Le_ 17 _décembre, on lisait dans le_ NATIONAL:

«La lettre de M. Berthier, sur l'absence du portrait de l'abbé de l'Épée
au Musée de Versailles, a inspiré à un jeune sourd-muet de Gourdon les
vers suivants, que nous nous faisons un devoir d'insérer dans nos
colonnes. Nous donnons rarement place à des vers, à cette époque peu
poétique; mais on ne lira pas, sans en être vivement touché, cette
nouvelle preuve des bienfaits de l'abbé de l'Épée. Son génie a rendu la
vie morale à ceux dont l'âme aurait passé, sans guide et sans flambeau,
de la nuit d'ici-bas dans la nuit de la tombe.»

               LE SOURD-MUET.

    Et souvent je me dis: Pourquoi, sur cette terre,
    Où l'homme n'a reçu qu'une vie éphémère,
    Doit-il toujours pleurer, doit-il toujours gémir?
    Est-ce un crime de naître, une loi de souffrir?
    Bercé d'illusions, dévoré de rancune,
    Revêtu de douleur, couronné d'infortune,
    Pourquoi meurt-il éteint par la fatalité?
    Que de maux ont pesé sur notre humanité!
    Sans doute que, parmi ces brillantes planètes
    Qui scintillent aux cieux et roulent sur nos têtes,
    Un météore horrible, annonçant le malheur,
    N'éclaire que misère, et souffrance, et douleur,
    Qu'il embrase le monde, et, de son orbe immense,
    Répand dans tous les lieux sa funeste influence.

    Sous cet astre fatal ma mère me conçut;
    Au cri de mes douleurs mon père me reçut.
    Le malheur fut mon roi. Le cœur rongé d'envie,
    Il m'avait attendu sur le seuil de la vie;
    Et, quand, dans mon berceau, le double éclat des cieux,
    Pour la première fois, resplendit à mes yeux,
    Un plus épais nuage enveloppa mon âme.
    Nulle voix d'harmonie, ou d'espoir, ou de flamme,
    Ne vint me convier aux champs de l'avenir.
    Orphelin, sans amis, ange déchu, martyr,
    Sur le portail doré qui s'ouvre à l'existence,
    Je n'ai pas lu ce mot, ce doux mot: _Espérance_!
    Comme le nautonnier égaré dans les mers,
    Errant de plage en plage, et, seul dans l'univers,
    Moi, sur l'esquif brisé, pilote sans étoile,
    Sans un souffle qui vînt, le soir, enfler ma voile,
    Sur la mer de la vie, à la merci des flots,
    J'ai vogué tristement à travers bien des maux.

    Du moins, dans son naufrage, une voix le console.
    C'est l'alcyon plaintif qui, sur l'eau, chante et vole;
    C'est le vent qui soupire à l'oreille en passant;
    C'est l'écume blanchâtre, au reflet caressant.
    Ces vibrations d'air, musique aérienne,
    Ces concerts, aussi doux qu'une âme éolienne,
    Parlent au nautonnier: sensible à cet accord,
    Captif lui-même, il chante, il s'oublie, il s'endort.
    Moi, pauvre sourd-muet, dans ce désert immense,
    Je n'eus pas une voix pour charmer ma souffrance.
    Ma mère, en son amour, me berçant sur son sein,
    Ne ferma pas mes yeux au souffle d'un refrain.
    Dans mot isolement, jamais tendre parole
    Qui fait bondir le cœur, qui ramène et console,
    Sur mon âme captive, en sons mélodieux,
    N'est descendue, hélas! messagère des cieux.

    Hélas! je traversais, sans amis et sans guide,
    Ce monde, ne m'offrant qu'un désert bien aride,
    Ne sachant où j'allais et d'où j'étais venu,
    Ignorant l'univers, à moi-même inconnu.
    Amour, gloire, vertu, beaux-arts et poésie,
    Grave inspiration, légère fantaisie,
    Tous vos dons me manquaient pour exalter mon cœur,
    Pour me guider au bien, au plaisir, au bonheur.

    Ils passaient à mes yeux, ils passaient sur mon âme,
    Comme un feu sous le vent, sans irriter la flamme.
    Je t'ignorais encor, douce religion.
    Trésor de dévoûment, de consolation,
    De l'homme malheureux visible Providence,
    Toi qui, dans cet enfer, lui portes l'espérance,
    J'ignorais que l'on pût, sous tes blanches couleurs,
    Épancher en silence et ses maux et ses pleurs,
    Et qu'il me fût permis, à la fête d'Isaure[109],
    Écartant les douleurs qui m'agitent encore,
    Sur un luth gracieux laissant glisser mes doigts,
    Chanter, comme aujourd'hui, mes peines d'autrefois,
    Mes rêves d'avenir, d'amour, de délivrance,
    Dire l'hymne sacré de la reconnaissance,
    Et, de la mélodie invoquant les faveurs,
    Aspirer à cueillir la poésie en fleurs.
    Et toi, lyre fidèle, aux paroles de flamme,
    Délices de mon cœur, doux écho de mon âme,
    Mon amour, mon souci, mon trésor et mon Dieu,
    Il m'eût fallu te dire un éternel adieu!

    Béni soit à jamais l'art divin de l'Épée!
    Mon âme, par sa voix, se relève frappée;
    Il l'a dit, et j'ai vu surgir à l'horizon
    Le flambeau de l'esprit, l'astre de la raison;
    Ces rayons bienfaisants, de leur vive lumière
    Éclairent, à mes yeux, une vaste carrière.
    L'ange de poésie, ange gardien du cœur,
    Est descendu du ciel m'enivrer de douceur;
    Sous son aile d'amour, à sa voix d'harmonie,
    Je me suis abrité, devinant le génie:
    Il m'ouvre, en souriant, un avenir heureux;
    Il me prête son luth, et nous chantons tous deux.
    Souvenir enivrant! à son réveil, mon âme
    Se consume d'extase, et d'ivresse, et de flamme;
    Ravi, hors de moi-même, en cet instant si doux,
    Je bénis le bon ange, et fléchis les genoux.
    Lui, soudain, agitant sa baguette magique,
    A mes yeux, fait jaillir un univers mystique,
    Univers idéal, monde mélodieux
    Où mille doux échos, comme un essaim joyeux
    D'esprits aériens, de légères sylphides,
    Apportent à mon cœur des accents frais, splendides,
    Des bruits surnaturels, de ravissants accords,
    L'extase de la lyre et ses vagues transports,
    Concerts délicieux, musique intérieure
    Qui font qu'en écoutant, l'âme palpite et pleure.
    Reprends ta harpe d'or, terrestre séraphin,
    Poëte de l'espoir, chantre de Jocelyn!
    Ouvre à nos pas errants tes lacs mélancoliques
    Et sème notre ciel d'étoiles poétiques!
    Dans mon exil moral, un Dieu m'a visité;
    Il s'est fait mon ami, ce Dieu de charité;
    Il a brisé mes fers... J'ai volé vers ta sphère;
    J'ai senti ton éclat inonder ma paupière;
    Ivre de ton ivresse et rempli de tes vers,
    J'ai tenté mon essor, au bruit de tes concerts.
    Une lyre à la main, guidé par ton génie,
    J'ai, comme un rêve d'or, goûté ton harmonie,
    Céleste volupté! charmante illusion!
    Et, soudain, au flambeau de l'inspiration,
    Ravi d'enthousiasme, en mes élans immenses,
    J'ai secoué mon aile aux pures jouissances.
    Pareil au jeune aiglon qui, dans son frêle essor,
    Attiré par l'instinct, d'une aile faible encor
    S'essaie, en se jouant, sur les profonds abîmes,
    Ou, rasant des rochers les gigantesques cimes,
    Va là-haut contempler l'astre de l'univers;
    Long-temps se balançant dans l'empire des airs,
    Aspirant, beau d'orgueil, à braver les orages,
    Il monte, monte encor par dessus les nuages!

    Gloire à toi, de l'Épée! Oh! si jamais ma voix,
    Pour immortaliser le héros de mon choix,
    Pouvait, dans ses accents, égaler mon délire,
    Si jamais je pouvais demander à ma lyre
    Des vers heureux, échos d'infinis sentiments,
    C'est pour toi que j'aurais mes plus sublimes chants.
    Pour toi, j'exhalerais honneur, reconnaissance.
    Mes succès seraient doux et mon ivresse immense.
    De quel nom te nommer, mon second créateur,
    Et sur quel piédestal un transport de mon cœur
    Doit-il placer ton buste, éterniser ta gloire,
    Perpétuer ton œuvre et venger ta mémoire?
    O tendre de l'Épée, ange de charité,
    Sois à jamais béni dans la postérité!
    Ton génie immortel, vainqueur de la nature,
    Concevant l'impossible, a comblé la mesure
    De l'abîme profond où m'avait relégué
    Le malheur qu'en naissant, le sort m'avait légué.
    Amour et gloire à toi! plein du Dieu qui m'anime,
    Je redirai toujours ton dévoûment sublime.

          PÉLISSIER, de Gourdon (Lot),

     Professeur sourd-muet à l'Institution nationale de Paris.

       *       *       *       *       *

(O) _A Monsieur Dupin aîné, président de la Chambre des députés._

    «MONSIEUR LE PRÉSIDENT,

Les journaux ont bien voulu s'empresser de rendre public notre vœu
relatif au monument de l'abbé de l'Épée, et ils sont prêts à nous ouvrir
leurs colonnes à cet effet. Nous venons, au nom de nos frères, vous
offrir la présidence de la commission qui surveillerait et dirigerait
cette œuvre éminemment philanthropique. Elle se composerait de MM. le
baron de Schonen, le baron Séguier, le vicomte de Chateaubriand,
Chapuys-Montlaville, Eugène Garay de Monglave, l'abbé Olivier, Cavé,
chef de la division des beaux-arts (de laquelle ressortissent les écoles
des sourds-muets); Ferdinand Berthier, président de la Société centrale
des sourds-muets; Forestier, vice-président, et Lenoir, secrétaire.
L'intérêt que vous portez à nos frères ne nous permet pas de douter de
votre assentiment.»

       *       *       *       *       *

(P) _Lettre de M. Victor Lenoir, architecte du gouvernement, à M.
Ferdinand Berthier, en date du 12 juin 1838._

«J'ai pour l'abbé de l'Épée la reconnaissance d'un fils: il a élevé mon
frère avec vous, et j'ai pris l'habitude de me croire de la famille des
sourds-muets.

«J'éprouve le plus vif désir de m'associer à votre pieuse intention de
lui élever un monument durable comme ses bienfaits.

«Les fonds de la souscription détermineront le degré de richesse du
monument; tâchez d'obtenir la statue assise, en bronze, de l'abbé de
l'Épée, enseignant deux enfants attentifs à son regard, sinon un
piédestal portant des bas-reliefs en bronze, et, sur le piédestal, un
livre, signe de l'Évangile de l'apôtre des sourds-muets!

«J'offre à la commission de lui proposer divers projets, en lui
soumettant les devis; je ne demande, ni honoraires, ni gloire, car je
veux seulement signer mon œuvre de mon nom de frère d'un sourd-muet.

«Agréez tous mes compliments et mes amitiés!»

      _Autre lettre du même à M. Ferdinand Berthier et à
      M. Alphonse Lenoir._

«Mon cher ami, et mon cher frère, je vous renouvelle l'offre de
m'associer à l'œuvre pieuse qui a pour but d'élever un monument à
l'abbé de l'Épée, le père intellectuel de tous les sourds-muets.

«Je vous offre mon concours gratuit comme architecte du gouvernement.
Les fonds de la souscription détermineront le caractère de richesse du
monument. Tâchez d'obtenir qu'on fasse une statue en bronze, assise, et
aux trois quarts de nature! A défaut, que des bas-reliefs et un
médaillon, sur un piédestal en marbre, rappellent, au moins, les
principaux traits de la vie la plus généreuse et la plus utile!

«Agréez mes embrassements de frère!»

       *       *       *       *       *

(Q) Pièces à l'appui de la proposition de MM. Lassus, architecte, et
Auguste Préault, statuaire.

          DEVIS ESTIMATIF DE TROIS PROJETS

  _Concernant un Monument à élever, dans l'église Saint-Roch,
  à la mémoire de l'abbé de l'Épée._

               PREMIER PROJET.

                _Monument_.

  La figure de 1m 80 c (5 p. 6 p.)
  de hauteur.                              9,000 f. 00 c.

  Le piédestal et tous ses accessoires.    3,020    00

  Gravure des inscriptions.                  200    00
                                           -----------
  Total du monument.                      12,220 f. 00 c. ci. 12,220 f. 00 c.
                                          ------------

  Décors de la chapelle.                                       5,861    00
                                                              ------------
  Total général.                                              18,081 f. 00 c.
                                                              ============

  DEUXIÈME PROJET.

  _Monument_.

  Un buste en bas-relief.                  6,500 f. 00 c.

  Colonnes, consoles et tous autres
  accessoires.                            11,035    00

  Gravure des inscriptions.                  200    00
                                          ------------
  Total du monument.                      17,735 f. 00 c. ci. 17,735 f. 00 c.
                                          ------------

  Décors de la chapelle.                                       5,861    00
                                                              ------------
  Total général.                                              23,596 f. 00 c.
                                                              ============
  TROISIÈME PROJET.

  _Monument._

  Un buste et deux petites figures.      10,500 f. 00 c.

  La pyramide.                              600    00

  Le piédestal et tous les ornements      5,120    00

  Gravure des inscriptions.                 200    00
                                         -------------------
  Total du monument.                     16,420 f. 00 c. ci. 16,420 f. 00 c.
                                         ===================

  Décors de la chapelle.                                      5,861    00
                                                             ------------
  Total général.                                             22,281 f. 00 c.
                                                             ============

      DESCRIPTION.

Ce monument, couronné par le buste en bronze de l'abbé de l'Épée,
aurait, à droite et à gauche, un jeune sourd-muet représenté, à l'instar
des statues antiques du silence, par une figure dont la bouche serait
fermée par un anneau.

Ces deux enfants formuleraient un mot de reconnaissance dans le langage
mimique inventé par le fondateur de l'Institution des sourds-muets.

Au-dessous serait placée une guirlande de fleurs funèbres, entourée d'un
philactère, sur lequel serait gravée une inscription indiquant, par
quelques mots, le lien que cet homme vertueux a su établir d'abord entre
tous ces malheureux êtres que la nature semblait vouer à l'isolement,
puis entre eux et la société dont ils étaient séparés.

Enfin le Christianisme, dominant et inspirant cet acte de dévoûment,
serait représenté par la croix placée au-dessus.

Sous le buste le nom serait gravé en lettres d'or sur une plaque de
marbre noir.

La grande plaque de marbre de même couleur, placée entre les deux
enfants, recevrait une inscription composée de deux parties: la
première, écrite en caractères ordinaires; la seconde, avec les signes
employés par les sourds-muets.

  DEVIS DES TRAVAUX.

  _Maçonnerie._

  La fondation en moëllon neuf et mortier de chaux
  hydraulique, de 1,50 sur 0,60 et 0,80 de haut,
  estimée.                                                    15  00

  La fouille pour ledit déblai et sortie des terres,
  estimée.                                                     4  00

  Le piédestal en pierre neuve de Forjet, de 1,20
  de large, sur 0,95 de haut, et 0,45 d'épaisseur,
  produit en cube.                                             0 513

  La taille des parements en trois sens, 2,10, sur
  0,75 de haut, produit.                                       2  00

  La double taille pour le dégagement du socle et
  de la table, 2,00 développé sur 0,75 de haut,
  produit.                                                     1  50

  Les moulures du socle et celle de la table, de 2,40
  développées sur ensemble, 1,20 de profil, produisent.        2   8

  Le morceau au-dessus, 1,80 de haut, sur 1,05 et
  0,45 d'épaisseur, produit.                                   0 851

  Les parements en trois sens, 2,00 développés sur
  1,80 de haut, produisent.                                    3  60

  Les doubles tailles pour le dégagement des figures
  et des saillies de moulures, évaluées à.                    10  00

  Les moulures au pourtour de la table, 1,80, sur
  0,60 de profil, produisent.                                  1 080

  Les moulures de couronnement, ensemble 3,10,
  sur 1,50 de profil, produisent.                              4  65

  Les différentes tailles au petit socle qui porte le
  buste et le dégagement des consoles, évaluées à              2  00

  _Résumé de la maçonnerie._

  1,364 m. cubes de pierre neuve, en Forjet de choix,
  pour sculpture, pour fourniture, taille des lits et
  joints, bardage et double transport, entrée difficile,
  et pose à 1 fr. 25 c. le mètre, valent.                        170 f. 50 c.

  19,100 m. superficiels de tailles de parements layés,
  et évaluation en Forget, à 6 25 le mètre.                      119    39

  8,61 m. superficiels de taille de moulures ragrées
  et passées au grès avec grand soin, à 8 50 le
  mètre.                                                          73    18

  Les articles, appréciés à prix d'argent, montent ensemble
  à.                                                              19    00
                                                                 ---------
  Total de la maçonnerie.                                        382 f. 05 c.
                                                                 =========

  _Marbrerie._

  Une table de marbre noir, de 0,64 X 0,35 = 0,224

  Une autre de marbre noir, de 0,25 X 0,11 = 0,027
                                             -----
                                             0,251
  Déchets, 1/10e.                            0,025
                                             -----
  Total.                                     0,276
                                             =====

  A raison de 60 fr. le mètre, produit.                      16 f. 56 c.

  400 lettres, à 25 fr. le cent.                            100    00

  L'incrustement, surface 0,276, à 30 fr. le mètre.           8    28

  Le transport et la pose.                                    5    00
                                                            ---------
  Total.                                                    129 f. 84 c.
                                                            =========

  _Sculptures d'ornements._

  Un couronnement dans le bas du buste, de 0,60
  de long.                                                       60 f. 00 c.

  Deux consoles, de 0 m. 20 c. de haut, sur 0 m. 13 c.
  de longueur.                                                   80    00

  Sept rosaces, de 0 m. 10 c. de diamètre, à 28 f. 60 c.
  chaque, valent                                                200    00
                                                                ---------
  Transport.                                                    340 f. 00 c.

  Une guirlanle de fleurs funèbres, de 1 m. 10 c.
  0,25 de haut                                                  300    00
  Deux rinceaux, placés à droite et à gauche de la
  croix, de 0,25 à 60 fr. 00 c. chaque, produit..               120    00
  Pour l'établissement des modèles                              210    00

  Total                                                         970 f. 00 c.
                                                                =========

  _Statuaire et bronzes._

  Modèles en fonte, en bronze, du buste de l'abbé
  de l'Épée et de deux jeunes muets                             5,168 f. 11 c.
                                                                -----------
  Total                                                         5,168 f. 11 c.
                                                                ===========

  _Résumé général._

  Maçonnerie                                                      382 f. 05 c.
  Marbrerie                                                       129    84
  Sculpture d'ornements                                           970    00
  Statuaire et bronze                                           5,168    11
                                                                -----------
  Total                                                         6,650 f. 00 c.

  Honoraires de l'architecte et frais de direction...             350   00
                                                                -----------
  Total général....                                             7,000 f. 00 c.
                                                                ===========

  Le présent devis dressé par l'architecte soussigné.
  Paris, 1er mai 1840.

  Signé: LASSUS, architecte;
  AUGUSTE PRÉAULT, statuaire;
  BERNARD, marbrier;
  FRÉMY, maçon;
  PYANET, sculpteur ornemaniste.

    Les soussignés:

1º Auguste Préault, statuaire, demeurant à Paris, place de l'Arsenal, nº
2;

2º Victor-Joseph Pyanet, sculpteur ornemaniste, demeurant place
Furstemberg, nº 9;

3º Charles-Jean Frémy, entrepreneur de maçonnerie, demeurant rue
Vanneau, nº 12;

4º Louis-François Bernard, entrepreneur de marbrerie, demeurant rue
d'Enfer, nº 100;

Tous appelés par M. Lassus, architecte, demeurant rue
Saint-Germain-l'Auxerrois, nº 65, pour prendre connaissance du projet
adopté par la commission instituée pour le monument à élever à l'abbé de
l'Épée, et pour examiner le devis de la dépense, dressé par cet
architecte, lequel devis s'élève:

    1º Pour la statuaire et bronze, à la somme de..      5,168 f, 11 c.
    2º Pour la sculpture d'ornements, à                    970    00
    3º Pour la maçonnerie, à..                             382    05
    4º Pour la marbrerie, à                                129    84
                                                         -----------
    Total général....                                    6,650 f. 00 c.
                                                         ===========

s'engagent, envers la commission, à exécuter les travaux de statuaire,
bronze, sculpture d'ornements, maçonnerie et marbrerie, chacun en ce qui
le concerne, conformément aux projet, devis et modèles adoptés par la
commission, le tout, sans dépasser le montant des devis partiels, et
sans, cependant, se prévaloir de cette disposition pour ceux de ces
travaux qui seront susceptibles d'être réglés, chacun devant fournir un
mémoire, qui sera vérifié et réglé.

Il est bien entendu que la présente soumission ne comprend que les
travaux relatifs au monument, tel qu'il est indiqué dans les projet et
devis adoptés par la commission, et qu'elle ne s'applique nullement aux
travaux que l'on pourrait juger convenable de faire dans la chapelle où
l'on doit placer le monument, soit pour le recevoir, soit pour compléter
la décoration de cette chapelle. Ces travaux nécessiteront de nouveaux
projets et devis.

La présente soumission, faite en double expédition, dont une sera
déposée entre les mains de M. le président de la commission, et l'autre
restera entre les mains de M. Lassus, architecte, constitué, par le
président, arbitre dans le cas où il y aurait nécessité.

    Paris, le 1er mai 1840.

      Signé: _Lassus_, architecte; _Auguste Préaut, Bernard, Frémy, Pyanet_.

Dans le cas où le produit de la souscription ouverte pour le monument à
élever à l'abbé de l'Épée, n'atteindrait pas le chiffre de 7,000 fr.,
total général du devis, M. Auguste Préault s'engage, envers la
commission, à exécuter et livrer tous les travaux de statuaire et
bronze, en acceptant d'abord la somme de 3,000 fr., donnée par le
Ministère de l'intérieur, s'engageant, en outre, à forfait, à supporter
les chances de la souscription, et dégageant complètement la commission
de toute responsabilité, dans le cas où le chiffre de 7,000 fr. ne
serait pas atteint.

    Paris, le 1er mai 1840.

      Signé: _Auguste Préault_.

       *       *       *       *       *

(R) _Extrait du registre des délibérations du Conseil municipal de
Versailles.--Séance du 14 novembre 1839._

Il serait superflu de rappeler les droits de l'abbé de l'Épée à la
reconnaissance publique. Animé d'une charité persévérante, il est
parvenu à triompher d'une des plua grandes infirmités qui affligent
l'espèce humaine. Sa mémoire sera vénérée aussi loin que son bienfait
pourra s'étendre. Jalouse, à juste titre, de pouvoir revendiquer cet
apôtre de l'humanité, Versailles, sa ville natale, s'est empressée de
lui payer son tribut et de lui décerner le plus grand honneur municipal
en donnant son nom à la rue près de laquelle il est né. Le roi des
Français a voulu que son buste figurât dans le monument qu'il a élevé à
toutes les gloires de la France. Il a fait plus encore: il a voulu lui
décerner un honneur tout particulier en plaçant son portrait dans la
galerie de la Mairie. Mais ces honneurs, tout grands qu'ils sont, n'ont
pas paru à plusieurs de nos concitoyens reconnaître suffisamment les
services rendus par l'abbé de l'Épée: dans leur louable admiration, ils
ont formé le projet d'élever, à leurs frais, une statue, et se sont
adressés à M. le maire pour obtenir l'autorisation nécessaire; ce
magistrat, entrant dans leurs vues et partageant leur zèle, vous demande
votre sanction.

Représentants de la commune, interprètes des sentiments de nos
concitoyens, vous n'hésiterez pas à la donner.

Cette sanction est accordée à l'unanimité.

       *       *       *       *       *

(S) COMMISSION POUR LE MONUMENT

             A ÉLEVER

          A L'ABBÉ DE L'ÉPÉE,

      DANS VERSAILLES, SA VILLE NATALE.

      Souscription. -- Prospectus

Un des hommes que la ville de Versailles compte, avec le plus juste
orgueil, au nombre de ses enfants est _l'abbé de l'Épée_, qui, animé par
la charité la plus éclairée, a su, en inventant l'alphabet manuel,
donner la parole et l'intelligence aux sourds-muets, et, par là, les
mettre en communication de sentiments et de pensées avec les autres
hommes.

Depuis longtemps, on a manifesté le désir d'ériger une statue à la
mémoire de ce bienfaiteur de l'humanité; ce soin est surtout un devoir
pour ses compatriotes.

Un artiste distingué, M. MICHAUT (des Monnaies), en a formulé la pensée
dans une statuette. Un grand nombre d'habitants de cette ville ont vu et
apprécié son œuvre; ils ont élu une commission chargée d'en
surveiller l'exécution, et de provoquer des souscriptions pour en
assurer le succès.

Ce monument, destiné a perpétuer, sur l'une des places de Versailles, le
souvenir de _l'abbé de l'Épée_, représentera ce grand homme au moment où
il vient d'inventer son alphabet manuel. Ses yeux, levés vers le ciel,
expriment sa reconnaissance pour l'heureuse découverte que Dieu lui a
inspirée.

Dignité dans la pose, onction dans les traits, fidélité historique dans
la ressemblance et les vêtements, tous ces précieux avantages, garantis
par le talent sévère et consciencieux de l'artiste, font vivement
désirer l'exécution en grand de cette œuvre d'art, si noblement
conçue.

M. MICHAUT, habitant de Versailles, fait généreusement l'offre gratuite
de son travail. La matière et les accessoires, auxquels on veut attacher
un caractère monumental, seront les seuls objets de dépense.

La commission ose compter sur un concours généreux à l'exécution de son
projet; elle fait un appel à tous les gens de bien, à tous les
admirateurs du génie, à toutes les familles qui ont profité des services
rendus par _l'abbé de l'Épée_, et ne doute pas qu'on ne s'empresse d'y
répondre, non-seulement dans Versailles et dans toute la France, mais
encore chez les nations qui ont adopté les procédés de cette
bienfaisante institution; car il s'agit, moins d'élever un monument au
génie, que de payer la dette de la reconnaissance.

La commission voulant, dans l'intérêt de tous les souscripteurs,
multiplier, en quelque sorte, le monument qu'elle se propose d'élever, a
décidé que:

1º Une médaille de bronze, du module de 0,067 1/2 millimètres (30
lignes), serait délivrée à toute personne qui souscrirait pour la somme
de vingt francs;

2º Les souscripteurs qui désireraient obtenir des médailles en or ou en
argent, en préviendraient la commission;

3º La commission publierait successivement la liste des
souscripteurs.--Dans les trois mois qui suivraient l'érection de la
statue, il serait publié un compte de la souscription et de son emploi.

En conséquence, une souscription est ouverte:

Chez les notaires Besnard, Giroud-Mollier, Lemoine, Lenoble et Marchand,
à Versailles;

Chez les notaires Delapalme, Casimir Noel, Damaison, Fourchy, Hochon,
Guénin, Schneider, Tourain, à Paris;

Dans les départements, chez MM. les présidents des chambres de notaires
de chaque arrondissement;

A l'étranger, chez les correspondants de MM. Mallet et Ce., banquiers
à Paris.

Arrêté à Versailles, en décembre 1839, par les membres de la Commission
soussignés:

_Président_, le baron de Fresquienne, membre du Conseil municipal et
ancien maire de Versailles;--_Vice-Président_, M. l'abbé Caron, ancien
professeur de l'Université;--_Secrétaire_, M. E. Baudard de
Sainte-James;--_Vice-secrétaire_, M. Besnard, notaire, membre du Conseil
municipal;--_Trésorier_, M. Gauguin, receveur municipal;--_Membres_, MM.
Rémilly, membre de la Chambre des députés et maire de Versailles;
vicomte Wathiez, lieutenant-général; le chevalier de Jouvencel, ancien
député et ancien maire de Versailles; Bernard de Mauchamps,
vice-président du Tribunal; Taphinon, conseiller de préfecture; Coupin
de la Couperie, peintre d'histoire et membre du Conseil municipal;
Douchain, architecte et membre du Conseil municipal; Lebrun, directeur
de l'École normale primaire; Battaille, docteur en médecine; Boisselier,
peintre paysagiste.

      IGNORANCE DE L'HOMME PAR LE DÉFAUT DU COMMERCE DE
      LA SOCIÉTÉ.

Au moment de terminer ce travail, nous sommes redevable à l'obligeance
de M. le baron de Stassart, ancien président du sénat belge, ministre
plénipotentiaire, de la communication de l'autographe suivant, qui
figure dans sa précieuse collection, et dont nous croyons devoir donner
une copie exacte à nos lecteurs:

«M. Félibien, de l'Académie des Inscriptions fit savoir à l'Académie des
Sciences, un événement singulier, peut-être inouï, qui venoit d'arriver
à Chartres.

»Un jeune homme, de vingt-trois à vingt-quatre ans, fils d'un artisan,
sourd et muet de naissance, commença tout-d'un-coup à parler, au grand
étonnement de toute la ville; on sut de lui que, quelque trois ou quatre
mois auparavant, il avoit entendu le son des cloches et avoit été
extrêmement surpris de cette sensation nouvelle et inconnue; ensuite, il
lui étoit sorti une espèce d'eau de l'oreille gauche, et il avoit
entendu parfaitement des deux oreilles. Il fut, ces trois ou quatre
mois, à écouter, sans rien dire, s'accoutumant à répéter tout bas les
paroles qu'il entendoit, et s'affermissant dans la prononciation et dans
les idées attachées aux mots; enfin, il se crut en état de rompre le
silence, et il déclara qu'il parloit, quoique ce ne fût encore
qu'imparfaitement. Aussitôt des théologiens habiles l'interrogèrent sur
son état passé, et leurs principales questions roulèrent sur Dieu, sur
l'âme, sur la bonté ou la malice morale des actions; il ne parut pas
avoir poussé ses pensées jusque-là; quoiqu'il fût né de parents
catholiques, qu'il fût instruit à faire le signe de la croix et à se
mettre à genoux dans la contenance d'un homme qui prie, il n'avoit
jamais joint à tout cela aucune intention, ni compris celle que les
autres y joignoient; il ne savoit pas bien distinctement ce que c'était
que la mort, et il n'y pensoit jamais; il menoit une vie purement
animale; tout occupé des objets sensibles et présents, et du peu d'idées
qu'il recevoit par les yeux, il ne tiroit pas même de la comparaison de
ces idées tout ce qu'il semble qu'il en auroit pu tirer. Ce n'est pas
qu'il n'eût naturellement de l'esprit, mais l'esprit d'un homme privé du
commerce des autres est si peu exercé et si peu cultivé, qu'il ne pense
qu'autant qu'il y est indispensablement forcé par les objets extérieurs;
le plus grand fonds des idées des hommes est dans leur commerce
réciproque. (_Mémoires de l'Académie des Sciences, année 1703, pag.
18_.)

L'abbé de L'ÉPÉE.»



SOUSCRIPTION

AU

MONUMENT DE L'ABBÉ DE L'ÉPÉE.


(T) SOUSCRIPTION AU MONUMENT DE L'ABBÉ DE L'ÉPÉE,

     Le roi LOUIS-PHILIPPE                                          300 fr.

MM. Aubernon, pair de France, préfet de
    Seine-et-Oise, président d'honneur de la commission du monument 100

    Le baron de Fresquienne, conseiller municipal, président de
      idem                                                           100
    L'abbé Caron, vice-président de idem                             100
    De Sainte-James Gaucourt, conseiller municipal, secrétaire de
      idem                                                            20
    Besnard, notaire, conseiller municipal, vice-secrétaire de idem   20
    Gauguin, receveur municipal, trésorier de idem                    20
    Rémilly, député et maire, membre de idem                          50
    Wathiez, lieutenant-général (vicomte), idem                       40
    Bernard de Mauchamps, président du tribunal, idem                 20
    Taphinon, conseiller de préfecture, idem                          10
    Lebrun, directeur de l'école normale, idem                        20
    Coupin de la Couperie, ex-conseiller municipal, idem              10
    Douchain, architecte, ex-conseiller municipal, idem               20
    Boisselier, peintre paysagiste, idem                               5
    Battaille, docteur en médecine, idem                              20
    Marquis de Sémonville, idem                                      500
    Le chevalier de Jouvencel, ancien député, ancien maire de
      Versailles, idem                                               200
    Baroche, élève de l'abbé d» l'Épée, sourd-muet,                    1
    Grégoire, id.   .id                                                4
    Foucque, id. id.                                                   1 50
    Dubois, .id .id                                                   10
    Lefébure, .id .id                                                  5
    De Lanneau, directeur de l'Institution des sourds-muets de Paris  20
    Ed. Morel, professeur de .id                                      10
    Lafon de Ladébat, agent-comptable de .id                           5
    Sellier, chef d'atelier, à .id                                     5
    Desportes, .id                                                     5
    Jourdain, .id                                                      5
    Girault, .id                                                       5
    Léon Vaisse, professeur, .id                                      40
    Lecoq, .id                                                         5
    Lenoir, .id                                                       10
    Langlois, chef d'atelier, .id                                      5
    Allibert, aspirant, .id                                            3
    Mlle Barbier, professeur, .id                                     10
    Mlle Morel, .id .id                                               10
    Mlle F. Auber, répétitrice, .id                                    5
    Mlle E. Ferment, professeur, .id                                  10
    Mlle Roger, .id .id                                                5
    Mlle Legay, aspirante, .id                                         5
    Mlle Alleton, monitrice, .id                                       5
    Mlle Meunier, .id .id              3                              50
    Mme Nysten, maltresse d'étude, .id                                 3
    Mlle Wiser, .id .id                                                3
    Mme Vion, surveillante en chef aux sourdes-muettes                 5
    Mme Lafargue, maîtresse de dessin, .id                             5
    Leforestier, aumônier, .id                                         5
    Menière, médecin, .id                                              5
    Taupier, maître d'écriture, .id                                    5
    Des élèves de l'Institution des sourds-muets de Paris,            28  90
    Michelot, membre du conseil de perfectionnement de l'Institution
      des sourds-muets de Paris,                                      20
    Jean Dourgnon, sourd-muet, valet de chambre de M. Borelli,         5
    Mamès Dourgnon, son cocher,                                        5
    Ferdinand Berthier, sourd-muet, doyen des professeurs de
      l'Institution nationale de Paris,                               20
    Allonor, serrurier, sourd-muet,                                    5
    Alavoine, horloger, .id                                            5
    Aucher, chapelier, .id                                             1 50
    Audibert, cordonnier, sourd-muet,                                  8
    Bejat, nacrier, .id                                                2
    Bloïn, fondeur, .id                                                2
    Bouly, employé, .id                                                1
    Breüer, serrurier, .id                                             5
    Brejillon .id                                                      1
    Chabot, orfèvre, .id                                               2
    Choquet, imprimeur, .id                                            3
    Contremoulin, employé, .id                                        25
    Crispaille, brossier, .id                                          2
    Daudin, fondeur, .id                                               2
    Delarue, manufacturier, .id                                        2
    Delille, maçon, .id                                                1
    Deruez, employé, .id                                               5
    Deschenes, rentier, .id                                            5
    Dorel, relieur, .id                                                2
    Doumic, imprimeur, .id                                             5
    Dubois, de l'île de Ré, .id                                        5
    Ducornoy, ébéniste, .id                                            3
    Dumont, tailleur, .id                                              1
    Emeux, bottier, .id                                               15
    Fèvre, imprimeur, .id                                             10
    Franclet, tourneur, .id                                            3
    Fontaine .id                                                       5
    Filleron, peintre, .id                                             2
    Frédéric, grainier, .id                                            3
    Galbois .id                                                        1
    Gamble, graveur, .id                                               3
    Gevold .id              1                                         50
    Gonet, bijoutier, .id                                              2
    Gouttebarge, employé, .id                                          5
    Graize, imprimeur, .id                                             5
    Guillaume, orfèvre, .id                                            3
    Barielle, imprimeur, .id                                           5
    Hennequin, dessinateur, .id                                        5
    Joulin, tailleur, .id                                              1
    Jumentier, peintre, .id                                            2
    Knecht, sellier, .id                                               2
    Lavaud, marinier, .id                                              1
    Legras, fleuriste, .id              2                             50
    Levert, ciseleur, sourd-muet                                       3
    Levite, tailleur, .id                                              1
    Lhuillier, tailleur, .id              1                           50
    Mairet, sellier, .id                                               2
    Maloisel, tourneur, .id                                            5
    Mauviel, libraire, .id                                             2
    Metais, employé, .id                                               2
    Michel, pâtissier, .id                                             2
    Michel, employé, .id                                               3
    Mondlange, graveur, .id                                            5
    Mullot, imprimeur, .id                                             2
    Nicolas, souffletier, .id                                          2
    Nogaret, tailleur, .id                                             1
    De Nogent, propriétaire, .id                                      10
    Nonnen, rentier, .id                                              10
    Page, employé, .id                                                 5
    Pagez, dessinateur, .id                                            5
    Pasly, employé, .id                                               25
    Pollet, nacrier, .id                                               5
    Quentin, tailleur, .id                                             2
    Quinsard, cordonnier, .id                                          5
    Richard, ébéniste, .id                                             1
    Richard, serrurier, .id                                            1
    Robert .id                                                         2
    Roche, imprimeur, .id                                              2
    Romain, imprimeur, .id                                             5
    Romanet (le comte de), .id                                        25
    Romiguière, imprimeur, .id                                         5
    Savaton, cordonnier, .id                                           3
    Trovalet, tailleur, .id                                            2
    Verlet, papetier, .id                                              2
    Vincent, tourneur, .id                                             5
    Wallon, mosaïcien, .id                                             5
    Brocheton (le docteur),                                           10
    Boyd, de Ceylan                                                   20
    Boyd Dundas                                                       20
    Le conseil de préfecture de Seine-et-Oise                         50
    Fasman, artiste peintre, à Versailles,                             5
    Fessard, propriétaire,                                            10
    Lenud (le colonel)                                                10
    Loz de Beaucours                                                  20
    Noble (le docteur) père                                           10
    Pinard, curé de Notre-Dame de Versailles,                         30
    Petit, architecte de la ville de Versailles,                      10
    Savouré                                                            5
    Usquin, lieut.-col. de la garde nationale de Versailles,          50
    Veytard, ancien capitaine, de Versailles,                         20
    Demanche, ancien adjoint au maire de Versailles,                  10
    Ed. Tassin de Villiers,                                            5
    L'Évêque de Versailles,                                          100
    Chabin, entrepreneur de pavage,                                   10
    Binart, entrepreneur de menuiserie,                                5
    Decret, garde du génie,                                            5
    Michel, colonel de la garde nationale de Versailles,               5
    Denis fils, entrepreneur de serrurerie,                            5
    Tîssot, entrepreneur de maçonnerie,                               20
    Cormué fils, entrepreneur de peinture,                             5
    Lambert-Baudry, propriétaire,                                      5
    Bardet, entrepreneur de couverture,                                5
    Membré, chef d'institution, à Versailles,                          5
    Francolin aîné                                                    20
    Angouillant, entrepreneur de maçonnerie,                          10
    Meunier, curé de Saint-Symphorien de Versailles,                  80
    Rendu, conseiller de l'Université,                                20
    Wartel, artiste de l'Opéra,                                       10
    Odout                                                             10
    Périchot, conseiller municipal de Versailles,                      5
    De Reboul Berville                                                 5
    Lebeau, entrepreneur de peinture,                                  5
    Bourgeois, marchand tapissier,                                     2
    Mathieu (le colonel)                                               5
    Paumier                                                            5
    Delorme                                                           10
    Bléry                                                              5
    Dupont (le chevalier)                                              5
    Christophe (le général)                                           20
    Louvet                                                             5
    Mazuel                                                             5
    Lemazurier (le docteur)                                            5
    Lebert                                                            20
    Valery, bibliothécaire du château de Versailles,                  10
    Me Haussmann                                                      20
    Vollot                                                             5
    D'Hastrel (le général)                                            20
    Lemoine, notaire,                                                  5
    Marchand, idem                                                    20
    Gady, ancien juge,                                                20
    De Saint-Cyr                                                       5
    Un officier de la garde nationale de Versailles..                  2
    Un clerc de notaire                                                1
    Mme de Breuilly                                                    5
    M. Gr***                                                          50
    Legendre                                                           5
    Guillemot                                                          5
    Un petit clerc                                                    25
    Mme Boullé                                                        20
    Mme Guillemot                                                      5
    Ledoux-Leroy                                                      20
    Croiset, receveur de l'hospice de Versailles,                      5
    Lepoitevin, architecte,                                           10
    Hamouy, coiffeur,                                                  2
    Théry, propriétaire                                                3
    Morel, marchand tapissier,                                         5
    Gauthier, avocat, conseiller municipal de Versailles,             30
    Horeau, architecte,                                               10
    Mlle Giraud-Chaudra                                                5
    Les contrôleur et employés de l'octroi de Versailles              40
    Legrand, ancien greffier du tribunal de Versailles,                5
    Bailly de Villeneuve                                               5
    Haley (de Londres)                                                 5
    Morel jeune                                                        5
    Berthod, professeur au collège royal de Versailles,                2
    Merlin (le général baron)                                          5
    Les secrétaire, chefs de bureau et employés de la mairie
      de Versailles                                                   21
    Deshayes, supérieur général des Filles de la Sagesse,             20
    Delacomble, directeur des contributions directes, à Versailles    20
    Devouges, inspecteur, .id                                         10
    Levieil, contrôleur principal, .id                                 5
    De Poiféré, contrôleur, .id                                        5
    Ineriz, .id .id id. à Saint-Germain,                               5
    Dubois, .id .id id. à Meulan,                                      5
    Desclozeaux, contrôleur des contr. direct., à Mantes,              5
    Salerne, .id .id id.                                               5
    Michelin, .id .id à Pontoise,                                      5
    Soulas, .id .id à Gonesse,                                         5
    Delahaytrée, .id .id à Luzarches,                                  5
    Fechez, .id .id à Corbeil,                                         8
    Dubois, .id .id id.                                                5
    Odoard, .id .id à Etampes,                                         5
    Crosse, .id .id à Rambouillet,                                     5
    Thomas, .id .id à Dourdan,                                         5
    Dahirel, surnuméraire, à Versailles                                3
    Tellot, aspirant .id                                               3
    De Doudeauville (le duc)                                          20
    De Praslin (le duc)                                               20
    De Bastard (le baron)                                             20
    Camille Perrier                                                   20
    Guéneau de Mussy                                                  20
    De Gérando (le baron)                                             20
    Rendu (le baron)                                                  20
    La société archéologique de Rambouillet                           20
    La société d'Agriculture de Seine-et-Oise                        100
    La société des Sciences naturelles de Seine-et-Oise               20
    L'archevêque de Bourges                                           50
    Le Chapitre métropolitain de Bourges                              40
    Berry-Baldwin, membre de la chambre des Communes,                 20
    Coster, ingénieur en chef, au Puy,                                25
    Bouchitté, professeur,                                             5
    Le curé de Saint-Louis, à Versailles                              20
    Mlle Laloua, peintre,                                              5
    M. Gringoire
    Bonnet de Ville, économe au collège de Versailles
    Barthe, chef d'institution, à Versailles
    Huvé, ancien notaire
    Corneille, propriétaire,                                           0
    Boulanger, marchand papetier,                                      5
    Lenoble, notaire à Versailles,                                    20
    Les clercs de son étude                                           25
    Gerdolle                                                          20
    Pesse-Remont                                                      10
    Nourtier, juge de paix,                                           10
    Borelli, procureur-général à la cour royale d'Aix,                10
    De Larochefoucauld (le duc)                                       20
    Souscription faite au corps de garde de l'Hôtel-de-Ville
      par MM. les officiers, sous-officiers et gardes nationaux
      de Versailles                                                  284 75
    Blanc, aumônier de l'École normale                                 5
    Anquetil, professeur de .id                                        5
    Peyré, .id .id                                                     5
    Philippar, id. .id                                                 5
    Deschamps, .id .id                                                 5
    Aubry, .id .id                                                     5
    Vitry, médecin,                                                    5
    Auger, instituteur,                                                3
    Vilmay, maître adjoint à l'école normale primaire,                 2
    Stoos, idem                                                        2
    Les élèves maîtres                                                30
    La conférence des instituteurs primaires du canton de Versailles  30
    Collet, vicaire de Notre-Dame,                                    10
    Morand                                                            19 50
    H. de B.                                                         100
    Le Bourgeois, notaire au Havre,                                    5
    Le chevalier de Barneville, capitaine d'artillerie, au Havre,      5
    Anry, courtier de commerce, idem                                   5
    Lacour, avoué, au Havre,                                          25
    Pipereau, .id                                                     25
    Mme Borel                                                          5
    L'évêque de Dijon                                                 20
    Droz, de l'Académie française,                                    20
    L'évêque de Saint-Brieux                                          50
    Le marquis Théodore Duprat                                         5
    La chambre de commerce de Marseille                              100
    Le ministère de l'ºintérieur                                    3000
    Tavernier, négociant, à Paris,                                    25
    Delapalme, notaire, idem                                           5
    Un anonyme                                                         5
    Genain, sourd-muet,                                                2
    Bazin, .id                                                         5
    Peyson, de Montpellier, peintre, sourd-muet,                      20
    Queilhe, .id                                                       4
    Boclet, graveur au dépôt de la guerre, .id                        20
    Boulard, .id                                                      10
    Gers, sourd-muet                                                  20
    Allibert, prof. à l'Institution nationale de Paris, .id           10
    Portal, sourd-muet                                                10
    Chalumeau, .id                                                     4
    De Duras (la duchesse)                                            20
    Pelmer                                                             5
    Bruère                                                            20
    Un anonyme                                                        20
    Institut des sourds-muets de Zurich.                              50
    Duhamel, juge suppléant, à Versailles,                            20
    Souscription des visiteurs de la statue à l'Institution des
      sourds-muets de Paris                                           66
    Steinnhouwer                                                       5
    Oudet, juge de paix,                                               5
    Aubertin                                                           3
    Le baron Dennée, intendant militaire,                             20
    L'abbé Van den Hecke                                              10
    Griolet (Ernest), sourd-muet,                                     10
    Imbert (Jules), .id                                                2 50
    Loustau, peintre, .id                                              5
    Levassor, .id .id                                                 10
    Pelissier, prof. à l'institution nationale de Paris, .id           5
    Lecomte (Eugène), employé, sourd-muet                              5
    Verrier (Gustave), .id                                            50
    Laroucault, .id                                                    5
    Dumont (Félix), .id                                                1
    Chalumeau, .id                                                     2
    Badolle, .id                                                       5
    Un ancien élève de l'institution nationale des sourds-muets
      de Bordeaux                                                     10
    Haacke, sourd-muet,                                                2
    Damien, .id                                                        2 50
    Greux, .id                                                         2 50
    Convert, .id                                                       2
    Fouret, .id                                                        2
    Sainton, .id                                                       2
    Saverot, .id                                                       5
    Laurent (Edmond), à Blois, .id                                    20
    Trézel, .id                                                        2
    Bézu, peintre .id                                                  2
    Letellier, négociant                                               3
    F. de Jouvencel, maître des requêtes et député,                   10
    Néglet, architecte,                                                5
    Le baron de Stassart, sénateur belge                              10
    Le comte d'Epinay Saint-Luc                                       20



FIN DES NOTES.



TABLE DES CHAPITRES.

Chapitre I                                                             7

Les sourds-muets dans l'antiquité et le moyen âge.--Abandon général.
--Quelques efforts tentés en leur faveur.--Ils échouent, faute
d'ensemble.--Naissance de l'abbé de l'Épée.--Sa vocation pour l'état
ecclésiastique.--Le formulaire d'Alexandre VII.--Il refuse de le
signer.--Il est autorisé, néanmoins, à remplir les fonctions du
diaconat.--Il devient avocat et prête serment le même jour que M. de
Maupeou.--Enfin, un neveu de Bossuet lui fraie le chemin du sacerdoce.

Chapitre II                                                           14

Vertus et maximes de l'abbé de l'Épée.--Sa tolérance.--Ses rapports avec
le protestant Ulrich.--Ses vœux en faveur des juifs.--Son abnégation,
son humilité.--Ses relations avec un évêque janséniste, qu'il rend
dépositaire de son adhésion à la bulle =Unigenitus=--On lui interdit le
ministère de la parole et celui de la confession. --On lui refuse les
cendres.--Sa réponse à un prêtre intolérant. --Vengeance
sublime.--Commencement de son apostolat.

Chapitre III                                                          20

Deux sœurs sourdes-muettes, élèves du R. P. Vanin, de la doctrine
chrétienne.--La mort les ayant privées de leur instituteur, l'abbé de
l'Épée se résout à continuer son œuvre.--Théorie du langage des
gestes.--Il ignore entièrement les travaux de ses prédécesseurs.--Ses
premières tentatives.--Objections des philosophes et des
théologiens.--Réponses victorieuses à ces objections.--Important avis du
R. P. Lacordaire.

Chapitre IV                                                           28

Lutte plus sérieuse du célèbre instituteur des sourds-muets avec les
hommes de sa spécialité.--Publication de ses divers travaux sous le
voile de l'anonyme.--Succès de ses séances publiques.--Intérêt que lui
portent Louis XVI, Joseph II et Catherine de Russie.--Sa réputation
grandit avec son zèle.--Exercices en français, en latin, en italien, en
espagnol, en anglais.--Quelques taches éparses dans l'ensemble de son
système.--Puériles décompositions grecques et latines.

Chapitre V                                                            35

Les signes naturels seuls peuvent-ils suffire à l'expression même des
idées métaphysiques?--Divers essais infructueusement tentés pour arriver
à une écriture universelle.--Descartes et Leibnitz ne croient pas à la
possibilité d'un succès.--M. de Lamennais est d'un avis contraire.--La
fusion de toutes les langues en une seule, si elle était possible,
serait-elle durable?--La mimique est la seule langue
universelle.--Tentative heureuse de Bébian pour peindre le geste et le
fixer sur le papier comme on y fixe la parole.--Sa MIMOGRAPHIE.

Chapitre VI                                                           40

Parole artificielle enseignée aux sourds-muets.--A quel hasard en est
due l'introduction dans le cours d'études de l'abbé de
l'Épée.--Découverte inattendue d'un livre espagnol et d'un livre latin
sur cette spécialité.--Juan Pablo Bonet et Conrad Amman.--Quelques
ouvrages composés sur ce sujet après l'abbé de l'Épée.--Sourds-muets
parlants les plus remarquables, formés par ses leçons. --Succès qu'avait
déjà obtenus, à Paris, dans l'articulation artificielle, un juif
portugais, Jacob Rodrigues Pereire, et qu'ignorait complètement notre
célèbre instituteur.

Chapitre VII                                                          45

L'alphabet manuel, à une seule main, est originaire d'Espagne et remonte
à 1620.--Persistance de l'Angleterre à garder l'alphabet manuel à deux
mains, pareil à celui de nos collèges.--Plusieurs instituteurs
d'Allemagne n'en emploient aucun.--Difficulté pour les
commencements.--Notre dactylologie se popularise en France. --Ses
avantages.--Quelques-unes de ses règles.--Son utilité pour les
parlants.--Son usage dans les ténèbres.--Elle est inférieure à la
mimique.--Justice rendue à Pereire par l'abbé de l'Épée. --Justification
du célèbre instituteur par lui-même.--Exposé de sa méthode.--Attaque du
sourd-muet Saboureux de Fontenay.--L'abbé de l'Épée offre d'être jugé
contradictoirement avec Pereire et d'adopter même son système, s'il est
déclaré supérieur au sien.

Chapitre VIII                                                         54

Tentatives en faveur des sourds-muets en Angleterre, en Hollande, en
Allemagne, en France, à Genève, en Espagne, en Portugal, en
Italie.--Travaux de Saint-Jean de Beverley, de Rodolphe Agricola, de
Jérôme Cardan, de J. Pasck, de saint François de Sales, de Pedro de
Ponce, de Juan Pablo Bonet, de Ramirez de Cortone, de Pedro de Castro,
de John Bulwer, de J. Wallis, de William Holder, de Degby, de Gregory,
de Georges Dalgarno, de Van Helmont, de Conrad Amman, de Kerger, de
Georges Raphel, de Lassius, d'Arnoldi, de Samuel Heinicke, d'Ernaud, de
Jacob Rodrigues Pereire. --Succès brillants des deux derniers à
l'Académie des sciences de Paris.--Pension de Louis XV au second.--Il le
nomme son interprète pour les langues espagnole et portugaise.--Sa
tolérance religieuse.--Secret absolu recommandé à ses élèves.--Il offre
de vendre sa méthode au gouvernement.--Lettre de la sourde-muette Mlle
Marois.--Legs du sourd-muet Coquebert de Montbret.

Chapitre IX                                                           65

Avènement de l'abbé de l'Épée.--Rivalité de l'abbé Deschamps.--Son cours
élémentaire.--Il est combattu par le sourd-muet Desloges, ouvrier
relieur et colleur de papier, élève d'un autre sourd-muet, domestique
d'un acteur de la Comédie-Italienne.--L'abbé de l'Épée devient le
confesseur de ses enfants d'adoption.--L'empereur Joseph II lui sert la
messe.--Il amène dans son établissement sa sœur la reine
Marie-Antoinette et lui adresse un prêtre allemand, en le priant de le
mettre à même de populariser sa méthode dans ses États.--Lettre de ce
prince à l'abbé de l'Épée.

Chapitre X                                                            70

Lutte entre deux instituteurs allemands de sourds-muets.--L'abbé de
l'Épée intervient.--Il en appelle aux académies de Vienne, d'Upsal, de
St-Pétersbourg, de Zurich et de Leipsick.--Abstention générale, à
l'exception de celle de Zurich, qui se prononce en sa faveur.--Nouvelle
attaque de M. Nicolaï de Berlin.--Nouvelle victoire de l'abbé de
l'Épée.--Condillac se prononce pour lui.--Extension trop grande donnée à
la parole artificielle du sourd-muet.--Opinion de l'abbé de l'Épée sur
ce sujet.

Chapitre XI                                                           75

Vertus et bienfaits de l'abbé de l'Épée.--Sa soutane usée.--Presque
octogénaire, il se prive de feu pour ses enfants, durant un hiver
rigoureux.--Projet d'un tableau de l'abbé de l'Épée par le sourd-muet
Léopold Loustau.--Il refuse un évêché en France et une abbaye en
Allemagne.--Belles réponses à Joseph II et à Catherine de
Russie.--Paroles mémorables.--Il ne demande qu'à instruire des
sourds-muets pauvres et à apprendre pour eux les langues de tous les
pays.--Son désintéressement, ses sacrifices.--Louis XVI redoute d'abord
son jansénisme.--Plus tard, il accepte le patronage de son école, en
autorise le transfert à l'ancien couvent des Célestins et lui assigne
une rente annuelle sur sa cassette.--La mort ne permet pas à l'abbé de
l'Épée de voir ses élèves installés dans ce nouveau local.--Statistique
des pensions de sourds-muets et de sourdes-muettes, existant à cette
époque à Paris.--Son école à un second étage de la rue des Moulins.--Sa
maison de campagne à loyer, rue des Martyrs.--Scènes attendrissantes.

Chapitre XII                                                          85

Episode du jeune comte de Solar.--Un sourd-muet, de douze à treize ans,
trouvé sur la grande route de Péronne, envoyé à Bicêtre, puis à
l'Hôtel-Dieu de Paris.--Quelques souvenirs confus.--Enlèvement et
abandon.--Appartient-il à une famille riche?--Note envoyée à toutes les
maréchaussées de France.--Étrange visite à l'Hôtel-Dieu--Le sourd-muet
en est retiré et mis en pension avec d'autres frères d'infortune.--Une
confusion de personnes.--Nom de Joseph substitué à celui de Louis
Leduc.--Le prince de Montbarey et Mme de Hauteserre.--Découverte de la
demeure de Mme la comtesse de Solar, à Toulouse. --Un trait de lumière.

Chapitre XIII                                                         92

L'abbé de l'Épée veille attentivement sur le dépôt que lui a confié la
Providence--Menaces dont il est l'objet.--L'autorité le
protège.--Diverses personnes reconnaissent le jeune Solar. --Voyage du
célèbre instituteur, avec son protégé, à Clermont, en Beauvoisis, sa
ville natale.--Nouvelles reconnaissances. --Joseph se rappelle une
cicatrice de son père.--Il est reconnu par son grand-père, mais sa
sœur hésite d'abord. --Une démarche auprès du duc de Penthièvre--Elle
réussit. --Le prince accorde une pension de 800 livres au jeune Solar.
--Le paiement en est bientôt suspendu.--Pourquoi.--Curieuse lettre de
l'abbé de l'Épée.--Le premier semestre de la pension est payé.

Chapitre XIV                                                         101

Cazeaux, accusé d'avoir, de concert avec la comtesse de Solar, supprimé
la personne et l'état de l'enfant sourd-muet, est arrêté à Toulouse et
amené à Paris, les fers aux pieds et aux mains. --Ses moyens de
défense.--Il demande à être transféré, avec le sourd-muet, partout où la
justice croira que sa présence peut devenir nécessaire pour éclaircir
l'affaire.--Cette requête est jointe au fonds; on refuse son
élargissement provisoire, ainsi que le transfert de l'enfant et de sa
sœur sur les lieux.--Enfin, une sentence du Châtelet déclare Joseph
fils du comte de Solar, reconnaît Cazeaux innocent et le renvoie
absous.--Commentaire des juges.

Chapitre XV                                                          108

Lettre de l'abbé de l'Épée à Me Élie de Beaumont, défenseur de
Cazeaux.--Preuves, suivant le célèbre instituteur, de l'identité de
Joseph et du comte de Solar.--Particularités remarquables. --Détails peu
édifiants sur la mère du sourd-muet.--Réponse de Me Tronçon-Ducoudray à
l'abbé de l'Épée.--Extrait mortuaire constatant, à son avis, le
décès.--L'illustre avocat modifie, plus tard, son opinion.--Ses aveux à
M. Bouilly, auteur du drame de L'abbé de L'ÉPÉE..--Confirmation de la
sentence du Châtelet par le parlement de Paris, qui ordonne, en outre,
un supplément d'enquête et d'instruction.

Chapitre XVI                                                         116

Foi robuste de l'abbé de l'Épée.--Ses occupations et ses infirmités ne
lui permettent pas d'accompagner le jeune Solar dans ses courses au midi
de la France--Diverses personnes intéressées dans l'affaire prennent la
même direction.--Recherches longtemps infructueuses.--Joseph ne se
reconnaît nulle part, pas même en présence de la tombe de son père.--On
en exhume une tête d'enfant, avec une surdent semblable à celle qu'on a
arrachée à Joseph.--Aventures d'un sourd-muet de Charleroi.--Parti qu'en
tire le défenseur de Cazeaux.--Contradictions palpables, graves
accusations formulées contre le pupille de l'abbé de l'Épée et contre
les divers témoins qui déposent en sa faveur.--Nouvelle sentence
confirmative du Châtelet.

Chapitre XVII                                                        122

Redoublement d'efforts des adversaires du pupille de l'abbé de
l'Épée.--Ils réussissent à faire suspendre l'exécution de la sentence.
--Joseph perd ses protecteurs le duc de Penthièvre et l'abbé de
l'Épée.--Les parlements sont détruits par la révolution.--Le nouveau
tribunal de Paris casse le jugement rendu en faveur du pauvre
délaissé.--Sans appui, sans famille, sans ressource, l'ex-comte de Solar
s'enrôle dans l'armée républicaine et meurt, suivant les uns, sur un
champ de bataille, selon d'autres, dans un hôpital.--Son interprète, le
sourd-muet Didier, suit son exemple et s'engage dans l'artillerie.

Chapitre XVIII                                                       132

Coup d'œil rétrospectif sur l'épisode du comte de Solar.--Est-ce une
aventure réelle on un roman historique?--Bonne foi, conviction de l'abbé
de l'Épée.--Ses efforts pour rendre l'innocence et l'honneur à
Cazeaux.--Un dilemme pour en finir.--M. Fournier des Ormes voit dans
cette aventure une mystification.--Suivant lui, le pupille du célèbre
instituteur n'aurait pas été complètement sourd.--Cette opinion
combattue par M. Valade-Gabel.--La pièce de Bouilly.--Première
représentation.--Grand succès.--Incident de la seconde.--L'abbé Sicard
mis en liberté.

Chapitre XIX                                                         143

Le buste du célèbre instituteur des sourds-muets offert à M. Bouilly par
les jeunes élèves de l'École nationale de Paris.--Félicitations du
premier consul Bonaparte et du roi Louis XVIII à l'auteur du drame de
L'abbé de L'ÉPÉE..--Souvenirs intéressants de Mme Talma. Deux traits de
présence d'esprit de cette admirable actrice à deux représentations de
la pièce.--Tribut d'éloges de Monvel à son élève.--Conclusions de M.
Villenave.--Heureux résultats pour les sourds-muets du succès du drame
de L'abbé de L'ÉPÉE..

Chapitre XX                                                          151

Efforts tentés auprès du gouvernement pour suspendre les représentations
du drame de L'abbé de L'ÉPÉE..--L'auteur accusé par la presse d'avoir
voulu troubler le repos et compromettre l'honneur de certaines
personnes.--M. Bouilly se disculpe.--Il offre de changer le lieu de la
scène et efface du titre la qualification de CO MÉDIE HISTORIQUE.--Mort
de l'abbé de l'Épée.--Touchant spectacle de ses derniers
moments.--Tableau du sourd-muet Peyson.--Le célèbre instituteur inhumé à
Saint-Roch.--On se dispute son image.--Sa répugnance à laisser
reproduire ses traits, de son vivant.--Le sculpteur sourd-muet de
Seine.--La Commune de Paris demande à l'Assemblée nationale que l'État
adopte les sourds-muets privés de leur père.--Ce vœu est
réalisé.--Oraison funèbre de l'abbé de l'Épée, prononcée dans l'église
Saint-Étienne-du-Mont.--Supplice du panégyriste.

Chapitre XXI                                                         159

L'Assemblée nationale décrète que le nom de l'abbé de l'Épée sera
inscrit parmi ceux des citoyens qui ont bien mérité de l'humanité et de
la patrie, et que son Institution sera subventionnée par
l'État.--Fondation de 24 bourses gratuites, projet de translation à
l'ancien couvent des Célestins.--La Convention fonde, dans chacune des
écoles de Paris et de Bordeaux, 60 bourses, portées successivement, pour
la première, à 80 et à 100.--La Convention avait eu, un instant, le
projet de fonder, pour l'éducation de 4000 sourds-muets, une école
normale et six grandes institutions, avec ateliers et travaux
agricoles.--Transfert de l'établissement de Paris dans le local actuel,
à l'ancien séminaire Saint-Magloire.--Les frais d'éducation des
sourds-muets rangés, en 1832, parmi les _dépenses facultatives_ des
budgets départementaux.--M. de Gerando avait infructueusement proposé
que ce fût parmi les _dépenses obligatoires_.

Chapitre XXII                                                        166

Mode d'administration successif des Institutions nationales de
sourds-muets de Paris et de Bordeaux.--Projets divers ayant pour but de
généraliser en France cet enseignement spécial.--Sollicitations
infructueuses jusqu'à ce jour.--Pétition adressée en 1851, par la
Société centrale d'éducation et d'assistance pour les sourds-muets en
France à l'Assemblée nationale législative.--Éloges de l'abbé de l'Épée
par MM. Bébian, ancien censeur des études de l'Institution nationale de
Paris, et d'Aléa, ancien directeur du collège royal des sourds-muets de
Madrid.--L'auteur des TEMPLIERS, M. Raynouard, de l'Académie française,
voulait, à sa mort, fonder un prix pour le meilleur poème à la gloire de
l'abbé de l'Épée.--Nomenclature complète des œuvres du célèbre
instituteur.

Chapitre XXIII                                                       172

Violation des sépultures de l'église Saint-Roch en 93.--Le plomb des
cercueils fondu en balles sur les autels.--Mission que l'auteur s'était
imposée de retrouver la tombe de l'abbé de l'Épée.--Lettre aux journaux
pour se plaindre de ce que son portrait ne figure pas au Musée
historique de Versailles; de ce que sa statue ne se voit, ni dans sa
ville natale, ni à Paris; de ce que la tombe enfin de son successeur,
l'abbé Sicard, languit sans honneur, dans un déplorable
abandon.--Demande de renseignements au curé de Saint-Roch sur le lieu de
la sépulture de l'abbé de l'Épée dans cette église.--Comment on découvre
que ses restes reposent dans le caveau de la chapelle
Saint-Nicolas--L'auteur y descend avec le sourd-muet Forestier et le
docteur Doumic.--Spectacle déchirant!--Souscription ouverte dans les
journaux pour élever un monument aux cendres du célèbre instituteur et
faire apposer deux inscriptions en français sur la maison où il est né
et sur celle qui fut le berceau de son enseignement.

Chapitre XXIV                                                        185

Une commission se forme pour régulariser la souscription destinée à
élever un monument à l'abbé de l'Épée.--M. Dupin aîné en accepte la
présidence; M. Villemain consent à en faire partie.--Elle se compose, en
outre, de MM. de Schonen, de Gérando, Chapuys-Montlaville, Cavé, l'abbé
Olivier, Monglave, Nestor d'Andert, et de trois sourds-muets, Ferdinand
Berthier, Forestier et Lenoir.--Regrets de M. de Chateaubriand et du
premier président Séguier.--Première séance à l'hôtel de la présidence
de la Chambre.--Remercîments des trois membres sourds-muets.--Projet de
M. Victor Lenoir, architecte du gouvernement.--Voies et moyens:
représentations à bénéfice, souscription de la famille royale.--Où
s'élèvera le monument?--On repousse la cour de l'Institution; on préfère
la chapelle Saint-Nicolas, à Saint-Roch.--Organisation de la
souscription.--Recherches à faire au Palais de Justice, à l'Hôtel de
Ville, aux Archives nationales, sur le lieu de l'inhumation.--MM.
Montlaville, Monglave et Berthier, délégués pour aller constater
l'identité des restes découverts ou à découvrir.

Chapitre XXV                                                         195

Exhumation des restes mortels de l'abbé de l'Épée par MM. Garay de
Monglave, Chapuys-Montlaville et Ferdinand Berthier.--Découverte de
fragments de souliers, de rabat, de soutane, de bonnet carré et d'étole,
reconnus par une personne qui a eu des rapports avec le grand
instituteur.--La pipe de terre.--Oubli ou profanation.--Noms des
premiers souscripteurs.--Appel éloquent à toutes les âmes
généreuses.--Propositions de MM. Michaut (des Monnoies), Victor Lenoir,
architecte, et Auguste Préault, statuaire.--Appel aux ambassadeurs
étrangers, aux cours de cassation et des comptes, aux cours d'appel,
etc.--Réponse de l'ambassadeur de Bavière.

Chapitre XXVI                                                        211

Rapport de M. Nestor d'Andert sur les projets soumis à la
commission.--Préférence acquise à celui de M. Préault.--Les ministres
invités à compléter la somme nécessaire à l'érection du monument.--Celui
de l'Intérieur, M. de Montalivet, souscrit pour 3,000 fr.--Devis à
forfait de M. Préault.--La commission l'accepte, à condition que
l'artiste ne pourra exiger les sommes à recevoir qu'à mesure des
rentrées, et que le monument sera prêt en février 1841.--Nouvelle
circulaire, nouvelles démarches auprès des grands corps de
l'État.--Appel à Louis-Philippe et à sa famille.--On en ignore le
résultat.--L'ancien curé de Saint-Roch, devenu évêque d'Évreux, regrette
de ne pouvoir prêcher le jour de l'inauguration du monument.--On
s'adresse à l'abbé Cœur, qui ne peut, à cause de ses nombreux
travaux, accepter cette honorable mission.--Fixation ultérieure du jour
de la cérémonie.

Chapitre XXVII                                                       221

La Commission cesse de s'assembler.--M. Préault, presque abandonné à
lui-même et n'ayant plus que les conseils de MM. de Monglave et
Berthier, tient religieusement sa promesse.--Le monument est inauguré en
août 1841, sans cérémonie et presque à huis clos.--Description et éloge
de cette œuvre remarquable.--Mais pourquoi une inscription
latine?--Sur 33,000 sourds-muets que renferme la France, il n'y en a pas
22 qui sachent le latin.--Hommage des sourds-muets suédois.--Couronne de
bronze due aussi à M. Préault, ainsi que la statue de l'abbé de l'Épée
qui orne la façade de l'hôtel de ville de Paris.--Cruels sacrifices
pécuniaires de l'artiste pour le monument de Saint-Roch et pour celui
qu'il a élevé au général Marceau sur une place de Chartres.--Un buste du
grand instituteur dû à un sculpteur sourd-muet, offert à l'école de
Paris.--Séance d'inauguration.--Souscription ouverte pour élever une
statue à l'abbé de l'Épée sur une des places de Versailles, sa ville
natale.--L'Institution de Paris s'associe à cet acte de reconnaissance.

Chapitre XXVIII                                                      229

Ces hommages, rendus, de toutes parts, à la mémoire de l'abbé de l'Épée,
avaient été devancés, dès 1835, dans un banquet commémoratif de sa
naissance, par une proposition que je fis aux sourds-muets et à leurs
amis d'acquérir un buste en bronze du célèbre instituteur.--Empressement
unanime de tous les convives. --Le buste est commandé au sculpteur
Parfait Merlieux, et inauguré sur la fin du banquet de l'année
suivante.--Transports d'allégresse de tous les assistants.--Mon
allocution.--Bienfaits de la Société centrale des sourds-muets.--Projet
de cours publics et gratuits en faveur des ouvriers atteints de cette
infirmité.

Chapitre XXIX                                                        235

Toast porté en langue mimique à la gloire des sourds-muets par leur ami
Eugène Garay de Monglave.--Revue des célébrités de cette nation
exceptionnelle.--Professeurs, lauréats, jurisconsultes, prosateurs et
poëtes, bacheliers, mathématiciens, chimistes, physiciens, inventeurs,
peintres (histoire, sujets religieux, portraits, marines, pastel,
daguerréotype et lithographie), statuaires, graveurs, mécaniciens,
horlogers, imprimeurs, ouvriers en tout genre, marins et
militaires.--Trait héroïque de dévouement et de courage d'un sourd-muet
de douze ans.--Le gouvernement lui décerne une médaille.--Ses
condisciples se cotisent pour lui fournir le moyen d'assister è notre
banquet.--Mon toast à M. Bouilly, et la réponse de ce doyen de nos
auteurs dramatiques.

Chapitre XXX                                                         248

Résumé des travaux de la commission créée pour l'inauguration d'une
statue de l'abbé de l'Épée sur une des places publiques de Versailles,
sa ville natale.--Communication officieuse du maire du chef-lieu de
Seine-et-Oise.--Honorable initiative d'un citoyen, M. le docteur
Bataille.--Sa lettre à un journal du département.--Nobles
sentiments.--Modèle de la statue de notre illustre instituteur par M.
Michaut, le célèbre graveur des monnaies.--Offres
désintéressées.--Premier noyau de la commission de Versailles.

Chapitre XXXI                                                        256

Membres présents à la première réunion.--Formation du bureau
définitif.--Comment on pourra activer les souscriptions.--Voies et
moyens.--Plusieurs projets.--Divers modes de publicité.--Le maire de la
ville accepte les fonctions de membre de la commission.--La statue sera
en bronze et de taille héroïque.--Divers emplacements proposés.--Deux
seuls paraissent convenables.--Autorisation à demander au conseil
municipal.--Comité de trois membres, chargé, sous le titre de jury de
surveillance, de suivre l'exécution des travaux.--Publication de la
liste des souscripteurs tous les deux mois.

Chapitre XXXII                                                       262

Mort du président de la commission, M. le marquis de Sémonville.--M. le
baron de Fresquienne élu à sa place.--Demande d'autorisation au Ministre
de l'instruction publique pour élever la statue sur l'axe de la grille
de clôture du jardin de l'École normale.--Réponse favorable.--M. Michaut
s'engage à ce que les frais de la statue ne dépassent pas dix mille
francs, et demande à en commencer le modèle en argile plastique.--M.
l'architecte Petit invité à dresser un devis estimatif des dépenses du
piédestal et des grilles.--Autorisation du conseil municipal, émettant
toutefois le vœu qu'on choisisse un emplacement plus
convenable.--Projet d'une médaille en bronze, destinée à chaque
souscripteur.

Chapitre XXXIII                                                      270

M. Aubernon, préfet de Seine-et-Oise, avant de donner son approbation
complète au projet de monument qu'on prépare à l'abbé de l'Épée, désire
être mieux édifié sur diverses circonstances qui s'y
rattachent.--Réponses de la commission aux différentes questions qui lui
ont été soumises par M. le préfet.--Première pensée d'une entrevue de
quelques membres du conseil municipal de Versailles avec quelques
membres de la commission du monument, ayant pour but d'essayer de lever
en commun ces obstacles.--Délibération favorable du conseil municipal en
réponse aux objections soulevées par M. le préfet.--Rédaction d'un
prospectus à répandre pour activer les souscriptions.

Chapitre XXXIV                                                       276

Lettre d'envoi du prospectus.--Premières listes de
souscriptions.--Empressement des évêques et du clergé.--Offrande de 300
francs de la part du roi Louis-Philippe.--Les membres de la commission
invités à donner chacun son avis sur le modèle de la statue. --Le
statuaire Michaut promet d'en profiter.--Souscriptions des sourds-muets,
recueillies par le docteur Doumic.--Projet d'exposition du modèle de la
statue dans la cour de l'Institution des sourds-muets de Paris.--Le
préfet de Seine-et-Oise accepte les fonctions de président d'honneur de
la commission.--MM. Molé, Lepelletier-d'Aunay, Bertin de Vaux et le duc
de Luynes désignés pour en être membres d'honneur.--Le Ministre de la
guerre regrette de ne pouvoir accorder le bronze qu'on lui demande pour
la confection de la statue.

Chapitre XXXV                                                        284

Exposition du modèle de la statue dans la cour de l'Institution des
sourds-muets de Paris.--Description. Éloge.--Visite du préfet de
Seine-et-Oise, du maire de Versailles, d'un de ses adjoints, de délégués
du conseil municipal, de membres de la commission des
souscripteurs.--Mes impressions en présence de la statue.--Engagement du
fondeur.--Adoption de la statue par le conseil municipal, qui décide
qu'elle sera placée à la croix des rues Royale et d'Anjou.--M. Michaut
se soumet aux corrections indiquées. --L'architecte de la ville mis à la
disposition de l'œuvre. --Nouveaux moyens à employer pour activer les
souscriptions.

Chapitre XXXVI                                                       298

Hommage, par la commission des souscripteurs, au conseil municipal de la
statue de l'abbé de l'Épée.--Examen du bronze destiné à cette
œuvre.--Déficit de 2,700 fr. sur la somme nécessaire à l'achèvement
des travaux.--Le conseil municipal en vote 2,000.--Projet d'une plaque
commémorative.--Inscription de la face principale du monument.--Travaux
du fondeur surveillés par le statuaire.--Érection fixée au 3 septembre
1843.--Dernières dispositions. --Programme de la fête.--Décision du
conseil municipal.--Je suis invité à adresser une allocution mimique aux
sourds-muets qui assisteront à la cérémonie.

Chapitre XXXVII                                                      310

Inauguration de la statue de l'abbé de l'Épée à Versailles, sa ville
natale.--Autorités, garde nationale, les sourds-muets de Paris et
d'Orléans.--Désintéressement du chemin de fer.--Absence regrettable du
clergé.--Nombreuse affluence de spectateurs.--Discours du préfet, au nom
de la commission des souscripteurs. Réponse du maire.--Notice sur la vie
et les travaux de l'abbé de l'Épée, par M. de Sainte-James, secrétaire
de la commission du monument.--Mon allocution mimique.--Salves
d'artillerie. --Absence du vénérable Paulmier.--Discours qu'il devait
prononcer.

Chapitre XXXVIII                                                     322

Pièces de vers auxquelles donne naissance l'inauguration de la statue de
l'abbé de l'Épée, à Versailles. Improvisation poétique du sourd-muet
Pélissier, avec épigraphe du sourd-muet Lenoir.--Le conseil municipal
autorise le maire à accepter le monument, et adresse des remercîments
aux commissaires, aux souscripteurs et au statuaire.--La commission
sollicite en vain de M. le Ministre de l'intérieur, par l'intermédiaire
de M. le préfet, une dernière subvention pour solder ses
comptes.--Relevé définitif des recettes et dépenses.--Tribut de regret
de la commission à quatre de ses membres décédés.--Ses remercîments à M.
le préfet Aubernon. --Elle décerne une médaille au statuaire
Michaut.--Désir des souscripteurs sourds-muets de voir leurs noms
imprimés dans les journaux, afin de constater leur reconnaissance pour
l'abbé de l'Épée. La commission ne peut que faire lithographier des
listes générales.--Conclusion: sept vœux émis; trois encore à
exaucer, une statue dans l'Institution, berceau de l'art d'élever les
sourds-muets; deux inscriptions, l'une, sur la maison modeste où il
naquit, à Versailles, l'autre, sur la maison modeste où il commença à
enseigner, à Paris.

Notes                                                                335

       *       *       *       *       *



Notes de bas de page:

[1] _Résumé des travaux_ de l'ex-Société centrale des sourds-muets de
1838 à 1843, par MM. Lenoir et Allibert, professeurs
sourds-muets.--Rapports sur l'état des recettes et dépenses de cette
Société dans le même intervalle de temps, par MM. Dubois et Imbert, le
premier sourd seulement, le second sourd-muet.

[2] Toutefois, il y a apparence que ces infortunés étaient mieux traités
chez les Romains, pourvu toutefois qu'ils montrassent de l'aptitude à
une spécialité quelconque, puisque nous voyons Pline citer l'un d'eux,
nommé Pedius, comme s'exerçant dans les beaux-arts.

[3] Extrait de l'_Annuaire de l'Institut des sourds-muets et des
aveugles de Bruges_, 1841, par M. l'abbé Carton, directeur de cet
établissement.

[4] Voyez la note A à la fin du volume.

[5] La maison qui fut son berceau n'existe plus. Elle était située sur
le terrain actuel de l'hospice, à l'angle des rues de Bourbon et de
l'Abbé-de-l'Épée (naguère de Clagny).

[6] Voyez la note B.

[7] Voyez la note C.

[8] Voyez la note D.--Copies authentiques de six pièces émanées des
anciennes archives du diocèse de Troyes et déposées à la préfecture de
l'Aube, précédées de la réponse de M. le chanoine Coffinet, secrétaire
de cet évêché, à M. Sainte-James de Gaucourt, secrétaire de la
Commission pour l'érection de la statue de l'abbé de l'Épée à
Versailles.

[9] En 1743.

[10] _La Revue ecclésiastique_, 33e livraison, février.

[11] Voyez la note E.--Observations d'un ecclésiastique aussi tolérant
qu'éclairé, M. l'abbé Bouchot, aumônier de l'institution des
sourds-muets d'Orléans.

[12] Éloge de l'abbé de l'Épée, par Bébian, censeur des études de
l'institution des sourds-muets de Paris.

[13] Chateaubriand a dit quelque part en parlant des sauvages de
l'Amérique:

«La conversation devint bientôt générale, c'est-à-dire par quelques mots
entrecoupés de ma part et par beaucoup de gestes, langage expressif que
ces nations entendent à merveille et que j'avais appris parmi elles.»

[14] Lettre seconde de l'instituteur des sourds-muets à M. l'abbé *** en
1772 (_Institution des sourds-muets par la voie des signes
méthodiques_).

[15] _Institution des Sourds-Muets, par la voie des signes méthodiques_.
1re partie. Page 89.

[16] La _Polygraphie_ ou _écriture universelle, cabalistique_, de
Trithème.--L'ouvrage de Comenius intitulé: _Janua linguarum reserta_
(1601).--Bécher de Spire (1661). _Character pro notitiâ linguarum
universale_.--John Wilkins, _an essay towards a real character and
philosophical_.--La _Pasigraphie_, ou écriture universelle, du chevalier
de Maimieux.--_L'anti-pasigraphie_ de Vater.--_Manuel polyglote_ de
Cambry, d'après le plan de Bécher.--_Essai pasigraphique_ de Zacharie
Nather.--_Cours de Pasigraphie_ de Schmid, ouvert en 1807 au lycée de
Dilengen.

Ces citations sont extraites de l'_Investigateur_, journal de l'institut
historique. Tome IX, 172e livraison.--Mars 1849.

[17] Une liste de leurs ouvrages serait ici bien longue. Contentons-nous
donc de citer quelques-uns, de ceux qui ont été publiés en français:

_Essai sur l'articulation de la voix,_ par Laurent de Blois, 1831.

--_La parole rendue aux sourds-muets,_ par le même.--_Tableau des
éléments de la parole artificielle et de la lecture sur les lèvres à
l'usage des sourds et demi-sourds de naissance et par accident,_ par M.
Piroux, directeur de l'institution des sourds-muets de Nancy,
1838.--_Méthode de phonologie et de labéologie,_ par le même,
idem.--_Mécanisme de la parole mis à la portée des sourds de naissance,_
par M. Vaïsse, professeur de la classe de perfectionnement de
l'institution nationale des sourds-muets de Paris.--Brochure de M.
Valade-Gabel, ancien directeur de l'institution, nationale des
sourds-muets de Bordeaux, 1839, intitulée: _Quel rôle l'articulation et
la lecture sur les lèvres doivent-elles jouer dans l'enseignement des
sourds-muets?--La parole enseignée aux sourds-muets, sans le secours de
l'oreille,_ par J. B. Puybonnieux, professeur et
archiviste-bibliothécaire à l'institution nationale des sourds-muets de
Paris, 1843.--_Mutisme et surdité ou influence de la surdité native sur
les facultés physiques, intellectuelles et morales,_ par le même, 1846.

[18] Voyez à la note F. un _certificat délivré par l'abbé de l'Épée à
Mademoiselle Blouïn,_ certificat publié par M. Piroux, directeur de
l'institution des sourds-muets de Nancy dans son intéressant journal
mensuel: _l'Ami des Sourds-Muets._ (2e année, 1839-1840.)

[19] Né le 11 avril 1715 à Péniche, ville de l'Estramadure portugaise, à
36 kilomètres de Lisbonne. D'autres placent son berceau à Berlango, dans
l'Estramadure espagnole. On appelait alors indifféremment, a-t-on
remarqué à cet égard, _juifs portugais_ ou _nouveaux chrétiens_ les
premiers Israélites venus de la péninsule hispanique et admis légalement
en France par les ordonnances de Henri II.

[20] Jacob Rodrigues Pereire, déjà cité.

[21] M. Bébian remarquait en 1827, dans son excellent _Manuel
d'enseignement pratique des sourds-muets_, que plusieurs institutions
d'Allemagne ne faisaient usage d'aucun alphabet manuel, mais qu'on y
traçait en l'air la forme des lettres comme si on les écrivait. Selon
cet instituteur éminent, les lettres ainsi tracées sont beaucoup trop
fugitives; elles supposent d'ailleurs une grande habitude d'écrire sur
le papier et ne peuvent être par conséquent d'aucune utilité pour les
premières leçons.

[22] Voyez à la note G:--1º ma lettre au directeur de l'institution
nationale des sourds-muets de Paris sur la _dactylologie _ de M.
Leménager; 2º celle que j'ai adressée à la Commission consultative de
cet établissement sur la _dactylographie_ de M. Ch. Wilhorgne.

[23] _Institution des Sourds-Muets_, chap. 1, pag. 9-10.

[24] C'est par ce moyen que le père Vanin avait commencé l'éducation des
deux sœurs sourdes-muettes.

[25] Il a fait paraître un grand nombre de traductions d'ouvrages
anglais qui lui étaient commandés par des éditeurs, des lettres sur la
dactylologie et un mémoire publié par le _Journal de Physique_, en
1770.--Il avait, en outre, formé lui-même quelques élèves, parmi
lesquels se distinguait une demoiselle de Rennes, dont Le Bouvier
Desmortiers cite quelques écrits.--La _dactylologie_ était l'instrument
favori de ce sourd-muet très-remarquable, auquel nous sommes redevables,
dit-on, de l'adoption de ce mot grec.

[26] Ce moine anglo-saxon passe pour avoir composé le premier un travail
méthodique ayant trait au langage doigté.--Il a pour titre _Loquela
digitorum_, art d'exprimer les nombres par la position des doigts sur
les mains ou des mains sur le corps. Il se compose d'un texte très-court
et n'ayant guère que l'étendue d'une des pages du _Magasin pittoresque_
(16e année), et de 55 figures. Les 36 premières expriment les nombres
avec les doigts seulement et constituent ainsi ce que l'on est convenu
d'appeler la _dactylonomie_; les 19 autres, relatives à la _Chiromamie_,
empruntent leur signification aux diverses positions des mains.

Des savants font remonter de pareils systèmes à une haute antiquité. Ils
en citent pour preuves un assez grand nombre de passages des auteurs
anciens, sacrés et profanes.

[27] _Paralipomenn_, lib. III, cap 3, tome XVI de la collection de ses
œuvres, page 462.--_De utilitate ex advertis capiendâ_, lib. II, cap.
7, tome II de ses œuvres, pag. 73.

_De subtilitate_, lib XIV, pag. 425 (édition de Bâle, 1622).

[28] _Extrait de la vie de saint François de Sales_, par Marsollier.
Paris, Dufour, 1826. Tome 1er, livre 5e, page 394.

[29] J'ai été induit en erreur, comme beaucoup d'autres, quand j'ai
écrit autre part qu'il était muet de naissance.

[30] C'est ce que m'a assuré, du moins, M. Coquebert de Montbret, homme
fort instruit, membre sourd-muet de la Société Asiatique, qui, en 1847,
a, par son testament, légué non seulement sa fortune, mais sa riche
bibliothèque à la ville de Rouen. Voyez la note H où il est parlé de ce
legs d'après les _Annales de l'éducation des Sourds-Muets et des
Aveugles_, publiées par M. Edouard Morel, 4e année, 4e volume,
1847.

[31] J'ai lu dans l'_Illustration_, 3 novembre 1849, nº 349, vol. XIV,
que M. de Carignan, frère aîné du Comte de Soissons, qui était bègue,
eut pour percepteur M. de Vaugelas. La grande occupation de ce dernier
pendant quatre ans fut de lui enseigner les plus ingénieuses
décompositions des mots pour lui en faciliter la prononciation. Le
maître étant mort de chagrin de voir ses efforts échouer devant les
organes rebelles de l'élève, un Italien nommé Vicenzio Barini prit sa
place. Le nouvel instituteur imagina un moyen de lui faire prononcer et
assembler quelques lettres on ne sait comment. D'après Armand de
Barenta, à qui j'emprunte cette note, il ne paraît pas que M. de
Carignan en ait mieux profité.

[32] Ce traité, dont Locke, Leibnitz, Fontenelle, dans son éloge de
Leibnitz, et le célèbre philosophe écossais Dugald Stewart, faisaient un
grand cas, était devenu si rare, en 1834, qu'une société de bibliophiles
de Glascow, connue sous le nom de _club Maitland_, résolut d'en faire, à
Edimbourg, tirer, au nombre de cent exemplaires seulement, une nouvelle
édition réservée à ses membres. L'Institution nationale des Sourds-Muets
de Paris, grâce aux soins éclairés de M. Edouard Morel, alors son
secrétaire-bibliothécaire, est parvenu à s'en procurer un, malgré
l'énormité du prix, 120 francs.

[33] Il comptait déjà treize ans, et avait reçu un commencement
d'instruction de M. Lucas aîné, entrepreneur des bâtiments du Roi pour
les ouvrages de plomberie, quand il fut mis en pension, le 26 octobre
1750, chez Pereire, quai des Augustins, par le duc de Chaulnes, son
parrain.--Selon M. Coquebert de Montbret, ce sourd-muet, fils d'un
maréchal des logis des chevau-légers de la garde, aurait été l'oncle de
notre grand orateur Berryer.

[34] Voir son _Dictionnaire de Musique_, art. _Chant_.

[35] Voici le commencement de quelques vers de La Condamine, qu'une
considération inconnue ne permit pas, dit-on, d'inscrire sur le tombeau
de Pereire:

    Pereire! ton génie et tes puissants secours
    Ont rendu la parole à des muets nés sourds!
    Des muets ont parlé!.......

Saboureux de Fontenay avait répondu par une dissertation remarquable aux
questions de ce savant. Peu importe, d'ailleurs, l'époque précise! A
quoi notre frère d'infortune devait-il d'être arrivé à cette supériorité
de connaissances qui excitait l'admiration générale? L'abbé de l'Épée
pense que c'était bien plus à la lecture qu'à l'habileté de son maître
Pereire.

[36] Voir l'_Encyclopédie_ et ses _Lettres sur les Sourds-Muets_.

[37] Voir son _Traité des Sensations_.

[38] Voir sa _Dissertation sur la manière d'apprendre à parler aux
muets_.

[39] C'est seulement comme instituteur et non pas comme savant que je
considère ici Pereire.--Il mourut à Paris, en 1780, revêtu du titre de
membre de la Société Royale de Londres, et fut enterré dans le cimetière
des juifs portugais, à La Villette.

[40] L'abbé de l'Épée a supprimé, par modestie sans doute, quelques
expressions de cette lettre qui s'adressaient à lui.

[41] Toutes les pièces furent fournies en latin de part et d'autre.

[42] Léopold Loustau a exposé au salon de 1839 un grand tableau qui
représente saint Pierre guérissant un boiteux;--en 1840, le _Sermon de
Jésus-Christ sur la Montagne_, dont le ministre de l'intérieur a fait
l'acquisition;--en 1844, _Jésus enfant parmi les docteurs de la loi_,
tableau donné par le ministre à la chapelle du lycée de Strasbourg et
pour lequel le jeune artiste a obtenu une médaille d'or;--en 1842,
_Jésus-Christ bénissant les petits enfants_, tableau commandé par le
ministre pour servir de pendant à ce dernier;--en 1845, l'_Apparition de
Saint-Nicolas devant Constantin le Grand_, tableau placé par ordre du
ministre dans la cathédrale de Haguenau (département du Bas-Rhin), dont
le saint est le patron;--en 1846, _Bonaparte quittant l'Égypte pour
venir sauver la France_. Il est accompagné des généraux Murat, Lannes,
Marmont, Berthier, Andréossy et de deux savants, Monge et Berthollet.
Loustau excelle également dans les portraits, dont il reçoit chaque jour
de nouvelles commandes.

[43] La comtesse de Courcel, sa nièce, ne l'évalue qu'à 7 ou 8,000 fr.

[44] _Revue ecclésiastique_, 33e livraison, février.

[45] Voyez la note 1.(44)

[46] Mlles Cornu, Trumeau, Vissera, Duhamel et Lefebure.

[47] Il était alors âgé de soixante-quatre ans.

[48] La date du 1er août n'a été connue de l'auteur de la note que
depuis les informations faites par ordre du ministère.

[49] Voyez à la note J la différence entre les mots _sourd-et-muet_ et
_sourd-muet_.

[50] Cette pièce a été donnée à M. Théodore Tarbé, par Mesd. Moreau de
Vormes, ses parentes, petites-filles de M. Moreau de Vormes, avocat au
Conseil, à qui elle était adressée.

Elle se trouve maintenant entre les mains de M. Amant, artiste aimé du
public, du théâtre Montansier, qui possède une magnifique collection
d'autographes des souverains qui ont régné sur différentes nations, des
savants les plus illustres, des plus profonds génies, des hommes les
plus vénérables, les plus remarquables, des célébrités féminines enfin
qui ont brillé sur la scène du monde.

[51] Des témoins prétendaient avoir vu la lentille; c'étaient la
nourrice de Joseph de Solar, la maîtresse de pension de l'île
Saint-Louis et un maître d'école de Toulouse.

[52] Plus tard M. Tronçon-Ducoudray avoua à M. Bouilly, auteur du drame
de _l'Abbé de l'Épée_, que l'instruction du procès, modifiant son
opinion, avait achevé de le convaincre que l'élève du célèbre
instituteur était bien véritablement l'unique rejeton mâle de la noble
famille qui le reniait. Il l'entretenait même si souvent de cette cause,
dans laquelle il n'avait pu qu'admirer l'ascendant irrésistible des plus
douces vertus unies à la philanthropie la plus chrétienne, qu'il n'avait
pas peu contribué à échauffer l'imagination si vive et l'âme si sensible
de son interlocuteur dont il soutenait et affermissait les pas après
l'avoir présenté lui-même, en 1787, au barreau français. On n'ignore pas
que Tronçon-Ducoudray, déporté à la Guyane, paya, dans la suite, de sa
liberté et de sa vie, la gloire d'avoir défendu la reine
Marie-Antoinette au tribunal révolutionnaire.

[53] Ce maître d'école de Toulouse a été accusé d'avoir suborné ses
écoliers pour les engager à ne pas reconnaître le sourd-muet en
question.

Le 2 décembre 1772, il reçut Guillaume-Jean Joseph, sourd-muet, né à
Clermont le 1er novembre 1762, et il marqua sur son registre la
sortie de cet enfant au 2 septembre de l'année suivante.

[54] Extrait du rapport du procès Solar, fait le 5 juin 1792 et jours
suivants à l'audience publique du second tribunal criminel, établi par
la loi du 14 mars 1791, et séant à Paris, au Palais de Justice, par
Jean-François Eude, juge à ce tribunal, sur l'appel de la sentence
définitive rendue au Châtelet de Paris le 8 juin 1781.

C'est par le plus grand des hasards que cette pièce est tombée tout
récemment entre mes mains. Sur ma demande, des recherches, relatives à
ladite annulation, avaient été faites jusque-là, mais infructueusement,
dans les minutes du greffe de la cour d'appel, au greffe du tribunal de
première instance et aux archives nationales.

[55] Il n'est, selon le rapporteur, autre que Pierre-Hyacinthe-Joseph,
fils de Matthias Pinchon de la Motte, employé dans les Pays-Bas aux
travaux des mines.

[56] On a remarqué qu'elle a varié dans ses déclarations sur Joseph.
Pour se justifier, elle disait que c'était sur la foi d'autrui qu'elle
croyait qu'il était son frère, mais que, devant la justice, elle devait
à la vérité de déclarer qu'elle ne le reconnaissait pas. C'est pour
cette raison que, par l'organe de son tuteur, celui-ci a formé contre
elle une demande en communication de l'inventaire fait après le décès de
la comtesse de Solar. C'était, selon lui, un moyen d'arriver ainsi à
faire reconnaître judiciairement l'état de Joseph et son identité avec
le comte de Solar.

[57] Depuis lors, nous apprend le rapporteur par _post-scriptum_, Me
Avril, défenseur de Cazeaux, lui fit donation, à sa mort, de tous ses
biens, pour le dédommager du tort involontaire que sa compagnie lui
avait fait éprouver. Cette donation, évaluée à 200,000 fr., et qui
consistait principalement en une jolie maison, sise aux environs de
Brunoy, donna lieu au mariage de Cazeaux avec Caroline de Solar.

[58] Voici la distribution des rôles:

    L'ABBÉ DE L'ÉPÉE             Monvel.
    JULES                        Mad. Vanhove-Talma.
    DARLEMONT                    Grandménil.
    SAINT-ALME                   Damas.
    FRANVAL                      Baptiste aîné.
    DOMINIQUE                    Dazincourt.
    MAD. FRANVAL                 Mad. Suin.
    CLÉMENCE, SŒUR DE FRANVAL    Mlle Mézerai.
    MARIANNE                     Mad. Lachassaigne.



[59] L'abbé Sicard fut réintégré dans ses fonctions le 22 nivôse an
VIII.

[60] Voyez à la note K un extrait de mon allocution au banquet
anniversaire de la naissance de l'abbé de l'Épée, le 11 décembre 1842.

[61] Voyez à la note L la lettre de ce professeur, en date du 14 mai
1845.

[62] Une autre nièce de ce bienfaiteur de l'humanité est morte le 24
décembre 1844, à l'hôpital Necker, salle Sainte-Adélaïde, où elle
occupait le lit nº 29. Elle était dans le plus complet dénûment.

[63] Roger Ducos, député des Landes, nous apprend dans son rapport et
son projet de décret sur l'organisation de six établissements pour tous
les sourds-muets de la république, à Paris, à Bordeaux, à Rennes, à
Clermont, à Grenoble et à Nancy, d'après les décrets des 28 juin 1793
(vieux style) et 9 pluviôse, que le 23 pluviôse le statuaire de Seine,
sourd-muet, avait offert à la Convention nationale, par l'organe d'une
citoyenne, le buste de Mutius Scevola, par lui sculpté, et qu'il avait,
en outre, fait don à la même assemblée de ceux de Lepelletier et de
Marat.

[64] Il venait d'être proclamé successeur de l'abbé de l'Épée par
l'unanimité des suffrages à l'issue d'un concours public ouvert à
l'effet de recueillir cet héritage de gloire et de bienfaisance. Afin
d'apprendre sous cet illustre maître à régénérer moralement ces
malheureux, il avait été envoyé de Bordeaux, où il dirigeait une école
de sourds-muets, fondée en 1786, à l'instar de celle de Paris, par M.
Champion de Cicé, archevêque de cette ville.

[65] Le décret de l'Assemblée nationale fut converti en loi par la
sanction royale le 29 du même mois.

[66] L'article Ier du décret des 10-14 septembre 1791 était ainsi
conçu:

«Le nom de l'abbé de l'Épée, fondateur de cet établissement, sera placé
au rang de ceux des citoyens qui ont le mieux mérité de l'humanité et de
la patrie.»

L'art. 2 lui assigna la totalité du local et des bâtiments des
Célestins.

Il devait l'occuper concurremment avec les jeunes aveugles sur lesquels
les travaux de Haüy commençaient, dès cette époque, à attirer
l'attention publique.

[67] Alphonse Esquiros.--Revue de Paris.--_Les sourds-muets de Paris_.
Novembre 1844.

[68] D'autres arrêtés ministériels ont plus tard élevé d'abord de 60 à
80, puis de 80 à 100, le nombre des places gratuites réservées aux
sourds-muets indigents dans l'Institution de Paris.

[69] Voyez à la note M quelques détails sur l'origine du bâtiment
concédé aux jeunes sourds-muets et sur sa situation actuelle.

[70] Rennes.--Clermont.--Grenoble.--Nancy.

[71] Le rédacteur était M. Valade-Gabel, à qui furent adjoints MM. E.
Durieu, ancien directeur général de l'administration des cultes, et Hyde
de Neuville, ancien ministre de Chartes X, qui avait émis, le premier,
un semblable vœu, lequel ne doit point surprendre quiconque a été à
même d'apprécier, de près ou de loin, ses nobles qualités.

[72] Le nouveau rédacteur est M. Puybonnieux, professeur et
bibliothécaire-archiviste de l'Institution nationale des sourds-muets de
Paris.

[73] Entre autres, Mlle Courtois; l'abbé Salvan, élève et ami de
l'abbé de l'Épée, ancien instituteur en second à l'Institution des
sourds-muets de Paris; l'abbé Dujardin, curé de Bry-sur-Marne, près de
Nogent-sur Seine, que le comte de Romanet, sourd-muet, m'avait désigné
comme un des amis les plus dévoués de l'admirable rédempteur de mes
frères d'infortune.

[74] Ils sont de M. Audet de la Mésenquère, maître-ès-arts et de pension
à Picpus, ancien professeur de belles-lettres et membre de l'Académie de
Châlons-sur-Marne.

[75] Voyez à la note N les vers composés à cette occasion sous ce titre:
_le Sourd-Muet_, par un de nos frères les plus distingués, Pélissier,
aujourd'hui professeur à l'Institution nationale de Paris.

[76] Molière.

[77] Voyez à la note O la demande textuelle des mandataires
sourds-muets, adressée à M. Dupin aîné.

[78] Voyez la note P.

[79] Écrite en allemand.

[80] M. le comte de Montalivet.

[81] Voyez à la note Q les pièces fournies à l'appui de la proposition
de MM. Lassus, architecte, et Auguste Préault, statuaire.

[82] M. l'abbé Olivier, curé de Saint Roch, venait d'être promu à cette
dignité.

[83] Viro--admodum mirabili--sacerdoti de l'Épée--qui fecit exemplo
Salvatoris--mutos loqui--cives Galliæ--hoc--monumentum dedicarunt--Natus
1712--Mortuus 1789.--Préault, 1840.

[84] MM. le baron de Gérando, le duc de Doudeauville, Gueneau de Mussy,
Camille Périer, le duc de Praslin, administrateurs.--MM. Feuillet, Droz,
Michelot, de Cardaillac, Raynouard, Abel Remusat, Burnouf, Sylvestre de
Sacy, Frédéric Cuvier, membres du conseil de perfectionnement.

[85] Un comité, chargé du soin de remplir les intentions des
sourds-muets de toutes les écoles, de tous les pays et de toutes les
professions, et composé de M. Ferd. Berthier et de dix membres, MM. A.
Lenoir, Forestier, Boclet, Peyson, Mosca, Gouttebarge, Gire, Deruez,
Gouin et Doumic, avait arrêté, dans sa séance du 15 novembre 1834, que
cet anniversaire serait célébré, chaque année, par un banquet, auquel
les amis des sourds-muets seraient admis.

Cette fête annuelle est devenue le germe de leur Société centrale, dont
il est fait mention dans les prolégomènes de ce livre.

[86] Les comptes-rendus des banquets des sourds-muets, réunis pour fêter
les anniversaires de la naissance de l'abbé de l'Épée, se trouvent chez
le libraire Hachette.

[87] La position de l'auteur de ce livre ne lui permet pas de combler
ces deux lacunes.

[88] Les poésies de Pélissier ont paru depuis et ont obtenu un succès
complet.

[89] Gouin a obtenu, depuis, une mention honorable à l'Exposition
universelle de Londres.

[90] Maloisel, chef de l'atelier des tourneurs à l'Institution nationale
des Sourds-Muets de Paris, est inventeur d'une machine qui, se
substituant à la main du sculpteur, produit, comme par enchantement, des
bustes, des statuettes, en quelque matière que ce soit, en marbre, par
exemple, en ivoire, en fer, d'après un modèle qu'on a sous les yeux,
sans qu'il soit besoin de recourir à aucun des instruments usités,
jusqu'à ce jour, pour les travaux de cette nature.

[91] Leclerc a réussi, après des essais réitérés, à imprimer un
mouvement presque sans fin à une machine quelconque, de quelque force
qu'elle soit, sans recourir à la vapeur. Il n'attend plus que l'examen
d'un jury spécial pour enrichir l'humanité de sa précieuse découverte.

[92] La médaille porte cette inscription:

                       MINISTÈRE DE LA MARINE.

    _A Hurtrelle (Léopold-Hippolyte), âgé de_ 12 _ans, sourd-muet.
            Courage et dévouement pour sauver des enfants
                   en danger de se noyer._

Elle est accompagnée du certificat suivant, délivré à l'enfant
sourd-muet:

«Le commissaire général, chef du service de la marine, commandeur de la
Légion-d'Honneur, certifie que le ministre de la marine et des colonies
a décerné une médaille d'honneur en argent au nommé Hurtrelle
(Léopold-Hippolyte), enfant de douze ans, sourd-muet, pour le courage et
le dévouement dont il a fait preuve, en sauvant des personnes en danger
de périr dans les flots.

«Enregistré au secrétariat, au Havre.»

[93] M. Ferdinand Berthier, sourd-muet, professeur à l'Institut royal
des sourds-muets de Paris.

[94] Voyez à la note R l'_extrait du registre des délibérations du
conseil municipal de Versailles.--Séance du_ 14 _novembre_ 1839.

[95] Voyez le _prospectus_ à la note S.

[96] Selon toutes les probabilités, ce nombre ne peut être évalué
au-dessus de 24,000.

[97] M. Ad. de Lanneau, ancien maire du XIIe arrondissement de Paris.

[98] Il m'avait été demandé par un membre de la commission chargée de
l'érection du monument.

[99] Dame professeur a l'Institution nationale des sourds-muets de
Paris.

[100] On avait pensé que c'était un heureux prétexte pour faire évacuer
les maisons de tolérance et pour déporter leur immonde population dans
des lieux plus écartés; que c'était encore, pour les riverains, une
occasion favorable d'exhausser leurs maisons et de leur donner ainsi un
aspect plus régulier. On avait observé, quant à l'emplacement sur la
place de la Cathédrale, que le monument, qui a, en tout, 4 m 80 de
hauteur, serait comme écrasé par le portail, et que, pour qu'ils fussent
en rapport, la statue et le piédestal réunis devraient avoir 7 m de
hauteur; par conséquent, occuper une superficie de 17,30, au lieu de
celle de 10,50 qu'ils comprennent, avec l'entourage obligé.

L'emplacement de l'École normale primaire n'était pas davantage à l'abri
de la critique: Il eût donné lieu, observait-on, à se demander en
passant si les élèves de cette École étaient subitement devenus
sourds-muets, ou, en regardant le tribunal situé en lace, si l'abbé de
l'Épée avait été, durant sa vie, magistrat. (_Note de la commission de
Versailles._)

J'ai fait remarquer ailleurs que cette dernière hypothèse provenait
d'une erreur historique. (_Note de l'Auteur._)

[101] Cette abstention aurait-elle été motivée, comme on l'a prétendu,
par les opinions jansénistes de notre célèbre instituteur? Nous ne
pouvons le croire. Plus de cinquante ans se sont écoulés depuis sa mort;
et une tombe, des bienfaits inouïs et des honneurs mérités nous séparent
de cette époque.

[102] Voltaire.

[103] J.-J. Rousseau.

[104] Montesquieu.

[105] POÉSIES D'UN SOURD-MUET, avec une introduction par M. Laurent de
Jussieu, à la librairie de Charles Gosselin, rue Jacob, 30.

[106] Voyez la note T.

[107] _Traité de feu le docteur Itard sur les maladies de l'oreille et
de l'audition_.

[108] On peut consulter avec fruit le travail de M. J.-B. Puybonnieux,
cité plus haut.

[109] Allusion à une solennité de l'Académie des Jeux Floraux de
Toulouse.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Abbé de l'Épée - sa vie, son apostolat, ses travaux, sa lutte et ses succès;" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home