Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Insurrections et guerre des barricades dans les grandes villes - par le général de brigade Roguet
Author: Roguet, Christophe-Michel
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Insurrections et guerre des barricades dans les grandes villes - par le général de brigade Roguet" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica).



INSURRECTIONS ET GUERRE DES BARRICADES DANS LES GRANDES VILLES

PAR

LE GÉNÉRAL DE BRIGADE ROGUET.


     Quand un prince d'une ville est chassé de sa ville, le procès est
     fini; s'il a plusieurs villes, le procès n'est que commencé.

     (_Esprit des lois_, liv. VIII, chap. 16.)


     À la guerre, les circonstances morales exercent la plus grande
     influence sur les événements: elles sont tout dans une guerre
     civile.


PARIS,

LIBRAIRIE MILITAIRE DE J. DUMAINE.

1850



TABLE DES MATIÈRES.


CHAPITRE Ier.--HISTORIQUE.

§ 1er.--_Temps anciens et moyen-âge._

Temps anciens et derniers Carlovingiens.

Républiques italiennes du moyen-âge.

Guerre civile de 33 ans dans Florence, 1215.

Émeute de Venise, 1310.

Bourgeoisie des communes.

Révolte de Bruges, 1302.

Émeute de Paris, 1306.

Révolte des Pastoureaux, 1320.

§ 2.--_Valois._

Révolte du prévôt des marchands Marcel, 1358.

Émeute de Londres, 1381.

_Id._ de Paris, 1382.

Les rois de Paris et de Bourges, 1420.

Révolte de Gênes, 1461.

_Id._ de Bruges, 1488.

_Id._ de Naples, 1547.

_Id._ de Bordeaux, 1548.

Émeute de Toulouse, 1562.

Journée des barricades à Paris, 1588.

§ 3.--_Bourbons._

Guerre de la ligue, 1589.

Fronde, 13 septembre 1647 et 5 janvier 1648.

Fronde, 1649.

Dispositions de sûreté contre la population d'Utreck, 1672.

Lutte dans Crémone, 1702.

§ 4.--_Révolution, Empire, Restauration_.

Émeute de Varsovie, 1794.

Journée de vendémiaire, 1795.

Émeute de Madrid du 2 mai, 1808.

Journée de juillet, 1830.

§ 5.--_Depuis 1830._

Révolution de Bruxelles, 1830.

Émeute de Lyon, 1831.

Émeutes des 5 et 6 juin 1832 et suivante, jusqu'à 1839.

Émeute de Clermont-Ferrand, 1841.

Révolution de février, 1848.

Émeute du 23 juin, 1848.

Émeute du 13 juin, 1849.

Problème désormais important, non pour la France, mais pour l'Europe.


CHAPITRE II.--DIFFÉRENTS PARTIS À PRENDRE.

§ Ier.--_Réprimer la révolte dans toute la ville._

§ 2.--_Occuper un grand quartier militaire._

Avantages de ce parti.

Choix du quartier militaire et des positions extérieures.

§ 3.--_Occuper une position contiguë._

Cas où il faut prendre ce parti.

Opinion de quelques hommes d'état.

Opinion de quelques militaires.

Opinion probable de Napoléon.

§ 4.--_Position extérieure de ralliement._

Cas où il faut la prendre.

Dispositions permanentes nécessaires pour ce cas.

Campagnes de Henri IV contre la ligue, de 1590 à 1596.

Campagne de Turenne, en 1652.

Ce qu'on aurait peut-être pu faire, le 24 février 1848.

§ 5.--_Éloignement de la capitale._

Il y a deux partis également dangereux.

Projet de retraite formé par la Cour, le 5 juillet 1652, à Saint Denis.

Projet de défense de Louis XVIII, dans le département du Nord, en 1815.


CHAPITRE III.--PRINCIPES FONDAMENTAUX.

§ 1er.--_Principes généraux._

Emploi de la force année dans les troubles civils.

Conservation de l'élément du combat.

Commandement en chef.

Légions de gardes nationales, mairies, commandements militaires et
casernements ont les mêmes circonscriptions.

Pronostics et commencements de l'émeute.

§ 2.--_Principes particuliers._

Conséquence de l'élévation des barricades relativement à la répression.

Ce qu'il faut de force dans chaque circonstance.

Force et composition des colonnes actives.

Comment la troupe doit être employée.

Principes généraux sur les détachements, établissement sur les positions
de combat.

Données diverses.

§ 3.--_Moyens matériels nécessaires._

Opinion du chevalier de Ville.

Émeute de Toulouse, du 11 au 17 mai 1562.

Journée du faubourg Saint-Antoine, le 2 juillet 1652.--Opinion de
Turenne.

Services administratifs, approvisionnements de vivres et de combat.

Matériel nécessaire.

Sage maxime du chancelier de l'Hôpital.


CHAPITRE IV.--MESURES GÉNÉRALES DE DÉFENSE.

§ 1er.--_Dispositions permanentes._

Garde nationale.

Troupe de ligne, ses positions de casernement et de combat.

Militaires sans troupe ou de passage.

Système de mairies et casernes-magasins juxta-posées.

§ 2.--_Divisions et subdivisions militaires._

Quartier général central.

Quartiers généraux divisionnaires et quartier militaire.

Subdivisions _intrà muros_ et positions accessoires.

Subdivisions _extrà muros_.

Il faut également centraliser la direction générale et multiplier
l'action.

Répartition générale des forces.

Donnée diverses.

§ 3.--_Observations._

Ce que doit être la direction générale.

Entraves habituelles de la direction militaire.

Se mettre en rapport avec tous.

Il faut pouvoir toujours modifier le plan adopté.

Epreuve pour les pouvoirs.

§ 4.--_Applications._

1° Ville de 10,000 âmes.

2° de 50,000 âmes.

3° de 80,000 âmes.

4° d'un million d'âmes.


CHAPITRE V.--DISPOSITIONS DE DÉTAIL.

§ 1er.--_Etablissement sur les positions de combat._

Marche et établissement de la troupe, ralliement de la garde nationale.

Etablissement de chaque bataillon.

Réseaux de bataillons.

Positions avancées ou extérieures.

Approvisionnements de chaque détachement.

§ 2.--_Opérations ultérieures._

Marcher de 2 à 3 centres d'action au foyer de l'insurrection.

Émeute dans une grande rue, dans un quartier rétréci, au delà de
défilés.

Avancer dans une rue occupée.

Positions successives à prendre.

§ 3.--_Marche plus régulière._

Forcer une enceinte de positions et s'établir au delà.

Déboucher sur une place.

Attaque des barricades.

Cheminer, dans les longues rues, de maisons en maisons.

Réduit de l'insurrection.


CHAPITRE VI.--CAS PARTICULIERS.

§ 1er.--_Divers cas d'émeute._

Suivant l'état moral et politique.

-- l'esprit des populations au dedans et au dehors.

--la force publique.

--la nature de la ville.

--la résidence du chef de l'État au moment de l'émeute.

§ 2.--_Émeute à l'occasion des grains ou des impôts._

Etablissement de la troupe dans les cantonnements.

Service de la troupe pour la police des marchés.

Règles de conduite légale.

Principes militaires.

Recouvrement des impôts.

§ 3.--_Révoltes des populations ennemies contre leurs garnisons._

La bonne politique et la vigilance administrative préviennent souvent
les révoltes.

Maréchal Suchet en Aragon.

Napoléon en Italie.

Autres menées de l'anarchie.

Etablissement judicieux des troupes.

Direction générale des attaques en cas de révolte.

Importance de l'artillerie.

Parallèles successives.

Détail des cheminements.

Attaque des maisons.

Supériorité incontestable des armées.


CHAPITRE VII.--RÉCAPITULATION.

§ 1er.--_Dispositions permanentes._

Concentration des principaux moyens d'action dans un quartier militaire.

Plan de défense.

Armées européennes.

Communications, obstacles.

Pénalité spéciale.

Police spéciale.

Limites imposées aux industries de même nature, dans chaque localité.

Agents de sûreté.

§ 2.--_Dispositions pendant l'émeute._

Signe d'ordre, arrestations.

Surveillance pour la circulation, les cabarets, armuriers, pharmaciens
et maisons.

Devoirs et responsabilité des chefs d'établissements industriels.

Rapports fréquents avec les populations.

Commissaires généraux éventuels; état de siége.

§ 3.--_Causes générales d'anarchie._

Grands talents déréglés.

Excès de la centralisation.

Il vaut mieux la guerre entre nations qu'entre classes.

Une nation anarchique est le jouet de ses rivales.

La concorde et le respect du pouvoir peuvent seuls sauver.

Conclusion.



AVANT-PROPOS.


Le sujet de ce livre est la répression des émeutes dans les grandes
capitales de l'Europe.

Une table analytique fait connaître la nature, l'ordre et la division
des matières traitées.

Il n'y a point d'officier, en Europe, qui n'ait eu l'occasion d'étudier
et même de pratiquer plusieurs fois, sur une échelle plus ou moins
restreinte, ce triste genre de guerre: ce que tous ont fait ou vu,
chacun a pu le méditer et en composer une théorie.

On ne dira, dans ce livre, rien de particulier à la France, quant aux
mesures à prendre; non que cela eût offert quelqu'inconvénient: mais
c'eût été inutile et en dehors du sujet exclusivement européen que nous
nous proposions de traiter: tout projet, à l'égard de Paris, serait
au-dessous des mesures actuellement prises dans cette capitale; toute
préoccupation paraîtrait plus qu'exagérée, vu la surabondance et la
solidité des moyens de répression; d'ailleurs, nous trouvons, à l'abri
d'un pouvoir sage, la solution des difficultés actuelles: et la France,
désormais fatiguée de révolutions, n'aspire qu'au repos.

La question se présente bien autrement générale et importante: une de
ces périodes de bonheur, rarement accordées à l'humanité, va peut-être
finir; et le monde paraît vouloir rentrer dans cet état normal d'excès
qui assombrit l'histoire de siècles entiers.

Sur quelques points, il se livre une lutte désespérée à l'anarchie.

Des nationalités et des gouvernements européens sont plus ou moins en
péril: peu de pays pourront rester tranquilles, tant qu'on n'y aura pas
vu les drames les plus sanglants: trop de ruines ou d'anxiétés
n'éclaireront peut-être pas: c'est exclusivement, en vue de ces
déplorables parodies, que le lugubre problème de ce livre doit offrir
quelque intérêt.

Si, par exception, on parlera quelquefois de la France, ce sera pour
citer son passé, pour rappeler les redoutables écueils qu'elle a plus ou
moins heureusement évités; ou pour mieux constater, à l'aide d'un pays
plus connu de nous, mais désormais moins intéressé dans la question, la
facile application des mesures proposées.

Aucun des principes de ce livre n'est absolu ou indispensable, aucun ne
peut convenir à tous les cas et dans sa généralité: mais il pourra être
avantageux de les appliquer le mieux possible, dans un grand nombre de
circonstances, avec les modifications que celles-ci rendent toujours
nécessaires; modifications qu'il serait également difficile de prévoir
et d'énumérer.

Il est peu de préceptes théoriques qui, dans un cas donné, ne deviennent
plus ou moins utiles; qu'on ne s'étonne pas de leur nombre, de leur
généralité absolue, de la puissance des moyens représentés: il fallait
tenir compte de la diversité infinie des situations possibles; il
fallait surtout avoir constamment en vue l'émeute la plus sérieuse,
l'attaque la plus formidable contre la société, celle qui aurait
d'autres chances de succès qu'une surprise ou un malentendu.

Heureuse la répression toutes les fois qu'elle pourra modérer la
rigueur de ses moyens vis-à-vis d'une révolte moins redoutable.

La théorie n'indique que les axes des directions les plus générales, et
à côté desquelles, presque toujours, le praticien doit savoir marcher
ainsi que le veulent les circonstances: à mesure qu'elle descend aux
détails, ses indications deviennent plus vagues, plus rares, moins
complètes: elle ne donne même alors, quelquefois, que des moyennes
grossières, utiles pour fixer les idées, un moment, non pour servir, en
quoique ce soit, dans l'action.

Un chef utilise d'autant mieux les règles de l'art, qu'il possède à un
degré plus éminent le jugement et l'énergie: ces deux qualités innées,
exclusivement constitutives de l'homme d'action, échapperont toujours à
toute théorie.

La science militaire peut néanmoins rappeler, avec utilité, d'habiles
dispositions tant de fois recommandées, à des époques ou dans des pays
divers, et par le succès, et par les hommes éminents qui les ont prises.

Ces dispositions convenablement imitées rendraient, dans le plus grand
nombre de cas, toute tentative de lutte impossible à l'anarchie; elles
préserveraient l'humanité de calamités publiques et privées également
irréparables: à ce titre, elles doivent vivement intéresser les hommes
de bien.

Telle est désormais la noble et difficile tâche de quelques armées
étrangères: car, on l'a dit, longtemps encore, gouverner les sociétés
ce sera monter la garde et la faction; car la vie et l'activité des
empires, la richesse, le bonheur des peuples, les labeurs de l'artisan,
la petite et si respectable aisance des classes pauvres, l'existence
même des nationalités deviendraient impossibles, au milieu des scènes
sanglantes, des terreurs ou des excès journaliers; et alors que chaque
famille pourrait, à tous moments, se dire avec une douloureuse anxiété:

     _Pauperis et tuguri congestum cespite culmen,
     Post aliquot, mea regna, videns mirabor aristas?

     . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

     Barbarus has segetes! en quo discordia cives
     Perduxit miseros! en queis consevimus agros!_

     Août 1849.



AVENIR DES ARMÉES EUROPÉENNES

ou le

SOLDAT CITOYEN.



CHAPITRE PREMIER.

_Historiques._


1. Les luttes qui ont ensanglanté les grandes villes donnent de nombreux
enseignements à recueillir; ce tableau rétrospectif sera une première
exposition de règles qu'il est utile, vu leur importance, de reproduire
plusieurs fois de manières diverses; au besoin, il prémunirait contre
des préceptes erronés, excessifs ou incomplets.

La théorie devrait même se composer de principes assez nombreux, assez
généraux, assez variés pour convenir au grand nombre de cas qui ont déjà
eu lieu, et, s'il était possible, au nombre plus grand de ceux qui
peuvent se présenter, surtout à une époque où l'insurrection semble être
devenue une maladie européenne: maladie toujours fatale aux nationalités
chez lesquelles ne met point fin à l'anarchie, un pouvoir assez absolu
pour employer au dehors, dans l'intérêt de leur grandeur et de leur
prospérité, l'excédant de forces vives qui les tourmente.

       *       *       *       *       *

Notre époque n'est pas la première où il soit venu à l'idée du peuple
des villes d'élever des barricades, de transformer les places et les
principaux édifices en autant de redoutes: mais jamais cette manie
n'avait été aussi peu motivée et barbare, aussi fatale aux nationalités.



§ 1er.

TEMPS ANCIENS ET MOYEN ÂGE.


2. Chez les anciens, plusieurs grandes villes, entre autres Thèbes,
Syracuse, Rome et plus tard Constantinople, ont été, nonobstant des
armes de jet moins puissantes, le théâtre d'émeutes sérieuses.

Le moyen âge offre des enseignements divers et nombreux: nous voyons
l'évacuation des capitales ne pas toujours décider immédiatement la
chute des dynasties; l'exemple suivant, nonobstant la différence des
temps, a encore quelqu'intérêt, quoiqu'il soit difficile d'en tirer
aucune conséquence utile pour l'époque actuelle.

Débordés par la féodalité, obligés de reconnaître, après de vaines
résistances, l'hérédité des fiefs et offices royaux, de permettre aux
seigneurs d'hérisser la France de châteaux, les derniers Carlovingiens
luttèrent, de 843 à 991, pour obtenir une ombre de l'autorité que
Charlemagne leur avait transmise: partout s'étaient élevés de petits
États ayant une existence distincte, des intérêts séparés et une
indépendance de fait.

Obligés de donner en fiefs leurs dernières provinces pour s'attacher des
hommes vaillants, ils finirent par être réduits au rocher de Laon: ce
fut là, mais seulement après soixante années de luttes, qu'expira la
royauté Carlovingienne.

Ne possédant que Laon et son territoire, sans autre appui que des
alliances dans le midi et l'influence du pape, ils résistèrent de 936 à
987, pendant trois règnes, avec des fortunes très-diverses, aux
puissants seigneurs du nord, les ducs de France et de Normandie, le
comte de Vermandois, qui n'avaient pas craint de faire hommage à un
souverain étranger.

À la mort de Louis V, il ne restait qu'un Carlovingien, Charles, haï des
Français comme vassal germain.

Hugues-Capet fut proclamé roi par l'assemblée de Noyon, composée de ses
vassaux et de ceux des ducs de Bourgogne et de Normandie ses proches.

Mais les comtes de Vermandois, de Flandres, de Troyes, de Blois, le duc
d'Aquitaine, et presque tout le midi, ne tardent pas à lui opposer
Charles.

En 988, celui-ci s'empare de Laon et s'y fait couronner; son oncle,
l'archevêque de Rheims, lui livre cette dernière ville.

Hugues commence par isoler Charles de ses alliés, puis il assiége Laon
deux fois sans succès: Charles s'empare de Soissons; mais, en 991,
l'évêque de Laon ouvre les portes de la ville à Hugues.

Charles, prisonnier, fut enfermé à Orléans où il mourut.

       *       *       *       *       *

3. L'émeute a ensanglanté les Républiques italiennes du moyen âge; les
Guelfes et les Gibelins, ces deux factions qui s'y disputèrent longtemps
le pouvoir, avaient leurs maisons fortifiées même à l'intérieur des
villes. À chaque émeute, leurs partisans prenaient position autour de
ces espèces de citadelles constamment approvisionnées de vivres, d'armes
et de munitions; ils attaquaient les postes environnants ou les
défendaient, en élevant des barricades, tendant des chaînes préparées à
l'avance.

Chaque chef de faction était établi dans un solide bâtiment commandant
les communications voisines, ainsi que la barricade, chaîne ou cheval
de frise qu'il faisait, au besoin, placer contre, à l'aide d'anneaux
fixés aux murs.

En cas d'émeute, les uns défendaient ainsi les places et carrefours,
d'autres gardaient les grandes communications, d'autres bloquaient,
attaquaient les chefs et les administrations opposées.

Ces combats, souvent renouvelés et pour lesquels, quoique les armes à
feu n'aient été en usage que vers le milieu du 14e siècle, on prenait
déjà des dispositions qui égalent la science militaire moderne,
finissaient ordinairement par l'expulsion et la ruine de l'un des deux
partis; ils ont formé la plupart des hommes de guerre de l'Italie; ce
beau pays, subissant depuis les conséquences fatales d'un trop funeste
genre de gloire, n'a pu encore, après tant de siècles écoulés,
reconstituer une nationalité profondément atteinte par ces luttes
fratricides. Citons deux exemples entre tant d'autres.

       *       *       *       *       *

 4. En 1215, la guerre civile éclata dans Florence à l'occasion d'une
alliance manquée entre deux familles puissantes; des combats fréquents
s'engagèrent entre quarante-deux familles Guelfes et vingt-quatre
familles Gibelines: chacun éleva des tours et fortifia ses palais; les
deux partis demeurèrent ensemble, dans l'enceinte des mêmes murs,
pendant trente-trois ans; ils vécurent dans et pour la guerre civile
jusqu'à l'expulsion de l'un d'eux par l'étranger.

Cette guerre continue, au sein de Florence, n'eut pas seulement pour
effet d'accoutumer la nation aux luttes domestiques: elle imprima aussi
un caractère particulier à son architecture, dont la force fait le
principal et triste ornement; ce sont d'épaisses murailles embossées,
des portes élevées au dessus du sol, de larges anneaux où l'on plaçait
les drapeaux et les chaînes; enfin, tout l'appareil lourd et sévère de
la guerre civile en permanence, de rue à rue, de maison à maison.

Les familles nobles des deux factions se combattaient fréquemment, soit
devant les tours que chaque maison puissante avait élevées, soit dans
quatre à cinq places principales, où les nobles de tout un quartier
avaient placé des fortifications mobiles appelées _serragli_; c'étaient
des barricades ou chevaux de frises pour barrer, en partie, une rue et
se défendre derrière.

Les familles, près du palais desquelles les barricades étaient
pratiquées, en conservaient le commandement, et elles se bâtaient de les
fermer dès qu'il y avait une émeute: ainsi les Uberti, qui occupaient
l'espace où est aujourd'hui le Palais vieux, commandaient la rue qui
aboutit par cet endroit à la grande place; les Tedallini défendaient la
porte Saint-Pierre; les Cattani la tour du Dôme.

En 1248, l'empereur Frédéric II, moyennant la promesse d'un secours de
1600 chevaux, engagea les Uberti à prendre les armes pour chasser les
Guelfes; l'un et l'autre parti courut, avec fureur, à ses barricades
accoutumées; les Gibelins, négligeant leurs autres retranchements, se
concentrèrent tous à la maison des Uberti et obtinrent aisément la
victoire sur les Guelfes d'un seul quartier; ils suivirent ainsi leurs
adversaires de barricade en barricade, battant toujours des ennemis non
encore réunis.

Tous les Guelfes échappés aux combats précédents se trouvèrent resserrés
aux barricades des Guidollolli et des Bagnesi, en face de la porte
San-Pier Scheraggio. Pour la première fois, les deux partis entiers
furent en présence; pendant qu'ils combattaient, le secours promis par
Frédéric arriva par une porte dont les Gibelins étaient les maîtres; les
Guelfes soutinrent quelque temps l'effort des Gibelins et de la
cavalerie allemande; mais, au bout de quatre jours, la nuit de la
Chandeleur, ils se retirèrent tous dans leurs possessions de la campagne
où ils se fortifièrent de nouveau. Jusqu'alors l'autorité publique
avait cru pouvoir maintenir les deux factions d'une main impartiale.
Mais, comme toujours, l'étranger était venu dire son mot décisif.

       *       *       *       *       *

5. Le 15 juin 1310, dans la soirée, le doge de Venise fut instruit de
l'existence d'une conspiration: on lui rapporta qu'il se formait un
grand rassemblement chez Boemond Liepalo et un autre devant la maison
Quirini; aussitôt il fit réunir son monde, envoya sommer les séditieux
de se disperser et fortifia toutes les avenues de la place Saint-Marc.

Pendant ce temps, les conjurés s'étaient rendus maîtres de la chambre
des officiers de paix au Rialto et de celle des blés.

Au point du jour, ils marchèrent vers la place; la bataille fut
sanglante: mais le doge, qui avait eu plusieurs heures pour se préparer,
profita de l'avantage des lieux, avantage grand pour celui qui se
défend.

Les rues qui aboutissaient à la place Saint-Marc étaient étroites et
tortueuses; la multitude des assaillants y devenait inutile: ils
tombaient sans avoir combattu, sous les coups de ceux qui défendaient
les barricades, ou qui des maisons lançaient des pierres.

Après une attaque obstinée, les rebelles, découragés par l'inutilité de
leurs efforts, se retirèrent vers le pont de Rialto et se fortifièrent
dans le quartier de la ville, au delà du canal.

Si le doge les y avait poursuivis, il aurait éprouvé à son tour le même
désavantage qui, dans Venise, est le partage des assaillants; mais il
traita avec eux, profitant du découragement où ils étaient, par suite du
combat de Saint-Marc.

       *       *       *       *       *

6. À la même époque, nos rois posaient les fondements de leur puissance en protégeant les bourgeois des communes contre les nobles et le clergé.

Il n'est pas de ville de France où cette émancipation n'ait donné lieu à
des combats pareils à ceux dont il vient d'être question: mais livrés
sur des théâtres moins importants, ils n'ont point toujours été signalés
par l'histoire qui, cette fois, aurait pu constater le résultat heureux
pour les peuples et pour la civilisation qu'en obtint quelquefois un
pouvoir de plus en plus fort. Là se résume la politique intérieure des
rois de France, de Louis-le-Gros à saint Louis.

       *       *       *       *       *

7. Plus tard, lorsque saint Louis n'est plus, que les croisades ont
cessé, l'esprit du moyen âge expire avec son plus beau représentant: des
faits d'un caractère nouveau, d'épouvantables excès assombrissent la fin
de cette période et forment le prélude sanglant du mouvement social du
14e siècle et de la première moitié du 15e, qui, à deux reprises
différentes, désolera les Flandres, Paris et les campagnes, l'Angleterre
et l'Allemagne.

À la nouvelle du soulèvement des artisans de Bruges et de leurs
désordres dans la campagne, en 1302, Jacques de Châtillon entra dans
cette cité avec 1500 cavaliers et 2500 sergents à pied français.

Mais les chefs des tisserands et des bouchers introduisirent leurs
bandes dans la ville pendant la nuit du 21 mars.

Les corps de métiers prirent les armes en silence, tendirent des chaînes
dans les rues pour arrêter la cavalerie: chaque bourgeois s'était chargé
de dérober au cavalier logé chez lui sa selle et sa bride; les soldats
furent réveillés par le cri: _Vive la commune; Mort aux Français_. Ils
furent attaqués en détail dans les rues et dans l'intérieur des maisons.
Le massacre continua pendant trois jours; les prisonniers conduits
devant la communauté, y étaient mis à mort: les femmes plus féroces
précipitaient les soldats des fenêtres.

1200 cavaliers et 2000 sergents périrent. Jacques de Châtillon, qui
n'avait pas su préserver la garnison de telles horreurs, se déroba par
une prompte fuite.

       *       *       *       *       *

8. En 1306, le rétablissement du tarif des monnaies de saint Louis, par
la réduction au tiers, exaspéra les Parisiens dont un grand nombre dut,
par suite, payer le triple des loyers réellement convenus.

La populace se précipita vers le palais du Temple, où logeait alors
Philippe IV, et n'ayant pu lui exposer ses plaintes, résolut de le
forcer par la famine, en interceptant toutes les communications du
palais.

La foule, informée qu'un riche propriétaire de maisons, nommé Barbet,
avait suggéré par intérêt cette ordonnance, quitta le Temple pour se
porter à sa maison, près Saint-Martin-des-Champs, et la piller.

Philippe IV profita de ce moment pour réunir et faire agir ses archers:
les principaux agitateurs furent arrêtés et exécutés.

Néanmoins, dès le mois d'octobre, le roi modifia ce qu'il y avait de
plus criant dans les ordonnances.

       *       *       *       *       *



9. En 1320, un prêtre et un moine déserteurs des autels entraînèrent, en
procession mendiante, les gens des campagnes, sous le nom de
pastoureaux.

Une de ces troupes arriva à Paris, délivra les prisonniers de
Saint-Martin-des-Champs, força le Châtelet, Saint-Germain-des-Prés, et
se retrancha au Pré-aux-Clercs, d'où le gouvernement effrayé la laissa
s'échapper.

Cette bande se dirigea sur le Languedoc, qu'elle traversa en juin:
40,000 hommes entrèrent en même temps par différents côtés.

Ces malheureux, dont les magistrats et les prêtres demandaient
l'extermination, étaient eux-mêmes animés d'une égale férocité: le
massacre des juifs était leur mission; partout ils les livrèrent à
d'affreux supplices.

Les juifs du diocèse de Toulouse s'étalent réfugiés, au nombre de 600,
dans le château royal de Verdun-sur-Garonne: ils y furent bientôt
assiégés, les officiers royaux ne pouvant engager aucun chrétien à
prendre leur défense. Les pastoureaux les poursuivent dans la plus haute
tour, mettent le feu aux étages inférieurs et les réduisent, avant de
s'entregorger, à jeter leurs enfants aux assaillants, dans l'espoir,
bientôt trompé, qu'on prendrait pitié de leur innocence.

Le pape, lui-même, effrayé dans Avignon, prononça l'anathème contre ces
forcenés; il somma les sénéchaux de Beaucaire et de Carcassonne de
résister: les pastoureaux se rejetèrent sur Aigues-Mortes, pour s'y
embarquer: ils furent cernés et moissonnés dans ces plaines
pestilentielles, faute de vivres et d'abris: ceux qui essayaient de
s'échapper étaient exécutés.

Il y a des époques ou l'histoire des nations semble être celle de tous
les excès.



§ II.

VALOIS.


10. Le 22 février 1358, pondant la captivité du roi Jean, le prévôt des
marchands, Marcel, d'accord avec la municipalité turbulente de Paris,
massacre les maréchaux de Champagne et de Normandie aux pieds du dauphin
et intimide ce prince.

D'abord, il gouverne Paris au moyen des Trente-Six, presque tous
bourgeois ou clercs, la province, par de semblables conseils
démagogiques.

Le 14 mars, les États-Généraux et les Trente-Six, las de la commune,
limitent son pouvoir et nomment le dauphin régent du royaume.

Ce prince se retire à Meaux; il transfère les États-Généraux de Paris à
Compiègne, le 4 mai; une partie des députés refuse de le suivre, l'autre
se montre très-ardente pour les réformes: il y eut deux assemblées
nationales et deux gouvernements en guerre ouverte.

Marcel s'empare du Louvre, fortifie Paris, prend à sa solde des
compagnies de gens de guerre.

Le dauphin, avec 30,000 hommes, intercepte les avenues de la capitale,
principalement sur la Seine et la Marne.

Du 21 mai aux première jours du juin, cent mille paysans de Champagne et
de Picardie font la guerre il la noblesse; les campagnes rentrent enfin
dans l'ordre, mais restent incultes et dépeuplées.

Dès ce moment, les bourgeois de Paris et une partie des États qui
siégent dans la capitale travaillent ouvertement à la Restauration; le
dauphin reprend le blocus, interrompu par la jacquerie des paysans.

Le 30 juillet, Marcel embarrassé, sans vivres, sans argent, allait
livrer Paris au roi de Navarre, et par suite, aux Anglais ses alliés:
les royalistes l'assassinent; ils parcourent la ville, excitent le
peuple contre cette trahison, arrêtent soixante chefs de la sédition et
avertissent le dauphin qui arrive le 2 août avec son armée: les
réactions commencèrent, et le pouvoir royal fut bientôt plus absolu
qu'avant le mouvement.

       *       *       *       *       *


11. En 1381, Jean Wiclef, membre de l'université d'Oxford, prêchait les
doctrines suivantes:

«Haine du peuple contre les riches.

«Les pauvres affranchis de toutes les puissances terrestres et seuls
libres; entre eux, tout est commun, les femmes, l'argent, tous les biens
et tous les maux de la terre.

«Tout ce qui est naturel est agréable à Dieu.

«Le vicieux doit être dépouillé; le droit de propriété est fondé sur la
grâce, et les pécheurs ne peuvent réclamer aucun service des autres.

«Le peuple peut corriger à discrétion le souverain qui pèche.

«Les distinctions sociales ne sont que des tyrannies.»

Un prétexte rassemble, à Blackbeath, 60,000 paysans excités par ces
doctrines; ils se portent sur Londres en chantant:

«Quand Adam labourait et Ève filait, qui était alors gentilhomme? Nous
sommes tous égaux; plus de prélats, plus de seigneurs.»

Le bas peuple de Londres se déclara pour eux: les bourgeois n'osèrent
pas résister et fermer leurs portes; beaucoup de nobles furent forcés de
suivre. Le 12 juin, les insurgés étaient maîtres de la capitale, de
Cantorbéry, de Rochester. Le roi Richard II, sur le point d'être assiégé
à la Tour de Londres, où il s'était retiré avec peu de vivres et de
moyens de défense, consentit à l'évacuer et à traiter; la tour fut
prise, l'archevêque de Cantorbéry, chancelier d'Angleterre, avec trois
autres personnages, y eurent la tête tranchée.

Le 15 juin, le roi se rendit à Smithfield pour conférer de nouveau avec
les chefs de l'insurrection. Provoqué arrogamment par eux, Richard fit
en vain preuve de courage, de modération et de présence d'esprit.
Bientôt 8,000 soldats d'élite entourèrent Smithfield: alors Richard
changea de langage, les insurgés prirent la fuite et trois des leurs
furent exécutés; cette insurrection dura huit jours.

       *       *       *       *       *

12. Le 1er mars 1382, après la proclamation pour les perceptions, en
France, du douzième denier sur les vivres, un collecteur fut battu aux
halles; le cri: _Aux armes pour la liberté_ se fit entendre dans Paris.

L'évêque, le prévôt, plusieurs conseillers du roi, divers riches
bourgeois et Hugues Aubriot, ancien prévôt, tiré du cachot par les
rebelles pour être élu capitaine, se dérobèrent afin de n'être pas
confondus avec les séditieux. D'autres suivirent au contraire ceux-ci
pour les modérer.

Les révoltés forcèrent l'Arsenal, l'Hôtel-de-Ville, l'abbaye de
Saint-Germain-des-Prés, le Châtelet, l'Évêché, s'armèrent de maillets de
plomb, seule arme non saisie par le duc d'Anjou; ils délivrèrent les
prisonniers et assommèrent les collecteurs.

Le jeune roi était à Meaux ainsi que le duc d'Anjou et ses oncles. Il se
dirigea d'abord sur Rouen, avec sa maison, pour punir cette ville moins
difficile à réduire; l'émeute n'y avait duré qu'un jour; le roi y entra,
avec sa petite armée, par un pan de mur abattu exprès; la bourgeoisie
tremblante fut désarmée, les chefs de la révolte exécutés et les impôts
rétablis.

Ensuite le roi se rapprocha de Paris; l'Université et l'avocat-général
Desmarets lui demandèrent grâce à Vincennes. Le pardon fut accordé et
les impôts les plus odieux supprimés, à condition que les chefs des
métiers seraient punis.

À la vue des apprêts du supplice, les maillotins exaspérés s'emparèrent
de la place et demandèrent grâce; l'exécution eut lieu la nuit.

Dans le midi, les paysans abandonnent leurs champs, leurs villages, et
se forment en bandes sous le nom de _truchins_, secondés, dit-on, par
l'ordre inférieur de la bourgeoisie, dans toutes les villes, ils firent
une guerre impitoyable aux hautes classes. On correspondait, à cet
effet, d'Angleterre, d'Allemagne et de France, avec Gand, centre de tous
ces mouvements.

«Rien ne montre mieux la vie anarchique des cités communales que
l'existence continuellement tumultueuse des villes de Flandres. Comme le
commerce y était très-abondant, les ouvriers, surtout les tisserands et
les foulons, y faisaient de grands gains, et on les voyait presque
toujours dans les tavernes, sur les places publiques, en querelles
perpétuelles. Dans une seule année on compte 1,400 meurtres à Gand.»

(_Hist. des Français._)

Pendant les expéditions que le roi entreprit ensuite contre les villes
flamandes révoltées, les Parisiens attendaient chaque jour la nouvelle
d'un succès des Gantois pour exécuter leur projet de raser le
Château-Beauté, le Louvre, Vincennes, et toutes les fortes maisons
autour de Paris. À Reims, Châlons, Orléans, Blois, Beauvais, et même
dans toute la France, la bourgeoisie ne demandait qu'un signal pour
massacrer la noblesse; elle se tenait en rapport, avec les Flandres,
pour les succès desquelles étaient tous ses vœux, considérant la guerre
comme allumée, non point de nation à nation, mais partout entre la
noblesse et le peuple.

Charles VI licencia les compagnies des provinces éloignées; et, avec
celles de Bretagne, de l'Île-de-France, de Normandie, de Picardie,
s'achemina de Flandre sur Saint-Denis, en janvier, 1383, par Arras et
Compiègne. Ses coureurs eurent ordre de préparer les logements dans
Paris.

Le 10 février, le prévôt des marchands, assurant au roi que la capitale
est entièrement soumise, obtient qu'il n'ajournerait pas davantage son
entrée. La ville, effrayée, espérait soit flatter, soit intimider le
roi, par le spectacle d'une grande réception militaire.

Toute la milice, prête à livrer bataille, et parmi laquelle étaient plus
de 20,000 maillotins, se rangea, le 11, du côté de Montmartre, entre
Paris et Saint-Ladre; elle fit au connétable, qui précédait le roi, des
protestations d'obéissance: celui-ci déclara que la première preuve de
soumission était de rentrer chez eux et de désarmer immédiatement: on
obéit sans murmurer.

Aussitôt le roi entra dans Paris, à la tête d'une partie de son armée,
l'autre restant campée dehors; l'ordre avait été donné d’abattre les
portes et toutes les chaînes que les bourgeois tendaient le soir aux
coins des rues; de faire partout des patrouilles, la nuit comme le jour.

Le roi vint déposer, sur l'autel de Notre-Dame, un étendard semé de
fleurs de lis d'or, et fut loger au Louvre. Les seigneurs s'établirent
dans leurs hôtels; les soldats furent mis en quartier chez les
bourgeois, avec ordre, sous peine de la vie, de les respecter ainsi que
leurs propriétés.

Le 16, 300 bourgeois les plus remuants, avocats au parlement de Paris ou
négociants, étaient arrêtés.

Le 21, toutes les chaînes avaient été arrachées et transportées à
Vincennes. On procéda, par visites domiciliaires, au désarmement.

Dans les quinze derniers jours de février, l'avocat-général Desmarets,
qui s'était souvent interposé entre le peuple et le roi, et cent
bourgeois des plus influents, la plupart anciens compagnons de Marcel,
furent exécutés.

Les principaux bourgeois, qui avaient exercé des charges pendant les
séditions, furent successivement appelés devant la chambre du conseil,
qui les taxa à des amendes, selon leur fortune. Les impôts furent
maintenus.

Le roi fit récapituler, devant le peuple assemblé au Louvre, toutes les
séditions des Parisiens, depuis les trente dernières années; il déclara,
néanmoins, que grâce était accordée au reste de la population.

       *       *       *       *       *

13. Dans la première moitié du XVe siècle, la France, théâtre sanglant
de guerres civiles et étrangères, n'appartint, à proprement parler, ni
aux Valois, ni à l'Angleterre.

On vit les factions de Bourgogne et d'Armagnac, abusant de la démence de
Charles VI, troubler l'État, déjà trop affaibli par les malheurs
d'Azincourt et les progrès des Anglais.

Le meurtre du duc de Bourgogne, Jean-sans-Peur, à Montereau, jeta, dans
les bras de ceux-ci, son successeur aveuglé par la vengeance.

On vit la reine soutenir successivement les deux factions qui désolaient
la France quelquefois contre le roi, toujours contre son propre fils; en
1420, par le traité de Troyes, elle fait déshériter le dauphin, en
faveur de sa fille promise au roi d'Angleterre, Henri V.

Les deux rois Charles VI et Henri V font leur entrée à Paris: les
États-Généraux ratifient le traité; la capitale, qui partageait ces
sentiments éhontés, fêta les succès des Anglais et du malheureux Charles
VI contre le dauphin. Plus tard, lors de la mort presque simultanée des
deux monarques lignés, elle proclama Henri VI roi de France et
d'Angleterre.

Charles VII en appela à Dieu et à son épée: il se fit couronner roi de
France dans la même ville de Poitiers où, avant la mort de son père, il
avait déjà pris le titre de régent et organisé des universités, des
parlements en opposition à ceux de Paris: les simulacres
d'États-Généraux, assemblés à Bourges et à Carcassonne, lui donnèrent
quelques subsides.

La noblesse, en Aquitaine, en Dauphiné, en Champagne et en Lorraine, qui
ne lui aurait peut-être pas obéi s'il eût été puissant, lutte, par amour
du pillage, sous sa bannière, contre les Anglais. Le Midi, animé de sa
vieille haine envers le Nord, sauve la nationalité française.

Après des armées de fortunes diverses, de constance et d'efforts, les
ducs de Bourgogne et de Bretagne se détachent successivement des
Anglais.

En 1429, Jeanne d'Arc fait lever miraculeusement le siège d'Orléans et
sacrer le roi à Reims.

En 1436, Charles VII redevient maître de Paris, où il ne se hâte pas de
rentrer, par éloignement pour sa bourgeoisie turbulente; de Bourges, il
réorganise l'administration de la capitale, il rétablit le parlement et
règle les monnaies.

En 1437, il visite Paris sans rien faire pour cette ville ruinée,
paraissant encore décidé à transporter la capitale au delà de la Loire;
l'année suivante, les États d'Orléans créent une armée royale permanente
de 9,000 cavaliers.

Malgré la révolte du nouveau dauphin et des seigneurs Français que
Charles VII dut aller soumettre, dans cette même Aquitaine, d'où la
monarchie s'était relevée, toutes les provinces furent successivement
enlevées aux Anglais: dès 1450, ceux-ci ne possédèrent plus, en France,
que Calais.

Le souvenir de Jeanne d'Arc, de cette longue et mémorable lutte de
trente années, où le roi et les peuples du midi sauvèrent la nationalité
française, restera un des plus populaires de notre histoire: à plus d'un
titre, il est encore digne d'être médité; les positions ou contrées
suivantes jouèrent alors un rôle important:

1° Les places de la moyenne Loire, de l'Yonne, de l'Oise, de l'Aisne, de
la Basse-Marne, pivots des opérations, autour de Paris, pour le couvrir
ou le bloquer;

2° La Normandie, la Picardie, comme bases des opérations des étrangers
auxiliaires de l'insurrection contre la nationalité;

3° Le pays entre l'Oise et l'Aisne, grande voie stratégique des divers
ennemis du roi;

4° La Champagne, la Lorraine, les rives de la Loire, le Dauphiné, sont
les éléments de la résistance nationale contre Paris et l'étranger: en
dernier lieu, la Bretagne, devient l'auxiliaire de cette résistance.

5° Bourges et Poitiers servirent de capitales éventuelles.

       *       *       *       *       *

14. En 1461, après la bataille de Northampton, Charles VII pressa les
Gênois d'envoyer une flotte contre celle des Anglais; cette demande
irrita une ville, dont le commerce aurait eu des valeurs considérables
compromises à Londres; les conseillers refusèrent, en disant que le
trésor était vide.

Louis de la Vallée, gouverneur français, chercha à le remplir par de
nouvelles taxes; les nobles lui conseillèrent d'augmenter les droits de
consommation dont ils étaient exempts; la querelle s'engagea entre les
diverses classes, sur les priviléges de la noblesse.

Les officiers français, tous gentilshommes, oublièrent alors le rôle de
neutralité qui leur convenait; ils se prononcèrent vivement pour la
noblesse gênoise et excitèrent ainsi, dans le peuple, une haine qui fut
fatale à la France.

Le 9 mars, un homme obscur sortit de l'un des conseils en criant: _aux
armes!_ Les plébéiens répondirent à son appel; Louis de la Vallée fut
contraint de se retirer, avec tous les Français, dans la forteresse du
Castello, abandonnant la ville aux partis du clergé et du peuple,
momentanément réunis.

Le 17 juillet, une nouvelle armée de six mille Français débarqua à
Savonne: elle attaqua Gênes, par les hauteurs, de concert avec la
noblesse du pays, tandis que la flotte se présentait devant le port;
repoussés avec grande perte, les Français se rembarquèrent; le Castello
fut évacué; la flotte regagna la Provence et Louis de la Vallée tint
garnison à Savonne.

       *       *       *       *       *

15. En 1488, les soldats allemands de Maximilien pillaient la campagne;
ses courtisans étaient logés chez les bourgeois de Bruges, et en
exigeaient une table splendide; ils cherchaient à séduire leurs femmes
et leurs filles; souvent ils les maltraitaient; les menaçait-on de
porter plainte au roi des Romains, ils répondaient: Maximilien nous
permettra de baigner nos bras dans le sang bourgeois.

Le 1er février, après la révolte de Gand, Maximilien crut intimider le
peuple par une grande revue de ses troupes sur la place: le comte de
Sornes commanda: _abaissez les piques_; les soldats répondirent par le
cri de _vive le roi_; les bourgeois croyant qu'on allait les charger,
coururent aux armes. Tout à coup 52 bannières furent déployées, la place
du marché occupée, et 49 canons dirigés contra l'hôtel de Maximilien;
celui-ci, bloqué avec sa garde, s'estima heureux d'éviter les hostilités
qu'il avait voulu provoquer; il signa, le 16 mai, avec la révolte, un
traité, mal exécuté depuis, par suite duquel il devait évacuer la
Flandre en huit jours, renonçant à ses droits et se contentant d'une
pension de 6,000 livres: la jactance, les exactions, les provocations
n'ont jamais réussi.

       *       *       *       *       *

16. En mai 1547, une insurrection éclata à Naples, par suite des
intrigues des Français et de l'inquisition que don Pedro de Toledo,
gouverneur espagnol, voulait introduire.

Aucune des promesses de secours de la France ne se réalisa; les députés
de la noblesse napolitaine n'obtinrent de Charles-Quint que l'ordre
d'obéir; des troupes espagnoles arrivèrent de toutes parts, contre
Naples, qui dut se soumettre.

Le 12 août, après l'exécution des principaux chefs de la révolte, et une
amende de 100,000 ducats d'or imposée à la ville, une amnistie fut
publiée.

       *       *       *       *       *

17. En 1548, lors des ordonnances de François Ier pour rendre le prix du
sel uniforme, Tristan de Monneins, lieutenant du roi de Navarre, s'était
rendu odieux dans la Guienne par sa sévérité. Il eut la malheureuse idée
de venir de Bayonne à Bordeaux pour intimider, par la menace des
châtiments réservés aux révoltés, ce peuple jusque-là tranquille.

La multitude, rassemblée par lui, vit ses forces et s'unit pour se
venger de proclamations impolitiques. Elle se porta à l'arsenal, y prit
des armes, et vint assiéger Monneins dans Château-Trompette.

Le président au Parlement de Bordeaux, La Chassagne, obtient du peuple
une capitulation pour Monneins: mais, voyant ce dernier assassiné, et
tant d'excès commis, il se réfugie dans un couvent.

La Chassagne pressé par le peuple de prendre l'autorité, adopta
immédiatement les mesures suivantes, dans l’intérêt de l'ordre et du
gouvernement dès ce moment menacés:

1° Fermeture des portes de la ville, après renvoi des paysans accourus
pour prêter main-forte à la révolte;

2° Milice bourgeoise armée et organisée, pour fournir des corps du garde
et des patrouilles dans toutes les rues;

3° Réouverture des tribunaux; arrestation, jugement et exécution des
principaux chefs de la révolte, à commencer par celui qui avait appelé
aux armes en sonnant le tocsin.

Le connétable, venu à Toulouse pour y réunir les troupes et marcher sur
Bordeaux, repoussa une députation de cette ville, demandant que les
landsknechts n'y entrassent pas. Nonobstant la soumission d'une cité qui
aurait pu se défendre, il y pénétra par une large brèche qu'il fit
ouvrir à travers les murailles, cantonna militairement ses troupes dans
les principaux quartiers de la ville, procéda au désarmement des
habitants et fit transporter les armes au château.

Une information sévère eut lieu; 140 chefs furent successivement
exécutés; la ville elle-même perdit tous ses priviléges; la maison de
ville dut être rasée, et toutes les cloches transportées dans des
châteaux fortifiés exprès; deux galères seraient équipées pour défendre
les gouverneurs de la province contre une nouvelle révolte: toutes les
dépenses nécessitées par ces mesures furent à la charge de la ville.

Le 9 novembre, le connétable quitta Bordeaux, en y tenant le comte de
Lude, avec une forte garnison devenue désormais nécessaire.

       *       *       *       *       *

18. Pendant les journées du 11 au 17 mai 1562, les réformés, quoique
maîtres de l'hôtel de ville, dès le 11, échouèrent dans leur projet de
s'emparer de l'intérieur de Toulouse.

25,000 protestants, ayant pour eux les huit capitouls, devaient célébrer
la Cène le 17 mai; le parlement leur défend de s'assembler et ordonne
aux étrangers de sortir de la ville.

Un cordelier défroqué, chef des calvinistes, les excite à s'emparer du
Capitole, ce qui est exécuté, par surprise, dans la nuit du 11 au 12
mai.

Le parlement remplace les capitouls, demande des secours à Montluc et
aux capitaines à proximité, fait sonner le tocsin, et, en robe rouge, il
conduit le peuple à l'assaut de l'hôtel de ville, des librairies ou des
maisons de réformés: celles-ci sont incendiées ou pillées.

Les protestants, retranchés dans un tiers de la ville, défendaient
l'hôtel de ville avec du canon, en attendant les secours promis par
Montauban et autres villes du parti.

Mais Montluc, à la tête d'un corps nombreux de cavalerie, donna de
suite, du dehors, des ordres qui plus tard n'auraient pas été efficaces;
il arrêta les secours de l'insurrection, fit sonner le tocsin, à huit
lieues à la ronde, pour appeler aux armes les paysans catholiques; il
introduisit successivement, et à propos, des renforts dans la ville,
dont les principales portes étaient gardées.

En vain, pour réduire le Capitole, la populace mit le feu au quartier
environnant, l'incendie fut arrêté. Les deux partis firent usage de
mantelets roulants.

Le 17 mai, les protestants, affaiblis par la désertion, privés de
munitions et de vivres, cernés de toutes parts dans l'hôtel de ville et
les positions conservées par eux, furent heureux qu'on leur permît de se
retirer sans armes ni bagages.

À huit heures du soir, après avoir célébré la Cène, ils sortirent par la
porte Villeneuve; mais à peine éparpillés dans la campagne, le tocsin
rassembla contre eux les paysans: 3,000 périrent.

_Au long tems que j'ai porté les armes_, disait à ce sujet le maréchal
de Montluc, le 18, au parlement de Toulouse, _j'ai appris qu'en telles
affaires, il vaut mieux se tenir dehors, pour y faire acheminer les
secours, sachant que cette canaille n'étoit pas pour forcer si tôt la
ville; que, s'ils m'eussent attendu, jamais entrepreneurs n'eussent été
mieux accommodés_.

Ces paroles résument, il est vrai, d'une manière un peu rude, la théorie
de la répression des émeutes dans une ville de province: elles ne
doivent même pas être oubliées contre une capitale, dans certains cas.
Il serait à désirer que les anarchistes les comprissent: ils y verraient
quelle peut être leur impuissance contre un pouvoir habile, et
renonceraient, sans doute, à leurs projets.

Quoi qu'il en soit, Montluc fit poursuivre les instigateurs de la
révolte. Le parlement de Toulouse, refusant trois fois d'enregistrer
l'amnistie accordée aux protestants par le roi, fit juger et exécuter
200 personnes; 440 furent condamnées par contumace. La guerre civile ne
développe que les mauvais penchants.

       *       *       *       *       *

La journée du 12 mai 1588, dite des barricades, est, pour le sujet qui
nous occupe, une des plus fécondes en enseignements.

En avril et en mai, le roi négligea deux occasions de faire arrêter, en
flagrant délit de conspiration, Jean Leclerc et Lachapelle-Marteau,
chefs du conseil secret des Seize, ces aventuriers perdus de dettes, qui
excitaient le due de Guise et les révoltes futures, pour arriver à la
ruine du pays.

Pressé, à Soissons, par les Seize, de venir se mettre à la tête des
30,000 milices bourgeoises de Paris, Guise les invite à s'organiser
d'abord militairement; il fait déployer sous leurs yeux, par Lachapelle,
un grand plan de Paris, qui fut aussitôt divisé en cinq quartiers au
lieu de seize; dans chacun de ces arrondissements, l'action militaire
fut centralisée sous un des cinq colonels, que Guise envoya avec un gros
état-major. 500 chevaux vinrent occuper la banlieue, au nord de la
capitale.

Le désordre fut principalement excité, dans Paris, par 15,000 étrangers
turbulents qui trompèrent la population. Henri III négligea l'occasion
de comprimer la révolte, en faisant arrêter ou expulser les hommes les
plus dangereux, et surtout le duc de Guise, qu'il avait eu, un moment,
en son pouvoir au Louvre.

Le 12 mai, Guise excite la bourgeoisie de Paris, en annonçant l'entrée
dans la capitale des 4,000 suisses venus d'abord de Lagny à Saint-Denis,
et de 2,000 soldais d'élite. À cette nouvelle vraie, il ajoute celle
d'un prétendu projet d'exécution des seize et de cent principaux
Parisiens dont il fait circuler la liste.

La modération, à l'égard des factieux, fut sans succès. Après
l'invitation faite par Henri III au duc de Guise de prêter son concours
pour l'expulsion des étrangers, celui-ci annonce que le roi a peur,
qu'on obtiendra de lui les États-Généraux et, par ceux-ci, tout ce qu'on
voudra.

Le maréchal de Biron ne comprit pas les ordres du roi, qui étaient
d'occuper, extérieurement au quartier militaire du Louvre, trois
positions avancées, dans les faubourgs Saint-Denis, Saint-Antoine et
Saint-Marceau.

Les places Saint-Antoine et Maubert, l'hôtel de Guise, furent les
centres d'insurrection. À neuf heures du matin, leurs environs; à midi,
le reste de la ville, et jusqu'aux approches du Louvre, étaient déjà
barricadés de cent pas en cent pas. Des petits groupes, en tête de
chacun desquels étaient des officiers du duc de Guise, péroraient,
faisaient tendre les chaînes au coin des rues, et élevaient derrière des
barricades de poutres ou de tonneaux remplis de terre.

Les suisses et les gardes françaises, accablés de pierres du haut des
maisons, sans communications avec leurs chefs, sans vivres et tombant
sons les coups d'hommes invisibles, se replièrent sur le Louvre, où les
6,000 hommes de troupes royales furent bientôt resserrés, sans positions
extérieures.

Dans la nuit du 12 au 13, un corps de 15,000 hommes, envoyé par le duc
de Guise à travers la Chaussée-d'Antin, acheva de bloquer la Cour, sur
toute la rive droite, dans son quartier militaire trop rétréci.

La reine-mère et Villequier exhortèrent Henri III à sortir du Louvre
pour se montrer au peuple; ils assuraient qu'éblouis de l'éclat de la
majesté royale, les mutins le respecteraient et rentreraient dans le
devoir.

Le roi, qui ne manquait pas de courage, trouva ce conseil trop
téméraire; il ne jugea pas à propos d'exposer sa réputation, sa dignité,
et peut-être sa vie, à la discrétion de cette multitude déchaînée.

Faute d'approvisionnements de vivres et de munitions, dans le Louvre, la
défense y était impossible.

Le 13 mai, au matin, tandis que la reine-mère était venue écouter les
arrogantes propositions du duc de Guise, Henri III sortit par la porte
neuve du pont Royal, jurant de ne rentrer dans sa capitale que par la
brèche, et de la mettre hors d'état de se révolter désormais. Le duc de
Guise ne put déguiser son dépit et ses craintes, en apprenant que le roi
s'était soustrait à la révolte pour mieux la combattre. Cette nouvelle
inattendue, modifiant tout à coup ses projets, frappa un moment
d'indécision et de découragement ce chef, jusque-là toujours maître de
lui-même.

Henri III, bientôt suivi des gardes françaises et des suisses, coucha à
Rambouillet; il fut le lendemain rallier, à Chartres, son gouvernement
et ses moyens de répression.

Cette victoire inespérée des milices urbaines sur des troupes aguerries
surprend les deux partis dans l'incertitude; la reine-mère et la régente
restent au Louvre pour tenter encore de profiter de ce moment de
stupeur; néanmoins, la capitale, compromise plus qu'elle ne l'avait
voulu, rejette l'autorité royale et délègue tous pouvoirs au conseil
secret des Seize. Guise, peu confiant dans la masse des émeutiers,
organise aussi bien que possible ses partisans les plus éprouvés en deux
régiments; il se hâte de prendre Saint-Cloud, Lagny, Charenton,
Pontoise, d'occuper Corbeil et Troyes, pour prévenir le blocus de la
capitale dans la lutte longue et sérieuse à laquelle, dès ce moment, il
croit devoir s'attendre. Il ne partage aucune des illusions de
l'anarchie, et, pour ne pas échouer, s'efforce d'organiser, en dehors
d'elle, des ressources de guerre plus réelles et moins ingouvernables.

En juin, le roi s'établit à Rouen, en septembre à Blois, où les
États-Généraux furent convoqués. Le 14 août, à l'instigation des deux
reines restées à Paris, le duc de Guise fut nommé lieutenant-général du
royaume, mesures de conciliation qui restèrent sans résultat.

En juillet 1589, les rois de France et de Navarre, après avoir pris
Gergeau, Pithiviers, Étampes, Pontoise, réunirent, à Saint-Cloud, 42,000
hommes dont 15,000 suisses amenés par Sancy.

Henri III s'établit au nord de la Seine, le roi de Navarre au midi, pour
attaquer, le 2 août, Paris et les 8,000 hommes de Mayenne, également
découragés; mais le 1er août, au matin, le roi était assassiné.

La détermination prise par Henri III, le 13 mai 1588, retarda la chute
des Valois et sauva la monarchie française; bien que sérieusement
menacée par l'esprit de trahison, la couronne devait cependant avoir
encore de nombreux et éclatants jours de gloire.

La reine-mère pensait que le trône n'aurait jamais pu, au milieu du
débordement révolutionnaire, et sous sa pression, se rétablir dans la
splendeur qu'il eut depuis; mieux valait aborder de suite les plus
redoutables difficultés que de rester dans une voie qui, éternisant la
crise, conduirait tôt ou tard à une position plus désastreuse encore.

La transmission de la couronne au roi de Navarre devint possible. Nous
verrons Henri, après l'assassinat du dernier Valois, combattre pendant
six années, avec des succès très-divers, mais toujours en intrépide
soldat et en politique consommé, le parti révolté le plus souvent maître
de la capitale et appuyé par l'Espagne; il soutint cette lutte difficile
jusqu'au jour où les peuples, guéris de tant d'excès anarchiques,
revinrent au pouvoir légitime, en délaissant les factieux qui les
exploitaient de concert avec l'étranger.



§ III.

BOURBONS.


20. En 1589, Henri IV, devenu l'héritier légitime du trône, se retire
des environs de Paris au camp retranché d'Arques. Il y résiste à Mayenne
et rallie quelques-uns de ses partisans ainsi qu'un renfort anglais.

Le 19 octobre, il marche sur Paris, se rend maître des faubourgs qu'il
dévaste pendant quatre jours; il disperse son armée près d'Étampes,
s'établit à Tours, réduit Vendôme, le Mans, Falaise et la
Basse-Normandie, ayant contre lui les prêtres, les bourgeois et les
paysans.

Pendant ces guerres de religion, la capitale, dévouée à la cause
catholique, avait privé les huguenots d'un centre de puissance, où les
autorités de la monarchie habituellement réunies obtenaient pour elle
l'apparence du commandement et de l'obéissance.

Tant que les deux partis s'étaient balancés, Condé et Coligny avaient
tenté en vain de se rendre maîtres de Paris; après la mort de ces chefs,
les huguenots, confinés au midi de la Loire, ne durent songer qu'à se
défendre.

Henri IV, dans la même position militaire, mais plus fort par son droit
héréditaire, eut des chances de s'emparer de la capitale, dont la
possession seule pouvait le faire roi: en dehors de celle-ci il n'était
qu'un prétendant, tandis que la ligue et Mayenne y prenaient les
apparences de la légitimité. C'était dans Paris, et reconnu par le
Parlement, la Chambre des Comptes, la Sorbonne, que Mayenne pouvait oser
se dire lieutenant-général du royaume.

La capitale n'était pas encore sérieusement menacée: mais les royalistes
avaient conservé dans le voisinage, surtout le long des rivières et des
principales routes, des places circonvallantes; la famine menaçait une
population trop accoutumée à toutes les douceurs; la victoire devait
rester à celui des deux partis qui occuperait le plus longtemps ces
positions d'investissement ou de communication avec le reste de la
France et l'étranger, tout en commettant le moins possible de fautes
politiques.

En 1590, avec le secours d'argent du cardinal légat, Mayenne put
s'emparer de Pontoise et assiéger Meulan qu'Henri IV délivra bientôt.

Mayenne, après avoir rallié en Flandres 5,000 hommes du duc de Parme,
revint contre Henri alors occupé au siége de Dreux; il fut battu, le 14
mars, à Ivry, et alla de nouveau s'humilier en demandant des secours à
Farnèse.

Le 29 mars, Henri IV s'approche de Paris, occupe Chevreuse, Montlhéry,
Lagny, Corbeil, Melun, Cressy, Moret, Provins, Nangis, Montereau,
Brie-Comte-Robert, Nogent-sur-Seine, pour achever de resserrer la
capitale; il échoue devant Sens.

Le 8 mai, il canonne les murs de Paris; mais il évite une attaque de
vive force, soit par défaut de moyens, soit pour épargner à la capitale
les suites d'une prise d'assaut; il assiége Saint-Denis.

Le 5 juin, Mayenne, renforcé de 5,000 auxiliaires, réunit 10,000 hommes
à Laon, sa place de sûreté et de jonction avec les secours étrangers.
Henri IV marche à sa rencontre, le force à s'enfermer dans la ville;
mais, pendant ce temps, Saint-Paul, détaché par Mayenne avec 800 chevaux
et un gros convoi de vivres, gagnait Meaux, filait derrière la Marne et
rendait, le 17 à Paris, avec l'abondance, l'esprit de confiance et de
sédition.

Le 24 juillet, tous les faubourgs de la capitale sont pris par Henri
IV; et la famine reparaît dans cette ville hermétiquement bloquée.

Le duc de Parme, venu de Valenciennes avec 16,000 hommes, rejoint les
12,000 hommes de Mayenne à Meaux, le 23 août.

Le 30, Henri IV lève le siége de Paris qui est aussitôt ravitaillé; avec
ses 33,000 hommes réunis à Chelles, il offre la bataille à Farnèse qui
la refuse; ce dernier se retranche et continue de faciliter
l'approvisionnement de la capitale.

Le duc de Parme, après avoir pris Lagny, entre à Paris le 8 septembre,
tandis que le roi, qui a échoué dans une nouvelle surprise contre la
capitale, disperse en Touraine, Normandie, Champagne, Bourgogne et Brie,
le gros de son armée impatiente de repos. Henri prend position de sa
personne à Senlis, à Compiègne et sur l'Oise, de manière à intercepter
les secours étrangers et les communications de ceux-ci.

La ville de Lagny contenait de grands approvisionnements; elle assurait
à la Ligue la navigation de la Marne: de riches et nombreux convois
descendirent à Paris.

À la fin de novembre, Farnèse rentre en Flandre, après avoir pris
Corbeil.

En janvier 1591, Henri IV recommence le même système de guerre, affamant
Paris, essayant de le surprendre; il s'empare de Chartres et de Noyon.

À la fin de novembre, Mayenne apprend, à Laon, que les Seize et le parti
violent offrent la couronne à l'Espagne; il confie son armée à Guise;
ramassant, avec 700 chevaux d'élite, les garnisons de Soissons et de
Meaux, il arrive à Paris où, à l'aide de la bourgeoisie, il donne la
victoire à un parti plus modéré et moins anti-national.

En décembre, Henri IV assiége Rouen; forcé de lever le siége, en avril
1592, par le duc de Parme, il soutient une campagne glorieuse,
difficile, et indécise.

Le 31 juillet 1593, après l'abjuration d'Henri IV, une trêve est signée
à La Villette pour trois mois: de tous côtés les passions politiques
s'apaisent.

Le 21 mars 1594, le gouverneur Brissac livre Paris à Henri IV; la
Bastille et Vincennes sont ensuite remis; les Espagnols se retirent sur
Soissons. Il semble que la soumission de la capitale confère seule au
roi la légitimité. Dès ce moment il n'y a plus qu'à rallier les factions
vaincues, résister aux prétentions des vainqueurs, cicatriser les plaies
de l'anarchie, et forcer le chef de la Ligue dans son dernier réduit, en
le séparant des plus exaltés ligueurs et de l'étranger.

Le 25 mai, après avoir soumis Rouen, Abbeville, Montreuil, Troyes, Sens,
Riom, Agen, Poitiers, Honfleur, Henri IV assiége, avec 14,000 hommes,
Laon, ancienne place de dépôt devenue la capitale des derniers ligueurs;
il doit se garder contre les 8,000 Espagnols de Mansfeld retranchés à la
Capelle, et contre les garnisons de Lafère, Soissons et Reims, entre
lesquelles manœuvre Mayenne.

Le 22 juillet, après la retraite de l'armée espagnole, la ville
capitule; ensuite Péronne, Roye, Montdidier, La Châtre, Orléans,
Bourges, se rendent.

Les principaux ligueurs font défection en 1595; le roi déclare
ouvertement la guerre à l'Espagne, ce qu'il n'avait osé faire
jusqu'alors: sa nationalité lui créait ainsi plus de forces que
d'obstacles. Le pape lui accorde l'absolution; nonobstant les revers
partiels éprouvés par Henri IV dans cette campagne Mayenne se soumet le
24 janvier 1596 à Folembray.

De 1596 à 1598, le roi prend Lafère, perd et reprend Amiens, et signe à
Vervins la paix avec l'Espagne.

Ainsi le pouvoir royal fut définitivement rétabli en faveur de la maison
de Bourbon, à qui de grandes et diverses destinées étaient encore
promises; ces six années de guerre, pendant lesquelles les deux partis
prirent tour à tour, près de Paris, des positions militaires
importantes; qui virent constamment le roi, habile politique, intrépide
soldat, bon frère d'armes dans toute l'acception militaire du mot,
monarque et général persévérant, sont dignes de méditation,
principalement les campagnes de 1590 et de 1594.

Jamais trône, dans aucun pays, à aucune époque, ne s'était trouvé aussi
bas; un siècle plus tard, avec la même dynastie, il devait frapper
l'univers d'un éclat inouï: mais il lui restait encore des jours
difficiles.

Ce n'est pas sans raison que la mémoire du bon roi, sauveur de la
nationalité française, est restée populaire; sa noble image, qui domine
la vieille cité, a dû souvent gémir de tant de folies, de tant
d'attentats, de tant de revers également funestes à la gloire et à la
puissance de notre malheureuse patrie.

       *       *       *       *       *

21. Le 13 septembre 1647 et le 6 janvier 1648, après les émeutes des 26
et 27 août, la régente Anne d'Autriche sauva également la monarchie,
mais dans des circonstances bien moins graves, en se retirant à
Saint-Germain, avec son gouvernement, pour cerner Paris, qui se soumit
six semaines après.

       *       *       *       *       *

22. Mais, en 1649, Mazarin compromit la royauté dans sa propre cause, en
prolongeant un pouvoir devenu presque impossible; il brava l'opposition
des hommes les plus considérables et une guerre civile qui pouvait avoir
de graves conséquences; il avait fait sortir de Paris, sans une urgente
nécessité, la cour et le gouvernement royal. Une minorité augmente les
difficultés; mais celles-ci ne justifient pas la révolte.

Turenne cherche à excuser ainsi, dans ses mémoires, et longtemps après,
la grande faute où il se laissa alors entraîner: «Il lui répugna
d'autoriser, une entreprise, le départ de la cour, qu'il ne croyait pas
légitime en aucuns temps, et principalement dans une minorité, d'autant
plus que personne encore n'avait pris les armes contre le roi, ni
témoigné aucune désobéissance ouverte; il y avait, à la vérité, des
compagnies qui avaient montré trop d'animation, mais c'était plutôt par
des intérêts particuliers que par un dessein formé de se révolter contre
la cour.»

«Dieu, dit Fléchier, dont les jugements sont des abîmes, voulut affliger
et punir la France par elle-même, et l'abandonna à tous les déréglements
que causent dans un état les dissensions civiles. Souvenez-vous de ce
temps de désordre et de trouble, où l'esprit ténébreux, l'esprit de
discorde confondait le devoir avec la passion, le droit avec l'intérêt,
la bonne cause avec la mauvaise; où les astres les plus brillants
souffrirent presque tous quelque éclipse, et les plus fidèles sujets se
virent entraînés, malgré eux, par le torrent des partis, comme ces
pilotes qui, se trouvant surpris de l'orage en pleine mer, sont
contraints de quitter la route qu'ils veulent tenir, et de s'abandonner
pour un temps au gré des vents et de la tempête. Telle est la justice de
Dieu: telle est l'infirmité naturelle des hommes. Mais le sage revient
aisément à soi, et il y a dans la politique, comme dans la religion, une
espèce de pénitence plus glorieuse que l'innocence même, qui répare
avantageusement un peu de fragilité par des vertus extraordinaires et
par une fermeté continuelle.

«Mais où m’arrêtai-je? votre esprit vous représente déjà, sans doute, M.
de Turenne à la tête des armées du roi. Vous le voyez combattre et
dissiper la rébellion, ramener ceux que le mensonge avait séduits,
rassurer ceux que la crainte avait ébranlés, et crier, comme un autre
Moïse, à toutes les portes d'Israël: _Que ceux qui sont au seigneur se
joignent à moi._ Tantôt sur les rives de la Loire, suivi d'un petit
nombre d'officiers et de domestiques, il court à la défense d'un pont,
et tient ferme contre une armée; et soit la hardiesse de l'entreprise,
soit la seule présence de ce grand homme, soit la protection visible du
ciel, qui rendait les ennemis immobiles, il étonna par sa résolution
ceux qu'il ne pouvait arrêter par la force, et releva par cette prudente
et heureuse témérité l'État penchant vers sa ruine. Tantôt se servant de
tous les avantages des temps et des lieux, il arrête avec peu de troupes
une armée qui venait de vaincre, et mérite les louanges mêmes d'un
ennemi qui, dans les siècles idolâtres, aurait passé pour le dieu des
batailles. Tantôt, vers les bords de la Seine, il oblige, par un traité
un prince étranger, dont il avait pénétré les plus secrètes intentions,
de sortir de France, et d'abandonner les espérances qu'il avait conçues
de profiter de nos désordres.»

       *       *       *       *       *

23. Au commencement de septembre 1672, le duc de Luxembourg cantonna ses
50,000 fantassins et 8,000 chevaux dans la province de Gueldre et la
tête de bêteau: 15,000 fantassins, 4,000 chevaux occupèrent la province
d'Utrecht et les parties avancées; 9,000 fantassins et 2,600 chevaux de
ce corps, c'est-à-dire 16 bataillons et 20 escadrons, furent cantonnés
de la manière suivante, dans et autour de la ville d'Utrecht, grand
quartier-général de l'armée.

Il y aurait eu impossibilité de rassembler, à temps, dans cette grande
ville hostile, les soldats logés par deux chez l'habitant; d'avoir la
nuit les officiers, à qui les portes des maisons seraient peut-être
barricadées.

Deux bataillons furent casernés dans les maisons bourgeoises, à droite
et à gauche de chacune des quatre portes principales, en s'étendant dans
la rue ou le long des remparts, sans solution de continuité.

À défaut de place centrale, où il aurait été convenable de caserner
deux bataillons, huit petites places intérieures ou bâtiments principaux
furent occupés, à l'aide de bons corps de garde défensifs, par autant de
postes de 100 fantassins et de 50 chevaux.

Au besoin, le surplus des troupes aurait été caserné le long des
remparts, de manière à ne pas s'étendre sur plus du tiers de la ville,
dont on embrassait ainsi toute la circonférence.

À chacune des portes principales, il y avait 120 fantassins de garde.

Les quatre faubourgs étaient tous retranchés à leur tête; au faubourg de
la Porte-Blanche, un bataillon et une brigade de cavalerie formaient
l'aile droite. Au faubourg Vyanem, aile gauche, il y avait autant de
troupes. Ces deux annexes embrassaient la ville et communiquaient le
plus facilement avec les deux autres. Dans les faubourgs d'Amsterdam et
de Woorden, on mit 6 bataillons, les dragons et 7 escadrons.

Les bourgeois furent désarmés, on leur fit prêter le serment de
fidélité, des exemples sévères les retinrent dans le devoir.

En cas du révolte dans la ville, autour de laquelle toutes les troupes
étaient constamment concentrées ou casernées sur leurs positions de
combat, 6 bataillons et 7 escadrons des faubourgs pouvaient arriver par
les quatre portes, le surplus des forces extérieures restait sous les
armes.

Il est curieux de lire, dans la correspondance de Louvois et de
Luxembourg, les motifs et les détails de ces mesures de prévoyance
longuement et habilement préparées.

       *       *       *       *       *

24. La surprise de Crémone, par le prince Eugène, en 1702, donne lieu
aux remarques suivantes:

Celui des deux partis qui compte sur un secours, doit occuper,
approvisionner, organiser en réduit une position communiquant avec la
campagne, ainsi que les bâtiments, clochers ou postes voisins.

Il partira de là pour s'emparer: 1° des portes ou poternes de l'enceinte
de la ville; 2° des coupures, passages et ponts existant au travers des
vieilles fortifications, murs de terrasse, rivières à l'intérieur, afin
de resserrer davantage l'autre parti, d'intercepter ses communications
avec le dehors et diviser ses forces au dedans.

Si on ne peut garder ces passages, on les coupe, ou au moins on les
barricade.

On marche à ces défilés, la cavalerie soutenant l'infanterie, les flancs
éclairés; on laisse, entre soi et le réduit, une réserve; et sur les
flancs, des petits corps de garde pour n'être pas pris de côté ou par
derrière.

Si l'on peut se glisser le long d'un obstacle on n'aura qu'un flanc à
couvrir.

On attaque ces positions sur plusieurs têtes de colonnes, par
différentes rues, en flanc, en tête, en queue, la cavalerie échelonnée
sur les côtés pour protéger; des tirailleurs, aussi bien abrités que
possible, visent continuellement aux créneaux les plus dangereux; on
incendie, on menace d'incendier les bâtiments les plus résistants; et,
si on ne le peut, on occupe autour des points dominants.

Les positions enlevées sont immédiatement fortifiées; on garnit de
fusiliers les clochers et maisons extérieures qui complètent ces
réduits.

Des piquets de cavalerie parcourent sans cesse les environs,
interceptent les nouvelles et les secours, gardent les défilés
extérieurs et rapprochés par lesquels on arriverait à la ville.

On avance ensuite, par l'intérieur des maisons, aux arsenaux, magasins
et places ou positions voisines; ou marche également au réduit du parti
opposé pour le bloquer, du côté de la ville, et, s'il est possible
aussi, du côté de la campagne.

Une position attaquée se défend toujours par des contre-attaques en
tête, en queue, sur les flancs.

Si le parti opposé doit être secouru de deux côtés, il faut fortement
occuper l'obstacle qui les sépare; ce parti, au contraire, organise de
l'un à l'autre une communication assurée.

On empêche de cerner, dans leurs quartiers, les troupes et surtout la
cavalerie, en garnissant les clochers et lieux dominants, en face ou à
proximité.

Ne pas s'aventurer, en trop grand nombre, dans une enceinte battue de
feux croisés, sans être appuyé par quelques tirailleurs qui les
contrebattront.

Gagner le pied des murailles et des maisons pour se soustraire à l'effet
du tir.

Les communications les plus importantes, dans un même édifice, ou entre
plusieurs bâtiments faisant système de défense, doivent avoir lieu à
couvert ou sous blindage.



§ IV.

RÉVOLUTION, EMPIRE, RESTAURATION.


25. L'émeute de Varsovie, contre les troupes russes, le 6 et le 7 avril
1794, doit être mentionnée.

La garnison russe comptait 9 bataillons, 8 escadrons, 36 canons, 5 à
6,000 hommes.

1,000 prussiens auxiliaires étaient cantonnés, à une et à deux lieues,
au nord de la ville.

2,000 polonais hostiles, à la disposition de généraux et d'un
gouvernement également hostiles, étaient établis en ville, au nord, au
sud et à l'ouest, dans quatre casernes; ils avaient des magasins
d'armes, de munitions et d'artillerie.

La ville de Varsovie, figurait une demi-circonférence de 2.500 mètres de
rayon, sur la rive gauche et à l'ouest de la Vistule; elle communiquait,
par un pont, avec Praga, sur la rive droite et à l'est; elle renfermait,
dans une enceinte fortifiée, 900 hectares et 125,000 habitants.

Par des affiches, des pièces de théâtre politiques, de fréquentes
alarmes et incendies, par des rumeurs contre les Russes, par des clubs,
on excitait le peuple, on l'attroupait.

Les bourgeois restèrent chez eux, leurs portes fermées, sans prendre
part à la révolte, où figurèrent, sous la direction de quelques
mécontents, des ouvriers, domestiques et paysans, ainsi que des soldats
congédiés venus du dehors; en tout, il y eut 1,000 à 1,200 émeutiers
agissant par bandes de 150.

Plus on approchait du jour de l'émeute, moins on pouvait prévoir qu'elle
dût éclater; cependant, dans la journée du 5, plus de 50,000 cartouches
furent distribuées de main en main.

Le plan de défense était connu des polonais avec qui il avait fallu le
concerter.

4 brigades, espacées de 800 mètres les unes des autres et du quartier
général, fortes chacunes de 2 à 3 bataillons et escadrons, 6 à 10
pièces, devaient occuper au sud, à l'ouest, au centre, au nord de la
ville, mais de trop loin et sans communications suffisamment assurées,
les avenues du quartier général; surveiller et contenir les troupes
polonaises, le pont et le faubourg de Praga.

Le 6, à quatre heures du matin, les polonais commencèrent les
hostilités, ayant pour principal but de parvenir au quartier général.

Les 2 bataillons, 2 escadrons, 9 pièces de la brigade Milaschewicz
occupaient, au sud, le carrefour des Trois-Croix et les grandes rues en
arrière, vers le centre de la ville, pour contenir le régiment polonais
Dzialinsky dans ses casernes.

La tête de cette brigade et ses postes de flancs laissèrent passer ce
régiment: le reste de la brigade l'arrêta et parlementa avec lui pendant
3 heures, sans se mettre en mesure d'agir; lorsque les hostilités
commencèrent, les compagnies contre lesquelles les Polonais s'étaient
présentés, se battirent seules pendant plusieurs heures, sans être
soutenues par le reste de la brigade: cette dernière troupe, qui eût
décidé le succès contre le régiment polonais, ne donna plus signe de vie
pendant les journées du 6 et du 7.

Les deux bataillons de grenadiers, deux compagnies, trois escadrons et
dix pièces de la brigade Van Suchteln, placés depuis le palais de Saxe
jusqu'aux barrières de Wola et de Jérusalem, de l'est à l'ouest de la
ville, dans la partie centrale la plus importante et la plus facile à
tenir, près de laquelle le corps prussien et le parc auraient dû être
réunis, restèrent inactifs, sans se garder, sans voir d'ennemis sérieux,
sans marcher au secours du quartier général, faute des ordres et de la
présence du général de brigade.

Le général Nowiczky vint prendre ce commandement abandonné; et
s'exagérant la position de la 1re brigade, fit sortir la 2e brigade de
la ville, à 11 heures du matin, par une porte ouest; il prit position en
carré, à 500 mètres de l'enceinte, avec le parc d'artillerie laissé à
Wola, sous la garde de deux compagnies et d'un escadron; en ce moment,
Nowiczky disposait de 4 bataillons, 5 escadrons et 24 canons.

De ces troupes, sorties si mal à propos de Varsovie, il en rentra 3
bataillons, 4 escadrons et 16 pièces, en une colonne profonde, à 2
heures et demie du soir; la tête parvint jusqu'au palais de Saxe, à 500
mètres du général en chef, dans un quartier tranquille et ouvert.

Mais, après trois heures de station, alors que l'insurrection se croyait
perdue à la vue d'une pareille colonne, contre laquelle aucun coup de
fusil n'avait été tiré des fenêtres, on fut étonné de voir cette troupe,
à 6 heures du soir, rétrograder jusqu'au dehors de la ville, devant 50
émeutiers qui faisaient mine de lui disputer le passage avec un canon.
Des compagnies entières de ce corps s'étaient débandées pour piller:
elles furent plus tard massacrées ou prises.

La colonne rejoignit, sans être nullement inquiétée, le général Nowiczky
qui l'avait détachée; le corps entier fit halte jusqu'à minuit, puis se
retira à deux lieues de la ville; le lendemain, à midi, le général
Nowiczky se mit en marche, avec tout son monde, vers les grands
équipages, vis-à-vis Karczew, sans s'occuper de ce qui se passait en
ville. Le 19 avril, à Sgersche, le général en chef eut seulement des
nouvelles de ce corps.

Les trois bataillons et deux escadrons de la brigade du comte de Zouboff
devaient garder le centre de la ville, plus au nord, direction
ouest-est, ainsi que le passage de la Vistule.

Un bataillon suivit le mouvement de retraite de la précédente brigade;
un autre fut massacré dans une église où il communiait sans armes. Le 7,
au soir, le 3e bataillon et l'hôpital évacuèrent tranquillement Praga,
sur transports fournis par l'autorité municipale; ils rejoignirent, le
13 avril, le général en chef à Modlack.

Pendant l'émeute, toutes les attaques furent dirigées contre le quartier
du général en chef Igelstrom, rue Podwal, par quatre bandes de 150
hommes, occupant du côté de la Vieille ville et de l'arsenal, à 300
mètres de distance, les maisons de seigneurs et les carrefours
environnants, pour bloquer et fusiller les troupes du quartier général.

Ce quartier général, dans une partie de ville rétrécie et hostile, non
centrale par rapport aux autorités ou troupes polonaises et à la ville
de Varsovie elle-même, aurait dû être placé rue Krolewska, près du
palais de Saxe.

Le matin du 6, l'ennemi fut partout repoussé autour de cette position,
avec perte en hommes et en canons. À 2 heures après midi, il renouvela
ses attaques; dans l'intervalle il s'était borné à tirer des fenêtres
et des coins de rues contre les postes russes qui répondaient à ce feu.

Ceux-ci résistèrent espérant être rejoints par les autres brigades: mais
les tiraillements de l'état-major général, l'irrésolution des chefs
détachés, les corps entiers débandés, le passage subit d'un excès de
confiance au découragement; et, pardessus tout, le quartier général
bloqué de près, sans possibilité de communiquer avec les autres
brigades, ne permirent aucune bonne résolution.

Les troupes du quartier général auraient pu marcher aux détachements et
les réunir: mais on craignit d'abandonner les archives non encore
brûlées.

Le soir, on ne fut plus assailli que par le quart des rassemblements du
matin; la nuit fut tranquille et aurait permis une retraite facile.

Au commencement, le quartier général avait été défendu par un bataillon
et deux escadrons; ces troupes furent successivement renforcées le 6,
avant 7 heures du soir, par les deux bataillons de la 4e brigade.

Celle-ci, chargée de défendre la partie nord de la ville, très-hostile,
et en face de trois quartiers de troupes polonaises, se retira d'abord
en dehors de Varsovie sur les Prussiens; puis, au bruit de la fusillade,
elle revint assez facilement sur le quartier général.

Au jour, les Polonais informés de la retraite définitive et inespérée de
la 2e brigade, moitié de la garnison, reprirent avec la plus grande
vivacité toutes leurs attaques, jusque-là successivement ralenties ou
abandonnées; ils cernèrent le quartier général, de plus près, et au
point de le rendre inhabitable: le moral des troupes était abattu.

700 hommes, 50 chevaux et 4 canons restaient au quartier général ou dans
une cour voisine.

Le 7, vers 8 heures du matin, le général en chef se retira avec 350
hommes, sur les Prussiens, par le nord de la ville, à travers une suite
d'enclos où l'on ouvrit des passages; on évita ainsi les positions
investissantes, le feu des maisons occupées et l'artillerie des
insurgés. À 10 heures, on rejoignit, dans un assez grand désordre, mais
avec perte seulement de 30 hommes, la cavalerie prussienne à la barrière
de Powonsck: on fut camper avec les Prussiens à Babice.

Pendant la nuit, un demi-escadron du quartier général avait porté, à ce
corps auxiliaire, l'ordre de se joindre, vers Wola, à la brigade
Nowiczky, pour rentrer en ville au secours du général en chef: lorsque
les Prussiens rencontrèrent celui-ci, en retraite, ils exécutaient cette
marche.

Le colonel Parfentiew et les 400 hommes du quartier-général ne
suivirent pas le mouvement de retraite; ils furent forcés, dans la
soirée, par l'insurrection.

Les Russes perdirent, à Varsovie, plus du tiers de leur garnison et 11
pièces de canon.

Le 7, à quatre heures du soir, le corps russo-prussien vint camper à
Modzin, à trois quarts de lieue de Varsovie.

Le 8 avril, il coucha à Sakroczin.

Le 19, à Sgersche.

L'arrivée, près de Varsovie, des troupes prussiennes, dont le général
Igelstrom ne voulut pas profiter; les imprudentes propositions
d'accommodement; la retraite intempestive d'une brigade russe, furent
autant de causes d'exaltation pour les insurgés.

Ainsi que dans plusieurs affaires de ce genre, l'honneur militaire fut
ici compromis, devant des forces très-intérieures, par le défaut de
vigilance et de bonnes dispositions; par l'irrésolution des chefs
détachés; par de longs pourparlers toujours dangereux; par des
tiraillements dans l'état-major-général; il en résulta des revers
inattendus; ceux-ci abattirent entièrement le moral d'une troupe qui,
mieux dirigée, eût glorieusement fait son devoir, et éprouvé beaucoup
moins de perte.

       *       *       *       *       *

26. Dans la soirée du 12 vendémiaire an 3, les pourparlers, les
hésitations et la retraite intempestive du général chargé d'arrêter les
sectionnaires Lepelletier, au couvent des filles Saint-Thomas, à Paris,
enhardirent ces réactionnaires, augmentèrent le nombre de leurs
partisans; aussi, le lendemain, osèrent-ils attaquer la Convention, aux
Tuileries, avec 40,000 hommes armés.

Le 13, Bonaparte adopta pour ligne de défense, autour de la Convention,
la Seine, depuis le pont Louis XV jusqu'au Pont-Neuf, le Louvre, les
débouchés de la rue Saint-Honoré depuis la rue de Rohan jusqu'à la place
de la Concorde; il repoussa, il foudroya, avec l'artillerie et les 5,000
hommes de l'armée conventionnelle, cette émeute qui attaquait
imprudemment par colonnes compactes de 4.000 hommes.

Pendant la nuit, il empêcha, par quelques volées de coups de canons,
l'élévation des barricades que tentèrent de construire les moins
découragés; le peuple, ouvrier ordinaire des barricades, n'appuyait pas
ce mouvement contre-révolutionnaire.

Le 14, la section Lepelletier fut désarmée.

Dans ces journées, Bonaparte n'hésita pas à prendre parti pour la
Convention, malgré ses odieux excès antérieurs. Il comprit, qu'entre un
pouvoir existant, qui avait traversé les plus redoutables crises, et une
masse agitée sans union, sans influence dans le pays, le salut de la
France ne permettait pas d'hésiter.

Le commandement de l'armée d'Italie fut la récompense de cette haute
pensée d'ordre à laquelle il demeura toujours fidèle, même aux dépens de
son pouvoir, dans les phases les plus diverses d'une prodigieuse
existence; de tous ses lauriers, celui de vendémiaire ne fut pas un des
moins utiles. La postérité remarquera qu'il le cueillit au commencement
de sa carrière, à l'aide d'un coup d'œil et d'une énergie également
exceptionnels. Ce début résume tout ce qui, dans cette grande nature,
restera le plus cher à la France et à la civilisation.

La gloire militaire de Napoléon sera sans égale, et cependant la
postérité admirera encore plus son génie politique: il révèla à un
siècle égaré les éternelles conditions du pouvoir et des sociétés; et
rien ne marche encore que par ce qui reste de sa vigoureuse impulsion.

Jamais chef d'État n'eut, contre l'anarchie, une soudaineté, une vigueur
de résolution, des colères, des antipathies égales aux siennes: son
exceptionnelle nature repoussait énergiquement toutes les impuretés des
aberrations humaines, attirait, élevait à elle ce qui était vrai,
utile, grand et beau.

Les rois l'ont abattu et persécuté: mais sa mémoire restera le dieu Lare
du foyer populaire; tout ce qu'il a fait, tout ce qu'il a dit y sera, de
génération en génération, admiré et cru. Le peuple, dérouté par les
mauvais exemples et les mauvaises leçons du siècle, n'ayant plus de foi
que pour Napoléon, ne connaîtra d'idées nobles et sensées que celles de
son héroïque légende. Sophistes qui conduisîtes l'Europe à l'anarchie et
à la ruine, expliquez le double mystère de cette mission et de cette
popularité également providentielles.

       *       *       *       *       *

27. Le 1er mai 1808, les gens de la campagne, accourus dans Madrid, se
joignirent aux groupes nombreux de mécontents, surtout à la Puerta del
Sol, grande place centrale qui lie les rues principales de Mayor,
d'Alcala, de Montera, de Las Carretas; quelques escadrons de dragons
maintinrent cette multitude.

Le 2 mai, malgré les dispositions de la junte, Murat persista à faire
partir le reste de la famille royale; la vue d'un aide-de-camp français,
envoyé pour la complimenter, fut le signal d'une rixe qui bientôt excita
un soulèvement universel.

Les révoltés firent main basse sur les militaires isolés, qui,
nonobstant les ordres de l'Empereur, étaient dispersés, soit dans les
maisons de la ville, soit en corvée.

Murat monte à cheval, se place, avec la cavalerie de la garde, en dehors
des quartiers populeux, derrière le palais, près de la porte par
laquelle devait arriver une des divisions extérieures, sur une position
dominante, d'où il sera libre de déboucher dans toutes les directions.

Il fait entrer en ville et marcher sur la Puerta del Sol, par les
principales communications, les différents camps extérieurs ou corps
cantonnés à la circonférence.

Ces colonnes, venant à la rencontre l'une de l'autre, avaient rejeté sur
la place centrale la multitude furieuse, n'ayant même plus la liberté de
fuir. La cavalerie de la garde la dispersa.

La foule repoussée se réfugia dans les maisons et tira par les fenêtres;
les troupes firent des exécutions. La lutte la plus opiniâtre eut lieu à
l'arsenal; une partie de la garnison espagnole y était renfermée avec
ordre de ne pas combattre. Des insurgés s'y portèrent, firent feu sur
nos troupes, et le corps des artilleurs espagnols se trouva malgré lui
engagé.

L'attaque, à découvert, d'un édifice d'où partait un feu vif de
mousqueterie, nous coûta quelques hommes; nos soldats débusquèrent les
défenseurs, et l'arsenal fut pris, avant que le peuple pût s'emparer des
armes et des munitions.

En deux heures, cette redoutable émeute fut ainsi réprimée, mais non
sans carnage; d'abord, à l'hôtel des Postes, une commission militaire
faisait fusiller les paysans pris les armes à la main; la cavalerie,
dans la campagne, n'accordait aucun quartier aux fuyards, les ministres
espagnols et le chef d'état-major français firent cesser le combat
partout, et les premiers obtinrent la fin des exécutions.

Cette journée ôta à la populace de Madrid tout espoir de résister, même
à nos jeunes soldats dirigés par de vieux cadres. L'un des infants dit
le soir à Murat: «_Enfin on ne nous répétera plus que des paysans armés
de couteaux peuvent venir à bout de troupes régulières._» Les insurgés
avaient perdu 400 hommes, les Français 100 soldats; mais une exagération
salutaire donnait à cette journée plus d'importance; dès cet instant
Murat aurait pu tout oser. Le lendemain, il fit partir sans difficulté
le reste de la famille royale.

Le 4 décembre 1808, Napoléon reprit Madrid que le roi Joseph avait
évacué le 2 août.

Mais, se bornant à cantonner militairement son armée dans les principaux
quartiers de la ville et surtout dans les couvents; à faire opérer un
désarmement général, il resta, lui et son frère, à deux lieues au
dehors. Son intention était de réduire cette capitale, sous un long
régime d'état de siége, avant d'y laisser rentrer le roi Joseph, dont le
gouvernement n'aurait pu s'établir convenablement au milieu de
l'anarchie.

Il organisa, comme noyau d'armée espagnole, 16,000 soldats d'élite
presque tous étrangers.

La hauteur du Buen-Retiro fut entourée d'une enceinte, dont le parc et
la fabrique de la China formaient le réduit fortifié. Celui-ci
renfermait un hôpital, des magasins de matériel et de vivres
considérables; le tout devait exiger une attaque régulière.

Le 22 janvier 1809, mais après les succès de la Corogne et d'Uclès,
alors que l'insurrection paraissait définitivement abandonnée et
vaincue, Joseph fit son entrée dans Madrid à la tête des plus belles
divisions françaises.

       *       *       *       *       *

28. En juillet 1830, le gouvernement avait un excès de confiance;
l'apparition de la troupe, jusqu'alors, avait suffi pour dissiper les
plus forts rassemblements; il ne prit pas toutes les dispositions
indispensables pour pouvoir tenir pendant plusieurs jours, contre une
rébellion armée, au milieu d'une population généralement mal disposée;
position dont personne, pour ainsi dire, n'avait encore vu d'exemple, et
que l'histoire seule pouvait faire supposer possible.

Le 26 juillet 1830, des piquets commandés à la hâte par les premiers
officiers qui se trouvèrent dans les casernes, furent s'établir dans les
différents quartiers de Paris; ils y passèrent la nuit, sur le qui-vive
et sans provisions; pendant ce temps, les curieux et mécontents
s'assemblèrent et s'excitèrent autour d'eux; on brisa les réverbères et
les insignes de la royauté.

Le lendemain, l'autorité, ne voyant encore qu'une émeute et non une
révolution, fit soutenir ces différents piquets par des détachements
d'autres corps, au fur et à mesura des progrès de la révolte et des
demandes de la police.

Les mécontents élevèrent, dans tout Paris, un nombre infini de
barricades; ils séparèrent, ainsi, ces différents petits détachements,
entre eux, de l'état-major général, des vivres, des munitions, des
casernes ou des mairies, et les annulèrent entièrement.

Le 28, le pouvoir, au lieu de rallier ses débris dans le grand quartier
militaire formé par le Louvre, les Tuileries, le Palais-Royal, les
casernes du quai d'Orsay, Babylone, les Invalides, l'École militaire et
le Trocadéro, pour y attendre les autres troupes de la 1re division,
ainsi que le camp de Saint-Omer, et pour profiter plus tard des embarras
de l'insurrection, battit en retraite sur Versailles et Rambouillet.

Le roi Charles X pouvait prendre une bonne position autour de Paris;
soit sur la basse Seine à Saint-Denis, Courbevoie et Saint-Cloud; soit
au-dessus de la capitale; suit sous le canon de Vincennes; il pouvait
également se retirer sur la Loire, comme le fit Henri III en 1588, en
une circonstance pareille. Sa position, au dehors de la capitale, au
moment de la révolte, lui assurait de grands avantages.

Dans l'un ou l'autre cas, il eût causé de sérieux embarras au nouveau
gouvernement, ou plutôt à la révolte que celui-ci allait avoir à
combattre; la province suivit le mouvement de la capitale, et l'armée
bientôt s'affaiblit. L'affaire de Rambouillet précipita une conclusion
dès lors inévitable.

Des quatre fautes qui amenèrent cette catastrophe, deux, le manque
d'approvisionnements et de prévoyance; l'inaction du roi Charles X
pendant, ou plutôt, après l'émeute, sont le fait du gouvernement.

Les deux autres sont militaires; mais la première ne pourrait être
reprochée au maréchal Marmont sans injustice. Ce chef, après le
dévouement dont il fit preuve, fut blâmé; il se serait bien autrement
exposé à cette disgrâce, si renonçant, comme l’expérience le
conseillerait aujourd'hui, en pareille circonstance, à maintenir la
tranquillité, à assurer la vie et les propriétés des citoyens, ainsi que
l'exercice de l'autorité royale dans tout Paris à la fois, il s'était
borné, en attendant l'arrivée des renforts, à occuper militairement la
partie la plus importante de la capitale, et, selon les circonstances, à
offrir, pour les autres quartiers, son appui aux détachements de gardes
nationaux disposés à faire leur devoir en maintenant l'ordre.

Cette dernière tactique sauve également des inconvénients dans lesquels
tombèrent Henri III en 1588, qui, en défendant le centre du
gouvernement, s'y laissa bloquer; et Marmont en 1830, qui, voulant tout
contenir, ne fut assez fort nulle part; justifiée par les événements de
Lyon, en 1831, elle doit être suivie, dans un grand nombre de cas avec
les précautions qui seront indiquées.

Quoi qu'il en soit, cette révolution allait être, pour elle-même, le
plus dangereux précédent, si elle ne pouvait pas réduire à l'impuissance
les idées anarchiques.



§ V.

DEPUIS 1830.


29. L'émeute qui eut lieu à Bruxelles, du 22 au 26 septembre 1830, donne
lieu aux observations suivantes:

Le 22, une division hollandaise de 12,000 hommes, arrivée en vue de la
ville, ne profita pas de l'imprudence que commirent les révoltés d'aller
au-devant d'elle: cette division pouvait attirer les insurgés à une
affaire décisive et les envelopper.

On négligea de s'emparer des portes ou de les masquer; l'arrivée des
secours entretint le moral des rebelles, et décida, le 27, l'évacuation
de la ville.

       *       *       *       *       *

30. En novembre 1831, le lieutenant général Roguet, ayant à combattre, à
Lyon, avec peu de troupes, à la suite des journées de juillet, une
première et sérieuse insurrection, rallia ses forces, par une sortie
vigoureuse à travers le faubourg Saint-Clair, sur la position de
Montessuy.

Il maintint l'honneur du drapeau, prit sur lui de donner des ordres aux
troupes et gardes nationales des divisions voisines, les fit converger
sur Lyon en poste ou en bateau à vapeur, et réunit du grands moyens
contre l'insurrection bientôt effrayée de son isolement.

Peu de jours après, le duc d'Orléans put rentrer, avec une véritable
armée, dans la ville déjà soumise.

       *       *       *       *       *

31. Lors des émeutes des 5 et 6 juin, les premières qui, à Paris,
menacèrent le Gouvernement de juillet, un ministre exprimait au conseil
ses inquiétudes; quelqu'un proposa de signer l'ordre suivant: «_Le
maréchal Lobeau, investi du commandement supérieur de toutes les forces
réunies dans et autour de la capitale, est chargé, sur sa
responsabilité, d'y rétablir l'ordre._» La signature apposée, on dit:
_Maintenant il n'y a plus rien à faire_.

L'émeute fut vigoureusement comprimée, nonobstant des fautes de détail
et l'apparition inquiétante de quelques groupes hostiles de gardes
nationaux, vrais ou supposés. Le roi saisit habilement le moment de sa
rentrée dans Paris et la rendit décisive.

Dans ces journées et celles qui successivement menacèrent l'existence du
Gouvernement de juillet, celui-ci fut chaque fois sauvé grâces aux
circonstances suivantes:

1° Unité de commandement militaire dans la 1re division;

2° Concours de la majeure partie de la garde nationale;

3° Lassitude dans la bourgeoisie de tous genres de troubles, par suite
de la révolution de juillet, encore trop récente, et aux périls de
laquelle on avait miraculeusement échappé;

4° Défaut de prétexte plausible pour l'émeute qui voulait évidemment une
révolution et ne savait pas neutraliser, égarer la population, en
masquant ses projets;

5° Intervention utile, au moment décisif, du roi et des princes;

6° Enfin, l'ascendant de la vieille expérience du maréchal Soult et de
toutes les traditions militaires qu'il représentait.

«Le gouvernement ne doit pas dédaigner des troubles qui ont déjà
plusieurs fois eu lieu sans danger; quoique tout nuage n'excite pas une
tempête, il en viendra, s'il en passe beaucoup, enfin un qui crèvera et
donnera le vent.

     «BACON.»

       *       *       *       *       *

32. L'émeute de Clermont-Ferrand, dans les journées des 9, 10 et 11
septembre 1841, donne lieu aux remarques suivantes:

Le 9, à 6 heures et demie du soir, une compagnie du 16e léger, chargée
de protéger l'opération du recensement contre 200 factieux, reçoit
prématurément l'ordre du faire feu; des gardes nationaux, mêlés aux
groupes pour les calmer, sont atteints. La population exaspérée se
prépare au combat, qui commence le lendemain matin.

Le 10, à midi, les 1,200 hommes du 16e léger et les dragons se
concentrent et se barricadent autour de la préfecture, de la mairie, sur
les places de la Poterne et d'Espagne. L'absence de postes aux
barrières, de patrouiller dans et autour de la ville, permet l'entrée
des paysans des environs; une barricade est élevée de la maison Uscale,
à la Petite-Fontaine.

Pendant le combat, de 6 heures du soir à minuit, la troupe ne perd que
la position de la poudrière.

Les insurgés établissent des postes chez les boulangers de la ville
basse, et songent à couper l'eau à la ville haute. Dans leurs attaques
infructueuses, ils ont 50 tués et 100 blessés.

Le 11, après quarante-huit heures de pillage, les insurges abandonnent
la ville et se retirent dans deux villages voisin. Le lendemain, la
troupe reprend toutes les positions évacuées.

De l'infanterie et de l'artillerie furent envoyées de Lyon et de
Bourges; les troubles de Moulins, Mâcon et Châlons, empêchèrent les
garnisons de ces villes d'arriver.

       *       *       *       *       *

33. Pendant la lutte, plus politique que militaire, mais si sérieuse de
février 1848, on remarque un concours de circonstances fatalement
décisives.

Une revue étrangère, bien informée, a traité ce sujet de manière à ne
plus laisser rien à dire de nouveau après elle. Nonobstant son point de
vue particulier, nous la prendrons pour guide, chaque fois que nous
aurons il parler des mêmes événements.

Elle a signalé, avant tout, une prospérité inouïe qui, exaltant les
ambitions et poussant chacune au delà des limites de la prudence, avait
amené un véritable malaise dans les affaires.

Un nombre d'ennemis, et parmi lesquels de très-redoutables,
successivement grossi d'année en année, par tant d'ambitions non
satisfaites.

Peu pour défendre résolument le présent, quelque riche d'avenir qu'il
fût; beaucoup trop pour l'attaquer. Chez tous, un vague et inexplicable
désir d'innovation.

Ensuite, on a remarqué le défaut d'unité dans le commandement de toutes
les forces militaires réunies à Paris.

La moins bonne partie de la garde nationale s'assembla d'abord et devint
maîtresse des plus importantes positions; le reste, abandonné aux
menées des partis, passa successivement de l'inquiétude à
l'indifférence, de celle-ci à la turbulence ou à l'hostilité.

De graves changements dans les commandements militaires les plus
importants, intempestivement faits, au moment le plus critique, quant au
personnel et aux circonscriptions.

Une succession rapidement fatale de ministres et de commandants de la
garde nationale, qui n'eurent même pas le temps d'agir et de se faire
connaître.

Un moment, le Roi veut rallier son gouvernement, son armée autour de
Vincennes: heureuse pensée qui n'est pas suivie.

Un changement de règne, dans une pareille crise, devait immédiatement
briser, disperser tous les pouvoirs, décourager les plus fermes
dévouements; la prépondérance, que le roi exerçait autour de lui, ne
pouvait alors être ni déléguée, ni suppléée, ni supprimée.

On sait comment fut accueillie la courageuse démarche de la duchesse
d'Orléans, du duc de Nemours et des deux jeunes princes: dans cette
heure solennelle, un groupe d'inconnus, d'étrangers peut-être, dispose
de la société surprise.

La chambre, cornue tous les pouvoirs légaux, devait être méconnue tant
qu'elle resterait sous la pression de l'émeute; il était urgent de s'y
dérober; il fallait suivre cette autre pensée de rallier l'armée à
Saint-Cloud; un fatal et généreux espoir entraîna la monarchie.

Au milieu de si graves événements, on ne fut pas assez en rapport avec
les populations.

On a aussi constaté le défaut d'approvisionnements nécessaires; le long
stationnement des troupes au milieu des rassemblements; leur emploi en
fortes colonnes isolées, sans les points d'appui indispensables.

Enfin, ajoute-t-on, une pensée générale d'opposition, dans le but
d'arracher quelques réformes à un Gouvernement qu'on ne voulait pas
renverser, mais d'autant plus violemment attaqué qu'on le croyait
inébranlable; pas assez de croyance au droit, ou plutôt au devoir de
résister à l'anarchie; beaucoup trop de confiance dans la force de la
légalité et dans la raison du pays.

«Le prince ne doit pas mesurer le danger sur la justice des motifs qui
ont aliéné les esprits, ce serait supposer au peuple plus de raison
qu'il n'en a: souvent il regimbe contre ce qui peut lui être le plus
utile.»

     «BACON.»

Ce Gouvernement s'est manqué à lui-même, par trop de confiance dans ses
bonnes intentions et dans l'évidente nécessité de son existence; il eut,
d'ailleurs, le tort grave de prendre au sérieux le régime
constitutionnel dans un pays où, à de certains jours, rien ne paraît
être sérieux.

Mais, a-t-on dit, pourquoi chercher les causes d'une catastrophe qui
restera inexplicable?

Une royauté paraissait forte par sa tête, par ses rejetons, par son
avenir, par les principes divers qu'elle représentait, par sa nécessité,
par une armée, des ministres, des généraux également éprouvés; cette
royauté, dont l'origine remontait aux premiers âges de notre monarchie,
et qui rappelait à la France ses plus grandes splendeurs, avait fait
trôner auprès d'elle, pendant 18 années de prospérité inouïe, les
principes les plus sages de la bourgeoisie: en trois jours elle fut
jetée aux abîmes.

La postérité aura peine à le comprendre; les contemporains, pour qui
l'instabilité était devenue habitude ou besoin, en sont eux-mêmes encore
étonnés.

Les chefs des peuplades sauvages ont d'autant plus d'inquiétude et de
vigilance que leurs tribus sont plus prospères; que les récoltes, que
les troupeaux sont plus riches; ils disent alors: _Méfie-toi, la
prospérité, c'est l'ivresse_: On s'est demandé s'il devait en être de
même des peuples civilisés?...

       *       *       *       *       *

34. Lors de l'émeute de juin 1848, toutes les forces avaient d'abord été
concentrées près des Invalides, à l'extrémité du quartier militaire de
la capitale, sans détachements dans les faubourgs Saint-Antoine,
Saint-Marceau et Saint-Denis, comme centres extérieurs de résistance;
les approvisionnements de combat étaient insuffisants; la lutte fut
sanglante.

Grâce au pouvoir unique et respecté de l'Assemblée, au péril évident qui
menaçait la société, à de nobles dévouements dans l'armée et la garde
nationale, à la précision, à la vigueur des opérations, à l'élan des
provinces, le succès définitif resta assuré.

L'arrivée d'un grand convoi de munitions fut décisive.

Pour ces divers motifs, vu les circonstances et le faible effectif des
troupes au premier moment, cette concentration, sur l'opportunité de
laquelle les militaires et les hommes d'état seront souvent partagés,
fut peut-être utile; ces journées eurent, d'ailleurs, après celles de
février une immense portée. Honneur aux généraux et aux soldats! Honneur
à tant de victimes du plus noble devoir!

       *       *       *       *       *

35. L'émeute du 13 juin 1849, si heureusement comprimée, prouve que le
plus souvent ces sortes de mouvements commencent par une grande
démonstration; une colonne se porte, avec un drapeau ou à un certain cri
de ralliement, à un lieu convenable pour faire éclater la révolte.

Attendre cette colonne à l'endroit choisi pour couronner la
manifestation; chercher à résister de front à une masse qui se grossit
en avançant de toute la foule des curieux, et dont la force morale peut
devenir irrésistible au terme, serait une faute.

Il faut charger transversalement sur ses flancs allongés; une double
masse, composée de cavalerie en tête et d'infanterie, débouche d'une rue
latérale; chaque colonne rabat sur l'un des deux côtés, et refoule la
moitié séparée jusqu'à une bonne position, dont on occupe toutes les
avenues; La cavalerie charge au milieu; l'infanterie l'appuie à droite
et à gauche.

       *       *       *       *       *

36. Ces luttes, quelquefois usitées chez les anciens, très-souvent au
moyen-âge, sont devenues plus sérieuses aujourd'hui, par suite de
l'usage des armes à feu; du grand nombre de grosses voitures, barricades
roulantes en circulation dans les grandes villes; de la nature du pavage
des rues et des constructions qui les bordent; du système de recrutement
qui jette chaque année, en dehors des armées, la partie la plus
militaire de la population dès-lors déclassée; de l'extension exagérée
de l'industrie; de la misère accidentelle qu'elle occasionne, dans des
masses agglomérées d'ouvriers de même état; d'un luxe surabondant
d'aspirants aux fonctions publiques de tous les degrés; mais, surtout,
d'une centralisation imprudente et de l'affaiblissement graduel de tous
les pouvoirs.

De l'examen de chacun des faits précédents résultent des principes
généraux et la nécessité de les modifier selon les circonstances.

Nous essaierons de tenir compte de ces graves enseignements. Problème
difficile, important, digne des méditations des hommes d'état, des
militaires et des amis de l'humanité, non dans l'intérêt de la France
mais de l'Europe: la première a eu trop à souffrir des révolutions pour
désormais s'y exposer.

       *       *       *       *       *

Heureuse la nouvelle génération européenne, si le hideux tableau des
luttes intestines, des excès barbares des âges passés; si le souvenir
plus saisissant des jours néfastes qui l'ont vu grandir, pouvait la
dégoûter, pour longtemps, de l'anarchie, et rendre oiseuse toute
préoccupation à l'égard des moyens de prévenir ou de réprimer les
désordres de la guerre civile.



CHAPITRE II.

_Différents partis à prendre en cas d'émeute._



§ 1er.

RÉPRIMER LA RÉVOLTE DANS TOUTE LA VILLE.


37. Selon l'état moral de la troupe, de la garde nationale, de la
population, des provinces, des insurgés; selon les desseins avoués ou
secrets des factions, les forces respectives de tous, la nature du
théâtre de la lutte, la position du Gouvernement vis-à-vis les pouvoirs
légaux et l'étranger, il y a quatre partis différents à prendre, de
prime-abord, en cas de révolte.

1° N'évacuer aucun quartier, réprimer partout l'émeute;

2° Occuper un quartier militaire, sauf à agir ultérieurement au dehors
de ce grand réduit;

3° Concentrer toutes ses forces dans une position extérieure, contiguë,
dominante;

4° Se replier sur une place voisine pour revenir, avec toutes les forces
réunies, contre la capitale.

38. Le premier parti est ordinairement suivi; c'est le plus naturel:
celui que conseillent à la fois l'humanité, la politique et les devoirs
imposés à un Gouvernement dans sa capitale.

Le plus souvent, il restreint l'insurrection et ses ravages; il permet
d'éviter, dans tout le pays, une commotion sanglante; il empêche les
dévouements de faiblir, les moyens répressifs d'échapper; il couvre
mieux le Gouvernement menacé, en s'opposant directement à l'installation
des pouvoirs révolutionnaires: nous nous en occuperons spécialement dans
ce mémoire.

Avant de s'arrêter à ce premier parti, il faut bien examiner la
situation, peser toutes choses et leurs conséquences; les émeutes
deviennent chaque jour plus fréquentes, redoutables et décisives.

Il faut savoir si l'on peut, si l'on veut livrer bataille à l'intérieur,
partout ou se présentera la révolte; si l'on est sûr de rester toujours
calme au milieu du dédale immense des différents quartiers hostiles; en
présence des vagues frémissantes d'une population follement
impressionnable, qui sera, dans de certaines circonstances, à la suite,
à la discrétion apparente ou réelle des partis les plus audacieux; si
l'on doit compter sur l'inébranlable solidité de la troupe, même au delà
de l'heure suprême; si la nature de la ville, les communications et
obstacles qui la traversent, les positions qui y existent, facilitent la
lutte; si une trop grande concentration ne donnerait pas plus de force
et d'audace à l'insurrection que de chances à la répression; si le
pouvoir sera certain de rester toujours un et fort; si, au milieu des
surprises, des péripéties qui vont augmenter ses embarras, il ne sera
pas exposé à laisser échapper ses moyens d'action les plus essentiels et
jusqu'à l'autorité suprême.

Dans une ville de province, où l'existence du Gouvernement ne peut être
mise en question, et plus encore dans toute ville étrangère, différentes
circonstances pourraient faire rejeter ce parti comme anti-militaire, si
la question d'humanité ne devait pas le plus souvent dominer.



§ II.

OCCUPER UN QUARTIER MILITAIRE.


39. Le second parti, c'est-à-dire la concentration dans et autour d'un
grand quartier militaire, est plus conforme aux règles spéciales de la
guerre; différentes circonstances, détaillées précédemment, peuvent le
faire préférer, même au point de vue politique; il est moins exclusif,
moins absolu; il n'abandonne pas entièrement la population à tous les
écarts et à toutes les influences.

Ce parti se prête d'ailleurs merveilleusement, pendant la lutte même,
aux modifications devenues désirables, soit pour passer au premier plan,
soit pour adopter successivement les deux derniers; il permet de tenir
compte de toutes les éventualités et circonstances ultérieures, si
variables, si imprévues.

Il serait dangereux, inhumain et souvent inutile d'en venir de suite,
sans une impérieuse nécessité évidemment démontrée par l'insuccès des
premiers plans successivement et sérieusement essayés, au parti extrême
de l'évacuation complète, du blocus et du bombardement; il faut se
résoudre à combattre énergiquement, dans la ville même, et s'organiser
de longue main en conséquence.

40. Ce système de défense doit être adopté par une garnison inférieure,
chargée de maintenir une population nombreuse, en s'appuyant à une
position intérieure fortifiée, d'où elle peut donner la main aux amis de
l'ordre.

Si elle abandonnait la ville, ses forces affaiblies, en s'éloignant de
la citadelle et de ses partisans, éprouveraient de grandes pertes au
milieu d'une masse d'insurgés rapidement accrue sur la ligne de
retraite: les plus graves désordres seraient commis dans la ville
évacuée.

41. Ce parti et le précédent sont les seuls à prendre, à l'égard de
toute ville amie ou ennemie fortifiée d'une enceinte continue, derrière
laquelle l'insurrection pourrait longtemps se défendre, avec des
approvisionnements et moyens suffisants.

Ils sont encore les plus convenables, malgré l'existence et la
possession des forts dominants les rares issues de cette enceinte et
toutes les avenues du la ville.

42. Dès que les attroupements menacent d'une émeute, la garde nationale
a dû faire d'abord ses efforts pour éloigner cette triste éventualité;
elle tient bon, et se replie, en cas de nécessité, sur les casernes et
mairies.

Pendant ce temps, la troupe de ligne disposée, dès le premier bruit, à
prendre les armes, et restée jusque-là au repos, sort de ses casernes
pour occuper militairement le quartier de la ville le plus favorable.

Elle prend position à l'intérieur des principaux établissements qui s'y
trouvent, et où ont été rassemblés des approvisionnements de vivres, de
munitions et de tout ce qui est indispensable pour faciliter la défense
ou l'attaque dans ce genre de guerre.

       *       *       *       *       *

43. Le quartier militaire de défense choisi doit, autant que possible,
dominer le reste de la ville et le dehors; communiquer facilement avec
eux sans défilés intermédiaires; être à cheval sur les obstacles qui
traversent la cité; renfermer le centre du gouvernement, les grandes
administrations, les principaux magasins de vivres et de munitions ou,
au moins, les couvrir; isoler les uns des autres les différents
arrondissements insurgés; communiquer directement avec la capitale ou
avec les villes et contrées principales d'où l'on peut être secouru.

Il serait à désirer qu'il fût séparé de la partie de cité non occupée
par une enceinte d'obstacles ou de grandes communications faciles à
garder; et qu'il isolât, d'avec le dehors, les arrondissements
abandonnes ou révoltés.

La surface du quartier militaire doit être le tiers ou le quart, au
moins, de celle de la ville.

Les flancs de l'enceinte de séparation, difficiles à tourner, seront
convenablement appuyés à de fortes positions extérieures dominantes, le
tout afin de pouvoir agir dans les diverses directions, et d'éviter
d'être bloqué ou refoulé.

44. Dans le même but, et suivant que la ville a 100,000 âmes ou
1,000,000 d'âmes de population, 500 ou 5,000 hectares de superficie, il
est presque toujours nécessaire d'occuper, au milieu de la partie non
gardée, à 800 ou 1500 mètres en avant, par des détachements de 1/2
bataillon à 2 bataillons de ligne, renforcés, s'il y a lieu, à l'aide
des gardes nationaux de l'arrondissement, trois positions importantes,
fortes et approvisionnées: ces avancées devront, autant que possible,
dominer les principaux défilés que forment les obstacles transversaux.

S'il existe un quartier populeux et hostile plus en dehors de cette
ligne avancée, il est même utile d'y occuper, au centre, par un
détachement pareil, un poste dominant, fort et approvisionné, où peuvent
se rallier également les gardes nationales des environs.

Ces trois ou quatre positions extérieures au quartier militaire forment,
dans la partie de ville non entièrement occupée, un réseau de centres
d'action pour les retours offensifs, espacés de 500 à 1500 mètres l'un
de l'autre, suivant que la ville a 100,000 âmes ou 1,000,000 d'âmes de
population; elles sont surtout utiles contre une insurrection qui fait
usage des barricades: elles retardent l'établissement de celles-ci, ou
donnent le moyen de les tourner toutes lorsque l'on reprendra
l'offensive.

Les défilés existants, sur les communications de ces établissements avec
le gros de la garnison, seront également gardés.

Les mairies, la manutention, les télégraphes, l'arsenal, la poudrière,
la poste, et même les messageries, pourraient être ainsi occupés comme
postes extérieurs. On choisira, parmi ces édifices, les plus importants
par eux-mêmes et par l'avantage de leur situation.

Si, nonobstant le concours des gardes nationaux, la conservation de
quelques-uns de ces établissements principaux, affaiblissait la troupe
en exigeant un trop grand fractionnement de forces, on réduirait ces
postes extérieurs au strict nécessaire.

Mais il faudrait, autant que possible, avant d'évacuer les édifices les
moins utiles à la défense, rallier la garde nationale de
l'arrondissement; transporter dans le quartier militaire, ou au moins
détruire tout ce dont les révoltés pourraient profiter, voitures,
bateaux, moyens de transport, de correspondance ou de combat.

La majeure partie des gardes nationales seront successivement dirigées,
par détachements suffisants, sur des positions à occuper en arrière de
la troupe de ligne.

45. Si G représente le chiffre de la garnison qui était nécessaire dans
la ville, pour y combattre partout l'émeute, conformément au premier
plan, l'effectif de la troupe indispensable dans cette seconde hypothèse
sera 1/8 G plus 2 à 8 bataillons, en général, la moitié de la garnison
précédente.

L'effectif de la troupe détachée au dehors du quartier militaire variera
du tiers à la moitié au plus des forces totales.



§ III.

OCCUPER UNE POSITION CONTIGUË.


46. Le troisième parti, la concentration dans une position dominante,
extérieure et contiguë, tient à la fois du second et du quatrième.

Par les motifs précédemment exposés, on ne peut soutenir la lutte à
l'intérieur: la garde nationale est momentanément indifférente;
l'évacuation complète offre plus d'avantages que d'inconvénients sous
les rapports politiques et militaires. Une fois ce parti pris, la
position de la garnison doit chaque jour s'améliorer, et celle de
l'insurrection devenir plus difficile: cette révolte, restreinte dans la
ville à une faction, n'a pas de racines au dehors; elle a été le
résultat passager, imprévu, d'une excitation, d'une surprise, d'une
erreur accidentellement partagée par une population entière, faible ou
aveuglée, mais que ses véritables intérêts doivent bientôt ramener. De
quelque manière que ce soit, cette insurrection renferme des germes de
faiblesse et de dissolution: le parti de la révolte veut et peut
empêcher la violation des personnes et des propriétés; c'est alors le
cas, pour le Pouvoir, d'abandonner momentanément la capitale aux
habitants; de rallier les forces militaires, avec tous les moyens
d'action, dans une position extérieure, contiguë et dominante.

Là, il fait appel à la raison du pays entier bientôt éclairé par
l'audace et les excès de la faction un instant victorieuse: celle-ci,
promptement réduite à ses faibles ressources, effrayée de son
isolement, laissera la population rappeler le Gouvernement.

47. On ne doit prendre ce parti extrême, dans sa propre capitale, qu'en
cas de nécessité absolue et bien évidente pour tous.

À l'égard d'une ville de province, et surtout d'une ville ennemie, ce
parti est plus souvent admissible.

Si, en février 1848, le dernier Gouvernement s'était retiré, avant
l'abdication du roi, à Chaillot, dans l'anse de la Seine limitée par la
route de Neuilly, en conservant le Champ de Mars, l'École militaire et
les Invalides, comme tête de pont offensive, sur la rive gauche du
fleuve, il eût peut-être sauvé la monarchie, sans avoir même besoin
d'occuper d'autre position extérieure et voisine que Vincennes.

       *       *       *       *       *

Des hommes d'état, dont nous allons résumer ci-dessous les idées,
avaient pensé que ce parti extrême de l'évacuation, tout décisif qu'il
est contre une émeute, ne doit être pris, même dans une ville de
province, qu'en cas d'une absolue nécessité et dans les circonstances
exceptionnelles suivantes:

1° Alors que la collision, n'ayant pas de couleur politique, doit
naturellement cesser après l'exaspération passagère qui y a donné lieu.

2° Quand la révolte, abandonnée à elle-même, pourra mieux juger les
difficultés de sa position et les conséquences de ses excès.

3° La faiblesse numérique d'une garnison cernée au milieu d'une
population nombreuse, moitié exaspérée et hostile, moitié indifférente
ou terrifiée.

4° La chance, soit de périr faute de vivres, de munitions et de
communications avec le pouvoir central ou les secours; soit de
compromettre l'honneur du drapeau; soit de faiblir ou de succomber, au
milieu d'un débordement de flot révolutionnaire, à l'influence duquel il
est urgent de se soustraire, sont aussi des motifs pour évacuer le
théâtre de la lutte.

49. Ce parti, bien hasardeux dans une capitale, doit être pris
vigoureusement et non comme une fuite, présage d'une chute définitive
par l'affaiblissement de tous les dévouements, la dispersion de tous les
pouvoirs, l'abandon de tous les moyens d'action.

On l'adoptera comme le meilleur dans la circonstance et pour mieux
vaincre par des moyens extrêmes, imprévus, décisifs, la rébellion à
laquelle il sera utile de montrer ses forces et son énergie, même en se
retirant. Il ne sera pas alors sans compensation que des raisons
politiques et militaires engagent à prendre une direction difficile, sur
laquelle le drapeau aura l'occasion de se déployer intact.

50. Cette condition fut remplie lors de la retraite de la petite
garnison de Lyon, en novembre 1831, sur l'importante position de
Montessuy, à travers le faubourg Saint-Clair, position principale d'une
émeute redoutable.

Alors on fut étonné que le général Roguet, au lieu de passer sur la rive
gauche du Rhône, ait préféré traverser le plus fort de l'insurrection
pour établir de suite son camp au sortir de la ville. Cette position
menaçante avait, dans la situation des choses, quelques inconvénients:
mais elle imposa de suite aux rebelles, dès ce moment affaiblis par la
crainte, l'indécision et la division; elle releva immédiatement le moral
des troupes convaincues, dès lors, qu'on ne s'était ainsi placé que pour
mieux dominer l'insurrection et la combattre, à l'aide des secours que
l'on pourrait appeler à soi, des instructions que l'on serait en mesure
de recevoir du Gouvernement: en pareille circonstance, le défaut de
communications est toujours embarrassant et souvent décisif.

51. Il était nécessaire d'insister sur le très-petit nombre de cas
exceptionnels où, d'après cette autre manière de voir, le parti extrême
de l'évacuation peut être approuvé; et nous continuons à développer
cette opinion.

Dans des cas différents, et même dans ceux où ce parti peut avoir les
plus graves conséquences, on aurait cependant failli le prendre mal à
propos.

Ainsi le principe émis par le maréchal de Montluc, au sujet de l'affaire
de Toulouse en 1562, _qu'en fait d'émeute il vaut mieux être dehors que
dedans, pour y faire acheminer les secours_, souffrirait des exceptions,
selon les circonstances morales et politiques, surtout à l'égard des
capitales des états complètement centralisés, où le principe du pouvoir
a perdu des appuis essentiels.

52. En résumé, toute émeute de province peut souvent être ainsi
comprimée.

Victorieuse ou vaincue, elle tendra les bras au pouvoir après quelques
jours: le sang et l'honneur militaires auront été épargnés, si la troupe
s'est bornée à cerner la position et à l'observer du dehors: les
propriétés seules seront violées.

53. Une capitale ne doit être jamais abandonnée devant une émeute; on
l'évacuera quelquefois en présence d'une révolution imminente.

Il ne faut quitter qu'à la dernière extrémité le bras de levier avec
lequel on ébranle les provinces, encore moins le céder aux factions: un
mouvement rétrograde donne aux révoltés 50,000 auxiliaires, un
gouvernement et de puissantes ressources; il expose aux plus grands
désastres.

54. En principe, chaque garnison ou fraction de troupe doit défendre,
jusqu'à la dernière extrémité, la position qu'elle occupe et sauver à la
fois, même au prix des plus grands sacrifices, la société et l'honneur
militaire en péril.

Il faut surtout ne pas songer à une retraite avec une garnison nombreuse
et bien établie, vis-à-vis de factieux mal armés, mal commandés, sans
sympathie dans la population.

Enfants perdus d'un parti politique lui-même isolé, quelques hommes
remuants deviendraient, au premier pas en arrière, le noyau de
rassemblement d'une armée entière, bientôt grossie par la peur ou par un
entraînement coupable. L'effet de cette reculade serait irréparable,
surtout à l'égard d'une capitale où un gouvernement improvisé
s'imposerait de suite.

Telles étaient les appréhensions, les vues différentes qui faisaient
généralement préférer, aux hommes d'état dont nous avons parlé, le
premier et le deuxième parti; le troisième n'était adopté par eux que
pour le cas le plus extrême.

       *       *       *       *       *

55. Mais la marche générale et toute exceptionnelle des choses, en
Europe, la puissance destructive des partis hostiles à la société,
l'insouciance, les divisions des hommes d'ordre, peuvent donner lieu, il
est vrai accidentellement, à une tout autre série de considérations.

Les grandes capitales ont toujours été les places fortes de l'esprit
révolutionnaire: aujourd'hui, par suite d'une centralisation chaque jour
progressive, et du rendez-vous que s'y donnent successivement les plus
mauvaises passions de tous les pays, on les regarde comme un péril
incessant pour les gouvernements, les nationalités et les principes
sociaux.

«Un grand empire suppose une influence despotique dans celui qui
gouverne (prince, ville ou province); il faut que la promptitude des
résolutions supplée à la distance des lieux où elles sont envoyées; que
la crainte empêche la négligence du gouverneur ou du magistrat éloigné;
que la loi soit dans une seule tête; et qu'elle change sans cesse, comme
les accidents, qui se multiplient toujours, dans l'État, à proportion de
sa grandeur.

     «MONTESQUIEU.»

56. Jusqu'à quel point convient-il désormais, et tant que cet état de
choses durera, de s'y engager obstinément pour remporter une victoire,
qui, certaine dans le plus grand nombre de cas, si peu prévoyant que
l'on soit, laisse toujours néanmoins sous la pression plus ou moins
funeste d'une démagogie audacieuse, aveuglée et qu'il est impossible
d'arrêter dans ses dévastations progressives?

À quoi bon un système de défense malheureusement quelquefois stérile ou
compromettant contre un ennemi qui n'a rien à perdre et est décidé à ne
rien respecter; qui met habilement à profit le moindre succès; qui
s'arrête, sans reculer, le jour d'une défaite, pour recommencer le
lendemain; telles sont les questions que, dans toutes les armées de
l'Europe, se posent aujourd'hui les militaires les plus distingués.

Les événements de Paris, de Vienne, de Berlin, de Milan, de Rome, en
1848; la pression déplorable exercée sur les corps constitués, sur les
hommes les plus considérables et sur les provinces, par une minorité de
factieux accourus successivement de tous les coins de l'Europe dans ces
capitales; les périls auxquels des États rapidement déchus ont été
exposés, ainsi que la société entière, font penser qu'il pourrait y
avoir, alors, un quatrième parti à prendre pour sauver la civilisation
en péril.

       *       *       *       *       *

57. On est même arrivé à se demander si, dans une certaine situation
anormale de la société, le siège du gouvernement doit rester au milieu
d'une grande capitale, foyer incessant d'agitations, place d'armes
redoutable des factions antisociales.

Plusieurs de nos rois, et surtout Louis XIV, n'avaient pas hésité à
résoudre négativement cette question, à l'époque où une décentralisation
complète la rendait moins grave.

Napoléon fut souvent préoccupé de ces tristes idées, à diverses époques
d'un règne glorieux, qui cependant avait comprimé les factions avec
habileté et rétabli miraculeusement la société sur ses éternelles bases.

D'abord il pensa, pour les temps plus difficiles que ses successeurs
pourraient avoir à traverser, à l'établissement solide du château du roi
de Rome; projet que reprit la Restauration sous le prétexte de la
caserne du Trocadéro.

En 1815, il ordonna d'importants travaux sur la butte Montmartre,
travaux qui, dans une autre circonstance, disait-il, auraient une autre
utilité.

En 1807, il conseillait à son frère, le roi de Naples, de ne pas trop
s'abuser sur les dispositions changeantes du peuple de sa capitale, et
sur l'efficacité de la répression à l'aide d'une armée non cimentée par
la guerre et la victoire.

En attendant que la gloire et le temps eussent donné à celle-ci les
sentiments d'honneur, de fidélité et de devoir, il conseillait d'appeler
des corps suisses; de créer un grand réduit de sûreté à Castellamare,
pour pouvoir au besoin s'y retirer et y dominer les événements, plus
encore dans l'intérêt du peuple que dans celui de la couronne.

Il suffisait alors de faire observer Naples par un corps de troupes
légères, qu'appuyait un échelon également chargé de maintenir les
Abruzes.

Cette préoccupation a paru significative, chez un souverain, à qui on
ne peut refuser l'énergie, la capacité, le jugement et la prévoyance
éclairés par une connaissance profonde de toutes les conditions
actuelles du pouvoir.

58. Lord Liverpool entendant, en 1822, Chateaubriand faire l'éloge de la
solidité de la monarchie anglaise pondérée par le balancement égal de la
liberté et du pouvoir, dit, en montrant la cité de Londres: «_Qu'y
a-t-il de solide avec ces villes énormes? Une insurrection sérieuse à
Londres et tout est perdu._»

Si l'on récapitule, en effet, les dangers que telle capitale aurait fait
courir à son empire depuis qu'il existe; l'appui ouvertement prêté à
l'étranger et aux ennemis de l'état; les abîmes où elle aurait failli
précipiter; la tyrannique pression exercée, par elle, sur les pouvoirs
les plus élevés, on la considérera comme une des fatalités qui
entraînent vers la décadence.

59. On fait aussi observer, qu'en même temps que la position morale des
populations et celle des gouvernements ont graduellement varié, les
moyens de sécurité ont décru.

Ainsi, par exemple, Vincennes et même le Louvre étaient déjà
d'insuffisants réduits intérieurs ou rapprochés, eu égard au Paris du
XVIe siècle; et cependant, la Bastille dominait alors le faubourg le
plus populeux.

Il faudra bien un jour aborder cette redoutable question des chefs-lieux
de gouvernement; on décidera, enfin, si l'existence des États devient
possible avec une seule ville exclusivement prépondérante.

La chute des pouvoirs ne serait qu'une révolution, si, dans un certain
état des sociétés, les pouvoirs n'entraînaient, avec eux, les empires et
les nationalités à une ruine commune.



§ IV.

POSITION EXTÉRIEURE DE RALLIEMENT.


60. Ainsi, supposons qu'une grande effervescence politique règne
uniquement dans la capitale; l'on est assuré des provinces irritées
contre une tyrannique oppression; la garde nationale est décidément
aveuglée ou hostile; les moyens de répression suffisants n'ont point été
réunis à propos; les dévouements sont sur le point de flotter
incertains; alors des militaires compétents recommandent l'adoption du
quatrième parti.

Ils regardent la lutte comme très-chanceuse, non-seulement à l'intérieur
de toute la ville, mais même à une de ses extrémités, vu les graves
conséquences qu'elle peut entraîner, conséquences à redouter, la
garnison eût-elle de forts points d'appui dans les principaux quartiers;
car il peut y avoir contre l'autorité, disent-ils, et au moment le plus
critique, une influence morale rapidement croissante.

61. Dans ce cas, le Gouvernement exprime le désir qu'une méprise, qu'une
surexcitation passagère et sans fondement ne finisse pas par une
boucherie regrettable; il livre la capitale à la garde nationale sommée
de la préserver du pillage.

Il rallie son armée avant qu'elle ne soit paralysée par les
manifestations, les hésitations, les insuccès; il la rallie, ainsi que
les assemblées et les principales administrations, en dehors de ce foyer
de révolte; soit sur une place forte ou position voisine; soit sur une
ligne de places frontières, communiquant avec la majeure partie du pays
ou appuyée à une puissance amie, et convenablement approvisionnée.

Son but doit être d'aviser, selon les événements; il pourra, au moins,
dans l'intérêt de la société, exiger que l'autorité soit transmise
régulièrement, du pouvoir tombant à un autre élevé selon le vœu du pays,
qui ne tardera pas à se faire connaître.

       *       *       *       *       *

62. À cet effet, toute grande capitale doit être dominée, à moins d'une
journée de marche, par un réduit fortifié du 1/10e de son
développement, du 1/25e de sa surface; 20 fronts seraient quelquefois
nécessaires; cette citadelle est, ou peut devenir accidentellement, le
siége du Gouvernement.

Des dispositions sont prises pour que ce cas échéant:

1° Les principaux services administratifs y trouvent réunis leurs moyens
d'action les plus indispensables, en personnel et en matériel de tout
genre;

2° L'armée ait un considérable approvisionnement de vivres, de
munitions, de matériel, avec les moyens de transports nécessaires.

Une centralisation administrative exagérée rend indispensable l'adoption
la plus complète de ces mesures difficiles.

À une marche autour de la capitale, sur la circonférence des lignes
d'invasion, sont trois ou quatre places semblables écartées, entre
elles, d'une journée de marche, et dominant les lignes transversales ou
parallèles de défense.

Ces places et le réduit paraissent également nécessaires contre
l'ennemi du dehors et celui du dedans. En temps de paix, on y entretient
de fortes garnisons, auxquelles les troupes des divisions militaires
voisines viennent se rallier, en cas d'évacuation de la capitale.

Ces grands dépôts de sûreté contiennent, en tous temps, les
approvisionnements, le matériel, les vivres et les moyens de transports
nécessaires.

Des règlements de police et de servitude militaires s'opposeraient à
l'extension exagérée de la population, et surtout d'une population
remuante, soit à l'intérieur, soit aux environs.

63. La capitale cernée, menacée d'un blocus ou d'un siége, ayant contre
elle le pays tout entier, serait bientôt obligée de rentrer dans le
devoir; sa révolte la plus obstinée ne pourrait se prolonger au delà de
quelques jours, ainsi que l'ont démontré les derniers événements de
Vienne, en octobre 1848.

Presque toujours, et ce n'est pas la moindre compensation des
inconvénients de ce plan, car on est obligé de lui en reconnaître,
l'emploi des moyens de rigueur serait moins nécessaire.

       *       *       *       *       *

64. Nous avons vu Henri IV dominer ainsi, de 1590 au commencement de
1596, la capitale révoltée; la ligue était secourue par l'armée
espagnole de Flandres, à l'aide de la position intermédiaire de Laon,
son dernier réduit.

Le roi, pour resserrer Paris, l'affamer et l'isoler, occupa
simultanément plusieurs des positions suivantes: Meulan, Chartres,
Chevreuse, Montlhéry, Corbeil, Melun, Moret, Montereau,
Nogent-sur-Seine, Provins, Nangis, Brie-Comte-Robert, Lagny, Cressy et
les places de l'Oise.

Plus habile politique et officier de combat que général dirigeant, Henri
IV sut néanmoins, par la persévérance de ses efforts intelligents,
arriver enfin à un succès définitif, qui d'abord avait paru impossible
aux plus capables.

       *       *       *       *       *

65. En 1652, Turenne contint, de la même manière, avec une armée de 8 à
11,000 hommes, en s'appuyant sur les principales positions, à une
journée de marche autour de Paris, depuis l'Oise jusqu'à la Loire, la
capitale révoltée et les 15,000 hommes de l'armée des princes.

Ceux-ci étaient successivement secourus, de Cambrai, par les 12,000
Espagnols détachés sous les ordres de Fuenseldange; des rives de la
Marne, par les 8,000 hommes du duc de Lorraine.

Les forces de Turenne ne s'élevaient pas au tiers de celles de
l'insurrection trop favorisée par le pays; le roi ne pouvait être reçu
dans la plupart des villes. On avait à combattre le grand Condé.

Du 30 janvier au 15 octobre, pendant huit mois d'angoisses journalières,
Turenne sauva plusieurs fois par son activité, son habileté et sa
prudence, la royauté chaque jour au moment de périr; il finit par la
ramener triomphante dans la capitale.

Les positions circonvallantes autour de Paris, occupées successivement
par ce grand capitaine, dans cette immortelle campagne, furent:

Sur l'Eure, Chartres;

Sur la Loire, Jargeau, Briare et Bleneau;

Sur la Haute-Seine, Melun, Corbeil, Ablon et Villeneuve-Saint-Georges;

Sur la Marne, Meaux et Lagny;

Entre la Marne et l'Oise, Dammartin et le Thillay près Gonesse, la
Nonette de Borrestz à Senlis;

Sur l'Oise, Compiègne, Creil et Beaumont;

Sur la Basse-Seine, Épinay.

Le 24 juillet, le roi ayant eu connaissance que les princes marchaient
vers la Brie et avaient des intelligences sur l'Yonne, que les espagnols
ne pénétreraient pas plus avant dans le royaume, avait prescrit
d'occuper simultanément, sur les principales lignes transversales, à
quatre et dix lieues de Paris, Étampes, Melun, Corbeil, Meaux, Lagny,
Beaumont et Creil, dont on venait d'apprécier l'importance.

Pendant cette campagne, la cour, pour laquelle les Parisiens
conservèrent l'apparence de quelques ménagements, erra successivement de
la rive gauche de la Loire, à Chartres, Saint-Cloud, Saint-Germain,
Poissy et Saint-Denis.

Laon, comme point de jonction des armées d'Espagne et de Lorraine, ou de
refuge de l'armée des princes; Villeneuve-Saint-Georges, comme lieu de
réunion de celle ci à l'armée de Lorraine, jouèrent un rôle important.

C'est à Turenne, à la promptitude, à la sûreté de son jugement, à une
activité et à un dévouement de tous les jours, de toutes les heures, que
la France doit, pour ainsi dire, le beau siècle de Louis XIV. Jamais
général ou homme d'état ne rendit à son pays, mis sur le bord de l'abîme
par la félonie et l'esprit de faction, des services aussi signalés; de
telles campagnes sont de celles qui laissent après elles autre chose que
des morts et des dépenses ruineuses. L'exemple de Turenne a inspiré
généreusement les hommes de guerre appelés, par les événements, à jouer
le rôle si grand de défenseurs du principe d'autorité, au milieu de la
société en ruine; pour honorer convenablement de tels génies, de tels
services rendus, les plus éclatantes voix de la renommée seraient encore
impuissantes.

«Les princes doivent avoir toujours auprès d'eux, à tout événement,
plusieurs hommes d'épée d'une fidélité et d'une capacité éprouvées pour
étouffer les séditions dès le commencement.

     «BACON.»

À la même époque, Condé, autrefois et plus tard digne émule de Turenne,
persévérait dans l'erreur avec les criminels agitateurs de la France; il
devait un jour réparer aussi noblement, et par son repentir, et par de
glorieux services, ces écarts regrettables.

«Et puisqu'il faut une fois parler de ces choses, dont je voudrais
pouvoir me taire éternellement, jusqu'à cette fatale prison, il n'avait
seulement pas songé qu'on pût rien attenter contre l'État; et, dans son
plus grand crédit, s'il souhaitait d'obtenir des grâces, il souhaitait
encore plus de les mériter; c'est ce qui lui faisait dire qu'il était
entré en prison le plus innocent des hommes, et qu'il en était sorti le
plus coupable: _Hélas_, poursuivait-il, _je ne respirais que le service
du roi et la grandeur de l'État_. On ressentait dans ses paroles un
regret sincère d'avoir été poussé si loin dans ses malheurs.

     «BOSSUET.»

       *       *       *       *       *

66. À défaut des dispositions de prévoyance militaire et politique
détaillées au n° 62, le dernier Gouvernement, placé dans des
circonstances peut-être équivalentes, n'avait-il pas encore, en Février
1848, plusieurs partis à prendre; le succès était d'autant plus probable
que telle était l'attente de la France?

On pouvait se retirer, avec les forces de la 1re division militaire,
entre les places de l'Aisne et de l'Oise, et rallier en quelques jours,
de cette position importante, plusieurs armées sur les avenues de la
capitale.

1° Sur la ligne de la Somme, les nombreuses troupes de la 16e division.

2° Sur Châlons et la Marne, celles des 2e, 3e et 5e divisions.

3° Sur Troyes et la Haute-Seine, celles des 6e et 18e divisions.

4° Sur Blois et la Loire, celles des 4e et 15e divisions.

5° Sur la Basse-Seine, celles de la 14e division.

Dans cette position, adossé au royaume ami de Belgique, en rapport avec
l'Europe, le Gouvernement de 1830 eût intercepté, à son avantage, les
communications du reste de la France.

Parmi tant de capacités et d'illustrations, dont le dévouement ne
pouvait être mis en doute, l'homme d'État pour conseiller et organiser
l'exécution d'un tel plan, aurait-il été impuissant?

Dans la société actuelle, sans hiérarchie, affaiblie, usée, dissoute par
tant de révolutions successives et contraires, tous les liens, tous les
dévouements, toutes les énergies, toutes les croyances, tous les
pouvoirs sont-ils relâchés ou altérés au point de rendre impossible un
effort sérieux à l'heure suprême de la vie des Gouvernements?

67. Cependant, on a cru que le pouvoir de juillet s'était préparé, même
avec préoccupation, à une telle lutte et à toutes ses conséquences.

C'est peu présumable: car, de toutes les dispositions de prévoyance, ce
pouvoir intelligent aurait donc, alors, pris la moins heureuse: celle de
préparer, par l'enceinte continue et ses 14 forts détachés, une place
forte à la révolte.

Ces forts sont trop nombreux pour qu'on puisse espérer qu'ils seraient,
dans de pareilles circonstances, convenablement garnis de troupes et
utilisés.

Ils augmentent la nécessité déjà si fâcheuse des détachements, et
déplacent avec désavantage le casernement de Paris, en dehors des
quartiers à dominer.

Ils sont trop rapprochés de la capitale, trop inquiétants pour elle, et
chacun pas assez importants, pour résister longtemps à l'influence
révolutionnaire qui y surgirait.

Tout au plus les positions principales, et cependant encore trop
rapprochées, de Vincennes, de Saint-Denis, du Mont-Valérien, du haut
Clamart, auraient pu être fortifiées, dans ce but et avec quelque
avantage, sur une plus grande échelle: elles auraient été occupées et
conservées par quatre détachements d'élite.

Eu cas d'invasion étrangère, toujours malheureusement appuyée par un
simulacre de parti, ces fortifications, colossales par leur étendue et
les détachements qu'elles nécessiteraient, auraient une utilité toute
spéciale: elles serviraient surtout contre une armée qui n'oserait pas
ou ne pourrait pas réunir les immenses moyens nécessaires pour les
aborder. Elles auraient toute leur incontestable valeur dans une
certaine situation morale des populations. Comme ouvrages d'art, et
surtout pour la rapide exécution, ces immenses travaux resteront un des
monuments du dernier règne.

68. Un fait a, d'ailleurs, été constaté: c'est la répugnance du roi
Louis-Philippe pour l'emploi des moyens sanglants; c'est sa persévérance
à résoudre la crise, par des voies de conciliation et de légalité, même
aux dépens de sa dynastie.

Si l'on ne craignait pas de paraître injuste pour de grandes infortunes,
et de ne pas tenir assez de compte des impossibilités qui, vu l'étal
actuel de notre société démantelée, peuvent, à une heure critique,
arrêter, annihiler les plus beaux caractères, les plus nobles
résolutions, ne serait-ce même pas le cas de dire: «semblables au
pilote qui, environné d'écueils et assailli par la tempête, lutte,
succombe ou se sauve avec l'équipage recueilli sur une mer agitée, les
princes ont toujours mission de diriger, d'exciter leurs peuples, de les
entraîner de force au milieu des grandes crises, et non de les
abandonner à cet esprit de vertige ou de découragement qui les saisit
alors: plus élevés vers la région des orages politiques ou sociaux, eux
seuls peuvent leur faire tête et en triompher.»

Trop d'esprits puissants ont échoué devant le mystère d'événements si
grands, si imprévus, pour que longtemps encore le vulgaire soit
excusable de revenir ainsi sur ce que l'on pouvait attendre de princes
tant de fois éprouvés, partout où il y avait de nobles exemples à
donner, et qui avaient si bien compris les exigences, les nécessités,
les rudes devoirs de leur époque.

Le 15 mars 1815, après le débarquement de Napoléon à Cannes, le duc
d'Orléans conseillait au duc de Feltre, ministre de la guerre, de faire
rallier la cour et le gouvernement à Lille.

«Votre Altesse ne sait pas, lui avait répondu le ministre, ce qu'est une
translation semblable: nous l'avons vu, l'an dernier, lorsque nous
voulûmes transférer le gouvernement impérial à Blois. La queue de nos
voitures s'étendait de Paris à Vendôme. Cela est impraticable; il faut
tenir à Paris, car il est impossible d'aller ailleurs.»

Le souvenir de cette conversation et des entraînements de 1815 a-t-il
fatalement influé sur la conduite du roi, en février 1848?

La difficulté vraiment grande du déplacement des principaux services
administratifs, des autorités, des moyens de défense ou de subsistance,
au milieu d'une pareille crise, à chaque instant plus compliquée, alors
que les dévouements sont déconcertés ou ébranlés, s'est-elle alors
manifestée trop insurmontable?

Cependant les circonstances étaient peut-être différentes, quant à ce
que l'on pouvait attendre ou craindre de Paris, des provinces, de
l'armée, de l'étranger: le roi, mieux que personne, pouvait les
apprécier.

Son abdication, alors que le trône était si ouvertement menacé, fut, en
définitive, l'obstacle à l'adoption de tout bon parti et la cause de la
chute de la Monarchie.

À propos des journées de juin 1848, on aurait dit: _Il n'y a qu'un
gouvernement anonyme qui puisse se défendre ainsi._ Ce mot
présenterait, sous un nouveau jour, l'événement de février.



§ V.

ÉLOIGNEMENT DE LA CAPITALE.


69. Il serait presque inutile de parler de deux autres partis bien
chanceux, et qui ne peuvent être approuvés que dans les circonstances
les plus désespérées.

1° S'éloigner de la capitale, des provinces mécontentes, des forces
ennemies qui s'y appuient.

2° Évacuer entièrement le territoire.

Le premier parti conduit trop souvent au second, à une chute définitive
et quelquefois au partage du pays.

Le second n'est admissible que dans un cas encore plus désespéré, quand
une faction tout à fait dominante ne laisse d'autre chance de
rétablissement que l'appui dangereux de l'étranger.

Alors, le mieux est de rester le plus près possible de la frontière, en
communication directe et facile avec les partisans que l'on conserve à
l'intérieur, et la protection sur laquelle on compte, ne serait-ce que
pour la surveiller.

Deux exemples, empruntés à notre histoire, malheureusement si féconde en
catastrophes de ce genre, développeront suffisamment ces principes:

       *       *       *       *       *

70. Vers le 15 juillet 1652, la cour alarmée, à Saint-Denis, de la
marche de l'archiduc avec les 20,000 soldats d'Espagne et de Lorraine,
au secours des princes et de Paris révolté, décida que, le 17, elle se
retirerait, sous l'escorte de 2,000 hommes, sur Lyon.

Les motifs du conseil du roi, pour prendre cette résolution, étaient
d'éviter que la cour et sa petite armée de 8,000 hommes fussent
enfermées entre les 20.000 Espagnols de l'archiduc, Paris révolté et les
8,000 soldats de l'armée des princes.

L'essentiel paraissait être de mettre la personne du roi en sûreté. La
Normandie avait refusé de le recevoir; il y avait partout tant
d'étonnement ou de rébellion que peu de villes n'eussent ouvert leurs
portes aux ennemis: Lyon et ses environs étaient seuls dévoués.

M. de Turenne, arrivé le même jour à Saint-Denis, apprit ce projet et
fut aussitôt le combattre, auprès du cardinal Mazarin, par les raisons
suivantes:

La retraite de la cour, au midi de Paris, entraînerait infailliblement
la perte des places du roi en Picardie, Champagne et Lorraine; les
Espagnols s'avanceraient vers Laon, Soissons et Compiègne, positions
décisives en cas de toute révolte de la capitale appuyée de l'étranger.

Ces provinces abandonnées s'accorderaient avec les Espagnols ou avec la
Fronde. Les princes, ainsi établis, verraient leur force, leur
réputation, leurs ressources augmenter aux dépens de celles de la
couronne; le roi serait à la veille d'être entièrement chassé du
royaume, et une pareille situation inspirerait la pensée de diviser la
France.

Turenne conclut que le parti le plus prudent, pour le roi, était de se
retirer avec sa garde à Pontoise, où il serait respecté des Parisiens,
encore bienséants, quoique hostiles; au pis aller, il pouvait se
réfugier dans une des places de la Somme.

En se portant à Compiègne, l'armée arrêterait ou retarderait au moins
les progrès des Espagnols, à l'aide des rivières qui environnent cette
position de flanc. Les Espagnols, naturellement soupçonneux et prudents
à l'excès, craindraient, voyant Turenne venir à eux, de trop se fier aux
princes et à l'inconstance ordinaire de la nation.

L'archiduc n'oserait marcher sur Paris avec toutes ses forces, de peur
de laisser l'armée du roi entre lui et la Flandre, sa base d'opérations
alors entièrement dégarnie. S'il envoyait un secours considérable aux
princes, il serait obligé de se retirer sur la frontière, ne pouvant
rester en présence de l'armée du roi qu'avec des forces
très-supérieures.

La cour, mais surtout la reine, qui n'avait jamais trouvé aucun parti
trop hasardeux, adoptèrent le projet de Turenne; et trois mois après, à
la suite d'une admirable campagne qui mérite d'être méditée, dont l'idée
et l'exécution appartiennent exclusivement à Turenne, le roi rentrait
dans Paris soumis.

       *       *       *       *       *

71. Le 17 mars 1815, à la suite des progrès rapides de Napoléon sur
Paris, le duc d'Orléans, ayant sous ses ordres le duc de Trévise, avait
été envoyé à Péronne pour former dans le Nord un corps de réserve.

Dans la nuit du 19 au 20 mars, Louis XVIII partit de Paris, arriva le 20
à Abbeville; le maréchal Macdonald le détermina, au lieu d'y attendre sa
maison, à se rendre à Lille, où il rallierait mieux ses forces, ainsi
que son gouvernement.

Arrivé le 22 à Lille, Louis XVIII apprit la déclaration du 15 mars du
congrès de Vienne. D'abord il voulut se retirer à Dunkerque, où il
aurait plus de liberté de communications avec la France et l'étranger,
d'où il serait plus en dehors des mouvements ultérieurs des armées
alliées; l'ordre fut même expédié à sa maison de s'y rendre. Il différa
de répondre à une offre de secours du prince d'Orange.

Dans la nuit, le roi changea de projet; il parut vouloir rester à Lille
et craindre le trajet de cette ville à Dunkerque.

Pendant ce temps, Napoléon ordonnait d'arrêter Louis XVIII et les
princes, ou, au moins, de les rejeter sur le littoral, de manière à
forcer la cour à s'embarquer pour l'Angleterre: la présence du Roi, à
Londres, serait moins à craindre; il aurait moins d'influence sur les
généraux et les conseils de la coalition.

Le 23 mars, Louis XVIII ne pouvant plus rester à Lille, n'osant pas se
rendre directement à Dunkerque, partit pour Ostende et Gand, où il se
mit bientôt en communication avec la France, un des ministres de
l'Empereur et la coalition.

Ainsi échoua le projet de Napoléon, par suite d'une circonstance que
Louis XVIII avait d'abord jugée regrettable.

Napoléon et le duc de Guise, entre lesquels du reste aucune autre
comparaison n'est possible, furent également inquiets d'apprendre, l'un,
que Henri III venait de se dérober à l'émeute de Paris; l'autre, que
Louis XVIII était à Gand en rapport avec la France et la coalition: en
présence d'une révolution imminente, le pouvoir menacé doit être, au
centre de ses points d'appuis réels, en dehors de la masse de ses
ennemis.

       *       *       *       *       *

Avant d'aborder, dans sa généralité et avec toutes ses difficultés,
l'important problème de la répression des émeutes à l'intérieur des
capitales de l'Europe, il était nécessaire d'énumérer les autres
principaux plans de défense, proposés ou suivis jusqu'à ce jour, contre
une tentative de révolution: ici, encore, les enseignements de
l'histoire n'ont point fait défaut: il est malheureusement peu de sujets
militaires sur lesquels on puisse recueillir autant de faits et de
déplorables, mais utiles leçons.



CHAPITRE III.

_Principes fondamentaux._



§ 1er.

PRINCIPES GÉNÉRAUX.


72. Commençons par l'exposé des principes généraux qui ont rapport à la
force morale de la troupe et à son maintien en toutes circonstances.

Il est d'abord nécessaire de rappeler huit assertions relatives à
l'emploi de l'armée dans les troubles civils; on avait donné beaucoup
trop d'importance aux trois premières; les militaires et les hommes
d'État ne peuvent les admettre, même très-exceptionnellement et avec les
plus grandes restrictions. Les trois dernières sont moins contestables.

1° Le lendemain même d'une révolution, a-t-on dit, la troupe serait
moins apte à faire cette guerre, sans aucune préoccupation.

2° Il y aurait même, dans ce premier moment, lieu de ne pas trop
s'exagérer ce service, qui, peu de jours après, serait décisif.

3° La troupe obtiendra immédiatement un succès complet, si la garde
nationale marche avec elle; dans le cas contraire, il faudra moins
espérer de la prompte efficacité de son action.

4° Un gouvernement régulier et national peut être forcé d'avoir,
quelquefois, recours à ce moyen extrême.

5° Dans ce genre de guerre, le tort et la défaite sont presque toujours
pour le parti qui donne lieu à la lutte; le succès et le droit pour le
Pouvoir qui se défend et sait se laisser attaquer.

6° Les forces morales sont incommensurables par rapport aux forces
matérielles: 10,000 hommes de secours que l'autorité peut recevoir sont
plus, pour elle, que 20,000 hommes à la présence desquels les partis
sont habitués.

7° Si, dans la guerre ordinaire, le moral joue le plus grand rôle, il a
une autre importance dans une guerre d'émeutes, au milieu des
hésitations ou du délire des partis, et des embarras du Pouvoir.

8° Les troupes doivent donc, en général, être tenues à proximité des
villes où la tranquillité peut être compromise, plutôt que dans ces
villes mêmes où elles pourraient, quelquefois, être disséminées dans une
lutte mal engagée.

       *       *       *       *       *

73. Ajoutons que les armées n'ont pas une valeur égale et constante,
surtout aux époques critiques de la vie des nationalités; il y a, pour
cela, une infinité de raisons dont le sujet de ce livre ne comporte pas
le développement: quatre principales doivent cependant être rappelées:
la discipline, l'administration, le maintien de l'effectif des
disponibles, la bonne composition des cadres.

L'administration et la discipline font les armées patientes, durables,
laborieuses, invincibles: avec elles le soldat est heureux, puisqu'il
est pourvu aussi bien que possible, et qu'il sait ce qu'exige de lui une
volonté intelligente, non capricieuse au gré des instants.

Le militaire qui, tous les jours, et jusque dans les moindres choses,
aura contracté l'habitude impérieuse de la règle et du devoir, n'y
échappera jamais dans les circonstances les plus grandes, les plus
difficiles, et même à l'heure suprême des Gouvernements où la mollesse
et le scepticisme ont quelquefois plus de latitude.

74. L'effectif, ou plutôt le maintien de l'effectif des disponibles, est
une des premières causes d'ordre et de force morale: un corps qui, au
jour d'une action, d'une opération militaire importante, a moitié moins
de l'effectif disponible qu'il pourrait déployer, n'est capable que de
la moitié de ce qu'il doit au pays; bien plus, le découragement qui
résulte de cette situation fâcheuse, les vices dont elle provient,
réduisent réellement sa force morale au quart de celle d'un autre
régiment qui se serait mieux maintenu: souvent même, l'effet si
rapidement progressif du désordre rend cette troupe d'un secours douteux
ou négatif.

Le maintien de l'effectif résulte de l'observation constante et
intelligente de l'administration, de la discipline et des règles
militaires: le soldat qui n'a pas ce qu'on peut lui procurer, qui n'est
pas commandé comme il doit l'être et par qui il le faut, qui n'est pas
utilisé comme le veulent les règlements, ce soldat, ailleurs précieux et
inépuisable élément de gloire, prend l'habitude du désordre; il s'use au
milieu des difficultés et du vice incessant d'une position rendue
impossible; il végète dans les hôpitaux, échappe à ses chefs et au
service de mille manières, ou succombe écrasé par un surcroît de devoirs
devenus d'autant plus grands pour ceux qui restent auprès du drapeau:
cent soldats ne sont pas égaux à cent soldats; ils valent d'autant plus
que tous les éléments précédents se sont mieux maintenus autour et
au-dessus d'eux; d'autant moins qu'ils ont été davantage négligés ou
méprisés.

L'art si difficile du commandement se compose de deux parties bien
distinctes: créer et entretenir l'élément de combat; le mettre en
action. Aucuns succès durables ne peuvent être obtenus sans le concours
de toutes deux.

75. Les cadres font aussi les armées qu'ils fortifient, qu'ils dominent,
qu'ils entraînent aux plus grandes choses, s'ils sont vigoureux, riches
de capacité, d'avenir, d'audace et de dévouement; ils forment, autour du
chef, au-dessus des soldats, une atmosphère entraînante qui, bonne ou
mauvaise, rend tout facile ou impossible: ils méritent la plus active,
la plus constante sollicitude.

Turenne, qu'il ne faut pas se lasser de citer, exécuta de grandes
choses dans ces temps d'anarchie où tout marche vers l'impossible; il
les exécuta avec de petits corps de troupes admirablement administrés et
dont il soignait lui-même l'éducation militaire par un sollicitude de
tous les jours, préparant chaque fois, dans d'immortelles conférences où
s'échappaient les secrets de la victoire, ses officiers aux efforts
surhumains que les circonstances exigeaient.

Napoléon doubla la force des légions impériales par l'admirable
composition de ses cadres. Ne se fiant même pas il sa prodigieuse
activité d'investigation, à sa profonde connaissance des hommes dont il
ne perdait aucun de vue, il aimait à reproduire, sous ce rapport, toute
sa volonté, toute sa persévérance, au milieu de nombreuses et de
lointaines armées, par des généraux de confiance longtemps éprouvés,
sous ses yeux, comme créateurs et conservateurs de l'élément de combat.

Il doubla surtout ses forces par d'inimitables proclamations, dont
l'héroïque poésie fera battre le cœur des soldats jusqu'aux derniers
âges du monde.

Ainsi il put longtemps soutenir une lutte prodigieuse, et contre
l'Europe, et contre les éléments, et contre des désastres successivement
accumulés, par ceux-ci, comme pour lui rappeler les limites dont aucun
génie humain n'avait jamais eu, encore, ni la force, ni l'audace
d'approcher.

Au dernier jour d'action et de gloire impériales, le monde étonné voit
Napoléon impassible, seul avec une poignée de soldats privés de tout, au
milieu des masses d'armées ennemies, étreindre, entraîner encore d'un
bras vigoureux, sous ses aigles toujours redoutées, la victoire
expirante de lassitude et d'efforts.

D'immortels cadres, qui ne croyaient rien d'impossible parce qu'ils
avaient déjà tant de fois fait ou vu faire tout ce qui est humainement
exécutable, et quelques jeunes paysans apprenant la charge en douze
temps dans les combats de chaque jour, partageront, avec le génie des
temps modernes, la gloire de cette grande lutte et de ces grands revers.

Mais c'est trop insister sur ces quatre principaux éléments de la force
des armées; il eût été mieux, surtout pour les temps d'anarchie, de n'en
compter qu'un seul: _le respect et l'habitude constante de la règle_,
d'où découlent nécessairement tous les autres, même la force morale.

 * * * * *

76. Une capitale soulevée est un champ de bataille des plus difficiles
par son étendue, les péripéties morales qui le compliquent, l'imprévu
qui y règne, les masses rapidement impressionnables au milieu desquelles
on agit, le terrain inextricable, le danger, quelquefois même la
nécessité de beaucoup de détachements; les positions, qui peuvent les
compromettre; l'importance, la diversité des résultats; le nombre des
partis, entre lesquels il faut choisir de suite, et sans perdre les
instants précieux aussi fugitifs que décisifs qui les conseillent; les
influences, les impressions, les exigences au milieu desquelles le chef
militaire est obligé de se débattre; les émotions progressives et
rapides qui aggravent tout autour de lui; la difficulté de savoir juger,
dans chaque circonstance, l'état dominant des esprits; ce qu'il permet
d'employer de rigueur et d'énergie, de manière à faire constamment
progresser la répression, sans accroître imprudemment l'excitation.

77. Pour une pareille lutte, le chef ne peut avoir trop de supériorité,
de fermeté, de calme, de jugement, de prudence ou de prévoyance habile.
Cette lutte devient tout-à-coup des plus graves; elle menace l'existence
du Pouvoir et de la société entière un moment après celui où elle
paraissait sans importance.

Le Gouvernement lui-même, presque toujours alors directement attaqué, et
par conséquent affaibli, doit avoir toutes ces qualités, en conserver
l'usage, et cependant les mettre entièrement à la disposition d'un chef
militaire, en qui il ait pleine confiance.

       *       *       *       *       *

78. En face de l'insurrection qui ne cesse pas d'être unie et
vigoureuse, en vue du renversement qu'elle se propose, les changements
de commandants militaires, de ministres, et à plus forte raison de chef
de l'État, sont toujours dangereux et décisifs.

79. Les divisions et sous-divisions, dans le commandement militaire,
doivent être assez nombreuses pour que partout la répression soit
prompte, énergique et éclairée; sans qu'il y ait lieu d'attendre une
direction qui ne peut partir de loin, quant aux détails d'exécution.

Un arrondissement de 400 à 800 hectares d'étendue, de 50 à 100,000 âmes
de population, est une unité de résistance partielle des plus
convenables; la répression y sera forte du concours de tous les moyens
d'action, de l'influence d'une autorité municipale et de la légion de
garde nationale directement intéressées au maintien de l'ordre.

La répression se multiplie autant qu'il est nécessaire, mais partout
sous une direction unique; les gardes nationales, l'armée,
l'administration, la police, le pouvoir judiciaire, la gendarmerie,
doivent réunir leurs forces et centraliser leur impulsion, avec les
services administratifs, dans des _quartiers généraux-magasins_ établis
aux mairies, ou aux chefs-lieux de circonscriptions civiles, sous les
ordres de commandants militaires investis des pouvoirs de l'état de
siége.

80. Trop souvent une faible insurrection semble tenir en échec le double
et quelquefois même le triple de ses forces réelles, à l'aide du
concours apparent des curieux et indécis trois ou quatre fois plus
nombreux.

       *       *       *       *       *

81. L'émeute se porte habituellement:

1° Sur les grandes communications ou places et dans les lieux de réunion
ordinaires de la population.

2° Dans les quartiers populeux, mécontents ou mal percés.

3° Accidentellement, près des édifices, autorités ou demeures des
individus qui sont le motif ou le prétexte du désordre.

82. Les révolutionnaires ont toujours le même jeu: ils excitent le
peuple, ils l'appellent dans la rue par la presse incendiaire, les
agitations des clubs, les menées des sociétés secrètes, dont certains
mots d'ordre répétés à la fois par toutes les bouches accusent la
puissance et l'activité.

Puis, l'on affecte de donner des conseils de prudence, de modération,
qu'on sait bien ne pas devoir être suivis; des meneurs, au besoin
désavoués, achèvent d'irriter, en attendant l'occasion d'apparaître dans
la rue avec les éternels éléments de l'émeute.

Il y a, dans toute capitale, une bande de vagabonds que toute émotion
publique fait instantanément surgir à la disposition des agitateurs:
cette troupe, audacieuse si la résistance est incertaine, disparaît
devant un pouvoir résolu.

Les rassemblements publics sont précédés de réunions occultes et
précèdent, eux-mêmes, l'établissement des barricades. Celui-ci est
d'abord timide, lent, décousu; mais bientôt, si l'on montre de la
faiblesse ou de l'indécision, si la répression reste inactive, il
s'étend avec audace, ensemble et activité progressive, chaque barricade
poussant, pour ainsi dire, la suivante avec une vitesse de plus en plus
accélérée.

Un mouvement marqué de la province, et même de l'étranger; les routes
couvertes de piétons voyageant par troupes vers la capitale, sont,
plusieurs jours d'avance, des indices certains de l'émeute.

83. La police, informée, avertit le gouvernement, qui a dû prendre les
mesures nécessaires, parmi lesquelles il faut surtout compter:

1° L'arrestation prompte et secrète des chefs principaux de
l'insurrection, et quelquefois du parti hostile le plus en mesure d'en
profiter.

Les véritables instigateurs des révolutions sont presque toujours des
hommes hauts placés dans le pays, souvent même auprès des diverses
fonctions ou pouvoirs de l'État; il faut savoir remonter jusqu'à eux,
par les chefs plus ostensibles et de confiance qui les représentent au
plus bas de la masse des anarchistes.

Le langage des journaux et bien des indiscrétions donnent, à ce sujet,
des indices aussi certains que les rapports de police.

2° La réunion, dans les centres de défense et surtout dans le quartier
militaire, de considérables approvisionnements de vivres, de munitions
et de matériel.

3° La concentration des principaux pouvoirs et moyens d'action autour du
chef du gouvernement.

Le défaut de ces trois prévisions a fait réussir la plupart des émeutes.



§ II.

PRINCIPES PARTICULIERS.

84. 300 à 600 hommes suffisent, en quelques heures, pour barricader, à
l'aide d'une première traverse provisoire couvrante et plus avancée,
tout un quartier, de cent pas en cent pas; ils travaillent par groupes
de 10 à 20 hommes; une fois l'opération exécutée, ils peuvent défendre
la tête de leur travail, si profond qu'il soit.

85. 150 à 200 hommes de troupes de ligne suffisent d'abord, dans un
quartier de 15 à 25,000 âmes de population, de cent hectares d'étendue,
pour empêcher, au premier moment, avec les quelques gardes nationaux
déjà accourus, l'élévation des barricades.

86. Une fois les insurgés groupés, fortifiés, et excités par l'inertie
de la répression, 1,500 soldats deviendront insuffisants devant la série
de barricades accumulées, les unes derrière les autres, le long d'une
rue et sur ses flancs; ces véritables citadelles intercepteront toutes
les communications, bloqueront chez eux les gardes nationaux; elles
seront défendues, avec un entraînement inexplicable, par ceux-là mêmes
qui d'abord seraient restés tranquilles, ou auraient aidé à les
attaquer; une population ainsi agitée n'est que trop disposée à suivre
moutonnement ceux qui savent l'entraîner; ses dispositions varient du
tout au tout en un instant.

Ces 1,500 hommes, vu leur nombre et la manière dont l'absence de la
garde nationale aura été expliquée, seront insuffisants, quoique
convenablement engagés par leurs chefs; mais si, ce qui arrive
quelquefois dans des circonstances aussi critiques, la direction laisse
à désirer, un échec partiel peut devenir bientôt imminent.

87. L'élévation de ces barricades constitue, au milieu de la ville, un
grand obstacle qui intercepte les communications, les mouvements de
troupes, la transmission des ordres et des rapports, l'arrivée des
vivres et de la grande quantité de munitions nécessaires, qu'il faut,
dès lors, faire venir par de longs détours et avec de grosses escortes,
si ces moyens de défense indispensables n'ont pas été, à l'avance,
réunis sur les positions principales.

88. Dès ce moment, la cavalerie ne peut être employée dans la partie
barricadée que par petites troupes, sur les places et carrefours, en
arrière des barricades, et avec beaucoup de prudence ou d'à-propos; elle
est d'autant moins utile qu'on a laissé élever plus de retranchements.

89. Lors même qu'elle fait peu de mal réel, l'artillerie produit un
grand effet moral sur la population, soit avant l'élévation des
barricades qu'elle empêche, à l'aide de quelques volées de coups de
canon, dans les rues longues et droites.

Soit, après leur construction, pour faire évacuer ces retranchements
ainsi que les bâtiments qui les dominent.

Soit contre les colonnes profondes d'insurgés qui se présentent
imprudemment à ses coups. Avec son concours, la troupe les disperse sans
courir risque de s'éparpiller elle-même en les poursuivant.

Son action est plus avantageuse partout où elle peut atteindre de loin,
sans se découvrir à la fusillade des insurgés, soit en se masquant
pendant une partie de la manœuvre derrière un retour de rue, ou en
faisant occuper, en avant d'elle, par l'infanterie, les maisons d'où
celle-ci pourra la protéger.

Le nouveau tir des obus à balles de plein fouet aurait une puissance
telle, qu'il est à désirer qu'on n'ait pas lieu d'en faire usage dans
une lutte aussi funeste.

L'artillerie ne peut plus circuler à travers un quartier déjà barricadé,
elle doit éviter, soit de laisser couper ses communications en arrière
et de côté, par des traverses; soit de traîner, à sa suite, en tête des
colonnes d'attaque, le nombre de chevaux et de caissons excédant ses
besoins les plus indispensables dans une pareille lutte; des pièces
prises, ou que l'on ne pourrait facilement dégager, exalteraient le
moral des insurgés; la place de cette arme est principalement aux
réserves divisionnaires ou générales.

90. Le feu de l'infanterie produit le plus d'effet dans des rues
étroites, et du haut de positions dominantes, sur les groupes arrêtés
par des obstacles.

L'impulsion donnée par le duc d'Aumale, à l'aide d'écoles spéciales, aux
exercices du tir et au perfectionnement de l'arme, ont fait acquérir,
sous ce rapport, à l'infanterie, une puissance et des propriétés
nouvelles, dont les premières guerres démontreront toute l'importance
sur l'art désormais profondément modifié.

Chaque arme attire les insurgés sur le terrain qui lui est favorable et
évite de se laisser entraîner, là où elle perd une partie de ses
avantages.

       *       *       *       *       *

91. 200 soldats de ligne, approvisionnés et bien commandés, résistent
dans un bâtiment de facile défense cerné par l'insurrection.

92. Deux bataillons de ligne, approvisionnés dans un centre d'action,
ralliant au besoin les gardes nationales du quartier, commandent, autour
d'eux, un espace militaire d'environ 500 mètres de rayon.

93. Pour enlever une barricade, ordinairement faite par 10 à 20 hommes,
défendue tout au plus par 50 à 100 hommes, deux patrouilles jumelées de
100 hommes chaque, dont une agissant sur les flancs, par les rues
latérales ou l'intérieur des maisons, suffisent en une demi-heure.

L'attaque, uniquement faite de front, et par le bas de la rue même,
exigerait dix fois plus de monde, de temps et de pertes.

94. Entre deux centres d'action espacés de 500 mètres, des patrouilles
mixtes de 100 hommes de garde nationale et de troupes de ligne, chacune,
cheminant en deux pelotons distants de 50 mètres, suffisent, surtout si
elles sont appuyées par une patrouille semblable, suivant, à même
hauteur, une direction parallèle.

95. Par arrondissement de 50 à 100,000 âmes de population, de 400 à 800
hectares de superficie, il faut, selon que le quartier est plus ou moins
populeux, hostile ou révolté, 200, 2,000, 4,000 ou 6,000 hommes, au
plus, de troupes de ligne, c'est-à-dire moins de 10 soldats par hectare,
et 200 hommes par rayon de 250 mètres environ.

96. Dans chaque arrondissement, les troupes en patrouille doivent être
le tiers de celles en réserve, au centre d'action; les deux tiers de
l'effectif total des disponibles.

97. Entre deux grands quartiers généraux, disposant d'une réserve mobile
de troupes, et espacés de 1,500 mètres, aucune insurrection sérieuse ne
pourra solidement s'établir.

98. Entre deux centres d'action espacés de 500 mètres, convenablement
occupés et approvisionnés, aucune barricade ne pourra être élevée bien
solidement, même dans le quartier le plus hostile; il sera difficile,
pour des attroupements considérables, d'y stationner et même de s'y
former.

       *       *       *       *       *

99. Un faible détachement d'une ou deux compagnies peut lutter
avantageusement, dans le dédale des rues, contre un corps considérable
d'insurgés, si celui-ci n'agit que de front, et si, au contraire, les
flancs et derrière du détachement sont assurés.

La profondeur des colonnes mobiles ou d'attaque n'est qu'un embarras et
une cause de pertes ou d'étonnement; le chef ne peut répondre de ce qui
se passe loin derrière lui; les subdivisions doivent marcher à une
distance telle les unes des autres, qu'elles puissent se protéger
réciproquement contre les entreprises tentées des maisons et rues
transversales intermédiaires; deux ou trois subdivisions de garde
nationale et de ligne entremêlées et flanquées de semblables colonnes
jumelées suffisent.

Plus une position à enlever est formidable, plus un quartier à battre
est hostile et populeux, plus l'emploi de colonnes parallèles jumelées,
cheminant à la fois de front et sur les flancs des rassemblements ou
barricades, est indispensable.

100. La concentration de la troupe par corps et fractions constituées de
corps, sous les ordres de ses chefs naturels, fait sa force morale et
assure plus facilement, plus complètement tous les besoins.

Trop souvent cette troupe avait été fatalement fractionnée sur des
étendues de 2 à 4,000m, sous des commandements supérieurs différents, en
détachements de 2 à 4 compagnies, et chaque position se trouvait être
occupée par des fractions ainsi affaiblies de plusieurs corps.

Dans de pareilles circonstances, où tout moment peut amener des
événements qui changent totalement la position des partis, les
détachements sont toujours difficiles; ils deviennent fâcheux s'ils ne
sont indispensables; tous ne sont pas également capables, au milieu de
pareilles préoccupations, de prendre conseil des circonstances; un seul
qui se trompe peut causer un échec partiel.

       *       *       *       *       *

101. Le soldat qui stationne, sans agir, plusieurs jours de suite sur
les places ou rues, au milieu de la population agitée, se fatigue et
s'inquiète: la troupe qui n'est pas active doit rester, au repos, à
l'intérieur d'établissements et positions convenables.

102. La force armée, obligée de se rassembler, d'attendre les officiers,
de se munir de tout ce qui est nécessaire, et souvent de relever ses
postes journaliers, occupe d'autant plus tard les positions de combat
que celles-ci sont plus éloignées de ses quartiers.

L'arrivé des ordres de mouvement exige une heure à une heure et demie de
temps; le départ du quartier a lieu une demi-heure après; la troupe
emploie une heure ou deux pour se rendre sur les points de
concentration; elle n'entre en action que deux ou trois heures ensuite,
obligée souvent de rebrousser chemin; ainsi, presque toujours, il y a
quatre à six heures de retard, habilement mis à profit par l'émeute pour
s'établir.

103. Les divers corps doivent se concentrer sur les points d'une
circonférence de positions les plus rapprochées de leurs casernes; cette
circonférence menace les quartiers suspects et couvre, à proximité, le
centre de défense ou quartier militaire.

104. La réunion des gardes nationales est d'autant plus lente et plus
difficile, leur action sera d'autant moins efficace, leur service
d'autant plus pénible, qu'elles iront opérer sur des positions plus
éloignées de leur quartier.

Les légions de garde nationale, les pelotons à cheval, les
arrondissements, les subdivisions militaires de défense, organisées
d'une manière permanente, doivent avoir les mêmes circonscriptions, et
pour centre unique d'action, la mairie convenablement établie dans un
lieu central dominant à débouchés faciles; une caserne, pour 2 à 3
bataillons, est en face ou à côté.

105. Il faut se hâter d'occuper le réseau de toutes les positions
principales; et successivement, au fur et à mesure du développement de
l'insurrection et de l'arrivée des forces dont on dispose, occuper
également, dans les plus mauvais quartiers, les positions secondaires et
tertiaires autour des grands centres d'action, afin d'obliger la
révolte, désunie et débordée de toutes parts, à les attaquer avec
désavantage.

Il serait regrettable de lui avoir laissé le temps de se réunir, de
choisir, de prendre ces positions, de s'y fortifier et de réduire
ensuite la troupe à en faire le siége long et sanglant.

Dans ce genre de guerre, l'avantage est pour celui qui part de
positions défensives judicieusement établies; les pertes, les
difficultés, pour celui qui les attaque sans les bases d'appui
nécessaires.

Il y a d'autant moins de danger à occuper un plus grand nombre de postes
que la position de l'armée et les dispositions de la garde nationale
sont meilleures; mais toujours ces détachements doivent être
convenablement appuyés d'une réserve centrale présentant une force
double de l'effectif total des diverses fractions qui en dépendent.

106. Les méprises, les engagements pris en apparence avec les révoltés,
sont leur principal moyen de succès; l'insurrection les obtient à l'aide
de pourparlers toujours compromettants et dangereux. Dans aucun cas, la
troupe et ses chefs ne doivent entrer en rapport avec les insurgés, si
habiles à profiter des hésitations et des malentendus, et décidés à
pousser tout à l'extrême, tant que l'on reste sur la voie des
concessions. Toute hésitation est funeste, même au seul point de vue de
l'humanité.

       *       *       *       *       *

107. Les gros détachements doivent se lier entre eux et au quartier
général par des postes intermédiaires ou, au moins, par des signaux de
correspondance.

108. Quelques grandes cours seront occupées comme places d'armes avec
des réserves de toutes armes.

Elles sont d'autant plus avantageuses qu'elles dominent mieux un plus
grand nombre de débouchés et qu'elles assurent les communications entre
les principaux détachements.

109. Les divers postes, et même les plus considérables, doivent toujours
pouvoir se soutenir et, au besoin, réunir toutes leurs forces contre un
gros rassemblement qui se formerait dans leur rayon d'activité.

110. Chaque poste ou détachement a son but, son centre d'action, sans y
être immobilisé.

Il doit marcher, soit au secours des corps voisins, soit au secours du
quartier général lui-même, selon les circonstances.

La première règle, pour tous, est de ne pas cesser d'être utiles et de
prendre conseil des événements.

111. Le temps de l'établissement des troupes sur leurs positions de
combat est le plus critique de toute la lutte.

Il faut l'abréger autant que possible, et éviter de modifier, pendant ce
mouvement, les ordres donnés, ce qui le rendrait plus long, plus
difficile, plus dangereux.

       *       *       *       *       *

112. Les dégâts résultant de la lutte donnent lieu à une dépense de 100
à 200,000 fr., par journée, et pour un arrondissement de 100,000 âmes.

113. La perte en tués et en blessés, pour les deux partis, s'élève de 1
à 15/10,000 de la population, par journée de combat: la force armée
supporte les 2 à 5/10 de ces pertes. Dans les deux partis, les hommes
tués font les 3 à 4/12 de tous ceux frappés.

114. Par heure, un parc d'artillerie organisé à raison de 50 bouches à
feu, dont 1/2 à 2/3 mortiers, pour 100,000 âmes de population hostile,
jettera dans un quartier de ville de cette importance 100 projectiles,
dont 2/3 bombes, 1/3 boulets rouges. Il détruira 100 maisons et fera
pour 250,000 fr. à 500,000 fr. de dégâts. Ce genre d'attaque, employé
contre Bruxelles en 1695, peut se prolonger pendant 2 et 3 jours:
l'humanité le réprouve, même contre une population étrangère.

115. Dans la moitié ou les deux tiers d'une ville en émeute, et pendant
deux à quatre jours, on élève ordinairement 8 à 12 barricades par
hectare.

On distribue le plus souvent 4 à 8 cartouches, par journée de lutte, à
chaque soldat ou garde national; les 2/3 de ces munitions sont
consommées. On peut tirer 400 à 800 coups de canon pur jour, dans la
plus grande capitale; les approvisionnements seront faits d'avance à
chaque quartier général, en conséquence, ainsi que pour les vivres.
C'est surtout le quartier militaire qui doit être abondamment pourvu,
non-seulement de tous moyens de résistance, mais encore des transports
nécessaires.

116. Si la ville a une surface en hectares de                S hect.
     le chiffre P de la population sera                      250 S
     y compris une population flottante de                   50 S

     Le nombre d'individus  gênés  en temps difficile        2/3 P
     Les individus secourus                                  P/3
     parmi lesquels sont indigents                           P/10

     Chiffre de la classe ouvrière                           P/36
     dont sans ouvrage en temps difficile                    P/160

     L'effectif de la garde nationale est                    2P/25
     dont un quart se présentera au rappel                   P/50

     L'effectif des gardes journalières fournies
     par la troupe sera                                      P/250

     La troupe disponible fera les 2/3 de son effectif total.

     Le chiffre des gardes nationaux de province, accourus
     2 ou 3 jours après au secours de l'autorité,
     s'élèvera peut-être à                                   P/20

     La garnison nécessaire pour avoir de suite, et sans
     compter sur ce dernier secours tardif ou incertain,
     moitié en sus des plus gros rassemblements hostiles
     possibles, sera                                         P/20

     Le chiffre maximum des hommes sur lesquels l'émeute
     pourrait compter, hommes la plupart accourus à cet
     effet du dehors, s'élèverait peut-être, dans les
     circonstances les plus critiques, à                     P/30

     Chiffre plus probable des anarchistes                   P/250

     Parmi lesquels sont véritablement résolus               P/5000

     Détenus de toute espèce                                 P/100

Telles sont les moyennes qui peuvent servir à fixer
très-approximativement les idées. Telle est la triste statistique de la
plus horrible de toutes les guerres civiles.



§ III.

MOYENS MATÉRIELS NÉCESSAIRES.


117. Dès que l'émeute est solidement retranchée dans ses positions,
l'attaque ne peut réussir, à moins d'une lutte longue et sanglante, qu'à
l'aide des précautions et moyens accessoires ordinairement employés dans
la guerre des retranchements.

«Aux affaires de villages retranchés, de barricades, de maisons, dit
Antoine de Ville, il y a des préparatifs sans lesquels je ne crois pas
qu'on pusse réussir, si ce n'est par hasard, ou que la peur gagne ceux
qui sont dedans, ce qui n'arrive jamais souvent.

«Au contraire j'ai vu la plupart des attaques de ce genre échouer, les
assaillants être repoussés avec perte et honte, l'assurance des ennemis
augmenter, celle des nôtres diminuer lorsqu'il s'agissait de retourner à
de nouvelles attaques, soit contre les mêmes positions, soit contre de
nouvelles.

«Cela est arrivé faute de s'être présenté muni de ce qui se peut
préparer et conduire partout facilement, de ce qui assure la vie des
soldats et diminue les obstacles à franchir.

«Ces obstacles sont un fossé avec parapet derrière, une muraille, une
barricade, palissade, barrière ou porte.

«Si on n'emploie aucune invention pour les forcer, que celle des hommes,
on en viendra difficilement à bout, et on n'en recevra que de la perte.

«On a à faire à des gens assurés derrière leurs parapets; ceux qui
attaquent viennent de loin et à découvert; on les canarde sans qu'ils
puissent répondre efficacement; le remède est d'employer les moyens
accessoires suivants:

«Je voudrais premièrement avoir des chariots légers, tant des roues que
du reste, qui puissent être facilement tirés par un cheval et marcher
aussi vite que la cavalerie.

«Il faudrait quelques pétards bien chargés, en état d'être appliqués
avec leurs madriers, des fourchettes, des marteaux et autres choses
nécessaires à cet effet. Cet instrument est indispensable dans toute
entreprise où il peut y avoir quelque chose à rompre.

«Les pièces de bois, en guise de béliers pour faire tomber les clôtures
des jardins, sont aussi très-utiles: on passera, par ce moyen, en des
endroits dont les défenseurs ne se doutent pas.

«Les serpes, haches, hoyaux, pics et pelles sont également nécessaires
pour abattre ou ouvrir les retranchements.

«On rompt les portes à l'aide de gros marteaux ou en arrachant la
serrure et le verrou avec de fortes tenailles longues de 3 pieds;
d'autres tenailles plus petites et quelques scies seraient aussi utiles.

«Qu'on ne dise pas que cet attirail serait embarrassant à porter;
d'ailleurs, si on a bien reconnu la position, on ne traînera avec soi
que les outils nécessaires à l'entreprise.

«Les mantelets sont indispensables; je voudrais les faire avec 2 ou 3
petites roues, 2 manches et des montants pour les tenir debout; ils
auraient 5 pieds de hauteur par-dessus la partie à 1'épreuve du
mousquet; j'y joindrais 5 pieds d'exhaussement en planches légères avec
canonnières de 3 pieds de large pour tirer.

«Il faudra avoir plusieurs mantelets; un chariot en portera 3. Lors de
l'attaque, plusieurs avanceront de front poussés par les soldats
abrités: lorsque ceux-ci seront aux barricades, ils abattront le
mantelet contre, en haussant les manches, de manière à se couvrir des
endroits où les ennemis seront; on montera par-dessus pour entrer dans
le retranchement. Ce moyen est bon là où il n'y a pas de fossés.

«J'ai vu quelquefois les paysans se retirer dans des églises où ils
résistent tant qu'ils peuvent; puis ils montent au haut de la voûte et
tirent l'échelle après eux; la voûte est percée en plusieurs endroits,
d'où ils fusillent ceux qui veulent entrer pour prendre le butin qu'ils
y ont retiré.

«Pour ce cas, on aura des mantelets élevés et portés sur l'essieu de
deux roues, à l'aide de pieds droits; ils seront soutenus debout par des
soldats marchant au-dessous.

«Avec ces mantelets, on avancera à couvert sans être exposé.

«En marchant à travers la campagne, on les laisse porter sur l'essieu
pour les élever quand cela est nécessaire.»

118. Dans l'émeute de Toulouse, du 11 au 17 mai 1562, on fit
avantageusement usage de mantelets analogues à ceux que recommande le
chevalier de Ville.

       *       *       *       *       *

119. L'attaque de l'armée de Condé retranchée derrière les barricades du
faubourg Saint-Antoine, le 2 juillet 1652, ne fut aussi sanglante qu'à
cause du mépris de ces règles.

Le roi, le cardinal et la cour, aussitôt qu'ils virent l'infanterie
arrivée, envoyèrent ordre au vicomte de Turenne d'attaquer, sans
attendre le maréchal de La Ferté, le canon et toutes les choses
nécessaires pour rompre les murailles, combler les retranchements,
enfoncer les barricades.

M. de Turenne les fit inutilement prier de prendre patience; il
représenta que l'ennemi ne pouvait échapper, si les Parisiens, dont on
croyait être assuré, ne lui ouvraient les portes; le temps qu'il fallait
pour avoir le canon n'en donnerait pas assez à Condé pour se fortifier
davantage; il était dangereux de s'exposer ainsi, sans les précautions
nécessaires, à un échec qui ferait manquer une entreprise, au contraire
assurée si l'on attendait que le canon et les outils de pionniers
fussent arrivés.

L'impatience de la cour l'emporta sur toutes ces bonnes raisons; M. de
Bouillon pressa plus que personne son frère de suivre aveuglément des
ordres imprudents, mais formels, plutôt que de s'exposer à la censure
des courtisans capables de persuader au roi qu'il voulait épargner le
prince de Condé.

M. de Turenne n'était pas encore assez bien dans l'esprit du roi; il
n'avait pas alors cette réputation de probité acquise depuis; pour oser
désobéir à des ordres contraires au bien du service, il ne se fiait pas,
à cette époque, sur sa capacité et son expérience, autant qu'il le fit
dans la suite en plusieurs occasions; après avoir opposé la résistance
qui lui était alors permise, il crut qu'il était sage d'obéir à des
volontés que son autorité, toute grande qu'elle était déjà, ne pouvait
cependant pas encore éclairer.

       *       *       *       *       *

120. Mais de tous les moyens matériels d'action, ceux dont il faut
constamment se préoccuper de la manière la plus sérieuse, et dont le
défaut a fait triompher la plupart des émeutes, ce sont les
approvisionnements de vivres et de combat, sur la plus grande échelle,
et pour les diverses éventualités.

Cette prévoyance des services administratifs, si importante dans toutes
les guerres, devient encore plus décisive en celle-ci; le moral est
alors plus impressionnable; tant de péripéties diverses peuvent tout à
coup surprendre, et si peu de moments sont accordés, au milieu de la
tourmente révolutionnaire, pour pourvoir aux nécessités nouvelles de
chacun de ces instants, où se décident irrévocablement les plus grandes
destinées.

En pareille circonstance, la victoire sera presque toujours pour celui
qui, le dernier, pourra subsister et combattre.

Les magasins de vivres et de munitions des divers quartiers généraux,
ceux du quartier militaire ou de la position extérieure de ralliement,
les approvisionnements de vivres particuliers des fournisseurs protégés
par ces centres d'action, les moyens de transports suffisants et de
toute nature, des services administratifs actifs et mobiles avec
l'armée, assureront, ainsi qu'il sera expliqué ultérieurement, ces
grands et impérieux besoins.

       *       *       *       *       *

Nous venons de voir l'opinion de Turenne sur l'utilité de l'artillerie
dans une semblable lutte.

À propos du deuxième siége de Sarragosse, en 1808, Napoléon répète
plusieurs fois: _La prise de cette ville est une affaire de canon, que
ne pourraient avancer de nouveaux renforts de troupes_.

Ainsi, plus la lutte sera sérieuse, plus la répression aura dû employer
les voies lentes et régulières, plus il faudra de matériel: nécessité
moins regrettable, si l'abondance des moyens prévient l'effusion du
sang, en rendant toute lutte impossible.

       *       *       *       *       *

Après avoir résumé les principaux faits observés ou les principes qui
s'en déduisent pour ce triste genre de guerre, et avant d'exposer le
système général de répression qu'il convient d'adopter, rappelons une
maxime du chancelier de L'Hospital, qui doit être toujours présente à
l'esprit:

«Toute sédition est mauvaise et pernicieuse en royaume et république;
encore qu'elle eust bonne et honnête cause, il vaut mieux souffrir
toutes pertes et injures qu'être cause d'un si grand mal, que d'amener
guerre civile en son pays.»



CHAPITRE IV.

_Mesures générales de défense._



§ Ier.

DISPOSITIONS PERMANENTES.


En conséquence des principes qui viennent d'être exposés, les
dispositions suivantes doivent être prises dans le cas où l'on veut
soutenir la lutte à l'intérieur de la ville, partout où éclatera la
révolte.

121. Les légions, bataillons et compagnies de gardes nationales à pied
ou à cheval sont établies par arrondissement, quartier et rue, pour les
garder sans avoir à se déplacer.

Des bataillons, demi-bataillons ou compagnies désignés d'avance occupent
les positions importantes à proximité.

D'autres détachements, tirés des arrondissements hostiles à l'émeute qui
n'a pu s'y développer, vont de suite suppléer les gardes nationales
moins bien disposées des plus mauvais arrondissements.

122. L'artillerie de la garde nationale reste concentrée à la réserve
générale; sa dissémination dans les divers arrondissements aurait peu
d'utilité, elle pourrait donner lieu à la perte de quelques pièces.

123. Les fractions de garde nationale ne laissent pas stationner dans
les rues, dissipent les groupes, empêchent la formation des barricades,
en font au besoin de défensives là où celles-ci ne peuvent être
nuisibles à la répression, fouillent ou arrêtent les personnes
suspectes, accompagnent les autres à l'aller et au retour.

124. Dans chaque compagnie, on tient, pendant la lutte, un état des
hommes hostiles du quartier ou des gardes nationaux qui manquent à
l'appel.

125. Sitôt que l'insurrection s'est complètement démasquée, des
bataillons ou légions des arrondissements restés tranquilles, la moitié
ou le tiers des troupes de ligne primitivement affectées à leur défense,
viennent renforcer les réserves des divisions et subdivisions militaires
engagées.

       *       *       *       *       *

126. Les troupes de ligne fournissent habituellement le service dans ou
près de leur arrondissement de casernement ou de combat, de manière à ce
que les gardes puissent être plus facilement appuyées, rappelées ou
relevées s'il y a lieu.

127. Les troupes agissent, autant que possible, dans la subdivision
militaire où elles sont casernées, concurremment avec la garde nationale
du quartier, à l'aide de l'assistance des autorités municipales et des
agents de police dudit arrondissement.

Ainsi, elles sont constamment sur leurs positions de combat, et
convenablement approvisionnées de vivres, de munitions; elles n'ont même
pas besoin d'ordres et de temps pour les occuper et les défendre.

128. Les troupes casernées _extrà muros_ ou sur les lignes de chemin de
fer composent la majeure partie de la réserve générale, des réserves
divisionnaires et des subdivisions _extrà muros_ le plus à leur
proximité.

129. Les commandements militaires de division et de subdivision sont
permanents quant à la troupe, aux quartiers et positions que celle-ci
doit défendre, aux gardes nationales et aux agents municipaux ou de
police avec lesquels elle doit opérer constamment.

130. Les sections hors rang, les malades, les officiers et
sous-officiers comptables, les caporaux d'ordinaire et les cuisiniers
laissés dans les casernes; les postes journaliers, les patrouilles pour
aller aux vivres sont, ainsi, autant de détachements inutiles aux corps
casernés sur leurs positions de combat.

Ceux-ci restent d'autant plus compacts et forts; il y a moins de chances
d'échecs partiels, et pour la révolte plus d'impossibilités.

       *       *       *       *       *

131. Les officiers, sous-officiers et soldats de passage, en congé, en
non-activité ou en retraite, dont l'état nominatif ou numérique doit
constamment être tenu dans chaque arrondissement, se réunissent au
premier rappel, à la mairie de leur quartier; on prend note de leur
présence, on les embrigade, on les utilise.

Les autres militaires, employés à des services spéciaux dans la
capitale, se rendent, avec leur chef, au quartier général divisionnaire
ou principal.

Tous peuvent être employés utilement; aucuns ne doivent être, en
apparence, livrés à de mauvaises excitations.

       *       *       *       *       *

132. Les meilleures dispositions pour l'établissement des mairies et
casernes juxta-posées, au point de jonction de plusieurs rues, de
manière à en faire des centres d'action complets et des magasins
d'approvisionnements de tous genres, pour la lutte la plus sérieuse,
sont:

1° Une place uniquement formée par la mairie, une caserne et des
établissements publics, de telle sorte que ceux-ci se trouveraient
naturellement protégés sans qu'il soit besoin d'y faire des détachements
et qu'aucun bâtiment de la place ne puisse tomber à la disposition des
émeutiers.

2° Un carrefour au centre duquel est une mairie isolée; à l'un des coins
de rue en face est la caserne; toutes les fenêtres extérieures du
rez-de-chaussée sont grillées.

3° Une cour commune de communication pour la mairie et la caserne;
chacun de ces établissements fait façade sur l'une des deux rues
parallèles ou concourantes.

4° La caserne et la mairie aux deux côtés opposés d'une rue; un de ces
établissements possède un second débouché, derrière, sur une rue
parallèle.

133. Dans ces centres, il y a une réserve de munitions et
d'approvisionnement en vivres de campagne, pour quatre jours, et pour
chaque soldat.

En outre, des mesures sont prises avec des bouchers, marchands de vins,
boulangers et grènetiers voisins, pour la fourniture, pendant la lutte,
des rations de viande, de vin, de pain et de fourrages journellement
nécessaires.

Dans le quartier militaire, et en sus des approvisionnements
d'arrondissement, des mesures analogues sont prises, à l'effet de
pourvoir aux besoins journaliers de toute l'armée, en vivres et en
munitions, au cas où celle-ci viendrait à s'y concentrer.

Des moyens de transport suffisants y sont rassemblés. Il y a, dans les
magasins, une autre réserve d'approvisionnement de quatre jours en
vivres de campagne et en munitions de combat.

Ainsi le pouvoir, la force armée et chacune de ses subdivisions ou
spécialités sont constamment mobiles et en mesure pour toutes
circonstances.



§ II.

DIVISIONS ET SUBDIVISIONS MILITAIRES.


134. Le ministre de la guerre, ou un général en chef délégué, commande
directement toutes les forces, sans être gêné ou retardé dans son action
par les commandements parallèles ou spéciaux de la division ou
subdivision territoriale, de la garde nationale ou urbaine.

Il a, sous ses ordres, les commandants des divisions et subdivisions
militaires de la capitale _intrà_ et _extrà muros_.

       *       *       *       *       *

135. Des généraux de division commandent chacun l'un des grands
quartiers de la capitale, de 600 à 1800 hectares d'étendue, de 150 à
400,000 âmes de population, ainsi que les subdivisions _extrà muros_
attenantes.

Leurs quartiers généraux, espacés entre eux de 1500m, à 1000 ou 1500m au
plus de distance du centre, à proximité des grandes communications
intérieures de la capitale, à 6000m des centres extérieurs d'action
_extrà muros_, sont éloignés de 1000m au plus des quartiers généraux
subdivisionnaires _intrà muros_ et des mairies qui en dépendent.

136. Il y a, à l'avance, dans chaque centre tertiaire, si un
établissement public convenable le permet, une réserve
d'approvisionnement de vivres, de munitions et de matériel.

137. Ces généraux ont avec eux, comme réserve, des troupes de ligne de
toutes armes en grande partie casernées _extrà muros_.

138. La circonscription du commandement des généraux de division a une
grande étendue et une haute importance:

Ces chefs ne peuvent que coordonner, d'un quartier général, les
opérations secondaires des généraux de brigade dans leurs
arrondissements, et les appuyer à propos, à l'aide d'une partie de la
réserve dont ils disposent.

139. Un de ces généraux de division commande exclusivement le _quartier
militaire_ centre de défense, d'approvisionnement de toutes espèces et
des moyens administratifs ou de gouvernement sur la plus vaste échelle.

Il dispose de transports considérables pour toutes les éventualités.

       *       *       *       *       *

140. Chaque subdivision intérieure ou arrondissement municipal de 200 à
600 hectares d'étendue, de 60 à 120,000 âmes de population, d'une
défense indépendante ou au moins limitée par de grandes lignes de
communication, est sous les ordres permanents d'un général de brigade.

Le quartier général est à la mairie, où se trouvent, en tous temps, les
approvisionnements nécessaires de vivres et de munitions de réserve.

141. Ce général, outre la légion et le peloton de cavalerie du quartier,
dispose d'une réserve de 2 à 3 bataillons de ligne casernés en face de
la mairie ou, au moins, à proximité.

142. Les généraux de subdivision intérieure doivent comprimer l'émeute
dans l'étendue ordinaire d'une grande ville de province.

Leur commandement est encore très important: ils ont une responsabilité
qui exige une certaine initiative ou latitude.

143. Dans chaque subdivision intérieure, les centres offensifs ont, pour
l'action et le logement des troupes, des débouchés, des enceintes, des
locaux convenables.

Ils sont près d'établissements publics à préserver, de carrefours ou de
défilés importants, sur des lignes de communications ou de séparations
principales.

144. Les passages sur les rivières, canaux, vieilles enceintes,
escarpements, seront défendus, de manière à maintenir constamment
séparées les diverses insurrections; à empêcher les transports d'armes,
de poudre de l'une à l'autre, et à conserver cependant, pour la troupe,
tous ces avantages décisifs.

Suivant la force de la garnison, et le concours plus ou moins efficace
de la garde nationale, l'on occupera également, dans les quartiers
importants, les dépôts de grains et de farines, les maisons de
boulangers, d'armuriers, d'artificiers, les imprimeries, les caisses
publiques et particulières, les églises et clochers où l'on pourrait
sonner le tocsin, ainsi que les maisons, qui protégent le débouché sur
les places.

Tous les petits postes ordinaires, autres que ceux ci-dessus mentionnés,
se replieront promptement sur les corps-de-garde les plus rapprochés non
abandonnés.

145. Ces dispositions résultent d'ailleurs de l'exécution intelligente
du principe général suivant.

Les arrondissements militaires en pleine insurrection, bientôt et
successivement renforcés par une portion des réserves de la division
dont ils font partie, et au besoin par une fraction de la réserve
générale, font occuper, à 600m autour de leur quartier général, cinq à
six centres d'action tertiaires, espacés de 600m les uns des autres, et
gardés, chacun, par un demi-bataillon de garde nationale avec 2 à 4
compagnies de ligne.

Ces points d'appui offensifs sont principalement établis au nœud des
communications, aux défilés importants, sur les principales artères; là
où se rend ordinairement la foule des promeneurs, des curieux, des
émeutiers; au centre des quartiers populeux ou mécontents.

       *       *       *       *       *

146. Les subdivisions _extrà muros_, avec les gardes nationales des
faubourgs et de la banlieue, avec de l'infanterie, de l'artillerie et la
majeure partie de la cavalerie, successivement appelées dans la
capitale, sont chacune sous les ordres d'un général de brigade.

Elles surveillent, interceptent les avenues de la ville, la banlieue,
les barrières, les chemins de fer, les passages des malles, diligences
et courriers.

147. S'il y a un mur d'octroi, les petites barrières sont fermées.

Les barrières principales, espacées de 1500m en 1500m, sont gardées par
des détachements de ligne qu'appuient les gardes nationales des
faubourgs et des provinces.

148. Les quartiers généraux des subdivisions militaires _extrà muros_,
au nombre de trois ou de quatre, sont à une distance de l'enceinte au
moins égale à la moitié du rayon de celle-ci; leur écartement entre eux
peut être quatre fois plus grand: chacun est le chef-lieu d'un
arrondissement administratif, où existent les réserves
d'approvisionnements de vivres et de munitions nécessaires.

Ces quartiers généraux commandent les avenues et les cours d'eau
principaux, ainsi que toutes les positions intermédiaires; au besoin,
ils assurent les mouvements, convois et communications par la banlieue;
ils arrêtent les insurgés, rallient les secours qui viennent du dehors.

       *       *       *       *       *

149. On se récriera contre ce nombre de divisions et de subdivisions
militaires; contre les intermédiaires, les lenteurs qui peuvent en
résulter pour l'exécution des ordres. On dira que c'est créer, pour une
capitale, à l'intérieur, en pleine paix apparente, une véritable armée.

Cependant l'effectif des forces, l'étendue, la complication du théâtre
des opérations, les péripéties imprévues que chaque heure y fait
succéder, la difficulté des communications, la durée probable de la
lutte, son acharnement, ses conséquences peuvent exiger désormais,
quelque part en Europe, tout ce surcroît de sous-divisions dans les
hauts commandements, cette hiérarchie de responsabilité pour des mesures
ou des événements la plupart hors de la portée du général en chef.

Ne faut-il pas une véritable armée organisée en permanence, d'une
manière complète, avec les accessoires les plus puissants, pour une
lutte qui durerait plusieurs jours, dans laquelle cent mille gardes
nationaux ou soldats, répartis sur un dédale immense, au milieu de
l'ouragan des révolutions, consommeraient des millions de cartouches et
des milliers de coups de canon; perdraient plusieurs milliers d'hommes
et autant de généraux que les plus grandes, les plus meurtrières
journées de l'époque impériale en ont vus périr?

Outre ces pertes cruelles et les quelques millions engloutis pour
dévastations; outre la capitale transformée pendant plusieurs mois en un
hôpital de blessés et de mourants, la société peut enfin y voir ses
dernières journées.

Certes, voilà des motifs suffisants pour prendre, à l'avance, de
sérieuses dispositions.

150. Aucun champ de bataille n'est plus vaste, plus difficile, plus
voilé, plus mystérieux, plus inquiétant pour une seule responsabilité;
aucun n'exige, pour chaque grade, fraction de troupe ou position
occupée, autant de latitude et de spontanéité d'action dans de certaines
limites.

Napoléon lui-même, avec toutes ses puissantes facultés, y réclamerait
encore le concours complet des admirables agents de combat qui le
suppléèrent si heureusement, dans les opérations secondaires de ces
champs de bataille immortels, dont l'immensité ne pouvait néanmoins rien
dérober à son génie.

151. Telles sont désormais les nécessités malheureuses de pareilles
luttes: chaque général divisionnaire ou sous-divisionnaire doit
irrévocablement s'attacher à son centre d'action pour y défendre les
dernières murailles avec le dernier soldat. Ce centre a, dans le plan
général adopté, une latitude en rapport avec l'importance des forces
dont on y dispose et du grade élevé qui les dirige; lié au quartier
militaire et aux centres voisins dans de certaines limites, il reste
indépendant au-dessous de ces limites.

Mieux vaut, sous quelques rapports et dans une juste mesure, plusieurs
grandes défenses individuelles efficaces par leur responsabilité et leur
influence réelles sur les événements; mieux vaut toute l'action du
général en chef exclusivement consacrée à coordonner, soutenir, rallier
ces défenses individuelles, selon le plan général de défense adopté,
qu'une direction unique et impossible si elle doit dominer jusqu'aux
détails des opérations secondaires.

Un instant critique, qu'il faut prévoir, pourrait tout à coup étonner,
déconcerter, jeter dans l'isolement et l'impuissance le commandement le
plus actif ainsi compromis.

152. D'ailleurs, ce nombre de divisions et de subdivisions militaires,
tant intérieures qu'extérieures, résulte de la nécessité désormais
évidente de coordonner partout, d'une manière intime et complète, en vue
d'une répression énergique, l'action des troupes de ligne, des légions
de garde nationale, des autorités municipales d'arrondissement et des
agents de sûreté, de telle sorte que, dans chaque centre de résistance,
il y ait unité forte de tous les concours, de tous les moyens répressifs
et approvisionnements indispensables.

Ce nombre résulte aussi de la nécessité également évidente d'utiliser
les légions de garde nationale dans leur arrondissement, avec le chiffre
des bataillons de ligne, qui seuls peuvent leur donner la consistance et
la valeur désirables.

Il résulte enfin de l'étendue même du champ de bataille, du nombre des
positions capitales qui, à différents degrés d'importance, le
subdivisent inévitablement; celles-ci exigent, dans de certaines
limites, des forces ou des approvisionnements de toute nature,
indépendants et assurés.

Voilà bien des motifs, et cependant nous avons encore à donner le plus
important, celui qui seul dominerait dans une pareille question: la
nécessité de préserver l'humanité de jours sanglants et néfastes, en
rendant, par un surcroît de moyens répressifs ou préventifs, toute
tentative de lutte impossible à l'anarchie.

En définitive, il faut également centraliser et élever la direction
générale, multiplier et localiser l'action.

       *       *       *       *       *

153. Le chiffre relatif des réserves divisionnaires est réglé d'après
l'étendue, l'importance de leurs circonscriptions, des craintes qu'elles
donnent; les différentes armes y entrent dans la proportion présumée
utile, en raison de la nature des localités.

Ensuite, on fait ultérieurement, au fur et à mesure des nouvelles
nécessités, à l'aide de la réserve générale et des troupes disponibles
dans les arrondissements restés tranquilles, les modifications exigées
par les événements.

154. La répartition des forces entre les subdivisions intérieures,
celles _extrà muros_, les quartiers généraux divisionnaires et la
réserve centrale, a lieu, autant que possible, conformément au tableau
ci-contre.

DIVISIONS ET SUBDIVISIONS MILITAIRES. 191

+------------------------------------------------------------------+
|                              LIGNE.                              |
+----------------------+----------+----------+------------+--------+
|                      |Infanterie| Cavalerie| Artillerie | Génie  |
+----------------------+----------+----------+------------+--------+
| Subdivisions intrà   |          |          |            |        |
| muros.               |  10/20   |    »     |      »     |   »    |
+----------------------+----------+----------+------------+--------+
| Subdivisions extrà   |          |          |            |        |
| muros.               |   3/20   |8 à 10/20 |  8 à 10/20 |  2/20  |
+----------------------+----------+----------+------------+--------+
| Quartiers généraux   |          |          |            |        |
| divisionnaires.      |   5/20   |10 à 8/20 |    10/20   | 10/20  |
+----------------------+----------+----------+------------+--------+
| Quartier général     |          |          |            |        |
| central.             |   2/20   | 2 à 3/20 |  2 à 4/20  |  8/20  |
|__________________________________________________________________|

+------------------------------------------------------------------+
|                              GARDES.                             |
+----------------------------------+-------------------------------+
| Nationale.                       | Urbaine.                      |
+----------------------------------+-------------------------------+
| 8/12 des légions.                |    »                          |
+----------------------------------+-------------------------------+
| Toute la banlieue.               |    »                          |
+----------------------------------+-------------------------------+
| 3/12 des légions.                |    »                          |
+----------------------------------+-------------------------------+
| 1/12 des légions.                | tout le corps.                |
|__________________________________|_______________________________|

155. Les autorités civiles et militaires sont responsables du maintien
de l'ordre dans l'étendue de leur circonscription.

Elles y logent, ainsi que les officiers des corps de ligne casernés dans
ledit quartier.

156. Chaque centre d'action principal ou secondaire lance incessamment
des patrouilles mixtes de garde nationale et de troupe de ligne vers les
centres voisins, les grands carrefours environnants, les défilés au
travers des rivières, canaux, escarpements, vieilles enceintes; vers les
noyaux de rassemblement ou établissements à surveiller.

On ne détache, en permanence, des fractions de ces centres qu'aux points
les plus importants, non assurés convenablement par les patrouilles, et
cependant indispensables comme postes intermédiaires.

Ainsi, l'on conserve le plus possible de forces réunies autour de chaque
centre d'action.

Partout la garde nationale assiste la troupe de ligne de sa force
morale, de la connaissance qu'elle a des localités, des individus et de
la situation.

       *       *       *       *       *

157. La proportion la plus avantageuse des différentes armes paraît
être, à l'intérieur d'une grande ville, 1 escadron, 3 bataillons, 1
pièce 1/2 et 25 sapeurs du génie: c'est-à-dire, infanterie 177/200,
cavalerie 12/200, artillerie 8/200, sapeurs du génie 3/200.

Dans les arrondissements _extrà muros_, on peut adopter la proportion, 1
bataillon, un escadron, 1 pièce et une escouade de sapeurs.

La proportion moyenne, pour toute la garnison, paraît être celle établie
par les chiffres suivants: 10 bataillons, 6 escadrons, 6 pièces et 1
compagnie de sapeurs.

158. Le calcul moyen des troupes de ligne nécessaires pour un pareil
système de défense, dans une ville dont P représenterait le chiffre de
population, est détaillé dans les deux tableaux ci-dessous.

Ces chiffres, ceux que nous avons déjà donnés ou que nous établirons
ultérieurement, ne sont que des moyennes approximatives; selon les
circonstances morales ou politiques, ils peuvent beaucoup différer des
chiffres véritables.

_Nombre de bataillons nécessaires._

|--------------------------------------|---------------------|
| Désignation des commandements.       | Bataillons.         |
|--------------------------------------|---------------------|
| P/100,000 arrondissements intérieurs | 30 P/1,000,000      |
| ou mairies à 3 bataillons            |                     |
| ou P/66,000 à 2 bat.                 |                     |
|                                      |                     |
| 1/3 du chiffre précédent pour les    | 10 P/1,000,000      |
| arrondissements _extrà muros_.       |                     |
|                                      |                     |
| 1/2 du même chiffre pour les         | 15 P/1,000,000      |
| quartiers généraux divisionnaires.   |                     |
|                                      |                     |
| 1/5 pour le quartier général         | 6 P/1,000,000       |
| principal.                           |_____________________|
|                                      |                     |
| Total des bataillons de ligne        |   P/10,000          |
| nécessaires.                         |                     |
|--------------------------------------|---------------------|

_Troupes de lignes nécessaires._

|------------------------------------------------------------------|
| Désignation des armes.                        |  Nombre          |
|                                               | d'hommes.        |
|-----------------------------------------------|------------------|
| P/16,000 bataillons de ligne à 700 h.         | 700 P/16,000     |
|                                               |                  |
| 1/10 de l'effectif précédent pour les         |  70 P/16,000     |
| escadr.                                       |                  |
|                                               |                  |
| 1/60 id. pour les pièces.                     |  11 P/10,000     |
|                                               |                  |
| 8 sapeurs du génie par bataillon d'infanterie.|   8 P/16,000     |
|                                               |                  |
| Garde urbaine, pompiers.                      |  56 P/16,000     |
|                                               |__________________|
|                                               |                  |
| Total général de la garnison nécessaire.      |  P/20 hommes.    |
|-----------------------------------------------|------------------|



§ III.

OBSERVATIONS.


159. Une direction unique, ferme et modérée, non exclusivement
militaire, mais telle que le concours complet de tous soit assuré, part
du centre même du gouvernement, autour duquel sont réunis le commandant
en chef et tous les agents ou principaux moyens d'action nécessaires.

Le chef de l'administration civile, celui de la police, le commandant
des gardes nationales, une imprimerie, des courriers, une réserve
générale, composée de partie des gardes nationales des provinces, des
milices urbaines et des troupes de ligne, appelées successivement dans
la capitale, restent disponibles.

160. Les ordres généraux pour la prise d'armes, indiquant les positions
principales, secondaires et tertiaires à occuper, sont concertés
d'avance entre les autorités militaires ou civiles et le chef de la
garde nationale.

Ils sont rédigés, pour chaque fraction de corps logée ou devant prendre
position séparément, de manière à pouvoir être expédiés et exécutés de
suite.

161. Mais le mieux est qu'un établissement judicieux des casernes et
mairies, dans la position principale de chaque arrondissement, y fixe en
permanence les troupes de ligne et de garde nationale qui y seraient
indispensables au commencement de la lutte, pour rendre celle-ci
difficile ou même impossible, en s'opposant à la formation des
rassemblements et à leur établissement sérieux.

Ainsi, même à défaut d'ordres généraux, la répression agirait partout,
immédiatement et d'une manière convenable, avec des approvisionnements
assurés.

       *       *       *       *       *

162. La direction militaire est trop souvent entravée, pendant l'émeute,
par des influences diverses:

1° Les solliciteurs de détachements ne demandent, le plus souvent, qu'à
mettre leur responsabilité à couvert, dans l'intérêt particulier de leur
service ou de leurs établissements, sans s'inquiéter de la situation
générale et des considérations qui doivent dominer;

2° Les incessants porteurs de nouvelles alarmantes prétendent avoir vu
toutes les choses absurdes qu'une imagination timorée leur suggère;

3° Les donneurs de conseils sont toujours nombreux, un faux et ridicule
zèle les excite;

4° Quelquefois des citoyens intéressés, passionnés, enveniment,
prolongent, ensanglantent la lutte par leur intervention inopportune;

5° Les entremêleurs officieux et suspects sont d'autant plus dangereux
qu'ils ont presque toujours un pied dans la révolte: on profite du
concours loyal ou perfide de ceux-ci, de manière à les compromettre et à
désorganiser l'émeute; mais on ne leur permet pas de s'initier au secret
des mesures de répression; on saisit le premier prétexte pour arrêter
les plus dangereux.

163. Les rapports régulièrement fréquents des chefs de patrouille aux
commandants de centres d'action, de ceux-ci aux chefs de subdivisions et
de divisions, de ces derniers au centre du gouvernement et au quartier
général principal; des commissaires et agents de sûreté au commissaire
central de police; des officiers de place ou de l'état major de ronde;
dans chaque arrondissement, ceux de la milice urbaine; les signaux
établis entre les différents quartiers généraux, mairies, positions
militaires et casernes, permettent toujours d'apprécier, au juste, ces
demandes de secours, ces avis, ces rapports exagérés, et d'agir avec
connaissance de cause; ils assureront la prompte et complète exécution
des ordres.

Ces avantages, ces facilités résultent de la juxta-position permanente
si utile des autorités civiles et militaires correspondantes, dans
chaque arrondissement et quartier.

On fait parler à chaque fraction de troupe ou de garde nationale; on
trace une ligne de conduite, ferme, modérée, qui inspire la confiance;
on explique le système de répression adopté, son efficacité; ainsi l'on
doit triompher des principaux obstacles.

       *       *       *       *       *

164. Des proclamations fermes, modérées, sans jactance, sans
provocation, sont adressées à la population pour l'éclairer et la
soustraire à l'influence des partis.

On invite les citoyens paisibles à rentrer chez eux de bonne heure et à
ne pas renforcer l'émeute, en apparence, par leur présence curieuse.

165. Le gouvernement indique aux populations un but et une idée de
ralliement qui puissent convenir au plus grand nombre et permettre à
chacun d'espérer.

Il leur dévoile l'insurrection, ses projets véritables, ses progrès
menaçants, leurs conséquences, de manière à lui retirer le plus possible
de partisans; à satisfaire, à mettre à profit ce génie, cette fougue
d'initiative qui distingue les nations turbulentes dans la politique
comme du combat.

Il conserve plutôt, ainsi, la bonne position du protecteur de la société
que celle de principal ou unique intéressé à la répression.

166. Il faut éloigner, de suite, les autorités ou les citoyens dont
l'imprudence aurait fourni un juste sujet d'excitation à l'émeute;
quelquefois même on sévit contre eux.

En temps de malaise ou de mécontentement, les plus grands ménagements
sont nécessaires; on évite ce qui peut surexciter.

       *       *       *       *       *

167. Les dispositions de ce chapitre sont prises en vue d'une lutte
énergique à l'intérieur de la ville; mais le Pouvoir et le chef
militaire doivent toujours se réserver, pour un cas extrême, la
possibilité, suivant les circonstances, d'adopter, soit le plan de
défense dans le quartier militaire, soit une concentration en dehors de
la capitale.

L'un ou l'autre de ces deux plans peut encore sauver, quoique pris
éventuellement et après qu'un aura échoué dans celui dont il vient
d'être question; car les mesures prescrites, en vue de ce dernier
système de défense, ne sont nullement incompatibles avec celles que les
autres partis exigent.

168. Ce moment sera une épreuve pour les autorités diverses; il n'est
pas au-dessus des forces vitales des nations européennes; et il faut
bien que le grand problème des sociétés modernes puisse être résolu dans
sa plus désespérante difficulté.

Le soldat obéit toujours; il aime qu'on lui commande avec confiance et
énergie des actes utiles au pays; le désordre lui est antipathique.

Toute armée fera son devoir; on n'hésitera pas sur le chef à lui donner
et sur les mesures à prendre: chefs et mesures, également désignés
d'avance par l'anarchie, dans ses efforts pour les rendre impossibles.

Les officiers savent jusqu'où s'élève l'importance de leur mission en
de semblables circonstances; ils savent le sort qui les attendrait.

Les grades, les honneurs qu'ils ont obtenus sont le prix d'un dévouement
absolu aux intérêts de la société; en les acceptant, ils ont contracté
de sérieux et glorieux engagements.

Pendant une longue carrière, dont la presque totalité se passe souvent
dans la tranquillité et les honneurs, il peut y avoir, pour chacun,
quelques jours, quelques moments difficiles, où l'occasion glorieuse se
présentera enfin de remplir cet engagement sacré pour tout homme de
cœur.

Le sang de l'officier ne peut être plus utilement versé qu'en préservant
le pays de longs et irréparables malheurs; qu'en sauvant, par quelques
moments d'énergie, les intérêts les plus chers des familles; l'honneur
est son élément.

Si les services rendus dans toutes les guerres contre l'étranger, la
plupart également stériles et ruineuses, ont toujours été si justement
honorés, de quelle considération les gouvernements et les peuples,
aujourd'hui menacés dans leur existence, ne doivent-ils pas récompenser
les défenseurs de la société en décadence.

169. D'un autre côté, aucun pouvoir, ou fonctionnaire ne s'arrête, dans
de pareilles circonstances, devant les fautes ou le découragement des
autres: chacun a sa responsabilité dont le succès et le noble but à
atteindre fixent seuls les limites.

Si les gouvernements chancèlent, c'est, quelquefois, quand, par un fatal
mal entendu, on paraît disposé à se préoccuper de l'apparence trompeuse
d'un défaut de lumières, de dévouement et de résolution, pouvant ou
sachant toujours se rendre utiles.

En 1652, pendant une année d'angoisses et de folles rebellions, Turenne
raffermit plusieurs fois le trône, soit par les résolutions prudentes et
fermes qu'il inspira ou les projets désastreux qu'il put écarter; soit
par un dévouement militaire de tous les instants, qui ne laissa échapper
aucunes occasions, si peu importantes, si fréquentes qu'elles fussent,
de prendre un avantage ou d'éviter un insuccès.

Grâce à cette héroïque persévérance, payant aussi bien chaque jour, et
de sa personne et de son génie, le fils d'Anne d'Autriche put devenir
Louis XIV.

Turenne replaça ainsi, sur la tête du jeune roi, cette couronne qu'il
eut le bonheur de voir si belle, et qui, par un éclat inouï restera,
pour la gloire de la France, pour l'admiration de la postérité, le
symbole de la plus puissante nationalité.

Les pleurs que le peuple versa à la mort de ce grand homme, le mot de
Montecuculli, le respect de l'histoire, et d'âge en âge, l'estime, la
reconnaissance des hommes d'état, sont la juste récompense d'une
persévérance de dévouement, d'une probité politique, et d'une capacité
également providentiels.

Que cette grande renommée inspire les soldats appelés à rendre de tels
services aux sociétés menacées!

     _Justum et tenacem propositi virum
     Non civium ardor prava jubentium,
     Mente quatit solidâ._

     (HORACE, Ode 3, liv. 3.)



§ IV.

APPLICATIONS.


Appliquons ces considérations générales à quatre cas particuliers.

170. La ville a 10,000 âmes de population; elle est entourée d'une
enceinte.

Une place centrale et l'hôtel-de-ville séparent les deux parties égales
de la cité, aux extrémités desquelles sont des casernes.

Un piquet de plusieurs compagnies de ligne et de garde nationale,
renouvelé plusieurs fois dans les 24 heures, lance incessamment, de
l'hôtel-de-ville, des patrouilles au-devant de celles envoyées par l'une
et par l'autre caserne.

Les faubourgs veillent chez eux et fournissent les gardes des portes;
ils interceptent aux émeutiers toute communication.

       *       *       *       *       *

171. Supposons une ville de 50,000 âmes de population, de 3 bataillons
de ligne de garnison; la garde nationale compte trois bataillons; il
existe un mur d'octroi avec barrières: la troupe et la milice citoyenne,
quoique résolues, manquent de consistance, et le pays s'attend aux plus
graves événements.

Les autorités réunies en permanence à la mairie ont, sous leur main,
toute la garde nationale dans l'hôtel-de-ville et, en face, à l'autre
extrémité d'une grande place, toute la garnison dans une caserne.

Pendant deux heures consécutives, deux patrouilles mixtes, composées
chacune de 50 à 100 hommes de ligne et d'autant de gardes nationaux,
opèrent simultanément de manière à dégager un quartier.

Ces doubles patrouilles mixtes sont relevées, à leur rentrée, par des
patrouilles semblables pour opérer, selon les circonstances, ailleurs ou
dans le même quartier.

Les gardes nationaux des faubourgs gardent les barrières et interceptent
la communication aux émeutiers.

Les positions, qu'il devient utile d'occuper accidentellement, le sont,
pendant tout le temps nécessaire, par des postes mixtes relevés de deux
heures en deux heures.

       *       *       *       *       *

172. Supposons une ville fortifiée, avec château, de 80,000 âmes, de 250
hectares de surface: elle a 7 bataillons et un escadron de garde
nationale, 4 bataillons de ligne, un régiment de cavalerie et une
section d'artillerie attelée; total: 3,000 hommes de garnison. Cette
ville représente à peu près, par son étendue, l'un des arrondissements
pris pour unité de résistance militaire dans une capitale. La mairie, à
l'extrémité opposée de la citadelle, n'est pas centrale.

La section d'artillerie, la compagnie hors rang, les malingres, les
cuisiniers et une compagnie du centre du régiment caserné au château
garderont ce réduit.

Un bataillon de ligne, le bataillon de garde nationale du quartier et
l'escadron de garde nationale formeront réserve générale, dans un
établissement central, le plus rapproché de l'hôtel-de-ville.

Plusieurs détachements composés d'un demi-bataillon de ligne et du
bataillon de garde nationale du quartier, s'établiront, chacun, dans un
bâtiment convenable, de manière à former, autour du quartier général,
une circonférence de 5 à 6 centres d'action espacés entre eux de 300 à
400m et d'autant du quartier général. La mairie sera un de ces centres
d'action.

Le régiment de cavalerie, les chevaux sellés, restera dans sa caserne:
il enverra des patrouilles, dans les quartiers environnants les plus
ouverts, et jusqu'aux centres voisins; des piquets extérieurs
d'observation surveilleront les populations urbaines remuantes.

Un demi-bataillon de ligne et un demi-bataillon de garde nationale
occuperont une position intermédiaire de nature à assurer la
communication avec le château.

Chaque centre d'action fait garder les portes ou le débarcadère du
chemin de fer, à sa proximité, par des détachements convenables.

       *       *       *       *       *

173. Supposons une grande capitale d'un million d'âmes et de 3,300
hectares de superficie: elle a une garde urbaine, 42 bataillons de garde
nationale et 14 pelotons à cheval; 80 bataillons, 32 escadrons, 7
batteries, 8 compagnies du génie peuvent y être réunis facilement.

Il y aura 4 divisions militaires, dont une au quartier général; 18
subdivisions militaires, dont 14 _intrà muros_, correspondantes aux 14
mairies.

Sauf l'artillerie, en majeure partie réunie au quartier militaire,
celui-ci aura à peu près le double de troupes des autres divisions.

Sur les 80 positions tertiaires à occuper autour des quartiers généraux
divisionnaires, 50 au plus, seraient simultanément nécessaires, l'émeute
ne s'étendant jamais partout également: parmi ces dernières, les deux
tiers, mairies ou casernes, seront déjà suffisamment gardés par les
rassemblements obligés des gardes nationaux ou par les petits dépôts des
corps: tout au plus peuvent-elles compter pour moitié, quant aux
garnisons nécessaires.

Il n'y aurait donc réellement que quarante détachements à fournir
simultanément, par un peu plus du quart des forces subdivisionnaires.

Les troupes seraient rendues sur leur position de combat: savoir, celles
des subdivisions _intrà muros_, deux heures après le départ des ordres;
celles des subdivisions _extrà muros_ et des réserves divisionnaires
trois heures après ce départ des ordres; la majeure partie de la
réserve générale trois à six heures en suite des ordres donnés.

6 à 18 heures après l'expédition dus ordres, il pourrait arriver, par
les voies de fer, de terre ou d'eau, des garnisons voisines, un renfort
d'un septième de troupes, surtout en cavalerie.

24 à 36 heures après l'expédition des ordres, il arriverait peut-être
des divisions voisines, par la voie de fer ou en poste, principalement
en infanterie et en artillerie ou en sapeurs, un renfort aussi
important.

Ces secours non indispensables rendraient le succès encore plus assuré.

174. Beaucoup de cas peuvent être ramenés aux quatre suppositions qui
viennent d'être faites: et le système général de défense, précédemment
exposé, se plie également à chacun d'eux.



CHAPITRE V.

Dispositions de détail.



§ Ier.

ÉTABLISSEMENT SUR LES POSITIONS DE COMBAT.


175. Ce chapitre est le développement indispensable de celui qui
précède: on y expose les détails pratiques d'exécution.

À l'aide de quelques répétitions nécessaires, puisqu'elles ne portent
que sur les principes les plus incontestables, les plus importants, on a
pu présenter l'ensemble de toutes les mesures pratiques de répression,
indépendamment du plan général de défense précédemment exposé et comme
une autre solution moins générale, moins théorique, moins absolue du
problème qui nous occupe.

Mais, cette fois encore, ne l'oublions pas, la principale condition du
problème sera de rendre toute lutte impossible à la révolte, afin du
mieux éviter l'effusion du sang et les autres calamités qui en résultent
pour tous.

       *       *       *       *       *

176. Contre une émeute sérieuse, qui veut faire une révolution, il faut
occuper plus d'un point; les rebelles libres, ou soutenus de tous les
indifférents et peureux, y bloqueraient la garnison.

Si, au contraire, on occupe toute la ville uniformément, on n'est fort
nulle part; les troupes disséminées agissent sans ensemble, leurs
communications sont interceptées; chaque corps bloqué est livré à ses
propres forces et impressions; la situation est moins bonne.

Il faut choisir un _quartier militaire_ renfermant le centre du
Gouvernement, les ministères, la poste, les télégraphes, les chambres,
les messageries, la manutention, l'arsenal et les principales
administrations: de cette position, on doit pouvoir dominer le reste de
la cité, séparer les unes des autres les différentes parties de ville en
insurrection, communiquer directement avec l'extérieur, isoler les
quartiers extérieurs abandonnés ou révoltés.

177. Le rassemblement des gardes nationaux se fera aux mairies: les
premiers réunis, ou un peloton d'élite, envoyé par la troupe dès qu'elle
sera arrivée, parcourra tambour battant les rues deux fois de suite: une
première fois pour appeler aux armes, une seconde pour rallier.

Aussitôt, un signe général, jusque-là inconnu, sera délivré ou assigné à
chaque garde national: le peloton de la ligne retournera à son
bataillon.

178. Chaque corps, avant départir, laissera dans sa caserne, sous les
ordres d'un officier, 25 à 30 hommes renforcés par autant de gardes
nationaux du quartier, pour défendre l'édifice, empêcher le pillage des
armes: celles-ci seront démontées et incomplètes.

On occupera un bâtiment en face de la porte de la caserne, surtout si
celle-ci n'a pas de cour.

170. Les bataillons, formés sur deux rangs, seront divisés en pelotons
de 40 à 50 hommes, sous les ordres de deux officiers, de manière à ce
que les soldats restent, autant que possible, avec leurs chefs
habituels: ordinairement il y aura 10 pelotons, dont 4 d'élite par
bataillon.

180. Dès que les troupes arriveront dans un quartier en pleine révolte,
on y prendra position.

Elles seront précédées et suivies, à 50 pas, de deux files de 7 à 8
tirailleurs sur un rang, sous les ordres d'un officier.

Les divisions, en colonne par section, prendront entre elles 50 pas de
distance, tambours et clairons dans les intervalles.

181. Lorsqu'une compagnie marchera isolément, la première section en
tirailleurs à droite et à gauche, pour faire fermer les fenêtres et
tirer à tout ce qui s'y montre armé, éclairera la 2e suivant à 60 pas en
arrière.

       *       *       *       *       *

182. Parvenu au premier embranchement de rue voisin de la position, le
bataillon sera arrêté à l'abri du feu des insurgés; chaque division
surveillant provisoirement le carrefour près duquel elle se trouve et
assurant les derrières de la précédente.

Le premier peloton de fusiliers occupera les maisons d'angle du premier
carrefour.

L'embranchement suivant à 50 ou 80 pas de distance, plus ou moins, de
manière à ne laisser aucune partie de rue non observée, recevra le 2e
peloton, protégé s'il est nécessaire, pendant sa marche, par le feu du
1er.

On placera de la même manière le 3e et, s'il y a lieu, le 4e peloton de
fusiliers.

183. L'état-major et les 4 pelotons d'élite de réserve occuperont, au
centre des pelotons déjà placés, un ou deux bâtiments contigus ou
vis-à-vis l'un de l'autre, spacieux, susceptibles d'une bonne défense et
à débouchés faciles.

184. Les compagnies du centre, non encore employées, prendront position
aux carrefours de droite et de gauche, dans les rues littorales,
vis-à-vis de cette position centrale.

185. Chaque poste particulier aura, au plus, deux factionnaires dans la
rue: une des fenêtres, par maison occupée, sera constamment ouverte la
nuit, sans lumière dans la chambre, et garnie de deux factionnaires.

De jour, les hommes se montreront aux fenêtres.

La grande porte du bâtiment occupé par la réserve sera ouverte, afin que
les forces de celle-ci soient vues et qu'elles puissent déboucher
immédiatement.

Les boutiques des maisons occupées resteront fermées.

       *       *       *       *       *

186. Chaque détachement s'établira d'abord militairement.

1° Des feux de flancs plongeants, et des feux de revers renforceront
l'enceinte occupée, au point de la rendre inexpugnable, même par des
forces considérables, et de manière à ce que la majeure partie du
détachement puisse agir au dehors, selon les circonstances.

2° Des positions extérieures seront prises pour laisser, entre elles et
le poste principal de chaque détachement, les défilés d'où celui-ci
pourrait être plus facilement bloqué.

3° Les maisons, qui battent ou commandent la communication du poste
principal avec les avancées, seront occupées ainsi que celles qui
domineraient la porte.

4° Celui de ces détachements, qui sera au milieu d'un quartier populeux
et resserré, établira le gros de ses forces aussi à proximité que
possible d'un arrondissement ouvert et tranquille, se bornant à
soutenir, par des échelons plus ou moins forts, une avancée au centre
même de l'insurrection.

187. Un peloton de la réserve du bataillon, allant se faire reconnaître
aux différents postes occupés, ou lier communication avec les bataillons
voisins, sera constamment dehors; il arrêtera, désarmera les insurgés et
ralliera les gardes nationaux en retard.

La patrouille faite sera recommencée immédiatement par le même peloton
qui, après la seconde, tournée, devra être remplacé par un autre. Tous
les soldats au repos conserveront la giberne et le sabre.

188. De cette manière, et tant qu'il n'y aura pas de lutte sérieuse,
chaque homme pourra se reposer trois et quatre heures de suite; moins du
quart du bataillon veillera sous les armes.

La troupe, abritée et bien nourrie, résistera facilement à une émeute de
plusieurs jours; elle occupera, à portée des chefs, les positions
dominantes, sous la protection de la réserve; le bataillon entier pourra
être réuni facilement pour un mouvement quelconque.

189. Les 5 et 6 juin 1832, un bataillon occupa, conformément à ces
principes, la grande poste et le quartier environnant.

Les rebelles avaient intérêt à bloquer cet établissement, afin de
tromper la province par l'absence des courriers ou l'envoi de fausses
nouvelles; il leur suffisait, pour parvenir à ce but, de faire des
barricades tout autour, sans même qu'il fût nécessaire de les défendre.

De ce centre d'action, d'incessantes patrouilles rayonnèrent au delà des
petits postes extérieurs, jusqu'au Carrousel, les Halles, la Banque, les
Petits-Pères; elles rallièrent les gardes nationaux et empêchèrent
l'insurrection de s'établir dans ce quartier; elles assurèrent
l'approvisionnement régulier du bataillon en vivres pris chez les
fournisseurs voisins et en munitions: la soupe fut régulièrement faite
dans l'hôtel même de la poste.

190. Un bataillon, posté connue il a été dit plus haut, tiendra un
espace circulaire de 2 à 300m de diamètre, dans les lieux importants
duquel aucun homme armé ne pourra se montrer sans être fusillé de
plusieurs points.

Un second bataillon, dont la réserve sera à 5, ou 600m de celle du
précédent, maintiendra un autre quartier hostile; il sera impossible aux
insurgés de faire un établissement sérieux, et même de se grouper, entre
eus deux centres d'action constamment liés par des patrouilles.

191. Le 11 et le 12 mai 1839, deux bataillons occupèrent ainsi les
quartiers Saint-Méry, du marché des Innocents, du Châtelet et du
Quai-aux-Fleurs, de manière à y rendre impossible tout désordre,
nonobstant le nombre et la nature des masses de curieux ou autres
individus venus de tous les points de Paris.

Un bataillon eut sa réserve dans l'église Saint-Méry, l'autre sur la
place du Châtelet, à la chambre des notaires.

192. La partie de la ville à occuper sera maintenue par des bataillons
ainsi postés, dans les quartiers les plus difficiles et les plus
rétrécis, mais à portée des grandes communications et des lieux ouverts.


Ces bataillons feront réseau en avant de l'espace militaire qui renferme
le centre du Gouvernement, les Chambres, les ministères, les principales
administrations, la manutention des vivres, les télégraphes.

Liés entre eux et avec l'état-major général, ils agiront sur un rayon
proportionné à leur force, et offriront aux gardes nationaux ou aux
autorités, dans ces espèces de citadelles, des centres d'action et de
réunion. On triomphera bientôt, ainsi, d'une insurrection débordée de
toutes parts.

       *       *       *       *       *

193. Les îles qui commandent les divers ponts, les débouchés des places,
les étranglements et passages, rampes, escaliers, en travers des
vieilles enceintes ou escarpements, seront gardés et défendus comme
postes détachés, de manière à ce qu'on puisse couper les communications
aux insurgés et conserver celles-ci pour la troupe.

D'autres bataillons, espacés comme il vient d'être dit, rattacheront les
faubourgs et quartiers à maintenir, les citadelles ou postes extérieurs
à conserver.

194. Les troupes de ligne seront à peu près réparties de la manière
suivante:

1° 6/10 de l'infanterie, 4/10 des autres armes pour former le réseau;

2° 2/10 de l'infanterie, 4/10 des autres armes à l'extérieur;

3° 2/10 de toutes les armes comme réserve générale au centre du quartier
militaire.

195. La garde nationale s'établira dans les mairies et places
environnantes; elle pourra garder des carrefours voisins de ceux occupés
par la ligne, détacher des compagnies auprès des réserves des
bataillons, et des bataillons entiers auprès de la réserve générale.

196. On interceptera, à l'aide des 2/10 de l'infanterie et des 4/10 des
autres armes, les communications de l'insurrection avec le dehors:

1° En occupant ou bouchant les différentes portes, si la ville a une
enceinte;

2° En plaçant des bataillons ou demi-bataillons dans trois ou quatre
positions extérieures commandant les principaux obstacles ou issues,
chemins, ponts, rivières, canaux, et communiquant directement avec le
quartier militaire;

3° Des piquets de cavalerie battent les environs, interceptent les
nouvelles, dispersent les rassemblements, gardent les défilés extérieurs
et rapprochés par lesquels on arriverait à la ville.

197. Les gardes de la manutention, des télégraphes, de l'arsenal, de la
banque, des postes et même des messageries ou autres administrations
rentreront, sur l'avis des agents de police, dans ces établissements;
elles s'y barricaderont et s'y défendront; la porte du corps-de-garde
sera fermée s'il est extérieur.

Si, nonobstant les concours de la garde nationale, la conservation de
ces postes exigeait un trop grand déploiement de forces, il faudrait,
autant que possible, avant de les évacuer, transporter dans le quartier
militaire, ou, au moins détruire, tout ce qui pourrait favoriser la
révolte: bateaux, voitures, poudres, moyens de transport et de
correspondance.

Les gardes qui, par leur faiblesse, ne pourraient résister, se
replieraient, à l'avertissement des agents de sûreté, sur d'autres
postes indiqués.

198. Suivant la force de la garnison et les dispositions de la milice
citoyenne, l'on occupera, sur quelques points, les dépôts de grains et
de farines, les maisons de boulangers, d'armuriers, d'artificiers, les
imprimeries, les caisses publiques et particulières, les églises ou
clochers d'où l'on pourrait sonner le tocsin ou faire des signaux, ainsi
que les bâtiments qui protégent le débouché sur les places et en dehors
des casernes.

Mais on évitera toujours de disséminer la troupe, de l'engager
légèrement sans les appuis et moyens nécessaires, sur des points trop
éloignés communiquant difficilement entre eux ou avec la réserve.

199. On fera provision, dans le réduit de chaque bataillon et dans les
mairies, de vivres, munitions, cordes, haches, leviers, échelles, petits
pétards de 5 à 6 livres de poudre, mantelets, pompes à incendie,
chariots légers à un cheval, béliers en bois, serpes, scies, pelles,
pioches, gros marteaux et tenailles de trois pieds de long.

200. Dans les principaux centres de résistance, existent des tonneaux à
lancer, soit des grenades jusqu'à 200m de distance; soit des carcasses
enflammées ou de mitraille.

Ces tonneaux portatifs sont traînés et établis sur de petits traîneaux
roulants: deux hommes suffisent pour les servir, soit contre une
barricade, soit contre un rassemblement à disperser.

201. Les mantelets avec canonnières auront deux ou trois petites roues,
deux manches et des montants de 4 à 5 pieds de haut, 3 à 4 de large:
ils seront surmontés d'une pareille construction en planches légères, à
l'épreuve de la balle.

Plusieurs soldats, marchant de front, en poussent chacun un devant eux;
ils le renversent contre la barricade et escaladent celle-ci.

202. Chaque bataillon fera cuire du pain chez les boulangers voisins; on
fera la soupe dans plusieurs des locaux occupés.

Des escortes régulières iront chercher les vivres, soit à la
manutention, soit au quartier, si ceux-ci sont peu éloignés.

Dans le dernier cas, chaque compagnie, avec armes et bagages, pourra, à
son tour, aller prendre ses repas à la caserne: elle servira de
patrouille à l'aller et au retour.

On profitera des patrouilles, dirigées vers les dépôts les plus voisins,
pour augmenter l'approvisionnement en cartouches.

203. Toutes ces dispositions prises, et autant que possible de manière à
ce que les commandements militaires, le casernement des troupes, qui en
dépendent, aient les mêmes circonscriptions que les mairies et que les
légions de garde nationale, ainsi que nous l'avons expliqué dans le
chapitre 3, les opérations ultérieures auront lieu conformément aux
principes suivants.



§ II.

OPÉRATIONS ULTÉRIEURES.


204. De deux on trois centres de bataillon, on marche au foyer même de
l'insurrection, s'il est extérieur, avec des troupes de la réserve; on
le cerne, on s'emparant au fur et à mesure des bâtiments convenables,
surtout des édifices publics; on y rallie la garde nationale des
environs.

On avance toujours ainsi, en resserrant et isolant les rebelles de
l'intérieur et de l'extérieur, mais de manière à pouvoir se rapprocher
du gros de la garnison, en cas d'échec.

205. Si, au centre même de l'insurrection, est un bâtiment ou groupe de
bâtiments important, facile à défendre, et bien approvisionné, il faut y
jeter quelques compagnies, même un bataillon bien commandé.

Ce détachement facilitera les attaques, en tournant une partie des
barricades et positions ennemies; il contiendra le quartier et en
ralliera les gardes nationales; on communiquera, avec ce centre
d'action, par quelques positions intermédiaires, par des patrouilles,
ou, au moins, par des signaux.

       *       *       *       *       *

206. Si une grande rue, promenade ou place, est au milieu des parties
insurgées, on fera tous ses efforts pour y arriver par plusieurs
directions.

On occupera fortement tous les bâtiments qui les flanquent, et ceux aux
angles des rues aboutissantes; on délogera les rebelles de toutes les
maisons qui y ont vue, afin que l'artillerie soit libre d'agir.

Plusieurs attaques tentées de cette place d'armes et de ces rues
aboutissantes, dont deux fausses sur les ailes et les flancs de
l'ennemi, une ou deux véritables sur le centre, doivent, si elles ont
été bien préparées, forcer les positions des insurgés.

207. S'il y a difficulté de pénétrer dans les lieux rétrécis qu'occupent
les rebelles, on les attire par une retraite simulée sur un terrain
ouvert, battu de feux croisés d'artillerie et d'infanterie; on les
cerne, on les attaque.

208. Partout où l'on s’étend, il faut s'emparer des défiles qui divisent
l'insurrection ou qui l'isolent de l'extérieur et des autres quartiers.

Si on ne peut garder ces passages, et s'ils sont inutiles à l'attaque,
on les coupe, on les barricade.

Il faut aussi s'assurer des défilés ou positions qui commandent les
communications des différentes colonnes entre elles, ou avec les points
occupés en arrière.

       *       *       *       *       *

209. On marche, dans toutes ces opérations, par divisions à grandes
distances, comme nous l'avons déjà expliqué, un peu de cavalerie
soutenant l'infanterie, les flancs éclairés.

Une réserve intermédiaire est laissée entre le réduit ou point de
départ.

Sur les flancs, des petits corps de garde bien établis empêchent qu'on
ne soit tourné.

Si l'on peut se glisser le long d'un obstacle, canal, rivière, muraille,
on n'aura qu'un flanc à couvrir.

210. Vu la difficulté du feu oblique à droite, surtout par une fenêtre
élevée et sans se découvrir, une colonne suivant une rue non tortueuse,
n'a guère à craindre que les feux à droite: elle évitera le plus souvent
la fusillade des maisons en longeant le pied des bâtiments du côté droit
de la rue.

Pour le même motif elle peut, en faisant occuper, par les derrières, les
maisons du rang gauche de la rue, ordinairement peu garnies, assurer sa
marche.

Ces principes résultent des observations faites, en juin 1848, par le
génie militaire, à l'attaque au delà du canal Saint-Martin.

       *       *       *       *       *

211. On s'étend le plus possible aux environs des rues par lesquelles ou
près desquelles on a pénétré; ou occupe de distance en distance,
principalement aux carrefours, deux bâtiments solides, élevés et
vis-à-vis l'un de l'autre.

À mesure qu'on avance, il faut laisser à chaque attaque, de cent pas en
cent pas, dans des jardins, sur les places, en arrière des clôtures ou
barricades, des petites réserves de cavalerie, autant que possible
abritées contre le feu des positions non forcées, et ayant des
communications libres.

En dehors ou dans les parties enlevées, les lieux et bâtiments, d'où
l'on peut plonger à revers sur les défenseurs des enclos ou sur les
positions non encore prises, sont occupées.

212. On attaque chaque poste, sur plusieurs têtes de colonnes, par
différente rues, de côté, de front, en queue; la cavalerie est
échelonnée sur les flancs pour protéger ou pour prévenir les
contre-attaques en tête, en queue, de côté.

Les positions enlevées et utiles sont fortifiées; les autres démolies,
si elles peuvent favoriser les rebelles; on occupe les clochers, maisons
et points extérieurs dominants.

Les postes que l'on ne peut forcer sont bloqués, en garnissant les
bâtiments extérieurs qui les commandent.

213. Ce genre d'attaque suppose qu'il y ait peu d'obstacles matériels à
franchir; ou que l'on veuille finir vite, coûte que coûte, soit pour
disperser une insurrection naissante qui peut grossir; soit pour joindre
un corps bloqué et sur le point de faiblir.

Il est en effet des circonstances où, vu la fatigue et
l'affaiblissement des insurgés, la faiblesse de leurs positions, la
nécessité de hâter la conclusion ou, au moins de nettoyer un quartier,
et de parvenir, soit à une troupe bloquée qui n'a plus ni vivres, ni
munitions, soit à une position importante, où l'émeute, avec le temps,
pourrait solidement s'établir, il faut lancer une colonne d'attaque, à
travers le dédale des rues, et enlever plusieurs positions successives
de vive force.



§ III.

DÉFENSE PLUS RÉGULIÈRE.


214. Ces cas exceptés, il vaut mieux avancer pied à pied, ne faire un
pas qu'autant que l'on s'est bien établi en arrière; gagner le long des
murailles et maisons pour se soustraire à l'effet des feux; au besoin
cheminer par l'intérieur des bâtiments, et même par les toits.

Rassurée par le nombre surabondant des regrettables moyens de défense
qui vont être extraits de l'_Officier d'infanterie en campagne_, la
répression n'oubliera pas un seul instant quels sont les hommes égarés à
combattre; elle règlera, avec le calme et toute la modération possible,
l'énergie de son action sur l'impérieuse nécessité ou sur le plus ou
moins de violence de la révolte; choisissant toujours, de préférence,
les voies les moins calamiteuses, elle n'adoptera les mesures extrêmes
que dans les cas les plus désespérés.

215. Ne pas marcher à une enceinte ultérieure que tous les postes
voisins de droite et de gauche, en avant, à hauteur, et en arrière de la
précédente, ne soient enlevés, occupés; les passages en travers élargis;
on ouvre des communications latérales; les coupures dominées sont
enlevées ou masquées à l'aide de troupes et de contre-barricades; les
masses d'ennemis éloignées à coups du fusil.

On établit de larges communications en arrière, et entre les attaques, à
mesure que l'on avance on s'assure des voies transversales, pour que les
colonnes constamment liées puissent s'entre-secourir dans les grandes
rues.

La cavalerie ne doit dépasser l'infanterie, et poursuivre les ennemis en
retraite, qu'autant que cette infanterie s'est emparée de toutes les
maisons dominantes ou occupées par l'émeute.

216. Chaque attaque, précédée à 50 pas de deux rangs de 5 à 6
tirailleurs, marchera par petites colonnes du front d'une section ou
d'une demi-section, de la force d'une à deux compagnies espacées de 50 à
100 mètres, les tambours dans les intervalles.

Cette formation a plusieurs avantages;

La troupe n'est pas entassée inutilement; ses diverses fractions peuvent
agir, selon les circonstances, sous la direction d'officiers vigoureux.

On augmente ainsi les réserves, qui ne sont pas toutes sous le feu de
l'ennemi; ces petites colonnes se protègent les unes les autres,
empêchant que, des croisées ou des rues en arrière, on ne puisse prendre
à dos les subdivisions les plus avancées.

Les dernières colonnes soutiennent les premières, prennent à droite ou à
gauche pour tourner les obstacles qui arrêtent la tête.

Cette tactique fut employée par le général de division Roguet, d'après
les ordres de Napoléon, pour enlever le village de Ligny, le 16 juin
1815, avec 2 bataillons de vieille garde, marchant par division à 100
mètres de distance.

Elle convient d'autant plus, quand la solidité déjà éprouvée d'une
troupe permet de multiplier ainsi les commandements particuliers, et les
détachements si important, si délicats en pareilles circonstances.

217. On borde, aussi près et aussi à couvert que possible, un obstacle
intérieur défendu; on occupe surtout les maisons extérieures qui le
dominent; on le fait évacuer à coups de fusil, avant d'essayer de le
franchir; et toujours on passe sur plusieurs points à la fois.

On s'établit solidement au delà; on y ouvre des brèches larges et
nombreuses, sous le commandement des positions occupées.

Si l'obstacle n'est pas défendu, il faut le franchir et s'établir
lestement de l'autre côté.

       *       *       *       *       *

218. Se pas s'aventurer en trop grand nombre dans une place ou enceinte
battue de feux; établir des tirailleurs dans les premières maisons ou
lieux élevés voisins; occuper les deux bâtiments d'angle de la place.

S'étendre successivement pour protéger le débouché de la colonne, sous
leur appui, soit par l'intérieur des maisons; soit extérieurement, en
faisant contre-battre les tirailleurs opposés.

La tête de la colonne s'établit dans les bâtiments qui enfilent, barrent
ou commandent les défilés voisins.

219. Il sera possible quelquefois d'exciter la présomption d'ennemis peu
habiles, de les engager par une fuite simulée, mais lente, à déboucher
en force de la place: on fera volte-face, auprès d'obstacles à l'abri
desquels des réserves masquées déboucheront.

L'infanterie chargera dans le milieu, la cavalerie coupera la retraite
sur les flancs; n'ayant plus à craindre le feu des maisons, on y entrera
pêle mêle avec l'ennemi, avant qu'il puisse s'y mettre en état de
défense.

       *       *       *       *       *

220. Les barricades et maisons attenantes sont les clefs de toutes les
positions:

Leur attaque sera d'autant plus lente et meurtrière qu'on négligera
davantage les moyens tournants.

Il faut éviter de trop disséminer, sous le feu de ces positions, des
troupes fatiguées.

221. Si la coupure est mal établie ou mal défendue, un seul peloton
précédé de la 1re section de tirailleurs, l'enlèvera sans aucune
opération préliminaire.

222. Deux divisions suffisent pour prendre la plus forte barricade;
l'attaque est conduite pied à pied sur les flancs de la position, de
manière à assurer le succès sans effusion inutile de sang.

Elles arriveront par une rue latérale et s'arrêteront, en arrière du
retour de rue le plus voisin, à l'abri des feux de la coupure.

Une compagnie prendra position dans les maisons du 1er carrefour; elle
dirigera son feu, des étages élevés, contre la barricade et les
bâtiments qui la protègent; au besoin, une section, sous l'appui de ce
feu, occupera un bâtiment plus rapproché, d'où elle remplira mieux ce
but.

Deux autres compagnies ou sections s'établiront de même, aux deux
carrefours voisins, dans les rues latérales de droite et de gauche pour
menacer par des feux, ou par une attaque, soit le long des maisons, soit
dans la rue, les flancs ou les derrières du la coupure.

Il suffira, dès-lors, de marcher à celle-ci, avec quelques hommes, pour
l'enlever.

223. Si l'on ne peut tourner ainsi la traverse, les deux sections d'une
même compagnie, munies de pétards, de mantelets, de leviers ou de
haches, s'en rapprocheront alternativement de 50 à 100 mètres; chaque
section, sous la protection de celle restée en position dans un étage
supérieur en arrière, avancera pour occuper chaque fois un bâtiment
plus rapproché.

Après un ou deux mouvements pareils, on plongera de près sur la
barricade et sur les fenêtres qui la flanquent: l'attaque sera facile;
deux pelotons suffiront pour cette opération.

Les colonnes latérales détachent quelques hommes résolus vers celle du
centre, et celle-ci vers les autres, par les jardins ou maisons, pour
prendre ou plonger à dos les barricades.

224. Huit à dix coups de canon suffisent pour renverser une barricade.

Souvent on tire, contre une pareille position, 400 à 800 coups de fusil.

1/20 des insurgés qui la défendent sont frappés; ils ont 4 à 8 morts; 15
à 30 blessés.

225. Si l'on préférait atteindre le but moins vite, sans grande effusion
de sang, on arriverait par l'intérieur des cours ou des maisons, en
escaladant les murs de clôture, en perçant ceux de refend au-dessus et
derrière la position à enlever: on occuperait les toits.

226. On ne doit pas dépasser une barricade avant de s'être rendu maître
des maisons attenantes; il faut exécuter avec prudence le passage du
défilé en avant, et faire élargir aussitôt le chemin pour la cavalerie
qui ne viendra qu'ensuite.

227. Alors cette arme, soit contre les retours offensifs mal appuyés,
soit contre les groupes qui tentent de se reformer, agit par petites
troupes dans les rues, sous la protection de l'infanterie logée aux
fenêtres: Elle se replie au besoin en arrière de ces maisons occupées;
elle charge, en tête et en flanc, les ennemis déjà repoussés par le feu
des bâtiments garnis de fusiliers: mais elle doit éviter de gêner
l'action de ces derniers comme le fit, le 13 mai 1839, un escadron de
cavalerie qui obstrua longtemps la rue Saint-Merry dont les fenêtres
étaient garnies de fantassins.

       *       *       *       *       *

228. Les longues rues seront déblayées à coups de canon, en
s'établissant toujours un peu en arrière de leurs coudes, si tout autre
moyen est insuffisant; les maisons qui flanquent les barricades seront
battues en brèche ou incendiées avec des obus, ce qui ne les fera
peut-être pas évacuer.

229. On attaque ces maisons à dos, en se glissant derrière, et les
enveloppant si elles sont isolées.

On occupera les bâtiments les plus voisins dans le cas contraire, afin
de l'emporter par un plus grand feu.

Les meilleurs tireurs seront embusqués dans les greniers, sur les toits,
derrière les cheminées; ils tireront à tout homme armé qui se montrera,
et contraindront l'ennemi à laisser le champ libre.

230. On pénètre, d'une maison dans une autre attenante, par tous les
étages à la fois, par la cave, le grenier, le toit ou la terrasse.

À chacun de ces étages, on perce des créneaux dans le mur de refend, on
les garnit de fusiliers; sous la protection de ceux-ci, on fait ensuite
des trous plus gros pour le passage des hommes.

231. Si l'on ne peut ainsi s'emparer d'une maison contiguë, et si
l'importance de la position, les circonstances les plus impérieuses, les
plus désespérées, l'exigent, on y met le feu, ou on brûle le bâtiment
qui est à côté.

Dos soldats délogent les tireurs qui sont aux fenêtres ou sur les toits,
et ceux qui veulent éteindre un incendie, dernier et regrettable moyen
de salut.

232. Chaque bâtiment principal enlevé sera gardé et fortifié sans perdre
de temps.

On occupera, par autant d'escouades, une maison en face de chacune de
ses portes.

Si la position est nuisible à la troupe, elle sera ouverte et démolie du
côté opposé.

233. Le pétard, pour faire sauter les portes, est une boîte en tôle, ou
un sac goudronné, rempli de 4 à 5 livres de poudre; au marteau de la
porte il y a un œil à mèche.

L'homme qui a mis le feu, sous la protection de quelques tirailleurs, ou
en se glissant de nuit et le long des maisons, s'abrite dans une allée
voisine, du même côté, pendant l'explosion.

       *       *       *       *       *

234. L'attaque du réduit, ordinairement la dernière et la plus sérieuse
des opérations successives contre une cité étrangère, a beaucoup moins
d'importance et présente peu de difficultés dans le cas qui doit plus
nous occuper.

Car une insurrection cernée et resserrée dans son dernier réduit, à
l'intérieur d'une ville, se disperse bientôt, lors même que l'on
voudrait l'en empêcher, ce que l'on se garde bien de faire; alors
chaque insurgé s'échappe le plus souvent inconnu et insaisissable, à
travers les positions de la troupe dont le cercle, nonobstant toutes les
précautions prises, a toujours quelques solutions de continuité.

Bienheureux la ville et le Gouvernement qui voient ainsi, après de
lugubres journées, l'ordre renaître et l'effusion du sang s'arrêter.

En récapitulant toutes les cruelles nécessités de la répression, les
malheurs, les victimes, les ruines que cause immédiatement l'émeute,
alors même qu'elle est réprimée, on ne saurait trop flétrir les
coupables excès d'une anarchie fratricide, et désirer la prompte
guérison de cette monomanie furieuse du temps actuel.

L'humanité lasse d'une civilisation si féconde en chefs-d'œuvres divers,
en inventions puissantes et utiles, en hommes illustres, voudrait-t-elle
rétrograder vers des époques d'une barbarie telle, qu'à peine les
annales des temps les plus calamiteux en donnent l'idée.

Quelle époque que celle où il faut s'occuper de pareilles théories: où
la défense sanglante du foyer domestique, lui-même, par les moyens les
plus désespérés, peut devenir le sujet d'étude journalier et trop
souvent applicable du citoyen, menacé dans le produit de ses labeurs,
dans sa sûreté, et dans ses affections les plus douces, les plus
sacrées.

Félicitons-nous d'avoir pu échapper à de tels malheurs, et plaignons les
peuples qui auraient encore à traverser d'aussi dures épreuves;
plaignons-les surtout de n'avoir pas su les conjurer.



CHAPITRE VI.

_Cas particuliers._



§ Ier.

DIVERS CAS D'ÉMEUTE.


235. Les principes précédemment exposés doivent subir d'importantes
modifications, selon le caractère de l'émeute à comprimer et les
circonstances au milieu desquelles celle-ci éclate.

Ces circonstances dépendent de cinq éléments principaux:

1° État moral et politique;

2° Esprit des populations intérieures et extérieures;

3° La force publique;

4° Nature de la ville;

5° Résidence du chef de l’État au moment de l'émeute.

       *       *       *       *       *

236. L'état moral et la politique dominent tout: si les esprits sont
agités et mécontents; si l'opposition est dans toutes les têtes, la
patience nulle part; si les affaires souffrent; si les ambitions depuis
longtemps sont surexcitées et les esprits habitués aux changements; si
des puissances voisines, gênées dans leur politique ambitieuse, désirent
la chute du Gouvernement; si une classe importante est hostile à ce
Pouvoir, une seule étincelle déterminera l'explosion pour laquelle tout
est préparé.

Peu d'hommes décidés à tout, et depuis longtemps unis dans les mêmes
desseins, seraient en effet une force redoutable, vis à vis d'une
société divisée ou sans énergie, sans confiance en elle-même, et qui,
n'ayant qu'indifférence, doute ou esprit d'opposition, ne présenterait
nulle part, au milieu d'une tourmente sérieuse, un point d'appui réel à
l'autorité depuis longtemps affaiblie.

Le pouvoir le plus nécessaire au pays, le plus régulier, et en apparence
le plus fort, pourra s'affaisser tout à coup, au milieu de l'abandon
général.

Heureux si, alors, une résolution vigoureuse, prise à propos, lui permet
d'attendre, à la tête de l'armée, que cette surexcitation, que ces
erreurs aient fait leur temps.

237. Si le Gouvernement, disposant d'une troupe suffisante, a pour lui
l'opinion, tant dans la capitale qu'au dehors; si, rassuré contre une
révolution, il ne peut redouter qu'une simple émeute excitée par un
parti sans racines, il protégera l'ordre et les propriétés partout où
ils seront menacés.

Il pourra, alors, disséminer ses forces et les laisser à la disposition
des agents civils que cette affaire regardera particulièrement.

Mais il faut éviter que ces sortes de troubles se renouvellent et
laissent descendre l'agitation jusque dans les dernières profondeurs de
la société; éviter aussi que la troupe y soit employée d'une manière
indécise et compromettante, et que l'anarchie y fasse parade de ses
moyens: ce qui affaiblirait, à la longue, le moral du parti de l'ordre
et élèverait celui des factieux, pour des circonstances plus graves.

L'anarchie aveuglée n'apprécie jamais bien ses forces et ses ressources
relatives: elle compte tous les mécontents, tous les curieux pour ses
adhérents: au premier coup de fusil ceux-ci se retirent: il ne reste
plus que quelques groupes compromis dont les chefs prennent leurs
sûretés, et alors une moitié se défie de l'autre: il ne faut croire ni à
toutes ses espérances, ni à la sécurité que le défaut de ses forces
réelles inspirerait.

238. Si l'insurrection préparée, soit dans un faubourg, soit à la
campagne, est tout a fait étrangère et extérieure à la ville, où elle
veut agir dans une circonstance donnée, le mieux sera de lui barrer le
chemin, de l'isoler, soit en gardant les issues de l'enceinte; soit en
occupant le débouché des principaux faubourgs et une forte position
centrale intérieure, sur laquelle on convergera, en cas de trouble; soit
en prenant une position intermédiaire extérieure d'observation avec de
la cavalerie, sur la direction des populations agitées.

À l'entrée ou à l'intérieur de la ville, et même dans les communes
environnantes suspectes, on arrête les meneurs, mais de manière à ne pas
déterminer une explosion.

Dans ce cas, il faut se borner à repousser le désordre, éviter d'aller
le chercher dans son centre; de l'exciter, de lui fournir un prétexte;
d'appeler aux armes et de forcer, pour ainsi dire, à s'ameuter tous les
habitants des communes mécontentes, soit par des dispositions militaires
qui ne seraient pas indispensables, soit par des motifs de
mécontentement donnés aux approches des jours de fête, de marché ou de
réunion; on a soin de ne pas rallumer d'anciens dissentiments, par
l'emploi de gardes nationales étrangères à la localité.

239. Éviter, surtout, d'attaquer ouvertement, de retenir dans une lutte
des insurgés arrivés de l'extérieur sans but bien déterminé; faciliter,
sous main, leurs projets pour une autre direction, sauf à pourvoir: ou
aura plus facilement raison de cette insurrection bientôt réduite, au
dehors, au dixième, par la dispersion. Dans tous les cas, elle sera
moins redoutable que dans une capitale, où existent tant d'éléments
inflammables.

       *       *       *       *       *

240. Si l'insurrection est dans le quartier militaire qu'occupe la
garnison, celle-ci, non affaiblie par des détachements, l'isolera
d'abord du reste de la ville et de l'extérieur.

Sans grande effusion de sang, on pourra compter sur un succès avant le
second ou le troisième jour, suivant les forces et les
approvisionnements des rebelles.

Mais, si l'on veut hâter la conclusion, les différents corps postés dans
les établissements publics les plus importants, bien approvisionnés de
vivres et de tous les moyens indispensables dans la guerre de maisons,
logés à l'écart de la population et des agitateurs, se lieront entre eux
et avec l'état-major général, comme il a été expliqué: agissant sur un
rayon proportionné à leurs forces, ils offriront ainsi aux gardes
nationaux et autorités civiles, dans des espèces de citadelles actives,
des centres de réunion et de défense.

Engagées de cette manière, les troupes n'éprouveront nulle part ni
perte, ni grande résistance, et triompheront bientôt d'une insurrection
débordée de toutes parts.

241. Dans le cas d'une émeute intérieure et sérieuse, les insurgés
veulent agir à la fois sur tous les points et se disséminent; alors, on
enlève la position la plus importante par un grand effort, et l'on
marche ensuite aux autres jusque-là contenues par de fausses attaques.

Ou les réduit successivement, on menace, on avance, avec toutes les
troupes réunies, en tête, en queue et par les flancs.

242. Si les insurgés n'occupent réellement qu'un seul point en forces,
il faut les y amuser par peu d'hommes éprouvés et, en même temps, les
cerner en occupant tous les débouchés environnants.

On agit vigoureusement et simultanément en plusieurs endroits, là où les
colonnes d'attaque pourraient être soutenues par une réserve commune.

243. Dans le cas d'une rébellion ouverte, l'émeute se développe à
l'extérieur du quartier militaire occupé; des secours attendus, des
causes de division ou de lassitude qui peuvent survenir parmi les
insurgés engagent à gagner du temps; alors, on se fera une enceinte, en
profitant des rues, jardins, vieux murs, canaux, rivières, le long de
laquelle on occupera de bons bâtiments, surtout aux embranchements de
rues et de carrefours, de 200 en 200 pas, afin du mieux se flanquer,
d'enfiler les principales communications parallèles et transversales.

Les édifices, faisant tête de pont au delà de cette enceinte, seront
également occupés, pour prendre des revers utiles sur le pourtour, et
permettre d'agir au dehors dès que cela sera possible ou nécessaire.

Ce parti serait chanceux, en cas de révolution imminente, dans la
capitale d'un gouvernement centralisé: il ne faut le prendre que comme
un pis aller, ou un des derniers moyens de ne pas abandonner tout à fait
un théâtre si important, et alors seulement que la garde nationale
refuse son concours; ainsi l'on reste près des factions, on profite de
leurs divisions, hésitations ou découragements.

Dans ce cas, on abandonne à la garde nationale la majeure partie de la
ville qu'elle sera obligée de préserver du pillage.

L'émeute de Clermont, en septembre 1841, est, sous certains rapports, un
exemple de l'application de ce principe.

244. L'agitation excitée dans la ville, parmi une classe de citoyens,
veut agir au dehors, contre quelques localités ou établissements, soit
par le pillage, soit par l'incendie.

Des troupes d'infanterie et de cavalerie sont cantonnées, dans des
positions intermédiaires d'observation, de manière à intercepter les
communications aux mal intentionnés; à les arrêter au départ ou au
retour; à se porter rapidement, soit au secours des établissements
menacés avec des pompes à incendie; soit aux quartiers de la ville où
les rassemblements s'organiseraient, en attaquant ceux-ci, partout où on
pourrait les atteindre, avant qu'ils ne deviennent dangereux par leur
nombre et leur position.

       *       *       *       *       *

245. Si la force armée se compose d'éléments vigoureux et dévoués, tous
éprouvés dans des guerres longues et glorieuses, si les chefs sont des
hommes d'expérience, si les grands principes d'autorité et de fidélité
sont intacts; si de récentes catastrophes n'ont donné ni le goût ni
l'habitude des révolutions, le pouvoir ne peut redouter d'émeute que
celle qui aurait les motifs les plus graves, les plus irritants, pour
l'honneur et les intérêts de la nation: alors, la plus faible garnison
agissant, avec un ensemble majestueux, donnera facilement force à la
loi. Mais il faut que l'autorité veuille se défendre, et ne se laisse
pas égarer, de concessions en concessions, par l'espoir trompeur d'une
conciliation quelquefois impossible.

On ne doit pas oublier qu'au commencement de sa victoire, l'émeute n'est
en mesure nulle part, même sur les positions les plus importantes:
partout elle ne présente qu'une foule ivre de son succès; une compagnie
balayerait tout en un instant, si le pouvoir attaqué gardait son
sang-froid pour ce moment décisif.

246. Dans les mêmes circonstances, l'effectif du la troupe est si peu
nombreux qu'il lui est impossible de conserver ses postes au milieu de
l'insurrection. Des forces extérieures peuvent être ralliées: alors on
se concentre de plus en plus, se jetant, s'il le faut, au dehors de la
ville, ou à une de ses extrémités, de manière à pouvoir, soit rentrer au
besoin; soit couper extérieurement les communications de la révolte,
conserver les siennes et appeler les secours nécessaires.

Le caractère du chef pourra encore triompher d'une émeute bientôt
effrayée de sa propre victoire, et qui, à l'aspect des troupes qui vont
fondre sur elle de toutes parts et des difficultés intérieures qui
l'attendent, viendra elle-même prier qu'on reçoive sa soumission.

Les autorités civiles resteront, autant que possible, à leur poste, pour
profiter des premières bonnes dispositions des rebelles, et empêcher
l'élévation d'autorités nouvelles qui, une fois compromises, s'opposent
à tout accommodement.

La conduite ferme et habile de la reine-mère, dans l'émeute de 1588, est
un exemple de l'observation de ce principe.

247. Dans un état des pouvoirs publics, où ceux-ci auraient besoin
d'être fortifiés, encouragés, rassurés par le concours de l'opinion, il
faudrait agir avec prudence et résoudre le plus de difficultés possibles
sans rien compromettre.

248. Si, à proximité de la ville, existe un corps auxiliaire que l'on ne
peut immédiatement y faire entrer, pour quelque motif que soit, le camp
provisoirement occupé par ce corps et les positions de combat de la
garnison seront tels que leurs communications restent constamment
faciles et assurées.

249. Dans les états où il n'existe pas de garde nationale, le plan
général de défense exposé, chapitre 4, devra être grandement modifié; il
ne sera plus, alors, aussi indispensable d'organiser à l'avance, comme
centres d'action et magasins d'approvisionnements, toutes les mairies;
les règles pratiques du chapitre 5 resteront utiles.

Dans ce cas nouveau, il ne faudrait pas désespérer de réprimer le
désordre; un principe militaire plus fort, vis-à-vis de l'anarchie
entièrement désarmée, pourrait encore suppléer au défaut de cet utile
auxiliaire.

       *       *       *       *       *

250. La topographie de la ville permet à la garnison d'occuper, comme
base d'opérations, un quartier militaire à cheval sur toutes les rives,
communiquant avec toutes les directions, renfermant les principales
administrations et s'étendant de la circonférence vers le centre: c'est
le cas le plus avantageux qui puisse se présenter.

251. Le nombre et l'importance des obstacles qui divisent la ville sont
à l'avantage de la troupe ou de l'insurrection, selon que la première
peut, d'un petit nombre de positions à sa portée, dominer ces obstacles,
ou que ceux-ci ne couvrent pas directement l'insurrection.

252. Un quartier militaire central est d'autant moins convenable que les
approvisionnements de toute nature y sont moins assurés, que la force
publique est moins puissante et que ses communications avec l'extérieur
peuvent être plus facilement interceptées. Il a souvent l'avantage
d'isoler les différents arrondissements insurrectionnels.

Le plus heureusement placé du tous ces quartiers est celui qui se
trouve dans un arrondissement peu habité et ouvert, au point de concours
de plusieurs obstacles transversaux, et au centre de diverses parties de
ville hostiles, populeuses, rétrécies et éloignées les unes des autres.

253. Si un quartier ennemi, très-habité, mal percé, domine toute la
ville, si la troupe ne peut y parvenir, en cas d'émeute, qu'en forçant
de redoutables positions, il faut nécessairement y avoir un
établissement militaire permanent.

À défaut du celui-ci, et si l'on veut éviter une affaire vive et
sanglante, l'attaque par le dehors de la cité ou le blocus peuvent
réussir.

254. Une enceinte de ville facilite la répression toutes les fois qu'on
peut faire garder ses rares issues, sans se trop diviser; mais elle rend
encore plus critique le parti déjà si hasardeux de l'évacuation; dans ce
cas, l'émeute, à qui on aurait abandonné la ville, s'y trouverait
fortifiée; avec des approvisionnements de vivres et du combat, elle
aurait peut-être les moyens de s'y défendre quelque temps.

255. Dans une grande ville que commande une citadelle, et quoiqu'on ait
peu de forces, il vaut mieux occuper cette bonne position militaire d'où
l'on pourra surveiller, contenir et au moins résister à la révolte, que
de laisser, en se retirant, celle-ci libre de soulever les plus
indifférents, et de venir, au dehors, profiter des avantages du nombre
ou de la position.

       *       *       *       *       *

256. La résidence du chef de l’État, ou plus généralement la position
éventuelle du pouvoir et de ses principaux moyens d'action ou de
défense, avant ou au moment de l'émeute, est souvent décisive.

La position la plus favorable est assurément au dehors; on apprécie, on
domine mieux les événements, on est moins gêné par les hommes et les
circonstances, on est plus libre d'esprit et d'action, on est obligé à
moins de concessions; on peut enfin intervenir, avec autorité et un
grand effet moral, au moment opportun, et de la manière la plus
convenable; ces grands avantages, il ne faut pas se hâter légèrement de
les perdre, d'autant plus qu'on ne les retrouverait pas tels, en se
retirant ensuite après s'être avancé.

257. À la supériorité de cette position se joindront tous les moyens de
la faire valoir, si le chef de l’État apprend les événements au milieu
de forces réunies dans toute autre prévision, ou de populations
vigoureuses et dévouées, qu'il serait alors également facile de rallier
et de mettre en action.

258. La pire de toutes les positions est l'investissement complet du
chef de l’État dans un réduit intérieur; quels que soient la force, la
garnison et les approvisionnements de cette citadelle, il faut en
sortir, même au prix des plus larges concessions, pour se soustraire aux
enlacements de l'émeute ou à la discrétion des dangereux amis qui
viendraient la combattre à leur manière; il faut, aussi tôt que
possible, se mettre en rapport véritable avec les populations, les
moyens de gouvernement et de résistance.

Un bruit vrai ou faux, de nature à servir d'autre aliment à la révolte,
pourra la détourner tout à coup de la voie qu'elle suit; avant les
conséquences de sa nouvelle direction, si dangereuses qu'elles soient,
on aura le temps de prendre un parti et de tenter un effort décisif;
ainsi, il y aura moyen d'échapper et de ressaisir la direction des
événements.

       *       *       *       *       *

Parmi les mesures adoptées par Napoléon, le 13 vendémiaire, on doit
remarquer la réunion aux Tuileries de tous les vivres et munitions
ramassés dans Paris, et les dispositions prises pour se retirer, avec la
Convention, sur la position de Meudon qu'il avait fait occuper, en vue
des circonstances les plus extrêmes.



§ II.

TROUBLES AU SUJET DES GRAINS OU DES CONTRIBUTIONS.


Il y a encore malheureusement lieu, quelquefois, de réprimer ou de
prévenir d'autres troubles sérieux et peu motivés, mais plus
excusables, soit pour la cherté des grains, soit au sujet du
recouvrement des contributions; les uns et les autres exigent des
mesures spéciales.

Un hiver rigoureux, une certaine situation politique des esprits,
peuvent donner à ces désordres la plus grande gravité; ce sujet ne
comporte que des détails assez simples et déjà connus; néanmoins il doit
être traité ici.

Nous le ferons en résumant les usages et les règlements ou législations
le plus généralement adoptés; nous emprunterons presque tout à la
France, où, plus souvent menacée, l'autorité a dû s'occuper davantage de
la question et fournir d'utiles documents pour les autres pays.

       *       *       *       *       *

259. Dans chaque circonscription, l'administration encourage le commerce
à faire arriver, vers les ports ou grands dépôts limitrophes, des
grains, et, à leur défaut, des denrées alimentaires qui puissent y
suppléer; elle assure l'écoulement de ces denrées vers l'intérieur;
partout elle oblige, ainsi, les accapareurs et gens timorés à ne pas
cacher et retenir leurs approvisionnements, quelquefois considérables.

260. Dans une contrée, les troubles ont lieu à l'occasion de la cherté
des grains, tantôt sur un marché, tantôt sur un autre ou à leurs
abords; alors on prend les dispositions suivantes:

Une à deux compagnies d'infanterie sont cantonnées de 7 à 8 lieues en 7
à 8 lieues, généralement aux chefs-lieux administratifs, ou au centre
des communications les plus importantes, de manière à couvrir le pays
agité d'un réseau de détachements espacés d'une journée de marche.

261. Dans la position centrale la plus importante, sous le rapport de la
population et des communications, il y aura, pour 4, 5, 6 détachements
ou arrondissements pareils, une réserve d'un à un demi-bataillon et
escadron.

262. Chaque détachement sera caserné dans un bâtiment loué par la
commune; pendant les courses, les cuisiniers et les malades pourront y
rester sans craindre d'être inquiétés.

À défaut de ce bâtiment, la troupe sera cantonnée sous la main du chef,
autour d'un corps-de-garde central; elle fera ordinaire.

Les visites de santé seront régulièrement faites dans les cantonnements;
on dirigera, à temps, les malades sur les hôpitaux voisins.

On évitera de faire voyager, soit des hommes isolés, soit des
détachements sans chefs, sans armes, sans munitions; mais les
évacuations seront faites, soit sous la protection des patrouilles
journalières, soit à des époques fixées.

263. La troupe, ainsi cantonnée, recevra l'indemnité de rassemblement.

L'indemnité de route sera allouée aux troupes casernées dans les
garnisons ordinaires, toutes les fois qu'elles feront 24 kilomètres,
aller et retour, ou quand elles découcheront; la feuille de route prise
au départ constatera le droit de percevoir.

       *       *       *       *       *

264. Le jour de marché dans une des communes, à moins d'une demi-journée
de marche d'un détachement, celui-ci se transportera auprès de ladite
commune, avec armes, munitions, bagages et vivres pour un repas.

Il s’arrêtera dans un local au dehors, et à proximité du marché, afin
d'intervenir pour le rétablissement de l'ordre à la première demande des
autorités.

Les soldats resteront réunis et prêts à prendre les armes: sur l'avis du
maire, que leur présence n'est plus nécessaire, ils rentreront à leur
cantonnement.

Les brigades de gendarmerie voisines se réuniront sur le marché pour y
assurer la tranquillité; elles arrêteront les mutins et les accapareurs.

265. Les détachements, les piquets armés doivent se faire par fractions
constituées.

Les premiers, lorsqu'il s'agira de réprimer ou de prévenir des troubles,
à plus de deux lieues de distance, ne doivent jamais être moindres de 40
à 60 hommes.

266. Dans ses courses, la troupe rassurera les habitants, répandra les
bonnes nouvelles des villes voisines, engagera à venir aux marchés et à
les alimenter.

Partout les officiers verront les autorités, vivront bien avec elles et
avec les principaux habitants; la troupe restera étrangère aux inimitiés
locales, elle évitera les querelles de cabaret ou avec la population.

267. Les chefs de cantonnement adresseront régulièrement, au commandant
territorial des 4 ou 6 arrondissements réunis, le rapport sur les
événements de la journée.

Au besoin, ils correspondront entre eux ou avec les brigades de
gendarmerie, soit pour combiner des courses dans un but commun, soit
pour prévenir ou être prévenus de ce qui se passe.

268. Ainsi, une à deux compagnies d'infanterie assureront les marchés
dans un arrondissement de 64 lieues carrées et de 100,000 âmes de
population; 1 à 2 bataillons, et autant d'escadrons, en tout 700 à 1,400
hommes, garderont une circonscription de 320 lieues carrées et de
500,000 âmes; c'est-à-dire qu'il faudra moyennement 4 soldats par lieue
carrée et par 1,000 âmes.

Le difficile hiver de 1846 à 1847 exigea, dans presque toute la France,
l'application de mesures analogues; comme toujours alors l'armée rendit
d'utiles services.

       *       *       *       *       *

269. En cas de troubles sérieux dans une localité, quatre principes
serviront de règle.

1° Nulle troupe, même _requise_ ne doit sortir de la ville où elle se
trouve sans un ordre du général commandant la circonscription
territoriale.

2° Nulle troupe ne doit être employée, même dans la ville où elle est
établie, que d'après des réquisitions écrites par l'autorité civile à
l'autorité militaire, indiquant clairement le but à atteindre et
laissant au chef militaire le choix des moyens pour y arriver, quant au
nombre d'hommes et à leur emploi.

3° Toute action des troupes doit être le résultat du concert préalable
entre les autorités civiles et militaires.

En principe, la réquisition est faite par l'intermédiaire du chef
supérieur de l'administration civile au général de brigade.

Il n'est fait exception aux deux premières règles que pour le cas de
flagrant délit et d'urgence, c'est-à-dire pour ceux où le temps et les
moyens d'avoir une réponse, à la réquisition de l'autorité civile,
manqueraient absolument.

Mais alors, et bien que le chef de détachement doive toujours obtempérer
immédiatement à la réquisition, les formalités prescrites, en cas
ordinaire pour celle-ci, seront de suite remplies à son égard, en lieu
et place du général; la réquisition écrite sera adressée dans la
journée, à ce dernier, ainsi que le rapport sur l'événement, et les
suites qu'il peut avoir.

4° En France, conformément à la loi du 3 août 1791, la troupe chargée,
soit d'occuper un poste et de le défendre, soit de conserver intact un
dépôt ou un convoi, n'a pas besoin, pour faire usage de la force, d'être
requise par un magistrat civil, alors que les attroupements se disposent
à la forcer dans ses positions, à la désarmer ou à violer la consigne.

Dans cette pénible circonstance, c'est à l'officier qui commande à
éviter, autant que possible, l'effusion du sang, en prononçant lui-même
à haute voix, si les autorités civiles sont absentes ou muettes, et si
la nature de l'attaque le permet, les mots: _obéissance à la loi_; _on
va faire usage de la force_; après quoi il agit suivant sa consigne.

Le concert le plus complet entre les diverses autorités, et la réserve
de chacune d'elles dans ses attributions spéciales, sont désirables en
de telles circonstances.

       *       *       *       *       *

270. S'il n'y a qu'une seule compagnie dans la localité, et surtout si
le casernement est étendu et ne peut être fermé, le chef juge le petit
nombre d'hommes qu'il sera nécessaire de laisser au centre du
cantonnement pour le garder pendant son absence.

Mais, lors même qu'il serait assuré de n'avoir pas à agir, il partira en
mesure de le faire et restera toujours dans cette position; le
détachement étant constamment réuni et chaque homme ayant ses
cartouches: de cette manière il ne tentera pas les malintentionnés.

271. Pendant les marchés, on évitera de détacher des hommes au milieu de
la foule, comme surveillants, ou comme auxiliaires de la police qu'ils
ne peuvent suppléer.

Si des accapareurs occupent les avenues des marchés, achètent ou
détournent les grains qui y arrivent, afin de pousser à la hausse, le
chef se concertera à ce sujet, avec les autorités; mais il évitera
toujours de disséminer son détachement et d'en exiger un service de
surveillance individuelle ou fractionné qui n'est pas le sien.

272. Si la troupe ne peut paraître, à la fois, sur tous les nombreux
marchés à sa portée, elle fera en sorte d'arriver inopinément, et
alternativement, sur chacun d'eux où sa présence sera toujours ainsi
attendue.

273. Des signaux, convenus entra tous les détachements, la brigade de
gendarmerie et la réserve générale; à leur défaut, des estafettes ou
cavaliers de correspondance avertiront de suite, de la nécessite d'être
secouru.

Dans ce cas, tout ou partie de la réserve générale sera dirigée, par la
voie la plus prompte, chemin de fer, bateau à vapeur, relais de voitures
organisés d'avance, sur le lieu où sa présence devient momentanément
nécessaire.

274. Partout où il y aura lieu d'intervenir, soit pour assister
l'autorité dans les arrestations, soit pour stationner près des marchés
et les surveiller, soit pour y paraître en cas de désordres, soit pour
agir militairement de quelque manière que ce puisse être, le chef du
détachement tiendra son monde prêt à prendre les armes, réuni en une
seule masse, sauf les quelques hommes à détacher pour se garder, mais
vers lesquels on devra toujours pouvoir se porter promptement en cas de
besoin.

Avant tout, on conservera l'influence morale que l'on est appelé à
produire: on se présentera toujours en forces et en mesure d'agir
promptement, avec vigueur, prudence et calme, mais aussi sans
hésitation, si nécessité survenait: on évitera les tirailleries.

Le chef sera accompagné en pareille circonstance, autant que possible,
par des agents de l'autorité administrative ou judiciaire, ayant qualité
pour faire les sommations, conformément à la loi du 10 juillet 1791, si
l'emploi des armes devient indispensable: dans le cas contraire, il
agira conformément aux dernières prescriptions du n° 269.

275. Il se rappellera que, même dans les émeutes sérieuses, la troupe a
devant elle des hommes sans organisation, sans bonnes armes, avec peu de
munitions, sans expérience et sans chefs; aussi prompts à menacer qu'à
fuir, et d'autant moins résolus qu'ils se savent en faute ou que le
soldat est plus ferme.

La supériorité de celui-ci est donc grande surtout s'il est bien
commandé, si le chef lui donne de la confiance en lui en montrant: s'il
maintient le moral sans lequel la force numérique n'est qu'un embarras.

Les soldats sont ce qu'on les fait par des soins journaliers: il faut
s'en occuper constamment dans leur intérêt et dans celui du service,
même au moment où il y a le moins lieu de prévoir qu'il deviendra
nécessaire d'avoir recours à leur dévouement: on peut être assuré de
retrouver toujours celui-ci, s'il devient nécessaire.

Dans les mêmes circonstances où un détachement bien tenu, bien commandé,
ne rencontre que quelques mutins effrayés de leur isolement, une autre
fraction mal administrée, mal dirigée, pourra hésiter devant des
centaines de turbulents enhardis par sa médiocre contenance; des
rigueurs, qu'un aurait évitées, deviendront, dans ce dernier cas,
nécessaires.

Rappelons, en terminant, que la troupe ne vaut que par la manière dont
elle est groupée et employée, dans un certain nombre de centres d'action
en rapport avec son effectif, avec l'étendue et l'état du pays: les
bonnes réserves agissent à de grandes distances, dans toutes les
directions à la fois, et souvent sans se déplacer: les petits
détachements ne sont qu'inquiétants pour le chef de qui ils dépendent:
d'un autre côté, les devoirs du soldat sont d'autant plus faciles qu'il
sera resté plus étranger aux populations agitées et aux passions qui les
divisent.

       *       *       *       *       *

276. Le concours de la force publique, pour assurer le recouvrement des
impôts, ne peut être refusé; d'anciennes instructions fixent les règles
dont on ne doit point s'écarter.

La perception se poursuit par des porteurs de contrainte, par des
saisies et par des garnisaires; ces derniers sont des agents
commissionnés par le percepteur: ils s'établissent, pour deux jours au
plus, chez le contribuable, lequel doit les nourrir ou leur payer la
nourriture.

Les soldats ne sont jamais employés comme garnisaires, mais ils peuvent
et doivent prêter appui et défense aux percepteurs, protéger les saisies
et assurer les ventes, défendre au besoin la personne des garnisaires et
de tout agent du fisc.

277. Lorsque l'autorité administrative, jugeant l'intervention de la
force armée indispensable pour le recouvrement de l'impôt, adressera, à
cet effet, une réquisition explicite et motivée, un bataillon ou un
demi-bataillon, suivant le cas, sera dirigé sur le chef-lieu
d'arrondissement de canton ou même de commune, habité ou entouré par les
contribuables récalcitrants.

Des compagnies ou des demi-compagnies pourront être détachées, de ce
centre, dans les communes environnantes, à une journée de marche au
plus, afin d'être toujours à portée d'un appui respectable.

278. Ces détachements ne devront pas cesser un instant d'être sous les
ordres du chef principal; c'est lui qui fixera leur force et réglera
leur marche, sur les indications des autorités civiles; celles-ci
pourront faire savoir aux populations quel est le motif de l'appel des
troupes.

279. Les soldats seront logés chez l'habitant comme troupes en marche;
les administrations municipales distribueront les billets de logement
comme elles l'entendront; elles pourront faire principalement porter
cette charge sur les contribuables volontairement en retard.

Mais l'autorité militaire, restée étrangère à ces considérations, ne
doit faire valoir que celles qui auraient pour but un établissement des
compagnies plus militaire et plus favorable au maintien de la
discipline.

280. En France, nulle troupe, ainsi requise, ne reste dans le même lieu
pendant plus de trois jours, après lesquels sa présence donnerait lieu à
une indemnité payée par l’État.

Mais elle peut revenir après 24 heures d'intervalle, ou être remplacée
par une autre; ce retour de la force publique se reproduit autant de
fois qu'il est nécessaire.



§ III.

GARNISON DANS UNE VILLE ÉTRANGÈRE ENNEMIE.


281. Complétons ce chapitre en examinant le cas d'une population
étrangère ennemie, révoltée contre sa garnison, et à l'égard de laquelle
il n'y a plus lieu de garder les mêmes ménagements.

L'insurrection de Madrid contre l'armée française, le 2 mai 1808, est un
événement qui peut se reproduire sur des échelles diverses.

Le fanatisme politique qui présida à la défense des Espagnols dans la
guerre de la Péninsule; à celle des Russes, en 1812, donne lieu de
penser que, malgré les progrès de la civilisation, nonobstant l'empire
d'intérêts matériels énervants, les corps réguliers ne seront pas
toujours les seuls qu'auront à combattre les armées d'invasion.

Les garnisons que celles-ci laisseront dans les places fortes conquises
ou dans les villes de dépôt nécessaires pour assurer leurs opérations,
et les troupes momentanément cantonnées, devront toujours s'établir en
vue de luttes, sinon probables, du moins possibles, avec des populations
hostiles.

Trop de sécurité exposerait des forces réellement irrésistibles à des
échecs d'autant plus honteux qu'ils viendraient d'ennemis peu
redoutables.

282. Les commandants territoriaux ne feront à la contrée que le tort
rigoureusement inévitable dans l'état de guerre, et de la manière la
moins blessante pour l'orgueil national.

Les précautions qu'ils prendront pour éviter le désordre, le gaspillage,
les vexations, à l'aide d'une discipline sévère et d'une sage
administration; leur sollicitude pour connaître ceux des intérêts des
populations ennemies que l'on peut et que l'on doit respecter ou
protéger; leurs rapports avec les citoyens les plus influents, les plus
éclairés; la bonne administration des armées, des provinces, des villes,
et principalement, une politique aussi sage que ferme, sont les vrais
moyens préventifs contre de telles insurrections.

Ces mesures exerceront également une salutaire influence sur l'ensemble
des opérations militaires, simplifiées et préservées des complications
les plus graves. Un article spécial ne serait pas inutile sur ces
éléments de succès si importants et néanmoins quelquefois négligés.

283. On évitera tout mouvement rétrograde, surtout dans une grande ville
centre de province.

On n'évacuera jamais entièrement celle-ci, à moins d'un ordre formel, de
peur de donner, dans la ville et ailleurs, aux révoltés, la masse
toujours très-grande des indifférente pour auxiliaire; et que, par suite
d'un événement aussi décisif sur l'esprit des populations, on soit
obligé de suspendre l'exécution de projets d'ensemble déjà commencée,
pour se livrer à toute une nouvelle série d'opérations accessoires,
longues et chanceuses.

284. Des mesures de police auront pu prévenir ces luttes ou en limiter
les suites.

On assurera les approvisionnements des populations.

On surveillera les quartiers les plus populeux et les grands
établissements industriels où des masses d'ouvriers de même état sont
réunis.

On fera concourir ces industries aux approvisionnements de l'armée; on
emploiera à des travaux de défense, ou même à des ouvrages d'utilité
publique, comme le fit le maréchal Suchet en Aragon, le peuple inoccupé,
en évitant, toutefois, d'attirer les ouvriers de l'extérieur.

285. À moins d'une hostilité déclarée et irrévocable d'une partie de la
population, les garnisons resteront entièrement étrangères aux passions
qui divisent les cités; elles n'épouseront, elles ne persécuteront aucun
parti. Les officiers, à cet égard, donneront l'exemple de la neutralité
la plus complète.

L'étranger qui se mêle à des dissensions intérieures ne recueille que
les haines les plus violentes des uns, l'indifférence, et quelquefois la
jalousie secrète des autres, la défiance de tous.

286. Hâter l'explosion d'une révolte inévitable pour la combattre moins
terrible, serait sage, si le public, toujours porté en pareilles
circonstances à ne remarquer que le mauvais côté des choses, ne voyait
alors que provocation et abus du droit de légitime défense contre une
population ennemie égarée.

       *       *       *       *       *

287. L'administration des provinces de l'est du la péninsule espagnole,
sous l'Empire, a été souvent citée comme modèle à étudier et à imiter.

Le duc d'Albuféra eut d'autant plus de ressources dans le pays pour
entretenir son armée, ses forces purent d'autant plus être réduites,
qu'il avait su habilement neutraliser les populations, les consoler par
une politique sage, une administration régulière.

Dans la même guerre, d'autres maréchaux préparèrent un pareil état de
choses; mais moins stables, moins isolés; constamment détournés ou
déplacés par les grands mouvements des armées impériales et par des
événements inattendus, ils ne purent recueillir le fruit de leurs sages
dispositions.

Un jour d'aussi beaux exemples inspireront d'autres généraux français,
utilisant, sur de glorieux théâtres pour la grandeur de leur patrie, un
excédant de forces vives au moins embarrassant lorsqu'il n'est pas
noblement employé.

       *       *       *       *       *

288. Napoléon, dont les actions donnent de si utiles renseignements,
soit pour la politique, soit pour la guerre, parvint à étouffer, en
1796, sur les derrières de son armée, un moment retardée dans sa marche
victorieuse, une insurrection qui menaçait de prendre les plus grandes
proportions: il agit avec la célérité et la vigueur qui, presque
toujours, suffisent pour arrêter le mal naissant.

La garnison autrichienne du château de Milan avait donné, aux campagnes
environnantes, le signal d'une révolte générale, en attaquant la
division française qui l'investissait; les moines et les nobles étaient
à la tête de ce mouvement, qui fut immédiatement comprimé.

Aux environs de Pavie, les révoltés furent plus heureux; ils entrèrent
en ville, et s'en emparèrent, malgré la résistance de 300 soldats
français malades.

Le 23 mai, Bonaparte apprend, à Lodi, ces événements inquiétants; il
rebrousse chemin avec un bataillon de grenadiers, 300 chevaux et 6
pièces: l'ordre était déjà rétabli dans Milan; il continue sa route sur
Pavie, en se faisant précéder par l'archevêque de Milan.

Lannes disperse l'avant-garde des insurgés au bourg de Binasco, et
incendie ce village pour effrayer Pavie: Bonaparte s'arrête devant cette
ville de 30,000 âmes de population, défendue par 8,000 paysans révoltés,
et entourée d'une enceinte: il fait afficher aux portes, pendant la
nuit, la proclamation suivante:

«Une multitude égarée, et sans moyens réels de résistance, brave une
armée triomphante des rois; elle veut perdre le peuple italien. La
France, persistant dans son intention de ne pas faire la guerre aux
peuples, veut bien pardonner à ce délire, et laisser une porte ouverte
au repentir; mais ceux qui ne poseront pas les armes à l'instant seront
traités comme rebelles. On brûlera leurs villages: les flammes de
Binasco doivent servir de leçon.»

Le matin, les paysans aveuglés refusèrent encore de se rendre. Bonaparte
fit balayer les murailles à coups de mitraille et d'obus; ses grenadiers
enfoncèrent à la hache les portes et pénétrèrent dans la ville, dont ils
restèrent les maîtres après quelques combats de rue.

Pour faire un exemple, Bonaparte accorda à ses 1000 soldats trois heures
de pillage; ensuite, il fit sabrer, dans la campagne, par ses 300
chevaux, les paysans en fuite.

L'Italie, sur le point de se révolter sous l'influence des nobles et des
moines, apprit en même temps cette insurrection et sa prompte
répression. Le 28 mai, Bonaparte faisait franchir le Mincio à son armée
toujours victorieuse et redoutée.

       *       *       *       *       *

289. Il y a quelquefois lieu aussi de contenir l'anarchie, se produisant
sous un autre aspect, au milieu des populations envahies; de la réprimer
alors que, pour se livrer aux plus coupables excès, elle tente de se
faire l'auxiliaire dangereux du vainqueur lui-même, en exagérant,
dénaturant ses principes politiques.

Rien n'ajoute davantage à la gloire de ce dernier, vis-à-vis des
contrées conquises et de l'humanité en général, que de savoir deviner et
flétrir de pareilles menées; leur impunité préparerait, au pays, des
discordes et des calamités bien plus funestes que l'invasion elle-même;
la discipline de l'armée victorieuse pourrait aussi être altérée. Un
général qui se respecte se hâte de repousser de tels auxiliaires. Ici
encore, nous retrouvons pour guide le génie de Napoléon.

En octobre 1796, Bonaparte, effrayé des progrès de la démagogie
italienne, dut, en effet, rappeler au peuple de Bologne les éternels
principes qui servent de fondement aux sociétés, paroles dignes des
méditations de la génération européenne actuelle.

«J'ai vu avec plaisir, disait-il au peuple de Bologne, le 19 octobre
1796, en entrant dans votre ville, l'enthousiasme qui anime les citoyens
et la ferme résolution où ils sont de conserver la liberté. La
constitution et votre garde nationale seront promptement organisées.
Mais j'ai été affligé de voir les excès auxquels se sont portés quelques
mauvais sujets indignes d'être Bolonais.

«Un peuple qui se livre à des excès est indigne de la liberté. Un peuple
libre est celui qui respecte les personnes et les propriétés; l'anarchie
produit la guerre intestine et les calamités publiques. Je suis l'ennemi
des tyrans; mais, avant tout, je suis l'ennemi des scélérats qui les
rendent nécessaires lorsqu'ils pillent; je ferai fusiller ceux qui,
renversant l'ordre social, sont nés pour l'opprobre et le malheur du
monde.

«Peuple de Bologne, voulez-vous que la République française vous
protège? Voulez-vous que l'armée française vous estime et s'honore de
faire votre bonheur? Voulez-vous que je me vante quelquefois de l'amitié
que vous me témoignez? Réprimez ce petit nombre de scélérats, faites que
personne ne soit opprimé: quelles que soient ses opinions, nul ne peut
être opprimé qu'en vertu de la loi... Faites surtout que les propriétés
soient respectées.»

       *       *       *       *       *

290. Après la bonne administration du territoire, sous le rapport
politique et financier, la meilleure mesure contre les révoltés est une
judicieuse répartition des garnisons.

Les forces morales sont incommensurables par rapport aux forces
matérielles; 1,000 hommes de secours qu'un commandant supérieur peut
recevoir sont plus pour lui que 2,000 hommes à la présence desquels le
peuple ennemi est habitué.

Les troupes qui occupent une province conquise et très-hostile doivent
donc, en général, être tenues, soit dans les places fortes, soit à
proximité des villes les plus remuantes, les plus populeuses, plutôt que
dans ces villes mêmes où elles seraient souvent dispersées, neutralisées
ou affaiblies par un service et des obligations toujours pénibles.

On fera surveiller la plupart de ces villes par des détachements
établis, dans des réduits ou des quartiers militaires fortifiés d'une
étendue en rapport avec l'importance politique et stratégique de ces
cités; détachements qui concourent aussi au service de la ligne
d'opérations.

En cas de révolte, ces garnisons se défendront, observeront ou cerneront
la population, en attendant les secours qui leur seront immédiatement
envoyés par les divisions actives ou garnisons plus importantes à
proximité.

C'est ici le cas de répéter que toute révolte partielle dans une
province peut être ainsi comprimée; victorieuse ou vaincue, elle tendra
les bras au chef habile, après deux ou trois jours de lutte, et souvent
même avant que celui-ci ne soit secouru.

291. Les garnisons plus importantes, là où les populations sont
hostiles, s'installeront de la manière suivante:

La moitié de l'infanterie embrassera la circonférence entière de la
ville en occupant, au plus, le tiers de sa surface.

Un, deux à trois bataillons de cette moitié seront casernés dans les
grands établissements, à droite et à gauche de chacune des quatre ou
cinq entrées principales du la ville, en s'étendant le long de
l'enceinte, avec le moins possible de solutions de continuité, par
ordre de compagnies et de bataillons, au besoin retranchés, de telle
sorte que chaque issue principale fasse système de défense indépendant.

Un détachement d'égale importance occupera, de la même manière, les
maisons dominantes d'une place centrale.

À défaut de celle-ci, on établira, dans cinq ou six petites places du
centre de la ville, et, autant que possible, à des passages obligés,
autant de corps-de-garde fortifiés pour 50 à 100 fantassins, 25 à 50
chevaux.

Chaque porte de la ville sera gardée par 80 à 160 fantassins.

L'autre moitié de l'infanterie, avec la presque totalité de la
cavalerie, seront cantonnées et retranchées dans les faubourgs les plus
voisins du la ville, ou qui la dominent le mieux.

Les communications de ces faubourgs aux grandes entrées de la ville
seront réparées, élargies, assurées, raccourcies.

Si les soldats sont logés chez l'habitant, ils ne conserveront que leurs
armes pour se défendre: les selles, brides et chevaux resteront réunis
au parc ou dans de grands locaux gardés.

Les bourgeois, dont on pourra exiger des sûretés, seront désarmés; ils
devront être rentrés chez eux, le soir, à une certaine heure; des
exemples sévères les maintiendront.

On ne laissera circuler, en dehors des quartiers occupés, aucun homme
isolé, aucune petite corvée, surtout sans armes; les officiers logeront
auprès des soldats.

292. En cas de troubles, les camps nombreux des faubourgs et les corps
retranchés ou casernés aux principales entrées, ou sur le pourtour de
l'enceinte, convergeront, par les principales rues, sur le détachement
établi à la place centrale ou sur les corps de garde qui en tiennent
lieu.

Les gardes des portes principales continueront d'intercepter les
communications avec le dehors; elles arrêteront les gens de la campagne
qui voudraient venir prendre part à la révolte. Celle-ci, débordée de
toutes parts, ne pourra ni se masser, ni agir, en présence d'une
garnison convenablement établie pour appliquer, de suite, les principes
de ce genre de guerre.

293. S'il existe dans la ville des troupes et des autorités indigènes,
pouvant devenir hostiles, et que des raisons politiques ont empêché de
supprimer, ces corps seront, autant que possible, disséminés dans des
quartiers éloignés les uns des autres, du centre de leurs autorités et
de leurs arsenaux.

Ces quartiers et locaux devront être facilement surveillés par des
troupes à proximité, et, autant que possible, situés au delà de défilés
ou obstacles derrière lesquels on les arrêterait.

Les positions de combat, assignées à la garnison, seront choisies de
manière à intercepter toute communication entre ces établissements.

Le général s'attachera quelque sous-ordre de chaque corps en
administration indigène à surveiller; ainsi il tiendra leurs chefs dans
une salutaire défiance.

Les troupes indigènes, lors même qu'elles ne voudraient prendre part à
aucun désordre, exigeraient encore une certaine surveillance, soit à
cause des insurgés qui pourraient revêtir leur uniforme et abuser de son
influence, soit pour les armes et munitions que la révolte en exigerait.

       *       *       *       *       *

294. Le 21 juillet 1808, Napoléon écrivait: «Sarragosse n'a pas été
prise; elle est aujourd'hui cernée, et une ville de 40 à 50,000 âmes,
défendue par un mouvement populaire, ne se prend qu'avec du temps et de
la patience. Les histoires des guerres sont pleines de catastrophes des
plus considérables pour avoir brusqué et s'être enfourné dans les rues
étroites des villes. L'exemple de Buenos-Ayres et des 12,000 Anglais
d'élite qui y ont péri, en est une preuve.»

Si donc, ce qui pourra quelquefois arriver, le nombre et l'acharnement
des populations ennemies, la force de leurs positions, le défaut de
dispositions antérieures prises, obligent à d'autres précautions, à plus
d'efforts et de lenteur, s'ils rendent infructueuses les dispositions
détaillées n°s 290 et suivants, ce sera le cas d'exécuter, à l'égard
d'un ou plusieurs quartiers, les prescriptions suivantes de l'officier
d'infanterie en campagne, pour l'attaque régulière des villes fortifiées
passagèrement.

Deux ou trois attaques voisines, à distance de 600 mètres, et concourant
l'une vers l'autre, se prêteront un mutuel appui; elles domineront tout
le terrain intermédiaire; chacune d'elles suivra, autant que possible,
les deux côtés d'une large rue perpendiculaire qui, en cas d'assaut,
livrera passage aux colonnes. Ces attaques convergeront sur une place ou
aboutiront à une grande communication.

Un régiment, à chaque attaque, fournit 1/10 de travailleurs; un autre
régiment est en arrière en réserve; en tête du tout, 50 à 60 sapeurs,
sous les ordres de 3 officiers du génie, cheminent en prenant les
précautions nécessaires. Ils sont relevés tous les matins, à 6 heures,
afin qu'ils puissent mieux connaître les positions à défendre ou à
enlever.

Une attaque exige donc 2 à 3,000 hommes, et 10,000 si l'on compte les
troupes au repos; sur ce chiffre, il y a 1/30 de militaires du génie,
dont 1/15 d'officiers, 2/15 de mineurs, 11/15 de sapeurs. Chaque attaque
s'étend à 100 mètres au moins, à droite et à gauche, pour assurer ses
flancs.

295. On organisera, vis-à-vis les positions à aborder, une parallèle
continue, les ailes bien appuyées, le centre renforcé par des maisons
dominantes.

Il faut qu'on puisse en déboucher par des rues larges et droites, sur
une grande communication, d'où l'on gagnera le réduit de la défense, et
d'où l'on donnera la main aux autres attaques.

Tant qu'une aile d'attaque n'est pas bien appuyée, une réserve
extérieure garde les défilés en arrière contre les sorties latérales.

       *       *       *       *       *

296. Deux espèces de batteries appuient les flancs, les unes pour les
soutenir directement, les autres pour battre en brèche les positions
latérales qui les contrarient.

Dans les cheminements, établir des batteries de mortier et de petit
calibre pour battre, à faibles charges, les défenses les plus
rapprochées et incommoder l'ennemi au delà des bâtiments qui le
défilent.

Quelques pièces de campagne pourront être employées pour faire brèche
aux maisons.

Des communications larges et faciles auront été ouvertes, à travers les
obstacles franchis, pour le passage de cette artillerie et des
différentes armes.

«Remarquons que, le 18 juillet 1808, Napoléon écrivait: Le 14e et le 44e
arrivent demain: après demain ils partent pour Sarragosse: _non pas que
ces troupes puissent avancer la reddition qui est une affaire de
canon_.»

Cette importance de l'artillerie en pareille circonstance, sur laquelle
les meilleurs esprits ont été partagés, dépend de la facilité des
communications, de la légèreté, de la simplicité du matériel employé, de
la profondeur des masses qui se présentent imprudemment à ses coups, et
enfin de l'action inintelligente des tirailleurs ennemis, car désormais
la lutte est entre ceux-ci et les pièces, et dans beaucoup de cas
l'avantage peut rester aux premiers, s'ils sont instruits et bien armés.

       *       *       *       *       *

297. Dans une rue parallèle, filer le long des maisons qui forment le
côté le plus rapproché, occuper les îlots en face, y communiquer à
l'aide de doubles caponnières ou de caves, fortifier les bâtiments qui
flanquent cette rue ou qui enfilent les voies transversales.

S'étendre, par l'intérieur des maisons, des deux côtés des rues
perpendiculaires; occuper les édifices qui enfilent les voies
transversales; franchir celles-ci de nuit, après avoir pris position du
côté de bâtiments contigus aux positions; occuper vis-à-vis une maison
d'où on avance, à droite et à gauche, en perçant des créneaux dans les
murs de refend et en y prévenant l'ennemi.

Garnir de fusiliers les étages et les toits des maisons voisines
attenantes à celles de l'ennemi; boucher les portes et les fenêtres qui
lui font face, avec des sacs à terre; chercher à s'étendre sur les
côtés.

Cheminer vers les bâtiments qui tournent les positons conservées par
l'ennemi, sur les flancs en arrière; y faire brèche, s'en emparer, et de
là menacer les communications.

298. Une ville, dont les rues étroites et tortueuses n'ont entre elles
que de rares communications, offre un champ de bataille à l'avantage de
celui qui s'y défend: il faut éviter de se laisser emporter par un
succès obtenu, de peur d'avoir de suite une situation et une fortune
contraires.

Chercher à s'étendre le plus possible aux environs des rues par
lesquelles on veut pénétrer: occuper les bâtiments latéraux, tourner les
barricades et ne jamais les attaquer de front; enfin, mettre en action
au moins autant de monde que l'ennemi.

Si l'on est faible, il faut rester sur ce terrain; si l'on et plus fort,
on attire, par une fuite simulée, l'ennemi dans un quartier où, établi
d'avance, on prendra sur lui le même avantage.

Que l'attaque soit plus ou moins brusquée, plus ou moins régulière, elle
offre d'autant plus de chances de succès qu'elle est mieux conduite
conformément aux principes précédents.

Ainsi, il faut toujours pénétrer sur 3 ou 4 colonnes concourantes ou au
moins parallèles, de 2 à 3 bataillons, autant d'escadrons et de pièces
chacune, écartées de 500 mètres, et faisant des établissements à même
hauteur, en avant des communications transversales, comme chaînons de
parallèles générales, de 300m en 300m; les points forts d'une parallèle
précédente, serviront du réduits, aux parties correspondantes de la
parallèle nouvelle, sur laquelle on prend position; et les postes
avancés du celle-ci deviendront plus tard les points forts d'une 3e
parallèle ultérieure. La nécessité de ces précautions est également
démontrée par la sanglante journée du faubourg Saint-Antoine, le 2
juillet 1652, et par les longues luttes de Sarragosse en 1808.

       *       *       *       *       *

299. Pour ce qui est du détail des cheminements, éviter toute
échauffourée; à mesure qu'on s'empare d'une maison, s'y établir, la
créneler, boucher les basses ouvertures sur la rue.

Élargir la communication avec le précédent bâtiment pris, avant d'en
attaquer un autre plus éloigné.

300. Les mines peuvent avoir l'inconvénient d'arrêter plusieurs jours
par les incendies qu'elles produisent, comme cela eut lieu dans la rue
des Munitions, le 1er février, au deuxième siège de Sarragosse.

Le meilleur moyen est le fourneau peu chargé, de manière à percer et à
ébranler les maisons sans les renverser, ni ouvrir de grands entonnoirs
vus de toutes parts; il y reste encore des abris contre les feux
plongeants des édifices voisins.

Dans l'espace de 24 heures, on avance ainsi de 80 à 100 mètres; on a par
attaque 30 hommes tués ou blessés; on gagne, de chaque côté de rue, 4 ou
5 maisons.

À chaque attaque, il y a 50 sapeurs, 50 travailleurs et 100 soldats
armés, dont une moitié en réserve.

On consomme, en 48 heures, pour une mine, 100 à 150 livres de poudre; on
prend, par ce moyen, 4 à 5 maisons fortifiées.

Profiter des caves pour communiquer sous les rues; les employer comme
entrées de rameaux; éviter autant que possible, ainsi que cela eut lieu
au deuxième siége de Sarragosse, de coffrer et d'être en arrière de la
sape.

Après chaque explosion, on s'empare d'une ou de plusieurs maisons; la
réserve relève les troupes qui y sont logées; l'ordre est donné pour le
travail de nuit.

301. La nuit, on ouvre les communications avec les maisons prises de
jour; on traverse, à la sape, les rues transversales: 10 sapeurs et
quelques travailleurs suffisent à chaque attaque.

Profiter du jour pour bien reconnaître les communications; dans les
ordres être clair et précis, afin d'éviter des méprises fâcheuses, comme
le fut celle d'un régiment qui, au premier siége de Sarragosse, vint
dans un passage tortueux et étroit, où quelques hommes l'arrêtèrent.

302. Les communications seront établies le long des rues non enfilées
par l'ennemi, ou sur le côté de celles qui sont battues; on les fera
droites autant que possible; elles ne seront contournées que pour éviter
un passage périlleux ou difficile.

On allumera, de distance en distance, des petits feux, en lieux
couverts, pour y servir de repaires pendant la nuit.

Des draps ou des tapis, pendus à des cordes d'un côté de rue à l'autre,
couvriront les communications que l'on ne pourra défiler autrement.

       *       *       *       *       *

303. Pour franchir d'une maison à une autre, on fera, à chaque étage,
des créneaux, et ensuite quelques grosses ouvertures, dont une sur le
toit pour le passage; d'autres trous et créneaux, s'il est possible,
sont percés sur les flancs ou au-dessous, pour obliger l'ennemi à
évacuer sans se défendre.

304. Si l'ennemi dispute une chambre, on ouvre des créneaux en face des
siens, l'on tiraille des deux côtés; la chambre intermédiaire se remplit
bientôt de fumée; le sapeur s'y glisse à plat-ventre jusque sous les
canons de fusil des défenseurs; il se lève, frappe les fusils à coups
redoublés, avec une barre à mine, oblige à les retirer; aussitôt des
hommes déterminés embouchent les créneaux, y jettent des grenades et
forcent l'ennemi à défendre un mur plus éloigné.

Si un gros mur arrête, les sapeurs réduisent son épaisseur avec la
pioche avant d'y faire ouverture; puis ils le renversent d'un seul coup
sur l'ennemi. Si le temps manque, ils le font sauter avec un sac de
poudre.

305. Il est surtout nécessaire d'occuper en force les toits, pour y
blottir, derrière les cheminées ou les lucarnes, d'adroits tirailleurs,
qui feront évacuer les parties inférieures ou empêcheront les retours
offensifs de l'ennemi sur les derrières et communications des attaques.
Il ne faut s'aventurer, dans une cage d'escalier, qu'après s'être rendu
maître des toits et étages supérieurs.

Si l'on pénètre plus avant dans les étages élevés, on déloge les
défenseurs de l'étage inférieur, soit en menaçant leurs communications,
soit en les fusillant par les ouvertures faites aux planchers. Dans
cette position, on n'aura à craindre, ni la fusillade sans effet de bas
en haut, ni l'incendie dont l'emploi est presque toujours dangereux pour
celui qui se défend.

Les coupures d'une chambre ou d'un corps de logis à l'autre sont
franchies à l'aide de madriers, également utiles pour se préserver des
feux de flanc, en les appuyant contre les créneaux; on s'abrite des feux
de l'étage supérieur, à l'aide de paniers mis sur la tête, et au-dessus
du fond desquels sont fixées des rondelles en forts madriers.

306. Si l'on ne peut vaincre la résistance des défenseurs établis dans
un étage supérieur, on se hâte de mettre le feu en dessous, ou d'y faire
déposer, par une escouade d'élite, un sac de 100 à 150 livres du poudre;
ce moyen est suffisant pour chasser l'ennemi et ouvrir le bâtiment sans
le renverser; il restera encore, après l'explosion, des abris contre les
feux plongeants des maisons voisines.

Si plusieurs assauts n'ont pu faciliter l'entrée dans le bâtiment, il
faut l'incendier. On lance dessus les toits, contre les fenêtres et les
portes, des flèches entortillées de mèches allumées, des tourteaux
goudronnés; on tire sans relâche sur le feu à coups de fusil ou de
canon, pour empêcher d'éteindre ou de jeter les parties enflammées
dehors.

Ou peut aussi incendier les bâtiments voisins du côté du vent;
approcher, de la partie de la maison la moins bien défendue, des
matériaux combustibles, auxquels on met le feu; ou saper un mur et
jeter, par l'ouverture, des grenades ou carcasses enflammées.

Ces diverses attaques se font simultanément à tous les étages d'une même
maison, afin de n'être pas exposé, soit à la fusillade à travers les
planchers supérieurs, soit aux grenades jetées par les cheminées ou les
toits.

Il est surtout nécessaire d'occuper ceux-ci en force. Les Espagnols en
profitèrent, à Sarragosse, pour faire des sorties sur nos derrières et
pour couper nos communications.

307. De nuit, enduire de résine les portes faiblement barricadées, et
ensuite y mettre le feu.

Battre à coups de bélier celles qu'on est obligé d'enfoncer de nuit.

308. Donner les assauts aux bâtiments et positions, dès le point du
jour, afin d'éviter les méprises et de ne pas laisser le temps à
l'assiégé de replacer ses postes pendant la nuit.

Si l'on marche vers une grande communication ou une place bien connue,
ou si l'on veut donner le change et surprendre, on peut s'écarter de ce
principe.

       *       *       *       *       *

309. Il est inutile de faire remarquer l'avantage incontestable des
armées régulières ainsi engagées, avec entière liberté de déployer toute
leur majestueuse et invincible puissance.

S'il n'y avait de plus grands malheurs à éviter, de tristes mais
impérieux devoirs à remplir, et la perspective d'un ineffaçable outrage
au drapeau, on n'éprouverait peut-être qu'une sorte d'intérêt pour des
populations ennemies révoltées toujours follement compromises, en
pareille circonstance, sans chefs expérimentés, sans organisation, sans
discipline, sans armes, sans matériel et sans approvisionnements
suffisants.

La lutte pourra être lente et sanglante: mais, à une heure prévue, le
succès est assuré. Ici et en tout, la disproportion est si grande, que
la raison ne peut même s'expliquer une tentative sérieuse et réfléchie.
D'un autre côté, l'honneur militaire a trop de prestige pour permettre,
à cet égard, le moindre doute.

Les populations qui auront le courage de soutenir leurs garnisons
assiégées et de défendre avec elles, non-seulement les remparts, mais
encore l'intérieur des villes contre l'étranger, pourront aussi
succomber dans une lutte inégale; mais ce sera après avoir noblement
bravé toutes les horreurs d'un long siége, pour la défense de leurs
foyers, l'indépendance et l'honneur de la patrie: les projets les plus
importants de l'armée d'invasion auront été remis ou abandonnés: une
inquiétude salutaire les rendra désormais plus timides, moins décisifs:
le monde entier respectera une telle chute, désormais la gloire et la
force du pays, et, pour toutes les nations, une nouvelle leçon de
patriotisme.



CHAPITRE VII.

_Récapitulation._



§ Ier.

DISPOSITIONS PERMANENTES.


310. En France, on ne se soucie guère de voir trop répéter la même
pièce: l'Empire nous a saturés de gloire, la Restauration et le
Gouvernement de Juillet de liberté prospère, les premiers mois de 1848
de désordres sanglants; ceux-ci, pour longtemps, ne sont donc plus à
craindre chez nous; mais l'étranger n'a ni les mêmes enseignements, ni
la même satiété.

Les événements des dernières années renferment de grandes leçons pour
les Gouvernements européens; ceux qui ne se mettraient pas sérieusement
en mesure de résister à la violence des ouragans révolutionnaires
manqueraient à leur mission.

Une sage prévoyance doit éviter aux bons citoyens ces luttes
fratricides, et empêcher que les sources providentielles de l'aisance du
peuple ne soient subitement taries.

Les nations, menacées de décadence subite, au milieu de leur plus grande
prospérité, implorent aussi protection contre un danger si grand.

Ces habitudes de guerre civile, de plus en plus enracinées dans une
partie des populations européennes, nécessitent pour les grandes
capitales, à l'instar de ce qui a déjà lieu dans quelques-unes,
l'adoption des dispositions suivantes:

       *       *       *       *       *

311. Installation successive de tous les ministères, des principales
administrations, de la Poste, de l'Imprimerie nationale, des
Messageries, dans un grand quartier militaire, autour du chef du
Gouvernement et des pouvoirs législatifs: les mesures de défense
précédemment prescrites deviendront plus faciles.

312. À l'avenir, les casernes seront construites dans des positions
militaires, de manière à faciliter l'attaque comme la défense, à pouvoir
être gardées par peu de monde, et contenir des forces considérables
libres de déboucher dans plusieurs directions.

Elles seront, soit à la circonférence du quartier militaire, soit dans
les arrondissements les plus éloignés du centre, pour commander les
grandes avenues et les faubourgs remuants.

Chaque mairie, avec une caserne en face ou attenante, pour 1, 2 à 3
bataillons de ligne, dominera sa circonscription délimitée
militairement; une place ou une cour intermédiaire liera ces deux
établissements jumelés, qui formeront centre de défense et
d'approvisionnements de tous genres à débouchés nombreux.

Ainsi le ralliement des gardes nationaux devient facile; et en
revêtissant l'uniforme de ces derniers, les insurgés ne peuvent
dominer, par surprise, dans les mairies ou légions.

313. De l'établissement de l'administration municipale dans un hôtel de
ville central, d'où surgissent ordinairement les pouvoirs
révolutionnaires, résultent, pendant la crise, l'isolement,
l'antagonisme des autorités principales, la nécessité de la dispersion
des forces.

On en finirait, avec chacun de ces forum de l'anarchie, en y
établissant, soit une caserne, soit un hôpital civil: l'administration
centrale serait placée dans le quartier militaire, sous la main du chef
du Gouvernement.

Peut-être même, malgré tous les inconvénients d'un ordre différent qui
pourraient en résulter, conviendrait-il de diviser chacun de ces
pouvoirs uniques, dangereux et presque toujours si mal placés, en
plusieurs grandes directions civiles établies au centre des divisions
militaires de ces capitales, correspondant à ces divisions, et
centralisant chacune trois ou quatre arrondissements avec les banlieues
attenantes.

Avoir, dans chaque état, dans chaque grande capitale, plusieurs centres
importants d'une administration unique, c'est fractionner et affaiblir
la révolte; les réunir, tout en divisant les pouvoirs, séparant les
attributions et multipliant les spécialités, c'est désarmer; il ne
reste de centralité et de fort que l'anarchie.

       *       *       *       *       *

314. Un ordre pareil à ceux qui existent dans les places de guerre, pour
les cas d'alerte, étudié et rédigé d'avance, d'après les principes
précédents, serait connu de tous les chefs militaires, de manière à ce
que chacun puisse s'y conformer, au premier avertissement.

Ainsi la concentration de tous les corps sur leurs positions de combat,
s'ils n'y sont déjà établis en permanence, se fera militairement, par
une agglomération progressive le long de communications faciles et
assurées, dans le temps convenable et sans que ces corps cessent un
moment d'être utiles à la répression, sur la voie stratégique qu'ils
parcourent.

315. Ces principes, d'après lesquels la troupe doit être employée pour
réprimer les émeutes, sont écrits dans l'histoire des guerres civiles
qui, à diverses époques, ont désolé le monde; par les événements de
Paris en 1830 et 1832, ceux de Lyon en 1831, ils avaient acquis un tel
degré d'évidence qu'il eut été impardonnable de les méconnaître.

Disperser la troupe par pelotons, sur les places et rues, sans moyens
d'attaque ou de défense, au fur et à mesure que les émeutiers s'y
agglomèrent; la laisser ainsi stationner au milieu de ces derniers, sans
repos ni abris, et quelquefois sans vivres; suivre le désordre partout
où il lui convient d'agir et de prendre position, sans réserves ni bases
fixes, ni points d'appui ou centres de commandement, ce serait ne pas
agir militairement et compromettre le salut de l’État.

       *       *       *       *       *

316. Les armées, leurs nobles institutions, les principes salutaires et
traditionnels d'où résultent la force, la discipline, la fidélité au
drapeau, l'énergie du devoir sont les soutiens des États.

Par leurs institutions, par la nature du service habituel, par le
maintien de la force militaire dans les meilleures conditions, les
armées, restent mobiles et puissantes.

En temps de paix, les corps dont la spécialité, dont l'organisation
fortifient la discipline, sont relativement plus nombreux.

Partout, le militaire demeure complètement étranger aux passions qui
divisent le pays, et au milieu desquelles son intervention calme
pourrait être réclamée.

Banni d'une société, l'ordre régnerait encore longtemps dans son armée.

317. L'état-major général est un des principaux éléments de force; il
s'entretient actif et vigoureux, dans l'exercice le plus large du
commandement et de l'initiative.

Le commandement est fortifié par une centralisation réelle des
spécialités; c'est un principe salutaire de force pour la société
européenne.

318. Des lois de recrutement, sans déclasser les populations tranquilles
et laborieuses, attirent aux armées les hommes inoccupés et retiennent
longtemps les vieux soldais au service; elles font partout de l'état
militaire, à l'opposé de l'imprudent système de landwehr, une véritable
profession spéciale; du telle sorte que la partie aguerrie de chaque
nation soit dans l'armée et non en dehors.

Ces lois se prêtent à l'extension la plus complète, la plus rapide de la
force armée pour le cas d'invasion du territoire ou d'une coalition, en
vue desquelles elles ne sont cependant pas conçues exclusivement: car il
y a d'autres éventualités.

319. Partout les milices bourgeoise sont constituées d'après ce
principe, qu'en militarisant moins de monde, mais plus complètement,
dans un but plus sérieux d'une réelle utilité, on augmente d'autant le
prestige militaire.

Des armées passons au triste théâtre de leur action considérée du point
de vue de ce livre. Tel est l'état des choses, qu'il faut désormais se
dérober au spectacle admirable des plus rassurantes institutions, pour
se préoccuper exclusivement de difficultés qui seraient désespérantes,
si, après tant de dévastations, la société n'avait pas, pour les
vaincre, une surabondance de moyens plus grands encore.

       *       *       *       *       *

320. Les principales communications intérieures, telles que les quais,
les boulevards, les rues importantes, ne devraient point être pavées, ni
plantées d'arbres: les progrès de la science des constructions
permettent d'espérer, à cet égard, une solution qui satisfasse toutes
les nécessités.

Il faudrait même que ces grandes voies fussent plutôt bordées par des
maisons précédées de cours ou de jardins que par des bâtiments contigus
et à un grand nombre d'étages: cette modification est plus désirable
que facile à obtenir.

321. Un obstacle, rivière, canal, escarpement, pâté longitudinal de
maisons sans passage, vieille enceinte ou muraille, dont les rares
intervalles ou défilés, à 1200m les uns des autres, seraient commandés
par autant de casernes, et des deux côtés duquel existerait une
communication large et facile, diviserait ou arrêterait l'insurrection;
il permettrait de porter successivement, contre ses différentes
factions, des réserves importantes.

Chaque intervalle d'obstacle, créé _ad hoc_, coûterait plusieurs
millions, y compris les expropriations.

On pourrait, à la rigueur, se servir d'un pareil obstacle, soit pour
entourer et couvrir, en partie, le quartier militaire, soit pour diviser
et maintenir un arrondissement difficile; soit enfin pour dominer toute
une ville, à l'aide d'un tracé particulier.

322. Des sémaphores mettraient en rapide communication, pendant le jour
et la nuit, les mairies avec le centre du Gouvernement, l'hôtel de
ville, la police centrale, l'état-major de la garde nationale et les
quartiers généraux des divisions ou subdivisions militaires, _intrà_ ou
_extrà muros_.

323. Des peines successivement plus fortes menaceraient:

1° Les individus non armés faisant partie des rassemblements;

2° Ceux qui commettraient des dévastations;

3° Les individus armés étrangers à la garde nationale;

4° Les étrangers à la garde nationale, qui revêtiraient son uniforme;

5° Ceux qui construiraient des barricades;

6° Les chefs d'attroupements, afficheurs de proclamation, péroreurs;

7° Les personnes chez qui se tiendraient des réunions séditieuses;

8° Ceux qui désarmeraient les gardes nationaux à domicile, dans les rues
ou qui pilleraient des magasins d'armes;

9° Les meurtriers de gardes nationaux, soldats, ou autres citoyens;

10° Les provinciaux récemment arrivés dans la capitale et coupables de
l'un des délits précédents;

11° Les étrangers, et successivement les individus suivants qui
seraient dans le même cas;

12° Les employés des administrations;

13° Les réfugiés politiques et étrangers;

14° Les repris de justice;

15° Les hommes en rupture de ban.

324. 6 à 8,000 réfugiés de toutes les nations ont pris la part la plus
active aux désordres européens; une réserve révolutionnaire de tous les
pays se transporte successivement d'une capitale à l'autre et y impose
l'anarchie.

Les étrangers, à qui un peuple accorde refuge, n'ont pas le droit de se
mêler d'affaires qui le regardent seul; encore moins de décider de son
avenir.

325. Les dépenses, pour dégradations commises pendant l'émeute, dans
chaque quartier, seraient exclusivement à la charge de l'arrondissement.

Tout individu, dont une partie du mobilier aurait servi à élever une
barricade, serait passible, à moins de cas de force majeure constatée,
d'une amende égale au montant de ses contributions réunies.

Le locataire d'un appartement, duquel on aurait fait feu sur la troupe,
serait, à moins de force majeure également constatée, passible d'une
amende équivalente à une ou deux fois son loyer.

Des amendes plus importantes frapperaient les cabaretiers, logeurs et
chefs d'établissements auteurs des mêmes délits, par négligence ou
mauvaise intention.

       *       *       *       *       *

320. Les maisons garnies, les logeurs, les dépôts de remplaçants, ainsi
que les arrivages des voitures publiques, exigent la surveillance la
plus active.

Les propriétaires et maîtres d'hôtels doivent déclarer, dans les 24
heures, les noms, qualités, lieux de départ et de destination des
personnes descendues chez eux, sous peine, en cas de condamnation
desdits individus pour délits politiques, de payer une amende au plus
égale au loyer de leur maison ou hôtel.

Le déplacement des ex-fonctionnaires ou des pensionnés est également
surveillé.

327. Le séjour des grandes villes serait interdit aux personnes
étrangères non munies d'un passeport ou d'un livret en règle. Toute
famille ruinée tombe à la charge d'une capitale; le nombre des
mécontents y augmente chaque jour.

Les repris de justice doivent être éloignés à 30 lieues des grandes
villes et punis en cas d'arrestation dans celles-ci.

328. Il y a un ensemble de mesures à prendre à l'égard de quelques
cabarets, quant à leurs emplacements plus ou moins favorables à la
révolte comme dépôts d'armes, de munitions et comme centres d'action;
quant aux intentions des personnes qui les tiennent, à leur
responsabilité et à la surveillance dont ils devraient être l'objet.

Certains cabarets sont les clubs les plus dangereux, les véritables
lieux de dépôt, d'organisation, de recrutement, d'excitation et les
centres d'action de l'émeute; c'est là que les insurgés passent leurs
revues, et sont entretenus sur le pied de la révolte: c'est de là que
part le signal.

Dans les cabarets sont détournés les fruits du labeur journalier; les
familles délaissées, oubliées, y voient une cause incessante de misère
et de désordres intérieurs; beaucoup de délits, de crimes publics ou
privés s'y préparent également: de toutes les prépondérances, la plus
regrettable serait celle de l'estaminet.

329. Les armuriers et les débitants de poudre, commissionnés et
constamment surveillés, seraient tenus d'inscrire sur leurs registres, à
chaque vente, les noms, la demeure et la qualité de l'acquéreur assisté
de témoins.

Leurs boutiques, autant que possible voisines des mairies, casernes ou
postes, seraient solidement grillées et closes; pendant l'émeute, on ne
pourrait pas les forcer facilement.

Les magasins ne contiendraient pas au delà d'une certaine quantité
d'armes et de munitions; les premières seraient démontées et
incomplètes. La fabrication de la poudre coton, sévèrement punie en tout
temps, le serait plus encore pondant l'émeute.

En temps anormal, et dans une capitale complètement organisée en vue de
périls journaliers, n'y aurait-il même pas lieu d'exagérer toutes ces
précautions, pour quelques quartiers les plus importants?

Ainsi, les principaux magasins indispensables, pendant une insurrection,
pour les approvisionnements de tous genres, pourraient être, soit à
l'abri de toute attaque, par la solidité de leur clôture; soit groupés
autour des mairies et de quelques positions tertiaires déterminées à
l'avance.

Pendant la lutte, la vente s'y ferait à des heures déterminées, en
présence des agents de l'autorité; l'action de la troupe et de la garde
nationale, vis-à-vis d'une insurrection privée de moyens, serait
d'autant mieux assurée.

330. Les clochers, d'où l'on pourrait tirer des coups de fusil et sonner
le tocsin; les édifices publics, non susceptibles d'être gardés pendant
la lutte, seraient bien clos dans le pourtour de leur rez-de-chaussée et
fermés de portes assez solides pour qu'on ne puisse s'y introduire
facilement; au besoin, les clefs de l'escalier de chaque clocher
seraient de suite remises aux mairies.

On ne perd pas de vue les maisons particulières qui enfilent les rues,
dominent les environs et les carrefours: on empêche qu'elles ne soient
occupées par les rebelles; on les garnit, s'il le faut, de fusiliers.

       *       *       *       *       *

331. Imposer des limites à l'extension exagérée des industries de même
nature; à l'agglomération en trop grands ateliers, dans et autour des
capitales.

Faire peser une certaine responsabilité sur les chefs de ces
établissements; l'avenir des sociétés ne peut dépendre du plus ou du
moins de prévoyance des spéculateurs.

Pendant l'émeute, ou s'assure que les ouvriers restent à l'ouvrage; une
prévision est nécessaire à cet égard.

332. L'administration doit combattre la misère, non en ouvrant
simultanément un nombre de travaux considérables dans la capitale, ce
qui augmenterait, au delà de tous les besoins normaux, la classe
ouvrière et les petits établissements qu'elle fait prospérer.

Au moment tôt ou tard inévitable de la brusque clôture de ces
entreprises extraordinaires dans une seule localité, surgiraient des
misères impossibles à soulager.

Mais on entreprendrait successivement des travaux aux alentours, et de
plus en plus loin, afin d'y retenir les ouvriers et de diminuer d'autant
la masse de ceux qui ont peine à vivre dans les grandes villes. On
éviterait ainsi à cette classe, trop souvent malheureuse, un
déclassement qui la ruine.

       *       *       *       *       *

333. On a proposé d'établir, comme agents de sûreté, par quartier de
100,000 âmes de chaque capitale,

1 Commissaire de police central,
dépense annuelle.                          3,000 fr.

5 _Id_. de quartier.                      10,000

25 Sergents de ville.                     25,000

250 Agents de police.                    125,000
___

281 Agents de sûreté donnant lieu        __________
à une dépense annuelle de                163,000 fr.

6 sergents de ville et 60 agents, c'est-à-dire six brigades de dix
hommes se relevant toutes les six heures, suffisent pour parcourir
constamment les divers quartiers d'un arrondissement.

Les sergents et agents de police ont, sur leur uniforme, un n° d'ordre
et la lettre du quartier, dont ils connaissent les rues, les habitants
et les gens suspects.

Chaque réunion de quatre brigades surveille 25 rues, places, quais,
passages, boulevards ou ports.

334. On compte habituellement, en temps les plus tranquilles, dans une
capitale et par arrondissement de 100,000 âmes, un régiment d'infanterie
de 2,000 hommes, et près d'un million de dépenses annuelles, pour la
garnison.

En réduisant dans les circonstances ordinaires, là où les précédents et
les habitudes de la population le permettraient, cette garnison ainsi
que cette dépense du tiers, on ferait, a-t-on dit, plus que l'économie
nécessaire pour payer l'excédent d'agents de police, qui résulterait de
ce projet.

La tranquillité journalière serait assurée; la troupe pourrait être
utilement employée ailleurs, dans l'intérêt de l'état et du maintien des
traditions militaires.

Si des troubles graves, si des circonstances anormales nécessitaient
éventuellement la présence d'une force armée plus considérable et son
intervention, la garnison serait bientôt secourue par une ou plusieurs
divisions, survenant pour agir d'une manière militaire et avec d'autant
plus de chances de succès.

À l'aide des communications par chemins de fer ou bateaux à vapeur, des
camps convenablement placés pourraient ainsi exercer au loin leur
puissante action.

Napoléon, alors qu'il était obligé de jouer chaque jour la fortune du
monde aux extrémités de l'Europe, et à une époque où n'existait pas la
même rapidité de communications, contenait ou défendait les contrées
laissées au loin derrière lui, avec un petit nombre de camps
successivement renforcés, au besoin, par des réserves d'élite agissant,
sur une circonférence de 7 à 8 journées de marche, à l'aide de relais de
postes habilement organisés.



§ II.

DISPOSITIONS PENDANT L'ÉMEUTE.


335. Si la majeure partie de la population est contre l'émeute,
l'autorité l'invite, dès les premiers rassemblements, à porter un signe
qui la distingue des révoltés et constate leur isolement.

L'autorité municipale, les chefs de légions, les agents de sûreté
empêchent également que les insurgés ne se glissent travestis dans les
compagnies de la garde nationale, ou n'agissent au nom de celle-ci.

336. Par d'incessantes patrouilles jumelées, lancées de chacun des
centres d'action sur des directions parallèles et voisines, on cerne, on
dissipe les groupes; on y arrête les meneurs, serait-ce dans la
proportion de un sur dix, de manière à intimider l'émeute, à dissoudre
ses cadres.

Dans chaque mairie, une commission permanente met de suite en liberté la
moitié ou le tiers des moins coupables, parmi les individus arrêtés: on
interroge, on fait observer les autres.

       *       *       *       *       *

337. En cas d'émeute sérieuse, la circulation est interdite aux voitures
et à toutes personnes étrangères à l'autorité ou non employées par elle.

Les messageries partent et reviennent toutes à une grande place, ou
enclos du quartier militaire, surveillé et gardé.

338. Les boutiques des armuriers, marchands de vin, débitants de poudre
et de plomb, pharmaciens, toutes à clôtures solides, et dans les plus
importants quartiers à proximité des mairies ou des centres d'actions
militaires, seront fermées et surveillées par la garde nationale de
l'arrondissement.

339. La troupe, assistée d'un commissaire de police, d'un officier
municipal ou de trois gardes nationaux du quartier, dont un officier,
pourra pénétrer dans les maisons, jardins et cours, soit pour les
visiter, soit pour les occuper ou empêcher que l'émeute ne les envahisse
dans le but de les défendre.

S'il y avait refus de la part des propriétaires, on aurait le droit de
s'y installer, en respectant, autant que possible, les personnes et les
propriétés.

En cas de soumission de la part des habitants, la force armée ou l’État
deviendrait responsable des dégâts, des pertes ou des accidents
éprouvés.

       *       *       *       *       *

340. Les chefs d'établissements industriels, les administrations
publiques et particulières tiendront réunis leurs employés étrangers à
la garde nationale; ils adresseront chaque jour, aux mairies, l'état des
individus présents ou absents, lequel pourra être vérifié.

341. Les bureaux de journaux et les imprimeries, dans ou à l'occasion
desquels il y aurait des réunions hostiles, seraient momentanément
fermés.

Un journal anarchique et les feuilles de province qui deviendraient
bientôt ses succursales, dans chaque localité, pourraient constituer, en
face de l’État, un véritable Gouvernement révolutionnaire avec toute une
hiérarchie d'agents.

       *       *       *       *       *

342. Le télégraphe donne fréquemment des nouvelles sur les diverses
lignes.

Chaque courrier, chaque messagerie, emporte et distribue, sur sa route,
des bulletins imprimés où l'autorité résume la situation des choses.

Des bulletins plus fréquents, plus détaillés, sont affichés aux portes
des mairies, casernes, centres d'action et postes conservés à
l'intérieur de la capitale.

343. Dans les provinces, des mesures sont prises pour protéger le
service des télégraphes, des chemins de fer et des relais de poste.

Ou assurera de deux manières les communications menacées:

1° Par la remise des dépêches à des voyageurs connus ou à des agents en
mission.

2° Les directeurs de poste font parvenir, sans retard, aux
fonctionnaires voisins, les nouvelles importantes; et ces derniers les
communiquent aux autorités limitrophes qui peuvent ne pas les connaître.

344. Le télégraphe ou des estafettes portent immédiatement, à
quelques-uns des généraux commandant les divisions militaires
territoriales, l'ordre de faire usage, comme commissaires généraux
extraordinaires, des pleins pouvoirs pour l'exercice desquels ils
auraient d'avance les instructions nécessaires.

Ces gouvernements accidentels, délimités militairement et de manière à
grouper des pays et des intérêts homogènes, auraient une étendue, une
population, une importance et des ressources telles que la résistance y
serait possible contre toute influence anti-nationale.

Chacun de ces gouvernements compterait: 2 à 4 mille lieues carrées de
superficie; 2 à 4 millions d'habitants; 25 à 30,000 hommes de troupes de
ligne de toutes armes avec les états-majors, les moyens administratifs
et approvisionnements nécessaires.

Les chefs-lieux de ces gouvernement accidentels doivent également être
importants sous les rapports militaire, administratif et commercial; ils
commandent les grands cours d'eau et les communications principales:
leur choix dépend aussi de l'esprit des populations, dont on peut
attendre indifférence ou appui; des états étrangers circonvoisins amis
ou ennemis; des postes ou cordons de places fortes à proximité; du
chef-lieu éventuel de gouvernement central que l'on se propose de
choisir, en cas d'évacuation de la capitale comme moyen extrême; il
dépend enfin des rapports généraux de défense ou d'approvisionnements
qu'il serait nécessaire d'établir pour une lutte sérieuse contre
l'anarchie.

Chaque commissaire général, dans son importante circonscription,
concentrerait accidentellement en ses mains et exercerait, sur sa
responsabilité, tous les pouvoirs y compris celui de déclarer l'état de
siége.

345. Ces commissaires généraux, à dix ou douze marches les uns des
autres, réunissent autant d'armées, organisent autant de centres de
résistance énergique à la révolte.

Ils communiquent, avec le Gouvernement, par les voies les plus promptes
et les plus fréquentes.

Ils correspondent avec toutes les autorités de leur ressort, qu'ils
suspendent, révoquent ou investissent de certaines attributions.

Ils peuvent réunir les conseils provinciaux, auprès d'eux, ou autour des
chefs d'administration.

Ils maintiennent partout l'ordre, dans les limites de leur situation
militaire et politique, et tiennent les populations au courant de la
marche des événements.

Ils ont autorité pour mobiliser les gardes nationales, rappeler les
réserves de l'armée et faire toutes réquisitions.

Partout, et principalement sur les grandes communications, les milices
urbaines, les agents de sûreté, les garnisons veillent, font des
patrouilles, arrêtent tous gens suspects revenant de la capitale ou s'y
rendant sans papiers.

Les commissaires généraux peuvent, sur leur responsabilité, porter aux
extrémités du commandement, vers la capitale ou les villes qui
réclameraient ces secours, des troupes de ligne et de garde nationale,
pour s'y tenir prêtes à franchir cette limite à la demande, soit du
Gouvernement, soit du commissaire général limitrophe.

Toujours la garde nationale est mobilisée par fractions constituées; les
hommes, dont l'indisponibilité est régulièrement constatée, sont seuls
exempts de marcher.

Ainsi, au premier signe du télégraphe, les divers pouvoirs aussitôt
centralisés par grandes circonscriptions constitueraient chacune de
celles-ci, dans l'étendue de la nationalité menacée, et sous la
direction du gouvernement central, sur un pied de résistance redoutable,
contre toute tentative de guerre civile.



§ III.

CAUSES GÉNÉRALES D'ANARCHIE.


346. Terminons par des considérations qui, bien que diverses, sortent
des entrailles même du sujet: car le seul moyen préventif réellement
efficace serait la suppression de causes puissantes quoique d'un ordre
différent; ne pas laisser produire le désordre vaut certes mieux que
d'avoir périodiquement à le combattre sur une arène sanglante: sous ce
rapport, et s'il était donné à l'humanité de ne pas s'égarer sans cesse,
ou de pouvoir revenir facilement sur ses erreurs, le sombre sujet de ce
livre pourrait heureusement perdre tout intérêt.

       *       *       *       *       *

347. «Repassez, dit Massillon, sur les grands talents qui rendent les
hommes illustres; s'ils sont donnés aux impies, c'est toujours pour le
malheur de leur nation et de leur siècle. Les vastes connaissances
empoisonnées par l'orgueil ont enfanté ces chefs et ces docteurs
célèbres de mensonge qui, dans tous les âges, ont levé l'étendard du
schisme et de l'erreur, et formé, dans le sein même du christianisme,
les sectes qui le déchirent.

«Ces beaux esprits si vantés, et qui par des talents heureux ont
rapproché leur siècle du goût et de la politesse des anciens, dès que
leur cœur s'est corrompu, ils n'ont laissé au monde que des ouvrages
lascifs et pernicieux, où le poison, préparé par des mains habiles,
infecte tous les jours les mœurs publiques, et où les siècles qui nous
suivront viendront encore puiser la licence et la corruption du nôtre.

«Tournez-vous d'un autre côté, comment ont paru sur la terre ces génies
supérieurs, mais ambitieux et inquiets, nés pour faire mouvoir les
ressorts des états et des empires, et ébranler l'univers entier? Les
peuples et les rois sont devenus le jouet de leur ambition et de leurs
intrigues; les dissensions civiles et les malheurs domestiques ont été
les théâtres lugubres où ont brillé leurs grands talents.

«Esprits vastes, mais inquiets et turbulents, capables de tout soutenir,
hors le repos, qui tournent sans cesse autour du pivot même qui les fixe
et qui les attache, et qui, semblables à Samson, sans être animés de son
esprit, aiment encore mieux ébranler l'édifice et être écrasés sous ses
ruines, que de ne pas s'agiter et faire usage de leurs talents et de
leur force. Malheur au siècle qui produit de ces hommes rares et
merveilleux! et chaque nation a eu là-dessus ses leçons et ses exemples
domestiques.»

       *       *       *       *       *

348. La guerre civile ruine les nationalités sous des formes diverses:
mais toujours le fléau résulte d'un état de civilisation anormal. De nos
jours, cette idée a été développée avec le langage de la plus vive
préoccupation.

Dans la Vendée, a-t-on dit, il y eut défaut d'activité et de centres de
population, au milieu d'un dédale de borderies, échappant à toute
influence réelle par leur isolement, leur petitesse et leur nombre.

Les grandes capitales offrent aujourd'hui des inconvénients contraires:
et, après tant d'efforts de plusieurs siècles, l'homme, parvenu à une
haute civilisation, retrouverait-il, à coté, l'ingouvernable rudesse des
contrées primitives, surexcitée par le besoin des jouissances, l'excès
des misères?

Dominé par de nouvelles préoccupations, il sonderait épouvanté les
redoutables mystères d'une autre société longtemps ignorée: en présence
de l'envie des uns, de la turbulence, de la légèreté des autres, quelle
mission auraient ces hommes de diverses nations, invisibles, errants ou
flétris par la justice, dans l'immense dédale de tant de quartiers, de
rues, de maisons, d'étages, de réduits, ainsi pressés et superposés?

Chaque jour y condense plus imprudemment la vie, l'activité, les
richesses, les passions, les mécontentements d'un grand pays, classe
vis-à-vis classe, intérêts vis-à-vis intérêts, au risque d'explosions
redoutables.

Si le progrès du mal continuait, on en viendrait peut-être à se
demander: quelle administration possible pour tant de nécessités
diverses; quelle police pour ce nombre de délits et de sinistres
projets; quelle règle pour trop d'appétits échappant à toute censure
réelle; quelle répression facile et non sanglante pour des forces
imprévues, se produisant à l'appel des plus dangereuses passions,
surexcitées par les paroles et les actions de chaque jour?

349. La centralisation ne souffre de vie que dans les capitales;
décentraliser, ce serait diviser le territoire en éléments assez
importants, conservant encore, dans de certaines limites, une existence
administrative propre: de ces limites, que l'on ne choisit pas à
volonté, peuvent résulter, soit l'anarchie, soit une salutaire
pondération.

La centralisation une fois établie devient une nécessité chaque jour
plus grande, par suite de l'affaiblissement graduel du pouvoir local; un
peuple convaincu de ses inconvénients ne serait pas toujours maître de
les atténuer, encore moins de s'en débarrasser.

Regrettons donc que les nations modernes n'aient pas été dirigées sur
une voie de civilisation également éloignée de ces deux extrêmes: _le
défaut et l'excès de centralisation_: et si partagés que puissent être
les avis à cet égard, continuons d'examiner l'un des deux côtés d'une
question que le temps, ou des circonstances au-dessus de toute volonté
humaine, semblent exclusivement dominer.

350. Y-a-t-il nécessité que la capitale soit la ville la plus
considérable de l'empire, pour la population ou pour le mouvement des
esprits? la liberté d'action de l'autorité n'est-elle pas en raison
inverse de l'agitation tumultueuse de son chef-lieu? À certains égards,
il paraîtrait quelquefois plus avantageux, pour la durée des états,
l'indépendance de leurs grands pouvoirs, que le centre du Gouvernement
fût établi en dehors d'une telle ville, mais à proximité: et alors, on
apprécierait l'utilité d'une capitale militaire fortifiée, comme
contrepoids de celle à qui l'on aurait laissé prendre, sans retour
possible, une importance excessive.

Plus la centralisation est complète, a-t-on dit, plus le gros de toutes
les forces nationales se fixe exclusivement dans la métropole: ce séjour
les altère à la longue; et l'influence peut s'étendre jusqu'aux
provinces les plus éloignées.

En transportant le centre de son Gouvernement Lombardo-Vénitien, de
Milan à Vérone, alors qu'il en était encore temps, l'Autriche n'a pas eu
seulement pour but de prendre une ligne militaire contre toutes
éventualités: elle place le pouvoir central en lieu sûr, d'où, libre des
plus redoutables préoccupations, il dominera mieux Milan, que s'il y
demeurait exposé à la contagion d'une atmosphère anarchique.

351. Au même point de vue, il n'y aurait pas toujours nécessité que les
richesses, l'activité et la masse des forces vives d'un État fussent
exclusivement concentrées dans une seule capitale, sous la pression des
passions anarchiques qui y établissent leur empire: l'avantage de
paraître tout diriger plus facilement ne devrait pas faire renoncer à
celui, plus réel, de ne pas tout exposer à la fois? Un peuple sage se
constitue également, quand il le peut, en vue de tous les périls
extrêmes, sans prétendre éviter aussi les moindres.

À de certaines époques exceptionnelles, deux métropoles rivales, par une
importance et des intérêts différents, assureraient peut-être quelque
temps, la durée du pouvoir, les contenant l'une par l'autre; ainsi
s'expliqueraient ces déplacements de capitales, ou ces centres multiples
de gouvernement, dont le singulier spectacle étonne dans l'histoire de
quelques nations.

L'État le moins imparfait ne serait-il pas celui dans lequel de sages
limites assignées aux excès de chaque influence, déterminent une
harmonie où tout se balance? cet équilibre ne peut résulter que de
l'antagonisme constant mais régulier de forces à peu près égales, se
contenant quelquefois l'une l'autre sans trop de violences, et
conspirant presque toujours pour leur grandeur commune.

352. Tel pays se serait exposé à décheoir, au milieu de révolutions
successives, par le fait d'une subdivision administrative et
territoriale uniformément parcellaire, affaiblissant pouvoir et forces
réelles partout ailleurs qu'au centre.

Quels auraient été, à chaque crise révolutionnaire, les moyens réguliers
des autorités attendant du premier courrier, dans une petite
circonscription, leur sort et celui de l'état.

Ailleurs, on aurait supprimé, à la fois, et à tous les points du vue,
social, politique, religieux, territorial jusqu'aux dernières traces des
influences, des antagonismes, des contre-poids, des fonctions rivales
enfin sur lesquelles se fonde un équilibre véritable.

Une telle situation serait peu favorable aux libertés: il semble,
quelquefois, que les empires ainsi uniformément découpés ne puissent
aller que de l'anarchie au despotisme, à travers des convulsions et des
ruines.

353. Tôt ou tard, des dangers sérieux résulteraient également d'une
constitution d'état opposée; mais est-il donné de rester longtemps dans
une situation raisonnable: l'essentiel, le possible est de ne pas trop
s'écarter de cet équilibre instable où les passions humaines empêchent
de séjourner.

Sitôt que l'on approche de la dernière limite des excès dans un sens, il
ne faudrait pas craindre de pouvoir se retourner vers les maux opposés:
si grands, si inévitables que soient ceux-ci, on ne les subirait pas de
longtemps, et sans avoir traversé, pendant une courte période de
bonheur, la position la plus convenable, mais où il est si difficile de
se maintenir contre la tendance à de successives oscillations
politiques.

Chaque époque a ses infirmités dont il faut d'abord se préoccuper: qui
signalerait, aujourd'hui, le danger des écarts de la foi et du
dévouement; des influences provinciales, de l'esprit de profession, de
classe, de secte ou de nationalité trop exclusifs?

Sans prétendre résoudre, dans un mémoire militaire, un problème aussi
complexe, aussi difficile, et qui, d'ailleurs, doit être pris de loin ou
dans les circonstances les plus favorables, il convient d'insister sur
son importance.

Cette grave question aurait pu être envisagée à un point de vue tout
autre, mais trop étranger au sujet de ce livre pour qu'on doive en tenir
compte ici.

       *       *       *       *       *

354. L'humanité réagit constamment sur elle-même; quand elle n'a pas la
guerre de nation à nation, elle la fait de classe à classe, de gouverné
à gouvernant: ainsi les sociétés se dissolvent.

Les forces vives des peuples paraissent d'autant plus dangereuses, pour
leur bonheur et leur puissance, qu'elles sont plus accumulées par
l'inaction.

Il faut que les nations, aussi bien que l'homme, soient sérieusement
occupées, sinon elles emploient mal leurs puissantes facultés trop
longtemps oisives.

355. Pendant la paix, chacun développe son énergie, son intelligence
dans les affaires; on voit grandir des réputations, des moyens
d'influence et d'action, dont aucuns ne sont à la disposition du
Pouvoir; celui-ci reste privé, ainsi que ses principaux agents, de la
force que donne une activité fécondante; alors les gouvernements
désarment plus encore vis-à-vis les mauvaises passions que contre
l'extérieur; ils perdent une partie de leur puissance; ils détendent
leurs ressorts.

La guerre autorise, oblige même l'État à réunir, augmenter, entretenir,
perfectionner, mettre en action tous ses moyens; alors lui et ses agents
occupent presque seuls la scène; les réputations, les influences sont
exclusivement son partage: la force morale et l'héroïsme deviennent sa
base inébranlable.

La guerre emploie au dehors les forces matérielles d'une nation, donne
une noble direction à ses forces morales.

Une lutte longue et désastreuse épuise un empire; la paix prolongée lui
donne, en dehors du pouvoir, un excédent de vie, de célébrités ou
d'influences qui pourraient le rendre ingouvernable.

356. On a fait observer que ces préoccupations extérieures seraient
indispensables là où les révolutions auraient tout détruit, tout
uniformisé: à défaut d'antagonisme de classes, de sectes, de
professions, de corporations, de pouvoirs, de provinces, on verrait les
passions d'autant plus violentes, qu'après avoir davantage renversé,
elles seraient sans frein: ne sachant plus où se prendre, puisqu'il ne
resterait rien d'humain à combattre ou à détruire, elles en viendraient,
peut-être, à attaquer les éternelles et divines conditions de
l'existence des sociétés, qui seules subsisteraient: la famille, la
propriété, la religion.

Les vœux de paix universelle et de désarmement sont donc irréalisables.

Jusqu'à ce jour, l'humanité a vécu par la famille; par les nationalités
et les religions diverses.

Vouloir abaisser toutes les barrières, détruire toutes les nuances qui
différencient, qui classent, qui facilitent l'équilibre du monde par
l'antagonisme de ses parties; qui assurent le progrès indéfini de
l'humanité par la concurrence, par la division du travail dans
l'acception la plus élevée, la plus générale de ces deux mots, ce serait
préparer la barbarie.

De tous les antagonismes, le moins dangereux, le plus indispensable pour
le bonheur de l'humanité, c'est celui qui résulte de l'esprit de
patriotisme; loi divine du la famille appliquée à l'harmonie de
l'univers.

       *       *       *       *       *

357. Les états, où des révolutions successives ont altéré le principe
d'autorité, sont le jouet de leurs voisins habiles à ne leur point
laisser rétablir les éléments de nationalité.

La grandeur passée d'un peuple et celle qu'il pourrait encore avoir
excitent des états rivaux à le faire périr dans l'anarchie.

Telle puissance ne daigne même pas faire la guerre aux gouvernements qui
gênent sa politique ambitieuse; elle soudoie la révolte et les ébranle
en quelques journées.

Ainsi, au risque de compromettre sa propre existence dans la ruine
commune, elle entretient depuis longues années de malheureux pays dans
cet état normal d'anarchie qui les prive également d'institutions mûries
par le temps et de la puissance des traditions.

À l'aspect des redoutables fléaux qui peuvent chaque fois lui être
renvoyés de tant de nationalités ébranlées par elle, l'appel coupable
aux passions révolutionnaires de tous les pays cessera peut-être; une
politique moins machiavélique peut rendre le repos au monde.

       *       *       *       *       *

358. Trois partis sérieux, et non incompatibles avec toute pensée
d'ordre ou d'avenir, affaiblissent plusieurs sociétés européennes:
l'aristocratie, la bourgeoisie, la démocratie; leur désaccord pourrait
seul faire triompher le génie de la destruction.

L'un de ces partis s'est-il établi au pouvoir..., on a vu les deux
autres aveuglés préparer et décider sa chute, à l'aide de l'anarchie,
qui seule en a profité.

Partout, à chaque révolution, la condition du principe d'autorité et de
la société a également empiré; le nombre et l'influence des hommes ou
des idées anarchiques ont crû, en même temps que celui des hommes ou des
idées d'ordre a diminué; et toujours le flot révolutionnaire avance
engloutissant de nouvelles ruines.

359. Deux de ces partis n'auraient pu, même réunis, lutter contre
l'anarchie, accidentellement renforcée par le troisième; tous ensemble
détourneraient les nations des abîmes où elles sont entraînées.

On fonderait peut-être ainsi quelque chose de solide; on assurerait, du
moins, aux contemporains si agités quelques années de repos; et de
nouvelles péripéties modifieraient la direction des esprits.

Dès qu'ils ne réunissent pas l'unanimité de vœux, sans lesquels ils ne
triompheraient qu'accidentellement, et pour l'anarchie, tout parti,
toute idée patriotique doivent renoncer à leur individualité et se
rallier au drapeau qui compte le plus de forces; agir autrement serait
un crime de lèse-humanité.

Le naufragé s'obstine-t-il à périr en refusant la main qui peut le
sauver, pour une autre hors de portée?

Celui qui ne surnage pas doit-il s'efforcer d'entraîner tous les autres
dans sa ruine?

Pourquoi se diviser par des préoccupations d'un autre temps?

Les partis impatients, quelque agitation qu'ils se donnent, ne
parviendront pas à arracher de l'avenir un secret, qui, comme lui, est
encore à naître.

À moins qu'un bienfait providentiel ne fasse surgir, du milieu des
sociétés désunies, la force qui, étrangère à tant d'aberrations,
mettrait fin à l'aveuglement, au désordre des esprits, ces sociétés sont
condamnées à périr de marasme anarchique ou par la conquête.

Il ne s'agit même plus, pour des nationalités jadis prospères,
d'intérêts de famille, de classe ou de dynastie; c'est la vieille Europe
qui s'en va avec ses grandeurs, ses gloires, sa foi, ses idées d'avenir,
ses éléments de progrès, fruits de longs et heureux efforts de la
civilisation moderne; c'est le principe d'autorité successivement démoli
par tous qu'il faut recréer; c'est la société qui est à relever en
commençant par ses bases primordiales.

360. Ce grand labeur, on doit l'entreprendre, avec quelques rares et
chétifs débris, sous l'ouragan déchaîné des idées de destruction, et en
présence d'états rivaux qui préparent ou convoitent toutes les ruines.

Au-dessous d'aucune noble ambition, cette tâche sera, partout, l'œuvre
providentielle de fortes volontés. Le monde a besoin de grands exemples.

Le 22 juin 1815, après sa seconde abdication, et alors qu'en butte aux
factions qui déchiraient son pays, il devait s'expatrier pour toujours,
Napoléon, plus que jamais nécessaire, disait-il au peuple français:
_Unissez-vous tous pour le salut public, et pour rester une nation
indépendante._ Ce solennel adieu, cette dernière et patriotique trace du
génie des temps modernes, devrait aussi éclairer la génération
européenne actuelle sur le plus grand de ses intérêts.

Si tant de sublimes esprits, hommes d'état, écrivains ou capitaines, la
gloire et jadis la force des nationalités aujourd'hui menacées, si leur
puissante raison pouvaient encore renaître et dominer au milieu d'elles,
ils gémiraient sur leur œuvre follement compromise, sur trop de pénibles
travaux et de généreux efforts devenus inutiles; ils conjureraient
l'humanité égarée de revenir, en toute hâte, à la concorde et au respect
du pouvoir qui peuvent seuls sauver.

     _O navis, referent in mare te novi
     Fluctus! o quid agis? fortiter occupa
         Portum ...
             tu, nisi ventis
     debes ludibrium, cave!_

     (HORACE, Ode 12, liv. 1er.)

       *       *       *       *       *

361. Parvenu au terme de ce travail, il reste à choisir entre les deux
parties principales qui le composent.

Si l'on admet la nécessité du système général de défense proposé dans
les chapitres 3 et 4, on devra, pour compléter ceux-ci, extraire des
chapitres suivants de nombreuses prescriptions pratiques et de détails
nécessaires dans toute hypothèse.

Si l'on juge les considérations des chapitres 3 et 4 exagérées et trop
théoriques, il suffira de s'en tenir aux chapitres 5 et 6, où se
trouvent également résumés les principes les moins contestables de la
première partie.

Dans l'une ou l'autre manière de voir, ce livre, rédigé à deux points de
vue différents, mais dans un même but, paraîtra peut-être utile; en
quelque pays, et, de quelque manière que l'émeute surgisse, un ou
plusieurs des principes exposés deviendraient plus ou moins applicables.

Si nous avons pu contribuer à rendre encore plus évidente pour tous
cette vérité: _Vis-à-vis d'un pouvoir régulier pénétré de ses devoirs,
et au milieu de nations éclairées par tant de désastres, l'anarchie ne
peut désormais espérer que des succès trop éphémères pour exciter ses
coupables projets_; alors le but de cet ouvrage sera rempli.

Dans un pareil sujet, plus que dans tout autre, un mot de Napoléon
doit-être constamment rappelé: «À la guerre, les trois quarts sont des
affaires morales; la balance des forces réelles n'est que pour un autre
quart.»

Terminons enfin par cet adage de tous les temps: _L'anarchie est le
fléau du peuple, la ruine des nationalités_.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Insurrections et guerre des barricades dans les grandes villes - par le général de brigade Roguet" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home