Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Cours Familier de Littérature (Volume 8) - Un entretien par mois
Author: Lamartine, Alphonse de, 1790-1869
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Cours Familier de Littérature (Volume 8) - Un entretien par mois" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



[Notes au lecteur de ce fichier digital:

Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées.]



                    COURS FAMILIER
                          DE
                      LITTÉRATURE


                 UN ENTRETIEN PAR MOIS


                         PAR
                  M. A. DE LAMARTINE



                    TOME HUITIÈME.



                        PARIS
              ON S'ABONNE CHEZ L'AUTEUR,
             RUE DE LA VILLE L'ÉVÊQUE, 43.
                        1859


L'auteur se réserve le droit de traduction et de reproduction à
l'étranger.


                    COURS FAMILIER
                          DE
                      LITTÉRATURE


                    REVUE MENSUELLE.

                          VIII


Paris.--Typographie de Firmin Didot frères, fils et Cie, rue Jacob,
56.



XLIIIe ENTRETIEN.

VIE ET OEUVRES

DU COMTE DE MAISTRE.

(2e PARTIE.)


I

Les _Soirées de Pétersbourg_, sortes de dialogues de Platon chrétien
écrits à la cour d'un roi des Scythes, sont la grande oeuvre du comte de
Maistre. Ils furent écrits pendant ce qu'il appelle son exil à
Pétersbourg, dans les loisirs d'un ambassadeur sans cour, loisirs
interrompus seulement par quelques dépêches sans affaires. C'est dans
ces dialogues à tous hasards de sa pensée que le comte de Maistre a
développé le plus de talent, d'audace d'esprit et d'originalité souvent
étrange de style. Tantôt il procède de J.-J. Rousseau; tantôt il essaye
de procéder de Voltaire, mais sans atteindre à l'atticisme du sarcasme
voltairien; tantôt il ne procède que de lui-même, et c'est alors qu'il
est le plus admirable d'improvisation et d'éjaculation de ses idées.

Les premières pages affectent évidemment la forme du commencement de la
profession de foi du vicaire savoyard de J.-J. Rousseau. On sent l'homme
qui a vu les _Charmettes_ et conversé peut-être dans sa jeunesse avec
madame de Warens. Toutes les fois que l'homme se prépare à parler
dignement de Dieu, il éprouve le besoin de se mettre en face de la
nature. Lisons ensemble ce simple et magnifique prologue des _Soirées_;
c'est le premier morceau de plume que l'écrivain me lut à moi-même, pour
consulter mon goût inexpérimenté, sous les platanes de Chambéry. Je
voudrais pouvoir noter de son accent, comme une musique, chaque phrase
qui résonne encore à mes oreilles après tant d'années.

«Au mois de juillet 1809, à la fin d'une journée des plus chaudes, je
remontais la Néva dans une chaloupe avec le conseiller privé de T...,
membre du sénat de Saint-Pétersbourg, et le chevalier de B..., jeune
Français que les orages de la révolution de son pays et une foule
d'événements bizarres avaient poussé dans cette capitale. L'estime
réciproque, la conformité de goûts et quelques relations précieuses de
services et d'hospitalité avaient formé entre nous une liaison intime.
L'un et l'autre m'accompagnaient ce jour-là jusqu'à la maison de
campagne où je passais l'été. Quoique située dans l'enceinte de la
ville, elle est cependant assez éloignée du centre pour qu'il soit
permis de l'appeler _campagne_, et même _solitude_; car il s'en faut de
beaucoup que toute cette enceinte soit occupée par les bâtiments, et,
quoique les vides qui se trouvent dans la partie habitée se remplissent
à vue d'oeil, il n'est pas possible de prévoir encore si les habitations
doivent un jour s'avancer jusqu'aux limites tracées par le doigt hardi
de Pierre Ier.

«Il était à peu près neuf heures du soir; le soleil se couchait par un
temps superbe; le faible vent qui nous poussait expira dans la voile
que nous vîmes badiner. Bientôt le pavillon qui annonce du haut du
palais impérial la présence du souverain, tombant immobile le long du
mât qui le supporte, proclama le silence des airs. Nos matelots prirent
la rame; nous leur ordonnâmes de nous conduire lentement.

«Rien n'est plus rare, mais rien n'est plus enchanteur qu'une belle nuit
d'été à Saint-Pétersbourg, soit que la longueur de l'hiver et la rareté
de ces nuits leur donnent, en les rendant plus désirables, un charme
particulier, soit que réellement, comme je le crois, elles soient plus
douces et plus calmes que dans les plus beaux climats.

«Le soleil, qui, dans les zones tempérées, se précipite à l'occident et
ne laisse après lui qu'un crépuscule fugitif, rase ici lentement une
terre dont il semble se détacher à regret. Son disque, environné de
vapeurs rougeâtres, roule comme un char enflammé sur les sombres forêts
qui couronnent l'horizon, et ses rayons, réfléchis par le vitrage des
palais, donnent aux spectateurs l'idée d'un vaste incendie.

«Les grands fleuves ont ordinairement un lit profond et des bords
escarpés qui leur donnent un aspect sauvage. La Néva coule à pleins
bords au sein d'une cité magnifique; ses eaux limpides touchent le gazon
des îles qu'elle embrasse, et dans toute l'étendue de la ville elle est
contenue par deux quais de granit alignés à perte de vue, espèce de
magnificence répétée dans les trois grands canaux qui parcourent la
capitale, et dont il n'est pas possible de trouver ailleurs le modèle ni
l'imitation.

«Mille chaloupes se croisent et sillonnent l'eau en tous sens. On voit
de loin les vaisseaux étrangers qui plient leurs voiles et jettent
l'ancre; ils apportent sous le pôle les fruits des zones brûlantes et
toutes les productions de l'univers. Les brillants oiseaux d'Amérique
voguent sur la Néva avec des bosquets d'orangers; ils retrouvent en
arrivant la noix du cocotier, l'ananas, le citron et tous les fruits de
leur terre natale. Bientôt le Russe opulent s'empare des richesses qu'on
lui présente, et jette l'or, sans compter, à l'avide marchand.

«Nous rencontrions de temps en temps d'élégantes chaloupes dont on avait
retiré les rames, et qui se laissaient aller doucement au paisible
courant de ces belles eaux. Les rameurs chantaient un air national,
tandis que leurs maîtres jouissaient de la beauté du spectacle et du
calme de la nuit.

«Près de nous une longue barque emportait rapidement une noce de riches
négociants. Un baldaquin cramoisi, garni de franges d'or, couvrait le
jeune couple et les parents. Une musique russe, resserrée entre deux
files de rameurs, envoyait au loin le son de ses bruyants cornets. Cette
musique n'appartient qu'à la Russie, et c'est peut-être la seule chose
particulière à un peuple qui ne soit pas ancienne. Une foule d'hommes
vivants ont connu l'inventeur, dont le nom réveille constamment dans sa
patrie l'idée de l'antique hospitalité, du luxe élégant et des nobles
plaisirs. Singulière mélodie! emblème éclatant fait pour occuper
l'esprit bien plus que l'oreille. Qu'importe à l'oeuvre que les
instruments sachent ce qu'ils font? Vingt ou trente automates agissant
ensemble produisent une pensée étrangère à chacun d'eux. Le mécanisme
aveugle est dans l'individu; le calcul ingénieux, l'importante harmonie
sont dans le tout.

«La statue équestre de Pierre Ier s'élève sur le bord de la Néva, à
l'une des extrémités de l'immense place d'Isaac. Son visage sévère
regarde le fleuve et semble encore animer cette navigation, créée par le
génie du fondateur. Tout ce que l'oreille entend, tout ce que l'oeil
contemple sur ce superbe théâtre n'existe que par une pensée de la tête
puissante qui fit sortir d'un marais tant de monuments pompeux. Sur ces
rives désolées, d'où la nature semblait avoir exilé la vie, Pierre assit
sa capitale et se créa des sujets. Son bras terrible est encore étendu
sur leur postérité qui se presse autour de l'auguste effigie: on
regarde, et l'on ne sait si cette main de bronze protége ou menace.

«À mesure que notre chaloupe s'éloignait, le chant des bateliers et le
bruit confus de la ville s'éteignaient insensiblement. Le soleil était
descendu sous l'horizon; des nuages brillants répandaient une clarté
douce, un demi-jour doré qu'on ne saurait peindre et que je n'ai jamais
vu ailleurs. La lumière et les ténèbres semblent se mêler et comme
s'entendre pour former le voile transparent qui couvre alors ces
campagnes.

«Si le Ciel, dans sa bonté, me réservait un de ces moments si rares dans
la vie où le coeur est inondé de joie par quelque bonheur extraordinaire
et inattendu; si une femme, des enfants, des frères séparés de moi
depuis longtemps, et sans espoir de réunion, devaient tout à coup tomber
dans mes bras, je voudrais, oui, je voudrais que ce fût dans une de ces
belles nuits, sur les rives de la Néva, en présence de ces Russes
hospitaliers.

«Sans nous communiquer nos sensations nous jouissions avec délice de la
beauté du spectacle qui nous entourait, lorsque le chevalier de B...,
rompant brusquement le silence, s'écria: «Je voudrais bien voir ici, sur
cette même barque où nous sommes, un de ces hommes pervers nés pour le
malheur de la société, un de ces monstres qui fatiguent la terre.....

«--Et qu'en feriez-vous, s'il vous plaît (ce fut la question de ses deux
amis parlant à la fois)?--Je lui demanderais, reprit le chevalier, si
cette nuit lui paraît aussi belle qu'à nous.»

«L'exclamation du chevalier nous avait tirés de notre rêverie. Bientôt
son idée originale engagea entre nous la conversation suivante, dont
nous étions fort éloignés de prévoir les suites intéressantes.

LE COMTE.

«Mon cher chevalier, les coeurs pervers n'ont jamais de belles nuits ni
de beaux jours. Ils peuvent s'amuser ou plutôt s'étourdir; jamais ils
n'ont de jouissances réelles. Je ne les crois point susceptibles
d'éprouver les mêmes sensations que nous. Au demeurant, Dieu veuille les
écarter de notre barque!

LE CHEVALIER.

«Vous croyez donc que les méchants ne sont pas heureux? Je voudrais le
croire aussi; cependant j'entends dire chaque jour que tout leur
réussit. S'il en était ainsi réellement, je serais un peu fâché que la
Providence eût réservé entièrement pour un autre monde la punition des
méchants et la récompense des justes; il me semble qu'un petit à-compte
de part et d'autre, dès cette vie même, n'aurait rien gâté. C'est ce qui
me ferait désirer au moins que les méchants, comme vous le croyez, ne
fussent pas susceptibles de certaines sensations qui nous ravissent. Je
vous avoue que je ne vois pas trop clair dans cette question. Vous
devriez bien me dire ce que vous en pensez, vous, messieurs, qui êtes si
forts dans ce genre de philosophie.

  Pour moi, qui, dans les camps nourri dès mon enfance,
  Laissai toujours aux cieux le soin de leur vengeance,

je vous avoue que je ne suis pas trop informé de quelle manière il plaît
à Dieu d'exercer sa justice, quoique, à vous dire vrai, il me semble, en
réfléchissant sur ce qui se passe dans le monde, que, s'il punit dès
cette vie, au moins il ne se presse pas.

LE COMTE.

«Pour peu que vous en ayez d'envie, nous pourrions fort bien consacrer
la soirée à l'examen de cette question, qui n'est pas difficile en
elle-même, mais qui a été embrouillée par les sophismes de l'Orgueil et
de sa fille aînée l'Irréligion. J'ai grand regret à ces _symposiaques_,
dont l'antiquité nous a laissé quelques monuments précieux. Les dames
sont aimables sans doute; il faut vivre avec elles pour ne pas devenir
sauvages. Les sociétés nombreuses ont leur prix; il faut même savoir
s'y prêter de bonne grâce; mais, quand on a satisfait à tous les devoirs
imposés par l'usage, je trouve fort bon que les hommes s'assemblent
quelquefois pour raisonner, même à table. Je ne sais pourquoi nous
n'imitons plus les anciens sur ce point. Croyez-vous que l'examen d'une
question intéressante n'occupât pas le temps d'un repas d'une manière
plus utile et plus agréable même que les discours légers ou
répréhensibles qui animent les nôtres? C'était, à ce qu'il me semble,
une assez belle idée que celle de faire asseoir Bacchus et Minerve à la
même table pour défendre à l'un d'être libertin et à l'autre d'être
pédante. Nous n'avons plus de Bacchus, et d'ailleurs notre petite
_symposie_ le rejette expressément; mais nous avons une Minerve bien
meilleure que celle des anciens; invitons-la à prendre le thé avec nous:
elle est affable et n'aime pas le bruit; j'espère qu'elle viendra.

«Vous voyez déjà cette petite terrasse supportée par quatre colonnes
chinoises au-dessus de l'entrée de ma maison. Mon cabinet de livres
ouvre immédiatement sur cette espèce de belvédère, que vous nommerez,
si vous voulez, un grand balcon; c'est là qu'assis dans un fauteuil
antique j'attends paisiblement le moment du sommeil. Frappé deux fois de
la foudre, comme vous savez, je n'ai plus de droit à ce qu'on appelle
vulgairement _bonheur_; je vous avoue même qu'avant de m'être raffermi
par de salutaires réflexions il m'est arrivé trop souvent de me demander
à moi-même: _Que me reste-t-il?_ Mais la conscience, à force de me
répondre: Moi, m'a fait rougir de ma faiblesse, et depuis longtemps je
ne suis pas tenté de me plaindre. C'est là surtout, c'est dans mon
observatoire que je trouve des moments délicieux. Tantôt je me livre à
de sublimes méditations: l'état où elles me conduisent par degrés tient
du ravissement; tantôt j'évoque, innocent magicien, des ombres
vénérables qui furent jadis pour moi des divinités terrestres, et que
j'invoque aujourd'hui comme des génies tutélaires. Souvent il me semble
qu'elles me font signe; mais, lorsque je m'élance vers elles, de
charmants souvenirs me rappellent ce que je possède encore, et la vie me
paraît aussi belle que si j'étais encore dans l'âge de l'espérance.

«Lorsque mon coeur oppressé me demande du repos, la lecture vient à mon
secours. Tous mes livres sont là sous ma main; il m'en faut peu, car je
suis depuis longtemps bien convaincu de la parfaite inutilité d'une
foule d'ouvrages qui jouissent encore d'une grande réputation...»

(_Les trois amis ayant débarqué et pris place autour de la table à thé,
la conversation reprit son cours._)

Un pareil prologue n'a pas besoin de commentaire. Il semble qu'on entre
dans un temple où l'Esprit divin va se faire entendre dans la sincérité
de la conscience et dans le silence du recueillement.


II

La première question que traite le comte de Maistre est celle du
gouvernement temporel de la Providence. Il tend à prouver dans ce
dialogue cette contre-vérité, trop évidente, que le juste est récompensé
par les biens d'ici-bas, et que le méchant est puni par des maux
temporels, expiation immédiate de ses fautes. Si cela était démontré,
ce serait un argument terrible contre les rémunérations et les
expiations de la vie future. Mais l'histoire proteste ici contre le
philosophe; elle n'est pleine que des malheurs des bons et des triomphes
des méchants. Il faut même, pour être bon, se dévouer au combat ou au
supplice contre les vices puissants de ce monde. C'est le sentiment de
cette iniquité qui a fait comprendre l'immortalité, cette réparation
éternelle de l'iniquité d'ici-bas. Mais, le sophisme de M. de Maistre
admis, il le brode avec un art d'écrivain qui rappelle un sophiste de
son pays, J.-J. Rousseau. Ces deux grands écrivains semblent lutter de
génie pour donner, chacun dans leur système, à leurs contre-vérités,
l'autorité et l'éclat de la vérité. M. de Maistre lui-même exprime en
style proverbial cette puissance du sophisme bien écrit.

«Les fausses opinions, dit-il, ressemblent à la fausse monnaie, qui est
frappée d'abord par de grands coupables et dépensée ensuite par
d'honnêtes gens qui perpétuent le crime sans savoir ce qu'ils font.» Il
était à son insu ici un de ces grands coupables; jamais homme de bien
n'a tant faussé d'idées justes en les exagérant. Son sophisme à lui,
c'est l'exagération.

Dans la suite du dialogue le philosophe s'appuie sur ce sophisme de la
rétribution temporelle du juste et du méchant par la Providence pour
exalter avec raison le droit de la justice humaine contre les coupables
envers l'humanité, qui violent les lois institutrices de la société. Il
cite un merveilleux passage de la législation indienne de Brahma, qui
prouve que la philosophie de la société est aussi vieille que la société
elle-même.

«Brahma, dit le philosophe du Gange, créa à l'usage des rois le génie
des peines. Ce génie est la justice même, le protecteur de tout ce qui
est créé. Par le respect de ce génie de la justice et des peines qui la
défendent ou la rétablissent, tous les êtres sensibles, qu'ils soient
mobiles ou immobiles, sont contenus dans la jouissance légitime de leur
nature et ne s'écartent pas impunément de leur devoir. Que le roi donc,
après avoir bien considéré la loi divine, inflige justement les peines
à ceux qui agissent injustement! Le châtiment est un gouverneur actif;
il régit, il défend l'humanité; il veille pendant que les gardes
dorment. Le sage considère le châtiment comme la perfection de la
justice. Qu'un roi indolent cesse de punir le méchant, et le plus fort
martyrisera le plus faible. La race entière des hommes est retenue dans
l'ordre par la peine, car l'innocence est rare. Il n'y aurait que
désordre et iniquité parmi les hommes si la peine cessait d'être
administrée ou si elle l'était injustement; mais, lorsque la peine à
l'oeil de feu se montre pour anéantir le crime, le peuple est sauvé si
le juge a l'oeil juste... etc., etc.»

On voit par ce terrible et sublime passage du livre indien qu'il y avait
des _de Maistre_, des _Platon_, des _Bossuet_ en ce temps-là aux bords
du Gange. Aussi M. de Maistre, que toute antiquité de la sagesse humaine
épouvante, parce qu'il veut que toute sagesse date d'hier, conteste la
date de cette citation et paraît l'attribuer à un honnête légiste des
temps barbares du moyen âge. Cette plaisanterie, déplacée sous sa plume,
rappelle l'opinion risible d'un érudit qui attribue l'_Iliade_ à un
moine de Bruxelles! Un philosophe sérieux devait-il, en sujet si grave,
permettre à sa plume de telles facéties?


III

Le second dialogue sur l'hérédité du bien et du mal temporel dans
l'humanité cesse d'être un sophisme, et devient dans ses pages comme
dans la nature une mystérieuse évidence. Jamais la doctrine
traditionnelle et unanime d'une dégradation originelle de l'homme n'a
été sondée d'une main plus ferme.

Voici quelques-unes de ces inductions qui vous traînent par la main
jusqu'au mystère d'une première chute de l'humanité, héréditairement
déchue dans sa nature.

«L'essence de toute intelligence est de connaître et d'aimer. Les
limites de sa science sont celles de sa nature. L'Être immortel
n'apprend rien: il sait par essence tout ce qu'il doit savoir. D'un
autre côté, nul être intelligent ne peut aimer le mal naturellement ou
en vertu de son essence: il faudrait pour cela que Dieu l'eût créé
mauvais, ce qui est impossible. Si donc l'homme est sujet à l'ignorance
et au mal, ce ne peut être qu'en vertu d'une dégradation accidentelle
qui ne saurait être que la suite d'un crime. Ce besoin, cette faim de la
science, qui agite l'homme, n'est que la tendance naturelle de son être
qui le porte vers son état primitif et l'avertit de ce qu'il est. Il
_gravite_, si je puis m'exprimer ainsi, vers les régions de la lumière.
Nul castor, nulle hirondelle, nulle abeille n'en veulent savoir plus que
leurs devanciers. Tous les êtres sont tranquilles à la place qu'ils
occupent. Tous sont dégradés, mais ils l'ignorent. L'homme seul en a le
sentiment, et ce sentiment est tout à la fois la preuve de sa grandeur
et de sa misère, de ses droits sublimes et de son incroyable
dégradation. Dans l'état où il est réduit, il n'a pas même le triste
bonheur de s'ignorer; il faut qu'il se contemple sans cesse, et il ne
peut se contempler sans rougir; sa grandeur même l'humilie, puisque ses
lumières, qui l'élèvent jusqu'à l'ange, ne servent qu'à lui montrer dans
lui des penchants abominables qui le dégradent jusqu'à la brute. Il
cherche dans le fond de son être quelque partie saine sans pouvoir la
trouver; le mal a tout souillé, et l'_homme entier n'est qu'une
maladie_. Assemblage inconcevable de deux puissances différentes et
incompatibles, centaure monstrueux, il sent qu'il est le résultat de
quelque forfait inconnu, de quelque mélange détestable qui a vicié
l'homme jusque dans son essence la plus intime. Toute intelligence est,
par sa nature même, le résultat, à la fois ternaire et unique, d'une
_perception_ qui appréhende, d'une _raison_ qui affirme, et d'une
_volonté_ qui agit. Les deux premières puissances ne sont qu'affaiblies
dans l'homme; mais la troisième _est brisée_, et, semblable au serpent
du Tasse, _elle se traîne après soi_, toute honteuse de sa douloureuse
impuissance. C'est dans cette troisième puissance que l'homme se sent
blessé à mort. Il ne sait ce qu'il veut; il veut ce qu'il ne veut pas;
il ne veut pas ce qu'il veut; il _voudrait vouloir_. Il voit dans lui
quelque chose qui n'est pas lui. Le sage résiste et s'écrie: _Qui me
délivrera_? L'insensé obéit, et il appelle sa lâcheté _bonheur_; mais il
ne peut se défaire de cette autre volonté incorruptible dans son
essence, quoiqu'elle ait perdu son empire, et le remords, en lui perçant
le coeur, ne cesse de lui crier: _En faisant ce que tu ne veux pas, tu
consens à la loi_. Qui pourrait croire qu'un tel être ait pu sortir dans
cet état des mains du Créateur? Cette idée est si révoltante que la
philosophie seule, j'entends la philosophie païenne, a deviné le péché
originel. Le vieux Timée, de Locres, ne disait-il pas déjà, sûrement
d'après son maître Pythagore, que _nos vices viennent bien moins de
nous-mêmes que de nos pères et des éléments qui nous constituent_?
Platon ne dit-il pas de même qu'_il faut s'en prendre au générateur plus
qu'au généré_? Et dans un autre endroit n'a-t-il pas ajouté que _le
Seigneur, Dieu des dieux, voyant que les êtres soumis à la génération
avaient perdu_ (ou détruit en eux) _le don inestimable, avait déterminé
de les soumettre à un traitement propre tout à la fois à les punir et à
les régénérer_? Cicéron ne s'éloignait pas du sentiment de ces
philosophes et de ces initiés qui avaient pensé _que nous étions dans ce
monde pour expier quelques crimes commis dans un autre_. Il a cité même
et adopté quelque part la comparaison d'Aristote, à qui la
contemplation de la nature humaine rappelait l'épouvantable supplice
d'un malheureux lié à un cadavre et condamné à pourrir avec lui.
Ailleurs, il dit expressément que _la nature nous a traités en marâtre
plutôt qu'en mère, et que l'esprit divin qui est en nous est comme
étouffé par le penchant qu'elle nous a donné pour tous les vices_. Et
n'est-ce pas une chose singulière qu'Ovide ait parlé sur l'homme
précisément dans les termes de saint Paul? Le poëte érotique a dit: _Je
vois le bien, je l'aime, et le mal me séduit_; et l'Apôtre si élégamment
traduit par Racine a dit:

  «Je ne fais pas le bien, que j'aime,
  Et je fais le mal, que je hais.»


IV

Le christianisme lui-même est évidemment sorti de cette universelle
tradition du monde, car son premier nom fut Rédemption. Les incarnations
nombreuses de la théogonie indienne étaient elles-mêmes des figures de
la rédemption. Partout l'homme a senti l'instinct d'expier je ne sais
quoi: en se voyant si malheureux, il est naturel qu'il se soit cru puni.
Ce dialogue des _Soirées_ rappelle Pascal, mais Pascal raisonnable, au
lieu de Pascal halluciné par la peur de Dieu. De Maistre, sain de corps
et d'esprit, regarde la destinée en face.

Il révoque avec raison en doute, comme Platon, comme Aristote, comme
Cicéron, comme Voltaire, ce dogme, démenti par tous les monuments de
l'histoire, d'on ne sait quel progrès indéfini, progrès qui depuis des
siècles n'ajoute ni un cheveu à l'homme physique, ni une vertu à l'homme
moral. L'antiquité, au contraire, ce témoin plus rapproché que nous des
origines, s'accorde à représenter ses premiers ancêtres comme des
créatures douées de plus de jeunesse, de plus de force, de plus de
facultés. «Sur ce point, dit-il, il n'y a pas de dissonance: les
initiés, les philosophes, les poëtes, l'histoire, la fable, l'Asie et
l'Europe n'ont qu'une voix. Un tel accord de la raison, de la Révélation
et de toutes les traditions humaines, forme une démonstration que la
bouche seule peut contredire. Non-seulement les hommes ont commencé par
la science, mais par une science différente de la nôtre et supérieure à
la nôtre, parce qu'elle commençait plus haut, ce qui la rendait même
très-dangereuse; et ceci vous explique pourquoi la science dans son
principe fut toujours mystérieuse et renfermée dans les temples, où elle
s'éteignit enfin lorsque cette flamme ne pouvait plus servir qu'à
brûler. Personne ne sait à quelle époque remontent, je ne dis pas les
premières ébauches de la société, mais les grandes institutions, les
connaissances profondes et les monuments les plus magnifiques de
l'industrie et de la puissance humaines. À côté du temple de
Saint-Pierre, à Rome, je trouve les cloaques de Tarquin et les
constructions cyclopéennes. Cette époque touche celle des Étrusques,
dont les arts et la puissance vont se perdre dans l'antiquité,
qu'Hésiode appelait _grands et illustres_, neuf siècles avant
Jésus-Christ, qui envoyèrent des colonies en Grèce et dans nombre
d'îles, plusieurs siècles avant la guerre de Troie. Pythagore, voyageant
en Égypte, six siècles avant notre ère, y apprit la cause de tous les
phénomènes de Vénus. Il ne tint même qu'à lui d'y apprendre quelque
chose de bien plus curieux, puisqu'on y savait de toute antiquité que
_Mercure, pour tirer une déesse du plus grand embarras, joua aux échecs
avec la lune et lui gagna la soixante-douzième partie du jour_. Je vous
avoue même qu'en lisant le _Banquet des sept Sages_, dans les oeuvres
morales de Plutarque, je n'ai pu me défendre de soupçonner que les
Égyptiens connaissaient la véritable forme des orbites planétaires. Vous
pourrez, quand il vous plaira, vous donner le plaisir de vérifier ce
texte. Julien, dans l'un de ses discours (je ne sais plus lequel),
appelle le soleil le _dieu aux sept rayons_. Où avait-il pris cette
singulière épithète? Certainement elle ne pouvait lui venir que des
anciennes traditions asiatiques qu'il avait recueillies dans ses études
théurgiques, et les livres sacrés des Indiens présentent un bon
commentaire de ce texte, puisqu'on y lit que, sept jeunes vierges
s'étant rassemblées pour célébrer la venue de Crîschna, qui est
l'Apollon indien, le dieu apparut tout à coup au milieu d'elles et leur
proposa de danser; mais que, ces vierges s'étant excusées sur ce
qu'elles manquaient de danseurs, le dieu y pourvut en se divisant
lui-même, de manière que chaque fille eut son _Chrîschna_. Ajoutez que
le véritable système du monde fut parfaitement connu de la plus haute
antiquité. Songez que les pyramides d'Égypte, rigoureusement orientées,
précèdent toutes les époques certaines de l'histoire; que les arts sont
des frères qui ne peuvent vivre et briller qu'ensemble; que la nation
qui a pu créer des couleurs capables de résister à l'action libre de
l'air pendant trente siècles, soulever à une hauteur de six cents pieds
des masses qui braveraient toute notre mécanique, sculpter sur le granit
des oiseaux dont un voyageur moderne a pu reconnaître toutes les
espèces; que cette nation, dis-je, était _nécessairement_ tout aussi
éminente dans les autres arts, et savait même _nécessairement_ une foule
de choses que nous ne savons pas.»

Ici M. de Maistre établit, comme J.-J. Rousseau, qu'aucune parole n'a pu
être inventée ni par un homme qui n'aurait pu se faire obéir, ni par
plusieurs qui n'auraient pu s'entendre. Il considère la parole, ainsi
que nous la considérons nous-même, comme un organe aussi divinement et
aussi primitivement révélé que la langue qui la profère.


V

L'entretien sur la guerre, qui suit ces entretiens sur la Providence et
sur l'origine des langues, sur le spiritualisme, est à la fois son
chef-d'oeuvre de style, et, selon nous, son chef-d'oeuvre de sophisme.
Ce sophisme, par lequel le philosophe divinise la guerre, est cependant
semé de considérations puissantes et vraies sur la vertu publique du
dévouement militaire qui pousse jusqu'au sacrifice de sa vie pour la
défense commune de la patrie. Quand il est dans la vérité, nul écrivain
ne s'y enfonce plus avant avec un poids d'athlète; malheureusement il
s'enfonce avec la même force et avec le même goût de l'excès dans
l'erreur. Ce chapitre en offre d'éclatants exemples: écoutez le sublime
du vrai mêlé à l'excès du faux.

«Avant ma vingt-quatrième année, fait-il dire à son interlocuteur,
j'avais vu trois fois l'ENTHOUSIASME DU CARNAGE au milieu du sang qu'il
fait couler. Le spectacle épouvantable du carnage n'endurcit pas le
véritable guerrier: il est humain comme l'épouse est chaste dans les
transports de l'amour... Les fonctions du soldat sont terribles, mais il
faut qu'elles tiennent à une grande loi du monde spirituel... Le fléau
est divin... le nom de Dieu est le DIEU DES ARMÉES.

«Observez de plus que cette loi, déjà si terrible, de la guerre, n'est
cependant qu'un chapitre de la loi générale qui pèse sur l'univers.

«Dans le vaste domaine de la nature vivante il règne une violence
manifeste, une espèce de rage prescrite qui arme tous les êtres _in
mutua funera_. Dès que vous sortez du règne insensible, vous trouvez le
décret de la mort violente écrit sur les frontières mêmes de la vie.
Déjà dans le règne végétal on commence à sentir la loi: depuis l'immense
catalpa jusqu'à la plus humble graminée, combien de plantes _meurent_,
et combien sont _tuées_! Mais, dès que vous entrez dans le règne animal,
la loi prend tout à coup une épouvantable évidence. Une force à la fois
cachée et palpable se montre continuellement occupée à mettre à
découvert le principe de la vie par des moyens violents. Dans chaque
grande division de l'espèce animale elle a choisi un certain nombre
d'animaux qu'elle a chargés de dévorer les autres. Ainsi il y a des
insectes de proie, des reptiles de proie, des oiseaux de proie, des
poissons de proie et des quadrupèdes de proie. Il n'y a pas un instant
de la durée où l'être vivant ne soit dévoré par un autre. Au-dessus de
ces nombreuses races d'animaux est placé l'homme, dont la main
destructive n'épargne rien de ce qui vit; il tue pour se nourrir, il tue
pour se vêtir, il tue pour se parer, il tue pour attaquer, il tue pour
se défendre, il tue pour s'instruire, il tue pour s'amuser, il tue pour
tuer! Roi superbe et terrible, il a besoin de tout, et rien ne lui
résiste. Il sait combien la tête du requin ou du cachalot lui fournira
de barriques d'huile; son épingle déliée pique sur le carton des musées
l'élégant papillon qu'il a saisi au vol sur le sommet du mont Blanc ou
du Chimboraço; il empaille le crocodile, il embaume le colibri; à son
ordre le serpent à sonnettes vient mourir dans la liqueur conservatrice
qui doit le montrer intact aux yeux d'une longue suite d'observateurs.
Le cheval qui porte son maître à la chasse du tigre se pavane sous la
peau de ce même animal. L'homme demande tout à la fois à l'agneau ses
entrailles pour faire résonner une harpe, à la baleine ses fanons pour
soutenir le corset de la jeune vierge, au loup sa dent la plus
meurtrière pour polir les ouvrages légers de l'art, à l'éléphant ses
défenses pour façonner le jouet d'un enfant; ses tables sont couvertes
de cadavres! Le philosophe peut même découvrir comment le carnage
permanent est prévu et ordonné dans le grand tout. Mais cette loi
s'arrêtera-t-elle à l'homme? Non, sans doute. Cependant quel être
exterminera celui qui les extermine tous? Lui! C'est l'homme qui est
chargé d'égorger l'homme. Mais comment pourra-t-il accomplir la loi, lui
qui est un être moral et miséricordieux; lui qui est né pour aimer; lui
qui pleure sur les autres comme sur lui-même, qui trouve du plaisir à
pleurer, et qui finit par inventer des fictions pour se faire pleurer;
lui enfin à qui il a été déclaré qu'_on redemandera jusqu'à la dernière
goutte du sang qu'il aura versé injustement_? C'est la guerre qui
accomplira le _décret_. N'entendez-vous pas la _terre_ qui crie et
demande du sang? Le sang des animaux ne lui suffit pas, ni même celui
des coupables versé par le glaive des lois. Si la justice humaine les
frappait tous, il n'y aurait point de guerre; mais elle ne saurait en
atteindre qu'un petit nombre, et souvent même elle les épargne, sans se
douter que sa féroce humanité contribue à nécessiter la guerre, si, dans
le même temps surtout, un autre aveuglement, non moins stupide et non
moins funeste, travaillait à éteindre l'expiation dans le monde. La
_terre_ n'a pas crié en vain: la guerre s'allume. L'homme, saisi tout à
coup d'une fureur _divine_ étrangère à la haine et à la colère, s'avance
sur le champ de bataille sans savoir ce qu'il veut ni même ce qu'il
fait. Qu'est-ce donc que cette horrible énigme? Rien n'est plus
contraire à sa nature, et rien ne lui répugne moins: il fait avec
enthousiasme ce qu'il a en horreur. N'avez-vous jamais remarqué que, sur
le champ de mort, l'homme ne désobéit jamais? Il pourra bien massacrer
Nerva ou Henri IV; mais le plus abominable tyran, le plus insolent
boucher de chair humaine n'entendra jamais là: _Nous ne voulons plus
vous servir_. Une révolte sur le champ de bataille, un accord pour
s'embrasser en reniant un tyran, est un phénomène qui ne se présente pas
à ma mémoire. Rien ne résiste, rien ne peut résister à la force qui
traîne l'homme au combat; innocent meurtrier, instrument passif d'une
main redoutable, _il se plonge tête baissée dans l'abîme qu'il a creusé
lui-même; il donne, il reçoit la mort sans se douter que c'est lui qui a
fait la mort_.

«Ainsi s'accomplit sans cesse, depuis le ciron jusqu'à l'homme, la
grande loi de la destruction violente des êtres vivants. La terre
entière, continuellement imbibée de sang, n'est qu'un autel immense où
tout ce qui vit doit être immolé sans fin, sans mesure, sans relâche,
jusqu'à la consommation des choses, jusqu'à l'extinction du mal, jusqu'à
la mort de la mort.

«Mais l'anathème doit frapper plus directement et plus visiblement sur
l'homme: l'ange exterminateur tourne comme le soleil autour de ce
malheureux globe et ne laisse respirer une nation que pour en frapper
d'autres. Mais lorsque les crimes, et surtout les crimes d'un certain
genre, se sont accumulés jusqu'à un point marqué, l'ange presse sans
mesure son vol infatigable. Pareil à la torche ardente tournée
rapidement, l'immense vitesse de son mouvement le rend présent à la fois
sur tous les points de sa redoutable orbite. Il frappe au même instant
tous les peuples de la terre; d'autres fois, ministre d'une vengeance
précise et infaillible, il s'acharne sur certaines nations et les baigne
dans le sang. N'attendez pas qu'elles fassent aucun effort pour échapper
à leur jugement ou pour l'abréger. On croit voir ces grands coupables
éclairés par leur conscience, qui demandent le supplice et l'acceptent
pour y trouver l'expiation. Tant qu'il leur restera du sang, elles
viendront l'offrir, et bientôt une _rare jeunesse_ se fera raconter ces
guerres désolatrices produites par les crimes de ses pères.»

Et il conclut ce magnifique dithyrambe philosophique par ces mots les
plus fatalistes qu'aucune plume ait osé écrire:

LA GUERRE EST DONC DIVINE, PUISQUE C'EST UNE LOI DU MONDE.

À ce titre le meurtre et l'anthropophagie sont donc divins, car ces
monstruosités sont une loi du monde. Il n'y a pas un mot dans ce
dialogue qui révèle un philosophe évangélique. M. de Maistre semble
n'avoir lu que la Bible: c'était un prophète de la loi de sang. La loi
de grâce lui aurait appris, comme la philosophie véritable, que la
guerre était, non pas nécessaire et divine, comme il le dit, mais
vertueuse et obligatoire quand la perversité humaine fait à l'homme
constitué en nation un devoir de défendre sa vie, sa famille, sa nation
contre ce meurtre en masse. La saine philosophie lui aurait enseigné que
la guerre est si peu divine que le plus divin progrès de l'humanité est
de la tempérer et de la diminuer jusqu'à sa complète extinction (si cela
devient jamais possible) chez les hommes.


VI

Après avoir ainsi divinisé la guerre, il divinise la force matérielle,
et il l'autorise à martyriser toutes les forces intellectuelles qui
osent penser autrement que l'État ne veut qu'on pense. Lisez! et
étonnez-vous qu'il y ait eu des martyrs dans un ordre de choses qui
sacre ainsi les persécuteurs de toute pensée autre que la pensée
officielle de l'État. Il faut lire ici le texte pour y croire.

«Ce n'est point à la science qu'il appartient de conduire les hommes; il
appartient aux prélats, AUX GRANDS OFFICIERS DE L'ÉTAT, d'être les
dépositaires et les gardiens des vérités, d'apprendre aux nations ce qui
est bien et ce qui est mal, dans l'ordre moral et spirituel. Les autres
n'ont pas le droit de raisonner sur ces sortes de matières: ils ont les
sciences physiques pour s'amuser. De quoi pourraient-ils se plaindre?
Quant à celui qui parle ou qui écrit pour ôter un _dogme national_ au
peuple, il doit être pendu... Pourquoi a-t-on commis l'imprudence
d'accorder la parole à tout le monde? C'est ce qui nous a perdus!....
Ah! si lorsqu'enfin la terre sera raffermie....» etc., etc.

Ici il s'arrête, comme s'il n'osait achever et révéler au monde la
nature des freins et des supplices dont, lui, ministre de l'État, il
baillonnerait et musellerait ceux qui oseraient penser et parler
autrement que lui, philosophe!

Et il oubliait qu'il écrivait ces appels à la persécution dans le sein
d'un empire et d'un culte _grecs_, où le prélat et le souverain auraient
eu, d'après ses propres invocations à la tyrannie des esprits et des
consciences, le devoir de le supplicier lui-même _comme voleur
domestique_, car il ne cessait pas de prêcher à haute voix l'orthodoxie
romaine au milieu de l'hérésie grecque! Si c'est là de la philosophie,
c'est la philosophie de la hache, qui tranche les têtes pour trancher
les difficultés. Cela convenait moins qu'à personne à un homme qui avait
fui son pays pour fuir la persécution d'une autre race de persécuteurs
d'opinions!


VII

Un peu plus loin, dans son _Essai sur les Sacrifices_, il pousse sa
logique sur la sainteté de ce qui est utile jusqu'à hésiter à flétrir
l'immolation des femmes indiennes sur le cadavre de leurs maris. Lisez
encore:

«Je vois d'ailleurs un grand problème à résoudre: ces sacrifices
atroces, qui nous révoltent si justement, ne seraient-ils point _bons_
ou du moins nécessaires dans l'Inde? Au moyen de cette institution
terrible, la vie d'un époux se trouve sous la garde incorruptible de ses
femmes et de tout ce qui s'intéresse à elles. Dans le pays des
révolutions, des vengeances, des crimes vils et ténébreux,
qu'arriverait-il si les femmes n'avaient matériellement rien à perdre
par la mort de leurs époux, et si elles n'y voyaient que le droit d'en
acquérir un autre? Croirons-nous que les législateurs antiques, qui
furent tous des hommes prodigieux, n'aient pas eu dans ces contrées des
raisons particulières et puissantes pour établir de tels usages?»

Enfin, lisez l'étrange apothéose du _bourreau_. Jamais la magnificence
du style ne s'est acharnée à une plus hideuse image: c'est un dithyrambe
de Shakspeare sur un échafaud.


VIII

«De cette prérogative redoutable dont je vous parlais tout à l'heure
résulte l'existence nécessaire d'un homme destiné à infliger aux crimes
les châtiments décernés par la justice humaine; et cet homme, en effet,
se trouve partout, sans qu'il y ait aucun moyen d'expliquer comment; car
la raison ne découvre dans la nature de l'homme aucun motif capable de
déterminer le choix de cette profession. Je vous crois trop accoutumés à
réfléchir, Messieurs, pour qu'il ne vous soit pas arrivé souvent de
méditer sur le bourreau. Qu'est-ce donc que cet être inexplicable, qui a
préféré à tous les métiers agréables, lucratifs, honnêtes et même
honorables, qui se présentent en foule à la force ou à la dextérité
humaine, celui de tourmenter et de mettre à mort ses semblables? Cette
tête, ce coeur sont-ils faits comme les nôtres? Ne contiennent-ils rien
de particulier et d'étranger à notre nature? Pour moi, je n'en sais pas
douter. Il est fait comme nous extérieurement, il naît comme nous; mais
c'est un être extraordinaire, et, pour qu'il existe dans la famille
humaine, il faut un décret particulier, un _fiat_ de la puissance
créatrice. Il est créé comme un monde. Voyez ce qu'il est dans l'opinion
des hommes, et comprenez, si vous pouvez, comment il peut ignorer cette
opinion ou l'affronter! À peine l'autorité a-t-elle désigné sa demeure,
à peine en a-t-il pris possession, que les autres habitations reculent
jusqu'à ce qu'elles ne voient plus la sienne. C'est au milieu de cette
solitude et de cette espèce de vide formé autour de lui qu'il vit seul
avec sa femelle et ses petits, qui lui font connaître la voix de
l'homme; sans eux il n'en connaîtrait que les gémissements... Un signal
lugubre est donné; un ministre abject de la justice vient frapper à sa
porte et l'avertir qu'on a besoin de lui. Il part, il arrive sur une
place publique, couverte d'une foule pressée et palpitante. On lui jette
un empoisonneur, un parricide, un sacrilége; il le saisit, il l'étend,
il le lie sur une croix horizontale; il lève le bras: alors il se fait
un silence horrible, et l'on n'entend plus que le cri des os qui
éclatent sous la barre et les hurlements de la victime. Il la détache,
il la porte sur une roue; les membres fracassés s'enlacent dans les
rayons; la tête pend; les cheveux se hérissent, et la bouche, ouverte
comme une fournaise, n'envoie plus par intervalles qu'un petit nombre
de paroles sanglantes qui appellent la mort. Il a fini: le coeur lui
bat, mais c'est de joie; il s'applaudit, il dit dans son coeur: _Nul ne
roue mieux que moi_! Il descend; il tend sa main souillée de sang, et la
justice y jette de loin quelques pièces d'or qu'il emporte à travers une
double haie d'hommes écartés par l'horreur. Il se met à table, et il
mange; au lit ensuite, et il dort. Et le lendemain, en s'éveillant, il
songe à tout autre chose qu'à ce qu'il a fait la veille. Est-ce un
homme? Oui: Dieu le reçoit dans ses temples et lui permet de prier. Il
n'est pas criminel; cependant aucune langue ne consent à dire, par
exemple, qu'il est vertueux, qu'il est honnête homme, qu'il est
estimable, etc. Nul éloge moral ne peut lui convenir, car tous supposent
des rapports avec les hommes, et il n'en a point.

«Et cependant toute grandeur, toute puissance, toute subordination
repose sur l'exécuteur: il est l'horreur et le lien de l'association
humaine. Ôtez du monde cet agent incompréhensible; dans l'instant même
l'ordre fait place au chaos; les trônes s'abîment, et la société
disparaît. Dieu est l'auteur de la souveraineté, il l'est donc aussi du
châtiment. Il a jeté notre terre sur ces deux pôles; _car Jéhovah est le
maître des deux pôles, et sur eux il fait tourner le monde_.»


IX

Tel est ce livre, la grande oeuvre philosophique du comte de Maistre: un
style étonnant de vigueur et de souplesse; des vues neuves, profondes,
incommensurables d'étendue sur les législations, sur les dogmes, sur les
mystères, et quelquefois des plaisanteries déplacées en matière grave;
un grand génie doublé d'un sophiste, un _Diderot_ déclamateur dans un
philosophe chrétien et sincère, un Platon souvent, quelquefois un
Diogène. Ce livre fit plutôt secte que bruit à son apparition; on en
jeta çà et là quelques feuilles au vent, comme celles de la sibylle.
Aujourd'hui que nous venons de le relire refroidi par trente ans, nous y
trouvons plus de talent que de philosophie réelle; la pensée y est plus
hardie que forte, plus subtile que profonde, plus brillante que solide.
C'est une magnifique curiosité plutôt qu'un monument durable de l'esprit
humain. L'exagération y fausse tout, jusqu'à la vérité, qui est la
modération de l'esprit.


X

Quelque temps après les _Soirées de Pétersbourg_ parut le livre _du
Pape_. Le philosophe avait toujours touché dans M. de Maistre au
théologien. Publiciste de la monarchie dans le livre des _Considérations
sur la France_, il devenait le publiciste de la papauté dans ce dernier
livre.

Après avoir flatté la France, à laquelle l'auteur s'adresse comme à
l'arbitre de tous les succès en littérature sacrée ou profane, il
établit nettement la base d'une théocratie. «_Je suis parce que je
suis._ Tout gouvernement est absolu, et, du moment où l'on peut lui
résister sous prétexte d'erreur ou d'injustice, il n'existe plus. Tous
les souverains agissent comme infaillibles.» Ce dogme, qui supprime à la
fois le raisonnement et la résistance, une fois posé, l'auteur marche en
liberté vers la tyrannie, d'un pas plus ferme que Machiavel.

«L'Église est une monarchie,» poursuit-il, sans s'arrêter aux conciles
(grand rouage représentatif de cette monarchie des âmes chrétiennes).
Bossuet est fulminé ici pour avoir protesté avec l'autorité temporelle
des rois contre cette infaillibilité absolue des papes. M. de Maistre
justifie tout à la fois la déposition des souverains temporels et leur
excommunication par le souverain infaillible. Cela attaque le souverain,
dit-il, mais cela respecte la souveraineté. Cette distinction subtile le
satisfait pleinement. La souveraineté est respectée, en effet, mais
c'est dans celui qui la dépose ou qui la donne, c'est-à-dire dans le
pape. Il dit le dernier mot de la théocratie, il le justifie avec une
dialectique de jurisconsulte et avec une érudition théologique de Père
de l'Église.

Les bienfaits de la papauté en matière de moeurs, de civilisation et de
propagation universelle du christianisme, sont l'objet du second
volume. Il justifie cette maxime de César: _Le genre humain est fait
pour quelques hommes_, et il l'applique. «Partout, dit-il, le petit
nombre conduit le grand nombre. Cela est bon, car, sous une aristocratie
plus ou moins forte, la souveraineté ne l'est plus assez.» Le sacre des
monarques par l'autorité de Dieu, l'extinction de la liberté civile dans
le monde, l'administration morale par le sacerdoce, la suppression des
schismes par la puissance armée de l'unité dans la main du souverain
pontife, de tristes et éloquentes prophéties contre l'indépendance de la
Grèce à moins qu'elle ne reconnaisse l'autorité du pape, une adjuration
aux protestants pour recomposer l'unité en sacrifiant leur liberté
usurpée par la révolte contre Rome, des imprécations contre toute
philosophie non orthodoxe, une hymne à Rome, véritable _Te Deum_ d'un
autre Ambroise, complètent ce livre. Voici l'hymne du Tyrtée chrétien:

«Ô VILLE ÉTERNELLE, tout ce qui devait t'anéantir s'est réuni contre
toi, et tu es debout! et, comme tu fus jadis le centre de l'erreur, tu
es depuis dix-huit siècles le centre de la vérité! La puissance romaine
avait fait de toi la citadelle du paganisme, qui semblait invincible
dans la capitale du monde connu. Toutes les erreurs de l'univers
convergeaient vers toi, et le premier de tes empereurs, les rassemblant
en un seul point resplendissant, les consacra toutes dans le _Panthéon_.
Le temple de tous les dieux s'éleva dans tes murs, et, seul de tous ces
grands monuments, il subsiste dans toute son intégrité. Toute la
puissance des empereurs chrétiens, tout le zèle, tout l'enthousiasme,
et, si l'on veut même, tout le ressentiment des chrétiens se
déchaînèrent contre les temples. Théodose ayant donné le signal, tous
ces magnifiques édifices disparurent. En vain les plus sublimes beautés
de l'architecture semblaient demander grâce pour ces étonnantes
constructions; en vain leur solidité lassait les bras des destructeurs;
pour détruire les temples d'Apamée et d'Alexandrie il fallut appeler les
moyens que la guerre employait dans les siéges. Mais rien ne peut
résister à la proscription générale. Le _Panthéon_ seul fut préservé. Un
grand ennemi de la foi, en rapportant ces faits, déclare qu'il ignore
_par quel concours de circonstances heureuses le Panthéon fut_ conservé
jusqu'au moment où, dans les premières années du septième siècle, un
souverain pontife le consacra à _tous les saints_. Ah! sans doute il
l'_ignorait_; mais nous, comment pourrions-nous l'ignorer? La capitale
du paganisme était destinée à devenir celle du christianisme, et le
temple qui, dans cette capitale, concentrait _toutes_ les forces de
l'idolâtrie, devait réunir _toutes_ les lumières de la foi. _Tous les
saints_ à la place de tous les dieux! Quel sujet intarissable de
profondes méditations philosophiques et religieuses! C'est dans le
_Panthéon_ que le paganisme est rectifié et ramené au système primitif,
dont il n'était qu'une corruption visible. Le nom de Dieu sans doute est
exclusif et incommunicable; cependant _il y a plusieurs dieux dans le
ciel et sur la terre_. Il y a des intelligences, des _natures
meilleures_, des hommes divinisés. Les _dieux_ du christianisme sont les
_saints_. Autour de Dieu se rassemblent _tous les dieux_, pour le servir
à la place et dans l'ordre qui leur sont assignés.

«Ô spectacle merveilleux, digne de celui qui nous l'a préparé, et fait
seulement pour ceux qui savent le contempler!

«Pierre, avec ses clefs expressives, éclipse celles du vieux Janus. Il
est le premier partout, _et tous les saints_ n'entrent qu'à sa suite. Le
_dieu de l'iniquité_, Plutus, cède la place au plus grand des
thaumaturges, à l'humble _François_, dont l'ascendant inouï créa la
pauvreté volontaire, pour faire équilibre aux crimes de la richesse. Le
miraculeux Xavier chasse devant lui le fabuleux conquérant de l'Inde.
Pour se faire suivre par des millions d'hommes il n'appela point à son
aide l'ivresse et la licence; il ne s'entoura point de bacchantes
impures: il ne montra qu'une croix; il ne prêcha que la vertu, la
pénitence, le martyre des sens. _Jean de Dieu_, _Jean de Matha_,
_Vincent de Paul_ (que toute langue, que tout âge les bénissent!)
reçoivent l'encens qui fumait en l'honneur de l'homicide _Mars_, de la
vindicative _Junon_. La _Vierge immaculée_, la plus excellente de toutes
les créatures dans l'ordre de la grâce et de la sainteté, _discernée
entre tous les saints, comme le soleil entre tous les astres; la
première de la nature humaine qui prononça le nom de salut; celle qui
connut dans ce monde la félicité des anges et les ravissements du ciel
sur la route du tombeau; celle dont l'Éternel bénit les entrailles en
soufflant son esprit en elle et lui donnant un fils qui est le miracle
de l'univers_; celle à qui il fut donné d'enfanter son Créateur; qui ne
voit que Dieu au-dessus d'elle et que tous les siècles proclameront
heureuse; la divine Marie monte sur l'autel de _Vénus pandémique_. Je
vois le Christ entrer dans le _Panthéon_, suivi de ses évangélistes, de
ses apôtres, de ses docteurs, de ses martyrs, de ses confesseurs, comme
un roi triomphateur entre, suivi des grands de son empire, dans la
capitale de son ennemi vaincu et détruit. À son aspect tous ces
_dieux-hommes_ disparaissent devant l'_homme-Dieu_. Il sanctifie le
_Panthéon_ par sa présence et l'inonde de sa majesté. C'en est fait:
_toutes_ les vertus ont pris la place de _tous_ les vices. L'erreur aux
cent têtes a fui devant l'indivisible vérité: Dieu règne dans le
_Panthéon_, comme il règne dans le ciel, au milieu _de tous les saints_.

«Quinze siècles avaient passé sur la ville sainte lorsque le génie
chrétien, jusqu'à la fin vainqueur du paganisme, osa porter le Panthéon
dans les airs, pour n'en faire que la couronne de son temple fameux, le
centre de l'unité catholique, le chef-d'oeuvre de l'art humain, et la
plus belle demeure terrestre de _celui_ qui a bien voulu demeurer avec
nous, _plein d'amour et de vérité_.»


XI

Voilà tout ce livre _du Pape_, oeuvre très-savante, quoique
très-décousue, inférieure aux _Soirées de Pétersbourg_, et qui cependant
produisit plus de gloire à l'écrivain, parce qu'elle fut adoptée à son
apparition par les Chateaubriand, les Bonald, les Lamennais, hommes
éclatants de la restauration théocratique en France à cette époque. Ils
adoptèrent M. de Maistre comme un auxiliaire envoyé d'en haut à leur
parti. Sans cet esprit de parti, qui donne non pas la vie, mais le
bruit, aux ouvrages des hommes, ce livre n'aurait été que le manifeste
de la théocratie; ils en firent dans leurs journaux le manifeste de
l'Esprit-Saint. Ce livre n'est plus guère lu aujourd'hui que par les
légistes sacrés ou par les érudits du sanctuaire. C'est un arsenal de
science ecclésiastique.

Il en fut de même de son livre de controverse sur l'Église anglicane, où
il a raison contre Bossuet et tort contre l'indépendance des nations.
Dans ses lettres sur l'inquisition espagnole il est plus qu'un étrange
sophiste: il fausse l'histoire pour justifier une barbarie. Ce n'est pas
là un livre, c'est un pamphlet. Le goût du paradoxe rendait
rétrospectivement cruel en théorie le plus doux et le plus gai des
hommes. Il ne faut pas badiner avec le sang.


XII

À partir de ce moment, le comte de Maistre ne se retrouve plus que dans
le recueil de ses lettres familières, publiées par sa famille. Ce n'est
plus là l'arsenal de l'esprit de parti; c'est le portefeuille d'un homme
de bien, d'un homme de coeur, d'un homme d'esprit. Nous ne pouvons
résister au plaisir d'en citer quelques fragments, et ces fragments ont
pour nous un charme plus exquis encore, parce que nous pouvons y ajouter
son accent ému de tendresse et sa physionomie rayonnante de saine
gaieté.

«Mon très-cher enfant, écrit-il, de Pétersbourg, à sa fille Constance,
qu'il n'avait pas vue naître, et dont il se faisait une charmante image,
justifiée par la nature et par l'intelligence, mon très-cher enfant, il
faut absolument que j'aie le plaisir de t'écrire, puisque Dieu ne veut
pas encore me donner celui de te voir. Peut-être tu ne sauras pas me
lire couramment, mais tu ne manqueras pas de gens qui t'aideront à
déchiffrer l'écriture de ton vieux papa. Ma chère petite Constance,
comment donc est-il possible que je ne te connaisse point encore, que
tes jolis petits bras ne se soient point jetés autour de mon cou, que
les miens ne t'aient point mise sur mes genoux pour t'embrasser à mon
aise? Je ne puis me consoler d'être si loin de toi; mais prends bien
garde, mon cher enfant, d'aimer ton papa comme s'il était à côté de toi.
Quand même tu ne me connais pas, je ne suis pas moins dans ce monde, et
je ne t'aime pas moins que si tu ne m'avais jamais quitté. Tu dois me
traiter de même, ma chère petite, afin que tu sois tout accoutumée à
m'aimer quand je te verrai, et que ce soit tout comme si nous ne nous
étions jamais perdus de vue. Pour moi je pense continuellement à toi,
et, pour y penser avec plus de plaisir, j'ai fabriqué dans ma tête une
petite figure espiègle, qui me semble être ma Constance...»

Et à son fils, qu'il se disposait à appeler en Russie pour y commencer
sa fortune:

«Il faut que tu me remplaces auprès de ta mère quand je n'y suis pas, et
que tu sois son premier ministre de l'intérieur. Ce que tu me dis de
Chambéry m'a serré le coeur; je suis cependant bien aise que tu aies vu
par toi-même l'effet inévitable d'un système dont nous avons eu le
bonheur de te séparer entièrement. Ton âme est un papier blanc sur
lequel nous n'avons point permis au diable de barbouiller, de façon que
les anges ont pleine liberté d'y écrire tout ce qu'ils voudront, pourvu
que tu les laisses faire. Je te recommande l'application par-dessus
tout. Si tu m'aimes, si tu aimes ta mère et tes soeurs, il faut que tu
aimes ta table: l'un ne peut pas aller sans l'autre. Je puis attacher ta
fortune à la mienne si tu aimes le travail, autrement tout est perdu.
Dans le naufrage universel, tu ne peux aborder que sur une feuille de
papier: c'est ton arche, prends-y garde. Je mets au premier rang une
écriture belle et aisée. L'allemand est une fort bonne chose, et qui
probablement te sera fort utile. Ainsi nous nous sommes entendus à ce
sujet. Adieu, mon cher Rodolphe.»

Et à sa fille aînée, Adèle, les conseils contraires sans cesse
renouvelés, pour la prémunir contre son antipathie innée, la femme
savante, la femme de lettres, la femme masculine, paradoxe de son sexe:

«Tu as probablement lu dans la Bible, ma chère Adèle: _La femme forte
entreprend les ouvrages les plus pénibles, et ses doigts ont pris le
fuseau_. Mais que diras-tu de Fénelon, qui décide avec toute sa douceur:
_La femme forte file, se cache, obéit et se tait_? Voici une autorité
qui ressemble fort peu aux précédentes, mais qui a bien son prix
cependant: c'est celle de Molière, qui a fait une comédie intitulée
_les Femmes savantes_. Crois-tu que ce grand comique, ce juge
infaillible des ridicules, eût traité ce sujet s'il n'avait pas reconnu
que le titre de femme savante est en effet un ridicule? Le plus grand
défaut pour une femme, mon cher enfant, _c'est d'être homme_. Pour
écarter jusqu'à l'idée de cette prétention défavorable, il faut
absolument obéir à Salomon, à Fénelon et à Molière: ce trio est
infaillible. Garde-toi bien d'envisager les ouvrages de ton sexe du côté
de l'utilité matérielle, qui n'est rien; ils servent à prouver que tu es
femme et que tu te tiens pour telle, et c'est beaucoup. Prie ta mère de
t'acheter une jolie quenouille et un joli fuseau.»

Il s'acharne à cette pensée juste des différentes fonctions d'esprit des
sexes différents, et, comme toutes les vérités, il finit par l'exagérer.

«Voltaire a dit, à ce que tu me dis (car pour moi je n'en sais rien;
jamais je ne l'ai tout lu, et il y a trente ans que je n'en ai pas lu
une ligne), _que les femmes sont capables de faire tout ce que font les
hommes_, etc. C'est un compliment fait à quelque jolie femme, ou bien
c'est une des cent mille et mille sottises qu'il a dites dans sa vie. La
vérité est précisément le contraire. _Les femmes n'ont fait aucun
chef-d'oeuvre dans aucun genre_; elles n'ont fait ni l'_Iliade_, ni
l'_Énéide_, ni la _Jérusalem délivrée_, ni _Phèdre_, ni _Athalie_, ni
_Rodogune_, ni _le Misanthrope_, ni _Tartufe_, ni _le Joueur_, ni le
Panthéon, ni l'église de Saint-Pierre, ni la Vénus de Médicis, ni
l'Apollon du Belvédère, ni le Persée, ni le livre des _Principes_, ni le
_Discours sur l'Histoire universelle_, ni _Télémaque_. Elles n'ont
inventé ni l'algèbre, ni les télescopes, ni les lunettes achromatiques,
ni la pompe à feu, ni le métier à bas, etc.; mais elles font quelque
chose de plus grand que tout cela: c'est sur leurs genoux que se forme
ce qu'il y a de plus excellent dans le monde: _un honnête homme et une
honnête femme_. Si une demoiselle s'est laissé bien élever, si elle est
docile, modeste et pieuse, elle élève des enfants qui lui ressemblent,
et c'est le plus grand chef-d'oeuvre du monde. Si elle ne se marie pas,
son mérite intrinsèque, qui est toujours le même, ne laisse pas aussi
que d'être utile autour d'elle d'une manière ou d'une autre. Quant à la
science, c'est une chose très-dangereuse pour les femmes: on ne connaît
presque pas de femmes savantes qui n'aient été ou malheureuses ou
ridicules par la science. Elle les expose habituellement au petit danger
de déplaire aux hommes et aux femmes (pas davantage): aux hommes, qui ne
veulent pas être égalés par les femmes, et aux femmes, qui ne veulent
pas être surpassées. La science, de sa nature, aime à paraître; car nous
sommes tous orgueilleux. Or voilà le danger; car la femme ne peut être
savante impunément qu'à la charge de cacher ce qu'elle sait avec plus
d'attention que l'autre sexe n'en met à le montrer. Sur ce point, mon
cher enfant, je ne te crois pas forte; ta tête est vive, ton caractère
décidé: je ne te crois pas capable de te mordre les lèvres lorsque tu es
tentée de faire une petite parade littéraire. Tu ne saurais croire
combien je me suis fait d'ennemis jadis pour avoir voulu en savoir plus
que nos chers Allobroges.»

«Le chef-d'oeuvre des femmes, écrit-il ailleurs à sa seconde fille
Constance, c'est de comprendre ce qu'écrivent les hommes.» Il y a dans
ses oeuvres un volume entier de ces tendresses, de ces conseils et de
ces badinages de coeur et de plume avec ses chères filles, et ce volume
n'a point de paradoxe parce que le sentiment n'en a pas.


XIII

Ainsi s'écoulèrent ces longues années d'éloignement de sa patrie,
jusqu'au moment où la chute de Napoléon et les traités de 1815
ressuscitèrent le Piémont et l'agrandirent même contre la France par
l'incorporation de l'antique république de Gênes, annexée par ces
traités au Piémont. La famille du comte de Maistre l'avait enfin rejoint
en Russie. L'exil était plus doux, mais c'était toujours l'exil. Le
prosélytisme religieux du comte de Maistre commençait à offusquer
l'empereur Alexandre et son gouvernement; la faveur de l'écrivain
ultra-catholique baissait à la cour. L'ambition naturelle, qui n'avait
jamais cessé de lui faire sentir sa valeur comme homme politique, lui
faisait sans cesse tourner ses regards vers Turin, pour voir si on ne
l'appellerait pas au ministère. La cour de Turin se souvenait trop de sa
conduite compromettante dans l'affaire de Savary et de Napoléon pour lui
confier le maniement très-délicat d'une politique qui ne pouvait vivre
que de ménagements et de prudence envers la France, l'Angleterre et
l'Autriche. C'était pour cette cour une décoration littéraire qu'elle ne
pouvait négliger sans honte, mais ce n'était pas une force qu'elle pût
employer sans défiance. L'éloignement avec un titre honorable était ce
qui convenait au roi de Sardaigne pour son illustre embarras; mais la
nécessité de complaire à la cour de Russie, qui se plaignait de l'excès
d'activité théologique du comte de Maistre, exigeait son rappel à Turin.
Il fut rappelé en 1817 avec le titre de président des cours suprêmes du
royaume et de ministre d'État sans portefeuille. C'était l'_otium cum
dignitate_, le loisir honorifique du vieil âge; rien ne convenait moins
au fond à un esprit qui ne vieillissait pas et à une ambition de pouvoir
que la piété même ne pouvait totalement amortir. Il s'arrêta pendant
quelques mois dans sa chère Savoie, au sein de cette famille d'élite
qui lui faisait une cour de tendresse et d'honneur. Ces jours de halte
furent sans aucun doute les plus doux de toute sa vie; c'est alors que
j'eus le bonheur de le connaître. On le regardait comme un monument que
la distance avait grandi et que l'on croyait destiné à grandir encore
dans l'avenir par quelque éclatante reconnaissance de la cour de Turin.
Il le croyait évidemment lui-même; sa déception fut l'amertume de ses
dernières années.

À son arrivée à Turin il sentit, sans pouvoir se le persuader, qu'il ne
serait plus qu'une illustration honorée, mais importune, offusquant son
propre gouvernement. Ses plaintes confidentielles à cet égard dans sa
correspondance intime sont amères. On y sent une résignation mal
résignée qui murmure au fond du coeur sous un sourire de convention.

Écoutez cette plainte désespérée à sa confidente chérie, sa fille
Constance, laissée derrière lui à Chambéry.

                                               «Turin, septembre 1817.

«Les visites, les devoirs de tout genre m'obsèdent; je me tuerais si je
ne craignais de te fâcher. Hélas! tout est inutile; le dégoût, la
défiance, le découragement sont entrés dans mon coeur. Une voix
intérieure me dit une foule de choses que je ne veux pas écrire.
Cependant je ne dis pas que je me refuse à rien de ce qui se présentera
naturellement; mais je suis sans passion, sans désir, sans inspiration,
sans espérance. Je ne vois d'ailleurs, depuis que je suis ici, aucune
éclaircie dans le lointain, aucun signe de faveur quelconque; enfin rien
de ce qui peut encourager un grand coeur à se jeter dans le torrent des
affaires. Je n'ai pas encore fait une seule demande, et, si j'en fais,
elles seront d'un genre qui ne gênera personne. En réfléchissant sur mon
inconcevable étoile je crois toujours qu'il m'arrivera tout ce que je
n'attends pas.»

Son amour-propre du moins, à défaut de son ambition active, fut
satisfait du rang qu'on lui donna à Turin.

Il écrit à M. de Bonald: «Vous voulez sans doute que je vous dise un
petit mot de moi. Ma place (de régent de la grande chancellerie)
revient à peu près à _vice-chancelier_, et me met à la tête de la
magistrature, au-dessus des premiers présidents. Quant au titre de
ministre d'État, joint à la dignité de régent, il ne suppose pas des
fonctions particulières, ni la direction d'un département. Il m'élève
seulement assez considérablement dans la hiérarchie générale, et donne
de plus à ma femme une fort belle attitude à la cour, hors de la ligne
générale.»

Il revient souvent sur ces dignités dans ses lettres et ses différentes
correspondances. Il en était fier, comme on voit, mais nullement
satisfait: il lui fallait la réalité autant que la dignité du pouvoir.
Son oisiveté le consumait autant que son génie; il y faisait diversion
par une immense correspondance avec tous les esprits supérieurs de
l'Europe qui sympathisaient avec ses principes en religion ou en
monarchie. Ne pouvant être ministre, il était devenu oracle. Il
prophétisait encore après la restauration de l'Europe accomplie des
erreurs et des expiations. Le temps ne pouvait manquer de les justifier.
Ses interlocuteurs ordinaires dans ses derniers jours étaient M. de
Chateaubriand, M. de Bonald, M. de Lamennais, plumes irritées alors
contre l'esprit moderne, qui faisaient écho à ses colères. Leurs
lettres, et surtout les lettres de M. de Bonald, sont aussi éloquentes
et plus sensées que celles de son correspondant savoyard. Le point
d'optique de Paris était plus vrai que celui de Turin pour juger la
marche du monde.

Le comte de Maistre mourut en prophétisant encore. Appelé au conseil des
ministres pour y délibérer sur quelque question oiseuse de législation à
réformer: «Messieurs, dit-il, la terre tremble, et vous voulez bâtir!»

Quelques jours après il n'était plus, et la révolution de 1821 éclatait
à Turin. Il était mort entouré de sa femme, de ses enfants, de ses amis;
il s'éteignit dans la prière et dans l'espérance. Sa vie n'avait été
qu'un long acte de foi. Son nom fut pour sa famille son plus bel
héritage. Le monde récompensa dans son fils et dans ses filles son
immense renommée. Cette renommée sera-t-elle éternelle? J'incline à
croire que non, car il y a trop d'alliage dans la monnaie d'idées qu'il
a frappée à son coin pour que la valeur n'en baisse pas avec le temps.
Il y a un mauvais symptôme de gloire; ce mauvais symptôme, c'est
l'engouement. Pourquoi l'engouement est-il l'apparence et cependant
l'opposé de la gloire? C'est que l'engouement n'est que la passion
publique et intéressée du moment pour un homme ou pour une oeuvre qui
servent momentanément cette passion publique. Une fois la passion
éteinte ou morte, la popularité s'éteint ou meurt avec elle. La gloire,
au contraire, ne s'attache qu'aux vérités permanentes et ne se ratifie
que par la postérité. Or la postérité ne goûte pas les sophistes, même
les sophistes vertueux. Il y a trop de sophiste dans le comte de
Maistre: dans sa politique il y a trop de passion d'esprit; dans sa
religion il y a trop d'exagération d'idées; dans ses prophéties il y a
trop de jactance; dans son style même, le plus réel de ses titres, il y
a encore trop de facétie. La vérité ne rit pas, elle pense.


XIV

Faites abstraction de vos croyances, quelles qu'elles soient, et
mettez-vous par la pensée au point de vue d'un homme de talent ou de
génie qui veut, après une longue éclipse d'incrédulité, restaurer le
christianisme dans l'esprit humain. Que fera cet homme?

Il s'efforcera de donner aux dogmes de la religion révélée l'expression
la plus admissible par la raison pieuse de l'esprit humain; il rejettera
sur la barbarie des âges de ténèbres les actes coupables ou les
pratiques regrettables dont l'intolérance et les supplices ont
déshonoré, par la main des rois, des peuples ou des pontifes, la
sainteté morale de la religion chrétienne; il ne rendra pas le culte
solidaire de la politique; il ne fera pas de Dieu le complice de
l'homme; il ne bravera pas à chaque phrase la raison humaine par des
défis de foi ou de servilité d'esprit qui révoltent l'homme, qui
scandalisent l'intelligence et qui le repoussent par l'excès de
superstition dans l'impiété. Sa foi sera raisonnable et sa raison
pieuse. Il rapprochera ainsi la foi du siècle et le siècle de la foi.
Voilà évidemment l'oeuvre d'un écrivain religieux, utile à la cause
qu'il veut défendre. La partie théologique de l'oeuvre de M. de
Maistre, dans le livre _du Pape_, dans les _Soirées_, dans le
panégyrique de _l'Inquisition_, est entièrement le contre-pied de ce que
nous venons de présenter comme l'idéal d'une théologie moderne et d'un
prosélytisme efficace du christianisme. Il exagère, il brave, il défie,
il invective, il irrite. Son argumentation n'est qu'une perpétuelle
ironie socratique et quelquefois une facétie voltairienne contre tous
ceux qu'il semble vouloir insulter plus que convaincre. Il va jusqu'à
l'absurde et jusqu'au supplice, comme vous l'avez vu dans la diatribe où
il demande la potence pour tout homme qui exprimera, en matière de
conscience, _une opinion différente de celle des prélats ou des grands
officiers de l'État_.

Que serait un autel entouré de potences? Est-ce là de la théologie
persuasive? N'est-ce pas plutôt une provocation à toute âme indépendante
qui veut adorer et non trembler? _La Terreur_ raisonnait-elle autrement
en France en promenant de ville en ville l'instrument du supplice sur
les ruines des temples dont elle immolait les ministres? M. de Maistre
est presque partout un terroriste d'idée, qui verse des flots d'encre
au lieu de sang, mais qui ne dissimule pas ses regrets et son admiration
pour les siècles où l'on mêlait l'encre des disputes théologiques avec
le sang. Nous savons bien, encore une fois, que ce sont là des
plaisanteries; mais des plaisanteries sanglantes sont-elles à leur place
dans la bouche d'un homme qui parle au nom d'un Dieu victime et qui en
ferait ainsi un Dieu bourreau? Non, une pareille théologie ne pourrait
persuader que des esclaves. M. de Maistre, en la présentant au
dix-neuvième siècle, ne pouvait que nuire par son talent à la cause
qu'adorait sincèrement sa foi. Cette violence qu'il employait à servir
les intérêts spirituels et temporels de la papauté se retournait contre
le plus vénérable et le plus patient des pontifes, Pie VII, arraché de
son palais, déporté et emprisonné pour sa foi, quand ce pape, aussi
sacré par ses malheurs que par sa tiare, croyait devoir au salut de
l'Église des démarches contraires aux opinions ou aux passions de M. de
Maistre. Le publiciste de l'infaillibilité des papes poussait la révolte
jusqu'au sarcasme et jusqu'à des voeux de mort contre le pontife
représentant de l'autorité divine à ses yeux. Que devenait le double
dogme devant la passion?

                                                         «9 mars 1804.

«Il paraît qu'on est fort mécontent à Paris. Comme le pape y donne des
chapelets, et que tout est mode en France, on a fait à Paris une mode
des chapelets; chaque fille de joie a le sien. (Ici un mauvais quolibet
que nous rougirions de reproduire.) On s'y moque aussi joliment du
_bonhomme_, qui, en effet, n'est que cela, soit dit à sa gloire! Mais ce
n'est pas moins une très-grande calamité publique qu'un _bonhomme_ dans
une place et à une époque qui exigeraient un grand homme!»

Quelle leçon de respect dans le publiciste du respect!

Continuez à lire ce qu'il écrit à la même date. «Les forfaits d'un
Alexandre VI sont moins révoltants que cette hideuse apostasie de son
faible successeur. L'autre jour le comte Strogonof me demanda chez lui
ce que je pensais du pape. Je lui répondis: Monsieur le Comte,
permettez-moi de marcher à reculons pour lui jeter le manteau; je ne
veux pas commettre le crime de Cham. C'est ce que je pus trouver de plus
ministériel; car, si Noé entend qu'on nie son ivresse, il peut
s'adresser à d'autres qu'à moi.»

Et à quelques jours de là, après une imprécation contre le cardinal
Gonsalvi, le Fénelon de la cour romaine dans ce siècle: «Je n'ai point
de terme, ajoute-t-il, pour vous peindre le chagrin que me cause la
démarche du pape. S'il doit l'accomplir, je lui souhaite de tout mon
coeur la mort, etc., etc.»

De telles violences du fidèle des fidèles sont un triste exemple de la
révolte de l'esprit contre les maximes du système. Nous ne croyons donc
pas que les ouvrages théologiques du comte de Maistre aient fait aucun
bien à la religion. L'excès ne convertit pas, il scandalise, et la
révolte de l'esprit ne soumet pas le coeur.


XV

Quant à l'écrivain politique, on ne peut contester dans ses écrits un
esprit net, ferme, original, distinct de son siècle, supérieur aux
engouements momentanés et aux réactions du temps. Il pense seul, il voit
loin, il sent juste, il exprime puissamment: c'est un radical
monarchique. Il ne veut comprendre que les deux points extrêmes de
l'autorité et de l'obéissance, le pouvoir absolu, l'obéissance sans
réplique. L'aristocratie lui plaît comme image de la monarchie innée
dans la famille; la démocratie lui soulève le coeur de mépris comme
élément d'abjection ou de révolte. On dirait qu'il est né d'un autre
limon qu'elle. Il tient ce préjugé un peu déplacé et un peu insolent de
son séjour à Chambéry, où l'anoblissement d'hier par la fonction ou par
la faveur du prince établit une distance infranchissable entre la
noblesse et la bourgeoisie. C'est un publiciste de l'école des castes;
il était né pour être un législateur des Indes; mais, à ces systèmes et
à ces préjugés près, on ne peut lui refuser en politique de la grandeur,
de la profondeur, de l'horizon, de la nouveauté dans l'esprit; il ose
comme Machiavel, il analyse comme Montesquieu, il éclaire d'un mot comme
Tacite; il écrit autrement, mais aussi éloquemment que J.-J. Rousseau.
On peut le réfuter, on ne peut le mépriser; il force à l'admiration même
ses ennemis. Il eût été le premier des journalistes dans un pays de
gouvernement de discussion et de presse libre. Il ne lui manque, en
religion et en politique, qu'une chose: le sérieux, qui est la dignité
des convictions; il procède trop souvent, comme le caprice, par sauts et
par bonds. Au milieu des plus solennelles discussions il lui échappe une
saillie qui amuse, mais qui discorde avec le sujet. On a peine à croire
à la pleine conviction d'un philosophe ou d'un publiciste qui se
détourne à chaque instant de son chemin pour cueillir un bon mot, et qui
s'interrompt d'un dithyrambe par un éclat de rire. Voilà, selon nous,
les défauts du grand écrivain.

Mais son vrai triomphe est dans le style. Ici il est, non pas sans
égal, mais sans pareil. Solidité, éclat, propriété, mouvement, images,
souplesse, hardiesse, originalité, onction, brusquerie même, il a toutes
les qualités de la parole qui sait se faire écouter; et seul peut-être
de son siècle, même en y comprenant Voltaire, il n'imite rien ni
personne; il est le gentilhomme du Danube de son temps. Ses pensées
passeront ou sont passées, mais son style restera la durable admiration
de ceux qui lisent pour le plaisir de lire. On dirait que, comme
certaines fontaines de son pays qui pétrifient en un moment ce qu'on
jette dans leur bassin, il a le don de pétrifier en un instant ce qui
tombe dans sa pensée, tant ce qui en sort est moulé sur nature, revêtu
d'une surface impérissable, immortelle. Pour caractériser ce style il
faut trois noms: Bossuet, Voltaire, Pascal: Bossuet pour l'élévation,
Voltaire pour le sarcasme, Pascal pour la profondeur. Malheureusement
une inégalité continuelle, un goût plus allobroge que français, des
saccades fréquentes du sublime au quolibet déparent cette belle nature
de style. Il vise à l'effet autant qu'à la vérité; il délecte trop dans
l'_esprit_ cette grimace amusante, mais subalterne, du génie. Il veut
faire rire, et il était créé pour faire penser; il marche, en un mot,
entre Voltaire et Pascal, mais plus près de Pascal.


XVI

Mais, si l'écrivain a des faiblesses, l'homme en lui n'avait que des
vertus. Il les portait toutes sur son beau visage d'inspiré, d'où
semblait sortir d'un recueillement sacré un perpétuel oracle. Jamais je
n'oublierai l'impression qu'il faisait sur ses neveux et sur moi quand,
dans l'ombre du crépuscule, après des journées d'été passées dans le
silence de son cabinet de travail, il se promenait, entouré de ses
charmantes filles, sous les platanes de la vallée de Servolex, qui
l'avaient vu petit enfant et qui le revoyaient grand vieillard, revenu
du Caucase aux Alpes pour se reposer et mourir. Il s'arrêtait à chaque
instant, comme rappelé par quelque voix intérieure derrière lui, et il
improvisait des souvenirs, des plaisanteries ou des sublimités de
philosophie qui nous faisaient passer des larmes au fou rire et du fou
rire de la jeunesse à l'enthousiasme de l'admiration. Nous sentions
qu'un génie marchait devant nous. C'était le premier grand homme que
j'eusse encore approché de si près dans ma vie; j'étais fier de
l'entendre, et je me recueillais respectueusement pour me souvenir; je
ne prévoyais pas que j'aurais un jour à le juger comme philosophe et à
rendre témoignage de ses petites faiblesses et de sa haute vertu.

Pardonnez-moi, grand esprit qui planez maintenant dans une autre sphère
et qui contemplez d'un point de vue plus général, plus permanent, plus
divin et plus vrai, ce spectacle mobile, et cependant toujours le même,
de ce que nous appelons le monde, et qui n'est qu'une minute dans le
temps. Quarante années se sont écoulées depuis ces soirées de Chambéry
où vous prophétisiez en famille des évolutions d'idées et d'événements
qui devaient renouveler l'univers sur des plans humains que votre génie
un peu trop altier prêtait à la Providence; quarante ans sont passés,
et, à l'exception de nos cheveux qui blanchissent et de nos idées qui
ont mûri comme des fruits différents de saisons diverses, qu'y a-t-il de
si prodigieusement changé autour de nous et autour de votre tombeau dans
le monde? Ce monde s'agite toujours, dans la même anxiété, à la
poursuite de vérités ou de systèmes soi-disant immuables et définitifs,
et qui nous échappent toujours, comme l'horizon qui semble marcher
échappe au navigateur qui le poursuit sur la mer.

Ce Napoléon, qui avait fait fléchir un jour votre foi dans la légitimité
devant sa fortune, est mort à Sainte-Hélène peu de temps après vous. Ces
Bourbons, auxquels vous aviez tant de fois prédit une possession
éternelle du trône de Louis XIV, relevé par la main de Dieu, se sont
précipités eux-mêmes de ce trône pour avoir eu trop de foi dans des
théories semblables aux vôtres, et leur dernier descendant, sans
descendants, erre exilé de ses palais, comme un hôte d'un soir dans
l'hôtellerie de Venise. D'autres Bourbons, qui lui avaient succédé sans
autre titre qu'une longue et fatale compétition à son trône, sont tombés
dans leur usurpation élective comme lui dans son droit héréditaire. La
république, que vous prophétisiez suivie de proscriptions et
d'échafauds, a reparu pour abolir la peine de mort, les confiscations,
l'esclavage, et pour convier les classes et les opinions hostiles entre
elles à ne former qu'un seul peuple solidaire de la même liberté; elle a
péri par sa mansuétude, qui sera un jour son titre à quelque future
réhabilitation de la liberté. L'Empire, tombé en 1814 sous les ruines
qu'il avait faites par la guerre, s'est relevé en 1850, comme une pensée
interrompue qui n'a pas achevé ce qu'elle avait à dire; il a réussi par
la paix. Les souvenirs de gloire militaire, qui faisaient sa popularité
rétrospective dans l'imagination d'un peuple de soldats, semblent
aujourd'hui le contraindre à la guerre: l'Europe s'émeut de répugnance
au sang, dans tous ses cabinets et dans tous ses conseils politiques.
Cette chère Savoie, votre berceau, ne sait pas de quel côté elle va
rouler, du haut de ses montagnes, dans la lutte de l'Allemagne et de la
France. Votre Sardaigne va revoir les flottes anglaises. Votre Piémont,
que vous appeliez _un grain de sable auquel il était à jamais interdit
de grandir par sa nature évidemment secondaire_, consume ses forces sans
consumer son ambition; Turin entraîne fatalement l'Europe dans sa
cause, qui n'est pas encore celle de la véritable Italie. Votre Rome,
occupée par une armée de compression, tremble de la voir remplacer par
une armée de révolution. Votre souverain pontife ne sait pas s'il sera
demain souverain ou proscrit. Les batailles qui vont se livrer autour de
lui vont jouer sa couronne terrestre au jeu de la guerre. L'Italie
secoue son sol pour engloutir ce régime autrichien que vous détestiez
parce qu'il était à vos yeux trop complaisant pour la révolution
française. Et qui sait si, en secouant son sol de l'occupation
teutonique, elle ne secouera pas aussi ce qui était pour vous le trône
des trônes, le trône temporel des Papes?... Vous le voyez, toutes vos
conjectures sur le renouvellement des religions et du monde ont été
trompées. Le monde, plus vieux d'un demi-siècle, est exactement dans le
même état où vous l'avez laissé. Prophétisez donc, ô hommes
présomptueux, qui osez prendre votre sagesse pour celle de Dieu; mais,
si vous voulez prophétiser à coup sûr, annoncez au monde de demain le
monde à peu près semblable au monde de la veille, changeant de siècle
plutôt que de sort, flottant dans les mêmes oscillations entre l'erreur
et la vérité, cherchant sans cesse et ne trouvant jamais l'absolu que
dans ses désirs, _figure qui passe_, comme dit l'Écriture, mais qui
passe, hélas! par les mêmes sentiers!

Le comte de Maistre fut un de ces hommes qui présument trop de leur
propre infaillibilité et que la Providence punit dans leur mémoire
d'avoir trop empiété sur ses mystères. En système comme en politique il
ne sut pas assez douter: l'excès de la foi mène au fanatisme; mais, tel
qu'il fut, on ne pourra s'empêcher d'admirer et d'aimer en lui le plus
vertueux, le plus convaincu, le plus éloquent, le plus original, le plus
aimable des explorateurs d'idées.

                                                            LAMARTINE.



XLIVe ENTRETIEN.

EXAMEN CRITIQUE

DE L'HISTOIRE DE L'EMPIRE,

PAR M. THIERS.


I

Voici un grand livre! le livre du siècle, peut-être le livre de la
postérité sur notre époque! Pourquoi? C'est que ce livre est un des
monuments écrits les plus vastes qui aient jamais été conçus et exécutés
par une main d'homme; c'est que ce livre est une histoire, c'est-à-dire
une des oeuvres de l'esprit dans laquelle l'ouvrier disparaît le plus
dans l'oeuvre devant l'immense action de l'humanité qu'il raconte; c'est
qu'un tel livre n'est plus l'auteur, mais le monde, pendant une de ses
périodes d'activité de vingt-cinq ans; c'est que ce livre est le récit
de la vie d'un de ces grands acteurs armés du drame des siècles, acteurs
nécessaires selon les uns, funestes selon les autres (et je suis au
nombre des derniers), mais d'un de ces acteurs, dans tous les cas, qui
n'a de parallèle dans l'univers qu'avec Alexandre ou César; c'est que ce
livre remue en passant toutes les questions vitales et morales, de
religion, de philosophie, de superstition, de raison, de despotisme, de
liberté, de monarchie, de république, de législation, de politique, de
diplomatie, de guerre, de nationalité ou de conquête, qui agitent
l'esprit du temps et qui agiteront l'esprit de l'avenir jusque dans les
profondeurs de la conscience des peuples; c'est que ce livre est écrit
par une des intelligences non complètes (il n'y en a point de complète
devant l'énigme divine posée par la Providence, qui a seule le mot des
événements), mais par une de ces intelligences les plus lumineuses, les
plus précises, les plus studieuses, les plus universelles, et,
disons-nous le mot, en le prenant dans le sens honnête, les plus
correspondantes à la moyenne des intelligences, dont un écrivain ait
jamais été doué par la nature; c'est que ce livre, enfin, est aussi
remarquable par ce qu'il contient que par ce qui lui manque.

Ce qu'il contient, c'est le sens commun transcendant des multitudes
compris et rendu avec le génie de la clarté. Ce qu'il lui manque, nous
le dirons avec la même franchise et du premier mot, c'est la
philosophie, c'est la conscience, c'est la grande politique, c'est le
génie de la morale publique dominant le génie de l'ambition, de la
conquête et de la fortune.

En un mot, plus bref et plus résumé après réflexion, l'homme est dans
cette histoire, Dieu n'y est pas. L'histoire de M. Thiers est un paysage
sans ciel.

Un tel livre est peut-être ainsi, et par ce qu'il contient et par ce qui
lui manque, le monument le plus propre à fournir à ce Cours de
littérature le texte, les développements, les discussions, les
admirations, les critiques, les principes et les exemples de nature à
vous initier à ce genre de suprême littérature qu'on appelle
l'histoire.


II

Qu'est-ce que l'histoire? C'est la mémoire du genre humain.

C'est aussi la perpétuité de l'individualité humaine; car c'est le fil
continu qui relie entre eux le passé, le présent, l'avenir de l'homme,
considéré comme unité collective. Tant que l'histoire n'est pas
inventée, il y a des hommes, il n'y a pas d'humanité.

L'individu est tout, la race n'est rien; la mémoire lui manque; elle ne
sait ni d'où elle vient ni où elle va; elle n'a pas d'hier, et, n'ayant
point d'hier, elle ne sait pas si elle aura un demain. Brûlez toutes les
histoires, vous ferez la nuit dans le monde comme si vous éteigniez le
soleil: la mémoire est l'oeil qui voit ce qui fut.

C'est aussi l'expérience de la race humaine, et par là même c'est une
part immense dans la sagesse des nations. Effacez l'histoire, toutes les
théories de l'humanité seront neuves; aucune n'aura été éprouvée par
l'épreuve du feu, qui est l'application; il faudra recommencer à chaque
génération ce travail immense et long de l'expérience des siècles qui
nous a dotés de tout ce que nous savons sur nous-mêmes. C'est aussi
toute la politique, car la politique n'est que le résumé expérimental de
l'histoire.

C'est enfin toute la moralité de l'espèce humaine; car nulle part les
vertus et les crimes, vertus et crimes à longue échéance en politique,
ne reçoivent une plus lente, mais une plus infaillible rétribution que
dans l'histoire.

Si l'on vous disait donc que, de toutes les oeuvres écrites de l'esprit
humain, il n'y en aurait qu'une à sauver dans un second déluge, nous
dirions: Sauvons l'histoire! c'est autant que sauver l'humanité.

On voit quel respect, et nous disons même quel fanatisme nous professons
pour l'histoire, et par conséquent quelle haute idée nous nous faisons
d'un historien.


III

Or quelles qualités nous paraissent-elles nécessaires avant tout dans
l'écrivain qui ose saisir cette plume de Tacite?

Ces qualités sont immenses, diverses, rares à rencontrer dans un même
homme. C'est sans doute pourquoi il y a tant de poëtes, d'orateurs et
d'écrivains, et si peu d'historiens transcendants dans les bibliothèques
de tous les siècles.

Il faut d'abord, pour écrire, être écrivain, non pas écrivain de génie
comme Tacite, ou Machiavel, ou Thucydide, mais écrivain suffisant pour
que votre pensée se transmette, sinon avec relief, couleur et vie, dans
la pensée de vos lecteurs, du moins avec cette clarté, cette netteté, ce
bon ordre de composition et de faits qui représentent sincèrement les
hommes et les choses dont vous parlez à l'avenir.

Il faut connaître à fond les hommes, afin de ne pas peindre des
fantômes, mais des réalités.

Il faut avoir été initié, soit par la pratique personnelle, soit par la
fréquentation intime des hommes d'État, aux secrets de la politique, car
c'est de la politique surtout que traite l'histoire. Or la politique a
toujours deux aspects souvent très-différents: un aspect extérieur, sur
lequel le vulgaire juge par les apparences; un aspect intérieur et
intime, sur lequel les hommes d'élite jugent sur les réalités.

Il faut, si l'on écrit surtout l'histoire des pays de liberté, avoir été
mêlé aux assemblées populaires, avoir monté aux tribunes, avoir éprouvé
la portée de la parole des ministres, des orateurs, des tribuns, des
démagogues, sur l'oreille et sur les passions des multitudes; il faut
connaître par quels enthousiasmes, par quels engouements, par quels
intérêts et par quelles intrigues se groupent et se dissolvent, dans une
assemblée délibérante, les partis qui donnent ou qui retirent la
majorité aux gouvernements.

Et il faut, si l'on écrit de la guerre, ou l'avoir faite soi-même, ou
l'avoir étudiée jusque dans ses dernières minuties avec les hommes du
métier, pour décerner avec justice le blâme ou la gloire dans la défaite
ou dans la victoire. Ceci est la partie la plus problématique de
l'historien, car la victoire est souvent plus dans l'armée que dans le
général; victoire et hasard sont deux mêmes mots dans la langue des
batailles.

Il faut être philosophe, ou tout au moins honnête homme, car toute
histoire digne de ce nom doit être un cours de morale en action. Les
faits ne sont que des faits, c'est-à-dire des brutalités de la fortune,
de la force et du hasard. Le sens moral des faits est dans la moralité
historique de l'écrivain. Le mot fameux de Mirabeau: _La petite morale
tue la grande_, est le sophisme d'un ambitieux. Il n'y a pas deux
morales, parce qu'il n'y a pas deux consciences dans l'homme; il n'y en
a qu'une. Cette conscience ne change pas de nature en s'appliquant aux
grandes choses de la politique; elle s'agrandit, voilà tout. Au lieu
d'embrasser la vie d'un individu, elle embrasse la vie d'un empire.
C'est de la vertu à grandes proportions, mais c'est toujours de la
vertu, et la plus nécessaire des vertus, puisque c'est la vertu
publique.


IV

Il faut enfin que l'historien soit homme d'État, diplomate rompu par la
théorie, et s'il se peut par la pratique, à toutes les questions
intérieures ou extérieures qui intéressent la dignité, la grandeur
honnête et la sécurité de son pays; car, s'il ne connaît pas ces
questions, comment les jugera-t-il bien ou mal servies ou desservies
dans les actes diplomatiques, législatifs, militaires, des rois, des
empereurs ou des ministres dont il raconte les actes? Des vues
politiques droites, étendues et justes, sont une des qualités
indispensables de l'écrivain.

Voilà, selon nous et selon tout le monde, les conditions si rares et si
élevées que l'histoire bien faite exige du grand historien. Sans cela
vous avez un annaliste, un compilateur d'événements et de dates, mais un
historien, non. Son histoire ne sera qu'un registre.


V

Eh bien! nous le disons sans faveur comme nous le pensons sans
partialité, M. Thiers, par une prédestination heureuse pour son pays et
pour lui-même, nous paraît avoir été doué par la nature d'abord, par sa
vie ensuite, de la plupart de ces qualités natives ou acquises qui
doivent constituer l'historien éminent d'une grande page du livre du
monde. Nous disons d'avance, avec la même franchise, que ces qualités
n'existent pas pour nous dans son premier livre de l'_Histoire de la
Révolution_, livre superficiel et jeune, où rien n'est pesé, où rien
n'est approfondi, où rien n'est senti, où rien n'est peint; espèce
d'estampe mal coloriée de l'esprit, des choses, des hommes de la
Révolution française, semblable à ces portraits de fantaisie que l'on
colporte à la foule sur nos places publiques, et qu'on lui donne pour
l'image de ses grands capitaines, de ses grands orateurs ou de ses
grands événements.

Mais M. Thiers a prodigieusement grandi depuis ce temps-là. Il est de la
race de ces hommes qu'il ne faut pas prendre au premier mot, mais dont
il faut attendre le développement intellectuel, politique et moral,
développement qui ne s'arrête plus en eux qu'à la mort; hommes qui
grandiraient toujours en intelligence, en sagacité, en talent, si Dieu
n'avait pas mis à leur développement les bornes de leur existence
ici-bas. Il a eu ensuite toutes les conditions extérieures qui sont
nécessaires au rôle d'historien: ministre, orateur, chef de parti
assistant à toutes les péripéties du drame de son temps et à celles de
son propre drame.


VI

On s'étonnera peut-être de cette appréciation si élevée, sous notre
plume, d'un esprit dont nous avons été séparé, pendant toute notre vie
politique, par des dissentiments profonds d'opinions ou par des
dissensions de situation politique plus irréconciliables encore; mais
deux choses ont toujours dominé en nous ces antipathies fugitives
d'opinion ou de parti; ces deux choses sont l'attrait pour la justesse
d'esprit et la passion pour le talent. Or, cette justesse d'esprit et ce
talent dans la parole et dans l'action, nous les avons toujours reconnus
et aimés même dans nos adversaires. Personne, selon nous, ne les possède
de notre temps à un plus haut degré que M. Thiers. Ajoutons, aux motifs
de cet attrait involontaire en nous, deux qualités également
distinctives de cette riche nature, qualités par lesquelles M. Thiers se
dessine entre tous ses contemporains. L'une, c'est la merveilleuse
activité d'un esprit dispos, sans lassitude comme sans effort, à qui le
mouvement est aussi nécessaire que l'air qu'il respire, et qui, plutôt
que de ne pas agir, agirait même avec la légèreté du liége et
l'irréflexion de la plume. C'est un esprit grave quand il le faut, mais
jamais lourd. C'est aussi le caractère le plus leste et le plus
élastique qui ait jamais rebondi d'un pôle à l'autre dans la sphère de
la pensée ou de l'action.

La seconde de ces qualités, c'est la cordialité, c'est-à-dire cette
ouverture de coeur qui ne sait pas contenir la haine, et qui laisse
évaporer la colère après le combat, comme la fumée après le feu sur le
champ de bataille. Présomptueux peut-être, mais jamais pédant; bien
supérieur en cela à ces caractères gourmés chez qui la satisfaction
d'eux-mêmes est une hostilité envers tout ce qui prime, et qui, ne se
sentant pas assez au large dans leur talent réel, croient ajouter, par
leur orgueil, à ce qui manque à leur nature. Nous ne voulons pas dire
qu'il n'y ait pas une légitime confiance en soi-même dans M. Thiers;
quel est l'homme qui ne s'exagère pas un peu quand il se compare? mais
il y a une bonhomie de supériorité qui est la grâce de la présomption.
On la pardonne, parce qu'elle est naïve comme toute grâce et qu'elle
n'humilie personne en s'exaltant elle-même.

Cet attrait pour le talent et cet attrait pour la cordialité de
caractère sont les deux aimants qui m'ont toujours attiré vers M.
Thiers, quoiqu'à la distance de deux pôles qui ne se sont jamais
rapprochés.

Ah! combien n'ai-je pas regretté souvent, en l'écoutant ou en le lisant,
que les convenances mutuelles et que le respect extérieur pour nos
opinions m'empêchassent d'admirer de plus près une si belle
intelligence, et qu'un tel homme vécût à quatre pas de moi sans que je
jouisse à satiété de son entretien!

Nous nous croyons donc dans d'excellentes conditions d'impartialité pour
étudier avec vous ce livre; et si le plaisir est déjà un jugement
anticipé, nous pouvons laisser préjuger d'avance le nôtre, car nous
avons lu cinq fois cette histoire depuis la première page jusqu'au
dernier mot, et n'avons jamais fermé le volume qu'avec ce regret et avec
ce déboire qu'on éprouve en quittant trop tôt le commerce d'un grand
esprit.


VII

Cela dit, voyons d'abord dans quel système historique M. Thiers a écrit
son livre. Ce système, il l'expose tout entier lui-même dans un
AVERTISSEMENT DE L'AUTEUR qu'il a inséré dans son douzième volume. On a
dit qu'il avait écrit cet Avertissement _après coup_, dans l'intention
mesquine de rabaisser ses rivaux en histoire et de revendiquer pour lui
seul le mérite du grand historien, l'intelligence. Nous n'en croyons
rien: la jalousie est une petitesse et une gaucherie. Nous n'avons
jamais reconnu ni petitesse ni gaucherie dans l'esprit de cet homme
d'État et de cet écrivain; ce ne sont pas là les défauts que ses ennemis
eux-mêmes éplucheront dans sa rare nature. D'ailleurs ce système
historique, préconisé comme exclusif par M. Thiers dans cet
Avertissement, est trop conforme à son individualité intellectuelle pour
être en lui une théorie de circonstance. Ce système qui rapporte tout à
l'intelligence est l'homme même. Tel historien, telle histoire. Il n'y
a pas d'oeuvre de l'esprit dans laquelle l'homme se confonde plus avec
ce qu'il écrit. Nous croyons donc le système historique de M. Thiers
sincère. Nous allons le lui laisser exposer à lui-même, ici, dans de
belles pages, et nous vous dirons ensuite dans quelle mesure nous
l'approuvons, dans quelle mesure nous le combattons. Lisez d'abord
l'Avertissement.


VIII

«Je me suis avec confiance, dit M. Thiers, livré aux travaux historiques
dès ma jeunesse, certain que je faisais ce que mon siècle était
particulièrement propre à faire. J'ai consacré à écrire l'histoire
trente années de ma vie, et je dirai que, même en venant au milieu des
affaires publiques, je ne me séparais jamais de mon art, pour ainsi
dire.

«Lorsqu'en présence des trônes chancelants, au sein d'assemblées
ébranlées par l'accent de tribuns puissants ou menacées par la
multitude, il me restait un instant pour la réflexion, je voyais moins
tel ou tel individu passager, portant un nom de notre époque, que les
éternelles figures de tous les lieux et de tous les temps, qui à
Athènes, à Rome, à Florence, avaient agi autrefois comme celles que je
voyais se mouvoir sous mes yeux...

«L'observation assidue des hommes et des événements, ou, comme disent
les peintres, l'observation de la nature, ne suffit pas; il faut un
certain don pour bien écrire l'histoire. Quel est-il? Est-ce l'esprit,
l'imagination, la critique, l'art de composer, le talent de peindre? Je
répondrai qu'il serait bien désirable d'avoir tous ces dons à la fois,
et que toute histoire où se montre une seule de ces qualités rares est
une oeuvre appréciable et hautement appréciée des générations futures.
Je dirai qu'il y a, non pas une, mais vingt manières d'écrire
l'histoire, qu'on peut l'écrire comme Thucydide, Xénophon, Polybe,
Tite-Live, Salluste, César, Tacite, Commines, Guichardin, Machiavel,
Saint-Simon, Frédéric le Grand, Napoléon, et qu'elle est ainsi
supérieurement écrite, quoique très-diversement. Je ne demanderais au
Ciel que d'avoir fait comme le moins éminent de ces historiens pour être
assuré d'avoir bien fait et de laisser après moi un souvenir de mon
éphémère existence. Chacun d'eux a sa qualité particulière et saillante:
tel narre avec une abondance qui entraîne; tel autre narre sans suite,
va par saillies et par bonds, mais, en passant, trace en quelques traits
des figures qui ne s'effacent jamais de la mémoire des hommes; tel autre
enfin, moins abondant ou moins habile à peindre, mais plus calme, plus
discret, pénètre d'un oeil auquel rien n'échappe dans la profondeur des
événements humains, et les éclaire d'une éternelle clarté. De quelque
manière qu'ils fassent, je le répète, ils ont bien fait. Et pourtant n'y
a-t-il pas une qualité essentielle, préférable à toutes les autres, qui
doit distinguer l'historien, et qui constitue sa véritable supériorité?
Je le crois, et je dis tout de suite que, dans mon opinion, cette
qualité, c'est l'intelligence.

«Je prends ici ce mot dans son acception vulgaire, et, l'appliquant
seulement aux sujets les plus divers, je vais tâcher de me faire
entendre. On remarque souvent chez un enfant, un ouvrier, un homme
d'État, quelque chose qu'on ne qualifie pas d'abord du nom d'esprit,
parce que le brillant y manque, mais qu'on appelle l'intelligence, parce
que celui qui en paraît doué saisit sur-le-champ ce qu'on lui dit,
voit, entend à demi-mot; comprend, s'il est enfant, ce qu'on lui
enseigne; s'il est ouvrier, l'oeuvre qu'on lui donne à exécuter; s'il
est homme d'État, les événements, leurs causes, leurs conséquences;
devine les caractères, leurs penchants, la conduite qu'il faut en
attendre, et n'est surpris, embarrassé de rien, quoique souvent affligé
de tout. C'est là ce qui s'appelle l'intelligence, et bientôt, à la
pratique, cette simple qualité, qui ne vise pas à l'effet, est de plus
grande utilité dans la vie que tous les dons de l'esprit, le génie
excepté, parce qu'il n'est, après tout, que l'intelligence elle-même,
avec l'éclat, la force, l'étendue, la promptitude.

«C'est cette qualité appliquée aux grands objets de l'histoire qui, à
mon avis, est la qualité essentielle du narrateur, et qui, lorsqu'elle
existe, amène bientôt à sa suite toutes les autres, pourvu qu'au don de
la nature on joigne l'expérience, née de la pratique. En effet, avec ce
que je nomme l'intelligence on démêle bien le vrai du faux, on ne se
laisse pas tromper par les vaines traditions ou les faux bruits de
l'histoire; on a de la critique; on saisit bien le caractère des hommes
et des temps, on n'exagère rien, on ne fait rien de trop grand ou trop
petit, on donne à chaque personnage ses traits véritables; on écarte le
fard, de tous les ornements le plus malséant en histoire, on peint
juste; on entre dans les secrets ressorts des choses, on comprend et on
fait comprendre comment elles se sont accomplies; diplomatie,
administration, guerre, marine, on met ces objets si divers à la portée
de la plupart des esprits, parce qu'on a su les saisir dans leur
généralité intelligible à tous; et, quand on est arrivé ainsi à
s'emparer des nombreux éléments dont un vaste récit doit se composer,
l'ordre dans lequel il faut les présenter, on le trouve dans
l'enchaînement même des événements; car celui qui a su saisir le lien
mystérieux qui les unit, la manière dont ils se sont engendrés les uns
les autres, a découvert l'ordre de narration le plus beau, parce que
c'est le plus naturel; et si, de plus, il n'est pas de glace devant les
grandes scènes de la vie des nations, il mêle fortement le tout
ensemble, le fait succéder avec aisance et vivacité; il laisse au fleuve
du temps sa fluidité, sa puissance, sa grâce même, en ne forçant aucun
de ses mouvements, en n'altérant aucun de ses heureux contours; enfin,
dernière et suprême condition, il est équitable, parce que rien ne
calme, n'abat les passions comme la connaissance profonde des hommes. Je
ne dirai pas qu'elle fait tomber toute sévérité, car ce serait un
malheur; mais, quand on connaît l'humanité et ses faiblesses, quand on
sait ce qui la domine et l'entraîne, sans haïr moins le mal, sans aimer
moins le bien, on a plus d'indulgence pour l'homme qui s'est laissé
aller au mal par les mille entraînements de l'âme humaine, et on n'adore
pas moins celui qui, malgré toutes les basses attractions, a su tenir
son coeur au niveau du bon, du beau et du grand.

«L'intelligence est donc, selon moi, la faculté heureuse qui, en
histoire, enseigne à démêler le vrai du faux, à peindre les hommes avec
justesse, à éclaircir les secrets de la politique et de la guerre, à
narrer avec un ordre lumineux, à être équitable enfin, en un mot à être
un véritable narrateur. L'oserai-je dire? Presque sans art, l'esprit
clairvoyant que j'imagine n'a qu'à céder à ce besoin de conter qui
souvent s'empare de nous et nous entraîne à rapporter aux autres les
événements qui nous ont touché et il pourra enfanter des
chefs-d'oeuvre...

«L'intelligence complète des choses en fait sentir la beauté naturelle,
et les fait aimer au point de n'y vouloir rien ajouter, rien retrancher,
et de chercher exclusivement la perfection de l'art dans leur exacte
reproduction...»

«L'histoire, ajoute-t-il, c'est le portrait... Pour les rendre que
faut-il? Les comprendre...

«C'est la profonde intelligence des choses qui conduit à cet amour
idolâtre du vrai que les peintres et les sculpteurs appellent l'amour de
la nature. Alors on n'y veut rien changer, parce qu'on ne juge rien
au-dessus d'elle. En poésie on choisit, on ne change pas la nature; en
histoire on n'a pas même le droit de choisir, on n'a que le droit
d'ordonner. Si dans la poésie il faut être vrai, bien plus vrai encore
il faut être en histoire. Vous prétendez être intéressant, dramatique,
profond, tracer de fiers portraits qui se détachent de votre récit comme
d'une toile et se gravent dans la mémoire, ou des scènes qui émeuvent;
eh bien! tenez pour certain que vous ne serez rien de tout ce que vous
prétendez être, que vos récits seront forcés, vos scènes exagérées, et
vos portraits de pures académies. Savez-vous pourquoi? Parce que vous
vous serez préoccupé du soin d'être ou dramatique ou peintre. Au
contraire, n'ayez qu'un souci, celui d'être exact; étudiez bien un
temps, les personnages qui le remplissent, leurs qualités, leurs vices,
leurs altercations, les causes qui les divisent, et puis appliquez-vous
à les rendre simplement.... Si, pour systématiser vos récits, vous
n'avez pas cherché à les grouper arbitrairement, si vous avez bien saisi
leur enchaînement naturel, ils auront un entraînement irrésistible,
celui d'un fleuve qui coule à travers les campagnes. Il y a sans doute
de grands et petits fleuves, des bords tristes ou riants, mesquins ou
grandioses. Et pourtant, regardez à toutes les heures du jour, et dites
si tout fleuve, rivière ou ruisseau ne coule pas avec une certaine grâce
naturelle; si, à tel moment, en rencontrant tel coteau, en s'enfonçant à
l'horizon derrière tel bouquet de bois, il n'a pas son effet heureux et
saisissant? Ainsi vous serez, quelque soit votre sujet, si après une
chose vous en faites venir une autre, avec le mouvement facile, et tour
à tour paisible ou précipité de la nature.

«Maintenant, après une telle profession de foi, ai-je besoin de dire
quelles sont en histoire les conditions du style? J'énonce tout de suite
la condition essentielle, c'est de n'être jamais ni aperçu ni senti. On
vient tout récemment d'exposer aux yeux émerveillés du public, parmi les
chefs-d'oeuvre de l'industrie du siècle, des glaces d'une dimension et
d'une pureté extraordinaires, devant lesquelles les Vénitiens du
quinzième siècle resteraient confondus, et à travers lesquelles on
aperçoit, sans la moindre atténuation de contour ou de couleur, les
innombrables objets que renferme le palais de l'Exposition universelle.
J'ai entendu des curieux stupéfaits, n'apercevant que le cadre qui
entoure ces glaces, se demander ce que faisait là ce cadre magnifique,
car ils n'avaient pas aperçu le verre. À peine avertis de leur erreur,
ils admiraient le prodige de cette glace si pure. Si, en effet, on voit
une glace, c'est qu'elle a un défaut, car son mérite c'est la
transparence absolue.»

Et M. Thiers termine par ce beau résumé cette glorification de
l'intelligence en faisant de l'intelligence et de la justice une même
qualité dans l'historien, ce qui est vrai sans doute pour lui, mais
certes pas pour les autres; car Machiavel était fort intelligent, mais
nul ne lui a donné l'éloge d'être juste. La conscience seule peut être
juste. Il ajoute:

«Si j'éprouve une sorte de honte à la seule idée d'alléguer un fait
inexact, je n'en éprouve pas moins à la seule idée d'une injustice
envers les hommes. Quand on a été jugé soi-même, souvent par le premier
venu, qui ne connaissait ni les personnages, ni les événements, ni les
questions sur lesquelles il prononçait en maître, on ressent autant de
honte que de dégoût à devenir, un juge pareil. Lorsque des hommes ont
versé leur sang pour un pays souvent bien ingrat, quand d'autres pour ce
même pays ont consumé leur vie dans les anxiétés dévorantes de la
politique, l'ambition fût-elle l'un de leurs mobiles, prononcer d'un
trait de plume sur le mérite de leur sang ou de leurs veilles, sans
connaissance des choses, sans souci du vrai, est une sorte d'impiété!
L'injustice pendant la vie, soit! les flatteurs sont là pour faire la
contre-partie des détracteurs, bien que pour les nobles coeurs les
inanités de la flatterie ne contre-balancent pas les amertumes de la
calomnie; mais, après la mort, la justice au moins, la justice sans
adulation ni dénigrement, la justice, sinon pour celui qui l'attendit
sans l'obtenir, au moins pour ses enfants! Mais qui peut se flatter en
histoire de tenir les balances de la justice d'une main tout à fait
sûre? Hélas! personne, car ce sont les balances de Dieu dans la main des
hommes!»


IX

Cette belle théorie de l'intelligence, comme qualité première et
fondamentale de l'historien, est trop sensée pour que nous n'en
reconnaissions pas la justesse.

Cependant l'histoire n'est-elle qu'intelligence? M. Thiers ne le dit
pas, mais il fait tellement prédominer ce culte de l'intelligence dans
sa théorie, comme l'intelligence prédomine en lui et dans son livre, que
cette qualité absorbe évidemment dans son intention toutes les
autres.--Raisonnons cependant.

C'est là un système historique excellent pour l'_histoire technique_.

L'histoire technique est incontestablement le penchant de M. Thiers; nul
ne l'écrivit jamais aussi lumineuse que lui. Ce genre d'histoire a son
mérite quand il ne s'agit pour l'historien que de bien regarder et de
bien faire voir les faits; mais regarder ce n'est ni sentir ni juger: le
regard n'est pas un sentiment, le regard n'est pas un jugement; le
regard n'est qu'une perception presque indifférente, et, s'il est permis
de se servir d'une expression souvent citée depuis que M. Royer-Collard
en a enrichi la langue philosophique: _Ceci est brutal comme un fait_,
nous dirions que le regard participe de la brutalité du fait quand il ne
s'élève pas au-dessus du fait pour le sentir dans le coeur et pour le
juger dans la conscience.

L'intelligence, faculté pour ainsi dire neutre et indifférente, qui
suffît à l'_histoire technique_, ne suffit donc nullement à la grande
histoire. L'histoire technique montre seulement les objets; la grande
histoire les montre, les vivifie et les caractérise. Toutes les
histoires techniques de l'univers ne donneront pas un atome de moralité
à l'espèce humaine. Pour nous servir de la belle et juste comparaison de
M. Thiers quand il parle du style et qu'il le compare à une glace, glace
d'autant plus parfaite, dit-il, qu'elle se borne à réfléchir avec plus
de fidélité les objets, sans les colorier de teintes empruntées à sa
propre surface, nous dirons que c'est rabaisser l'intelligence que de
l'assimiler à un miroir inerte. Une glace est l'intelligence de la
matière. Dans l'ordre matériel, le miroir doit se borner, en effet, à
réfléchir et à reproduire avec une fidélité neutre les objets; mais,
dans l'ordre intellectuel et moral, le miroir, qui est l'âme vivante de
l'homme, doit non-seulement reproduire, il doit penser, il doit sentir,
il doit juger ce qu'il reproduit. Ce n'est qu'à cette condition que
l'historien est un homme, ce n'est qu'à cette condition qu'il fait
penser, sentir, juger son lecteur. Avec l'intelligence seule il est une
glace; avec la pensée, le sentiment, la conscience, le jugement, il est
un historien.

Qu'aurait dit Tacite, le plus réellement intelligent des historiens,
parce qu'il est le plus ému, le plus passionné et le plus vertueux des
hommes, s'il avait lu cette théorie froide de M. Thiers, qui conteste à
l'histoire sa passion, sa conscience, son indignation, son enthousiasme,
et tout ce que Tacite appelle avec raison l'éloquence du récit? Tacite
aurait cessé d'être Tacite, il aurait brisé sa plume, puisqu'on lui
commandait de briser son coeur, sa conscience, son jugement sur le monde
romain qu'il raconte, et, à la place du plus éloquent et du plus coloré
des historiens, le monde n'aurait eu qu'un nomenclateur technique, un
miroir inerte, qui n'aurait pas même eu le droit de haïr la tyrannie, la
démence, la servilité, la boue et le sang qu'il aurait réfléchis dans sa
métallique et immorale limpidité d'intelligence.

Ce n'est pas là la pensée de M. Thiers, nous le savons bien, mais c'est
là où conduirait sa théorie historique de l'intelligence supérieure à
tout dans le récit des événements humains. L'intelligence, selon nous,
n'est ni supérieure ni inférieure dans l'histoire: elle est nécessaire;
mais l'émotion qui fait sentir, la pensée qui fait réfléchir, et la
conscience qui fait juger, ne sont ni plus ni moins nécessaires que
l'intelligence. Avec l'intelligence seule vous avez le _fait_, que M.
Thiers semble préférer à tout; avec l'intelligence, l'émotion, la
pensée, la conscience et le talent de bien écrire, vous aurez la grande
histoire. Polybe d'un côté; Tacite de l'autre, choisissez! Le monde a
déjà choisi.

Après ces observations, rendues indispensables par l'avertissement
historique de M. Thiers, entrons largement dans l'exposition, dans
l'admiration et dans la critique de ce magnifique monument du Consulat
et de l'Empire. Ici, comme cela se rencontre souvent en littérature,
l'exécution est bien supérieure à la théorie. C'est le système qui
parle, tandis que dans l'exécution c'est la nature qui agit. La nature,
dans M. Thiers, est bien supérieure au système. Il a fait le système
avec sa volonté; il a fait son histoire avec sa nature.


X

Cependant il y a dans cette belle nature de M. Thiers un élément qu'il
se vante d'avoir à un haut degré, un élément dont il s'excuse
quelquefois avec habileté, dont il se loue souvent lui-même avec
orgueil; élément qui est, selon nous et selon le bon sens, une bonne
condition pour la popularité, une mauvaise condition pour la grande
histoire. Cet élément de la nature de M. Thiers, c'est l'excès de
nationalisme; c'est une espèce de patriotisme littéraire qui compte la
patrie pour tout et le monde pour peu; c'est, en conséquence, un
engouement irréfléchi de militarisme empanaché, qui, voyant toujours le
droit où est la patrie, et la patrie à travers la fumée de tous les
champs de bataille, à quelque distance qu'ils soient de nos frontières,
s'enivre non comme un historien, mais comme un combattant, de poudre et
de gloire, ne voit plus dans la nation qu'une armée, et dans le chef
d'armée qu'un maître du monde par droit de discipline et de victoire. On
a dit de Buffon qu'il écrivait l'histoire naturelle avec des manchettes;
on dirait presque de M. Thiers qu'il écrit l'histoire nationale avec une
plume arrachée au plumet d'un grenadier.

Ce n'est plus là l'_histoire morale_ dont nous parlions tout à l'heure,
c'est l'histoire populaire, c'est l'histoire soldatesque, c'est
l'histoire écrite sur l'affût d'un canon, au point de vue de la vanité
nationale et non au point de vue de la justice universelle; c'est, selon
nous, un point de vue très-incomplet. Si, quand il s'agit de défendre ou
d'honorer sa patrie, on ne saurait être trop national, il n'en est pas
de même quand il s'agit de la juger. On est solidaire du salut de la
patrie, on n'est pas solidaire de ses fautes, pas même de ses vanités,
encore moins de ses crimes. Dans l'action on doit combattre jusqu'à la
mort pour son pays; dans le jugement historique on ne doit écrire que
pour le bon droit, la vérité, la justice. Le patriote a une patrie;
l'historien en a une comme homme, il n'en a point comme historien. Qu'il
jouisse avec un légitime orgueil des exploits de ses compatriotes sur le
champ de bataille, c'est bien; mais si ces exploits lui éblouissent les
yeux jusqu'à lui faire oublier le droit aussi sacré et la valeur souvent
égale des autres peuples, ce n'est plus de l'histoire, c'est de
l'injustice patriotique et de la jactance nationale.

Cette faiblesse de M. Thiers pour tout ce qui porte le nom, le coeur, le
drapeau français, contribuera sans doute à la vogue militaire de son
livre dans son temps et dans son pays; mais cette noble faiblesse ne
contribuera pas, dans l'avenir, à l'universalité d'estime que ce livre
mérite et qu'il obtiendra sous d'autres rapports. Le patriotisme
militaire du patriote fera qu'on se défiera de l'historien. Un pareil
livre, pour être universel et éternel, doit être cosmopolite. L'univers
n'est ni français, ni russe, ni anglais, ni espagnol, ni germain; il est
l'univers. L'historien doit cesser d'être exclusivement Français, il
doit se faire universel comme son sujet.

Cette même faiblesse de M. Thiers pour la gloire militaire de sa
patrie, patrie qu'il ne voit trop souvent que dans ses armées, a dû lui
donner de bonne heure une faiblesse enthousiaste pour le chef de ces
armées, Napoléon. Ceci peut être une prévention, mais ce n'est pas un
malheur. Tout historien doit aimer son héros; nous ne reprochons pas à
M. Thiers d'aimer Napoléon, mais de l'aimer aux dépens de la vérité, de
la moralité, de la liberté et de la justice. Nous n'aurons que trop
souvent, dans ce commentaire, à montrer combien cet amour pour l'homme
du siècle fait pallier à M. Thiers ses fautes, toutes les fois que ses
fautes ne finissent pas par un désastre. Le succès ferme trop souvent
les yeux de M. Thiers sur les fautes ou sur les attentats des heureux.
C'est un écrivain complice de la fortune; il ne reconnaît le tort que
quand le tort est puni par le revers. Cependant il y a aussi de grandes
et sévères justices faites par l'historien dans ce livre; mais ces
justices semblent plutôt s'exercer sur l'insuccès que sur l'immoralité
des actes. Nous allons justifier ce reproche par beaucoup d'exemples.

Ces observations préliminaires jetées en courant, lisons et admirons.


XI

L'histoire commence en 1799. M. Thiers, avec un bonheur qui pourrait
s'appeler également une habileté, esquive la question délicate et
controversée du 18 brumaire, cette usurpation à main armée de la force
sur le droit, de la violence militaire sur la légitimité nationale. Il
suppose son héros absous par le succès, par le consentement tacite de la
France, et par la gloire de son consulat et de son empire, pour étouffer
le murmure de la conscience publique sous les acclamations de l'armée.
M. Thiers se hâte de nous présenter l'attentat accompli et d'écraser
d'un odieux mépris le gouvernement de la république modérée sous la
Directoire.

M. Thiers, on le voit, applaudit lui-même de l'esprit et du coeur à cet
heureux attentat du 18 brumaire. Nous comprenons ses motifs: M. Thiers
est, dans tous ses écrits, dans tous ses discours, dans toute sa
politique, un révolutionnaire nominal et un monarchiste très-décidé. Le
18 brumaire devait donc lui plaire, car c'était de la dictature prélude
de la monarchie. Nous ne nions pas la nécessité et la légitimité de la
dictature dans certaines occurrences extrêmes de la vie des peuples en
révolution, mais ici c'était de la dictature usurpée au lieu de la
légitime dictature donnée pour son salut par une nation. C'était une
armée arbitrairement personnifiée par un jeune guerrier tirant le sabre
du fourreau et disant à la nation, bien ou mal constituée: Effacez-vous,
j'entre seul en scène! La Constitution, c'est moi! Vous vous appelez le
droit, je m'appelle l'audace; le sabre jugera! Mais, c'est moi qui tiens
le sabre!


XII

Qu'un tel acte et qu'un tel langage fussent louables ou seulement
innocents dans un jeune général qui n'avait reçu mandat ni de l'armée ni
du peuple, et qui, après avoir reçu son commandement du Directoire et
des pouvoirs constitués, séduisait les ambitieux et tournait contre le
gouvernement la force que le gouvernement lui avait confiée pour le
défendre; qu'un tel acte et un tel langage fussent louables ou
innocents, disons-nous, c'est ce que nous ne voulons pas discuter ici
avec M. Thiers ni avec la France. On pourra dire tant qu'on voudra que
ce fut un beau fait, mais nul ne sera assez dénué de scrupule pour dire
que ce fut un acte honnête et légitime. L'esprit a pu en être ébloui,
mais il n'y a pas une conscience qui n'en ait été troublée et inquiétée
jusqu'à la fin de ce forfait heureux. Eh bien! nous ne ferons sur le 18
brumaire qu'une seule observation à M. Thiers; cette observation est de
celles qui lui plaisent: une observation de fait, et non de droit.

Supposez, lui dirons-nous, que Bonaparte, au lieu de violer, le sabre à
la main, le 18 brumaire, les pouvoirs, la représentation telle quelle,
la constitution libre de son pays, pour saisir la dictature consulaire;
supposez que Bonaparte eût attendu que le prestige croissant de ses
talents et le mouvement spontané de l'opinion lui eussent confié le
gouvernement à des conditions de force, mais de mesure et de limites
dans la force, que serait-il résulté pour la France et pour Bonaparte
lui-même de cette origine légale et nationale de son pouvoir? Il en
serait résulté que Bonaparte, fortifié et maintenu tout à la fois par
les conditions constitutionnelles imposées à son caractère et à son
autorité, aurait été forcé de répondre au pays de ses actes, au lieu de
ne répondre qu'à lui-même des caprices et des témérités de son génie; il
en serait résulté que toute la gloire nécessaire à la France aurait été
acquise et que la gloire folle lui aurait été épargnée; il en serait
résulté que Marengo et Austerlitz auraient illustré nos armées, mais que
Moscou, Leipsick, Waterloo n'auraient pas attristé nos drapeaux et fait
envahir notre territoire; enfin il en serait résulté que la France se
serait servie d'un grand homme, au lieu qu'un grand homme se servit
jusqu'à l'épuisement et jusqu'à l'asservissement de la France. Tous les
excès, toutes les ambitions, toutes les démences de gloire que M. Thiers
reproche sévèrement à Napoléon dans les années de décadence de sa
fortune auraient été prévenus ou modérés par cette seule combinaison de
l'innocence de son pouvoir. L'honnêteté de son origine, un vote au lieu
d'un attentat, une loi au lieu d'une épée au 18 brumaire, et toute la
destinée de l'Europe, de la France et de l'homme, était changée. M.
Thiers voit que nous ne discutons avec lui le 18 brumaire que sur son
terrain: le fait, et les conséquences politiques et militaires du fait.

Ceci était nécessaire pour expliquer à M. Thiers que, si Napoléon, dont
il absout l'ambition au 18 brumaire, devait se perdre et nous perdre
lui-même plus tard, c'était non par faute de génie, mais par faute d'un
droit. Un droit, c'est une inviolabilité, mais un droit, c'est une
limite. Il limite la fortune, mais aussi il limite la folie. Nous
faisons donc un grand reproche moral et politique à M. Thiers d'avoir
jeté au début de son histoire un voile d'amnistie et une pluie de
lauriers sur la journée du 18 brumaire. Cette faute historique le
poursuivra partout dans le cours de son récit. On a beau ensevelir la
conscience dans un drapeau de victoire, elle n'est pas tuée, et elle se
réveille toujours à toutes les crises de l'existence du soldat qui lui a
porté un coup d'épée.


XIII

M. Thiers va de lui-même au-devant de ce reproche dans cette belle page
de son premier livre:

«C'est, dit-il, cette partie de notre histoire contemporaine que je vais
raconter aujourd'hui. Quinze ans se sont écoulés depuis que je retraçais
les annales de notre première révolution. Ces quinze années, je les ai
passées au milieu des orages de la vie publique; j'ai vu s'écouler un
trône ancien et s'élever un trône nouveau; j'ai vu la Révolution
française poursuivre son invincible cours. Quoique les spectacles
auxquels j'ai assisté m'aient peu surpris, je n'ai pas la prétention de
croire que l'expérience des hommes et des affaires n'eût rien à
m'apprendre; j'ai la confiance, au contraire, d'avoir beaucoup appris,
et d'être ainsi plus apte, peut-être, à saisir et à exposer les grandes
choses que nos pères ont faites pendant ces temps héroïques. Mais je
suis certain que l'expérience n'a pas glacé en moi les sentiments
généreux de ma jeunesse; je suis certain d'aimer, comme je les aimais,
la liberté et la gloire de la France.»

La gloire, oui! la liberté, non! car nous défions un homme sensé de
concilier l'amour même très-modéré de la liberté avec l'exaltation du
despotisme militaire inauguré par la journée de brumaire. Que la France,
sortie par sa propre force de la sanguinaire anarchie de 1793, eût
besoin, pour constituer l'ordre dans la liberté, de concentrer son
gouvernement multiple dans une main d'homme d'État, magistrat, soldat ou
dictateur, nous le reconnaissons comme M. Thiers; mais qu'elle eût
besoin de se désavouer, de se mépriser, de se bafouer elle-même, en
invoquant contre ses pouvoirs légaux le coup d'État d'un soldat, et de
lui livrer sa révolution et ses principes de 1789 pour ne retrouver
qu'une armée et une contre-révolution sous le sabre, c'est ce que nous
ne reconnaîtrons jamais. Une nation et une révolution qui s'organisaient
enfin d'un côté, un soldat et une contre-révolution de l'autre, telle
était l'option pour la France, la veille de brumaire. M. Thiers se
prononce pour le soldat, et il se déclare ami de la liberté! Qu'il se
comprenne lui-même, nous n'en doutons pas; mais qu'il soit compris par
l'avenir, nous en doutons. Évidemment il prend ici son parti, et il
jette la révolution modérée, qui commençait ses sages résipiscences, aux
pieds d'une réaction antilibérale et militaire, personnifiée dans un
soldat. Ce sera le sens de toute son histoire, ce n'est pas le nôtre; de
là d'inévitables dissentiments entre l'esprit de cette histoire et
l'esprit de notre commentaire. Nous pensons, nous, comme M. Thiers, que
la Révolution, qui avait eu son débordement de démagogie et de sang,
devait rentrer dans son lit en se purifiant de toutes ses souillures;
nous pensons comme lui aussi qu'une liberté ne peut se fonder qu'en se
modérant et en se donnant à elle-même de sévères limites; mais nous
pensons que la France, déjà corrigée par le spectacle et par le repentir
de ses excès, tendait à se donner à elle-même ces institutions et ces
limites, et que, la refouler tout à coup jusqu'au delà des principes
sains de 1789, c'était lui faire perdre en un jour tout le terrain
franchi en neuf ans de travail, et lui préparer pour l'avenir un second
accès de révolution pire que le premier. Voilà, selon nous, le tort du
18 brumaire: il donnait à la France une réaction au lieu d'une
modération, et un maître au lieu d'une constitution.


XIV

L'ascendant que le premier consul Bonaparte prit dès le premier jour de
son consulat, non-seulement à titre de vainqueur, mais à titre
d'administrateur, de négociateur et d'homme d'État, sur ses deux
fantômes de collègues, Sieyès et Roger-Ducos, est admirablement analysé
dans le premier livre. On sent que M. Thiers a disputé lui-même sur une
autre scène l'ascendant que la volonté, le talent, l'éloquence donnent à
certains hommes sur des collègues moins résolus à la supériorité. Aucun
autre historien ne pouvait pénétrer plus avant dans l'esprit de ces
triumvirs si inégaux de brumaire. Le coup d'oeil d'un homme expérimenté
et habile peut seul sonder le fond de l'ambition et les réticences de
l'habileté. Il y a là des scènes de haut comique qui donnent au lecteur
la comédie de l'ambition sur une scène encore trempée de sang. Le
premier rôle est à Bonaparte, jouant quelquefois l'indifférence
philosophique et le dégoût des grandeurs pour menacer le monde d'une
éclipse de génie et de force. On sent là un acteur inné, formé par la
nature et ayant deviné l'expérience. Son génie et son éloquence sont
aussi remarquables dans ses intrigues pour un fauteuil de président et
pour les tactiques d'un cabinet que ses manoeuvres sur un champ de
bataille. Le monde ne pouvait échapper à une telle supériorité, servie
par la fortune et par l'infériorité de tous les hommes avec lesquels il
avait à se mesurer; car il faut remarquer que Bonaparte, à l'intérieur,
n'avait à se mesurer qu'avec des hommes généralement médiocres, lassés
et usés par la Révolution; l'échafaud, la mort naturelle, les
proscriptions avaient fauché la France. La génération des hommes
politiques de 1799 était détrempée. Mirabeau, Vergniaud, Cazalès, les
monarchistes, les Girondins, les terroristes étaient morts. Une nation
n'a pas deux élites de caractères et de talents en dix ans. M. Thiers,
selon nous, n'a pas assez remarqué cette circonstance. Bonaparte
paraissait d'autant plus grand à cette époque qu'il n'avait à se mesurer
avec personne. L'échafaud lui avait fait place.

Le second rôle est Sieyès.--M. Thiers, avec une partialité dont nous ne
comprenons pas les motifs, semble donner à ce métaphysicien ténébreux
une sorte d'égalité de génie avec son jeune collègue. Le métaphysicien
ténébreux, tombé de l'Église dans le régicide, monté de la Terreur dans
le Directoire, et retombé du Directoire dans le Consulat, ne mérite pas
tant d'honneur. Il avait de l'esprit, mais un esprit inapplicable aux
réalités de la politique; c'était ce qu'on appelle dans les affaires et
dans les assemblées publiques un logicien, c'est-à-dire un homme qui vit
à son aise dans le monde des idées, sans s'apercevoir que le monde des
faits et le monde des idées se heurtent sans cesse et se contredisent
nécessairement par la logique brutale des passions et des événements,
qui n'obéit point à la logique des écoles. Il n'était point éloquent; il
vivait depuis douze ans sur une brochure qui n'était que le _lieu
commun_ de la Révolution. Son prestige était dans son silence. Il avait
cédé, jusqu'au vote à mort contre l'infortuné Louis XVI, à la terreur
que lui inspirait la Montagne; il avait donné une tête royale pour
sauver la sienne; il se taisait pour qu'on lui pardonnât de vivre. Il
passait pour penser, et il rêvait. Quand Sieyès avait pressenti la chute
du Directoire il avait négocié d'avance avec Bonaparte; il avait masqué
plutôt que motivé sa trahison par la prétention de faire adopter au
jeune général une constitution arbitraire, compliquée, chimérique, qui
n'était que le jeu d'esprit d'un métaphysicien désoeuvré. Comment M.
Thiers prend-il au sérieux un tel homme? Comment semble-t-il le
présenter à l'histoire comme un rival dangereux au génie de la jeunesse,
de la force et du bon sens personnifié dans Bonaparte? C'est évidemment,
selon nous, un jeu de scène pour intéresser le drame. Il fallait ici un
prétendu antagoniste au premier consul pour donner au guerrier d'Égypte
le facile honneur des triomphes: M. Thiers a choisi Sieyès. Il raconte
avec la plus amusante péripétie de dialogue la lutte inégale entre le
fait et le rêve, entre le héros et le logicien. Le logicien cède bientôt
au héros. Il s'écrie: Nous avons un maître qui sait tout faire! Il se
résigne à un rôle effacé pourvu qu'il soit lucratif. Bonaparte s'empare
de tout le gouvernement et relègue avec un respect comique son collègue
dans la préparation silencieuse d'une constitution mort-née. Sieyès en
sortira destitué et consolé par une munificence nationale honorifique de
la terre de Crosne, récompense de ses silences et compensation de ses
chimères.


XV

L'analyse que M. Thiers daigne faire de la constitution de Sieyès est
pleine de sens politique et d'expérience anticipée, mais elle est un peu
trop étendue; on n'analyse pas le néant, on souffle sur le rêve, et tout
est dit. Cette analyse, cependant, a ce mérite d'être une excellente
leçon de politique réelle en opposition avec la politique géométrique et
scolastique d'un de ces illuminés du _Contrat social_ qui croient
pouvoir appliquer les lois de la mécanique aux intérêts moraux et aux
passions des peuples.

Bonaparte s'impatienta, à la fin, de ces puérilités savantes; il jeta
dans un moule improvisé quelques-uns des éléments de la constitution de
Sieyès avec quelques éléments empruntés aux constitutions existantes, et
il en sortit pour les besoins de la circonstance la Constitution dite
de l'an VIII (19 décembre 1799). Un sénat, un corps législatif, un
tribunat, un pouvoir exécutif des trois consuls, un conseil d'État, mais
surtout un homme investi d'une force d'opinion irrésistible pour faire
jouer le mécanisme et pour le déjouer s'il en était gêné dans son
omnipotence, voilà toute la Constitution de l'an VIII. Il faut
reconnaître qu'à ce moment la France n'en voulait pas d'autre. Elle
était dans une de ces périodes de lassitude qui suivent les grandes
convulsions; alors les nations ne s'inquiètent plus comment, mais par
qui elles sont gouvernées.

Le premier consul se choisit pour nouveaux collègues Cambacérès et
Lebrun. Ce n'étaient pas des rivaux possibles, c'étaient des complices
assurés. M. Thiers affecte de prendre trop au sérieux Cambacérès, homme
en qui le ridicule du caractère s'associait par égale portion avec la
sagacité de l'esprit, excellent à un rang secondaire, dans l'ombre, mais
qui n'aurait jamais existé s'il n'avait été le second d'un grand homme.
Quant au troisième consul, Lebrun, c'était un homme de littérature
politique et un homme d'affaires administratives d'un passé sans tache
et d'une universelle capacité. Bien faire sans rien prétendre était, à
tous les rangs et à tous les postes, sa seule ambition.

Le Sénat avait pour attribution de nommer les membres du pouvoir
législatif et du tribunat. On remplit le Corps législatif de tous les
représentants fatigués des idées de l'Assemblée constituante et à peine
revenus des terreurs de la Convention. Ces hommes épuisés et assouplis
ne demandaient que le repos et le silence. Il n'y avait plus assez de
vie pour qu'il y eût jamais des factieux. Le Tribunat fut composé des
hommes plus jeunes qui conservaient plutôt le _décorum_ que la passion
de la liberté. Leur opposition, s'il y en avait, s'évaporerait en
paroles; mais ces paroles étaient sans danger en France dans ce moment,
car elles étaient sans échos. Rien ne résonnait plus en France que le
bruit des armes: c'était l'ère des soldats.


XVI

Le premier besoin d'un gouvernement pacificateur au dedans afin d'être
redoutable au dehors était une amnistie aux partis vaincus, une
négociation avec les partis encore en armes. On clôt la liste des
émigrés, on prodigue les radiations et les restitutions de domaines non
vendus à ceux qui rentrent dans leur patrie. On essaye de traiter avec
les chefs vendéens; on séduit les uns, on dompte les autres: la Vendée
s'éteint. M. Thiers, dans une rapide revue de l'Europe passée par un
esprit juste et fin, dévoile la scène diplomatique et militaire où son
héros va bientôt agir. Bonaparte, pour répondre au voeu du pays, affecte
un désir de paix qui ne pouvait pas être dans sa pensée, car il n'était
pas dans son intérêt. Il écrit avec ostentation des lettres conciliantes
au roi d'Angleterre et à l'empereur d'Allemagne; en attendant les
réponses, il organise le système administratif que nous voyons encore
aujourd'hui, système plus simple que parfait, né de lui-même, de la
destruction des provinces et de la division en départements, oeuvre de
l'Assemblée constituante. Enfin il s'établit aux Tuileries avec ses deux
collègues, comme pour faire pressentir la monarchie jusque par les
murailles. Lebrun y entra; Cambacérès, plus prévoyant, refusa de s'y
installer. «C'est une faute, dit-il à Lebrun, d'aller nous loger aux
Tuileries; cela ne nous convient pas, à nous. Bonaparte voudra bientôt
y loger seul. Mieux vaut n'y pas entrer que d'en sortir!»

Le lendemain de cet acte d'installation pompeuse, Bonaparte dit à son
secrétaire: «Eh bien! Bourrienne, nous voilà donc aux Tuileries!...
Maintenant il faut y rester.»


XVII

Jusque-là, l'histoire de M. Thiers, quoique intéressante et sagement
pensée, ne se distingue par aucune qualité de composition ou de style de
tout ce qui a été écrit sur cette grande époque. Le véritable mérite
transcendant de cet écrivain ne se révèle qu'au point où commencent les
grandes affaires, les grandes négociations, les grandes guerres. Aucun
historien ancien ou moderne n'a si bien exposé les affaires, si bien
démêlé les négociations, si bien compris les campagnes. C'est par
excellence l'administrateur, l'ambassadeur, le tacticien dans
l'historien. Au feu près, qui ne manque pas à son âme, mais qui manque
un peu à son style, c'est l'historien des batailles.

L'Angleterre et l'Autriche avaient éludé les avances de paix faites
avec éclat par Bonaparte. C'étaient deux fautes, comme M. Thiers le
remarque avec justesse: c'était donner au premier consul le prétexte de
soulever la France contre une coalition qui se déclarait coalition à
mort; c'était, de plus, donner au nouveau chef de la France l'occasion
de concentrer son pouvoir et de devenir l'idole des armées et l'arbitre
des victoires.

Bonaparte, avec une adresse instinctive que lui commandait sa situation
de consul, supérieure à sa situation de général, profita
merveilleusement de l'avantage que lui donnaient les dédains de
l'Angleterre et les obstinations de l'Autriche. Il conçut un plan de
campagne que nous laissons exposer à M. Thiers.

«La France avait deux armées: celle d'Allemagne, portée, par la réunion
des armées du Rhin et d'Helvétie, à 130,000 hommes; celle de Ligurie,
réduite à 40,000 au plus. Il y avait dans les troupes de Hollande, de
Vendée et de l'intérieur, les éléments épars, éloignés, d'une troisième
armée; mais une habileté administrative supérieure pouvait seule la
réunir à temps, et surtout à l'improviste, sur le point où sa présence
était nécessaire. Le général Bonaparte imagina d'employer ces divers
moyens comme il suit.

«Masséna, avec l'armée de Ligurie, point augmentée, secourue seulement
en vivres et en munitions, avait ordre de tenir sur l'Apennin entre
Gênes et Nice, et d'y tenir comme aux Thermopyles. L'armée d'Allemagne,
sous Moreau, accrue le plus possible, devait faire sur tous les bords du
Rhin, de Strasbourg à Bâle, de Bâle à Constance, des démonstrations
trompeuses de passage, puis marcher rapidement derrière le rideau que
forme ce fleuve, le remonter jusqu'à Schaffhouse, jeter là quatre ponts
à la fois, déboucher en masse sur le flanc du maréchal de Kray, le
surprendre, le pousser en désordre sur le haut Danube, le gagner de
vitesse s'il était possible, le couper de la route de Vienne,
l'envelopper peut-être, et lui faire subir l'un de ces désastres
mémorables dont il y a eu dans ce siècle plus d'un exemple. Si l'armée
de Moreau n'avait pas ce bonheur, elle pouvait toutefois pousser M. de
Kray sur Ulm et Ratisbonne, l'obliger ainsi à descendre le Danube, et
l'éloigner des Alpes de manière à ce qu'il ne pût jamais y envoyer
aucun secours. Cela fait, elle avait ordre de détacher son aile droite
vers la Suisse, pour y seconder la périlleuse opération dont le général
Bonaparte se réservait l'exécution. La troisième armée, dite de réserve,
dont les éléments existaient à peine, devait se former entre Genève et
Dijon, et attendre là l'issue des premiers événements, prête à secourir
Moreau s'il en avait besoin. Mais, si Moreau avait réussi dans une
partie au moins de son plan, cette armée de réserve, se portant, sous le
général Bonaparte, à Genève, de Genève dans le Valais, donnant la main
au détachement tiré de l'armée d'Allemagne, passant ensuite le
Saint-Bernard sur les glaces et les neiges, devait, parmi prodige plus
grand que celui d'Annibal, tomber en Piémont, prendre par derrière le
baron de Mélas occupé devant Gênes, l'envelopper, lui livrer une
bataille décisive, et, si elle la gagnait, l'obliger à mettre bas les
armes...

«Cette armée du Rhin, poursuit l'historien militaire, quoique portant,
comme les autres armées de la République, les haillons de la misère,
était superbe. Quelques conscrits lui avaient été envoyés, mais en petit
nombre, tout juste assez pour la rajeunir. Elle se composait, en
immense majorité, de ces vieux soldats qui, sous les ordres de Pichegru,
Kléber, Hoche et Moreau, avaient conquis la Hollande, les rives du Rhin,
franchi plusieurs fois ce fleuve et paru même sur le Danube. On n'aurait
pu dire sans injustice qu'ils étaient plus braves que ceux de l'armée
d'Italie; mais ils présentaient toutes les qualités de troupes
accomplies: ils étaient sages, sobres, disciplinés, instruits et
intrépides. Les chefs étaient dignes des soldats. La formation de cette
armée en divisions détachées, complètes en toutes armes et agissant en
corps séparés, y avait développé au plus haut point le talent des
généraux divisionnaires. Ces divisionnaires avaient des mérites égaux,
mais divers. C'était Lecourbe, le plus habile des officiers de son temps
dans la guerre des montagnes, Lecourbe dont les échos des Alpes
répétaient le nom glorieux; c'était Richepanse, qui joignait à une
bravoure audacieuse une intelligence rare, et qui rendit bientôt à
Moreau, dans les champs de Hohenlinden, le plus grand service qu'un
lieutenant ait jamais rendu à son général; c'était Saint-Cyr, esprit
froid, profond, caractère peu sociable, mais doué de toutes les qualités
du général en chef; c'était enfin ce jeune Ney, qu'un courage héroïque,
dirigé par un instinct heureux de la guerre, avait déjà rendu populaire
dans toutes les armées de la République. À la tête de ces lieutenants
était Moreau, esprit lent, quelquefois indécis, mais solide, et dont les
indécisions se terminaient en résolutions sages et fermes quand il était
face à face avec le danger. La pratique avait singulièrement formé et
étendu son coup d'oeil militaire. Mais, tandis que son génie guerrier
grandissait chaque jour au milieu des épreuves de la guerre, son
caractère civil, faible, livré à toutes les influences, avait succombé
déjà et devait succomber encore aux épreuves de la politique, que les
âmes fortes et les esprits vraiment élevés peuvent seuls surmonter. Du
reste, la malheureuse passion de la jalousie n'avait point encore altéré
la pureté de son coeur et corrompu son patriotisme. Par son expérience,
son habitude du commandement, sa haute renommée, il était, après le
général Bonaparte, le seul homme capable alors de commander à cent mille
hommes.»

On pressent ici le jugement sévère que M. Thiers doit porter plus tard
sur le général Moreau, le vrai rival en talent militaire et en
popularité de Bonaparte. Mais, quelle que soit la faveur que les
exploits, les disgrâces de Moreau inspirent jusque-là pour ce Scipion de
la République, on ne peut contester la justesse et la vigueur du
jugement de M. Thiers sur ce général. Moreau n'était qu'un grand homme
de guerre, Bonaparte était un grand homme de guerre et un grand homme de
gouvernement. Moreau même avait cessé, depuis le 18 brumaire, d'être
irréprochable aux yeux de la vertu, de la liberté et de la République,
car il avait participé activement à ce coup d'État de l'armée contre la
patrie civile. De son rival Bonaparte avait réussi à se faire un
complice; de là toutes les fatales conséquences qui firent descendre
Moreau sans dignité et sans innocence du sommet de l'armée dans les bas
fonds des conspirations avec Georges et Pichegru sur le banc d'un
tribunal, et enfin dans les rangs de la coalition armée contre sa
patrie. La probité se venge en conduisant pas à pas d'une faute à un
crime.


XVIII

Il faut lire ici, sans en retrancher une ligne ou une manoeuvre, la
campagne de Moreau au delà du Rhin et le siége de Gênes soutenu par
Masséna. Par la puissance de l'esprit et par la puissance de l'étude, de
la géographie, de la tactique, M. Thiers comprend tout et fait tout
comprendre. Il n'y a pas une marche ou une contre-marche dans l'armée de
Moreau en Allemagne qu'on ne suive du pas avec l'historien. Il n'y a pas
un coup de fusil sur les remparts de Gênes qu'on n'entende retentir à
travers ce demi-siècle. C'est là la magie de la vérité dans l'écrivain
qui sait la retirer vivante des documents compulsés par la patience. Il
ressuscite pour l'éternité tout ce qu'il raconte. Une pareille histoire
est l'épopée de la vérité. M. Thiers, qui dénigre la poésie, est un
grand poëte, d'autant plus grand qu'il fait parler les événements au
lieu de parler lui-même. Il n'y a pas de parole aussi éloquente que
l'action qui parle. Il est à regretter toutefois que, quand il prend la
parole lui-même pour résumer ou pour réfléchir, la pensée soit trop
souvent inférieure à l'impression, et que le style, suffisant pour le
récit, soit insuffisant pour la majesté de l'histoire; l'événement y est
tout entier, mais le contre-coup de l'événement sur l'âme n'y est pas
assez senti ou du moins pas assez sonore. Or le lecteur a souvent besoin
que l'écrivain lui arrache le mot ou le cri de la circonstance qui
gronde dans la poitrine, mais qui ne peut en sortir faute d'un sublime
interprète. C'est ici qu'on regrette un _Tacite_, ce grand lyrique des
grands événements; mais dès qu'on reprend le récit avec M. Thiers on ne
regrette plus rien.

Le passage des Alpes par Bonaparte est beau, mais exagéré. On peut
reprocher ici à M. Thiers le défaut contraire à celui que nous lui
reprochions plus haut, c'est-à-dire de rapetisser les impressions. Ici
il les grandit à dessein très-au-dessus des proportions vraies de
l'événement. On croirait, à lire ce passage des Alpes par quarante mille
hommes et par quelques pièces de canon, dans une saison favorable et
sans ennemis pour disputer le chemin, que Bonaparte a frayé le premier
la route aux trente conquérants qui, depuis Annibal, César, Charlemagne,
ont franchi les Alpes avec des armées trois fois plus nombreuses, des
machines de guerre, de la cavalerie, et même des éléphants.

Les Français seuls ont gravi, descendu, regravi et redescendu neuf fois
ce rempart soi-disant inaccessible pendant nos guerres pour le Milanais,
pour le royaume de Naples et pour le Piémont. Un passage des Alpes est
devenu, comme le passage du Rhin, une des opérations militaires les plus
banales de la grande guerre. M. Thiers en a fait un prodige de
conception et d'exécution, un véritable poëme de stratégie. C'est
évidemment un poëme populaire destiné à faire des Alpes franchies sans
obstacles un piédestal dans les nuages à son héros.

Quand on lit ce passage des Alpes dans les Mémoires des généraux sans
emphase de Napoléon, et particulièrement dans les Mémoires si exacts de
Marmont, on cesse de s'extasier sur une marche bien calculée pour couper
en deux l'armée autrichienne en Piémont, mais qui par elle-même ne fut
qu'une étape dans la neige fondue. Mais le tableau, quoique de
fantaisie, est si pittoresque, si précis, si bien coloré, si dramatique
de dessin et de détails, que, même en révoquant en doute sa véracité, on
ne peut assez admirer sa perspective. Ici M. Thiers a été peintre de
paysage plus que peintre d'histoire. Comme historien il exagère, comme
peintre il charme. Il faut lui pardonner: c'est le passage des Alpes
peint par Salvator Rosa. Il n'y manque, pour fanatiser l'oeil du peuple,
que ce général équestre franchissant au galop de son cheval aux jarrets
tendus la cime des Alpes, comme dans le portrait de Bonaparte par David.

L'intérêt sérieux et vraiment historique de la campagne ne commence
qu'avec les opérations dans la plaine de l'Italie. Soit obscurité dans
la topographie quand on ne lit pas la carte sous les yeux; soit
confusion dans les marches et contre-marches des Autrichiens et des
Français qui précèdent et qui préparent la bataille de Marengo; soit
incohérence de cette bataille elle-même, qui ne fut qu'un hasard et une
intempestivité pour le vainqueur, la campagne et la bataille de Marengo
ne répondent pas dans le récit à la grandeur des résultats. Malgré la
partialité de M. Thiers pour attribuer aux combinaisons de son héros ce
qui fut l'effet de la valeur et de la fortune, on voit clairement que
Bonaparte fut surpris là où il espérait surprendre; que la bataille,
complétement perdue le matin, fut gagnée le soir par Desaix et
Kellerman, et que la victoire se donna d'elle-même à la fin du jour au
lieu d'avoir été conquise par le génie du général. Son nom était si
populaire alors qu'il en usurpa peu à peu toute la gloire, et que la
France la lui concéda par habitude; mais l'histoire vraie ne la lui
concédera pas si exclusivement. On voit par les bulletins successifs
qu'il écrivit lui-même, qu'il corrigea après coup, qu'il effaça pour les
corriger encore, tous les efforts qu'il eut à faire pour dérouter la
gloire des noms de Desaix et de Kellerman, afin de la revendiquer toute
sur lui-même. Les Mémoires de Marmont et de Bourrienne sont curieux sur
ces variations des bulletins du général de Marengo reprenant
laborieusement avec la plume ce qu'il avait ce jour-là compromis par
l'épée.

Mais ce qui était bien à lui c'était la campagne. Or la victoire n'était
que le dénoûment de la campagne. La gloire de la journée lui sera
justement contestée, la gloire de l'expédition lui appartiendra
toujours.


XIX

Le retour du premier consul en France est décrit avec l'enthousiasme de
la victoire. Bonaparte n'y rapportait pas seulement un laurier, il y
rapportait l'Italie. Avec un art de composition magistral, M. Thiers ne
s'arrête qu'un instant à considérer les effets de la bataille de Marengo
sur l'opinion de la France; il reporte le regard et la pensée sur
l'Allemagne. Moreau y accomplit avec moins de promptitude, mais avec
plus de science et de certitude, le second acte de la campagne de 1800.

Pendant que les triomphes de Moreau amènent à Paris les négociateurs de
l'Autriche pour traiter de la paix à la faveur d'une suspension d'armes,
l'historien traverse en esprit la Méditerranée et nous transporte en
Égypte, abandonnée à son sort par Bonaparte.

De même que l'historien a évité de juger le 18 brumaire au point de vue
du devoir civil et de l'honneur militaire, de même il prend ici le
départ furtif de Bonaparte d'Alexandrie pour un fait accompli. Il peint
seulement de traits profonds la consternation et l'oscillation de
l'armée d'Égypte le lendemain de l'évasion de son général en chef. Un
historien plus sévère aurait discuté avec lui-même et avec ses lecteurs
la moralité d'un pareil abandon de ses troupes par celui qui avait
mission de les guider et de les sauver. Il était trop évident que
Bonaparte seul pouvait organiser et défendre sa conquête, que son départ
laisserait l'expédition à la merci des dissensions intestines, du
découragement et des Anglais, et que Bonaparte se déchargeait ainsi sur
ses compagnons d'armes d'une responsabilité qui pèserait désormais sur
le hasard.

Ces considérations n'échappent pas toutes à M. Thiers lui-même. Sa vive
intelligence se colore, comme on va le voir, des impressions de l'armée;
mais on va voir aussi qu'il les atténue en jetant sur cet abandon le
prétexte complaisant du patriotisme et de la grande ambition. Qu'on lise
les belles pages suivantes:

«Cette nouvelle causa dans l'armée une surprise douloureuse. On ne
voulait d'abord pas y ajouter foi; le général Duga, commandant à
Rosette, la fit démentir, n'y croyant pas lui-même et craignant le
mauvais effet qu'elle pouvait produire. Cependant le doute devint
bientôt impossible, et Kléber fut officiellement proclamé successeur du
général Bonaparte. Officiers et soldats furent consternés. Il avait
fallu l'ascendant qu'exerçait sur eux le vainqueur de l'Italie pour les
entraîner à sa suite dans des contrées lointaines et inconnues; il
fallait tout son ascendant pour les y retenir. C'est une passion que le
regret de la patrie, et qui devient violente quand la distance, la
nouveauté des lieux, des craintes fondées sur la possibilité du retour
viennent l'irriter encore. Souvent, en Égypte, cette passion éclatait en
murmures, quelquefois même en suicides; mais la présence du général en
chef, son langage, son activité incessante faisaient évanouir ces noires
vapeurs. Sachant toujours s'occuper lui-même et occuper les autres, il
captivait au plus haut point les esprits, et ne laissait pas naître ou
dissipait autour de lui des ennuis qui n'entraient jamais dans son âme.
On se disait bien quelquefois qu'on ne reverrait plus la France, qu'on
ne pourrait plus franchir la Méditerranée, maintenant surtout que la
flotte avait été détruite à Aboukir; mais le général Bonaparte était là;
avec lui on pouvait aller en tous lieux, retrouver le chemin de la
patrie ou se faire une patrie nouvelle. Lui parti, tout changeait de
face. Aussi la nouvelle de son départ fut-elle un coup de foudre. On
qualifia ce départ des expressions les plus injurieuses. On ne
s'expliquait pas ce mouvement irrésistible de patriotisme et d'ambition
qui, à la nouvelle des désastres de la République, l'avait entraîné à
retourner en France. On ne voyait que l'abandon où il laissait la
malheureuse armée qui avait eu assez de confiance en son génie pour le
suivre. On se disait qu'il avait donc reconnu l'imprudence de cette
entreprise, l'impossibilité de la faire réussir, puisqu'il s'enfuyait,
abandonnant à d'autres ce qui lui semblait désormais inexécutable. Mais
se sauver seul, en laissant au delà des mers ceux qu'il avait ainsi
compromis, était une cruauté, une lâcheté même, prétendaient certains
détracteurs; car il en a toujours eu, et très-près de sa personne, même
aux époques les plus brillantes de sa carrière!

«Kléber n'aimait pas le général Bonaparte et supportait son ascendant
avec une sorte d'impatience. S'il se contenait en sa présence, il s'en
dédommageait ailleurs par des propos inconvenants. Frondeur et
fantasque, Kléber avait désiré ardemment prendre part à l'expédition
d'Égypte pour sortir de l'état de disgrâce dans lequel on l'avait laissé
vivre sous le Directoire; et maintenant il en était aux regrets d'avoir
quitté les bords du Rhin pour ceux du Nil. Il le laissait voir avec une
faiblesse indigne de son caractère. Cet homme, si grand dans le danger,
s'abandonnait lui-même comme aurait pu le faire le dernier des soldats.
Le commandement en chef ne le consolait pas de la nécessité de rester en
Égypte, car il n'aimait pas à commander. Poussant au déchaînement contre
le général Bonaparte, il commit la faute, qu'on devrait appeler
criminelle si des actes héroïques ne l'avaient réparée, de contribuer
lui-même à produire dans l'armée un entraînement qui fut bientôt
général. À son exemple tout le monde se mit à dire qu'on ne pouvait plus
rester en Égypte et qu'il fallait à tout prix revenir en France.
D'autres sentiments se mêlèrent à cette passion du retour pour altérer
l'esprit de l'armée et y faire naître les plus fâcheuses dispositions.

«Une vieille rivalité divisait alors et divisa longtemps encore les
officiers sortis des armées du Rhin et d'Italie. Ils se jalousaient les
uns les autres; ils avaient la prétention de faire la guerre autrement,
et de la faire mieux, et, bien que cette rivalité fût contenue par la
présence du général Bonaparte, elle était au fond la cause principale
de la diversité de leurs jugements. Tout ce qui était venu des armées
du Rhin montrait peu de penchant pour l'expédition d'Égypte; au
contraire les officiers originaires de l'armée d'Italie, quoique fort
tristes de se voir si loin de la France, étaient favorables à cette
expédition, parce qu'elle était l'oeuvre de leur général en chef. Après
le départ de celui-ci toute retenue disparut. On se rangea
tumultueusement autour de Kléber, et on répéta tout haut avec lui ce
qui, du reste, commençait à être dans toutes les âmes, que la conquête
de l'Égypte était une entreprise insensée à laquelle il fallait renoncer
le plus tôt possible. Cet avis rencontra néanmoins des contradicteurs;
quelques généraux, tels que Lanusse, Menou, Davoust, Desaix surtout,
osèrent montrer d'autres sentiments. Dès lors on vit deux partis: l'un
s'appela le parti coloniste; l'autre, le parti anticoloniste.
Malheureusement Desaix était absent; il achevait la conquête de la haute
Égypte, où il livrait de beaux combats et administrait avec une grande
sagesse. Son influence ne pouvait donc pas être opposée à celle de
Kléber. Pour comble de malheur, il ne devait pas rester en Égypte. Le
général Bonaparte, voulant l'avoir auprès de sa personne, avait commis
la faute de ne pas le nommer commandant en chef et lui avait laissé
l'ordre de revenir très-prochainement en Europe. Desaix, dont le nom
était universellement chéri et respecté dans l'armée, dont les talents
administratifs égalaient les talents militaires, aurait parfaitement
gouverné la colonie et se serait garanti de toutes les faiblesses
auxquelles se livra Kléber, du moins pour un moment.

«Cependant Kléber était le plus populaire des généraux parmi les
soldats. Son nom fut accueilli par eux avec une entière confiance, et
les consola un peu de la perte du général illustre qui venait de les
quitter.»


XX

La révolte du Caire, la bataille d'Héliopolis, la seconde conquête de
l'Égypte en trente-cinq jours par Kléber, sont au nombre des plus belles
pages historiques qui aient été écrites en aucune langue. M. Thiers
rachète ici, par une glorieuse justice rendue à Kléber, les partialités
de son premier jugement. On ne peut nier cependant, en étudiant la
nature forte, mais revêche, de ce grand soldat, que ce ne fût une de ces
natures plus propres à obéir qu'à commander, hommes qui rachètent sans
cesse l'obéissance par le murmure et qui embarrassent autant qu'ils
servent les chefs dont ils sont les instruments. M. Thiers, homme
d'action, déteste ces caractères, et il a raison; ce sont quelquefois
les moyens, plus souvent les obstacles des grandes choses. Les
ministères, les assemblées en sont aussi pleines en France que les
armées. La France est frondeuse, et le génie est nécessairement
impérieux.

L'assassinat de Kléber par un fanatique de religion et de patriotisme
livra l'Égypte à la décadence et à l'anarchie des conseils. Desaix
succombe à Marengo le même jour et à la même heure que Kléber succombe
au Caire. M. Thiers trouve dans la coïncidence de destinée l'occasion
d'un de ces parallèles de Plutarque qui sont le reflet d'un caractère
sur l'autre et qui les expliquent tous les deux. Ce parallèle, plus
rapide que ceux de Plutarque, n'interrompt pas l'histoire, il
l'accentue. L'historien, et c'est un des éloges qu'on lui doit, court à
travers le siècle avec la rapidité des événements.

«Kléber était le plus bel homme de l'armée. Sa grande taille, sa noble
figure où respirait toute la fierté de son âme, sa bravoure à la fois
audacieuse et calme, son intelligence prompte et sûre, en faisaient sur
les champs de bataille le plus imposant des capitaines. Son esprit était
brillant, original, mais inculte. Il lisait sans cesse, et
exclusivement, Plutarque et Quinte-Curce; il y cherchait l'aliment des
grandes âmes, l'histoire des héros de l'antiquité. Il était capricieux,
indocile et frondeur. On avait dit de lui qu'il ne voulait ni commander
ni obéir, et c'était vrai. Il obéit sous le général Bonaparte, mais en
murmurant; il commanda quelquefois, mais sous le nom d'autrui, sous le
général Jourdan, par exemple, prenant par une sorte d'inspiration le
commandement au milieu du feu, l'exerçant en homme de guerre supérieur,
et, après la victoire, rentrant dans son rôle de lieutenant, qu'il
préférait à tout autre. Kléber était licencieux dans ses moeurs et son
langage, mais intègre, désintéressé comme on l'était alors; car la
conquête du monde n'avait pas encore corrompu les caractères.

«Desaix était presque en tout le contraire. Simple, timide, même un peu
gauche, la figure toujours cachée sous une ample chevelure, il n'avait
point l'extérieur militaire; mais, héroïque au feu, bon avec les
soldats, modeste avec ses camarades, généreux avec les vaincus, il était
adoré de l'armée et des peuples conquis par nos armes. Son esprit solide
et profondément cultivé, son intelligence de la guerre, son application
à ses devoirs, son désintéressement en faisaient un modèle accompli de
toutes les vertus guerrières, et, tandis que Kléber, indocile, insoumis,
ne pouvait supporter aucun commandement, Desaix était obéissant comme
s'il n'avait pas su commander. Sous des dehors sauvages il cachait une
âme vive et très-susceptible d'exaltation. Quoique élevé à la sévère
école de l'armée du Rhin, il s'était enthousiasmé pour les campagnes
d'Italie, il avait voulu voir de ses yeux les champs de bataille de
Castiglione, d'Arcole et de Rivoli. Il parcourait ces champs, théâtre
d'une immortelle gloire, lorsqu'il rencontra sans le chercher le général
en chef de l'armée d'Italie et se prit pour lui d'un attachement
passionné. Quel plus bel hommage que l'amitié d'un tel homme? Le général
Bonaparte en fut vivement touché. Il estimait Kléber pour ses grandes
qualités militaires, mais ne plaçait personne, ni pour les talents, ni
pour le caractère, à côté de Desaix. Il l'aimait d'ailleurs: entouré de
compagnons d'armes qui ne lui avaient point encore pardonné son
élévation, tout en affectant pour lui une soumission empressée, il
chérissait dans Desaix un dévouement pur, désintéressé, fondé sur une
admiration profonde. Toutefois, gardant pour lui seul le secret de ses
préférences, feignant d'ignorer les fautes de Kléber, il traita
pareillement Kléber et Desaix, et voulut, comme on le verra bientôt,
confondre dans les mêmes honneurs deux hommes que la fortune avait
confondus dans une même destinée.»

Glissons sur la triste capitulation de l'armée d'Égypte, sans chef, sans
secours, sans communications avec la mère patrie: leçon terrible, mais
leçon perdue pour ces politiques d'aventures qui rêvent des colonies
immortelles sans posséder les mers, seules routes et seules garanties de
ces colonies. La force de la France est sur son territoire; la
disséminer c'est l'anéantir. L'Algérie le dira trop à nos neveux.


XXI

L'historien est déjà rentré en France avec l'intérêt réel des
événements. Ici ce n'est plus le peintre de batailles, c'est le peintre
des caractères, c'est le diplomate, c'est l'administrateur, c'est le
législateur, c'est même le philosophe qui tient la plume tour à tour.
Elle ne faiblit que dans la main du philosophe; partout ailleurs elle
est tenue avec l'aptitude et la sûreté d'un écrivain qui a manié pendant
une longue carrière politique toutes les questions de gouvernement,
excepté la philosophie des gouvernements.

Les négociations avec l'Autriche, celles avec la Prusse; les premières
agaceries diplomatiques de Bonaparte à Paul Ier, empereur de Russie; le
coup d'oeil sur l'état intérieur et scandaleux de la cour de Madrid,
livrée à un favori, Godoï, tracé d'une main qui charge les couleurs afin
d'atténuer d'avance les torts du cabinet des Tuileries envers les
Bourbons d'Espagne; les négociations avec le saint-siége, préludes de
négociations plus graves pour le Concordat; la rupture des conférences
par l'Autriche, les préparatifs de guerre repris des deux côtés avec une
égale vigueur; le tableau de la prospérité croissante de la France en
dix mois d'un gouvernement personnifié dans un jeune dictateur;
l'analyse savante et pénétrante de la situation des différents clergés,
séparés en sectes par les serments ou les refus de serments
constitutionnels; la rentrée rapide des émigrés, la statistique
profondément étudiée des partis dans l'opinion et dans les assemblées;
les portraits de M. de Lafayette, de Fouché, de M. de Talleyrand, de
Carnot, de Berthier, portraits finis et fermes, sans minutie comme sans
recherche, où l'on voit que l'historien s'oublie lui-même pour ne penser
qu'à son modèle, remplissent ce volume. Nous ne citerons de ces
portraits que celui de M. de Talleyrand, parce qu'il est vrai sans être
achevé.

«M. de Talleyrand, issu de la plus haute extraction, destiné aux armes
par sa naissance, condamné à la prêtrise par un accident qui l'avait
privé de l'usage d'un pied, n'ayant aucun goût pour cette profession
imposée, devenu successivement prélat, homme de cour, révolutionnaire,
émigré, puis enfin ministre des affaires étrangères du Directoire, M.
de Talleyrand avait conservé quelque chose de tous ces états; on
trouvait en lui de l'évêque, du grand seigneur, du révolutionnaire.
N'ayant aucune opinion bien arrêtée, seulement une modération naturelle
qui répugnait à toutes les exagérations; s'appropriant à l'instant même
les idées de ceux auxquels il voulait plaire par goût ou par intérêt;
s'exprimant dans un langage unique, particulier à cette société dont
Voltaire avait été l'instituteur; plein de réparties vives, poignantes,
qui le rendaient redoutable autant qu'il était attrayant; tour à tour
caressant ou dédaigneux, démonstratif ou impénétrable, nonchalant,
digne, boiteux sans y perdre de sa grâce, personnage enfin des plus
singuliers et tel qu'une révolution seule en peut produire, il était le
plus séduisant des négociateurs, mais en même temps incapable de diriger
comme chef les affaires d'un grand État; car, pour diriger, il faut de
la volonté, des vues et du travail, et il n'avait aucune de ces choses.
Sa volonté se bornait à plaire, ses vues consistaient en opinions du
moment, son travail était nul. C'était, en un mot, un ambassadeur
accompli, mais point un ministre dirigeant; bien entendu qu'on ne prend
ici cette expression que dans son acception la plus élevée. Du reste, il
n'avait pas un autre rôle sous le gouvernement consulaire. Le premier
consul, qui ne laissait à personne le droit d'avoir un avis sur les
affaires de guerre ou de diplomatie, ne l'employait qu'à négocier avec
les ministres étrangers, d'après ses propres volontés, ce que M. de
Talleyrand faisait avec un art qu'on ne surpassera jamais. Toutefois il
avait un mérite moral: c'était d'aimer la paix sous un maître qui aimait
la guerre, et de le laisser voir. Doué d'un goût exquis, d'un tact sûr,
même d'une paresse utile, il pouvait rendre de véritables services,
seulement en opposant à l'abondance de parole, de plume et d'action du
premier consul, sa sobriété, sa parfaite mesure, et jusqu'à son penchant
à ne rien faire. Mais il agissait peu sur ce maître impérieux, auquel il
n'imposait ni par le génie, ni par la conviction. Aussi n'avait-il pas
plus d'empire que M. Fouché, peut-être moins, tout en étant aussi
employé et plus agréable.»


XXII

On voit combien M. Thiers, malgré la sobriété de ses couleurs et la
brièveté de ses contours, donne dans ses portraits, non le relief, mais
la vérité des physionomies. Cependant son portrait de M. de Talleyrand,
quoiqu'il l'ait étudié, dit-on, de près, nous paraît ici et ailleurs
tracé avec trop peu de faveur, même de justice. M. de Talleyrand
dépassait de toute la tête les hommes d'occasion dont le premier consul
était entouré. Il voyait le siècle nouveau de toute la hauteur de
l'ancien siècle; c'était l'Assemblée constituante réapparaissant avec
ses aristocraties d'esprit et ses traditions monarchiques dans les
conseils d'un jeune dictateur. À côté d'un jeune homme qui connaissait
la guerre, mais qui ignorait la diplomatie, M. de Talleyrand était plus
fait pour inspirer que pour servir. La supériorité de ses vues
politiques pour la balance et pour l'équilibre du monde aurait préparé à
l'Europe un siècle de paix. La philosophie politique était la
philosophie de la paix. M. Thiers, par ses instincts et par son goût
pour les armes, est plus enclin à la philosophie de la guerre. Bien
moins philosophiquement révolutionnaire en ce point que M. de
Talleyrand, il sacrifie cette grande figure si peu comprise à la figure
toute martiale de son héros. M. de Talleyrand méprisait les hommes, cela
peut être vrai; il les jugeait d'après un type personnel qui n'était ni
celui de la vertu publique ni celui du dévouement à un parti; mais, tout
en les méprisant, il les conseillait sagement, dans son intérêt d'abord,
dans leur intérêt ensuite; ce conseiller souple, mais sincère, n'aurait
pas empêché Bonaparte d'user de sa fortune, mais il l'aurait empêché
d'en abuser.

La famille, l'épouse, les frères, les soeurs du premier consul sont
peints avec plus de négligence de pinceau et avec des couleurs de
convention qui ne gravent aucune de ces physionomies dans le regard.
C'est là que deux ou trois traits de la main de Tacite auraient buriné
tous ces visages coloriés des reflets de la figure principale. Mais, en
général, les hommes et les femmes, cette partie vivante et intrinsèque
de l'histoire, sont la partie faible de ce long récit. M. Thiers est
l'historien des événements; il les prépare, il les éclaire, il les
groupe, il les accomplit avec un art sans égal; mais les événements sous
sa main ressemblent un peu trop à des abstractions; l'homme y manque, et
l'homme cependant est l'âme de l'événement. Ôtez l'homme, qu'est-ce
qu'une chose?

Le portrait de Joséphine, quoique très-négligé de style, donnera un
exemple de la manière de M. Thiers dans ces tableaux d'intérieur. Il dit
bien, il dit juste, mais il ne grave pas au burin.

«Joséphine Bonaparte, mariée d'abord au comte de Beauharnais, puis au
jeune général qui avait sauvé la Convention au 13 vendémiaire, et
maintenant partageant avec lui une place qui commençait à ressembler à
un trône, était créole de naissance, et avait toutes les grâces, tous
les défauts ordinaires aux femmes de cette origine. Bonne, prodigue et
frivole, point belle, mais parfaitement élégante, douée d'un charme
infini, elle savait plaire beaucoup plus que les femmes qui lui étaient
supérieures en esprit et en beauté. La légèreté de sa conduite dépeinte
à son mari sous de fâcheuses couleurs, lorsqu'il revint d'Égypte, le
remplit de colère. Il voulut s'éloigner d'une épouse qu'à tort ou à
raison il croyait coupable. Elle pleura longtemps à ses pieds; ses deux
enfants, Hortense et Eugène de Beauharnais, très-chers tous les deux au
général Bonaparte, pleurèrent aussi: il fut vaincu et ramené par une
tendresse conjugale qui, pendant bien des années, fut victorieuse chez
lui de la politique. Il oublia les fautes vraies ou supposées de
Joséphine, et l'aima encore, mais jamais comme dans les premiers temps
de leur union. Les prodigalités sans bornes, les imprudences fâcheuses
auxquelles chaque jour elle se livrait, causaient souvent à son mari des
mouvements d'impatience dont il n'était pas maître; mais il pardonnait
avec la bonté de la puissance heureuse, et ne savait pas être irrité
longtemps contre une femme qui avait partagé les premiers moments de sa
grandeur naissante, et qui, en venant s'asseoir un jour à côté de lui,
semblait avoir amené la fortune avec elle.

«Madame Bonaparte était une véritable femme de l'ancien régime, dévote,
superstitieuse, et même royaliste, détestant ce qu'elle appelait les
jacobins, lesquels le lui rendaient bien; ne recherchant que les gens
d'autrefois, qui, rentrés en foule, comme nous l'avons dit, venaient la
visiter le matin. Ils l'avaient connue femme d'un homme honorable et
assez élevé en rang et en dignité militaire, l'infortuné Beauharnais,
mort sur l'échafaud révolutionnaire; ils la trouvaient l'épouse d'un
parvenu, mais d'un parvenu plus puissant qu'aucun prince de l'Europe;
ils ne craignaient pas de venir lui demander des faveurs, tout en
affectant de la dédaigner. Elle mettait de l'empressement à leur faire
part de sa puissance, à leur rendre des services. Elle s'appliquait même
à faire naître chez eux un genre d'illusion auquel ils se prêtaient
volontiers: c'est qu'au fond le général Bonaparte n'attendait qu'une
occasion favorable pour rappeler les Bourbons et leur rendre un héritage
qui leur appartenait. Et, chose singulière, cette illusion, qu'elle se
plaisait à provoquer chez eux, elle aurait presque voulu la partager
aussi; car elle eût préféré voir son époux sujet des Bourbons, mais
sujet protecteur de ses rois, entouré des hommages de l'ancienne
aristocratie française, à le voir monarque couronné par la main de la
nation. C'était une femme d'un coeur très-faible. Bien que légère, elle
aimait cet homme qui la couvrait de gloire, elle l'aimait davantage
depuis qu'elle en était moins aimée. N'imaginant pas qu'il pût mettre un
pied audacieux sur les marches du trône sans tomber aussitôt sous le
poignard des républicains ou des royalistes, elle voyait confondus dans
une ruine commune ses enfants, son mari, elle-même; mais, en supposant
qu'il parvînt sain et sauf sur ce trône usurpé, une autre crainte
assiégeait son coeur: elle n'irait pas s'y asseoir avec lui. Si on
faisait un jour le général Bonaparte roi ou empereur, ce serait
évidemment sous prétexte de donner à la France un gouvernement stable,
en le rendant héréditaire, et malheureusement les médecins ne lui
laissaient plus l'espérance d'avoir des enfants. Elle se rappelait à ce
sujet la singulière prédiction d'une femme, espèce de pythonisse alors
en vogue, qui lui avait dit: «Vous occuperez la première place du monde,
mais pour peu de temps.» Elle avait déjà entendu les frères du premier
consul prononcer le mot fatal de divorce. L'infortunée, que les reines
d'Europe auraient pu envier, à ne juger de son sort que par l'éclat
extérieur dont elle était entourée, vivait dans les plus affreux soucis.
Chaque progrès de sa fortune ajoutait des apparences à son bonheur et
des chagrins à sa vie, et, si elle parvenait à échapper à ses peines
cuisantes, c'était par une légèreté de caractère qui la sauvait des
préoccupations prolongées. L'attachement du général Bonaparte pour elle,
ses brusqueries quand il s'en permettait, réparées à l'instant même par
des mouvements d'une parfaite bonté, finissaient aussi par la rassurer.
Entraînée d'ailleurs, comme tous les gens de ce temps, par un tourbillon
étourdissant, elle comptait sur le dieu des révolutions, sur le hasard,
et, après de vives agitations, elle revenait à jouir de sa fortune. Elle
essayait, en attendant, de détourner son mari des idées d'une grandeur
exagérée, osait même lui parler des Bourbons, sauf à essuyer des orages,
et, malgré ses goûts, qui auraient dû lui faire préférer M. de
Talleyrand à M. Fouché, elle avait pris ce dernier en gré, parce que,
tout jacobin qu'il était, disait-elle, il osait faire entendre la vérité
au premier consul, et, à ses yeux, faire entendre la vérité au premier
consul, c'était lui conseiller la conservation de la République, sauf à
augmenter son pouvoir consulaire. MM. de Talleyrand et Fouché, croyant
se rendre plus forts en pénétrant dans la famille du premier consul,
s'y introduisaient en flattant chaque côté comme il aimait à être
flatté. M. de Talleyrand cherchait à complaire aux frères en disant
qu'il fallait imaginer pour le premier consul une autre position que
celle qu'il tenait de la Constitution. M. Fouché cherchait à complaire à
madame Bonaparte en disant que l'on commettait de graves imprudences et
qu'on perdrait tout en voulant tout brusquer. Cette manière de pénétrer
dans sa famille, d'en exciter les agitations en s'y mêlant, déplaisait
singulièrement au premier consul; il le témoignait souvent, et, quand il
avait quelque communication à faire aux siens, il en chargeait son
collègue Cambacérès, qui, avec sa prudence accoutumée, entendait tout,
ne disait rien que ce qu'on lui ordonnait de dire, et s'acquittait de ce
genre de commission avec autant de ménagement que d'exactitude.»


XXIII

Deux chefs-d'oeuvre de narration, l'un diplomatique, l'autre militaire,
les négociations de Lunéville et la victoire de Hohenlinden par Moreau,
enfin le traité de Lunéville, remplissent le septième livre, tour à tour
d'un conseil de cabinet et d'un champ de bataille. M. Thiers paraît à sa
place dans l'un comme dans l'autre; il juge peut-être Moreau avec une
autorité militaire qui ne conviendrait qu'à Bonaparte lui-même, mais il
lui décerne toute la gloire qui ne peut offusquer celle de son consul.

La conjuration de la machine infernale et ses conséquences sont un drame
d'abord ténébreux, puis éclairé de son véritable jour. Le premier
consul, cherchant à tâtons la main qui a voulu le frapper, soupçonne au
premier moment les républicains terroristes, découvre les royalistes,
mais, feignant de s'y tromper encore, frappe les jacobins d'une immense
proscription. Les derniers murmures de la liberté de tribune expirante
l'inquiètent dans le tribunat. Il ajourne sa colère, mais elle couve
contre ce vestige de la République: la parole et l'épée sont
incompatibles. L'historien, très-peu attentif à ces agonies du
gouvernement libre auquel il a dû cependant la principale part de sa
renommée, semble se ranger du côté du silence. «Ces hommes, dit-il,
méconnaissant le mouvement général des esprits et le besoin du temps,
faisaient peu de sensation. Le public était tout entier au spectacle des
travaux immenses qui avaient procuré à la France la victoire et la paix
continentale, et qui devaient lui procurer bientôt la paix maritime.»

La mort de Paul Ier, empereur de Russie, est un récit digne des annales
de Rome. Le régicide par assassinat, l'assassinat politique dénouant le
noeud compliqué de la situation de l'Europe, y sont des scènes
d'intérieur et des scènes diplomatiques dans lesquelles le pinceau de
l'historien n'a ni tremblé ni pâli. Ce beau récit n'a pas le mérite de
la nouveauté, car il avait été déjà écrit par des historiens littéraires
d'un grand talent, mais dans M. Thiers il est plus complet, et, au lieu
d'être isolé comme un attentat, il se rattache par ses causes et ses
conséquences à la situation de l'Europe tout entière. Le coup qui frappe
Paul Ier au moment où il se rapproche de Bonaparte coupe l'alliance qui
s'ourdissait entre les deux puissances.


XXIV

M. Thiers trouve ici l'occasion de juger le plus grand homme de
tribune, de conseil et de gouvernement en Angleterre, M. Pitt. Il le
juge non en historien impartial, mais en patriote français et en homme
de parti. Le jugement de M. Pitt est une des rares préventions d'esprit
et une des rares injustices de coeur de M. Thiers dans cette histoire.
Il écrit le portrait de Pitt avec la rancune et le dénigrement du
jacobinisme anglais, jacobinisme aristocratique, représenté alors par
Shéridan et par Fox. Fox et Shéridan étaient des orateurs d'opposition
briguant une popularité patriotique aux dépens du patriotisme véritable.
Bonaparte, par l'inflexible bon sens de son esprit et par la vigueur
toute militaire de son caractère, n'était pas de nature à estimer ces
esprits contradicteurs et embarrassants, capables de tout contester,
incapables de rien affirmer, tels que Shéridan, Tierney, Fox et les
autres adversaires de M. Pitt; mais, comme ces orateurs dénigraient
éloquemment M. Pitt dans leurs harangues, affectant de préconiser la
paix quand le salut de leur pays commandait la guerre d'Annibal à M.
Pitt, ministre, Bonaparte feignait, de son côté, d'admirer ces orateurs
d'opposition et de rapetisser dans M. Pitt le seul véritable grand
homme qui pût lui être opposé en Europe.

M. Thiers, juge léger, superficiel et injuste cette fois, prend ici au
mot les boutades de son héros contre M. Pitt et son feint enthousiasme
pour M. Fox. Il semble se complaire à contempler les embarras, la
décadence politique, les revers et la mort de cet orateur accompli, de
ce patriote désintéressé et de ce ministre sans rival, qui réunit en lui
seul, pendant la plus forte tempête du monde européen, l'éloquence, la
vertu civique et la vigueur indomptable du grand politique dans un pays
de liberté.

Nul cependant plus que M. Thiers n'avait pu mesurer, pendant sa longue
vie parlementaire, oratoire et ministérielle, les qualités presque
inconciliables que dut exercer M. Pitt pour gouverner un pays libre
depuis son adolescence jusqu'à sa mort. Ce jugement de M. Pitt est,
selon nous, une des rares mais grandes défaillances d'esprit politique
dans le livre de M. Thiers. Ce patriotisme peut être populaire, mais il
n'est pas historique. Que peut reprocher M. Thiers à M. Pitt, si ce
n'est que M. Pitt n'est pas Français? Écoutez cependant en quels termes
M. Thiers ravale ce grand génie et ce grand caractère.

«Tout cela, dit-il en dépeignant le prétendu épuisement de l'Angleterre
(qui n'avait jamais été plus prospère, plus nationale et plus
envahissante en Europe et en Asie), tout cela, dit-il, était dû à
l'entêtement de M. Pitt et au génie du général Bonaparte.

«La vieille fortune de M. Pitt allait, comme celle de M. Thugut, fléchir
devant la fortune naissante du général Bonaparte. M. Pitt avait eu la
plus brillante destinée de son siècle, après celle du grand Frédéric. Il
avait quarante-trois ans seulement, et il comptait déjà dix-sept ans de
domination, et d'une domination à peu près absolue dans un pays libre.
Mais sa fortune était vieille, et celle du général Bonaparte était jeune
au contraire; elle naissait à peine. Les fortunes se succèdent dans
l'histoire du monde comme les êtres dans l'univers; elles ont leur
jeunesse, leur décrépitude et leur mort. La fortune bien autrement
prodigieuse du général Bonaparte devait un jour succomber, mais en
attendant elle devait voir succomber sous son ascendant celle du plus
grand ministre de l'Angleterre..... M. Pitt n'avait prévu ni la paix
d'Amiens, ni sa courte durée...... C'est l'Anglais qui a le plus haï la
France..... Il reculait devant une situation plus forte que son courage.
Son étoile venait de pâlir devant une étoile naissante.»

Telles sont les mesquines préventions de M. Thiers dans ce jugement de
l'administration et du génie du ministre anglais, quand le génie de ce
ministre se trouve en opposition aux vues très-antibritanniques du
premier consul. Plus tard cependant, il faut le constater, l'historien
de 1806 semble se repentir de son dénigrement de 1801. Les pages que M.
Thiers consacre à la mort de M. Pitt rachètent les pages qu'il a
consacrées à sa politique. Il y a là un tableau du ministre orateur et
négociateur avec les partis dans un gouvernement d'assemblée souveraine
qui n'a jamais pu être écrit avant nos temps représentatifs, et qui ne
pouvait être écrit que par un ministre tribun ayant manié lui-même les
hommes, les choses, les passions et les factions de cette nature
compliquée de gouvernement. On dira peut-être, en lisant ces pages, que
l'historien a pensé à lui-même en traçant le portrait du ministre
représentatif et du chef de parti dans les assemblées. Nous ne l'en
blâmons pas; il est permis à l'homme qui a consumé la meilleure part de
sa vie à exceller à la tribune et à dominer au conseil, à grouper ou à
déjouer les factions, à remuer les passions politiques qui sont les
vents de sa voile; il est permis, disons-nous, à un tel homme de se
contempler dans les autres, ou de chercher en lui-même le secret des
mobiles qui ont dirigé, servi ou perdu les empires.

Je ne puis résister au plaisir de citer ces deux belles pages; elles
sont au nombre de celles qui font le plus sentir et le plus penser parmi
les innombrables repos de ce livre, repos toujours courts, où M. Thiers
ne s'arrête que pour respirer; mais, tout en respirant, il pense.

«Pour jouir de toute sa gloire, dit-il, Napoléon n'aurait eu qu'à passer
le détroit, et à écouter ce qu'on y disait de lui, de son génie, de sa
fortune! Tristes vicissitudes de ce monde! ce que M. Pitt essuyait à
cette époque, Napoléon devait l'essuyer plus tard, et avec une grandeur
d'injustice et de passion proportionnée à la grandeur de son génie et de
sa destinée.

«Vingt-cinq ans de luttes parlementaires, luttes dévorantes qui usent
l'âme et le corps, avaient ruiné la santé de M. Pitt. Une maladie
héréditaire, que le travail, les fatigues et ses derniers chagrins
avaient rendue mortelle, venait de causer sa fin prématurée, le 23
janvier 1806. Il était mort à l'âge de quarante-sept ans, après avoir
gouverné son pays, pendant plus de vingt années, avec autant de pouvoir
qu'on en peut exercer dans une monarchie absolue; et cependant il vivait
dans un pays libre, il ne jouissait pas de la faveur de son roi, il
avait à conquérir les suffrages de l'assemblée la plus indépendante de
la terre!

«Si on admire ces ministres qui, dans les monarchies absolues, savent
enchaîner longtemps la faiblesse du prince, l'instabilité de la cour, et
régner au nom de leur maître sur un pays asservi, quelle admiration ne
doit-on pas éprouver pour un homme dont la puissance, établie sur une
nation libre, a duré vingt années! Les cours sont bien capricieuses sans
doute: elles ne le sont pas plus que les grandes assemblées
délibérantes. Tous les caprices de l'opinion, excités par les mille
stimulants de la presse quotidienne, et réfléchis dans un parlement où
ils prennent l'autorité de la souveraineté nationale, composent cette
volonté mobile, tour à tour servile ou despotique, qu'il est nécessaire
de captiver pour régner soi-même sur cette foule de têtes qui prétendent
régner! Il faut, pour y dominer, outre cet art de la flatterie, qui
procure des succès dans les cours, cet art si différent de la parole,
quelquefois vulgaire, quelquefois sublime, qui est indispensable pour se
faire écouter des hommes réunis; il faut encore, ce qui n'est pas un
art, ce qui est un don, ce caractère avec lequel on parvient à braver et
à contenir les passions soulevées. Toutes ces qualités naturelles ou
acquises, M. Pitt les posséda au plus haut degré. Jamais, dans les temps
modernes, on ne trouva un plus habile conducteur d'assemblée. Exposé
pendant un quart de siècle à la véhémence entraînante de M. Fox, aux
sarcasmes poignants de M. Shéridan, il se tint debout avec un
imperturbable sang-froid, parla constamment avec justesse, à propos,
sobriété, et, quand à la voix retentissante de ses adversaires venait se
joindre la voix plus puissante encore des événements; quand la
Révolution française, déconcertant sans cesse les hommes d'État, les
généraux les plus expérimentés de l'Europe, jetait au milieu de sa
marche ou Fleurus, ou Zurich, ou Marengo, il sut toujours contenir par
la fermeté, par la convenance de ses réponses, les esprits émus du
parlement britannique. Et c'est en cela surtout que M. Pitt fut
remarquable; car il n'eut, comme nous l'avons dit ailleurs, ni le génie
organisateur, ni les lumières profondes de l'homme d'État. À l'exception
de quelques institutions financières d'un mérite contesté, il ne créa
rien en Angleterre; il se trompa souvent sur les forces relatives de
l'Europe, sur la marche des événements; mais il joignit aux talents d'un
grand orateur politique l'amour ardent de son pays, la haine passionnée
de la Révolution française. Il faut au génie des passions pour qu'il ait
de la puissance. Représentant en Angleterre, non pas de l'aristocratie
nobiliaire, mais de l'aristocratie commerciale, qui lui prodigua ses
trésors par la voie des emprunts, il résista à la grandeur de la France
et à la contagion des désordres démagogiques avec une persévérance
inébranlable, et maintint l'ordre de son pays sans en diminuer la
liberté. Il le laissa chargé de dettes, il est vrai, mais tranquille
possesseur des mers et des Indes. Il usa et abusa des forces de
l'Angleterre, mais elle était le second pays de la terre quand il
mourut, et le premier huit ans après sa mort. Et à quoi seraient bonnes
les forces des nations, sinon à essayer de dominer les unes sur les
autres? Les vastes dominations sont dans les desseins de la Providence.
Ce qu'un homme de génie est à une nation, une grande nation l'est à
l'humanité. Les grandes nations civilisent, éclairent le monde, et le
font marcher plus rapidement dans toutes les voies; seulement il faut
leur conseiller d'unir à la force la prudence, qui fait réussir la
force, et la justice, qui l'honore.

«M. Pitt, si heureux pendant dix-huit ans, fut malheureux dans les
derniers jours de sa vie. Nous fûmes vengés, nous Français, de ce cruel
ennemi, car il put nous croire victorieux pour jamais, il put douter de
l'excellence de sa politique et trembler pour l'avenir de sa patrie.
C'était l'un de ses plus médiocres successeurs, lord Castlereagh, qui
devait jouir de nos désastres.

«Au milieu des accusations les plus diverses, les plus violentes, M.
Pitt eut la bonne fortune de ne point voir son intégrité attaquée. Il
vécut de ses émoluments, qui étaient considérables, et, sans qu'il fût
pauvre, passa pour l'être. Lorsqu'on annonça sa mort, l'un des membres
de la vieille majorité ministérielle proposa de payer ses dettes. Cette
proposition, présentée au parlement et accueillie avec respect, fut
combattue par ses anciens amis, devenus ses ennemis, et notamment par M.
Windham, qui avait été si longtemps son collègue au ministère. Son
antagoniste, M. Fox, refusa d'y adhérer, mais avec douleur.

«J'honore, s'écria-t-il avec un accent qui remua l'assemblée des
Communes, j'honore mon illustre adversaire, et je regarde comme la
gloire de ma vie d'avoir été quelquefois appelé son rival; mais j'ai
combattu vingt ans sa politique, et que dirait de moi la génération
présente si elle me voyait accueillir une proposition dont on veut faire
le dernier et le plus éclatant hommage à cette politique, que j'ai crue,
que je crois encore funeste pour l'Angleterre?»

«Tout le monde comprit le vote de M. Fox et applaudit à la noblesse de
son langage.

«Quelques jours après, la proposition ayant pris un autre caractère, le
parlement vota, à l'unanimité, 50,000 livres sterling (1,250,000 fr.)
pour payer les dettes de M. Pitt. On décida qu'il serait enseveli à
Westminster.»

Arrêtons-nous là un instant, avant de reprendre cette route immense où
M. Thiers conduit son lecteur par le fil des événements avec une clarté
de vue, une sûreté de marche et une universalité de science historique
qui entraînent sans cesse sans jamais lasser. Ce livre, c'est l'univers
pendant un quart de siècle. Celui qui l'a bien lu sait le monde, celui
qui a osé l'entreprendre et qui a réussi à l'écrire est plus qu'un
écrivain; c'est la plume qui court et qui grave, arrachée à l'aile du
temps, pour éterniser le temps lui-même.

Le Concordat et la mort du duc d'Enghien nous attendent.--Respirons.

                                                            LAMARTINE.

(_La suite au mois prochain._)



XLVe ENTRETIEN.

EXAMEN CRITIQUE

DE L'HISTOIRE DE L'EMPIRE,

PAR M. THIERS.

(2e PARTIE.)


I

À l'exception du pouvoir civil emporté à la pointe de l'épée au 18
brumaire par un général qui mettait la victoire au-dessus de la loi et
qui réduisait tous les droits au droit de la force, nous avons admiré
jusqu'ici la savante exposition et la profonde sagacité d'esprit de M.
Thiers. Nous allons à regret nous séparer de son sens historique dans
deux graves circonstances très-bien racontées, mais mal jugées par lui,
selon nous: le Concordat de 1801 et la mort du duc d'Enghien. Plus nous
louons ce travail unique sur les événements de notre temps par
l'écrivain qui semble avoir été aussi providentiellement prédestiné à
les écrire que Bonaparte fut prédestiné à les accomplir, plus nous
devons prémunir avec sollicitude l'opinion contre les défauts de sens et
contre les défauts de sensibilité qui font tache, et qui pourraient
faire loi un jour dans ce magnifique fonds d'histoire; vicier l'esprit,
c'est une faute de logique; mais endurcir le coeur, c'est pire qu'une
faute chez un historien.

Nous allons donc discuter en quelques mots, avec nos lecteurs, ces deux
chapitres de l'histoire de M. Thiers, afin de rétablir, autant qu'il est
en nous, les vrais principes de la raison moderne en matière de culte et
les vrais sentiments du coeur humain en fait de mort politique. Il n'est
pas nécessaire de dire avec quelle mesure nous discuterons ces deux faux
actes du premier Consul, ces deux faux jugements de son historien. La
vérité n'a pas besoin de la violence des paroles.


II

M. Thiers commence son douzième livre par une exposition raisonnée,
très-bien raisonnée dans quelques pages, très-mal raisonnée dans
quelques autres pages, de la situation de la religion en France en 1801.

Le premier Consul, dit-il, aurait voulu que le jour anniversaire du 18
brumaire, consacré à célébrer la réconciliation de la France avec
l'Europe, pût l'être aussi à célébrer la réconciliation de la France
avec l'Église. Il avait fait les plus grands efforts pour que les
négociations avec le saint-siége fussent terminées en temps utile, et
que les cérémonies religieuses vinssent se mêler aux fêtes populaires.
Mais il est encore moins facile de traiter avec les puissances
spirituelles qu'avec les puissances temporelles, car les batailles
gagnées n'y suffisent pas, et c'est l'honneur de la pensée humaine de ne
pouvoir être vaincue que par la force accompagnée de la persuasion.

C'est ce difficile travail de la persuasion jointe à la force que le
vainqueur de Rivoli et de Marengo avait entrepris auprès de l'Église
romaine pour la réconcilier avec la République française.

La Révolution, comme nous l'avons déjà dit bien des fois, avait dépassé
le but en beaucoup de choses; la ramener en arrière, quant à ces choses
seulement, et pas plus en deçà qu'au delà du but, était une réaction
légitime, salutaire, que le premier Consul avait entreprise, et qu'alors
il rendait admirable par la sagesse et l'habileté des moyens qu'il y
employait.

La religion était évidemment une des choses à l'égard desquelles la
Révolution avait dépassé toutes les bornes justes et raisonnables; nulle
part il n'y avait autant à réparer.

Il avait existé sous l'ancienne monarchie un clergé puissant, en
possession d'une grande partie du sol, ne supportant aucune des charges
publiques, faisant seulement, quand il lui plaisait, des dons
volontaires au trésor royal, constitué en pouvoir politique, et formant
l'un des trois ordres qui, dans les états généraux, exprimaient les
volontés nationales. La Révolution avait emporté le clergé avec sa
fortune, son influence et ses priviléges; elle l'avait emporté avec la
noblesse, les parlements et le trône lui-même. Un clergé propriétaire et
constitué en pouvoir politique pouvait convenir dans la société du
moyen âge, être utile alors à la civilisation; mais il était
inadmissible au dix-huitième siècle. L'Assemblée constituante avait bien
fait de mettre à la place un clergé voué uniquement aux fonctions du
culte, étranger aux délibérations de l'État, salarié au lieu d'être
propriétaire; mais c'était exiger beaucoup du saint-siége que de lui
demander l'approbation de tels changements. Si on voulait réussir, il
fallait s'en tenir là, et ne pas lui fournir un prétexte légitime de
dire qu'on attaquait la religion elle-même dans ce qu'elle avait
d'immuable et de sacré.

À notre tour de raisonner.


III

Sous le Directoire la proscription avait cessé, les différents clergés
professaient librement chacun leur foi, et, se faisant une libre
concurrence par la persuasion dans l'esprit des populations chrétiennes,
étaient également inviolables dans l'exercice purement spirituel de leur
ministère. Il n'y avait plus, en un mot, ni persécution, ni faveur, ni
religion d'État: véritable condition de la liberté des âmes dans
l'impartial et inviolable exercice de leur loi religieuse, indépendante
de la loi politique; situation sous laquelle nous voyons fleurir dans le
vaste continent américain, comme en Irlande, en Orient, en Hollande, en
Helvétie, la religion d'autant plus sainte qu'elle est moins humaine.
Régulariser cette situation en France par des lois protectrices de cette
inviolabilité des consciences; ménager la transition entre le clergé de
l'État violemment dépossédé et le clergé des fidèles rétribué par les
fidèles au moyen d'indemnités viagères comme celles qui sont
équitablement dues à toute dépossession soudaine; établir la paix par la
liberté, c'était là la pensée du siècle, le voeu de la raison, l'honneur
de la religion véritable. Si le premier Consul avait eu l'ombre de
philosophie dans sa politique, c'était là le seul concordat qu'il y eût
à faire entre Rome et lui. Ce concordat était en deux articles. Comme
puissance temporelle, je vous reconnais et je respecte votre
souveraineté en tant que vos sujets eux-mêmes la reconnaissent; comme
puissance spirituelle, les catholiques français vous reconnaîtront
d'eux-mêmes librement, sans aucune intervention de l'État dans le
domaine de la conscience.

L'État est humain, la foi est divine; ils ne peuvent se toucher sans
s'altérer dans leur nature entièrement distincte.

L'âme des fidèles vous appartient, la police des cultes seule est de mon
ressort, parce que la police extérieure des cultes est chose temporelle
et qu'elle touche à la société civile; mais ces règlements purement
civils ne s'immiscent en rien dans les dogmes purement spirituels.

C'était évidemment à cette législation rationnelle des cultes que la
raison, la philosophie et la Révolution avaient aspiré depuis plusieurs
siècles, et c'est encore à cela qu'elles aspirent, comme à la liberté de
Dieu dans les âmes et comme à la liberté des âmes dans l'État. Jamais le
pouvoir civil et l'autorité religieuse ne concluront un pacte appelé
concordat sans qu'il y ait quelque chose de Dieu concédé au pouvoir
civil, quelque chose de la sainte liberté des âmes concédé au pouvoir
spirituel. Religion d'État veut dire partout oppression de Dieu ou
oppression de l'homme: ou le citoyen possède le prêtre, ce qui est un
sacrilége, ou le prêtre possède le citoyen, ce qui est une simonie.

Il n'y a pas de doute que, quand le premier Consul discutait à huis
clos cette question vitale pour la Révolution avec ses conseillers
d'État, il professait comme eux les principes que nous venons d'exposer
sur les concordats. Bien que ses instincts fussent, dit-on, vaguement
religieux comme ceux des hommes qui ont plus d'infini que les autres
dans une plus grande âme, il ne professait jusque-là aucun dogme, ou
plutôt il avait décrété publiquement au Caire, en exaltant l'islamisme,
qu'il les professait tous. Ce respect égal affichait assez une égale
indifférence, pour ne pas dire un égal dédain. Mais le premier Consul,
précisément parce qu'il n'était pas assez religieux, voulait avoir
extérieurement sous la main une religion politique. Il est bien plus
commode, en effet, à un chef d'État, dans un temps d'oscillation des
croyances, de régir un seul culte que d'en régir plusieurs; il est plus
simple aussi de faire alliance avec un seul pontife et avec un seul
clergé, pour lui emprunter et pour lui prêter force, que de flotter sur
plusieurs religions qui, toutes occupées de lutter entre elles, ne
présentent aucun point d'appui solide à une royauté ou à une dictature.
Au point de vue purement humain, cela est incontestable; au point de
vue divin, cela n'est rien moins que religieux. Le premier Consul, dans
cette négociation dont M. Thiers lui fait gloire comme s'il eût été
inspiré dans son oeuvre de Charlemagne par l'esprit même du
christianisme, n'avait donc nullement la religion du chrétien; il avait
la religion de l'homme d'État.

C'est cette religion de l'homme d'État que M. Thiers professe dix fois
lui-même avec un esprit plus hautain que juste dans le récit et dans la
discussion du Concordat. Il le raconte et il le discute, qu'il nous
permette de le lui dire, non pas comme Bossuet ou Fénelon l'auraient
fait, mais comme Machiavel l'aurait raconté et discuté. Ces pages sont
des chapitres du livre du _Prince_; elles enseignent aux fondateurs de
dynasties nouvelles comment, pour caresser les habitudes d'esprit d'un
peuple, ces princes doivent, sous le masque d'une religion qu'ils ne
professent pas eux-mêmes de coeur, se jouer de la religion véritable,
inséparable de sincérité et de foi, en rendant au peuple une religion
d'État avec ses priviléges et ses appareils exclusifs comme un spectacle
pour les yeux au lieu d'un aliment de l'âme.

Écoutez plutôt M. Thiers lui-même sur ce sujet, et remarquez de combien
de contradictions inaperçues son sophisme historique se compose sous
l'apparente justesse des paroles. Jamais, selon nous, la religion de
l'homme d'État ne se montra plus dédaigneuse de la religion des fidèles.
Les prétendus chrétiens qui se déclarent satisfaits de pareilles
théories religieuses ne sont pas exigeants en profession de foi ni même
en politesses de paroles envers la divinité des cultes.

Écoutez M. Thiers.


IV

«Il faut une croyance religieuse, il faut un culte à toute association
humaine. L'homme, jeté au milieu de cet univers, sans savoir d'où il
vient, où il va, pourquoi il souffre, pourquoi même il existe, quelle
récompense ou quelle peine recevront les longues agitations de sa vie:
assiégé des contradictions de ses semblables, qui lui disent, les uns
qu'il y a un Dieu, auteur profond et conséquent de toutes choses, les
autres qu'il n'y en a pas; ceux-ci, qu'il y a un bien, un mal, qui
doivent servir de règle à sa conduite; ceux-là, qu'il n'y a ni bien ni
mal, que ce sont là les inventions intéressées des grands de la terre;
l'homme, au milieu de ces contradictions, éprouve le besoin impérieux,
irrésistible, de se faire sur tous ces objets une croyance arrêtée.
Vraie ou fausse, sublime ou ridicule, il s'en fait une. Partout, en tout
temps, en tout pays, dans l'antiquité comme dans les temps modernes,
dans les pays civilisés comme dans les pays sauvages, on le trouve au
pied des autels, les uns vénérables, les autres ignobles ou
sanguinaires. Quand une croyance établie ne règne pas, mille sectes,
acharnées à la dispute, comme en Amérique, mille superstitions
honteuses, comme en Chine, agitent ou dégradent l'esprit humain. Ou
bien, si, comme en France en 93, une commotion passagère a emporté
l'antique religion du pays, l'homme, à l'instant même où il avait fait
voeu de ne plus rien croire, se dément après quelques jours, et le culte
insensé de la déesse Raison, inauguré à côté de l'échafaud, vient
prouver que ce voeu était aussi vain qu'il était impie.

«À en juger donc par sa conduite ordinaire et constante, l'homme a
besoin d'une croyance religieuse. Dès lors, que peut-on souhaiter de
mieux à une société civilisée qu'une _religion nationale_, fondée sur
les vrais sentiments du coeur humain, conforme aux règles d'une morale
pure, consacrée par le temps, et qui, sans intolérance et sans
persécution, réunisse, sinon l'universalité, au moins la grande majorité
des citoyens, au pied d'un autel antique et respecté?

«Une telle croyance, on ne saurait l'inventer quand elle n'existe pas
depuis des siècles. Les philosophes, même les plus sublimes, peuvent
créer une philosophie, agiter par leur science le siècle qu'ils
honorent: ils font penser, ils ne font pas croire. Un guerrier couvert
de gloire peut fonder un empire, il ne saurait fonder une religion. Que,
dans les temps anciens, des sages, des héros, s'attribuant des relations
avec le ciel, aient pu soumettre l'esprit des peuples et lui imposer une
croyance, cela s'est vu. Mais, dans les temps modernes, le créateur
d'une religion serait tenu pour un imposteur; et, entouré de terreur
comme Robespierre, ou de gloire comme le jeune Bonaparte, il aboutirait
uniquement au ridicule. On n'avait rien à inventer en 1800. Cette
croyance pure, morale, antique, existait; c'était la vieille religion du
Christ, ouvrage de Dieu suivant les uns, ouvrage des hommes suivant les
autres, mais, suivant tous, oeuvre profonde d'un réformateur sublime;
réformateur commenté pendant dix-huit siècles par les conciles, vastes
assemblées des esprits éminents de chaque époque, occupées à discuter,
sous le titre d'hérésies, tous les systèmes de philosophie, adoptant
successivement sur chacun des grands problèmes de la destinée de l'homme
les opinions les plus plausibles, les plus sociales, les adoptant, pour
ainsi dire, à la majorité du genre humain; arrivant enfin à produire ce
corps de doctrine invariable, souvent attaqué, toujours triomphant,
qu'on appelle _unité catholique_, et au pied duquel sont venus se
soumettre les plus beaux génies! Elle existait, cette religion, qui
avait rangé sous son empire tous les peuples civilisés, formé leurs
moeurs, inspiré leurs chants, fourni le sujet de leurs poésies, de leurs
tableaux, de leurs statues, empreint sa trace dans tous leurs souvenirs
nationaux, marqué de son signe leurs drapeaux tour à tour vaincus ou
victorieux! Elle avait disparu un moment dans une grande tempête de
l'esprit humain; mais, la tempête passée, le besoin de croire revenu,
elle s'était retrouvée au fond des âmes, comme la croyance naturelle et
indispensable de la France et de l'Europe.

«Quoi de plus indiqué, de plus nécessaire en 1800 que de relever cet
autel de saint Louis, de Charlemagne et de Clovis, un instant renversé?
Le général Bonaparte, qui eût été ridicule s'il avait voulu se faire
prophète ou révélateur, était dans le vrai rôle que lui assignait la
Providence, en relevant de ses mains victorieuses cet autel vénérable,
en y ramenant par son exemple les populations quelque temps égarées. Et
il ne fallait pas moins que sa gloire pour une telle oeuvre! De grands
génies, non pas seulement parmi les philosophes, mais parmi les rois,
Voltaire et Frédéric, avaient déversé le mépris sur la religion
catholique et donné le signal des railleries pendant cinquante années.
Le général Bonaparte, qui avait autant d'esprit que Voltaire, plus de
gloire que Frédéric, pouvait seul, par son exemple et ses respects,
faire tomber les railleries du dernier siècle.

«Sur ce sujet, il ne s'était pas élevé le moindre doute dans sa pensée.
Ce double motif de rétablir l'ordre dans l'État et la famille, et de
satisfaire au besoin moral des âmes, lui avait inspiré la ferme
résolution de remettre la religion catholique sur son ancien pied, sauf
les attributions politiques, qu'il regardait comme incompatibles avec
l'état présent de la société française.

«Est-il besoin, avec des motifs tels que ceux qui le dirigeaient, de
chercher s'il agissait par une inspiration de la foi religieuse, ou bien
par politique ou par ambition? Il agissait par sagesse, c'est-à-dire par
suite d'une profonde connaissance de la nature humaine, cela suffit. Le
reste est un mystère, que la curiosité, toujours naturelle quand il
s'agit d'un grand homme, peut chercher à pénétrer, mais qui importe peu.
Il faut dire cependant, à cet égard, que la constitution morale du
général Bonaparte le portait aux idées religieuses. Une intelligence
supérieure est saisie, à proportion de sa supériorité même, des beautés
de la création. C'est l'intelligence qui découvre l'intelligence dans
l'univers, et un grand esprit est plus capable qu'un petit de voir Dieu
à travers ses oeuvres. Le général Bonaparte controversait volontiers sur
les questions philosophiques et religieuses avec Monge, Lagrange,
Laplace, savants qu'il honorait et qu'il aimait, et les embarrassait
souvent, dans leur incrédulité, par la netteté, la vigueur originale de
ses arguments. À cela il faut ajouter encore que, nourri dans un pays
inculte et religieux, sous les yeux d'une mère pieuse, la vue du vieil
autel catholique éveillait chez lui les souvenirs de l'enfance, toujours
si puissants sur une imagination sensible et grande. Quant à
l'ambition, que certains détracteurs ont voulu donner comme unique motif
de sa conduite en cette circonstance, il n'en avait pas d'autre alors
que de faire le bien en toutes choses, et sans doute, s'il voyait comme
récompense de ce bien accompli une augmentation de pouvoir, il faut le
lui pardonner. C'est la plus noble, la plus légitime ambition, que celle
qui cherche à fonder son empire sur la satisfaction des vrais besoins
des peuples.»


V

Nous citons ces pages parce qu'elles sont très-belles d'expression et de
sentiment, les plus belles peut-être que l'historien politique ait
écrites dans sa vie; mais, en admirant la haute portée de ces vues
d'homme d'administration et de ce style d'homme de discipline civile,
peut-on se dissimuler la _simonie des idées_ (si on tolère cette
expression) qui éclate dans la pensée?

S'il s'agissait pour le premier Consul de flétrir l'impiété, ce
parricide moral de l'humanité; de relever le sentiment religieux, cette
piété filiale de l'esprit humain dans l'âme du peuple; de faire
respecter, honorer, vénérer sous toutes ses formes sincères les cultes
libres qui sont les actes volontaires et spontanés de cette piété du
coeur humain, et qui, en rappelant sans cesse l'homme à sa source et à
sa fin, sont sa filiation divine, sa noblesse entre les créatures, sa
conscience, sa morale, sa vertu, sa consolation, son espérance, rien ne
serait plus plausible que l'argumentation de M. Thiers dans ce préambule
au Concordat.

Mais s'il s'agissait simplement pour le premier Consul de donner au
peuple une religion d'État qu'il ne professait lui-même ni d'esprit ni
de coeur; de faire, au nom de cette religion d'État, toute politique à
ses yeux et nullement religieuse, une alliance exclusive avec le
souverain pontife de cette religion pour lui assurer les âmes de ses
peuples, à la charge par le souverain pontife de lui assurer à lui-même
leur obéissance au nom du Dieu dont il est le ministre, il est
impossible de conserver du respect devant les éloges prodigués par M.
Thiers à une pareille négociation, et de ne pas rougir pour les hommes
d'un pareil commerce, où un souverain vend et livre la foi de son peuple
en échange d'un droit divin de gouvernement qu'on lui concède; aucune
plume sincère ne peut appeler ici religion ce qui est politique,
conviction ce qui est feinte, et vertu ce qui est trafic.

Or l'historien, dans ses propres phrases à la louange de cet acte,
révèle la nature vraie de cet acte à chaque mot. Qu'est-ce, en effet,
que cette déclaration d'égale estime ou d'égal dédain pour les religions
nécessaires, selon M. Thiers, à l'homme? _Vraie ou fausse, sublime ou
ridicule, il en faut une._ Qu'est-ce que cette déclaration de la
nécessité de maintenir par la force des gouvernements l'unité des
religions établies? «Quand une croyance établie ne règne pas, mille
superstitions s'établissent, mille sectes acharnées à la dispute, comme
en Amérique, etc. Dès lors que peut-on souhaiter de mieux qu'_une
religion nationale_?»

Remarquez que l'historien ne dit pas une religion vraie ou une religion
divine; il dégrade hardiment dans cette expression la religion
(institution divine ou rien) jusqu'au rang de simple _institution
nationale_. Il substitue la nation à Dieu et la loi de police des cultes
à la conscience, siége unique de la foi. Qu'est-ce enfin que cette
ambition qu'il faut pardonner au premier Consul, puisque, dit
l'historien, «c'est la plus noble et la plus légitime des ambitions que
celle qui cherche à fonder son empire sur la satisfaction des vrais
besoins du peuple?» Or, les vrais besoins du peuple qui venait
d'accomplir la plus grande transformation des temps modernes, pour
établir la liberté des consciences et l'égalité des croyances
personnelles devant les lois et devant Dieu; ces vrais besoins des
peuples étaient-ils de reconstituer aussitôt après, au lieu de la
religion volontaire et d'autant plus efficace qu'elle est plus
volontaire, une religion d'État garantie à un souverain de la foi par un
souverain des armes, investie de priviléges dont chacun était une limite
à la liberté des autres cultes? Ces vrais besoins des peuples
étaient-ils de remettre Dieu dans la loi, le prêtre, magistrat de la
foi, dans la dépendance du magistrat civil, le magistrat civil dans la
dépendance du prêtre, le fidèle dans le citoyen, le citoyen dans le
fidèle, une partie de la religion dans la loi, une autre partie hors la
loi, et de rebâtir ainsi, au profit, non de la religion des peuples,
mais à l'usage et au profit de la souveraineté civile, cette Babel de
foi et de loi, de Dieu et de l'homme, de servitude et de révolte, de
tolérance de l'erreur et d'intolérance de la vérité, qu'on appelle un
concordat?

Nous le laissons à dire à ceux qui ont la religion de la foi, et non la
religion d'État, dans le coeur. Cette prétendue religion de la raison
d'État est, selon nous, la dérision de la piété sincère; l'histoire de
M. Thiers pervertirait ici la morale éternelle, si on n'en signalait pas
le sophisme et le danger aux hommes.

Cela dit sur le principe même de ce Concordat de 1801, nous ne taririons
pas en éloges sur la belle étude diplomatique dans laquelle M. Thiers,
aidé sans doute par les innombrables documents de nos archives, a
déroulé, éclairé, simplifié, dramatisé, pour les esprits les plus
minutieux, cette longue et épineuse négociation. Si toutes les
négociations entre les États étaient compulsées et écrites ainsi par un
écrivain aussi érudit, la diplomatie, exhumée de ses cartons par une
main créatrice, serait à elle seule la plus complète et la plus
lumineuse des histoires. L'érudition recevrait la vie par la main du
talent. Ce genre d'histoire par les documents bien retrouvés, bien
exposés, bien discutés, se révèle ici pour la première fois au monde.
C'est une nouveauté et une création; cette nouveauté et cette création
porteront le nom de M. Thiers.


VI

Le treizième livre n'offre rien à l'imagination et à la pensée que ces
lieux communs de toutes les annales, ces détails d'administration qui,
en temps calmes, servent de transition d'un événement à l'autre. M.
Thiers y excelle parce qu'il approfondit jusqu'aux minuties. C'est en
creusant qu'on trouve l'intérêt au fond de l'histoire: celui qui voit
tout s'intéresse à tout. On ne peut reprendre dans ce récit de quelques
mois de paix que deux ou trois jugements qui manquent de justesse parce
qu'ils manquent d'impartialité.

Ainsi M. Thiers, passionné pour son héros, veut lui donner à la fois,
contre sa nature, les honneurs du libéralisme et les honneurs du
despotisme. Il affecte de croire que le premier Consul était un partisan
et un admirateur de M. Fox, l'orateur d'opposition par excellence, venu
à Paris pour admirer de plus près la dictature. C'est méconnaître à la
fois le génie du premier Consul et le génie de M. Fox. M. Thiers ici
fait tort, selon nous, au bon sens gouvernemental de son héros, comme il
fait tort à la sincérité de M. Fox. Que pouvait-il y avoir de commun
entre un jeune soldat qui venait d'étouffer la dernière étincelle de
liberté représentative dans son pays, et qui méditait déjà la
suppression du Tribunat, comme il avait accompli l'asservissement par
l'épée du Corps législatif, et le tribun aristocratique et quelquefois
démagogique de l'Angleterre, qui avait inoculé par tous ses discours les
doctrines et même les anarchies de la Révolution française à son pays?
Que pouvait-il y avoir de sincère dans ces politesses de fausse
admiration entre l'homme d'État de l'ordre excessif, du pouvoir absolu,
et entre l'orateur de la liberté sans limite, de la souveraineté des
clubs, de l'anarchie désarmée ou même armée contre la monarchie? L'homme
du 18 brumaire ne pouvait ni estimer politiquement ni aimer M. Fox,
homme de 1792. Il pouvait le flatter et le grandir par ses flatteries
officielles, pour grandir en lui un principe éloquent d'opposition et de
désordre en Angleterre. C'est ce qu'il faisait à Paris, en affectant
l'estime pour un génie de parole dont il méprisait au fond les
doctrines.

Le véritable homme d'État de l'Angleterre, aux yeux du premier Consul,
c'était M. Pitt; mais il ne lui convenait pas de le dire, parce que M.
Pitt était, pour l'Angleterre libre, l'homme de salut; M. Fox n'était
que l'homme de bruit. L'historien du premier Consul a trop de
perspicacité pour s'y tromper. Il nous semble donc ici faire pour son
héros précisément ce que son héros faisait pour M. Fox: il ne le juge
pas, il le flatte. La prétendue admiration du premier Consul pour
l'agitateur anglais serait de la candeur par trop naïve si elle n'était
pas de la diplomatie par trop raffinée. Ici M. Thiers se souvient trop,
en écrivant ces pages, de ce sophisme de situation qui a tué en quinze
ans le gouvernement des Bourbons par sa plume; il confond dans le
premier Consul le goût héroïque du despotisme et le goût populaire de la
liberté, afin de lui donner, selon les besoins de l'opposition, qui vit
de sophismes, la popularité du dictateur et la popularité du libéral de
1830: hermaphrodisme politique nécessaire à la mémoire du héros avec
lequel on voulait faire une double guerre aux Bourbons. Mais ce n'est
plus là de l'histoire, c'est de la tactique; cette tactique peut être
profitable à ceux qui l'emploient à la tribune ou dans le journalisme,
elle est déplacée dans le récit. Il n'y eut jamais, en réalité, deux
esprits plus antipathiques en matière de gouvernement que l'esprit
droit, ferme, absolu du premier Consul, et l'esprit oratoire,
contradictoire et ambulatoire du chef de l'opposition britannique, M.
Fox; l'un fait pour absorber énergiquement tous les droits et toutes les
volontés dans le droit et dans la volonté d'un seul; l'autre créé pour
débattre éloquemment, mais vainement, le pour et le contre, pour saper
tous les gouvernements et pour voir des ennemis dans tous les ministres
du pouvoir. Parler de l'admiration sincère de ces deux hommes l'un pour
l'autre c'est les mal comprendre ou c'est les défigurer. Conserver la
fidélité des caractères, laisser à chacun son vice et sa vertu propre,
c'est la loi de l'histoire comme c'est la loi du drame. L'histoire,
autrement, manque de vérité, et le drame manque de vraisemblance.


VII

On voit percer dès ce temps-là l'opposition civile dans quelques
sénateurs restés fidèles, malgré ses excès et ses revers, à l'esprit
philosophique qui avait couvé la révolution de 1789; ceux-là voulaient
au moins en sauver les vérités du naufrage de tant d'illusions et du
sang de 1793. C'est contre ce petit nombre d'âmes libres et stoïques,
quoique modérées, que le premier Consul éclate en impatience et qu'il
invente le mot d'_idéologues_, comme l'injure la plus expressive qu'on
puisse adresser à des hommes qui font abstraction de l'expérience en
matière de gouvernement.

L'opposition militaire, qui commence aussi à poindre, se groupe et se
personnifie autour de Moreau, le seul rival de gloire qu'on puisse
élever en face du premier Consul. M. Thiers, juste cette fois, et juste
parce qu'il est sévère, caractérise vigoureusement cette tendance de la
médiocrité jalouse à se créer des idoles plus grandes que nature pour
les opposer aux véritables supériorités intellectuelles de leur temps.

«Moreau, dit-il, depuis la campagne d'Autriche, dont il devait le
succès, du moins en partie, au premier Consul, qui lui avait donné à
commander la plus belle armée de la France, Moreau passait pour le
second général de la République. Au fond, personne ne se trompait sur sa
valeur: on savait bien que c'était un esprit médiocre, incapable de
grandes combinaisons et entièrement dépourvu de génie politique; mais on
s'appuyait sur ses qualités réelles de général sage, prudent et
vigoureux, pour en faire un capitaine supérieur et capable de tenir
tête au vainqueur de l'Italie et de l'Égypte.

«Les partis ont un merveilleux instinct pour découvrir les faiblesses
des hommes éminents. Ils les flattent ou les offensent tour à tour,
jusqu'à ce qu'ils aient trouvé l'issue par laquelle ils peuvent pénétrer
dans leur coeur, pour y introduire leur poison.»

C'est ainsi que l'historien nous prépare de loin au grand procès
politique dans lequel Moreau descendit de sa gloire au rang de complice
de Georges et de Pichegru, et plus tard au rang de transfuge combattant
contre sa patrie pour se venger d'un juste exil.


VIII

La création d'une république lombarde en Italie, création précaire, mais
bien moins nuisible à la France que l'agrandissement si dangereux du
Piémont, voisin à la fois révolutionnaire, militaire et monarchique, fut
sagement mais vainement combattue par M. de Talleyrand. Ce ministre n'y
voyait qu'un principe d'agitation perpétuelle, menaçante pour toute paix
durable avec l'Allemagne. Cette république provisoire révèle la
diplomatie inquiète et irrésolue du premier Consul. M. de Talleyrand
voit plus loin et plus juste. Bonaparte, initié par ce grand homme
d'État à la diplomatie européenne, prend de son ministre la science des
traditions, mais ne suit en rien ses conseils à longue vue.

On voit, dès ce moment, qu'il ne veut de paix que juste ce qu'il en faut
pour préparer d'autres guerres, et que son véritable ministre des
affaires étrangères sera le hasard des batailles.

Pendant qu'il institue une république à Milan, il cherchait une
monarchie absolue en France. Il inaugurait pompeusement le culte d'État,
il caressait M. de Chateaubriand, dont le livre poétique, _le Génie du
Christianisme_, devançait ou servait si bien ses desseins de
restauration catholique sous un second Charlemagne, ligué, non de foi,
mais de politique, avec la papauté. M. Thiers apprécie ce livre, qui fut
le programme de la monarchie, en une vive et juste image.

_Le Génie du Christianisme_, dit-il, comme toutes les oeuvres
remarquables, fort loué, fort attaqué, produisait une impression
profonde parce qu'il exprimait un sentiment vrai et très-général alors
dans la société française: c'était ce regret singulier, indéfinissable,
de ce qui n'est plus, de ce qu'on a dédaigné ou détruit quand on
l'avait, de ce qu'on désire avec tristesse quand on l'a perdu. Tel est
le coeur humain! Ce qui est le fatigue ou l'oppresse; ce qui a cessé
d'être acquiert tout à coup un attrait puissant. Les coutumes sociales
et religieuses de l'ancien temps, odieuses en 1789, parce qu'elles
étaient alors dans toute leur force, et que de plus elles étaient
quelquefois oppressives, maintenant que le dix-huitième siècle, changé
vers sa fin en un torrent impétueux, les avait emportées dans son cours
dévastateur, revenaient au souvenir d'une génération agitée, et
touchaient son coeur disposé aux émotions par quinze ans de spectacles
tragiques. L'oeuvre du jeune écrivain, empreinte de ce sentiment
profond, remuait fortement les esprits, et avait été accueillie avec une
faveur marquée par l'homme qui alors dispensait toutes les gloires. Si
elle ne décelait pas le goût pur, la foi simple et solide des écrivains
du siècle de Louis XIV, elle peignait avec charme les vieilles moeurs
religieuses qui n'étaient plus. Sans doute on y pouvait blâmer l'abus
d'une belle imagination; mais après Virgile, mais après Horace, il est
resté dans la mémoire des hommes une place pour l'ingénieux Ovide, pour
le brillant Lucain, et, seul peut-être parmi les livres de ce temps, _le
Génie du Christianisme_ vivra, fortement lié qu'il est à une époque
mémorable; il vivra, comme ces frises sculptées sur le marbre d'un
édifice vivent avec le monument qui les porte.


IX

En même temps que le premier Consul rétablissait la plus monarchique des
institutions humaines, le catholicisme, il préparait à la monarchie ses
éléments naturels et traditionnels, une noblesse et une aristocratie
militaire. Son rappel des émigrés était une préface à une cour; son
institution de l'ordre de la Légion d'honneur, sacrifice à la vanité qui
fonde la vertu civique sur une distinction extérieure puérile en
elle-même, comme un ruban sur un habit, préparait les âmes aux faveurs
d'un souverain; il prenait ainsi le privilége de décerner seul l'estime
publique. L'historien approuve ces concessions aux faiblesses humaines
dans une page trop significative de ses propres pensées pour ne pas la
citer.

«Quant à la manière de classer les hommes dans la société, il disait à
ceux qui ne voulaient aucune distinction: «Pourquoi donc avez-vous créé
les fusils et les sabres d'honneur? C'est une distinction que celle-là,
et assez ridiculement inventée, car on ne porte pas un fusil ou un sabre
d'honneur à sa poitrine, et en ce genre les hommes aiment ce qui
s'aperçoit de loin.» Le premier Consul avait observé un fait singulier,
et il le faisait volontiers remarquer à ceux avec lesquels il avait
l'habitude de s'entretenir. Depuis que la France, objet des égards et
des empressements de l'Europe, était remplie des ministres de toutes les
puissances, ou d'étrangers de distinction qui venaient la visiter, il
était frappé de la curiosité avec laquelle le peuple et même des gens
au-dessus du peuple suivaient ces étrangers, et étaient avides de voir
leurs riches uniformes et leurs brillantes décorations. Il y avait
souvent foule dans la cour des Tuileries pour assister à leur arrivée et
à leur départ. «Voyez, disait-il, ces vaines futilités que les esprits
forts dédaignent tant! Le peuple n'est pas de leur avis: il aime ces
cordons de toutes couleurs, comme il aime les pompes religieuses. Les
philosophes démocrates appellent cela vanité, idolâtrie. Idolâtrie,
vanité, soit. Mais cette idolâtrie, cette vanité sont des faiblesses
communes à tout le genre humain, et de l'une et de l'autre on peut
faire sortir de grandes vertus. Avec ces hochets tant dédaignés, on fait
des héros! À l'une comme à l'autre de ces prétendues faiblesses, il faut
des signes extérieurs: il faut un culte au sentiment religieux; il faut
des distinctions visibles au noble sentiment de la gloire.»

Ici la vérité ne manque pas au tableau, mais la réflexion manque à
l'historien. L'oeuvre du véritable homme d'État n'est pas de caresser
les vanités de notre nature, mais de les transformer en vertu publique.
Il ne faut pas donner aux vices de l'humanité leurs institutions, il
faut corriger ces vices par des institutions supérieures. Les
complaisances pour les puérilités de l'homme ne sont pas du génie, elles
sont une corruption officielle et elles perpétuent son enfance. Le
défaut de cette histoire est de prendre trop souvent l'expédient pour
droit et l'habileté pour principe de gouvernement.


X

M. Thiers, écrivain évidemment monarchique sous un costume
révolutionnaire, s'élève franchement ici au-dessus des scrupules de la
légalité et des timidités de la conscience pour absoudre l'ambition du
trône dans le premier Consul, et pour ne reconnaître d'autre légitimité
du pouvoir que la légitimité du génie. Nous ne le blâmons pas trop
sévèrement de cette audace d'esprit que Machiavel, Bossuet, Mirabeau et
Danton ont affichée avant lui; historiquement cette théorie tranche
tout; elle semble élever l'écrivain à la hauteur de la Providence, qui
crée le droit des supériorités dans les hommes prédestinés aux grandes
choses, et qui semble donner les masses subalternes en propriété à ses
élus; mais, moralement, cette théorie contient tous les périls et tous
les crimes; car, si vous reconnaissez le génie pour droit et l'ambition
heureuse pour titre, quel est l'homme orgueilleux qui ne se croira pas
du génie, et quel est le scélérat qui ne se sentira pas l'ambition de
tout oser et de tout prendre? Le ciel a créé la vertu pour contenir ces
audaces dans les limites du devoir, et les hommes ont inventé les lois
pour contenir ces ambitions dans les prescriptions de la volonté
générale. Mais ces discussions sont vaines quand il s'agit d'un homme
qui avait accompli déjà au 18 brumaire le renversement à main armée de
la Constitution; il avait autant le droit de fonder une dynastie que
celui de détruire une république.

«Le général Bonaparte, dit ici son historien trop complaisant à la
fortune, souhaitait le suprême pouvoir, c'était naturel et excusable. En
faisant le bien, il avait obéi à son génie; en le faisant, il en avait
espéré le prix. Il n'y avait là rien de coupable, d'autant plus que,
dans sa conviction et dans la vérité, pour achever ce bien, il fallait
longtemps encore un chef tout-puissant. Dans un pays qui ne pouvait pas
se passer d'une autorité forte et créatrice, il était légitime de
prétendre au pouvoir suprême, quand on était le plus grand homme de son
siècle et l'un des plus grands hommes de l'humanité. Washington, au
milieu d'une société démocratique, républicaine, exclusivement
commerciale, et pour longtemps pacifique, Washington avait eu raison de
montrer peu d'ambition. Dans une société républicaine par accident,
monarchique par nature, entourée d'ennemis, dès lors militaire, ne
pouvant se gouverner et se défendre sans unité d'action, le général
Bonaparte avait raison d'aspirer au pouvoir suprême, n'importe sous quel
titre. Son tort, ce n'est pas d'avoir pris la dictature, alors
nécessaire; c'est de ne l'avoir pas toujours employée comme dans les
premières années de sa carrière.»

On voit ici la théorie à visage découvert: avoir du génie, faire le bien
et demander le prix du bien qu'on a fait pour soi-même; mais demander le
prix du bien qu'on a fait ou qu'on veut faire pour soi-même, qu'est-ce
autre chose que l'égoïsme, c'est-à-dire un vice au lieu d'une vertu?
Quel danger n'y a-t-il pas dans de telles théories sous la plume d'un
écrivain séduisant d'audace d'esprit, au milieu d'une nation en
oscillation perpétuelle de pouvoirs? Quel danger surtout dans une nation
militaire, où chaque général peut être tenté du trône sans avoir le
génie de s'y maintenir? Et comment M. Thiers pourra-t-il se plaindre
d'avoir à subir comme citoyen les doctrines qu'il aura encouragées comme
moraliste? _Patere legem quam fecisti!_


XI

En reprenant son rôle d'historien, M. Thiers raconte ensuite, avec la
verve d'un Molière politique, les rôles divers joués par le premier
Consul, par sa femme, par ses frères, par ses soeurs, par le sénat, par
le conseil d'État, par Fouché, par Cambacérès, ses confidents, chargés
de risquer les indiscrétions et de subir les désaveux pour se faire
offrir sous un nom ou sous un autre le titre du pouvoir monarchique dont
il avait déjà la réalité. L'histoire ici touche à la comédie d'intrigue,
et Beaumarchais y serait plus convenable que Tacite. Enfin, après mille
manoeuvres de ses confidents contrariés par ce qui restait de décorum
républicain dans les différents corps représentatifs, la douce violence
est opérée, et, après avoir deux fois repoussé la couronne comme César
au Cirque, le général Bonaparte passe du titre de premier Consul au
titre de Consul _à vie_, et du titre de consul à vie à la prochaine
proclamation de l'empire héréditaire. Ici le général Bonaparte n'a point
d'effort illégitime à faire pour franchir ces degrés successifs qui
mènent d'une magistrature républicaine à vie au pouvoir suprême; il n'a
qu'à se laisser glisser sur la mobilité et sur la versatilité de la
France, pliée d'avance à tous ses désirs.


XII

De très-belles et très-profondes études de droit public allemand et
helvétique remplissent cet intervalle du Consulat à vie à l'Empire dans
l'histoire de M. Thiers. On ne peut leur reprocher que leur étendue et
leur érudition excessives. Les diplomates y trouveront des monuments de
diplomatie savante, admirablement scrutés et éclairés d'un jour qui ne
laisse rien dans l'ombre; mais la masse des lecteurs superficiels, qui
s'attache exclusivement aux événements et aux hommes, laisseront ces
riches études aux érudits. Ce n'est plus l'histoire, c'est le catéchisme
du droit des gens; entre Grotius et Tacite il y a la différence d'un
traité à un récit. M. Thiers fait trop souvent un traité de son
histoire; nous qui avons du loisir nous ne nous en plaignons pas; mais
la postérité a peu de temps à consacrer au passé; elle lit vite et peu:
M. Thiers ne pense pas assez à elle.


XIII

L'intervention française s'accomplit en quelques jours par le général
Ney, en Suisse; la médiation imposée à main armée aux cantons sert de
prétexte à l'Angleterre pour refuser l'évacuation de Malte, conformément
au traité d'Amiens. La France exige, l'Angleterre récrimine sur ses
envahissements; le premier Consul éclate en paroles foudroyantes,
quoique calculées, dans une audience de l'ambassadeur britannique. La
paix d'Amiens est rompue, la guerre commence. L'historien, dans une
courte et impartiale discussion, attribue à l'Angleterre les causes de
la rupture. On ne peut méconnaître ici la justesse de ses réflexions. La
responsabilité de la longue période de guerre qui suit la courte paix
d'Amiens pèsera sur la Grande-Bretagne plus que sur le général
Bonaparte. Si la première loi de l'histoire est d'être véridique, la
première loi de la critique est d'être arbitre entre les événements et
l'historien. Les passions nationales de l'Angleterre et les rivalités de
popularité parlementaire entre les orateurs et les ministres
précipitèrent la rupture d'une paix qui pouvait consoler plusieurs
années le monde. Cette époque ressemble beaucoup à celle où les orateurs
athéniens du parti de Démosthène jetèrent, par leurs déclamations contre
Alexandre de Macédoine, la Grèce et l'Asie dans les mains d'Alexandre.
Le général Bonaparte fut l'Alexandre du parlement britannique en 1803.


XIV

Les dix-septième et dix-huitième livres sont des chefs-d'oeuvre entre
tant de chefs-d'oeuvre; c'est le génie et l'impatience du héros passés
tout entiers dans son historien pour préparer contre l'Angleterre, et au
besoin contre ses alliés sur le continent, une guerre aux proportions
d'une lutte entre deux mondes, le monde maritime et le monde
continental.

C'est par le monde maritime que ces préparatifs commencent. Ces deux
livres sont l'histoire navale du monde moderne, depuis l'Armada de
Philippe II. Tout le drame est transporté sur les mers; ce drame est un
des plus beaux, des plus divers, des plus passionnés qui se soient
jamais joués entre les éléments et les hommes. Les études qu'a dû faire
l'historien pour l'écrire, ou que les hommes spéciaux de la marine ont
dû faire pour lui en fournir les éléments, sont immenses. Ce seul
travail, depuis la rupture de la paix d'Amiens jusqu'à la bataille de
Trafalgar, serait de lui seul un monument historique digne de rester à
jamais dans les archives de l'Europe. La création des flottilles de
bateaux plats pour transporter à travers le détroit l'invasion
française en Angleterre, la concentration de deux mille bâtiments de
guerre ou de transports à Boulogne, à Étaples, à Wimereux, à Ambleteuse;
une armée d'élite de cent soixante mille hommes campés comme une menace
permanente au bord de ces rades, en vue de leur conquête, les revues,
les exercices, les combats partiels des chaloupes canonnières contre les
brûlots anglais, donnés comme un spectacle à l'armée dans ce cirque
maritime pour entretenir son ardeur; les négociations avec l'Autriche,
la Hollande, la Russie, la Prusse, l'Espagne, pour faire concourir ces
puissances à ce plan de la haine du monde contre la domination
britannique des mers; les lâchetés de l'Espagne, les réticences de la
Russie, les temporisations de l'Autriche, les marchandages intéressés et
les trahisons de la Prusse, mêlés à tout ce mouvement des flottes et des
armées sur le littoral; de grandes fautes diplomatiques commises par le
premier Consul au milieu de ces prodiges d'activité militaire; la pire
de ces fautes, la confiance obstinée dans ce cabinet de Berlin, aussi
peu sûr pour l'Allemagne qu'il démembre que pour la France qu'il trompe
ou pour l'Angleterre qu'il trahit, tout cela forme du dix-septième livre
de M. Thiers, intitulé _Camp de Boulogne_, une des scènes dignes de
celles où le fils de Philippe ralliait ses auxiliaires et endormait ses
ennemis au moment où il était campé sur la Propontide, avant de passer,
avec toute sa fortune et toute son espérance, en Asie.

Nous ne louerons jamais assez le peintre, le marin, le stratége, le
diplomate, qui a tracé ce magnifique tableau d'histoire.


XV

Cependant l'Angleterre commence à trembler; M. Pitt sort de sa retraite
au cri du péril public, et retrempe l'âme de son pays dans la sienne. Le
ministre anglais, qui tient dans sa main les brandons vivants de la
guerre civile et des complots extrêmes dans le Vendéen Georges Cadoudal,
dans Pichegru, et dans un certain nombre de jeunes émigrés impatients de
remuer leur patrie, fût-ce avec la lame de leurs poignards, lance en
France ces conjurés du désespoir. Ils ne se proposent pas l'assassinat,
mais l'enlèvement à main armée et par surprise du premier Consul. On
s'entendra ensuite sur le gouvernement qui doit lui succéder. Ces
conjurés débarquent en France, entrent furtivement à Paris, y ourdissent
leur trame, cherchent à s'associer un homme dont le nom militaire soit
un entraînement certain pour l'armée. Cet homme, le général Moreau, a la
faiblesse de se laisser glisser, comme un conspirateur vulgaire, sur la
pente de cette intrigue; il confère avec le général Pichegru, à la
faveur des ténèbres, sur le boulevard et dans la maison d'un des
conjurés. On discute l'attentat froidement, on ne s'entend pas sur les
conséquences: Moreau veut le pouvoir pour lui seul, Pichegru et Georges
pour les Bourbons. Le premier Consul, averti par cette sourde rumeur qui
est comme l'écho anticipé des grands dangers, tâtonne sans pouvoir
saisir. À la fin, Georges, Pichegru, Moreau, les Polignac sont arrêtés;
on cherche les preuves et les témoins de leur complot.

Ce n'est pas assez pour rassurer le premier Consul, il veut porter la
main plus loin. Le fils du prince de Condé, le duc d'Enghien, jeune
prince de grande race militaire et de haute espérance, se trouve à sa
portée, quoique sur un territoire étranger et inviolable; il le fait
arrêter, conduire à Paris, juger par une commission, fusiller dans le
fossé de Vincennes, les pieds sur sa tombe. Nous avons écrit nous-même
cette tragédie historique d'après les témoignages les plus irrécusables;
d'autres témoignages surgissent tous les jours des Mémoires posthumes
des confidents du gouvernement consulaire; ces Mémoires laissent peu de
doute sur les vrais motifs du meurtre, motifs très-différents de ceux
que prête trop complaisamment M. Thiers au premier Consul. Les
complaisances envers les attentats de cette nature sont des torts envers
la sainteté de l'histoire; excuser n'est pas absoudre, mais c'est
atténuer l'indignation, la seule justice du coeur humain qui reste pour
compensation de leur sang aux victimes.

Les motifs du premier Consul sont révélés par lui-même dans une
allocution à son conseil d'État du 3 germinal, allocution rapportée en
ces termes par le conseiller d'État Miot, témoin du discours et ami de
la famille Bonaparte.

«On verra, dit le premier Consul dans cet accès d'éloquente colère,
quels ménagements peut mériter une famille...» (La famille des Bourbons,
dont l'ombre lui fermait encore l'accès du trône sur lequel il méditait
de s'asseoir bientôt après cet événement.) «Que la France ne s'y trompe
pas, elle n'aura ni paix ni repos jusqu'au moment où le dernier des
individus de la famille des Bourbons sera exterminé. J'en ai fait saisir
un à Ettenheim, et on me parle aujourd'hui de droit d'asile, de
violation de territoire! Quelle étrange badauderie! C'est bien peu me
connaître: ce n'est pas de l'eau qui coule dans mes veines, c'est du
sang! J'ai fait juger et exécuter promptement le duc d'Enghien pour
éviter de tenter les émigrés qui se trouvent ici.»

«Il le fallait surtout,» ajoute le conseiller d'État Miot, confident de
Joseph Bonaparte et admis indirectement à ce titre dans les
demi-confidences de son frère, «il le fallait pour _satisfaire et
tranquilliser les restes des jacobins_ et les régicides membres de son
gouvernement; ils voulaient un gage irrévocable donné à la Révolution
par l'homme auquel ils allaient décerner l'empire.» La colère fut sans
doute pour quelque chose dans l'événement de Vincennes, la politique y
fut pour beaucoup plus; c'est ce qui rend ce meurtre de sang-froid plus
impardonnable à l'histoire.


XVI

Le récit du jugement nocturne de Vincennes par M. Thiers est tellement
dépourvu de cette juste sévérité et de cette pathétique sensibilité
qu'au lieu de s'apitoyer sur la victime c'est sur les exécuteurs du
meurtre qu'il semble seulement s'attendrir. «Ces malheureux juges!
dit-il, affligés de leur rôle plus qu'on ne peut dire, prononcèrent la
mort. Ce n'était pas une machination ourdie, ajoute l'historien, comme
on l'a dit, pour surprendre un crime au premier Consul; c'était un
accident, un pur accident qui avait ôté au prince infortuné la seule
chance de sauver sa vie, et au premier Consul une heureuse occasion de
sauver une tache à sa gloire!» Et après cette réflexion atténuante il
attribue l'exécution nocturne et précipitée à une prolongation de
sommeil du conseiller d'État Réal; comme si quelqu'un dormait parmi les
confidents et les exécuteurs du drame pendant que le premier Consul
veillait lui-même à la Malmaison, attendant l'accomplissement de l'acte
le plus terrible et le plus hâtif de sa vie, et pendant qu'une telle
victime était sous le feu des juges!...

Nous ne saurions trop blâmer ce récit, aussi infidèle qu'insensible, de
l'acte le plus tragique de l'âme de Napoléon. Le style en est aussi
défectueux et aussi vulgaire que les circonstances en sont altérées et
décolorées; l'âme et le talent ont failli à la fois à l'écrivain dans
ces pages. Ce n'est pas ainsi que sentait Tacite, ce n'est pas ainsi
qu'il écrivait.

Notre admiration pour les belles parties de ce livre est la garantie de
notre impartialité pour ses défaillances de style, de vertu et de
sentiment; mais le coeur souffre autant que la vérité en lisant ces
pages. Elles sont à refaire pour l'honneur du livre.


XVII

Le spectacle de la lâcheté de l'Europe indignée, mais muette, après cet
attentat au droit des gens, à l'humanité et à l'innocence, est reproduit
avec beaucoup plus de talent par M. Thiers, dans le livre suivant
intitulé _l'Empire_. Il rentre ici dans son domaine: écrivain lumineux,
mais non pathétique.

Ici cependant l'inconséquence du grand historien étonne l'esprit; il
fait une magnifique analyse de l'état de l'opinion en France après le
meurtre du duc d'Enghien; il flatte ou il raille les impulsions
révolutionnaires qui ont poussé la France jusqu'à la République de 1793;
il se déclare, avec une grande fermeté d'esprit, homme monarchique dans
un pays dont tout le passé est monarchique, et qui se gouverne par ses
habitudes plus que par sa raison. La conséquence d'une telle foi dans la
monarchie était donc de louer franchement aussi le premier Consul,
favorisé par une réaction si naturelle en France, d'avoir l'audace de
son ambition et de la nature des choses en rétablissant en lui la
monarchie. On ne sait par quelle timidité de logique ou par quel
revirement d'esprit M. Thiers se dément tout à coup au moment de
conclure; que dis-je? il conclut contre la cause monarchique qu'il vient
d'exposer avec tant de force; il s'arrête entre les deux partis,
c'est-à-dire dans l'impossible; il prend la moitié des deux vérités,
c'est-à-dire un mensonge; il emprunte à la république le pouvoir absolu
et à la monarchie le pouvoir temporaire, et il établit comme préférable
à la république ou à la monarchie, quoi? la dictature! Il semble, lui,
homme de si lucide intelligence, ne pas s'apercevoir seulement que la
dictature c'est la république sans la liberté et la monarchie sans
stabilité, c'est-à-dire deux inconséquences dans une. Écoutons-le, mais
ne cherchons pas à le comprendre, ou plutôt comprenons qu'il n'ose pas
dire ici toute sa pensée, et que, voulant ménager en sa personne le
renom d'écrivain révolutionnaire et le renom d'homme d'État monarchique,
il accorde un peu aux républicains, un peu aux royalistes, pour
conserver dans les deux partis la popularité de ses jeunes opinions et
la popularité de ses idées mûres dans son âge plus avancé.

«Ainsi la Révolution, dit-il, dans ce retour rapide sur elle-même,
devait venir à la face du ciel confesser ses erreurs, l'une après
l'autre, et se donner d'éclatants démentis! Distinguons cependant:
lorsqu'elle avait voulu l'abolition du régime féodal, l'égalité devant
la loi, l'uniformité de la justice, de l'administration et de l'impôt,
l'intervention régulière de la nation dans le gouvernement de l'État,
elle ne s'était point trompée; elle n'avait aucun démenti à se donner,
et elle ne s'en est donné aucun. Lorsqu'elle avait, au contraire, voulu
une égalité barbare et chimérique, l'absence de toute hiérarchie
sociale, la présence continuelle et tumultueuse de la multitude dans le
gouvernement, la république dans une monarchie de douze siècles,
l'abolition de tout culte, elle avait été folle et coupable, et elle
devait venir faire, en présence de l'univers, la confession de ses
égarements.

«Mais qu'importent quelques erreurs passagères, à côté des vérités
immortelles qu'au prix de son sang elle a léguées au genre humain! Ses
erreurs mêmes contenaient encore d'utiles et graves leçons, données au
monde avec une incomparable grandeur. Toutefois, si, dans ce retour à la
monarchie, la France obéissait aux lois immuables de la société humaine,
elle allait vite, trop vite peut-être, comme il est d'usage dans les
révolutions. Une dictature, sous le titre de Protecteur, avait suffi à
Cromwell. La dictature, sous la forme de consulat perpétuel, avec un
pouvoir étendu comme son génie, durable comme sa vie, aurait dû suffire
au général Bonaparte pour accomplir tout le bien qu'il méditait, pour
reconstruire cette ancienne société détruite, pour la transmettre, après
l'avoir réorganisée, ou à ses héritiers s'il devait en avoir, ou à ceux
qui, plus heureux, étaient destinés à profiter un jour de ses oeuvres.
Il était, en effet, arrêté dans les desseins de la Providence que la
Révolution, poursuivant son retour sur elle-même, irait plus loin que le
rétablissement de la forme monarchique, et irait jusqu'au
rétablissement de l'ancienne dynastie elle-même. Pour accomplir sa noble
tâche, la dictature, à notre avis, sous la forme du consulat à vie,
suffisait donc au général Bonaparte, et, en le créant monarque
héréditaire, on tentait quelque chose qui n'était ni le meilleur pour sa
grandeur morale, ni le plus sûr pour la grandeur de la France. Non que
le droit manquât à ceux qui voulaient avec un soldat faire un roi ou un
empereur: la nation pouvait incontestablement transporter à qui elle
voulait, et à un soldat sublime plus qu'à tout autre, le sceptre de
Charlemagne et de Louis XIV. Mais ce soldat, dans sa position naturelle
et simple de premier magistrat de la République française, n'avait point
d'égal sur la terre, même sur les trônes les plus élevés. En devenant
monarque héréditaire, il allait être mis en comparaison avec les rois,
petits ou grands, et constitué leur inférieur en un point, celui du
sang. Ne fût-ce qu'aux yeux du préjugé, il allait être au-dessous d'eux
en quelque chose. Accueilli dans leur compagnie, et flatté, car il était
craint, il serait en secret dédaigné par les plus chétifs. Mais, ce qui
est plus grave encore, que ne tenterait-il pas, devenu roi ou empereur,
pour devenir roi des rois, chef d'une dynastie de monarques relevant de
son trône nouveau! Que d'entreprises gigantesques auxquelles
succomberait peut-être la fortune de la France! Que de stimulants pour
une ambition déjà trop excitée, et qui ne pouvait périr que par ses
propres excès!

«Si donc, à notre avis du moins, l'institution du consulat à vie avait
été un acte sage et politique, le complément indispensable d'une
dictature devenue nécessaire, le rétablissement de la monarchie sur la
tête de Napoléon Bonaparte, était non pas une usurpation (mot emprunté à
la langue de l'émigration), mais un acte de vanité de la part de celui
qui s'y prêtait avec trop d'ardeur, et d'imprudente avidité de la part
des nouveaux convertis, pressés de _dévorer ce règne d'un moment_.

«Cependant, s'il ne s'agissait que de donner une leçon aux hommes, nous
en convenons, la leçon était plus instructive et plus profonde, plus
digne de celles que la Providence adresse aux nations, quand elle était
donnée par ce soldat héroïque, par ces républicains récemment convertis
à la monarchie, pressés les uns et les autres de se vêtir de pourpre,
sur les débris d'une république de dix années, à laquelle ils avaient
prêté mille serments. Malheureusement la France, qui avait payé de son
sang leur délire républicain, était exposée à payer de sa grandeur leur
nouveau zèle monarchique; car c'est pour qu'il y eût des rois français
en Westphalie, à Naples, en Espagne, que la France a perdu le Rhin et
les Alpes. Ainsi, en toutes choses, la France était destinée à servir
d'enseignement à l'univers: grand malheur et grande gloire pour une
nation!»


XVIII

Ces réflexions sont au commencement d'un révolutionnaire, au milieu d'un
royaliste, à la fin d'un philosophe; mais ni au commencement, ni au
milieu, ni à la fin, elles ne sont d'un homme d'État, tel qu'on a droit
de se figurer M. Thiers.

Que voulait-il donc que fît le général Bonaparte, absous déjà par lui du
18 brumaire? Qu'il rétrogradât? C'était rentrer dans la Révolution, et,
selon M. Thiers, dans l'anarchie. Qu'il s'arrêtât sur la route du
pouvoir monarchique, et qu'après en avoir pris la souveraineté il en
écartât tout ce qu'elle a de bon, c'est-à-dire l'hérédité, ce hasard,
il est vrai, mais ce hasard qui coupe la route aux révolutions?
Évidemment ici M. Thiers, homme monarchique, fait aux républicains une
concession de principe qui va jusqu'à une concession de bon sens. Une
fois absous du 18 brumaire, Bonaparte, s'il n'eût pas fondé la monarchie
héréditaire avec l'empire, était deux fois illogique et deux fois
criminel, car en renversant la république il avait fait un crime d'État
contre la liberté et contre la souveraineté nationale, et en ne fondant
pas la dynastie héréditaire il aurait fait un crime d'État contre la
monarchie. Aussi n'hésita-t-il pas, et c'est en cela seulement que nous
admirons la logique de son ambition et la fermeté de son intelligence.
Entre l'innocence d'un grand citoyen qui s'abstient de toute convoitise
violente de domination sur son pays et la fondation d'un trône, il n'y
avait pour lui que timidité et inconséquence. Le titre et l'institution
du consulat à vie n'étaient qu'une demi-république, une demi-ambition,
un demi-caractère, un demi-crime, une demi-vertu. Or, dans le bien comme
dans le mal, il n'y a de grand que ce qui est entier, et Bonaparte
n'était pas un demi-homme; mais, nous le disons avec regret, ici M.
Thiers se montre un demi-politique. Le consulat n'était qu'un degré
provisoire qui laissait attendre ou une anarchie en redescendant, ou une
monarchie en montant; s'arrêter au milieu de ce degré ce n'était pas
fonder, c'était attendre. Les peuples ne s'attachent qu'à ce qui se
déclare permanent; car, comme ils sont eux-mêmes un être permanent, ils
veulent, autant qu'ils le peuvent, dans leur institution la permanence:
tout le monde se serait promptement détaché de Bonaparte s'il fût resté
consul à vie. Il connut mieux que M. Thiers la nature humaine en osant
l'empire et en réinstituant l'hérédité.


XIX

Une fois ceci discuté, cette partie de l'histoire dans laquelle M.
Thiers peint les évolutions des différents corps constitués pour se
prêter aux desseins secrets du maître, pour le devancer ou pour revenir
sur leurs pas au signe souvent énigmatique de sa physionomie, n'est que
l'histoire des bassesses des peuples, égales, hélas! aux bassesses des
cours. Tous ces tyrannicides de la Convention luttaient d'empressement
et de complaisance à offrir à un soldat absolu la couronne teinte du
sang de Louis XVI. M. Thiers ici ne peint pas d'un mot, comme Tacite,
mais il produit par un autre procédé le même effet que l'historien
romain: il décompose si bien les différents mobiles de toutes ces
abjections de caractère et de toutes ces apostasies de principes, dans
les républicains assouplis de la Convention, qu'il rassasie son lecteur
d'indignation, de dégoût et de mépris, ce supplice de l'histoire.

Qu'importe le procédé, pourvu que l'effet soit produit? Tacite n'a qu'un
mot, M. Thiers a cent pages; mais de ces cent pages résulte dans l'âme
le mot de Tacite: le mépris délayé à grande eau se retrouve au fond du
vase et la moralité n'a rien perdu.


XX

Une cour suit un monarque; celle du nouvel empereur se presse
confusément autour de son trône. M. Thiers s'en console en disant: «Mais
ces institutions (les cours) étaient loin de mériter le mépris qu'on a
souvent affiché pour elles; elles composaient une république
aristocratique détournée de son but par une main puissante, convertie
temporairement en monarchie absolue, et destinée plus tard à redevenir
monarchie constitutionnelle, fortement aristocratique, il est vrai, mais
fondée sur la base de l'égalité.»

Comprenne qui pourra cette république devenue en même temps monarchie
absolue, cette monarchie absolue destinée à redevenir monarchie
constitutionnelle, cette aristocratie et cette égalité se démentant par
leurs seuls noms l'une et l'autre!

On n'y comprend en réalité qu'une chose: c'est que l'historien, qui veut
rester à la fois révolutionnaire et monarchique, en dépit de la
contradiction des deux rôles, cherche à excuser maintenant la fondation
de l'empire comme il a cherché à excuser le renversement de la
république et l'institution dictatoriale du consulat à vie. Dans cet
effort d'esprit la raison faiblit comme la langue, et il tombe, pour
cacher l'inconséquence, dans des subtilités de définitions qui
rappellent les subtilités des sophistes grecs ou des sophistes de
l'École dans le moyen âge. Voilà le malheur des historiens qui n'ont pas
assez perdu la mémoire des partis auxquels ils ont appartenu dans leur
vie politique: pour ne pas fausser leur situation ils sont forcés de
fausser leur logique. Il faut se détacher de terre quand on veut écrire
la vérité sur les hommes; la philosophie de l'histoire est à la hauteur
des observatoires d'où l'on contemple les astres. M. Thiers y monte
quand il veut; pourquoi pas toujours?


XXI

Le procès du général Moreau, justement impliqué, au moins comme
confident, dans la conspiration de Pichegru, de Georges et des
royalistes, se mêle ici à l'avénement du premier Consul à l'empire; M.
Thiers donne à ce procès l'intérêt d'un grand drame; il y est aussi
juste qu'éloquent: juste envers Bonaparte, qui avait le droit de sévir
contre un rival devenu un conjuré; juste envers Moreau, qui avait failli
à la patrie, à la reconnaissance et à lui-même; juste envers la
magistrature du pays, qui montre dans ce jugement des caractères dignes
de Rome.

«Moreau, dit l'historien, avait retrouvé une véritable présence
d'esprit, à peu près comme il lui arrivait à la guerre quand le danger
était pressant; il avait même fait de nobles réponses, singulièrement
applaudies par l'auditoire. «Pichegru était un traître, lui avait dit le
président, et même dénoncé par vous sous le Directoire. Comment
pouviez-vous songer à vous réconcilier avec lui, et à le ramener en
France?--Dans un temps, avait répondu Moreau, dans un temps où l'armée
de Condé remplissait les salons de Paris et ceux du premier Consul, je
pouvais bien m'occuper de rendre à la France le conquérant de la
Hollande.» À ce sujet on lui demandait pourquoi, sous le Directoire, il
avait dénoncé Pichegru si tard, et on semblait élever des soupçons
jusque sur sa vie passée. «J'avais coupé court, répondait-il, aux
entrevues de Pichegru et du prince de Condé sur la frontière, en mettant
par les victoires de mon armée quatre-vingts lieues de distance entre ce
prince et le Rhin. Le danger passé, j'avais laissé à un conseil de
guerre le soin d'examiner les papiers trouvés et de les envoyer au
gouvernement s'il le jugeait utile.»

«Moreau, interrogé sur la nature du complot auquel on lui avait proposé
de s'associer, persistait à soutenir qu'il l'avait repoussé. «Oui, lui
disait-on, vous avez repoussé la proposition de replacer les Bourbons
sur le trône, mais vous avez consenti à vous servir de Pichegru et de
Georges pour le renversement du gouvernement consulaire, et dans
l'espérance de recevoir la dictature de leurs mains.--On me prête là,
répondait Moreau, un projet ridicule, celui de me servir des royalistes
pour devenir dictateur, et de croire que s'ils étaient victorieux, ils
me remettraient le pouvoir. J'ai fait dix ans la guerre, et pendant ces
dix ans je n'ai pas, que je sache, fait de choses ridicules.»

«Ce noble retour sur sa vie passée avait été couvert d'applaudissements.
Mais tous les témoins n'étaient pas dans le secret des royalistes; tous
n'étaient pas préparés à revenir sur leurs premières dépositions, et il
restait un nommé Roland, autrefois employé dans l'armée, qui répétait
avec douleur, mais avec une persistance que rien ne pouvait ébranler, ce
qu'il avait avancé dès le premier jour. Il disait qu'intermédiaire entre
Pichegru et Moreau, celui-ci l'avait chargé de déclarer qu'il ne voulait
pas de Bourbons; mais que, si on le délivrait des consuls, il userait du
pouvoir qui lui serait immanquablement déféré pour sauver les
conspirateurs et reporter Pichegru au faîte des honneurs. D'autres
confirmaient encore l'assertion de Roland. Bouvet de Lozier, cet
officier de Georges, échappé à un suicide pour lancer une accusation
terrible contre Moreau, ne la pouvait rétracter, et la répétait, tout en
s'efforçant de l'atténuer. Dans cette accusation, fournie par écrit, il
n'avait énoncé que des choses qu'il tenait de Georges lui-même. Celui-ci
répondait que Bouvet avait mal entendu, mal compris, et par conséquent
fait un rapport inexact. Mais il restait cette entrevue de nuit à la
Madeleine, dans laquelle Moreau, Pichegru, Georges s'étaient trouvés
ensemble, circonstance inconciliable avec un simple projet de ramener
Pichegru en France. Pourquoi se trouver de nuit à un rendez-vous avec le
chef des conspirateurs, avec un homme qu'on ne pouvait rencontrer
innocemment quand on n'était pas royaliste? Ici les dépositions étaient
si précises, si concordantes, si nombreuses, qu'avec la meilleure
volonté du monde les royalistes ne pouvaient pas revenir sur ce qu'ils
avaient déclaré, et que, lorsqu'ils le tentaient, ils étaient confondus
à l'instant même.

«Moreau, cette fois, était accablé, et l'intérêt de l'auditoire avait
fini par diminuer sensiblement. Toutefois, de maladroits reproches du
président sur sa fortune avaient un peu réveillé cet intérêt prêt à
s'éteindre. «Vous êtes au moins coupable de non-révélation, lui avait
dit le président; et, bien que vous prétendiez qu'un homme comme vous ne
saurait faire le métier de dénonciateur, vous deviez d'abord obéir à la
loi, qui ordonne à tout citoyen, quel qu'il soit, de dénoncer les
complots dont il acquiert la connaissance. Vous le deviez en outre à un
gouvernement qui vous a comblé de biens. N'avez-vous pas de riches
appointements, un hôtel, des terres?» Le reproche était peu digne,
adressé à l'un des généraux les plus désintéressés du temps. «Monsieur
le Président, avait répondu Moreau, ne mettez pas en balance mes
services et ma fortune: il n'y a pas de comparaison possible entre de
telles choses. J'ai 40,000 francs d'appointements, une maison, une terre
qui valent 3 ou 400,000 francs, je ne sais. J'aurais 50 millions
aujourd'hui si j'avais «usé de la victoire comme beaucoup d'autres.»
Rastadt, Biberach, Engen, Moesskirch, Hohenlinden, ces beaux souvenirs
mis à côté d'un peu d'argent, avaient soulevé l'auditoire et provoqué
des applaudissements que l'invraisemblance de la défense commençait à
rendre fort rares.»

Moreau est à demi absous; il faiblit comme tout caractère sous le poids
d'une faute: il n'y a de force en pareil cas que dans l'innocence; il
écrit une lettre soumise et expiatoire à son rival triomphant.
Bonaparte, mécontent d'une condamnation trop douce pour un crime d'État,
se hâte de l'éloigner de la France et lui achète ses biens pour lui
faciliter l'exil éternel. Moreau ne rentre en Europe que pour y
combattre son ennemi, mais en même temps sa patrie; une complicité
ambitieuse dans une conjuration d'aventuriers le mène fatalement à une
complicité avec les rois ligués contre la France. Génie militaire d'une
grande portée, politique nul, caractère faible, incapable de porter sa
gloire, M. Thiers le juge sévèrement, mais avec justice; c'est un des
portraits les plus vrais et le plus vigoureusement historique de son
tableau. Moreau, jusque-là, avait été flatté par les historiens de
parti; ici il est réduit aux proportions de la vérité et de la nature.


XXII

De même que Napoléon avait voulu jeter sur la première année du
Consulat le prestige de la victoire de Marengo, de même il voulait
jeter le prestige de la descente en Angleterre sur les premiers mois
de l'Empire. Les tentatives toutes avortées pour réunir les escadres
françaises, espagnoles, hollandaises, dans la Manche, afin de protéger
le passage de ses bateaux plats d'un bord à l'autre; des revues
impériales de l'armée de terre et des flottilles passées sur les
hauteurs et dans les eaux de Boulogne; des distributions solennelles
de décorations à l'armée, des négociations avec le pape pour amener ce
pontife à Paris et pour obtenir de sa faiblesse le couronnement du
nouveau Charlemagne; le spectacle de la réaction religieuse qui
précipite les vieillards, les femmes, les enfants, les populations des
campagnes au pied du vicaire vénéré du Christ; la cérémonie du sacre
renouvelée des antiques monarchies et des antiques sacerdoces; toute
cette audacieuse amende honorable du pouvoir, des soldats, et du
peuple de la Révolution au passé, tout ce changement de décoration à
vue sur le théâtre du monde enfin, sont admirablement reproduits par
l'historien; la réflexion seule manque au peintre, ici comme partout.
M. Thiers, qui tout à l'heure blâmait l'ambition de l'empire
héréditaire dans son héros, l'approuve quand le succès a couronné son
audace. Il se borne à faire honneur à la Révolution de la journée la
plus contre-révolutionnaire de nos fastes.

«Telle fut, dit-il, cette auguste cérémonie, par laquelle se consommait
le retour de la France aux principes monarchiques. Ce n'était pas un des
moindres triomphes de notre Révolution, que de voir ce soldat sorti de
son propre sein, sacré par le pape, qui avait quitté tout exprès la
capitale du monde chrétien. C'est à ce titre surtout que de pareilles
pompes sont dignes d'attirer l'attention de l'histoire. Si la modération
des désirs, venant s'asseoir sur ce trône avec le génie, avait ménagé à
la France une liberté suffisante, et borné à propos le cours
d'entreprises héroïques, cette cérémonie eût consacré pour jamais,
c'est-à-dire pour quelques siècles, la nouvelle dynastie.»

On voit que l'empire est déjà pardonné à l'empereur par l'historien qui
le condamnait tout à l'heure; on voit qu'un peu de modération dans les
désirs, conseillée à un génie sans bornes et sans repos, est la seule
condition que M. Thiers impose à ce conquérant d'un trône. Il en sera de
même dans toute cette histoire: quelle que soit l'ambition accomplie,
M. Thiers ne demande à son héros que de s'arrêter dans son nouveau
triomphe, sans paraître s'apercevoir que son héros n'a obtenu ce nouveau
triomphe que par l'insatiabilité de grandeur que M. Thiers encourage
dans l'avenir par l'approbation qu'il donne trop complaisamment au
passé. Une telle complaisance de l'historien pour l'ambition satisfaite
est une complicité du moraliste avec le caractère de son héros. Nous ne
saurions trop le répéter: le récit est admirable, mais un récit doit
faire penser. Pour qu'un tel livre fût parfait, il faudrait que le récit
fût écrit par M. Thiers et que la moralité du récit fût écrite par
Bossuet.


XXIII

Le vingt et unième livre est une accumulation d'intérêt historique
pressé dans l'espace d'une demi-année par les événements comme sous la
plume de l'écrivain: création du royaume d'Italie, second couronnement à
Milan; coalition européenne contre l'ambition du nouveau César;
négociation entre la Russie, l'Angleterre et l'Autriche; anxiété de
Napoléon attendant en vain la concentration de ses flottes sous
l'amiral Villeneuve; sa fureur quand il voit tous ses plans déjoués par
Villeneuve, qui a fait voile pour Cadix au lieu de se diriger sur la
Manche; le renversement subit de toutes les pensées et de tous les
efforts de volonté de Napoléon, au moment de l'exécution si longtemps et
si laborieusement préparée; l'improvisation non moins subite de son plan
d'invasion en Allemagne; la marche de son armée en six colonnes, des
bords de l'Océan aux sources du Danube, marche sans parallèle dans
l'histoire par l'ordre, la précision, l'arrivée au but marqué à heure
fixe; l'investissement de l'armée autrichienne dans Ulm; la reddition de
toute l'armée du général Mack; quatre-vingt mille ennemis anéantis en
vingt jours; pendant ce triomphe sur le continent, le plus grand revers
maritime dont le monde moderne ait été témoin dans la bataille navale de
Trafalgar; toutes les pensées d'invasion de l'Angleterre par Napoléon
englouties avec nos vaisseaux sous le canon de Nelson; description
vivante de ce combat naval; mort de Nelson, qui paye de sa vie tant de
gloire; marche sur Vienne entre le Danube et les Alpes; bataille
d'Austerlitz livrée aux Russes; aptitude unique de l'historien pour
exposer homme à homme l'organisation des armées, et pour suivre pas à
pas les plans et les marches d'une campagne; feu de l'âme du général
transvasé dans l'âme de l'écrivain; scènes pittoresques du champ de
bataille décrit sans autre éclat que la topographie exacte et que
l'éclat sévère des armes sur la terre ou sur la neige des plaines ou des
coteaux. Lisez ceci:

«Dès quatre heures du matin Napoléon avait quitté sa tente pour juger
par ses propres yeux si les Russes commettaient la faute à laquelle il
les avait si adroitement encouragés. Il descendit jusqu'au village de
Puntowitz, situé au bord du ruisseau qui séparait les deux armées, et
aperçut les feux presque éteints des Russes sur les hauteurs de Pratzen.
Un bruit très-sensible de canons et de chevaux indiquait une marche de
gauche à droite, vers les étangs, là même où il souhaitait que les
Russes marchassent. Sa joie fut vive en trouvant sa prévoyance si bien
justifiée; il revint se placer sur le terrain élevé où il avait
bivouaqué, et d'où il embrassait toute l'étendue de ce champ de
bataille. Ses maréchaux étaient à cheval à côté de lui. Le jour
commençait à luire. Un brouillard d'hiver couvrait au loin la campagne,
et ne laissait apercevoir que les parties les plus saillantes du
terrain, lesquelles apparaissaient sur ce brouillard comme des îles sur
une mer. Les divers corps de l'armée française étaient en mouvement, et
descendaient de la position qu'ils avaient occupée pendant la nuit, pour
traverser le ruisseau qui les séparait des Russes. Mais ils s'arrêtaient
dans les fonds, où ils étaient cachés par la brume et retenus par les
ordres de l'Empereur jusqu'au moment opportun pour l'attaque.»

Le choc des quatre-vingt-deux escadrons russes et autrichiens et les
manoeuvres de notre propre cavalerie s'ouvrant devant cette masse et se
refermant pour la charger en détail; les combats corps à corps de chacun
de nos bataillons contre les bataillons ennemis; la détonation de notre
artillerie entr'ouvrant de ses boulets la glace des étangs sur lesquels
l'infanterie russe s'est accumulée pour mourir de deux morts; les deux
souverains de Russie et d'Autriche fuyant à la fin du jour du champ de
bataille, aux cris de _Vive l'Empereur!_ qui les poursuit dans les
ténèbres; la peinture du champ de carnage; l'entrevue humiliée de
l'empereur d'Autriche avec Napoléon, le lendemain, pour traiter d'une
suspension d'armes, ce sont là des récits qui dureront autant que
l'histoire. D'autres en ont donné des fragments d'une grande précision
et d'un style peut-être supérieur comme couleur, mais aucun ne les a
placés à leur jour et à leur place dans ce vaste et magnifique ensemble
qui donne à chacun de ces événements, militaires ou civils, sa place, sa
proportion, sa valeur historique et sa signification dans la destinée du
monde. Tous ont fait des épisodes, M. Thiers seul a fait le poëme; ce
poëme, quoique écrit dans la prose la plus nue et souvent la plus
vulgaire, s'élève quelquefois, non par les mots, mais par la
composition, à la plus haute poésie; c'est bien mieux que la poésie des
paroles, c'est la poésie des faits; cette poésie des faits, la meilleure
de toutes, résulte de la composition et non des phrases. M. Thiers n'est
pas le premier des poëtes historiques de cette époque, mais il est le
premier des compositeurs. Lisez ces quelques lignes jetées après le
récit si animé de la bataille d'Austerlitz sur l'entrevue des deux
empereurs; voyez comme le style se détend, ainsi que l'âme, le lendemain
des événements qui ont tendu l'esprit jusqu'au délire de la victoire ou
jusqu'au désespoir de la défaite! Pour ceux qui ont, comme moi, connu
l'empereur François II, véritable figure de deuil le lendemain d'une
défaite, et le front de marbre de Napoléon, rayonnant d'une supériorité
sans défiance et sans orgueil, le tableau a plus de physionomie encore
que pour les lecteurs qui viendront après nous.

«L'empereur François partit donc pour Nasiedlowitz, village situé à
moitié chemin du château d'Austerlitz, et là, près du moulin de Paleny,
entre Nasiedlowitz et Urschitz, au milieu des avant-postes français et
autrichiens, il trouva Napoléon qui l'attendait devant un feu de bivouac
allumé par ses soldats. Napoléon avait eu la politesse d'arriver le
premier. Il vint au-devant de l'empereur François, le reçut au bas de sa
voiture et l'embrassa. Le monarque autrichien, rassuré par l'accueil de
son tout-puissant ennemi, eut avec lui un long entretien. Les principaux
officiers des deux armées se tenaient à l'écart et regardaient avec une
vive curiosité ce spectacle extraordinaire du successeur des Césars
vaincu et demandant la paix au soldat couronné que la révolution
française avait porté au faîte des grandeurs humaines.

«Napoléon s'excusa auprès de l'empereur François de le recevoir en
pareil lieu. «Ce sont là, lui dit-il, les palais que Votre Majesté me
force d'habiter depuis trois mois.--Ce séjour vous réussit assez, lui
répliqua le monarque autrichien, pour que vous n'ayez pas le droit de
m'en vouloir.» L'entretien se porta ensuite sur l'ensemble de la
situation, Napoléon soutenant qu'il avait été entraîné à la guerre
malgré lui, dans le moment où il s'y attendait le moins et lorsqu'il
était exclusivement occupé de l'Angleterre; l'empereur d'Autriche
affirmant qu'il n'avait été amené à prendre les armes que par les
projets de la France à l'égard de l'Italie. Napoléon déclara qu'aux
conditions déjà indiquées à M. de Giulay, et qu'il se dispensa d'énoncer
de nouveau, il était prêt à signer la paix. L'empereur François, sans
s'expliquer à ce sujet, voulut savoir à quoi Napoléon était disposé par
rapport à l'armée russe. Napoléon demanda d'abord que l'empereur
François séparât sa cause de celle de l'empereur Alexandre, que l'armée
russe se retirât par journées d'étape des États autrichiens, et il
promit de lui accorder un armistice à cette condition. Quant à la paix
avec la Russie, il ajouta qu'on la réglerait plus tard, car cette paix
le regardait seul. «Croyez-moi, dit Napoléon à l'empereur François, ne
confondez pas votre cause avec celle de l'empereur Alexandre. La Russie
seule peut aujourd'hui faire en Europe une _guerre de fantaisie_.
Vaincue, elle se retire dans ses déserts, et vous, vous payez avec vos
provinces les frais de la guerre.»


XXIV

Le traité de Presbourg, la Prusse déconcertée dans ses duplicités
habituelles, la possession de toute l'Italie concédée à Napoléon, sont
les fruits de cette bataille. Il rentre en France au bruit des
acclamations de l'armée et du peuple. L'Angleterre est sauvée, mais le
continent est asservi.

Comme à l'ordinaire encore, l'historien applaudit et témoigne seulement
quelques craintes timides sur les excès de victoire et de puissance à
venir, comme à chacune des périodes civiles ou guerrières de son héros:
réflexion vide, tardive ou prématurée, selon nous, à la fin d'un si beau
récit; car, s'il a applaudi au dix-huit brumaire, pourquoi répugne-t-il
au consulat? S'il a applaudi au consulat à vie, pourquoi s'étonne-t-il
de l'empire? S'il a maintenant applaudi à l'empire, pourquoi
s'étonne-t-il du despotisme européen? Toutes ces choses qu'il blâme
sont les conséquences nécessaires de celles qu'il a louées. Quand vous
n'avez pas arrêté l'illégalité de l'ambition au premier pas, pourquoi
voulez-vous qu'elle s'arrête au second? pourquoi au troisième? pourquoi
au quatrième? C'est jouer mal à propos le philosophe ou c'est bien peu
connaître les hommes. Le mouvement ascendant et perpétuel à tout prix
était le lot et le caractère de l'homme qui n'asservissait la France
qu'à la condition de l'éblouir. Napoléon était un de ces hommes qui ne
s'arrêtent que quand ils tombent.

Arrêtons-nous à cet apogée de sa gloire, qui n'est pas encore l'apogée
du mouvement historique de M. Thiers, et achevons dans le prochain
entretien la lecture d'un livre où l'on blâme quelquefois, mais où l'on
marche toujours sans lassitude d'admiration en admiration pour le
tableau et pour le peintre, et, bien que le livre soit long,
l'admiration est toujours courte.

                                                            LAMARTINE.



XLVIe ENTRETIEN

EXAMEN CRITIQUE

DE L'HISTOIRE DE L'EMPIRE,

PAR M. THIERS.

(3e PARTIE.)


I

Nous voilà enfin dans le véritable élément de cette histoire: _la
guerre_! M. Thiers est le grand historien militaire de ce siècle et de
tous les siècles. Son livre sera le manuel des grands capitaines. On l'a
comparé à Polybe; nous ne lui faisons pas cette injure: il y a dix
Polybe en lui.

La guerre est tout à la fois pour M. Thiers ce qu'elle est en réalité
dans nos États modernes, le suprême effort de civilisation d'un peuple
pour se transformer en armée et pour se transporter en ordre et en force
sur ses champs de bataille. Nos armées ne sont plus des hordes comme aux
époques de débordement des barbares; nos armées sont des armées,
c'est-à-dire des corps de nations organisés pour combattre. Cette
société des camps a des lois sociales plus étroites, plus promptes, plus
absolues, plus draconiennes que les lois de la société civile. Cette
législation spéciale s'appelle _discipline_; les hommes qui composent
nos armées sont extraits par différents modes, coercitifs ou
volontaires, de la population jeune du pays; ces hommes reçoivent une
modique solde pour enlever toute excuse au pillage, cet abus de la force
dans le pays ami, cette stérilisation des ressources dans les pays
conquis; ces hommes reçoivent des armes de différente nature, selon les
corps distincts dans lesquels ils sont enrôlés; ces hommes reçoivent une
éducation militaire conforme aux différents usages que le général se
propose de faire de leurs armes distinctes dans la proportion numérique
de ces différentes armes pendant ses campagnes: infanterie, cavalerie,
artillerie, génie, baïonnettes, fusils, canons de campagne, canons de
siége, passages des ponts, transports militaires, ambulances ou hôpitaux
suivant l'armée. L'esprit recule d'étonnement et d'admiration devant la
puissance d'organisation et devant l'immensité des détails que comporte
ce nom d'armée: recrutement des soldats, habillement, armement,
logement, nourriture de ces masses d'hommes; solde, instruction,
chevaux, canons, distribution de ces soldats dans les cadres, nomination
et hiérarchie des sous-officiers et des officiers, génie du général,
héroïsme collectif de ses bataillons, où chaque combattant est souvent
désintéressé de la cause et où tous meurent au besoin pour la victoire;
c'est là un de ces phénomènes tellement compliqués de la civilisation
antique ou moderne qu'un historien militaire doit commencer par
l'approfondir dans ses plus minutieux détails avant d'en présenter
l'ensemble sur les champs de bataille à l'esprit de la postérité.

C'est là ce qu'a fait avec une inimitable perfection d'analyse M. Thiers
dans cette histoire, histoire unique sous ce point de vue. On l'en a
blâmé, nous l'en louons, et la postérité le louera avec nous de ce
laborieux travail de décomposition et de composition des armées
modernes. Ce travail est tel que, si, dans cinq ou six siècles, un homme
d'État ou un homme de guerre à venir veut se rendre compte, sans erreur
et sans effort, de la formation d'une armée au dix-neuvième siècle, il
n'aura qu'à ouvrir l'_Histoire du Consulat et de l'Empire_, et l'armée
moderne lui apparaîtra tout entière, recrutée, vêtue, armée, montée,
hiérarchisée, disciplinée, commandée, vivant et combattant, comme ces
modèles d'anatomie que l'on dévoile dans les musées pour découvrir aux
initiés de la science les mystères de la structure humaine.


II

Historien administratif, historien diplomatique, historien militaire
surtout, voilà les trois mérites inappréciables de M. Thiers;
l'historien pathétique manque, il est vrai; cependant les scènes de la
guerre lui inspirent quelquefois un héroïsme de style et une émotion de
pinceau qui rendent merveilleusement les impressions non individuelles,
mais collectives, du champ de bataille. Il pense avec le général, il
discute avec le conseil de guerre, il vole disposer les troupes avec
l'officier d'état-major, il charge avec Lannes ou Murat les carrés de
l'infanterie, il meurt avec le blessé, il pousse avec l'armée
triomphante le cri de victoire: _Vive l'Empereur!_ La fumée des
batteries l'enivre, et il communique son ivresse à l'homme de guerre;
c'est le Shakspeare du soldat! On l'a raillé quelquefois de cette
personnalité militaire qui lui fait confondre son rôle d'écrivain avec
le rôle du grand capitaine dont il raconte ou dont il critique les
exploits; pourquoi l'accuser de ce qui fait un de ses premiers mérites:
s'identifier avec le génie des batailles? C'est par là qu'il passionne
pour le métier qu'il comprend si bien. Nous n'approuvons pas tous ces
jugements, nous ne ratifions pas tous ces plans personnels qu'il expose
souvent avec trop de jactance en opposition avec les plans de Moreau, de
Masséna, de Jourdan, de Soult, de Bonaparte; mais il est impossible de
nier que cette vive et vaste intelligence s'adaptait à la guerre aussi
bien et mieux peut-être qu'à la paix, et que, si la destinée, au lieu de
le pousser à la tribune, au ministère, à la froide table de l'historien,
l'avait poussé sur les champs de bataille, l'Europe aurait compté un
grand général de plus dans ses fastes. L'esprit universel peut tout; la
fortune avare et aveugle ne nous donne qu'un rôle quand la nature nous a
façonné souvent pour tous les rôles à la fois; voilà pourquoi il est si
cruel pour les riches natures de mourir sans avoir, comme elles disent,
accompli leur destinée.


III

Suivons maintenant M. Thiers dans cette série immense de campagnes qui
vont se presser et se dérouler sous sa plume: le voilà sur son terrain.

Napoléon rentré à Paris, les négociations de 1806, pour convertir en
traité de paix les conventions sommaires de Presbourg, s'ouvrent. Ce
traité contient des germes nouveaux de guerre: l'Autriche est
dépouillée; la Russie, humiliée et impatiente de venger sa malheureuse
apparition sur le champ de bataille d'Austerlitz, se réfugie dans un
isolement plein de rancunes; elle impute sa défaite à la lâcheté de
l'Allemagne, mais elle ne peut consentir sans amertume à laisser
triompher impunément Napoléon du continent. La Prusse, infidèle à tous
ses alliés à la fois, accepte la dépouille de l'Angleterre dans le
Hanovre, se réjouit de l'abaissement de l'Autriche, s'allie
ostensiblement avec Napoléon par terreur, et négocie déjà secrètement
avec la Russie une coalition ambiguë comme sa situation. Jamais les
manoeuvres ténébreuses de cette cour punique n'ont été mieux éclairées
que par M. Thiers. Son livre fera dans l'avenir à cette puissance plus
de tort que la bataille d'Iéna; la bataille d'Iéna ne lui a enlevé que
des territoires, le livre de M. Thiers lui enlève l'estime du monde.


IV

Cependant Napoléon se hâte de profiter de la stupeur d'Austerlitz pour
expulser les Bourbons de Naples; son frère Joseph est élevé au trône des
Deux-Siciles. M. Pitt, l'Annibal anglais, meurt au moment où il renoue
les fils d'une coalition dans sa main. M. Fox, déclamateur de la paix,
lui succède pour déclamer la guerre. Le jugement de M. Thiers sur cet
éloquent orateur d'opposition et sur ce faible ministre est de nouveau
partial et faux comme un jugement populaire; ce jugement ne sera pas
celui de l'histoire: M. Fox n'a laissé que du talent, la faveur aveugle
de son pays; la postérité juge les hommes d'État par leurs actes et non
par leurs discours. Si M. Fox avait été un homme d'État tel que M.
Thiers s'efforce en vain de le dépeindre, M. Fox aurait renouvelé
très-facilement alors la paix d'Amiens entre l'Angleterre et la France;
mais, obstacle à la guerre pendant que son pays devait la soutenir, et
impuissant pour la paix au moment où la paix était possible et
honorable, M. Fox n'osa pas professer comme ministre les principes
pacifiques qu'il avait professés comme chef de parti. Il mourut bientôt
après son grand rival Pitt; il laissait une mémoire, mais il laissa peu
de regrets. L'appréciation de ce caractère par M. Thiers ici n'est pas
de l'histoire d'homme d'État, c'est du panégyrique d'orateur. Il importe
à la jeunesse actuelle de la prémunir contre cette partialité de
l'historien. La gloire de M. Fox ne fut jamais qu'une vogue de
popularité parlementaire, un _Wilkes_ aristocrate, voilà tout.


V

Cette faute de M. Fox ouvre à Napoléon la carrière libre sur le
continent pour une ambition qui devient sans limite. Il rêve l'empire
d'Occident; il couronne son second frère Louis roi de Hollande; son
beau-frère Murat reçoit le duché de Berg; des principautés sont données
à tous les princes et à toutes les princesses de sa famille; ses
généraux reçoivent des titres, des dotations, des souverainetés; il
partage les dépouilles d'Austerlitz entre sa cour; il rétrécit ou il
élargit à son gré les États des princes allemands; il crée la
Confédération du Rhin, dont il se déclare le chef: grande pensée qui lui
crée un parti français en Allemagne, et qui mine l'Autriche par les
mains de ses propres feudataires. Pendant ces créations des éléments
d'un empire d'Occident, il appuie sa politique d'intimidation de
l'Allemagne par une armée de cinq cent mille vétérans, légions
françaises qui savent les routes de la Germanie.

La Prusse, subissant la peine de ses triples intrigues dévoilées, se
croit menacée dans son existence; elle arme hors de propos, comme elle
avait désarmé hors de l'honneur allemand. La Russie, prête à signer une
alliance avec Napoléon, hésite et retire sa main en voyant l'attitude
hostile de la Prusse. Tout se prépare à la guerre sans qu'on puisse
l'imputer à personne, si ce n'est aux hésitations de M. Fox et aux
agitations toujours intempestives de la Prusse.

Napoléon avait déjà 170,000 hommes cantonnés en Allemagne sous ses
meilleurs lieutenants; en vingt jours le reste est organisé et en route
pour recevoir ou pour porter le premier coup à la Prusse. L'Autriche est
neutre par représailles de la neutralité de la cour de Berlin pendant la
campagne d'Austerlitz. La Russie est trop loin pour arriver à temps sur
le champ de manoeuvre. L'Angleterre, justement irritée de l'acceptation
du Hanovre, sa dépouille, par la cour de Berlin, regarde sans intérêt
la lutte. L'armée de Napoléon est émue de ses récents triomphes, des
insultes des Prussiens, de l'impatience de sonder enfin sur le champ de
bataille cette prestigieuse renommée de la tactique et de
l'invincibilité des troupes et des généraux du grand Frédéric. Divisée
en sept corps d'armée et commandée par des lieutenants assouplis à la
main du maître, Marmont, Bernadotte, Davout, Soult, Lannes, Ney,
Augereau, Oudinot, Murat, elle présentait deux cent mille combattants
aguerris, attendant à Wurzbourg la présence de Napoléon. Le plan de la
campagne conçu par Napoléon à loisir et pertinemment exposé par M.
Thiers est la plus lumineuse préface de la bataille.

Le vieux duc de Brunswick est trop illustre par son titre d'élève du
grand Frédéric pour qu'on puisse donner un autre généralissime à l'armée
prussienne; il est trop suranné néanmoins, et trop discrédité par son
invasion malheureuse de la France et par sa retraite de Champagne en
1792, pour inspirer la confiance à l'armée prussienne; cette armée de
180,000 hommes mollit sous sa main. La cour de Prusse, enthousiasmée par
la beauté et le patriotisme de sa reine, porte plus de jactance que de
solidité dans l'armée; les plans de campagne s'y forment et s'y brisent
en un instant; on consume le temps en conseils de guerre; on finit par
diviser l'armée en deux corps pour satisfaire aux exigences de deux
généraux.

Pendant ces hésitations Napoléon s'avance, avec l'unité de direction et
la rapidité de marche d'un commandement absolu, à travers la Franconie
et la Saxe; les avant-gardes s'entre-choquent; le prince Louis de
Prusse, le plus chevaleresque des partisans de la guerre à la cour de
son frère, tombe mort sous le sabre d'un sous-officier français; le duc
de Brunswick replie l'armée sur Naumbourg, laissant 50,000 hommes sous
le prince de Hohenlohe, à Iéna; Napoléon arrive avec ses masses en vue
de la ville. La description de la vallée d'Iéna et des hauteurs étagées
où campe l'armée prussienne est un véritable modèle de topographie
militaire; la nuit qui précède la bataille n'est pas moins
solennellement décrite.

«La journée du 13 s'était écoulée; une obscurité profonde enveloppait le
champ de bataille. Napoléon avait placé sa tente au centre d'un carré
formé par sa garde, et n'avait laissé allumer que quelques feux; mais
l'armée prussienne avait allumé tous les siens. On voyait les feux du
prince de Hohenlohe sur toute l'étendue des plateaux, et au fond de
l'horizon à droite, sur les hauteurs de Naumbourg, que surmontait le
vieux château d'Eckartsberg, ceux de l'armée du duc de Brunswick, devenu
tout à coup visible pour Napoléon. Il pensa que, loin de se retirer,
toutes les forces prussiennes venaient prendre part à la bataille. Il
envoya sur-le-champ de nouveaux ordres aux maréchaux Davout et
Bernadotte. Il prescrivit au maréchal Davout de bien garder le pont de
Naumbourg, et même de le franchir, s'il était possible, pour tomber sur
les derrières des Prussiens, pendant qu'on les combattrait de front. Il
ordonna au maréchal Bernadotte, qui était placé en intermédiaire, de
concourir au mouvement projeté, soit en se joignant au maréchal Davout
s'il était près de celui-ci, soit en se jetant directement sur le flanc
des Prussiens s'il avait déjà pris à Dornbourg une position plus
rapprochée d'Iéna. Enfin il enjoignit à Murat d'arriver le plus tôt
qu'il pourrait avec sa cavalerie.»

Voyez le réveil!
  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

«Napoléon, debout avant le jour, donnait ses dernières instructions à
ses lieutenants et faisait prendre les armes à ses soldats. La nuit
était froide, la campagne couverte au loin d'un brouillard épais, comme
celui qui enveloppa pendant quelques heures le champ de bataille
d'Austerlitz. Escorté par des hommes portant des torches, Napoléon
parcourut le front des troupes, parla aux officiers et aux soldats, leur
expliqua la position des deux armées, leur démontra que les Prussiens
étaient aussi compromis que les Autrichiens l'année précédente; que,
vaincus dans cette journée, ils seraient coupés de l'Elbe et de l'Oder,
séparés des Russes, et réduits à livrer aux Français la monarchie
prussienne tout entière; que, dans une telle situation, le corps
français qui se laisserait battre ferait échouer les plus vastes
desseins et se déshonorerait à jamais. Il les engagea fort à se tenir en
garde contre la cavalerie prussienne, et à la recevoir en carré avec
leur fermeté ordinaire. Les cris: _En avant! Vive l'Empereur!_
accueillirent partout ses paroles. Quoique le brouillard fût épais, à
travers son épaisseur même, les avant-postes ennemis aperçurent la
lueur des torches, entendirent les cris de joie de nos soldats, et
allèrent donner l'alarme au général Tauenzien.»

L'espace que Napoléon cherchait d'abord à conquérir pour y déployer son
armée encore à demi cachée derrière les montagnes est balayé avant dix
heures du matin. Les manoeuvres alors se développent, les charges se
croisent, les péripéties de la mêlée se nouent et se dénouent sur mille
champs de carnage à la fois. L'armée prussienne, acculée aux monticules
derrière Iéna, les gravit en retraite, puis, chargée par la cavalerie
irrésistible de Murat, se précipite en déroute comme une avalanche sur
la route de la Thuringe. Lisez cette déroute, écrite avec la fougue, la
poudre et le sang de la bataille elle-même. L'historien dont la vive
imagination a ressuscité sur les lieux ces deux armées n'est plus
historien; il est combattant, soldat, général, peintre de bataille.

«Des soixante-dix mille Prussiens qui avaient paru sur ce champ de
bataille, il n'y avait pas un seul corps qui fût entier, pas un seul qui
se retirât en ordre. Sur les cent mille Français composant les corps des
maréchaux Soult, Lannes, Augereau, Ney, Murat, et la garde, cinquante
mille au plus avaient combattu et suffi pour culbuter l'armée
prussienne. La plus grande partie de cette armée, frappée d'une sorte de
vertige, jetant ses armes, ne connaissant plus ni drapeau ni officiers,
courait sur toutes les routes de la Thuringe. Environ douze mille
Prussiens et Saxons, morts ou blessés, environ quatre mille Français,
morts ou blessés aussi, couvraient la campagne d'Iéna à Weimar. On
voyait, étendus sur la terre et en nombre plus qu'ordinaire, une
quantité d'officiers prussiens qui avaient noblement payé de leur vie
leurs folles passions. Quinze mille prisonniers, deux cents pièces de
canon étaient aux mains de nos soldats, ivres de joie. Les obus des
Prussiens avaient mis en feu la ville d'Iéna, et, des plateaux où l'on
avait combattu, on voyait des colonnes de flammes s'élever du sein de
l'obscurité. Les obus des Français sillonnaient la ville de Weimar et la
menaçaient d'un sort semblable. Les cris des fugitifs qui la
traversaient en courant, le bruit de la cavalerie de Murat qui en
parcourait les rues au galop, sabrant sans pitié tout ce qui n'était pas
assez prompt à jeter ses armes, avaient rempli d'effroi cette charmante
cité, noble asile des lettres, et théâtre paisible du plus beau
commerce d'esprit qui fût alors au monde! À Weimar comme à Iéna, une
partie des habitants avaient fui. Les vainqueurs, disposant en maîtres
de ces villes presque abandonnées, établissaient leurs magasins et leurs
hôpitaux dans les églises et les lieux publics. Napoléon, revenu à Iéna,
s'occupait, suivant son usage, de faire ramasser les blessés, et
entendait les cris de _Vive l'Empereur!_ se mêler aux gémissements des
mourants. Scènes terribles, dont l'aspect serait intolérable si le
génie, si l'héroïsme déployés n'en rachetaient l'horreur, et si la
gloire, cette lumière qui embellit tout, ne venait les envelopper de ses
rayons éblouissants!»

Le duc de Brunswick et le vieux Mollendorf, son rival, se réunissent à
quelques lieues pour forcer le passage défendu par le corps isolé de
Davout. Davout ne combat pas en lieutenant de Napoléon, mais en
lieutenant de Léonidas à ces Thermopyles. Il résiste à cent mille hommes
avec vingt mille, pour donner à Napoléon le temps d'accourir à une
seconde victoire. Cette victoire emporte tout.

«Le duc de Brunswick, en voyant l'opiniâtre résistance des Français,
éprouvait un secret désespoir et croyait toucher à la catastrophe dont
le pressentiment assiégeait depuis un mois son âme attristée. Ce vieux
guerrier, hésitant dans le conseil, jamais au feu, veut se mettre
lui-même à la tête des grenadiers prussiens et les conduire à l'assaut
de Hassenhausen, en suivant un pli de terrain qui se trouve à côté de la
chaussée, et par lequel on peut parvenir plus sûrement au village.
Tandis qu'il les exhorte et leur montre le chemin, un biscaïen l'atteint
au visage et lui fait une blessure mortelle. On l'emmène, après avoir
jeté un mouchoir sur sa figure, pour que l'armée ne reconnaisse pas
l'illustre blessé. À cette nouvelle, une noble fureur s'empare de
l'état-major prussien. Le respectable Mollendorf ne veut pas survivre à
cette journée; il s'avance, et il est à son tour mortellement frappé. Le
roi, les princes se portent au danger comme les derniers des soldats. Le
roi a un cheval tué sans quitter le feu.»

La déroute suprême est peinte comme les deux batailles; la monarchie
prussienne est anéantie dans son armée. Napoléon, resté à Iéna, hésite à
croire à ce second et complet triomphe de sa fortune. Davout aurait
mérité dans l'antiquité le nom de _Prussique_, comme Scipion celui
d'Africain. La campagne est à Napoléon, la victoire est à Davout;
l'historien ici est juste. Ce général égale et souvent surpasse son
maître; il ne lui manque que le commandement suprême, qui attribue la
gloire à celui pour qui meurent ou triomphent ses lieutenants.

M. Thiers rétablit partout dans le reste de cette histoire l'équilibre
et même la supériorité fréquente du génie des campagnes en faveur de
Davoust.


VI

On marche sur Berlin.

Une anecdote heureusement placée interrompt ici la sévérité du récit
épique.

«Après avoir laissé prendre un peu d'avance à ses corps d'armée,
Napoléon partit, le 24 octobre, pour se rendre à Potsdam. Faisant la
route à cheval, il fut surpris par un orage violent, bien que le temps
n'eût cessé d'être fort beau depuis le commencement de la campagne. Ce
n'était pas sa coutume de s'arrêter pour un tel motif; cependant on lui
offrit de s'abriter dans une maison située au milieu des bois et
appartenant à un officier des chasses de la cour de Saxe. Il accepta
cette offre. Quelques femmes qui, d'après leur langage et leurs
vêtements, paraissaient être des personnes d'un rang élevé, reçurent
autour d'un grand feu ce groupe d'officiers français que, par crainte
autant que par politesse, on se serait bien gardé de mal accueillir.
Elles semblaient ignorer quel était le principal de ces officiers,
autour duquel les autres se rangeaient avec respect, lorsque l'une
d'elles, jeune encore, saisie d'une vive émotion, s'écria: «Voilà
l'Empereur!--Comment me connaissez-vous? lui dit sèchement
Napoléon.--Sire, lui répondit-elle, je me trouvais avec Votre Majesté en
Égypte.--Et que faisiez-vous en Égypte?--J'étais l'épouse d'un officier
qui est mort à votre service. J'ai depuis demandé une pension pour moi
et pour mon fils, mais j'étais étrangère, je n'ai pu l'obtenir, et je
suis venue chez la maîtresse de cette demeure, qui a bien voulu
m'accueillir et me confier l'éducation de ses enfants.» Le visage
d'abord sévère de Napoléon, mécontent d'être reconnu, s'était tout à
coup adouci. «Eh bien, madame, lui dit-il, vous aurez une pension, et
quant à votre fils, je me charge de son éducation.»

«Le soir même il voulut revêtir de sa signature l'une et l'autre de ces
résolutions, et dit en souriant: «Je n'avais jamais eu d'aventure dans
une forêt, à la suite d'un orage; en voilà une et des meilleures.»

«Il arriva le 25 octobre au soir à Potsdam. Aussitôt il se mit à visiter
la retraite du grand capitaine, du grand roi, qui s'appelait le
philosophe de _Sans-Souci_, et avec quelque raison, car il sembla porter
le poids de l'épée et du sceptre avec une indifférence railleuse, se
moquant de toutes les cours de l'Europe, on oserait même ajouter de ses
peuples, s'il n'avait mis tant de soin à les bien gouverner. Napoléon
parcourut le grand et le petit palais de Potsdam, se fit montrer les
oeuvres de Frédéric, toutes chargées des notes de Voltaire, chercha dans
sa bibliothèque à reconnaître de quelles lectures se nourrissait ce
grand esprit, puis alla voir dans l'église de Potsdam le modeste réduit
où repose le fondateur de la Prusse. On conservait à Potsdam l'épée de
Frédéric, sa ceinture, son cordon de l'Aigle-Noir. Napoléon les saisit
en s'écriant: «Voilà un beau présent pour les Invalides, surtout pour
ceux qui ont fait partie de l'armée de Hanovre. Ils seront heureux, sans
doute, quand ils verront en notre pouvoir l'épée de celui qui les
vainquit à Rosbach!»

«Napoléon, s'emparant avec tant de respect de ces précieuses reliques,
n'offensait assurément ni Frédéric ni la nation prussienne; mais combien
est extraordinaire, digne de méditation, l'enchaînement mystérieux qui
lie, confond, sépare ou rapproche les choses de ce monde! Frédéric et
Napoléon se rencontraient ici d'une manière bien étrange! Ce roi
philosophe, qui, sans qu'il s'en doutât, s'était fait, du haut du trône,
l'un des promoteurs de la Révolution française, couché maintenant dans
son cercueil, recevait la visite du général de cette Révolution, devenu
empereur, conquérant de Berlin et de Potsdam! Le vainqueur de Rosbach
recevait la visite du vainqueur d'Iéna. Quel spectacle!»


VII

Le style, dans cette anecdote familière et dans cette réflexion
philosophique, n'est pas à la hauteur de l'événement; mais la réflexion
est si sensée qu'on oublie l'insuffisance du style. La Révolution, en
effet, rebroussant sa route de Paris à Berlin, semblait venir remonter à
Berlin à une de ses sources; mais ce prétendu reflux de la Révolution
sur Berlin n'était qu'une illusion; un esprit aussi net que celui de M.
Thiers, quand il est désintéressé, devait le comprendre. Ce n'était pas
la Révolution qui entrait avec les armées françaises à Potsdam, c'était
la contre-révolution. Napoléon n'était pas le soldat de la Révolution,
il en était la réaction personnifiée dans un grand soldat; entre la
Révolution et lui il y avait la différence du sabre à l'idée, mais c'est
la faiblesse de situation ou de jugement de M. Thiers de confondre
toujours le missionnaire armé du despotisme avec le missionnaire de la
liberté. Cela peut être un ingénieux paradoxe au service de ceux qui
veulent glorifier à la fois la France sous deux formes: la force et
l'idée; mais cela ne sera jamais une vérité historique. Il ne faut pas
laisser ce sophisme à nos neveux.


VIII

En un mois la monarchie prussienne avait cessé d'exister avec son armée;
prodigieuse faiblesse des États purement militaires! M. Thiers en résume
parfaitement la raison.

«Quant aux Prussiens, si on veut avoir le secret de cette déroute
inouïe, après laquelle les armées et les places se rendaient à la
sommation de quelques hussards ou de quelques compagnies d'infanterie
légère, on le trouvera dans la démoralisation qui suit ordinairement une
présomption folle. Après avoir nié, non pas les victoires des Français,
qui n'étaient pas niables, mais leur supériorité militaire, les
Prussiens en furent tellement saisis, à la première rencontre, qu'ils ne
crurent plus la résistance possible et s'enfuirent en jetant leurs
armes. Ils furent atterrés, et l'Europe le fut avec eux. Elle frémit
tout entière après Iéna, plus encore qu'après Austerlitz, car après
Austerlitz la confiance dans l'armée prussienne restait du moins aux
ennemis de la France. Après Iéna, le continent entier semblait
appartenir à l'armée française. Les soldats du grand Frédéric avaient
été la dernière ressource de l'envie: ces soldats vaincus, il ne restait
à l'envie que cette autre ressource, la seule, hélas! qui ne lui manque
jamais, de prédire les fautes d'un génie désormais irrésistible, de
prétendre qu'à de tels succès aucune raison humaine ne pourrait tenir;
et il est malheureusement vrai que le génie, après avoir désespéré
l'envie par ses succès, se charge lui-même de la consoler par ses
fautes.»


IX

Maître de la monarchie prussienne, sûr de l'immobilité de la Russie, de
la tolérance forcée de l'Autriche, de la complaisance de l'Espagne, de
l'obéissance de la Hollande, Napoléon rêve à Berlin le blocus du
continent contre l'Angleterre, qu'il veut étouffer dans son île par
l'écoulement refoulé de ses produits sur ses manufactures. Impuissant à
la guerre des boulets contre elle, il lui déclare la guerre de l'argent,
la ruine commerciale au lieu de la dévastation par les armes; pensée
gigantesque qui aurait exigé pour être accomplie la possession
incontestée du continent tout entier, et qui, pour tuer le commerce
d'une île, tuait d'abord le commerce du continent lui-même. C'était une
violence contre la nature des choses qui ne pouvait, comme toutes les
violences de cette nature, aboutir qu'à l'impuissance et à la ruine de
la France.


X

La campagne de 1807 en Pologne contre les restes des Prussiens et contre
les Russes est une étude d'un vif intérêt pour les militaires, étude
trop savante et trop détaillée peut-être pour le commun des lecteurs.
C'est un manuel d'état-major plus qu'un livre de bibliothèque. Mais la
bataille d'Eylau, qui termine ce vingt-cinquième livre, le relève à la
hauteur de l'épopée. L'historien ici est surtout grand paysagiste.

«Depuis qu'on avait débouché sur Eylau le pays se montrait uni et
découvert. La petite ville d'Eylau, située sur une légère éminence et
surmontée d'une flèche gothique, était le seul point saillant du
terrain. À droite de l'église, le sol, s'abaissant quelque peu,
présentait un cimetière. En face il se relevait sensiblement, et, sur ce
relèvement marqué de quelques mamelons, on apercevait les Russes en
masse profonde. Plusieurs lacs, pourvus d'eau au printemps, desséchés en
été, gelés en hiver, actuellement effacés par la neige, ne se
distinguaient en aucune manière du reste de la plaine. À peine quelques
granges réunies en hameaux, et des lignes de barrière servant à parquer
le bétail, formaient-elles un point d'appui ou un obstacle sur ce morne
champ de bataille. Un ciel gris, fondant par intervalles en une neige
épaisse ajoutait sa tristesse à celle des lieux, tristesse qui saisit
les yeux et les coeurs dès que la naissance du jour, très-tardive en
cette saison, eut rendu les objets visibles.

«Les Russes étaient rangés sur deux lignes fort rapprochées l'une de
l'autre, leur front couvert par trois cents bouches à feu, qui avaient
été disposées sur les parties saillantes du terrain. En arrière, deux
colonnes serrées, appuyant comme deux arcs-boutants cette double ligne
de bataille, semblaient destinées à la soutenir et à l'empêcher de plier
sous le choc des Français. Une forte réserve d'artillerie était placée à
quelque distance. La cavalerie se trouvait partie en arrière, partie sur
les ailes. Les Cosaques, ordinairement dispersés, tenaient cette fois au
corps même de l'armée. Il était évident qu'à l'énergie, à la dextérité
des Français, les Russes avaient voulu, sur ce terrain découvert,
opposer une masse compacte, défendue sur son front par une nombreuse
artillerie, fortement étayée par derrière, une véritable muraille enfin,
lançant une pluie de feu. Napoléon, à cheval dès la pointe du jour,
s'était établi de sa personne dans le cimetière à la droite d'Eylau. Là,
protégé à peine par quelques arbres, il voyait parfaitement la position
des Russes, lesquels, déjà en bataille, avaient ouvert le feu par une
canonnade qui devenait à chaque instant plus vive. On pouvait prévoir
que le canon serait l'arme de cette journée terrible.»


XI

L'immense carnage de ce champ de bataille disputé aux frimas, aux
extrémités de la Sarmatie, entre l'armée française épuisée de sang et
l'armée russe brillant de se venger de la défaite d'Austerlitz, est une
des scènes les plus tragiques dont l'histoire puisse consterner
l'humanité. Le corps d'armée d'Augereau reste presque tout entier dans
la neige, écrasé par les batteries russes. Le reste de cette armée se
replie en ordre sur le cimetière d'Eylau, comme pour se grouper et pour
mourir autour de son empereur.

«Tout à coup, dit l'historien, la neige, ayant cessé de tomber, permit
d'apercevoir ce douloureux spectacle. Sur six ou sept mille combattants,
quatre mille environ, morts ou blessés, jonchaient la terre. Augereau,
atteint lui-même d'une blessure, plus touché au reste du désastre de son
corps d'armée que du péril, fut porté dans le cimetière d'Eylau, aux
pieds de Napoléon, auquel il se plaignit, non sans amertume, de n'avoir
pas été secouru à temps; une morne tristesse régnait sur les visages
dans l'état-major impérial. Napoléon, calme et ferme, imposant aux
autres l'impassibilité qu'il s'imposait à lui-même, adressa quelques
paroles de consolation à Augereau, puis il le renvoya sur les derrières,
et prit ses mesures pour réparer le dommage. Lançant d'abord les
chasseurs de sa garde, et quelques escadrons de dragons qui étaient à sa
portée, pour ramener la cavalerie ennemie, il fit appeler Murat, et lui
ordonna de tenter un effort décisif sur la ligne d'infanterie qui
formait le centre de l'armée russe, et qui, profitant du désastre
d'Augereau, commençait à se porter en avant. Au premier ordre, Murat
était accouru au galop.--«Eh bien, lui dit Napoléon, nous laisseras-tu
dévorer par ces gens-là?» Alors il prescrivit à cet héroïque chef de sa
cavalerie de réunir les chasseurs, les dragons, les cuirassiers, et de
se jeter sur les Russes avec quatre-vingts escadrons, pour essayer tout
ce que pouvait l'élan d'une pareille masse d'hommes à cheval, chargeant
avec fureur une infanterie réputée inébranlable. La cavalerie de la
garde fut portée en avant, prête à joindre son choc à celui de la
cavalerie de l'armée. Le moment était critique, car si l'infanterie
russe n'était pas arrêtée, elle allait aborder le cimetière, centre de
la position, et Napoléon n'avait pour le défendre que les six bataillons
à pied de la garde impériale.

«Murat part au galop, réunit ses escadrons, puis les fait passer entre
le cimetière et Rothenen, à travers ce même débouché par lequel le corps
d'Augereau avait déjà marché à une destruction presque certaine. Les
dragons du général Grouchy chargent les premiers, pour déblayer le
terrain et en écarter la cavalerie ennemie. Ce brave officier, renversé
sous son cheval, se relève, se met à la tête de sa seconde brigade, et
réussit à disperser les groupes de cavaliers qui précédaient
l'infanterie russe. Mais pour renverser celle-ci, il ne faut pas moins
que les gros escadrons vêtus de fer du général d'Hautpoul. Cet officier,
qui se distinguait par une habileté consommée dans l'art de manier une
cavalerie nombreuse, se présente avec vingt-quatre escadrons de
cuirassiers, que suit toute la masse des dragons. Ces cuirassiers,
rangés sur plusieurs lignes, s'ébranlent et se précipitent sur les
baïonnettes russes. Les premières lignes, arrêtées par le feu, ne
pénètrent pas, et, se repliant à droite et à gauche, viennent se
reformer derrière celles qui les suivent, pour charger de nouveau.
Enfin, l'une d'elles, lancée avec plus de violence, renverse sur un
point l'infanterie ennemie, et y ouvre une brèche à travers laquelle
cuirassiers et dragons pénètrent à l'envi les uns des autres.

«Comme un fleuve qui a commencé à percer une digue l'emporte bientôt
tout entière, la masse de nos escadrons, ayant une fois entamé
l'infanterie des Russes, achève en peu d'instants de renverser leur
première ligne. Nos cavaliers se dispersent alors pour sabrer. Une
affreuse mêlée s'engage entre eux et les fantassins russes. Ils vont,
viennent, et frappent de tous côtés ces fantassins opiniâtres. Tandis
que la première ligne d'infanterie est ainsi culbutée et hachée, la
seconde se replie à un bois, qui se voyait au fond du champ de bataille.
Il restait là une dernière réserve d'artillerie. Les Russes la mettent
en batterie et tirent confusément sur leurs soldats et sur les nôtres,
s'inquiétant peu de mitrailler amis et ennemis, pourvu qu'ils se
débarrassent de nos redoutables cavaliers. Le général d'Hautpoul est
frappé à mort par un biscaïen.

«Pendant que notre cavalerie est ainsi aux prises avec la seconde ligne
de l'infanterie russe, quelques parties de la première se relèvent çà et
là pour tirer encore. À cette vue, les grenadiers à cheval de la garde,
conduits par le général Lepic, l'un des héros de l'armée, s'élancent à
leur tour pour seconder les efforts de Murat. Ils partent au galop,
chargent les groupes d'infanterie qu'ils aperçoivent debout, et,
parcourant le terrain en tous sens, complètent la destruction du centre
de l'armée russe, dont les débris achèvent de s'enfuir vers les bouquets
de bois qui lui ont servi d'asile.

«Durant cette scène de confusion, un tronçon détaché de cette vaste
ligne d'infanterie s'était avancé jusqu'au cimetière même.» La garde se
précipite et sauve son empereur; le champ de bataille, à la fin de cette
courte journée d'hiver, reste indivis entre les vivants et les morts.
Soixante mille cadavres ou blessés jonchent la neige; les Russes se
retirent un peu plus loin dans la nuit, plutôt pour attirer Napoléon que
pour lui céder la victoire; la victoire n'est à personne cette fois qu'à
la mort. Jamais victoire ne fut plus près d'une défaite.

Napoléon ressaisit la victoire sur le Niémen, l'été suivant. La
bataille savante de Friedland lui rend son ascendant sur le jeune
empereur de Russie, Alexandre. L'entrevue de Tilsitt entre ce jeune
prince et Napoléon est racontée avec complaisance et avec charme par M.
Thiers. La diplomatie se mêle à l'adulation des deux côtés; on se
sacrifie l'Angleterre, on se partage en secret le monde européen; le
génie grec dans l'empereur Alexandre et le génie italien dans l'empereur
Napoléon luttent de souplesse et de séduction après avoir lutté
d'héroïsme. La Turquie est impolitiquement livrée par Napoléon à
l'ambition moscovite, la Suède lui est offerte en hommage. L'alliance
est scellée par ces promesses mutuelles; la Prusse presque entière est
abandonnée par son dernier allié Alexandre au vainqueur d'Iéna; elle a
mérité son sort par la duplicité de sa diplomatie depuis qu'elle existe;
mais Napoléon traite avec dédain son héroïque et belle reine, que la
fortune amène en larmes à Tilsitt. Il ne discute plus, il impose à la
Russie, devenue sa complice, et à la Prusse vaincue, des traités qui lui
livrent le continent tout entier, à l'exception de ce qui reste à
l'Autriche.

M. Thiers blâme ici avec raison son héros d'avoir fait trop ou trop peu
pour la Prusse; il était plus logique et plus sûr, selon nous, de
l'effacer tout entière de la carte de l'Allemagne et de la Pologne que
de la laisser, mécontente et infidèle, couver d'implacables
ressentiments. Génie audacieux et sûr dans la guerre, génie hésitant et
timide dans les congrès, Napoléon, ici comme partout, n'a que des
demi-résultats après de complètes victoires. La diplomatie manquait
complétement à sa nature.


XII

À peine rentré en France il se repent de n'avoir ni anéanti la Prusse ni
reconstitué la Pologne; il se fie à l'alliance ambitieuse du jeune
empereur de Russie, à l'alliance humiliée de la Prusse, à l'alliance mal
désarmée de l'Autriche; ses pensées grandissent vers le Midi plus que sa
base dans le Nord; il laisse l'élite de ses forces de la Vistule au Rhin
et il forme des armées équivoques destinées éventuellement contre
l'Espagne et le Portugal. Il lui faut des trônes pour toutes les
ambitions de sa famille; il veut que tout le midi du continent
appartienne à une seule dynastie composée d'une confédération de
couronnes: le monde bourbonien doit devenir le monde napoléonien. Ce
n'est plus de la diplomatie raisonnée d'un homme d'État, c'est le songe
d'un favori de la fortune. L'homme habile qu'il a chargé d'éclairer et
de modérer ses négociations, M. de Talleyrand, cherche en vain à
l'éclairer; il s'irrite contre la raison, il fait des traités avec
l'Espagne et il les brise le lendemain. L'historien, ici dominé par la
puissance de la vérité, renonce enfin à flatter son héros; il se
contente de le peindre, il le donne en spectacle et on peut dire même en
scandale à la justice de l'histoire. Le récit des embûches dressées en
Espagne au malheureux roi Charles IV et à ses fils, l'astuce avec
laquelle Napoléon attire cette cour à Bayonne et où il détrône le père
par le fils, le fils par le père, est d'une implacable sévérité. La
conscience reprend ses droits; c'est un des crimes historiques les plus
fortement burinés par un écrivain contre un maître du monde. La tragédie
ne suffit pas ici pour fournir les couleurs au tableau, la comédie lui
en prête; Molière, Beaumarchais, Machiavel, Tacite semblent forcés de
se réunir dans ces ténébreuses journées de Bayonne pour peindre un rôle
où l'intrigue, l'hypocrisie, la violence et la trahison surpassent
Alexandre VI, Tartufe et César dans un même acte diplomatique. M. Thiers
n'a manqué ici à aucun des rigoureux devoirs du moraliste. Le jugement
est d'autant plus convainquant pour le lecteur qu'au lieu d'être écrit
en phrases il est écrit en actes. M. Thiers le résume cependant lui-même
en une réflexion courte, mais expressive.

«Napoléon fut entraîné ainsi, dit-il, de la ruse à la fourberie; il
ajoute à son nom la seconde des deux taches qui ternissent sa gloire
(_Vincennes_ et _Bayonne_). Il lui restait pour l'absoudre le bien à
faire à l'Espagne et par l'Espagne à la France.» (Comme si on pouvait
jamais s'absoudre du sang innocent et du larcin d'un peuple par les
avantages résultant d'un attentat et d'une perfidie!) «La Providence,
poursuit M. Thiers, ne lui réservait pas même ce moyen de se laver d'une
perfidie indigne de son caractère. Mais ne devançons pas la justice des
temps; les récits qui vont suivre montreront bientôt cette justice
redoutable sortant des événements eux-mêmes et punissant le génie qui
n'est pas plus dispensé que la médiocrité elle-même de loyauté et de bon
sens!»


XIII

L'expression ici même est encore faible dans sa justice, car la
médiocrité serait plutôt une excuse de la déloyauté que le génie; le
génie n'est pas une excuse, il est une aggravation de tous les crimes;
car le génie est une lumière et une force; il lui est moins permis de
s'aveugler et de faiblir qu'à la médiocrité, qui est une obscurité et
une faiblesse. Il faut à chaque instant dans cette histoire redresser le
sens moral qui est dans l'intention de la phrase et qui trébuche sous le
mot; on sent qu'il en coûte trop à l'écrivain de faire justice tout
entière, et qu'il réserve toujours une indulgence à la victoire et une
amnistie au bonheur.

Quoi qu'il en soit, ce huitième volume de M. Thiers restera dans toutes
les langues le plus beau volume de l'histoire moderne d'Espagne et de
France. L'indignation rendit à un peuple en décadence l'énergie qui
retrempe les nationalités, et la victoire du droit national qui fait
triompher l'âme et le sol d'un peuple des embûches des diplomates et des
armées des conquérants.


XIV

Rien n'était si impolitique que cette diversion inutile et insensée des
forces de la France en Espagne et en Portugal pour asseoir un frère et
un lieutenant de Napoléon à Madrid et à Lisbonne, pendant que la Russie,
l'Autriche, la Prusse humiliée se concertaient sourdement en Allemagne
pour recouvrer ce que les campagnes incomplètes d'Austerlitz, d'Iéna,
d'Eylau, de Friedland leur avaient ravi. M. Thiers le démontre avec une
irréfragable autorité de chiffres dans la savante décomposition des
armées de Napoléon transportées avec d'immenses déperditions de forces
et de finances du Nord au Midi, et du Midi au Nord.

Pendant que le Portugal et l'Espagne dévorent ces quatre cent mille
Français livrés à des lieutenants sans autorité et sans unité dans ces
conquêtes, l'Autriche arme, la Prusse gémit, la Russie exige
l'accomplissement des concessions ambitieuses au prix desquelles
l'empereur Alexandre a signé le traité de Tilsitt; cet empereur veut la
Turquie en retour de l'Espagne accordée à son allié Napoléon. Celui-ci
recule devant la grandeur de la concession; il espère séduire et retenir
une seconde fois Alexandre par les blandices de l'ambition excitée et
non satisfaite; il court à Erfurt, il s'y rencontre avec Alexandre, il y
négocie lui-même au milieu de la gloire et des fêtes; il accorde
quelques satisfactions d'amour-propre, de vanité, de situation à son
jeune antagoniste; il espère l'avoir rivé à sa politique; il n'a fait
que l'humilier et le dépopulariser en Russie.

Il revient en Espagne; sa présence n'y produit qu'une seconde impulsion
de ses armées vers Madrid. Il en est rappelé aussi soudainement qu'il y
avait couru par l'explosion des préparatifs de l'Autriche. L'ambiguïté
des préparatifs de la Russie accroît ses mesures et les précipite;
l'élite de ses troupes, rappelée d'Espagne et remplacée là par de
nouvelles levées, traverse de nouveau la France et le Rhin. Il
renouvelle à Ratisbonne et à Eckmühl les manoeuvres moins triomphantes
qui précédèrent Austerlitz. L'armée autrichienne de l'archiduc Charles,
coupée et tronçonnée par ces manoeuvres, est forcée de s'abriter sur la
rive gauche du Danube et de découvrir Vienne. Il y entre; il tente le
passage du Danube en face de l'archiduc Charles et livre la bataille
d'Essling.

Ici M. Thiers rentre dans sa nature; il manoeuvre, il décrit en
tacticien, il combat avec une supériorité de lumière, de feu, qui ne
laisse ni une pensée des généraux, ni un général, ni un soldat, ni une
goutte de sang, ni un accident du fleuve ou du terrain dans l'ombre;
c'est une inondation de clarté sur quatre cent mille combattants sortant
des ténèbres de la nuit pour s'entre-choquer au bord du Danube. La
bataille commencée, interrompue, reprise trois fois avec un courage
indomptable, mais avec une imprévoyance fatale, est trois fois suspendue
par la crue des eaux du Danube et par la rupture des ponts. Tout autre
général que celui qui n'avait pas de juge y aurait laissé sa réputation
et compromis sa tête. Combattre avec la moitié de son armée pendant que
l'autre moitié risque d'être coupée du champ de bataille avant de
l'atteindre, et compromettre ainsi les deux moitiés à la fois, est une
opération qui ne peut être excusée que par la toute-puissance. Si Mack
ou le prince Charles avaient commis une telle témérité, et que cette
témérité eût été punie par la perte de vingt mille hommes laissés, en se
retirant, sur le champ de bataille, de quel blâme implacable et mérité
les historiens n'auraient-ils pas stigmatisé une telle faute? Ils
appellent victoire dans Napoléon ce qu'ils auraient appelé désastre dans
ses rivaux. Ses plus braves généraux restent sur le champ de carnage; la
nuit seule couvre le repliement des troupes aventurées et inégales vers
le bord du fleuve; les boulets des Autrichiens les écrasent au hasard
dans l'obscurité.

«On n'entend au milieu de la canonnade que ce cri des officiers: Serrez
les rangs! Il n'y a plus, en effet, que cette manoeuvre à exécuter
jusqu'à la nuit, car il est impossible, soit d'éloigner l'ennemi, soit
de le fuir par le pont qui conduit à l'île de Lobau. Cette retraite par
une seule issue ne peut s'opérer qu'à la faveur de l'obscurité, et dans
le mois de mai il faut attendre plusieurs heures encore les ténèbres
salutaires qui doivent favoriser notre départ.

«Napoléon n'avait cessé, pendant la journée, de se tenir dans l'angle
que décrivait notre ligne d'Aspern à Essling, d'Essling au fleuve, et où
passaient tant de boulets. On l'avait pressé plusieurs fois de mettre à
l'abri une vie de laquelle dépendait la vie de tous. Il ne l'avait pas
voulu tant qu'il avait pu craindre une nouvelle attaque. Maintenant que
l'ennemi, épuisé, se bornait à une canonnade, il résolut de reconnaître
de ses yeux l'île de Lobau, d'y choisir le meilleur emplacement pour
l'armée, d'y faire en un mot toutes les dispositions de retraite.
Certain de la possession d'Essling, que les débris de la division Boudet
et les fusiliers occupaient, il fit demander à Masséna s'il pouvait
compter sur la possession d'Aspern, car, tant que ces deux points
d'appui nous restaient, la retraite de l'armée était assurée. L'officier
d'état-major César de Laville, envoyé à Masséna, le trouva assis sur des
décombres, harassé de fatigue, les yeux enflammés, mais toujours plein
de la même énergie. Il lui transmit son message, et Masséna, se levant,
lui répondit avec un accent extraordinaire: «Allez dire à l'Empereur
que je tiendrai deux heures, six, vingt-quatre s'il le faut, tant que
cela sera nécessaire au salut de l'armée.»

«Napoléon, tranquillisé pour ces deux points, se dirigea sur-le-champ
vers l'île de Lobau, en faisant dire à Masséna, à Bessières, à Berthier,
de le venir joindre dès qu'ils pourraient quitter le poste confié à leur
garde, afin de concerter la retraite qui devait s'opérer dans la nuit.
Il courut au petit bras, lequel coulait entre la rive gauche et l'île de
Lobau. Ce petit bras était devenu lui-même une grande rivière, et des
moulins lancés par l'ennemi avaient plusieurs fois mis en péril le pont
qui servait à le traverser. L'aspect de ses bords avait de quoi navrer
le coeur. De longues files de blessés, les uns se traînant comme ils
pouvaient, les autres placés sur les bras des soldats, ou déposés à
terre en attendant qu'on les transportât dans l'île de Lobau, des
cavaliers démontés jetant leurs cuirasses pour marcher plus aisément,
une foule de chevaux blessés se portant instinctivement vers le fleuve
pour se désaltérer dans ses eaux et s'embarrassant dans les cordages du
pont jusqu'à devenir un danger, des centaines de voitures d'artillerie
à moitié brisées, une indicible confusion et de douloureux
gémissements, telle était la scène qui s'offrait et qui saisit Napoléon.
Il descendit de cheval, prit de l'eau dans ses mains pour se rafraîchir
le visage, et puis, apercevant une litière faite de branches d'arbres,
sur laquelle gisait Lannes qu'on venait d'amputer, il courut à lui, le
serra dans ses bras, lui exprima l'espérance de le conserver, et le
trouva, quoique toujours héroïque, vivement affecté de se voir arrêté
sitôt dans cette carrière de gloire. «Vous allez perdre, lui dit Lannes,
celui qui fut votre meilleur ami et votre fidèle compagnon d'armes.
Vivez, et sauvez l'armée!»

«La malveillance, qui commençait à se déchaîner contre Napoléon, et
qu'il n'avait, hélas! que trop provoquée, répandit alors le bruit de
prétendus reproches que Lannes lui aurait adressés en mourant. Il n'en
fut rien cependant. Lannes reçut avec une sorte de satisfaction
convulsive les étreintes de son maître, et exprima sa douleur sans y
mêler aucune parole amère. Il n'en était pas besoin: un seul de ses
regards rappelant ce qu'il avait dit tant de fois sur le danger de
guerres incessantes, le spectacle de ses deux jambes brisées, la mort
d'un autre héros d'Italie, Saint-Hilaire, frappé dans la journée,
l'horrible hécatombe de quarante à cinquante mille hommes couchés à
terre, n'étaient-ce pas là autant de reproches assez cruels, assez
faciles à comprendre?

«Napoléon, après avoir serré Lannes dans ses bras, et se disant
certainement à lui-même ce que le héros mourant ne lui avait pas dit,
car le génie qui a commis des fautes est son juge le plus sévère,
Napoléon remonta à cheval et voulut profiter de ce qui lui restait de
jour pour visiter l'île de Lobau et arrêter ses dispositions de
retraite. Après avoir parcouru l'île dans tous les sens, avoir examiné
de ses propres yeux les divers bras du Danube, qui, changés en
véritables bras de mer, roulaient les débris des rives supérieures, il
acquit la conviction que l'armée trouverait dans l'île de Lobau un camp
retranché où elle serait inexpugnable et où elle pourrait s'abriter deux
ou trois jours, en attendant que le pont sur le grand bras du Danube fût
rétabli.» L'esprit de l'armée était surpris, troublé, abattu.

Alexandre eut le même accident après la même imprudence au passage de
l'Indus, mais ses historiens n'inscrivirent pas son désastre au nombre
de ses victoires. Essling compte parmi les victoires de Napoléon. M.
Thiers lui confirme ce nom: c'est une flatterie. L'armée française ne
fut jamais plus héroïque, mais son chef y fut vaincu par sa propre
imprévoyance.


XV

Le conseil de guerre tenu pendant la nuit au milieu de l'île de Lobau,
refuge incertain, à la lueur des éclairs des batteries autrichiennes et
sous la pluie des boulets ennemis, est une page épique sous la plume de
l'historien.

«Le maréchal Masséna s'y était transporté dès qu'il avait cru pouvoir
confier la garde d'Aspern à ses lieutenants. Le maréchal Bessières, le
major général Berthier, quelques chefs de corps, le maréchal Davout,
venu en bateau de la rive droite, étaient réunis à ce rendez-vous
assigné au bord du Danube, au milieu des débris de cette sinistre
journée. Là on tint un conseil de guerre. Napoléon n'avait pas pour
habitude d'assembler de ces sortes de conseils, dans lesquels un esprit
incertain cherche, sans les trouver, des résolutions qu'il ne sait pas
prendre lui-même. Cette fois il avait besoin, non pas de demander un
avis à ses lieutenants, mais de leur en donner un, de les remplir de sa
pensée, de relever l'âme de ceux qui étaient ébranlés, et il est certain
que, quoique leur courage de soldat fût inébranlable, leur esprit
n'embrassait pas assez les difficultés et les ressources de la situation
pour n'être pas à quelques degrés surpris, troublé, abattu. Le caractère
qui fait supporter les revers est plus rare que l'héroïsme qui fait
braver la mort.

«Napoléon, calme, confiant, car il voyait dans ce qui était arrivé un
pur accident qui n'avait rien d'irréparable, provoqua les officiers
présents à dire leur avis. En écoutant les discours tenus devant lui, il
put se convaincre que ces deux journées avaient produit une forte
impression, et que quelques-uns de ses lieutenants étaient partisans de
la résolution de repasser tout de suite, non-seulement le petit bras,
afin de se retirer dans l'île de Lobau, mais aussi le grand bras, afin
de se réunir le plus tôt possible au reste de l'armée, au risque de
perdre tous les canons, tous les chevaux de l'artillerie et de la
cavalerie, douze ou quinze mille blessés, enfin l'honneur des armes.

«À peine une telle pensée s'était-elle laissé entrevoir que Napoléon,
prenant la parole avec l'autorité qui lui appartenait et avec la
confiance, non pas feinte, mais sincère, que lui inspirait l'étendue de
ses ressources, exposa ainsi la situation. «La journée avait été rude,
disait-il, mais elle ne pouvait pas être considérée comme une défaite,
puisqu'on avait conservé le champ de bataille, et c'était une merveille
de se retirer sains et saufs après une pareille lutte, soutenue avec un
immense fleuve à dos, et avec ses ponts détruits. Quant aux blessés et
aux morts, la perte était grande, plus grande qu'aucune de celles que
nous avions essuyées dans nos longues guerres, mais celle de l'ennemi
avait dû être d'un tiers plus forte.»


XVI

Quelques semaines après, la bataille de Wagram, répétition identique,
mais plus heureuse, de la bataille d'Essling sur le même champ de
bataille, répara ce revers par un triomphe chèrement conquis.

Napoléon se hâte alors, comme à son ordinaire, de saisir dans un traité
les fruits de la campagne au moment où il était impuissant à la
poursuivre plus avant. L'Autriche, qui cède toujours pour revenir
toujours sur ce qu'elle a cédé, ne marchande ni les concessions ni
l'honneur. Napoléon songeait déjà à lui demander la plus personnelle de
ses concessions: une épouse impériale du sang des Césars d'Allemagne
pour s'apparenter au passé, ce prestige des monarchies. Il préméditait
la répudiation de Joséphine; elle ne pouvait lui donner rien de ce qui
lui manquait désormais pour l'empire d'Occident: ni une filiation royale
pour ses descendants, ni une perpétuité de son nom sur le trône. Le
trente-septième livre, où M. Thiers raconte ce divorce, jette l'intérêt
d'un drame de famille au milieu du drame militaire qui embrase l'Europe.
Le coeur humain ne perd jamais ses droits dans l'histoire: quand
l'intérêt descend de la tête dans le coeur, l'historien mêle
heureusement quelques larmes de femmes à tout ce sang qui n'excite
qu'une pitié abstraite dans l'âme des lecteurs. M. Thiers a montré dans
ces pages qu'il pouvait attendrir au besoin; son style, très-souvent
technique, s'élève jusqu'au diapason de la fibre du coeur humain, qui se
déchire sous la pourpre avec les mêmes gémissements que sous la bure.
Les scènes de Fontainebleau, entre Napoléon, Joséphine et ses enfants,
ont des accents domestiques qui se mêlent, avec un pathétique contraste,
à la solennité des négociations et des victoires. L'écrivain monte et
descend avec le sujet, jamais au-dessus, il est vrai, mais toujours au
niveau de l'événement public ou familier qu'il retrace.


XVII

La déplorable guerre d'Espagne occupe avec un bien pâle intérêt tout le
douzième volume de cette histoire; on assiste avec tristesse et sans
aucune espérance à cette obstination meurtrière d'une mauvaise et fausse
pensée, qui, pour donner satisfaction à l'orgueil d'un homme, sacrifie
un million d'hommes dans des guerres et dans des assassinats d'un
peuple par un autre peuple. Napoléon y perd une à une les renommées de
ses lieutenants, ses finances et ses armées. M. Thiers, ici aussi sévère
que le destin, prend en pitié l'homme politique et commence à douter du
génie au spectacle de tant de démence.

Mais ce génie en démence se révèle tout à coup à de bien plus vastes
proportions par l'expédition de Russie en 1811. M. Thiers, qui cherche
ici la raison dans la folie, croit trouver les motifs de cette invasion
inverse du Nord par le Midi dans l'inobservation du système de blocus
continental par la Russie. Nous croyons qu'il se trompe; l'objet aurait
été trop disproportionné à l'action. Ce n'était pas un intérêt
économique, c'était un orgueil qui pouvait seul jeter ainsi la moitié
d'un continent contre l'autre: le rêve de l'empire d'Occident partagé
entre Alexandre et Napoléon était devenu le rêve de l'empire napoléonien
unique. À l'exception de la guerre d'Espagne, lèpre systématique qui
rongeait la force militaire de la France, le moment était assez bien
choisi par Napoléon pour accomplir ce rêve. La Prusse était asservie;
l'Autriche avait donné à Napoléon dans sa fille, la jeune impératrice
Marie-Louise, un gage de déférence et d'alliance qui paraissait
irrévocable; l'Italie était un auxiliaire, frémissant, mais obéissant,
de son trésor et de son recrutement; l'Allemagne était une confédération
armée à ses ordres; il pouvait entraîner toutes ces puissances dans une
coalition apparente contre la Russie. Cette coalition de l'Allemagne
contre la Russie était un suicide, puisque l'Allemagne allait ainsi
anéantir le seul appui indépendant qu'elle pouvait espérer de retrouver
un jour contre l'omnipotence de son oppresseur Napoléon; mais il était
si fort des souvenirs d'Austerlitz, d'Iéna, de Wagram, qu'il pouvait
tout commander à l'Allemagne, même le suicide.


XVIII

Le récit des préparatifs et de la campagne de Russie rend ici à
l'historien de l'Empire toutes les qualités spécialement techniques et
militaires de son style; il rassemble une à une, de toutes les parties
de l'empire, de la Hollande, de l'Italie, de l'Allemagne, de la
Pologne, l'innombrable multitude d'hommes, de chevaux, de canons, de
bagages, dont se compose la plus vaste armée d'invasion qui ait jamais
foulé du même pas le sol de l'Europe, et il la conduit étape par étape
jusqu'au bord du Niémen. Le passage de ce fleuve sous les yeux de
Napoléon, et la revue en action de cette armée sur le fleuve et sur les
deux rives du fleuve, est un chant d'Homère. Le sujet emporte
l'écrivain, si ennemi de la vaine imagination, jusqu'à la poésie.
Écoutez!

«Le 23 juin, après avoir couché, au milieu de la forêt de Wilkowisk,
dans une petite ferme, et entouré de deux cent mille soldats, Napoléon
déboucha de la forêt avec cette armée superbe, et vint se ranger
au-dessus de Kowno, en face du fleuve qu'il s'agissait de franchir. La
rive que nous occupions dominait partout la rive opposée, le temps était
parfaitement beau, et on voyait le Niémen, coulant de notre droite à
notre gauche, s'enfoncer paisiblement au couchant. Rien n'annonçait la
présence de l'ennemi, si ce n'est quelques troupes de Cosaques qui
couraient comme des oiseaux sauvages le long des rives du fleuve, et
quelques granges incendiées dont la fumée s'élevait dans les airs. Le
général Haxo, après une soigneuse reconnaissance, avait découvert à une
lieue et demie au-dessus de Kowno, vers un endroit appelé Poniémon, un
point où le Niémen, formant un contour très-prononcé, offrait de grandes
facilités pour le passage. Grâce à ce mouvement demi-circulaire du
fleuve autour de la rive opposée, cette rive se présentait à nous comme
une plaine entourée de tous côtés par nos troupes, dominée par notre
artillerie, et offrant un point de débarquement des plus commodes, sous
la protection de cinq à six cents bouches à feu. Napoléon, ayant
emprunté le manteau d'un lancier polonais, alla, sous les coups de
pistolet de quelques tirailleurs de cavalerie, reconnaître les lieux en
compagnie du général Haxo, et, les ayant trouvés aussi favorables que le
disait ce général, ordonna l'établissement des ponts pour la nuit même.
Le général Éblé, qui avait fait arriver ses équipages de bateaux, eut
ordre de jeter trois ponts, avec le concours de la division Morand, la
première du maréchal Davout.

«À onze heures du soir, en effet, le 23 juin 1812, les voltigeurs de la
division Morand se jetèrent dans quelques barques, traversèrent le
Niémen, large en cet endroit de soixante à quatre-vingts toises, prirent
possession sans coup férir de la rive droite, et aidèrent les
pontonniers à fixer les amarres auxquelles devaient être attachés les
bateaux. À la fin de la nuit, trois ponts, situés à cent toises l'un de
l'autre, se trouvèrent solidement établis, et la cavalerie légère put
passer sur l'autre bord.

«Le 24 juin au matin, ce qui, dans ce pays et en cette saison, pouvait
signifier trois heures, le soleil se leva radieux et vint éclairer de
ses feux une scène magnifique. On avait lu aux troupes, qui étaient
pleines d'ardeur, une proclamation courte et énergique, conçue dans les
termes suivants:

«Soldats, la seconde guerre de Pologne est commencée....»

«Ainsi le sort en était jeté! Napoléon marchait vers l'intérieur de la
Russie à la tête de quatre cent mille soldats, suivis de deux cent mille
autres. Admirez ici l'entraînement des caractères! Ce même homme, deux
années auparavant revenu d'Autriche, ayant réfléchi un instant à la
leçon d'Essling, avait songé à rendre la paix au monde et à son empire,
à donner à son trône la stabilité de l'hérédité, à son caractère
l'apparence des goûts de famille, et dans cette pensée avait contracté
un mariage avec l'Autriche, la cour la plus vieille, la plus constante
dans ses desseins. Il voulait apaiser les haines, évacuer l'Allemagne,
et porter en Espagne toutes ses forces, pour y contraindre l'Angleterre
à la paix, et avec l'Angleterre le monde, qui n'attendait que le signal
de celle-ci pour se soumettre. Telles étaient ses pensées en 1810, et,
cherchant de bonne foi à les réaliser, il imaginait le blocus
continental qui devait contraindre l'Angleterre à la paix par la
souffrance commerciale, s'efforçait de soumettre la Hollande à ce
système, et, celle-ci résistant, il l'enlevait à son propre frère, la
réunissait à son empire, et donnait à l'Europe, qu'il aurait voulu
calmer, l'émotion d'un grand royaume réuni à la France par simple
décret. Puis, trouvant le système du blocus incomplet, il prenait pour
le compléter les villes hanséatiques, Brême, Hambourg, Lubeck, et, comme
si le lion n'avait pu se reposer qu'en dévorant de nouvelles proies, il
y ajoutait le Valais, Florence, Rome, et trouvait étonnant que quelque
part on pût s'offusquer de telles entreprises.

«Pendant ce temps, il avait lancé sur Lisbonne son principal lieutenant,
Masséna, pour aller porter à l'armée anglaise le coup mortel; et,
jugeant au frémissement du continent qu'il fallait garder des forces
imposantes au Nord, il formait une vaste réunion de troupes sur l'Elbe,
ne consacrait plus dès lors à l'Espagne que des forces insuffisantes,
laissait Masséna sans secours perdre une partie de sa gloire, permettait
que d'un lieu inconnu, Torrès-Védras, surgît une espérance pour l'Europe
exaspérée, qu'il s'élevât un capitaine fatal pour lui et pour nous;
puis, n'admettant pas que la Russie, enhardie par les distances, pût
opposer quelques objections à ses vues, il reportait brusquement ses
pensées, ses forces, son génie, au Nord, pour y fixer la guerre par un
de ces grands coups auxquels il avait habitué le monde et beaucoup trop
habitué son âme; abandonnant ainsi le certain, qu'il aurait pu atteindre
sur le Tage, pour l'incertain, qu'il allait chercher entre le Dniéper et
la Dwina!

«Voilà ce qui était advenu des desseins de ce César rêvant un instant
d'être Auguste! Et en ce moment il s'avançait au Nord, laissant
derrière lui la France épuisée et dégoûtée d'une gloire sanglante, les
âmes pieuses blessées de sa tyrannie religieuse, les âmes indépendantes,
de sa tyrannie politique; l'Europe enfin, révoltée du joug étranger
qu'il faisait peser sur elle, et menait avec lui une armée où fermentait
sourdement la plupart de ces sentiments, où s'entendaient toutes les
langues, et qui n'avait pour lien que son génie et sa prospérité
jusque-là invariable! Qu'arriverait-il, à ces distances, de ce
prodigieux artifice d'une armée de six cent mille soldats de toutes les
nations, suivant une étoile, si cette étoile qu'ils suivaient venait
tout à coup à pâlir? L'univers, pour notre malheur, l'a su de manière à
ne jamais l'oublier; mais il faut, pour son instruction, lui apprendre,
par le détail même des événements, ce qu'il n'a su que par le bruit
d'une chute épouvantable.

«Nous allons nous engager dans ce douloureux et héroïque récit. La
gloire, nous la trouverons à chaque pas; le bonheur, hélas! il faut y
renoncer au delà du Niémen!»


XIX

La gloire pour les soldats et les généraux, oui! Mais la gloire pour le
chef qui conçoit et qui exécute la perte de sept cent mille hommes pour
une cause absurde, et par une poursuite insensée d'un but qu'il ne peut
ni atteindre ni conserver, est-ce là le mot dont un écrivain philosophe
doit décorer la folie meurtrière d'un conquérant?

Mais, si la politique de l'historien est faible, le récit est magique.
La marche de ces sept cent mille hommes à travers la Russie à la
poursuite d'une bataille qui fuit toujours devant eux; les tronçons
d'armée laissés à chaque station et à chaque combat partiel sur cette
longue route; la victoire ruineuse de la Moskowa; l'entrée à Moscou;
l'incendie de cette capitale qui ne laisse qu'un monceau de cendres à la
conquête; l'hésitation de la marche au delà ou du retour qui rend les
deux partis également funestes; le retour à travers les frimas; le
passage de la Bérézina; les convulsions héroïques et suprêmes de l'armée
anéantie; la dispersion de cette multitude dans les glaces de la
Pologne; le bilan sinistre de l'historien à Koenigsberg, qui réduit à
une poignée d'hommes expirant dans les hôpitaux les débris de ces corps
qui couvraient quelques mois avant les routes et les steppes de la
Pologne; cette nécrologie de la gloire est cette fois pour l'histoire la
plus éloquente des rétributions. Le chiffre implacable est sa vengeance;
ce chiffre lui donne le courage d'énumérer les fautes de Napoléon dans
cette campagne qui ne fut qu'un enchaînement de fautes; et cependant
l'historien hésite encore, à la dernière ligne, à prononcer le jugement
définitif sur cet attentat contre l'humanité.

«Il faut laisser, dit-il, à celui qui se trompe si désastreusement, sa
grandeur, qui ajoute encore à la grandeur de la leçon, et qui, pour les
victimes, laisse au moins le dédommagement de la gloire.»

Non! il faut laisser la grandeur aux grandes actions même malheureuses,
accomplies ou tentées pour un grand but; mais la grandeur aux mémorables
et cruelles folies des hommes, il faut montrer qu'elle n'est que
petitesse devant Dieu et devant la postérité. Nous cherchons en vain le
dédommagement des victimes de cette démence dans la fausse gloire de
celui qui a semé leurs six cent mille cadavres du Rhin à la Moskowa!
L'histoire, pour être vraiment nationale, ne doit pas toujours excuser,
elle doit savoir maudire. La malédiction est la seule justice qui reste
aux victimes contre les auteurs de ces désastres de l'humanité; amollir
cette justice, c'est désarmer la conscience des peuples et encourager
les conquérants futurs à tout oser devant des historiens qui pardonnent
tout.


XX

Mais soyons juste nous-même envers l'historien; ce mot n'est qu'une
faiblesse de sa partialité pour la guerre. À dater de ce retour
lamentable de Napoléon à Paris, où il entre seul avec le fantôme de son
armée ensevelie, M. Thiers devient sinon sévère, du moins exigeant
envers son héros.

Les désastres et l'évacuation de l'Espagne; la campagne de Saxe,
dernière étreinte des bras qui veulent retenir en vain le monde tout
entier quand chacune de ses conquêtes lui échappe; les faux retours de
gloire à Dresde, à Lutzen, à Bautzen; les négociations de mauvaise foi
avec l'Autriche, négociations aussi exigeantes après les revers qu'après
les victoires; le tombeau de la dernière armée française à Leipsick; la
retraite sur le Rhin; le second retour de Napoléon sans armée à Paris,
pour demander le dernier soldat à la terre qui lui a donné en trois ans
trois armées de six cent mille soldats à jouer et à perdre, sont les
dernières scènes de ce magnifique drame entre un homme et l'univers.

Arrêtons-nous ici, et voyons si l'écrivain aura la constance de conduire
son héros jusqu'à Waterloo, où il tombe enfin dans le sang de ses
derniers compagnons d'armes pour ne plus se relever que dans
l'imagination sans mémoire des peuples. Nous le suivrons jusqu'où il
voudra aller, car l'historien, pendant ces quinze volumes, est aussi
entraînant que le héros.


XXI

Telle est cette histoire; malgré le petit nombre de défaillances de
pensée ou de style, nous n'en connaissons aucune qui ait fourni d'une si
forte haleine une si longue course à travers un si long temps. C'est le
panorama militaire du globe; seulement l'éternelle fumée du canon y
voile trop tous les autres horizons de la civilisation moderne; c'est
l'histoire des armées plutôt que celle des peuples. On nous dira: C'est
que les peuples n'étaient que des armées pendant le règne de Napoléon
par le fer. Administrer et se combattre, c'est tout le sens de cet
immense récit. Aussi ce livre sera-t-il à jamais le manuel des
administrateurs et des militaires; les philosophes, les politiques, les
hommes de pensée, les hommes de liberté, les hommes de religion, les
hommes d'humanité, les hommes de bien écriront à leur tour cette
histoire en se plaçant à un autre point de vue que le champ de
bataille, au point de vue du bien ou du mal fait au genre humain par ce
héros de l'armée et par ce héros du despotisme.

Mais, tel que le préjugé populaire et tel que le fanatisme militaire
veulent le considérer historiquement aujourd'hui, ce grand homme du
fait, et non de l'idée, ne pouvait rencontrer un historien plus accompli
que M. Thiers; la naissance, le caractère, l'opinion, le talent de M.
Thiers ont été, selon nous, une des bonnes fortunes de Napoléon. On
dirait que la Providence a mis la main dans ce hasard: le héros a été
fait pour l'historien, et l'historien a été fait pour le héros; de la
plume à l'épée ils se ressemblent. Sans Napoléon M. Thiers n'aurait pas
pu écrire ce livre aussi supérieur à son _Histoire de la Révolution_ que
l'homme fait dans M. Thiers est supérieur au jeune homme qui essaye la
plume avant de comprendre son sujet. Sans M. Thiers Napoléon existerait
dans toute sa fantasmagorie gigantesque de légende populaire, mais il
n'existerait pas historiquement dans toute la grandeur réelle de ses
proportions colossales comme administrateur, comme général et comme
despote. M. Thiers a reconstruit Napoléon, non avec des fables, mais
avec des réalités; voilà son oeuvre: on ne la surpassera pas.


XXII

Le génie à la fois séductible, précis et technique de M. Thiers était
éminemment propre, on pourrait dire prédestiné, à ce grand ouvrage de sa
vie d'écrivain. Quel autre que lui pouvait avoir cette patience facile,
quoique obstinée au travail, de rechercher dans cet océan de documents
financiers, administratifs, diplomatiques, surtout militaires, qu'il
fallait réunir et compulser pour présenter des états de situation de cet
immense empire, depuis le dernier centime perçu sur le dernier
contribuable de Hollande, de Prusse, d'Espagne, d'Italie, de France,
jusqu'au dernier soldat recruté directement ou auxiliairement par tout
le continent, des bords du Tage aux bords de l'Elbe ou aux embouchures
de l'Escaut? Quel autre que lui pouvait entrer pertinemment dans
l'exposition et dans l'analyse intelligente de ces négociations,
jusque-là ténébreuses, du Concordat avec la cour de Rome; du droit
ecclésiastique avec le concile de Paris, du droit allemand avec les
princes médiatisés de la Confédération du Rhin, des traités de Tilsitt,
de Presbourg, des conférences de Dresde, des perfidies diplomatiques de
Bayonne, des _ultimatum_ aussitôt retirés qu'avancés du congrès de
Dresde? Quel autre que lui pouvait passer en revue, sur toutes les
routes de l'empire, ces innombrables bandes de conscrits qui allaient,
du dépôt du bataillon de marche au bataillon de guerre, former, d'étape
en étape, ces prodigieux rassemblements d'hommes qu'on appelait l'armée
de Boulogne, l'armée d'Austerlitz, l'armée de Wagram, l'armée d'Iéna,
l'armée d'Espagne, l'armée de Moscou? Quel autre que lui pouvait établir
les plans de campagne, étudier sur les cartes et sur les lieux la
topographie des champs de bataille, faire mouvoir les masses au doigt
même du général en chef, porter l'oeil et le jour sur les innombrables
accidents de la lutte, débrouiller la mêlée, donner la raison secrète de
la victoire ou de la déroute? Puis, quand la fumée est abattue, compter,
chiffres en mains, les fuyards, les blessés, les morts, et ramener ces
tronçons mutilés de ces grands corps pour en recomposer, par le
recrutement, des armées nouvelles? Il fallait pour ce travail surhumain
le génie administratif, le coup d'oeil du géographe; l'amour du chiffre,
cet élément constructif de toute chose numérique; la passion de la
vérité matérielle; l'intelligence des détails, sans lesquels il n'existe
pas d'ensemble; l'habitude des négociations, qui fait comprendre la
pensée voilée sous les dépêches; l'instinct militaire, qui fait
manoeuvrer à tort ou à droit les masses; le goût de l'héroïsme, qui
anime l'historien du feu de la gloire; l'ordre dans l'esprit, qui fait
qu'on ne s'égare jamais et qu'on n'égare pas un soldat dans cette
déperdition de millions d'hommes; enfin le mouvement de l'esprit, qui se
plonge lui-même avec vertige dans le tourbillon des événements, des
campagnes, des batailles, des victoires ou des défaites qu'on retrace en
courant à la postérité. Toutes ces qualités, si rares dans un même
esprit, M. Thiers les réunissait à un degré prodigieux dans un même
homme; voilà pourquoi il a fait seul et seul il pouvait faire l'histoire
de Napoléon et de ses armées. À ce drame universel il fallait un
écrivain universel. _Tu es ille vir!_


XXIII

Nous entendons d'ici l'objection: L'homme universel nous le voyons bien,
nous dit-on; mais l'écrivain où est-il? Or qu'est-ce qu'une histoire où
l'écrivain manque? Le style n'est-il pas la forme des choses écrites?
Ces choses sont-elles réellement écrites quand elles ne sont ni peintes,
ni senties, ni réfléchies, et quand le narrateur fidèle n'est pas en
même temps le suprême artiste? L'intelligence suffit-elle à tout, comme
le prétend M. Thiers dans sa théorie contre le style, et le génie
d'écrire est-il donc inutile au génie de raconter?

Ici nous pourrions, si nous le voulions bien, tirer une vigoureuse
représaille de cette théorie de l'intelligence sans l'art et sans le
génie, théorie exposée par M. Thiers dans son septième volume, théorie
dans laquelle on a voulu voir une allusion dépressive contre les essais
d'histoire que nous avons ébauchés nous-même dans le livre des
_Girondins_; mais loin de nous une si mesquine satisfaction de
petitesse littéraire! En présence de si grandes choses, où s'effacent
les individualités, être juste, voilà la seule vengeance des grandes
âmes. Eh bien! est-il juste de nier le style dans l'_Histoire du
Consulat et de l'Empire_? Non; ce qui est juste, c'est de reconnaître
que M. Thiers, tant doué par la nature sous le rapport de
l'intelligence, de la justesse, de la délicatesse du coup d'oeil, de
l'aptitude à tout, de l'esprit, n'a pas été doué au même degré de la
faculté d'exprimer, en écrivant, sa pensée; ce qui est juste, c'est
d'avouer que M. Thiers n'a ni le style athénien de Thucydide, ni le
style romain de Tacite, ni le style biblique de Bossuet, ni le style
italien de Machiavel, ni le style français de Montesquieu, et que, quand
on vient de lire une page de bronze historique de ces suprêmes artistes
de la plume, on croit descendre un peu trop l'échelle de l'art d'écrire
en lisant les pages de l'_Histoire du Consulat et de l'Empire_.

Nous l'avouons, et cependant nous l'avouons par une condescendance de
notre esprit plutôt que nous ne le sentons en lisant ce livre. Pourquoi
donc ne sentons-nous jamais, ou presque jamais, à cette lecture, la
prétendue insuffisance de l'écrivain sous l'insuffisance quelquefois
réelle du style? Pourquoi? C'est que, sous ce dénûment apparent de
style, il y a mieux que le style lui-même, il y a la chose, il y a le
fait, il y a l'objet; il y a plus encore, il y a l'impression. N'est-ce
pas dire qu'il y a un style? Car, le style, qu'est-ce autre chose que le
moyen de communiquer l'objet à l'oeil de l'esprit? M. Thiers a donc en
réalité un style: son style, c'est le nu.

Nudité d'expression, nudité d'ornement, nudité de son, nudité de forme,
nudité de prétention, nudité de couleurs, hélas! et trop souvent nudité
de grandiose dans la pensée. C'est là le style de M. Thiers; ce n'est
pas là le style qui fait penser, mais c'est le style qui fait voir.

Pensez après par vous-même si vous pouvez; M. Thiers ne pense pas pour
vous: il expose, il décrit, il raconte; or, exposer lucidement, décrire
fidèlement, raconter intarissablement, n'est-ce pas au fond tout
l'historien?

Et pendant que cet historien sans style, selon vous, expose, décrit,
raconte avec ce prestige de curiosité toujours excitée et toujours
satisfaite, qui est la magie de ce talent, qui est plus que le talent,
car il le fait oublier par le lecteur, sentez-vous qu'il manque quelque
chose à l'historien? Non. Eh bien! puisque vous ne sentez pas qu'il lui
manque quelque chose, c'est qu'il ne lui manque rien, en effet, pour
reproduire en vous l'histoire; c'est qu'à force de vérité il a trouvé le
moyen de se passer du style. N'est-ce pas le chef-d'oeuvre de l'ouvrier
de faire oublier l'outil? Se passer de style, n'est-ce pas mille fois
plus artiste que d'avoir un style?


XXIV

Ce n'est donc pas dans cette prétendue absence de style chez M. Thiers
que nous ferions porter la véritable critique qui pèsera sur cette belle
histoire; c'est sur l'absence de philosophie politique qui marque et qui
attriste ce long récit. Il n'est pas permis à un magnifique récit en
seize volumes de remuer le monde de fond en comble, pendant vingt ans de
convulsions et de catastrophes, sans en faire jaillir autre chose que de
la fumée de canon, des cliquetis de baïonnettes, des éclairs livides de
gloire soldatesque. Non, cela n'est pas permis, cela n'est pas humain,
cela n'est pas même vrai. Le monde a un sens, car il est l'oeuvre de
Dieu, le suprême Penseur des choses mortelles et immortelles; celui qui
ne découvre pas ce sens divin dans le spectacle des choses humaines
n'est pas seulement un aveugle, il est un impie: _Coeli enarrant gloriam
Dei! les cieux racontent la gloire de Dieu_; mais la terre aussi et ses
grands événements racontent la gloire de Dieu dans les choses humaines.
Où est-elle cette gloire de Dieu? où est-il ce témoignage de sa
providence? où est-elle cette moralité des événements? où est-elle cette
leçon aux peuples, aux rois, aux soldats, aux conquérants, au génie qui
gouverne les nations, dans l'histoire de Napoléon pas M. Thiers? Nulle
part; un païen d'Athènes ou un fataliste de Stamboul aurait écrit ainsi
l'histoire de l'empereur et de l'empire français.


XXV

Toute la philosophie morale et politique de M. Thiers, résumée à la fin
de ses livres les plus sanglants et les plus cadavéreux, sur des plaines
changées en sépulcres pour la gloire d'un homme; toute cette philosophie
et toute cette morale se bornent à un léger avertissement, timidement
adressé à son héros, de se modérer un peu dans l'excès de son ambition
et de craindre les retours de fortune, ces vengeances voilées de la
destinée. Toutes ses plus grandes accusations sont des accusations de
témérité, jamais ou presque jamais des accusations de sévices contre
l'humanité ou contre la Divinité. Le héros n'écoute pas; son historien
rétrospectif chante son nouveau triomphe dans un bulletin et marche en
avant, tantôt au meurtre du duc d'Enghien, surpris dans l'inviolable
asile de la terre étrangère; tantôt à l'enlèvement du pape, chez qui les
gendarmes entrent nuitamment par les fenêtres; tantôt à la trahison de
Bayonne, où l'Espagne, prise au piége dans la personne de ses rois, se
venge par l'extermination de quatre cent mille Français; tantôt à
l'incendie de Moscou; tantôt au cirque de Leipsick; tantôt au dernier
soupir de l'armée à Mayence, tantôt, enfin, à la double invasion de la
France par le reflux des peuples, et à l'expiation de Sainte-Hélène.
Mais de chaque scène de ce grand drame il ne sort de la bouche de
l'historien qu'un léger blâme pour ce héros emporté trop loin par son
génie, et toujours ce mot de génie appliqué aux plus ruineuses folies du
monde, et toujours ce mot de gloire jeté comme une amnistie de la
justice sur les plus lugubres catastrophes de l'humanité!

Voilà notre seul grief contre cette histoire: elle raconte
admirablement, elle juge insuffisamment; elle n'est pas rétributrice,
elle est adulatrice.


XXVI

Quand on l'a bien lue, comme je l'ai fait cinq ou six fois avec un
intérêt toujours palpitant, on se demande quel autre fruit que cet
intérêt lui-même on a recueilli de cette lecture. Un nouveau sens
politique ou moral est-il né en vous? Sentez-vous cette édification
consciencieuse, cet équilibre intérieur, cette justice satisfaite du
bien et du mal qu'une aussi longue histoire doit laisser dans l'âme
comme la conclusion historique de tant d'événements et de tant de beaux
récits? Aimez-vous plus la justice? Plaignez-vous plus l'humanité?
Goûtez-vous plus la liberté compatible avec l'ordre des sociétés
humaines? Avez-vous plus de pitié pour les vaincus? plus de haine contre
les oppresseurs? plus de mépris pour les manoeuvres de la fausse
diplomatie qui prennent les peuples au filet des ambitieux sans foi?
Détestez-vous plus les trompeurs ou les tueurs d'hommes? Les peuples qui
auront lu cette histoire seront-ils plus disposés à défendre leurs
institutions légitimes contre les usurpations du génie armé ou contre
les séductions de la gloire coupable? En un mot, ce qu'on appelle vertu
publique se sera-t-il accru d'un atome dans votre âme et dans l'âme des
générations à venir?

Hélas! non. Il y aura bien un certain petit blâme de l'excès, un
certain petit refrain de prudence recommandé au génie qui s'emporte, à
la gloire qui s'enivre, mais c'est tout; la conscience de l'historien ne
va pas plus haut ni plus loin que ce mot: modération! Or qu'est-ce que
la modération dans l'injuste? La prudence des mauvais desseins, la
circonspection de l'ambitieux. Est-ce assez pour qu'un aussi grand
historien de l'ambition et de la gloire que M. Thiers mérite le nom de
juge? Encore une fois, non; son histoire est sans vertu, bien qu'elle ne
soit pas sans honnêteté, mais honnêteté bourgeoise et timide qui semble
craindre d'aborder corps à corps une si grande ombre!


XXVII

Cependant il ressort pour nous trois choses d'une véritable valeur de
cette histoire dans l'âme des lecteurs capables de la bien lire. Ces
trois choses sont: un fort sentiment de _gouvernement_, une puissante
science de l'_administration_, une haute glorification de la _guerre_
quand elle est juste; ces trois choses sont trois nécessités, et, nous
ne craignons pas de le dire, trois vertus des civilisations nationales
chez les peuples modernes. M. Thiers possède ces trois vertus de l'homme
d'État et de l'historien à un degré très-rare chez ce qu'on appelle les
hommes de la tribune; il fait plus qu'en avoir la foi, il en a
l'intelligence, il en a l'audace; il les confesse hardiment et fièrement
devant un siècle qui les oublie trop souvent, et il les réhabilite avec
une grande évidence de conviction. Ce sont là les trois mérites de cette
histoire, que nous ne saurions sous ce rapport trop louer.

Ce sentiment du gouvernement est la première des qualités de l'homme
d'État, comme il est le premier devoir de l'historien politique. Nous
avouons que nous avons à cet égard la même foi que M. Thiers, et quand
nous l'avons combattu autrefois, comme orateur ou comme chef de parti,
dans les luttes parlementaires où la mêlée des événements nous avait
jetés face à face à la même époque, c'est qu'il oubliait dans
l'opposition ce respect de l'unité et de la force du gouvernement qu'il
est permis de conquérir, mais qu'il ne faut jamais saper dans son pays.

Qu'est-ce, en effet, qu'un gouvernement dans l'acception métaphysique
de ce grand mot? _Le gouvernement est la force des intérêts généraux de
la société reliés ensemble pour le salut des sociétés contre la révolte
et l'anarchie des intérêts particuliers qui cherchent sans cesse à
prévaloir contre la communauté_; en d'autres termes, le _gouvernement,
c'est tous; les factions, c'est l'individualité_. Nous sommes, comme M.
Thiers, pour tous contre quelques-uns; le sentiment du gouvernement est
à nos yeux une des formes les plus saintes, non-seulement du bon sens,
mais de la vertu publique.

L'administration, c'est la méthode du gouvernement, c'est cette syntaxe
des lois, c'est ce mécanisme admirable des rouages intérieurs à l'aide
desquels la volonté et l'action du pouvoir se transmettent avec
régularité de la tête aux membres, pour imprimer à chaque chose éparse
ou à chaque individu isolé l'unité et la force de l'ensemble.

Enfin la guerre, quand elle est juste et nécessaire, c'est l'héroïsme
collectif des nations, c'est ce dévouement surnaturel jusqu'à la mort,
dévouement qui élève, par le devoir et par l'enthousiasme de la patrie,
un peuple au-dessus du vil intérêt de propre conservation pour lui
faire donner la mort sans crime ou la recevoir sans peur, dans l'intérêt
de cette communauté civile dont il était membre et dont il se fait le
soldat.

Qui n'estimerait pas ces trois vertus sociales, ces trois instincts
organisateurs, administrateurs et défenseurs des peuples, sans lesquels
il n'y a pas de peuples, il n'y a que des hordes ou des individualités?

Nous ne reprochons donc pas à M. Thiers de les avoir et de les
manifester à un degré si éminent dans son _Histoire du Consulat et de
l'Empire_; nous comprenons même que l'excès de ces trois vertus
gouvernementales dans l'historien l'ait rendu plus indulgent que sévère
et juste envers son héros au 18 brumaire, au consulat de dix ans, au
consulat à vie, à l'usurpation de l'empire. Nous savons, comme lui, que,
quand le gouvernement est tombé dans la rue chez un peuple, le premier
droit et souvent le premier devoir d'un grand citoyen est d'en relever
un, fût-ce dans sa personne! Nous savons que ces saintes audaces qui
portent un grand citoyen à s'emparer du gouvernement, pour sauver le
peuple de lui-même, sont des coups d'État de la nécessité absous par le
salut public. Nous-même nous en avons fait un, de ces coups d'État de
salut public, dans une heure d'écroulement universel de toutes les
institutions existantes, et nous n'en avons pas le moindre remords
devant Dieu ni devant les hommes. La société est au premier venu quand ce
premier venu se dévoue à elle et non à lui-même; voilà la loi de la
conscience quand il n'y a plus que la conscience pour loi.


XXVIII

Mais la société nationale était-elle sans gouvernement la veille du 18
brumaire, quand un général heureux et populaire vint renverser
violemment le gouvernement directorial, avec les armes mêmes et avec
l'autorité empruntée que le Directoire lui avait remis dans les mains?
C'est là une de ces questions que l'histoire, trop récente et trop
partiale pour le vainqueur, n'a pas encore étudiée et sur laquelle nous
ne partageons nullement les opinions de l'auteur du _Consulat_.
N'était-ce donc pas sous le gouvernement de la république modérée et
concentrée du Directoire que les échafauds avaient disparu, que les
proscriptions avaient cessé, que la liberté des consciences avait été
rendue au peuple avec le libre exercice des cultes, que les
confiscations avaient été abolies, que les émigrés désarmés rentraient
en masse sous des amnisties tacites dans la patrie? N'était-ce pas sous
le Directoire que la réaction organique et spontanée contre les excès et
les anarchies de la démagogie se constituait progressivement par la
seule action de la raison publique et promettait à la France d'épurer
les principes de 89 des démences et des crimes de 93? N'était-ce pas
sous le Directoire que le territoire de la République avait refoulé les
armées de la première coalition bien au delà du Rhin, des Alpes et de
l'Helvétie; que Moreau, Masséna, Hoche, Macdonald, Napoléon lui-même
avaient fait ces immortelles campagnes d'Allemagne, de Suisse, d'Italie,
d'Égypte, dont les noms de ces généraux rapportaient la gloire, mais
dont le gouvernement directorial avait organisé les plans, les moyens,
les armées, les finances, le mérite?

Il n'y avait donc rien de plus injuste que d'accuser cette ébauche
encore incomplète de gouvernement des forfaits, des tyrannies, des
impuissances et des décadences de la patrie. C'était la Révolution
revenant sur ses pas, relevant ses débris et cherchant à se fixer au
point précis où la liberté régulière peut se constituer en gouvernement,
entre la raison et l'abus, entre la licence et la tyrannie; le
Directoire était la résipiscence de la nation par elle-même. Surprendre
la nation dans cette résipiscence salutaire et progressive pour la
ramener par la violence au despotisme militaire en lui faisant gagner
quelques batailles, mais en lui faisant perdre tout le terrain gagné par
la raison publique, est-ce là un acte qu'un historien libéral doive
amnistier et glorifier en conscience? Nous ne l'avons jamais pensé. Nul
ne sait ce qu'il serait advenu de la France si le Directoire ou si les
autres gouvernements nationaux que la France libre allait se donner sous
d'autres formes n'avaient pas été sabrés par le général revenu du Caire
à Paris; mais, s'il est douteux que ces gouvernements eussent fait
passer en triomphe la France de Rome et de Madrid à Vienne, à Berlin, à
Moscou, par toutes les capitales de l'Europe, il est douteux aussi que
ces gouvernements eussent anéanti sous les pieds des soldats tous les
fruits si chèrement achetés de la révolution de 1789, et qu'ils eussent
ramené deux fois sur leurs pas les invasions étrangères au coeur de
Paris. Rien n'est donc moins prouvé en politique et en histoire que la
nécessité et que le bienfait du coup d'État du général Bonaparte au 18
brumaire. Dans tous les cas ce coup d'État était-il innocent? Nul dans
sa conscience n'osera l'innocenter que par son succès; mais le succès
n'est que l'amnistie de l'audace, il n'en est pas la justification. Un
homme de conscience devait le sentir, un historien devait le dire; M.
Thiers ne le dit pas.

Ce qu'il dit et ce qu'il prouve admirablement, c'est le génie
gouvernemental, administratif et militaire de son héros. Nous convenons
qu'à cet égard il nous a convaincu nous-même. S'il y a un droit divin
dans la supériorité d'esprit et de caractère d'un homme de génie,
Napoléon, dans cette histoire, apparaît, plus que partout ailleurs,
marqué de ce signe du commandement. Les Mémoires si injustement
contestés, mais si vrais et si informés du maréchal Marmont; les
correspondances récemment publiées de Napoléon avec son frère Joseph et
avec le vice-roi d'Italie, Eugène; les séances du conseil d'État; les
conversations diplomatiques de Napoléon, rapportées et élucidées par M.
Thiers, donnent de ce grand homme une mesure qui s'agrandit à chaque
publication. Cet homme, Toscan d'origine comme Machiavel et comme
Mirabeau, avait véritablement sa racine dans le tuf antique et romain.
Il n'avait pas eu besoin d'apprendre, il avait inventé la haute
ambition; c'était un despote inné: il portait en lui le gouvernement.
Jamais, dans un temps d'anarchie et d'illusions philosophiques sur la
constitution des sociétés civiles; jamais le néant des systèmes et
l'infaillibilité de la nature, en matière de pouvoir, ne s'étaient
incarnés plus fortement que dans ce jeune homme. Dieu semblait lui avoir
révélé les lois qui font que tous obéissent et qu'un seul commande; il
n'avait pas seulement l'instinct monarchique, il était la monarchie à
lui tout seul, inhabile à obéir, incapable d'autre chose que de
commander.

Le commandement étant nécessaire aux peuples comme aux armées, nous ne
nions pas que ce génie du commandement, qui fait qu'un homme monte par
sa vertu spécifique au sommet de ses semblables, ne fût un titre de
supériorité réel dans Napoléon. M. Thiers, qui paraît doué lui-même à un
haut degré de cet instinct du gouvernement et de ce dédain souvent si
juste des théories, M. Thiers apprécie et fait apprécier cette capacité
de gouvernement au-dessus de tous les historiens dans son héros; il fait
du génie une légitimité; il l'élève souvent jusqu'au rang de vertu,
quelquefois au-dessus de la vertu même; il semble lui reconnaître le
droit de mépriser les hommes et d'abuser d'eux, parce qu'il les domine.

Encore une fois, nous comprenons cette insolence de la supériorité
d'esprit envers la nature humaine dans un écrivain qui a le droit de
s'estimer très-haut lui-même sous ce rapport; nous comprenons ce culte
du génie et de la force sous la plume de l'historien de la force et du
génie. Il y a même de beaux côtés dans cette mâle indulgence, qui fait
beaucoup pardonner à qui a beaucoup gouverné dans un temps où le
gouvernement semblait anéanti en Europe. C'est une grande et salutaire
leçon de la nécessité et de la sainteté du gouvernement donné au peuple;
c'est la réhabilitation de l'autorité par l'histoire; l'autorité est la
force exécutive de la loi morale; mais il faut la recevoir et non la
prendre cette autorité, et quand on l'a reçue, il faut l'employer au
bien de ses semblables et non à la gloire étroite de son propre nom.

C'est cet égoïsme de gloire qui remplit d'une seule autorité, d'une
seule personnalité, d'un seul génie, d'un seul intérêt les seize volumes
de cette gigantesque histoire de Napoléon. Cet homme est grand comme le
monde, mais enfin ce n'est qu'un homme; il ne doit pas nous cacher le
monde. Cet égoïsme au fond qui semble tout remplir est un grand vide,
car c'est le vide de tout droit et de toute vertu dans les choses
humaines. Ce vide on l'éprouve en fermant ce beau livre; je ne sais
quelle tristesse vous saisit comme après une ivresse de gloire; on est
ébloui, on n'est pas éclairé intérieurement de cette saine lumière qui
satisfait la conscience. Après tant d'événements, après tant de bruit,
après tant de mouvement, après tant de génie, après tant de cadavres et
tant de ce que l'écrivain appelle gloire, on se demande: L'humanité
a-t-elle grandi? Non, elle paraît plus petite; mais un homme paraît plus
vaste! Triste grandeur! Qu'est-ce qu'un homme qui a rapetissé
l'humanité tout en immolant des millions d'hommes à sa seule
personnalité? Selon M. Thiers, c'est un grand homme; selon nous, c'est
une grande figure, puisqu'il n'a rien grandi que lui-même.

Égoïsme, c'est le dernier mot de cette histoire; dévouement, c'est le
dernier mot de la vraie grandeur. Que M. Thiers y pense: il est encore
temps de donner une moralité à son chef-d'oeuvre.--Il n'a pas fini.

                                                            LAMARTINE.

NOTA. Par une erreur de pagination dans la copie du manuscrit, on a
placé les considérations sur la campagne d'Égypte après Marengo au lieu
de les placer après Campo-Formio, anachronisme qui sera corrigé par une
rectification de la pagination dans le prochain Entretien.



XLVIIe ENTRETIEN.

LITTÉRATURE LATINE.

HORACE.

(1re PARTIE)


I

Amusons-nous un peu; voici un homme de plaisir qui fait de son génie un
amusement: c'est Horace.

Les peuples ont leurs saisons comme la terre; le peuple romain, peu
littéraire et peu poétique de sa nature, a eu une saison productive
très-courte, mais dans cette saison très-courte ce peuple semble avoir
concentré en quelques années la vie et les oeuvres des trois plus beaux
génies de la latinité, _Cicéron_, _Horace_ et _Virgile_. Ces trois
hommes se touchaient par le temps. Cicéron, dont nous venons de vous
entretenir, avait vu naître Horace; Horace avait vu naître et avait
entendu chanter Virgile; Virgile, Horace, Cicéron ne forment qu'un seul
groupe qui semble se tenir par la main. Avant ces trois hommes de
lettres incomparables il n'y a presque rien de digne d'attention dans la
littérature latine, excepté _Lucrèce_; après eux il n'y a plus rien;
aussi la décadence commence. Les échelons manquent dans cette
littérature; le siècle littéraire d'Auguste est un sommet entouré de
vide.

Il est bien remarquable que cette saison productive du peuple romain en
littérature se trouve précisément placée au moment de son histoire où la
liberté tombe, où la tyrannie s'élève; on dirait que la décadence
politique coïncide exactement avec l'éclosion du génie littéraire. Ne
serait-ce pas que l'esprit des Romains, exclusivement absorbé jusque-là
par le rude exercice de la liberté, qui est un travail, par le jeu des
factions populaires, par les guerres civiles, n'avait ni le loisir ni le
goût des choses d'esprit, mais qu'au moment où des hommes comme César et
Auguste font taire le sénat, les tribuns, la place publique, sous leur
éclatante servitude, les esprits se détendent des affaires politiques et
se précipitent avec une énergie impatiente de repos dans l'occupation et
dans la gloire des lettres?

Ce moment se rencontre précisément à la fin de César et au commencement
du règne d'Auguste: plus tôt l'énergie de l'esprit romain était
distraite par la lutte entre la république et l'usurpation; plus tard il
n'y avait plus d'énergie; la servitude prolongée avait tout nivelé et
tout énervé, dans les lettres comme dans la politique. Tacite seul
devait être le dernier des Romains. Il fallait quatorze siècles pour que
le génie latin, après avoir changé de lieu, de religion et de langue, se
retrouvât à Rome, à Florence et à Ferrare, sous les Médicis, dans le
_Dante_, dans _Pétrarque_, dans le _Tasse_, dans l'_Arioste_, ces quatre
grands ressusciteurs de l'Italie.


II

J'ai dit tout à l'heure: Amusons-nous un peu avec le plus charmant poëte
de ce triumvirat d'hommes de lettres romains composé de Cicéron,
d'Horace et de Virgile; c'est qu'en effet la société d'Horace est une
des sociétés d'esprit les plus aimables que l'on puisse rencontrer dans
tous les siècles de l'antiquité ou des temps modernes. Il a vécu pour
son plaisir, il a écrit pour son plaisir; lisons-le pour notre plaisir;
c'est l'homme de l'_agrément_. Grâce aux patients travaux que les
anciens, les modernes, et surtout un savant français de nos jours,
Walckenaer, ont consacrés à l'interprétation de ses oeuvres et à la
confrontation de ses vers avec sa vie, Horace est pour nous un homme
d'hier ou d'aujourd'hui. Nous le connaissons vers par vers et jour par
jour comme s'il était des nôtres; nous avons vécu dans sa familiarité,
quant à moi, qui me suis assis vingt fois, son livre à la main, sur les
décombres de sa petite métairie d'_Ustica_, dans sa vallée de la
_Digentia_, toute semblable à la vallée de Saint-Point, quelquefois sous
les oliviers trempés de l'écume de l'_Anio_, sur les voûtes recouvertes
de gazon de son cellier de Tibur, il me semble qu'Horace a été un des
amis de ma jeunesse, non pas précisément un de ces amis sérieux, chéris
ou estimés, dont le souvenir fait monter la religion au coeur et les
larmes aux yeux; non, mais un de ces amis légers, insoucieux du
lendemain, amoureux de toute ombre qui passe, convives de tout festin
sous le lambris ou sous le feuillage, amis qu'on se repent d'aimer parce
qu'on ne les estime pas jusqu'au coeur, mais qui peuvent se passer
d'estime tant il y a d'attrait dans leur nature, de grâce dans leur
faiblesse, et, si l'on osait le dire, tant il y a d'innocence dans leur
corruption.

Cependant dirai-je ici toute ma pensée? Les Français aiment trop Horace
(je le comprends, car Horace est certainement l'esprit le plus français
de toute l'antiquité). Il y a en lui beaucoup du Saint-Évremond douteur,
beaucoup du La Fontaine licencieux, beaucoup du Montaigne cynique,
beaucoup du Voltaire plus léger que la plume, beaucoup de la bulle de
savon qui brille et qui flotte, qui se balance et qui se colore, qui
éclate et qui s'évanouit sans laisser d'autre trace de son existence
qu'une goutte d'eau parfumée qui vous tombe d'en haut sur le front.

Horace est plus Gaulois que Romain; mais cette prédilection des Français
pour Horace, comme pour l'ingénieux corrupteur de la morale et de l'âme
qu'ils appellent le _bon_ La Fontaine, m'a toujours fait une certaine
peine au coeur. C'est une prédilection fondée sur une communauté de
vices, sur le vice des vices, la légèreté qui se joue de tout. Chaque
fois que j'ai rencontré un homme, comme on en rencontre beaucoup, dont
La Fontaine est le catéchisme et dont Horace est le manuel, je me suis
défié et éloigné de cet homme; je me suis dit: Ou cet homme n'a pas
assez de sérieux dans l'esprit pour comprendre que l'agrément n'est pas
le fond de la vie, ou cet homme n'a pas assez d'aversion pour ce qui est
moralement dépravé dans l'art des lettres. C'est vous dire assez que les
amis d'Horace ou de La Fontaine ne sont pas mes amis. Horace et La
Fontaine sont de charmants tableaux de cabinet par le dessin, la
touche, la couleur, mais ce sont des tableaux licencieux en face
desquels on ne doit conduire ni sa femme, ni sa soeur, ni son fils. On
les regarde, on sourit, on rougit, et on passe.

Malgré la sévérité de ce jugement, vous allez voir que je rends une
grande justice à Horace et à votre La Fontaine, bien que je place votre
La Fontaine à une immense distance d'Horace: l'un est un homme, l'autre
n'est qu'un enfant; l'un est poëte comme Pindare, Alcée et Anacréon;
l'autre ne l'est qu'un peu plus qu'Ésope. Ils ne se ressemblent que par
leurs mauvais côtés, le côté immoral et le côté licencieux.

Mais, pour bien comprendre Horace, ce La Fontaine lyrique des Latins, il
faut d'abord vous raconter sa vie dans les plus intimes détails, car les
oeuvres d'Horace et sa vie c'est une même chose. Il s'est écrit
lui-même, ses vers sont lui; voilà pourquoi, tout en le mésestimant
quelquefois, on le relira toujours: qu'y a-t-il dans l'homme de plus
intéressant que l'homme? Les oeuvres d'Horace, odes, épodes, épîtres,
satires, amours, amitié, épanchements du coeur dans la solitude, ce
sont les _Confessions_ de J.-J. Rousseau en vers délicieux comme les
murmures du vent doux de la vie à travers les fibres de l'âme. Écoutez
donc cette vie.


III

Horace était né à _Venusia_, en Apulie, contrée de l'Italie que nous
appelons aujourd'hui les _Calabres_. Sa petite ville natale, exposée à
un tiède soleil d'Orient, était couchée sur une pente tachetée
d'oliviers, de cyprès et de myrtes. La route de Naples et de Rome
serpentait en bas à côté d'un torrent souvent à sec. Cette contrée avait
été jadis la _Grande Grèce_, site de colonies grecques visitées et
civilisées par Pythagore. Les habitants, plus doués d'imagination que
les Romains, s'y ressouvenaient de leur origine. Le génie riche, léger
et naturellement éloquent d'Horace, est en effet ce qu'il y a de plus
attique dans les écrivains romains: l'eau pure de la source se
reconnaît jusque dans l'égout. Ce pays avait été primitivement habité
par les Samnites, conquis et annexé par les Romains. C'est une branche
allongée des montagnes des _Abruzzes_, si riches en paysages. La source
limpide de _Blandusie, splendidior vitro_, s'épanchait non loin de
Venouse. Horace, qui y trempait ses pieds enfant, devait la chanter un
jour comme une des plus riantes images de sa mémoire. L'_Aufide
mugissant et perfide_ était un torrent qui écumait au fond de la vallée
de Venouse; Horace lui a donné la célébrité d'un fleuve: les grands
hommes sont la bonne fortune des lieux où ils jouent dans leur berceau,
les poëtes surtout sont l'illustration de leur paysage.


IV

Le père d'Horace s'appelait Flaccus; il avait ajouté à ce nom celui de
_Quintus Horatius_. On présume que ce second nom d'_Horatius_ était le
nom de la famille romaine dont le Samnite _Flaccus_ avait été autrefois
l'esclave. À l'époque où naquit le poëte son fils Horatius Flaccus était
affranchi, c'est-à-dire libre et entré dans les rangs de la bourgeoisie
romaine. Il y occupait même un emploi officiel et lucratif, équivalant à
la fois à celui de percepteur des contributions, d'agent de change et de
banquier, trois charges qui alors comme de nos jours donnent l'opulence.
Ce père du jeune Horace était un homme qui ne vivait que pour son fils;
il lui servait de mère par sa tendresse et par sa vigilance. Horace ne
parle pas de sa mère, morte sans doute pendant qu'il était en bas âge,
esclave peut-être avant l'affranchissement de la famille; mais il
témoigne pour ce modèle des pères toute la tendresse et toute la
reconnaissance qu'une mère laisse ordinairement dans la mémoire et dans
le coeur de l'enfant.

La fortune avait suffisamment secondé les travaux du banquier percepteur
des tributs de Venouse; il aspirait plus à illustrer son fils qu'à
l'enrichir; il se contentait de son aisance appelée par les Romains la
_médiocrité dorée_. Puisqu'il avait de quoi donner à son fils unique
l'éducation des fils des meilleures familles de Rome, il avait assez;
d'ailleurs il s'était fait lui-même le premier instituteur de son
enfant; il l'accompagnait aux écoles, il étudiait avec lui, il ne s'en
rapportait à personne du soin de veiller sur les pas et sur l'innocence
des moeurs de son fils; une mère chrétienne n'aurait pas de plus
scrupuleuses sollicitudes sur la pureté d'un enfant. Les moeurs
dépravées de la Grande Grèce et de Rome rendaient ces inquiétudes plus
naturelles et plus obligatoires dans ces climats vicieux que dans nos
contrées plus pures; c'est grâce à ces surveillances assidues que le
jeune Horace, enfant d'une beauté précoce, dut la pureté et la fraîcheur
prolongée de son âme.

Un certain Flavius, maître d'école à _Venouse_, fut le premier maître
d'Horace; cet homme excellait dans sa profession, mais le père d'Horace
ne se contentait pas pour son fils d'une éducation de Samnite dans une
bourgade de Calabre. Il quitta sa chère patrie pour aller chercher à
Rome des écoles supérieures et des maîtres plus illustres dans les
lettres et dans la philosophie.

Lisez dans les odes et dans les satires d'Horace lui-même le témoignage
touchant de ces soins paternels. On voit battre dans chaque vers le
coeur d'un fils digne d'avoir un tel père.

«Revenons à moi, Mécène! à moi qui ne suis que le fils d'un affranchi,
et que tous dénigrent parce que j'ai aujourd'hui la gloire de m'asseoir
dans votre familiarité, à votre table, oubliant qu'autrefois tribun des
soldats (colonel) je commandais une légion romaine... Quel bonheur pour
moi d'avoir pu vous plaire, à vous qui savez si bien discerner l'honnête
homme du vil coquin, et qui mesurez le mérite non sur le vain prestige
de la naissance, mais sur la noblesse des sentiments. Pourtant,
sachez-le bien, si, à quelques défauts près, qui ne sont que des taches
sur un beau corps, mon naturel est vertueux, mes inclinations droites,
mon âme innocente et pure (qu'on me passe pour cette fois les louanges
que je me donne); si avec raison on ne peut rien me reprocher de bas,
rien de sordide, rien de honteux; si enfin je suis cher à mes amis,
c'est à mon excellent père que je le dois. Lui, propriétaire d'un
très-petit domaine, il ne voulut pas m'envoyer à l'école de Flavius, où
des enfants, nés d'honorables centurions, se rendaient, cassette et
tableau suspendus au bras gauche, payant à _huit ides_ chaque année le
modique salaire des leçons. Il me conduisit à Rome pour que j'y reçusse
l'éducation réservée aux fils des chevaliers et des sénateurs. À mes
habits, aux esclaves qui me suivaient en traversant la ville, on eût cru
qu'un riche patrimoine fournissait à tant de dépenses. Mon père fit
plus, il fut pour moi un gouverneur vigilant, incorruptible; il ne me
perdait point de vue, m'accompagnait chez mes professeurs, et
non-seulement il sut me garantir de toute action capable de flétrir en
moi la première fleur de la vertu, mais le soupçon même du vice
n'approcha jamais de moi. Il ne craignit pas qu'on lui reprochât un jour
de n'avoir fait tant de dépenses que pour que je fusse un crieur public,
ou, ce qu'il avait été lui-même, un collecteur d'impôts à faibles
appointements. Si tel avait été le résultat de ses soins, je ne m'en
serais pas plaint; mais, puisqu'il en a été autrement, il a droit à plus
de louanges, et je lui dois plus de reconnaissance. Comment pourrais-je
donc ne pas me féliciter d'avoir eu un tel père? Comment, ainsi que tant
d'autres, me défendrais-je en disant que, si je ne suis pas né de
parents illustres, ce n'est pas ma faute? Mes sentiments sont tout
autres et me dictent un autre langage. Oui, je le déclare, si la nature
nous reprenait les années qui se sont écoulées depuis notre naissance,
et que chacun, selon les caprices de son orgueil, fût libre de se
choisir d'autres parents que ceux qu'il avait, je laisserais le vulgaire
s'emparer des noms illustres qui ont brillé au milieu des faisceaux et
dans les chaises curules, et moi, dussé-je passer aux yeux de tous pour
un insensé, je resterais satisfait des parents que m'avaient accordés la
bonté des dieux.»


V

Le jeune Horace étudiait ainsi à Rome à seize ans, pendant l'écroulement
de Rome.

C'était le temps où César préludait à la conquête de la souveraineté
romaine par la conquête des Gaules; c'était le temps où Cicéron
s'efforçait de soutenir par sa parole l'ancienne constitution
républicaine que Pompée n'avait pu soutenir par son épée. Le père
d'Horace, pour soustraire son fils aux tumultes de Rome, le conduisit,
pour achever ses études, en Grèce.

Athènes était alors pour les jeunes Romains la ville _universitaire_ du
monde latin, ce qu'Oxford ou Cambridge sont aujourd'hui pour
l'Angleterre. Toute la jeunesse aristocratique de Rome y passait
quelques années, occupée à entendre les cours de philosophie, de poésie,
d'éloquence, de la bouche des plus célèbres pédagogues. Les uns s'y
livraient à l'étude, les autres à la licence de leur âge. C'était là
aussi que se formaient entre ces jeunes gens de diverses conditions
sociales ces liaisons de l'adolescence qui devenaient ensuite à Rome les
amitiés, les patronages, les clientèles de l'âge mûr. Cette résidence à
Athènes, ville de luxe, de plaisir, de folie, était très-onéreuse aux
parents. On voit par les lettres de Cicéron que cette dépense ne
s'élevait pas à moins de quinze à vingt mille francs de notre monnaie.
Le père d'Horace ne comptait pas ce que lui coûtait le mérite futur de
son fils; il voulait à tout prix l'élever par tous les noviciats au
niveau de l'aristocratie lettrée de Rome. Le souvenir de son propre
esclavage même et de sa condition d'affranchi lui faisait sentir plus
qu'à un autre la passion de la supériorité sociale.

Le jeune Horace se lia à Athènes avec le fils de Cicéron; ce jeune homme
se contentait de porter le nom de son père, trop sûr apparemment de ne
pouvoir le grandir; il y contracta aussi amitié avec le jeune _Bibulus_
et avec le fils de _Messala_, tous les deux partisans de Pompée et par
conséquent ennemis naturels de César. À cet âge nos amitiés font nos
opinions; il ne faut pas s'étonner si Horace, dans la société du fils de
Cicéron, de Bibulus et de Messala, s'attacha bientôt après à la cause de
Brutus et de Cassius, contre la tyrannie du dictateur de Rome. Une
lettre du fils de Cicéron à un nommé _Tiron_, affranchi de son père,
nous donne une idée de la vie que ces jeunes Romains menaient à Athènes.
Ils tenaient plus souvent la coupe du buveur que le livre du disciple.

«Vous saurez que je vis dans la plus intime liaison avec Cratippus, et
qu'il me traite moins comme un disciple que comme un fils. Plus je
l'entends parler, plus je suis charmé de la douceur de ses entretiens.
Je passe des jours entiers avec lui et quelquefois une partie des nuits,
car je l'engage le plus souvent que je puis à souper. Il vient
fréquemment me surprendre à table, et, mettant de côté la sévérité
philosophique, il est avec nous d'une humeur charmante.... Que vous
dirai-je de Bruttius? Il possède l'art de mêler des questions de
littérature aux conversations les plus enjouées et d'assaisonner la
philosophie de beaucoup d'agréments. J'ai commencé aussi à déclamer en
grec sous Cassius; mais, pour le latin, je m'exerce plus volontiers avec
Bruttius. Je ne vois pas moins familièrement les gens de lettres qui
sont venus avec Cratippus. Épicrate, l'homme le plus considéré dans
Athènes, Léonidas et plusieurs personnes du même rang passent une partie
de leur temps avec moi. Voilà quels sont à peu près mes amusements et
mes occupations. À l'égard de Gorgias, il m'était assurément fort utile
pour m'exercer à la déclamation, mais j'ai obéi aux ordres de mon père,
qui a voulu que je cessasse de le voir.»

On sait d'ailleurs que ce Gorgias était un corrupteur de la jeunesse,
redouté des parents. Le fils de Cicéron, à son école, était devenu un
ivrogne qui ne dut plus plus tard la faveur d'Auguste qu'à son nom.


VI

Épicure, Platon, Zénon se disputaient l'intelligence de cette jeunesse;
les épicuriens étaient les matérialistes du temps, les stoïciens étaient
les spiritualistes, les platoniciens étaient les illuminés, les
académiciens étaient les sceptiques. Horace, à cette époque, penchait
par imagination vers les sceptiques, par vertu vers les stoïciens; les
derniers républicains étaient stoïciens; c'est par vertu qu'ils
voulaient mourir pour conserver l'ancienne liberté romaine, mère des
vertus. Brutus, qu'on se peint comme un féroce et fanatique meurtrier,
n'était que le plus aristocrate, le plus élégant et le plus lettré des
stoïciens aristocrates. Caton était le chef de cette école à Rome; les
ennemis et les assassins de César n'étaient que des philosophes qui
avaient changé le livre contre le poignard; Horace brûlait alors de
républicanisme par amour pour l'idéal antique des honnêtes gens.

Aussi, dès qu'il eut terminé ses études à Athènes et qu'il y eut appris
par les lettres de Cicéron à son fils le meurtre de César et la
renaissance de la liberté, Horace s'enflamma d'ardeur pour cette
renaissance de la république, et il s'attacha corps et âme à la cause de
Brutus. La jeunesse studieuse d'Athènes, à la lecture de ces lettres de
Cicéron, approbatives du meurtre du tyran, proclama Brutus et Cassius
les héros du siècle, promena leurs bustes dans les rues, et les plaça à
côté des statues des libérateurs d'Athènes, Harmodius et Aristogiton.


VII

Quelques jours après, Brutus, éloigné de Rome par un exil déguisé sous
un gouvernement de Macédoine, passa par Athènes; il fut reçu comme un
vengeur divin de la liberté romaine; il y connut Horace dans la société
des jeunes Bibulus, Cicéron, Messala, ses amis. Il y distingua ce fils
d'affranchi déjà célèbre par son talent poétique, il l'enflamma aisément
pour sa cause, qui était aux yeux d'Horace la cause même de la gloire,
du patriotisme, de la philosophie, de la vertu stoïque.

Brutus emmena avec lui le jeune poëte en Macédoine avec les fils de
Caton, de Cicéron, de Messala et de plusieurs autres. Ces jeunes gens
formèrent autour de Brutus la légion sacrée des derniers Romains. Brutus
en fit les capitaines de l'armée qu'il formait alors pour résister aux
partisans de César. Horace avait vingt-deux ans et le feu de cet âge; il
se distingua dans les premières campagnes de Brutus et de Cassius contre
les villes de Macédoine qui regrettaient le joug de César.


VIII

Cassius le nomma, pour ses exploits, tribun des soldats; c'était un
grade éminent dans l'armée romaine, équivalant au grade de colonel ou de
général de brigade dans nos camps. Ce grade donnait droit au
commandement d'une légion, corps de six mille hommes de toutes armes.
Horace commanda, en effet, une légion sous les ordres de Cassius, et il
la commanda avec honneur. On ne peut croire qu'un vieux général aussi
consommé que Cassius ait élevé un lâche à un tel commandement dans son
armée; la lâcheté, dont se vante plus tard Horace dans ses vers
railleurs contre lui-même, n'était donc en réalité qu'une plaisanterie
ou une flatterie à Auguste; il voulait persuader par là à ce prince,
neveu de César, que tous ceux qui avaient combattu jadis contre lui
étaient indignes de porter une épée et un bouclier. Il l'honorait par
adulation d'un vice qu'il n'avait pas; il sacrifiait son caractère à sa
fortune. La vérité c'est qu'il avait héroïquement commandé et combattu
contre César, et qu'il ne voulait plus combattre contre Auguste. La
fortune avait décidé, il était devenu épicurien, il ne voulait pas se
roidir contre la fortune. Ces vers d'Horace sur sa prétendue fuite et
sur son bouclier jeté à la bataille de Philippes sont une turpitude,
mais ne sont pas une lâcheté.


IX

Horace mêlait, dès cette époque, la poésie à la guerre; mais c'était une
poésie courte, légère, facétieuse, telle qu'elle convenait aux camps.
Son talent, sa gaieté, sa figure faisaient de lui l'idole des jeunes
compagnons de Brutus; les historiens font un charmant portrait de ce
général enjoué, qui riait de tout, même de la mort. «Sa taille était
petite, mais robuste; ses traits étaient fins et gracieux; son teint
avait la délicatesse et le coloris d'un teint de femme; ses cheveux
noirs, flottant en boucles naturelles sur un front très-ombragé, ses
yeux grands et bien ouverts annonçaient l'audace sans insolence. Ses
paupières, un peu malades dès sa jeunesse, étaient bordées de larmes
fréquentes et colorées de pourpre par une légère inflammation
organique.»

Tel était Horace à cet âge; un peu plus tard la mollesse de son
tempérament, et peut-être de ses moeurs, chargèrent d'un peu
d'embonpoint ses membres dispos. C'est le tempérament et la stature
ordinaire des poëtes de plaisir, de raillerie et de bonne humeur; c'est
sous cette forme un peu obèse, dans ces grands yeux à fleur de tête et
dans cette bouche souriante que la verve satirique, soldatesque ou
épicurienne, de Béranger et de Désaugiers, ces Horaces du couplet, s'est
complue à s'incarner de nos jours. Le tempérament ne fait pas le talent,
mais il en signale la nature. Le feu de la gaieté ne consume pas comme
le feu du génie. Les veilles maigrissent, la table engraisse. Virgile
était maigre, Horace était gras. Brutus aussi était maigre et pâle.
César jugeait comme nous de ces différents caractères attribués aux
différents tempéraments des hommes de son temps. «Ce ne sont pas ceux-là
que je crains,» disait-il en parlant de ses ennemis au teint fleuri
comme le visage d'Horace.


X

Cassius et Brutus, longtemps heureux dans leur campagne, en Grèce et en
Asie, avec Horace, donnèrent le temps à Antoine, à Lépide et à Octave,
héritiers de César, de former le triumvirat en Italie contre les
meurtriers du dictateur. Ils commencèrent par immoler de concert tout ce
qui leur était suspect de regretter la liberté. Cicéron fut jugé digne
de la mort; il la reçut en héros et en philosophe, certain de la
vengeance du ciel et de la terre.

Les triumvirs transportèrent ensuite leurs armées réunies en Macédoine.
J'ai visité moi-même ce champ de bataille de Philippes où Brutus et
Cassius s'étaient campés autour d'un mamelon de terre et de rocher qui
ressemble à une citadelle naturelle, entre les montagnes de la haute
Macédoine et la vallée de l'Hèbre, qui roula les membres d'Orphée,
l'Horace divin.

La veille de la bataille, ces deux chefs de l'émigration romaine se
firent l'un à l'autre le serment de ne pas survivre à la défaite, si le
sort des armes faisait défaut à la justice de leur cause.

Octave et Antoine furent vainqueurs; le génie de César assassiné
combattait avec eux contre ses meurtriers. Cassius et Brutus se tinrent
parole; ils se percèrent de leur épée. C'est de ce champ de bataille de
Philippes que s'élèvera éternellement contre les victoires iniques ce
dernier cri de Brutus: _Vertu, tu n'es qu'un nom!_

Ce mot indigné de Brutus contre la partialité de la Providence en faveur
des méchants prouve que Brutus n'était pas encore assez philosophe. S'il
avait étudié plus profondément la nature des choses, il aurait compris
pourquoi le succès est presque toujours ici-bas du côté des mauvaises
causes: c'est que le nombre fait le succès, et que, le plus grand nombre
des hommes étant ignorant ou pervers, il est toujours facile aux
méchants de trouver des complices et d'écraser la justice, la vérité ou
la vertu sous le nombre. Voilà pourquoi le triomphe d'Antoine sur Caton
pouvait consterner Brutus, mais ne devait pas l'étonner. C'est
précisément parce qu'elle succombe que la vertu n'est pas un nom, mais
la plus sainte des choses humaines. Brutus avait mal raisonné en
assassinant César; il raisonnait aussi mal en se tuant lui-même; c'était
un sophiste éloquent et courageux, mais qui poussait toujours son
sophisme jusqu'au sang.


XI

Le jeune Horace, son compagnon d'armes, son poëte et son ami, après
avoir bien combattu, raisonna plus juste; il ne s'obstina pas à vouloir
pour lui seul une liberté chimérique et une féroce vertu. Les Romains
pervertis ou corrompus n'en voulaient plus pour eux-mêmes. Pendant que
Brutus se plongeait son épée dans le corps, Horace jeta la sienne, ainsi
que son bouclier, pour s'éloigner plus légèrement du champ de carnage;
le poëte _Alcée_, son modèle, en avait fait autant dans une circonstance
semblable. L'espérance est aussi une poésie comme le désespoir. Horace
était jeune; il tournait depuis quelque temps à la philosophie facile et
accommodante d'Épicure. Pourquoi mourir, puisqu'une vie longue et douce
s'ouvrait encore devant lui? D'ailleurs il est probable que son père
chéri vivait encore, et que la pensée de consoler ce tendre auteur de
ses jours lui parut un devoir plus sacré et plus vertueux que celui de
mourir pour des regrets. Mais, si Horace ne fut point fanatique dans
cette occasion, il ne fut point lâche; il n'imita pas ses camarades et
ses amis qui firent défection à la république en passant au service
d'Antoine et d'Octave; il n'alla pas s'embarquer sur la flotte de
Mutius, amiral de Brutus, pour grossir les rangs du fils de Pompée en
Espagne. Il alla vraisemblablement rejoindre son père à Athènes ou à
Venouse. L'amnistie générale proclamée par Octave et Antoine le couvrit
contre la vengeance des triumvirs; il ne voulut pas, par honneur, servir
leur cause dans leurs camps ni dans leurs charges civiles; il renonça
aux armes et rentra dans la vie privée, dédaigneux de gloire, affamé de
plaisir, d'amour et de poésie. Voilà la vérité toujours indulgente.


XII

Son père venait de mourir dans ses bras, amèrement pleuré et toujours
honoré comme un dieu tutélaire par son fils. Ce père avait consumé la
plus grande partie de sa fortune dans l'éducation, dans les voyages,
dans l'avancement militaire de son enfant. Il ne laissa en mourant à
Horace qu'un patrimoine très-modique, à peine suffisant à l'existence
d'un jeune homme élégant à Rome. Les emprunts forcés des triumvirs,
qu'il lui fallut payer comme fils d'affranchi, s'élevèrent au tiers de
la valeur de ce patrimoine; les biens d'Horace furent décimés comme la
métairie de Virgile, aux environs de Mantoue, confisquée par un
centurion d'Octave.

Ce patrimoine consistait dans la petite ferme d'Ustica, en Sabine, au
pied du mont Soracte, dôme éblouissant de la campagne de Rome, et dans
un plus petit domaine d'agrément à Tibur, dont il a tant immortalisé le
site et la paix.

Ces modiques domaines, augmentés sans doute de quelques milliers de
sesterces accumulés par son père et soustraits à la déprédation des
triumvirs, étaient loin de suffire à un jeune homme de vingt-quatre ans
qui ne voulait pas alors flatter les vainqueurs; il restait fidèle à la
république autant qu'on pouvait l'être en vivant sous la loi des
héritiers de César; il composait des satires mordantes dans lesquelles
les vices et les ridicules des vainqueurs ou de leurs amis étaient
livrés à la malignité du peuple romain. On lui livrait ces noms obscurs,
à la condition sans doute de ne pas toucher aux grands noms du parti
d'Octave. C'est à ces rancunes politiques du jeune tribun des soldats de
Brutus contre ses vainqueurs qu'il faut attribuer le goût d'Horace pour
la satire personnelle au début de sa vie poétique, car la nature de son
tempérament, de son âge et de son génie, le portait plutôt à la poésie
gracieuse et anacréontique. Il était jeune, il était beau de visage, il
était paresseux et bienveillant de caractère, il était ami de la table
et de ce que les Romains appelaient alors les amours, c'est-à-dire les
licences des yeux et du coeur; ses malignités de plume dans ses
premières satires n'étaient donc que des ressentiments de républicanisme
amnistié et des cajoleries consolantes au parti vaincu avec lui à
Philippes. De plus il était pauvre, il avait le goût du luxe et du
plaisir; il lui fallait grossir (il l'avoue lui-même) son modique revenu
par le prix de ses vers; le public de Rome, comme celui de Paris,
achetait avec plus de faveur les livres d'opposition que les livres
dictés par les triumvirs; l'ami de Mécène et d'Auguste commença donc par
être le poëte badin de l'opposition républicaine. N'avons-nous pas vu de
nos jours les trois poëtes horatiens de la France et de l'Allemagne,
Béranger, Heine et Musset, commencer de même et assaisonner du sel de
l'esprit d'opposition, et quelquefois d'un sel très-âcre, les
libertinages de verve, d'esprit ou de coeur de la poésie de jeunesse, de
table ou de vin? Quand on destine ses vers à la popularité contemporaine
on se condamne à lui donner ce montant; quand on les destine à la
postérité il faut mépriser ces malignités et ces personnalités
contemporaines. Rien ne survit du temps que ce qui n'est pas du temps,
c'est-à-dire la beauté propre au genre de poésie qu'on possède: les
allusions sont la fausse monnaie de la gloire, l'avenir ne la reçoit
pas.


XIII

Cependant Horace s'éleva au-dessus du temps et de lui-même dans un
suprême adieu lyrique à la liberté de sa patrie; il osa la publier en ce
temps-là, au moment où il allait lui-même se décourager de la
république. C'est dans l'épode seizième du premier livre des Épodes.

«Voilà déjà la seconde génération, s'écrie le poëte, que dévorent nos
guerres civiles; Rome périt par les mains mêmes de ses enfants... Un
seul salut reste aux hommes de coeur, pareils aux Phocéens abandonnant
leur cité après l'avoir maudite. Fuyez Rome, allez où vous porteront vos
pas ou le souffle des vents, mais jurons de ne jamais revenir sur nos
pas... Oui, partons, Romains, ou du moins ce qui reste d'hommes vertueux
parmi nous! Que le reste, docile troupeau sans courage et sans espoir,
s'endorme auprès de ses foyers exécrés; nous, hommes de coeur, laissons
aux femmes les regrets de la patrie et volons au delà des mers
d'Italie....» Suit une description séduisante de cette terre imaginaire
où tous les dons de la terre et du ciel les consoleront de l'ingrate
patrie.

On croit lire les descriptions fabuleuses du Champ d'Asile, sous le ciel
d'Amérique, vers lequel les derniers généraux de Bonaparte, en 1816,
appelaient leurs _soldats laboureurs_ par toutes les images de la
fécondité de la terre et de la sérénité des cieux. Béranger leur prêtait
sa lyre, comme Horace prêta ce jour-là la sienne aux derniers
républicains de Rome.


XIV

Ce fut son chant du cygne pour la république. Il se crut quitte envers
elle après l'avoir défendue en Macédoine et regrettée dans ses vers à
Rome. Il ne pouvait pas la ressusciter avec sa lyre: il n'était pas à
lui seul un peuple; il prit son parti de l'abdication générale de Rome,
et ne pensa plus qu'à vivre pour lui-même, d'amitié, de poésie, de
solitude, de bonne chère et d'amour. Malgré l'exemple de son père, il ne
songea pas à se donner une épouse honnête et des enfants. Ce sont les
chaînes douces de la vie; il ne voulut pas même porter le poids d'une
tendresse sérieuse ou d'une famille à élever. Un mâle égoïsme fut sa
seule loi.

Il s'attacha successivement et tour à tour à cette classe équivoque des
femmes romaines qu'on appelait les courtisanes. Ces femmes n'avaient
aucune analogie avec les victimes du libertinage qu'on appelle ainsi de
nos jours. L'Inde, la Grèce et Rome leur reconnaissaient un rang social,
inférieur aux femmes chastes légitimement mariées et mères de famille
(matrones), mais supérieur aux femmes de débauche perdues dans la fange
de la population des faubourgs. Les courtisanes telles que Phryné, Laïs,
à Athènes, étaient en général de jeunes esclaves grecques ou syriennes
affranchies dans leur enfance pour leur extrême beauté. On leur donnait
une éducation beaucoup plus soignée qu'aux femmes libres; les arts dans
lesquels on les perfectionnait, tels que la musique, la déclamation, la
danse, la poésie, étaient des moyens de séduction; elles étaient les
seules lettrées de leur sexe; elles recevaient seules librement les
hommes de tout âge dans leurs cercles; elles y charmaient même les sages
comme Périclès, Socrate, Caton, par l'agrément de leur conversation;
elles rappelaient complétement, aux moeurs près, ce qu'on a appelé de
nos jours, à Londres et à Paris, les femmes de lettres, les maîtresses
de maison, centre de réunions élégantes dans les capitales de l'Europe.
Elles s'attachaient par des liens fugitifs, tantôt d'intérêt, tantôt
d'amour, à des hommes de toute condition et de tout âge, aux uns pour
leur opulence, aux autres pour leur beauté. Ces liaisons étaient
tolérées; bien que licencieuses, on les excusait dans la jeunesse, dans
l'âge mûr on les condamnait; c'était un scandale, mais non un crime,
dans une civilisation qui n'imposait qu'aux mères de famille la vertu de
la chasteté, cette dignité de la femme.

Telles furent les jeunes étrangères dans la société desquelles Horace
chercha à vingt-cinq ans la liberté, la célébrité, l'amour, seuls
devoirs et seules vertus d'Épicure. Ses odes sont pleines de leurs noms;
ses passions ou ses dégoûts, légers comme lui, leur donnaient tour à
tour la vogue de son attachement ou l'infamie de ses injures. Recherché
par elles pour sa jeunesse, récompensé pour son talent, redouté pour ses
épigrammes, il était le modèle et l'envie des jeunes débauchés de Rome,
une espèce d'Alcibiade latin, un Voltaire dans sa jeunesse, à l'époque
où Voltaire, étourdi, satiriste et libertin, vivait dans la société des
Vendôme, des Ninon de l'Enclos, des Chaulieu et des abbés Courtin, ces
épicuriens du _Temple_ à Paris.

C'est l'époque où il aima d'un amour plus sérieux la belle Syrienne
_Néère_, à peine arrivée à Rome et encore naïve comme l'innocence, jetée
au milieu des embûches de la corruption. Les deux odes qu'il lui a
adressées, et que nous retrouverons tout à l'heure, respirent cette
sorte de respect que l'innocence imprime même au vice amoureux. C'est
cette même _Néère_ qui devint plus tard l'objet des chants plus tendres
et plus mélancoliques du poëte Tibulle. Le grand historien Salluste,
célèbre à la même époque par ses débauches, par ses richesses et par les
magnifiques jardins qu'il avait plantés pour le peuple sur une des
collines de Rome, inspira à Horace une satire acerbe. Salluste était un
historien admirable, mais un homme justement méprisé. Horace n'était que
l'exécuteur du mépris public. Odes, épîtres, satires, épodes, toute sa
poésie dans ses premières années n'est que le calendrier anecdotique des
amours et des scandales célèbres de Rome. Mais l'esprit et la grâce du
poëte donnaient l'immortalité à ces aventures du jour.


XV

Octave cependant était devenu Auguste; à l'inverse des hommes
ordinaires, que la bonne fortune pervertit, le bonheur avait amélioré le
petit-neveu de César: en régnant il était devenu digne de régner.

Il cherchait à consoler le monde romain de sa liberté perdue par la
gloire des lettres: la familiarité des poëtes, qu'il recherchait, le
groupe éclatant d'hommes de génie dont la fortune avait doté son époque,
éblouissaient et charmaient l'Italie. Auguste était un Médicis anticipé,
un père de famille des lettres, plus qu'un prince; rien en lui ne
rappelait le tyran; il ne voulait être que l'ami couronné de tous les
Romains; sa cour n'était que la première maison de Rome; l'amitié,
l'égalité, la familiarité y formaient la seule étiquette. Horace ne
pouvait s'empêcher d'admirer de loin cette douceur qui rappelait celle
de César; il se laissait allécher involontairement par tant d'attraits
d'esprit qui lui déguisaient le pouvoir suprême; un hasard l'en
rapprocha tout à coup.

Virgile, le poëte divin de Mantoue, était venu à Rome revendiquer, par
l'entremise de Mécène, sa petite métairie paternelle dont la guerre
civile l'avait dépouillé. Mécène avait présenté Virgile à Auguste.
Auguste avait goûté, comme Rome tout entière, les poésies incomparables
du poëte alors pastoral de Mantoue. On lui avait rendu son petit
domaine; on l'avait enchaîné à Rome et à la cour par d'autres bienfaits.
Horace et Virgile s'aimaient sans aucune jalousie l'un de l'autre; leur
génie était égal, mais si divers qu'ils ne pouvaient se comparer.
Virgile, dans la vie privée, n'était qu'un homme simple, presque naïf,
sans grâce dans sa personne, sans piquant dans la conversation, sans
à-propos dans ses vers. Horace était l'homme d'esprit par excellence; il
traitait Virgile en dieu des vers quand il le lisait; il le traitait en
grand enfant quand il causait avec lui; leur amitié était cimentée par
ces contrastes mêmes dans leur caractère. Cependant Virgile, fils d'un
potier de campagne dans les marais de Mantoue, n'avait jamais été, comme
Horace, ami de Brutus et tribun militaire d'une légion de Cassius; il
n'éprouvait pas cette répugnance de l'honneur vaincu à se rapprocher du
vainqueur puissant; il était flatté au contraire de vivre en familier de
cour dans les palais de Mécène et d'Auguste. Rien n'indique qu'il se
soit jamais mêlé à la politique de son temps; il n'était pas soldat, il
n'était pas citoyen de Rome, il ne savait pas parler, il était timide
comme un pasteur des bords du lac de Garde, il n'avait d'autre ambition
que d'imiter Théocrite et Homère, le premier dans ses _Églogues_, le
second dans son _Iliade_. Les délicatesses qui retenaient son ami Horace
loin des puissants du jour lui échappaient. Il parlait sans cesse à
Mécène d'Horace et à Horace de Mécène; il voulait rejoindre ses deux
amis. Horace, qui avait contre Mécène les préventions d'un ennemi
politique, mais qui était las de son opposition sans espérance, finit
par se laisser séduire. Il raconte lui-même dans une de ses satires
comment le rapprochement eut lieu.

«Que l'on conteste mes droits à l'honneur de mon grade militaire,
dit-il, on le peut, et il est possible qu'on ait raison; mais il n'en
est pas de même de notre amitié, Mécène; cette amitié, on ne l'obtient
pas en la briguant; vous ne l'accordez qu'avec précaution et à ceux qui
en sont dignes. Dira-t-on que je la dois au hasard de la fortune? Non.
Ce ne fut point le hasard qui m'offrit à vous. Un jour Virgile,
l'excellent Virgile, vous parla de moi; Varius en fit autant; tous deux
vous dirent ce que j'étais. Je parus devant vous; je bégayai timidement
quelques paroles, car le respect ne me permit pas d'en dire davantage.
Je ne me vantai point d'être né d'un père illustre ni de parcourir mes
domaines sur un coursier de Saturium; je vous ai dit, Mécène, ce que
j'étais. Suivant votre usage, vous me répondîtes brièvement. Je me
retirai. Neuf mois s'écoulent; vous me rappelez, et vous me déclarez
qu'il faut que je compte au nombre de vos amis. Je m'en suis
enorgueilli, et avec juste raison, puisque j'avais su plaire à celui qui
sait apprécier l'homme par l'intégrité de sa vie et la pureté de son
coeur, et non par l'éclat de sa naissance.»

De ce jour Mécène et Horace devinrent inséparables. Horace avait besoin
d'un patron, Mécène d'un ami; ces deux hommes, d'autant d'esprit l'un
que l'autre, se complétaient pour leur félicité commune. Mécène présenta
Horace à Auguste, Auguste goûta Horace autant et plus qu'il n'avait
goûté Virgile. Horace était un homme universel, un homme de bonne
compagnie, un délicieux convive de cour. Ces trois hommes, Auguste,
Mécène, Horace, formèrent un triumvirat d'esprit bien différent du
triumvirat sanglant d'Octave, d'Antoine et de Lépide. Auguste était un
ambitieux du repos; Mécène, son ami, un voluptueux sans ambition,
n'ayant pas même voulu être sénateur pour rester le confident
désintéressé d'Auguste; Horace, un épicurien modéré, heureux de plaire
aux maîtres de l'empire, mais fier de mépriser leurs faveurs. Cette
triple liaison fit longtemps le bonheur de ces trois hommes. Virgile se
joignait quelquefois à ce triumvirat; il accompagnait Horace et Mécène
dans leur voyage d'été sur les belles côtes de Tarente; mais sa mauvaise
santé et la réserve de ses moeurs à l'égard des courtisanes (quoique
moins pures qu'on ne les représente sous d'autres rapports) le rendaient
un convive moins agréable dans les festins et un poëte moins recherché
des femmes de cette cour.


XVI

Ce fut à cette époque qu'Horace, qui voulait conserver sa liberté tout
en augmentant ses moyens de jouissance, acheta, sans doute avec le
secours de Mécène, une de ces charges de finances appelée la charge de
_scribe du trésor_. Cette charge paraît avoir été tout à fait semblable
à celle d'agent de change de nos jours; on y négociait les effets, sur
lesquels on prélevait un certain courtage; on n'y était assujetti du
reste à aucun travail assidu et à aucune résidence obligée, _sinécure_
romaine merveilleusement appropriée à un paresseux indépendant qui
voulait vivre dans l'aisance. Mécène lui fit présent vers le même temps
d'une petite villa à Tibur, voisine de sa magnifique villa des
Cascatelles; il avait ainsi à toute heure son ami à sa portée; de la
terrasse de Mécène à Tibur on pouvait appeler Horace aux heures du
souper ou de la conversation; la maison du poëte et le palais du
ministre n'étaient séparés que par le ravin sonore où bondit encore
l'Anio.


XVII

À partir de ce moment Horace n'écrivit plus ni satire personnelle, ni
invectives, ni épigrammes; il craignit sans doute de compromettre dans
ses querelles personnelles ses illustres patrons. Sa poésie, plus
lyrique, plus élégante, quoique aussi voluptueuse, prit la douce gravité
ou la gracieuse familiarité des maîtres du monde avec lesquels il vivait
si familièrement. Il gagna beaucoup dans ce commerce avec Mécène et la
cour d'Auguste. Il y avait de l'Arétin dans ses premiers vers, il n'y
eut que du Pindare et de l'Anacréon dans les derniers. La poésie légère
est un fruit des cours, parce qu'elle est l'élégance de l'esprit et
l'aristocratie des langues; on le voit sous Périclès à Athènes, sous
Auguste à Rome, sous les Médicis à Florence, sous Louis XIV en France,
sous Charles II en Angleterre. La liberté populaire est une vertu, mais
ce n'est pas une muse; le peuple juge très-bien de l'éloquence et
très-mal de la poésie. Avant ses empereurs Rome avait ses plus sublimes
orateurs et pas un de ses vrais poëtes. À chacun sa part des dons de
l'esprit: au peuple la force, la grâce aux cours.


XVIII

Auguste et Mécène laissaient, quoique à regret, sa liberté à Horace; il
employait cette liberté aux soins et à l'habitation de son domaine
paternel d'Ustica. Rien n'est plus attachant que le tableau de ces
séjours rustiques des hommes ou des poëtes célèbres dans le patrimoine
de leurs pères: Virgile à Mantoue, Horace à Ustica, le Tasse à Sorrente,
Pétrarque à Vaucluse, Machiavel à Montépulciano, Montesquieu à Labrède,
Boileau à Auteuil, Rousseau aux Charmettes ou à Montmorency, Pope à
Twitenham; on y possède l'homme naturel dans la nudité de tout rôle
théâtral; plus le costume est dépouillé, plus l'homme éclate.

Suivons donc Horace à Ustica, et d'abord voyons ce que c'était que le
pays dans lequel ce domaine était situé.

Quand on est à _Tibur_, aujourd'hui Tivoli, à deux heures de Rome, au
sommet de la colline, tout près du temple gracieux de la sybille et des
ruines de la villa de Mécène, on voit à sa droite les groupes de
montagnes de ce qu'on appelle la Sabine; la Sabine est une espèce
d'Auvergne ou de Savoie romaine. D'innombrables collines y encaissent
d'innombrables vallées; chacune de ces vallées tortueuses est arrosée
par un ruisseau et ombragée sur ses flancs par des bouquets de chênes ou
de caroubiers, ou par des pâturages. Le jour, ces collines semblent
arides et calcinées par le soleil romain; le soir, le jeu de l'ombre qui
grandit et de la lumière qui se retire les revêt d'une apparence de
fertilité qui caresse agréablement le regard; on dirait aussi qu'elles
se meuvent dans le lointain bleuâtre de l'horizon comme des vagues
sombres de la haute mer au souffle d'un vent du soir.

Par-dessus toutes ces cimes grises, noires, azurées, mobiles, plane le
dôme neigeux du mont _Soracte_, qui semble le père ou le berger de tout
ce troupeau de collines. C'est ce mont qu'Horace appelait aussi
_Lucrétile_. On ne pénétrait et on ne pénètre encore dans ces vallées
pastorales que par des sentiers de mules tracés dans le lit desséché des
torrents.

C'est là, à quatre ou cinq heures de marche de Tibur et sur les flancs
un peu défrichés d'une de ces collines, qu'on voyait blanchir, entre les
oliviers, les vignes, les petits champs de blé et les prés en pente, le
hameau d'Ustica, composé de sept ou huit maisons de paysans sabins. La
métairie d'Horace dominait d'un toit un peu plus élevé ce modeste
hameau; Horace était voisin de deux bourgades, _Varia_ et _Mandela_; la
petite rivière _Digentia_ arrosait ce sauvage canton.

La maisonnette du poëte regardait le soleil levant; elle en était égayée
à son réveil. L'air en était sain et vif; quelques chênes verts y
donnaient de l'ombre du haut des rochers; une eau courante murmurait
dans le verger et dans les cours; le petit temple de Vacuna, semblable à
une église de village de nos jours, y faisait perspective du côté du
couchant; on y voyait les paysans de la Sabine monter et descendre en
portant leurs offrandes à la déesse ou en y traînant des victimes
couronnées de verdure. _Le Poussin_ a merveilleusement compris et rendu
ces paysages d'_Ustica_; c'est le vrai peintre de la Sabine; il y
passait ses étés pour y retremper ses pinceaux dans les grandes ombres
noires, dans le ciel bleu, dans les lacs dormants de ces montagnes
classiques. Je les ai beaucoup explorées moi-même au matin de ma vie.
Combien de fois n'en ai-je pas reconnu les ressemblances dans les
groupes pâlissants des montagnes du Beaujolais et du Vivarais, du haut
des rochers de Saint-Point, cet _Ustica_ de mes beaux jours, hélas!
aujourd'hui en deuil!


XIX

Horace, quand on le lit bien, ne nous laisse ignorer aucun de ces
détails du paysage et du domaine utile d'Ustica. Huit esclaves, hommes,
femmes ou enfants, suffisaient sous ses lois à la culture et à
l'exploitation rurale de sa petite ferme. Les pèlerins d'Horace, aussi
nombreux et aussi fervents que ceux qui visitaient jadis le temple
agreste de Vacuna, ont retrouvé les vestiges mêmes de sa maison de
maître au milieu d'une vigne appelée aujourd'hui les vignes de
Saint-Pierre; une petite chapelle chrétienne recouvre en partie ces
restes de la maison du poëte épicurien; les tuyaux en plomb qui
conduisaient dans le jardin les eaux de la source domestique rampent
encore sous le sol; on y lit encore les noms de _Tiberius_ et de
_Claudius_, manufacturiers qui fondaient à Rome ces conduits des eaux.
On a recomposé pièce à pièce tout le paysage; il diffère très-peu de
celui que décrit Horace lui-même.

Voilà la rivière _Digentia_, aujourd'hui _Licenza_; elle sort d'une
source tombant du rocher à flots abondants et purs qui ont creusé le
marbre avant de couler en rivière. On l'appelait la Fontaine d'Horace
dans le moyen âge, maintenant _Fonte bella_. Voilà le bouquet de chênes
verts sous le rocher protégeant la maison et le verger contre les vents
du nord; voilà les boeufs et les moutons paissant, sur les flancs du
coteau, l'herbe saine et touffue comme du temps du maître; voilà les
oliviers, les vignes rampantes produisant la même huile parfumée et le
même vin un peu âpre; voilà la bourgade de _Mandela_ au fond de la
vallée, qui n'a changé que de nom; voilà le temple de Vacuna écroulé,
mais que les inscriptions de ses débris attestent; voilà enfin la
mosaïque du salon d'Horace, retrouvée intacte sous le sillon en 1834.
Deux chapiteaux et deux tronçons de colonnes doriques viennent d'être
exhumés des décombres; ils prouvent qu'une certaine élégance attique
avait pénétré avec l'ami de Mécène jusque dans ces cantons reculés. Le
temple de Vacuna a prêté ses pierres à une petite église de la Vierge.
La même population qui peuplait du temps d'Horace ce hameau et ces deux
bourgades de la Sabine les peuple encore de nos jours; la rivière
Digentia court avec la même quantité d'eau et les mêmes murmures; ses
flots se perdent à quatre heures de là dans le fougueux _Anio_, sous les
arcades du palais de Mécène à Tibur. Le temps ne change pas autant les
choses sur la terre qu'on le croit; il ne change guère que les noms;
deux mille ans, c'est un battement d'ailes dans son vol; si Horace
renaissait, il connaîtrait tout, excepté sa langue et ses dieux.


XX

C'était là la demeure d'été d'Horace; au printemps il résidait à Tibur,
en hiver à Rome; il y jouissait du rang et des distractions réservés à
la classe des chevaliers romains, noblesse militaire qui avait ses
insignes et ses priviléges au théâtre et dans les cérémonies publiques.
On ignore si ce rang élevé de chevalier romain lui avait été décerné par
Auguste, ou s'il le tenait (ce qui est plus vraisemblable) de son grade
de tribun des soldats, général de brigade dans l'armée de Brutus.

Le revenu du domaine d'Ustica ne pouvait pas être considérable: on sait
ce que rend de nos jours une métairie exploitée par huit paysans; mais
il y vivait, sans avoir besoin d'argent, des produits en nature du
domaine: les troupeaux, les fruits, les légumes, le vin et l'huile de la
métairie. Son régime était si sobre qu'il se contentait, comme moi,
d'une nourriture végétale, et que la laitue, la courge, les gâteaux
pétris de farine et de crème étaient le seul luxe de sa table. Quant au
vin, il le chantait, mais il ne le buvait pas depuis longtemps; l'eau
limpide de la source, rafraîchie par la neige du mont Lucrétile, était
sa seule boisson. Sa santé, devenue de bonne heure très-délicate, ne lui
permettait d'excès qu'en poésie. L'amour seul n'avait pas lassé ses sens
ni son âme. Après avoir épuisé à Rome ce goût immoral et immodéré des
courtisanes, nous verrons bientôt dans ses odes qu'il avait cherché à
s'attacher par un lien plus durable une jeune et belle esclave
affranchie, digne d'un attachement sérieux. C'est pendant un des séjours
qu'elle faisait fréquemment à _Ustica_ près de lui qu'Horace, ivre de
liberté et de solitude, écrivait ces lignes délicieuses, manuel de
l'amour des champs resté dans la mémoire de tous les adorateurs de la
vie cachée; il regardait, en écrivant ses vers, sa maison, son jardin,
son verger, sa rigole et la vallée de la Licenza assourdie du
gazouillement de ses eaux.

«Voilà bien ce qui était de tous temps dans mes rêves! dit-il: un
domaine rustique d'une étendue aussi bornée que mes désirs, une source
d'eau vive auprès de la maison, un toit ombragé par un petit bocage. La
bonté des dieux m'a accordé plus et mieux encore! Qu'ils soient bénis! Je
ne leur demande plus rien; conservez-moi seulement, ô dieux! les dons
que vous m'avez faits.»

Puis, après avoir fait contraster dans des vers ironiques le tracas des
affaires et même de la faveur d'Auguste et de Mécène à Rome avec ce doux
isolement et cette heureuse obscurité de sa métairie d'Ustica:

«Ô champ! s'écrie-t-il, quand te reverrai-je enfin? Quand me sera-t-il
donné, tantôt en relisant les livres des anciens, tantôt en
m'assoupissant dans de faciles sommeils, tantôt en m'abandonnant à la
molle paresse des heures qui ne doivent rien à la vie, de prolonger les
doux oublis d'une existence autrefois si agitée! Quand verrai-je sur ma
table la fève chère à Pythagore et mes légumes assaisonnés d'un lard
appétissant! Ô délicieux déclin des jours, repas divin, où, en présence
des dieux de mon humble foyer, je me restaure avec mes amis, au milieu
d'heureux serviteurs auxquels je fais distribuer les mets de la même
table à mesure qu'on les dessert, et dont la rustique joie me réjouit
moi-même!..... Après que chacun de nous a bu à sa soif, l'entretien se
ravive; nous causons, non pas sur nos voisins pour en médire, ni sur les
propriétés pour les envier, ni sur le talent plus ou moins merveilleux
du danseur _Lepos_; nous nous entretenons sur des sujets qui nous
intéressent davantage, et qu'il n'est pas sage d'ignorer: si le bonheur
de l'homme consiste dans la richesse ou dans la vertu; si le mobile de
la véritable amitié est l'intérêt ou l'estime, etc...» Puis le poëte,
pour diversifier l'entretien, introduit dans le dialogue son voisin
_Cervius_, qui a l'habitude de conter les vieux apologues populaires;
Cervius, à propos des richesses de leur autre voisin, un certain
_Abellius_, le propriétaire du plus vaste domaine de la vallée d'Ustica,
récite en vers inimitables, même par La Fontaine, la fable du Rat de
ville et du Rat des champs.

Lisez cette fable dans Horace et lisez-la dans La Fontaine; vous verrez
la différence de concision et d'expression des deux langues, la latine
ou la gauloise. Relisez-la à un autre point de vue; vous verrez la
distance entre le poëte des enfants et le poëte des sages. Cette
distance est confessée par le superstitieux admirateur de La Fontaine
lui-même, M. Walckenaer. Quand on lit un conte original de l'Arioste à
côté de l'imitation de ce conte par La Fontaine, on éprouve la même
déception: on ne peut juger de la différence des métaux qu'en les pesant
dans la même balance ou qu'en les faisant sonner sur la même table de
marbre; Horace pèse et sonne l'or dans cette fable; La Fontaine pèse et
sonne la plume d'un imitateur plus naïf que puissant.


XXI

Tout, dans cette solitude, était occasion de vers: un arbre qui
s'écroulait à côté de lui sous un coup de vent et qui menaçait sa tête,
un loup qui lui apparaissait au carrefour d'un bois, une fontaine qui
lui versait la fraîcheur dans son cristal, le sommeil à l'ombre dans son
murmure; il jetait son impression fugitive dans le moule gracieux et
poli de la strophe, et il n'y pensait plus; ce n'est qu'après sa mort
qu'on retrouva et qu'on recueillit le plus grand nombre de ses petites
pièces. Il lui suffisait du plaisir de les écrire et d'en amuser un
souper de Mécène ou d'Auguste quand il retrouvait ses puissants amis à
Rome.

Sa douce et commode philosophie, qui n'était que la nonchalance de
l'esprit et le chatouillement du coeur, se retrouvait dans presque
toutes ses odes, comme dans celle-ci, adressée à un de ses jeunes hôtes
à la campagne:

«Tu vois comme le mont Soracte commence à blanchir sous la haute neige;
les bras des arbres dépouillés de feuilles fléchissent sous le poids du
givre et des frimas, et les fleuves, saisis par l'âpre gelée, ont
suspendu leur cours. Cher ami, désarme l'hiver en prodiguant le bois à
ton foyer, et que ton amphore sabine te verse plus libéralement un vin
de quatre ans! Abandonne aux dieux tout le reste. Quand il leur plaira
d'enchaîner les vents qui se combattent sur la mer écumante, les cyprès
et les ormes séculaires cesseront de plier sous leurs coups. Du
lendemain garde-toi de prendre trop de souci, et jouis à la hâte du jour
que le destin te prête. Si jeune encore et si loin de la grondeuse
vieillesse, ne dédaigne pas les danses et les amours; montre-toi sans
honte au champ de Mars ou dans ces promenades publiques où l'on entend,
aux heures convenues, les doux chuchotements des mystérieux entretiens;
épie cet éclat de rire folâtre qui trahit l'asile où la jeune fille
s'est cachée dans ses jeux, et ravis-lui, après une feinte lutte, son
bracelet ou son anneau.»


XXII

Tout portait l'âme d'Horace, en ce temps-là, à la sérénité, à
l'insouciance des affaires publiques et aux plaisirs de la ville ou des
champs. Auguste gouvernait si doucement qu'on ne sentait pas sa main ou
qu'on ne la sentait que par ses bienfaits. Il voulait allécher Rome à la
monarchie paternelle. Horace, maintenant rallié, célébrait quelquefois
ses exploits en vers pindariques; il passait de l'élégie à l'ode comme
le musicien consommé d'une corde à l'autre sur le même instrument. Il
avait entièrement oublié Brutus, Caton, Cicéron: la liberté orageuse ne
valait pas, selon lui, la peine qu'on la pleurât; d'ailleurs les hommes
pouvaient bien trahir la cause trahie par les dieux. Il ne s'occupait
que de son plaisir et de sa santé. Le médecin d'Auguste l'envoyait
tantôt passer l'été aux bains froids de la Sabine, tantôt aux bains
chauds de la Campanie; on voit par ses épîtres que l'_hydrothérapie_
était inventée à Rome comme à Paris dès ce temps-là. Il fit aussi
quelques rares voyages en Calabre pour y visiter le berceau de son
enfance et le tombeau de son père. Il revient avec délices dans
plusieurs de ses compositions sur ces flots de _Tarente_ et sur cette
fontaine de _Blandusie_ qui avaient pour lui la saveur des premiers
souvenirs.


XXIII

La mort précoce du grand Virgile, qu'Horace aimait et célébrait sans
envie dans toutes les circonstances, jeta une ombre sur l'âme d'Horace.
Virgile vivait plus encore que son ami dans la familiarité d'Auguste;
après cette mort Auguste voulut rapprocher encore plus intimement Horace
de lui; il lui offrit l'emploi de secrétaire de son cabinet. «Jusqu'ici,
écrit Auguste à Mécène dans une lettre citée par Suétone, je n'ai eu
besoin de personne pour les lettres que j'écrivais à mes amis; mais
actuellement que je fléchis sous la multiplicité des affaires et sous le
poids de l'âge, je désire vous enlever Horace; qu'il vienne donc
échanger votre table hospitalière et ouverte à tous, contre une table
_frugalement royale_; il nous aidera à écrire nos lettres.»

Mécène était magnifique, Auguste économe et sobre. «Un simple
particulier dans l'aisance, dit Suétone, trouverait à peine digne de lui
le mobilier, les lits, les tables d'Auguste. Il ne mangeait que du pain
bis, de petits poissons, des fromages battus du lait de ses vaches, des
figues vertes des deux saisons; il ne buvait qu'un vin ordinaire trempé
d'eau. Les repas qu'il donnait à ses amis étaient de la plus extrême
simplicité; il les égayait seulement pour ses convives d'un peu de
musique.»

Horace, informé par Mécène de ce désir d'Auguste, qui eût été pour tout
autre un ordre, s'excusa sur sa mauvaise santé, préférant son
indépendance à une fortune tardive et inutile à son bonheur.

Auguste insista vivement dans un billet direct au poëte. «Vantez-vous,
lui dit-il dans ce billet, d'un grand crédit sur moi comme si vous étiez
de ma maison; vous en avez bien le droit, car il n'a pas dépendu de moi
que cela ne se réalisât; c'est la délicatesse seule de votre santé qui y
a mis obstacle. Notre ami Septimus pourra vous dire que je suis loin de
vous oublier, et, si vous avez été assez fier pour négliger mon amitié,
mon intention n'est pas de vous rendre la pareille et de faire le fier
comme vous.»

Cependant Horace publiait en ce moment le premier volume (rouleau) de
ses oeuvres. Ce volume choisi était très-court. Auguste, après l'avoir
appelé par badinage un _petit homme_, un _délicat_, un _débauché_ de
paresse, lui dit: «Dionysius m'a remis de votre part votre petit volume,
et j'excuse son exiguïté en me rappelant celle de votre personne: vous
ne voulez pas que vos livres soient plus grands que vous! Mais, si la
taille vous manque, l'embonpoint ne vous manque pas. Ne donnez, si vous
voulez, à vos volumes que la hauteur d'une petite amphore, mais que leur
rotondité, je vous prie, ressemble à celle de votre ceinture!»

Ces plaisanteries entre le poëte et l'empereur rappellent tout à fait
celles des Médicis avec les grands poëtes ou les grands artistes de leur
temps. Louis XIV élevait quelquefois Racine, Molière et Boileau à sa
présence, mais jamais à sa familiarité; il avait la grandeur d'Auguste,
il n'avait pas son esprit; il laissait toujours la majesté du trône
entre le génie et lui; il semblait craindre que, s'il descendait de sa
hauteur, on s'aperçût que le niveau était changé entre ces grands hommes
et lui.

Auguste fut plus charmé dans ce volume par les épîtres que par les odes.
Il aimait le naturel de préférence au sublime. «Sachez, écrivit-il à
l'auteur, que je suis blessé de ce qu'aucune de ces épîtres ne me soit
adressée. Avez-vous peur que la postérité ne sache que vous étiez mon
ami?»

Horace ne tarda pas à adresser à l'empereur une épître du sein de ses
pénates d'Ustica. On y admire cette fable du _Cheval_, du _Cerf_ et de
l'_Homme_, également, mais très-inférieurement versifiée par La
Fontaine, et ce vers sublime de sens et de force:

  Serviet æternum qui parvo nesciet uti;

  _Il sera éternellement esclave celui qui n'a pas su vivre de peu._

Les offres d'Auguste et le danger de la cour, à laquelle il venait
d'échapper, rendirent plus fréquents et plus longs ses séjours dans sa
métairie de la Sabine; il la décrit avec un charme toujours nouveau.

«Cher Quintius, écrit-il à un de ses amis de Rome, pour vous dire en
détail la nature et la position de mon domaine, je n'attendrai pas que
vous me demandiez si par ses moissons il nourrit son maître, s'il
l'enrichit par ses fruits, par ses olives ou par ses vignes entrelacées
aux ormeaux. Une vallée profonde, qui entrecoupe une chaîne de
montagnes, reçoit à droite les rayons du soleil à son lever et se colore
des clartés vaporeuses de son char qui fuit. La température vous
enchanterait. Les buissons mêmes sont chargés de prunes et de
cornouilles; le chêne et l'yeuse prodiguent aux troupeaux leurs glands
nourrissants, au maître un épais ombrage: on se croit transporté dans la
verte Tarente. Une source assez abondante pour former un ruisseau et lui
donner son nom coule, aussi fraîche, aussi limpide que l'Hèbre qui
baigne la Thrace; son eau est salutaire à la tête, salutaire à
l'estomac. Telle est l'agréable et délicieuse retraite qui protége votre
ami contre les influences malignes de septembre.»

Les peintres de la Rome actuelle s'y retirent encore aujourd'hui pour
fuir les fièvres de la campagne romaine.


XXIV

C'est là qu'Horace se prêta aux désirs de ses amis lettrés, les Pisons,
en écrivant ces épîtres, plus didactiques qu'agréables, qu'on a appelées
son _Art poétique_.

C'est un cours de littérature abrégé et résumé en vers froids, secs,
d'une admirable concision, mais d'une pénible lecture. La grâce et la
mollesse, caractère des écrits d'Horace, ne pouvaient avoir leur place
dans un sujet didactique; les préceptes dénués de descriptions et
d'épisodes n'appartiennent pas à la poésie, mais à la pédagogie.
Boileau, quoique copiste d'Horace, a traité le même sujet dans son _Art
poétique_ avec une grande supériorité sur le poëte romain, bien que
Boileau fût infiniment moins poëte que l'ami de Mécène; mais Horace ne
prétendait qu'à faire une ébauche, Boileau faisait un poëme. En ce genre
les _Géorgiques_ de Virgile sont le chef-d'oeuvre immortel des anciens
et des modernes, parce que le spectacle de la nature et les travaux des
champs sont un sujet bien plus susceptible de description et de
sentiment que les leçons de rhétorique et de prosodie données en vers
boiteux par Horace et par Boileau. Virgile, fils d'un potier de Mantoue
et né parmi les pasteurs et les laboureurs des collines du lac de Garde,
composait des souvenirs de son enfance des tableaux vivants dans son
âme, tableaux qui vivront autant que la nature; sa supériorité
didactique ne vient pas seulement du poëte, elle vient du sujet.


XXV

Cependant il y a un soir pour la vie des hommes heureux comme pour la
vie des hommes obscurs; celle d'Auguste touchait à son déclin; ce déclin
de son bonheur se révélait par la mort de _Drusus_, à qui il destinait
le trône et qui promettait de rendre la liberté aux Romains. Par cette
mort, Tibère, redouté d'Auguste, devenait son successeur naturel; le
sombre génie de Tibère attristait d'avance Auguste et Rome. On sentait
dans le silence de cet héritier la préméditation de la tyrannie. Le
peuple romain ne méritait peut-être pas mieux de ses maîtres: pourquoi
avait-il livré sa liberté à César, à Auguste, aux légions? Quand un
peuple abdique par lâcheté ou par éblouissement entre les mains des
soldats, il n'a plus le droit de se plaindre de la servitude; celle de
César était brillante, celle d'Auguste était douce, celle de Tibère
pouvait être sinistre; c'est la condition de l'hérédité du pouvoir
absolu.

Au même moment Auguste perdait dans Mécène la sûreté des conseils et les
délices d'une longue amitié. Horace allait perdre en lui le charme d'une
familiarité aussi aimable que toute-puissante. La fièvre minait depuis
trois ans Mécène. En se sentant mourir il légua à Auguste son ami Horace
comme la meilleure partie de ses biens terrestres.

_Souvenez-vous d'Horace autant que de moi-même!_ écrit-il dans son
testament.

Horace, brisé de douleur par la mort de Mécène, tomba malade à Rome le
27 novembre, et mourut d'amitié comme il en avait vécu. Belle mort pour
un homme si aimant et si aimable. À l'exemple de Mécène il institua, par
un testament verbal, Auguste pour son héritier universel. Sa maison de
Rome, son petit domaine de la Sabine, sa villa de Tibur devinrent des
biens de la famille impériale. On voit par là qu'il avait réellement
concentré tout son coeur dans son attachement à Mécène et à Auguste.
Sans épouse et sans enfants, il devait désirer que ses champs et ses
huit esclaves tombassent dans le domaine d'un maître aussi doux que
puissant.

Auguste, doublement affligé de ces deux brèches à son coeur, suivit à
pied ses funérailles et le fit ensevelir aux Esquilies, à l'ombre du
tombeau de Mécène.

Horace n'avait pas encore soixante ans; le peuple le pleura; son charme
était l'amabilité, cette vertu du tempérament qui fait aimer toutes les
autres. Son véritable monument fut le recueil de ses oeuvres, qui se
répandit à Rome et dans tout l'empire, par les soins d'Auguste, avec une
prodigieuse profusion. Son incurie et sa modestie avaient négligé de
rassembler ses oeuvres fugitives pendant sa vie. Il tenait peu à la
gloire pourvu qu'il fût heureux. Il devint immortel malgré lui; le
charme lui conquit le monde et ce charme dure encore. L'immortalité
comme la vie est un don; ce don de l'immortalité, il le dut au don de
plaire; ce don de plaire, il le dut au _naturel_, cette grâce
involontaire de l'esprit. Ce don suprême du naturel ne s'acquiert pas;
il est dans le tempérament de l'homme plus que dans son talent: c'est la
facilité de la force.


XXVI

Une immense renommée, renommée à la fois littéraire, aristocratique et
populaire, s'attacha à la mémoire de ce poëte de la cour, du plaisir et
de la solitude, après sa mort. On fit des pèlerinages d'amitié et de
poésie aux lieux que son séjour avait pour ainsi dire consacrés.
L'historien romain Suétone raconte que, de son temps, c'est-à-dire sous
l'empereur Trajan, on montrait encore avec vénération, près du petit
bois de chênes verts de Tibur (Tivoli), la petite maison de plaisance
qu'Horace avait habitée. Sa maison d'Ustica dans la Sabine, sa chère
fontaine de _Blandusie_, près de la petite villa napolitaine de Venouse,
le lieu de sa naissance, aujourd'hui _Palazzo_, restèrent éternellement
l'objet du même pèlerinage et du même culte de la mémoire. L'homme
illustre, surtout l'homme aimé, laisse comme le cygne une plume de ses
ailes et une harmonie de son chant suprême aux lieux où il s'est
abattu. On se plaît à retrouver son âme dans leurs sites favoris; l'âme
doucement philosophique d'Horace est à _Ustica_, ce recueillement de sa
vie rurale entre deux montagnes de la Sabine; l'âme voluptueuse et
poétique d'Horace est à _Tibur_, ce délassement passager de la cour et
des plaisirs de Rome, à l'ombre de la villa de Mécène, qui la couvrait
de son amitié: l'amitié, en effet, fut sa véritable muse; c'est par
excellence le poëte de l'amitié, parce que l'amitié est une passion
douce et tempérée qui échauffe l'âme sans la consumer comme l'amour.
Soigneux de sa santé morale après quelques débauches de jeunesse, il
s'était mis au régime des sentiments qui n'ont point de lie. Il était
sobre dans ses passions comme à sa table; glisser sur la vie sans trop
appuyer était sa devise comme celle de Fontenelle et de Saint-Évremond.
Le mot qui résume le mieux le nom d'Horace est _amabilité_; il n'est pas
grand, il n'est pas sublime, il n'est pas passionné, il n'est pas
sérieux, il est même rarement tendre, mais il est aimable; et la
postérité, qui le récompense à bon droit de lui plaire, l'admettra à
jamais au premier rang des hommes de bonne compagnie.

C'est ce caractère d'homme aimable, de charmant convive et d'hôte de
bonne compagnie qui lui conserve une place de choix dans nos
bibliothèques. Les jeunes gens en font peu d'estime, mais les hommes
d'un certain âge l'adorent. Voltaire, à quatre-vingt-trois ans, adressa
à l'ombre d'Horace une de ses plus juvéniles épîtres; il ne manqua à ces
vers que l'accompagnement du murmure des Cascatelles de Tivoli, qui
mouillaient de leur écume les tablettes du poëte latin quand il écrivait
d'une main si légère ses propres épîtres badines à Mécène. Écoutez
Voltaire; vous croiriez entendre Horace encore.


XXVII

  «Je t'écris aujourd'hui, voluptueux Horace,
  À toi qui respiras la mollesse et la grâce,
  Qui, facile en tes vers et gai dans tes discours,
  Chantas les doux loisirs, les vins et les amours,
  Et qui connus si bien cette sagesse aimable
  Que n'eut point de Quinaut le rival intraitable.
  Je suis un peu fâché, pour Virgile et pour toi,
  Que, tous deux nés Romains, vous flattiez tant un roi;
  Mon Frédéric, du moins, né roi très-légitime,
  Ne dut point ses grandeurs aux bassesses du crime.
  Ton maître était un fourbe, un tranquille assassin;
  Pour voler son tuteur il lui perça le sein;
  Il trahit Cicéron, père de la patrie;
  Amant incestueux de sa fille Julie,
  De son rival Ovide il proscrivit les vers
  Et fit transir sa muse au milieu des déserts.
  Je sais que prudemment le politique Octave
  Payait l'encens flatteur d'un plus adroit esclave;
  Frédéric exigeait des soins moins complaisants.
  Nous soupions avec lui sans avilir l'encens;
  De son goût délicat la finesse agréable
  Faisait, sans nous gêner, les honneurs de sa table.
  Nul roi ne fut jamais si fertile en bons mots
  Contre les préjugés, les fripons et les sots.
  Maupertuis gâta tout; l'orgueil philosophique
  Aigrit de nos beaux jours la douceur pacifique;
  Le plaisir s'envola: je partis avec lui!
  Je cherchai la retraite; on disait que l'ennui
  De ce repos trompeur est l'insipide frère.
  Oui, la retraite pèse à qui n'en sait rien faire;
  Mais l'esprit qui s'occupe y goûte un vrai bonheur.
  Tibur valait pour toi la cour de l'empereur;
  Tibur, dont tu nous fais l'agréable peinture,
  Surpassa les jardins vantés par Épicure.
  Je crois Ferney plus beau; les regards étonnés,
  Sur cent vallons fleuris doucement promenés,
  De la mer de Genève admirent l'étendue,
  Et les Alpes, au loin s'élevant dans la nue,
  D'un large amphithéâtre embrassent les coteaux
  Où le pampre en festons rit parmi les ormeaux.
  Là quatre États divers arrêtent ma pensée:
  Je vois de ma terrasse, à l'équerre tracée,
  L'indigent Savoyard, utile en ses travaux,
  Qui vient couper mes blés pour payer ses impôts,
  Et du bord de mon lac à tes rives du Tibre
  Je te dis, mais tout bas: Heureux un peuple libre!
  Je suis libre en secret dans mon obscurité.
  Ma retraite et mon âge ont fait ma sûreté.
  Je fais un peu de bien, c'est mon plus bel ouvrage!
  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
  Tes vers en tout pays sont cités d'âge en âge;
  J'ai vécu plus que toi, mes vers dureront moins;
  Mais au bord du tombeau je mettrai tous mes soins
  À suivre les leçons de ta philosophie,
  À mépriser la mort en savourant la vie,
  À lire tes écrits pleins de grâce et de sens,
  Comme on boit d'un vin vieux qui rajeunit les sens.

  «Avec toi l'on apprend à souffrir l'indigence,
  À jouir sagement d'une honnête opulence,
  À vivre avec soi-même, à servir ses amis,
  À se moquer un peu de ses sots ennemis,
  À sortir d'une vie, ou triste ou fortunée.
  En rendant grâce aux dieux de nous l'avoir donnée.
  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
  Profitons bien du temps, ce sont là tes maximes:
  Cher Horace, plains-moi de les tracer en rimes;
  La rime est nécessaire à nos jargons nouveaux,
  Enfants demi-polis des Normands et des Goths;
  Elle flatte l'oreille, et souvent la césure
  Plaît je ne sais comment en rompant la mesure;
  Des beaux vers pleins de sens le lecteur est charmé;
  Corneille, Despréaux et Racine ont rimé;
  Mais j'apprends qu'aujourd'hui Melpomène propose
  D'abaisser son cothurne et de chanter en prose!»

Voilà ce que pensait d'Horace l'homme qui, dans ses derniers jours, lui
ressemblait le plus, et qui, après avoir détendu son âme, sa vie et son
style, écrivait à Ferney des familiarités d'esprit dignes de Tibur.
Seulement le vieillard de Ferney n'avait pas le droit d'accuser trop
Virgile et Horace de leurs complaisances envers Auguste, lui qui avait
été le complaisant de Frédéric, le plus spirituel, mais le plus pervers
des rois; lui qui excusait dans Catherine de Russie jusqu'au meurtre
prémédité d'un époux pour affranchir ses moeurs dépravées et pour régner
à la place d'un fils au nom des prétoriens de la Russie et au mépris
des lois de l'empire. Frédéric, Catherine II, Octave, devenu Auguste,
avaient peu à s'envier en fait d'immoralité et d'ambition, sinon de
crimes; mais Auguste, repentant et vieilli, faisait depuis longtemps
oublier Octave quand Horace, entraîné par Mécène, consentit non à
l'absoudre, mais à lui pardonner. Il y eut faiblesse peut-être, mais
nulle bassesse intéressée dans l'amitié tardive d'Horace pour le maître
du monde; il ne lui demanda jamais rien que son indépendance et son toit
de paysan aisé dans son domaine des montagnes de la Sabine. Voltaire, à
cet égard, il faut en convenir, fut aussi désintéressé dans ses
cajoleries à Frédéric et à Catherine qu'Horace. Il fit sa fortune par
les produits de son talent, par les souscriptions à _la Henriade_ en
Angleterre et par quelques entreprises heureuses dans les vivres de
l'armée, sous les auspices des fournisseurs les frères _Paris_; puis il
se retira, non dans sa médiocrité comme Horace, mais dans son opulence
rurale, pour vivre magnifiquement et pour penser librement au bord d'un
lac plus beau que les cascades d'Horace à Tibur. Voltaire, dans ses
dernières années, fut aussi spirituel dans ses vers familiers qu'Horace;
mais, quoiqu'il fût plus grand que le solitaire de _Tibur_, il ne fut
jamais aussi gracieux ni aussi aimable.

L'amabilité, voilà le génie qui préside à la vie comme à la poésie de
l'ami de Mécène. L'amabilité peut se définir le don d'aimer et d'être
aimé; ce don se révèle dans les oeuvres d'un écrivain comme dans son
caractère; il n'est pas le génie, mais il est le charme, cette qualité
indéfinissable qui est le génie de l'agrément; le don de plaire, ce don
de plaire qu'on n'a jamais pu définir parce qu'il est divin, est bien
rarement compatible avec l'austérité de l'esprit, du caractère et des
oeuvres d'un homme. Mais il semble avoir été donné aux hommes fragiles,
précisément pour leur faire pardonner un peu de la fragilité humaine. Ce
sont des hommes de grâce: il n'y a de grâce que dans ce qui plie.
D'ailleurs on éprouve en secret un certain plaisir à leur pardonner ce
qu'on ne peut approuver en eux; l'indulgence n'est pas seulement une
vertu, c'est un plaisir; c'est ce plaisir qu'on éprouve à lire et à
aimer Horace comme à lire et à aimer ce grand enfant très-vicieux qu'on
appelle chez nous La Fontaine. Il y a de l'éternelle jeunesse dans
Horace comme il y a de l'éternelle enfance dans La Fontaine; seulement
j'aime mieux l'éternelle jeunesse de l'un que l'éternelle enfance de
l'autre. La jeunesse d'Horace devint maturité en vieillissant: il vécut
voluptueux et mourut philosophe; La Fontaine mourut aussi enfant qu'il
avait vécu.

Telle est la vie d'Horace en prose; nous allons la retrouver dans ses
oeuvres; chacun de ses vers est une empreinte de sa vie; il semait sa
route de ses feuilles et de ses fleurs; comme une canéphore dans les
processions antiques, on le suit à la trace de ses parfums.



XLVIIIe ENTRETIEN

LITTÉRATURE LATINE.

HORACE.

(2e PARTIE.)


I

Maintenant que nous connaissons parfaitement la vie et le caractère de
cet homme aimable et flexible qui fut Horace, voyons ses oeuvres; c'est
encore sa vie, car il n'a point fait une oeuvre d'art proprement dite;
il s'est écrit lui-même au courant de ses jours et au courant de ses
amours, de ses amitiés, de ses pensées, de ses rêveries. C'est un
Montaigne latin en vers, mais plus aimable et plus charmant que
Montaigne.

Ses oeuvres ne sont que ses _tablettes_ retrouvées après lui dans sa
maison de Tibur ou dans la mémoire des jeunes Romains et des jeunes
Romaines. Ses odes ne sont que ses billets du matin ou du soir à ses
amis et à ses amies de Rome et de Naples. Tout est de circonstance dans
son génie; il ne s'est jamais placé dans la chaire de l'homme de lettres
ou sur le trépied du poëte pour dire: Écoutez-moi, je vais raisonner ou
je vais chanter. Il s'est mis à table à Rome; il s'est assis à l'ombre
de son buisson de lauriers à _Ustica_, au pied de ses oliviers à Tibur,
au bord de sa source de Blandusie à Venouse; et si un souffle d'air a
frémi mélodieusement dans l'arbre, si un gazouillement de la source a
ému son oreille, si un flacon du falerne écumeux a répandu l'ivresse à
la fin du festin d'amis, si les cheveux dénoués de la jeune Napolitaine
Leucothoé ont eu un pli gracieux sur ses épaules ou exhalé un parfum de
Syrie dans l'air, il a écrit, le jour même ou le lendemain, en deux ou
trois strophes négligées, mais accomplies, son impression du moment,
sans autre ambition que de perpétuer son plaisir. Toutes les images qui
ont passé devant ce miroir de son imagination vive et tendre s'y sont
fixées comme, dans un courant limpide, les rameaux, les fleurs, les
colombes du bord. C'est la vie prise au vol; voilà pourquoi tout vit et
tout vole encore dans ces pages fugitives du poëte romain.

Quand nous disons du poëte romain, nous nous trompons: Horace n'était
Romain que par le séjour qu'il faisait à Rome: d'origine et de génie
comme de caractère il était Grec. La rectitude, l'austérité, la
pesanteur, la sécheresse d'imagination des Latins n'ont aucun rapport
avec la flexibilité, la liberté, la suavité, l'apparent décousu et la
légèreté badine du style attique transporté tout chaud dans la langue de
Cicéron et de Lucrèce par ce jeune homme de Venouse, ville de la grande
Grèce. On retrouve partout en lui, non pas la froide Sabine, non pas le
dur _Latium_, mais l'Arcadie; sa strophe a des souplesses et des chutes
harmonieuses qui étaient étrangères jusque-là à la prosodie latine.
Quant à l'imagination, elle y déborde; le Romain en était sobre, parce
qu'il en était pauvre. Rustique et guerrière, la famille de Romulus
n'avait pas ces abandons, ces nonchalances et ces élégances de la
Sicile, de la Calabre ou de l'Attique. Horace était un nourrisson de
l'_Hymète_; c'est une des raisons qui le firent tant goûter à Rome à ses
premiers vers: il y était nouveau.


II

Un second caractère de sa poésie, c'est qu'elle ne dérive pas, comme la
grande poésie, de l'enthousiasme, mais du badinage. Nous ne donnons pas
cela comme une qualité, mais comme une infériorité du génie poétique
d'Horace. Ce génie même, quand il a abordé les grands sujets religieux,
philosophiques, patriotiques, est quelquefois élevé, mais jamais
complétement sérieux. Ce n'est ni l'accent ému et pieux de David, ni
l'accent révélateur d'Orphée, ni l'accent héroïque d'Alcée, ni l'accent
majestueux de Pindare; il n'avait de foi bien profonde ni dans la
divinité, ni dans la vertu, ni dans la patrie, ni dans la liberté. Il en
parle quelquefois admirablement, mais sans conviction; on sent que ce
n'est pas sa foi, mais son thème; c'est un musicien accompli, qui
exécute bien la note élevée, mais qui ne l'invente pas; à ce titre il
était incapable de composer des hymnes pour les temples ou des chants
populaires pour les légions. Ce feu sacré, emprunté à d'autres, jetait
par moment quelques flammes dans ses strophes, mais il ne brûlait pas
dans son sein. S'il eût été stoïcien, comme Brutus et Caton, il aurait
eu la langue d'Orphée; mais il était épicurien, il ne pouvait avoir que
la langue des Grâces. Cette indifférence fondamentale sur les dieux, sur
les vertus stoïques, sur les formes politiques, fait partie de son
charme; il est léger comme un coeur vide de fortes convictions; il joue
autour des fibres les plus molles du coeur, il ne les brise jamais.
Comment en aurait-il été autrement de l'homme qui, après avoir combattu
avec Caton et Brutus pour le maintien de la république, soupait gaiement
avec Mécène et avec Auguste? content de tout pourvu que la transition
fût décente, que l'amitié fût douce et que le falerne fût frais.


III

Ce n'est donc pas du sérieux qu'il faut chercher dans Horace, c'est de
l'agrément; il n'est sérieux que quand il s'agit de son bonheur, il
n'est sage que quand il conseille de le chercher dans la retraite, dans
la médiocrité et dans l'amitié. C'est donc un poëte _semi-sérieux_,
comme disent les Italiens de nos jours; ne vous attendez pas à autre
chose, vous seriez trompés; aussi ne l'ouvrez qu'à un certain âge et
dans les heures oisives où votre âme, libre de grandes passions et vide
de hauts enthousiasmes, cherche à se bercer elle-même sur les vagues
apaisées de la vie, en un mot, quand vous voulez vous amuser avec des
vers comme avec des osselets. Il y a des heures pour cela dans la vie:
c'est le poëte de ces heures; il ne calmera pas un de vos chagrins, mais
il enchantera une de vos oisivetés. Je le conseille aux hommes rassasiés
du monde qui ont passé les deux premiers tiers de leur existence. Plus
tôt ce serait un mauvais signe que de s'y plaire; une si molle
indifférence ne sied pas à la jeunesse.


IV

Maintenant que vous êtes bien avertis, feuilletons ensemble ce manuel
des hommes de plaisir et des hommes de goût, _semel decipiendum_. Il va
sans dire que je choisirai dans ce recueil d'Horace, et que je
m'arrêterai dans mes citations devant tout ce qui ferait monter la
rougeur au front de l'innocence. Ce qui offense la pudeur n'est jamais
beau: le cynisme est la laideur de l'esprit; il n'y en a pas beaucoup
dans Horace: sa délicatesse le défendait contre ce vice de la langue
latine; mais la religion d'Épicure ne commandait pas les heureuses
chastetés de la religion qui combat les sens comme des corrupteurs de
l'âme.


V

Reportons-nous au temps où Horace, à vingt-quatre ans, revient de
l'armée de Brutus à Rome, et, ne voulant pas servir Octave comme un
transfuge, consume sa vie et son talent dans le commerce des jeunes
débauchés et des belles courtisanes, ces femmes de lettres et de plaisir
de son temps, femmes dont les _Olympia_ dans la Rome papale et les Ninon
de l'Enclos dans le Paris de Louis XIV rappelaient sans doute
l'équivoque existence.

Le jeune tribun des légions vaincues, amnistié par Octave, dépense
largement son loisir et le peu de fortune que les confiscations lui ont
laissée du patrimoine paternel; il abandonne toutes les pensées de
liberté, de vertu, de stoïcisme qu'il avait puisées dans les entretiens
de Caton et de Brutus. Sa vie est le commentaire de ces paroles
découragées de Brutus mourant: _Vertu, tu n'es qu'un nom!_ Il professe
la vanité de la politique et de la philosophie; une seule chose est
réelle: JOUIR DE LA VIE. Salomon dit quelque chose de semblable en
Orient: «_Vanité des vanités!_ excepté de vivre avec ce qu'on aime à
l'ombre de son figuier.»

Une fois ce parti pris, l'excellente éducation d'Horace et l'atticisme
de ses goûts poétiques lui font trouver le plaisir fade et la licence
nauséabonde s'il ne les assaisonne de grâce littéraire et de poésie
raffinée; il saisit au vol toutes, les circonstances de sa vie
épicurienne dans ses odes amoureuses et tous les scandales du jour dans
ses vers satiriques, pour les fixer par quelques petits chefs-d'oeuvre
qui courent la ville et qui donnent de la célébrité à son nom. Ses odes,
ce sont ses amours; ses satires, ce sont ses anecdotes; ses épîtres, ce
sont ses amitiés. Heureuse la femme qui lui plaît, malheur à celles qui
le trahissent, bonheur immortel à ses amis! Son livre est l'écho de son
coeur et l'écho de son temps. Nous avons eu en France, à la fin de Louis
XIV et sous la Régence, une société spirituelle, licencieuse et
poétique, tout à fait semblable à la société que fréquentait Horace en
ce temps-là: c'était celle où chantait Chaulieu, où versifiait Lafare,
où naissait Voltaire, ce qu'on appelait la société du _Temple_, parce
qu'elle se réunissait au Temple chez les princes et chez les _prieurs_
de Vendôme, ces Mécènes corrompus du siècle, et dont l'abbé de Chaulieu
était véritablement l'Horace. La société d'Horace, d'Ovide, de Catulle,
de Tibulle, de Virgile, jeune et voluptueux quoique peu aimable, était
le _Temple_ à Rome. L'incurie politique, l'impiété religieuse, l'amour
léger, la plaisanterie badine, la licence, la grâce, la poésie, la
table, étaient les délices et les célébrités des deux époques; il y
avait plus de talent dans cette société du _Temple_ de Rome, plus de
débauche dans celle de Paris; Horace et Virgile naissaient dans la
première, Voltaire dans la seconde; d'Horace à Lafare, de Virgile à
Voltaire, on peut mesurer la distance, mais dans les moeurs et dans les
plaisirs parfaite analogie. Les temps se répètent plus qu'on ne croit;
le monde tourne, mais ne change pas.


VI

C'est un grand malheur que les premiers éditeurs d'Horace, au
commencement de l'imprimerie, aient divisé ses oeuvres par genres, odes,
épodes, satires, épîtres, au lieu de les diviser par dates, car il ne
les écrivit pas par genres, mais par dates: aujourd'hui une ode, demain
une épître, le jour suivant une épode, puis une satire, puis un billet
en vers, selon qu'il était en veine d'amour, de morale, de malice, de
philosophie ou d'amitié. On aurait ainsi l'intelligence bien plus
complète de ce charmant improvisateur de chefs-d'oeuvre, le journal de
son âme dans le journal de ses années; la circonstance, l'aventure,
l'âge donneraient à la pièce de poésie l'accent. C'est une idée que nous
recommandons à M. Didot pour achever l'illustration d'Horace dont il
donne en ce moment une édition _elzévirienne_ avec des paysages gravés
dignes de _Claude Lorrain_. Ces paysages à la loupe font revivre
_Ustica_, _Tibur_, _Venusia_, _Blandusie_, tous ces sites où sont nés
ces vers immortels. Ces odes, distribuées selon leurs dates et selon les
circonstances qui les ont inspirées, feraient revivre l'homme tout
entier dans le poëte. Rien n'est impossible à la science et à la
patience de tels éditeurs; ils vivent à Rome autant qu'à Paris; M.
Walckenaer, par ses recherches et ses découvertes, a facilité une telle
oeuvre aux Didot. Quel plaisir de savoir pourquoi le poëte s'est
courroucé contre Glycère, ou s'est réconcilié avec Lydie, ou s'est
attendri sur Virgile, ou s'est rapproché d'Auguste, ou s'est fondu en
larmes sur la maladie de Mécène, et quel intérêt double s'attacherait
ainsi à un livre dont chaque phrase de l'éditeur expliquerait un vers du
poëte! Toutes les éditions d'Horace tomberaient devant celle-là.

Mais il faudrait y conserver précieusement la géographie et les paysages
des lieux habités, célébrés, éternisés par les vers d'Horace, dont la
poésie est enrichie et vivifiée dans l'édition portative de M. Didot;
ces vues en miniature sont la nature elle-même vue à travers le
microscope; l'atmosphère même est peinte: on croirait voir dans ces
petits tableaux à l'encre de Chine une Italie exhumée à travers la
distance et la brume des siècles. Jamais le lointain des lieux et des
temps ne fut plus merveilleusement rapproché de l'oeil et de
l'imagination; on porte l'Italie d'Horace dans sa main. Vicovaro; le
torrent de la Digentia qui écume encore sous les chênes disséminés au
fond de la vallée d'Ustica; le site parsemé de débris de briques de la
maison rurale du poëte; Rocca-Giovanni qui s'élève avec ses ruines de
forteresse féodale comme une sentinelle à l'ouverture de la vallée; la
plaine de Mandéla fumante çà et là au soleil; des feux d'herbes sèches
allumés et oubliés par les bergers; la grotte des nymphes au bord de
laquelle rêve le poëte endormi dont on voit danser les songes sous la
figure des femmes qu'il aima; la fontaine de Blandusie en Calabre, qui a
changé tant de fois de nom depuis Horace, et à laquelle un vers du
lyrique rend éternellement son premier nom; la barque pleine de musique
et pavoisée de voiles qui portait Mécène, Horace et leurs amis pendant
le voyage de Brindes; la treille de Tibur entre deux colonnes à l'ombre
desquelles le nonchalant ami de Mécène écrit une strophe entre deux
sommeils; l'entretien du maître d'Ustica avec son métayer, au milieu de
ses troupeaux de chèvres; Horace, ses tablettes sur ses genoux dans sa
bibliothèque de Tibur, écrivant au milieu de ses rouleaux de livres
grecs les préceptes de son épître _aux Pisons_, chacun de ces tableaux
est une évocation vivante d'un passé de deux mille ans, mais auquel ces
deux mille ans n'ont enlevé ni un rocher, ni une source, ni un arbre aux
paysages, ni un vers au génie aimable du poëte. C'est dans cette édition
véritablement lapidaire que nous feuilletterons avec vous les pages tant
feuilletées du sage et voluptueux solitaire de Tibur. Honneur aux Didot
futurs, bonheur aux poëtes qui les auront pour _illustrateurs_!


VII

La première ode qui nous allèche en feuilletant ces billets en vers,
c'est une ode à l'amitié dans la personne de Virgile.

Vous savez que Virgile, simple paysan dépouillé de son petit champ en
Lombardie par les prétoriens d'Octave, n'avait contre Auguste aucune des
animosités politiques que le décorum d'un officier de Brutus devait
garder contre le vainqueur de la république. Virgile, introduit dans la
maison d'Auguste et pénétré de reconnaissance pour son bienfaiteur,
avait voulu réconcilier le poëte et le neveu; les deux poëtes, admis
familièrement chez Auguste et chez Mécène, n'y formèrent bientôt qu'une
libre et douce domesticité du génie: Horace amusait le maître du monde;
Virgile, moins aimable, l'enthousiasmait. Ces deux amis, incapables de
jalousie, ne rivalisaient que d'affection l'un pour l'autre; Horace ne
pensait qu'à jouir de la vie, Virgile qu'à survivre à la vie dans
l'immortalité d'un grand poëme. Ses travaux cependant avaient altéré sa
santé naturellement maladive; il éprouvait le besoin de changer l'air
épais de Rome contre l'air vital et léger d'Athènes; il voulait surtout
voir de ses yeux, avant de les décrire, les mers et les rivages d'Ilion:
_Campos ubi Troia fuit_! Il partait pour la Grèce. Écoutez ce chant du
départ que lui adresse Horace, son ami, demeuré attaché par son
indolence et par son bonheur champêtre au rivage. Jamais une tendresse
de mère pour un enfant malade et partant ne coula plus à demi-voix du
coeur sur ses lèvres. Les vers pleurent et prient en chantant; on sent
que tout badine dans Horace, excepté l'amitié, qui est sérieuse. Il
s'adresse au vaisseau qui va emporter son ami; le mètre plaintif et
tombant ajoute à l'attendrissement des paroles; comme tous les poëtes,
Horace était un musicien accompli des mots.

«Ainsi que la déesse toute-puissante de Chypre (Vénus), que les frères
d'Hélène, sereines et favorables constellations, président à ta course;
que le père et le maître des vents les enchaîne tous, excepté celui qui
souffle de l'Italie, ô vaisseau qui nous redois notre cher Virgile
confié par nous à tes voiles! Porte-le en sûreté, je t'en adjure, aux
rivages de l'Attique, et garde-moi en lui la moitié de ma propre vie!»

On voit que le coeur seul, le coeur inquiet et brisé en deux parts,
parle dans cette invocation touchante à la planche fragile qui répond à
Horace de son ami. Mais tout à coup, le coeur de l'ami satisfait, le
poëte reparaît, et, par un retour bien naturel vers les dangers maudits
de la navigation et vers les perfidies des flots, il s'élance, avec un
apparent oubli de son sujet, dans une imprécation sublime contre le
premier qui, en inventant cet art funeste, exposa la vie des hommes aux
périls qui le font trembler pour son ami.

«Celui-là avait du bois de chêne et un triple airain autour du coeur,
qui confia le premier au féroce Océan une planche fragile, sans craindre
ni le fougueux vent d'Afrique s'entrechoquant avec les aquilons, ni les
mornes et pluvieuses _Hyades_, ni les convulsions du Notus, ce
dominateur irrésistible de l'Adriatique, soit qu'il veuille enfler ou
aplanir ses vagues! Sous quelle forme redoutait-il donc le trépas celui
qui vit d'un oeil impassible les monstres de l'abîme nageant sur les
flots de la mer, les mers s'enfler de courroux et les écueils sinistres
de l'_Acrocéraunie_ (rochers de l'Épire fameux par mille naufrages)?»

La philosophie succède tout à coup, et par un retour bien motivé aussi,
à l'imprécation; l'ode, devenue pensive de passionnée qu'elle était,
réfléchit gravement sur la criminelle audace des hommes qui luttent avec
les forces de la nature supérieure à l'humanité.

«C'est donc en vain que les dieux, dans leur prévoyance, ont séparé les
terres des terres par l'insociable Océan, si, malgré leurs ordres, des
nefs impies tentent de traverser ses détroits inviolables à leurs
sacriléges! La race humaine, qui veut tout surmonter par son audace, se
précipite dans l'impossible; la race intrépide de Japet, Prométhée, par
un coupable larcin, ravit le feu du ciel pour l'apporter à la terre.
Après ce sacrilége du feu enlevé aux demeures célestes, les fléaux
vengeurs, de nouvelles fièvres et des maigreurs décharnées, furent
infligés à la terre; la mort, jusque-là tardive, précipita ses pas
contre les vivants: c'est ainsi que, sur des ailes refusées à l'homme
par les dieux, Dédale osa tenter le vide des airs, le bras d'Hercule
força les portes de l'Achéron. Rien n'est impossible aux hardis mortels;
notre démence aspire aux astres mêmes, et jamais nos crimes ne
permettront à Jupiter de déposer ses foudres vengeresses!»

Les trois tons de l'ode, la prière, la colère, la philosophie, se
combinent, comme on le voit, d'un seul jet dans cette ode. Le poëte
invoque, il maudit, il condamne; le vers, de femme dans l'invocation
pour son ami, devient viril et de flamme dans l'imprécation contre
l'inventeur de la navigation; puis il devient calme, sévère et religieux
dans les considérations sur la sacrilége audace humaine. L'ode est en
trois bonds, comme celle de Pindare, son émule; mais dans chacun de ces
trois bonds, en apparence désordonnés, il avance vers son but: émouvoir,
attendrir, effrayer sur la vie de Virgile exposé à ces périls des mers.
C'est ainsi que procède la nature poétique, qui vole et ne rampe pas
comme la prose; c'est ainsi que les prophètes et les poëtes grecs
procèdent. Les Latins, avant Horace, ignoraient ce _beau désordre_ de
l'enthousiasme qui n'est que l'ordre suprême de l'inspiration; celui qui
voit tout, abrége tout!


VIII

Écoutez-en une autre d'un accent plus doux: il s'agit d'inviter un de
ses amis, _Sextius_, à faire trêve aux soucis, ces frimas de l'âme, et à
jouir des rares moments de plaisir que le destin permet aux mortels de
glaner ici-bas. Voyez par quel gracieux prélude descriptif Horace
prépare Sextius à ses conseils de sage jouissance de ses amis:

«L'âpre hiver se détend à la douce vicissitude du retour du printemps et
des vents tièdes du midi; les cabestans traînent à la mer les navires
longtemps à sec sous le sable du rivage; le troupeau ne se réjouit plus
de la chaleur de son étable ni le laboureur de la flamme de son foyer;
les prairies ne blanchissent plus des givres du matin; Cythérée, à la
clarté de la lune suspendue dans l'éther, recommence à mener ses choeurs
de nymphes qui se tiennent par la main et de grâces pudiques; elles
frappent la terre en mesure dans leurs rondes, d'un pied cadencé, tandis
que le divin forgeron rallume la flamme dans les noirs ateliers des
Cyclopes.

«C'est l'heure de ceindre, d'enlacer à nos cheveux ou le myrte vert ou
les fleurs nouvelles que la terre attiédie fait éclore.»

Puis, tout à coup, passant sans transition de ces images de toutes les
choses renaissantes qui convient les sens à jouir à la pensée de la mort
qui commande aux vivants de se hâter de vivre:

«La pâle Mort, s'écrie-t-il dans un vers d'un accent aussi funèbre
qu'inattendu, la pâle Mort secoue d'un pied indifférent la porte de la
cabane du pauvre ou des tours des palais des rois; là, heureux Sextius,
la brièveté de la vie nous interdit de concevoir les longues espérances.
Déjà pèse sur toi la sombre nuit des Mânes et s'avance sur tes pas
l'ombre des vides demeures de Pluton, où, une fois entré, tu ne pourras
plus tirer au sort la royauté des festins, ni admirer les grâces de ce
tendre enfant Lycidas (sans doute son fils) que toute la jeunesse
romaine envie, et qui, bientôt, fera palpiter le coeur ému des jeunes
vierges.»

Et l'ode est finie, comme elle est commencée, par une image de
félicités, entre lesquelles une sombre image de la brièveté de la vie,
comme un cyprès noir entre deux arbustes verts et roses couverts de la
blanche neige des fleurs du myrte ou des pâles roses des premiers
églantiers fleuris.


IX

De telles odes n'étaient évidemment pas nées de la rude terre de Rome,
mais de la terre légère et embaumée des îles de l'archipel grec. Horace
en importait le premier, dans la littérature romaine, les brièvetés, les
délicatesses et les parfums; il y importait le premier aussi la forme
achevée et ciselée du vers grec forgé sur l'enclume sonore d'Anacréon.
Si vous lisez cela en latin, chacun de ces vers est une flèche empennée
à pointe de diamant tombée du carquois d'un Amour ou d'une Diane des
bois sacrés de Castalie. Vous ne pourriez pas déplacer un mot ni mettre
une mesure longue ou brève dans la strophe sans produire un faux ton
dans cette musique de l'oreille et de l'âme. Le moule de l'âme d'Horace
était si parfait que toute pensée qui en sortait en vers avait la forme
et le poli d'une statuette de Phidias en marbre de Paros. La gloire du
siècle d'Auguste et de Mécène fut moins d'avoir produit un improvisateur
comme Horace que d'avoir senti la perfection d'une telle langue.

Feuilletons encore. En voici une qui n'est qu'un mot à l'oreille de
_Leuconoé_, une des femmes de sa société légère, qui devait aller
consulter, comme certaines femmes superstitieuses d'aujourd'hui, les
diseuses de bonne aventure de Rome. Ces sorcières étaient en général des
femmes de Syrie ou des Babyloniennes exploitant la crédulité des jeunes
Romaines.

«Toi, ne tente pas de découvrir, ô Leuconoé! ce qu'il est interdit de
prévoir et coupable de sonder, quel terme a fixé le ciel à tes jours ou
aux miens! Ne le demande pas aux combinaisons du hasard des dés
babyloniens; à tout ce qui doit en être résigne-toi! Soit que le ciel
nous destine de nombreuses saisons, soit que cet hiver tempétueux, qui
épuise en ce moment contre ses écueils la fureur des flots de la mer
tyrrhénienne, doive être pour nous le dernier de nos hivers, sois en
paix; clarifie tes vins, et au court espace de temps qui nous est mesuré
mesure tes courtes espérances. Pendant que nous parlons le temps jaloux
a déjà fui. Cueille le jour présent pour en jouir, et ne te fie que le
moins possible au jour qui doit lui succéder!»


X

Celle-ci n'est qu'une apostrophe involontaire et patriotique d'un homme
de bien et de plaisir, qui voit son pays se lancer dans de nouvelles
guerres civiles. Elle n'a pas de date; c'est sans doute le moment où les
légions d'Auguste allaient chercher les légions du fils de Pompée pour
jouer au jeu des batailles le dernier sort de Rome. Il personnifie dans
cette ode Rome dans un vaisseau qui porte les Romains, image neuve et
belle alors, devenue banale et usée aujourd'hui dans tous les discours
de nos mauvais orateurs et de nos vulgaires publicistes: le temps use
les images comme il use tout.


À LA RÉPUBLIQUE.

«Ô vaisseau! de nouvelles vagues vont donc te lancer de nouveau dans
les hautes mers! Ah! que fais-tu? Cramponne-toi de toutes tes ancres au
port! Ne vois-tu pas tes flancs nus de rames, ton mât chancelant rompu
par le vent d'Afrique? N'entends-tu pas gémir tes antennes? Privé des
câbles qui relient tes planches, pourras-tu résister à l'assaut redoublé
des lames? Plus de voiles, déchirées déjà par tant de tempêtes; plus de
dieu qu'il te reste à invoquer sous les périls qui pèsent sur toi! Bien
que tu sois construit d'un pin de Bithynie, et que, noble fils de la
forêt, tu te glorifies d'une origine et d'un nom illustre, les
décorations peintes sur ta proue ne rassurent pas le pilote! Hâte-toi de
réfléchir, si tu ne veux pas redevenir bientôt le jouet des vents! Ô toi
(patrie)! si récemment encore le souci et la douleur de mon âme! toi
maintenant le regret et la terreur constante de ma vie, que les dieux te
gardent des écueils écumants des Cyclades!»

Il est impossible de ne pas sentir une âme patriotique dans ces accents
du coeur échappés à l'inquiétude d'un vaincu résigné de la république,
mais d'un vaincu toujours préoccupé du sort de sa patrie. Horace en
demandait le salut à tous les pilotes. Le poëte, désarmé par la clémence
d'Auguste et par l'amitié de Mécène, était encore citoyen.


XI

On retrouve les mêmes sentiments voilés sous une allusion transparente
dans la belle ode pindarique où Horace prophétise par la bouche de Nérée
sur la ruine imminente de Troie; dans Troie menacée il est impossible de
ne pas reconnaître Rome déclinant vers la servitude. Si vous pouviez
lire l'ode en latin, vous sentiriez la mélancolie et la gravité sinistre
jusque dans le mètre des vers; ce sont des voix de poitrine qui
gémissent en chantant.

«Quand l'hôte perfide de Ménélas traînait après lui, de mers en mers,
sur des vaisseaux construits des pins du mont Ida, Hélène ravie à
l'hospitalité de son époux, Nérée imposa aux flots un calme funeste pour
chanter au ravisseur les secrets menaçants de l'avenir.

«Tu conduis, sur un vaisseau de mauvais augure, à ton palais, celle que
la Grèce en armes bientôt te viendra redemander, après avoir conjuré la
rupture de tes noces adultères et l'anéantissement du royaume antique de
Priam!»

Et, franchissant tout à coup les temps, il se transporte en pensée au
milieu de cette prophétie déjà accomplie, il jette les cris d'horreur et
de pitié d'un champ de bataille.

«Oh! quelle sueur mortelle aux flancs des coursiers et au front des
hommes! Quelles innombrables funérailles tu prépares à la race de
Dardanus! Ne vois-tu pas Pallas s'armer déjà de son casque, de son
bouclier, de ses chars de guerre, de sa fureur dans les combats?

«C'est vainement que, fier de la faveur de Vénus, tu peigneras ta
chevelure et tu cadenceras les chants corrupteurs et les lâches accords
qui séduisent l'oreille des femmes; c'est vainement que tu te réfugieras
dans les délices de ta couche contre les pesants javelots, contre les
flèches à dards aigus des Crétois, le fracas de la mêlée et le cheval
rapide d'Ajax. Un jour, tardif peut-être, mais un jour tu traîneras dans
la poussière et dans le sang tes cheveux adultères!»

Là une terrible et saisissante description prophétique de tous les
ennuis qui poursuivent le criminel; puis ce vers plus terrible qui
pétille comme l'incendie d'une ville prise d'assaut dans la nuit:

«La flamme des Grecs dévore déjà les toits des palais d'Ilion!»

Rome ne pouvait se méconnaître dans _Ilion_ menacée des flammes.
Quiconque a lu cette ode vraiment pindarique ne peut refuser à Horace
les ailes de Pindare, si le voluptueux Romain avait voulu livrer plus
souvent ses ailes légères au souffle du lyrisme politique ou du lyrisme
sacré. Sa corde, ordinairement molle et tendre, devenait d'airain quand
il voulait parler à la patrie, au lieu de roucouler pour ses amours ou
de badiner pour ses amis.


XII

Lisons encore. Voici une invitation à Mécène pour le convier à venir
boire, à l'humble table du poëte, un vin grossier de Sabine, cacheté par
lui dans une amphore grecque le jour où Mécène, guéri d'une maladie
dangereuse, avait été acclamé par le peuple en reparaissant au Cirque.
Horace, avec le coeur d'un ami et avec le bon goût d'un homme de cour,
rappelle ainsi à Mécène un honneur public dans une familiarité privée.

Voilà une anecdote de sa vie de laboureur à Ustica, dont il fait la
commémoration à son voisin Fuscus, et dont il profite pour faire une
déclaration de constance à celle qu'il aime: c'était alors Lalagé.

«Un jour que, dans les bois de la Sabine, je m'égarais sans armes hors
de mes sentiers ordinaires jusqu'au fond des forêts, distrait de tout
autre souci que de célébrer dans mes vers ma chère Lalagé, un loup
m'apparaît et s'enfuit loin de moi. Mais quel loup! Jamais un monstre
pareil ne sortit des forêts de la belliqueuse Apulie ni des déserts
arides d'Afrique où le royaume de Juba enfante des lions!»

Tout à coup, comme si tout ramenait sa pensée errante à celle qu'il
aime:

«Placez-moi, s'écrie-t-il, dans ces contrées septentrionales où jamais
l'haleine d'un été ne vivifie dans les champs engourdis un arbuste
printanier, où les frimas et les nuées pèsent éternellement sur les
flancs de la terre; placez-moi sous le char du soleil trop rapproché, où
ne s'élève aucune habitation humaine: j'aimerai toujours Lalagé au doux
sourire, Lalagé au doux parler!»

D'autres odes de ce genre ne sont qu'une légère caresse en vers à
quelque charmante enfant qui a attiré en passant ses regards; telle est
ce sourire poétique à la jeune Chloé.

«Tu me fuis, Chloé, pareille au jeune faon qui cherche à travers les
montagnes escarpées sa mère inquiète, et que le frémissement des
feuilles et l'ombre de la forêt font bondir d'effroi: soit qu'un frisson
du rameau froisse les mobiles feuillages, soit que les verts lézards
écartent le buisson, le coeur lui bat et ses genoux tremblent. Suis-je
donc un tigre ou un lion de Gétulie qui te poursuit pour te broyer?
Cesse enfin de suivre ainsi pas à pas ta mère, toi déjà mûre pour être
aimée d'un époux.»

Ailleurs c'est une larme versée dans le sein de Virgile sur le sort d'un
ami commun, _Quinctilius_. Chacun de ces vers est resté une épitaphe sur
le tombeau des hommes de bien enlevés à l'amitié.

Plus loin ce sont des voeux modérés du poëte, adressés à ses dieux le
jour où il leur consacre un autel. «Pour moi, dit-il après avoir parlé
de toute l'opulence qu'il ne désire pas, les olives de mon verger, la
chicorée, les mauves légères suffisent à mes repas, fils de Latone; mes
voeux se bornent à jouir en paix du peu que je possède, à me bien
porter, à conserver mon âme tout entière, à ne pas traîner une misérable
vieillesse, et à jouer encore jusqu'à la mort avec la lyre!»

Plus loin le ton change; c'est une invocation martiale à la Fortune en
faveur d'Auguste et des Romains qui vont combattre en Asie les Parthes.
Rien ne surpasse, dans la poésie grecque, l'énergie descriptive de ces
jeux de la Fortune qui joue avec les trônes, qui élève et abaisse à son
caprice les heureux.

«Puis le vulgaire, dit-il, et la parjure courtisane (la Fortune) se
retirent en arrière de celui qu'elle a abandonné; et, quand les tonneaux
sont vidés avec la lie, les faux amis s'enfuient, bien décidés à ne pas
s'associer au joug du malheur pour en partager le poids!... Ô Fortune!
reforge sur une nouvelle enclume le tranchant des armes de Rome contre
ses ennemis!»

Mais, plus sensible au beau qu'au patriotisme, le voilà qui chante
l'héroïque suicide de la reine d'Égypte, Cléopâtre, se réfugiant dans
la mort, après sa flotte détruite, contre la vengeance des Romains.

«Mais elle ne s'effraye pas, comme une faible femme, d'une épée nue,
elle ne cherche pas sur ses vaisseaux des rivages inconnus pour y
abriter sa peur; elle a le courage de rentrer d'un front serein dans son
palais en deuil, de manier sans pâlir de venimeux reptiles et d'en faire
couler le poison mortel dans ses veines. Rendue plus fière par la
certitude d'une mort volontaire et délibérée, elle ravit à nos vaisseaux
victorieux l'orgueil d'emmener une reine supérieure à sa destinée au
char des triomphateurs à Rome!»


XIII

Les conseils d'une mâle vertu s'allient dans ces odes aux grâces de
décentes faiblesses. Quelle ode philosophique moderne égale en sérénité
et en flexibilité de poésie l'ode à Délius?

«Souviens-toi de conserver une âme toujours impassible dans les
circonstances pénibles de ta vie, de même que de la conserver
inaccessible à l'enflure et à l'orgueil de la prospérité, ô Délius qui
dois mourir!

«Qui dois mourir, soit que tous tes jours se soient écoulés dans la
tristesse, soit que tu aies passé tes jours de fêtes mollement étendu
sur l'herbe des prairies solitaires, réconforté et assoupi par le nectar
d'un falerne vieilli dans tes celliers!

«Là où le pin élancé et le peuplier à l'écorce blanche aiment à
entrelacer leur ombre propice sous leurs rameaux, là où la source vive
et murmurante s'efforce de creuser un lit oblique à ses eaux légèrement
agitées sur sa pente.

«Là fais apporter les vins, les parfums, les roses, hélas! trop courtes
de vie, tandis que ta fortune, ta jeunesse et les fils noirs sur le
fuseau des trois soeurs (les Parques) le permettent encore.

«Il faudra les laisser, ces vastes et délicieux jardins, ce palais,
cette maison des champs baignée par les eaux jaunissantes du Tibre! Il
faudra les laisser, et ces richesses, élevées jusqu'au comble de
l'opulence, deviendront la proie d'un héritier.

«Que tu sois riche ou né de la race antique d'Inachus, ou pauvre et
issu d'une famille obscure qui supporte le poids du jour, tu mourras
victime dévouée au dieu qui ne pardonne pas. Nous sommes tous chassés
vers le même but par la mort; plus tôt ou plus tard, notre sort est
agité dans la même urne; il en sortira, ce jour qui nous condamne à
entrer tous dans la barque de notre éternel exil!»

La mélancolie de l'avenir, cette ombre qui sert à relever les courtes
félicités du présent, fut-elle jamais plus inextricablement mêlée aux
images de la volupté et de l'opulence? La philosophie sortit-elle jamais
plus inattendue et plus funèbre du plaisir, comme le serpent de
Cléopâtre de son panier de fleurs?


XIV

La petite ode à Posthumus est une répétition de la même tristesse
exprimée en vers qui semblent fuir d'eux-mêmes le temps dont ces vers
retracent la fuite insensible.

«Posthumus! Posthumus! les années glissent en nous entraînant, etc.,
etc.» Et après une énumération éloquente de la vanité de nos prières et
de nos efforts pour ralentir cette fuite du temps qui nous rapproche de
la mort:

«Il faut quitter cette terre, cette maison, cette épouse chérie; et, de
tous ces arbres que tu plantas avec tant d'amour, aucun autre que le
cyprès funèbre ne suivra hors de ton enclos son maître d'un jour!»

Sa philosophie, commode et modeste, éclate dans la plupart de ces odes
en vers à demi-voix qui ont le charme de son caractère; les images dans
lesquelles il symbolise cette modération des voeux de l'homme, pour que
ces voeux ne soient pas plus vastes que la vie humaine qui les trompe
tous, sont restées immortelles et proverbiales chez tous les poëtes
venus après lui.

Lisez:

«C'est le calme qu'implore le matelot surpris dans la vaste mer Égée
quand de noires nuées recouvrent la lune, et qu'aucun de ses astres
conducteurs de sa route ne brille plus à ses yeux dans le firmament,
etc.

«Il vit heureux de peu celui qui, sur sa table frugale, se contente de
voir briller la salière de ses aïeux; celui que ni la crainte de perdre,
ni la cupidité de gagner, n'empêchent de jouir de sommeils légers!...
Le coeur satisfait d'un présent borné dédaigne de se troubler pour ce
qui doit suivre; il tempère l'amertume des soucis par le sourire de
l'insouciance. Nul ne peut se dire heureux par tous les aspects de sa
destinée. Quant à moi, j'ai reçu pour ma part un petit domaine
champêtre, un léger souffle de la muse attique et le don de mépriser le
vulgaire envieux!»

Ce dernier vers, inattendu dans une ode pleine de riantes images et de
douce sagesse, sonne comme un ressentiment caché au fond du coeur contre
la méchanceté de ses ennemis; c'est une flèche sous les fleurs qui
retentit au fond du carquois. Ce mépris du vulgaire faisait partie de
l'indifférence, cette philosophie d'Horace. Une haine endormie, mais
immortelle, subsiste entre le vulgaire et l'homme de génie. C'était son
orgueil aussi à lui, et cet orgueil était assez fondé, sur
l'avilissement de son siècle, dans un soldat retiré de Brutus qui avait
vu s'agenouiller sa patrie sous trois tyrans, et qui, ne pouvant plus
l'estimer, s'en vengeait par le dédain, cette supériorité du regard. Ce
dédain, il l'exprime comme il le sent, avec l'audace d'un homme qui
n'espère rien de la multitude:

«Je hais le profane vulgaire, et je l'écarte.»

Cela ne l'empêche pas de chanter la vertu civique pour elle-même dans
les strophes les plus mâles qui aient jamais été écrites à la gloire de
l'héroïsme civil. (Ode III du IIIe livre.)

«L'homme juste et résolu dans son dessein, ni la fureur d'un peuple qui
lui ordonne le crime, ni le visage impérieux d'un tyran, ni la tempête
qui amoncelle les flots troublés de la mer Adriatique, ni la grande main
de Jupiter lui-même tenant la foudre, ne le font chanceler sur la base
solide de sa fermeté. Que l'univers brisé s'écroule! ses débris
l'écraseront sans l'intimider, etc., etc.»

Il s'élève dans cette ode stoïque et vertueuse à la hauteur d'Orphée;
l'expression répond à l'âme, le style est d'airain, il brave la foudre.
Certes il y avait de la vertu et de l'héroïsme civique dans l'homme qui
les sentait avec un tel accent!

Puis tout à coup, à la dernière strophe de l'ode, il renverse le trépied
comme indigne de s'y asseoir, et il revient à ses amours et à ses
badinages.

«Mais de tels sujets, dit-il, ne siéent pas à une pensée enjouée comme
la mienne. Où vas-tu t'égarer, muse folâtre? Ta voix atténuerait la
grandeur des choses que tu oserais célébrer ainsi.


XV

Il revient dans l'ode familière suivante à lui-même, et dit comment il
devint favori de la muse légère:

«Sur les rives du Vulturne, qui poursuit son cours au delà de l'Apulie
où je suis né, un jour que, fatigué par mes jeux et vaincu par le
sommeil, des colombes prophétiques me parsemèrent d'un feuillage
printanier; ce prodige étonna ceux qui habitent le nid d'aigle escarpé
du village d'Achérontie, les précipices boisés de Brantium, et ceux qui
labourent les gras territoires de l'obscur Férente, émerveillés de ce
que je sommeillais à l'abri des ours et des morsures des noires vipères,
sans autre défense que les rameaux de myrte et de laurier, enfant à qui
les dieux seuls pouvaient inspirer tant de confiance!»

Ce souvenir l'exalte et lui fait récapituler, avec une pieuse
reconnaissance, toutes les protections miraculeuses des dieux sur sa
vie.

«Je suis votre protégé, ô Muses! vous êtes mes protectrices, soit quand
je gravis les rocs escarpés de ma Sabine, soit que la froide température
de Præneste, ou les hauteurs de Tibur, ou les vagues onduleuses qui
baignent Baïa, m'appellent dans leurs divers séjours; ainsi de vos
fontaines et de vos mélodieux murmures: c'est par vous et pour vous que
la défaite et la déroute de Philippes m'ont laissé vivant! par vous que
la chute inopinée d'un arbre sur mon passage ne m'a pas écrasé! par vous
que je ne fus pas englouti sur les écueils du cap Palinure par les mers
de Sicile!... Grâce à vous je naviguerai avec confiance sur les flots
inconstants du Bosphore; grâce à vous j'affronterai sans crainte les
sables brûlants des plages de Syrie...... Quand César ramène dans nos
villes ses légions fatiguées de vaincre, lui-même aspirant à clore ses
exploits par la paix, c'est vous qui le délassez dans l'antre des Muses,
c'est vous qui lui soufflez des conseils de douceur et qui vous honorez
de les lui avoir soufflés.... La force brutale s'écroule sous sa propre
masse. La terre elle-même frémit des monstres qu'elle a portés, etc.,
etc.»

Qui ne reconnaît dans cette allusion aux conseils de douceur donnés à
César par les Muses les conseils de clémence qu'Horace lui-même donnait
à Auguste en faveur des vaincus de la république? Le poëte justifiait à
ses propres yeux son ralliement au maître du monde par les salutaires
inspirations qu'il lui insinuait en si beaux vers.


XVI

De cette ode politique il s'élève jusqu'au ciel dans une ode religieuse
adressée aux Romains pour les menacer de l'expiation de l'impiété du
siècle. Libre de moeurs et de philosophie, Horace était sincèrement
crédule et pieux envers les divinités nationales de son temps et de son
culte; il voulait jouir, mais non blasphémer. Cette ode est grave comme
un grondement de la colère des dieux dans la poitrine du poëte.

Dans l'ode suivante, une des plus décemment amoureuses de toutes ses
poésies légères, il redescend avec la souplesse d'un dieu dans les
prairies de l'Anio, pour y placer un dialogue digne de Théocrite entre
deux amants; c'est lui-même qu'il met en scène avec Lydie, car nul autre
que lui ne pouvait soutenir en vers avec Lydie un si gracieux dialogue.

HORACE.

«Tant que j'étais agréé de toi et qu'aucun autre jeune adorateur préféré
n'entourait de ses bras ton cou d'ivoire, je vivais plus heureux que le
roi des rois (le roi des Perses)!

LYDIE.

«Tant que tu n'as pas brûlé pour une autre, et que Lydie ne l'a pas cédé
à Chloé dans ton coeur, Lydie, renommée par ton amour pour elle, a vécu
plus heureuse et plus fière qu'_Ilia_, la mère du fondateur de la race
romaine.

HORACE.

«Chloé me possède tout entier maintenant, elle qui sait si habilement
mêler les doux accords de sa voix à ceux de la lyre, elle pour laquelle
je n'hésiterais pas à mourir si les destins consentaient, à ce prix, à
épargner la sienne.

LYDIE.

«Calaïs brûle pour moi et moi pour lui d'une flamme mutuelle; Calaïs,
fils d'Ornytus de Thurium, Calaïs pour qui je consentirais à mourir deux
fois si les dieux à ce prix consentaient à épargner la vie de ce bel
enfant.

HORACE.

«Quoi, cependant, si nos premières tendresses venaient à renaître, si
elles ramenaient nos deux coeurs sous le même joug? si la blonde Chloé
était écartée de ma mémoire et que ma porte se rouvrît pour cette Lydie
que j'ai contristée par mon abandon?

LYDIE.

«Quoique Calaïs soit plus beau qu'un astre du ciel, toi plus léger que
la feuille et plus perfide que la mer d'Adria, avec toi j'aimerais à
vivre, avec toi je voudrais mourir.»

A-t-on jamais chanté l'influence d'un premier sentiment et le retour des
coeurs sur leurs traces en pareilles strophes? L'homme qui les chantait
ainsi était-il un débauché ou un véritable amant? Que tous ceux qui ont
aimé le disent; si le poëte leur a arraché leur secret, c'est qu'il
l'avait dans sa propre mémoire. On conçoit qu'une seule ode de ce genre,
répandue à Rome dans sa première fleur, ait attiré sur ce jeune inconnu
l'amour de toutes les _Lydies_ et l'enthousiasme de tous les _Calaïs_ de
Rome. Depuis deux mille ans que nous chantons dans toutes nos langues,
nous n'avons pas retrouvé la note du dialogue d'Horace et de Lydie.

On ne s'arrêterait pas si on arrachait, pour les faire admirer à
l'esprit et au coeur, toutes les feuilles de ce _jardin des roses
romaines_, comme les Persans appellent ces recueils de sagesse, de
poésie et d'amour. Un seul poëte dans le monde, c'est _Hafiz_ en Perse,
peut rivaliser de perfection avec le poëte latin; mais Hafiz est à la
fois plus lyrique, plus voluptueux, plus délicat et plus coloriste dans
ses odes, parce qu'Hafiz est l'Orient et qu'Horace est l'Occident. Hafiz
est amoureux comme Salomon; il prend ses images et ses couleurs dans la
voluptueuse Arabie; Horace ne les prend que dans ses modèles grecs;
Hafiz est un inspiré de l'amour et de la divinité; Horace, tout parfait
qu'il soit de style, n'est qu'un littérateur accompli de Rome; le
premier, original comme la nature; le second, académique comme la cour
d'Auguste.


XVII

Le livre des épodes ne diffère des odes que par le titre; c'est le même
génie d'expression, d'images et d'harmonie; génie tantôt s'élevant
jusqu'aux astres, tantôt abaissé avec une grâce incomparable jusqu'aux
détails domestiques de la vie champêtre; en cela égal à Virgile,
c'est-à-dire à la perfection. Je ne vous citerai que l'épode à Mécène,
restée dans l'oreille de tous les sages et de tous les heureux: c'est la
béatitude des champs. Admirez comme cette béatitude est la même pour
tous ceux qui ont le bonheur d'avoir un toit ou un verger à eux sous un
ciel clément.

«Heureux celui qui, loin des affaires publiques et libre de toute
cupidité de l'or, laboure les champs de ses pères avec ses boeufs qu'il
a élevés!... Tantôt il fait grimper en les enlaçant aux rameaux les
jeunes pousses de la vigne, et, retranchant avec sa serpette les pampres
gourmands, il épargne et il greffe ceux qui doivent porter les grappes;
tantôt sur les flancs d'un vallon fermé il regarde avec complaisance ses
troupeaux qui le parcourent en le remplissant de leurs mugissements;
tantôt il pétrit le miel de ses ruches dans ses amphores purifiées avec
soin; et, quand l'automne fécond commence à élever au-dessus des champs
sa tête couronnée de fruits mûrs, quelle joie pour lui de récolter ces
poires greffées de sa main, et ces grappes de raisin teintes de leur
pourpre, pour vous en porter en hommage les prémices, ô vous, dieu des
jardins, et toi, dieu des forêts qui veilles sur la borne des héritages!

«S'il lui plaît de s'étendre tantôt sous un vieux chêne, tantôt sur un
moelleux gazon, les eaux profondes du fleuve roulent sous ses yeux entre
leurs rives élevées, les oiseaux gazouillent dans les branches, les
sources répandent, en murmurant, leurs eaux courantes et l'invitent par
leur bruit monotone à de légers assoupissements; mais quand la saison
d'hiver ramène les pluies, les foudres et les neiges dans le ciel, il
pousse, aux aboiements de sa meute de chiens, les féroces sangliers dans
les toiles qu'il leur a tendues, ou bien, sur des baguettes invisibles,
il tend le filet à larges mailles aux grives gourmandes qui viennent s'y
abattre; il prend au lacet le lièvre peureux ou la grue voyageuse, proie
enviée de son foyer. Qui n'oublierait dans ces délassements les soucis
importuns des passions?

«Que si une chaste épouse, semblable à nos femmes sabines ou à la
compagne brunie par le soleil de nos habitants de l'Apulie, partage avec
nous ces travaux domestiques et soigne les enfants qu'elle a nourris,
qu'elle construise de bois sec notre cher foyer pour le retour de son
mari fatigué, qu'elle enferme dans le parc d'osier son joyeux troupeau
pour étancher de leur lait les mamelles gonflées de ses chèvres et de
ses brebis, et que, tirant du tonneau odorant un vin de l'année adouci
par le miel, elle assaisonne pour la table des mets qu'elle n'a pas
achetés à prix d'or;... pour moi, ni les huîtres du lac Lucrin, ni les
turbots, ni les sarges que les tempêtes chassent d'Orient vers nos
rivages, ni la poule d'Afrique, ni le faisan d'Ionie ne flatteront
jamais autant mon palais, en flattant ma gourmandise, que l'olive
cueillie et choisie sur les plus grosses branches de mes propres arbres,
que l'oseille qui aime les prés, que la mauve salutaire au corps
appesanti par la maladie. Quel plaisir, au milieu de ces simples mets
goûtés lentement sur sa table, de voir ses brebis rassasiées rentrer,
ses boeufs hâter le pas vers la maison, traîner d'un cou languissant
sous le joug, le soc renversé, et un groupe de serviteurs nés dans la
maison se presser autour de la flamme éclatante du foyer!»

Que manque-t-il à ce tableau du bonheur facile d'un paysan d'Ustica, si
ce n'est le contraste tacite avec l'opulence inquiète de Mécène? Le
poëte mettait ainsi en action ses préceptes de modération et de
médiocrité à son ami. Mécène, en les lisant, enviait Horace, car le
laboureur de Sabine, c'était évidemment Horace lui-même; il ne lui
manquait que la chaste épouse et les enfants, ces deux âmes du foyer,
ces richesses du pauvre; mais nous avons vu qu'Horace, dans l'été de sa
vie, ne les avait pas méritées; il avait préféré le plaisir au bonheur:
son isolement l'en punissait.


XVIII

Négligeons ses satires, assaisonnées cependant du sel attique le plus
savoureux, et dont les satires de Boileau, traductions dépaysées de Rome
à Paris, nous donnent une idée presque latine. Ce n'est plus l'âme
d'Horace, ni sa voluptueuse bonhomie qui éclatent dans ses satires:
c'est son esprit. L'esprit n'est que la partie fugitive de l'homme; il
s'évapore avec les moeurs, les vices, les ridicules des temps et des
lieux pour lesquels on a écrit. Quand on ne peut plus mettre le nom du
vicieux sur le vice, la malignité publique éteinte enlève les trois
quarts de l'intérêt à la satire; il n'en reste que quelques traits
généraux, quelques imprécations éloquentes comme dans Juvénal à Rome et
dans Gilbert à Paris. Il faut s'en consoler: nous ne perdons que des
égratignures de plume et des dialogues étincelants de verve en les
passant sous silence; allons vite aux épîtres, où l'âme d'Horace se
retrouve, plus encore que dans les odes, avec son talent. L'ode, c'est
le poëte; l'épître, c'est l'homme: c'est là surtout qu'Horace est
Horace. Les discours en vers de Voltaire sont ce qui ressemble le plus,
dans nos littératures modernes, aux épîtres du poëte latin: une morale
prodigue de préceptes merveilleusement alignés dans ces vers faciles, et
des retours personnels sur sa propre vie privée qui font le charme des
confidences poétiques.

Voyez comme il commence sa troisième épître à Mécène, avant de se
laisser glisser, comme sur une pente, à des considérations contre
l'ambition, l'orgueil et le luxe: «Je vous ai promis de n'être que cinq
jours à jouir de ma liberté à la campagne, et voilà que je vous ai
manqué de parole pendant tout le mois d'août!... Quand l'hiver fera
étinceler sa neige sur les hauteurs d'Albano, alors ton poëte descendra
vers la mer, et, renfermé avec ses livres, il se donnera les aises de la
vie; toi, ô mon ami tutélaire! il te reverra, si ton coeur t'y porte,
quand les tièdes vents du printemps souffleront, au retour de la
première hirondelle.»

Par une transition glissante et naturelle il passe de là à la
délicatesse de Mécène, qui n'importune pas son ami de dons et de faveurs
difficiles à refuser; puis il intercale, en vers laconiques et
pittoresques, une moquerie douce contre ceux qui aspirent à une fortune
disproportionnée à leurs désirs. C'est un de ces apologues que M.
Walckenaer trouve, avec raison, supérieur à l'apologue de même nature
versifié par La Fontaine; le voici:

«D'aventure, par une étroite fente un mulot fluet s'était glissé dans un
vaisseau chargé de froment; et, après s'être largement repu, il
s'efforçait, de toute la tension de son corps, d'en ressortir. Une
belette lui cria de loin: «Veux-tu sortir de là: attends que tu
maigrisses; maigre tu es entré, maigre tu sortiras!»--Veut-on
m'appliquer à moi le sens de cet apologue? Je suis prêt à me dépouiller
de tous mes biens. Le loisir, la liberté! ce n'est pas moi qui
échangerai ces vrais biens contre les trésors de l'Arabie! Essaye! tu
verras si je ne renoncerai pas de bonne grâce à tout ce que je tiens de
toi!»

La même passion natale de la liberté et de la campagne se retrouve dans
ce billet écrit, dit-il, au pied des ruines du vieux temple de
_Vacuna_, dans sa chère Sabine, en se promenant aux environs de sa
métairie de _Vacuna_:

«Salut! au nom d'un amateur des champs, à Fuscus, notre ami, amateur du
séjour des villes! En cela seul nous différons du tout au tout, dans le
reste jumeaux en goût et en amitié. Comme ces deux pigeons célèbres dans
l'apologue, tu gardes le nid; mais je préfère les riants rêves des
ruisseaux, les roches tapissées de vieille mousse, les vastes forêts. De
quoi me plains-tu? Je vis, je me sens roi aussitôt que j'ai perdu de vue
ces choses que vous appréciez d'un commun accord comme la suprême
félicité; comme l'esclave dégoûté du pontife, je détourne la lèvre des
libations: je préfère le pain sec à tous les gâteaux de miel de
l'offrande.

«Si on désire vivre de la vie naturelle, si on veut choisir un site
convenable pour bâtir sa demeure, en connaissez-vous un plus approprié
que l'heureuse retraite que j'ai choisie?

«Y en a-t-il une où les hivers soient plus attiédis, où des vents
plus doux ou plus frais tour à tour tempèrent mieux les ardeurs de
la canicule et l'âpre morsure du _lion_, quand il reçoit
perpendiculairement les brûlures d'un soleil vertical? En est-il
une où les soucis envieux agitent moins les sommeils? L'herbe des
champs sous les rosées y parfume-t-elle et y brille-t-elle moins à
l'aurore que les perles de Libye? L'eau vive, qui dans nos villes
s'efforce de briser dans sa rapidité ses conduits de plomb, est-elle
plus limpide que celle qui tremble et murmure ici entre ses rives
inclinées? Vous élevez des rangées de colonnes de marbre; n'est-ce
pas pour y enclore des bosquets? Vous admirez cette villa; pourquoi?
N'est-ce pas parce que l'oeil, du haut des terrasses, y embrasse un
vaste horizon champêtre? Chassez la nature à coups de fourche, elle
revient vous envahir malgré vous!»

L'épître finit, comme la précédente, par l'apologue du cheval et du
cerf, versifié par Horace, et chez nous par La Fontaine. Mais cet
apologue, volé par les deux poëtes à Ésope, et par Ésope lui-même au
fabuliste indien, Lakman, finit, dans Horace, par un vers lapidaire qui
contient avec une énergie sublime le proverbe éternel de la modération
des désirs:

  Serviet æternum qui parvo nesciet uti;

  _Il sera éternellement esclave celui qui ne sait pas se contenter de
  peu._

Le petit billet suivant à son ami _Bullatius_, pour le détourner de
longs voyages, est un véritable jet d'eau de proverbes jaillissant en
vers d'une seule gerbe, plus sonores et plus étincelants que le cristal.
Vous croyez, en le lisant, marcher sur un pavé de mosaïque, où chaque
pierre est un éblouissement des yeux.

«C'est là que je voudrais vivre dans l'oubli de tous! c'est là que je
voudrais contempler du rivage la mer en fureur!...

«Modère ton imagination; et _Rhodes_ et _Mitylène_ ne te seront pas plus
nécessaires qu'un manteau dans la canicule, qu'une tunique légère par le
vent de neige, que le coin du feu dans le mois d'août.

«Pendant que tu le peux, et que la Fortune conserve un visage souriant,
reviens à Rome... Quelle que soit la divinité qui tire pour toi de
l'urne une heure acceptable, prends-la d'une main reconnaissante; ne
remets pas les plaisirs présents à une autre année! Ils changent de
ciel, et non d'âme, ceux qui naviguent au delà des mers; ce que tu vas
chercher si loin, le bonheur, est ici: il est même à _Ulubria_.»


XIX

«Celui-là n'est jamais pauvre qui ne manque pas des choses nécessaires à
la vie, continue-t-il dans la petite lettre en vers à _Iccius_. Si ton
corps est sain, si tes flancs respirent librement, si tes pieds sont à
l'aise, toutes les richesses des rois ne t'achèteront rien de mieux.»

Une épître charmante à son jardinier d'_Ustica_, qui a servi de modèle à
celle de Boileau au jardinier d'Auteuil, est pleine d'un charme vraiment
rural. On y sent le repos savouré de l'homme dégoûté par l'âge des
plaisirs corrupteurs de la ville. «Il te faut, dit-il, retourner des
glèbes de steppes qui n'ont pas encore subi la charrue, panser les
boeufs déliés du joug, et remplir la crèche de feuilles arrachées aux
arbres. Toujours de l'ouvrage; de loisir, jamais! Le ruisseau ajoute
encore à la peine qui pèse à ta paresse: si les pluies tombent, il te
faut, par des digues sans cesse relevées, endiguer ses ondes, pour
préserver de l'inondation le pré qu'il désaltère, etc., etc.

«Et moi, l'homme qui se parait naguère à Rome de toges fines et légères,
et dont les cheveux luisants embaumaient d'essences; l'homme célèbre, tu
le sais, pour avoir été préféré à tous par l'avide courtisane Glycère;
l'homme qui s'humectait du matin au soir du cristal liquide du vin de
Falerne, il ne se délecte maintenant que d'un court repos, d'un sommeil
sans couche dans l'herbe auprès du ruisseau. Je ne rougis pas d'avoir
été jeune, mais je rougirais de l'être toujours. Rien à subir ici que le
sourire de mes voisins, quand ils me voient remuer des mottes de terre
ou épierrer mon champ. Tu préférerais vivre avec mes serviteurs de la
ville? Mon porteur de litière à la ville t'envie le soin de mes vergers
et de mes troupeaux et la bêche de mon potager. C'est ainsi que le boeuf
paresseux et lourd demande la selle et la bride d'un coursier, et que le
cheval de main soupire après la charrue. Que chacun fasse son métier!
c'est mon avis.»


XX

Il revient sans cesse, dans des vers aussi souples que gracieux, aux
images rurales qui possèdent sa pensée. Souvenez-vous de Voltaire
saluant le lac Léman du haut de la terrasse de Ferney: vous retrouverez
dans ce salut poétique la belle description d'Horace à _Quinctius_.

«Vous me demandez quelques détails sur ma métairie, aimable Quinctius.
A-t-elle des champs assez pour nourrir son maître? des oliviers aux
baies fécondes pour l'enrichir? A-t-elle des vergers, des prairies, des
vignes suspendues à l'ormeau? Je vais vous décrire au long l'assiette et
la nature de mon bien. Imaginez une chaîne de collines que sépare une
ombreuse vallée. Le soleil en naissant regarde d'abord le versant de la
droite; à gauche l'astre fugitif abaisse son char derrière leurs pentes
vaporeuses. La température est admirable. Que diriez-vous en voyant sur
la ronce innocente rougir la prune et la cornouille? Partout le chêne
et l'yeuse prodiguent leurs fruits au troupeau, leur ombre à l'heureux
possesseur. On croirait être aux portes de la ville de Tarente. La
source qui l'arrose a la gloire de donner son nom à un ruisseau dont
l'Hèbre aux champs de la Thrace envierait la fraîcheur et la pureté! Son
onde est bonne aux cerveaux fatigués, bonne aux estomacs débiles. Voilà
les douces retraites, disons mieux, les demeures enchantées qui
préservent votre ami des influences de l'automne.»

Voilà comment il ajuste son propre portrait dans ce cadre rustique de sa
vie à l'âge où la sagesse l'y confine.

Ces vers sont adressés, par badinage, à son recueil de vers lyriques:

«Quand un tiède soleil d'été vous fera lire à loisir, devant un cercle
nombreux d'auditeurs, vous direz, ô mon livre! que moi, simple affranchi
sans fortune, j'ai osé déployer hors de mon petit nid des ailes plus
vastes: cet aveu, en retranchant à ma noblesse, ajoutera à mon mérite.
Vous ajouterez que j'ai eu le bonheur d'être aimé, tant dans les camps
que dans la ville, de ce que Rome a de plus élevé et de plus aimable.
Vous direz de plus, si on vous interroge, que j'étais un homme de petite
taille, chauve avant l'âge, très-amoureux des rayons du soleil, prompt à
m'irriter, plus prompt à m'adoucir; et si quelqu'un veut savoir mon âge,
vous direz que je comptais quatre fois dix ans, surchargés de quatre
ans, l'année où Lollius eut pour collègue au consulat Lépide.»

«Le soleil n'est pas encore levé, ajoute-t-il dans l'épître à Auguste,
que je suis debout, demandant mes tablettes, mes roseaux pour écrire, et
mes portefeuilles!

«Après la bataille de Philippes, qui me dépouilla tout honteux de mes
ailes d'espérance, de mes dieux lares et de mes patrimoines paternels,
la pauvreté impérieuse et entreprenante me fit tenter d'écrire des vers;
mais, maintenant que je possède tout ce que je puis désirer, si je
continuais à versifier encore, y aurait-il assez d'ellébore pour guérir
ma folie, si au lieu de dormir je persévérais à aligner des strophes?
Les années, en s'en allant, nous emportent toutes quelque chose de
nous-même. Elles m'ont, dis-je, ravi les joies, les amours, les festins,
les plaisirs du jeu, et maintenant elles se préparent à m'enlever même
la poésie. Qu'y faire?»


XXI

Cette épître d'Horace est un poëme à propos de tout, mille fois
supérieur aux épîtres de Boileau à Louis XIV ou aux épîtres de Voltaire
à Frédéric. Elle rappellerait plutôt un chant de _Childe-Harold_ de lord
Byron, glanant sur la surface de tout ce qui se présente à son
imagination, mais ne glanant que des roses et du rire là où Byron glane
des cyprès et des larmes. Le bon sens exquis jouant avec la sagesse est
le caractère de cette épître, la plus belle de toutes les poésies qui
portent ce nom. C'est ce décousu de la conversation en vers qui est le
caractère et la grâce de ce genre de composition. Entre une épître
d'Horace et une lettre de madame de Sévigné il n'y a de différence que
de la prose aux vers.


XXII

Auguste, arrivé au suprême repos d'un pouvoir incontesté sur l'univers,
se délectait de ces vers d'Horace. Ils étaient désormais pour lui des
brevets d'immortalité; il avait l'esprit de pressentir celle du fils de
l'affranchi, égale à celle du neveu de César. Auguste, accablé
d'affaires, vieillissant, condamné par la délicatesse de sa santé à une
sobriété pythagoricienne, ne faisait qu'un léger repas au milieu du
jour; après ce frugal repas il s'étendait sur un lit de repos, en
silence, les deux mains sur ses yeux, et se délassait à entendre tantôt
les vers, tantôt les conversations de Mécène et d'Horace. Souvent même
il donnait à son poëte favori le sujet des odes, des satires, des
épîtres qu'Horace lui rapportait après les avoir composées à loisir. Les
soupers de Frédéric avec Voltaire et ses amis à _Sans-Souci_, ce Tibur
soldatesque de la Prusse, donnaient une idée assez exacte des soupers
d'Auguste, où Mécène, Pollion, Virgile et Tibulle soupaient avec le
maître du monde. Le seul vrai maître, là, c'était la liberté amicale des
convives. C'est à une de ces réunions que nous devons cette magnifique
divagation d'Horace.

Il descendit à des tons infiniment plus familiers dans une autre épître
intitulée le _Voyage à Brindes_, écrite à peu près dans le même temps,
et que les éditeurs ont insérée à tort parmi les satires. C'est un
_Téniers_ dans une galerie de paysagistes classiques. Horace a voulu
prouver dans ce badinage qu'il savait jouer avec le pinceau comme avec
la lyre. Ce voyage en vers familiers est surtout intéressant par la
ressemblance, encore aujourd'hui parfaite, entre les moeurs des hommes
du peuple des bourgades d'Italie et les moeurs de ce même peuple de nos
jours. C'est une page d'histoire des scènes populaires qui vous
transporte à _Albano_, à _Terracine_, à _Fondi_, dans les Abruzzes, et
jusque dans les tavernes de la Calabre, en excellente compagnie de la
cour d'Auguste.

Cette société, réunie pour un voyage de plaisir, se composait d'Horace,
de Mécène, d'Héliodore, littérateur grec de la plus haute renommée à
Rome, et de quelques hommes de goût de la maison de Mécène.

Lisons: chaque vers est une pierre _milliaire_ de la voie Appienne qui
mène de Rome en Apulie. C'est la géographie badine d'un poëte; il est à
croire que Mécène et ses amis avaient chargé Horace de rédiger en
plaisanterie leur itinéraire pour perpétuer les accidents et les charmes
du voyage; de plus, ce voyage avait un charme tout particulier pour
Horace, puisqu'il le conduisait aux lieux, toujours chers, où il avait
passé son enfance, sous la tutelle d'un père chéri. Il ne faut pas
chercher de la poésie; c'est écrit au crayon sur le genou, en notes où
le vers s'amuse à ressembler à la prose.


XXIII

«Sortis de Rome, la grande _Aricia_ nous offre une halte mesquine
(aujourd'hui c'est encore l'Aricia, fameuse par ses chênes gigantesques,
au pied desquels on trouve toujours assis un peintre, un amant ou un
poëte); de là nous arrivons au marché d'Appius (sorte de marché de
Poissy de Rome).» Écoutez comment une hôtellerie romaine est décrite
dans ce tumultueux rendez-vous des bouviers et des marins fournisseurs
de Rome:

«Fourmilière de marins et de cabaretiers fripons, l'eau y est insalubre;
je préférai faire jeûner mon estomac débile, et j'assistai, sans y
prendre part, au repas de mes compagnons de route. Déjà la nuit tombante
commençait à déployer l'ombre sur les campagnes et à semer les campagnes
du firmament de ses étoiles. Rixe entre nos jeunes esclaves avec les
matelots, et des matelots contre nos jeunes serviteurs:--Aborde ici.--Tu
entasses trois cents personnes dans la barque; holà! c'est
assez!--Pendant que l'on recueille le prix du passage et que l'on
attelle les mules, une longue heure s'écoule; les cousins bourdonnants
et les grenouilles marécageuses écartent le sommeil; les mariniers et
les passagers, ivres de mauvais vin, chantent à l'envi leur maîtresse
absente, jusqu'au moment où le voyageur fatigué et le batelier paresseux
attache à une borne le cou de la mule, la laisse paître, et ronfle
étendu sur le dos.

«Les voyageurs, couchés dans la barque sur le canal des marais Pontins,
croient avancer et sont immobiles; l'un d'eux se réveille à l'aube du
jour et saute à terre, s'arme d'une baguette de saule, et en caresse les
épaules des bateliers et de la mule assoupis. À la quatrième heure on
débarque un moment près de la fontaine _Ferrione_, pour se laver le
visage et les mains dans son onde pure. Bientôt on arrive à _Anxur_
(aujourd'hui Terracine), assise sur ses rochers éblouissants.» (Ils sont
jaunis et dorés aujourd'hui par tant de soleils de plus.)

Là on est rejoint par Coccéius, chargé d'une importante mission par
Auguste, puis par un autre ami de Mécène, Fontéius Capito, homme
accompli _ad unguem_, dit le poëte.

On arrive à _Fondi_ (encore aujourd'hui sale bourgade dans le plus riant
paysage d'orangers de la côte); on quitte Fondi en riant de l'importance
et du costume officiel de ses magistrats municipaux. On s'arrête à
Mamurra (Formies) pour loger chez Coccéius et pour souper chez Muréna.
Coccéius et Muréna, leurs compagnons de voyage, possédaient des maisons
de campagne dans ce beau site de la Campanie; ils durent entrevoir à
_Formies_, chez Varron, cette belle _Terentia_, sa soeur, qui devint
plus tard la femme de Mécène. Varron, frère de Térentia, subit la mort
quelques années après, pour avoir conspiré contre Auguste. Plotius,
Varus, Virgile, hommes de la même société, les rejoignent encore au delà
des marais de Minturnes.

Un mot d'Horace trahit sa tendresse pour son émule, le doux Virgile. «Le
monde, dit-il, n'eut jamais d'âme plus candide.» À Capoue ils retrouvent
leurs mules, qui portaient les bagages; là ils quittent la route de
Naples pour s'engouffrer dans les gorges de l'Apulie. La première halte,
avant Bénévent, est égayée par un dialogue, digne d'Aristophane le
Cynique, entre deux des convives qui s'accablent d'ironies. L'un
reproche à l'autre sa laideur, l'autre sa beauté; le premier avait été
esclave, le second, favori suspect d'Octave.

Dans les hautes montagnes d'Apulie on couche dans une métairie: Horace
se plaint de la fumée du bois vert d'olivier, qui blesse ses yeux
débiles. Une jeune Apulienne, d'une beauté grecque, y charme ses songes.
On ne reconnaît pas ici son bon goût attique dans la lubricité des
images: le goût pur est dans l'âme pure. Ni Horace dans un petit nombre
de vers de ses innombrables vers, ni J.-J. Rousseau dans ses
_Confessions_ dégoûtantes datées de Lyon, ne savent se préserver du
cynisme, cette fétidité de l'âme qui infecte jusqu'à l'imagination. Ce
vice de l'expression, fréquent dans J.-J. Rousseau, rare dans Horace,
devrait-il être respecté dans leurs éditions? Laisse-t-on des immondices
sur la voie publique? La salubrité morale doit-elle être plus tolérante
que la salubrité municipale?

«Enfin, dit-il, j'arrive à Brindes, terme de mon voyage et de mes vers.»

L'itinéraire est gai comme un souper d'amis au bord de la mer, exact
comme une carte de géographie. Un jeune littérateur, M. Desjardins, a
trouvé encore aujourd'hui son chemin de Rome à l'Adriatique, le voyage
d'Horace à la main. Les amis se séparent à Brindes; Horace alla seul, ou
peut-être avec Virgile, visiter sa chère fontaine de Blandusie et les
ruines de la maison de son père à _Venusia_. Là il se souvint de son
heureuse enfance, et il versa des larmes de tendresse sur tous ces
souvenirs vivants, qu'il voulait revoir une dernière fois. C'était,
malgré tout son esprit, ce que nous appelons un homme de bon coeur.


XXIV

Tel est l'homme, telle est la vie, telles sont les oeuvres de ce
philosophe du bonheur et de ce poëte du loisir.

Maintenant qu'en pensons-nous? Le voici: Est-ce un de ces poëtes
confident du coeur, consolateur de l'âme, conseiller des mauvais jours,
que les hommes de tous les âges peuvent emporter avec eux dans l'exil,
dans l'amour, dans le recueillement de la solitude, dans la douleur des
éternelles séparations, dans l'intimité religieuse de leur conversation
à voix basse avec le ciel, pour oublier la patrie, pour nourrir les
chastes tendresses, pour s'envelopper du mystère des pensées infinies,
pour donner des larmes sympathiques à leurs yeux, pour prêter des
prières à leurs invocations secrètes, pour verser en eux dans des vers
sacrés la foi et l'espérance des réunions éternelles? Non; ces accents
supérieurs, qui sont l'immortelle poésie de Pindare, d'Homère, de
Virgile, de Pétrarque, de Racine, de David, et de quelques lyriques
spiritualistes de nos jours, que je nommerai peu parce qu'ils vivent et
chantent encore au milieu de nous, ces sublimités de la poésie divine ou
humaine ne sont pas à la portée de la main badine et épicurienne
d'Horace. Ne cherchez pas là une larme sur ses cordes: c'est le poëte du
sourire, c'est l'ami des heureux.

Mais si vous êtes seulement un homme de bon sens et de goût exquis, un
amateur des délicatesses de l'esprit et des grâces de la poésie; si vous
ne sentez plus dans votre coeur ou si votre nature tempérée n'a jamais
senti les brûlures sacrées ni les stigmates toujours saignants des
fortes passions: amour, dévouement, religion, soif de l'infini; si une
félicité facile et constante vous a servi à souhait dans les différents
âges de votre vie; si vous avez passé l'âge des tempêtes, l'équinoxe de
cette vie; si vous êtes détrompé des hommes et de leurs vains efforts
pour se retourner sur leur lit de chimères; si vous avez vu dix
révolutions et cent batailles soulever pendant soixante ans la poussière
des places publiques et des champs de mort sans rien changer dans le
sort des peuples que le nom de leur servitude et de leurs déceptions; si
vous avez vu les prétendus sages de la veille déclarés fous le
lendemain, et les philosophies et les systèmes qui avaient fanatisé les
pères devenir la dérision de leurs fils; si la pensée humaine, toujours
active et toujours trompée, vous a attristé d'abord par ce perpétuel
enfantement du néant; si, après avoir pleuré sur ce tonneau retentissant
des Danaïdes qu'on appelle Vérité, vous avez fini par en rire; si, sans
chercher plus longtemps cette impénétrable moquerie du destin qui pousse
le genre humain à tâtons de la vie à la mort, vous avez pris le parti de
douter de tout, de laisser son secret à la Providence, qui, décidément,
ne veut le dire à aucun mortel, à aucun peuple et à aucun siècle; si
vous vous laissez glisser ainsi sur la pente, comme l'eau de l'_Anio_
qui glisse en gazouillant sous le verger d'Horace; si vous n'avez ni
femme ni enfant qui doublent et qui perpétuent pour vous les soucis de
la vie; si votre coeur, un peu rétréci par cet égoïsme qui se replie
uniquement sur lui-même, a besoin d'amusement plus que de sentiment; si
vous possédez cet _Hoc erat in votis_, ce voeu d'Horace, un joli
domaine aux champs pour l'été, une maison chaude l'hiver, tapissée de
bons vieux livres (_nunc veterum libri_); si votre fortune est
suffisante pour votre bien-être borné; si vous avez pour amis quelques
amis puissants, amis eux-mêmes des maîtres du monde, avec lesquels vous
soupez gaiement en regardant combattre Pompée et mourir Cicéron pour
cette vertu que Brutus appelle _un vain nom_ en mourant lui-même; enfin,
si vous n'avez pas grand souci des dieux, et si les étoiles vous
semblent trop haut pour élever vos courtes mains vers les choses
célestes; oh! alors, Horace est le poëte qui vous a été préparé de toute
éternité pour ami; c'est le poëte de la bonne humeur, c'est l'ami des
heureux, c'est le philosophe des insouciants, c'est le plus charmant
causeur de cette société immortelle qui commence à Anacréon, qui passe
par l'Arioste en Italie, par Pope en Angleterre, par Boileau, par
Saint-Évremond, par Voltaire, par Béranger en France, et qui, supérieure
en poésie et en délicatesse exquise à tous ces génies de l'agrément,
vous laissera peu de choses dans le coeur, mais des paroles sans nombre
de sagesse légère et de volupté intellectuelle dans la mémoire.

Attendez la saison d'hiver où un livre est une société toujours
bienvenue au coin du feu; attendez surtout la saison d'été, où un
compagnon est agréable pour répercuter en vous les douces sensations
du soleil, de l'ombre des bois, des eaux, de la montagne, de la mer;
achetez cette délicieuse miniature d'Horace illustrée par les Didot;
asseyez-vous à la lisière de vos bois au bord du ruisseau, sous les
saules où les oiseaux gazouillent à l'envi de l'onde, et lisez, et
prenez les heures comme elles viennent, et dites, comme Horace: _Carpe
diem_, _saisissez le jour_, tout est pour le mieux, pourvu qu'on ait
les pieds au soleil et la tête à l'ombre! Ce poëte est votre homme; ce
n'est pas le mien.

                                                            LAMARTINE.


FIN DU TOME HUITIÈME.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Cours Familier de Littérature (Volume 8) - Un entretien par mois" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home