Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3647, 18 Janvier 1913
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3647, 18 Janvier 1913" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 3647, 18 Janvier 1913



LA REVUE COMIQUE, par Henriot.


Ce numéro se compose de VINGT PAGES au lieu de seize et contient deux
suppléments:

1° _L'Illustration Théâtrale_ avec le texte de l'adaptation de FAUST,
par M. Émile-Vedel;

2º Le 8e et dernier fascicule d'UN DOUBLE AMOUR, par
Claude Ferval.



L'ILLUSTRATION

_Prix de ce Numéro: Un Franc._ SAMEDI 18 JANVIER 1913 _71e Année.--Nº
3647._

[Illustration: VEILLE D'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE La réunion plénière des
gauches du Sénat et de la Chambre dans l'ancienne chapelle du
Luxembourg. _Dessin de Léon FAURET.--Voir l'article, page 34._]

_L'Assemblée nationale, convoquée le vendredi 17 janvier à Versailles
pour élire le nouveau président de la République, ouvrira sa séance à
une heure de l'après-midi, et le résultat du dernier tour de scrutin ne
sera connu qu'à la fin de la journée ou peut-être même dans la nuit de
vendredi à samedi._ L'Illustration, _paraissant le vendredi matin, ne
pourra donc publier que la semaine prochaine la série des photographies
et dessins documentaires qu'elle aura pu réunir sur la séance du Congrès
et sur la personnalité de celui qui, le 17 février prochain, succédera à
M. Armand Fallières._



COURRIER DE PARIS

ÊTRE PRÉSIDENT

Je trace ces lignes quelques jours avant l'élection qui absorbe
l'intérêt et la curiosité de tout le pays, et, à l'heure même où elles
seront imprimées, le nom du vraisemblable Prédestiné, à moitié connu
déjà, mais encore incertain, sortira, paré d'un prestige officiel et
nouveau des urnes de Versailles.

Je n'entends pas parler ici des personnes, mais simplement de la
Fonction.

La présidence de la République! Ce titre exerce sur la masse des hommes
un incroyable pouvoir fascinateur. Il dit des palais nationaux, une
liste civile, des salons fastueux tendus des tapisseries du
Garde-Meuble, des cortèges, des calèches à la daumont, le grand cordon
rouge sur gilet blanc, _la Marseillaise_ écoutée debout, tête nue, la
première place partout, les armes présentées, des avant-scènes d'Opéra,
des réceptions à l'Elysée, des chasses, des croisières sur des
cuirassés, des trains spéciaux, des voyages princiers, des tête-à-tête
avec des rois, le bras offert aux impératrices,... des petits enfants,
fragiles héritiers de pesantes couronnes, tenus sur les genoux,... des
armées passées en revue, des visites de chantiers et de jardins,
d'usines et d'hospices, les premières pierres posées sous le soleil, ou
la pluie, des inaugurations d'Expositions universelles, des discours
pour tout et pour rien, des honneurs à chaque minute, des signatures,
données sur un splendide bureau Louis XV, d'une main qui sait son
importance, et des conseils de ministres, tour à tour graves et orageux,
où se traitent les questions vitales, où se font et se défont les
destinées de ce qui s'appelle la France.

Pour les uns, ceux qui voient vite, simple et gros, et qui sont le plus
grand nombre, la Présidence est donc une place féconde en bénéfices et
en avantages de toutes sortes, un poste de jouissances abondantes et
pressées, qui permet de vivre pendant sept ans un rêve magnifique de
conte arabe et de rentrer ensuite, fortune faite, dans une obscurité de
premier ordre et un éclatant oubli.

Pour d'autres, esprits timorés, natures sans ressort, rebelles à
l'ostentation, amies de l'effacement et de la tranquillité, la
Présidence est une suite douloureuse et ininterrompue de corvées, de
misères et de tristesses. Aliénation totale de sa liberté, sacrifice
absolu de ses goûts, de ses préférences, perte du repos, de l'appétit.
du sommeil, troublés tous les trois par la permanence des soucis, tous
les ennuis de la responsabilité sans les agréments de l'initiative et de
la direction, les moindres actes de la vie et de l'intimité dévoilés,
scrutés, épluchés, avec une passion qui va de la malice aiguë à la haine
sauvage, toutes les accusations, et les plus contraires, portées à la
fois contre vous, répétées tous les jours dans mille feuilles,
accusation de vénalité, d'avarice ou de gaspillage, de cléricalisme ou
d'antireligion, de sectarisme dans tous les sens, d'excès patriotique ou
de tiédeur militaire, accusation de mollesse ou d'énergie, de torpeur ou
d'ambition, de méchanceté ou de bonté, fureur quand on gracie le
condamné à mort et cris d'hyène quand on le laisse exécuter, reproches,
injures, outrages courants, quoi que l'on dise et ne dise pas, que l'on
fasse et ne fasse pas...; en dépit du désir et du devoir que l'on se
prescrit d'être l'homme de tous, l'Élu de tous, la Sagesse de tous,
appartenant à tous,... se voir repoussé de tous les côtés, ne contenter
jamais personne en se chagrinant toujours soi-même, et traverser ainsi,
dans une fièvre tapageuse, folle, et un surmenage de toute sa machine
physique, intellectuelle et morale, traverser sept ans de sa pauvre
petite vie si précieuse et si brève, pour retomber ensuite brisé,
écoeuré, étourdi de tout ce qu'on a enduré... et qui demeure l'obsession
d'un cauchemar... voilà pour les seconds l'image et le tableau de la
présidence qui leur font s'écrier: «Jamais! Tout, plutôt que ça!»

                                   *
                                  * *

Entre ces deux interprétations il y a cependant place pour une
troisième, et il est permis, sans sortir de la vérité, de croire que
quelques bons citoyens, français d'élite, ayant l'esprit et le coeur bien
situés, peuvent sans mesquine ambition, sans crainte ni présomptueuse
confiance, désirer avec une sévère ardeur ce poste redoutable et
considéré. Le simple et haut sentiment du devoir, d'un devoir périlleux
et qui s'impose à eux d'une façon spéciale, choisie, presque
irrésistible, suffit à justifier leur apparent orgueil qui n'est au fond
qu'une immolation déguisée, un sacrifice résolu à des intérêts communs
et généraux incompatibles avec l'individuel. Comment ne pas admettre que
la tentation d'un grand rôle efficace et salutaire à jouer ne soit pas
capable, précisément par l'impossibilité même de le tenir dans le sens
où il conviendrait de l'incliner, de le marquer, comment ne pas admettre
qu 'une pareille entreprise soit impuissante à arracher le talent, la
conscience, la valeur à leur égoïsme quotidien et particulier pour les
lancer dans la belle et large tâche? C'est la besogne à accomplir qui
nécessite et forme son artisan. L'ouvrage qui veut être fait sollicite
toujours et amène, même de loin, l'ouvrier digne de le réaliser. Le
sommet crée l'ascension et en dessine le chemin. Pour ces raisons, la
Présidence _doit_ attirer et guider certains hommes tourmentés de
remplir leur mission de premier rang, quelle que soit la forme, qui
n'est pas toujours celle qu'ils auraient préférée, sous laquelle il leur
faut s'adapter à cette obligation de la charge suprême, en prenant le
mot charge dans tout ce qu'il comporte de lourd et d'accablant. Que
pèsent en effet, voulez-vous me le dire, les témoignages et les honneurs
décernés à celui qui est investi de la magistrature suprême à côté de
toutes les peines et de toutes les difficultés qui sont le plus clair de
sa rente et de ses bénéfices? On ne saurait donc trop admirer ceux-en
très petit nombre dont les noms respectés viennent tout de suite aux
lèvres, et qui volontairement, avec une allègre et calme bravoure,
embrassent l'ingrat métier qui les étouffera et auquel il leur serait si
facile de se dérober sous le couvert de la modestie politique et de la
fausse humilité. Ceux-là font plus que remplir leur devoir au hasard de
la rencontre, ils l'inventent, ils le recherchent, ils vont au-devant de
lui, le revendiquent ainsi qu'une âpre récompense, comme le dur
privilège de leur mérite et d'une glorieuse situation déjà conquise. Il
leur paraît qu'ils doivent au pays, à la dignité de leurs idées, à
l'harmonie de leur carrière, à l'éclat de leur passé, et avant tout au
bien général, de ne pas rester cantonnés dans la position de célébrité
paisible et de grand second rang où ils ne risquent rien et où, s'ils
risquent quelque chose, ils ont du moins à peu près leur liberté de
gestes.

Et puis, je me dis aussi qu'ils ne peuvent pas ne pas être
extraordinairement agités par l'idée si intéressante d'arriver à faire
rendre à, cette fonction de la Présidence autre chose que ce qu'elle a,
jusqu'à présent, mal donné. Entre le soliveau et le dictateur y a-t-il
donc folie de prétendre être un chef?... un chef moral et plus puissant
par tout ce qui lui fait défaut que par les moyens d'une autorité
restreinte et qui, même élargie, ne serait jamais complète et
suffisante? Ne se trouvera-t-il pas un homme de bon sens énergique, de
conscience ordonnée et de tempérament national pour comprendre que cette
magistrature--sans que l'on s'échappe de la légalité mais en s'y
accrochant au contraire pour s'y appuyer de toute sa force--peut
s'exercer le plus heureusement et le plus normalement du monde? Il n'y a
pour cela qu'à ressusciter l'usage des droits, de tous les droits
présidentiels dont une méconnaissance intéressée ou un trop long et trop
prudent oubli ont fait des lettres mortes. Un président QUI PRÉSIDERAIT
en donnant, en restituant à ce mot et à ce titre leur sens de plénitude
pratique et d'attention agissante, relèverait et remettrait à sa
véritable hauteur une fonction dont il a été facile de sourire ou de
médire, sans doute parce qu'elle n'a pas toujours été remplie comme elle
aurait pu et dû l'être. Il y a une méthode nouvelle à inaugurer, une
façon d'être--en restant à sa place--le premier dans l'État sans croire
qu'il soit indispensable de se comporter comme si l'on était le dernier,
une manière de ne pas obéir systématiquement, sous prétexte que l'on n'a
pas à commander. Il y a une influence directrice à faire prévaloir, à
imposer par la seule autorité de sa personne, le prestige de ses
services et de son désintéressement, la forte douceur d'une prévoyante
sagesse qui a tous les scrupules comme tous les courages et qui, en tout
et pour tout, n'a pour seule règle et unique but que le plus grand
bien, le plus grand intérêt du pays, sa dignité, sa gloire et son repos,
sa figure dans le monde, et enfin son _honneur_, dont il est le
représentant et le gardien.

HENRI LAVEDAN.

_(Reproduction et traduction réservées.)_



VEILLE D'ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE

Un incident politique vient de se produire qui, étant donné les
circonstances, le moment--à la veille de l'élection du président de la
République--a produit une vive impression. Il a eu comme conséquence
immédiate la démission de M. Millerand, ministre de la Guerre, et un
remaniement du cabinet: M. Lebrun, ministre des Colonies, a pris le
portefeuille de la Guerre, et a été remplacé lui-même au pavillon de
Flore par M. René Besnard, sous-secrétaire d'État aux Finances.

Le samedi 11 janvier, le _Journal officiel_ enregistrait un décret
présidentiel daté du 6, réintégrant dans l'armée et affectant au service
des chemins de fer et des étapes dans le gouvernement militaire de Paris
au titre de l'armée territoriale, le lieutenant-colonel Mercier du Paty
de Clam qui, depuis 1900, depuis «l'Affaire», où il joua un rôle qu'on
n'a pas oublié, était à la retraite.

[Illustration: Devant l'hôtel particulier du Président du Conseil: M.
Millerand va confirmer à M. Poincaré sa décision de lui rendre le
portefeuille de la Guerre.]

[Illustration: M. Besnard, M. Lebrun. Devant le ministère des Colonies:
M. Albert Lebrun, devenu ministre de la Guerre, va remettre les services
des Colonies à son successeur, M. René Besnard.]



TRANSMISSION DE POUVOIRS MINISTÉRIELS

Le président du Conseil et ses collaborateurs n'avaient pas été mis au
courant de cette mesure. Ils s'en émurent. Au Conseil des ministres de
samedi, M. Millerand leur expliqua ses raisons: s'il n'avait pas saisi
le conseil de cette affaire, c'est qu'il considérait qu'elle avait un
caractère purement administratif. M. du Paty de Clam, en effet, avait
introduit, contre la décision qui l'avait mis à la retraite, un pourvoi
devant le Conseil d'État. Ce pourvoi avait été rejeté. Le colonel avait
alors déposé contre le ministère de la Guerre une plainte pour faux et
forfaiture, se basant sur ce qu'on avait communiqué au Conseil d'État
une pièce où ses états de service étaient inexactement mentionnés. Plus
tard, sollicitant sa réintégration, au moment du «coup d'Agadir», il
avait obtenu de M. Messimy la promesse qu'il serait donné suite à sa
requête s'il se désistait de sa plainte. Il acquiesça. Ainsi, M.
Millerand n'avait fait, soutint-il, que tenir un engagement pris par son
prédécesseur,--étant couvert, d'ailleurs, par un avis du comité du
Contentieux.

Le ministre de la Guerre ajoutait, toutefois, que, si ses collègues ne
partageaient pas sa manière de voir, il était prêt à mettre son
portefeuille à leur disposition. Dans la soirée, il écrivait dans ce
sens à M. Raymond Poincaré.

Dimanche, la démission de M. Millerand était acceptée.

Quant à présent, selon un mot fameux, «l'incident est clos». Mais ne
pourrait-il avoir une répercussion sur le scrutin de Versailles? C'est
là ce qu'on se demande jusqu'au dernier moment, et encore à l'heure où
nous écrivons.

                                   *
                                  * *

En attendant le grand jour, «les gauches»--appellation qui comprend
l'ensemble des groupes républicains--tenaient une réunion plénière afin
de se mettre, s'il se pouvait, d'accord pour la désignation d'un
candidat, et procéder à une sorte d'avant choix parmi les cinq candidats
déclarés; MM. Raymond Poincaré, Antonin Dubost, Paul Deschanel, Pams et
Ribot.

La questure du Sénat avait attribué à cette assemblée l'ancienne
chapelle des pairs, au palais du Luxembourg. Elle est aujourd'hui
désaffectée et désignée sous le nom de salle de Brosse. Mais des
peintures y demeurent, oeuvres d'Abel de Pujol et de Jean Gigoux, qui
témoignent encore de son ancienne affectation. C'est ainsi qu'au tympan
de la porte d'entrée, le Père Éternel trône dans une gloire, au milieu
du concert des harpes célestes.

Une première réunion se tint mercredi. Le scrutin donnait à M. Poincaré
180 voix, à M. Pams 174, à M. Antonin Dubost 107, à M. Deschanel 83, à
M. Ribot 52. M. Dubost déclara alors se désister en faveur de M. Pams;
M. Deschanel annonça son désistement pur et simple. Un second tour
donna, sur 628 votants, 283 voix à M. Pams, 272 à M. Poincaré. Mais la
majorité absolue n'étant pas atteinte, il fut décidé qu'on se réunirait
de nouveau jeudi. Ce suprême scrutin ne donna pas de résultat plus
décisif, aucun des deux candidats, M. Pams avec 322 voix, M. Poincaré
avec 310 suffrages, n'ayant atteint la majorité absolue.

[Illustration: M. Jules Pams, sénateur des Pyrénées-Orientales, ministre
de l'Agriculture, arrivé en tête de liste avec 322 voix au scrutin
préparatoire des groupes de gauche des deux Chambres.--_Phot. H.
Manuel._]

[Illustration: La casbah de Dar el Kadi.]

[Illustration: Le Gal Brulard et le Cnt Massoutier.]

[Illustration: Le Cnt Marty et le Lnt aviateur Do-Hu.]

[Illustration: Blessés ramenés en cacolet.]

[Illustration: Section d'aéroplanes de guerre. Général Brulard. Général
Franchet d'Esperey. Compagnies de débarquement des croiseurs _Du Chayla_
et _Friant._ UN NOUVEAU FAIT D'ARMES AU MAROC: LA DÉLIVRANCE DE DAR EL
KADI.--Le retour à Mogador des colonnes Brulard et Massoutier.
_Photographie Georges Guérard.--Voir l'article à la page 52._]



[Illustration: Sir Edward Grey Comte Benkendorff (Angleterre). (Russie).
M. Paul Cambon (France). Prince Lichnowsky (Allemagne). Comte Mensdorf
(Autriche-Hongrie). Marquis Impérial (Italie). Le Conseil des
Ambassadeurs à Londres: la discussion de la note collective à la
Turquie.--_Dessin de S. Begg._]

LES PUISSANCES ET LA TURQUIE

La suspension des négociations entre les délégués balkaniques et la
Turquie, à Londres, a, comme il était prévu, décidé les puissances à
tenir plus activement leur rôle de bons courtiers de la paix. Les
ambassadeurs, en conséquence, ont, avec l'approbation de leurs
gouvernements respectifs, rédigé, pour être remise à Constantinople, une
note collective, dont les termes, très modérés et très courtois, n'en
sont pas moins suffisamment nets. Dans cette note, les puissances,
désireuses d'éviter le retour des hostilités, attirent l'attention du
gouvernement ottoman sur la responsabilité qu'il encourrait en
prolongeant une lutte d'où pourraient résulter aussi des risques graves
pour le reste de l'empire. Qui peut garantir, en effet, si la guerre
recommence, que l'Arménie, le Liban, la Syrie, l'Arabie, resteront
tranquilles? Il est d'un intérêt évident pour la Turquie que la question
d'Asie, en ce moment, ne soit point posée. Aussi les puissances
conseillent-elles à la Turquie de ne point s'obstiner dans son
intransigeance et de céder sur Andrinople qui va succomber et sur les
îles qui sont perdues.

On conçoit d'autre part la répugnance de la Turquie à se mutiler d'une
ville non conquise, d'une ville musulmane qui est la seconde capitale de
l'empire ottoman, et l'on peut s'attendre encore à de suprêmes
résistances. Les alliés, de leur côté, ont déclaré que, si la démarche
des puissances demeurait sans résultats, ils n'hésiteraient plus à
rompre définitivement les négociations et à reprendre les hostilités
dans les délais prévus par le protocole d'armistice.

[Illustration: Comm. par M. de l'Écluse. M. J. Korostovetz, Prince Saïne
Noïne, plénipotentiaire russe, premier ministre mongol. Les ministres
mongols et le plénipotentiaire russe qui ont signé le récent traité
russo-mongol à Ourga.]

Et il semble à peu près certain, maintenant, que ce nouvel effort
militaire de la Bulgarie, s'il était nécessaire, ne serait plus paralysé
par l'attitude de la Roumanie dont les préparatifs militaires, soutenant
une demande de compensation territoriale, ont provoqué d'assez vives
inquiétudes ces derniers jours. D'après les dernières informations, on
serait, en effet, assez près d'arriver à une entente entre Sofia et
Bucarest. Et c'est, en somme, l'Autriche qui continue de préoccuper le
plus gravement l'Europe par le mystère de sa mobilisation ininterrompue.



LES RUSSES EN MONGOLIE

Les événements des Balkans et les conférences de Londres priment à tel
point toutes autres actualités que d'autres graves questions de la
politique extérieure retiennent à peine l'attention du public. Ainsi,
tandis que ces dernières semaines les concentrations militaires sur les
frontières austro-russes absorbaient toutes les préoccupations, la
tension russo-chinoise, provoquée par le règlement difficile de la
question mongole, passait à peu près inaperçue ailleurs que dans les
milieux politiques. Depuis que la Chine est en république, la Mongolie,
qui, toujours, a possédé une indépendance de fait et s'est gouvernée
elle-même sous la suzeraineté chinoise, a manifesté des tendances encore
plus nettement séparatistes, dont s'est efforcée de profiter la Russie.
Et, tandis que Mongols et Chinois échangent des coups de feu dans le
Sud, un plénipotentiaire russe envoyé à Ourga signait avec les ministres
mongols une entente déterminant les droits des sujets russes et du
commerce russe en Mongolie. La presse japonaise s'est particulièrement
occupée de ce traité russo-mongol qui place, dit-elle, la Mongolie
septentrionale sous le protectorat à peine déguisé de la Russie.

Ce traité et les commentaires auxquels il devait donner lieu ont
provoqué naturellement la plus vive irritation en Chine. Et, tandis que
le ministre de Russie mettait en demeure, sous menace de rupture, le
gouvernement chinois de ne pas retarder davantage le règlement de la
question de Mongolie extérieure, c'est-à-dire d'approuver le nouveau
statut rédigé à Ourga, la chambre de commerce de Pékin aurait envoyé aux
maisons de commerce en Mandchourie une circulaire demandant aux
marchands chinois de placer une partie de leurs revenus à la disposition
du fonds de guerre contre la Russie. D'autre part, le ministre des
Affaires étrangères chinois, Lon Tsen Tsiang, attaqué très violemment
par la presse et les partis politiques à cause de son attitude
conciliatrice à l'égard de la Russie, s'efforce actuellement de modifier
son attitude dans le sens de la résistance.



[Illustration.]

UN MOIS A PÉKIN

_L'abondante moisson de dessins, de photographies et de notes, qu'a
rapportée de son voyage à Pékin notre collaborateur L. Sabattier,
attendait, depuis quelques mois, que l'actualité lui fît un peu de
place: la guerre des Balkans, avec son cortège à images héroïques ou
lamentables, renvoyait de semaine en semaine la publication de cette
série d'articles illustrés, que nous commençons enfin aujourd'hui. C'est
la Chine nouvelle, en pleine crise de modernisation, avec ses savoureux
contrastes, ses oppositions pittoresques, son charme permanent, qu'à
peinte Louis Sabattier: ses croquis, où l'on retrouvera, transformée, et
plus séduisante que jamais, sa verve parisienne, n'ont rien perdu,
depuis l'été dernier, de leur vivant intérêt; et, tout en maniant le
crayon et le pinceau, voire l'objectif, l'artiste, observateur amusé des
spectacles qui se présentaient à lui, a pris le temps de rédiger des
notes alertes et familières où se joue le plus malicieux humour. Ce
premier article, daté de Tien Tsin, ne comporte que des dessins et
clichés en noir; mais, dès le second, les pages de L. Sabattier sur son
séjour d'un mois à Pékin contiendront une suite de reproductions en
couleurs._

I

LE VOYAGE EN CHINE

Tien Tsin, 21 mai 1912.

Le voyage en Chine par les Messageries Maritimes a ceci de charmant,
sans parler des agréments du bord, qu'il est, en lui-même, un
entraînement, une initiation. Les escales, à commencer par notre
Marseille elle-même, en passant par l'infâme Port-Saïd, la sauvage
Djibouti, Colombo tant vantée, Singapour au nom de féerie, Saigon la
bien française (j'y ai vu une manifestation dans la rue, la veille des
élections municipales du 5 mai), Hong-Kong et Changhaï, si britanniques,
sont autant de doses d'exotisme habilement graduées, dirait-on, grâce
auxquelles le plus emprunté des Parisiens peut, arrivé à Pékin, se
donner des airs blasés de vieux globe-trotter. Il en a déjà vu de toutes
les couleurs, c'est le cas de le dire. Et les cuisines infernales des
Palace, Astor, Oriental ou European Hotels de ces pays merveilleux, lui
ont été une école plus rude, peut-être, que les moussons, typhons, gros
temps ou chaleurs tropicales; à ces derniers inconvénients on échappe
souvent, à la cuisine en question, jamais.

Des Chinois, on commence à en voir à Singapour. Ils ont là leur ville à
eux, avec les boutiques grandes ouvertes, derrière leurs enseignes
verticales aux caractères si mystérieux et si passionnants, leur
architecture, leurs costumes, aujourd'hui bien affolants: casquettes,
chapeaux, vestons, pipes anglaises, lunettes d'auto, qui prennent à
leurs yeux la valeur de symboles républicains. Avec cela, plus de
nattes, ou presque. Il n'y a que les masques jaunes qui n'ont pas
changé, mais patience!

Saigon, aussi, a sa ville chinoise. A Hong-Kong et à Changhaï les
Chinois ont déjà l'air d'être un peu plus chez eux. Il est vrai que ces
ports de mer sont en Chine. Mais la Chine appartient-elle aux Chinois?
On ne le dirait guère, à voir ces garnisons, ces policiers, ces
croiseurs, ces torpilleurs de toutes nations. Pour Hong-Kong, passe
encore, puisque c'est une possession anglaise, un autre Gibraltar; mais
à Changhaï, Tien Tsin, Oueï Haï Oueï, Tché Fou, sans parler de Pékin, on
se demande qui est le véritable possesseur.

C'est un spectacle peu banal que celui de ces soldats allemands,
américains, russes, anglais, français, japonais, autrichiens, italiens,
belges, de ces matelots, marsouins, artilleurs, cosaques, tringlots,
sikhs, inniskillings, etc., menant à la baguette les gens du pays qui
trouvent cela tout naturel, ou font semblant.

[Illustration: Nos «forces navales» en Chine: la canonnière fluviale
_Peï-Ho_ à Tien Tsin.]

Mais ce qui surprend encore davantage, c'est de voir combien les
Français tiennent peu de place par ici. Depuis Marseille, je n'ai aperçu
qu'un navire de guerre de chez nous, le _Kléber_, en réparation à
Saigon. Aussi, grande a été ma joie, à Tien Tsin, de découvrir, en
passant sur les quais, devant notre consulat, un mât à la pomme duquel
flottait gentiment une flamme tricolore,--c'était le _Peï-Ho_, un ancien
remorqueur d'une centaine de tonneaux, peut-être, aménagé en canonnière
fluviale, qui vient, de temps en temps, montrer nos couleurs aux
populations, puis redescend à Tong Kou, son port d'attache, près de
l'embouchure de la rivière. Comme force navale, ce n'est pas énorme;
c'est de quoi, tout au plus, tenir en respect les jonques de guerre de
la marine chinoise. Mais quel plaisir de voir, enfin, nos braves marins!
Malheureusement, quelques mètres plus loin, on tombe sur un magnifique
contre-torpilleur japonais avec son installation de télégraphie sans
fil, son artillerie étincelante et son nombreux équipage; on se sent
humilié un peu. Déjà, à Changhaï, j'avais éprouvé ce sentiment devant
les croiseurs anglais, russes, allemands, autrichiens, américains,
japonais et italiens, amarrés sur leurs coffres au beau milieu de la
rivière, devant les banques, les hôtels, les clubs et les riches
habitations du «Bund», sans oublier ceux qui sont mouillés à
l'embouchure du Ouang Pou, à Ou Song... Nous, rien!

[Illustration: Recrues chinoises faisant l'exercice à la pagode de Long
Fa, près de Changhaï.]

Pour les troupes, c'est la même chose. Notre corps d'occupation au Tché
Li est un des moins nombreux parmi ceux qu'y entretiennent les diverses
puissances. Est-ce par économie? par délicatesse envers les voisins? par
crainte de mécontenter les groupes avancés du Parlement? Cette
insuffisance est pénible pour l'amour-propre national et inquiétante
pour la sécurité de nos compatriotes.

Mais je m'aperçois que je vais me lancer dans la politique... Le fait
certain c'est qu'il y a ici beaucoup moins de soldats français que de
japonais, d'anglais, d'allemands ou d'américains. Du reste, le
commandant du corps français d'occupation du Tché Li est un simple
lieutenant-colonel, alors que presque tous les autres corps étrangers
sont commandés par des généraux. Si distingué que soit le colonel
Andlauer, son rang hiérarchique a son importance, tant au point de vue
de l'effet à produire sur les Chinois qu'à celui du prestige et du rôle
à tenir dans la tragi-comédie internationale qui se joue ici. Ce n'est
pas la compagnie des volontaires français de Changhaï qui, nonobstant sa
bonne volonté, pourrait suppléer à la faiblesse notoire de nos forces
militaires en Chine.

A Changhaï, où j'ai quitté l'_Ernest-Simons_ en route pour Yokohama, sa
dernière escale, j'ai vu, pour la première fois, des troupes régulières
chinoises. Elles faisaient l'exercice au pied de la tour de la pagode de
Long Fa, à quelques kilomètres de la ville. Cette pagode a été
dernièrement convertie en caserne par les nouvelles autorités chinoises.
Cette transformation des pagodes, bonzeries et autres établissements
religieux, en magasins, poudrières ou casernements, a été un des
premiers soins du régime républicain. Qui se fût attendu à trouver de
l'anticléricalisme dans un pays aussi indifférent, aussi sceptique que
l'est, dit-on, la Chine?

DE CHANGHAÏ A PÉKIN

Pour aller de Changhaï à Pékin on a le choix entre la voie de mer et
celle de terre. Cette dernière entraîne à un voyage de trois jours en
bateau sur le Yang Tze Kiang, en passant par Nankin, jusqu'à Han Kéou,
où l'on prend le train pour Pékin,--au total cinq jours au moins, si
l'on ne s'arrête nulle part. Pressé de voir la capitale, je me suis
embarqué sur un des petits vapeurs qui font le service de Tien Tsin et
qui, en moins de trois jours, en touchant à Oueï Haï Oueï et à Tché Pou,
où nous sont apparus de nouveau des croiseurs étrangers, nous a amenés à
Ta Kou, à l'embouchure du Peï Ho. Là nous devions subir un bon coup de
vent, un demi-typhon, qui nous a empêchés de franchir la barre, dont le
chenal est très étroit. Après avoir fortement dansé pendant vingt-huit
heures, nous avons pu passer à la troisième marée et gagner Tien Tsin
après six heures de navigation sur le fleuve sinueux.

[Illustration: Village et jonques sur le Peï Ho.]

[Illustration: Passagers chinois à bord du Feng-Tien]

Ah! ce Peï Ho! Une eau limoneuse, épaisse et lourde qui va salir la mer
jusqu'à 20 ou 30 milles au large de l'embouchure, et qui, tourmentée par
la bourrasque, a l'air d'une coulée de glaise liquide.

Le long des berges, incessamment rongées par la vague qui nous suit, se
succèdent les villages aux maisons en torchis de boue et de paille, dont
quelques-unes, peu à peu, retombent par morceaux dans le fleuve qui en a
fourni la matière et dont elles ont la couleur. Quand elles sont tout à
fait dévorées par le courant, on les reconstruit (ce n'est pas la place
qui manque) en arrière des autres, qui sont, à leur tour, appelées à
disparaître. Le paysage, à perte de vue, n'est qu'une vaste nappe de
verdure d'un vert tendre à faire pleurer.

D'ailleurs, ce n'est pas beau, beau. De nombreuses jonques circulent sur
cette boue mouvante où nous flottons nous-mêmes. Elles ont beaucoup de
caractère et leur aspect barbare, un peu théâtral, est des plus
impressionnants.

Notre bateau, le _Feng-Tien_, monté par un équipage chinois et commandé
par des officiers anglais, transportait, outre ses passagers européens,
une grande quantité de Chinois parqués dans le faux pont. Nous avons eu,
grâce à eux, un avant-goût des parfums de Pékin. Bien d'enivrant, je
vous assure. Mais quel grouillement, quelles têtes, quelle couleur!
Pendant le coup de vent que nous avons essuyé devant Ta Kou, ces
malheureux n'en menaient pas large; leur faux pont à claire-voie était,
à chaque instant, balayé par les lames; l'eau, embarquant plus
rapidement qu'elle ne s'écoulait, roulait constamment d'un bord à
l'autre, comme dans un tonneau qu'on rince. Et, malgré que nous ne
fussions pas, non plus, sur un lit de roses, nous ne pouvions nous
empêcher de plaindre ces pauvres gens.

[Illustration: LA CHINE COSMOPOLITE.--Fête sportive donnée par les
troupes françaises, à l'Arsenal de l'Est, près de Tien Tsin. _Dessin de
L. Sabattier._]

A part sa fin un peu mouvementée, notre traversée fut la plus agréable
qu'on puisse souhaiter. Nous avions eu, à Changhaï, la bonne fortune
d'être reçus à la table--délicieusement française--du docteur Fresson,
établi là depuis plusieurs années. Célèbre dans tout l'Extrême-Orient
pour sa science et son habileté, ce chirurgien reçoit, même d'Amérique
et du Japon, des malades qui viennent se faire soigner par lui. Parisien
et artiste, collectionneur au goût raffiné, savant modeste et
bienfaisant, le docteur Fresson est, à mes yeux, le type du Français
d'élite représentant dignement et brillamment, à l'étranger, nos
compatriotes et leurs bonnes qualités. Sa mère, qui vit là-bas avec lui,
le seconde, à cet égard, avec la plus exquise bonne grâce et notre pays
bénéficie de la considération dont jouit cette aimable femme.

A notre départ de Changhaï, Mme Fresson eut la charmante attention de
venir nous serrer la main à bord du _Feng-Tien_. Nous en fûmes d'autant
plus heureux qu'elle nous fit faire connaissance avec deux ménages
français des plus sympathiques se rendant, comme nous, à Tien Tsin et à
Pékin.

[Illustration: Maison européenne en toilette d'été, à Tien Tsin.]

Il est, hors de France, beaucoup de bons Français; ce n'est pas aux
étrangers que je prétends faire cette révélation: ils le savent; mais on
l'ignore trop dans notre pays d'«antodébinage», si j'ose dire, et je
considère comme un devoir--très agréable--de le crier bien haut chaque
fois que j'en ai l'occasion. MM. O'Neil et Charrey, qui voyageaient avec
leurs charmantes femmes, nous furent des compagnons de route à souhait.
Le premier, ancien lieutenant; de vaisseau, quitta récemment, tout jeune
encore, la marine qu'il adorait pour se mettre à la tête d'une
entreprise financière, aujourd'hui des plus importantes en Chine--le
Crédit Foncier d'Extrême-Orient--en compagnie de son ami, M. Bourboulon,
ancien officier, lui aussi. L'activité et l'énergie de ces jeunes hommes
n'ayant pas trouvé leur emploi dans leurs carrières militaires, ils les
utilisèrent à poursuivre la fortune, et c'est toujours servir la France
que de créer, à l'ombre de son drapeau, des maisons de commerce ou des
comptoirs dont la prospérité est liée à l'intérêt national et dont les
bilans ou les inventaires ont la valeur de bulletins de victoire.

Les Allemands l'ont bien compris, eux!

[Illustration: Une cour de l'infirmerie de l'Arsenal de l'Est (Tien
Tsin).]

M. Charrey, architecte de la société, engagé volontaire en 1900, prit
part à la délivrance des légations et, séduit, comme beaucoup d'autres
l'ont été, paraît-il, par la Chine, il y est resté et ne s'en plaint
pas.

On a beaucoup potiné, sur le _Feng-Tien_. Nos compagnons de voyage nous
ont initiés aux détails de la vie européenne à Changhaï, à Tien Tsin et
à Pékin: histoires mondaines, toilettes, vie d'intérieur, affaires,
rivalités, médisances, jalousies, politique locale, autant de sujets de
conversations pleines de bonne humeur et d'intérêt qui nous ont fait
paraître plus courtes nos trois journées de mer et moins mauvaise la
cuisine anglaise du cuisinier chinois.

Les moins réjouissants, parmi ces potins, ne sont pas ceux qui
concernent les rivalités mondaines: à Changhaï, la colonie française
est, comme il sied, divisée en deux clans, dont l'un ne _reçoit_ pas
l'autre. Celui qui n'est pas _reçu_, et qui brûle de l'être, a considéré
que la rareté des invitations en faisait quelque chose d'infiniment
précieux; dans son esprit, un rapprochement s'est opéré entre cette
société si distante, si avare de ses bristols, et le métal rarissime, le
radium. Si bien que ce vocable lui sert aujourd'hui à désigner la partie
inaccessible de la «société» française à Changhaï.

Le «radium» est le premier à en rire, naturellement.

[Illustration: Porte de l'Infirmerie de l'Arsenal de l'Est, à Tien Tsin;
deux mandarins, peints sur les battants, en interdisent l'entrée aux
mauvais esprits.]

TIEN TSIN ET L'ARSENAL DE L'EST

[Illustration: Le peuple chinois d'aujourd'hui: spectateurs d'un théâtre
en plein vent, à Tien Tsin.]

La chaleur commence à être assez forte et les vêtements blancs et les
casques sont maintenant de mise. Les maisons européennes de Tien Tsin
font déjà leur toilette d'été: elle consiste en un revêtement de nattes
soutenues par de légers échafaudages qui entoure les bâtiments, en
laissant un espace de quelques mètres entre elles et les façades, ce qui
produit une fraîcheur relative. C'est fort amusant à voir.

Ma première visite a été, naturellement, pour notre très aimable consul
général, M. Kalm, résidant en Chine, au service de la France, depuis
vingt et quelques années. C'est un véritable plaisir pour moi de rendre
hommage ici à son obligeance et de le remercier de son bon accueil.

Ensuite, avec l'autorisation du lieutenant-colonel Andlauer, commandant
le corps français d'occupation en Chine, je suis allé visiter l'arsenal
de l'Est, où sont installés nos soldats avec leurs officiers. Ai-je
besoin de vous dire que le représentant de _L'Illustration_ a été bien
reçu?

J'ai trouvé là nos marsouins alertes et gais, travailleurs et
débrouillards, soldats de France, quoi!

L'infirmerie est installée dans des bâtiments bien chinois, où l'on
pénètre par une grande porte sur les battants de laquelle sont peints
deux mandarins géants autant que rébarbatifs, chargés d'en interdire
l'entrée aux mauvais esprits. Çà et là, de petites cours, de petits
jardinets bien tranquilles et agréablement ombragés, à l'usage des
convalescents.

L'arsenal de l'Est (à 6 kilomètres de Tien Tsin) avait été construit
sous le vice-règne de Li Hung Tchang. Il comprend, dans une enceinte de
plusieurs kilomètres de tour, des magasins, des poudrières, des
casernements, un parc d'artillerie, une machine à distiller, des
logements d'officiers, des bureaux, télégraphes, etc., et le
lieutenant-colonel Andlauer remplit ici les fonctions très enviables
d'un véritable commandant de corps d'armée. Un beau petit corps d'armée,
vraiment, car, si nos soldats ne sont pas nombreux, ils sont bons, et, ô
prodige! ils sont sportifs aussi. Au jeu bien anglais du _tug of war_,
la lutte à la corde, ils battent couramment l'équipe britannique qui,
pourtant, est d'une belle force.

L'équipe française de Pékin est particulièrement entraînée à ce sport
passionnant et c'est un spectacle très beau que celui de ces énergies
physiques et morales obéissant aveuglément aux ordres de leurs chefs. Ce
sport mériterait une description qu'il serait trop long de donner ici.
Il est encore peu connu, si ce n'est comme jeu de société, mais je vous
assure qu'il est très emballant et même angoissant. Il arrive, en effet,
quelquefois, que des hommes tombent évanouis au bout de dix ou quinze
minutes d'un effort continu et d'une tension formidable de tous leurs
muscles et de toutes leurs forces de volonté et de ténacité.

UNE FÊTE SPORTIVE

J'ai tenu à rester à Tien Tsin pour assister à la belle fête que les
troupes françaises ont donnée aux résidants européens et dont le
programme comportait, outre la lutte à la corde, des courses, assauts,
concours et matches variés entre les équipes des divers corps
d'occupation. Malgré le véritable intérêt sportif qu'elle présentait,
j'ai été séduit, surtout, par l'aspect vraiment curieux et suggestif de
la foule des invités.

[Illustration: Miss Chung avec la fille d'une de ses malades.]

Figurez-vous le pesage de Longchamp ou de Chantilly, de très jolies
femmes, d'élégantes toilettes, des sportsmen venus à cheval ou en auto
(il y a beaucoup d'autos à Tien Tsin). Et, par-dessus tout,
l'invraisemblable réunion d'uniformes de tous grades des principales
nations du monde,--je ne recommence pas l'énumération que je vous ai
déjà faite à propos des croiseurs. Il y avait même des Chinois! On peut
voir, de temps en temps, dans des fêtes officielles ou des cérémonies,
des militaires étrangers en grande tenue, mais ici tout le monde était
en blanc ou en kaki, presque en tenue de campagne.

Il a fallu les événements de 1900 et les troubles de février dernier
pour amener une telle fusion... apparente. Je m'attendais presque à
entendre la musique jouer _l'Internationale_.

M. de Margerie, notre ministre plénipotentiaire en Chine, était venu de
Pékin pour assister à cette belle réunion où les Français ont triomphé,
non sans peine, de l'équipe anglaise, au _tug of war_.

En revanche, un soldat anglais du régiment de Somerset a brillamment
gagné la course de 3 milles. La veille, un autre soldat anglais avait
été vainqueur de la course de 42 kilomètres (dite course de Marathon) en
2 heures 50.

Un détachement de notre petit corps d'armée est chargé de la garde du
consulat de France à Tien Tsin sous le commandement du lieutenant
Dubreuil, en Chine depuis une dizaine d'années, parlant très bien le
chinois et connaissant à fond les hommes et les choses de ce pays.

Le détachement qu'il commande est caserne près de notre consulat. J'ai
visité les chambres, le salon de lecture, où de nombreux hors texte de
_L'Illustration_ couvrent les murs, la cuisine où l'on était en train de
confectionner un savoureux et plantureux déjeuner dont voici le menu:

                           POISSONS FRITS
                           VIANDE FROIDE
                           SALADE DE HARICOTS
                           BOUDIN GRILLÉ
                           FROMAGE ET FRUITS
                           UN QUART DE VIN
                           THÉ A DISCRÉTION.

Dans un coin de la cour, le boy chinois de la compagnie avait la cruauté
d'écosser des petits pois sous l'oeil hagard de quelques canards qui
devaient, le lendemain, figurer au déjeuner en leur compagnie,

         _Fort à l'aise en un plat, honneur dont la volaille_
                     _Se serait passée aisément,_

comme dit le bonhomme La Fontaine. Le voilà bien, le raffinement des
Chinois en matière de, supplices!

[Illustration: Un coin de vieille Chine, à Tien Tsin: le marché aux
poissons rouges.]

OEUVRES CHARITABLES; MILITARISME AMÉRICAIN

A travers les quartiers récemment brûlés de Tien Tsin, nous sommes
allés, avec le lieutenant Dubreuil, rendre visite à une jeune Chinoise,
miss Chung, sage-femme diplômée en Angleterre.

Cette intelligente et courageuse fille, sous la direction d'une
doctoresse, Chinoise comme elle, dont je n'ai pu retenir le nom, se
consacre à l'instruction de gardes-malades dans un institut qu'elles ont
fondé et qui subsiste grâce aux libéralités des personnes généreuses de
la ville. Ces dames charitables reçoivent gratuitement les Chinoises
pauvres et enceintes, font les accouchements et donnent aux enfants les
premiers soins. Voilà du bon modernisme!

Miss Chung nous a montré une jeune mère sur qui, vingt jours auparavant,
on avait pratiqué l'opération césarienne, et qui marchait, maintenant
alerte, tenant dans ses bras son enfant, très bien portant, auquel on
avait donné le nom de César,--Si Sa, en chinois.

Dans un autre coin du quartier indigène, en une maison fort délabrée,
les soeurs de Saint-Vincent de Paul prodiguent leurs soins et leur
charité aux miséreux d'alentour. Nous avons trouvé, dans son
dispensaire, entourée de haillonneux de tous âges, la mère supérieure en
train d'essayer d'arracher une dent à un vieux Chinois qui ne devait
pourtant pas les avoir bien solides et qui hurlait d'épouvante chaque
fois que l'opératrice faisait mine d'approcher.

Et dire que ce gaillard-là avait peut-être participé, en 1870, au
massacre des soeurs, dont dix ou douze petites colonnes de pierre
rappellent le souvenir, autour de la maison et de la chapelle, à
l'endroit précis où chacune d'elles est tombée sous les coups des
assassins!

... J'ai vu, avant mon départ, la parade qui a lieu tous les matins sur
le terrain d'exercice, devant la caserne des Américains: je n'aurais
jamais pensé que l'armée d'un peuple si neuf, si dénué de traditions, si
démocratique et si pratique, pût être, à ce point, le refuge d'un
cérémonial qu'on ne trouve guère--et bien atténué--que dans les pays
essentiellement monarchiques, où les uniformes somptueux se ressentent
encore des splendeurs passées et s'harmonisent parfaitement avec des
rites désuets.

Mais ces soldats dont le costume, admirablement confortable, est à peine
militaire, ces officiers en chapeau mou, gardant des poses rigides,
faisant des gestes solennels, avec des attitudes de prêtres à l'autel,
paradant enfin, pendant près d'une heure, d'un air très convaincu, voilà
qui est assez inattendu.

Un seul détail donnera une idée de l'extrême correction avec laquelle
ces gens exercent leur métier,--j'allais écrire leur sacerdoce:
l'officier américain, arrivé à la gauche de son peloton, après l'avoir
inspecté, ne regagne jamais son poste de commandement par la diagonale;
il revient sur ses pas parallèlement à sa troupe; parvenu à hauteur de
l'homme du milieu, il tourne à angle droit et, après avoir compté le
nombre de pas réglementaire, s'arrête en faisant demi-tour, face au
centre. Ainsi les Américains ont horreur de l'hypothénuse; mais, d'autre
part, ils font des choses qui soulèveraient chez nous l'indignation
générale: leurs soldats sont munis de lunettes d'auto, car il y a, à
Tien Tsin, beaucoup de poussière. Je pars enfin pour Pékin.

L. Sabattier.

_--A suivre.--_

[Illustration: Devant la caserne américaine, à Tien Tsin.]



[Illustration: Invasion de l'eau dans la galerie d'avancement du tunnel
du Mont d'Or (800 litres par seconde).]

UNE RIVIÈRE DANS UN TUNNEL

Un accident, qui rappelle un peu celui du Loetschberg, vient de se
produire au tunnel du Mont d'Or, sur la ligne en construction
Frasne-Vallorbe qui évitera le détour de Pontarlier aux trains français
se dirigeant vers Lausanne et le Simplon: les sources qui alimentent le
Bief rouge, modeste affluent du Doubs, ont envahi la galerie
d'avancement. On n'a eu, heureusement, à déplorer aucun accident de
personne.

Le tunnel du Mont d'Or, le plus grand souterrain de la nouvelle ligne, a
un peu plus de 6 kilomètres de longueur. Il s'ouvre en France à
l'altitude de 894 mètres, et descend par une pente régulière de 13
millimètres par mètre pour déboucher en territoire suisse à la côte de
816 mètres.

La galerie d'avancement du côté français est percée sur un kilomètre
environ; du côté opposé, on a dépassé le quatrième kilomètre. Il reste
donc un peu moins d'un kilomètre à franchir. L'accident s'est produit à
90 mètres du front d'attaque suisse et à environ 1.800 mètres de la tête
française.

L'eau, arrivant par le flanc de la galerie, l'a noyée sur une hauteur de
80 centimètres. Le débit fut d'abord de 800 litres par seconde; à la
suite de fortes pluies et de fontes de neige, il atteignit, pendant deux
jours, 5.000 (cinq mille) litres. Il est ensuite tombé à 400 litres,
chiffre qui paraît correspondre au régime normal de la source.

Pendant ce temps, une petite rivière qui a sa source à 5 kilomètres de
là, le Bief rouge, cessait de couler, et les usines établies sur ses
bords se trouvaient dans l'impossibilité de fonctionner.

Comment a pu se produire l'accident, et quelles peuvent en être les
conséquences?

Sur ces deux points, les géologues et les ingénieurs ne sont guère
d'accord.

Tel géologue affirme avoir prévu ce qu'il considère comme une
catastrophe. Il pense que les ingénieurs ne pourront ici lutter
utilement contre les forces naturelles, et il redoute de voir bientôt
d'autres rivières, y compris le Doubs, privées d'une partie des eaux qui
les alimentent.

Ces craintes sont peut-être excessives. La géologie, la moins précise de
toutes les sciences, se leurre fréquemment avec des hypothèses ou des
déductions abusives; en n'importe quelle circonstance, il serait
difficile de ne pas trouver un savant «ayant prévu ce qui arrive», car
il y a toujours au moins un géologue qui, _a priori_, prend le
contre-pied de l'opinion de ses confrères. Du reste, nul géologue, nul
ingénieur n'a prévu exactement ce qui vient d'arriver.

Le tunnel traverse un terrain calcaire, fissuré; il était donc à peu
près certain que l'on rencontrerait de l'eau. On avait situé cette
rencontre à 1 kilomètre environ de la tête française: elle se produit à
1.800 mètres. En ce qui concerne le débit des sources contre lesquelles
on aurait à lutter, les évaluations variaient de 300 à 1.000 litres par
seconde.

[Illustration: Le tunnel du Mont d'Or sur la ligne Frasne-Vallorbe.
#####Ligne en exploitation, #####--- en construction. ##### Tunnel.
Point d'arrivée de l'eau dans le tunnel.

Croquis schématique figurant l'invasion de l'eau dans le tunnel du
Mont-d'Or. Les sources traversant le terrain perméable rencontrent une
couche argileuse où elles s'accumulent pour s'échapper par une fissure
et former le Bief rouge, sur le versant français. Le tunnel a rencontré
une poche ou une faille communiquant avec la nappe d'eau qui, dès lors,
tombe dans le tunnel d'une hauteur de 70 mètres et, cessant d'alimenter
le Bief rouge, va se répandre sur le versant suisse.]

Notre croquis schématique montre somment les choses ont pu se passer.
Les roches calcaires qui composent le Mont d'Or sont, à une certaine
hauteur, traversées par une couche argileuse qui s'infléchit sur le
versant français et le couvre d'une sorte de chape descendant jusqu'à la
vallée.

Les eaux de ruissellement sont arrêtées par cette couche qui forme le
fond d'un réservoir; elles s'amoncellent jusqu'au niveau d'une fissure
par où elles s'échappent pour alimenter le Bief rouge.

Cette couche argileuse et la roche sous-jacente présentent évidemment
une faille ou une simple poche qu'a rencontrée la galerie d'avancement;
dès lors, les eaux du Bief rouge, trouvant le fond de cette poche crevé,
tombent dans la galerie et vont, pour l'instant, se déverser en Suisse
dans l'Orbe.

La poche descend-elle au-dessous du niveau du tunnel, ou, au contraire,
s'arrêtait-elle au-dessus avant que le percement eût provoqué
l'effondrement du fond qui supportait le poids de l'eau: on l'ignore
actuellement.

Les travaux de défense sont menés avec une grande activité; le mur
tampon qu'on élève dans la galerie d'avancement pour emprisonner l'eau
sera achevé dans quelques jours. Si, alors, l'eau reparaît dans le Bief
rouge, la question sera élucidée.

Quoi qu'il en soit, il faudra, pour pouvoir continuer le percement,
établir un canal d'écoulement; c'est un travail d'un mois. Le tunnel
achevé, on construirait au point voulu un barrage souterrain. La
pression de l'eau qui a envahi la galerie atteint 70 mètres; les
ingénieurs considèrent comme très possible d'établir un mur capable d'y
résister.

En résumé, on ne saurait encore apprécier la situation. D'ailleurs, les
souterrains réservent de ces surprises, et les constructeurs de tunnels
en ont vu bien d'autres. F. Honoré.

[Illustration: Écoulement de l'eau par la tête suisse du tunnel.]

Les eaux de ruissellement du Mont d'Or, suivant l'aqueduc du tunnel,
sortent, parfois en gerbe, par une buse d'évacuation et inondent les
prairies que traverse la rivière l'Orbe.

UNE SOURCE FRANÇAISE QUI S'ÉVADE EN SUISSE



La grande tenue rendue aux officiers de marine.

MARINE EN JOIE, MARINE EN DEUIL

Un arrêté ministériel qui fut peu populaire--mais ses auteurs ne
pouvaient espérer qu'il en fût autrement--enlevait aux officiers de
marine, en 1901, la grande tenue qui leur seyait si joliment, le
bicorne, l'habit brodé aux pans d'ancres d'or, le pantalon à bande d'or.
Un nouveau décret vient de leur rendre cet uniforme de gala. Il est
redevenu obligatoire à partir du 1er janvier 1913, et, pour la première
fois en cérémonie officielle, il a fait sa réapparition à bord du
cuirassé _Patrie_, lorsque le vice-amiral de Marolles, nommé au
commandement de la 2° escadre en remplacement de l'amiral Bellue, appelé
à la préfecture maritime de Toulon, vint arborer son pavillon sur ce
navire.

On peut voir sur le cliché reproduit ici, et qui fut pris à l'occasion
de cette cérémonie, quelle belle humeur nos officiers ont montrée devant
l'objectif, enchantés d'avoir retrouvé l'uniforme qu'ils regrettaient,
et assez indifférents, sans doute, aux vaines raisons d'économie, de
«démocratisation», qu'on avait mises en avant pour justifier la mesure
ancienne. Ils doivent d'ailleurs quelque gratitude à la diplomatie,
puisque c'est sur les instances du ministère des Affaires étrangères,
frappé de les voir, dans maintes rencontres, faire si indigente figure,
quant aux signes extérieurs, en face de leurs camarades des marines
étrangères, que leur fut redonnée la grande tenue.

... Après la joie, le deuil.

Le lundi 6 janvier, un accident de tuyautage se produisait dans la
machine du cuirassé _Masséna_: un collecteur de vapeur explosait, comme
le navire prenait le large pour Bizerte, où il devait passer au bassin.
Huit chauffeurs furent tués: un quartier-maître, Marzin, et sept
matelots, Dupont, Massone, Bastiand, Ollier, Bescon, Beyon et Dodeman.

On a fait samedi dernier à ces victimes du devoir des funérailles
solennelles où le ministre de la Marine s'était fait représenter par M.
le vice-amiral de Jonquières.

Le matin, l'amiral remettait, à bord du _Masséna_ même, la croix au
mécanicien principal Chappaz, et la médaille militaire au second maître
Salaun et au matelot Mazéas, qui s'étaient distingués lors de la
catastrophe.

Un peu plus tard, une messe était célébrée à l'hôpital de Saint-Mandier,
en présence du représentant du ministre, du commandant et des
délégations du _Masséna_. Puis les cercueils étaient placés devant le
bâtiment central de l'hôpital, où une foule recueillie les venait
visiter. Ce fut là qu'eut lieu, à 2 heures, la cérémonie de levée des
corps.

En présence de ces huit bières fleuries, déjà placées sur les
corbillards qui allaient les emmener vers les gares, chacun des morts
devant dormir près de son foyer, M. le vice-amiral de Jonquières
prononça une émouvante allocution, saluant ces hommes «tombés comme sur
un champ de bataille, en pleine jeunesse».

[Illustration: Les obsèques à Toulon, des victimes du _Masséna_:
l'amiral de Jonquières, représentant le ministre, prononce son discours.
_Phot. Marius Bar._]

[Illustration: Dans une vieille maison d'une petite ville des pays
annexés: après le repas de famille, _la Marseillaise_ chantée en choeur.
Scène finale du premier acte d'_Alsace_.--_Phot. A. Bert._]



LA NOUVELLE PIÈCE DU THÉÂTRE RÉJANE: «ALSACE»

Avec un tel titre, une pièce était assurée de susciter l'attention
générale; avec un tel sujet, elle était assurée de bénéficier d'une
sympathie chaleureuse, voire d'exciter de l'enthousiasme. Mais aussi
pour le bien justifier, ce titre, il fallait que le sujet fût traité à
fond. Tâche ardue et périlleuse,--non cependant pour MM. Gaston Leroux
et Lucien Camille, celui-ci particulièrement en situation de connaître
les êtres et les choses qu'ils voulaient dépeindre, celui-là les
connaissant aussi, et ayant donné déjà maintes preuves de son talent
d'écrivain et de son habileté dramatique. Ainsi les deux auteurs ont pu,
avec leur oeuvre ardente et pathétique, faire vibrer les nerfs des
spectateurs sans qu'il s'élevât une note discordante.

Une des scènes, ingénieuses et fortes, qui produisirent le plus d'effet
est précisément celle que représente la gravure ci-dessus. On a voulu
fêter, dans une vieille maison d'Alsace, le retour d'une compatriote qui
fut expulsée, cinq ans auparavant, pour avoir, chez elle, chanté un peu
trop haut la _Marseillaise_,--et qui revient, alarmée, parce qu'on lui a
annoncé que son fils, resté au pays, s'est épris d'une jeune Allemande
et veut l'épouser; les parents, les serviteurs, les amis, se sont réunis
autour de la table familiale, et l'on évoque des souvenirs; on en vient
à parler de ce soir tragique de l'expulsion... Oui, on chantait _la
Marseillaise_, ici, autour du piano... En joignant le geste et la
parole, l'héroïne de la soirée s'approche de l'instrument de musique,
l'ouvre, fredonne, en s'accompagnant en sourdine, les premières paroles
de l'hymne national, et, tous, parents, amis, serviteurs, groupés autour
d'elle, entraînés irrésistiblement, chantent dans la communion d'une foi
profonde,--tandis qu'à l'écart, isolé, se tient le fils de la maison,
qui ne se sent plus entièrement de coeur avec sa propre famille depuis
qu'il fut ensorcelé par les charmes d'une fille de leurs oppresseurs.

... La scène est d'une impressionnante beauté à laquelle on ne résiste
pas. Elle est jouée avec une ardeur frémissante par Mme Réjane qui ne
fut jamais plus acclamée.

Toute la pièce est du reste mise en scène avec le plus juste
pittoresque; et ses personnages allemands, caricaturés sans méchanceté
mais avec beaucoup d'esprit, semblent échappés tout vifs des pages d'un
album de Hansi: tels ce «Herr professor» silhouetté par M. Joseph
Leroux, frère d'un des auteurs, et son fils, figuré par M. Donnio. Par
une heureuse fortune, d'ailleurs, le soir même où notre photographe
allait prendre ces deux instantanés, il rencontra, dans la loge de Mme
Réjane, le grand caricaturiste alsacien, venu pour féliciter l'illustre
comédienne.

[Illustration: Un personnage d'_Alsace_: «Herr professor».]

[Illustration: Le dessinateur alsacien Hansi. Mme Réjane. Dans la loge
de Mme Réjane, pendant un entr'acte: une visite à la principale
interprète d'_Alsace_.]

[Illustration: Le fils de «Herr professor».]



LES LIVRES & LES ÉCRIVAINS

_Actualité._ Il semble bien que l'opinion publique, traduite ces
dernières semaines par la quasi-unanimité de la presse, souhaite que le
rôle du président de la République soit désormais plus actif et que
l'élu du 17 janvier use pour l'avenir de tous les droits, de toutes les
prérogatives que lui confère la Constitution de 1875. «Il est naturel,
écrivait l'un des plus illustres parmi les républicains de 1830, Armand
Carrel, il est naturel de chercher l'ordre à l'abri de la volonté d'un
seul, quand on est las de le chercher dans la volonté de tous.» Que
doivent être réellement le rôle, les droits et les devoirs du _Président
de la République_. M. Henri Leyret nous l'explique en un livre très
complet (Ed. A. Colin) au seuil duquel il pose cette question très
nette: «Le président de la République est-il le «laquais de l'Assemblée»
ou le «surveillant général de l'État»? Et il écrit ces lignes de bon
sens, que nous pouvons tenir pour une opportune conclusion:

«Toutes les nations, les plus démocratiques elles-mêmes, ont besoin d'un
guide, d'un directeur, d'un chef. C'est une nécessité à laquelle ne
saurait se soustraire la République française. Elle y satisfera aisément
dès l'instant que son président, cessant d'être une force improductive,
consentira à relever l'autorité de la puissance exécutrice.»

_Romans._

_La Vallée bleue_ (Fontemoing), c'est, sous la sympathique signature de
M. Jacques des Gâchons, un nouveau roman de la famille française,
souvent émouvant, parfois éloquent, toujours vrai, et bon à lire en ce
moment où l'on se convainct que de l'unité du foyer dépend la santé de
la nation. Deux frères, Gabriel et Jérôme Baroney, ont fondé deux
familles. Gabriel, l'aîné, architecte de talent, mène une existence
épuisante à Paris où le souci d'assurer une vie de luxe à sa femme et à
ses deux grands enfants, trop modernes, l'oblige à disperser ses forces
et son art dans des travaux indignes de lui, mais très rémunérés.
Jérôme, le cadet, a maintenu son foyer aux champs, dans la douce et
traditionnelle maison de Filaine, en Berry, dans «la vallée vaste et
intime, toute en menus détails disparates et délicieusement harmonieuse,
verte et bleue, solide et aérienne». L'invasion de l'autre famille, des
Parisiens, séduisants et dangereux, viendra un moment troubler cette
sérénité; mais, bientôt, s'étendra de nouveau sur les gens et sur les
choses le charme paisible et puissant de cette miraculeuse vallée bleue,
de ces doux paysages de notre France rustique où se guérissent plus vite
qu'ailleurs toutes les blessures de la vie.

_Musique._

_Massenet historien_, de M. Albert Soubies (Flammarion, 1 fr.): une
plaquette curieusement illustrée où l'on trouvera cataloguée d'après une
méthode originale l'oeuvre si considérable du maître disparu.



LES THÉÂTRES

Arsène Lupin a de la famille. Sur la scène de l'Athénée c'est sa propre
femme, d'ailleurs comtesse, qui se montre la digne élève d'un tel mari.
Au fond, nous sommes restés de grands enfants; les histoires de brigands
nous amusent. Cette _Main mystérieuse_ est plaisamment terrifiante. Elle
dépouille successivement tous les personnages qui s'agitent en scène. Il
n'y a que le public amateur de ce genre de spectacles qui ne soit pas
volé.

La nouvelle direction de la Renaissance vient de faire un aimable début
avec _la Folle Enchère_, une pièce d'un jeune auteur, déjà notoire, M.
Lucien Besnard. C'est une histoire d'amour très joliment contée. Elle
met aux prises deux jeunes gens d'origine et d'éducation opposées. Elle
se passe dans un milieu provincial de nobles aux trois quarts ruinés
dont on va vendre le château, ce dont s'afflige la jeune fille qui
l'habite. L'acquéreur qui se présente rêve de le lui restituer, en
l'épousant. Mais elle aime un autre homme, plus jeune, moins riche. Le
jour de la vente, ce dernier pousse aux enchères contre son rival. C'est
doublement la Folle enchère, car le pauvre garçon ne peut pas payer. La
situation semble inextricable. Et pourtant tout s'arrange, tout finit
pour le mieux, par la vertu souveraine de l'amour.



[Illustration: Une salle de spectacle où toutes les places, même «de
côté», sont «de face»: le Théâtre Nouveau de la rue de
Belleville.--_Phot. Harand._]

LE «THÉÂTRE NOUVEAU»

Il justifie son nom. D'abord parce qu'il est le dernier venu, mais aussi
par l'innovation hardie dont témoigne sa disposition intérieure.

On nous annonce l'inauguration imminente d'autres salles de spectacles
renouvelées ou édifiées à neuf et qui étaleront, dans les quartiers
riches de Paris, leur luxe délicat. En plein quartier populaire, rue de
Belleville, 23, le Théâtre Nouveau, construit sur l'intelligente
initiative de M. Félix Soulier et dirigé par lui, est d'une
ornementation simple quoique agréable au regard et surtout d'un
agencement tout à fait ingénieux et pratique.

Pas un pilier, pas une colonne atténuant, d'une part, l'acoustique, et
gênant d'autre part la vision d'un certain nombre de spectateurs; rien
que des places «de face». L'architecte, M. Marcel Lemarié, aidé
d'ailleurs par l'ingénieur Lecoeur, a fait ici l'application d'un
principe séduisant. Tous les sièges, et par conséquent tous les
spectateurs, aussi bien sur les côtés que dans le fond, sont étages en
pente douce et disposés perpendiculairement au centre de la scène, d'où
la visibilité la meilleure dans les plus naturelles conditions de
confortable. L'aération quotidienne de la salle est enfin assurée par un
plafond mobile, sans compter les vastes dégagements qui permettent la
sortie du public en une minute et demie.



UNE APOTRE
DE L'ENSEIGNEMENT FÉMININ

Une Française vient de mourir qui, entre toutes les femmes de coeur dont
la vie fut consacrée à l'enseignement, laissera un souvenir
particulièrement respecté. Une existence toute de labeur et de dignité,
le caractère même de la mission qu'elle s'était imposée, une modestie
qui ne pouvait s'accommoder des vanités ordinaires, ne destinaient guère
Mlle Malmanche à la notoriété parisienne. Elle a pourtant accompli avec
une énergie d'apôtre, une vaillance peu commune, une oeuvre admirable,
sans que jamais grand bruit ait été mené autour d'elle.

[Illustration: Mlle Marguerite Malmanche.]

Mlle Malmanche a eu le singulier mérite de créer un enseignement
nouveau, répondant à un besoin nouveau de notre temps. Préparée par de
fortes études au professorat, elle dirigea toute son intelligente
activité vers l'éducation professionnelle des jeunes filles pauvres, que
la nécessité de gagner leur vie pousse vers les emplois
d'administration, de commerce ou de banque. Des cours spéciaux
existaient déjà pour les jeunes gens qui abordaient ces carrières. Elle
s'attacha, de toute sa volonté, à en organiser de semblables à Paris
pour les femmes, auxquelles elle fournissait ainsi les moyens
d'apprendre la comptabilité, les langues étrangères, et les notions
commerciales indispensables. Non contente de surveiller les progrès de
ses élèves, elle aimait à les guider dans la vie, avec une affectueuse
vigilance, et son efficace protection s'exerçait pour toutes celles dont
elle avait pu discerner le mérite.

Ses efforts avaient reçu, de toutes parts des encouragements précieux.
Mlle Malmanche avait été nommée inspectrice de l'enseignement commercial
et des langues vivantes de la Ville de Paris; et elle faisait partie du
Conseil supérieur de l'enseignement technique; décorée de la Légion
d'honneur depuis de nombreuses années, elle avait été, récemment, promue
au grade d'officier.

Elle disparaît à l'âge de soixante-cinq ans, en ayant mis plus de
quarante au service de la tâche la plus noble, la plus désintéressée.



MORT D'UN SULTAN AFRICAIN

Avec le sultan Zémio disparaît une des figures les plus curieuses et les
plus intéressantes parmi celles de nos grands chefs du centre africain.
Depuis longtemps il souffrait d'un mal intérieur dont une intervention
chirurgicale, consentie malgré le respect des traditions zaudées, avait
atténué les effets.

[Illustration: Le sultan Zémio.]

Par des guerres successives le sultan Zémio Igpiro (la foudre) avait
placé sous sa domination et organisé tout le bassin du haut fleuve
M'Bomou jusqu'aux confins du Soudan anglo-égyptien. Il avait joué un
rôle essentiel lors de la création des postes français au Bahr-el-Ghazal
et du passage de la mission Marchand (1896-1899). Tous ceux qui l'ont
approché et connu ont été frappés de l'urbanité et de l'intelligence de
Zémio qui, sous ses allures modestes de bonhomme, excellait à feindre et
à dissimuler.

Un poste avait été établi près de Zémio dès 1895; une compagnie de
tirailleurs occupe son territoire depuis les premiers mois de l'année
1912. Après sa mort, son commandement reste partagé entre plusieurs de
ses fils et la substitution de notre autorité à la sienne marque un
grand pas dans la voie du progrès et de la civilisation où la France
s'est engagée en Afrique équatoriale.



M. STANCIOF
ET LES PRINCES BULGARES

M. Stanciof, le distingué ministre de Bulgarie en France, qui avait, dès
le début de la guerre, quitté son poste pour aller remplir ses fonctions
de lieutenant dans un régiment de la garde, tandis que Mme Stanciof,
avec la plus vaillante abnégation, prenait rang comme infirmière dans la
mission française de la Croix-Rouge, est rentré ces derniers jours à
Paris où il a eu, aussitôt arrivé, une longue conversation avec M.
Poincaré.

[Illustration: M. Dimitri Stanciof, ministre de Bulgarie à Paris.]

Lors de la prise de Salonique, M. Stanciof se trouvait, avec les deux
jeunes princes bulgares, Boris et Cyrille, auprès du général Théodorof,
dont la colonne dispersa les dernières troupes turques réunies sur les
hauteurs au nord de la ville, tandis que le diadoque recevait les offres
de capitulation. Les rapports bulgares qui ont si vivement discuté les
rapports grecs sur la prise de Salonique affirment que ce fut seulement
en qualité d'aîné que le prince royal grec fit son entrée solennelle
dans la ville avant le prince royal bulgare. Mais il suffit de se
rappeler la vivacité de la controverse qui s'éleva, dès lors, entre les
commandements des deux armées alliées pour être persuadés que, en ces
circonstances, la présence auprès de ses princes, de l'habile diplomate
qu'est M. Stanciof ne fut pas inutile en attendant que tous les
incidents nés de l'occupation simultanée eussent été aplanis au cours de
l'entrevue récente du roi Georges et du roi Ferdinand dans la ville
contestée. Au lendemain du départ du souverain bulgare, les princes
Boris et Cyrille ont eux-mêmes quitté Salonique pour Sofia.

Ajoutons que M. Dimitri Stanciof, après avoir fait toute la campagne de
Macédoine, a reçu la croix militaire de la Bravoure pour faits de
guerre.



DOCUMENTS et INFORMATIONS

L'ACHÈVEMENT DU BOULEVARD HAUSSMANN.

L'achèvement du boulevard Haussmann est, enfin, décidé; d'ici quatre ou
cinq ans ce sera un fait accompli.

Dans notre numéro du 19 mars 1910, nous avons exposé ce grand projet de
voirie dont la réalisation est attendue depuis plus de quarante ans. Le
plan qui accompagnait notre article montre le tracé de la voie nouvelle,
auquel rien n'est changé; on perce la rue Taitbout aux numéros 10, 14,
16, 18, 20, 22, 24, et, après avoir traversé la rue Laffitte et la rue
Le Peletier, on aboutit au coin de la rue Drouot et du boulevard des
Italiens. Pour raison d'économie, on renonce à créer une place à la
jonction du boulevard Haussmann et des grands boulevards, comme l'avait
proposé M. Louis Bonnier, aujourd'hui directeur du service des travaux
d'architecture de la Ville de Paris.

Le boulevard actuel, entre le faubourg Saint-Honoré et la rue Taitbout,
mesure 2.240 mètres de longueur. Il fut construit, de 1863 à 1870, par
une société financière qui devait exproprier les immeubles, céder à la
Ville l'emplacement du boulevard, et revendre les terrains en obligeant
les acquéreurs à construire, dans un délai de deux ou trois ans, des
maisons «en pierre de taille, présentant un caractère architectural». La
Ville paya le terrain à un prix variant entre 433 francs le mètre aux
abords du faubourg Saint-Honoré, et 2.600 francs entre la chaussée
d'Antin et la rue Taitbout. La note s'éleva à 62 millions.

Il reste à ouvrir 280 mètres, et, comme jadis, l'opération va être mise
en adjudication. La Ville, en effet, pourrait difficilement achever le
boulevard avec les ressources dont elle dispose; d'autre part, il semble
qu'un entrepreneur obtiendra des conditions meilleures, et que son
bénéfice éventuel ne représentera point une charge pour les finances
municipales.

Le concessionnaire acquerra, sous le contrôle de l'Administration, les
immeubles expropriés, il devra ensuite les démolir, remettre à la ville
le terrain nécessaire pour l'établissement du boulevard, et, dans le
délai de trois ans qui suivra son entrée en possession, construire des
immeubles «répondant aux nécessités esthétiques que comporte le centre
de Paris».

La Ville de Paris remettra à l'adjudicataire les immeubles ou portions
d'immeubles dont elle est déjà propriétaire aux numéros 9 de la rue Le
Peletier, 9 et 10 de la rue Laffitte, 20, 22 et 24 de la rue Taitbout.
En outre, elle lui allouera une subvention de 25 millions, si la dépense
totale de l'opération atteint 50 millions; si ce chiffre est dépassé, la
subvention sera augmentée d'une fraction qui ne pourra être supérieure
aux 40/100e de la dépense, le rabais de l'adjudication devant porter sur
le numérateur de cette fraction.

Le préfet de la Seine estime que le coût des expropriations entraînera
une dépense un peu supérieure à 50 millions. L'adjudicataire aurait
donc, pour récupérer ses frais:

La subvention de 25 millions;

La subvention supplémentaire éventuelle;

Une surface à construire de 8.600 mètres qui, évalués au chiffre moyen
de 3.000 francs, représenteraient 25.800.000 fr.;

Les matériaux de démolition.

Quant à la Ville de Paris, elle a prévu pour l'opération une dépense de
30 millions, dans laquelle est comprise l'acquisition amiable récente de
trois immeubles rue Laffitte et rue Le Peletier.

La dernière section du boulevard Haussmann coûterait donc environ (par
mètre courant de boulevard):

30.000.000: 280 = 107.142 francs.

La section faubourg Saint-Honoré-rue Taitbout a coûté:

62,000.000: 2.240 = 27.678 francs.

Rappelons que la Ville de Paris a déjà eu recours au système de
l'adjudication pour diverses opérations de voirie, notamment pour le
relèvement du quartier Marbeuf et pour la création de la Bourse du
Commerce. L'opération du quartier Marbeuf fut désastreuse pour le
concessionnaire.

Le principal motif du désastre fut l'excessive générosité du jury
d'expropriation qui savait que les deniers communs ne pouvaient
aucunement souffrir de ses largesses exagérées.



[Illustration: Une vieille demeure française classée comme monument
historique: «l'Hostellerie des Trois-Nourrices», à Narbonne. Vue
d'ensemble de la maison et détail d'une fenêtre de la façade principale.
_Photographies Sallis._]

LA MAISON DES TROIS-NOURRICES.

M. A. Lesceur, secrétaire de la Société des Beaux-Arts de Narbonne, nous
écrit:

Un événement particulièrement heureux au point de vue de l'art et de
l'histoire locale vient de se produire à Narbonne, dans les premiers
jours de janvier.

La maison dite des Trois-Nourrices, un joyau artistique du commencement
du seizième siècle, que menaçait le sort de bon nombre de monuments
historiques de nos anciennes provinces, a été acquise par M. Louis
Berthomieu, le très dévoué et très intelligent conservateur du musée de
Narbonne, au moment où le vieil immeuble allait devenir la proie du
mercantilisme exotique.

Dans le vieux quartier du Bourg, non loin de l'église Saint-Paul Serge,
à l'angle des rues Edgar-Quinet et des Trois-Nourrices, se dresse ce
charmant édifice, que connaissent bien les touristes, les archéologues
et tous les fervents amoureux de l'art ou de la curiosité historique.
«L'hostellerie des Trois-Nourrices» (ainsi nommée à cause de cinq
figures, dont trois au milieu plus petites, de Diane d'Éphèse, croit-on,
en forme de cariatides) a joué un rôle important dans l'histoire de
l'antique cité narbonnaise. Son mérite artistique n'est pas moindre: les
façades ouest et sud sont pleines de fines sculptures représentant des
têtes de béliers soutenant des guirlandes de fleurs, les colonnes qui
encadrent les croisées sont également fouillées par un ciseau savant et
plein de goût.

Les archives locales nous ont révélé le nom de celui qui la fit
construire: c'est un riche bourgeois de Narbonne, nommé Pierre Gentian,
fort important personnage, à en juger par le luxe artistique de sa
demeure. On ignore par suite de quelle vicissitude cette habitation
seigneuriale fut transformée en une hôtellerie.

Mais quelle hôtellerie!

Le bon Rabelais, songeant à se faire médecin, et, prenant ses grades à
la Faculté de Montpellier (1537), y vint souvent «humer le piot» du
fameux cru de Quatourze, qu'on pouvait, alors, apercevoir des fenêtres
de l'hôtel.

La conspiration contre le cardinal de Richelieu, entre Cinq-Mars, de
Thou et le délégué de la cour d'Espagne, fut ourdie dans une des salles
des Trois-Nourrices. Après la découverte du complot, Cinq-Mars, arrêté
et enchaîné, y fut ramené prisonnier en attendant sa prochaine exécution
(1642).

Molière y séjourna à plusieurs reprises avec sa troupe (1642, 1649,
1650). En cette dernière année, le grand auteur comique figure en
qualité de parrain dans un acte de baptême transcrit sur un registre de
naissances de la paroisse voisine.

A la fin du dix-huitième siècle, l'hôtellerie des Trois-Nourrices fut
morcelée et chacune de ses parties devint le logement de bons bourgeois
qui, insouciants du glorieux passé de l'immeuble et de sa valeur
artistique, y firent opérer quelques malencontreuses modifications,
heureusement réparables aujourd'hui.

[Illustration: Une sculpture retrouvée du tombeau de Claude de Lorraine
à Joinville: tête de mort couronnée et ailée, oeuvre de Ligier Richier.]

Sur la demande de M. Berthomieu, son nouveau propriétaire, la commission
des Monuments historiques a prononcé le classement de ce précieux
édifice.



UNE OEUVRE DE LIGIER RICHIER.

La tête de mort ailée et couronnée représentée au bas de cette page
provient du mausolée qu'Antoinette de Bourbon fit élever à son époux
Claude de Lorraine, décédé en 1550 au château de Joinville, en
Haute-Marne.

Ce mausolée, si important, auquel collaborèrent les éminents artistes
Dominique le Florentin, Picard le Roux et Ligier Richier, était édifié
dans la chapelle Saint-Laurent, du château.

Il fut brisé en 1792, les corps qu'il recouvrait furent arrachés de
leurs linceuls de pierre et les morceaux de sculpture dispersés en
maints endroits.

On trouve à l'hôtel de ville de Joinville deux des quatre cariatides qui
soutenaient l'entablement sur lequel étaient placés les priants; au
musée du Louvre, deux bas-reliefs et les génies funéraires (en fort
mauvais état) qui entouraient l'oeil-de-boeuf au bas duquel se trouvait
la tête de mort ailée; au musée de Chaumont, deux autres bas-reliefs et
des sculptures qui décoraient les tympans du mausolée.

Jusqu'à ce jour, cette tête de mort avait échappé à toutes les
recherches, et c'est à M. Emile Humblot, peintre et graveur, maire de
Joinville, très versé dans l'histoire de son pays natal, que revient
l'honneur d'avoir déterminé la provenance de cette sculpture d'albâtre
trouvée dans un bois de Joinville, il y a cinquante ans, cachée pour
ainsi dire depuis lors, et possédée actuellement par M. Pierret,
professeur honoraire de la Faculté de médecine de Lyon.

Cette sculpture si réaliste semble avoir pour auteur Ligier Richier,
auquel on attribue aussi les deux gisants. Elle mesure 0 m. 35 d'une
pointe à l'autre des pennons extrêmes. La tête est en saillie de 0 m. 13
sur un bandeau d'albâtre. Le masque est d'une expression saisissante.
Autant il symbolise le décharnement du tombeau, l'anéantissement de
l'être dans la mort, autant les ailes ont le caractère de la vie qui
frémit et palpite: c'est le mouvement surpris dans l'imprévu et la
fantaisie de ses lignes.

On voit l'indication de cette tête de mort au bas de l'oeil-de-boeuf,
dans un dessin du «Plan et Mosolée de Mgr Claude de Lorraine, 1er duc de
Guise, et de Mme Antoinette de Bourbon, son épouse». (Collection
Gaignières, Bibliothèque nationale, n° 22429, folio 128.)



[Illustration: L'ex-président Castro en quarantaine à Ellis-Island (New York).]

LE PRÉSIDENT «INDÉSIRABLE»

L'ex-président du Venezuela, Cipriano Castro, a été jugé «undesirable»
par la police d'immigration de New-York où l'amenait, il y a trois
semaines, un paquebot français. L'ex-dictateur qui a trouvé peu de
sympathies sur l'ancien continent, avait résolu de revenir vers le
nouveau monde, aux États-Unis, où il avait toutes sortes de bonnes
raisons de s'installer à titre fixe ou provisoire. Mais, pour d'autres
non moins excellents motifs, les Etats-Unis se sont refusés à laisser
débarquer sur leur territoire le trop fameux agitateur. Et Castro a été
retenu en quarantaine à Ellis-Island, cependant qu'une commission
juridique et médicale établissait que la présence de cet immigrant, trop
exceptionnel, ne pouvait être désirée sur le territoire de la libre
Amérique. Mais Castro, qui manifeste peu de goût pour être «rapatrié» en
Europe, fût-ce en Allemagne, ne s'est pas incliné et compte épuiser
toutes les ressources de la procédure qui lui est offerte en pareille
matière. En attendant quoi, il prend, au hasard, comme en témoigne notre
document, des attitudes pour la postérité et publie une protestation
solennelle où l'on retrouve un peu de l'accent napoléonien. Le général
Castro n'a-t-il point conservé d'ailleurs, lui aussi, en ses mauvais
jours, son «petit chapeau» des temps de gloire, la calotte laurée d'or,
insigne un peu fané de sa toute-puissance de jadis? Il est vrai qu'il a
aussi conservé ses pantoufles, ce qui, dans ce rapprochement historique,
suffit à maintenir tout de même les distances.



UN PRINCE FRANÇAIS EXPLORATEUR

Le frère cadet du duc d'Orléans, le prince Ferdinand d'Orléans, duc de
Montpensier, lieutenant de vaisseau dans la marine espagnole, a, comme
naguère son cousin le prince Henri d'Orléans, la passion des lointains
voyages. C'est ainsi qu'à peine rentré d'Indo-Chine où il a fait, l'an
dernier, de très intéressantes explorations, il s'apprête à repartir
courir le monde.

Le yacht qui va l'emmener, le _Mékong_, qu'il a ainsi baptisé en
souvenir de son dernier voyage, est actuellement dans le port de
Séville, le prince étant venu saluer sa mère, Mme la comtesse de Paris,
en son palais de Villamanrique.

[Illustration: La comtesse de Paris et son fils le duc de Montpensier à
bord du yacht _Mékong.--Phot. J. Barrera_. Le _Mékong_ est un bateau de
1.000 tonnes, monté par 55 hommes d'équipage, sous les ordres de 5
officiers.]



NAUFRAGE D'UN PAQUEBOT

Le paquebot _Saint-Augustin_, de la Compagnie Transatlantique, qui avait
quitté Marseille le mardi 31 décembre, à destination de Bône, a fait
naufrage le lendemain par suite d'une voie d'eau à 40 milles du port
d'arrivée.

Ce fut vers 2 heures de l'après-midi que se produisit, l'accident. Un
rapport des passagers affirme que la voie, d'eau fut déterminée par la
rupture de rivets, détachés d'une tôle usée. Le rapport du capitaine,
d'accord, dit-il, avec «les principaux de l'équipage», affirme qu'elle
ne put se produire qu'à la suite d'un heurt contre «une épave entre deux
eaux». Toujours est-il qu'on ne put l'aveugler.

Quand il fut bien constaté que tous les efforts pour maintenir à flot le
navire étaient vains, c'est-à-dire vers 10 h. 1/2 du soir, on se
préoccupa de sauver les passagers en mettant à la mer les embarcations.
A 4 h. 1/2 du matin, le bateau en perdition était complètement
abandonné. Enfin, à midi, tous les naufragés étaient recueillis à bord
du paquebot anglais _Tyria_.

Ce vapeur prit également à la remorque l'épave du _Saint-Augustin_.
L'eau, à ce moment, avait envahi tout l'arrière. Son niveau dépassait
les hublots d'arrière, l'avant s'élevant graduellement hors de l'eau. Le
_Tyria_ ne put amener son sauvetage jusqu'au port: à minuit, dans la
nuit du 2 au 3 janvier, le _Saint-Augustin_ se dressait à pic et
disparaissait dans l'abîme.



LA DÉLIVRANCE DE LA COLONNE MASSOUTIER

_(Voir les gravures aux pages 36 et 37.)_

Nous avons mentionné (numéro du 28 décembre) le siège héroïquement
soutenu, dans la casbah de Dar el Kadi, par le commandant Massoutier et
une poignée de braves, contre une force ennemie qu'on a évaluée à 5.000
hommes.

Le courrier apportant des détails sur cette action digne des plus belles
pages de l'épopée africaine, sur la délivrance de la colonne ainsi
bloquée et le retour à Mogador du général Brulard qui la délivra, vient
seulement d'arriver, l'état de la mer ayant, pendant dix à quinze jours,
interrompu les communications entre les bateaux et la côte.

Ce qui inquiéta le plus les vaillants assiégés de Dar el Kadi, ce ne fut
point la crainte d'être enlevés de vive force par l'assiégeant--ils lui
firent tête avec un magnifique sang-froid, économes de leurs munitions,
maîtres de leur tir--ce fut la perspective de mourir de soif. Du 18 au
20 décembre, ce fut un atroce supplice.

Ce jour-là, raconte une impressionnante lettre écrite par l'un de ces
admirables soldats et publiée par l'_Echo de Paris_, on parlemente avec
le caïd Anflous--un traître qui devra bien, quelque jour, recevoir le
châtiment de ses perfidies--pour avoir de l'eau. Il en envoie, comme par
ironie, douze litres: «On distribue cette eau; chacun en reçoit deux
cuillerées à café qu'on lui verse dans la bouche, et les loustics ont
encore la force de plaisanter.»

Ne sent-on pas, à de pareils traits, courir dans sa chair un frisson?

La pluie vint, par bonheur, et l'espérance se ranima au coeur de nos
braves.

On trouve aussi dans ce palpitant récit le compte rendu de l'enterrement
des morts, parmi lesquels se trouvait le lieutenant Chamand, tué d'une
balle dans l'oeil. Le commandant Massoutier prononce quelques mots
d'adieu, un officier récite le _Pater_ et l'_Ave Maria_,--tout ce qu'il
se rappelle peut-être des prières de son enfance. «Pendant ce temps,
écrit le narrateur, l'ennemi, placé à un kilomètre, sur les pentes de la
montagne, avait vue sur le rassemblement dans la cour du bord et tirait
sur nous; les balles venaient battre la façade d'un bâtiment à côté de
nous, au-dessus de nos têtes. Jamais je n'avais assisté à des
funérailles aussi simples ni aussi poignantes.»

Enfin, le 25 à 10 heures du soir, éclate une vive fusillade: voici la
colonne de secours. On entend bientôt ses mitrailleuses, puis des appels
en français, des sonneries, la _Marche des zouaves_. La porte est
ouverte, arrachée: le général Brulard paraît...

Dès le lendemain, il se remettait en route, ramenant, avec son monde à
lui, ceux qu'il venait de délivrer. Et ces hommes merveilleux, en dépit
des fatigues, des souffrances, des privations qu'ils venaient d'endurer,
trouvaient le courage d'abattre, les 26 et 27 décembre, deux étapes de
30 et de 20 kilomètres, pour rentrer à Mogador.

[Illustration: Les passagers et l'équipage, dans les embarcations de
sauvetage autour du paquebot qui sombra par l'arrière. LE NAUFRAGE DU
«SAINT-AUGUSTIN» EN MÉDITERRANÉE.--_Photographies de M. R. Tourasse._]



[Illustration: L'IMPÔT SUR L'ÉCLAIRAGE, par Henriot.]



[Illustration: Supplément.]

[Note du transcripteur: Les suppléments mentionnés en titre ne nous ont
pas été fournis.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3647, 18 Janvier 1913" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home