Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3648, 25 Janvier 1913
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3648, 25 Janvier 1913" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 3648, 25 Janvier 1913

Avec ce numéro L'ILLUSTRATION THÉÂTRALE
CONTENANT:
BAGATELLE



LA REVUE COMIQUE, par Henriot.



Ce numéro se compose de VINGT-QUATRE PAGES dont huit brochées à part
avec des aquarelles de L. Sabattier: UN MOIS À PÉKIN.

Il contient deux suppléments:
1° _L'Illustration Théâtrale_ avec le texte complet de BAGATELLE, de
Paul Hervieu, et un portrait de l'auteur par Léon Bonnat, reproduit en
couleurs;
2° Le 1er fascicule des SOUVENIRS D'ALGÉRIE (Récits de chasse et de
guerre), du général Bruneau.



[Illustration: L'ILLUSTRATION
Prix de ce Numéro: Un Franc. SAMEDI 25 JANVIER 1913 71e Année.--N° 3648.]

[Illustration: M. RAYMOND POINCARÉ Élu président de la République
française le 17 janvier, pour entrer en fonctions le 18 février 1913.
_Photographie Ch. Gerschel, prise spécialement pour_ L'Illustration, _le
lendemain de l'élection présidentielle, dans le cabinet de travail de M.
Poincaré, rue du Commandant-Marchand._]



AVIS AUX ACTIONNAIRES
DE «L'ILLUSTRATION»

_MM. les Actionnaires de la Société du journal_ L'ILLUSTRATION _sont
convoqués en Assemblée générale ordinaire pour le jeudi 13 février
prochain, au siège social,_ 13, rue Saint-Georges, Paris, _à deux
heures._

ORDRE DU JOUR:

Lecture des rapports du gérant et du conseil de surveillance. Examen et
approbation, s'il y a lieu, de ces rapports, du bilan et des comptes de
l'exercice 1912.--Répartition des bénéfices.--Fixation du
dividende.--Proposition du gérant relativement aux frais
généraux.--Renouvellement du conseil de surveillance.--Fixation du
chiffre du traitement du gérant pour l'année 1913.

_Pour assister à cette réunion, MM. les Actionnaires propriétaires de_
TITRES AU PORTEUR _doivent en faire le dépôt avant le 7 février, à la
Caisse de la Société. Il leur sera remis en échange un_ RÉCÉPISSÉ
_servant de carte d'entrée._



_C'est, comme il convenait, à l'Élection présidentielle du 17 janvier
qu'est consacrée la plus grande partie de ce numéro. Nous n'avons pas
voulu cependant ajourner la publication du second article illustré de_
L. SABATTIER: _Un mois à Pékin. Il remplit huit pages brochées à part,
dont quatre en couleurs._

_Dans le supplément théâtral de cette semaine, qui contient Bagatelle,
de_ PAUL HERVIEU, _nos lecteurs trouveront une autre gravure en
couleurs: le portrait du grand écrivain, par_ LÉON BONNAT.

_Dans le prochain numéro, nous publierons Kismet._



COURRIER DE PARIS

LE FROID

--Oui, je pars. Je pars demain, déclara, dans le salon où nous étions
réunis, à l'heure du thé, un homme d'environ cinquante ans.

Ces mots déchaînèrent à la minute un concert d'exclamations et de
regrets: «--Quelle chance vous avez!... Je vous envie! Vous allez dans
le Midi, bien sûr? Chercher le soleil? Ah! la chaleur! la bonne chaleur!

--Vous n'y êtes pas, dit-il, je vais quérir la neige et trouver le
froid.»

Et, comme chacun s'étonnait, croyant à une boutade, il précisa sa
pensée: «Mais oui. J'ai été élevé dans cette idée fondamentale qu'il y
avait des saisons. Les saisons! Ma mère m'en a tout de suite, dès que
j'ai pu commencer à bégayer, appris et fait épeler les noms, justement
sur un calendrier, que j'ai depuis conservé comme une rareté et une
relique. C'était un calendrier de 1831, de sa jeunesse à elle, et
qu'elle avait gardé. Je le vois. Fané, décoloré, un peu cassé, ayant
souffert des coins, garni toujours de la ficelle vieux rose qui avait
servi à l'accrocher. Il portait, écrits au-dessus des colonnes de mois,
les noms respectifs des saisons qui étaient au nombre de _quatre_. Oh!
je ne me trompe pas! Mes souvenirs sont très précis. Pas une de plus,
pas une de moins. On les appelait: l'Hiver, le Printemps, l'Été et
l'Automne. Et quatre images ravissantes, ineffaçables à jamais dans mon
esprit et reproduites dans mon coeur, déterminaient et fixaient le
caractère spécial de chacune des époques distinctes et qui ne se
confondaient pas, qui étaient comme les parents, les membres, séparés et
unis, d'une même famille, désignée sous le vocable d'_année_.

» Voici ce que représentaient ces vignettes, tableaux parlants:

» Pour l'Hiver, c'était un lac immense, à perte de vue gelé, sur lequel
glissaient, avec une grâce vertigineuse, des messieurs en chapeau haut
de forme et drapés de manteaux romains, chaussés de patins recourbés
comme des cimeterres. Des dames indolentes étaient poussées dans des
traîneaux d'où retombaient des fourrures balayant la glace, et sur le
bord du lac une vieille femme de la campagne pliait, le dos courbé sous
un fagot de bois mort, tandis qu'au loin,... bien loin... bien loin...
une petite fumée, solide et nourrie, se sauvait d'un toit de chaumière
écrasée de neige. Ah! qu'on devait donc bien se chauffer les pieds dans
cette petite maison-là! Le Printemps, c'était deux jeunes filles,
assises en robe de bal, dans une prairie, taquinant ensemble une
pâquerette, non loin d'une tour gothique sur les créneaux de laquelle
deux pigeons se cajolaient. L'Été s'exprimait par un repas joyeux sur
l'herbe, et la course échevelée d'une fillette en pantalon de percale,
agitant un filet d'un vert de sucre d'orge à la poursuite d'un papillon
de la taille d'un merle. Et enfin, des vendangeurs actifs et accroupis
parmi les treilles couleur d'or, un promeneur pensif avec un livre
ouvert à la main, et des enfants lançant dans le ciel un indécis
cerf-volant plus grand qu'eux, en forme de bouclier des croisades,
soulignaient les charmes acides et toute la mélancolie de l'Automne.

» Tout cela était parfaitement clair et indubitable. On ne pouvait s'y
méprendre. Il y avait des saisons. Elles existaient. Ma mère les avait
vues, comme je vous vois. Elle les avait passées maintes fois depuis
qu'elle était au monde, et ses parents aussi. Souvent elle me raconta
que l'hiver de telle année, en Gâtinais, la rivière avait été prise
pendant plus d'une semaine et qu'elle l'avait traversée à pied, et
qu'elle portait de la mousseline à pois aux processions du mois de
Marie, et que dès juillet on ne savait plus où se fourrer tellement il
faisait chaud. J'ai donc pris, dès le jeune âge, cette mauvaise
habitude, d'une règle climatérique, d'une marche et d'un ordre dans la
succession, la distribution du chaud et du froid, du soleil et de la
pluie, de la grêle et du vent. J'ai besoin pour bien vivre et demeurer
l'esprit tranquille de n'être pas troublé ni bousculé de ce côté-là. De
cette discipline de la nature dépend la mienne, celle de mes pensées, et
si tout se conduit mal autour de moi je commence moi-même à me déranger.
Or voici plus d'une demi-douzaine d'années que le ciel a la berlue et
que les saisons, atteintes de folie, douce ou furieuse, entrent les unes
dans les autres, au point qu'on ne peut plus les distinguer. Elles
semblent s'amuser à un continuel cache-cache, et se déplacer sans cesse.
Et, pour mieux nous jouer un tour, elles n'observent plus le leur. Les
bourgeons pointent en janvier et il gèle à la Trinité. Eh bien, j'avoue
que ces aberrations de la nature me rendent malade et que je m'applique
alors, autant qu'il m'est permis, à y remédier, en allant chercher, là
où j'ai le plus de probabilités de la rencontrer, la température
correspondante au moment de l'année. J'entends maintenir avec énergie,
et rétablir quand elle est rompue, la tradition classique, c
'est-à-dire: du froid pendant l'hiver, du frais au printemps, du chaud
en été, et de l'humide à l'automne. Ces sensations physiques me sont
nécessaires, indispensables. Elles sont réclamées par mon corps et par
ma raison avec autant de force et de netteté que l'est, par mon esprit,
mes yeux et mes oreilles, la perception du temps et de sa mesure...
Pourriez-vous vivre en face d'une horloge continuant à marcher quoique
détraquée, et qui marquerait et sonnerait onze heures quand il en est
trois? Accepteriez-vous, d'autre part, un baromètre qui indiquerait
ponctuellement la tempête quand le firmament est d'azur et qui piquerait
au beau quand l'orage éclate? Non. Comprenez donc en ce cas que j'exige
une corrélation loyale entre la saison et son expression, ses
manifestations logiques et légitimes. Or nous sommes en janvier, et il
fait ici un avril pourri. Je m'en vais donc à la rencontre de l'hiver,
et je pars demain.

--Pour où?

--Pour la Suisse.

--Simplement? C'est tout? Pourquoi pas les pays plus avancés du Nord?
les royaumes de glace? les pôles?

--Parce que je suis un sage et qu'il ne faut rien exagérer... Je veux du
froid, sans doute, du vrai et du bon, mais supportable, du froid joli et
civilisé. Je n'exige pas celui des pâles voyageurs et des virtuoses du
scorbut, celui qui solidifie le mercure et fait craquer les ongles... Ce
sera pour plus tard, quand je serai entraîné. En attendant, la Suisse
pacifique et sans surprises violentes me convient assez. Les hôtels y
sont excellents, chauffés à merveille, les sapins ont des givres qui
semblent oubliés de la nuit de Noël et la neige y a la couleur du lait
qui remplit les seaux de bois dans les vacheries. Je me réjouis déjà de
la voir, étendue partout, cette neige honnête, d'y marcher, d'y compter
les trous de mes pas, d'y observer la forme si sympathique de mes pieds
plus petits que leur trace, d'entendre le craquement de soie que vont
faire, en la pressant bientôt, mes prudentes semelles. J'ai toujours
éprouvé qu'elle exerçait sur nous une action morale extraordinaire et
vivifiante. Elle fouette et bat le sang, resserre les tissus de la peau
comme ceux des idées. Elle fait penser pur et blanc, et jamais ne finit
dans la boue. Le froid précisément la préserve de cette dégradation et
de cette souillure, il la maintient et la pétrifie. C'est le plus beau
des tapis, le plus moelleux des gazons. Et puis la Suisse, prise
brusquement et à petites doses, nous donne, l'hiver, d'admirables leçons
de calme et d'immobilité. Le mouvement même et les exercices auxquels on
s'y livre ont leur rythme, leurs lois, et n'offrent rien de commun avec
l'agitation que nous cause la fièvre cérébrale de Paris. On n'est plus
le même en face de la montagne, on retrouve sa plénitude, son équilibre
et sa sérénité...»

Arrêtant là tout d'un coup son apologie du froid, l'amateur des saisons
sentit qu'il en avait dit assez et rentra dans le silence que personne
autour de lui ne songea d'ailleurs à rompre. Chacun suivait, pour une
minute au plus... dans l'avenir comme dans le passé, sa vision
personnelle d'hiver et de frimas. Celui-ci était retourné aux
récréations de l'enfance... aux mois d'engelures et de cache-nez, aux
glissoires dans la cour... Celui-là aux grand'gardes pendant le siège,
dans les tranchées durcies... Cet autre à la lecture du _Capitaine
Hatteras_, du temps que, sous la lampe de famille, il naviguait en
frôlant les banquises. Une jeune femme, les yeux fermés, dansait à ce
bal costumé où la poudre lui allait si bien... Et, du fond de son
fauteuil, une grand'mère regardait en face d'elle, dans la glace, ses
cheveux devenus d'argent dont la neige ne fondrait plus.

HENRI LAVEDAN.

(Reproduction et traduction réservées.)



[Illustration: Son grand-oncle: Paulin Gillon, député de la Meuse et
maire de Bar-le-Duc de 1840 à 1848.]

[Illustration: Son arrière-grand'mère: Mme Landry Gillon.]

[Illustration: Son arrière-grand-père: Landry Gillon, neuf fois député
de la Meuse.]

TROIS ARRIÈRE-PARENTS DE M. RAYMOND POINCARÉ

LE NOUVEAU PRÉSIDENT

L'ÉLECTION PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE

Nulle élection, sans doute, ne reçut de l'immense majorité de l'opinion
un accueil plus chaleureux, plus enthousiaste, que celle qui vient de
porter à la suprême magistrature de la République M. Raymond Poincaré.

En France, une joie sereine, des espoirs infinis, une confiance
touchante, une patriotique fierté. En Europe, une sympathie unanime qui
s'est traduite par les télégrammes les plus flatteurs pour l'élu,
qu'avaient désigné et sa haute valeur intellectuelle et la dignité
irréprochable de sa carrière politique. Quiconque aime la France a
marqué d'une pierre blanche la date du 17 janvier. Il semble que de ce
jour-là une ère nouvelle se soit ouverte pour notre pays.

Nous ne saurions revenir sur les luttes qui agitèrent cette journée et
celles qui la précédèrent: c'est le passé,--un passé qu'il faut effacer
dans la concorde, la paix, le travail fécond pour la patrie.

Notons toutefois, puisque aussi bien nous nous efforçons d'enregistrer
ici, semaine par semaine, pour les chercheurs de l'avenir, les faits qui
intéressent l'histoire, notons les deux phases principales de cette
lutte qui fut ardente, les deux scrutins dont le dernier donna à M.
Raymond Poincaré la victoire sur son concurrent, M. Jules Pams.

[Illustration: M. et Mme Antoni Poincaré, père et mère du nouveau
Président.]

La compétition, en effet, était nettement circonscrite entre ces deux
hommes politiques. Et chacun d'eux avait son grand électeur, M. Georges
Clemenceau, ancien président du Conseil, menant campagne pour M. Pams,
après avoir, un moment, dans les réunions préparatoires, soutenu M.
Antonin Dubost, tandis que M. Aristide Briand, garde des sceaux, ancien
président du Conseil aussi, défendait de tout son coeur la candidature
de M. Raymond Poincaré. Et c'étaient là deux Warwicks également
passionnés, également habiles et connaissant à fond leur Parlement et
les ressorts qu'il convient de faire jouer pour l'émouvoir, le décider.
Il faut bien croire pourtant--le résultat acquis est là qui en
témoigne--que l'éloquence de l'un fut plus persuasive que la verve de
l'autre.

[Illustration: La maison natale de M. Raymond Poincaré, à Bar-le-Duc.]

Au premier tour de scrutin, M. Raymond Poincaré venait en tête avec 429
voix contre 327 à son concurrent. D'autres votes s'étaient égarés, on
peut bien le dire aujourd'hui sans risquer de désobliger personne, sur
les noms de MM. Ribot et Deschanel, qui n'étaient plus candidats; un
fantaisiste avait même accordé son suffrage à M. Henri Rochefort, tandis
que les socialistes, avec ensemble, votaient pour leur doyen d'âge, M.
Vaillant.

Pourtant, M. Raymond Poincaré n'avait pas atteint la majorité absolue,
qui était de 434 voix, 867 suffrages ayant été exprimés. Il fallut un
second tour de scrutin.

M. Raymond Poincaré y triompha. Du moment où, gravissant les degrés de
la tribune pour déposer son bulletin, il fut salué par les acclamations
de l'Assemblée nationale, sa victoire déjà était certaine. De fait, 483
voix--le chiffre même qu'avait obtenu autrefois M. Émile Loubet--lui
décernaient l'honneur suprême. Et M. Antonin Dubost, du haut du
fauteuil, le proclama «Président de la République française pour sept
ans à partir du jour où prendrait fin le mandat du Président en
exercice».

De longs applaudissements, des cris de «Vive la République!» saluèrent
cette formule sacramentelle,--auxquels firent écho, dehors, dans la cour
de Marbre, sur la place d'Armes, dès que la foule connut les résultats
du scrutin, d'enthousiastes vivats. Quelques heures plus tard, c'était
le pays tout entier qui exultait à la nouvelle de cette élection qu'il
souhaitait, qu'il espérait d'une ardeur telle que toute autre l'eût déçu
profondément.



LA VIE DE M. RAYMOND POINCARÉ

Le nouveau chef d'État est Lorrain de bonne souche, et, dans les
circonstances actuelles, il n'est pas jusqu'à cette origine qui ne donne
au choix de l'Assemblée nationale un caractère patriotique, sentimental,
peut-on dire, dont le peuple entier a été profondément touché.

[Illustration: M. Antoni Poincaré, dans les dernières années de sa vie,
photographié par Mme Raymond Poincaré.]

M. Poincaré (Raymond-Nicolas-Landry, sur les registres de l'état civil)
est né, en effet, à Bar-le-Duc le 20 août 1860. Son père, Antoni
Poincaré--. Un Nancéen--mort l'an dernier inspecteur général des ponts
et chaussées, était alors, dans cette ville, ingénieur ordinaire au
corps. Il habitait, dans la rue des Tanneurs, qui a depuis changé son
nom expressif pour celui de rue Nève, une maison de décorative
apparence, qui garde encore le caractère sobre et élégant des
architectures du dix-huitième siècle, mais qui, en réalité, est beaucoup
plus ancienne. En arrière, est un jardinet très simple que coupe un
canal aux sombres eaux vives, une dérivation de l'Ornain au bord de
laquelle, probablement, en des temps lointains, s'échelonnaient les
ateliers qui avaient donné à la rue des Tanneurs sa vieille
dénomination.

[Illustration: Le petit Raymond Poincaré, à six mois, sur les genoux de
sa mère; à trois ans, près de son chien favori; le jour de sa première
communion. TROIS INSTANTANÉS DE L'ENFANT QUI DEVAIT ÊTRE UN JOUR
PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE]

L'immeuble appartint longtemps à M. Ficatier-Gillon, grand-père maternel
de M. Raymond Poincaré. Ce nom de Gillon est vénéré dans le Barrois,
ayant été illustré tour à tour par Jean Landry Gillon qui, sous le règne
de Louis-Philippe, avocat général à la Cour de cassation, fut élu neuf
fois député de la Meuse, preuve éclatante de son ascendant sur ses
compatriotes, et par Paulin Gillon, avocat, maire de Bar de 1840 à 1848,
puis également député, puis enfin sénateur inamovible et sur qui un
dicton charmant courait, là-bas, au pays: «Paulin Gillon, à l'occasion,
sait dépouiller sa table pour faire une bonne action.» Le premier était
l'arrière-grand-père, le second le grand-oncle du nouveau Président.

[Illustration: Le lycée de Bar-le-Duc, où le jeune Raymond Poincaré fit
ses études.--_Phot. Oterlaender._]

La maison familiale de la rue des Tanneurs passa plus tard au docteur
Enard dont le fils, lui-même médecin distingué, continue de l'habiter et
en fait, avec infiniment de bonne grâce, les honneurs aux visiteurs
curieux. Et Mme Enard mère évoque la figure de l'enfant aujourd'hui élevé
si haut, du «petit monsieur Raymond», sérieux de toujours, appliqué,
précis; montre, au pied d'un vieil arbre, le banc de fonte où, studieux
écolier, il préparait ses leçons, et la fenêtre de laquelle il fixa, en
un dessin hésitant que conserve pieusement quelque intime, le panorama
pittoresque du vieux Bar juché sur sa colline.

La précoce maturité du caractère, c'est la première qualité que
s'accordent à discerner, chez M. Raymond Poincaré, ceux qui le connurent
jeune, ses condisciples d'il y a trente à quarante ans, ceux qui
l'accompagnaient, le matin, au lycée par cette rue de la Banque toute
bordée de souvenirs émouvants: la maison qu'occupa Bismarck aux jours
tragiques, celle où logeait Moltke, et la Banque elle-même, le vaste
hôtel où s'installa le roi Guillaume et où se décida, en conseil de
guerre, le fameux «mouvement tournant» qui aboutit à la prise de Sedan.

[Illustration: «Le Clos», vu du jardin.]

[Illustration: «Le Clos» et la campagne environnante.]



LA PROPRIÉTÉ DE M. RAYMOND POINCARÉ, A SAMPIGNY, DANS LA MEUSE

Au reste, ce pays, tel qu'il apparaît, du moins, en cette saison, voilé
de brumes, pailleté de givre, ce pays, dont rêvera, quelques années plus
tard, nostalgique, le lycéen de Bar exilé à Paris et interné à
Louis-le-Grand, semble prédisposer aux pensées graves. Il apparaît
lui-même songeur, sévère un peu, malgré la courbe molle de ses collines
et l'argent frissonnant de ses rivières enchâssées dans l'émail vert des
prairies gorgées d'eau. De Bar-le-Duc à Sampigny, petit bourg très fier,
désormais, de posséder le castel neuf, aux toits élancés, qui s'érige au
bord d'un domaine modeste où, chaque été, le Président vient jouir de
quelques semaines de repos, de Sampigny à Nubécourt où, dans un petit
enclos ombreux, à l'écart des tombes du village déferlant au pied des
murs d'un vieux sanctuaire roman, ondulent les sépultures des familles
Gillon, Ficatier, Poincaré, les lames sous lesquelles reposent et Landry
et Paulin Gillon, et le tertre où l'on étendit, voilà un an à peine, la
dépouille d'Antoni Poincaré, près d'une autre place préparée dont
l'écusson vide attendra longtemps encore, nous l'espérons, le nom de
Nanine-Marie Ficatier, son épouse; dans toute cette contrée si proche
des frontières, attentive comme une sentinelle, sur les routes sinueuses
et accidentées où, à chaque détour, presque, on croise ou l'on dépasse
quelque troupe en manoeuvres, quelque patrouille, où à chaque pas vous
salue d'un sourire plein de confiance et d'entrain quelque petit soldat
courbé sur une ingrate et nécessaire besogne de terrassier, du haut des
collines rondes, à travers les bois poudrés à frimas, ce qu'on éprouve
c'est une impression de recueillement, non point mélancolique et dolent,
comme en Bretagne par exemple, mais volontaire, mais concentré, profond.
Et la devise de Bar-le-Duc traduit à merveille l'état d'âme des hommes
issus de ce fort terroir qui vous conquiert sans s'y appliquer par des
sourires: «Plus penser que dire».

Le jeune Raymond Poincaré quitta le pays de son enfance à seize ans,
pour venir faire à Paris sa rhétorique supérieure et sa philosophie. Son
départ du lycée de Bar laissait à ses émules affectueux, à ses amis de
coeur, qui s'appelaient Pol Brouchot, aujourd'hui conseiller à la cour
de Paris, Léon Oudinot, mort censeur des études au lycée Buffon, et
Henry Bohn, qui fut sous-inspecteur de l'enregistrement et qui a disparu
aussi, des gerbes de lauriers à se partager. Il est amusant de
feuilleter les palmarès des dernières distributions de prix où il fut
nommé; son nom y figure à chaque paragraphe: excellence, narration
latine, narration française, version latine, version grecque, thème
grec, histoire, géographie, allemand, mathématiques, histoire naturelle,
dessin d'imitation,... les lettres, les sciences, les arts même, son
intelligence vive s'assimile avec une aisance égale toutes les matières
du programme. Un de ses professeurs à Louis-le-Grand, M. Lafon,
l'orientera vers les lettres et décidera de sa vocation.



LA CARRIÈRE POLITIQUE

Bachelier, puis licencié ès lettres, l'étudiant dut interrompre, en
1879, son droit pour satisfaire, comme volontaire d'un an aux
obligations militaires. Elles furent légères à cet homme de devoir, à ce
Lorrain patriote fervent. «On a eu raison, écrivait-il de Nancy, où il
était incorporé au 26e d'infanterie, à son ami Pol Brouchot, on a eu
raison de te dire que mon volontariat m'est une tâche fort douce et ceux
qui t'ont assuré que je n'avais pas encore trouvé ici l'occasion de me
chagriner ne sont pas des conteurs.»

Il était caporal quand il passa ses examens de seconde année. Au sortir
du régiment il était sergent. Et il témoigna de son amour du métier
militaire en servant tour à tour comme sous-lieutenant de réserve aux
chasseurs à pied, puis comme lieutenant et comme capitaine aux alpins.

En 1880, il entrait au barreau, et Me du Buit le choisissait comme
secrétaire: ce fut l'aurore de sa carrière au Palais, où il devait
bientôt se classer parmi les maîtres. C'est à ce moment que, curieux
sans doute de connaître un domaine voisin de celui qui était sien, il
fut--il veut bien, avec cette délicieuse urbanité qui est l'une de ses
qualités les plus séduisantes, le rappeler à l'occasion à ceux d'entre
nous qu'il accueille--un peu notre confrère, ayant assumé les fonctions
de chroniqueur judiciaire au _Voltaire_.

Il commença sa carrière politique comme chef de cabinet de M. Jules
Develle, son compatriote, titulaire, dans le cabinet Freycinet, en 1886,
du portefeuille de l'Agriculture. Ce fut alors qu'il posa sa
candidature, comme conseiller général, dans le canton de Pierrefitte
(dont Sampigny, son actuelle résidence d'été, est l'une des communes).
Il fut élu. L'année suivante, il remplaçait comme député de Commercy M.
Liouville. L'arrondissement, fidèle, lui renouvela son mandat jusqu'en
1902, jusqu'au moment où il passa de la Chambre au Sénat.

[Illustration: M. Raymond Poincaré, député de la Meuse, à 27 ans.]

A la Chambre des députés, M. Raymond Poincaré avait, d'emblée, conquis
une situation enviable. Un discours sur le budget des finances, en
octobre 1890, avait mis en lumière la clarté de son esprit, son entente
des affaires publiques. En 1893, il se voyait confier le rapport général
sur le budget. Cette même année, il faisait partie, comme ministre de
l'Instruction publique, du cabinet Charles Dupuy, qui dura seulement
quelques mois (avril-décembre). Mais quand, six mois plus tard, M.
Charles Dupuy reprit la présidence du Conseil, il confia à M. Raymond
Poincaré le ministère des Finances (juin 1894 à janvier 1895). M. Ribot,
qui succéda à M. Ch. Dupuy comme chef du gouvernement, conserva ce
collaborateur précieux, que la souplesse de son esprit et l'étendue de
ses connaissances mettaient à même de rendre, à la tête de l'un ou
l'autre département, des services distingués, lui confiant derechef le
ministère de l'Instruction publique.

[Illustration: Mme Raymond Poincaré. Phot. Nadar.]

La chute du cabinet Ribot fit rentrer dans le rang M. Raymond Poincaré.
Ses collègues le portèrent bientôt à la vice-présidence de la Chambre,
où il fut tour à tour réélu trois fois (1896-1897-1898).

M. Sarrien, en mars 1906, le rappela au pouvoir, lui attribuant le
ministère des Finances, qu'il abandonna au moment où M. Clemenceau fut
appelé à former un cabinet.

A la fin de 1911, période troublée, inquiète, on discutait le traité
franco-allemand. M. Raymond Poincaré était chargé, par le Sénat, de
rédiger le rapport sur cet instrument diplomatique lorsque tomba le
ministère Caillaux. C'est alors qu'il fut appelé--janvier 1912--à former
le cabinet aux destinées duquel il présida jusqu'au 17 janvier dernier.

Au cours de ses passages successifs au ministère, M. Raymond Poincaré a
attaché son nom à diverses réformes ou actes politiques importants. Il a
fait proclamer l'autonomie des Universités, créé le doctorat ès sciences
politiques et administratives, fait adopter l'impôt progressif sur les
successions, puis, président du Conseil, fait ratifier au Parlement le
traité franco-allemand et le traité franco-espagnol, voter le traité
instituant le protectorat marocain et, enfin, fait accepter par la
Chambre la réforme électorale.

Au moment où l'Assemblée nationale vient de donner à sa politique
générale une si haute et si éloquente consécration, il sied de rappeler,
bien que ces souvenirs soient encore tout frais dans nos mémoires, avec
quel fier souci de la dignité nationale il a dirigé, depuis un an, les
affaires extérieures de la France.

En ces derniers mois, il avait assumé un rôle agissant qui lui avait
conféré, aux yeux de l'Europe entière, un prestige considérable. Dès que
se dessina la crise balkanique, il avait pris l'initiative généreuse de
faire, appel à une entente des puissances en vue d'une action
pacificatrice. Il n'a pas dépendu de ses sages conseils, des vaillants
efforts qu'il multiplia jusqu'au bout, que l'orage actuel ne fût
conjuré. Le mérite de son attitude, si conforme à la grande tradition
française, demeure entier à son actif: il s'est, en ces jours troublés,
inquiétants, affirmé grand homme d'État. Son influence dans la politique
intérieure ne fut pas moins bienfaisante. L'autorité avec laquelle, au
nom de la France, il avait paru devant l'Europe, ferme sans provocation,
l'esprit conciliant mais résolu qu'il avait montré en face des
adversaires mêmes du dedans, ce sont les deux bases solides de l'estime,
de l'affection que lui a vouées la foule équitable.



L'ACADÉMICIEN

M. Raymond Poincaré est, depuis 1909, membre de l'Académie française où
il a remplacé cet autre Lorrain admirable, Émile Gebhart et où l'a
accueilli M. Ernest Lavisse.

En dehors des classiques thèses de doctorat, en dehors même de son
oeuvre oratoire, plaidoiries, discours politiques, d'une pensée si forte
et d'une forme littéraire si parfaite, il était désigné au choix de
l'illustre Compagnie par un ouvrage qui, sous le titre _Idées
contemporaines_, publié en 1906, contient une série d'études sur des
sujets très divers, du «Courage fiscal» à un «Éloge d'Arago», d'un
chapitre sur «l'Éducation des jeunes filles» à un autre sur «Jeanne
d'Arc et l'idée nationale», où son esprit pénétrant, son talent sobre et
de grand style se montrent sous les aspects les plus variés et les plus
captivants.

Et, détail piquant, celui qui, dans quelques semaines, va porter en
écharpe le grand cordon de la Légion d'honneur n'était, jusqu'à présent,
pas même chevalier de l'ordre... Que, d'ailleurs, on n'en prenne pas
texte pour récriminer contre l'injustice de ceux qui récompensent les
mérites. La vérité est que M. Raymond Poincaré était entré dans la
politique, était ministre même avant l'âge où les plus ambitieux peuvent
songer à la croix,--et qu'une loi sévère interdit aux parlementaires en
fonctions de la recevoir, quels que soient les services qu'ils puissent
rendre à la République.

G. B.



[Illustration: L'élément féminin au Congrès de Versailles: le couloir
des tribunes réservées. _Dessin de Simont_.]

LES COULISSES DU CONGRÈS

DANS LES COULOIRS DES TRIBUNES

Nous montrons, plus loin, par un document photographique qui fixe une
minute d'histoire, l'acte décisif du Congrès, la proclamation, devant
l'Assemblée nationale, du nouveau président de la République. Mais ce
n'est pas dans la salle des séances que se joua tout entière la partie
engagée pour la plus haute magistrature de l'État. Et les coulisses,
mondaines et politiques, de l'élection présentèrent, en cette journée
mémorable, de curieux aspects.

[Illustration: M. Antonin Dubost ouvrant la séance. _Croquis de H. Le
Riche._]

Dans le couloir des tribunes réservées à d'heureux et rares invités, à
l'heure du vote, on se croirait presque dans un couloir de théâtre,
pendant un entr'acte de répétition générale. Le spectacle parlementaire
qui se donne ici est, en effet, fort couru, et jamais, de mémoire de
congressiste, on ne vit salle plus brillante, plus nombreuse en jolies
femmes. Elles sont venues là, attirées par la grande affaire parisienne
qu'est avant tout, à leurs yeux, l'élection présidentielle, excitées
comme par l'attrait d'une pièce nouvelle, dont on a beaucoup parlé avant
que le rideau se lève, et dont on attend beaucoup: sera-ce le triomphe
indiscutable, complet, ou simplement le succès d'estime?

De leurs fauteuils de balcon où elles formaient la plus gracieuse des
«corbeilles», elles ont assisté à la première partie du
spectacle,--entendez la proclamation du premier scrutin. Et maintenant,
répandues dans les couloirs, elles échangent leurs impressions et leurs
voeux, consultent l'important personnage qui passe, un papier à la main,
discutent les chiffres, commentent les résultats. Tandis qu'en bas, dans
la galerie des Bustes, les dernières passions se mêlent et se heurtent à
grand bruit, ici on cause discrètement, à voix douce, comme dans un
salon. Une réunion mondaine s'est improvisée, en un coin du palais où
s'agitent les destinées de la France. Et sans doute en est-il, parmi ces
élégantes, qui, reprises bientôt par des préoccupations moins graves,
s'interrompent de parler «politique», pour aborder le
chapitre--inépuisable--des toilettes.

DANS LA GALERIE DES BUSTES

Cependant le second tour a commencé, et la salle des séances, où tout à
l'heure se pressaient, impatients d'entendre proclamer le premier
scrutin, les membres de l'Assemblée nationale, s'est vidée en un
instant. C'est maintenant dans la galerie des Bustes, emplie de rumeurs,
qu'est le spectacle.

[Illustration: M. Aynard et M. Méline.]

[Illustration: M. Combes et M. Ribot.]

[Illustration: M. Deschanel. Dans la galerie des Bustes, pendant le
scrutin. _Croquis de H. Le Riche._]

[Illustration: Les discussions de la dernière heure dans la galerie des
Bustes, pendant qu'on vote dans l'hémicycle. Debout, au premier plan, M.
Combes et l'abbé Lemire; au milieu d'un groupe, M. Aristide Briand
adjurant quelques adversaires de grossir la majorité de M. Poincaré dont
l'élection est déjà certaine; à gauche, deux dessinateurs de
_L'Illustration. Dessin de Léon Fauret._]

Tandis que chacun va successivement voter, des groupes se forment près
des portes, autour de la table où sont posés les bulletins. Sénateurs et
députés s'abordent, s'interrogent, échangent un mot, un sourire,
rapprochés et séparés au hasard des rencontres. Certains se félicitent,
escomptant le succès de leur candidat; d'autres discutent encore, non
sans véhémence. Des colloques s'établissent, dont plus d'un paraît
imprévu: M. Ribot se penche vers M. Combes, qui, l'instant d'avant
s'entretenait avec l'abbé Lemire. Très entouré, M. Briand exhorte, avec
sa persuasive éloquence, plusieurs parlementaires à «faire l'union
républicaine sur le nom de M. Poincaré». Cependant, comme le jour tombe,
une longue théorie d'huissiers traverse la galerie, porteurs de lampes
destinées aux salons voisins, où des remuons se tiennent... La bataille
va s'achever.

[Illustration: UNE MINUTE HISTORIQUE AU CONGRÈS DE VERSAILLES.--Le
président de l'Assemblée nationale, M. Antonin Dubost, lit les résultats
définitifs du second scrutin qui donne la majorité absolue à M. Raymond
Poincaré.--_Phot. René Millaud_.]

Il est exactement six heures quarante-cinq. Après la suspension de
séance d'une heure qui a suivi le second scrutin, le président de
l'Assemblée nationale a fait son entrée dans la salle du Congrès, peu à
peu désertée pendant les opérations de dépouillement et où viennent
d'affluer en un clin d'oeil, dans toutes les travées, de l'extrême
droite à l'extrême gauche, les 872 votants. L'instant est solennel. Une
heure et une date se fixent dans l'histoire parlementaire de la France;
toute l'attention, tous les regards des congressistes vont au président
de l'Assemblée qui se lève, et il y a une minute d'immobilité et de
silence,--tandis qu'au-dessus de ce millier de têtes où viennent de
bouillonner les passions politiques, tout là-haut, allongé sur la
toiture vitrée de la salle, un audacieux opérateur prend un cliché
unique dans les annales de la photographie. Il remplit, lui aussi, son
rôle historique avec vaillance et précision et saisit, dans toute son
ampleur, avec tous ses premiers rôles et tous ses figurants, la
physionomie de ce Congrès du 17 janvier, que les circonstances, les
luttes ardentes de la veille et les indications précises de l'opinion
nationale auront rendu exceptionnel.

[Illustration: LA POPULARITÉ DU NOUVEAU PRÉSIDENT.--M. Poincaré, le soir
de son élection, paraît (entouré de sa famille et de quelques amis) à
une fenêtre de son hôtel, rue du Commandant-Marchand, pour répondre à
ceux qui sont venus l'acclamer.]

M. Poincaré a connu, le 17 janvier, les premières émotions de la grande
popularité. Les Parisiens attendaient impatiemment, mais sans vouloir
douter de sa victoire, la décision du Congrès: ils l'ont accueillie avec
une joie unanime. Et ce furent, sur les boulevards, devant les
transparents des journaux annonçant, en lettres lumineuses, les
résultats officiels, dans les cinématographes où déjà se déroulaient,
sur l'écran, les péripéties de la journée, des manifestations spontanées
en l'honneur du nouveau président de la République.

Salué par des ovations chaleureuses à son retour de Versailles, devant
la gare des Invalides, et aux abords de l'Elysée, où il était allé,
selon le protocole, rendre visite à M. Fallières, l'élu du Congrès avait
regagné son hôtel de la rue du Commandant-Marchand. Plusieurs milliers
de personnes vinrent l'y acclamer vers 11 heures, demandant à grands
cris qu'il se montrât. Et M. Poincaré dut paraître à son balcon, entouré
de Mme Poincaré--que réclamait aussi la foule, et qui eut sa part des
applaudissements--et de quelques amis, tandis que les photographes se
hâtaient de prendre des clichés de cette scène, à la vive lumière du
magnésium.



[Illustration: Pour M. Pams: M. Georges Clemenceau.]

[Illustration: Pour M. Poincaré: M. Briand.]

LES DEUX GRANDS ÉLECTEURS DU CONGRÈS DE VERSAILLES

LE NOUVEAU CABINET

Au lendemain de son élection à la présidence de la République, M.
Raymond Poincaré, en complet accord avec ses collègues, remettait à M.
Armand Fallières la démission du ministère. Le soir même, le chef de
l'État confiait à M. Aristide Briand la mission de former le nouveau
cabinet.

La tâche qu'avait assumée allègrement M. Aristide Briand lui fut facile.

Son rêve eût été de conserver, groupés autour de lui, tous les
collaborateurs du cabinet Poincaré, puisque aussi bien il entend
continuer la politique qui, depuis un an, a donné de si féconds
résultats. Mais en dehors de M. Pams, qui s'était retiré la veille de
l'élection présidentielle, trois autres de ses collègues lui exprimèrent
le regret de ne pouvoir demeurer à ses côtés: MM. Delcassé, ministre de
la Marine, Léon Bourgeois, ministre du Travail, et M. Lebrun, qui avait
remplacé au ministère de la Guerre M. Millerand. Il fallut donc
pourvoir--avec celui des Affaires étrangères--quatre portefeuilles de
titulaires nouveaux. De plus, quelques remaniements furent nécessaires
dans l'attribution des autres départements, M. Aristide Briand tenant à
prendre, avec la présidence du Conseil, le ministère de l'Intérieur.

Le ministère fut constitué dès mardi soir:

Dix de ses membres appartenaient déjà à l'ancien cabinet, cinq qui y
reprennent des portefeuilles avaient précédemment été ministres: M.
Barthou, qui remplace M. Aristide Briand à la vice-présidence du conseil
des ministres, avait déjà occupé ces hautes fonctions. M. Jonnart a été
ministre des Travaux publics en 1893-1894, mais il s'est surtout imposé
à l'attention dans les hautes fonctions de gouverneur général de
l'Algérie, auxquelles il fut appelé à deux reprises, en 1900, puis de
1903 à 1911. M. Eugène Etienne, qui avait été auparavant ministre de
l'Intérieur, prit le portefeuille de la Guerre dans le cabinet Rouvier
et le conserva dans le cabinet Sarrien. Enfin, M. Pierre Baudin, ancien
ministre des Travaux publics, est désigné pour présider aux destinées de
la marine par sa qualité de président de la Ligue maritime, et par
l'intelligente sollicitude qu'il a toujours montrée aux choses de la
marine.

[Illustration:

M. Fernand David. M. Bourély. M. P. Morel. H. Chaumet. M. J. Dupuy.
Agriculture. S.-s. Finances. S.-s. Intérieur. S.-s. Postes. Travaux publ.

E. Besnard. M. Jonnart. M. Guist'hau. M. L. Barthou. M. Briand. M. J. Morel.
Travail. Maires étr. Commerce. Justice. Intérieur. Colonies.

M. Klotz. M. P. Baudin M. Steeg M. I. Bérard. M. Etienne.
Finances. Marine. Instr. publ. S.-s. Beaux-Arts, Guerre.

LE NOUVEAU MINISTÈRE, PRÉSIDÉ PAR M. BRIAND.--_Phot. H. Manuel._]



[Illustration: LES SOUVENIRS DE L'ÉPOPÉE, A NICOPOLIS.--La princesse
Marie Bonaparte (Georges de Grèce) visite les lieux où furent ensevelis,
en 1798, parmi les ruines antiques, les héroïques défenseurs français de
Preveza.--_Phot. S. Vlasto._]

On a dit avec quel dévouement les jeunes princesses de la famille royale
de Grèce ont organisé les secours aux blessés en Grèce, en Thessalie et
en Epire, mais il sera particulièrement agréable aux Français qu'un ami
de _L'Illustration_, actuellement en Epire, M. S. Vlasto, leur signale
le rôle bienfaisant, en cette guerre, d'une princesse de France, la
princesse Georges de Grèce, née princesse Marie Bonaparte:

«Après avoir installé à ses frais le vaisseau-hôpital _Albania_, la
princesse Marie est venue à Preveza où, de ses deniers, elle a créé un
hôpital qu'elle a placé sous la direction de Mme Panas, veuve du célèbre
chirurgien, dame de la Croix-Rouge française.

«Toute l'Epire est sous le charme de cette princesse française qui ne
recule devant aucune fatigue, visite et soigne elle-même les blessés,
organise des soupes populaires pour les réfugiés et porte partout le
rayonnement de sa bonté et de sa beauté.

» Le hasard a conduit les pas de la princesse Marie à Nicopolis où eut
lieu en 1798 la défense héroïque de 280 Français assiégés par 6.000
sauvages musulmans sous les ordres de Mouktar pacha, le fils du fameux
Ali, pacha de Janina.

»Fouqueville raconte (tome I, chapitre IV, de son _Histoire de la
régénération de la Grèce_) l'admirable résistance de quelques soldats
français conduits par Tissot et le capitaine Richemond. Il décrit
l'affreux massacre des prisonniers, «le bras du bourreau nègre qui
n'avait cessé d'égorger s'arrêta, son corps s'agita convulsivement, ses
genoux fléchirent et il vint tomber asphyxié au milieu des martyrs».

»La photographie représente la princesse Marie, qui, adossée aux murs du
petit théâtre antique de Nicopolis, contemple les lieux où furent
massacrés et où sont enterrés les soldats de Bonaparte.»

[Illustration: Les porte-drapeau des régiments qui ont combattu en
Tripolitaine, suivis de leurs colonels respectifs, gravissent l'autel de
la Patrie, où le roi d'Italie épingle sur chaque étendard la médaille de
la campagne de Libye.--_Phot. Vaucher et Luigi Veccia._]



APRÈS LA CONQUÊTE

_Notre correspondant de Rome nous écrit:_

Rome, revêtue de sa parure de fête, a reçu hier, 19 janvier, les
délégations des régiments qui ont pris part à la campagne de
Tripolitaine et qui venaient dans la capitale pour faire décorer leurs
drapeaux par le roi.

La cérémonie, magnifique, fut empreinte d'un caractère de noblesse et de
grandeur qui impressionna profondément tous ceux qui y assistèrent.

Après une revue à Castro Pretorio, les troupes de Libye, y compris un
bataillon d'asoari, dénièrent devant les souverains, sur la place de
l'Indépendance.

Du terrain de la revue jusqu'à la piazza Venezia, les troupes de la
garnison de Rome en grande tenue formaient la haie, tandis que leurs
camarades rentrés d'Afrique passaient en tenue de campagne, au milieu
des hourras et des fleurs dont la foule était prodigue.

Ensuite, sur le monument Victor-Emmanuel II lui-même, la cérémonie
principale se déroula en une véritable apothéose.

Les souverains et la reine mère, ayant à leurs côtés tous les princes de
la maison de Savoie, vinrent se placer sur le monument, au pied de
l'autel de la Patrie.

Les officiers qui venaient de combattre en Libye se groupèrent également
sur le monument; en bas, à droite, prirent place les généraux et les
amiraux, et, à gauche, les députés et les sénateurs.

Alors, sur un signe du ministre de la Guerre, le général Spingardi, les
porte-drapeau dont les étendards vont être décorés s'avancent sur un
rang, suivis des colonels de chaque régiment.

Le moment est solennel. Sur la grande place, les troupes sont massées en
carré; c'est une féerie de couleurs et d'armes qui étincellent au
soleil. Les drapeaux, dont quelques-uns sont en loques, s'inclinent
devant le roi, qui, après avoir entendu un bref discours de présentation
du ministre de la Guerre, s'avance et épingle tour à tour sur la soie
glorieuse la médaille conquise en Libye.

La cérémonie terminée, les souverains, escortés d'un brillant état-major
et de tous les princes royaux, sont rentrés au Quirinal où la foule leur
fit de chaudes ovations.

Le soir, au théâtre Constanzi, eut lieu une grande représentation de
gala à laquelle les souverains assistèrent.

La journée du 19 janvier peut être considérée comme le digne
couronnement de la guerre italo-turque et de la conquête de la
Tripolitaine.

[Illustration: MM. de Giers. de Wangenheim. Garoni. Bompard. Pallavicini.
Gérard Lowther.

(Russie). (Allemagne). (Italie). (France). (Autriche-Hongrie).
(Angleterre).

Les ambassadeurs sortent de la Sublime-Porte, après avoir remis la note
des puissances. _Phot. du Dr Renzo Larco, envoyé spécial du_ Corriere
della Sera.]

Il faut noter l'amabilité avec laquelle la presse étrangère a été admise
à participer à la fête. On a voulu lui faire oublier les rigueurs de la
censure qui, pendant l'année de guerre, fut inexorable, et on y a
pleinement réussi.

ROBERT VAUCHER.



LES GRANDES PUISSANCES
ET LA TURQUIE

La note collective des grandes puissances qui, ainsi que nous l'avons
indiqué la semaine dernière, conseillait à la Turquie de céder
Andrinople et d'abandonner à l'Europe la solution de la question des
îles, a été remise à la Porte par les ambassadeurs le jour même où
paraissait notre précédent numéro. Les représentants des six grandes
puissances s'étaient donné rendez-vous, le 17 janvier, à 3 heures, à la
Sublime-Porte où le marquis Pallavicini, ambassadeur d'Autriche-Hongrie
et doyen du corps diplomatique, a pris seul la parole: «Au nom de nos
gouvernements, a-t-il dit au ministre des Affaires étrangères ottoman,
nous avons l'honneur de vous remettre la présente note à laquelle nous
vous prions de répondre le plus tôt possible.»--«Le gouvernement
impérial répondra dans le plus bref délai», dit Noradounghian Gabriel
effendi, en recevant le document.

L'entrevue, très courtoise, ne dura que quelques minutes et les
ambassadeurs se retirèrent, tandis qu'un de nos confrères italiens, le
docteur Renzo Larco, correspondant du _Corriere della Sera_, réussissait
à prendre un cliché du groupe sortant de la, Sublime-Porte.

L'impression générale, sur le moment, était que l'on se heurterait, du
côté du gouvernement turc, à une résistance traduite par un refus poli
de céder Andrinople. Mais ces derniers jours, après la démarche
collective, il semble bien que de nouvelles instances individuelles et
pressantes dis plusieurs des ambassadeurs ont fortement influencé les
ministres ottomans, qui sont maintenant résignés aux suprêmes
sacrifices, le haut conseil de dignitaires et de fonctionnaires convoqué
par le gouvernement s'étant prononcé, comme on le prévoyait, en faveur
de la paix.

Il faut cependant aussi tenir compte, en ces circonstances, du sentiment
de l'armée, dont l'état moral, depuis l'arrivée à Tchataldja d'Enver
bey, de Fethi bey et des héros de Tripoli, se serait complètement
transformé et qui, avec ses 200.000 hommes campés entre Tchataldja et
Gallipoli à moins de 50 kilomètres de Constantinople, constitue une
puissance qu'on ne saurait négliger dans les décisions actuelles.



LES LIVRES & LES ÉCRIVAINS

_La Question d'Orient en 1913._

Dans la nuit du 9 au 10 janvier 1853, tandis qu'on dansait au Palais
d'Hiver de Saint-Pétersbourg, l'empereur Nicolas prenait à part, fort
amicalement, l'ambassadeur de la reine, lord Seymour, et lui disait ces
paroles historiques: «Milord, nous avons sur les bras un _homme malade_,
gravement malade, ce serait un grand malheur s'il devait nous échapper
avant que les dispositions nécessaires fussent prises.» L'agonisant
dont, il y a soixante ans, la fin prochaine préoccupait si vivement le
tsar, c'était le Turc, récemment amputé de la Grèce et de l'Égypte, et
fort incomplètement remis de ses dernières angoisses. En dépit des
pronostics, le malade a pu survivre à la crise qui le menaçait alors et
à bien d'autres crises depuis. Mais on ne se refait pas une santé avec
d'incessantes opérations chirurgicales ou des panacées empiriques, et
l'heure fatale paraît bien avoir sonné en ce début de 1913, où toute
l'Europe, de nouveau, se rassemble _Au chevet de la Turquie_. L'image
est de M. Stéphane Lauzanne. Elle rend parfaitement sensible la
situation diplomatique d'aujourd'hui et elle donne le meilleur des
titres au volume tout frémissant d'actualité que vient de publier le
brillant rédacteur en chef du _Matin_.

Le livre de M. Stéphane Lauzanne (Ed. Fayard) est le premier ouvrage où
se trouvent réunis--et à quelle heure opportune!--en une série de
chapitres clairs, animés, pittoresques et substantiels, toutes les idées
intéressantes, tous les documents utiles, tous les faits notables qui
fixent la question d'Orient, en 1913. Déjà, sans doute, dans ses lettres
et ses dépêches, M. Stéphane Lauzanne nous avait fait connaître les
éléments précieux de son enquête sur le Bosphore, parmi les foules de
Péra, dans les palais de Constantinople, ou dans l'état-major de
Tchataldja; déjà, il nous avait silhouetté en traits précis le visage
arménien de Noradounghian Gabriel effendi, le ministre des Affaires
étrangères, fin lettré, ainsi que la haute et lourde silhouette du
généralissime Nazim, «qui ne manque ni de bon sens, ni de valeur, mais
dont le principal défaut est de faire tout un peu tard»; et aussi la
douloureuse physionomie du grand vizir Kiamil, le grêle octogénaire qui
incarne toute l'angoisse ottomane, et encore la double face de Mahmoud
Chefket, qui mina son propre effort de réorganisation matérielle de
l'armée en ruinant le moral traditionnel du soldat musulman; et enfin la
sympathique figure du vaillant et malheureux Mahmoud Mouktar... Mais
toutes ces notes, hâtives et colorées, devaient être liées entre elles
et présentées en même temps que l'exposé--contrôlé, complété et libéré
de la censure--des grands faits militaires, en un tableau d'ensemble, un
tableau d'histoire de la Turquie d'Europe à ses derniers jours. Il n'est
pas un chapitre de ce livre qui ne fournît à l'esprit soucieux
d'actualités des indications précieuses et des sujets de méditation ou
de discussion. Mais surtout on lit avec stupeur les pages révélatrices,
documentaires, sur l'extraordinaire panique de Kirk-Kilissé qui décida,
semble-t-il, de la défaite de l'empire et paraît avoir été comme voulue
par le destin. Il y a aussi un chapitre très renseigné sur les
massacres, les fameux massacres si exclusivement reprochés aux Turcs.

--Jamais, affirmait la soeur Jeanne, directrice de l'hôpital français de
Constantinople, jamais une de nos soeurs n'a été molestée ou inquiétée.
Il y en eut qui s'en furent exercer leur ministère jusqu'au fond des
montagnes d'Arménie: pas une seule n'a été outragée ou malmenée. Nous
n'avons pas eu à nous plaindre des Turcs. Notre robe est plus sacrée
pour eux que pour beaucoup de chrétiens.

Quant au général Baumann, le réorganisateur français de la gendarmerie
ottomane, il a répété bien des fois depuis les débuts de la guerre:

--Ne croyez pas que les massacreurs furent toujours les Turcs. Ne croyez
pas que les victimes furent toujours les Bulgares ou les Grecs. Si vous
voulez connaître la vérité telle qu'elle est, lisez les rapports que les
onze officiers français qui sont de votre race, de votre mentalité, de
votre croyance, ont rédigés depuis des mois sur les événements de
Macédoine. Et puis vous jugerez.

M. Stéphane Lauzanne nous donne des extraits de ces rapports. Ils sont
édifiants et méritaient vraiment quelque publicité. Mais, s'il en
résulte que, peut-être en Macédoine, ce ne sont pas toujours les mêmes
qui ont été massacrés, on n'en devait pas moins souhaiter que cette ère
de sauvagerie prît fin d'une façon ou d'une autre et qu'à des mains plus
adroites ou plus fermes fût confiée l'oeuvre, dédaignée par les Turcs,
de réconciliation nationale et de régénération économique.

On attendait impatiemment un livre récent et complet ou, du moins, aussi
complet que possible sur l'Albanie et les Albanais. Ce livre: l'_Albanie
inconnue_ (Hachette), paraît aujourd'hui sous la signature de M. Gabriel
Louis-Jaray. Selon l'heureuse expression de M. Gabriel Hanotaux en sa
belle préface, «cet ouvrage arrive à son heure puisqu'il révèle à
l'Europe la plus attardée de ses provinces au moment où elle devient la
plus jeune de ses nations». En l'été 1909, poussé par un instinct
vraiment divinatoire, M. Louis-Jaray a réussi à franchir les montagnes
centrales de Licema et de Mirdite où nul étranger ne s'était aventuré
avant lui, et c'est le récit de cette excursion hardie, de ce voyage
presque impossible que vulgarise son livre d'aujourd'hui. On suit
l'explorateur et ses quinze hommes d'escorte dans la marche redoutable
qu'il accomplit en boucle depuis Uskub jusqu'à l'Adriatique par
Pritchina, Mitrovitza, Spek, Prizrend, Licema, Orosch au pays des
Mirdites, Scutari, Antivari, San Giovanni di Medua, Durazzo pour revenir
à Uskub; et tous ces noms, devenus soudainement célèbres, s'appliquent,
en suivant cet itinéraire, à des réalités, évoquent à la fois des
paysages grandioses et des intérêts humains, racontent des traditions et
des émotions qui présentent l'Albanie--la principauté indépendante de
demain--avec le fort relief de son caractère à la fois sauvage et
antique dans l'évolution moderne européenne.

A mentionner, enfin, dans la bibliographie récente de la question
d'Orient, le pittoresque recueil d'observations (Ed. P. Roger, 4 fr.),
notées sur place par M. A. Muzet, _Aux pays balkaniques: Monténégro,
Serbie, Bulgarie_.

Actualités sociales.

«Il y a quelque chose de changé en France.» Voilà ce que l'on entend
communément répéter dans notre pays où de nouveau s'exalte superbement
l'idée de patrie. Sans doute, on peut dater de la première menace
allemande un peu précise l'origine de ce réveil national. Mais, pour
réaliser, chez nous, ce rajeunissement d'âme, n'y eût-il que l'imminence
du péril extérieur. La vérité aussi, c'est que, depuis trois ou quatre
ans, une génération toute neuve d'intellectuels est arrivée à l'âge
d'homme, une génération libérée du pessimisme, du dogmatisme décevant
des aînés et qui a substitué au goût stérile de la méditation, le désir,
la volonté vivifiante de l'action.

«Si, écrivait Renan dans _Patrice_, si Napoléon eût été aussi critique
que moi, le 18 brumaire n'aurait pas eu lieu. Celui qui veut tout saisir
dans ses concepts est faible et effacé, incapable d'agir avec énergie...
Un tel homme est peu fait pour réussir auprès des autres hommes, et de
fait, il n'est pas dans les conditions humaines, _il n'est pas né
viable_.»

Au cours de sa très intéressante enquête, recueillie par l'_Opinion_, et
éditée d'hier par la librairie Plon, Agathon a pu se convaincre et nous
convaincre que _les Jeunes Gens d'aujourd'hui_ sont nés remarquablement
viables. Ils ont le courage, l'espoir, l'optimisme, qui sont les plus
précieuses des forces sociales. Et ils sentent la vanité de la négation,
en même temps que «la difficulté de se passer d'un absolu moral». D'où,
parallèlement à un retour au réalisme politique, un retour à l'idéal, au
mysticisme, une renaissance des religions et plus particulièrement du
catholicisme. On pourra discuter, en leur détail, certaines des
affirmations d'Agathon, mais il serait difficile de n'être point frappé
de la vérité générale de ses conclusions que confirme tout ce que, à
l'heure actuelle, nous pouvons observer autour de nous. Dans une seconde
partie du livre d'Agathon, se trouvent réunis les témoignages nouveaux
et également décisifs, acquis après l'enquête dans tous les milieux
intellectuels où l'on peut maintenant découvrir--dit l'un des
témoins--«une intuition rajeunie de la réalité morale qu'est l'âme
française, l'amour des hommes plutôt que des idées, d'un poète plutôt
que d'un hémistiche, le goût de s'imposer, sans honte, une discipline
morale», tout cela qui fait «une génération sérieuse, ardente et riche
de sensibilité».

_Les Fastes révolutionnaires._ C'est pendant la Terreur, un dimanche, à
Tréguier, où, pour la première fois, se dresse la guillotine. On conduit
à l'échafaud une femme du peuple, une mère, condamnée à mort pour avoir
donné asile à des prêtres insoumis... «Peu après 9 heures, on perçut,
dominant le pas rythmé des soldats, une voix claire, une voix de femme
qui chantait l'_Ave maris Stella_. C'était la condamnée, qu'on emmenait
au supplice. Tous ceux qui, aux écoutes, l'entendirent du fond de leurs
maisons en étaient immobiles d'angoisse et, derrière ces persiennes
fermées, ces façades mortes, il y avait quelque part des enfants
suffoquant de sanglots, qui reconnaissaient la voix de leur maman. Elle
y pensait, elle le savait, elle chantait pourtant... Elle était tout en
blanc; à son corsage, elle avait placé cinq fleurs... cinq fleurs qui,
pour elle, avaient nom Ursule, Claudine, Marie, Yves-Louis et
Jean-Baptiste. Et, sous la fraîcheur de ce bouquet symbolique, son coeur
battait ses dernières pulsations...» Dans le nouveau recueil de récits
révolutionnaires, auquel nous empruntons ces lignes émouvantes (_Bleus,
Blancs et Rouges_, Perrin, 5 fr.), M. G. Lenôtre nous convainc aisément
que la Terreur en province fut plus sanglante et plus impitoyable encore
qu'à Paris. Tels missionnaires de la Convention y rivalisèrent
d'atrocité voulue et raffinée. «Durant le demi-siècle qui suivit la
Révolution, les survivants de l'un et de l'autre camp, encore sous
l'étreinte de l'effrayant cauchemar, se refusaient d'un tacite accord à
en évoquer certaines visions trop repoussantes... Mais, à présent que la
mode est de discréditer systématiquement les victimes et d'exalter
effrontément les oppresseurs, une telle réserve n'est plus autorisée.
Quand tout sera connu, même l'immonde, on jugera impartialement auxquels
revient l'opprobre et à qui doit aller la pitié.» Lisez «Taupin», «le
Mariage de M. de Bréchard», «l'Abbé Jumel», «Mlle de La Chauvinière»,
«Angélique des Melliers», «Auguste». Vous frissonnerez souvent au
contact de la vérité qui passe, froide et nue comme le couperet. Mais
vous ne pourrez détacher vos yeux de ces tableaux de la folie rouge
reconstitués par l'art si personnel et minutieusement documenté de cet
incomparable évocateur.

D'autres témoignages précieux, d'autres documents impitoyables sur les
fastes sanglants de cette terrible époque nous sont également présentés
par M. Paul Gaulot dans une émouvante étude sur _les Petites Victimes de
la Terreur_ (Plon). Ces petites victimes--ainsi désignées pour leur
humble condition sociale, car devant la guillotine il n'y eut que des
égaux--Catherine Cler, Marie-Madeleine Coutelet, Laverdy, Dervillé,
Paverolles, Agathe Jolivet, Marguerite Boulet, Charles Noël et une
quinzaine d'autres, étaient des jeunes filles des pauvres femmes, des
vieillards, des fous, dont aucun n'était assurément capable de faire
courir le moindre danger, non point à la société, mais au régime
lui-même. Et tous, néanmoins, périrent «légalement». condamnés
régulièrement par des juges et pour des «crimes» que n'avaient prévus
encore aucune législation ni aucune civilisation.

Il semble bien que l'on n'aura jamais tout dit sur la question Louis
XVII, car la bibliographie sur ce mystère de l'histoire s'allonge chaque
année de quelques nouvelles études. Ce n'est certainement point la
«Réponse» de M. Boissy d'Anglas «à M. Frédéric Masson et à quelques
autres», (_la Question Louis XVII_, Daragon, 1 fr. 25) qui nous
convaincra d'une façon décisive de la réalité de la survivance. Mais
plutôt les arguments nets, directs, multiples et concordants, que M.
Gustave Bord a accumulés dans les quatre forts volumes de son ouvrage:
_Autour du Temple_ (Émile-Paul), nous paraîtraient-ils beaucoup plus
solidement confirmer la vérité simple, jusqu'ici le plus généralement
admise par l'histoire, de la mort au Temple de l'enfant royal. Le
laborieux ouvrage de M. Gustave Bord mériterait une minutieuse analyse.
Mais on ne peut point toujours parler de la question Louis XVII. Il
suffira de signaler cette très complète et très curieuse enquête à ceux
que le sujet continue de particulièrement passionner.



MORT DE L'ÉVÊQUE D'ÉVREUX

Un digne et doux prélat vient de disparaître au milieu de l'affliction
sincère et exceptionnelle de tout un diocèse. Mgr Meunier, à qui la
ville d'Évreux vient de faire des funérailles grandioses, était né en
Corse, à Calvi, le 10 janvier 1844. Après avoir exercé pendant dix ans à
Avignon les fonctions de vicaire général, il fut nommé évêque d'Évreux,
en 1898. Très bon, extrêmement charitable, ardemment patriote, il était
très populaire auprès de ses fidèles et tenu en haute estime dans
l'épiscopat pour sa haute valeur morale.

[Illustration: Mgr Meunier.--Phot. Jubier.]



LA PREMIÈRE FEMME DÉPUTÉ
AUX ÉTATS-UNIS

Pour la première fois aux États-Unis, en décembre dernier, une femme a
été élue député. C'est la doctoresse Nena Jolidon-Croake, que les
électeurs de l'État de Washington, où le droit de vote et,
conséquemment, de représentation est reconnu aux femmes, ont envoyée
participer aux travaux législatifs.

Mme Nena Jolidon-Croake est d'origine française. Le berceau de sa
famille est Vauthiermont, dans l'ancien département du Haut-Rhin. Son
arrière-grand-père fut l'un des volontaires français qui s'enrôlèrent
aux États-Unis pour prendre part à la guerre de l'Indépendance. Après
son retour en France, le soldat de Washington exerça les fonctions
d'instituteur. Il était maire de Vauthiermont en 1814, lors de
l'invasion des alliés, et fut tué par les Prussiens pour s'être
courageusement opposé à leurs exactions. Le grand-père de Mme
Jolidon-Croake, également instituteur à Vauthiermont, quitta la France
pour l'Amérique en 1826. Il emmenait avec lui ses enfants, dont l'un
d'eux, François Jolidon, le père du député actuel, revint souvent sur le
vieux continent et maintint les relations les plus étroites entre la
branche américaine et la branche française de la même famille.

[Illustration Mme N. Jolidon-Croake.--Phot. Peterson.]

Dans les lettres récentes qu'elle adressa à ses parents de France, la
doctoresse Jolidon-Croake, député américain, donne de fort intéressants
détails sur les difficultés de sa campagne électorale au cours de
laquelle elle dut lutter contre six concurrents masculins.

Il est à noter--curieuse coïncidence--que c'est la petite-fille d'un
ancien soldat français de Washington qui devient la première femme
député d'Amérique dans l'État précisément qui a reçu le nom du
libérateur de la grande république américaine.



L'ANNIVERSAIRE DE BUZENVAL

L'anniversaire de la bataille de Buzenval a été célébré, dimanche
dernier, 19 janvier, suivant la bonne tradition patriotique. Tandis que,
à Garches, les autorités et les habitants de la commune se rendaient, en
pieux pèlerinage, au cimetière où reposent les soldats morts pour la
patrie, le maire et la municipalité de Rueil, toutes les sociétés
locales, les jeunes gens de la classe 1912, s'étaient réunis pour venir
déposer des couronnes sur le monument commémoratif du glorieux combat.
Après les discours, le maire de Rueil, M. Leblond, remit la médaille de
la guerre à une vaillante femme, Mme Dietenbek, qui, engagée volontaire
en 1870, servit comme cantinière au 11e bataillon de marche et fut
blessée à Buzenval. Mme Dietenbek avait revêtu, pour la circonstance,
son uniforme d'antan, si seyant, si gai. Sur la tunique bleue, M.
Leblond épingla le ruban; puis, martialement, il lui donna l'accolade.



DOCUMENTS et INFORMATIONS

LES VIVRES ET LES MUNITIONS DE L'ARMÉE BULGARE.

On a dit, avec raison, que les victoires des alliés balkaniques peuvent
être attribuées, dans une large mesure, à l'excellente organisation du
service de ravitaillement. Il semble notamment que les Bulgares ont eu à
résoudre, sous ce rapport, des problèmes que nombre d'états-majors
européens eussent considérés comme presque insolubles.

Notre collaborateur, M. de Pennenrun, doit nous conter bientôt la façon
remarquable dont fonctionnèrent les chemins de fer bulgares. Mais, comme
le fait remarquer, dans la _Revue, générale des sciences_, le commandant
Lemarc, l'armée de la Maritza ne put utiliser que peu de temps la voie
ferrée Sofia--Philippopoli--Mustapha-Pacha. Au bout, de quelques jours,
elle se trouva à 90, 100, 150 kilomètres de la ligne.

Comment cette armée put-elle se ravitailler rapidement dans de telles
conditions? Les données sérieuses manquent encore pour l'expliquer. Le
commandant Lemarc nous indique du moins les facilités que put rencontrer
l'état-major et les difficultés qu'il eut à résoudre.

A l'entrée en campagne, l'armée de la Maritza comptait 8 divisions
formant un total de 225.000 hommes, soit à peu près la valeur de cinq
corps d'armée français. Le haut commandement avait, pour assurer la
nourriture du soldat, des ressources de divers ordres: les vivres du
pays, les vivres portés par les hommes, ceux transportés par des
voitures suivant les troupes, et ceux envoyés de l'arrière.

La guerre ayant commencé aussitôt après la récolte, l'armée bulgare
s'est trouvée dans des conditions exceptionnelles pour vivre aux dépens
des pays traversés. Les paysans de Thrace ont, en effet, l'habitude de
conserver d'une récolte à l'autre ce qui est nécessaire à la nourriture
de leur famille et de leurs animaux.

Or, l'expérience apprend que, dans un pays agricole moyennement peuplé,
60 à 70 habitants par kilomètre carré, une zone de 3 kilomètres carrés
au maximum peut faire vivre 1.000 hommes pendant un jour. En Thrace, où
la densité de la population ne dépasse guère 30 habitants par kilomètre
carré, il faudrait une zone de 5 kilomètres carrés. Dès lors, l'armée
bulgare avait besoin d'une zone d'environ 100 kilomètres de longueur sur
30 à 35 kilomètres de profondeur pour s'alimenter durant quatre jours,
sans rien recevoir de l'arrière et sans toucher à ses réserves. Cela
représentait 750 hommes pour 10 kilomètres carrés.

En ce qui concerne la viande, on admet qu'un pays, à moins d'être très
pauvre, possède 10 têtes de gros bétail par kilomètre carré (non compris
les moutons et les porcs). Une zone de 10 kilomètres carrés pouvait donc
fournir 100 têtes qui, à raison de 400 rations par tête, donnaient 4.000
rations pour les 750 hommes occupant cette surface.

[Illustration: Devant le monument de Buzenval: le maire de Rueil
embrassant l'ancienne cantinière du 11e bataillon de marche, Mme
Dietenbek, après lui avoir remis la médaille de 1870.]

Le commandant Lemarc estime que, dans ces conditions, la période de
concentration n'offrait aux Bulgares aucun problème d'alimentation
difficile; l'exploitation des ressources locales pouvait suffire.

Le ravitaillement par convois présentait d'autres difficultés. Disons
seulement qu'en supposant les huit divisions de l'armée de Thrace
éloignées de huit étapes de leur base, il fallait, pour assurer la
nourriture des troupes, 12.800 voitures avec 25.600 animaux de trait.

Examinons maintenant le chapitre des munitions.

Chaque division possédait comme artillerie:

9 batteries Schneider (Creusot), de 4 pièces;

3 à 6 batteries Krupp, de 3 à 6 pièces;

1 batterie d'obusiers lourds de 4 pièces.

Soit un total de 54 à 72 pièces légères et de 4 pièces lourdes.

On peut compter, par pièce rapide, une consommation journalière de 70 à
140 coups par pièce. Pendant la guerre de Mandchourie, certaines
batteries japonaises ou russes ont tiré 500 coups par pièce dans un seul
jour.

Si nous adoptons 140 coups pour les pièces légères, 100 coups pour les
pièces lourdes, la consommation pour deux batailles aura été
respectivement de 280 et 200 coups.

Soit pour une division:

280 x 60 (nombre moyen de pièces légères) = 16.800 coups.

200 x 4 (pièces lourdes) = 800 coups.

Le total pour les 8 divisions serait:

134.400 coups de pièces légères pesant 1.500.000 kilos;

6.400 coups de pièces lourdes, pesant 130.000 kilos.

Pour transporter ces munitions d'artillerie, il fallait 3.260 voitures.

D'autre part, on peut admettre qu'un homme consommait 50 cartouches dans
un petit combat et 100 cartouches dans une bataille. En supposant que
chaque soldat bulgare ait été engagé dans deux combats et dans une
bataille, il aura consommé 200 cartouches. Soit, pour l'armée, 36
millions de cartouches pesant un million de kilos et formant le
chargement de 2.000 voitures.

Récapitulons. Le ravitaillement de l'armée de la Maritza exigeait:

                                            Voitures.

        Pour les vivres.                    12.800

        Pour les munitions d'artillerie.     3.260
        Pour les munitions d'infanterie.     2.000

        Ensemble.                           18.060

De son côté, l'armée d'Andrinople demandait environ 5.000 voitures.

Soit un total de 23.060 voitures avec 46.120 animaux.

Cette masse de véhicules occuperait sur une route une longueur de 230
kilomètres, soit la distance de Paris à Maubeuge.



LES ACCIDENTS DU TRAVAIL EN FRANCE.

Le nombre des accidents du travail, depuis l'année 1904, a subi une
progression régulière qui peut sembler étrange et excessive:

        En 1901......    229.162 accidents.

        En 1902......    223.286

        En 1903......    212.753

        En 1904......    222.124

        En 1905......    259.882

        En 1906......    306.860

        En 1907......    359.747

        En 1908......    354.027

        En 1909......    383.249

Ainsi, de 1904 à 1909, dans l'espace de cinq années seulement, le nombre
des accidents a presque doublé.

Il est remarquable d'ailleurs que cette augmentation (qui de 1908 à 1909
est de 8,25 %) affecte toutes les catégories professionnelles sauf deux,
celle des tailles de pierres précieuses et celle de la manutention.

L'Inspection du travail attribue cet accroissement à une reprise
générale de l'activité commerciale et industrielle.

Il serait facile de démontrer que les deux courbes ne sont nullement
parallèles.

Il semblerait plus logique de voir dans ce mouvement le résultat d'une
éducation spéciale des intéressés. Pendant les quatre premières années,
le nombre des accidents reste stationnaire. Les intéressés connaissent à
peine la loi, et ne savent pas s'en servir. Ils l'étudient. Mais, dès
1905, ils la connaissent, et s'en servent.



LA PRÉVISION DES TREMBLEMENTS DE TERRE.

On sait qu'un sismologiste anglais, M. H. E. Reid, a proposé un moyen de
prévoir les tremblements de terre consistant à dresser des piliers en
ligne faisant l'angle droit avec un début de faille. Si, après avoir
bien repéré ces piliers, on continue à les surveiller, on discernera de
petites modifications résultant de petits mouvements insensibles qui
présagent et précèdent toujours des mouvements beaucoup plus forts.

Un autre sismologiste, M. C. Davison, propose une surveillance des
petites secousses dans le temps et dans l'espace, car elles en présagent
toujours de plus violentes. Dans le cas du séisme de Mino-Owari, au
Japon, en 1891, il y a eu une augmentation marquée de fréquence des
chocs autour de la ligne de rupture, de la faille, pendant les quatre
années précédentes. Le grand déplacement d'où résulte un tremblement de
terre a toujours besoin d'être préparé: il faut que, les uns après les
autres, divers obstacles au glissement disparaissent. C'est cette
disparition progressive d'obstacles qui est cause des chocs
préliminaires, et qui, tout à coup, permet la catastrophe brusque et
considérable. Si donc, on observe avec soin, et si l'on porte sur la
carte l'indication des épicentres des petites secousses ressenties, on
peut considérer la ligne qui réunit ces épicentres comme donnant
l'esquisse générale d'une faille qui se produira avant longtemps, de
façon subite. Dans le cas du Mino-Owari, il est très visible que la
carte des failles qu'on pouvait présager d'après les petites secousses
deux ans avant le séisme coïncide exactement avec la carte des failles
réalisées lors de ce dernier.



UN ESSAI D'INDUSTRIE SUCRIÈRE EN ANGLETERRE.

L'Angleterre consomme une quantité énorme de sucre qu'elle est obligée
d'importer de ses colonies et des pays étrangers, car on admet
généralement que le sol et le climat des îles Britanniques ne comportent
point une culture rémunératrice de la betterave.

Des Hollandais, croyant cette opinion peu justifiée, ont fait un essai
dans le comté de Norfolk; une première récolte de 3.000 tonnes de
betteraves a été envoyée dans les sucreries du continent où elle a
fourni un pourcentage de sucre très satisfaisant. En présence des
résultats obtenus, une société a construit une usine à Cautley et elle a
mis en culture la surface nécessaire pour produire environ 40.000 tonnes
de betteraves à la récolte prochaine.



LA DURETÉ DE L'EAU ET LA DENTITION.

L'eau _dure_, c'est-à-dire tenant en dissolution beaucoup de sels et en
particulier des sels de chaux, est, en général, considérée comme plutôt
mauvaise pour la santé.

Or, d'après les observations d'un spécialiste allemand, le docteur Rose,
la beauté de la dentition serait en raison directe de la dureté de l'eau
de boisson. Voici, en effet, le pourcentage de dentitions entièrement
saines observé chez des milliers d'enfants habitant des localités
différentes où l'eau présentait des degrés hydrotimétriques de dureté
fort variés:

                                           Proportion.
        Dureté de l'eau               de dentitions saines.

        Moins de  2°  ...............      1,3 %

                  5 à 10°..........        4,3 %

                 15 à 20°..........        6,4 %

                 25 à 30°...........      14,5 %

        Plus de  38°................      20,2 %

Les meilleures dentitions se trouveraient dans les localités où, en plus
de la chaux, les eaux renferment de la magnésie qui durcit l'émail.

D'autre part, la chaux et la magnésie, en combattant l'acidité du sang,
empêcheraient le rachitisme des enfants.

En fait, le nombre des jeunes gens aptes au service militaire augmente
dans les régions où les eaux sont plus dures. Dans le département de
Hohnstein, où les eaux ont 10 degrés hydrotimétriques, le nombre des
recrues est environ moitié moindre que dans les régions où les eaux
atteignent 30 degrés.

Aussi, le professeur Hempel, de Dresde, blâme les personnes qui
recherchent des eaux de boisson très pures. Il recommande «l'eau tendre
pour la baignoire et la chaudière, l'eau dure pour la carafe».

La course cycliste des six jours au Vélodrome d'Hiver.



UNE GRANDE ÉPREUVE CYCLISTE A PARIS

Si l'on excepte les épreuves mémorable; d'aviation, jamais peut-être, à
Paris, une manifestation sportive n'attira la même foule, ne suscita le
même enthousiasme que la course cycliste des six jours, organisée au
Vélodrome d'hiver. Imaginée en 1896 par un Américain, cette épreuve
comportait à l'origine une course individuelle de six jours, soit cent
quarante-quatre heures; trois fois, elle fut disputée à New-York dans
ces conditions d'une sévérité outrancière. Depuis plusieurs années la
course a lieu par équipes de deux hommes ayant le droit de se relayer à
leur guise.

Seize équipes, la plupart françaises, quelques-unes belges, américaines,
ou mixtes, prirent le départ lundi 13 janvier, à 6 heures du soir. Ce
nombre était peu à peu réduit à six équipes qui, fait extraordinaire
mais s'étant déjà produit, terminèrent le parcours _ex-aequo_, après
avoir couvert exactement 4.467 kil. 580, ce qui représente 17.870 fois
le tour de la piste de 250 mètres. Pour stimuler l'ardeur des coureurs,
plusieurs spectateurs avaient eu l'idée d'offrir des primes de 100, 200,
500 francs--notre confrère l'_Auto_ alla jusqu'à 1.000 francs--au
coureur terminant en tête tel ou tel tour de piste. Les primes
succédaient aux primes et, à la lueur de milliers de lampes électriques,
l'épreuve s'acheva dans un enthousiasme indescriptible. Mais le résultat
était nul. Une nouvelle course de vitesse, sur dix tours de piste, qui
donna lieu à une lutte passionnante entre les deux champions qui
tenaient la tête, le Français Dupré et l'Australien Goullet, fit
attribuer la victoire à ce dernier.

La foule qui, au cours des six jours, a apporté aux guichets du
vélodrome près de 250.000 francs, acclama le vainqueur et sembla oublier
que, dans l'épreuve réelle des cent quarante-quatre heures, il y a six
ou plutôt douze vainqueurs qui firent preuve d'uni; endurance
mathématiquement égale. Ne sommes-nous pas habitués, en effet, à voir
les grandes victoires sportives reposer sur des fractions de seconde?



LA CROIX DE Mme PAQUIN

Dans la promotion dite du 1er janvier, le ministre du Commerce vient de
décorer Mme Paquin: en sa personne, la couture française, la rue de la
Paix tout entière a été justement honorée.

Vice-présidente de la Chambre syndicale de sa profession, directrice,
avec son frère, d'une maison fameuse Mme Paquin, dont le nom évoque à
l'esprit des merveilles de luxe et de goût, méritait à coup sûr d'être
choisie comme représentant d'une industrie qui a pris, depuis quelques
années, une extension considérable. A toutes les expositions organisées
à l'étranger depuis 1900, à celle de Turin, notamment, les pavillons de
la toilette féminine française ont constitué l'une des attractions les
plus courues.

[Illustration: Mme Paquin.--_Phot. Agié._]

Avec ses émules, plus qu'aucun autre peut-on dire, Mme Paquin a
contribué à cet éclatant succès. Et elle a ainsi accru, au dehors, le
prestige de la mode française.



M. GUSTAVE HABERT

Un des plus parisiens et des plus distingués parmi les grands chefs de
la Compagnie P.-L.-M., dont il était aussi un vétéran, M. Gustave
Habert, vient de mourir à l'âge de soixante-dix ans.

[Illustration: M. Gustave Habert.--_Phot. Chusseau-Plaviens._]

Entré tout jeune à la Compagnie, en 1862, M. Habert s'était fait
remarquer de bonne heure par une intelligence pleine de tact s'alliant à
une rare élévation de caractère. Après avoir franchi les divers échelons
de la hiérarchie, il avait été appelé au poste envié de secrétaire
général de la Compagnie; dans ces fonctions parfois difficiles, qui
exigent autant de doigté que de fermeté, il sut, par sa bonne grâce et
la sûreté de ses relations, se concilier toutes les sympathies.

Travailleur acharné, ayant conservé une verdeur que beaucoup envieraient
à un âge moins avancé, M. Habert s'était décidé à prendre sa retraite,
il y a seulement quelques mois. Nommé secrétaire général honoraire, il
avait résigné ces fonctions, à la fin de 1911. Il avait été remplacé par
M. Georges Goy, secrétaire général actuel, qui continue, avec d'aussi
précieuses qualités, les traditions en honneur dans le haut commandement
du P.-L.-M.



_Huit pages non brochées, dont quatre en couleurs, sur UN MOIS A PÉKIN
complètent ce numéro._



[Illustration: POSTES-VIGIE, par Henriot.]



[Note du transcripteur: Les suppléments mentionnés en titre ne nous ont
pas été fournis.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3648, 25 Janvier 1913" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home