Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3651, 15 Février 1913
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3651, 15 Février 1913" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 3651, 15 Février 1913

LA REVUE COMIQUE, par Henriot.

Ce numéro se compose de VINGT-QUATRE PAGES au lieu de seize et contient
en supplément le 4e fascicule des SOUVENIRS D'ALGÉRIE (Récits de chasse
et de guerre), du général Bruneau.

[Illustration: L'ILLUSTRATION _Prix du Numéro: 75 Centimes._ SAMEDI 15
FÉVRIER 1913 _71e Année.-N° 3651._]

[Illustration: LE LIEUTENANT DE CHASSEURS ALPINS RAYMOND POINCARÉ Un
souvenir de la dernière période d'instruction militaire du nouveau
président de la République. _Photographie prise par le lieutenant
Daudens, en octobre 1897. aux environs d'Annecy, et communiquée par le
commandant de Chambonasé_]



«LA PETITE ILLUSTRATION»

Et le nouveau prix d'abonnement.

_De nombreux abonnés nous ont écrit pour approuver la création de_ La
Petite Illustration _hebdomadaire, et pour nous déclarer qu'ils
acceptaient bien volontiers la légère augmentation du prix d'abonnement,
qui en est la conséquence. Il ne nous sera pas possible de répondre à
chacun d'eux. Qu'ils veuillent bien trouver ici nos remerciements._

SUPPLÉMENTS D'ART

_A côté d'éloges, qui sont pour nous le plus précieux encouragement,
quelques-unes des lettres que nous avons reçues contiennent des
observations dont nous nous ferons un devoir de tenir compte, dans la
mesure où elles nous paraîtront répondre à un désir général de nos
lecteurs._

_C'est ainsi que nous comptons augmenter cette année le nombre de nos
suppléments d'art (gravures hors texte et remmargées, en couleurs ou en
taille-douce) qui avaient été un peu sacrifiés, en 1912, à la grande
actualité. Nous multiplierons aussi le nombre des pages imprimées par
les mêmes procédés (couleurs ou taille-douce) dans le corps même du
journal._

THÉÂTRE

_Le prochain supplément de théâtre sera encore publié sous le titre de_
L'Illustration Théâtrale, _avec le numéro du 22 février. Il contiendra:_

_La Prise de Berg-op-Zoom, par_ SACHA GUITRY.

_Puis paraîtra, dans le premier numéro de_ La Petite Illustration
_(Série-Roman), la première partie du grand roman inédit de_ MARCEL
PRÉVOST, _de l'Académie française:_

_Les Anges Gardiens._

_Les numéros de_ La Petite Illustration _(Série-Théâtre), qui
alterneront ensuite avec ceux de la Série-Roman, contiendront:_

_Alsace, par_ GASTON LEROUX ET LUCIEN CAMILLE; _Les Flambeaux, par_
HENRY BATAILLE; _L'Homme qui assassina, par_ PIERRE FRONDAIE _(d'après
le roman de Claude Farrère);_ _Les Eclaireuses, par_ MAURICE DONNAY, _de
l'Académie française;_ _L'Habit vert, par_ ROBERT DE FLERS ET G.-A. DE
CAILLAVET; _Servir et La Chienne du Roi, par_ HENRI LAVEDAN, _de
l'Académie française;_ _L'Embuscade, par_ HENRY KISTEMAECKERS.



COURRIER DE PARIS

LA POPULARITÉ

Dans quelques jours, la remise des pouvoirs présidentiels va être faite
à M. Poincaré, avec un cérémonial qui sera en quelque sorte le baptême
officiel de sa popularité toute jeune et déjà vigoureuse,--et ce
tranquille événement donnera lieu, comme il est aisé de le prévoir, à
d'innombrables manifestations de la particulière sympathie qu'éveille
dans la masse--en dehors de tout point de vue politique--le nom seul du
nouvel Élu.

La popularité!... De quoi est composée cette grosse faveur du Destin qui
se porte sur un homme, met en vedette matérielle et morale sa personne
et tout ce qui s'y rattache? On ne sait. Y a-t-il une marche à suivre
pour l'atteindre! Existe-t-il des moyens connus et sûrs de l'obtenir et
de la conserver? Est-elle la réussite de combinaisons savantes, d'un
travail mystérieux, d'une ligne de conduite difficile et secrète? Non.
Elle se montre aussi capricieuse que la fortune, aussi aveugle que
l'amour. La grandeur de la fonction, la, hauteur du poste et le rang du
personnage ne suffisent pas toujours à l'attirer. Souvent même ils la
repoussent et l'éloignent pour toujours. Nuls ne furent moins populaires
que certains rois. Le diadème souverain ne garantit aucunement cette
autre et lourde couronne d'une richesse un peu fruste, comme faite
exprès pour être mise en public, et vue de loin, par les foules, pour
leur tirer des regards, des cris et des acclamations, dans la poussière.

Il est donc bien rare que la popularité choisisse pour les sacrer ceux
qui se consument d'elle, qui en font la préoccupation, l'idée fixe et le
but étroit de leur vie. Elle n'est un sommet que pour les hommes
désintéressés qui ne se sont pas souciés d'en préméditer l'ascension,
qui ont poursuivi paisiblement et dignement leur chemin dans la vallée
du devoir, là où il passait. Les premiers, les âpres et cupides
soupirants de ses faveurs, elle s'amuse d'eux, les lanterne, les regarde
avec malice courir, lever les yeux, les bras, trébucher, tomber au
moment où ils croient qu'ils la touchent, et elle les laisse finalement
essoufflés et à jamais déçus. Ou bien alors, si elle accepte d'être
attrapée par ces coureurs de l'orgueil, ce n'est que pour les perdre et
les précipiter rapidement de plus haut. Tandis qu'au contraire, aussitôt
bien disposée pour les seconds, les sages qui paraissent l'ignorer, elle
prend leur direction en les suivant d'abord, les accompagne de côté, les
escorte, tourne autour d'eux, et les conseille sans qu'ils sachent
quelle voix amie leur parle tout bas. Prudemment, sans vaine fièvre,
avec une habile lenteur, elle mène ainsi ses préférés jusqu'à la minute
décisive où tout à coup, hâtant l'allure, et dépassant celui qu'elle
guidait en arrière, elle lui révèle sa flatteuse et redoutable présence,
sans se montrer à lui personnellement, car c'est une divinité
singulière, invisible et impalpable qui n'existe que par ses
manifestations d'une étonnante diversité. A peine a-t-elle fait son
choix que l'homme investi de ce privilège entend, dès qu'il paraît,
retentir des vivats. Il s'effraie, ne comprenant pas encore. «Quel est
ce bruit? Où vont ces clameurs?» Et la voix mystérieuse lui chuchote: Ce
bruit est pour toi. Ces cris poussés vont à toi--Ces chapeaux qui se
lèvent?--Pour te saluer.--Ces sourires? ces baisers des femmes? ces
fleurs des jeunes filles?--Pour toi aussi. Pour toi, cette allégresse
générale qui, à, ton seul aspect, monte du coeur à la surface de tous
les visages... et cette confiance épanouie... et ces regards, et tout ce
que tu vois et tout ce que tu ne vois pas, est tout ce que tu sais et
tout ce que tu ignores... ton image épinglée dans les chaumières, ton
nom répété dans toute la France avec l'accent savoureux de chaque
province, ton buste en plâtre, en pierre, en marbre,... enfin c'est moi
qui te parle, moi la Popularité!... qui, à partir de cet instant,
t'auréole et te transforme en t'accaparant. Pour tout ce que je te
donne, en effet, je vais te prendre en entier. Tu ne t'appartiens plus,
tu es à moi. Tout de ta personne, à présent, me revient de plein droit,
tes traits, ton histoire, tes vieux parents, tes enfants, ta famille, ta
maison, tes habits, tes serviteurs, tes chiens, tes goûts, tes manies...
Tu n'as plus la permission d'avoir des secrets. De tout ce qui te touche
je m'empare pour en faire des récits, des anecdotes, plaisantes et
fausses, qui vont courir les gazettes et le monde. Je cite tes mots ou
je les invente. Je te compose des sosies. Tu peux posséder dans ton
passé une oeuvre longue et bonne, et de haut mérite, peu importe!
N'aurais-tu rien fait que tu semblerais, en étant populaire, avoir fait
quelque chose, quelque chose de grand par quoi tu m'as forcée. Aussi,
comme tu vas être heureux en apercevant partout, sur les fronts, dans
les prunelles des hommes, le gai reflet de tes désirs, de tes
intentions, de ta bonne volonté, de tes fermes espoirs! Chaque inconnu,
dans la foule, a l'air maintenant de te connaître et d'être ton ami. Le
peuple te tutoie de loin. L'armée semble ton escorte naturelle. De te
sentir aidé, deviné d'avance, et soulevé par le crédit universel, quelle
belle joie, bientôt, n'éprouveras-tu pas? Tu boiras à longs traits la
plus noble de toutes, celle de te savoir aimé, dans la plus confiante
plénitude. Tu te diras... «Je protège et je rassure.» et la pesante
servitude de ne plus jamais passer inaperçu te sera douce pourtant si tu
penses qu'elle a pour cause cette étrange et instinctive cordialité du
nombre qui ne s'abat jamais sur quelqu'un sans une raison sérieuse,
apparente ou inexpliquée.»

Et, cependant, malgré ses magnifiques bénéfices et l'ampleur de ses
émotions, la popularité est terrible et presque funeste. Comment
l'entretenir et la garder sans se compromettre, ni s'atteindre et se
diminuer? Même si elle se maintient, elle ne peut grandir. Forcément,
elle baisse dès qu'elle dure. Elle a un tel appétit que peu d'hommes
sont capables de l'apaiser. Plus on lui accorde, plus elle demande et
réclame. C'est une dévoratrice. Enfin, elle n'a ni réflexion, ni
logique, ni équité. A propos de rien, sans fournir de raison, elle s'en
va comme elle était venue, en un jour, laissant éperdus et isolés ceux
qu'elle abandonne et qui demeurent inconsolables d'avoir perdu son
esclavage. Rien de navrant et d'abattu comme l'homme autrefois populaire
et dégringolé dans, l'oubli! C'est une épave. Il traîne et meurt d'avoir
été l'idole, devant laquelle aujourd'hui l'on passe sans tourner la
tête. Et il assiste au triomphe de son successeur sans être consolé par
l'idée que lui aussi Connaîtra l'ingratitude et la désertion des masses
humaines.

Sans la prendre au tragique, aussi bien dans les, grâces qu'elle
dispense que dans la disgrâce qu'elle inflige, j'ai idée que la
popularité sera de la plus aimable clémence pour il. Poincaré, vers
lequel elle s'est déjà jetée spontanément. Notre nouveau président a
tout ce qu'il faut pour la maintenir avec gentillesse à sa place, et ne
pas se laisser gêner par elle. Il ne lui permettra pas d'excessives
familiarités. Il ni la laissera pas venir trop près, le coudoyer et
regarder dans ses affaires, et, sans la rebuter, il n'aura pas non plus
de faciles empressements à son égard. Elle aime assez d'ailleurs, au
fond, qu'on lui fasse sentir çà et là les distances, et elle considère
deux fois plus celui qui ne la courtise pas, dont l'accueil a le bon
goût de ne pas étaler une satisfaction trop béate. On n'a de chance de
la garder que par la bonne tenue de soi-même et l'exercice de la
dignité. Question de tact et de mesure qui n'est qu'un jeu sans effort
pour l'homme affable et fin, attentif et réfléchi, simple et de si
parfaite distinction générale qu'est M. Poincaré. Il est grave et il
sait sourire. Il a des yeux froids qui rayonnent d'intelligence et
s'éclairent de bonté. C'est plus qu'il n'en faut pour faire avec la
popularité un bon ménage, plus court que la plupart, des autres... Sept
ans.

HENRI LAVEDAN.

_(Reproduction et traduction réservées.)_



[Illustration: Cap. Chauvin. Lieut. Raymond. Poincaré. Ct de Chambonas.
Le lieutenant Raymond Poincaré (alors vice-président de la Chambre des
députés) et ses camarades du 1er bataillon territorial de chasseurs
alpins pendant une halte dans les montagnes d'Annecy.--_Phot.
communiquée par le commandant de Chambonas._]

M. POINCARÉ, CHASSEUR ALPIN

On a dit ici, au lendemain de l'élection de M. Raymond Poincaré à la
présidence de la République, quel soldat modèle fut cet homme appliqué à
tous ses devoirs. A quelques jours de là, M. Marcel Knecht, le président
de la «Prolonge Blandan», association amicale des anciens soldats du 26e
régiment d'infanterie, où le futur président fit son année de
volontariat et qu'il quitta avec les galons de sergent, lui délivrait
cette attestation: que «le bi-licencié fut un soldat modèle et un
parfait gradé». Nous avons mentionné aussi que, son service terminé, M.
Raymond Poincaré passa l'examen d'officier, et qu'il accomplit avec zèle
les périodes d'exercice que lui imposait la règle. Il laissa à tous ceux
qui furent alors ses camarades, ses compagnons d'armes, le meilleur et
le plus durable souvenir.

C'est ainsi que M. le commandant de Chambonas, qui connut M. Raymond
Poincaré au 1er bataillon territorial de chasseurs alpins, où, en 1897,
il faisait un stage comme lieutenant, s'empresse, avec une amabilité
dont nous lui sommes reconnaissants, de nous communiquer les
photographies qu'il conserve précieusement depuis cette époque.

Le «lieutenant Poincaré» y figure en tenue de campagne: on manoeuvrait
alors dans les montagnes des environs d'Annecy; on menait là, avec
entrain, une rude et saine vie. A une étape, un des camarades--le
lieutenant Daudens--prit ces clichés, que le nouveau chef de l'État ne
reverra sans doute pas sans émotion.

Dans la note qu'il nous donne pour accompagner et commenter ces
documents, un parent de M. le commandant de Chambonas, M. le vicomte du
Fresnel, nous rappelle qu'à cette époque M. Raymond Poincaré, qui avait
déjà été deux fois ministre, était vice-président de la Chambre des
députés (il le fut trois années de suite, de 1896 à 1898). A ce titre,
il avait sa place marquée dans toutes les cérémonies officielles.

Or, le hasard voulut qu'une grande réception eût lieu à l'Elysée, tandis
qu'il accomplissait sa période d'instruction. Le premier mouvement du
lieutenant Poincaré fut de sacrifier au devoir militaire le devoir de
représentation. Mais le président Félix Faure insista pour l'avoir près
de lui en ce soir de fête.

M. Raymond Poincaré, par déférence, abandonna donc quatre jours le béret
bleu pour venir à Paris. Seulement, sa période terminée, le bataillon
territorial libéré, il tint à honneur de remplacer ce «temps perdu», et,
pendant quatre jours supplémentaires, il demeura au 11e bataillon actif,
qui administrait le 1er bataillon territorial. Combien de réservistes y
mettent moins de zèle!

«Ceux qui ont eu alors l'honneur de le voir à l'oeuvre, écrit M. le
vicomte du Fresnel, ont pu apprécier sa haute intelligence, ses qualités
de travailleur infatigable, toujours hanté du souci d'apprendre
davantage de son métier, afin de pouvoir se rendre encore plus utile à
son pays.»



UNE CRISE POLITIQUE AU JAPON

Une crise politique des plus graves sévit en ce moment au Japon où
l'effervescence populaire est telle que, pendant trois jours, la foule,
dans son ardeur à manifester contre le ministère Katsura, a soutenu de
véritables combats avec la police et la troupe dans les rues de Tokio.

[Illustration: Le prince Katsura.]

Le cabinet Katsura avait succédé, sous la pression du parti militaire,
au cabinet Saïonji, très populaire pour son programme d'économie
générale et de dégrèvement fiscal. Peu soutenu par la cour, et ne
pouvant réussir à remplacer son ministre de la Guerre qui venait de
démissionner sur un refus de crédits nouveaux, le marquis Saïonji dut se
retirer, bien qu'il eût la majorité dans les deux Chambres, et le prince
Katsura, qui avait été déjà deux fois premier ministre, de 1901 à 1906
et de 1908 à 1911, assuma la tâche ardue de concilier des intérêts en
apparence inconciliables. Les événements nous montrent que l'éminent
homme d'État n'y a pu réussir. La décision du gouvernement d'enlever les
questions militaires à la compétence du Parlement nettement hostile, et
dont, à deux reprises, furent prorogées les séances, a mis le comble à
l'impopularité du ministère qui, sous la menace de toute une population
ameutée, s'est résigné à abandonner le pouvoir.



PLUS FORT QU'A KOEPENIK

LA MOBILISATION DE STRASBOURG

Il est une faculté que l'on a depuis trop longtemps déniée aux
Allemands, voire aux pangermanistes: c'est le sens de l'humour. Deux
hommes, du moins, deux héros--car on les a vite tenus pour tels en leur
pays, étant donné les difficultés de l'entreprise--auront, à peu
d'années d'intervalle, tenté à ce point de vue une sorte de
réhabilitation de l'esprit national. Ces deux «humoristes», qui
jouissent aujourd'hui d'une égale et légitime popularité dans toute
l'Allemagne et jusque dans les pays voisins, sont le cordonnier Voigt
(l'inoubliable capitaine de Koepenik) et le sous-officier réformé Wolter,
dont les exploits, non moins joyeux et d'une ingénuité de moyens tout
aussi remarquable, datent à peine d'hier.

Vous paraîtrait-il agréable, histoire de rire un peu par ces temps
vraiment trop maussades, de bouleverser l'un des plus vastes camps
retranchés de l'Allemagne, d'amener un gros _Zeppelin_ sur les
fortifications, d'envoyer, en tenue de parade, au polygone de la ville
militaire, 16.000 hommes, 30 généraux et colonels, un gouverneur de
forteresse et un général commandant de corps tandis que tous les
monuments se pavoisent? La chose est presque trop facile.

[Illustration: Le général von Egloffstein, gouverneur de Strasbourg.]

[Illustration: Place Impériale à Strasbourg: la foule des immigrés
attendant... le retour de l'empereur du polygone.]

[Illustration: Le général von Fabeck, commandant le XVe corps.]

Voici: vous passez au bureau de poste de votre quartier, où vous rédigez
un télégramme à votre propre adresse. Ce télégramme ne porte qu'un seul
mot: _oui_, par exemple. Une demi-heure plus tard, un télégraphiste se
présente à votre domicile et vous remet la dépêche. Alors vous grattez
l'adresse, l'origine du télégramme et le _oui_, sans toucher aux autres
indications. Puis vous écrivez l'adresse du gouverneur de la place et
vous ajoutez quelques lignes péremptoires ordonnant la mobilisation des
troupes. Hardiment vous abusez du nom de l'empereur Guillaume et, coiffé
d'une casquette de télégraphiste, une longue pèlerine jetée sur vos
épaules, vous allez porter vous-même cette dépêche au lieutenant qui
commande le poste central. Le lieutenant transmet le télégramme au
bureau du gouverneur, et, cinq minutes après, la garnison est «alarmée»;
la générale retentit; une rumeur de guerre emplit la ville! Des têtes
ornent toutes les fenêtres et des foules loyalistes encombrent toutes
les rues, cependant que, tranquillement, vous allez prendre un bonne
chope et même beaucoup de bonnes chopes dans une brasserie recommandée
en attendant que finisse--car tout a une fin--la plaisante aventure.

Ainsi procéda, de point en point, il y a une dizaine de jours, l'ancien
sous-officier d'administration d'artillerie Auguste Wolter, réformé
depuis peu par l'autorité militaire, et qui, pour occuper ses loisirs et
montrer aussi sans doute qu'il était encore bon à quelque chose,
s'amusa, au lendemain du mardi gras, à mobiliser toute la garnison de
Strasbourg-. Cela se passait le 5 février. Un homme--notre
Wolter--portant la casquette à double galon rouge des agents des postes
et télégraphes, pénétra au corps de garde de la place Kléber et remit au
lieutenant de service une dépêche identique à celle dont nous donnons le
fac-similé.

[Illustration: _Au gouvernement général impérial, de Strasbourg
(Alsace).--Toute la garnison doit être alarmée immédiatement par le
poste central. J'arrive par automobile à midi au polygone des
manoeuvres.--Guillaume Imperator Rex._ Télégramme--écrit au crayon bleu
sur papier jaune--absolument identique à celui par lequel le
mystificateur Wolter mobilisa la garnison de Strasbourg.]

[Illustration: L'empereur à Koenigsberg, le jour où on l'attendait à
Strasbourg.]

Le lieutenant envoie le pli au général'gouverneur von Egloffstein, qui
fait sauter le timbre. Une dépêche de Sa Majesté l'Empereur! Le général
bondit. Comment! L'empereur est en route pour Strasbourg et l'on n'en
savait rien! Heureusement que l'on a devant soi deux heures encore! Vite
des ordres, des estafettes, le téléphone, le tambour, tous les tambours
qui, dans toutes les casernes, dans toutes les rues, sur toutes les
places, battent la générale. Ainsi, dans la ville, et tandis que les
troupes munies des toiles de tente, de la gamelle et du manteau, se
hâtent vers le polygone, on apprend que Sa Majesté arrivera à midi pour
passer la revue de la garnison. La Post fait vite vendre, par ses
hurleurs, une édition spéciale qu'on s'arrache. Majestueux et lourd,
l'_Ersatz-Zeppelin_ sort, lui aussi, de la ville. Le statthalter est,
dès 11 heures, sur le terrain de manoeuvre où arrive en coup de vent le
prince Joachim, sorti de l'Université, et que reçoit le groupe doré des
Excellences militaires avec le chef de police en grand gala. Tout est
prêt. Les soldats sont alignés merveilleusement. Immobilité. Silence.
Midi sonne!... Une heure sonne! Puis la demie, les trois quarts!... Deux
heures, enfin!... L'empereur n'est pas là, toujours. Mais alors?... On
se décide enfin à téléphoner à Berlin qui répond que «l'empereur est à
Koenigsberg».

Demi-tour. En avant, marche! pour rentrer au quartier. Toutes les
troupes repartent du pied gauche qui ne se soucie plus de lancer le pas
de parade.

Et, pendant ce temps-là, l'impassible Auguste Wolter, qui venait de
disposer pendant quatre heures d'horloge de tout un corps d'armée
allemand, savourait tranquillement une excellente bière à la brasserie
du Tigre au faubourg National. C'est là que le découvrit et l'arrêta,
vers 4 heures de l'après-midi, un agent lancé sur ses traces. Et Wolter
fut emmené un peu vivement à la présidence de la police où finit, pour
lui, la petite fête dont on s'est beaucoup égayé à Strasbourg et dans
maints autres lieux d'Allemagne. Mais, paraît-il, l'empereur Guillaume
n'a pas été, cette fois, atteint par la contagion du sourire...

ALBÉRIC CAHUET.



[Illustration: Auguste Wolter, en uniforme de sous-officier
d'administration d'artillerie.--Phot. E. Dietsch.]

[Illustration: Dr Wilson. Lieut. Bowers. Capitaine Scott. Capitaine
Oates.

Le capitaine Scott et ses compagnons, au pied du mont Erebus, avant le
départ vers le Pôle.--_Phot. Ponting. Copyright._]

LA FIN TRAGIQUE D'UNE EXPÉDITION POLAIRE

D'un jour à l'autre nous nous attendions à recevoir la nouvelle de
l'heureuse arrivée en Nouvelle-Zélande de l'expédition polaire de Scott,
et voici qu'au lieu d'un joyeux message le télégraphe nous annonce une
catastrophe. Après avoir conquis, lui aussi, un mois après Amundsen, le
Pôle Sud, le chef de l'expédition et ses quatre compagnons sont morts de
faim et de froid sur la route du retour, au moment où ils allaient
atteindre le salut.

En janvier 1911, Scott s'établissait, avec douze compagnons, à la terre
Victoria, sur les bords du _sound_ Mac Murdo, à quelques kilomètres du
point où il avait passé deux ans au cours de sa première exploration en
1901-1903, et tout près de celui d'où, en 1908, Shackleton était parti
pour son mémorable raid. Le chef de la mission anglaise possédait donc
le très grand avantage de connaître admirablement le terrain sur lequel
il allait opérer; de plus, il n'avait point besoin de dépenser son temps
et ses forces à chercher la meilleure route vers le Pôle, il lui
suffisait de reprendre celle de Shackleton.

Une fois la station d'hivernage construite et aménagée, Scott employa
l'automne à installer des dépôts de vivres sur la Grande Barrière, cet
énorme glacier, large de 800 kilomètres environ et long de 600, qui
s'étend en avant des puissantes montagnes au milieu desquelles se trouve
le Pôle. Trois caches de vivres furent ainsi aménagées, la plus
méridionale sous le 79° 30' de latitude; alors que, pendant ce temps,
Amundsen réussissait à établir son dépôt extrême à 278 kilomètres plus
près du Pôle. De ce fait et de ce que leur base d'opérations se trouvait
environ 110 kilomètres plus au sud, les Norvégiens possédaient un
avantage marqué sur les Anglais.

L'hiver s'écoula sans incident et, au début du printemps austral, le 2
novembre 1911, Scott se mit en route vers le Pôle, à la tête d'un
important convoi de dix traîneaux tirés par autant de poneys. Entre
temps, deux traîneaux automobiles chargés de fourrages et
d'approvisionnements avaient pris l'avance, tandis que des attelages de
chiens suivaient avec des vivres de réserve. Par suite de réchauffement
des moteurs dû au mauvais fonctionnement de l'appareil de
refroidissement par l'air, les tracteurs durent être abandonnés par 80°
30' de latitude. N'empêche qu'ils avaient fourni une traite de pas moins
de 300 kilomètres sur le glacier, et singulièrement facilité les
transports. Après cela, la marche sur la Grande Barrière continua très
lente, sans cesse retardée par d'effroyables _blizzards_ et de très
abondantes chutes de neige. Seulement le 10 décembre, trente-huit jours
après avoir quitté ses quartiers d'hiver, la caravane arrivait à
l'extrémité méridionale de cette immense nappe de glace, au pied de
l'énorme massif qui défend l'approche du Pôle. Dès le lendemain, avec
sept compagnons, Scott entamait l'ascension des montagnes par le glacier
Beardmore, qu'avait suivi Shackleton trois ans auparavant. Les fourrages
étant épuisés, les poneys survivants avaient été abattus avant le début
de l'ascension. Dès lors, les Anglais devaient s'atteler eux-mêmes à
leurs véhicules, tandis qu'au moment de l'attaque des montagnes Amundsen
possédait une meute de plus de quarante bêtes vigoureuses. Au début, la
marche fut très pénible; toujours la tempête et la neige; par suite, une
piste exécrable. Plus haut, le terrain devient meilleur, et les
explorateurs avancèrent bon train, couvrant de 24 à 36 kilomètres par
étape. Le 3 janvier 1912, Scott arrivait au 87° 32' de latitude, soit à
270 kilomètres du Pôle. Là, pour économiser les vivres, il renvoyait sur
l'arrière trois de ses compagnons et continuait avec quatre hommes, le
docteur Wilson, deux officiers, le capitaine Oates et le lieutenant
Bowers, et un sous-officier, Evans. Quinze jours plus tard, le 18
janvier, juste un mois et un jour après Amundsen, la petite caravane
parvenait au Pôle où elle trouvait la tente et le document laissés par
les Norvégiens comme preuves de leur passage. Pour ces braves, quelle
cruelle déconvenue! Avoir peiné pendant des mois, et, au dernier moment,
se voir enlever la victoire par un concurrent plus heureux! Le coup
était rude, et qui sait, peut-être sa violence entama-t-elle la force de
résistance des explorateurs et prépara-t-elle ainsi, dans une certaine
mesure, la catastrophe finale.

[Illustration: L'itinéraire du capitaine Scott et celui de Roald
Amundsen.]

Si l'ascension du glacier Beardmore avait été difficile, encore plus
pénible fut la descente. Sans répit, la tempête et la neige, et toujours
un froid très vif, 30° et 40° sous zéro, à une époque correspondant à la
fin de juillet et au commencement d'août sous nos latitudes. Finalement,
le 15 février, au prix d'efforts surhumains, on arrive à la fin du
glacier Beardmore, au pied des montagnes. Là, le sous-officier Evans
succombe aux fatigues et aux privations.

Cependant, les grosses difficultés semblent vaincues. Du pied du glacier
aux quartiers d'hiver du _sound_ Mac Murdo, il n'y a plus que 650
kilomètres, et sur toute cette distance, c'est la plaine de là Grande
Barrière. Mais l'adversité s'est acharnée sur la malheureuse expédition.
La température devient excessive; dans la journée le thermomètre oscille
autour de 35° sous zéro et, la nuit, tombe à 43°! Avec cela, constamment
un vent debout qui rend le froid encore plus âpre, et, à chaque instant,
des _blizzards_ et des chutes de neige. Dans de telles conditions,
combien est épuisant le halage des traîneaux!

En même temps, la lenteur des progrès oblige à la diminution des
rations; il importe avant tout de garder une quantité de vivres
suffisante pour atteindre le dépôt le plus méridional, l'_One Ton Camp_,
la cache contenant une tonne de conserves. C'est ainsi que plus la lutte
devient pénible, plus la force de résistance des voyageurs diminue.
Après un mois de marche, Scott se trouve encore à plus de 250 kilomètres
de la station.

Sur ces entrefaites, le capitaine Oates, gravement «mordu» par la gelée
aux pieds et aux mains, s'affaiblit de jour en jour; le malheureux se
traîne plutôt qu'il ne marche. Malgré ses instantes prières, ses
camarades refusent de l'abandonner, et, pour lui permettre de suivre,
ralentissent leur allure, alors que chaque heure perdue diminue les
chances de salut de la caravane entière.

Le 16 mars, la petite troupe se trouve retenue sous la tente par la
tempête, lorsque Oates, à toute extrémité, parvient à se lever dans un
suprême effort: «Je sors, et resterai dehors quelque temps», dit-il.
Comprenant sa résolution, ses compagnons s'efforcent de le retenir;
leurs supplications demeurent inutiles... et ce vaillant disparaît pour
toujours dans l'ouragan blanc. «Oates, écrit Scott, avait coupé lui-même
le lien d'affection qui conduisait ses amis à la mort.»

Après ce drame, les trois survivants lèvent immédiatement le camp et, en
dépit de la tourmente, poursuivent leur marche désespérée. Encore un
effort, le dépôt du 79° 30' n'est plus loin. Après cinq jours de
fatigues surhumaines, ils vont toucher le but, lorsque, le 21 mars, à 20
kilomètres de la précieuse «cache» de vivres, un nouveau _blizzard_,
plus terrible que les autres, fond sur les infortunés voyageurs. Leurs
caissons de vivres sont presque vides, et toujours l'ouragan fait rage.
C'est ainsi que, lentement, ces héroïques pionniers succombent les uns
après les autres, aux tortures de la faim et du froid, gardant, jusque
dans l'agonie, la plus admirable sérénité. Scott et ses trois compagnons
sont morts en héros de Plutarque.

[Illustration: La veuve et l'enfant du capitaine Scott. Photographie
prise avant le départ de Mrs Scott, qui s'est embarquée le 4 janvier
dernier pour aller au-devant de son mari, en Nouvelle-Zélande, et qui a
appris la fatale nouvelle à Honolulu.]

[Le capitaine Scott, avant son départ.--_Phot. Russell and sons,
Southsea._]

Défaillant, le chef de l'expédition trouve encore la force de tenir un
journal et d'adresser au peuple anglais un suprême message, admirable de
simplicité et de grandeur d'âme:

«Nous sommes faibles, écrit Scott, nous pouvons à peine tenir la plume.
Pour ma part, je ne regrette pas d'avoir entrepris cette expédition;
elle montre l'endurance dont sont capables les Anglais, leur esprit de
solidarité, et prouve qu'aujourd'hui ils savent regarder la mort avec
autant de courage que jadis.

» Nous avons couru des risques; nous savions d'avance que nous les
courrions.

» Les choses ont tourné contre nous, nous ne devons pas nous plaindre,
mais nous incliner devant la décision de la Providence, décidés à faire
de notre mieux jusqu'à la fin.

» Si, dans cette entreprise, nous avons volontairement donné nos vies,
c'est pour l'honneur de notre pays. J'adresse donc un appel à mes
compatriotes, et les prie de veiller à ce que ceux dont nous étions les
soutiens dans la vie ne soient pas abandonnés.»

Dès les premiers jours de mars, l'escouade demeurée aux quartiers
d'hiver s'était portée en avant au secours du chef de l'expédition.
Malheureusement, le mauvais temps paralysa ses mouvements. Ce fut
seulement six mois plus tard, en octobre dernier, au début du printemps
austral, que les recherches purent être reprises; elles aboutirent à la
découverte des cadavres des héroïques explorateurs et des carnets
racontant leur effroyable agonie.

La catastrophe est due principalement à des conditions météorologiques
adverses et au mauvais état de la neige qui en a été la conséquence.
Alors que sur la Grande Barrière, Amundsen n'a point éprouvé de grosses
tempêtes et n'a essuyé que deux tourmentes dans les montagnes, Scott a
été pour ainsi dire constamment enveloppé par des _blizzards_.
Shackleton, lui aussi, fut assailli par de fréquents ouragans et
rencontra de vastes espaces recouverts de neige molle. De plus, les
nombreuses séries d'observations faites dans le _sound Mac_, Murdo par
les trois expéditions anglaises qui y ont hiverné montrent la fréquence
des ouragans dans cette région. Il est donc évident que la route
anglaise vers le Pôle Sud, c'est-à-dire la partie occidentale de la
Grande-Barrière située au pied des hautes montagnes de la terre
Victoria, forme une sorte de trou du vent, au fond duquel tombent
d'abondantes masses de neige. Au contraire, plus à l'est, au large de
cette chaîne, la partie médiane de la Grande Barrière, qui a été
parcourue par les Norvégiens, est une zone de calme relatif. De plus,
les autorités en matière d'exploration polaire, Nansen, Shackleton,
attribuent l'affaiblissement progressif de la caravane au scorbut. La
terrible maladie avait visité l'expédition avant le départ pour le Pôle;
un des membres de l'escouade du sud avait même été atteint. Il est donc
permis de penser que, pendant la marche vers le Pôle, l'alimentation
exclusive en conserves, jointe aux fatigues de la route, a déterminé une
nouvelle éclosion traîtresse de la redoutable affection, dont les lents
progrès ont mis les vaillants explorateurs hors d'état de résister aux
intempéries et aux privations.

D'autre part, une des causes du désastre doit être cherchée dans
l'absence d'animaux de trait au moment de l'assaut final. Tandis que des
meutes bien entraînées enlevaient rapidement les traîneaux d'Amundsen,
les Anglais durent haler à bras les leurs dans la pénible escalade des
montagnes. Enfin, Scott et ses compagnons n'avaient point cette maîtrise
du ski que possèdent les Norvégiens habitués dès l'enfance à l'emploi de
ce patin. De là, la lenteur des étapes, qui a conduit à la mort ces
héroïques explorateurs.

CHARLES RABOT.



[Illustration: Le château présidentiel et l'école militaire de
Chapultepec, près de Mexico. Le château est la résidence habituelle du
président Madero; les élèves de l'école militaire sont, selon les uns, à
la tête de l'insurrection,--selon les autres, de la résistance.]

LA GUERRE CIVILE AU MEXIQUE

M. Madero, qui, il y a bientôt deux ans, contraignait par la force M.
Porfirio Diaz à abandonner le pouvoir, et que la révolution victorieuse
portait alors à la présidence des États-Unis du Mexique, vient à son
tour d'éprouver les hasards d'une sédition militaire, dirigée, cette
fois, contre lui. Dimanche dernier, les partisans du général Félix Diaz,
neveu de l'ancien président, entraînaient presque toutes les troupes de
la garnison et, avec ce concours, délivraient leur chef, emprisonné
depuis l'insuccès de sa précédente tentative insurrectionnelle. Après un
violent combat entre les troupes fédérales et les rebelles, ceux-ci
s'emparaient de l'arsenal, et le général Félix Diaz se proclamait
lui-même président de la République.

[Illustration: Le président Madero.--_Phot. comm. par M. Adossidès_]

[Illustration: Le général Félix Diaz.--_Phot. comm. par M. Humblot._]

En un pays où les questions de personnes sont seules en jeu, ce ne sont
point des raisons politiques qu'il faut chercher à un tel mouvement.
Depuis longtemps déjà, M. Madero avait à lutter contre les menées de
nombreux adversaires. «Dès ses débuts, nous écrit M. N. C. Adossidès,
qui est fort averti des origines de la crise actuelle pour avoir
récemment séjourné au Mexique, le nouveau président fut l'objet de
critiques acerbes; on alla jusqu'à affirmer qu'il s'était fait
rembourser les frais occasionnés par la révolution. A vrai dire, les
mécontents, ses anciens amis pour la plupart, se plaignaient surtout de
n'avoir pas reçu un prix suffisant de leurs services, et si l'on voit
aujourd'hui certains généraux, ses partisans d'autrefois, faire cause
commune avec Félix Diaz, c'est que Madero dut résister énergiquement à
leurs exigences exorbitantes.

» Pasqual Orozco et Zapata devinrent ainsi ses ennemis acharnés. Leur
aide lui avait été indispensable pour conquérir le pouvoir, car,
véritables chefs de bandes, ils avaient à leur disposition des hordes
vite excitées par l'appât de riches butins. Le succès de Madero assuré,
ils l'accusèrent de ne point tenir ses promesses, et reprirent les armes
contre lui.

» Déconsidérés, sans prestige, ils n'étaient pourtant pas les plus à
craindre. Un autre adversaire, beaucoup plus redoutable à cause de
l'estime qui s'attachait à son nom, se mit bientôt sur les rangs: le
général Félix Diaz, très populaire dans l'armée, réussit, au mois
d'octobre dernier, avec quelques centaines d'hommes, à s'emparer de
Vera-Cruz. Arrêté peu de jours après, il fut condamné à mort par la cour
martiale; mais l'opinion publique intervint en sa faveur, et Madero
commua sa peine en celle des travaux forcés.»

Le général Diaz paraît avoir rencontré, à Mexico, de vives résistances.
Les troupes fidèles ont livré aux mutins de nombreux engagements, et
l'on annonce que M. Madero, demeuré maître du palais national, organise
la lutte, tandis que, d'après certaines informations, Mme Madero
résiderait toujours au château de Chapultepec, à quelques kilomètres de
la capitale.



PRUSSE ET HANOVRE

Le 10 février, à Carlsruhe, au cours d'un bal au château grand-ducal de
Bade, l'empereur Guillaume a officiellement annoncé les fiançailles de
la princesse Victoria-Louise de Prusse et du prince Ernest-Auguste de
Cumberland, petit-fils du roi de Hanovre et héritier présomptif--depuis
la mort de son frère aîné le prince Georges--du grand-duché de
Brunswick. L'événement est d'importance; les fiançailles scellent en
effet la réconciliation des maisons de Prusse et de Hanovre de même que
le mariage de l'empereur Guillaume avec une princesse de
Schleswig-Holstein mit fin à une autre vieille querelle. On ne croit
point que le duc de Cumberland, père du fiancé, puisse renoncer lui-même
officiellement à ses droits sur le Hanovre; mais sans doute
abdiquera-t-il en faveur de son fils, ce qui permettrait de résoudre la
question de la souveraineté du Brunswick, actuellement administré par
une régence qui doit cesser lorsque les Cumberland, héritiers du
grand-duché, auront renoncé à leurs prétentions sur le Hanovre.

La princesse Victoria-Louise a vingt ans. Elle est blonde, fine,
spirituelle, vive, et, par ses saillies espiègles, met beaucoup
d'animation jeune à la cour de Potsdam. Le prince Ernest-Auguste, âgé de
vingt-cinq ans, est un officier bavarois de belle allure.

[Illustration: Le prince Ernest-Auguste de Cumberland. _Phot. Hutzel._]

[Illustration: Une fiancée en uniforme des hussards de la Mort: la
princesse Victoria-Louise de Prusse.]

[Illustration: LA «MARISMA».--Auprès d'une hutte de berger, M. Henri
Lagatu, professeur de chimie à Montpellier, chargé de l'expertise, et
son guide. _Photographie de M. Louis Bertrand, communiquée par M. H. del
Camino, principal propriétaire de la Marisma._]



LES MARAIS DU GUADALQUIVIR

_Notre correspondant de Madrid nous écrit:_

Une rapide excursion vient de me faire connaître la région des marais du
Guadalquivir dont la concession au «Crédit foncier du Sud de l'Espagne»
est l'objet d'une enquête judiciaire, prélude, à en croire certaines
informations, d'un scandale analogue à l'affaire Rochette, où seraient
compromis 5 millions et impliquées de hautes personnalités espagnoles et
françaises.

Ces marécages ne sont pas ceux que les touristes qui descendent en
bateau le Guadalquivir de Séville à Sanlucar de Barrameda peuvent
apercevoir, s'étendant à perte de vue sur leurs deux rives et servant de
pacages aux troupeaux de taureaux de course. Les terrains désignés dans
le dossier sous le nom de «Marisma Gallega d'Aznalcazar» et de «Lago de
Almonte», sont situés à l'ouest du bras droit du Guadalquivir, dit
«Brazo de la Torre», non navigable sauf pour de petites embarcations.

Occupant, depuis Coria del Rio jusqu'à l'embouchure, l'emplacement
probable de l'ancien estuaire du fleuve, ces terrains d'alluvion,
abondants en silice, se présentent tantôt sous l'aspect d'un sol
pulvérulent et grisâtre, tantôt couverts d'herbes aquatiques et
semblables à des rizières ou aux pampas américaines. Ils sont parsemés
de trous appelés «ojos» (yeux), sources insondables, dissimulées sous
des couches de mousse, mais que le bétail de ces parages a l'instinct
d'éviter, et traversés par tout un réseau de canaux («canos» ou
«canadas»), les uns d'eau courante, les autres aveuglés. On y trouve
enfin quelques «lueios», sortes de lagunes où séjournent le plus
longtemps les eaux. Du côté de la mer, le long du rivage, les marais
sont bordés par de vastes dunes de sable, et, du côté de la terre, par
d'immenses forêts de pins, d'eucalyptus, de chênes et de palmiers nains,
réparties en plusieurs grandes propriétés, notamment celle de la
comtesse de Paris à Villamanrique, sa résidence, la chasse royale du
«Coto del Rey», et surtout le «Coto de Doña Alla», fameux par
l'abondance et la variété de sa faune presque unique en Europe, où
l'on chasse encore le sanglier à l'épieu, comme au moyen âge, et où l'on
a pu même acclimater des chameaux, amenés des Canaries. Les marais
eux-mêmes sont d'ailleurs abondants en gibier d'eau.

[Illustration: Vue du Carlo Travieso. Dans le fond passe au grand trot
une troupe de chameaux qu'il a été impossible d'approcher. _Phot. Louis
Bertrand, communiquée par M. H. del Camino._]

[Illustration: Carte des marais du Guadalquivir.]

Cette vaste étendue se divise en plusieurs parties: la «marisma
d'Aznalcazar», qui commence près du bourg de ce nom, à l'est de
Villamanrique, et couvre 25.000 hectares; la «marisma Gallega», d'une
superficie de 15.000 hectares, comprise entre le «Brazo de la Torre» et
le «Caño Travieso», et la «marisma de Hinojos», voisine du «Lago de
Almonte», bande de terrain argileux et assez ferme, qui n'est couverte
d'eau qu'en hiver.

Pour mettre cette contrée en exploitation agricole, il faudrait, au
moyen du drainage des canaux, l'assécher, et en même temps débarrasser
la terre du sel dont elle est imprégnée: ces opérations exigeraient
évidemment de longs et coûteux travaux. Plusieurs tentatives ont déjà
été faites en ce sens; leur histoire, fort intéressante pour
l'intelligence de l'affaire Péquignot, vaut d'être brièvement contée.

C'est en 1876 que la première concession pour l'assèchement des marais
d'Aznalcazar, qui appartiennent, pour la plus grande part, à M. Hilario
del Camino, de Séville, fut faite en faveur de MM. Moréno Benitez et
Iscar moyennant une caution de 10.000 pesetas et un délai de dix ans
pour achever les travaux et douze ans pour livrer le terrain à la
culture. Mais rien de sérieux ne fut exécute, et M. Iscar chercha, en
1897, à revendre, pour 50.000 pesetas seulement, sa concession à M.
Hilario del Camino, qui n'en offrit que 2.000 pesetas,--ce qui donne une
idée de la valeur de ce titre dont Péquignot a tiré depuis 5 millions!
Entre temps, plusieurs ingénieurs étrangers ou espagnols étaient venus
opérer des relevés sur le terrain, et l'affaire avait été successivement
étudiée par une «Compagnie péninsulaire» domiciliée à Madrid, par M.
Sundheim, propriétaire de mines à Huelva, et plusieurs autres, sans
qu'aucun y donnât suite. La concession primitive Benitez-Iscar semblait
donc légalement périmée, lorsqu'un décret royal du ministère des Travaux
publics, en date du 12 juillet 1910, la renouvela en faveur d'un M.
Fernando Cazana; puis un autre décret du 19 juin 1911 transféra cette
concession (en même temps que celle du lac d'Almonte, adjugé en 1910
aussi à un M. Zapata) à MM. Caraux et Louis Renaut, le premier la cédant
au second. Enfin, un troisième décret, en date du 10 mars 1912,
attribuait cette même concession à M. Paul Péquignot (qui apparaît alors
pour la première fois et ne s'est jamais rendu personnellement aux
«marismas»), comme conseiller-délégué du «Crédit foncier du Sud de
l'Espagne».

Depuis, on n'avait rien su de l'affaire à Séville, jusqu'à l'arrivée, en
vertu d'un mandat judiciaire, de M. Henri Lagatu, professeur de chimie à
l'École nationale d'Agriculture de Montpellier, commissionné comme
expert agronome pour l'analyse des terrains. Il y séjourna, il y a un
mois, plus de vingt jours, en compagnie de M. Louis Bertrand, agent du
consulat français.

Les résultats des investigations de M. Lagatu appartiennent encore au
secret de l'instruction; mais nous croyons savoir que, d'accord avec les
autres personnalités compétentes, il admet la possibilité de
l'assèchement et de l'exploitation agricole des «marismas» à force de
temps et d'argent. Seulement, quelles qu'en soient les difficultés
matérielles, l'entreprise ne serait possible que si les concessionnaires
étaient ou devenaient vraiment les possesseurs du terrain. Tel n'était
point précisément le cas.

Il semble en outre singulier que, tandis que les décrets de concessions
se succédaient, la Direction des Travaux publics de la province de
Séville déclare ne posséder aucun dossier à ce sujet. Mais c'est à
l'instruction qu'il appartient d'élucider toutes ces anomalies et le
rôle des diverses personnalités impliquées dans cette affaire, qui vient
de motiver la démission de l'ambassadeur d'Espagne à Paris, M. Pérez
Caballero.

J. C.



[Illustration: Déjeuner à la pagode du Nuage de Jade vert (Pi Yunn
Sseu): à gauche, vêtu de bleu, le bonze de la pagode.]

UN MOIS A PÉKIN

IV.--EN EXCURSION: LA «PAGODE DU NUAGE DE JADE VERT»

Les buts d'excursions aux environs de Pékin sont nombreux et
intéressants. Je ne vous parlerai pas de celle au tombeau des Ming et à
la grande muraille, qui est classique; je n'ai pas pu la faire, empêché
que j'étais par tous mes rendez-vous. Mais nous en avons fait une,
délicieuse, au temple de Pi Yunn Sseu (Pagode du Nuage de Jade vert)
près du Parc de Chasse, en compagnie de l'aimable M. Bouillard, qui
s'était chargé de l'organisation et du ravitaillement.

Partis de Pékin en auto vers 2 heures, nous sommes arrivés trois quarts
d'heure après devant le Palais d'Été où nous avons trouvé des ânes et
des chevaux qui nous ont amenés, vers 5 h. 1/2, au Temple, situé au pied
des premières collines de l'Est.

Là, dans un décor saisissant, se dresse le plus admirable monument qu'on
puisse imaginer. C'est, dans un amphithéâtre naturel d'une grande
allure, une succession de portiques, de ponts, de cours, de terrasses,
d'escaliers, de pagodes, de pavillons qui escaladent la pente, assez
forte, de la colline et conduisent au sommet d'une tour bouddhique,
sorte d'autel grandiose, érigeant ses pylônes à multiples étages et ses
bas-reliefs de pur art hindou dans un ciel resplendissant. Des
polychromies peintes aux portiques en bois, on passe aux arcs de
triomphe en céramique, puis on arrive peu à peu aux marbres hâlés et
imprégnés de soleil, patines à plaisir et ciselés comme des
orfèvreries... C'est une merveille.

Ces morceaux d'architecture bouddhique ne sont pas rares à Pékin et dans
ses alentours. C'est, m'a dit M. Bouillard, à l'empereur Tien Long,
souverain lettré, artiste et très éclectique, qu'on doit l'introduction,
en Chine, d'une certaine quantité de dogmes de la religion hindoue et,
par suite, de monuments inspirés des traditions bouddhiques. Ce
souverain fit même venir à Pi Yunn Sseu des architectes et des artistes
de l'Inde pour exécuter cette partie de la construction, qui se trouve
enchâssée dans le temple chinois comme un diamant dans du jade.

Tien Long devrait être adopté comme patron par les calligraphes. Un
autographe de lui était--et est encore--considéré par les Chinois comme
un chef-d'oeuvre. Les temples les plus célèbres et les plus admirés sont
ceux auxquels, par faveur spéciale, il a fait don d'une page de son
écriture qui, soigneusement et fidèlement reproduite dans ses moindres
détails, a été gravée sur une stèle de marbre blanc, dressée à la place
d'honneur, sous un pavillon spécial. Les Chinois, grands admirateurs de
l'art graphique, prennent, dans tous les endroits où il s'en trouve, de
nombreux calques et empreintes de ces caractères impériaux. Toutefois,
leur respect de l'écriture ne va pas jusqu'à leur faire oublier celui de
la saleté, et presque toutes ces inscriptions demeurent badigeonnées du
noir de fumée qui a servi à les décalquer et qu'on ne se donne pas la
peine de laver une fois l'opération terminée.

Ces gens sont tout en contradictions.

La plupart des gardiens laissent froidement opérer sous leurs yeux les
profanations les plus honteuses. Du reste, ce ne sont pas précisément
des gardiens: ce sont des hommes quelconques, qui habitent là dedans,
tout simplement, on ne sait en vertu de quel droit; personne ne les
paie, ils ne dépendent de personne et vivent uniquement des pourboires
des visiteurs.

On pourrait leur confier la Joconde, si on la retrouve.

La partie artistique de notre excursion était agrémentée d'un service de
subsistances qui ne laissait rien à désirer et qui avait bien son
charme, croyez-moi. Les boys de M. Bouillard, sous la conduite du
cuisinier, étaient partis avant nous, emportant un matériel complet de
couchage, des ustensiles de cuisine, d'abondantes provisions de bouche,
la vaisselle et les valises.

A l'entrée du temple, un vieux bonze nous a accueillis aimablement. Les
boys avaient installé nos lits dans les diverses chambres de la pagode
et servi des rafraîchissements dans une des cours ombragées et fleuries,
près d'une source au réjouissant murmure, dans laquelle étaient
plongées, jusqu'au goulot, de nombreuses bouteilles aux formes variées.

Jusqu'au soir nous visitâmes la pagode dans tous ses détails, ne nous
lassant pas d'admirer et de nous émerveiller.

Après un succulent dîner et une agréable soirée de causerie, nous fûmes
nous coucher. Chacun de nos lits, qui avaient été dressés sur des
estrades, au fond des chambres entre deux brûle-parfums de bronze
entourés d'inscriptions, avait l'air d'attendre quelque bouddha souriant
et pansu, comme celui qui, bienveillant, au milieu des décombres, siège
à l'entrée du temple.

[Illustration: Les rizières de la banlieue de Pékin, vues de la Fontaine
de Jade.]

Au dehors, les clochettes pendues aux corniches retroussées se mirent à
linter discrètement dans la nuit au gré des bouffées de brise, et je
m'endormis du sommeil du juste.

Le lendemain, promenade au Parc de Chasse et visite des ruines d'une
lamaserie thibétaine, autre fantaisie de Tien Long. Il faudrait la plume
évocatrice de Loti pour vous dire le charme et la grandeur de ces lieux,
l'étrangeté des grands pins blancs aux troncs tourmentés, qu'on croirait
enduits d'une couche d'argent, et au feuillage en bronze patiné.

Il y a des arbres partout, dans ces temples; ils ont l'air de faire
partie de l'architecture. Les beaux artistes qui créèrent ces merveilles
ont certainement tenu compte de leur présence lorsqu'ils combinèrent
leurs plans, et ils ont bâti en les respectant et en les utilisant comme
accessoires décoratifs. Certains d'entre eux, plusieurs fois
centenaires, sont d'une forme et d'une couleur inimaginables.

En vérité, je vous le dis, la Chine est un admirable pays.

A la suite d'un déjeuner finement arrosé, nous fîmes nos adieux au bonze
qui était venu, sans façon, boire avec nous le petit verre de cognac de
l'amitié et fumer la cigarette de paix. Il va sans dire que le pourboire
traditionnel ne fut pas oublié. De nouveau, sur nos ânes ou nos chevaux,
nous suivîmes la route aux dalles disjointes et usées, nous éloignant à
regret de cette émouvante oeuvre d'art.

Sur le chemin du retour se trouve, près du Palais d'Été, une autre belle
chose--la Fontaine de Jade--qui mériterait toute une littérature. De là
on découvre l'immense Pékin dans toute sa plate étendue, avec, au
premier plan, en avant du Palais d'Été, une succession de rizières
inondées dont les digues forment comme un réseau de cloisonné.

LE PORTRAIT DE YUAN CHI KAI

16 juin.

La patience est une vertu chinoise, il faut le croire, et la mienne fut
soumise ici à une longue épreuve. Non pas que j'aie été le moins du
monde victime du mauvais vouloir des hauts personnages dont je voulais
faire de rapides portraits. Au contraire, dès mes premières démarches,
ils m'ont fait répondre que ce serait avec plaisir, mais qu'ils étaient
très occupés et qu'il fallait attendre.

J'ai tellement attendu que j'ai eu un moment de désespérance; mais,
grâce à l'infatigable obligeance du général Munthe, à qui notre
ministre, M. de Margerie, avait bien voulu demander de m'obtenir les
audiences que je sollicitais, j'ai, enfin, été reçu par le président de
la République chinoise.

Le nouveau Ouaï Ou Pou (ministère des Affaires étrangères), résidence
actuelle de Yuan Chi Kaï, est un vaste bâtiment en briques grises, tout
neuf, tout américain, d'architecture vaguement palatiale, d'un style
yankee assez prétentieux, genre gratte-ciel, moins les étages. On y
accède par une étroite ruelle tout encombrée de soldats et où les
pousse-pousse eux-mêmes ont peine à se croiser. Comme c'est une
construction à l'européenne--à l'américaine, veux-je dire--l'entrée ne
comporte pas le fameux pan de mur ornementé qui, devant tous les yamen,
tous les temples et même les maisons particulières (quand il y a de la
place), empêche les mauvais esprits de pénétrer; mais on l'a remplacé, à
l'intérieur, dans la cour, par un monumental paravent de bois, très
moderne lui aussi, qui leur barre fort bien la route ou, en tout cas,
les oblige à faire un détour qui brise leur élan.

Yuan Chi Kaï m'a reçu dans son vaste cabinet où rien, vraiment, ne
rappelle la Chine; pas un meuble, pas un objet d'art qui ne soient
modernes; c'est confortable et cossu. Le Président, venu très
courtoisement au-devant de moi jusqu'à la porte, me tend la main à
l'européenne et me souhaite la bienvenue par l'intermédiaire du général
Munthe. C'est un homme d'une soixantaine d'années, semble-t-il, au torse
puissant et aux jambes courtes; les mains sont petites et fines. Il est
vêtu du nouvel uniforme chinois en toile kaki, avec des boutons dorés,
des broderies au collet, des pattes d'épaulettes à étoiles et des
aiguillettes. De courtes bottes molles complètent cette tenue d'une
irréprochable correction mais dont la sobriété me fait penser--avec quel
regret!--aux anciens atours abolis. Son Excellence devait avoir grande
allure, en robe de mandarin...

[Illustration: Entrée de l'ancien Ouaï Ou Pou (ministère des Affaires
étrangères).]

[Illustration: Yuan Chi Kaï, président de la République chinoise.
_Dessin d'après nature de L. Sabattier, sur lequel le Président a apposé
sa signature._]

L'air bienveillant et affable de mon modèle, son sourire infiniment bon,
me semblent justifier tout le bien que m'en a déjà dit le général Munthe
qui n'en parle qu'avec le plus affectueux respect, vantant
chaleureusement sa bonté et sa fidélité envers ses amis.

Je crois pourtant qu'il vaut mieux ne pas être de ses ennemis; mais,
n'ayant eu ni le temps ni les éléments nécessaires pour me faire sur lui
une opinion définitive, je m'en tiens à celle du général Munthe.

Après quelques phrases de politesse, le Président s'est assis à son
bureau et, sur ma demande, a continué à s'occuper des affaires
courantes, examinant des papiers, prenant des notes, donnant des
signatures. Celle qui orne mon croquis est de sa propre main, bien
entendu, et c'est, m'a dit ensuite son secrétaire, une faveur qu'il ne
prodigue pas. Quant à mon dessin, tout en étant assez ressemblant, il
n'est pas fameux, je suis le premier à le reconnaître; mais, je peux
bien le dire sans lui manquer de respect, le Président a très mal posé.
Je ne pouvais pourtant pas me permettre de rappeler à l'ordre un tel
chef d'État.

L'exemple parti de si haut n'a pas tardé à être suivi, et, après le
président de la République, le président du Conseil, la plupart des
ministres, vice-ministres et secrétaires, m'ont, à l'envi, accordé
quelques moments de pose; si bien que, maintenant, je ne sais plus où
donner de la tête.

Beaucoup de physionomies intéressantes, parmi ces hommes politiques de
la nouvelle Chine, les unes fines, les autres énergiques, des
malicieuses, des bonasses, toutes énigmatiques. Les Chinois sont si loin
de nous!

QUELQUES HOMMES D'ÉTAT

Le président du Conseil, Tong Shoa Yi, qui parle admirablement
l'anglais, m'a paru être remarquablement intelligent.

C'est une curieuse figure que la sienne: la proéminence de l'arcade
sourcilière sous la fuite du front, la minceur de la bouche sous la
moustache émondée, la pesanteur du regard derrière les lunettes,
composent un ensemble d'une austérité un peu inquiétante. La parole est
sobre et précise; la voix grave n'a rien des tonalités aiguës
particulières aux Chinois. Tong Shoa Yi a étudié en Amérique, où il a
longtemps séjourné, et d'où il paraît avoir rapporté, en même temps que
l'accent du pays, un esprit pratique et des idées modernes bien
arrêtées.

Il avait revêtu, pour poser, un veston en flanelle blanche de coupe
assez analogue à celle de la vareuse de nos marsouins: col droit et deux
rangs de boitons; pantalon européen, naturellement. Comme il me
demandait mon avis sur ce complet qui, dans son idée, est destiné à
devenir le vêtement national, sorte d'uniforme civil, je lui ai répondu
qu'il avait l'air très confortable et très commode et que, si on
l'adoptait, il ne fallait pas manquer de prescrire, comme on fait en
France pour nos soldats, de boutonner à droite la première quinzaine et
à gauche la seconde, pour éviter d'user toujours le même côté. Quand on
fait une loi somptuaire, il faut la faire complète.

[Illustration: Le nouveau Ouaï Ou Pou.]

[Illustration: PI YUNN SSEU (LA PAGODE DU NUAGE DE JADE VERT).--Le
portique de marbre.

_Aquarelle de L. Sabattier._]

[Illustration: Le secrétaire général de la présidence de la République,
Liang Che Yi.]

Une chose qui m'a fait beaucoup de peine c'est de voir, sur tous les
bureaux présidentiels ou ministériels, des porte-plume et de l'encre. O
progrès!

Où est le bel encrier chinois dans lequel on voit les lettrés des
peintures anciennes délayer leur encre avec une attention et un soin si
touchants? Où est le beau bâton d'encre de Chine, avec ses ornements et
ses devises ou ses pièces de vers moulées en beaux caractères anciens ou
modernes? J'en ai un splendide, qui porte en lettres dorées ces mots:
«Puissé-je vous servir encore dans dix mille ans!»

Le tout est remplacé, maintenant, par une boîte en cuivre, ronde ou
carrée, contenant une pâte noire toute préparée qui doit être fabriquée
et vendue en gros par les Japonais, ces Allemands de l'Extrême-Orient.

On dirait une boîte à cirage.

Je sais bien, c'est plus commode, plus vite fait, mais puisque le temps
ne compte pas, en Chine...

Ces détails semblent indiquer un état d'esprit alarmant au point de vue
du pittoresque et une tendance à réformer moins les moeurs ou les
institutions que les choses. Il est plus facile de frapper l'oeil que
l'esprit. Si les tailleurs et les architectes s'en mêlent, il ne restera
bientôt plus rien de beau à voir à Pékin.

Tsaï Ting Kan, secrétaire particulier de Yuan Chi Kaï, est bien le
Chinois le plus aimablement accueillant que j'aie encore rencontré. Il
est fin, spirituel et de bonne humeur, avec de la malice plein la face.
Il parle, lui aussi, très bien l'anglais, et, en causant avec lui, on
finit par avoir l'impression que le costume national, qu'il a conservé,
est un déguisement; d'autant plus que, sous sa longue lévite bleue, il
porte un pantalon de drap et des bottines à boutons. Mon admiration pour
la Chine et mon enthousiasme pour son art lui ont causé un visible
plaisir et, lorsqu'il a su ma passion pour les caractères chinois, il
m'a offert le plus délicat témoignage de sympathie sous la forme d'une
collection de pinceaux à écrire que je considère comme un très précieux
cadeau.

[Illustration: Le ministre des Finances, Hsiun Si Ling.]

[Illustration: Le ministre de l'Intérieur, Tchao Ping Tiunn.]

[Illustration: Le secrétaire particulier de Yuan Chi Kaï.]

[Illustration: Le président du Conseil, Tong Shoa Yi.]

_Les cinq personnages ont apposé sur les croquis originaux de L.
Sabattier leur signature autographe des deux derniers en écriture latine
en même temps qu'en écriture chinoise._

[Illustration: Une partie peu visitée du Palais d'Été.]

Liang Che Yi, secrétaire général de la présidence, m'a reçu d'un air
fort enjoué et n'a cessé de rire pendant toute la séance, en bavardant
avec le général Munthe qui, fidèlement, me sert d'introducteur et
d'interprète auprès de Leurs Excellences. Celui-là ne parlant que le
chinois, je suis forcé de le juger sur l'apparence, ce qui fait un peu
partie de mon métier; et quelques vers de la fable du _Souriceau_ me
viennent à la mémoire:

        _L'un, doux, bénin et gracieux,_
        .............................................
        _Un modeste regard et, pourtant, l'oeil luisant._

Le ministre des Finances, Hsiun Si Ling, a, comme vous pouvez en juger,
une figure des plus caractéristiques. Ses yeux si chinois et son nez si
busqué font plutôt mauvais ménage, et sa coupe de cheveux ne se tient
pas avec sa moustache et sa barbiche clairsemées, qui conservent un air
ancien régime très marqué.

[Illustration: Un clocheton d'angle du Palais d'Été.]

La demi-heure qu'il a bien voulu me consacrer restera dans mon souvenir
comme une des plus chaudes de mon existence: le thermomètre marquait, ce
jour-là, 42° à l'ombre. Pendant que je dessinais, le ministre,
doucement, s'éventait. Il finit par s'apercevoir que j'avais très chaud
et, obligeamment, me fit proposer par son secrétaire, qui parle
français, d'ôter mon veston que j'avais gardé.

Tchao Ping Tiunn, ministre de l'Intérieur, me fait l'effet d'un pondéré;
l'oeil est franc et la figure claire. L'écriture robuste dénote un
caractère ferme et sérieux. Il doit être énergique et droit.

Tout ce que je vous raconte là, ce sont, naturellement, des impressions
personnelles. La plupart de ces personnages sont encore assez inconnus,
au moins des résidants européens. Ils n'ont, jusqu'à présent, rien
produit de sensationnel qui puisse permettre de porter sur eux un
jugement motivé (1).

Il semble qu'ils attendent quelque chose. Il y a du malaise et de
l'inquiétude dans l'air.

On parle de plus en plus de troubles, d'effervescence, de révoltes des
soldats.

[Note 1: Depuis qu'ont été dessinés les portraits reproduits ci-contre,
la situation de certains des modèles s'est modifiée assez profondément.
C'est ainsi que Tong Shoa Yi, descendu du pouvoir, n'est plus qu'un
simple citoyen. Tsaï Thig Kan, promu conseiller de la présidence, a été
chargé de conduire les difficiles négociations en vue de la
réconciliation du Nord et du Sud, violemment brouillés au lendemain de
la révolution. Hsiun Si Ling n'est plus ministre, mais préside la
commission d'étude des réformes financières. Enfin Tchao ring Tiunn est
actuellement président du Conseil.]

PALAIS D'ÉTÉ, PALAIS D'HIVER

18 juin.

J'avoue que le Palais d'Été ne m'a pas enthousiasmé outre mesure; si ce
n'était sa partie ancienne, très belle en son délabrement, et où les
guides ne veulent jamais mener les visiteurs, pour avoir plus vite fini,
j'en serais revenu assez désillusionné.

Dans cette partie ancienne que nous avons tenu à visiter, sur les
conseils du commandant Vaudescal, en compagnie de M. O'Neil et de sa
charmante femme, il y a quelques coins vraiment dignes d'admiration et,
entre autres, une certaine petite pagode à étages qui est une pure
merveille de forme et de couleur. Pour ce morceau et un autre, qu'on
appelle le pagodon de bronze, je donnerais tout le reste, sauf,
peut-être, le lac qui, dans son ensemble, est très beau, malgré qu'il
soit gâté par la fameuse Jonque de marbre. Cette banale et laide
curiosité pour touristes est, justement, ce qu'il y a de plus connu; le
contraire m'aurait étonné.

La petite pagode à étages est encore à peu près intacte, mais le pagodon
de bronze a reçu, en 1900, la visite de quelques amateurs de
chefs-d'oeuvre pas cher: une de ses portes, bijou de ciselure, fait,
paraît-il, le plus bel ornement des salons de je ne sais plus quel
établissement de crédit, tandis qu'une fenêtre a été adoptée par un
amateur éclairé. Vous savez que, à la même époque, l'un des merveilleux
équatoriaux de l'observatoire de Pékin est parti en Prusse où il est
demeuré. Son frère, après avoir fait, lui, un petit voyage en France,
est revenu s'installer sur son piédestal comme si de rien n'était.

La seule chose qui pourrait donner à ces sortes d'opérations un semblant
d'excuse, c'est l'incroyable indifférence des Chinois à l'égard de leurs
richesses artistiques. Cette indifférence, je me hâte de le dire, ne
peut être reprochée qu'aux fonctionnaires, car il y a encore en Chine de
nombreux et fervents admirateurs des oeuvres d'art du pays. Il n'en est
pas moins pénible de penser que ces beautés sont destinées à
disparaître, soit par cambriolage, soit par suite d'incurie.

[Illustration: La pagode à étages, au Palais d'Été.]

[Illustration: Pavillon d'angle et fossé de l'enceinte du Palais
d'Hiver.]

Il est vrai que celles qui sont cambriolées ne sont pas perdues pour
tout le monde.

Le Palais d'Hiver, au centre de Pékin, forme, à lui seul, une ville
fortifiée dans l'enceinte, déjà formidable, de la capitale. Depuis mon
arrivée, ses interminables murs rouges, tuiles de jaune, impénétrable et
exaspérante barrière par-dessus laquelle on aperçoit les vastes toitures
aux teintes d'or, ses portes, farouchement closes et gardées, ses
fossés, dont les eaux dormantes disparaissent sous les lotus, ses
pavillons d'angle si beaux de proportions et de tonalité, exerçaient sur
moi tout l'attrait de l'interdit et du mystérieux. Mon désir de voir
était arrivé à l'état aigu lorsque l'autorisation d'entrer me fut,
enfin, accordée,-toujours grâce à la grande obligeance de notre
ministre, M. de Margerie.

Ce ne fut pas sans émotion que je pénétrai dans ce palais qui sert,
maintenant, de prison au jeune empereur, otage des révolutionnaires.

La Ville Impériale proprement dite est située au centre du Palais
d'Hiver et entourée, elle aussi, d'une muraille qu'il ne m'a pas été
possible de franchir. Du haut de la Montagne de Charbon, le délégué du
Ouaï Ou Pou chargé de nous piloter nous a montré les pavillons de
l'empereur, de l'impératrice, les divers bâtiments, les temples et tout
ce qui constitue la ville interdite. A toutes nos questions sur le jeune
empereur, nous reçûmes des réponses vagues. «Pauvre gosse!», dit à un
certain moment l'un de nous.-«Il n'est pas pauvre! reprit vivement un
des personnages officiels, il touche 300.000 taëls par mois.»

Evidemment...

Nous visitâmes donc des cours, des pavillons, des couloirs, précédés et
suivis d'eunuques grassouillets et écoutant distraitement les
explications de notre guide, qui s'exprimait en fort bon français. C'est
vraiment mieux ici qu'au Palais d'Été. Il y a des morceaux d'une rare
élégance; les détails sont plus soignés et l'ensemble est moins délabré;
c'est habité et les choses semblent s'en ressentir.

On nous a promenés en jonque sur les lacs couverts de lotus qui,
malheureusement, ne fleuriront que dans un mois. Les bateliers qui nous
attendaient, la longue perche au poing, ne manquaient pas d'allure, et
les jonques, portant, l'une les invités et l'autre les eunuques, nous
ont amenés à un débarcadère assez amusant, près du pont en S qui conduit
au pied du Pé Ta, la «bouteille de Pippermint», comme l'appellent nos
marsouins, qu'on aperçoit de tous les coins de Pékin.

La garde qui nous avait rendu les honneurs à notre arrivée nous a, de
nouveau, présenté les armes à la sortie, car nous étions des visiteurs
officiels; puis, comme il était près de 2 heures, nous sommes allés
déjeuner, comme de simples citoyens.

L. Sabattier

--_A suivre._--

[Illustration: Départ pour la promenade en jonque sur les lacs du Palais
d'Hiver.]



LA BANDE ANARCHISTE AUX ASSISES

_Suite des croquis d'audience de PAUL RENOUARD_.

Dieudonné, formellement accusé par le garçon de recettes Caby, l'adjure
de reconnaître qu'il a pu se tromper.

Les dépositions des premiers des deux cents témoins ont succédé aux
interrogatoires. L'un de ces témoignages, le plus attendu, promettait
d'être sensationnel. On ne fut point déçu.

--Faites entrer M. Caby! ordonne le président.

Un homme, rapidement, s'avance à la barre où tous les regards le
suivent. C'est la victime de la rue Ordener. La silhouette est maigre,
nerveuse, avec des épaules étroites et une allure saccadée. Le visage
osseux, blême, parcheminé, avec un grand front chauve, est celui d'un
convalescent encore bien fragile. Caby, on vient de nous le rappeler à
l'instant, a eu un poumon troué par une balle. Une autre balle s'est
logée dans la région de la nuque d'où on n'a pu la retirer. Longtemps on
a désespéré de sauver ce malheureux, «foudroyé»--selon son
expression--à bout portant, et qui, gisant à terre, perdant son sang à
flots, fit de suprêmes héroïques efforts pour retenir de ses mains
raidies le dépôt qui lui avait été confié. Mais, enfin, le miracle s'est
réalisé tout de même, et la victime, revenue de si loin, apporte
aujourd'hui son témoignage décisif...

Le silence, dans la vaste salle, est absolu. Les coeurs battent un peu
plus fort. Une émotion anime les physionomies impassibles des jurés. Les
stagiaires sont graves. Les journalistes n'écrivent plus. Les vingt
accusés, soudainement très attentifs, ont des regards fixes, Dieudonné
est très pâle.

--Racontez à messieurs les jurés comment s'est produite l'agression dont
vous avez été victime.

Et Caby raconte, simplement, succinctement, d'une voix précise, sans
timbre... Nous voyons maintenant ce visage dans la pleine lumière qui
descend des fenêtres. Les traits, en relief, avec la moustache raide et
tombante qui barre le profil, sont décidés, énergiques, et contrastent
avec la faiblesse physique que l'on devine encore chez ce ressuscité.

[Illustration: La mère de Dieudonné à la barre des témoins.]

--Reconnaîtriez-vous votre agresseur?

Caby fait face aux accusés et, sans hésitation, le bras tendu vers
Dieudonné, déclare:

--Le voici!

Et c'est un long frisson dans la salle.

--Vous savez, insiste le président, que votre déposition peut faire
tomber la tête de cet homme.

--C'est lui, je le jure.

Alors, Dieudonné se lève. Il va sans doute crier son innocence. Non
point, il cherche à l'expliquer. Il parle longuement, sans élan, sans
désespoir, avec des phrases préparées. Ah! comme l'on voudrait être
véritablement ému à ce moment et recevoir, tandis que cet homme se
débat, le choc qui atteint le coeur. Mais non, ce n'est pas cela. Et,
tandis que Dieudonné se rassoit, nous entendons ces mots de Caby qui
sonnent terriblement plus vrais:

--Et moi je jure sur la tête de ma petite fille que cet homme est bien
mon agresseur!

Ce fut la scène la plus impressionnante, jusqu'ici, de ces interminables
débats, au cours desquels aussi, cependant, il y eut une minute
d'infinie pitié lorsque la mère de Dieudonné, une pauvre vieille
douloureuse, vint défendre son fils que malheureusement, continuent à
reconnaître des témoins précis et redoutables.

[Illustration: Le garçon de recettes Caby désigne Dieudonné comme son
assassin.]

[Illustration: Dieudonné, accusé d'être le principal auteur de
l'attentat de la rue Ordener, et son avocat, Me de Moro-Giafferi.]



[Illustration: Le camp des spahis après l'occupation de la casbah
d'Anflous. Mêlé aux soldats, l'envoyé spécial de _l'Agence Havas_, M.
Georges Guérard.]

LA PRISE DE LA CASBAH D'ANFLOUS

Les premières nouvelles qu'on avait reçues de la prise de la casbah
d'Anflous, et que nous avons résumées dans notre numéro du 1er février,
ont été complétées par des comptes rendus--un, notamment, du
correspondant de _l'Agence Havas_, M. Georges Guérard, auteur des
photographies reproduites ici, auquel nous allons faire de larges
emprunts--qui donnent à ce beau fait d'armes tout son caractère: c'est
l'une des opérations les plus rudes et les plus méritoires que nos
soldats aient accomplies au Maroc. Une de celles, aussi, dont on puisse
espérer les conséquences les plus efficaces pour le développement de
notre influence.

Il fallut un assaut de deux jours pour enlever cette forteresse, dont
nous avons dit la situation admirable, au point de vue défensif; un
combat qui remplit les journées des 24 et 25 janvier.

Il faut dire, pour faire mieux comprendre les difficultés de la tâche
imposée à nos troupes, que l'ennemi--soit que l'expérience acquise sur
d'autres champs lui ait profité, soit qu'il se trouvât dans ses rangs un
certain nombre des askris rebelles de Fez, dressés par nos instructeurs,
et renvoyés dans leurs tribus à la suite de la révolte de l'an
dernier--manoeuvrait tout à fait à l'européenne, en utilisant
admirablement le terrain qui le protégeait.

[Illustration: Le général Brulard à la casbah.]

La harka d'Anflous avait attaqué dans la nuit du 23 au 24 le camp
français. L'alerte déjà avait été chaude: un lieutenant de spahis et
deux conducteurs avaient été blessés; la propre tente du général
d'Esperey avait été trouée de balles.

[Illustration: Les alpins dans la cour d'entrée de la casbah. Sous un
appentis, la cage de fer dans laquelle le caïd Anflous enfermait ses
ennemis captifs _Photographies G. Guérard._]

Au matin, quand les nôtres se remirent en marche, les Marocains se
défendirent pied à pied dans chacun des villages fortifiés qui gardaient
la route, se repliant méthodiquement vers la zaouïa de Sidi Lhassen ou
El Hassan, centre important que le général Brulard s'était donné comme
objectif.

Le terrain, et c'est ainsi dans toute cette contrée hérissée de rocs,
broussailleuse, boisée même, un peu, était horriblement difficile. Il
était, par surcroît, fort habilement aménagé pour la lutte: en plus des
fortins dont il est semé, l'ennemi y avait établi des tranchées à
l'épreuve des obus à balle. Le général Brulard n'eut pas trop de toutes
les ressources dont il disposait. Tandis que l'artillerie faisait son
oeuvre, que le tabor des troupes auxiliaires et les tirailleurs
chargeaient à la baïonnette pour maintenir les Marocains sur la gauche
de la zaouïa, un mouvement tournant des tirailleurs et des zouaves prit
à revers la position tant disputée: à 2 heures après midi, nous en
étions maîtres; mais, jusqu'à la nuit, les nôtres, installés sur le
terrain conquis, furent en butte à une fusillade ininterrompue.

De nombreux cadavres marocains étaient demeurés sur la place; les
tranchées étaient ensanglantées. L'ennemi devait avoir éprouvé des
pertes considérables. Nous avions seulement huit tués et soixante
blessés.

Le 25, à 6 heures du matin, laissant les blessés et les convois à la
garde d'une compagnie d'alpins, d'une de tirailleurs et d'une section de
75, le général Brulard se remettait en marche sur le dar Anflous.

Le terrain sur lequel on allait opérer était encore, dit notre confrère
de l'_Havas_, historiographe de cette marche magnifique, «plus âpre que
celui où s'était déroulé le combat du 24 janvier. Des gorges profondes
séparent les croupes rocheuses et boisées des crêtes montagneuses qui
s'étendent parallèlement».

L'ennemi, escomptant que nous allions nous engager dans ces gorges,
avait tout préparé pour nous y bloquer et nous écraser. Le général
Brulard n'est pas si naïf! Il manoeuvra pour s'emparer des hauteurs de
droite, mais en trompant tout d'abord ses adversaires par une manoeuvre
de cavalerie qui consistait à faire croire que sa colonne allait suivre
le ravin: les cavaliers purent se rendre compte à quel point les
précautions, de ce côté, étaient prises!

Alors ils gagnèrent, méthodiquement, sous la protection de l'artillerie,
les premiers contreforts de la chaîne de droite, bientôt suivis de la
colonne entière débusquant tout ce qui s'offrait à sa marche. A 9 heures
on était sur la crête, «après une série de combats durant lesquels la
fusillade, les hurlements des Marocains et le fracas de la canonnade,
faisaient littéralement trembler la montagne».

[Illustration: Destruction de la forteresse d'un grand caïd marocain. La
colonne Brulard fait sauter à la mélinite la casbah d'Anflous: explosion
des deux tours de l'Est.--_Phot. G. Guérard._]

On tenait maintenant les hauteurs dominant la casbah, située dans une
petite vallée.

Il restait à parcourir 6 kilomètres, sur un sol couvert de rocs éboulés.
On le fit presque sans à-coups, en manoeuvrant avec un admirable
sang-froid.

Vers 10 heures, le feu des Marocains commençait à diminuer d'intensité.
Ils lâchaient pied. L'artillerie acheva leur déroute. Une heure après, on
arrivait en vue de la casbah, très imposante d'ensemble, repaire
jusque-là inviolé «contre lequel s'étaient brisées toutes les mehallas
envoyées par les sultans successifs au cours des règnes précédents».

On occupa cette bastille si chèrement conquise,--nous avons dit que
nous avions en tout, pour l'ensemble de l'expédition, treize tués et
soixante-douze blessés. Les blessés furent installés dans la partie que
naguère habitait le harem, au fond d'un verdoyant jardin, et nos soldats
s'amusèrent beaucoup d'une cage de fer, abandonnée dans la cour, qui
avait dû contenir maints captifs.

Et puis, le lendemain, avant de quitter les lieux, on procéda à
l'opération qui, de temps immémorial, a consacré les victoires: on
démantela la forteresse,--exactement, à la mélinite on fit sauter ses
tours et on entama ses murailles, ce qui est une difficile besogne, dans
ces constructions de béton dont le temps a fait de véritables
monolithes.



[Illustration: Le grand industriel Guéret. Le comte Tcherkof. Une grande
dame russe. Sergine Guéret. De Limeuil.

(M. de Féraudy). (M. Ravet). (Mlle Robinne). (Mlle Berthe Cerny). (M. H.
Mayer).]

[Illustration: Un contremaître (M. Croué). Guéret (M. de Féraudy).]

DEUX EFFETS D'AURORE SE LEVANT SUR UNE FÊTE ET SUR UN SINISTRE, A LA
COTE D'AZUR.

Scènes du premier et du dernier acte de l'_Embuscade_, de M. Henry
Kistemaeckers, à la Comédie-Française. _Décors de M. Bailly et de MM.
Jenselme, Gillard et Guérard.--Photographies A. Bert.--Voir l'article,
page 142._

LA CONFESSION DE LA DU BARRY (Mme JANE HADING) DANS SON CACHOT DE
SAINTE-PÉLAGIE

Une scène de _la Chienne du Roi_, l'acte de M. Henri Lavedan, applaudi
avec Servir au Théâtre Sarah-Bernhardt (direction Guitry).

Dessin de J. SIMONT.

Il y avait déjà un contraste piquant à nous montrer une des femmes qui
personnifient le mieux la joie et la frivolité, le luxe et la volupté de
la fin du dix-huitième siècle, dans le décor sinistre et répugnant d'une
prison, à nous faire voir cette amie de roi--du roi qui fut le
Bien-Aimé--rudoyée par des valets de bourreau, mais M. Henri Lavedan,
dans cette pièce, qui précède _Servir_ au Théâtre Sarah-Bernhardt, que
dirige actuellement M. Lucien Guitry, ne s'est pas arrêté à cet effet
purement extérieur et, pour ainsi dire, de premier plan; il est allé
beaucoup plus loin, beaucoup plus haut et il s'est plu à nous montrer, à
extérioriser de la façon la plus ingénieusement dramatique le contraste
de l'âme et de la chair, le conflit de l'esprit et de la matière.

Un prêtre, déguisé en délégué du Comité de Salut public, vient, en
effet, voir la courtisane incarcérée; il lui offre de la faire évader de
sa geôle, c'est-à-dire de la sauver de l'échafaud; mais il dispose d'un
moyen de secours qui ne peut servir qu'une fois et pour une seule
personne.--Qu'on sauve donc la reine! s'écrie spontanément la du Barry.
Mais la reine refuse la liberté sans ses enfants. La du Barry
n'acceptera pourtant pas de bénéficier seule d'une si insigne faveur et
elle se condamne à rester sous les verrous; elle recevra du moins
l'absolution que lui offre le prêtre; pour la recueillir elle
s'agenouille et, tandis que, de l'autre côté de la porte, à travers la
grille du judas, quelques sans-culottes, rouges voyous, l'injurient,
sans d'ailleurs se douter, heureusement, de l'acte qu'elle accomplit,
tandis qu'ils la criblent de sarcasmes, elle se confesse.

Mais, à mesure que s'écoule l'heure qui eût pu favoriser sa fuite, que
s'abat, sur la prisonnière, plus irrémédiablement, l'ombre du couperet,
elle s'effraie, elle s'épouvante; elle ressent, d'avance, toutes les
angoisses de l'exécution prochaine, toutes les affres de la mort; sa
volonté reste ferme et volontaire, mais sa chair accoutumée aux
caresses, aux adorations, tremble et se hérisse; elle hurle, elle se
tord... C'est la trouvaille d'un grand écrivain dramatique. On a
applaudi longuement et chaleureusement cet acte émotionnant et ses deux
remarquables interprètes, Mme Jane Hading et M. André Calmettes.



LES LIVRES & LES ÉCRIVAINS

_Un livre posthume_

C'est avec une mélancolique piété qu'on lira le volume édité d'hier
(_Dernières Pensées_, Flammarion), où se trouvent recueillis des
articles, des conférences, comme les derniers actes de cette royauté
intellectuelle qu'exerçait Henri Poincaré. L'allocution finale,
intitulée «Pour l'union morale», il l'avait prononcée trois semaines
avant sa mort.

Ce volume, d'ailleurs, paru sous la même couverture qu'avaient illustrée
_la Science et l'Hypothèse, la Valeur de la science_, contient surtout
des aperçus de détails, quelques discussions de théories récentes en
physique, mais, au point de vue général et quant à la philosophie,
Poincaré s'y montre rigoureusement fidèle à la doctrine qui, depuis une
dizaine d'années, avait fait de lui l'un des initiateurs de ce temps.

L'originalité d'Henri Poincaré, en effet, fut de philosopher, non pas en
philosophe, mais en savant. A propos d'Émile Boutroux, récemment nous
avons dit un mot de la préoccupation qui, après l'événement éblouissant
de la science, fut celle de tous les penseurs, depuis Emmanuel Kant
jusqu'à Henri Bergson: il s'agissait de déterminer la valeur de cette
science et de la concilier avec tout ce qu'elle semblait d'abord
repousser, la liberté, la foi, le sentiment du devoir et la morale. Les
philosophes cherchaient à résoudre la difficulté à leur manière, en
proposant des métaphysiques, c'est-à-dire en s'appliquant à déterminer
la nature même des choses dont la science ne traduirait qu'un aspect
fragmentaire. Henri Poincaré, au contraire, ne fut jamais un philosophe
de profession, mais seulement un savant prodigieux, prodigieux à la fois
par la force de son esprit et par l'étendue de son domaine, géomètre,
astronome, physicien, quasi-chimiste et biologiste, et assurément
psychologue. A l'époque d'une extrême division du travail, scientifique,
il y eut en lui quelque chose de l'universalité d'un génie de la
Renaissance. Il en avait aussi les dons artistiques, la chaleur d'âme.
Il voyait dans la science une beauté, un objet d'amour. Il parle avec
lyrisme et attendrissement des jouissances intellectuelles du
mathématicien et il célèbre l'astronomie, mère de toutes les sciences et
source de toutes les vérités, en un langage qui rappelle Pascal. On
conçoit donc que, abordant à son tour le problème des philosophes sur
«la valeur de la science», il se soit proposé d'y utiliser surtout son
universelle compétence et son autorité unique. Il entreprit de
réfléchir, non point sur la nature inconnue des choses, mais sur son
propre ouvrage et s'interrogea lui-même sur ce qu'il avait fait. Très
exactement, son objet fut, en faisant le tour des sciences où il avait
excellé, d'examiner les données fondamentales ou les principes les plus
relevés et de déterminer quelle en est au juste, dans la science même,
la signification. Et c'est ainsi que, tout naturellement, par la seule
analyse des admirables résultats qu'il avait acquis, il est arrivé à une
conception si modeste de la science et qui fit tant de bruit.

Avant lui, en effet, si discutée déjà qu'eût été la valeur de la
science, il y avait au moins les mathématiques pour lesquelles nous
faisions exception. Elles nous dépassent tellement, pour l'ordinaire,
que nous avions pris une bonne fois le parti de nous en remettre à leur
réputation d'exactitude. Il était entendu, depuis Pythagore, qu'on les
mettait à part dans le savoir; quand tout s'écroulerait, nous garderions
à Euclide notre foi. Or, Poincaré nous a montré que cette foi était
justement celle du charbonnier. Ce géomètre a comme découronné la
géométrie. Il y a sciences exactes et sciences exactes, affirme-t-il,
et, la relativité des sciences exactes, voilà, précisément, ce que l'on
peut appeler la philosophie de Poincaré.

Il est impossible d'en esquisser seulement ici la démonstration dont on
retrouvera, dans ces _Dernières Pensées_ d'aujourd'hui, quelques-uns des
points essentiels: sa méthode a toujours et partout consisté à analyser
les notions les plus hautes et les plus simples, et démontrer, par
exemple, l'incapacité où nous sommes de mesurer exactement le temps,
l'existence d'un espace beaucoup plus général que notre espace à trois
dimensions, le caractère approximatif et provisoire de toutes les lois
et hypothèses physiques; il aboutit par là à une sorte d'opportunisme
scientifique, ce que nous appelons vérité, étant seulement une
commodité, une attitude qui apparaît à notre esprit comme la plus
heureuse pour résumer actuellement tous les faits de l'expérience. Tel
est, à la lettre, le sens de la définition célèbre: les axiomes
géométriques et, avec eux, toutes les lois de la physique sont des
conventions.

Il faudrait bien se garder d'ailleurs de mal interpréter cette
définition. Si, au terme d'une carrière aussi féconde et aussi belle, le
grand savant n'avait eu à nous proposer qu'un aveu de scepticisme et de
découragement, ce serait à désespérer de l'esprit humain. A l'égard de
la science, au contraire, qui fut sa gloire, Poincaré garde autant de
foi que d'amour. Il a seulement voulu la dépouiller de toute rigidité et
de toute intransigeance: il voit en elle une chose humaine, vivante,
soumise à la loi de la vie et au progrès de l'humanité, toujours en
travail, jamais achevée, docile toujours au contrôle et à la leçon des
faits nouveaux. Il ne craint pas non plus qu'elle dessèche les coeurs ni
ne s'oppose jamais à la morale. Elle est au contraire créatrice d'idéal,
inspiratrice de sincérité, de désintéressement, d'union entre les
esprits et les coeurs; les savants sont les plus nobles esprits et il
n'y a de redoutable que la demi-science. Dans le beau livre
d'aujourd'hui, ce sont justement ces pensées confiantes et sereines qui
sont les dernières. Elles iront au coeur de tous.

_Voyages._

Ce ne sont point des voyages d'exploration en des terres inconnues que
nous conte M. René Bazin dans son nouveau livre (_Nord-Sud_,
Calmann-Lévy). Les itinéraires suivis par l'éminent romancier en
Amérique, au Canada, en Angleterre, en Corse et même parmi les glaces du
Spitzberg, sont des voies très connues du tourisme; mais il importe peu
puisque, par la richesse de son esprit si divers, par son observation
amusée ou pénétrante, par son art souple et fin si habile à mettre la
vie des anecdotes dans les intérieurs et les paysages reconstitués en
chaudes couleurs, M. René Bazin semble nous promener sur des routes
neuves, en des sociétés méconnues, parmi des merveilles ignorées. Après
avoir goûté l'enchantement de ses visions de la forêt de Vizzavona, du
golfe de Porto, de toute la Corse en automne, nombre de lecteurs
éprouveront le désir passionné de s'en aller rêver dans cette île d'or
où leur seront réservées toutes les émotions d'un voyage en Sicile. Et
c'est avec un grand charme aussi qu'ils visiteront la haute société
anglaise, dans les homes aristocratiques des comtés verdoyants où les
gens de notre race trouvent des «amis solides et reposants, prodigues
d'attentions muettes, intimidés par leur propre coeur jusqu'à prendre le
ton de l'humour pour exprimer leurs sentiments les plus profonds, exacts
dans leur politesse, juges équitables de la noblesse d'un acte et du bon
droit d'un homme, excepté quand l'intérêt du pays ou seulement son
orgueil est en jeu!»

_Romans._

Il est des lieux où souffle l'esprit... «La Lorraine possède un de ces
lieux inspirés. C'est la colline de Sion-Vaudémont, faible éminence sur
une terre, la plus usée de France, sorte d'autel dressé au milieu du
plateau qui va des falaises champenoises jusqu'à la chaîne des Vosges.
Elle porte sur l'une de ses pointes le clocher d'un pèlerinage à Marie,
et sur l'autre la dernière tour du château d'où s'est envolé jusqu'à
Vienne l'alérion de Lorraine-Habsbourg...» Il y a plus d'un demi-siècle,
trois prêtres, les trois frères Baillard, Léopold, Quirin et François,
vinrent évangéliser et bâtir sur _la Colline inspirée_. Leurs oeuvres
bientôt rayonnèrent comme leur foi, et tout le pays d'outre-Rhin et
Meuse fut un moment sous l'influence de Léopold Baillard, le chef
spirituel. Auprès d'eux s'empressent des femmes--sont-ce des paysannes,
sont-ce des religieuses?--qui les aident et que la légende ne respecte
pas plus que les nonnes du moyen âge. Il s'est toujours joué un drame
autour des lieux inspirés. «Ils nous perdent ou nous sauvent, selon
qu'ayant écouté leur appel nous le traduisons par un conseil de révolte
ou d'acceptation.» Le mysticisme violent, l'élan exaspéré des frères
Baillard vers le ciel devaient, inévitablement, sur la colline divine et
folle, les amener à s'affranchir de toute règle au moment même où cet
ébranlement de leur esprit et de tout leur être exigeait la discipline
la plus sévère. Et nous assistons à un délire grandiose de nouveaux
fondateurs d'église en lutte avec l'évêque, avec le pape, avec toute
l'Église ordonnée, dans son dogme et dans sa hiérarchie. On ne saurait
analyser l'action ni dire avec suffisamment d'art le détail de ce livre
admirable de M. Maurice Barrés, de cette oeuvre flamboyante que vient
d'achever de publier la _Revue hebdomadaire_ et que nous présentent
actuellement les éditeurs Emile-Paul en un volume de librairie. C'est
mieux que beau. C'est parfois, c'est souvent, sublime. Les idées se
pressent, se heurtent, tourbillonnent dans la fièvre lumineuse de ce
livre qui contient à lui seul toute l'âme de l'oeuvre de Maurice Barrés,
avec toute la poésie profonde de la tradition lorraine. Il faut suivre
la lutte opiniâtre, courageuse et rude, inégale d'abord, trop
complètement victorieuse ensuite, d'un jeune missionnaire, le père
Aubry, que le chef du diocèse a envoyé à Sion-Vaudémont pour reconquérir
sur les frères Baillard, devenus des «pontifes d'adoration», la colline
inspirée. Et il faut assister, aux dernières pages, à la fin de
l'illuminé Léopold, revenu au pays, après un long exil, pour y exhaler
son dernier souffle de saint des nouveaux jours, réconcilié, tout de
même, avec l'Église une et disciplinée. Car il ne fut point un
démoniaque. «Il a été plus près de Dieu que nous», avoue même le père
Aubry. Erreur et vérité à la fois. Problème qui se traduit par cette
double interrogation: «Qu'est-ce qu'un enthousiasme qui demeure une
fantaisie individuelle? Qu'est-ce qu'un ordre qu'aucun enthousiasme ne
vient plus animer?»

_La Colline inspirée_ est un roman--passionné et tragique--de l'âme. Les
romans du coeur et de la chair vont nous faire descendre des sommets,
des autels aériens où vient de s'exhaler l'angoisse humaine. Voici,
cependant, vraiment noble par sa douleur et sa pitié, le livre de M.
Lucien Victor-Meunier: _l'Assomption de Madame Brossard_ (Fasquelle);
voici, riche de belles peintures flamandes, le roman de M. Henri
Davignon: _Un Belge_ (pion); voici, _Suzanne Leclasnier_ (Grasset), par
M. Pierre Maudru, un jeune écrivain vibrant, hardi, dont les libres et
violentes audaces nous rappellent un peu la manière de M. Léon Daudet,
jadis, quand il écrivait _Suzanne_; voici _le Royaume du Printemps_ ou
le roman d'une jeune mariée (Ed. Miasol), des confessions d'une candeur
téméraire, transcrites par Mme Gabriel le Ré val; voici _Celle qui
manqua_ (Grasset), de Mlle Marie-Anna Hullet, dont les psychologies nous
paraissent un peu ingénues encore mais dont la plume est alerte et
personnelle déjà et qui aura peut-être du talent.--M. Jean Marsal
(_Djelal_, lib. H. Champion), M. Paul-Louis Garnier (_Visages voilés_,
Ollendorff) et surtout Mme Demetra Vaka (_Haremlik_, Ed. Plon), nous
racontent des histoires turques.--Mme Alberich-Chabrol (_la liaison des
Dames_, Ollendorff) nous présente un tableau, vivement brossé, du monde
des étudiantes modernes.--M. Georges Pioch témoigne d'une assez agréable
fantaisie philosophique dans _les Dieux chez nous_ (Ollendorff).--Avec
sa cinglante bonne humeur, Gyp nous dit, selon son imagination, _le
Grand Coup_ (Flammarion), la conspiration victorieuse, qui doit changer
de place et de rang les gens et les idées.--M. Valentin Mandelstamm
confie le soin d'éclaircir la tragique et ténébreuse _Affaire du Grand
Théâtre_ (p. Lafitte) à un auteur dramatique-détective, d'une espèce
assez inédite et fort intéressante.--Enfin, citons: _Tendres Canailles_
(Ollendorff), par M. André Salmon; _les Confessions d'un condamné_,
publiées par Julien Hawthorne et Diek le _Galopeur_, par H.-B. Marriott
(traduction Albert Savine, éd. Stock), _Cyprien Galissart, lauréat du
Conservatoire_ (Fontemoing), par M. Georges Beaume.



LES THÉÂTRES

_Servir_, la pièce de M. Henri Lavedan à propos de laquelle la première
page de notre précédent numéro montrait, sous les traits de M. Lucien
Guitry, tout ce qu'il y a d'élevé, de farouche et de résolu chez un vrai
soldat, chez un officier français de bonne race,--_Servir_ a été acclamé
au Théâtre Sarah-Bernhardt par un public irrésistiblement entraîné par
la puissance éloquente de M. Henri Lavedan et de son grand interprète.
Ce drame met en présence, et aux prises, un père et un fils: deux
officiers de notre armée qui ont sur le devoir militaire des idées
diamétralement opposées,--d'où sa violence poignante. C'est un conflit
d'une grandeur tragique, soutenu dans une prose d'allure cornélienne et
qui dépasse de beaucoup la commune mesure des drames auxquels nous
sommes habitués. M. Lucien Guitrv y est entouré de M. Capellani, de Mme
Gilda Darthy, de MM. Mosnier, Decoeur, qui se montrent dignes d'un tel
artiste.

Servir est précédé d'un acte du même auteur, _la Chienne du Roi_, à
laquelle nous consacrons une gravure, page 141.

A la Comédie-Française, la pièce en quatre actes de M. Henry
Kistemaeckers, _l'Embuscade_, a été représentée parmi les
applaudissements d'une salle tour à tour subjuguée et charmée. Nous
reproduisons page 140, deux scènes de son premier et de son dernier
acte.

Devant la mer bleue, dans le parfum des orangers, à la lueur de
lanternes balancées dans les branches comme d'énormes fruits vermeils,
aux sons alanguis, énervants d'une musique apportée par bouffées des
salons de la villa toute proche: c'est une fête nocturne sur la Côte
d'Azur, c'est une nuit qui s'écoule dans une atmosphère de luxe et de
joie... Telle est, en effet, l'impression que donnent le cadre et les
premières scènes de cette pièce. Et puis voici, dans les mêmes parages,
l'aspect sinistre d'un lieu de travail, âpre et dur, où semble avoir
passé quelque cyclone; c'est un atelier de métallurgie éventré, dévasté
par l'explosion d'une mine, avec ses poulies déchiquetées, ses arbres de
transmission brisés, tordus, ses énormes machines-outils démembrées; et
par la brèche ouverte sur un horizon de collines douces et de mer
paisible, ourlée d'écume, on voit l'aurore apparaître et le soleil
lentement monter dans le ciel qui s'embrase. Car la nature impassible
accomplit sans interruption son oeuvre et il n'est pas jusqu'aux ruines
accumulées par la main de l'homme qui ne rayonnent de sa lumière. Le
contraste est saisissant entre ce premier et ce dernier décor, entre ce
premier et ce dernier acte; mais de l'un à l'autre se déroulent les
ingénieuses et pathétiques péripéties d'une action nombreuse,
tumultueuse, abondante en force et en sensibilité. On peut prédire à
cette belle oeuvre un long succès. L'interprétation en est tout à fait
supérieure avec Mme Berthe Cerny et M. de Féraudy, avec un des plus
jeunes comédiens de la Maison, M. Georges Le Roy, avec Mlles Bovy et
Robinne.

Au petit Théâtre-Impérial, curieux spectacle composé d'une série de
pièces: _Ernestine est enragée_, de MM. André de Lorde et Georges
Montignac;_ la Lettre_, pantomime du peintre Willette, avec musique
d'Ed. Artaud; _la Maladresse_, de MM. Georges Docquois et Henri
Duvernois; _Soyons Parisiens_, de MM. Maurice Desvallières et Gaston
Derys.

Enfin, à l'Olympia, opérette-revue de M. André Barde, musique de M.
Cuvillier, _la Reine s'amuse_, dont l'attraction principale est une
reconstitution du Bal des Quat'z-arts.



UN MAITRE DU VAUDEVILLE

Un auteur dramatique qui connut de grands succès, M. Grenet-Dancourt,
vient de mourir, à l'âge de cinquante-quatre ans, subitement emporté par
une attaque d'angine de poitrine.

Pour beaucoup, son nom restera attaché à un vaudeville célèbre, dont la
fortune fut éclatante, _Trois femmes pour un mari_, écrit avec M.
Valabrègue. Sa franche gaieté, la verve savoureuse, abondante, qui y
était répandue, l'ingéniosité des situations, valurent à cette pièce une
renommée à laquelle atteignent bien rarement les ouvrages de ce genre.
Et ce sont ces mêmes qualités qui assurèrent constamment à
Grenet-Dancourt la sympathie du public.

Il avait commencé par être acteur; après s'être fait applaudir à
l'Odéon, il présenta, en 1881, sur la scène qui avait vu ses débuts de
comédien, un petit acte, _Rival pour rire_. Sa réussite le mit en goût,
et dès lors, renonçant à interpréter les pièces des autres, il en
produisit à son tour, seul ou en collaboration, dans tous les théâtres
où l'on jouait ce qu'on appelait alors, d'un nom bien déprécié
aujourd'hui, le vaudeville.

Grenet-Dancourt s'était également fait connaître par des monologues et
des saynètes que Coquelin cadet avait rendus populaires. Il était,
depuis 1904, chevalier de la Légion d'honneur.

[Illustration: Le traîneau à hélice de M. Bertrand de Lesseps, gagnant
le concours international de traîneaux automobiles à
Saint-Pétersbourg.--_Phot. Bulla._]



DOCUMENTS et INFORMATIONS

UN CONCOURS DE TRAÎNEAUX AUTOMOBILES.

Le concours de traîneaux automobiles à hélice qui vient d'avoir lieu à
Saint-Pétersbourg, devant une commission instituée par le ministre de la
Guerre, a été l'occasion d'une nouvelle victoire pour l'industrie
française.

La première place, est, en effet, revenue au traîneau de M. Bertrand de
Lesseps. Ce véhicule, propulsé par une hélice aérienne qu'actionne un
moteur de 30 chevaux, a réalisé une vitesse de 60 kilomètres à l'heure,
en évoluant avec une grande facilité.

Le résultat est d'autant plus honorable qu'un des concurrents pilotait
un traîneau muni d'une énorme hélice à quatre pôles et d'un moteur de 50
chevaux. Cet appareil, sur lequel on comptait beaucoup, a paru peu
pratique. Il a, d'ailleurs, dès le début de l'épreuve, causé un accident
assez grave: son hélice s'est brisée en tranchant le bras d'un
spectateur.

LA FOUDRE ET LES EAUX SOUTERRAINES.

Dans une relation d'un cas de foudre globulaire présentée à l'Académie
des sciences par M. Violle au nom de M. G. de La Villemontée, il est
noté très expressément que cette foudre globulaire se manifesta
au-dessus d'un bassin alimenté par une nappe d'eau souterraine. Ce fait
vient à l'appui d'une opinion d'après laquelle la foudre éclate le plus
souvent au-dessus des cours ou nappes d'eau souterraine. Comme il est
dit dans les instructions sur les paratonnerres de l'Académie des
sciences, la foudre évite plutôt les sols arides reposant sur des
rochers ou sables secs, sauf s'il a plu récemment. Mais si, sous ces
rochers et sables, il y a des gisements métalliques ou des gisements
d'eau, c'est tout autre chose. La foudre y tombe volontiers.

Ainsi, on sait 'qu'à Bagnères-de-Bigorre la foudre est attirée par les
gisements de magnétite: les arbres qui surmontent ceux-ci, et qui
pourtant ne sont pas sur une crête, sont constamment foudroyés.

D'autre part, non loin du col de Somport, le docteur Pedro Farreras a
relevé trois points qui sont particulièrement frappés par la foudre. Or,
à chacun de ces trois points, il y a ou bien une source, ou bien un
cours d'eau souterrain. En réalité, la foudre est une bonne indication
de points d'eau, et si on la voit souvent frapper une même localité, un
même groupe d'arbres, c'est que sous le sol il y a de l'eau qui le rend
particulièrement conducteur.

NOUVELLES OBSERVATIONS SUR LES ICEBERGS.

A la suite de la catastrophe du _Titanic_, le professeur Barnes fut
chargé par le gouvernement canadien d'observer les icebergs qui dérivent
devant les côtes du Labrador. On vient de publier les résultats de cette
campagne au cours de laquelle ont été faites des constatations curieuses.
La fusion de l'iceberg, due à l'élévation de température de la mer,
augmente encore légèrement la température des eaux de surface, par suite
des deux courants qu'elle détermine: au-dessous de l'iceberg, un courant
vertical descendant d'eau refroidie; autour de la montagne de glace, un
courant centripète amenant l'eau de mer voisine pour remplacer l'eau du
courant précédent.

Dans le voisinage de l'iceberg, l'eau de ce deuxième courant est plus
chaude que la mer environnante; l'iceberg provoque donc sa propre
destruction, et sa fusion s'opère presque exclusivement par les faces
immergées.

Quant à l'action refroidissante propre de l'iceberg, elle est toujours
extrêmement faible, et elle cesse de se faire sentir à quelques mètres.

M. Barnes ajoute que la glace des icebergs emprisonne toujours de
grandes quantités d'air dissous et d'air libre à l'état de très fines
bulles, donnant lien à une effervescence quand on fait fondre cette
glace dans l'eau tiède. Cet air libre est quelquefois à une pression
suffisante pour expliquer les explosions d'icebergs que l'on observe
fréquemment.

UN TRAIN ACTIONNÉ PAR DES ACCUMULATEURS.

On vient de mettre à l'essai aux États-Unis le premier train de chemin
de fer actionné par des batteries d'accumulateurs. Ce train, qui se
compose de trois voitures portant chacune quatre moteurs et une batterie
d'accumulateurs, est destiné au réseau des chemins de fer de Cuba. Il a
circulé entre New-York et Long-Beach, soit sur une distance de 40
kilomètres; le trajet a été accompli en 57 minutes à l'aller et en 53
minutes au retour.

On a consommé environ 2,5 kilowatts par kilomètre. En supposant que le
courant revienne à 5 centimes le kilowatt, le transport de 150 voyageurs
sur un parcours (aller et retour) de 80 kilomètres revient à une dizaine
de francs.

LE POIDS DU CERVEAU, LA TAILLE
ET L'INTELLIGENCE

_Dans sa nouvelle pièce_, les Éclaireuses, qui obtient le plus éclatant
succès au Théâtre Marigny, M. Maurice Donnay effleure avec son esprit
coutumier une question de haute biologie. La scène finale du premier
acte rende tout entière sur la valeur respective du cerveau dans les
deux sexes. Le mari, très averti, oppose à sa femme l'opinion du docteur
Dubois, savant hollandais surtout connu pour avoir découvert le_
Pithecanthropus._

_M. Dagnan-Bouveret, fils du grand peintre, nous adresse sur cette
question une note amusante, en dépit de sa précision technique.--note
particulièrement agréable à lire pour le beau sexe qui ne pourra,
désormais, s'offusquer de se voir, comme il arrive parfois, attribuer
«une cervelle d'oiseau»:_

Bien souvent la fantaisie des poètes s'est plu à faire abstraction des
cadres rigides qu'imposent à la réalité l'espace et le temps. Nul
peut-être plus que Swift, dans ses voyages de Gulliver, n'a tiré un
heureux parti de ces fictions qui ne changent les dimensions des êtres
et des choses que pour peindre avec plus d'ironie les moeurs et les
ridicules des hommes. Parfois la nature même semble justifier ces
fantaisies en nous présentant des géants si grands et surtout des nains
si petits qu'il semble, que l'imagination ne soit guère allée au delà du
réel et n'ait pas dépassé les limites du possible. Mais la biologie nous
a montré que l'évolution des espèces est limitée dans le sens de la
grandeur aussi bien que, dans celui de la petitesse do la taille.

L'accroissement de la taille a une limite relativement simple et
d'ordre; purement mécanique. Tandis que le poids s'accroît comme le cube
de la taille, la force des muscles s'accroît comme leur section
transversale, ce qui correspond au carré de la taille.

Beaucoup plus complexe est la limite de la diminution de la taille.

Cuvier avait admis la proportionnalité pure et simple entre le poids du
corps et celui du cerveau. Il estimait que _le poids relatif_ de ce
dernier correspond au degré d'intelligence. Cette loi se vérifie quand
on compare entre elles de larges divisions du règne animal, telles que
les classes des vertébrés; le poids du cerveau représente pour l'homme
1/45 de celui du corps; 1/98 pour le, chevreuil; 1/392 pour le cygne;
1/4300 pour le requin, etc. Mais on aboutit aux résultats les plus
paradoxaux si on compare les animaux d'une même classe ou d'une même
espèce. Ainsi, la souris a une proportion d'encéphale égale, à celle de
l'homme; le ouistiti a une proportion beaucoup plus élevée (1/25),
dépassée encore par certains petits oiseaux tels que la mésange et le
roitelet (1/20).

En présence de ces faits, la loi de Cuvier a dû être abandonnée et on a
cherché une autre relation entre le poids du corps, le poids de
l'encéphale et la mesure de l'intelligence. Les travaux de Brandt et de
Sneil avaient établi que l'activité générale de l'organisme, mesurée par
les combustions vitales, est proportionnelle à la surface et non au
poids du corps. Dubois, le savant hollandais qui découvrit à Java le
_Pithecanthropus_, s'est alors demandé si l'on n'obtiendrait pas une
formule satisfaisante en comparant le poids de l'encéphale non pas à la
masse du corps, mais à sa surface. Or, la surface du corps d'un animal
est proportionnelle au carré (ou puissance 2) de sa longueur, et son
poids au cube de cette longueur; par conséquent, la surface est
proportionnelle à la puissance 2/3 ou 0,66 du poids et la longueur à la
puissance 1/3 de ce poids.

Partant de cette hypothèse, et considérant des espèces appartenant à une
même; famille (mais appartenant toutes à la classe des mammifères),
Dubois s'est efforcé de la vérifier empiriquement. Pour des familles
très différentes, il a obtenu des valeurs très voisines, dont la
moyenne, _l'exposant_ de relation est 0,56, c'est-à-dire un peu plus
faible que celle donnée par la théorie (0,66). Dès lors, on peut dire
que le poids de l'encéphale est, chez les mammifères, égal au poids
multiplié par 0,56 et par une constante, variable suivant les familles
considérées, que Dubois appelle le coefficient de céphalisation.

L'influence de la taille de l'animal sur le poids de son encéphale se
trouve ainsi éliminée, et le coefficient de céphalisation représente
bien, comme l'a exprimé M. Lapicque, «la valeur cherchée, laquelle doit
diminuer ou grandir avec la complexité de la vie de relation, la
souplesse surtout de cette vie de relation, et la possibilité de son
ajustement à des conditions de plus en plus délicates; c'est-à-dire avec
l'intelligence des animaux appréciée objectivement.»

Avec ce coefficient de céphalisation, on obtient un classement
satisfaisant. L'homme vient nettement en tête avec un coefficient égal à
2,8, d'après Dubois; 2,73 pour l'homme et 2,72 pour la femme, d'après
les calculs de M. Lapicque. Bien au-dessous viennent les singes
supérieurs, les anthropoïdes, orangs ou gibbons, 0,76 à 0,70; puis les
singes inférieurs, tels que les ouistitis, 0,48; enfin, les autres
mammifères, 0,45 à 0,30.

Toujours, fait capital, les grandes et les petites espèces d'une même
famille, quelle que soit la différence de leur poids, sont rapprochées
par leur coefficient de céphalisation.

Il résulte de cette loi qu'entre des espèces animales qui diffèrent
seulement par la taille, le poids de l'encéphale varie beaucoup moins
vite que le poids du corps. Si, par exemple, dans une même famille, nous
considérons deux représentants d'espèces de taille différente, l'un
ayant un poids triple de celui de l'autre, le poids de l'encéphale du
plus gros sera non pas triple, mais double; de celui du poids du plus
petit. Par conséquent, les petits animaux ont une bien plus forte
proportion d'encéphale que les grands.

Cette proportion à laquelle nous avons vu qu'on ne pouvait attacher la
signification que lui attribuait Cuvier paraît avoir un sens très net:
elle marquerait une limite à l'évolution des espèces dans le sens de la
diminution de la taille. La tête, en effet, ne saurait être démesurément
lourde par rapport au corps: il semble qu'elle ne puisse dépasser un
dixième ou un huitième du poids total du corps. Or, la tête comprend non
seulement l'encéphale, mais encore la boîte crânienne, le massif facial,
les mâchoires, les appareils des sens. Un oiseau peut donc se permettre
au maximum un quinzième de son poids total comme encéphale; un mammifère
au maximum un vingt-cinquième.

En ce qui concerne l'espèce humaine, M. Lapicque a calculé que, la plus
petite race possible «ayant un cerveau fonctionnellement égal au nôtre,
aurait un pouls d'environ 15 kilogrammes». Nous voilà bien loin encore
des Lilliputiens de Swift qui, avec leur taille de 6 pouces pèseraient
moins de 100 grammes!



[Illustration: Une belle oeuvre architecturale du XVIIe siècle entourée
de bâtiments de ferme: le portail d'honneur du château de Brécy, dans le
Calvados.--_Phot. Ch. Foulard._]

UN CHATEAU DE MANSARD

«Mlle Rachel Boyer, de la Comédie-Française, vient de se rendre
acquéreur du château de Brécy, dans le Calvados, à 22 kilomètres de
Caen.» Rencontrée en quelque coin de journal, au détour d'une colonne,
la brève nouvelle se glisse dans l'esprit tout discrètement, sans
tapage; et l'on a, tout d'abord, un sourire pour féliciter,
intérieurement, l'heureuse artiste, en songeant _in petto_ qu'il s'agit
sans doute d'une jolie gentilhommière normande environnée de grasses
prairies... Et l'on ne s'arrêterait qu'un instant, si l'information
n'ajoutait: «Le château de Brécy est un ancien édifice du dix-septième
siècle, bâti par Mansard.» Voilà de quoi éveiller la curiosité de tous
ceux qui s'intéressent au sort de nos vieilles demeures de France.

Celle-ci était, avec les ans, tombée en un fâcheux état d'abandon.
Quelles vicissitudes avait-elle subies, depuis que l'illustre Mansard,
celui de Choisy et de Maisons-Laffitte, l'avait fait construire pour un
de ses parents, lequel devait trouver fort agréable d'avoir pareil
architecte dans sa famille. Les archives locales établiraient cette
histoire, qui est celle de tant d'autres monuments, mal préservés de la
double injure des hommes et du temps. Les pierres ont leur grandeur et
leur décadence: Brécy, livré à un propriétaire qui en ignorait la valeur
artistique, connaissait la mauvaise fortune. Une métairie s'était
installée dans le charmant domaine. Et, tout à côté du portail d'entrée,
chef-d'oeuvre de grâce et de noblesse, des bâtiments de ferme montraient
leurs toits de chaume.

Un jour, comme une voiture fourragère, traînée par quatre robustes
chevaux de trait, franchissait, au risque de l'abîmer, le précieux
portail, réservé jadis à de plus légers équipages, le hasard voulut
qu'une automobile passât par là. Le plaisir de la vitesse n'empêche
point les touristes avisés de regarder autour d'eux: au spectacle
imprévu de cette charrette devant laquelle s'ouvraient des vantaux
sculptés, une voyageuse s'étonna: comment une résidence dont la façade
avait si imposant aspect s'était-elle transformée en habitation
rustique? D'autres surprises l'attendaient à la visite du domaine. Le
château, de sages proportions, était du style le plus pur, et un beau
jardin à la française l'entourait, coupé de terrasses aux escaliers de
pierre moussue, aux élégantes balustrades. Partout on retrouvait la
marque d'un génie harmonieux et souple, savant à plaire, ami de la
mesure et de l'ordre: entre des travaux plus importants, Mansard avait
dû s'amuser à créer cette délicieuse «folie»...

C'est ainsi que, pendant une halte d'automobile, Mlle Rachel Boyer
«découvrit», si l'on peut dire, le château de Brécy; elle parvint, non
sans des efforts obstinés, à déterminer son propriétaire, qui en
négligeait l'entretien, à le lui céder. Et il faut se réjouir de voir
désormais sauvée cette petite terre où le goût français a fleuri, il y a
plus de deux siècles. La «brocante», dont si souvent on signale les
méfaits, n'a pu s'emparer du portail de Brécy, comme elle avait tenté de
ravir celui de l'ancien évêché d'Alan. Le château sera restauré avec
piété: n'est-il pas de bon exemple que l'initiative privée supplée
parfois, quand il s'agit de la conservation d'une oeuvre d'art, à
l'État, protecteur officiel--mais si occupé--de nos beautés
monumentales?



[Illustration: Le nouveau gouverneur du Liban, S. E. Ohannès pacha
Coumoudjian, faisant son entrée à Beyrouth (assis à sa gauche, un grand
personnage du Liban, S. E. Habib pacha). _Phot. Stefane Faulikevitch._]

LE GOUVERNEUR DU LIBAN

_Un correspondant de Beyrouth, M. François Houri, nous écrit:_ Grâce à
l'intervention de la France, la Porte a enfin décidé, depuis quelques
semaines, d'accorder les réformes demandées pour le Liban et de nommer
en même temps son nouveau gouverneur, S. Exe. Ohannès pacha Coumoudjian,
sous-secrétaire d'État aux Affaires étrangères de l'empire. Ohannès
pacha est âgé de cinquante-trois ans. Il est Arménien catholique et
appartient à une des plus grandes familles de Constantinople.

Sa nomination, qui a reçu la sanction des ambassadeurs des six grandes
puissances protectrices du règlement du Liban (France, Angleterre,
Russie, Autriche-Hongrie, Allemagne et Italie), a été surtout
interprétée, ici, comme un succès de la politique française.

A peine débarqué à Beyrouth, où il a eu une réception des plus
solennelles et des plus enthousiastes--les Libanais étaient venus en
nombre et de tous côtés saluer le nouveau gouverneur--il a fait appeler
un des plus grands personnages du Liban et le chef le plus puissant
après le patriarche maronite, S. Exe. Habib pacha El Saad, pour le
consulter et le prier d'accepter la présidence du conseil administratif.
Habib pacha est maronite; il appartient à cette grande famille Saad El
Houri dont Volney et Lamartine parlent avec enthousiasme et dont un des
membres, l'arrière-grand-père de Habib pacha, fut nommé consul de France
dans le Levant, de par une charte de Louis XVI. Il s'appelait cheik
Grandour El Saad.

Le gouverneur, qui ne connaissait pas du tout Habib pacha, s'est
inspiré, dit-on, des recommandations de l'ambassade de France à
Constantinople, en l'ayant, sitôt débarqué, fait appeler et nommer à la
présidence du Conseil. Cette nomination a réjoui tous les Libanais à
quelque rite ou religion qu'ils appartiennent. Aussi le Liban, pour
fêter l'avènement d'une nouvelle ère de progrès et de prospérité qu'il
espère des nouveaux gouvernants, a-t-il fait des illuminations superbes
et a-t-il exprimé sa joie, suivant la tradition, par des fusillades
nourries.



[Illustration: LES RAYONS V, par Henriot.]



_JEUX ET PROBLÈMES_

_Voir les solutions au prochain numéro._

LE DAMIER

N° 3775.--_Problème_, par Ph. L.

Noirs (14 P. 1 D.).

Blancs (12 P. 1 D.).

Les Blancs jouent et gagnent.


LES DOMINOS

N° 3776.--_Dominos._

Compléter le carré ci-dessous avec les 28 dominos, de manière qu'en
additionnant les points des 8 colonnes verticales, des 8 rangées
horizontales et des 2 grandes diagonales, on obtienne toujours le même
total: 21 points.

Nota.--Six vides symétriques se trouvent dans la figure.


JEUX D'ESPRIT

N° 3777.--_Logogriphe_, par Auguste Capdeville (Béziers).

        O maîtresse d'Alcibiade,
        Reine des beautés en pléiade,
        Montre devant l'obscur devin,
        Ame céleste, corps divin.

        Sauf A, dans le coquet parterre
        D'un poétique presbytère,
        Allons cueillir la chaste fleur
        Ayant la neige pour couleur.

        Sauf I, c'est le canapé rose.
        Là le joufflu Flémard repose,
        Morgué!
        Eternellement fatigué.

        Sauf A, je deviens soit l'emblème
        Sacré de la candeur suprême,
        Soit le calice virginal
        De l'aube au front matutinal.

        Sauf I, sur le divan d'Estelle
        Où la somnolence s'attelle,
        Vrai Ganymède, je m'assieds.
        --Trois pieds.

        La déprimante lassitude,
        La paresseuse quiétude!
        Sauf I,
        De l'activité le défi.

        Je chante la sieste molle.
        Or, l'enivrant parfum s'envole
        Afin d'embaumer Josépha,
        Sauf A.

        Comme bonne philosophie
        Le moelleux sopha de Sophie,
        Quand, sauf I, l'on est fatigué,
        Morgué!

        Maintenant, hélas! plus d'oeillade,
        Car l'amante d'Alcibiade
        Dort, sans amour et sans rancoeur,
        Lasse d'esprit... _lasse de coeur!_


        N° 3778.--Mots décroissants, par Ernestine B.

        Ce qui veut des médicaments
        Calmants.
        Un droit pour lequel le beau sexe
        Se vexe.
        Pour les semaines de loisir
        Plaisir.
        Fureur qui doit rendre ton verbe
        Acerbe.
        Son que fit entendre ta voix
        Cent fois.
        Et l'extrémité  d'une tête
        De bête.

C. CHAPLOT.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3651, 15 Février 1913" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home