Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Louis XI - et Les États Pontificaux de France
Author: Rey, R.
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Louis XI - et Les États Pontificaux de France" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



Notes de transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée
et n'a pas été harmonisée.

Quelques caractères, en exposant dans l'original, principalement des
références d'archivage, dont la signification n'est pas évidente s'ils
sont accolés à la lettre qui les précéde, ont été mis en accolade dans
cette version électronique, comme p.e. dans «Cartons des Rois, X{ta}
8605».



    LOUIS XI

    ET

    LES ÉTATS PONTIFICAUX DE FRANCE

    AU XVe SIÈCLE

    D'APRÈS DES DOCUMENTS INÉDITS


    par

    M. R. REY

    Agrégé d'histoire

    Inspecteur d'Académie à Grenoble


    GRENOBLE
    IMPRIMERIE ALLIER FRÈRES
    26, COURS SAINT-ANDRÉ, 26

    1899



    LOUIS XI

    ET LES ÉTATS PONTIFICAUX DE FRANCE

    AU XVe SIÈCLE

    D'APRÈS DES DOCUMENTS INÉDITS



PRÉFACE


Il est peu de villes de l'ancien domaine royal, peu de provinces
françaises qui, au point de vue de l'histoire nationale, présentent
autant d'intérêt que la cité d'Avignon et «La Conté de Venaissin»,
anciens fiefs temporels du Saint-Siège, mais vivant d'une vie propre,
jouissant de toutes les libertés que donne l'autonomie communale la
plus large, jusqu'à leur incorporation définitive à la République
française (14 septembre 1791). Il faut ajouter, à vrai dire, qu'il
n'est pas d'histoire plus mal connue.

Placés sur les confins du Languedoc ci de la Provence dont le Rhône et
la Durance constituaient les limites fréquemment contestées, les États
pontificaux de France commandaient la grande route du Nord, vers la
Méditerranée, par la vallée du Rhône; sous les remparts d'Avignon
transitaient toutes les marchandises importées du Levant,
d'Alexandrie, des Indes, et se dirigeant vers les pays du Nord de la
France. Tous les souverains, princes du sang, grands personnages,
capitaines illustres prenaient gîte dans l'ancienne résidence des
papes, et, suivant l'expression de Mlle de Montpensier, les rois de
France se considéraient à Avignon comme chez eux, et, pendant leur
séjour dans la ville, ils en faisaient garder les portes par leurs
propres gardes.

Anciens territoires démembrés de la Provence et du Languedoc pour
devenir terre papale, «La Conté de Venaissin» et Avignon avaient, avec
les provinces limitrophes, une origine, une langue, des moeurs et des
intérêts communs. Trop pauvres et resserrés dans des limites trop
exiguës, ils ne pouvaient pas se suffire avec les ressources de leur
sol qui, bien que riche et très fertile, n'aurait pas pu alimenter le
quart de la population. C'est donc par leurs voisins, Provençaux,
Languedociens, Bourguignons, Dauphinois, que les sujets des papes
vivaient. De la Bourgogne et du Dauphiné, les blés leur arrivaient par
le Rhône; du Languedoc, les animaux, le bétail, les fruits et le vin;
de Provence, la laine pour la fabrication des draps. En retour, c'est
chez leurs voisins que les produits de l'industrie avignonnaise,
velours, damas, tentures brodées, brocarts, passementerie, toiles,
draps, librairie, trouvaient un placement avantageux.

Cette communauté des intérêts amenait forcément, d'État à État, des
rapports incessants, et voilà pourquoi, en écrivant l'histoire des
anciens États pontificaux de France dans la seconde moitié du XVe
siècle, c'est l'histoire de la France elle-même que l'on écrit. C'est
un de ses chapitres les plus curieux et les moins explorés que l'on
reconstitue grâce à une abondante correspondance à peu près inédite
tirée des archives déposées au Palais des Papes.

Durant cette période de l'histoire de notre pays, les Avignonnais et
les Comtadins se trouvent, par la force des événements, par le jeu
même de leurs intérêts et aussi par la position topographique de leur
territoire, mêlés à tous les grands faits de notre passé. Les guerres
civiles et religieuses provoquées par le schisme avaient eu pour
principal théâtre Avignon et quelques localités du Venaissin, et peu à
peu s'était établi un échange fréquent de lettres et d'ambassades
entre les sujets de l'Église et les rois de France.

La succession du maréchal de Boucicaut, les ravages et les excès de
toutes sortes commis par son frère Geoffroy de Meingre sur les terres
papales mettent en rapports constants le jeune roi Charles VII avec
les Comtadins et les Avignonnais qu'il prend sous sa protection
(1421-1429).

Avec le dauphin Louis commencent des intrigues politiques qui semblent
préparer tout d'abord une tentative discrète d'incorporation des États
de l'Église à son gouvernement du Dauphiné (1444). Puis ce sont
d'incessants agissements de Louis qu'aucun de nos historiens n'a
soupçonnés et dont la main mise sur le Venaissin et Avignon paraissait
être le but non avoué. Toutes ces négociations entre le dauphin de
Viennois et les États du pape jettent un nouveau jour sur les
rapports de Charles VII et de son fils, et sur l'origine de leur
brouille (1452).

La politique suivie par Louis XI en 1461, 1464, 1470, 1476, 1479,
vis-à-vis des États de l'Église, constitue l'une des phases les plus
mouvementées de l'histoire des relations de la royauté française avec
le Saint-Siège, et permet de mieux apprécier encore la finesse
politique en même temps que le ton autoritaire et la volonté
impérieuse d'un monarque qui avait pour principe de ne ménager
personne quand il s'agissait de la raison d'État.

Il y a une politique de Louis XI bien déterminée et uniformément
suivie par lui à l'égard des terres de l'Église et des populations qui
y habitent. Cette politique se dessine d'une façon très nette dans la
correspondance du souverain avec la ville, dans les instructions
données aux ambassadeurs royaux, «escuiers d'escuerie», «sergents
d'armes», maîtres d'hôtel, maréchaux, officiers de la maison du roi,
dont les registres de délibérations du conseil de ville nous ont
précieusement conservé la teneur. Quel est le caractère de cette
politique? Quelle est la nature de ces relations du souverain avec des
populations qui ont les mêmes sentiments et les mêmes aspirations que
les véritables Regnicoles, mais sur lesquelles l'Église exerce un
droit de souveraineté temporelle que les rois de France
reconnaissaient sans se faire illusion sur sa légitimité? Quelle a été
l'action de la royauté sur ce pays sous Louis XI? Ce monarque a-t-il
eu, à l'égard de ces territoires enclavés, une pensée de derrière la
tête que sa correspondance laisse deviner sans trop de peine? Charles
VII, Louis XI, ont-ils été sincères vis-à-vis des sujets du pape? En
un mot, l'attitude de ces deux rois a-t-elle été assez caractérisée
pour pouvoir affirmer qu'ils avaient su asseoir dans le pays les
éléments d'une influence française? Tout le sujet de ce livre est là,
et la période de quarante ans environ (1444-1483) que nous nous sommes
fixée comme cadre d'étude, période féconde en événements de la plus
haute importance historique, est plus que suffisante pour assigner à
la politique de la Cour de France son vrai caractère et pour en
marquer les principaux traits dans les limites où s'exerce son action.

On pourrait se demander, et avec raison, pourquoi cette partie de
notre histoire a été jusqu'à ce jour délaissée à ce point que les
archives municipales d'Avignon et du Comtat constituent à l'heure
qu'il est un champ de recherches où l'on rencontre à chaque pas
l'inédit. En un mot, on est en droit de se dire: comment un pays, qui
a joué au moyen âge et dans les temps modernes un rôle si
considérable, n'a-t-il pas d'histoire? La raison en est bien simple.
Jusqu'au moment où le Saint-Siège renonça à ses droits sur Avignon,
c'est-à-dire jusqu'à la réunion finale votée par la Constituante,
quelques jours avant sa séparation, le légat, représentant le
Saint-Siège à Avignon, opposa toujours un refus formel à ceux qui
voulaient opérer des recherches dans les archives locales. En voici
une preuve indéniable en même temps qu'une explication fort peu connue
tirée des minutes du conseil de ville. Le 14 octobre 1762, le conseil
de ville assemblé avait décidé de remercier M. Ménard, le savant
auteur de l'histoire de Nîmes, alors membre de l'Académie royale des
Inscriptions, qui avait bien voulu accepter de composer, pour le
compte de la ville, une histoire d'Avignon et du Comtat-Venaissin sur
les documents originaux. Muni d'un congé régulier de deux ans et demi
accordé par Sa Majesté, M. Ménard quitta Paris le 25 septembre 1763 et
arriva à Avignon le 4 octobre, où il demanda à être présenté au
conseil de ville. Mais le légat déclara qu'il fallait au préalable
prendre l'avis de la Cour de Rome. Son Éminence, le cardinal
Torrigiani, ministre, secrétaire d'État, répondit, le 7 décembre 1763:
«que l'histoire d'Avignon était un sujet trop délicat pour le laisser
traiter par un étranger et pour lui donner à son gré l'entrée et la
communication des archives de la ville, et que Sa Sainteté
n'approuvait pas la charge que la ville avait donnée à M. Ménard pour
cette entreprise». Les consuls prièrent alors Mgr Rutati, leur agent à
Rome, d'insister auprès du pape pour obtenir satisfaction; mais la
curie romaine demeura inflexible, et l'affaire en resta là. Quant à
Ménard, il quitta définitivement Avignon, avec une indemnité de 600
livres que le conseil lui avait accordée pour ses frais de voyage et
d'installation.

Cette interdiction explique pourquoi il n'y a pas d'histoire de ce
pays, même de valeur moyenne. Les érudits locaux se sont jetés dans
les _Mémoires_, _Recueils de pièces_, _Annales_, où règne un esprit
étroit, une partialité mesquine qui n'ont d'égale que la pénurie des
documents. Le carme Castrucci Fantoni, dont «_l'Histoire d'Avignon_»
est la seule digne de ce nom ne connut pas les archives locales ou ne
voulut pas en tirer profit. On peut en dire autant de «_Cambis
Velleron_», de «_Morenas_» du «_Marquis de Fargues_» et autres auteurs
de mémoires. Fornéry seul avait réuni des éléments précieux et d'une
authenticité incontestable qui sont restés manuscrits, et dont
Pithon-Curt, en plagiaire honteux, a fait une abondante moisson.

De nos jours, malgré la facilité accordée aux recherches, la plupart
des documents locaux sont restés ignorés. Je ne parle pas seulement
des derniers travaux de M. Charpenne, lourde et indigeste compilation,
sans ordre, sans méthode et sans critique, où ont été rassemblés de
droite et de gauche des extraits pris dans les mémoires manuscrits du
Musée Calvet; je constate que même les auteurs de publications
savantes, comme les «Lettres de Louis XI»[1], ont négligé d'extraire
de nos archives des lettres et actes publics qui concernent l'histoire
du pays, et qui avaient leur place toute marquée dans un travail
destiné à éclairer les sources de notre histoire nationale. On
s'explique ce dédain de la part des collectionneurs pour la période
antérieure à 1789, mais non pour notre époque actuelle. En effet, la
réunion tardive d'Avignon et du Comtat-Venaissin au territoire
français, leur vie à part et hors de l'action directe du pouvoir
royal, alors que l'union politique et territoriale du royaume était un
fait accompli depuis Louis XI, nous expliquent l'absence de documents
relatifs aux États citramontains du Saint-Siège dans les grandes
collections de la Bibliothèque nationale, les collections _Doat_,
_Moreau_, _Fontanieu_, la collection _Legrand_, qui ont été
constituées au XVIIe ou au XVIIIe siècle, c'est-à-dire à une date où
les États pontificaux d'en deçà des monts n'étaient pas encore terre
française. C'est pour la même raison que les rares lettres que nous
avons trouvées à la Bibliothèque nationale, provenant des consuls
d'Avignon, sont dispersées et perdues dans l'ancien fonds français.

  [1] _Lettres de Louis XI, roi de France_, publiées par Vaesen et
  Charavay, 5 vol. parus.

Les documents que nous avons utilisés pour notre travail sont de deux
sortes: 1º Les _Originaux_, lettres, bulles, brefs pontificaux,
correspondance, etc., classés par séries dans les archives communales
et départementales. Les originaux provenant de la _Bibliothèque
nationale_, des _Archives nationales_ et du Ministère des Affaires
étrangères (_Affaires de Rome_); 2º les manuscrits, histoires,
annales, recueils de pièces, bullaires et chartiers, copies de pièces,
etc., que renferment les bibliothèques d'Avignon et de Carpentras.

_A la Bibliothèque nationale_, nous avons recueilli quelques pièces
dans l'ancien _fonds français_, nos 2896, 3882, 291, 308 (nouvelle
acquisition), 304 (_id._). Les collections Legrand, 6960-6990, et
Suarez, _Avenio politica_, ne renferment rien de spécial à notre
travail.

_Aux Archives nationales._--Cartons des Rois, X{ta} 8605, folio 95,
registre du Parlement (une pièce).

_Archives du Ministère des Affaires étrangères._--Affaires de Rome,
VIII, no 154 et volume 358. Correspondance de Rome, 1664, no 157.

Quant aux archives du Vatican, elles ne possèdent rien ou à peu près
rien en ce qui concerne l'histoire diplomatique du XVe siècle, la
chancellerie pontificale prenant pour règle de ne conserver que les
pièces ayant un intérêt direct et immédiat pour le Saint-Siège. La
correspondance si intéressante des légats et vice-légats avignonnais
n'offre une collection régulière qu'à partir de 1572[2]. Seule la
collection des _Cameralia_ peut être utilement consultée. Nous devons
ajouter toutefois que cette lacune peut être comblée grâce à la
correspondance consulaire (_série A. A._) des archives communales, qui
renferme les minutes des instructions données par la ville à ses
ambassadeurs. Rédigées en latin ou en italien, ces instructions, dont
nous aurons occasion de reproduire plusieurs extraits comme pièces
justificatives, ne sont pas moins remarquables par la netteté et la
précision de la pensée que par l'élégance de la forme diplomatique.

  [2] Je n'aurais garde d'oublier de remercier ici le Révérend Père
  Ehrle, conservateur de la Bibliothèque du Vatican, dont les
  conseils éclairés et obligeants m'ont été d'un si précieux
  secours durant les quelques semaines que nous avons employées à
  faire des recherches aux archives vaticanes. Nous avons
  dépouillé, aux archives secrètes, la collection des _Miscellanea_
  (3 caisses de documents divers classés sans autre raison que le
  format) de 1444 à 1479. Enfin, nous avons compulsé avec soin les
  registres _Diaria_ XII, _Diaria_ XIII, de 1463 à 1479. «Librorum
  ritualium qui et Cæremoniales vulgo appellantur item Diariorum
  Magistrorum Cæremoniarum et aliorum», où l'on trouve de
  fréquentes mentions des ambassades envoyées par la Cour de France
  auprès du Saint-Siège.

Mais c'est sans contredit aux archives communales et départementales
que nous devons notre plus ample moisson. Nous avons consulté dans les
archives municipales les séries A. A. (correspondance consulaire,
minutes et dossiers des ambassades), série B. B., série C. C.
(comptes, mandats et pièces de dépenses), série D. D., série E. E.
(affaires militaires, passages de troupes, etc.), série H. H., série
I. I., registres des conseils (1450-1504), registres des procès du
Rhône, 6 volumes in-folio. Les archives départementales ne nous ont
pas été d'un secours moins précieux, bien que l'incendie de 1713 ait
détruit la plus grande partie des pièces originales relatives à
l'histoire du Comtat-Venaissin. Nous avons surtout consulté la série
des délibérations des États; les séries _B. B._, _C. C._; les
cartulaires de l'_Archevêché d'Avignon_, 3 volumes in-folio; les
archives communales de _Carpentras_, de _Pernes_, _Cavaillon_ (_séries
A. A., B. B. et E. E._). Enfin, nous avons recueilli beaucoup de
curieux renseignements et de pièces inédites dans les minutes de
notaires.

Aux archives des provinces voisines, Languedoc, Provence, Dauphiné,
nous avons trouvé quelques documents[3] dans les séries C. C. et
surtout série B. (_Chambres des Comptes_).

  [3] Nous devons particulièrement remercier de leur obligeance M.
  Prudhomme, le savant archiviste de l'Isère, et son collaborateur
  M. Pilot de Thorey, qui a bien voulu nous communiquer les bonnes
  feuilles des deux volumes qu'il prépare sur les actes de
  l'administration de Louis XI relatifs au Dauphiné.

Nous n'avons point, en donnant ce livre au public lettré, la
prétention de refaire l'oeuvre de nos prédécesseurs, en critiquant ce
qu'il y a d'incomplet et d'insuffisant dans leurs travaux sur la
politique générale de Louis XI. Nous avons simplement voulu, surtout
après le livre de M. Sée[4], combler une lacune et montrer que si le
règne de celui que ses contemporains appelaient l'«universelle
araignée» a été étudié et fouillé dans ses recoins les plus secrets,
il n'en reste pas moins fécond en surprises pour tous ceux que
passionne l'étude de notre histoire nationale.

    Grenoble, février 1899.

    R. REY.

  [4] _Louis XI et les Villes_, par Henri Sée, docteur ès-lettres,
  in-8º. Paris, Hachette, 1891.



CHAPITRE PREMIER

Coup d'oeil rétrospectif sur les relations de la Cour de France avec
Avignon et le Comté Venaissin pendant la première moitié du XVe
siècle.

Charles VI.--Benoît XIII.--Le Schisme.

  Caractère général des relations de la Cour de France avec le
    Venaissin et l'État d'Avignon pendant le règne de Charles VI et
    de Charles VII. Comment les rois de France entendaient la
    juridiction temporelle des papes sur ces États. Voyages
    princiers à Avignon. Fondation du royal monastère des Célestins
    (1395); privilèges accordés. Inviolabilité.--Premières assises
    de l'autorité royale à Avignon.

  Le schisme et Benoît XIII. Situation des Avignonnais vis-à-vis du
    pape et des cardinaux. Louis d'Orléans et les oncles du roi à
    Avignon. Attitude et intervention de Charles VI: premier siège
    du Palais (1398). GEOFFROY LE MEINGRE, dit BOUCICAUT. Son rôle
    dans les événements militaires dont Avignon est le théâtre
    (1398-1399).

  Charles VI prend Benoît XIII sous sa protection. Sa lettre aux
    consuls d'Avignon (22 avril 1401). Il se fait le défenseur des
    cardinaux et des terres de l'Église. Sa lettre au sire de
    Grignan (juin 1401). Captivité et évasion de Benoît XIII (1400,
    mars 1403). Traité de paix entre les cardinaux et le pape.
    Hommage des Avignonnais à Benoît XIII (10 avril 1403). Retrait
    de la soustraction d'obédience (30 juillet 1403).

  Suite des événements provoqués par les agissements de Benoît
    XIII.--L'anti-pape et le maréchal de Boucicaut.--Inféodation des
    villes du Comtat et prise de possession (mars 1408).--Le second
    siège du Palais.--Rodrigues de Luna et les Catalans
    (1410-1411).--Intervention de l'Université de Paris.--Charles VI
    envoie des secours aux Avignonnais.--Capitulation de la garnison
    catalane (27 novembre 1411).


La question de savoir si la juridiction temporelle des papes sur «la
Conté de Venaissin» et l'État d'Avignon était reconnue par les rois de
France a provoqué, aux XVIIe et XVIIIe siècles, des discussions
passionnées. Nous nous garderions bien de reproduire ici les arguments
que chaque parti invoquait à l'appui de sa thèse; mais, nous devons
l'avouer en toute franchise, chez les uns comme chez les autres, la
passion politique a eu une part trop large au détriment de la vérité
historique[5].

  [5] _Voir Recherches historiques concernant les droits du Pape
  sur la Ville et l'État d'Avignon_, 1768, in-8º, avec _Réponse_,
  par Agricol. Morau.--Cf. Dupuy, _Traité des droits du
  Roi_.--Archives du Ministère des Affaires étrangères, vol. 358,
  fo. 36 et suivants.

Tous les rois de France du XVe siècle ont, sans exception, dans leurs
actes publics comme dans leurs missives et lettres closes, reconnu,
sans aucune réserve, le droit de suzeraineté temporelle du Saint-Siège
sur Avignon et le Venaissin. Dans aucun cas, la légitimité de
possession n'est mise en cause. En informant Yolande d'Aragon, reine
de Sicile et de Provence, qu'il envoie des secours contre les
schismatiques «qui occupent le palais d'Avignon et le chastel d'Oppède
et autres lieux appartenant à notre dit Saint Père[6]», Charles VI
affirme ce droit comme il l'avait affirmé précédemment dans sa lettre
au sire de Grignan, en 1401[7]. Sous Charles VII, la reconnaissance
des droits des souverains pontifes est encore mieux affirmée: «_Et
pour ce que aucuns estans ès marches de par delà ont vouloir et
intention de surprandre sur le patrimoine de l'Église appartenant au
Saint Père le Pappe et de porter dommaige et oppression à la cité
d'Avignon et autres du dit patrimoine_[8].» C'est en ces termes que
Charles VII garantit sa protection aux vassaux de l'Église; et l'acte
même par lequel ce souverain prend sous sa sauvegarde les États
citramontains du Saint-Siège, avec leurs habitants, ne peut laisser
aucun doute sur la sincérité de ses intentions et sur les dispositions
bienveillantes dont il ne cesse de donner des preuves à ses
protégés[9]. Est-ce à dire que, tout en acceptant la domination
temporelle des pontifes de Rome sur cette portion de terre enclavée
dans leur royaume, les rois de France en considérèrent les habitants
comme des étrangers pour lesquels on n'a pas de ménagements à avoir?
Tout autre, au contraire, est le caractère de la politique de nos rois
vis-à-vis des sujets de l'Église. Charles VII ne remporte pas un
succès militaire sans en faire aussitôt part aux Avignonnais; ainsi,
quand il leur annonce, _le 22 juillet 1453_, la capitulation de
Castillon de Guyenne: «_Pour ce que savons que prenez grand plaisir à
oïr en bien de la prospérité de nous et de nostre seigneurie_[10].»
Louis XI déclare dans toutes ses lettres patentes que le Venaissin et
la cité d'Avignon «_sont terres d'Église et du domaine de nostre Saint
Père le Pape_[11]», et qu'il est disposé «_à faire pour les sujets du
Saint-Siège plus que pour ses sujets propres, si mieulx faire se
povoit_[12]». C'est donc comme fils aînés de l'Église, comme rois très
chrétiens et défenseurs des droits de l'Église et de la Papauté que
les rois de France interviennent dans les affaires intérieures du
Comtat et d'Avignon. C'est à ce titre qu'ils s'érigent en tuteurs des
Comtadins et des Avignonnais, en apparence, bien qu'au fond, sans
formuler de revendications écrites, ils se considèrent toujours comme
ayant des droits sur cette partie du domaine de l'Église, que, pour la
première fois, Henri II regardera «_comme ayant été éclipsée de son
royaume_[13]». Mais aucun souverain, pas même Louis XI, quand il
occupa temporairement Avignon et le Comtat, n'a eu l'intention arrêtée
d'annexer ces terres, devenues fiefs temporels de l'Église, d'une
façon définitive et sans retour[14]. Nos rois auraient vu dans cette
incorporation de vive force une atteinte à cette tradition de
franchise et d'honnêteté politiques dont la Maison de France semble
jalouse de conserver le monopole. On peut donc dire que le caractère
des relations de la Cour de France avec les sujets du Saint-Siège se
règle sur l'état même des rapports qui existent entre les rois et la
Papauté. Que le Saint-Siège soit occupé par un pontife favorable aux
intérêts français, les Avignonnais et les Comtadins bénéficient de
toutes les faveurs; que la Cour de France ait, au contraire, à se
plaindre des procédés de la curie romaine, ce sont les vassaux du pape
qui subissent les conséquences de la brouille. La suite des événements
ne fera que confirmer la vérité historique de ce principe.

  [6] 26 juin 1411. Arch. mun., série E.E. Orig.

  [7] 7 juin 1401. Fornéry, _Hist. Ecclés._, mss., fol. 416 et 417.

  [8] 15 mars 1426. Arch. munic., B. 19, no 22.

  [9] Lettres-patentes du roi Charles VII prenant sous sa
  protection les États citramontains de l'Église: «Karolus Dei
  gratia Francorum rex carissimo primo genito nostro Ludovico,
  dalphino Viennensi ac universis et singulis ducibus, principibus,
  comitibus, barronibus, militibus, capitaneis armigerorum tam
  equitum quam peditum arma gerentibus universis et singulis
  nobilibus burgensibus et aliis quibuscumque subditis confederatis
  et fidelibus nostris tam infra regnum nostrum quam in
  Dalphinatu et aliis quibuscumque locis constitutis, subditis et
  benivolis nostris graciam et bonam voluntatem. Noveritis quod
  insequendo vestigia predecessorum nostrorum Christianissimorum
  regum Francie in mentis nostre conceptu ac scrutinio cordis
  revolventes Sanctissimum Dominum nostrum Papam in remotis in
  presenti residere ac considerantes Reverendissimum in Christo
  patrem Karissimum Consanguineum nostrum nomine Carles Fuxi,
  regimen predicte Ecclesie citra montes habeat et volentes ex
  certis et quam plurimis causis animum nostrum ad hoc moventibus
  civitatem Avinionensem, comitatum Venaissini et alias terras
  eisdem adjacentes juncte vel injuncte Sancte Romane Ecclesie
  subjetas cum incolis et habitantibus in eisdem quas semper cum
  effectu reperimus begnivolas et relatrices honoris et status
  progenitorum nostrorum et nostri caras habere et propicias motu
  nostro proprio et non ad cujuscumque requisitionem seu instanciam
  sed ex nostra pura liberaque et sincera devotione moti per
  presentes notum facimus et declaramus ex causis supradictis,
  dictas terras, personas et bona subditorum dicte Sancte Romane
  ecclesie ita caras et propicias habere censemus et reputamus
  sicut terras nostras et subditos nostros ac si essent de nostro
  proprio dominio et imperio eisdemque deffensores et protectores
  tanquam brachium dextrum ecclesie esse volumus intimantes omnibus
  et singulis cujuscumque status, gradus, condicionis,
  preheminencie aut dignitatis existant qui contra hanc nostri
  animi voluntatem seu declarationem mentis nostre aliquid
  attemptaverint in dictis terris et personis vel bonis eorumdem
  quod nos onus ulcionis de attemptatis hujusmodi nobis assumemus
  et ex inde assuminus et talem et ita celerem provisionem circa ea
  dabimus et resistenciam faciemus quod ceteris cedet in exemplum
  et nihilominus declarantes nostre mentis intentum quod per
  premissa nullum jus, nullumque imperium dominiumque seu aliqualem
  juridictionem seu actionem acquirere nobis aut successoribus
  nostris aliqualiter intendimus seu volumus in dictis terris et
  subditorum sancti domini nostri Pape sed solam indicta fecisse et
  facere decrevimus pro pacifico et tranquillo statu illius patrie
  quam semper optavimus et optamus mandantes omnibus senescallis et
  officiariis subditis nostris ut has nostras litteras publicari
  faciatis tociens et ubicumque requisiti fuerint infra dictionem,
  imperium et dominium nostrum sine costu voce tube et alias
  taliter quod nullus ignoranciam tenoris earumdem pretendere
  possit seu contra ire presumat in quantum cupiunt indignationem
  nostram evitare et hoc sub pena centum marcharum auri fisco
  nostro, irrevocabiliter applicanda quas debita exequtatas
  remanere volumus presentanti. In quorum, etc.» Arch. municip.,
  série A.A.

  [10] Arch. municip., série A.A. Origin. inédit. Voir aux pièc.
  justific.

  [11] Voir pièc. justific., no 19.

  [12] _Id._, no 20.

  [13] _Id._, Biblioth. nat. fonds. franc. Nouv. acq., 304.

  [14] Arch. du Ministère des Affaires étrangères, _Correspondance
  de Rome_ (8 janvier 1664). _Mém. du Roy à M. de Bourlemont._ Vol.
  no 157, fol. 25 et suiv.

Le règne de Charles V ne nous offre pas de relations bien suivies
entre les États pontificaux de France et la Cour. Les ducs de
Bourgogne et d'Anjou avaient fait, en 1370-71, un premier voyage à
Avignon, où ils avaient reçu du pape une magnifique hospitalité[15].
La confirmation de la protection royale accordée en 1380[16] à la
Chartreuse de Villeneuve était un premier jalon de la puissance royale
aux portes d'Avignon. L'établissement de la Maison de France, dans la
personne de Louis d'Anjou, frère de Charles V, en Provence, en 1385,
confirmait encore et pouvait rendre plus entreprenantes les visées de
la Cour sur les domaines mêmes de l'Église. Le Saint-Siège en prit
ombrage et eut peur un moment que ce redoutable voisinage ne
l'obligeât à évacuer Avignon[17]. Le voyage de Charles VI en
Languedoc et le séjour qu'il fit dans la cité papale, à deux reprises
différentes, les assurances et gages de paix qu'il donna,
contribuèrent à dissiper les malentendus, et le souverain reçut à
Avignon un accueil vraiment royal. Dès le 19 octobre, tous les
ouvriers de la ville avaient été occupés à tendre des toiles depuis le
Palais apostolique jusqu'au pont du Rhône et à charrier des graviers
de la Durance[18] dans toutes les rues que devait parcourir le cortège
royal[19]. Le roi, accompagné de Louis d'Orléans, son frère, de ses
oncles, les ducs de Berry et de Bourbon, des ministres, des grands
officiers de la Cour, dont le maréchal Boucicaut, fit à Avignon une
entrée triomphale, le 30 octobre 1389, à la nuit tombante, au milieu
des acclamations de la population. C'est pendant son premier séjour à
Avignon que fut couronné Louis II d'Anjou, son neveu, roi de Sicile et
de Jérusalem et comte de Provence[20]. Parti d'Avignon pour continuer
son voyage en Languedoc, Charles VI y était de retour le 31 janvier
«où le pape le festoya[21]», et c'est dans cette entrevue que, s'il
faut en croire un historien[22], le roi promit à Clément VII de le
placer _manu militari_ sur le trône de Rome. Quoi qu'il en soit, le
roi de France prit vis-à-vis du pope et de ses sujets l'engagement
formel de les couvrir de sa protection royale contre les routiers et
les ennemis de l'Église. Ainsi, dès le mois de _novembre 1390_,
Charles VI ayant appris que Jean d'Armagnac, l'allié des Florentins,
avait réuni des gens d'armes pour marcher en Lombardie contre Jean
Galéas, beau-père du duc d'Orléans, et que ces bandes commettaient des
excès sur le terroir pontifical, il dépêcha Jehan d'Estouteville à
Avignon «_pour le faict des vuides des gens d'armes estans en la
compaignie du comte d'Armigniac_[23]».

  [15] Collect. des documents inédits, _Itin. de Philippe le
  Hardy_, p. 481-544, et Introduct., XIII, et pp. 63-64.

  [16] _Ordonn. de Charles V. Recueil des Ordonnances_, t. VI, p.
  490, et t. VII, p. 380. Voy. également _Trésor des Chartes_, Reg.
  139, p. 216.

  [17] Douet d'Arcq., _Choix de pièces relatives an règne de
  Charles VI_, I, p. 67. Voy. réponse du sénéchal de Beaucaire au
  Roy, 1385: «Il est assavoir que le Pappe et les Cardinaux ne sont
  pas bien enclinez à la partie du Roy; aucuns d'eulx disans que se
  le Roy estoit seigneur du pais qu'il leur faudroit laisser
  Avignon.»

  [18] Archiv. de la Ville, t. Ier, fo. 692, vo, 693.

  [19] _Id._, t. Ier, fo. 695. Cf. l'abbé Christophe. _Loc. cit._,
  III, p. 110.--_Historia Cælestinorum Avenionensium_, mss., Bibl.,
  municip. I, fo. 93. _Recueil de Massillian_, mss., t. XVII, fo. 71.

  [20] Jarry, _La vie politique de Louis d'Orléans_, p. 52.--De
  Beaucourt, _Hist. de Charles VII_, I, p. 317.

  [21] Dom Vaissette. X, p. 128.

  [22] Jarry, _La vie politique de Louis d'Orléans_, p. 52.

  [23] Jarry, p. 68, no 2.

La mort de Clément VII et l'élection de Pierre de Luna, en accentuant
encore le caractère déjà violent du schisme qui divisait l'Église,
allait amener une nouvelle intervention de la Cour de France à
Avignon, Clément VII était mort le 16 septembre 1394; aussitôt Charles
VI dépêcha à Avignon, auprès des cardinaux, un envoyé porteur d'une
lettre du roi, pour les prier de surseoir à toute élection. La lettre,
arrivée le 28, fut remise au cardinal de Florence, mais le même jour,
Pierre de Luna était élu pape sous le nom de Benoît XIII[24]. Vingt-un
cardinaux avaient pris part à son élection, parmi lesquels le cardinal
_de Thury_[25], qui fut plus tard un des ses adversaires les plus
acharnés, et que le concile de Pise envoya en 1409, comme légat, dans
les États pontificaux. Cette élection provoqua à la Cour une
douloureuse surprise, car peu auparavant Charles VI avait fait partir
pour Avignon[26] le _maréchal de Boucicaut_, _Regnault de Roze_ et
_Bertaut_, sous prétexte d'enjoindre à Raymond de Turenne de cesser
ses hostilités contre les cardinaux et ses ravages sur les terres de
l'Église et de la reine de Sicile, mais aussi pour inviter ceux-ci à
différer toute élection. Les envoyés apprirent en route l'élection de
Benoît XIII. Le nouveau pape était un homme de grande science et de
haute intelligence. Diplomate consommé, politique fin et rusé,
caractère indomptable, volonté opiniâtre et inflexible, Pierre de
Luna, à l'encontre du jugement plein de prévention que porte sur lui
un historien allemand contemporain[27], était bien au-dessus des
hommes de son temps.

  [24] _Le Religieux_, II, p. 190.--Cf. P. Ehrle, _Aus den Acten
  des Afterconcils von Perpignan_, p. 15, not. 1.

  [25] On l'appelle encore cardinal «de Thuroy».

  [26] Noël Valois, _Raymond-Roger de Beaufort, vicomte de Turenne,
  et les Papes d'Avignon_, 1890, p. 28.--Cf. Jarry, _loc. cit._, p.
  128;--Cf. Douet d'Arcq., _loc. cit._, I, p. 139.

  [27] Pastor, _Hist. de la Papauté_, traduct. franç., vol. I, p.
  176.

Animé tout d'abord d'intentions conciliatrices, Benoît XIII envoya à
la Cour _Egidius de Bellamera_, évêque d'Avignon, et _Pierre
Blau_[28], pour faire savoir à Charles VI qu'il était personnellement
disposé à favoriser l'extinction du schisme[29] priant Sa Majesté de
déléguer auprès de lui une ambassade en vue de s'entendre sur les
moyens à prendre pour mettre fin à un fléau qui désolait l'Église et
la Chrétienté. De son côté, Charles VI chargeait ses ambassadeurs
auprès des rois de Bohême, de Hongrie, d'Angleterre, de Castille,
d'Aragon et de Sicile, de proposer à ces divers souverains la
déposition du pape[30]. «Pour trouver paix et bonne union en nostre
mère saincte Esglise»[31], il convoquait à Paris, pour la
_Purification_, une assemblée des membres du clergé en vue d'examiner
les trois voies proposées pour arriver à l'extinction du schisme, voie
de «cession», de «compromis» ou «d'arbitrage» et voie de «concile
général». Quatre-vingt-sept voix contre vingt-deux adoptèrent la voie
de cession, et l'assemblée décida en outre qu'une ambassade composée
des princes de la famille royale serait envoyée à Avignon auprès de
Benoît XIII, pour obtenir son adhésion à la voie de cession qui
paraissait la plus digne et la plus expéditive[32]. Les princes
reçurent leurs pouvoirs le 29 février 1395; le duc Louis d'Orléans,
pour sa part, devait toucher 3,000 livres par mois pour ses frais de
route[33], mais cette somme était insuffisante, vu les goûts de
dépense du jeune prince qui fut obligé de s'adresser à des banquiers
avignonnais pour solder ses dettes[34]. Les ducs d'Orléans et ses
oncles, les ducs de Berry et de Bourgogne, descendirent de Châlons
à Avignon (en mai 1395) sur un bateau construit dans cette ville.
Un conduisait le conseil du roy; un autre était destiné à
l'échansonnerie; un autre à la panneterie; trois pour la cuisine,
trois pour les gardes-robes, un pour les joyaux du duc, trois pour les
chapelains, trois pour la fruiterie. En tout dix-sept bateaux[35]. Les
ambassadeurs, accompagnés de ce train considérable débarquèrent à
Avignon le 22 mai 1395[36]. Benoît XIII reçut avec beaucoup de
déférence les envoyés de Charles VI, mais les premières entrevues
étant restées sans résultat, les princes, mécontents de l'opiniâtreté
du pape, convoquèrent à Villeneuve les cardinaux, afin de prendre leur
avis sur la voie de cession qu'ils avaient pour mission de faire
prévaloir auprès du pape et de son entourage[37]. La majorité des
cardinaux se prononça pour la voie de cession. Mais Benoît XIII ne
l'accepta pas, et cette fois, les princes mécontents se retirèrent à
Villeneuve[38]. L'incendie d'une partie du pont, qui eut lieu dans la
nuit, fut considéré comme le premier acte de l'alliance des cardinaux
et des Avignonnais avec les ambassadeurs de Charles VI contre
l'obstiné pontife. Une deuxième conférence des cardinaux et des
princes n'ayant pas amené plus de résultat (23 juin 1395)[39], ceux-ci
quittèrent Villeneuve et vinrent prendre gîte à Avignon où une
somptueuse hospitalité leur fut donnée dans les hôtels des cardinaux.
C'est le surlendemain de leur installation dans cette ville qu'ils
fondèrent le _Monastère des Célestins_. Charles V, Charles VI et les
princes de la famille royale avaient toujours manifesté une dévotion
particulière pour les Célestins de Paris[40]. Louis d'Orléans, pour
être agréable à la maison de Luxembourg, érigea une chapelle sur la
sépulture du cardinal Pierre de Luxembourg[41]. Les ducs de Berry et
de Bourgogne assistèrent à la cérémonie avec tous les seigneurs qui
faisaient partie de l'ambassade[42]. Le duc d'Orléans affecta au
nouveau couvent une somme de 2,000 francs, que son procureur auprès de
Benoît XIII, _Alart de Sains_, reçut mission d'employer dans ce sens;
plus tard, il fit donation au même monastère d'une somme de 4,000
francs[43]. Une autre libéralité de 100 florins en faveur des mêmes
Célestins est mentionnée sous le règne de Charles VI[44]. La nouvelle
fondation fut dès lors désignée sous le nom de «_Royal monastère des
Célestins_». Le 18 mars 1400, par lettres patentes données à Paris,
Charles VI portait, pour les Célestins d'Avignon, exemption de tous
droits, péages, gabelles, leydes, etc., pour le transport des
matériaux nécessaires à la construction des bâtiments de l'église et
du couvent[45]. En novembre 1400, Charles VI les place sous la
sauvegarde royale[46]. Le 6 mai 1407, le duc de Berry permettait aux
religieux Célestins de conduire à Avignon, pour deux ans, des pierres
et tous autres matériaux de construction sans payer de droits. En
1417, le monastère n'était pas achevé, que des lettres du dauphin
Charles, données à Nîmes, mandent à tous péagers, pontonniers, de
laisser passer, tant par eau que par terre, deux radeaux venant de
Savoye par le Rhône, chargés de pièces de bois pour la construction de
l'église et du monastère de Saint-Pierre-de-Luxembourg[47]. Par
lettres-patentes données à Avignon le 20 avril _1420_, Charles VII
confirme les privilèges accordés par son père, Charles VI, aux
Célestins d'Avignon. Cette fondation royale constitue dans l'histoire
des relations des Avignonnais avec la Cour de France un acte de la
plus haute importance. Par là, les rois de France prennent pied à
Avignon. C'est une affirmation matérielle de leur autorité et de leurs
droits sur une ville enclavée dans le domaine de la couronne. Le
monastère et l'église des Célestins étaient un asile inviolable autant
pour les officiers pontificaux que pour les agents de la Cour de
France[48]. Charles VII ne put en faire extraire, pour le livrer à la
justice séculière, Antoine Noir, un des facteurs de Jacques Coeur, qui
y avait trouvé un refuge. Et c'est dans cette même église que, pendant
les difficultés qui surgissaient périodiquement entre le Saint-Siège
et les officiers du Languedoc, à propos des limites du Rhône, les
magistrats avignonnais avaient coutume de porter religieusement les
panonceaux aux armes de la maison de France, quand la populace ameutée
les arrachait pour y substituer celles des papes[49].

  [28] Jarry, _op. cit._, p. 129.

  [29] _Ibid._

  [30] _Ibid._

  [31] Lettre de Charles VI aux Consuls d'Avignon, 1er février
  1401. Arch. municip., B. 37, no 69, Cott. XXX.

  [32] _Le Religieux_, II, pp. 118 et suiv.--_Amplissima
  Collectio_, VIII, p. 458.

  [33] Jarry, _op. cit._, pp. 131, 132.

  [34] De Circourt, _Rev. des quest. hist._, 1er juillet 1889, p.
  137, not. 2.

  [35] Collect. des Docum. inédits. _Itinér. de Philippe le Hardy_,
  p. 552.

  [36] Le P. Ehrle, _op. cit._, p. 22.--Cf. Delaville Le Roux, _La
  France en Orient au XVe siècle_, p. 231.

  [37] Ehrle, _op. cit._, pp. 25, 26 et suiv.

  [38] Le P. Ehrle, _op. cit._, pp. 27, 28.

  [39] Le P. Ehrle, p. 30. Voy. la bulle dans du Boullay, _Hist. de
  l'Univ. de Paris_, IV, 349.

  [40] Musée des Archiv. Nationales, p. 247.

  [41] _Rec. des Ordonn. des Rois_, VIII, p. 398.--Cf. Jarry, _op.
  cit._, p. 201.

  [42] Voir, pour les détails, Fornéry, _Hist. ecclés._, fol.
  617.--_Historia Coelestinorum_, mss. de la Bibl. d'Avignon, I, fo.
  347. «Et Anno _1395_, 25 die Junii ducta Joannès Biturictensis,
  Philippus Burgundiæ Avunculi Regis Christianissimi et Ludovicus
  dux Aurelianensis frater ipsius regis in civitate Avenionensi
  existerunt ut Benedicto 13 abdicationem papatûs suaderent lapidem
  primarium... a nomine dicti Regis posuerunt».--Cf. Bullet. de
  l'Acad. de Vaucluse.--_Labyrinthe royal de l'Hercule Gaulois
  triomphant_, p. 80.

  [43] Jarry, _op. cit._, Pièces justif., XXXI, p. 459.

  [44] Nouvelle collection des Documents inédits, III, p. 281.

  [45] _Rec. des Ordonn._, VIII, p. 426.--_Rec. des Chartes_, Reg.
  156, pièce 9.

  [46] _Rec. des Ordonn._, VIII, p. 398.

  [47] Duhamel, _Les oeuvres d'art du monastère des Célestins_,
  Caen, 1886, pp. 4-6.

  [48] Cf. _Un épisode du procès de Jacques Coeur à Avignon_.--Bul.
  de l'Acad. de Vaucluse, 1887.

  [49] Arch. municip., _Procès du Rhône_, mss., t. VI.

Le 10 juillet 1395[50], après un voyage de cent deux jours, qui
n'avait amené aucune solution, les princes quittèrent Avignon, et ce
n'est que le 24 août qu'ils rendirent compte à Charles VI de
l'insuccès de leur ambassade[51].

  [50] Bibl. nation., fonds. franç., 10431: 594.--Cf. Jarry, _op.
  cit._, pp. 132-133.

  [51] Jarry, pp. 165-187.

La Cour de France était dans le plus grand embarras; d'un côté,
l'Université menaçante[52] sollicitait la soustraction d'obédience; de
l'autre, les princes, et surtout le duc d'Orléans, inclinaient à des
mesures préparatoires avant de recourir à cette solution extrême[53].
Ni l'ambassade de Regnault, aumônier de Louis d'Orléans (décembre
1396), ni celle des envoyés de Charles VI, auxquels s'étaient joints
ceux des rois de Castille et d'Angleterre (juin 1397), ne purent
triompher de l'obstination de Benoît XIII, qui déclara qu'il était
«_pape romain_» et qu'il ne reconnaîtrait qu'un concile
oecuménique[54]. Toutes ces démarches préliminaires avant de recourir
à la soustraction forcée font, quoi qu'en dise Pastor[55], le plus
grand honneur au duc d'Orléans et au roi, dont Louis était
l'interprète. Le refus obstine du pape n'est point imputable aux
sollicitations de la Cour de France, mais à son caractère irréductible
et à son infatigable énergie. Au mois de mars 1398 eut lieu, entre
Charles VI et Wenceslas, roi des Romains, une entrevue à la suite de
laquelle un dernier effort fut tenté auprès de Benoît XIII, par
l'entremise de Pierre d'Ailly, archevêque de Cambray; mais cette
mission, comme les précédentes, demeura infructueuse, et Pierre
d'Ailly revint à Coblentz rendre compte à Wenceslas du refus de Benoît
XIII d'accepter la voie de cession[56] (juin 1398). Il n'y avait plus
rien à attendre désormais de ce côté, et tous les moyens de
conciliation paraissaient épuisés. Le 28 juillet une assemblée
générale des prélats et du clergé, en présence des oncles du roi (le
duc d'Orléans absent), décida, par 247 voix, que la soustraction
d'obédience devait être immédiate et totale[57]. La décision de
l'assemblée fut promulguée le même jour[58], malgré l'avis de Louis
d'Orléans, qui aurait voulu une sommation préalable.

  [52] Jarry, _op. cit._, p. 188.

  [53] Douet d'Arcq, _op. cit._, I, p. 142.

  [54] _Le Religieux_, II, pp. 528, 530.--Jarry, _op. cit._, p.
  189.--Le P. Ehrle, p. 36.--_Amplissima collectio_, VIII, 554,
  616.

  [55] Pastor dit que l'obstination de Benoît XIII est due en
  grande partie à la Cour de France. _Hist. de la Papauté_,
  traduct. française, Pastor, I, p. 211, not. 2.

  [56] Jarry, p. 207.--_Amplissima collectio_, VII, 591,
  597.--Froissart, _Edit. de Lettenhove_, XVI, pp. 116, 132.

  [57] Musée des Arch. nat., pp. 243-244.--Jarry, p. 208.--Ehrle,
  p. 38.

  [58] _Ordonn. des Rois_, VIII, p. 258.--Du Boulay, _op. cit._,
  IV, 850, 853, 863.--_Le Religieux_, 598, 644.

Quoi qu'il en soit, ce prince n'adhéra à la soustraction que le 19
octobre 1398, promettant d'employer toute son influence en faveur du
souverain pontife[59]. Mais, cédant à la majorité de l'assemblée,
Charles VI, dès le conseil du roi, avait prescrit des mesures de
rigueur contre les partisans de Benoît XIII, qui devaient être arrêtés
dans toute l'étendue de la sénéchaussée de Beaucaire[60]. Quoi qu'en
dise le P. Ehrle[61], il est incontestable que l'ordre émanait, sinon
du roi lui-même, à qui son état mental ne permettait pas de diriger
les affaires du royaume, du moins du conseil du roi et de ses oncles.
Ce sont deux conseillers du roi, _Rebert Cordelier_ et _Tristan de
Bosc_ qui, le premier dimanche de septembre 1398[62], publient à
Villeneuve la soustraction d'obédience, mettant en demeure tous les
sujets du domaine royal, tant clercs que laïcs, de se soustraire à
l'autorité spirituelle de Benoît XIII. Les cardinaux adhérèrent à la
soustraction, moins sept, dont cinq restèrent fidèles au pape et
s'enfermèrent avec lui dans son palais; les deux autres rentrèrent
chez eux. On ne peut donc nier que si Charles VI et la Cour de France
demeurèrent étrangers aux préparatifs du siège du palais, l'acte de
soustraction d'obédience à Avignon, comme dans le reste du royaume,
n'ait été un acte de l'autorité royale. Deux partis restaient en
présence à Avignon, le parti de Benoît XIII, qui ne comptait que cinq
cardinaux et quelques gens d'armes aragonais qui gardaient le grand
palais; l'autre, le parti des cardinaux, qui s'appuyait sur la
population avignonnaise et disposait de grandes ressources en argent.
Mais les soldats lui manquaient et aussi des chefs habitués au métier
des armes. C'est alors que les cardinaux et les bourgeois avignonnais
firent appel à un chef de Routiers, moins célèbre sans doute que son
frère, mais dont le rôle militaire fut considérable dans les États du
Saint-Siège, au commencement du XVe siècle, _Geoffroy le Meingre_,
frère cadet du maréchal de Boucicaut.

  [59] Jarry, pièc. justificat., XXI, pp. 439 et suiv.

  [60] _Ordonn. des Rois de France_, VIII, p. 274.--Dom Vaissette,
  IX, p. 975, not. 2.

  [61] Ehrle, _op. cit._, p. 87.

  [62] Baluze, _Vita pap. Avenion_, C. 1122.--Cf. Ehrle, _op. cit._,
  p. 38.

Le P. Ehrle, qui, dans une étude récente[63], a montré par un savant
commentaire du texte de Froissart rapproché des autres témoignages
contemporains, les contradictions frappantes qui auraient dû ne pas
laisser confondre le maréchal de Boucicaut avec son frère Geoffroy,
n'a pas connu tous les documents permettant d'établir d'une manière
irréfutable la participation de ce chef de bandes au siège du palais.
Les archives municipales renferment plusieurs lettres de ce seigneur
adressées aux Avignonnais, et prouvent que depuis le rôle militaire
qu'il avait joué dans la guerre contre Benoît XIII, Geoffroy Boucicaut
conserva des relations suivies avec les habitants. Il leur écrit en
effet de Boulbon[64], le 17 février.... pour les assurer de ses bons
offices. Le 23 novembre 1400[65], Geoffroy le Meingre, qui était alors
gouverneur du Dauphiné et paraissait jouir d'un grand crédit à la
Cour, fait des offres de service aux syndics de Carpentras: «Et si
vous avez besoin de moy, ou comme conseiller et officier du roy, ou
comme privée personne, je ferois pour vous de bon cuer tout ce que je
pourroys.» Le 9 juillet 14.., Geoffroy, alors à Bridoré, en
Touraine[66], accrédite auprès des syndics d'Avignon Jean de
_Curière_, son capitaine, et Loys _Henryet_, chanoine de Tours, ses
serviteurs, pour recevoir le paiement de 106 marcs d'argent, lesquels
lui avaient été alloués _comme prix de sa vaisselle volée_, par
sentence contre André de Seytres. Celui-ci ayant été mis en prison à
la demande de Boucicaut, puis relâché, Geoffroy le Meingre fait saisir
les blés qui descendaient le Rhône à destination d'Avignon, et comme
les propriétaires desdits blés le citèrent devant le Parlement,
Boucicaut mit en demeure la ville de les désintéresser[67].

  [63] Ehrle, _Aus den Acten des Afterconcils von Perpignan_, pp.
  78, 80 et suiv.--Cf. Froissart, _Chroniques_, édit. Kervyn de
  Lettenhove, XVI, pp. 116, 132.--Baluze, II, 1123, 1124.--Anselme,
  _Hist. généalog._, VI, p. 754.

  [64] Arch. municip., série E.E. (liasse non classée).

  [65] Fornéry, _Hist. ecclés._, fol. 558, 559.

  [66] Bridoré près Loches. Arch. départ., série E.E. (liasse non
  classée).

  [67] Arch. départ., série E.E. Ces diverses lettres ne portent
  pas de date, mais sont toutes postérieures à 1400, 1401.

Il résulte de l'existence de cette correspondance que Geoffroy le
Meingre, appelé dans le midi par son frère aîné, le maréchal, après
son mariage avec la fille de Raymond de Turenne, en 1393[68], avait
pris possession du château de Boulbon[69] où il commandait quand les
envoyés des cardinaux et des Avignonnais vinrent le prier (septembre
1398) de prendre la direction des opérations militaires contre le
palais occupé par Benoît XIII[70]. En outre, les lettres datées de
_Bridoré_ en Touraine, dont Geoffroy le Meingre était seul seigneur, à
l'adresse des Avignonnais, sont une preuve que des rapports intéressés
rattachaient longtemps encore après le siège de 1398 la ville à son
ancien capitaine.

  [68] On ne peut préciser la date de son arrivée en Provence, mais
  ce fut sans doute peu de temps après le mariage de _Boucicaut
  Jean_ avec Antoinette de Turenne, qui faisait du maréchal un des
  plus riches feudataires du Midi (décembre 1393). Voy. Noël
  Valois, _Raymond de Turenne et les Papes d'Avignon_, p. 24.

  [69] Boucicaut, le maréchal, avait acheté le château de
  Boulbon.--Noël Valois, _Raymond de Turenne et les Papes
  d'Avignon_, p. 24.--L'acte du 7 juillet 1399 dit formellement que
  Geoffroy le Meingre commande «in Castris de Bulbono, Aramono et
  Valabrega». Bibl. de Carpentras, _Collect. Peiresc._, Reg. LXX,
  3e vol. (fol. 230-257).

  [70] Quod cardinales videntes dominum Johanem (pour Gaufridum)
  dictum «le Meingre» fratrem Marescalli Franciæ Boussicaudi in
  eorum evocaverunt auxilium. _Le Religieux_, II, p. 652, L. V, 19,
  c. 8.--Cf. Ehrle, L. C, pp. 39, 40, 41.

Geoffroy le Meingre se rendit à l'appel des cardinaux et des
bourgeois d'Avignon avec une bande nombreuse de gens d'armes, parmi
lesquels, au dire de Froissart, aurait figuré Raymond de Turenne,
beau-frère du maréchal de Boucicaut[71]. Il dut y avoir entre le
conseil et le chef des aventuriers un traité passé avec promesse de
fortes sommes à payer, mais aucune trace n'existe de cet engagement
dans les archives communales. C'était donc à titre absolument privé,
et comme capitaine aux gages de la ville et des cardinaux que Geoffroy
le Meingre entreprit le siège du grand palais[72] en septembre 1398.
La Cour de France, dans ce premier siège, n'intervint d'aucune façon
en faveur des Avignonnais et des cardinaux insurgés. C'est là un point
très important à établir, et c'est un contre-sens historique de dire,
comme Jarry, que ce siège fut une honte pour la Couronne qui y resta
étrangère[73]. Une intervention armée, dirigée par le maréchal de
Boucicaut[74] en faveur des Avignonnais contre Benoît XIII n'eût pu se
faire qu'en vertu d'un ordre du roi; or, Charles VI déclare
publiquement en 1401 que jamais il n'a prescrit d'employer la
violence contre le pape[75] ni de le tenir emprisonné. Toute mesure de
ce genre eût certainement été désavouée par le duc d'Orléans. Nous
avons, au surplus, une preuve indiscutable de la neutralité de la Cour
de France durant la lutte engagée, dans un document inédit rapporté
par Peiresc[76]. Le 19 janvier 1399, Pierre de Luna, neveu de Benoît
XIII, capitaine général des galères et des barques du roi d'Aragon,
s'engage par devant les délégués du conseil et de la ville d'Arles, à
ne faire aucun dommage aux terres de Louis, roi de Sicile, ni aux
sujets du roi de France[77]. Le même document désigne comme ennemis du
pape ce «_cives et habitatores Avenionenses_». Cet acte indique donc
d'une façon bien formelle que le roi de France n'a accordé aucun
secours aux adversaires de Benoît XIII, et que les assiégeants ne
comptent dans leurs rangs que des mercenaires aux gages de la ville.

  [71] Qui cito mandato parens et multos stipendiarios francigenas
  secum ducens, palacium obsidione cingere maturavit.--_Religieux_,
  II, p. 652, V, 19, c. 8.--Froissart, XVI, p. 126.--Noël Valois,
  L. C, p. 36.

  [72] Le maître des ports et un certain «Ricardus miles»,
  compagnon de Boucicaut, sont à la solde de la ville et des
  cardinaux. Voy. Ehrle, p. 45.--_Amplissima collectio_, VII, 650,
  651.

  [73] Jarry, _op. cit._, p. 222.

  [74] La présence du maréchal de Boucicaut à Avignon en
  _1398-1399_, pendant la durée du siège, est démontrée impossible
  par un document produit par Jarry, p. 218, et pièc. justific., le
  maréchal étant, jusqu'au mois de juillet 1399, occupé par une
  expédition militaire en Guyenne.--Voy. Jarry, _op. cit._, p.
  219.--Delaville le Roux, _op. cit._, p. 357.--_Religieux_, II,
  644, 646.--_Livre des faits du maréchal de Boucicaut_, collection
  Petitot, VI, 476, c. 29.

  [75] Nunquam Benedictum ordinavimus neque mandavimus in carcere
  quocumque retrudi, includi nec aliquali strictâ custodiâ
  coarctari neque contra eum guerram fieri. Voy. Douet d'Arcq, I,
  203.--Ehrle, p. 48, not. 1.

  [76] Bibl. Carpentras, collect. Peiresc, mss., vol. LXXIV, fol.
  417, 443. _Catalog. des mss._, III, p. 28, fol. 417, 443.

  [77] Dom Pedro de Luna était neveu de Benoît XIII. Il fut
  archevêque de Tolède de _1404 à 1414_. Arch. des miss, scientif.,
  série III, vol. XV, p. 6. «In præsentia legatorum a consilio
  Civitatis Arelatensis missorum, Petrus de Luna, generalis
  capitaneus gallearum, galeotarum et barcharum Armatarum regis
  aragonensis, nunc in flumine Rhodano et portu dictæ urbis
  existentium, declarat non intentionis suæ inferre damnun vel
  oppressionem aliquam vassalis nec terræ Ludovici, Siciliæ Regis,
  nec subditis Regis Franciæ. In Castro Trencatalliarum, die 19
  Januarii 1399. Scilicet quod cum non multis retro lapsis
  temporibus ad audientiam ejus pervenerit quod Dominus noster
  Benedictus christianissimus sacro sanctæ Romanæ ac totius
  universitatis Ecclesiæ summus pontifex tam diù et tam ignominiose
  in opprobrium christianitatis per _cives_ et _habitatores
  Avenionenses_ tractatus fuerit.» Mss. (fol. 418 et vo.). (Collect.
  Peiresc, LXXIV, fol. 417, 418 et vo.).

Le siège fut vigoureusement mené. Dans un assaut donné au palais le 28
septembre 1398, le pape fut frappé à la main, et le cardinal de
Neufchateau, qui commandait les assaillants, reçut une blessure grave
à laquelle il succomba quelques jours après. Le 22 octobre[78],
Geoffroy le Meingre fit prisonniers deux cardinaux, Martin Salva et le
cardinal de Saint-Adrien, Louis Fieschi, que l'on enferma au château
de Boulbon. Un peu plus tard, les deux captifs se rachetèrent en
payant une rançon de 18,000 francs à Boucicaut, mais il leur fut
interdit de rentrer dans le palais. Le 26 octobre, une tentative pour
pénétrer dans le palais par les cuisines tourna à la déroute des
assiégeants.

  [78] _Le Religieux_, II, pp. 656 et suiv.--_L'Hercule Gaulois
  triomphant_ donne un curieux récit du siège, pp. 79, 80,
  81.--_Mémoires de Martin Boysset_.--_Recueil Massilian_, mss.
  (extraits).--Ehrle, _loc. cit._, pp. 42, 43 et suiv.

Au milieu de ces événements militaires, les cardinaux, plus obstinés
que jamais dans la défense de leur cause, envoyaient à Paris trois
d'entre eux, les cardinaux de Préneste (Guy de Malesset), de Thury et
Amédée de Saluces, à la Cour de France (décembre 1398) pour demander à
Charles VI d'envoyer des ambassadeurs aux souverains qui n'avaient pas
encore fait acte d'adhésion à la soustraction d'obédience. On les voit
figurer, le 3 janvier 1399, «à l'Hostel d'Artoys[79]» où ils dînent en
compagnie de Philippe de Bourgogne, et, quelques jours après, le 9
février, à l'hôtel du cardinal de Bohême, avec les ducs de Berry et de
Bourgogne[80]. C'est à la même date que Martin V appuyait, par renvoi
d'une flotte commandée par Pierre de Luna, les revendications de ses
ambassadeurs, à Avignon d'abord, et auprès de Charles VI ensuite[81].
Le roi de France ayant adhéré aux propositions du roi d'Aragon, et
pressé de mettre un terme aux désordres dont Avignon était le théâtre,
envoya dans cette ville Gilles Deschamps et Guillaume de Tignonville
pour soumettre à Benoît XIII les propositions arrêtées avec Martin
V[82]. Benoît XIII accepta, le 10 avril 1399, les propositions des
deux souverains; mais, ayant avec quelque raison peu confiance dans
les cardinaux, il refusa de se laisser garder par eux et demanda à
être placé sous la sauvegarde royale[83]. Le 14 avril 1399[84], la
ville d'Avignon s'engage à respecter la protection accordée par
Charles VI à Benoît XIII et aux guerriers et compagnons qu'il a avec
lui dans son palais. Les cardinaux firent la même promesse et tous les
serviteurs attachés à la personne de Benoît XIII s'engagèrent, les 29
avril, 4 et 20 mai, par serment, à ne pas laisser s'échapper le
pape[85]. Une proposition qui fut faite de confier la surveillance de
la personne du souverain pontife à François de Conzié, au sénéchal de
Beaucaire et au sire de la Voulte fui rejetée. Benoît XIII demanda à
être gardé par le duc d'Orléans, mais ce dernier ne pouvant venir à
Avignon, Charles VI, par lettres patentes du 1er août 1400[86], donna
pleins pouvoirs à cet effet à son frère, qui envoya à Avignon deux de
ses familiers, Robert ou Robinet de Braquemont[87] et Guillaume de
Médulion. Les frais de surveillance et la solde des gens d'armes
devaient être à la charge du pape[88]. D'autre part, le roi confia la
garde des Avignonnais et des habitants à son frère, le duc de Berry.
Benoît XIII approuva ces conditions. Profitant de cette trêve, Charles
VI ne laisse pas de poursuivre activement la paix et l'union de
l'Église. Les ambassadeurs envoyés au delà du Rhin[89], auprès des
électeurs, n'avaient rapporté que des promesses vagues, aucun d'eux
n'ayant voulu donner une réponse ferme sans l'avis des autres princes
allemands qui devaient se réunir à Cologne, le jour de la
Purification[90], pour couronner le duc Robert de Bavière que les
électeurs avaient nommé empereur, le 21 août 1400, à la place de
l'insouciant Wenceslas. Charles VI met les Cardinaux et les syndics
d'Avignon au courant de ses négociations avec les princes allemands et
les autres souverains, et il les engage à envoyer des délégués qui
devront se réunir «avecques ceulx qui seront ordonnez de par nouz et
de par les autres roys et primpces qui ont obéi à _Clément_ et à
_Benedic,_ pour traicter et délibérer d'un commun accord la paix et
l'union de l'Église à la feste de Saint Jehan-Baptiste à Mez ou à
Strasbourt». «Et pour ce que nous avons bonne espérance que par le
plaisir de Dieu à icelle journée se prendra une bonne conclusion sur
le dict faict. Nous vous faisons savoir ces choses et vous prions que
veullez envoyer à la dicte journée». En réponse à cette missive, les
Avignonnais écrivirent à Charles VI, le même mois de février 1400,
pour l'assurer de leur dévouement et de leur ferme intention de hâter,
en ce qu'il leur serait possible, la paix et l'union de l'Église[91].
Le roi leur fait savoir, dans un nouveau message, qu'il a été très
satisfait de leur lettre et de leur attitude: «avons veu la bonne et
ferme constance et volonté que vous avez eue et avez et aures, si Dieu
plaist, de persévérer et demourer avec nous en la substraction faite
pour si très grant et meure deliberacion, comme vous scavez à
Benedict, dernier esleu en Pappe...». Charles VI informe les
Avignonnais qu'il compte sur une fin prochaine du schisme, et il les
engage à persévérer dans leur attitude: «Et saches de certain que vous
estant et persévérant en ce saint propos en quel vous estes et serez,
se Dieu plaist, comme vous et vrais catholicz. Nous de tout nostre
povoir vous sustendronz.» Il les avertit en même temps que Benoît XIII
a fait courir le bruit en Languedoc que bientôt l'obédience allait lui
être rendue, ce qui est faux, car «avons toujours esté et sommes et
serons au plésir et ayde de nostre seigneur contenz et fermes au faict
de la dite substraction jusques à ce que Nostre Seigneur nous ail
donné paix et union en sa Saincte Église.»

  [79] Collect. des Docum. inédits, _Itin. de Philippe le Hardy_,
  p. 283.--Fornéry, _Hist. ecclés._, mss., fol. 641.

  [80] _Religieux_, II, pp. 676, 680.

  [81] Jarry, _op. cit._, p. 233.--Collect. Peiresc., mss. LXXIV,
  417, 443.

  [82] _Amplissima collectio_, VII, 637, 638.--Ehrle, _op. cit._,
  p. 49.--Jarry, _op. cit._, Addit. et correct., p. 364.

  [83] _Amplissima collectio_, VII, 626, 641, 647.

  [84] Massilian, mss., _Recueil des Chartes_, vol. XXI, fol. 341.

  [85] _Amplissima collectio_, VII, 644, 647, 650, 653, 656.

  [86] Douet d'Arcq, I, p. 203.

  [87] Ehrle, p. 48. Pour Robert de Braquemont, voy. Anselme, VII,
  pp. 816, 817.--Cf. Delaville le Roux, _loc. cit._, p. 362, not.
  2.

  [88] _Amplissima collectio_, VII, 661, 666.--D'après les Arch.
  nation., (K. 55, 10), la sauvegarde royale fut octroyée à Benoît
  XIII, le 18 octobre 1400.

  [89] Jarry, p. 255.--Moranvillé, _Relat. de Charles VI arec
  l'Allemagne en 1400_.--Bibl. de l'École des Chartes, XLVII.

  [90] _Lettre origin. de Charles VI aux sindics d'Avignon_, 1er
  février 1400. Arch. municip., B. 37, no 69, Cott., XXX.

  [91] _Lettre de Charles VI aux Consuls d'Avignon_, 22 avril 1401.
  Copie d'après Fornéry, _Hist. éccles._, fol 417, 418 et vo.

Suivant sa promesse contenue dans sa lettre du 22 avril 1401, Charles
VI fit savoir par lettres patentes du 7 juin 1401 au sire de Grignan,
au seigneur de Sault, au sire de Lagarde, qu'il prenait sous sa
protection les terres de l'Église et les habitants, et qu'il leur
était interdit d'y faire aucun dommage: «Nous vous sinifions qu'il
nous desplairoit très grandement que les dits cardinaux, la dite
Église de Rome et leurs sujets fussent grevés ne oppressez par aulcun,
et vous deffendons expressément que vous ne les greviez, dommagiez ne
molestez, ne faictes ne soufrez grever, dommagier ne molester en
quelconque manière que ce soit ne a quelconque personne qui ce voulsit
faire ne donner conseil, confort, faveur ni aides, sachant que si
faictez le contraire, il vous en desplaira très fortement et vous en
fairons pugnir tellement que ce sera exemple aux aultres[92]». La
lettre par laquelle Chartes VI accordait sa protection officielle aux
États du Saint-Siège fut communiquée _in-extenso_ aux syndics de
Carpentras par _Jean Alzérino_, recteur du Venaissin[93], et par les
cardinaux de Saluces et de Thury[94].

  [92] Fornéry, _Hist. ecclés._, mss., copie, fol. 416, vo., et 417.

  [93] Id., _id._, mss., 27 juin 1401, fol. 414, vo., et 415.

  [94] Id., _id._, mss., 28 juin 1401, fol. 415, 416;--mss. de
  Carpentras, fol. 374.

Mais au moment où Charles VI se prononçait auprès des Avignonnais
d'une façon si ferme pour le maintien de la soustraction d'obédience,
un mouvement d'opinion en sens contraire se dessinait, à la tête
duquel était le duc d'Orléans[95]. Toutefois, tant que Benoît XIII
serait captif, il était difficile de lui rendre l'obédience, alors
surtout qu'on l'avait dépouillé de sa bulle papale. Le duc d'Orléans
trouva une solution qui tira d'embarras les cardinaux, les Avignonnais
et le pape lui-même. Grâce à la complicité de Robert de Braquemont,
agent du duc[96], Benoît XIII sortit du grand palais où il était
retenu prisonnier depuis quatre ans et six mois, _le 12 mars 1403_, et
gagna la Durance qu'il traversa au lever du jour sur une barque, pour
atterrir au bourg de Château-Renard en Provence, mais dépendant du
diocèse d'Avignon. Cette fuite inattendue produisit parmi les
cardinaux et les Avignonnais une légitime appréhension. Mais Benoît
XIII avait autant d'intérêt que ses ennemis à faire la paix, étant à
bout de ressources et ayant besoin de l'aide de ses sujets. Le 29 mars
1403[97], un traité fut passé à Château-Renard, comprenant un grand
nombre d'articles dont l'énumération est en dehors du point spécial
que nous étudions. Benoît XIII pardonnait aux cardinaux et aux
Avignonnais, et s'engageait à réunir un concile dès que l'obédience
lui serait rendue[98]. Deux cardinaux devaient se transporter à Paris
pour obtenir de Charles VI et des princes la reconnaissance des
articles stipulés dans le traité de Château-Renard, pour le bien de
l'Église et la paix du pays. Benoît XIII, en diplomate consommé,
ramenait à son parti les Avignonnais, et le conseil de ville lui
rendit hommage de fidélité le 10 avril 1403[99]. Quant aux cardinaux,
ils déléguèrent ceux de Préneste et de Saluces, qui arrivèrent à
Paris, le 3 juin 1403, pour demander au roi et à l'assemblée des
prélats «la restitution d'obédience». Pendant ce temps, Benoît XIII,
après avoir séjourné au château du Pont de Sorgues, entrait à
Carpentras le 5 mai 1403[100], et y demeurait jusqu'au 26 juin, époque
où il s'installa provisoirement au Pont de Sorgues, en attendant le
retour des cardinaux envoyés à la Cour. A Paris, deux partis étaient
en présence. Les ducs de Berry, de Bourgogne, le cardinal de Thury et
l'Université étaient pour le maintien de la soustraction[101]. Au
contraire, le duc d'Orléans, les Universités d'Angers, de Montpellier
et de Toulouse étaient pour la restitution d'obédience. Le défenseur
le plus éloquent de ce parti était _Pierre d'Ailly_[102], qui
soutenait contre l'Université de Paris qu'on ne peut se soustraire à
l'obédience du pape, fût-il lui-même suspect d'hérésie[103]. Quant à
l'idée de la convocation d'un concile général, elle avait beaucoup de
partisans, parmi lesquels Jean Gerson, qui prétendait que c'était le
meilleur moyen d'arriver à l'extinction du schisme. Le parti de la
restitution d'obédience, qui avait déjà préparé les éléments de la
réconciliation de Benoît XIII avec la maison de France par
l'ordonnance du 9 juin 1403[104], l'emporta auprès de Charles VI, et
l'obédience fut rendue à Benoît XIII, le 30 juillet 1403[105]. Les
cardinaux, revenus de Paris, avaient devancé l'acte royal en rentrant
dans l'obédience du pape, le 19 juillet précédent.

  [95] Jarry, _loc. cit._, p. 282.

  [96] _L'Hercule Gaulois triomphant_, p. 80.--Laurens Drapier,
  Ann. mss. d'Avignon, fol. 209.--_Le Religieux_, III, p. 70.--Du
  Boullay, V, p. 70.--Ehrle, _op. cit._, p. 63.

  [97] Ehrle, _op. cit._, pp. 70 et suiv.

  [98] _Chroniq. de Charles VI, Le Religieux_, I, 24, c. 8; III,
  100.--_L'Hercule Gaulois triomphant_, p. 81.

  [99] Arch. municip., B. 32, no 32, Cott. O.O. et B. 33.

  [100] De Terris, _Hist. des évêques de Carpentras_, p.
  188.--Benoît XIII resta administrateur de l'évêché de Carpentras
  jusqu'en 1411.

  [101] Du Boullay, V, p. 56.--Jarry, p. 283.

  [102] Pastor, _Hist. de la Papauté_, trad. franç., I, p. 196.

  [103] Pastor, _id._, I, p. 195.

  [104] _Recueil des Ordonnances_, VIII, p. 14.

  [105] _Le Religieux_, III, pp. 86, 98.--_Ordonn. des Rois de
  France_, VIII, p. 596.--Du Boullay, V, p. 611.

Quant à Benoît XIII, «_après avoir tracassé un peu à Tarascon et en
Provence_»[106], il se fixa vers la fin de l'été à Salon. C'est là que
Jean Mercier, ambassadeur du duc d'Orléans, vint le trouver le 13
octobre 1403[107], mais la peste ne tarda pas à l'obliger à changer de
résidence, et Benoît XIII se réfugia dans l'abbaye de Saint-Victor de
Marseille (novembre 1403).

  [106] _L'Hercule Gaulois triomphant_, p. 81.

  [107] Collect. des Documents inédits, _Itin. de Philippe le
  Hardy_, p. 567.

Ainsi se termine cette première phase de la lutte engagée entre Benoît
XIII et ses adversaires, les Avignonnais et les cardinaux. Pendant
cette période, la Cour de France, opposée aux mesures de rigueur,
avait autant que possible cherché à ménager les uns et les autres, et
sans vouloir prêter aucun appui matériel aux partis en présence, par
déférence pour la personne du pape, qui était directement en cause.
Mais dans la seconde phase (1410-1411), ce n'est pas Benoît XIII, mais
ses parents et ses partisans qui soutiennent dans les terres de
l'Église, les armes à la main, les droits du souverain pontife. C'est
presque une guerre étrangère en plein royaume de France, et c'est ce
qui explique l'intervention militaire de Charles VI en faveur des
Avignonnais et des Comtadins contre les troupes catalanes de
l'anti-pape.

De Marseille, Benoît XIII s'empresse de désavouer les lettres
qu'il avait pu écrire contre la voie de cession et s'engage, sur
la demande du due d'Orléans, à exécuter les clauses du traité de
Château-Renard[108]. Il se rapproche de plus en plus de la Cour de
France, au point que le bruit se répand que Benoît XIII va être
conduit à Rome sous l'escorte de Boucicaut, alors gouverneur de Gênes
pour Charles VI, et solennellement couronné (1404-1405)[109].
Personnellement, Benoît XIII avait la ferme intention de se rendre à
Savone ou à Gênes pour avoir une entrevue avec Grégoire XII, son
rival, le pape de Rome[110]. En 1405, il envoyait aux États du Comtat
une ambassade pour demander le vote de subsides afin de lui permettre
d'entreprendre ce voyage «pour l'union de l'Église[111]». En 1406, une
nouvelle ambassade arrivait de Savone, faisant un pressant appel
d'argent au pays pour que Benoît XIII pût aller plus loin, toujours
dans l'intérêt de l'Église[112]. Mais, soit mauvaise volonté, soit
pénurie d'argent, les États ne répondirent pas aux instances réitérées
de leur suzerain. Du reste, ce projet d'entrevue entre les deux
pontifes rivaux qui était bien accueilli, car on y voyait une
intention réciproque de terminer le schisme, n'aboutit pas. Grégoire
XII refusa de se rendre à Savone, où Benoît XIII se trouva seul
(novembre 1407)[113]. Du même coup, le projet prêté à la Cour de
France de faire couronner Benoît XIII à Rome fut définitivement
abandonné à la mort de Louis d'Orléans, qui en était le partisan (23
novembre 1407)[114].

  [108] Jarry, _op. cit._, pièces justific. XXIII et XXIV, pp. 444,
  445, 428.

  [109] _Id._, pp. 294, 338.

  [110] Martène et Durand, _Thesaurus novus_, Anecdot. II, col.
  1389.--Pastor, _Hist. de la Papauté_, trad. franç., I, pp. 185,
  186.

  [111] Gibert, _Hist. de Pernes_, mss., fol. 310.

  [112] Voy. chap. Ier, pp. 16, 17.

  [113] Pastor, _op. cit._, I, p. 186.

  [114] Jarry, _op. cit._, pp. 351, 352.

Ici se place un événement que divers historiens ont relaté, sur lequel
le P. Ehrle a donné quelques nouveaux éclaircissements, grâce aux
archives du Vatican, et qui, par ses conséquences, se rattache d'une
façon très étroite à l'histoire des États citramontains du
Saint-Siège, dans leurs rapports avec les rois de France et la
papauté. A bout de ressources, obéré et ne sachant plus à qui
s'adresser après la mort du duc d'Orléans, Benoît XIII fit des
ouvertures, en vue de contracter un emprunt, au maréchal de Boucicaut,
gouverneur de Gênes depuis 1401[115], et qui, à ce moment, déçu de ses
espérances et renonçant à l'idée d'une nouvelle expédition en Orient,
avait concentré toute son attention sur les événements intérieurs qui
agitaient la péninsule italienne (1407-1408)[116]. Le prêt eut lieu à
Gênes même le 5 mars 1408[117]. A cette date, Jean le Meingre avança à
Benoît XIII 30,000 francs, pour lesquels le pontife, par une bulle du
_3 février 1408_, reconnut avoir contracté obligation. Le 30 avril
1408, à Porto-Venere, près la Spezzia, Jean le Meingre versa un
nouveau complément de 4,000 francs qu'il avait empruntés à des
marchands gênois. Comme gage de ce prêt, Benoît XIII inféoda au
maréchal, pour une période de deux ans, plusieurs localités, tant de
l'Église romaine que du diocèse d'Avignon[118], parmi lesquelles
_Pernes_, _Bollène_, _Bédarrides_ et _Châteauneuf-Calcernier_[119].
Le cardinal de Saluces s'opposa vivement à cette inféodation, mais
Boucicaut fit valoir ses droits sur lesdites villes sans retard, et le
10 mars _1408_ il prit possession de Pernes par procureur[120]. Il
résulte même des documents conservés aux archives de cette commune que
le maréchal en personne, se trouvant dans cette ville en 1413, fit
procéder à l'élection des consuls. Cette suzeraineté temporelle de
Boucicaut sur certaines villes des domaines du Saint-Siège donnera
lieu plus tard à d'innombrables et tumultueuses revendications qui ne
prendront fin que sous le règne de Louis XI.

  [115] De Circourt, _Rev. des quest. histor._, 1889, XLVI,
  167.--Delaville Le Roux, I, 403, 404.

  [116] Delaville Le Roux, _La France en Orient au XIVe siècle_, p.
  510.

  [117] Le P. Ehrle, _op. cit._, pp. 95, 96, 97.

  [118] «Et pro quibus idem dominus noster papa certa castra et
  loca tam Ecclesiæ romanæ quam Ecclesiæ Avenionensis sibi pignori
  tradidit.» Ehrle, p. 97.

  [119] Gibert, _Hist. de Pernes_, mss., fol. 310.--Chambaud, Ann.
  mss., fol. 145.

  [120] Arch. municip. de Pernes. Acte signé par Tholosan, notaire
  (Origin.).--Fornéry, _Hist. Civile_, mss., fol. 768.--Gibert,
  _Hist. de Pernes_, mss. de Carpentras, fol. 718.--Boucicaut était
  alors gouverneur du Languedoc.--Delaville Le Roux, 512-513.

La mort de Louis d'Orléans porta un coup fatal à l'autorité de Benoît
XIII. Il perdait son protecteur et son meilleur appui à la Cour de
France. Dès le mois de janvier 1408[121], Charles VI mit le pontife en
demeure de rétablir l'union de l'Église avant l'Ascension prochaine,
sous peine de voir la France retirer son appui à Benoît XIII. Le pape
menaça Charles VI des censures ecclésiastiques[122], mais, à la fin de
mai 1408, le roi de France se retira de l'obédience de Benoît XIII, et
avec lui la Hongrie, la Bohême, Wenceslas, Sigismond et la Navarre. En
même temps il convoquait un synode pour fixer les règles à suivre dans
la neutralité de la France[123]. Ces mesures provoquèrent la
défection des cardinaux de Benoît XIII, qui se réunirent à ceux de
Grégoire XII pour fixer l'ouverture d'un concile à Pise le 25 mars
1409. Mais, dès l'année précédente, Benoît XIII, qui ne se sentait
plus en sûreté dans le territoire de Gênes[124], avait gagné
Perpignan, où il convoqua un concile dont les actes font l'objet du
savant commentaire publié par le P. Ehrle[125]. L'année suivante,
Boucicaut et les troupes françaises étaient chassés de Gênes. C'était,
pour la politique française en Italie, un échec regrettable qui
entraînait la ruine de notre influence dans le Nord de la Péninsule et
l'abandon définitif de toute tentative de restauration de la papauté à
Rome[126].

  [121] Pastor, _op. cit._, I, p. 187.

  [122] _Amplissima collectio_, VII, p. 770.

  [123] Pastor, _op. cit._, I, p. 188.

  [124] D'après certains auteurs, le maréchal aurait facilité son
  embarquement.

  [125] Ehrle, _loc. cit._, Aus den Acten, etc.

  [126] Delaville Le Roux, _op. cit._, 512, 513.

Le concile de Pise s'était ouvert le 25 mars 1409 et, dans sa séance
du 26 juin, avait déposé solennellement Benoît XIII et Grégoire XII,
en procédant à l'élection d'Alexandre V. Réfugié en Espagne, Benoît
XIII se décida à une résistance énergique, et craignant pour sa
personne de rentrer dans le royaume en vue de se fortifier dans son
palais d'Avignon, que ses partisans n'avaient pas complètement
abandonné depuis 1404, il en confia la garde à son neveu, capitaine
expérimenté, vaillant soldat, mais peu scrupuleux sur les moyens à
employer pour avoir la victoire, Rodrigues de Luna. Dès 1409-1410, les
agents de Benoît XIII avaient peu à peu amassé dans le palais des
vivres, provisions, munitions et armes de guerre, en vue d'un siège.
Ils avaient fortifié l'entrée du pont. La garnison catalane avait été
augmentée et renforcée, si bien que dans les premiers mois de 1410,
la cité d'Avignon se trouvait en présence d'une forteresse
inexpugnable, occupée par des guerriers déterminés à toutes les
mesures extrêmes, même à incendier la ville s'il était nécessaire pour
maintenir l'autorité de leur compatriote, Pierre de Luna.

Le concile de Pise avait envoyé comme légat à Avignon un ancien
cardinal de Benoît XIII, Pierre de Thury (avril 1410)[127], qui était
en même temps recteur du Venaissin. C'est lui qui eut charge de
préparer le siège du palais, avec les élus de la guerre délégués par
le conseil de ville. Les citoyens avignonnais se constituèrent en
troupes assaillantes avec les officiers et soldats que Charles VI
envoya au secours de la ville. Le siège du palais commença au mois de
mai 1410[128], Charles VI avait expédié aux Avignonnais l'Hermite de
la Faye[129], sénéchal de Beaucaire, avec plusieurs compagnies de
soldats. Mais quelque temps après, il leur avait fait donner l'ordre
de se retirer. Abandonnés à leurs propres ressources, le cardinal de
Thury et les élus de la guerre portèrent leurs doléances auprès du roi
qui renvoya le sénéchal et les troupes devant Avignon. A cette force
militaire vinrent se joindre des capitaines aux ordres du roi,
notamment le sieur Randon[130], seigneur de Joyeuse, et Jean Buffart,
qui sont payés par les officiers du roi, sur l'ordre secret de Charles
VI[131].

  [127] Arch. départ., _Reg. des États_.

  [128] Nouguier fixe le commencement du siège au 27 mai 1410.

  [129] Dom Vaissette, IX, p. 1008.--Ménard, _Hist. de Nîmes_, III,
  p. 133.

  [130] Il est désigné «Seigneur de Genguese» (Joyeuse); prit part,
  sous Charles VII, aux premières campagnes et assista à la
  bataille de Verneuil (1424).

  [131] _Lett. patent. de Charles VI au sénéchal et au viguier de
  Beaucaire_ (mai 1411) Arch. municip. B., 39.

La ville d'Avignon fit appel aux consuls de Carpentras et aux trois
états du Venaissin, qui prêtèrent des bombardes, des balistes et tous
les engins d'artillerie qui étaient à leur disposition[132]. Des
barques expédiées de Valence furent postées au milieu du Rhône,
croisant sous le palais pour empêcher tout secours d'arriver aux
assiégés[133]. Un autre bateau appelé «_la Barbote_» fut placé près de
l'île d'Argenton avec une bombarde qui devait battre en brèche les
ouvrages de défense des Catalans[134]. Le 19 mai 1410 arriva la
«_grande bombarde_[135]» d'Aix, traînée par trente-six chevaux, qui
commença à ouvrir le feu contre le grand palais. Le 13 décembre 1410,
un assaut très vif donné par les troupes avignonnaises causa à
Rodrigues de Luna la mise hors de combat d'un millier d'hommes; la
tour élevée par les Catalans, attaquée par le fer et le feu,
s'écroula, entraînant sous ses décombres de nombreux soldats espagnols
et amenant la rupture d'une partie du pont (décembre 1410)[136].

La Cour de France, fatiguée de l'entêtement de Benoît XIII et de la
résistance de ses partisans, embrassa la cause des Avignonnais et
n'épargna rien pour leur assurer la victoire. Le 4 mai 1411, Charles
VI écrit aux sénéchaux de Nîmes et de Beaucaire[137] pour leur
recommander de ne laisser lever, en Languedoc, aucune troupe de gens
d'armes dans le but de porter secours aux Catalans, partisans de
Pierre de Luna, assiégés dans le grand palais d'Avignon. Le 21
mai[138], le roi envoie une missive aux syndics et au conseil de la
ville d'Avignon, pour les féliciter de leur courage et de la
résistance qu'ils opposent aux Catalans schismatiques: «Il les
autorise à tendre des chaînes au travers du cours du Rhône, au
Pont-Saint-Esprit et ailleurs, comme ils l'ont déjà fait, sans avoir à
solliciter l'autorisation du roi, et ce, en vue d'empêcher tout
secours d'arriver par eau aux Catalans qui, depuis quatorze mois,
tenaient le palais pour le compte de Pierre de Luna.»

  [132] 28 janvier 1411. Fornéry, _Hist. ecclés._, mss., I; fol.
  425, 426.

  [133] _Id._, mss., I, fol. 424, 425.

  [134] Comptes de la Ville, 1410-1411.

  [135] _Id._

  [136] _Recueil Massillian_, mss., XVI.

  [137] Arch. municip., B. 39.

  [138] Arch. municip., B. 39.

Le 11 juin 1411[139], le roi de France donne l'autorisation aux
Avignonnais de lever une décime sur le clergé du royaume, jusqu'à
concurrence de 100,00 livres, pour subvenir aux frais de la guerre qui
avait épuisé les finances publiques et privées de la ville. De son
côté, Benoît XIII faisait appel à ses partisans et compatriotes et, au
mois de _juin 1411_, une flotte, composée de 29 galères et barques
catalanes, se présentait aux embouchures du Rhône pour diriger une
double attaque contre Avignon par le fleuve, et pour renforcer par
terre la garnison du château d'Oppède dont quelques gens d'armes de
Rodrigue avaient pris possession. Mais les consuls d'Arles avaient
fait tendre précipitamment une chaîne pour barrer le fleuve d'une rive
à l'autre. D'un autre côté, un corps d'Avignonnais s'était porté vers
la Durance pour opérer sa jonction avec les troupes du sénéchal de
Provence, qui avait reçu de Yolande d'Aragon, reine de Sicile et de
Jérusalem, l'ordre de s'opposer au passage des Catalans sur les terres
de Provence. Les galères ennemies ne purent franchir le barrage et
durent battre en retraite après avoir débarqué 150 guerriers catalans
qui s'avancèrent jusqu'à la Durance, pour, de là, gagner le terroir
d'Avignon et le Comté. Mais les troupes provençales et avignonnaises
lancées à leur poursuite les rejoignirent sur les bords de la rivière,
dont les eaux, grossies par les pluies, rendaient le passage
impossible. Les Catalans furent taillés en pièces ou faits
prisonniers[140] (juin 1411). En apprenant ce succès, l'Université de
Paris s'empressa d'écrire à la reine de Sicile pour la prier de ne
point relâcher les prisonniers dont la présence à Avignon pourrait
amener le triomphe des schismatiques et hérétiques par l'apport d'un
renfort inespéré. «Nous avons entendu que puis naguères ont esté prins
certains gens d'armes tant chevaliers, escuiers comme autres, qui
venoient de par Pierre de la Lune pour nuire à la ville d'Avignon et à
la terre et conte de Venisse, et aussi à nuire à saincte Église et à
tout le royaume de France, laquelle Église devez avoir moult à
cuer.... Sy est vrai, très puissant Royne, que si les dessus diz gens
d'armes qui pour présent sont soubz vostre puissance estoient delivrez
avant que la guerre d'Avignon fust finie, ce seroit très grand péril
et très grand dommaige pour saincte Église. Et est voir semblable que
par ce moien pourroit estre delivrez le palais d'Avignon des mal
facteurs et scismatiques qui l'occupent indeument.... Pourquoi vous
supplions, très noble et très puissante Royne, qu'il vous plaise
commander et faire défendre que nul dez dessuz diz prisonniers, de
quelque estat qu'il soit, ne soit délivré jusques à ce que aucune fin
soit prinse sur la guerre d'Avignon et du païs d'environ[141].»

  [139] _Id._, B. 39.

  [140] Journal mss. de Bertrand Boisset. Extrait: «Siège du
  palais, juin 1411. L'an millia quatre cens ungi et de mes de juin
  vengron los Catalans en Proensa et en Arles per mandaments de
  l'Anti-papa Peyre de Luna per anar contra ad Avignon et Venesin.
  Los quals Cathelans sy meront in terra et monteron a caval per
  tirad in Venayssin et foron preses et deconfits per los
  Proensalts et los autres que remaron en los fustas que erons vint
  dos se monteron per lo rose ad Arles per tirar sen ad Avignon,
  mas la _cienta d'Arles mes una Cadena_ a travers de Rose que
  passar non la poyron, an se retireron. Vertas es que leur gens y
  moureront et mots d'avis feron et gasteron gras en la vigne et
  cremeron de masses et de cabanes assas, mas autres bels portamen
  non faron, am se retireron.»

  [141] Arch. municip., B. 77, no 36, origin.

Vers la même époque, Charles VI écrivait aux syndics d'Avignon leur
donnant avis qu'il envoyait au secours de la ville Philippe de
Poitiers, avec charge de leur dire ses intentions, ainsi qu'à la reine
Yolande. Le 26 juin 1411, en lui annonçant l'envoi de Philippe de
Poitiers, Charles VI fait savoir qu'il a donné charge à ce seigneur
«de convocquer et assembler tant de noz hommes vassaulz et subgiez que
bon lui semblera, affin que la besoingne puist prendre plus briefve
conclusion. Et vous prions, très chère et très amée cousine, tant et
si adcertes, que plus povons que nostre dit cousin, vueillez, oir et
croire de ce qu'il vous dira de par nouz touchant cette matière, et
donnez et faire donner par voz gens, officiez et subgiez, à lui et à
ses commis, pour honneur et révérence de Dieu, de nostre dit saint
Père de l'Église, amour et contemplacion de nouz, tout le conseil,
confort, aide et faveur que faire se pourra, et telement que par
vostre bon moyen ceste dite besoingne sortisse bon et brief effect et
prengue la conclusion que nous désirons[142].»

L'arrivée de Philippe de Poitiers, de son frère, Étienne, «le bâtard
de Poitiers», avec d'autres chevaliers, et surtout l'appui du roi de
France, redoublèrent l'énergie des assaillants. Les syndics, les élus
de la guerre, les conseillers, les habitants de toute classe, les
couvents, les maisons religieuses, les corporations et arts,
rivalisant de zèle et de civisme, donnèrent généreusement tous leurs
trésors, soit en numéraire, soit en oeuvres d'art, statues,
tabernacles, rétables, et les sanctuaires se dépouillèrent
spontanément au profit de la ville pour combattre l'ennemi commun, qui
ne représentait plus seulement l'idée d'un schisme religieux, mais
l'occupation étrangère. Dans les derniers mois de l'été 1411, la ville
contracta des dettes et obligations représentant un chiffre
énorme[143], tel même qu'un demi-siècle après, elle ne s'était pas
encore libérée. Outre les sommes mises à la disposition des élus de la
guerre par Charles VI, un denier fut en outre levé sur chaque paroisse
pour faire face aux besoins journaliers. La mort de Pierre de Thury
(septembre 1411) fit passer la direction de l'administration des États
du Saint-Siège entre les mains de François de Conzie, archevêque de
Narbonne, camérier du pape, qui avait été témoin de tous les
événements depuis l'élection de Benoît XIII.

  [142] Arch. municip., série E. E.

  [143] Reddition des Comptes de Paul Montmartin du temps de la
  guerre des Catalans. Arch. municip., B. 39.

Cependant, réfugiée dans cette forteresse imprenable, la petite
garnison catalane opposait aux assaillants une résistance désespérée.
Toutefois, le manque de renforts, la diminution des vivres, les vides
que les sorties répétées avaient faits dans leurs rangs, et surtout la
perspective de ne voir arriver d'Espagne aucune troupe de secours,
amenèrent Rodrigues de Luna et ses compagnons à parlementer en vue
d'un traité de paix. Une convention fut signée, le 12 novembre 1411,
entre les représentants du Saint-Siège, François de Conzie, vicaire
général du Saint-Siège à Avignon, et dans le comté Venaissin, Jean de
Poitiers, évêque de Valence et de Die, recteur du Venaissin, et
Constantin de Pergula, vicaire de Jean XXII, d'une part, et, d'autre
part, Bernard de Sono, vicomte d'Evola, et Roderic de Luna, commandeur
de l'ordre de Jérusalem, chef des canonniers et combattants du palais.
Assistaient aux pourparlers et préliminaires de la convention Philippe
de Poitiers, chevalier, seigneur d'Aroys et de Dormans, capitaine
général des troupes avignonnaises, envoyé par le roi de France, et
Pierre d'Acygne, sénéchal de Provence, agissant au nom et lieu de
Yolande, reine de Sicile et de Jérusalem. Aux termes de la convention,
voici les principales conditions stipulées[144]:

1º Il sera permis aux assiégés d'envoyer à leur maître, _Benoît XIII_,
trois officiers pour l'instruire de la position dans laquelle ils se
trouvent, et si dans cinquante jours aucun secours n'est arrivé, ils
s'engagent à remettre aux mains du légat le palais et le château
d'Oppède;

2º Les assiégeants fourniront, au prix ordinaire, la quantité de
vivres par jour pour chaque personne de la garnison du palais;

3º Le commandant des troupes aragonaises et catalanes devra donner
pour otages frère Jean _Parda_, chevalier de Rhodes, frère Mathieu
Montelli, frère Pierre de Lacerda, frère Beranger Boyl, messire Pierre
Turella, licencié en droit canon, messire Barthélemy, neveu d'Antoine,
vicomte Jean Pétri, Barthélemy de Montaquesii et Sanche de Sparsa;

4º Les assiégés ne pourront emporter, lors de leur départ, que les
objets qui leur appartiennent;

5º Les troupes assiégées et assiégeantes observeront exactement entre
elles la trêve conclue.

  [144] Arch. municip., B. 39, Origin., septembre 1411.

Tous les personnages ci-dessus désignés apposèrent leur sceau sur
ledit parchemin, au bas de l'acte rédigé par Lamberti, notaire[145].

  [145] Chambaud, _Recueil_, mss., t. I, fol. 153, 154.--Cf. G.
  Fantoni, I, pp. 300, 301, 302.

Le délai étant expiré, et aucun secours n'étant annoncé pour les
assiégés, ces derniers conclurent une dernière convention le 14
novembre 1411, aux termes de laquelle ils devaient vider le palais et
le château d'Oppède dans les huit jours qui suivraient. De son côté,
Charles VI accordait, par lettres patentes, sauf-conduit, sauvegarde
et assurance pour le retour des Catalans dans leur pays, sans qu'ils
puissent être recherchés pour aucun crime commis contre notre
Saint-Père et le Saint-Siège apostolique[146]. La garnison catalane
remit le palais au légat, comme il avait été convenu, le 22 novembre
1411[147]; elle se retira de là à Villeneuve et traversa le Languedoc
pour gagner l'Espagne par terre.

  [146] Arch. municip., B. 39.

  [147] Gibert, _Hist. de Pernes_, mss., fol. 312.

Ainsi se termina le second siège du palais, qui avait accumulé sur
Avignon et le Venaissin des monceaux de ruines et des dévastations de
toutes sortes. Dans ces tristes circonstances, Charles VI, après avoir
soutenu et fait triompher par les armes la cause des Avignonnais,
contribua, par divers actes de générosité, à réparer les maux de la
guerre; une somme de 12,000 francs d'argent fut mise par le roi à la
disposition de l'archevêque de Narbonne pour l'employer à la
conservation du palais d'Avignon[148]. Charles VI écrivit en outre au
pape pour le prier de permettre que les 10,000 livres qu'on prélevait
annuellement sur les bénéfices de France fussent employées à
dédommager la ville d'Avignon des dépenses qu'elle avait dû supporter
par suite de la guerre contre les Catalans (décembre 1411)[149]. Ce
sont là les derniers actes par lesquels Charles VI marque son
intervention «ès-parties» d'Avignon. La déposition de Benoît XIII au
concile de Pise fut définitive et solennellement proclamée à Constance
le 26 juillet 1417[150]; l'exil du pape à Paniscola, son dénûment et
l'abandon de sa cause par tous les catholiques, rendirent un peu de
tranquillité aux États du Saint-Siège d'en deçà des Alpes, jusqu'à
l'élection de Martin V, qui se montre, dès ses premiers actes, décidé
à défendre énergiquement les droits de l'Église sur Avignon et le
Venaissin.

  [148] Arch. municip., B. 39.

  [149] _Id._, B. 39.

  [150] Pastor, _op. cit._, p. 24, not. 2.



CHAPITRE II

Charles VII.--Les Boucicaut. Le Cardinal de Foix.

  Le dauphin Charles en 1419-1420.--Devenu roi il ne cesse
    d'assurer de sa protection les États citramontains du
    Saint-Siège.--Nouveaux agissements de Geoffroy le Meingre
    (1426-1428).--La succession du maréchal.--Les routiers dans le
    Venaissin et dans la vallée du Rhône.--Démêlés entre les sujets
    du pape et Boucicaut.--Attitude de Charles VII (janvier
    1426).--Il protège les Avignonnais, tout en appuyant les
    revendications de Champerons, seigneur de la Porte (1428).

  Situation des États de l'Église au moment de l'ouverture du
    concile de Bâle.--Charles VII appuie ouvertement Alphonse
    Carillo, cardinal de Saint-Eustache, qui est le candidat du
    concile. Sa lettre aux Avignonnais (1431).--Conflit entre le
    pape Eugène IV et les Avignonnais à propos de la nomination de
    Marc Condulmaro.--Neutralité de Charles VII (1432).

  Le cardinal Pierre de Foix, légat du Saint-Siège (avril
    1432).--Triomphe de la politique française.--Efforts de Charles
    VII pour amener la cessation du schisme et la convocation d'un
    concile à Avignon pour l'union des Grecs (1437).


Les dernières années du règne de Charles VI, toutes remplies par les
sanglantes rivalités des Armagnacs et des Bourguignons, par l'invasion
étrangère et la honteuse défaite d'Azincourt pour aboutir à
l'humiliant traité de Troyes (1420), expliquent pourquoi les relations
entre les sujets du Saint-Siège et la Cour de France subissent comme
on temps d'arrêt jusqu'au moment où la lutte de la maison de France
avec les Bourguignons amène le dauphin Charles dans le Midi, en 1419.
Le nouveau pape Martin V était, depuis son avènement, prévenu contre
le dauphin par les dénonciations des agents bourguignons, qui
accusaient l'héritier du trône d'être, comme feu son oncle, un ami
dévoué de Benoît XIII. Il ne voyait donc pas sans quelque appréhension
le dauphin venir guerroyer sur les limites des possessions du
Saint-Siège[151], au moment où le prince d'Orange se disposait de son
côté à envahir le Comtat et où les garnisons bourguignonnes, alliées
aux Anglais, occupaient plusieurs places fortes du Midi et de la
vallée du Rhône. Dès 1419, le dauphin Charles demande à emprunter aux
États du Venaissin 6,000 florins d'or[152] et à faire entretenir
pendant quatre mois par les États 1,000 hommes d'armes, les engageant,
de plus, à se liguer avec lui. L'année suivante (1420), Charles
informe le recteur qu'il se dispose à traverser le territoire
pontifical avec 10,000 hommes d'armes, et il l'invite à faire savoir
aux habitants qu'ils doivent prendre les mesures nécessaires pour
protéger leurs récoltes. Le pape Martin V, sur ces entrefaites, se
rapproche du dauphin et envoie à Lyon[153] Pierre d'Ailly, son légat,
qui a une entrevue avec le jeune prince. Ce rapprochement facilita la
tâche du dauphin en lui donnant l'aide des Avignonnais dans l'attaque
dirigée contre Pont-Saint-Esprit (1420). Charles est de passage à
Avignon le 15 avril (1420)[154]. C'est pendant son séjour qu'il
négocia le prêt de l'artillerie de la ville, qui fut conduite devant
Pont-Saint-Esprit[155]. Le 2 mai, le dauphin investit la place, qui
était défendue par une garnison bourguignonne alliée au prince
d'Orange. Après une résistance héroïque, la place fut emportée
d'assaut par les troupes royales qui se déshonorèrent par toutes
sortes d'excès (17 mai 1420)[156]. Le dauphin ne manqua, dans la
suite, aucune occasion de se montrer gardien fidèle des traditions de
la royauté. Une fois sur le trône, il ne se départit jamais de ces
sentiments, n'oubliant point que les rois, ses prédécesseurs, avaient
été appelés «à leur grant gloire et louenge roys tres chrestiens,
vrays champions et principaux deffenseurs de nostre saincte foy
catholique[157]». Ces dispositions, il les montra, on peut le dire,
d'une façon toute particulière dans ses rapports avec les sujets de
l'Église, notamment avec les Avignonnais et les gens du Comté. Dès son
avènement, ayant été informé par les syndics et le conseil de la ville
d'Avignon que quelques seigneurs, dont les châteaux se trouvaient
placés près de la frontière des domaines de l'Église, sous prétexte de
vider les différends qui existaient entre eux, appelaient sous leur
bannière bon nombre de gens d'armes originaires du Dauphiné, qui
commettaient toutes sortes de ravages sur les terres et possessions
de l'Église, le roi mu par cette considération «en faveur d'icelluy
nostre sainct père et ses dits subgectz et mesmement ceulx de la dicte
ville d'Avignon et du dit Comté que tous jours en tous nos affaires
avons trouvez pretz et bien enclinz à faire et donner tant à nouz que
aux nostres toute faveur, ayde et confort à eulx possible toutes fois
que requiz en ont esté», ordonne à tous les gens d'armes qui avaient
quitté la province du Dauphiné de rentrer incontinent dans leurs
foyers «s'en retournant en leurs hostelz et maizons et ès lieux dont
partyz sont pour estre pretz de venir à nous, sur ce à rencontre de
nos diz ennemys, toutefoiz que les manderons[158]».

  [151] _Reg. des délibér. des États_, fol. 219, vo.

  [152] _Id._, fol. 218.

  [153] De Beaucourt, _loc. cit._, I, p. 329. Pierre d'Ailly,
  contrairement à ce que dit M. de Beaucourt, ne fut jamais légat à
  Avignon. Il était légat en France.

  [154] Dom Vaissette, IX{2}, p. 1059, not. 4.--Chambaud, _Rec. sur
  Avignon_, mss., t. I, fol. 160.

  [155] Dom Vaissette, IX{2}, p. 1059.

  [156] Dom Vaissette, IX{2}, p. 1060.

  [157] De Beaucourt, _op. cit._, I, p. 370. Ces expressions sont
  d'Isabeau de Bavière. _Rec. des Ordonnances_, X, p. 437.

  [158] Donné au château de Loches, le 22 septembre 1423. Orig.
  Arch. municip., B. 36. Voir _Marquis d'Aubais_, pièc. fugitives,
  I, p. 94. _Itinér. de Charles VII_.

Cette agitation seigneuriale, qui menaçait d'entraîner dans ses
guerres privées les sujets du roi pour se jeter sur les terres de
l'Église dès les premières années du règne de Charles VII, était la
conséquence des revendications de Geoffroy le Meingre. Le maréchal,
son frère, pris à Azincourt, puis captif en Angleterre, était mort en
1421, ne pouvant survivre à l'humiliation de sa patrie[159]. Son frère
hérita de ses domaines que lui avait garantis l'acte du 7 juillet
1399[160]. De plus, comme Benoît XIII, réfugié à Paniscola, se mourant
dans le dénûment le plus complet, n'avait jamais pu rembourser à Jean
Boucicaut les 40,000 francs que ce dernier lui avait avancés en
_1408_, Geoffroy, comme héritier, se saisit aussitôt des villes dont
l'inféodation avait été consacrée par le contrat passé à Gênes et à
Porto-Venere entre le pape et le maréchal. Martin V essaya de
s'opposer à cette prise de possession, qui était discutable à coup
sûr, puisque la légitimité de Benoît XIII comme souverain pontife
était elle-même contestée; mais les châteaux et les villes étaient
déjà entre les mains des agents de Boucicaut[161]. Cette prise de
possession ne se fit pas sans violences, et les sujets du pape
protestèrent contre un acte passé sans leur consentement; Charles VII
lui-même intervint et demanda des comptes à Geoffroy dont tous les
vassaux réclamaient la protection royale. Ce dernier fut convoqué à
comparaître devant le Parlement de Toulouse, pour répondre de ses
crimes et forfaits, mais Geoffroy avant fait défaut, le roi lui
confisqua les terres _d'Aramon_[162] et de _Valabrègue_ qu'il avait
reçues à perpétuité. Désormais chassé du Languedoc, Geoffroy s'établit
à poste fixe dans ses domaines de l'Église, où il devenait pour la
papauté un voisin fort gênant. Un premier traité fut passé entre
Geoffroy et les représentants de la Chambre apostolique, qui lui
payèrent une somme considérable, à la condition qu'il mettrait fin aux
actes de brigandage dont il se rendait journellement coupable[163].
Geoffroy promit, reçut l'argent, feignit le repentir, mais il rompit
aussitôt ses engagements et employa les fonds de la Chambre
apostolique à rassembler une armée de routiers, gens de sac et de
corde, commandés par des capitaines qui se sont fait un nom au milieu
de ces guerres qui ont désolé la vallée du Rhône, de Valence à
Avignon, pendant les premières années du règne de Charles VII. Parmi
eux figurent _Charles de Poitiers_, _Jean Ollivier_, _Saint-Vallier_,
écuyer de l'évêque de Valence, le _bâtard de Valence_, fils de
l'évêque de cette ville, _Anthoine de la Peype_, _Allegret de
Bonnyot_, _Aymard de Clermont_, _Jean de Geys_ et le _bâtard de
Langres_. Bien plus, Geoffroy fait appel à ses compatriotes de
Touraine, et parmi ses meilleurs officiers on trouve Jehan de
_Champerons_, seigneur de la Porte[164]. Cette petite troupe se
grossit promptement d'une foule d'aventuriers de toute origine,
soldats sans emploi, routiers et vagabonds, qui, comme jadis Raymond
de Turenne, considéraient comme une excellente aubaine de guerroyer
contre le pape. Pernes fut saccagé, Vaison livré aux flammes, le
château de Saint-Roman pris d'assaut[165]. Charles VII, prié
d'intervenir, écrivit au sénéchal de Beaucaire, le sieur de Vilar,
pour empêcher qu'aucune entreprise fût dirigée contre Avignon (20
avril 1426).

  [159] Delaville Le Roux, _loc. cit._, 360-363.

  [160] Manuscrits Peiresc, Bibl. de Carpentras, Reg. LXX, vol.
  III, fol. 232, vo.

  [161] Ehrle, _loc. cit._, p. 97.

  [162] Dom Vaissette, IX{2}, p. 1077. Jean de la Graille, maréchal
  de Languedoc, à la tête des milices royales occupa les biens et
  domaines de Geoffroy qui fut déclaré coupable de félonie.--Cf.
  Gibert, _Hist. de Pernes_, mss., fol. 316.

  [163] De Coston, _Hist. de Montélimar_, I, pp. 496, 499.

  [164] Ce seigneur est officiellement nommé dans la bulle
  d'excommunication. Mais il dut se retirer avant le siège de
  Livron et abandonner la cause de Geoffroy, puisque Charles VII
  affirme qu'il n'avait pas quitté la Touraine. Les archives
  d'Indre-et-Loire ne contiennent aucun renseignement sur ce
  personnage (communication de M. de Grandmaison, archiviste
  d'Indre-et-Loire).

  [165] Chambaud, _Rec._, mss., I, fol. 442.

D'un autre côté, Charles VII, par lettres patentes données à Montluçon
le 11 janvier 1426[166], considérant que Geoffroy le Meingre, dit
Boucicaut, «chevalier est en intencion et volunté de faire guerre en
la Conte de Venisse qui est du patrimoine de nostre mère saincte
Église et des contez de Provence et Forcalquier, qui sont lors Estats
de nostre mère et de nostre très chier frère, le roy de Jérusalem et
de Cécile, son filz, et domagier le pais et subgectz de nostre dit
sainct père et nos ditz mère et frère, a fait souldoyer gens d'armes
et de trait en nostre royaume et Daulphiné, et en nostre conte de
Valentinoys et desjà ayant passé oultre la dite rivière du Rosne et se
efforce de plus faire et a fait entrer dans la terre de l'Église le
sire de Clavaison, Anthoyne de la Peype, chevalier, un nommé Gastonet,
chevalier de Bron, un nommé Montchanu et autres capitaines
rotiers[167], avec grant nombre de gens de Compaigne, lesquels ont
prins aucunes places en la dite terre de l'Église, forcé femes, bouté
feux, tué et murdry plusieurs genz, prins prisonniers, faits plusieurs
courses, maulx et dommaiges innumérables». Charles VII, pour ces
motifs, fait défense à quiconque de ses sujets de porter la guerre
contre Avignon. Comme on le voit par ce document, le roi de France
protège les vassaux de l'Église, mais ce n'est qu'une protection
défensive en ce sens qu'il interdit aux sujets royaux de prendre part
aux ravages commis par les officiers de Boucicaut sur les domaines de
l'Église. Martin V employa d'abord contre ces brigands les armes
spirituelles, et Guillaume Raimundi, prévôt de l'église d'Avignon, en
qualité de commissaire apostolique excommunia en 1426 Geoffroy le
Meingre et ses officiers, qui avaient commis toutes les atrocités
relatées dans les lettres royales du 21 janvier 1426[168]. En même
temps, l'évêque de Montauban, Pierre Cottini, nommé recteur du Comtat,
prit le commandement des milices levées par les États et s'empara, sur
les troupes de Boucicaut, de la ville de Pernes, dont Jehan de
Champerons avait été nommé gouverneur (12 avril 1426). Les habitants
de la communauté furent dispensés de payer les arrérages de tailles
pour tout le temps qu'elle avait été placée sous la domination de
Boucicaut. Mais bientôt, feignant de nouveau la plus grande contrition
et sollicitant le pardon de ses crimes, Geoffroy, grâce à l'entremise
de François de Conzié, légat du Saint-Siège à Avignon qu'il avait
connu à l'époque du premier siège du palais[169] (en 1398-1399),
obtint pour lui et pour ses complices, du pape Martin V, une bulle
d'absolution (23 mai 1426)[170] totale. C'est à la suite de cet accord
que Geoffroy le Meingre se réfugia avec ses bandes dans le château de
Livron et occupa également la forteresse de Narbonne[171] dans le
terroir de Montélimar sur lequel il avait quelques droits par l'oncle
de sa femme Isabelle, Jean de Poitiers, évêque de Valence. La présence
de Boucicaut à Livron dès 1426 est incontestable. Les comptes
consulaires de la ville de Valence[172] portent une dépense de trois
gros pour Champel, Chaponays, etc., envoyés à la Roche de Glun
au-devant d'Humbert, maréchal, allant assiéger Boucicaut dans le
château de Livron (1426). C'est donc vers la fin de cette même année
que les gens d'armes à la solde des Avignonnais viennent mettre le
siège devant cette ville. Bien qu'il n'y eût pas encore de traité
officiel passé entre Humbert et les Avignonnais, la ville d'Avignon
supportait les charges de cette expédition qui fut ruineuse pour la
malheureuse cité. Boucicaut assiégé appela à lui, de l'autre côté du
Rhône, un certain nombre de partisans recrutés dans le royaume, qui
avaient pour but de débloquer _Livron_ et d'attaquer les troupes
pontificales. Le conseil de ville d'Avignon et les élus de la guerre,
qui délibéraient avec eux depuis le siège du palais, traitèrent avec
un capitaine d'aventuriers, _Jean Boulet_, originaire de Saint-Flour
en Auvergne et seigneur de Châteauneuf-de-Melet, pour qu'avec ses gens
celui-ci s'opposât à leur passage. Jean Roulet dut, pour arrêter les
alliés de Boucicaut, non seulement employer les armes, mais encore
acheter la paix. Nous trouvons en effet dans les archives communales
un document établissant que la ville d'Avignon, pour tenir compte «au
dit Jehan Roulet de ses peines et debours», lui régla une indemnité de
4,250 écus d'or de la nouvelle frappe, dont 1,500 lui furent comptés
dans le courant de l'année 1427. Pour le règlement du solde, ledit
Roulet délégua à la ville une somme de 1,430 écus à payer à un certain
Pierre Bovis, sur ce que la communauté d'Avignon lui redevait
encore[173]. Ce n'est donc point en 1428, comme quelques auteurs
l'ont cru, mais bien en 1427, que la ville d'Avignon fit assiéger, par
des gens d'armes à ses gages, Geoffroy le Meingre, dans le château de
Livron. A cette occasion, Martin V n'abandonna pas ses fidèles sujets.
Il envoie auprès d'eux Jean de Rehate et Jean de Puteo pour leur dire
qu'ils n'ont pas à s'effrayer des menaces de leurs ennemis (21 mars
1427)[174]. Il donne pouvoir audit Jean de Rehate d'assigner à la
ville d'Avignon 6,000 florins pour les besoins de la guerre, à prendre
sur les revenus de la Chambre apostolique, tant en Provence qu'en
Savoie[175]. Enfin, dès le mois de février 1427, il avait prescrit à
l'évêque d'Avignon de faire imposition sur le clergé pour subvenir aux
grands frais qu'il convenait de supporter pour se garder contre les
ennemis[176]. Grâce à ces subsides de la curie romaine, les
Avignonnais purent renforcer leurs troupes occupées au siège de
Livron. Un traité fut signé le _31 janvier 1428_ à Lyon, entre Thomas
Busaffi, d'une part, représentant la ville d'Avignon, et _Humbert
Maréchal_, capitaine de gens d'armes, d'autre part, aux conditions
ci-après[177]: 1º ledit Humbert s'engage à défendre les propriétés,
biens, meubles et immeubles et personnes des Avignonnais contre les
troupes de Boucicaut et de ses adhérents avec cent hommes d'armes et
cent hommes de trait (l'homme d'armes aura trois chevaux, un page et
un varlet); 2º chaque homme d'armes recevra 20 florins, monnaie
courante, par mois, et chaque homme de trait à cheval 10 florins par
mois, de même monnaie; 3º ledit Humbert s'oblige à être rendu à Vienne
sous Lyon avec ses troupes, le 15 février prochain _1428_. La paie des
soldats sera due à dater de ce jour; 4º ledit Humbert, dès son arrivée
à Avignon recevra pour son compte la somme de 200 florins de ladite
monnaie; 5º ledit Humbert s'oblige à se retirer, lui et ses gens, à la
première sommation qui lui en sera faite. Il est convenu que ledit
Humbert recevra sur la solde de ses troupes 1,500 florins dans la
ville de Lyon, à-compte du premier mois de solde, et le restant dès
que lui et ses soldats auront passé la rivière de l'Isère; 6º chaque
chevalier ou escuyer banneret qui fera partie des troupes dudit
Humbert recevra double paie.

  [166] Arch. municip., Origin., B. 36, no 37, Cott. N. N.

  [167] On remarque que Jehan de Champerons n'est pas mentionné et
  qu'il y en a plusieurs que Giberti (_Hist. mss. de Pernes_, fol.
  729) ne nomme pas.

  [168] Chambaud, _Recueil sur Avignon_, mss., t. I, fol. 442.--Cf.
  Giberti, _Hist. de Pernes_, mss., fol. 315, et mss. de
  Carpentras, fol. 723.

  [169] Cottier, _Notice sur les Recteurs_, p. 120.--Cf.
  Cambis-Velleron, _Annal._, mss., IV, 32, 34.--Chambaud, _Rec._,
  mss., vol. I, fol. 163.--Giberti, _Hist. de Pernes_, mss. de
  Carpentras, 721, 722.

  [170] Le texte de la bulle a été publié par Ehrle, _loc. cit._,
  pp. 99-100.

  [171] _Cartulaire de Montélimar_, p. 265.--Cf. de Coston, _loc.
  cit._

  [172] Arch. de Valence, C. C., 27, 1426.

  [173] L'acte fut souscrit par la ville le 25 juin 1427. Arch.
  municip., Compte de la ville, de septembre 1428, de 1320 écus
  d'or pour solde de la somme ci-dessus.

  [174] Arch. municip., B. 36, no 1, Cott. A.A.

  [175] _Id._, B. 37.

  [176] _Id._, B. 34, février 1427.

  [177] Acte passé à Lyon par maître Cordard, notaire apostolique
  impérial et royal, le 31 janvier 1428. Arch. municip., B.
  34.--Cf. Chambaud, _Rec. des Chartes_, mss., I, fol.
  40.--_Recueil Massillian_, mss., XXI, fol. 359, 361.--Gauffridi,
  _Hist. de Provence_, I, VII, p. 294.--Giberti, _Hist. de Pernes_,
  fol. 327, 328.

Geoffroy Boucicaut ne pouvait pas résister à des forces aussi bien
organisées, commandées par un vaillant officier. Dès le mois de mars
1428, les bandes de Boucicaut, après une résistance inutile, se
dispersèrent et franchirent le Rhône. Les documents font du reste
absolument défaut[178] sur ce point et ne nous permettent pas de dire
comment Geoffroy quitta pour toujours ce pays où son nom était en
exécration. Quoi qu'il en soit, dès le mois de mai 1428, toute guerre
entre Avignon et les Routiers avait pris fin, et Martin V relevait la
ville d'Avignon, les syndics et les citoyens de la promesse par eux
faite à l'évêque de Valence pour raison des dommages causés par leurs
troupes au château de Livron[179] (11 kalendes de juin 1428). Charles
VII intervint quelques mois plus tard en faveur de Jean de Champerons,
seigneur de la Porte, dont quelques biens et héritages avaient été
confisqués par les Avignonnais et les Comtadins: «Veuillez, pour amour
et honneur de nous, faire délivrer à nostre bien aimé escuyer Jehan de
_Champerons_ ses héritaiges et aultres biens meubles, les quelz soubz
umbre du débat qui naguères a esté entre nostre aimé et féal
chevalier, conseiller et chambellan Giefroy le Meingre du Bouciquault,
d'une part, et vous et les habitans de la ville d'Avignon, d'autre,
avaient esté pour empeschiez. Et que avons esté assuré que le dit
_Champerons_ ne s'estoit auculnement entremis ne meslé du débat dessus
dit, mais s'estoit durant icelluy tousjours tenu en nostre pais de
Touraine[180].» Il semblerait donc résulter de ce document que déjà,
avant le siège de Livron, plusieurs des officiers de Geoffroy
l'avaient abandonné, puisqu'il est avéré que Jehan de Champerons se
trouvait en Touraine en 1428. Quant à Boucicaut, il se retira dans sa
terre de Bridoré, dont il avait hérité en 1421, après la mort de son
frère[181]. Il y mourut l'année suivante, en 1429[182], comme
l'indique, d'une façon certaine, une instance en justice reprise à la
fin de 1429 par sa veuve, Isabelle de Poitiers. L'héritage
considérable, en titres il est vrai plutôt qu'en biens immeubles dans
les terres de l'Église, passa à ses deux fils, Jean et Louis, dont les
revendications ultérieures donneront au dauphin Louis un premier
prétexte pour intervenir dans les affaires intérieures du
Venaissin[183].

  [178] De Coston, _Hist. de Montélimar_, I, 496, 499.

  [179] Arch. municip., B. 36, no 2, Cott. B.

  [180] Donné en nostre chastel de Lezignen, le 5e de novembre
  1428. Orig.--Arch. municip., B. 36.

  [181] Le Maréchal n'avait eu d'Antoinette de Turenne qu'un fils
  qui fut tué à la bataille d'Azincourt (1415).

  [182] Arch. de Tours. Communication de M. de Grammaison,
  archiviste d'Indre-et-Loire.--Cf. de la Chesnaye des Bois,
  Diction. XIII, p. 590, le fait mourir en 1429.--L'abbé Chevalier
  fait à tort mourir Geoffroy en 1407. _Répert. des sources
  historiq._, p. 339.

  [183] Voy. chap. iv, pp. 96-97.

Les conséquences du schisme qui divisait l'Église ne devaient pas
tarder à ramener l'attention de Charles VII sur les événements qui se
déroulaient dans les États du Saint-Siège. Martin V, qui avait réussi
à préserver ses domaines de l'invasion de Louis de Châlons, prince
d'Orange, en 1430, et des troupes royales[184], était mort au moment
où allait s'ouvrir le concile de Bâle, le 17 février 1431[185]. Son
successeur, Eugène IV (Gabriel Condulmaro)[186], annonce son élection
aux syndics d'Avignon, par bref du 12 mars 1431[187]. Or, comme le
jour de l'ouverture du concile il n'y avait que douze prélats
présents, il décida de transporter l'assemblée à Bologne, afin de
pouvoir s'occuper plus tranquillement des intérêts de ses domaines
citramontains[188]. En attendant, il engageait les Avignonnais à
prendre conseil du cardinal de Saint-Eustache[189], légat
extraordinaire du Saint-Siège dans cette ville, homme de grande
sagesse, et dans lequel le Saint-Siège avait la plus entière
confiance. Alphonse Carillo, cardinal diacre du titre de
Saint-Eustache, bien que d'origine espagnole[190], avait fait preuve
des sentiments les plus conciliants et les plus bienveillants
vis-à-vis de la Cour de France dans le règlement des différends
soulevés à propos des limites du Rhône, et que le Saint-Siège lui
avait donné mission de résoudre en 1430. Malgré sa nationalité,
Alphonse Carillo était l'homme des intérêts français, et Charles VII
était dans l'obligation de le ménager. Aussi le roi, désireux de voir
nommer à titre définitif, comme légat à Avignon, un haut dignitaire
ecclésiastique, pour servir les desseins de la politique française,
prie les syndics d'Avignon de mettre à profit le crédit et l'influence
dont ils disposent à Rome pour obtenir la nomination du cardinal de
Saint-Eustache à Avignon, «qu'il lui plaise ordonner nostre très cher
et aimé cousin le cardinal de Saint Eustace (_sic_), estant de
présentement en la ville d'Avignon son vicaire, ès partie deça les
monz come avez sceu par nos diz ambassadeurs en passant par la dite
ville. A la quelle requeste nous entendu avons nostre dit Saint Père à
aucunement différer et encores diffère dont nous donne grans
merveilles, attendu les grans biens que à cause de ce pourroyent
advenir à tous les pais de par deça». Charles VII insistait en faisant
valoir les avantages que ce choix procurerait tant au royaume de
France qu'aux États de l'Église; il les invite «à y envoyer pour ce
messagiers exprès qui poursuivront, avec nos ditz ambassadeurs, la
chose au nom de la cité d'Avignon. Nous vous prions bien a certes pour
tout l'amour et bienvueillance qu'avez à nouz et à nostre dit royaume,
et surtout le plaisir et service que nous ferez que ceste chose pour
nostre dit cousin de Saint Eustace et non pour aultre, vous vueillez
poursuivre devers nostre dit Saint Père, de manière quelle sortisse
son effect et y envoyer pour ce faire gens notables. Et ce vueillez
faire telle promte et bonne diligence que nous cognoistrons que vous
avez tousjours le bien de plus en plus de nous et de nostre royaume
dont estes prouchains voisins, comme devez, et le service que en ce
nous ferez recognoistrons en temps et en lieu envers vous et la dite
ville d'Avignon[191]».

  [184] Bref de Martin V, juin 1430. Arch. municip., origin.,
  B.--Cf. Quicherat, _Rodrigue de Villandrando_, 139 et suiv.--Dom
  Vaissette, IX{2}, p. 1107.

  [185] Dareste, _Hist. de France_, III, p. 136.--Mgr Héfelé,
  _Hist. des Conc._, XI, pp. 185, 187.

  [186] C'est le véritable nom. Il était d'une noble famille de
  Venise et neveu de Grégoire XII qui l'avait fait
  cardinal.--Pastor, _loc. cit._, I, p. 293, not. 1.

  [187] Chambaud, _Rec. mss. sur Avignon_, I, fol. 166.

  [188] In futuro bononiensi Concilio cui Deo propicio interesse et
  præsidere desideramus de tranquillitate et bono statu Civitatis
  nostræ Avenionensis et illarum partium opportune providebimus.
  Arch. municip., B. IV.

  [189] Bref du 6 janvier 1431. Arch. municip., B. 36, no 8.

  [190] Reynard Lespinasse, _Armorial de l'État d'Avignon_, p.
  145.--Dom Vaissette, IX{2}, p. 1115.

  [191] Arch. municip., B. 4, no 24, origin., donné à Selles le
  dernier jour de mars 1432.

Pour complaire à la demande de Charles VII, les Avignonnais
s'empressèrent d'appuyer auprès du Saint-Siège la candidature du
cardinal de Saint-Eustache, mais Eugène IV leur fit savoir que la
présence du cardinal comme légat du Saint-Siège en Espagne était
indispensable au moment où la papauté se trouvait aux prises avec tant
de difficultés[192]. En même temps, pour mettre fin à toutes ces
démarches dictées par la France, Eugène IV annonça à ses sujets d'en
deçà la triple promotion de son frère Marc Condulmaro aux fonctions
d'évêque d'Avignon, de légat du Saint-Siège et de recteur du
Venaissin (31 mars 1432)[193]. Le nouveau légat vint aussitôt prendre
possession de son siège, et les États furent convoqués pour prêter
serment de fidélité. De violentes protestations s'élevèrent à
Carpentras et à Avignon contre le cumul, entre les mains du même
personnage, de fonctions si élevées et qui ne pouvaient pas être
réunies sans préjudice pour les intérêts du pays[194]. En même temps,
on attaquait violemment les moeurs privées du nouveau représentant de
la papauté[195]. La guerre éclata de nouveau dans les domaines de
l'Église. D'un côté, Eugène IV, décidé à maintenir son frère envers et
contre tous; de l'autre, les Avignonnais refusant de reconnaître Marc
Condulmaro et se plaçant sous la protection du concile de Bâle. Le
schisme qui divisait l'Église mettait ainsi les armes à la main aux
partisans du pape contre ceux du concile. La position du roi de France
ne laissait pas d'être embarrassante. Au fond, Charles VII était pour
les Avignonnais et pour le candidat du concile, Alphonse Carillo[196],
mais il lui répugnait d'engager directement la lutte contre le pape.
Aussi, dans ses lettres patentes données à Amboise le 20 juillet
1432[197], Charles VII s'empresse-t-il de déclarer que les sujets du
roi devront garder une stricte neutralité à l'occasion de la querelle
qui s'est élevée entre les sujets de l'Église et leur légat. Dans ce
but, il écrit: «Et pour ce que nous ne sommes pas advertiz des causes
des dites divisions et guerre, ni du bon droit ou tort et querelles
des dites parties ne quelles autres ceste matière peut toucher, et
aussi que pour le faict de noz guerres contre les Anglais, autres
ennemys et adversaires de nous et de nostre royaume, il nous est
besoin de nous ayder et servir en plusieurs et diverses marches et
pays de nos vassaux et subgiectz, aux quelz se appartient, de
entremettre de la dite guerre à Avignon, ne doit faire partie d'un
cousté ne de l'autre, ne nous ne voulons que aucunement s'en
entremettent sans nos congiés et licence.»

  [192] Bref de mars 1432.--Arch. municip., B. IV. «Cum ejus
  (Cardinalis Sancti Eustachii) consilio propter gravia imminencia
  negocia plurimum indigeamus.»

  [193] _Armorial d'Avignon_, p. 63.--Cf. Cottier, Not. sur les
  Recteurs.

  [194] _Reg. des États_, arch. départ., G. 13, fol. 134.--Cf.
  _Amplissima collectio_, VIII, 649.

  [195] Quicherat, _Rodrigue de Villandrando_, pp. 94, 95.

  [196] Sa lettre du dernier jour de mars 1432 aux syndics
  d'Avignon le montre clairement.

  [197] Fornéry, _Hist. ecclés._, fol. 429, 430 (Copie).

Pendant ce temps, le concile de Bâle, qui avait accueilli très
favorablement la demande d'intervention des Avignonnais, avait
nommé, avec mission temporaire, comme légat d'Avignon, Alphonse
Carillo, cardinal de Saint-Eustache, à la place de Condulmaro,qui
était ennemi du concile (inimicus concilii)[198] (20 juin 1432). Ce
dernier, obligé de quitter son siège, se réfugia à Rome et fut
transféré, peu après, à l'évêché de Tarentaise[199]. C'est ce même
évêque que le pape Eugène IV délégua pour aller chercher les Grecs
à Constantinople, en 1437. Les Avignonnais témoignèrent
publiquement leur reconnaissance aux pères du concile[200].

  [198] _Amplissima collectio_, VIII, p. 649.--Cf. Fantoni, I. p.
  315.--_Recueil Massilian_, XXII, fol. 57, vo.--Dom Vaissette, IX.
  p. 1115.--Cottier, _loc. cit._, p. 124.

  [199] Vast, _Le cardinal Bessarion_, p. 46.--Cf. Cottier, _loc.
  cit._, p. 124.

  [200] 25 août 1432. _Amplissima collectio_, VIII, p.
  163.--Massillian, _Collect. Chart._, XXI, fol. 368.

Cette attitude des Avignonnais, encouragée par Charles VII qui
s'appuyait sur le concile, était un acte de révolte contre la papauté.
Martin V, pour complaire au roi de France et s'assurer son appui,
résolut d'opposer au candidat du concile un prélat énergique,
diplomate de premier ordre et qui était à Rome le confident du
Saint-Siège[201]. Ce choix avait encore une autre importance, il
ramenait au pape les Avignonnais, dont Pierre de Foix était à Rome,
depuis 1428, le protecteur avéré[202]. Le 16 août 1432, Pierre de Foix
était nommé légat du Saint-Siège à Avignon, et le 18 des kalendes de
janvier[203], dans une bulle donnée à Rome, Eugène IV déclare que
l'acte illégal du concile est réparé, puisque la ville est maintenant
placée sous l'autorité du légat pontifical[204]. Pendant ce temps,
Alphonse Carillo avait quitté Avignon pour se rendre à Bâle, laissant
le gouvernement de la ville à Philippe, évêque d'Auch[205]. Le but de
son voyage était de demander au concile les subsides nécessaires pour
soutenir, à main armée, la lutte contre le représentant légitime du
pape. Carillo s'adressa d'abord personnellement au fameux capitaine
de routiers, Rodrigue de Villandrando, comte de Ribaudeo, auquel il
emprunta 2,000 écus d'or[206]. La ville d'Avignon dut se porter
garante, comme il appert d'un acte en date du 6 juin 1442, figurant
dans l'inventaire des papiers de la maison de Bourbon[207].

  [201] Le P. Albi, _Éloges des Cardinaux français et étrangers_.
  Paris, 1664, pp. 81 et suiv.

  [202] Pastor, _loc. cit._, I, p. 282.

  [203] Pierre de Foix, né en 1386 ou 1387, était fils de Gaston de
  Foix et d'Éléonore de Navarre, qui fut depuis reine de Navarre,
  succédant à son père Jean d'Aragon. Créé cardinal par Benoît
  XIII, en 1409, à l'âge de vingt-deux ans, il fut successivement
  évêque de Lescar, de Comminges, d'Albano, administrateur de
  l'archevêché de Bordeaux et de l'évêché de Dax, archevêque
  d'Arles et abbé de Montmajour. Abandonnant le parti de Benoît
  XIII, il assista au concile de Constance où il se fit remarquer
  comme orateur, prit part à l'élection de Martin V (1417) qui le
  légitima comme _cardinal_ en 1419 ou 1418. Il fut envoyé, en
  1425, en Espagne par Martin V, auprès d'Alphonse d'Aragon et fit
  preuve d'une grande finesse diplomatique. Ce fut encore lui qui,
  par ses voyages en Espagne, en 1426 et 1428, après la mort de
  Benoît XIII, obtint que le pseudo-pape Clément VIII (Gilles
  Nunoz) se démît (26 juillet 1429). Le succès de cette ambassade
  prépara la fin du schisme (Pastor, _loc. cit._, I, p. 282).
  Attaché comme cardinal auprès de Martin V, il occupait à Rome une
  des situations les plus en vue dans le Sacré-Collège, lorsque
  Eugène IV le nomma légat d'Avignon (16 août 1432). Installé dans
  son siège par la force des armes (juin 1433), Pierre de Foix
  administra avec la plus grande sagesse les États du Saint-Siège
  et sut même, dans les circonstances les plus difficiles,
  concilier les intérêts de l'Église avec ceux des rois de France.
  On ne l'appelait que «le bon légat». A l'inverse des autres, il
  résida pendant toute sa carrière à Avignon et embellit la ville
  de plusieurs monuments. Savant distingué, il avait réuni une
  magnifique collection d'ouvrages, dont beaucoup provenaient de la
  bibliothèque de Benoît XIII. Sa biographie est une des pages les
  plus intéressantes de l'histoire du pays et se rattache à tous
  les événements qui mettent en relations les rois de France avec
  les États du Saint-Siège, de 1432 à 1464. Estimé et apprécié des
  papes, qui l'avaient maintenu à Avignon, tenu en grande affection
  par Charles VII et par Louis XI, le cardinal de Foix mourut à
  Avignon, après une assez longue maladie, le 13 décembre 1464.

  Voy. le P. Henry Alby, _Éloge des Cardinaux_, pp. 81 et
  suiv.--_Chronique de Saint-Denis_, VI, p. 175.--_Gallia
  christiana_, I, pp. 1163, 1164.--_Lettres de Louis XI_, II, p. 21,
  not. 1.--Pastor, _Hist. de la Papauté_, I, p. 282.--Delisle,
  _Cabinet des Manuscrits_, 1868, I, pp. 494, 497.--Tamizey de
  Laroque, _Note tirée de la correspondance de Peiresc_, p.
  182.--Collection des Documents inédits.

  [204] _Amplissima collectio_, VIII, pp. 163, 164, note (a).

  [205] Quicherat, _Rodrigue de Villandrando_, p. 95.--Cf. Arch.
  municip., Acte du 6 mai 1433 «Cum ipse dominus Cardinalis ad
  eamdem sanctam synodum gressus suos direxisset et Reverendissimum
  Philippum Archiepiscopum Auxitanensem locumtenentem et
  gubernatorem constituisset et deputasset». Ce ne peut être qu'en
  décembre ou janvier 1433 que Carillo se rendit à Bâle, puisque
  Jean de Poitiers convoque en son nom les États du Venaissin le 2
  décembre 1432. _Reg. des États_, G. 12, fol. 7.

  [206] Quicherat, _loc. cit._, pièces justificat., XIII, pp. 226
  et suiv.

  [207] Invent. des Arch. nation., _Maison de Bourbon_, t. II, p.
  275.

La désignation de l'archevêque d'Auch comme légat intérimaire eut pour
conséquence de transporter à Avignon la vieille animosité des deux
maisons de Foix et d'Armagnac[208]. C'était une guerre nationale dans
les États de l'Église. Le cardinal de Poix ne recula pas, comme dit
Quicherat, devant remploi de ce qu'on appelait alors «le bras
séculier» et fit appel à ses deux frères, les comtes de Foix et de
Comminges. D'un autre côté, le concile, à l'instigation de Carillo,
écrivit à Rodrigue de Villandrando[209] de faire une diversion du côté
du Languedoc, «invadere patriam linguæ occitaneæ[210]». Rodrigue se
porta au-devant des troupes gasconnes. Pendant ce temps, le comte de
Foix, sous prétexte de repousser les bandes de Rodrigue, faisait voter
70,000 moutons d'or par les États du Languedoc outre les 20,000 déjà
accordés; mais, en réalité, cet argent devait lui servir à s'emparer
d'Avignon[211]. Informé des dispositions du célèbre routier, le
comte de Foix laisse à Villeneuve-les-Avignon son frère le cardinal,
avec quelques gens d'armes, et se porte rapidement vers le
Pont-Saint-Esprit pour franchir le Rhône (mars 1433)[212]. Avignon et
le Venaissin étaient dans la consternation. Les États, réunis à
Carpentras sous la présidence de Jean de Poitiers, votent 10,000
florins d'or pour la défense du pays et invitent le recteur à aviser
tous les châtelains, bailes et syndics de faire bonne garde, _per
litteras rigorosas et formidabiles_[213] (4 mai 1433). Dans leur
détresse, les Avignonnais, brouillés avec le pape, implorent
l'intervention de Charles VII et se font fort de sa protection auprès
du comte de Foix[214]: «Très hault et puissant prince et redoubté,
qu'il plaise à vostre dite très excellente seigneurie de intercéder
envers le roy, qui est protecteur et bras de l'Église, qu'il luy
plaise nous donner et octroyer provision que nulle violence ne
dommaige ne soient faiz à nostre dit Saint Père le Pape ne à la terre
de l'Église par ledit Comte ne son exercite, et sur ce obtenir lettres
prohibitives qu'ils soient préservez de tout inconvénient que pourroit
advenir.» La ville en même temps se préparait à la résistance,
désignait au nombre de dix ou de douze les Élus de la guerre,
contractait des emprunts et informait le concile de Bâle de la marche
en avant des troupes gasconnes[215]. Forte de 2,000 cavaliers et 200
fantassins, l'armée du comte de Foix avait envahi le comté par le
nord. Le 12 mai 1433, les gens d'armes gascons entrent à
Malaucène[216], où ils font un certain nombre de prisonniers; ils
occupent Bollène. Personnellement, le candidat était accompagné de
plusieurs conseillers, notamment d'évêques et de plusieurs abbés, dont
le célèbre évêque de Conserans, Tristan d'Aure, auteur de tout le mal.
Ce dernier fait des avances aux Avignonnais et aux Comtadins[217].
L'Abbé de Lézat se rend auprès de Jean de Poitiers, recteur du comté,
pour lui faire des propositions de paix au nom de son patron. D'abord
hésitants, les gens du Venaissin se rapprochent du parti du nouveau
légat[218]. Le 13 mai 1433, Carpentras et la plupart des villes
ouvrent leurs portes au cardinal qui fait une entrée triomphale à
Monteux et se prépare à emporter d'assaut le château du Pont de
Sorgues, qui était la clef de la défense d'Avignon. Pendant que le
cardinal soumettait ainsi l'un après l'autre les villes et villages de
sa légation, Jean de Grailly[219], captal de Buch, un des plus
audacieux capitaines, de l'armée du Comte de Foix, était venu mettre
le siège devant Avignon[220]. Les assiégeants avaient disposé en
batterie, contre les remparts, des balistes, catapultes, trébuchets et
autres engins de guerre qui lançaient pardessus les murailles
d'énormes quartiers de rochers écrasant maisons et habitants[221]. La
panique s'était emparée des Avignonnais. Les uns, partisans de
Carillo et du concile, soutenaient l'archevêque d'Auch et prêchaient
la résistance à outrance. Les autres, au contraire, gagnés par les
flatteries du cardinal, étaient d'avis d'ouvrir les portes aux
assiégeants. Sur ces entrefaites, une sédition éclata dans la ville
et, grâce à cette diversion, le cardinal entra dans Avignon par la
brèche, sous la bannière de ses frères, pendant que l'archevêque
d'Auch s'enfuyait par une poterne[222] (juin 1433). Quant à Rodrigue
de Villandrando, soit qu'il jugeât ses forces numériquement trop
inférieures à celles du comte de Foix, soit, comme on peut le
présumer, que le cardinal eût acheté sa retraite à prix d'argent[223],
il traversa le Rhône avec ses bandes pour aller ravager le
Rouergue[224]. Ainsi se terminait le siège d'Avignon qui avait mis aux
prises, sur un autre terrain, le pape et les cardinaux dissidents de
Bâle. La victoire restait en définitive au pape de Rome; et la Cour de
France, bien qu'ayant observé une prudente réserve, y trouvait son
compte, car le pays ne pouvait pas désirer un légat plus foncièrement
français et plus dévoué au bien de sa patrie que le cardinal de Foix.
Dans tout le cours de sa longue carrière (1432-1464), sans oublier ce
qu'il devait aux papes et à l'Église, Pierre de Foix servit, avec un
zèle constant, la politique de Charles VII, comme celle du dauphin
Louis, dans les circonstances où les événements le firent négociateur
et arbitre des intérêts opposés.

  [208] Quicherat, _loc. cit._, p. 95.

  [209] 26 mai 1433. D'après Dom Vaissette, IX{2}, p. 1115, not.
  1.--Cf. Quicherat, _loc. cit._, pp. 94, 95.

  [210] _Testament du cardinal de Foix_.--Chambaud, _Recueil des
  Chartes_, mss., I, fol. 47.

  [211] Quicherat, _loc. cit._, p. 97.--Cf. Raynald, _Annal.
  ecclés._, t. IX, p. 134, et _Carton des Rois_, p. 450, no 2073.

  [212] _Reg. des Etats_, G. 12, fol. 16-18.

  [213] _Ibid._, G. 12, fol. 19.

  [214] Arch. municip., 13 avril 1433. Lettre inédite des consuls
  d'Avignon au comte de Foix (Minute).

  [215] 12 mai 1433. _Amplissima collectio_, VIII, 592, 593.

  [216] Arch. municip. de Malaucène, _Reg. des délibérat. du
  Conseil_, fol. 72, vo.--12 mai 1433. _Amplissima collectio_,
  VIII, 594.

  [217] _Reg. des délibérat. des États_, G. 12, fol. 11.

  [218] _Amplissima collectio_, VIII, 594.

  [219] Fils de Jean de Grailly, captal de Buch.--Cf. Dom
  Vaissette, IX{2}, p. 1114.

  [220]..... et appropinquans civitatem Avenionis per terram et per
  aquam obsidionem apponi fecerit personaliter ibi existens cum
  multitudine hominum copiosâ. Arch. municip., acte du 6 mai 1433.

  [221] Quicherat, _Rodrigue de Villandrando_, p. 98, not. 2.

  [222] Quicherat, _op. cit._, p. 99.

  [223] Ce qui inclinerait à le faire croire ce sont les demandes
  fréquentes de grosses sommes d'argent que le cardinal de Foix ne
  cessa d'adresser aux États pour payer les frais de la guerre.
  _Reg. des États._

  [224] Dom Vaissette, IX{2}, p. 1115.

Charles VII ne cessa d'entretenir les meilleurs rapports avec le
nouveau légat. En 1435, sur l'ordre du roi, le gouverneur du
Languedoc, manquant d'argent, dans l'attente du paiement de l'aide
votée par les États, emprunte 10,000 moutons d'or à des marchands
d'Avignon pour secourir Saint-Denys[225]. Mais les agissements des
pères réunis à Bâle ne tardèrent pas à donner au roi une occasion de
faire connaître aux Avignonnais ces dispositions favorables, tout en
mettant à exécution un projet qui répondait aux secrets désirs de
Charles VII. Au mois de juin 1436, le concile de Bâle livré à des
querelles de personnes, était devenu le théâtre de violences
regrettables et de discussions scandaleuses, à ce point que le
cardinal de Pavie, Æneas Sylvius Piccolomini, appelait cette assemblée
«la synagogue de Satan[226]». Charles VII, toujours désireux de mettre
un terme aux divisions qui agitaient l'Église, avait envoyé à Bâle une
ambassade pour demander que le pape fût traité avec respect et
déférence, et qu'une ville fût désignée où seraient convoqués, en vue
d'une union générale, les représentants de l'Église grecque[227]. Lyon
réclamait pour elle, mais le concile hésitait entre Rome, Pise,
Florence et Sienne. Le 7 mai 1433, le concile avait décidé, à une
majorité très contestable, puisque beaucoup de membres ayant pris part
au vote n'avaient pas droit de suffrage, que le concile se tiendrait
soit à Bâle, soit à Avignon, soit dans une ville de Savoie. Le choix
d'Avignon plaisait particulièrement à Charles VII qui voyait là une
occasion d'accroître son prestige personnel et d'attribuer à la
France un rôle prépondérant dans l'apaisement du schisme. Par lettres
du 11 février 1433, le roi de France informa les pères du concile
qu'il se prononçait pour Avignon[228]. Il promettait, à cette
occasion, son concours le plus actif. Il enverrait à l'empereur de
Constantinople des lettres pour l'engager à s'y rendre. Il donnerait
un sauf-conduit aux prélats aragonais et autoriserait la levée d'une
«_décime_» sur les bénéfices ecclésiastiques du royaume pour faire
face à la dépense, mais à la condition que «cette décime» ne pourrait
pas être perçue avant le mois de mai 1437[229]. Les pères du concile
étaient divisés en deux partis. Les uns, notamment les Grecs,
repoussaient le choix d'Avignon pour une ville italienne, autant que
possible une ville maritime, en vue des facilités de transport. Les
cardinaux français et italiens, notamment Louis Alemand, cardinal
d'Arles et le plus fougueux adversaire d'Eugène IV, Tedeschi,
archevêque de Palerme, préconisaient le choix d'Avignon. Enfin, après
un débat tumultueux, le concile décida, le 3 février 1437, que, si
dans cinquante jours la ville d'Avignon n'avait pas compté les 70,000
ducats d'or dont elle s'était obligée à faire l'avance pour le
transport des Grecs, on renoncerait au projet de transfert dans cette
ville[230]. La communauté s'était mise en mesure de remplir des
engagements écrasants pour ses finances. Charles VII, de son côté, par
lettres patentes données à Montpellier, le 17 avril 1437, et
confirmées le 10 mai suivant[231], prescrivit la levée «d'une décime»
sur les bénéfices des seize personnes ecclésiastiques composant son
conseil, hormis deux, et demanda même à la ville d'avancer au trésor
royal certaines sommes sur ses ressources personnelles pour les frais
occasionnés par la convocation du futur concile[232]. Mais la ville,
malgré l'appel fait à tous ses concitoyens, ne put pas réunir la somme
convenue. Du reste, dans l'intervalle, de graves événements s'étaient
passés au sein du concile. Dans la réunion du 7 mai 1437, les deux
partis, dit Héfelé, semblables à deux armées ennemies en présence,
avaient été sur le point d'en venir aux mains[233]. La minorité,
composée de la partie la plus saine du concile, ayant droit de
suffrage, opta pour les Grecs et le choix d'une ville italienne. Le
décret rendu par elle fut scellé avec le sceau du concile enfermé dans
une armoire dont la serrure avait été forcée, ce qui équivalait à un
faux. Malgré l'opposition de la majorité, composée des prélats
français et de la masse des clercs et abbés n'ayant pas droit de vote,
Eugène IV reconnut valable la décision de la minorité, et le choix
d'Avignon fut définitivement écarté (7 juillet 1437)[234]. C'était un
échec pour Charles VII et pour la France, mais Eugène IV triomphait.
Au fond, le pape, s'il ne s'était jamais ouvertement prononcé contre
le transfert à Avignon, ne partageait pas à cet égard l'opinion de la
majorité des pères qui étaient ses plus ardents ennemis. Le souvenir
des vexations et des déboires de Benoît XIII, dans cette même ville,
hantait l'esprit du souverain pontife; l'accueil fait à son frère par
les Avignonnais en 1432, et leur attachement à Carillo, légat du
concile, n'étaient point de nature à l'encourager à se prononcer pour
Avignon. Et nous croyons les appréhensions du souverain pontife
justement fondées, car le transfert à Avignon, étant données les
dispositions de la majorité, c'était la papauté livrée aux mains des
cardinaux factieux. Cependant les pères restés à Bâle étaient trop
irrités contre Eugène IV pour abandonner la lutte. Le 31 juillet 1437,
ils proclament le pape contumace[235]. Le 18 octobre, ils suppriment
la bulle transférant le concile à Ferrare et, le 14 janvier, ils
prononcent la suspension d'Eugène IV[236]. De son côté, par lettres du
23 janvier 1437, Charles VII défend aux prélats de son royaume et du
Dauphiné de se rendre à Ferrare[237] pour répondre à la convocation du
pape. Le roi ne perdait pas espoir de faire revenir au choix
d'Avignon. A cet effet, il écrivait à Jean Paléologue de s'y rendre,
lui promettant qu'il y viendrait en personne et que, certainement le
pape ne manquerait pas d'y assister[238]. Occupé, dans le courant de
l'automne 1437, au siège de Montereau[239], Charles VII entretient
encore les Avignonnais dans leurs espérances à propos du voyage des
Grecs et de la translation du concile à Avignon: «Et avons tousjours
ferme propos et intencion de aider et donner toute faveur et confort à
vous et à toute la cité d'Avignon, en l'exécution de l'oeuvre
encommencée et ce mestier est vous garder et defendre saucunz vous
vouloient donner empeschement ou porter dommaige à l'occasion de ce,
et d'en escrire à nostre Sainct Père le Pape ou ailleurs ou besoin
seroit.» Il insiste à diverses reprises auprès de l'empereur de
Constantinople en disant que la nation de France avait mis en avant le
choix d'Avignon[240].

  [225] De Beaucourt, _loc. cit._, III, p. 475.

  [226] Héfelé, _loc. cit._, XI, p. 363.

  [227] De Beaucourt, III, p. 339.

  [228] De Beaucourt, III, p. 339.

  [229] _Id._, III, p. 340.

  [230] Héfelé, _loc. cit._, XI, pp. 358, 359.

  [231] Arch. municip., B. 34, no 29, Cott. E.E.--Arch. municip.,
  B. 34, no 37. Cott. C.C.

  [232] Lettre royale du 5 mai 1437; De Beaucourt, III, p. 475.

  [233] Héfelé, _loc. cit._, XI, p. 362.

  [234] De Beaucourt, _loc. cit._, III, p. 34.

  [235] Héfelé, XI, pp. 367, 379, 381.

  [236] _Id._, XI, pp. 367, 381.

  [237] _Rec. des Ordonn._, XIII, pp. 255, 256.

  [238] De Beaucourt, _loc. cit._, III, p. 343.

  [239] Charles VII était venu mettre le siège devant Montereau le
  21 septembre 1437.--Cf. de Beaucourt, III, p. 49.

  [240] Donné au siège de Montereau ou Fault-Yonne le dernier jour
  de septembre 1437. Orig., Arch. municip., B. 38, no 96.

Pendant ces pourparlers qui ne devaient pas aboutir, les pères du
concile avaient consommé leur rupture avec le pape. Le 24 janvier
1438, Eugène IV était «suspendu» par l'assemblée de Bâle, et
l'autorité pontificale était transférée au concile[241]. C'était le
triomphe de la suprématie du concile sur la personne du souverain
pontife, idée qui depuis le commencement du schisme, et surtout depuis
Benoît XIII, avait fini par prévaloir dans les moeurs ecclésiastiques.
Comme conséquence, et pour examiner les décisions prises par
l'assemblée de Bâle, Charles VII convoqua à Tours, pour le mois de mai
1438, le clergé de France, qui tint sa réunion à Bourges, le 1er mai
1438. C'est de là que sortit la pragmatique sanction. Ces derniers
événements, qui avaient profondément agité l'Église de France,
mettaient fin au projet de la réunion du concile à Avignon. Mais la
ville avait fait antérieurement des avances pour aller quérir les
Grecs, et demandait, si elle n'avait pas le concile, à être remboursée
de ses débours[242]. Charles VII, qui avait contribué personnellement
à jeter la ville dans ce projet onéreux, donna satisfaction aux
Avignonnais par lettres patentes datées de Bourges le 14 juillet 1438,
en obligeant le paiement, tant dans le royaume qu'en Dauphiné, «de la
décime» imposée sur les bénéfices ecclésiastiques, en vue de
rembourser les 70,000 ducats d'or avancés par la ville et dont le roi
avait profité. «Sur la quelle décime et les denierz que en ystroient
les citoyenz et habitans d'Avignon devoyent estre paiés premièrement
et avant tout euvre de certaine grosse somme de denierz quils ont
payée pour aler quérir les empereur et patriarche de Constantinople et
autres du pays de Grèce et les conduire et amener au dit lieu
d'Avignon ainsi qu'il avait este traicté, accordé et promiz aux dits
citoyens et habitanz d'Avignon.» Mais les avances de la ville furent
partiellement perdues. En 1459[243], les Avignonnais sont obligés
d'envoyer en Savoie, en Dauphiné, à Lyon, à Mâcon, un ambassadeur
spécial, Michel de Valperge, qui, muni d'une lettre de la
collectairie, après l'assentiment de Jehan de Grolée, prévôt de
Montjou, recueille pour le compte des Avignonnais de l'argent partout
où il se trouve: «Je passeray au partir de ceste ville à Machon et à
Lion et à Vienne et pour le pays du Dalfiné et pranderay tout argent
que je troveray prest et tout envoieray jour de An[244].» On voit donc
par ce document que malgré les engagements qu'il avait pris vis-à-vis
de la ville d'Avignon, Charles VII n'avait pu la faire rentrer dans
ses déboursés. Malgré la promulgation de la pragmatique, Charles VII
ne cessa pas d'avoir avec Eugène IV des rapports cordiaux. Bien que le
pape eût excommunié les pères du concile (4 septembre 1439) et que ces
derniers en réponse eussent donné la tiare à Amédée VIII de Savoie
(Félix V) (5 novembre 1439), le roi continua à ne reconnaître comme
légitime que le pape de Rome, pour lequel il montrait la plus grande
déférence, sans toutefois consentir à aucune concession relativement à
la pragmatique.

  [241] De Beaucourt, _loc. cit._, III, p. 343. Cette doctrine,
  déjà proclamée par le concile en 1433, avait fait d'énormes
  progrès dans l'opinion.--Cf. de Beaucourt, III, p. 333; Héfelé,
  XI, 274, 276.

  [242] La cité d'Avignon avait donné 300 écus pour amener les
  Grecs à Bâle. Cette somme fut confiée à Louis de la Palud,
  cardinal de Varambon, qui ne la restitua qu'en 1455 après
  d'innombrables réclamations. Arch. municip., Origin., B. 34.

  [243] Lettre inédite de Michel de Valperge aux consuls d'Avignon,
  datée de Thonon le 24 septembre 1459. Arch. municip., série A.A.

  [244] Lettre du 24 septembre 1459. Arch. municip., Origin., série
  A.A.

De son côté, Eugène IV se ménageait l'appui de la France. L'année
après que le concile eut été transféré de Florence à Rome (26 avril
1441), Eugène IV envoyait à Charles VII une ambassade avec mission de
passer par Avignon pour saluer le cardinal de Foix, en vue de
témoigner au roi de France toute sa déférence[245]. Le concile de Bâle
tint sa dernière session le 16 mai 1443, en l'absence de Félix V, fixé
à Lausanne. Il n'avait plus à compter, et faiblement encore, que sur
l'appui de l'empire. Son rôle était fini et Eugène IV rentrait à Rome,
le 23 décembre 1443[246], avec le prestige d'une autorité fortifiée.
Néanmoins, les chefs de la majorité, entre autres Louis Alemand,
continuant la lutte, tentèrent de susciter des difficultés au
Saint-Siège dans ses États d'en deçà, ce qui amena le projet de traité
passé entre Eugène IV et le dauphin Louis, en novembre 1444, à l'insu
de Charles VII.

  [245] De Beaucourt, _loc. cit._, III, p. 378.

  [246] Héfelé, _loc. cit._, XI, 533.--De Beaucourt, III, p. 383.



CHAPITRE III

Le Dauphin Louis et le projet de traité secret avec le Saint-Siège
(novembre 1444).

  Le dauphin Louis.--Première tentative pour s'emparer d'Avignon et
    du comté Venaissin.--Négociations entre le Dauphin et le pape
    Eugène IV.--Rôle du cardinal de Foix.--Protestation des
    États.--Le projet échoue (novembre-décembre 1444).


Les relations de Louis XI avec les États pontificaux de France
constituent l'un des chapitres les plus intéressants de ce règne et
l'un des moins connus. Ni Mathieu, ni l'abbé Legrand, ni Duclos n'ont
soupçonné ce côté, cependant si curieux, de la diplomatie secrète d'un
souverain dont ils ont étudié la politique dans ses moindres détails.
Parmi les auteurs contemporains, M. Legeay n'a rien tenté pour combler
cette lacune. Seul, M. de Beaucourt, dans la remarquable étude qu'il a
consacrée aux rapports de Charles VII avec son fils, a indiqué en
quelques lignes les accusations portées contre le dauphin Louis que
son père soupçonnait avec raison de vouloir mettre la main sur les
possessions du Saint-Siège situées sur les bords du Rhône.

La politique de Louis XI, dans ses rapports avec les États du
Saint-Siège, comprend cinq phases bien caractérisées:

1º (_1444_). Louis, dauphin, cherche à s'emparer de l'administration
d'Avignon et du Comtat par voie de négociations secrètes engagées dans
ce but avec le pape Eugène IV.

2º (_De 1447 à 1452_). Le dauphin noue plusieurs intrigues qui doivent
lui faciliter l'occupation du Comté. Il lance indirectement des
expéditions à main armée contre les frontière des États; des violences
sont commises par les officiers et agents du dauphin contre les
personnes et les biens des sujets pontificaux. Il soulève la question
de la succession des Boucicaut et ne s'arrête que devant
l'intervention directe de Charles VII.

3º (_De 1463 à 1464_). Louis XI se prépare à recueillir la succession
du cardinal de Foix en imposant au Saint-Siège un légat à sa dévotion
qui sera l'instrument de la politique royale à Avignon et dans le
Comté.

4º (_De 1468 à 1470_). Louis XI, dont les visées ont été déjouées par
le pape à propos de la désignation du successeur du cardinal de Foix,
emploie tous les moyens pour obtenir que la légation d'Avignon soit
donnée au cardinal de Bourbon, archevêque de Lyon. Il y réussit, et
désormais l'influence française est prépondérante dans l'ancienne
ville papale.

5º (_En 1476_). Le conflit entre le roi et Jules de la Rovère, légat
pontifical, fournit à Louis XI un prétexte suffisant pour menacer
d'une occupation militaire les possessions de l'Église, mais le
serment de fidélité prêté par les Avignonnais au roi de France, à Lyon
(juin 1476), apaise momentanément le mécontentement royal.

Charles VII avait donné à son fils l'administration du Dauphiné par
lettres du _28 juillet 1440_[247], mais ce n'est qu'en 1445 ou janvier
1446 que, brouillé avec la Cour, Louis se retire définitivement dans
son gouvernement et s'installe à poste fixe à Grenoble où il
administre d'une façon indépendante «battant monnaie, levant des
impôts, créant un parlement, fondant une université, courbant sous sa
volonté le clergé et la noblesse, favorisant et anoblissant les
bourgeois, épousant sans le consentement paternel Charlotte de Savoie,
contractant des alliances avec ses voisins ou leur déclarant la
guerre, exerçant en un mot le pouvoir d'une manière aussi absolue que
si le Dauphiné avait été séparé de la France[248]». Mais auparavant le
dauphin avait dirigé la campagne contre les Suisses, terminée par le
combat de Saint-Jacques (26 août 1444) qui amenait Louis et ses
troupes aux portes de Bâle[249]. Le concile, qui depuis bientôt treize
ans siégeait dans cette ville, n'était plus que l'ombre de
lui-même[250]; son plus puissant appui, Alphonse V, roi d'Aragon,
avait fait sa paix avec Eugène IV qu'il avait reconnu comme pape
légitime, et rappelé les évêques dont l'archevêque de Palerme,
Tedeschi, était une des lumières du concile (juillet 1444). Dans
l'intervalle, le pape Eugène IV était, après dix ans d'exil, rentré à
Florence (28 septembre 1443), et le concile, abandonné successivement
par ses premiers partisans, n'avait plus comme appui que l'Empire.
Néanmoins, malgré son état de «léthargie», l'assemblée était encore
redoutable pour Eugène IV. Il persistait à soutenir Amédée de Savoie,
Félix V, contre le pape légitime, et il avait décidé, le 16 mai 1443,
qu'à trois ans de là le concile serait transféré à Lyon[251].

  [247] V. Duclos, _Preuves_, p. 20.--Legeay, _Histoire de Louis
  XI_, II, p. 444.--Prudhomme, _Hist. de Grenoble_, p. 255.

  [248] Charavay et Vaesen, _Lett. de Louis XI_, préface, LXV.

  [249] Vallet de Viriville, _Histoire de Charles VII_, III, p. 37.

  [250] Pastor, _Hist. des Papes_, trad. franç., I, p. 341.--Mgr
  Héfelé, _Hist. des Conciles_, VII, p. 809.

  [251] Vaesen, _Rev. des quest. histor._, XXX, pp. 561,
  568.--Pastor, _Hist. des Papes_, I, p. 340, not. 3.

Toutes ces décisions, bien qu'émanant d'une assemblée discréditée et
sans force morale, n'en étaient pas moins une cause d'agitation
menaçante pour la paix de l'Église et pour la personne du souverain
pontife. Aussi ne faut-il pas chercher ailleurs la raison qui devait
pousser Eugène IV à placer les États pontificaux de France sous la
protection d'un prince assez puissant pour les défendre, dût la
papauté les perdre pour toujours. Le concile soupçonnait sûrement les
intentions du Saint Père, car, par décision du 26 septembre 1437[252],
il interdit formellement l'aliénation d'Avignon et du Comtat dont
Eugène IV, disait-on, voulait se défaire par peur de voir un pape
rival s'y établir. Les vues du pape s'étaient portées sur le dauphin
de France. On ne saurait en douter en présence des témoignages de
sympathie et des faveurs exceptionnelles qu'il accorde au dauphin
Louis, précisément au moment où se termine la campagne contre les
Suisses. Eugène IV alla-t-il, comme l'affirme M. Vallet de
Viriville[253], jusqu'à engager le dauphin à dissoudre le concile?
nous n'en avons aucune preuve. Mais nous savons qu'Eugène IV, par un
rescrit du 29 août 1444[254], conféra au dauphin le titre de
_Gonfanonier de l'Église_. Ce titre était accompagné d'une pension de
15,000 écus romains sur les revenus de la chambre apostolique. Ces
procédés de la part du pape donnaient la mesure de ses intentions sur
le rôle qu'il destinait au dauphin, lorsqu'un événement d'une certaine
gravité, qui eut pour théâtre Avignon même, contribua à rapprocher
encore le Saint-Siège du dauphin de France, et donna naissance à des
négociations secrètes qui devaient aboutir à la cession des États du
Saint-Siège à l'ambitieux fils de Charles VII sous couleur de
protectorat[255]. Le 15 septembre 1444[256], un certain Hugolin
Alemand, parent du cardinal d'Arles, Louis Alemand, un des prélats les
plus influents du concile de Bâle et l'un des ennemis les plus
acharnés d'Eugène IV, se présenta au lever du jour devant les portes
de la ville, à la tête d'une troupe nombreuse de Savoyards armés,
criant: «Vive Savoye et Papa Félix!» Les assaillants mettent garnison
aux portes de la ville et occupent la porte du Pont. Cette tentative
d'occupation d'Avignon à main armée au nom de l'anti-pape Félix V,
avait été organisée secrètement par Louis Alemand et les pères du
concile qui avaient compté sans l'énergie et l'activité toute
militaires du légat d'Eugène IV à Avignon, le cardinal Pierre de Foix;
mais celui-ci faisait bonne garde et pouvait opposer ses fidèles
gascons aux aventuriers savoyards. Le cardinal appela aux armes tous
les citoyens avignonnais et se mit lui-même à la tête des troupes.
Après quelques heures d'une lutte acharnée, les assaillants furent mis
en déroute, poursuivis dans les environs de la ville et pendus en
grand nombre par ordre du cardinal de Foix. Eugène IV, informé de ce
qui s'était passé, ordonna à l'évêque de Conserans, Tristan d'Aure,
alors gouverneur de la place d'Avignon, de poursuivre avec la dernière
rigueur les partisans de l'anti-pape et de ne faire aucun quartier aux
prisonniers[257]. Alarmé par l'audace de ses ennemis, le pape chercha
pour ses États un protecteur, et Vallet de Viriville[258] avance même
que ce titre fut donné au dauphin _Protector Venaissini_, bien
qu'aucune trace de cet acte ne subsiste dans les registres d'Eugène
IV. Aux comptes secrets d'Eugène IV, nous trouvons à la date du 13
novembre 1444 une dépense de 158 florins et 25 sols pour l'achat de
deux couvertures d'écurie, couleur écarlate, envoyées au dauphin par
le pape comme cadeau de bonne amitié[259]. Ce que l'on ne saurait
nier, c'est qu'à ce moment, et presque aussitôt après l'attaque
d'Hugolin Alemand contre Avignon, le pape et le dauphin durent engager
des pourparlers secrets en vue de la cession à Louis des possessions
de l'Église sur la rive gauche du Rhône. Grâce aux registres des
délibérations des États nous avons pu reconstituer toutes les phases
de ces négociations si curieuses, et faire connaître un épisode de
l'administration du dauphin Louis resté jusqu'à ce jour absolument
inédit[260].

  [252] Chambaud, _Recueil mss. sur Avignon_, I, fol. 169.

  [253] _Hist. de Charles VII_, III, pp. 37, 38.--Raynaldi,
  _Annales ecclés._, t. XXVIII, p. 426.--Lenfant, _Hist. du concile
  de Bâle_, II, pp. 101 et suiv.

  [254] Vallet de Viriville, _loc. cit._, III, p. 226.--Charavay et
  Vaesen, _Lettres de Louis XI_, I, p. 208, pièc.
  justificat.--D'après l'abbé Chevalier, ce titre aurait été
  conféré le 25 août 1444.--Voy. _Cartul. de Montélimar_, p. 290,
  n. 1, et _Cartul. de Saint-Paul-trois-Châteaux_, f. (l x
  j)--Legay, _Hist. de Louis XI_, II, p. 444.--Arch. vatic., Reg.
  368, fol. 44, 45.

  [255] Vallet de Viriville, _loc. cit._, III, p. 37.--Voy. Pilot,
  _Catalogue des actes du dauphin Louis II, devenu le roi Louis XI,
  relatifs à l'administration du Dauphiné, 1437-1483_. 2 vol. avec
  supplément, I, no 140.

  [256] Pour cette tentative sur Avignon, voir Chambaud, _Recueil
  mss. sur Avignon_, I, fol. 382, 383, et _Hist. mss. sur Avignon_,
  fol. 134;--Denis Hale, notaire, fol. 138;--Laurens, _Hist. mss.
  d'Avignon_, fol. 296.

  [257] Bref du 5 des kalendes de février 1445; Arch. municip.,
  Origin.--Voir Fantoni, _Hist. d'Avignon_, p. 333.--Pièces
  justific. nos I et II.

  [258] Vallet de Viriville, _loc. cit._, III, p. 226.

  [259] Arch. secrèt. vatic., Reg. 411.

  [260] Vallet de Viriville, _L. cit._, III, p. 226.

Le 24 novembre 1444, les États du Comtat se réunirent à Carpentras
sous la présidence de Roger de Foix, abbé de Lézat[261], régent du
Comtat et chargé, de la part du cardinal de Foix, son oncle, de faire
aux élus une communication de la plus haute importance. Il expose aux
représentants du pays que le pape Eugène IV a donné au dauphin Louis,
fils du roi de France «le gouvernement et l'administration» du comté
de Venaissin et de la ville d'Avignon: «Dominus noster papa Eugenius
dedit et contulit regimen et gubernacionem presentis comitatûs
Venayssini et civitatis Avenionensis illustrissimo principi domino
Dalphino Viennensi, domini Francorum Regis filio[262].» La déclaration
du régent avait un caractère de sincérité et de gravité particulier,
en ce sens qu'il n'était, dans la circonstance, que le porte-parole du
cardinal de Foix, légat du Saint-Siège à Avignon. Le régent affirmait
que ledit cardinal avait vu, dans les mains d'un camérier secret
envoyé par le souverain pontife, une cédule contenant les principaux
articles de l'acte de donation qui devait être passé entre le
représentant du Saint-Siège et un certain écuyer nommé OPTAMAN(?),
délégué spécialement, à cet effet, à Avignon, comme procureur du
dauphin[263]. En exposant les faits, par ordre du cardinal de Foix,
aux représentants du comté de Venaissin, le régent ne pouvait leur
laisser ignorer que ce projet de cession était très mal vu du dit
cardinal comme de lui-même; il ajoutait qu'il ne voulait pas, en
présence de l'assemblée, se laisser aller à des écarts de langage de
nature à déplaire au pape et au dauphin, mais qu'il ne pouvait
s'empêcher de protester solennellement[264] contre la convention
projetée. Après avoir fait cette déclaration, le régent, suivant
l'usage, quitta la salle des séances pour laisser les élus délibérer
en toute liberté sur les mesures à prendre. Le surlendemain, les États
se réunirent dans le local habituel (26 novembre 1444) pour examiner
la conduite à tenir à la suite des déclarations de Roger de Foix.
Après une longue délibération, ils décidèrent d'envoyer à Avignon,
auprès du cardinal-légat, une véritable commission d'enquête chargée
de provoquer les explications du cardinal et de rapporter sa réponse
aux États[265]. La délégation comprenait _Jehan de Beaudiera_, prieur
de Bédoin, de l'ordre des Bénédictins, licencié ès-lois; pour les
nobles, Gauffredi de Vénasque; pour la judicature de l'Isle, noble de
Sades du Thor; pour la judicature de Valréas, seigneur Pierre Dauphin
junior, juge de Valréas, et pour celle de Carpentras, Bertrand
d'Alauzon et Gérard de Pernes. Les ambassadeurs des trois États se
mirent en route pour Avignon où le cardinal-légat les reçut en
audience et ne fit que leur répéter en détail ce que son neveu Roger
de Foix avait déjà exposé à l'assemblée du pays, en protestant très
énergiquement contre les intentions du Saint-Père.

  [261] Arch. départ., _Reg. des délibér. des États_, G. 14, fol.
  77.--Louis Dauphin était pendant ce temps à Ensisheim où il
  soignait une blessure au genou qu'il avait reçue au siège de
  Dambach, le 7 octobre 1444. Il passe les mois de novembre et
  décembre 1444 à Montbéliard.--_Lettres de Louis XI_, I, 19, not.
  1.--Tuetey, _Les Écorcheurs sous Charles VII_, t. I, pp. 286,
  196.

  [262] _Registre des délibérat. des États_, G. 14, fol. 80.

  [263] Le nom de ce personnage est sans doute mal orthographié
  dans le texte du registre qui est du reste d'une écriture
  difficile. Il s'agit ici de _Thomas_, écuyer ou scuyer,
  originaire d'Écosse, écuyer ordinaire du Dauphin, qui l'avait
  amené à sa suite quand il vint prendre le gouvernement du
  Dauphiné.--Voy. Pilot, _Catalog._, I, p. 50.--Peut-être est-ce en
  récompense de cette mission que le Dauphin, par lettre
  d'Ensisheim, du 21 octobre 1444, l'investit à perpétuité de la
  châtellenie de Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs.

  [264] «Iterum etiam dixit et eisdem tribus statibus exposuit quod
  eosdem fecerat principaliter coram evocare quûm credat ipsos non
  ignorare ymo quasi manifestius esse quod aliqui dicentes quod
  dominus papa Eugenius dedit et contulit regimen et gubernacionem
  presentis comitatûs Venayssini et civitatis Avenionensis
  illustrissimo principi domino Dalphino Viennensi domini Francorum
  Regis filio. Et tamen verum est quod prefatus dictus Cardinalis
  viderat quamdam cedulam papiream, manu dicti camerarii domini
  nostri pape subscriptam, continen_tem_ certa capitula et pacta et
  quemdam scutiferum vocatum _Optamanum_ (?) pro presenti dicto
  domino Dalphino supra et quod specialiter continebatur in dicta
  cedula qualiter dominus noster Papa dabat præfato domino Dalphino
  gubernacionem regimen et administracionem dicte patrie Venayssine
  et Civitatis Avenionensis. Quare prefatus dictus Cardinalis fuit
  intencionis premissa notificari facere dicte patrie. Idcirco
  eisdem tribus statibus memoratus dominus Regens premissa
  notificavit, dicens primitûs et protestans prefatus dictus Regens
  quod non est intentionis dicendi aliqua que forent in prejudicio
  et displacentia prefati domini nostri Pape et etiam memorati
  dicti Dalphini qui si dixerit voluit habere et non dicta de quo
  solemniter fuit protestans.» _Reg. des délibérat. des États_, G.
  14, fol. 80.

  [265] Arch. départ., _Reg. des délibérat. des États_, G. 14, fol.
  80.

Les délégués rentrèrent à Carpentras le 28 novembre 1444 et, le soir
même, ils rendaient compte de la mission dont ils avaient été
chargés. C'est alors que les États résolurent, en assemblée générale,
d'envoyer au pape une ambassade, à Rome, à l'effet de protester contre
ce projet de cession des domaines de l'Église au dauphin, en déclarant
de la façon la plus formelle que les populations du Venaissin
voulaient rester sous la domination pontificale et sous le
gouvernement du cardinal Pierre de Foix. L'ambassade avait pour
instruction de remontrer au pape: «que le comté de Venayssin et la
ville d'Avignon, étant propriétés de l'Église romaine, offraient un
refuge assuré à tous les chrétiens de l'univers, Français, Anglais,
Espagnols, Allemands qui avaient coutume de la visiter en se rendant à
Rome, d'y demeurer et d'y faire leurs affaires en toute sécurité. Les
bannis de tous les pays trouvaient sur la terre papale un refuge
assuré, et le jour où les États cesseraient d'appartenir au
Saint-Siège, c'en était fait de _cette réputation de ville
hospitalière et libre_ dont Avignon jouissait en pays étrangers[266]».

  [266] Arch. départ, _Reg. des délibérat._, G, 10, fol. 85.

Il est à croire qu'en présence de l'attitude de ses sujets, tant à
Avignon qu'à Carpentras, Eugène IV renonça à son projet, et les
pourparlers déjà très avancés, comme nous l'avons vu, furent
abandonnés. Aucun document ne nous autorise à croire que Charles
VII ait eu connaissance des relations de son fils avec le souverain
pontife; mais, à coup sûr, comme nous le verrons plus tard, il
n'eût pas manqué de condamner sévèrement ce marché.

Quoi qu'il en soit, inquiet sans doute de l'agitation que pouvait
provoquer en deçà des Alpes l'aliénation des terres de l'Église,
Eugène IV s'empressa de démentir les affirmations du cardinal de Foix.
Dans un premier bref adressé aux États du Venaissin le 20 novembre
1444[267], il déclare que jamais il n'a eu la pensée d'aliéner les
terres et les droits de l'Église romaine, mais qu'il s'est, au
contraire, toujours efforcé de les étendre, et que les États ont pu
constater qu'il a fait tous les sacrifices possibles pour les protéger
contre les ennemis de l'Église. Il les engage à ne rien croire des
faux bruits qui ont été mis en circulation; il les invite à vivre dans
la fidélité et l'obéissance de l'Église et à se soumettre
respectueusement à l'autorité du légat Pierre de Foix. Ce premier
bref, si on le remarque, est adressé quatre jours avant la séance où
Roger de Foix dénonce aux États la conduite du pape. Aussi il est
vague, sans fait précis, et plutôt destiné à effacer la fâcheuse
impression produite par la divulgation des intentions du Saint-Siège.
Dans un second bref de décembre 1444[268], Eugène IV, voulant dissiper
tout malentendu, fait savoir aux États qu'il a été instruit de
certains propos «disseminatos sermones» répandus au sujet d'un projet
d'aliénation des terres de l'Église au dauphin Louis. Il les informe
qu'il n'a jamais eu l'intention de se séparer d'eux, mais qu'au
contraire il entend conserver ses États sous le gouvernement de
l'Église et du pape, et qu'il veut que désormais, comme dans le
passé, ils ne cessent pas d'obéir au cardinal-légat. Deux brefs
analogues étaient envoyés en même temps, et presque à la même date,
aux consuls d'Avignon, pour les rassurer sur les intentions du
Saint-Siège à leur égard[269].

  [267] Voy. aux pièces justificat. no III.--_Reg. des délibérat._,
  G. 14, fol. 96 (copie).

  [268] Voy. aux pièces justificat. no IV.--_Reg. des délibérat._,
  G. 14, fol. 96 (copie). Les originaux des deux brefs ont été
  brûlés dans l'incendie qui détruisit les _Archives des États_ à
  Carpentras, en 1713. Nous donnons les copies d'après les
  _Registres des délibérations des États_.

  [269] Arch. d'Avignon, B. I. Cott. N, 15. Ces deux brefs
  originaux, qui figurent à l'inventaire _Pinta_, sont en déficit
  dans la boîte I; on les suppose égarés.

Malgré l'énergie de ces dénégations, et quelque habileté qu'Eugène IV
eût mise à cacher ses desseins, il n'en est pas moins vrai qu'un
projet de cession des États citramontains de l'Église au dauphin
Louis, vers la fin de l'année 1444, a existé, et nous venons d'en
fournir des preuves irréfutables. Quelle a été la part du futur Louis
XI dans ces négociations? Il serait difficile de le dire, et aucun
document ne permet même de le soupçonner. Il est hors de doute que,
dans cette occurrence, l'initiative n'appartient pas au dauphin, qui
certainement était flatté de la confiance du pape, mais à Eugène IV,
qui préférait renoncer au besoin aux possessions de l'Église en deçà
des Alpes que de les voir tomber entre les mains d'un rival suscité et
soutenu par le concile de Bâle. Avec son expérience des hommes et des
choses, son grand bon sens et son énergique volonté, le cardinal-légat
Pierre de Foix comprit le danger que ce projet faisait courir à la
papauté, et c'est certainement son intervention auprès d'Eugène IV qui
amena la rupture des négociations et le maintien des Avignonnais et
des Comtadins sous l'autorité du Saint-Siège.



CHAPITRE IV

Le dauphin Louis et ses agissements vis-à-vis des États citramontains
de l'Église

(1444-1461).

  L'héritage des Boucicaut.--Invasion à main armée du Venaissin par
    les agents du Dauphin.--L'expédition de Troyhons
    (1450).--Intervention de Charles VII.--Ambassade de Jehan de
    Lizac à Avignon (mars 1451).--Mission du cardinal
    d'Estouteville (1452).--Les dernières intrigues du dauphin.


Malgré l'échec de leur combinaison, le dauphin Louis et Eugène IV n'en
restèrent pas moins d'excellents amis[270]. Fixé désormais dans son
gouvernement du Dauphiné, entouré de familiers sûrs et dévoués, Louis
put donner libre cours à «ce talent d'intrigues et d'agissements
occultes qu'il devait pousser si loin[271]». Naturellement, toute son
attention devait se porter sur ses voisins. Nous le voyons
successivement, dans une pensée politique qui, du reste, lui fait le
plus grand honneur, chercher à étendre vers le midi les limites de son
Dauphiné, comme il travaillera plus tard à pousser plus loin les
frontières de son royaume, tout en donnant aux provinces cette
cohésion qui est la première condition de l'unité territoriale et
politique d'un grand État.

  [270] Le 5 décembre 1445, Louis fait défense aux habitants du
  Dauphiné de reconnaître pour pape Amédée de Savoie, qui se
  faisait appeler Félix V. Voy. Pilot, _Catalog._, I, p. 65.

  [271] De Beaucourt, _Rev. des questions histor._, vol. XVII, p.
  94.

La pensée dominante du règne de Louis XI, et que la plupart de ses
historiens ont à peine soupçonnée, c'est l'occupation du littoral de
Provence qui doit donner à la France la prépondérance sur la
Méditerranée. Déjà ce dessein caché se fait jour dans l'administration
du dauphin, et c'est morceau par morceau, peut-on dire, que Louis
cherche à s'annexer successivement les territoires qui séparent le
domaine royal des possessions de la seconde maison d'Anjou. Sur sa
route, il devait rencontrer comme une barrière les terres de l'Église,
mais il n'était pas prince à reculer devant cet obstacle. Un premier
échange avec le duc de Savoie (4 avril 1446)[272] donne à Louis les
comtés de Valentinois et de Diois pour le Faucigny, province éloignée,
sans importance, alors que les pays échangés confinaient aux domaines
de l'Église et donnaient libre accès dans la vallée du Rhône. De là à
mettre la main sur Montélimar, il n'y avait qu'un peu d'adresse
diplomatique et elle ne manquait pas au dauphin. Les papes avaient, il
est vrai, depuis 1228[273] des droits incontestés sur Montélimar que
ne détruisaient pas les prétentions des rois de France sur cette
ville. Une première fois, le dauphin, par lettres patentes datées de
Nancy, le 29 mars 1445, avait abandonné ses droits sur Montélimar en
faveur d'un certain Arrighi, mais la donation n'eut pas de suite[274].
Le 22 juillet 1446[275], Eugène IV, pour des raisons inconnues renonça
à sa part de droits sur Montélimar en faveur du même Arrighi; mais
comme pour le Venaissin en 1444, cette donation provoqua parmi les
habitants de la seigneurie de Montélimar une vive émotion; une
ambassade fut envoyée auprès du souverain pontife pour lui remontrer
que la portion de ladite seigneurie, appartenant à l'Église, ne
pouvait être aliénée sans compromettre la sécurité d'Avignon et du
comté Venaissin, «cum sit clavis et introitus dicti comitatûs[276]».
L'ambassade obtint l'annulation de la donation consentie à Arrighi,
qui n'était peut-être que le fidéi-commis du dauphin, mais la proie
était trop tentante pour que ce dernier la laissât échapper. On le
voit, à ce moment même, entretenir les relations les plus étroites
avec Eugène IV, qui lui fait payer par Robert Damien, archevêque
d'Aix, une somme de 20,000 florins[277] sur les revenus des églises de
France. Depuis longtemps, d'autre part, Louis négociait des traités
secrets avec le cardinal de Foix, qui avait sans doute pour mission de
préparer les bases d'une convention destinée à mettre Montélimar entre
les mains du dauphin de France. Les conditions du nouveau traité
furent discutées à Romans (mars 1447) entre Louis et Pierre de Foix et
approuvées par le successeur[278] d'Eugène IV, Nicolas V. Mais le
traité définitif ne fut signé que le 13 mai 1447 à Carpentras[279]; il
porte la signature de Louis et de Pierre de Foix. Le dauphin rendait
au pape le château de Grillon et recevait en échange la seigneurie de
Montélimar, ou du moins «la part et porcion que le sieur de Grignen
soulait tenir de Monteil Aymart tenu en fie et hommaige de mon dit
sieur pieca baillée à Nostre Saint-Père le Pape par le dit de
Grignen». C'était, pour la chambre apostolique et la papauté un marché
de dupe[280], car Louis gardait pour lui la part la plus considérable;
en outre, il s'engageait à rendre hommage pour la seigneurie
nouvellement acquise au recteur du Comtat. Il se garda bien de tenir
sa parole et c'est là, nous le verrons plus tard, un des griefs
principaux portés à Rome contre le dauphin, en 1461. Cette acquisition
de Montélimar par le fils du roi de France mettait désormais Avignon
et le Venaissin à sa merci; sa politique, du reste, à ce moment, avait
dans la ville des papes un agent tout dévoué, le cardinal de Foix, et
c'est à coup sûr sous l'inspiration de ce dernier que le conseil de
ville d'Avignon délibère, le 27 avril 1447, d'offrir 50 florins en
vaisselle d'argent «au sérénissime dauphin de Viennois[281]».

  [272] Charavay et Vaesen, _Lettres de Louis XI_, I, p.
  375.--Bibl. nat., _Cartul. du Dauphiné_, par Fontanieu.--Cf. de
  Beaucourt, IV, p. 230 (la première cession date de novembre
  1444).--Voy. Pilot, _Catalog._, I, nos 169 et 937.

  [273] _Statuts de la Conté Venayssin_, p. 108.--Montélimar, comme
  Romans, la baronnie de Saint-Auban et environ quatre-vingts
  autres places, étaient comprises dans ce qu'on appelait les
  «terres adjacentes», pour lesquelles Louis rendit hommage au pape
  en 1456.

  [274] De Coston, _Hist. de Montélimar_, II, p. 11.--De Nancy du
  17 avril 1445. Voy. pour Arrighi, Pilot, _Catalog._, I, p. 57,
  not. 5.

  [275] De Coston, _L. cit._, pp. 11 et 15.--Cf. Chevalier, _Cart.
  de Montélimar_, c. XIX, p. 279.

  [276] Charavay et Vaesen, _L. cit._, t. I, p. 213.

  [277] Gibert, _Hist. mss. de Pernes_, I, fol. 316, vo. Le 13 des
  kalendes de juin 1446, le pape Nicolas V confirma le paiement de
  cette somme.--Arch. vatic., _Reg. de Nicolas V_, 385, fol. 3.

  [278] Chorier, _Hist. du Dauphiné_, p. 439.--Le 14 octobre 1447.
  Voy. Chevalier, _Cartul. de Montélimar_, p. 289.

  [279] L'abbé Chevalier, _L. cit._, p. 283.--Cf. Arch. de l'Isère,
  B. 295, fol. VI, **X.--Legeay, _Hist. de Louis XI_, I, p.
  158.--De Coston, _L. cit._, II, p. 15.

  [280] Fornéry, _Hist. mss. ecclés._, fol. 437, vo. (Instructions
  de 1461).--Voy. Pilot, _Catalog._, I. p 153, no 451. Origin.
  Arch. de l'Isère, B. 2990, fol. 497.--Le dauphin n'en restait pas
  moins astreint, vis-à-vis du Souverain Pontife ou de son légat, à
  l'hommage pour la ville de Montélimar.--Voy. la prestation
  d'hommage, au nom du dauphin, par Charles de Grolée, le 2 juin
  1455.--Pilot, _Catalog._, 1159.

  [281] Chambaud, _Rec. sur Avignon_, mss., Ann., 1447.

Cette année même, au mois de novembre 1447, une ambassade est envoyée
à Carpentras par le dauphin. Les archives municipales nous en
fournissent la preuve indéniable[282]. Quel était le but de cette
ambassade? Nous ne saurions le dire, mais le dauphin, ayant des
moulins à Carpentras depuis de longues années[283], profitait
peut-être de ce prétexte pour sonder les dispositions des États et
chercher une cause qui l'amenât à intervenir dans les affaires
intérieures des vassaux du pape. Peut-être encore est-il permis de
supposer qu'il s'agissait de la ratification du traité passé en mai de
la même année? En présence de la pénurie des documents, on peut se
demander, avec quelque raison, si déjà, dès 1447, le dauphin Louis ne
se portait pas en revendicateur des biens et héritages des neveux du
maréchal Boucicaut, les fils de Geoffroy le Meingre, mort en 1429, et
que nous voyons figurer dans un acte authentique du 23 juin 1452
extrait des archives de Valréas[284] _Louis le Meingre_[285] _et Jean
le Meingre_. Nous croyons donc pouvoir supposer avec quelque fondement
que là est le véritable but de l'envoi à Carpentras des gens du
dauphin en novembre 1447.

  [282] Arch. municip. de Carpentras, Origin., B.B. 66, fol. 35.

  [283] Fornéry, _Hist. ecclés._, mss. d'Avignon, fol. 410; mss. de
  Carpentras, fol. 762.

  [284] Arch. municip. de Valréas, copie inédite recueillie par
  Achard.

  [285] Il était chambellan du dauphin en 1448, _Lettres de Louis
  XI_, p. 220.

Nous ne croyons pas avoir à revenir sur l'origine de cette question,
assez obscure du reste, que nous avons cherché à élucider ailleurs
autant que les documents à notre disposition nous l'ont permis.
Rappelons seulement en quelques mots l'état de la question au moment
où le dauphin s'établit dans son gouvernement.

Malgré les efforts et les bonnes dispositions du cardinal de Foix, le
litige qui s'était élevé au sujet de l'attribution des biens de la
succession du maréchal de Boucicaut et de son frère Geoffroy était
resté pendant. A la demande du dauphin, les États se réunirent à
Carpentras, en 1448[286], pour délibérer sur la réponse à faire aux
revendications des héritiers. Les élus ne purent s'entendre. Mais
Louis devient plus pressant et informe l'assemblée du pays que les
Boucicaut l'ont chargé de faire valoir leurs droits[287] et il appuie
sa réclamation par une lettre qu'il confie à deux des familiers de son
hôtel, maître Ferraudiz «maistre des requestes» de l'hôtel du dauphin,
et Anthoyne d'Alauzon, «escuier de son escuerie[288]»; il fait savoir
aux États qu'ils doivent «adjuster plaine foy et créance à tout de ce
que de nostre part ils vous diront». La missive était écrite de Romans
le 15e jour de may 1450. Introduits au sein de l'assemblée les envoyés
y exposèrent l'objet de leur voyage au sujet des Boucicaut, mais
aucune conclusion ne fut prise[289].

  [286] Arch. municip., _Reg. somm. des délibérat. des États_, fol.
  261.

  [287] _Id._, fol. 135.

  [288] Arch. municip., de Carpentras, B.B. 70, fol. 63.--Voy. aux
  pièc. justificat, no VI. Anthoine d'Alauzon figure dans la maison
  du dauphin en 1452. _Lettres de Louis XI_, I, p. 229.--Pour
  Antoine d'Alauzon, voy. Pilot, _Catalog._, I, p. 291, not. 2.

  [289] «Et ibidem prefati Domini ambaxiatores exposuerunt eorum
  creanciam super facto _Buccicaudorum_ et nihil fuit conclusum.»

Mécontent de la mauvaise volonté des représentants comtadins, Louis
emploie la menace et fait avancer quelques soldats pour intimider les
officiers pontificaux. Le cardinal de Foix cherche à calmer
l'irritation du dauphin et dépêche auprès de lui le gouverneur
d'Avignon, Tristan d'Aure, évêque de Conserans, qui ne fut pas reçu.
De son côté, le dauphin expédiait au cardinal-légat le sieur
d'Estissac[290], avec mission d'exposer à Pierre de Foix ses
revendications et d'insister pour le paiement d'une somme de 6,000
fr.; à cette condition il promettait d'oublier ses griefs. Les
exigences de Louis portées à la connaissance des États, ceux-ci
donnèrent pleins pouvoirs au cardinal de traiter pour une somme aussi
modérée que possible (27 octobre 1450).

  [290] Le sire d'Estissac était premier chambellan du dauphin en
  1452. De Beaucourt, V, p. 173, not. 3.--Voy. pour d'Estissac,
  Pilot, _Catalog., Actes du dauphin Louis_, I, no 542, pp.
  191-192.

Au fond, les réclamations présentées aux États par le dauphin de
France, pour le compte des Boucicaut, n'étaient qu'un prétexte que ce
dernier cherchait pour avoir l'air de les mettre dans leur tort, et
avec l'intention calculée de justifier les attaques et les violences
de toutes sortes dont ses propres officiers et lui-même allaient, dans
le même temps, se rendre coupables vis-à-vis des vassaux de sa
Sainteté. Bien décidé à combattre le pouvoir temporel des évêques en
Dauphiné, Louis engageait la lutte sur les propres domaines de
l'Église sans aucun ménagement. Cette résolution se montre partout au
moment même où il refuse de reconnaître la suzeraineté de l'évêque de
Grenoble, coseigneur de la ville, et l'oblige à lui rendre hommage à
lui-même (18 octobre 1450); il suit une politique semblable vis-à-vis
des villes et villages appartenant au Saint-Siège, mais enclavés en
Dauphiné[291]. Nyons, Vinsobres, Mirabel-les-Baronnies étaient en
Dauphiné, mais le dauphin devait prêter hommage pour ces villes au
recteur du Comtat, ouvrir les portes quand le recteur se présentait,
faire arborer pendant un jour les armes des papes au sommet de la tour
de la ville et payer chaque année un marc d'argent. Louis refusa
énergiquement sur tous ces points de donner satisfaction au
Saint-Siège[292].

  [291] Prudhomme, _Hist. de Grenoble_, p. 263.--Pour les villes et
  autres lieux à raison desquels le dauphin devait hommage au pape,
  voy. la prestation d'hommage de Romien de Morimont, écuyer et
  procureur du dauphin, au pape Calixte III (1er juin
  1456).--Pilot, _Catalog._, 1239 _bis_, p. 502, et Arch. vatican.
  Ex., 20, 23. _Pie II_, fol. 66. Arm. 35.--Voy. aux pièces
  justificat., no XII _bis_.

  [292] Instructions après la mort de Calixte III.--Voy. Fornéry,
  _Hist. ecclés._, mss., fol. 437 et fol. 453-470.--Cf.
  _Pretentiones Papæ super Venaissino contra Regem Franciæ
  dalphinum_, Lambert, III, p. 477.

Presque aux confins de la seigneurie de Montélimar était la terre de
Pierrelatte qui faisait partie du comté Venaissin. Les papes avaient
droit à l'hommage des coseigneurs de cette terre, qui le prêtaient au
recteur du Comtat. Louis secrètement excite les vassaux du Saint-Siège
à la révolte, et à partir de 1450[293] ceux-ci refusent de rendre
hommage au recteur, prétendant qu'ils ne le devaient qu'au dauphin. Ce
premier coup porté aux droits du Saint-Siège fut suivi d'un second
beaucoup plus grave, puisqu'il s'agit d'une véritable confiscation
d'un territoire pontifical. La même année, en effet, à la suite d'une
rixe qui avait éclaté entre les habitants de Caderousse et des sujets
de la couronne, au passage du Rhône, quelques-uns de ces derniers
ayant été blessés ou tués, le dauphin exige des États et du légat une
somme de 4,000 écus comme compensation des torts faits à ses vassaux,
et n'étant qu'à demi satisfait de ces concessions, Louis met la main
sur Pierrelatte[294].

  [293] Gibert, _Hist. de Pernes_, mss., c. IX, fol. 317 et
  vo.--_Somm. des délibérat. des États_, fol. 135.

  [294] La seigneurie de Pierrelatte fut donnée en 1452, par Louis,
  à Gabriel de Bernes; elle passa plus tard entre les mains de
  Charles _Astars_, secrétaire de Louis XI, après la confiscation
  des biens de Gabriel de Bernes. _Lett. de Louis XI_, I, p.
  362.--Louis échangea la seigneurie de Chabrillan contre la
  portion de la terre de Pierrelatte que possédait Etienne Morelon
  (6 mai 1450). Voy. Pilot, _Catalog._, I, no 756, p. 273, et nos
  58, 759, 760.

La Chambre apostolique eut à subir également une nouvelle injustice de
la part de Louis. Cette dernière, depuis un temps immémorial, avait le
droit de percevoir à la Palud[295] un ducat par boisseau de blé
transporté sur le Rhône. Le dauphin contesta ce droit et refusa de se
rendre aux observations de la cour de Rome. Ces vexations répétées
produisirent à Avignon et dans tout le Venaissin un vif
mécontentement, et après délibération, il fut décidé qu'une ambassade
serait envoyée simultanément au pape et à Charles VII, avec mission de
dévoiler au roi la conduite odieuse de son fils. La minute de ce
document nous a été heureusement conservée[296]. Le mémoire rédigé
sans aucun doute sous l'inspiration du cardinal de Foix relatait tous
les faits dont il vient d'être parlé. A côté, et pour mieux montrer
combien étaient légitimes les plaintes des Avignonnais et des
Comtadins, le mémoire faisait allusion à quelques menus griefs dont
Louis croyait avoir à se plaindre. Il y était dit entre autres que le
dauphin passant une nuit à la Palud, le capitaine du lieu, ignorant
qui il était, avait refusé de lui ouvrir les portes. Autre grief: un
certain Aynard, dit _le seigneur des Marches_, se tenait dans une tour
appelée le Burset et dépouillait, capturait ou tuait les personnes
d'Avignon et du Venaissin qui venaient à passer à portée de ses gens.
Le cardinal de Foix voulant pourvoir à la sûreté commune, le fit
déguerpir à main armée. Le dauphin prit cet acte de vigueur pour une
«injure personnelle», bien que la tour de Burset fût située en
Provence, dans le domaine du roi de Sicile, et que ce dernier eût
autorisé le légat à expulser ledit seigneur des Marches même _manu
militari_. Le dauphin se plaignait encore d'un outrage qu'il aurait
reçu des habitants de Bollène qui avaient enlevé du territoire de
Bozon, appartenant au Comtat, et hors de sa juridiction, les poteaux
portant ses armes et panonceaux, et réclamait de ce chef une grosse
indemnité pécuniaire. Forts de leur bon droit, les sujets du pape
objectaient à leur tour que les officiers du Dauphiné empiétaient sur
les États du Saint-Père, plantant çà et là les armes de leur seigneur,
comme ils l'avaient fait à Caromb, aux portes de Carpentras, devant un
verger d'oliviers, propriété de François de Ponte. En outre, ils
accordaient à des Comtadins la sauvegarde du dauphin, ainsi que cela
s'était vu naguère pour la garde des tours de Piolenc.

  [295] Fornéry, _Hist. ecclés._, mss., fol. 437.--Nous avons
  trouvé cette mention au sujet du péage de _la Palud_. «Cum autem
  nobis innotuit unum antiquum podagium de _La Palu_ vulgariter
  nuncupatum prope ripam superiorem fluminis Rodani in dicto
  comitatu existens et ad ipsam Cameram pertinens quod per
  arrentatores longe tempore fuerat extinctum.» Le pape le
  rétablit.--Arch. vatic., _Reg. de Sixte IV_, 656, fol. 76.

  [296] Arch. d'Avignon. _Dossier des Ambassades_, minute, série
  A.A.

Enfin, les mêmes officiers, quoique le château des Pilles fût du
domaine de l'Église et de la juridiction de Valréas, avaient sommé le
seigneur de ce lieu de comparaître devant eux pour souscrire en faveur
du dauphin l'hommage de son fief[297].

  [297] Arch. municip., _Dossier des Ambassades_, minute, série
  A.A.

La mesure était comble, et toutes ces plaintes accumulées furent
portées à la connaissance de Charles VII par le pape et par le
cardinal de Foix dans les derniers mois de 1450. Au moment où les
doléances des Avignonnais parvinrent à la Cour, la situation entre le
dauphin et son père était très tendue. Le roi se trouvait, depuis le
commencement de l'hiver, aux Montilz-les-Tours, dont il avait fait sa
résidence de prédilection. C'est là qu'entouré d'une foule de
seigneurs appartenant aux plus anciennes familles de la noblesse
française, Charles VII donnait des fêtes splendides tout en dirigeant
avec habileté les affaires de l'État[298]. C'est au milieu de cette
Cour hostile au dauphin que furent apportées les nouvelles des
attentats dont il s'était rendu coupable vis-à-vis des vassaux du
Saint-Siège. Charles VII, fort courroucé des allures indépendantes de
son fils, le faisait surveiller étroitement; il n'ignorait pas son
projet de mariage avec Charlotte, fille du duc de Savoye, qui était
contre sa volonté. Déjà, un an auparavant (février 1450), Charles VII
avait envoyé auprès de son fils Thibaud de Luce[299], évêque de
Maillezays, chargé de faire au dauphin de vifs reproches sur les
points suivants: «Il avait mécontenté le roy par son attitude à
l'égard des églises du Dauphiné; la rumeur publique l'accusait, en
outre, «de vouloir s'emparer d'Avignon et du Comtat», ce qui serait
contre Dieu et contre l'Église[300].»

  [298] De Beaucourt, _Hist. de Charles VII_, V, p. 141.

  [299] _Id._, V, p. 141.

  [300] Le manuscrit no 15537, ancien résidu de Saint-Germain (143,
  fol. 61), qui renfermait les plaintes portées contre le dauphin,
  ayant disparu depuis quelques années de la Bibliothèque
  nationale, il faut recourir aux archives locales où l'on en
  trouve un résumé que nous donnons plus loin. Voy. arch. municip.,
  série A.A.--Voy. de Beaucourt, V, p. 141, note 1.

Les lettres du cardinal de Foix et des consuls d'Avignon durent mettre
le comble à la colère du roi contre son fils, et au mois de février
1451 Charles VII paraît se résoudre à une action énergique. Nous en
trouvons l'indice dans l'envoi simultané de deux ambassadeurs, l'un à
Chambéry, «le Roi d'armes de Normandie», qui devait notifier au duc de
Savoie l'opposition formelle de Charles VII au mariage du dauphin avec
la princesse Charlotte; l'autre, de «Jean de Lizac», premier sergent
d'armes de la maison du roi, qui recevait l'ordre de se rendre en
toute hâte à Avignon pour faire connaître aux syndics de la ville et
au cardinal de Foix les intentions de Sa Majesté. Nous avons pu
retrouver dans les registres des délibérations du conseil de ville la
copie des instructions royales, que nous reproduisons in-extenso, et
la réponse des Avignonnais auxdites instructions:

  «_Instruction de par le Roy à Jehan de Lizac, premier huissier
    d'armes dudit sire, sur ce qu'il a affaire par devers le Cardinal
    de Foyx et les bourgeoys et habitans de la cité d'Avignon,
    touchant la matière dont cy après est faicte mencion:_

  «Premièrement, s'en yra par ses journées jusques au dit lieu
  d'Avignon. Et en son chemin et au dit lieu d'Avignon se informera
  et enquerra là où il verra estre affaire et par bons moyens se
  aulcuns traictez se sont fais ou font avecques monseigneur le
  dalphin ou aultres de par luy, de bailler et mettre ès mains de
  mon dit seigneur la ville d'Avignon et conte de Venissy, et par
  quelles gens et moyens la chose se doit fere se ainsi est[301].

  [301] Arch. municip., _Dossier des Ambassades_, série A.A.
  (copie).

  «Item et suppose que les choses dessus dites soyent vrayes
  ou non. Après les salutations accoustumées, présentera les
  lettres closes que le roy escript au dit cardinal de Foix.
  Et après aus dits manans et habitans de la dite ville
  d'Avignon.

  «Item et pour sa créance leur dira que dès pieca et puis
  naguères nostre saint père (Nicolas V) a fait savoir au roy,
  par lettres et de bouche, et espécialement et dernièrement,
  par le doyen de Ségobie, les grands maulx et entreprinses
  que continuelement se faisoient par les gens du dict
  monseigneur le dalphin et de son adveu, sur les terres et
  seigneuries de notre dit saint père et de la sainte Église
  catholique, et sur ses hommes et subgetz. Et principalement
  sur ceulx du dit lieu d'Avignon et du dit conte de Venissy
  et autres des dites Marches. Et de ce a esté pareillement
  adverti le roy par le dit cardinal d'Avignon, en requérant
  instamment au roy provision sur ce.

  «Item dira ledit de Lizac que, après ces choses, le roy a
  fait savoir aus dits cardinal et habitans que les
  entreprises dessus dites navaient point été faites par adveu
  ne de son sceu et consentement, mais en avoit esté et estoit
  très desplaisant et courroucé. Et que quant aucuns feroient
  ou porteroyent dommage à notre dit Saint-Père et aux terres
  et seigneuries de l'Eglise et subgets d'icelle. Et il estoit
  requis en ayde qu'il si employeroit en toutes manières
  possibles au bien et honneur de notre dit Saint-Père et à la
  conservation des droits de ladite Esglise.

  «Item dira que nonobstant toutes ces choses on a puis
  naguères rapporté au roy que aulcuns font avecques mon dit
  seigneur le dalphin ou avec autres de par luy certains
  traictiez ou accors de bailler ou faire bailler à mon dit
  seigneur le dalphin les dits villes d'Avignon et conte de
  Venissy qui seroit, se ainsi estoit, chose préjudiciable à
  notre dit Saint-Père le pappe et en son grant préjudice et
  dommage et diminucion des droits et seignories de lui et de
  l'Esglise. Et lesquelles choses le roy ne peut bonnement
  croire que ainsi soit.

  «Item dira pour celle cause le roy l'envoye par delà
  expressément pour les advertir des choses dessus dites et
  obvier à icelles. Et pour leur dire et remonstrer que se la
  chose advenoit, ce qu'il ne pourroit bonnement croyre, le
  roy y prendroit très grant desplaisir et nen pourroit estre
  content, et seroit contraint de y donner provision à
  l'onneur de notre dit Saint-Père et du Saint-Siège
  apostolicque telle qu'il appartiendroit.

  «Item et tout ce qu'il trouvera touchant les choses dessus
  dites et aultres deppandans de la matière, rédigera par
  escript, et les rapportera au roy pour procéder au surplus
  ainsi qu'il appartiendra.

  «Faict aux Montilz-lez-Tours, le VIIIe jour de mars l'an mil
  CCCCLI.

    «J. de Laloëre.»


  _Coppia littere responcionis tradite dicto Johanni de Lizacco primo
     hostiario regio:_

  «Très hault, très puissant prince et très redoubté seigneur. Nous
  nous recommandons à vous tant et très humblement que fere povons.
  Très haut, très puissant prince et très redoubté seigneur, plaise
  vous savoir que nous avons receues vos gracieuses lettres avec
  honneur et révérence à nous possible par votre premier huissier
  Jehan de Lizac et si avons oye sa créance et bien entendue.
  Contenant en partie comme ainsi que comme l'on vous a rapporté que
  nous voulions mettre ceste cité d'Avignon hors des mains de
  l'Esglise et aultrement. Sur quoy, très humblement vous
  rescripvons que au disposer de ce que notre loyalté ne requierre
  que jamais n'a esté ne ne sera en notre pensée par ainsi que de
  ceste matière avons parlé et en parlement avecques le très
  révérend père en Dieu, Monsieur le cardinal de Foix, vicaire et
  légat de notre Saint-Père le pappe. Duquel seigneur sommes seurs
  et certains que jamais n'a esté ne sera son entencion de le faire.
  Et se l'on vouloit entreprendre de faire le contraire, le dit
  monseigneur le cardinal et nous y résisterons de notre force et de
  tout notre povoyr tous les jours en espérance de votre bon ayde et
  confort ainsi que plus à plain avons dit et remonstré audit de
  Lizac. Et, au brief, vous certifions plus au long par message
  exprès. Lequel monseigneur le cardinal pareillement vous en
  rescript. Très hault, très puissant prince et très redoubté
  seigneur, de votre bon advisement et très nobles propos sommes
  toujours et avons esté bien advisez, donc à votre royal magesté
  tant et si humblement que plus povons et remercions, car Dieu
  mercy, par votre magesté tant que luy a esté possible de sa
  bénigne grâce comme vray bras dextre et protecteur de l'Esglise et
  subgets d'icelle, avons esté de plusieurs dangiers et affaires à
  ceste cité contraires gardez et préservez. Et aussi avons esté
  toujours et encore sommes en bonne espérance que toujours votre
  magesté ne daignera penser ou faire souffrir estre fait le
  contraire, mais comme avez de bonne coustume votre magesté nous
  aura toujours en sa grâce et espéciale recommandacion. Pour ce,
  très hault, très puissant prince et très redoubté seigneur, très
  humblement vous supplions qu'il vous plaise de nous mander et
  enjoindre tous vos très nobles plaisirs et services pour les
  acomplir de très bon cuer sans faillir, avec povoir du plaisir de
  Dieu qui vous doine bonne vie et longue et acomplissement de vos
  très nobles plaisirs.

  «Escript en Avignon le premier jour d'avril.»

En outre de ses instructions, Jean de Lizac apportait au conseil une
lettre du roy, dont nous reproduisons l'original inédit conservé aux
archives de la ville.

  _Copie de la lettre que Charles VII fit remettre aux consuls
    d'Avignon par Jean de Lizac, premier huissier d'armes dudit sire
    (8 mars 1451):_

  «Charles par la grâce de Dieu roi de France,

  «Tres chiers et bons amys, vous savez assez les grans plaintes et
  doléances que notre Saint-Père le pappe, par ses lettres et
  aultrement nous a despieca, et puis naguères faites touchant les
  entreprinses que notre beau filz le dalphin et aultres de par luy
  et a son adveu ont puis naguères fait sur ses hommes et subgetz et
  sur les terres et seigneuries de l'Esglise. Et pareillement nous
  en a escript notre tres chier et amé cousin, le cardinal de Foix,
  et aussi nous en avez escript. Sur quoy nous avons fait scavoir
  notre voulonté et intencion bien a plain. Néantmoins nous avons
  puis naguères entendu que aulcuns traictiez accors et convencions
  se maynent et conduisent avec notre dit filz de luy bailler ou à
  aultres de par luy la ville d'Avignon et conte de Venissi,
  lesquelles choses se elles se mettoyent à exécution seroient au
  grant grief préjudice et dommage de notre dit Saint-Père et du
  Saint-Siège apostolique veu le conseil que scavez que notre dit
  filz a de présent avecques luy, comme avons fait savoir bien
  aplain à notre dit cousin le cardinal. Sy vous signifions ces
  choses affin que y mettiez remedde et provision convenable. Car se
  la chose advenoit, ce que ne pourrions bonnement croyre, nous y
  prendrions tres grant desplaisir et serions contrains de y donner
  provision à lonneur de notre dit Saint-Père et dudit Saint-Siège
  apostolicque telle quil appartiendra. Ainsi que plus à plain avons
  dit et déclaré de bouche à Jehan de Lizac escuier, notre serviteur
  et premier huissier d'armes, porteur de ces présentes pour le vous
  dire et rapporter. Sy le vueillez croire et adjouster foy ad ce
  que de par nous vous en dira.

  «Donné aux Montilz lez tours, ce VIIIe jour de mars[302],

    «Charles,
      «de la Loëre.»

  [302] Arch. municip., Origin. inéd., série A.A.

Il ressort des documents produits ci-dessus que Charles VII
soupçonnait fortement son fils de méditer l'occupation des États
citramontains du Saint-Siège et de cacher ses ténébreux desseins, avec
la complicité du cardinal de Foix dont le rôle et l'attitude dans
cette circonstance peuvent paraître très équivoques. Quoi qu'il en
soit, les consuls d'Avignon s'empressèrent d'adresser au roi cette
missive dans laquelle ils se défendaient très énergiquement de vouloir
«mettre ceste cité d'Avignon hors des mains de l'Esglise et
aultrement». Ils donnent comme garantie de la loyauté de leur parole
l'approbation du cardinal-légat: «duquel seigneur sommes seurs et
certains que jamais n'a esté, ne sera son entencion de le faire. Et se
l'on vouloit entreprendre de faire le contraire ledit monseigneur le
cardinal et nous y resisterons de notre force et de tout notre povoyr,
tous les jours en espérance de votre bon ayde et confort, ainsi que
plus a plain avons dit et remonstré au dit de Lizac.» Le conseil de
ville envoyait en outre au roi un messager exprès chargé d'assurer Sa
Majesté, au nom du conseil et du cardinal de Foix, de leurs sentiments
de respectueuse déférence et de dévouement à la couronne[303].

  [303] Escrit en Avignon le premier jour d'avril 1451.--Arch.
  municip., _Dossier des Ambassades_, série A.A.

Louis, alors en Dauphiné, eut presque aussitôt connaissance des
rapports adressés au roi contre lui. Il en conçut une violente
irritation contre les Avignonnais, et comme nous le verrons dans un
autre chapitre, cette rancune subsistait encore dix ans après, car ce
fut le premier reproche que Louis, devenu roi, adressa aux
ambassadeurs d'Avignon dans l'audience qu'il leur accorda[304] (7
décembre 1461). Quant au cardinal, avec une grande souplesse
diplomatique, qui est le fond même de son caractère, il sut, sans
déplaire au dauphin, laisser croire à Charles VII que jamais les
droits des papes n'avaient été en d'aussi bonnes mains que les
siennes. En somme, ni du côté de la Savoie, ni du côté d'Avignon,
Charles VII n'obtenait satisfaction. Bien plus, l'attitude et les
nouveaux agissements du dauphin montrèrent chez lui une intention de
plus en plus arrêtée de braver les ordres de son père.

  [304] Voy. chap. v, pp. 128 et suiv.

En effet, moins de trois mois après l'envoi de l'ambassade à Charles
VII, au moins de juin 1451, la peste sévissait à Avignon et, comme
d'usage, toutes les personnes aisées qui avaient pu se procurer un
logis à la campagne avaient fui le foyer de l'infection. Allemand de
Pazzis[305] et Louis Gaspardini, qui étaient de ce nombre, avaient
cherché un refuge au lieu d'Entraigues[306] (_Inter aquas_) avec leur
famille.

  [305] Allemand de Pazzis était un réfugié florentin qui occupa
  avec distinction plusieurs charges municipales à Avignon. Il est
  consul en 1461.--Voy. chap. VIII, p. 203.

  [306] Entraigues, aujourd'hui commune du canton de Monteux, à
  quelques kilomètres de Sorgues, et station de la voie ferrée de
  Sorgues à Carpentras.

Sur ces entrefaites, un nomme Pierre Troyhon[307], ancien trésorier du
roi René, organisa une troupe d'hommes d'armes, archers et varlets,
et se porta secrètement avec tout son monde par une marche rapide sur
Entraigues, dans le Venaissin, où il arriva de nuit et quand tout le
monde était couché. Ces brigands se saisirent de Pazzis et de
Gaspardini qui reposaient dans leur chambre, et les firent prisonniers
avec toute leur famille. Ils s'emparèrent de leurs joyaux et de leur
numéraire et abandonnèrent le reste au pillage de leurs gens. Ils
emmenèrent ensuite leurs prisonniers avec leurs femmes et leurs
enfants à travers le Valentinois jusqu'au château d'Ésau[308], qui est
sur les limites du comté, et les retinrent ainsi pendant près de huit
mois, jusqu'au moment où ils purent obtenir leur liberté en acquittant
une rançon de 6,000 écus[309]. Là ne s'arrêtèrent pas les exploits de
Troyhon. La même année, ce détrousseur de grand chemin, fort de
l'appui du dauphin et des héritiers de Boucicaut[310], se jette avec
ses bandes armées sur Valréas, ville importante du Comtat, ravageant
les villages, saccageant les récoltes et faisant de nombreux
prisonniers. Plusieurs d'entre eux, hommes, femmes, enfants, sont
impitoyablement égorgés. Le produit du butin emporté par ces brigands
dans deux incursions successives est évalué à 2,000 écus. La sécurité
même d'Avignon et de Carpentras est menacée et les États se réunissent
pour voter une taille extraordinaire contre Troyhon et ses
routiers[311]. Après Valréas, c'est le tour de La Palud où les bandes
de Troyhon enlèvent et conduisent au château d'Ezahut un noble
personnage appelé Chollet, officier du Saint-Siège, qui ne fut relâché
qu'après une longue détention et moyennant le versement d'une rançon
de 300 écus[312].

  [307] Le récit de cette attaque à main armée, sinon ordonnée, du
  moins favorisée par le dauphin, se trouve dans les instructions
  remises par le cardinal de Foix et la ville à Louis _Astouaud_,
  envoyé en ambassade auprès de Charles VII, roi de France (en
  1453), à propos de la saisie des biens de Jacques Coeur. Nous
  n'en reproduisons pas le texte donné par le _Bulletin de
  l'Académie de Vaucluse_, 1887, pp. 105 et suiv.

  [308] _Esau_ serait le château d'_Ezahut_, vieux donjon près
  Dieulefit (Drôme).

  [309] «Item post præmissa suæ explicabit Serenitati qualiter,
  anno proxime preterito et de mense junii quidam nominatus Petrus
  Trohyons, olim thesaurarius Regis Renati cum quibusdam aliis suis
  complicibus et armigeris ac archeriis et servitoribus
  Illustrissimi Principis domini Delphini, ejus filii, ac si essent
  hostes et inimici capitales domini nostri Papæ et Ecclesiæ Romanæ
  armati armis offensivis et de jure prohibitis nullâ causâ saltem
  legitimâ et ad hoc ipsos impellente intrarunt in Comitatum
  Venaissini violenterque et proditorie se de nocte intruserunt
  intra quoddam castrum dictum infra dictum comitatum vulgo
  nuncupatum castrum de _Interaquis_.» (Origin., Arch. municip.,
  série A.A.)

  [310] Instructions du cardinal à Louis d'Astaud.--Arch. municip.,
  _Bull. de l'Acad. de Vaucluse_, 1887, pp. 106, 107.--Gibert,
  _Hist. de Pernes_, mss., fol. 307, vo.

  [311] _Reg. somm. des délibérat. des États_, fol. 473 et 521, vo.

  [312] Il est difficile de préciser la date de cette expédition.
  Mais le 31 mai 1452, le Conseil décide d'envoyer une députation
  au dauphin pour protester contre l'arrestation de quelques
  marchands d'Avignon. «Item ulterius suæ explicabit Celsitudini
  qualiter post premissa sicut ut premittitur, predictum Trohyonem
  et suos adherentes fore facta quidam capitaneus, quondam
  capitaneus de Mirandolio in patria Delphinatus, insequendo
  vestigia dicti Trohyonis de facto captitavit duos mercatores et
  alios duos mercatores cives et habitatores Avinionis cum equis
  peccuniis et aliis bonis et jocalibus quos post modo abire
  promisit, retentis tamen dictis equis, peccuniis et bonis.»
  (Orig., Arch. municip., A.A., _Dossier des Ambassades_.)

La complicité et l'intervention du dauphin dans ces agressions et ces
menaces multipliées n'étaient pas douteuses, mais elles se manifestent
ostensiblement dans la personne du capitaine de Mirandol, à la solde
de Louis, qui quitte, peu après Troyhon, le Dauphiné pour faire une
incursion dans le Comtat (1452) et enlève deux marchands d'Avignon
avec leurs chevaux, leurs bagages et leur argent.

Non contents d'user de violence à l'égard des Comtadins, les officiers
du dauphin contestaient la juridiction du légat et refusaient de
rendre à leurs juges naturels les coupables, alors même que l'autorité
pontificale les réclamait sous peine d'excommunication. C'est ainsi
qu'un changeur avignonnais nommé _Sampini_, accusé d'avoir fabriqué de
la fausse monnaie à Montélimar, est emmené dans le Valentinois où les
officiers delphinaux ouvrent une enquête contre lui. Le cardinal de
Foix réclame le faux-monnayeur comme justiciable des tribunaux de son
pays d'origine, mais les officiers du dauphin refusent de rendre leur
captif[313]. Un autre marchand avignonnais, Jérôme de Pélissane,
s'étant rendu coupable d'un délit que nous ne connaissons pas, les
officiers du dauphin demandent à ce qu'il soit livré pour comparaître
devant eux. Le cardinal légat s'y oppose, arguant que ledit de
Pélissane est justiciable de la curie épiscopale d'Avignon. Ce refus
mécontente les officiers de Louis qui lancent contre les sujets du
pape des lettres de représailles[314].

  [313] Instructions données par la ville à Louis Astouaud, Arch.
  municip. (Cf. _Bull. de l'Acad. de Vaucluse_, p. 108).--«Item
  explicabit suæ Serenitati qualiter occasione præmissorum
  Reverendissimus Dominus cardinalis et Legatus et Civitas etiam
  ista per suos ambassiatores omnia et singula prenominata eidem
  domino Delphino et suo majori Consilio exponi fecerunt ac
  instantissime requisiverunt quod dominus Delphinus et suum
  Consilium delphinale quatenus de celeri remedio in premissis
  providerent taliter quod dictis prisoneriis cum bonorum ablatorum
  integro a dictis carceribus libere abire juberent et dictos
  invasores pena debita castigarent quod tamen ab ipsis minime
  obtinere potuerunt.» (Orig., Arch. de Vaucluse, A.A., _Dossier
  des Ambassades_.)

  [314] «Item ulterius suæ Serenitati exponet qualiter officiales
  delphinales recusant tollere quamdam marcham quam super contra
  subditos papales laxaverunt inciviliter eo quod officiales
  papales ad ipsorum requisitionem voluerunt eo quod non potuerunt
  eisdem remittere quamdam causam vertentem in curia episcopali
  Avinionis et quemdam Jeronimum de Pelissano mercatorem de
  Avinione clericum solutum qui supradicta causa reum...» (Orig.,
  Arch. municip., _Dossier des Ambassades_, A.A.)

  «Instructiones traditæ ex parte dominorum scindicorum et Consilii
  Civitatis Avinionis domino Ludovico Astoaudi legum egregio doctori
  ambassiatori, destinato, ad serenissimum principem dominum
  Francorum Regem, continentes ea quæ erunt eidem domino Regi ex
  parte civitatis ipsius per ipsum dominum Ludovicum explicanda.»
  (Orig., Arch. municip., 1453).

On peut juger si, en apprenant de pareils actes de brigandage dont
étaient victimes leurs concitoyens, les Avignonnais se crurent
autorisés à s'adresser au roi de France pour en obtenir la répression.
Déjà courroucé contre le dauphin qui semblait prendre à tâche de
braver en toute occasion l'autorité paternelle, Charles VII accueillit
avec beaucoup d'intérêt les délégués d'Avignon qui lui furent envoyés
à Taillebourg d'abord au cours de l'année 1451, après l'expédition de
Troyhon. Au mois de novembre de la même année[315], la ville délégua
auprès de lui le doyen de Ségobie, protonotaire du Saint-Siège, pour
solliciter l'appui du roi contre les entreprises coupables de son
fils. Charles VII, alors à Auzances, leur répondit, le 7 décembre
1451[316]: «Et comme vous avez peu scavoir,.... avons escript et
envoyé de nos genz par delà avecques les provisions qui semblent
convenables pour faire réparer les entreprises qui avoient esté faites
au préjudice de nostre Saint-Père et de ses droiz de vous et autres,
ses subgectz, dont par le dit prothonotaire avons esté advertys et
avons bien espérance que la dite provision deust sortir effect (et de
la faulte sommes desplaisans), car nous vouldrions tousjours
entretenir et favoriser les faiz de nostre dit Saint-Père comme les
nostres et les vostres et ceulx de vostre cité comme de nos propres
subgectz. Et est bien nostre voulonté et entencion de prouchainement y
donner provision et y tenir la main par manière que les dictes
entreprises ne demourent pas longuement sans réparation.» Charles VII
ne se contenta pas de paroles trompeuses à l'adresse des Avignonnais.
Il leur fit offrir par le même doyen de Ségobie un général des troupes
royales pour mettre à la raison Pierre Troyhon et ses complices, mais
le cardinal de Foix qui tenait à ne pas s'aliéner le dauphin et qui
avait probablement ses raisons pour qu'on usât de plus de ménagements,
fit répondre qu'il serait possible d'obtenir satisfaction sans
recourir à des moyens aussi violents, et comme les délais et les
longueurs de la détention étaient loin d'être du goût des prisonniers,
ils se tirèrent eux-mêmes d'embarras en payant une rançon de six mille
écus.

  [315] Orig. inédit., _Arch. d'Avignon_, B. 76, no 59.

  [316] Le 7 décembre 1451. Charles VII était à Auzances. Voy. de
  Beaucourt, _Liv. cit._, V, p. 160.

Dans l'intervalle, du reste, un événement d'une autre gravité s'était
produit, qui avait détourné l'attention du roi des affaires du comté,
c'est l'arrestation de Jacques Coeur en juillet 1451[317]. Nous
laisserons de côté cet épisode du procès de l'Argentier, en ce qui
touche Avignon, les faits ayant été exposés dans une savante étude de
M. Duhamel, archiviste de Vaucluse, d'après les pièces inédites que
possède le dépôt de Vaucluse[318]. Charles VII[319] avait, on le sait,
prescrit dans toutes les villes du royaume la saisie des biens de
l'Argentier. Deux facteurs du célèbre financier, Hugues et Antoine
Noir, avaient trouvé à Avignon un accueil empressé auprès des
banquiers et des changeurs de cette ville[320]. Le cardinal de Foix
ayant refusé de livrer Antoine Noir, protégé par un sauf-conduit du
pape et par l'immunité des Célestins, le roi menaça la ville de
représailles. C'est alors que le cardinal légat et le conseil
envoyèrent à Tours Guillaume Meynier, chargé de justifier auprès de Sa
Majesté la conduite des citoyens avignonnais et du représentant du
Saint-Siège. Le roi montra les meilleures dispositions pour la ville
et invita Guillaume Meynier à s'expliquer devant son conseil, puis le
renvoya en le chargeant, pour ses compatriotes, d'une missive où il
disait: «Assez avez peu cognoistre le grant et bon vouloir que avons
tousjours eu au bien et conservacion des libertez, droiz et terres de
nostre saint père et de l'Église de Romme. Et mesmement en ce qu'il
vous touche et pour la grande amour que avez tousjours eue et montrée
à nous et à nostre seigneurie et à la prospérité d'icelle. Vous avons
tousjours euz et avons en singulière recommandation et remembrance, et
vous vouldrions aider et favoriser en touz vos affaires, ainsi que
naguères vous avons fait savoir[321].»

  [317] Voy. de Beaucourt, _L. cit._, V, pp. 107, 108 et suiv.

  [318] _Bulletin du Comité des travaux historiques_, an. 1886, nos
  1-2, et _Mémoire de l'Acad. de Vaucluse_, 1887, p. 89.

  [319] De Beaucourt, _L. cit._, V, p. 108.

  [320] Voy. _Acad. de Vaucluse_, 1887, p. 95.

  [321] Orig. inédit, Arch. municip., B. 32, no 40, coll. Q.Q.--Aux
  Montilz-les-Tours, 15 mars 1452.--Charles VII était aux
  Montilz-les-Tours au mois de mars 1452. Voy. _Pièces fugitives du
  marquis d'Aubais_, p. 95.

Telles étaient les dispositions de Charles VII au moment où, profitant
des embarras de son père, le dauphin recommençait ses intrigues. Marié
contre le gré du roi[322], Louis prépara, avec le duc de Savoie, une
expédition contre Sforza, l'allié de Charles VII. Les relations entre
les deux princes s'enveniment de plus en plus et le roi supprime la
pension de son fils (1452). Au mois de septembre, Charles VII, dans le
but d'intimider le duc de Savoie et le dauphin, s'avance vers le Forez
avec une grosse armée. Inquiet pour son gouvernement du Dauphiné,
Louis envoie auprès de son père, Gabriel de Bernès, son conseiller
intime et bien vu du roi, qui l'avait attaché à la personne de son
fils dès l'âge le plus tendre[323]. De Bernès, accompagné de Jean de
Jambes, sire de Montsoreau, rapporta au dauphin ce qui s'était traité
à la Palisse, avec son père; mais Louis, après mille protestations de
soumission, ne voulant rien accorder, le sire de Montsoreau et de
Bernès revinrent trouver le roi, alors à Cleppé, près Feurs (septembre
1452).

  [322] Voy. Pilot, _Catalog._, I, p. 34, not. 1.

  [323] De Beaucourt, _L. cit._, V, pp. 173, 174.--Voy. _Lettres de
  Louis XI_, I, pp. 360, 363.--Pour Gabriel de Bernès, voy. Pilot,
  _Catalog. des actes du dauphin Louis II_, I. p. 2.--et _id._, pp.
  25, 49, etc.... Pour Jean de Jambes, seigneur de Montsoreau, voy.
  Pilot, _Catalog._, no 979 et p. 377, not. 4.

Dans une nouvelle ambassade confiée au seigneur de Torcy et au même
Jean de Jambes, le roi accentuait ses reproches, faisant indirectement
allusion aux plaintes du pape et des vassaux du Saint-Siège: «Voeult
le Roy que se mon dit seigneur a fait aulcunes choses à l'encontre de
l'Esglise dont nostre Saint Père eust cause raisonnable de se doloir
qu'il les répare telement que nostre saint père, par raison, doibve
estre content[324].» Le dauphin reçut très froidement cette ambassade
et ne fit que des réponses dilatoires. Pendant ces négociations,
Charles VII signait, avec le duc de Savoie, le traité de Cleppé (27
octobre 1452)[325].

  [324] Champollion-Figeac, _Collection des Documents inédits_, II,
  pp. 192, 193.

  [325] De Beaucourt, V, pp. 176 et suiv.--Vallet de Viriville, _L.
  cit._, III, p. 226.

Après le traité de Cleppé, Louis n'en continua pas moins ses
armements, à la grande colère du roi qui fut un moment sur le point de
marcher contre le Dauphiné[326].

  [326] De Beaucourt, _L. cit._, V, p. 182.

Le cardinal d'Estouteville[327], légat du pape, venu en France pour
régler avec le dauphin quelques affaires intéressant la Cour
pontificale apaisa le conflit armé près d'éclater entre le père et le
fils, et s'employa à la pacification, avec l'autorisation de Charles
VII: «Item, en ce qui touche les plaintes que la ville d'Avignon et le
comté de Venisse? (ont faictes), le Roy est content que monseigneur le
cardinal d'Estouteville aye la connaissance de faire reparer tout ce
qui cherra en reparacion, au cas qu'ils averont opportunité de soy
emploier[328].»

  [327] Pour Guillaume d'Estouteville, voy. Anselme, VIII, p.
  91.--De Beaucourt, V, pp. 191, 192;--Pastor, II, p. 7;--Pilot,
  _Catalog._, I, p. 342, no 898 _bis._

  [328] Mathieu d'Escouchy, _Édit. de Beaucourt_, I, p. 441.

Le cardinal, en diplomate habile, se rendit d'abord à Vienne, en
compagnie de deux conseillers du roi, Élie de Pompadour, évêque
d'Alet, et Gérard le Boursier. En leur présence, et sur les instances
du cardinal, le dauphin consentit à présenter des «excusations et
justifications», et déclara s'en rapporter au cardinal: «Mon dit
seigneur sera content d'appointer avec monseigneur le cardinal sur
toutes les choses qui touchent l'Esglise, en manière que nostre saint
père et les parties se debront estre contentes par raison[329].»
Rappelé en Italie presque aussitôt après, d'Estouteville dut se borner
à régler avec le dauphin la question des démêlés qui avaient éclaté
entre les officiers du pape et ceux du dauphin[330]. La lettre[331] du
10 novembre 1452, tout en témoignant des bonnes dispositions de Louis
à l'égard de l'Église, ne dit rien d'explicite sur les questions à
résoudre. Nous savons toutefois que Louis avait délégué auprès du
cardinal de Foix l'évêque de Conserans, Tristan d'Aure[332], qui dut,
avec Simon Lecouvreur[333], prieur des Célestins d'Avignon, et en bons
termes avec le dauphin, négocier les bases d'un arrangement qui
conciliât les droits du Saint-Siège et les intérêts du dauphin.
Tristan d'Aure, après avoir pris les instructions du légat, revint à
Romans, où se trouvait Louis, accompagné par quelques agents du
cardinal et des délégués du corps de ville: «et ont priz bon
appointement au plaisir de mon dit seigneur vostre fils, de quel serez
tout à plain informé par le dit évesque, et d'autres choses que luy ay
dictes touchant ceste matière pour vous dire. Car je say que Nostre
Saint Père a sa singulière affection et fiance en vous, touchant son
dit pais d'Avignon et tout son Estat, je porte le dit appointement à
nostre dit saint père, affin qu'il y advise comme bon lui semblera et
après de sa bonne volonté sur ce vous fera savoir».

  [329] _Documents inédits_, Champollion-Figeac, II, pp. 189, 190.

  [330] De Beaucourt, _L. cit._, V, p. 183.

  [331] Charavay et Vaesen, _Lettres de Louis XI_, I, p. 240.

  [332] Lettre du cardinal d'Estouteville à Charles VII, 22
  novembre 1452. _Lettres de Louis XI_, I, pp. 241, 242.

  [333] _Lettres de Louis XI_, I, p. 35.--Voy. Pilot, _Catalog._,
  no 995. Accord conclu entre le dauphin et le cardinal de Foix,
  représenté par le cardinal d'Estouteville et l'évêque de
  Conserans, au sujet des difficultés qui s'étaient élevées entre
  les officiers delphinaux et ceux du pape, à Avignon.--Romans,
  novembre 1452.

L'arrangement portait sur le cas de Troyhon, sur la question des
Boucicaut et la cessation des violences à main armée sur les confins
du Dauphiné et du Venaissin. Troyhon fut invité à restituer les sommes
qu'il s'était indûment appropriées dans ses différentes expéditions,
en 1451-1452. Le brigand s'exécuta, rendit une partie des objets volés
et se montra repentant. Trois ans après, une bulle (décembre
1455)[334] du pape Calixte III, adressée à l'évêque de Vaison, au
doyen de Saint-Pierre et au vicaire général de l'archevêque d'Avignon,
portait commission d'absoudre Pierre Troyhon, «attendu qu'il était
repentant et avait fait quelques restitutions suivant ses facultés».

  [334] Arch. de la ville d'Avignon, Origin., B. 19, Cott. V, 20.

Restait la question des héritiers Boucicaut ouverte depuis plus de
vingt ans et toujours pendante. Elle fut réglée par le cardinal de
Foix, à la satisfaction des héritiers, sinon du dauphin, qui trouva la
compensation insuffisante. Par acte passé devant notaire, où figurent
le trésorier et le commissaire de la Chambre apostolique, agissant au
nom du pape, et les sieurs _Brutini_ et _Arnulphi_, représentants de
la communauté de Valréas, la Chambre apostolique cède et donne le
droit de «vingtain» qu'elle prélevait sur les blés, avoines, feuilles,
etc... pour payer les 21,000 écus «viginti unius millium scutorum
novorum currentium in regno Franciæ». Moyennant le versement de cette
somme, les deux héritiers de Geoffroy le Meingre, Louis le Meingre,
seigneur de Bridoré[335], et Jean le Meingre, son frère cadet,
chevalier (miles), assistés de leur mère, renoncent à tous les droits
que leur avaient laissés, sur Valréas et autres lieux, leur père
Geoffroy le Meingre et leur oncle paternel (patruus) Jean le Meingre,
dit Boucicaut, maréchal de France, mort en Angleterre en 1421. L'acte,
passé le 23 juin 1452[336] fut ratifié postérieurement.

  [335] Pour le château de Bridoré, voy. Imbert de Batarnay,
  _Appendice_, pp. 389 et suiv. Ce château, situé en Touraine, fut
  vendu en 1475 à Du Bouchage par Jean Boucicaut. Voy. Anselme, VI,
  p. 753, et Imbert de Batarnay, p. 81.

  [336] Arch. de Valréas, copie.--Biblioth. d'Avignon.--Papiers
  Achard.

Par un acte ultérieur, daté du 30 septembre 1453, mentionné dans
l'acte ci-dessus, Louis et Jean reçurent comme premier acompte, à
titre de somme représentative, pour le contingent de la ville de
Pernes, mille cinq cent cinquante florins d'or, montant du revenu du
«vingtain» de la communauté de Pernes, pour un an[337]. Mais la
renonciation définitive des Boucicaut à leurs droits sur cette
communauté ne prit réellement fin que le 5 janvier 1468, par acte
public et notarié en vertu duquel, moyennant un versement de 4,000
écus d'or du pays, les deux frères Boucicaut signèrent un acquit
général pour toutes les sommes à eux dues[338]. Quant à leur créance
sur Avignon, dont l'origine remontait, à leur dire, au premier siège
du palais, pour certaines avances faites à la ville, par leur père
Geoffroy, elle ne fut éteinte qu'après 1466, à la suite de
l'intervention du pape Paul II et sur la demande d'Alain de Coëtivy,
archevêque d'Avignon, qui fit comprendre les désagréments pouvant
résulter de la non extinction de cette dette, pour la tranquillité et
la bonne administration des États de l'Église[339].

  [337] Gibert, _Hist. de Pernes_, mss., fol. 307, vo.--Arch. de
  Pernes, Laurent Michel, notaire.

  [338] Arch. de Pernes.--Chart. origin. signée de Jacques Girardi
  et Pierre Lamberti, notaires.

  [339] Bref du pape Paul II, du 2 octobre 1466.--Arch. municip.,
  B. 36, no 6, Cott. G.

Le rôle des Boucicaut dans ce pays est terminé[340]. Leurs
revendications plus ou moins fondées avaient servi de prétexte à
maints coups de force, à maintes représailles, sous couleur de droit
et de justice. Louis XI, qui était fixé sur la valeur morale de leurs
revendications, avait trouvé là une excellente occasion d'exercer ce
talent d'intrigues et de menées souterraines qui couvre ses hautes
vues politiques, et il en avait usé sans scrupule pour inquiéter ses
voisins et faire échec à l'autorité paternelle.

  [340] Pour tout ce qui a trait à l'histoire des Boucicaut dans ce
  pays, voy. Lambert, _Catalog. des Mss. de Peiresc_, t. II, p.
  472.

La bonne intelligence qui régnait entre Charles VII et les
Avignonnais, un moment interrompue par l'attitude du cardinal de Foix
et de la ville, dans la question de la saisie des biens de
«l'Argentier[341]», ne tarda pas à être rétablie, comme le montrent
les lettres royales de 1453, relevant les Avignonnais des marques et
représailles que le roi avait laxées précédemment[342]. Tout fut
oublié, même les soupçons de relations suspectes avec le dauphin
Louis. Du reste, les événements militaires dont le sud-ouest de la
France était alors le théâtre, avaient détourné l'attention du roi de
ce côté. Et ce qu'il y a de particulièrement caractéristique dans ces
relations de la Cour de France avec Avignon, à ce moment du réveil
national, c'est de voir Charles VII annoncer aux sujets du pape, en
même temps qu'aux villes royales, le succès de ses armes contre
l'ennemi héréditaire. Le fait est naturel pour les villes du royaume;
il emprunte un tout autre caractère quand il s'agit d'Avignon, placée
sous une domination étrangère. Cette lettre du roi fait autant
d'honneur au souverain qui l'écrivait qu'aux Avignonnais à qui elle
était destinée, et on ne peut pas mieux faire l'éloge de leur
patriotisme et de leurs sentiments français: «Nous vous écrivons ces
choses, leur disait Charles VII, le 22 juillet 1453[343], en leur
annonçant la victoire et la capitulation de Castillon, la mort de
Talbot et de son fils: «tres chiers et grans amis, pour ce que savons
que prenez grant plaisir a oir en bien de la prospérité de nouz et de
nostre seigneurie.» Et il terminait par une phrase consolante pour
l'amour-propre national: «Et avons esperance en Dieu que le surplus du
recouvrement de nostre pais de Guienne se portera bien[344].»

  [341] _Mém. de l'Académie de Vaucluse_, t. VI, ann. 1887.

  [342] Arch. municip., B. (Lettres de marques et de représailles).

  [343] Arch. municip., série A.A.--Voy. aux Pièces justificat., no
  XII.

  [344] La même lettre est écrite aux habitants de Lyon.--Cf. de
  Beaucourt, _L. cit._, V, p. 276, et not. 3, V, Pièces
  justificat., not. XVI, p. 463.

Moins de trois mois après, Charles VII, maître de Bordeaux, le 19
octobre 1453, s'empressait de faire connaître aux Avignonnais, dans
leurs moindres détails, les événements militaires qui avaient précédé
la reddition de la ville et la soumission de la Guyenne: «Ainsi grâces
à nostre seigneur nous avons réduit en nostre obeyssance tout nostre
pais et duchié de Guienne. Et à vous escripvons ces choses pour ce que
scavons certainement que avez en bien de nous, et, de la prospérité de
nostre seigneurie prenez très singulier plaisir[345].» Ces lettres ne
nous apprennent rien qui ne soit connu, surtout après la publication
de l'ouvrage de M. de Beaucourt[346], mais elles n'en constituent pas
moins un fait historique digne d'être relevé dans les relations de la
couronne avec les sujets du Saint-Siège.

  [345] Arch. municip., Orig., B. 36, no 27, Cott. C.C.

  [346] De Beaucourt, voy. pp. 272 et suiv.

La fuite du dauphin, menacé par son père, son installation au château
de Genappe, de 1456 à 1461, expliquent la cessation de toute relation
entre le futur héritier de la couronne et les Avignonnais. Néanmoins,
de sa retraite où il suivait tout ce qui se passait à la Cour, dans le
royaume et chez les autres nations, Louis entretenait des agents à
proximité du Dauphiné, dans le but de susciter quelque révolte dans
cette province dont son père, par lettres patentes du 11 juillet
1457[347], s'était attribué l'administration. C'est ainsi que, par
mesure de haute police, Charles VII écrit à Angelo de Amelia, recteur
du Venaissin[348], pour lui donner l'ordre de faire arrêter, sans
délai, un certain Gascon, nommé Bertrand Salines, qui s'était établi à
Courthézon, château appartenant au prince d'Orange, lequel était
parent et allié de Philippe de Bourgogne. Dans ces projets de
conspiration contre l'autorité royale, les Comtadins et les
Avignonnais ne donnèrent lieu à aucune plainte de la part de Charles
VII, et Thomas de Valsperge écrivait aux consuls, le 23 septembre
1459: «Je vous fès assavoir que de certayn le roy est tousjours en sa
bonne opinion pour Avignon[349].» Nous en avons une preuve dans la
lettre qu'il adresse aux consuls de la ville, le 13 décembre
1460[350], pour réclamer certaines sommes dues par des marchands
d'Avignon, à feu Pierre de Campo-Fregoso, ancien doge de Gênes,
d'abord allié de la France, puis traître à notre cause, et qui avait
trouvé un refuge auprès de Sforza, à Milan. Ayant voulu reprendre à
main armée la ville de Gênes, où commandait alors Jean, duc de
Calabre[351], fils du roi René, au nom de la France, Pierre de
Campo-Fregoso périt dans un combat sous les murs de Gênes (13
septembre 1459)[352]. Charles VII, informé que ledit Campo-Fregoso
avait une créance importante à Avignon, écrivit aux consuls et au
cardinal de Foix: «Pour les quelles causes et que tousjours avons
favorablement traictez les subgectz et habitans de la ville d'Avignon
et vouldrions leurs droiz et prérogatives leur estre gardez et
entretenuz en nostre royaume.....»; le roi priait les consuls de faire
payer les sommes dues à Campo-Fregoso: «Et en ce tellement fere que
nous ayons cause davoir de bien en mieulx vous et les subgectz de
l'Église, de par delà en nostre especialle recommandacion et qu'il ne
soit besoing que y procedions par autre manière dont fort nous
desplairoit ce que toutesfois se ainsi n'estoit fait raison nous
contraindroit pour la conservacion de nostre droit de le faire et de y
donner telle provision que au cas appartient[353].»

  [347] De Beaucourt, VI, p. 378. Charles VII avait résidé à
  Saint-Priest en Dauphiné de décembre 1456 à mai 1457. _Lettres de
  Louis XI_, p. 281.

  [348] Lettre du 4 juillet 1459, de Angelo de Amelia à Sforza.
  Angelo de Amelia avait été nommé recteur du Venaissin par bref de
  Paul II, le 28 novembre 1457.

  [349] Origin., daté de Thonon, 23 septembre 1459, Arch. municip.,
  série A.A.

  [350] Origin., Arch. municip., B. 37, no 72, Cot. 2.2.2.

  [351] Gênes avait reconnu l'autorité de Jean de Calabre (juin
  1456). Ce dernier était entré dans la ville le 11 mai 1458.

  [352] De Beaucourt, _L. cit._, pp. 247-248.--Pour Pierre de
  Campo-Fregoso, voy. de Beaucourt, V, p. 294, not. 1, et p. 302.
  Cf. Charavay, _Arch. des Miss._, VII, p. 470.

  [353] Donné à Bourges le 13 décembre 1460 (?).--Arch. municip.,
  B. 37.

Il paraît que les Avignonnais et le légat s'empressèrent de satisfaire
à la réclamation du roi, car par lettres patentes du 25 février
1461[354], Charles VII, seigneur de Gênes, fait donation au roi René
de la somme de 5,000 ducats d'or, due par les marchands d'Avignon, à
messire _Perrier de Campo-Frigosio_ et confisquée au profit de Sa
Majesté. La leçon que Charles VII avait donnée à la ville d'Avignon et
au cardinal de Foix, lors du procès de Jacques Coeur (1452-1453),
avait porté ses fruits. Aussi les sujets du pape firent-ils preuve en
cette circonstance des dispositions les plus conciliantes. Moins de
cinq mois après, Charles VII mourait, laissant aux Avignonnais et aux
Comtadins le souvenir de ses bontés royales et de sa protection
généreuse. Louis XI, exilé depuis six ans en Belgique, allait le
remplacer, et ce n'était pas sans une certaine appréhension que la
ville d'Avignon voyait monter sur le trône le rancunier monarque, qui
n'avait point encore oublié les dénonciations portées jadis contre
lui, à son père, par les émissaires de la ville et du cardinal de
Foix.

  [354] Arch. des Bouches-du-Rhône.--Cour des Comptes de Provence,
  B. 680.--Cf. Lecoy de la Marche, _Le roi René_, I, p. 294;--de
  Beaucourt, VI, p. 349.



CHAPITRE V

Louis XI et la succession du Cardinal de Foix à la légation d'Avignon
(1464-1470).

  Caractère des relations des Comtadins et des Avignonnais à
    l'avènement de Louis XI.--L'ambassade de Malespine et de Pazzis
    à Tours (1461).--La succession du cardinal de Foix.--Rôle du
    maréchal Jean d'Armagnac.--Opposition de Louis XI à la
    nomination du cardinal d'Avignon, Alain de Coëtivy, comme
    légat.--Conflit entre Louis XI et Paul II pour la désignation
    d'un légat.--Ambassade de d'Ortigues à Rome (janvier
    1465).--Échec de la politique de Louis XI auprès du
    Saint-Siège.


Charles VII était mort à Mehun-sur-Yèvre le 22 juillet 1461. Louis,
dauphin, se fit sacrer à Reims le 15 août de la même année, comme roi
de France.

Pendant les huit années qui précédèrent son avènement, les rapports
avec Avignon et l'État du Venaissin n'avaient été marqués par aucun
fait à signaler. Dans son attitude vis-à-vis de la papauté, Louis
s'était montré jusque-là plutôt respectueux et fils soumis de
l'Église, et depuis l'intervention du cardinal d'Estouteville, rien
dans ses agissements n'avait trahi une pensée ou un dessein hostile
aux vassaux du Saint-Siège. Néanmoins le nouveau monarque n'avait
point pardonné aux Avignonnais, pas plus qu'au cardinal de Foix, les
doléances portées contre lui auprès du roi défunt, et il en avait
gardé un vif ressentiment. Les Avignonnais et le cardinal n'avaient
probablement pas sur ce point la conscience tranquille, et c'est cette
raison qui les décida à envoyer auprès de Louis XI une ambassade
composée de François Malespine et d'Allemand de Pazzis[355],
représentants les plus éloquents de la ville, et de Geoffroy de
Bazilhac, élu de Carcassonne, que le rusé cardinal avait attaché à la
personne des ambassadeurs pour les surveiller et pour être tenu mieux
au courant des dispositions du roi. L'ambassade arriva à Paris[356] au
mois de septembre 1461, et après avoir rencontré bien des difficultés
pour se loger, obtint une audience de Sa Majesté. Un des personnages
qui jouissait auprès du souverain d'un crédit sans limites, le
maréchal d'Armagnac, parent du cardinal de Foix, servit d'introducteur
aux ambassadeurs et leur facilita une première entrevue avec Louis XI.
Le maréchal de Comminges[357] se mettait à leur service pour
complaire, disait-il, à son cousin le cardinal légat; mais, en
réalité, il cherchait, dès cette époque, à entrer en relations avec
les Avignonnais, escomptant la succession du cardinal vieux et
maladif, avec l'espoir de trouver auprès des sujets du Saint-Siège un
appui à Rome, en vue d'assurer à son frère, archevêque d'Auch, la
légation d'Avignon.

  [355] 14 août 1461.--_Reg. des Conseils_, fol. 78.

  [356] Louis XI passa à Paris le mois de septembre 1461 avant de
  se rendre à Tours. Voy. _Lettres de Louis XI_, II, p. 17, not. 1.

  [357] Jean de Lescun, bâtard d'Armagnac, fils d'Armand Guilhem de
  Lescun et d'Anna d'Armagnac (Thermes), fut attaché au dauphin
  dont il devint le confident et le conseiller intime, pendant son
  séjour en Dauphiné. Ce sont ses agissements qui contribuèrent
  surtout à irriter Charles VII contre son fils. Nommé gouverneur
  du Dauphiné par lettres du dauphin datées de Bruges, 24 janvier
  1458 (Voy. Duclos, _Preuves_, p. 160;--Charavay, _Lettres de
  Louis XI_, I, p. 100), il administra cette province de 1458 à
  1472 d'une manière vraiment remarquable. C'est lui qui opéra la
  réforme municipale de Grenoble, réorganisa le Parlement de cette
  ville (1461), fonda le monastère de Sainte-Claire (1469). Il fut
  chargé par le roi de délivrer Yolande de Savoie, assiégée par ses
  deux beaux-frères dans le château d'Aspremont, 1471 (Voy. M.
  Legeay, II, p. 16, et Prudhomme, _Hist. de Grenoble_, pp.
  273-278, Chorier, _Hist. du Dauphiné_, p. 473). Louis XI le
  nomma, dès son avènement, maréchal de France (3 août 1461) et lui
  donna le comté de Comminges en 1462. Voy. _Ordon. des Rois de
  France_, XV, 626. Il figure au bas d'une ordonnance de Louis XI,
  le 14 octobre 1463, avec le titre de «l'_Admiral_» (_Id._, XVI,
  p. 91).

  Jean d'Armagnac mourut à la Côte-Saint-André le 9 juin 1473, et
  fut enterré dans l'église de Bourg-lès-Valence.

  On peut consulter pour la biographie de ce personnage qui a joué
  un rôle si important sous Louis XI, _Gallia Christiana_, I, p.
  1000;--Anselme, _Hist. généalog. grands-off. de la Couronne_, VI,
  p. 94;--Charavay et Vaesen. _Depech. de Tomaso Tebaldi_, I, pp.
  267 et suiv.;--de Beaucourt, _Hist. de Charles VII_, V, p. 142,
  not. 1;--Dom Vaissette, _Hist. du Languedoc_, {2}XI, pp. 50, 51.

  Voy. la biographie très complète résumée par Pilot, _Catalog._; I,
  pp. 315-316, not. 1.

Le roi se montra très bienveillant pour les ambassadeurs et les fit
venir près de sa personne, «si près même qu'ils se touchaient», afin
que personne ne pût entendre leur conversation. Après avoir écouté
avec sympathie leurs souhaits de bienvenue, Louis XI leur déclara
qu'il avait à se plaindre d'eux pour des faits passés. Il leur
rappela, en effet, que du vivant de son père («dont Dieu ayt l'âme!»)
les Avignonnais, sur les conseils de certains Gascons, l'avaient
accusé, lui, dauphin, d'avoir voulu enlever le comté et la ville
d'Avignon à notre saint père le pape, pour les mettre entre les mains
de son maréchal d'Armagnac. Louis XI protestait énergiquement contre
de pareilles imputations et il déclarait que si telles avaient été ses
intentions, jamais il n'aurait mis le pied dans Avignon et jamais il
ne se serait approché aussi près de la ville. Le roi ajoutait, du
reste, qu'il commettait le soin de recevoir là-dessus les explications
des ambassadeurs à Jean Bureau et qu'il tenait à connaître les noms
des inventeurs de pareilles calomnies[358]. Évidemment, dans ces
plaintes, le roi faisait allusion, sinon à la personne du cardinal de
Foix, du moins à son entourage, composé de Gascons, ses compatriotes.
Mais comme nous l'avons vu dans le précédent chapitre, à propos de
l'ambassade de Jean de Lizac, Charles VII accuse son fils, sans
preuves formelles; c'est un grief vague, peut-être comme un écho des
négociations avortées de 1444; mais, en 1451 rien dans nos documents
ne permet de diriger contre le dauphin une accusation précise.

  [358] Lettre inédite de Malespine et de Pazzis au Conseil de la
  ville d'Avignon, du 25 septembre 1461, Arch. municip., série A.A.
  (Voy. aux pièces justificat.). L'original de cette lettre est au
  point de vue littéraire un précieux spécimen de l'idiome parlé à
  Avignon au cours du XVe siècle. L'influence du catalan y est
  prépondérante; on y trouve également des vocables et des
  tournures qui sont encore en usage dans le «patois local». Nous
  en donnons la traduction aux pièces justificat., no XIII.

Quoiqu'il en soit, si réellement Charles VII avait été avisé des
desseins de son fils sur les possessions du Saint-Siège, ce ne peut
être que par le cardinal de Foix, à l'insu de la ville, ou encore par
l'évêque d'Avignon, Alain de Coëtivy qui était mal vu du dauphin. Il
est aussi de quelque apparence que Charles VII ait voulu, bien que
l'accusation remontât à quelques années, ajouter un grief de plus à
ceux qu'il formulait publiquement contre son fils.

Les ambassadeurs d'Avignon répondirent avec la plus grande sincérité
au maréchal d'Armagnac, qui les avait invités à dîner, que jamais, à
leur connaissance, la ville n'avait écrit au défunt roi dans le but
d'incriminer son fils; que, dans tous les cas, ils n'avaient jamais
suspecté la loyauté de ses intentions et qu'ils ne pouvaient pas
s'imaginer quel était l'auteur de ces propos mensongers.

Les envoyés se rendirent ensuite chez Jean Bureau[359] pour lui
demander s'il avait quelque souvenir plus précis de cette affaire.
Celui-ci répondit qu'il lui semblait se rappeler avoir vu quelque
lettre et entendu parler de quelque chose de semblable à l'hôtel du
roi, mais qu'il ne lui restait de ces conversations qu'un souvenir
très vague. Enfin, les mêmes ambassadeurs eurent à ce même sujet une
entrevue avec monseigneur de Boucicaut[360], ami de la ville et du
cardinal de Foix, et maître Pierre Robin. Monseigneur Boucicaut et une
autre personne rappelèrent que feu le roi Charles VII avait envoyé un
ambassadeur à Avignon pour avertir la ville et monseigneur le cardinal
«qu'on était sur le point de leur faire déplaisir et qu'il leur en
donnait avis». Il s'agit sans doute de la mission de Jean de Lizac, en
1451, dont nous avons raconté ailleurs les diverses péripéties. Les
envoyés de la ville, après avoir rappelé ce qui avait été répondu à
cette époque, tant par le conseil que par le cardinal, au roi Charles
VII, rendent compte de leurs démarches, ajoutant que s'il est
nécessaire de dire autre chose ou de produire de plus amples
justifications, le conseil ou monseigneur le cardinal doivent leur
mander leurs instructions, en adressant les lettres à la Cour. Le roi
devait se rendre incessamment à Melun, puis à Amboise et à Tours, où
les ambassadeurs se proposent de le suivre pour être dépêchés le plus
tôt possible «per espachats lo plus tost que porren[361]». En même
temps la lettre à l'adresse des consuls les informait que le nonce, à
Paris, avait eu avec le roi une entrevue, à la suite de laquelle il
avait avisé directement le cardinal de Foix de tout ce que le roi lui
avait dit, et envoyé de plus un messager spécial à Avignon, chargé de
faire connaître la teneur des paroles de Louis XI.

  [359] Jean Bureau était, en 1461, chambellan de Louis XI. Il
  avait fait sous Charles VII toute la campagne de Guyenne
  (1452-1453). Il mourut le 5 juillet 1463. Anselme, VII, p. 135.

  [360] Monseigneur de Boucicaut. Il s'agit ici de Louis le
  Meingre, chambellan de Louis XI et fils de Geoffroy, le même qui
  figure dans l'acte de renonciation de 1468.

  [361] Voy. pièces justificat., no XIII (traduction).

Ce trait caractérise bien la diplomatie de ce temps-là. Le cardinal de
Foix a non seulement visé et modifié à sa guise les instructions
données aux ambassadeurs de la ville, mais il les a fait suivre par un
homme à lui qu'il a instruit de tout. Celui-ci, qui a été mis au
courant par le nonce de tout ce qui s'est traité à Paris, se fait
confier, sous des dehors officieux, les lettres par lesquelles les
ambassadeurs rendent compte à la ville de leur mission, et il est
probable que le cardinal eut connaissance de leur contenu avant les
consuls. Il est vrai que, de leur côté, les ambassadeurs savaient à
qui ils se confiaient. La réponse du roi aux consuls est du 26
décembre 1461. Après les avoir informés qu'il avait écouté avec
bienveillance et fait ouïr par son conseil leurs compatriotes «sur
tout ce qu'ils ont voulu dire et remonstrer, touchant les matières
dont le cardinal et les consuls leur avaient donné charge», Louis XI
ajoute, pour mieux marquer ses sentiments à leur égard: «et en toutes
autres choses touchant les affaires de la ville d'Avignon et du pais,
sommes tousjours pretz et enclinz de faire et nous emploier au bien
d'iceulx, ainsi que les cas se y offriront, comme par les dessuz
nommez povez estre plus à plain informez[362]».

  [362] Cette lettre ne figure pas aux pièces justificatives, ayant
  été donnée par Charavay et Vaesen, _Lettres de Louis XI_, II, p.
  21. Arch. municip., B. 33, no 45.

L'année suivante, Louis XI accordait au pape une apparence de
satisfaction, un peu tardive, il est vrai, sur les questions que le
cardinal d'Estouteville avait eu charge d'appointer dix ans
auparavant. Par un traité conclu avec le pape Pie II (1462), Louis XI
s'engageait à reconnaître les droits du Saint-Siège sur Pierrelate, La
Palud et autres lieux où il les avait contestés, mais il refusa
postérieurement de ratifier ses engagements et d'en exécuter les
conditions[363].

  [363] Chambaud, _Recueil sur Avignon_, mss., I, fol. 402, 403.

Si Louis XI une fois sur le trône s'abstient de toute agression contre
les domaines de l'Église et paraît renoncer à toute pensée d'annexion,
il n'en affiche pas moins la prétention d'y faire prévaloir ses ordres
et ses instructions comme dans les provinces royales, et il veut avoir
la haute main sur l'administration intérieure du Venaissin et
d'Avignon. En un mot, si, comme le dit Legeay[364], il n'a pas
l'intention d'empiéter sur les domaines de l'Église, il ne saurait
admettre que le cardinal légat, représentant la suzeraineté du
Saint-Siège à Avignon, puisse avoir une politique qui aille à
l'encontre des intérêts de la couronne. Louis XI considère le légat du
Saint-Siège comme un subordonné qui doit être plus français que
romain. C'est pourquoi il veut que le pape le consulte toujours sur le
choix du légat, et il ne se gênera pas pour essayer de lui forcer la
main en vue de lui imposer un candidat à son agrément. Les idées du
roi, qui étaient là-dessus celles de son père, et qui caractérisent
nettement la ligne de conduite de presque tous les rois prédécesseurs
et successeurs, à l'égard des États pontificaux de France, se
manifestent franchement au cours de la lutte que la France soutenait
contre les Catalans en faveur du roi d'Aragon. On sait, en effet, que
le 1er mai 1462[365], Louis XI avait signé avec Henri d'Aragon le
traité de Sauveterre, par lequel il s'engageait à lui fournir 700
lances moyennant 30,000 écus; mais Henri ne pouvant les payer dut
abandonner comme gages, à la France, la Cerdagne et le Roussillon
(1462).

  [364] Legeay, _Hist. de Louis XI_, I, p. 370.

  [365] Dom Vaissette, _Hist. du Languedoc_, XI{2}, p. 47. Voy.
  _Bulletin historique et philologique_, année 1895, nos 1 et 2,
  pp. 392 et suiv.

Au cours des hostilités Louis XI fait défense formelle au seigneur de
Clermont, lieutenant du gouverneur du Languedoc, de laisser apporter
des ports de cette province du blé, aux habitants de Barcelone,
rebelles au roi d'Aragon[366]. Louis XI formule la même défense au
cardinal de Foix et sur un ton qui n'admettait pas de réplique.
Inhibition est faite aux Avignonnais d'envoyer «à ceulx de la ville de
Barselonne des vivres, artillerie et autres choses à eux nécessaires».
Et la lettre royale ajoutait: «Nous vous prions bien affectueusement
remontrer aux ditz habitanz de la dite ville d'Avignon et autres des
nacions dessouz dites demourans en icelle, en leur notiffiant ou
faisant notiffier que s'ilz font le contraire nous les réputons dès à
présent noz ennemis et entendons de procéder ou faire procéder à
lencontre d'eulx, ainsi quil appartient en tel cas. Et affin quilz
naient cause d'en prétendre aucune ignorance, vous prions de rechief
que les choses dessus dites faictes crier et publier par cry publique
et à son de trompe, en nous faisant savoir tout ce que aures fait. E
vous nous feres très singulier et agréable plaisir[367].» Nous ne
connaissons pas la réponse du cardinal, mais il est probable qu'elle
fut conforme aux désirs de Sa Majesté, comme celle du gouverneur du
Languedoc[368]. Cette lettre, bien que se rapportant à un fait isolé,
ne laisse pas que d'offrir le plus vif intérêt, en ce sens qu'elle
explique d'une façon logique l'attitude et les agissements si peu
connus de Louis XI dans l'importante question de la succession du
cardinal de Foix et de la désignation de son successeur.

  [366] Dom Vaissette, _Liv. cit._, XI{2}, p. 55.--Voy. H. Sée,
  _op. cit._, p. 292.

  [367] Origin. inédit. Donné à Castalno de Médoc, le 21 janvier
  (1464). Louis XI était à Castelnau de Médoc le 19 janvier 1464.
  _Lettres de Louis XI_, II, not. 1. Arch. municip., série
  A.A.--Voy. pièc. justificat., no XIV.

  [368] Dom Vaissette, _Liv. cit._, XI, p. 55. Le lieutenant du
  gouverneur écrit au roi en mars 1464 pour lui dire qu'il a obéi à
  ses ordres.

Pierre de Foix, légat du Saint-Siège à Avignon et dans le Venaissin,
occupait ces fonctions depuis trente-deux ans, avec la plus grande
distinction. Diplomate plein de finesse, politique délié, ferme et
prudent, il avait su, sans se brouiller avec le dauphin, préserver de
ses attaques les terres placées sous son autorité et conserver
l'estime de Charles VII; plus tard, Louis XI devenu roi, l'avait
ménagé à la fois par intérêt personnel et pour complaire à son
conseiller et ami, le maréchal d'Armagnac. Succombant sous le double
fardeau de l'âge et des exigences multiples de sa charge, le cardinal
légat se mourait lentement dans son palais, et plusieurs émissaires
intéressés avaient appelé l'attention du roi de France sur une proie
aussi tentante que cette succession[369]. «D'autre part, sire, lui
écrivait le 31 août 1464 Jean de Foix, savez, Monsieur le Cardinal mon
oncle est en grant aage et tousjours maladif, mesmement a esté puis
naguères en tel point quil est cuidé de morir et est à présumer quil
ne vivra guères...., je ne scay, sire, se vous avez jamais pensé
d'avoir Avignon en vostre main, lequel à mon advis, vous seroit bien
séant et qui pourroit mettre au service de mondit sieur le cardinal ou
par la main de Monsieur de Foix ou autrement quelque homme de façon
qui fist résidence avec lui. Or ne fauldroit point davoir le palais
incontinent que le dit Monsieur le Cardinal seroit trépassé, etc.» La
dernière recommandation surtout est à retenir, car elle montre la
pensée tout entière des neveux du cardinal, surtout de Pierre de Foix,
qui ambitionnait sa succession comme légat. Sollicité par le maréchal
d'Armagnac, Louis XI avait pris les devants et dès le mois d'août il
engageait avec le Saint-Siège des négociations pour amener le Saint
Père à donner la légation d'Avignon à un membre du clergé qui fût
_persona grata_ à la Cour de France[370].

  [369] Lettre de Jehan de Foix au Roy, Voy. Dom Vaissette, _Nouv.
  édit._, XII, pp. 92, 93.

  [370] Lettre inédite de Jean d'Armagnac aux consuls d'Avignon du
  22 décembre 1464. Orig. Arch. municip., B. 95, no 73. Voir aux
  pièces justificat., no XVII.

Le premier candidat proposé par Louis XI à l'agrément de Pie II avait
été le propre neveu du cardinal, portant le même prénom et qu'on a
quelquefois confondu avec son oncle le cardinal, Pierre de Foix le
jeune[371]; mais le pape répondit «que pour riens il ne lui
baillerait, pour ce quil estoit mineur d'aage». Sans se décourager de
ce premier échec, Louis XI proposa ensuite l'évêque de Genève,
Jean-Louis de Savoie, frère de la reine, qui fut également refusé. Le
pape fit alors savoir au roi «quil advise quelque évesque ou
arcevesque en son royaulme qui soit à son gré et quil pourvoyra cestuy
là sans autre».

  [371] Pierre de Foix, dit le jeune, né à Pau en 1449, évêque de
  Vannes, élu le 17 mai 1475; cardinal de Saint-Sixte en 1476. Il
  mourut à Rome le 10 août 1490.

Déçu dans ses premières démarches, Louis XI s'adressa directement aux
Avignonnais, par l'intermédiaire de son maître d'hôtel Mombardon. Le
26 août 1464, le roi, alors à Noyon, écrivit aux consuls pour les
informer qu'il avait connaissance de la maladie du cardinal, ce dont
il était très «desplaisant. Et pour ce quil est à doubter que de la
dicte maladie il voise de vie à trespas, nous vous advertissons que se
avez daucune chose à faire en quoy nous puissions pour vous employer
nous le ferons de très bon cueur ains que plus amplement nous avons
chargié vous dire à nostre ami et feal conseiller et maistre de nostre
hostel Mombardon, porteur de ces présentes. Si le vueillez croire de
ce quil vous dira sur ce de nostre part[372]». En s'adressant aux
Avignonnais, Louis XI comptait évidemment mettre leur influence au
profit de son candidat qu'il ne leur désignait cependant, pas encore
nominativement. Au même moment, nous voyons arriver à Avignon Jean de
Comminges, maréchal d'Armagnac, accompagné du duc de Calabre, fils du
roi René (août 1464). Le conseil leur offrit une splendide hospitalité
et ne regarda pas à la dépense si l'on en juge par les comptes de la
ville[373]. On ne se tromperait pas en affirmant que le passage du
prince et du maréchal dans la cité papale se rattachait à la question
de la succession du cardinal de Foix. Évidemment ces deux personnages,
dont l'un était le confident le plus intime du roi «son grand
conseil[374]», devaient avoir reçu une mission secrète que nous
devinons facilement et qui avait pour but d'appuyer par paroles la
lettre de Louis XI aux consuls.

  [372] Orig. inédit, Arch. municip., B. 77, no 87, Cott. P.P.P.P.
  Voy. aux pièces justificat., no XVI.--Pour Arnaud de Mombardon,
  voy. Anselme, II, p. 178.--Cf. Chambaud, mss., VII, fol. 17, et
  Massillan, mss., X, fol. 42, vo.

  [373] Mandat de 26 florins 6 gros pour vin et bois fournis au
  comte de Comminges, mareschal de France, à l'occasion de son
  passage et de celui du duc de Calabre: «hic adfuerunt de mense
  augusto proxime præterito», 17 barrals de vin blanc, 18 florins
  14 gros,--13 barrals de vin rouge, 8 florins 16 gros,--2
  charretées de bois, 3 florins, «pro domino duce Calabriæ et aliàs
  pro domino marescallo franciæ et pro jucundo adventu
  eorum».--_Reg. des Conseils_, III, fol. 128, _Comptes de la
  Ville_, Origin., C.C., Mandat du 7 mai 1465.

  [374] Jean de Serres, I, p. 769.

Le 3 octobre 1464[375] le conseil se réunit pour examiner la réponse
à faire aux lettres royales du 3 août, et il fut décidé qu'un
ambassadeur serait dépêché à Rome pour faire connaître au pape les
intentions de la ville sur ce point; un messager spécial se rendrait
pour le même objet auprès de Louis XI. Au cours de ces négociations,
le vieux cardinal, dont la succession provoquait de si ardentes
compétitions, déclinait de jour en jour, et une issue fatale était
imminente. Vers le milieu de novembre[376], Louis XI fit partir pour
Rome Jehan de Reilhac[377], son secrétaire, auprès du Saint Père, pour
le supplier de donner la légation d'Avignon à Jehan de Lescun,
archevêque d'Auch, frère du maréchal de Comminges[378].

  [375] _Regist. des délibérat._, Arch. municip., 1464.

  [376] Lettre de Jehan de Comminges aux consuls, pièces
  justificat., no XVII.

  [377] Dans l'ouvrage qu'il a consacré à ce personnage, qui a joué
  sous Louis XI, Charles VII et Louis XII un rôle important comme
  diplomate, M. de Reilhac (I, pp. 183, 184) dit simplement: «C'est
  ici que se place une ambassade de Jean de Reillac à Rome et à
  Milan. Il reste absent pendant les sept mois qui s'écoulent du 13
  août 1464 au 13 mars suivant, époque où éclata la guerre du Bien
  public.» M. de Reilhac ignore le motif de ce voyage à Rome et
  pense que ce fut pour représenter Louis XI à l'installation du
  nouveau pape, le cardinal Barbo, vénitien qui avait succédé, sous
  le nom de Paul II, au pape Pie II, mort le 16 août 1464.--Jean de
  Reilhac, dont la femme avait soin du ménage du roi (voy. Charavay
  et Vaesen, _Lettres de Louis XI_, II, p. 56), fit ce voyage à
  Rome, comme tant d'autres, à ses propres frais, «et fraya moult
  sien, combien qu'il eust peu de bien du Roy». Arch. nat., X{t}a,
  8317, fol. 239. (Cf. de Reilhac, I, pp. 183, 184).--Voy. pour
  Jean de Reilhac, Pilot, _Catalog._, 1439, p. 92 et not. 1.

  [378] Jean de Lescun était fils d'Armand Guilhem de Lescun,
  seigneur de Sarraziet dans les Landes, et d'Anne
  d'Armagnac-Thermes. Il avait deux frères: 1º Garcias Arnaud de
  Lescun, seigneur de Sarraziet, et 2º Jean de Lescun, plus connu
  sous le nom de Bâtard d'Armagnac, comte de Comminges et
  gouverneur du Dauphiné. Cette filiation est absolument prouvée
  par les documents conservés aux Archives des Basses-Pyrénées,
  notamment par un acte du 18 janvier 1454, dans lequel figurent
  les trois frères.

  Jean de Lescun était protonotaire apostolique lorsqu'il fut élu
  archevêque d'Auch, en 1453, après la démission de Philippe de
  Lévis. Le comte d'Armagnac fit opposition à sa nomination et se
  prononça en faveur de Philippe II de Lévis, évêque de Mirepoix.
  Charles VII prit fait et cause pour ce dernier, et Jean de Lescun
  ne put jouir de sa dignité qu'après la mort du roi, en 1462.
  L'avènement de Louis XI à la couronne fut, pour l'archevêque
  d'Auch, le commencement de nouvelles faveurs. Son frère, le Bâtard
  d'Armagnac, venait d'être créé maréchal de France (3 août 1461) et
  richement doté de terres et de pensions. Il est donc assez naturel
  que la bienveillance du roi se reportât sur le frère de son
  favori. La vie de l'archevêque d'Auch n'offre rien de particulier
  à signaler, si ce n'est qu'il parvint à une extrême vieillesse,
  étant mort à l'âge de 112 ans, en 1483. Il fut enseveli dans
  l'abbaye de Gimont, au diocèse d'Auch, où il décéda. Il est
  indifféremment désigné sous les noms de _Lescun_,
  _Lescun-Armagnac_, _Armagnac_ et _Bâtard d'Armagnac_. Voy. à son
  sujet _Gallia Christiana_, I, p. 1000;--Dom Vaissette, IX, p.
  31;--Charavay et Vaesen, II, p. 280, III, pp. 58, 78;--Mathieu
  d'Escouchy, II, p. 275, not. 3.--Anselme, _Hist. généalogique_,
  VII, p. 95.

Au cours du voyage de Jehan de Reilhac à Rome, l'état du vieux
cardinal, depuis longtemps désespéré, s'aggrava, et ses exécuteurs
testamentaires, accourus en toute hâte à Avignon, s'étaient installés
dans le grand palais comme dans une propriété personnelle, suivant la
recommandation qui avait été faite à Louis XI, quelques mois
auparavant, par le neveu du cardinal, Jean de Foix[379]. Évidemment,
il est facile de reconnaître la main du roi dans les diverses
intrigues qui précèdent la mort du cardinal légat à Avignon. Celui-ci
avait fait, le 3 août précédent, son testament politique, dont nous
avons une copie, conservée dans les manuscrits de Chambaud, d'après
l'original[380]. Les trois exécuteurs testamentaires désignés par le
cardinal étaient Pierre de Foix, son neveu, l'évêque de Rieux
(_episcopus Rivensis_), Geoffroy de Bazilhac, et Jean, évêque de Dax
ou Acqs (_episcopus Aquensis_)[381]. Les trois personnages avaient
amené avec eux un train de maison considérable, et même un certain
nombre d'hommes d'armes, leurs compatriotes, Gascons déterminés et
résolus à qui avait été confiée la garde du grand palais, en vue d'une
attaque possible. Cette attitude, que Louis XI encourageait, était
pleine de menaces pour le Saint-Siège, et on pouvait craindre de voir
se produire un conflit sérieux dès que le cardinal de Foix viendrait à
décéder.

  [379] Voy. chap. v, p. 128.

  [380] Voy. Chambaud, _Rec. des Chartes_, mss., I, fol. 49, et
  _Rec. d'Avignon_, I, p. 389, et Protocoles de Jacques Girard,
  notaire à Avignon, côté Q.Q., fol. 21 et 23.

  [381] Il est constamment appelé Johannes Aquensis in Vasconiâ.
  Jean-Baptiste de Foix a été évêque de Dax de 1460 à 1471. A cette
  époque il fut transféré à l'évêché de Comminges où il mourut en
  1481. _Gallia Christiana_, édit. de 1870, t. I, 1055, 1104, 1105.
  Il était parent du cardinal de Foix, et il est naturel qu'à ce
  titre il ait été désigné par ce dernier comme un de ses
  exécuteurs testamentaires.--Jean de Foix eut pour successeur à
  l'évêché de Dax Pierre de Foix, le jeune, cardinal diacre
  (1471-1481). C'est sous l'épiscopat de Jean de Foix que Louis XI
  fit son entrée à Dax dont il confirma les privilèges.

Le grand palais était donc occupé militairement et sans autorisation
du Saint-Siège lorsque le cardinal mourut, le 17 décembre 1464[382].
Louis XI apprit le décès du cardinal de Foix, presque aussitôt, par
l'avis qui lui en fut donné d'Avignon par courrier spécial. Il se
trouvait alors à Tours[383], où il avait convoqué les États et les
princes pour les faire juges de ses griefs contre le duc de Bretagne
et exposer les droits de la couronne sur cette province. Préoccupé par
cette importante question, et ne voulant pas se mettre en avant
directement après les échecs successifs qu'il avait déjà éprouvés à
Rome, le roi fit écrire sur-le-champ aux Avignonnais par son
conseiller et premier chambellan, Jean d'Armagnac, maréchal de
Comminges, gouverneur du Dauphiné et de Guyenne[384]. Il envoyait en
même temps vers eux, et porteur de ses instructions confidentielles,
le bailli des montagnes du Dauphiné, son conseiller et serviteur[385].
Le maréchal leur annonçait en ces termes cette ambassade: «Pour vous
dire et remonstrer aucunes choses de par luy et si vous escript bien
au long, en vous priant que vueilliez avoir mon frère l'arcevesque
d'Auch pour recommandé au fait de la légation de la ville et cité
d'Avignon et gouvernement de la conte de Venissy, en la forme et
manière que mon dit seigneur le cardinal la tenoit. Et pour ce, très
chiers et grans amys, je vous prie et requiert que, pour l'honneur du
roy et amour de mon dict frère, vous y vueilliez aider et tenir la
main en tout ce qu'il vous sera possible, tant envers nostre sainct
père que autrepart, et, en temps et lieu, mon dit frère et moy le
recognoistrons envers vous tellement que par raison en devrez estre
contens. Car je vous certifie que je le fais plus pour le bien du pays
que pour le prouffit que j'en espère en avoyr[386].» Le maréchal
insistait vivement, au nom du roi, en faisant le plus grand éloge de
son frère. «Et me semble que c'est l'homme au monde que vous devriez
mieulx vouloyr, veu que vous cognoissez ses conditions et qu'il n'est
pas homme malicieux pour pourchasser aucun dommage au pays, ainsi que
plus après pourrez être informez par le dit bailli des montaignes de
l'entente du roy, ensemble de la mienne[387].» Le messager était du
reste porteur d'une lettre autographe de Louis XI, dans laquelle il
faisait savoir aux Avignonnais que sa volonté formelle était que la
ville reçût comme légat l'archevêque d'Auch[388].

  [382] Voy. _Biographie du cardinal de Foix_, ch. v, pp. 141, 142.

  [383] Dareste, _Hist. de France_, III, p. 213.

  [384] C'est à tort qu'Anselme (voy. VII, p. 94) prétend que Jean
  d'Armagnac ne porta ces titres qu'après 1464, puisque nous les
  voyons figurer au bas de sa lettre.

  [385] Ce magistrat avait une juridiction assez étendue. Nous le
  voyons trancher un différend entre les habitants de Gap et les
  officiers de l'évêque de cette ville. _Arch. des
  Bouches-du-Rhône_, B. 1215, série B. Voy. pour ce magistrat,
  Pilot, _Catalog._, no 914 et _passim_.

  [386] Lettre de Jean de Comminges aux consuls, 22 décembre 1464.
  Voy. pièces justificat., no XVII.

  [387] Lettre de Jean de Comminges aux consuls, 22 décembre 1464.
  Voy. pièces justificat., no XVII.

  [388] Lettres closes signées Louis et Delaloëre. Arch. municip.,
  B. 4, cott. P-15, sans date.

Les intentions royales ainsi manifestées par dépêche publique
plongèrent le conseil de ville dans la plus grande perplexité.
L'assemblée ne voulant pas assumer une pareille responsabilité, décida
qu'un ambassadeur serait envoyé à Rome, porteur des instructions de la
ville et de la copie des lettres du roi. Le temps pressait, il fallait
agir sans délai; les décisions du conseil furent rédigées dans un long
mémoire qui devait être confié au sieur d'Ortigues, avec ordre de se
mettre en route dans les premiers jours de janvier 1465[389].
L'orateur devait exposer au pape Paul II que déjà du vivant du
cardinal de Foix, Louis XI avait, par lettres patentes, prié la ville
d'Avignon d'intercéder auprès de sa sainteté pour que la légation fût
donnée à Pierre de Foix, fils du comte de Foix; que depuis la mort du
vénéré légat le roi avait de nouveau écrit ou fait écrire par ses
officiers pour que ladite légation fût attribuée à l'archevêque
d'Auch; qu'en ce qui concernait Pierre de Foix, le roi avait fait
valoir qu'étant apparenté à plusieurs familles régnantes, non
seulement le comte de Foix, mais le roi d'Aragon, le roi de Navarre,
le roi de Portugal, le roi de Castille, ses parents, ne manqueraient
certainement pas d'intervenir auprès du Saint Père en sa faveur. Il y
était dit qu'«après avoir pris connaissance des lettres du roi, les
consuls, les conseillers et les autres citoyens réunis, considérant
que la provision du vicariat ou de la légation appartient à la libre
volonté du souverain pontife, avaient délibéré de ne pas intervenir et
de n'adresser au saint père aucune prière ou supplique pour quiconque
dans cette matière». En conséquence, le sieur d'Ortigues avait pour
instruction bien précise de faire savoir au pape que cette nomination
lui appartenait uniquement et qu'il eût à y pourvoir à sa guise, comme
dans toutes terres appartenant à l'Église. L'assemblée, réservant son
indépendance, s'en remet en toute confiance à la sagesse du pape, qui
voudra bien nommer un légat favorable à la ville, de façon que la cité
d'Avignon et ses habitants soient heureux et satisfaits de ce
choix[390].

  [389] Arch. municip., série A.A., _Dossier des Ambassades_.

  [390] Instructions données à d'Ortigues, janvier 1465, série
  A.A., _Dossier des Ambassades_.

De peur d'encourir auprès du Saint-Siège le moindre soupçon d'avoir
voulu favoriser les vues du roi de France, d'Ortigues devait exposer
au pape que le conseil de ville avait répondu à ce dernier que le pape
seul avait qualité pour désigner le titulaire de la légation et que le
devoir de la ville et des habitants était d'obéir respectueusement au
représentant qui serait choisi par Sa Sainteté. Il ajouterait que la
lettre contenant cette réponse avait été portée à la Cour de France
par un docteur de l'Université et un religieux de l'ordre des frères
prêcheurs. La même réponse avait été envoyée au comte de Foix, et
d'Ortigues devait, en outre, remettre une copie de ces lettres à sa
sainteté[391]. Pendant que l'ambassadeur de la ville faisait ses
préparatifs de départ arriva une nouvelle missive de Louis XI qui
défendait à la ville d'accepter comme légat le cardinal d'Avignon,
Alain de Coëtivy, pour plusieurs raisons, et engageait les habitants,
s'il se présentait, à ne le point recevoir[392].

  [391] Instructions données à d'Ortigues, _Dossier des
  Ambassades_, série A.A.

  [392] Original inédit du 26 janvier 1465. Arch. municip., B. 4,
  A.A., 25.--Délibérat. du 3 octobre 1464, _Regist. des Conseils_,
  III, fol. 132;--Délibérat. du 26 janvier 1465, _Regist. des
  Conseils_, III, fol. 137. La ville décidait d'envoyer au roi
  Antoine _Symonis_, docteur en théologie de l'ordre des frères
  prêcheurs, ou le procureur des Célestins d'Avignon, avec ordre de
  se rendre auprès de Sa Majesté, et, après l'audience, d'aller à
  Rome pour rapporter à Sa Sainteté tout ce que le roi aurait dit
  (III, fol. 138). Le même ambassadeur était porteur d'une réponse
  de la ville au comte de Comminges.

Quelles considérations dictaient la conduite de Louis XI dans cette
occurrence? Était-ce seulement l'appréhension de voir écarter son
protégé? Cette raison ne nous paraît pas suffisante. Du reste, nous
n'avons aucun motif de croire que Paul II ait songé à investir Alain
de cette haute dignité, alors qu'il fallait surtout pour recueillir la
succession difficile du cardinal de Foix un esprit pondéré, ferme et
souple à la fois, qui sût sauvegarder les intérêts du Saint-Siège et
tenir la balance égale entre la papauté et son remuant voisin le roi
de France. Quoi qu'il en soit, Alain n'était point l'homme de la
circonstance. D'un caractère fougueux, violent, ambitieux et
intrigant, Alain occupait l'évêché d'Avignon où il avait été transféré
de Quimper en 1440 ou 1438[393]. C'était le frère de l'amiral de
Charles VII et suspect, de ce chef, à Louis XI. Il s'était montré au
concile de Bâle l'adversaire ardent d'un pape grec «qui n'avait pas
encore rasé sa barbe[394]». Créé cardinal du titre de Sainte-Praxède,
par Nicolas V, le 20 décembre 1448, il avait été envoyé par Calixte
III auprès de Charles VII en qualité de légat _a latere_, pour prêcher
la croisade contre les Turcs (1456). Il parvint même à faire croiser
un certain nombre de seigneurs, mais les démarches irrégulières et
l'attitude hostile du dauphin firent échouer ses préparatifs de
croisade. Louis XI devenu roi l'avait toujours tenu en suspicion[395],
et avec de semblables dispositions, la nomination d'Alain de Coëtivy
ou du «cardinal d'Avignon», comme on l'appelait, aurait
vraisemblablement provoqué entre le Saint-Siège et la Cour de France
un conflit brutal, comme il advint quelques années après à la suite de
la promotion à la légation de Jules de la Rovère.

  [393] Mas Latrie, _Chronologie_, p. 1382.--Cf. Nouguier, _Hist.
  des Évêques d'Avignon_, pp. 178, 179, 180, donne la date 1438.

  [394] Vast, _Le cardinal Bessarion_, p. 219.

  [395] Voy. Charavay et Vaesen, _Lettres de Louis XI_, t. I, p.
  114. Louis dit de lui: «le cardinal d'Avignon qui en toutes
  choses et mesmement en ceste-cy se montre si fort nostre ennemy».
  Il assiste en 1456 à l'entrevue qui eut lieu entre le roi et les
  envoyés du dauphin, Gabriel de Bernes et le prieur des Célestins
  venant justifier le dauphin. Alain de Coëtivy représentait
  Charles VII. De Beaucourt, VI, p. 86.--Il mourut à Rome le 22
  juillet 1474.

Paul II comprit très certainement le danger d'un choix aussi
hasardeux, et pour couper court à toute nouvelle sollicitation, il fit
savoir le 14 janvier 1465[396] qu'il venait de déléguer, pour remplir
l'intérim de la légation d'Avignon, Constantin de Hérulis, évêque de
Narni, recteur du Comtat, prélat d'une grande science, doué de toutes
les vertus chrétiennes et confident du pape. Le bref qui portait cette
nomination à la connaissance des Avignonnais fut reçu avec la plus
grande satisfaction, et on en comprend les motifs.

  [396] Le bref est du 14 janvier 1465; il fut donc écrit le jour
  avant la seconde lettre de Louis XI aux consuls, mais il ne leur
  parvint que postérieurement, alors que d'Ortigues n'avait pas
  encore quitté Avignon. Quant à Antoine Symonis, en arrivant à
  Lyon, au retour de son ambassade à la Cour, il reçut l'ordre de
  suspendre son voyage à Rome et de rentrer à Avignon. _Reg. des
  Conseils_, III, fol. 138.

Sollicités d'un côté par le roi de France, craignant de l'autre de
déplaire au pape, ils se trouvaient ainsi délivrés de la lourde
responsabilité qui leur incombait en cette occasion. Le bref
pontifical fait savoir aux Avignonnais que le Saint Père a été avisé
de la présence au palais d'Avignon de Pierre de Foix et de Jean,
évêque d'Acqs, et de la teneur des négociations engagées entre les
citoyens et les héritiers du cardinal. Il loue l'activité, la prudence
et le zèle des habitants et leur dévouement au Saint-Siège. Il les
avise en même temps qu'il vient de nommer lieutenant et gouverneur de
la ville et autres lieux appartenant à la sainte Église l'évêque de
_Narni_, jusqu'à l'arrivée du légat qu'il se proposait d'envoyer
ultérieurement. Enfin, comme conclusion, Paul II engage les
Avignonnais à prévenir Pierre de Foix et Jean, l'évêque d'Acqs, qu'ils
aient à évacuer sans retard le grand palais et à le remettre aux mains
de l'évêque de Narni: «Vobis præcipimus et mandamus ut episcopum et
Petrum prædictos omni studio inducatis ut palatium nostrum quod ab eis
teneri accepimus, dicto episcopo Narniensi sine dilatione
consignent[397].»

  [397] Bref du 14 janvier 1465.--Arch. départ., B. 4.

La question de la possession du grand palais, ancienne résidence des
papes, était grosse de difficultés. Pierre de Foix, l'évêque d'Acqs,
et les Gascons armés faisaient bonne garde et refusaient de se retirer
même devant la force. C'était malheureusement une tradition parmi les
légats qu'à chaque décès du représentant du Saint-Siège à Avignon, ses
héritiers et successeurs refusaient de rendre le palais aux ordres
venus de Rome. Ému de cette situation et pour obvier à un nouveau
scandale, le conseil de ville avait donné pour mission complémentaire
à d'Ortigues (1464), de demander à Sa Sainteté qu'elle fît défense
formelle, à l'avenir, à ses légats, d'habiter le grand palais, mais
qu'elle voulût bien désigner un capitaine noble et un citoyen de la
ville qui seraient chargés de la garde du palais, avec les émoluments
que Sa Sainteté fixerait elle-même, à percevoir sur les revenus de la
chambre apostolique d'Avignon[398].

  [398] Instructions de la ville à d'Ortigues envoyé à Rome (1464),
  _Dossier des Ambassades_, série A.A. Délibérat. du Conseil du 26
  janvier 1465; _Reg. des délibérat._, III, fol. 138.

C'était de la politique habile de ne désigner qu'un légat d'un
caractère temporaire comme l'évêque de Narni[399]. Paul II laissait
ainsi à Louis XI l'espoir de lui donner bientôt satisfaction et lui
écrivait en même temps une lettre d'un caractère tout pacifique,
exposant les raisons qui l'avaient amené à déléguer à titre provisoire
l'évêque de Narni. Le souverain pontife, par un nouveau bref du 17
février 1465, tout en remerciant les Avignonnais de leur dévouement et
de leur fidélité, leur faisait savoir qu'il avait confiance dans
l'esprit religieux et catholique du roi de France, pour être certain
que la tranquillité de ses États ne serait point troublée. Il ajoutait
qu'en agissant comme il l'avait fait, il n'avait eu d'autre pensée que
de sauvegarder l'honneur du Saint-Siège, le gouvernement des États de
l'Église et le repos de la papauté[400]. Il recommandait à nouveau à
la ville de livrer immédiatement le palais à son représentant. Les
négociations entamées avec les héritiers du feu cardinal de Foix
furent laborieuses et difficiles. Enfin, après de nouveaux
pourparlers, les prélats installés dans le palais s'engagèrent par
devant notaire[401], le 2 mars 1465, à remettre purement et simplement
le palais apostolique au pape Paul II ou à son délégué. Ils quittèrent
Avignon dans les premiers jours de mars et le conseil délibéra le 4
dudit mois, d'accompagner Pierre de Foix jusqu'en dehors des
murailles et de lui présenter au nom de la ville une boîte d'or à
dragées du poids de 15 marcs d'argent, laquelle coûta 112 écus, en le
priant de protéger la ville tant auprès de son père que des princes
dont il se trouvait l'allié[402]. Le 9 février 1465, le cardinal Alain
de Coëtivy[403], évêque d'Avignon, répondant à une lettre que les
consuls de cette ville lui avaient adressée à Rome, le 13 janvier
précédent, les félicite de ce que le palais apostolique est revenu au
pouvoir du souverain pontife, chose qui lui a été très agréable «car
cela a fait qu'il n'y a plus eu qu'un seul troupeau et un seul
pasteur».

  [399] Dans un acte du 16 décembre 1465, l'évêque de Narni
  s'intitule: «_Rector Comitatus Venayssini et in Civitate
  Avenionensi pro eodem domino nostro Papâ gubernator ac generalis
  locum tenens_».--Cf. Chambaud, _Recueil mss. sur Avignon_, fol.
  52;--Protocole de Girard, notaire d'Avignon, fol. 214.

  [400] Bref du 17 février 1465.--Arch. départ., B. 4.

  [401] Protocole de Jacques Girard, notaire à Avignon, côté Q.Q.,
  fol. 22, 23.

  [402] Arch. municip., Délibérat. du Conseil du 4 mars 1465. fol.
  141.

  [403] Lettre origin. aux consuls, Arch. municip., série A.A.

Les visées de Louis XI, sur l'administration intérieure des
domaines du Saint-Siège, se trouvaient cette fois encore déjouées;
mais avec cette ténacité et cette persévérance qui caractérisent sa
politique, l'habile monarque ne considérait pas la partie comme
perdue et il allait prendre sa revanche en mettant en avant pour la
légation vacante la candidature de son parent, Charles de Bourbon,
archevêque de Lyon[404].

  [404] Constantin de Hérulis avait été nommé recteur du Comtat en
  1460 (_Cottier, Hist. des Recteurs_, p. 133). Quelques
  historiens, notamment Nouguier (_Hist. des Évêques d'Avignon_),
  font succéder directement le cardinal de Bourbon à Pierre de
  Foix. Il y a là une erreur grossière, démentie par les documents.
  On trouve, en effet, aux comptes de la ville, année 1466-1467
  (Comptes de la ville, C.C.) un mandat de 500 florins à Constantin
  de Hérulis, vice-légat, pour ses étrennes de la Noël. Enfin,
  c'est le même personnage qui, de 1464 à 1470, est chargé de
  régler les différends qui s'étaient produits entre les officiers
  du roi et les habitants d'Avignon à propos de la fraude du
  sel.--Voy. Arch. des Bouches-du-Rhône, _Reg. de la Cour des
  Comptes_, B. 1200.



CHAPITRE VI

Louis XI et le conflit avec Jules de la Rovere.

L'entrevue de Lyon (juin 1476) et ses conséquences.

  Vacance de la légation (1464-1470).--Agissements de Louis XI pour
    faire nommer à la légation d'Avignon l'archevêque de Lyon,
    Charles de Bourbon.--Satisfaction accordée au roi de
    France.--Conditions dans lesquelles Charles de Bourbon est
    pourvu de la légation (1470).--Engagements du roi et du légat
    vis-à-vis du Saint-Siège.--Révocation des pouvoirs du cardinal
    de Bourbon (13 mars 1476).--La légation est donnée à Jules de
    la Rovère, neveu de Sixte IV.--Mécontentement de Louis
    XI.--Origines du conflit.--Occupation du palais
    apostolique.--Les représentants du légat
    assiégés.--Intervention militaire de Louis XI (avril-mai
    1476).--Entrevue de Lyon (juin 1476).--Les Avignonnais prêtent
    serment de fidélité au roi de France (26 juin 1476).--Succès de
    la politique royale.--Conséquences de l'entrevue de Lyon pour
    les sujets du Saint-Siège et pour le cardinal de Saint Pierre
    ad Vincula.--Son retour à Rome (octobre 1476).


La vacance de la légation, après la mort du cardinal de Foix, était
pour Louis XI un encouragement à renouveler ses instances auprès du
pape Paul II, en vue de le faire revenir sur son refus de pourvoir de
cette charge le frère du maréchal d'Armagnac. Le roi n'y manqua pas.
En effet, fort de la promesse de Pie II[405], Louis XI fit partir
pour Rome une ambassade extraordinaire vers la fin de 1465 ou au
commencement de 1466[406]. Les envoyés du roi avaient pour mission de
rappeler à Paul II toutes les démarches et sollicitations dont son
prédécesseur avait été l'objet en faveur de l'archevêque d'Auch: «Erit
ipsis oratoribus cura præcipua ne tot preces ac totiens pro
archiepiscopo auxitano ad legationem avinionensem profusæ cadant
incassùm, dicentque pontifici quid tranquillitas illius provinciæ,
quid altitudo regis, quid conditio temporum, quid pollicitatio Pii
(Pie II) pontificis flagitant[407].» Infructueuses restèrent les
démarches de Louis XI, qui, dès lors, paraît avoir abandonné à son
mauvais sort la candidature du frère de son ami le maréchal. Mais il
ne renonçait pas pour cela à l'idée de faire prévaloir sa volonté à
Rome. La même année, en effet, il adressait aux États du Venaissin une
longue missive[408] pour leur recommander, comme personnage très apte
à la légation, un prélat de sang royal, Charles de Bourbon, archevêque
de Lyon, frère du duc de Bourbon et d'Auvergne, à qui Louis donna le
gouvernement du Languedoc: «Nous avons jà par trois fois escript à
nostre saint père le pape, affin quil vueille pourveoir à la dicte
legacion et administration de Avignon et conte de Venysse, de la
personne de nostre dit cousin comme de la personne que nous povons
cognoistre ad ce plus utile et proffitable, et pour conserver et
tenir en bon estat le fait et les droiz du Saint-Siège appostolique
par deca et les subgectz estans soubz le patrimoine des diz ville et
conté plus requise et nécessaire[409].» Après avoir fait de son cher
et bien aimé cousin un éloge auquel contredisent plusieurs
contemporains[410], le roi les avisait que cette candidature était
désormais la sienne, à l'exclusion de toute autre et «pour ce quelque
chose que nous pourrions avoir escript pour et en faveur d'aultruy».
C'était, on le voit, une renonciation absolue à son ancien protégé
l'archevêque d'Auch. Dans cette lettre, comme dans celles qu'il avait
adressées aux Avignonnais en pareille occurrence, Louis XI cherchait à
mettre dans son jeu le crédit dont les Avignonnais et les Comtadins
disposaient à Rome pour assurer le succès de ses vues politiques:
«Vous priant que y vueillez tenir la main de vostre part et, par
votre ambassade, en escrire à nostre dit saint père, en la faveur de
nostre dit cousin, et tellement que doresnavant vous en doyons avoir
en plus grant amour et benivolence, laquelle vous pourrez avoir et
entretenir de bien en mieulx[411].» En même temps qu'il sollicitait la
recommandation des Avignonnais, en faveur de son parent, Louis XI
envoyait comme ambassadeur à Rome Charles de Bourbon, avec mission de
se présenter au pape, qui l'«aura pour recommandé et le préférera
comme personnage qui est bien en tel cas à préférer à touz autres
prélatz qui en pourroient faire poursuite[412]». Le roi avait adjoint
à l'archevêque de Lyon, comme compagnon de route, Thibaud de
Luxembourg, évêque du Mans, avec pouvoirs donnés par lettres datées
d'Orléans, du 19 octobre 1466[413]. On voit, par le rapprochement des
dates, que l'habile monarque comptait sur l'effet produit par les
lettres des Avignonnais sur l'esprit de Paul II, pour assurer le
succès de sa mission. L'ambassade devait: 1º rappeler au nom du roi, à
Paul II, son respect pour la papauté depuis sa jeunesse, en lui
faisant savoir qu'il regrettait que son père ne se fût pas mieux
comporté à l'égard du Saint-Siège; 2º montrer comment, pour être
agréable au souverain pontife, Louis XI avait, contre l'opinion de
tout son royaume, aboli la pragmatique sanction; 3º témoigner de sa
pleine et entière obéissance au Saint-Siège et donner comme preuve la
révocation des édits et prohibitions rendus à Poitiers; 4º le roi
demande qu'en considération de ses services Sa Sainteté veuille
pourvoir à certaines églises du royaume de France, jusqu'à vingt-cinq
à son gré[414]; 5º enfin, Louis XI terminait par un exposé sommaire
des obligations que l'Église et le Saint-Siège avaient à la royauté.
Cette ambassade marquait d'une façon très apparente les dispositions
bienveillantes de la Cour de France et son désir de voir appeler à
l'administration d'Avignon et du comté l'archevêque de Lyon. Mais les
envoyés du roi quittèrent Rome sans emporter autre chose que des
promesse vagues et dilatoires.

  [405] Paul II avait succédé à Pie II le 31 août 1464.

  [406] _Documents inédits de l'Histoire de France_, publiés par
  Champollion-Figeac, II, p. 408.--L'auteur assigne cette date
  parce qu'il est dit dans l'art. 3 que le royaume de France fut en
  conflagration cette année-là (Ligue du bien public).--_Id._, p.
  406, not. 1.

  [407] _Documents inédits de l'Hist. de France_,
  Champollion-Figeac, II, p. 408.

  [408] Lettre de Louis XI aux consuls, V. _Lettres de Louis XI_,
  III, 98, 100.

  [409] Cette lettre, tirée des Archives de Vaucluse, série A.A.
  commun, no 130, a été donnée par Charavay et Vaesen, III, pp. 98,
  100. Elle est datée de Mehun sur Loyre, le 10 octobre (1466?).

  [410] Charles de Bourbon était né en 1435.--A peine âgé de 11
  ans, il fut promu à l'archevêché de Lyon par le pape Eugène IV,
  et, en attendant l'âge canonique, il se contenta du titre de
  protonotaire apostolique (Fisquet, _La France pontificale,
  Métropole de Lyon_, p 366). Confirmé dans cette haute dignité
  ecclésiastique par Eugène IV, le 14 novembre 1446, il prit
  possession de son siège le 26 mars 1447, par son vicaire Jean
  d'Amanzé, mais il ne commença à exercer son ministère qu'en 1466.
  (_Gallia Christiana_, IV, 177, 179;--_Lettres de Louis XI_, III,
  p. 75). Il prit d'abord parti contre Louis XI dans la guerre de
  la ligue du _Bien public_, puis se réconcilia avec le roi. Sacré
  archevêque de Lyon en 1470 par l'archevêque de Bourges, Jean
  Cuer, fils de Jacques Cuer, il fut parrain du dauphin (le futur
  Charles VIII) et assista à l'entrevue de Pecquigny (Aubéry, _Vie
  des Cardinaux_, p. 468), (_Chronique scandaleuse de Jean de
  Troyes à l'an 1476_, p. 254).

  Charles de Bourbon fut nommé légat d'Avignon en septembre 1470
  (_Le Musée des arch. nation._, p. 290, no 508, donne par erreur
  1465). Promu évêque de Clermont, il prend possession de ce siège
  par procureur le 10 mars 1476, et est créé cardinal du titre de
  Saint-Martin des Montagnes, le 18 décembre 1476 (Aubéry, _id._, p.
  569;--Mas Latries, p. 1208), dans la même promotion que Pierre de
  Foix le jeune. Il mourut à Lyon le 17 décembre 1488 (_Gallia
  Christ._, IV, p., 179, Fisquet, _id._, _Métropole de Lyon_, p.
  371). Quoi qu'en dise Louis XI, qui rappelle dans sa lettre
  «carissimo et amatissimo cosino» (_Lettres de Louis XI_, III, p.
  112), Charles de Bourbon avait des moeurs peu édifiantes. Il
  laissa une fille naturelle. Louis XI l'avait donné à Édouard IV
  comme confesseur, après la paix de Pecquigny (1474) «comme celui
  qui l'absoudrait volontiers, sachant bien que le cardinal était
  bon compagnon» (Commynes, IV, chap. x).--Voy. pour Charles de
  Bourbon, Péricaud aîné, _Rev. du Lyonnais_, IX-X, 1855, p.
  37.--Cf. _Hist. de la Maison de Bourbon_, par de La Mure, édit.
  Chantelauze, II, pp. 395 et suiv.--Il est bon d'ajouter que ni de
  La Mure, ni Péricaud, ni Chantelauze n'ont connu le rôle du
  cardinal de Bourbon comme légat à Avignon.

  [411] _Lettres de Louis XI_, III, pp. 98, 100.

  [412] _Id._

  [413] Biblioth. nat., mss. lat., 9071, fol. 35.

  [414] Raynaldi, _Annales_, vol. XIX.--ann. 1466, 19 octobre, et
  Bibl. nat. mss. lat., 9071, fol. 35.

Les Avignonnais essayèrent-ils quelque démarche en vue de complaire
aux désirs exprimés dans la lettre royale? Les registres du conseil
n'en portent aucune trace. Mais nous constatons que le retard apporté
par la curie romaine à la nomination de Charles de Bourbon, n'altère
en rien les bons rapports existants. Le 17 juin 1468, la ville
d'Avignon envoya, avec un grand concours de citoyens, les consuls
saluer au débarcadère du Rhône, Blanche-Marie Visconti, épouse de
François Sforza, duc de Milan et de Gênes, que Louis XI «ne réputait
pas seulement soeur, mais fille[415]». «Nous savons que tout ce que
vous avez fait, leur écrivait-elle de Beaucaire, l'avez fait pour
l'onneur du Roy.... nous luy en escripvons en l'en remerciant et
scavons qu'il en scaura à tous ceulx de la ville tres grand gré et
nous vous offrons que s'il est chose en quoy nous puissions pour le
temps à venir faire plaisir à toutz de la dite ville, soit en général
et en particulier, que nous le ferons de tres bon cuer[416]».

  [415] _Lettres de Louis XI au duc de Milan_, Charavay et Vaesen,
  III, p. 243.

  [416] Arch. municip., _Reg. des Conseils_, du 17 juin 1468, t.
  III, fol. 200. Bonne de Savoie était soeur de Charlotte, reine de
  France. Elle épousa, le 9 mai 1468, Galéas-Marie Sforza, fils de
  François Sforza. Le mariage fut béni par le cardinal La Balue et
  en présence de Charles de Bourbon. Voy. Duclos, _Hist. de Louis
  XI_, V;--Péricaud, _Rev. du Lyonnais_, IX, X, p. 369;--_Lettres
  de Louis XI_, II, p. 222, note.

  Vers la même époque, Louis XI ayant recommandé deux personnages,
  Monténart (?) et Bazille, s'en allant à Avignon, les consuls
  répondent qu'ils n'ont aucune nouvelle de Bazille; quant à
  Monténart, il avait quitté la ville après une maladie très grave
  et depuis on était sans nouvelles de lui. En faisant réponse au
  roi ils ajoutaient: «Pourtant sur ce autre chose est en quoy tant
  en commun que en particulier puissions vostre dicte Magesté
  servir et complaire, en le nous notiffiant, le ferons de tout
  nostre petit pouvoir et de tres bon cueur a l'ayde de nostre
  seigneur le quel tres haut et tres chrétien prince et tres
  redoubté seigneur vous doint bonne et longue vie et le
  accomplissement de voz tres haultz et tres nobles désirs[417].»

  [417] Escript en Avignon le pénultième jour de mars 1468.--Orig.,
  Biblioth. nat., ancien fonds franç., mss. no 2896.

Divers actes de Louis XI montrent néanmoins que la candidature de
l'archevêque de Lyon était toujours l'objet de ses préoccupations.
Dans une lettre du 21 août 1469, à Falco de Sinnibaldi, envoyé du
Saint-Siège, s'en retournant à Rome, Louis XI recommande, pour le
chapeau de cardinal, l'ancien compagnon de voyage de Charles de
Bourbon, Thibaud de Luxembourg, évêque du Mans, et on trouve cette
phrase caractéristique: «Je le vous obliay à dire, quant je vous
recommande le fait de la légation d'Avignon[418].» «Et pour tant que
j'ay singulière confiance en vous et que vous emploirez voulentiers à
conduire les matières pour les quelles nos diz ambassadeurs s'en vont
par dela, mesmement en celles que cognoistrez que jay au cueur, je
vous prie tant acertez et affectueusement comme je puis et surtout le
service que faire me desirez que vous vueillez tellement emploier à
tenir la main de vostre part envers Nostre dit Saint-Père que la
chose sortisse à ceste fois son effet.»

  [418] Charavay et Vaesen, _Lettres de Louis XI_, IV, p. 25. Falco
  de Sinnibaldi avait été envoyé comme légat en France, par une
  bulle du pape Paul II, datée des kalendes de juin 1470.--Arch.
  vatic., _Reg. Cur._ 540 (Paul II). Au moment de l'arrivée du
  légat, Louis XI, gravement malade, faisait cadeau à Paul II d'un
  calice en or du poids de 24 livres, qui devait être placé à
  Saint-Jean-de-Latran et ne pouvait être aliéné (août 1470). _Reg.
  vatic. Cur._, no 540.

L'influence de Sinnibaldi fut probablement de quelque poids sur la
décision de Paul II, qui donna enfin la légation d'Avignon à Charles
de Bourbon (septembre 1470), mais à titre absolument provisoire et
avec les réserves dont Louis XI donne acte au Saint-Siège dans une
lettre en latin, donnée à Amboise, le 26 septembre 1470, la seule de
ce monarque que renferment les archives du Vatican[419]. Mais déjà
temporaire et révocable, la provision de l'archevêque de Lyon se
trouvait singulièrement menacée par la mort de Paul II et l'exaltation
de Sixte IV.

  [419] Charavay, _Arch. des Miss. scientif. et littér._, pp. 445
  et suiv., série III, vol. VII, année 1881.--«Ludovici Francorum
  regis juramentum quod Carolus ejus consanguineus et a Pontifice
  avinionensis legatus designatus justitiam administrabit et ad' S.
  S. bene placitum in ea legatione manebit.»--Arch. vatic., _26
  septembre 1470_, et _Arm._ 35, 20, 4, p. 208, et 12 juin 1472,
  _Arm._ 35, 20, 8, pp. 416, 417.--«Litteræ Ludovici Francorum
  Regis cum ejus Sigillo cereo in quibus jurat se facturum quod
  Carolus Archiepiscopus Lugdunensis Civitatis Avinionensis et
  Comitatus Legatus a Paulo II constitutus fideliter legationem
  administraret illamque ad Pontificis requisitionem dimittat.»
  _Arm._, II. Cap. III.--Arch. du Château-Saint-Ange, _Indice
  chronologice_ (394, 1539).

En 1471, Louis XI et Sixte IV qui, sans être en rapports tendus
jusqu'alors, se tenaient sur une réserve prudente, se rapprochent
parce qu'ils ont besoin l'un de l'autre. Le pape voulait l'appui du
roi pour une croisade; Louis XI comptait sur le Saint-Siège pour
régler l'affaire de la Balue et faire refuser à son frère, Charles de
Berry, la dispense nécessaire en vue d'épouser Marie de Bourgogne. Ce
rapprochement amena Sixte IV à se montrer plus traitable sur la
question de la légation d'Avignon qui n'avait été, comme nous l'avons
vu, confiée qu'à titre provisoire par Paul II à l'archevêque de Lyon.
Louis XI envoie, le 4 novembre 1471, à Sixte IV messire Guillaume
Compaing, archidiacre d'Orléans, et maître Antoine Raquier, notaire,
afin de conclure avec le pape un traité contre tous leurs ennemis
communs. Dans cette ambassade il est encore question d'accorder à
l'archevêque de Lyon, de la maison de Bourbon, la légation d'Avignon,
avec le chapeau de cardinal[420].

  [420] _Collection Legrand_, XIV, fol. 228 et suiv.--Mss. Bibl.
  nat.--Cf. Vast, _Le cardinal Bessarion_, p. 408.--Vaesen,
  _Lettres de Louis XI_, V, p. 2, not. 1.

Sixte IV ratifia le choix de son prédécesseur avec les mêmes réserves,
auxquelles durent souscrire par acte signé le roi de France et son
protégé, Charles de Bourbon. La lettre royale, qui reproduit les mêmes
termes que celle du 26 novembre 1470, fut donnée pour Sixte IV à
Saint-Florentin, le 15 juin 1472[421]. On voit, d'après ce document,
que l'archevêque de Bourbon exerçait la légation d'Avignon et du
Venaissin avec le titre de légat _a latere_ pour une durée qui était
laissée à la convenance du pape et du Saint-Siège. Il promettait au
pape que ledit légat s'acquitterait avec intégrité de sa charge et
rendrait bonne et prompte justice à tous les vassaux du Saint-Siège.
Il est à remarquer que pour la première fois, sans doute à la suite
des grosses difficultés qu'avait soulevées l'occupation du palais
apostolique à la mort du cardinal de Foix, l'obligation était faite au
légat de rendre le palais avec tous les droits et prérogatives
attachés à sa charge, soit au pape vivant, soit à ses successeurs, à
première réquisition et sans différer, avec toute la déférence due à
la personne du souverain pontife. Nous possédons également, grâce à
la copie donnée par Fornéry[422], le texte de l'engagement juré par
Charles de Bourbon, le 4 juillet 1472. Les conditions énumérées
ne font que reproduire celles déjà relatées dans la lettre royale.
Il s'engageait à remettre entre les mains de Sa Sainteté ou de
ses successeurs «le palais», avec tous droits, sous peine
d'excommunication et de parjure, sans contestation et sans
attermoiement[423].

  [421] Copie d'après Fornéry, _Hist. ecclés._, mss., _Preuves_,
  fol. 438.

  [422] Fornéry, B. d'Avignon, mss. I, fol. 439 et vo., et Mss. de
  Carpentras, fol. 830.

  [423] «Cum pallatio omnibusque juribus et pertinentes suis
  assignabo omnique tempore sub excommunicationis latæ sententiæ
  atque parjurii pænis si contra fecero.» Datum Lugduni die 4
  Mensis julii, Anni Domini 1472.--Cf. _Réponse aux Recherches
  historiques concernant les droits des Papes_, par Agricol Moreau,
  p. 129, no X.

Bien que pourvu officiellement de la légation, Charles de Bourbon ne
se pressa pas de prendre possession de son siège, qu'il n'occupa du
reste que d'une façon très irrégulière. Annoncé dès le mois d'octobre
1470[424], aux consuls d'Avignon par une lettre de Guillaume de
Châlons, prince d'Orange, le légat ne se présenta pour occuper sa
charge en personne qu'au mois de novembre 1473. La ville, pour fêter
son arrivée, envoya au devant de sa grandeur un brigantin manoeuvré
par douze hommes, qui devait remonter le Rhône jusqu'au
Pont-Saint-Esprit, en même temps qu'une ambassade, composée des
consuls et notables de la ville, allait à cheval à la rencontre du
légat jusqu'au même point. Le 11 novembre 1473 l'archevêque de Lyon,
descendant le Rhône sur le brigantin envoyé par la ville, prit terre
à quelque distance de la ville et s'installa au château du Pont de
Sorgues avant d'occuper le grand palais[425].

  [424] Arch. municip., série A.A.--Lettre de Guillaume de Châlons
  aux consuls, 7 octobre 1470.

  [425] Comptes de la Ville, 1473, 1474. Mandats no 88 et no 96,
  série C.C.

Dans la pensée du pape, le caractère révocable de la provision donnée
à Charles de Bourbon laissait-il entrevoir un remplacement à brève
échéance, ou mieux encore Sixte IV fut-il, dans cette circonstance,
l'instrument docile de son neveu, le célèbre Jules de la Rovère, que
Jean de Serres appelle «instrument fatal des maux de l'Italie» et
ailleurs «puissant d'amis, de réputation, de richesses, naturel
farouche et terrible, inquiet, turbulent, mais magnifique et grand
défenseur de liberté ecclésiastique»[426]? Il est difficile de se
prononcer. Jules de la Rovère avait été appelé à l'évêché de
Carpentras lorsque, à la mort d'Alain de Coëtivy, en 1474[427], il fut
transféré au siège d'Avignon que Sixte IV, par affection pour son
neveu, érigea en archevêché par bulle du 22 novembre 1474[428], avec
les évêchés de Carpentras, de Cavaillon et de Vaison comme
suffragants, alors qu'ils ressortissaient précédemment de l'archevêché
d'Arles. Cette extension de l'autorité spirituelle de l'archevêque
d'Avignon, sa parenté avec le souverain pontife, en faisaient un
adversaire redoutable pour le légat, dont il contrebalançait
l'influence: un conflit ne pouvait manquer de se produire lorsque,
sollicité sans doute par son neveu, Sixte IV, sans penser aux
conséquences d'une pareille mesure, révoqua la faculté accordée à
Charles de Bourbon[429] et lui substitua son neveu Jules de la Rovère,
par bulle du 13 mars 1475. Quelques auteurs ont prétendu que les
pouvoirs conférés au nouveau légat étaient plus étendus que ceux de
son prédécesseur; que son autorité devait se faire sentir jusqu'à
Lyon; qu'il voulait rétablir la suzeraineté temporelle du Saint-Siège
sur la rive droite du Rhône[430]. Rien dans la bulle pontificale
n'autorise ces affirmations, et le texte même du document est conforme
aux formules adoptées en pareil cas par la chancellerie
pontificale[431]. Depuis le XIIIe siècle les légats représentant à
Avignon le Saint-Siège avaient toujours porté les mêmes titres, qui
n'étaient qu'une formule consacrée de diplomatique sans effet dans
l'exercice de leurs fonctions. Du reste, les parlements se montraient
d'une rigueur impitoyable quand il s'agissait de l'enregistrement de
la bulle, et ils n'auraient pas toléré un empiètement sur les droits
du pouvoir laïque.

  [426] Jean de Serres, _Liv. cit., passim_.

  [427] Nouguier, _Hist. chronolog. des évêques d'Avignon_, pp.
  180, 181.

  [428] Origin., Arch. municip., B. 36, no 20.--Nouguier, _Liv.
  cit._, pp. 180 et suiv.

  [429] «Venerabilem fratrem nostrum Carolum archiepiscopum
  Lugdunensem in nostris civitate Avenionensi et Comitatu
  Venayssino ac in illis adjacentibus provinciis civitatibus et
  locis pro Romanâ Ecclesiâ gubernatorem et vicarium dudum
  appellatum ab ejusdem sibi commisso gubernationis et vicariatûs
  officio commissam facultatem revocamus.» Massillian, _Rec. des
  Chartes_, vol. XXXI, fol, 393 et seq., mss. Biblioth. Avignon.

  [430] Legeay, _Hist. de Louis XI_, II, pp. 200, 181.--Cf.
  Cottier, _Hist. des Recteurs_, 142, 143.--_Recueil des
  Ordonnances_, XVIII, p. 196, not. C.--Duclos, _Hist. de Louis
  XI_, II, p. 227.

  [431] Jules de la Rovère s'intitule dans un acte de 1476
  «_Julianus Sancti Petri ad Vincula Sacrosanctæ Ecclesiæ Romanæ
  presbyter Cardinalis in Civitate Avenionensi et Comitatu
  Venayssino nonnullisque aliis provinciis Civitatibus et locis ac
  terris illis adjacentibus apostolicæ sedis legatus de latere_».
  Arch. municip,. B. 65, no 73, Cott. A.A.A.A.

Il y a là, selon nous, une confusion de la part des historiens, qui
ont traité la question sans la bien connaître, et dont nous allons
donner l'explication. L'archevêque d'Avignon avait juridiction sur
tous les sujets royaux fixés dans les limites de son diocèse[432]; or,
en ajoutant au diocèse du nouvel archevêque les évêchés de Cavaillon,
de Valréas et de Vaison, Sixte IV donnait par le fait, au sens propre
du mot, à son neveu «des pouvoirs plus étendus». Voilà ce qu'il faut
entendre par cette phrase qui se retrouve dans Duclos, dans Legeay et
les autres. C'est sans doute cette extension d'attribution qui motiva
les plaintes de Charles de Bourbon au roi, car on ne comprendrait pas
qu'il s'agît des attributions de Jules de la Rovère, légat, alors que
la provision de ce dernier ne fut délivrée qu'en mars 1475[433]. Or,
dès le mois de janvier 1475, Louis XI, mécontent des agissements du
pape, avait pris plusieurs ordonnances rigoureuses à l'adresse du
Saint-Siège. Une première ordonnance du 8 janvier 1475[434] instituait
une commission pour examiner les bulles, brefs et rescrits pontificaux
qui seraient contraires aux immunités et privilèges du royaume de
France et en défendait l'enregistrement. En vue de la défense des
libertés de l'église gallicane le roi soumettait au «_placet_» tous
les actes pontificaux. En outre, sans doute pour effrayer Sixte IV,
Louis XI fit écrire à tous les évêques de France pour leur dire qu'ils
ne devaient pas quitter leur résidence, et ce, sous peine de
confiscation et de privation du temporel[435].

  [432] Voy. notamment p. 359. _Cart. de l'Archevêché_, t. III,
  fol. 108.--_Rec. mss._, Massilian, fol. 66, vo.

  [433] Pastor, _Hist. de la Papauté_, IV, pp. 296, 297.

  [434] _Rec. des Ordonnances_, XVIII, p. 169.--Cf. Pastor, _Hist.
  de la Papauté_, IV, pp. 290, 297.

  [435] _Rec. des Ordonnances_, XVIII, p. 168.

En même temps, Louis XI, poussé secrètement par son allié, Laurent de
Médicis, provoque une agitation anti-romaine et parle de la prochaine
tenue d'un concile général pour la réforme de l'Église et l'élection
régulière d'un pape à la place du pontife, dont la nomination était
entachée de simonie. Il cherche à gagner à sa cause l'empereur
Frédéric[436].

  [436] Pastor, _Liv. cit._, IV, p. 296.

La bulle pontificale du 21 novembre 1474 était sans contredit un acte
d'indépendance de la curie romaine et attentatoire aux libertés de
l'Église gallicane, en ce sens qu'elle portait modification des
circonscriptions ecclésiastiques du royaume de France, sans l'avis
préalable du roi. En effet, de ce chef, la province ecclésiastique
d'Avignon devenait indépendante de Vienne et d'Arles[437], et le
rattachement de l'évêché de Vaison au diocèse de l'archevêché
d'Avignon était une diminution de l'autorité de l'archevêque de Vienne
et de Lyon «primat de France». Bien que plus incliné aux idées
romaines que son père Charles VII, qui professait plutôt les idées
gallicanes, Louis XI ne pouvait décemment rester indifférent en
présence des prétentions de Sixte IV dont la faiblesse expliquait cet
acte de népotisme. Si on ajoute à cette extension d'attributions
l'autorité que le nouvel archevêque tenait de ses prédécesseurs, on
conviendra que l'archevêque d'Avignon était, sinon le supérieur, du
moins l'égal du légat, qui devait désormais compter avec lui. En
effet, depuis 1178, par privilège de Frédéric II, empereur
d'Allemagne, l'évêque d'Avignon était coseigneur de Barbentane, et
avait juridiction temporelle sur ce port, une des principales escales
de la navigation du Rhône[438]. En outre, depuis le Xe siècle, ledit
évêque possédait, comme fiefs temporels sur la rive droite du Rhône,
les localités ci-après avec leurs annexes: _Roquemaure_, _Trueil_ (de
Torcularibus), _Montfaucon_, _Saint-Giniès de Comolas_,
_Saint-Laurent-des-Arbres_, _Lirac_, _Tavel_, _Rochefort_, _Sazes_,
_Pujaut_ (Podium altum), _Sauveterre_, _Villeneuve_, _Les Angles_ et
_Saint-Étienne-de-Candals_[439]. «De tout temps et d'ancienneté les
prédécesseurs arcevesques du dit lieu ont tout droit de justice et
juridiction ecclésiastique sur plusieurs nos subgectz, mananz et
habitanz de plusieurs villes, villaiges et places nous appartenanz
dedans nostre royaume estans du dit diocèse et arcevesché, et ont
accoustumé selon droit commun les dits arcevesques du dit lieu
d'Avignon, davoir toute juridiction cohercion et contrainte non
seulement sur iceulx habitanz des villes de nostre royaume mais aussi
de Provence, du conte de Venisse et dailleurs ou le dit droict se
estant[440].» Ces lettres patentes de Louis XI ne peuvent laisser
aucun doute sur la légitimité des pouvoirs de l'archevêque d'Avignon,
en tant que juge temporel desdits fiefs enclavés dans le royaume de
France. Or, dans de pareilles conditions, ou l'évêque devait se
contenter d'une juridiction temporelle nominale, comme l'avaient fait
la plupart des prédécesseurs de Jules de la Rovère, ou, s'il voulait
prendre au pied de la lettre les droits qu'il tenait de ses fonctions,
il devait se préparer à vivre en état de guerre avec les officiers
royaux, sénéchaux de Beaucaire, maîtres des ports de Villeneuve ou
leurs lieutenants, et le Parlement de Toulouse dont la rigueur était
proverbiale. On comprend, en effet, que les sujets du roi, placés sous
la juridiction temporelle des évêques d'Avignon et poursuivis pour
crimes ou délits de droit commun, récusassent la juridiction
temporelle de leur suzerain spirituel, pour chercher aide et
protection auprès des agents royaux et échapper ainsi à toute
pénalité. De là des conflits incessants, des protestations, et comme
conclusion, des lettres de représailles qui empêchaient l'évêque
d'exercer en toute liberté son droit de juridiction.

  [437] Le P. Armand Jean, _Les Évêques et Archevêques de France_,
  1682-1801; Paris, Picard, 1891, t. I, p. 49.

  [438] Arch. municip., Rhône et Durance, A, Invent.

  [439] _Notes chronolog. sur les villes, villages, paroisses,
  églises et autres lieux du diocèse d'Avignon_, mss. de
  Massillian, t. I, Dom Vaissette, XII{2}, p. 154.--Les évêques
  d'Avignon déléguaient généralement un official forain chargé de
  régler les affaires ecclésiastiques dans la partie de la province
  du Languedoc qui ressortissait de l'archevêché d'Avignon. On
  trouve, en _1614_, un arrêt du Parlement de Toulouse maintenant
  dans ses fonctions _Thomas Duret_, qui en avait été chargé par
  l'archevêque d'Avignon, Etienne Dulcis. Arch. de la
  Haute-Garonne, _Invent. Parlement_, série B, 329.

  [440] Lettres de Louis XI données à Thouars le 27 janvier 1481.
  Orig. _Cartul. de l'Archevêché_, III, fol. 108.

Quant à la question de conflit à propos de certains territoires
riverains du Rhône, dont la délimitation et les droits «de pâturage et
de bûcherage» étaient contestés entre les officiers royaux et le
représentant du Saint-Siège[441], Jules de la Rovère ne pouvait en
avoir la responsabilité, attendu que depuis longtemps des
dissentiments existaient entre le sénéchal de Beaucaire et de Nîmes et
les officiers pontificaux. Des attaques à main armée avaient été
dirigées par les sénéchaux de Beaucaire et de Nîmes contre le terroir
d'Avignon, sous forme de représailles et de droits de marque, sous
prétexte d'une dette que les papalins auraient refusé de solder à
Gabriel de Bernes, alors qu'il était constant que la cité d'Avignon
n'avait jamais refusé de se libérer[442]. Enfin, la ville se plaignait
avec quelque apparence de raison que les officiers du roi
s'opposassent, par vexation, à la construction de «pallières et
taudis» sur la rive gauche du Rhône dont le courant impétueux ne
cessait de menacer les remparts et fortifications qui garantissaient
la sécurité de la ville et de son territoire.

  [441] Il s'agissait des îles d'Argenton, de Flesche, du Mouton,
  de Barusin, du Château-Sables, de la Barthelasse, du Contrat,
  _Invent._ A. Rhône et Durance. A la suite de l'entrevue de Lyon,
  Louis XI nomma une commission composée de l'archevêque de Vienne,
  de Pierre Arivel, président du Parlement de Grenoble, et du
  Bâtard de Comminges et Jean de Moncade, juge-mage, pour régler le
  différend, juin 1476. Arch. municip., B. 70.

  [442] Les Valperge ou Valpergue, d'origine lombarde (de Ropol
  près Verceil) étaient coseigneurs de Caumont. Gabriel de Bernes,
  seigneur de Ropol, réclamait à la ville 2,200 écus représentant
  le fonds et les arrérages de la pension qui lui était due. Les
  consuls ayant refusé de payer, les officiers royaux lancèrent des
  lettres de représailles contre Avignon (juin 1475). Le 27 du même
  mois, la ville s'acquitta d'une partie de la somme.--Cf.
  _Amplissima Collectio_, II, pp. 1509, 1511.--Délib. du Conseil de
  ville du 21 juin 1475.

Les conflits entre riverains prirent même, au cours de l'année 1475,
un caractère tel de violence que le conseil de ville décida d'en
référer au pape, avec menace des censures ecclésiastiques[443]. De
leur côté les officiers du Languedoc, défenseurs des droits du roi,
maintenaient énergiquement leurs revendications et le juge-mage de
Beaucaire écrivait à Jean Bourré, président des États du Languedoc,
«touchant l'occupation que ceulx d'Avignon veullent faire du Rosne et
des isles d'icelluy[444]». Il montrait pour le roi l'importance qu'il
y avait à conserver la possession des terrains limitrophes du fleuve
et des îles voisines, «et le bon droit que le roy a». Le 9 juillet
1475[445], Sixte IV adressait à Louis XI une nouvelle lettre plus
pressante, dans laquelle il l'engageait à donner des ordres immédiats
pour que ses officiers du Languedoc cessassent d'inquiéter et de
molester les vassaux du Saint-Siège. Le roi de France n'ayant pris
aucune mesure pour donner satisfaction au souverain pontife, celui-ci
fulmina contre les officiers royaux une sentence d'excommunication (9
décembre 1475)[446].

  [443] Arch. municip., _Reg. des délibérat._, 19 juin 1475.

  [444] Dom Vaissette, XII{2}, _Preuves_, pp. 180, 181, 10 avril
  1475.

  [445] _Amplissima Collectio_, II, p. 1508.

  [446] 9 décembre 1475. Arch. municip., B. 19, no 17.--Les
  conflits entre les rois de France et le pape à propos de la
  délimitation de leurs droits sur les bords du Rhône durèrent
  plusieurs siècles et donnèrent lieu à d'interminables procès. En
  1430-1431, sous Eugène IV, le cardinal de Saint-Eustache fut
  chargé de régler le différend (Voy. Dom Vaissette, IX, pp. 1111,
  1112);--Chambaud, _Recueil sur Avignon_ (mss. I, fol. 164,
  165);--Ménard, _Hist. de Nîmes_, III, pp. 179, 377,
  378;--Massillian, XXII, fol. 57, vo.--Voy. _Procès du Rhône_,
  mss., t. VI, fol. 150, 168, 169, 173.

  En 1430, un notaire royal ayant voulu instrumenter à Avignon,
  reçut l'ordre de s'éloigner, et, détail curieux, il signa
  désormais ses actes du milieu du lit du Rhône: _datum supra
  Rhodanum, in quâdam barcâ ante turrim capitis pontis Villæ-novæ
  prope Avinionem_. Voy. _Procès du Rhône_, t. VI, fol. 154. Charles
  VI, par acte authentique de mars _1366_, avait reconnu au pape la
  possession du lit du Rhône jusqu'à la chapelle de Saint-Nicolas
  (Arch. municip., Orig., B. 68, no 27), et lorsqu'il y avait des
  différends entre Avignonnais et sujets royaux, le conservateur des
  privilèges apostoliques devait se transporter à cette chapelle et
  y rendre ses jugements (Voy. _Enquête sur le Rhône_, Arch.
  municip., B. 67, no 108); mais cette légitimité de possession du
  souverain pontife était très fréquemment contestée, et le
  Parlement de Paris dut intervenir pour trancher définitivement la
  question (Voy. Arch. nation., X{ta} 8605, fol. 95, Ordonnance du
  30 janvier 1443).

Ces explications étaient indispensables pour montrer l'origine du
conflit à propos des limites du Rhône, au moment où Sixte IV allait
appeler son neveu à la légation d'Avignon, et permettent de démêler ce
qu'il y a de fondé dans les accusations portées par les historiens
contre Jules de la Rovère sur ce point. Lorsque donc, quelques mois
plus tard, le cardinal de Saint-Pierre aux Liens se rendit à Lyon pour
porter ses doléances à Louis XI, il ne faisait que lui exposer des
griefs déjà anciens et qu'il n'avait en rien contribué à susciter.
Enfin, s'il se plaignait au roi de la sévérité outrée du Parlement de
Toulouse à l'égard des sujets pontificaux, lorsque quelque atteinte
était portée par eux aux prérogatives royales, ces plaintes étaient de
tout point fondées[447].

  [447] On peut juger par un exemple de cette sévérité. En 1491
  (septembre), quelques habitants d'Avignon ayant démoli les degrés
  d'une arche du pont (partie française), le maître des ports cita
  le légat, les consuls et citoyens à comparaître devant le
  Parlement de Toulouse qui, par arrêt du 7 septembre 1491,
  condamna lesdites personnes à rétablir les degrés démolis et à
  payer au roi une amende de 400 livres. Les Avignonnais en
  appelèrent à Charles VIII qui, par lettres patentes, donna
  suspension de l'exécution de l'arrêt. Le Parlement passa outre à
  l'ordre royal et décida que l'arrêt serait exécuté. Arch.
  municip., B. 64, no 36.

En réalité, toutes les explications données jusqu'ici, pour justifier
le mécontentement du roi du retrait de la légation à Charles de
Bourbon, ne sont que de peu de poids et ne suffiraient pas pour rendre
plausible l'hostilité de la Cour de France et le parti pris de
recourir aux voies de fait contre le Saint-Siège dans la personne de
son légat et dans son propre domaine. Ce que Louis XI ne pouvait
pardonner à Sixte IV, c'était d'avoir manqué à ses engagements
vis-à-vis du roi et d'avoir porté une grave atteinte à l'influence
française dans les terres qui confinaient à la Provence, au moment où
Louis XI espérait mettre la main sur l'héritage du roi René.
Désormais, au lieu d'avoir à Avignon un représentant dévoué à ses
intérêts, la France allait se heurter à un ennemi habile, implacable,
que l'on accusait encore sans preuves d'entretenir avec le Téméraire
des intelligences secrètes, et de favoriser la cession des domaines de
la maison d'Anjou au duc de Bourgogne[448]. Tous les calculs
politiques de Louis XI se trouvaient ainsi déjoués, par suite de la
mauvaise volonté du pape, et on comprend qu'il en conçut une vive
irritation.

  [448] Ce sont les raisons données par Legeay, _Hist. de Louis
  XI_, II, p. 200.--Cf. abbé Christophe, _Hist. de la Papauté au
  XVe siècle_, II, p. 248.

  Cependant l'administration du cardinal de Bourbon, ou plutôt de
  ses représentants à Avignon et à Carpentras, n'allait pas sans
  quelques difficultés. Absent depuis plusieurs mois du siège de sa
  légation, l'archevêque de Lyon avait délégué comme lieutenant à
  Carpentras l'évêque de Narbonne[449]. A Avignon, il avait
  constitué comme son fondé de pouvoir Édouard de Messiaco, abbé de
  l'Isle-Barbe (13 décembre 1475). Les rapports entre le conseil de
  ville et les délégués du légat étaient assez tendus par suite de
  quelques questions d'ordre local. Le représentant du légat
  reprochait au conseil: 1º de n'avoir pas procédé, comme le voulait
  la charte municipale de 1411, au renouvellement annuel des
  conseillers[450]; 2º de n'avoir pas voté au légat le présent
  annuel de 500 florins, qui selon la tradition lui était offert la
  veille de la Noël[451]; 3º il se plaignait en outre de ce que des
  officiers avaient été créés directement par le Saint-Siège, sans
  autorisation du légat; 4º de ce que les Florentins avaient obtenu
  du Saint-Siège une exemption, au mépris du légat; 5º de ce qu'un
  bref apostolique avait interdit à l'évêque de Narbonne de
  s'immiscer dans les affaires intérieures du Gouvernement[451].
  L'évêque de Cavaillon se fit, auprès du conseil, l'organe de ces
  plaintes. Celui-ci, qui louvoyait entre les deux influences,
  décida le 13 décembre de surseoir à toute décision jusqu'au retour
  des consuls et d'une partie des conseillers que la peste tenait
  pour le moment éloignés de la ville. Quelques jours après,
  l'assemblée municipale se réunit (le 18 décembre)[452] et la
  mutation des conseillers fut opérée en présence de l'abbé de
  l'Isle de Barbe, délégué du légat, et par son ordre. Le 10 janvier
  1476, le conseil décida de prendre des informations à Rome au
  sujet de la bulle concernant la mutation des conseillers, qu'une
  rature avait rendue suspecte de fausseté, et où le mois précédent
  on avait délégué à cet effet Pierre Baroncelli comme ambassadeur
  extraordinaire[453]. Le 24 janvier, le conseil procède à la
  nomination des capitaines des paroisses, en vertu d'un bref que
  Pierre Baroncelli avait rapporté de Rome avec des lettres de Jules
  de la Rovère, archevêque d'Avignon. Il est probable que Baroncelli
  avait été chargé par Jules de la Rovère d'une mission secrète pour
  le conseil et les États, peut-être de leur faire pressentir la
  prochaine venue du cardinal en qualité de légat, car dès son
  arrivée, et par ordre de l'évêque de Carcassonne, Pierre
  Baroncelli avait été jeté en prison. La ville députa aussitôt
  auprès de l'évêque Pierre de Merulis, primicier de l'Université,
  et Jean Martini, bourgeois, pour obtenir l'élargissement de
  l'ambassadeur. D'autre part, le 3 février, le conseil fit de
  pressantes instances auprès de l'abbé de l'Isle Barbe dans le même
  but. Sixte IV lui-même, dans un bref menaçant, informa les consuls
  qu'il avait donné l'ordre de relâcher sans délai Pierre
  Baroncelli[454], se réservant de faire châtier l'auteur de
  l'emprisonnement[455]. Le conflit était désormais inévitable entre
  le Saint-Siège et son légat à Avignon, et forcément la Cour de
  France allait être amenée à soutenir ce dernier contre le pape et
  contre son rival et successeur désigné, Jules de la Rovère. Louis
  XI, toujours à l'affût des desseins secrets de la Cour de Rome,
  s'efforçait de provoquer une certaine agitation dans le clergé de
  France et parmi les cardinaux du sacré collège. Au mois de mars
  1476, pendant que Jules de la Rovère se rendait à Avignon, on
  trouva affichée à la porte de la basilique de Saint-Pierre une
  proclamation du roi de France enjoignant à tous cardinaux, prélats
  et évêques de se trouver à Lyon, le 1er mai, afin d'y délibérer
  sur la tenue d'un concile[456]. Une ambassade française fut même
  envoyée à Rome, à ce sujet, au mois d'avril 1476[457], mais Sixte
  IV refusa de la recevoir. Comme le fait justement observer Pastor,
  il y a une corrélation indiscutable entre ces tentatives de
  pression et d'intimidation que Louis XI cherchait à exercer sur
  les membres de l'Église et l'envoi en France de Jules de la
  Rovère[458]. Ce dernier avait quitté Rome le 19 février 1476.

  [449] Cottier, _Not. sur les Recteurs_, pp. 142, 143.--Cf. abbé
  Christophe, _Hist. de la Papauté au XVe siècle_, II, p. 248.

  [450] La charte communale de 1411 avait posé le principe du
  renouvellement annuel des conseillers par moitié; mais divers
  faits montrent que dans la pratique et depuis nombre d'années on
  ne se conformait pas aux prescriptions de cette charte, puisqu'il
  est question de la subrogation de certains citoyens à des
  conseillers qui étaient morts dans leurs fonctions. Le légat ne
  faisait donc que demander le retour à la légalité. Le 21 avril
  1476, Sixte IV approuve l'élection de deux conseillers à la place
  de deux qui étaient morts.

  [451] _Amplissima Collectio_, II, p. 1514, _Epistol._ LXXX.

  [452] _Reg. somm. des délibérat._, décembre 1475.

  [453] _Reg. somm. des délibérat._, janvier 1476.

  [454] _Reg. des délibérat. du Conseil_, 1476.--Arch. muicip.,
  _Invent_.

  [455] Arch. municip., _Invent_. imprimé.

  [456] Pastor, _Hist. de la Papauté_, IV, p. 298.

  [457] _Id._, IV, p. 298.

  [458] _Id._, IV, pp. 296, 297. Pastor fait remarquer avec raison
  que cette mission si importante de Jules de la Rovère en France
  est ignorée de la plupart de ses biographes, notamment de
  _Brosch_ (IV, p. 298). Pour la première fois, grâce aux Registres
  du Conseil de la ville d'Avignon, nous avons pu reconstituer le
  rôle et les agissements de Jules de la Rovère (de mars à
  septembre 1476) dans les affaires d'Avignon.

La guerre devenait dès lors inévitable, et les partis commençaient à
s'y préparer. Le 12 mars 1476, le conseil est avisé de la prochaine
venue de Jules de la Rovère à Avignon, mais l'assemblée ignorait
encore la nouvelle, tenue secrète, du remplacement de l'archevêque de
Lyon à la légation. Celui-ci, mis au courant de ce qui se tramait à
Rome contre son autorité, avait pris les devants, et le 17 avril[459]
1476, on annonçait l'arrivée à Avignon, par le Rhône, d'une grande
barque chargée de douze tonneaux de vin et de vingt à vingt-cinq
salmées de blé, destinés à l'approvisionnement du grand palais. Avisé
aussitôt, le conseil décide que le tout sera mis en entrepôt et en
lieu sûr, _attendu que cette affectation de se servir d'une voie
étrangère pour les denrées dont il a besoin ne fait rien augurer de
bon pour la ville, d'autant plus qu'on sait qu'il donne certains
signaux par des feux allumés du haut de la tour de Trolhas_[460].

  [459] _Reg. des délibérat. du Conseil_, 1475-1476.

  [460] La tour appelée aujourd'hui «Trouillas».

Le 19 avril 1476, le conseil est informé de l'approche de Jules de la
Rovère, neveu du pape, archevêque d'Avignon, en qualité de _légat
gouverneur d'Avignon et du Comtat_, et de son intention d'occuper le
grand palais, et d'en faire sortir incontinent ceux qui le détiennent
pour le compte de l'archevêque de Lyon. Le conseil délibère aussitôt
que les consuls et douze députés des plus notables auront plein
pouvoir pour établir une garnison aux portes et aux autres points de
la ville où besoin sera, et que des mesures seront prises incessamment
pour pourvoir à la sécurité de la ville et de ses habitants. Les
députés désignés furent: Louis Merulis, primicier de l'Université;
Guillaume Ricci, docteur; Antoine Ortigues, Girard de Sades, François
Malépine, Baptiste de Brancas, Pierre Baroncelli, Louis Pérussis,
Antoine Simonis, Veran Malhardi, Étienne de Gubernatis et Jean
Martini. Le 29 avril suivant[461], le conseil décide de notifier cette
décision à l'archevêque de Vienne, pro-lieutenant du cardinal de
Bourbon, et députe une ambassade au seigneur de Beaujeu[462], et à
l'archevêque de Narbonne, qui étaient au pont de Sorgues, pour tâcher
de pacifier les choses. C'est au milieu de cette agitation que le
nouveau légat pontifical arriva à Avignon, où il fut reçu avec la
déférence que commandaient ses nouvelles fonctions et sa parenté avec
la personne du souverain pontife.

  [461] Arch. municip., _Reg. des délibérat_. (avril 1476).

  [462] Pierre II de Bourbon-Beaujeu était le frère de Charles,
  archevêque de Lyon, et gendre de Louis XI. Voy. Delachesnaye des
  Bois, III, p. 476;--Anselme, I, p. 315.

De son côté, Louis XI n'était pas resté inactif, et son intervention,
à ce moment, avait, s'il faut en croire Belleforest[463], un double
but; intimider le pape et peser sur l'esprit du roi René dont les
ambassadeurs étaient partis secrètement pour aller offrir au duc de
Bourgogne son héritage, après avoir rejeté et divulgué audit duc
toutes les propositions à lui faites par Louis XI[464]. Mais on sait
comment la défaite du Téméraire à Granson détacha du duc de Bourgogne
tous ses alliés, et René, dont les ambassadeurs avaient été pris et
les projets dévoilés, n'avait plus qu'à solliciter son pardon. Ce fut
l'épilogue du combat de Granson (1476).

  [463] Belleforest, II, p. 126.

  [464] Commines, _Édit. Chantelauze_, V, c. i, p. 306, et V, c.
  ii, p. 311.--Cf. Muller, _Hist. des Suisses_, X, p.
  127;--Raynald, _Annal. ecclésiast._, 1476, §§ 1, 3;--César de
  Nostredame, _Hist. de Provence_, VI, p. 640; Sismondi, _Hist. des
  Français_, XIV, p. 476.

Mais Louis XI n'avait pas attendu une solution que donnât à ses
visées politiques le sort des armes. Au mois d'avril 1476, par
ordre du roi, des troupes du Languedoc furent mises en mouvement
et portées sur la rive droite du Rhône, avec ordre d'amasser une
grande quantité de vivres et d'approvisionnements de toutes sortes à
Villeneuve-lès-Avignon[465]. L'avant-garde de l'armée royale,
commandée par le capitaine Bertrand de Codolet, se présenta au pont
du Rhône pour attaquer le terroir d'Avignon. Quant au représentant du
légat, l'archevêque de Lyon, il avait fait occuper le palais
apostolique par une garnison de soixante hommes, archers et
arbalétriers, fournis par le roi de France et à la solde de 4 livres
par jour. Dans cette forteresse inexpugnable la petite garnison
française entretenait des signaux avec les soldats de l'armée royale
campés sur la rive droite du Rhône, et leur fournissait des
renseignements utiles pour l'attaque des remparts. Vers la même date,
et pour appuyer les troupes massées sur la rive droite du fleuve,
Louis XI faisait diriger par voie rapide toute son artillerie
disponible, traînée par plus de quarante-quatre chevaux, sur
Avignon[466]. L'amiral de Bourbon, frère de l'archevêque de Lyon,
avait été chargé du commandement de l'armée «laquelle nous avions
envoyée ès marches de par dellà et près de la dite ville pour obvier à
la mauvaise entreprinse du dit cardinal alyé à nos ennemis[467]».

  [465] Ménard, _Hist. de Nîmes_, III, p. 253.--Ménard, _Preuves_,
  III, p. 328. «A noble homme Guisarnaut de Gaube par mandement du
  Roy nostre Sire, en faisant mettre sus gens de guerre, assembler
  et mettre sus aussy porter vivres de plusieurs contrées du dit
  diocèse au dit lieu de Villeneuve-les-Avignon pour secourir à
  l'armée que le Roy nostre dit seigneur y avoit envoyée contre
  ceux d'Avignon au moys d'avril passé, etc. LXXVIII, livr.
  tournois.»

  «A Monseigneur Messire Philippe Gervais au moys d'avril dernier
  passé par plusieurs journées à fere assembler et porter vivres et
  artillerie de plusieurs lieux et contrées du dit diocèse aux gens
  de guerre pour lors de par le dit seigneur envoyez à
  Villeneuve-lès-Avignon contre ceulx d'Avignon. X livres.»
  _Preuves_, III. p. 328.

  [466] Toute cette artillerie fut reconduite vers Lyon le 4 mai
  1476. _Comptes de la Ville_, C.C., 1476.

  [467] _Lettres patent. de Louis XI_, Origin., Arch. de l'Isère,
  du 4 septembre 1476, série B.

Aucun des historiens, en mentionnant cette prise d'armes du roi de
France contre les domaines du Saint-Siège, n'a connu réellement les
faits tels qu'ils se sont passés. Presque tous affirment que Louis XI
occupa Avignon et le comté, et ne sont pas éloignés de croire que,
dans la pensée du roi, cette tentative d'occupation à main armée
n'était que le prélude d'une annexion définitive, et que le
Saint-Siège fut même menacé de perdre Avignon par la faute de son
légat[468]. Il y a là une exagération évidente, conséquence de
l'ignorance des archives locales, qui vont nous permettre de mettre,
pour la première fois, sous leur vrai jour, les événements politiques
et militaires si peu connus de cette période de l'histoire des États
citramontains de l'Église.

  [468] Fantoni, _Liv. cit._, p. 345.--Cottier, _Notes sur les
  Recteurs_, pp. 142, 143.--Cf. Morenas, _Lettr. histor._, p.
  12.--Charpenne, I, préface.--Cf. notamment Pastor (IV, p. 297)
  qu'on est étonné de voir partager cette opinion fausse.

Un document inédit et de la plus incontestable authenticité, renfermé
dans la caisse d'Avignon, parmi les papiers constituant le fonds de
l'inventaire de la Chambre des Comptes de Grenoble, nous apporte sur
les agissements de Jules de la Rovère, dans les événements qui vont
suivre, des renseignements forts curieux, que quelques historiens ont
soupçonnés, et qui n'expliquent que trop les griefs de Louis XI contre
la curie romaine et son représentant, le cardinal de Saint-Pierre ad
Vincula. Un certain Jean Aubert, dit de Montclus, seigneur et
chevalier de Montclus, avait été laissé à Avignon comme agent secret
du légat Charles de Bourbon, avec mission de le renseigner sur tout ce
qu'il pourrait saisir des desseins de Jules de la Rovère. Grâce à un
espionnage savamment dissimulé, ledit de Montclus ne tarda pas à
apprendre que le nouveau légat avait envoyé auprès de Charles le
Téméraire, duc de Bourgogne, son vicaire à Avignon, le sieur de
Lyennans, «lequel était revenu porteur de certaines lettres de créance
et instructions signées et scellées du seing et scel du dit duc de
Bourgogne adreçans au pape et au dit cardinal lesquelles lettres et
instructions estoient au grand dangier et préjudice[469]» de la
personne du roi et du royaume de France; que, pour mettre à exécution
ces mauvais desseins et entreprises, certaine alliance avait été
contractée entre ledit cardinal, le duc de Bourgogne et d'autres
ennemis du royaume (et ce disant, Louis XI fait évidemment allusion au
roi René). Au dire de Louis XI, le cardinal de Saint-Pierre aux Liens
était venu en Avignon pour mettre la main sur le palais apostolique,
en chasser la garnison française que le légat Charles de Bourbon avait
préposée à sa garde, et par la possession de cette forteresse
inexpugnable, barrer aux armées royales la route de Provence. On ne
saurait, en cette occurence, mettre en doute les accusations de Louis
XI contre le cardinal de Saint-Pierre ad Vincula, car ce sont ces
projets secrets que Baroncelli avait dû communiquer aux différents
corps élus d'Avignon et du comté, et qui motivèrent la délibération du
conseil de ville d'Avignon du 17 avril 1476[470].

  [469] Arch. de l'Isère, _Titres du Comtat Venaissin_, série
  B.--Voy. Pilot. _Catalog. des Actes du roi Louis XI_, II, p. 248,
  no 1667.--Tours, 4 septembre 1476.

  [470] Délibérat. du 17 avril 1476, _Reg. des Conseils_, IV.

Louis XI, informé de ce qui se tramait à Avignon par ledit seigneur
de Montclus, voulut intimider la curie romaine en mandant à Lyon, où
il se trouvait (mai 1476), le sieur de Montclus et le propre vicaire
de Jules de la Rovère, de Lyennans, les invitant à venir se justifier
auprès de lui. Le cardinal de Saint-Pierre aux Liens, dont la trahison
à l'égard de Louis XI n'était pas douteuse, pour empêcher son vicaire
de rien divulguer de la mission secrète qu'il avait remplie auprès du
duc de Bourgogne, s'empressa de faire incarcérer ledit de Lyennans,
comme témoin compromettant. Puis, sachant que le seigneur de Montclus,
en sa qualité de représentant de Charles de Bourbon, avait des
intelligences avec le capitaine qui gardait le palais, il tenta par
des promesses et toutes sortes de moyens de le gagner à sa cause.
N'ayant pu réussir dans son dessein, Jules de la Rovère, très irrité
contre le sieur de Montclus, le fit venir au petit palais[471], en
présence de l'évêque de Cavaillon, des évêques italiens qui avaient
accompagné le nouveau légat, des consuls et autres personnages
notables de la ville, et devant tous les assistants le cardinal entra
dans une violente colère, déclarant au sieur Montclus que s'il ne lui
faisait pas remettre incontinent le palais apostolique en obligeant
les gens de Charles de Bourbon à l'évacuer, «il luy feroit coupper la
teste et qu'il ne luy tenoit à guères qu'il ne le fist gecter par la
fenestre en la rivière du Rosne et que c'estoit le dit suppliant qui
les y avait mis et que par luy se conduisoient[472]». De Montclus,
sans s'intimider des menaces du cardinal, répondit que c'était à tort
qu'on l'accusait de maintenir dans le palais la garnison française;
qu'il n'avait point charge de traiter cette question, et que le mieux
était pour le cardinal de s'entendre avec les ambassadeurs du roi de
France, qui se trouvaient en ce moment à Avignon. Mécontent de cette
réponse et aveuglé par la colère, Jules de la Rovère donna l'ordre de
s'emparer sur-le-champ de la personne dudit de Montclus, et de
l'enfermer dans la prison du petit palais; il le fit lier et attacher
avec de gros fers aux pieds, et «loger en une grosse tour estroitement
et durement detenu en grant detresse de sa personne, couchier sur le
plastre comme s'il estoit ennemy de la foy et mecréant, garder par
certains habitans de la dite ville, piller et desrober tous ses biens
meubles qui estoient de bonne valeur estans en certaine maison qu'il
avoit au dit Avignon. Et contre toute forme de justice inhumainement
et cruellement feist tourmenter et mettre en gehayne et torture le dit
suppliant cuidant par ce moyen recouvrer le dit palais et que pour
éviter la mort du dit suppliant le capitaine et autres estans de dans
le dit palais eussent rendu au dit cardinal le dit palais et que faire
ne vouloirent[473]».

  [471] Le petit palais, dont il est souvent question, était la
  résidence des évêques d'Avignon, après que les papes et, après
  eux, leurs légats se furent établis dans le grand palais, ou
  palais des papes actuel. Il fut reconstruit par Jules de la
  Rovère sur le même emplacement et sert aujourd'hui de petit
  séminaire. Le Rhône coulait sous les fenêtres du palais.

  [472] _Lettres de Louis XI_, Docum. cité.--Arch. de l'Isère,
  série B.

  [473] _Lettres de Louis XI_, Docum. cité.

Cependant, comprenant que la détention dudit Montclus était illégale,
et que la ville et les habitants d'Avignon pourraient supporter les
conséquences d'un aussi grave abus d'autorité, au moment où l'armée
envoyée par Louis XI approchait de la ville[474], Jules de la Rovère
laissa entendre que de Montclus n'avait été mis en prison que pour
obtenir le recouvrement du palais indûment retenu, puisque, en
exécution des engagements pris par le roi et le légat en 1472, ledit
palais devait être rendu à première réquisition du Saint-Siège. Il
ajoutait, en outre, que ce faisant il avait voulu complaire à un
certain nombre d'habitants d'Avignon, ennemis du roi de France, qui
étaient débiteurs vis-à-vis de lui de certaines sommes qu'il avait
donné charge d'aller recueillir, en vertu d'une obligation déjà
ancienne, et après sommation faite par lettres patentes aux officiers
du Saint-Siège. Sous ce dernier prétexte, Jules de la Rovère fit
appliquer la torture audit sieur de Montclus, pour le forcer à
déclarer que lesdites lettres obligatoires adressées par Louis XI à la
ville «estoient induement faictes et forgées», alors que lesdites
obligations avaient été souscrites par la ville avant la naissance
dudit de Montclus et ne le touchaient en quoi que ce soit[475]. La
torture, appliquée avec tous les raffinements en usage chez les
bourreaux du Saint-Siège, alla jusqu'à la séparation des membres pour
contraindre Montclus à dire des choses «à l'appétit et vouloir» de ses
persécuteurs. Le malheureux prisonnier faillit en mourir. Ce que
voyant, le cardinal de Saint-Pierre _ad Vincula_, les habitants et
consuls de la ville d'Avignon, émus sans doute à l'idée qu'un
traitement aussi barbare et le trépas qui s'en suivrait engageaient
gravement la responsabilité de la ville aux yeux du roi de France,
cessèrent de torturer leur prisonnier. Quant à Jules de la Rovère, il
trouva moyen de parlementer avec l'amiral de Bourbon, commandant
l'armée royale, et partit d'Avignon pour venir à Lyon trouver le roi.

  [474] Avril 1476.

  [475] Louis XI fait certainement allusion à l'obligation que la
  ville avait contractée vis-à-vis du seigneur de Ropol, Louis de
  Valspergues, représentant de Michel et de Jean de Valspergues,
  coseigneurs de Caumont, à qui il était dû une somme assez forte
  par la ville (soit 3,000 écus) et par un citoyen, Allemand de
  Pazzis, qui avait fait faillite. Louis XI avait écrit aux consuls
  pour réclamer le paiement de cette dette en faveur de Louis de
  Valspergues.

Mais les consuls et les habitants d'Avignon comprenant enfin tout
l'odieux de leur conduite, afin d'apaiser la colère du roi «et les
dites deshonnestes faultes assoupper», envoyèrent auprès dudit de
Montclus, enfermé dans la tour de l'auditeur, une délégation qui se
composait de maître Tulle, docteur et juge de ladite ville, de maître
Accurse Meynier et d'Etienne Sedile, notaire de la cour de
Saint-Pierre et autres officiers, et de plusieurs autres notables
citoyens. Le juge de Saint-Pierre délivra sur-le-champ ledit de
Montclus comme innocent et sans charge aucune, en lui en donnant acte
par lettres que ledit suppliant avait requises «pour sa descharge et
s'en aider en temps et lieu». Tels sont les événements qui se
passaient à Avignon au moment où Louis XI, déjà très mécontent,
dirigeait des forces sur les terres du Saint-Siège, et on comprend dès
lors que l'accueil fait par lui à Jules de la Rovère n'ait pas été
précisément très amical.

A l'annonce des mouvements de troupes qui se dessinaient de l'autre
côté du Rhône, et des préparatifs de siège du palais apostolique, le
conseil de ville d'Avignon décida de faire garder les portes et les
remparts par une garnison de soixante hommes d'armes pendant huit
jours, et de leur payer à cette occasion 60 florins. Le soin de
constituer cette force armée fut confié à Marot Borgognon qui, ne
trouvant personne dans le pays, fut obligé d'envoyer quérir à
Tarascon, à Aix et à Marseille, des aventuriers pour concourir à la
défense de la ville[476]. Gaspard de Sarrachani et son frère Thomas
furent chargés de couvrir tous les passages du Rhône qui mettaient en
communication le terroir d'Avignon avec la rive languedocienne[477].
Les bacs à traille notamment devaient être l'objet d'une surveillance
rigoureuse. Quant à l'intérieur de la ville, les consuls avaient pris
toutes leurs mesures pour la mettre à l'abri d'un coup de main. Le
conseil avait fait fabriquer neuf couleuvrines qu'il avait placées
dans l'hôtel de ville[478], en refusant énergiquement de les laisser
transporter au grand palais[479]. Comme le bruit s'était répandu qu'un
assaut devait être livré au palais, les consuls donnèrent charge à
Marot Borgognon et à Antoine Simon, avec un certain nombre de
compagnons, de garder les passages près de la tour Trolhas par où
pouvaient s'introduire des troupes royales destinées à renforcer la
petite garnison fidèle à Charles de Bourbon. Borgognon et Simon avec
leurs hommes d'armes veillèrent pendant quinze jours et quinze nuits,
et outre les désagréments d'une pareille faction, ils encoururent la
disgrâce du seigneur de Lyon (Charles de Bourbon)[480].

  [476] Comptes de la Ville où se trouve le détail de la dépense,
  no 283 du Compte de 1476.

  [477] Comptes de la ville, annexe du 58e mandat. Comptes de 1477,
  1478.

  [478] 26 juin 1477. Mandat de 16 florins à Albergas Basilic,
  marchand d'Avignon, pour neuf couleuvrines qu'il avait vendues à
  la ville sous le consulat de Thomas Busaffi. Arch. municip.,
  Comptes, C.C., Mandat no 101, 1477, 1478.

  [479] _Reg. des délibérat._, du 1er mai 1476.

  [480] «Item quant es vengut au bruch del siège del Palais, les
  consols en la compaignie de Messires Anthony Symon me doneron
  charge ambe «certans» compaignons de guarda los passaiges au pres
  de la torre de Troulhas la hout ieu ay demorat xiiii ou xv jours
  et jor et nuyt. Et oltre los malo jors et malas nuytz enay
  aquestat la mala gracia de monsegnor de Lyon comme tout lo mont
  sap.» _Comptes de la Ville_, C.C., no 283.

  C'est à cette occasion qu'il y eut quelques escarmouches entre les
  assiégés et les soldats placés par la ville autour du palais. Il
  n'est parlé que de blessures légères, du reste. Le 14 mai 1478,
  les consuls payèrent un mandat de 3 florins à Antoine Massebon
  «pro vulnere illato et facto per illos de magno palacio, tempore
  guerre domini Lugdunensis.» G. G., no 405. Il n'y eut donc pas à
  proprement parler de siège du palais en avril-mai 1476, mais
  seulement quelques arquebusades échangées sans grand dommage.

Tels sont, dans toute leur simplicité, les événements militaires dont
les États du Saint-Siège furent le théâtre en avril-mai 1476, et
auxquels on avait donné une portée et un caractère contraires de tous
points à la vérité historique. S'il n'y eut pas, en réalité,
occupation _manu militari_ du comté et d'Avignon par les troupes du
roi de France, toutes les mesures furent prises pour l'effectuer.
L'attitude du roi René[481] d'abord, et de Jules de la Rovère ensuite,
suspendit les préparatifs belliqueux de Louis XI et donna aux
événements une tournure pacifique. Dès le 11 avril 1476, René d'Anjou
promit aux ambassadeurs du roi de n'avoir jamais plus d'intelligence
avec Charles le Téméraire, ni avec les autres ennemis de la couronne.
Il prit l'engagement de se rendre à Lyon pour assister à l'entrevue à
laquelle l'avait convié Louis XI, et prépara l'entrevue de Jules de la
Rovère avec le monarque. Les troupes royales furent incontinent
rappelées[482], et nous voyons quelques jours après les Avignonnais se
porter caution pour l'archevêque de Lyon, Charles de Bourbon, d'une
somme de 3,200 livres que ledit cardinal devait payer au roi de
France. Charles de Bourbon figure dans l'acte avec les titres de
_gubernator civitatis Avinionensis et Comitatûs_ et avec le titre de
_legatus a latere_[483]. Le 9 mai, le roi René qui, en passant, avait
eu un entretien avec Jules de la Rovère, arrivait à Lyon, où Louis XI
lui fit les honneurs d'une hospitalité vraiment royale. Les deux rois
vécurent dans la plus grande intimité, se montrant ensemble à la foire
avec les plus belles dames de la ville[484], et parurent parfaitement
réconciliés. Les compagnons du roi René, entre autres Palamède de
Forbin, reçurent des cadeaux des deux côtés. Celui-ci eut même du roi
René 4,000 livres de pension annuelle, et c'est en reconnaissance de
ces gracieusetés que les ambassadeurs provençaux s'employèrent de leur
mieux pour amener une cessation d'hostilités entre Louis XI et Sixte
IV[485].

  [481] Lecoy de la Marche, _Le Roi René_, II, p. 359.

  [482] Legeay, II, p. 200.

  [483] Instrument relatant un contrat passé entre Jehan de Foix,
  seigneur de Maille, pour le roi Louis XI, et Edouard de Messiaco,
  abbé de l'Isle-Barbe, lieutenant de Charles de Bourbon. Arch.
  municip., B.77, Origin. parchemin.

  [484] Commines, V, II, p. 311.--Cf. Lecoy de la Marche, I, 412,
  413.

  [485] Lecoy de la Marche, I, p. 554.

C'est au milieu de ces démonstrations d'amitié sincère entre les deux
rois que Jules de la Rovère arriva à Lyon, pour s'entretenir avec
Louis XI des difficultés pendantes avec le Saint-Siège. Le roi le
reçut fort mal d'abord[486], mais finit par l'écouter, sur les
instances du roi René, et exigea en premier lieu: 1º que Jules de la
Rovère renoncerait à sa légation et restituerait à Charles de Bourbon
la provision que le pape lui avait retirée au mois de mars 1476, et 2º
que les Avignonnais enverraient à Lyon une députation chargée de
prêter, au nom de la ville, serment de fidélité à la couronne[487].

  [486] Aubéry, _Vie des Cardinaux_, p. 469. Pendant les mois qui
  précèdent, Jules de la Rovère recevait de Sixte IV, son oncle,
  une pension de 104 ducats d'or par mois (mars-mai 1476). Arch.
  vat., _Reg._ 492.

  Le 11 juin 1476, une somme de 40 florins d'or est payée par le
  trésorier de la Chambre apostolique à Christophe de Bergame,
  _maître coureur_, qui est envoyé auprès du légat Jules de la
  Rovère avec les brefs. Arch. vat., _Reg._ 493, fol. CLXXXD, etc.

  [487] Chambaud, _Ann._, mss., fol. 390.

L'orgueilleux cardinal-légat s'humilia pour ménager le Saint-Siège et
les domaines de l'Église, et le 10 juin il fit tenir aux consuls
d'Avignon des lettres patentes leur enjoignant de reconnaître pour
légat Charles de Bourbon, archevêque et comte de Lyon[488]. Quelques
jours plus tard, le 18 juin 1476, Jules de la Rovère écrivait de
nouveau aux consuls[489] pour les informer que le serment de fidélité
exigé par le roi avait été prêté suivant la formule convenue, mais que
sa majesté entendait qu'il fût prêté en outre par le conseil de ville
comme représentant de la collectivité des habitants. En conséquence,
il leur faisait tenir une copie dudit serment, qui devait être
adressée à lui-même, revêtue de la signature des membres du conseil,
avec défense expresse d'y introduire la moindre variante[490]. «Et ont
juré Guillaume Ricci, François Peruzzi, Antoine Ortigues, Antoine de
Damiani, en présence de l'archevêque de Lyon, de M. l'admiral de
France, son frère, que dans la ville d'Avignon on ne souffrira aucune
personne qui puisse nuire au roi et à ses États, et on n'y prendra
point parti pour ses ennemys déclarés qui sont le duc de Bourgogne, le
roi Fernand, le roi d'Aragon et le roi d'Espagne, son fils, au moyen
de quoy le dit amiral et le vice-chancelier ont promis au nom du roi
de France de garantir la ville d'Avignon de toute oppression qu'on
pourrait vouloir faire aux sujets de Notre Saint Père, ainsi que des
attaques de ses ennemis». Les consuls et conseillers firent également
le même serment, sauf toutefois certaines réserves en ce qui touchait
l'obéissance et la fidélité au pape et son droit de souveraineté. Bien
que cette condition ne fût point stipulée dans l'acte, le grand palais
d'Avignon devait être occupé provisoirement, au nom du légat Charles
de Bourbon, par une garnison de soldats royaux, ce qui était pour la
cité papale une humiliante obligation, en même temps qu'une
perpétuelle cause de conflits. Quant au caractère même et à la portée
du serment des Avignonnais prêté à un souverain qui n'était pas le
leur, il ne faut pas s'y méprendre; il liait l'un vis-à-vis de l'autre
les contractants par acte public, et les Avignonnais ne manqueront
pas de s'en prévaloir dans une circonstance où la tranquillité de la
ville et la sûreté de ses citoyens se trouvent menacées par les
attaques du sacrilège Bernard de Gorland (1479-1480). Et il faut dire,
à l'éloge de Louis XI, que le roi de France ne faillit pas aux
engagements pris à Lyon[491].

  [488] Copie en latin de la lettre du 18 juin 1486. Arch.
  municip., série A.A.

  [489] Lettre de Jules de la Rovère aux consuls de Lyon, 18 juin
  1476.

  [490] Voici la formule du serment en latin: «Forma juramenti.
  Juraverunt Guillelmus Ricii, Franciscus Peruzzi, Antonius Urtice,
  Antonius de Damianis oratores, Regi clarissimo, in manibus domini
  vice cancellarii, presentibus reverendissimo domino Lugdunensi et
  domino admirato, quod in civitate Avinionensi nullum recipient
  exercitum inimicorum prefati clarissimi regis qui possit nocere
  persone nec statui ipsius clarissimi Regis. Inimici autem
  declarati sunt dux Burgundie, Rex Ferdinandus, rex Aragonum et
  Rex Yspaine, filius ipsius regis Aragonum, hoc mediante quod
  prefati domini admiratus et vice cancellarius, nomine prefati
  clarissimi domini Regis, promiserunt etiam civitatem Avinionis
  conservare ab omnibus oppositionibus, illamque defendere contra
  omnes emulos Sanctissimi domini nostri Pape et civitatis predicte
  ac inimicos eorumdem et ita facere firmaverunt Simile juramentum
  prestabunt consules et consiliarii dicte civitatis et literas
  illius expedient in forma patento sub sigillo dicte civitatis
  quas ad primum mandabunt reverendissimo domino.» Arch. de la
  ville, série A.A.

  [491] Lettre des Avignonnais à Monseigneur du Bouchage, 30
  janvier 1479, Origin., B. nation., _Anc. fonds franç._, mss., no
  2896, fol. 90.--Cf. Bernard de Mandrot, pp. 320, 321.

La question de la légation elle-même était laissée en suspens, mais
Jules de la Rovère promettait tacitement au roi et à son rival,
l'archevêque de Lyon de se rendre prochainement à Rome pour solliciter
de son oncle Sixte IV le chapeau de cardinal en faveur de Charles de
Bourbon, qui ne demandait rien de plus. L'entrevue de Lyon (mai-juin
1476) fut pour la politique de Louis XI un triomphe complet. Il avait
obtenu du roi René, sinon la substitution du roi de France à Charles
du Maine comme héritier de la Provence, au moins un engagement tacite
dont Palamède de Forbins fut le garant[492]. René ne voulut pas se
lier par un acte, contrairement à ce qu'affirme l'auteur de l'histoire
des Célestins[493], mais c'était le bruit public que le vieux roi
avait donné à Louis XI la promesse formelle de la cession de la
Provence à la couronne, à la mort de Charles du Maine, institué
héritier par testament du 28 juillet 1475[494]. Comblé de présents et
d'honneurs, René avait quitté Lyon le 9 juin 1476, laissant Jules de
la Rovère débattre avec Louis XI les questions qui intéressaient
spécialement les états pontificaux et la légation[495].

  [492] Lecoy de la Marche, _Liv. cit._, I, pp. 412, 413.

  [493] «Alii scribunt quod Renatus rex dùm esset Lugduni,
  Ludovicum regem nepoti suo Carolo substituit, substitutionem suam
  scripsit litteris miro picturæ artificio azureo colore
  conspicuam.» _Historia Cælestinorum._, mss., Bibl. Avignon, t. I,
  fol. 697.

  [494] Mathieu, _Hist. de Louis XI_, p. 345;--Legeay, _Hist. de
  Louis XI_, p. 204.

  [495] Lecoy de la Marche, II, p. 483.

Le rusé cardinal n'eut pas lieu de se plaindre des procédés de Louis
XI à son égard, car il obtenait de lui plus qu'il ne pouvait espérer,
surtout après la réception qui lui avait été faite. Son ton résolu et
prompt à la riposte, sa rouerie diplomatique, dissimulée sous une
apparente soumission, avaient produit sur l'esprit du roi une
impression très favorable, et Louis XI, après ces quelques semaines
d'entrevue, n'hésitait pas à appeler le cardinal de Saint-Pierre aux
Liens son «très cher et grant amy». Par lettres patentes données à
Lyon le 15 juin 1476, le roi «voulant mettre un terme aux grans
faultes, fraudes, abuz, déceptions et exactions de toute espèce qui se
commettoient à la Cour de Rome au détriment de tous ceux qui venoient
à besougner à cause de la diversité des personnages auxquels ils
s'adressaient, déclare que désormais toutes les personnes qui auront à
se pourvoir en Cour de Rome se addressent a son très cher et grant amy
le cardinal de Saint-Pierre _ad Vincula_[496]». Louis XI accordait en
outre à Jules de la Rovère l'autorisation d'exercer dans le royaume
ses facultés de légat, bien que ledit légat «ne luy en ait demandé la
permission, comme il est de coutume, et sans qu'il soit tiré à
conséquence[497]». En outre, par d'autres lettres patentes, données à
Lyon le 21 juin 1476, Louis XI autorisait le cardinal de Saint-Pierre
ad Vincula à posséder dans le royaume de France tous les bénéfices
dont il avait été ou pouvait être pourvu, archevêchés, évêchés,
abbayes et autres dignités et bénéfices quelconques, et à quelque
valeur et estimation qu'ils pussent monter. Dans les raisons qui
poussaient le roi à octroyer cette faveur, Louis XI parlait «de la
grant et singulière amour et amitié que avons a lui. Et en faveur de
plusieurs grans louables et notables services dignes de recommandacion
qu'il nous a faiz et espérons qu'il nous face au temps advenir[498]».
Enfin, six semaines après l'entrevue de Lyon, Jules de la Rovère
affermissait encore ses bons rapports avec le roi de France en
accordant la dispense pour le mariage de Louis d'Orléans (futur Louis
XII) avec Jeanne de France, fille de Louis XI[499].

  [496] Bibl. nation., _Ancien fonds franç._, no 3882, fol.
  209;--_Musée des arch. nation._, p. 286.

  [497] Bibl. nation., _Ancien fonds franç._, mss.
  294;--_Catalog._, I, p. 538.

  [498] Extrait des minutes de Jean Robini, notaire (Lettres
  vidimées le 13 juin 1485). Voy. aux pièc. justificat., no XXI.

  [499] De Mauldes, _Collect. des Docum. inédits; Les Procédures
  politiques sous Louis XII_, pp. 926, 929.

L'entrevue de Lyon, grâce à l'influence du cardinal de Saint-Pierre
aux Liens sur l'esprit du roi, fut féconde en résultats heureux pour
les Avignonnais. Par lettres patentes données à Lyon le 21 juin
1476[500], Louis XI accorda aux sujets du pape le droit de construire
des «palières» pour protéger leur terroir contre les débordements
périodiques du Rhône. Ce droit, qui avait déjà été consacré par
lettres données à Compiègne, le 7 février 1470 et le 26 janvier
1474[501], était contesté par les officiers de la couronne, et à
diverses reprises les Avignonnais avaient fait appel à la justice du
roi pour la sauvegarde de leurs propriétés. «Pourquoy nous les choses
dessus dictes considérées, inclinanz liberallement à la supplicacion
et requeste que sur ce nous a este faite par nostre tres chier et
grant ami le cardinal _Sancti Petri ad Vincula_, légat du Saint-Siège
apostolique estant nagueres par devers nouz à Iceulx supplianz pour
ces causes et considéracionz et autres à ce nous mouvanz avons octroye
et octroyons de grace espécial par ces presentes que la sus dite
palière, taudiz, et reparacionz par eulx ainsi faictes du coste de
leurs terres sur le rivage de la dite rivière du Rosne soient et
demeurent en l'estat quelles sont de present tant quelles pourront
durer, sanz que Iceulx supplianz soyent ou puissent estre contrainz à
Icelles démolir ne abatre, ne que pour icelles avoir faict faire, ils
en soyent molestez ne travaillez par aulcunz noz officiers soubz umbre
des sus dites multes ou peines declairées ou à declairer en quelque
manière que ce soit ou puisse estre. Et lesquelles peines et multes
saucunes estoient declairées nous voulons au cas dessuz dit estre
nulles et de nulle valeur. Et icelles avons abolies et abolissons par
ces présentes pourveu toutes foys que les ditz d'Avignon ne feront
faire doresenavant sur la dite palière aucunes reparacions en quelque
manière que ce soit. Et quant la dite palière sera rompue et desmolie
iceulx de Avignon ne la feront ne pourront reffaire sanz noz vouloir
congié et licence[502].» Cette concession royale avait aux yeux de la
ville bien plus d'importance qu'on ne le croirait généralement, car
outre la nécessité de pouvoir élever des «pallières et taudis» en vue
de préserver les terres des débordements subits, au moment de la fonte
des neiges et des orages dans la région cévénole, il y avait encore à
sauvegarder l'intérêt même de la navigation, qui était au XVe siècle
l'unique voie de communication entre le nord et le midi de la France.
Or, le Rhône ayant toujours eu une tendance bien marquée à se jeter
vers la rive droite, les Avignonnais attachaient la plus grande
importance à pouvoir effectuer en toute liberté des digues en terre et
en fascines dites, «pallières», pour ramener sur la rive gauche le
courant principal du fleuve, que suivaient les barques de marchandises
allant d'Arles et de Tarascon sur Lyon. La ville accueillit la
décision de Louis XI comme un grand bienfait, et c'est une des mesures
que Gilles de Berton et Louis de Merulis, de retour d'une ambassade
auprès de Louis XI, feront valoir auprès des membres du conseil de
ville pour marquer la bienveillance du roi à l'endroit de la
cité[503].

  [500] Donné à Lyon sur le Rosne, le XXIe jour de juing 1476.
  Orig. Arch. municip., B. 64, no 44, Cott. V.V.

  [501] Bibl. nation. _Invent._, III, 3882, fol. 16.

  [502] 21 juin 1476, à Lyon. On trouve des lettres ayant le même
  objet du 7 février 1470 (B. 65) et de janvier 1474 (B. 65) et de
  Selles en Poitou du 20 avril 1469 (B. 64).

  [503] _Reg. des délibérat. du Conseil_, 19 mai 1479.

A la question de droit de pallières était liée celle du pontonage du
Rhône. Cette dernière avait pour Avignon un intérêt capital, car c'est
par le grand pont de pierre, construit sur le Rhône vers la fin du
XIIe siècle, que se faisaient les échanges de denrées et de
marchandises entre les Avignonnais et la rive languedocienne. Beaucoup
d'Avignonnais possédaient des domaines sur la rive droite, dans les
limites du diocèse d'Avignon, et c'est du Languedoc que la ville
recevait une bonne part des céréales, du vin et du bétail nécessaires
à l'alimentation de ses habitants. La rupture ou l'interdiction du
pont était, pour la ville, une cause de ruine et de disette[504]. Or,
la cité d'Avignon, aux termes des lettres patentes du roi Charles
V[505], n'avait la propriété du pont que jusqu'à la chapelle,
aujourd'hui encore existante, de _Saint Nicolas_[506], c'est-à-dire
après la deuxième arche; l'autre partie, de beaucoup la plus longue,
était terre royale, et les officiers du roi et maîtres des ports de
Villeneuve en avaient la surveillance et la garde. Les Avignonnais,
dès 1451[507], avaient prié le cardinal d'Estouteville d'intervenir
auprès de Charles VII, pour faire savoir au roi que la ville étant
dans l'intention de reconstruire quelques parties du pont qui
menaçaient ruine, priait sa majesté de donner un avis favorable à la
requête et d'autoriser l'affectation du produit des péages à la
reconstruction et à l'entretien dudit pont. C'est à Lyon encore que
Louis XI, par lettres patentes du 21 juin 1476[508], décida que le
produit du péage du pont d'Avignon, tant du côté de la ville que du
côté du royaume, appartiendrait aux officiers royaux, lesquels
seraient tenus d'en employer les sommes à l'entretien du pont,
conformément à un tarif convenu[509].

  [504] On peut en juger par l'affolement de la ville sous Henri
  IV, lorsque Montmorency, gouverneur du Languedoc, en réponse aux
  mesures de rigueur du vice-légat, avait fait fermer le passage du
  côté de la rive droite. Voy, Barbier de Xivrey, VII, p. 117,
  _Lettres de Henri IV_.

  [505] Arch. municip., Origin.;--_Bullar. Avinion._

  [506] C'est au-dessous de cette chapelle que dès le XVIe siècle
  fut installée la douane chargée de plomber les étoffes de soie
  sortant d'Avignon.

  [507] _Annal. d'Avignon_, mss. Chambaud, fol. 173.

  [508] _Rec. des Ordonnances_, XVIII, pp. 197 et suiv.

  [509] Il y a également d'autres lettres de Louis XI pour le même
  objet du 21 juin 1476. Arch. municip., B. 68.

Mais le plus grand acte de la générosité royale à l'égard des
Avignonnais et Comtadins, au XVe siècle, fut sans contredit signé à
Lyon, sur la demande de Jules de la Rovère; des lettres patentes du 21
juin 1476 portaient suppression de toutes lettres de marques et de
représailles laxées à l'encontre des Avignonnais et autres sujets du
Saint-Siège par les officiers de la couronne. Et il faut reconnaître
que ces derniers en abusaient quelque peu, et souvent pour des causes
non justifiées. Ce droit barbare, qui donnait à la partie lésée, ou
soi-disant lésée, le droit de se saisir des biens meubles et immeubles
et des personnes originaires du même pays que la partie offensante,
jusqu'à concurrence de la valeur estimative du dommage causé, était
pour les états citramontains du Saint-Siège une vraie mise en
quarantaine qui suspendait la vie même de la cité papale et de ses
annexes. Ces moyens de coercition étaient d'autant moins admissibles
que l'Église répugnait à les employer[510]. Or, il n'y avait pas
d'année où les Avignonnais ne fussent frappés de représailles, à la
demande de quelque créancier dont les titres étaient parfois
contestables, comme nous l'avons vu pour Gabriel de Bernes, ou de
marchands de passage, qui se plaignaient d'avoir été volés par quelque
filou, au moment des grandes foires, et obtenaient des lettres de
représailles contre la ville et ses habitants. Bien misérable alors
était la condition des sujets du pape. Tout commerce était suspendu,
toute transaction avec le dehors interdite. Bien plus, pour les états
pontificaux de France, leur condition, par suite de la délimitation
topographique, était intolérable. La plupart des terres cultivables
des Avignonnais étant situées au delà de la Durance, c'est-à-dire en
Provence, ou par delà le Rhône, c'est-à-dire en Languedoc, les
propriétaires ne pouvaient transporter leurs produits chez eux sans
risquer de voir les officiers royaux en opérer la saisie sur la
demande d'un simple particulier, qui avait obtenu contre la
collectivité des citoyens avignonnais des lettres de représailles.
L'abus était tellement monstrueux que déjà, à diverses reprises,
Charles VII avait suspendu, en 1442[511] et le 13 juin 1443[512], les
lettres de marques délivrées contre Avignon. Il arriva même que des
officiers royaux peu délicats trafiquaient de leur autorité pour laxer
des représailles contre les Avignonnais inoffensifs, sous les
prétextes les plus futiles, et partageaient avec le demandeur une
partie de la prise. Le 10 novembre 1456, Charles VII délivre des
lettres patentes par lesquelles il révoque les représailles laxées par
le viguier de Villeneuve contre les habitants d'Avignon, «attendu que
ledit Viguier a faict sous vans abuz et exploiz voluntairement de son
auctorité privée sans auctorité, commission ne mandement[513]».

  [510] Voy. René de Mas Latrie, _Les droits de marques et de
  représailles au moyen âge_, Bibl. de l'École des Chartes, 27e
  ann., 6e série, t. II, 1865, p. 541.

  [511] Arch. municip., B. 51, no 64.

  [512] _Id._, B. 50. Voy. X{ta} 8605, Arch. nat., pièces
  justificat.

  [513] _Id._, B. 50.

En accordant aux sujets pontificaux les lettres patentes du 26 juin
1476, Louis XI mettait les Avignonnais à l'abri de l'arbitraire des
agents subalternes de la couronne, mais il ne se gêna pas, pour cela,
d'y recourir lui-même, lorsqu'il jugea les Avignonnais, ses amis,
coupables d'avoir attenté à la toute-puissance royale. «Attendu que
matière de marques est une espèce de guerre, et que la continuacion
d'icelle est une destruction de ce pais et subjectz et de la chose
publique, d'autant que les ditz habitanz d'Avignon et seigneurie, et
ont bonne intention et voulonté de touzjours ainsy faire et continuer,
et que si aulcunz abuz de justice ont este faiz et commis, par cy
devant par les ditz d'Avignon à l'encontre de nos ditz officiers et
subjectz ce a été par ceulx qui ont eu par aucun temps administration
de la justice et aultres particuliers du dit lieu au desceu et sans le
consentement du corps et communauté de la dicte ville. Il nous plaist
les dites marques et représailles mettre au néant affin que
marchandise se puisse remettre entre nos subjectz et eulx, et que noz
ditz subjectz et ceulx du dit Avignon et conte de Venissy puissent
fréquenter et commerser ensemble comme ils souloient faire le temps
passé. Savoir faisons que nous, considérant les choses dessus dites et
mesmement que la dite ville d'Avignon et conte de Venissy est
«neument» de la terre de l'Église et à nostre saint père le pape,
parquoy vouldrions les habitans et subjectz d'icelle estre
favorablement traictez. Eu sur ce advis conseil et meure délibéracion
avec les gens de nostre grant conseil avons declairé et ordonné
déclairons et ordonnons par ces presentes que aucune marque ne soyt
desormais extraite à l'encontre des dits d'Avignon et conte de
Venissy, ne aulcun deux et non quelle soyt adjugiée et declairée par
nous et les gens de nos grant conseil ou par l'une de nos courtz de
Parlement en quelque manière ou pour quelconque cause ou occasion
quelle soit ou puisse estre octroyée[514].» En accordant cette
immunité aux sujets du Saint-Siège, Louis XI donnait satisfaction au
pape qui avait déjà fait entendre maintes fois à ce sujet ses
protestations; il mettait un terme aux vexations et aux insolences de
ses agents subalternes; malheureusement, comme toutes les faveurs
royales, les lettres de Lyon comportaient des restrictions dont les
bénéficiaires ne devaient pas tarder à pâtir.

  [514] Origin., Arch. municip., B. 50.--Ces lettres furent
  enregistrées par le Parlement de Grenoble le 15 juin 1479. Arch.
  départ. de l'Isère, _Reg._, Cott. I, fol. 326. _Invent. de la
  Chambre des Comptes._ Voy. Pilot, _Catalog._, 1665, p. 247, 21
  juin 1476.--_Id._ II, nos 1747-1748, p. 291. De Montargis, 8 mai
  1479.

En se séparant, après une entrevue de plusieurs semaines (mai-juin
1476), chacun des contractants emportait des concessions ou des
promesses inespérées; le vieux roi René, une pension viagère, 40.000
écus et l'assurance de la mise en liberté de sa soeur, prisonnière en
Angleterre[515]; Louis XI avait la perspective de mettre bientôt la
main sur la Provence et de préparer à la couronne la domination de la
Méditerranée[516]. Il avait aussi la satisfaction de voir régler d'une
façon pacifique son conflit avec Rome. Quant à Jules de la Rovère,
tout en reconnaissant à Charles de Bourbon la qualité de légat _a
latere_, il était maintenu dans sa légation d'Avignon et obtenait pour
ses administrés de précieux privilèges. Le conseil de ville
reconnaissant, délibéra, le 7 août 1476, de voter 2,000 florins au
cardinal légat pour le remercier de ses bons offices[517]. Jules de la
Rovère rentra de son voyage en France au commencement de l'automne, le
4 octobre 1476. Il arriva à Foligno, où le pape et les cardinaux le
complimentèrent sur le succès de sa mission[518]. Désireux de tenir
ses engagements, Sixte IV créa Charles de Bourbon cardinal le 18
décembre 1476.

  [515] Marguerite d'Anjou libérée au traité de Pecquigny, 1475.

  [516] Mathieu, _Hist. de Louis XI_, p. 345. «Avant que de partir
  contenta le Roy des asseurances qu'il desirait pour adjuster la
  Provence à la couronne.»

  [517] _Reg. des délibérat. du Conseil_, 1476.

  [518] Pastor, _Hist. de la Papauté_, IV, p. 297 et note 6.

Quant aux Avignonnais, ils reçurent les compliments les plus flatteurs
du Saint Père, pour la correction de leur attitude dans le conflit qui
avait un instant mis aux prises le Saint-Siège avec la Cour de France.
«Vous avez fait, leur écrivait le souverain pontife, ce qu'il
convenait et ce que nous attendions de vous. Nous vous exhortons à
persévérer dans ces sentiments, et vous pouvez comprendre que les
dispositions du Saint-Siège et les nôtres vous seront de plus en plus
favorables[519].»

  [519] «Fecistis enim quod decuit et quod de vobis sperabamus.
  Perseverate igitur, vos hortamur in dies magis, ex quo nos et
  sedem ipsam semper fieri poterit, in rebus vestris propitios
  sentietis.» Datum Rheate, XVII, octobre 1476. Arch. municip.
  Origin., B. 50.

Mais des événements autrement graves allaient détourner Louis XI des
affaires de Rome. A ce moment, en effet (janvier 1477), toute son
attention était portée sur la lutte décisive qui se livrait sous les
murs de Nancy, et où son plus redoutable ennemi, Charles le Téméraire,
devait périr si misérablement, enseveli dans sa défaite. On comprend
que les historiens de ce grand règne aient passé sous silence des
faits d'un ordre secondaire, au milieu de cet ébranlement général du
royaume, et c'était une raison de plus pour nous de les faire revivre
d'après des documents nouveaux.



CHAPITRE VII

Les dernières années de Louis XI (1476-1483).

Caractère général de la politique à l'égard d'Avignon.

Bernard de Guerlands et Jehan de Tinteville.

Faveurs royales.

  Les dernières années de Louis XI.--Les tentatives des Routiers et
    des Florentins sur Avignon et le Comté.--Le sacrilège Bernard
    de Guerlands (1478-1479).--Les consuls s'adressent à
    Monseigneur du Bouchage.--Intervention de Louis XI qui protège
    les sujets du Saint-Siège (février-mars 1479).--Nouvelle
    attaque de Jehan de Tinteville ou Dinteville
    (1480-1481).--Petitjean maître d'hôtel du roi à Avignon
    (1481).--Politique équivoque de Louis XI.--Il désavoue
    Tinteville (janvier 1483). Mort de Louis XI.--Sentiments des
    Avignonnais.--Funérailles du roi célébrées à Avignon (24
    septembre 1483).--Privilèges divers accordés par Louis XI aux
    Avignonnais.--Il protège le commerce et la navigation.--Lettres
    des 24 mai 1482 et avril 1480.--Il confirme les privilèges du
    péage à sel (26 janvier 1478).--27 janvier 1481.--Résumé et
    conclusion.


Forts de l'appui du roi et des engagements pris à Lyon, les sujets du
pape, dès 1478-1479, font appel aux promesses du roi et sollicitent
son intervention pour rétablir l'ordre et la sécurité dans le pays
qu'il a pris sous sa protection. Voici dans quelles circonstances. La
conspiration des Pazzi, qui avait éclaté à Florence[520] contre les
Médicis, 26 avril 1478, et amené la pendaison de l'archevêque de Pise
et du comte Riario, neveu de Sixte IV, eut pour conséquence de pousser
à l'exil un grand nombre de familles florentines qui, redoutant des
représailles de leurs ennemis politiques, vinrent se fixer à Avignon,
où étaient, depuis longtemps déjà, établis bon nombre de leurs
compatriotes occupant de hautes situations dans le commerce, dans la
finance et dans l'industrie. Les nouveaux venus espéraient à leur tour
trouver dans la cité papale un refuge contre les persécutions[521].
Malheureusement, les rapports commerciaux, si fréquents entre Avignon
et Florence[522], ouvraient une route commode aux ennemis des familles
émigrées, et dans les derniers mois de 1478, des bandes armées,
composées en grande partie d'aventuriers florentins, faisant cause
commune avec les routiers de Provence, envahirent le comté, sous la
conduite d'un certain Bernard de Guerlandz ou Gorlands[523],
originaire de l'Isle en Venisse, et s'inspirant des exploits
légendaires de feu Raymond de Turenne, commirent dans les terres de
l'Église tous les excès imaginables dont étaient coutumières en
pareille occurrence les vieilles bandes de routiers. Les documents que
nous produisons sont d'accord pour fixer le nombre de ces malandrins à
XVe (1,500) «tant à pied qu'à cheval». Tout d'abord Guerlands et ses
compagnons de pillage, suivant la coutume d'alors, se donnaient pour
des Anglais envoyés par le roi «en ses marches» «soy disant estre en
nostre service soubz umbre de nous, comme si a icelluy (Guerlands) en
ussions donné congié et un exprès mandement[524]». A cet impudent
mensonge, les brigands ajoutaient qu'ils étaient envoyés au secours
des Florentins et qu'ils avaient la permission de traverser le pays. A
la tête de ces routiers se trouvait, avec Bernard, Luc de Cambis,
banquier florentin depuis longtemps établi à Avignon. Le point de
concentration de cette expédition fut Lyon, et le pourvoyeur des
aventuriers un certain Florentin, Bundelmunti, qui fit les avances
d'argent en passant au Pont-Saint-Esprit. Si l'on donne crédit au
récit des doléances portées par les consuls d'Avignon dans leur lettre
à Monseigneur du Bouchage[525], chambellan et conseiller du roi, ces
aventuriers d'au delà des Alpes dépassèrent en cruauté et en
dévastations tout ce que l'on avait vu jusque-là. «Pris par force cinq
ou six places fortes où ils ont fait et font incessamment beaucoup de
maulx, tuer genz, violler femmes et filles pucelles de quelque aige
qu'elles soyent, brûler maisons et genz, desrober marchans sur chemin,
prendre bestial et mesnaige des pouvres gens et les vendre de fait et
tant de maulx que l'on n'en debvroit pas faire tant en terres de
Turcz.» Les consuls d'Avignon insistent très vivement auprès du favori
de Louis XI pour obtenir sans délai l'appui de sa majesté en hommes de
guerre: «en vous suppliant que vostre plaisir soit de addresser le dit
pourteur au roy et luy remonstrer les susdites oppressions et
violences et luy recommander tres humblement la cité, terres et
subgectz de l'Église, comme ses tres humbles et bons serviteurs et
alliez et luy supplier qu'il plaise en commandant le dit Bernard estre
pugny de ses grans forffaitz pour en donner exemple aux autres et luy
plaise de nous garder de toutes offences et oppressions ainsi que sa
dite Magesté nous a promis au moyen du serrement que derrenièrement
luy feismes à Lyon[526].» Pour montrer leurs sentiments d'obéissance
et de fidélité à l'égard de sa majesté, les consuls ajoutent que si
ledit Bernard de Guerlandz avait eu mandement du roi, la ville
certainement se serait empressée de lui donner passage, comme elle l'a
toujours fait pour ceux des capitaines qui étaient porteurs d'un ordre
royal.

  [520] Guillaume Pazzi se réfugia à Lyon où il y avait déjà
  beaucoup de Florentins établis à demeure. D'autres Florentins
  plus ou moins compromis vinrent les y rejoindre. Voy. Perricaud,
  _Rev. du Lyonnais_, 1855, IX, X, p. 457.

  [521] Chambaud, _Hist. d'Avignon_, mss., III, fol. 149. Fantoni,
  _op. citat._, p. 344.

  [522] Desjardins, _Nég. avec la Tosc._, V, chap. II, 69.

  [523] On trouve _Gorland_, _Guerland_, _Guerlands_.

  [524] Lettre de Louis XI au Maistre des Ports, Bastard de
  Comminges; pièc. justificat., XIX.

  [525] Lettre des Avignonnais à Monseigneur du Bouchage.--Cf.
  _Imbert de Batarnay_, par Bernard de Mandrot, p. 320.--Imbert de
  Batarnay, seigneur du Bouchage, conseiller des rois Louis XI,
  Charles VIII, Louis XII et François Ier. C'est ce personnage qui
  fait l'objet du livre de M. Bernard de Mandrot, Paris, 1886,
  in-fo.--Voy. pour ce personnage, Pilot, _Catalog._, 1290, p. 4,
  not. 3.

  [526] Lettre inédite, Origin., B. nat., fonds français, mss., no
  2896, fol. 90.--Cette lettre ayant été donnée par M. Bernard de
  Mandrot (Voy. Imbert de Batarnay, pp. 320, 321), nous n'avons pas
  cru devoir en reproduire le texte aux pièces justificatives.

La diplomatie de Louis XI a des côtés tellement ténébreux qu'il est
parfois difficile d'en suivre les trames et que, dans tous les cas, on
a quelque raison de douter de sa bonne foi politique. Or, à ce moment,
la question des guerres civiles qui déchiraient la république
florentine avait fait de Sixte IV et du roi de France deux champions
prenant parti pour l'un des deux adversaires. En apprenant la mort
violente de son neveu Riario, le pape, furieux de cet acte de justice
sommaire, déclara la guerre aux Florentins. Une bulle de juillet 1479
portait que lesdits Florentins ne pourraient être admis à aucun office
séculier ni dans aucun conseil élu; que s'il y en avait quelqu'un dans
les États du Saint-Siège, il devait s'en démettre sur-le-champ,
menaçant d'excommunication ceux d'Avignon qui leur commettraient
lesdits offices. Finalement, la bulle interdisait aux Florentins
fugitifs l'accès d'Avignon et de son territoire.[527]

  [527] Arch. municip., Origin., B. 31.--Les Florentins ne purent
  occuper d'emploi public que par bulle de Sixte IV du 10 mars
  1484. Ils en avaient été exclus en 1478.

Louis XI, au contraire, en relations depuis longtemps très suivies
avec les Médicis, «Lyonnet de Médicis, son compère[528],» désireux de
voir s'apaiser le conflit, proposa sa médiation, offrant de convoquer
à Lyon un concile qui servirait d'arbitre entre les deux partis et où
l'on s'occuperait également de préparer une croisade contre les
Turcs[529]. A ces avances, Sixte IV n'avait répondu que d'une façon
très évasive et formulant à l'égard des Florentins des exigences
inacceptables. En recevant la nouvelle des ravages commis par les
aventuriers florentins dans le comté et le terroir d'Avignon, Louis XI
ne montra pas une grande surprise, mais plutôt l'attitude d'un homme
qui connaît les dessous secrets de cette chevauchée et qui, tout en
étant complice, s'empresse de la désavouer et de décliner toute
participation à des actes de brigandage à main armée. Comme l'envoyé
de la ville lui expliquait que c'étaient des Anglais qui disaient
aller au service des Florentins, le roi répondit «que c'estoient des
trez (traits) de son compère Lyonnet de Médicis et qu'il avoit faict
faire tout cecy sans son sceu dont il monstra n'estre pas contant et
me dit qu'il vouldroit garder ceulx d'Avignon et du comté de Venisse
comme ses propres subgectz et mieulx, se mieulx povait. Et, en effet,
dist quil vouloit que tous ses officiers tant du royaume que de
Dalphiné vous donnassent tout l'ayde et faveur que leur vouldriez
demander pour leur faire reparer les dommaiges faitz et faire vuyder
hors de la terre de l'Esglise, car il n'entendit oncques quils y
entrassent ne feissent nul dommaige et quil ne les advouoit ne vouloit
soutenir en façon quelconque[530].» Et en effet le roi donne aussitôt
des ordres à Monseigneur du Bouchage et au comte de Castres pour que
les lettres nécessaires aux consuls et habitants d'Avignon fussent
expédiées le plus promptement possible. On remarquera qu'au cours de
cette lettre, qui ne fait que reproduire en termes brefs la
conversation échangée sur ce sujet entre Louis XI et Baptiste Bézégat,
chargé de représenter les intérêts de la cité, le roi parle à peine du
Saint-Siège et qu'il n'envisage au contraire que les justes doléances
des Avignonnais. Son langage vis-à-vis d'eux pouvait ne pas manquer de
sincérité, mais l'empressement qu'il met à désavouer les exploits des
bandes de Bernard de Guerlands, son insistance à laisser croire que
tout s'est fait à son insu, donnent facilement créance à cette
hypothèse que Louis XI, s'il n'a pas favorisé la tentative de
Guerlands, ne l'a pas désapprouvée, s'applaudissant peut-être de voir
une bande d'aventuriers saccager les terres du Saint-Siège pour amener
Sixte IV à composition[531]. La lettre de Bézégat aux consuls est du 9
février 1479. Dès le 7 du même mois, Louis XI écrivait à Bernard,
bâtard de Comminges[532], maître des ports, une lettre où il relatait
tous les excès commis par Guerlands et ses hommes et en reproduisant
le texte même de la supplique adressée, le 30 janvier précédent, par
la ville d'Avignon à Monseigneur du Bouchage. «Et pour ce que
n'entendons aucunement la dite cite ne les habitans d'icelle et du dit
conte, _comme noz confédérés, aliez et dévotz de nostre couronne_,
soient vexez ne opprimes en quelque manière que ce soit mesmement
comme à terre de saincte mère Esglise a cuy nostre désir ne serche que
servir, obeyr et complaire et que aussi en justice tous excès,
violences, forces et aultres maulx et roberies ne se doibvent
souffrir, vous mandons que veues ces presentes sur tant que desirez
nous complaire que incontinent et sans delay, faictes vuyder le dit
Bernard avec ses dits complices hors la «dicte conte[533].» Mais
quelque activité que montrât le roi dans cette circonstance,
l'occupation des terres papales se prolongea jusqu'au mois de mai
1472. Dans l'intervalle, la ville dut se défendre elle-même et faire
garder les portes et les remparts pour éviter une surprise des
routiers[534]. Enfin, au mois de mai 1479, Louis XI, à la suite d'une
nouvelle ambassade que lui avait envoyée la ville, composée de Gilles
de Berton, premier consul, et de Louis Merulis, deuxième consul,
intima l'ordre au parlement de Grenoble de faire poursuivre avec la
dernière rigueur les partisans de Guerlands, prescrivant par lettres
patentes datées de Montargis, le 8 mai 1479[535], de donner aux sujets
du Saint-Siège tous les secours dont ils auraient besoin. Quelques
compagnies de troupes royales envoyées du Dauphiné poursuivirent les
routiers de Guerlands et les expulsèrent du territoire pontifical.

  [528] Lettre de Bézégat aux consuls d'Avignon, du 9 février 1479.
  Voy. pièces justificat., no XX.--Cf. Huillard-Breholles, _Rev.
  des Soc. sav._, 1861, p. 314.

  [529] Dareste, _Hist. de France_, III, pp. 298, 299.--Cf.
  Huillard-Breholles, Louis XI protecteur de la Confédération
  italienne, _Rev. des Soc. sav._, 1861, 2e série, p. 317.

  [530] Lettre de Baptiste Bézégat aux consuls, 7 février 1479.
  Pièces justificat., XX.

  [531] En janvier 1479 une ambassade composée de Guy d'Arpajon et
  d'Antoine de Morlbon, premier président au Parlement de Toulouse,
  envoyée par le roi auprès de Sixte IV dans un but pacifique,
  échoua dans sa mission. La paix ne fut définitive qu'en décembre
  1482.--Cf. H. Bréholles, _Rev. des Soc. sav._, 1861, p. 331.

  [532] Le Bastard de Comminges, maître des ports de Languedoc,
  figure parmi les commissaires royaux chargés (en 1476, juin) de
  régler les différends au sujet des limites du Rhône. Voy. Arch.
  municip., _Invent._, B. 70, no 2351.

  [533] Louis XI au Bastard de Comminges, 7 février 1479. Orig.
  inéd., Arch. municip., série A.A., pièc. justificat., XIX.

  [534] Mandat de 27 florins 1/2 à Thomas de Sarrachino «pro
  custodia dicti portalis (Saint-Lazare) pro timore guerce Bernardi
  de Gorlans». Arch., Comptes C.C., ann. 1479, mandat no 76.

  [535] Arch. de l'Isère, _Reg._, Cott. I, fol. 320. L'arrêt de
  l'Enregistrement est du 15 juin suivant. _Invent. de la Chambre
  des Comptes._--Pilot, _Catalog._, II, p. 291, no 1749--M. de
  Mandrot (_Imbert de Batarnay_, p. 320) place par erreur en 1483
  cette ambassade qui est bien, nous en avons la preuve, en 1479.
  Voy. Pilot, _Catalog._, II, p. 292, not. 1.

L'enquête faite sur cette entreprise avortée, par les officiers
pontificaux et les représentants de l'autorité municipale, n'amena
aucune découverte sur les vrais mobiles de l'expédition, et on ne
trouva aucune trace de la main de Louis XI dans cette mystérieuse
tentative dirigée contre la ville. Le vendredi 12 février 1479, les
juges, assistés des consuls Antoine Lartessuti, Gilles de Berton et
Paul Ayduci, et de plusieurs conseillers, procédèrent _manu militari_
à l'arrestation de François Perussis, de Michel Dini, chez qui on
apposa les scellés, de Jean Bisquiri, de Boniface Pérussis, dont on
fut obligé d'enfoncer la porte pour le prendre, de Jean Syriasi,
facteur de Bundelmunti, qui menaça de tuer tout le monde en criant:
«Al sanguo del Dio, se non lassate la mya porta, vy tuaro!» Il fallut
briser sa porte et le faire ligotter par les soldats. Luc de Cambis
fit de même, jetant des pierres par les fenêtres, il cassa le bras
d'un soldat de l'escorte. Il fallut l'enchaîner pour le porter à la
prison où on l'enferma avec ses complices[536].

  [536] Achard, _Rec. sur Avignon_, mss., vol. I, A.D.--La famille
  de Cambis, d'origine florentine, s'était fixée à Avignon vers
  1448, dans la personne de Luc de Cambis, qui avait épousé Marie
  Pazzi de la famille ennemie implacable des Médicis. Voy.
  Barjavel, _Diction. biograp._, I, p. 333.

Les lettres saisies chez les conjurés révélèrent les préparatifs faits
à Lyon. Allemand de Pazzis, témoin important, refusa de parler, même
sous la menace de voir sa maison occupée par des garnisaires. Quant à
Cambis, il répondit qu'il n'ignorait pas que Bernard de Guerlands
était un aventurier chassé des compagnies du roi de France, mais il
refusa de dire qui l'avait armé contre le Comtat et qui lui avait
fourni l'argent. Tous ces prisonniers devaient être mis au secret, de
manière à ne pouvoir s'entendre, mais la consigne ne fut pas observée,
et les juges les trouvèrent conversant avec le vicaire général de
l'archevêque et d'autres Florentins, citoyens avignonnais. Il est
difficile, en l'absence de preuves, d'accuser Louis XI d'avoir
contribué de son argent à encourager les projets de Guerlands et de
ses alliés les Florentins. Mais, en écartant l'hypothèse d'une
intervention directe, il n'est pas possible d'admettre que le roi ait
pu ignorer la formation d'un corps d'aventuriers à Lyon, destiné à
molester les sujets du pape et à inquiéter la papauté elle-même à un
moment où la mésintelligence régnait entre les deux cours? Si donc, au
début, Louis XI ne prêta aucun appui matériel à l'expédition, il ne
fut peut-être pas sans en éprouver quelque satisfaction intérieure.

Les dernières années de Louis XI sont marquées, dans l'histoire des
Étais pontificaux de France, par un redoublement d'attaques de la part
de routiers et d'aventuriers dont l'audace paraît défier toute
répression, et que l'attitude du roi semble encourager secrètement.
Dans le cas de Jehan de _Tinteville_ ou _Dinteville_ (1480-1482), chef
d'une bande qui saccagea le terroir d'Avignon et de Carpentras, et mit
en péril l'existence même de la ville, Louis XI, comme pour Bernard de
Guerlands, garde une réserve de nature à faire naître bien des
soupçons. Jehan de Tinteville, sur lequel nous ne possédons que de
rares documents, paraît avoir été d'origine champenoise[537]. Était-ce
un agent secret de Louis XI, comme on a pu le supposer? Était-ce un
de ces soldats d'aventure, que les hasards de la guerre avaient
conduit dans le midi? On ne peut répondre que par des conjectures.
Quoi qu'il en soit, nous le trouvons à Avignon vers 1480. Là, ledit
sieur de Tinteville, menant joyeuse vie, avait contracté de nombreuses
dettes, si bien que ses créanciers firent saisir ses biens, après quoi
il fut expulsé de la ville. Tinteville, sujet du roi de France, porte
ses doléances à Louis XI, en accusant les Avignonnais de lui détenir
injustement ses biens. «Ce neantmoings iceluy de Dinteville s'estoit
puis naguères tiré par devers nous et soubz couleur de ce quil nous
avoit donné entendre que les ditz habitanz lui detenoient ses ditz
biens par force sans les luy voloir faire rendre ne restituer avoit
obtenu comme il disoit noz aultres lettres en forme de marque à
rencontre des ditz habitanz et autres subgectz de nostre tres saint
père le pape au moyen desquelles le dit de Dinteville avoit fait
grande assemblée de gens de guerre deschelles et aultres armes et
bastons et entrera par force et en puissance darmes en la dite ville
et autres places de nostre sainct père ou prendera par force des biens
des dits habitantz jusqua la valleur de ses ditz biens[538].» Mais les
consuls d'Avignon, prévenus, avaient pris toutes leurs mesures pour
résister à un assaut imprévu. Les remparts avaient été garnis de
plusieurs bombardes et couleuvrines[539], une garde composée de gens
d'armes et de citoyens défendait chaque porte, si bien que Tinteville
et ses compagnons durent se borner à ravager les environs
d'Avignon[540]. Fatigués de ces incursions, les habitants se
constituèrent en corps de troupes, donnèrent la chasse à Tinteville
qui, battu et fait prisonnier, fut amené à Avignon où on le jeta,
chargé de chaînes dans les basses fosses du palais apostolique.

  [537] On trouve un Gaucher de Tinteville ou d'Inteville mentionné
  dans les mémoires de Philippe de Commines (1495, p. 199); un
  Pierre de Tinteville chargé d'une mission par Louis XI auprès des
  habitants de Troyes (2 juin 1465). Voy. Anselme, VIII, 719--Cf.
  _Lettres de Louis XI_, II, p. 313.--Les archives de l'Aube font
  mention (liasse G, 831) d'un mandement de Charles VII du 12 août
  1437, où il est question des habitants de Saint-Lyé, maltraités
  par des gens de guerre envoyés par _Jean de Dinteville_, menés au
  château de Payns et rançonnés. Il nous paraît difficile
  d'admettre que ce soit le même personnage dont il est parlé ici,
  mais il paraît probable qu'il s'agit de la même famille. Voy.
  pour un autre Dinteville (_Catalog. des actes de François Ier_, 4
  décembre 1516-28 novembre 1520).

  [538] 15 octobre 1482. Arch. municip., B. 51, no 52.

  [539] Détail des dépenses d'artillerie «pro honore et utilitate
  ac deffensione dicte civitatis». Comptes du 12 octobre 1480-82,
  mandat no 14, et détail des dépenses faites pour les gens
  d'armes, 6e mandat, 1481-82.

  [540] En 1481, le même _Tinteville_ fut fustigé à Carpentras,
  Arch. municip., B.B. 98.

C'est alors qu'intervient Louis XI, et c'est pour cette raison
peut-être qu'on a voulu voir dans cette intervention la poursuite d'un
dessein secret du monarque dont ledit de Tinteville n'aurait été que
l'instrument. Louis XI dépêcha à Avignon à quelques semaines
d'intervalle deux ambassadeurs avec des instructions pour les consuls.
Un maître d'hôtel du roi, Petit-Jean, arriva dans cette ville au mois
de mai 1481, porteur de lettres de sa majesté, pour le fait de
Tinteville[541]. Les lettres furent communiquées au conseil. Louis XI
désavouait ledit Tinteville publiquement, condamnait tous ses méfaits,
mais tout en le désavouant, il demandait l'élargissement immédiat du
prisonnier, qui était son sujet et vassal: «Sans avoir regart qu'il
feust nostre vassal et subgect et qui pis est votre legat a fait
pendre et noyer plusieurs des gens et autres gitter de la roche au
Rosne tres deshonnestement sans avoir consideracion quilz feussent de
nostre royaume, dont sommes tres mal contens[542].» Le conseil
s'excusa auprès de l'envoyé du roi en se retranchant derrière
l'autorité du légat, sous la juridiction duquel était placé le détenu.
Petit-Jean fut bien traité, choyé; la ville lui fit remettre deux écus
d'or par Guillaume Anequin, courrier de la maison de ville, et lui
offrit, le 31 mai 1481, un banquet somptueux qui coûta 95 florins à la
caisse municipale[543].

  [541] Comptes de la ville, G.G., 1481, 1482.--Le 26 septembre
  1481 fut fait mandat de deux écus d'or au coin du roi à Guillaume
  Anequin, un des courriers de l'hôtel de ville, pour les donner à
  Petit-Jean envoyé du roi de France, qui avait apporté de sa part
  des lettres à la ville au sujet de Jean de Tinteville, détenu
  dans le palais apostolique.--Comptes de la ville, mandat no 59.

  [542] Lettr. origin. inédit. du 7 septembre 1481. Pièces
  justificat., no XXI.

  [543] Comptes de la ville, ann. 1481, mandat no 293.

L'ambassadeur rentra à la cour sans avoir obtenu ce qu'il avait charge
de solliciter; mais, le 19 novembre 1481, un nouvel émissaire de Louis
XI, Jean de Loqueto[544], conseiller du roi, arrivait en solliciteur
auprès du légat qui, après divers pourparlers, accorda l'élargissement
de Tinteville.

  [544] Jean de Loqueto était descendu à l'hôtellerie de la Fleur
  de Lys où la ville paya toutes ses dépenses. Ann. 1481, mandat no
  105.

Ce furent le comté et les terres voisines qui en pâtirent, car à peine
rendu à la liberté, Tinteville appela à lui ses anciens compagnons de
pillage et commit, soit en Dauphiné, soit dans les terres de l'Église,
de tels excès que Louis XI dut intervenir une deuxième fois: «Comme
nous avons été presentement advertiz que Jehan de Tinteville et
plusieurs autres gens de guerre tant de nos ordonnances que de ceulx
qui ont été cassez et aultres pillars et gens de mauvais gouvernement
se soyent transportez et transportent encores de jour en jour en noz
pais et illec proumenent à grans despens eulx, leurs gens et chevaulx
sans vouloir aucune chose paier de leurs despenses, mais qui pis est,
battent, rançonnent, pillent, fourragent, destroussent gens et font
plusieurs autres maulx et exactions indines (indignes). Aussi ledit
_Detinteville_ et aultres complisses menacent chascun jour destourber,
piller et dégaster les dits biens circonvoisins de la cité d'Avignon
et aultres pais encores et seigneuries de nostre sainct père le pape
avec tres grand desplaisance et tres grand foulle, grief, préjudice et
dommaige de nous et de la chose publique, à nostre pais et aussi des
ditz[545].» Dans ses lettres patentes datées du Montilz-les-Tours, le
31 janvier 1483, Louis XI donnait des ordres très sévères à ses
officiers pour que l'entrée des terres de l'Église, comme des
provinces de la couronne, fût interdite à Tinteville et à ses gens
d'armes et qu'on prît de promptes et énergiques mesures pour leur
faire évacuer sans délai les lieux qu'ils occupaient. Les ravages n'en
continuèrent pas moins, et ce fut sous le règne de Charles VIII
seulement que, sur les nouvelles instances des consuls d'Avignon, le
duc de Longueville[546], gouverneur du Dauphiné, donna des ordres à
tous les officiers royaux pour que l'on s'emparât de la personne de
Tinteville. Celui-ci, après de longues pérégrinations, fut, en dernier
lieu, capturé et conduit, enchaîné, à Grenoble par Aymar de Viro, qui
reçut de la ville d'Avignon, à titre de présent, une somme de 100
florins et 2 gros pour les dépenses qu'il avait faites (1484)[547].

  [545] Donné à Montilz-les-Tours le pénultième de janvier 1483.
  Arch. municip., B, 19, nos 23 et 24.

  [546] Arch. municip., B. 19, no 30.

  [547] _Id._, B. 19, no 29.--Voy. _Lo Libre de la guerra de
  Tinteville_, no 261 du Compte de 1483. Le 14 février 1484, la
  ville fait payer 153 florins à Gaspar de _Sarrachano_, pour la
  solde de 9 hommes qui avaient gardé le château de Mornas pour
  voir si Tinteville et ses compagnons descendaient par la vallée
  du Rhône pour surprendre Avignon, mandat no 168.

Les lettres du 31 janvier 1483 constituent le dernier acte de
l'administration de Louis XI qui ait quelque rapport avec les terres
du Saint-Siège et les habitants d'Avignon.

A la mort du roi (30 août 1483), les Avignonnais et les Comtadins
voulurent rendre un dernier et pieux hommage à la mémoire d'un
monarque dont l'activité infatigable s'était portée, à diverses
reprises, sur les affaires intérieures de leur pays, mais qui, en
somme, avait usé dans ses rapports d'une politique plus bienveillante
que tracassière et qui, tout en voulant gouverner à son gré les
événements dans les domaines du Saint-Siège, avait fait sentir aux
vassaux du souverain pontife, autant, sinon plus, qu'à ses propres
sujets, les bienfaits de sa royale protection. Les obsèques de Louis
XI furent célébrées à Avignon en l'église des Cordeliers, le 24
septembre 1483. La ville fournit de ses deniers cent torches neuves, à
quatre florins la douzaine. Sur chaque torche étaient appliquées à la
cire rouge les armes du roi de France à côté de l'écusson de la ville;
quatre cents grandes armes du roi servirent à décorer l'autel. La
dépense totale s'éleva à 65 florins 17 sols[548].

  [548] Comptes de la ville, C.C., 1483-1484, mandat no 110.

Au cours de son règne, Louis XI avait accordé aux Avignonnais et aux
Comtadins divers privilèges qui dénotent chez lui le dessein bien
arrêté de faire pour les sujets du pape ce qu'il faisait pour les
siens, et «mieulx, se mieulx povoit». Suspension de lettres de marques
et de représailles, liberté d'édification des «pallières»,
application du produit du pontonage à l'entretien du grand pont du
Rhône, tels sont les bénéfices directs de l'entrevue de Lyon (juin
1476). Peu après, par lettres du 26 janvier 1478[549], Louis XI
confirme le privilège qu'avaient vingt-trois particuliers et quelques
couvents et monastères d'Avignon[550] de prélever sur le sel apporté
d'Aigues-Mortes et remontant le Rhône par bateaux un certain nombre de
minots sans payer les droits de gabelle aux officiers royaux[551].
Ces derniers ayant frappé lesdits particuliers d'une amende de 50
marcs et fait saisir leurs biens. Louis XI, par lettres patentes
annule lesdites amendes et maintient les particuliers et ordres
religieux dans leurs prérogatives et privilèges. «Et pour ce qui est
en leur tres grand grief, prejudice et dommaige et pourroit estre
cause de faire cesser le divin service en aucune des dites Esglises
parce que le dit droit de péage est le principal revenu qu'ils aient
pour leur vivre et entretenement... Voulons et debvons les faiz et
affaires des dictes Esglises tant de nostre royaume que hors icelluy
estre favorablement traictez afin que les susditz religieux et autres
ecclesiastiques soient tousjours plus enclinz a prier Dieu pour nouz,
nostre postérité et lignée....»

  [549] Arch. municip., B. 69, no 16 (copie).

  [550] Charles VI avait accordé ce privilège aux Célestins du
  royaume, 26 septembre 1413, et Charles VII le 15 février 1461
  (_Rec. des Ordonnances_, XV, p. 325). François Ier les confirme à
  nouveau, 8 janvier 1517, _Catalog. des actes de François Ier_, I,
  p. 133.

  C'étaient:

    La Chartreuse du Val de Bénédiction, à Villeneuve-lès-Avignon;
    Le Chapitre de Notre-Dame des Doms, à Avignon;
    La Collégiale de Notre-Dame de Villeneuve;
    La Collégiale de Saint-Didier, à Avignon;
    La Collégiale de Saint-Pierre, à Avignon;
    La Collégiale de Saint-Agricol, à Avignon;
    Les Couvents des Célestins d'Avignon et de Gentilly;
    La Chartreuse de Bonpas;
    La Commanderie de Saint-Jean-de-Jérusalem, à Avignon;
    Le Couvent des Jacobins d'Avignon;
    Les Couvents de Sainte-Catherine, Saint-Laurens et Saint-Véran
      d'Avignon;
    Le Couvent de Sainte-Madeleine, à Carpentras;
    Les Administrateurs et les Frères de l'Hôpital Saint-Benoît
      d'Avignon;
    Les Orphelins de l'Aumône, à Avignon;
    Les Orphelins de la petite Fusterie;
    Les Seigneurs de Montfort et d'Aiguières;
    Pierre de Sade, Thomas Busaffi et Tronchin, escuyer.
    Arch. municip., B. 69, no 16

  [551] Les rois de France avaient de tout temps à Avignon des
  agents pour la gabelle du sel.

Dans la question des limites du Rhône et de la navigation, Louis XI,
qui avait déjà donné à Lyon des preuves non équivoques de ses bonnes
dispositions à l'encontre des Avignonnais, accorde, au mois d'avril
1480, à la sollicitation de Jules de la Rovère, une faveur
exceptionnelle aux sujets du pape contre laquelle protestaient les
officiers royaux comme une renonciation des droits du roi sur la rive
droite du fleuve[552]. Le maître des ports de Villeneuve-lès-Avignon
ayant fait accoter un moulin à l'une des arches du pont, ce qui
constituait pour la navigation un danger permanent «parce que les ditz
molinz qui ainsi y seroient édiffiez et mis retiendroient et
empescheroient le cours de l'eau de la dite rivière en manière que la
dite eau pourroit estre cause pour la grant habondance et impetuosite
d'icelle, faire desmolir et abastre le dit pont», bien que le maître
des ports prétendît que, de par ses fonctions, il avait autorité sur
la rive du Rhône et que le lit où coulait le fleuve faisait partie du
royaume, néanmoins, Louis XI, «considérant que s'il estoit permis et
souffrir faire tenir et construire les ditz moulins ou aultrez près du
dit pont et les ataicher à la dicte arche, iceulx moulins peussent
estre cause de faire rompre et desmolir icelle arche et les autres
arches du dit pont, lesquelles ainsi estoit à granz difficultez et
sans granz fraiz se pourront rediffier à cause de l'impetuosité du dit
Rosne qui seroit au grand grief, prejudice et dommaige de nostre dict
Sainct Père et des dits recteurs et gouverneurs du dit pont et des
mananz et habitanz de la dite ville et cite d'Avignon et de toute la
chose publique du pays et environ», Louis XI donne l'ordre de démolir
ledit moulin et de le transporter là où on avait auparavant la coutume
de le placer. «Et se les ditz moulinz ou aulcuns deux y avoient este
miz, affichez et ataichez, quils les ostent ou facent oster et mectre
ailleurs incontinent et sans delay, et remettez ès lieux où ils
souloient estre le temps passé.»

  [552] Donné à Tours le..... jour d'avril 1480, avant Pâques.
  Arch. municip,, B. 63, no 19, Cott. T., Origin.--Cf. Pilot,
  _Catalog._, II, 1754 _bis_, p. 295.

A la suite des diverses ambassades qui lui furent envoyées par la
ville au moment des affaires de Tinteville, en 1481[553], Louis XI
confirma aux Avignonnais le privilège que leur avaient accordé les
rois, ses prédécesseurs, et que maintinrent ses successeurs, de
transporter de leurs terres situées dans le royaume de France tous les
produits nécessaires à leur alimentation, blé, vin, légumes, viande,
fruits, etc., librement et sans payer aucun droit[554]. On comprend
quelle était l'importance de cette liberté de transit pour les
Avignonnais qui vivaient exclusivement des produits importés. La
mauvaise volonté, l'esprit jaloux et tracassier des officiers royaux
pouvaient, au passage du Rhône ou de la Durance, par suite d'exigences
fiscales et de droits de douane exorbitants, suspendre l'entrée des
produits du sol qui alimentaient les marchés d'Avignon et affamer les
habitants, mesures restrictives dont l'application était facile toutes
les fois que, par suite des mauvaises récoltes en Bourgogne, Dauphiné
ou Languedoc, le transport des céréales était interdit. Louis XI,
tenant compte que les vassaux du Saint-Siège avaient coutume de payer
régulièrement les aydes et autres impôts pour les terres à eux
appartenant enclavées dans les domaines de la couronne, donna toute
facilité aux réclamants. Cette revendication légitime des Avignonnais
et des Comtadins fut confirmées à nouveau par lettres patentes datées
du Plessis du Parc-les-Tours, le 23 mai 1482. Louis XI écrivait à ses
officiers, sénéchaux, maîtres des ports ou à leurs lieutenants, pour
que «aux dits suppliants vous leur souffriez et laissez prendre et
faire prendre, lever et cuillir, quant bon leur semblera, leurs dits
bledz, vins et autres fruictz creuz et qui croistront en leurs dits
heritaiges, terres et possessions, quelque part quils soyent situez
et assiz en nostre dit royaume, pays et seigneuries et iceulx mener et
conduire en la dite ville et cité d'Avignon pour leur vivre et
substantation ainz quils ont accoustumé de faire, sans leur faire
mettre ou donner ne souffrir estre fait, mis ou donné aucun arrest
destourbier ou empeschement au contraire[555]».

  [553] Ambassades de Bernard de Codertio, 1er septembre 1481.

  [554] Cette franchise avait déjà été accordée aux Avignonnais par
  Charles VII, novembre 1432.

  [555] Arch. municip., Origin., B. 47, no 7, Cott. G.



RESUME ET CONCLUSIONS


Au XVe siècle, la situation politique des états citramontains de
l'Église offre un caractère particulier que nous avons étudié dans ses
moindres détails. Cette organisation reste ce qu'elle était, à peu de
chose près, jusqu'à la réunion définitive de ces états à la France.
Par l'essence même de sa constitution municipale, par l'étendue des
pouvoirs de ses magistrats, par l'indépendance et l'autorité de son
corps de ville, par la prépondérance des corps de métiers, Avignon, au
XVe siècle, constitue une sorte de république italienne d'en deçà des
monts, avec tous les privilèges et les prérogatives d'une ville libre
placée sous la suzeraineté temporelle du Saint-Siège mais en pleine
possession de son autonomie communale. Quant au Comtat Venaissin, son
indépendance n'en est pas moins réelle et non moins franchement
affirmée au sein des états. La vie municipale n'y est pas moins
intense qu'à Avignon; l'esprit de solidarité dans ce qu'il a de plus
étroit anime ses représentants, et, comme à Avignon, l'autorité papale
y est surtout honorifique et nominale. C'est l'assemblée des élus du
pays qui a entre ses mains le gouvernement du pays.


I

Comment les rois de France considéraient-ils, dans leurs rapports avec
la couronne, les villes et territoires du domaine de l'Église?

Depuis Charles VI aucun souverain n'élève de prétentions sur la
légitimité de possession du Saint-Siège. Tous proclament Avignon et
«la Conté de Venisse» «territoire et patrimoine de l'Église», et, à ce
titre, ils considèrent comme un devoir pour la royauté, «fille aînée
et bras droit de l'Église», d'assurer aux vassaux du Saint-Siège une
protection effective. Il est à constater que dans aucune circonstance
ils n'ont failli à cet engagement. Charles VI, qui était d'abord resté
neutre dans la lutte entre les cardinaux et les Avignonnais contre
Benoît XIII, envoie des secours en hommes en argent et munitions dès
que la guerre, par l'arrivée des renforts catalans et aragonais,
menace l'existence même de la cité avignonnaise. Charles VII, par
lettres patentes de 1423, 1426, 1428, 1451 et autres, déclare que les
états de l'Église sont placés sous la protection royale, «et nous
vouldrions tousjours entretenir et favoriser les faiz de vostre cité
comme de nos propres subgectz» (1451). Louis XI, qui avait eu à se
plaindre des Avignonnais, oublie les injures faites au dauphin,
accueille avec la plus grande affabilité leurs ambassadeurs et les
appelle «ses confédérez, aliez et devotz de sa couronne». Il les
protège par des envois de gens d'armes contre les attaques des
routiers et les comble de privilèges et de faveurs. Il ne fait que
confirmer les actes de générosité de ses prédécesseurs vis-à-vis
d'Avignon et du comté. Faut-il conclure de cette politique
uniformément suivie qu'il n'avait pas intérieurement conscience de ses
droits sur Avignon, par cette raison que dans aucun document public,
jusqu'à Henri II, il n'est fait allusion aux revendications de la
couronne sur cette partie des domaines de l'Église? ou bien faut-il
admettre que si Louis XI a toujours traité si favorablement les
Avignonnais c'est qu'il voulait, ce faisant, être agréable au
Saint-Siège? Cette seconde raison ne nous semble pas suffisante et
nous sommes convaincus que si Charles VII et Louis XI ne se sont
jamais prévalus des droits de la couronne sur les états citramontains
de l'Église, c'est qu'ils en considéraient l'aliénation comme
temporaire et qu'ils ne voyaient là qu'un apanage de la couronne donné
en hommage aux souverains pontifes mais dont les rois de France
étaient en réalité les souverains naturels. Dans tous leurs actes,
comme nous allons l'exposer sommairement, les rois de France ne
traitent pas les Avignonnais ou les Comtadins autrement que les vrais
regnicoles.


II

Charles VII et son fils interviennent dans l'administration intérieure
de la ville et les parlements royaux ne craignent pas de contrecarrer
ouvertement l'autorité du légat. Charles VII, le premier, veut avoir
un agent royal dans le conseil de ville, qui le tiendra au courant de
tout ce qui se dira et se fera au sein de cette assemblée et
surveillera le représentant du Saint-Siège. Il propose Pierre Arcet et
Martin Héron, son valet de chambre, pour occuper à Avignon les
délicates fonctions de viguier. Louis XI, suivant la politique de son
père, obtient la même charge pour son maître d'hôtel Raymond de
Mombardon. A une époque où Louis XI cherche à transformer, dans toutes
les villes du royaume, les magistrats municipaux en agents royaux,
cette tentative est à noter, car elle montre chez ce monarque un
calcul bien arrêté de faire sentir l'action royale à Avignon comme
ailleurs. Mais le soin jaloux qu'avaient les Avignonnais de maintenir
intactes leurs institutions locales, aussi bien vis-à-vis des papes
que contre les tentatives des rois de France, devait déjouer toutes
les ruses du monarque pour arriver à ses fins.

Louis XI et son père, quand un événement important pour la couronne
vient à se produire, ne manquent jamais d'en faire part aux
Avignonnais, absolument comme aux villes du royaume, pensant bien que
rien de ce qui intéresse la patrie française ne leur est étranger. En
même temps qu'il annonce aux Lyonnais la victoire de Castillon et la
conquête de la Guyenne (1453), Charles VII avise les syndics d'Avignon
et les conseillers du succès de ses armes et de la déroute des
Anglais. A-t-il à se plaindre des agissements de son fils, le dauphin
Louis, et de ses projets ténébreux sur les états de l'Église, vite il
les met en garde et leur envoie plusieurs ambassadeurs pour leur
donner à entendre leurs véritables intérêts. Louis XI multiplie les
missions diplomatiques à Avignon et les agents secrets. Il emploie le
crédit des Avignonnais en Cour de Rome pour forcer la main au pape,
quand il désire faire donner la légation à un candidat de son choix.
Ses ambassadeurs sont reçus avec un appareil princier. Le bailli des
montagnes du Dauphiné, le maréchal de Comminges, Petit-Jean, Jean de
Loqueto, agents du roi, sont traités avec toutes sortes d'égards. Les
sénéchaux royaux sont comblés de cadeaux et de «pots de vin». Le
sénéchal de Languedoc, qui avait défendu auprès de Louis XI les
intérêts de la ville, reçoit pour sa dame une magnifique pièce de
velours cramoisi tissée à Avignon. Quand le roi de France meurt, ses
obsèques solennelles sont célébrées à la Métropole, aux frais de la
ville.


III

Il n'est pas de ville du domaine royal qui ait été dotée plus
qu'Avignon de beaux privilèges et l'objet des plus grandes faveurs
royales. Charles V et Charles VI donnent aux Avignonnais le droit de
faire transporter par eau, dans leur ville, tous les matériaux
nécessaires à la construction et aux réparations de leurs maisons.
Louis XI confirme ce droit (1477) et permet en outre aux habitants de
construire un radeau et de tirer deux cents quintaux de fer du
royaume, sans payer de droit pour réparer le pont démoli en partie par
une inondation (1479). Il les autorise à élever des pallières pour
protéger leur terroir et décide que le produit du pontonage sera
appliqué à l'entretien du pont (1476). Bien mieux, le maître du port
de Villeneuve ayant fait établir un moulin accoté à une arche du pont,
de façon à gêner la navigation, Louis XI, sur la réclamation des
Avignonnais, ordonne la démolition immédiate dudit moulin (1480).

Au moment où ce roi accordait aux habitants de Verdun, ville
étrangère, le droit de transporter dans leur ville le blé qu'ils
auront acheté dans le royaume, Louis XI octroie la même faveur aux
Avignonnais (mars 1461). Il confirme dans leurs prérogatives les
vingt-cinq particuliers ou couvents d'Avignon qui avaient le droit de
prélever leur provision sur les bateaux employés au tirage du sel sur
le Rhône, et cela sans payer de droits (1478).

En matière de commerce et d'échanges les Avignonnais sont traités sur
le pied des regnicoles et leurs affaires sont placées sous la
protection du roi de France. Ils conduisent par barque, sur le Rhône,
leurs marchandises jusqu'à Arles et à la mer, et du côté de Lyon; ils
envoient à dos de mulet en Languedoc et en Dauphiné leurs soieries,
étoffes brodées, si recherchées pour les bannières et tentures, sans
payer d'autres droits ou péages que ceux accoutumés, et qu'acquittent
les sujets du roi. Ce n'est point chez Louis XI un calcul, au moment
où il cherchait par tous les moyens à attirer les étrangers pour
accroître la prospérité du commerce français. Cette attitude de la
couronne vis-à-vis des sujets du pape, en matière de relations
mercantiles, est une tradition. Un sieur de Grignan ayant arrêté en
Dauphiné un marchand avignonnais, et lui ayant volé plusieurs balles
de drap, Charles VII donne des ordres pour que le sieur de Grignan
soit mis en demeure de restituer le produit de son vol, et le roi fait
des excuses aux consuls d'Avignon (1428).

Charles VII, Louis XI (1476, 1479, 1481), défendent à quiconque de
«laxer» des lettres de marques ou de représailles contre les
Avignonnais et les Comtadins, à l'occasion de revendications en
matière commerciale sans expresse licence et permission de Leur
Majesté. Charles VII enjoint aux sénéchaux et maîtres des ports de
permettre aux habitants du Languedoc de se rendre aux foires d'Avignon
(1424). Louis XI veut que les sujets du pape puissent «commerser et
fréquenter ensemble comme ils souloient faire le temps passé» (1461).
Bien plus, il casse et annule les lettres de représailles «laxées»
contre les Avignonnais. L'évêque de Gap ayant laxé des représailles
contre Avignon, les habitants s'adressent au roi, lequel écrit au
gouverneur du Dauphiné pour que suspension soit faite de l'exécution
desdites lettres jusqu'à «Pâques prochains venanz».

Dans les questions qui le regardaient personnellement et lorsqu'il
avait à se plaindre des Avignonnais ou des Comtadins dans les affaires
d'extradition, d'incarcération, de dettes, etc., Louis XI recourait,
il est vrai, aux lettres de représailles, mais ce n'étaient là que des
mesures de rigueur passagères, conséquence d'un moment de mauvaise
humeur ou d'emportement, et jamais elles ne recevaient d'exécution.
Généralement, ce procédé d'intimidation amenait les Avignonnais à
solliciter leur pardon, et la bonne harmonie dans les relations était
aussitôt rétablie.

Telle est à grands traits la politique de Louis XI dans ses rapports
avec les sujets de l'Église; son père et lui prennent à tâche de
gagner à leur cause les Avignonnais et les Comtadins; ils les comblent
de bienfaits; ils les associent à tous les événements de la couronne;
ils favorisent et protègent leur commerce. Ils se font juges et
arbitres de leurs différends; ils traitent directement avec eux par
ambassades ou par dépêches les affaires les plus importantes en dehors
du légat. Ils ne contestent pas ouvertement la suzeraineté temporelle
du Saint-Siège sur le pays, mais par leur tutelle effective, par leur
intervention constante, ils tendent à la transformer en une simple
formule. Voyons maintenant ce qu'en échange de leurs bons procédés ils
exigent des habitants.


IV

Charles VII et son fils prétendent exercer, à Avignon et dans toute
l'étendue des états pontificaux d'en deçà des monts, le droit de
réquisition et ils le pratiquent en réalité ni plus ni moins que s'il
s'agissait des villes de leur propre royaume. Le dauphin Charles
emprunte à la ville son artillerie pour forcer la garnison de
Pont-Saint-Esprit (1420). Comme pour Reims, Amiens, Orléans, villes
royales, Louis XI réquisitionne les chevaux nécessaires pour le
transport de son artillerie à Lyon, et c'est la ville d'Avignon qui en
solde la dépense (1476).

L'armée royale envoyée en Roussillon en 1473 manque de blé; c'est aux
Avignonnais que les officiers de Louis XI s'adressent pour en avoir,
et leur complaisance sauve l'armée en détresse.

En matière de finances, Charles VII et Louis XI ne se montrent pas
plus scrupuleux avec les sujets du pape qu'avec les leurs propres;
Charles VII contracte avec la ville d'Avignon plusieurs emprunts. Le
dauphin Louis demande 1,000 livres une première fois; il en reçoit
5,000 comme indemnité de règlement de compte pour l'héritage de
Boucicaut. Il exige (1476) que les Avignonnais servent de caution à
Charles de Bourbon, archevêque de Lyon et légat d'Avignon, pour une
somme de 3,200 livres dont ce dernier fait l'avance au souverain.


V

Charles VII et son successeur s'attribuent sur les états du
Saint-Siège enclavés dans leur royaume un droit de haute police, et
ils considèrent que les rapports fréquents de voisinage rendent ce
contrôle indispensable. Dans le cas où la cour de France a à se
plaindre du pape, les Avignonnais et les Comtadins supportent les
conséquences du conflit, et aucun des deux souverains n'hésite à user
des voies de fait vis-à-vis des sujets de Sa Sainteté pour amener le
souverain pontife à de meilleurs sentiments à l'égard de la France.

La situation topographique d'Avignon «assise ès extrémités du royaume»
et confinant à la fois au Languedoc, à la Provence et au Dauphiné, en
faisait un lieu de refuge pour les bannis, malfaiteurs, réfugiés
politiques, faux-monnayeurs, criminels de droit commun ou de
lèse-majesté, contumaces et autres vagabonds qui échappaient à la
justice royale. Les faux-saulniers trouvaient dans la cité papale un
asile assuré, et la qualité de ville étrangère faisait aussi d'Avignon
un centre de contrebande douanière destiné à dissimuler les
certificats d'origine des marchandises importées et exportées. Louis
XI, dans ces conditions, ne considère pas que la violation des
frontières puisse être opposée à la raison d'état. Charles VII
n'hésite pas à laxer des représailles contre les Avignonnais qui
différaient de livrer les compagnons de Jacques Coeur couverts par
l'immunité du couvent des Célestins. Louis XI use du même moyen quand
il découvre la trahison de Jules de la Rovère. En 1481, un certain
clerc non marié, Jean de Vaux, coupable de lèse-majesté, s'étant
réfugié dans une église d'Avignon, les agents du roi pénètrent dans la
ville pour s'emparer de sa personne. Sixte IV intervient; il adresse
un bref à Jean Rose, notaire, pour être lu en conseil de ville,
déclarant qu'on attente ouvertement aux privilèges de l'Église qu'en
sa qualité de pasteur il est obligé de sauvegarder. Il engage vivement
les habitants à résister aux ordres du roi et leur ordonne de faire
réintégrer dans l'église ledit Jean de Vaux, dans le cas où il en
aurait été arraché. Louis XI, furieux contre le pape et les
Avignonnais met la ville en interdit (1481). Même quand ils ne sont
pas coupables, les habitants d'Avignon demeurent toujours responsables
en cas d'atteinte portée aux droits du roi, et on leur demande compte
des abus et des excès de pouvoir des officiers pontificaux.


VI

Après avoir nettement établi les rapports de la cour de France avec
les vassaux du Saint-Siège dans cette seconde partie du XVe siècle, il
nous reste maintenant, comme terme de cette conclusion, à fixer le
caractère de la politique de Louis XI dans ses rapports avec Rome pour
la solution des questions qui se rattachent aux affaires intérieures
et extérieures des états pontificaux de France. En un mot, il s'agit
pour nous de déterminer dans quelles limites le monarque permettait au
Saint-Siège de désigner le représentant de son autorité temporelle
dans les villes et territoires dont il avait charge; et aussi quelles
garanties il exigeait, en retour, pour s'assurer de la fidélité
politique des hommes qu'il considérait comme ses sujets propres mais
qui étaient placés, en fait, sous une domination étrangère?

Lorsqu'un conflit, et cela arrivait fréquemment, s'élevait entre
l'autorité pontificale et ses administrés, Charles VII et Louis XI
s'étaient fait une règle de ne jamais intervenir, même lorsque le
mécontentement de la population avignonnaise prenait le caractère d'un
soulèvement grave. Quand la nomination, comme légat du Saint-Siège à
Avignon, de Marc Condulmaro (1431-1432) provoque une prise d'armes
contre la décision du pape, Charles VII défend, sous les peines les
plus sévères, à ses sujets de se mêler à l'émeute. Il ne veut prendre
parti pour personne, bien qu'il ait un candidat; il se montre
souverain respectueux et fils soumis de l'Église. C'est un fait
historique sans conteste que, jusqu'à Louis XIV, jamais les rois de
France ne veulent intervenir dans les querelles intérieures du pape
avec ses propres sujets.

Charles VII, le premier, pose comme un principe que le pape doit tenir
compte de l'agrément de la cour de France dans la désignation du légat
placé à la tête de l'administration des états pontificaux de France.
Il insiste pour le choix de Carillo, cardinal de Saint-Eustache, mais
sans succès. Louis XI reprend la même politique, mais il se montre
exigeant, importun et autoritaire avec le Saint-Siège. Il propose,
l'un après l'autre, plusieurs évêques ou archevêques que le pape
écarte systématiquement. Le roi se fâche, et suivant cette politique
occulte qui est le plus grand ressort de sa diplomatie, il pousse en
secret les Avignonnais à la révolte contre leur évêque, Alain de
Coëtivy, et il les engage à refuser de le recevoir, au cas où le pape
voudrait le leur imposer. Mais, malgré ses efforts, il n'obtient qu'un
demi-succès, le Saint-Siège ayant l'habileté de confier la légation à
un légat intérimaire pour ne pas pousser plus loin le conflit et en
venir aux voies de fait. C'est que Louis XI voyait là une raison
d'état à faire prévaloir. Il voulait avoir la haute main sur le légat,
lui donner des ordres, comme au cardinal de Foix en 1463, au moment du
siège de Barcelone, en faire un serviteur dévoué des intérêts
français. Il comprenait le danger d'avoir une portion de territoire
enclavée en son royaume ouverte à l'influence étrangère, aux ordres de
Rome, et où un gouverneur brouillon et remuant pouvait compromettre le
succès de la politique royale. La nomination de Charles de Bourbon
(1470) est un triomphe pour la diplomatie de Louis XI; la substitution
de Jules de la Rovère une cause de conflit (1476). La suzeraineté
temporelle des papes sur Avignon est même un moment menacée.


VII

Dans toute la correspondance qu'ils entretiennent avec la cour, les
consuls assurent Charles VII et Louis XI de leur absolu dévouement à
la couronne. Les ambassadeurs que la ville envoie auprès de chacun
d'eux, à son avènement, se confondent en protestations d'hommage et de
respect pour sa personne. Ils se disent eux-mêmes, dans toutes les
occasions, les dévots et loyaux sujets de Sa Majesté et jamais ils ne
laissent échapper une occasion de rappeler les services qu'ils ont
rendus à la couronne.

Ces rappels réitérés des services rendus finissent même par paraître
importuns et en rabaissent singulièrement le mérite. Il n'y a pas,
toutefois, à mettre sur ce point leur bonne foi en doute. Leur
attachement à la couronne, s'il est quelque peu intéressé, est
sincère; mais, pour la forme, la ville en s'adressant au roi n'oublie
pas, ou plutôt affecte de ne pas oublier qu'elle est placée sous la
suzeraineté temporelle du souverain pontife. C'est l'idée qui préside
à toutes les négociations avec la cour de France. Charles VI, Charles
VII ne mettent pas en doute les déclarations amicales de la ville.
Louis XI, plus politique, et qui savait que la défiance est la
première condition d'une bonne diplomatie, exige des gages qu'il
demandait parfois aux villes du domaine. Après ce qui s'était passé à
Avignon en avril 1476, il ne se contente plus d'assurances et de
formules de soumission. Il exige un serment de fidélité à la couronne
et à la personne du roi, en bonne et due forme au bas duquel les
consuls et les conseillers apposeront leur signature. Il veut que les
Avignonnais s'engagent à ne pas recevoir les ennemis du roi, qu'il
prend soin d'énumérer. En revanche, le roi promet de respecter les
privilèges de la ville et de la protéger contre ses ennemis et ceux de
l'Église, mais avec réserve des droits des papes sur la ville, _salvo
jure papali_.

Louis XI, par cet engagement, liait la ville à sa politique et
l'obligeait à n'avoir pas d'autres intérêts que ceux de la couronne,
sous peine de se parjurer, ce qui, dans les moments de colère du roi,
pouvait avoir les plus graves conséquences. Le roi de France était
donc reconnu comme le protecteur officiel de la ville et du pays. Il
avait le contrôle et la haute direction de ses affaires; sa vie
commerciale et industrielle était entre ses mains. Son prestige et sa
force étaient la sauvegarde des vassaux du pape, trop faibles pour se
défendre, et qui ne pouvaient attendre de Rome que des armes
spirituelles. Le protectorat du Saint-Siège sur ses états
citramontains tend donc de plus en plus à ne devenir, au XVe siècle,
qu'une formule sans portée, que l'on maintient par déférence pour le
chef de l'Église, qui ne cesse pas de figurer dans tous les actes de
chancellerie, mais la haute bourgeoisie avignonnaise comprend qu'elle
a tout intérêt à redevenir française: elle favorise la politique du
roi.



PIÈCES JUSTIFICATIVES


No I

_Instructions du pape Eugène IV à Tristan d'Aure._

    Février 1444.

Eugenius, episcopus, servus servorum Dei, dilecto filio Tristando,
electo Conseranensi, salutem et apostolicam benedictionem. Cum contra
nonnullos iniquitatis filios, qui dudum civitatem nostram Avinionensem
et comitatum Venaysinum per insultum et tumultum, manu armata, nomine
perditionis alumni Amedei, olim ducis Sabaudie, qui se Felicem V ausu
sacrilego nominare praesumit, occupare et a nobis ac Romana Ecclesia
inferre conati sunt ac eos etiam, qui illis dederunt auxilium,
consilium vel favorem, nec non contra omnes et singulos scismaticos,
qui prefato Amedeo adhererent aut consentirent vel obedirent,
procedendi ac illos debita pena mulctandi et puniendi concessimus
facultatem, Nos, volentes statui tuo salubriter providere, tenore
presentium volumus et tibi concedimus quod per quamcumque
procurationem per te aut de mandato tuo de praedictis fiendam, etiam
si membrorum multitudo vel personalis pena sequeretur, nullam
irregularitatis aut infamie maculam sive notam incurras, neque in
aliquam penam a jure vel ab homine statutam incidas, occasione
praefata; nos enim omnes et singulas leges et canonicas sanctiones in
personas ecclesiasticas perpetrantes talia promulgatas quocum personam
tuam in exequendis tibi per nos commissis duntaxat suspendimus per
praesentes, volentes ut illis ullatenus sis astrictus. Nulli ergo
omnino hominum liceat hanc paginam nostre concessionis suspensionis
et voluntatis infringere vel ei ausu temerario contra ire. Si quis
autem hoc attemptare praesumpserit, indignationem Omnipotentis Dei et
beatorum Petri et Pauli apostolorum ejus se noverit incursurum. Datum
Rome apud Sanctum Petrum, anno incarnationis dominice millesimo
quadringentesimo quadragesimo quarto, quinto kalendas februarii,
pontificatus nostri anno quartodecimo.

    _De curia_

    JO SYNODI.

(Arch. vat., Eugenii IV. Regest. 20, 9. vol., 368, fol. 77.)


No II

_Instructions du pape Eugène IV à Tristan d'Aure._

    Février 1444.

Eugenius episcopus, servus servorum Dei, dilecto filio Tristando,
electo Conseranensi, salutem et apostolicam benedictionem. De tua
probitate, fide et devotione gerentes in domino fiduciam, speramus
indubie quod ea que tibi committenda duxerimus ad nostrum et Romane
Ecclesie statum et honorem laudabiliter exequeris. Cum igitur dudum
nonnulli iniquitatis filii quodam Ugolino Alamani duce per insultus et
proditionem facto tumultu manu armata civitatem nostram Avinionensem
et comitatum Venaysini adversus nos et Romanam Ecclesiam insurgentes,
cum suis fautoribus complicibus et sequacibus ac cum vexillis
perditionis alumni Amedei olim ducis Sabaudie, qui se Felicem V ausu
sacrilego nominari praesumit, conati fuerint occupare, nos volentes,
prout suadet justitia, ut illi, qui talia ausi sunt attemptare,
animadversione debita puniantur, tibi contra omnes et singulas
personas civitates et comitatus praedictorum, qui dicto insultui et
tumultui contra nos et ipsam ecclesiam interfuerunt aut dederunt ad ea
publice vel oculte auxilium consilium vel favorem vel scientes non
revelaverunt, cujuscumque status, gradus, ordinis vel conditionis
fuerint, nec non contra omnes scismaticos tam laicos quam clericos
adherentes prefato Amedeo aut ejus et Basilien fautores et sequaces
ubilibet constitutos auctoritate nostra procedendi ac ipsos et ipsorum
quemlibet per arrestationem bonorum et personarum captionem et
cohertionem ac officiorum, beneficiorum et dignitatum suorum
quorumlibet privationem et ab eisdem amotionem nec non bonorum
temporalium confiscationem tam civiliter et criminaliter puniendi,
condemnandi et mulctandi, prout delictorum qualitas exegerit et
justitia suadebit; invocato ad hoc, cum opus fuerit, auxilio brachii
secularis, nec non beneficia ipsa que per hujusmodi privationem
vaccare contigerit, quecumque, quotiescumque et qualiacumque fuerint,
etiamsi dispositioni apostolice fuerint reservata, aliis idoneis
personis, prout tibi visum fuerit, eadem auctoritate conferendi et de
illis etiam providendi; insuper quoque illis qui ad sanam mentem
redierint a quibuscumque processibus sententiis per te aut
quomodolibet illatis et inflictis absolvendi et in pristinum statum
restituendi et reponendi ac cum eis super irregularitate quacumque per
eos praemissorum occasione contracta dispensandi et habilitandi ad sua
et alia beneficia ecclesiastica quolibet imposterum obtinendi plenam
et liberam eadem auctoritate concedimus tenore praesentium facultatem
Datum Rome, apud Sanctum Petrum anno Incarnationis millesimo
quadringentesimo quadragesimo quarto, quinto kal. februarii
pontificatus nostri anno quartodecimo.

    _De curia_

    JO. SYNODI.

(Arch. vat., Eugenii IV. Regest. 20, 9. vol. 368, f. 79.)


No III

_Bref d'Eugène IV aux Syndics d'Avignon._

Dilectis filiis Tribus Statibus comitatûs nostri Venayssini, Eugenius
Papa IIII.

    20 novembre 1444.

Dilecti filii, salutem et apostolicam benedictionem.

Intelleximus, dilecti filii, nonnullam suspicionem esse inter multos
exortam et verba quedam dissipata nos velle alienare comitatum nostrum
Venayssinum et a potestate nostra abdicare; que fama admodum
displicuit nobis, cum nil sit eorum que multi forsan arbitrantur.
Nunquam enim fuit nobis animus neque est etiam neque erit alienandi
terras et jura Ecclesie Romane sed potius augendi. Et notum vobis
debet esse nos non solum non alienasse bona Ecclesie nobis desuper
credita sed pro eorum recuperatione bella adversûs eorum occupatores
suscepisse. Itaque bono animo vos esse volumus et securos vivere quod
nunquam intendimus separare vos ab obedientia et subjectione Sancte
Romane Ecclesie, sed conservare vos in vocacione qua vocati estis.
Velitis igitur perseverare in obediencia et devocione vestra solita
erga nos et prefatam Ecclesiam ac parere legato vestro. Vicario
nostro, ut tanquam boni filii nostri, vivatis semper a nobis et Sede
apostolica merito commendandi.

Datum Rome, apud Sanctum Petrum, sub annulo nostro secreto, die
vicesima mensis novembris, pontificatûs nostri anno quartodecimo.

    POGGIUS.

(Reg. des Etats, C. 14, fol. 98, copie.)


No IV

_Bref d'Eugène IV aux Trois États de la Conté de Venayssin._

    Décembre 1444.

Dilectis filiis Tribus Statibus comitatûs nostri Venayssini.

Eugenius, episcopus, servus servorum Dei, dilectis filiis Tribus
Statibus comitatûs nostri Venayssini salutem et apostolicam
benedictionem. Scripsimus vobis nuper propter certam famam tunc nuper
exortam nostre intentionis esse et velle tenere vos sub nostro et
Ecclesie romane regimine ac devotione et obedientia ac nolle vos
alienare ab Ecclesia, quia intelleximus disseminatos sermones de
certis capitulis cum dilecto filio nobili viro Ludovico, delphino
Viennensi nostro non pactis iterùm facimus vos certiores nos nullomodo
intendere aut velle alienare aut separare vos a nobis et prefata
Ecclesia aut alicui alteri subjicere, sed intendimus conservare vos
sub nostro et Ecclesiæ regimine et gubernacione prout actenûs fuistis
quod vobis futurum ad certitudinem et consolacionem vestram volemus
quod venerabili fratri nostro Petro, episcopo Albanensi, legato
nostro, in omnibus sicut antea, pareatis.

Datum Rome, apud Sanctum Petrum, anno Incarnationis dominice millesimo
quadringentesimo quadragesimo quarto pridie calendas decembris,
pontificatûs nostri anno quartodecimo.

(Reg. des États, C. 14, fol. 96, copie)


No V

_Charles VII aux Syndics d'Avignon._

    26 janvier 1448 (?)

Tres chers et bien amez, nous avons receu les lectres que nous avez
escriptes par maistre Jacques Guillot d'Orléans et Jehan Tronchin, que
avez envoiez devers nous et oy ce que ilz nous ont dict de vostre
part, aux quels nous avons faict response ainsy que en la manière que
par eulx pourrez scavoir plus a plain, par quoy ne vous escripvons
plus avant fors que tousjours aurons vous et vos affaires pour bien
recommandez.

Donné à Rouen le 26 janvier.

    CHARLES,

    Bude.

(Arch. municip., Origin., R. 33, no 41, Cott. R.R.)


No VI

_Lettre du dauphin Louis aux élus de Carpentras._

    14 mai 1451.

    Le Dauphin de Viennoys,

Tres chiers et grans amys, presentement envoyons par delà noz amez et
feaulx conseilliers maistre Ferraudiz, maistre des requestes de nostre
hostel et Anthoyne d'Alauzon escuier de nostre escuerie, ausquelz
avons chargé vous dire aucunes choses de par nous que veillez adjoster
plaine foy et créance a tout ce que de nostre part ilz vous diront.
Tres chiers et grans amys, Nostre Seigneur soit garde de vos.

Escript à Romans le XVe jour de may.

    LOYS.

Et ibidem prefati domini ambaxiatores exposuerunt eorum creanciam
super facto Buccicaudorum et nihil fuit conclusum.

(Arch. municip. de Carpentras, B.B. 70, fol. 63, copie.)


No VII

_Charles VII aux Syndics d'Avignon._

    5 mars 1452.

Tres chiers et bons amis, nous avons receu vos lectres par maistre
Garcias de Lamothe porteur de cestes et oy ce quil nous a dit de par
vous, sur quoy lui avons faict response tele que par luy pourrez
scavoir et povez estre certainz que tousjours vouldrions garder et
deffendre vous et autres subgectz de l'Eglise et les aider et
favoriser comme les nostres propres. Ainsi que plus à plain l'avons
dit au dit Garcias de Lamothe pour le vous rapporter.

Donné à la Roche-Saint-Quentin le 5 mars.

    CHARLES.

    Régis.

A nos chiers et bons amis les Sindicz et Conseil de la Cité d'Avignon.

(Arch. municip., Origin., B. 32, no 42, Cott. S.S.)

Au mois de mars _1452_ Charles VII était au château des
Roches-Saint-Quentin, chez Jean de Puy, l'un de ses plus anciens
maîtres des Comptes (De Beaucourt, V, p. 78.)


No VIII

_Charles VII aux Syndics d'Avignon._

A noz tres chiers et espéciaulx amis les Sindicz et Conseil de la cité
d'Avignon.

Tres chiers et especiaulx amis, nous avons recues les lectres que
escriptes nous avez par maistre Guillaume Mesnier, licencié ès lois et
ouy ce qu'il nous a dit de par vous et depuis l'avons fait ouyr bien
au long par les genz de nostre conseil sur tout ce qu'il a remonstré
et requiz de par vous; ainz avez pu congnoistre le grant et bon
vouloir que avons tousjours eu au bien et conservacion de libertez,
droiz et terres de nostre Saint Père et de l'Église de Romme. Et
mesmement en ce qu'il vous touche et pour la grande amour que avez
tousjours eue et monstrée à nous et à nostre seigneurie et à la
prospérité d'icelle, vous avons tousjours euz et avons en singulière
recommandacion et remembrance et vous vouldrions aider et favoriser en
touz vos affaires ains que naguères vous avons fait savoir. Et sur les
choses par le dit maistre Guillaume Mesnier a nous proposées lui avons
fait faire response comme il vous pourra plus a plain dire.

Donné aux Montilz lès Tours le XVe jour de mars.

    CHARLES.

    Rolant.

(Arch. municip., Origin., B. 32, no 40, Cott. q.q.)


No IX

_Charles VII aux Syndics d'Avignon._

Chierz et bien amys, nous avons escript puis naguères à nostre Sainct
Père le Pape en faveur et recommandacion de nostre bien amé Pierre
Arcet, escuier, touchant la Viguerie d'Avignon, laquelle viguerie
iceluy, nostre Sainct Père, à nostre requeste et prière, a donnée au
dit Arcet, comme il vous pourra plus a plain apparoir par les bulles
d'icelluy nostre Sainct Père. Et pour ce vous prions tres acertes que
pour amour et contemplacion de nouz vueilliez recevoir et mectre en
possession et saisine du dit office de viguier le dit Arcet. Et vous
nouz ferez ung tres agréable plaisir et en auronz vos affaires enverz
nous en plus espécial recommandacion.

Donné à Chinon le XVIIe jour de mars.

    CHARLES.

    Giraudeau.

(Arch. municip., Origin., B. 7, no 36, Cott. N.N.)


No X

_Charles VII aux Syndics d'Avignon._

    19 mars 1452 (?)

Chiers et bien amez, nous escripvons présentement par devers vous en
faveur de nostre bien amé varlet de chambre Martin Héron, dont avez
cognoissance touchant l'office de viguier de la ville d'Avignon. Si
vous prions bien acertez que pour contemplacion de nous, vous vueillez
tenir la main envers nostre Saint Père le Pape pour le dit Martin. A
ce quil lui plaise donner au dit Martin icelluy office de viguier pour
ceste année présente et vous nous ferez tres agréable et grant
plaisir.

Donné aux Montilz les Tours le XIXe jour de mars.

    CHARLES.

    Rolant.

A nos chers et bien amez les Sindicz de la ville et cité d'Avignon.

(Arch. municip., Origin., B. 8, no 72, Cott. A.A.A.A.)


No XI

_Charles VII aux Syndics d'Avignon._

    15 mai 1452 (?)

Chiers et bons amis, autres foiz vous avons escript en faveur de
nostre bien amé varlet de chambre Martin Héron, dont vous avez assez
cognoissance, touchant l'office de viguier de la ville d'Avignon, à ce
que voulsissiez tenir la main envers nostre tres Saint Père le Pape
pour le dit Martin et que en contemplacion de nous il lui pleust
donner au dit Martin le dit office de viguier pour ceste année
présente. Si vous prions que le vueillez faire, et telement vous y
employer que la chose sortisse effect, comme povez appercevoir que
singulièrement le desirons. Et vous nous ferez tres agréable plaisir.

Donné aux Roches-Saint-Quentin le XVe jour de may.

    CHARLES.

    Badouilier.

(Arch. municip., Origin., B. 8, no 72, Cott. A.A.A.A.)


No XII

_Charles VII, roi de France, à la Ville d'Avignon._

    22 juillet 1453.

  A Nos tres chers et grans amis les bourgois et habitans de la
    ville et cité d'Avignon.

Charles, par la grace de Dieu roy de France. Tres chiers et grans
amis, pour ce que scavons que prenez grant plaisir a oir en bien de la
prospérité de nous et de nostre seigneurie, nous vous signiffions que
mardi, XVIIe jour de ce mois de juillet, le sire de Talbot,
accompaigné du sire de Lisle son filz, du sire de Candalle, filz de
Gaston de Foix, jadiz captal de Buch, du sire des Molins et de
plusieurs autres anglois et gascons, jusques au nombre de six à sept
mille, vindrent samedi précédent. Et tantost après l'armée des ditz
angloiz vindrent en grant ordonnance à bannières et estendars
desploiez donner l'assault à nos dictes gens, qui estoient en leur
champ devant la dicte place. Et dura icellui assault plus d'une heure,
combatans main a main; mais graces à Notre Seigneur, les ditz angloiz
trouvèrent tele résistance que les bannières de Saint-George et du Roy
d'Angleterre avec l'estendart du dit Talbot et autres furent gaignées
par nos dictes gens. Et furent ilec les dits sire de Talbot, son filz
et autres en grant nombre mors sur la place, le dit sire de Molins et
le neveu du dit Talbot et autres prins. Et le seurpleus des ditz
angloiz se mirent en fuyte et se retrairent les ungs dedans la dicte
place, les autres en leurs navires et autre part, où ilz peurent
prendre chemin et furent suiviz et chacez par nos dictes genz,
telement que après la chose faicte en ont été plusieurs mors et noyez
et beaucoup de prisonniers des quelz on n'a encores peu bonnement
savoir le nombre. Des quelles choses avons rendu et rendons graces a
Nostre Seigneur. Et ung fois avant que les dictes nouvelles nous
feussent venues beau cousin de Clermont notre lieutenant en Guienne,
qui est d'autre costé au pais de Medoc près de la ville de Bourdeaulx,
accompaigné de beaux cousins de Foix, Delebret, Dornal, Poton et
d'autres nos genz de guerre en bien grant nombre nous a escript quilz
exploictent fort au dit pais sur nos ditz ennemis et quil n'y a
encores eu jusques cy personne que leur ait porté nuysance. Et si
avons grant nombre de bon navire bien équippé en la rivière de Gironde
et telement que nos diz ennemis sont a présent en grant subjection. Et
avons espérance en Dieu que le seurplus du recouvrement de notre pais
de Guienne se portera bien.

Donné à la Rochefoucault le XXIIe jour de juillet.

Depuis noz lectres escriptes, nous sont venues nouvelles certaines que
nos dits gens de guerre ont mise la dicte place de Castillon en
composicion, en la quelle estoient le dit sire de Candale, le sire de
Montferrand et autres jusques au nombre de deux mille combatans tant
angloiz que gascons qui se sont tous renduz prisonniers à nostre
mercy. Et plus tost vous eussions escript de nos dites nouvelles se
neust este pour actendre la conclusion du dit Castillon.

Donné comme dessus.

    CHARLES.

    Delaloëre.

(Arch. municip., Origin., série A.A.)

Voy. de Beaucourt, V, p. 276 et note 3.--La même lettre est adressée
aux habitants de Lyon, et donnée comme pièce justificative, no XVI, p.
463 (de Beaucourt, V, p. 463.)


No XII (_bis_)

_Prestation d'hommage de Romieu de Morimont._

In nomine Domini amen. Noverint universi et singuli presentes
pariterque futuri per hoc verum et publicum instrumentum quod anno a
nativitate Domini millesimo cccclvi indictione quarta, die quinta
mensis augusti, Pontificatus vero Sanctissimi in Christo patris et
domini nostri domini Calisti divina providentia pape tertii anno
secundo, nobilis vir _Romeus de Miremont_ scutifer et procurator
illustrissimi principis domini Ludovici, Regis Francorum primogeniti,
delphini Viennensis comitisque Valentinensis et Diensis constitutus,
genuflexus ante pedes Sanctissimi domini nostri Calisti pape tertii
prefati cum summa reverentia, exposuit se procuratorem dicti domini
Delphini et ab eo destinatum ad Suam Sanctitatem faciendamque debitam
reverentiam et recognoscendum feudum homagium ligium et fidelitatem
nonnuliorum castrorum et locorum infrascriptorum instrumentorum
nominatorum et designatorum, que castra et loca sui quondam
predecessores a Romana ecclesia tenuerunt in feudum ac petendum et
obtinendum remissionem liberationem et quictationem censuum occasione
predicta camere debitorum aliquibus temporibus hactenus forsitan non
solutorum et primo ibidem mandatum suum procurations sigillo magno
rotundo ipsius domini Dalphini impendenti in pergameno scriptum Sue
Sanctitati ibidem exhibuit ac produxit cujus quidem tenor de verbo ad
verbum sequitur et est talis. Ludovicus Regis Francorum primogenitus,
Dalphinus Viennensis comesque Valentinensis et Diensis, universis
presentibus et futuris notum fieri volumus quod nos animadvertentes
nil salubrius esse quam que sunt Dei Deo Cesarisque Cesari reddere,
volentes igitur Sancte Sedi Apostolice et ecclesie Dei sancte de hiis
que sub dominio eorundem in feudum tenemus homagium reddere fidele,
de nobilitate, moribus et providentia dilecti et fidelis domestici
nostri Romei de Miremont, scutiferie nostre scutiferum, ab experto
plene confisi, eundem Miremont presentem coram nobis et onus
suscipientem auctorem et negotii hujus gestorem specialiter
ordinavimus et ordinamus, ipsi expresse injungentes ut ad Sanctam
Sedem Apostolicam, quamcitius poterit, se transferat et Sanctitati
domini nostri pape Calisti tertii aut illi vel illis quibus jure et
consuetudine similia pertinent vel per Sanctitatem suam ad hoc
commitentur universaliter et generaliter de omnibus que sub feudo
nobili dicte sedis et ecclesie sancte _in Delphinatu et comitatibus
nostris predictis moventur_ homagium et recognitionem cum
solemnitatibus et aliis in talibus fieri usitatis realiter, nomine et
vice nostri, reddat et faciat denominationem et decertationem
predictorum omnium sub dicto feudo moventium, si opus fuerit, tradendo
literas publicas de hiis que egerit bullasque protectionis in forma
militantis ecclesie aut alias in similibus dari solitas obtinendo,
aliaque agendo, petendo pro tractando et obtinendo que nos agere
postulare pertractare et obtinere possemus, si presentes et
personaliter interessemus, et que negotiorum predictorum merita
postulant et requirunt, etiamsi essent talia que mandatum exigerent
magis speciale, vices nostras quoad predicta per presentes sibi
totaliter committentes et plenam in hiis ex certa scientia et
deliberatione prehabita attribuentes potestatem, promittentes in verbo
principis et sub juramento corporali dictum homagium, et quicquid per
dictum scutiferum artum, dictum, pertractatum, petitum et juratum
fuerit perpetuo ratum et gratum habere tenereque et observare
inconcussum. In quorum testimonium sigillum nostrum, in absentia magni
ordinatum, presentibus duximus apponendum. Datum in Sancto Antonio
Viennensi, die prima mensis junii, anno domini millesimo CCCCLVI
iuramento fidelitatis in animam et sub honore nostris prout in
similibus homagiis solitum est prestare nec non. Datum ut supra
Astaris per Dominum Delphinum, domino Montis Albani, gubernatore et
marescallo Delphinatus et aliis presentibus Astaris. Exinde vero
duorum transumptorum duo publica instrumenta per reverendum in
Christo patrem dominum Siboudum Alamandi, episcopum Gratianopolitanum,
factorum et auctenticorum super feudis homagiis et ligiis et
fidelitatibus castrorum et locorum predictorum exhibuit quibus quidem
transumptis auctenticis sigilla propria ipsius domini Episcopi erant
appensa, quorum quidem transumptorum tenor de verbo ad verbum sequitur
et est talis.

(Arch. vat., t. XXXIII, p. 66, Armor. 35.)


No XIII

_Lettre d'Allemand de Pazzis et de François Malespine aux Consuls
d'Avignon._

(Traduction).

  A respectables et nobles Mes seigneurs les Consuls de la Cité
    d'Avignon.

Tres respectables seigneurs, nous nous recommandons à votre bonne
grâce en vous avisant comme nous arrivâmes ici samedi dernier, en
grand peine de trouver logis, à cause de la grande multitude de gens
venus pour faire leurs adieux. Grâce soit rendue à Monseigneur le
Maréchal lequel nous a fait très bon accueil en considération de
Monseigneur le Cardinal (Pierre de Foix) et de la ville, et le
lendemain matin nous fit avoir audience du Roi. Celui-ci nous vit
volontiers et nous fit aussi un très grand accueil. Après avoir vu nos
lettres et avant que nous eussions rien autrement pu lui dire, il nous
appela près de lui, mais si près que nous nous touchions l'un l'autre,
et cela afin que personne ne pût entendre ce qu'il nous disait. Il
nous dit que nous étions les bienvenus, mais que lui ne pouvait
entendre à cette heure ni, par aventure, de tout le jour, mais
qu'avant de nous entendre, il voulait savoir de nous ce que nous
savions bien, qu'étant en son pays du Dauphiné, quelqu'un nous avait
dit et avisé la ville d'Avignon qu'il y avait quelques gascons qui
devaient faire en sorte que la ville passât, pour son compte, au
pouvoir de son maréchal d'Armagnac et que eux l'avaient notifié et
fait dire au Roi son père (dont Dieu ait l'âme) et qu'il voulait que
nous lui disions quel était cet inventeur qui nous avait dit et
dénoncé un pareil projet, car jamais il n'avait eu une telle intention
et que si la chose avait été vraie il n'aurait pas été assez téméraire
pour de sa vie mettre les pieds dans Avignon ni pour en passer aussi
proche qu'il l'a fait. Qu'il commet à Monseigneur le Maréchal et à
Messire Jean Bureu le soin de nous entendre à cet égard et que nous
eussions à leur dire qui sont ceux qui nous ont donné cet avis et qui
sont les inventeurs d'une pareille chose. Là-dessus le Roi nous a
laissés pour aller à la messe, puis diner, puis après dîner, aller aux
joutes que Monseigneur de Bourgogne faisait faire; et le soir, à un
banquet. Le tout a été un grand triomphe, et dans le même jour nous
dinâmes avec Monseigneur le Maréchal, nous lui affirmâmes en lui
disant que nous ne savions en vérité qui était l'auteur de l'avis dont
le Roi nous avait parlé, que jamais la Ville n'avait écrit au Roi son
père qu'elle le soupçonnât en aucune manière du monde, et que par
conséquent nous ne savions pas davantage qui était l'inventeur de la
chose. Nous fûmes également chez Maître Jean Bureu pour l'informer de
la même manière. Il nous répliqua qu'il lui semblait se souvenir
d'avoir vu quelque lettre et entendu parler de quelque chose de
semblable à l'hôtel du Roi, mais qu'il ne s'en rappelait pas
nettement. Que toutefois il rapporterait au Roi ce que nous lui
disions. Depuis, nous trouvant ensemble en présence de Monseigneur
Boucicaut qui veut le bien et l'honneur de Monseigneur (le Cardinal de
Foix) et de la ville et de maître Pierre Robin, pour aviser à cela et
chercher si personne ne se rappelait rien à ce sujet. Monseigneur
Boucicaut et quelque autre d'entre eux rappela que le Roi mort envoya
à Avignon avertir et aviser Monseigneur (le Légat) et la ville qu'il
avait vent qu'on devait nous faire déplaisir et qu'il nous en donnait
avis et que si nous avions besoin de quelque chose il nous viendrait
en aide par gens et par tout ce que nous lui demanderions. Il nous est
aussi revenu en mémoire que la ville répondit au Roi en le remerciant
et que nous n'avions besoin ni de gens ni de rien autre et il nous
semble que jamais la ville n'a écrit autre chose au feu Roi. En sorte
que, s'ils ne sont pas contents de la réponse, que nous avons déjà
faite, nous leur dirons ce qui nous est revenu à la mémoire comme il
vient d'être dit. S'il paraît à Monseigneur (le Cardinal de Foix) et à
vous autres que nous ne devons dire autre chose ou faire d'autres
justifications soit par lettres, soit autrement, mandez-nous le et
nous fairons ainsi que vous commanderez. Adressez les lettres à la
Cour, car le Roi doit partir demain ou le jour d'après pour se diriger
sur Melun, de Melun à Amboise où sont les Reines en tirant à Tours;
nous suivrons pour être dépêchés le plus tôt possible. Monseigneur le
Légat répond également à Monseigneur le Cardinal (de Foix) et l'avise
de tout avec encore plus de détails, car lui a aujourd'hui parlé au
Roi en tête à tête et, comme je vous l'ai dit, avise Monseigneur de
tout ce que le Roi lui a dit vous pourrez le savoir par lui, ainsi que
par le porteur de la présente qui est au service de Monseigneur,
lequel sait tout et par lui vous serez pleinement informés de tout (!)
Monseigneur le Sénéchal de Provence n'est pas encore arrivé ici; je
crois qu'il attend le Roi sur la route parce que le bruit avait couru
que le Roi était parti huit jours avant. Nous ne voyons pas autre
chose à vous dire, que Notre Seigneur vous garde. Recommandez-nous
très humblement à la bonne grâce de Monseigneur (le Cardinal) et à mes
seigneurs les Conseillers.

    Vos humbles serviteurs.

    Allemand de Pazzis: Fr. Malespine,

    Ecrit à Paris, le 15 de septembre (1462).


No XIV

_Lettre de Louis XI au Cardinal de Foix._

    21 janvier 1464.

Cardinal de Foix, Tres cher et féal cousin, nous avons entant que
aucuns des habitans de la ville d'Avignon et autres tant des nacions
d'Alemaigne, Florence, Venise, Gennes, que autres, demourans et
habitans en la dicte ville d'Avignon, ont donné et donnent chacun jour
de grans pors et faveurs a ceulx de la ville de Barselonne et leur ont
envoyé et envoyent des vivres, artillerie et autres choses à eux
nécessaires. Et pour ce que nous tenons et repputons les dits de
Barselonne et leur aliez et adhérans et aussi tous ceulx qui les
avitaillent ne favorisent en aucune manière noz ennemis et
adversaires, nous vous prions bien affectueusement que vous vueilliés
ces choses remonstrer ou faire remonstrer aus dits habitans de la
dicte ville d'Avignon et autres des nacions dessus dites demourans en
icelle, en leur nottiffiant ou faisant notiffier que se ilz font le
contraire nous les réputons dès à présent noz ennemis et entendons de
procéder ou faire procéder à lencontre d'eulx ainsi quil appartient en
tel cas. Et affin quilz n'aient cause d'en prétendre aucune ignorance,
vous prions de rechief que les choses dessus dites faictes crier et
publier par cry publique et à son de trompe en nous faisant savoir
tout ce que aurez fait. Et vous nous ferés tres singulier et agréable
plaisir.

Doné à Castelno de Médoc le XXIe jour de janvier.

    LOYS.

    Binon.

(Origin., Arch. de la ville d'Avignon, série A.A.)


No XV

_Louis XI aux Consuls d'Avignon._

  A nos tres chers et grans amys les Consulz, bourgoys, manans et
    habitans de la ville et cité d'Avignon et de la Conté de Venisy.

Tres chers et grans amis, nostre très cher et très amé cousin le _duc
de Bourbon_ et d'Auvergne, nostre lieutenant et gouverneur en nostre
pais de Languedoc, nous a dit et remonstré que à vostre pourchaz,
instigacion et requeste le Recteur d'Avignon a puis naguères prins à
force et port d'armes les places d'Albignan et Auriol que paravant
tenoit nostre bien amé le sieur de Vergères, escuier d'escuerie de
nostre dit frère et cousin. Et pour ce que désirons les besongnes et
affères du dit sieur de Vergeres estre favorablement traictées tant en
faveur de ce qu'il est nostre serviteur et subgect du bon droit que
entendons quil a ès dites places que en contemplacion de nostre frère
et cousin qui sur ce nous a requiz, nous vous prions tres acertes et
sur touz les plaisirs que fére nous désirez que vous tenez la main
envers le dit Recteur auquel escripvons présentement de ceste matière
en manière quil soyt content de bailler et delivrer au dit escuyer la
joyssance des dictes places au moins jusques à ce que par justice ses
droitz et tiltres sur tout veuz et visitez aultrement en soit ordonné.
Et tellement faictes que le dit escuier cognoisse par effect noz
prières luy avoir prouffité envers vous. Et en ce faisant vous nouz
ferez tres singulier et agréable plaisir lequel recognoistrons envers
vous en pareil cas ou greigneur quant d'aucunes choses nous requerrez.

Donné à Chartres, le XXe jour de juing.

    LOYS.

    Toustain.

(Arch. municip., Origin., Boîte des Catalans.)


No XVI

_Lettre de Louis XI aux Consuls d'Avignon._

    26 août 1464.

Loys par la grace de Dieu, roy de France. Tres chiers et grans amis,
nous avons sceu la maladie de nostre chier et féal cousin le Cardinal
de Foix dont avons esté et sommes tres desplaisans; et pour ce qu'il
est à doubter que de la dicte maladie il voise de vie à trespas, nous
vous advertissons que se avez d'aucune chose afaire, en quoy nous
puissions pour vous employer, nous le ferons de très bon cueur, ainsi
que plus amplement nous avons chargié vous dire à nostre amé et féal
conseiller et maistre de nostre hostel Mombardon, porteur de ces
présentes. Si le vueillez croire de ce qu'il vous dira sur ce de
nostre part.

Donné à Nouyon le XXVIe jour d'aoust.

    LOYS.

A noz tres chiers et grans amis les Consulz et gouverneurs de la ville
et cite d'Avignon.

(Arch. municip., Origin., B. 77, no 87, Cott. P.P.P.P.)


No XVII

_Lettre de Jean d'Armagnac, maréchal de Comminges, aux Consuls
d'Avignon._

    22 décembre 1464.

  A mes tres chiers et grans amys les viguier, consulz et autres
    bourgeoiz, manans et habitans de la ville et cité d'Avignon.

Tres chiers et grans amys, je me recommande à vous tant comme je puis
et vous plaise savoir que aujourdhuy XXIIe jour du moys de décembre
sont venues nouvelles au Roy, que Dieu a fait son commandement de feu
Monseigneur le Cardinal de Foix, auquel Dieu par sa grâce face mercy
et pour vous advertir de son vouloir et intention, il envoye devers
vous le bailli des Montaignes du Daulphiné, son conseiller et
serviteur, pour vous dire et remonstrer aucunes choses de par luy et
si vous escript bien au long en vous priant que vueilliez avoir mon
frère l'arcevesque d'Auch pour recommandé au fait de la legation de
la ville et cité d'Avignon et gouvernement de la Conté de Venissy en
la forme, et manière que mon dict seigneur le Cardinal la tenoit. Et
pour ce, très chiers et grans amys, je vous prie et requiert que, pour
l'honneur du Roy et amour de mon dict frère et de moy, vous y
vueilliez aider et tenir la main en tout ce qu'il vous sera possible
tant envers Nostre Sainct Père que autrepart et en temps et lieu mon
dict frère et moy le recognoistrons envers vous tellement que par
raison en devrez estre contens. Car je vous certifie que je le faiz
plus pour le bien du Pays que pour le prouffit que j'en espère en
avoyr. Et pour vous donner le cas à entendre, le Roy a escript
d'autrefois au Pape en faveur depré Monseigneur de Foix, en luy priant
qu'il luy voulsist bailler le gouvernement après le trespas de mon
dict seigneur le Cardinal, mais il lui feist responce que pour riens
il ne luy bailleroit pour ce qu'il estoit mineur d'aage; et après
quant le Roy a veu la responce de nostre dict Sainct Père, il y a
escript en faveur de l'évesque de Genève, frère de la Royne, pour
lequel il luy a faict semblable responce et que pour riens n'y
commettroit l'un ne l'autre, mais il lui a bien fait savoir qu'il
advise quelque évesque ou arcevesque en son royaulme qui soit à son
gré et qu'il pourvoira cestuy là sans autre. Et pour celle cause le
Roy a envoyé, passé a six sepmaines, messire Jehan de Reillat, son
secretaire devers Nostre dict Sainct Père pour le supplier et requérir
qu'il luy plaist que à sa requeste, vueille pourveoir mon dict frère
de la dicte légation et gouvernement sans autre; et me semble que
c'est l'homme au monde que vous devriez mieulx vouloyr, veu que vous
cognoissez ses conditions et qu'il n'est pas homme malicieux pour
pourchasser aucun dommage au pays, ainsi que plus après pourrez estre
informez par le dict bailli des Montaignes, de l'entente du Roy avey
ensemble de la mienne. Si vous prie, tres chiers et grans amys, que le
vuelliez croire de tout ce qu'il vous dira, comme feriez à moy mesme
si je y estoye en personne. Et tousjours, si aucune chose vous plaist
que pour vous fere puisse, faictes le moy scavoir et je l'acompliray
de tres bon cuer. Au plaisir de Dieu qui, très chers et grans amys,
vous doint ce que désirez.

Escript à Tours le XXIIe jour de décembre.

    Le tout vostre,

  Le Conte de Commenge, mareschal de France, conseiller et premier
    chambellan du Roy, lieutenant-général et gouverneur de par luy en
    ses pays du Daulphiné et duchié de Guienne.

    JEHAN.

(Origin., Arch. municip. d'Avignon, boîte 95, no 73.)


No XVIII

_Lettres patentes de Louis XI en faveur de Jules de la Rovère._

    Lyon, 21 juin 1476.

Loys par la grace de Dieu roy de France à tous noz justiciers ou à
leurs lieutenants salut. Nostre tres chier et grant amy le cardinal de
Saint Pierre _ad Vincula_, nous a fait dire qu'il a esté adverty que
pour ce qu'il n'est natif de notre royaume, il ne peut bonnement tenir
selon les ordonnances royaulx sur ce faites, aucuns beneffices de
nostre royaume s'il n'est, quant à ce, de nous habilité; et pour ceste
cause il nous a humblement fait requerir noz grace et provision
convenables lui estre sur ce imparties. Savoir vous faisons que nous
inclinant libéralement et vouluntiers à sa requeste pour la grant et
singulière amour et amitié que avons à lui et en faveur de plusieurs
grans, louables et notables services dignes de recommandation qu'il
nous a faiz et espérons qu'il nous face au temps advenir, et afin
qu'il ait désormais mieulx les faiz et affaires de nous et des subgetz
de nostre royaume pour espécialement et singulierement recommandez et
qu'il ait beneffices en icellui, dont il se puisse plus honorablement
entretenir icellui cardinal, pour ces causes et autres à ce nous
mouvans, avons octroyé et octroyons, voulons et nous plaist de grace
espécial par ces présentes quil puisse et lui loise avoir, tenir et
posséder en notre dit royaume tous les beneffices dont il a esté et
sera justement et canoniquement pourveu en icellui, soient
archeveschez, éveschez, abbayes et autres dignitez et beneffices
quelzconques, quelz quilz soient et à quelque valeur et extimation
quilz puissent valoir et monter. Et quant à ce l'avons habilité et
habilitons de nostre dite grace espécial par ces dites presentes, non
obstant qu'il ne soit natif de nostre dit royaume et lesdites
ordonnances royaulx, et sans préjudice dicelles en autres choses et
quelz conques autres ordonnances, mandement ou deffences à ce
contraires, que ne voulons quant a ce lui nuyre ne préjudicier en
aucune manière. Et vous mandons et enjoignons et à chacun de vous sur
ce requis et comme à lui appartiendra que de nos présentz grace,
habilitation et octroy vous le faites souffrez et laissez joyr et user
pleinement et paisiblement, sans lui mettre ou donner ne souffrir
estre fait mis ou donné aucun destourbier ou empeschement au
contraire, lequel se fait mis ou donné lui avoit esté ou estoit si
l'ostez et mettez ou faites oster et mettre incontinent et sans délay
à plaine délivrance et au premier estat et deu. Car ainsi nous plaist
il et voulons estre fait. Donné à Lyon sur le Rosne, le XXIe jour de
juing l'an de grace mil CCCC soixante seze et de nostre regne le
quinziesme. Par le Roy.

    NICOT.

(Copie extraite des minutes de Jean Robini, notaire à Avignon.)


No XIX

_Lettre de Louis XI au bâtard de Comminges._

  A notre amé et féal cousin le maistre des ports (..........)
    Bastard de Comminges.

  Notre aimé et feal, nous avons sceu, par noz chiers et biens aimes
  aliez, les Consuls et habitans de la cité d'Avignon que ung nommé
  Bernard de Guerlandz avecques XV hommes de guerre tant à pied que
  à cheval soy disant estre en notre service et sous umbre de nous
  comme se à iceluy en eussions donné congié ou exprès mandement,
  que desavouons expressement par ces présentes, de fait, par force
  et violence cest mis avecques les dits gens dedans le Conté de
  Venycy, prins places, tuez gens, violez femmes et filles pucelles,
  bruler maisons, desrober marchans et faitz autres infinitz maulx,
  dont sommes fort mal contens de luy et de ses dits complices. Et
  pour ce que n'entendons aucunement la dite cité ne les habitans
  d'icelle et dud. Conté, comme noz confédérés, aliez et devotz de
  notre couronne, soient vexés ne opprimés en quelque maniere que ce
  soit, meismement comme de terre de Saincte mère Esglise a cuy
  nostre desir ne sache que servir, obéyr et complaire, et que aussi
  en justice tous excès, violences, forces et autres maulx et
  roberies ne se doibvent souffrir, vous mandons que veues ces
  présentes sur tant que désirés nous complaire, que incontinent et
  sans délay faictes vuyder le dit Bernard avecques ses dits
  complices hors la dicte conté. A quoy vous donnons plain povoir et
  mandement espécial par ces présentes, en réintégrant ou faisant
  réintégrer ung chacung à votre povoir, selon debvoir et justice et
  ce par toutes voyes deues et raisonnables, et se ilz ne vous
  obéyssent incontinent se y procédez par main armée jusques ad ce
  que la dicte Conté du tout en soit à pleine delivrance, et
  tellement qu'ilz n'ayent plus cause den revenir plaintifs à nous.
  Mandons et commandons a tous noz justiciers et officiers que en ce
  faisant vous obéyssent et entendent. Et faictes, cessantz toutes
  exqusations, quil n'y ait point de faulte, et que plus n'en oyons
  parler.--Donné au Plesseys du parc les Tours, le 7e jour de
  février.

    LOYS.

    Courtin.

  (Arch. municip., Origin., série A.A.)


  No XX

  _Lettre de Baptyste de Béségat aux Consuls d'Avignon._

    9 février 1479.

  A Messieurs les Consuls d'Avignon.

  Messieurs les Conseuls, de tout mon cuer à vous me recommande. Par
  Guillaume présent porteur ay receu voz lettres, lequel ariva jeudi
  au soir icy et pourceque le Roy estoit parti des Forges pour venir
  au Plesseis du parc, la où il arriva vendredi au soir bien tart,
  ne fut possible présenter vos lettres jusques à samedi à sa messe.
  Et receu quil eut vos lettres m'apella et me demanda quelx gens
  sont ce qui sont entres en la Conté de Venise. Je luy respondi:
  Sire ce sont les Angloys qui ont passé par votre royaume qui
  disoient aller au service des Florentins.--Lors me respondit que
  c'estoient des trez (traits) de son compère Lyonnet de Medicy et
  qu'il avoit fait faire tout cecy sans son sceu, dont il monstra
  n'estre pas contant et me dist quil vouldroit garder ceulx
  d'Avignon et du conté de Venisse comme ses propres subgets et
  mieulx, se mieulx povoit. Et en effect dist quil vouloit que tous
  ses officiers tant du Royaume que de Dalphiné vous donnassent tout
  l'ayde et faveur que leur vouldriez demander pour leur faire
  réparer les domaiges faitz, et faire vuyder hors de la terre de
  l'Eglise, car il n'entendit oncques quils y entrassent ne feissent
  nul dommaige et qu'il ne les vouloit soustenir en façon quelconque
  et sur ce me dist quil avoit commandé à Monsieur Dubochaige et à
  Monsieur le conte de Castres que toutes telles lettres que vous
  seroient nécessaires vous fussent faictes et commanda au
  secrétaire ainsi le faire. Et sur ce a esté poursuivy et fait la
  response telle que vous verrez et comme il escrit au Séneschal de
  Beaucaire et maistre des ports, lequel il fait commissaire pour
  faire saillir le cappitaine hors de la terre de l'Eglise et en
  faire telle raison comme en cas appartiendra, comme verrez par les
  lettres qu'il luy escript.

  L'expedition na pas esté si briesve comme je eusse bien voulu et
  n'a pas tenu à solliciter, comme vous pourra dire le dit porteur,
  qui a veu tout le demene et part ce matin IXe jour. Et si chose
  voulez que pour vous faire puisse, mandez le moy pour l'acomplir à
  layde Nostre Seigneur, qui vous donne ce que desirez.

  Escript à Tours le dit IXe jour de février.

    Le tout plus que votre

    _Signé_: Batyte de BESEGAT?


    Antoine Vela baille IIII écus à
    Guillaume et ung autre écu au
    secrétaire pour vos lettres.

    Je vous envoye les lettres du
    Roy sans cire affin que les lisiez
    car il n'a point de coustume de
    y mettre cire.

  (Arch. municip., Original, série A.A.)


  No XXI

  _Lettre de Louis XI aux consuls et habitans d'Avignon._

    7 septembre 1481?

  A noz chers et bons amys les consolz, mannans et habitans de la
    cité d'Avignon.

Tres chers et bons amis, nous avons sceu les grans excez faiz en la
personne de Tinteville par la cruelle et mauvaise torture que on luy a
donnée à diverses foiz par delà. Sans avoir regart quil feust notre
vassal et subgect et qui pis est vostre légat a fait pendre et noyer
plusieurs ses gens et autres gitter de la Roche au Rosne tres
deshonnestement sans avoir considéracion quilz feussent de notre
royaulme, dont sommes tres mal contens, délibérez de ne laisser pas la
chose ainsi. Et pour ce que ledit Tinteville est notre serviteur
désirons l'avoir. Et à ceste cause vous prions nous le envoyer. Et
quil ny ait point de faulte. Car si faulte y a, nous nous en prandrons
à vous par faczon que ny prendrez point de plaisir. Tres chers et bons
amis Notre Seigneur vous ait en sa sainte garde.

Donné au Plessis du parc le VIIe jour de septembre.

    LOYS.

    Gilberti.

(Origin., Arch. de la ville d'Avignon, série A.A.)


No XXII

_Lettre de Louis XI aux Consuls d'Avignon._

    19 septembre 1481.

  A noz chers et bons amys les consols gens de conseil manans et
    habitans d'Avignon.

Tres chers et bons amys, nous avons receu vos lettres par lesquelles
vous excusez du fait de Tinteville, lequel, comme par autres vous
avons escript, veu quil est notre subgect et serviteur, voulons avoir,
vous advisant que si faulte y a nous en prendrons à vous de ceulx que
votre légat a fait pendre et noyer sans avoir regart qu'ils fussent de
notre reaulme. Nous savons bien ou nous en devons prendre.

Donné au Plessys du parc lez Tours le XIXe de septembre.

    LOYS.

    Gilberti.

(Arch. municip. de la ville d'Avignon, Origin., série A.A.)



TABLE DES MATIÈRES

                                                                PAGES.

    PRÉFACE                                                      i à x

  CHAPITRE PREMIER.--_Coup d'oeil rétrospectif sur les
  relations de la Cour de France avec Avignon et le Comté
  Venaissin pendant la première moitié du XVe siècle.--Charles
  VI. Benoît XIII. Le schisme._--Caractère général des
  relations de la Cour de France avec le Venaissin et l'État
  d'Avignon pendant le règne de Charles VI et de Charles VII.
  Comment les rois de France entendaient la juridiction
  temporelle des papes sur ces États. Voyages princiers à
  Avignon. Fondation du royal monastère des Célestins (1395);
  privilèges accordés. Inviolabilité.--Premières assises de
  l'autorité royale à Avignon.--Le schisme et Benoît XIII.
  Situation des Avignonnais vis-à-vis du pape et des
  cardinaux. Louis d'Orléans et les oncles du roi à Avignon.
  Attitude et intervention de Charles VI: premier siège du
  Palais (1398). GEOFFROY LE MEINGRE, dit BOUCICAUT. Son rôle
  dans les événements militaires dont Avignon est le théâtre
  (1398-1399).--Charles VI prend Benoît XIII sous sa
  protection. Sa lettre aux consuls d'Avignon (22 avril 1401).
  Il se fait le défenseur des cardinaux et des terres de
  l'Église. Sa lettre au sire de Grignan (juin 1401).
  Captivité et évasion de Benoît XIII (1400, mars 1403).
  Traité de paix entre les cardinaux et le pape. Hommage des
  Avignonnais à Benoît XIII (10 avril 1403). Retrait de la
  soustraction d'obédience (30 juillet 1403).--Suite des
  événements provoqués par les agissements de Benoît
  XIII.--L'anti-pape et le maréchal de Boucicaut.--Inféodation
  des villes du Comtat et prise de possession (mars 1408).--Le
  second siège du Palais.--Rodrigues de Luna et les Catalans
  (1410-1411).--Intervention de l'Université de
  Paris.--Charles VI envoie des secours aux
  Avignonnais.--Capitulation de la garnison catalane (27
  novembre 1411).                                               1 à 41

  CHAPITRE II.--_Charles VII._--_Les Boucicaut._--_Le Cardinal
  de Foix._--Le dauphin Charles en 1419-1420.--Devenu roi il
  ne cesse d'assurer de sa protection les États citramontains
  du Saint-Siège.--Nouveaux agissements de Geoffroy le Meingre
  (1426-1428).--La succession du maréchal.--Les routiers dans
  le Venaissin et dans la vallée du Rhône.--Démêlés entre les
  sujets du pape et Boucicaut.--Attitude de Charles VII
  (janvier 1426).--Il protège les Avignonnais, tout en
  appuyant les revendications de Champerons, seigneur de la
  Porte (1428).--Situation des États de l'Église au moment de
  l'ouverture du concile de Bâle.--Charles VII appuie
  ouvertement Alphonse Carillo, cardinal de Saint-Eustache,
  qui est le candidat du concile. Sa lettre aux Avignonnais
  (1431).--Conflit entre le pape Eugène IV et les Avignonnais
  à propos de la nomination de Marc Condulmaro.--Neutralité de
  Charles VII (1432).--Le cardinal Pierre de Foix, légat du
  Saint-Siège (avril 1432).--Triomphe de la politique
  française.--Efforts de Charles VII pour amener la cessation
  du schisme et la convocation d'un concile à Avignon pour
  l'union des Grecs (1437)                                     42 à 71

  CHAPITRE III.--_Le Dauphin Louis et le projet de traité
  secret avec le Saint-Siège (novembre 1444)._--Le dauphin
  Louis.--Première tentative pour s'emparer d'Avignon et du
  comté Venaissin.--Négociations entre le Dauphin et le pape
  Eugène IV.--Rôle du cardinal de Foix.--Protestation des
  États.--Le projet échoue (novembre-décembre 1444)            72 à 83

  CHAPITRE IV.--_Le dauphin Louis et ses agissements vis-à-vis
  des États citramontains de l'Église
  (1444-1461)._--L'héritage des Boucicaut.--Invasion à main
  armée du Venaissin par les agents du Dauphin.--L'expédition
  de Troyhons (1450).--Intervention de Charles VII.--Ambassade
  de Jehan de Lizac à Avignon (mars 1451).--Mission du
  cardinal d'Estouteville (1452).--Les dernières intrigues du
  Dauphin                                                     84 à 118

  CHAPITRE V.--_Louis XI et la succession du Cardinal de Foix
  à la légation d'Avignon (1464-1470)._--Caractère des
  relations des Comtadins et des Avignonnais à l'avènement de
  Louis XI.--L'ambassade de Malespine et de Pazzis à Tours
  (1461).--La succession du cardinal de Foix.--Rôle du
  maréchal Jean d'Armagnac.--Opposition de Louis XI à la
  nomination du cardinal d'Avignon, Alain de Coëtivy, comme
  légat.--Conflit entre Louis XI et Paul II pour la
  désignation d'un légat.--Ambassade de d'Orligues à Rome
  (janvier 1465).--Échec de la politique de Louis XI auprès du
  Saint-Siège                                                119 à 142

  CHAPITRE VI.--_Louis XI et le conflit avec Jules de la
  Rovère.--L'entrevue de Lyon (juin 1476) et ses
  conséquences._--Vacance de la légation
  (1464-1470).--Agissements de Louis XI pour faire nommer à la
  légation d'Avignon l'archevêque de Lyon, Charles de
  Bourbon.--Satisfaction accordée au roi de
  France.--Conditions dans lesquelles Charles de Bourbon est
  pourvu de la légation (1470).--Engagements du roi et du
  légat vis-à-vis du Saint-Siège.--Révocation des pouvoirs du
  cardinal de Bourbon (13 mars 1476).--La légation est donnée
  à Jules de la Rovère, neveu de Sixte IV.--Mécontentement de
  Louis XI.--Origines du conflit.--Occupation du palais
  apostolique.--Les représentants du légat
  assiégés.--Intervention militaire de Louis XI (avril-mai
  1476).--Entrevue de Lyon (juin 1476).--Les Avignonnais
  prêtent serment de fidélité au roi de France (26 juin
  1476).--Succès de la politique royale.--Conséquences de
  l'entrevue de Lyon pour les sujets du Saint-Siège et pour le
  cardinal de Saint Pierre ad Vincula.--Son retour à Rome
  (octobre 1476)                                             143 à 190

  CHAPITRE VII.--_Les dernières années de Louis XI
  (1476-1483).--Caractère général de la politique à l'égard
  d'Avignon.--Bernard de Guerlands et Jehan de
  Tinteville.--Faveurs royales._--Les dernières années de
  Louis XI.--Les tentatives des Routiers et des Florentins sur
  Avignon et le Comté.--Le sacrilège Bernard de Guerlands
  (1478-1479).--Les consuls s'adressent à Monseigneur du
  Bouchage.--Intervention de Louis XI qui protège les sujets
  du Saint-Siège (février-mars 1479).--Nouvelle attaque de
  Jehan de Tinteville ou Dinteville (1480-1481).--Petitjean
  maître d'hôtel du roi à Avignon (1481).--Politique équivoque
  de Louis XI.--Il désavoue Tinteville (janvier 1483).--Mort
  de Louis XI.--Sentiments des Avignonnais.--Funérailles du
  roi célébrées à Avignon (24 septembre 1483).--Privilèges
  divers accordés par Louis XI aux Avignonnais.--Il protège le
  commerce et la navigation.--Lettres des 24 mai 1482 et avril
  1480.--Il confirme les privilèges du péage à sel (26 janvier
  1478).--27 janvier 1481                                    191 à 210

  RÉSUMÉ ET CONCLUSION                                       211 à 223



TABLE DES PIÈCES JUSTIFICATIVES


                                                                PAGES.

       I. Instructions du pape Eugène IV à Tristan d'Aure,
          évêque de Conserans et gouverneur d'Avignon
          (février 1444)                                           224

      II. Id., du même au même                                     225

     III. Bref d'Eugène IV aux Sindics d'Avignon (20 novembre
          1444)                                                    227

      IV. Bref d'Eugène IV aux Trois États de la Conté de
          Venayssin (décembre 1444)                                228

       V. Charles VII aux Sindics d'Avignon (26 janvier 1448?)     229

      VI. Lettre du dauphin Louis aux États de Carpentras
          (15 mai 1451)                                            229

     VII. Charles VII aux Sindics d'Avignon (5 mars 1452)          230

    VIII. Charles VII aux Sindics d'Avignon (12 mars?)             230

      IX. Charles VII aux Sindics d'Avignon (22 mars?)             231

       X. Charles VII aux Sindics d'Avignon (19 mars 1452?)        232

      XI. Charles VII aux Sindics d'Avignon (15 mai 1452?)         232

     XII. Charles VII à la ville d'Avignon (22 juillet 1453)       233

     XII _bis._ Prestation d'hommage de Romieu de Morimont au
          pape Nicolas V (1er juin 1456)                           235

    XIII. Lettre d'Allemand de Pazzi et de François Malespine
          aux Consuls d'Avignon (15 septembre 1462)                237

     XIV. Lettre de Louis XI au Cardinal de Foix (21 janvier
          1464)                                                    239

      XV. Lettre de Louis XI aux Consuls d'Avignon (21 juin?)      240

     XVI. Lettre de Louis XI aux Consuls d'Avignon (26 août
          1464)                                                    241

    XVII. Lettre de Jean d'Armagnac, maréchal de Comminges,
          aux Consuls d'Avignon (22 septembre 1464)                242

   XVIII. Lettres patentes de Louis XI en faveur de Jules de la
          Rovère (21 juin 1476)                                    244

     XIX. Lettre de Louis XI au bâtard de Comminges                246

      XX. Lettre de Baptiste Béségat aux Consuls d'Avignon
          (9 février 1479)                                         247

     XXI. Lettre de Louis XI aux Consuls et habitants d'Avignon
          (7 septembre 1481?)                                      249

    XXII. Lettre de Louis XI aux Consuls d'Avignon (19 septembre
    1481)                                                          250





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Louis XI - et Les États Pontificaux de France" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home