Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3654, 8 Mars 1913
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3654, 8 Mars 1913" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 3654, 8 Mars 1913

AVEC CE NUMÉRO
La Petite Illustration
CONTENANT
ALSACE
PIÈCE EN 3 ACTES
par GASTON LEROUX et LUCIEN CAMILLE,


LA REVUE COMIQUE, par Henriot.


Ce numéro comprend vingt-quatre pages. Il est accompagné de LA PETITE
ILLUSTRATION, Série-Théâtre nº 1, contenant le texte complet d'ALSACE,
de MM. Gaston Leroux et Lucien Camille.



[Illustration: L'ILLUSTRATION _Prix du Numéro: Un Franc._ SAMEDI 8 MARS
1913 _71e Année.--Nº 3654_]

[Illustration: COMMENT ON FAIT DES MARINS Trois futurs loups de mer
élevés à l'établissement des Pupilles de la Marine, près de Brest _Phot.
Freund.--Voir l'article, pages 200 et 201_]



LA PETITE ILLUSTRATION

SÉRIE-ROMAN.--_Le prochain numéro (15 mars) contiendra la deuxième
partie (40 pages de texte et de gravures) de l'importante oeuvre
nouvelle de_ M. MARCEL PRÉVOST:

_Les Anges gardiens._

_La troisième partie de ce roman paraîtra dans le numéro du 29 mars._

SÉRIE-THÉÂTRE.--_Le 22 mars_, La Petite Illustration _contiendra_:

_L'Homme qui assassina, pièce en quatre actes, par_ M. PIERRE FRONDAIE,
_d'après le roman de M. Claude Farrère._



COURRIER DE PARIS

LA POINTE

«Hier, nous sommes entrés à Oudjda. Nous avons défilé dans les rues; nos
trompettes et nos clairons ont sonné que nous étions les maîtres... Et
aujourd'hui c'est chose faite. Le drapeau a été hissé. Toutes les
troupes étaient sous les armes. Un coup de canon. Au sommet du minaret
de la mosquée qui domine la ville s'élèvent les couleurs françaises. On
rend les honneurs. Le canon continue à tonner. Et successivement, toutes
les batteries, toutes les fanfares envoient: «Au drapeau!» Dieu que
c'est beau!»

Qui dit cela comme s'il était dressé sur ses étriers? Un soldat de
trente ans, un cavalier intrépide, éclatant de vie, Jacques Roze,
lieutenant au 2e spahis. Du Maroc il écrit à son frère Etienne, le soir,
sous sa tente, à la lueur d'une lanterne, un 30 mars. Et à l'automne de
la même année, le 25 novembre, Etienne Roze, dans la maison familiale
qu'il habite avec sa mère, en Touraine, reçoit une dépêche: «_Votre
frère blessé grièvement hier dans combat contre Beni-Snassen. Peu
d'espoir de le sauver..._» Ah! minutes de guet-apens! minutes cruelles
et assassines, qui tout à coup sortez du fourreau de la vie, comme des
poignards, et venez nous percer!... Il est midi. Que faire? Mme Roze est
là, dans la pièce à côté. Il va falloir que son fils Etienne lui parle,
la «prépare»,... car il n'y a pas de doute que la dépêche ne soit
mensongère et n'apporte, sans oser l'affirmer encore, l'inacceptable
nouvelle. Bouleversé par la douleur, secoué de sanglots, le malheureux
défaille. Il voudrait fuir et se cacher. Il voudrait ne pas exister,
n'être pas né... Et voilà qu'on l'appelle. Le déjeuner est prêt. Sa mère
l'attend. Plus moyen de reculer. Il faut ouvrir cette porte qui va
livrer passage à la pire souffrance... Il faut aller dans la salle à
manger où jamais plus, jamais plus ne sera mis le troisième couvert...
Il faut entrer, et tout de suite, avec cette face ravagée, tel qu'on
est... Impossible de faire autrement. Un signe de croix. Il entre. Sa
mère se retourne et l'aperçoit. Son regard agrandi l'enveloppe. Elle
voit sa figure, ses pleurs, la dépêche, elle voit tout... ici et là-bas.
Elle comprend, elle est criblée... Elle devient blanche aussitôt, de
façon foudroyante, comme si elle se vidait elle-même du sang répandu de
son fils, blanche du blanc d'hostie qu'ont les joues des mères en deuil,
pâle déjà de la pâleur éternelle et sacrée qu'elle aura dans l'étoffe
noire. Mais c'est une femme française, une Vendéenne! Elle était assise,
elle se dresse, d'un bond, pour accueillir debout le choc. Et elle le
reçoit, bien qu'anéantie de douleur, avec ce splendide courage qu'elle
avait donné à son enfant guerrier, dont elle l'avait armé et qu'en ce
moment il lui renvoie... Et ce jour-là on ne déjeune pas.

Deux heures plus tard, on ouvrait--en le mettant en morceaux tellement
les mains tremblaient--le deuxième télégramme pressenti et redouté:
«_Votre frère tué en brave, hier, artère fémorale coupée par une
balle._» Et puis, après, ce fut le tour des lettres, navrantes et gaies,
de l'officier: «_Jamais je ne me suis si bien porté..._» Pauvres lettres
des catastrophes, écrites «la veille», par un être chéri et parties à
temps!... pourquoi faut-il toujours qu'elles arrivent,--quand il n'est
plus temps? Comment la mort, à l'instant qu'elle touche ceux qui
viennent de les cacheter, n'a-t-elle pas le moyen d'arrêter en route ces
enveloppes lourdes encore de vie, et humides, et chaudes de lèvres
désormais glacées? En détruisant la main qui les a mises à la poste, que
ne les détruit-elle pas également, pour en faire aussi de la poussière
et ne pas tolérer qu'on les distribue à ceux qui ne peuvent plus les
lire qu'en gémissant de regret?

                                        *
                                       * *

Etienne Roze partit pour le Maroc. Il allait chercher, à Oudjda, le
corps de son frère. A Lalla-Marnia l'attendait le lieutenant Bouet--le
camarade et l'intime ami du défunt--qui lui remettait «les souvenirs»,
ce petit butin personnel qu'on ramasse avec respect pour les familles, à
l'endroit piétiné où sont bien tombés les soldats: des vêtements troués
et roidis de sang, une bourse, une montre brisée, arrêtée à l'heure
prescrite où l'homme devait cesser, lui aussi, de marcher...

Etienne Roze était conduit à la tombe de son frère, tombe toute fraîche
et qui paraissait cependant déjà très ancienne, comme si celui qui était
couché là s'en accommodait, avec cette bonne grâce et cette résignation
martiales qui font qu'après la mort, ainsi que dans la vie, le bon
officier n'est jamais difficile, et consent à tout, et fait partout son
lit, même le dernier.

Etienne Roze revoyait, à la smala de Chabah, la chambre de Jacques,
chambre devenue grave et vide à présent, au milieu des jardins fleuris
qui n'avaient jamais été si beaux!... Que ce soit en France, en Afrique,
partout, en n'importe quel point du monde, les jardins, d'ailleurs, ne
sont-ils pas toujours plus doux et plus enivrants et plus parfumés dès
que l'on s'y promène en compagnie de la mort et les yeux tout trempés de
sa rosée amère?

Après cette vision, c'en fut une autre, atroce, mais nécessaire, celle
de l'endroit où s'était abattu le lieutenant. Du point le plus élevé du
camp on l'apercevait bien, au loin, du côté des montagnes bleues... Mais
on ne pouvait s'y rendre. Un capitaine d'artillerie fit apporter à
Etienne Roze la longue-vue de la batterie et ce fut là, par ce tube
braqué comme un petit hotchkiss, qu'il inspecta, rapprochée à croire
qu'il s'y trouvait, la place où, dans une plaine parsemée de
broussailles, son frère Jacques avait rendu sa vie. Il était mort, comme
il l'eût désiré, s'il avait eu le choix: en chargeant, en bondissant
dans la mêlée, atteint de trois balles dont l'une lui tranchait l'artère
fémorale. Il était tombé de cheval, s'était relevé, malgré ses trois
blessures, et, ayant perdu son sabre dans la lutte, il avait marché,
revolver au poing, vers un buisson d'où des Beni-Snassen embusqués
tiraient encore sur lui. Il n'était pas atteint, mais l'hémorragie,
effrayante, l'épuisait. Le maréchal des logis Léger, rassemblant sa
monture en plein galop, lui avait crié: «Mon lieutenant, prenez mon
cheval.» Son geste et sa voix refusaient: «Non, merci. Allez!» Et le
coeur déjà tari, les artères béantes, il chancelait et perdait
connaissance, tandis que l'ennemi, taillé avec acharnement par nos
hommes, était mis en déroute.

Après la charge, on soulève le lieutenant Roze. Il respire avec peine.
Mais aussitôt remis en selle il penche sur l'encolure, et il rend l'âme,
en saluant du buste, comme s'il n'attendait plus que cela: d'être à
cheval, et sur son cheval, pour mourir. Alors, on le descend à, terre,
et, couché sur un caisson, il défile devant les troupes, toutes
piaffantes encore et mal apaisées. Et des larmes descendent sur des
visages de spahis.

                                   *
                                  * *

Maintenant, c'est le dernier voyage, le funèbre retour. Etienne Roze
ramène vers la France la noble dépouille à laquelle on présente l'arme
et on jette des fleurs. A Turenne, à Tlemcen, à Sidi-bel-Abbès, tout le
long du trajet, il y a, dans les petites gares, des officiers qui
attendent, silencieux, avec des couronnes.

Et voilà qu'à une station lointaine le train qui vient de s'arrêter est
croisé par un autre, qui s'arrête aussi. Un mouvement inaccoutumé tire
l'attention d'Étienne Roze... Il met la tête à la portière... Un homme
grand, maigre, busqué, à silhouette d'énergie, aux yeux de feu, vêtu
tout de blanc et galonné d'or, avec le couvre-nuque de toile, s'avance
vers lui comme s'il le cherchait: c'est Lyautey, c'est le général, le
grand chef, qui se rend à Oudjda pour prendre le commandement des
troupes. Il a appris, à la minute. On vient de lui dire,... il s'est
élancé. Il veut donner sa sympathie profonde, sa tristesse, sa fierté,
son admiration... Les mots coupants, militaires, les hommages brefs,
sortent de sa bouche comme des commandements et des cris. On les entend
claquer de loin dans l'air sec et sonore:--Ah! monsieur! Quel officier!
Hors ligne! hors ligne! Un soldat superbe! Et mort en héros! Où est-il?

--Là. Dans le fourgon.

--Ouvrez le fourgon! ordonne Lyautey. Le fourgon est ouvert. Les portes
noires du vieux wagon de marchandises, brûlé, fendu, gondolé par le
soleil d'Afrique, glissent dans leurs rainures, s'écartent comme des
rideaux, et sur le plancher jauni de sable, apparaît, tout modeste et
nu, le cercueil de fortune où repose dans son beau dolman le guerrier au
masque de cire, qui, à la lettre et _sans que ce soit une façon de
parler_, a répandu son sang pour son pays, car, dans ses veines qui
s'aplatissent, il n'en reste plus une goutte. Tout a coulé.

Le général se recueille devant la bière, une bonne minute. Et puis,
comme il faut aller vite, et qu'on est en campagne, il s'apprête à
repartir!... Alors, Etienne Roze lui dit:

--Mon général, je voudrais vous demander une chose qui serait pour ma
mère et pour moi inappréciable, unique.

--Dites, monsieur.

--Les Beni-Snassen ont volé le sabre de Jacques...

Le générai saute sur l'idée qui l'enflamme:

--Et vous voulez l'avoir? Vous l'aurez, monsieur! Vous aurez ce sabre.
Je vous en donne ma parole.

Le train s'ébranlait. L'émouvante et providentielle entrevue touche à sa
tin, ce croisement magnifique du chef qui, tout impérieux de vie,
s'empresse à la bataille, et de l'officier inanimé qui en revient... Et
chacun, bientôt, s'éloignait de son côté... pour aller où il avait à
faire... Les deux convois, une seconde rapprochés, se quittaient, se
séparaient, pour toujours.

Mais, quelques semaines plus tard, à la suite d'une campagne, si
vigoureusement menée et avec une telle habileté qu'elle ne nous coûtait
pas une perte, les Beni-Snassen se soumirent. Aussitôt, Lyautey exigea,
comme condition _sine qua non_ de l'aman, la restitution des objets pris
au lieutenant Roze.

Les Marocains, sans se faire prier, remirent le revolver, la selle et le
burnous. Mais ils ne trouvaient pas le sabre. Ils ne l'avaient pas. Ils
ne savaient où il pouvait être. Ils mentaient. Ils l'avaient caché pour
le garder comme un trophée. Le général fut inflexible, il menaça... Et
enfin ils l'apportèrent. Admirable débris! Ce n'était plus qu'un tronçon
tordu, et une bonne moitié de la lame, la plus belle, celle de la
pointe, manquait.

Alors--et c'est ici que l'histoire atteint dans sa simplicité la
grandeur épique d'un autre âge--Lyautey eut une pensée véritablement
sublime. Ce sabre incomplet et mutilé, cette moitié de sabre glorieux,
ne le satisfit pas. Il dit aux Marocains: «Où est la pointe?» Et, comme
ils se regardaient effarés et tremblants de la ténacité du vainqueur, le
général commanda:

--Je veux la pointe. Allez!

Un Arabe, se détachant, prononça:

--Nous ne pouvons plus. Cette pointe n'est pas chez nous.

--Où est-elle?

-Dans un corps. Dans la poitrine d'un des nôtres (et il dit son nom),
qui est enterré,... quelque part... près d'Oudjda.

Le général répéta:

--Je veux la pointe.

Voyant donc qu'il fallait céder, les Arabes repartirent. Ils
retrouvèrent le mort. Ils le déterrèrent. De leurs propres mains
soumises et domptées ils allèrent, en ouvrant avec les ongles le cadavre
et en y fouillant dans tous les coins, retirer de la poitrine
décomposée, où elle était enfoncée et perdue, la lame, l'esquille
d'acier qui s'y trouvait encore, et ils l'apportèrent au général, toute
rouillée de sang noir, la lui présentant à genoux.

Aujourd'hui, le sabre du lieutenant Roze, le sabre entier, auquel plus
rien ne manque, le sabre en deux morceaux qui n'en font qu'un, le sabre
heureux et reconquis, et moralement ressoudé, est en France, dans la
maison familiale de Touraine. On l'a.

Telle est cette histoire de pointe, de pointe française. Elle est
arrivée en 1907, il y a cinq ans. Quoi? Cinq ans? Déjà? dites-vous. Le
Maroc a déjà cinq ans? Oui. Que tout va donc vite! En une brochure de
cent pages, guère plus épaisse qu'un livret, et intitulée: _Un
officier_, Etienne Roze, avec une piété fraternelle, a relaté ces faits.
Je viens de les lire. Ils m'ont entraîné à ce point que je n'ai pu
m'empêcher de vous les jeter, tout d'une haleine. Connaissez-vous rien
de plus beau? Moi pas. Aussi, désormais, toujours, en toute grande
affaire, pathétique, aiguë et douloureuse, me reviendra comme une devise
la phrase de Lyautey, la phrase de métal: «La pointe! Il me faut la
pointe. Je veux la pointe.»

HENRI LAVEDAN.

_(Reproduction et traduction réservées.)_



[Illustration: Le bivouac des «Éclaireurs français» dans les bois de
Clamart.]

POUR FAIRE DES SOLDATS

UNE SORTIE DES ÉQUIPES PARISIENNES
DE BOY-SCOUTS FRANÇAIS

Une nombreuse assistance se trouvait réunie, dimanche matin, pour
assister, dans les bois de Clamart, à divers exercices exécutés par les
sections parisiennes des «Éclaireurs français». Il y avait là l'amiral
Besson, par qui la revue devait être passée, le commandant Nogué,
représentant le ministre de la Guerre, le lieutenant de vaisseau Benoît,
promoteur de ce mouvement en France, M. Chéradame, président de la
société, le capitaine Royet, directeur technique, le comte de LaVaulx,
qui forme le projet intéressant d'initier une de ces jeunes équipes à
l'aéronautique, le colonel Boucher, etc. Quelques correspondants de
guerre avaient été également invités.

Les fondateurs de, cette association se sont proposé le même but que le
général Baden-Powell lorsqu'il créa les Boy-Scouts anglais. D'après les
statuts de la Société des «Éclaireurs», ce but est de «développer, chez
les jeunes gens, la vigueur et l'adresse physiques, l'initiative,
l'esprit de ressource, le courage sous toutes ses formes, le
patriotisme, le sentiment de la solidarité, de la responsabilité morale
et de l'honneur». En somme, donner à tous, dès l'adolescence, l'art de
se débrouiller devant les obstacles matériels et, dans la conduite
générale de la vie, la dignité et le contrôle de soi-même qui sont les
plus belles et les plus fortes qualités dont l'homme puisse s'ennoblir.

Les adhérents sont pris parmi les jeunes garçons de dix à vingt ans. Ils
doivent, pour être admis, faire le serment suivant: «Je promets, sur mon
honneur, d'agir en toute circonstance comme un homme conscient de ses
devoirs, loyal et généreux; d'aimer ma patrie et de la servir
fidèlement, en paix comme en guerre; d'obéir au code de l'Éclaireur». La
place nous manque, malheureusement, pour donner les douze articles de ce
code qui tendent tous au but indiqué plus haut.

[Illustration: Les éclaireurs creusent une tranchée-abri.]

Le costume, copié sur celui des Boy-Scouts anglais, est, ainsi qu'on le
voit par les photographies ci-jointes, celui des cow-boys popularisés
par les récits d'aventures américaines. Outre qu'il est très coquet et
sied admirablement aux adolescents, il est de nature à plaire à leur
jeune imagination romanesque. Chaque section, ou plutôt chaque
patrouille, se signale par la nuance du foulard qui entoure le col.

                                   *
                                  * *

[Illustration: On soigne un blessé.]

Chacune de ces patrouilles s'exerce séparément à peu près tous les
dimanches, sous la direction de son instructeur. Cette dernière réunion,
qui groupait toutes les équipes parisiennes, était, depuis un an que
l'association existe, la première sortie générale de service en
campagne. Nous avons pu y voir les exercices les plus variés et en
admirer la parfaite exécution. Tandis que les uns installaient le
télégraphe et le téléphone de campagne, d'autres creusaient des
tranchées, construisaient un pont ou faisaient très habilement, très
prestement, le service d'ambulance et de brancardiers. On nous montrait
encore le maniement d'une voiture démontable construite par les
«Éclaireurs» eux-mêmes. Enfin, de tous côtés, sur des installations de
fortune, de jeunes marmitons, très convaincus, cuisinaient le prochain
déjeuner.

Le clou a été une manoeuvre exécutée par toutes les équipes réunies. A
un signal, toutes les patrouilles ont disparu dans les bois, puis les
«Éclaireurs» sont revenus en rampant, courant dans les espaces
découverts, profitant des moindres accidents de terrain pour se cacher
et avancer; finalement, tous se sont élancés à l'assaut de la hauteur où
nous les attendions.

[Illustration: COMMENT ON FAIT DES SOLDATS Les Éclaireurs parisiens
manoeuvrant dans les bois de Clamart: la construction d'un pont.--_Phot.
Gimpel._]

L'amiral Besson a ensuite passé la revue et, le cercle ayant été formé,
de vibrants discours prononcés par l'amiral, par le commandant Nogué et
M. André Chéradame ont clos, pour les invités du moins, la petite fête.

                                     *
                                    * *

Ce simple récit ne peut rendre l'excellente impression que nous avons
rapportée de ce spectacle de grand air. Nous en sommes revenus avec
cette conviction que la formule du «scoutisme» est la meilleure qui se
puisse trouver pour l'éducation physique et morale de la jeunesse. Il
suffira de citer le cas de la section de Saint-Denis, présente à la
belle réunion de dimanche. Les enfants qui la composent sont des fils
d'ouvriers des usines, milieu assez difficile, comme on sait, et hostile
à toutes les parades militaristes. L'instructeur nous racontait que,
pour obtenir l'approbation des parents, il avait surtout dressé sa
petite troupe à la manoeuvre des ambulanciers et brancardiers qu'elle
pratique du reste fort bien. Les résultats moraux ont été encore plus
surprenants et les parents en ont été très impressionnés. Ils ont écrit
à l'instructeur des lettres qui, en termes d'une simplicité émouvante,
exprimaient leur satisfaction et leur surprise. Le leit-motiv de toutes
ces missives était: «Notre petit gars a beaucoup changé, il n'est plus
le même.» Et les braves gens disaient combien ils en étaient heureux.

Toutes les équipes mériteraient d'ailleurs d'être citées: celle des
constructeurs de pont, celle de Grenelle, au foulard rouge, nombreuse,
disciplinée et d'une tenue parfaite; les télégraphistes et
téléphonistes. Tous vraiment rivalisaient de savoir-faire et d'entrain.
Après avoir constaté de tels résultats, on ne peut que souhaiter, pour
préparer à notre pays les belles et solides générations dont il a plus
que jamais besoin, le plus grand développement à cette oeuvre si
intéressante du «scoutisme» français.

JEAN RODES.



[Illustration: L'escadrille aérienne de Biskra à l'étape de
Tozeur.--_Phot. prise avant le départ pour Gabès, le 27 février, par M.
Digoy._]

UN BEAU RAID: BISKRA-GABÈS-TUNIS EN AÉROPLANE

L'escadrille militaire de Biskra vient d'accomplir, dans des conditions
de régularité remarquables, un raid aérien qui, en prouvant une fois de
plus l'audace et l'habileté de nos officiers aviateurs, montre les
services qu'ils peuvent rendre à nos corps de troupe africains.

Quatre biplans, montés par les lieutenants Reimbert, Cheutin, Jolain, et
par le maréchal des logis Hurard, s'envolaient de Biskra le 26 février
et se dirigeaient vers le Sud-Est passant au-dessus de la région des
Chotts. Arrêtés par le mauvais temps à Zeribet el Oued, ils arrivaient
cependant le même jour à Tozeur. Le lendemain, ils atterrissaient à
Gabès, devant le général Pistor, commandant la division d'occupation et
ministre de la Guerre du gouvernement tunisien, et le général Fournier,
en tournée d'inspection; après quelques heures de repos, ils repartaient
dans la direction de Tunis et couchaient à Sfax.

[Illustration: L'itinéraire suivi, de Biskra à Tunis, par l'escadrille
aérienne.]

[Illustration: A Gabès: les quatre aviateurs, leurs mécaniciens et
quelques officiers de la garnison devant les avions disposés pour le
départ.]

Le temps, assez beau jusque-là, devint subitement très mauvais, et le
troisième jour l'escadrille se trouva vite dispersée: le lieutenant
Jolain était en panne à Enfidaville; le maréchal des logis Hurard
s'arrêtait à Bou Picha; le lieutenant Cheutin endommageait son appareil
en atterrissant à Sousse; le lieutenant Reimbert ne pouvait dépasser
Grombalia, à 30 kilomètres de Tunis.

Le lendemain, la tempête continuait, un peu moins violente, il est vrai,
et les quatre aviateurs arrivaient l'un après l'autre à Tunis, Hurard
ayant pris comme passager le lieutenant Cheutin, dont l'appareil n'avait
pu être réparé.

Le lieutenant Reimbert, chef de l'escadrille, compte se reposer quelques
jours à Tunis, d'où il regagnera Constantine et Biskra, par la voie des
airs, avec ses camarades, si le temps n'est pas trop défavorable.

[Illustration: L'AVIATION EN AFRIQUE DU NORD.--En vol vers Sfax et
Tunis: le départ de Gabès du lieutenant Reimbert.--_Phot. Genet,
Gabès_.]



LA FOULE PARISIENNE UN JOUR DE FÊTE

_Photographie L. Gimpel._

_C'est la foule parisienne, la foule sage et calme des «dimanches et
fêtes», prise sur le vif, le jour de la Mi-Carême, à un moment
psychologique, si l'on peut dire... Le traditionnel cortège de la reine
des reines, qui s'est formé boulevard Voltaire, a gagné, par la place de
la République et le boulevard Beaumarchais, la place de la Bastille, et
a contourné la colonne de Juillet, sur laquelle veille, tout près du
Génie, un photographe avisé. Les chars carnavalesques, aux figurations
coutumières, ne donnent, du haut de son observatoire, que des images un
peu décevantes. Mais voici que les derniers d'entre eux se sont engagés
dans la rue Saint-Antoine, et le service d'ordre, qui barrait les voies
tout autour de la vaste place,_ vient d'être levé: seul un cordon
d'agents protège encore la fin du cortège. Tandis qu'une file de
voitures, où se remarquent les longs toits plats des autobus, débouche
lentement, au fond du boulevard Beaumarchais et à droite du boulevard
Richard-Lenoir la foule reprend sa liberté et, de nouveau, circule à
l'aise, ici pressée encore en groupes compacts, là moins dense. D'en
bas, vue en perspective fuyante, elle offrirait l'aspect d'une
multitude; du poste élevé ou le cliché a été pris, elle semble, grâce au
raccourci des personnages, étrangement diminuée, mais, dans le détail,
quelle variété de mouvements et d'attitudes y découvre l'oeil amusé!



[Illustration: A l'établissement des Pupilles de la Marine:
l'apprentissage de la menuiserie.]

LES PUPILLES DE LA MARINE

UNE PÉPINIÈRE DE MARINS D'ÉLITE

Le développement même de notre flotte de guerre, l'entrée en service,
d'année en année, de nouveaux navires monstres, exigeant des équipages
comme des états-majors de plus en plus nombreux, pose d'une façon assez
inquiétante la question des effectifs.

[Illustration: L'heure de l'étude.--_Phot. Freund._]

On redoute--et M. Pierre Baudin, ministre de la Marine, jetant un cri
d'alarme, indiquait la semaine dernière, dans des interviews qui firent
sensation, cette grave préoccupation--on redoute de manquer, dans un
temps prochain, des marins nécessaires pour armer nos futurs
dreadnoughts et superdreadnoughts. Le même jour où les quotidiens
recueillaient les déclarations du ministre, le ministre de la Marine
allemande, l'amiral de Tirpitz, faisait au Reichstag des déclarations
qui montraient que, de l'autre côté de la frontière, on n'ignorait pas
le mal dont nous sommes menacés. Il ajoutait, d'ailleurs, que la même
crise sévissait également et dans la marine britannique et dans celle
des États-Unis.

Et pourtant, il faut rendre au département de la Marine cette justice,
qu'il s'applique avec un soin jaloux à ne rien laisser perdre des
ressources en hommes que peuvent lui fournir les populations de nos
côtes. La sollicitude avec laquelle il recueille dans une institution
spéciale, instruit, éduque ces marins nés que sont les orphelins des
marins de la flotte, en fait ses enfants d'adoption, ses «pupilles», est
une preuve de ses sages dispositions à cet égard.

La fondation de l'établissement des Pupilles de la Marine remonte au 15
novembre 1862. Elle est due au comte Prosper de Chasseloup-Laubat,
ministre civil de la Marine, et ministre excellent, de qui le souvenir
est encore évoqué avec respect.

L'idée qui avait présidé à cette fondation semble être dérivée de celle
qui avait inspiré, sous le premier Empire, l'organisation des Pupilles
de la Garde. Tous les orphelins de quartiers-maîtres ou de marins de la
flotte--à l'exclusion des enfants d'officiers, ou d'officiers
mariniers--allaient être recueillis par l'État, qui se chargeait de les
élever. Réunis dans un établissement unique, à Brest, ils devaient y
recevoir une éducation et une instruction appropriées en vue de la
carrière maritime, et dès l'enfance revêtir l'uniforme qui avait été
celui de leurs pères, de leurs grands-pères, et auquel ils semblaient
actuellement voués.

Cette création fut accueillie partout avec la plus grande faveur. Dans
les ports, à bord des bâtiments de guerre, parmi toutes ces rudes
populations de vaillantes gens, exposés à toute heure à disparaître à
l'improviste, laissant les leurs dans la détresse, les femmes, les
petits à l'abandon, ce fut un enthousiasme général. En un clin d'oeil,
les dons affluaient de toutes parts, de la France et des colonies. Dans
la marine même, tous, officiers, marins, ouvriers des ports,
souscrivaient avec élan en faveur des Pupilles une journée de leur
solde.

Installé d'abord assez sommairement dans un local inauguré quelques mois
plus tard, le 26 février 1863, l'établissement devait ultérieurement
être transféré dans les vastes bâtiments qu'il occupe encore
actuellement, à Villeneuve, au bord de la Penfeld, à 4 kilomètres de
Brest, qui sont ceux de l'ancienne fonderie de la marine, aménagés dans
ce but, et que sont venues compléter peu à peu des constructions
modernes, mieux appropriées encore à leur destination.

Les fils de marins de l'État sont admis aux Pupilles dès l'âge de sept
ans s'ils sont orphelins à la fois de père et de mère, à neuf ans
seulement s'ils ont perdu ou leur père ou leur mère. L'établissement
reçoit aussi les fils des ouvriers des arsenaux, mais au seul cas où ils
sont orphelins de père et de mère.

On commence d'abord par donner à ces enfants une instruction primaire et
les préparer au certificat d'études. Ce premier parchemin scolaire
obtenu, on leur apprend un métier manuel, celui de mécanicien, de
forgeron, de chaudronnier, de menuisier. Ainsi, il leur sera, plus tard,
loisible de bifurquer vers les professions des arsenaux, si le métier de
mer ne leur convient pas. Les ateliers où ils reçoivent cet enseignement
technique, égayés par leurs tenues de travail «en gris», leurs petits
bérets à pompons rouges, leurs grands cols bleus, présentent un très
pittoresque spectacle.

Mais c'est surtout l'apprentissage de la vie de marin qui est
l'essentiel, la base même de l'enseignement, et c'est en vue de l'école
des mousses que sont préparés tous ces enfants.

Ils sont initiés à la gymnastique, à la boxe, au bâton, à la natation,
qui ne nuisent jamais à un bon matelot, quoi qu'on en ait pensé
autrefois, le rendent plus agile et plus «débrouillard»; mais l'exercice
physique auquel on les entraîne avec le plus de soin, le plus de
rigueur, c'est le canotage. Il y a, près de l'établissement, un paisible
étang que, même par gros temps, n'agitent point de fortes vagues et qui
est admirablement propre aux premiers ébats nautiques de ces petits
bonshommes aux bras encore si frêles. Les baleinières des Pupilles le
sillonnent en tous sens, y évoluent à l'aise sous la conduite de
timoniers expérimentés. Entre temps, des gabiers adroits leur enseignent
tous ces travaux délicats et savants que les marins exécutent
artistement avec des cordes.

[Illustration: Au son du fifre et du tambour.]

A quinze ans et demi, cette première partie de leur éducation est
achevée. Elle a été conduite paternellement; pourtant avec une certaine
rudesse, qui n'exclut pas la bienveillance, voire l'affection, mais qui
est nécessaire à ceux qui vont désormais affronter le plus rigoureux de
tous les métiers. L'école est administrée, en effet, par d'anciens
officiers de marine qui connaissent les exigences de la vie de mer, et
s'appliquent à développer chez leurs élèves toutes les vertus qui font
d'un honnête homme un marin d'élite, l'intrépide sang-froid, l'esprit
d'abnégation et de discipline, l'amour du navire, le culte du drapeau et
de la fière devise inscrite au front de tous les bâtiments où ils vont
servir un jour: Honneur et Patrie. Dix instituteurs y dispensent
l'instruction primaire. Les instructeurs techniques sont, ou des
officiers mariniers, ou des quartiers-maîtres retraités, ou d'anciens
chefs ouvriers des arsenaux.

Arrivés à ce point de leur carrière, plusieurs voies s'ouvrent, comme
nous l'avons indiqué, devant ces enfants. Tandis que les uns, les plus
nombreux, vont passer à l'école des mousses, d'autres, soit par goût,
soit en raison de quelque tare, imperfection visuelle, insuffisance de
développement, vont s'orienter vers l'école des apprentis ouvriers
mécaniciens de Lorient et vers les emplois des arsenaux. Quelques-uns,
enfin, qui ont donné des preuves d'exceptionnelle intelligence, de
dispositions remarquables pour l'étude, seront dirigés vers le lycée de
Brest où ils pourront se préparer au Borda; plus d'un ancien pupille
porte aujourd'hui avec distinction le sabre d'officier de marine.

Les buts excellents auxquels tend l'établissement des Pupilles de la
Marine, les résultats pratiques parfaits qu'il n'a cessé de donner,
justifient amplement la faveur qui l'accueillit à sa fondation.

De 1863 jusqu'à cette année, il a élevé et instruit plus de 6.000
orphelins, de l'immense majorité desquels il a fait de bons serviteurs
de la patrie. C'est là que se recrutent, en grande partie, les officiers
mariniers des spécialités dites militaires, canonniers, torpilleurs,
timoniers, fusiliers, etc.

Aussi, dans toute son existence déjà longue, les encouragements, les
appuis les plus précieux, moraux et matériels, ne lui ont-ils pas
manqué. Il a, notamment, à maintes reprises, bénéficié de dons et legs
importants. Grâce à ces libéralités, on est arrivé à réaliser là, sans
qu'il en coûte beaucoup à l'État, une école modèle, aux dortoirs
largement aérés, aux salles d'études spacieuses, aux réfectoires nets
comme des intérieurs hollandais, où 500 enfants reçoivent asile dans des
conditions hygiéniques si bonnes que bien rarement on eut à déplorer
quelques maladies graves.

Au point de vue moral, l'établissement des Pupilles de la Marine est une
pépinière florissante de braves serviteurs du pays, préparés
merveilleusement à leur tâche, résolument respectueux du devoir, rompus
dès l'enfance à toutes les rigoureuses disciplines,--de ces coeurs
vaillants dont, plus que jamais, nous avons grand besoin.

G. B.

[Illustration: L'école de Canotage.--_Photographies Freund._]



[Illustration: Le Discobole, tenant le disque à la main gauche, porte en
avant le pied droit. _(Statue du Vatican.)_

Il élève le disque et le reçoit dans la main droite en avançant le pied
gauche. _(Vase grec, Musée Britannique.)_

Il balance le disque d'avant en arrière, le poids du corps reposant sur
le pied droit. _(Vases grecs, Musée Britannique et Musée du Louvre.)_]

LE LANCER DU DISQUE

DANS L'ANTIQUITÉ

Depuis que, aux premiers Jeux Olympiques tenus à Athènes, en 1890, le
lancer du disque a été remis en honneur, ce noble exercice, renouvelé
des Grecs, est devenu l'un des sports favoris de notre temps. Dans sa
méthode d'éducation physique, dont le succès a été si vif, M. le
lieutenant de vaisseau Hébert le place au nombre des huit «exercices
naturels indispensables». Et, dans ces grandes fêtes internationales de
la force et de l'adresse que sont, tous les quatre ans, les Jeux
Olympiques, on ne manque pas de voir, tels les héros chantés par Pindare
ou ces guerriers que montre Stace en sa _Thébaïde_, de jeunes hommes
venus de tous les pays d'Europe, et d'Amérique, lutter entre eux à jeter
au loin le lourd palet.

Est-ce à dire que le lancer du disque se pratique aujourd'hui tout de
même que dans l'antiquité? Cette question, fort complexe, a été soulevée
récemment par M. le chef de bataillon Debax, ancien instructeur à
l'école de gymnastique de Joinville-le-Pont, en un article qu'a publié
_L'Illustration_ du 11 janvier dernier. Selon lui, le Discobole agissait
en tous points comme l'athlète moderne: d'abord tourné vers le but, il
pivotait une fois sur lui-même et faisait face au côté opposé, puis
revenait dans sa position initiale en abandonnant le disque, auquel ce
mouvement de rotation du corps avait assuré l'élan nécessaire. Et le
commandant Debax, appuyant sa thèse sur l'examen de la célèbre statue du
palais, Massimi, copie d'une oeuvre du sculpteur Myron, exposait que, si
le disque avait dû, contrairement à son interprétation, être lancé en
avant de la statue, le Discobole «aurai! malgré lui le regard fixé dans
cette direction, c'est-à-dire droit devant lui»,--ce qui précisément
n'est point le cas.

Il semble bien que cet argument ne soit pas rigoureusement probant. Car,
s'il est vrai que le Discobole du palais Massimi a le regard franchement
dirigé en arrière, le Discobole conservé au Musée Britannique de Londres
relève la tête en avant autant que la position de son corps, ramassé sur
lui-même, le lui permet. En sorte que le degré d'inclinaison, plus ou
moins grand, de la tête paraît dépendre entièrement de l'attitude
générale de l'athlète.

Au reste, on ne saurait, pour l'intelligence de l'exercice antique, se
fonder uniquement sur ces deux effigies, les plus admirables, sans
doute, du Discobole. Il en existe un grand nombre d'autres
représentations, dont il importe de tenir compte. Dans un article publié
par la _Gazette archéologique_ (année 1.888, pages 291 et suivantes), M.
Jean Six s'est attaché, à l'aide de peintures retrouvées sur des vases
polychromes de la période archaïque, à reconstituer en détail la série
de mouvements qui composaient, dans l'ancienne Grèce, le lancer du
disque. Plus récemment, un savant anglais, M. E. Norman Gardiner,
faisant porter son enquête sur l'ensemble des monuments--statues,
bronzes, poteries et monnaies--où sont figurées les diverses attitudes
du Discobole, a consacré à leur examen un important chapitre de son
livre _Greek Athletic Sports and Festivals_ (Macmillan and Co., 1910).
Et les conclusions de son étude, analogues, pour la plupart, à celles de
M. Six, mais appuyées sur une documentation plus étendue, sont très
nettes.

Pour la clarté de l'explication, M. Norman Gardiner décompose l'exercice
en trois temps principaux, qu'il décrit minutieusement. Tout d'abord
l'athlète, tenant le disque à la main gauche, place le pied droit en
avant,--ce double fait est attesté notamment par deux statues fameuses,
celle du Louvre (salle des Cariatides) et celle du Vatican. La tête
légèrement inclinée, il mesure du regard la distance à laquelle il va
lancer le projectile. Puis, soit en restant sur place, soit en avançant
la jambe gauche, il porte le disque à hauteur du front, tandis que la
main droite s'élève jusqu'à lui, prête à le saisir.

Au second temps, la main droite reçoit le disque à plat sur la paume,
puis s'abaisse, le buste se penchant progressivement. Si le Discobole
est resté sur place depuis le début, il n'a pas à changer de pied; s'il
a avancé la jambe gauche au temps précédent, il la recule ou, au
contraire, avance la droite: c'est sur celle-ci que, de toutes façons,
doit reposer désormais le poids de son corps. Cependant il ramène le
disque en arrière, par une conversion du poignet, et fléchit le buste,
réalisant ainsi la position de la statue de Myron.

Au troisième temps--celui qui demande le plus grand travail
musculaire--l'athlète se redresse brusquement, se tend comme un arc,
puis, d'un vigoureux effort, lance devant, lui le disque, le plus loin
possible, et retombe sur le pied gauche.

C'est, en résumé, suivant M. Norman Gardiner, un double balancement du
disque, d'abord avec, la main gauche, ensuite avec la main droite, joint
aux flexions conjuguées du corps, qui donne au projectile l'impulsion
nécessaire: le rapprochement des diverses représentations du Discobole
qui sont parvenues jusqu'à nous ne semble pas laisser de doute à ce
sujet. En pivotant sur eux-mêmes, les athlètes modernes, dont la
méthode, d'origine américaine, s'inspire manifestement d'un exercice
analogue, le lancer du «hammer», s'écartent essentiellement du mode
antique.

Les concurrents des Jeux Olympiques d'Athènes, en 1896, à qui l'on doit
la restauration du jeu, avaient essayé, pourtant, de s'en rapprocher.
Mais, ayant pris comme unique exemple la statue de Myron, ils s'étaient
contentés de copier, strictement, l'attitude dans laquelle y est figuré
le Discobole: sous le prétexte que celui-ci tient la jambe droite en
avant, ils s'astreignaient à conserver la position de cette jambe depuis
le début jusqu'à la fin du mouvement. Et cette imitation laborieuse, qui
reposait sur une fausse interprétation de la statue, véritable
«instantané» plastique, enlevait à l'exercice sa grâce et sa liberté.
Moins attachés au modèle ancien, les Américains imaginèrent alors de
reconstituer, suivant des principes nouveaux, le lancer du disque. Nous
avons, dans _L'Illustration_ du 22 mars 1902, décrit leur méthode, en
l'opposant à celle des Français, des Danois et des Grecs, «L'Américain,
écrivait notre collaborateur le docteur J. Héricourt, par une puissante
action des jambes, tournoie sur lui-même avec rapidité, tandis que son
bras, aux muscles lâches, fait l'office de la corde d'une fronde: tout à
coup le disque s'échappe, fend l'air par sa tranche, et va tomber très
loin.»

Faut-il croire que les Grecs pratiquaient également les deux systèmes,
celui qu'ont adopté presque tous les modernes, et celui qui ressort des
témoignages mêmes du passé? M. le lieutenant de vaisseau Hébert
inclinerait vers cette conciliante hypothèse. «Les manières de lancer le
disque, nous écrit-il, devaient différer, logiquement, avec les
aptitudes particulières des athlètes: la longueur de leurs jambes, de
leurs bras, leur poids, leur taille...» Selon lui, il y avait plusieurs
façons de procéder, l'une, courante, suivant laquelle le Discobole
balançait simplement son disque d'avant en arrière, les autres, celles
des virtuoses ou des champions, dont l'une comportait une rotation
complète du corps.

On doit tout au moins admettre comme certain que les anciens n'avaient
pas besoin, pour lancer le disque, de pivoter sur eux-mêmes, et qu'ainsi
la statue de Myron ne saurait s'expliquer, de toute nécessité, par ce
mouvement, que d'ailleurs les nombreuses représentations antiques du
Discobole ne paraissent point comporter. M. P.

[Illustration: Ramassé sur lui-même, il élève le disque aussi haut que
possible, en opérant une conversion du poignet, la tête dirigée soit en
arrière, soit en avant. _(Statue de Myron, au palais Massimi, et statue
du Musée Britannique.)_

Au commencement du «lancer», il se redresse brusquement et se tend comme
un arc _(Amphore panathénaïque, Musée de Naples.)_

Puis il retombe sur le pied gauche en abandonnant le disque. _(Amphore
panathénaïque, Musée de Leyde.)_

LES ATTITUDES SUCCESSIVES DU DISCOBOLE, D'APRÈS DIVERSES REPRÉSENTATIONS
ANTIQUES]



[Illustration: L'effervescence populaire à Tokio: pendant la séance
parlementaire du 5 février, la foule, contenue par la police, se porte
vers les entrées latérales de la Chambre.]

EST-CE LE DÉBUT D'UNE RÉVOLUTION AU JAPON?

_Nous avons déjà, dans notre numéro du 15 février, parlé de la crise
politique et de l'effervescence populaire qui, en imposant la retraite
du cabinet Katsura, soutenu par l'empereur lui-même, semblent faire
augurer pour le Japon des temps nouveaux. Le fait le plus saillant de
cette crise aura été le refus du parti démocrate de renoncer à son
attitude d'opposition malgré l'intervention de l'empereur auprès du chef
de ce parti, le marquis Saïonji. On y voit une sérieuse atteinte portée
au prestige du trône, qui, depuis le triomphe du précédent empereur sur
les grands féodaux, au début de son règne, n'avait jamais rencontré une
semblable résistance. Notre correspondant de Tokio, M. J.-G. Balet, qui
assista à la séance parlementaire exceptionnelle du 5 février 1913, nous
adresse, sur les faits qui précédèrent et provoquèrent la chute du comte
Katsura, les intéressantes notes qui suivent:_

Tokio, 7 février 1913.

La séance du 5 février 1913 marquera, dans les fastes de l'histoire
japonaise, une date mémorable, terrible peut-être.

Un spectateur insuffisamment averti n'aurait vu ce jour-là qu'une lutte,
passionnée sans doute, mais très anodine, entre le gouvernement et une
grosse fraction de la Chambre. Sans doute il aurait été frappé de la
pâleur extraordinaire du premier ministre, prince Katsura, aux prises
avec les interpellations de la majorité; des paroles grossières, des
insultes lancées d'un banc à l'autre ne l'auraient toutefois pas
autrement surpris.

Et pourtant il s'est passé là un fait extraordinaire, sans précédent
dans l'histoire de ce peuple qui vit de l'adoration volontaire d'une
idée: l'empereur infaillible et intangible. On a discuté la portée des
_rescrits impériaux et des paroles impériales_. Avec un reste de
formules savamment respectueuses, on a voulu savoir à qui incombait la
responsabilité de ces ordres, celle de l'empereur ne pouvant être en
jeu, ajoutait-on!

Lorsque l'ex-maire de Tokio, le bouillant Ozaki Yukio, déjà mal noté
autrefois pour son tempérament démocratique et forcé de quitter le
portefeuille de l'Instruction publique pour un mot malheureux à la
tribune, lorsque M. Ozaki lança, à pleine voix, à la face du banc des
ministres ahuris cette phrase: «Et si, par malheur, il venait à se
produire une erreur dans un rescrit impérial, qui en prendrait la
responsabilité, si personne n'a apposé son sceau au bas de cette parole
sacrée, comme l'exige la Constitution, et comme on a omis de le faire
lorsque Katsura a repris le pouvoir, abusant ainsi de la majesté
impériale et la compromettant pour ses desseins ambitieux?», je
m'étonnai de ne pas voir le plafond s'écrouler sur l'homme qui avait
ainsi parlé. D'ailleurs le tumulte commença aussitôt: «Insolent!
Traître! Socialiste! Retirez ce mot! _Aucune erreur n'est possible dans
le Chokugo!_»

Mais, fort de son raisonnement, dans un pays constitutionnel, où tous
les décrets impériaux doivent être paraphés par un ou par tous les
ministres, suivant le cas, l'orateur ne retira aucun mot. D'autant moins
qu'il attaquait non pas le pouvoir impérial, mais la camarilla qui en
abuse avec une hypocrisie savante, pour son propre compte.

Au dehors, la foule immense assiégeait les alentours du Parlement. Des
vociférations, des cris de mort parvenaient vaguement à nos oreilles.

Au dedans, une angoisse étreignait toutes les poitrines. Suspendu durant
quinze jours, au mépris de la Constitution, le Parlement siégeait à
nouveau pour la première fois. Durant ces deux semaines, le prince
Katsura et ses deux sbires, le vicomte Oura, ministre de l'Intérieur, et
le baron Goto, ministre des Postes et des Voies ferrées, avaient _per
fas et nefas_ essayé de former un nouveau parti politique pour faire
échec aux constitutionnalistes de Saïonji. L'argent répandu à profusion,
les promesses et les menaces avaient disloqué le parti nationaliste,
_Kokumintô_; un air de corruption flottait sur certains bancs de
l'hémicycle. La majorité restait sans doute à l'opposition, mais on
voulait voir et savoir jusqu'à quel point l'audace du premier ministre,
condamné par la voix populaire de tout le pays, avait bien pu faire de
traîtres.

Qu'allait-il arriver? Dissolution de la Chambre? Nouvelle suspension?
Démission du cabinet? La proposition d'un vote de non-confiance, signée
par 250 membres sur 380 environ, fut développée, avec une éloquence rare
et une violence à peine contenue, par M. Ozaki Yukio.

Un «traître» du parti _Kokumintô_, un verbeux orateur, M. Shimada
Saburô, allait lui répondre lorsque le président, M. Ooka, se leva et
dit: «Une parole impériale est descendue (vers nous) _Chokugo ga
kudarimashito_».

D'un bond, tout le monde fut sur pied, la tête inclinée. Et, dans un
silence religieux, on entendit: «_Moi_, en vertu de l'article 7 de la
Constitution, je suspends à nouveau la Chambre pour cinq jours.» Sceau
impérial, contresigné par tous les ministres d'État.

C'est ici que, pour un spectateur attentif, éclata la vanité du
soi-disant respect pour le _Chokugo_ que des braillards déclaraient
infaillible tout à l'heure. En effet, tandis que la foule des députés,
des journalistes et des spectateurs s'écoulait sans tumulte, les uns
disaient: «_C'est idiot! Une suspension de cinq jours!_ Ça ne rime à
rien! Si encore c'eût été la dissolution; mais il n'a pas «assez
d'estomac!» D'autres ajoutaient: «Bah! dans les cinq jours, il espère
bien faire capituler d'autres consciences!»

C'était pourtant un ordre impérial; mais cette fois il était contresigné
par des gens responsables, tandis que, lorsque Saïonji démissionna en
décembre et que Katsura fut chargé de former le nouveau cabinet, Katsura
avait obtenu pour lui-même de l'empereur un rescrit; il en obtint un
second, avant d'avoir formé le ministère, pour forcer le ministre Saïto,
de la Marine, à garder son portefeuille, alors qu'il voulait le quitter.

La foule hurlait toujours. Les députés du peuple, _Mintô_, furent portés
en triomphe. Les autres, houspillés, injuriés et même maltraités. Les
ministres, qu'on attendait pour leur faire subir un sort analogue,
n'osèrent pas affronter la colère du peuple. Ils s'évadèrent par des
portes dérobées.

Ainsi, la lutte est ouverte, beaucoup plus tôt qu'on ne l'aurait pensé,
sur les cendres encore chaudes de l'empereur Meiji, entre les derniers
représentants de l'oligarchie militaire et féodale des clans et les
couches nouvelles démocratiques. L'empereur, c'est entendu, demeure
au-dessus de ces batailles; mais, comme je le disais ici même, dans le
numéro du 15 août: «Pour le peuple moderne, il est un _peu moins dieu_
que l'ancien!» La séance du 5 février a encore ôté une pierre de son
piédestal; l'hypocrisie traditionnelle tombe peu à peu, sous la poussée
de nos idées et de nos institutions. Et cela, c'est une révolution.

J.-C. BALET.

_A la suite de ces événements, le cabinet Katsura dut remettre sa
démission à l'empereur, qui chargea l'amiral Yamamoto de constituer un
nouveau ministère. L'amiral Yamamoto, qui a pris le pouvoir en ces
heures difficiles, est né en 1852. Il a pris part «la guerre de la
Restauration du cédé des Impériaux, fut l'un des premiers gradués de
l'école navale et compléta son éducation maritime en faisant le tour du
monde sur un navire allemand. Il était contre-amiral en 1901, amiral en
1906, ministre de la Marine en 1906. Pour réaliser une majorité viable,
il a dû constituer un cabinet de coalition avec des personnalités du
parti conservateur et des personnalités du parti démocrate._

[Illustration: Les manifestants devant l'entrée du palais du Parlement
japonais.]

COUTUMES D'AUTREFOIS DANS LE JAPON D'AUJOURD'HUI.--La Danse des Poupées
de paille. _Photographie Fuki Sakamoto._

_Tandis que le Japon, conquis aux usages politiques d'Occident, s'essaye
à des émeutes et renverse, sous la menace de la force, un gouvernement
impopulaire, les coutumes d'autrefois, conservées par une immuable
tradition, y fleurissent toujours, et leur permanence offre, avec les
moeurs nouvelles, un sujet de savoureux contraste... C'est le vieux
Japon, bizarre et précieux, et d'un charme si naïvement compliqué, qui
survit en cette danse, dont notre photographie, prise à Yamada, évoque
la grâce étrange. Jadis, elle avait lieu à minuit: sur ce point seul,
l'usage ancien s'est modifié, et elle développe maintenant en plein jour
ses lentes évolutions. Mais des lanternes de papier, portées au bout de
perches, rappellent ingénument que c'étaient, à l'origine, des ébats
nocturnes. Pour ce divertissement, les danseurs ont revêtu un singulier
costume, qui les rend semblables à des poupées de paille: une gerbe,
dont les brins pressés recouvrent leur visage, comme s'ils avaient
longue barbe et longs cheveux, leur sert de chapeau, et leur robe est
faite du chaume des toits rustiques. Rangés en cercle, ils happent, sans
hâte sur de petits tambours suspendus à leur cou, accompagnant de leurs
battements de douces chansons. Et, dans ce décor d'opéra-comique, ils
composent un irréel ballet de figurines animées, aux gestes saccades
d'automates._



[Illustration: EN CONVOI.--M. Gustave Bimler et ses boeufs porteurs.]

DEUX PIONNIERS FRANÇAIS

UN ESSAI DE COLONISATION AU TCHAD

La région du Tchad est riche en bétail et en grains de toute nature,
écrivait le grand Africain Émile Gentil, au lendemain de la destruction
de l'empire de Rabah, au moment où il commençait d'organiser, de
coloniser les territoires qu'avec le commandant Lamy et une poignée
d'autres braves il venait de donner à la France; le blé même y vient; de
plus, sa population nombreuse produit des cuirs, des plumes d'autruche
et consomme en grande quantité des marchandises européennes...» Et, plus
loin, envisageant avec sa belle clairvoyance les conditions dans
lesquelles nous pourrions nouer, avec ces peuples nouvellement conquis,
des relations commerciales, et préconisant dans ce but la fondation
d'entrepôts où se pourraient approvisionner les Tripolitains, aux mains
desquels était alors tout le trafic du pays, il ajoutait: «La création
de ces entrepôts, outre qu'elle serait très profitable aux commerçants
qui voudraient l'entreprendre, leur permettrait de se livrer à un
commerce local qui ne serait pas sans bénéfices. Je veux parler de la
vente des troupeaux, qui seraient facilement transportés sur l'Oubanghi,
où l'on manque de viande de boeuf.»

Ces lignes, datées de 1902, allaient, huit ans plus tard, mettre une
profonde empreinte dans l'esprit de deux jeunes hommes de France, M.
Pozzo di Borgo, frère d'un prêtre de Bourg, au diocèse de Belley, et M.
Gustave Bimler, fils d'un médecin-major retraité à Lons-le-Saunier, et
les pousser, à la fin de 1910, vers les aventures coloniales, au coeur du
continent noir, et, souhaitons-le, vers les destins fortunés que
méritent si bien leur esprit d'initiative, leur juvénile ardeur à la
tâche, leur confiance et leur crânerie toutes françaises.

L'idée première de l'entreprise revient à M. Pozzo di Borgo. Il était
allé sur place en étudier les possibilités de réalisation. De trois
séjours successifs au centre africain il avait rapporté, avec la
connaissance de la langue, des moeurs indigènes, la conviction qu'il y
avait là-bas vraiment beaucoup à faire. Les admirables lettres et
rapports du colonel Moll, s'il a pu les connaître, l'auront confirmé
plus tard dans cette croyance. Mais, dès le retour, sa conviction était
faite, et si forte, qu'il réussit à la faire partager à son jeune
camarade, M. Gustave Bimler. Bientôt celui-ci était devenu son associé,
son frère de lutte. M. Pozzo di Borgo s'était assuré, à la suite de son
dernier voyage d'études, une concession dans le territoire du Tchad, à
Melfi, entre le 15e et le 16e degré de longitude ouest et par 11° de
latitude nord, au sud-est de Fort-Lamy; l'appui moral des autorités
militaires était, d'autre part, assuré aux deux colons. Ils
s'embarquèrent le 25 août 1910 à Bordeaux sur le paquebot _Afrique_.

De quels espoirs battaient leurs coeurs! Tout est beau, tout leur
sourit. La vie de bord, si monotone, si pénible à d'aucuns, ravit M.
Bimler, pour qui elle est nouvelle. «Je suis très heureux, pas triste du
tout», écrit-il à sa famille au soir du premier jour de ce voyage
maritime.

Ils arrivent au port, passent sur un nouveau bateau pour une navigation
bien différente, celle du Congo. L'enchantement continue pour M. Bimler.
«La traversée est très agréable, le pays très joli.» Cette charmante
nature d'homme s'enthousiasme à tout bout de champ. Il a «déjà vu des
singes et des crocodiles», et des «indigènes qui ressemblent à ceux que
l'on voit dans le livre du capitaine Cornet», l'un des bréviaires, sans
doute, où s'enflamma naguère son imagination. Même dévoré par les
moustiques, il ne saurait se plaindre.

A Bangui, pourtant, il éprouve un peu d'impatience; il faut s'arrêter là
quelques jours pour y attendre les bagages. On en profite pour
échafauder des projets à faire pâlir ceux de Perrette: un boeuf coûte,
au Tchad, 25 francs; on le revend 150; la troupe en consomme trois par
jour. «Vous pouvez à peu près calculer ce que nous pouvons gagner». Il
est vrai qu'il faut compter avec quelques pertes: la fatigue et surtout
la terrible mouche tsé-tsé déciment les troupeaux en marche. On le sait;
on ne l'oublie pas. Mais il y a aussi le bon lait des vaches, dont on
pourra faire commerce par surcroît...

Le 9 novembre, enfin, on repart de Bangui. Le 15, on est à fort de
Possel,--non sans peine. Le concessionnaire des transports, et c'est la
première déconvenue, a refusé de prendre à bord de son bateau ces deux
«pékins». Il a fallu recourir aux pirogues, ou plutôt à deux baleinières
aimablement prêtées par le lieutenant-gouverneur, M. Adam. Quelle
navigation mouvementée! Les deux derniers jours du voyage, nos colons
préfèrent cheminer à pied plutôt que d'affronter plus longtemps le
courant furieux, les dangereux troncs d'arbres à la dérive. A fort de
Possel, l'accueil, toujours cordial, des fonctionnaires les réconforte.
Après huit jours de halte, ils sont de nouveau sur la piste, avec leurs
cent cinquante-deux charges de bagages,--et leurs espoirs au coeur,
toujours.

[Illustration: Les fondations des cases bénites par le «faki».]

[Illustration: La fabrication des briques.] LES DÉBUTS D'UN
ÉTABLISSEMENT A MELFI.

Tout le long du voyage, ils sont attentifs aux productions du pays, aux
profits surtout qu'on en peut tirer. Les lettres de M. Gustave Bimler
accusent un esprit sans cesse en éveil, tendu vers le but à atteindre. A
Krébedjé (fort Sibut), le caoutchouc arrive en masse. «Il vaut ici de 2
francs à 3 fr. 50. Il vaut en France 18 francs. Nous essaierons quelque
chose.»

A fort Crampel, le 8 décembre, ils trouvent la nouvelle du désastre de
Drijelé et de la mort du colonel Moll. L'inquiétant indice de la
situation que présente le pays où ils vont travailler, des risques qu'on
y peut courir! De moins vaillants pourraient frémir, hésiter encore.
Eux, quand ils ont rendu aux héroïques soldats de la France l'hommage
ému qui leur est dû, ils se remettent en route, pressés d'atteindre le
terme du voyage et d'y fêter, avec leur heureuse arrivée, la familiale
Noël: «Nous déballerons le phonographe pour nous égayer un peu. Nous
penserons certainement beaucoup aux absents, alors que, de votre côté,
vous réveillonnerez aussi, et peut-être qu'en même temps, à Lons et à
Melfi, nous lèverons nos verres.»

Ils arrivent le 23 décembre, à 9 heures du matin. Ils prennent avec
exaltation possession du sol où désormais, pour de longs mois, va
s'écouler leur vie. Ils y trouvent une réception affectueuse,
fraternelle, de la part du lieutenant Derendinger et du sergent
Stocklen, deux Alsaciens de la bonne souche.

«Le pays, ici, est merveilleux, et réellement, malgré les descriptions
de Pozzo, je ne croyais pas trouver un paysage aussi joli. Melfi est à
300 mètres d'altitude, et les montagnes qui le surplombent ont bien
encore 200 à 300 mètres. Des rochers admirables! Melfi est dans un vrai
cirque, peuplé de villages importants, avec de grands troupeaux de
boeufs, de moutons, de chèvres et de chevaux...»

Le _faki_--le prêtre--et plusieurs chefs s'empressent de leur apporter,
comme dons de bienvenue, des chèvres, des poulets, des pigeons, du
miel... Enfin, c'est un enchantement.

Et la nouvelle existence commence pour les deux colons, la saine vie de
la brousse, qui développe et les muscles et le moral, trempe les âmes et
endurcit les corps. M. Bimler déballe les caisses, range, menuise,
«bricole»,--cependant que M. Pozzo di Borgo fait débroussailler le
terrain et trace les fondations des cases. Quand est prêt l'emplacement
des deux demeures, le faki vient, selon les rites, y égorger un mouton,
en récitant les prières propitiatoires. Puis l'architecte reprend son
rôle, cependant que son compagnon surveille la confection des briques
d'argile, prépare des cintres pour les fenêtres. Il parle avec orgueil
de ses occupations. C'est la joie pleine!

Mais cela ne détourne pas un moment les deux amis de leurs
préoccupations commerciales. Il y a dans la région beaucoup d'éléphants,
note M. Bimler. Un chasseur est revenu, après huit jours d'absence,
rapportant huit défenses d'ivoire, dont les grosses pèsent jusqu'à 30
kilos--soit un produit net de près de 1.800 francs--en une semaine!
Aussi va-t-on organiser bien vite, aussitôt que l'un des colons sera
libre, une expédition contre la grosse bête. Par malheur, à cette
chasse-là, comme à toutes les chasses, on risque de revenir bredouille.
La première aventure cynégétique de M. Bimler ne fut pas heureuse: en
tout un mois passé dans la brousse, il ne réussit qu'à blesser un
éléphant femelle que suivait son petit nouveau-né, et qui parvint à lui
échapper. C'était beaucoup de fatigues pour rien. N'importe! il
demeurait, comme on dit, d'attaque: «J'ai décidément un tempérament de
colonial,» constate-t-il avec satisfaction!

Cependant que la construction des maisons s'achève, les deux amis
songent déjà à constituer le premier troupeau qu'ils conduiront vers
l'Oubanghi. Ils songent à l'aller chercher du côté d'Abêché. Non que
cette région soit plus particulièrement riche en bétail; mais ils auront
comme fournisseurs les Kodoïs, qu'ils croient bien placides, et ils
savent pouvoir compter sur toute la bienveillance du commandant Hilaire,
qui facilitera grandement leur tâche.

Avec une caravane de 7 boeufs porteurs, de 11 hommes, sans compter les
boys, n'ayant comme armes que 4 fusils et 2 revolvers, ils partent vers
Yaa, où les attend la cordiale hospitalité du sultan Hassen, un vieil et
fidèle ami de la France. Ils le quittent pour gagner Ati: deux jours de
marche, de minuit à 10 heures du matin et de 3 heures à 7 heures du
soir, à travers une région désertique, sans eau, sans villages.

Ils auront encore onze journées d'étapes avant d'atteindre, le 8 juin
1911, Abêché. La situation n'y est pas des plus rassurantes: trois jours
plus tôt, le malheureux docteur Pouillot a été assassiné, non loin de
là. Les rustiques Kodoïs, les fournisseurs sur lesquels on comptait pour
s'approvisionner en bétail, s'agitaient, et le commandant Hilaire avec
le capitaine Chauvelot ont dû leur infliger une leçon. Doudmourrah tient
encore la campagne, au moment où l'on rend les honneurs funèbres aux
dépouilles de Moll et de ses héroïques compagnons,--car c'est au cours
de ce séjour à Abêché que MM. Gustave Bimler et Pozzo di Borgo
assistèrent aux obsèques de l'inoubliable colonel et recueillirent les
clichés qu'ils nous envoyèrent et que nous avons publiés dans le numéro
du 13 janvier 1912.

Toutefois, nos colons parviennent à constituer un troupeau suffisant, où
figurent quelques vaches qui, à Melfi, où elles font prime, vaudront
chacune plusieurs boeufs.

Le retour s'opère dans des conditions assez peu favorables, et les deux
voyageurs s'émerveillent, une fois chez eux, d'avoir perdu si peu de
bêtes. Ils ont, d'ailleurs, pour rentrer, fait un peu d'exploration; ils
ont pris un itinéraire plus court que celui qu'ils avaient suivi à
l'aller et qu'aucun Européen encore n'avait parcouru, par Assafique et
le massif de l'Abou Telfana.

C'est un exploit qui les enchante par sa nouveauté et un peu par son
pittoresque: ces 300 à 400 bêtes à cornes suivant, tour à tour, une
piste dénudée, poudreuse, et entre des buissons hérissés, une voie à
peine frayée, où leur passage soulève d'épais nuages de poussière;
l'incertitude où l'on est toujours de trouver l'eau nécessaire à la
subsistance de ce bétail; les haltes, le soir, comme dans un exode
biblique, au bord de quelque puits où il faut travailler une
demi-journée afin de puiser la quantité d'eau nécessaire à tant de
soifs; l'inquiétude que l'on éprouve parfois avant de s'engager sur une
route inconnue, où l'indispensable liquide peut manquer, voilà, n'est-il
pas vrai, des sujets d'émotions bien variées.

[Illustration: La case de M. Pozzo di Borgo.]

[Illustration: La case de M. Bimler.]

LES «LOGIS» D'UNE FERME FRANÇAISE DANS LE TERRITOIRE DU TCHAD

Il y a, dans le récit de ce voyage, un moment dramatique: celui où, en
pays ignoré, nos deux pionniers attendent la pluie bienfaisante. Deux
jours ils demeurent arrêtés, anxieux. Enfin, vient l'ondée, diluvienne,
qui, d'un coup, transforme en furieux torrents les «bahrs» croupissants,
fait des vagues chemins autant de rivières débordées, de chaque cuvette
un marécage. Alors, les bêtes s'enlisent, et il faut, pour les dégager,
faire appel à la bonne volonté d'équipes peu sûres, recrutées dans les
villages d'alentour. Un peu plus loin, romantique contraste, on traverse
d'opulents paysages, de grasses vallées qui évoquent, à la mémoire des
exilés, le souvenir des plus beaux sites de France et des retours de
troupeaux vers la ferme familière, le soir, au couchant. Il s'agit,
maintenant, après quelques jours de repos, d'écouler vers Krébedjé et,
si possible, Bangui, ce bétail amené au prix de tant de soins, de tant
de fatigues et de peines, et auquel le climat humide de Melfi serait
très dommageable: les bêtes y sont enlevées en quelques heures,
succombant à une maladie assez mystérieuse encore. M. Gustave Bimler va
se charger d'accomplir ce nouveau voyage, laissant à son associé le soin
d'achever l'aménagement et l'amélioration des cases et la construction
d'annexés, puis, plus tard, le recrutement d'un nouveau troupeau. Il
part à la tête de 22 personnes: 7 bergers, 9 bouviers, 4 palefreniers,
un cuisinier et l'indispensable interprète.

Que de préoccupations! Il faut nourrir cette domesticité--et le mil
n'abonde pas partout; il faut tout prévoir, avec ces êtres insoucieux et
indolents, le pâturage, l'aiguade et le campement--et aussi songer à se
défendre d'une attaque toujours possible, à la halte. Il faut, enfin,
avoir l'oeil à tout et ne rien abandonner au hasard.

On couche sous la tente, pas toujours,--quelquefois à la belle étoile,
le bétail parqué derrière de fortes _zéribas_, ou barrières de
branchages épineux, ce qui ne dispense pas de monter la garde la nuit
entière, pour se protéger contre les convoitises des rôdeurs.

La traversée du Chari fournit au jeune chef de caravane un intermède
imprévu. Le fleuve, à cet endroit, en cette saison--c'était au mois de
décembre--avait bien 300 mètres de largeur. Les bêtes qui, nées dans un
pays de sable, n'avaient jamais vu tant d'eau, refusaient de se mettre à
la nage; il fallut les remorquer une à une, attachées derrière une
pirogue, ce qui prit trois grands jours.

M. Bimler, à ce voyage, ne poussa pas plus avant que Krébedjé (fort
Sibut). Il fut décidé ultérieurement par les deux associés qu'ils
fixeraient là leur premier dépôt, en attendant de pouvoir en installer
un à Bangui. Et ils ont créé, en effet, un centre commercial important
déjà, avec logements pour le chef de convoi et pour son personnel,
écuries, hangars, qui sera aux populations d'un grand secours, et qui,
dès le début, a été fort bien achalandé.

Depuis, les deux entreprenants colons ont renouvelé bien des fois leur
double opération, se relayant de l'un à l'autre de leurs centres
d'opérations. Leurs dernières lettres débordent du même élan, respirent
le même enthousiasme qui les animait aux débuts: «Si nous réussissons,
écrivait dernièrement M. Pozzo di Borgo, à ouvrir entre le territoire du
Tchad et Bangui une voie commerciale, nous n'aurons pas seulement
réalisé une opération fructueuse pour nous, mais encore nous aurons
grandement favorisé l'essor de la colonie.»

Ainsi le succès ne faisait, pour ces deux hardis pionniers, aucun doute.
Quoi qu'il arrive, ils auront eu le mérite d'être les premiers à tenter
la colonisation, l'exploitation commerciale d'un territoire à peine
conquis et pacifié. C'est un geste de bravoure, un exemple que nous nous
devions de signaler, pour la crânerie, l'esprit d'entreprise dont il
témoigne,--un geste très français.

GUSTAVE BABIN.

[Illustration: LE COMMERCE DU BÉTAIL AU TCHAD,--Une évocation africaine
de la vie rurale de France: l'arrivée du troupeau à l'étape.]



SCÈNES DE LA RÉVOLUTION

MEXICAINE

Tant de meurtres et de fusillades que nous relations la semaine passée
et qui ont eu des suites--car l'un au moins des frères de l'ancien
président, Emilio Madero, a subi, troisième de sa famille, le même sort
que lui--ne semblent pas avoir mis un terme à la guerre civile allumée,
à Mexico, par la révolte armée du 9 février passé. Les dernières
nouvelles annonçaient que les troupes de Zapata avaient attaqué, dans le
district même de Mexico, un train militaire, tandis que, d'autre part,
l'anarchie qui règne dans les provinces s'est traduite par un échange de
coups de feu à la frontière entre des soldats mexicains et des troupes
des États-Unis. Du moins assure-t-on que, dans la capitale même, la vie
normale a repris son cours, que les ateliers, les usines et les magasins
sont rouverts.

Les photographies que nous reproduisons ici, prises au cours de la
lutte, ont à tout le moins un mérite d'exactitude, de précision qui
manquait aux dépêches par lesquelles nous avons jusqu'ici été
renseignés.

La première fut prise le jour même du coup d'État, un quart d'heure
après le premier combat. Elle représente le front nord du palais
national, gardé par les troupes fédérales, l'arme au poing, jusque sur
les terrasses. Le sol est jonché encore de cadavres d'hommes et de
chevaux abattus au cours de la fusillade. On voit, sur la troisième, un
groupe de morts, tombés également dans ce premier engagement.

L'insurrection, alors, semble battue. Le président Francisco Madero,
avec une crânerie de belle allure, est monté à cheval et parcourt les
principales rues de la ville, bien escorté, sans doute, mais salué
chaleureusement par la foule de ses partisans. La fortune ne devait pas
continuer à lui sourire, et, quoiqu'on affirme officiellement qu'il a
bien été tué dans les conditions que nous avons dites, tandis qu'on le
conduisait, de nuit, de son palais à la prison, un doute continuera
toujours de planer sur les circonstances de sa fin tragique.

[Illustration: LA TRAGEDIE DE MEXICO En haut: le Palais national,
défendu par les fédéraux, après le premier engagement avec les rebelles,
le jour du coup d'État (9 févr.). Au centre: le président Madero
parcourant à cheval les rues voisines du Palais, acclamé par ses
partisans, quelques jours avant sa fin tragique. En bas: victimes de
l'émeute, dans un jardin devant la cathédrale.]

[Illustration: Le train du généralissime turc Izzet pacha, au camp
d'Hademkeui.--_Phot. G. Rémond._]



LA TRÊVE DE LA NEIGE

Hademkeui, samedi 22 février.

Je suis parti de Constantinople à 3 heures du matin, en compagnie du
colonel Djemal bey, qui emmène également avec lui Paul Erio, du
_Journal_. Chemin faisant, Djemal bey nous donne quelques explications
sur la réorganisation de l'armée et, en particulier, de l'intendance. Au
lendemain de Tchataldja, après qu'il eut été immobilisé, trois semaines
durant, par 19 choléra, il s'occupa lui-même de ces services d'arrière
qui, durant toute la première partie de la guerre, avaient si fort
laissé à désirer et dont le mauvais fonctionnement avait été l'une des
causes principales de la défaite. Aujourd'hui qu'il se trouve retenu au
gouvernement de Constantinople, ce service a été remis aux mains
d'Ismaïl Hakki pacha, excellent organisateur, qu'une blessure glorieuse,
reçue au Yemen, blessure après laquelle il a dû être amputé d'une jambe,
empêche de se rendre sur le champ de bataille.

Chaque jour 1.000 hommes de troupes fraîches, recrues et volontaires,
sont dirigés sur les lignes de Tchataldja. Auparavant, ils passent
quinze jours à Constantinople pour y être équipés et recevoir un
commencement indispensable d'instruction. Depuis près de trois semaines,
ces convois d'hommes sont quotidiens, et peuvent continuer indéfiniment.
Les convois chargés de vivres arrivent régulièrement; il y a même
surabondance, car on a construit des fours à Hademkeui où l'armée fait
elle-même son pain. Ces derniers jours, elle refusait les envois de
Constantinople. La seule crainte qu'on puisse avoir, c'est que la ligne
ferrée se trouve coupée pour quelques jours par le mauvais temps entre
Hademkeui et Tchataldja.

Les soldats mangent chaque jour une nourriture chaude, soupe le matin,
rata le soir, haricots, riz et lentilles; deux fois par semaine ils ont
de la viande fraîche, et deux fois de la viande conservée dans la
graisse. Ils reçoivent également du bois et du charbon pour faire du
feu. Ils se trouvent suffisamment à l'abri du mauvais temps dans des
baraques de planches recouvertes de papier goudronné. Sur d'autres
points, ils ont creusé de grandes fosses qu'ils ont recouvertes de
toiles de tentes. Ceux qui sont aux avant-postes sont remplacés
quotidiennement; ils vivent sous la tente; et quant aux soldats qui
occupent les tranchées ou aux sentinelles, on les relève heure par heure
durant les journées de mauvais temps.

Le colonel Djemal bey est un grand ami de la France. Il m'explique les
grands projets d'organisation de la Turquie d'Asie après la guerre, la
création de cinq vastes gouvernorats qui seront des espèces de
vice-royautés à peu près indépendantes, ayant leur liberté d'action, de
fonctionnement. Comme conseillers, comme directeurs de travaux, on fera
appel aux étrangers.

[Illustration: Le colonel Djemal bey.--_.--Phot. Talb Kope._]

--Je ne m'entourerai que de Français, me dit Djemal bey. Après la
guerre, j'irai à Paris. J'espère qu'on voudra bien m'aider, me
conseiller, m'indiquer des hommes capables, sérieux, travailleurs,
intelligents, qui abondent dans votre nation. Je voudrais retourner
ensuite à Bagdad et consacrer mes efforts à ce pays. Quelle admirable
région! mais abandonnée à elle-même depuis si longtemps! La nature y est
si riche, si féconde que, pour le moindre travail, on est aussitôt
récompensé, payé au centuple.

«LA PAIX TANT QUE L'ON VOUDRA, MAIS LA PAIX AVEC ANDRINOPLE»

Djemal bey est un grand travailleur; depuis un mois que je le vois
chaque jour, il n'a eu de repos vraiment ni jour ni nuit. Relevant d'une
grave maladie, il était là à son bureau, pâle, les yeux cernés, énervé
par ce labeur qui n'est pas le sien, exaspéré par l'impossibilité de se
rendre sur le champ de bataille, et cependant inlassable, surveillant
tout, soignant les détails, s'occupant des volontaires, des recrues, des
hôpitaux, de la sécurité de la ville, recevant dix personnes à la fois
et répondant en même temps aux demandes de ses aides de camp, signant
des ordres, lisant des rapports. Depuis quinze jours, il n'a pas revu sa
femme malade, n'ayant pas le temps de franchir l'eau pour se rendre à
Kadikeui où il habite; de temps en temps il fait venir ses enfants pour
les embrasser et les voir quelques minutes autour de lui. Sur ce visage,
tous les traits sont marqués d'une volonté implacable, d'une ardeur
passionnée. «Mon colonel, lui disait quelqu'un, à quoi bon gaspiller
encore tant d'hommes et tant d'argent? Que vous importent quelques
tombeaux et quelques mosquées d'Andrinople qui continueraient d'exister
sous un statut spécial! Pourquoi ne pas reconnaître la défaite et ne pas
réserver pour l'avenir tant de forces aujourd'hui gâchées en pure
perte?» Et lui de répondre: «Écoutez bien ceci: Andrinople, c'est pour
nous aujourd'hui un cri de ralliement,--le cri de ralliement de tous
ceux qui ont à coeur l'honneur de la Turquie. Si les Bulgares la prennent
et qu'ils prennent Constantinople, et qu'ils prennent Damas et Mossoul
et Bagdad, et que je reste à Bassorah avec quinze Turcs, je réclamerai
encore Andrinople. La paix tant que l'on voudra, mais la paix avec
Andrinople!»

... A peine quittions-nous Constantinople qu'il commença de pleuvoir. En
arrivant à Hademkeui, la neige succède à la pluie. Nous devions nous
rendre à Tchataldja en compagnie du généralissime Izzet pacha; ce sera
peut-être pour demain.

Les Turcs ont à peu près cessé d'avancer. Ils se sont bornés à fortifier
leurs positions nouvellement conquises en face de celles des Bulgares
qui occupent encore Karadjakeui, Belgrade, Kuchkaïa, Kabatchakeui (les
Turcs sont sur ce point à quelques centaines de mètres d'eux), Kadikeui.
Surgunkeui a été repris également après quelques escarmouches. On a fait
une douzaine de prisonniers dont deux officiers.

[Illustration: ---- Ligne des positions turques lors de l'armistice.
-.-.-.-.-.-. Limite de l'avance turque à la fin de février. La zone
grisée est celle qui a été réoccupée par les Turcs.]

24 février.

Depuis hier, tempête de neige avec vent furieux rendant tout mouvement
impossible. Les soldats sont terrés. On n'aperçoit que la campagne nue,
blanche, parcourue par l'ouragan. Il y en a maintenant pour trois
semaines ou un mois avant qu'une grande bataille puisse être livrée. La
situation est la même à Boulaïr. C'est la trêve de la neige.

Les Turcs estiment avoir devant eux deux divisions bulgares restées en
arrière-garde; trois autres seraient à Tchorlou. Il y aurait trois
divisions devant Gallipoli, et quatre, dont deux serbes, devant
Andrinople.

GEORGES RÉMOND.



[Illustration: Le prince héritier. Au milieu de la plaine, la hauteur
dite Afgo. LA GUERRE D'ÉPIRE.--Vue panoramique de Janina et des hauteurs
fortifiées qui défendent la ville du côté sud. Photographies
Rhomaïdès-Zeitz.]

[Illustration: Le prince héritier de Grèce et son état-major visitant
les positions avancées devant Janina.]

[Illustration: La ville et le lac de Janina, vus des positions de
l'armée hellène.--La ville occupe la base de la presqu'île qui s'avance
dans le lac.]

[Illustration: Le fort de Bizaniet les défenses orientales de Janina
(Agia Paraskévi, Koutsoulio, Afgo (oeuf) de Gastritza et Gastritza, vus
d'une hauteur au S.-E. de Janina.) Croquis à la lorgnette de M. J.
Leune, contrôlé et complété par lui à l'aide de renseignements fournis
par des prisonniers turcs. _Les deux parties du croquis se raccordent,
la bande inférieure continuant exactement à droite la bande
supérieure.--Voir aussi les photographies des pages précédentes._]

UN SUCCÈS GREC EN ÉPIRE: LA PRISE DE JANINA

_Janina, qui résistait vaillamment aux Grecs--comme Scutari aux
Monténégrins et aux Serbes, et Andrinople aux Bulgares--a fini par
succomber. Notre collaborateur, M. Jean Leune, qui demeure toujours au
milieu de l'état-major de l'armée hellénique, nous enverra avant peu le
récit détaillé de cette belle victoire. Voici, en attendant, les
dernières lettres de lui qui nous sont parvenues._

_Le Diadoque vient d'être nommé généralissime des armées de Macédoine et
d'Épire et a pris aussitôt le commandement des troupes opérant contre
Janina,--ce qui semble indiquer la préparation d'un assaut décisif.
Mais, avant de lui remettre le commandement, le général Sapoundsakis
avait été amené, par la force des circonstances, à brusquer une attaque
dans les conditions qu'on va lire:_

Lundi 20 janvier.

Avant-hier, un chauffeur d'automobile, Albanais parlant grec, qui
s'était fait passer pour Grec, et, comme tel, avait pu s'enrôler dans
l'armée, a franchi la ligne des avant-postes et est parti à toute
vitesse vers Janina, emmenant avec lui le secrétaire du consul
d'Autriche à Prévéza. Il allait porter à Eshad pacha le plan des
positions de l'artillerie grecque, qu'il avait pu étudier à loisir à
chaque fois qu'il portait des munitions aux canons... Ce grave incident
a décidé le général Sapoundsakis à brusquer les choses pour ne pas
laisser aux Turcs le temps d'étudier sérieusement les documents qui
venaient de leur être livrés.

Hier, donc, le général a donné l'ordre d'attaque générale pour
aujourd'hui.

Ce matin, à 8 heures, toute l'aile gauche a commencé de progresser sur
les hauteurs de Manoliassa, tandis que l'artillerie, tout en appuyant ce
mouvement en avant, bombardait Bizani de façon terrible. Dès les
premiers coups de canon nous sommes montés sur les hauteurs qui dominent
Révéni et d'où l'on aperçoit toute la plaine de Janina, la ville
elle-même accroupie au bord du lac, tous les forts et même, au sud, le
golfe d'Arta, la mer et l'île de Leucade.

Sur la gauche nous voyions très distinctement la ligne grecque avancer
par bonds sous les shrapnells turcs de Saint-Nicolas et de Bizani. De
temps à autre, la chaîne de tout petits points noirs que formaient les
hommes se brisait par endroits: des soldats venaient de tomber. Leurs
camarades continuaient d'avancer...

... A midi, subitement, une fusillade terrible, accompagnée de ce
martèlement spécial des mitrailleuses et du grondement des canons de
montagne, éclate sur l'aile droite. Bizani, aussitôt, lance de ce côté
une averse de shrapnells. De notre observatoire, nous apercevons très
bien, au-dessus du village de Kotortsi, une batterie de montagne grecque
qui tire sans discontinuer sur les hauteurs séparant Kotortsi de Bizani,
hauteurs sur lesquelles sont établis les Turcs. Ceux-ci, attaqués de
front par les evzones, pris de flanc par l'artillerie, résistent tout
d'abord comme ils peuvent. Ils brûlent en quelques minutes un nombre
incommensurable de cartouches. Mais les evzones se rapprochent.
L'artillerie tire indistinctement des shrapnells ou des obus percutants.
Les uns et les autres font des ravages terribles dans les tranchées et
dans les réserves ennemies.

Alors, brusquement, nous voyons les Turcs se lever et s'enfuir,
isolément ou par groupes. Les Grecs redoublent leurs feux, et les Turcs
tombent, tombent les uns après les autres, et les uns sur les autres.
Malheureusement pour eux, leur réserve d'infanterie s'était installée
dans un grand enclos entouré d'un mur de 1m,50 de hauteur, avec une
seule sortie vers Bizani. Les hommes affolés se ruent tous sur cette
unique porte. C'est alors, parmi les fuyards, une boucherie horrible,
indescriptible. Balles, obus, shrapnells ou mitrailleuses travaillent
comme jamais encore. Et les cadavres s'amoncellent, que les survivants
doivent enjamber et piétiner pour s'enfuir. C'est une atroce vision qui
dure peu, car les evzones arrivent comme des fous. Et puis, fuyards et
poursuivants disparaissent à nos yeux derrière un repli de terrain...

Mais la nuit est proche. A 6 heures, l'artillerie cesse de tirer, la
fusillade décroît d'intensité. La bataille est terminée pour
aujourd'hui.

A Révéni, c'est déjà un long et lugubre défilé de blessés, les uns sur
des brancards, les autres sur des mulets, les autres à pied. Leur
enthousiasme est si grand encore qu'ils trouvent leurs blessures
insignifiantes.

Les derniers arrivés nous disent qu'à la tombée de la nuit les evzones
et le régiment crétois ont occupé la première ligne de hauteurs du petit
Bizani: le succès est complet.

24 janvier.

Nous sommes allés voir le terrain sur lequel s'est déroulée la bataille
de lundi.

Là où nous voyions les Turcs tomber sous les balles et les obus, le
spectacle est horrible. En un seul endroit, à peine grand comme la place
Vendôme, nous avons compté cinq cents et quelques cadavres, à peine le
quart de ce que les Turcs ont laissé des leurs sur la place, puisqu'on
en a compté officiellement 2.200.

Ici, dans une tranchée, un éclat d'obus a arraché la poitrine d'un
soldat et l'a plaquée, sanguinolente, sur les pierres du mur-abri... Là,
c'est un officier dont toute la partie supérieure du crâne a été
enlevée, ouverte et la cervelle projetée en deux endroits à trois ou
quatre mètres! Plus loin, un obus a coupé en deux un soldat à hauteur de
la poitrine, lui a entièrement déshabillé le torse et l'a ensuite
retourné sur la partie inférieure du corps. Ailleurs, ce sont quinze ou
vingt hommes fauchés à leur place dans la tranchée, leurs armes à côté
d'eux. Ici, un isolé; là, un monceau de quarante ou cinquante cadavres.
Sur l'emplacement de la réserve, les tentes sont encore là, des gamelles
sur les feux éteints... Le sol est criblé de balles de shrapnells,
d'éclats qui y ont tracé de longs sillons.

De temps à autre, un cadavre grec,--relativement peu. Certains d'entre
eux, des evzones, serrent dans leurs mains des lettres à leur femme, à
leur mère. Les pauvres gens ont dû les baiser pieusement avant de mourir
et ils semblent prier celui qui les leur prendrait des mains de vouloir
bien les faire parvenir quand même!...

Un _pappas_ circule sur ce terrain d'horreur pour dire sur chaque mort
grec les prières d'usage...

31 janvier.

S. A. R. le Diadoque a pris le commandement de l'armée. Le général
Sapoundsakis est resté sous ses ordres comme commandant de l'aile droite
(6e et 8e divisions). Le prince a adopté en partie les plans du général,
mais y a apporté des modifications dont l'exécution demandera un certain
temps.

Voici deux jours que la neige tombe. Quelles souffrances endurent ces
malheureux soldats! Les convois n'arrivent plus régulièrement, sans que
ce soit la faute de personne. Les animaux meurent par dizaines. Les
chemins, ou ce qu'on appelle ainsi, sont encombrés de cadavres de
mulets. Des bataillons entiers restent quarante-huit heures sans pain.

JEAN LEUNE.

_La nouvelle de la reddition de Janina a été connue jeudi à Paris par
une dépêche officielle reçue à la légation hellénique. Ce télégramme
précisait que, jeudi matin, à une heure, le commandant en chef des
forces turques à Janina avait fait informer le prince héritier de son
désir de se rendre. Deux heures après, trois parlementaires se
présentaient au camp grec et confirmaient la capitulation._



[Illustration: L'AVIATION A LA GUERRE D'ORIENT

L'hydro-aéroplane du lieutenant grec Montoussis, tombé à la mer, après
avoir volé sur Gallipoli, est remorqué vers Lemnos à 20 noeuds à
l'heure.

_Phot. S. Vlasto._]

Le lieutenant aviateur Montoussis, de l'armée hellène, de qui nous avons
signalé naguère les prouesses devant Janina, s'était rendu à la reprise
des hostilités, à Lemnos, avec un hydroaéroplane français, afin
d'apporter son concours aux troupes engagées à Gallipoli. Le 6 février
dernier, convoyé par le contre-torpilleur _Vélos_ qui, parti avant lui
de Moudros, le port de l'île, devait l'attendre à la hauteur d'Imbros,
pour l'assister en cas d'accident, le lieutenant Montoussis,
qu'accompagnait, comme observateur, un de ses camarades, prenait son vol
vers la terre. Le _Vélos_ vit le biplan passer au-dessus de sa route et
disparaître derrière la côte turque. Pendant quarante minutes
angoissantes, il demeura invisible. Puis il reparut, au loin, et à une
grande hauteur,--plus de 1.300 mètres, on devait le savoir plus tard. Il
se dirigeait droit vers Imbros et Lemnos, mais soudain on le vit
descendre en vol plané, puis se poser doucement sur la mer, à quelque
vingt mètres du rivage d'Imbros. Un canot fut mis à la mer. Il ramena
l'appareil jusqu'au _Vélos_ qui le prit en remorque et l'entraîna,
toujours flottant, jusqu'au port, à la vitesse de 20 noeuds. Alors, on
apprit ce qui s'était passé: le tube qui porte l'essence du carburateur
au mélangeur s'était rompu, par suite d'un défaut du métal, et le moteur
s'était arrêté. Dix minutes plus tôt, le lieutenant Montoussis tombait
sous le feu des batteries turques.



LES LIVRES & LES ÉCRIVAINS

M. LOUIS BARTHOU, HISTORIEN

Nous connaissions M. Louis Barthou orateur et ministre, homme politique
et homme d'État. Nous connaissions M. Louis Barthou juriste et légiste,
traitant avec sûreté de la «distinction des biens» et de la loi
syndicale. Nous connaissions M. Louis Barthou bibliophile fervent, en
quête des manuscrits précieux et des introuvables éditions. Nous
connaissions M. Louis Barthou écrivain aimable, jouant d'une plume
souple et fixant des mots, des évocations et des couleurs sur un carnet
de voyage. Mais nous ne connaissions pas encore M. Louis Barthou
historien et M. Louis Barthou historien valait d'être connu.

On a, vous le savez, formidablement écrit sur _Mirabeau_. Le gigantesque
orateur de la Constituante a été le sujet d'une bibliographie immense.
Pamphlets, correspondances, mémoires, monographies par centaines, études
d'ensemble et anecdotes, toute la grande et toute la petite histoire. Et
voici qu'un autre livre (1) s'attaque de nouveau au personnage, et que
l'auteur de ce livre est le ministre de la Justice et le garde des
Sceaux du gouvernement actuel.

      [Note 1: _Mirabeau_, par Louis Barthou. Librairie Hachette, 7 fr.
      50.]

C'est curieux; mais, instinctivement, dès qu'un homme politique signe
une oeuvre d'histoire, on recherche les idées de parti que cet homme
politique a voulu placer dans son oeuvre. Nous avons donc cherché de la
politique dans le livre de M. Louis Barthou. Nous n'y avons trouvé que
de l'histoire. Et c'est vraiment admirable à force d'être exceptionnel.

L'oeuvre, d'ailleurs, est belle parce qu'elle fut entreprise avec une
passion visible de vérité, avec une curiosité ardente de tous les
inconnus du personnage; l'oeuvre est claire parce qu'elle est méthodique
et ordonnée; elle est solide, elle est puissante, parce que la
discussion de cette vie de tribun s'appuie sur l'expérience d'un homme
de gouvernement.

Mirabeau ne peut être séparé des siens. Nul plus que lui, parmi les
colosses du passé, n'a dû ses qualités, ses défauts et ses vices aux
races dont il était issu. M. Louis Barthou va donc nous raconter la
famille avant de nous raconter l'homme qui la fit demeurer dans
l'histoire. Le père de Mirabeau, le marquis, l'Ami des Lois, nous est
seul familier, avec l'oncle, le bailli. Nous savons moins la vie du
grand-père, Jean-Antoine Riqueti de Mirabeau, ce terrible colonel qui, à
Cassano, en 1705, disputa à un de ses amis, pistolet en main, l'honneur
de défendre un pont violemment attaqué par les troupes du prince Eugène.
Une balle lui ayant cassé le bras droit, Jean-Antoine prit une hache de
la main gauche; mais un coup de fusil lui coupa les nerfs du cou et la
jugulaire. Il tomba à peu près mort, servit de marchepied à l'ennemi, et
survécut néanmoins. Il resta, il est vrai, privé de l'usage du bras
droit «pour lequel il s'était fait une parure d'une grande écharpe
noire, et, à la suite d'une opération dont la hardiesse étonna, il dut
porter un collier d'argent pour soutenir sa tête». Ce qui ne l'empêcha
pas de convoler peu après en justes noces avec une belle jeune fille
d'excellente famille, dont il eut sept enfants. L'invalide au collier
d'argent était encore un rude homme. Il mourut à soixante et onze ans.
Tel est l'aïeul. Quant au père, le marquis, l'Ami des Lois, il serait la
physionomie la plus curieuse qu'aurait produite la famille des Riqueti
si le marquis lui-même n'avait pas eu un fils dont les vices, le génie
et la gloire dépassent et effacent presque tout ce que «cette race
effrénée» avait produit avant lui.

[Illustration: Quatre dessins du nouvel album de Sem.]

M. Louis Barthou nous donne un excellent et pittoresque chapitre sur le
fameux procès de Pontarlier. Mirabeau plaide contre sa femme qui veut se
libérer de ce mari bruyamment et insolemment infidèle, au surplus fils
rebelle, «couvert de dettes, deux fois condamné, plus célèbre par son
inconduite que par ses services et par ses prisons que par ses talents.»
Ce gentilhomme débraillé, sans ressources et sans crédit, est, croit-on,
un plaideur minable. Mais non, il va se révéler dans cette lutte et
jeter, pour la première fois dans la partie ses dons incomparables, et
secrets jusqu'alors pour tous et pour lui-même. Car, jusqu'à ce jour, il
a écrit, il n'a pas parlé. Mais il se pressent. Il s'émeut lui-même à la
péroraison 'un de ses mémoires. Il faut à l'éloquence qu'il porte en soi
et qui est toute l'éloquence, l'épreuve du public, la contradiction,
l'action, la bataille, l'atmosphère. «L'occasion s'offre à lui. Il la
saisit et, plaideur vaincu, il se relève et se révèle orateur
incomparable.»

M. Louis Barthou a bien fait de très longuement insister sur ces procès
de Pontarlier et d'Aix, qui marquent la date du destin dans la vie de
Mirabeau. Dès lors, seulement, le génie se dégage du monstre. Et c'est
le génie, à son éclosion, puis dans toute sa formidable gloire que nous
allons suivre en des chapitres nourris de faits et d'idées sur le voyage
de Mirabeau en Allemagne, sur les «Approches de la Révolution», sur les
Elections en Provence, sur les États généraux enfin dans tout leur
grandiose tumulte, avant d'en arriver au pacte avec la Cour...

Mirabeau, vénal, fut-il réellement un traître à la Révolution? Non, dira
l'historien. Car «la politique que Mirabeau conseillait à la Cour dans
ses consultations secrètes, il l'avait vingt fois exposée publiquement».
Il avait fait leur part dans ses projets à la liberté, à l'autorité, à
la royauté et à la Révolution. Il représentait la Révolution voulue,
réfléchie et définitive «mais sans être envieuse du temps et désirant de
la mesure, des gradations et une hiérarchie». Il fut un réaliste en ce
temps de déductions philosophiques et de doctrines travaillées. Et si,
dix-huit mois avant sa mort, si en novembre 1789, alors que l'on n'avait
pas encore commencé de détruire, si ce génie pratique et puissant avait
été appelé à diriger l'État, il eût, en conciliant la royauté et la
révolution--conclut M. Louis Barthou--épargné à la France la Terreur, le
césarisme et l'invasion.

_Voir les comptes rendus des autres livres nouveaux dans_ La Petite
Illustration _de cette semaine._



SEM A LA MER BLEUE

Chaque année, les mêmes saisons, ramènent avec une douce tyrannie, chère
à ceux qui la subissent, les mêmes plaisirs, imposent des goûts
semblables, et de pareils divertissements. Cet été--et nous verrons sans
surprise, aux beaux jours, renaître cet engouement périodique--la côte
normande et ses deux plages rivales ont possédé l'heureux privilège de
retenir et de fixer un instant la mode. Elles ont dû le céder, quelques
mois après, à la Côte d'Azur, qui, dès les premiers frimas, et à peine
le temps avait-il revêtu son manteau «de vent, de froidure et de pluie»,
a repris ses droits à l'élégance et au luxe. Sem avait fait, l'année
dernière, avec une verve aiguisée, la chronique dessinée de la grande
semaine de Trouville-Deauville, en silhouettant d'un crayon preste les
Parisiens notoires, les grands étrangers, les artistes, les gens de
lettres, de courses et de finance, qui ont coutume de s'y réunir; il
s'est, comme il convenait, transporté, cet hiver, sur le littoral
méditerranéen, propice aux mondanités françaises et cosmopolites. Et il
nous offre aujourd'hui les croquis pris par lui au cours de cette
«campagne», en un album (60 fr.) dont la couverture porte, en lettres
d'or chevauchant sur fond d'azur, ce titre alliciant: _Sem à la mer
bleue_.

Entendez bien que ce que Sem a vu sur ses plaisants rivages, ce ne sont
point des «marines». La «mer bleue» n'apparaît pas au ce recueil qui se
recommande d'elle: aussi bien ne semble-t-elle avoir qu'une part minime
dans les préoccupations de ceux qu'attirent les douceurs de la Riviera.
On les rencontre de préférence sur les promenades et dans les jardins où
il est de bon ton de se montrer, dans les restaurants et les bars à la
mode, et autour des tables de jeux. C'est en ces lieux aimables que Sem,
observateur spirituel, mordant, mais dont la fantaisie, si elle
égratigne parfois, n'entend pas blesser, les a saisis au passage, dans
leurs attitudes familières. Toute la comédie est là, avec ses premiers
rôles, ses vedettes, ses personnages de second plan et ses comparses.
Plusieurs silhouettes, déjà aperçues dans le précédent album,
aujourd'hui épuisé, se retrouvent ici; et on les revoit avec agrément.
Mais un très grand nombre de figures nouvelles y apparaissent, enlevées
d'un trait alerte et gai: nous en reproduisons ici quelques-unes, celles
de deux célèbres compositeurs italiens, Mascagni et Puccini, et de deux
maîtres du chant, Chaliapine et Caruso.

Ces dessins, Sem les a jetés, sur ses pages d'album, en un désordre
voulu, qui, n'en doutons point, est un effet de l'art. Les gestes, les
grimaces, les rires et les effarements, les costumes--tout cela renforcé
de vives couleurs--s'y mêlent, s'y opposent, dansent devant les yeux une
ronde endiablée. Et, quand on a tourné tous ces feuillets où ont surgi
tant de différents visages, l'impression reste dans l'esprit d'avoir
vécu, avec le plus avisé des compagnons, une de ces heures légères,
fortunées, dont le temps est prodigue à la Riviera.



A PROPOS D'UNE GRÈVE

L'ORGANISATION MÉTHODIQUE DU TRAVAIL

Une récente grève--d'ailleurs à peu près terminée--qui vient d'éclater
dans une de nos plus grandes usines d'automobiles, a posé, sous une
forme nouvelle en France, la question chaque jour plus passionnante des
conflits du capital et du travail. Cette forme nouvelle, c'est la mise
en vigueur du système Taylor.

Qu'est-ce donc, au juste, que le système Taylor? Théoriquement, et tel
qu'il est exposé par l'auteur dans son ouvrage _Principes d'organisation
scientifique des usines_, c'est l'application, au travail manuel, de
méthodes scientifiques rigoureuses: elle conduit à adapter
rationnellement l'ouvrier à la nature du travail qu'il accomplit.

Un exemple fera comprendre en quoi consiste cette méthode. Supposons un
maçon auquel son patron a donné la tâche d'édifier un mur en briques.
L'intérêt des deux parties en présence sera évidemment, pour l'ouvrier,
de se fatiguer le moins en gagnant le plus possible; pour le patron,
d'obtenir le plus grand rendement au meilleur compte. Avec les méthodes
empiriques usitées jusqu'ici, le maçon fera sa besogne d'après les
routines et les tours de main de ses ancêtres. Mais M. Taylor est venu
qui a dit à cet artisan: «Placez votre auge à votre droite, à tant de
centimètres de votre mur. De cette façon, votre main n'aura que le
minimum de chemin à parcourir pour prendre le mortier, et comme, d'autre
part, j'aurai préparé votre tas de briques pour que vous n'ayez pas à
vous baisser pour en prendre, vous gagnerez quelques secondes dans
l'accomplissement de votre travail.

» Bien mieux. J'ai remarqué que vos camarades se croyaient obligés, en
raison de la consistance du mortier, de frapper à coups de manche de
pelle sur la brique, pour la faire adhérer; je vais vous composer un
mortier plus liquide, qui vous permettra de n'appuyer qu'avec la main:
nous gagnerons ainsi le temps qu'il vous fallait pour saisir votre outil
et vous en servir.»

Bref, à force de gagner, de-ci de-là, quelques secondes sur les gestes
de son homme, M. Taylor arrive à obtenir, en un même laps de temps, un
travail double et parfois triple qu'auparavant; et cela avec la simple
assistance d'un chronométreur, chargé de «minuter» les moindres gestes
de ceux qui travaillent.

Voilà donc en quoi consiste le système Taylor. Mais ce n'est point,
quoiqu'on ait semblé le dire, exactement celui qui a été appliqué aux
usines Renault. Il ne fallait point songer, en effet, à obliger des
ouvriers français à se plier à une précision de gestes qui eussent
répugné à leur caractère indépendant. Le système qui fut employé à
Billancourt devint alors le suivant.

Admettons qu'il soit question de fabriquer un moyeu de roue. Le bureau
des plans dessine la pièce. Le service du chronométrage s'empare des
dessins, étudie la forme des outils qui seront nécessaires pour exécuter
le mieux et le plus rapidement possible l'objet. Un ingénieur porte le
morceau de métal sur la machine-outil, regarde sa montre. Le travail
fini, il voit ce qu'il a mis de temps à usiner le moyeu. Au besoin, il
recommence plusieurs fois, toujours avec l'idée de faire mieux et plus
vite.

Cette étude achevée, le bureau établit le prix de revient de la pièce,
fixe un chiffre, qu'il majore de 20% pour tenir compte des différences
possibles résultant de l'habileté professionnelle de celui qui
reproduira ultérieurement le modèle établi. Le contremaître compétent
est alors appelé, à charge par lui d'exécuter strictement, et au prix
fixé, l'objet désigné. Et, en dernier ressort, l'ouvrier recevra la
mission de réaliser le moyeu dont les plans et le prix de revient auront
été ainsi préalablement déterminés.

On voit qu'il n'y a là rien qui ressemble au système américain.
L'ouvrier n'est pas bridé dans son effort: tout ce que lui est demandé,
c'est d'effectuer un travail donné dans un délai donné. De cette
manière, telle pièce qui revenait jadis à 3 francs, par exemple, arrive
à ne plus coûter aujourd'hui que 50 centimes. Et, par contre, l'ouvrier
dont l'effort est plus soutenu, reçoit un salaire plus élevé, qui peut
atteindre 40% de son taux primitif.

Que doit-on penser de cette méthode nouvelle? Il est bien difficile de
le dire exactement. Il semblerait que la grève qui a éclaté
dernièrement, et dont le ohronométre était la cause, soit un argument
décisif contre ce procédé; mais, d'autre part, ses partisans font valoir
qu'en Amérique les ouvriers qui l'ont accepté dans un très grand nombre
d'usines sont plus heureux que les nôtres, travaillant moins longtemps,
gagnant davantage et ayant plus de loisirs.

P. H.



DOCUMENTS et INFORMATIONS

LUTTES D'INFLUENCE EN ORIENT.

La guerre turco-balkanique a mis en présence, avec les forces opposées,
deux influences extérieures aux belligérants: d'un côté l'influence
allemande, prépondérante en Turquie, de l'autre l'influence française
qui a joué, chez les alliés, un grand rôle.

Los hostilités terminées, ces luttes de «rayonnement» vont s'accentuer
encore entre nos voisins et nous,--plus exactement entre nous et la
triplice, car l'Italie ni l'Autriche ne sauraient s'en désintéresser.

Or, l'une des oeuvres françaises qui ont accompli, en Orient; notamment,
la meilleure besogne, l'Alliance française, se plaint que les ressources
dont elle dispose ne lui permettent pas d'accomplir, là-bas, tout ce
qu'elle voudrait.

A son récent banquet--auquel assistait, bien qu'il n'eût pas encore, à
ce moment, pris possession de ses hautes fonctions, M. Poincaré--M.
Jonnart, ministre des Affaires étrangères, faisait appel au zèle, au
dévouement de l'Alliance pour l'aider «à travailler à la sauvegarde des
intérêts et des droits de la France». Certes, le bon vouloir, l'ardeur
même de l'Alliance française ne sauraient être mis en doute; mais, comme
le tait remarquer son président M. P. Foncin, «elle ne peut agir que si
elle est en mesure de compter sur les sympathies actives du public
français». Or, ses ressources ne se développent pas proportionnellement
à ses efforts, pour mener à bien la tâche qu'elle assume.

Sans doute, elle vient de fonder avec succès à Brinn (Autriche), où les
rivalités d'influence sont ardentes, où la population est très variée,
un comité nouveau qui, dès le premier jour, a obtenu un gros succès.
Mais, dans l'Orient proprement dit, son oeuvre traverse une crise
redoutable. «Plus que jamais, écrit de Constantinople un de ses membres,
notre Comité a besoin d'être soutenu. Les Allemands redoublent d'efforts
en Asie Mineure, en Arménie... Et, précisément, cette année, nos
ressources sont des plus restreintes... Nous allons être forcés de
réduire toutes nos subventions, et même d'en supprimer quelques-unes.»
D'autre part, le P. Katchadourian, directeur des écoles arméniennes de
Mamouret el Aziz, s'inquiète des progrès des orphelinats allemands,
qu'une quête fructueuse en Allemagne, en Angleterre, en Amérique, vient
de mettre en possession de ressources énormes.

Il serait souhaitable que l'opinion française entendît ces
plaintes,--cet appel, et tendît à ces pionniers de notre influence «une
main secourable», selon le mot du P. Katchadourian.

_Une serviette historique._

Nous reproduisions récemment (numéro du 21 décembre 1912) un tableau
satirique du dix-septième siècle auquel les conférences de Londres
donnaient un intérêt actuel: il représentait l'_Homme malade_--entendez
le Turc,--soigné par des médecins de toutes nations réunis à son chevet.
Au moment où la guerre se poursuit en Thrace, le document que nous
publions ci-dessous rappelle à propos que la lutte de la Croix contre le
Croissant n'offre point aux historiens un thème nouveau.

La serviette brodée dont notre photographie montre fidèlement les
dessins fut donnée, avec un service de table complet, au prince Eugène,
après sa victoire sur le? Turcs à Belgrade, en 1717. En ce temps-là,
c'était l'empereur d'Autriche qui guerroyait avec le sultan; et Belgrade
était le prix de la lutte, comme aujourd'hui Andrinople. Les épisodes de
la campagne, qui se termina par la paix de Passarovitz (1718), sont
naïvement évoqués sur cette curieuse serviette: en dessous des armes du
prince Eugène de Savoie, soutenues par deux lions, l'aigle autrichien
dévore le croissant--_aquila dévorat lunam_, dit la légende;--au milieu
figure le prince Eugène lui-même, à cheval, entre deux Turcs implorant
la clémence du vainqueur; en bas c'est, autour de Belgrade assiégée, un
combat entre cavaliers, où l'épée chrétienne l'emporte sur le cimeterre.

[Illustration: _La lutte séculaire de la Croix contre le Croissant_.--La
prise de Belgrade par les troupes autrichiennes du prince Eugène, en
1717, figurée sur une serviette de table.]

Mme Vanderbroucque Grardel, à qui nous devons la communication de ce
document, nous a dit tenir la précieuse serviette de son père, fils d'un
industriel, Alexandre Grardel, maire de Bapaume et aide de camp du
général Oudinot en 1813, qui avait épousé une petite-fille d'Augustine
de Tende; celle-ci l'avait reçue de son père, Jean-Baptiste-Louis de
Tende, écuyer et avocat au conseil d'Artois, proche parent de la famille
de Savoie-Carignan.

_L'alcoolisme et la criminalité aux États-Unis._

Si l'on contestait encore l'influence de l'alcoolisme sur la
criminalité, les statistiques établies en Amérique, dans des
circonstances particulièrement concluantes, ne laisseraient guère de
doute à cet égard.

Dans l'État de Dakota, les arrestations policières se sont réparties de
la manière suivante:

Pendant les neuf mois précédant la prohibition de l'alcool:

                                Dans              Dans
                          5 petites villes.   7 grandes villes.

        Ivresse.                 319              1.492
        Coups.                   223                535
        Autres causes.           192              1.545

        Total                    734              3.572

        Pendant les neuf mois suivant la prohibition:

                                Dans                Dans
                          6 petites villes.   7 grandes villes.

        Ivresse.                 66                 302
        Coups.                   60                 435
        Autres causes           108               1.699

        Total                   234               2.436

Voici un relevé aussi éloquent concernant l'État de Birmington où la
prohibition est entrée en vigueur en 1908:

                                            1907      1908

        Ivresse.                           1.434       396
        Outrages aux murs.                   912       602
        Coups.                               738       463
        Meurtres.                             65        29
        Vol.                                 618       537
        Vagabondage.                         398       267

Enfin, dans l'État de New-Hampshire, après plusieurs années de
prohibition, le nombre des internés dans les maisons de correction était
tombé à 470. On est revenu au régime de la licence; au bout d'un an, ce
nombre remontait à 830, et il atteignait 2.180 quatre ans plus tard.



LA CULTURE FRANÇAISE ET LA TRIPLE ENTENTE.

A mesure que se resserrent davantage les sympathies de la Triple
Entente, le goût de la culture française, des arts et des lettres de
notre pays, devient plus vif encore en Angleterre et en Russie, non
seulement dans les classes riches et dans le public des universités,
mais dans les classes moyennes et les établissements d'instruction
secondaire. C'est ainsi que nous parviennent des deux pays les échos de
deux manifestations récentes et symptomatiques: l'une fut organisée, à
la fin du mois dernier, par la Société des Langues modernes, à Belfast,
où Molière, Victor Hugo, Gounod, Chaminade, Saint-Saëns, eurent les
honneurs d'une séance musicale et récréative, à laquelle assistaient de
nombreux étudiants anglais et qui se termina aux accents de _la
Marseillaise_, reprise en choeur par l'auditoire. L'autre manifestation
eut lieu à Kieff, au gymnase Naoumenko, dont les jeunes élèves
jouèrent... _le Cid_. La tentative était intéressante, car enfin jouer
une tragédie de Corneille en son texte français, dire en toute leur
beauté, sans accent et sans altération, les vers de notre grand
classique, est chose peu aisée pour des collégiens russes. La petite
troupe cependant, composée d'élèves de seize à dix-huit ans dirigés par
leur professeur de français, M. Maillard, triompha de ces difficultés et
donna une interprétation tout à fait honorable du chef-d'oeuvre devant
les autorités scolaires de l'arrondissement empressées à venir applaudir
les résultats heureux de l'expérience. Quand donc, dans nos lycées
français, sera-t-on en mesure de faire représenter en son texte une
scène d'un drame russe ou bien un acte de Shakespeare?



L'INVENTEUR DES ÉTINCELLES MUSICALES POUR LA TÉLÉGRAPHIE SANS FIL.

Depuis quelques années, tous les grands postes de télégraphie sans fil
emploient le système d'émission par étincelles musicales. Nous avons
jadis exposé le mécanisme de cette méthode fort supérieure aux méthodes
antérieures: en produisant, au moyen d'appareils spéciaux, des
étincelles très rapprochées, on obtient une note musicale régulière,
qu'on peut faire varier à volonté et qui permet de réaliser la syntonie
acoustique. La note est, en effet, perçue téléphoniquement par le poste
récepteur qui la distingue aisément des notes émises par d'autres postes
ou des vibrations engendrées par les décharges électriques de
l'atmosphère.

Nombre d'ingénieurs ou de constructeurs, la plupart étrangers, ont
revendiqué l'invention du procédé.

Or, il paraît établi aujourd'hui, sans conteste possible, que l'honneur
de cette invention revient à un ingénieur français qui s'est acquis,
dans le domaine de l'industrie électrique, une autorité mondiale.

Dans la séance du 3 février 1913, l'Académie des sciences a, en effet,
ouvert un pli cacheté déposé sur son bureau le 16 août 1898, par M. A.
Blondel. Sous le titre _Perfectionnements à la télégraphie sans fil_,
l'auteur décrivait le moyen de réaliser la syntonie acoustique, en
produisant des étincelles musicales au moyen d'alternateurs à fréquence
élevée. Un peu plus tard, dans un document de 1900, publié en 1905,
l'éminent ingénieur décrivait complètement le montage d'un poste
émetteur musical. Mais l'emploi des étincelles rares était alors
général; la routine administrative accueillit les propositions
«révolutionnaires» de M. Blondel avec son scepticisme ordinaire.

C'est seulement quelques années plus tard que des Français d'initiative,
comme le commandant Ferrie et M. Béthenod, contribuèrent à la
réalisation pratique du système imaginé d'abord par M. Blondel, et
auquel ils ont apporté de sérieux perfectionnements.



LA LONGUEUR DES RACINES DES PLANTES.

Dans une conférence sur la conservation de l'humidité dans le sol, un
spécialiste américain, M. R. D. Watt, a donné quelques chiffres
intéressants sur le développement du système radiculaire des plantes.

Ce développement peut être très considérable, comme on s'en rend compte
par l'examen direct qui consiste à extraire une plante, avec précaution,
d'un sol meuble de préférence, et à en couper toutes les racines pour
les mesurer exactement. Ainsi, un chercheur anglais, ayant mesuré la
longueur totale des racines d'un pied d'avoine, a obtenu le chiffre de
136 mètres. Ce chiffre ne comprend pas les poils absorbants qui
augmentent de douze fois la surface de la racine qui les porte. Un
chercheur américain a fait de même pour quatre pieds de maïs. Or, pour
l'ensemble, il a trouvé 1.600 mètre de racines, soit 400 mètres en
moyenne pour chaque pied. On voit par là combien la plante est bien
organisée pour absorber l'humidité du sol.



MOLIÈRE A BOBINO

C'est un rapprochement plaisant et imprévu que celui de ces deux noms
«Molière à Bobino», inscrits, depuis une semaine, au-dessous de l'image
de notre grand comique sur le programme d'un petit théâtre du quartier
Montparnasse... Déjà les Parisiens avaient pu entendre à l'Odéon des
artistes de café-concert dans la comédie classique. Et voici
qu'aujourd'hui Molière, par une heureuse fortune, trouve, en un
music-hall populaire, coutumier d'autres spectacles, des acteurs
excellents, tout à la fois fantaisistes et respectueux d'une oeuvre
immortelle,--et un public, un bon public, qui s'amuse, et rit, et tout
de suite, dès les premières répliques, se sent à l'aise! L'aventure est
charmante et de bon exemple.

[Illustration: Toinette: Mlle Lolita.]

[Illustration: M. Fleurant et M. Purgon: MM. Avenière et Albret.]

[Illustration: Le public du quartier Montparnasse.]

Tandis que, après, une copieuse partie de café-concert, on représente
_le Malade imaginaire_, la physionomie de la salle apparaît telle qu'à
l'habitude: de braves gens, des ouvriers, venus en famille, avec leurs
femmes et leurs enfants, garnissent l'orchestre, l'amphithéâtre. Et
c'est plaisir que de voir leurs faces réjouies, aux endroits où Molière
a prodigué sa verve comique. Les interprètes ont leur grande part des
applaudissements. Tous, ils appartiennent à la troupe ordinaire de
Bobino, que dirige avec succès M. Montpreux, particulièrement bien avisé
en la circonstance, et ils jouent gaîment, sans charge excessive, des
rôles nouveaux pour eux: ainsi M. Émile Rhein, «chanteur typique», se
montre en Argan; M. Albret, «excentrique fantaisiste», en Purgon; M.
Sarvey, «ténorino bouffe», en docteur Diafoirus; M. Marius Reybas et M.
Maintgert, «chanteurs de genre», en Cléante et en Béralde; Mlle Berthe
Delny, «diseuse à voix», en Beline, et Mlle Rosaberth, «diseuse de
genre», en Angélique.

[Illustration: Argan: M. Émile Rhein.]

[Illustration: Louison: Mlle Renée Pré.]

[Illustration: Le docteur Diafoirus et son fils: MM. Sarvey et Charlay.]

«LE MALADE IMAGINAIRE» AU CAFÉ-CONCERT.--Les interprètes de Molière à
Bobino.



PREMIÈRE NUIT A L'ELYSÉE, par Henriot.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3654, 8 Mars 1913" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home