Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3655, 15 Mars 1913
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3655, 15 Mars 1913" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 3655, 15 Mars 1913

AVEC CE NUMÉRO
La Petite Illustration
CONTENANT
LES ANGES GARDIENS
Roman par MARCEL PRÉVOST
DEUXIÈME PARTIE



LA REVUE COMIQUE, par Henriot.


Ce numéro comprend VINGT-QUATRE PAGES.--Il est accompagné de LA PETITE
ILLUSTRATION, Série-Roman nº 2, contenant la deuxième partie du roman de
M. Marcel Prévost: LES ANGES GARDIENS.

[Illustration: L'ILLUSTRATION _Prix du Numéro: Un Franc._ SAMEDI 15 MARS
1913 _71e Année.--Nº 3655._]

[Illustration: DEVANT ANDRINOPLE: LE BLOCUS DES ASSIÉGEANTS PAR LA NEIGE
_Photographie du lieutenant G. Staïnof, du 30e régiment d'infanterie
bulgare.--Voir les autres photographies, pages 234 et 235._]



_La semaine prochaine,_ LA PETITE ILLUSTRATION _publiera:_

_L'Homme qui assassina pièce en 4 actes de_ M. PIERRE FRONDAIE, _d'après
le roman de M. Claude Farrère._

_Le numéro suivant (29 mars) contiendra la troisième partie du roman de_
M. MARCEL PRÉVOST: _Les Anges gardiens._

_Paraîtront ensuite, alternant avec les 4e et 5e parties des_ Anges
gardiens: _Les Flambeaux, de_ M. HENRY BATAILLE; _Servir et la Chienne
du roi, de_ M. HENRI LAVEDAN; _L'Embuscade_, de M. HENRY KISTEMAECKERS.

_Puis viendront:_

_Les Éclaireuses, de_ M. MAURICE DONNAY; _Hélène Ardouin, de_ M.
ALFRED CAPUS; _L'Habit vert_, de MM. ROBERT DE FLERS ET G.-A. DE
CAILLAVET, _et le roman de_ M. PAUL BOURGET: _Le Démon de midi_.



COURRIER DE PARIS

LES MAISONS EN CONSTRUCTION

De deux fenêtres éloignées l'une de l'autre, situées chacune à une
extrémité de mon appartement, celle-ci au nord, celle-là au midi, de la
fenêtre de ma chambre et de celle de mon cabinet, je vois construire
deux maisons.

Je les regarde s'élever à la place même où l'an dernier se tenaient, si
droites encore, celles que j'ai vu jeter à bas, dont il ne reste plus
trace que dans mon souvenir, et peut-être dans celui des hommes qu'elles
ont abrités. Et ces deux maisons, je ne sais pourquoi, occupent ma vie.
Si ce n'est que toutes les deux elles sont «de rapport» et qu'elles
auront le même nombre d'étages, elles présentent déjà un caractère très
distinctif. L'une, sur laquelle donne ma chambre, est en béton armé ou
du moins jusqu'à présent, et rien ne permet de croire qu'il en sera
différemment dans la suite. L'autre, qui forme le principal paysage de
mon cabinet, est en pierre.

                                  *
                                 * *

Ces deux maisons, qui sont séparées par tout un pâté d'immeubles, et
qui, par conséquent, ne peuvent pas «se voir», et qui ne sont pas dans
les mains des mêmes entrepreneurs, ont cependant et gardent jusqu'ici
une hauteur pareille, montant chaque jour, en se suivant, comme si elles
le faisaient exprès, quoique la maison de pierre ait tendance à gagner
sur sa voisine. Chaque matin, dès que je me lève, il faut--c'est plus
fort que moi--que j'aille jeter mon premier coup d'oeil sur le chantier
qui m'attire au saut du lit, celui de la maison en béton. Je ne peux pas
dire que ce spectacle m'enchante et me procure un réveil câlin. Rien
n'est moins gracieux déjà que l'aspect des fondations béantes, des caves
entr'ouvertes et à ciel libre car une cave n'est belle et n'a sa
relative magnificence que voûtée, et basse, et bien noire, bien
salpêtrée, bien feutrée de poussière et de silence et ramonée de ces
courants d'air d'outre-tombe qui soufflent le frisson. Il faut qu'elle
ait son sol élastique et mou, ses caresses de vent frais, ses toiles
d'araignées, ses suies de bouteilles, ses rats furtifs, son odeur de
bougie, de liège et de chat. Alors elle est explicable et parle. Mais en
cours de travaux, n'ayant pas encore mérité ni obtenu son mystère, elle
offre une laideur sinistre. Les caves en béton que je regarde triturer
m'affectent d'une façon spéciale. Qu'elles sont peu engageantes! Je ne
puis penser que l'on y mettra du vin. Elles me paraissent propres plutôt
à receler de l'argent, des caisses pleines de «valeurs» ou de la
ferraille. On dirait des petits sous-sols de Crédit lyonnais. Oui, osons
-l'avouer, le béton, même armé, n'a pas de charme et de poésie. D'un
gris de boue, d'une glaise inféconde et dont ne consentira jamais à
sortir la moindre statue, il sent le faux, il donne l'impression d'être
la singerie du solide et de vouloir pasticher le durable. J'ai beau voir
la pâte épaisse, le maussade limon se durcir dans l'armature et le
treillage des tiges de fer, je ne me décide pas à m'imaginer que cette
crème saisie et coagulée soit de la pierre et la remplace. C'est un
composé, ce n'est rien. Mais le travail est curieux, et les ouvriers
m'intéressent.

Dès sept heures ils commencent à arriver. Ils sont méthodiques, précis
et lents. Chacun sa besogne. Il y a ceux qui gâchent, ceux qui coupent
le fer, ceux qui le tordent et l'assemblent, ceux qui manient la truelle
avec cette souplesse et cette virtuosité de poignet dont nous demeurons
confondus, ceux qui piochent à toute volée, à bout de bras, comme s'il
s'agissait de défoncer un couvercle de coffre-fort, ceux qui, inclinés
en oblique, poussent là grosse brouette, ou qui, pliant sur leurs jambes
nerveuses et nues dans les culottes flottantes de vieux velours aux
inconcevables reflets, raclent et ramassent à larges pelletées les
gravats pour les lancer en paquets dans le tombereau, à la petite place
où ils veulent. Ils poursuivent tous leur tâche avec ordre et sans vaine
fièvre.--«Y a bien le temps!» Et quand est arrivé le moment capital du
repas, à la minute, à la seconde, ils quittent tout! C'est sacré. On
mange. Les uns vont chez le marchand de vins d'à côté. Les autres, les
plus nombreux et les plus sensés, restent dans le chantier pour déjeuner
«sur le tas». Il n'est pas rare de voir apparaître la ménagère qui
apportera à son homme sa portion, dans un panier noir à deux anses dont
l'une est raccommodée avec une ficelle, ou bien dans une serviette.
C'est généralement une pauvre et humble femme, vêtue triste, et nu-tête,
bien calme, bien résignée; la brave femme de l'ouvrier, aux mains
croisées sur un ventre bombé comme un sac de plâtre, et humble,
courageuse, docile, sereine. Elle en a tant vu, et tant enduré, qu'elle
est toujours contente, pourvu que ça n'aille qu'à moitié bien. Elle est
exemplaire et magnifique à contempler quand elle se montre aux environs
de onze heures parmi les tas de pierre et les remparts inachevés de la
maison neuve, de la maison en construction, humide, et qui glace à
quarante pas. Avec la patience du peuple, elle attend que son homme soit
libre et lui fasse signe pour approcher. Et quand il s'avance elle le
rejoint. Lui, s'assied sur des planches, le dos au mur sec de la maison
voisine, au bon endroit qu'il a choisi et qu'éclaire le soleil, quand il
y en a. Elle, reste debout, le couvant du regard, pendant qu'il
s'installe et organise ses commodités. Et tour à tour sont sortis par
elle du panier le morceau de pain gros comme un pavé, la viande froide,
le fromage épais, la haute bouteille de vin noir, pleine jusqu'à toucher
le bouchon. Ces choses précieuses sont étalées et posées par terre, en
cercle, devant le travailleur aux jambes écartées qui a déjà ouvert son
couteau fidèle, et renversé, pour y poser le veau, son large pouce.
Enfin, sous la moustache aux poils gris, pareille à la brosse en balai
du colleur d'affiches, la bouche s'ouvre, et l'homme mange, avec paix et
gravité. Alors seulement, la femme, quelquefois, si elle est bien en
confiance, ose s'asseoir près de lui et semble heureuse. Elle remportera
dans un instant la bouteille vide dans le panier plus léger.

D'autres camarades, qui, sans doute, n'ont point de femmes ou qui,
d'humeur indépendante, n'aiment pas que le sexe s'occupe d'eux, se
rassemblent par petits groupes pour faire la collation. Malins comme des
soldats, ils improvisent des cuisines en plein vent, coupent du menu
bois, allument des feux entre les pierres, accroupis tout autour à la
zouave. Et cette copieuse séance dure une bonne demi-heure, si ce n'est
plus. Après quoi, le travail reprend. Et voilà de nouveau mes hommes
repartis entre les piliers de boue, d'où pointent les tiges de fer...

                                  *
                                 * *

Décidément, s'il me fallait choisir, pour y demeurer, entre les deux
maisons que l'on bâtit sous mes yeux, ce n'est pas dans celle du béton
que j'élirais domicile. Plutôt dans l'autre, dans celle en pierre, qui
me sourit. Sa couleur d'abord, appétissante, blanche, nacrée et jaune à
la fois, sa couleur de chair et de rose-thé ne chagrine pas, semble
faite pour réjouir la lumière. Et puis, cette maison-là est logique,
traditionnelle. Elle est élevée selon les vieilles règles. Comme
autrefois, comme toujours, depuis que la pierre est pierre, les blocs
sont apportés tout taillés, dégrossis et numérotés. On les passe dans
leurs quatre attelles et ils sont hissés un peu de travers, en tournant,
à l'aide de la mécanique imperturbable et sûre que manoeuvrent longtemps,
sans s'impatienter, les deux hommes au torse d'Ixion, comme s'ils
avaient à tirer de l'eau d'un puits très profond!... Seulement, au lieu
de faire monter un seau d'eau fraîche, il s'agit d'envoyer doucement et
d'aller poser, à la hauteur d'un troisième étage, un fétu de 400 kilos.
Quel plaisir on éprouve à voir tous les morceaux de ce jeu
d'architecture se placer et s'ajuster pour ainsi dire d'eux-mêmes, là où
il le faut, les uns au-dessus des autres! La maison a l'air de se bâtir
toute seule comme si les ouvriers n'étaient là que pour surveiller les
pierres, les matériaux, animés d'une vie intelligente. Et cette
impression est si vive qu'il m'arrive chaque matin de m'étonner que la
maison soit au même point que la veille au soir. Je ne serais pas le
moins du monde surpris qu'elle eût continué la nuit, qu'elle eût avancé
par ses propres moyens, même quand les hommes sont partis se coucher.

                                   *
                                  * *

Mes maisons me procurent d'autres pensées, d'une indéfinissable
mélancolie dans leur banalité.

Elles me font songer que j'ai pu voir, que j'ai vu le sol, invisible à
présent et pour combien d'années, où elles ont pris racine, qu'elles
couvrent désormais ainsi qu'un monument funéraire. Elles me font songer
à ceux qui ont vécu sur cet étroit espace, qui sont aujourd'hui Dieu
sait où, dispersés ou morts, à ceux qui viendront demain au même endroit
croire qu'ils s'y fixent dans le repos, et qu'ils y sont à l'abri... Et
ce sont eux qui, très probablement, d'en face, verront à leur tour, à un
moment que je ne sais pas, démolir la maison où je suis, où je me crois
garanti de durer. Où serai-je, moi, ce jour-là?... Déménagé? Ou bien...?

HENRI LAVEDAN.

_(Reproduction et traduction réservées.)_



[Illustration: Les deux mille détenus de la prison de Saint-Quentin (en
Californie) assistant à une représentation de Mme Sarah Bernhardt. Les
condamnés à mort (une douzaine) ont été placés au premier rang devant la
scène.]

SARAH BERNHARDT

CHEZ LES PRISONNIERS CALIFORNIENS

San-Francisco, 22 février 1913.

Les Californiens sont enclins à l'indulgence. La beauté des sites de
leur pays, la douceur du climat, les jardins fleuris qui poétisent leurs
demeures, tout aide à développer chez eux «l'humaine tendresse», comme
disait Montaigne. Ils ont construit pour enfermer ceux qui désobéissent
aux lois une prison où règne le plus grand libéralisme. On cherche en
cet asile confortable à faire oublier aux condamnés leurs rancunes
contre la société et on les entraîne à marcher correctement dans le
droit chemin en attendant la libération ou le pardon. En un mot, ils
sont traités comme des hommes atteints d'une maladie mentale passagère
qu'il importe de guérir, plutôt que comme des individus à tout jamais
incorrigibles. La prison de Saint-Quentin n'est point une geôle, mais un
établissement de relèvement social. Mieux que toute autre institution,
elle montre cet optimisme magnifique des gens du Far-West qui ne doutent
jamais du progrès ou de la renaissance morale, même dans les cas en
apparence désespérés.

Pour la fête de Washington, ce 22 février, les autorités californiennes
avaient demandé à Sarah Bernhardt, en tournée à San-Francisco juste à ce
moment-là, de vouloir bien jouer devant les pensionnaires de
Saint-Quentin. Toujours généreuse, notre grande tragédienne avait
accepté, et elle avait eu l'amabilité de m'inviter à cette excursion
pittoresque. J'avais accepté, comme on pense, avec empressement, car le
spectacle promettait d'être infiniment curieux. Sarah Bernhardt jouant
exclusivement pour deux mille détenus et une douzaine de condamnés à
mort, voilà une manifestation qui valait la peine d'être vue!

                                  *
                                 * *

Nous voilà donc partis en automobile, et, après avoir traversé la baie
sur le _ferry-boat_ de Sansalito, nous filons à toute vitesse vers le
nord dans la direction de Saint-Quentin, laissant derrière nous le
majestueux Tamalpaïs dans les ombres violettes. La prison est située à
vingt kilomètres environ de San-Francisco, sur un cap qu'entourent des
collines aux ondulations harmonieuses. Tout le long de la route se
succèdent de tendres paysages dans lesquels on distingue des villas aux
couleurs gaies, de sveltes bungalows, des auberges aux enseignes
alléchantes, où les Californiens se rendent en promenade les jours de
fête.

[Illustration: Vue d'ensemble de la prison de Saint-Quentin.]

Après de nombreux détours dans la vallée, nous apercevons la maison
d'arrêt. On dirait un vaste château fort gardé par une série de kiosques
surélevés, dans lesquels sont placés des gardiens prêts à fusiller les
fugitifs. Dès que l'on pénètre sur les terrains du pénitencier, cette
impression sévère s'adoucit, car le château fort est entouré de
paisibles jardins potagers, de tennis-courts, de parterres multicolores
et de vertes pelouses. Les premiers prisonniers que nous rencontrons,
rasés de frais, décemment habillés dans leur uniforme de laine blanche à
larges raies noires, ont un air de prospérité qui empêche qu'on ne
s'apitoie par trop sur leur sort.

_La Marseillaise_ retentit. C'est la fanfare des «convicts» qui salue
l'arrivée de Sarah Bernhardt. La musique adoucit les moeurs, et les
détenus, pour oublier les rigueurs de la captivité, ont leur orchestre
comprenant une trentaine d'instrumentistes. Tous les arts, d'ailleurs,
sont représentés à Saint-Quentin...

[Illustration: Un des prisonniers, Abraham Ruef, lisant une adresse de
remerciements à Mme Sarah Bernhardt.]

Dans la cour intérieure, une scène a été improvisée. Le rideau a été
taillé dans une bâche. Devant le théâtre, un espace est réservé aux
membres de la fanfare. Deux mille prisonniers attendent fiévreusement
l'apparition de notre grande artiste. Il y a là des gens de toutes les
nationalités, des Chinois, des Japonais, des mulâtres, des nègres. Les
femmes (on en compte une quarantaine dans la prison) ont été aussi
admises. Les gardiens--munis de la canne et du revolver
réglementaires--encadrent les diverses sections qui ont été amenées dans
un ordre précis. On a placé les condamnés à mort au premier rang, et je
m'installe au milieu d'eux pour mieux juger de leurs impressions. Un
hydroaéroplane, qui nous a suivis depuis San-Francisco, voltige
au-dessus de nos têtes. Mais la foule des prisonniers ne prend pas
beaucoup d'intérêt à ses évolutions. Dans le recueillement, elle attend
la venue de Sarah sur le tréteau de fortune sur lequel il semble que la
Magie surgira tout à l'heure. On a distribué aux spectateurs une
analyse, rédigée en anglais, de la pièce choisie: _Une nuit de Noël sous
la Terreur_, de MM. Maurice Bernhardt et Henri Gain, que vont jouer, aux
côtés de la grande artiste, MM. Lou Tellegen, Deneubourg, Favières,
Terestri, Mlles Seylor et Boulanger.

[Illustration: Après la représentation donnée par Mme Sarah Bernhardt à
la prison de Saint-Quentin (Californie): un délégué des prisonniers
baise la main de la grande artiste.]

                                  *
                                 * *

Quand soudain le rideau se lève, une formidable acclamation retentit.
Sarah, en Marion la vivandière, incarne si bien la générosité et la
vaillance françaises! Un groupe de détenus français (la «colonie»
française de Saint-Quentin!) crie à pleins poumons: «Vive la France!
Vive la France!» Un de mes voisins, un Belge qui a tué sa femme et
l'amant de sa femme, pleure à chaudes larmes, et, tout à coup, il se met
à rire nerveusement et il recommence à pleurer. L'autre est un Grec qui
assassina deux policemen, et il demeure hébété...

Chaque scène se termine au milieu de frénétiques bravos et de
sifflements stridents (aux États-Unis, en effet, le sifflet,
contrairement à notre coutume, marque l'approbation suraiguë des
spectateurs). Les répliques finales des acteurs sont échangées dans un
enthousiasme extraordinaire. Le spectacle achevé, un prisonnier s'avance
sur la scène et remet à Sarah Bernhardt une mélodie qui lui est dédiée
par ses camarades, intitulée: _Par delà le sommet des collines_. Il
lui offre en même temps un bouquet de violettes et prononce, en
français, l'allocution suivante, qui vaut d'être reproduite textuellement:

_A Madame Sarah Bernhardt,
à San Quentin, Californie._

Madame,

Dans cette vie la plupart de nous sont, à l'extérieur aussi bien qu'à
l'intérieur des murs d'une prison, prisonniers, prisonniers au moins de
notre entourage. A de rares intervalles seulement nous est-il donné
d'être absolument libres. Pour ceux qui sont enfermés entre des murs
menaçants, derrière des grilles de fer formidables, ces intervalles
sont, actuellement et à jamais dans l'avenir , vraisemblablement bien
éloignés. Mais, aujourd'hui, pour une petite heure, ces murs de pierre
se sont évanouis. Pour une heure, grâce à votre merveilleuse
personnalité et votre art enchanteur, nous avons été, en âme et en
esprit, dans une liberté parfaite, captifs seulement de ce génie
remarquable et de cette ardeur incomparable qui, à juste titre, vous ont
gagné le nom de «divine». Pour une petite heure nous avons été libres,
et sans contrainte en communion universelle avec l'esprit d'une grandeur
humaine, qui, après tout, est la vraie base de nos croyances à
l'immortalité. Cette grandeur n'a pas été établie pour complètement et à
jamais disparaître. Ce moment de liberté n'est pas, non plus, une
illusion temporaire; le souvenir sera vivant, la mémoire le rappellera
souvent, et son inspiration servira à nous libérer des fardeaux et des
angoisses du jour. Soyez-en persuadée, Madame, cette représentation
particulière sera longtemps rappelée par tous ceux qui ont eu le
privilège d'y assister,--par l'humble aussi bien que par le plus élevé.
La femme, l'actrice, la pièce, toutes, ont fait vibrer les cordes de nos
cours. A la plupart de nous n'a jamais été accordée la distinction de
vous voir ni de goûter les délices de votre art incomparable. Eloignés,
nous vous avons regardée comme la radieuse étoile de l'art dramatique,
couronnée des lauriers d'un succès impérial, à la grâce et au génie de
laquelle les continents se sont volontiers rendus sujets. Les idéals que
nous avions conçus ont été en cette heure plus que confirmés. Nous vous
présentons nos remerciements reconnaissants pour les gloires et les
splendeurs de l'art dont votre gracieuse faveur nous a fait jouir, ainsi
que pour la bienveillance et la générosité qui vous ont induite à donner
un plaisir si vif aux infortunés proscrits et victimes des sorts
changeants de la vie.

Nous apprécions aussi profondément votre choix de la pièce, non
seulement à cause de sa beauté intrinsèque et de l'art qu'elle renferme,
mais aussi parce qu'elle exalte, par ses élans puissants, une humanité,
et la solidarité des âmes, qui ne connaissent aucunes bornes, ni de
parti, de factions, ou de politique. De plus, nous vous remercions
particulièrement que vous ayez jugé à propos de nous présenter une oeuvre
du génie de votre fils. En ce choix, nous voyons non seulement votre
témoignage de l'amour et des pensées d'une mère, mais aussi en toute
probabilité la réflexion dans votre coeur que nous aussi avons des mères
qui nous chérissent, à qui notre amour se porte, et dans les coeurs
desquelles nous avons été une espérance et un orgueil. Nous souhaitons,
et pour vous et pour lui, beaucoup d'années de joie et contentement
mutuels.

Nous prions aussi, Madame, par votre intermédiaire, d'exprimer à vos
artistes et à votre gérance, notre chaleureuse appréciation de leur
bonté et de leur talent. Et quand, dans l'avenir, vos pensées se
porteront vers ce pays du soleil couchant, pour nous aujourd'hui si
brillant par votre bonne volonté, nous espérons que ces quelques paroles
d'admiration sincère et de reconnaissance serviront à vous rappeler
cette heure, peut-être de toutes en votre vaste expérience, la plus
étrange et la plus frappante,--une heure dans un entourage sévère et
même repoussant, oublié par nous pour le moment grâce à votre
personnalité,--une heure dans laquelle vous avez rendu cette multitude
de malheureux, plus heureux, adouci les lignes de leurs vies et rendu
leurs cours plus légers, par votre présence dans notre milieu
aujourd'hui.

De la part de

TOUS LES PRISONNIERS.

San Quentin, Californie, ce 22 février 1913.

Ce discours est l'oeuvre d'Abraham Ruef, un fils d'Alsacien--qui parle
très couramment notre langue et qui ne manque pas de littérature, comme
on voit, malgré les nombreux anglicismes dont il use. Ruef est célèbre
sur toute la côte du Pacifique. Il fut un temps où le maire Schmidt
«socialisait» à sa manière les finances de San-Francisco avec l'aide de
Ruef, «boss» tout-puissant. Condamné pour concussion, ce dernier est
interné à Saint-Quentin pour une douzaine d'années encore, à moins qu'on
ne lui rende la liberté sur parole, système appliqué en faveur des
repentis. Ruef est le personnage le plus en vedette de la prison. Dans
la «salle» se trouvaient aussi les fameux frères MacNamara, qui firent
sauter à la dynamite l'hôtel du _Los Angeles Times_, voici deux ans, et
causèrent la mort de vingt-deux linotypistes. Ce fut l'un des épisodes
les plus cruels de cette guerre acharnée que se livrent aux États-Unis
syndicalistes et anti-syndicalistes.

L'orateur qui avait lu le compliment de circonstance, après lui en avoir
remis le texte, soigneusement calligraphié par lui-même, demanda à Sarah
Bernhardt de lui baiser la main. Elle acquiesça gentiment, et une
indescriptible ovation la remercia de ce geste. Sur cet incident se
termina cette peu banale manifestation.

                                   *
                                  * *

Ayant regagné son auto, la grande tragédienne, heureuse d'avoir apporté
de la joie à ce monde bizarre de prisonniers, me confia que c'était là
une des aventures les plus étonnantes de sa vie de comédienne:

--J'ai éprouvé une sensation inouïe, me dit-elle, en voyant fixés sur
moi avec un éclat étrange ces milliers d'yeux dont beaucoup ne verront
plus la lumière de la liberté et dont certains seront avant peu
obscurcis par la mort. Si vous saviez comme c'est bon d'avoir pu donner
un peu d'illusion à ces gens pendant quelques instants! Il faudra que je
note cela dans mes Mémoires...

La relation que Sarah Bernhardt écrira elle-même de son voyage à
Saint-Quentin sera sans aucun doute l'un des chapitres les plus
émouvants de son autobiographie. Elle la complète à ses moments perdus,
et il faut souhaiter qu'elle la livre bientôt au public pour qu'on y
lise le récit de cette journée si originale du 22 février passée parmi
les prisonniers californiens de Saint-Quentin.

FRANÇOIS DE TESSAN.



[Illustration: Le cortège des étudiants, se rendant place de la
Concorde, passe rue de Rivoli devant, la statue de Jeanne d'Arc.]

[Illustration: UNE MANIFESTATION PATRIOTIQUE DE LA JEUNESSE DES
ÉCOLES.--Le défilé devant la statue de Strasbourg.]

Dans l'après-midi de dimanche dernier, la manifestation traditionnelle
de la jeunesse des écoles à la statue de Strasbourg a eu lieu au milieu
d'une affluence exceptionnelle et avec un calme, une piété silencieuse,
qui lui ont donné un aspect impressionnant. Les étudiants avaient on
effet résolu de conserver à cette manifestation, d'où devait être exclu
tout geste politique, un caractère exclusivement patriotique et
national. Lorsque, à deux heures, le cortège se forma sur la place de la
Sorbonne, les étudiants étaient au nombre de trois à quatre mille. L'un
d'eux, en tête, portait un grand drapeau tricolore cravaté de crêpe.
Puis venaient les délégués des diverses organisations, républicaine,
jeune-républicaine, plébiscitaire, nationaliste, et des universités de
province, notamment de Bordeaux. Huit étudiants suivaient, porteurs de
deux grandes couronnes endeuillées de crêpe et coupées par un large
ruban tricolore. Derrière, marchait la foule des élèves ou des aspirants
aux écoles militaires, le bonnet de police sur l'oreille, et des
étudiants des diverses facultés avec leurs bérets aux couleurs
distinctives. La longue colonne gagna, par la rue de Rivoli, en saluant
la statue de Jeanne d'Arc, la place de la Concorde. Les couronnes et le
drapeau furent déposés sur le socle de la statue de Strasbourg, devant
laquelle les jeunes gens défilèrent ensuite, pieusement recueillis.



LE TRICENTENAIRE DES ROMANOF

Il y a encore, en Russie, du loyalisme pour le trône, un loyalisme
ardent et mystique, un loyalisme populaire des faubourgs des villes et
des immensités rurales, qui a donné, ces derniers jours, à l'occasion du
tricentenaire des Romanof, à côté du loyalisme officiel, militaire,
aristocratique ou bourgeois, sa mesure éloquente et profonde.

Les fêtes de ce Jubilé exceptionnel ont commencé le 6 mars, au milieu de
l'enthousiasme national et dans une sorte d'extase religieuse, car, seul
maintenant en Europe où le sultan ne compte plus guère, le monarque
russe, chef d'Église, à la fois empereur et pape, conserve un caractère
sacré.

Le 6 mars donc, il y a eu exactement trois cents ans que le
Zemski-Sobor, ou assemblée nationale russe, offrit, après une longue
période d'anarchie, la couronne à Michel Feodorovitch Romanof, fondateur
de la dynastie qui s'est perpétuée sur le trône et dont certains
membres, illustres parmi les illustres, ont assuré la grandeur de
l'empire et la magnifique expansion de la puissance russe.

En l'honneur de ces commémorations historiques, le tsar Nicolas a
d'abord publié un ukase d'amnistie, impatiemment attendu, car le
précédent décret de pardon datait de la naissance du prince héritier,
c'est-à-dire de 1904. Un grand nombre de délits, et particulièrement de
délits politiques commis depuis cette époque, se sont donc trouvés
effacés, et quelques nobles exilés pourront dès maintenant rentrer
impunément dans leur patrie. Les condamnés à mort ont vu commuer leur
peine en vingt ans de travaux forcés et les prisons de Saint-Pétersbourg
ont, d'un coup, libéré trois cents détenus. Dix millions ont été
accordés à la Finlande pour l'amélioration de ses établissements
d'assistance et 50 millions de roubles ont été donnés à la population
rurale sur le produit de la vente des terres de l'empereur.

Toutes ces mesures, très heureuses, très opportunes, ont produit, sur
les masses si profondément attachées d'ailleurs à la dynastie, la plus
heureuse impression, et la communion entre le souverain et le peuple, au
cours de ces grandioses journées, n'en a été que plus étroite.

Des _Te Deum_ et des services d'actions de grâces ont été célébrés, le 6
mars, dans les cathédrales de Saint-Pétersbourg, de Moscou et de Kief
comme dans les plus humbles chapelles et dans toutes les églises de
Russie à la même heure, pendant le service divin, fut lu un manifeste
impérial faisant ressortir les efforts successifs des tsars et des plus
éminents parmi leurs sujets pour réaliser la prospérité actuelle,
économique, militaire et intellectuelle de l'empire russe.

[Illustration: Le cortège quitte le Palais d'hiver pour se rendre à la
cathédrale de Kazan: le tsar et le tsarévitch sont en simple voiture
découverte; les impératrices suivent en carrosse de gala.]

A Saint-Pétersbourg, le tsar et le grand-duc héritier, qu'on était ému
et joyeux de voir reparaître en public dans une voiture découverte, la
tsarine, l'impératrice douairière et toute la famille impériale se
rendirent à la cathédrale, en grand gala, pour assister au service
d'actions de grâces. Et ce fut sur le passage du cortège impérial, dans
les rues où stationnait une foule énorme, un véritable délire populaire.
La circulation des voitures était partout complètement interrompue. Les
monuments étaient richement décorés et les ponts tellement transformés
par leur parure qu'ils semblaient reconstruits. Aux fenêtres, aux
balcons, c'étaient des milliers d'oriflammes aux couleurs nationales et
impériales, avec partout les blasons des Romanof. Des maisons
disparaissaient entièrement sous les draperies. La perspective Newsky
était tout entière décorée dans le style empire. Le soir,
Saint-Pétersbourg s'illumina de millions de lampes électriques; des
scènes d'histoire s'évoquèrent sur des transparents lumineux et des
cortèges de patriotes parcoururent les avenues en chantant des hymnes
nationaux et en portant des portraits de l'empereur.

Le lendemain, à 4 heures, il y eut au Palais d'hiver, autour duquel
continuait de se presser la foule, une grande réception impériale dans
la salle de Malachite. Là se trouvaient réunis tous les grands corps de
l'État, avec de hauts dignitaires religieux d'Orient unis au tsar par le
lien orthodoxe, le patriarche d'Antioche, le métropolite de Serbie. Là
encore, on put voir, avec leur suite asiatique, des princes vassaux de
la Russie, l'émir de Boukhara, le khan de Khiva, et aussi des délégués
mongols.

La famille impériale au grand complet vint recevoir tous ces hommages,
le tsar et le tsarévitch portant l'uniforme des chasseurs de la garde
avec le grand cordon de Saint-André. Et le président de la Douma, M.
Rodsianko, lorsque ce fut son tour de haranguer le souverain, employa le
tutoiement des heures historiques. Son discours débutait ainsi:
«Puissant empereur, ta sollicitude pour le peuple est grande...»

Le 10 mars, les délégations des paysans ont été reçues au palais et le
tsar leur fit un accueil émouvant, embrassant les chefs de ces
délégations qui furent retenues à dîner.

Cependant que, dans tout l'empire, l'affluence joyeuse et enthousiaste
aux revues, aux illuminations, aux spectacles, témoignait 'que la fête
de la dynastie demeurait bien la fête nationale, et que c'est encore et
toujours la _Vie pour le Tsar_ qui se joue sur la grande scène
populaire.

[Illustration: Sur le trajet, entre le Palais d'hiver et la Cathédrale
de Kazan.--La foule est nombreuse derrière la haie de soldats, mais
toutes les fenêtres sont fermées par mesure de police.]

[Illustration: Devant la cathédrale de Kazan pendant la célébration de
l'office divin en présence de la famille impériale.]

LA CÉLÉBRATION DU TRICENTENAIRE DE LA DYNASTIE DES ROMANOF, A
SAINT-PÉTERSBOURG.

_Photographie C. O. Bulla._

LE TRICENTENAIRE DE LA DYNASTIE DES ROMANOF Le tsar Nicolas II et le
tsarévitch Alexis quittent la cathédrale de Kazan après la cérémonie
religieuse du 6 mars (21 février du calendrier russe). _Phot. A. Otzoup,
photographe de la Cour.--Voir!'article aux pages précédentes._



[Illustration: Les contrastes de Pékin: l'antique chaise à porteurs et
la «reine bicyclette».]

UN MOIS A PÉKIN

VI.--LE PROGRÈS CONTRE LE PASSÉ

20 juin.

Je vous ai déjà dit que les chaises à porteurs avaient presque
complètement disparu de Pékin. J'en ai pourtant rencontré ces jours-ci
une, bien amusante, et très ancien régime. Portée par deux mules, elle
longeait paisiblement la muraille de la ville impériale par-dessus
laquelle un pavillon en ruines dressait, au milieu de la verdure, son
toit aux tuiles d'or mélangées d'herbes folles. Un serviteur à pied
menait par la bride la mule de tête tandis qu'un autre, à cheval,
fermait la marche. Le propriétaire, qui devait être quelque rural aisé
des environs, accroupi dans l'étroite caisse, fumait sa pipe, très
dignement.

Rien d'européen dans ce coin désert, pas un poteau télégraphique en vue;
on aurait pu se croire dans le Pékin du temps de Kang Hi.

Comme je m'extasiais, un cycliste en robe lilas, très jeune Chine,
coiffé d'un élégant canotier et chaussé de bottines jaunes, dépassa
soudain à toute pédale l'antique équipage. Ce fut pour moi, durant une
seconde, une saisissante vision résumant l'état actuel du vieil empire.
Et, vraiment, la bicyclette et son cycliste étaient en ce lieu quelque
chose de choquant et de déplacé; je ressentis une impression analogue à
celle que j'éprouve devant une belle chaumière ou un joli coin de
paysage de chez nous souillé par quelque révoltant panneau-réclame.

[Illustration: Le mandarin d'aujourd'hui et son escorte à
l'occidentale.]

Comme pendant à ce croquis en voici un qui vous donnera l'aspect d'un
autre Pékin, celui que les révolutionnaires sont en train de nous
fabriquer.

C'est à l'arrivée du train de Tien Tsin, un jour de pluie, un mandarin
nouveau style qui vient de débarquer. Il est monté dans son coupé dont
les glaces sont remplacées par des persiennes aux lames rabattues. Sur
les dalles de marbre disloquées, la voiture file en cahotant avec fracas
vers la ville chinoise. Montés sur des bidets mongols assez laids, des
cavaliers l'escortent; ils sont armés de carabines à répétition et vêtus
de toile kaki avec, aux manches, des galons de grade en coton blanc;
comme coiffures des canotiers et des panamas. Ce sont les satellites
particuliers du moderne _Ta jen_ qui, lui, est en veston et chapeau de
paille.

Dans ce tableau tout se tient: la vilaine gare, la rangée des boutiques
récemment déposées le long du mur de Tien Men, les poteaux pour
l'éclairage, le télégraphe et le téléphone, constituent un cadre bien
digne de ce cortège et du Progrès qu'il représente.

... A l'occasion du jour de naissance du roi George, il y a eu, l'autre
jour, revue solennelle sur le glacis anglais, réception à la légation et
dîner de gala à l'Hôtel des Wagons-Lits. Le manager s'était assuré le
concours de la musique des «Somerset» qu'on a fait, à grands frais,
venir de Tien Tsin. Depuis huit jours, l'événement était annoncé par la
voie de la presse et par des prospectus invitant les amateurs à retenir
leurs tables le plus tôt possible. Tout Pékin-Légations répondit à cet
appel; la vaste salle à manger était débordante de dîneurs sur lesquels
la «band» déversait de copieux et assourdissants flots d'harmonie. Ce
fut, ensuite, une soirée dansante fort animée. Tout ce que le corps
international d'occupation compte d'officiers, jeunes ou mûrs, fervents
de la valse ou du tango, s'était mobilisé pour assurer le service
chorégraphique et les danseuses ne chômèrent point. La seule chose
regrettable, à mon gré, fut l'absence complète d'uniformes: rien que des
habits, des smokings blancs ou noirs et des «Eton», ce drôle de petit
veston de pâtissier, pas plus long que le gilet, si dangereux à porter
parce que facilement ridicule. Tout le corps diplomatique était présent,
nombreuses les élégantes, dont quelques-unes très jolies et très
entourées. On remarquait même deux couples _Jeunes Chinois_ très dans le
train: les maris en parfaits gentlemen et les dames en combinaison, si
j'ose dire, moitié chinoise, moitié je ne sais quoi, avec des coiffures
ni l'un ni l'autre et des lunettes d'or. L'une d'elles, m'a-t-on dit,
est suffragette, et s'est faite, à Pékin, l'apôtre des droits civiques
de la femme. Déjà!

Enfin, cette soirée aurait été tout à fait charmante si elle n'avait eu
pour principal résultat de m'empêcher de dormir jusqu'à une heure fort
avancée de la nuit.

LES BONS DOMESTIQUES

De temps en temps, un des nombreux boys qui servent à table se fait
couper la natte; ils sont bien une cinquantaine dont la moitié est
encore fidèle à la vieille coiffure nationale; de la moitié moderniste,
les uns se sont fait raser complètement la tête et attendent que tout
repousse à la fois; les autres ont conservé une certaine longueur de
leur tresse dont ils se servent pour recouvrir la partie rasée de leur
crâne jusqu'à ce qu'elle soit, elle aussi, garnie de cheveux; ce qui
leur fait de drôles de figures. Ils n'ont pas encore la veste et le
tablier de nos garçons de café: ils attendent probablement que la
République soit mieux assise pour lui témoigner leur indéfectible
attachement en dépouillant la livrée du régime déchu. Ils portent la
longue robe de toile bleue, fendue sur le côté, bordée d'un mince galon
blanc au col et aux poignets, recouvrant le caleçon blanc serré aux
chevilles. Leurs pieds chaussés de pantoufles feutrées, légèrement
retroussées du bout, glissent, empressés et silencieux, sur les parquets
et les tapis, autour des tables et dans les couloirs.

Les Chinois sont très observateurs, dit-on. Chez les boys d'hôtel, cette
faculté est précieuse, car les quelques mots européens qu'ils écorchent
en les disant, ou entendent de travers, ne seraient pas suffisants pour
se faire servir même approximativement. Ils s'intéressent à leurs
clients, et, pour peu qu'on soit livré pendant quelques jours aux bons
soins du même boy, il arrive à connaître vos habitudes et semble
éprouver une vraie satisfaction à prévenir vos désirs; c'est peut-être
tout simplement la gloriole d'avoir fait preuve d'intelligence.

Dernièrement, je voulais obtenir du mien une carotte crue dont j'avais
besoin pour humecter un peu ma provision de tabac que la chaleur avait
rendu sec comme un coup de trique. J'essayai vainement de me faire
comprendre en français; en anglais, je ne fus pas plus heureux, le mot
se prononçant exactement de la même façon, sauf qu'il y a deux r en
anglais et pas d'e muet. Enfin, je me décidai à faire un dessin et, pour
plus de précision, je coloriai en rouge et en vert le légume et son
feuillage. Mon boy, ravi, partit en courant et me rapporta un radis.
J'avoue qu'à ce moment j'ai douté de mon talent. Il faut vous dire qu'à
l'École des Beaux-Arts on ne m'a jamais appris à dessiner une carotte.
Dieu sait, pourtant, la quantité de navets que nous devons à
l'enseignement officiel! Il faut vous dire aussi que les radis, à Pékin,
sont énormes et de forme très allongée; cette circonstance, jointe à
l'étrangeté de ma demande, excusait donc l'erreur du boy. Devant mon
geste de refus découragé, le Chinois s'en fut chercher, derrière la
porte, la carotte demandée dont il s'était muni, à tout hasard, pour le
cas où le radis n'aurait pas fait mon affaire. Alors j'ai repris
confiance en moi-même, et le boy, enchanté et fier de sa perspicacité,
est allé raconter à ses camarades qu'il avait un drôle de client, qui
mangeait des carottes crues entre ses repas.

Car les Chinois sont très portés à l'exagération.

Les domestiques indigènes font le désespoir des maîtresses de maison.
Les Européennes de toutes nations sont unanimes à déclarer qu'il est
aussi impossible de se soustraire à leurs malices, à leurs fantaisies, à
leurs gaspillages, que de les empêcher de voler.

Le vol domestique est une institution officielle dont le fonctionnement
a été expliqué bien des fois par les auteurs qui ont écrit sur la Chine.
C'est, en grand et en très perfectionné, le sou du franc de nos
cuisinières, et cela prouve, une fois de plus, que les Chinois avaient
tout découvert avant nous. L'anse du panier dansait dans l'Empire du
Milieu bien avant que les paniers fussent inventés à Paris.

[Illustration: LA VIE MONDAINE A PÉKIN,--Une soirée à l'Hôtel des
Wagons-Lits.]

C'est comme le syndicalisme: les principes en sont appliqués ici dans
toute leur rigueur et avec la discipline la plus inflexible. Un boy qui
se considère comme injustement congédié entraîne avec lui tous ses
camarades, et la maison est mise à l'index. Impossible de trouver
d'autres serviteurs tant que l'injustice n'est pas réparée. Il est
arrivé qu'un malheureux ménage, nouveau venu, abandonné par ses
domestiques à la suite d'une histoire de ce genre et dans
l'impossibilité absolue d'en recruter d'autres, alla prendre ses repas
chez un ami compatissant. Le premier jour, tout alla bien: le mari
disait: «Il faut montrer de la fermeté, ne pas céder devant ces
exigences intolérables, le prestige européen est en cause, etc.» Le
second jour, le cuisinier en chef de l'ami hospitalier vint trouver son
maître et lui demanda si le ménage Un Tel viendrait encore déjeuner et
dîner. Le maître, quelque peu suffoqué, voulut bien, toutefois, car il
cuisinait fort bien, répondre affirmativement à son serviteur, non sans
lui demander de quoi il se mêlait et pourquoi il lui posait cette
question. Le chef lui déclara alors que M. et Mme Un Tel ayant été
boycottés par leur personnel, il était de son devoir à lui et à ses
collègues de quitter le service de Monsieur si les victimes de
l'interdiction syndicale parvenaient à se soustraire à ses effets en
prenant pension chez Monsieur. Une invitation, de temps en temps, passe
encore, mais tous les jours, jamais! Monsieur, qui était gourmand,
hésita entre le coeur et l'estomac: celui-ci l'emporta, comme toujours.
M. et Mme Un Tel, bien chapitrés, se rendirent à discrétion et reprirent
leur boy, dont ils n'eurent, du reste, pas à se plaindre plus que de
raison par la suite.

Et voilà qui pourrait expliquer l'origine du mot _boycotter_. Encore une
invention chinoise!

La jeune femme, un jour que la note avait été majorée plus que de
coutume, voulut encore protester et décida de faire elle-même ses
provisions. Vains efforts! Le tout fut cuit et préparé de si belle sorte
que rien n'était mangeable. Il fallut céder de nouveau.

[Illustration: UNE DES SORTIES DE PÉKIN: NAN SI HEU, LA PORTE DU
SUD-OUEST. Dessin de L. Sabattier.]

On me conte une autre anecdote, qui montre combien ces procédés sont
considérés comme une chose toute naturelle par les Chinois. Le
sous-directeur d'une banque ou d'une société quelconque fut appelé à
remplacer pour quelque temps son chef, qui partait en congé: le jour
même où il prit, par intérim, la direction de la maison, le prix des
poulets et du reste augmenta chez lui dans de notables proportions;
étonnement, questions auxquelles le chef cuisinier répondit simplement
que Monsieur était directeur, maintenant, et qu'il devait payer plus
cher, étant plus fortement appointé. Il fallut lui expliquer et lui
prouver que, si Monsieur remplissait les fonctions de directeur, ce
n'était que provisoirement et que ses appointements restaient les mêmes.
Ces raisons furent jugées bonnes et les denrées revinrent à leurs prix
ordinaires.

Il est des forces contre lesquelles on ne lutte pas.

Des anecdotes de toute sorte, on vous en raconte par centaines; il en
est qu'on entend plusieurs fois, avec des variantes, mais l'aventure est
régulièrement arrivée à la personne qui vous la narre.

                                  *
                                 * *

Un défaut commun à beaucoup de coloniaux et que je retrouve ici, chez
quelques jeunes débarqués--heureusement fort rares--a le don de
m'exaspérer: c'est celui qui consiste à traiter en êtres inférieurs les
habitants du pays où l'Européen est arrivé en intrus ou en conquérant,
avec des canons et des fusils, et à ne vouloir connaître que les coups
comme forme de discussion. Si ce raisonnement était juste, il faudrait
admettre la réciproque et ne pas crier quand l'être inférieur se
rebiffe, ou, alors, s'il est dans l'impossibilité de répondre, c'est de
la lâcheté.

Rien ne m'est plus pénible que de voir un blanc, un Européen, un
Français, frapper, même légèrement, un pousse-pousse pour le faire aller
plus vite.

Je répète que le cas est très rare et que ce sont les tout jeunes gens
irréfléchis qui se livrent à ces actes de brutalité qui ont, en outre,
l'inconvénient d'être impolitiques au plus haut point. De petites causes
peuvent produire un effet désastreux et la violence d'un isolé peut
avoir des conséquences incalculables pour la communauté.

LA COLONIE FRANÇAISE A PÉKIN

La légation de France, reconstruite, comme la plupart des autres, après
les événements de 1900, est, si on la compare à ses voisines qui lui
servent de repoussoir, d'une grande sobriété de lignes. Son auteur
n'avait pas encore inventé le style Fallières. Par un hasard
inconcevable, elle est la seule dont l'entrée soit agrémentée de tas de
cailloux, destinés à l'entretien de la rue. Et ces cailloux doivent être
là depuis longtemps, car, à mon arrivée, il y a un mois, une végétation
assez luxuriante les ornait déjà.

C'est un coin bien parisien, et les jeunes attachés, en passant devant
cet encombrement provisoire, peuvent rêver du Boulevard qu'ils viennent
de quitter.

[Illustration: M. P. de Margerie, ministre de France, Actuellement
directeur adjoint des affaires politiques au ministère des Affaires
étrangères.]

Notre sympathique ministre, M. de Margerie, n'assistera pas à la mise en
oeuvre de ces matériaux, car, appelé à un poste important au ministère
des Affaires étrangères, il quitte Pékin dans quelques jours, au grand
regret de tous les Français, des Européens et aussi des Chinois, qui
avaient pu apprécier son caractère à la fois ferme et conciliant, sa
droiture et son exquise urbanité.

En attendant l'arrivée de son successeur, la légation sera gérée par le
premier secrétaire, M. F. Georges-Picot, fils de l'illustre économiste,
membre de l'Institut.

M. Georges-Picot, qui fut déjà chargé d'affaires lors du départ du
prédécesseur de M. de Margerie, est la distinction et l'aménité mêmes,
ce qui n'exclut pas, chez lui, la volonté et la force de caractère.
C'est une belle et fine figure de diplomate, et je le vois très bien
dessiné par Ingres, en habit à haut collet, culotte et bas de soie.

[Illustration: M. Georges-Picot, premier secrétaire de la légation de
France.]

Le personnel diplomatique français est complété par MM. Blanchet,
consul, premier interprète, sinologue érudit et pratiquant, travailleur
acharné, que ses occupations très absorbantes n'empêchent pas d'être
aimable et accueillant, Viennent ensuite les jeunes et sympathiques
attachés, MM. Valentin, Rhein et Dozon, qui font ici leurs _premières
armes_ dans la diplomatie. Et ce terme de premières armes pourrait bien,
avant peu, ne plus être pris au figuré si les affaires continuent à ne
pas s'arranger mieux. Mais les campagnes, c'est de l'avancement, et puis
ça compte toujours pour la retraite.

M. de Margerie, qui est le beau-frère de Rostand, a pour secrétaire
particulier son neveu, M. Gérard Mante, jeune, fougueux, sportif et
charmant, le plus agréable compagnon d'excursion qui se puisse voir.

L'élément militaire est représenté par le commandant Vaudeseal, le
médecin-major de première classe Hazard, le capitaine Collardet, breveté
d'état-major, attaché militaire, le capitaine Renaud, les lieutenants
Marquer, Delafond, Ménigoz, Klepper, Grovalet et l'aide-major Guy, qui
ont, presque tous, déjà vu le feu, soit ici, soit au Tonkin ou en
Afrique, et qui sont prêts à faire leur devoir, vaillamment et gaiement,
à la française, dès que l'occasion s'en représentera.

Mmes de Margerie et Georges-Picot étant, depuis quelque temps, rentrées
à Paris, la partie féminine des habitants de la légation de France se
trouvait réduite, ces jours derniers, à la toute gracieuse Mme
Collardet, qui, à son tour, vient de quitter Pékin pour aller, avec ses
enfants, passer les mois de grosse chaleur à Chan Haï Kouan, au bord de
la mer, dans une pagode transformée en maison de campagne.

Chan Haï Kouan, à douze heures de chemin de fer de Pékin, est le
Trouville du Tché Li; c'est là que la Grande Muraille vient aboutir à la
mer. Les résidants qui peuvent quitter la capitale pendant quelques
semaines y vont, à la chaude saison (41° à l'ombre aujourd'hui) se
reposer et respirer autre chose que de la poussière. Ceux que leurs
occupations retiennent à la ville y envoient leurs femmes et leurs
enfants; le vendredi ou le samedi ils prennent le train des maris et
reviennent, le lundi, à leurs bureaux. Quelques-uns, plus fortunés ou
jouissant de plus de loisirs, vont passer l'été au Japon.

Au bord de la mer, comme à Tien Tsin ou à Pékin, les distractions
mondaines tiennent une large place dans l'existence de la population
européenne.

[Illustration: L'entrée de la légation de France.]

[Illustration: Pékin sportif: le tennis à l'«International Club».]

Les visites, les thés, les dîners, les réceptions, le cheval, l'escrime,
le tennis, le bridge, les courses et les réunions sportives, sans
oublier la chasse et les excursions, sévissent, dans toute l'étendue de
l'extraordinaire garnison internationale, avec autant d'intensité et
d'entrain que dans nos villes d'eaux les plus fréquentées. Il ne manque
ici que le théâtre,--cela pour ceux dont le théâtre est la grande
distraction.

Pour ma part, je ne me suis jamais tant _habillé_, et vous savez si
c'est mon genre! Mais je compte cette sujétion au nombre des
inconvénients du voyage, avec la poussière, la nourriture d'hôtel et le
change des monnaies.

Je n'ai pu, faute de temps, me mettre en relations avec tous les
Français de Pékin, et je le regrette vivement, ceux que j'ai pu
connaître m'ayant fait bien augurer des autres et m'en ayant dit
beaucoup de bien. Je vous citerai pourtant les noms de MM. Cazenave,
ancien ministre plénipotentiaire, directeur de la Banque de
l'Indo-Chine, Piry, directeur, et Roux-Lacordaire, sous-directeur des
postes chinoises, Millorat, directeur du chemin de fer du Chan Si,
Delon, de la poste française, vieux Parisien, quoique méridional, de
Rotrou, inspecteur du Chemin de fer Pékin-Hankeou, Redelsperger, etc.

Je m'en voudrais d'oublier dans cette rapide énumération deux jeunes
gens de passage ici, deux Français de la bonne espèce, comme on aime à
en rencontrer en pays étrangers où ils sont de vivants et sains
échantillons de notre race bien portante de corps et d'esprit.

L'un, M. F. Bernot, agrégé de l'Université, est titulaire d'une bourse
de voyage qui lui permet de faire, en deux ans, le tour du monde à son
gré, à sa fantaisie, sans obligations, sans programme si ce n'est
celui-ci: «Regarde, compare, instruis-toi.» Voilà qui est autrement
compris que notre prix de Rome, si suranné. M. Bernot est arrivé à Pékin
quelque temps avant les troubles de février dernier. Il a assisté à
quelques nuits tragiques, à des journées mouvementées, ce qui ne l'a pas
empêché d'être, comme tant d'autres, séduit par ce pays, et il y est
encore.

L'autre, M. L. Aurousseau, est lauréat de l'École des Langues orientales
et pensionnaire de l'École française d'Extrême-Orient à Hanoï. Il est
chargé de rechercher, en Chine, pour la bibliothèque de ce dernier
établissement, des ouvrages et des manuscrits, des éditions rares, des
textes anciens. C'est un digne émule de Pelliot: il en a la science,
l'ardeur et le courage: le succès viendra.

LE CHAPITRE DES TOILETTES

La très importante question des toilettes prend des proportions
insoupçonnées pour mesdames les résidantes. Elles sont obligées d'avoir
recours à toutes sortes de combinaisons pour recevoir de Paris leurs
robes et leurs chapeaux avant qu'ils soient démodés. La France, on ne
sait pourquoi, est le seul pays d'Europe qui n'expédie pas ses colis
postaux en Extrême-Orient par le Transsibérien. Ce service se fait par
mer. La durée du voyage étant de quarante jours environ, de Marseille à
Pékin, au lieu de treize que met le chemin de fer, vous pouvez vous
rendre compte de ce que doit souffrir, ici, une pauvre élégante
attendant un envoi de sa couturière ou de sa modiste. Considérez qu'une
lettre met, par la Sibérie, quinze jours pour aller du quartier des
Légations à la rue de la Paix; admettez que la commande soit claire et
ne donne lieu à aucune méprise; supposez qu'il n'y ait aucun retard et
que le travail soit fait en huit jours; il faut aussi que l'expédition
coïncide avec le départ d'un paquebot (ce qui peut faire une différence
de quelques jours); ajoutez les quarante jours de mer; cela donne, en
mettant les choses au mieux, deux bons mois pendant lesquels tout peut
avoir été bouleversé dans la mode.

C'est là un douloureux problème que quelques maisons de commerce
essaient de résoudre en adressant le précieux colis à leur correspondant
de Berlin ou de Moscou qui se chargera de le réexpédier en Chine par ce
Transsibérien interdit aux postaux français. Mais c'est encore une perte
de temps considérable et, pour peu que la malechance s'en mêle, il peut
arriver que ce soit aussi long que par le bateau, et même plus.

Pour une légère robe de soirée, le meilleur moyen est encore de se la
faire envoyer sous enveloppe affranchie comme lettre recommandée,--via
Sibérie. On a droit à un kilogramme. Au besoin on peut diviser l'objet
en deux parties qu'on rajustera facilement à la réception. Du reste,
aujourd'hui, il ne doit pas y avoir beaucoup de robes--de robes du soir,
surtout--qui pèsent un kilo. Pour les chapeaux, le moyen est absolument
impraticable, car, bien qu'il n'y ait pas de limites comme dimensions,
la poste refuserait un pli n'ayant pas, au moins vaguement, la forme et
l'aspect d'une lettre.

Vous le voyez, tout n'est pas rose pour ces malheureuses femmes.
L'arrivée d'une voyageuse élégante est toujours, pour, elles, un
événement considérable et d'un passionnant intérêt. Les moindres détails
de la toilette nouvellement débarquée sont aussitôt, de leur part,
l'objet d'un examen minutieux et approfondi; rien ne leur échappe, en ce
fiévreux inventaire, des plus légers changements survenus dans la coupe
d'un revers, la hauteur d'une martingale, la façon de ne pas boutonner
un gant, de nouer et d'épingler la voilette, dans les mille petites
particularités, enfin, de l'équipement féminin sur quoi les moniteurs
illustrés de la Mode fugace ne donnent, pour ne pas se compromettre, que
de rares et vagues renseignements.

A la suite de ces constatations on peut souvent, par des moyens de
fortune, faire subir à une toilette de rapides transformations qui
permettront de ne pas avoir l'air trop en retard sur la nouvelle venue.
Pensez donc que, si le sac à main, par exemple, venait à être supprimé,
ou les fleurs sur les chapeaux rétablies, on ne le saurait, ici, que
quinze jours plus tard, à moins qu'une amie véritable ne vous en
prévienne par un télégramme à cent sous le mot.

Les plus sportives parmi les résidantes font, à cheval, des promenades
aux environs; mais il faut être vraiment passionné d'équitation, car je
ne connais rien d'abominable comme les routes de ce pays. Que ce soit à
l'intérieur de la ville ou dans la campagne, c'est la poussière--et
quelle poussière!--ou la boue,--et quelle boue! Il est vrai que, hors de
l'enceinte, les chemins sont très peu fréquentés et qu'on laisse
derrière soi sa propre poussière; mais, rien que pour sortir de Pékin,
il faut faire 4 ou 5 kilomètres au milieu de la cohue, dans le suffocant
et malodorant nuage jaune soulevé par les charrettes, les pousse-pousse,
les piétons, les ânes, les chevaux, les mulets et les chameaux.

Quand le vent s'en mêle, il n'y a qu'à rester chez soi.

Aussi le tennis est-il le sport le plus apprécié. Il compte de très
nombreux fervents, parmi lesquels jusqu'à des Chinois et des Chinoises,
épris de modernisme. Dans les différents clubs de Pékin, les parties
quotidiennes sont très animées. Autour des joueurs on prend le thé et
l'on bavarde pendant qu'un orchestre chinois des plus européanisés fait
entendre, aux jours de réceptions, des danses américaines ou des airs de
café-concert allemand.

DERNIÈRES HEURES DE PÉKIN

22 juin.

Le jour du départ est arrivé bien vite. Nous sommes allés, hier soir,
avant dîner, prendre l'air sur la muraille dont le faîte dallé, large
comme une avenue, émerge au-dessus de l'habituelle couche de poussière.
Après la lourde chaleur de la journée il faisait relativement frais dans
la faible brise du nord qui éloignait de nous les fumées de l'odieuse
gare collée au long du rempart mandchou.

Du quartier commerçant de la ville chinoise, par delà Tien Men, monte,
atténuée, l'incessante clameur du peuple mystérieux. Les lampes
électriques s'allument. Une publicité lumineuse à éclipses, au coin de
la rue des Lanternes, jette, à intervalles réguliers, ses aveuglants
éclats dans la poussière du carrefour. De temps en temps, à nos pieds,
siffle une locomotive en manoeuvre. Dans le ciel, encore clair, du
couchant, au-dessus de la formidable silhouette de la porte impériale,
un vol d'aigrettes passe, semblant surgir des toitures d'or de la Ville
Interdite qu'on distingue confusément dans l'ombre croissante. A
l'intérieur de la muraille, les bâtiments et les jardins des Légations
et l'horrible bâtisse des Wagons-Lits ont presque disparu dans la nuit,
mais les alignements des fenêtres en sont brutalement indiqués par
l'éclairage intérieur, et de puissantes lampes à are découpent de dures
ombres aux murs et sur le sol, pendant que l'obscurité s'épaissit sur
les dalles dénivelées et sur les créneaux délabrés envahis par des
végétations de ruines.

On ne peut pas venir à Pékin sans goûter aux fameux nids d'hirondelle,
ailerons de requin, pousses de bambou et autres mets célèbres. Nous
sommes donc allés, en compagnie de M. et Mme O'Neil et de M. Baudez,
dîner dans un des grands restaurants de la cité commerçante. Tout le
monde a entendu parler des innombrables et invraisemblables plats qui
composent un menu chinois. Je ne vous donnerai donc pas la longue liste
de ce qu'on nous a servi, dans le salon éclairé à l'électricité et d'une
saleté bien locale, où notre couvert se trouva mis. Sur une nappe plus
que douteuse étaient amoncelés, dans de petites soucoupes, les trente ou
quarante variétés de sucreries, salades et fruits qui sont les
hors-d'oeuvre. Devant chaque convive, à côté des bâtonnets d'ébène, une
provision de petits carrés de papier pour s'essuyer les doigts et la
bouche.

Sous la direction d'un maître d'hôtel à la natte somptueuse et au
sourire engageant, les plats défilent, défilent, tous moins excitants
les uns que les autres. A part quelques fruits confits et des foies de
canards vraiment délicieux, je n'ai rien trouvé de mangeable dans toutes
ces extravagances. Je ne serais même pas éloigné de croire que les
malicieux Chinois se moquent de nous en nous les servant. Il n'est pas
possible qu'ils mangent toutes ces choses-là, et, pour moi, c'est une
cuisine qu'ils ont inventée à l'usage des voyageurs avides d'étrangetés
et désireux de pouvoir raconter, en rentrant chez eux, des choses
extraordinaires.

Ce qu'il y a de certain, c'est que toutes ces nourritures affolantes
sont très mauvaises, du moins à mon goût, car le ménage O'Neil prétend
se régaler.

Le retour en pousse-pousse, la nuit, par les étroites rues encombrées
d'une cohue glapissante, est une des choses les plus fantastiques qui se
puissent voir. Ah! dans l'ombre, les étranges faces aux yeux de mystère,
aux regards de chats! Une sorte d'angoisse finit par vous pénétrer et
vous étreindre au milieu de ce grouillement dans l'obscurité; ces
hurlements, ces vociférations forcenées, qu'on est porté à croire
hostiles, cette foule s'ouvrant de mauvaise grâce pour vous laisser
passer et se refermant sur vous avec, semble-t-il, des airs de menace,
vous donnent une sensation de cauchemar, et c'est avec un réel
soulagement que je me suis retrouvé dans le calme quartier des
Légations.

Le thermomètre marque, aujourd'hui, 42° à l'ombre. Dans les bureaux de
la banque où je suis allé retirer mes fonds avant le départ, les
employés anglais, en bras de chemise, fument leurs pipes en attendant
l'heure du tennis. Les commis chinois, du bout délié de leurs doigts de
pianistes, manipulent les billes des abaques sur lesquels ils semblent
exécuter de vertigineuses symphonies financières.

J'ai voulu emporter, à titre de curiosité, quelques-uns de ces _taëls
_dont on parle tant et qu'on ne voit jamais. Ce sont de petits lingots
d'argent d'un poids assez variable et d'une valeur approximative d'un à
deux dollars mexicains. Ils représentent la plus grande partie de
l'encaisse métallique des nombreuses banques, officielles ou privées,
dont le papier remplace cette encombrante monnaie. Le malheur est que ce
papier si commode n'a qu'un cours très limité et qu'il faut en changer à
chaque instant: celui de Changhaï ne vaut rien à Tien Tsin et Pékin
n'accepte ni l'un ni l'autre. On perd au change, naturellement, et on
reçoit, par-dessus le marché, un certain nombre de billets faux qu'un
touriste est absolument incapable de distinguer des vrais. Mais ceci
n'est pas une spécialité de la Chine.

Les lingots, tout en n'offrant guère plus de garanties contre la fraude,
ont, au moins, le mérite du pittoresque. Chacun d'eux porte, imprimé
dans le creux produit par le refroidissement du métal, le caractère qui
signifie _bonheur_. Ce qui semblerait indiquer que, pour les Chinois, à
rencontre de notre proverbe, l'argent est une source de félicité. Ce
caractère est très employé en Chine, on l'écrit partout, on en fait des
bijoux et des ornements. Dans un dictionnaire de caractères sigillaires
je trouve cent six manières de le dessiner. Mais celui qui détient le
record de la diversité c'est _longévité_ avec deux cent quatre-vingt-dix
formes différentes. Et cela nous prouve que leur indéniable mépris de la
mort n'empêche pas les Célestes d'aimer la vie.

A la Pagode du Mulet, où les fidèles viennent déposer leurs offrandes
aux pieds des nombreux bouddhas dispensateurs, l'autel le plus
fréquenté, le mieux épousseté et le plus encombré d'_ex votos_ est celui
du dieu présidant à la longue vie.

Viennent ensuite ceux de qui dépendent la réussite dans les examens,
l'obtention des charges et honneurs, la richesse et le bonheur (qui ne
font qu'un), la postérité. Les vertus et les talents sont moins demandés
et une épaisse couche de poussière empêche de se rendre un compte exact
de la spécialité des autres influences divines.

                                   *
                                  * *

Sur le quai de la gare de nombreux compatriotes sont venus nous serrer
la main. Ce n'est pas sans une petite pointe d'émotion que nous les
quittons; tous se sont évertués à nous rendre agréable notre trop court
séjour à Pékin et ils y ont réussi.

Je suis heureux de terminer ces lignes en adressant mes meilleurs
souvenirs aux Français de Pékin.

L. SABATTIER.

P. S.--J'apprends, d'une source autorisée, que, dans six mois, des
tramways à trolley circuleront dans la capitale de l'Empire du Milieu.

[Illustration: _(Longévité.) (Bonheur.)_]



[Illustration: LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DINE CHEZ SES CONFRÈRES DU
BARREAU Au fond, la table d'honneur.--Phot. A. Braunstain.]

L'un des soirs de la dernière semaine, sans protocole, Me Raymond
Poincaré, président de la République française, s'en alla dîner chez ses
«confrères», les avocats du barreau de Paris. Mille convives s'étaient
réunis rue Saint-Martin, dans l'immense hall à deux étages du Palais des
Fêtes de Paris. M. Raymond Poincaré trouva là pour l'accueillir, autour
du bâtonnier de l'ordre, Me Fernand Labori, plusieurs membres du
gouvernement et tout ce que le barreau compte, à Paris et en province,
d'illustrations. Au nom du Conseil de l'ordre, Me Labori salua le chef
de l'État:

--Monsieur le président de la. République cher et illustre confrère....
commença-t-il.

Et il évoqua ceux qui ayant appartenu au barreau furent élevés aux
suprêmes magistratures--un pape du treizième siècle, et un roi du
vingtième: Edouard VII--pour féliciter ensuite l'ordre d'avoir donné à
la France son président d'aujourd'hui.

Lorsque, pour serrer les mains du bâtonnier, M. Poincaré se leva, ce fut
une ovation indescriptible de toute la salle qui s'était levée aussi
d'un même élan. Et le président de la République trouva les mots les
plus heureux et les plus éloquents pour faire l'éloge de ce cher barreau
parisien qu'il aimait tant, qui l'avait grandi et où il demandait qu'on
lui réservât la place qu'il comptait bien revenir prendre dans sept
ans...



[Illustration: Soldats à la corvée de neige.]

[Illustration: AU CAMP SERBE.--Dans la tourmente.--Un canon à demi
enseveli.--_Photographies S. Tchernof._]

[Illustration: Les soldats bulgares se sont improvisés «sculpteurs
animaliers».--_Phot. du lieut. G. Staïnof._ LA TRÊVE DE LA NEIGE]
AUTOUR D'ANDRINOPLE.

_Mieux que tout commentaire, ces photographies expliquent la longue
inaction des troupes réunies autour d'Andrinople: la neige leur
imposait, comme à l'armée turque de Tchataldja, une trêve naturelle, qui
arrêta l'effort des combattants et empêcha toute opération. Partagés
entre les corvées que nécessitaient les amoncellements de neige et les
rudes factions dans la tourmente, luttant sans cesse contre le froid qui
mord sous les capuchons et les couvertures, les soldats bulgares et
serbes mènent une dure vie, qu'ils s'ingénient pourtant à égayer, à
force d'entrain et de belle humeur. Déjà la neige a commencé à fondre,
et d'épais bourbiers lui succèdent._

[Illustration: Le camp du 9e régiment serbe après une tempête.--_Phot.
S. Tchemo._]

[Illustration: L'enlèvement d'un blessé: au tond, deux trous creusés par
les obus ennemis.]

[Illustration: CHEZ LES BULGARES.--Amusements. _Photographies du lieut.
G. Staïnof._]

[Illustration: Le déblaiement d'une tranchée obstruée par deux mètres de
neige.]

[Illustration: Soldats serbes en faction, par un froid terrible, à 300
mètres des avant-postes turcs.--_Phot. S. Tchernof._ LA TRÊVE DE LA
NEIGE AUTOUR D'ANDRINOPLE]



A WASHINGTON

LE NOUVEAU PRÉSIDENT

M. Woodrow Wilson, élu président de la République des États-Unis le 5
novembre dernier, a pris, le mardi 4 mars, possession de ses nouvelles
fonctions.

[Illustration: Devant le Capitole: M. Woodrow Wilson lisant son message.
Assis derrière lui, son prédécesseur, M. Taft.]

Son prédécesseur, M. Taft, quitta joyeux, en plaisantant avec ses amis,
la résidence présidentielle, la Maison Blanche; M. Woodrow Wilson, a
remarqué le reporter du _New York Herald_, était grave et portait déjà
sur son «masque étroit» la trace des préoccupations que peut bien
engendrer la lourde tâche de gouverner 90 millions de citoyens.
Pourtant, le ciel était serein, et ce beau temps permit que le nouveau
président fût «inauguré», selon l'expression américaine, en plein air,
sur la terrasse du palais législatif. Le peuple put donc voir, avec
émotion, son premier magistrat prêter serment à la constitution entre
les mains du juge White, président de la Cour suprême, puis
entendre--ceux-là, du moins, des spectateurs qui avaient pu s'approcher
assez--la lecture du message présidentiel. Des bravos enthousiastes
accueillirent et la formule du serment et la péroraison du discours; et
on ne rit même pas, tant la solennité de l'acte était impressionnante,
quand un plaisant, qui eût sans doute voulu voir M. Roosevelt aux côtés
de M. Wilson et de M. Taft, lança d'une voix de stentor: «Où est
Teddy?». Mme Woodrow Wilson et ses trois jeunes filles assistaient de
l'intérieur du palais à la cérémonie.



LES SUFFRAGETTES AMÉRICAINES

Les suffragettes américaines n'avaient point voulu laisser échapper une
si belle occasion de manifester en faveur de leur idée fixe. Elles
avaient organisé un défilé monstre de plus de 9.000 personnes, qui se
déroula d'abord en bon ordre. Mais, par suite de mesures de police trop
rigoureuses, des rixes se produisirent bientôt. On avait eu recours à
l'intervention de troupes de cavalerie, appelées de Fort Myer, pour
dissoudre la procession des suffragettes. Celles-ci résistèrent. Il en
résulta quelques plaies et bosses. Et, éparpillées par petits groupes,
dames et demoiselles fanatiques du bulletin de vote se retrouvèrent dans
un meeting où, en des discours véhéments, la police, le Parlement, le
président lui-même, furent à leur tour copieusement houspillés.

[Illustration: Le défilé d'une armée de 9.000 suffragettes dans les rues
de Washington.]

[Illustration: L'arrivée aux portes de la ville.]



[Illustration: La réception des notables au consulat d'Espagne.--_Phot.
Rectoret._]

L'ENTRÉE DU GÉNÉRAL ALFAU À LA TÊTE DES TROUPES ESPAGNOLES A TÉTOUAN

AU MAROC ESPAGNOL

L'OCCUPATION DE TÉTOUAN

_Notre correspondant de Madrid nous écrit:_

L'Espagne a pu enfin réaliser le rêve, conçu depuis la conquête
sanglante par O'Donnell, en 1860, de Tétouan, de réoccuper cette ville,
ancien refuge des Maures expulsés d'Andalousie et future capitale de sa
zone nord au Maroc.

L'opération a été confiée au général Alfau, qui l'exécuta, à la fin du
mois dernier, avec des forces d'environ deux mille hommes. Après avoir
détaché en avant-garde deux compagnies de tirailleurs indigènes, qui
s'emparèrent de la kasbah, et le tabor de police montée, il fit son
entrée dans la ville, reçu en chemin par les autorités marocaines et
salué par le corps consulaire.

Cette opération sans coup férir a été facilitée par la politique
d'attraction que les représentants de l'Espagne à Tétouan, et notamment
le consul, M. Lopez Ferrer, pratiquaient depuis longtemps à l'égard des
notables indigènes et de la nombreuse population Israélite (8.000
habitants sur un total de 30.000). La colonie espagnole s'élève à
Tétouan à plus de 600 âmes (le 80% de l'élément européen), quoique le
commerce de l'Espagne y reste inférieur à celui de la France et de
l'Angleterre. Malgré tous ces facteurs de succès, le mérite de
l'occupation revient pour une bonne part au général Alfau, désigné comme
futur haut commissaire de la zone espagnole.

Agé de cinquante-cinq ans, marié à une Française originaire d'Algérie,
pays qu'il connaît aussi bien que le Maroc, parlant couramment le
français et l'arabe, le général Alfau a toujours témoigné envers notre
pays des sympathies qui ne peuvent qu'améliorer les rapports et
faciliter la tâche commune des deux nations au Maroc.

J. CAUSSE.



A CONSTANTINOPLE

_D'une nouvelle visite faite aux avant-postes turcs de Tchataldja, notre
collaborateur Georges Rémond a rapporté la, conviction que d'ici
plusieurs semaines, à supposer que le beau temps revienne et dure, il ne
pourrait y avoir, de ce côté, d'opérations sérieuses: c'est la trêve du
dégel et de la boue après celle de la neige. A son retour à
Constantinople, il devait être frappé, par le spectacle qu'offre cette
grande ville sans âme, indifférente, semble-t-il, à tous les maux. Il
nous adresse, à ce sujet, les lignes suivantes:_

CARNAVAL ET INCENDIES

Quelle étrange ville! et que de singulier contrastes elle offre! Le
carnaval y bat son plein; il y a cinq bals par semaine; les masques et
les dominos passent pêle-mêle dans la grande rue de Péra avec les
blessés, avec les malades qu'on ramène des lignes de Tchataldja ou de
Gallipoli, des hommes aux pieds gelés, aux mains mortes, et personne n'y
fait attention. Il y a des incendies tous les jours; on entend le cri
sinistre le celui qui annonce le feu; on voit passer au galop les pompes
municipales, puis les bandes débraillées des «touloumbadjis» (pompiers
volontaires) en costumes d'acrobates de barrière portant une pompe
surmontée d'un ornement bizarre qui ressemble au Saint-Sacrement de nos
processions; et une grande aurore rouge se lève sur Galata ou sur
Stamboul. Cent maisons disparaissent un jour, cent cinquante le
lendemain. Comment en reste-t-il encore? L'autre soir Sainte-Sophie a
bien failli flamber; toutes les petites constructions de la place qui
l'avoisine ont été consumées. Et, à part quelques visages entrevus de
patriotes angoissés par l'incertitude de l'heure, pénétrés de tristesse,
et redoutant les nouvelles négociations de paix avec abandon
d'Andrinople dont on fait courir le bruit; à part l'expression des yeux
d'un blessé passant à cheval au milieu de l'indifférence publique et
qu'un camarade mène à l'hôpital, rien d'autre ou presque rien ne trahit
tout cet amoncellement de défaite, de fin de tragédie, de fin de peuple
qui pèse sur cette ville. En somme, personne ne voit cela. Et pour
montrer un pareil spectacle, il ne faudrait pas seulement le décrire,
mais inventer, en grand artiste, en historien véridique, et ayant une
âme en plus des yeux, des figures qui donnent un nom, un sens, un
sentiment à ce qu'il a d'impersonnel et d'anonyme.



L'INCIDENT DE LA «SUZETTE-FRAISSINET»

... Je viens de me rendre à bord de la _Suzette-Fraissinet_, le cargo
français bombardé le 1er mars par les Bulgares. Le commandant Gibert m'a
reçu et m'a dit qu'il se trouvait ce jour-là, par beau temps, à 4 h. 30
de l'après-midi, à 24 milles de Gallipoli et passait à 3 milles de la
côte. Il venait de Dédéagatch où il avait, avec l'autorisation des
autorités bulgares, embarqué 128 réfugiés turcs dont beaucoup de femmes
et d'enfants. A ce moment il avançait précédé par un vapeur anglais, le
_Moeris_, et suivi par un italien, l'_Ausonia_, lorsque le premier,
l'anglais, fut canonné par des batteries bulgares de la côte qui
l'endommagèrent dans ses ouvres mortes. A son tour, la
_Suzette-Fraissinet_ fut touchée à bâbord par le milieu, puis atteinte à
l'avant par un boulet qui creva l'arrière de la cloison étanche séparant
les cales numéros 1 et 2, traversa les deux tôles de blindage--en tout
une épaisseur de 42 millimètres--et éparpilla plusieurs rangs de briques
empilées contre la cloison. C'était là précisément que se trouvaient les
réfugiés. Le commandant Gibert fit hisser au mât de misaine un pavillon
neuf, mais sans que les Bulgares cessassent le feu. Neuf autres
projectiles tombèrent autour du navire, heureusement sans l'atteindre;
l'_Ausonia_ ne subit aucun dommage.

GEORGES RÉMOND

[Illustration: A Constantinople: Sainte-Sophie menacée par un incendie
qui a détruit un quartier voisin.--_Phot. Ferid Ibrahim._]



LES LIVRES & LES ÉCRIVAINS

L'HISTOIRE PAR LES CORRESPONDANTS DE GUERRE

La guerre des Balkans n'est point achevée que déjà son histoire, toute
pantelante, sort des presses, avec ses chapitres de feu et de sang, ses
pages d'orgueil, de folie et de deuil, et même ses conclusions du
philosophe qui, parfois, devancent un peu les réalités. Cette histoire
de la formidable crise qui marque une si grande date dans la vie des
peuples de l'Europe orientale, ce sont les correspondants de guerre qui
l'auront, les premiers, écrite avec les éléments, les documents de vie
et de mort qu'ils ont été chercher eux-mêmes si courageusement dans les
champs de la victoire et sur les routes de la débâcle. Rarement, et
parmi plus de difficultés, de périls et de misères matérielles, le grand
reportage aura mieux réalisé son effort d'information. Rarement, aussi,
ces correspondances--si nous ne considérons qu'une sélection, celles que
tout le monde a suivies passionnément parce que loyales et
vraies--auront été plus précises et plus minutieusement révélatrices. Il
ne faut d'ailleurs point s'en étonner, car si tels de ces représentants
des grands journaux étaient des spécialistes de la guerre, des officiers
instruits, entraînés et clairvoyants, comme notre admirable
correspondant de Thrace, M. Alain de Penennrun, qui aura donné la
première grande «relation d'état-major» de cette campagne (1), tels
autres, comme notre très distingué confrère du _Matin_, M. Stéphane
Lauzanne, qui fut à Constantinople l'éloquent et clairvoyant témoin de
l'agonie d'un empire (2), ont prodigué les plus riches, les plus souples
et les plus pittoresques qualités de l'observateur et de l'écrivain.

M. René Puaux, qui, à son tour, publie son livre de la guerre
turco-bulgare: _De Sofia à Tchataldja_ (3), doit être, lui aussi, tenu
au premier rang de cette élite. Muni de la fameuse lettre blanche qui
lui permettait, avec quatre ou cinq autres privilégiés, dont le
correspondant de _L'Illustration_, d'être admis sur le terrain du feu,
M. René Puaux a adressé au Temps une suite tout à fait remarquable de
lettres, que nous avons tous lues et qui sont autant de documents
précieux par leur haute probité professionnelle et la richesse de leur
information. M. René Puaux devait être, j'imagine, un très réconfortant
compagnon de route. Il a de l'esprit, et du plus alertement français. Il
fit preuve, à tout instant, de bonne santé et de bonne humeur et, s'il
eut du courage gai aux heures les plus sinistres, il manifeste en tels
de ses récits la sensibilité d'un poète et l'éloquence recueillie d'un
témoin de l'histoire; par exemple, lorsqu'il nous donne cette vision du
vainqueur, bulgare progressant de Kirk-Kilissé à Tchataldja sur cette
route qui, pour les Turcs en déroute, fut celle de la terreur et de la
honte: «L'armée bulgare s'avance, rapide, silencieuse, disparate dans sa
tenue, mais une dans son coeur, comme marchaient les volontaires de 92.
C'est une armée farouche, impressionnante, où les barbes grises
voisinent avec l'adolescence, où les capuchons de bergers couvrent la
nuque de l'officier comme du soldat; c'est une armée qui traîne derrière
elle ses convois, ses troupeaux, comme les conquérants d'autrefois,
nomades éternels qui descendaient vers les mers chaudes avec leurs chars
aux roues pleines. On sent qu'elle marchera jusqu'aux portes de
l'Orient, cohorte fantastique que dirigent des cerveaux modernes...»

(1) _La Guerre des Balkans_, Lib. Lavauzelle, 4 fr.
(2) _Au chevet de la Turquie_. Lib. Fayard, 3 fr. 50.
(3) _De Sofia à Tchataldja_, Lib. Perrin, 3 fr. 50.

L'armée bulgare s'est avancée, en effet, jusqu'aux portes de l'Orient.
Elle n'en a point cependant franchi le seuil et, si l'on en excepte M.
Alain de Penennrun qui révéla avant tous autres les raisons de l'échec
bulgare devant Tchataldja, ce sont surtout les correspondants du côté
turc, et en particulier Georges Rémond, qui ont pu nous dire
l'importance et la difficulté de l'obstacle dressé devant
Constantinople.

Justement, cette semaine encore, un journal des opérations du côté
ottoman (4) nous est présenté par le major allemand von Hochwæchter. Le
major von Hochwæchter ne fut pas, à vrai dire, un correspondant de
guerre. C'était un instructeur de l'armée ottomane à l'école de von der
Goltz, et ce qu'il est intéressant de trouver et de discuter dans son
livre c'est un plaidoyer pour l'oeuvre allemande dans la préparation de
l'armée turque à la guerre. Le major avait, au mois de septembre 1912,
quitté sa garnison de Damas pour revenir, en congé, dans son pays. Mais
dès ce moment la situation dans les Balkans se révélait menaçante. M.
von Hochwæchter était personnellement convaincu de l'imminence de la
lutte et il savait «qu'en haut lieu on brûlait de montrer la valeur de
l'armée réorganisée», car, «bien que la refonte des institutions
militaires ne fût pas encore complète, les officiers turcs étaient
persuadés de leur supériorité sur leurs adversaires». En Allemagne, les
compétences militaires estimaient que les chances seraient pour la
Turquie, «si elle pouvait se décider à terminer tranquillement sa
mobilisation et à rester sur la défensive jusqu'à la fin des opérations
préliminaires». Mais la guerre, prématurément, éclata, et le major
aussitôt regagna Constantinople, avec une lettre de recommandation du
maréchal von der Goltz, pour faire campagne dans l'armée ottomane. Il
fut attaché à l'état-major de Mahmoud Mouktar pacha et il put suivre,
quoique souvent à distance du champ de l'action, toutes les opérations
de l'état-major du 3e corps d'armée. Chaque soir, le major von
Hochwæchter s'astreignit à rédiger ses impressions de la journée, et ce
sont ces impressions qu'il vient de réunir en volume, des notes hâtives,
généralement un peu sèches, fugitives, pas toujours complétées ni
remises au point, mais intéressantes cependant par la lumière simple
qu'elles portent sur certains faits. Ainsi ces lignes qui expliquent,
sans les justifier, les massacres de non-combattants commis par les
Turcs en certains villages chrétiens: «27 octobre.--Tous les soldats et
officiers cantonnés dans un village ont été massacrés par les Grecs et
les Bulgares; on n'a plus trouvé que des membres épars, les effets et
les fusils. Le général a fait fusiller toute la population masculine,
puis a fait brûler le village après en avoir éloigne les femmes et les
enfants.»

(4)Au feu avec les Turcs_, Lib. Berger-Levrault, 3 fr.

Mais le chapitre le plus utile, le plus personnel, en tous cas, est
celui dans lequel sont exposées les causes de la rapide désorganisation
de l'armée turque, encombrée de redits ahuris, sans discipline et sans
officiers, cohue informe jetée à l'abattoir et d'après laquelle, conclut
l'auteur, on ne saurait juger de la valeur du soldat turc, le vrai, ni
du système allemand qui a présidé à son instruction militaire.

Les livres du major von Hochwæchter et de M. René Puaux ont été écrits
ou du moins documentés sous les obus. L'étude purement technique de M.
le lieutenant-colonel breveté Boucabeille sur _la Guerre
turco-balkanique en 1912_ (5) a été rédigée dans le calme et la
réflexion du cabinet de travail. L'auteur a fait état des
correspondances de guerre, qu'il rapproche et critique, pour dégager la
vérité de certaines contradictions. L'ouvrage est clair, ordonné,
méthodique. C'est un bon livre de bibliothèque militaire.

[Note 5: Avec 11 cartes en couleur et 10 croquis dans le texte. Lib.
Chapelot, 5 fr.]

ALBÉRIC CAHUET.

_Voir le compte rendu de_ Rouletabille chez le tsar, _de M. Gaston
Leroux; des_ Contes de Minnie, _de M. André Lichtenberger; du_ Journal
du comte Apponyi, _et des autres livres nouveaux, dans_ La Petite
Illustration _jointe à ce numéro_.



UNE RÉCEPTION AU «COUARAIL»

Le «Couarail», la vaillante académie de Nancy, continue à entretenir,
dans nos marches de l'Est, le culte des traditions lorraines, et le goût
des manifestations littéraires. Au mois de juillet 1911, elle fêtait, à
l'hôtel de ville, son président d'honneur, M. Maurice Barrés; et nous
avons rendu compte, en son temps, de cette séance solennelle, où furent
acclamés, aux côtés de l'illustre écrivain, les deux artistes alsaciens
Zislin et Hansi.

Le mois dernier, elle faisait appel à M. Stéphane Lauzanne, qui venait
de vivre les premières heures de l'agonie ottomane, et lui demandait,
comme au témoin le plus autorisé, le plus éloquent, de venir dire aux
Nancéens ce qu'il avait vu «au chevet de la Turquie». Enfin, la semaine
passer, le «Couarail» recevait M. Marcel Prévost, de l'Académie
française, et Mme Marcel Prévost, en un élégant thé littéraire; des
poètes y récitèrent leurs ouvres, le directeur du Conservatoire de
Nancy, M. Guy Ropartz, accompagna au piano une charmante cantatrice, Mme
P. Mota, qui interpréta ses mélodies, et l'auteur des _Anges gardiens_
remercia, en une improvisation spirituelle et délicate, le directeur du
Couarail, M. Georges Garnier, et son secrétaire perpétuel, M. Marcel
Knecht. M. Marcel Prévost était invité, le soir même, à faire une
conférence sur «la Femme moderne». Quel sujet, traité par le psychologue
averti des _Lettres à Françoise_, pouvait davantage piquer la curiosité?
Une très nombreuse assistance était venue pour l'entendre, et sa parole
aisée, séduisante, fut vivement goûtée et applaudie.



LES THÉÂTRES

Le théâtre de la Gaîté-Lyrique vient de monter avec beaucoup de soin
_Carmosine_, une comédie musicale pour le livret de laquelle MM. Henri
Cain et Louis Payen se sont inspirés de Boccace, et aussi de Musset.
C'est un joli conte sentimental et tendre. Il a offert au jeune et
distingué compositeur qu'est M. Henry Février la trame où broder ses
plus élégantes et agréables mélodies. Le public a fait un accueil
enthousiaste à cette oeuvre, présentée dans de très beaux décors, et
remarquablement interprétée par des artistes tels que M. Fugère, Mmes
Lambert-Willaume et Fiérens, MM. Georges Petit et Maguenat.

Le théâtre du Grand-Guignol a composé, suivant la formule de ses succès,
un spectacle varié, où domine le réalisme tragique, et auquel une pièce
d'une délicate fantaisie, _les Ficelles_, de M. Giacosa, traduite par
Mlle Darsenne et mise en vers par M. Paul Géraldy, et une petite comédie
aimablement philosophique, _le Bonheur_, de M. Pierre Veber, ajoutent un
agrément de fine qualité. Après un acte gai de M. André Mycho, _le Joli
Garçon_, on applaudit deux drames émouvants, qui s'inspirent
d'événements actuels et récents, _le Croissant noir_, de M. Jean
Loiller, dont l'action se passe dans une tranchée bulgare, en face de
Tchataldja, et S.O.S. (c'est le signal de détresse des paquebots en
perdition), où MM. Charles Millier et Maurice Level évoquent puissamment
une grande catastrophe maritime de l'an passé.

[Illustration: M. Marcel Prévost. Réception de M. Marcel Prévost au
Couarail (académie lorraine) de Nancy.--_Phot. Dutey_]

M. Emile Bergerat, virtuose du vers de la lignée de Banville et de
Mendès, a fait représenter avec succès, à l'Odéon, _la Nuit florentine_,
comédie tirée de «la Mandragore» de Machiavel. Le sujet en est d'une
grivoiserie qui prête d'ailleurs aux développements comiques. Telle que
M. Bergerat nous la présente, la pièce est agréable et bien ordonnée;
les vers sont brillants, à effets, le cliquetis des rimes est incessant.

_Le Garde du corps_, que la Comédie-Royale nous a fait connaître, est
encore une pièce importée de l'étranger, et sur un sujet à peu près
aussi risqué que la précédente. Elle a du reste paru plaire au public
parisien. Elle a été fort adroitement adaptée du texte d'un jeune auteur
hongrois, M. Molnar, par MM. Pierre Veber et Maurice Rémon, et
agréablement jouée par Mlle Jeanne Provost.

Tandis que _la Demoiselle de magasin_ poursuit au Gymnase une fort jolie
carrière, ses deux auteurs, MM. Frantz Ponson et Fernand Wicheler voient
reprendre, et avec un succès nouveau, au théâtre Déjazet, _le Mariage de
Mlle Beulemans_, qui décida, il y a trois ans, à la Renaissance, de leur
fortune dramatique.

Quelques tentatives de décentralisation musicale ont eu lieu avec succès
ces temps derniers dans plusieurs grandes villes de province; signalons
tout d'abord à l'Opéra de Monte-Carlo une très belle oeuvre: _Pénélope_,
poème de M. René Fauchois et musique de M. Gabriel Fauré; puis, au même
théâtre, _Venise_, scénario et musique de M. Raoul Gunsbourg; au
Grand-Théâtre de Lyon, _le Vieux Roi_, de MM. Rémy de Gourmont pour le
livret et Mariotte pour la musique; au Grand-Théâtre de Nîmes, _Dans la
tourmente_, livret de M. Serge Basset, musique de M. Henri Confesse; à
l'Opéra de Montpellier, _Gaspard de Besse_, livret de M. Paul Barlatier
et musique de M. de Lapeyrouse; à l'Opéra de Marseille, _Annette_, de
MM. Jean Marsèle pour le texte et A. Durand-Boch pour la musique; au
Théâtre des Arts de Rouen, _Graziella_, de M. Jules Mazellier, récent
grand prix de Rome, sur un sujet tiré de Lamartine par MM. Henri Gain et
Raoul Gastambide.



ALFRED PICARD

M. Alfred Picard qui vient de mourir, après une maladie de quelques
jours, âgé de soixante-neuf ans, gardera une des premières places parmi
les grands esprits qui honorèrent la France à l'aurore du vingtième
siècle. Chose curieuse, cet ingénieur, qui connaissait à fond tous les
secrets de son art, n'a attaché son nom à aucun de ces ouvrages
audacieux qui assurent à leur auteur une célébrité bruyante, parfois
excessive; dans les diverses fonctions qu'il occupa, son rôle fut
surtout administratif, et c'est dans ce rôle, où il est si difficile de
donner et surtout de faire apprécier la mesure de sa valeur, qu'il
apparut comme un homme d'un mérite supérieur, apportant dans toutes ses
conceptions une science et une largeur de vues que secondait une
puissance de travail prodigieuse.

Alfred Picard était né à Strasbourg en 1844. Sorti de l'École des ponts
et chaussées peu de temps avant la guerre de 1870, il fut attaché aux
travaux de défense de Metz; mais il profita de la première occasion pour
sortir de la forteresse et s'enrôla dans l'armée de la Loire. La paix
signée, il entre au service du contrôle des chemins de fer et des
canaux; en 1880 il assume toute la responsabilité effective du ministère
des Travaux publics, prenant sous sa direction la navigation, les ponts
et chaussées, les mines et les chemins de fer. Peu de temps après il
devient président de section au Conseil d'État.

Nommé rapporteur général de l'Exposition de 1889, il rédige seul, en
quelques mois, un ouvrage considérable où il traite les questions les
plus variées, les plus disparates, avec une sûreté, une clarté, une
élégance de forme inusitées. On le nomme grand officier de la Légion
d'honneur, puis on le choisit comme commissaire général de l'Exposition
de 1900.

[Illustration: M. Alfred Picard--_Phot. Pirou, bd Saint-Germain._]

Ici encore Alfred Picard fut à hauteur de sa tâche, et c'est à. tort
qu'on lui a imputé la responsabilité des désastres financiers
particuliers qui marquèrent cette foire universelle. Il ne fit
qu'assurer, avec sa probité intransigeante, l'exécution de contrats
commerciaux approuvés par le ministre après avoir été préparés par des
fonctionnaires spécialement chargés de la partie fiscale de
l'Exposition.

En 1904, M. Picard allait en Amérique pour régler, au milieu d'assez
grandes difficultés, les conditions de la participation française à
l'Exposition de Saint-Louis. A peine de retour, il dirigeait tous les
travaux de la commission chargée d'organiser le nouveau réseau d'Etat, à
la suite du rachat de l'Ouest.

Tout en se donnant corps et âme à ses fonctions officielles, Alfred
Picard trouvait encore le temps d'écrire des volumes qui eussent suffi à
consacrer sa réputation. Ce travailleur extraordinaire ne savait pas se
reposer, il ne prenait jamais de vacances. Quand il résolut de présenter
_le Bilan d'un siècle_, il demanda la collaboration de plusieurs
spécialistes éminents. Les manuscrits n'arrivant pas assez vite à son
gré, il décida d'écrire lui-même tout l'ouvrage, et il avertit ses amis
qu'il n'accepterait plus à déjeuner ou à dîner en ville avant que
l'ouvrage fût fini. En effet, pendant trois ans, raconte notre confrère
Emile Berr, il prit tous ses repas, seul en face de sa soeur. Quand les
six volumes in-8° furent achevés, l'auteur avoua que, pour apprendre les
choses dont il avait dû parler et qu'il ignorait, il avait été obligé de
lire environ 400 volumes. L'ouvrage paru, il se mit à recommencer le
_Traité des chemins de fer_, qu'il avait publié en 1887.

En 1908, cédant aux instances de M. Clemenceau, chargé de former un
cabinet. M. Picard acceptait le ministère de la Marine. Il n'y testa que
quelques mois, et il reprit bientôt ses travaux ordinaires.

Inspecteur général des ponts et chaussées, ancien ministre, grand'croix
de la Légion d'honneur, vice-président du Conseil d'État, membre de
l'Académie des sciences, Alfred Picard avait atteint tous les sommets.
Sa modestie égalait sa science; une grande bonté tempérait la sévérité
qu'inspirait un amour supérieur de la justice; l'apparente mélancolie,
dont s'égayèrent les caricaturistes, cachait une grande finesse d'esprit
et une rare sensibilité d'âme.

Voici ce que ce scientifique doublé d'un juriste écrivait dans _le Bilan
d'un siècle_:

«Parfois, en songeant à l'extrême brièveté de la vie, le penseur se
prend à éprouver quelque regret. Ce n'est certes pas la perte plus ou
moins prochaine des satisfactions de l'existence qui l'attriste ainsi:
les joies sont, même pour les plus heureux, compensées par trop d'ennuis
et de chagrins. Non, ce dont souffre le philosophe, c'est de
l'impuissance dans laquelle il se trouve d'explorer largement le domaine
encore si restreint des connaissances humaines, d'en étendre les limites
par de vastes conquêtes, d'apporter une ample contribution à l'édifice
de la science et du progrès... Mais cette tristesse s'efface, pour celui
qui, ayant mesuré la marche de la civilisation dans le passé, la
pressent s'améliorant dans l'avenir: en élargissant ainsi son horizon,
en faisant abstraction de l'individualisme pour ne voir que la
solidarité et ses effets, l'esprit le plus pessimiste se rouvre à
l'espérance. La perception d'une marche incessante en avant, d'un essor
continu de l'humanité, chasse le découragement et provoque un puissant
réconfort. Elle console la vieillesse, ranime la vaillance de l'âge mûr,
inculque à la jeunesse la foi et l'émulation.»

Et l'ingénieur ajoutait: «La littérature, ne figure pas et ne peut pas
figurer dans le programme des expositions. Cependant elle joue un tel
rôle dans la vie des peuples et. éclaire d'un jour si vif le mouvement
des esprits, qu'il est impossible de ne pas lui réserver une place à
côté des sciences et des arts dans cette revue du dix-neuvième siècle.»

F. H.



DOCUMENTS et INFORMATIONS

LES POULES PONDEUSES ET L'HÉRÉDITÉ.

M. Pearl, agronome anglais fort réputé, a cherché à discerner
l'influence de l'hérédité dans la fécondité des poules.

D'après ces études, qui ont porté sur plusieurs milliers de poules dont
l'ensemble représentait treize générations, l'abondance des oeufs pondus
par une poule n'apparaît pas comme un pronostic certain des qualités de
ses filles. Dans quelques-unes des familles observées, les femelles
bonnes pondeuses transmettaient toujours leur fécondité à leur
descendance, mais la chose reste inexpliquée.

Par contre, les expériences de M. Pearl sembleraient confirmer les faits
suivants, déjà plus ou moins connus:

1° Les filles peuvent hériter du père une fécondité élevée,
indépendamment de celle de la mère;

2° Un coq peut donner des filles d'une fécondité élevée avec des poules
de fécondités diverses;

3° Les filles d'une bonne poule sont bonnes ou mauvaises, selon le coq
auquel elles s'allient;

4º La proportion de mauvaises pondeuses dans une descendance de mères
diverses est la même si toutes les poules ont été accouplées avec le
même coq.

UTILISATION DES ONDES HERTZIENNES POUR ÉTUDIER L'INTÉRIEUR DE LA TERRE.

De récentes expériences sembleraient indiquer la possibilité de recourir
aux ondes hertziennes pour connaître certains détails de la constitution
géologique du sol.

Ces ondes traversent les roches sèches, tandis qu'elles sont arrêtées
par les terrains humides et par les couches de métal ou de minerai.
C'est ce qui, sous beaucoup de climats, les empêche généralement de se
transmettre par l'intérieur de la terre, les couches supérieures
renfermant toujours plus ou moins d'humidité. Mais ces ondes se
réfléchissant sur les couches imperméables, comme les rayons lumineux se
réfléchissent sur certaines surfaces, on peut, avec des procédés de
mesure spéciaux, déterminer la situation des couches qui les arrêtent.

Un ingénieur allemand, M. Levy, a pu ainsi faire pénétrer les ondes
hertziennes à une profondeur de 1.300 mètres, et déterminer par leur
réflexion la position de la couche humide voisine.

Il y a lieu de remarquer, toutefois, que, les sols humides se comportant
vis-à-vis des ondes hertziennes anime les couches de minerai, les
indications fournies par cette curieuse méthode ont besoin d'être
contrôlées par un autre procédé.

LES «ÉCLAIREURS DE FRANCE».

La sortie générale des équipes parisiennes des «Eclaireurs de France»,
dont nous avons rendu compte dans notre dernier numéro, a provoqué, dans
le grand public, un mouvement de vive sympathie--auquel les
préoccupations militaires du moment ne sont point étrangères--en faveur
de cette excellente association. Beaucoup de nos lecteurs nous
sollicitent de donner, à ce sujet, des renseignements précis; c'est un
devoir que de les porter à la connaissance de tous ceux qui veulent
préparer à notre pays de bons et d'intelligents soldats.

La société des Eclaireurs de France, dont le siège est à Paris, 146, rue
Montmartre, groupe, sous l'autorité d'un comité directeur et de comités
locaux, des jeunes gens de toutes les classes, âgés de onze ans au
moins, auxquels on ne demande qu'une cotisation annuelle de 1 franc.
Toute nouvelle recrue--munie de l'autorisation écrite de ses
parents--doit, pour servir comme novice, apprendre les douze articles du
«code de l'Éclaireur», qui consacre la pratique de ces belles vertus: la
discipline, la loyauté, la générosité, le respect de soi-même,
l'honneur, et prêter le serment dont nous avons déjà reproduit les
termes. Après une période d'un mois, le novice passe un examen et
devient Éclaireur de 2e classe; un autre examen peut, plus tard,
l'élever au rang d'Éclaireur de IIe classe. Enfin des brevets et des
signes distinctifs spéciaux, correspondant aux aptitudes de tireur,
d'ambulancier, de cycliste, de cavalier, d'interprète, de mécanicien,
voire d'aide-aviateur, sont décernés à ceux des éclaireurs qui font
preuve de capacités particulières.

Tous ces jeunes gens sont groupés en «patrouilles», qui comptent de
quatre à huit éclaireurs, commandées par un «moniteur»; plusieurs
patrouilles se réunissent en «partis», dirigés par un «guide»; et trois
ou six partis composent une «troupe», sous les ordres d'un capitaine.

Telle est, en son principe, cette organisation, destinée à former, comme
le dit excellemment un article du règlement intérieur, «des hommes
d'élite, provenant de toutes les catégories sociales, qui, par la force
et la noblesse de leur caractère, autant que par leur jugement, leur
décision et leur sens pratique, seront les guides, les vigies de la
France, les vrais pionniers de sa civilisation et de son action
commerciale, industrielle, maritime, militaire et coloniale». Les
enseignements très variés qu'on leur donne, au cours de cette éducation
morale et sportive, ont été présentés par un officier, le capitaine
Royet, en un petit manuel précis et bien ordonné, _le Livre de
l'Éclaireur_ (Librairie illustrée, 75, rue Dareau, et au siège de la
société, 2 fr. 50). Le «scoutisme» y apparaît parfaitement adapté au
tempérament français, et conforme au génie de notre race. On ne pourrait
souhaiter, pour nos jeunes gens, meilleure école de solidarité,
d'énergie et de patriotisme.

[Illustration: Le mouillage de mines à bord d'un des nouveaux navires
spéciaux de la marine militaire française: _Cerbère_ et _Pluton_.]

Ces navires, qui ont extérieurement l'aspect paisible d'un chalutier,
cachent dans leurs flancs une infernale cargaison: 120 mines flottantes
placées sur des voies, avec garages et aiguilles sont poussées à bras
d'homme jusqu'à l'arrière, où par un sabord, elles sont jetées à la mer,
à intervalles réguliers, sur la ligne de défense préalablement
déterminée,--Ces navires peuvent être obligés de relever les mines
qu'ils ont mouillées ou celles de l'ennemi; à cet effet, ils sont munis
des tourets et des treuils nécessaires à cette opération.--Tous les
logements d'officiers sont à l'avant.

Au cours de la guerre russo-japonaise, la mine sous-marine, qu'on
appelle aussi torpille de blocus, a joué un rôle des plus importants.
C'est un de ces engins semé par un torpilleur japonais qui amena la
destruction complète et instantanée, à quelques milles de Port-Arthur,
du grand cuirassé russe _Pétropawlosk_. A son bord se trouvait l'amiral
Makharof, espoir de la marine russe, qui périt dans cette catastrophe.
Un autre navire russe, l'_Ienisseï_, un cuirassé et deux croiseurs
cuirassés japonais, _Fuji, Yoshino et Nishio_, sombrèrent également,
crevés par l'explosion d'une mine sous-marine.

Les leçons de toute nature qu'a fournies cette guerre ont été
soigneusement mises à profit par toutes les nations, mais on s'est
préoccupé, plus spécialement peut-être, de préparer l'emploi intensif
dans lès guerres navales futures, de ces engins. En fait, la torpille de
blocus se compose actuellement de:

1° Un récipient contenant à la fois la charge d'explosif destinée à
crever la coque du navire qui le heurtera, et le système d'inflammation
de cette charge. Celui-ci, variable suivant les modèles adoptés,
consiste le plus souvent en une lourde boule métallique placée dans une
coupelle. Lorsque le navire vient heurter la torpille, le choc fait
tomber la boule, celle-ci déclanche un percuteur qui détermine
l'explosion de la charge.

2° Un système d'ancrage assez compliqué qui maintient la torpille entre
deux eaux, à une profondeur exactement déterminée, tout en la fixant au
fond de façon définitive par l'intermédiaire d'un cordage. On conçoit
que ces engins mouillés en ligne, à des intervalles assez rapprochés, à
l'entrée des rades, ou en travers des passes qui y conduisent, en
interdiront l'accès aux forces navales qui essaieraient d'y pénétrer, à
moins que ces forces ne soient précédées de navires de petites
dimensions et munis d'un matériel qui leur permettra de déblayer le
chemin en draguant les mines et en les faisant exploser.

Pour effectuer ces opérations de mouillage, et aussi de dragage, des
mines sous-marines, on a été conduit dans toutes les marines à
construire des bâtiments spécialement étudiés, et outillés.

La marine française ne possédait jusqu'à présent pour ce genre de
service, que des contre-torpilleurs et deux petits croiseurs installés à
faux frais et ne convenant par conséquent qu'à moitié au métier qu'on
leur demandait. En réalité, nous manquions de ce matériel reconnu
nécessaire. Cette lacune va être comblée. Le _Cerbère_, actuellement en
achèvement à Cherbourg, et le _Pluton_, construit aux Chantiers Normand
du Havre et mis à l'eau le 10 mars, sont deux navires de 600 tonnes dont
les plans sont dus à l'ingénieur en chef des constructions navales
Ferrand. On leur a donné des formes de chalutiers afin de tromper par
leur apparence la surveillance de l'ennemi. Ils marcheront 20 noeuds et
porteront chacun un approvisionnement de 120 torpilles, placées sur des
rails longitudinaux, comme le montre notre dessin.

Si ce type de mouilleurs de mines donne satisfaction, il sera reproduit
au nombre d'exemplaires nécessaire pour assurer dans nos escadres du
Nord et du Midi ce service si important.



[Illustration: L'aviateur Perreyon au moment de son départ pour le
record de l'altitude.]

UN AVIATEUR A 6.000 MÈTRES

Le record de l'altitude, porté à 5.600 mètres par Garros, au mois de
décembre dernier, vient d'être battu par l'aviateur Edmond Perreyon qui,
parti de l'aérodrome de Buc, s'est élevé, en moins d'une heure, à 6.000
mètres.

Assez peu connu du grand public, l'auteur de cette prouesse est
considéré, dans les milieux sportifs, comme un de nos plus brillants
pilotes aériens. Chef pilote de l'école Blériot, chargé d'essayer les
appareils et d'en diriger la mise au point, il montre, presque chaque
jour, autant d'audace et de maîtrise que les plus réputés parmi les
aviateurs.



UN ATTELAGE DE POLICEMEN

L'ouverture solennelle du Parlement britannique a été marquée par un
incident que la presse londonienne commente avec un humour qui trouvera
son écho à Berlin.

Le corps diplomatique se rendait à Westminster en carrosses de gala,
quand une batterie du Royal Horse Artillery, postée dans le parc de
Saint-James, tira le premier coup de la salve réglementaire.

Les attelages des divers ambassadeurs dressèrent bien l'oreille, mais ne
bronchèrent pas. Il n'en fut pas ainsi des chevaux de l'ambassadeur
d'Allemagne. Affolés par le fracas de la détonation, ils se sabrèrent,
et, malgré tous les efforts du cocher et des valets, rompirent leurs
harnais et brisèrent les brancards.

On put les maîtriser à temps, au moment où ils devenaient un danger pour
la foule massée sur les trottoirs, et des policemen furent requis de
traîner le carrosse jusqu'à la Chambre des lords.

Esclaves de la discipline, ils consentirent volontiers à traîner
l'ambassadeur; mais les valets en pompeux uniforme durent suivre à pied.

[Illustration: Le carrosse de l'ambassadeur d'Allemagne à Londres traîné
par des policemen.]



LA MÉNAGERIE DE LA DANSE, par Henriot.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3655, 15 Mars 1913" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home