Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Le Poème du Rhône, - en XII chants. Texte Provençal et Traduction Française
Author: Mistral, Frédéric, 1830-1914
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le Poème du Rhône, - en XII chants. Texte Provençal et Traduction Française" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by The
Internet Archive/Canadian Libraries)



  Au lecteur

  Dans la version papier, les versions provençale et française sont
  en vis-à-vis: le provençal page gauche, et le français page droite.

  Dans cette version électronique, le texte français suit le texte
  provençal.

  L'orthographe a été conservée. Seules quelques corrections de
  typographie ont été faites.

  La ponctuation n'a pas été modifiée hormis quelques corrections
  mineures.



  Le Poème du Rhône



  DU MÊME AUTEUR


  MIREILLE. Un volume in-12 couronne, papier teinté, avec     6 fr.
  portrait de l'auteur gravé à l'eau-forte

  CALENDAL. Un volume in-12 couronne, papier teinté           6 fr.

  LES ILES D'OR. Un volume in-12 couronne, papier teinté      6 fr.

  LA REINE JEANNE, tragédie provençale en cinq actes en
  vers. Un volume in-8º écu, papier vélin                     6 fr.

_Tous droits de reproduction et de traduction réservés pour tous les
pays, y compris la Suède et la Norvège._



  Le
  Poème du Rhône

  EN XII CHANTS

  TEXTE PROVENÇAL ET TRADUCTION FRANÇAISE

  PAR

  FRÉDÉRIC MISTRAL

  [Illustration]

  PARIS

  ALPHONSE LEMERRE, ÉDITEUR

  23-31, PASSAGE CHOISEUL, 23-31

  M DCCC XCVII



  Lou Pouèmo dóu Rose

  EN XII CANT

  TÈSTE PROUVENÇAU E TRADUCIOUN FRANCESO

  PÈR

  FREDERI MISTRAL



  [Illustration]

  Lou Pouèmo dóu Rose

  _CANT PROUMIÉ_

  _PATROUN APIAN_

  I


  _Van parti de Lioun à la primo aubo
  Li veiturin que règnon sus lou Rose.
  Es uno raço d'ome caloussudo,
  Galoio e bravo, li Coundriéulen. Sèmpre
  Planta sus li radèu e li sapino,
  L'uscle dóu jour e lou rebat de l'aigo
  Ié dauron lou carage coume un brounze.
  Mai d'aquéu tèms encaro mai, vous dise,
  Ié vesias d'oumenas à barbo espesso,
  Grand, courpourènt, clapu tau que de chaine,
  Boulegant un saumié coume uno busco,
  De poupo à pro cridant, jurant de-longo
  E largamen, pèr se baia courage,
  Au poutarras pintant la roujo tencho,
  A bèu taioun tirant la car de l'oulo.
  De-long dóu flume èro uno bramadisso
  Que d'auro en auro entendias de-countùni:
  «Pro vers la baisso, hòu! reiaume! empèri!
  Amount la pro! dau! fa tira la maio!»_


  II

  _Èro Coundriéu soun nis, ounte s'amodon
  De noste vènt-terrau li proumié boufe.
  Sant Micoulau, patroun de la marino,
  A dins Coundriéu soun autar, sa capello.
  En capo d'or e mitro fourcarudo
  Lou benurous, em'uno tino contro
  Que ié vesès testeja li tres móussi
  Escapoula de l'orro saladuro,
  Estènd sa man sus tout ço que navego.
  Tóuti lis an, aqui ié fan sa fèsto;
  E li marin, sus lis espalo, digne,
  En proucessioun ié porton uno barco;
  E quand au Rose un negadis brassejo:
  «Au grand sant Micoulau, ié cridon tóuti
  Arrecoumando-te, mai nado ferme!»
  De Vernesoun, de Givors an bèu dire:
  Renoumena pertout, de mudo en mudo,
  Coundriéu en aquéu tèms èro la maire
  Di grand patroun de Rose. Li basòfi
  Di port de Vieno o de la Mulatiero
  E li Canut flaugnard de la Crous-Rousso
  Avien bèu ié crida «quiéu de pèu!» Éli,
  Bèn que pourtant li braio de basano,
  Fasien ana si dono emai si fiho
  Coussudo e fièro autant coume bourgeso.
  Femo de bon, li Coundriéulenco bello,
  Is amourié quand vai greia la fueio,
  Dins la michour de sa peitrino forto
  Metien couva de si magnan la grano;
  En dentelino e pouncheto flourido
  Pèr passo-tèms broudavon pièi la tulo;
  A pichot poun tambèn sabien trepougne
  La pèu di gant e, bòni nourriguiero,
  Tóuti lis an fasien un chat superbe._


  III

  _O tèms di vièi, d'antico bounoumìo,
  Que lis oustau avien ges de sarraio
  E que li gènt, à Coundriéu coume au nostre,
  Se gatihavon, au calèu, pèr rire!
  Èro lou règno, aqui, di farandoulo,
  La naciounalo danso roudanenco
  E dóu reiaume ancian di Bousounido
  Que, de Coundriéu à-n-Arle, i jour de voto,
  Di viravòut dóu Rose imitarello,
  Ersejo e fai la serp au long di dougo.
  Aqui drihavo, alor, la noblo justo
  Que, tóuti li dimenche, sus lou Rose,
  Li ribeiròu se desfreirant pèr troupo
  Ié luchavon l'estiéu, la targo au pitre,
  La lanço au poung, l'artèu sus la quintaino,
  Ounte li drole nus se fasien vèire
  Valènt e fort is iue di bèlli chato,
  Ounte li cadelas de Sant-Maurise
  Emé li Givoursin s'apountelavon...
  O tèms di vièi, tèms gai, tèms de simplesso,
  Qu'èro lou Rose un revoulun de vido
  Ounte venian, enfant, sus l'aigo longo
  Vèire passa, fièr, li man à l'empento,
  Li Coundriéulen! Lou Rose, gràci à-n-éli,
  Èro un grand brusc plen de vounvoun e d'obro.
  Tout acò vuei es mort e mut e vaste
  E, las! d'aquéu varai tout ço que rèsto
  Es lou traçan e la rousigaduro
  Que la maio a cava contro li pèiro.
  Un fretadis, acò 's tout ço que soubro
  D'un barcarés qu'avié pèr crid: Empèri!
  Mai lou trafé di càrri de vitòri
  Sus li camin roumiéu noun laisso en visto
  Mai de rambuei ni mai d'escavaduro._


  IV

  _Ah! pèr sant Micoulau, quand s'encantavo
  Lou Reinage, au pourtegue de la glèiso,
  Cresès que n'èro un flame de triounfle
  Pèr aquéu qu'èro Rèi de la Marino?
  E cresès que n'i' aguèsse un de rebòbi
  Pèr abéura la glòri dóu Reinage?
  Li brout de biòu emé sa graisso mouflo
  E li dindard e lis auco poupudo,
  Li cambajoun estuba, li caieto
  D'erbo chaplado e cuecho au four, bèn imo,
  Li bòni pougno enredounido en tourto,
  Pastado au burre emé d'iòu, li rigoto
  Poulidamen plegado emé de pampo,
  E lou vin blanc de païs que petejo,
  Avien de tout, en aquéu jour, soun rule!
  N'èro-ti pas entre-mitan d'aquéli
  Baus fèr, Roco de Glun o Roco-Mauro,
  Que Gargantian regnavo e que, ço dison,
  Escambarlant lou Rose pèr ié béure,
  Emé sa man en guiso d'escudello
  Engoulissié li barco emai lis ome!
  A Pèiro-Lato mostron la graviho
  Que lou gigant traguè de sa sabato:
  Un bèu roucas, tanca dins la planuro._


  V

  _Or, aquel an d'aqui, fèsto coulènto,
  Aguènt Patroun Apian agu li joio
  E dóu Reinage encapa la courouno,
  Li bachelar de Coundriéu en riqueto
  Avien touto la niue pourta de brinde
  Au rèi nouvèu e, segound la coustumo,
  Après lou brinde, en l'èr jita si vèire.
  Car Mèste Apian, éu, avié l'equipage
  Lou plus famous de touto la ribiero.
  Calafatado emé de flo d'estoupo
  Que retenien li tèsto di senepo,
  De pego negro en foro enquitranado,
  I' apartenien, cuberto o noun cuberto,
  Sèt bòni barco entaiado à la bruto:
  Lou Caburle d'abord, emé soun tèume
  D'à poupo encastela--qu'aqui-dessouto
  Cadun la niue ié dourmié dins soun cadre.
  Emé sa pro taiudo, enourguido
  Pèr l'esperoun de soun escasso forto;
  Pièi la pinello o barco civadiero
  Que di chivau pourtavo la pasturo;
  Pièi à l'après lou batèu de carato,
  Coume lis autre en varenglo de roure;
  Pièi uno sisselando touto cloto,
  Courbudo sus l'avans, carrado en rèire;
  Dos gràndi savouiardo pèr adurre
  Li carboun de Givors e 'no sapino
  Pèr carga li castagno vivareso.
  Sènso coumta dous coursié vo chaloupo,
  De la filado amarra sus li costo,
  Pèr embarca li gros chivau de viage
  Que sus la dougo, au retour de Prouvènço,
  Gaiardamen remountavon la rigo.
  Patroun Apian avié pèr la remounto
  Vuetanto bèu chivau à co rougnado
  Que n'i'avié pas si parié sus lou Rose
  E qu'en tirant la maio e la veituro,
  I cop de fouit dóu baile de la troupo
  E i tron de Diéu di carretié menèbre,
  Fasien dóu flume estrementi la ribo._


  VI

  _Tenènt si mino, à la pro dóu Caburle
  Sant Micoulau avié, facho à la grosso,
  Sa tèsto emé la mitro. Mai, en poupo
  E plantado au gouvèr de la grand barco;
  S'aubouravo la crous de la capello,
  La crous di marinié, tencho de rouge,
  Que Mèste Apian, un an que dóu gelibre
  Lis aigo tout l'ivèr fuguèron presso,
  Éu l'avié fustejado à la picosso.
  A l'entour de la crous ié vesias tóuti
  Lis estrumen de la Passioun: la lanço
  Emé l'espoungo, l'òsti e lou calice,
  La raubo d'escarlato, la lanterno,
  Lou martèu, li clavèu, lis estenaio,
  La santo fàci, lou cor, la couloumbo,
  Lou fèu, lou fouit, lou sant pieloun, la boso,
  Lou glàsi nus, lou mort que ressuscito,
  La bono Maire e sant Jan, l'escaleto,
  Lou gantelet, li got, li dat, la bourso,
  Lou serpatas, lou sant soulèu, la luno,
  Emé lou gau qu'en subre ié cantavo._


  VII

  _E canto, gau! l'aubeto vèn de pougne.
  Pèr desmarra, zóu tóuti! s'apareion
  Li veiturin que van à la desciso.
  En cargo pèr la fiero de Bèu-Caire,
  I'a cènt batèu que vuei soun de partènço.
  Tè tu! tè iéu! s'agis pèr quau que fugue
  De gagna lou móutoun: qu'au prat de fiero
  Lou proumié bastimen, lahut o barco,
  Nègo-roumiéu di costo barbaresco
  O rato-malo aguènt soun nòli en règlo,
  Au prat de fiero lou proumié qu'arribo
  E tiro lou canoun, pèr bèn-vengudo
  Li Bèu-Cairen ié baion un bèu mòti.
  Despachatiéu, en aio, fourro-bourro,
  Li porto-fais, li barcatié, carrejon,
  Estivon, amoulounon, fan guihèume.
  Li trepadou cracinon; li fieraire
  Fan sis adiéu à si gènt, à si dono:
  --Çai sian?--Çai sian.--Li maje, dins lou fube,
  Van destaca dis arganèu de ferre
  Cadun si nau e, plan, fasènt lou signe
  De la crous en levant soun capèu large,
  Lou bras en l'èr, Mèste Apian subre tóuti:
  --Au noum de Diéu e de la santo Vierge,
  A Rose!--crido. Sa voues, que retrono
  Dins la liunchour neblouso, entre li ribo
  Dóu flume liounés s'es entendudo.
  Em' éu lis ome, closco descuberto,
  Se soun signa, trempant lou det dins l'oundo
  D'aquéu grand signadou, que, chasco annado,
  En bello proucessioun, es la coustumo,
  Au Pont Sant-Esperit lou benesisson.
  Lis ome, dur, emé lis espaieto
  Contro lou quèi ensemblamen fan forço.
  Patroun Apian éu-meme sus la poupo
  Es au gouvèr que douno l'endrechiero.
  A de long péu en cadeneto griso
  Que sus li tempe entrena ié retoumbon
  Emé dous grand tourtis d'or que ié pènjon
  A sis auriho. Es aut de fourcaduro
  E, de sis iue lusènt sus chasco barco
  Dóu tèms que vèi se tout marcho dins l'ordre,
  De l'uno à l'autro, estacado à la filo
  Pèr la calaumo unenco e loungarudo,
  En escatant dins lou gourgoui de l'aigo
  Tóuti li barco à-de-rèng s'entrahinon._


  VIII

  _Souto li tibanèu de telo cruso
  Que s'entrianglon en esquino d'ase,
  Li passagié, li balot, li póusito
  De touto coundicioun e touto merço,
  Li sedarié de Lioun, ufanouso,
  Li rol de cuer, li matau de canebe,
  Tout bèn cerni, tout pourta bèn en comte
  Pèr l'escrivan i letro de veituro,
  E tóuti li proudu que s'engivanon
  Dóu coustat d'aut, aqui jaison à poufe.
  Mai cuerb lou Rose un sagarés de nèblo:
  Li couparias em' un coutèu. Amagon
  Lou ribeirés, tout, à perdo de visto.
  Couneirias plus lou puget de Fourviero
  Emé sa glèiso amoundaut que fai pouncho.
  E lou segren qu'adus la despartido
  N'es que plus grèu: eilalin a la baisso,
  I canau de Bèu-Caire e d'Aigo-Morto,
  Pèr carga li bladeto de Toulouso,
  Li vin dóu Lengadò, la sau de muro,
  Quau saup quant restaran liuen de si femo,
  De si pichot! tres mes o belèu quatre.
  Grand gau encaro se, quand se retourno,
  Un cop subit d'Ardecho o de Durènço
  O quauco gardounado enferounido
  Noun vèn gounfla, faire peta lou Rose
  E qu'emé li chivau de l'equipage
  Noun faugue pas, dins lou patoui di terro,
  Arpateja, s'enfanga jusquo au pitre!
  E lou mistrau, quand rounflo de mesado
  E que li barco tèsto-aqui recoto!
  E, chanjadis, lis auve que s'escoundon
  E vous engravon, bròu! à l'imprevisto;
  O la sequiero emé lis aigo basso
  Que, tout l'estiéu, en bando sus l'areno
  Retèn à paus li nau escladenido!_


  IX

  _Atenciouna, lou prouvié, lou mudaire
  Van de-tastoun, escandaiant li mueio,
  Que li batèu en quauco graveliero
  Noun vagon s'encala. Dins l'oundo escuro
  Jan Rocho lou prouvié trais la pagello,
  Longo barro de sause qu'an pelado
  En ié soubrant quàuquis anèu de rusco
  Marcant de liuen en liuen se l'aigo es founso:
  --Pan just! pan qu'à dous det!--Pèiro-Benido,
  Ajudo lèu, senoun la barco toco!
  --Pan larg!--Anen, sian à la bono routo.
  --Pan cubert! pan e mié!--Li barquejaire
  Molon sus lou gouvèr, lachon l'empento.
  --La soubeirano!--Bon! tout acò crido.
  --Cato la man!--E vogo à la seguro...
  Se descabedelant de lono en lono,
  Au menamen de la grand barco mèstro
  Que vai davans, prudènto e majestouso,
  La tirassiero emé si tèndo blanco,
  Seguènt lou briéu de l'aigo que la porto,
  A pres lou bon camin. Vers la capello
  E dre sus lou pountin, la tèsto nuso,
  Adounc Patroun Apian em'un grand signe
  De crous, à-z-auto voues--qu'ausisson tóuti
  Lou capèu à la man,--éu entameno
  La prègo dóu matin:_ O noste paire
  Que siés au cèu, toun noum se santifique!
  _Vèn coume acò. Lis ome fan l'escouto
  D'ageinouioun o bèn la tèsto clino.
  Lou sagarés blanquinous lis emborgno,
  Atapant li mountagno e li broutiero
  Que tout-de-long acoumpagnon lou flume;
  E podon ié coumta sus l'embourgnado
  Jusquo à Givors e belèu jusquo à Vieno.
  Éu countuniant:_ Toun règne nous avèngue!
  _Dis,_ adavau ta voulounta se fague
  Coume adamount! Lou pan quoutidian nostre,
  _Dis,_ vuei porge-nous-lou! De nòsti dèute
  Fai nous la remessioun, coume nous-àutri
  En quau nous es devènt, _dis,_ fasèn quite...
  _--Hòu! Toco-biòu! pièi se coupant bramavo,
  Capounas de pas Diéu! dormes, fulobro!
  Aquéli chivalas, amount, li veses
  Que dintre si cabestre s'estrangulon?...
  Un batafiéu que vous cenglèsse tóuti!--
  E reprenènt:_ De tentacioun nous gardes!
  E tiro-nous dóu malan! Ansin siegue!


  X

  _--Ha! mis enfant, sus l'aigo grouadisso,
  Apoundié pièi lou patroun dóu Caburle,
  Nàutri, que sian? Lou vesès, sian la jogo
  Dóu neblarés, di ro qu'avèn dessouto,
  E di charneve ounte anan faire sueio...
  Eh! quau pòu saupre li malemparado?
  Quau vòu aprene à prega, que navegue!
  E n'es un bèu, d'eisèmple, aquel estùrti
  Qu'en milo-vue-cènt-trento, à la desciso,
  Tirè 'n cop de fusiéu, lou miserable,
  Au grand sant Crist que i'a dins l'óuratòri
  Dóu castelas d'Ampuis, contro la dougo...
  O, i'esclapè lou bras. Mai sa pinello,
  D'aquéu marrit coula, dins quàuqui mudo,
  Au Pont Sant-Esperit faguè d'esclapo...
  Em' éu que fugue' n trau dins l'aigo glouto!--
  Lou Caburle enterin, la prègo dicho,
  Venié d'intra couchons à l'archipèlo
  De la Grand Cabro, entre-coupa de vorge._

  [Illustration]



  [Illustration]

  _CANT SEGOUND_

  _LOU PRINCE D'AURENJO_

  XI


  _--Pico au reiaume, hòu! uno voues crido.
  --Ié sian! ié sian!--Sus lou gouvèr fan aigre
  E lou prouvié mando lou cau en terro.
  Es Vernesoun.--Amarro! Entre que tocon,
  Un blound jouvènt, aqui, parèis tout-d'uno
  Que, lóugeiret, sus la grand barco mounto...
  Quau es aquéu? Es lou prince d'Aurenjo,
  Lou maje fiéu, se dis, dóu rèi d'Oulando.
  E de tout biais li lengo presumisson,
  Afourtissènt, lis un, qu'es un levènti,
  Qu'es un arquin, qu'es uno tèsto routo
  E 'n se brouiant emé lou rèi soun paire,
  Qu'éu es parti pèr courre l'aventuro,
  La vau-coundriéu emé la patantèino
  A travès de païs. Segound lis autre,
  S'es afisca tant e tant sus li libre,
  S'es óupila talamen à l'estùdi
  Que n'es toumba, pauroun, dins la marrano,
  Coume un enfant que manjarié de cèndre;
  E l'an manda, li mège, vers lou Rose,
  Béure lou bon soulèu que reviscoulo
  E l'alen viéu dóu rufe Manjo-fango._


  XII

  _De soun reiaume ubagous e palustre
  Ounte lou Ren dins li brumo se nègo,
  Éu, quauque jour, se la santa ié tourno,
  Encenchara la courouno de glaujo.
  Mai risco rèn, pèr vuei, que se languigue
  De prene en cargo lou gouvèr dis ome,
  Afastiga coume es, avans de i'èstre,
  De tout lou tressimàci qu'acò meno,
  Dóu magagnun de court, di ceremòni,
  E dóu charpin que vous ié manjo l'amo.
  Uno foulié d'amour s'es mes en tèsto,
  Farfantello de prince pantaiaire;
  S'es mes en tèsto d'atrouva pèr orto
  L'espelimen de la Naiado antico
  E la flour d'aigo espandido sus l'oundo
  Ounte la Ninfo es amagado e nuso,
  La Ninfo bello e puro e lindo e vaigo
  Que l'esperit councéu e que desiro,
  Que lou pincèu retrais, que lou pouèto
  Dins si vesioun eternamen evoco,
  La Ninfo atrivarello e vouluptouso
  Qu', à l'entour dóu nadaire, au briéu de l'aigo
  Bandis floutanto sa cabeladuro
  E se counfound e found emé la riso.
  E, de canau en canau, pèr la Sono,
  Es descendu de soun païs de Flandro,
  Coume davalon dóu neblun li ciéune
  I clar dóu Vacarés, quand vèn l'autouno._


  XIII

  _Entre sauta, pelin, sus lou Caburle,
  A touca man au patroun, sènso croio;
  Parlo emé tóuti à la bono franqueto;
  I Coundriéulen ié pago de cigaro
  De soun païs, que sènton qu'embausemon,
  E, pas plus fièr qu'un fraire de la tasso,
  A soun flasquet à-de-rèng li fai béure
  Un aigo-ardènt que li nèblo n'en foundon.
  --Aquéu, entre éli dison, es di nostre!
  --Di vostre? ié respond, lou poudès dire,
  E, cambarado, se vous fau d'ajudo,
  Sian d'un païs que i'an pas pòu de l'aigo
  E que ié sabon proun tira la remo.--
  Li barcatié soun ravi; l'envirounon
  Coume lou cors d'un rèi e ié regardon
  Sa barbo roussinello, si man fino,
  Em'uno flour d'esmaut que ié pendoulo,
  Escrincelado, à soun clavié de mostro._


  XIV

  _Mai lou patroun Apian:--Empèri! crido.
  La barco primadiero e li seguènto,
  Au proumié cop d'empento, vers la gaucho
  An représ soun draiòu. Sus l'aigo longo
  Dóu tèms que van li nau tóuti souleto,
  Lou prince blound deviso emé la chourmo.
  Poulidamen ié conto qu'es d'Oulando
  E fiéu de rèi e que vai en Prouvènço,
  Bouscant la flour que porto pèr ensigne:
  --Flour de mistèri, dis, incouneigudo
  Is ome d'enfre terro, car dins l'aigo
  Fai soun sejour emai soun espandido,
  Flour de pantai, de gentun, de belesso,
  Que mi Flamen la noumon «flour de ciéune»
  E que, pèr tout païs ounte s'atrovo,
  L'ome i'es gai e la dono i'es bello.
  --Acò? diguèron en s'aprouchant tóuti,
  Mai es la_ flour de Rose, _moun bèu prince,
  L'esparganèu, que souto l'oundo naiso
  E qu'amo tant, l'Angloro, d'ana cueie!
  --L'Angloro?--Anen, avanço-te, Jan Rocho,
  E digo-ié, faguèron, qu's aquelo...
  --Autant que iéu poudès n'en parla vautre,
  Respoundeguè brounzant un jouvenome
  Que d'un liban fasié l'emploumbaduro.
  --Oh! d'aquéu laid moudourre! ié cridèron,
  Que! l'as belèu sounjado aniue, qu'en ribo
  Fasié si panto emé quauque pescaire.
  --Avès bèu dire e meissa, mai, pèr moio!
  Rebriquè lou droulas, quand vers li tousco
  Dóu Malatra, mounte l'Ardecho furgo,
  Ié passas contro en empegnènt la barro
  E que, li pèd descaus sus la sableto,
  La vesès rire emé si dènt que mordon,
  Ah! n'i' a de bèu que, se vous fasié signe
  Dóu bout dóu det, cabussarias à l'aigo
  Pèr i'ana traire un poutoun sus l'aubenco
  De soun pèd nus!_


  XV

                    _--Hòu! certo, aquelo drolo,
  Patroun Apian diguè, l'ase me quihe,
  Vous fara quauque jour vira canturlo...
  Parlon jamai que d'elo: es pas bèn laido,
  Mai pèr n'en faire talo cridadisso,
  I'a pièi pas d'aigo eici jusquo au coui, eto!
  A respèt dóu fihan de nòsti costo,
  Gaiard, poumpous e blanc coume de toumo!...
  Reiaume! buto à Givors!--S'entrepachon
  Li barco à quèi: lou peirié sus l'esquino,
  Li porto-fais abarbassi revèsson
  Li coufo de carboun i savouiardo;
  S'empielo à bèu mouloun la ferramento
  E la quincaio e li daio e li forfe
  E li fusiéu requist de Sant-Estève.
  E' m'acò fai tira! tóuti coutrìo,
  S'es deja mes lou prince blound à l'obro,
  Car l'a bèn di, vòu viéure en cambarado
  Emé li ribeirié, patroun e chouro,
  E barreja, rema, trima coume éli,
  Tau que faguè Peiroun, lou zar di Rùssi,
  A Zaardam, quand jouve s'embauchavo
  Pèr coumpagnoun fustié, voulènt aprene._


  XVI

  _Mai lou verai es que, pèr uno espouncho
  Que vèn dóu sang, Guihèn (coume ié dison
  Au bèu dóufin de la nacioun flamenco)
  Vòu trafega lou Rose. Vòu counèisse
  Lou nis, lou couvadou, la terro ilustro
  Que i'a trasmés lou noum preclar que porto,
  Aurenjo e sa famouso Glourieto,
  Palais e fourtaresso de sis àvi
  Au tèms feran di guerro sarrasino.
  E vòu ressegre e vèire chasco liogo
  Ounte an leissa si piado aquéli prince
  Que soun Cournet clantiguè dins li laisso
  De tóuti li cansoun cavaleirouso.
  E vòu s'aprene aquelo parladuro
  Ounte Bierris de Roumans bresihavo
  Soun teta-dous lesbian, la lengo alègro
  Ounte cantè la Coumtesso de Dìo
  Si lai d'amour emé Rimbaud d'Aurenjo.
  Éu a legi. Se sènt dins la courado,
  I'a de moumen, lis ambicioun superbo,
  Lou rebroutun dis envejasso folo
  Que vers la glòri an enaura si paire
  E lou regrèt di counquisto perdudo.
  Mai en que bon lou regrèt, se di rèire
  Pòu recoubra la terro souleiouso
  En l'embrassant de soun regard alabre!
  Es-ti besoun d'espaso que fouguejon
  Pèr s'empara de ço que l'iue nous mostro?
  E sarié pas trop bèu emai tout simple
  De recounquerre aquéu flouroun d'Aurenjo,
  Aquéu relarg que li Baussen tenguèron,
  Aquel empèri enfin di Bousounido
  Que dins lou crid «empèri!» toujour duro,
  En s'afreirant i bòni gènt dóu pople
  Que l'an garda, lou crid di souvenènço?
  Lou dison proun d'un que vèn poupulàri:
  «Acò 's un rèi, nostè rèi!» Cavalisco!
  Dequé voulès de mai? autant n'i'avèngue!
  Car à soun tour li castèu-fort s'aclapon,
  Coume aparèis aqui sus chasque mourre,
  E tout degruno e tout se renouvello...
  Mai sus ti piue, inmudablo Naturo,
  Espelisson toujour li ferigoulo
  E sèmpre li pastour e pastoureto
  Ié recoumençaran si viéutoulado._


  XVII

  _Lou neblarés, qu'à cha pau s'enlumino,
  A descubert au jour la vau tubiero
  Emé si verd coustau de mountagnolo
  Qu'entre-mitan lou Rose ié barrulo.
  E Mèste Apian, en countemplant la fàci
  Dóu soulèu nòu que regaiardis tóuti,
  Crido: «Un de mai!» Li navegaire ensèmble
  An aussa lou capèu; s'escarrabihon
  Li passagié, badant à tout rescontre,
  Quand tout-d'un-cop, magnifico, au recouide
  Aparèis dins soun plen l'antico Vieno,
  Assetado en autar sus lis ancoulo
  Dóu noble Dóufinat. Vaqui, celèbre,
  Lou Toumbèu de Pilato que pounchejo.
  Li paradou s'entèndon que tabasson
  Pèr apresta li drap dins li fabrico.
  Copo-jarret, l'escalabrouso auturo,
  Espandis en ventau si bastidouno;
  E li clouchié 'mé li tourre e li tèmple,
  Dins la lumiero inoundarello e cando,
  I' escrivon dóu passat l'istòri agusto._


  XVIII

  _Soun pourtulan à la man que fuieto,
  Em' estrambord adounc cridè lou prince:
  --Salut, empèri dóu soulèu, que bordo
  Coume un orle d'argènt lou Rose bléuge!
  Empèri dóu soulas, de l'alegrìo!
  Empèri fantasti de la Prouvènço
  Qu'emé toun noum soulet fas gau au mounde!
  Èstre nascu dins li tèms de bagarro,
  De bourroulis, de noun-rèn, d'aventuro,
  Ounte, uno espaso en man, lou valènt ome
  Poudié, prenènt counsèu que de soun èime,
  Poudié, dins lou grouün di treboulino,
  Se taia libramen un bèu reiaume,
  Acò si, de chabènço, que n'èro uno!
  Conme aquéu grand Bousoun, comte de Vieno,
  Que, i'a milo an, aqui dins la grand glèiso
  De Sant Maurise, porto sus sa toumbo
  Lou testimòni escri de soun audàci,
  De sa munificènci, de sa glòri!
  Rèi fouscarin e prince de coumèdi,
  Nous-àutri vuei, despersouna, dins l'oumbro
  De nòstis atribut legau e mingre,
  Passan à la chut-chut ras de l'istòri,
  En tenènt amaga courouno e scètre,
  Coume s'avian cregnènço d'èstre en visto!
  Mai tu, comte Bousoun, à la barbeto
  Di poutentat de Franço e d'Alemagno,
  T'encavalant d'un bound i flanc dóu Rose:
  «Moun chivau, àrri! àrri!» pèr li serre,
  Au crid de:_ vivo Prouvènço! _t'auboures...
  Li gènt dins lou mesclun:--Vaqui, se dison,
  Un ome!--E li baroun e lis evesque
  T'an aclama rèi d'Arle dins Mantaio!--_


  XIX

  _Entandóumens que lou prince es en dèstre,
  Li ribeirié, butant à la redolo,
  An embarca li boutarèu de bierro
  Emé si founs engipa que blanquejon,
  De bierro bloundo e bruno qu'escumouso
  Vai regala, tout lou tèms de la fiero,
  Dins li cafourno e basar de Bèu-Caire.
  Li gargassoun asseda di bevisto.
  E sènso mai tarda, que lou tèms prèsso,
  An fa soun viravòut e lou Caburle,
  Tirassejant après sa blanco floto,
  Repren requinquiha lou fiéu de l'oundo.
  Mai tout-escas sus li colo groupudo
  An vist amount, bèn empaligoutado,
  Li vigno d'or de la Costo-Roustido
  E peralin devista sus la drecho
  Dóu mount Pilat li tres dènt blavinello,
  Davans Coundriéu li vaqui. Jiton l'ancro.
  Es lou païs d'ounte soun quàsi tóuti.
  Sus lou Sablié, pèr apeita si paire,
  Un vermenié d'enfant, despièi quatre ouro,
  Soun aqui nus o mita nus que jogon:
  Lis un gafant o fasènt de soupeto,
  Au bataioun lis àutri que s'aquèiron.
  Au pèd de sis oustau, dóu long de l'aigo,
  A plen de pourtalet li pàuri femo
  Desempièi lou matin soun à l'espèro
  Pèr vèire au barcarés passa sis ome._


  XX

  _--Blandino, courre, que toun paire arribo!
  --Bon-jour, patroun Apian!--Diéu vous lou doune!
  --Trasès-me lou mouchoun, que vous amarre!
  --Digo-i'à Mariocho que m'empligue
  De vin d'Ampuis, lèu, aquelo boumbouno...
  --I'es pas Damian? Tè, vaqui si camiso.
  --Goutoun! Mioun! Dequ'es que vous aduse
  D'en fiero, hòu?--Aduse-me, Ribòri,
  Quàuquis anèu de cren emai de vèire,
  D'aquéli que dessus i'a 'n gàrri rouge!
  --O.--Iéu, aduse-me pèr la meinado
  Uno titèi, d'aquéli que si giblon!
  --O.--Iéu, aduse-me de gimbeleto,
  D'aquéli bono qu'em'un fiéu s'enrèston...
  --O.--Iéu, aduse-me...--Tout acò piaio;
  Li recoumandacioun de touto meno
  Se van crousant di batèu i fenèstro:
  --A toun papet, digo-ié que te croumpe
  Dins un massapan rose uno sourreto,
  Que, Glaudihoun?--Moun grand, iéu à Bèu-Caire
  Ié vole ana!--Lou cop que vèn, moun drole...
  --Anen, carrejas-vous! Bono aventuro!
  --Tenès-vous bèn gaiardo, tanto Chaisso!
  --E tu, Janin, aviso-te di Trèvo
  E di fiò de sant Èume e dis Oulurgue
  Que van, la niue, pèr lis Aliscamp d'Arle!_


  XXI

  _Pièi adessias. La baisso lis atiro.
  Fau pas que perdon tèms, d'aiours, se volon
  Arriba li proumié 'n terro d'Argenço
  E gagna lou móutoun. Au briéu de l'aigo
  Encaro touto bluio di turqueso
  Qu'a rabaia dins lou laus de Genèvo,
  Dóu tèms que van li tèndo blanquinouso,
  Uno après l'autro coume un vòu de ciéune,
  I'a lou prince oulandés que vòu tout saupre.
  --Metren long tèms pèr la desciso, mèstre?--
  Vèn coume acò. Patroun Apian s'escuro
  E, tout gauchous de faire uno passado
  Soun Ciceroun:--Dous jour, tres lou mai, prince,
  Au cas que pèr camin i'ague d'encoumbre,
  Respond, tau que de nèblo, coume aquéli
  Qu'avian aquest matin e proun espesso
  Pèr empacha de vèire l'endraiado...
  Car fau pas boufouna 'm'aquéli roco,
  Estèu, secan, agacin e berrugo
  O 'm' aquéli graviero dangeirouso
  Que i'a de liuen en liuen souto li riso.
  Se l'on s'aviso pas, la barco roto,
  Se crèbo e béu, flòu! flòu! o dins un auve
  S'engravo jusquo i bord e tout se nègo.
  Sènso parla di pont ounte l'on ruto
  Ni dis entravadis que fan li traio...
  Sant Micoulau, patroun de la ribiero,
  Nous garde longo-mai!_


  XXII

                         _--Reiaume, foume!
  Cridè lou veiturin coupant sa dicho,
  Li vesès pas, lis isclo de Sant Pèire,
  Capounas de pas Diéu, que vous entramblon?--
  Reprenguè pièi:--Es pèr vous dire, prince,
  Qu'emai, coume afourtis lou reprouvèrbi,
  Au davala tóuti li sant ajudon,
  En davalado, anas, tant se rescontro
  Si contro-tèms, destourbe e mau-parado.
  D'ourdinàri pamens, quand vai en bello
  E que se pòu, meme au clar de la luno,
  Counèisse à visto d'iue lis endrechiero,
  Di grand quèi de Lioun i bàssi ribo
  Dóu Rose prouvençau, en dos journado
  Se fai, i mes d'estiéu, l'escourregudo.
  Coucagno, acò! mai pièi es la remounto,
  Segnour, que fai tira! De bando en bando,
  Sus li coursié qu'en remou nous seguisson,--
  Alucas-lèi, quicha coume d'anchoio,--
  Avèn aqui nòsti chivau de viage:
  Vint couble fort, tout de bèsti chausido,
  La flour de la jumento charouleso,
  Que li veirés, quand revendren contro aigo,
  S'espangouna, superbe, long dóu flume...
  Dise pas que noun i'ague, sus l'Empèri
  O lou Reiaume, rèn de coumparable
  A noste cavalin; mai vous responde
  Que vint milo quintau noun lis acuelon._


  XXIII

  _--E quant se met de tèms pèr la remounto?
  --Depènd: i mes d'estiéu, quand l'aigo es liso,
  Dins dès-e-vue o vint jour pòu se faire.
  I pichot jour, quand la sesoun iverno,
  N'en fau de trento-cinq, vès, à quaranto...
  Mai lou terrible pièi es quand lou Rose,
  Aboudenfli pèr li plueio autounenco
  O pèr aquéli gròssi levantado
  Qu'emé la pleno avau ié fan rebouto,
  Mounto, emé soun eigasso de poustèmo,
  Sus li trenado e paliero fourçudo,
  Negant li caladat e li carrairo.
  Sacre couquin! n'es uno de misèri,
  Alor, quand li chivau, à la maieto
  De chasco nau, tirant de quatre en quatre,
  Veson plus lou camin e s'empatouion
  Enjusquo au quiéu dins li blad, dins lis òrdi,
  A li falé derraba 'mé 'no barro
  Que se ié passa à dous souto lou vèntre!
  O bèn, moussu, quand fau chanja de ribo
  Pèr fourvia quauco ribiero grosso
  Que s'entravèsso i pèd dis equipage;
  O bèn, moussu, quand fau gafa l'Ouvezo,
  Quand fau gafa lou Roubioun e la Droumo!
  Es un brave travai! Contro li roco
  En fringouiant li cordo se gausisson:
  Fau faire un group, fau uno emploumbaduro;
  Fau, à cop de destrau, toumba lis aubre
  Que podon empedi; fau, milo-diéune!
  A cop de poung, de pau e de partego,
  Entanterin que li chivau se nègon,
  S'agarri pèr camin emé li panto
  Que, pèr gagna davans emé si couble
  O trebóuja (coume disèn tout rufe),
  Vendran enjarreta, de fes, li nostre...
  Ah! boutas, n'i' a pèr tóuti!_


  XXIV

                                 _--Emai n'en rèsto!--
  Fai lou prince en risènt. A l'avalido,
  Encabana de nèu que blanquinejo,
  Li serre dóu Vercors pougnon l'espàci.
  Lis abeié de Crau, d'aquéstis ouro,
  Desbrouton adamount lis erbo drudo,
  Lou sant-janet flouri, la pimpinello:
  Car es i pastre d'Arle que l'aubiso
  De tóuti aquélis Aup e cimo liuencho
  Desempièi de milo an es reservado.
  E fin-qu'au Nivoulet de la Savoio
  E peramount fin-qu'au brecas dóu Viso
  E peralin à-n-aquéu mount Genèbre
  Qu'es l'aigo-vers de Franço emai d'Itàli,
  Tout i'apartèn. E de que tiron glòri
  Tóuti li counquistaire li mai trule
  Que sus Rose à-de-rèng an fa l'empèri,
  Li Charle-Magne emé li Bonaparte,
  Lis Annibau e li Cesar de Roumo,
  Pèr avé trecoula tàlis auturo!
  Quand tóuti li printèms, en caravano,
  Quand tóuti lis estiéu e lis autouno,
  Emé si grand menoun que fan trahino
  Dintre la nèu brenouso di neviero,
  Emé tout soun fedan qu'a ges de noumbre,
  Lou bastoun à la man, jougant dóu fifre,
  Escalon, éli, e passon li mountagno!_

  [Illustration]



  [Illustration]

  _CANT TRESEN_

  _LA DESCISO DÓU ROSE_

  XXV


  _I pourtihoun d'Andanço e d'Andanceto
  Es arribado enterin la floutiho
  E i'an cargo de post, de talaguëgno,
  De fais de dougo e de roudau de ciéucle.
  E ribejant la costo parpelouso
  Dóu Vivarés, toujour que mai arèbro,
  Toujour que mai feroujo e travessudo,
  Se van crousant, quasimen toco à toco,
  Emé la maio lènto e la rejano
  E li chivau d'uno autro longo tiero
  Que sus Lioun peniblamen remounto.
  --Salut!--De chasque las li bras se lèvon
  E li capèu vouguejon dins l'espàci:
  --Eh! coume vai lou viage?--A la coustumo!
  --I'èro au Sant-Esperit lou gros mudaire?
  --Regardavo au soulèu quant èro d'ouro.
  --En bevènt à soun flasco?--Eto, pardinche!
  --Es engrava lou pont vers Bagalanço?
  --N'a pas parla lou gros Tòni.--L'Ardecho
  Alor aura founsa contro lis isclo.
  --Se pòu.--E vautre, alin à la Grand-Gafo,
  Avès agu forço aigo?--Jusquo au vèntre!
  --Mai de la fiero an panca fa li crido?
  --Riscas pas de gagna la móutounesso,
  Coulègo!--Coume vai?--D'en Aigo-Morto
  Partian, i'a quinge jour, e vers Li Santo,
  Se bidoursant subre sis ancoureto,
  Vesian sus Rose un bastimen de Tùnis
  Qu', en pano retengu souto la biso,
  Esperavo l'embat pèr faire velo
  Au proumié jour vers lou port de Bèu-Caire.
  Èro carga de dàti e de jusiolo
  Que, sus si vèsto roujo, èron garnido
  De sequin d'or e de piastro lusènto._


  XXVI

  _--Nous enchau bèn, aqui faguè Jan Rocho,
  De si judiéuvo, figo encabassado
  Que sènton l'escaufit emai lou surge!
  Sus li lahut à la tasto se croumpon...
  N'i'en menaren, nous-autre, uno à Bèu-Caire
  Que se, lou bèn dimenche de la fiero,
  Dóu poulidige emporto pas li joio,
  Vole, sant Micoulau, que sus ma tèsto
  Li Bano de Crussòu tragon soun oumbro!
  --Quinto?--Devinas-la!--Belèu la fiho
  Dóu Malatra, de l'ome de la mudo,
  Que passo au crevelet l'or de paiolo?
  --Just.--Aquelo bóumiano?--O Jan-toutouro!
  De boimo coumo aquelo soun astrugo
  E porton lou bonur ounte i'agrado...
  E, hòu! avisas-vous que noun vous guinche
  De caire, quand passas: la luno jouvo,
  Coume se dis, es banarudo e fèlo!
  --Siés enmasca! cridèron à Jan Rocho
  Li veiturin de l'autro barquejado.
  Croumpo un toupin e fai bouli d'aguïo!--
  --Fai tira, Marius!--Buto à l'empento!--
  En biais d'embut li man arredounido
  D'uno barcado à l'autro, enca 'no vòuto.
  Jiton de liuen li paraulo d'escàfi;
  Mai li batèu de Mèste Apian, rapide,
  Avien deja fila sus l'aigo fièro._


  XXVII

  _Di miradou nouvèu que l'envirounon,
  Dóu ribeirau espetaclous, di runo,
  Di degoulòu emé sis ensarriado,
  Di vièi castèu enmantela de glòri
  E dóu chalun de l'èr que luminejo
  I'a lou prince Guihèn qu'a lou cor ébri,
  E lou pougnun d'amour noun tardo à naisse.
  --La veirai bèn, se dis entre éu, la divo
  Que soun fachin o sa bèuta ferouno
  Sèmblo farfantela sus tout lou Rose!
  L'Angloro, aquelo chato incouneigudo
  Que tout acò n'en parlo e n'en pantaio,
  Aquelo perlo d'auve que lusejo
  A l'esperit coume au regard de tóuti
  E que, noun sai perqué, sèns l'agué visto,
  A iéu peréu me danso pèr la tèsto!--
  L'aigo esbrihaudo e ris; li pesqueirolo,
  Li barbasan, fasènt l'aleto, rason
  L'oundo fugènto au gai soulèu que viro;
  E d'un moulin nadant sus fourestego
  De-fes lou mouleiroun, o li pescaire
  Tirant de si calèu lou toumbo-lèvo,
  A mando-bras de liuen en liuen saludon.
  Mai dins lou sang di vièi coume di jouine
  La calour dóu tantost met la pereso.
  Vès-aqui Sant-Valié 'mé si terrasso:
  Ié miraiejo amount l'oumbrino ilustro
  De Diano de Peitiéu, l'enmascarello
  Dóu rèi Francés Proumié, la grand duquesso
  D'aquéu Valentinés que Droumo arroso,
  La coumtesso d'Estello clarissimo
  Qu'enjouliè d'amour la court de Franço.
  Mai Diano es morto e fugidisso à rèire
  Dins lou mouvènt tablèu de ço que passo
  Autour di nau que van coume d'auqueto;
  E vuei, acò 's l'Angloro, la pichouno
  Que bòulo à pèd descaus l'areno molo,
  L'Angloro nouveleto, acò 's la vido,
  Lou regardo-veni, la farfantello
  D'aquéli que s'envan au fiéu de l'oundo!_


  XXVIII

  _Guihèn pòu plus teni; vèn à Jan Rocho:
  --Alor, escouto un pau, dequé me dison?
  Que l'Angloro es poulido e que t'agrado?
  --Segnour, respond Jan Rocho, es tant plasènto
  Que tóuti li patroun, quand la rescontron,
  An pòu que d'un regard ié destimbourle,
  En lis embelinant, sis equipage...
  Dison qu'a marrit iue, pèr aventuro!
  --E siés d'aquéli, tu, que la Sereno
  Tèn enclaus dins si las? diguè lou prince.
  --Iéu? à vous parla franc, de faire sóuco
  Em' aquelo bouscarlo de broutiero
  Diriéu belèu pas noun; mai dins la cruco
  Dèu avé quaucarèn, es pas poussible!
  Pòu n'en veni, sabès? de calignaire
  A soun entour canta la pantouqueto...
  Lis escouto pas mai que se siblavon.
  N'a qu'un amour: es de rouda li mueio,
  Pèr se ié miraia touto souleto
  O ié culi de-fes la flour de Rose;
  E n'a qu'uno obro, devinarias quinto?
  De crevela li sablo de l'Ardecho
  Pèr arpaia (mesteiret de fournigo)
  Li belugueto d'or que pòu ié caupre.
  --Jabo! cridè lou segnouret alègre,
  Sian pas lis Argounauto dóu Caburle?
  Counquistaren, d'abord que sian en courso,
  La Touisoun d'Or emai Medèio... Vogo!--_


  XXIX

  _Jan Rocho aqui-dessus, largant la cambo
  A la coumando dóu patroun: empèri!
  E s'apouirant emé touto la chourmo,
  A, d'un cop de timoun, empen la rigo
  Vers lou coustau famous de l'Ermitage,
  Pèr ié carga 'n barrau de fino tencho.
  De la Taulo dóu Rei, es que, s'aprochon
  E Mèste Apian, lou rèi de la marino,
  Coume a proumés en partènt à sis ome,
  Ié dèu paga lou vin de soun reinage.
  Es, la Taulo dóu Rèi, uno roundello,
  Un suei de roucas viéu que se countourno,
  En avans de Tournoun, au mié dóu flùvi.
  Ié dejunè 'n passant, pèr ausi dire,
  Lou rèi Sant Louis, quand davalavo en guerro
  Contro li Sarrasin, alin au diable;
  E i'an dina despièi li rèi que porton
  Courouno dins Coundriéu. Li barco en ciéucle,
  Au tour de la grand taulo roucassouso,
  D'à pro se soun rambado. D'en careno
  An lèu sourgi pignato e peiroulado
  E pan d'anouno e liagno de saussisso
  E toumo de cabrun: la mauno toumbo!
  La pouncho di coutèu i glouto pesco.
  Manjon de dre: li vibre ansin desruscon--
  E, Diéu-merci, se la touaio es de manco,
  Manco pas l'apetis. Lou baile-mèstre,
  D'escambarloun sus la bouterlo pleno,
  Au bèu mitan de la taulo presido;
  E, d'uno man que tèn à la canello,
  Fai pèr cadun espila dins la tasso
  Lou moust galoi qu'au soulèu beluguejo.
  Vivo lou rèi! Finisson pèr la soupo
  E, vujant dins lou brouit lou vin de fèsto
  Que fai bon estouma, segound sa modo,
  Cadun à soun platet béu la goudalo._


  XXX

  _E'm' acò pièi lou Brande de l'Eireto,
  Sus lou trantai di barco, zóu! que drihe!
  N'en vos de cant?_ Li fiho de Valènço
  Sabon pas fai l'amour, li de Prouvènço
  Lou fan la niue, lou jour..._--Brinde à l'Angloro!
  Cridè Guihèn; iéu, sènso n'en mai saupre,
  Em' aquest moust di vigno ribassudo
  Moun proumié béure es pèr la flour de Rose!
  E moun segound es pèr lou Rose éu-meme
  Que miraio la flour misteriouso!
  E moun tresen es pèr lou soulèu cande
  Que nous counvido à viéure dins la joio!
  --Enfant, diguè Patroun Apian, la vido
  Es un trafé coume aquéu de la barco:
  A si bèu jour e si laid. En sagesso
  Dins li risènt fau saupre se coundurre;
  Dins li roumpènt fau ana d'aise. L'ome
  Es na pèr lou travai: fau que navegue...
  Me parlon pas d'aquéli tiro-l'aufo
  Que soun jamai countènt! Aquéu que trimo,
  Au bout dóu mes ié toumbo sa mesado;
  Aquéu qu'a pòu de s'acampa d'ampoulo
  Dins lou revòu dóu cativié cabusso.
  I'a cinquanto an, au plus pau, que barqueje,
  E n'ai vist de la touto. Mai estime
  Qu'entre l'Empèri, vès, e lou Reiaume,
  Coume entre lou desaire e la cresènço,
  Fau teni lou mitan. Avèn fa noço...
  Eh! bèn, enfant, au bon Diéu renden gràci
  E qu'au retour degun manque à la chourmo!_


  XXXI

  _--Vivo l'Angloro!--crido mai lou prince
  Qu'a begu 'n cop d'aquéu bon vin de Rose.
  E, lou soulèu prenènt la davalado
  Darrié lou plan de Glun, darrié li serre
  Qu'asoumbron dóu pounènt lou jas dóu flume,
  La tirassiero emé si tèndo blanco
  Jouiousamen, pasiblamen s'enfilo,
  Pèr ana faire tòti sus Valènço
  Que soun clouchié, dins la lindo estendudo,
  Lanço lou noum de sant Apoulinàri._

  [Illustration]



  [Illustration]

  _CANT QUATREN_

  _LI VENICIANO_

  XXXII


  _Fai bon dourmi. Tant-lèu pamens l'aubeto
  Fai tubeja la brumo o, coume dison,
  La flour de l'aigo, sus lou cours dóu Rose
  Au barcarés renais la boulegado
  E di moulin nadant vai la baluto.
  De soun vièi castelas entre li rouino,
  Crussòu alin remèmbro encaro l'iro
  Dóu Baroun dis Adré: quand, touto pleno
  Dóu sang di Catouli que sagatavo,
  Faguè, s'es vertadié ço que se conto,
  Bagna si fiéu amount dins la citerno
  Pèr i' ancra dins lou cor soun ahiranço.
  Antan nis de baroun, vuei nis de nible.
  Sus la segoundo nau mounto à Valènço
  Un bèl eissamenoun de dono gaio,
  Cabeladuro en l'èr, bloundino o bruno,
  Souto si gràndi pienche à rèst de perlo,
  Emé dous cavalié que van em' éli,
  Souto lou bras d'estrumen de musico,
  Tambour de basco e vióuloun e mandorro.
  Tout acò ris, jargouno e cacalejo
  En s'entravant li pèd dins la barcado
  I mouloun de balot de touto merço
  Qu'un vòu de porto-fais empielon dintre.
  Li negouciant, grèu, permenant sa buerbo
  Ounte brusisson li cachet de mostro
  Sus sa pecùni au centuroun rejouncho,
  Dóu cargamen survihon l'estivage._


  XXXIII

  _Mai la rigo s'esmòu.--A la desciso!
  A crida lou patroun e, la man drecho
  Levado sus lou Rose, tau qu'un prèire
  Qu'envoco de l'Autisme l'auto sousto,
  Se signo, e li batèu, de l'un à l'autre,
  Prenènt lou fiéu de l'aigo aloubatido,
  S'endraion au mitan dóu large flume
  Que li porto lóugié coume uno fueio.
  Engaiardi pèr lou gentun di dono
  Que dins sa lengo aqui fan si gaugaio,
  Li gros marchand ié viron, ié reviron
  A l'entour, coume autour de la ratiero
  Ounte soun embarrado quàuqui furo
  Un cataras virouio, l'iue alabre.
  Es fres lou tèms; lou vènt-loumbard que boufo
  Escarrabiho e bouto au cor la joio.
  Un Liounés vèn s'aflata di bello:
  --Aquéli fin mourroun sarien d'Itàli?
  --Si, segnour, ié respondon, de Veniso,
  La vilo di cansoun e di goundolo.
  --E mounte van d'aquéu trin?--A Bèu-Caire.
  --Anas leva cabano de peteto?
  --Oh! pesqui pas: belèu de galo-luno.--
  E se fai couneissènço. Li segnouro
  Van i cafè canta si serenado.
  Li negouciant van faire si negòci:
  Di basar dóu Levant, de si foundegue,
  Di coumerçant de Tùnis e de Nimes,
  Di censau de Marsiho e de Narbouno,
  Di boutiguié d'Alès, d'Uzès e d'Agte,
  Di bigatié qu'aduson o qu'emporton
  Pèr lou Camin de la Rèino Gileto,
  Dis Auvergnas, di Limousin de Tulo
  Que dóu Camin Regourdan ié descèndon,
  Argènt tintin, van emboursa li dito
  Qu'en fiero de Bèu-Caire à jabo toumbon.
  Un mes de tèms se vai mena grand roio...
  E n'en saran, li bèlli cantarello,
  Es entendu, se noun ié desagrado
  Un brèu de passo-tèms. Li bràvi dono,
  Éli nimai, tirasson pas lou tèdi;
  E la drihanço ounèsto ni lou rire
  Ni lou balun soun pas pèr ié desplaire...
  Acò fai pas, moun Diéu, èstre panturlo!
  Mai an mestié de faire bono fiero,
  Qu'à viageja pèr mountagno e pèr coumbo,
  S'entre-teni, paga la couloufòni,
  Patin, coufin, se fai de grand despènso.
  Mai li bourgés, un cop liuen de si femo,
  Couchon pas lou merlus--e se relargon,
  En parlant sèns respèt, coume de gòrri
  Qu', uno fes alanda pèr la carriero,
  Tènon, coume se dis, touto l'andano...
  E n'en voulès de cacalas!_


  XXXIV

                             _--Empèri!
  Coumando lou patroun fasènt lis usso.
  A vist veni, sus la man drecho, uno isclo
  Que van rasant, neissènto e graveirouso.
  Mai au Caburle, aquito, de que parlon?
  D'aquéli bèlli dono qu'à Valènço
  Vènon de s'embarca. Jóusè Ribòri,
  Entre si dènt tout moussigant sa chico,
  Vèn coume eiçò:--Lou couneissès, Mèste Èime,
  Qu'au trepadou m'a touca la paleto...
  N'es pas un ome à counta de gandoueso.
  Sabès ço que m'a di? qu'entre li damo
  Qu'avèn aqui-darrié fasènt si folo
  I' a la Duquesso de Berri.--Talounes?
  --Nàni, taloune pas.--Dèu èstre aquelo
  Qu'a li frisoun tant negre e d'iue que traucon.
  --Noun, noun, dèu èstre aquelo capeludo
  Que ié lusis, au cresten de sa pienche,
  De gròssi perlo d'or.--Ah! pas mai!--Bougre!
  Noun sarié pas aquelo bloundinello
  Que jogo dóu ventau e fai que rire?
  --Coumprenès bèn, anen, diguè Ribòri,
  Qu'uno persouno ansin, uno princesso
  Que vòu recounquista, riboun-ribagno,
  Lou trone de soun fiéu, noun es proun simplo
  Pèr se douna tant lèu à recounouisse!
  --Mai d'aquéu vanc ounte anarié?--Bèu nèsci!
  Sabès dounc pas qu'avau en terro d'Arle,
  Vers lou Grand Clar, dins li palun de Cordo,
  Soun belèu milo o dous milo escapoucho
  Que, noun voulènt servi de ges de modo
  Lou gau-galin, bivacon sus la sagno?
  --Li palunié, li desertour, vos dire?
  --Li palunié, li cassadou d'iruge,
  Lis insoumés de la Galejouniero,
  Lis enfourniau ferouge dóu terraire
  Que, dins li trantaiero e dins li toumple
  De si palun fougouso e negadisso,
  Tènon couta li Blu que li secuton...
  Eh! la vaqui, l'armado touto lèsto
  De la Duquesso!--Que n'en dis lou prince?_


  XXXV

  _--Dise qu'en tau parage rèn m'estouno:
  Dins lou clarun d'aquesto vau superbo,
  Souto li tibanèu de vòsti barco
  Resquiharello au gai courrènt de l'oundo,
  Metès-ié de princesso, de papesso,
  D'emperairis o, se voulès, de fado,
  En vestimen d'azur, d'or e de pourpro,
  Tout acò bèu ié trèvo sus la visto,
  Autant vivènt, autant verai e lèime
  Coume nous-autre eici que l'aigo emporto!
  Vesès de flourdalis? Iéu vese, fraire,
  La flour de Rose eila que se souleio
  Vers lou Miejour ounte anan... Que, Jan Rocho?
  N'i'a pèr long-tèms encaro? Me languisse.
  --Acò se me venias manja ma soupo?
  Respoundeguè lou prouvié.--Pren-te gardo!
  Lis ome de l'empento ié cridèron.
  --Hòu! lou soulèu es pas leva pèr tóuti?
  Sian pas jalous. L'Angloro, fau que fugue
  L'estello liuencho ounte degun adeso
  E que fai lume en tóuti nòsti barco...
  D'aquest moumen, sabès pas? se penchino,
  Revertigueto e gènto, sus la dougo,
  Lou péu engrafouli pèr li boufado
  Dóu fuiarèu que furno dins li fueio.
  --De la desembouia dins li sauseto,
  Amariés miès acò, parai? gaiofre,
  Ajustèron lis ome de la rigo,
  Que d'empegne la barro, que?--Reiaume!
  Cridè Patroun Apian; e d'uno buto,
  Revirant lou gouvèr tóutis ensèmble,
  S'èron remès valènt à la manobro._


  XXXVI

  _--Prince, coume disias, sus la ribiero
  Tout pòu se vèire: es lou roudan dóu mounde,
  Faguè lou vièi patroun. Tenès, lou papo:
  Tout abiha de blanc, emé sa dèstro
  Que nous benesissié de soun carrosso,
  L'avèn pas vist dos fes? Uno, pecaire,
  Quand presounié l'avien tira de Roumo,
  Qu'eilamoundaut à Paris lou menavon
  E que pièi, dóu desfèci e dóu lassige,
  Venguè mouri pèr camin à Valènço;
  L'autro, quand Bonaparte pèr soun sacre
  Lou mandè querre e, de bon grat o luerdre,
  Fauguè mai que marchèsse... Bonaparte!
  Aquel inressaciable de counquisto
  Que, nous envertouiant à sa fourtuno,
  Nous avié fa tant liuen tibla la guèto
  E tant de tèms estrassa la cartoucho,
  Que tant de couscricioun i chapladisso
  Éu avié coussaia, fèbre-countùnio,
  Que li nacioun disien: «Fau que li vaco,
  Dins lou païs de Franço, fagon d'ome!»
  Eh! bèn, se vous disiéu que, sus la ribo
  Aqui dóu Rose--ounte lusis la routo,
  Aquéu grand ome, aquéu fóudre de guerro,
  A la desfacho, l'avèn vist coundurre
  Coume un paciènt, despoudera, tout marfe!
  Lou menavon alin à l'isclo d'Èubo...
  Lou generau Bertrand dins la veituro
  Èro asseta contro éu: la gaugno palo,
  Un foulard jaune à l'entour de si tempe,
  Éu, l'emperaire aièr de tant de pople,
  Vuei renega di siéu, de si menistre,
  De tóuti si catau que l'encensavon,
  Davalavo au galop... Quand me rapelle!_


  XXXVII

  _I' avié de femo,--anen, de malurouso,--
  Que, sis enfant estènt mort au service,
  Dóu camin ié quilavon: «Manjo-mounde!
  Rènde-me-lou, moun fiéu!» Dins li vilage,
  Li pèd-terrous, quichant i det, terrible,
  Un escut de cinq franc, pèr lou counèisse,
  Lou poung en l'èr, ié bramavon: «A Rose
  Lou_ castagnié! _lou_ toundu!» _Miserable!
  Fasié freni... Mai dins sa desfourtuno
  Agamouti, mut, tau qu'un Ecce-Homo,
  Éu regardavo eilalin, coume un ladre,
  Lou Rose qu'à la mar s'anavo perdre.
  A-n-un relais de posto, dins la mudo
  Que se fai di chivau, espeloufido,
  Lou coutèu à la man, uno oustaliero
  Qu'èro à sa porto saunant un poulastre:
  «Ha! cridè coume acò, lou sacre moustre,
  Se lou teniéu aqui! Dins la courniolo
  Iéu ansin ié plantèsse ma coutello!»
  Couneissié pas l'emperaire. Éu s'avanço:
  «Que vous a fa?» ié vèn.--«Aviéu dous drole,
  Respond la maire en dòu que s'engalino,
  Dous drole bèu, que semblavon dos tourre!
  Me lis a fa peri dins si bataio.»
  --«Noun periran si noum dins lis estello,
  Napouleon ié dis em' un founs triste;
  Pousquèsse-iéu èstre toumba coume éli!
  Soun mort pèr la patrìo au champ de glòri.»
  --«E quau sias, vous?»--«Iéu, dis, siéu l'emperaire.
  Ai! bono femo! (vous demande, prince!)
  D'ageinouioun à si pèd, esperdudo,
  Ié beisè lèu li man, pauro marrido,
  Ié demandant perdoun, touto en lagremo.--_


  XXXVIII

  _E Mèste Apian se derroumpènt:--Empèri!
  Cridè subran en s'eissugant li ciho
  Lou capèu à la man, ah! boutas! d'ome,
  Pèr n'en trouva 'n segound d'aquelo estampo,
  Faudrié courre!--Avisas-vous, li móussi!
  Chamon li radelié d'un trin de fusto
  Que vai floutant pèr lou mitan dóu Rose.
  --D'ounte vèn lou radèu, gourrin?--D'Isero.
  --Avès uno lignado, aqui, famouso!
  --N'i'a pèr vint milo franc.--Bos de marino?
  --Vai à Touloun... Espinchas quénti pège!
  Falié li vèire, au soum de la mountagno,
  Quand boumbissien dins lis escoulanchouiro,
  Avans qu'èstre enliama pèr li redorto!
  Avèn de sap, aqui, de fau, de roure,
  Qu'an belèu dous cènts an, sènso trop dire...
  Acò vèn dóu Vercors, di Terro Frejo,
  Di bouscarasso de la Grand Chartrouso,
  Amount dóu tron de Diéu!--De bèlli pèço...
  Anessias pas turta contro li pielo
  Dóu Pont Sant-Esperit!--N'i'aurié pèr tóuti,
  Car es pas di que lou pont noun sautèsse...
  A l'empento! à l'empento!--Adessias, brodo!
  --Adessias, galavard!_


  XXXIX

                         _Mai sus la tuerto
  Soun mai groupa Jan Rocho emé lou prince:
  --Sabès? vous ié faudra paga sa fiero,
  A la pichoto Angloro, aquesto vòuto...
  --De-bon? creses que vèngue, elo, à Bèu-Caire?
  --Eto! vers li marchand fau bèn que vèngue
  Chabi soun escachoun de pampaieto!
  --Vogo toujour! d'aquelo grand Naturo
  Que desempièi Lioun nous embelino,
  A iéu me plais de saluda dins elo
  La primo-flour, la rèino naturalo.
  --Segnour, à dicho que vers sa presènci
  Nous abasan, anas, de lono en lono,
  Vèire lou flume espalarga si ribo
  E lis amour faire si cabusseto.
  Leissas passa lou Cengle emé sa tourre
  Que, maladito, eila vèses que pènjo,
  Despièi qu'is Uganaud li couventialo
  Un cop ié durbiguèron si grasiho;
  Pièi Charme, e Bèu-Chastèu mounte lou Rose.
  Recava pèr l'Eiriéu, tant s'aprefoundo;
  E Pèiro-Gourdo e Sant-Laurèns de Papo,
  Em' alin li Ceveno... De la Vòuto
  Anan franqui lis isclo verdoulènto
  Que i'abiton li vibre emé li lùri,
  Em'aquelo qu'apellon Pren-te-gardo!
  Veiren Cruas, Rocho-Mauro la negro,
  E mandaren l'amarro au port d'Ancouno.--_


  XL

  _Au port d'Ancouno an pas quicha l'anchoio
  Que tourna-mai se cargo, zóu que n'i'ague...
  Mai coume acò sènt bon! sus lou Caburle
  An embarca vint saco de vióuleto
  Que porton à Bèu-Caire: es la culido
  Que s'es facho au Mezenc, à Santo-Aulaio,
  Emai vers lou Grand-Serre e la Vau-Droumo.
  D'aquelo secarié de canitorto
  Lou Rose tout entié lèu se perfumo.
  Sus la maire dóu Rose pleno d'isclo
  Jito si rai tebés la souleiado,
  Sus li revòu que trelusènt virouion
  E l'un dins l'autre en rebouiènt se perdon,
  Sus li bousquet d'ounte lis aubo sorton
  Emé si trounc cambaru que blanquejon,
  Redoun e lisc, coume dirias li cueisso
  De quauco ninfo o divesso giganto.
  Di segounau verdejon li broutiero;
  Dins li canié li rèsso-sagno en noumbre
  Fan «tiro! sarro!» I calanc que s'aliuenchon
  O se raprochon en taiant la ribo,
  Li capoun-fèr tamison à grand ciéucle
  O radon li faucoun sus lis auturo.
  Entre li bord amudi, soulitàri,
  Pacifico descènd la longo floto
  Qu'à soun entour es talo l'avalido
  E talamen es vaste lou silènci
  Qu'à milo lègo sèmblo liuen dóu mounde._


  XLI

  _Napo d'arcié, li lònguis aigo morno
  Menon la som e l'embriagadisso.
  Souto lou tibanèu de la grand barco
  Lou prince fai miejour. Oh! vido bello!
  Jasènt dins sa flassado à raio roujo
  Ounte es brouda lou Cor d'argènt d'Aurenjo,
  L'iue mita claus, vèi dins l'azur di lono
  Se miraia li pibo loungarudo
  Que van fugènt emé li frais, li vege,
  Li caladat, li paliero, lis auve.
  Atrevari, tout resquihant sus l'oundo,
  Vèi peramount, que passon à la filo,
  Li castelas coulour d'or, li tourrello,
  Memouratiéu di tempourado liuencho,
  De si fatorgo en tout meravihouso!
  Sènt l'infini bonur d'èstre deliéure
  Di causo vano e mèco de la vido.
  Un dous pantai d'amour l'envahis: sounjo
  A l'Évo incouneigudo que l'espèro
  En quauco part, lou cor en flour, souleto,
  E qu'aura fe belèu dins sa paraulo,
  Se'n-cop ié dis que la vòu. E trelimo
  D'embessouna sa vaigo jouventuro
  Au nouvelun de la bello ninoio
  E de se perdre em'elo dins li tousco,
  Bevènt l'óublit de tout lou rèsto em'elo._


  XLII

  _Tou-en-un-cop li son d'uno musico
  Sus l'autro barco eila-darrié s'enauron,
  E de voues clarinello, armounïouso,
  Veici que fan chala l'emplun dóu flume.
  Li Veniciano, aurias di tres Sereno,
  Alegramen eiçò poulit cantavon:_

    De-long de la marino
    En se lavant li pèd,
    A la bello Nourino
    Soun anèu i'escapè.

    Vèn à passa 'n pescaire
    Que vai dins soun barquet
    E bourjo de tout caire
    Pèr empli soun saquet.

    --Pescaire à barbo bloundo,
    Pèr tu i'a 'n bèu flourin,
    Se me pesques dins l'oundo
    Moun aneloun aurin.--

    Se trais dins la marino
    Lou pescaire aflamba:
    --Vaqui, bello Nourino,
    L'anèu qu'avias toumba.--

    Sa bourso elo desblouco:
    --Veici toun pagamen.
    --Un poutoun sus li bouco,
    Vole rèn autramen.

    --De-jour noun se poutouno,
    Que nous veirié quaucun.
    --De-niue souto la touno
    Nous couneira degun.

    --Mais la luno clarejo
    Amount dins lou cèu grand.
    --Dins lou bos que soumbrejo
    Mi bras t'amagaran.

    --La roso qu'ai au jougne
    Vai chanja de coulour.
    --Au rousié fau se pougne,
    Avans que toumbe flour.

    --Laisso-m'esta, pescaire,
    Qu'ai pòu dóu miéu marit!
    --Iéu noun lou cregne gaire,
    A bèu èstre marrit!

    Sus moun batèu que lando
    Nous raubaren au fres,
    Car siéu prince d'Oulando
    E noun ai pòu de res.

  _--Oh! la flamo cansoun! bello Veniso!
  Vai murmurant lou prince que pantaio
  Entre-dourmi sus la nau, barqueirolo
  Qu'à la vesprado mounton di Placeto,
  Dóu Grand-Canau silencious e dóu Lido,
  Oh! bressas-me dins ma beatitudo!
  E plus de pensamen, qu'es la sagesso
  De se leissa pourta sus l'aigo folo
  A la gràci de Diéu, coumo lou ciéune
  En rejougnènt la tèsto souto l'alo.--
  Li dono veniciano soun pas nèscio:
  Sabon deja qu'un prince vogo em'éli
  E calon si fielat dins l'oundo bluio
  En cantant la cansoun dóu rèi d'Oulando.
  Mai acò 's un fin pèis, e veiren vèire
  S'enlabrena pèr éli, tèsto-pouncho
  Éu vai passa pèr iue o bèn pèr maio._

  [Illustration]



  [Illustration]

  _CANT CINQUEN_

  _L'ANGLORO_

  XLIII


  _Dóu tèms qu'ansin davalo lou Caburle,
  De liuen en liuen crousant d'uno autro tiero
  Lis equipage amaiant que dóu Rose
  Remounton lou courrènt, en visto fuson
  E coumbo e piue: lou Roubioun qu'enfre terro
  Bagno Mountelimar; pièi lis ancoulo
  De la grand glèiso amount apountelado
  Sus lou ro de Viviés; vers l'autro ribo
  Lou toumple dóu Gourg Nièr--que, pèr Calèndo,
  Un cop pèr an se i'auson li campano,
  A miejo-niue, de l'abadié de mounjo
  Que fuguè dins lou tèms aprefoundido.
  Emé lou castelas qu'èro à dre d'éli,
  Pèr un ouide cava souto lou flùvi,
  Se dis qu'avien trevanço.--Aviso! aviso!
  Lou timounié subran dounant l'estorso,
  An rascla l'agacin de Malo-Mousco.
  Rapido, la calaumo intro à la cluso,
  Estrecho e redoutablo, de Dounzero,
  Ounte, en passant, ferouno lis espinchon
  Li Tres Dounzello tremudado en roco.
  Esperavon aqui, tóuti tres drecho,
  Si chivalié parti pèr Terro Santo:
  En regardant veni de-long de l'oundo,
  Talamen es marrit la languitudo,
  A la longo dóu tèms s'arrouquiguèron.
  Passon lou Bourg--que sant Andiòu lou diacre
  I'escounjurè lou diéu Mitra; descuerbon
  Apereila lou mount Ventour que gibo,
  Aperalin lou Mezenc di Ceveno,
  Aperavau lis arco espetaclouso
  Dóu Pont Sant-Esperit, fa pèr miracle;
  E, perdu dins lis aubre, enfin abordon
  Au Malatra, vers lou jougnènt d'Ardecho,
  Que, pèr raport i gravo dangeirouso,
  Aqui van prene l'ome de la mudo._


  XLIV

  _--Vès-la! vès-la! cridèron dins li barco.
  Lou poung sus l'anco, en ribo dóu grand Rose,
  Dins si raubiho bello dóu dimenche,
  A la man soun cabas de sagno primo,
  Elo, l'Angloro, esperavo risènto.
  Car em' aquéli gènt dis equipage
  S'èro à cha pau rendudo famihiero,
  Fantaumejant e fadejant em' éli.
  Desempièi qu'èro au mounde, sus la dougo
  Venié vèire veni li sisselando,
  Lóugiero fendènt l'aigo à la desciso,
  Cargado de castagno o d'àutri viéure,
  Emé soun tibanèu de telo blanco
  Acatant li mouloun de marchandiso.
  Li marinié di barco ventrarudo,
  En la vesènt bada long de la lono,
  De-fes dins soun faudau qu'elo aparavo
  Ié jitavon de liuen de poumo roujo
  O de pero garroto à la rapiho.
  Tóuti la couneissien, aquelo Angloro,
  Coume l'avien noumado pèr escàfi,
  En estènt que toujour sus li graviero
  Grapaudejavo nuso, à la rajolo
  Dóu souleias, coume uno reguindoulo.
  Pièi s'èro facho grando, arrouganteto,
  Emai poulido proun. Èro que bruno;
  Mai uno bruno claro o, pèr miés dire,
  Lou rebat dóu soulèu l'avié daurado;
  Emé d'iue de perdris, qu'èro de peno
  De saupre se risien d'enfantoulige
  O d'alegresso folo o bèn pèr trufo._


  XLV

  _D'ageinouioun o drecho dins li semo,
  Aqui-de-long, tout lou jour, abarouso,
  Emé soun crevelet d'aran passavo,
  Entre-mesclo au savèu em' i graviho,
  Li pampaieto d'or que, raro e tèuno,
  L'Ardecho carrejavo après li plueio.
  Lavado e relavado, li paiolo
  Se retenien, lusènto, sus la bourro
  D'uno pèu de móutoun; e bèn countènto,
  Pecaire, quand gagnavo sa peceto
  De douge o quinge sòu, un jour dins l'autre.
  De si sourreto e fraire la ninèio,
  Bóulant à pèd descaus l'areno morto,
  Un eici, un eila, dins la ribiero
  I' anavon rabaia li crevelado.
  La maire au bastidoun fasié la soupo
  O pedassavo en ié bramant de-longo:
  «Quau vous tendrié de besougno, destrùssi!»
  Soun ome, lou gros Tòni, èro mudaire.
  Au Pont Sant-Esperit, que fau counèisse
  Li gourg e li courrènt pèr noun se roumpre
  Is esperoun de sis ancoulo traito,
  Passavo li batèu à la desciso.
  Prouvenien d'Aramoun e, dintre Rose,
  Remounta pèr la pesco dis alauso,
  Avien planta caviho e penja l'oulo,
  Aqui perdu, dins uno capitello
  Bastido à pèiro seco sus l'auturo,
  Pèr precaucioun di crèis e cop d'Ardecho;
  Car fau pas badina 'm' aquelo garço
  De ribiero rabènto, quand s'abrivo,
  Gounflado pèr li plueio e que fai crèisse
  Lou Rose de vint pan!_


  XLVI

                         _E dounc l'Angloro,
  En péu o sus la tèsto un plechoun rouge,
  Li marin de Coundriéu e d'Andanceto
  Sèmpre la retrouvavon au passage;
  Talamen que, fasènt la descendudo,
  Un cop avé franqui li Tres Dounzello
  E travessa lis isclo Margarido
  E devista lou ro de Pèiro-Lato:
  --Anen, disien galoi, lèu anan vèire
  Au Malatra roundouleja l'Angloro!--
  Acò soulet lis escarrabihavo
  Mai qu'un cigau de vin à la coucourdo.
  E tant-lèu la vesien, atravalido,
  Boulegant soun crevèu dins la lumiero,
  La gounello estroupado à miejo-cueisso
  E lou jougne badiéu coume uno roso
  D'agoulencié que béu la souleiado:
  --Que, hòu! cridavon en ié fasènt signe,
  Aquelo Angloro a panca fa fourtuno?
  --Ai! pauro! d'or, respoundié la pichoto,
  Aquéli gus de Raiòu, dins l'Ardecho
  N'en jiton gaire... Sabès lou prouvèrbi?
  Arpaiaire, pescaire, emai cassaire...
  --Pecaire!--Juste. Mai passas bèn vite?
  --Lou Rose es fièr e n'a ges d'arrestado,
  Bello jouvènto! Mai, à la remounto,
  Quand li chivau tiraran la maieto,
  Que revendren de la terro d'Argènço,
  Amarraren i tòti de la ribo
  E t'adurren de dàti... Ounte es toun paire?
  --Es au Grand-Malatra que vous espèro...
  Bon viage à la marino!--Adiéu, mignoto!_


  XLVII

  _N' i' avié proun un, sabès, que sus lou tèume,
  Toujour lou bèu darrié dintre la chourmo,
  Saludavo enca 'n cop la pichouneto
  Emé quàuqui poutoun à la voulado.
  Èro un gaiard cadèu de Sant-Maurise
  Que, sus lou còu e sènso ges d'ajudo,
  Soulet aurié carga 'no bouto pleno
  De sièis barrau. Soun noum èro Jan Rocho:
  Un brun masclas d'aquelo forto raço
  De ribeirié dis aigo dóufinenco
  Que, sus li riso e lis auve dóu flume,
  Entre-mitan lou Reiaume e l'Empèri,
  Gouvernon li radèu e savouiardo.
  Au desparti, sa maire, chasco vòuto,
  Ié venié:--Moun enfant, lou cor me crèbo
  De te vèire abasa 'm' aquéli barco
  Que, la mita dóu tèms, revènon routo
  O que, desemparado, avau demoron.
  De sèt garçoun, que tu n'en siés lou mendre,
  Car èron tóuti, ve, d'esclapas d'ome,
  Me soubro plus que tu. Li fiho palo
  Dóu plan-païs, avau dins la Prouvènço,
  Me lis an tóuti pres, un après l'autre.
  Em' uno bello oustesso qu'èro véuso
  L'einat s'es establi pèr aubergisto;
  Lou cadet, peralin au grau dóu Rose,
  S'es fa, m'an vougu dire, escandaiaire;
  N' i' a dous que, marida 'mé d'Arlatenco,
  En patramandejant bèn proun que viscon;
  E dous qu'en Avignoun an tengu tòti
  Pèr èstre porto-fais. Em' uno bando
  De drole coume aviéu, à moun vieiounge,
  Se tu vas courre mai la bello eisservo,
  Me vese iéu à mand d'ista souleto!
  --Maire, fasié Jan Rocho, li chatouno
  Que porton sus lou péu lou velout d'Arle,
  Nimai li boujarrouno de l'Ouvezo,
  Nimai li risouliero de la Sorgo
  Emé si catalano blanquinello
  Qu'au vènt-terrau si dous vetoun floutejon,
  Noun me faran jamai, fugués tranquilo,
  Oublida nòsti drolo crouchounado
  Emé si bèlli rouito sanitouso.
  --Ha! la vièio apoundié, que soun rejuncho
  E bravo en tout: sachènt garda li dindo,
  Tout en fielant sa blesto de canebe,
  Móuse li cabro e batre lou bon burre
  O tricouta li flour de la dentello...
  Tè, sènso ana pu liuen, coume la fiho
  Dóu Charmetan, qu'es uno degouiado:
  A la fin de si gènt, moun chat, pèr doto
  Aura de prat, de vigno emai de terro
  Que dèvon rèn en res, l'auses?--O, maire._


  XLVIII

  _Patin, coufin. En chasco despartido
  Èro la memo aubado. Mai Jan Rocho,
  Un cop mounta sus lou paiòu di barco,
  Un cop bandi sus lou courrènt dóu flume
  Vers lou relarg de la Prouvènço lindo,
  Adessias li touiaudo de Serriero,
  D'Ampuis, dóu Piage o de Glun o de Sèrvi!
  En respirant l'aire libre dóu Rose,
  Quand se vesien, éu e li cambarado,
  Li mèstre en plen d'aquéu reiaume eiguèstre,
  D'aquel empèri dóu Maïstrau rude
  Que s'espandis au long entre li colo,
  De soulèu en soulèu e d'auro en auro,
  D'uno ourgueianço estrèmo venien ébri
  E se cresien lis invincible au mounde.
  A-n-éli lou fin moust de l'Ermitage
  E lou vin caud de la Costo-Roustido
  Que, pèr camin, vivo la canto-bruno!
  N'adousihavon sèmpre quauco pèço.
  A-n-éli lis oulado que treviron
  E li taioun d'aquéu biòu à l'adobo
  Que lou lausié perfumo dins la glouto!
  E li feisan de l'isclo Pibouleto
  E li poulardo avau de Roco-Mauro,
  Nourrido à jabo emé lou mi d'escoubo;
  E li couniéu de Castèu-Nòu de Papo
  Assaboura 'mé lou vin de la Nerto!
  A-n-éli li brassado di chambourdo,
  Dins la sournuro, au pèd dis aubaredo,
  Quouro i gràndis aubergo de la ribo
  Pèr la couchado au vèspre s'arrambavon!
  N'avien pas tort li crid de la gouverno
  Qu'entre li dos levado, de-countùnio,
  S'entendien reboumbi:_ Reiaume! Empèri!
  _Li Coundriéulen, patroun de la ribiero,
  Èron de rèi verai, de counquistaire.
  Vers la Prouvènço, aquelo Palestino,
  Ounte lou Rose dins soun amplitudo
  Embrasso l'isclo inmènso de Camargo,
  Vers la Prouvènço ounte l'óulivo afloco
  Sus li pendènt de tóuti li coustiero,
  Vers lou païs ounte cour la Tarasco,
  Ounte au soulèu, lou jour, danso la Vièio,
  Ounte la niue i'a l'estelan qu'esbriho,
  Éli, li veiturin de l'aboundànci,
  Ié davalavon bèn-vengu de tóuti._


  XLIX

  _Entre parèisse aperamount la rigo
  Di sisselando e sapino e pinello,
  Encalaumado en co l'uno de l'autro,
  Emé li Coundriéulen dre sus la poupo,
  Li bras leva, d'acord butant l'empento
  E dins l'azur pièi la lachant ensèmble,
  Li terrassan d'en terro ié cridavon:
  «Manjo-cabrit! Quiéu-de-pèu! N'as de burre?»
  E li coulosse bounias: «Manjo-anchoio!
  Camino! As pòu que te manque, la terro?»
  Ié respoundien en uno bramadisso.
  E tout-de-long l'antico galejado
  Resclantissié dins lou parla di pople;
  E tout-de-long, sus li talus de pèiro
  Di pourtihoun que bordon la grando aigo,
  Pèr vèire, ivèr-estiéu, venien li fiho,
  De soun debas gaubejant lis aguïo
  O sa sieto à la man, la tèsto alerto.
  Tout resquihant peréu sus l'oundo liso,
  Li Coundriéulen aqui s'enarquihavon
  E, di batèu, en ié fasènt bouqueto:
  --Anen, voulès veni, cridavon, drolo,
  Emé nous-autre à-n-Arle?--Sian pas lèsto;
  Un autre cop!--E filavon li barco
  Dins li risènt, entre-mitan lis isclo.
  Just lou pilot, aplanta sus lou tèume,
  Alin-davans lis iue dubert e fisse
  Pèr fourvïa lis agacin de roco,
  De liuen en liuen viravo un pau la barro._

  [Illustration]



  [Illustration]

  _CANT SIEISEN_

  _LOU DRA_

  L


  _Oh! lis atiramen de l'aigo blouso,
  Quand lou sang nòu espilo dins li veno!
  L'aigo que ris e cascaio ajouguido
  Entre li coudelet, emé li sòfi
  Qu'arrapon en sautant li damisello
  E li mouissau di vèrdi bourdigaio!
  L'aigo poulido e crudèlo e felouno
  Qu'embelino e pivello l'innoucènci
  En ié fasènt lusi li tremoulino
  De soun mirau!--Ninèio, à la vihado
  La maire ié venié de vòuto en vòuto,
  A sis enfant, à l'Angloro,--ninèio!
  Vers li blavour de l'aigo pausadisso
  O lis afous que remoulinon encre,
  D'ana jamai gafa noun vous avèngue!
  L'ai toujour ausi dire: souto Rose
  (Ai! bèu mignot, se lou pèd vous mancavo!),
  En de founsour que soun descouneigudo,
  Ié trèvo, despièi que lou mounde es mounde,
  Un fantasti nouma lou Dra. Superbe,
  Anguiela coume un lampre, se bidorso
  Dins l'embut di revòu mounte blanquejo
  Emé si dous iue glas que vous trafuron.
  A lou péu long, verdau, flus coume d'augo,
  Que floto sus sa tèsto au brand de l'oundo.
  A li det, lis artèu, pèr ausi dire,
  Tela coume un flamen de la Camargo
  E dos alo de pèis darrié l'esquino
  Clareto coume dos dentello bluio.
  Lis iue à mita claus, nus coume un verme,
  N' i' a que l'an agu vist, au founs d'un toumple,
  Estalouira au soulèu subre l'areno,
  Pipant coume un lesert la souleiado,
  La tèsto revessado sus lou couide.
  Barrulant souto l'aigo emé la luno,
  N' i' a que l'an entre-vist, dintre li lono,
  Avera d'escoundoun li flour de glaujo
  O de l'erbo-d'infèr. Mai pièi lou pire,
  Chat! escoutas aquesto..._


  LI

                             _Un jour, se conto,
  En ribo de Bèu-Caire uno femeto
  Lavavo sa bugado dins lou Rose
  E, tout en bacelant, à la subito
  Veguè, dins lou courrènt de la ribiero,
  Lou Dra, poulit e lèri coume un nòvi,
  Qu'à travès dóu clarun ié fasié signe.
  «Vène! ié murmuravo uno voues douço,
  Vène! te farai vèire, bello chato,
  Lou palais cristalin ounte demore
  Emé lou lié d'argènt ounte m'ajasse
  E li ridèu d'azur que l'encourtinon.
  Vène! te farai vèire li fourtuno
  Que se soun aclapado souto l'erso,
  Despièi que li marchand ié fan naufrage,
  E qu'ai encamelado dins mis ouide.
  Vène! ai un pipaudoun que n'a que l'orvo
  E que, pèr s'abari dins la sapiènci,
  N'espèro que toun la, bello mourtalo!»
  La jouino bugadiero, atrevarido,
  Leissè toumba de sa man escumouso
  Soun bacèu e 'm'acò, pèr l'ana querre,
  S'estroupant vitamen à miejo-cambo,
  Pièi au geinoui, pièi jusquo à miejo-cueisso,
  An! perdeguè l'apès. Lou briéu dóu flume
  L'envestiguè de soun oundado vivo,
  L'entourtouiè, barbelanto, avuglado,
  E l'entirè dins li aven ferouge
  Que remoulinon avau souto terro.
  L'aguèron bèu cerca 'mé la partego:
  La retrouvèron plus, èro perdudo.
  Passè de jour, passè d'an. A Bèu-Caire
  Degun pensavo plus a la paureto,
  Quand un matin, au bout de sèt annado,
  La veguèron rintra, touto tranquilo,
  Dins soun oustau, sa fardo sus la tèsto,
  Coume se retournavo, à la coustumo,
  Dóu lavadou: soulamen un pau palo.
  Tóuti si gènt lèu la recouneiguèron,
  E tout acò cridè: «Mai d'ounte sortes?»
  En se passant la man sus lou front, elo:
  «Vès, ié diguè, me sèmblo qu'es un sounge...
  Que vàutri lou vougués crèire o pas crèire,
  Sorte dóu Rose. En lavant ma bugado,
  Ai toumba moun bacèu e, pèr l'avedre,
  Ai resquiha dins un founsau terrible...
  E me sentiéu embrassado souto aigo
  Pèr uno oumbrino, un glàri, que m'a presso
  Coume un jouvènt que fai un raubatòri...
  Lou cor m'avié fa mau e, revengudo,
  En un vaste soubau plen de fresquiero,
  Enlumina d'uno lus eigalouso,
  Emé lou Dra, souleto, me siéu visto.
  Avié, d'uno fiheto entre-negado,
  Agu 'n pichot--e iéu, pèr nourriguiero
  De soun Draguet, sèt an m'a detengudo.»_


  LII

  _L'Angloro, l'endeman d'aquéli conte
  Qu'emé li rai dóu soulèu s'esvalisson,
  Noun ié pensavo plus e, dins li semo
  Dóu Malatra, zóu! esperdigaiado
  Courrié 'mé soun crevèu se metre à l'obro.
  Èro au gros de l'estiéu: sus li piboulo,
  Lis óume e lis aubero blanquinello
  Que fan sóuvert, cantavon li cigalo...
  Hòu! elo cregnié rèn, car, au regiscle
  Dóu grand soulèu que pico sus l'areno,
  Disié qu'ansin vesié miés li paiolo
  Belugueja. Lou mai que i'èron grèvo
  Èro li niue, quand dins l'estrecho bòri
  Falié coucha 'mé touto la chaumiho,
  Au sòu, à ran, sus un mouloun de fueio.
  Uno d'aquéli niue de calourado
  Que vous estoufegas souto li téule,
  S'èro levado en camiso à la luno
  Pèr ana prene un pau lou fres deforo.
  La luno dins soun plen la regardavo,
  Mingoulouno, descèndre vers la ribo,
  A pèd descaus, dins lou prefound silènci
  De la naturo inmènso e dourmihouso,
  Leissant ausi lou rouncadis dóu Rose.
  Sus l'erbo clarejavon li luseto;
  Li roussignòu alin à la perdudo
  Se respoundien, amourous, dins lis aubo;
  E lou cascai de l'oundo courrerello
  S'entendié rire. Au sòu la manidouno
  Leissè d'un cop toumba sa camiseto
  E dins lou Rose, ardènto e trefoulido,
  Plan, de-clinoun, intrè, li man crousado
  Sus la tremour de si dous sen de vierge.
  Au proumié frejoulun, de la pereso
  S'arrestè 'no passado, souspirouso;
  E roudihè lis iue, proun esmougudo,
  Tout a l'entour dins la negruro liuencho
  Ounte cresié toujour qu'entre lis aubre
  Quaucun desabihado l'espinchèsse.
  Pièi zóu, dins lou courrènt de l'aigo molo,
  Descendié 'ncaro un pau, alusentido
  Pèr li rai de la luno que beisavon
  Soun fin coutet, sa jouino car ambrenco,
  Si bras poupin, sis esquino rabloto
  E si pousseto armounïouso e fermo
  Que s'amagavon coume dos tourtouro
  Dins l'esparpai de sa cabeladuro.
  Lou mendre brut, un pèis que foro l'aigo
  Pèr mousqueja faguèsse uno escoupeto,
  Lou gourgoui d'un embut, quand emboutiho,
  Uno rato-penado que quilèsse,
  Pèr un tavan uno fueio batudo,
  Ié viravo soun cor coume uno toumo._


  LIII

  _E davalavo. Mai, jusquo à la cencho
  E pièi plus aut, de se senti vestido
  Pèr lou mantèu ufanous de la riaio,
  Pensè plus qu'au bonur de tout soun èstre
  Mescladis, counfoundu 'mé lou grand Rose.
  Souto si pèd l'areno èro tant douço!
  Uno michour, uno frescour tebeso
  D'un imourous chalun l'agouloupavo.
  A flour de pèu, à flour de carnaduro,
  Vesiadamen li vertoulet de l'oundo
  Ié fasien de poutoun, de sousselegue,
  En murmurant de suàvi paraulo
  Que i'adusien l'espaime de plasènço...
  Quand tout-d'un-cop, dins l'aigo bouleguivo
  E trelusènto i rai de la lugano,
  Eilalin founs, espandi sus la mousso
  D'un jas esmeraudin, que te vai vèire?
  Un bèu jouvènt que ié fasié cachiero.
  Enroula coume un diéu, blanc coume evòri,
  Oundejavo emé l'oundo e sa man linjo
  Tenié 'no flour d'esparganèu sóuvage
  Que presentavo à la jouvènto nuso.
  E de si bouco atremoulido e marfo
  Sourtien de mot d'amour o de mistèri
  Que s'esperdien dins l'aigo incoumprensible.
  De si dous iue catarèu, pivelaire,
  Éu la fasié veni, gravoujo, nèco,
  Desalenado e barbelanto, au rode
  Ounte lou cors e l'amo cridon sebo.
  Enclauso dins lou riéu pèr l'escaufèstre
  Emai pèr un deleitamen estrange,
  Èro, la pauro, aqui coume un que sounjo,
  Qu'es esglaria pèr quauco pòu counfuso
  E que, de courre, acò i'es impoussible.
  E quand durbié lis iue vers lou trevaire
  Qu'envirouna de sa lusour lachenco
  Semblavo l'espera dins si bras souple,
  Un frenimen d'amour invoulountàri
  Souto lou cèu la jitavo en languino
  E ié fasié plan-plan mouri li veno._


  LIV

  _De l'amour qu'espelis o benuranço!
  O paradis de l'amo creserello!
  A-n-un moumen que lou balans dóu flume
  La sóulevavo e masantavo touto,
  De-revesseto, emé soun péu en floto,
  Lis iue barra pèr crento de se vèire
  Li dous poupèu qu'en subre pounchejavon,
  Se vai senti, proumte coume un eslùci,
  Autour dis anco un aflat, un delice,
  Que fresqueirous e len ié fusè contro...
  Ai! e destressounado elo s'adrèisso,
  D'un viro-man rejito soun péu mouisse
  E vèi fugènt, dins lou glavas de l'aigo,
  Uno oumbrinello blanco e serpentino
  Que desparèis. Èro lou Dra. Sapiènto
  Di mino que tenié, l'Angloro, elo,
  Lou couneiguè fort bèn, qu'à sa cenchado
  S'anè trouva subran uno flour roso
  D'esparganèu. Dins un tau treboulèri,
  Elo pamens, urouso e pantaiouso,
  Prenguè la flour nadanto e s'anè jaire.
  Mai en degun, ço que venié de vèire,
  Bèn s'engardè, mignoto, de lou dire,
  Jalouso qu'èro, autant coume uno cato,
  De sa vesioun trop lèu despareigudo.
  Ah! quant de cop, aquel estiéu, la jouvo,
  Dins si langour de niue de toufourado,
  I lunesoun clarino de setèmbre,
  Revenguè mai au delicious rescontre!
  Mai remarquè 'no causo: qu'à la mueio
  Tóuti li fes qu'en intrant se signavo,
  Coume fasié toujour estènt pichoto,
  De-bado au briéu de l'aigo segrenouso
  Avanquissié soun cors de piéuceleto:
  Aquéli niue, lou bèu glàri dóu Rose
  Au bagnadou,--pauro pichouno, espèro
  Qu'esperaras,--à l'espèro mancavo._

  [Illustration]



  [Illustration]

  _CANT SETEN_

  _LA FONT DE TOURNO_

  LV


  _Ounte n'erian? La rigo coundriéulenco,
  Au fiéu de l'oundo, intravo à l'archipèlo
  Dóu Malatra, plen d'aubre e de verduro,
  Quand, touto risouleto, sus la ribo
  Apareiguè, coume s'es di, l'Angloro.
  --Tòti! a fa lou grand patroun di barco
  En estendènt li bras en travessiero.
  Se trais lou cau en terro; la chatouno
  L'envòuto à-n-un soucas; l'ami Jan Rocho
  Destaco lèu lou nègo-chin:--Poulido,
  Anen, dis, zóu dedins, que peses gaire.--
  E d'aise, l'agantant pèr la centuro,
  Éu l'isso dins la nau, hopo lanlèro!
  Cadun ié vèn touca li cinq sardino,
  Cadun ié fai:--Eh! bèn, que dis l'Angloro?
  --Dise tout bèn de vous.--E la póusito,
  N'i'a? n'i'a?--N'i'a pas que n'i'ague, dins li semo,
  Mai toujour coume acò, basto que dure!--
  Levado vòuto au cau, van querre en foro
  Lou gros pilot dóu pont, e vogo à baisso!
  Or tout reviscoula de rire em'elo,
  Qu'en pro s'èro assetado la pichouno,
  Jan Rocho ié venguè:--Santo que canto!
  S'aviés pas mai de sèn que iéu, Angloro,
  Sabes pas que farian?--Pancaro, digo...
  --Eh! bèn, deman au vèspre, dins Bèu-Caire,
  Anarian vèire ensèmble li coumèdi;
  Farian parèu sus lou Prat; en brasseto,
  Vers li bóumiano que tiron l'escorpe
  Nous farian dire la bono fourtuno;
  Vóutejarian pèr tóuti li cabano;
  Te croumpariéu un bèl anèu...--De vèire!
  --Noun, pas de vèire: d'or. E, rèire-fiero,
  Te menariéu pèr nòvio à Sant-Maurise.
  --Boudiéu! en galejant faguè la chato,
  Pèr demoura tout l'an amount souleto
  Emé de gènt que soun jargoun fai rire?
  --Ah! vai, que nòsti rigaudoun soun brave
  Pèr danseja sus li bargiho ensèmble...
  --Jan Rocho, noun; e tè, vos que te digue,
  Iéu, moun franc valentin? Siés un bon drole,
  Siés gros, gaiard, siés (coume dis moun paire)
  Un ribeiròu de la proumièro lèvo...
  Mai n'i'a'n mai avança que tu, moun ome!
  Un que dins li revòu, que dins li toumple,
  Dins lis engloutidou, li cros, li mueio,
  T'emboursarié, te negarié, moun paure,
  Se te prenié de pesca dins sa lono.--
  E s'esclatè la chato d'un bèu rire:
  Talo uno pesqueirolo, quand cabusso
  Pèr aganta 'n peissoun e que respousco._


  LVI

  _Dóu tèms que l'autre, nè, fougno en silènci,
  Dóu tibanèu mounte dourmié--lou prince
  Guihèn d'Aurenjo, làvi coume un astre,
  Veici que sort, tenènt à la man drecho
  Un brout d'esparganèu que vèn de cueie,
  De l'autre las de la nau, sus la lono,
  E cantejant, tout dourmihous encaro,
  A miejo voues, la cansoun de Veniso:_

    Sus moun batèu que lando
    Nous raubaren au fres,
    Car siéu prince d'Oulando
    E noun ai pòu de res!

  _--Tè! sarié pas aquéu?--faguè Jan Rocho
  En la quitant pèr courre vers l'empento,
  De l'autre bout, que Mèste Apian bramavo:
  --Ié fas lou conte de la Barbo-Bluio,
  Que! galapian, o de la Melusino,
  A-n-aquelo drouleto?--Mai l'Angloro,
  Entre vèire lou prince à como bloundo,
  Èro subitamen vengudo palo:
  Faguè, soun sang, un cabus dins si veno
  Que, d'entant-lèu, toumbavo cor-falido.
  --Es éu! es éu!--quilè coume uno folo
  En s'agripant de-reculoun i courbo;
  E tau qu'un diéu, èro aqui, la paureto,
  Que lou belavo, amourouso e cregnènto,
  Coume uno bouscarido pivelado
  Que, d'uno serp à la regardaduro,
  Irresistiblamen fau que degole.
  L'esperit e lou cor en meraviho,
  En ié risènt d'uno façoun courteso,
  Guihèn alor ié dis:--Te recounèisse,
  O flour de Rose espelido sus l'aigo!
  Flour de bonur qu'ai entre-visto en sounge,
  Pichoto flour, la bèn trouvado fugues!--
  Respoundeguè, tout-d'un-cop enardido:
  --Te recounèisse, o Dra! Souto la lono
  T'ai vist en man l'esparganèu que tènes.
  A ta barbeto d'or, à ta pèu blanco,
  A tis iue glas qu'embernon e trafuron,
  Vese quau siés.--Guihèn la flour ié douno,
  E tóuti dous, liga pèr lou mistèri,
  An tresana. Car lis amour van vite,
  Uno fes dins la nau que lis emporto,
  Predestina, sus lou flot._


  LVII

                             _Lis arcado
  Dóu Pont Sant-Esperit, espetaclouso,
  Ie passon en triounfle sus la tèsto.
  Li barcatié, beissant lou front, saludon
  Sant Micoulau dins sa capello antico,
  Demoulido au-jour-d'uei, mais qu'aparavo
  I tèms ancian l'arcado mariniero,
  Pèr soun engoulidou tant dangeirouso
  Que li batèu perdu noun se ié comton.
  La Prouvènço aparèis: es soun intrado,
  Lou Pont Sant-Esperit emé si pielo
  E si vint arc superbe que se courbon
  En guiso de courouno sus lou Rose.
  Acò's la porto santo e courounello
  De la terro d'amour. L'aubre d'óulivo,
  Lou mióugranié tout fièr de si papàrri
  E li gràndi mihiero capeludo
  Oundron deja li cremen e li costo.
  Lou plan se relargis, li bro verdejon,
  Dins lou clarun lou cèu s'emparadiso,
  Lis Uba dóu Ventour se laisson vèire:
  Lou princihoun d'Aurenjo e la pichoto
  Rapugarello d'or, ié sèmblo qu'intron
  Dins la benedicioun. Éu se delèto
  (Ai! la bevèndo fresco e deliciouso!)
  A béure dins aquelo jouventuro
  La vido à soun sourgènt que gourgoulino,
  L'esmeravihamen de l'amo novo
  Qu'en tóuti li mirage fai bouqueto
  E qu'à soun ilusioun se liéuro touto._


  LVIII

  _Dóu trassegun d'amour elo embriago,
  Dins aquéu bèu segnour que l'embelino
  Retrovo en plen lou Dra que souto l'erso,
  Au tremoulun blanquinèu de la luno,
  L'a tant e tant de fes enfachinado.
  E que i'a d'estounant que, diéu dóu Rose,
  Se coumplaigue à treva, dins soun caprice,
  Emé li barco e li gènt de ribiero!
  Vesèn-ti pas li vibre, à founs de calo,
  Veni dins li batèu, de-fes, s'escoundre,
  Que fau, pèr li coucha, se batre em'éli!
  Patroun Apian, lou gros Tòni emai d'autre,
  Vers li roucas eilamount de Dounzero,
  L'an-ti pas vist, lou Dra, souto la formo
  D'un couloubrau gros coume uno boutiho,
  Sali dóu Rose, intra dins li bladado
  En toursènt lis espigo e fasènt d'oundo
  Que lou pilot, dóu segren, n'aguè fèbre
  E ié venguè pertout de sourtiduro!
  L'an-ti pas vist tambèn dins la Courrejo
  Dóu Pichot Rose, au téms que se meissouno,
  S'esquiha d'acatoun souto li faudo
  De quauco ligarello entre-dourmido
  E, se i'entourtouiant à la centuro,
  L'estregne douçamen emé si vòuto
  E ié teta lou sen, d'aqui-que toumbe
  De regalado emai de sadoulige!_


  LIX

  _E disié tout acò, l'esglariado,
  I marinié que, de la vèire en dèstre,
  De pau à pau s'èron aflata d'elo
  O que de liuen aparavon l'auriho.
  --Eh! bèn? quand te disiéu, fasié l'Angloro
  A Jan Rocho esbahi que la miravo,
  Quand te disiéu, badau, qu'èro mai lèri
  Que ges de ribeiròu d'aquésti costo!
  Agacho-lou, tout bèu, que sèmblo un prince!...
  Parai? moun rèi, moun Dra, moun enmascaire,
  Que moustraras à la tiéu amigueto
  Li tengudo que trèves souto Rose,
  Dins li soubau dóu palais de la Trouio
  E d'aquéu dóu Grand-Priéu en ribo d'Arle,
  E li baumo d'Ardecho, revestido
  Rèn qu'emé de diamant e de dentello?
  Parai? qu'à Mount-Dragoun me vas coundurre,
  Toun castelas ounte la niue draquejes
  E que vesèn escalabra si tourre
  Sus li roucas arèbre de la cluso?
  Parai? que dins Gardoun anaren vèire
  Lou famous pont que bastiguè lou diable
  Emé la lèbre que i'empeguè contro?
  Parai? qu'anaren vèire dins lis erme
  A miejo-niue la flamo dis Oulurgue
  Que van plourant e gemissènt i rode
  Ounte an aclapa d'or, qu'acò ié grèvo
  D'èstre mort descounfès, à l'imprevisto,
  Sènso avé decela soun escoundudo?_


  LX

  _Bourrin-bourrant, dins lou trelu, l'Angloro
  Coume un esterveiet que se desviro,
  S'èro enaurado ansin, lis iue alabre
  E de l'esglai la caro sang-begudo.
  Mai éu, Guihèn, ravi de soun rescontre
  Qu'en plen païs alegri lou sóulèvo:
  --O, ié respond emé soun plan d'Oulando,
  Te menarai pertout, bello amigueto!
  De ma principauta mourganatico
  D'Aurenjo, tu, siegues la fabulouso
  Oundino, siegues la fado Mourgano!--
  E'n se trufant li marinié diguèron:
  --L'avès ausido? a perdu la boussolo...
  Aura begu, pauro! à la font de Tourno
  Que fai, coume se dis, vira canturlo.--
  L'Angloro, fièro adamount sus lou tèume,
  Piquè dóu pèd em' uno ricanado,
  E de soun iue faurèu fissant la chourmo:
  --Parlas-n'en plan, sabès? gènt de marino,
  D'aquelo font, alin, cridè mousqueto,
  Que voste sort i'es escri sus la roco!
  --Noste sort? dequé dis l'estrelucado?...
  Parèis que vuei sara soun jour de luno,--
  Brounzinejè la barcado en feloupo._


  LXI

  _Tranquilamen, au fiéu de l'aigo bello,
  Li barco descendien, ribejant d'isclo.
  Èron entre Mournas e Sant-Estève
  Di Sort (aquest, recàti d'escumaire:
  Quand un enfant, se dis, ié vèn au mounde,
  Pèr lou prouva lou bandisson à Rose;
  E se n'en tourno, bon pèr la marino
  O la rapino, basto). Dins la cluso
  Enmuraiado emé li fourtaresso
  Ount debaussè Mount-Brun li Sauto-bàrri
  E que soun noum ié rado enca terrible
  Emé li capoun-fèr, de rouino en rouino,
  Intravon li sèt barco. Mai sus l'orle,
  Talo qu'uno sibilo, adounc la vierge
  Enaurant soun bras nus, ensuperbido
  Pèr lou pantai ferouge que l'enchusclo,
  Diguè:--La font de Tourno es un ouracle!
  La font de Tourno, aquéli que l'an visto
  M'engardaran de menti, s'avès doute.
  L'aigo ié sort d'un ranc, plen de lambrusco,
  D'entravadis, de bouis e de figuiero,
  Fourmant un nai (lou Grand-Gourg, que l'apellon).
  Sus la paret dóu ro, dins un encastre
  Que regardo lou Rose, avès en subre,
  Escrincela despièi quau saup li siècle,
  La Luno fèlo e lou Soulèu--qu'espinchon.
  Vers lou mitan 'i 'n biòu, que vai lou pougne,
  Au vèntre un escourpioun, un chin lou mordre,
  Em' uno serp... qu'à si pèd fai d'oundado.
  Lou brau, plus fort que tout, a tengu tèsto,
  Quand un jouvènt, enmantela dóu ristre,
  Un fièr jouvènt, couifa de la bouneto
  De liberta, ié tanco sa ligousso
  E lou coto. En dessus dóu mourtalage
  Un courpatas esfraious voulastrejo.
  Devine-lou quau pòu, aquéu mistèri!_


  LXII

  _E roudihè, talo qu'un escalustre,
  Sus li barquié sis iue en farandoulo.
  --Iéu, escoutas! en cercant mi paiolo,
  Countuniè pièi, un jour, de mueio en mueio,
  Dins lou ragas dóu riéu m'ère agandido.
  E i'a 'no vièio masco bourguesano
  Que me venguè: «Miro la gravaduro
  Que i'a sus aquéu baus! Li Fadarello
  Qu'à tèms passa trevavon nòsti borno,
  Pichoto, es éli que l'an engimbrado.
  Lou biòu que veses, lou Rouan, que trimo
  Au regard dóu Soulèu e de la Luno,
  Au bèu mitan, sabes quau represènto?
  L'antique barcarés dóu flume Rose,
  Que de pertout l'assauton, l'agarrisson
  Lou marridun e lou trigos de l'oundo.
  Lou serpatas que souto d'éu barrulo,
  Acò's lou Dra, lou diéu de la ribiero;
  E lou jouvènt qu'au brau tanco l'espaso,
  Lou jouvenas que porto sus la tèsto
  Lou bounet rouge,--ensouvèn-te, pichoto,
  De ço que te predise,--es lou destrùssi
  Que dèu un jour tua la marinaio,
  Lou jour que pèr toujour, de la ribiero,
  N'en sourtira lou Dra que n'es lou gèni!_


  LXIII

  _Li barquié risien plus: car sus li dougo
  Courrié, de liuen en liuen, d'aquéli novo
  Que marcon rèn de bon. Dins la barcado
  Li moussu de Lioun parlavon meme
  De gros batèu à fiò que pèr machino,
  Sènso chivau ni maio ni fidello,
  Remountarien contro aigo.--Oh! ço! d'estùrti
  Poudrien crèire aquéli falabourdo!--
  Bramavo Mèste Apian, quand se charravo
  D'aquélis envencioun.--Mai s'avien d'èstre,
  Dequé devendrien tant d'ome e d'ome
  Que vivon dóu trahin de la ribiero,
  Rigaire, carretié, lis aubergisto,
  Li porto-fais, li courdié, tout un mounde
  Que fai lou grou, lou chamatan, lou fube,
  L'ounour, lou trefoulige dóu grand Rose?
  Mai vesès pas que n'i' aurié, cavalisco!
  Pèr ensuca, bougre, à cop de partego
  Tóutis aquéli gus de tiro-l'aufo,
  De treboulo-coumuno e filousofe!--
  Uno aprensioun pamens, èro vesible,
  Venié de s'espandi sus li figuro;
  E n'èro pas sèns crento que Jan Rocho,
  Entravaca pèr tant de causo treblo,
  Arregardavo aquéu jouvènt estrange
  Que, lou matin d'avans, sus la pinello
  Avié sauta, venènt de sai pas mounte._

  [Illustration]



  [Illustration]

  _CANT VUECHEN_

  _A L'AVALIDO_

  LXIV


  _Souto lou tibanèu lou blound calandre
  Emé l'Angloro, pièi, tout plan-planeto
  S'èron ramba pèr i'èstre un pau à l'oumbro.
  La frapacioun suavo o la mascoto
  Qu'au miramen de l'aigo enganarello
  A la longo dóu tèms l'avié sesido,
  La tenié bèn, la chato dóu mudaire;
  E'mé sis iue viscard de perdigouno
  Que sèmpre i'esluciavo un refoulèri,
  Emé soun nas couquin, si bouco roso,
  Ah! n'en falié pas tant, vous assegure,
  Pèr ié douna soun mau au jouine prince!
  --Mais en que dounc, aquest ié remenavo,
  M'as couneigu?--L'esperitado jouvo
  Ié respoundié:--Te l'ai ja di, moun mèstre!
  La flour d'esparganèu que m'as pourgido,
  La pourtaves-ti pas, au founs di mueio,
  Quand te vesiéu blanquejant à la luno,
  Me pivelant vers tu, me fasènt signe
  E m'enclausènt emé ti menganello,
  Talamen que despièi siéu toun esclavo
  E que, se me veniés à dire: «Vole
  Que lampes emé iéu au bout dóu mounde,
  Sèns jamai t'arresta, brido abatudo,
  Coume aquéli famous Chivau Terrèstre
  Qu'à galop, à galop courrènt de-longo,
  Fan lou tour de la Terro, sènso brido,
  Partiriéu en voulant!--Mai se, ma bello,
  Te disiéu que t'embules e que parles
  Au fiéu dóu rèi d'Oulando? à la subito
  Ié demandè Guihèn.--Moun Dra, l'Angloro
  Ié rebriquè, diriéu que te tremudes
  En touto formo que t'es agradouso;
  Diriéu que te siés mes Prince d'Aurenjo
  (Coume ié fas encrèire à la barcado)
  Pèr quauque ramagnòu o cigalige
  Qu'es au-dessus de ma coumpreneduro...
  Mais te counèisse, iéu, de longo toco
  E, moun bèu Dra, vai, que sièr que t'escoundes?
  T'ai devina rèn qu'à toun èr de prince,
  A toun carnen jouine e fres coume l'aigo,
  A tis iue blavinèu, à ta barbeto
  Mai sauro e fino que la glaujo rousso!--_


  LXV

  _Aqui, parai? i'avié rèn à respondre,
  Senoun que d'embrassa la foulinello,
  Davans la fe qu'ansin lou diviniso
  (Amour, se saup que pèr amour se pago),
  Guihèn d'un fiò divin sènt dins si veno
  S'atuba l'estrambord, la flamo courre.
  E dins li bras l'un de l'autre cabusson,
  A plus saupre di dous, éu o l'Angloro,
  Quint es lou mai enclaus o lou mai ébri.
  E vougavon li nau, tóuti souleto,
  Au mitan di coustiero arrengueirado,
  Sus l'aigo proumto, emé de long silènci.
  De liuen en liuen passavo quauque vibre,
  Pèr avé soun alen sourtènt lou mourre,
  Rapidamen davalant à la nado;
  E sus l'afrèst di gràndi tèndo flusso
  Li barbasan venien, rasant lou Rose,
  Faire pauseto. D'acatoun, ensèmble,
  Contro l'empielamen di balot moufle,
  A-n-elo éu ié disié dins soun estrencho:
  --Aflato un pau toun cor plen d'armounìo
  Contro lou miéu, pèr que l'entènde batre!
  Regardes pas dins l'aigo qu'es trop founso,
  Regardes pas la terro qu'es trop liuencho,
  Regardes pas lou cèu, qu'éu es trop vaste:
  Regardo dins moun amo ounte souleies!--
  Mai elo, en escartant de sa centuro
  La man dóu princihoun trop catihouso:
  --Ve, ve, diguè, ve-n'en eila-deforo,
  Vers lou dougan, d'aquelo flour que cerques!--
  E courreguè 'n risènt, enfantoulido,
  A l'orle dóu batèu._


  LXVI

                       _En paro-plueio
  Quihado au bout d'un jounc, la flour rousenco
  S'espandissié souleto sus la limo
  D'uno pichoto mueio noun prefoundo.
  --Mai, Dra, de mounte vèn, faguè l'Angloro,
  Que l'ames tant, aquelo flour?--M'agrado,
  Respoundeguè, pèr-ço-que te reverto...
  Siés pas la flour d'amour, tu que, nascudo
  Coume elo au sen de l'aigo, simboulises
  La dileicioun unenco e proumierenco
  D'un mounde nòu e bléuge de jouvènço?--
  Elo escoutavo, touto esperlucado,
  Aquéli mot galant, plen de magìo...
  Éu countuniè:--Te la vau dire, escouto,
  L'istòri de ma flour. Dins uno gorgo,
  Au pèd d'un baus, la bello Galatèio
  E lou pastour Acis, uno vegado,
  Asseta au sòu, se countavon jouïno.
  Pensant en rèn--qu'à sa bono fourtuno,
  Dóu tèms que se bevien aqui l'un l'autre,
  Pereilamount lou pastras Poulifème,
  Qu'èro un Uiard e jalous de la ninfo
  Coume se pòu pas mai,--oh! lou laid moustre!
  Li vai decebre avau que fadejavon.
  Abrama d'iro, arranco d'uno roco,
  Éu, un clapas que toumbo à la barrulo
  E vèn, pecaire! escracha sus la tepo
  Lou bèu parèu. Mescla, soun sang regolo!
  La terro maire e li diéu, coumpassible
  Bèn talamen! n'en moustrèron miracle.
  Acis en rajeiròu faguè sa mudo;
  En flour faguè la siéuno Galatèio,
  La flour d'esparganèu que ié sort dintre,
  Rouginello enca 'n pau e palinouso.
  --Cavalisco l'Uiard! cridè l'Angloro;
  E se virant vers lou prouvié:--Pèr astre,
  Sarié pas tu l'Uiard que nous respicho?
  Diguè 'n risènt à Jan Rocho.--Bouèmio!
  Quau jogo emé la flamo, un jour se brusclo,--
  Prejitè lou ragas en grand piquiero.
  Mai dins l'azur de l'èr, elo auturouso,
  Boulegant soun bouquet, la flour óuferto
  Pèr soun bèu Dra, diguè:--Iéu siéu flourido
  Pèr la vertu de l'aigo: rounflo, Rose,
  Dins toun lié founs, que sabe ço que sabe!..._


  LXVII

  _--Arrasso eila-davans!--Sus la ribiero
  Un long cop de siblet gisclè tout-d'uno
  E, descendènt à la mudo, à la coucho,
  I'aguè 'no embarcacioun que rasclè contro
  En gagnant de camin: uno grand fusto,
  Aguènt d'un bout à l'autre uno cadeno
  Que i'èron enresta, couble pèr couble,
  Un bourdigau de touto traco d'ome.
  --Arri, li bòni-voio! anè ié dire
  Un jouine ribeirié.--Chut! sarnibiéune!
  Que vous demandon pas se l'auro es bruno,
  Faguè Patroun Apian. Li miserable
  An bèn proun de soun mau, sènso l'escorno...
  E fagués pas semblant de li counèisse,
  Que, marca sus l'espalo, cercon l'oumbro...
  E que d'eisèmple en tóuti acò vous fugue!
  Van à Touloun, ai! las! manja de favo...
  E i'a de tout aqui: de gènt de glèiso,
  De sacamand, de noble, de noutàri,
  Enjusquo d'innoucènt!--Emé d'iue torge
  Passèron li fourçat, tau que li trèvo
  De la Barco à Caroun. Ansin lou mounde,
  Ansin lou tressimàci de la vido,
  Lou bèn, lou mau, lou chalun, la magagno,
  Van en courrènt, van chauchiero-e-boutiero,
  Entre lou jour e la niue, sus la lono
  Dóu tempourau que se debano e fuso._


  LXVIII

  _Li galiot s'esvarton à la baisso
  Vers lou Revestidou. La Pibouleto,
  Cassiéu reiau di segne d'Ancezuno
  Que dins soun vièi blasoun se i'escaràmio
  Lou Dra dóu Rose à la fàci oumenenco,
  Enridello d'aubriho Cadarousso.
  --Ounte es Aurenjo? i barcatié demando
  Guihèn, ounte es aquelo Glourieto,
  Palais e nis de nòsti rèire ilustre?
  --Eila-darrié, li barcatié respondon.
  --E mounte sias, Guibour, valènto espouso
  De Guihèn dóu Court Nas, e tu, princesso
  Tibour d'Aurenjo?--Eila-darrié, replicon
  Li bràvi marinié, darrié lis aubre
  Que la paret dóu Cièri nous escoundon
  E l'Arc de Marius: noun se pòu vèire
  D'eici que Crèbo-cor.--Glòri perdudo
  E bèn noumado, adiéu! cridè lou prince
  En eissugant uno lagremo espouncho
  Que lou soulèu faguè lusi: counservo,
  O vilo d'or, o noste ounour d'Aurenjo,
  A tout lou mens counservo la memòri
  D'aquéli que n'an pas terni toun lustre!...
  Mai de que vau me plagne o traire peno,
  Ajustè pièi, s'ai iéu perdu l'Empèri
  Pèr deveni lou diéu de l'aigo masco!--
  La manideto, en ié vesènt l'iue mouisse,
  L'avié pres pèr la man e, famihiero,
  Coume dins li pantai acò se passo,
  Ié diguè:--Dra, mai li diéu tambèn plouron?--
  E siavamen, sourtènt de ravadisso,
  Éu ié respoundeguè:--Se noun plouravon,
  Sarien, li diéu, gaire mai que de pèiro...
  E l'Amour que n'es un, de diéu, mignoto,
  Ço qu'a de mai divin, es li lagremo.--_


  LXIX

  _En Auselet lis auceloun de l'isclo
  Fasien piéu-piéu de-long di bro fuiouso.
  Lou ventoulet adusié di mountagno
  La sentour di lavando emé di nerto
  Que dins li Coumbo-Masco èron flourido.
  La fin dóu jour, en alenant mai tousco,
  Emplenavo li cor dóu languitòri
  Qu'envahis tout, quand lou soulèu trevalo.
  Despartissènt en dous Rose lou flume,
  Vesien veni la Bartalasso verdo
  E pièi plus rèn, que lou virant de l'oundo.
  Mai tout-d'un-cop, tau qu'un ridèu de tiatre
  Que s'escavarto, avau à l'avalido,
  Dóu ribeirés e lis aubre e li colo,
  Tout vai en s'aclatant, pèr desparèisse
  Davans un couloussau clapas de tourre
  Que lou soulèu couchant enfioco e pinto
  De resplendour reialo e purpurenco.
  Es Avignoun e lou Palais di Papo!
  Avignoun! Avignoun sus sa grand Roco!
  Avignoun, la galoio campaniero
  Qu'uno après l'autro en l'èr ausso li pouncho
  De si clouchié clavela d'embourigo;
  Avignoun, la fiholo de sant Pèire,
  Que dins soun port n'a vist la barco à l'ancro
  E n'a pourta li clau à sa centuro
  De merlet; Avignoun, la gènto vilo
  Que lou mistrau estroupo emai descouifo
  E que, de tant qu'a vist lusi la glòri,
  N'a counserva que l'inchaiènço d'elo!
  Tóuti li bras s'aubouron; l'equipage,
  Li passagié, remiron Babilouno
  (Coume lis Italian jalous l'apellon).
  De la segoundo barco pièi tout-d'uno
  Mounto aquest crid:--Veniso! acò 's Veniso,
  Quand, dintre si dentello, vai se jaire,
  Souto li bais dóu Pounènt, dins sa lono!--
  E barbelant peréu de jita-pourre
  Soun estrambord, Guihèn, éu, s'escampiho,
  D'un saut que fai, encò di Veniciano._


  LXX

  _E s'adreissant di tres à la mai bruno:
  --Duquesso de Berri, ié vèn sutile,
  M'escusarés, parai? se descadaule
  L'escoundihoun de vosto empreso bello...
  Car li barquié d'aquesto gaio floto
  M'an di qu'en Arle, avau, anas rejougne
  Li partisan que i'a de voste règne.
  --Ai! cavalié, fasènt un pau la tufo,
  Respoundeguè la dono entrepachado,
  Coume anas vous trufant dóu paure mounde!
  La princesso en questioun, qu'es à Veniso,
  Noun es pèr nautre, certo, incouneigudo,
  Que sian vesin de palais vers lou Rialto.
  Mai i'a palais e palais; e lou nostre,
  Despièi long-tèms lis aragno ié fielon...
  E vuei cantan, coume li cacalauso
  Que soun oustau se brulo.--E zóu de rire!
  --Iéu, countuniè la bruno cantarello,
  Perqué ié sian, fau que me descourdure.
  Feleno siéu de raço patriciano
  E dins l'oustau Veniso l'auturouso
  Mai que d'un cop venguè chausi soun doge.
  Mai i'a pertout si remudo-remudo...
  E d'un grand noum, au-jour-d'uei, pauro dono,
  Lou noble ourguei es tout ço que me rèsto.
  Dins aquel Avignoun qu'emé si tourre,
  Si bàrri, soun palais, mostro à la visto
  Ço qu'es esta dóu tèms qu'avié li papo,
  Vous imaginarés qu'un de mi rèire,
  Embassadour de Veniso, à l'epoco
  Ounte la papauta i'èro en derrouto,
  Aqui se devinè, quand lou destràvi
  N'en bandiguè lou bèu darrié pountife...
  Lou fugidis--aro escoutas aquesto--
  Faguè nega, parèis, douge estatuo
  En or massis, qu'èron li douge aposto
  Emé lou Crist en subre, dins un toumple
  Que iéu n'ai lou secrèt touto souleto.
  Lou porte dins moun sen, coume un relicle,
  En un vièi pergamin ounte es marcado
  La liogo, pan pèr pan, de l'escoundudo.
  Mai en aquest païs estrange, mounte
  Noun couneissèn degun, que sian pèr faire,
  Se res noun vèn qu'ajude à la feblesso!--_


  LXXI

  _Guihèn diguè:--Siéu à voste service,
  Car la causo m'entrais: douge estatuo
  En or massis, proun valon, vous l'acorde,
  La peno de tenta sa descuberto.
  --E diguè 'no autro (aquelo qu'èro bloundo),
  Farian-ti pas, se fau, vira la broco,
  Lou crevelet? Es un mestié que sabe.
  E se i'a quaucarèn, ma dougaresso,
  Tant founs que fugue, vai, faudra que sorte...
  Mai, pèr sant Marc, ajustè 'n fasènt vèire
  Tóuti si dènt de moustelo, te jure,
  Que dariéu pas douge peto de gàrri
  De ti douge apoustòli...--E zóu de rire!
  --Franc que lis agon desclapa, ma bono,
  Iéu à l'oustau, repliquè la proumiero,
  L'ai toujour ausi dire, aquéu bèu sounge!
  E i'a proun cinq cènts an que vivèn subre
  La reflamour de sa verdo esperanço...
  --E fasès bèn, mai que bèn, caspitello!
  Diguè lou jouine sage; qu'es la vido?
  Senoun un sounge, uno aparènço liuencho,
  Un miramen sus l'aigo resquihouso
  Que, davans nòstis iue fugènt de-longo,
  Coume un gàrri-babòu nous escalustro,
  Nous atrivo au simbèu e fai ligueto!
  Ah! que fai bon pouja sènso relàmbi
  Vers soun desir, emai siegue qu'un sounge!
  Un tèms vendra, que vèn bessai trop vite,
  Ounte auran tout, li gènt, souto la toco,
  Ounte auran tout, saubran tout, à la tasto
  E, regretous di farfantello vièio,
  Quau vous dis pas que vendran las de viéure!--_


  LXXII

  _En ié fasènt lis iue de cassounado:
  --Pourgès-me vosto man, vèn la tresenco
  Di Veniciano au prince.--E lou calandre
  Porge la man serious à la dono:
  --Bello man, fino man, caressarello,
  Dis la manifaciero curiouso,
  Bono man, noblo man...--E dins la siéuno
  Mistousamen la dono la chaspavo,--
  O, man de rèi, man fado, man de glòri,
  Que fai tout ço que vòu! emé de ligno
  Que van s'entre-coupant à la perdudo:
  Ligno d'amour crousant ligno de tèsto,
  Coume se vèi souvènt; ligno de vido...
  Ai! lou marrit passage! en un recouide,
  Pas liuen d'eici, belèu aqui sus Rose,
  Vous tèn d'à ment, segnour, la Mort-Peleto...
  Fau s'avisa!...--Que diable ié vas dire!
  Ensemblamen cridèron li dos autro,
  Sian tóuti, sus lou Rose, à mand de béure
  A la grand tasso e, dau! e dau! gènt jouine,
  Beven, en atendènt la mau-parado,
  Lou vin courous de nosto jouventuro!
  Pièi dins Bèu-Caire, ardit! aquesto vòuto
  Ié pousquen tóuti faire bono fiero!--_


  LXXIII

  _Dóu tèms que gentamen ansin devison,
  En ribo d'Avignoun pamens li barco
  Vènon, s'arrengueirant, pèr prene tòti.
  --Abraco la calaumo! pico en terro!
  Coumando Mèste Apian de sa voues broundo,
  Contro lou quèi à bando lou Caburle!
  Avanço la carato! A la sapino!
  Buto la sisselando! abordo! abordo!
  La!--Li batèu, si tèndo encamelado,
  S'amoulounon au pèd dóu baus menèbre,
  Davans lou Pont Sant-Benezet que mostro
  L'oumbrun gigant de sis arcado routo.
  L'arnés rejoun, la barcado seguro,
  En proucessioun marchant un davans l'autre,
  Segound soun us, au long de la carriero,
  D'à pas lou vièi patroun menant la rigo,
  Li pichot chat courrènt après la troupo,
  Balin-balant, à si gràndis aubergo
  Di Fustarié, dóu Limas, li bèus ome
  S'envan soupa galoi. Emé soun paire
  L'Angloro li seguis, un pau mouqueto.
  De noun revèire à soun entour lou prince,
  Lou princihoun de la barbeto bloundo,
  Qu'a belèu fa quauco nouvello mudo...
  Eh! quau lou saup? Lou Dra, belèu, au Rose
  La niue dins soun palais fau que descènde,
  S'acò 's sa lèi... Ah! vai, ma pauro chato!
  Guihèn, emé li dono de Veniso
  Que de si vesiaduro l'envirounon,
  Au cabaret de la Pichoto-Oustesso,
  Eila, souto lis aubo e li lambrusco,
  Es ana faire uno esquiheto... Basto,
  Guihèn es un cadèu e fau que jogue._


  LXXIV

  _Un cop à taulo dounc souto la triho
  Lou princihoun emé li cantarello
  Que manjon e que bevon, groumandouno,
  Se couchant li mouissau 'mé la servieto:
  --M'avès pancaro di, pamens, mi dono,
  Se sias maridadouiro o maridado,
  Guihèn ié fai, car, segound l'escasènço,
  Aqui l'on pòu fauta, se l'on s'embulo
  Au jo d'amour...--Qu'acò noun vous soucite!
  Respoundeguèron mai que voulountouso.
  Lou jo, segnour, noun demando que fauto.
  E dins noste païs la femo noblo,
  Uno fes maridado, pòu avedre,
  Que res i'a rèn à vèire e rèn à dire,
  Un, emai dous, emai tres calignaire.
  --Sabès que li marit, faguè lou jouve,
  Dèvon gagna, dins talo Palestino,
  Lou paradis de la santo paciènci?
  --Eh! s'escridè la bello capeludo
  Qu'avié de perlo d'or à sa grand pienche,
  Soun li fava, li plus urous dis ome!
  Que li servènt d'amour li desencoumbron
  De tóuti li trigos de l'abitudo.
  Noun an besoun, li marit de Veniso,
  De s'óucupa de rèn que lis enueie.
  Li cavalié servènt se fan un chale
  D'ajuda la mouié quand se poumpouno:
  Un ié tèn lou mirau, aquest ié porge
  L'espingoulié de sa cabeladuro;
  Aquéu ié passo au courset li courdello;
  L'autre ié porto à vèspro sa mantiho
  E l'autre au bagnadou ié fai coumpagno;
  Sènso coumta li presènt, li riqueto,
  Li serenado e madrigau que plovon!
  --An! s'anavian cerca li douge aposto?
  Derroumpeguè subran la dougaresso.
  En se gaugaiejant lou tèms s'enfuso;
  Mai Jacoumar vèn de pica vounge ouro,
  E fau de grand matin remounta 'n barco...
  Anen?--Anen!--Oubliden pas la bleto
  D'avelanié, qu'es acò la boussolo.--
  E parton en cantant li cantarello:_

    Se la luno clarejo
    Amount dins lou cèu grand,
    Dins lous bos que soumbrejo
    Mi bras t'amagaran.

    --Laisso-m'esta, pescaire,
    Qu'ai pòu dóu miéu marit.
    --Iéu noun lou cregne gaire,
    A bèu èstre marrit!

    Sus moun batèu que lando
    Nous raubaren au fres,
    Car siéu prince d'Oulando
    E noun ai pòu de res.

  [Illustration]



  [Illustration]

  _CANT NOUVEN_

  _SOUTO AVIGNOUN_

  LXXV


  _De-long dóu Rose que lusis dins l'oumbro,
  En foro d'Avignoun seguènt lou bàrri,
  Intron plan-plan pèr la porto Ferrusso
  E dóu Limas à la Jutarié-Vièio
  Escalon d'escoundoun, pèr lis androuno,
  Enjusquo amount vers lou Castèu di Papo.
  Tout es desert à l'entour. Li béulòli,
  Dins la negruro esfraiouso que jiton
  Li tourre couloussalo, fan si gème.
  Sus la ciéuta que dor toumbon lugubre
  Li douge cop de miejo-niue.--Que vivo?
  --Ami! respond Jan Rocho dins lou sourne,
  Que, pèr dessousterra lis apoustòli
  E pèr n'avé lou cop de man d'Ercule,
  Lou fin e sage princihoun d'Oulando
  I'a douna mand de se rèndre à l'espèro.
  Au pèd di muraiasso tenebrouso,
  Lou cor à flot, li bello de Veniso
  Entre-veson deja dins sa pensado
  Li barbo d'or de sant Jan, de sant Judo:
  Lou pergamin dins li det, uno d'éli
  Recercant li counfront, lis entre-signe;
  Uno autro dins si man en petelego
  Tenènt lou gimble devinaire; e l'autro,
  Lou front aclin coume uno courbo-dono,
  Sus lou bras de Guihèn, amistadouso,
  Leissant ana soun sen que reboumbello.
  --Sant Antòni de Pado, se n'en brulo!--
  A fa subran aquelo que pourtavo
  Lou jorg d'avelanié. Se precepiton
  A soun entour pèr vèire, alabre, tóuti...
  Oh! jamai de la vido! escoumougudo,
  La blanquinello bleto se bidorso
  E viro d'esperelo vers la terro,
  Marcant lou rode escri, à quàuqui cano
  De l'Escalié dóu Pater, que s'enmounto
  Vers la glèiso de Dom.--Tenèn la mino!
  Guihèn dis en risènt, cavo, Jan Rocho!--_


  LXXVI

  _Lou cadelas enfounso lou pau-ferre,
  Eigrejo dóu dessus la terro duro,
  Sóulèvo, pouderous, uno amplo graso
  E, negre e founs, descurbecello un toumple,
  Un pous dins lou roucas, que, tant es orre,
  Fai tóuti recula.--Quau se i'abrivo?
  Demando frejamen Guihèn d'Aurenjo
  En regachant li tres femeto mudo.
  Jan Rocho ié respond:--S'avian de cordo...
  --Vous ié davalarian, diguè lou prince
  I dono.--Vàutri dous, que sias de mascle,
  Ausas nous dire acò? la dougaresso
  En lou fissant abramado e ferouno
  Ié repliquè. Ié soun, lis estatuo!
  Arregardas la bleto que se trosso...
  I'aguèsse-ti lou Baseli pèr gàrdi,
  Segnour, leissarés pas...--Après la fiero!
  Jan Rocho roumpeguè, l'aubeto primo
  Darrié castèu noun tardara de pougne
  E lou patroun, ause que crido: A Rose!--
  De soun bras fort, acò disènt, aclapo
  Lou toumple founs souto sa curbecello,
  A ras de sòu ié cauco la terriho
  E:--Venès lèu, anen!--Vers la ribiero,
  Lou prince gai, li dono despichouso,
  Au barcarés de-coucho redavalon.
  E Guihèn dis:--Mai quento denierolo,
  Bon Diéu d'Aurenjo, que! se, pèr fourtuno,
  Avian trouva la maire mounte niso!
  Coume En Rambaud Bertrand, un de mi rèire
  (Davans Diéu siegue!), aquel an qu'à Bèu-Caire
  Pèr douge couble de biòu faguè fouire
  Lou Prat de Fiero e pièi, à tout un pople
  Largant dóu siéu, la saco semenciero
  Pendoulado au coustat, dins li versano
  Semenè d'à chivau, à plen de pougno,
  Trento milo denié d'argènt: eh! bello,
  Sus lou fierau aurian belèu fa pire!--
  E 'm'acò, d'aquéu biais, tenènt l'aguïo
  E n'en jougant em'éli à tèsto o pouncho,
  Emé sa flèumo, Guihèn, qu'es de bono,
  Vague de galeja li segnourino.
  Mai tout acò li rènd pas risouleto,
  D'agué trouva, coume entre éli remóumion,
  Lou Tresor de Veniso, inapreciable!
  D'agué trouva la Vaco d'Or e, puto!
  De noun l'avé gripado pèr li pousso!
  En paradis noun pourtaras aquelo,
  Moun princihoun: e, bouto, iro d'Itàli
  Noun s'esvano au soulèu coume eigagnolo!_


  LXXVII

  _Patroun Apian, lou mèstre d'equipage,
  Es daut sus lou Caburle, largant d'ordre
  Que lou prouvié repetis. En feloupo
  Li passagié s'embarcon pèr la fiero
  E, d'un batèu à l'autre, à la seguido,
  De qu'entendès parla? que de Bèu-Caire.
  De touto l'encountrado qu'enviròuto,
  De Carpentras, de Veisoun, pèr ié vèndre
  Sis escachoun de safran, de graneto
  E de touto erbo de sant Jan eissucho,
  E d'Avignoun, pèr ié chabi si pèço
  De tafata, de velout e d'indiano,
  Mounto un mouloun de gènt. Tenènt la ribo,
  Encentura, quau de verd, quau de rouge,
  Segound que soun pèr lou rèi o lou contro,
  Li porto-fais, que joumbrissié la terro
  Davans si poung, toujour lèst pèr la truco,
  An acaba soun pres-fa. Di couroundo
  Éli-meme desmarron li maieto;
  E Mèste Apian, aussant soun joumbre, crido:
  --Au noum de Diéu e de la santo Vierge,
  A Rose, lis enfant!--E li sèt barco
  A-de-rèng se reviron e, coumoulo
  De tóuti li richesso de l'Empèri
  E dóu Reiaume, au pèd de la grand Roco
  Vers lou Miejour reprenon la desciso.
  Enterin que lou vièi patroun atuso
  Dóu bras e de la voues li barquejaire:
  «Gaiamen! gentamen!» e coume engorgon
  L'engoulidou ferous dóu pont de pèiro
  Que Benezet lou pastre sus lis oundo,
  I'a sèt cènts an, enarquihè sublime,
  Mèste Apian, éu, fidèu à la coustumo
  Di Coundriéulen, tiro uno capelado
  Au grand sant Micoulau--que sa capello
  Cavauco sus lou pont, linjo e poulido;
  E' m'acò, tout drihant dins l'aigo fousco
  Ounte à cha pau descènd la lus d'auroro,
  Coumenço mai la prègo d'abitudo:_
  O noste paire! _Ansindo, quand se lèvon
  I proumié rai dóu jour, fan li nisado._


  LXXVIII

  _E d'Avignoun la visto espetaclouso,
  Soun castelas à paret gigantesco,
  Si bàrri merleta, tourre e tourriho,
  Dins lou matin blanc e bléuge s'aliuenchon,
  Emé lou fort, alin, de Vilo-Novo
  Que lou soulèu, tout-d'un-cop, de soun ruscle
  Acoulouris en or. Li barco trajon,
  Couchouso mai que l'aigo, car soun grèvo,
  E d'autant péujo soun, d'autant s'abrivon.
  --O sàcri mau-faras! uno voues forto
  Enfre l'isclo de Piot subran marrouno,
  Lou vesès pas, l'embarradou? qu'em'éli
  Se pourra plus pesca tout-aro un lampre!
  --Acò se n'avian plus la passo libro!
  Cridè Patroun Apian d'aut dóu Caburle
  En brassejant au pescadou de Rose:
  Emé si coup, en tóuti li recouide,
  E si calèu, pas proun que s'entravèsson,
  Pèr aganta 'n marrit gourbin d'alauso,
  Nous vendran aro empega si trahino,
  Aquéli panto, au bèu mitan dóu flume!
  --Vièi drapèu, ié j'ai l'autre, tèn ta routo!--
  E Mèste Apian en desden iè resposto:
  --Vièi pavaioun, ounour de capitàni,
  Espèci de pudènt, d'es-tard-quand-dino!--
  Mai li batèu filant sus l'aigo trulo,
  Lou mèstre, majestous, repren d'à poupo
  Lou gouvèr de la barro._


  LXXIX

                           _Sus la tuerto
  Jan Rocho, à l'autre bout, éu, ié demando
  A la pichoto Angloro:--Tu que veses
  A travès li muraio, que! devino
  Un pau dequ'es eiçò:_ Coume uno busco
  Porte cinq cènt quintau e iéu noun pode
  Pourta 'no clau._--Lou Rose.--Encaro aquesto:_
  La founsour de la mar?_--Un jit de pèiro.
  --Bravo!--Jan Rocho, à iéu, diguè la touso;
  Dequ'es acò:_ Soun mai de cinq cènt sorre,
  Mai de cinq cènt bèlli damiseleto
  Qu'an dins l'oustau sa chambreto caduno
  E que pamens lis acato endourmido
  Uno memo cuberto?_--Tèsto souto,
  Lou marinié cercavo.--Anen, Jan Rocho,
  Fai coume lis aiet, obro de tèsto!--
  L'autre èro mut.--As proun manja de favo?
  --O.--Se vèi bèn que siés un chat d'Isero,
  Gros toumbo-mourgo! Es la mióugrano.--Bono!
  Mai, tè, d'abord qu'ansin tant bèn devines,
  Angloro, tu, li causo escabissudo,
  Vejan, devino un pau 'mé quau e mounte
  Lou pichot prince a passa la niuchado?
  --Eh! de que pòu t'enchaure? Es pas soun mèstre?
  Respoundeguè la chato. Au founs dóu Rose
  Quau l'empacho d'ana faire dourmido,
  S'a caud, la niue!--E se, la niue vengudo,
  Te disien qu'a vóuta jusquo à l'aubeto,
  Faguè Jan Rocho, emé li Veniciano?...
  --L'as vist?--L'ai vist.--Quatecant la pichouno
  S'envai escoundre eila souto la tèndo,
  E n'en voulès de plour! ai! pauro Angloro!
  --Me farié-ti, lou Dra, disié la simplo,
  L'estrassamen deja de si proumesso!
  Tant coume nous sian vist dins l'aigo bluio
  De mi pantai--e, dins si caranchouno,
  Tant de paraulo amourousido e flamo,
  Tout acò pièi sarié que de messorgo!
  Tu que m'apareiguères tant en bello,
  Oh! que tant lèu, moun Dra, t'acouloubrigues!
  Me l'an proun di que, traite coume l'aigo,
  Quand nous as pivelado, nous embules...
  Mai ères pièi tant amistous, tant lèri,
  Quand m'óufrissiés de liuen la flour di lono,
  Que la teniés dins la man souto l'oundo,
  En oundejant emé l'oundo enganivo
  Que me bressoulejavo au clar de luno!...
  Oh! Dra, se m'as trahido, ve, m'ennègue!--_


  LXXX

  _Plouro que plouraras! Lou trin di barco
  Sus lou regoulié proumte que l'emporto
  Fai sèmpre soun camin e, d'uno dougo
  A l'autro, vai s'espalargant lou flume
  Ounte l'engrau badiéu de la Durènço
  Carrejo e raco à bóudre la peiriho
  Dis aut tourrènt e deliéurado aupenco.
  --Hòu! bèu prouvié, t'endormes? escandaio!
  Crido Patroun Apian, que sian au rode
  Dis auve mouvedis e di graviero...
  Dirias que soun calu, bougre de bougre!
  --Ié sian! ié sian!--Aganto la pagello
  Jan Rocho, la descènd long dóu Caburle
  E, tre touca lou founs, à-de-rèng crido:_
  --Pan!_--E pièi mai:_ Pan just!_--Pico au reiaume!
  En butant lou gouvèr fai à la chourmo
  Lou grand patroun._--Pan cubert!_--Zóu! coulègo!_
  --Pan larg!_--Toujour!_--La soubeirano!_--Vogo!--
  Just lou soulèu sort de la Mountagneto,
  Resplendènt sus lou Rose, e soun tout-aro
  Vers la Roco d'Arcié. Jouious, lou prince,
  Que tout-escas se lèvo e qu'es en bousco,
  Entre s'esparpaia, de soun Angloro,
  L'es vengudo trouva souto la tèndo.
  --Bon-jour! i 'a di... Mai ve, dequ'as? e ploures!
  --Lou sabes bèn de que ploure, amalido
  La chato ié respond, qu'à la sournuro,
  Touto la niue, enfre terro, pèr orto
  As masqueja 'mé li rato-penado!
  --S'acò's pas mai, assolo-te, ma bello,
  En ié prenènt la man éu ié replico
  Risènt, acò se saup, cavalin jouve,
  Eh! fau que trepe, e Dra, fau que draqueje!...--
  E d'aise, tout gauchous, ié fai lou conte
  Di Veniciano emé soun escoundudo
  E di douge sant d'or au founs dóu toumple
  Que dèvon ana querre apres la fiero,
  Coume se dis, se la carto es pas fausso.
  E tout s'adoubo; car sarié bèn crime
  De l'afligi, la mignoto, tant coume
  Es poulideto e bravo e creserello
  A soun amour de fantaumeto puro!_


  LXXXI

  _E vogo la barcado...--Hòu! pichoto!
  Aramoun, noste endré! vène lèu vèire!
  A crida lou gros Tòni, ve la cauno
  Ounte demouravian (oh! quand ié sounge!),
  Pèr lou glavas à mita derouïdo,
  L'an dóu gros Rose, e mounte siés nascudo...
  --Que d'aubre de pertout! lou bèu terraire!
  Disien li passagié, n'i'a, de garbiero!
  Se vèi qu'acò 's tout de cremen de Rose...
  --L'avèn passa, Gardoun?--Vaqui sis isclo...
  Eila-de-long vesès pas Valabrego
  Emé soun Roudadou que l'envirouno?
  Li verganiero fan si rebatudo...
  O Margarido! o Malen! Ah! li garço!
  De si fauciéu lusènt en fasènt mostro,
  Li vesès dins li vege, coume rison?
  Es dins aquéli mato de moutouso
  Que faudrié cala si bouirouniero!
  --Un esturioun que mounto!--Aquelo raisso
  Que gisclo avau-davans?--Quand vous lou dise!
  Es un lachen de mar, e di bèu: provo
  Que sian pas liuen de Bèu-Caire.--Que fèsto!
  Mai verai! vès lou pont! vès Santo-Marto
  Qu'apouncho soun clouchié sus l'autro ribo!
  Lou pont tarascounen emé si pielo
  Que, blanquinello, escambarlon lou flùvi!
  Lou grand castèu de Tarascoun, en fàci
  D'aquéu di Bèu-Cairen--ounte à la cimo
  I'a lou drapèu di tres coulour que floto!
  Sian emé Dieu! e vivo la Prouvènço!_

  [Illustration]



  [Illustration]

  _CANT DESEN_

  _LA FIERO DE BÈU-CAIRE_

  LXXXII


  _Curbènt lou Rose long, uno fielagno
  De barco c bastimen de touto meno,
  Abandeira de tóuti li jaunuro
  E rougeirolo di nacioun, à bóudre
  Vers lou dougan sablous deja s'esquicho.
  Car, em' aquel embat que dins li velo
  I'a quàuqui jour que boufo, de la baisso
  An mounta li lahut. De la mar nostro,
  Di costo barbaresco e levantino
  E dóu Pounènt e de la Mar Majouro,
  An pouja vers Bèu-Caire pèr la fiero.
  E n'i'a! lis un pourtant la velo agudo,
  Lou mai latino, e d'autre à quatre caire:
  Li lèuge d'Arle e trei-mast de Marsiho,
  Li tartano de Gèno o de Ligourno,
  Li bregantin d'Alèp, li balancello
  De Malaga, de Naple e de Maiorco,
  Li brigouleto angleso o dóu Grand-Vabre,
  E li mourre-de-porc d'Agte e de Ceto
  E li trabaco negro de Veniso.
  Es un balun sus Rose que gançouio
  Dins lou soulèu, lou trango e lou baruge
  De tóuti li jargoun di marinaio.
  Mai dóu mitan di bigo e dis anteno,
  Di velarié, di courdage e di moco
  Ounte à pèd nus quau davalo e quau mounto,
  Souto la Miejo-Luno enourguïdo,
  Au plus aut crousihoun de l'aubre-mèstre,
  O Mahoumet! lou bastimen de Tùnis
  A la pèu de móutoun qu'es pendoulado!
  Es arriba lou bèu proumié: li Conse
  I'an douna 'n sa de pan em'uno bouto
  De vièi Canto-Perdris. Faran tampino...
  Pièi à la babala, se vuei s'empegon!
  E danson li jusiolo qu'an aducho,
  Tirassejant si pantoufleto jauno,
  Au brut di castagnolo, sus cuberto,
  E canton e narrejon si sansogno.
  Li Coundriéulen, zóu! emé màli peno,
  Adaut dóu Prat, butant, tirant sa rigo,
  Oh! saio! oh! isso! à la perfin arrambon
  Si barco long dóu port e, prenènt terro,
  Deja li beriquin en multitudo,
  Bourrin-bourrant, envahisson, emporton
  Li carguesoun, en fasènt à la courso
  Trantaieja li passarello primo.
  --Garo davans! li Coundriéulen!--Se charpo,
  Se tuerto de pertout: que treboulèri!
  A respèt de Bèu-Caire en tèms de fiero,
  Èro rèn lou Grand-Caire, Diéu m'ajude!_


  LXXXIII

  _Li gros brancan, carga de bouto d'òli,
  Li carretoun dis eigadié qu'espouscon,
  Li bancado d'arange vo de limo,
  Li mouloun de coufin, de canestello,
  Lis escoubo de mi, li fourco d'iero,
  Li pèiro de moulin que vous entravon,
  Li bringo-balo tirassant li fusto,
  Que sabe iéu! dins lou sablas dóu Rose
  Enjusquo li campano que se foundon.
  Mai èro pièi lou Prat! De si cabano,
  Di cabano innoumbrablo li renguiero,
  Emé si fierejaire qu'en famiho
  Gouston em'un gre d'àpi aqui-deforo,
  Fau l'agué vist en touto plenitudo,
  Acò, lou bèu dimenche de Bèu-Caire!
  Tóuti li nòvi dóu païs d'Argènço
  E de la terro d'Arle e d'en Jarnegue,
  E tóuti li fringaire dis Aupiho,
  E tóuti li parèu de la Vau-Nage,
  De la Vistrenco e de la Gardounenco,
  Au grand soulèu, à la fàci d'un pople,
  Aqui venien passeja soun triounfle.
  Souto li tèndo fresco dis andano,
  Cadun sarrant lou bras de sa caduno,
  Que regalado èro pas--de li vèire
  Garlandeja, marcandeja si fiero
  E se croumpa de «bago d'ai» pèr rire!
  Aqui, tau jour, i'avié qu'un crid de glòri
  Qu'esbaudissié tóuti li lèio oumbrouso:
  Que fuguèsse artisano o païsano,
  Que fuguèsse bourgeso vo marqueso,
  I'avié qu'un crid pèr la plus bello tèsto
  O pèr lou gàubi de la mai coussudo
  Que tout l'an fasié lèi, ditant la modo._


  LXXXIV

  _O bonur dóu jouvènt! dis un is autre
  Rivalisant de joio e de jouïno,
  Entre éli se fasien gau e ligueto.
  E tout lou jour ensèmble, dins la foulo
  De vint nacioun diverso, incouneigudo,
  Guihèn souto lou bras emé l'Angloro
  S'enanavon perdu. La moulounado,
  Coume uno oundado folo, à touto zuerto
  Lis empourtavo urous. Elo, esbahido
  De tout ço que vesié: di chico-estrasso,
  Dis enguentié qu'amount dins si carrosso,
  E gin! e boum! vendien de contro-verme;
  D'aquéli braguetin que vous avuglon
  Emé si passo-man e passo-passo;
  Di balarino auripelado e souplo
  Que dansavon i lume sus la cordo;
  O dóu Poulichinello emé Rouseto:_
  Rouseto!--Dequé vos?--Lou pichot plouro!
  _Ah! falié s'avisa di filoun. Rare,
  Quand i'avié roudelet vers li coumèdi,
  Que noun curèsson en quaucun li pòchi.
  Pèr tira finamen l'or di centuro
  N'i'en venié de Paris emai de Loundre!
  Mai dóu plesi qu'avié l'enfantoulido
  Guihèn prenènt sa part, autant badavo;
  E coume, dins lou clar d'uno font puro,
  Quand avès caud, l'estiéu, fai bon descèndre,
  Pèr tempouri sa fèbre languissouso,
  Éu descendié dins aquelo amo novo.
  E n'i'avié tant à vèire, aqui, de causo!
  Li rode ounte vendien li gimbeleto
  Enliassado em'un fiéu, que vènon d'Albi;
  Li Turc qu'enturbana vendien de pipo;
  Li braiassié, li Grè couifa de rouge,
  Que tènon li tapis brouda d'Esmerno
  E lou gengibre e l'essènci de roso,
  Bèn cachetado i mouleto de vèire
  E qu'un degout tout un oustau perfumo!
  Pièi lou courau, li rèst de perlo fino;
  Pièi li jouguet, li tambour de Bèu-Caire,
  Que tant n'avèn creba, quand erian jouine!
  E li ventau garni de pampaieto
  E li titèi, vestido o tóuti nuso._


  LXXXV

  _--Eh! bèn, mai venès pas encò dóu pintre?--
  Lis ome dóu Caburle ié cridèron,
  Un jour, au bèu parèu.--Ounte s'atrovo?
  Guihèn faguè.--Venès, seguès la bando!--
  E tout acò, balin-balòu, s'enfourno,
  Lou cachimbau i dènt, en uno turno
  Qu'avié pèr escritèu:_ Qu pinto vènde!
  _Un Martegau, frounsi coume uno figo,
  Vièi poujaire de mar au tour dóu mounde,
  A flour de pèu, em'un pincèu d'aguïo,
  Pèr uno pèço aqui vous mascaravo
  Touto sorto de signe vo d'istòri.
  Adonne sus lou crestian, quau uno remo,
  Quau l'ancro d'esperanço, quau un Criste,
  Quau un cor aflama s'èro fa faire.
  --E vous, moun prince?--Iéu? lou diéu de l'oundo
  Vole que sorte de mi veno bluio...--
  E lèu, galoi, estroupant sa camiso,
  Sus lou poupu dóu bras se faguè pegne
  Un bèu Dra blavinèu, alu, tout moufle
  E que l'aurias di viéu sus sa car blanco.
  --Acò 's acò! cridè l'Angloro, juste
  Coume t'ai vist, moun Dra, souto lou Rose!
  Mai qu'ères bèu! oh! ve, iéu quand ié pènse,
  Ajustè plan, me fai mounta li rouito...
  E ié tournaras mai, au Rose, digo!
  --Au Rose, enfant? dequé i'anariéu faire,
  Respoundeguè lou prince, aro que vese,
  Aro que tène aquelo qu'ai vougudo!
  --Mai que farai de iéu?--De tu, mignoto,
  Iéu que farai? ma coumtesso ideiouso
  De Mount-Dragoun o, s'ames mai, d'Aurenjo...--_


  LXXXVI

  _E, tóuti disavert, ansin anavon,
  Éli, pèr li carriero grouadisso,
  Mai noun vesien plus rèn: ni li camello
  De draparié, de flassado, li mouto
  De sedo roussinello, cruso o flusso,
  Que vau soun pesant d'or, ni li bandiero
  De tóuti li coulour, entravessado
  Sus li androuno blanco de caussino
  Emé li noum di traficant de Gèno,
  De Mount-Pelié, de Càdis o de Brousso,
  Ni li basar que dounon la barlugo,
  De tant que i'a de jouièu, de belòri,
  Ni lou cascarelun di Bèu-Cairenco
  Charrant souto lis Arc dins si boutigo
  O vers si pourtalet pesant li dàti.
  --Fau pamens que la vènde, ma saqueto
  De pampaieto d'or! fasié l'Angloro.--
  E dins li magasin ensèmble intravon,
  Dins lis oustau fresqueirous, à celèstre
  Festouneja coume au païs di Mouro,
  Que sèmblon de sarrai plen d'oudalisco.
  E souto lis arcèu, de croto en croto,
  Risènt entre éli dous à la chut-chuto,
  Vóutavon, sènso vèire, la desplego
  Di Franchimand, di Loumbard, dis Armèni,
  Dis Esterlin, di Marran e di Chincho.
  --Fau pamens que li vènde, mi paiolo,
  La chato redisié.--Venès, fiheto!--
  Èro un orfèbre, just, que la sounavo.
  --Es d'or de Ceze o dóu Gardoun d'Anduzo?
  --D'Ardecho.--Alor, vejan!--La boustigouno
  Vujè sa pòusso d'or dins la coupello:
  N'i'avié pèr vint escut.--Aurivelaire,
  Diguè lou segnouret, dos bago liso
  Nous farés em' acò: metrés sus l'uno
  Lou Dra, sus l'autro uno pichoto angloro...
  E sara nosto fiero de Bèu-Caire.--_


  LXXXVII

  _Oh! Diéu! cresès que la fuguè, countènto!
  Au còu i'aurié sauta. Mai, basto, à l'ouro
  Que li cafè cantant, la niue, se vuejon,
  Guihèn, un cop, se devinant pèr orto,
  A rescountra pamens li Veniciano,
  E zóu! vers lou pountin di cantarello
  S'es entaula, soulet, pèr galantiso.
  A passa la journado emé sa bruno
  E, de retour dóu countentié, galejo:
  --Eh! bèn, iè fai, aquéu tresor de papo
  Qu'es amaga 'n Avignoun dins lou toumple,
  Aquelo rastegagno d'apoustòli,
  Aquéli douge barban d'or que gardo
  Lou Baseli, quouro lis anan querre?
  --Segnour, uno diguè, fugués tranquile!
  Avèn quau fau pèr tenta l'aventuro
  Emai pèr metre à mort, s'es necessàri,
  Lou Baseli!--Pòu! se coumpren de soubro,
  Ajustè 'no autro, que pariero trovo
  Noun siegue pas grand causo pèr lou prince:
  N'i'en manco d'or, estènt lou courtejaire
  D'uno que n'en rabaio dins li flume!
  --Dono, respoundeguè lou prince, aquelo
  Noun avié de besoun, pèr èstre amado,
  Que d'espeli (res n'en sarié jalouso?),
  Coume fai la vióuleto umblo e requisto,
  A l'oumbro d'un bouissoun, zoun-zoun lanlèro!--_


  LXXXVIII

  _E fredounant, Guihèn, sa cansouneto,
  Au brut de quauco mandoulino liuencho,
  Dins la frescour de la niuchado, i lume
  Di fanau rar que pau à pau s'amosson,
  Au barcarés tourno pèr s'ana jaire.
  E tau lou pèis, que l'aigo ié treboulon,
  Lèu-lèu que nado amount vers l'aigo lindo,
  Antau Guihèn se bagno i souvenènço
  D'aquelo lindo e tant douceto istòri
  Dóu damisèu Aucassin de Bèu-Caire
  E de la bello esclavo Nicouleto
  Que volon pas ié douna pèr espouso:
  Quand tóuti dous à despart lis enfermon,
  Que tóuti dous fan soun escapaduro
  E, libre e gai, dins lou bos se retrovon
  E qu'au clar de la luno s'entre-baison;
  E quand pièi d'assetoun l'a messo en sello,
  Qu'éu l'emporto à chivau vers la marino
  E que s'embarcon pièi en Aigo-Morto
  Pèr gagna lou païs de Touro-Louro!
  E quand li Sarrasin aqui li prenon
  E que li van revèndre, elo à Cartage
  Ounte es recouneigudo pèr la fiho
  Dóu rèi, éu à Bèu-Caire ounte lou pople
  L'a saluda pèr soun segnour e mèstre;
  E quand, un jour, Nicouleto, en coustume
  De pichot fanfouniaire, vèn, dessouto
  Lou peiroun d'Aucassin, dire lou conte
  Dis amour d'éu em'elo Nicouleto
  E qu'enfin à Bèu-Caire se maridon,
  Dins lou castèu, vers la tourre à tres caire!
  --Qu'acò 's poulit! disié Guihèn, reverto
  Nosto aventuro un pau emé l'Angloro...--
  Mai coume a di, contro éu se drèisso uno oumbro.
  E, matrassa d'un cop dins lis esquino,
  Guihèn subitamen cabusso eu terro.
  Ai! paure d'éu! em'un saquet de sablo
  L'an saqueta pèr darrié. Di mandorro
  Alin moron li son, la niue vèn mudo...
  E quau a fa lou cop? en tèms de fiero
  Degun jamai saup rèn: mau pèr quau toumbo!_


  LXXXIX

  _Subre lou port loungaru van e vènon
  Li Coundriéulen, que deman fau que parton.
  La fiero es au declin. A l'auro drecho
  Li bastimen de mar deja defilon
  E, long dóu Prat, jusquo alin vers la pouncho
  Di Matagot, vesès li velo blanco
  Desfourrelado au vènt. Mai contro Rose
  S'alestissènt pèr la remounto rudo,
  Tóuti lis equipage d'aigo douço,
  Patroun de barco emai patroun de terro,
  Baile, prouvié, civadié, de si maio
  Estacon li mouchoun. Aqui s'arrimon
  L'òli de gres, lou bon vin de Sant-Jòrgi,
  Lou ris loumbard e lou mèu de Narbouno,
  E la sau de Pecai e li barrielo
  D'anchoio de Frejus, li pan de sucre
  E li bard de saboun que fai Marsiho.
  Auto! qu'aniue lou prince, à la Vignasso,
  Pago la rouanado e la riboto!
  Car es pas mort, lou prince; en pleno sourro
  L'an rabaia que noun batié plus veno;
  Mai, gramaci l'enflus de soun astrado
  O lou ressort belèu de sa naturo,
  S'es reviéuda. Mourira pas d'aquelo.
  E Jan Rocho à despart vèn à l'Angloro:
  --I'an rèn vist sus soun cors, e vòu rèn dire...
  Sarié toumba, que! dóu mau de la terro?
  L'on pòu pas saupre.--Oh! ç'anen, Jan-toutouro!
  Ignores que lou Dra, quand vòu, se mudo,
  Respoundeguè la drolo, e s'entremarcho
  De cènt milo façoun? Vuei sus la ribo
  I'a plasegu de leissa soun cors d'ome
  E de se traire avau dins l'aigo founso
  Pèr ana vèire, sai! lis espeluco
  Ounte gardè sèt an la bugadiero,
  Aquelo bugadiero de Bèu-Caire
  Qu'avié toumba soun bacèu dins lou Rose,
  Aqui de-long, l'as bèn entendu dire?
  --O, repliquè lou prouvié, 'mé li Trèvo
  De rèn fau s'estouna... Mai, qu'acò fugue
  Verai o noun, siés uno bello folo
  D'escouta si paraulo safranouso
  E de pas vèire, pauro, que t'enjueio
  E qu'éu, un jour, aguènt poumpa ta vido,
  Sus lou ribas de quauco graveliero,
  Un jour, peréu te leissara cadabre!
  --Hòu! l'Angloro diguè, la lagramuso
  N'es-ti pas la sourreto dóu Coulobre?
  --Ve, t'enlabrenara!--Se m'enlabreno,
  Eh! bèn, siegue moun ur! iéu voulountouso,
  Me leissarai toumba dins l'engoulido,
  Coume toumbo la fueio au gourg que bado!--_


  XC

  _E Mèste Apian cridè:--Sarnipabiéune!
  D'abord que vòu paga la bello souido,
  Es un bon prince acò!--Noum d'un gimerre!
  Lis ome an respoundu, fau que s'embugue
  Dóu vièi sant Micoulau aniue la tino!
  --Anen, enfant!--E zóu! touto la colo
  S'enmounto au cabaret de la Vignasso.
  D'aqui se vèi lou plan-païs d'Argènço
  E la Séuvo-Goudesco ounte la bicho
  Menè tout dre lou rèi à l'ermitòri
  Dóu grand sant Gile. Aqui pèr sòu barrulon
  Li vièi boulet de pèiro glouriouso
  Qu'espóutiguèron, tra pèr li calabre,
  Li Crousa de Mount-Fort: clapas de pèiro
  Sèt fes sacra, suprème testimòni
  D'un pople debaussa, noun sènso lucho,
  Lou rire i labro e cantant soun martire!
  Dounc, un cop entaulado la grand chourmo
  A l'entour d'En Guihèn:--Sabès, cardacho,
  En quau, ié dis Guihèn, me pren envejo
  De counsacra l'artimo repeissudo
  Que fasèn dins Bèu-Caire? I patrioto
  Dóu ribeirés rousau, is intrepide
  Que dins li jour ancian se mantenguèron
  Au castelar qu'à nòstis iue s'aubouro!
  I ribeiròu valènt que si coustumo
  E soun port franc e soun grand Rose libre
  Sachèron apara! D'aquéli rèire,
  Gaiardamen toumba dins la bagarro,
  S'an vuei li fiéu desóublida la glòri,
  Tant-plus-mau pèr li fiéu! Mai vàutri, chouro,
  Qu'avès toujour sauva lou crid: Empèri!
  E que, bravas, à vosto dessaupudo,
  Anas bèn lèu, anas bessai tout-aro,
  Pèr apara lou Rose dins sa vido,
  Anas liéura la bataio radiero,
  Emé iéu fourestié, mai qu'enraiouno
  E qu'embriago vosto lus dóu Rose,
  Aussas li got à la causo vincudo!--
  Tóuti li got dins li man clantiguèron.
  Li marinié, Mèste Apian, chaurihavon
  Estabousi, sènso trop bèn coumprene,
  Mai respetous e mut. Lou galant prince
  Countuniè coume eiçò:--Pàuri de vautre!
  Emai de vòsti nau lou bèu trigòssi,
  Emai li lòngui tiero blanquinello
  Remoucado en amount pèr li quadrigo
  Di chivalas que tirasson la maio,
  A la malemparado belèu courron!...
  Mai en que sièr, o subre-estant d'un pople
  Que despièi tres milo an tenié l'empento,
  De pregemi sus la causo perdudo!
  Coume au castèu ilustre de Bèu-Caire,
  Coume li Prouvençau, bello finido,
  En fàci dóu Soulèu e dóu grand Rose,
  Fasen la Rouanado e la Soulenco!
  E chimen, à la barbo di vincèire,
  Lou vin dóu Genestet que reviscoulo...
  E brame lou Rouan, en Rouanesso!--_


  XCI

  _Or lou soulèu sus Nimes trecoulavo,
  Espargissènt au long dóu vaste flùvi
  Li ple de sa flassado ensaunousido
  E de si rai la reflamour darriero
  Sus lou castèu de la Tarasco, mounte
  Lou rèi Reinié semblavo, à sa fenèstro,
  Benesi la suprèmo rouanado.
  --A la santa dóu patroun!--E dóu prince!
  --Vivo sa caro!--E vivo nautre! En joio
  Barquejen longo-mai!--En nau seguro
  Reveguen Andanceto!--E Sant-Maurise!
  --E lis escalinado coundriéulenco
  Ounte, se Diéu lou vòu, tout noste mounde
  Retrouvessian dins mens d'uno mesado!--
  E manjon la broufado espesso e forto
  Que i'es lou biòu empiela sus li cebo;
  E di palabourdoun fan bello brifo
  E picon au pechié. Mai à la luno,
  En davalant après vers la barcado:
  --Que! lou prouvié fai à Jóusè Ribòri,
  Atroves pas que ço qu'a di lou prince
  Retrais un pau aquéli sourcilège
  Que l'Angloro disié, dóu ranc de Tourno?
  --Ah! bouto, sabe pas, repliquè l'autre,
  Mai i'a quauque malan dóu tron de milo
  Que nous menaço tóuti, e meme, meme
  Aquéu bon bachelar que nous fai sousto...
  L'an pas leissa pèr mort, aièr? Moun ome,
  Sian à-n-un siècle que lou Diau trafuro!_

  [Illustration]



  [Illustration]

  _CANT VOUNGEN_

  _LA REMOUNTO_

  XCII


  _E van se jaire. A l'aubo, entre que piéuto
  Dins li brouas dóu Rose l'auceliho,
  Dau! dau! lou veiturin, lis equipage,
  Tout acò's deja dre. Pèr la remounto
  An tira li sapino, li pinello,
  Tafort! adrou! de l'autro man dóu flume.
  Desplegon li dos maio tànti longo
  Qu'à l'aubourié de la grand nau se ligon.
  Agroupon i dos maio li maieto
  Pèr i' atala li grand chivau de viage.
  Au cau-d'avans de la barco majouro
  Vint-e-vue garagnoun se i' apountellon,
  Dessepara, quadrigo pèr quadrigo,
  Emé soun menadou de quatre en quatre.
  Li quatre primadié, tóuti blanc, porton
  Lou baile carretié--qu'a la counducho
  Di vuetanto chivau dis atalage.
  Au cau-d'arrié van jougne mai dès couble;
  Au cau de la carato uno dougeno;
  Au restant di batèu o de la rigo
  Lou rèsto di supèrbi roumpe-tèsto.
  En endihant vers lis ego palustro
  E gravachant la terro de si bato,
  Oh! que soun bèu, la creniero que floto,
  Emé li róugi flo de si cabestre,
  Si rava blu de lano amechourlido,
  Si coulassoun plen de clavèu de couire!
  A Tarascoun, i'an douna la civado.
  Lou manescau ferrant, qu'es de l'escorto,
  Un darrié cop lis a passa 'n revisto.
  Li marinié de terro, à pleno cencho
  Pourtant li batafiéu--que s'envertouion
  Pèr adouba, quand fau, li roumpeduro
  De la maio,--soun lèst. D'aut de la barco,
  Lou vièi patroun Apian, en vesènt siéuno
  Aquelo pouderouso cavalino
  Qu'en dougo dóu grand flume s'esperlongo,
  En countemplant touto aquelo sequèlo
  De marinié, de carretié, que bourjon
  Li Segounau dóu Rose à sa coumando,
  En espinchant la floto e la tesuro
  Dis aut tibanèu blanc que s'encamellon
  Subre la carguesoun di marchandiso
  Bèn estivado e marcado à bon nòli
  Pèr l'escrivan, lou vièi patroun se gounflo
  Dins soun ourguei de mèstre d'equipage:
  --E vuei, pèr trebóuja, dis, que ié vèngon
  Li Cuminau tant famous de Serriero,
  Li Bounardèu de Lioun, tànti riche,
  Li Martouret bragard, que n'an que piafo,
  E li boutié d'Isero e de Grenoble
  Emé si biòu lourdas, councha de bóuso!
  Que ié vèngon, se volon, en seguido:
  Ié fara, lou Caburle, tira l'ènso!--_


  XCIII

  _E coume a di, capèu en man, saludo
  La crous de l'equipage qu'es en poupo,
  Emé soun det moutu que trempo au Rose,
  Devoutamen, noublamen éu se signo:
  --Au noum de Diéu e de la santo Vierge,
  Adounc coumando, fa tira la maio!--
  Lou prouvié sus la pro, que fai escouto,
  Repetis:--Fa tira la maio!--En terro
  Lou patroun de calaumo à soun tour crido:
  --Eh! fa tira la maio!--D'un à l'autre
  Lou crid enjusquo au baile amount ressono.
  Lou baile carretié dins l'estendudo
  Mando un bèu cop de fouit: li vint quadrigo,
  Au repetun di chasso lardarello
  Desparron à la fes. Se desvouloupon
  E s'estiron li gumo fin-que tiblon
  E, desmarrado en plen tóuti li barco,
  Lou grand patroun repren:--Amaio sòli!
  E fa tira davans!--La longo tiero,
  Sus la levado e la calado rufo,
  En rebalant contro l'aigo que fouito
  La tirassiero grèvo de la rigo,
  Tout siau à soun trantran dounc s'encarrèiro.
  E souto lou brancun di gràndis aubo,
  Dins lou silènci de la vau de Rose,
  A l'esplendour dóu soulèu que se lèvo,
  Au pas di bèu chivau que s'escourpouiron
  E de si narro embandisson la tubo,
  Lou proumié carretié dis la preguiero.
  De liuen en liuen, sus lou coutet lis autre
  Aguènt lou fouit que pènjo emé sa lonjo,
  En caminant, avau darrié, se signon
  O, pèr abra lou cachimbau à l'esco,
  Picon de fiò sus lou peirard. La troupo,
  Tirant de long belèu un quart de lègo,
  Vai ribejant li sauseto ramudo
  Ounte la maio freto e s'entrepacho.
  Arma d'un pau--que sus l'espalo porton,
  Li marinié de terro la seguisson,
  Tenènt d'à ment l'einormo tourtouiero,
  Pèr la faire sauta sus lis entramble;
  O 'mè li batafiéu--qu'à la centuro
  Se soun enviróuta, de-longo adoubon
  Sus li reinard quauque trenoun que peto._


  XCIV

  _Mai enterin, au bout de la grand cordo,
  Pereilavau sus la barcado lènto,
  De poupo à pro lou vièi patroun que guincho
  A di:--Prouvié, regardo un pau dessouto...
  Em' aquélis eigas (qu'un tron li cure!)
  Sabès jamai li founs...--La soubeirano!
  En negant l'escandau cridè Jan Rocho.
  --A la bono ouro!--E veici que lou prince
  Demando à Mèste Apian:--Ansindo mounto
  Forço, lou Rose, quand vèn fièr?--En subre
  De tout aquéu planas que s'espalargo
  De chasco man dóu flume, tant que terro,
  Ai vist, diguè lou vièi, ai vist lou Rose,
  Enfle pèr lou glavas dis endoulible,
  Bandi sis erso eujusquo à la courouno
  Dis amourié! Sus li meissoun perdudo,
  Sus la desoulacioun dóu plen terraire,
  Ai vist, iéu, li barquet vougant pèr orto
  Au secours di masié sus si téulisso!
  Aqui, moussu, tenès, à Valabrego,
  Tres jour, tres niue, pèr èstre en terro sauvo,
  S'èron ramba li gènt au cementèri!
  Fasié freni, la niue, d'ausi lou rounfle
  D'aquelo mar sóuvajo, souloumbrudo,
  Qu'esventrant li levado emai li bàrri,
  Empourtavo lis aubre, li recordo,
  Li fenassiéu tóutis entié! Me mèmbro,
  Pecaire, un chin, pres pèr la negadisso,
  Que sus lou camelun d'uno paiero
  Lou veguerian flouta que gingoulavo...
  Mai se diguè-ti pas que sus lis oundo
  Avié passa peréu un brès de vorge
  Em' un enfant que ié plouravo dintre?
  E li cop de fusiéu qu'à la sournuro
  Entendias dins lis isclo e que tiravon
  Li pàuris insoula de la ribiero!
  Ah! boutas, d'aquéu tèms, quand sus li lono
  Avès un trin de barco emé vint coublo
  De chivau coume acò, 's pas que que fugue!
  --Dia! fa tira lou cau-d'avans!--Vous dise
  Que i'a gens d'eigassado tant rabènto
  Ni que fague tant pòu emai tant afre
  Coume aquéu Rose, quand se desgounfouno.
  Se coumpren pas de mounte tron pòu sorge
  Tant d'aigo, e fau que vèngue dóu delubre!
  Car se vesias quand boundo e que carrejo,
  Nous adus de varage e de bestiàri
  Que jamai de la vido se veguèron!
  --Dia! fa tira lou cau-d'arrié!--La biso
  Urousamen baiè soun cop d'escoubo;
  Autramen perdian tout, aquel an, fusto
  E vin. N'en fuguerian, dins lou tempèri,
  Pèr quatre subre-fort chivau de viage
  Que valié proun, lou mendre, cènt pistolo!_


  XCV

  _--O patroun, hòu! en uchant de la ribo
  Cridè lou civadié, que davans tóuti
  Es éu que d'à chivau tènto li gafo,
  Alestis lis arrèst e la pasturo.
  --Que i'a? fai Mèste Apian.--Aquesto jouncho,
  Dinan à Malivèn?--Jan de la Muelo,
  Perqué noun au Grand-Mas?--Lou vènt s'amodo,
  E farian bèn d'esperlounga la tiro...
  --A Malivèn!--Darrié, sus la carato
  Avien planta l'arpi, mounte se pènjo
  Li farlambias de car, prouvèndo cruso
  Que fan seca au soulèu. N'en desacrocon,
  Ardit, quàuqui bon tros pèr metre à l'oulo;
  E lou chat dóu batèu fai la bouiaco.
  Entandóumens l'Angloro que l'ajudo
  Ansin ié vèn:--Chat! se'n-cop me maride,
  Te li farai tasta, que? li dragèio...
  --Mai emé quau te marides, Angloro?
  --Ve, lou veses, aquéu sus la grand barco
  Eila-davans, qu'a la barbeto bloundo?
  --O, lou prince Guihèn!--Mignot, tout juste.
  --Siés pas de plagne, Angloro!--Es la planeto
  Que l'a vougu: quand soun li causo escricho
  Dins l'estelan, eh! bèn, fau que se fagon...
  --Emé lou prince! e quouro pièi li noço?
  --N'avèn panca parla; mai es de crèire
  Qu'aura flouri moun sort avans que toumbe
  La flour d'esparganèu.--Alor siés richo?
  --Perqué?--D'abord qu'un prince te fai nòvio!--
  L'arpaiarello d'or riguè:--Paureto,
  En gagnant douge sòu pèr jour!--Oh! boustro!
  Vai, n'en dèves avé, dempièi que furgues
  Li sablas de l'Ardecho emé si baumo
  Que se ié vèi, dison, de meraviho!_


  XCVI

  _--Lou dison, o; mai pièi quau ié penètro
  Alin tant founs! Sabes, faguè la drolo,
  Qu'es pas tout plan de ressegui la coumbo?
  Li rancaredo afrouso que l'enmuron?
  Lou Ranc dóu Courpatas, lou Ranc dóu Nible,
  E lou Castèu amount de Dono Vierno?
  Pièi li rajòu de l'Ardecho: la Favo,
  Lou Sèti, la Cadiero, la Caviho;
  Après, lou baus dóu Chin... Quand siés i borno,
  Es aqui que fau pas èstre póutrouno!
  Rescontres un pertus que souto terro
  Pòu te mena, quau saup? belèu au diable!
  Aro, de-rebaloun, emé de lume,
  Dins aquel aven sourne se t'arrisques,
  Ah! dison qu'acò 's bèu! Troves de croto,
  D'espeluco, de chambro, de capello
  Que fan veni, tóutis endiamantado,
  Li parpaiolo is iue. 'Mé si couroundo
  I'a, dison, uno glèiso magnifico,
  Aguènt si sànti-font, aguènt sis orgue,
  Aguènt si benechié 'mé sa tribuno!
  As, touto cloto, uno salo de danso
  Emé, garni de milo candeleto,
  A soun plafoun li lustre que pendoulon;
  As, tóuti lèst, plen d'aigo cristalino,
  Uno salo de ban; un cementèri
  Emé si gràndi toumbo que blanquejon;
  De lòngui lèio d'aubre que fan oumbro;
  Un tiatre qu'espandis sa coulounado;
  Meravihouso enfin, touto uno vilo
  Que de sis abitant es véuso e vuejo...
  I'an vist pamens uno grosso Tartugo,
  I'an vist lou Lert, e d'àutri bèsti orro...
  --Mai, ve! diguè lou chat à la subito,
  N'as uno à toun anèu, d'aquéli bèsti?
  --Acò? 's lou Dra, ma fiero de Bèu-Caire.
  --Te l'a dounado quau?--Aqui moun nòvi.
  --Mai sabes qu'es poulit!--Destapo l'oulo,
  Cridè l'Angloro, que tout-aro verso!--_


  XCVII

  _E soun à Malivèn. S'es aplantado
  La grand cavalarié; s'es, lou Caburle,
  Amourra pèr la pro dins lis aubriho
  E li sèt barco em'éu. Se desencolo,
  S'arribo li chivau long di broutiero.
  En round agrouva au sòu, manjon la soupo
  Au meme plat, de tres en tres, li ràfi.
  Li marinié, bando à despart, s'assèton
  A l'entour dóu patroun sus la sapino
  E Mèste Apian, quand a pres sa mourdudo,
  Viro la caro, soucitous, vers l'orso
  E fai:--Aquéu mistrau, ai pòu que boufe!
  La vesès, l'Agrimoueno agroumelido
  Qu'eilamoundaut en long ciprès s'apouncho?
  E lou timoun, l'ausias coume renavo?
  E li man, li sentès coume soun rufo?
  Es de vènt, tout acò!--Jóusè Ribòri
  Apoundeguè labru:--La luno es pleno,
  E tant pourrié s'empegne à la tempèsto...
  --Vaqui perqué, diguè lou mèstre, à dicho
  Qu'auran fa béure aquélis atalage,
  Fau, zóu! bouta coulas e sènso alòngui.--
  Ço que fan. Entre avé passa, li fèrri
  Di vuetanto chivau, à la remudo
  Dóu manescau ferrant que fai sa vòuto,
  Bouton coulas e, fa tira la maio!
  --Hòu! gafarot, i'a de gourg en Durènço?
  --Es à rode. Avanças li coursié... Tiro
  Toun cavalin, baile, coublo pèr coublo:
  Embarcaren li proumié; dins li croso
  Lis àutri seguiran... Tenès la gafo!
  Ié sias?--Ié sian.--Dins l'aigo mau-seguro
  Li chivalas en s'esbroufant apèson.
  Entandóumens qu'eila-darrié la rigo
  A longo maio sus lou Rose poujo,
  Au repetun di fouit, au bram dis ome,
  Tout lou rebaladis intro en ribiero,
  Lou gafarot, li carretié, li gnarro,
  D'escambarloun o d'assetoun.--Arribo!
  Fa tira lou Roubin! Toco lou Mouro!
  Mantène lou Baiard, que noun s'ennègue!
  Dia! dia! ruou! ruou!--E frenissènto e nisso,
  En espóussant pièi si creniero flusso,
  La caravano sort vitouriouso
  E repren soun trantran long di levado._


  XCVIII

  _Mai lou prince oulandés emé l'Angloro
  Se soun rejoun sus barco e la jouvènto
  I'a di:--Qu'es aquéu conte, Dra, qu'en ribo
  Dóu Rose, l'autre jour, à la sournuro
  T'aurien trouva pèr mort?--Bello mignouno,
  Guihèn a respoundu, n'es pas un conte,
  Que, treitamen, em'un saquet de sablo
  M'an saqueta.--Mai quau?--Un mantenèire
  D'aquéli tres dounzello venjativo
  Qu'aurai, iéu, óublida pèr aventuro
  De ié croumpa sa fiero.--Li jalouso!
  Mai auriés pas degu, tu, lis enclaure?
  S'enaucelant cridè l'Aramounenco.
  Sabes dounc pas, moun bèu, que, tau qu'endorson
  Em'uno couissinado pèr l'esquino,
  Sènso que res ié vegue cop ni gouto,
  N'en lèvo pas, mor de la macaduro?--
  E risoulet Guihèn faguè:--Meinado!
  Alor creses que pòu, lou Dra dóu Rose,
  S'escoufi coume acò?--L'escamandreto
  Restè lou regachant uno passado:
  --Es verai, diguè pièi; que siéu badino!
  Lou fadet, lou foulet, qu'es rèi de l'oundo,
  Qu'es moun diéu e moun tout, qu'i lono bluio
  Eternamen remueio sa jouvènço,
  Coume es poussible, anen, que jamai cale
  Davans la lèi dóu coumun, la mouruegno!
  Noun, iéu te vese, Dra, coume dèu èstre
  L'Esperit Fantasti dóu maje flùvi,
  Inmourtau! E, quand toun regard me sono,
  Me sèmblo que m'envau touto endourmido
  Vers un soulas que rèn noun destrassouno.
  Sabe pas ounte vau; mai se m'esperde,
  De m'esperdre emé tu, que vos? m'agrado!--_


  XCIX

  _Estendeguè lou bras, Guihèn d'Aurenjo,
  Sus lou travès de l'aigo entre-batudo
  E diguè:--Fiso-te de iéu, Angloro!
  Pèr-ço-que libramen t'ai elegido,
  Pèr-ço-que m'as adu ta fe prefoundo
  I meraviho bello de la fablo,
  Pèr-ço-que siés aquelo qu'inchaiènto
  Se found dins soun amour coume la ciro
  Au lume, pèr-ço-que vives en foro
  De tóuti nòsti faisso e fardaduro,
  Pèr-ço-que dins toun sang e toun sen mounde
  Caup lou renouvelun di vièii sabo,
  Iéu, sus ma fe de prince, t'aproumete
  Que res autre que iéu, o flour de Rose,
  Noun aura l'ur de faire ta culido
  E coume flour d'amour e coume espouso!
  --Mai quouro! lèu? elo diguè tout-d'uno.--
  Guihèn respoundeguè:--Ma bello chato,
  Aquésti jour te lou dirai... L'entèndes,
  Aquéu mistrau que boufo? Es la musico
  Majestouso qu'anóuncio nòsti noço!
  Es lou Rousau, es lou cèu, es li broundo
  Qu'ensemblamen nous canton lou prelùdi!--
  E sèmpre mai lou vènt, de si rounflado,
  Recoutavo en efèt la tirassiero;
  La mountesoun, toujour que mai peniblo,
  Fasié tira li chivau--que li floto
  De si creniero espeloufido en fùri
  S'escarpissien coume de grand plumacho.
  E s'amagant, lou soulèu, dins l'arquiero
  De si long rai mourènt, à l'avalido
  Trevalavo deja, quand lou Caburle
  Emé tóuti si barco e sa feloupo
  En ribo avignounenco prenguè tòti._


  C

  _--Au trepadou! lou Caburle à l'empèri!
  Li Coundriéulen! e fa tira la maio!--
  A l'endavans ié crido l'enfantuegno.
  En barcarés tout acò lando e quilo.
  Li ribeirié si tourtouiero enrodon,
  Li carretié si bèsti desatalon;
  E, s'enfournant dins lou Pourtau de l'Oulo,
  Pèr la couchado e pèr la repeissudo,
  Encò dóu Mau-Uni, qu'acò 's soun oste,
  Van is establarié. La marinaio
  Pau à cha pau emplis la grand cousino.
  Au torco-man qu'à la cadaulo pènjo,
  S'estènt au pous lava li man, s'eissugon;
  E sus li banc, l'esquino à la muraio,
  Patin-patòu s'assèton en renguiero.
  Emé li bras estroupa, li chambourdo,
  Qu'entre li pessuga crèbon lou rire,
  Gaiardamen sus li taulo carrejon.
  Oh! de bon Diéu! li sartanado einormo
  De sang de biòu, li tian de tripo grasso,
  Lou catigot, li carbounado e chouio
  E li troucho farcido emé de berlo,
  S'engloutisson i buerbo pansarudo,
  Enterin qu'à-de-rèng la damo-jano
  Fasènt lou tour, cadun, li couide libre,
  Se vuejo à plen de got. Descurbecellon
  A la perfin un plataras de soupo
  Au froumage--qu'un pastre, vous responde,
  En ié palaficant soun bastoun dintre,
  Noun l'aurié pas sauta.--N'en cantan uno?
  Dis pièi subran lou baile d'equipage
  En picant sus l'espalo dóu gros Tòni.
  E lou mudaire, aguènt mouca soun vèire
  E fa peta lou gargassoun:--Chaumiho,
  A la voues! dis, anen, que fau d'ajudo!_


  CI

    Eh! Diéu çai sié, la bello oustesso!
    Nous veici quàuqui gai cadèu
    Que tirassan pas la tristesso
    En rejanant nòsti batèu.

    Un bon mudaire à la desciso
    Tèn lou viage escarrabiha;
    Mai pèr revèire Pèiro-Enciso
    Fau teni lou fanau oulia.

    Sourtès lis óulivo groussano
    E bouiras-nous un bon saussoun:
    S'avèn li braio de basano,
    I'a ço que fau dins lou boursoun.

    Dins la Prouvènço avèn fa piho
    E rascla lou Revestidou
    E sian carga coume d'abiho;
    Mai l'aigo fièro porto tout.

    Lou vin de la costo dóu Rose
    Es proun uno bravo liquour,
    A coundicioun que noun s'arrose
    Emé l'eigasso dóu grand gourg.

    Pèr abéura li tros de poupo
    E pèr nous faire un pau canta,
    Dins la gaveto de la soupo
    Faudra n'en traire un agouta.

    S'arribo pièi quauque escaufèstre
    O se toucan un arenié,
    La perdo sara pèr lou mèstre,
    La peno pèr li marinié.


  CII

  _Mai enterin qu'à plen de man se pico,
  Li porto-fais d'Avignoun, à la taulo
  D'en fàci:--Es pas lou paire de l'Angloro,
  Se vènon, aquéu gros que canto?--Foume!
  Noun fau pas s'estouna s'a la canturlo:
  Vesès pas que sa fiho a trouva mèstre?--
  E vers la chato, insoulènt, an fa signe,
  Qu'emé lou prince blound cacalejavo.
  --Aquéli petachin, cridè Jan Rocho,
  Dequé volon eila?--Gros tuerto-mouto,
  E tu mai, dequé vos?--Coupa la tufo
  Di pesoulin que nous copon la paio.
  --Tu? noum de Diéu! bèn, vène eiça-deforo!
  Un porto-fais cridè bravejant. Èro
  Quequino lou luchaire: dins si lucho
  L'aguènt un Liounés viéuta d'esquino,
  I gènt dóu coustat d'aut pourtavo isagno.
  --Vène deforo, eiça! piaiavo.--Bougre
  De gus de plaço! espèci de pelòfi!
  Replico lou prouvié, poudès vous metre
  Quatre emai sièis ensèn!--E lou coulosse,
  Escambarlant li taulo, en uno buto
  Avié sauta au mitan. Mai li rigaire
  S'entravèsson d'un bound. Dins lou broulisse
  Li banc destrantaia fan la co-lèvo,
  De part e d'autro lis iue s'enferounon,
  Lis injùri mourtalo s'entre-croson:
  --O quiéu-de-pèu! manjaire de cabriho!
  --Assassinaire dóu marescau Bruno
  Que dins lou Rose pièi lou trinassèron!--
  Ai! ai! ai! li foutrau à mort van plòure,
  Quand Mèste Apian:--Estas siau, crido, bogo!
  Lou proumié que boulego, l'escabasse
  D'un cop de poutarras... Taifo d'ibrougno,
  Lou vesès pas que sias sadou? Que l'ispre
  De la vinasso vous sort pèr li brego?
  Eh! se voulias vous batre, avès li justo...
  N'en manco, tout l'estiéu, aqui sus Rose?
  Au Pont Sant-Esperit, à Roco-Mauro...
  Pièi ounte mai? A Givors, à Valènço...
  La lanço au poung, la targo sus lou pitre,
  En plen soulèu, is iue de tout un mounde,
  I'a-ti rèn de plus digne e de mai noble
  Qu'un bèu justaire nus, sus la quintaino,
  Quand fai plega soun ome e lou cabusso?
  Te rapelles, Jan Rocho, aquéu dimenche,
  A Sant-Pèire de Biòu, pèr sant Maurise,
  Quand faguères (pamens ères bèn jouine)
  Faire au grand Miserin lou viro-passo?
  --Me rapelle, patroun, diguè Jan Rocho.
  --Aviés pas soulamen quita la vèsto!
  --Es verai.--Lis enfant, à la jassino!
  Se noun voulèn que la levado fugue,
  Coume dis lou prouvèrbi, long dóu Rose.--
  E quatecant, à la voues auturouso
  Dóu majourau prudènt que lis amaiso,
  Li barcatié, davau souto si tèndo,
  Lis egatié, damount dins si feniero,
  Tóuti s'envan à Santo-Repausolo._

  [Illustration]



  [Illustration]

  _CANT DOUGEN_

  _LA MAU-PARADO_

  CIII


  _E fa tira la maio! Entre parèisse
  Lou lustre dóu soulèu, à la remounto
  S'es tourna metre en draio lou Caburle,
  Fendènt lou Rose emé sa pro taianto
  E clafissènt lou ribeirés de vido
  Emé lou brand, la pòusso e lou tafòri
  De sa cavalarié. La mistralado
  Rounflo toujour. Lis aubre, que saludon
  En brounzissènt, se giblon, s'estrigousson
  A mand de s'estrounca. Lou vènt enfreno
  Lou Rose vengu lisc coume uno glaço.
  Contre aigo e contro vènt li coublo forto,
  Lou mourre de-clinoun, adaut caminon
  De soun pas atusa. La carlamuso
  De l'auro fourmidablo, armounïouso,
  Fai chauriha d'estounamen li bèsti.
  A si capèu, à si bounet de pano
  Mandant la man, emé li brego torto
  Li carretié despacienta prejiton
  Au Maïstrau un revoulun d'insulto:
  --Boufo, bregand de Coucho-mousco! Boufo,
  Desbadarna de Diéu, que te crebèsses!
  I'aura dounc jamai res, o Manjo-fango,
  Que tapara lou trau de mounte sortes?
  I, capounas!--E d'uno petadisso
  De cop de fouit embraion si gimerre._


  CIV

  _Au carcagnòu de la segoundo barco
  Asseta tóuti dous, pichoto Angloro
  A représ soun devis, bèn à la douço,
  Emé soun Guihéumin:--Ai à te dire,
  Guihèn fai à la bello, que nous-àutri,
  Lis amourous divin, rèi de la terro
  E soubeiran verai de la naturo,
  Nous poudèn pas marida coume tóuti...
  --E nous maridaren, diguè la nino,
  Coume?--Rapello-te dins la memòri,
  Respoundeguè l'imaginous d'Oulando,
  Aquéu roucas taia, plen de mistèri,
  Que ié sourgènto au pèd la font de Tourno.
  --Sabe, sabe, diguè. I'a 'no lambrusco
  Em'un falabreguié que s'enracinon
  Tout à l'entour dóu ro 'mé 'no figuiero
  E de mato de bouis... Ié siéu estado.
  --Que i'as mai vist?--Lou Soulèu e la Luno
  Que, grava pèr li Fado sus la roco,
  Emé sis iue reguergue vous espinchon.
  --Que i'as mai vist?--Un biòu emé si bano
  Qu'un escourpioun se lanço pèr lou pougne,
  Enterin qu'un chinas vèn pèr lou mordre
  E qu'un jouvènt pèr lou mata se drèisso.
  --Que i'as mai vist?--Lou Dra que ié barrulo.--
  Guihèn d'Aurenjo uno bono passado
  Se teisè. Dins soun amo pensativo
  I'apareissié sus lou ribas dóu Rose
  L'autar dóu diéu Mitra, la font de Tourno
  Que n'en sourgis prefoundo e clarinello,
  Em 'aquéli simbèu dóu vièi sacrige,
  Espetaclous ensigne dóu Zoudiaque,
  Qu'emplissien d'esmougudo segrenouso
  Lis adouraire dóu souleias bléuge
  Mountant o descendènt antan lou flume
  Pèr faire en devoucioun soun roumavage
  Au diéu Mitra, «lou soulet invincible».
  E se disié:--Soulèu de la Prouvènço,
  O diéu que ié coungreies lis angloro,
  Que fas sourti d'en terro li cigalo,
  Que dins mi veno marfo e palinouso
  Reviéudes lou sang rouge de mi rèire,
  Diéu roudanen que lou Dra dins si vòuto
  Agouloupo, à Lioun, au Bourg, en Arle,
  E que dóu negre tau dins lis Areno
  Encaro vuei t'es fa lou sacrifice
  Incounsciènt, diéu qu'escavartes l'oumbro
  Galoi, qu'en uno ribo incouneigudo
  Vuei es desert toun autar--e toun rite
  Abandouna dins l'óublid, iéu barbare,
  Iéu lou darrié bessai de ti cresèire,
  Vole sus toun autar óufri, premiço
  De ma felicita, ma niue de noço!--_


  CV

  _E s'adreissant siavet à la chatouno:
  --Es aqui, ié diguè, mounte barrulo
  Lou Dra dóu Rose, aqui mounte li Fado
  Escriguèron li sort de la ribiero,
  Que nous anan liga, pichoto Angloro.
  E, souto lou regard pièi de la Luno
  E de tout lou feran de la chauriho
  Que nous van èstre pèr temouin e sousto,
  Dins lou Grand-Gourg de la font, en brasseto
  Nous aprefoundiren.--Elo, enmascado,
  Respoundeguè:--Moun Dra, la flour de Rose
  Noun aguè jamai pòu dis aigo bluio
  Ounte lou cèu miraio sis Ensigne.
  Nadarai emé tu, iéu, de-counservo,
  Coume lou pèis de primo, quand remounto
  Lou ribeirés, au tèms de l'eissagage.
  --O, nadaren ensèn dins l'aigo roso,
  Guihèn apoundeguè, dins l'aigo puro,
  L'as di, coume lou pèis de primavero
  Que dins lou Rose vai, de riso en riso,
  Au grouadou di font superiouro.
  --Mai pèr nous benesi i'aura lou prèire?
  Venguè subitamen la bono chato.
  --Ah! i'a 'n bèu tèms qu'es mort, faguè lou prince,
  Lou prèire de l'autar ounte t'aduse!
  Mai pèr nous benesi, nous canta messo,
  Auren-ti pas, de qu'as pòu? li tourtouro
  Que si murmur d'amour jamai noun moron!--
  Elo d'acò, verai, fuguè 'n pau tristo;
  E pièi, aguènt pensa, diguè:--Siéu bèsti!
  Dóu signe de la crous que l'escounjuro
  Se pòu-ti que lou Dra subigue dounde
  L'óutrajouso vertu? Mai iéu menimo,
  D'abord que me veirai souto lis arco
  Dóu Pont Sant-Esperit, ounte figuro
  Lou grand sant Micoulau dins sa capello,
  Iéu ié demandarai que fague plòure,
  Éu, sa benedicioun pèr li que nadon,
  Que nadon à la bèu enfre lis oundo!--_


  CVI

  _E fa tira! trasènt sa cridadisso
  De gau e d'enavans, de despaciènci
  O d'abandoun en Dieu, la barquejado
  Se gandissié plan-plan e lou Caburle,
  Requinquihant soun auto pro sus Rose,
  Jitavo soun salut is àutri rigo
  Qu'au fiéu de l'aigo descendien couchouso.
  --Adessias!--Adessias!--Es l'equipage,
  Acò, de Jan la Micho, de Serriero...
  Tambèn a de bèu couble!--Lou vènt coto?
  --Coume un gusas!--Es dounc tau qu'à la justo?
  --Ai! paure! en quinge jour quatorge lègo,
  Coume se dis.--Anen, à la coumpagno!--
  E li batèu 'mé li bras que s'aubouron
  Desparèisson avau à la desciso.
  E de-countùni ansindo, li rescontre,
  De liuen en liuen.--Es pas Toumè d'Andanço,
  Aquéu que trajo amount? Carèu! que fuso!
  Adessias!--Adessias!... A dos pinello,
  Aquéu tros de pagèu, e dos sapino
  Que n'i'en dèvon gagna: tout pèr soun comte
  Dison que cargo.--Oh! ç', anen, de coucourdo!
  Emai di Cuminau disien mirando
  Emé soun Grand-Zidor: pièi tant pleguèron!--_


  CVII

  _Desempièi quatre jour, souto la rodo
  Ansin dóu grand soulèu e souto l'uscle
  De l'èr dóu Ro, de l'auro que rabino,
  A travès dis embroi de touto meno,
  Dis agacin, di graveiroun, di gafo,
  Peniblamen gaubejant sa manobro
  E pèr ouro abracant sa miejo-lègo,
  Avien li Coundriéulen pres la remounto,
  Quand, au cinquèime jour, en drecho visto,
  Lou Pont Sant-Esperit sus l'estendudo
  Espandiguè si vint-e-dos arcado.
  E, proche di pourtau coume fuguèron,
  Au prince lou patroun fasènt un signe:
  --Vès! ié diguè, segnour, aquelo pielo
  Que i'a 'no grosso mato d'espargoulo,
  La vesès? Es d'aqui que, de coustumo,
  Benesissien tóuti lis an lou Rose...
  Ah! coume acò 'ro bèu! Emé li barco
  Anavian querre en terro, eila, lou prèire
  Que, pourtant lou Bon-Diéu, entre li ribo
  Dóu flumenas, venié, dre sus la poupo,
  Aussa lou sant soulèu davans lou pople
  Curbènt dóu pont amount li parabando...
  Tout acò se fai plus e noun coumprene,
  Iéu, coume vai qu'ansin vuei tout derruno...
  --Ah! n'en veirés bèn d'autro! aqui l'Angloro
  Cridè au patroun, sabès? lou mounde viro...
  Vous l'ai pas di que sus lou ranc de Tourno
  De gròssi treboulino èron marcado?
  --Tu! ragagnous la remouquè lou mèstre,
  Au Malatra t'entourne qu'au t'a ducho!
  Que rèn que soun aflat, d'aquel escòrpi,
  Farié passa pèr iue uno barcado
  De crucifis... Amaino!--_


  CVIII

                            _Sus la dougo,
  Au crid d'arrestamen que d'ome en ome
  Fai restounti l'arcado mariniero,
  An pres tòti subran pèr la dinado.
  Li chivalas relènt, leva de tiro,
  S'arrapon i bourrenco de pasturo.
  Li marinié, d'avau sus la pinello,
  Li carretie, d'amount sus la levado,
  Quichant soun arencado o soun anchoio,
  Mastegon plan e barjon: i Banc Rouge
  Lou pas es proun catiéu; mai à Dounzero,
  Em'aquéli roucas, aquelo cluso
  Ounte lou Rose enferouna s'abrivo
  Coume un brau de palun, vai i'avé d'obro!
  Un pau plus aut, faudra pièi que trevalon,
  Emé tout soun trahin e màli peno,
  De l'autro man... Enfin, que sièr que gouisson!
  Lioun es liuen, mai quau a tèms a vido.
  E 'm' acò, zóu! Li gràci estènt rendudo
  E d'un cop, emé brut, aguènt lou baile
  Rebarra soun coutèu mancha de corno,
  E li coulas remés e toui li ferre
  Dóu manescau ferrant passa 'n revisto:
  --Fa tira davans! dau!--E s'escourpouiro
  Contro auro tourna-mai emai contro aigo
  La grand cavalarié. Revertigueto,
  L'Angloro sus lou tèume dóu Caburle
  Béu lou vènt frescoulet que descagnoto
  Soun péu e rènd boudenflo sa mantiho.
  --Au Malatra, dins pas belèu miechouro,
  Elo ié vèn au princihoun d'Aurenjo,
  Saren gandi. Que joio pèr ma maire,
  Pèr mi fraire pichoun e pèr mi sorre!
  Dins moun cabas pèr chascun e chascuno
  Iéu porte aqui sa fiero: pèr Alèssi
  Un tambour de Bèu-Caire; pèr Gatouno
  Un lot de terraieto; pèr Bregido
  Uno titèi d'un sòu; uno barqueto
  Emé tout soun armun pèr lou bèu Jòrgi
  E... pèr ma maire un massapan de dàti!
  --E i'aura rèn pèr iéu? faguè lou prince.
  --Pèr tu, moun Dra, i'a tout ço qu'es au lustre
  Dóu sant soulèu e tout ço qu'es dins l'oumbro:
  N'as que de coumanda, siéu ta servènto.--
  E i'estregnènt li det:--Adounc, mignoto,
  Guihèn diguè, t'espère à la vesprado,
  Vers miejo-niue, sus lou bord de toun isclo
  E, coume dis la cansoun amourouso:_

    Sus moun batèu que lando
    Nous raubaren au fres,
    Car siéu prince d'Oulando
    E noun ai pòu de res.--


  CIX

  _Ai! bèu jouvènt, eterno simbeliero!
  Lou vènt avié cala. Dins l'amplitudo
  E dins l'amudimen dóu vaste Rose,
  Lis ome entre-dourmi, la caravano
  Au souleias d'estiéu mountavo lènto,
  Emé, de liuen en liuen, quauco iserouno
  Voulastrejant sus lou travès dóu flùvi.
  Tout-en-un-cop, dins la liunchour de l'orso,
  Vai s'entèndre un vounvoun. A l'avalido
  Pièi s'esperdié, pièi mai revounvounavo,
  Coume lou batarèu d'un moulin brounde
  Que sarié descendu pèr la ribiero.
  Pièi èro un toussihoun à l'escoundudo
  Qu'aumentavo toujour, uno toussido
  Coume aquelo d'un brau o d'un coulobre
  Seguènt li virouioun de l'archipèlo.
  Pièi un esbrand subit i'aguè dins l'oundo
  Que faguè ressauta tóuti li barco,
  Enterin qu'eilamount un flo de tubo
  Ennegrissié lou cèu: e tras li pibo
  Apareiguè subran, fendènt lou Rose,
  Un long batèu à fiò. Se rebrassèron
  Tóuti li marinié, gueirant lou moustre.
  En poupo Mèste Apian, devengu pale,
  Arregardavo mè la nau magico,
  La nau qu'arpatejavo emé si rodo
  E remouvié d'oundado espetaclouso
  E fourmidablamen ié venié subre._


  CX

  _--Arrasso! ié cridè lou capitàni,
  E tóuti dóu batèu ié fasien signe
  De se gara davans. Mai tau qu'un roure,
  Imbrandable à la barro, lou vièi mèstre
  Respoundeguè:--Mandrin! que lou Caburle
  S'escarte davans tu? Lou Rose es nostre...
  E fa tira la maio, milo-diéune!--
  Mai lou patroun n'avié pas claus la bouco,
  Ié lampant au coustat, lou Croucoudile
  (Èro lou noum de la vapour) arrapo
  Em'un de sis alibre la pinello,
  L'entiro dins soun vanc e, coume un dogue
  De ço que tèn se bat li brego, à bóudre
  Gangasso lou trahin, emé si gumo
  S'entrepacho rabious dintre li barco
  Ounte se fai draiòu, en tirassiero
  Rebalant après éu touto la rigo.
  O malurous! li chivalas recuelon,
  Empourta pèr la maio, dins lou Rose,
  Emé li carretié que s'esbramasson,
  Despoutenta pèr l'aigo furiboundo._


  CXI

  _Mai éu, Patroun Apian, quand vèi perdudo
  Sa grand cavalarié, si nau, sa vido,
  Éu dre sous lou Caburle que davalo
  Desempara, courrènt la bello eisservo,
  Éu, dessena de founs, li veno morto,
  En badant la vapour que, pouderouso,
  Escarpissènt dous revoulun d'escumo
  E jitant dins lis èr sa tubassino,
  Trajavo eila-davans:--Ah! manjo-paure!
  Ié cridè coume eiçò, moustre sus terro
  Que lou diable a raca pèr nous destruire,
  Lingoumbau de judiéu, enfant de broumo,
  Fugues maudi! maudi! maudi! Que moron,
  Aquéli que te servon, dins la braso
  E lou reboulimen e li suplice
  De l'infernas negras ounte t'empures!
  Crapo de fum! nous-àutri, la ribiero,
  I'a de milo an que la tenian dessouto...
  Mai tu, d'abord que vuei tout se desbrando,
  Rapello-te, souiras, que deja drogo
  Lou chivau-frus que dèu creba toun vèntre:
  Tau as fau, tau t'espèro!--E lou Caburle,
  Tóuti si barco après à la trahino
  E tout soun cavalun dins la bourdouiro
  Gafant o negadis, au brand dis oundo
  Regoulavo à la bèu.--Coupas li cordo,
  Malan de Diéu, que li chivau s'ennègon!
  Bramè lou veiturin en fasènt buto
  Pèr aterra vo s'engrava sus ribo.
  Car deja vèi lou Pont qu'espaventable
  Pereilavau s'enisso pèr tout roumpre.
  Mai lou courrènt que subre-fort envòuto
  E sisselando e sapino e pinello,
  Davans-darrié li rounso, li secuto
  Coume un rai de móutoùn que s'encamino
  Au tuadou. Desvaria, lis ome,
  Pèr engouli, se podon, uno arcado,
  Lou prouvié, lou mudaire, sus l'empento
  S'esperforçon. En van! L'Angloro mudo,
  Lis iue cluca, n'es plus d'aqueste mounde:
  Estrechamen rambado i bras dóu prince
  Que tèn d'à ment sus pro la mau-parado,
  E fisançouso en plen de soun dous crèire,
  Au paradis ié sèmblo que s'envolo._


  CXII

  _Mounto un grand crid... Ai! paure! dóu Caburle
  Un remoulin esfraious agouloupo
  Dins soun revòu la barco: un tuert terrible
  Brounzis contro lou Pont e tout s'esclapo.
  Guihèn, dóu contro-cop, dintre lis erso
  Es bandi, dins si bras aguènt l'Angloro.
  E nado, bacela di tros de fusto,
  E nado, la tenènt à cimo d'aigo,
  E nado tant que pòu. Mai lou subroundo
  A la perfin la suberno enmalido,
  E desparèis. Sus l'autre bord dóu Rose
  D'ageinouioun alin plouron li femo,
  Cridant e pregant Diéu. De la peirado
  Ounte éu s'èro gandi, la barco routo,
  Sauvant lou pichot chat de l'equipage,
  Lou bon Jan Rocho tourna-mai cabusso.
  E vague de nada, cercant lou prince,
  E vague de souta, cercant l'Angloro.
  Mai de-bado! Lou flume, quau saup mounte?
  Lis avié tóuti dous mena pèr sèmpre._


  CXIII

  _Sus lou limpun dóu bord ounte s'eidracon
  Li naufragié,--la caro ensaunousido,
  Jasié lou gros pilot, cubert de grumo;
  Li barcatié, planta dins la papolo,
  Li carretié, rouigant sis escoumenge,
  Èron aqui doulènt, la tèsto souto,
  A recata pèr sòu quàuqui rabasto.
  Agamouti, picant dóu pèd la terro,
  Lou vièi patroun gençavo:--Acò 's pas juste!
  Moun bèu cabau! tant uno bello rigo!
  Tout acò derouï pèr lou mal-astre!--
  Pièi demandè:--Quau manco? ié sian tóuti,
  Li gènt de l'equipage?--Se coumtèron
  E «ié sian tóuti» fuguè la responso.
  Mèste Apian diguè mai:--He! las de nautre!
  Quand li malur an d'èstre, fau que fugon!
  Emai poudian bèn tóuti nous afoundre...
  Nous a, sant Micoulau, sauva la vido:
  Ié faren à Coundriéu dire une messo.
  --Ié mancara, faguè Jóusè Ribòri
  Plan au prouvié, qu'aquelo pauro chato
  Em'aquéu brave prince...--Ah! bouto, prince...
  Jan Rocho repliquè, sus lou Caburle
  Aviéu proun remarca si menganello...
  Quau noun t'a di qu'es pas lou Dra dóu Rose
  E qu'éu, assabenta dóu grand naufrage,
  Noun nous ague segui, de mudo en mudo,
  Pèr empourta l'Angloro dins si toumple?--_


  CXIV

  _E Mèste Apian clauguè, brandant la tèsto:
  --Es messagié l'esperit! Quand li barco
  Davans lou Malatra fasien desciso,
  Iéu lou sentiéu, qu'aquelo malurouso
  (Car dèu avé, jitado à la ribiero,
  Fa puto-fin) èro pèr nous adurre,
  A tèms o tard, quauque marrit rescontre.
  Ai! mi sèt barco! Ai! mi chivau de viage!
  Dire que tout acò s'envai au fóudre!
  Es la fin dóu mestié... Pàuri coulègo,
  Poudès bèn dire: Adiéu la bello vido!
  A creba, vuei, pèr tóuti, lou grand Rose.--
  E' m'acò, de l'espalo à la centuro
  S'estènt envertouia li tourtouiero
  E li restant d'arnés que ié soubravon,
  D'à pèd sus lou dougan touto la chourmo
  Remountè vers Coundriéu, sènso mai dire._

  [Illustration]



  [Illustration]

  TAULO


  CANT PROUMIÉ. -- Patroun Apian                2

  CANT SEGOUND. -- Lou Prince d'Aurenjo        30

  CANT TRESEN.  -- La Desciso dóu Rose         64

  CANT QUATREN. -- Li Veniciano                82

  CANT CINQUEN. -- L'Angloro                  114

  CANT SIEISEN. -- Lou Dra                    136

  CANT SETEN.   -- La Font de Tourno          154

  CANT VUECHEN. -- A l'avalido                180

  CANT NOUVEN.  -- Souto Avignoun             214

  CANT DESEN.   -- La Fiero de Bèu-Caire      236

  CANT VOUNGEN. -- La Remounto                268

  CANT DOUGEN.  -- La Mau-parado              306



  Le Poème du Rhône

  EN XII CHANTS

  TEXTE PROVENÇAL ET TRADUCTION FRANÇAISE

  PAR

  FRÉDÉRIC MISTRAL



  [Illustration]

  Le Poème du Rhône

  CHANT PREMIER

  PATRON APIAN

  I


  Dès la prime aube, vont partir de Lyon
  les voiturins qui règnent sur le Rhône.
  C'est une race d'hommes robustement musclée,
  gaillarde et brave, les Condrillots. Toujours
  debout sur les radeaux et les sapines,
  le hâle du soleil et le reflet de l'eau
  leur dorent le visage comme un bronze.
  Mais en ce temps, vous dis-je, plus encore
  on y voyait des colosses à barbe épaisse,
  grands, corpulents, membrus, tels que des chênes,
  remuant une poutre comme on fait d'un fétu,
  de la poupe à la proue criant, jurant sans cesse
  et largement, pour se donner courage,
  au pot énorme humant le rouge piot,
  tirant à beaux lopins la chair de la marmite.
  C'était le long du fleuve une haute clameur
  que du nord au midi on entendait sans trêve:
  «Proue en aval, ho! royaume! empire[1]!
  Amont la proue! sus! fais tirer la _maille_[2]!»


  II

  Leur nid était Condrieu, où se meuvent
  les premiers souffles de notre Vent-Terral[3].
  Saint Nicolas, patron de la marine,
  a dans Condrieu son autel, sa chapelle.
  En chape d'or et en mitre fourchue
  le bienheureux, ayant près de lui la cuve
  d'où l'on voit émerger les têtes des trois mousses
  réchappés sains et saufs de l'horrible saumure,
  étend sa main sur tout ce qui navigue.
  Là, tous les ans, on célèbre sa fête;
  et les marins, sur les épaules, dignes,
  en procession y portent une barque;
  et lorsque au Rhône un noyé se débat:
  «Au grand saint Nicolas, tout le monde lui crie,
  recommande-toi bien; mais nage ferme!»
  De Vernaison, de Givors, que parle-t-on?
  Épandant son renom sur tout le cours du fleuve,
  Condrieu en ce temps était la mère
  des grands patrons du Rhône. Les bélîtres
  des ports de Vienne ou de la Mulatière
  et les Canuts falots de la Croix-Rousse
  avaient beau leur crier: «culs de peau!» Eux,
  bien que portant la culotte de cuir,
  faisaient aller leurs dames et leurs filles
  cossues et braves autant comme bourgeoises.
  Maîtresses femmes, les belles Condrillotes,
  aussitôt que bourgeonne la feuille des mûriers,
  dans la bonne chaleur de leur poitrine forte
  mettaient la graine des vers à soie couver;
  puis en dentelle fine et piqûre fleurie,
  par passe-temps, elles brodaient le tulle;
  elles savaient aussi piquer à petits points
  la peau des gants et, vaillantes nourrices,
  faisaient un gars superbe chaque année.


  III

  O temps des vieux, d'antique bonhomie
  où les maisons n'avaient point de serrure
  et où les gens, à Condrieu comme chez nous,
  se taquinaient pour rire, sous la lampe!
  C'était le règne, là, des farandoles,
  la danse nationale rhodanienne
  et du royaume ancien des Bosonides,
  qui, d'Arles à Condrieu, aux jours de fête,
  imitatrice du Rhône en ses détours,
  ondoie, serpente le long de ses berges.
  Là florissait alors la noble joute
  en laquelle, tous les dimanches, sur le Rhône,
  les riverains, se divisant par groupes,
  l'été, luttaient ensemble, la targe au poitrail,
  la lance au poing, l'orteil sur l'échelette;
  où les garçons se montraient nus,
  vaillants et forts, aux yeux des belles filles;
  où les jeunes mâtins de Saint-Maurice
  s'accotaient, s'aheurtaient avec ceux de Givors...
  O temps des vieux, temps gai, temps de simplesse,
  où sur le Rhône tourbillonnait la vie,
  où nous venions, enfants, voir sur l'eau longue,
  voir passer fiers, les mains au gouvernail,
  les Condrillots! Le Rhône, grâce à eux,
  fut une ruche énorme, pleine de bruit et d'oeuvre.
  Tout cela aujourd'hui est mort, muet et vaste,
  et de ce mouvement, hélas! tout ce qui reste,
  c'est la trace rongée, c'est le sillon
  que le câble a creusé contre les pierres.
  Oui, un frottis, c'est tout ce qui subsiste
  d'une navigation qui eut pour cri: Empire!
  Mais des chars de triomphe le passage
  ne laisse point visibles sur les voies romaines
  plus de vestiges ni plus d'excavation.


  IV

  A la Saint-Nicolas, lorsque à l'encan
  on mettait le Reinage[4], au porche de l'église,
  n'en était-ce pas un, et flambant, de triomphe
  pour celui qui était le Roi de la marine!
  Et croyez-vous que l'on y fît bombance
  pour arroser la gloire du Reinage?
  Poitrails de boeuf à graisse potelée,
  les oies dodues et les coqs d'Inde,
  et les jambons fumés et les _caillettes_[5]
  d'herbes hachées, cuites au four, bien onctueuses,
  et arrondies en tourte, les savoureuses _pognes_[6]
  pétries au beurre avec des oeufs, et les _rigottes_[7]
  joliment pliées dans des feuilles de vigne,
  et le vin blanc de pays--qui pétille,
  ils avaient, en ce jour, tout à satiété!
  N'était-ce pas, en effet, entre ces
  sauvages falaises, Roche de Glun ou Roche-Maure,
  que Gargantua régnait et que, dit-on,
  pour y boire enjambant le Rhône,
  avec sa main en manière d'écuelle
  il avalait ensemble les barques et les hommes!
  On montre encore le gravier, à Pierrelatte,
  que le géant tira de son soulier:
  un beau rocher, planté au milieu de la plaine.


  V

  Or, en cette année-là, pendant la fête,
  ayant Patron Apian eu la victoire
  et de la royauté ceint la couronne,
  les jeunes gens de Condrieu en frairie
  avaient toute la nuit porté des brindes
  au roi nouveau et, selon la coutume,
  après le brinde, jeté en l'air leurs verres.
  Car Maître Apian, lui, avait l'équipage
  le plus fameux de toute la rivière.
  Calfatées de flocons d'étoupe
  que retenaient les têtes des crampons,
  et de poix noire goudronnées en dehors,
  il possédait, pontées ou non pontées,
  sept bonnes barques construites en bois brut:
  le Caburle[8] d'abord, avec sa cabine
  qui s'élevait en poupe, sous laquelle
  chacun la nuit dormait dans son hamac;
  avec sa proue taillante, enorgueillie
  par l'éperon de son étrave forte;
  puis la _penelle_ ou barque _civadière_,
  qui portait la pâture des chevaux;
  puis à la suite le _bateau de carate_,
  bâti comme les autres en varangues de rouvre;
  puis une _sisselande_ toute plate,
  convexe sur l'avant, carrée sur l'arrière;
  deux grandes _savoyardes_ à transporter
  les houilles de Givors et une _sapine_
  pour charger les châtaignes vivaraises.
  Sans compter deux _coursiers_ ou chaloupes,
  amarrés sur les flancs de la flottille,
  pour embarquer les gros chevaux haleurs
  qui, sur la berge, au retour de Provence,
  gaillardement remontaient le convoi.
  Patron Apian avait pour la remonte
  quatre-vingts beaux chevaux à queue rognée
  qui n'avaient pas leurs pareils sur le Rhône
  et qui, en remorquant la _maille_ et la _voiture_,
  aux coups de fouet du _baile_ du halage[9]
  et aux jurons des charretiers brutaux
  faisaient trembler le bord du fleuve.


  VI

  Tenant son sérieux, à la proue du Caburle,
  saint Nicolas avait, grossièrement sculptée,
  sa tête avec la mitre. Mais en poupe,
  plantée au gouvernail de la grand'barque,
  s'élevait la croix de la _chapelle_,
  la croix des mariniers, teinte en rouge,
  que Maître Apian, un an où par la glace
  les eaux restèrent prises tout l'hiver,
  avait lui-même charpentée à la hache.
  A l'entour de la croix on voyait tous
  les instruments de la Passion: la lance
  avec l'éponge, l'hostie et le calice,
  la robe d'écarlate, la lanterne,
  le marteau, les clous, les tenailles,
  la sainte face, le coeur, la colombe,
  le fiel, le fouet, la colonne, le roseau,
  le glaive nu, le mort qui ressuscite,
  la bonne Mère et saint Jean, l'échelette,
  le gantelet, les dés, les gobelets, la bourse,
  le grand serpent, le saint soleil, la lune,
  avec le coq en dessus--qui chantait.


  VII

  Et chante, coq! l'aubette vient de poindre.
  Pour démarrer, allons tous! appareillent
  les voiturins qui vont à la descise[10].
  En charge pour la foire de Beaucaire,
  il y a cent bateaux, ce jour, sur le départ.
  A toi! à moi! il s'agit pour chacun
  de gagner le mouton: car, au pré de la foire,
  le premier bâtiment, tartane ou barque,
  ou galéasse des côtes barbaresques,
  ou vieille coque ayant en règle son nolis,
  au pré de foire le premier qui arrive
  et tire le canon--reçoit, pour bienvenue
  des Beaucairois, un beau mouton!
  En hâte et en émoi et pêle-mêle,
  les portefaix, les nautoniers charrient,
  arrangent, amoncellent, font la chaîne.
  Les pontons craquent; les marchands
  font leurs adieux à leurs gens, à leurs femmes:
  «Y sommes-nous?--Ça y est.» Dans le fouillis les maîtres
  vont détacher des organeaux de fer
  chacun leurs nefs et, lentement faisant le signe
  de la croix en soulevant son chapeau large,
  le bras en l'air, Maître Apian entre tous:
  «Au nom de Dieu et de la sainte Vierge,
  au Rhône!» s'écrie-t-il. Sa voix, retentissante
  dans le lointain brumeux, entre les rives
  du fleuve lyonnais s'est entendue.
  Les hommes avec lui, la tête découverte,
  se sont signés, trempant le doigt dans l'onde
  de ce grand bénitier que, chaque année,
  en belle procession, c'est la coutume,
  on va bénir sous le Pont Saint-Esprit.
  Les hommes, rudement, avec les avirons
  contre le quai forcent ensemble.
  Patron Apian lui-même, sur la poupe,
  est à la barre donnant la direction.
  Il a de longs cheveux en cadenettes grises
  qui lui retombent tressés sur les tempes,
  et deux grands anneaux d'or qui pendent
  à ses oreilles. Il est haut d'enfourchure
  et, de ses yeux luisants, sur chaque barque,
  pendant qu'il voit si tout marche dans l'ordre,
  de l'une à l'autre, attachées à la file
  par le long câble qui les réunit toutes,
  en dérivant au gargouillis de l'eau,
  toutes les barques à la suite s'entraînent.


  VIII

  Sous les bannes de toile écrue,
  s'élevant en triangle et en dos d'âne,
  les passagers, les ballots, les denrées
  de toute condition, de toute sorte,
  les soieries de Lyon, magnifiques,
  les cuirs roulés et les bottes de chanvre,
  tout bien rangé, tout bien enregistré
  par l'écrivain aux lettres de voiture,
  avec tous les produits que l'industrie
  fabrique dans le Nord, gisent à profusion.
  Mais un brouillard épais couvre le Rhône,
  à couper au couteau! Il cache
  le rivage en entier et à perte de vue.
  On ne distingue plus le coupeau de Fourvière
  avec l'église qui pointe à son sommet.
  Et la mélancolie qu'amène le départ
  n'en est que plus griève: là-bas, dans le Midi,
  aux canaux de Beaucaire et d'Aigues-Mortes,
  pour y charger les blés fins de Toulouse,
  les vins du Languedoc, le sel marin,
  combien resteront-ils, loin de leurs femmes,
  de leurs petiots? trois mois, peut-être quatre...
  Et fort heureux encore si, au retour,
  un coup subit d'Ardèche ou de Durance,
  ou quelque crue farouche du Gardon,
  ne vient pas faire enfler, faire crever le Rhône,
  et qu'avec les chevaux de l'équipage
  point il ne faille, dans les champs détrempés,
  patauger, s'embourber jusqu'au poitrail!
  Et quand, des mois entiers, le mistral ronfle
  et qu'opiniâtre il arrête les barques!
  Et les graviers mouvants que l'eau recèle
  et qui à l'improviste vous engravent;
  ou bien la sécheresse avec les basses eaux
  qui, tout l'été, échouées sur le sable,
  retient dans l'inaction les nefs disjointes!


  IX

  Circonspects, le prouvier[11], le pilote
  vont à tâtons, sondant les mouilles[12]:
  que les bateaux en quelque maigre[13]
  n'aillent point s'enlizer. Dans l'onde obscure
  Jean Roche le prouvier jette la sonde,
  longue perche de saule qu'on pela
  en y laissant quelques anneaux d'écorce
  marquant de loin en loin la profondeur de l'eau:
  _--Pan juste! pan qu'à deux doigts[14]!_--«A l'aide,
  Pierre-Bénite[15], sinon la barque touche!»
  _--Pan large!_--«Allons, voici la bonne route.»
  _--Pan couvert! pan et demi!_--Les bateliers
  cèdent au gouvernail, lâchent la barre.
  _--La souveraine!_--«Bon!» tout le monde crie.
  _--La main sous l'eau!_--Et vogue en sûreté...
  Se dévidant de lone en lone[16]
  sous l'impulsion de la barque maîtresse
  qui va devant, prudente, qui va majestueuse,
  la traînerie avec ses blanches tentes,
  à vau-l'eau du courant rapide qui la porte,
  a pris le bon chemin. Vers la «chapelle»
  et droit sur le tillac, la tête nue,
  Patron Apian, avec un grand signe de croix,
  à haute voix--que tous entendent
  le chapeau à la main, entame alors
  la prière du matin: _O notre père
  qui es au ciel, que ton nom se sanctifie!_
  dit-il. Les hommes se sont tus,
  agenouillés ou inclinant la tête.
  L'épais brouillard blanchâtre les aveugle,
  dérobant les montagnes et les «brotteaux»[17]
  qui tout le long accompagnent le fleuve;
  et ils en sont bien sûrs, d'aller à l'aveuglette
  jusqu'à Givors, peut-être jusqu'à Vienne.
  Mais lui, continuant: _Ton règne nous advienne!_
  dit-il, _et qu'en aval ta volonté se fasse
  comme en amont! Notre pain quotidien,_
  dit-il, _donne-le-nous ce jourd'hui! De nos dettes
  fais-nous la rémission,_ dit-il, _comme nous autres
  les remettons à ceux qui nous redoivent..._
  Parfois s'interrompant:--«Toqueboeuf! braillait-il,
  grand capon de pas Dieu, tu dors, eh! fainéant?
  Ces malheureux chevaux, en amont, les vois-tu
  qui s'étranglent dans leurs chevêtres?...
  Une garcette qui vous cinglât tous!»--
  Et reprenant: _De tentation garde-nous!
  Et tire-nous du mal-être! Ainsi soit-il!_


  X

  --«Ha! mes enfants, sur l'eau grouillante,
  nous, ajoutait ensuite le patron du Caburle,
  que sommes-nous? Vous le voyez, nous sommes
  le jouet du brouillard, des rocs qu'on a dessous,
  et des grèves où l'on va quelquefois échouer...
  Eh! qui donc peut savoir les hasards imprévus?
  Qui veut apprendre à prier, qu'il navigue!
  C'en est un beau, d'exemple, l'insensé
  qui, descendant le Rhône, en l'an mil huit cent trente,
  tira, le misérable, un coup de fusil
  au grand saint Christ qu'on voit dans l'oratoire
  du vieux château d'Ampuis, contre la berge...
  Il lui brisa le bras, oui. Mais sa penelle,
  au mauvais chenapan, dans quelques traites[18],
  alla contre le Pont Saint-Esprit se briser...
  avec lui--qui dans l'eau gloutonne fit un trou!»
  Le Caburle, entre temps, la prière achevée,
  venait de se ruer dans l'archipel
  de la Grand'Chèvre, entrecoupé de saules.

  [Illustration]



  [Illustration]

  CHANT DEUXIÈME

  LE PRINCE D'ORANGE

  XI


  --«Pousse au royaume, ho!» crie une voix.
  --«Nous y sommes! voilà!» On appuie au timon
  et le prouvier jette le câble à terre.
  C'est Vernaison.--«Amarre!» Dès qu'on touche,
  apparaît tout d'un coup, là, un jeune homme blond
  qui, dégagé, monte sur la grand'barque...
  Et quel est-il? C'est le prince d'Orange,
  le fils aîné, dit-on, du roi de Hollande.
  Et de toute façon les langues conjecturent:
  et pour les uns ce n'est qu'un éventé,
  qu'un drille, assurent-ils, qu'une tête fêlée,
  qui, se brouillant avec le roi son père,
  a dû partir pour courre l'aventure,
  le guilledou, la pretentaine,
  à travers le pays. Selon les autres,
  il s'est opiniâtré tant et tant sur les livres,
  il s'est acoquiné tellement à l'étude
  qu'il en est, le pauvret, tombé en chartre,
  comme un enfant qui mange de la cendre;
  et vers le Rhône les médecins l'ont envoyé
  boire le bon soleil qui ravigote,
  boire le souffle vif du rude Maëstral[1].


  XII

  De son royaume ombreux, paludéen,
  où le Rhin se noie dans les brumes,
  lui, quelque jour, s'il revient en santé,
  ceindra la couronne d'iris.
  Mais il s'en faut, pour l'heure, qu'il lui tarde
  de prendre en charge le gouvernail des hommes,
  dégoûté comme il est, avant d'y être,
  de toutes les intrigues qu'il comporte,
  des manoeuvres de cour, et des cérémonies,
  et de l'ennui qui vous y mange l'âme.
  Et il s'est mis en tête une folie d'amour,
  lubie de prince imaginatif, rêveur;
  il s'est mis dans la tête de trouver en voyage
  l'éclosion de la Naïade antique
  et la fleur d'eau épanouie sur l'onde
  où la Nymphe se cache nue,
  la Nymphe belle et pure et claire et vague
  que l'esprit conçoit et désire,
  que le pinceau retrace, que le poète
  dans ses visions éternellement évoque,
  la Nymphe séductrice, voluptueuse,
  qui, autour du nageur, au cours de l'eau,
  laisse flotter sa chevelure
  et se confond et fond avec le flot.
  Et de canal en canal, par la Saône,
  il descendit de son pays de Flandre,
  comme descendent du nord brumeux les cygnes
  aux «clairs» du Vacarés, quand vient l'automne.


  XIII

  A peine il a sauté, pâlot, sur le Caburle
  et au patron touché la main, sans morgue,
  il converse avec tous à la bonne franquette;
  aux Condrillots paye des cigares
  de son pays--qui fleurent comme baume,
  et, pas plus fier qu'un «frère de la tasse»,
  il leur fait boire à son flacon, après l'un l'autre,
  une eau-de-vie qui liquéfie les brumes.
  Et entre eux ils se disent:--«Celui-là est des nôtres!»
  --«Des vôtres? répond-il, oh! vous pouvez le dire,
  et s'il vous faut de l'aide, camarades,
  nous sommes d'un pays où l'on ne craint pas l'eau
  et où l'on sait tirer assez bien à la rame.»--
  Les nochers sont ravis; ils l'entourent
  comme le corps d'un roi et lui regardent
  sa jeune barbe blonde, ses mains fines
  et une fleur en émail, ciselée,
  qui pend à son clavier de montre.


  XIV

  Mais le patron Apian s'écrie: «Empire!»
  La barque capitane et les suivantes,
  au premier coup de timon, vers la gauche
  ont repris leur dérive. Sur l'eau longue
  cependant que les nefs vont toutes seules,
  le prince blond devise avec la chiourme.
  Gentiment il leur conte qu'il est de Hollande
  et fils de roi, et qu'il va en Provence,
  cherchant la fleur qu'il porte pour insigne:
  --«Fleur de mystère, dit-il, inconnue
  aux profanes terriens, car dans les eaux
  elle fait son séjour et s'y épanouit,
  fleur de beauté, fleur de grâce et de rêve
  que mes Flamands appellent «fleur de cygne»[2]:
  par tout pays où on la trouve,
  l'homme est joyeux, la femme belle.»
  --«Cela? en s'approchant dirent les bateliers,
  mais c'est la _fleur de Rhône_, mon beau prince,
  le jonc fleuri, qui se nourrit sous l'onde
  et que l'Anglore aime tant à cueillir!»
  --«L'Anglore?»--«Allons, avance-toi, Jean Roche,
  et dis-lui donc quelle est celle-là,» firent-ils.
  --«Autant que moi, vous autres, vous pouvez en parler!»
  répondit brusquement un jeune homme
  qui tressait l'épissure d'un cordage.
  --«Oh! le vilain bourru! lui cria-t-on,
  tu l'auras cette nuit songée peut-être--qui à terre
  faisait gogaille avec quelque pêcheur...»
  --«Vous avez beau hâbler, mais, dame, quand,
  riposta le gros gars, vers les fourrés
  du Malatra, là où l'Ardèche fouille,
  vous passez à côté, poussant la barre,
  et que, nu-pieds sur le sable fin,
  vous la voyez riant avec ses dents qui mordent,
  ah! combien d'entre vous, si du bout de son doigt
  elle faisait un signe, se jetteraient à l'eau
  pour aller déposer un baiser sur l'aubier
  de son pied nu!»


  XV

                   --«Ho! cette fille, certes,
  dit Patron Apian, le diable m'emporte!
  vous fera quelque jour tourner la tête...
  Ils ne parlent que d'elle: ce n'est pas un laideron,
  mais pour en faire une crierie pareille,
  il n'y a pas ici d'eau jusqu'au cou, voyons!
  à l'égard des tendrons de nos côtes,
  vigoureux, opulents et blancs comme jonchée!...
  Royaume! bute à Givors!»--Et bord à quai
  cognent les barques: le coussinet au dos,
  les portefaix barbus déjà reversent
  les mannes de charbon aux _savoyardes_;
  on empile à beaux tas les ferrements
  et la quincaille et les faux et les forces
  et les fusils fameux de Saint-Étienne.
  Puis derechef, en route! et, d'accord tous,
  le prince blond s'est déjà mis à l'oeuvre,
  car il a bien promis de vivre en camarade
  avec les mariniers, patron et gens du bord,
  et manoeuvrer, ramer, trimer comme eux,
  ainsi que fit Pierron, le czar des Russes, lorsque
  à Zaardam, dans sa jeunesse, il s'embaucha
  compagnon charpentier, voulant apprendre.

  XVI

  Mais le vrai, le voici: par une suggestion
  qui vient du sang, Guilhem (ainsi se nomme
  le beau dauphin de la nation flamande)
  veut rouler par le Rhône. Il veut connaître
  l'aire qui le couva, la terre illustre
  qui lui transmit le noble nom qu'il porte,
  Orange et sa célèbre Gloriette,
  château fort et palais de ses aïeux
  au temps féroce des guerres sarrasines.
  Et il veut parcourir et voir chacun des lieux
  où ont laissé leurs vestiges ces princes
  dont le Cornet[3] sonna dans les tirades
  de toutes les chansons chevaleresques.
  Il veut s'initier à ce langage
  dans lequel Béatrix de Romans gazouillait
  ses doux accents lesbiens, la langue allègre
  en laquelle chanta la Comtesse de Die
  ses lais d'amour avec Raimbaud d'Orange.
  Il a lu. Il se sent aux entrailles,
  à de certains moments, les ambitions superbes,
  le reverdissement des grandes envies folles
  qui vers la gloire ont exalté ses pères
  et le regret des conquêtes perdues.
  Mais pourquoi le regret, si des ancêtres
  il pouvait recouvrer la terre ensoleillée
  en l'embrassant de son regard avide!
  Qu'est-il besoin d'épées qui étincellent
  pour s'emparer de ce que l'oeil nous montre?
  Et ne serait-ce pas trop beau, tout simple aussi,
  de reconquérir ce fleuron d'Orange,
  ce franc-alleu que tinrent ceux des Baux,
  et cet empire enfin des Bosonides
  qui dans le cri «empire!» dure encore,
  en s'accointant aux bonnes gens du peuple
  qui l'ont gardé, le cri des souvenances?
  On le dit bien de qui est populaire:
  «C'est notre roi, c'est un roi!» Eh! bon Dieu,
  quoi davantage? autant lui en advienne!
  Car à leur tour croulent les châteaux forts,
  comme il apparaît là sur chaque mamelon,
  et tout s'éboule et tout se renouvelle...
  Mais sur tes cimes, immuable Nature,
  à tout jamais les thyms éclosent
  et toujours les pasteurs et pastourelles
  s'y vautreront sur l'herbe au renouveau.


  XVII

  L'épais brouillard, qui peu à peu s'éclaire,
  a découvert au jour la vallée vaporeuse
  avec les verts coteaux de ses collines
  où court le Rhône roulant au milieu d'elles.
  Et Maître Apian, en contemplant la face
  du soleil neuf qui ragaillardit tous,
  crie: «Un de plus!» Les nautoniers ensemble
  ont haussé le chapeau; la joie réveille
  les passagers, ébahis à tout coin,
  quand tout d'un coup, magnifique, au tournant
  apparaît dans son plein l'antique Vienne,
  assise en autel sur les contreforts
  du noble Dauphiné. Voilà, célèbre,
  le Tombeau de Pilate et son aiguille.
  On entend les foulons qui frappent à grands coups
  pour apprêter les draps, dans les fabriques.
  Coupe-jarret[4], sur ses pentes ardues,
  étale en éventail ses maisonnettes;
  et les clochers et les tours et les temples
  dans la lumière inondante et limpide
  écrivent du passé l'histoire auguste.


  XVIII

  Son portulan à la main--qu'il feuillette,
  le prince transporté lors s'écria:
  --«Salut, empire du soleil, que borde
  comme un ourlet d'argent le Rhône éblouissant!
  empire de plaisance et d'allégresse,
  empire fantastique de Provence
  qui avec ton nom seul charmes le monde!
  Oh! être né dans les temps de bagarre,
  de pêle-mêle, de néant, d'aventures,
  où, une épée en main, le vaillant homme
  pouvait, ne consultant que son instinct,
  pouvait, dans le ferment des troubles,
  se tailler librement un beau royaume,
  en voilà une, entre toutes, de chance!
  Comme ce grand Boson, comte de Vienne,
  qui là, depuis mille ans, dans l'église majeure
  de Saint-Maurice, porte sur sa tombe
  le témoignage écrit de son audace,
  de sa munificence, de sa gloire!
  Princes de comédie et rois blafards,
  nous aujourd'hui, impersonnels, dans l'ombre
  et l'étroitesse de nos attributs légaux,
  nous passons chuchotant à ras l'histoire,
  dissimulant couronne et sceptre,
  comme si nous avions peur d'être en vue!
  Mais toi, comte Boson, à la barbe
  des potentats de France et d'Allemagne,
  tu enfourches d'un bond les flancs du Rhône:
  «Allons, mon bon cheval!» par les sommets,
  au cri: _vive Provence!_ tu t'élèves...
  --«Voilà, se disent les gens dans la mêlée,
  «un homme!»--Et les barons et les évêques
  t'ont acclamé roi d'Arles dans Mantaille!»


  XIX

  Mais pendant que le prince exulte,
  les mariniers, les roulant devant eux,
  ont embarqué les barriques de bière
  avec leurs fonds plâtrés et blancs,
  de bière blonde et brune qui, mousseuse,
  va délecter, tout le temps de la foire,
  dans les tavernes et bazars de Beaucaire,
  les gosiers assoiffés des buveurs.
  Sans plus tarder, car le temps presse,
  ils ont viré de bord et le Caburle,
  entraînant après lui sa blanche flotte
  et rengorgé, reprend le fil de l'onde.
  Or, sur les croupes des collines,
  aussitôt vues là-haut, bien munies d'échalas,
  les vignes d'or de la Côte-Rotie
  et aperçus au lointain sur la droite
  le mont Pilat et ses trois dents bleuâtres,
  devant Condrieu voilà qu'ils mouillent l'ancre.
  C'est le pays d'où ils sont presque tous.
  Sur le Sablier[5], pour attendre leurs pères,
  un fouillis de gamins, depuis quatre heures,
  sont là tout nus ou moitié nus qui jouent:
  les uns dans l'eau barbotent ou font des ricochets,
  les autres se battant à coups de pierres.
  Au pied de leurs maisons, le long du fleuve,
  les pauvres femmes, sur le pas des portes,
  sont à l'affût, depuis la matinée,
  pour voir au port passer leurs hommes.


  XX

  --«Blandine, cours: ton père qui arrive!»
  --«Bonjour, patron Apian!»--«Dieu vous le donne!»
  --«A moi le bout, je vous amarrerai!»
  --«Dis-lui, à Marioche, de m'emplir
  de vin d'Ampuis, vite, cette cruche...»
  --«Où est Damian? Tiens, voilà ses chemises.»
  --«Goton! Mïon! Qu'est-ce que je vous apporte
  de la foire, holà ho?»--«Apporte, Ribory,
  quelques bagues de crin et aussi de verre,
  de celles qui dessus ont un rat rouge!»
  --«Oui!»--«Moi, pour la petite apporte-moi
  une poupée, de celles qui se ploient!»
  --«Oui.»--«Pour moi apporte des gimblettes,
  de ces bonnes qui sont enlacées avec un fil...»
  --«Oui.»--«Moi, apporte-moi...» Tout ça jacasse;
  les recommandations de toute sorte
  se vont croisant des bateaux aux fenêtres:
  --«Dis à ton grand-papa de t'acheter
  dans une boîte rose une petite soeur,
  eh! Claudillon?»--«Père-grand, à Beaucaire,
  moi je veux y aller!»--«Le coup prochain, mon gars...»
  --«Allons, portez-vous bien! bonne aventure!»
  --«Tenez-vous bien gaillarde, tante Chaisse!»
  --«Et toi, Janin, prends garde aux Trêves[6],
  aux feux Saint-Elme et aux Oulurgues[7]
  qui vont, la nuit, par les Aliscamps d'Arles!»


  XXI

  Et puis adieu. Le Midi les attire.
  Ils n'ont du reste pas de temps à perdre
  s'ils veulent arriver les premiers en Argence[8]
  et gagner le mouton. Au cours de l'eau,
  encore toute bleue des turquoises
  qu'elle a ramassées dans le lac de Genève,
  pendant que vont les tentes blanches
  une après l'autre, telles qu'un vol de cygnes,
  le prince hollandais veut tout savoir.
  --«Allons-nous mettre longtemps pour la descente,
  maître?» demande-t-il. Le patron bruyamment
  tousse et, heureux de faire quelque peu
  son Cicéron:--«Deux jours, trois au plus, prince,
  au cas où par la route il y ait de l'encombre,
  répond-il, des brouillards, par exemple, pareils
  à ceux que nous avions ce matin et assez denses
  pour empêcher de voir la direction...
  Car il ne s'agit pas de plaisanter avec ces roches,
  écueils, récifs et pointes et verrues
  ou bien avec ces grèves dangereuses
  que recèlent de loin en loin les eaux qui rient.
  Si l'on n'ouvre pas l'oeil, la barque râpe,
  se crève et boit: floc! floc! ou dans un «maigre»
  s'engrave jusqu'aux bords et tout se noie.
  Sans parler des ponts où l'on heurte
  ni des empêchements des bacs...
  Saint Nicolas, patron de la rivière,
  nous garde longuement!»


  XXII

                          --«Royaume, foudre!»
  cria le voiturin en coupant son récit,
  «vous ne voyez donc pas les îles de Saint Pierre,
  grand capon de pas Dieu, qui vous entravent?»--
  Et il reprit:--«C'est pour vous dire, prince,
  que s'il est vrai, comme affirme un proverbe,
  que tous les saints aident à la descente,
  tout de même en descente, allez, il se rencontre
  ses contre-temps, incidents et hasards.
  D'ordinaire pourtant, quand tout va bel et bien
  et que l'on peut, même au clair de la lune,
  reconnaître à vue d'oeil la bonne voie,
  des grands quais de Lyon aux basses rives
  du Rhône provençal, en deux journées,
  aux mois d'été, se fait la course.
  Un vrai jeu que cela! mais puis c'est la remonte,
  seigneur, qui fait tirer! De chaque bord,
  sur les bateaux plats que nous remorquons,
  --voyez-les donc, encaqués comme anchois,--
  nous avons là nos chevaux de halage:
  vingt fortes couples[9], toutes bêtes de choix,
  fleur des haras du Charolais,
  que vous verrez, quand nous reviendrons contre-mont,
  s'évertuer superbes sur la rive du fleuve...
  Je ne dis pas qu'il n'y ait, sur l'Empire
  ou le Royaume, rien de comparable
  à notre chevaline; mais je vous garantis
  que vingt mille quintaux ne les font point culer.»


  XXIII

  --«Et quel temps se met-il pour la remonte?»
  --«Cela dépend: aux mois d'été, quand l'eau est lisse,
  en dix-huit ou vingt jours on peut la faire.
  Aux petits jours, quand la saison hiverne,
  il en faut de trente-cinq, voyez-vous, à quarante...
  Mais le terrible, puis, c'est quand le Rhône,
  gonflé par les pluies automnales,
  ou par ces gros temps d'Est
  qui avec la marée en aval le refoulent,
  déborde ses grandes eaux troubles
  sur les puissantes digues et sur les clayonnages,
  noyant les perrés et les voies.
  Sacré coquin! quelle misère,
  alors, quand les chevaux, à la cordelle
  de chaque nef, tirant quatre par quatre,
  ne voient plus le chemin et s'embourbent
  jusqu'à la croupe dans les blés, dans les orges,
  au point de les falloir lever avec un pieu
  qu'on leur passe à deux sous le ventre!
  Ou lorsqu'il faut, monsieur, changer de rive
  pour éviter quelque rivière grosse
  qui se met en travers aux pieds des équipages;
  ou lorsqu'il faut, monsieur, passer à gué l'Ouvèze,
  passer à gué le Roubion et la Drôme!
  C'est un rude travail! Contre les roches,
  au frottement les cordes s'usent:
  il faut bâcler un noeud, une épissure;
  il faut abattre, à coups de cognée, les arbres
  qui peuvent empêcher; oui, mille dieux!
  il faut, à coups de poing ou de pieu ou de gaffe,
  pendant que les chevaux se noient,
  se mettre par chemin aux prises avec les rustres
  qui, pour gagner devant avec leurs couples
  ou _trébouger_ (ainsi que nous disons tout brut),
  viendront dans les jarrets parfois cingler les nôtres...
  Allez, il y en a pour tous!»


  XXIV

                               --«Et il en reste!»
  fait le prince en riant. A l'horizon,
  chaperonnés de neige blanchissante,
  les sommets du Vercors piquent l'espace.
  Les troupeaux transhumants de la Crau, à cette heure,
  broutent là-haut les herbes drues,
  le cytise fleuri, la pimprenelle:
  car c'est aux bergers d'Arles que l'usage
  de toutes ces Alpes et cimes lointaines
  depuis des milliers d'années est dévolu.
  Et jusqu'au Nivolet de la Savoie,
  et jusqu'au pic escarpé du Viso,
  et loin, bien loin, jusqu'à ce mont Genièvre
  qui départit les eaux de France et d'Italie,
  à eux tout appartient. Et de quoi se prévalent
  les conquérants les plus goulus
  qui eurent tour à tour empire sur le Rhône,
  les Charlemagne avec les Bonaparte,
  les Annibal et les César de Rome,
  pour avoir franchi ces hauteurs!
  lorsque tous les printemps, en caravane,
  lorsque tous les étés et les automnes,
  avec leurs grands boucs qui ouvrent la trace
  parmi la neige grenue des _névés_,
  suivis de leurs innombrables brebis,
  le bâton à la main, jouant du fifre,
  nos pâtres, eux, gravissent et passent les montagnes!

  [Illustration]



  [Illustration]

  CHANT TROISIÈME

  LA DESCENTE DU RHÔNE

  XXV


  Aux petits ports d'Andance et d'Andancette
  est arrivée cependant la flottille
  et l'on y a chargé des planches, des poutrelles,
  et des douves en botte et des cerceaux en roue.
  Et en longeant la côte sourcilleuse
  du Vivarais, de plus en plus abrupte,
  de plus en plus farouche, accidentée,
  les voilà qui se croisent, se frôlent presque,
  avec la maille[1] lente et le câbleau
  et les chevaux d'une autre longue file
  qui sur Lyon péniblement remonte.
  --«Salut!»--Les bras de chaque part se lèvent
  et les chapeaux s'agitent dans l'espace:
  --«Comment va le voyage?»--«A la coutume!»
  --«Y était-il, au Saint-Esprit, le gros pilote?»
  --«Il regardait quelle heure il était au soleil.»
  --«En buvant à sa gourde?»--«Eh! oui! pardi!»
  --«Y a-t-il du gravier, au pont, vers Bagalance[2]?»
  --«Il n'en a pas parlé, le gros Toni.»--L'Ardèche
  pour lors aura foncé contre les îles.»
  --«Il se peut.»--«Et vous autres, par là-bas, au Grand Gué,
  avez-vous eu beaucoup d'eau?»--«Jusqu'au ventre!»
  --«Mais on n'a pas encore crié la foire?»
  --«Ah! vous ne risquez pas de gagner le mouton,
  collègues!»--«Et pourquoi?»--«D'Aigues-Mortes
  nous partions, il y a quinze jours, et voilà
  que, vers Les Saintes[3], roulant sur ses ancres,
  un bâtiment de Tunis dans le Rhône,
  tenu en panne sous la bise,
  attendait le garbin pour faire voile
  au premier jour vers le port de Beaucaire.
  Il avait cargaison de dattes et de juives
  qui, sur leurs vestes rouges, étaient garnies
  de sequins d'or et de piastres luisantes.»


  XXVI

  --«Nous nous gaussons pas mal, reprit Jean Roche,
  de ses juives, figues tassées
  qui sentent le remugle et le suint!
  On les loue au tâter, sur les tartanes...
  Nous allons en mener, nous, à Beaucaire,
  une... Écoutez: le beau dimanche de la foire,
  si elle ne remporte le prix de joliesse,
  --je veux, saint Nicolas, que sur ma tête
  les Cornes de Crussol[4] jettent leur ombre!»
  --«Laquelle?»--«Devinez!»--«Peut-être bien la fille
  du Malatra, la fille au lamaneur,
  celle qui passe l'or des paillettes au crible?»
  --«Oui.»--«Cette bohémienne?»--«O Jean-la-flûte!
  Des bohèmes semblables ont les astres pour elles
  et portent le bonheur où il leur plaît...
  Et prenez garde, ohé! qu'elle ne vous guigne
  de côté, en passant: la lune jeune,
  comme l'on dit, est cornue et félonne!»
  --«Tu es ensorcelé!» crièrent à Jean Roche
  les voiturins de l'autre batelée.
  «Achète un pot et mets-y bouillir des aiguilles[5]!»
  --«Fais tirer, Marius!»--«Pousse à la barre!»
  En guise d'entonnoir les mains qui s'arrondissent
  d'une barquée à l'autre, encore une tournée,
  jettent de loin les paroles piquantes;
  mais les bateaux de Maître Apian, rapides,
  avaient déjà filé sur les eaux fières[6].


  XXVII

  Des points de vue nouveaux qui l'environnent,
  de l'admirable vallée, des éboulis,
  des rocs à pic aux ravines profondes,
  des vieux châteaux emmantelés de gloire
  et de la volupté de l'air si lumineux
  Guilhem a le coeur ivre et chez le prince
  l'élancement d'amour ne tarde point à naître.
  --«Mais je la verrai bien, se dit-il à part lui,
  la dive dont le charme ou la beauté farouche
  semble papilloter sur tout le Rhône!
  l'Anglore, cette vierge, cette jeune inconnue
  dont tout le monde parle et rêve,
  cette perle des grèves qui scintille
  à l'imagination comme aux regards de tous
  et qui, sais-je pourquoi? sans l'avoir vue,
  à moi aussi me danse par la tête!»--
  L'eau étincelle et rit; les poules d'eau,
  les hirondelles, planant de l'aile, rasent
  l'onde fuyante au gai soleil qui tourne;
  et d'un moulin pendu sur barque
  quelquefois le meunier, ou les pêcheurs
  tirant leurs filets à bascule,
  à tour de bras de loin en loin saluent.
  Mais dans le sang des vieux comme des jeunes
  la chaude après-midi met la paresse.
  Or voilà Saint-Vallier et ses terrasses:
  apparition illustre, en haut miroite
  Diane de Poitiers, l'ensorceleuse
  du roi François Premier, la grande duchesse
  de ce Valentinois que Drôme baigne,
  la comtesse d'Étoile clarissime
  qui enjôla d'amour la cour de France.
  Mais Diane est morte, en arrière elle fuit
  dans le mouvant tableau de ce qui passe
  autour des nefs qui vont comme des alcyons;
  et aujourd'hui, l'Anglore, la petite
  dont les pieds nus foulent l'arène molle,
  l'Anglore en son nouveau, elle est la vie,
  l'avenir en vedette, l'illusion
  de ceux-là qui s'en vont au fil de l'onde!


  XXVIII

  Guilhem, n'y tenant plus, dit à Jean Roche:
  --«Alors, écoute un peu, qu'est-ce qu'on m'apprend?
  que l'Anglore est jolie et qu'elle te plaît?»
  --«Seigneur, répond Jean Roche, elle est si avenante
  que les patrons, tous, lorsqu'ils la rencontrent,
  ont peur que d'un regard elle ne brouille
  magiquement leurs équipages...
  On dit qu'elle a mauvais oeil, quelquefois!»
  --«Et tu es de ceux-là que la Sirène
  tient enchantés dans ses lacs?» dit le prince.
  --«Moi, à vous parler franc, de faire couple
  avec cette fauvette d'oseraie,
  peut-être bien ne dirais-je pas non; mais dans la tête,
  pas possible autrement, elle doit avoir un grain!
  Car il peut en venir, vous savez? des galants
  à son entour chanter goguettes...
  Elle ne les écoute pas plus que s'ils sifflaient.
  Elle n'a qu'un amour: rôder le long des mouilles
  pour s'y mirer toute seulette
  ou y cueillir parfois la «fleur de Rhône»;
  et elle n'a qu'une oeuvre, la devineriez-vous?
  cribler les sables de l'Ardèche
  pour _orpailler_ (industrie de fourmi)
  les bluettes d'or qu'il peut y avoir.»
  --«Très bien! cria le damoiseau allègre.
  Sommes-nous pas les Argonautes du Caburle?
  Nous conquerrons, puisqu'on est en campagne,
  la Toison d'Or et Médée... En avant!»


  XXIX

  Jean Roche là-dessus, tendant la jambe
  au commandement du patron: empire!
  et s'accotant avec toute l'équipe,
  a, d'un coup de timon, poussé la _rigue_[7]
  vers le fameux coteau de l'Ermitage,
  pour y charger un baril de fin piot.
  De la Table du Roi, en effet, ils approchent
  et Maître Apian, le roi de la marine,
  ainsi qu'il l'a promis en partant à ses hommes,
  doit leur payer le vin de son _reinage_.
  C'est, la Table du Roi, une rondelle,
  un seuil de roche vive et circulaire,
  en avant de Tournon, emmi le fleuve.
  Saint Louis, en passant, à ce qu'on dit,
  y déjeuna, quand il allait en guerre
  contre les Sarrasins, là-bas au diable;
  et depuis lors y ont dîné les rois qui portent
  couronne dans Condrieu. En cercle les bateaux,
  autour de la grande table rocheuse,
  se sont rangés de proue. De la carène
  ont surgi aussitôt marmites, chaudronnées,
  pains de froment et liasses de saucisses
  et fromages de chèvre: c'est la manne qui tombe!
  La pointe des couteaux pique dans les potées
  et ils mangent debout: tels les castors dévorent,
  car si la nappe manque, Dieu merci,
  point ne manque la faim. Le chef et maître,
  à califourchon sur le tonneau plein,
  au beau milieu de la table préside;
  et, d'une main qu'il tient à la cannelle,
  il fait jaillir pour chacun dans la tasse
  le moût joyeux qui scintille au soleil.
  Vive le roi! Par la soupe ils terminent
  et, dans le brouet versant le vin de fête
  qui fait bon estomac, selon leur mode,
  chacun à son écuelle hume la soupe au vin.


  XXX

  Ensuite un branle, la ronde de l'Airette[8],
  qui sous les sauts fait chanceler les barques,
  et des chansons: _Les filles de Valence
  sont molles en amour, les Provençales
  le font, la nuit, le jour..._--«Brinde à l'Anglore!
  cria Guilhem; sans savoir davantage,
  avec ce moût des vignes escarpées
  mon premier brinde est pour la fleur du Rhône!
  Et mon second, pour le Rhône lui-même
  qui reflète en ses eaux la fleur mystérieuse!
  Et mon troisième est pour le soleil clair
  qui nous convie à vivre dans la joie!»
  --«Enfants, dit le patron Apian, la vie
  est un trajet pareil à celui de la barque:
  elle a ses beaux, ses mauvais jours. Le sage,
  quand les flots rient, doit savoir se conduire;
  dans les brisants, doit filer doux. Mais l'homme
  est né pour le travail, est né pour naviguer...
  Qu'on ne me parle pas de ces lendores
  que rien ne fait contents! Celui qui rame,
  au bout du mois, il lui tombe sa paye;
  et celui qui a peur des ampoules aux mains
  fait le plongeon au gouffre de misère.
  Sur les barques, depuis cinquante ans pour le moins,
  oui, j'en ai vu de toutes. Mais j'estime qu'il faut,
  entre l'Empire et le Royaume,
  comme entre abandon et outrecuidance,
  tenir le milieu. On a festiné...
  Eh bien, enfants, au bon Dieu rendons grâces
  et qu'au retour nul ne manque à l'équipe!»


  XXXI

  --«Vive l'Anglore!» crie de nouveau le prince
  qui a goûté à ce bon vin du Rhône.
  Et, tandis que dévale le soleil
  derrière le terroir de Glun, derrière les crêtes
  qui ombrent au couchant le lit du fleuve,
  le train nautique avec ses tentes blanches,
  joyeusement, paisiblement défile,
  pour aller faire escale sur Valence
  dont le clocher, dans l'étendue limpide,
  lance le nom de saint Apollinaire.

  [Illustration]



  [Illustration]

  CHANT QUATRIÈME

  LES VÉNITIENNES


  XXXII

  Dormir est bon. Pourtant dès que l'aurore
  fait monter en fumée la brume ou, comme on dit,
  la fleur de l'eau, sur le cours du Rhône
  renaît au port le mouvement
  et des moulins flottants va le bluteau.
  Parmi les ruines de son vieux château fort,
  Crussol dans le lointain remémore encore l'ire
  du Baron des Adrets: quand, toute pleine
  du sang des Catholiques égorgés,
  il fit, si les récits sont véridiques,
  baigner ses fils là-haut en la citerne,
  pour leur ancrer sa haine dans le coeur.
  Antan nid de barons, aujourd'hui d'éperviers!
  Sur la seconde nef monte à Valence
  un beau petit essaim de dames gaies,
  la chevelure en l'air, blondine ou brune,
  sous leurs grands peignes à rangées de perles.
  Deux cavaliers vont avec elles,
  instruments de musique sous le bras,
  tambour de basque et violon et mandore.
  Tout cela rit, jargonne et jase,
  en s'empêtrant les pieds dans la navée
  à l'amoncellement des ballots de tout genre
  qu'un tas de portefaix empile à bord.
  Les négociants, lourds, promenant leur ventre
  où les breloques de montre bruissent
  sur leur pécune serrée au ceinturon,
  du chargement surveillent l'arrimage.


  XXXIII

  Mais le convoi se meut:--«A la descise!»
  a crié le patron; et, la main droite
  élevée sur le Rhône,--tel un prêtre
  invoque du Très-Haut la protection,--
  il se signe, et les barques, prenant de l'une à l'autre
  le fil de l'eau vorace, impétueuse,
  gagnent vers le milieu du fleuve large
  qui les porte légères comme feuilles.
  Émoustillés par l'agrément des dames
  qui en leur langue bruyamment s'ébaudissent,
  les gros marchands autour d'elles tournoient,
  comme autour de la souricière
  où sont emprisonnées quelques souris
  tourne et retourne un matou, l'oeil avide.
  Le temps est frais; le vent lombard[1] qui souffle
  rend gaillard et dispos et met au coeur la joie.
  Un Lyonnais s'avance auprès des belles:
  --«Ces fins minois seraient-ils d'Italie?»
  --«Si, seigneur, répondent-elles, de Venise,
  la ville des chansons et des gondoles.»
  --«Et où va-t-on de ce train?»--«A Beaucaire.»
  --«Lever peut-être boutique de poupées?»
  --«Oh! que nenni: plutôt de gobe-mouches.»
  Et l'on fait connaissance. Les donzelles
  vont aux cafés chanter leurs sérénades.
  Les négociants vont faire leurs négoces:
  des bazars du Levant, de ses fondiques[2],
  des commerçants de Tunis et de Nimes,
  des courtiers de Marseille et de Narbonne,
  des boutiquiers d'Alais, d'Uzès et d'Agde,
  des muletiers qui charrient ou emportent
  par le Chemin de la Reine Gillette[3],
  des Auvergnats, des Limousins de Tulle
  qui y descendent par la Voie Régordane[4],
  ils vont, argent sonnant, encaisser les effets
  qui tombent drus en foire de Beaucaire.
  On va mener tout un mois grande vie...
  Et les belles chanteuses y auront part,
  c'est entendu, si leur est agréable
  un brin de passe-temps. Les chères dames,
  elles non plus, ne traînent pas l'ennui;
  et le déduit honnête ni le rire
  ni le danser ne leur déplaisent point...
  Cela, mon Dieu, ne fait pas gourgandine!
  Mais elles ont besoin de faire bonne foire,
  car à trôler ainsi et par monts et par vaux,
  pour l'entretien et pour la colophane,
  et ceci et cela, il y va de grands frais.
  Mais les bourgeois, sitôt loin de leurs femmes,
  au diable la lésine! Ils s'élargissent,
  révérence parler, tels que pourceaux
  qui, une fois relâchés par la rue,
  tiennent, comme il se dit, toute l'allée...
  Et de rire aux éclats!


  XXXIV


                         --«Empire!»
  commande le patron en fronçant les sourcils.
  Il a vu émerger, sur la main droite, une île
  qu'on va rasant, naissante et graveleuse.
  Mais, à bord du Caburle, on y parle, de quoi?
  des belles dames, celles qui à Valence
  viennent de s'embarquer. José Ribory,
  pendant qu'il mâche entre ses dents sa chique,
  commence donc:--«Vous connaissez Maître Eyme
  qui au ponton m'a topé dans la main...
  Il n'est pas homme à conter des sornettes.
  Savez-vous bien ce qu'il m'a dit? Qu'entre les dames
  qui là, derrière nous, font leurs follettes,
  est la duchesse de Berri.»--«Tu bouffonnes?»
  --«Je ne bouffonne pas.»--«C'est celle-là sans doute
  qui a les frisons noirs, des yeux qui percent.»
  --«Non, non, ce doit être cette huppée
  qui porte reluisantes, au sommet de son peigne,
  de grosses perles d'or.»--«Tant s'en faut!»--«Bougre!
  Serait-ce pas cette jolie blondine
  qui joue de l'éventail et qui est si rieuse?»
  --«Allons, dit Ribory, il faut comprendre
  qu'une personne telle, une princesse
  qui veut reconquérir, coûte que coûte,
  le trône de son fils, n'est pas simple à ce point
  de se donner si vite à reconnaître!»
  --«Mais de ce train où irait-elle?»--«Beaux nigauds!
  vous ne savez donc pas qu'aval, en terre d'Arles,
  vers le Grand Clar, dans les _paluds_ de Cordes,
  sont mille sacripants, peut-être bien deux mille,
  qui, ne voulant servir en aucune façon
  le _coquâtre_[5], bivouaquent sur les joncs?»
  --«Les paludiers, les déserteurs, veux-tu nous dire?»
  --«Les paludiers, les chasseurs de sangsues,
  les insoumis de la Galéjonière[6],
  les oiseaux du terroir drus et farouches
  qui, dans les prés crouliers et fondrières
  de leurs marais touffus et inondés,
  tiennent là en échec les Bleus qui les pourchassent...
  Eh! la voilà, toute prête, l'armée
  de la Duchesse!»--«Mais qu'en dit le prince?»


  XXXV

  --«Je dis que rien, en ce parage, ne m'étonne:
  dans la splendeur de cette vallée claire,
  sous les pavillons de vos barques
  qui vont glissant au gai courant de l'onde,
  mettez-y des princesses, des papesses,
  des impératrices, des fées,
  en vêtements d'azur, d'or et de pourpre,
  toute cette beauté y flotte à la vision,
  aussi vivante et légitime et vraie
  que nous-mêmes, ici, que l'eau emporte!
  Vous voyez, dites-vous, des fleurs de lis? Moi, frères,
  je vois la fleur de Rhône, là-bas, dans le soleil
  de ce Midi où nous allons... Jean Roche,
  y en a-t-il encore pour longtemps? Il me tarde...»
  --«Çà, vous ne viendrez pas manger ma soupe?»
  repartit le prouvier.--«Prends garde!»
  lui crièrent les hommes du timon.
  --«Peuh! le soleil n'est-il pas levé pour tous!
  Nous ne sommes pas jaloux. L'Anglore doit être
  l'étoile lointaine où n'atteint personne,
  l'étoile qui brille pour toutes nos barques...
  Or, savez-vous? en ce moment elle se peigne,
  sémillante et charmante, sur la berge,
  la chevelure ébouriffée au souffle
  de la brise des bois qui fouille dans les feuilles.»
  --«Lui débrouiller les cheveux dans les saules,
  tu aimerais mieux ça, n'est-ce pas? vaurien,
  ajoutèrent les hommes de la _rigue_,
  que pousser à la barre, hein?»--«Royaume!»
  cria Patron Apian; et retournant
  le gouvernail en un coup, tous ensemble
  s'étaient remis vaillants à la manoeuvre.


  XXXVI

  --«Ainsi que vous disiez, prince, sur la rivière
  tout peut se voir: c'est l'ornière du monde,
  reprit le vieux patron. Tenez, le pape:
  tout habillé de blanc, et sa main droite
  qui nous bénissait hors de son carrosse...
  Ne l'avons-nous pas vu deux fois? Une, le pauvre!
  lorsque, enlevé de Rome et prisonnier,
  on l'emmenait par là-haut à Paris
  et qu'ensuite, de chagrin et de fatigue,
  il vint mourir en chemin à Valence;
  l'autre, quand Bonaparte pour son sacre
  l'envoya prendre et que, de bon gré ou de force,
  il lui fallut marcher derechef... Bonaparte!
  Oh! cet insatiable de conquêtes
  qui, nous enveloppant à sa fortune,
  nous avait fait si loin tendre la guêtre
  et si longtemps déchirer la cartouche,
  lui qui avait lancé, d'arrache-pied,
  tant de conscriptions aux tueries
  que les nations disaient: «Faut que les vaches,
  «dans le pays de France, fassent des hommes!»
  Eh bien! le croirez-vous, que sur la rive
  du Rhône, là où luit la route,
  lui, ce grand homme, ce foudre de guerre,
  à la défaite, nous l'avons vu conduire
  comme un patient, désemparé, tout veule!
  On l'emmenait au loin, à l'île d'Elbe...
  Le général Bertrand était, dans la voiture,
  assis à son côté: la joue blafarde,
  un foulard jaune à l'entour de ses tempes,
  lui, l'empereur hier de tant de peuples,
  aujourd'hui renié des siens, de ses ministres,
  de tous ses matadors qui l'encensaient,
  descendait au galop... Je m'en souviens!


  XXXVII

  Il y avait des femmes,--allons, des malheureuses,--
  qui, leurs enfants étant morts au service,
  du chemin lui criaient: «Mangeur de monde!
  «rends-moi mon fils!» Dans les villages,
  les paysans, pressant aux doigts, terribles,
  un écu de cinq francs pour le connaître,
  le poing en l'air, braillaient ainsi: «Au Rhône
  «le _châtaignier!_ le _tondu!_[7]» Misérables!
  cela faisait frémir... Mais dans son infortune,
  atterré, silencieux, tel qu'un Ecce-Homo,
  lui regardait là-bas, comme insensible,
  le Rhône qui allait se perdre dans la mer.
  A un relais de poste, au changement
  de chevaux qui a lieu, les cheveux hérissés,
  le couteau à la main, une hôtelière
  saignant une volaille sur sa porte
  proféra ce cri: «Ha! le sacré monstre,
  «si je le tenais là! En pleine gorge
  «pussé-je ainsi lui planter mon couteau!»
  L'empereur, d'elle inconnu, s'avance d'elle:
  «Que vous a-t-il donc fait? dit-il.--«J'avais deux fils,»
  répond la mère en deuil qui se courrouce,
  «deux beaux garçons, taillés comme deux tours!
  «Il me les fit périr dans ses batailles.»
  --«Leurs noms ne périront pas dans les astres!»
  Napoléon lui dit avec tristesse;
  «Et que ne suis-je, moi, tombé comme eux!
  «car ils sont morts pour la patrie au champ de gloire.»
  --«Mais vous, qui êtes-vous?»--«Moi? je suis l'empereur.»
  Aïe! bonne femme! (je vous demande, prince!)
  A genoux à ses pieds, aussitôt, éperdue,
  la pauvre mère lui baisa les mains,
  lui demandant pardon, et toute en larmes.»--


  XXXVIII

  Et Maître Apian s'interrompant:--«Empire!»
  s'écria-t-il soudain en s'essuyant les cils,
  le chapeau à la main. «Ah! en fait d'homme, allez,
  pour trouver son second de cette frappe,
  on pourrait bien courir!»--«Prenez garde, les mousses!»
  hèlent les radeliers d'un train de bois
  qui va flottant par le milieu du Rhône.
  --«Et d'où vient le radeau, fainéants?»--«De l'Isère.»
  --«Vous avez là un flottage fameux!»
  --«Oui, pour vingt mille francs.»--«Bois de marine?»
  --«C'est pour Toulon... Regardez quels troncs d'arbres!
  Mais il fallait les voir, en haut de la montagne,
  lorsqu'ils bondissaient aux couloirs des pentes,
  avant que d'être reliés par les harts!
  Nous avons des sapins, là, des hêtres, des rouvres,
  qui ont peut-être deux cents ans, sans trop dire...
  Cela vient du Vercors, des Terres-Froides
  et des futaies de la Grande-Chartreuse,
  du tonnerre de Dieu!»--«De belles pièces...
  Mais n'allez pas heurter contre les piles
  du Pont-Saint-Esprit!»--«Il y en aurait pour tous,
  car il n'est pas dit que le pont ne saute...
  A la barre! à la barre!»--«Adieu, les Allobroges!»
  --«Adieu, les goinfres!»


  XXXIX


                           Mais devers la proue
  se sont retrouvés Jean Roche et le prince:
  --«Savez-vous? il faudra que vous payiez sa foire
  à la petite Anglore, ce voyage...»
  --«Vraiment? tu crois qu'elle vienne à Beaucaire?»
  --«Parbleu! chez les marchands il faut bien qu'elle vienne
  vendre sa cueillette de paillettes d'or.»
  --«Voguons toujours! de la grande Nature
  qui depuis Lyon nous fascine,
  ce m'est un charme de saluer en elle
  la prime fleur, la reine naturelle.»
  --«A mesure, seigneur, que devers sa présence
  nous dévalons, de lone en lone[8],
  vous allez voir le fleuve rélargir ses rives
  et les amours y faire leurs plongeons.
  Laissez passer le Cengle avec sa tour maudite
  que vous voyez pencher, là-bas,
  depuis qu'aux Huguenots certaines nonnes
  ouvrirent une fois leurs grilles;
  puis Charmes, et Beauchastel, où le Rhône,
  affouillé par l'Eyrieu, a tant de profondeur;
  et Pierregourde, et Saint-Laurent-du-Pape,
  et au loin les Cévennes... De la Voulte
  nous franchirons tantôt les îles verdoyantes,
  hantées par les castors et par les loutres,
  et celle aussi qu'on nomme _Pren-té-garde!_...
  Puis nous verrons Cruas, Rochemaure la Noire,
  et nous jetons l'amarre au port d'Ancone.»


  XL

  Au port d'Ancone, à peine ont-ils mangé l'anchois
  qu'on charge de nouveau, vlan sur le tas...
  Mais que cela sent bon! sur le Caburle
  ils ont embarqué vingt sacs de violettes
  qu'on portera aussi à Beaucaire: récolte
  qui s'est faite au Mézenc et à Sainte-Eulalie
  ou soit vers le Grand-Serre ou la Val-Drôme.
  De cette sécherie de la fleur au col tors
  le Rhône tout entier aussitôt se parfume.
  Au lit du Rhône semé d'îles
  le soleil jette ses rayonnances tièdes,
  sur les tourbillons qui tournoient brillants
  et l'un dans l'autre en bouillonnant se perdent,
  et sur les bosquets d'où sortent les _aubes_[9],
  avec leurs troncs à haute tige, blancs,
  ronds et polis, comme on dirait les cuisses
  de quelque nymphe ou déesse géante.
  Des _ségonaux_[10] verdoient les oseraies;
  dans les cannaies, nombre de rousseroles[11]
  poussent leur cri strident. Aux falaises lointaines
  ou qui, taillant la rive, se rapprochent,
  les vautours fauves décrivent de grands cercles
  ou planent les faucons sur les hauteurs.
  Entre les bords amuïs, solitaires,
  pacifique descend la longue flotte,
  et autour d'elle s'épand la vue si loin
  et tellement est vaste le silence
  qu'elle semble être à mille lieues du monde.


  XLI

  Nappe d'acier, les eaux longues et mornes
  amènent le sommeil, presque l'ivresse.
  De la barque majeure sous la tente
  le prince fait la sieste. Oh! belle vie!
  Couché dans sa mante à rayures rouges
  où est brodé le Cor d'argent d'Orange,
  et l'oeil mi-clos, il voit dans l'azur des lagunes
  se mirer les hauts peupliers
  qui vont fuyant avec les frênes, les osiers,
  les digues empierrées, les palées, les javeaux.
  Ensommeillé, tout en glissant sur l'onde,
  il aperçoit là-haut, qui passent à la file,
  les châteaux couleur d'or et les tourelles,
  mémoratifs des époques lointaines,
  de leurs légendes féeriques, merveilleuses!
  Et il sent le bonheur infini d'être libre
  des vanités, des inepties de l'existence.
  Un doux rêve d'amour l'envahit: il songe
  à l'Ève inconnue qui l'attend
  quelque part, le coeur en fleur, seulette.
  Elle aura foi peut-être en sa parole,
  s'il lui fait un jour son aveu. Et il tressaille
  de jumeler le nonchaloir de sa jeunesse
  au renouveau de la belle ingénue
  et de se perdre au bocage avec elle,
  avec elle buvant l'oubli de tout le reste.


  XLII

  Les sons d'une musique tout à coup
  sur l'autre barque là derrière s'élèvent;
  et voici que des voix harmonieuses, claires,
  font délecter l'amplitude du fleuve.
  Les Vénitiennes, on eût dit trois Sirènes,
  chantaient allègrement cette chanson jolie:

    _Sur le bord de la mer,
    En se lavant les pieds,
    A la belle Norine
    Échappa son anneau.

    En mer un pêcheur passe
    Qui va dans sa nacelle
    Et de tout côté fouille
    Pour emplir son sachet.

    --«Pêcheur à barbe blonde,
    Un beau florin pour toi,
    Si dans l'onde tu pêches
    Mon petit anneau d'or.»

    Dans la mer il se jette,
    Le pêcheur enflammé:
    --«Voilà, belle Norine,
    L'anneau tombé par vous.»

    Elle délie sa bourse:
    --«Voici ton payement.»
    --«Un baiser sur les lèvres,
    Rien autre je ne veux.»

    --«De jour nul ne se baise,
    Car nous verrait quelqu'un.»
    --«De nuit sous la tonnelle
    Nul ne nous connaîtra.»

    --«Mais la lune illumine
    Là-haut dans le ciel grand.»
    --«Dans le bocage ombreux
    Mes bras te cacheront.»

    --«De mon corset la rose
    Va changer de couleur.»
    --«Au rosier piquons-nous,
    Avant que la fleur tombe.»

    --«Laisse-moi donc, pêcheur!
    J'ai peur de mon mari.»
    --«Moi je ne le crains guère,
    Si méchant serait-il!

    Sur mon bateau qui file,
    Viens, je t'enlève au frais,
    Car, prince de Hollande,
    Je n'ai peur de personne.»_

  --«Oh! la fière chanson! belle Venise!»
  va murmurant le prince dans le rêve
  de son demi-sommeil, «ô barcarolles
  qui montent des _Piazzette_ à la vesprée,
  du Grand-Canal silencieux et du Lido,
  oh! bercez-moi dans ma béatitude!
  Et plus de lourds pensers, car la sagesse,
  c'est se laisser emporter sur l'eau folle
  à la grâce de Dieu, comme le cygne,
  en repliant la tête sous son aile.»
  Les dames vénitiennes, point naïves,
  savent déjà qu'un prince vogue en leur compagnie,
  et elles tendent leurs rets dans l'onde bleue
  avec la chanson du roi de Hollande.
  Mais, fin poisson qu'il est, nous verrons bien
  si, fasciné par elles, il va, tête première,
  sombrer dans le filet ou passer par les mailles.

  [Illustration]



  [Illustration]

  CHANT CINQUIÈME

  L'ANGLORE


  XLIII

  Pendant que le Caburle ainsi dévale,
  croisant de loin en loin quelque autre file
  dont l'équipage en marche remonte le courant
  du Rhône, à la vue passent
  vallées et puys: le Roubion, dans les terres,
  baignant Montélimar; après, les contreforts
  de la grande église arc-boutée là-haut
  sur le roc de Viviers; vers l'autre rive
  le gouffre de Gournier--où, quand vient la Noël,
  une fois par an, s'entendent les cloches,
  au coup de minuit, du couvent de nonnes
  qui au temps passé y fut englouti.
  Avec l'ancien château qui était vis-à-vis,
  par un souterrain creusé sous le fleuve,
  elles communiquaient, dit-on...--«Alerte! alerte!»
  Le timonier soudain virant au gouvernail,
  ils ont raclé sur l'écueil de Malmouche.
  Rapide, la remorque vient d'entrer dans la cluse[1]
  étroite et redoutable de Donzère.
  Au passage, farouches, de côté les épient
  les Trois Donzelles transformées en rochers[2].
  Elles attendaient là, toutes les trois debout,
  leurs chevaliers partis pour Terre Sainte:
  en regardant venir le long de l'eau,
  la langueur de l'attente est si mauvaise!
  elles finirent par s'y pétrifier.
  Ils dépassent le Bourg où le diacre Andéol
  exorcisa le dieu Mithra; ils découvrent
  le mont Ventour qui protubère au loin,
  plus loin encore le Mézenc des Cévennes,
  là-bas enfin les arches magnifiques
  du Pont Saint-Esprit, bâti par miracle;
  et, perdus dans les arbres, les voilà qui abordent
  au Malatra, confluent de l'Ardèche,
  où ils vont, pour parer aux grèves dangereuses,
  embarquer l'homme de la mue[3].


  XLIV

  --«La voilà! la voilà!» cria-t-on dans les barques.
  Le poing sur la hanche, au bord du grand Rhône,
  et dans ses belles hardes du dimanche,
  et à la main son cabas de jonc fin,
  elle, l'Anglore, attendait souriante.
  Car avec ces nochers des équipages
  elle s'était rendue peu à peu familière,
  folichonnant, badinant avec eux.
  Et sur la berge, depuis qu'elle était née,
  elle venait voir arriver les sisselandes[4],
  légères, fendant l'eau à la descise[5],
  chargées de châtaignes ou d'autre provende,
  et sous la toile blanche de leur bâche
  recouvrant les monceaux de marchandises.
  Et les mariniers des barques ventrues,
  en la voyant bayer le long du fleuve,
  de loin, dans son tablier qu'elle tendait,
  lui jetaient quelquefois des pommes rouges
  ou des poires vertes à la gribouillette.
  Ils la connaissaient tous, eux, cette Anglore,
  comme ils l'avaient nommée par moquerie,
  attendu que toujours sur les graviers
  elle se traînait nue sous les rayons
  du grand soleil, comme un petit lézard[6].
  Puis elle avait grandi, s'était faite arrogante
  et même assez jolie. Elle n'était que brune,
  mais une brune claire, ou, pour mieux dire,
  le reflet du soleil l'avait dorée;
  et des yeux de perdrix, où difficilement
  on pouvait deviner s'ils riaient enfantins
  ou d'allégresse folle ou bien par gausserie.


  XLV

  A genoux ou debout dans les délaissées de l'eau,
  sur le rivage, tout le jour, assidue,
  avec son petit crible de fer elle sassait,
  entremêlées au sable et aux graviers,
  les paillettes d'or que, ténues et rares,
  l'Ardèche charriait après les pluies.
  Lavées et relavées, les paillettes légères
  de là s'attachaient, luisantes, à la laine
  d'une peau de mouton; et bien contente,
  la pauvre, de gagner à cela sa piécette
  de douze ou quinze sous, un jour dans l'autre.
  De ses petites soeurs et de ses frères la nichée,
  foulant nu-pieds l'arène morte,
  un ici, l'autre là, dans la rivière
  allaient ramasser du sable à son crible.
  La mère à la maison faisait la soupe
  ou ravaudait en leur braillant sans cesse:
  «Qui leur tiendrait des hardes, à ces fripeurs!»
  Le gros Toni, son homme, était pilote.
  Au Pont Saint-Esprit, où il faut connaître
  les gouffres et courants pour ne point se briser
  aux éperons des contreforts perfides,
  il passait les bateaux à la descente.
  Ils provenaient d'Aramon. Dans le Rhône
  remontés pour la pêche des aloses,
  en ce coin perdu ils s'étaient fixés,
  pendant la marmite en une cahute
  bâtie à pierre sèche au haut d'une éminence,
  par précaution des crues et coups d'Ardèche;
  car il ne faut pas rire avec cette coquine
  de rivière rageuse, quand elle prend l'élan,
  gonflée par les pluies, et qu'elle fait croître
  le Rhône de vingt palmes!


  XLVI

                            Donc l'Anglore,
  soit en cheveux, soit sur la tête un fichu rouge,
  les marins de Condrieu et d'Andancette
  la retrouvaient chaque fois au passage;
  si bien que, lors de la descise,
  dès qu'ils avaient franchi les Trois Donzelles
  et traversé les îles Margeries
  et aperçu le roc de Pierrelate:
  --«Allons, disaient-ils joyeux, nous allons bientôt voir
  au Malatra papillonner l'Anglore!»
  Cela seul les émoustillait
  plus qu'un bon coup de vin bu à la gourde.
  Et dès l'apercevoir, active à son travail,
  agitant son crible en pleine lumière,
  la jupe retroussée à moitié cuisse
  et le corsage ouvert comme une rose
  d'églantier qui boit le soleil:
  --«Ohé! lui criaient-ils en faisant signe,
  n'a-t-elle pas encore fait fortune, l'Anglore?»
  --«Aïe! pauvrette, répondait la petite,
  ils n'en jettent pas tant, d'or, dans l'Ardèche,
  ces gueux de Cévennols[7]. Vous savez le proverbe?
  Un orpailleur, un pêcheur, un chasseur...»--
  «Tous geigneurs!»--«C'est cela. Mais vous passez bien vite?»
  --«Le Rhône est fier[8] et il n'a point d'arrêt,
  belle jeunesse! Mais, à la remonte,
  quand les chevaux tireront la cordelle,
  à notre retour du pays d'Argence,
  nous amarrerons aux troncs de la rive
  et nous t'apporterons des dattes... Où est ton père?»
  --«Au Grand-Malatra, où il vous attend...
  Bon voyage aux marins!»--«Adieu, mignonne!»


  XLVII

  Il en était bien un qui, sur la tille,
  toujours le beau dernier de l'équipage,
  saluait la fillette encore un coup
  avec quelques baisers à la volée.
  C'était un vigoureux garçon de Saint-Maurice
  qui, sur le cou, sans aide aucune,
  aurait chargé tout seul un tonneau plein
  de six _barraux_[9]. Son nom était Jean Roche:
  beau mâle brun, de cette forte race
  de riverains des eaux du Dauphiné
  qui, sur les rives et graviers du fleuve,
  entre le Royaume et l'Empire,
  gouvernent les radeaux et savoyardes[10].
  Au moment du départ, sa mère, chaque fois,
  lui disait:--«Mon enfant, le coeur me crève
  de te voir dévaler avec ces barques
  qui, la moitié du temps, reviennent effondrées
  ou qui, désemparées, là-bas demeurent.
  De sept garçons, desquels tu es le moindre,
  car tous étaient, vois-tu, des blocs d'homme superbes,
  il ne me reste plus que toi. Les filles pâles
  du plat pays, là-bas dans la Provence,
  me les ont tous gardés, l'un après l'autre.
  Pour une belle hôtesse qu'il prit veuve,
  l'aîné s'est établi comme aubergiste;
  le cadet, au bout du Rhône, à l'embouchure,
  s'est fait sondeur, à ce que l'on m'a dit;
  deux, mariés avec des Arlésiennes,
  vivent en brocantant, je ne sais comme;
  et deux en Avignon ont pris attache
  pour être portefaix. Et avec une troupe
  de garçons comme j'eus, à mes vieux jours,
  si tu cours, toi aussi, à la dérive,
  me voilà exposée à rester seule!»
  --«Mère, disait Jean Roche, les fillettes
  qui sur la chevelure portent le velours d'Arles,
  ni les jolies luronnes de l'Ouvèze,
  non plus que les rieuses de la Sorgue
  avec leurs blanches coiffes de piqué
  dont les deux brides flottent au mistral,
  ne me feront jamais, soyez tranquille,
  oublier nos filles aux chairs rebondies
  avec leurs belles joues vermeilles de santé.»
  --«Et qui sont réservées, ha! ajoutait la vieille,
  et parfaites en tout: sachant garder les dindes,
  tout en filant leur quenouillée de chanvre,
  traire les chèvres et battre le bon beurre
  ou tricoter les fleurs de la dentelle...
  Tiens, sans aller plus loin, comme la fille
  du Charmetan, qui est une gaillarde:
  à la fin de ses gens, mon gars, pour dot
  elle aura de la vigne, et des prés et des champs,
  tout ça clair et liquide, m'entends-tu?»--«Oui, mère.»


  XLVIII

  Et ceci et le reste. A chaque départie
  c'était la même aubade. Mais Jean Roche,
  sitôt monté sur le plancher des barques,
  sitôt lancé sur le courant du fleuve,
  lancé au large vers la Provence claire,
  adieu les grosses filles du Péage,
  de Serrières, d'Ampuis, ou de Glun ou de Serves!
  En respirant l'air libre du Rhône,
  lorsque les camarades et lui se voyaient
  les maîtres absolus du royaume liquide,
  de cet empire du Maëstral rude
  qui en longueur s'épand au milieu des collines,
  de vent en vent, de soleil en soleil,
  d'un orgueil extrême ils devenaient ivres
  et se croyaient invincibles au monde.
  A eux le moût exquis de l'Ermitage
  et le vin chaud de la Côte-Rôtie
  dont, en chemin, vive le chalumeau!
  ils perçaient toujours quelque pièce.
  A eux les potées chavirant de viande,
  avec les tranches de boeuf à l'étuvée
  que le laurier parfume dans la cloche de fonte!
  Et les faisans de l'île Piboulette
  et les poulardes là-bas de Roquemaure,
  nourries à profusion par le mil à balais;
  et les lapins de Châteauneuf du Pape
  dont le vin de la Nerthe rehausse la saveur!
  A eux les embrassées des maritornes,
  dans la sombreur, au pied des peupliers blancs,
  lorsque aux grandes auberges de la rive
  ils accostaient le soir pour la couchée!
  Et ils n'avaient point tort, les cris de gouvernance
  qui, entre les deux digues, continuellement
  s'entendaient retentir: Royaume! Empire!
  Les Condrillots, patrons de la rivière,
  étaient vraiment des rois, des conquérants.
  Vers la Provence, terre de promission
  où le Rhône en son amplitude
  embrasse le delta immense de Camargue,
  vers la Provence où l'olive foisonne
  sur les penchants de toutes les côtières,
  vers le pays où s'ébat la Tarasque,
  où au soleil, le jour, danse la Vieille[11],
  où, la nuit, est le ciel resplendissant d'étoiles,
  eux, les porteurs de l'abondance,
  descendaient, bienvenus de tous.


  XLIX

  Sitôt qu'apparaissait en amont le convoi
  des sisselandes, sapines et penelles,
  encâblées à la queue l'une de l'autre,
  avec les Condrillots droits sur la poupe
  qui, bras levés, d'accord, poussant le gouvernail,
  dans l'azur ensuite le lâchaient ensemble,
  les gens de terre leur criaient du rivage:
  «Mange-cabris! Culs-de-peau! Nez de beurre!»
  Et les colosses bonasses:--«Mange-anchois!»
  répondaient-ils en clameur prolongée,
  «marche donc! As-tu peur que la terre te manque?»
  Et tout le long l'antique gouaillerie
  retentissait dans le parler des peuples;
  et tout le long, sur les talus de pierre
  des petits ports qui bordent la grande eau,
  pour voir, hiver, été, venaient les filles,
  leur assiette à la main ou de leur bas
  maniant le tricot, la tête alerte.
  Tout en glissant aussi sur l'onde lisse,
  les Condrillots alors se rengorgeaient
  et des bateaux leur criaient souriants:
  --«Allons, les filles, voulez-vous bien venir
  avec nous autres à Arles?»--«Nous ne sommes pas prêtes;
  une autre fois!» Et les barques filaient,
  au clapotis des flots, entre les îles.
  Et le pilote à peine, debout sur le tillac,
  les yeux ouverts et fixes en avant,
  pour éviter les durillons de roche,
  de loin en loin tournait un peu la barre.

  [Illustration]



  [Illustration]

  CHANT SIXIÈME

  LE DRAC

  L


  Oh! l'attraction du liquide élément,
  quand jaillit dans les veines le sang neuf!
  de l'eau qui rit et gazouille enjouée
  parmi les galets, avec les ablettes
  qui en sautant prennent les demoiselles
  et les moustiques des touffes d'herbe verte!
  de l'eau jolie et cruelle et perfide,
  qui charme et qui fascine l'innocence
  en lui faisant reluire les frissons
  de son miroir!--«Petits,» à la veillée,
  parlait ainsi, de fois à autre, la mère
  à ses enfants, à l'Anglore, «petits!
  vers les bleus de l'eau calme
  ou les abîmes qui tourbillonnent noirs,
  de vous guéer jamais gardez-vous bien!
  Je l'ai toujours entendu dire: sous le Rhône
  (aïe! beaux mignons, si vous y perdiez pied!),
  en des profondeurs qui sont inconnues,
  fréquente, depuis que le monde est monde,
  un farfadet nommé le Drac. Superbe
  et svelte ainsi qu'une lamproie, il se tortille
  dans l'entonnoir des tourbillons où, blanc,
  il vous transperce de ses deux yeux glauques.
  Ses cheveux longs, verdâtres, floches comme de l'algue,
  lui flottent sur la tête au mouvement de l'onde.
  Il a les doigts, dit-on, et les orteils
  palmés, comme un flamant de la Camargue,
  et deux nageoires derrière le dos,
  transparentes comme deux dentelles bleues.
  Les yeux à moitié clos, nu comme un ver,
  il en est qui l'ont vu, au fond d'un gouffre,
  nonchalamment couché au soleil sur le sable,
  humant comme un lézard la réverbération,
  avec la tête renversée sur le coude.
  Errant sous l'eau avec la lune,
  d'autres l'ont entrevu, dans les flaques tranquilles,
  qui à la dérobée tirait les fleurs d'iris
  ou de nénuphar. Mais, puis le plus fort,
  enfants, écoutez...


  LI

                      On raconte qu'un jour,
  au quai de Beaucaire, une jeune femme
  lavait au Rhône sa lessive.
  Et, en battant son linge, tout à coup
  elle aperçut dans le courant de la rivière
  le Drac, frais et gaillard comme un nouvel époux,
  qui à travers le clair lui faisait signe.
  --«Viens donc! lui murmurait une voix douce,
  «viens, je te montrerai, ô belle fille,
  «le palais cristallin où je demeure,
  «avec le lit d'argent où je me gîte,
  «et les rideaux d'azur qui le recouvrent.
  «Viens donc que je te montre les richesses
  «qui se sont entassées sous la vague,
  «depuis que les marchands y font naufrage,
  «et que j'amoncelle en mes souterrains.
  «Viens! j'ai un nouveau-né qui n'est encore qu'une larve,
  «et qui, pour se nourrir dans la sapience,
  «n'attend que ton lait, ô belle mortelle!»
  La jeune lavandière, somnolente,
  laissa tomber de sa main écumeuse
  son battoir, et voilà: pour aller le chercher
  troussant sa jupe vitement à mi-jambe,
  puis au genou, puis jusques à mi-cuisse,
  bref, elle perdit pied. Le cours du fleuve
  l'enveloppa de son flot violent,
  l'entortilla, pantelante, aveuglée,
  et l'entraîna aux abîmes farouches
  qui tourbillonnent par là-bas sous terre.
  On eut beau la chercher avec la gaffe,
  introuvable elle fut--et bien perdue.
  Des jours, des ans passèrent. A Beaucaire,
  personne, hélas! ne pensait plus à elle,
  lorsqu'un matin, au bout de sept années,
  on la vit qui rentrait, toute tranquille,
  dans sa maison, son paquet sur la tête,
  comme si du lavoir, à l'habitude,
  elle s'en retournait: seulement un peu pâle.
  Tous ses gens aussitôt la reconnurent
  et chacun s'écria: «Mais d'où sors-tu?»
  Elle, se passant la main sur le front,
  répondit: «Voyez, cela me semble un songe...
  «Mais qu'il vous plaise de le croire ou non,
  «je sors du Rhône. En lavant ma lessive
  «mon battoir est tombé et, pour l'avoir,
  «dans un bas-fond terrible j'ai glissé...
  «Et je me sentais embrassée sous l'eau
  «par un fantôme, un spectre, qui m'a prise
  «ainsi qu'un jeune homme qui ferait un rapt...
  «Le coeur m'avait failli et, revenue à moi,
  «dans une grotte vaste et pleine de fraîcheur
  «et éclairée d'une lueur aqueuse,
  «avec le Drac je me suis vue, seulette.
  «D'une jeune fille à demi noyée
  «il avait eu un fils--et de son petit Drac,
  «moi, pour nourrice, il m'a gardée sept ans.[1]»


  LII

  L'Anglore, le lendemain de ces contes
  qui s'évanouissaient aux rayons du soleil,
  n'y pensait plus et, dans les délaissées[2]
  du Malatra, vive comme un perdreau,
  courait, son crible en main, se mettre à l'oeuvre.
  C'était au fort de l'été: sur les ormes,
  les peupliers et les trembles blanchâtres
  de ces bords solitaires, les cigales chantaient...
  Mais elle ne craignait rien, car, au reflet
  du grand soleil qui frappe sur l'arène,
  elle voyait bien mieux, disait-elle, briller
  les paillettes. Ce qui autrement lui pesait,
  c'était, les nuits, quand dans l'étroite hutte
  il fallait coucher, toute la marmaille,
  à terre, épars, sur un amas de feuilles.
  Or, une de ces nuits de chaleur lourde
  où l'on étouffe sous les tuiles,
  elle s'était levée en chemise à la lune
  pour aller prendre un peu le frais dehors.
  La lune dans son plein la regardait,
  toute mince, descendre vers la rive
  et les pieds nus, dans le profond silence
  de la nature immense et endormie,
  laissant ouïr le ronflement du Rhône.
  Les vers luisants éclairaient parmi l'herbe;
  les rossignols perdus au lointain
  se répondaient, amoureux, dans les _aubes_[3];
  et le clapotis de l'onde coureuse
  s'entendait rire. A terre la petite
  laissa d'un coup tomber sa chemisette
  et dans le Rhône, ardente et tressaillie,
  lentement elle entra, penchée, croisant les mains
  sur le frémissement de ses deux seins de vierge.
  Au premier frisson, avec un soupir
  elle fit halte un moment, hésitante,
  et de côté et d'autre tourna, tout émue,
  les yeux autour d'elle dans l'obscurité
  où elle croyait toujours qu'entre les arbres
  quelqu'un, dévêtue, l'épiât de loin.
  Puis peu à peu, dans l'eau moelleuse du courant
  elle allait encore, vivement éclairée
  par les rayons de la lune baisant
  sa nuque fine, sa jeune chair d'ambre,
  ses bras potelés, ses reins bien râblés,
  et ses petits seins harmonieux, fermes,
  qui se blottissaient comme deux tourterelles
  dans la diffusion de sa chevelure.
  Le moindre bruit,--soit un poisson qui fit
  un ricochet sur l'eau pour saisir une mouche,
  le gargouillis d'un tourbillon qui ingurgite,
  le cri aigu d'une chauve-souris,
  une feuille battue par l'aile d'une insecte,--
  lui tournait le coeur comme une jonchée[4].


  LIII

  Et de descendre. Mais jusqu'à la ceinture,
  et puis plus haut, tout aise de se sentir vêtue
  par le manteau fastueux du torrent,
  elle ne pensa plus qu'au bonheur de son être
  mêlé, confondu avec le grand Rhône.
  Le sable sous ses pieds était si doux!
  Une impression moite, une fraîcheur tiède
  l'enveloppait d'un charme halitueux.
  A fleur de peau, à fleur de carnation,
  mignardement les ondes tournoyantes
  lui faisaient des baisers, des chatouillis,
  en murmurant de suaves paroles
  qui lui donnaient des spasmes de plaisir...
  Quand tout à coup, dans l'eau mobile
  et transparente au clair de lune,
  là-bas au fond, étendu sur la mousse
  d'un lit d'émeraude, que va-t-elle voir?
  un beau jouvenceau qui lui souriait.
  Roulé comme un dieu, blanc comme l'ivoire,
  il ondulait dans l'onde et sa main effilée
  tenait une fleur, fleur de «jonc fleuri»,
  qu'il présentait à la fillette nue.
  Et de ses lèvres tremblantes et pâles
  sortaient des mots d'amour mystérieux,
  dans l'eau se perdant incompréhensibles.
  Avec ses yeux félins, fascinateurs,
  il la faisait venir, craintive, stupéfaite,
  et haletante de désir, à l'endroit
  où crient merci le corps et l'âme.
  Ensorcelée par l'émoi dans le fleuve
  et par une plaisance étrange,
  elle était là, pauvrette, comme celui qui songe
  et auquel, effaré par quelque peur confuse,
  s'il veut courir, cela est impossible.
  Et sitôt qu'elle ouvrait les yeux vers le lutin
  qui, entouré de sa lueur laiteuse,
  semblait l'attendre en ses bras souples,
  un frissonnement d'amour spontané
  la jetait en langueur sous la voûte du ciel
  et la faisait doucement défaillir.


  LIV

  De l'amour naissant ô bonheur suprême!
  O paradis de l'âme à foi naïve!
  A un moment où le branle du fleuve
  la soulevait et palpait tout entière,
  à la renverse, les cheveux flottants
  et les yeux clos par la crainte de voir
  saillir sur l'eau les pointes de sa gorge,
  soudain, comme l'éclair, elle se sent,
  autour des hanches, une approche, un délice
  qui l'a frôlée d'une fraîche caresse.
  Aïe! elle se dresse d'un sursaut,
  d'un tour de main rejette ses cheveux ruisselants
  et voit, fuyant dans la masse liquide,
  une ombre vague, serpentine et blanche,
  qui disparaît. C'était le Drac. Instruite
  de ses façons d'agir, l'Anglore, elle,
  le reconnut fort bien, ayant à son giron
  trouvé à l'instant une ombelle rose
  de jonc fleuri. Pourtant, malgré son trouble,
  elle prit, tout heureuse et pleine de son rêve,
  la fleur qui nageait et retourna au lit.
  Mais à âme qui vive, ce qu'elle avait cru voir,
  elle se garda bien, mignonne, de le dire,
  jalouse vraiment, autant qu'une chatte,
  de sa vision trop tôt évanouie.
  Ah! que de fois la jeune fille, cet été,
  dans ses langueurs de nuitée chaude,
  aux lunaisons si claires de septembre,
  revint au délicieux appât de sa rencontre!
  Mais elle remarqua une chose: à la «mouille»
  chaque fois qu'en entrant elle s'était signée,
  ainsi qu'étant petite elle faisait toujours,
  au cours fougueux de l'eau mystérieuse
  en vain livrait-elle son corps virginal:
  dans ces nuits-là, le beau génie du Rhône
  à la baignade,--pauvre petite, attends,
  attends toujours!--lui faussait compagnie.

  [Illustration]



  [Illustration]

  CHANT SEPTIÈME

  LA FONTAINE DE TOURNE

  LV


  Où étions-nous? Le train de Condrieu,
  au fil de l'onde, entrait dans l'archipel
  du Malatra, plein de verdure et d'arbres,
  quand, toute souriante, sur la rive
  leur apparut, comme il s'est dit, l'Anglore.
  --«Arrêt!» s'est écrié le grand patron des barques
  étendant les bras transversalement.
  On jette l'amarre en terre; la fillette
  la noue à un vieux tronc; l'ami Jean Roche
  détache la nacelle aussitôt, et:--«La belle,
  allons, dit-il, dedans! Tu ne pèses pas lourd...»
  Et, doucement, la prenant par la taille
  il la hisse, houp là là! dans le bateau.
  Chacun vient lui toucher les _cinq sardines_[1],
  chacun lui fait:--«Eh bien, que dit l'Anglore?»
  --«Je dis tout bien de vous.»--«Et la cueillette,
  y en a-t-il?»--«Pas trop, dans les sablons...
  Mais toujours comme ça, on est content!»
  Le câble démarré, ils vont prendre en dehors
  le gros pilote du pont, et en aval!
  Or, tout ravigoté de railler avec elle,
  car à la proue s'était assise la petite,
  Jean Roche dit: «Sainte qui chante[2]!
  si tu n'étais pas plus sensée que moi, Anglore,
  ce qu'on ferait, sais-tu?»--«Pas encore, dis...»
  --«Eh bien, demain soir, dans Beaucaire,
  nous irions voir les comédies ensemble;
  en couple, sur le Pré, bras dessus bras dessous,
  vers les bohémiennes qui font l'horoscope
  nous nous ferions dire la bonne fortune;
  nous trôlerions par toutes les baraques;
  et je t'achèterais un bel anneau...»--«De verre!»
  --«Non, pas de verre: d'or. Et, fin de foire,
  je te ramènerais pour femme à Saint-Maurice.»
  --«Ho! fit en plaisantant la jeune fille,
  pour demeurer tout l'an là-haut seulette
  avec des gens dont le jargon fait rire?»
  --«Ah! que nos rigaudons, va, sont charmants
  pour danser ensemble sur les chènevottes...»
  --«Jean Roche, non; et tiens, veux-tu que je te dise,
  moi, mon franc _valentin_[3]? Tu es un bon garçon,
  tu es gros et gaillard, oui (comme dit mon père),
  tu es un riverain de première volée...
  Mais il en est un qui t'a devancé, mon brave!
  un qui dans les gouffres, qui dans les abîmes,
  dans les tourbillons, les bas-fonds, les mouilles,
  t'enfoncerait, te noierait, malheureux,
  s'il te prenait à pêcher dans sa lone.»
  Et d'un beau rire éclata la fillette:
  pour happer le poisson, telle une mouette plonge
  et fait rejaillir l'eau.


  LVI

  Pendant que l'autre, penaud, boude en silence,
  voici que, de la tente où il dormait, le prince
  Guilhem d'Orange, pimpant et radieux,
  sort, en tenant à la main droite
  un brin de jonc fleuri qu'il a cueilli
  sur la lone, de l'autre côté de la barque,
  et chantonnant, tout somnolent encore,
  à demi-voix, la chanson de Venise:

    _Sur mon bateau qui file
    Viens, je t'enlève au frais:
    Car, prince de Hollande,
    Je n'ai peur de personne._

  --«Tiens, ne serait-ce pas celui-là?» fit Jean Roche
  en la quittant pour courir au timon,
  vers l'autre bout--où Maître Apian criait:
  --«Tu lui fais le conte de la Barbe-Bleue,
  dis, garnement, ou de la Mélusine,
  à cette bachelette?» Mais l'Anglore,
  dès qu'elle a vu le prince aux blonds cheveux,
  était soudain devenue pâle:
  le sang lui tourna si fort dans les veines
  qu'elle faillit tomber en pâmoison.
  --«C'est lui! c'est lui!» cria-t-elle affolée,
  en s'agrippant à reculons aux courbes;
  et, tel qu'un dieu, la pauvrette était là
  qui l'admirait, amoureuse et craintive,
  ainsi qu'une fauvette fascinée
  qui, au regard d'une couleuvre,
  irrésistiblement est obligée de choir.
  Mais, l'esprit et le coeur émerveillés,
  en souriant d'une façon courtoise
  Guilhem lui a dit:--«Je te reconnais,
  ô fleur de Rhône épanouie sur l'eau!
  Fleur de bonheur que j'entrevis en songe,
  petite fleur, sois-tu la bien trouvée!»
  Et elle répliqua, tout d'un coup enhardie:
  --«Drac, je te reconnais! car sous la lone
  je t'ai vu dans la main le bouquet que tu tiens.
  A ta barbette d'or, à ta peau blanche,
  à tes yeux glauques, ensorceleurs, perçants,
  je vois bien qui tu es.» Guilhem lui donne
  la fleur, et tous les deux, liés par le mystère,
  ont tressailli. Car les amours vont vite,
  une fois dans la nef qui les emporte,
  prédestinés, sur le flot.


  LVII

                            Les arcades
  du Pont Saint-Esprit, prodigieuses,
  leur passent en triomphe sur la tête.
  Les bateliers, baissant le front, saluent
  saint Nicolas dans sa chapelle antique,
  démolie aujourd'hui, mais qui sauvegardait
  aux temps anciens «l'arcade marinière»,
  dont l'ouverture était si dangereuse
  qu'on n'y compte plus les bateaux perdus.
  La Provence apparaît, car son entrée,
  c'est le Pont Saint-Esprit avec ses piles
  et ses vingt arcs superbes qui se courbent
  en guise de couronne sur le Rhône.
  C'est là la porte sainte, la porte triomphale
  de la terre d'amour. L'arbre d'olives,
  le grenadier, fier de sa floraison,
  et les millets aux grandes chevelures
  ornent déjà les côtes et les alluvions.
  La plaine s'élargit, les orées verdoient,
  dans la clarté le ciel s'emparadise,
  on aperçoit les Ubacs du Ventour[4]:
  le princillon d'Orange et la petite
  glaneuse d'or croient pénétrer d'emblée
  dans la bénédiction. Lui se délecte
  (ah! la boisson délicieuse et fraîche!)
  à boire dans cette jeunesse
  la vie à sa source toute bouillonnante
  et l'émerveillement de l'âme neuve
  qui sourit à tous les mirages
  et se livre toute à son illusion.


  LVIII

  Elle, enivrée par le philtre d'amour,
  dans ce beau seigneur qui la charme
  retrouve en plein le Drac, qui sous la vague,
  au blanc tremblement de la lune,
  l'a fascinée tant et tant de fois!
  Et quoi d'étonnant que lui, dieu du Rhône,
  se plaise à fréquenter, dans son caprice,
  avec les barques et les gens de rivière!
  Ne voit-on pas les bièvres[5], à fond de cale,
  venir dans les bateaux, quelquefois, se cacher,
  au point que, pour les mettre hors, il faut se battre!
  Patron Apian, le gros Toni et d'autres,
  vers les rochers de Donzère, là-haut,
  n'ont-ils pas vu le Drac, sous la forme
  d'un serpent ou dragon gros comme une bouteille,
  sortir du Rhône et entrer dans les blés
  en tordant les épis avec des ondes telles
  que le pilote, d'effroi, en eut fièvre
  et que son corps se couvrit d'élevures!
  Et ne l'a-t-on pas vu aussi, sur la lisière
  du Petit-Rhône, au temps de la moisson,
  en tapinois se glisser sous les jupes
  de quelque moissonneuse à demi endormie
  et, s'entortillant autour de sa taille,
  l'étreindre doucement de ses circonvolutions
  et lui téter le sein jusques à ce qu'il tombe
  assouvi de lait et de volupté!


  LIX

  Et tout cela, l'hallucinée
  le disait aux nochers qui, devant son transport,
  s'étaient rapprochés d'elle peu à peu
  ou qui de loin prêtaient l'oreille.
  --«Quand je te le disais, eh bien?» faisait l'Anglore
  à Jean Roche ébahi qui l'admirait,
  «quand je te le disais, badaud, qu'il était crâne
  plus que pas un riverain de ces côtes!
  Regarde-le, tout beau, qui ressemble à un prince!...
  N'est-ce pas, mon Drac, mon roi, mon enchanteur,
  que tu lui montreras, à ta petite amie,
  les endroits que tu hantes sous le Rhône,
  dans les sous-sols du palais de la Trouille
  et de celui du Grand-Prieur, en rive d'Arles,
  et de l'Ardèche les grottes, revêtues
  rien qu'avec des diamants et des dentelles?
  N'est-ce pas que tu vas me conduire à Mont-Dragon,
  ton grand château, où la nuit tu dragonnes,
  et dont nous voyons se cabrer les tours
  sur les rochers escarpés de la «cluse»?
  N'est-ce pas que nous irons voir sur le Gard
  le fameux pont que le diable y bâtit
  avec le lièvre qu'il y pétrifia[6]?
  N'est-ce pas que nous irons voir dans les terres vagues,
  sur le minuit, la flamme des Oulurgues
  qui vont pleurant et gémissant aux lieux
  où ils ont enfoui de l'or, car il leur pèse
  d'être morts soudain et sans confession
  et sans avoir décelé leur cachette?»


  LX

  Ainsi, dans le bleu l'Anglore en mots pressés,
  vrai moulinet qui se déroule,
  s'était exaltée avec l'oeil ardent
  et d'effarement le visage exsangue.
  Mais lui, Guilhem, ravi de la rencontre
  qui le soulève en plein pays magique[7]:
  --«Oui, répond-il avec son flegme de Hollande,
  je te mènerai partout, belle amie!
  De ma principauté morganatique
  d'Orange, tu seras la fabuleuse
  ondine, tu seras la fée Morgane!»
  Et, se moquant d'elle, les mariniers dirent:
  --«L'avez-vous entendue? Elle a perdu la carte...
  Pauvre! elle aura bu à la fontaine de Tourne
  qui fait virer la tête, comme on dit.»
  Mais l'Anglore, campée fièrement sur la tille,
  frappa du pied en ricanant,
  et sur l'équipage fixant son oeil fauve:
  --«N'en parlez que tout bas, savez-vous, mariniers?
  de cette fontaine, cria-t-elle brusque,
  car sur la roche, là, votre sort est écrit!»
  --«Notre sort? que dit-elle encore, la visionnaire?...
  Ce sera, paraît-il, aujourd'hui, son jour de lune,»
  murmura-t-on en groupe sur la barque.


  LXI

  Tranquillement, au fil de l'onde belle,
  les bateaux descendaient, longeant des îles.
  On était entre Mornas et Saint-Estève
  des Sorts (repaire d'écumeurs, ce coin-là:
  lorsqu'un enfant, dit-on, y vient au monde,
  pour l'éprouver, dans le Rhône on le jette;
  s'il en retourne, bon pour la marine
  ou la rapine[8], bref). Au défilé,
  muré par les remparts des forteresses
  d'où Montbrun fit jadis sauter la garnison[9]
  et où son nom terrible plane encore
  avec les vautours, de ruines en ruines,
  entraient les sept barques. Mais sur le plat-bord,
  telle qu'une sibylle, alors la vierge
  éleva son bras nu et, dans l'orgueil
  et dans l'enivrement de son rêve farouche,
  elle dit:--«La fontaine de Tourne est un oracle!
  Ceux qui l'ont vue, la fontaine de Tourne,
  me seront garants, si vous avez doute.
  L'eau y sort d'un rocher plein de vignes sauvages,
  de clématites, de buis et de figuiers,
  formant un réservoir qu'on nomme le Grand-Gourg.
  Sur la paroi du roc, en un encadrement
  qui regarde le Rhône, vous avez dans le haut,
  gravés depuis... qui sait les siècles?
  le Soleil et la Lune mauvaise--qui épient.
  Vers le milieu, un boeuf, que sous le ventre
  un scorpion va piquer, qu'un chien va mordre,
  et un serpent qui à ses pieds ondoie.
  Le taureau, lui, plus fort que tout, a tenu tête,
  lorsqu'un jeune homme avec manteau flottant,
  un fier jeune homme, coiffé du bonnet
  de liberté, lui plonge à la nuque sa dague
  et le tue. Au-dessus de la scène tragique
  un corbeau effrayant étend ses ailes...
  Devine-le qui pourra, ce mystère!»


  LXII

  Et elle promena, comme une possédée,
  sur les nautoniers ses yeux à la ronde.
  Puis continuant:--«Écoutez-moi, dit-elle;
  En cherchant mes paillettes, un jour, de mouille en mouille,
  j'avais pris et suivi le ravin de la source.
  Et une vieille sorcière du Bourg[10]
  m'accosta et me dit: «Regarde la gravure
  «qu'il y a sur ce roc! Les fées charmeuses
  «qui fréquentaient au temps jadis nos grottes,
  «elles-mêmes l'ont agencée, petite!
  «Le boeuf que tu vois là, le _Rouan_[11], qui travaille
  «au regard du soleil et de la lune,
  «au beau milieu, sais-tu qui cela représente?
  «L'antique batellerie du fleuve Rhône,
  «qu'attaquent de partout, que de partout assaillent
  «la malignité, le cahot de l'onde.
  «Le grand serpent qui se roule sous lui,
  «c'est le Drac, dieu de la rivière;
  «et celui qui égorge le taureau,
  «le dur jeune homme qui sur la tête porte
  «le bonnet rouge,--petite, souviens-toi
  «de ma prédiction,--c'est le destructeur
  «qui doit un jour tuer les mariniers,
  «le jour où pour jamais de la rivière
  «sera sorti le Drac qui en est le génie!»


  LXIII

  Les bateliers ne riaient plus, car sur les berges,
  de loin en loin il courait des rumeurs
  d'assez mauvais augure. Sur la barque
  les messieurs de Lyon parlaient déjà
  de gros bateaux à feu qui par machine,
  sans chevaux haleurs, sans câble ni traille,
  remonteraient contre eau.--«Allons donc! quelques sots
  pourraient croire à ces balivernes!»
  bramait Maître Apian, lorsque l'on causait
  de ces inventions. «Mais si ça pouvait être,
  que deviendraient tant d'hommes et tant d'hommes
  qui vivent du travail de la rivière,
  bateliers, charretiers, les aubergistes,
  les portefaix, les cordiers, tout un monde
  qui fait le grouillement, le brouhaha, la foule,
  l'animation et l'honneur du grand Rhône?
  Mais ne voyez-vous pas qu'il y aurait de quoi
  assommer, bougre! à coups de gaffe
  tous ces gueux d'exploiteurs du peuple,
  de perturbateurs et de philosophes!»
  Une appréhension pourtant, c'était visible,
  venait d'assombrir les visages;
  et ce n'est pas sans crainte que Jean Roche,
  embrouillé qu'il était par tant de choses troubles,
  examinait ce jouvenceau étrange
  qui, le matin d'avant, sur la penelle
  avait sauté, venant on ne sait d'où.

  [Illustration]



  [Illustration]

  CHANT HUITIÈME

  A HORIZON PERDU

  LXIV


  Le blond galant, sous la tente de toile,
  et l'Anglore avec lui, tout doucement
  s'étaient réfugiés pour avoir un peu d'ombre.
  La suggestion suave ou l'ensorcellement
  qui, au mirage de l'eau insidieuse,
  à la longue du temps l'avait saisie,
  la tenait bien, la fille du pilote;
  et avec ses yeux égrillards de perdreau
  où semblait toujours briller un caprice,
  avez son nez mutin, ses lèvres roses,
  ah! pour qu'elle donnât son mal au jeune prince,
  il n'en fallait pas tant, je vous assure!
  --«Mais à quoi donc, revenait-il encore,
  m'as-tu connu?»--La jeune hallucinée
  lui répondait:--«Je te l'ai dit, mon maître!
  La fleur de jonc fleuri[1] que tu m'offris,
  ne la tenais-tu pas en main, au fond des mouilles,
  quand je te vis, tout blanc, au clair de lune,
  me fascinant vers toi, me faisant signe
  et m'envoûtant de tes minauderies,
  tellement que je suis depuis lors ton esclave
  et que, si tu venais à me dire: «Je veux
  «que tu fuies avec moi au bout du monde,
  «sans jamais t'arrêter, bride abattue,
  «ainsi que ces fameux Chevaux Terrestres
  «qui, courant au galop perpétuellement,
  «font le tour de la Terre, débridés[2],
  «je partirais d'un vol!»--«Mais si, ma belle,
  je te disais que tu te méprends, que tu parles
  au fils du roi de Hollande?» soudain
  lui demanda Guilhem.--«Mon Drac,» l'Anglore
  riposta, «je dirais que tu te transfigures
  en toute forme qui t'est agréable,
  et que, si tu t'es mis Prince d'Orange
  (ainsi que tu le fais accroire à la barquée),
  c'est pour quelque lubie ou fantaisie folâtre
  qui passe ma compréhension...
  Mais je te connais, moi, de longue date
  et, mon beau Drac, à quoi bon te cacher?
  Va, je t'ai deviné rien qu'à ton air de prince,
  à ta charnure jeune et fraîche comme l'eau,
  au bleu clair de tes yeux et à ta barbe
  plus dorée et plus fine que la fleur d'iris jaune!»


  LXV

  Il n'y avait, n'est-ce pas? rien autre à répliquer
  que d'embrasser sur le coup la follette.
  Devant cette foi qui le divinise
  (amour, c'est connu, par amour se paye),
  Guilhem d'un feu divin sent dans ses veines
  s'allumer le transport, courir la flamme.
  Et les voilà qui tombent dans les bras l'un de l'autre,
  à ne plus savoir, de lui ou de l'Anglore,
  lequel est le plus ivre, le plus ensorcelé.
  Et les barques voguaient à vau-l'eau, toutes seules,
  au milieu des coteaux parallèles aux rives,
  sur le courant, avec de longs silences.
  De loin en loin passait quelque castor,
  sortant le museau pour reprendre haleine,
  rapidement descendant à la nage;
  et sur le faîte des grandes bannes floches
  les hirondelles venaient, rasant le Rhône,
  se reposer. Dissimulés ensemble
  contre l'empilement des ballots rebondis,
  il lui disait dans son étreinte:
  --«Approche un peu ton coeur plein d'harmonie
  contre le mien, que je l'entende battre!
  Ne regarde pas dans l'eau--qui est trop profonde,
  ne regarde pas la terre--qui est trop loin,
  ne regarde pas le ciel--qui est trop vaste:
  regarde dans mon âme où tu es le soleil!»
  Mais elle, en écartant de sa ceinture
  la main du petit prince un peu aventurée:
  --«Vois, vois, dit-elle, en voici là dehors,
  vers le rivage, de la fleur que tu cherches!»
  Et elle s'échappa, riant comme un enfant,
  à l'orée du bateau.


  LXVI

                      Or, en ombelle,
  juchée au bout d'un jonc, la fleur rosée
  s'épanouissait seule dans la vase
  d'une petite mouille peu profonde.
  --«Mais, fit l'Anglore, Drac, d'où vient
  que tu l'aimes tant, cette fleur?»--«Elle me plaît,
  répondit-il, parce qu'elle te ressemble...
  N'es-tu pas la fleur d'amour, toi qui, née
  comme elle au sein de l'eau, symbolises
  la dilection unique et primitive
  d'un monde neuf et brillant de jeunesse!»
  Elle écoutait, les yeux tout grands ouverts,
  ces jolis mots, pleins de magie...
  Il continua:--«Je vais te la dire, écoute,
  l'histoire de ma fleur. Dans une gorge,
  au pied d'une falaise, la belle Galatée
  et le berger Acis, une fois,
  assis par terre, se contaient fleurette.
  Et ne songeant à rien--qu'à leur bonne fortune,
  pendant que là ils se buvaient l'un l'autre,
  du haut du mont le pâtre Polyphème,
  qui était un cyclope et jaloux de la nymphe
  comme il ne se peut plus, le vilain monstre!
  les découvre là-bas qui se jouaient.
  Enflammé de dépit, il arrache d'un roc
  un quartier qui, roulant, se précipite
  et, las! vient écraser sur le gazon
  le beau couple. Leur sang mêlé ruisselle!
  La terre maternelle, les dieux eux-mêmes, pris
  de grand'pitié, montrèrent un prodige:
  Acis fut changé en ruisseau;
  en fleur fut changée Galatée,
  la fleur en ombelle qui sort dans ses eaux,
  encore un peu rouge, encore un peu pâle.»
  L'Anglore s'écria:--«Maudit cyclope!»
  Et s'adressant au prouvier: «Par hasard,
  ce ne serait pas toi le cyclope espionneur?»
  dit-elle en riant à Jean Roche.--«Bohémienne!
  qui joue avec la flamme, un jour se brûle,»
  invectiva le gars piqué au vif.
  Mais dans l'azur de l'air, elle, hautaine,
  agitant son bouquet, la fleur offerte
  par son beau Drac, dit:--«Moi, je suis fleurie
  par la vertu de l'eau: et gronde, Rhône,
  dans ton tréfonds! Je sais ce que je sais...»


  LXVII

  --«Gare devant, là-bas!»--Sur la rivière
  un long coup de sifflet stridula tout à coup
  et, descendant taciturne, à la hâte,
  rasa, bord à bord, une embarcation
  qui prit le devant: une grande toue,
  ayant d'un bout à l'autre une chaîne de fer
  où était attaché, couple par couple,
  un ramassis de toute espèce d'hommes.
  --«Ohé! bonnes-voglies!» alla leur dire
  un jeune marinier.--«Silence, maugrebleu!
  Vous demande-t-on si la bise est brune?
  fit le patron Apian. Les misérables
  ont bien assez de leur mal, sans l'insulte...
  Et n'ayez pas l'air de les reconnaître,
  car, marqués sur l'épaule, ils cherchent l'ombre...
  Et que d'exemple à vous tous cela serve!
  Ils vont manger des fèves à Toulon, malheureux!...
  Il y a là de tout: des gens d'église,
  des chenapans, des nobles, des notaires,
  voire des innocents!» L'oeil de travers,
  passèrent les forçats, tels que les spectres
  de la Barque à Charon. Ainsi le monde,
  ainsi l'agitation, le trantran de la vie,
  le bien, le mal, le plaisir, la douleur,
  s'en vont courant, s'en vont confusément,
  entre le jour et la nuit, sur le fleuve
  du temps houleux qui se déroule et fuit.


  LXVIII

  Les galériens disparaissent au sud
  vers le Revestidou. La Piboulette,
  chasse royale des sires d'Ancezune,
  au vieux blason desquels se grime
  le Drac du Rhône à face humaine,
  d'un rideau d'arbres entoure Caderousse.
  --«Où est Orange? demande aux bateliers
  Guilhem. Où est sa Gloriette,
  nid et palais de nos aïeux illustres?»
  --«Là derrière,» répondent les hommes de la barque.
  --«Où êtes-vous, Guibour, vaillante épouse
  de Guilhem au Court-Nez, et toi, princesse
  Tibour d'Orange?»--«Là derrière, répliquent
  les braves mariniers, là, derrière les arbres
  qui nous dérobent le mur du Ciéri[3]
  et l'Arc de Marius: on ne peut voir
  d'ici que Crève-coeur[4]...»--«Gloire perdue
  et bien nommée, adieu! cria le prince
  en essuyant une larme naissante
  que le soleil fit scintiller; conserve,
  ô ville d'or, ô notre honneur d'Orange,
  à tout le moins conserve la mémoire
  de ceux qui n'ont jamais terni ton lustre!...
  Mais de quoi vais-je me plaindre ou m'attrister,
  ajouta-t-il, si j'ai perdu l'Empire
  pour devenir le dieu de l'eau magique!»
  La jeune fille, lui voyant l'oeil humide,
  l'avait pris par la main et, familière,
  comme cela se passe dans les songes:
  --«Drac, lui dit-elle, mais les dieux pleurent donc?»
  Et doucement, sortant de rêverie,
  lui répondit:--«Mais s'ils ne pleuraient point,
  ils ne seraient, les dieux, guère plus que des pierres...
  Oui, mignonne, l'Amour est un dieu, en effet,
  et ce qu'il a de plus divin, ce sont les larmes.»


  LXIX

  En l'île d'Auselet les oisillons
  pépiaient tout le long des bords feuillus.
  Le vent léger apportait des montagnes
  La senteur des lavandes et des myrtes
  qui dans les Combes-Masques étaient fleuris.
  La fin du jour, avec son haleine plus tiède,
  emplissait les coeurs de la nostalgie
  qui envahit tout, quand le soleil baisse.
  Ils voyaient arriver la Barthelasse verte,
  partageant le fleuve en deux Rhônes,
  et puis plus rien, que le tournant de l'onde.
  Mais soudain, tel qu'un rideau de théâtre
  qui en aval se tire à l'horizon,
  les arbres du rivage et les collines,
  tout va diminuant pour disparaître
  devant un colossal entassement de tours
  que le soleil couchant enflamme et peint
  de splendeur royale, de pourpre splendide.
  C'est Avignon et le Palais des Papes!
  Avignon! Avignon sur sa Roque géante!
  Avignon, la sonneuse de la joie
  qui, l'une après l'autre, élève les pointes
  de ses clochers tout semés de fleurons;
  Avignon, la filleule de saint Pierre,
  qui en a vu la barque à l'ancre dans son port
  et en porta les clefs à sa ceinture
  de créneaux; Avignon, la ville accorte
  que le mistral trousse et décoiffe
  et qui, pour avoir vu la gloire tant reluire,
  n'a gardé pour elle que l'insouciance!
  Les bras se dressent tous; et l'équipage,
  les passagers, admirent Babylone
  (ainsi que la nommèrent les Italiens jaloux).
  Puis tout à coup de la seconde barque
  monte ce cri: «Venise! c'est Venise,
  lorsque entre ses dentelles elle va se coucher,
  aux baisers du Ponant, dans sa lagune!»
  Et n'y tenant plus de jeter au vent
  son enthousiasme, Guilhem, par-dessus bord,
  décampe en un saut chez les Vénitiennes.


  LXX

  Et s'adressant--des trois--à la plus brune:
  --«Duchesse de Berri, lui dit-il finement,
  vous m'excuserez, n'est-ce pas? si j'entr'ouvre
  l'incognito de votre emprise belle...
  Car les nochers de cette flotte gaie
  m'ont dit que vous allez rejoindre en Arles,
  là-bas, les partisans de votre règne.»
  --«Ah! cavalier!» faisant un peu la moue,
  répondit la dame non sans embarras,
  «comme vous plaisantez le pauvre monde!
  La princesse en question, qui, oui, est à Venise,
  n'est pas pour nous une inconnue,
  car nous sommes voisins de palais, au Rialto.
  Mais il y a palais et palais; et le nôtre,
  depuis longtemps les araignées y filent...
  Et nous allons chantant, comme les limaçons
  dont la coquille est au feu.» Et de rire.
  --«Moi, continua la brune chanteuse,
  puisqu'il le faut, je vais faire mes confidences.
  Je suis issue de race patricienne
  et dans notre maison Venise la superbe
  vint plus d'une fois élire son doge.
  Mais les vicissitudes sont partout...
  Et d'un grand nom, aujourd'hui, pauvre femme,
  le noble orgueil, c'est tout ce qui me reste.
  Dans cet Avignon qui, avec ses tours,
  ses remparts, son palais, montre à la vue
  ce qu'il a été dans le temps des papes,
  imaginez-vous qu'un de mes ancêtres,
  ambassadeur de Venise, à l'époque
  où la papauté y fut en déroute,
  se rencontra là, quand le désarroi
  vint en bannir le beau dernier pontife...
  Le fugitif--écoutez ce détail--
  fit noyer, paraît-il, douze statues
  en or massif (c'étaient les douze apôtres
  avec le Christ en plus) dans un abîme
  dont j'ai, moi toute seule, le secret.
  Dans mon sein je le porte, ainsi qu'une relique,
  en un vieux parchemin où est marqué,
  de point en point, le lieu de la cachette.
  Mais en ce pays étranger,
  où nous ne connaissons personne, comment faire,
  si nul ne vient en aide à la faiblesse!»


  LXXI

  --«Je suis, dit Guilhem, à votre service:
  la chose m'intéresse, car douze statues
  en or massif, oui certes, valent bien
  la peine de tenter leur découverte.»
  --«Et, dit une autre (celle qui était blonde),
  ne ferions-nous pas tourner la baguette
  ou le sas, s'il fallait? Je connais le métier;
  et s'il y a, ma dogaresse, quelque chose,
  si profond serait-il, va, il faudra qu'il sorte...
  Mais, par saint Marc, ajouta-t-elle en faisant voir
  toutes ses dents de belette, j'en jure!
  Je ne donnerais pas douze crottes de rat
  de tes douze apostoles...» Et de rire.
  --«A moins qu'on ne les ait déterrés, mon amie,
  chez moi, à la maison, répliqua la première,
  je l'ai toujours ouï raconter, ce beau songe!
  Et voilà cinq cents ans que nous vivons
  sur le reflet de sa verte espérance...»
  --«Et vous faites bien, parbleu! et fort bien,
  dit le jeune sage; car la vie, qu'est-elle?
  sinon un songe, une apparence au loin,
  une illusion sur l'eau glissante,
  qui, devant nos yeux s'enfuyant toujours,
  comme un jeu de miroir nous éblouit,
  nous attire au leurre et nous sert d'appât!
  Ah! qu'il fait bon naviguer sans répit
  vers son désir, encore que ce ne soit qu'un songe!
  Un temps viendra, qui s'approche peut-être,
  où les gens auront tout à portée de la main,
  où les gens auront tout, sauront tout à l'épreuve
  et, regrettant les vieux mirages,
  qui vous a dit que vivre ne les lassera point!»


  LXXII

  En lui faisant les doux yeux, la troisième
  des Vénitiennes dit alors au prince:
  --«Donnez-moi votre main.» Et le galant
  offre sa main, sérieux, à la dame:
  --«Belle main, fine main, et caressante,
  dit la chiromancienne curieuse,
  bonne main, noble main...» Et dans la sienne
  la dame la palpait, la cajolait,
  «Oui, main de roi, main fée et main de gloire,
  qui fait ce qu'elle veut! avec des lignes
  qui vont s'entrecoupant indéfinies:
  ligne d'amour croisant ligne de tête,
  comme il se voit souvent; ligne de vie...
  Aïe! le mauvais passage! A un tournant,
  pas loin d'ici, sur le Rhône peut-être,
  la Mort, seigneur, vous guette avec sa faux...
  Prenez garde!...»--«Que diable vas-tu lui dire là!
  en même temps crièrent les deux autres,
  Nous sommes tous en passe, sur le Rhône, de boire
  à la grande tasse, et, allons, jeunesse,
  buvons, en attendant l'inconnue malencontre,
  le vin brillant de nos jeunes années!
  Puis, dans Beaucaire, en avant! ce coup-ci,
  puissions-nous tous y faire bonne foire!»


  LXXIII

  Dans l'entre-temps de ces gentils devis,
  en rive d'Avignon les barques cependant
  viennent, suivant la file, amarrer tour à tour.
  --«Embraque le câbleau! range la terre!
  commande Maître Apian de sa voix rude,
  Contre le quai accoste le Caburle!
  Avance la carate! A la sapine!
  Pousse la sisselande! aborde, aborde!...
  Là!»--Les bateaux aux bâches montueuses
  s'agglomèrent au pied de la falaise abrupte,
  devant le Pont Saint-Bénézet qui montre
  l'ombre géante de ses arches rompues.
  Les apparaux en ordre, la flotte en sûreté,
  processionnellement, marchant un devant l'autre,
  selon leur usage, au long de la rue,
  à pas comptés le vieux patron menant la file,
  les petits mousses courant après la troupe,
  en tanguant, bras ballants, à leurs grandes auberges
  des Fusteries, du Limas[5], les beaux hommes
  s'en vont souper joyeux. Avec son père
  l'Anglore les suit, quelque peu penaude
  de ne pas revoir le prince autour d'elle,
  le petit prince à la barbiche blonde,
  qui peut-être a fait quelque mue nouvelle...
  Peut-on savoir? Le Drac, peut-être, au Rhône
  doit descendre la nuit dans son palais,
  si telle est sa loi... Ah! va, ma pauvrette!
  Guilhem, avec les dames de Venise
  qui de leurs mignardises l'environnent,
  au cabaret de la Petite-Hôtesse,
  sous les peupliers blancs et les treilles, là-bas,
  est allé faire une escampette... Bref,
  Guilhem est jeunet, il prend ses ébats.


  LXXIV

  Or, sous la tonnelle, une fois à table,
  le princillon avec les cantatrices
  qui, tout en mangeant et buvant, friandes,
  chassent les moustiques avec la serviette:
  --«Vous ne m'avez pas dit, pourtant, encore
  si vous êtes, mes dames, à marier ou mariées,
  leur dit Guilhem, car, suivant l'occurrence,
  on pourrait là fauter, si on se leurre
  au jeu d'amour...»--«De cela n'ayez cure!
  répondirent-elles en grande accortise.
  Le jeu, seigneur, ne demande que faute.
  Et dans notre pays la femme noble,
  une fois mariée, peut avoir,
  sans que personne ait rien à y voir ou redire,
  un, même deux, et même trois amants.»
  --«Savez-vous bien que les maris, fit le jeune homme,
  doivent gagner, en tel pays de promission,
  le paradis de la sainte patience?»
  --«Hé! s'écria la belle huppée
  dont le grand peigne avait des perles d'or,
  rois de la fève, ils sont les plus heureux des hommes!
  car les servants d'amour les débarrassent
  de tous les soins coutumiers de la vie.
  Ils n'ont besoin, les maris de Venise,
  de s'occuper de rien qui les ennuie.
  Les cavaliers servants se font un vrai régal
  d'aider madame à sa toilette:
  l'un lui tient le miroir, celui-ci lui présente
  les épingles pour ses cheveux;
  celui-là au corsage lui passe les lacets;
  l'autre lui porte à vêpres sa mantille
  et l'autre en la baignoire lui tiendra compagnie;
  sans compter les cadeaux, les rafraîchissements,
  les sérénades et madrigaux qui pleuvent!»
  --«Eh bien! irons-nous point chercher les douze apôtres?
  interrompit soudain la dogaresse.
  A ces joyeusetés le temps s'écoule;
  mais Jaquemart vient de frapper onze heures,
  et il faut remonter de grand matin en barque...
  Allons?»--«Allons!»--«N'oublions pas la verge
  de coudrier--qui est notre boussole.»
  Et les chanteuses partent en chantant:

    _--Si la lune illumine
    Là-haut dans le ciel grand,
    Dans le bocage ombreux
    Mes bras te cacheront.

    --Laisse-m'aller, pécheur,
    J'ai peur de mon mari._
    --_Moi je ne le crains guère,
    Si méchant serait-il!

    Sur un bateau qui file,
    Viens, je t'enlève au frais,
    Car, prince de Hollande,
    Je n'ai peur de personne._

  [Illustration]



  [Illustration]

  CHANT NEUVIÈME

  EN AVAL D'AVIGNON

  LXXV


  Le long du Rhône qui dans l'ombre luit
  et hors d'Avignon suivant le rempart,
  ils entrent doucement par la porte Ferrusse
  et du Limas à la Juiverie-Vieille
  ils montent en cachette, par les étroites rues,
  jusque là-haut vers le Château des Papes.
  Tout est désert à l'entour. Les fresaies,
  dans la noirceur effrayante que jettent
  les colossales tours, font leurs gémissements.
  Sur la cité qui dort tombent lugubres
  les douze coups de minuit. Au «qui vive?»
  --«Ami!» répond Jean Roche dans le sombre,
  car, pour déterrer les apôtres d'or
  avec son coup de main d'Hercule,
  le subtil et sage prince de Hollande
  lui a donné charge d'attendre à l'affût.
  Au pied des hautes murailles ténébreuses,
  le coeur en onde, les belles de Venise
  ont entrevu déjà dans leur pensée
  les barbes d'or de saint Jean, de saint Jude:
  le parchemin dans les doigts, l'une d'elles
  étudiant les lieux, cherchant les repères;
  une autre dans ses mains qui lui frétillent
  tenant la baguette divinatoire;
  et l'autre, penchée en fleur de narcisse,
  complaisamment sur le bras de Guilhem
  laissant aller son sein rebondissant.
  --«Par saint Antoine de Padoue, on en brûle!»
  a fait soudainement celle qui porte
  le brin de coudrier. Avidement chacun
  se précipite autour d'elle pour voir...
  Oh! jamais de la vie! Agitée d'elle-même,
  la houssine blanche va se tortillant
  et d'elle-même tourne vers la terre,
  marquant l'endroit précis, à quelques toises
  de l'Escalier du Pater où l'on monte
  vers l'église de Dom.--«On tient la mine!»
  Guilhem dit en riant, «Jean Roche, creuse!»


  LXXVI

  Le gros garçon enfonce le levier;
  il perce du sol la surface dure;
  puissant, il soulève une large dalle
  et découvre un abîme aux noires profondeurs,
  un puits dans le rocher, qui, tant il est horrible,
  les fait reculer tous.--«Qui s'y élance?»
  demande froidement Guilhem d'Orange
  en regardant les trois femmes muettes.
  Jean Roche lui répond:--«Si nous avions des cordes...»
  --«On pourrait vous descendre,» dit le prince
  à ces dames.--«Vous deux, vous qui êtes des mâles,
  oser ainsi parler?» la dogaresse,
  fixant sur lui des yeux enflammés, furieux,
  lui répliqua: «Les statues sont au fond!
  Regardez la baguette qui se tord...
  Y aurait-il, pour les garder, le Basilic,
  vous ne laisserez pas, seigneur...»--«Après la foire!
  interrompit Jean Roche. La prime aube
  derrière le château ne peut tarder à poindre
  et j'entends le patron qui déjà crie: Au Rhône!»
  De son bras fort, cela dit, il recouvre
  le puits profond sous son couvercle;
  il y arase et piétine le sol,
  et:--«Venez vite, allons!» Vers la rivière,
  le prince gai, les dames dépiteuses,
  redescendent au port en toute hâte.
  Et Guilhem dit:--«Mais quelle tirelire,
  bon Dieu d'Orange, hein? si, par fortune,
  nous avions rencontré la pie au nid!
  Sire Rambaud Bertrand, un mien ancêtre
  (que Dieu lui fasse paix!), une année, à Beaucaire,
  par douze paires de boeufs fit fouir
  le Pré de Foire, et puis, à tout un peuple
  faisant largesse, le sac au grain pendu
  à son côté, dans les sillons,
  du haut de son cheval, à plein poing, il sema
  trente mille deniers d'argent... Hé! hé! les belles,
  peut-être au champ de foire eussions-nous fait bien pis!»
  Et de cette façon, tenant l'aiguille
  et en jouant, tête ou pointe, avec elles,
  Guilhem, qui est en bonne humeur,
  flegmatiquement pique les donzelles.
  Mais tout cela ne les rend pas rieuses,
  d'avoir trouvé, ainsi qu'elles ruminent,
  le Trésor de Venise inestimable!
  d'avoir trouvé la Vache d'Or et, gueuse!
  de ne l'avoir pas agrippée au pis!
  Tu n'emporteras point icelle en paradis,
  mon petit prince! et va, ire italienne
  ne s'évapore pas au soleil comme aiguail.


  LXXVII

  Patron Apian, le maître d'équipage,
  est en haut du Caburle, distribuant des ordres
  que le prouvier répète. Groupe à groupe,
  les passagers s'embarquent pour la foire
  et d'un bateau à l'autre, en conséquence,
  vous n'entendez parler que de Beaucaire.
  De toute la contrée qui environne,
  de Carpentras, de Vaison, pour y vendre
  leurs parties de safran, de grenettes[1]
  et de toute herbe de Saint-Jean séchée,
  et d'Avignon, pour y placer leurs pièces
  de taffetas, de velours et d'indienne,
  montent nombre de gens. Maîtres du quai
  et ceinturés, qui de vert, qui de rouge,
  selon qu'ils sont pour ou contre le roi,
  les portefaix aux poignes redoutables,
  et devant lesquels la terre tremblait,
  ont achevé leur tâche. Des poteaux
  eux-mêmes démarrent les divers cordages;
  et Maître Apian s'écrie, chapeau levé:
  --«Au nom de Dieu et de la sainte Vierge,
  au Rhône, les enfants!» Et les sept barques
  revirent de bord tour à tour et, combles
  de toutes les richesses de l'Empire
  et du Royaume, au pied de la Roque hautaine,
  vers le Midi reprennent la descente.
  Entre temps que le vieux patron modère
  du geste et de la voix les nautoniers:
  «Joliment! gentiment!» et pendant qu'ils s'engouffrent
  dans la féroce baie du pont de pierre
  que Bénézet le pâtre sur les ondes,
  il y a sept cents ans, éleva colossal,
  Maître Apian, lui, fidèle à la coutume
  des gens de Condrieu, tire un coup de chapeau
  au grand saint Nicolas--dont la chapelle
  chevauche sur le pont, svelte et jolie;
  et, une fois courant dans l'eau obscure
  où peu à peu descend la lueur de l'aurore,
  il redit la prière habituelle:
  _O notre père!_ Ainsi, à leur réveil
  aux premiers rais du jour, font les nichées.


  LXXVIII

  Et la vue merveilleuse d'Avignon,
  son grand château aux gigantesques murs,
  ses remparts crénelés, tours et tourelles,
  dans le matin blanc de clarté s'éloignent,
  avec le fort lointain de Villeneuve
  que le soleil colore tout à coup
  de son averse d'or. Les barques sillent
  rapides plus que l'eau, car elles sont chargées,
  se hâtant d'autant plus qu'elles sont plus pesantes.
  --«O sacrés bousilleurs!» une voix forte
  devers l'île de Piot a grommelé soudain.
  «Vous ne voyez donc pas le tramail? Avec eux
  on ne pourra plus prendre bientôt une lamproie!»
  --«Quoi! nous n'aurons donc plus la passe libre!»
  cria Patron Apian sur le haut du Caburle,
  agitant ses grands bras vers le pêcheur du Rhône.
  «Non contents de fourrer à travers tous les coins
  leurs filets en bourse et leurs carrelets,
  pour attraper quelque méchant panier d'aloses,
  ils viendront maintenant nous empêtrer leurs traînes,
  ces rustauds-là, au beau milieu du fleuve!»
  --«Vieux drapeau, lui fait l'autre, tiens ta route!»
  Et Maître Apian dédaigneux lui riposte:
  --«Vieux pavillon, honneur de capitaine,
  espèce de puant, de meurt-de-faim!»
  Mais les bateaux filant sur les eaux pleines,
  majestueux, le maître avait en poupe
  repris le gouvernail.


  LXXIX

                        Et sur la proue
  Jean Roche, à l'autre bout, lui, pose cette énigme
  à la petite Anglore:--«Toi qui vois
  à travers les murailles, tiens, devine
  un peu ce que ça est: _Comme un fétu
  cinq cents quintaux je porte et je ne puis,
  moi, porter une clef._--«Le Rhône.»--«Et celle-ci:
  _La profondeur des mers?»_--«Un jet de pierre.»
  --«Brave!»--«Jean Roche, à moi, dit la fillette...
  Qu'est ceci? _Elles sont plus de cinq cents soeurs,
  plus de cinq cents belles damoiselettes
  qui ont dans la maison chacune leur chambrette
  et cependant les recouvre endormies
  la même couverture?_» Tête basse,
  le marinier cherchait.--«Allons, Jean Roche,
  fais comme les aulx, travaille de tête!»
  L'autre ne disait mot.--«Tu jettes ta langue aux chats?»
  --«Oui.»--«On voit bien que tu sors de l'Isère,
  mon gros balourd! C'est la grenade.»--«Bonne!
  Mais, à propos, puisque tu devines si bien,
  toi, Anglore, les choses difficiles à comprendre,
  voyons, devine un peu avec qui et où donc
  le petit prince a passé la nuitée?»
  --«Eh! que t'importe? N'est-il pas son maître?
  répondit-elle. Au fond du Rhône
  qui l'empêche d'aller se livrer au sommeil,
  s'il a chaud, dans la nuit!»--«Et si, la nuit venue,
  on te disait qu'il a roulé jusqu'à l'aurore,
  Jean Roche fit, avec les Vénitiennes?...»
  --«L'as-tu vu?»--«Je l'ai vu.»--Aussitôt la petite
  va se cacher là sous la tente,
  et voulez-vous des pleurs? Ah! pauvre Anglore!
  --«Déjà le Drac, disait-elle ingénue,
  me fausserait-il ses promesses!
  Tant comme nous nous vîmes dans l'eau bleue
  de mes rêves--et, dans ses amitiés,
  tant de paroles tendres et flambantes,
  tout cela ne serait, en somme, que mensonges!
  O toi qui m'apparus si beau,
  deviendrais-tu si vite le dragon que l'on dit?
  Oui, on me l'a bien dit que, traître comme l'eau,
  quand tu nous as fascinées, tu nous trompes...
  Mais tu étais si mignard, si joli,
  quand tu m'offrais de loin la fleur des lones,
  que tu tenais sous l'onde dans la main,
  en ondoyant avec l'onde enjôleuse
  qui me berçait tout doux au clair de lune!...
  Oh! vois-tu, si tu m'as trahie, Drac, je me noie!»


  LXXX

  Et pleure, pauvre enfant! Le train des barques
  sur la glissoire prompte qui l'emporte
  fait toujours son chemin et, d'une berge
  à l'autre, va s'élargissant le fleuve
  dans lequel la Durance, gueule bée,
  charrie, vomit à verse la pierraille
  des hauts torrents et irruptions alpestres.
  --«Ohé! tu dors, beau prouvier? A la sonde!
  s'écrie Patron Apian, car le voici, l'endroit
  des grèves mouvantes, des lais de graviers...
  Vous n'y voyez donc pas, bougre de bougre!»
  --«On y est! on y est!»-Jean Roche prend la perche[2],
  il la descend sur le flanc du Caburle
  et, dès le fond touché, à reprises il s'écrie:
  --_Pan!_ Et après: _Pan juste!_--«Bute donc au royaume!»
  en poussant au timon commande à l'équipage
  le grand patron.--_Pan couvert!_--«Sus, collègues!»
  _Pan large!_--«Encore!»--_La souveraine!_--«Vogue!»
  Tout juste le soleil sort de la Montagnette
  irradiant le Rhône, et ils sont tout à l'heure
  vers la Roque d'Acier. Le petit prince
  qui, à peine levé, s'est mis, dès son réveil,
  à la recherche de son Anglore,
  joyeux, l'est venu trouver sous la tente.
  --«Bonjour! lui a-t-il dit. Mais, tiens, qu'as-tu? des pleurs?»
  --«Tu le sais bien de quoi je pleure,» lui répond,
  irritée, la jeune fille, «car, dans l'ombre,
  toute la nuit, à terre, tu rôdas,
  courant le sabbat des chauves-souris!»
  --«Si c'est là tout, console-toi, ma belle,»
  lui réplique-t-il en prenant sa main
  et riant; «tu sais? le jeune cheval
  trépigne par besoin et le Drac, lui, lutine!»
  Et tout doux, jovial, il lui conte l'histoire
  des Vénitiennes avec leur cache
  et des douze saints d'or enterrés dans le puits
  et qu'on ira chercher après la foire,
  si, comme on dit, la carte n'est point fausse.
  Et tout s'arrange, car ce serait vrai crime
  d'affliger la jolie mignonne,
  gentille comme elle est et pleinement croyante
  en son amourette de chimère pure!


  LXXXI

  Et vogue la navée!--«Ohé, petite!
  notre pays, Aramon! viens donc voir!»
  le gros Toni a crié. «Vois la hutte
  où nous restions (oh! quand j'y songe!),
  à moitié ruinée par l'inondation,
  l'an du Rhône gros, et où tu es née...»
  --«Que d'arbres de partout! le beau terroir!
  disaient les passagers. «Quels tas de gerbes!
  On voit bien que c'est tout alluvion du Rhône...»
  --«L'avons-nous dépassé, le Gard?»--«Voilà ses îles...
  Et, de l'autre côté, sur le bord, Valabrègue
  avec son Roudadou[3] qui l'environne!
  Les _verganières_[4] y coupent les osiers...
  O Marguerite! ô Malen!... Ah! les gouges!
  De leurs serpes luisantes faisant montre,
  les voyez-vous, dans les taillis, comme elles rient?
  C'est dans ces touffes d'herbes aquatiques
  qu'il ferait bon tendre ses nasses?»
  --«Un esturgeon qui monte!»--«Ce jet d'eau
  qui jaillit là devant?»--«Oui, oui, je vous assure!
  C'est un laité de mer, et des beaux: un indice
  que Beaucaire s'approche.»--«Quelle fête!
  Mais vrai, voilà le pont! et voyez Sainte-Marthe
  dont le clocher pointe sur l'autre rive!
  Le pont tarasconais, avec ses piles
  qui enjambent le fleuve, toutes blanches!
  Le grand château de Tarascon, en face
  de celui de Beaucaire à la cime duquel
  il y a le drapeau tricolore qui flotte!
  Nous sommes avec Dieu! et vive la Provence!»

  [Illustration]



  [Illustration]

  CHANT DIXIÈME

  LA FOIRE DE BEAUCAIRE

  LXXXII


  Couvrant le Rhône long, une enfilade
  de barques et navires de tout genre,
  pavoisés des ors, pavoisés des flammes
  de toutes les nations, confusément
  vers le bord sablonneux déjà se presse.
  Car, avec cette brise qui depuis quelques jours
  a soufflé dans les voiles, du bas fleuve
  sont montés les _lahuts_[1]. De notre mer,
  des côtes barbaresques ou levantines
  et du Ponant et de la Mer Majeure[2],
  ils ont gagné Beaucaire pour la foire.
  Et il y en a! les uns portant la voile aiguë,
  latine la plupart, d'autres quadrangulaire:
  allèges d'Arles et trois-mâts de Marseille,
  les tartanes de Gênes ou de Livourne,
  les brigantins d'Alep, les balancelles
  de Malaga, de Naples et de Majorque,
  les goëlettes anglaises ou du Havre-de-Grâce,
  les groins-de-porc d'Agde et de Cette
  et les trabacs noirs de l'Adriatique.
  C'est un vacillement sur le Rhône, une danse
  dans le soleil, la houle et la rumeur
  de tous les jargons des gens de marine.
  Mais du milieu des bigues et des antennes,
  des voilures, des cordages, des moufles,
  où, les pieds nus, qui descend et qui monte,
  sous le Croissant enorgueilli,
  et au plus haut croisillon du grand-mât,
  ô Mahomet! le bâtiment des Tunisiens
  a la peau de mouton qui est pendue!
  Il arriva beau premier: les Consuls[3]
  lui ont donné un sac de pain et un tonneau
  de vieux Cante-Perdris[4]. Les Turcs feront ribote...
  Puis à la garde d'Allah, s'ils se grisent!
  Et les juives qu'ils ont amenées de Tunis,
  traînant mollement leurs jaunes babouches,
  dansent au bruit des castagnettes, sur le pont,
  et chantent, nasillant leurs cantilènes.
  Les Condrillots, allons! avec efforts,
  au haut du Pré, poussant, touant leur flotte,
  oh! hale! oh! hisse! parviennent à ranger
  au long du port leurs barques et, sitôt atterris,
  déjà les débardeurs en multitude
  tumultueusement envahissent, emportent
  les cargaisons, en faisant à la course
  bruire et chanceler les passerelles minces.
  --«Gare devant! les Condrillots!» On gueule,
  on cogne de partout: quel grouillement!
  A l'égard de Beaucaire en temps de foire
  le grand Caire d'Égypte, Dieu m'aide, n'était rien!


  LXXXIII

  Les gros fardiers, chargés de tonnes d'huile,
  les camions des arroseurs qui éclaboussent,
  les banquises d'oranges ou de citrons,
  les monceaux de cabas ou de corbeilles,
  les balais de millet, les fourches de bois dur,
  les meules de moulin où l'on s'achoppe
  et les bringuebales qui traînent les poutres,
  que sais-je, moi? dans le sablon du Rhône
  on voyait tout, jusque fondre les cloches!
  Mais puis c'était le Pré! Et ses baraques,
  les rangées de baraques innombrables,
  et les marchands forains qui en famille
  y mangeaient en plein air un coeur de céleri:
  il faudrait l'avoir vu en toute plénitude,
  cela, le «beau dimanche» de Beaucaire!
  Tous les mariés du pays d'Argence,
  de celui de Jarnègue et de la terre d'Arles,
  tous les amoureux des Alpilles,
  de la Vau-Nage tous les couples,
  de la Vistrenque et de la Gardonenque,
  au grand soleil, à la face d'un peuple,
  venaient y promener, ce jour-là, leur triomphe.
  Sous les tentures fraîches des allées,
  chacun serrant le bras de sa chacune,
  n'était-ce pas délicieux de les voir
  vagabonder, marchander leurs emplettes
  et s'offrir en cadeau des «bagues d'aïe[5]» pour rire!
  Il n'y avait, à pareil jour, qu'un cri de gloire
  ébaudissant l'ombre des promenades:
  qu'elle fût artisane ou paysanne,
  fût-elle bourgeoise ou marquise,
  il n'y avait qu'un cri pour la plus belle tête
  ou pour l'élégance de la plus cossue
  qui tout l'an faisait loi, dictant la mode.


  LXXXIV

  Bonheur de la jeunesse! A qui mieux mieux
  rivalisant de joie et de liesse,
  ils se faisaient entre eux plaisir rien qu'à se voir.
  Et tout le jour ensemble, dans la foule
  de vingt nations diverses et inconnues,
  Guilhem et l'Anglore, au bras l'un de l'autre,
  s'en allaient perdus. La tourbe humaine,
  comme une houle folle, à tout hasard
  les emportait heureux. Elle, ébahie de tout
  ce que ses yeux voyaient: des avaleurs d'étoupes,
  des charlatans juchés sur leurs carrosses
  et qui dans le bastringue vendaient des vermifuges;
  et de ces bateleurs qui vous aveuglent
  avec leurs tours de mains et passe-passe;
  et de ces baladines couvertes d'oripeaux
  qui dansaient aux flambeaux, légères, sur la corde;
  ou du Polichinelle avec Rosette:
  «Rosette!»--«Que veux-tu?»--«Le petit pleure!»
  Ha! il fallait prendre garde aux filous...
  Dès qu'il y avait groupe autour des comédies,
  ils vidaient à quelqu'un, presque à tout coup, les poches.
  Pour tirer finement l'or des ceintures,
  il en venait de Paris et de Londres!
  Mais du plaisir qu'avait l'enfant naïve,
  Guilhem, prenant sa part, bayait comme elle;
  et comme dans le clair d'une fontaine pure,
  aux chaleurs d'été, il fait bon descendre,
  pour tempérer sa fièvre et sa langueur,
  il descendait, lui, dans cette âme neuve.
  Et il y avait tant à voir, dans cette foire!
  les endroits où étaient les marchands de gimblettes
  enlacées par un fil et qui viennent d'Albi;
  les Turcs en turban, qui vendaient des pipes;
  les larges braies[6], les Grecs coiffés de rouge,
  qui tiennent les tapis brodés de Smyrne,
  et le gingembre, et l'essence de rose
  bien cachetée dans les fioles de verre,
  dont une seule goutte parfume une maison!
  Puis le corail, les fils de perles fines;
  puis les jouets, les tambours de Beaucaire
  dont nous avons crevé si beau nombre, étant jeunes!
  et les éventails ornés de paillettes,
  et les poupées, vêtues ou toutes nues.


  LXXXV

  --«Eh! mais, chez le peintre vous ne venez pas?»
  les hommes du Caburle un jour crièrent
  à notre beau couple.--«Où se trouve-t-il?»
  demanda Guilhem.--«Venez, suivez-nous!»
  Et, se dandinant, la bande s'enfourne,
  le calumet aux dents, en un taudis
  qui avait pour enseigne: _Qui peint vend_.
  Un Martégal, ridé comme une figue,
  vieux routier de la mer au tour du monde,
  pour une pièce, là, de son pinceau d'aiguilles,
  à fleur de peau vous tatouait
  toutes sortes d'emblèmes ou d'histoires.
  Et sur la chair nue, qui un aviron,
  qui l'ancre d'espérance, qui un Christ,
  qui un coeur enflammé s'était fait faire.
  --«Et vous, mon prince?»--«Moi? je veux faire sourdre
  de mes veines bleues le génie de l'onde...»--
  Et aussitôt, gaiement, retroussant sa chemise,
  sur le muscle du bras il se fit peindre
  un beau Drac bleuâtre, ailé, potelé,
  et qu'on eût dit vivant sur la chair blanche.
  --«Oh! c'est tout à fait ça! cria l'Anglore,
  tel que je t'ai vu, mon Drac, sous le Rhône!
  Mais que tu étais beau!... Cela, lorsque j'y pense,
  ajouta-t-elle à demi-voix, me fait rougir...
  Et tu retourneras au Rhône, dis?»
  --«Au Rhône, enfant! et qu'irais-je donc faire?
  le prince répondit, maintenant que je vois,
  maintenant que je tiens celle que j'ai voulue!»
  --«Que feras-tu de moi?»--«De toi, mignonne,
  ce que moi je ferai? ma comtesse fantasque
  de Mont-Dragon ou, si tu aimes mieux, d'Orange...»


  LXXXVI

  Et, la tête à l'évent, c'est ainsi qu'ils allaient,
  eux, par les rues grouillantes,
  mais ne voyaient plus rien: ni les monceaux
  de draperies, de _flassades_[7], les tas
  de soie dorée, soie grège ou floche,
  qui vaut son pesant d'or, ni les enseignes
  de toutes les couleurs, étendues en travers
  sur les ruelles toutes blanches de chaux,
  avec les noms des trafiquants de Gênes,
  de Montpellier, de Cadix ou de Brousse,
  ni les bazars qui donnent la berlue,
  tant ils sont pleins de joyaux, de bijoux,
  ni le joli caquet des Beaucairoises
  jasant dans leurs boutiques sous les Arcs[8]
  ou bien pesant les dattes sous leurs portes cintrées.
  --«Il faut que je le vende, cependant, mon sachet
  de paillettes d'or!» disait l'orpailleuse.
  Et aux magasins ils entraient ensemble,
  dans les fraîches maisons, à ciels-ouverts
  tout festonnés à la mauresque,
  et semblables à des sérails pleins d'odalisques.
  Et sous les arceaux des salles voûtées,
  riant entre eux deux, entre eux chuchotant,
  ils visitaient, sans voir, les étalages
  des Franchimands, Lombards et Arméniens,
  des Estrelins, Marrans et Gitanos[9].
  --«Il faut que je les vende, cependant, mes paillettes,»
  l'Anglore redisait.--«Venez, fillette!»
  Justement un orfèvre l'appelait:
  --«Est-ce de l'or de Cèze ou du Gardon d'Anduze?»
  --«D'Ardèche.»--«Voyons donc!» La dégourdie
  vida sa poudre d'or dans la coupelle:
  cela montait à vingt écus. Le damoiseau
  dit:--«Batteur d'or, avec cela vous nous ferez
  deux bagues lisses de fiançailles:
  mettez le Drac sur l'une, un lézardeau sur l'autre...
  Ce sera notre foire de Beaucaire.»


  LXXXVII

  Oh! Dieu! pensez-vous qu'elle fut contente!
  Elle lui aurait sauté au cou... Mais, bref,
  à l'heure où les cafés chantants, la nuit, se vident,
  Guilhem, une fois, errant par les rues,
  a rencontré pourtant les Vénitiennes
  et vite, vers l'estrade des chanteuses,
  s'est attablé tout seul, par gentillesse.
  Il a passé le jour avec sa brune,
  et, au retour du bonheur, il plaisante:
  --«Eh bien, leur fait-il, ce trésor des papes,
  qui, en Avignon, gît dans le grand puits,
  cette brochée d'apôtres,
  ces douze revenants à barbe d'or que garde
  le Basilic, quand est-ce qu'on ira les chercher?»
  --«Seigneur! dit une d'elles, ne vous inquiétez pas!
  Nous avons qui nous faut pour tenter l'aventure
  et pour mettre à mort, s'il est nécessaire,
  le Basilic!»--«Peuh! on comprend de reste,
  une autre ajouta, que telle trouvaille
  ne soit que peu de chose pour le prince:
  aurait-il manque d'or, étant le courtisan
  d'une qui en ramasse dans les fleuves!»
  Le prince répondit:--«Mesdames,
  celle-là n'eut besoin, pour être aimée,
  que d'éclore (quelqu'un en serait-il jaloux?)
  comme fait la violette, humble et pourtant cherchée,
  à l'ombre d'un buisson, zon, zon, turelure!...»


  LXXXVIII

  Guilhem, sur ce fredon de chansonnette,
  au bruit de quelque mandoline éloignée,
  dans la fraîcheur de la nuit, aux lueurs
  des falots clairsemés qui peu à peu s'éteignent,
  s'en retourne au port, allant se coucher.
  Et, tel que le poisson dont on a troublé l'eau
  nage vite en amont vers l'eau limpide,
  ainsi Guilhem se baigne aux souvenances
  de cette limpide et si douce histoire
  du damoisel Aucassin de Beaucaire
  et de la belle esclave Nicolette
  qu'on ne veut pas lui donner pour épouse:
  lorsqu'on les enferme, chacun d'eux à part,
  et que tous les deux s'échappant,
  libres et gais, au bois ils se retrouvent
  et au clair de la lune s'entre-baisent;
  et lorsqu'il l'a mise en selle avec lui,
  et qu'il l'emporte à cheval vers la mer,
  et qu'ils s'embarquent puis en Aigues-Mortes
  pour gagner le pays de Ture-Lure[10]!
  Et quand les Sarrasins les faisant prisonniers
  les vont revendre, elle à Carthage
  où elle est reconnue pour la fille du roi,
  lui à Beaucaire où tout le peuple
  l'a salué pour son seigneur et maître;
  et lorsqu'un jour Nicolette, en costume
  de petit vielleur, est venue au bas
  du perron d'Aucassin--dire le conte
  des amours d'icelui et d'elle Nicolette
  et qu'enfin à Beaucaire ils se marient
  dans le château, vers la tour aux trois angles!
  --«Que c'est joli! disait Guilhem, cela rappelle
  notre aventure, un peu, avec l'Anglore...»
  Mais à ces mots, une ombre contre lui s'est dressée:
  frappé d'un grand coup dans le dos,
  Guilhem soudain mord la poussière...
  Aïe! malheur! avec un sachet plein de sable
  on l'a traîtreusement _saquetté_. Des mandores
  au loin meurent les sons, la nuit devient muette...
  Et qui a fait le coup? En temps de foire
  nul jamais ne sait rien: pour qui tombe, tant pis!


  LXXXIX

  Sur le long quai du port ils vont et viennent,
  les Condrillots qui repartent demain.
  La foire est au déclin. Au vent d'amont
  les bâtiments de mer déjà défilent
  et sur le bord du Pré, jusqu'en bas vers la pointe
  des Matagots, on voit les voiles blanches
  déferler sous la bise. Mais, contre le Rhône
  se préparant pour la remonte rude,
  tous les équipages d'eau douce,
  patrons bateliers et patrons haleurs,
  bailes, prouviers, civadiers, de leurs câbles
  vont rattacher les bouts. Et l'on arrime
  les huiles de coteau, le bon vin de Saint-George,
  le riz lombard et le miel de Narbonne,
  et le sel de Peccais et les anchois
  de Fréjus en barils, les pains de sucre
  et dalles de savon que fait Marseille.
  Or sus! à la Vignasse[11] le prince doit, ce soir,
  payer la _rouanade_[12] et la ribote!
  Car il n'est pas mort, le prince: en plein sable
  on l'a ramassé ne battant plus veine;
  mais, grâce à l'influx de sa bonne étoile
  ou peut-être au ressort de sa nature, il est
  sur pied. Il ne doit pas mourir de celle-là.
  Et Jean Roche à part cause avec l'Anglore:
  --«On ne lui a rien vu sur le corps; il se tait...
  Serait-il tombé du haut mal?
  On ne peut pas savoir.»--«Allons donc, Jean-la-flûte!
  Ignores-tu qu'à son vouloir le Drac se mue,
  répondit la nicette, et se dérobe
  de cent mille façons? Aujourd'hui sur la rive
  il lui a plu de laisser son corps d'homme
  et de se plonger dans les eaux profondes
  pour aller voir, que sais-je? les cavernes
  où il garda sept ans la lavandière,
  la lavandière beaucairoise
  qui avait laissé choir son battoir dans le Rhône,
  sur ce rivage même, tu l'as bien ouï dire?»
  --«Oui, répliqua le prouvier, des Esprits
  rien ne doit étonner... Pourtant, que cela soit
  vrai ou non, tu es une belle folle
  d'écouter ses paroles ambiguës,
  sans voir, pauvrette, qu'il t'enivre
  et qu'ayant un jour aspiré ta vie,
  sur la rive nue de quelque gravier
  il te laissera, toi aussi, cadavre!»
  --«Ho! dit-elle, l'Anglore, ce petit lézardeau,
  n'est-elle pas un peu soeur du Dragon?»
  --«Il te fascinera!»--«Eh bien! qu'il me fascine,
  si mon destin est tel! Moi de bon coeur
  je me laisserai choir à la pipée,
  comme au gouffre béant tombe la feuille!»


  XC

  Et Maître Apian cria:--«Jarni-pas-Dieu!
  puisqu'il veut nous payer le régal de la fin,
  vraiment c'est un bon prince!»--«Nom de quelque jumart!
  les hommes répondirent, faudra qu'on la combuge,
  ce soir, la cuve au vieux saint Nicolas!»
  --«Allons, enfants!» Et tous gravissant la montée,
  s'en vont au cabaret de la Vignasse.
  De là se voient le plain-pays d'Argence
  et la Sylve-Godesque, en laquelle la biche
  mena le roi des Goths tout droit à l'ermitage
  du grand saint Gille. A terre c'est là que sont roulants
  les vieux boulets de pierre glorieuse
  qui ont broyé, lancés par les _calabres_[13],
  les Croisés de Montfort: amas de pierres
  sept fois sacré, suprême témoignage
  d'un peuple déroché, mais non sans lutte,
  le rire aux lèvres et chantant son martyre!
  Donc, la grand'chiourme une fois attablée
  autour de Guilhem:--«Savez-vous, amis,
  leur dit Guilhem, à qui l'envie me prend
  de consacrer notre dernier repas
  fait à Beaucaire? Aux patriotes
  des rives rhodaniennes, aux intrépides
  qui, dans les jours d'autrefois, se maintinrent
  au château fort qui à nos yeux s'élève!
  aux riverains qui surent défendre valeureux
  et leurs coutumes et leur port franc
  et leur grand Rhône libre! De ces ancêtres-là
  gaillardement tombés dans la bagarre,
  si aujourd'hui les fils ont oublié la gloire,
  eh! tant pis pour les fils! Mais vous autres, les gars,
  qui avez conservé le cri: Empire!
  et qui, en braves gens, à votre insu,
  allez bientôt, peut-être tout à l'heure,
  pour défendre le Rhône dans sa vie,
  allez livrer la bataille dernière,
  avec moi étranger, mais radieux
  et ivre de votre lumière du Rhône,
  haussez les verres à la cause vaincue!»
  Dans les mains tous les verres retentirent.
  Les mariniers, Maître Apian écoutaient
  ébaubis, sans trop bien comprendre,
  mais avec respect et silencieux.
  --«Mes pauvres gens! reprit le galant prince,
  et le beau train aussi de vos bateaux,
  et les files aussi, les longues files blanches,
  remorquées en amont par les quadriges
  de vos grands chevaux qui traînent la maille,
  au désastre imprévu courent peut-être!...
  Mais à quoi bon, ô survivants d'un peuple
  qui depuis trois mille ans tenait le gouvernail,
  gémir en vain sur la cause perdue!
  Comme au château illustre de Beaucaire,
  comme les Provençaux, pour bien finir,
  en face du Soleil et du grand Rhône,
  faisons la Rouanade et la Soulenque[14]!
  Et humons, à la barbe des vainqueurs,
  le vin du Génestet[15] qui ressuscite...
  Et mugisse le Rhône, en Rouanesse[16]!»


  XCI

  Or le soleil disparaissait sur Nîmes,
  en épanchant le long du vaste fleuve
  les plis de son manteau ensanglanté
  et le dernier reflet de ses rayons
  sur le château de la Tarasque, d'où
  le roi René semblait, de sa fenêtre,
  bénir le Rhône en sa suprême turgescence.
  --«A la santé du patron!»--«Et du prince!»
  --«Vive sa face!»--«Et vive nous! En joie
  vogue la barque!»--«Et puissions-nous revoir,
  sains et saufs, Andancette!»--«Et Saint-Maurice!»
  --«Et les escaliers du port de Condrieu
  où, si Dieu veut, dans moins d'un mois,
  nous puissions retrouver tout notre monde!»
  Et, mangeant la _broufade_ épaisse et forte
  où sur les oignons s'empile le boeuf,
  ils font honneur aux plantureux morceaux
  et cognent au pichet. Mais à la lune,
  en dévalant ensuite vers les barques:
  --«Hein! le prouvier faisait à Ribory,
  ne te semble-t-il pas que ce qu'a dit le prince
  rappelle un peu ces sortilèges
  dont l'Anglore parlait, touchant le roc de Tourne?»
  --«Ah! va, je ne sais pas, répliqua l'autre,
  mais il y a dans l'air quelque désastre
  qui nous menace tous, et même, même
  ce bon jouvenceau qui nous prête appui...
  Ne l'a-t-on pas laissé pour mort, hier? Mon homme,
  nous sommes à un siècle encorné par le Diable!»

  [Illustration]



  [Illustration]

  CHANT ONZIÈME

  LA REMONTE

  XCII


  Et ils vont se gîter. A l'aube, dès que chantent
  dans les taillis des bords du Rhône les oiseaux,
  alerte! alerte! le patron, les équipages,
  tout le monde est debout. Pour la remonte,
  ils ont tiré sapines et penelles,
  et hale! et pousse! de l'autre main du fleuve.
  Ils développent les deux longs maîtres-câbles
  qui se relient à l'_aubourier_[1] de la grand'nef.
  Ils nouent aux maîtres-câbles les cordelles
  où vont être attelés les grands chevaux haleurs.
  Au câble d'avant de la grande barque
  vingt-huit étalons étayent leurs efforts,
  séparément, quadrige par quadrige,
  avec leur conducteur de quatre en quatre.
  Les quatre chefs de file sont tout blancs; ils portent
  le baile-charretier, qui a la direction
  des quatre-vingts chevaux des attelages.
  On joint dix couples sur le câble d'arrière;
  au _câble de carate_ une douzaine;
  au restant des bateaux ou de la _rigue_
  le reste des superbes grands chevaux.
  Et, hennissant vers les cavales des marais,
  et de leurs sabots écroûtant la terre,
  oh! qu'ils sont beaux, la crinière flottante,
  avec les rouges houppes de leurs brides,
  avec leurs housses aux bleus flocons de laine,
  et leurs colliers ornés de clous de cuivre!
  A Tarascon leur fut donnée l'avoine.
  Le maréchal-ferrant, qui les escorte,
  une dernière fois les passa en revue.
  Les mariniers de terre, à leur ceinture,
  portant roulées en bloc les cordelettes
  qu'il faut pour radouber au besoin les ruptures
  de la maille, sont prêts. Du sommet de la barque,
  le vieux patron Apian, en voyant sienne
  cette puissante harde chevaline
  qui sur la berge du grand fleuve se prolonge,
  en contemplant toute cette séquelle
  de mariniers, de charretiers, qui fouillent
  les Ségonaux du Rhône à son commandement,
  en regardant la flotte et la tension
  des hautes bannes blanches inclinées,
  couvrant la cargaison des marchandises
  bien arrimées, marquées à bon nolis
  par l'écrivain, le vieux patron se gonfle
  en son orgueil de maître d'équipage:
  --«Et pour passer devant, aujourd'hui, qu'ils y viennent,
  les Cuminal tant fameux, de Serrières,
  les Bonnardel si riches, de Lyon,
  les Marthouret arrogants et piaffeurs,
  et les bouviers d'Isère et de Grenoble,
  avec leurs boeufs lourdauds, souillés de bouse!
  Qu'ils y viennent, s'ils veulent, à la suite:
  il les fera trimer, le Caburle, d'ahan!»


  XCIII

  Et le chapeau en main, ayant dit, il salue
  la croix de l'équipage sur la poupe,
  et de son doigt obtus, qu'il trempe au Rhône,
  dévotement, noblement il se signe:
  --«Au nom de Dieu et de la sainte Vierge,
  lors commande-t-il, fais tirer la maille!»
  Le prouvier sur la proue, qui se tient à l'écoute,
  répète: «Fais tirer la maille!» A terre,
  le patron du halage à son tour crie:
  «Eh! fais tirer la maille!» D'un à l'autre
  le cri résonne en amont jusqu'au baile.
  Le baile-charretier, dans l'étendue,
  lance un beau coup de fouet: les vingt quadriges,
  au claquement des mèches qui les percent,
  s'ébranlent à la fois. Déployés en longueur,
  les cordages s'étirent, se roidissent;
  et, démarrées en plein toutes les barques,
  le grand patron reprend:--«Marche tranquille!
  et fais tirer devant!» La longue file,
  sur la chaussée aux pavés rudes,
  en remorquant, malgré les eaux impétueuses,
  la traînerie pesante du convoi,
  tout bellement à son trantran lors s'achemine.
  Et sous les hautes branches des grands peupliers blancs,
  dans le silence de la vallée du Rhône,
  à la splendeur du soleil qui se lève,
  au pas des beaux chevaux qui s'évertuent
  et de leurs naseaux chassent la buée,
  le premier charretier dit la prière.
  De loin en loin, les autres, sur le cou
  ayant le fouet qui pend avec sa longe,
  en cheminant en arrière, se signent,
  ou bien, pour allumer leur pipe à l'amadou,
  frappent sur le briquet. La troupe,
  tirant de long peut-être un quart de lieue,
  va côtoyant par les saulaies touffues
  où frotte et s'enchevêtre la maille du halage.
  Armés d'un pieu qu'ils portent sur l'épaule,
  les mariniers de terre l'accompagnent,
  suivant de l'oeil le câble énorme
  qu'ils font sauter sur les obstacles.
  Et des cordelettes, qu'autour de leur corps
  ils ont enroulées, sans cesse ils réparent
  sur les palonniers quelque brin qui rompt.


  XCIV

  Mais entre temps, au bout de l'encâblure,
  par là-bas sur la flotte qui monte lentement,
  le vieux patron qui veille de la poupe à la proue
  a dit:--«Prouvier, regarde un peu dessous...
  Avec ces crues subites (qu'un tonnerre les creuse!)
  sait-on jamais les fonds?»--«La _souveraine_[2]!»
  en noyant la sonde a crié Jean Roche.
  --«A la bonne heure!»--Et voici que le prince
  demande à Maître Apian:--«Ainsi, s'élève-t-il
  bien haut, le Rhône, lorsqu'il devient fier?»
  --«Au-dessus de la plaine qui s'élargit immense
  de chaque bord du fleuve, autant que va la terre,
  j'ai vu, dit le vieillard, j'ai vu le Rhône,
  enflé par les averses des déluges,
  lancer ses vagues jusqu'à la couronne
  des mûriers! Sur les moissons perdues,
  sur la désolation de tout le territoire,
  j'ai vu, moi, les bachots voguer à travers champs
  au secours des fermiers sur leurs toitures!
  Tenez, monsieur, là même, à Valabrègue,
  trois jours, trois nuits, pour être en terre sauve,
  les gens au cimetière s'étaient réfugiés!
  Quelle horreur, la nuit, d'entendre mugir
  cette mer sauvage, menaçante et sombre,
  qui, éventrant les chaussées, les remparts,
  emportait arbres et récoltes,
  les tas de foin entiers! Il me souvient
  d'un pauvre chien, pris par l'inondation,
  que nous vîmes flotter tout plaintif sur le comble
  d'une meule de paille emportée par les eaux...
  Mais ne conta-t-on pas que sur les ondes
  avait passé même un berceau d'osier
  avec un enfant qui pleurait dedans?
  Et les coups de fusil qu'au milieu des ténèbres
  on entendait aux îles, et que tiraient
  les pauvres isolés de la rivière!
  Ah! dans un temps pareil, quand sur les lones
  vous avez un convoi de barques avec vingt couples
  de chevaux comme ça, le souci n'est pas mince!
  --Dia! fais tirer le câble d'avant!--Je vous dis
  qu'il n'y a point de crue si violente
  ni si épouvantable et si affreuse
  comme ce Rhône, lorsqu'il sort de ses gonds.
  Et l'on ne comprend pas d'où, tonnerre! peut sourdre
  tant d'eau: faut qu'elle vienne du réservoir des monts!
  Car lorsqu'elle bondit et charrie, voyez-vous,
  elle porte avec elle des épaves, des bêtes,
  que jamais de la vie on ne voit nulle part!
  --Dia! fais tirer le câble d'arrière!--Mais la bise
  donna par bonheur son coup de balai;
  sans ça, nous perdions tout, cette année, fût et vin.
  Dans la bourrasque, nous en fûmes
  pour quatre puissants chevaux de halage
  dont valait bien le moindre cent pistoles!»


  XCV

  --«Ohé! patron!» en hélant de la rive
  cria le civadier--qui précède la troupe
  et à cheval sonde les gués
  et prépare les haltes et apprête les vivres.
  --«Qu'y a-t-il? répondit Maître Apian.--«Cette traite,
  est-ce pour Maliven, le dîner?»--«Jean-la-mule,
  pourquoi pas au Grand-Mas?»--«Le vent s'ameute:
  il serait bon peut-être d'allonger la courroie...»
  --«A Maliven!» Derrière, au bateau de _carate_,
  on avait planté droite la gaffe où l'on suspend
  les gros quartiers de viande, provision qu'au soleil
  on fait boucaner crue. Ils en décrochent,
  bravement, quelques bons lopins pour la marmite;
  et du bateau le mousse, lui, est le maître-coq.
  Or voilà que l'Anglore, qui l'aide à cuisiner,
  lui a dit:--«Mousse, lors de mon mariage,
  je te ferai goûter les dragées, mon petit!...»
  --«Mais avec qui te maries-tu, Anglore!»
  --«Tiens, sur la grande barque, le vois-tu, là devant,
  celui-là qui a la barbette blonde?»
  --«Oui, le prince Guilhem!»--«Mignon, tout juste.»
  --«Mais tu n'es pas à plaindre, Anglore!»--«La planète
  l'a voulu: quand les choses sont écrites
  dans les astres, eh bien, il faut qu'elles se fassent!...»
  --«Avec le prince! Et les noces, à quand donc?»
  --«Nous n'avons pas parlé de ça; mais c'est à croire,
  mon sort aura fleuri avant que passe
  la fleur d'_esparganeu_.»--«Tu es donc riche?»
  --«Pourquoi!»--«Puisqu'un prince t'épouse!»
  L'orpailleuse sourit:--«Pauvre petite,
  en gagnant douze sous par jour!»--«Oh! va, futée,
  tu dois en avoir, depuis que tu fouilles
  les sablons de l'Ardèche et ses grottes avec
  où l'on voit, dit-on, des merveilles!»


  XCVI

  --«On le dit bien; mais puis, qui y pénètre
  dans ces profondeurs-là! Sais-tu que ce n'est pas,
  fit-elle, si aisé de remonter la combe?
  les affreuses falaises qui l'emmurent?
  le Rocher du Corbeau, le Roc de l'Épervier,
  et le Château, là-haut, de Dame Vierne?
  puis les rapides de l'Ardèche: la Fève,
  le Siège, la Chaire, la Cheville;
  après, le pic du Chien... Une fois aux cavernes,
  c'est là qu'il ne faut pas être poltronne!
  Tu rencontres un trou qui peut, sous terre,
  te mener, qui sait où? peut-être au diable!
  Maintenant, en rampant, avec de la lumière,
  si tu te risques dans cet abîme sombre,
  ah! l'on dit que c'est beau! Tu trouves là des cryptes,
  tu trouves là des grottes, des chambres, des chapelles
  qui, toutes diamantées, te font venir
  les papillons aux yeux. Arc-boutée de colonnes,
  il y a une église magnifique, dit-on,
  avec ses fonts de baptême, ses orgues,
  avec ses bénitiers et sa tribune!
  Tu as là, de plain-pied, une salle de danse
  ayant, garnis de milliers de chandelles,
  les lustres suspendus à son plafond;
  tu as, tout prêts, pleins d'une eau cristalline,
  une salle de bains; un cimetière
  avec ses grandes tombes blanchissantes;
  de longues allées d'arbres qui font ombre;
  un théâtre étalant sa colonnade;
  merveilleuse, en un mot, une cité
  qui de ses habitants est veuve et restée vide...
  On y a vu pourtant une grosse tortue,
  on y a vu le Lert[3], d'autres bêtes horribles...»
  --«Mais, vois! dit le petit subitement,
  tu en as une sur ta bague, de ces bêtes?»
  --«Ça? c'est le Drac, ma foire de Beaucaire.»
  --«Et qui te l'a donné?»--«Mon fiancé, qui est là.»
  --«Sais-tu que c'est joli!»--«Découvre la marmite,
  cria l'Anglore, car elle va verser!»


  XCVII

  A Maliven cependant a fait halte
  la grande cavalerie, et le Caburle
  dans les taillis vient d'allonger sa proue,
  les sept barques ensemble. Et l'on découple
  et l'on paît les chevaux le long des oseraies.
  Les charretiers, accroupis à la ronde,
  mangent, de trois en trois, au même plat la soupe.
  Les mariniers, en bande à part, s'asseyent
  à l'entour du patron sur la sapine;
  et Maître Apian, ayant pris sa bouchée,
  tourne la tête, soucieux, vers le nord
  et dit:--«Ce mistral-là, j'ai peur qu'il souffle!
  La voyez-vous, la nuée grumelée
  qui dans le ciel en long cyprès s'aiguise?
  Et le timon, l'entendiez-vous grincer?
  Et les mains, sentez-vous comme elles sont rugueuses?
  C'est du vent, tout cela!» Et en faisant la lippe:
  --«La lune est pleine, ajouta Ribory,
  et le temps pourrait bien se mettre à la tempête...»
  --«Voilà pourquoi, dit le maître, aussitôt
  qu'on aura fait boire ces attelages,
  qu'on mette les colliers aux bêtes et sans retard.»
  Ce qu'ils font. Et les fers des quatre-vingts chevaux
  aussitôt soumis à la relevée
  du maréchal-ferrant qui les passe en revue,
  les colliers sont remis et, fais tirer la maille!
  --«O passeur! y a-t-il des gouffres en Durance?»
  --«Par endroits. Avancez les bateaux... Baile,
  tire couple par couple tes chevaux:
  nous allons embarquer les premiers; dans les creux
  les autres les suivront... Tenez le gué!
  Y est-on?»--«Nous y sommes.» Dans le péril de l'eau
  les grands chevaux s'ébrouant prennent pied.
  Et pendant qu'en arrière le convoi
  monte à long câble sur le Rhône,
  au claquement des fouets, aux cris des hommes,
  toute la ribambelle entre en rivière,
  passeur, charretiers, valetaille,
  assis ou enfourchés sur les chevaux.--«Arrive!
  Fais tirer le Robin! Touche le More!
  Maintiens le Bayard, qu'il ne se noie pas!
  Dia! dia! hue! hue!» Et frémissante, en nage,
  puis secouant ses crinières trempées,
  la caravane sort victorieuse
  et reprend son chemin le long des digues.


  XCVIII

  Le prince hollandais avec l'Anglore
  s'étant rejoints à bord, la jeune fille
  lui a dit:--«Quel est donc, ô Drac, ce conte
  que sur la rive, l'autre jour, dans la nuit,
  on t'aurait trouvé mort?»--«Belle mignonne,
  a répondu Guilhem, mais ce n'est pas un conte,
  car, traîtreusement, d'un sachet de sable
  on m'a _saquetté_.»--«Qui donc?»--«Un tenant
  de ces trois donzelles vindicatives
  auxquelles j'aurai oublié peut-être
  d'acheter leur foire.»--«Les jalouses!
  Mais n'aurais-tu pas dû, toi, les ensorceler?»
  en s'emportant cria l'Aramonaise.
  «Et tu ne sais pas, mon beau, que celui
  qu'on frappe dans le dos avec un coussinet,
  sans que personne y voie goutte ni trace,
  n'en guérit point, meurt de la meurtrissure?»
  Mais Guilhem fit en souriant:--«Enfant!
  tu croirais donc qu'il peut, le Drac du Rhône,
  être ainsi déconfit?» La jeune espiègle
  resta un moment à le regarder:
  --«C'est vrai, dit-elle ensuite; comme je suis nigaude!
  Le génie, le follet qui est le roi de l'onde,
  qui est mon dieu, mon tout, qui dans les lones bleues
  perpétuellement retrempe sa jeunesse,
  comment est-ce possible qu'il baisse pavillon
  devant la loi du vulgaire, la mort!
  Non, je te vois, mon Drac, tel que doit être
  l'Esprit Fantastique du fleuve majeur,
  immortel! Et quand ton regard m'appelle,
  il me semble aller, m'en aller dormante
  vers un agrément que rien ne réveille.
  Je ne sais où je vais: si je me perds,
  de me perdre avec toi, eh bien! cela me plaît.»


  XCIX

  Guilhem d'Orange lors étendit le bras
  sur le travers de l'eau mouvementée
  et dit:--«Aie confiance en moi, Anglore!
  Parce que librement je t'ai élue,
  m'apportant ta foi, ta profonde foi
  au merveilleux superbe de la fable,
  parce que tu es celle qui, insoucieuse,
  se fond dans son amour comme la cire
  à la lumière, parce que tu vis
  en dehors de nos liens et de nos fards,
  parce que dans ton sang et ton sein pur
  gît la rénovation des vieilles sèves,
  moi, sur ma foi de prince, je te jure
  que nul autre que moi, ô fleur de Rhône,
  n'aura l'heur, le bonheur de te cueillir
  et comme fleur d'amour et comme épouse!»
  --«Mais quand? bientôt?» demanda-t-elle.
  Guilhem répondit:--«Ma belle petite,
  je te dirai cela ces jours-ci... Entends-tu
  souffler le mistral? C'est la musique
  majestueuse qui annonce nos noces!
  C'est l'air du Rhône, le ciel, les frondaisons
  qui de concert nous chantent le prélude!»
  Le vent, de plus en plus, le vent de ses rafales
  s'aheurtait en effet contre la flotte;
  et la montée, de plus en plus pénible,
  faisait tirer les chevaux. Leurs crinières,
  ébouriffées en furieuses touffes,
  s'échevelaient comme de grands panaches.
  Et le soleil, se retirant dans l'embrasure
  de ses rayons mourants, à l'horizon
  disparaissait déjà, quand le Caburle
  avec toutes ses barques et tout son monde
  en rive d'Avignon jeta l'amarre.


  C

  --«Au ponton! au ponton! le Caburle à l'empire!
  les Condrillots! et fais tirer la maille!»
  au-devant d'eux vont criant les enfants
  qui vers le port accourent et glapissent.
  Les riverains enroulent leurs cordages;
  les charretiers ont dételé leurs bêtes;
  et, s'engouffrant dans le Portail de l'Oule[4],
  pour la couchée et le repas du soir,
  ils gagnent le logis et les étables
  du Mal-Uni leur hôte[5]. La bande marinière
  emplit peu à peu la grande cuisine.
  S'étant lavé les mains au puits, à l'essuie-mains
  suspendu au loquet tour à tour ils se torchent;
  et sur les bancs, le dos au mur,
  ils vont s'asseoir bruyamment en rangée.
  Avec les bras retroussés, les servantes,
  qui au moindre pinçon crèvent de rire,
  gaillardement sur les tables charrient.
  Oh! Dieu de Dieu! les fricassées énormes
  de sang de boeuf, les platées de gras-double,
  les matelotes, charbonnées et grillades,
  et les berles farcies en omelettes,
  s'engloutissent aux panses spacieuses,
  pendant que, circulant la dame-jeanne
  de main en main, chacun, les coudes libres,
  se verse à verre plein. Pour finir, on découvre
  une terrinée de soupe au fromage
  qu'un berger, à coup sûr,
  en y plantant son bâton au milieu,
  n'aurait pu franchir.--«Nous en chantons une?»
  pour lors dit tout à coup le baile du halage
  en tapant sur l'épaule au gros Toni.
  Et le pilote, ayant mouché son verre
  et fait claquer sa gorge:--«Allons, les gosses!
  dit-il, et à la voix! qu'il faut de l'aide...»


  CI

    _Dieu soit céans, la belle hôtesse!
    Nous voici quelques bons lurons
    Qui ne traînons pas la tristesse,
    Tout en remorquant nos bateaux.

    Un bon pilote à la descise
    Tient le voyage gai, dispos;
    Mais pour revoir la Pierre-Encise[6],
    Faut tenir le fanal huilé.

    Sortez les olives charnues
    Et brouillez un bon saupiquet:
    Si nous avons les braies de cuir,
    Y a ce qu'il faut dans le gousset.

    Nous avons raflé la Provence
    Et raclé le Revestidou[7]
    Et sommes chargés comme abeilles;
    Mais les eaux fières portent tout.

    Le vin de la côte du Rhône
    Est une assez brave liqueur,
    Pourvu qu'on ne l'arrose point
    Avec l'eau sale du grand gouffre.

    Pour baigner les morceaux de viande
    Et pour nous faire un peu chanter,
    Dans la gamelle de la soupe
    Il faut en jeter une écope.

    Puis, s'il arrive quelque émoi
    Ou si l'on touche un banc de sable,
    La perte sera pour le maître,
    La peine pour les mariniers._


  CII

  Pendant qu'on applaudit à pleines mains,
  les portefaix d'Avignon, à la table
  de face:--«N'est-ce pas le père de l'Anglore,
  se disent-ils, ce gros qui chante?»--«Peste!
  rien d'étonnant qu'il ait la chanterelle:
  sa fille a trouvé maître, voyez donc?»
  Et ils se désignaient, narquois, la jeune fille
  en train de dégoiser avec le prince blond.
  --«Ce tas de pleutres, que veulent-ils là-bas?»
  cria Jean Roche.--«Gros balourd!
  et toi, que veux-tu donc?»--«Rompre la gueule
  à tous pouilleux qui nous rompent la paille.»
  --«Toi? nom de Dieu! viens-t'en ici dehors!»
  cria un portefaix bravache, le fameux
  lutteur Quéquine: dans ses tournées de luttes,
  l'ayant un Lyonnais vautré à plat de dos,
  aux gens du haut fleuve il gardait rancune.
  Et il piaillait:--«Viens çà dehors!»--«O bougre
  de faquin! espèce de mazette!
  réplique le prouvier, vous pouvez bien vous mettre
  et quatre et six ensemble!» Et le colosse,
  enjambant les tables, en une poussée
  sautait au milieu. Mais les bateliers
  s'interposent d'un bond. Dans la cohue,
  déséquilibrés, les bancs se soulèvent;
  les yeux de part et d'autre deviennent furieux,
  les injures mortelles s'entre-croisent:
  --«Mangeurs de chèvres! culs de peau!»
  --«Assassins du maréchal Brune,
  qui le traînèrent dans le Rhône!»
  Aïe! aïe! les horions terribles vont pleuvoir,
  quand Maître Apian s'écrie: «Goujats, restez tranquilles!
  Le premier qui remue, je lui casse la tête
  d'un coup de cette cruche... Tas d'ivrognes,
  vous ne voyez donc pas que, soûls, la violence
  du vin méchant vous jaillit par la bouche?
  Eh! si l'on veut se battre, on a les joutes...
  En manque-t-il, tout l'été, sur le Rhône?
  Au Pont Saint-Esprit et à Roque-Maure...
  Où donc encore? A Givors, à Valence...
  La lance au poing et la targe au poitrail,
  en plein soleil, aux yeux de tout un peuple,
  y a-t-il rien de plus digne ou plus noble
  qu'un beau jouteur nu, debout sur l'arrière,
  qui fait plier son homme et le déjuche?
  Te le rappelles-tu, Jean Roche, ce dimanche,
  à Saint-Pierre de Boeuf, le jour de Saint-Maurice,
  où tu fis (tu étais bien jeune cependant!)
  au grand Misérin faire la culbute?»
  --«Je me rappelle, patron,» dit Jean Roche.
  --«Tu n'avais pas daigné, même, quitter la veste!»
  --«C'est vrai.»--«Les enfants, allons, à la couche!
  si nous ne voulons pas que la levée, demain,
  soit, comme on dit, le long du Rhône.»
  Et à la voix autoritaire
  du prudent maître qui les calme,
  les nautoniers, sous leurs tentes là-bas,
  les charretiers, là-haut dans leurs fenils,
  tous à l'instant vont prendre leur repos.

  [Illustration]



  [Illustration]

  CHANT DOUZIÈME

  LA CATASTROPHE

  CIII


  Et fais tirer la maille! Aussitôt que paraît
  le lustre du soleil[1], à la remonte
  s'est remis derechef en chemin le Caburle,
  fendant le Rhône avec sa proue taillante
  et remplissant de vie la vallée fluviale
  avec le mouvement, la poussière et le bruit
  de sa cavalerie. Le mistral en tempête
  ronfle toujours. Les arbres, qui saluent
  en mugissant, se courbent, se secouent
  à arracher leurs troncs. Le vent refrène
  le Rhône devenu poli comme une glace.
  Contre eau et contre vent, les forts quadriges,
  le museau incliné, cheminent vers le nord
  de leur pas régulier. Harmonieuse
  cornemuse, la bise formidable
  étonne et fait chauvir les oreilles des bêtes.
  A leurs chapeaux, à leurs bonnets de panne
  portant les mains et rechignant les lèvres,
  les charretiers impatientés profèrent
  contre le Maëstral un tourbillon d'insultes:
  --«Souffle, brigand de Chasse-mouches! Souffle,
  ô débraillé de Dieu, à te crever!
  Il n'y a donc personne, ô Mange-fange,
  qui viendra boucher le trou d'où tu sors?
  Hue, grand coquin!» Et d'un cliquetis
  de coups de fouet ils cinglent leurs chevaux gigantesques.


  CIV

  Or sur l'arrière de la seconde barque,
  tous deux assis, petite Anglore
  a repris son devis, bien à la douce,
  avec son Guilhemin:--«J'ai à te dire,
  fait Guilhem à la belle, que nous autres,
  les amoureux divins, rois de la terre
  et souverains réels de la nature,
  ne pouvons pas nous marier comme font tous...»
  --«Et nous nous marierons, dit la fillette,
  comment?»--«Rappelle-toi dans la mémoire,
  lui répondit le rêveur hollandais,
  ce roc taillé, mystérieux,
  au pied duquel bouillonne la fontaine de Tourne.»
  --«Je sais, je sais, dit-elle: une vigne sauvage
  et un micocoulier s'y enracinent
  à l'entour du roc avec un figuier
  et des touffes de buis. J'y suis allée.»
  --«Qu'y as-tu vu encore?»--«Le Soleil et la Lune
  qui, gravés par les Fées sur le rocher,
  avec leurs yeux hagards vous lorgnent.»
  --«Qu'y as-tu vu encore?»--«Un boeuf cornu
  que menace un scorpion de sa piqûre,
  pendant que va le mordre un chien méchant
  et qu'un jeune homme pour le tuer se dresse.»
  --«Qu'y as-tu vu encore?»--«Le Drac qui y serpente.»
  Guilhem d'Orange un bon moment
  se tut. Dans son âme pensive
  lui apparaissaient, sur le bord du Rhône,
  l'autel du dieu Mithra, la fontaine de Tourne
  qui en surgit profonde et claire,
  avec le symbolisme des vieilles religions,
  ce Zodiaque aux prodigieux signes
  qui emplissaient d'horreur sacrée
  les adorateurs du grand soleil blanc,
  lorsqu'ils montaient jadis ou descendaient le fleuve
  pour faire en pèlerins leurs dévotions
  au dieu Mithra, «le seul invincible[2]».
  Et il disait en lui:--«Soleil de la Provence,
  ô dieu qui y fais naître les _anglores_[3],
  qui fais sortir de terre les cigales,
  qui dans mes veines morbides, apâlies,
  de mes aïeux ravives le sang rouge,
  dieu rhodanien qu'étreignent les circonvolutions
  du Drac, au Bourg, à Lyon et en Arles[4]
  et à qui, aujourd'hui encore, dans les Arènes,
  du noir taureau est fait le sacrifice
  inconscient, dieu qui dissipes l'ombre
  joyeux, et dont une rive inconnue
  voit aujourd'hui l'autel déserté et le rite
  abandonné dans l'oubli, moi barbare,
  moi le dernier de tes croyants peut-être,
  je veux sur ton autel offrir, prémices
  de ma félicité, ma nuit de noces!»


  CV

  Et à la jeune fille s'adressant doucement,
  il lui dit:--«C'est là même où tu vis serpenter
  Le Drac du Rhône, et là même où les Fées
  écrivirent les sorts de la rivière,
  que nous allons, petite Anglore, nous lier.
  Et sous le regard de la Lune
  et de toutes les bêtes vagantes dans la nuit
  que nous aurons pour témoins et tutelle,
  dans le Grand-Gouffre de la source, embrassés,
  nous nous engloutirons.» Ensorcelée, l'Anglore
  lui répondit:--«Mon Drac, la fleur du Rhône
  n'eut jamais peur des ondes bleues
  où le ciel mire ses Insignes[5].
  Je nagerai avec toi, de conserve,
  comme fait le poisson printanier--qui remonte,
  au temps du frai, la vallée du fleuve.»
  --«Oui, nous nagerons, Guilhem ajouta,
  ensemble dans l'eau rose, ensemble dans l'eau pure,
  tu l'as dit, comme fait le poisson du printemps
  qui dans le Rhône va, de nappe en nappe,
  jusqu'au frayoir des eaux supérieures!»
  --«Mais pour nous y bénir y aura-t-il le prêtre?»
  dit subitement la jeune ingénue.
  --«Ah! il y a beau temps qu'il est mort, fit le prince,
  le prêtre de l'autel où je t'amène!
  Mais pour nous bénir et nous chanter messe,
  n'aurons-nous pas, que crains-tu? les palombes
  dont les roucoulements d'amour sont immortels!»
  Elle n'en fut pas moins, de cela, un peu triste;
  et puis, ayant pensé, elle dit:--«Suis-je bête!
  Du signe de la croix qui le conjure
  se peut-il que le Drac docilement subisse
  l'outrageuse vertu? Mais moi, infime,
  dès que je me verrai sous les arcades
  du Pont Saint-Esprit où, dans sa chapelle,
  le grand saint Nicolas figure,
  je lui demanderai qu'il verse,
  lui, sa bénédiction pour ceux qui nagent,
  qui nagent en péril parmi les ondes!»


  CVI

  Et fais tirer! en jetant sa crierie
  de joie et de valeur, et d'impatience
  ou d'abandon en Dieu, la batelée
  s'avançait lentement; et le Caburle,
  sa haute proue rengorgée sur le Rhône,
  échangeait son salut avec les autres flottes
  qui au fil de l'eau descendaient rapides.
  --«A Dieu soyez!»--«Adieu!»--«C'est l'équipage,
  n'est-ce pas? de Jean la Miche, de Serrières...
  Il a de beaux chevaux!»--«Le vent s'aheurte?»
  --«Comme un brigand!»--«C'est donc comme à la joute?»
  --«Hélas! en quinze jours quatorze lieues,
  comme il se dit.»--«Allons, et à la compagnie!»
  Et les bateaux, avec les bras levés,
  disparaissent là-bas à la descise.
  Et après l'une l'autre les rencontres se suivent
  de loin en loin.--«N'est-ce pas Thomas d'Andance
  qui fend l'eau en amont? Voyez donc comme il sille!»
  --«A Dieu soyez!»--«Adieu!»--«Oui, il a deux penelles,
  ce rustaud vivarais, et deux sapines
  qui doivent lui en rendre: on dit qu'il charge
  tout pour son compte.»--«Allons donc! des citrouilles...
  Et des Cuminal on disait merveille
  avec leur _Grand-Zidore_[6]; ils ont plié quand même!»


  CVII

  Depuis quatre jours, ainsi, sous la roue
  du grand soleil et sous le hâle
  de l'air du Rhône et du vent qui havit,
  au travers des obstacles de tout genre,
  des bancs de gravier, des récifs, des gués,
  péniblement dirigeant leur manoeuvre
  et abattant leur demi-lieue par heure,
  les Condrillots avaient pris la remonte,
  quand, au cinquième jour, en droite vue,
  les vingt-deux arches du Pont Saint-Esprit
  se déployèrent sur le ciel.
  Et, arrivés près des arcades,
  au prince le patron faisant un signe
  lui dit:--«Seigneur, vous voyez cette pile
  qui porte une touffe de pariétaire?...
  C'est de là qu'à l'accoutumée
  on bénissait le Rhône tous les ans...
  Ah! comme c'était beau! Avec les barques
  nous allions à terre, là, quérir le prêtre
  qui, portant le Bon Dieu, entre les rives
  du fleuve immense, debout sur la poupe,
  haussait le «saint soleil» devant le peuple
  couvrant là-haut les parapets du pont...
  Tout ça ne se fait plus et je ne comprends pas,
  moi, d'où vient qu'aujourd'hui comme ça tout s'éboule...»
  --«Vous en verrez bien d'autres! lors lui cria l'Anglore.
  Ah! vous savez? Le monde vire...
  Ne vous l'ai-je pas dit que, sur le roc de Tourne,
  de gros remue-ménage étaient marqués?»
  --«Toi! d'une voix bourrue la rembarra le maître,
  T'emmène au Malatra qui t'y a prise!
  Son approche elle seule, à cette masque-là,
  ferait sombrer une barquée
  de crucifix... Arrête!»


  CVIII

                          Sur la berge,
  au cri de halte qui, transmis d'homme à homme,
  fait retentir l'arcade marinière,
  ils ont pour la dînée jeté l'amarre.
  Les grands chevaux fumants, aussitôt dételés,
  mangent aux trousses de fourrage.
  Les mariniers, là-bas sur la penelle,
  les charretiers, là-haut sur la chaussée,
  écrasant sur leur pain leur hareng, leur anchois,
  remâchent lentement et causent: des Bancs Rouges
  le pas est difficile; et à Donzère,
  avec ces rochers, avec cette _cluse_
  où le Rhône en fureur se précipite
  comme un taureau sauvage, il y aura du mal!
  Un peu plus haut, il faudra qu'ils transbordent,
  avec tout leur train et de grandes peines,
  de l'autre côté... Mais à quoi bon geindre!
  Lyon est loin--et qui a temps a vie.
  Et en avant! Les grâces étant dites,
  et bruyamment le baile ayant d'un coup
  refermé son couteau sur son manche de corne,
  et les colliers remis et tous les fers
  passés à la revue du maréchal-ferrant:
  --«Fais tirer devant! hue!» Et se déhanche
  derechef contre vent et contre-mont
  la grand'cavalerie. Alerte et gaie,
  l'Anglore sur la tille du Caburle
  boit le vent frais qui ébouriffe
  sa chevelure et gonfle sa petite mante.
  --«Au Malatra, dans moins de demi-heure,
  dit-elle au princillon d'Orange,
  nous serons arrivés. Quelle joie pour ma mère,
  pour mes frères petiots et pour mes soeurs!
  Dans mon cabas, pour chacun et chacune,
  j'apporte leur foire: pour Alexis
  un tambour de Beaucaire; pour Gathone
  des poteries menues; pour Brigitte
  une poupée d'un sou; une barquette
  avec tous ses agrès pour le beau Georges;
  et... pour ma mère une boîte de dattes!»
  --«Et, fit le prince, rien pour moi?»
  --«Pour toi, mon Drac, tout ce qui est au lustre
  du saint soleil, tout ce qui est à l'ombre,
  demande-le-moi: je suis ta servante.»--
  Et, lui pressant les doigts, Guilhem lui dit:
  --«Je t'attends donc, mignonne, à la soirée,
  vers le minuit, sur le bord de ton île,
  et, comme dit la chanson amoureuse:

    _Sur mon bateau qui file,
    Viens, je t'enlève au frais,
    Car, prince de Hollande,
    Je n'ai peur de personne.»_


  CIX

  Ah! belle jeunesse, éternel appeau!
  Le vent avait cessé. Dans l'amplitude
  et le silence du vaste Rhône
  les hommes somnolant, la caravane
  sous le soleil d'été remontait lentement,
  avec, de loin en loin, quelque mouette
  qui voletait sur le travers du fleuve.
  Soudain s'élève, dans le lointain du nord,
  un sourd bourdonnement. A l'horizon
  il se perdait, puis bourdonnait encore,
  comme le claquet d'un moulin farouche
  qui serait descendu par la rivière.
  Puis c'était une toux absconse
  qui augmentait toujours, toux saccadée,
  comme on eût dit d'un taureau, d'un dragon
  suivant de l'archipel les sinuosités.
  Puis un ébranlement subit remua l'onde,
  faisant sursauter la batellerie,
  pendant qu'en amont un flot de fumée
  obscurcissait le ciel: et derrière les arbres
  apparut tout d'un coup, fendant le Rhône,
  un long bateau à feu. Tout l'équipage
  redressa les bras, à l'aspect du monstre.
  En poupe, Maître Apian, devenu pâle,
  regardait muet la barque magique,
  la barque dont les roues battaient comme des griffes,
  et qui soulevait des vagues énormes
  et formidablement fondait sur lui.


  CX

  --«Range-toi!» lui cria le capitaine,
  et tous ceux du bateau lui faisaient signe
  de se garer devant. Mais tel qu'un rouvre,
  inébranlable au timon, le vieux maître
  lui répondit:--«Mandrin[7]! que le Caburle
  s'écarte devant toi? Le Rhône est nôtre...
  Et fais tirer la maille, mille dieux!»
  Mais le patron n'avait pas clos la bouche,
  filant comme l'éclair, le Crocodile
  (c'était le nom du vapeur) a saisi,
  par une de ses aubes, la penelle.
  Dans son élan il l'entraîne et, pareil
  au dogue qui secoue sa proie, tout pêle-mêle
  il secoue le convoi; avec les câbles
  il s'empêtre rageur parmi les barques
  où il s'ouvre une voie, dans son sillage
  traînant après lui toute la flottille.
  O malheureux! les grands chevaux reculent,
  emportés par la maille, dans le Rhône,
  avec les charretiers poussant des cris
  et démontés devant l'eau furibonde.


  CXI

  Mais Patron Apian, lorsqu'il voit perdus
  tous ses grands chevaux, sa flotte, sa vie,
  lui, droit sur le Caburle qui dévale
  désemparé, courant à la dérive,
  lui, hors de sens et les veines exsangues,
  lorsqu'il voit, ébahi, le vapeur qui, puissant,
  en écharpant deux tourbillons d'écume
  et jetant dans les airs sa nue fuligineuse,
  sillait déjà devant:--«Ah! mange-peuple!
  lui cria-t-il ainsi, monstre que sur la terre
  le démon a vomi pour notre destruction,
  lombard de juif, fils de crachat,
  sois maudit! sois maudit! sois maudit! Et qu'ils meurent,
  ceux qui te servent, dans la braise
  et le bouillonnement et les supplices
  du noir enfer où s'attise ton feu!
  Ah! crasse de fumée! nous, sous nous autres,
  depuis des milliers d'ans nous tenions la rivière...
  Mais toi, puisque aujourd'hui tout croule,
  souviens-toi, sale bête, que déjà te talonne
  le cheval-fée qui doit crever ton ventre:
  tel tu fis, tel t'attend!» Et le Caburle,
  ayant toutes ses barques après en traînerie
  et tous ses chevaux en cette mêlée
  guéant ou sombrant, au choc de la houle
  roulait au péril.--«Coupez les cordages,
  malheur de Dieu! les chevaux qui se noient!»
  brama le voiturin en faisant force
  pour atterrir ou pour s'engraver sur la rive;
  car déjà devant lui, épouvantable,
  le Pont là-bas se dresse pour tout rompre.
  Mais le courant insurmontable entoure
  sisselandes, sapines et penelles,
  et sens devant derrière il les rue, il les chasse
  comme un troupeau de moutons qui chemine
  à l'abattoir. Éperdus, les nochers,
  le prouvier, le pilote, pour embouquer, s'ils peuvent,
  quelque arcade, font sur le gouvernail
  des efforts surhumains. Mais vainement! L'Anglore,
  muette, l'oeil clos, n'est plus de ce monde:
  étroitement serrée aux bras du prince
  qui du haut de la proue guette la catastrophe,
  et confiante en plein dans sa croyance douce,
  il lui semble prendre l'essor dans le ciel.


  CXII

  Un grand cri monte... Aïe! malheur! du Caburle
  un tourbillon effrayant enveloppe
  la barque en son remous: un heurt terrible
  tonne contre le Pont et tout se brise.
  Guilhem, du contre-coup, au sein des vagues
  est projeté, ayant l'Anglore dans ses bras.
  Et il nage, battu par les tronçons de poutre,
  et il nage, tenant à fleur d'eau son amie,
  et tant qu'il peut il nage. Mais les flots irrités
  le submergent enfin et sous la houle
  il disparaît. Sur l'autre bord du Rhône
  agenouillées, là-bas, pleurent les femmes,
  criant et priant Dieu. De la chaussée,
  où il s'était rendu après le bris des barques,
  sauvant le petit mousse de l'équipe,
  le bon Jean Roche à l'eau se jette encore.
  Et de nager, cherchant le prince;
  et de plonger, cherchant l'Anglore.
  Mais vainement! Le fleuve, qui sait où?
  les avait tous les deux emmenés pour toujours.


  CXIII

  Sur le limon du bord où se ressuient
  les naufragés,--la face toute en sang,
  couvert, souillé d'écume, gisait le gros pilote;
  les bateliers, enlizés dans la vase,
  les charretiers, étouffant leurs jurons,
  étaient là, affligés, la tête basse,
  à recueillir en tas quelques épaves.
  Affaissé sur son corps, frappant du pied la terre,
  le vieux patron geignait:--«Ça n'est pas juste!
  Mon beau cheptel! Une si belle flotte!
  Tout cela démoli par le désastre!»
  Ensuite il demanda:--«Qui manque? Y sommes-nous,
  tous ceux de l'équipage?» Ils se comptèrent
  et «nous y sommes tous» fut la réponse.
  Maître Apian dit encore:--«Hélas de nous!
  Quand le sort est écrit, les malheurs s'accomplissent!
  Et nous pouvions bien tous nous engloutir...
  Saint Nicolas nous a sauvé la vie:
  nous lui ferons dire, à Condrieu, une messe.»
  --«Il n'y manquera donc, fit José Ribory
  à mi-voix au prouvier, que cette pauvre fille
  et ce bon petit prince...»--«Ah! va, bon petit prince...
  Jean Roche répliqua, sur le Caburle
  j'avais depuis longtemps observé ses menées...
  Et qui t'a dit que ce n'est pas le Drac du Rhône
  qui, par avance, instruit du grand naufrage,
  nous aura, lui, suivis de trajet en trajet,
  pour emporter l'Anglore dans ses gouffres?»


  CXIV

  Et Maître Apian conclut, hochant la tête:
  --«L'esprit est messager! Lorsque les barques
  devant le Malatra faisaient descise,
  ah! je le pressentais, que cette malheureuse
  (car elle doit avoir, jetée à la rivière,
  fait triste fin) devait tôt ou tard
  amener sur nous quelque malencontre.
  Ah! mes sept barques! mes beaux chevaux haleurs!
  Dire que tout cela est foudroyé, en ruine!
  C'est la fin du métier... Pauvres collègues,
  oui, vous pouvez bien dire: Adieu la belle vie!
  Il a crevé pour tous, aujourd'hui, le grand Rhône.»
  Et alors, de l'épaule au tour de la ceinture
  ayant enroulé sur leur corps les câbles
  et les restants d'agrès qu'ils avaient recueillis,
  à pied toute la troupe, en suivant le rivage,
  remonta vers Condrieu, sans autre plainte.

  [Illustration]



  [Illustration]

  NOTES


_CHANT PREMIER_

Note 1.--Les mariniers du Rhône se servent du mot _empèri_ (empire) pour
désigner la rive gauche, et du mot _reiaume_ (royaume) pour désigner la
rive droite.

N. 2.--La _maille_, nom du câble de halage, dans l'ancienne batellerie.

N. 3.--Le _Vent Terral_, le mistral.

N. 4.--_Reinage_, royauté, dignité de roi ou chef d'une fête.

N. 5.--_Caillette_, espèce de mets.

N. 6.--_Pogne_, espèce de brioche.

N. 7.--_Rigotte_, petit fromage de lait de chèvre.

N. 8.--Nom propre d'une barque, qui dut être célèbre dans le temps à
Condrieu, puisqu'il en est question dans une chanson populaire:

  Voilà le Caburle à la touche,
  le conducteur bien étonné:
  fallut porter la maille en terre
  et un allège aller chercher.

N. 9.--_Baile_, chef des charretiers.

N. 10.--La _descise_, la descente du fleuve, en terme de marinier.

N. 11.--_Prouvier_, homme de proue, second d'une barque.

N. 12.--_Mouille_, lieu où l'eau est tranquille, où les bateaux peuvent
mouiller.

N. 13.--_Maigre_, haut-fond, gravier à fleur d'eau.

N. 14.--_Pan_, empan, palme, mesure d'une main ouverte.

N. 15.--Pierre-Bénite, rocher des bords du Rhône, au-dessous de Lyon.

N. 16.--_Lone_, bras de rivière, flaque d'eau qui occupe un ancien lit du
Rhône.

N. 17.--_Brotteau_, oseraie, à Lyon.

N. 18.--_Mudo_, traite de navigation, proprement «mue», c'est-à-dire
intervalle pendant lequel on prend un pilote de rechange--appelé
_mudaire_. Le Rhône, pour les bateliers, est divisé en _mudo_.


_CHANT DEUXIÈME_

Note 1.--Maëstral ou mistral, que familièrement on nomme _Mange-fange_.

N. 2.--_Zwanenbloem_ en néerlandais, butome en ombelle.

N. 3.--Les princes d'Orange portaient dans leurs armes un cornet, par
allusion à Guillaume au Court Nez (_Guilhem del Cort Nas_), fondateur de
leur maison.

N. 4.--Nom d'un coteau qui domine Vienne.

N. 5.--Nom du port de Condrieu.

N. 6.--_Trèves_, farfadets, lutins. Voir _Mireille_, chant V.

N. 7.--_Oulurgues_, êtres fantastiques dont il sera question au chant
VII du poème.

N. 8.--_Argence_, le territoire de Beaucaire et des localités voisines.

N. 9.--La couple des attelages était de quatre chevaux, dans la
batellerie du Rhône.


_CHANT TROISIÈME_

Note 1.--_Maille_, câble de traction.

N. 2.--_Bagalance_, nom d'une des piles du Pont Saint-Esprit.

N. 3.--Les Saintes-Maries de la Mer, à l'embouchure du Rhône.

N. 4.--Les Cornes de Crussol, nom que portent les ruines du château de
ce nom, vis-à-vis de Valence.

N. 5.--On faisait bouillir des aiguilles dans l'huile, pour rompre un
charme.

N. 6.--Eau fière, en provençal, signifie eau élevée, qui coule à pleins
bords.

N. 7.--_Rigue_, le train ou convoi des barques remorquées à la file par
le même câble. _Recua_, en espagnol, signifie «suite de mules attachées
l'une à l'autre par la queue».

N. 8.--_Lou brande de l'Eireto_, nom d'une ronde qui se danse aux bords
du Rhône.


_CHANT QUATRIÈME_

Note 1.--Le _vent lombard_, vent d'est, en Dauphiné.

N. 2.--Magasins où les Marseillais serraient leurs marchandises dans le
Levant.

N. 3.--Nom que porte l'ancienne voie Domitienne dans l'Hérault.

N. 4.--Ancienne route qui allait de Nîmes à Gergovie.

N. 5.--Le coquâtre (_lou gau-galin_), le gouvernement de 1830.

N. 6.--La Galéjonière (_la héronnière_), marais des environs d'Arles où
se réfugiaient les conscrits réfractaires.

N. 7.--Sobriquets que les royalistes donnaient à l'empereur en 1814: le
_châtaignier_, par allusion aux châtaigneraies de la Corse; le _tondu_,
parce que Bonaparte s'était fait tondre après la bataille de Marengo.

N. 8.--_Lone_, ancien bras du Rhône, parage où l'eau est calme.

N. 9.--_Aube_, peuplier blanc.

N. 10.--Ségonaux, _segounau_, terrains qui longent le Rhône, entre le
fleuve et ses digues.

N. 11.--Rousserole, _motacilla arundinacea_, espèce de fauvette.


_CHANT CINQUIÈME_

Note 1.--_Cluse_, passage resserré par des rocs escarpés, défilé.

N. 2.--Rochers à forme humaine qu'on voyait autrefois près de
Châteauneuf-du-Rhône et que le chemin de fer a détruits depuis lors.

N. 3.--Le pilote de rechange, qu'on appelle _mudaire_ sur le Rhône.

N. 4.--_Sisselandes_, grands bateaux plats, carrés d'un bout, tirant
probablement leur nom de Seyssel, port du haut Rhône.

N. 5.--Descente, en style de marinier.

N. 6.--_Angloro_, un des noms du lézard gris (_lacerta agilis_), sur la
rive droite du Rhône.

N. 7.--Cévennols, montagnards des Cévennes, dont _Rayoou_ est le
sobriquet.

N. 8.--Fier, dont les eaux sont hautes.

N. 9.--_Barrau_, ancienne mesure de 30, 40 ou 50 litres, selon les pays.

N. 10.--_Savoyarde_, grande barque du Rhône.

N. 11.--Le mirage.


_CHANT SIXIÈME_

Note 1: Gervais de Tilbury, qui écrivait à Arles vers 1250, a conté
l'histoire du Drac et de la femme de Beaucaire, dans ses _Olia
imperialia_. Les lavandières du Rhône, aux Saintes-Maries de la Mer, se
servent encore de battoirs sculptés qui portent par tradition un Drac en
forme de lézard.

N. 2: Délaissée (_semo_), sable qu'une rivière dépose sur ses bords.

N. 3: Peuplier blanc, _populus alba_.

N. 4: Jonchée (_toumo_), fromage frais qu'on fait égoutter sur du jonc
et qu'on retourne de temps en temps, d'où la locution: _vira coume uno
toumo_.


_CHANT SEPTIÈME_

Note 1: Les cinq doigts, la main.

N. 2: Jurement populaire.

N. 3: _Franc valentin_, pensée intime. _Valentin_, autrefois, se disait
pour «soupirant» dans plusieurs provinces de France.

N. 4: Les revers du mont Ventour, le versant nord.

N. 5: Les castors du Rhône.

N. 6: Voir, sur la légende du pont du Gard, le prologue du poème de
_Nerto_ (Hachette, 1884).

N. 7: _Païs alegri_, pays égayé; se disait, en Provence, d'un lieu hanté
par les sorciers.

N. 8: On dit en proverbe: _gènt de marino, gènt de rapino_.

N. 9: _Li Sauto-bàrri_ (les Saute-remparts), sobriquet des gens de
Mornas.

N. 10: La fontaine de Tourne, au Bourg-Saint-Andéol, sourd au pied d'un
bas-relief consacré au dieu Mithra.

N. 11: _Rouan_, boeuf ou taureau en pleine force; au figuré, vague qui
se précipite. Le provençal _biòu_ signifie aussi «boeuf» et «masse
d'eau qui se précipite». _Rouan_, ce parallélisme l'indique, dérive donc
du latin _Rhodanus_, Rhône.


_CHANT HUITIÈME_

Note 1.--_Esparganèu_, jonc fleuri, _butomus umbellatus_.

N. 2.--Croyance populaire de la haute Provence.

N. 3.--_Lou Cièri_, nom vulgaire du théâtre antique d'Orange.

N. 4.--_Crèbo-cor_, éminence qui domine la ville d'Orange.

N. 5.--Noms de rues d'Avignon.


_CHANT NEUVIÈME_

Note 1.--Grenettes ou graine d'Avignon, stil de grain.

N. 2.--_Pagello_, perche de saule qui sert de sonde. Les mariniers
du haut Rhône disent _pelle_, par contraction.

N. 3.--_Roudadou_, ancien lit du Rhône.

N. 4.--_Verganière_, ouvrière qui coupe les brins d'osier (_vergan_).


_CHANT DIXIÈME_

Note 1.--_Lahut_, tartane, caboteur.

N 2.--L'Océan.

N 3.--_Li Conse_, les Consuls, officiers municipaux des villes du Midi.

N 4.--_Cante-Perdris_, cru de Beaucaire.

N 5.--Bague de verre, qui fait crier aïe! lorsqu'elle se casse.

N 6.--_Li braiassé_, les Levantins, les Orientaux, à Marseille.

N 7.--Couvertures de laine pouvant servir de manteaux.

N 8.--Halles voûtées, arceaux des halles.

N 9.--_Franchimands_, Français du Nord; _Lombards_, Italiens;
_Estrelins_, Anglais ou Hanséatiques; _Marrans_, descendants des Maures,
Espagnols; _Gitanos_, Bohémiens d'Espagne.

N 10:--Ils restèrent trois ans auprès du roi de Torelore.
  V. FAURIEL, _Histoire de la poésie provençale, Aucassin et Nicolette_.

N 11.--Haut quartier de Beaucaire, où était autrefois l'hôtellerie des
bateliers.

N 12.--_Rouanado_, débordement du Rhône; fête du Rhône, sur le bord du
Rhône, en l'honneur du Rhône.

N 13.--Catapultes des Provençaux.

N 14.--La _Soulenque_, la fête du Soleil, repas qu'on paye aux ouvriers
de la moisson.

N 15.--_Génestet_, cru du territoire de Beaucaire, dont le vin est vanté
dans le poème de la Croisade contre les Albigeois.

N 16.--_Rouan_, le taureau; nom emblématique du Rhône. _Rouanesse_,
quartier de Beaucaire, dans lequel on retrouve le nom de _Rhodanusia_,
ancienne colonie grecque.


_CHANT ONZIÈME_

Note 1.--_Aubourier_, tronçon de mât auquel on attachait les câbles de
traction.

N. 2.--La _souveraine_, la plus haute marque de la sonde.

N. 3.--Le Lert, grand reptile fantastique.

N. 4.--Nom d'une porte d'Avignon, par laquelle les mariniers allaient à
la «marmite», _l'oulo_, en provençal.

N. 5.--_Mau-uni_, grêlé.

N. 6.--Quartier de Lyon.

N. 7.--Nom d'un port du Rhône, près Orange.


_CHANT DOUZIÈME_

Note 1: _Lustre_, éclat, lumière, au sens primitif.

N. 2.--DEO SOLI INVICTO MITRAE, inscription qu'on lisait autrefois sur
le monument mithriaque du Bourg-Saint-Andéol (Millin).

N. 3.--Petit lézard gris, _lacerta agilis_.

N. 4.--A Arles et à Lyon, comme au Bourg-Saint-Andéol, subsistent les
monuments du culte de Mithra. A Arles, le corps du dieu est entouré d'un
grand serpent et sur ses vêtements sont figurés aussi les signes du
Zodiaque.

N. 5.--_Ensigne_ (Insignes), constellations, en provençal.

N. 6.--Nom propre d'un bateau du Rhône.

N. 7.--Chenapan, scélérat, par allusion à Mandrin, célèbre chef de
contrebandiers, roué à Valence, en 1755.



  TABLE


  CHANT PREMIER.   -- Patron Apian                 3

  CHANT DEUXIÈME.  -- Le Prince d'Orange          31

  CHANT TROISIÈME. -- La Descente du Rhône        65

  CHANT QUATRIÈME. -- Les Vénitiennes             83

  CHANT CINQUIÈME. -- L'Anglore                  115

  CHANT SIXIÈME.   -- Le Drac                    137

  CHANT SEPTIÈME.  -- La Fontaine de Tourne      155

  CHANT HUITIÈME.  -- A horizon perdu            181

  CHANT NEUVIÈME.  -- En aval d'Avignon          215

  CHANT DIXIÈME.   -- La Foire de Beaucaire      237

  CHANT ONZIÈME.   -- La Remonte                 269

  CHANT DOUZIÈME.  -- La Catastrophe             307

  Notes                                          339


  _Achevé d'imprimer_

  le vingt-sept janvier mil huit cent quatre-vingt-dix-sept

  PAR

  ALPHONSE LEMERRE

  6, RUE DES BERGERS, 6

  _A PARIS_





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Le Poème du Rhône, - en XII chants. Texte Provençal et Traduction Française" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home