Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Correspondance diplomatique de Bertrand de Salignac de La Mothe Fénélon, Tome Second - Ambassadeur de France en Angleterre de 1568 à 1575
Author: Fénélon, Bertrand de Salignac de la Mothe
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Correspondance diplomatique de Bertrand de Salignac de La Mothe Fénélon, Tome Second - Ambassadeur de France en Angleterre de 1568 à 1575" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



Notes de transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée
et n'a pas été harmonisée.

Quelques caractères, en exposant dans l'original, et dont l'abrévation
n'est pas évidente ou non courante, ont été mis en accolade dans cette
version électronique. Ainsi, l'abréviation {lt} signifie livre
tournois. L'abbréviation {c} ou {m} après un chiffre romain signifie
que le chiffre doit être multiplié respectivement par cent et par
mille.

Texte imprimé en lettres gothiques dans le livre d'origine est
marqué =ainsi=.



    CORRESPONDANCE
    DIPLOMATIQUE

    DE
    BERTRAND DE SALIGNAC
    DE LA MOTHE FÉNÉLON,

    AMBASSADEUR DE FRANCE EN ANGLETERRE
    DE 1568 A 1575,

    PUBLIÉE POUR LA PREMIÈRE FOIS
    Sur les manuscrits conservés aux Archives du Royaume.

    TOME DEUXIÈME
    ANNÉE 1569.

    PARIS ET LONDRES.
    1838.


    RECUEIL
    DES
    DÉPÊCHES, RAPPORTS,
    INSTRUCTIONS ET MÉMOIRES

    Des Ambassadeurs de France
    _EN ANGLETERRE ET EN ÉCOSSE_
    PENDANT LE XVIe SIÈCLE

    Conservés aux Archives du Royaume,
    A la Bibliothèque du Roi,
    etc., etc.

    ET PUBLIÉS POUR LA PREMIÈRE FOIS
    _Sous la Direction_
    DE M. CHARLES PURTON COOPER.

    PARIS ET LONDRES.
    1838.



    DÉPÊCHES, RAPPORTS,

    INSTRUCTIONS ET MÉMOIRES

    DES AMBASSADEURS DE FRANCE

    EN ANGLETERRE ET EN ÉCOSSE

    PENDANT LE XVIe SIÈCLE.


    LA MOTHE FÉNÉLON.


    Paris.--Imprimerie PANCKOUCKE, rue des Poitevins, 14.


    AU TRÈS-NOBLE
    HENRI PETTY FITZMAURICE

    MARQUIS DE LANSDOWNE

    LORD PRÉSIDENT DU CONSEIL
    DE SA MAJESTÉ
    LA REINE DE LA GRANDE-BRETAGNE.


    CE VOLUME LUI EST DÉDIÉ

    AVEC L'AGRÉMENT DE SA SEIGNEURIE

    PAR
    SON TRÈS-HUMBLE, TRÈS-OBÉISSANT ET TRÈS-DÉVOUÉ
    SERVITEUR

    CHARLES PURTON COOPER.



DÉPÊCHES

DE

LA MOTHE FÉNÉLON.



XXXIXe DÉPESCHE

--du IIIe de juing 1569.--

(_Envoyée par Jehan de Bouloigne._)

  Plainte faite par l'ambassadeur à Élisabeth contre la saisie de
    ses dépêches, et la conduite des députés envoyés par elle en
    Allemagne.--Il demande formellement, au nom du roi de France,
    qu'elle porte secours à la reine d'Écosse et lui fasse rendre
    sa couronne.--Explications données par Élisabeth, au sujet des
    reproches qui lui sont adressés.--Promesses qu'elle fait de
    continuer avec la France les relations les plus
    amicales.--Nouvelle de la mort de M. d'Andellot.--Rumeur causée
    à Londres par des accusations d'empoisonnement sur M.
    d'Andellot, et de tentatives d'empoisonnement sur l'amiral de
    Coligny, M. de La Rochefoucault et de Montgommery.--Effet
    produit par la nouvelle, encore incertaine, que le duc de
    Deux-Ponts a passé la Loire.


    AU ROY.

Sire, j'ay esté, durant ces festes de Pentecoste, devers la Royne
d'Angleterre à Grenuich, pour trois principales occasions; l'une, pour
luy compter l'estat de voz affères, ainsy que, par voz lettres du
XIIIIe du passé, il vous a pleu me le commander; l'aultre, pour luy
remonstrer aulcuns mauvais déportemens de ses ministres en Allemaigne;
et la troisiesme, pour le faict de la Royne d'Escoce. Je luy ay
commancé mon propos par me plaindre grandement à elle de
l'interception et divertissement, que le maistre de la poste de
Canturbery a ozé fère, d'ung vostre paquet et d'ung paquet de Mr. de
Gordan, des mains du postillon qui me les aportoit, luy remonstrant
qu'il les avoit transportez en lieu, où l'on me les avoit retenuz deux
jours, et puys m'avoient esté renduz par ung des gens de son principal
secrétaire, Me. Cecille, en si mauvais estat qu'encor qu'ilz
apareussent aulcunement cloz, ilz ne monstroient toutes foys qu'on
leur eust gardé le respect deu aulx lettres et cachet d'ung si grand
prince; ce qui me faisoit croyre que l'indignité n'estoit procédée
d'une telle princesse comme elle, ny de son commandement, ains de la
malicieuse curiosité et extrême passion de ceulx qui, en plusieurs
aultres mauvaises sortes, avoient, ceste année, miz souvent la dicte
Dame en hazard de perdre le bien de la paix et amytié de Vostre
Majesté et celle de vostre royaulme: dont la suplioys humblement
qu'elle m'en vollût fère avoir rayson.

A quoy elle, monstrant n'estre aulcunement contante, m'a respondu que,
à la vérité, c'estoit chose qui n'estoit advenue de son sceu, et bien
fort à son regrect, mais que Milaris Coban venoit de luy bailler des
lettres de son mary, qui est gouverneur du quartier, où cella a esté
faict, par lesquelles il luy donnoit compte du tout, et comme le
postillon estoit un homme nouveau, lequel venant, sans passeport, en
la compaignye d'aulcuns Angloys qui estoient passez en mesmes temps de
Flandres pour servyr d'espyes, s'estoit avec eulx randu si suspect,
qu'on les avoit toutz foillez et visitez ensemble; dont me prioyt
d'excuser, pour ceste foys, la détention de mon dict paquet, et
qu'elle ne lairoit pourtant de me fère avoir réparation du tort qu'on
m'y pourroit avoir faict.

Je luy ay répliqué que les paquetz de Vostre Majesté avoient
accoustumé de servir de passeport et de seureté à ceulx qui les
pourtoient, dont ne restoit aulcune bonne excuse pour ceulx qui
m'avoient si fort offancé, lesquelz, continuans ainsy de plus en plus
se porter toutjour fort mal envers Vostre Majesté, seroient en fin
cause de vous fère monter au cueur ung juste desir de rescentiment, et
que leur entreprinse avoit esté bien fort vayne en cest endroict, car
je ne leur eusse que trop volontiers communiqué ceste dépesche, à
laquelle je m'asseuroys qu'ilz n'eussent prins le playsir, que
j'espéroys que la dicte Dame auroit, d'y veoir les affères de Vostre
Majesté en très bonne disposition, la priant d'avoir agréable d'en
ouyr le récit.

Et ayant la lettre en la main, je luy leuz incontinent toute cette
partie qui concernoit le bon estat de voz dictes affères, et la
calompnye et menterye de ceulx qui en parloient aultrement, et
l'asseurance de vostre amytié envers la dicte Dame avec la
correspondance que vous desiriez d'elle: laquelle monstra avoir le
tout fort agréable, et fut une chose qui vint bien à propos pour
aulcunes matières, qui estoient lors en termes en ceste court;
lesquelles se menoient diversement sellon la diversité des novelles,
que les ungs et les aultres représentoient de la guerre de France; à
l'occasion de quoy elle s'arresta davantaige sur le discours de la
dicte lettre et m'y fyt plusieurs demandes, ausquelles je miz peyne de
satisfère: puys luy diz que, de tant que vous ne vouliez garder
aulcune malle impression ny réserver rien sur vostre cueur contre
elle, vous la priez de vous esclaircyr d'une chose qu'on vous avoit
mandée d'Allemaigne, c'est que ses agentz par dellà faisoient de si
mauvaiz offices et si contraires à vostre service que, quant elle vous
auroit déclairé la guerre, ilz ne se monstreroient plus ouvertement
voz ennemys qu'ilz faisoient, provoquans et incitans les princes
protestans d'Allemaigne de fère et continuer la guerre en vostre
royaulme, et employent le nom et le crédict d'elle, pour leur trouver
des deniers; et, que mesmes l'on vous avoit mandé que Quillegrey, et
ung aultre des siens, qui se tient à Francfort, estoient sur le point
de leur faire fornyr quatre vingtz ou cent mille tallartz, avec
promesse de plus grand somme, quant la flotte de Londres seroit
arrivée en Hembourg: ce que vous ne vouliez ny pouviez croyre que
procedât aulcunement d'elle, estant chose qui répugnoit grandement à
la paix, et aulx promesses, et sèremens, que vous avez juré, de
procurer le bien et évitter le mal loyaulment l'ung de l'aultre, et
trop contraire à l'honneur de la parolle qu'encores freschement elle
vous avoit donnée de la continuation de son amytié, mais que
c'estoient aulcuns mal affectionnez, transportez de passion, qui
abusoient ainsy de son authorité, et ne se soucyoient d'allumer, par
ce feu couvert qui estoit plus cuysant que si la flamme en paroissoit,
une guerre entre vous, pourveu qu'ilz vinsent à boult de leurs
intentions, ce que vous la priez très instantment de fère cesser.

Et luy tins ce propoz, Sire, tant par ce que j'avois des adviz
conformes à cella que pour ayder de divertyr une levée de deniers
qu'on estoit après à fère icy; à laquelle je sçavoys qu'aulcuns
seigneurs de ce royaulme contradisoient.

De quoy la dicte Dame, voulant donner satisfaction à Vostre Majesté,
m'a dict que, à la vérité, elle avoit deux agentz en Allemaigne, l'ung
nommé Du Mont, homme vieulx, catholique, ancien serviteur du feu Roy
son père, qui se tenoit en une sienne mayson prez de Francfort, et
l'aultre Quillegrey, gentilhomme anglois, bien affectionné à son
service, par lesquelz deux elle entretenoit l'amytié des princes
allemans, lesquelz se monstroient très affectionnez de la continuer
envers elle, tout ainsi qu'ilz l'avoient toutjour heue ferme et
constante envers le dict feu Roy son père, mesmes qu'elle pouvoit
compter le duc Auguste, le lansgrave de Esse, les palgraves et aultres
principaulx princes de dellà, pour ses fort inthimes amys, et me
vouloit bien dire qu'elle, avec eulx, avoient ensemblement pourveu à
leurs affères contre ceulx qui vouloient exterminer leur religion;
mais qu'au reste, ses agens n'avoient eu jamais charge de fère ny
procurer rien en particullier contre Vostre Majesté, et m'asseuroit
qu'il n'y avoit esté aulcunement forny argent, au moins par nul moyen
qui procédât d'elle, sans lequel je pouvois croyre que ses gens
n'estoient pour trouver guyères grandz sommes, et qu'elle vous
remercyoit grandement de l'honnorable jugement que vous feziez de son
intention, en ce que, quant le dict adviz seroit véritable, vous l'en
vouliez tenir deschargée; ce qu'elle vous prioit de croyre, qu'encor
qu'on luy représentât plusieurs occasions, qu'elle n'estoit pour en
prendre jamais pas une de ceste sorte à couvert contre vous; ains
envoyeroit ouvertement la vous notiffier: mais que vous la trouverez
fère profession sinon de prudence, au moings d'intégrité, en tout ce
qu'elle vous avoit promiz; adjouxtant plusieurs aultres propos assés
longs, lesquelz il est bien besoing que Voz Majestez sachent, mais je
réserve les vous fère entendre par homme exprès.

Et m'a esté dict que ceste mienne remonstrance a eu desjà quelque
effect, mais je métray peyne de le sçavoir mieulx pour vous en
asseurer par mes premières. Et pour la fin, je l'ay remercyée au nom
de Voz Majestez, de la bonne et vertueuse dellibération qu'elle
monstre prendre meintennant ez affères de la Royne d'Escoce pour la
remettre en son estat, ainsy que Mr. l'évesque de Ross me l'a
particullièrement racompté, la supliant d'y pourvoir si bien, et si à
temps, que le retardement n'y puysse plus engendrer de difficulté, et
qu'elle se veuille acquérir seule l'honneur de la plus honnorable
entreprinse qui soit escheue, de nostre temps, en main de nul prince
chrestien, sans excepter celle de l'empereur Charles Ve en la
restitution qu'il fit du Roy de Tunes[1], car ce fut pour ung pays
mahumétan, en hayne de Barberousse, qui infestoit l'Espaigne, là où
ceste cy est une légitime et héréditaire princesse, sa parante, qui ne
luy a faict jamais desplaysir, et est venue, en la confiance de sa
parolle, recourir à elle, luy requérant, en bonne sorte et avec
beaulcoup d'humillité, son promiz secours; oultre que par ce moyen,
plus que par nul aultre qui se puysse jamais offrir, elle satisfera
grandement à toutz les princes de la terre, mesmement à Voz Majestez
Très Chrestiennes, qui luy en aurez obligation; luy voulant bien dire,
de la part d'icelles, que, sans l'attante de son dict secours, vous
vous fussiez desjà efforcez, quelz affères que vous ayez sur les bras,
de pourveoir à ceulx de la dicte Dame, sellon que vous y estiez, par
les trettez et par ung honneste debvoir, obligez; qui ne vouliez, en
façon du monde, laysser ung si mauvaiz exemple de vous à voz alliez et
confédérez, que vous fussiez veuz habandonner la cause de ceste
princesse, laquelle tenoit le lieu de la principalle et plus ancienne
alliance de vostre coronne.

  [1] Muley Hascen, roi de Tunis, ayant été chassé de ses états en
  1534, par Khaïr Eddyn Barberousse II, roi d'Alger, implora la
  protection de l'empereur, qui le rétablit dans son royaume au
  mois de juillet 1535.

A quoy la dicte Dame m'a respondu, et semble que ce a esté de bonne
affection, qu'encor qu'elle ayt à considérer l'obligation qu'elle a à
la justice du murtre du feu Roy d'Escoce, qui estoit son subject, et à
la cession que la dicte Dame a faicte du tiltre qu'elle prétandoit de
ce royaulme à Monsieur, frère de Vostre Majesté, et à d'aultres
différendz, qu'elles ont à démesler ensemble touchant leurs deux
royaulmes, qu'elle, néantmoins, pourvoirra si bien à son affère qu'on
cognoistra qu'elle luy porte plus d'amytié et de bienveuillance
qu'elle ne s'est aymée elle mesmes.

Lequel propos s'est estendu en responses et répliques, touchant la
justice sur les princes souverains, comme elle est réservée à Dieu
seul; et touchant la cession du tiltre d'Angleterre, comme c'est ung
malicieulx artiffice pour irriter la dicte Dame contre la France et
contre ceste pouvre princesse, lequel se trouvera manifestement faulx;
et en aultres discours, qui excèderoient par trop la mesure d'une
lettre, de les adjouxter icy; par quoy les remettray à une aultre
foys, et prieray atant le Créateur après avoir très humblement baysé
les mains de Vostre Majesté qu'il vous doinct, Sire, en parfaicte
santé, très heureuse et très longue vie, et toute la grandeur et
prospérité que vous desire.

    De Londres ce IIIe de juing 1569.


A LA ROYNE.

Madame, il vous plairra veoir, en la lettre du Roy, le compte, que je
donne à Voz Majestez, de certains propoz que j'ay naguières tenuz à la
Royne d'Angleterre et des responces qu'elle m'y a faictes, parmy
lesquelles j'ay recuilly de ses discours aulcunes aultres
particularitez, que je réserve vous fère entendre par le premier des
miens que je vous dépescheray; et vous diray davantaige, Madame, que
j'ay adviz qu'on a, secrètement et en grand dilligence, dépesché le
Sr. Gilles Grays, avec ung brigantin à rames, devers Me. Oynter, pour
luy dire qu'aussitost qu'il aura conduict la flotte en Hembourg, il
ayt à la laysser là, et qu'avec les grandz navyres, hommes et tout son
aultre équipaige de guerre, il fasse incontinent voyle vers les
quartiers d'Escoce; mais je n'ay encores descouvert pour quelle
occasion, seulement je présume que c'est pour s'opposer à
l'entreprinse qu'on leur a persuadée du capitaine St. Martin, de
laquelle je vous ay naguières faict mencion, ou bien pour remédier
aulx affères d'Irlande. Je travailleray d'en sçavoir la certitude.

L'on a vollu, ici, calompnier la nouvelle de la mort de Mr. Dandellot,
affirmans y avoir lettre, du VIIe de ce moys, de la Rochelle, qui
monstroit le contraire; mais j'entendz que, devant hyer, il vint
lettres à ceste Royne de son ambassadeur, Mr. Norrys, par lesquelles
il luy en confirme la mort, et luy mande davantaige qu'il y a gens en
vostre court, qui poursuyvent leur reccompence pour avoir empoysonné
Mr. l'Admyral, Dandellot, de La Rochefoucault et de Montgommery,
jouxte la certitude, qui aparoit desjà, de ce qui est advenu du dict
Sr. Dandellot, lequel ayant esté ouvert s'est trouvé empoysonné, et
que, sur leur vye, il s'ensuyvra bientost la semblable espreuve des
aultres; et que le duc de Deux Pontz a passé la rivière de Loyre à la
Charité, dellibérant s'acheminer, par Dun le Roy et Bourges, droict à
l'exécution de son entreprinse sellon sa première intention, et que
Voz Majestez estiez à Orléans pour assembler vostre camp. Lesquelles
nouvelles ont diversement esmeu ceste court; dont je prendray garde si
elles y produyront rien de nouveau.

Au surplus, la pratique d'accord que je vous ay mandée, qu'on
commançoit avec l'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, se continue
toutjour, mais assés froidement, et la met on en termes, par des
personnes qui s'en meslent, sans fère semblant d'y estre employez;
mais il y aparoit une telle jalouzie et compétance des entremetteurs,
que je ne voy que cella preigne encores ung si droict chemyn qu'il
s'en puysse espérer, de long temps, la conclusion. Une chose, à la
vérité, y concourt des deux costez, c'est ung desir d'accorder et
évitter la guerre, et n'y a que la formalité et le poinct de la
réputation, et quelque partie de la restitution qui y met le
retardement. Je bayse très humblement les mains de Vostre Majesté, et
prie Dieu qu'il vous doinct, Madame, en parfaite santé, très longue
vie et toute la prospérité que vous désire.

    De Londres ce IIIe de juing 1569.



XLe DÉPESCHE

--du Xe de juing 1569.--

(_Envoyée par Jehan Valet jusques à Calais._)

  Prise de la Charité et passage de la Loire par le duc de
    Deux-Ponts.--Intelligence des Anglais avec ce prince.--Désir
    qu'ils ont de profiter des succès remportés par les Allemands
    en France, pour tenter de recouvrer Calais.--Nouveaux
    préparatifs de guerre.--Assurance est donnée à l'ambassadeur
    qu'ils ne sont pas dirigés contre la France.--Crainte que la
    flotte de la Rochelle, dont le retour n'est point annoncé, ait
    été retenue pour le service des protestants.--Mise en liberté
    des mariniers espagnols.--Assurance est donnée à l'ambassadeur,
    par lettre du roi, que M. d'Andelot n'est pas mort par le
    poison.--Projet de convention pour la restitution des
    prises.--Noms des commissaires anglais qui ont été désignés
    pour se rendre à Rouen.


AU ROY.

Sire, la dépesche que j'ay faict à Voz Majestez, devant ceste cy, est
du IIIe du présent, et, despuy, m'ayant esté donné quelque adviz que
la prinse de la Charité, et le passaige de l'armée du duc de Deux
Pontz par dellà la rivière de Loyre, commançoient de remectre en
vigueur dans ce conseil la querelle de Callais, et encores d'aultres
partiz (que j'ay eu occasion d'avoir fort suspectz, pour me venir
devant les yeulx), que l'avance, qu'ilz ont faicte d'aulcuns deniers à
l'entreprinse des princes d'Allemaigne, n'a volontiers esté sans y
conclure quelque marché pour eulx, et qu'il y a aparance que le dict
Duc ne s'est hazardé d'entrer si avant en pays, sans estre bien
asseuré de leur intelligence; j'ay travaillé, par le prétexte de
négocier, avec les seigneurs du susdict conseil, d'aulcunes
particularitez (comme de la prinse de mon paquet;--de la pleincte que
j'ay dernièrement faicte à la Royne, leur Mestresse, touchant le
mauvais office de ses agentz en Allemaigne;--de ma réplicque sur les
responces qu'ilz ont données à mes précédantes remonstrances,
laquelle, tout exprès, je leur ay de nouveau baillée par escript;--et
du faict de la Royne d'Escoce); de tirer principallement quelque
notice de ceste aultre affère, dont ay aprins, Sire, que, à la vérité,
il a esté par aulcuns miz en avant de se prévaloir de la présente
occasion des adversitez de vostre royaulme, et qu'il ne failloit
qu'ilz s'attendissent d'en avoir jamais une aultre plus à propos, pour
pouvoir fère leurs besoignes en France. Mais, ou soit pour la
naturelle inclination, que ceste Royne a à la paix; ou pour la
recordation du Hâvre de Grâce; ou pour n'estre les principaulx
seigneurs accordans à la guerre, ou pour n'avoir bien prest ce qui
leur faict besoing pour la commancer, ou encores, qui est plus à
croyre, pour estre le playsir de Dieu d'ainsy disposer meintennant les
personnes et les présens affères de ce royaulme, la dellibération
n'est passée si avant que je vous en veuille encores mettre en peyne,
et je travailleray cependant, aultant qu'il me sera possible, de la
divertir du tout.

Seulement, Mr. l'admyral d'Angleterre, sur une grande crierye et
remonstrance qu'il a faicte, comme il estoit bien adverty qu'après
avoir, à mon instance, et pour satisfère à Vostre Majesté, nettoyé, de
leur costé, la mer de pirates, l'on armoit meintennant navyres et
vaysseaulx à force, par toutz les portz et hâvres de vostre royaulme,
pour remplir vostre mer, de dellà, de nouveaulx pillartz, et ayant
touché aussi quelque mot du passaige de voz gallères par deçà, il a
obtenu commission de pourvoir dilligentment à tout ce qu'il verra
estre requiz, concernant le faict de sa charge, pour garder que les
pays et subjectz de la dicte Dame ne soyent ny offancés, ny surprins.
Et ainsy, luy et Me. Cecille ont esté, despuys trois jours, à Gélingan
donner ordre de rabiller et mettre promptement en équipage toutz les
grandz navyres de guerre, pour s'en pouvoir servir au besoing; et Me.
Ouynter, qui est desjà de retour, avec cinq de ceulx qu'il avoit mené
en Hembourg, se tient à Haruich, sur l'emboucheure de la Tamize, avec
tout son équipage, sans rien licencier, et les monstres généralles
continuent se fère par ce royaulme, avec quelque aprest d'armes, en
quoy, à la vérité, ilz procèdent de la plus grande aparance et
démonstration qu'ilz peuvent, pour donner expectation de quelque
grande chose aulx leurs et aulx estrangiers; mais je ne descouvre,
pour encores, qu'ilz ayent en main aulcune déterminée entreprinse
contre Vostre Majesté; tant y a que, comme je ne vous veulx donner
allarme de ce costé que le plus tard que je pourray, bien qu'on
s'esforce de me la fère desjà prendre bien grande, aussi vous supliè
je, Sire, de n'en demeurer en tant de confiance que ne commandiez
toutjour aulx gouverneurs et capitaines, d'icelle partie de vostre
frontière qui regarde ce royaulme, de ne la laysser desgarnye, et
qu'ilz ayent à prendre toutjour garde aulx surprinses qui s'y
pourroient fère, qui sera ung vray moyen pour mieulx conserver la
paix.

Du reste, l'on m'a faict aparoir, touchant l'interception de mon
paquet, que, à la vérité, le postillon, qui le pourtoit, estoit passé
en la compaignye d'un gentilhomme angloix, nommé Trassan, qui avoit
demeuré absent unze ans hors du pays, et avec d'aultres escolliers
angloix, qui venoient de Louvain, qu'on a souspeçonné estre toutz
envoyez pour servir d'espyes par deçà, lesquelz ont esté despuys miz
en pryson. Et, de ma remonstrance touchant les mauvaiz offices que les
agentz de ceste Royne faisoient en Allemaigne, aulcuns du dict conseil
m'ont asseuré que ce que la dicte Dame m'en avoit respondu estoit
vray; aultres m'ont dict que, pour n'avoir eu cognoissance de toutes
ces despesches d'Allemaigne, ilz ne me vouloient asseurer de rien, ce
qui monstre qu'il en est quelque chose, mais qu'il est secrètement
conduict; tant y a que j'ay quelque adviz que, despuys ma dicte
dernière audience, cest ordre de fornyr XL mille {lt} esterlin, par
les marchans de Londres, ès mains de Quillegrey, dont j'ay faict
mencion en mes précédantes, et l'emprunct de cent mille {lt} esterlin,
sur les bien aysez de ce royaulme, a esté aulcunement révoqué, et
qu'en lieu de ce, a esté seulement donné commission au maire de ceste
ville d'empruncter sur le crédict de la chambre de Londres, qui est
comme sur la mayson de ville de Paris, par lettres du privé scel,
XVIII ou XX mille {lt} esterlin, qui est soixante quinze mille escuz,
et rien davantaige; sinon qu'on est après à fornyr vingt huict mille
florins de plus pour retirer deux obligations de pareille somme, qui a
esté naguières employée en quelque lieu d'Allemaigne, au nom de la
dicte Dame; que touchant les aultres particullaritez, dont j'ai faict
instance, pour asseurer la mer et le commerce par deçà aulx Françoys,
et leur rendre leurs biens et navyres, qui y sont arrestez, et fère
cesser le traffic de la Rochelle, qu'il m'y sera si bien satisfaict
que j'en demeureray contant. Dont retournant, ceste après diner,
trouver la dicte Dame et iceulx seigneurs, sur l'occasion de vostre
dépesche du XXVIIIe du passé, que j'ay receu le Ve d'estuy cy, et sur
celle du IIe du présent, que le Sr. de Vassal, ung des miens, me
vient, tout présentement, de bailler, je mettray peyne d'avoir une
finalle résolution de toutes ces choses, et de confirmer la volonté de
ceste princesse et de ces seigneurs, tant qu'il me sera possible, en
la continuation de la paix.

La flotte de la Rochelle n'est encores de retour, de laquelle devisant
hyer avec ung seigneur de ceste court d'où pouvoit venir l'occasion du
retardement, veu qu'elle avoit arrivé le VIIIe de may au dict lieu, et
qu'on ne met guières à charger grande quantité de sel, et qu'il a
despuys faict fort bon vent pour revenir, il m'a dict qu'il
souspeçonnoit que ceulx du dict lieu pourroient bien avoir retenu les
vaysseaulx de la dicte flotte, pour s'en servir à transporter des
hommes à quelque aultre quartier, affin de se pouvoir plus ayséement
joindre à leurs aultres troupes, ou bien pour faire quelque aultre
entreprinse; mais encores qu'aulcuns de deçà fussent, possible, bien
consentans de telle chose, il me pouvoit asseurer que ce n'estoit au
moins par dellibération du conseil, et qu'il croyoit que la Royne, sa
Mestresse, n'en sçavoit rien.

Ceulx cy ont commancé procéder de quelque modération sur les affères
qu'ilz ont avec le Roy d'Espaigne, ayant le maire de ceste ville,
despuys deux jours, miz en liberté envyron cent pouvres Espaignolz
maryniers, qui estoient dettenuz prisonniers en ceste ville despuys le
commancement de ces prinses, et bien qu'on ayt serché, du
commancement, de les délivrer soubz caution de dix escuz pour teste,
en cas que les choses passassent à quelque ouverture de guerre;
néantmoins, après que monsieur l'ambassadeur d'Espaigne a eu
remonstré que telle chose s'esloigneroit trop de la bonne paix d'entre
Leurs Catholique et Sérenissime Majestez, qui ne debvoit estre mise en
tel doubte, et que, mesmes, le duc d'Alve, naguières, luy estant
admené plusieurs pouvres maryniers et pescheurs anglois, prins sur la
coste de Zélande, les avoit toutz renvoyez sans en retenir ung seul,
le dict maire a, par ordonnance de ce conseil, franchement dellivré
les dictz Espaignolz, et les a desjà faictz embarquer pour les passer
en Flandres. Qui est tout ce que, pour ceste foys, je diray à Vostre
Majesté, à laquelle baysant en cest endroict très humblement les
mains, je prieray atant le Créateur qu'il vous doinct, etc.

    De Londres ce Xe de juing 1569.


L'on me vient présentement d'advertyr qu'il a esté mandé à Me. Oynter
de ramener les cinq grandz navyres dans la rivière de Rochestre; s'il
est ainsy, c'est signe qu'on ne veult point encores rien entreprendre.

Monsieur le cardinal de Chatillon n'a point esté en ceste court
despuys la nouvelle de la mort de son frère, de laquelle l'on dict
qu'il porte un extrême regrect; il s'en est allé à quelques beings,
qui sont par dellà Oxfort.


    A LA ROYNE.

Madame, j'ay miz en la lettre du Roy les principaulx poinctz que, pour
ceste heure, j'ay à fère entendre à Voz Majestez, mesmes de ce que,
despuys dix ou douze jours, je me suys trouvé bien perplex pour les
divers adviz que, coup sur coup, l'on m'a donné comme ceulx cy se
préparoient à une déclaration de guerre ou à fère une ouverte
entreprinse sur quelque endroict de vostre royaulme, qui n'a esté sans
que j'aye miz peyne d'aprofondir le faict, et recercher, jusques dans
les volontez et intentions de ceulx de ce conseil, ce que j'en debvois
bien croyre, et puys le vous mander, premier que de vous mettre en
plus de peyne que celle où je comprens bien que Vostre Majesté est
meintennant pour rechasser le duc de Deux Pontz hors de la France.

Sur quoy Vostre Majesté considèrera ce que j'en mande au Roy; mais,
oultre que desjà j'ay déposé une partie de la peur qu'on m'en donnoit,
je vays encores ceste après diner m'en esclaircyr et confirmer
davantaige avec ceste Royne, et avec les seigneurs de ce conseil, sur
l'occasion de tretter avec eulx du contenu ez deux dernières dépesches
que j'ay freschement receues de Voz Majestez, et, par mes premières,
j'espère que je vous résouldray clairement du tout. Au moins espérè je
avoir toutjour notice des aultres armemens que ceulx cy pourront fère
de nouveau, oultre ceulx qu'ilz ont desjà en mer, premier qu'ilz
puyssent estre en estat de les employer à quelque entreprinse. Au
reste, je me doubte bien que j'auray à respondre à la dicte Dame sur
ce que Mr. Norrys luy a mandé de la mort de Mr. Dandellot comme elle
luy a esté avancée par poyson, et a escript que c'est ung Itallien
Florentin, lequel en pourchasse inpudentment la récompense à Paris,
qui se vante de l'avoir aussi donnée à Mr. l'Admyral et aultres, ce
que l'on mect peyne de fère avoir en si grand horreur et exécration à
ceste Royne, et aulx plus grandz de sa court, que j'entendz que,
despuys cella, l'on a ordonné je ne sçay quoy de plus exprès en
l'essay accoustumé de son boyre et de son manger, et a l'on osté
aulcuns Italliens de son service, et est sorty du discours d'aulcuns
des plus grandz qu'encor qu'il ne faille dire ny croyre que telle
chose ayt esté faicte du vouloir ny du commandement de Voz Majestez,
ny que mesmes vous le veuillez meintennant aprouver après estre faict,
que néantmoins toutz princes debvoient dorsenavant avoir pour fort
suspect tout ce qui viendra du lieu d'où telz actes procèdent, ou qui
y sont tollérez; et s'esforce l'on, par ce moyen, de taxer et rendre,
icy, odieuses les actions de la France; et croy qu'on en faict aultant
ailleurs. Mais sur l'asseurance de ce que le Roy m'a escript, par sa
lettre du XIIIIe du passé, de la mort du dict Sr. Dandellot,
j'asseureray fort que ce qu'on dict du poyson est une calompnie, et
que Voz Majestez ne serchent ceste façon de mort, mais bien
l'obéyssance de voz subjectz, et de donner ung juste chastiement à
ceulx qui présument de la vous dényer.

J'entendz que ung gentilhomme françoys, nommé le Sr. de Jumelles, est
despuys hyer arrivé par deçà, vennant d'Allemaigne, par la voye
d'Embourg, lequel dellibère passer en France et aller trouver le duc
de Deux Pontz, pour luy porter quelque asseurance d'ung nouveau
renfort et secours de la part du duc de Cazimir et aultres princes
protestans. J'advertiray aulx passaiges de prendre garde à luy, et
Vostre Majesté, s'il luy playt, commandera d'y avoir aussi l'oeil dans
le pays; et je prieray Dieu, etc.

    De Londres ce Xe de juing 1569.


La Royne d'Escoce se porte bien, et j'attandz, dans trois jours, ung
des siens qu'elle dépesche devers Voz Majestez pour avoir la
déclaration de Monseigneur vostre filz sur le tiltre qu'on luy
objecte qu'elle luy a cédé du royaulme d'Angleterre.

       *       *       *       *       *

(Plus a esté miz à la lettre de Mr. de l'Aubespine, du dict jour, par
postile, que:--ayant ung peu eschauffé les seigneurs de ce conseil sur
la pratique de continuer la paix et le commerce d'entre ces deux
royaulmes, ilz m'ont envoyé les noms des merchans qu'ilz ont ordonné
passer à Roan pour la dellivrance des biens des Anglois par dellà,
avec asseurance que la Royne, leur Mestresse, me baillera lettre,
signée de sa main, pour fère restituer aulx Françoys leurs biens, qui
sont arrestez par deçà, au mesmes jour que le Roy, par lettre aussi
signée de sa main, mandera fère la dellivrance aus dictz Angloys; dont
vous prie, monsieur, pendant que les choses sont en quelques bons
termes, envoyer, du premier, à Mr. le maréchal de Cossé ou à moy, une
lettre de Sa Majesté, qui porte en substance ce qui est contenu en ce
billet à part et je procureray en avoir aultant de la dicte Dame:

«Qu'il soit le bon playsir du Roy d'accorder une lettre, signée de sa
main, portant promesse que tout ce qui est prins ou arresté, des biens
des Angloix, en son royaulme, leur sera randu, et la réelle
dellivrance leur en sera faicte, au mesmes jour et temps que la Royne
d'Angleterre, sa bonne soeur, par aultre lettre aussi signée de sa
main, déclairera que ce qui a esté prins et arresté en Angleterre ou
qui s'y trouvera, en essence, apartenir aulx Françoys ou que iceulx
Françoys monstreront et vériffieront sommairement leur apartenir, leur
sera réallement restitué; et que Sa Majesté trouve bon que ce soit le
Xe de juillet prochain, 1569; et, au reste, que des prinses et
pilleries qui ont esté commises, d'ung costé et d'aultre, Leurs
Majestez feront mutuellement administrer justice à leurs communs
subjectz jouxte la teneur des trettez.»

Passeront en France, pour tretter sur le relaschement des biens
arrestez des Angloix, Richart Patrik, Thomas Waker, et Françoys
Benysson, marchandz de Londres.)



XLIe DÉPESCHE

--du XVe jour de juing 1569.--

(_Envoyée par Olyvier Champernon jusques à Calais._)

  Nouvelles instances des protestants pour faire déclarer la
    guerre.--Entrevue de l'ambassadeur et d'Élisabeth.--Efforts de
    l'ambassadeur pour convaincre la reine qu'il n'y a point de
    ligue formée contre sa religion.--Déclaration d'Élisabeth
    qu'elle est certaine du contraire, mais qu'elle-même s'est
    liguée avec les princes protestants pour la défense de sa
    religion, et qu'elle n'a nul besoin de recourir aux
    armes.--Elle manifeste le désir de voir terminer les troubles
    de France par une nouvelle pacification.--Elle laisse entendre
    que le roi est trahi, et annonce que de nouvelles levées se
    font en Allemagne.--Heureux retour et désarmement de la flotte
    de Hambourg.--L'ambassadeur déclare qu'il a confiance dans le
    maintien de la paix, mais que l'on n'en doit pas moins se
    préparer à la guerre.--Refus fait à l'ambassadeur de lui
    laisser visiter l'ambassadeur d'Espagne.--Promesse d'Élisabeth
    de se montrer favorable à la reine d'Écosse.--_Remontrances de
    l'ambassadeur_ pour assurer l'entière liberté du commerce avec
    la France, et faire interdire tout commerce avec la
    Rochelle.--_Réponse du Conseil_ aux remontrances.


    AU ROY.

Sire, suivant ce que, le Xe du présent, j'ay escript à Vostre Majesté
de certain adviz qu'on m'avoit donné que la Royne d'Angleterre
vouloit rentrer en demandes sur le faict de Callais, et en atacher
bien ferme une pratique, jusques à déclaration de guerre, par l'apuy
des princes protestans, lesquelz on me disoit luy avoir promiz qu'ilz
ne poseroient les armes qu'elle n'en eust quelque satisfaction, de
tant que, sur le nom et crédit d'elle, il leur avoit esté forny de
l'argent pour leur présente entreprinse; et entendant aussi qu'aulcuns
remonstroient très instantement à la dicte Dame que, puysque les
différans de la religion estoient sur le poinct d'une descizion par
ung général faict d'armes, estant le duc de Deux Pontz desjà oultre la
rivière de Loyre, qu'il estoit temps, pendant qu'il avoit l'avantaige,
et que l'ocasion se offroit à elle, en faisant ses besoignes, de
pouvoir aussi, sans aulcun dangier, moyenner une victoire, à tout le
moins, ung bien asseuré establissement en sa religion, qu'elle se
résolût ou de secourir, à ce coup, ouvertement, la cause, ou de se
préparer aulx entreprinses des catholiques; desquelz elle sçavoit que
la ligue estoit conclue et jurée, qui ne fauldroit de luy retumber
bien tost sur les braz; et que, oultre ses persuasions, l'on luy en
imprimoit encores d'aultres de la division et désordre qu'on luy
asseuroit estre parmy voz principaulx capitaines et chefz d'armée; et
qu'il n'estoit possible que vostre royaulme, en cest estat, peult tout
à la foys résister aulx estrangiers et à ceulx de la Rochelle; j'ay
bien vollu, Sire, pour m'esclarcyr de ce faict, après avoir, au
contraire de tout ce dessus, miz peyne de disposer le mieulx que j'ay
peu la dicte Dame et les principaulx d'auprès d'elle, luy aller
expressément dire que Voz Majestez, par leurs lettres du XXVIIIe du
passé et du IIe du présent, me commandiez de luy donner compte, non
seulement de l'estat de voz présens affères, mais de ne faillir
ordinairement l'advertir de l'entier succez qu'il plairra à Dieu vous
y donner, soit bien, soit mal, estimant qu'ainsy le requiert le
debvoir de vostre commune amytié, et que vous luy voulés monstrer par
là de quelle confiance vous proposez vivre avec elle.

Et, ainsy, luy ay racompté que le duc de Deux Pontz a prins la
Charité, non par deffault d'y avoir pourveu de bonne heure, ny que Mr.
d'Aumalle n'ayt faict toute dilligence de la secourir, mais par le
manquement d'aulcuns capitaines qui estoient dedans; et luy en ay
racompté la façon sellon le contenu de voz lettres, et que Mr.
d'Aumalle est desjà au devant de l'ennemy à Bourges et le marquiz de
Bade joinct à luy avec deux mille chevaulx; et que Mr. de Nemours est
prest de s'y joindre, avec d'aultres bonnes forces qu'il admène du
Lyonnois, ayant recuilly, en chemyn, les deux mille chevaulx et quatre
mille hommes de pied qui vous viennent d'Itallie; que Monsieur, frère
de Vostre Majesté, s'est desjà aproché au Blanc, en Berry, avec ung
renfort de trois mille cinq cens chevaulx et deux mille harquebuziers
esleuz, de sorte que Vostre Majesté va mettre ensemble une des plus
fortes et puyssantes armées qu'on ayt, long temps y a, veu en
l'Europe; que Mon dict Seigneur, oultre ce dessus, a layssé bonnes
forces en Guyenne pour empescher que ceulx de la Rochelle ne se
puissent mettre en campaigne, ny rien entreprendre, ny les Viscomtes
passer oultre pour se venir joindre au dict duc de Deux Pontz, comme
on luy avoit promis qu'ilz feroient; et que, s'en allant Vostre
Majesté à Orléans, pour estre plus près de voz forces, la Royne s'est
advancée vers Mon dict Seigneur, vostre frère, pour résouldre, avec
luy et avec les principaulx capitaines du camp, du temps, du lieu et
de la façon qu'on combattra le dict duc; qu'au reste le cours de ceste
guerre monstre bien meintennant que les catholiques n'ont poinct de
ligue faicte entre eulx, car s'ilz en avoient, il est sans doubte que
le pape auroit desjà dressé armée, soubz la conduicte de quelque
prince d'Itallye, pour marcher contre les Allemans; que l'empereur
eust gardé les dictz Allemans de sortir de leur pays, ou seroit
meintennant en armes contre eulx; que le Roy d'Espaigne auroit, dez
l'entrée du printemps, envoyé le duc d'Alve, comme Vostre Majesté
avoit faict Mr. d'Aumalle, avec une puissante armée, sur les terres
des princes protestans, ainsy qu'eulx ont bien ozé entrer en Flandres
et en la Franche Comté; mais qu'elle voyoit bien que chacun y alloit
pour son particullier, et que Vostre Majesté soubstenoit seul tout ce
faiz, qui ne combatiez que pour le recouvrement de l'obéyssance de voz
subjectz, laquelle Dieu vous feroit bien tost avoir: car c'estoit icy
leur extrême remède; et j'espérois, Dieu aydant, que les premières
nouvelles seroient d'une continuation de vostre victoire, aussi bien
sur le dict duc, comme elle avoit esté heureusement commancée et
poursuyvye sur les aultres.

Lequel propos, Sire, Vostre Majesté comprend assés pourquoy je le luy
ay tenu en ces termes, sans que je l'expéciffie davantaige; et certes,
la dicte Dame s'y est trouvée si bien disposée qu'après beaucoup de
mercyemens de la faveur et démonstration de confiance que uzés envers
elle, elle m'a respondu que je debvois croyre, sans aulcun doubte,
qu'elle sentoit ung plus grand plésir que aulcuns, possible, ne
pensent de ce que Voz Majestez avoient miz ung bon ordre et une bonne
provision à bien asseurer leur estat et l'estat de leurs présens
affères, desquelz elle ne vouloit ny la décadence, ny la ruyne; ains,
quant il y en adviendroit, qu'elle n'en auroit guières moins de
desplaysir que s'il mésadvenoit aulx siens propres, vous priant de
croyre que vous ne la trouverez jamais contraire à la cause de vostre
authorité; mais que, aultant que la dicte cause n'est séparée de celle
de la religion, et qu'elle n'a jamais comprins que ceulx de la
Rochelle vous veuillent desnyer ny contradire l'obéyssance qu'ilz vous
doibvent, elle desireroit qu'en lieu d'une victoire, il vous succédât
une bonne pacification avec voz subjectz, entendant, mesmement, qu'il
se prépare nouvelles levées en Allemaigne pour renforcer le duc de
Deux Pontz, ainsy que ung gentilhome, qui est naguières venu de dellà,
l'affirme; et qu'elle estime que, demeurant ainsy les deux causes de
la religion et de la rébellion meslées, et, jusques à ce que vous
aurés miz peyne de les séparer, vous ne viendrez à boult ny de l'une
ny de l'aultre, au moins tant qu'il y aura des princes protestans en
estat; et, quant à la ligue des catholiques, qu'elle sçayt très
certainement qu'elle est jurée et conclue, mais qu'avec les aultres
princes de sa religion elle a très bien pourveu en son faict, tant y a
que, pour son regard, elle ne s'est vollue mouvoir ny ne se mouveroit
contre Vostre Majesté, tant qu'elle vous estimera combattre pour
demeurer maistre dans vostre royaulme; aussi qu'il luy semble que la
dicte ligue vous revient plus à dommaige que à proffict, car ne faict
doubte que les aultres princes catholiques n'ayent promiz beaulcoup de
choses à Voz Majestez Très Chrestiennes qu'ilz ne vous tiennent
meintennant, et que ce leur est assés de veoir le feu bien allumé en
vostre estat, qui l'esteinct d'aultant au leur, et d'y adjouxter
toutjour matière pour plus fort l'embraser, finissant ainsy son propos
par des parolles que je n'ay peu bien entendre, expéciffiant ce mot de
_trayson_.

Je l'ay grandement remercyé de sa bonne et droicte intention envers
Voz Majestez et de ses advertissemens, la supliant me dire qu'est ce
qu'elle a vollu entendre par ce mot de _trayson_, car, pour évitter
toute tache d'ung si détestable crime, j'estois obligé de réveller à
Vostre Majesté ce que j'en orroys dire, et aussi qu'il luy pleût me
dire si elle avoit nulle certitude qu'il se préparât une aultre
descente d'Allemans en vostre royaulme.

Elle m'a respondu qu'elle m'avoit, quant au premier, parlé si
clairement que, joinct ce que je voyois du cours de ceste guerre, je
pouvois assés comprendre ce qu'elle vouloit dire; et, pour le regard
du second, qu'elle ne me pouvoit encores bien asseurer de ce qui en
estoit, mais qu'elle feroit examiner encores ce gentilhomme venu
freschement d'Allemaigne, et puys me manderoit ce qu'on auroit aprins
de luy. Le dict gentilhome est le Sr. de Jumelles, duquel, en mes
précédantes, je vous ay faict mencion.

Après, j'ay faict ung bien exprès mercyement, avec offre, de vostre
part, à la dicte Dame pour sa démonstration d'avoir trouvé mauvais ce
qui avoit apareu de la levée des Flamans et des rafreschissemens qu'on
disoit vouloir porter à la Rochelle, la supliant, puysqu'elle avoit
bien pourveu à interrompre ces deux mauvais exploictz, qu'elle vollût
aussi fère cesser celluy, dont je luy avois naguières parlé, de ses
agentz en Allemaigne.

A quoy m'a respondu que moy mesmes me pourray bien tost esclarcyr de
ce faict au retour de Quillegrey, qui sera de brief par deçà, et
qu'elle luy commandera de me venir donner compte de ce qu'il a dict
et faict concernant vostre service en Allemaigne.

Et ainsy, Sire, il semble que ceste princesse est pour se laysser
encores quelque temps conduyre à n'entreprendre rien ouvertement
contre Vostre Majesté; mesmes, j'entendz que, despuys ma dicte
audience, il a esté escript une lettre par les seigneurs de son
conseil, au nom d'elle, à Me. Ouynter, comme elle luy gratiffie le
debvoir qu'il a faict à bien conduyre la flotte de ses merchans en
Hembourg, et d'y avoir layssé deux de ses grandz navyres pour la
reconduyre, estant bien ayse que, à l'aller et au retour, il n'ayt eu
aulcun mauvais rencontre, et qu'il ayt ainsy gracieusement tretté les
pescheurs flamans qu'il a trouvez en mer, qui se sont venuz
soubzmettre à luy, et de leur avoir notiffié la charge qu'elle luy
avoit donnée de les conserver plus tost que de leur nuyre; qu'au
reste, il ayt à reconduyre les cinq vaysseaulx, qu'il a ramenez, dans
leur arsenal accoustumé de la rivière de Rochestre, et licencier les
hommes, après leur avoir faict bailler argent par le trésorier de la
maryne, qui a commission de les payer: ce qui monstre, Sire, qu'ilz
n'ont, à présent, aulcune entreprinse en main; et m'ont donné quelque
satisfaction, par escript, à la façon de Me. Cécille, sur une réplique
que j'avois baillée à leurs responces, dont Vostre Majesté verra le
tout. Tant y a qu'on remonte beaulcoup d'artillerye dans la Tour,
qu'on en charge ung nombre sur des vaysseaulx, ensemble de bouletz,
pouldres, corseletz, piques et aultres monitions de guerre; et bien
qu'on dyse que c'est pour porter à l'isle d'Ouyc, Porsmue et ez isles
de Gerzé et Grènezé, où à la vérité l'on édiffie de nouveaulx fortz,
néantmoins ce temps me faict toutjour souspeçonner quelque malle
entreprinse de ceulx cy, pour la pratique qu'ilz ont avec ceulx qui
sont en armes dans vostre royaulme, Allemans et Françoys. Dont vous
suplie très humblement, Sire, ne laysser vostre coste de deçà
desgarnye; et je suplieray le Créateur, etc.

    De Londres ce XVe de juing 1569.


J'entendz qu'il a esté envoyé ung passeport au Sr. de Sethon en Escoce
pour venir icy, et semble qu'il veult passer en France. Le Sr. de
Bortyc, escuyer de la Royne d'Escoce, partira jeudy prochain pour
aller trouver Vostre Majesté.


    A LA ROYNE.

Madame, le doubte en quoy l'on m'avoit miz que la Royne d'Angleterre
se vouloit déterminer à la guerre, ainsy que, par mes précédantes, je
le vous ay mandé, a esté cause dont j'ay esté, naguières, devers elle
à Grenuich, pour sonder, par divers propos, ce qu'elle en avoit en
opinion; et de tant que le sommaire des dictz propos, avec sa
responce, est en la lettre que j'escriptz au Roy, laquelle responce je
suplie Vostre Majesté vouloir entendre, car elle me l'a faicte fort
considéréement et avec grand affection, je ne la réciteray, icy, de
nouveau, seulement je y adjouxteray, Madame, qu'ayant toutjour miz
peyne d'entretenir ceste princesse en quelque craincte de guerre,
aussi bien qu'en une grande espérance de paix du costé de France,
sellon qu'elle se vouldroit bien ou mal déporter envers Voz Majestez,
il a succédé qu'avec la naturelle inclination qu'elle a d'évitter
affères et despence, et par l'assistance d'aulcuns principaulx
d'auprès d'elle, nous avons diverty, jusques à ceste heure, la
déclaration de guerre où l'on s'est tant esforcé de la fère entrer. Je
ne sçay dorsenavant que pourra produyre le temps, ny si la
multiplication des affères de vostre royaulme et l'entreprinse qu'a
faict le duc de Deux Pontz d'entrer si avant en pays, et les aprestz
qu'on dict qui se font en Allemaigne pour le renforcer, et ce, qu'on
ne voyt mouvoir que fort froidement les aultres princes catholiques à
ceste entreprinse, fera monter quelque nouvelle entreprinse au cueur
de cette princesse; car vous sçavés, Madame, ses prétentions, et je
vous puys asseurer qu'elle est merveilleusement persuadée et
sollicitée de les poursuyvre meintennant. Elle a de l'argent et est
après à lever encores ung emprunct, elle a ses navyres aulcunement
prestz, assés d'armes, d'artillerye et monitions de guerre prestes, la
monstre s'est, despuys ung moys, faicte en ce royaulme, ses
intelligences sont establyes avec les princes d'Allemaigne et avec
ceulx de la Rochelle, et, dict on qu'il y a une levée de reytres
preste pour elle, quant elle vouldra; mais l'espérance que j'ay, après
Dieu, est en la prospérité et bon succez de voz affères, d'où je sens
bien que de là dépendra toutjour le mouvement de ce royaulme, et je
mettray bien peyne, aultant qu'il me sera possible, que vous n'en ayés
du tout point de mal, au moins qu'il vous en viègne le moins que fère
se pourra.

Et, quoy que soit, ilz ne pourront, quel présent apareil qu'ilz ayent,
estre si soubdains en leurs entreprinses, que je ne vous donne
toutjour, tout à temps, advertissement de ce qui debvra sortir d'icy,
pour y pouvoir remédier. Et, à présent, grâces à Dieu, les choses vont
encores assés bien, ainsy que je le mande en la lettre du Roy, avec
espérance de les fère encores mieulx porter, s'il ne survient
mutation, chose qui est fort ordinaire en ceste court; mais je vous
donray plus grand confirmation du tout par ung des miens, que
j'envoyeray bien tost devers Voz Majestez, ne voulant cependant,
Madame, obmettre de vous dire que pour taster en quelle disposition
est ceste princesse sur les affères des Pays Bas, esquelz j'entendoys
qu'on trettoit accord, je luy ay demandé congé de pouvoir fère ung
honneste debvoir de visitation envers l'ambassadeur d'Espaigne, affin
de n'estre veu manquer, de ma part, à ce que l'étroicte amytié et
alliance d'entre noz deux maistres nous oblige mutuellement l'ung à
l'aultre; ce que la dicte Dame a vollu différer de m'accorder: mais,
enfin, elle m'a octroyé de l'envoyer visiter par ung des miens, en ce
que je luy donroys charge dire au dict sieur ambassadeur que la
deffance, qu'elle m'en a faicte jusques icy, a esté pour avoir trop de
quoy se plaindre de luy, mais qu'elle me le concède meintennant pour
ne fère tort à mon office: et ainsy, je l'ay envoyé visiter avecques
toutes bonnes parolles, qui néantmoins ont esté dictes en présence du
gentilhomme qui le garde.

J'ay aussi, de la part de Voz Majestez, vifvement insisté à la dicte
Dame qu'elle veuille poursuyvre sa bonne et vertueuse dellibération
sur le restablissement de la Royne d'Escoce. A quoy elle m'a promiz
d'y mettre la main à bon escient, et qu'elle n'attend que quelques
depputez, qui doibvent venir d'Escoce, pour y commancer. Ung navyre,
d'un certain merchant escouçoys, nommé Cabran, qui alloit porter des
armes, de l'artillerye et des monitions de guerre au comte de Mora a
coru en fons, près de Neufchastel. De quoy aulcuns, icy, sont bien
marrys, aultres en sont bien ayses, et samble que les affères de la
Royne d'Escoce vont plus en amandant que empirant, qui est tout ce
que, pour le présent, je diray à Votre Majesté. Et sur ce, etc.

    De Londres ce XVe de juing 1569.


  L'AMBASSADEUR DE FRANCE A LA ROYNE D'ANGLETERRE, touchant les
    responces qui lui ont esté faictes sur sa dernière
    remonstrance, du XXVe d'apvril 1569.

Je n'ay peu, ny vollu, doubter que Vostre Majesté n'ayt pareille
estime de l'amytié du Roy, Mon Seigneur, que le Roy l'a toutjour eue
de la vostre, estant les deux cogneues importer grandement au proffict
et utillité de l'ung et de l'aultre.

Ce qui m'a faict ozer franchement requérir Vostre Majesté qu'il vous
pleût donner ung semblable tesmoignage de vostre amytié envers le Roy,
au proffict de ses subjectz, que le Roy au proffict des vostres en a,
naguières, par son ordonnance, du XIIIIe d'avril dernier, donné ung
bien exprès de celle qu'il vous porte;

Ayant Sa Majesté Très Chrestienne espéciallement, et oultre la
généralle mencion de ses alliez et confédérez, mandé qu'on ayt à
asseurer la mer et le commerce par tout son royaulme, nomméement aulx
Anglois, et leur rendre, et restituer, tout ce qui se trouvera avoir
esté prins et arresté sur eulx despuys ces troubles;

Là où l'ordonnance, que Vostre Majesté a faicte, du XXVIIe d'avril
ensuyvant, bien qu'on m'allègue qu'elle pourvoit suffizamment aulx
Françoys, ne porte toutesfoys rien de plus expécial pour leur asseurer
la mer et le commerce par deçà, que pour ceulx mesmes qui sont excluz
d'y venir, tant elle est généralle pour toutz navigans;

Ny ne pourvoit aulcunement à la restitution des biens, qui ont esté
ostez aus dictz subjectz du Roy et menez en ce royaulme;

Et aussi peu leur diminue l'opinion que, pour l'occasion des violences
et mauvais déportemens d'aulcuns Anglois, et d'aultres, qui ont faict
leur retrette en Angleterre, ilz se sont imprimez de quelque ropture
de paix, despuys six moys, du costé de ce royaulme; mesmes que,
nonobstant la dicte généralle ordonnance, l'on ne laysse de les piller
encores toutz les jours, ce qu'ilz estiment n'adviendroit, s'il estoit
mandé d'asseurer nomméement la mer et le commerce aulx Françoys.

Dont semble que, nonobstant ce qu'on m'a respondu que les oeuvres et
non parolles estoient requises en cest endroict, qu'il y a aussi
besoing de quelques bonnes parolles de déclaration, de Vostre Majesté,
pour les Françoys, comme il y en a desjà, de la part du Roy, pour les
Anglois; affin d'oster aulx ungs et aulx aultres toute ceste opinion
de guerre, que les malles oeuvres, exécutées contre les subjectz du
Roy, et trop tollérées, et dissimulées aulx aultres, leur a imprimé;
et pour obvier aussi au mal que, si l'on en demeure encores là, il
s'en pourra ensuivre d'ung costé et d'aultre.

Et y a besoing aussi d'une déclaration et promesse en la parolle de
Vostre Majesté, que ce qui a esté osté, emporté ou aultrement arresté,
par deçà, aulx subjectz du Roy, leur sera randu, ainsi que la justice
vous en sera requise, jouxte les chapitres de la paix, et que ceulx
qui s'en trouveront saysiz, ou coulpables, y seront contrainctz par
la voye de la mesme justice;

Acceptant l'offre de punition et chastiement contre ceulx qui, au
partir de voz portz, vont courir jusques dans ceulx du Roy, qui
s'esforcent d'allumer la guerre entre ces deux royaulmes, suyvant
lequel offre vous plairra commander qu'il soit décerné prinse de corps
contre ceulx que, sur juste plaincte, je nommeray cy après à Vostre
Majesté.

Et, au regard de ce qu'on met en doubte de pouvoir persuader aulcuns
Anglois de passer en France, pour aller assister à la dellivrance des
biens de voz subjectz par dellà, comme Vostre Majesté le trouve bon et
qu'il en vienne, au semblable, de France par deçà, je ne sçay où l'on
fonde ceste difficulté; car il y en va et vient assés, toutz les
jours, sans empeschement aulcun, et ceulx de voz subjectz qui
conversent bien en France, n'y reçoipvent que toute faveur et
gracieuseté.

Quant aulx choses nécessaires, qu'on va de vostre royaulme quérir à la
Rochelle, il vous plairra accepter simplement, et sans condition,
l'offre que le Roy vous faict d'accommoder de mesmes Vostre Majesté,
et voz subjectz, en telz aultres endroicts de son royaulme, qui
présentement luy obéyssent, qu'il vous plaira choysir, avec tout bon
et favorable trettement.

En quoy la communication du contract, faict avec ceulx de la Rochelle,
laquelle Vostre Majesté m'a promise, semble estre bien nécessaire
affin de fère pourvoir voz dictz subjectz des mesmes accommodemens, ou
des plus semblables qu'il sera possible de trouver, là où ilz yront;
et n'y a lieu de craindre que, descouvrant la teneur du dict contract
au Roy, il coure sur le marché de ceulx qui l'ont faict, car ce n'est
rien qui convienne à sa grandeur: mais, quant bien il y debvra courir
quelque intérest, Vostre Majesté, s'il luy playt, ne l'estimera tant
qu'elle ne mette en beaulcoup plus grand compte l'amytié du Roy et le
contantement qu'elle luy pourroit donner en cella, qu'il ne peult
avoir que bien fort suspect et odieulx le dict commerces de la
Rochelle, m'ayant mandé que les aultres commerce de son royaulme ne
pevuent compatir avecques celluy là, dont vous prie le fère cesser, et
joyr de celluy que libérallement il vous offre.


  RESPONCE DU CONSEIL D'ANGLETERRE à certain escript de
    l'ambassadeur de France envoyé au dict Conseil le XXXe de may
    1569.

Le dict escript contenoit certains et divers articles, sur la plus
part desquelz responce a esté faicte, et toutesfoys il a esté trouvé
bon de répliquer ce qui s'ensuyt:

Que, ayant la Majesté de la Royne, à l'instance du dict ambassadeur,
faict publier une proclamation, du XXVIIe d'avril, pour le révoquement
de toutz les pirates, dedans laquelle le dict ambassadeur, comme il se
peult veoir par sa responce, vouldroit qu'il y eust déclaration plus
expécialle pour les subjectz du Roy et qu'il y fût faicte expresse
mencion des Françoys;

Si la dicte proclamation a esté bien considérée, il y a suffizante
provision ordonnée pour la seureté tant des subjectz du Roy de France
que des aultres princes, trafficans et hantans les mers, tellement
qu'on ne peult penser comme le dict ambassadeur vouldroit que en cella
on pourveût mieulx, si ce n'est qu'on réytérât de nouveau la dicte
proclamation en aultre forme de langaige et parolles, chose qui
pourroit causer argument de négligence, et qui contreviendroit
nomméement aulx coustumes et usaige de ce royaulme, où on n'a de
coutume de publier toutz les jours de nouvelles proclamations, comme
on faict en aultres pays, où, pour l'usage, cella est trouvé bon; et
toutesfoys, quelque deffault que le dict ambassadeur trouve estre en
la dicte proclamation, si est ce que, estant suffizante et l'intention
de Sa Majesté bonne et droicte, comme elle est, il trouvera, par
exécution, prompt remède à toutes les particullières complainctes
qu'il fera.

Le second poinct auquel il veult estre respondu, c'est en ce qu'il
demande qu'on choysisse deux personnes pour aller d'icy en Normandie,
et que deux aultres viennent de dellà icy, pour procurer la délivrance
des biens des subjectz arrestez et dettenuz de toutz les deux costés,
laquelle chose a toutjour esté trouvée raysonnable; mais les troubles,
qui sont en France, sont manifestement cogneuz estre si dangereux pour
les Anglois, mesmement pour fère séjour en Normandie et aultres lieux,
où journelle persécution est faicte, que, jusques icy, on n'a sceu
induyre deux personnes, propres pour ce faict, à prendre ceste charge,
pour craincte de leurs vies et deffiance de prompte justice.
Néantmoins on esprouvera de nouveau, sur l'asseurance que le dict
ambassadeur offre bailler pour leur seureté, s'il se pourra recouvrer
deux personnes, encores qu'ilz ne soyent telz comme ilz doibvent
estre, mais telz qu'on les pourra trouver, qui puissent estre
persuadez d'aller en Normandie exposer les plainctes des subjectz de
la Royne à ce que, ainsy qu'ilz feront raport de la justice et
restitution qui se fera en Normandie et aulx aultres endroicts de
France, on face le semblable en ce royaulme à ceulx qui y seront
envoyez de la part du Roy; et incontinent qu'on pourra trouver les
dictz personnaiges, le dict ambassadeur en sera adverty. Cependant il
seroit bon que le dict ambassadeur considérât, comme on luy a
souvantes foys dict, la différence des griefs et plainctes des deux
costez, car la complaincte, de la part d'Angleterre, est que,
journellement, les marchans anglois, leurs navyres et biens, sont
prins et arrestez en France par les gouverneurs des places où ilz
arrivent, et, de l'aultre costé, les plainctes des Françoys sont des
navyres et merchandises qui ont esté prinses sur mer, partie par les
Françoys, de leur propre nation, à cause de leurs guerres civilles, et
partie, ainsy que l'on dict, par quelques Anglois, adhérans aus dictz
Françoys, d'ung costé ou d'aultre. Pour à quoy obvier, la Majesté de
la Royne, tant par sa proclamation que aultrement, a deffandu à toutz
ses subjectz de se mettre en mer, excepté ceulx qui sont advouhez
d'elle mesme, et les merchans et pescheurs; et est notoire au dict
ambassadeur en combien de places de ce royaulme, à sa requeste, on a
faict, despuys naguières, restitution de grande quantité de biens, qui
ont esté trouvez aulx portz et hâvres, ou de la valleur d'iceulx, sur
les preuves qui ont esté faictes comme ilz appartenoient aulx
Françoys. Il y a heu si facille et prompte restitution que, sur
l'arrest des navyres des subjectz du Roy d'Espaigne, y en ayant heu
quelques ungs que les Françoys disoient estre à eulx, encores qu'ilz
eussent esté premièrement arrestez comme apartenans aulx Espaignolz,
ilz leurs ont esté toutesfoys promptement délivrez, combien [que]
despuys il ayt [été] trouvé qu'ilz apartenoient aulx subjectz du Roy
d'Espaigne. Et aussi le dict ambassadeur entendra qu'il n'y a aulcuns
biens des subjectz du Roy de France qui soient détenuz ou arrestez en
tout ce royaulme par le commandement de Sa Majesté, ny de la
cognoissance de son conseil, ny par authorité advouhée d'aulcun
officier, excepté seulement en une petite place, où il y a eu
séquestration de certains vins, à la requeste de Thomas Baker de
Brighthempton, ce qui est notoire au dict ambassadeur par les
plainctes que le dict Baker luy a faictes d'une manifeste injustice
qu'on luy fit, l'an passé, en Bretaigne; là où, d'autre part, il y a
tant de complaincte des subjectz d'Angleterre pour leurs navyres et
biens, arrestez tant à Bourdeaulx que à Brest, Roan et Calais, qu'il
semble qu'on ne doibve avoir aulcune espérance d'esgalle et franche
restitution; et n'y a ordre qui peult tant contanter les subjectz
d'Angleterre, comme une mutuelle restitution des deux costez, en quoy
le travail du dict ambassadeur ne pourroit estre que bien loué, et y
sera faict le semblable de la part de la Majesté de la Royne et de son
conseil.

Le dernier article de l'escript du dict ambassadeur est que les
merchans anglois qui ressortent à la Rochelle présentement, pour leurs
commoditez desquelles ilz ont desjà faict marché, soyent divertiz de
leur traffic pour l'exercer en aultres lieux de la France, à cause de
quoy le dict ambassadeur a requis d'avoir communication du marché que
les dictz merchans anglois ont faict avecques ceulx de la Rochelle,
affin qu'on peult veoir et penser de pourvoir pour le semblable, s'il
estoit possible, en aultres places pour la commodité des dictz
Anglois.

Pour responce à cella, l'ambassadeur ne doit ignorer que la nature des
merchans ne soit telle de fère leur traffic, d'eulx mesmes, sans
persuasion ny commandement, aulx places où ilz peuvent trouver les
commoditez qu'ilz desirent, et à meilleur marché. Par ainsy, d'aultant
qu'il a esté toutjour trouvé que nulle part de la France a jamais sceu
accommoder les Anglois de sel, sinon la Rochelle et aultres places
circonvoysines, les dictz merchans anglois y ressortent, seulement
pour ceste commodité, comme ilz ont dict, quant on les en a enquis. Et
n'y a aultre remède en cella, sinon que, si le Roy peult trouver
aultre place, commode pour la trafficque d'eulx et leurs navyres, et
où les dictz Anglois puissent estre bien trettez, et avoir le sel à
moindre et pareil priz qu'à la Rochelle, il n'y a nul doubte que, le
marché qu'ilz ont faict pour ceste année finy, ilz ne soyent contantz
d'y aller, et pour plus grand contantement du Roy, si aultrement ilz
ne le veulent fère, ilz y seront induictz par les bons et raysonnables
moyens qu'il convient à chacun prince d'uzer envers ses subjectz
merchans.



XLIIe DÉPESCHE

--du XXIe de juing 1569.--

(_Envoyée jusques à la Court par le Sr. de Sabran._)

  Grand armement fait en Angleterre.--Exclusion générale de
    commerce prononcée par le roi de Portugal contre les Anglais,
    en représailles de lettres de marque délivrées par la
    reine.--Craintes que l'armement, qui semble dirigé contre le
    Portugal et l'Espagne, ne le soit en réalité contre, la France,
    malgré les assurances de paix et d'amitié données par la reine
    et son conseil.--_Mémoire général_ sur les affaires de France,
    d'Espagne et d'Écosse.--Motifs qui justifient les craintes de
    l'ambassadeur.--Résolution du conseil d'Angleterre de tenir le
    royaume en armes afin de pouvoir profiter de tous les
    évènements qui pourraient survenir en France.--Élisabeth exige
    le serment, comme chef suprême de l'église anglicane.--Efforts
    des catholiques pour prévenir une déclaration de
    guerre.--Détails donnés par Élisabeth à l'ambassadeur sur la
    ligue formée entre les princes catholiques pour la dépouiller
    de son trône.--État des différends entre l'Angleterre et les
    Pays-Bas.--Mission secrète d'Eschiata auprès de sir William
    Cécil.--Opposition du duc de Norfolc et du comte d'Arondel aux
    arrangements proposés par sir Cécil.--Négociations entre les
    principaux seigneurs du conseil pour arrêter les conditions
    d'un accommodement.--Nouvelle que l'ambassadeur d'Espagne ne
    tardera pas à être délivré de ses gardes.--Les affaires de la
    reine d'Écosse restent toujours en suspens devant le
    conseil.--Espoir de sa prochaine délivrance.--Ses droits à la
    couronne d'Angleterre comme étant la plus proche héritière
    d'Élisabeth.--Conditions de l'accord proposé pour assurer son
    rétablissement en Écosse.--_Lettre d'Élisabeth à Marie Stuart_,
    sur la maladie subite qu'elle a éprouvée, et sur la cession
    qu'elle est accusée d'avoir faite de ses droits au trône
    d'Angleterre.


    AU ROY.

Sire, sur quelque soubdaine résolution, que despuys trois jours ceste
Royne et ceulx de son conseil ont prinse, ilz ont envoyé leur admyral
à Gelingan radresser l'armement et équipage des navyres de guerre,
qu'ilz avoient desjà cassé, et encores ung plus grand, à ce qu'on
dict, qu'ilz n'en ont heu de ceste année, et font lever à dilligence
des marinyers, et s'entend que Me. Ouynter est desjà commandé se tenir
prest pour se remettre, du premier jour, en mer.

Je n'ay peu encores au vray descouvrir à quoy tend leur entreprinse;
car, d'une part, l'on me dict que c'est contre les Portugois, de tant
qu'ayant le Roy de Portugal naguières faict proclamer en son royaulme
une généralle exclusion de tout commerce avecques les Anglois, à cause
d'une lettre de marque que ceste Royne a baillée contre ses subjectz,
et ayant nécessairement à envoyer ung grand nombre d'espices et
aultres merchandises de Lisbonne en Envers, pour lesquelles plus
seurement conduyre ceulx cy entendent qu'il faict équiper en guerre
bon nombre de vaysseaulx, nomméement contre eulx; eulx, de leur part,
se dellibèrent, en toutes sortes, de luy empescher le passaige de
ceste mer estroicte. Aultres disent que c'est contre le duc d'Alve,
lequel, s'aprestant d'envoyer de Flandres en Espaigne une flotte bien
riche, et en attendant une aultre semblable d'Espaigne pour Flandres,
et voulant, pour la conserve de toutes deux, mettre bon équipage sur
mer, ceulx cy veulent opiniastrément s'oposer à toute sa navigation
jusques à ce que leurs différans seront accommodez.

Mais, parce que j'ay trop plus à cueur les choses de France que celles
là, je crains toutjour que les mouvemens et aprestz, que ceulx cy
font, soyent pour s'y adresser, et j'ay quelques ocasions de le
souspeçonner à ceste heure, qu'ilz voyent Vostre Majesté empeschée
ailleurs, et que ceulx de la nouvelle religion, Allemans et Françoys,
mènent plus vifvement leurs pratiques en ceste court qu'ilz n'ont
encores faict, et qu'on a avallé ces jours passez de l'artillerye hors
de ceste rivière vers Porsemue, comme pour l'avoir plus preste pour
quelque entreprinse sur la coste de France, et qu'il est à croyre que
mal ayséement se sont ceulx cy miz à advancer ce qu'ilz ont desjà
baillé d'argent aux dictz Allemans et à ceulx de la Rochelle, sans
avoir merchandé quelque chose pour eulx. Ce que je suplie très
humblement Vostre Majesté prendre pour ung advertissement de tenir les
capitaines et gouverneurs de vostre frontière, qui regarde ce
royaulme, aperceuz de se tenir sur leurs gardes, tant qu'on sera ainsy
en armes, comme l'on est par deçà, et à Mr. le maréchal de Cossé de
fère toutjour quelque démonstration qu'il a assés de forces pour
secourir les places, et pour garder le pays de s'eslever, et ceulx cy
d'y rien entreprendre, comme certes, Sire, il n'est besoing qu'il en
soit desgarny, non que pour cella je vous veuille encores si tost
mettre en doubte d'une ouverture de guerre de ce costé; car les
parolles et promesses, que ceste Royne et ceulx de son conseil me
donnent toutz les jours, sont bien fort au contraire: mesmes l'on m'a
asseuré que certaine entreprinse, qu'on avoit miz en avant à la dicte
Dame, de lever quatre mille reytres et six mille Allemans, pour les
fère marcher, à tiltre d'une armée, en son nom, pour la deffance de sa
religion, a esté interrompue ou au moins différée; mais leurs secretz
aprestz, et les propos que j'entendz qu'aulcuns d'eulx tiennent,
monstrent qu'ilz desireroient bien que quelque exploict se peult fère
au proffict de ce royaulme, avant que les armes se viennent à poser,
affin de fère veoir que l'argent, qu'ilz ont faict débourcer pour
ceste guerre, n'a esté mal employé, ny leurs desseings mal venuz, sans
toutesfoys que leur Mestresse en commande rien, affin d'avoir le
désadveu plus prest, si l'entreprinse ne succède bien. A quoy je
prendray garde, du plus prez que je pourray, et de vous advertir à
temps, nonobstant leur soubdain aprest, de ce qui sortira de ce
royaulme; mais, affin de vous donner plus grand notice de toutes
choses qui passent icy meintennant concernant vostre service, je vous
envoye ung des miens, le Sr. de Sabran, présent pourteur, pour les
vous réciter fidellement, mesmement celles qu'il est meilleur entendre
de parolle que les mettre par escript; auquel, s'il vous playt, donrez
entière foy, dont m'en remettant à luy, je prieray pour le surplus le
Créateur, etc.

    De Londres ce XXIe de juing 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, se conduysant la Royne d'Angleterre et son conseil sellon
l'évènement des affères qu'elle entend de ses voysins, et non sellon
le fondement des siens propres, il advient qu'elle change, quasi
toutes les sepmaines, de delliberation, qui n'est sans que cella me
mette souvent en doubte si je doibz espérer paix ou guerre de son
cousté; ainsy qu'à présent elle monstre vouloir remettre quelque grand
équipage sur mer, comme je le mande en la lettre du Roy, là où il n'y
a que huict jours qu'elle a cassé celluy que Me. Oynter avoit ramené
de Hembourg, et n'y a que six jours qu'elle m'a tenu ung propos de
grande et bien asseurée paix avec toutz ses voysins; et je sçay que la
résolution en avoit auparavant esté prinse telle en son conseil,
mesmes pour le regard de Voz Majestez, après que, par plusieurs
paroles, m'a heu fort expressément asseuré de sa droicte intention
envers icelles, elle m'a monstré approuver grandement la vertu et
grandeur de cueur de Vostre Majesté en tout ce qu'elle faisoit pour
conserver l'estat et aucthorité du Roy, son filz, bien qu'elle me dict
avoir grand regrect que vous n'eussiez, du commancement, résisté aulx
conseilz et persuasions de ceulx qui, pour se mettre hors du dangier,
vous avoient faict entrer dans icelluy, mais que, de sa part, elle ne
seroit de si mauvaise conscience que de le vous acroistre, adjouxtant
plusieurs bonnes parolles de la grand espérance, qu'elle prenoit, de
l'establissement des affères du Roy, de la confirmation de sa grandeur
et d'une merveilleusement bonne opinion de sa magnanimité, bonté et
vertu, sellon ung discours, que son ambassadeur luy en avoit naguières
escript, et pareillement de la valleur et grand estime, que
Monseigneur vostre filz s'estoit acquise despuys ung an, qui avoit
randu si cellèbre son nom qu'elle n'en voyoit aulcun qui fût pour le
surpasser en l'Europe, et qu'il correspondroit au premier nom qu'il
avoit d'Allexandre; racomptant aussi les grandz forces qui estoient
meintennant en France, et me respondit, au reste, si conformément à la
paix sur toutes mes remonstrances, que j'ay eu occasion d'espérer
qu'aulmoins elle ne vous déclaireroit la guerre; et, bien que ce
nouvel armement, qu'elle a commandé despuys trois jours, soit ung
advertissement de ne s'y fyer que bien à poinct et d'inciter Vostre
Majesté à fère sonnieusement advertir les capitaines et gouverneurs
des places, qui sont sur la mer, de se tenir sur leurs gardes, si
espérè je qu'ilz ne pourront estre si soubdains en leurs
entreprinses, qu'on ne s'aperçoive assés à temps des aprestz qu'ilz
feront, s'ilz en veulent exécuter quelcune d'importance.

J'envoye exprès ce gentilhomme, Sr. de Sabran, pour vous aller donner
bon compte du tout et mesmes d'ung adviz, en particullier, sur les
choses que, cy devant, je vous ay mandées, où il semble qu'il fault
procéder fort considéréement, à tout le moins ne se haster de rien
pour encores; auquel me remettant, et vous priant luy donner foy, je
n'adjouxteray, pour le surplus, qu'une prière à Nostre Seigneur, etc.

    De Londres ce XXIe de juing 1569.


L'on me vient, à toute heure, requérir de certitude sur les choses de
France, estant ce royaulme en grand suspens sur icelles, et sur ce
qu'exploictera le duc de Deux Pontz; il plairra à Vostre Majesté me
fère donner adviz comme il vous playt que j'en réponde.


MÉMOIRE BAILLÉ AU Sr. DE SABRAN.

  POUR PLUS GRAND NOTICE de ce qui passe meintennant en Angleterre,
    oultre le contenu de la dépesche, le dict Sr. de Sabran dira à
    Leurs Majestez:

Que la Royne d'Angleterre et les siens ont grandement le cueur aulx
choses de France, et semble qu'ilz proposent de régler les leurs
sellon l'évènement que icelles prendront.

Mais ne se peuvent bien résouldre de ce qu'ilz en doibvent espérer, ny
si l'yssue de noz guerres sera un commancement à eulx d'y entrer, par
ce qu'ilz l'ont recherché, dont demeurent en suspens s'ilz s'y
doibvent présentement mesler ou non.

Et publient assés ouvertement qu'à la juste occasion qu'ilz en ont, il
se offre meintennant de beaulx moyens pour fère leur proffict,
lesquelz, pour estre notoires et les avoir desjà plusieurs foys mandé
par mes aultres dépesches, je n'en metz icy aultre chose sinon qu'ilz
sont fort instiguez et sollicitez par ceulx de la novelle religion,
Allemans, Françoys, Flamans et naturelz Anglois, de n'en différer
l'entreprinse.

Je me suys contre cella, jusques à ceste heure, servy de certaines
raysons et moyens pour les arrester, sellon l'inclination, que j'ay
cogneue en ceste princesse, de vouloir évitter affères et despence,
luy proposant l'utillité de la paix avecques le Roy, et les dommaiges
qui luy viendront de la rompre, et qu'elle n'y pourra rien gaigner,
sinon une mauvaise estime de l'infraction des trettez et de se
déclairer pour une cause, qui ne convient à nul Prince Souverain. Je
m'y suys aussi conduict sellon que j'ay veu qu'elle s'estoit attachée
ailleurs, et estoit venue en quelque deffiance des siens, me servant,
entre deux, pour le service du Roy, de l'une et l'aultre occasion, le
plus sagement que j'ay peu.

Et ay miz peyne que les opinions de ceulx de son conseil, qui en
aultres choses sont bien souvant différantes, se soyent toutjour unyes
et conformées ensemble à la continuation de la paix avecques le Roy.

Dont, encor que aulcuns, despuis que le duc de Deux Pontz a heu passé
la rivière de Loyre, se soyent volluz rétracter et proposer la
déclaration de la guerre comme très oportune, et bien fort utille à
ceste princesse et à son royaulme, il a esté donné ordre qu'il leur a
esté fermement contradict; et de tant que, dans le dict conseil, l'on
cognoit, ung à ung, ceulx qui sont pour la paix et ceulx qui tiennent
pour la guerre, et qu'il n'a encores mal prins à nul d'eulx, ny nul
n'a esté plus mal veu, pour avoir librement opiné ce qui luy en
sembloit, la partie s'y est trouvée si forte que, si les bien
affectionnés ne l'ont peu gaigner, les mal affectionnez aussi ne l'ont
emportée.

Mais pour aultant, qu'avec la déduction de la guerre contre la France,
il a esté besoing d'y mesler des choses, concernant les aultres estatz
voysins et l'estat aussi de leur propre pays, j'entendz qu'il a esté
advisé de mettre le tout en suspens et en surcéance jusques à ce que
le temps leur monstrera plus à clair ce qu'ilz auront à fère, qui est
signe qu'enfin ilz se gouverneront sellon le succez des choses de
France; desquelles ce que j'y espère de mieulx et de plus seur, pour
le regard de ceulx cy, ne dépend, certes, que de la propre prospérité
du Roy.

Cependant, voicy ce que, par prétexte de pourvoir à la seurté de ceste
princesse et de sa couronne, les dictz [seigneurs] du conseil, qui ne
s'y ozent monstrer contradisans, bien que souvant ilz employent le
mesmes prétexte à fère diversement réuscir les choses qu'ilz desirent
ou veulent évitter, et quelquefoys au préjudice les ungs des aultres,
ont présentement arresté:

C'est que ung armement et apareil de guerre sera tenu en estat pour
s'en pouvoir servir à toutes les heures qu'on vouldra;--qu'on se
pourvoirra de deniers;--que les pratiques et intelligences avec les
princes d'Allemaigne s'entretiendront;--que la fortiffication des
portz et de la frontière, despuys Germue viz à viz de Zélande, jusques
à Arondel, qui est au droict du Hâvre de Grâce, se continuera,
mesmement celle de Porsemue et de l'isle d'Ouyc, pour la craincte de
la France;--et que ung nombre de nouveaulx fortz se dressera en
Irlande pour craincte de l'Espaigne.

Il a esté expédié plusieurs commissions pour continuer à fère les
monstres par tout le royaulme, et se pourvoir d'armes, nomméement
d'hacquebuttes, à tout le moins d'une en chacune maison, et mandé très
expressément, à toutes les villes et principaulx lieux, de dresser des
buttes et jeux de priz pour la hacquebutte, et mesmes de fère
cuillette de deniers pour les entretenir.

Et de tant que ceulx, qui tiennent pour le party de la paix, font
trouver cella mauvais et onéreux, et procurent que le peuple crye
contre les gravesses et contre les désordres et manquemens qu'ilz
sentent en leurs biens et trafficz, et qu'ilz détestent la guerre
qu'on veult attirer en ce royaulme, les aultres ont soubdain faict
expédier lettres de la dicte Dame pour fère entendre partout que
l'ordonnance des monstres et de fère provision d'armes n'a esté en
intention de les mettre en guerre, ains seulement pour sçavoir quel
estat la dicte Dame pourra fère de forces en son royaulme, si, contre
tant d'armes qui sont prinses ez pays voysins, elle a besoing pour sa
deffance de s'ayder des siennes, et affin aussi que chacun s'acoustume
de s'ayder des mesmes armes que les aultres manyent aujourdhuy.

Ilz ont faict aussi mander partout que ceulx, qui ont office ou
gaiges, ou qui sont en l'estat et au prévillège de ceste princesse,
l'ayent de nouveau à recognoistre pour suprême chef de l'églize de ce
royaulme, et luy en prester le sèrement, et que toutz gens de justice
ayent à se réconsilier aux évesques, touchant la confession de leur
foy, ou aultrement estre suspenduz de leurs charges et offices, et
mesmes les advocatz interdictz de ne playder ou consulter pour les
parties.

Qui n'est sans que les catholiques en sentent une grande offance dans
le cueur, mais pourtant ilz n'entreprennent encores d'y fère aultre
chose que de continuer ceste ordinaire remonstrance à la dicte Dame,
qu'elle n'a aulcun plus seur moyen de se meintenir, ny d'asseurer son
estat, que de garder droictement la paix et ses promesses aulx princes
alliez et confédérez de sa couronne, et de bien tretter ses propres
subjectz, sans les grever ny leur empescher les trafficz et commerce
qui les font riches et qui leur donnent occasion de luy vouloir bien
et ne murmurer de rien contre elle, par où ils pensent, de tant que
cella est agréable à la dicte Dame, renverser les conseilz des
aultres.

Et impriment aussi à la dicte Dame quelque peur, du costé de France,
d'Espaigne et de Portugal, pour les choses que les Anglois ont mal
exploicté, ceste année, contre les subjectz de ces troys royaulmes,
luy représentant combien, par la détermination, que naguières Vostre
Majesté print, de vouloir sçavoir ce que debvez espérer de paix ou de
guerre, de son costé, les choses estoient venues prez de ropture;

Et par les nouvelles proclamations, que le Roy d'Espaigne et le Roy de
Portugal ont freschement faictes, semblables à celle du duc d'Alve, de
toute excluzion de traffic et de commerce de leurs royaulmes et
subjectz avec les Anglois, en quelle indignation ilz sont contre
l'Angleterre.

Lesquelles remonstrances, estant apuyées de la voix et faveur du
peuple, ont bien toutjour quelque effect envers la dicte Dame, mais
les aultres ne layssent pourtant de tenir en vigueur la recordation
des exploictz et offences, qu'ilz prétendent que le duc d'Alve a
commiz contre elle, et font aller en avant les lettres de marque
qu'elle a octroyé contre les Portugoys, et ne permettent que nous nous
puyssions si clairement esclarcyr avec la dicte Dame qu'ilz ne la
facent estre réservée en plusieurs choses à l'intelligence de ceulx
qui mènent la guerre en France.

Ce que j'ay clairement cogneu en mes dernières audiences, ès quelles
ayant miz peyne de luy oster ceste impression qu'on luy a donnée de la
ligue des catholiques, elle m'a ouvertement respondu qu'elle sçayt
bien que, de long temps, il a esté commancé par le feu pape de tramer
la ruyne d'elle et de son estat, ayant sollicité l'Empereur, le Roy,
et le Roy d'Espaigne à la conqueste d'Angleterre;

Leur usant de ces propres, ou peu dissemblables, argumens que, s'ilz
estoient catholiques, et estimoient leur religion estre la bonne, et
saincte, et celle de Dieu, qu'ilz s'employassent à bon escient au
meintennement, protection et restablissement d'icelle, sans s'y
monstrer si tièdes qu'ilz faisoient, que certes Dieu les vomyroit; par
ainsy, qu'ilz ne devoient plus différer ceste chrestienne entreprinse
contre ung pays si rebelle et contumax à la religion catholique, comme
l'Angleterre, qui estoit le suport, retrette et principal bolevart de
toutz les hérétiques.

De quoy l'Empereur, qui procuroit lors le party d'elle avec l'archiduc
son frère, l'en avoit advertye, et que luy mesmes ne s'estoit peu
excuzer, envers le pape, de luy donner là dessus bonnes parolles, mais
qu'il n'avoit garde de luy nuyre.

Et que, freschement, il avoit esté interceu trois lettres sur ung
gentilhomme qui alloit au camp de Monseigneur, frère du Roy, qui avoit
esté prins par ceulx de la Rochelle, lesquelles lettres elle avoit
devers elle, et cognoissoit aussi bien l'escripture comme celle de sa
propre main, mais ne vouloit nommer celluy qui l'avoit faicte, lequel
mandoit, entre aultres choses, qu'il estoit temps de mettre à
exécution les propoz, qui avoient esté tenuz à la Royne Très
Chrestienne en ung lieu qu'il expéciffie, où Mr. d'Aluye estoit
présent, et qu'à bon droict l'on pourroit, à ceste heure, entreprendre
de passer en armes en Angleterre, soubz le tiltre de la cession, que
la Royne d'Escoce en a faicte à Monsieur, frère du Roy.

En quoy, encor que, sur la responce que je luy ay faicte que c'estoit
une malicieuse invention, pour empescher la restitution de la Royne
d'Escoce, et altérer la paix qu'elle a avecques la France, et qu'il ne
se trouvera, despuys le dernier tretté de paix, que le Roy, ny la
Royne, ny Monsieur ayent, par un prétexte, ny aultre, entendu en nulle
pratique contre elle, et qu'elle m'ayt là dessus asseuré que, pour
cella, elle ne se mouvera contre Leurs Majestez en faveur de ceste
cause, qu'elle a odieuse, des subjectz contre leur Roy, ny
n'entreprendra rien que pour la conservation de sa religion et de son
estat, à quoy elle dict qu'elle a très bien pourveu;

Si est ce qu'on luy a miz tant de deffiance dans le cueur qu'elle
estime sa conservation ne dépendre de rien tant que des armes et de la
continuation de la guerre: dont, encores que j'aye plusieurs aparances
qu'elle propose de persévérer en la paix, comme est sa parolle, et
celle des seigneurs de son conseil; la retrette de ces cinq grandz
navyres de guerre dans Gelingan, avec le renvoy des hommes qui
estoient dessus; les ordonnances contre ceulx qui couroient la mer; la
révocation d'une partie des payemens qui se debvoient fère en
Allemaigne; le rabays de l'emprunct qu'elle avoit miz sus, par ses
lettres de son privé scel; la commission qu'elle a baillée à deux
merchans de ceste ville pour aller à Roan pourchasser amyablement la
dellivrance des biens des Anglois, avec promesse de fère le semblable
aulx Françoys par deçà; l'absence de Mr. le cardinal de Chatillon qui
ne vient plus, si souvant qu'il faisoit, en ceste court (ny le vydame
de Chartres n'y a encores compareu); et les ataches qu'ilz ont
avecques le duc d'Alve, qui ne sont encores accomodées:

Si, veoy je d'aultres choses qui me sont assés suspectes, comme la
facillité de ceste princesse et la naturelle inclination des siens à
la guerre de France; le recouvrement de Callais, qu'ils disent avoir
meintennant moyen de l'entreprendre; la pratique avec ceulx qui sont
en armes en France, ausquelz ilz ont advancé quelque argent;
l'irrésolution de ceulx de ce conseil, desquelz ceulx, qui aspirent à
la guerre, ont trop plus de vivacité et d'entreprinse que les aultres;
l'armement et équipage de mer, qu'ilz tiennent prest; le transport
qu'ilz font d'artillerye et de monitions de guerre, d'icy à Porsemue,
comme pour les avoir toutes préparées, et hors de ceste rivière, pour
une soubdaine entreprinse; les monstres et provisions d'armes par tout
ce royaulme; et la levée des Flamans, laquelle on remect en termes au
nom de Dolovyn, agent du prince d'Orange, qui faict semblant de les
vouloir passer en Endem, et les tenir là jusques à ce que les gens de
cheval et le reste de l'armée du dict prince d'Orange seront prestz à
marcher, ce qui n'a tant d'apparence par ce qu'on n'entend aulcun
apprest du dict prince d'Orange, comme je crains qu'ilz les veuillent
employer à quelque entreprinse en France, et se servir de l'occasion
de nos troubles présens.

Joinct que ceulx, qui ont miz en fraiz ceste princesse, vouldroient
bien qu'il se fyst quelque exploict à son proffict, avant que les
armes viennent à se poser, affin de monstrer que l'argent n'a esté mal
employé, ny leur desseing n'est mal venu, sans toutesfoys qu'elle le
commande, affin d'avoir le désadveu plus prest si les choses
succédoient mal.

Et pour garder que la dicte Dame ne s'aperçoyve de la grande despence,
qui va en cella, et à soubstenir en partie ceulx de la Rochelle, ilz y
font courir, toutz premiers, les deniers casuelz et extraordinaires de
ce royaulme, desquelz donnent entendre à la dicte Dame que ce n'est
chose de quoy elle puisse fère estat, et s'en sont si bien emparez
qu'ilz en disposent à leur playsir, lesquelz reviennent à bonne somme
toutz les ans.

TOUCHANT LES DIFFÉRANTZ D'ENTRE L'ANGLETERRE ET LES PAYS BAS.

Eschiata, frère du Sr. Guydo Cavalcanty, estant naguières passé de
Flandres en ce pays, a demeuré quatre jours caché dans le logis du
secrétaire Cecille, pour luy fère veoir et considérer quatre articles
qu'il dict que le Sr. Chapin Vitelly a estimé convenables pour mettre
les dictz différantz en bons termes d'accord.

Le dict Cecille a heu très agréable que telle chose luy soit venue en
la main, et n'est sans apparance que luy mesmes ayt procuré de le fère
mettre en avant en Flandres, affin de se randre autheur du mesmes
bien, d'où l'on luy impute tout le mal, et, encor qu'il n'ayt accepté
le contenu des dictz articles, il a au moins accepté l'ouverture de
l'accord et l'a, premièrement, communiqué à milor Quiper, garde des
sceaux, puis au comte de Lestre, despuys au duc de Norfolc, et
finablement au comte d'Arondel.

Lesquelz duc [de Norfolc] et comte d'Arondel n'ont prins l'affaire de
la façon que le dict Cecille espéroit, car, de tant que ce sont eulx
qui ont fermement soubstenu qu'on ne debvoit venir à nulle ouverture
de guerre ny à nul mauvais exploict contre le Roy d'Espaigne, et qui
ont, contre les conseils du dict Cecille, faict prendre résolution à
ceste Royne de persévérer en bonne paix avec luy, ilz veulent
meintennant que le dict Roy Catholique leur en sache tout le gré, et
ne peuvent comporter que icelluy Cecille se rande autheur du dict
accord ny qu'il le conduyse sellon son opinion.

Et en sont les choses venues atant, parce qu'aulcuns de ce conseil
monstroient adhérer au dict Cecille, qu'iceulx deux seigneurs leur ont
ouvertement déclairé qu'ilz ne dellibéroient permettre, en façon du
monde, que le dict Cecille leur coupât ainsy l'herbe soubz le pied, et
que si eulx vouloient [se] joindre à luy, et porter ses opinions, et
suyvre ses entreprinses, qu'ilz estimoient estre temps de jouer à la
descouverte, chacun en droict soy, le mieulx qu'il pourroit s'en
suyvre.

Dont la plus part d'eulx, voyantz que ceulx cy, lesquelz sont les plus
nobles et authorisés du pays, se déterminoient en ceste sorte, leur
ont donné parolle de suyvre leur volonté et qu'ilz y procèderont
ainsy qu'ilz verroient estre bon de le fère.

Qui a esté cause que le dict comte d'Arondel a despuys fermement
remonstré au dict Cecille qu'il avoit trop entreprins de tenir quatre
jours Eschiata Cavalcanty et sa proposition cachez en son logis, sans
en venir faire part au conseil;

Et que le dict Cecille sçavoit bien que la volonté de la Royne estoit
d'accommoder ces différantz de Flandres, en dangier d'une prochaine
rebellion dans ce pays, si bien tost elle ne le faisoit, et que luy,
et ses semblables, principaulx seigneurs du pays entendoient mieulx
que nulz aultres l'importance de cella, et à quoy cella pouvoit
devenir; par ainsy, c'estoit à eulx d'y pourvoir et de remédier aulx
aultres désordres par les meilleurs moyens qu'ilz cognoistroient
convenir à l'honneur de ceste coronne et a l'utillité de leur Royne et
de son royaulme;

Que ces différans avec le Roy d'Espaigne, puysqu'il estoit cogneu
qu'il n'estoit honneste ny de les avoir ainsy commancez, ny utille de
les continuer, et que mesmes l'on n'avoit de quoy faire les premiers
aprestz pour luy commancer la guerre, oultre le dommaige,
qu'adviendroit à ceste coronne, de perdre une si ancienne alliance
comme celle de Bourgoigne, qu'il falloit nécessairement venir à ung
des deux poinctz;--ou de rejecter toute la coulpe de ce mal sur aulcun
petit nombre de particulliers de ce royaulme et en descharger la
Royne, le conseil et la noblesse du pays, et que contre ceulx là le
Roy d'Espagne et le duc d'Alve ayent réparation et justice;--ou bien
entrer en amyable tretté d'accord par des honnestes moyens, conduictz
par personnes confidantes, exemptes de toute souspeçon de mal,
aultres que le susdict Eschiata Cavalcanty, qui a faict banqueroute,
et duquel le frère, en d'aultres affaires, dont il s'est quelquefoys
meslé parmy les princes, ne s'en est sorty en bonne grâce d'eulx, et
pour tant que le Sr. Ridolfy luy sembloit très propre et de très bonne
et honneste qualité pour bien conduyre cest affaire, il vouloit en
toutes sortes qu'il luy fût commiz.

Le dict Cecille, estimant n'estre son bien de contradire à cella, et
considérant combien le premier party de rejeter la coulpe sur aulcuns
particuliers torneroit à sa ruyne, a loué et aprouvé le segond, de
venir en tretté d'accord, promettant de fère tout ce qu'il luy seroit
possible envers la Royne à ce qu'elle eust agréable que le dict
Ridolphy s'en entremît;

Et cependant luy ayant prins grand peur de ce qu'on luy vouloit ainsy
imputer tout le mal de ceste guerre, tant odieuse à tout ce royaulme,
a heu recours au duc de Norfolc, et luy a requis sa protection, avec
promesse de suyvre dorsenavant son party, et de se porter en toutes
choses pour son certain et tout déclairé serviteur, et qu'il luy
playse le remettre en la bonne grâce du dict comte d'Arondel, lequel
monstre luy estre bien fort adversaire.

J'entendz que le dict duc luy a gracieusement remonstré qu'il estoit
temps qu'il se retirât d'une si périlleuse entreprinse, qu'il avoit
toutjour poursuyvye jusques icy, de randre la Royne, leur Mestresse,
contraire et oposante à ceulx de son conseil, et qu'il n'estoit pas
possible qu'il se peult tenir entre ces deux fers, sans estre oprimé
de l'ung ou de l'aultre, et que, possible, les deux concourroient à sa
ruyne.

Et, pour le regard du comte d'Arondel, que, à la vérité, il estoit
fort offancé contre luy de ce qu'estant le plus noble et ancien
seigneur du royaulme, personnaige de toute intégrité, il sçavoit que
le dict Cecille faisoit avoir à mespriz à la dicte Dame ses conseilz
et opinions, et faisoit résouldre les affaires tout au contraire
d'icelles; par ainsy, qu'il en uzât dorsenavant en toute aultre sorte,
et qu'il commançât, dez ceste heure, sur l'occasion des affaires du
Roy d'Espaigne, d'en faire commettre la matière à celluy que le dict
comte luy avoit nommé.

Et ainsy, le dict Cecille, ayant commencé de se démesler de ceste
prinse, s'est despuys si bien confirmé, pour ne luy avoir le comte de
Lestre vollu nuyre, qu'il semble qu'il n'est pour estre déboutté de
son lieu, et n'a layssé de renvoyer de sa part (mais croy que c'est
avec le sceu de la Royne) le susdict Eschiata et Paulo Fortigny en
Flandres, avec quelques additions et modérations sur les dictz quatre
articles pour veoir si le dict accord pourra réuscyr par son
entremise.

Et les dictz seigneurs qui sont à présent quatre concorans en une
opinion, sçavoir, le dict duc et les comtes d'Arondel, de Lestre et de
Pembrot, ont trouvé moyen, en absence du dict Cecille, d'envoyer le
dict Ridolfy devers l'ambassadeur d'Espaigne, pour luy mettre en
avant, comme de luy mesmes, aulcuns moyens d'accord, lesquelz despuys
ont esté réduictz en cinq articles qui contiennent en substance:

Que les deniers, personnes, navyres, merchandises et biens, arrestez
et prins, soyent, en ung mesmes jour, d'une part et d'aultre,
entièrement et sans fraulde randuz;--qu'il soit pourveu aulx
déprédations et à récompenser ceulx à qui elles ont esté faictes
sellon le contenu des trettez, et miz meilleur ordre pour
l'advenir;--que le commerce et traffic soyent restituez en la mesme
liberté et condicion qu'auparavant;--qu'il soit député commissaires,
et à iceulx assigné jour et lieu, pour renouveller les anciens trettez
d'entre l'Angleterre et la Mayson de Bourgoigne, et pourvoir à toutz
les différans qui restent à vuyder sur iceulx;--que tout ce que les
dictz commissaires accorderont ayt, par sèrement des deux princes à
estre ratiffié et aprouvé, et par eulx et leurs subjectz
inviolablement observé.

Lesquelz articles ont despuys esté monstrez au dict Cecille, qui y a
faict aulcunes difficultez, tantost de l'ordre d'iceulx, voulant qu'on
commançât par députer les commissaires et non par rendre, tantost pour
requérir qu'il y eust quelque chose plus à l'honneur et advantaige de
ceste coronne, et ainsy a prolongé l'affaire quelques jours, attandant
la responce de Flandres, laquelle ne venant poinct, par ce, à mon
adviz, que les dictz seigneurs ont miz ordre que le duc d'Alve
n'entende en aultre négociation qu'à celle qui partira de leur main,
le dict Cecille a esté contrainct de passer oultre.

Et j'entendz qu'il a, ce jourdhuy, baillé par escript aulcunes
considérations sur les dictz cinq derniers articles, lesquelles, si
elles sont telles qu'on me les a sommairement récitées, elles
n'empescheront, à mon adviz, l'effect de l'accord; mais bien le
pourront ung peu prolonger. Je mettray peyne de sçavoir plus
certainement ce qu'elles contiennent.

Cependant, il semble que les choses ont prins beaulcoup de modération
par la liberté qu'on a donné à ce nombre de marinyers espaignolz, dont
en ma précédante dépesche j'ay faict mencion, et que je suys adverty
que, dans deux jours, monsieur l'ambassadeur d'Espaigne, sous prétexte
de changer de logis, yra sans garde, avec ceulx de sa famille, seul
par la ville, et arrivé qu'il sera à l'aultre logis, ne sera plus tenu
resserré.

DU FAICT DE LA ROYNE D'ESCOCE.

Poursuyvant monsieur l'évesque de Roz, envers la Royne d'Angleterre et
les seigneurs de son conseil, le secours promiz à sa Mestresse pour
estre remise en son estat, ou bien luy estre permiz de passer en
France pour aller requérir celluy du Roy et des aultres princes
chrestiens, il a eu la responce, dont cy devant j'ay faict mencion,
qu'il failloit esclarcyr premièrement le doubte, où la dicte Royne
d'Angleterre estoit, de la cession, qu'elle a entendu que sa dicte
Mestresse avoit faict, du tiltre de ce royaulme à Monseigneur, frère
du Roy, et suyvant la dicte responce la Royne d'Escoce a faict là
dessus une déclaration, par lettre escripte et signée de sa main, qui
pouvoit suffire, la copie de laquelle lettre j'ay desjà envoyée.

Néantmoins la Royne d'Angleterre a respondu à la dicte lettre en la
façon qu'on verra par la coppie de la sienne, du XXVe de may dernier,
suyvant laquelle la dicte Royne d'Escoce a dépesché le Sr de Bortyc,
son escuyer d'escuerye, et Rolle, son secrétaire, devers leurs
Majestez Très Chrestiennes et devers Mon dict Seigneur pour avoir leur
plus ample déclaration là dessus affin de satisfaire et contanter la
dicte Royne d'Angleterre.

Et a l'on cependant escript, de la part des dictes deux Roynes, en
Escoce, pour faire venir aulcuns députez de la noblesse et des estatz
du pays, pour veoir si le restablissement de leur Royne se pourra
faire par voye de paciffication.

En quoy semble que la Royne d'Angleterre et les seigneurs de son
conseil se disposent d'y mettre la main en bonne sorte, et desjà les
plus grandz de ce royaulme se sont ouvertement déclairez pour le
droict que la dicte Royne d'Escoce prétend à ce mesmes royaulme
d'Angleterre, après leur présente Mestresse, disantz que toutz les
aultres prétendans recherchoient leur droict de si loing, ou à tiltres
mal fondez de bâtardise, ou aultres non aprouvez par les loix du
royaulme, qu'ilz dellibèrent n'estre jamais contre celluy tant clair
de la dicte Dame, fille du cousin germain de leur Royne, qui estoit
propre nepveu, filz de la seur du Roy Henry VIIIe d'Angleterre[2],
laquelle la plus part d'eulx ont veue et cogneue, laquelle chose les
faict incliner et estre favorables à sa restitution en son propre
royaulme.

  [2] Marie Stuart, fille de Jacques V et petite-fille de
  Marguerite d'Angleterre, était la petite-nièce de Henri VIII, et
  la cousine, issue de germain, d'Élisabeth. S'il est dit, au Ier
  vol., p. 66, qu'elle était nièce d'Élisabeth, c'est que celle-ci
  ayant sur elle l'avantage d'un degré, se trouvait être aussi,
  comme ou le disait en France, sa tante à la mode de Bretagne.

                            HENRI VII + 1509.
       --------------------------+--------------------------
      MARGUERITE                     HENRI VIII + 1547
        Mariée à                           Marié à
           |         -------------------------+------------------------
  JACQUES IV + 1513.  1º. _Catherine_   2º. _Anne_      3º. _Jeanne_
                          _d'Aragon._   _de Boleyn._     _Seymour._
           |                |                |                |
  JACQUES V + 1542   Marie + 1568.  ÉLISABETH + 1603.  Édouard VI + 1553.
           |
       Marié à
  Marie de Lorraine.
           |
  MARIE STUART + 1587.

Sur quoy, pour l'accommodement de la dicte Dame avec ses subjectz,
semble qu'on veuille venir à une loy d'oblivyon des choses passées, ou
que mesmes la dicte Dame imputera à bien à ses subjectz, et les
remercyera de toute la démonstration qu'ilz ont faicte pour vanger et
avoir réparation du murtre du feu Roy, son mary, et qu'ilz n'auroient
fait que leur debvoir de la poursuyvre elle mesmes quant elle en eust
été coulpable;--que le jugement contre le comte de Baudouel sera
confirmé;--qu'il sera ottroyé une abolition généralle de toutes choses
mal venues jusques icy;--et chacun restably en ses biens, honneurs,
charges et offices;--que la religion aura cours en la forme qu'elle y
est establye meintennant;--qu'ung conseil sera estably, par ordonnance
des estats du pays, pour contenir les choses en ceste modération,
desquelles le comte de Mora sera l'ung;--et que des choses susdictes
la Royne d'Angleterre et la noblesse de son pays seront respondans.

J'entendz que, pour le regard des choses, que ceulx cy
prétendent capituller sur la dicte restitution, il y en a quatre
principalles:--la première, d'asseurer le tiltre de ceste coronne, et
qu'il demeure cédé et remiz entièrement à la Royne d'Angleterre;--la
seconde, que la nouvelle religion soit si bien establye en Escoce, que
la dicte Dame ne la puisse changer;--la tierce, qu'il soit faict une
si ferme et estroicte confédération entre ces deux royaulmes, que par
nul prétexte ilz ne puissent estre jamais en armes l'ung contre
l'aultre, et qu'ilz soyent obligez à ung mutuel secours;--la
quatriesme, qu'il soit trouvé quelque expédiant d'authoriser si bien
les promesses et capitullations que la Royne d'Escoce fera, estant en
ce royaulme, qu'elle n'y puisse jamais contrevenir par allégation de
force ny de peur, en quoy semble qu'ilz veulent avoir le prince
d'Escoce pour gaiges de sa parolle.

Sur quoy leurs Majestez me commanderont ce que j'auray a dire et
procurer là dessus, pour l'intérest de leur service, pour la
réputation de leur grandeur, et pour la conservation des alliances de
leur coronne.


LETTRE DE LA ROYNE D'ANGLETERRE A LA ROYNE D'ESCOCE.

--de Grenuich, le XXVe de may 1569.--

Madame, à mon grand regrect, j'ay entendu le grand dangier en quoy
estiez naguières, en quel je loue Dieu de n'en avoir rien ouy, jusques
à ce que le pire fût passé; car, combien qu'en tout temps et lieu,
telles nouvelles ne m'eussent peu contanter, si est ce que si tel
mauvais accidant me fût mandé des cieulx que quelque mal vous advînt
en ce pays, je croy vrayement que mes jours me sembleroient trop
prolongés pour, devant mourir, recepvoir si grande playe. J'espère
tant en la bonté d'icelluy, qui m'a toutjour gardée de malles
advantures, qu'il ne permettra que je choppe en telz retz, et, pour me
garder en ceste bonne opinion de bonne faveur en mon endroict, il m'a
faict cognoistre par vostre commandement la dolleur qu'aultrement
j'eusse senty, si le contraire m'eust advenu, et vous promectz de luy
en avoir randu souvant grâces infinyes.

Quant à la responce, que vous recherchez recepvoir par mylord Boyt, de
ma satisfaction en la cause, touchant monsieur d'Anjou, je ne dobte
point ny de vostre honneur, ny de vostre foy, en ce que m'escripvez de
n'en avoir onques pensé telle chose, mais pour ce que, peult estre,
quelque parent ou bien quelque ambassadeur vostre, ayant authorité
généralle, de vostre main, pour l'authoriser de faire toutes choses
pour l'advancement de voz affaires, ayent adjousté telle promesse,
comme venant de vous, et le pensant contenu en leur commission, comme
telle chose qui plus servyst d'esperon pour chevaulx de haulte race.
Car si nous voyons [que] souvant ung petit rameau sert à saulver la
vye aulx noyans, [et] que ung petit droict anime le combattant, je ne
sçay pourquoy ne penseroient ilz que la barque de vostre bonne fortune
flotant en mer dangereux, à quoy tant de ventz contraires soufflent,
ayent besoing de toutes aydes pour obvier telz maulx et vous conduyre
à bon port; et si ainsy soit, qu'ilz se sont serviz de vous en telle
chose, vous pouvez en honneur nyer l'intention, mais si est ce que le
droict leur demeure, et à moy apartient le tort. Pour aultant, je vous
suplie y avoir telle considération de moy, qu'apartient à telle [qui]
n'eust onques mérité en vostre endroict que vray guerdon et honnorable
opinion, avec telz faictz qui gardent le vray accord d'une telle
armonye que la mienne, qui en toutes mes actions vers vous n'a onques
failly la droicte mesure.

Pour tant ce porteur vous déclairera plus amplement ce que je souhayte
en ce cas. Oultre plus, si vous recherchez quelque responce de la
commission donnée à milor Roz, je croy que vous oblyez combien prez il
me touche, si je m'en mélasse jusques à ce que je soys satisfaict en
ce qui vous touche en honneur et moy en seureté. Ce temps pendant, je
ne vous fâcheray plus de longue lettre, sinon qu'après mes cordiales
recommendations, je prie le Créateur vous garder en bonne santé et
vous donner longue vie.



XLIIIe DÉPESCHE

--du XXVIIIe de juing 1569.--

(_Envoyée exprès à Calais par Jehan Valet._)

  Préparatifs pour une nouvelle expédition maritime.--Achats
    d'armes par les protestants.--Crainte que la flotte de la
    Rochelle ne serve à une entreprise sur Bordeaux.--Les affaires
    d'Espagne et d'Écosse sont en voie de conciliation.--Arrivée de
    sir Georges Douglas en Angleterre.--L'autorisation de se rendre
    auprès de Marie Stuart lui est refusée.--Départ de deux
    commissaires anglais qui se rendent à Rouen pour traiter de la
    restitution des prises.--Plaintes de l'ambassadeur Norrys
    contre le retard apporté en France à l'expédition de ses
    dépêches.--Nouvelles de France données par monsieur Norrys dans
    sa correspondance.--Il annonce que le duc de Deux-Ponts est
    mort empoisonné.


    AU ROY.

Sire, des choses qui passoient icy jusques au XXIe de ce mois,
concernans vostre service, Vostre Majesté en aura esté amplement
informée tant par mes lettres et mémoires du dict jour, que le Sr. de
Sabran vous a aportées, que par le récit d'aulcunes particularitez que
je luy ay commises pour vous dire. Meintennant, Sire, voicy [ce] que
j'ay à faire entendre à Vostre Majesté, c'est que l'on continue de
rabiller et mettre en bon équipage à Gelingan douze des grandz navyres
de guerre de ceste Royne, pour les pouvoir getter en mer quant on
vouldra, oultre les quatre qui sont desjà dehors, deux à Hembourg et
deux à la Rochelle, et plusieurs aultres de particulliers qui sont
armés. Il est vray que la levée des hommes et marinyers pour les
dictz douze navyres ne se haste guières, seulement l'on a advisé d'où
soubdainement l'on les pourra prendre, et n'y a encores aulcune
commission expédiée pour l'affret et avitaillement des dictz navyres,
chose qui ne se pourra si secrectement ny si soubdainement exécuter
que n'en ayons toutjour quelque notice pour vous en donner adviz. Il
est vray que aulcuns de ces Flamans qui sont icy, et quelques Françoys
avec eulx, sont après à équiper en guerre quatre grandes ourques, de
celles qu'on a naguières prinses sur les Espaignolz et Flamans, et ung
assés bon navyre, et d'aultres petitz vaysseaulx jusques au nombre de
dix pour aller, du premier jour, à la mer; et s'entend que Doulovyn,
agent du prince d'Orange, va estre admiral de ceste petite flotte,
laquelle pourra estre preste dans douze ou quinze jours, si la
remonstrance, que l'ambassadeur d'Espaigne a faicte pour empescher que
les dictes ourques ne soyent couvertes ny employées en tel usage, ne
le retarde; tant y a que l'aprest se continue, et semble que c'est
pour transporter deux ou trois mille Flamans en quelque lieu: ce qui
se raporte aulcunement à certain adviz, que je vous ay cy devant
mandé, qu'on prétendoit de les mettre en Hendem et les tenir là
jusques à ce que les gens de cheval et le reste de l'armée du dict
prince d'Orange seroient prestz; mais parce que je crains toutjour que
ce soit plus tost pour les descendre à la Rochelle, ou en quelque
aultre endroict de vostre royaulme, je ne me suys peu tenir d'en faire
grand instance à ceulx de ce conseil, qui m'y ont aulcunement
satisfaict jusques à m'affirmer, par sèrement, que ce n'est contre
Vostre Majesté. Mais encor qu'il y ayt quelque dangier qu'en pourtant
ainsy toutjour la cloche et pour nous, et pour les aultres, contre
les entreprinses de ceulx cy, ilz ne s'irritent contre moy, je ne leur
puys toutesfoys laysser passer telles choses, quelque bonne
démonstration qu'ilz me facent, par ce qu'ilz sont trop soubdains à
changer leurs dellibérations et trop promptz de les convertir contre
nous; et, soubz colleur de ce présent armement, plusieurs de ceulx qui
s'estoient, par craincte des ordonnances faictes contre les pirates,
retirez de la mer, s'aprestent de s'y remettre; de quoy je feray
plaincte à ma première audience.

J'entendz que le conseiller Cavaignes a faict, tout de nouveau, ung
marché avec aulcuns de ce royaulme pour recouvrer huict lez de
pouldre, chacun de douze barilz, et chacun baril contenant ung cent,
qui est neuf à dix milliers de pouldre, et huict vingtz bottes de
piques, chacune botte de huict, qui est plus de douze cens piques, et
vingt quaysses de hacquebutes, à cinquante pour quaysse, qui sont
mille hacquebutes, avec leur fornyment; et qu'on est après, au pays
d'Ouest, à les luy faire embarquer avec plusieurs et diverses sortes
d'artiffices à feu, qui est signe qu'on a crainct le siège à la
Rochelle.

Il a esté naguières veu passer une grand flotte de vaysseaulx, qu'on
estimoit estre le retour de celle de la Rochelle, mais, parce qu'elle
a passé oultre, l'on présume que c'est celle d'Espaigne et de
Portugal, de quarante vaysseaulx chargez d'espiceries, de laynes, et
aultres riches merchandises, conduicte par aulcuns navyres de guerre,
que ceulx cy avoient entendu se préparer pour passer en Envers, dont
ilz sont bien marrys qu'ilz n'ayent esté toutz prestz, au passaige de
Callais, pour recognoistre qui c'estoit; mais le vent a trop bien
servy, despuys quelques jours en çà, pour leur pouvoir empescher
ceste routte.

Il n'est encores nouvelles que la susdicte flotte de la Rochelle s'en
reviègne, dont semble que ceulx du dict lieu l'ayent retenu pour se
servir des LXXVI vaysseaulx qui y sont pour quelque leur entreprinse,
ainsy que je vous en ay touché ung mot en mes lettres du Xe du
présent, et semble que ceulx de la nouvelle religion, qui sont icy,
ayent adviz que le duc de Deux Pontz et l'Admyral cercheront de venir,
s'ilz peuvent, à une bataille; mais, s'ilz ne le peuvent, que leur
desseing sera de s'eslargir et occuper une partie de la Guyenne pour y
entretenir l'armée, et nomméement de prendre Bourdeaulx; à quoy ce
nombre de vaysseaulx leur pourroit beaulcoup servir, bien qu'on publie
icy que le retardement de la dicte flotte procède de quelque
difficulté, que la Royne de Navarre a faicte, sur l'acomplissement du
marché du sel et du vin.

L'on commance à parler de quelque progrez[3] que, à l'accoustumé, la
Royne d'Angleterre dellibère faire à ce prochain mois de juilhet, et
de tant qu'on dict que ce sera à l'isle d'Ouyc, vers la Normandie, je
le tiens en ce temps, à cause de leur présent apareil, aulcunement
suspect. Je travailleray toutjour de descouvrir le plus que je pourray
ce qu'ilz prétendront de faire.

  [3] Voyage.

Les entremises d'accorder les différans d'Angleterre avec les Pays Bas
se continuent, et, de ma part, j'estime que des deux costez l'on s'est
résolu d'y entendre, et ne reste que le moyen d'y procéder; mais de
tant qu'il semble convenable de commancer par la liberté de monsieur
l'ambassadeur d'Espaigne, à laquelle on le veult remettre par
occasion de changer de logis, comme je l'ay desjà escript; ceulx de ce
conseil ont mandé à l'évesque de Chichestre de luy bailler sa mayson,
qu'il a en ceste ville, pour quelques moys, et je croy que dans deux
jours cella s'effectuera; et puys le mesmes pourra négocier et tretter
de toutes choses avec ceste Royne; dont, encor que la finalle
descizion des dictz différans, à cause des allées et venues, et de la
liquidation et estimation des prinses, soit pour aller en longueur, je
croy toutesfoys qu'on ne passera plus oultre à nulz mauvais exploictz
les ungs contre les aultres, au moins si l'instabilité de ceulx cy et
quelques meilleures espérances d'Allemaigne, qu'il semble qu'ilz n'en
ont eu meintennant, ne les y provoque.

Les affaires de la Royne d'Escoce demeurent en suspens, attandant la
déclaration que Monsieur, frère de Vostre Majesté, envoyera sur le
tiltre de ce royaulme, et cependant s'entend que le Sr. Ledinthon
s'apreste de venir d'Escoce de la part du comte de Mora, lequel comte
monstre, à ce qu'on dict, ne reffuzer d'entendre à quelque
paciffication pour le restablissement de sa Mestresse. Ceulx cy ont
suspect le soubdain retour que ce jeune gentilhomme Duglas a faict par
deçà, par ce mesmement qu'il monstroit, quant il passa naguières en
France, d'y vouloir faire long séjour, et, nonobstant que Mr.
l'évesque de Roz l'ayt adverty de n'incister guières à demander la
permission d'aller trouver la dicte Dame, pour aulcunes ocasions bien
considérables, et pour n'imprimer à ceulx cy qu'il aporte nouvelle
pratique de France au préjudice de leurs intentions. Il n'a layssé
toutesfoys de présenter à ceste Royne la lettre de Vostre Majesté pour
obtenir son passeport, lequel ne luy a esté accordé, et est icy
encores à l'atandre.

Je ne veulx obmettre comme j'ay tant faict que deux honnestes
bourgeois et merchans de ceste ville ont esté desjà dépeschez devers
monsieur le maréchal de Cossé, avec commission de ceste Royne pour
aller amyablement pourchasser la dellivrance des biens des Anglois,
qui sont arrestez par dellà. J'espère que mon dict sieur le mareschal
en envoyera bien tost deux aultres par deçà pour la restitution des
biens des Françoys, et qu'il sera convenu de jour certain, auquel, des
deux costez, esgallement et sans fraulde, la restitution se fera; et
que Vostre Majesté m'envoyera, ou à monsieur le maréchal de Cossé, une
lettre, signée de vostre main, conforme au mémoire que j'envoyay le Xe
de ce moys.

Ceste Royne m'a faict dire par Me Cecille que son ambassadeur se
plainct de ce que, demandant ses passeportz pour envoyer ses paquetz,
l'on les luy diffère toutjour quatre jours, et le retarde l'on aultres
quatre jours à Paris premier que de luy en vouloir bailler, et que,
sans doubte, l'on fera le semblable à moy icy; dont ay esté fort
expressément requis d'en escripre à Vostre Majesté à ce qu'il vous
playse faire entendre au susdict ambassadeur comme vous voulez que
dorsenavant l'on en use tant à la court que à Paris, qui vous suplie,
Sire, ne les mal contanter en si peu de chose, et je prieray le
Créateur, après avoir très humblement baysé les mains de Vostre
Majesté, qu'il vous doinct, etc.

    De Londres ce XXVIIIe de juing 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, de tant que ceulx cy sont bien fort soubdains en leurs
dellibérations de guerre, et [que] sur la première nouvelle qui les
met en peur de l'avoir ou en espérance de la pouvoir faire avec
advantaige à leurs voysins, ils recourent incontinent aulx armes et à
faire leurs aprestz soit pour se deffandre ou pour assaillir, je me
trouve, quasi toutes les sepmaines, en suspens de ce que j'en doibz
espérer et suys souvant contrainct de vous mander diversement ce que
je voy et entendz de leurs changemens, mais le temps et la froideur,
qu'aulcuns d'entre eulx usent tout à propos, rabat souvent et
beaulcoup de leur challeur, de sorte qu'il ne s'en ensuyt ny toute
l'exécution ny icelle si soubdaine qu'ilz se proposent; ainsy que
Vostre Majesté le pourra veoir en la lettre que j'escriptz au Roy
touchant l'ordonnance qu'ilz avoient faicte despuys dix jours de
jetter promptement en mer douze grandz navyres de guerre, laquelle ne
passe meintennant plus avant que de les tenir prestz pour les y
pouvoir mettre quant ilz vouldront; en quoy semble qu'ilz attandent
s'y gouverner sellon le cours de la guerre de France, à laquelle ilz
ont bien fort le cueur, et n'y a rien qui tant les esmeuve que les
évènemens qu'on leur en mande.

Monsieur l'ambassadeur Norrys a naguières escript à la Royne, sa
Mestresse, que les deux armées sont bien fort grandes et puyssantes
s'estant, d'ung costé, Monseigneur vostre filz joinct à Mr d'Aumalle
et les Italliens arrivez; et que Vostre Majesté a esté au camp et a
par une bien vertueuse et digne façon de parler, confirmé le cueur
des gens de guerre et anymé les Allemans et les Suysses de combattre à
ce coup vertueusement pour l'honneur de la France et pour la deffance
de la couronne du Roy, vostre filz, lesquelz vous ont toutz promiz de
bien faire leur debvoir; que d'ailleurs l'armée du dict duc marche
toutjour en pays et est si avant qu'on ne le peult plus empescher de
recuillyr ceulx de la Rochelle et les Vyscomtes, et que mesmes quelcun
rapportoit d'avoir veu monsieur l'Amyral saluer et embrasser le dict
duc, et que les deux armées n'estoient que à huict lieues l'une de
l'aultre, n'y ayant toutesfoys encores heu que quelque escarmouche
entre eulx, où Mr. de La Rochefoucault avoit eu du meilleur, et que le
poyson de Mr. Dandellot avoit esté avéré, qu'ung sien serviteur luy
avoit baillé, lequel avoit esté tiré à quatre chevaulx, et avoit
allégué Mr. de Martigues pour cuyder excuser son faict.

Je seray toutjour soigneulx de descouvrir ce que je pourray des
dellibérations et entreprinses de ceulx cy, desquelz, encor que j'aye
occasion de craindre qu'ilz se layssent enfin persuader à quelque
déclaration de guerre, mesmes s'ilz peuvent accommoder leurs aultres
différantz, je crains néantmoins plus pour ceste heure ce qu'ilz
pourront entreprendre soubz main par leurs pirates et par ces
estrangiers qui s'équipent, lesquelz, s'il advient qu'ilz puissent
surprendre quelque lieu qui soit pour s'en prévaloir, ne fault doubter
qu'ilz ne les advouhent et seront de mesme prestz de les désadvouher,
s'ilz ne font rien qui vaille. Et de tant que, entre quelques uns de
ces seigneurs, il a esté faict mention d'Ambleteuille comme d'ung lieu
qui seroit important et bien à propos pour eulx, semble qu'il sera
bon de pourvoir qu'ilz n'y puissent rien entreprendre; et je prieray
atant le Créateur, etc.

    De Londres ce XXVIIIe de juing 1569.


Despuys la présente escripte, aulcuns seigneurs de ceste court m'ont
adverty qu'il est arrivé lettres de Mr. Norrys, du XXe du présent, qui
mande la mort du duc de Deux Pontz, advenue par poyson, et qu'il
sentit son mal le Xe de ce moys, soupant avec la Royne de Navarre, et
mourut le XIIIe; que le comte de Mensfelt[4] a esté subrogé en sa
charge par le consens universel de l'armée; que, avant mourir, il
avoit présenté la bataille à nostre armée qui l'avoit reffuzée; que,
pour contanter Vostre Majesté, laquelle vouloit en toutes sortes qu'on
combatît au passaige de la Creuse, le Ringrave et le capitaine La
Rivière avoient ataché une grosse escarmouche, où ilz avoient esté
deffaitz et eulx demeurez mortz sur la place; et pareillement l'aultre
comte de Mensfelt[5] pour vouloir bien satisfaire au duc d'Alve, avoit
entreprins un aultre combat où il avoit esté pareillement deffaict; et
que la ville de Périgueulx a esté prinse, et que la Royne de Navarre
est dedans. Je ne sçay que pourront produire ces nouvelles, mais, pour
garder que ce ne soit rien de mal, j'yray trouver demain ceste Royne
sur l'occasion de la dépesche du Roy du XIIIIe de ce moys, bien
qu'elle soit d'assés vieille datte, laquelle je viens de recepvoir
tout meintennant, et feray le mieulx que je pourray.

  [4] Wolrad, comte de Mansfeld, qui était le lieutenant du duc de
  Deux-Ponts.

  [5] Pierre Ernest, comte de Mansfeld, qui commandait le secours
  envoyé par le duc d'Albe à Charles IX.



XLIVe DÉPESCHE

--du Ve jour de juillet 1569.--

(_Envoyée par Olivyer Champernon jusques à Calais._)

  Nouvelle entrevue de l'ambassadeur et d'Élisabeth, dans laquelle
    sont discutées les affaires de France.--Menace de guerre faite
    par les seigneurs du conseil qui annoncent qu'une armée de dix
    mille Anglais est prête à descendre sur le
    continent.--Élisabeth accorde, contre l'avis de son conseil, la
    permission à sir Georges Douglas de se rendre auprès de Marie
    Stuart.--Succès remportés en Écosse par le comte de
    Murray.--Disposition d'Élisabeth à se tenir toujours prête pour
    attaquer la France.--Les différends de l'Angleterre avec
    l'Espagne paraissent entièrement aplanis.


    AU ROY.

Sire, estant bien seurement adverty, ainsy que je l'ay mandé en ung
postille de mes précédantes du XXVIIIe du passé, que la Royne
d'Angleterre avoit eu adviz de la mort du duc de Deux Pontz, et qu'on
luy faisoit acroyre, nonobstant icelle, que les affaires de ceulx de
la Rochelle alloient prospérant soubz la conduicte du comte de
Mensfelt, qui avoit esté subrogé en sa place, et soubz celle de
monsieur l'Admyral qui estoit meintennant joinct avecques luy, j'ay
bien vollu veoir si je recognoistrois, par aulcuns propos ou
démonstrations de la dicte Dame, que ces nouvelles l'eussent meue à
rien entreprendre de nouveau; dont luy ayant, sur l'occasion de vostre
lettre du XIIIIe du passé, demandé audience, j'ay prins argument, sans
monstrer rien sçavoir du trespas du dict duc, de luy dire
qu'aussitost que icelluy duc s'est trouvé au dellà de la rivière de
Loyre, il a faict toute la dilligence qu'il a peu de s'advancer en
pays, sentant que Monsieur, frère de Vostre Majesté, joignoit les
forces de Guyenne avec celles de monsieur d'Aumalle pour l'aller
rencontrer, et qu'ayant gaigné le devant il n'avoit onques vollu
attandre le combat; et qu'à ceste heure Mon dict Seigneur, après avoir
miz douze mille chevaulx et vingt mille hommes de pied ensemble toutz
confidans et asseurez, oultre le renfort qu'il attandoit d'heure à
aultre quasi d'une seconde armée de monsieur de Nemours, qui avoit
recuilly les Italliens, avoit aproché de si prez l'armée du dict duc
qu'il ne pouvoit estre que bien tost ne s'en entendît une journée,
qui, j'espérois, seroit avec continuation de victoyre aussi bien sur
ces reytres, comme elle avoit esté commancée auparavant, lesquelz
empyroient de tant en toutes sortes la cause de ceulx qui estoient
desjà en armes dans le royaulme, qu'il ne se recognoissoit en eulx
rien d'honneste ny digne de gens de guerre, ains toutz actes de cruelz
larrons, de brigans et de barbares inhumains, et que je m'esbahissoys
que toutz les vrays princes ne s'esmouvoient dilligemment pour
réprimer, ou encores pour soubdain estaindre une si mauvaise troupe
d'hommes, qui vous alloient oltrageant sans occasion, et alloient
soubslevant et soubstennant l'opinion des subjectz contre la légitime
authorité de leurs princes; de quoy, encor qu'il semblât que rien ne
s'en adressât meintennant à elle, si estoit il dangier que ce qu'elle
en voyoit desjà attaché aulx principaulx estatz de la chrestienté ne
vînt bien tost à une dangereuse conséquence sur le sien; et que, de
vostre part, pour plus seurement pourvoir à voz affaires, aviez
advisé de vous acheminer à Orléans, où en attendant le retour de la
Royne, vostre mère, qui estoit encores au camp avec Monsieur, frère de
Vostre Majesté, vous assembliez une aultre aussi grande et puyssante
armée que celle qu'aviez baillée à Mon dict Seigneur; et que de toutz
ces poinctz vous aviez bien vollu faire part aulx aultres princes
souverains voz alliez et confédérez, et principallement m'aviez
commandé d'en donner ung entier et bien particullier compte à la dicte
Dame, comme à celle qui avoit toutjour monstré de desirer que le
succez de ceste guerre vînt à l'advantaige de Vostre Majesté, à la
conservation de vostre estat, et à la confuzion de ceulx qui
s'esforcent de le troubler et de troubler le repoz de voz subjectz.

A quoy la dicte Dame m'a respondu qu'il ne se menoit à la vérité
aulcuns affaires à présent, en toute la chrestienté, desquelz elle fût
si soigneuse d'en entendre les évènemens que de ceulx de Vostre
Majesté, qui estoient à ceste heure comme sur ung théâtre, proposés
pour exemple à toutz les aultres princes, dont elle vous remercyoit,
de tout son cueur, de la bonne part que ordinairement il vous playsoit
luy en faire; que, pour ce coup, sembloit qu'elle eust de plus
fresches nouvelles d'iceulx que moy, puysque je ne luy parlois point
de la mort du duc de Deux Pontz, qu'on asseuroit avoir esté
empoysonné, et avoir senty son mal le Xe de juing, ainsy qu'il estoit
à table avecques la Royne de Navarre, et qu'il estoit mort le XIIIe,
et qu'avant mourir il avoit présenté la bataille à l'armée de Mon dict
Seigneur, mais les capitaines du camp n'avoient estimé estre lors
raysonnable de le combattre; et que la dicte Dame considéroit assés,
et avecques dolleur, le grand ennuy et travail, où sont Voz Très
Chrestiennes Majestez, pour la désolation de vostre royaulme, ce qui
la mettoit en grand soucy du sien, voyant que les plus grandz estatz
estoient ainsy affligez; mais qu'elle espéroit, veu les bonnes forces
qu'aviez miz ensemble et celles qu'assembliez de nouveau, que le plus
grand dangier estoit desjà passé, me priant, qu'avec ung salut et
recommendation de sa part à Voz Très Chrestiennes Majestez, je ne
faillysse par mes premières vous asseurer que nul aultre prince de
votre alliance se resjouyra jamais plus grandement qu'elle de la
prospérité et conservation de vostre coronne, et de la paix de vostre
royaulme, s'il playt à Dieu la vous y donner; ny au contraire nul ne
sera plus marry qu'elle du mauvais succez, s'il y advient: et a
estendu son propos en plusieurs aultres particullaritez, touchant le
commancement de ceste guerre, la continuation d'icelle et l'yssue
qu'elle pourroit prendre, qui monstrent certes qu'elle est agitée en
diverses dellibérations; et, par le jugement que j'en puys faire,
qu'elle propose de s'y gouverner sellon le temps, dont je desire,
Sire, que Dieu mette en vostre main de quoy pouvoir abréger et
acoursir le dict temps de ceste guerre; car la longueur et
prolongement d'icelle ne peult produyre que toutjour nouvelles
difficultez.

La dicte Dame, après cella, m'a entretenu en d'aultres matières de
mariages, disant avoir entendu que celluy de Vostre Majesté avecque la
seconde de l'Empereur, et de l'aynée avecques le Roy d'Espaigne
estoient concludz; et s'est mise à parler de vostre eage de vostre
taille, beaulté, adresse, et bien fort honnorablement de voz vertuz et
de celles de Mon dict Seigneur vostre frère, ce que j'ay grandement
confirmé; et seroit le discours trop long à le mettre icy, seulement
je diray qu'elle a monstré prendre grandement playsir de le continuer.

Et sur ces gracieulx deviz je me suys licencié d'elle, puys m'estant
ung peu arresté avecques les seigneurs de son conseil pour tretter
d'aulcuns affaires, qu'elle m'avoit remiz à eulx, concernantz vostre
service et le bien de voz subjectz, ainsy qu'ilz sont venuz à me
discourir des nouvelles qu'ilz avoient de France, trois d'entre eulx,
à une voix, se sont advancez de me dire qu'il y avoit dix mille hommes
de bonne qualité en Angleterre, et des principaulx et plus riches du
pays, qui estoient toutz pretz et dellibérez de passer en France pour
soubstenir le prince de Navarre et l'Admyral, non contre Vostre
Majesté, ny contre la Royne, vostre mère, ni contre Monsieur, car se
réputoient voz serviteurs tant que vous auriez la paix avecques leur
Mestresse, ains pour faire la guerre à monsieur le cardinal de
Lorrayne et aux Italliens que le pape a envoyez pour exterminer leur
religion; mais que la Royne, leur Mestresse, ne l'a vollu consentir,
pour ne monstrer aulcun signe de ropture de paix: de quoy vous luy
debviez ung bien grand mercys, car s'ilz estoient meintennant en
France avec l'apuy d'une si bonne troupe de Françoys et d'estrangiers,
qui sont en armes, qui seroient pour eulx, il y auroit de quoy,
possible, y faire bien leurs besoignes; et s'eschauffant là dessus en
plusieurs grandes parolles, je ne leur ay respondu aultre chose sinon
que je remercyois très grandement la Royne, leur Mestresse, de sa
bonne intention, et que desjà j'avois miz peyne de faire cognoistre à
Vostre Majesté qu'elle l'avoit véritablement bonne et droicte envers
vous, qui aussi luy en réserviez et luy en rendriez, de votre part,
une toute semblable, et que Dieu l'avoit ainsy conduicte à ne laysser
ordir à ses subjectz une injuste guerre sur une mauvaise trame et tant
différante de sa qualité de Royne comme estoit celle qu'ilz se
proposoient, laquelle elle cognoissoit très bien que ne luy seroit ny
utille ny honnorable, mais quant ilz entreprendroient, d'eulx mesmes,
de descendre à main armée en France, ilz le feroient à très mauvais
tiltre sans leur en avoir donné occasion, tant y a qu'ilz y
trouveroient Vostre Majesté en armes avecques ung bon nombre de
Françoys, que vous aviez desjà aulx champs contre les Allemans, et que
vous seriez prest d'y en mettre encores dix mille toutz fraiz et bien
armez contre eulx. Et ne suys passé plus avant, bien que, de leur
part, ilz ayent suivy le propos avec termes ung peu bien advantaigeux,
qui néantmoins se sont enfin terminez assés gracieusement, mais non
sans monstrer qu'ilz ont de l'animosité et de l'entreprinse dans la
teste.

Ilz continuent toutjour leur aprest de douze grandz navyres de guerre,
mais n'y a encores commission pour lever les hommes et marinyers, ny
pour les avitailler. Il ne s'entend encores rien du retour de la
flotte de la Rochelle, ce qui faict doubter qu'elle est retardée pour
quelque entreprinse par dellà. Le capitaine Orsey a demandé renfort de
garnyson pour l'isle d'Ouyc, dont il est gouverneur, et millor Sideney
ayant receu quelque estrette en Irlande a envoyé requérir ung prompt
secours; et j'entendz qu'il a esté accordé au dict Orsey de luy
bailler trois cens hommes davantaige, et a esté mandé au dict Sideney
qu'on luy envoyera dilligemment le secours qu'il demande; dont semble
que bien tost se lèveront gens de guerre, et je prendray garde
comment, et à quelles fins, l'on y procèdera.

L'ambassadeur d'Espaigne s'attand de changer demain de logis et que,
de là en avant, il ne luy sera plus baillé de gardes, dont après il
commancera de tretter de ces prinses et différans d'entre ce royaulme
et les Pays Bas, par luy mesmes, avecques ceste Royne et les seigneurs
de son conseil.

Les affaires de la Royne d'Escoce demeurent toutjour en suspens,
attandant le retour du Sr. Bortic et Rollet, qui sont allez devers
Vostre Majesté pour la déclaration du tiltre de ce royaulme, et
attandant aussi les députez qui doibvent venir d'Escoce. Cependant ce
jeune gentilhomme George Duglas a tant faict qu'il a obtenu passeport
pour aller trouver la dicte Royne d'Escoce, à quoy semble qu'elle
n'aura prins playsir, craignant que cella puysse retarder en quelque
chose ses affaires. J'entendz que Mr. de Flamy a escript que le comte
de Mora est en campaigne, réduysant par force toute l'Escoce à sa
dévotion, et qu'il est adverty que bien tost après il dellibère
l'aller assiéger dans Dombertran, qui est la place où la dicte Dame
fonde le principal espoir de sa restitution. Sur ce, etc.

    De Londres ce Ve de juillet 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, affin qu'en devisant et discourant avec la Royne d'Angleterre
je puisse toutjour prendre quelque adviz et conjecture des
dellibérations qu'elle a sur les présens affaires de vostre royaulme,
je la vays trouver aultant de foys qu'il me vient tant soit peu
d'argument de parler à elle, et ainsy, despuys quatre jours, sur
l'occasion d'une dépesche du XIIIIe du passé que j'ay naguières
receue, je luy suys allé tenir le propos que Vostre Majesté verra en
la lettre du Roy, lequel j'ay bien vollu réciter au long avec les
propres termes de la responce de la dicte Dame, et y adjouxter ung peu
du jugement que je fays de son intention, affin que Voz Majestez
puyssent encores plus avant et au vray juger quelle elle est, qui, à
mon adviz, n'est aultre que de tenir vaysseaulx armez et hommes prestz
pour une occasion, si le temps la luy offre, non qu'elle ne me semble
de soy toutjour bien disposée à la paix, mais les argumens qu'on luy
administre pour me dire, et ceulx que les plus authorisés d'auprès
d'elle allèguent ouvertement, joinct l'apareil de guerre qu'elle a en
estat, monstrent que le seul bon succez de voz affaires la fera
persévérer en la paix. Et cependant par les catholiques, qui sont icy,
l'accord des différantz des Pays Bas est vifvement poursuyvy, de sorte
que y correspondant le Roy d'Espaigne et le duc d'Alve comme ilz font,
je tiens ceste guerre pour plustost finye qu'il n'y a heu espée
desgaynée, ny ung seul coup de haquebute tiré, et, bien que les
articles n'en soyent encores concludz, les exploictz néantmoins de
guerre n'en passeront, à mon adviz, plus avant; ains restera toute la
difficulté sur la restitution des prinses affin d'indempniser les
merchans sur leurs merchandises seulement, lesquelz ne fault doubter
que ne s'accordent ayséement d'en recouvrer une partie pour ne perdre
le tout: car, quant aulx deniers du Roy Catholique, ilz sont entiers
et se pourront randre du soir au matin, et, pour le regard de ceulx
des particulliers, l'on n'en parle poinct, parce qu'ilz estoient tirez
d'Espaigne sans congé. Les seulz troubles qui sont meintennant en
Irlande rendent ceulx cy ung peu ombrageux et mesfians du Roy
d'Espaigne, craignant qu'il tienne la main à ceulx qui s'y sont
soublevez.

Je prendray toutjour garde à ce qui se trettera et qui s'entreprendra,
pour vous en donner le plus prompt adviz que je pourray. Mr. le
cardinal de Chastillon n'a veu ceste Royne, ny n'a esté en court, il y
a tantost deux moys. J'entendz qu'à Mr. le vydame de Chartres a esté
mandé de se mettre plus avant dans le pays, sans se tenir ainsy en la
frontière, n'ayant, ce semble, ceste Royne bonne opinion de luy, et ne
se parle poinct qu'il doibve encores venir en ceste court. Quelques
nouveaulx depputez sont freschement arrivez d'Allemaigne, sur lesquelz
j'auray l'oeil le plus ouvert que je pourray, et prieray atant le
Créateur, etc.

    De Londres ce Ve de juillet 1569.



XLVe. DÉPESCHE

--du VIIIe jour de juillet 1569.--

(_Envoyée par le Sr. George Duglas, Escouçoys, jusques à la Court._)

  Pressante recommandation de la reine d'Écosse auprès du roi de
    France, en faveur de sir Georges Douglas.


    AU ROY.

Sire, m'ayant la Royne d'Escoce despuys trois jours escript de ses
nouvelles affin principallement que je luy fisse entendre des vostres,
elle m'a, par mesme moyen, bien affectueusement prié de représanter à
Vostre Majesté le desir et grande affection qu'elle a, puysque Dieu
n'a layssé en sa main de quoy pouvoir monstrer aulcune recognoissance
envers le Sr. Douglas, présent porteur, pour le notable service
qu'elle en a receu, qu'il vous playse prendre en la vostre de le luy
recognoistre et l'en recompencer eu luy donnant advancement d'honneur,
de bien et quelque honeste charge près Vostre Majesté, de tant qu'elle
estime tenir de luy le recouvrement de sa liberté et qu'il est le
principal moyen de l'avoir tirée de l'estroicte prison où l'on la
dettenoit en Escoce[6]. A quoy, Sire, m'asseurant que Vostre Majesté
vouldra très volontiers avoir esgard, tant pour la satisfaction de la
dicte Dame que pour la magnanimité de vostre cueur sur ung acte digne
de vostre faveur et de celle de toutz vrays et légitimes princes, je
n'entreprendray de vous en dire davantaige sinon que vous gratiffierez
grandement la dicte Dame, si, par vostre libéralité envers ce
gentilhomme, vous suplissés celle que par plusieurs bienfaictz, en
récompence de son bon et fidelle service, elle luy vouldroit uzer; et
je prieray Dieu, etc.

    De Londres ce VIIIe de juillet 1569.

  [6] Sir Georges Douglas, le plus jeune des frères du seigneur de
  Lochleven, avait procuré l'évasion de Marie Stuart du château de
  Lochleven en gagnant quelques-uns des gardes et entre autres
  William Douglas, jeune garçon de seize à dix-sept ans, qui avait
  enlevé les clés des portes au gouverneur. (_Jebb._ 1735, t. II,
  p. 230.)



XLVIe DÉPESCHE

--du XIe de juillet 1569.--

(_Envoyée par Jehan Valet jusques à Calais._)

  Retour de la flotte de la Rochelle.--Armement et levée de troupes
    pour l'Irlande où l'insurrection fait des progrès.--Craintes de
    l'ambassadeur que ce ne soit un prétexte pour cacher les
    préparatifs d'une expédition contre la France.--Ses efforts
    pour maintenir la paix que les succès remportés par les
    protestants rendent très-douteuse.--Il rend compte à Élisabeth
    de l'état des affaires de France.--Il donne avis que le duc
    Casimir se prépare à entrer dans le royaume avec une armée
    allemande.--L'ambassadeur d'Espagne est délivré de ses gardes;
    mais il n'est pas encore permis à l'ambassadeur de France de
    lui rendre visite.--Plaintes d'Élisabeth contre la mauvaise
    réception faite à ses commissaires en France, et contre le
    retard apporté à la désignation des commissaires français
    qu'elle attend pour traiter de la restitution des prises.


    AU ROY.

Sire, vous ayant, le Ve de ce moys, escript toutes choses de deçà,
ainsy que je les avois en cognoissance, il se offre meintennant de
vous dire que le lendemain VIe, je fuz adverty du retour de la flotte
de la Rochelle, laquelle despuys est entrée en ceste rivière; et qu'on
avoit commancé, le matin, de tirer des armes, de l'artillerye, des
pouldres et aultres monitions de guerre, de la Tour de Londres pour
les mettre sur mer, avecques commissions expédiées, le mesme jour,
pour lever promptement cinq mille hommes, de quoy je donnay, sur
l'heure, adviz à Mr. le maréchal de Cossé et à Mrs. de Piennes, de
Gordan, de Caillac et de Sigoignes; et leur manday que je sçavois
bien que ceulx cy estoient fort pressez du costé d'Irlande par ce
qu'ilz y avoient naguières receu une estrette, et que pourtant cest
aprest qu'ilz faisoient pourroit bien estre pour y envoyer du secours;
tant y a que je les prioys de se tenir sur leurs gardes, et de donner
ordre que toute la coste de dellà en fût advertye: car je ne pouvoys
avoir que beaulcoup suspect de veoir faire la dicte levée sur le
retour d'icelle flotte.

Or despuys, Sire, j'ay cogneu à la vérité que c'estoit pour envoyer en
Irlande, auquel pays, sur le quartier qui s'apelle d'Esmont, les
affaires ne passent bien pour les Angloys, les ayant les Irlandoys,
avec lesquelz s'est meslé le jeune frère du comte d'Ormont, et le
capitaine Estuquetay, chassez à vifve force de la campaigne, et
incontinent assiégé la ville de Corc, laquelle j'entendz que s'est
randue à telle composition qu'on leur a livré toutz les Anglois qui
étoient dedans, dont milor Sidenay, qui est Vice Roy par dellà, presse
grandement d'estre secoureu. Néantmoins l'on m'a dict que, despuys les
premières commissions expédiées pour y faire passer cinq mille hommes,
l'on a advisé qu'il suffira, pour ce commancement, d'y en envoyer
trois mille; et semble qu'encor que, sellon le jugement des sages,
ceste guerre d'Irlande soit bien importante et de grande conséquence à
ceste Royne, qu'on la luy faict néantmoins trouver légière et facille,
et que pour cella elle ne doibt cesser de faire toutjour l'aprest de
ses grandz navyres de guerre et les mettre en bon estat pour s'en
servyr quand elle vouldra en ses aultres entreprinses; et ne laysser
de poursuyvre la description d'hommes, que j'entendz qui se faict
soubz prétexte des monstres ordinaires, et de l'ordonnance de se
fornir d'armes, et des jeuz de priz qui ont esté instituez pour tirer
de la haquebutte, où l'on establit partout des capitaines, avec grand
aguet qu'ilz soyent toutz de la nouvelle religion, qui est signe
qu'ilz vont guettant quelque occasion, et qu'ilz se veulent trouver
prestz pour l'heure qu'elle se présentera.

Je ne deffauldray envers ceste princesse, laquelle ne me semble du
tout divertye à telle entreprinse, et envers ceulx, que je cognoys qui
ne la veulent, de les confirmer à la paix, et les faire tenir fermes
qu'il ne se face aulcune manifeste infraction ny violance à icelle. Au
moins travailleray je de tout mon pouvoir que Vostre Majesté sente le
moins de mal, que faire se pourra, de leur costé; car de n'en sentir
poinct du tout je croy que, quant j'auroys toute l'authorité de ceste
Royne en ma disposition, je n'y pourroys mettre remède, tant y a de
moyens et d'artiffices, et de vive sollicitation, icy, en faveur de
l'aultre party. Et ont aulcuns des bons de ce conseil, despuys quatre
jours, envoyé devers moy sçavoir si ce qui estoit naguières advenu en
France entre les deux armées[7] estoit tant à l'advantaige de ceulx de
la Rochelle comme on le publioit; car cella, ainsy qu'ilz disoient,
randoit ceulx, qui portent icy leur party, si insolens qu'ilz ne les
pouvoient modérer, et avoient bien à faire à interrompre les mauvaises
entreprinses qu'ilz mettoient en avant, faisant courir le bruict que
le filz de Mr. Norrys m'en avoit porté les nouvelles, lesquelles
m'avoient soubdain saysy de tant de douleur que j'en estois demeuré
tout estonné, sans luy pouvoir rendre aulcune responce. Sur quoy,
pour l'heure, je ne leur ay pu mander aultre chose sinon que je
n'avois aulcunes nouvelles que celles qui m'estoient venues du dict
filz de Mr. Norrys, lequel pourtant n'avoit peu cognoistre en moy une
si grande altération et changement qu'on disoit, parce que je n'avois
creu son discours, lequel je les prioys aussi ne le vouloir croyre,
car il ne l'asseuroit que sur ouyr dire: et que bien tost j'auroys la
certitude du tout par voz lettres, lesquelles je ne fauldrois de leur
communiquer.

  [7] Combat de la Roche Abeille, livré le 25 juin 1569, dans
  lequel Philippe de Strozzi, colonel général de l'infanterie, fut
  fait prisonnier par les protestants.

Deux jours après, j'ay receu ce qu'il vous a pleu m'en escripre du
XXIXe du passé, et le troisiesme je suys allé dire à ceste Royne que,
de tant que vous aviez meintennant deux grandes armées l'une contre
l'aultre dans vostre royaulme, qui s'entresuyvoient et se logeoient si
près que les sentinelles et corps de garde se pouvoient souvant
entreouyr et entendre, et qu'il estoit mal aysé qu'il ne s'ensuyvyst
quasi toutz les jours aulcun exploict de guerre, Vostre Majesté me
feroit aller souvant devers elle pour luy racompter le tout au vray,
sellon la certitude que vous mesmes en auriez de vostre camp, fût gain
ou perte, tant vous [vous] proposiez vivre confidentment avecques
elle. Et ainsy, estant naguières advenu ung assés heureux succez à
ceulx du parti contraire, vous m'aviez incontinent envoyé l'extraict
de ce que l'on vous en avoit escript affin de le luy monstrer, qui
cognoistroit par icelluy, et par ce que m'en escripviez à part, que
vous aviez grand soing de satisfaire en cest endroict au debvoir de la
commune amytié d'entre Voz Majestez et à l'intérest qu'avec toutz les
aultres princes souverains vous estimiez qu'elle a en cette guerre,
dont lui fiz premièrement lecture de cette partie de vostre lettre qui
en faisoit mencion, affin qu'elle le tînt pour véritable; puys luy
leuz le dict extraict, sur lequel elle me fit beaulcoup de curieuses
demandes, adjouxtant que la victoire n'estoit si grande de beaulcoup
pour les aultres comme on la publioyt et qu'elle feroit volontiers
chastier ceulx qui avancent les choses en aultre façon qu'elles ne
sont; comme aussi on luy avoit dict que vous aviez faict empoysonner
le duc de Deux Pontz, là où il se sçayt meintennant de certain qu'il
est mort d'une fièbvre chaulde, et que si ceulx qui desrobent quelque
chose ou font la faulce monoye sont puniz, que ceulx là le doibvent
estre beaulcoup plus aigrement qui desrobent ou falciffient la
réputation des princes, me priant de vous remercyer beaulcoup de foys
et fort expressément de la faveur que luy faisiez de luy vouloir ainsy
communiquer le bien et le mal de voz succez; et que puysqu'elle
n'avoit peu estre ouye à vous y procurer le bien de la paix, elle
n'estimoit y pouvoir meintennant aultre chose en la guerre, sinon
prier Dieu qu'il ne vous y advînt poinct de mal, et que certes elle
l'en prioyt dévottement et de bon cueur.

Puys, s'estendant le propoz à discourir des oltrageuses entreprinses
des Allemans, et combien elles debvoient estre odieuses et suspectes à
toutz grandz princes, elle m'a parlé de l'aprest du duc de Cazimir, et
qu'il seroit bien tost en campaigne; ce qu'elle m'a expéciffié de
sorte qu'il semble qu'elle le tienne pour asseuré. Mais la priant
despuys qu'il luy pleût tout ouvertement me dire ce qu'elle en
sçavoit, elle s'est rétractée ung peu, et dict que, dans ceste
sepmaine, elle espéroit d'en avoir la certitude par lettres de ses
agentz qui sont en Allemaigne, et que, puys après, elle me le feroit
assavoir. Tant y a que je fays plus de fondement sur ce qu'elle m'a
dict d'elle mesmes que sur ce qu'elle s'est despuys vollue monstrer
réservée, quant je me suys monstré curieux; car j'ay d'aultres
conjectures, Sire, lesquelles je vous feray sçavoir par le premier des
miens, que j'envoyeray devers vous, qui me font croyre que le dict duc
de Cazimir marchera bientost; dont suplie très humblement Vostre
Majesté de vous en éclarcyr de bonne heure affin de n'estre surprins,
craignant bien fort, s'il descend par la Picardie ou le long de la
frontière des Pays Bas, ainsy qu'on le présume, que ceulx cy ne se
mettent incontinent, avec grand équipage, sur mer pour le favoriser.
J'auray toutjour l'oeil et le cueur à leur apareil et entreprinse pour
vous en donner incontinent les plus certains adviz que je pourray, et
prieray atant le Créateur, etc.

    De Londres ce XIe de juillet 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, il m'a semblé que le soing que le Roy a heu, par ses lettres
du XXIXe du passé, de m'advertir des choses qui sont advenues entre
les deux armées le XXVe auparavant, a esté de quelque proffict et a
servy assés à interrompre des mauvais desseings que ceulx, qui
instiguent ceste Royne à la guerre, luy commançoient desjà de proposer
sur le fondement d'une trop plus grande victoire que, par la vérité de
la lettre du Roy, elle a bien cogneu qu'elle n'estoit, la luy ayant,
ceulx qui n'ont bonne affection, augmentée de plus de mille pour cent,
qui a esté cause, après en avoir discoreu avecques la dicte Dame que,
m'ayantz le duc de Norfolc, le grand Chamberlan, le secrétaire
Cecille et deux aultres du conseil convoyé jusques à la salle de
présence, je leur ay monstré le mesme extraict que j'avoys leu à la
dicte Dame, lequel les ungs ont aprouvé comme vray et les aultres ont
dict qu'il n'estoit pas à croyre qu'estantz douze centz ou deux mille
soldatz enveloupez de la cavallerye ennemye, sans aulcun secours de la
nostre, qu'il ne s'en fût perdu que quatrevingtz ou cent, sur quoy je
leur ay, en l'authorité des lettres du Roy, si bien satisfaict que ce
que Sa Majesté en mande a esté et est partout tenu pour véritable.

Je adjouxteray icy, Madame, que l'ambassadeur d'Espaigne, ayant
despuys trois jours changé de logis, est meintennant sans gardes et
croy que bien tost l'on commancera de tretter avecques luy de ces
différantz des Pays Bas. Il est vray que, sellon certain propos que
ceste Royne m'a tenu, il semble qu'elle demeure encores aulcunement
offancée contre le duc d'Alve et contre le dict ambassadeur, et mesmes
l'ayant priée qu'elle vollût à ceste heure luy permectre et à moy de
nous pouvoir entrevoir et visiter comme auparavant, elle m'a fort
expressément requiz que je me volusse encores déporter, pour quelque
temps, de l'aller voir; bien me permettoit de pouvoir quelque foys
envoyer devers luy ung gentilhomme ou ung secrétaire des miens. Et à
la suyte de cella, elle s'est prinse ung peu bien asprement à moy de
ce que les deux députez, qu'elle a envoyez à Roan pour la restitution
des biens de ses subjectz, n'ont esté, à ce qu'elle dict, ny bien
receuz, ny bien responduz, et que monsieur le maréchal de Cossé n'en a
envoyé ici d'aultres de sa part, comme je l'avois promiz, et qu'elle
s'esbahyt comme je me suys tant advancé au faict de ceste restitution,
sans estre bien asseuré de l'intention de Voz Majestez et de celle de
mon dict sieur le maréchal, monstrant avoir doubte que je luy aye
faict ung semblable trait en cecy, comme elle se plainct que
l'ambassadeur d'Espaigne luy en a uzé d'ung très mauvais sur les
choses de Flandres, ou bien qu'elle veult, estant sur le poinct de
tretter meintennant avecques le dict ambassadeur des dictes choses de
Flandres, sonder plustost avecques moy à quoy se debvoir tenir du
costé de Voz Majestez, pour de tant plustost conclurre à l'aultre
part, si elle voyt beaulcoup de difficultez de la vostre. Et m'a
pareillement requiz de la dellivrance de quatre, ses subjectz, qui
sont dettenuz à Callais, m'appellant à tesmoing moy mesmes si je sçay
que, durant ma charge, elle en ayt faict retenir ung des vostres par
deçà.

Je luy ay respondu que je ne me suys nullement advancé non d'une seule
parolle au faict de la susdicte restitution, sans estre bien garny de
mandement du Roy et Vostre, et encores de celluy de mon dict sieur le
maréchal, par lettres bien expresses de Voz Majestez et de luy,
lesquelles je luy ay desjà monstrées; et que je m'asseuroys qu'on vous
trouveroit entiers et véritables en tout ce que m'aviez ordonné de luy
en dire, ne debvant prendre en mauvaise part que monsieur le maréchal
eust envoyé devers Voz Majestez la commission des députez de la dicte
Dame, et qu'il ayt différé quelques jours à leur rendre responce
jusques à ce qu'il ayt sceu vostre intention, et qu'il estoit sans
doubte, si elle satisfaisoit bien par deçà aulx Françoys, qu'il seroit
encores mieulx satisfaict par dellà à ses subjectz. Et au regard de
ceulx qui estoient dettenuz à Callais, cella estoit advenu pour faire
cesser la détention et violence, qui se faisoit sans son sceu par deçà
aulx Françoys; mais puysqu'elle ordonnoit qu'il n'en fût rettenu pas
ung, je procureroys en semblable que les siens luy fussent randuz,
vous supliant, Madame, avoir agréable qu'il luy soit donné quelque
satisfaction là dessus, comme j'estime que vostre service le requiert,
et m'envoyer la promesse, signée de la main du Roy, touchant la dicte
restitution, que j'ay plusieurs foys demandée, affin d'en retirer une
semblable de la dicte Dame, ainsy que je l'ay convenu avecques elle.
Et ne s'est le propoz finy en aigreur, l'ayant elle mesmes ramené à
doulceur et gracieuseté sur la commémoration des infiniz travaulx, que
vous donnent ces guerres, et sur la dilligence et grandeur de cueur
dont vous mettez peyne d'y remédier, et n'a obmiz de parler fort
honnorablement du Roy, et des grandz vertuz qui reluysent en luy, et
de la valleur et réputation de Monsieur; car aussi je fays tout ce que
je puys pour ne me despartir jamais d'avec elle avec mauvaise
responce. Sur ce, etc.

    De Londres ce XIe de juillet 1569.



XLVIIe DÉPESCHE

--du XIXe jour de juillet 1569.--

(_Envoyée par Jehan Pigon, mon homme, jusques à Calais._)

  Préparatifs que font des gentilshommes anglais pour passer en
    France et se joindre aux protestants de la Rochelle.--Plainte
    portée à ce sujet par l'ambassadeur, auprès d'Élisabeth, qui
    déclare s'être opposée à leur projet.--Elle proteste de son
    constant désir de conserver la paix, et donne l'assurance que
    la flotte anglaise n'a porté aucun secours à la
    Rochelle.--Continuation de l'armement pour
    l'Irlande.--Négociation pour l'accommodement des affaires des
    Pays-Bas.--Espoir du prochain rétablissement de la reine
    d'Écosse.--Résolution prise par sir Chambernant, de se rendre à
    la Rochelle avec des volontaires, malgré le refus fait par la
    reine d'autoriser son départ.--Projet qui semble arrêté dans le
    conseil, de débarquer une armée anglaise en France si le duc
    Casimir y pénètre.--Audience est accordée par Élisabeth au
    vidame de Chartres.


    AU ROY.

Sire, entendant qu'aulcuns gentishommes anglois pourchassoient leur
congé pour passer en France, et que, nonobstant le reffuz que leur
Royne leur en faisoit, ilz ne layssoient de se pourvoir d'armes et de
chevaulx, d'assembler hommes, de solliciter les estrangiers, qui sont
icy, d'affretter vaysseaulx et achapter monitions et vivres, pour
faire leur voyage, j'ay crainct que la dicte Dame, encor qu'elle ne
leur donnast l'expresse permission qu'ilz demandent, pour ne monstrer
contravenir à la paix, ny aller contre l'opinion d'aulcuns principaulx
de son conseil qui fermement s'y opposent, qu'elle pourroit néantmoins
dissimuler et faire semblant de n'en veoir rien, ou mesmes se laysser
en fin aller aulx trop vifves et véhémentes persuasions de ceulx qui,
pour la venue de l'armée du duc de Deux Pontz et de l'aprest de celle
[du duc] de Cazimir, se monstrent à ceste heure merveilleusement
bouillans et eschauffez d'entreprendre quelque chose.

J'ay bien vollu, Sire, pour aulcunement essayer d'y remédier, dire en
la meilleur façon que j'ay peu à la dicte Dame que je ne voulois
faillir de faire le meilleur et le plus exprès office, que je pourroys
envers elle, sur ung propos qu'aulcuns seigneurs de son conseil
m'avoient naguières tenu, touchant ung nombre d'anglois de bonne
qualité, qu'ilz disoient estre prestz et bien dellibérez de passer en
France:--non, disoient ilz, contre Vostre Majesté ny contre la Royne,
ny Monsieur, par ce qu'ilz se réputoient voz serviteurs, tant que
seriez en bonne paix avecques elle; ains pour aller faire la guerre à
Mr. le cardinal de Lorrayne et aux Italliens, que le pape avoit
envoyez pour exterminer leur religion; ce qu'elle ne leur avoit vollu
permettre.--Dont je luy voulois bien dire le mesmes que j'avois
respondu à iceulx seigneurs de son dict conseil, que, au nom de Vostre
dicte Majesté, je la remercyois grandement de sa bonne intention et
que j'avois desjà miz peyne de vous faire cognoistre que, à la vérité,
elle la vous portoit bonne et droicte, comme aussi vous luy en
réserviez et luy en rendiez une toute pareille de vostre part, et
qu'en cella avoit elle monstré une royalle correspondance de vraye
Royne avecques ung grand Roy; comme eulx, de leur costé, monstroient
celle qu'ilz avoient de subjectz à subjectz, laquelle ne luy debvoit
aulcunement playre; et que à elle touchoit de ne faire ny souffrir
estre faict par ses dicts subjectz, pour quel prétexte que ce fût,
aulcune entreprinse en France, sinon, ainsy que Vostre Majesté l'en
requerroit; car, de tant que c'estoit vous deux qui aviez contracté
paix, et l'aviez pour vous et les vostres jurée l'ung à l'aultre, elle
pouvoit bien penser qu'elle seroit toutjour tenue de tout ce que, au
préjudice d'icelle, ses subjectz entreprendroient; et qu'elle creût
hardyment, s'ilz descendoient en armes en France, qu'ilz vous y
trouveroient tout armé avec bon nombre de Françoys, que vous aviez
desjà miz aulx champs contre les reytres; et seriez prest d'y en
mettre encores ung aultre bon nombre de toutz frais contre eulx, avec
grand occasion de poursuyvre quelque foys, par après, contre elle et
contre son royaulme le juste rescentiment à quoy ilz vous auroient
provoqué: dont, puisque Dieu l'avoit desjà meue à ne leur laysser sur
ung tant inique fondement bastir une très injuste guerre, qui ne luy
pouvoit estre ny utille ny honnorable, je la suplioys qu'elle leur
vollût si bien interrompre leurs dellibérations, que vous n'en
puyssiez estre aulcunement offancé, ny elle désobéye.

A cella la dicte Dame, monstrant ne prendre que de bonne part ma
remonstrance, m'a respondu qu'il estoit vray qu'ung bon nombre de ses
subjectz, avec aulcuns principaulx du royaulme, s'estoient résoluz et
aprestez d'aller trouver monsieur l'Admyral, et que celluy qui premier
luy avoit parlé de l'entreprinse, estimant qu'elle l'auroit fort
agréable, avoit espéré d'en raporter ung bon présent, mais qu'elle
vouldroit de bon cueur que je sceusse ce qu'elle luy en avoit
respondu, et comme elle avoit griefvement reprins leur folle
dellibération, me priant de croyre qu'elle ne randroit la parolle,
qu'elle m'avoit donnée là dessus, ny faulce ny mensongière; bien
estoit vray qu'il y en avoit aulcuns qui estoient poussez d'une si
forte conscience qu'on ne les pouvoit arrester.

Je luy ay dict, et l'ay dict despuys bien expressément aux seigneurs
de son conseil, qu'elle et eulx vous auroient à respondre de tout le
mal qui vous viendroit de ce royaulme, ou bien vous monstrer ceulx qui
le vous auroient procuré, et que eulx mesmes seroient contrainctz de
vous en faire la justice, lesquelz se pourroient asseurer d'avoir ung
grand Roy à partie, qui ne se contanteroit jamais qu'il n'en vît une
exemplaire punition. Après, j'ay parlé à la dicte Dame du retour de sa
flotte de la Rochelle, et qu'encor qu'il vous eust faict bien mal de
veoir mener un tel traffic avec ceulx que vous teniez meintennant pour
grandz ennemys, néantmoins, parce qu'elle m'avoit prié vous assurer
qu'il n'y alloit rien de quoy vous peussiez estre offancé ny eulx
secouruz, vous aviez miz ordre qu'il ne leur fût, à l'aller ny au
retour, faict aulcune démonstration d'hostillité en toute la coste de
dellà; dont aulcuns de ceulx, qui en estoient revenuz, se louoient
d'avoir, partout où ilz avoient vollu descendre, esté bien receuz en
amys.

Elle m'a respondu, avecques sèrement sur son Dieu, qu'elle ne sçavoit
qu'on eust aporté en la dicte flotte aulcune chose qui vous deût
offancer, et que ceulx de la Rochelle ne se pouvoient vanter d'avoir
eu de son argent, ny de ses monitions, ny de ses vivres, sinon qu'ilz
les eussent prins sur la parolle de Hélie dans la bouteille de la
veufve de Sareptha[8], car elle ne se trouvoit avoir rien [de] moins
dans sa bource, pour ce qu'ilz disoient en avoir tiré; et que ceulx,
qui avoient advancé leurs deniers en ce marché de la Rochelle, se
malcontantoient bien fort pour ne leur avoir esté forny, à moictié
prez, le nombre de sel et vins qu'on leur avoit promiz; mesmes l'on
avoit vollu vandre le tout à d'aultres, de sorte qu'elle avoit esté
contraincte d'en escripre à monsieur l'Admyral; dont, à ceste heure,
quant elle les voyoit entrer en plainctes, elle se prenoit à rire de
la grand confiance qu'ilz avoient heue aulx parolles de ceulx là.

  [8] Allusion à ce que les Saintes Écritures rapportent du
  prophète Élie, que s'étant rendu par l'ordre de Dieu à Sarepta,
  ville de la Phénicie, dans un temps de disette, il y trouva une
  pauvre veuve à laquelle il demanda le reste du peu de provision
  qu'elle avait en farine et en huile, lui disant:--«La farine qui
  est dans le pot ne manquera point, et l'huile qui est dans le
  vase ne diminuera point jusqu'au jour auquel le Seigneur doit
  faire tomber la pluie sur la terre.--Cette femme s'en alla donc
  et fit ce qu'Élie lui avait dit. Élie mangea et elle aussi, avec
  sa maison; et depuis ce jour là,--la farine du pot ne manqua
  point et l'huile du vase ne diminua point, selon que le Seigneur
  l'avait prédit par Élie.»--3e liv. _des Rois_, ch. 17, v. 9 à 16.

Despuys, Sire, l'on m'a asseuré que le ser Henry Chambernant et
aultres, sur le congé qu'ilz pourchassoient de passer en France, en
ont esté du tout débouttez, et qu'on a dépesché nouvelles commissions
contre les pirates; tant y a que ceulx de la nouvelle religion ne
cessent pour cella de se pourvoir, et de préparer secrectement tout le
secours qu'ilz peuvent pour ceulx de leur party. Mesmes j'entendz que,
pendant que ceste flotte a séjourné à la Rochelle, il y est arrivé
deux ourques, de Dasque et de Hembourg, chargées de monitions de
guerre, oultre ce que le conseiller Cavaignes y a envoyé d'icy. Et
toutjour continue l'on l'aprest des grandz navyres de guerre de ceste
Royne; mesmes aulcuns principaulx seigneurs de ce conseil les sont
allez visiter ceste sepmaine, pour haster la besoigne, ce qui me faict
toutjour doubter de quelque entreprinse; et, si la guerre de Guyenne
s'aproche en ce quartier, ou que l'armée [du duc] de Cazimir y
descende, je ne fays doubte qu'ilz ne se jectent incontinent en mer,
avec tout cest équipage de navyres, pour les favoriser. Ilz hastent le
plus qu'ilz peuvent le secours d'Irlande, duquel ilz feront bientost
l'embarquement.

L'on est après, touchant les différandz de Flandres, de veoir avec
monsieur l'ambassadeur d'Espaigne et avec aulcuns merchans gènevoys et
espaignolz, qui sont icy, s'il se pourra moyenner aulcun bon accord
sur l'intérest des particuliers; et puys le dict ambassadeur
pourchassera audience de ceste Royne pour tretter de celluy du Roy
Catholique, son Maistre.

Il ne se faict, en aparance, aulcune sollicitation pour la Royne
d'Escoce, atandant le retour du Sr. Bourtic, son escuyer, qui est allé
en France, et la venue des députez de son pays; mais les affaires ne
layssent de s'advancer beaulcoup soubz main par une certaine voye, qui
fera, à mon adviz, réuscir ce qu'elle prétend; et, en cest endroict,
etc.

    De Londres ce XIXe de juillet 1569.


Sellon aulcun propos, que le conseiller Cavaignes a tenu à des
principaulx seigneurs de ce conseil, il semble que la Royne de Navarre
ayt envoyé ses bagues par deçà pour emprumpter de l'argent dessus;
dont ne fault doubter qu'elle n'y recouvre quelque bonne somme. Les
Srs. Du Doict et de Sainct Symon, qui sont pour la seconde foys
arrivez naguières de la Rochelle, sollicitent leur dépesche pour s'y
en retorner; et me vient on d'advertyr que le susdict Chambrenant
s'apreste, de luy mesmes et sans congé, d'y aller avecques eulx,
puysque la Royne, sa Mestresse, le luy a reffuzé et d'y mener ceulx
qui volontairement l'y vouldront suyvre.


    A LA ROYNE.

Madame, l'occasion de ceste dépesche, comme de plusieurs aultres
précédantes, est pour advertyr Voz Majestez de l'altération et
changement qu'on voyt, quasi toutz les jours, advenir ez choses de
deçà, esquelles l'on ne suyt guyères le mesmes reiglement qu'on leur
ordonne dans le conseil; ains, hors de là, soubz main elles sont par
aulcuns, qui n'ont bonne affection, ausquelz ne deffault ny moyen, ny
authorité dans ce royaulme, incontinent acheminées au rebours, de
sorte que les bien affectionnez n'en sentent que le vent; ou bien,
quand ilz s'en aperçoyvent, c'est lorsqu'elles sont desjà si
advancées, avec la colleur du proffict et advantaige de la dicte Dame
et de son royaulme, qu'ilz ne les peuvent plus ny les ozent arrester
ny contradire. Par ainsy, j'estime estre fort requiz que Voz Majestez
soyent souvant advertyes commant le tout y passe. Or, ce que j'en
escriptz présentement en la lettre du Roy monstre qu'il ne se pourroit
desirer de la dicte Dame aulcunes meilleures parolles, ny promesses,
ny aulcunes meilleures démonstrations de paix, que celles qu'elle me
donne, et que je les trouve ordinairement telles en elle et en aulcuns
principaulx de son conseil; mais leurs aprestz, et aulcuns secretz
adviz qui me viennent de leurs dellibérations, me mettent néantmoins
en doubte d'une guerre; et ne fays doubte, si celle qui est en Guyenne
s'aproche vers la mer de deçà, ou que le duc de Cazimir avec son armée
y descende, qu'il ne se manifeste lors quelque entreprinse tramée de
long temps entre eulx, ou bien qu'ilz s'eschauferont d'en tenter
quelcune nouvelle d'eulx mesmes, laquelle les gens de bien n'ozeront
bonnement empescher; ains, pour la peur des mauvais qui seront lors
insolans, ilz feront semblant de la trouver bonne.

A quoy, Madame, puysqu'il y a encores du temps et que leur soubdaineté
ne pourra, comme j'espère, prévenir la dilligence dont j'useray
toutjour à vous advertir, je m'asseure que vous pourvoirrez si à
propos à la seurté de la frontière, qui regarde ce royaulme, qu'on ne
pourra gaigner que honte et dommaige d'y entreprendre quelque chose.

Monsieur le vydame de Chartres s'estant miz plus avant dans le pays,
comme ceste Royne le luy avoit faict commander, est enfin venu loger
aulx faulxbourgs de ceste ville, et, dimenche dernier, il soupa avec
ces seigneurs du conseil en la mayson du duc de Norfolc. Hier, il fut
faire la révérance à la dicte Dame à Grenuich. Je ne sçay encores s'il
mettra en avant quelques pratiques avecques elle. Monsieur le cardinal
de Chastillon ne l'a veue despuys le commancement de may; possible
qu'il la viendra trouver à Richemont qui n'est guières loing de Chin,
où il est logé: auquel lieu elle va jeudy prochain pour y demeurer
cinq ou six jours, et puys, elle s'acheminera à son progrez qu'on
continue dire qui sera sans doubte vers l'Isle d'Ouyc.

Je vous requiers toutjour, Madame, de donner quelque satisfaction à la
dicte Dame tant sur les saysies de Roan et de Calais que envers son
ambassadeur; car voz bons déportemens envers elle m'aydent grandement
à renverser les conseilz de ceulx qui l'instiguent à vous nuyre. Sur
ce, etc.

    De Londres ce XIXe de juillet 1569.



XLVIIIe DÉPESCHE

--du XXVIIe jour de juillet 1569.--

(_Envoyée par le Sr. de Vassal jusques à la Court._)

  Négociation des envoyés de la Rochelle pour obtenir un emprunt
    sur les joyaux de la reine de Navarre et la signature des
    principaux chefs protestants.--Continuation des préparatifs de
    guerre en Angleterre, où l'on tient une flotte armée toute
    prête à mettre à la voile.--Plaintes du traitement fait en
    France à l'ambassadeur Norrys au sujet de l'exercice de sa
    religion.--Menace d'user de représailles à Londres contre
    l'ambassadeur de France.--Déclaration du roi touchant la
    restitution des biens saisis à Rouen sur les Anglais.--_Mémoire
    général_ sur les affaires de France et d'Angleterre.--Efforts
    de la reine pour anéantir entièrement le catholicisme dans ses
    états.--Divisions en Angleterre.--Violent désir qu'a la reine
    de recouvrer Calais.--Discussion entre sir Cécil et
    l'ambassadeur sur l'existence de la ligue formée par les
    princes catholiques.--Disposition des seigneurs anglais à
    entreprendre la guerre.--Craintes sérieuses que doivent faire
    naître l'expédition projetée par le duc Casimir, et les apprêts
    qui se continuent à Londres sans relâche.--Nécessité pour le
    roi de donner satisfaction à Élisabeth sur la restitution des
    prises, et d'éviter toute occasion de rupture ouverte.--Succès
    des rebelles en Irlande.--Réconciliation de l'ambassadeur
    d'Espagne avec la reine, qui a enfin ordonné sa mise en
    liberté.--Conditions de l'accord proposé pour terminer les
    différends des Pays-Bas.--Les affaires d'Écosse demeurent
    toujours en suspens.--_Mémoire secret_ sur divers projets de
    mariage d'Élisabeth, notamment avec le duc
    d'Anjou.--Conversation entre la reine et l'ambassadeur sur ces
    mariages.--_Autre mémoire secret._--Opinion de l'ambassadeur
    qu'Élisabeth ne se mariera jamais.--Raisons sur lesquelles
    cette opinion est fondée.--Détails sur la vie privée de la
    reine.--Familiarités entre elle et le comte de
    Leicester.--Représentations du duc de Norfolc à ce
    sujet.--Déclaration de la reine, qu'elle ne veut pas épouser le
    comte de Leicester.--Quels sont les divers aspirants au trône
    d'Angleterre comme présomptifs héritiers d'Élisabeth?--Les
    droits de Marie Stuart sont soutenus par toute la
    noblesse.--Remontrances du comte de Leicester à Élisabeth sur
    la conduite qu'elle doit tenir à l'égard de Marie Stuart.--Il
    insiste vivement pour qu'elle soit rétablie en
    Écosse.--Déclaration d'Élisabeth qu'il importe à sa sûreté de
    retenir Marie prisonnière.--Projet de mariage du duc de Norfolc
    avec Marie Stuart.--Détails sur les conséquences importantes
    d'un pareil événement qui assurerait le rétablissement de la
    reine d'Écosse.


    AU ROY.

Sire, ce que les Srs. Du Doict et de Sainct Symon, estantz pour la
seconde foys envoyez de la Rochelle devers la Royne d'Angleterre, ont
principallement négocié avecques elle et avecques les seigneurs de son
conseil, est de pouvoir trouver icy deux centz mille escuz par
emprunct sur les bagues de la Royne de Navarre et sur les obligations
et promesses qu'ilz ont portées, par escript, d'elle et des
principaulx de leur camp, avec fidéjussion personnelle, de Mr. le
cardinal de Chastillon et de Mr. le vydame de Chartres, de ne partir
de ce royaulme sans les avoir faictz entièrement payer et rembourcer.
A quoy, encor que la dicte Dame et iceulx seigneurs ne se soyent
advancez de leur rien offrir de leur part, il semble néantmoins qu'ilz
leur ayent permiz de pouvoir engaiger à d'aultres en ce royaume les
dictes bagues pour vingt cinq ou trente mille livres esterlin, qui est
cent mille escuz, et est l'on après à recercher secrètement les
meilleures bources de Londres pour les fornir, avec offre de grandz
intéretz. Je suys après à y donner tout l'empeschement que je porray,
mais je sentz bien qu'ilz recouvreront la dicte somme, ou la plus
grand part d'icelle, quant ce ne sera que de ceulx de leur religion et
de ceulx qui ceste année ont butiné les prinses et pilleries de la
mer. Le dict Sainct Symon s'en est desjà retourné avec quelque
responce, mais le dict Sr. Du Doict est demeuré pour attandre les
deniers, lesquelz il presse estre forniz bientost, affin de les avoir
conduictz en leur camp à la St. Michel.

Et cependant, j'entendz qu'il faict équiper en guerre une de ses
grandes ourques, qui ont esté prinses ceste année sur les Flamans,
comme l'on a commancé, plus d'ung moys a, d'en armer encores aultres
quatre dans ceste rivière, ainsy que je l'ay desjà escript; mais par
nulle dilligence, que j'aye sceu faire, je n'ay peu encores descouvrir
pour quelle entreprinse c'est; car, ayant faict pratiquer, et mesmes
par argent, aulcuns de ceulx qui sont arrestez pour aller aus dictes
ourques, ilz ont juré ne sçavoir où, ny quant, ny à quoy tend leur
voyage. Et parce que les dictes ourques ne sont propres pour la
guerre, ny pour aller courir à la mer d'Olande et Zélande, comme
aulcuns disoient que ceulx qui y sont desjà au nom du comte Ludovic de
Nasseau les y attendoient; ains sont vaysseaulx lourdz et poysantz, et
néantmoins capables pour porter grand nombre d'hommes et de monitions
et vivres en quelque lieu, je me crains toutjour de quelque
entreprinse sur la coste de dellà. Et certes, Sire, de ce qu'on veoyt
ceulx de la Rochelle tenir meintennant la campaigne au millieu de
vostre royaulme, estantz ainsy renforcez de l'armée du duc de Deux
Pontz; et qu'il se dresse par les princes protestans encores ung
aultre secours en leur faveur; et que les aultres princes catholiques,
se contentans d'exempter eulx et leurs estatz du dangier de ceste
guerre, layssent ayséement courir tout le hazard et fondre tout
l'orage sur vous et sur vostre royaulme, ceulx ci s'anyment et prènent
plus de cueur de renouveller leurs prétentions en France, estimans
que très oportunéement, et sans dangier, ilz les peuvent meintennant
pourchasser. Et ceulx mesmes qui du commancement allégoient à ceste
Royne qu'il luy estoit besoing de tenir ung armement prest pour
d'aultres fins, semblent monstrer meintennant qu'elle le doibt
employer à ceste cy, et qu'il y a de quoy se prévalloir si grandement
de noz présentes adversitez, pour elle et pour son royaulme, que les
gens de bien, qui aulcunement en détestent dans leur cueur les
dellibérations, ne les ozent pour ceste occasion bonnement contradire;
et je crains bien fort que la bride qui a vallu jusques icy à arrester
ces plus boillans, ne soit assés forte pour les retenir davantaige, si
ces troubles vont guières plus avant, bien que je ne deffauldray de la
leur faire tenir la plus ferme et roide qu'il me sera possible, et de
prévenir au moins leur dilligence par celle que je mettray à vous
advertir, soigneusement et souvant, de ce que je leur verray faire;
qui ont, Sire, desjà tant advancé leur armement, sellon le raport que
m'en vient de faire ung, qui est tout à ceste heure arrivé de Gelingan
où je l'avois exprès envoyé, qu'ilz l'ont rendu prest à le mettre à la
voyle et ne reste rien plus aulx douze grandz navyres de guerre de
ceste Royne, que les fornir d'hommes et de vivres; mais je n'ay adviz
que pour telle forniture il y ayt encores aulcune commission
dépeschée.

Je verray ceste Royne et ses seigneurs avant qu'ilz s'esloignent à
leur progrez, et, sur l'occasion des lettres qu'il vous a pleu
m'escripre, du IXe du passé, où il y a bonne et assés ample matière de
les entretenir, je leur remonstreray fermement les choses qui
conviennent à la paix, et celles qui la pourraient rompre, et les
confirmeray, aultant qu'il me sera possible, à la debvoir bien
entretenir; ne voulant obmettre, Sire, une bien fort grande pleincte
que la dicte Dame mesmes, en ma dernière audience, et iceulx seigneurs
m'ont faicte, et laquelle ilz prènent fort à cueur, de la violence
dont ceulx de Paris ont usé contre Mr. Norrys, leur ambassadeur,
[jusques] à luy avoir rompu l'accoustumée franchise de son logis, où
estoit madame sa femme et ses enfans, pour les recercher sur
l'exercisse de leur religion; et de ce, aussi, qu'on parle au dict
ambassadeur en termes si deffians d'elle et de toutz les Anglois,
comme les réputans ennemys, qu'ung des plus grandz de ceste court m'a
despuys envoyé dire, avec grand affection, que cella estoit suffizant
pour faire passer sa Mestresse à une déclaration de guerre, et qu'on
monstroit bien en France par le mauvais trettement, qu'on faisoit à
leur ambassadeur, qu'on ne se soucyoit guières que je fusse icy ny
bien veu ny bien tretté, et que je fusse de mesmes empesché en
l'exercisse de ma religion; ce que ne pouvant croyre procéder
aulcunement de Voz Majestez Très Chrestiennes, m'advertissoit estre
besoing vous escripre dilligentment d'y vouloir remédier. Et, par ce
que j'ay baillé ample mémoire et instruction de toutes choses à ce
gentilhomme des miens, le Sr. de Vassal, et l'ay exprès dépesché pour
vous en aller donner bon compte, je vous suplieray seulement de luy
donner entière foy; et prieray, pour le surplus, Nostre Seigneur, etc.

    De Londres ce XXVIIe de juillet 1569.


Ainsy que je signoys la présente, est arrivé celle qu'il a pleu à
Vostre Majesté m'escripre, du VIIIe du présent, avec la relacion des
choses advenues au siège de la Charité, desquelles j'informeray mieulx
au vray ceste Royne et les siens, qu'il semble qu'ilz ne l'ont esté
par les premières nouvelles qu'on leur en a escriptes, et suys très
ayse des aultres honnestes et gracieulx termes de la dicte lettre, qui
viennent bien fort à propos.


    A LA ROYNE.

Madame, j'ay miz peyne de faire, jour par jour, entendre à Voz
Majestez l'estat des choses de deçà, et les vous ay quelque foys
mandées diverses, sellon que diversement je les ay veues advenir, et
néantmoins toutjour telles que vous en avez peu clairement juger le
mesmes succez, qui, despuys jusques à ceste heure, s'en est ensuyvy;
meintennent, Madame, vous entendrez à quoy elles s'acheminent, et
cognoistrez par ce que j'en escriptz au Roy et par le mémoire que j'ay
baillé au Sr. de Vassal, présent porteur, et par ce que je luy ay
donné charge de vous en dire, qu'elles sont en ung poinct où il ne
nous fault estre ny endormiz ny paresseux. Je ne deffauldray envers
ceste Royne et ces seigneurs de toutz les offices, sollicitations et
remonstrances, qui sont nécessaires à la paix, et, pour cest effect,
je verray la dicte Dame et eulx encores une foys, avant qu'ilz
s'esloignent à leurs progrez; et, avec le contenu de voz lettres, du
IXe du présent, qui m'aydera beaulcoup de l'entretenir sur voz
nouvelles et sur la restitution des biens de ses subjectz à Roan, je
tretteray des aultres matières qui me tiennent en doubte d'elle, et
métray peyne de descouvrir ce qu'elle en a en son intention, sans
obmettre de luy toucher ung mot de ce que me mandez de son
ambassadeur, pour lequel elle s'est advancée de me faire la pleincte
que verrez en la lettre du Roy; et je vous suplie très humblement,
Madame, que, pour l'honneur de sa Mestresse et pour servir au temps,
il vous playse uzer et faire user si dignement envers luy qu'il n'ayt
aulcune juste occasion de se plaindre, voulant hardyment sa dicte
Mestresse qu'il vous rande entier compte de ses actions, et que vous
les veuillez entendre de luy mesmes, sans adjouxter foy à ce qu'on
vous en pourra raporter; car elle m'a asseuré luy avoir fort
expressément commandé de déposer toute affection qu'il pourroit avoir
à ceulx de sa religion, pour faire nettement sa charge; et qu'elle
entend qu'il ayt à la vous randre bien agréable et non aulcunement
suspecte.

Je suys bien ayse de pouvoir monstrer à la dicte Dame la déclaration,
que le Roy m'a envoyée touchant la restitution des biens des Anglois à
Roan, car desjà elle s'estoit deux foys prinse bien aigrement à moy de
ce que je l'avois hastée d'envoyer ses députez par dellà, lesquelz
mandoient qu'ilz n'y avoient esté ny bien receuz, ny bien responduz;
et je craignois que sur noz difficultez elle s'accommodât plus
facilement avec aultruy, pour tant plus convertir ses entreprinses à
nostre dommaige; mais elle verra par la dicte déclaration la franchize
et intégrité, dont Voz Majestez uzent envers elle, et au moins aurez
vous d'aultant constitué vostre cause en bonne foy et équité, et Dieu
renversera le tort et injustice qu'on vous y vouldra faire; vous
supliant au reste, Madame, ouyr et croyre ce que le dict Sr. de Vassal
vous dira de ma part, et je prieray dévottement le Créateur, etc.

    De Londres ce XXVIIe de juillet 1569.


  MÉMOIRE AU SR. DE VASSAL de ce qu'il dira de ma part, oultre le
    contenu de la dépesche, à Leurs Majestez;

Qu'on pourvoit icy ez ordonnances de la justice et des armes, et en
tout aultre règlement du pays, que rien ne s'y face au désadvantaige
de ceulx de la nouvelle religion, ains les ministres et évesques
tiennent fermement la main, avec l'assistance d'aulcuns d'auprès de
ceste Royne, que les déterminations du conseil aillent toutjour à leur
proffict et faveur.

Dont, puys naguières, s'est ensuyvy le commandement qu'on a faict aulx
officiers de ceste Royne et toutz aultres, qui sont à ses gaiges et à
son priviliège, de se réconsilier aulx évesques, et de recognoistre et
advouer la dicte Dame pour suprême chef de l'églize de ce royaulme, et
luy en prester le sèrement;

Avec grand aguet que nul soit miz en charge, ny commis au gouvernement
des provinces, portz et places, ny soit estably capitaine aulx levées,
monstres et descriptions d'hommes et d'armes qui se font, qui ne soit
de la dicte religion.

Vray est que faisant naguières telle différance de personnes, l'on a
senty qu'il y avoit, dans l'opinion du monde, de la contradiction et
anymosité grande, dont la susdicte ordonnance de recognoistre la dicte
Dame pour suprême chef de l'esglize n'a passé en avant.

Et, encores despuys deux mois, ayant esté non seulement permiz mais
expressément commandé par toutes les provinces, de se pourvoir
d'armes, nomméement de haquebutes, et de s'exercer à icelles, l'on
va, à ceste heure, ez lieux plus suspectz, par ce que les catholiques
s'y pourvoyoient et s'exerçoient plus curieusement que les aultres,
retirant peu à peu les dictes armes des mains du peuple, pour les
mettre soubz la garde des officiers, qui sont toutz, comme dict est,
de la nouvelle religion.

Ainsy se manifeste la division dans ce royaulme, laquelle se norryt et
prend, chacun jour, acroissement par la menée de ceulx qui aspirent au
gouvernement des affaires, et par ceulx qui prétendent à la succession
de ceste coronne, lesquelz commancent desjà, tout à descouver,
pratiquer leurs partizans; et pareillement pour la contradiction qui
se veoyt à conseiller d'un costé, et dissuader de l'aultre, l'accord
des différantz des Pays Bas; et surtout pour le manifeste support
qu'aulcuns font aulx affaires de la Royne d'Escoce contre d'aultres,
qui fermement s'y opposent;

Entreprenans, les ungs et les aultres, de tant plus ouvertement
poursuyvre leurs menées, que chacun party a plusieurs argumens pour
soubstenir et débattre ce que plus il prétend, et plusieurs sans
dangier ozent bien se déclairer pour la cause qu'ilz estiment la
meilleure.

Les seulz affaires qui concernent meintenent la France, qui sont deux
principallement, demeurent sans deffaveur, parce qu'en l'ung, lequel
est de la religion, l'on est contrainct de suyvre les décretz et
ordonnances de certain parlement, cy devant tenu en ce royaulme contre
la religion catholique, à laquelle encor que plusieurs en leur ceur
portent toute faveur, ilz ne s'ozent néantmoins monstrer adversaires
de la nouvelle.

Et au segond affaire, lequel est de Callais, toutz, d'ung mesme
vouloir et d'une mesme opinion, concourent à ce qui met en avant pour
le recouvrer, et semble que ceulx, qui ont maulvaise intention,
bastissent sur ce dernier prétexte des entreprinses pour le premier,
et font à cest effect dresser les apareilz que nous voyons, lesquelz
sont en l'estat que j'ay cy devant escript.

Je travailleray bien, aultant qu'il me sera possible, d'interrompre et
divertir leurs menées par toutz les meilleurs moyens, que j'estimeray
y pouvoir servir, ainsy que, ez trois ou quatre dernières audiences,
je n'ay obmiz de remonstrer à ceste Royne par propos nullement
recerchez, ains sur la suyte des siens, bien vifvement le bien de la
paix, et le mal et ruyne qui luy adviendroit de la rompre, et qu'elle
se pouvoit plus prévaloir de la présente amytié du Roy, qu'elle ne
fera de proffict d'une guerre incertaine et trop dobteuse, si elle le
provoque à estre son ennemy; et luy ay admené toutz les argumens que
j'ay peu pour luy oster l'opinion de la ligue, qu'on luy faict acroyre
des catholiques; mais encor qu'elle se laysse quelque foys bien
disposer, je cognois néantmoins qu'après qu'elle a conféré mes propoz
avec aulcuns, qui sont auprès d'elle, ilz luy représentent tant de
dangiers, et luy admènent tant de persuasions au contraire, que bien
souvant ilz la divertissent.

Naguières, au partir d'elle, m'estant arresté en la salle de présence
avec les seigneurs de son conseil, pour aulcuns affaires des merchantz
françoys, Me. Cecille, parmy les aultres, me dict tout hault que
j'avois prins grand peyne de vouloir monstrer à la Royne, sa
Mestresse, qu'il n'y avoit poinct de ligue entre les catholiques, qui
estoit trop notoire qu'elle estoit faicte et jurée, et encor que le
Roy fût meintenent seul en campaigne, les aultres princes néantmoins
concouroient d'intelligence avec luy, et le Pape et le Roy d'Espaigne
y avoient leur exprès secours, et que, à ce que j'avois remonstré que
le dict secours n'arguoit rien de la dicte ligue, pour ce que, si elle
estoit, les dictz princes auroient desjà armées en leur nom aulx
champs;

Qu'on sçavoit bien, quant au Pape, qu'il y avoit miz tout ce qu'il
pouvoit, car ses moyens n'estoient pas grandz; que l'Empereur n'avoit
grand pouvoir en Allemaigne pour arrester les reytres, comme je disois
qu'il eust faict, si la dicte ligue eust esté faicte; ains estoit
l'authorité ez mains des princes de l'empire, lesquelz il ne pouvoit
empescher qu'ilz ne missent hors du pays aultant de gens de guerre,
comme ilz en vouldroient tirer pour la deffance de leur religion; et
que le Roy Catholique ne pouvoit, à cause des Mores, envoyer plus de
forces d'Espaigne que celles qui en estoient desjà dehors, ni le duc
d'Alve n'ozeroit mettre ensemble tant d'Allemans et de Flamans qu'ilz
se trouvassent plus fortz que les Espaignolz, car ne s'y vouloit fyer;
et de sortir avec les dictz Espaignolz hors du pays, il craignoit trop
une révolte qui l'empeschât d'y rentrer; et par ainsy que, y dominant,
à ce qu'il disoit, en tyran, il estoit contrainct d'y demeurer assidu
à le garder. Par ainsy, les aultres princes, par l'aparance d'ung
petit secours, faisoient au Roy seul soubstenir toute ceste guerre.

Je luy ay respondu qu'on ne debvoit estimer le Roy si mal conseillé,
s'il y avoit ligue, qu'il vollût prandre sur luy tout le hazard et
toute la charge d'icelle, pendant que les aultres demeureroient
asseurez dans leurs estatz à juger des coups; et qu'il estoit très
certain que le Roy ne prétendoit, par les armes qu'il avoit
meintennant en la main, que de recouvrer l'obéyssance de ses subjectz,
et que ce qui sembloit le monstrer tant adversaire de la nouvelle
religion estoit parce qu'il ne voyoit point d'aultres, qui luy
menassent la guerre, ny qui s'oposassent à ses desirs et intentions en
son royaulme, ny qui missent son authorité en débat, que ceulx de la
dicte religion.

A cella il m'a aigrement répliqué que, si le Roy n'estoit droictement
armé contre leur religion, laquelle il voyoit bien que beaulcoup de
princes, de peuples et de nations, qui l'avoient desjà receue, se
mettoient en avant pour la soubstenir, et qu'il ne serchât, comme je
disois, que le droict de son authorité, pour quoy reffuzoit il donques
les honnestes et advantaigeuses propositions de paix, que la Royne, sa
Mestresse, et les princes d'Allemaigne luy avoient mises en avant, ou
pourquoy ne faisoit il cognoistre que les aultres se plaignoient à
tort; car toutz les gens de bien du monde concourroient en sa faveur,
et à luy offrir secours et assistance contre ceulx qui n'auraient
aultre tiltre que de rebelles?

Je luy ay respondu qu'il n'estoit raysonnable que telle proposition de
paix vînt d'ailleurs que de l'humble suplication et parfaicte
obéyssance des subjectz; car aultrement elle seroit honteuse au Roy,
mais, s'ilz commançoyent par là, ne failloit doubter que le Roy ne se
portât envers eulx comme prince clément et bénigne; et que le dict
secrétaire Cecille le debvoit remonstrer à Mr. le cardinal de
Chastillon, à qui il parloit souvant, affin qu'il plyât son frère à ce
debvoir: car, si sellon icelluy il ne posoit avec humilité les armes
soubz la confiance du Roy, il failloit ou que les huguenotz eussent le
dessus des Roys, ou que les Roys vinssent à boult des hugnenotz, et
que les ungs fussent la ruyne des aultres.

Là s'eslargirent trois ou quatre d'entre eulx en beaulcoup de grandz
propos, qui monstroient ne tenir à eulx qu'on n'entreprînt tout
promptement ung voyage en France, et de tant qu'ilz ne se pouvoient
tenir de blasmer le temporisement qu'on en faisoit, ilz donnoient à
cognoistre qu'on temporisoit, et qu'on attendoit seulement l'occasion,
[ce qui] se descouvre assés par l'armement qu'ilz tiennent prest; et
je crains fort, si la guerre de Guyenne s'aproche vers la mer de deçà,
qu'ilz la facent lors paroistre, ou bien, si le duc de Cazimir descend
en Picardye, lequel de Cazimir l'on estime qu'il entreprendra ceste
guerre en son nom, mais qu'il la fera avec les deniers de ce royaulme.

Et semble que plusieurs, icy, ayent opinion que le dict duc de Cazimir
descendra au dict pays de Picardie, au moins fault il faire estat
qu'il marchera suyvant ce que ceste Royne naguières m'en a dict,
laquelle m'en a parlé en certaine façon qu'elle a monstré le tenir
tout asseuré. Et bien que despuys elle se soit rétractée, disant
qu'elle l'avoit seulement ouy dire, mais qu'elle m'en feroit bien tost
sçavoir la certitude, qui luy en seroit mandée par les prochaines
lettres d'Allemaigne, le comte de Lestre m'a despuys mandé que
Quillegrey avoit escript que le dict duc avoit quatre ou cinq mille
chevaulx et six mil lansquenetz toutz prestz; ne restoit plus que
quelque argent pour se mettre incontinent en campaigne.

Et je sçay, par adviz bien certain, qu'il a esté escript au dict
Quillegrey, lequel sembloit estre en termes de s'en revenir, qu'il
n'ayt encores à bouger de Hembourg, et que, nonobstant les difficultés
qui se sont jusques icy trouvées sur la forniture des 40 mil livres
esterlin, vallans 133 mil escuz, qui debvoient estre miz en ses mains,
pour les bailler de dellà, desquelz, à la vérité, l'on avoit trouvé
moyen d'aulcunement révoquer, à tout le moins retarder le payement,
qu'il sera donné ordre qu'il les aura du premier jour; et qu'aussitost
qu'il entendra que le dict duc de Cazimir marchera, qu'il ne faille de
l'aller trouver, et de l'accompaigner et suyvre nomméement en son
voyage de France.

Laquelle intelligence de ceulx cy avec le dict duc de Cazimir me faict
doubter qu'ilz ayent ensemble projecté quelque entreprinse en mesmes
temps, et que ceulx cy tiennent prestz ces douze grandz navyres de
guerre et tout ce grand équipage, qui est retourné de la Rochelle,
pour l'exécuter; car desjà l'on parle de retourner à la mer, et
aulcuns pirates, à tiltre de merchans, s'y sont desjà miz.

Mesmes, il m'est venu, despuys deux jours, ung advertissement de lieu
bien notable, lequel m'a esté confirmé, despuys une heure, par
l'ambassadeur d'Espaigne, comme l'on a escript à monsieur l'Admyral
qu'il face tout ce qu'il pourra pour conduyre son armée en Picardie ou
Normandie, et qu'il se trouvera douze ou quinze mil Angloys, prestz de
se mettre en mer pour le favoriser, et que cependant l'on luy
assemblera une bonne somme de deniers sur les bagues de la Royne de
Navarre.

Je ne sçay si, par l'entremise d'aulcuns seigneurs qui se monstrent
ennemys et contraires de telles entreprinses, lesquelz je ne fauldray
de bien employer, et par la survenue des affaires d'Irlande, et
qu'encores les différans des Pays Bas, ni ceulx d'Escoce, ne sont bien
accommodez, nous pourrons évitter une partie de cest orage, ou au
moins déclaration de guerre; tant y a que je desire qu'on contante
aulcunement la dicte Dame sur la délivrance et restitution des biens
de ses subjectz, affin de nous constituer toutjours en meilleure
cause, et ne luy donner l'occasion à elle, par noz difficultez, de
s'accommoder plus facillement avec aultruy, pour tant plus convertir
ses entreprinses à nostre dommaige.

Elle est travaillée, à la vérité, en Irlande par le frère du comte
d'Esmont, lequel comte estant dettenu en la Tour de Londres à la
poursuyte, comme on dict, du comte d'Ormont, milor Sideney, gouverneur
d'Irlande, a faict appeler son dict frère pardevant luy pour venir
respondre de certains excez, et l'a faict aussi convenir sur la
restitution d'aulcunes terres, que aulcuns Anglois aclament leur
apartenir par donnation des roys d'Angleterre, lorsqu'ilz conquirent
le pays, ayant esté mandé de les adjuger à la partie qui en exibera
meilleur tiltre, là où n'estant accoustumé d'uzer au dict pays
d'aultres tiltres ny documens que de quelque preuve d'ancienne
possession par tesmoing, le dict frère n'a compareu à l'une ny
l'aultre assignation, dont voulant le gouverneur procéder contre luy
comme rebelle, il s'est miz aulx champs; et le jeune frère du comte
d'Ormont s'est joinct avecques luy, ensemble Estuquetay, qui despuys a
esté prins et admené en ceste ville; tant y a que le dict d'Esmont,
avec l'ayde de ceulx qui demandent la messe, est demeuré maistre de la
campaigne et a prins deux fortz sur le gouverneur et va toutjour
gaignant pays.

Aussi s'entend que le Chef Onel a accordé mariage avec la veufve ou
avec la fille de feu Jammes Maconel d'Escoce, et que mille ou douze
centz Escossoys saulvaiges, catholiques et bons soldatz, s'aprestent
de passer en Irlande, pour se trouver aulx nopces, ce qui met ceulx
cy en doubte qu'ilz y veulent attempter quelque chose.

Et faict ceste Royne dilligence d'envoyer promptement le secours de
trois mil hommes, que j'ay cy devant mandé, avec bon nombre de toutes
monitions de guerre, et a l'on, ces jours passez, arresté par tout ce
royaulme les vagabondz et gens sans adveu, pour aussi les y envoyer,
dont l'on en a assemblé ung bon nombre.

L'ambassadeur d'Espaigne, qui est meintennant sans gardes, et est
visité de ceulx qui ont affaire à luy, bien qu'il ne sorte encores de
son nouveau logis, a desjà donné satisfaction de luy à ceste
princesse, ainsy qu'elle mesmes me l'a dict, c'est qu'il a excusé
aulcunes siennes lettres, qui sembloient l'avoir offancée, disant
qu'elles ont esté prinses en aultre sens qu'il n'avoit onques entendu
les escripre, et que toutjour il avoit honnoré la dicte Dame et desiré
conserver la paix et amytié qu'elle a avecques le Roy, son Maistre, et
pareillement la dicte Dame l'a faict satisfaire à luy sur sa
détention, et qu'elle ne l'avoit commandé, sinon pour la démonstration
tant violante qu'avoit commencée le duc d'Alve, comme s'il eust vollu
passer à une manifeste déclaration de guerre, et qu'il sembloit que le
tout fût procédé du dict ambassadeur, mais puysque l'ung et l'aultre
monstroient, à ceste heure, qu'ilz n'avoient que toute bonne affection
à l'entretennement de la paix, elle vouloit bien donner à cognoistre
au dict ambassadeur que, y procédant ainsy sellon le debvoir de sa
charge, il ne recepvroit que toute faveur et gracieuseté d'elle, ainsy
que, de ceste heure, elle le gratiffioit très volontiers de sa
liberté.

Et semble qu'il a esté raporté à la dicte Dame que le Roy d'Espaigne
a mandé au duc d'Alve de ne prendre aulcune deffiance d'elle, ny
penser qu'elle luy veuille mouvoir guerre, parce qu'il ne pouvoit
croyre qu'elle ne se souvînt de l'obligation de la vie, qu'elle luy
debvoit, de la luy avoir saulvée, lors qu'à grand difficulté, quant il
estoit en ce royaulme, il avoit interrompu et faict révoquer le
jugement de mort, qui estoit desjà tout conclud et arresté contre
elle[9].

  [9] A son arrivée en Angleterre, au mois de juillet 1554,
  Philippe avait obtenu de la reine Marie, qu'il venait épouser, la
  grâce d'Élisabeth, retenue prisonnière par sa soeur depuis le 11
  mars, comme ayant trempé dans la conjuration de Thomas Wyatt, qui
  avait déjà servi de prétexte à l'exécution de Jeanne Gray.

La difficulté de l'affaire des Pays Bas a tenu, jusques icy, à
certains poinctz, qui empeschoient bien fort l'accord;--premièrement,
à l'offance que la dicte Dame sentoit, tant de ces lettres qui avoient
esté escriptes d'elle, que de la saysie des biens et personnes de ses
subjectz en Envers, et de l'injure faicte à son ambassadeur en
Espaigne;--secondement, à l'opinion du secrétaire Cecille, lequel
ayant descouvert que le duc d'Alve et le dict ambassadeur menoient une
pratique pour le débouter de son lieu, il s'esforceoit de disposer
contre eulx, en tout ce qu'il pouvoit, la volonté de sa Maistresse et
les affaires de ce royaulme;--tiercement, à la restitution des
prinses; mais estant ce dernier en bonne voye de composition au grand
advantaige de ceulx qui possèdent le butin, et le secrétaire Cecille
racointé au dict ambassadeur, facillement l'on est parvenu au premier
qui estoit d'adoulcir l'offance que sentoit la dicte Dame.

Or, les articles proposez là dessus par le Sr. Ridolphy, lesquelz j'ay
sommairement couchés en ung mémoire, que j'ay envoyé le XXIe du
passé, ont esté publicquement présentez en ce conseil, et les
remonstrances du dict Cecille, lesquelles on disoit qui seroient fort
contraires à iceulx, ne tendent que à ce qui s'ensuyt:--premièrement,
à debvoir commancer l'accord par eslire des arbitres sur la dicte
restitution, à ce qu'elle soit esgallement faicte et sans fraulde, et
que le priz des choses qui ne pourront estre restituées soit
raysonnablement faict;--segondement, à lever les gravesses, toles et
impostz miz en Envers sur les Anglois;--tiercement, à réformer aulcuns
chapitres des anciens trettez, jouxte ce qui en fut remonstré à la
dernière conférance de Bruges, en l'an 1561;--et, pour le quatriesme,
à rendre l'accoustumée liberté et priviliège à l'ambassadeur de la
dicte Dame en Espaigne, et à son agent en Flandres, si elle se
détermine d'y en envoyer;--lesquelles choses pourront bien, possible,
avant qu'elles soyent bien discutées, aporter quelque longueur, mais
non empescher la conclusion de l'accord.

Et j'entendz que desjà un Sr. Thomas Fiesque, qui est naguières venu
de Flandres, et le Sr. Anthoine de Goaras, merchant espaignol, ont
charge, l'ung de composer de l'argent, et l'aultre des merchandises
qui ont esté prinses aulx particulliers, de quoy semble qu'ilz feront
merveilleusement bonne et grasse la condition d'aulcuns seigneurs de
ceste court; et, quant à la restitution des choses advouhées par les
deux princes, et aussi touchant l'injure publique, dont l'ung et
l'aultre se plaignent, cella sera remiz aulx depputez qui n'y auront
grand peyne.

Les affaires de la Royne d'Escoce demeurent en suspens, attandant la
déclaration, que Monsieur, frère du Roy, envoyera sur la cession,
qu'on dict qu'elle luy a faicte du tiltre de ce royaulme, et atandant
aussi les depputez, que le comte de Mora doibt envoyer, lesquelz il
n'a peu encores dépescher pour estre occupé ez parties du Nort, bien
qu'il s'entend que les comtes d'Arguil et de Honteley se soyent
accommodez avecques luy.

Et incontinent après le retour du dict Bourtic, et l'arrivée des dictz
depputez, j'espère qu'on commancera de procéder, à bon escient, au
restablissement et restitution de la dicte Dame, à quoy on a miz grand
peyne de bien disposer la Royne d'Angleterre; et semble que la
dilligence et vifve sollicitation, que les principaulx de ce royaulme
luy en font, l'ayent réduicte à n'y pouvoir plus contradire ny
dissimuler, et mesmes le secrétaire Cecille, qui sembloit y
contrarier, porte meintennant le faict, et est à espérer que non
seulement elle recouvrera son royaulme, mais qu'on l'asseurera du
tiltre et succession de cestuy cy après le décès de sa cousine; et à
cella se déclairent les principaulx du pays, et y concourt la faveur
du peuple, et s'estime que la Royne mesmes d'Angleterre, encor qu'il
luy en face, possible, bien mal au cueur, n'entreprendra pourtant de
s'y opposer.


AULTRE MÉMOIRE AU DICT Sr. DE VASSAL.

Despuys deux moys, aulcuns seigneurs de ce conseil m'ont faict dire
que, se trouvant la Royne d'Angleterre pressée par ses subjectz de
prandre aulcun bon ordre sur les différantz des Pays Bas et sur la
souspeçon de guerre où l'on vivoit avecques la France et l'Espaigne,
et aussi sur les affaires de la Royne d'Escoce, pareillement à
déclairer son successeur et à restablir le commerce de la mer à ses
subjectz, finallement à réprimer ceste sublévation commancée en
Irlande en dangier qu'elle la voye bien tost s'estendre plus avant si
elle ne pourvoit promptement à tout ce dessus;

La dicte Dame, pour aulcunement se démesler de si grandes difficultez,
avoit pensé qu'elle feroit mettre en avant aulcun propos de son
mariage avecques le Roy, ou bien avecques le Roy d'Espaigne, dont,
possible, j'en ouyrois bien tost parler, mais qu'il failloit que je
demeurasse tout adverty de n'en croyre rien, car ce n'estoit que pour
amuser le monde et gaigner le temps.

Et le XXVIIIe du passé, en une audience que je heuz de la dicte Dame,
sur la fin des propoz elle me demanda si les nouvelles qu'on disoit de
ces mariages du Roy avec la seconde de l'Empereur, et de l'aynée avec
le Roy d'Espaigne, estoient véritables; à quoy je répondiz que je n'en
sçavois du tout rien, et qu'il ne m'en avoit esté mandé ung seul mot
de France;

Mais que, avant partir, j'avois bien sceu qu'il avoit esté quelque
foys parlé de l'aynée avec le Roy, et que mal ayséement, s'il y avoit
miz affection, vouldroit il meintennant entendre à changer; mais que
j'estimois que là où il estoit à ceste heure, l'on y parloit bien
d'aultre matière que de nopces. Ce que je luy vouluz dire ainsy,
sentant la grande jalouzie qu'elle a, quant elle entend que leurs
Majestez Très Chrestienne et Catholique s'allient ainsy plus
estroictement entre eulx.

Elle me répliqua qu'on luy avoit dict que les choses en estoient si
avant qu'elles valloient aultant que faictes, adjouxtant que le Roy et
Monsieur estoient à ceste heure de taille et de force, et si
parfaictement sains et en bonne disposition, qu'il n'y avoit plus
dangier de les maryer, et que, à manyer armes et estre bien à cheval,
le Roy ressembloit desjà le feu Roy, son père, qui avoit esté le plus
adroict prince de son temps, et Monsieur avoit changé ses coustumes de
court en aultres plus braves et difficiles entreprinses, qui faisoient
merveilleusement bien parler de luy.

Je miz peyne de confirmer son honneste discours le plus à la louange
de l'ung et de l'aultre, sellon la vérité, que je peuz, et après, elle
suyvit à me dire que premièrement pour le Roy, et puys pour Monsieur
l'on avoit quelque foys miz en avant le party de la princesse de
Portugal, et qu'au regard de celluy là elle ne seroit encores estimée
hors d'eage.

Je luy diz que ung chacun à la vérité s'esbahyssoit bien fort comme
elle faisoit tant de tort aulx grandes qualitez, que Dieu avoit miz en
elle, de beaulté, de sçavoir, de vertu et de grandeur d'estat, pour ne
vouloir laysser aulcune belle postérité après elle pour y succéder;

Que nul ne debvoit pas trouver mauvais qu'elle y vollût bien penser,
puisque Dieu luy avoit donné de quoy pouvoir eslire: car n'y avoit
prince qui ne s'estimât bien heureux, si elle le vouloit choysir, et
que aussi croyois je, à la vérité, qu'il fauldroit qu'elle en vînt là
d'elle mesmes, parce que nul ne s'ingèreroit dorsenavant de s'y
offrir, mais que je voulois bien dire qu'à faire une bonne et droicte
eslection, je ne voyois qu'il y eust rien de meilleur, ny plus
desirable en toute la chrestienté, pour les princesses à marier, que
ces trois princes de France, filz du Roy Henry, dont l'aisné estoit
très digne Roy, vray successeur de son père, le second tant royal en
toutes sortes qu'il ne luy failloit qu'une coronne, et le troisiesme
correspondroit sans doubte à ses deux aisnez.

Elle respondit que le Roy ne vouldroit poinct d'elle, et qu'il se
tiendroit tout honteux de monstrer, à une entrée à Paris, une Royne
pour sa femme, qui parût si vieille qu'elle feroit, et qu'elle
n'estoit plus en eage pour sortir de son pays, comme avoit faict la
Royne d'Escoce, quant on la porta bien jeune en France.

Je diz que, quant ung tel ou semblable mariage adviendroit, qu'il se
commanceroit la plus illustre lignée qui eust esté, mille ans a, au
monde de l'extraction des deux plus nobles et plus anciennes coronnes
des chrestiens, et qu'il sembloit à son propoz qu'elle eust cy devant
accusé les ans du Roy et que meintennant elle vollût accuser les
siens;

Mais ainsy qu'elle s'estoit bien conservée contre ses ans, de sorte
qu'ilz ne luy avoient rien emporté de sa beaulté, ainsy le Roy et
Monsieur avoient si bien aproffité les leurs, qu'ilz avoient acquiz
beaulté, force et taille, telle qu'ilz estoient hommes toutz
parfaictz;

Et qu'il debvoit prandre envye à la dicte Dame de faire une entrée à
Paris, car elle y seroit la plus honnorée, et bien venue, et bénye, de
ce bon et grand peuple et de toute la noblesse de France, qu'en lieu
où elle pourroit aller en tout le reste du monde; et, s'il luy estoit
grief de passer la mer, possible, entreprendroit quelcun de faire ung
si heureux voyage par deçà qu'elle en auroit très grand playsir et
contantement.

«Je ne sçay, dict elle, si la Royne l'auroit agréable, car, possible,
veult elle une belle fille si jeune qu'elle la puysse dresser à son
playsir.»--«Je sçay, respondiz je, que la Royne est si bénigne, et
d'une si humaine et gracieuse conversation, que toutes deux n'auriez
rien plus agréable au monde que d'estre toutjour ensemble, et de
complaire l'une à l'aultre, tesmoing l'honneur et respect qu'elle a
toutjour porté à la Royne d'Escoce et qu'elle luy porte encores.»

Au partir de la dicte Dame, Me. Cecille me toucha ung mot des dictz
mariages, sur lesquelz tant pour monstrer aulcune bonne affection
envers la Royne, sa Mestresse, que pour ne luy laysser une opinion de
tant d'alliance et d'intelligence de nostre part avec le Roy
d'Espaigne, que cella la fît recourir à luy pour d'aultant se retirer
de nous;

Je luy esloigniz assés le party de la seconde de l'Empereur, et luy
diz que je voullois tretter avecques luy d'ung aultre mariage, qui
seroit le plus à propos du monde, pour l'establissement de ces deux
royaulmes et pour la paix universelle de la chrestienté;

Et est attandant que nous en trettions ung jour privéement ensemble,
dont plairra à la Royne me mander si ce sera sellon le propos, que Sa
Majesté m'en tint à mon partement, en quoy luy plairra considérer cest
aultre discours qui s'en suyt.

TROISIÈME MÉMOIRE AU DICT Sr. DE VASSAL.

Les principaulx de ce royaulme tiennent pour résolu que leur Royne ne
se mariera jamais, et quant bien elle en feroit quelque semblant, ce
ne seroit que pour amuser le monde affin que ses subjectz ne la
pressent de déclairer son successeur à la couronne.

Lesquelz subjectz l'en ayant bien fort pressée, au dernier parlement,
qui a esté tenu en ce royaulme, elle leur a usé de tant d'artiffices
qu'en monstrant de les en vouloir contenter, elle s'en est entièrement
démeslée.

Ayant une foys aproché le propos avec l'Archiduc jusques à dresser les
articles et conventions matrimonialles, et envoyer le comte de Sussex
jusques devers l'Empereur, et puy l'a acroché sur le prétexte de ne
pouvoir ottroyer au dict Archiduc, ny à ceulx de sa mayson, aulcun
exercisse de la religion catholique, de tant que en ung parlement, qui
sur le faict de la religion avoit esté auparavant tenu, elle s'estoit
obligée de n'ottroyer jamais chose semblable en ce royaulme.

Et despuys, pour le rompre du tout manda à l'Empereur que, quant elle
auroit volonté de prandre party, ce ne seroit d'ailleurs que de la
mayson d'Autriche, mais que pour son indisposition elle estoit résolue
de n'entendre du tout à pas ung jusques à ce qu'elle se trouvât plus
sayne.

Peu de temps après, s'estant le comte d'Arondel vollu esclarcyr de ce
qui estoit entre la dicte Dame et le comte de Lestre, et si cella
estoit occasion de luy faire ainsy rejecter toutz aultres partys, il
persuada au duc de Norfolc, qui est le premier et plus authorisé de ce
royaulme, de dire au dict [comte] de Lestre:

Que, pour le debvoir qu'il avoit à la Royne, sa Mestresse, et à sa
coronne, comme vassal, et conseiller d'icelle, et encores comme amy du
dict [comte] de Lestre, il luy vouloit bien dire que, s'il y avoit
quelque chose si advancée entre la dicte Dame et luy qu'il se peult
asseurer de l'espouser, qu'il le dict ouvertement et qu'il commançât
d'y procéder en quelque bonne façon, qui fût décente, et convenable à
la grandeur et importance d'ung tel mariage, et que, de sa part, il
luy promettoit de luy estre aydant en tout ce qu'il pourroit; mais,
s'il n'y avoit rien de tel, qu'il advisât de se déporter dorsenavant
de la familiarité, et trop grande privaulté, dont il avoit usé jusques
icy, et de se contanter d'estre grand escuyer, et d'avoir plus
d'avancement que nul aultre, sans attampter à l'honneur de la coronne,
ny gaster celluy de leur Mestresse; car il le vouloit bien advertir
tout franchement, que la noblesse ny les subjectz du royaulme
n'estoient pour le luy souffrir;

Et le taxa de ce qu'ayant l'entrée, comme il a, dans la chambre de la
Royne, lorsqu'elle est au lict, il s'estoit ingéré de luy bailler la
chemise au lieu de sa dame d'honneur, et de s'azarder de luy mesmes de
la bayser, sans y estre convyé.

A quoy le dict [comte] de Lestre respondit qu'il le remercyoit, et se
tenoit obligé à luy plus que de la vie, pour l'advertissement qu'il
luy donnoit, et qu'à la vérité, la Royne luy avoit monstré quelque
bonne affection, qui l'avoit miz en espérance de la pouvoir espouser,
et d'ozer ainsy user de quelque honneste privaulté envers elle; dont,
par l'offre que le dict duc luy faisoit d'ayder son entreprinse, il le
constituoit en la plus grande obligation qu'il pouvoit jamais avoir à
homme du monde, mais le prioyt de luy donner temps qu'il s'en peult
esclarcyr, et, s'il voyoit qu'il n'y peult advenir, luy promettoit de
se retirer bien tost; et quoy que ce fût, qu'il avoit la mesmes
obligation à l'honneur de la Royne et à celle de sa coronne, que ung
bon vassal et conseiller doibt avoir, et qu'en toutes sortes il le
vouloit plus soigneusement conserver que sa propre vie.

A quelques jours de là, estant la dicte Dame pressée d'en déclairer
son intention, elle respondit tout résoluement qu'elle ne prétandoit
d'espouser le dict [comte] de Lestre, dont despuys, les deux se sont
portez plus modestement, et luy s'est retiré des grandes despences
que, pour y cuyder parvenir, il avoit de long temps entreprinses.

De ces deux démonstrations, et d'une aultre auparavant envers le Roy
de Suède, lequel pareillement elle avoit renvoyé, ensemble d'aulcuns
propos qu'elle a tenuz touchant d'aultres plus grandz partis, et pour
une forme de vivre à quoy elle s'est adonnée, les grandz de ce
royaulme tiennent pour chose résolue qu'elle ne prendra jamais mary;
et quant bien elle en prendroit, qu'il n'y aura toutesfoys lignée
d'elle, estant mal sayne, et que mesmes pour quelque accidant qu'elle
a aulx jambes, elle ne sera de longue vie, et que néantmoins elle
refouyra tant qu'il luy sera possible de déclairer son successeur.

Pour rayson de quoy ilz commancent d'avoir la dicte Dame et son
authorité à moins de respect; mesmes voyantz que ceulx qui prétandent
à sa coronne après sa mort, dressent desjà des partiz et ligues bien
fortes dans ce royaulme, au grand dangier des testes des plus grandz
et de la subversion de l'estat, ilz se déterminent d'y pourvoir de
bonne heure par nouvelle assemblée du parlement, encor que la dicte
Dame entrepreigne de s'y opposer.

Je me suys enquiz si elle avoit aulcune jeune parante à maryer,
qu'elle peult déclairer son héritière à sa dicte coronne; mais l'on ne
sçayt qu'elle en ayt pas une, et ne se parle meintennant que du droict
et prétention de trois: sçavoir, de la Royne d'Escoce, des pupilles de
Herfort, et du comte de Huintenton.

Dont l'on a miz grand peyne d'esteindre et suprimer, si l'on eust
peu, celluy de la Royne d'Escoce, par l'impression qu'on donnoit à la
noblesse de ce pays des choses advenues du murtre du feu Roy d'Escoce
son mary, et de celles qui estoient advenues avec le comte de
Boudouel.

A quoy semble que ceste Royne, pour quelque jalouzie qu'elle avoit, se
soit quelquefoys inclinée, et qu'encor qu'elle ayt toutjour bien fort
tandu à luy conserver sa personne, qu'elle ayt néantmoins layssé
courir ce qui touchoit à son honneur, ainsy que mesmes despuys
naguières, estimant que la venue de Duglas confirmeroit quelque chose
de ce qu'on en avoit parlé cy devant, elle luy a octroyé le congé,
contre l'opinion du conseil, de l'aller veoir; de sorte que l'ung des
grandz dict que, si le comte Boudouel mesmes venoit, il seroit
facilement admiz à l'aller trouver.

Le secrétaire Cecille avoit esté jusques icy bien fort contraire à la
dicte Dame, pour advancer le droict de ceulx de Herfort, qui sont en
sa tutelle, et sont de la mayson de Sommerset, de laquelle il est
serviteur; pareillement le garde des sceaux, et les évesques et
ministres de la nouvelle religion, ont fort porté et portent le faict
du comte de Huintenton, beau frère du comte de Lestre, craignans, si
elle parvient à la coronne, qu'elle n'extermine leur dicte religion.

Tant y a qu'il se veoyt que, par l'apuy du duc de Norfolc et du comte
d'Arondel, du comte de Lestre, du comte de Pembrok, de celluy de
Sussex, des principaulx seigneurs du Nort, et aultres de ce royaulme,
le droict de la dicte Dame va prévalloir dessus toutz ceulx qui y
prétendent; dont le dict comte de Lestre, en faveur principallement du
duc de Norfolc, semble avoir entreprins d'y donner bonne conduicte,
sans pour ce offancer en rien la Royne d'Angleterre, se préparant par
là ung refuge à l'advenir contre tant d'ennemys et d'envyeulx qu'il
s'est acquiz en ce royaulme.

Et desjà a commancé dire à la Royne, sa Mestresse, qu'il luy failloit
regarder de bonne sorte à ce qu'elle avoit à faire en l'endroict de la
Royne d'Escoce, et en sortir si bien une foys que cella ne luy
empeschât d'entendre à ses aultres affaires, et qu'il n'en fût jamais
plus parlé; en quoy sembloit qu'il n'y eust que ung de deux moyens, ou
de mettre entière fin à la dicte Dame, ou de la restablir bien tost en
son estat:

Que si elle avoit pensé ou desiré la fin de ceste princesse, il la
suplioyt de regarder ce que sa propre conscience luy en disoit, et là
où en yroit sa réputation, et quel grief exemple elle proposeroit à
elle mesmes et à toutz les aultres princes souverains, qui sont
aujourdhuy au monde.

Mais si elle la veult remettre, qu'elle ne doubte d'y procéder
hardyment le plus tost qu'elle pourra; car, par ce moyen elle
remédiera à beaulcoup de choses, qui ne luy sont peu importantes
meintennant, qui concernent sa seureté et celle de son royaulme, par
ce que luy estant le Roy d'Espaigne ennemy et le Roy non asseuré amy,
l'Empereur offancé contre elle et le Pape plus irrité que toutz, ilz
luy pourroient sussiter tant d'affaires qu'elle ne sçauroit commant
s'en démesler, là où, par ceste restitution, elle recouvrera l'amytié
et bienveuillance des ungs, et divertira l'entreprinse des aultres;
car la dicte Dame mesmes, laquelle elle aura obligée et faicte sienne,
s'y employera et y employera ses parans; et, quoy que soit, mais
qu'elle l'ayt mise de son party, et par ainsy réuny toute l'isle en
une concorde à sa dévotion, elle n'aura que doubter des entreprinses
des estrangiers; et que le fondement, qu'elle peult avoir faict sur le
comte de Mora, n'est bon ny seur, car il n'est le vray ny légitime Roy
d'Escoce.

La dicte Dame, s'estant bien fort esbahye de veoir procéder ce propos
d'ung tant sien espécial serviteur, comme est le dict comte, luy a
néantmoins respondu qu'elle ne pense se pouvoir jamais asseurer de la
Royne d'Escoce, et qu'il est certain, qu'aussi tost qu'elle sera en
son pays, elle pratiquera tout ce qu'elle pourra contre elle et contre
son estat, et qu'elle aura ministre propre monsieur le Cardinal, son
oncle, pour l'en solliciter; non que pour cella il luy soit jamais
tumbé en l'entendement de toucher à sa personne, ny souffrir d'y estre
touché, non plus qu'à la sienne propre, mais qu'elle estime le plus
seur estre de la retenir par deçà, et laysser les choses d'Escoce ez
mains du régent soubz le jeune Roy;

Vray est qu'elle commançoit à cognoistre que les siens mesmes, et ses
plus obligés, la trahyssent et prennent le party de la Royne d'Escoce
contre elle, à quoy elle avoit besoing de prendre garde, et qu'elle
espéroit d'y bien remédier.

Le dict comte a répliqué qu'il avoit esté meu d'une singulière et très
dévotte affection de vray et fidelle vassal et serviteur, et encores
de conseiller très affectionné au bien, au repos et à l'aquit de
l'honneur de la dicte Dame, de luy ouvrir ce propoz, et qu'elle
considérât bien qu'en gardant la Royne d'Escoce par deçà, elle
norrissoit le serpent dans le sein, qui seroit matière propre à
plusieurs partisans qu'elle a en ce royaulme de tramer toutjour
quelque chose sur le faict de sa restitution en son estat, et de sa
prétention en cestuy cy; mais qu'elle pouvoit adviser de bonne heure
de conduyre ce faict, avec tant de seurté pour elle et pour ses
affaires, qu'il ne luy pourroit jamais venir dommaige de ce costé.

Elle a répliqué qu'elle ne voyoit pouvoir prendre aulcune bonne seurté
là dessus, car, si la Royne d'Escoce offroit ostages, ce seroient
ceulx qui ont esté contre elle, qui sont les principaulx du pays,
affin de s'en deffaire, et remuer puys après l'Escoce à son playsir,
ou bien, dict elle, son filz, qu'elle n'ayme guières.

Le comte a respondu que, touchant ceulx qui ont esté ses adversaires,
il ne faict doubte qu'elle ne les baille fort volontiers, mais quant
au filz, que l'évesque de Roz ne pensoit que cella se peult ayséement
faire.

Lesquelz propoz, encor que la dicte Dame ne les ayt bien prins, et que
le secrétaire Cecille se soit esforcé de les luy faire despuys trouver
encores pires, allégant que ces seigneurs, qui entreprennent de
favoriser la Royne d'Escoce, ont pensé de la mort d'elle, et de veoir
l'aultre la survivre, et estre, après sa mort, eslevée à ceste
coronne, et qu'ilz la recognoissoient desjà en leur cueur pour Royne;
n'ayant de sa part fondé son espérance que en la vie de sa propre
Royne, de laquelle il ne veult jamais penser à la mort qu'il ne se
prépare incontinent à celle de luy mesmes; et nonobstant aussi la
sollicitation des ministres et de toutz les adversaires de la dicte
Royne d'Escoce, ses affaires prènent grand fondement par le moyen du
duc de Norfolc, qui prétend de l'espouser.

Et, par prétexte d'asseurer la Royne d'Angleterre des promesses et
conventions qui se feront entre elles deux, semble qu'on luy ayt desjà
faict trouver bon qu'elle soit maryée en Angleterre, et quant
désormais elle ne le trouveroit bon, l'on ne laira de passer oultre,
tant les choses semblent estre advancées avec le dict duc de Norfolc.
A quoy la dicte Royne d'Escoce monstre non seulement de consentir,
mais bien fort le desirer, comme entrant par là en possession de la
coronne d'Angleterre après sa cousine, veu la bonne part que le dict
duc a avec toute la noblesse, et grande authorité par tout le pays, et
qui desjà faict publier partout que le droict de la dicte Dame est le
plus certain; de sorte que les aultres, qui y prétendent, commancent
de céder, nonobstant la résistance de ceulx de la nouvelle religion,
desquelz aulcuns des principaulx sont desjà gaignez pour elle, et
nonobstant que Me. Cecille luy ayt esté contraire jusques icy, qui
meintennant, en faveur du duc, monstre soubstenir plus que nul aultre
le party de la dicte Dame.

Mais affin que le Roy ne preigne jalouzie de ce mariage, et ne craigne
qu'il préjudicie en rien à l'alience qu'il a avec les Escossoys, ilz
allèguent desjà que le petit prince demeurera dans le pays, sans rien
changer ny innover des anciens trettez, qui sont entre la France et
l'Escoce.

J'entendz que l'ambassadeur d'Espaigne, encor que, possible, il n'ayt
la notice de toutes ces particullaritez, a esté néantmoins recerché de
tenir la main au dict mariage, et de faire que le Roy Catholique, son
Maistre, le trouve bon, bien que je sçay qu'aulcuns de ceulx qui le
conduysent conseillent les parties de le consommer, et puys l'aller
remonstrer aulx princes et parans qui y peuvent avoir intérest.

Et encor que la Royne d'Angleterre ayt quelque sentyment de toute
ceste pratique, et qu'il luy en face assés mal au cueur, si veoyt elle
la partie desjà si faicte qu'elle n'entreprend de s'y opposer, mesme
semble que, si elle ne se résould d'entendre bientost à la liberté et
restablissement de la Royne d'Escoce, qu'on l'y fera procéder malgré
elle.

Le Sr. Quenelles a esté commiz, pour ung mois, à la garde de la dicte
Dame, estant le comte de Cherosbery tumbé en une griefve malladye, qui
luy a saysy la personne et l'entendement; et cependant l'on pourvoirra
de luy envoyer un comte ou ung grand seigneur pour plus honnorer la
dicte Dame, en ayant esté déboutté le comte de Betfort, parce qu'il
est trop protestant.

Mesmes est l'on après à pourchasser que la Royne d'Angleterre et elle
se voyent bien tost, par prétexte qu'elles pourront plus seurement et
plus ayséement contracter, en présence l'une avecques l'aultre, du
tiltre de ce royaulme, que ne feroient par procureurs; mais c'est pour
plus ayséement conclurre le dict mariage, auquel semble à la vérité
qu'ilz prétendent d'y procéder si soubdainement que puys après, si
aulcuns princes ou parans ne le trouvoient bon, l'on leur puisse
respondre qu'il est desjà faict.



XLIXe DÉPESCHE

--du 1er jour d'aoust 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Olivyer Champernon._)

  Voyage de la reine d'Angleterre.--Explications demandées par
    l'ambassadeur aux seigneurs du conseil, sur les actes
    d'hostilité contre la France, qui se multiplient tous les
    jours.--Désir qu'ils montrent de conserver la paix et de voir
    terminer promptement les guerres civiles de France par une
    pacification.--La reine confirme toutes les déclarations faites
    par son conseil.--L'ambassadeur pense néanmoins que les Anglais
    n'attendent pour se déclarer qu'une occasion favorable.--Espoir
    d'un prompt arrangement pour la restitution des
    prises.--Mouvements dans les duchés de Suffolk et
    Norfolk.--L'audience est refusée à l'ambassadeur d'Espagne,
    mais on ne doit concevoir pour cela aucune crainte de guerre
    entre les deux pays.--Nécessité de se tenir en France sur le
    pied de guerre à l'égard d'Élisabeth.--Vive recommandation de
    l'ambassadeur auprès de la reine-mère en faveur de Mr. Norrys
    et de sa femme.--_Déclaration d'Élisabeth_ pour la restitution
    des prises.


AU ROY.

Sire, voyant faire icy, despuys quelques jours, plus grand dilligence
que de coustume de mener bien vifvement les affaires à solliciter
ceulx du conseil, à pratiquer gens, armer vaysseaulx, cercher deniers,
dépescher messagiers en Allemaigne, envoyer souvent à la Rochelle, et
plusieurs aultres démonstrations et préparatifz, qui me faisoient
doubter d'une prochaine déclaration de guerre, j'ay bien vollu, avant
que ceste Royne ayt commancé son progrez, et avant que aulcuns
seigneurs de ce conseil, qui ne la vont accompaigner, mesmement de
ceulx qui tiennent le party de la paix, se soyent esloignez en la
contrée, les prier de venir prendre leur disner en mon logis, pour
leur parler si vifvement de ces matières que les bons eussent occasion
de les prandre à cueur pour y remédier, et les aultres cognussent
qu'elles estoient desjà descouvertes.

Dont y estantz venuz messieurs le duc de Norfolc, les comtes d'Arondel
et de Lestre, milor Chamberlan, le secrétaire Cecille et aultres
seigneurs, après que je les ay heu honnorez, et trettez, et mercyés,
je les ay priez de m'excuser si, pour l'occasion du soubdain voyage de
la Royne, leur Mestresse, et de la prochaine absence d'aulcuns d'eulx,
que je n'espérois de long temps trouver ensemble, je ne différois à
plus loing qu'à ceste heure, en mon propre logis, de leur parler
d'affaires; mais ce ne seroit pour les ennuyer, ains pour garder qu'il
ne vînt ennuy à noz Maistre et Mestresse sur aulcunes choses,
lesquelles on s'esforceroit de faire mal aller entre eulx et leurs
deux royaulmes: que je les voulois bien asseurer, sur la parolle
royalle de Vostre Majesté et sur celle de la Royne vostre mère, que,
despuys la dernière conclusion de la paix, vous n'aviez faict, ny
tretté, ny presté l'oreille à tretter aulcune chose de ce monde, qui
fût contre le bien, la grandeur et l'estat de la dicte Dame, ny en
quoy vous eussiez pensé l'offancer, ny luy faire desplaysir, ny
pareillement à nul d'eulx; et qu'ayant espéré la mesme correspondance
de leur costé, vous estiez merveilleusement esbahy de veoir que les
effectz fussent meintennant au contraire.

En premier lieu vous aviez naguières receu une confirmation du mesmes
adviz, que desjà je leur avois donné, comme au nom et par les
ambassadeurs ou agentz de la dicte Dame en Allemaigne, il s'y faisoit
levée de gens de guerre, de pied et de cheval, et grande forniture de
deniers aulx princes protestans; et qu'à l'instance d'elle ilz
estoient sollicitez et instiguez de descendre en vostre
royaulme:--segondement, que, sans qu'il aparût guerre en nulle aultre
part de la chrestienté sinon en France, et que la dicte Dame fût hors
de souspeçon qu'on la luy fît, elle néantmoins se préparoit de toutes
choses, comme pour la faire;--tiercement, que vous voyez les subjectz
de ce royaulme continuer ung commerce qui ne vous pouvoit estre que
suspect et odieux avec ceulx de la Rochelle, lesquelz vous réputiez
meintennant voz grandz ennemys, et iceulx de la Rochelle conduyre de
mesmes fort ouvertement leurs intelligences par deçà, et s'y fornyr
d'armes, de monitions de guerre, de vivres, d'argent en quantité, en
tirer des hommes, et toute faveur, par mer et par terre, contre vous
et voz bons subjectz; davantaige que les pirates, nonobstant les
ordonnances de la dicte Dame, ne layssoient d'estre receuz ez portz de
ce royaulme, et sortir d'iceulx sur voz subjectz; et mesmes j'estois
adverty que, puys huict jours, il estoit sorty, de divers endroictz
d'Angleterre, plus de vingt cinq vaysseaulx armez, pour aller
nomméement piller la flotte des Françoys, qui revient des Terres
Neufves; finalement que la justice, ores qu'elle ne fût du tout
dényée, estoit néantmoins tant prolongée et dissimulée à vos subjectz
sur les prinses et déprédations, qu'on leur avoit faictes par deçà,
que les fraiz de leur poursuyte, laquelle estoit encores sans fruict,
commançoit desjà d'esgaller et de surmonter le principal:

Qui estoient choses toutes contraires à la paix, par lesquelles ilz
monstroient desjà faire violance à icelle, ce que vous ne pouviez, ny
vouliez croyre procéder de la dicte Dame ny d'eulx, ses conseillers;
tant y a que vous voyez bien qu'ilz le tolléroient à ceulx qui, sellon
leur passion, ne faisoient difficulté d'employer contre vous le nom,
le crédit et la faveur de la dicte Dame et de ce royaulme: ce qui
enfin vous provoqueroit d'en cercher la vengence et d'en procurer,
quelque jour, ung juste rescentiment. A quoy je les prioys de remédier
de bonne grâce, et de s'employer si bien à faire cesser toutz ces
mauvais exploictz, que Vostre Majesté n'eust occasion se despartir de
l'amytié et bonne intelligence, en laquelle je leur déclairois et
asseurois devant Dieu, que vous vouliez aultant constantment
persévérer avec la dicte Dame et ses subjectz, s'il ne tenoit à elle
et à eulx, comme avec quel aultre que ce fût des princes et estatz voz
voysins, tant vous fussent ilz estroictement alliez et confédérez.

Lequel propoz, Sire, fut paysiblement escouté de ces seigneurs, et le
secrétaire Cecille, se tenant au millieu d'eulx, le leur récita en
anglois, et, après qu'ilz eurent quelque temps conféré ensemble,
monsieur le duc, prononceant en langaige du pays aulcuns peu de motz,
ordonna au milor Chamberlan de me les expliquer en françoys, qui
furent, en substance, que eulx toutz vouloient, de tout leur pouvoir
et affection, conserver la paix avec Vostre Majesté et avec vostre
royaulme, et que ce qu'ilz desiroient meintennant le plus estoit de
vous veoir bien d'accord avec voz subjectz, et veoir leur Mestresse
esclarcye d'aulcunes choses, qu'elle a eu grand occasion de doubter en
ceste guerre; mais, puysque je debvois aller le lendemain trouver la
dicte Dame, ilz me prioient de luy faire la mesme remonstrance, et luy
porter hardyment les chefs d'icelle par escript, et ilz espéroient
qu'elle m'y respondroit avec toute satisfaction; ou, si elle le
commettoit à eulx, ilz mettroient peyne de me la donner si bonne, que
j'aurois occasion de demeurer contant; seulement me vouloient dire
qu'ilz estoient fort esbahys comme la guerre de France duroit tant,
veu ce que je disois que vous ne prétendiez aultre chose, sinon de
recouvrer l'obéyssance de voz subjectz, et que voz subjectz disoient
ne desirer rien tant en ce monde, que d'estre receuz à la vous randre
avec l'acquit de leurs consciences.

Je ne leur ay respondu que bien peu de parolles là dessus, car aussi
le temps ne le permettoit; mais, estant, le jour après, allé trouver
la dicte Dame au lieu de Lambet, auquel partant de Grenuich elle
faisoit la première dynée de son progrez, et m'ayant ainsy que de
coustume et encores plus bénignement receu, à cause des
recommandations et bonnes parolles que, par voz lettres du XVIe du
passé vous me commandiez luy dire, qui certes sont venues bien à
propoz, avec le récit des choses advenues au siège de la Charité,
lesquelles on luy avoit desjà mandées en bien aultre façon qu'elles ne
sont; je luy ay touché les mesmes poinctz que j'avois remonstrez aus
dictz seigneurs en parolles, possible, plus respectueuses, néantmoins
bien fort expresses, pour luy faire cognoistre que vous aviez grande
occasion de révoquer à offance et infraction de paix beaulcoup de
choses, qui procédoient des siens et de son royaulme.

A quoy la dicte Dame estant préparée de responce, après avoir avecques
tout respect et grande démonstration de faveur accepté voz
recommendations, et monstré qu'elle avoit grand contantement de veoir
que vous la teniez pour aultant vostre bonne seur comme elle asseuroit
bien fort de l'estre, et desirer vostre prospérité, m'a dict que sur
les pratiques que je luy allégois d'Allemaigne, elle ne me pouvoit
dire sinon ce que, despuys six sepmaines une aultre foys elle m'en
avoit respondu: c'est qu'elle n'y en avoit mené ny commandé d'y en
mener aulcune, en quelque façon que ce fût, contre vous ny contre
vostre coronne, et estat; et n'estoit pour non plus souffrir en
Angleterre qu'on y en menât pas une, que raysonnablement l'on peult
juger estre contre la paix, laquelle elle vouloit de son costé
meintenir ferme et asseurée avec Vostre Majesté; seulement elle avoit,
là et icy, faict regarder à ce qui estoit besoing de pourvoir pour se
conserver elle, et son royaulme, et sa religion, qui estoit tout ce
qu'elle m'en pouvoit dire, et [que] cella se trouveroit toujour
véritable; et qu'au regard des aultres particullaritez, elle
commanderoit, comme elle commanda sur l'heure, à ceulx de son conseil
de m'y pourvoir le plus au contantement de Vostre Majesté qu'il leur
seroit possible. Puys me réitéra ce que, quelques jours auparavant,
elle m'avoit dict que, puysque Dieu n'avoit vollu exaulcer son bon
desir sur la paix de vostre royaulme, elle le prioyt à ceste heure
d'exaulcer la prière, qu'elle luy faisoit, que la guerre ne vous y
peult nuyre en chose qui fût contre vostre grandeur et authorité; au
reste qu'elle estoit bien ayse qu'au siège de la Charité, les choses
n'y eussent tant succédé à vostre dommaige comme on disoit, et qu'elle
vouldroit de bon cueur que voz subjectz, qui sont en armes, eussent,
des deux costez, prins à bon escient la _vraye charité_ entre eulx.

Et ainsy m'estant licencié bien fort gracieusement de la dicte Dame et
des dicts seigneurs, après avoir sondé le plus avant que j'ay peu de
leur intention, laquelle ilz m'ont assés monstrée franche et bonne
sur l'entretennement de la paix, mais non si claire ny ouverte sur les
aprestz d'Allemaigne, ny sur ceulx d'icy, comme je desiroys, je ne
vous puys dire, Sire, sinon qu'ilz monstrent de temporiser et de
guetter une occasion sur le succez qu'ilz verront de la guerre de
France; dont je ne deffauldray ny d'office envers eulx à les contenir,
aultant qu'il me sera possible, ny de dilligence envers Voz Majestez
pour vous advertir toutjour de ce que je leur verray faire.

Hier matin, la dicte Dame, touchant la restitution des biens des
Françoys en son royaulme, expédia une lettre, signée de sa main, non
du tout aulx termes de celle, que Vostre Majesté m'a envoyée, parce
qu'il a semblé à son conseil que cella ne se pourroit, d'ung costé n'y
d'aultre, ainsy proprement exécuter, mais en la forme que verrez par
la coppie que je vous en envoye, et monstre l'on icy d'y vouloir assés
droictement procéder.

Il y a eu, ces jours passez, quelque aparance de sublévation en Suffoc
et Norfolc, de laquelle ne sçay encores bien la cause; tant y a que
jusques à dix sept principaulx autheurs d'icelle ont esté prins, mais
les officiers du pays ont esté si dilligentz qu'ilz l'ont bientost
esteinte.

Les différans des Pays Baz demeurent encores en quelque suspens et y a
commissaires depputez pour vandre aulcunes prinses. Monsieur
l'ambassadeur d'Espaigne a demandé audience, plus de huict jours y a,
qui ne luy a esté encores ottroyée; et ceste Royne s'esloigne d'icy et
est desjà partie de Richemont, continuant son progrez, sans la luy
bailler. Néantmoins l'on ne parle au dict affaire que d'accord, et n'y
a aparance qu'il y doibve avoir guerre entre eulx.

Le faict de la Royne d'Escoce se va entretennant jusques au retour du
Sr. de Bortyc et jusques à ce que le comte de Mora aura envoyé ses
députez, auquel ceste Royne a naguières escript que s'il faict plus le
long et le restif en cella, qu'elle advisera de procéder sans luy à
l'accommodement de la Royne d'Escoce et à sa restitution en son estat.
Sur ce, etc.

    De Londres ce 1er d'aoust 1569.

    A LA ROYNE.

Madame, sur la pluspart des choses que je vous ay naguières mandées
par le Sr. de Vassal, je continue meintennant en la lettre du Roy dire
à Voz Majestez ce que j'ay dict et faict en icelles, pour davantaige
les descouvrir, et quelz propoz j'en ay tenuz à la Royne d'Angleterre
et aulx seigneurs de son conseil; dont me semble, Madame, que ny de
leurs bonnes parolles ny d'une partie de leurs démonstrations,
lesquelz je ne veulx dire que ne soyent bonnes, je ne puys toutesfoys
juger que leur intention soit tant à la paix, comme ce que je veoy
qu'ilz font soubz main et à couvert monstre qu'ilz l'ont à la guerre;
et ne puys cognoistre encores si mes remonstrances produyront aulcun
fruict: tant y a qu'on a tenu sur icelles ung bien estroict conseil,
mais je loue bien fort ceste vostre bonne et prudente résolution de
vouloir avoir l'oeil tout aussi ouvert à prendre garde ez lieux, où il
est vraysemblable que ceulx cy pourroient dresser leurs premières
entreprinses, comme si vous estiez en guerre ouverte avec eulx, et ne
laysser pourtant de leur donner de vostre costé, et prendre du leur,
toute l'asseurance que vous pourrez. De ma part, Madame, à la mezure
que je verray, jour par jour, que leurs affaires se formeront, je ne
fauldray d'uzer de toute la dilligence qu'il me sera possible pour
incontinent le vous mander.

Je suys allé prandre congé de ceste Royne quand elle s'est achemynée
de Grenuich, et l'ay priée de trouver bon que je la peusse aller
trouver en son progrez, s'il se offroit occasion de négocier aulcune
chose d'importance avecques elle, ce qu'elle m'a fort libérallement
accordé, et que je seray le bien venu en quelle part qu'elle sera,
bien qu'on dict qu'elle n'avoit accoustumé de tretter d'affaires en
ses voyages, et qu'elle ne donne volontiers audience aulx ambassadeurs
oultre Windezor, parce que la plus part de ceulx de son conseil ne
sont plus lors avecques elle. L'on faict compte que sur la fin de ce
moys elle pourra estre à Hamptonne, et puys passera en l'isle d'Ouic,
et que son dict voyage durera envyron deux moys; bien me vient on de
dire, despuys une heure, qu'il se parle aulcunement de rompre son dict
progrez. Elle m'a parlé et faict parler si souvant de Mr Norrys, son
ambassadeur, et de madame sa femme, pour leur faire avoir bon
trettement en France, que je suplie très humblement Vostre Majesté, de
tant que telles personnes doibvent par droict estre exemptes et
préservées de toute injure, les vouloir emparer pour l'honneur de leur
Mestresse soubz vostre bonne faveur et protection; et je suplieray le
Créateur, après avoir très humblement baysé les mains de Votre
Majesté, qu'il vous doinct, Madame, en parfaite santé, très heureuse
et très longue vie, et toute la grandeur et prospérité que vous
desire.

    De Londres ce 1er d'aoust 1569.

  DÉCLARATION ET PROMESSE DE LA ROYNE D'ANGLETERRE, touchant la
    restitution des biens des Françoys en son royaulme.

La Royne, en considération de semblable promesse et accord faict par
le Roy Très Chrestien, son bon frère, pour le bien de ses subjectz,
promect et accorde au dict Seigneur Roy Très Chrestien que les biens
apartenant aulx Françoys, qui ont esté miz et demeurent soubz arrest,
en quelque lieu ou port que ce soit d'Angleterre, estant en leur
espèce, ou, s'ilz ne le sont, la vraye valleur d'iceulx, leur seront
réallement randuz et dellivrez dans ung certain jour du moys d'aoust
prochain, qui sera advizé, nommé et accordé entre Monsieur le
Mareschal de Cossé et Richard Patric et Hugues Offley, merchans de
Londres, commis et envoyés par Sa Majesté pour conférer avec le dict
sieur Mareschal sur la dicte restitution; et que des dicts biens ainsy
arrestez, si le tout ou partie a esté miz hors d'arrest au proffict
d'aultre que de ceulx à qui ilz apartiennent, ensemble des aultres
biens, qu'iceulx Françoys monstreront et vériffieront sommairement
leur apartenir par deçà, Sa Majesté promect leur en faire administrer
prompte justice, sommairement et de plain, sans figure ny longueur de
procès, contre ceulx qui les ont prins et les détiennent, ou en sont
coulpables, en faisant le Roy, son bon frère, tant sur la dicte
restitution au dict jour qu'administration de justice, procéder de
mesmes pour les Anglois en son royaulme.

    A Richemond le XXVIII de juillet 1569.

  A ESTÉ ADJOUXTÉ PAR LE SR. DE LA MOTHE FÉNÉLON, ambassadeur du
    Roy, ce qui s'ensuyt:

Ayant la Majesté de la Royne d'Angleterre veu et leu la promesse, que
le Roy, Mon Seigneur, a faict et signée de sa main le VIIIe de juillet
1569, touchant la restitution des biens des Anglois en son royaulme,
et desirant d'user de toute correspondance à icelle, l'a faicte
regarder aulx seigneurs de son conseil, qui ont estimé estre mal aysé
de pouvoir exécuter une promesse du tout semblable pour les Françoys
en Angleterre; dont m'en ont faict remonstrer les difficultez suyvant
lesquelles la Majesté de la dicte Dame a trouvé bon de faire une
déclaration et promesse, signée de sa main, pour la restitution des
biens des Françoys en son royaulme, en la forme qui est mise cy
dessus, et que, jouxte la teneur d'icelle, les deux soyent exécutées
en France et en Angleterre au proffict de leurs communs subjectz; et
ainsy l'a accordé, au lieu de Richemond le XXVIIIe de juillet 1569.



L{e} DÉPESCHE

--du Ve d'aoust 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Jehan Valet._)

  Emprunt fait en Angleterre sur les joyaux de la reine de
    Navarre.--Armement de plusieurs navires de guerre par les
    envoyés d'Allemagne et de la Rochelle.--Proposition faite aux
    Anglais de faciliter à leurs vaisseaux une descente en
    Normandie.--Troubles de Suffolk, Norfolk et
    d'Irlande.--Préparatifs d'une nouvelle flotte marchande pour
    Hambourg.--Démarches de l'ambassadeur d'Espagne afin d'obtenir
    audience.--Départ de sir Henri Chambrenant pour la Rochelle
    avec plusieurs volontaires.


    AU ROY.

Sire, pendant que la Royne d'Angleterre a séjourné à Richemont, Mr. le
cardinal de Chatillon, le vydame de Chartres, le Sr. Du Doict et le
Sr. Dolovyn, agent du prince d'Orange, ont esté souvant devers elle
pour luy faire plusieurs sollicitations au contraire de ce que, en ma
dernière audience, je l'ay instantment priée ne vouloir faire ny
souffrir estre faict en son royaulme au préjudice de la paix. Sur quoy
elle a assemblé ceulx de son conseil, lesquelz, à ce que j'entendz,
n'ont ainsy entièrement résolu les choses comme les aultres
desiroient, et ne m'ont du tout déboutté de mes justes remonstrances;
ce que je métray peyne de sçavoir plus en particulier et au vray. Tant
y a que le dict sieur Cardinal a mené, durant ce séjour, les seigneurs
de ce conseil faire bonne chère en son logis à Chin, et, ung jour de
la sepmaine passée, luy et les aultres députez de la Rochelle ont
aporté monstrer à la dicte Dame les bagues de la Royne de Navarre,
lesquelles elle a esté curieuse de veoir, et aulcuns orfèvres ont esté
appellés pour les priser: qui, à ce que j'entendz, les ont estimées
valloir soixante mil livres esterlin, c'est deux cens mil escuz; et
m'a l'on dict que la dicte Dame s'est excusée de prester rien dessus,
mais qu'on se retirât aulx merchans pour y trouver deniers, dont
semble que Me. Grassan, principal merchant de ceste ville, qui est
néantmoins facteur de la dicte dame, ayt prins la charge de faire
fornir sur icelles trente mil livres esterlin, c'est cent mil escuz;
et crains bien fort, nonobstant aulcuns empeschemens que l'on y a miz,
que la somme se trouvera: car il n'est possible de persuader qu'on
puysse ny doibve empescher les particulliers, qui veulent faire ce
secours et assistance à ceulx de leur religion.

Les quatre ourques, que j'ay cy devant mandé qu'on armoit en ceste
rivière, seront prestes dans dix jours; elles sont les mieulx
artillées qu'il est possible, et pourra en icelles et en deux aultres
floyns, que de mesmes l'on équipe, si c'est pour combat de mer, plus
de huict cens hommes, et si c'est pour mettre gens en terre, elles
sont capables d'en transporter plus de trois mille à la foys. J'ay
faict instance de ne les laysser sortir, et ay prié monsieur
l'ambassadeur d'Espaigne de s'y opposer aussi de son costé. A quoy,
pour mon regard, l'on m'a desjà aulcunement bien respondu; mais je ne
sçay si je les pourray arrester du tout, au moins les retarderay je
tant que je pourray, et feray prendre garde à leur embarquement pour
en donner adviz à Mr. le maréchal de Cossé. J'ay sceu que quelques
marinyers de Normandie sont venuz remonstrer à ceulx de la nouvelle
religion, qui sont par deçà, comme il a esté retiré beaulcoup de gens
de guerre de leur pays pour aller au camp, et qu'à ceste cause, s'ilz
veulent entreprendre de descendre en quelque endroict de leur coste,
ilz n'y trouveront grand résistance. A quoy, Sire, je vous suplie très
humblement de pourvoir; car il ne fault que bien peu d'aysance à ceulx
cy pour les convyer à nous mal faire.

Ces commancemens de sublévation, qui ont appareu en Suffoc et Norfolc,
ont miz toute ceste court en peyne, et est l'on bien fort après pour
descouvrir que c'est. Celle d'Irlande semble aller en augmentant, et
enfin le comte d'Ormont y a esté dépesché en poste. Milor Sideney y a
eu quelque commancement de victoire, où l'on dict qu'il a deffaict
trois cens hommes; mais j'entendz qu'il n'y avoit que douze ou quinze
soldatz, et que le reste estoit tout paysans qui ont esté surprins en
ung vilage.

Ceulx cy préparent une segonde flotte pour Hembourg, laquelle s'en va
desjà chargée, la plus part sur navyres ostrelins, bien que les
merchans de Londres ne se contantent guyères de la première, parce
qu'ilz n'ont encores vandu, à ce qu'ilz disent, que les gros draps de
petite valleur, et les fins draps de priz demeurent en séjour.

L'ambassadeur d'Espaigne ayant une foys demandé audience, et ne luy
ayant esté accordée, a esté en dellibération de n'en demander plus;
mais ceulx qui portent le faict de son Maistre en ceste court, l'ont
conseillé de la demander encores une foys, sans s'arrester à ces
sérémonies, et qu'ilz espèrent la luy faire ottroyer, ce qu'il n'a
ainsy proprement vollu faire, craignant un segond reffuz; mais par
prétexte de demander ung passeport pour une sienne dépesche en
Flandres, il a envoyé sonder si l'on luy vouldroit accorder la dicte
audience; je ne sçay encores que luy aura raporté son homme.

Le comte de Mora ayant mandé qu'il avoit assigné l'assemblée du
conseil d'Escoce au XXVe de juillet, pour accorder de depputez et de
mémoires, qu'on envoyeroit par deçà, a faict jusques à ceste heure
retarder icy les affaires de la Royne d'Escoce; mais j'entendz que
dans dix jours l'on est délibéré de procéder à l'expédition d'iceulx
avec les dicts depputez s'ilz viennent, ou sans eulx si ne viennent
pas, et d'y mettre une bonne fin. Sur ce, etc.

    De Londres ce Ve d'aoust 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, par mes précédantes, du XXVIIe du passé et du premier d'estuy
cy, j'ay faict entendre à Voz Majestez l'estat des choses de deçà le
plus par le menu que je les ay peu sçavoir, lesquelles continuant
estre encores de mesme, je ne vous mande en la lettre du Roy sinon ce
que despuys est survenu, qui semble torner à la confirmation
d'icelles. Et à cella j'adjouxteray seulement, Madame, que, ayantz
ceulx cy naguières dépesché, d'ung costé le sire Gilles Grays en
Hembourg sur ung vaysseau légier qu'ilz appellent le brigantin de la
poste, et layssé aller de l'aultre le sire Henry Chambrenant, luy
quinziesme, vers ceulx de la Rochelle, non par exprès congé, mais
comme de luy mesmes, pour estre néantmoins comme ung agent de ceste
Royne en leur camp, affin de luy escripre la vérité des choses ainsy
qu'elles y adviendront, parce qu'on commence à n'adjouxter foy à ce
qui s'en mande de dellà, ilz sont attandans, à ceste heure, nouvelles
de ces deux endroictz, et tiennent cependant leur apareil et armement
prestz; et ne layssent pour cella de se porter toutjour gracieusement
envers moy, avec toutz signes de paix, et je metz peyne de les y
confirmer, et fays entre deux tout ce que je puys pour leur oster
l'opinion de la guerre, à laquelle je vous ay mandé que je les veoy
préparez. Je vays aujourd'huy trouver la dicte Dame à Otlan, où elle
m'a assigné l'audience, et par les propos que je luy tiendray de
vostre dépesche du XXVIIe du passé, j'essayeray de tirer des siens ce
que je pourray de son intention, et de bien disposer icelle envers
vous et voz présens affaires, le plus qu'il me sera possible; aydant
le Créateur auquel je prie, etc.

    De Londres ce Ve d'aoust 1569.



LIe DÉPESCHE

--du Xe jour d'aoust 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à Bouloigne par Jaques Blassé._)

  Élisabeth, à la sollicitation de l'ambassadeur, prononce l'arrêt
    des navires qui sont en armement pour le compte des envoyés
    d'Allemagne et de la Rochelle.--Efforts des protestants pour
    faire lever l'arrêt.--Nouvelle entrevue de l'ambassadeur et
    d'Élisabeth.--Instances de la reine pour une prompte
    pacification en France.--Elle se montre peu inquiète du
    soulèvement d'Irlande.--Elle annonce que de nouveaux apprêts de
    guerre se font en Allemagne.--Déclaration des seigneurs
    anglais, que si la paix n'est pas bientôt rétablie en France,
    ils se joindront ouvertement aux protestants.--Retour des
    commissaires anglais envoyés à Rouen.--Hésitation de la reine
    d'Angleterre, qui se trouve également engagée par ses promesses
    envers les deux partis qui sont en armes en France.


    AU ROY.

Sire, ceulx qui sollicitent icy les affaires de ceulx de la Rochelle
et des princes protestans, voyantz les quatre ourques, qu'ilz avoient
armées dans ceste rivière, estre à mon instance mises en arrest, qui
aultrement s'en alloient prestes pour partir dans huict jours, ont
faict, lundy et mardy de la sepmaine passée, soir et matin, une
extrême dilligence, envers ceste Royne et les seigneurs de son
conseil, de faire lever le dict arrest et d'obtenir d'aultres
provisions, qu'ilz pourchassoient pour l'entretennement de leur
guerre. Sur quoy, arrivant le mercredy à Otlan, je trouvay qu'ilz y
estoient encores avec grand espérance d'obtenir une pleyne et entière
déclaration de ce qu'ilz demandoient. Néantmoins s'estantz ung peu
retirez, les seigneurs du conseil sortirent à la salle de présence
pour tretter paysiblement avecques moy des choses que j'avois à dire à
leur Maistresse, à laquelle incontinent après ilz m'introduyrent, et
je cogneuz par le propos qu'elle me commança qu'il n'y avoit guières
qu'elle avoit débattu du faict de ceste guerre avec monsieur le
cardinal de Chastillon; car elle m'en parla tout soubdain, et
travailla beaulcoup de descouvrir de moy si Vostre Majesté estoit
fermement résolue de vouloir mettre fin à ceste guerre et aulx
différans de la religion par les armes. Sur quoy, sans m'advancer de
rien, j'escoutay paysiblement son discours, lequel pour estre long je
remettray, Sire, à le vous faire entendre par ung des miens que
j'envoyeray bientost le vous réciter; seulement vous diray qu'il
semble que, du costé d'Allemaigne et d'icy, l'on envoyera devers Voz
Majestez Très Chrestiennes pour en sçavoir vostre intention, affin de
veoir si la cause de la religion va séparée de celle de l'estat ou
non, pour, puys après, faire là dessus une déterminée résolution en
leurs affaires.

Je fiz un particullier récit de l'estat des vostres à la dicte Dame,
tant de ce que Monsieur, frère de Vostre Majesté, s'alloit remettre en
campaigne que de ce que ceulx de la Rochelle avoient exploicté de leur
part, et de la nouvelle levée des Suysses, et de celles des gens de
pied françoys, jouxte le contenu de voz lettres, luy touchant à propos
ung mot du desplaysir que vous aviez d'entendre la sublévation de son
pays d'Irlande, à quoy vous n'estiez prest de tenir aulcunement la
main; ains au contraire, si vous y pouviez quelque chose pour la
conservation de son estat et authorité au dict pays, vous me
commandiez luy dire que vous vous y offriez de bon cueur. Et
poursuyviz les aultres particullaritez, que j'avois à luy dire des
choses d'Allemaigne et de celles d'icy, de celles de la Rochelle et
de la restitution des prinses, avec grand soing de la disposer envers
vous et vos présens affaires, le mieulx que je le pouvois faire.

La dicte Dame me respondit que, pour la confiance que Voz Majestez
Très Chrestiennes monstriez avoir d'elle en voz affaires, en les luy
faisant ainsy privéement communiquer, elle se sentoit obligée d'en
desirer la prospérité, comme certes elle faisoit, et vous prioyt de
croyre que, demeurant la religion, de laquelle elle estoit, en son
estat, elle desiroit au reste que vostre coronne et vostre grandeur et
authorité, ensemble celle de la Royne, vostre mère, demeurassent aussi
entiers et sans diminution comme elle le desiroit pour elle mesmes; et
que la sublévation d'Irlande n'estoit guyères dangereuse, car estoit
chose assés ordinaire à ces sauvaiges, de laquelle elle sçavoit desjà
comment en debvoir sortir; qu'aussy aysé, disoit elle, fût il de
remédier aulx troubles de vostre royaulme: néantmoins elle ne layssoit
de vous estre aultant attenue de l'offre que luy faisiez en cella,
comme s'il y alloit de la propre coronne d'Angleterre; dont me prioyt
vous en présenter son meilleur salut et son bien exprès mercyement par
mes premières; et que, si vous aviez heu ceste bonne pensée pour elle
à la conservation de son pays, qu'elle en avoit heu premier une aultre
pour vous pure et droicte à la conservation du vostre, et s'estimeroit
encores bien heureuse s'il luy en pouvoit venir une segonde en
l'entendement, pour la mettre en termes, qui vous fût aultant agréable
comme elle la vous desiroit bien fort utille; que touchant les choses
d'Allemaigne, Quillegrey luy avoit escript qu'ung comte du pays, non à
la vérité de ces grandz, mais bien ung des principaulx et plus
estimez aulx charges de la guerre, luy avoit dict qu'il estoit très
asseuré qu'une aultre levée d'Allemans, de pied et de cheval, estoit
preste et qu'elle marcheroit bientost pour aller secourir la cause de
leur religion, comme avoit faict celle du duc de Deux Pontz; et que,
des quatre ourques dont je luy avois parlé, elle les avoit faictes
arrester; et pour la restitution des biens des Françoys, qu'elle en
avoit signé une lettre, laquelle elle commanda sur l'heure au
secrétaire Cecille de me la monstrer et m'en bailler la coppie.

Et ainsy, je me licentiay en bien fort bons termes de la dicte Dame;
néantmoins, au partir d'elle, retrouvant encores aulcuns de ces
seigneurs dans la salle, l'ung des principaulx me dict, comme en
riant, et toutesfoys en façon qui ne sembloit se moquer, que si nous
ne sçavions avoir la paix avec les nostres, ilz ne la pourroient ny
vouldroient avoir avecques nous; et adjouxta avec sèrement, et comme
homme qui sembloit y avoir regrect, que si Vostre Majesté menoit cecy
à l'extrémité des armes, qu'il voyoit que les choses n'yroient bien
entre ces deux royaulmes. Et despuys, j'ay entendu que Dolovyn a mandé
continuer l'aprest des ourques, et qu'il espère avant quinze jours
faire lever l'arrest d'icelles, lequel terme je crains bien fort que
se raporte au temps qu'ilz entendent que ces aultres Allemans
commanceront de marcher, et qu'ilz veulent lors mettre tout le reste
de leur apareil en mer. Ilz dépeschent promptement deux des grandz
navyres de guerre pour conduyre la segonde flotte qui va en Hembourg,
et les dix aultres, qui sont prestz, demeurent dans la rivière de
Rochestre, oultre ung bon nombre d'aultres qui sont en équipaige dans
divers portz de ce royaulme. Je ne seray cependant ny paresseux, ny
endormy sur leurs actions, à mettre en besoigne tout ce que je pourray
pour les modérer, et au moins pour les vous mander d'heure à aultre,
ainsy que je les verray advenir.

Les merchans qui estoient allez à Roan sont revenuz, qui font ung très
bon rapport de Mr. le mareschal de Cossé et de ceulx avec qui ilz ont
eu affaire. Il est venu deux aultres merchans françoys avecques eulx;
je les ay toutz ouys parler et semble que les différans et difficultez
qui se font, des deux costez, se pourront aulcunement accommoder. Il
avoit esté respondu au secrétaire de monsieur l'ambassadeur d'Espaigne
que son maistre pourroit venir à l'audience quant il luy plairroit, et
despuys estant renvoyé pour sçavoir l'heure d'icelle, l'on luy a
opposé nouvelles difficultez qui mettent la matière en longueur. L'on
n'attend que l'arrivée de ceulx qui, en l'assemblée de St Jehansthon
le XXVe du passé, ont esté depputez par le comte de Mora pour venir
icy, affin de procéder incontinent après au faict du restablissement
de la Royne d'Escoce. Sur ce, etc.

    De Londres, ce Xe d'aoust 1569.


L'on me vient d'advertir que ceste levée de reytres, dont ceste Royne
m'a cy dessus parlé, se faict par des nepveuz du feu duc de Deux
Pontz, oultre celle du duc de Cazimir, et que par lettres de
Quillegrey, du XXIIe du passé, l'on a adviz qu'ilz marcheront
aussitost que XIIII mil livres esterlin, c'est envyron quarante sept
mil escuz, restans de XL mil livres esterlin, dont souvant j'ay faict
mencion, seront fornyes, lesquelles seront bientost prestes. Je
mettray peyne de sçavoir plus au vray ce qui en est.


    A LA ROYNE.

Madame, ce que j'escriptz présentement en la lettre du Roy est pour
vous représanter toutjour l'estat auquel me semble que continuent les
choses de deçà, et le jugement qu'on peult faire à quoy elles
deviendront, sellon les propos que la Royne d'Angleterre et les
seigneurs de son conseil m'en ont tenu, qui certes monstrent, elle et
eulx, d'estre en perplexité comment ilz pourront satisfaire aulx
contraires promesses, qu'il semble qu'ilz ont faictes aulx deux
parties; sçavoir, à Voz Majestez Très Chrestiennes de persévérer en la
paix et aulx aultres d'estre avec eulx en ceste guerre, avec lesquelz
on voyt bien desjà qu'ilz sont de volonté et de plusieurs secours, que
soubz main ilz leur ont baillé et baillent encores toutz les jours;
mais les aultres, ne se contantans de cella, les pressent de se
déclairer davantaige ouvertement pour leur cause, estimans que cella
portera grand faveur, et bien fort grand dommaige à la vostre; à quoy
par leurs apprestz ilz monstrent certes se disposer, bien que leurs
parolles, mesmement celles de la dicte Dame, ne sont rien moins qu'à
la déclaration de guerre, dont est mal aysé de préveoir au vray ce
qu'ilz feront; et croy que eulx mesmes ne l'ont encores plus
expressément déterminé que de commettre leurs entreprinses à ce que le
temps et l'occasion leur présentera. La dicte Dame a respondu
résolument qu'elle ne prestera poinct d'argent sur les bagues de la
Royne de Navarre, laquelle responce a esté pour satisfaire Vostre
Majesté et contanter aulcuns de ce conseil; mais en effect le sieur
Grassan faict secrectement toute la dilligence qu'il peult, pour
trouver en ceste ville les XXX mil livres esterlin, dont en mes
précédantes je vous ay faict mencion: et ainsi, la pluspart des choses
qui s'obtiennent, icy et en Allemaigne, au proffict de ceulx de la
Rochelle, sur le crédit et moyen de la dicte Dame, se mènent sans le
sceu d'aulcuns principaulx de ce conseil, et quelque foys sans celluy
mesmes de la Royne, et souvant contre l'intention d'elle et d'eulx, et
si secrectement que je suys en grand peyne de les descouvrir. Il est
freschement arrivé de la Rochelle ung Allemant, et en sa compaignie
ung Françoys, de qui je ne sçay encores le nom, qui ont aporté toutz
deux plusieurs lettres de leur camp à ceste Royne et aulx seigneurs de
son dict conseil; je mettray peyne de sçavoir que c'est, et prieray
atant le Créateur, etc.

    De Londres ce Xe d'aoust 1569.



LIIe DÉPESCHE

--du XVe jour d'aoust 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Pierre Bordillon._)

  Continuation de l'armement des navires dont l'arrêt a été
    prononcé.--Détails sur la nouvelle flotte destinée pour
    Hambourg.--Résultat de l'assemblée de Saint-Johnstown en
    Écosse.--Refus fait par le comte de Murray de consentir à aucun
    accord avec Marie Stuart.--Arrivée à Londres des déclarations
    touchant la cession que la reine d'Écosse est accusée d'avoir
    faite de ses droits au trône d'Angleterre.--Nouvelles de la
    Rochelle.--Grandes espérances des protestants de
    France.--_Lettre de M. de Chatillon_ à un seigneur
    anglais.--_Relation_ envoyée par ceux de la Rochelle à
    Élisabeth, de leurs opérations militaires depuis leur jonction
    avec le duc de Deux-Ponts.--Combat de la
    Roche-Abeille.--Défense de Niort.--Défaite des capitaines
    Richelieu et Lancereau.--Prise de Chabanois par l'amiral de
    Coligni.--Siége de Lusignan.--Déclaration des protestants,
    qu'ils ne demandent qu'un dernier édit de
    pacification.--_Nouvelle ordonnance de la reine d'Angleterre_
    contre les pirates.


    AU ROY.

Sire, cest apareil des quatre ourques et des trois aultres vaysseaulx,
qui debvoient sur la fin de la sepmaine passée sortir de la rivière de
Londres, ainsy que je le vous ay mandé par mes précédantes,
monstroient s'adresser ou contre voz subjectz, ou sur quelque endroict
de votre royaulme, parce que les Srs. de Jumelles, Du Doict, de Launay
de Bretaigne, le jeune Mouy, Sainct Fale, l'Allement naguières revenu
de la Rochelle, et aulcuns aultres Françoys, se randoient conducteurs
du Sr. Dolovyn, général de la flotte; dont s'estant trouvé le dict
Dolovyn et ses ourques en arrest, eulx aussi sont demeurez arrestez
jusques icy: mais ne tiennent pourtant leur entreprinse délayssée,
ains se préparent toutjour pour l'aschever, ayant desjà miz les armes,
les monitions, pouldres, vivres et encores quelques enseignes, que je
présupose estre de ces compaignies des Flamans qu'ilz prétendent
s'embarquer, et plus de cent cinquante pièces de fer de fonte, tout
dedans leurs vaysseaulx, et sollicitent au possible de faire lever le
dict arrest: ce que je crains bien fort qu'ilz obtiennent, car
j'entendz qu'à icelluy Doloyvn, quant il a dressé son équipage, le
capitaine Peletan, lieutenant de l'artillerye, luy a promiz fornir de
la Tour quelque quantité de pouldres, ung nombre de piques et de
haquebutes, et il aschapte des corseletz à la ville, qui n'est sans
que aulcuns de ce conseil luy tiennent la main en cella; lesquelz,
possible, n'en advouhent rien, meintennant que la chose est
descouverte, néantmoins ilz s'esforceront de faire que l'entreprinse
ne réuscisse vayne, comme desjà semble qu'on veuille permettre à
icelluy Dolovyn de sortir, en baillant caution ou bien prenant la
moictié des mariniers qui soyent de ce pays: à quoy il dict qu'il ne
veult condescendre. Je feray tout ce qu'il me sera possible pour
l'empescher, et cependant Vostre Majesté fera, s'il luy playt,
advertyr en la coste de Normandie et Picardie qu'on se tienne sur ses
gardes, et aussi à Brest et à Bourdeaulx; car il a esté tenu propoz
entre eulz de ces deux lieux.

La première flotte, que ceulx ci avoient envoyé en Hembourg est desjà
de retour dans ceste rivière, et dict on qu'elle vient assés bien
pourveue de merchandises aschaptées de dellà, ce qui contante
aulcunement les merchantz, et faict ung merveilleux playsir à ceulx de
la nouvelle religion, qui remonstrent par ce commancement de traffic
qu'on se pourra dorsenavant passer d'aller en Envers. Les navyres,
qu'on disoit que le duc d'Alve avoit faict armer en Olande et Zélande,
n'ont monstré aulcun semblant de les empescher; dont ceste segonde
flotte pour le dict Hembourg, qui est d'envyron XXV vaysseaulx, s'en
va partir plus confidentment le XXVe de ce moys, soubz la conduicte de
deux seulz navyres de guerre de ceste Royne, affrettez et avitaillez
aulx despens des merchans, comme asseurez qu'ilz ne trouveront point
de rencontre, bien qu'il semble que l'entremise d'accorder les
différantz des Pays Bas soit, despuys quelques jours, ung peu
réfroydie; et ceulx cy passent toutjour oultre à faire vandre les
merchandises des Espaignolz, dont en a esté vendu, despuys huict
jours, pour XX mil escuz en ceste ville, qu'on les estime valloir plus
de soixante mille. Je crains fort que l'argent de la dicte vante aille
à l'entretennement de la guerre de France ou aulx levées d'Allemaigne.

J'entendz que le comte de Mora, encor qu'il ayt proposé le faict de la
Royne d'Escoce en termes indifférantz, qui sembloient laysser le libre
jugement d'icelluy à ceulx de l'assemblée tenue à St. Jean Sthon le
XXVe du passé, a néantmoins faict, par les voix et suffrages de ceulx
de son party, qui s'y sont trouvez en plus grand nombre que les
aultres, que rien n'y ayt esté déterminé à l'advantaige de la dicte
Dame, et a envoyé ung simple messagier devers ceste Royne pour
s'excuser de ne pouvoir entendre à nul expédiant de la restitution de
la dicte Royne d'Escoce, sans offancer sa conscience et sans
préjudicier au petit Roy, son Maistre, et au bien du pays; et qu'il
estime l'avoir desjà assés estably pour le pouvoir deffandre par la
force: ce que monsieur l'évesque de Roz a opinion que ne sera aprouvé
de ceste Royne ny de ceulx de son conseil; dont, dans peu de jours,
nous en sçaurons la résolution, car je m'en vays pour cest effect, et
pour la restitution des prinses, trouver demain la dicte Dame, estantz
l'excuse du dict comte de Mora et la déclaration de Voz Majestez,
touchant le titre de ce royaulme, arrivez à poinct pour estre en mesme
temps trettez et débatuz avec la dicte Dame et les seigneurs de son
conseil. Sur ce, etc.

    De Londres ce XVe d'aoust 1569.


Je viens tout présentement d'estre adverty qu'il a esté mandé à
monsieur l'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, qu'il aura audience,
quant il vouldra, de ceste Royne, en faisant aparoir qu'il ayt receu
lettre du Roy Catholique, despuys celle que la dicte Dame luy a
escript cest yver en latin. Je ne sçay encores si le dict sieur
ambassadeur acceptera la dicte condicion. Je vous envoye la coppie
d'une nouvelle proclamation que la dicte Dame a faicte contre les
pirates.


    A LA ROYNE.

Madame, j'ay miz en la lettre du Roy les particullaritez, qui servent
de principal argument pour la dépesche que je fays présentement à Voz
Majestez, demeurant le reste des choses d'icy au mesmes estat que je
vous ay naguières mandé, du Xe du présent, et ne fauldray de vous
escripre toutjour ce que, jour par jour, je verray advenir de plus ou
de moins en icelles. Cella vous diray je, icy, davantaige, Madame, que
l'Allemant et le Françoys, naguières arrivez de la Rochelle, semblent
estre principallement venuz pour représanter l'estat de leur armée et
de leurs affaires à ceste Royne, et solliciter quelques deniers,
qu'ilz attandent de ce royaulme. Ilz ont distribué plusieurs lettres,
dont par l'extraict de l'une, qui est de monsieur l'Admyral, et d'ung
discours, lequel à grand difficulté j'ay recouvert, Votre Majesté
verra de quelle façon ilz parlent de leur faict, et seray bien ayse
d'estre advisé s'ilz ont envoyé à Voz Majestez la remonstrance dont
ilz font mencion en icelluy[10]; car ceste Royne m'en a parlé fort
expressément ainsy que je le vous [ferai] plus à plain entendre par
ung des miens, que sur aultres occasions je dépescheray devers Voz
Majestez, aussitost que le Sr. de Vassal, que je vous envoyay sur la
fin du mois passé, sera de retour. Le dict Allemant s'enreva à la
Rochelle et dict on qu'il est à ce comte de Mensfelt, qui est avec
eulx, lequel est pensionnaire de ceste Royne.

  [10] Cette pièce se trouve jointe à la LIVe Dépêche. _Voyez_ p.
  179.

Le conseiller Cavaignes a faict quelque semblant de vouloir aussi
repasser à la Rochelle, pour aller prendre la charge qu'avoit au dict
lieu le conseiller Bourg son beau frère, qu'on dict estre despuy
naguières décédé. Je ne sçay encores s'il partira. Toutz ceulx cy de
la nouvelle religion se monstrent, à ceste heure, grandement relevez
en l'espérance de leurs affaires, faisans estat que Poictiers sera
prins, et que ceulx de dedans, voyans ne pouvoir estre secouruz, ont
desjà commancé de parlementer; que l'armée du Roy ne pourra de long
temps estre rassemblée, et que cependant la leur aura exploicté
beaulcoup de choses à leur proffict; et que bientost le renfort,
qu'ilz attandent encores d'Allemaigne, entrera en France, pendant que
les aultres princes catholiques ne s'esmeuvent guières chauldement
pour réprimer leur entreprinse. Sur ce, etc.

    De Londres ce XVe d'aoust 1569.

COPIE D'UNE LETTRE APORTÉE DE LA ROCHELLE.

Monsieur, ayant entendu par toutes les dépesches que m'a faictes
monsieur le Cardinal, mon frère, et mesmes par la dernière que m'a
aportée Mr. du Puench, de quelle bonne volonté et affection vous
embrassez les affaires qui se présentent par dellà pour le bien de
ceste cause, et la bonne assistance que vous donnez en iceulx à mon
dict sieur le Cardinal, davantaige ce que vous faictes, à toutes
occasions, pour son particullier, je n'ay vollu faillir, par ce
pourteur s'en retournant, de vous en faire ung bien fort affectionné
remercyement, attandant que Dieu me donne le moyen de le pouvoir
recognoistre en quelque bon endroict envers vous ou les vostres,
lequel s'offrant vous vous pouvez asseurer, Monsieur, que je mettray
peyne de ne demeurer ingrat de tant d'obligation que nous vous avons,
lesquelles néantmoins je vous prieray d'accroistre par toutz les
aultres playsirs que vous nous pourrez faire cy après; car ayant la
charge que nous avons sur les braz à suporter, vous sçavés que nous
aurons, tant qu'elle durera, bon besoing de l'ayde, faveur et
assistance de Sa Majesté, ce que vous estant assés cogneu que nous ne
pouvons avoir du mal à faulte d'estre secouruz que vous ne vous en
sentiez bientôt après, je ne m'estendray, avec le bon zèle que je sçay
que vous avez à ce qui nous touche, à vous faire ceste plus longue que
pour me reccommander bien affectionnéement à vostre bonne grâce et
suplier Dieu vous donner, Monsieur, en sancté, augmentation des
siennes.

Et est escript par postille--du camp de Busserolles, ce VIe jour de
juillet 1569.

    Et plus bas,
      Vostre entièrement bon amy
        CHASTILLON.


DISCOURS ENVOYÉ DE LA ROCHELLE A LA ROYNE D'ANGLETERRE.

Parce que nous ne voulons faillir, par toutes les commoditez et
occasions que nous pourrons avoir, de tenir la Majesté de la Royne
d'Angleterre au vray advertye, et Messieurs de son Conseil, de l'estat
de noz affaires de deçà, comme il est très raysonnable, tant pour le
regard des obligations que nous luy avons, que pour la connexité de la
cause commune et chrestienne, que nous soubstenons au priz de noz vies
et biens, nous avons advisé d'envoyer à monsieur le Cardinal de
Chastillon ce petit discours, pour faire entendre à Sa Majesté comme,
après que nous fusmes advertys du passaige du feu duc de Deux Pontz à
la Charité, avec les forces qu'il avoit tant d'Allemans que de
Françoys, et qu'il s'acheminoit pour nous venir joindre, et que
Monsieur, frère du Roy, avoit joinct les forces de Mr. d'Aumalle, qui
dellibéroient d'empescher les passaiges au dict feu sieur Duc, il fut
advisé d'aller audevant d'icelluy, et de passer la Vienne, et de
marcher jusques auprès de la ville de Limoges, où on leur assigna le
rendez vous, affin de les recuillir le plus tost qu'on pourroit; et
que pour cest effect messieurs l'Admyral et de La Rochefoucault
prendroient l'eslite de nostre armée, principallement de
l'arquebouzerie, pour le grand besoin qu'en avoit le dict feu sieur
Duc pour passer les détroictz, où s'estans acheminez les dictz sieurs
Admyral et de La Rochefoucault, ilz furent advertys que le dict feu
sieur Duc avoit desjà passé la dicte rivière de Vienne, et qu'il
estoit logé à deux lieues de la mayson d'Escars, où le logis du dict
sieur Admyral fut faict: lequel, sans s'arrester en son dict logis,
passa oultre pour aller trouver le dict feu sieur Duc, auquel il ne
peult parler, à cause qu'il estoit à l'extrémité de sa malladie, dont
il morut peu d'heures après; qui est chose, qui doibt bien estre à
jamais remarquée comme ung singulier et expécial oeuvre de Dieu, qui
ayt vollu faire ceste grâce, et donner moyen à ce prince de traverser
tant de pays avec ung grand attirail d'artillerye, d'infanterie et de
bagaiges, et à la teste et veue d'une grand armée, et de passer tant
de rivières, tant de lieux et détroictz difficiles et périlleux, et
telz qu'il n'est mémoire qu'armée en ayt jamais passé de semblables,
et par où, à grand peyne, peult on dire qu'une seule charrette eust
peu passer, de façon qu'il semble que cella soit ung songe à ceulx qui
ne l'ont poinct veu; et qu'estant hors de dangier, et au lieu où il
souhaytoit, pour secourir les esglizes de ce royaulme, le jour mesmes
Dieu l'ayt vollu retirer à soy; et qui plus est que sa mort n'ayt
aporté aulcun changement ou nouvelleté en son armée, qui ayt peu
empescher qu'on n'ayt tellement négocié et accordé avec les chefz,
colonnelz et reytres de la dicte armée, sur les difficultez qui
s'offroient, et qu'en bien peu de jours on ne les ayt randuz contantz,
tant pour le regard de leurs payemens et sur les aultres faictz qui se
pouvoient révoquer en doubte; ce que fut faict à St. Yriès la Perche;
pendant lequel séjour, Monsieur, frère du Roy, ayant joinct ses forces
d'Itallie, se vollut aprocher avecques son armée à deux lieues près de
nous, où il fut résolu de l'aller veoir, et d'essayer de le combattre;
et ayans trouvé en teste près de leur logis, en ung passaige où il y
avoit ung ruysseau et des marescaiges, le Sr. Strossy, colonnel
général des bandes françoyses, logé avec toute la fleur de leur
infanterie, il fut tellement chargé qu'il fut prins prisonnier, son
lieutenant thué et ses meilleurs capitaines, et de cinq à six cens
soldatz, sans que jamais le reste de leur armée, qui voyoit jouer le
jeu, se vollût mettre en campaigne ny faire contenance de soubstenir
leur infanterie; et n'eust été que, tout ce jour là, la pluye fut si
extrême et si grande que noz harquebouziers ne pouvoient plus jouer,
il y a bien aparance que l'exécution eust esté beaulcoup plus grande,
et eust miz fin aulx différantz d'une part et d'aultre. Mais puysqu'il
a pleu à Dieu que les choses soyent passées de ceste façon, nous avons
assés d'occasion de le louer et remercyer, et de nous contanter.
Despuys, on séjourna encores ung jour au lieu de St. Yriès pour veoir
s'il ne prandroit point d'envye aulx ennemys d'avoir leur revenche;
et, voyans qu'au lieu d'en faire quelque contennance, ilz ne
comparoissoient plus despuys ce temps là, et qu'à ceste cause, il
estoit besoing de prendre séjour en quelque pays fertil, où noz
reytres peussent se reposer et rafreschir du travail de leur long
voyage, on fit marcher l'armée du cousté où nous sommes à présent,
delliberez et résoluz de cercher toutes les occasions pour attirer nos
dictz ennemys au combat, comme la chose que nous souhaitons et
desirons le plus.

Le mardy, XIIIIe de juing, le Sr. du Lude, et grande compaignie de
cavallerye et infanterye, avec quatre canons et deux collevrines,
commancèrent à battre Nyort, place assés mauvaise et mal aysée à
fortiffier, en laquelle le Sr. de La Brosse estoit cappitaine, et y
avoit assés peu de soldatz; ce qui fut la principalle occasion de
faire entreprendre au dict Sr. du Lude de l'assiéger, mais le
capitaine Puyviault, malgré les ennemys, y entra avec bon nombre de
soldatz, et soubstint deux assaultz fort furieulx, que donnèrent les
ennemys le premier de ce moys, desquelz y est demeuré mil ou douze
centz; et ne fault oblyer que les femmes y ont faict plus de debvoir
qu'on ne pouvoit espérer de leur sexe. Entre toutz, les dictz La
Brosse et Puyviault y ont acquiz grande réputation, estantz toutjours
à la bresche, où, encores qu'ilz fussent blessez en plusieurs
endroictz, ilz ont repoussé les ennemys avec si grand perte de leurs
gens, et tel estonnement et confuzion, que, entendans d'aultre part
que le secours, que nous envoyions à ceulx de dedans, estoit prochain,
ilz levèrent le siège si hastivement, le sabmedy IIe de ce moys,
qu'ilz ont laissé ung de leurs canons. Monsieur de Telligny, qui
conduysoit le dict secours, lequel estoit de huict cornettes de
Françoys et quatre de reytres, les a poursuyviz de si prez, que,
n'ayantz eu loysir de gaigner Poictiers, ilz ont esté contrainctz
retirer à St. Maixant le reste de leur artillerye, avec leur
infanterie et cavallerye à Partenay, et meintennant les tient serrez
de si prèz et encloz (leur empeschant les vivres, cependant que nostre
camp s'aproche), qu'il est mal aysé qu'ilz se puissent saulver.

La nuict du mercredy, Mr. de La Noue, gouverneur de Rochellois, ayant
assemblé quelques forces de son gouvernement, sortit de la Rochelle
pour aller secourir le dict Nyort, et fut adverty que à Frontenay
Labattu, distant de trois lieues du dict Nyort, les compaignies des
capitaines Richellieu et Lancereau estoient logées, lesquelles il
surprint si à propos qu'il en fut thué envyron trois cens et plus de
deux centz chevaulx prins.

Le jeudy VIIe, monsieur l'Admyral print par force Chabanois, où tout
fut miz en pièces, réservé le capitaine nommé La Planche. Luzignan est
meintennant assiégé et sur le poinct d'estre emporté, de là nous
espérons aller devant Poictiers.

Le comte de Mongommery, avec les Viscomtes, est party de Montauban et
a donné jusques dedans les portes de Thoulouse, et ruyné l'abbaye de
St. Jean Roch, qui est aulx faulx bourgs avec grand estonnement de
toute la ville.

Et pour ce que nous avons eu toutjour en singulière recommendation de
justiffier noz actions de plus en plus, et faire toucher au doict et à
l'oeil l'équité et justice de ceste cause, encore qu'elle doibve assés
estre cognue et manifeste à tout le monde, il fut advisé, quant nous
eusmes accordé avec noz reytres et faict leur payement, de dresser et
envoyer une remonstrance au Roy, meintennant que nous avons, avec
l'ayde et assistance divine, assés heureux succez et aparance
d'advantaige sur noz adversaires, pour estre aussi, cy après, publiée
par toute la chrestienté, affin qu'on cognoisse de quel pied nous
marchons en ce faict; et si nous sommes menez et poussez pour aultre
fin que pour la conservation de la liberté de noz consciences, de
nostre religion, de noz honneurs, et de noz vies, et de noz biens; et
s'il tient à nous qu'on ne paciffie les troubles qui sont en ce
royaulme. Ce qui servira pour ceulx, lesquelz mal advertys ou
passionnez, publient que nous voulons attempter à l'estat duquel nous
avons toutjours esté aultant zélateurs et desireulx que noz ennemys en
ont esté envyeulx et marrys, et [qu'ilz ont] troublé le repos et
tranquillité d'icelluy.

   ORDONNANCE FAICTE PAR LA ROYNE D'ANGLETERRE CONTRE LES PIRATES.

   La Majesté de la Royne entend que, combien que, par ses premières
   ordonnances et proclamations, il ayt été notiffié à ses subjectz,
   nomméement aulx officiers de ses portz, de arrester les pirates
   et faire cesser toutes pilleryes, si est ce que quelque nombre de
   vaysseaulx, armés et conduictz par certaines désordonnées
   personnes, de diverses nations, hantent encores toutjours les
   mers estroictes, et ressortent secrectement en petites criques et
   places secrectes de ce royaulme, pour y prandre vivres et aultres
   choses à eulx nécessaires, et se font licencier de se mettre en
   mer pour donner couverture à leurs entreprinses, affin qu'ilz ne
   soyent prins comme pirates.

   Pour à quoy remédier, et affin que ce prétexte ne puisse, en
   aulcune manière, ayder à telles personnes à commettre leurs
   pilleryes, ny à ceulx qui, pour leur gain particullier ou en
   faveur d'iceulx, les vouldroient favoriser soubz une fainte
   prétention d'ignorance,

   Sa Majesté estroictement charge et commande à toute manière
   d'officiers et ministres ayantz gouvernement et charge dans
   aulcun port de ville, ou ayantz authorité de faire depputez soubz
   eulx en aulcune petite crique, de quelque part que ce soit, que
   dorsenavant il ne soit souffert à aulcunes personnes, vennantz de
   la mer, d'avoir vivres, monitions ou aultres choses nécessaires
   pour eulx, leur compaignie ou vaysseaulx, s'ilz ne sont
   notoirement cogneuz estre de l'équipage des vaysseaulx merchandz,
   passagiers, ouy pescheurs, ayantz affaire par deçà; deffendant en
   oultre de rien achapter ou recepvoir, directement ou
   indirectement, des dictes personnes vennantz de la mer, jusques à
   ce que les merchandises ou biens ayent esté aportez et miz à
   terre, et aulx places accoustumées sellon les loix de ce
   royaulme, avec le consentement des officiers des coustumes, et
   que toutz debvoirs ayent esté payés pour iceulx, sellon l'usaige
   des merchandz, sur peyne à ceulx qui feront le contraire ou qui
   en seront consentz, d'estre miz en prison et y demeurer jusques à
   ce que inquisition aura esté faicte (sellon les loix de ce
   royaulme) d'eulx et de leurs faictz, comme en cas de pilleryes,
   et d'estre jugez et puniz comme pirates, ainsy que par les loix
   sera ordonné; et quiconque donnera information de ce contre
   aulcun officier des coustumes ou quelcun de ses depputez, et le
   pourra prouver, et [si] il est capable d'exercer le dict office,
   il le jouyra, ou aultrement sera deuhement et libérallement
   récompensé selon ses mérites.

   Davantaige Sa Majesté veult et entend que toute sorte
   d'officiers, et expéciallement Gardes des portz, Visadmyraulx,
   Connestables et Capitaines des châtaulx, assis dessus la mer, et
   toutz aultres, ayantz office en portz de ville ou places à
   prendre terre, respondront par cy après, à leur plus grand et
   extrême péril, de faire leur dilligence en leurs jurisdictions,
   de s'enquérir, mettre guet; et par ce moyen apréhender toutes
   navyres de personnes qui hantent la mer avec vaysseaulx armez, et
   n'estantz pas merchantz aparans, et entièrement arrester toutz
   aultres qui équiperont leurs vaysseaulx en guerre, exepté
   seulement ceulx qui seront notoirement cogneuz estre ordinaires
   merchandz, passaigiers ou pescheurs; et de n'adlouer dorsenavant
   ou admettre aulcune allégation de licence à naviguer sur la mer
   avec vaysseau armé, à personne, quelle qu'elle soit, si ce n'est
   à ceulx qui sont bien cogneuz apartenir à Sa Majesté, et qui
   peuvent estre envoyez en mer pour la tenir libre de pirates.

   Et si quelcun est trouvé coulpable ou manifestement négligent à
   cella, Sa Majesté leur faict entendre qu'ilz seront puniz avec
   telle sévérité que l'exemple en demeurera cy après aulx aultres
   pour se garder d'offancer en mesme cas.

    Donné à Otlan le IIIe jour d'aoust 1569, à l'unziesme an du
    règne de Sa Majesté.



LIIIe DÉPESCHE

--du XXIIe d'aoust 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Olivyer Champernon._)

  Arrivée en Angleterre des députés envoyés de Rouen pour traiter
    de la restitution des prises.--Bonne réception qui leur est
    faite.--Espoir qu'un accord ne tardera pas à être
    conclu.--Plainte de l'ambassadeur à Élisabeth, au sujet de
    l'armement des navires qui se continue, malgré l'arrêt qu'elle
    a ordonné.--Déclaration de la reine, que ces navires
    appartiennent au prince d'Orange, qui les fait armer pour se
    défendre contre le duc d'Albe, et qu'elle en a tacitement
    autorisé la sortie.--Prochain départ du conseiller Cavaignes,
    qui est remplacé par le sieur Dudoit en sa charge d'agent des
    protestants de la Rochelle.--Vives instances faites par
    l'ambassadeur auprès de la reine d'Angleterre en faveur de la
    reine d'Écosse.--Élisabeth annonce qu'elle y pourvoira, et que
    déjà elle a refusé de recevoir le message du comte de
    Murray.--Elle s'emporte en grande colère contre Marie Stuart,
    et menace de l'échafaud, en présence de l'ambassadeur,
    plusieurs des seigneurs de son conseil.--Préparatifs d'une
    nouvelle flotte qui semble destinée pour la Rochelle.--Les
    seigneurs d'Angleterre insistent de nouveau pour qu'une
    pacification se fasse en France.


    AU ROY.

Sire, j'ay esté trouver la Royne d'Angleterre sur son progrès à Fernan
Castel, qui est trente cinq mille loing d'icy, pour luy présenter les
deux depputez de Roan, lesquelz elle a bénignement ouys; et, de tant
qu'ilz venoient par vostre commission, elle les a admiz à luy baiser
la main, et leur a dict en général qu'elle ne vous donroit
l'advantaige de faire aulcune chose en faveur et proffict des Anglois,
qu'elle n'en fît aultant ou plus, pour l'honneur de Vostre Majesté,
en faveur des Françoys, et qu'ilz pourroient au reste, moy présent,
proposer à ceulx de son conseil ce qu'ilz avoient à dire, lesquelz
satisferoient aultant abondantment à leurs justes remonstrances comme
par rayson et justice il seroit possible de le faire. Puys tretta de
ce faict à part avecques moy, ensemble du chastiement des pirates et
de la continuation du commerce; en quoy nous eusmes aulcuns petitz
différans, lesquelz je incistay fort qu'ilz fussent reiglez sellon les
trettez de paix, et conduysis le propos à luy toucher ung mot de
l'impression de guerre, où je sçavois qu'on l'entretenoit, et qu'elle
ne la vous debvoit aulcunement commancer, ny craindre aussi que Vostre
Majesté, sans estre expressément provoquée, la luy commançeât; en
quoy, pour monstrer qu'elle donnoit quelque lieu à ma remonstrance,
elle me satisfit assés bien sur les particullaritez dont je luy avois
parlé; ce qui me fit passer oultre à luy remonstrer davantaige bien
vifvement, qu'après qu'à mon instance elle avoit commandé d'arrester
les quatre ourques et trois aultres vaysseaulx qu'on avoit armez dans
ceste rivière, l'on n'avoit layssé de les préparer et avitailler
secrectement pour les getter du premier jour dehors: ce qui estoit
grandement contre sa parolle et contre sa promesse.

A quoy elle me respondit que, sur la première remonstrance que je luy
avois faicte là dessus, elle s'estoit enquise du faict de ces
vaysseaulx et avoit trouvé qu'à la vérité l'homme du prince d'Orange,
qui les armoit, avoit quelque entreprinse en main, mais elle la luy
avoit rompue, et luy avoit cassé trois ou quatre centz soldatz, qu'il
avoit toutz pretz et bien armez, et qu'elle s'estoit courroucée à son
admyral d'avoir permiz cest armement dans ceste rivière, sans luy en
avoir rien dict; mais qu'à présent ce n'estoit plus chose que je
deusse craindre. Il est vray que luy ayant le dict homme du prince
d'Orange faict aparoir qu'il avoit achapté les dictes ourques, et que
c'estoit le ruyner du tout de les luy oster, elle luy permettroit de
les admener sans faire semblant d'en rien sçavoir.

A cella je m'oposay bien ferme, et qu'elle debvoit penser, puys qu'il
sortoit armé de ceste rivière, qu'elle seroit responsable de tout le
mal qu'il feroit.

Elle me répliqua qu'il n'admèneroit poinct de gens de guerre, et qu'il
n'yroit aulcunement contre voz pays ny subjectz, mais qu'il luy estoit
besoing de se conduyre bien seurement pour doubte du duc d'Alve, qui
l'avoit faict pilloriser en effigie, et ne failloit doubter qu'il ne
le fît exécuter en personne, s'il le pouvoit prendre; et m'en parla en
telle façon qu'elle ne me layssa moyen de l'en presser davantaige.

Bien sceuz je, avant partir du dict lieu, que aulcuns Françoys, qui
avoient dellibéré se mettre ès dictes ourques, sollicitoient ung congé
de s'aller embarquer ailleurs pour passer à la Rochelle, et qu'il leur
avoit desjà esté ottroyé ung passeport pour quarante hommes seulement,
mandant de les laysser sortir de ce royaulme avec leurs armes; dont,
de tant que ceulx là se sont desjà acheminez hors d'icy, j'ay envoyé
en divers lieux veoir où, et quant, et quel sera l'embarquement. Le
conseiller Cavaignes est de la partie, au lieu duquel j'entendz que le
Sr. Du Doict demeurera, icy, agent. Par ainsy se cognoist que le
voyage des dictes ourques estoit premièrement entreprins pour aller
descendre en France, dont, Sire, je vays ainsy peu à peu gaignant
temps et tout ce que je puys envers ceste princesse; car, au
demeurant, il y a ung apareil de guerre tout prest en son royaulme.

Je diz puys après à la dicte Dame, suyvant vostre lettre du XXIIe de
juillet, et suyvant plusieurs aultres de la Royne d'Escoce, que
puysqu'elle avoit meintennant receu les amples déclarations de Voz
Majestez Très Chrestiennes et celle de Monsieur, frère de Vostre
Majesté, et de monsieur le Cardinal de Lorrayne, sur la seurté du
tiltre de son royaulme; et receu aussi, d'aultre part, la déclaration
que le comte de Mora luy avoit mandée pour faire perdre le sien à la
Royne d'Escoce, je la suplioys, au nom de la dicte Dame, et très
instantment de la part de Voz Majestez Très Chrestiennes, qu'elle luy
vollût promptement ottroyer la prévoyance et remède qu'elle luy avoit
toutjour promiz. Sur quoy je luy admenay toutz les argumens que
j'avois pour le luy persuader, et pour luy faire veoir que, comme
c'estoit une entreprinse honnorable et utille, que aussi elle luy
estoit nécessaire, et qu'elle ne pouvoit, ny debvoit plus la
prolonger, ny aulcunement la reffuzer; aultrement qu'il failloit
qu'elle la remît paysiblement ez mains de Vostre Majesté et vous
mettriez peyne de l'exécuter, sellon que vous y estiez en plusieurs
sortes bien fort obligé.

Elle se monstra aulcunement altérée et ung peu esmeue là dessus, et me
respondit en propos amples, lesquelz seront trop plus convenables de
vous estre récitez de bouche par ung des miens, que j'envoyeray bien
tost devers vous, que de les mettre icy par escript; tant y a qu'en
substance, elle me pria vous escripre qu'elle n'avoit encores eu
loysir de veoir les déclarations, que luy aviez envoyées, lesquelles
elle espéroit que seroient telles que je luy disois; et quant à celle
du comte de Mora, qu'elle ne l'avoit vollue accepter, ny en tiltre de
déclaration ny de responce, et avoit renvoyé son messaigier pour luy
dire qu'il luy en eust à faire, tout promptement, une meilleure, ou
qu'elle mesme se la feroit et pourvoirroit, sans luy, au faict de la
Royne d'Escoce; et pourtant elle prioit Voz Majestez d'avoir pacience
pour quinze jours seulement: car incontinent après, elle procèderoit
en cest affaire d'une façon qu'elle espéroit ne debvoir estre que bien
aprouvée de toutz les princes du monde; mais qu'elle me vouloit bien
dire qu'elle avoit miz peyne d'estre plus que bonne mère à la Royne
d'Escoce, là où elle, au contraire, s'estoit esforcée de faire
plusieurs pratiques dans ce royaulme à son préjudice, et que celle qui
ne vouloit bien user envers sa mère méritoit d'avoir une marastre;
appelant là dessus ceulx de son conseil et monsieur l'évesque de Roz,
ausquelz elle récita en françoys la plus part de ce que je luy avois
dict, et pareillement la responce qu'elle m'avoit faicte, puys leur
desduysit en anglois, en grand collère, aulcunes grandes pleinctes de
la Royne d'Escoce, et menassa les plus habilles et les plus grandz de
leur faire trancher la teste.

Je prins, quelque temps après, le propoz pour le ramener à doulceur,
et pour aulcunement justiffier Voz Majestez et moy, vostre
ambassadeur, de n'avoir jamais entendu en aulcunes sinistres
pratiques, qui ayent peu tant soit peu altérer vostre commune amytié.
A quoy elle me respondit, Sire, qu'elle vous en deschargeoit et moy
aussi, et qu'elle sçavoit bien qui en estoient les coulpables.

Je me licentiay gracieusement de la dicte Dame, et me sembla, à veoir
la contenance des principaulx d'auprès d'elle, qu'ilz estoient toutz
esmeuz de ces propos, sur lesquelz monsieur l'évesque de Roz a despuys
tretté avecques elle; et j'espère que bien tost je vous pourray
mander tout ce qui aura succédé en cella, aydant le Créateur auquel je
prie, etc.

    De Londres ce XXIIe d'aoust 1569.


Il semble que ceulx cy préparent encores une nouvelle flotte pour la
Rochelle, sur quoy Vostre Majesté me commandera s'il fauldra que je
m'y oppose, et que je leur offre que vous les ferez accommoder de vin
et de sel, ez aultres endroictz de vostre royaulme, aulx pareilles
conditions qu'ilz les vont quérir au dict lieu.


    A LA ROYNE.

Madame, oultre ce que j'ay touché en la lettre du Roy des propoz que
la Royne d'Angleterre m'a naguières tenu à Fernan Castel, j'aurois à
vous faire entendre plusieurs particullaritez et discours, qui sont
intervenuz là dessus entre elle et moy; mais, parce qu'ilz seroient
longs à mettre icy, je vous diray seulement, Madame, que quant à la
restitution des prinses, et chastiement des pirates, et continuation
du commerce, elle et ceulx de son conseil ont monstré de me vouloir
beaulcoup contanter, et ont depputé quatre bons et honnestes merchantz
de cette ville pour convenir avec ceulx de Roan de toutes leurs
difficultez; ès quelles, s'ilz correspondent d'effect à ce qu'ilz
promettent de parolle, j'espère qu'on ne se despartira sans quelque
accord, et avons cependant prolongé la mutuelle restitution jusques au
prochain jour de St. Michel.

La dicte Dame m'a parlé du siège de Poictiers et de la remonstrance,
que ceulx qui sont devant ont envoyé faire à Voz Majestez pour se
justiffier de la continuation de ceste guerre sur la deffance de leur
religion et de leurs vies, laquelle ilz disent estre très légitime; et
ay cogneu qu'ilz avoient envoyé faire ung grand fondement de cella
envers la dicte Dame, comme j'estime qu'ilz ont faict le semblable
envers les aultres princes protestans; et semble que Mr. Norrys luy
ayt envoyé une coppie de la dicte remonstrance, et qu'il luy ayt
escript que monsieur le comte de Retz la vous avoit aportée. A
laquelle remonstrance, parce que je ne l'avois veue, je n'ay respondu
que ce que j'ay estimé convenir à l'honneur et grandeur de Voz
Majestez; c'est que je craignois que vous ne trouveriez jamais bonne,
ny vouldriez jamais accepter aulcune de leurs remonstrances, quelles
humbles parolles qu'ilz y sceussent mettre, tant qu'ilz seroient en
armes; et que j'estimois qu'il leur fauldroit venir à une vraye et
parfaicte obéyssance de les poser d'eulx mesmes, pour se commettre à
la foy, bonté et clémence de Vos dictes Majestez, ne faisant doubte
que ne fussiez prestz d'en user lors très abondantment envers eulx.

Elle m'a répliqué qu'ilz estoient comme celluy qui avoit appellé
d'Allexandre à Allexandre mieux conseillé, et qu'ainsy se
commettroient ilz franchement et sans craincte à Voz Majestez, quant
vous ne seriez plus conseillez de leurs ennemys, mesmement de ceulx
qui sont hors de vostre royaulme; car ilz ne se pouvoient deffier de
vostre bonne volonté et affection, qui estiez leurs vrays et naturelz
Princes et Seigneurs.

Je luy ay respondu que, à la vérité, ilz n'avoient aulcun bon argument
de se deffier; car despuys les premiers troubles, ès quelz ilz vous
avoient assés offancez, ilz estoient souvant venuz au pouvoir de Voz
Majestez, qui ne les aviez pourtant que bien trettez et toutjours
essayé de les gaigner et attirer par doulceur. Et ce mesmes propos me
fut, le mesmes jour, répété par le secrétaire Cecille, en présence des
seigneurs de ce conseil, tout exprès pour oster de l'opinion d'aulcuns
d'eulx qu'il n'y avoit rien de rebellion en ceste cause; à quoy
incistant toutjour, de ma part, qu'ilz avoient donc à poser les armes
et recourir à la clémence de Voz Majestez, eulx toutz de grand
affection m'ont demandé quelle seureté ilz pourroient avoir de la
clémence et bénignité, que vous leur prométriez. Je leur ay respondu
que d'y demander seurté ilz y esteindroient le nom de clémence, et que
je voyois bien que là gysoit le principal poinct; mais puysque Voz
Majestez estiez de la partie, il estoit raysonnable que les
principalles difficultez fussent remises en voz mains, et que vous
eussiez, comme très légitimes et débonnayres princes, l'honneur et
l'advantaige de les décider entre voz subjectz, et que la seurté
seroit en l'honneur de vostre parolle, en la bonne estime que vouliez
acquérir de toute droicture et intégrité envers les aultres princes,
et en la foy, amour et confiance que vous desiriez que vos propres
subjectz prinsent de vous. Il semble aulx propoz de la dicte Dame et
des dictz seigneurs de son conseil qu'ilz souhaitent grandement de
veoir réuscir quelque paix en vostre royaulme.

Touchant les affaires de la Royne d'Escoce, la dicte Dame a monstré
qu'elle estoit aulcunement irritée et offancée contre elle, en quoy au
moins elle ne trouvera que je y aye en rien mal meslé Voz Majestez, ny
mené aultre pratique en cella que d'avoir toutjour franchement et
droictement procuré envers elle et les seigneurs de son conseil, et
envers toutz ceulx que j'ay cognuz bien affectionnez à la dicte Dame,
le bien, et la liberté, et la restitution d'elle à sa couronne. Je ne
sçay ce qui aura succédé despuys mon partement de ceste court, mais il
m'a semblé d'y avoir layssé les choses assés altérées pour cause de
cest affaire; lequel est pour produyre enfin quelque nouveaulté en ce
royaulme.

Les esmotions d'Irlande, à ce que j'entendz, vont toutjour
grossissant, et commancent de donner peyne et soucy à ceste Royne.
Elle a encores prolongée l'audience à l'ambassadeur d'Espaigne, et
cependant le duc d'Alve a faict republier aulx Pays Bas une plus
estroicte exclusion, que devant, de tout traffic avec les Anglois. Sur
ce, etc.

    De Londres ce XXIIe d'aoust 1569.


Nicollas, le corrier, qui a accoustumé de servir ordinairement en
ceste charge, me presse de luy donner congé parce qu'il dict n'avoir,
longtemps y a, rien receu de ses gaiges, et de tant qu'il faict en ce
temps assés besoing icy, il vous plairra, Madame, le faire aulcunement
contanter.



LIVe DÉPESCHE

--du XXVIe jour d'aoust 1569.--

(_Envoyée jusques à la Court par Nicolas le chevaulcheur._)

  Départ d'un grand nombre de Français et de gens de guerre pour la
    Rochelle, avec le conseiller Cavaignes.--Craintes que l'on doit
    concevoir en France de plusieurs expéditions maritimes qui se
    préparent à la fois.--Plaintes faites à ce sujet par
    l'ambassadeur au conseil qui promet d'y remédier.--Chargement
    de la flotte de Hambourg.--L'ambassadeur d'Espagne ne peut
    encore obtenir d'audience.--Satisfaction manifestée par
    Élisabeth des déclarations qui lui ont été remises touchant la
    cession, qu'aurait faite Marie Stuart de ses droits au trône
    d'Angleterre.--Elle se montre plus favorable à la reine
    d'Écosse.--_Remontrance de ceux de la Rochelle_ au roi, pour
    demander un édit de pacification.--Protestation de leur
    dévouement au roi.--Déclaration qu'ils n'ont pris les armes que
    pour la défense de leur religion.--Ils offrent une soumission
    entière sous la seule condition que l'exercice de la religion
    réformée leur sera irrévocablement garanti.--Ils sollicitent la
    convocation d'un concile général.


    AU ROY.

Sire, ceulx que j'avois secrectement envoyé pour espier le chemin que
prendroient les Françoys et Flamans, qui sont naguières partys de
ceste ville, m'ont raporté qu'ilz les ont layssez s'embarquant en
divers portz de ce royaulme, sans avoir peu certainement aprendre où
ilz vont: car les ungs parlent de faire voyle à la Rochelle; les
aultres d'aller trouver le capitaine Sores[11], qu'ilz disoient estre
de retour vers ceste mer estroicte avec vingt ou vingt cinq navyres
bien armez; aultres d'aller avec l'homme du prince d'Orange, qui a
desjà fait avaller ses ourques et aultres vaysseaulx prez de
l'embouchure de cette rivière; aultres qu'ilz vont rencontrer le
bastard de Briderode, lequel, ayant avec quatre bons navyres de guerre
reconvoyé, de Hembourg jusques en la coste de deçà, une partie de la
flotte des Anglois qui s'estoit escartée par tormente, est descendu
prendre des rafreschissemens vers Aruich. Et semble à la vérité que
ceste troupe faict divers chemyns, mais Cavaigne au moins avec sa
compagnie prent celluy de la Rochelle, lequel Cavaignes va succéder à
la charge qu'avoit le conseiller Bourg, son beau frère, qui est décédé
en Angolesme le VIe de juillet, et emporte, à ce que j'entendz, sept
mille V{c}. {lt} esterlin, c'est vingt cinq mil escuz, qui est tout ce
qu'il a peu pratiquer pour ceste foys, provenant de la vante de cinq
cens miliers de métal, que les Anglois ont dernièrement aporté à leur
retour de Brouage.

  [11] Le capitaine de Sore était amiral de la flotte des
  protestants; il avait succédé au baron de La Tour, mort à la
  bataille de Jarnac.

Et de tant qu'aulcuns ont estimé que toute ceste compaignie ensemble
pourroit faire le nombre de trois mil homes de guerre, j'ay esté
incontinent devers aulcuns seigneurs de ce conseil, qui d'advanture se
sont trouvez en ceste ville, pour leur remonstrer que l'embarquement
de tant d'hommes est chose fort contraire à la promesse, que la Royne,
leur Mestresse, et eulx m'ont dernièrement faicte, et que j'ay grande
occasion de ne leur donner jamais plus de foy, et d'escripre
dorsenavant à Vostre Majesté et de paix et de guerre tout aultrement
que je n'ay faict jusques icy.

A quoy ilz m'ont respondu qu'ilz ne peuvent croire que les choses
passent aultrement que la Royne et eulx me les ont promises, et que,
possible, à cause de ceste seconde flotte qui va en Hembourg, et du
partement de l'homme du prince d'Orange, lequel ilz n'estiment qu'il
prègne la routte de France, et aussi du partement d'aulcuns Françoys
qui à la vérité passent à la Rochelle, il y peult avoir bruict et
aparance d'ung plus grand embarquement qu'à la vérité il n'est; car
n'estiment qu'en tout y ayt plus de deux à trois cens hommes d'effect,
qui n'est nombre de quoy je doibve faire cas; et que du capitaine
Sores ilz n'en ont rien entendu, ny ne croyent qu'il soit de retour;
vray est qu'en ce temps ilz ne peuvent en façon du monde contenir
ceulx de la nouvelle religion; toutesfoys que, sur mon advertissement,
ilz mettront peyne de s'enquérir que c'est, affin d'y remédier.

Cependant, Sire, encor que je n'estime que cest apareil, qui sort
meintennant d'icy, soit pour faire grand effect en terre, si n'ay je
vollu faillir de vous en donner promptement adviz, et l'ay aussi mandé
aulx gouverneurs de voz places, qui sont sur la coste de dellà, affin
d'y prendre garde, et je vériffieray encores mieulx ce qui en est pour
les en advertir d'heure à aultre.

La dicte flotte pour Hembourg est desjà chargée de beaulcoup plus
grand nombre de draps que n'estoit la première, et sera preste de
sortir de ceste rivière le dernier de ce moys, soubz la conduicte de
deux grandz navyres de guerre de ceste Royne. Le bruict continue qu'il
s'en prépare une aultre pour la Rochelle; dont vous suplie me mander
si je offriray, de vostre part, à ceulx cy que vous les ferez fornir
de vins et sel, ez aultres endroictz de vostre royaulme, à pareilles
condicions qu'ilz les ont à la Rochelle, affin de leur interrompre ce
traffic. L'on a divulgué par tout ce royaulme que la Royne de Navarre
et monsieur le prince son filz, et ceulx de leur party, vous ont
envoyé offrir une soubzmission d'obéyssance par escript, de laquelle
le secrétaire Cecille m'a envoyé une coppie; et de tant qu'aulcuns des
grandz m'ont mandé qu'ilz ont opinion qu'elle a esté faicte par deçà,
parce qu'on l'a traduicte d'anglois en françoys, je la vous envoye
affin de veoir s'ilz la publient en aultre façon qu'ilz ne l'ont
faicte.

Les affaires de la Royne d'Escoce sont traversés de beaulcoup de
difficultez; mais je n'espère encores que bien de la fin d'iceulx, et,
possible, que les mesmes difficultez les establyront. Ceulx des Pays
Bas demeurent encores en suspens, et l'audience est différée à
monsieur l'ambassadeur d'Espaigne; néantmoins le desir de les accorder
ne se réfroydit aulcunement, ains s'eschauffe de plus en plus des deux
costez; dont ne reste que le moyen de le tretter, lequel demeure sur
la réputation à qui parlera le premier. Sur ce, etc.

    De Londres ce XXVIe d'aoust 1569.


Tout présentement, le Sr. de Vassal vient d'arriver avec les deux
dépesches de Vostre Majesté, du XVe et XVIe du présent, aus quelles je
feray responce par mes premières.


    A LA ROYNE.

Madame, vous verrez en la lettre que j'escriptz au Roy ce que, pour
ceste foys, j'ay principallement à faire entendre à Voz Majestez des
choses de deçà, sinon touchant le faict de la Royne d'Escoce, qu'il me
reste encores vous dire, Madame, que ceulx, qui luy sont icy bien
affectionnez, estiment luy importer grandement que le desir et bonne
affection, que le Roy et Vous avez à son restablissement, soyent
signiffiez et bien cogneuz à la Royne d'Angleterre; dont estiment
estre fort requiz qu'il vous playse tenir à son ambassadeur, Mr.
Norrys, un semblable langaige que, de la part du Roy et Vostre, je luy
ay tenu icy à elle, pour l'admonester de ne plus prolonger ny reffuzer
son secours à ceste princesse, ou bien remectre paysiblement
l'entreprinse en vostre main; et ne trouver mauvais ny prendre aulcune
deffiance de Voz Majestez, quant elle verra que, du premier jour, vous
l'y mettrez à bon escient, avec d'aultres particullaritez que je vous
manderay par ung des miens, aussitost que j'auray receu une responce
que j'attandz demain de ceste court; qui pourtant, Madame, pourrez
différer de parler au dict sieur ambassadeur jusques à ma première
dépesche.

Or, le jour après que j'euz dernièrement parlé de cest affaire à la
dicte Royne d'Angleterre, elle se fit lyre la déclaration du Roy et
Vostre, celle de Monsieur filz de Vostre Majesté[12], de monsieur le
Cardinal de Lorrayne et de Mr. l'Arsevesque de Glasco, touchant le
tiltre de ce royaulme; lesquelles elle trouva en la forme qu'elle
desiroit. Et ayant, avec loysir, pensé aulx choses que, le jour
précédant, je luy avois dictes là dessus, et d'icelles conféré avec
les seigneurs de son conseil, elle vollut parler, secrectement et à
part, à Mr. l'évesque de Roz, pour entendre le fondz et la vérité de
plusieurs raportz qu'on luy avoit faictz de la dicte Royne d'Escoce;
lequel luy en dict franchement ce qui en estoit: de quoy elle demeura
consolée, voyant qu'il n'y avoit rien qui tournât à son préjudice, ny
qu'on eust pensé de rien entreprendre en ce faict, sans son sceu ny
sans son expresse permission et volonté. Dont, considérant mon
instante sollicitation au nom de Voz Majestez pour la liberté et
restitution de la dicte Royne d'Escoce, elle luy a escript incontinent
une bonne lettre, pleyne de consolation et de promesses, et en a
escript d'aultres bien expresses au comte de Mora, telles, comme le
dict sieur évesque de Roz les luy a vollu deviser; lesquelles luy ont
esté desjà envoyées par ung gentilhomme escouçoys, nommé Me. Thomas
Flemy. Et, dans quinze jours, nous espérons qu'il sera commancé de
procéder en telle façon sur ceste matière, que nous pourrons
clairement juger quelle en pourra estre la fin; et adjouxteray ce mot,
que le dict affaire semble estre passé si avant que je croy que
d'icelluy deppend ou le repoz, ou le grand trouble de ce royaulme. Sur
ce, etc.

    De Londres ce XXVIe d'aoust 1569.

  [12] Voir ces pièces qui sont insérées à la fin du Ier vol. à la
  suite de la XXXVIIIe Dépêche.

  COPIE D'UNE REMONSTRANCE, que ceulx de la Rochelle ont mandé
    avoyr envoyée au Roy, après l'arrivée du duc de Deux Pontz.

    AU ROY.

Sire, c'est une chose merveilleusement estrange et presque incroyable
qu'entre tant de subjectz, que Dieu a vollu soubzmettre soubz
l'obéyssance de Vostre Majesté, et qui se vantent ordinairement
d'estre tant affectionnez au bien de voz affaires et conservation de
vostre couronne, il n'y en ayt néantmoins ung seul qui face seulement
semblant de s'esforcer à esteindre ce feu qu'on voyt journellement
embrazer, et [qui] peult consummer cestuy vostre royaulme; et que au
contraire ilz s'en sont trouvez plusieurs qui ont infinyement
travaillé à l'allumer et augmenter, et accroistre. Et, combien que
cella deust plustost et premièrement procéder de ceulx qui, de gayeté
de cueur et pour leur seul [intérest] particullier ont esmeu et sucité
ces troubles, contre le gré et volonté de Vostre Majesté, et qui font
la guerre ou la paix, quant il leur playt, et non pas de ceulx qui
iniquement et injustement sont assailliz et poursuyviz en leurs
consciences, honneurs, vies et biens, et qui n'ont aultre intention
que de se deffandre et conforter contre telles injustes violences,
n'ayant jamais rien tant hay que les troubles et esmotions ny tant
procuré que l'entretien de la paix, toutesfoys la Royne de Navarre et
Mr. le Prince, son filz, Mr. le Prince de Condé et les Seigneurs,
Chevaliers, Gentishommes et aultres, qui les accompaignent, esmeuz et
poussez de ceste affection et obligation naturelle qu'ilz ont à Vostre
Majesté et à la conservation de vostre royaulme, n'ont peu ny vollu
différer plus long temps à recercher et raporter de leur part, comme
ilz ont toutjours faict, toutz les remèdes propres et convenables dont
ilz ont peu adviser, pour garentyr cestuy vostre royaulme d'une ruyne
et subversion dont il a esté tant de foys, comme il est encores plus
que jamais, menassé; et pour restablir une paix et tranquillité
publique à laquelle, pour s'estre toutjours démonstrez par trop
facilles et enclins, on sçayt assés en quelz périlz et dangiers ilz
ont esté prestz de tumber, si Dieu par sa saincte grâce ne les en
eust, contre toute espérance et opinion humaine, garentys et
préservez; tellement qu'ilz ont fort peu d'occasion d'espérer et
attandre de pouvoir parvenir à ce qu'ilz desirent, si ce n'est qu'il
playse à Dieu de changer du tout le cueur de leurs ennemys qui vous
envyronnent, et les incliner à une paciffication; estimans plustost
les dictz sieurs Princes et les Seigneurs, Chevaliers, Gentishommes et
aultres, qui les accompaignent, que, au lieu de recognoistre ceste
libéralle et franche volonté qui est manifeste aujourd'huy, et le
debvoir auquel ilz se veulent mettre pour restablyr une parfaicte et
estroicte unyon et repoz entre voz subjectz, qu'elle sera calomniée et
sinistrement interprétée, comme elle a toutjours esté, par ceulx qui
ne hayssent et ne craignent rien plus que de veoir ceste
réconcilliation; d'aultant néantmoins que les dicts sieurs Princes,
Seigneurs, Chevaliers et aultres, qui les accompaignent, n'ont jamais
rien eu en plus grande recommendation que de randre toutjours de plus
en plus leurs actions manifestes à Vostre Majesté, et imprimer souvant
des tesmoignages du desir singulier, qu'ilz ont toutjours heu, de
vivre et morir en l'estroicte obéyssance et subjection naturelle
qu'ilz vous doibvent, et faire paroistre à tout le monde combien leurs
cueurs et volontez sont esloignez des impostures et calompnies du
cardinal de Lorrayne et aultres ses adhérans, ministres et
pensionnaires des ennemys naturelz de vostre coronne.

Et [d'autant] que les Françoys, qui ont esté contrainctz de
s'assembler à leur très grand regrect, ne tendent que à meintenir et
conserver leur religion, leurs honneurs, leurs vies et leurs biens,
ilz ont estimé que telles considérations ne les pouvoient ny debvoient
empescher ou retarder de poursuyvre et pourchasser, de tout leur
pouvoir, l'effaict d'une tant salutaire et nécessaire paix à ce
royaulme, et rendre tesmoignage de l'humillité, révérance et respect,
qu'ilz portent à Vostre Majesté; ce qu'ilz eussent encores beaulcoup
plustost faict, sinon qu'ilz ont toutjours estimé que leurs ennemys
eussent pancé, ou pour les moins vollu faire acroyre, que c'eust esté
la nécessité qui les eust induictz à cella,--veu mesmes les
asseurances, que leurs dictz ennemys ont bien ozé donner à Vostre
Majesté, qu'il ne s'estoit faict aulcune levée de gens de guerre en
Allemaigne pour le secours des dicts sieurs Princes; et, quant bien on
en auroit faict, qu'il y avoit moyen et forces suffizantes pour les
empescher d'entrer en ce royaulme; et, ores qu'ilz y fussent entrez,
qu'il y avoit tant de rivières et de passaiges entre eulx et les dictz
sieurs Princes, qu'il seroit fort aysé de les empescher de se joindre;
et quant ilz seroient joinctz, que les dictz sieurs Princes n'auroient
aulcuns vivres pour les entretenir;--ayantz pour ceste cause vollu
temporiser et attandre qu'ilz eussent joinctz et payés leurs dictes
forces, et rassemblé les aultres qui estoient dissipées et esparces,
lesquelles on sçayt estre telles qu'on ne peult nyer qu'ilz ne
puyssent bien ayséement résister à leurs dictz ennemys et exécuter des
mauvais dessings, s'ilz en avoient quelque mauvaise volonté, comme on
a vollu dire.

Si donc, aulx premiers troubles que feu monsieur le Prince de Condé et
les Seigneurs, Chevaliers, Gentishommes et aultres, qui les
accompaignent, receurent et acceptèrent les condicions de la paix,
concernant le seul faict de la religion et liberté de leurs
consciences, incontinent après la mort de feu monsieur de Guyse et du
Mareschal de Sainct André, et après avoir prins prisonnier monsieur le
Connestable, qui estoient les trois principaulx chefz et conducteurs
de l'armée;--si, aulx derniers troubles, incontinent qu'on offrit au
dict sieur Prince et aulx Seigneurs et Gentishommes de sa compaignie,
le restablissement de l'exercisse de la religion, quoy qu'ilz eussent
joinctes grandes forces estrangières et qu'on fût prest de donner
l'assault à la ville de Chartres, à la teste et veue du camp de
l'ennemy, qui estoit la plus part desbandé, et que, à la seule
démonstration de paix, qui fut faicte par ung trompète envoyé soubz le
nom de Vostre Majesté, non seulement le dict sieur Prince despartit de
faire donner l'assault, mais fit du tout lever le siège et retirer son
armée, sans avoir néantmoins raporté d'une si prompte obéyssance que
une paix sanglante et playne d'infidellité;--si, aulx mesmes troubles,
le lendemain de la bataille St. Deniz, le dict sieur Prince envoya
vers Vostre Majesté le Sr. de Telligny pour luy remonstrer la ruyne et
désolation qui menassoit dez lors ce royaulme, si on y laissoit entrer
les estrangiers qui estoient desjà sur les frontières, et pour
proposer et mettre en avant les moyens et remèdes pour parvenir à une
paix qui ne touchoit que le seul faict de la religion, encores que le
dict sieur Prince eust [eu] du meilleur en la dicte bataille, comme on
sçayt, et que monsieur le Connestable, l'ung des principaulx chefs de
l'armée des ennemys, y eust esté thué;--brief, si voz éedictz ont
toutjours esté faictz et la paix accordée, lorsque ceulx de la
religion ont eu moyen, par les forces, de s'en faire croyre, s'ilz en
eussent vollu abuser;--et qu'en toutz les propoz et traictez de paix,
il n'ayt esté faict mencion que du seul faict de la religion, et que
leurs ennemys n'ayent jamais esté amenez à une paciffication que par
une nécessité, et lors [que] par la force ouverte ilz ne pouvoient
plus rien entreprendre contre eulx;--en quelle conscience et avec
quel visaige et contenance peult on dire qu'il va en ces troubles
d'aultre faict que de la religion?

Et affin néantmoins de convaincre toutjours davantaige le dict
cardinal de Lorrayne, et aultres ses adhérans, des menteries et
impostures qu'ilz publient encores toutz les jours, les dictz sieurs
Princes, et les Seigneurs, Chevaliers, Gentishommes et aultres, qui
les accompaignent, voulans oblyer l'infidellité, lascheté et
desloyaulté, dont l'on a usé en leur endroict par le passé, déclairent
et protestent aujourdhuy devant Vostre Majesté, comme devant Dieu, que
quelques mauvais traitemens qu'on leur ayt faict recepvoir jusques à
ceste heure, il ne leur est jamais tumbé en pensée de les inputer à
Vostre Majesté, pour estre vostre naturel par tropt esloigné de telles
sévéritez, rigueurs et injustices, dont vous avez par tant de fois
randu de si ouvertes démonstrations qu'on n'en peult justement
doubter. Et moins encores ont ilz pensé à changer, ny mesmes diminuer,
tant peu que ce soit, de la volonté et affection naturelle qu'ilz ont
tousjours eue à la conservation, advancement et grandeur de vostre
estat; et que, si par toutz les effectz susdictz on a cogneu et veu à
l'oeil qu'ilz n'ont aultre fin et intention que de servir à Dieu,
sellon sa vollonté et sellon qu'ilz sont instruictz par sa saincte
parolle, soubz l'obéyssance, profession et authorité de voz éedictz,
et d'estre maintenuz et conservez esgallement comme voz aultres
subjectz en leurs honneurs, vies et biens, que meintennant ilz en
veulent encores randre une preuve et tesmoignage si manifeste, que
leurs ennemys mesmes ne les puyssent révoquer en doubte; non que
toutes foys ilz veuillent entrer en aulcune justiffication de leurs
actions passées, pour estre leurs ignocences et justice de leur cause
assés cogneue de Vostre Majesté et de toutz les roys, princes et
potentatz estrangiers, qui ne sont de la faction et party d'Espaigne;
et moins encores veulent ilz entrer en capitullation avec Vostre
Majesté, saichans bien, grâces à Dieu, quel est le debvoir d'un bon et
fidelle subject envers son souverain Prince et Seigneur naturel; mais
d'aultant, Sire, qu'on sçayt assés le bon marché qu'on a faict, par cy
devant, de la foy et parolle de Vostre Majesté, qui doibt estre
saincte, sacrée et inviolable, et avec quelle audace on a abusé de
vostre nom et authorité, au péril et dangier extrême de toutz voz
subjectz, qui font profession de la religion réformée; il semble bien
qu'on ne doibt trouver estrange si les dictz sieurs Princes,
Gentishommes et aultres, qui les accompaignent, vous suplient très
humblement de vouloir déclairer vostre volonté, touchant la liberté de
l'exercisse de la dicte religion, par ung éedict solempnel, perpétuel
et irrévocable; affin que par icelluy ceulx qui ont esté desjà par
deux foys si témérayres que d'enfraindre et violler, avec toute
impunité, ceulx que vous avez faictz, soient plus retenuz par le dict
troisiesme éedict.

Et, pour ce que ceulx qui n'ont jamais peu endurer l'union et repos,
qui estoient meintennu entre voz subjectz par le moyen de
l'observation de voz éedictz, ont prins occasion de les altérer et
corrompre par nouvelles interprétations et modiffications, du tout
contraires à la substance de voz éedictz et à l'intention de Vostre
Majesté; et que les dictz sieurs Princes, Gentishommes et aultres, qui
les accompaignent, recognoissent qu'ilz ont esté, par ung très juste
jugement de Dieu, beaulcoup plus affligez en temps de paix que en
temps de guerre ouverte, pour avoir trop ayséement consenty, aulx
trettez de paix qui ont esté faicts, qu'on ayt faict la part à Dieu,
et qu'on se soit contanté qu'il fût festé seulement en certains lieux
et endroictz de ce royaulme et par certaines personnes.

Ne pouvant plus en saine conscience rien remettre de ce qui apartient
du service de Dieu, ils suplient très humblement Vostre Majesté de
vouloir ottoyer et accorder générallement à toutz voz subjectz, de
quelque quallité et condicion qu'ilz soyent, libre exercisse de la
dicte religion en toutes les villes, villaiges et bourgades, et toutz
aultres lieux et endroictz de vostre royaulme, et pays de vostre
obéyssance, sans aulcune exeption ou réservation, modiffication, ou
restriction de personnes, de temps, ou des lieux, avec les seurtez
nécessaires et requises; et oultre, ordonner et enjoindre à toutz vos
dictz subjectz de faire profession manifeste de l'une ou l'aultre
religion, affin de couper chemyn à plusieurs, lesquelz abusans de ce
bénéfice, sont tumbez en athéisme et en une liberté généralle,
s'estans licenciez de toute exercisse et profession de religion, ne
desirans rien plus que de veoir une confuzion en ce royaulme, et tout
ordre de pollice et dicipline eclésiastique renversée et oblyée, chose
trop dangereuse et pernicieuse, et qui ne se doibt aulcunement
tollérer.

Et d'aultant que les dictz sieurs Princes, Chevaliers, Gentishommes et
aultres, qui les accompaignent, ne doubtent pour ce, que ceulx qui ont
tousjours jusques à meintennant jetté le fondement de leur desseings
sur les calompnies qu'ilz publient pour les randre odieulx, mesmes à
l'endroict de ceulx qui sont, par la grâce de Dieu, affranchiz de la
servitude et tyrannie de l'Antechrist, ne fauldront de mettre en avant
qu'ilz veulent opiniastrément deffandre sans rayson ce qu'ilz ont une
foys résolu de croyre touchant les articles de la religion
chrestienne, [plutôt] que de se corriger et rétracter: ilz déclairent
et protestent, comme ilz ont toutjours faict, que, si en quelque
poinct de la confession de foy, cy devant présantée à Vostre Majesté
par les esglizes réformées de vostre royaulme, on les peult enseigner,
par la parolle de Dieu accompaignée de lieux conjoinctz de
l'escripture saincte, qu'ilz s'esloignent de la doctrine des
prophettes et apostres, que promptement ilz donneront les mains et
cèderont très volontiers à ceulx qui les instruyront mieulx par la
parolle de Dieu qu'ilz n'ont esté par cydevant, s'ilz errent en
quelque article.

Et pour ceste cause ne desirent rien tant que la convocation d'ung
concille libre et général, auquel ung chacun puysse estre ouy et
desduyre ses raysons, qui seront confirmées ou convaincues par la pure
parolle de Dieu, qui est le moyen duquel il a esté usé de tout temps
et anciennement en pareille occasion.

Par ce moyen, Sire, il ne fault doubter que Dieu ne face la grâce à
Vostre Majesté de veoir les cueurs et volontez de voz subjectz unys et
réconciliez, et vostre royaulme retourner en son premier estat et
esplandeur, à la honte et confuzion de voz ennemys et des nostres,
lesquelz par leurs secrectes menées et très estroictes intelligences
qu'ilz ont avec l'Espaignol, ont bien sceu industrieusement et
subtillement divertyr l'orage et la tempeste, qui estoit ez Pays Bas,
pour la faire retorner et tumber sur vostre coronne et sur vostre
royaulme.

Ce qu'ilz suplient très humblement Vostre dicte Majesté vouloir bien
et exactement considérer; et juger, s'il luy playt, s'il est plus à
propos d'attandre des deux armées, qui sont meintennant assemblées
dans vostre royaulme, une sinistre et sanglante victoire, de laquelle
le vaincu raporte aultant de fruict et de gain que le vaincueur, ou
bien de les employer ensemble, pour le service de Vostre Majesté et
bien de voz affaires, en beaulcoup de belles occasions qui se
présentent aujourduy, aultant importantes au repos de vostre royaulme
et conservation de vostre coronne, que nulles aultres qui se sont
offertes de nostre temps; et par ce moyen renvoyer la tempeste et
l'orage aulx lieux dont ilz sont venuz:

En quoy les dictz sieurs Princes, et les Seigneurs, Chevaliers,
Gentishommes et aultres, qui les accompaignent, sont déllibérez et
résoluz, comme en toutes aultres choses où il yra du bien et grandeur
de vostre estat, d'employer leurs personnes et biens, et toutz les
moyens que Dieu leur a donnez, jusques à la dernière goutte de leur
sang; ne recognoissans en ce monde aultre souverayneté ou principaulté
que la vostre, en l'obéyssance et subjection de laquelle ilz veulent
vivre et mourir, qui est telle et semblable que ung Prince Souverain
et Seigneur naturel peult attandre et desirer de bons, fidelles et
loyaulx subjectz et serviteurs.



LVe DÉPESCHE

--du Ier de septembre 1569.--

(_Envoyée jusques à la Court par le Sr. de Sabran._)

  Notification est faite à la reine d'Angleterre des projets de
    mariage du roi de France avec une fille de l'empereur
    d'Allemagne, et de Madame avec le roi de Portugal.--Nouvel
    arrêt des navires du prince d'Orange.--Crainte que cet arrêt ne
    soit bientôt levé.--Opinion de l'ambassadeur sur la remontrance
    de la reine de Navarre.--Prochain départ de la flotte destinée
    pour Hambourg.--Retour d'une flotte qui avait été envoyée à
    Narva.--Arrivée à Londres d'un ambassadeur venant de
    Moscovie.--Pressantes recommandations de l'ambassadeur pour
    qu'il soit fait de vives démonstrations en France en faveur de
    la reine d'Écosse.--_Lettre secrète_ pour la reine-mère, avec
    recommandation expresse de la brûler après l'avoir
    lue.--Détails sur le projet de mariage entre le duc de Norfolk
    et Marie Stuart.--Des promesses réciproques ont été
    échangées.--Quelles sont les conditions du
    mariage.--Sollicitations faites par le duc auprès de
    l'ambassadeur pour obtenir le consentement du roi, de la
    reine-mère et des princes de la Maison de Lorraine.--Ce que le
    duc désire qui soit fait en France pour assurer le
    rétablissement de la reine d'Écosse sur son trône.--_Mémoire
    général_ sur les affaires d'Angleterre, d'Espagne et
    d'Écosse.--Nouvelles d'Allemagne.--Préparatifs secrets faits en
    Angleterre pour pouvoir, à l'occasion, tenter une expédition en
    France.--Déclaration faite par Élisabeth au cardinal de
    Chatillon, qu'elle ne peut lui donner les secours d'hommes et
    d'argent qu'il demande.--Crainte de l'ambassadeur, que les
    nouvelles démonstrations d'amitié qui lui sont faites ne
    cachent quelque projet de guerre.--Caractère du soulèvement
    d'Irlande.--Refus fait par Élisabeth de recevoir l'ambassadeur
    d'Espagne en audience, sans qu'il ait été de nouveau accrédité
    auprès d'elle par Philippe II.--Les négociations relatives aux
    différends avec les Pays-Bas demeurent en
    suspens.--Mécontentement que montre Élisabeth de la résolution
    prise à son égard dans l'assemblée de Saint-Johnstown, en
    Écosse.--Décisions arrêtées dans cette assemblée sur les quatre
    articles proposés pour la reine d'Écosse.--Instances de
    l'ambassadeur auprès d'Élisabeth pour qu'elle se prononce en
    faveur de Marie Stuart.--La reine d'Angleterre demande un
    délai de quinze jours avant de déclarer sa détermination
    définitive.--Pressante nécessité de secourir
    Dumbarton.--Entrevue de la reine d'Angleterre et de M. le
    cardinal de Chatillon.--Assurance est donnée à la reine par le
    cardinal, que les protestants de France n'ont rien négligé pour
    arriver à une pacification.--_Réclamation officielle de
    l'ambassadeur_ auprès de la reine d'Angleterre en faveur de la
    reine d'Écosse.--Déclaration lui est faite que si elle refuse
    de la rétablir sur son trône, la France prendra les armes pour
    elle.--_Réponse d'Élisabeth_ à cette réclamation.--_Avis
    secret_ concernant les affaires de la reine
    d'Écosse.--Instances qui sont faites auprès d'elle pour qu'elle
    épouse le roi Philippe II ou un prince d'Espagne.--Négociations
    de sir Hamilton auprès du duc d'Albe pour obtenir un secours
    d'argent.--Conditions mises par le duc à la coopération de
    l'Espagne, pour le rétablissement de Marie
    Stuart.--Mécontentement que l'on doit éprouver en France de la
    conduite de l'Espagne dans cette négociation.


    AU ROY.

Sire, par le retour du Sr. de Vassal j'ay receu voz deux dépesches du
XVe et XVIe du passé, sur lesquelles ayant envoyé demander audience à
la Royne d'Angleterre elle me l'a avec quelque difficulté accordée
pour ung jour de la sepmaine prochaine, vers Anthonne à LX mil d'icy,
où je l'yray trouver; et n'obmettray rien du contenu en icelles ny de
chose qui se offre meintennant icy pour vostre service. Et à mon
retour je vous feray entendre comme elle aura prins les nouvelles du
mariage de Vostre Majesté et de celluy de Madame[13]. Cependant, Sire,
je continueray vous dire que ces Françoys et Flamans, qui sont
naguières partys de ceste ville, se sont acheminez en divers portz et
se sont embarquez comme pour faire divers chemyns; et l'homme du
prince d'Orange voulant, mècredy dernier, sortir de ceste rivière avec
ses ourques et vaysseaulx, a esté de rechef arresté; mais il a envoyé
en dilligence devers les seigneurs de ce conseil pour faire lever le
dict arrest, ce que je croy qu'il obtiendra, et yra trouver le bastard
de Briderode, qui est encores en la coste de deçà avec quatre navyres
bien armez; et estiment aulcuns que toutz ces hommes, qui sont partiz
d'icy, encor qu'ilz aillent sortir de divers portz, ne laysseront
pourtant, quoy qu'on m'ayt promiz, de se joindre ensemble sur mer pour
s'acheminer à la Rochelle ou vers quelque endroict de la coste de
France, et dict on que le capitaine Sores a aussi ung aultre équipage
de XXV ou XXX navyres; de quoy, à toutes advantures, j'ay desjà donné
adviz aulx gouverneurs de la frontière de dellà, affin d'y prendre
garde.

  [13] Projets de mariage de Charles IX avec Élisabeth, seconde
  fille de Maximilien II, et de Marguerite, sa soeur, avec
  Sébastien, roi de Portugal. _Voyez_ Ier vol., p. 67 et 68.

J'entendz qu'on faict imprimer en langaige de ce pays la remonstrance,
que la Royne de Navarre vous a envoyé, et qu'on dellibère la publier
en divers endroictz de ce royaulme, et que mesmes on l'envoye en
Allemaigne pour justiffier ceulx de la nouvelle religion qu'ilz ne
procèdent d'aulcune rébellion en ceste guerre; mais il court ung
bruict par ceste ville que la dicte remonstrance a esté forgée par
deçà pour entretenir ceste Royne, et pour s'opposer à l'opinion des
catholiques, ne croyant le monde que ceulx de la Rochelle se soyent
aulcunement miz à tel debvoir. Je useray là dessus comme il plairra à
Vostre Majesté me le mander.

La flotte pour Hembourg est desjà chargée et parée pour le premier bon
vent; l'on l'estime valloir plus d'un million d'or. Elle s'en va avec
double équipaige d'hommes en toutz les vaysseaulx, soubz la conduicte
de deux grandz navyres de guerre de ceste Royne. Il est revenu une
aultre flotte bien chargée de merchandises des pays froidz, que ceulx
cy avoient au commancement de l'esté envoyé à Narves; et avec icelle
est arrivé ung ambassadeur du duc de Moscouvie, lequel n'a encores
parlé à ceste Royne. Il est bien accompaigné, et, tant luy que toutz
les siens portent des patenostres en leurs seintures, ce qui les faict
estre plus mal veuz de ceulx de la nouvelle religion, qui les estiment
estre catholiques. Et par ce, Sire, que je vous envoye le Sr. de
Sabran instruict d'aultres plus importantes particullaritez, je ne
feray la présente plus longue que pour vous suplier très humblement de
luy donner foy, et prier dévottement le Créateur, etc.

    De Londres ce 1er de septembre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, ce que j'adjouxteray meintennant icy, oultre le contenu en la
lettre du Roy, et oultre ce que particullièrement j'ay donné charge au
Sr. de Sabran de vous dire, auquel s'il vous playt, Madame, vous
adjouxterez foy, est que les affaires de la Royne d'Escoce sont sur le
poinct ou d'estre remédiez, si Voz Majestez les veulent ung peu ayder,
ou bien de demeurer, possible, à jamais sans remède, s'ilz sont à ce
coup habandonnez; dont ceulx, qui en sentent icy l'importance,
estiment estre requiz qu'il vous playse faire deux choses: l'une, de
parler là dessus vifvement à l'ambassadeur de la Royne d'Angleterre,
conforme à ce que j'en ay desjà dict à elle de vostre part, affin que
vostre affection et intention en cella luy soient davantaige cogneuz
par les lettres de son ambassadeur; dont j'ay baillé au dict Sr. de
Sabran ung mémoire de ce qui en a esté tretté entre elle et moy, avec
toutes ses responces, affin de vous pouvoir servir de quelque adviz
pour en mieulx discourir avec icelluy sieur ambassadeur;--l'aultre,
d'envoyer, dans le mois d'octobre prochain, quelque secours d'ung
petit nombre d'arquebouziers à Dombertran, si ceste Royne, entre cy et
là, n'accommode les affaires de la dicte Dame, ainsy que j'ay donné
charge au dict Sr. de Sabran de vous en représenter le besoing: qui
vous monstrera aussi, Madame, deux lettres, que la Royne d'Escoce m'a
escriptes, dont l'une est de sa main, laquelle, avecques la créance de
celluy qui me l'a aportée, me font très humblement suplier Voz
Majestez, ès quelles elle a, après Dieu, sa confiance, qu'il vous
playse luy assister de ce peu qu'elle vous requiert, qui luy
conservera à elle son estat, et à vous beaulcoup de réputation envers
les aultres princes, voz alliez et confédérez, pour avoir Voz
Majestez, au millieu de voz plus grandz affaires, heu le soing de
secourir ceste vostre première et principalle alliée et confédérée. Et
j'entendz, Madame, que la pouvre princesse n'a receu aulcune plus
grande consolation, despuys sa fortune, que d'entendre, par le retour
du Sr. Bortyc, que vous l'aviez avecques ses affaires en bonne
souvenance et recordation: et atant je prie Dieu, après avoir très
humblement baysé les mains de Vostre Majesté qu'il vous doinct, en
parfaite santé, très heureuse et très longue vie et toute la grandeur
et prospérité que vous desire.

    De Londres ce 1er de septembre 1569.


AULTRE LETTRE A PART A LA ROYNE.

Madame, je n'ay plus tost entendu vostre desir sur le propoz d'entre
la Royne d'Escoce et le duc de Norfolk, que je n'aye incontinent miz
peyne de l'advancer par toutz les moyens que j'ay peu, et ay si bien
conduict l'affaire que luy, en personne, et elle, par l'évesque de
Roz, m'ont déclairé y avoir, soubz l'espérance de la restitution
d'elle à sa coronne et promesse de luy qu'il l'y restituera, ung
mutuel consentement de mariage entre eulx: de quoy luy s'est
franchement commiz à moy, et m'a dict avoir lettre d'elle pour s'y
commettre; et je l'ay mené à cella que, de luy mesme, il m'a recherché
d'avoir là dessus l'approbation de Voz Majestez Très Chrestiennes,
nomméement de Vous, Madame, dont je l'ay asseuré que je travailleray
de vous disposer fort bien envers eulx, pourveu qu'ilz se veuillent
toutz deux gouverner par vous, ce qu'il m'a promiz et donné la main
qu'ilz feront; et que, de sa part, après la Royne sa Mestresse, il
demeurera, tout oultre, bien asseuré serviteur du Roy et Vostre, tout
le temps de sa vie.

C'est ung fort homme de bien, véritable et secrect, auquel sera
besoing, Madame, que me permettiez de l'asseurer du consentement du
Roy et Vostre, et que vous luy ferez encores, pour le regard des
parans maternelz de la dicte Dame, avoir celluy de monsieur et madame
de Lorrayne, et de monsieur le Cardinal; et, au reste, il vous
requiert très humblement de deux choses:

L'une, de parler vifvement, à leur ambassadeur de dellà, de la
restitution de la dicte Royne d'Escoce, affin que vostre desir et
bonne affection en cella soyent clairement cogneues à la Royne
d'Angleterre, leur Maistresse;

Et l'aultre, qu'il vous playse envoyer cinq ou six cens harquebouziers
françoys seulement, qui soyent avitaillez et amonitionnez pour ung
temps, à Dombertran, avant la fin d'octobre prochain; car cella, avec
l'assistance qu'il y fera d'icy, relèvera grandement la part de la
dicte Dame dans le pays, ce qu'il estime n'estre que bon de le dire au
dict ambassadeur, et comme c'est pour la garde seulement de la place,
et pour recepvoir plus grandz forces, si voyés qu'il soit besoing d'y
en envoyer, faignant d'avoir desjà donné charge à Mr. de Martigues ou
à Mr. de Bouillé d'aprester ung armement en Bretaigne pour cest
effect; et que Vostre Majesté ne craigne, pour ceste démonstration de
Dombertran, d'irriter davantaige les Anglois, car dict qu'il y
pourvoirra de tout son pouvoir.

J'ay donné charge à ce gentilhomme, présent porteur, qui est
confidant, de vous dire aulcunes particullaritez, touchant le dict
secours, et aussi, comme il n'est possible de consommer encores de
quelques jours le dict mariage, et que je suys après à vous faire
envoyer des messagiers de l'une et l'aultre partie, affin de les
engaiger et obliger toutz deux à Vostre Majesté, et, me remettant à
luy, je n'adjouxteray pour le surplus à la présente, qu'une très
dévote prière à Dieu, etc.

    De Londres ce 1er de septembre 1569.


Le duc d'Alve a envoyé lettre en ceste ville pour dellivrer dix mil
escuz à la dicte Dame, ce que je pense estre en erres de l'aultre
party; mais j'espère les faire bailler au duc de Norfolc pour erres
du sien. Je vous suplie très humblement faire brusler la présente.


MÉMOIRE BAILLÉ AU Sr. DE SABRAN.

LE DICT SR. DE SABRAN DIRA A LEURS MAJESTEZ, oultre le contenu de la
Dépesche:

Que la Royne d'Angleterre, continuant son progrez, est à présent à
Bazin, esloigné xlv mil d'icy, et les choses de son royaulme demeurent
en ung certain estat de paix, qui monstre néantmoins qu'elles sont
disposées à la guerre, que la plus part de ceulx du pays s'atandent de
l'avoir, et qu'il ne reste pour la commancer sinon qu'ilz voyent les
affaires de France réduictz à ung poinct, qui face le jeu plus seur
aulx leurs.

Oultre les aprestz et armemens dont j'ay faict mencion en mes aultres
dépesches, l'on m'a donné adviz que le duc de Lunebourg, qui est
pensionnaire de ceste Royne, et deux aultres coronnelz, tiennent une
levée de trois mille reytres et de huict mille Allemans preste pour
elle.

Et l'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, m'a mandé avoir naguières
receu lettres bien fresches de Mr. de Chantone, par lesquelles il luy
mande que le duc de Cazimir a ses gens prestz; et que, oultre ceux là,
le duc Auguste en a arresté d'aultres, de pied et de cheval, mais que
pour encores ny les ungs ny les aultres ne marchent.

J'ay faict bien fort soigneusement enquérir du faict du dict de
Lunebourg à ceulx, qui sont naguyères revenuz de Hembourg, qui disent
qu'il ne haste sa dicte levée, et seulement qu'il tient ses hommes
advertys et préparez, auxquelz il a distribué quelque peu d'argent
venu d'icy, qui faict que, en leurs festins et compaignies, ilz
boyvent, de là en hors, à la bonne grâce de la Royne d'Angleterre.

Vray est que Quillegrey est allé trouver les dicts ducs Auguste et
Cazimir jusques en Saxe pour tretter, comme je présume, du faict de
ceste guerre avec eux; et j'entendz qu'il a escript que icelluy de
Cazimir avoit, jusques à ceste heure, différé de marcher pour aulcunes
difficultez, lesquelles à présent estoient composées, et que bien tost
il seroit en campaigne. L'on parle d'envoyer ung aultre ambassadeur en
Allemaigne pour se trouver à la prochaine diette, et je présume que ce
sera Trokmarthon; car j'entendz qu'il se met en ordre et se prépare
pour quelque voyage.

Naguyères a esté envoyé commission en ceste ville de Londres, pour
commander à ceulx, qui sont obligez de tenir chevaulx de service, de
les avoir toutz prestz du premier jour, et à ceulx qui doibvent avoir
des courtaultz, lesquelz ilz appellent chevaulx légiers, de se
pourvoir comme les aultres de chevaulx de service, et aulx
brigandiniers d'avoir des corseletz, et aulx tireurs d'arc d'avoir des
haquebutes, et aulx merchandz de se pourvoir chacun d'armes à sa
commodité.

Encores despuys, est venue aultre commission par où est mandé à toutes
les paroisses que, sellon la grandeur et nombre d'hommes qui est en
chacune d'icelles, l'on ayt à se fornyr de certaine quantité de
piques, d'haquebutes, corseletz, arcz et aultres armes, et les
aschapter de la Tour sellon le priz qui en a esté faict de chacune
espèce d'icelles par les commissaires à ce depputez, dont le Sr.
Thomas Grassan est le principal; et c'est affin d'armer beaulcoup
d'hommes par tout ce royaulme, et tirer cependant de l'argent; et
aussi pour renouveller les armes de la dicte Tour qui sont desjà si
vieilles et usées, pour avoir esté longuement et souvant forbyes
avecques du sablon, qu'il y en a une partie quasi percées à jour.

Oultre cella, l'on m'a donné adviz qu'aulx monstres généralles de ce
pays, il y a esté faict une secrecte description de soldatz (sçavoir,
de six mille harquebouziers, six mille corseletz et encores d'aultres
douze mil hommes, mais ne sçay avec quelles armes), pour estre pretz
et levez dans quatre jours, toutes les foys qu'on les mandera.

Ilz font aussi amaz d'argent par toutz les moyens qu'ilz peuvent,
faisans vandre les merchandises d'Espaigne, faisans forger des
angellotz neufs dans la Tour, comme pour soldoyer estrangiers, et
arrester tous les payemens des particulliers, de sorte qu'on ne voyt
plus courir aulcuns deniers parmy le commun; et, à ce propoz, l'on m'a
donné adviz que, depuys quelques moys en çà, deux Anglois sont venuz
de Genève à Lion avec plusieurs lettres d'eschange, qui donnent ordre
au recouvrement des deniers pour le payement des reytres, mais je n'ay
peu sçavoir leur nom.

Pour toutz ces aprestz, je n'estime que ceulx cy se hastent pourtant
de nous commancer encores la guerre, ny d'exploicter ouvertement
contre nous chose qui les puisse directement arguer de l'infraction
des trettez, jusques à ce que le dict duc de Cazimir soit entré en
France, ou que l'armée, qui est à Poictiers, soit aprochée en
Normandie ou Picardie, ou qu'ilz voyent succéder une si grand bataille
que les propres forces du royaulme ne soyent, puys après, suffizantes
d'empescher que les leurs n'exécutent ce qu'ilz vouldront; ce qu'on
m'a dict qu'ilz vont guettant sur toutes choses, et qu'en ce cas, ilz
font estat d'avoir les estrangiers à leur dévotion: et j'entendz
qu'il y a je ne sçay qui en France, qui continue les asseurer de la
prinse de Callays dans vingt jours, s'ilz le veulent essayer; à quoy
ne fault doubter qu'ilz n'ayent une merveilleuse affection, et se
parle aussi qu'on pourra faire descente au Tresport.

Il est vray que, de la sublévation advenue en Suffoc et Norfolk, encor
qu'il ayt apareu que les eslevez estoient de la nouvelle religion, et
presque toutz ouvriers de layne, qui s'estoient ainsy mutinez, parce
qu'on ne les employoit à leurs accoustumez ouvrages durant ceste
suspencion de traffic des Pays Bas, dont ne leur restoit aulcun moyen
de vivre, et aussi de celle d'Irlande, de laquelle, encor que ceulx cy
monstrent ne faire cas, qui a néantmoins apareu jusques icy bien
grande, si sont ilz en peyne de toutes deux; et aulcuns principaulx du
conseil, pour l'importance d'icelles, et pour divertyr aulcunes
aultres plus affectés entreprinses qui ne leur playsent pas, cryent et
pressent qu'il fault pourvoir à celles cy, et ne se surcharger tout à
la foys de beaulcoup d'affaires estrangières avecques les princes, en
quoy proposent d'abandonner le faict de la Royne d'Escoce et les
différans des Pays Bas.

Dont sur une mienne remonstrance, qu'en ces entrefaictes j'ay
vifvement faicte à ceste Royne et aulx principaulx des siens, après
qu'ilz l'ont eu mise en dellibération, en laquelle j'entendz que la
dicte Dame mesmes a prins aulcunement le party de la soubstenir, il a
esté advisé de faire dire par Mr. le duc de Norfolk à Mr. le cardinal
de Chatillon que, voyant la dicte Dame que je révoquoys à infraction
de paix beaulcoup de choses, qui se faisoient en son royaulme en
faveur et proffict de ceulx de la Rochelle tant par mer que par terre,
elle et eulx, ses conseillers, estimans n'estre bon ny convenable de
perdre l'amytié du Roy, ny rompre la bonne paix qu'elle a avecques luy
et avecques son royaulme, le vouloient bien advertyr, ensemble ceulx
de son party, de se pourvoir ailleurs des remèdes et secours qu'ilz
serchoient par deçà, et qu'ilz se contentassent que ce royaulme leur
fût un reffuge de paix, sans le faire tumber en ung inconvéniant de
guerre.

Et j'ay sceu despuys bien certainement que le dict duc luy a porté la
parolle, et que suyvant icelle les ourques ont esté arrestées,
lesquelles semble que prandront meintennant aultre routte que celle de
France, bien qu'aulcuns m'en mettent en doubte, comme je le mande en
la lettre du Roy. Les soldats de l'homme du prince d'Orange ont esté
cassez, dont ce qu'il y avoit de Françoys se sont allés embarquer
ailleurs. L'emprunct sur les bagues de la Royne de Navarre a esté en
aparance reffuzé, et quelque forme de provision a esté ordonnée sur
les prinses, et contre les pirates, et sur la continuation du
commerce.

Je ne veulx toutesfoys rien inférer de paix ny de guerre pour cella,
sinon aultant que, jour par jour, j'en verray advenir, et aultant que
je pourray ramener les affaires au bien du service du Roy; car, au
reste, toutz les adviz que j'ay, concourent à ce que ceulx cy
n'attandent que l'ocasion et l'oportunité, que j'ay dict cy dessus,
pour se déclairer; et que leurs présentes démonstrations ne sont que
pour servyr au temps, affin de pouvoir prandre le party qui leur
semblera plus expédiant de paix ou de guerre, quant ilz en verront
leur poinct, et cependant en aparance satisfaire le Roy et ceulx qui
luy sont icy bien affectionnez, mais en effet secourir et porter le
faict des aultres, aultant qu'il leur est possible; comme, à la
vérité, ilz les secourent d'argent, et de monitions, et de tout ce
que secrectement ilz les peuvent accommoder par des moyens toutesfoys,
qui ne chargent guyères les finances de ceste Royne, ny ne touchent
quasi en rien à elle.

La sublévation d'Irlande a monstré, du commancement, debvoir estre la
plus grande qu'on eust jamais veu dans le pays, tant pour le grand
nombre d'hommes qui avoient prins les armes, que pour y avoir des
principaulx du pays meslez, et que les deux anciennes factions, qui
toutjour avoient esté ennemyes, s'estoient accommodées en cecy; mais
j'entendz que ung des principaulx de l'entreprinse a mandé à ceste
Royne que ce n'estoit contre elle, ny contre son authorité, qu'ilz
s'estoient ainsy armez, ains pour aulcunes leurs prétentions
particullières, esquelles ilz vouloient estre satisfaictz; et que,
quant il verroit passer l'affaire à rebellion, il se retireroit
incontinent, et ramèneroit au service de la dicte Dame la meilleur
part de la troupe. Et despuys, estant le comte d'Ormont arrivé par
dellà, encor qu'on ayt eu quelque mesfiance de luy, il a néantmoins
faict en sorte, avec son frère et avec le comte de Quilday, qu'il a
ramené les choses à quelque modération; de quoy ceste Royne et les
siens, icy, ont receu grand plésyr, et ont eu très agréable que j'aye
faict bon office et offres là dessus, de la part de Leurs Majestez
Très Chrestiennes, à la dicte Dame, laquelle, pour ceste cause et pour
l'opinion qu'elle a heu que d'aultres princes y allumoyent le feu,
elle s'est monstrée despuys mieulx disposée envers le Roy, plus
difficile ez différans des Pays Bas, et moins accordante aulx
requestes de ceulx de la Rochelle; tant y a que les armes ne sont
encores posées au pays d'Irlande.


DES DIFFÉRANDZ DES PAYS BAS.

L'Ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, a essayé par plusieurs moyens
d'entrer en tretté avec ceulx cy sur les différandz des Pays Bas, et
le duc d'Alve a fort vollu que, pour la réputation de son Maistre, il
commençât d'y procéder par ung moyen de continuer à parler à elle
comme l'ambassadeur ordinaire, sans monstrer avoir nouvelle ny
expécialle commission du Roy Catholique pour cella. De quoy ayant esté
reboutté plusieurs foys, il l'a faict néantmoins solliciter par
interposées personnes, nomméement par ung sieur Georges Espée et par
le Sr. Ridolfy, si instantment qu'avec l'ayde d'aulcuns principaulx
seigneurs du conseil il luy avoit esté, une foys, mandé, parce qu'il
asseuroit avoir plusieurs lettres là dessus du Roy, son Maistre, mais
qu'elles estoient en chiffre, qu'il vînt quant il luy plairroit; et me
fut donné adviz à moy que parmy beaulcoup de grandz promesses, qui se
faisoient là dessus pour parvenir à cest accord, l'on y mesloit je ne
sçay quoy qui touchoit à l'interest de la France, et que j'eusse à y
prendre garde, ce qui m'a long temps tenu en peyne; mais je n'en ay
encores peu rien descouvrir, sinon quelques propoz généraulx qui, à la
vérité, tendoient à ung certain leur particullier proffict et
advantaige, et à confirmer davantaige l'alience et intelligence
d'entre eulx et leurs estatz, et, s'il y a rien de mal, je ne puys
croyre qu'il procède du dict sieur ambassadeur, ains d'icelluy Espée,
qui est, à ce que j'entendz, ung très mauvais Françoys.

Tant y a que, quant le dict sieur ambassadeur a, despuys, envoyé
demander le jour, l'heure et le lieu de l'audience, la dicte Dame a de
rechef assemblé son conseil pour luy respondre; et, ayant appellé
premier le comte de Lestre pour luy dire bien peu de parolles tout
bas, puys toutz les aultres ensemble, après avoir longuement débattu
de l'affaire, elle leur a dict, tout hault, en langaige itallien, [de
sorte] que les gens du dict sieur ambassadeur l'ont peu ouyr,--«Je
n'en feray rien, car l'on me veult tromper; mais qu'il parle
premièrement à vous et qu'il vous face voir s'il a des lettres de son
Maistre, et puys je parleray à luy.»

Or, continuans toutjour le dict sieur ambassadeur et moy nostre
mutuelle visitation par messaiges, il m'a mandé dire que la dicte Dame
luy avoit une foys accordé la dicte audience, puys luy avoit mandé
qu'il parlât premièrement à ceulx de son conseil, pour leur monstrer
s'il avoit receu nouvel ordre et nouveau commandement du Roy, son
Maistre, pour tretter et négocier de ces différans avecques elle; et
qu'il avoit respondu que l'ordre, qu'il avoit de son dict Maistre,
estoit une continuation de lettres qu'il luy avoit ordinairement
escriptes, comme à son ambassadeur, pour tretter de toutes choses qui
concernoient par deçà son service avecques elle, et qu'il n'avoit que
faire avec ceulx de son conseil pour aller devers eulx; mais, s'ilz
avoient à faire à luy, qu'ilz sçavoient où il demeuroit, et le
pourroient venir trouver; et que despuys elle luy avoit envoyé offrir
l'audience, mais qu'il n'y vouloit poinct aller.

Ainsy l'affaire demeure encores en suspens et les merchandises des
Espaignolz se vandent.


DU FAICT DE LA ROYNE D'ESCOCE.

Après plusieurs remises et longueurs, uzées par la Royne d'Angleterre
à la Royne d'Escoce, l'on tira enfin une promesse d'elle, au mois de
juing dernier, qu'aussi tost qu'elle auroit receu la déclaration de
Leurs Majestez Très Chrestiennes et de Monsieur, frère du Roy, sur le
tiltre de ce royaulme, et qu'elle auroit heu la responce des Estatz
d'Escoce, qui estoient convoquez par le comte de Mora à St. Jehansthon
au XXVe juillet, elle ne diffèreroit plus de procéder à la restitution
de la dicte Dame; dont est advenu que, sur le XVIIe d'aoust, la dicte
Dame a receu les dictes déclarations touchant sa coronne, qu'elle a
trouvées en la forme qu'elle les desiroit, et a heu la responce des
dictz Estatz d'Escoce bien fort contraire à ce qu'elle espéroit.

Et fault entendre que, aus dictz Estatz, le dict comte de Mora a
proposé assés pleinement quatre articles, qui concernoient le présent
affaire de la dicte Royne d'Escoce, de sorte qu'on a cuydé qu'il deust
laysser la libre détermination d'iceulx à l'assemblée, mais, luy et le
comte de Morthon, et leurs adhérans, s'estoient, à ce qu'on dict,
premièrement obligez, par sèrement et promesse entre eulx, de ne
permettre que rien s'y conclûd au proffict de la dicte Dame, et
d'employer eulx, leurs parans et amys, et toutz leurs moyens, pour
empescher sa restitution.

Et ainsy, ilz ont obtenu, contre l'opinion du party qui estoit pour
elle, lequel n'estoit là en grand nombre:--touchant le premier
article, qui concernoit la restitution de la dicte Dame;--que, pour
la recordation du murtre du feu Roy, et pour le bien du jeune Roy son
filz, et l'utillité du pays, et aussi, pour leurs consciences, ilz ne
pouvoient authoriser ny consentir qu'elle fût restituée.

Au segond, qui estoit du divorce du comte Boudouel, affin que la
noblesse ne fût plus en deffiance de luy;--que c'estoit chose qui
concernoit le faict particullier de la dicte Dame, auquel pour le
présent, ilz n'avoient grand intérest, et qu'elle y procédât comme sa
propre conscience l'en admonesteroit.

Pour le regard du troisiesme, qui estoit de surceoyr cependant toutz
exploictz de guerre, et n'attempter rien contre ceulx qui tenoient le
party de la dicte Dame, ny assiéger son chateau de Dombertran;--qu'il
importoit grandement d'establir, le plus diligemment et seurement
qu'ilz pourroient, l'authorité du jeune Roy, leur Maistre, dans le
pays; par ainsy qu'ilz n'en pouvoient différer l'exécution.

Et sur le quatriesme, qui estoit de députer des commissaires pour
venir devers la Royne d'Angleterre tretter des affaires de la dicte
Royne d'Escoce et de l'estat de leur pays;--que, veu la résolution
prinse sur les aultres trois articles, ilz ne voyent qu'il y heût lieu
de faire aultre chose sur cestuy cy que d'advertyr la dicte Royne
d'Angleterre de leur dicte résolution: ce que le comte de Mora print
en sa charge de faire par une simple lettre.

Sur quoy, ayant l'évesque de Roz, au nom de la dicte Royne d'Escoce,
et moy, de la part de Leurs Majestez Très Chrestiennes, bien fort
pressé la Royne d'Angleterre que, puisqu'il luy aparoissoit
meintennant de la manifeste usurpation qu'on vouloit faire de la
coronne d'Escoce sur ceste princesse, qu'elle luy vollût accorder ou
reffuzer résoluement son secours, à quoy elle nous y a faict la
responce que j'ay escripte au Roy, le XXIIe du passé, et a prins
nouveau délay de quinze jours pour attandre si le dict comte de Mora
luy envoyera quelque meilleure responce, ainsy qu'elle l'a conjuré et
admonesté, par nouvelles lettres, de le faire.

Mais, de tant que la longueur porte ung merveilleux préjudice aulx
affaires de la dicte Dame, elle et toutz ceulx, qui luy sont icy bien
affectionnez, desirent que Leurs Majestez en facent une ferme et vifve
remonstrance à Mr. Norrys, ambassadeur de la dicte Dame par dellà,
comme ilz sont résoluz de pourveoir au restablissement de la dicte
Royne d'Escoce, et que la Royne d'Angleterre, sa Maistresse, n'en
doibt estre marrye, ny trouver mauvais qu'ilz mettent cependant
quelque secours dans Dombertran, pour le pouvoir garder et pour y
recepvoir plus grandz forces, quant Leurs dictes Majestez verront
qu'il sera besoing y envoyer, monstrans qu'ilz ont desjà donné charge
à Mr. de Martigues et à Mr. de Bouillé de dresser ung armement en
Bretaigne pour cest effect. Et commant que soit, il est bien besoing
que Leurs dictes Majestez, à bon escient, pourvoyent d'envoyer, dans
la fin d'octobre, cinq ou six cens soldatz au dict Dombertran.


PROPOS DE LA ROYNE D'ANGLETERRE A Mr. LE CARDINAL DE CHATILLON.

La Royne d'Angleterre, craignant qu'enfin nostre guerre ne luy en
cause une à elle, et que ne la face tumber en affaires et despences,
monstre desirer infinyement la paix de France; dont, oultre plusieurs
discours conformes à cella, que j'ay cy devant mandé qu'elle m'en a
tenuz, elle m'a dict avoir naguières miz Mr. le cardinal de Chatillon
en ce propos:

Qu'est ce qu'il espéroit de ceste guerre? et qu'il sçavoit bien qu'il
failloit qu'elle prînt fin, comme toutes aultres choses, qui ont eu
commancement; et de tant la luy debvoit on donner plustost, que le
commancement avoit esté violent et mauvais; et, par ce qu'elle jugeoit
bien, en son cueur, que le Roy et la Royne ne desiroient rien tant que
de pouvoir posséder en paix et tranquillité leur royaulme, avec
l'amytié, et bienveuillance, et prompte obéyssance de leurs subjectz,
qu'il failloit que, de leur costé, ilz monstrassent une semblable
volonté et vray debvoir de bons subjectz envers eulx.»

Et le dict sieur Cardinal luy avoit respondu, «qu'il prenoit sur sa
damnation et sur la perte de son âme qu'il n'y avoit en son frère, ny
en luy, ny en aulcun qu'il cogneust de leur party, aultre desir que
d'aymer, honnorer et obéyr le Roy, et la Royne, et Messieurs ses
frères; et leur conserver, à leur pouvoir, la grandeur et dignité de
leur estat, aultant soigneusement que leur propre vie; et qu'ilz
n'estoient en armes que pour leur religion qu'on leur vouloit oster,
et pour leurs personnes qu'on vouloit partout massacrer, qui estoient
deux très urgentes causes de leur légitime deffance.»

Qu'elle luy avoit répliqué, «que la cause de la religion touchoit à si
grand nombre de personnes, tant en France que ailleurs, qu'elle ne
pouvoit croyre que le Roy vollût s'opiniastrer de l'exterminer par
force, car il fauldroit qu'il entreprînt le renversement de toute la
chrestienté; mais que la cause des personnes touchoit bien à luy
seul, parce que c'estoient ses subjectz; et que, là dessus, il
failloit regarder de quelque moyen, qui fût honnorable pour l'ung et
pour les aultres, et pourtant qu'il ne failloit tant se deffier du Roy
et de la Royne [et qu'il failloit] qu'on en vînt à prendre confience
de leur parolle et promesse.»

Qu'à cella il avoit représanté mille argumens pour ne pouvoir mettre
assés de confience en la parolle de Leurs Majestez, pour n'avoir cy
devant esté tenue ny gardée, ny leurs éedictz observez; et qu'estantz
le Roy et la Royne ainsy possédez, comme ilz estoient meintennant, de
leurs ennemys, ne failloit espérer aulcune modération en ces affaires.

Sur quoy elle avoit poursuyvy luy dire «qu'elle entendoit bien qu'il
vouloit parler de monsieur le Cardinal de Lorrayne, mais, quant bien
il ne seroit poinct avec Leurs Majestez, elle ne croyoit pourtant
qu'elles se volussent meintennant commettre à eulx, ny se mettre en
leurs mains, après une si cruelle guerre; par ainsy qu'il failloit
qu'ilz pensassent de quelque bon et honnorable moyen d'en sortyr.»

Et qu'il luy avoit seulement respondu que Dieu envoyeroit le moyen,
lequel, jusques icy, ne les avoit habandonnez; de laquelle responce
elle n'estoit demeurée contante, et luy avoit dict qu'elle sçavoit
qu'il adviendroit toutjour ce que Dieu vouldroit, mais qu'elle
desiroit entendre de luy s'ilz estoient disposez de cercher de Dieu et
accepter de luy ung paysible remède en ces malheurs; et qu'enfin il
l'avoit asseurée qu'ilz l'avoient essayé, et qu'ilz avoient envoyé
offrir à Leurs Majestez toutes condicions de paix humbles et
convenables à très bons et fidelles subjectz, qui requièrent
seulement la seurté de leurs personnes et l'exercisse de leur
religion, à quoy ilz n'avoient esté ouys; ce qu'elle vouloit bien
entendre de moy s'il estoit vray, car il luy en avoit faict aparoir,
par aulcunes lettres de monsieur l'Admyral, qui justiffioient
beaulcoup leur cause envers tout le monde. A quoy j'ay respondu ainsy
qu'il est contenu en ma précédante dépesche du XXIIe du passé.


LE Sr. DE LA MOTHE FÉNÉLON A LA ROYNE D'ANGLETERRE.

--du XVIIe d'aoust 1569.--

Madame, le Roy, Mon Seigneur, et la Royne Très Chrestienne, sa mère,
vous ont envoyé toutes les déclarations, que demandiez, touchant le
tiltre de vostre coronne, et y ont de tant plus soigneusement procédé
qu'ilz vous ont vollu faire cognoistre qu'ilz n'ont jamais pancé de
vous offancer, et que ceulx là sont par trop malicieulx, qui ont
supposé ceste cession pour traverser vostre commune amytié et vous mal
mesler ensemble; car je vous veulx bien encores, pour une troysiesme
foys, retourner dire cecy: qu'ilz n'ont pensé, ny pratiqué, ny presté
l'oreille à pratiquer, rien qui soit contre vostre bien, grandeur ny
estat, ny en quoy ilz estiment que vous deussiez prandre desplaysir,
despuys le dernier tretté de paix.

Et meintennant, Madame, qu'il vous apert de la déclaration de Leurs
Majestez et de celle de Monsieur, frère du Roy, pour le tiltre de
vostre royaulme, et que vous avez receu celle que le comte de Mora
faict pour priver la Royne d'Escoce du sien, je vous suplye, de la
part de Leurs Majestez Très Chrestiennes, ottroyer meintennant à la
dicte Dame la pourvoyance et remède, que luy avez toutjour promiz en
ses affaires;

Et ne preniez qu'en bonne part si le Roy et la Royne vous en font
faire ceste instance; car, par le debvoir de l'alliance et du
parentaige, et de l'obligation des trettez qu'ilz ont avec ceste
princesse et sa coronne, ils ne peuvent laysser de pourchasser sa
restitution, ny s'en excuser envers Dieu ny le monde. Néantmoins ilz
ont bien vollu attandre paciemment l'ordre que vous y mettriez, et n'y
entreprendre rien de leur main, de peur de vous offancer, sinon
seulement de vous en faire solliciter, par moy leur ambassadeur, le
plus modestement que j'ay peu; et ne prétendent encores de s'en
mesler, tant qu'il y aura espérance de vostre secours; ains seront
très ayses d'en raporter à vous seulle leur propre obligation, et
celle de ceste paouvre princesse, leur alyée, s'il vous playt le luy
bailler.

Mais ilz me commandent bien de vous dire que si, de ceste heure en
avant, ilz voyent que vostre secours luy soit de telle façon prolongé,
qu'il ne luy puisse de rien plus servir, parce que le comte de Mora va
exécutant toutz ses bons subjectz dans le pays, et les dépossedantz de
leurs biens et maysons, et poursuyt le siège de Dombertran, qui est la
seule place demeurée en l'obéyssance de la dicte Dame; et par ainsy
que vostre secours luy viègne à deffaillir, qu'ilz se mettront, du
premier jour, en debvoir de luy pourvoir du leur, par toutz les
meilleurs moyens et expédiantz qu'ilz verront le pouvoir faire;

Que, encores que vous ayez opinion que le comte de Mora soit entré bon
et bien intentionné en ceste cause, vous voyés bien meintennant,
Madame, qu'il est devenu tout aultre; et ainsy advient de ceulx qui,
peu à peu, prènent, d'eulx mêmes, quelque authorité (ou les armes),
qu'ilz ne s'en veulent, puys après, volontiers despartyr par celle
d'aultruy; car par vostre moyen, Madame, il pourroit tout ensemble
pourvoir à la Royne, sa seur et sa Mestresse, au petit Prince son
filz, au pays et subjectz, et bien fort seurement à luy mesmes et à ce
qu'il eust desiré d'avancement dans le royaulme; et si, eust
grandement satisfaict à sa réputation, et contanté Leurs Majestez Très
Chrestiennes et toutz les aultres princes chrestiens, ce qu'il a tout
mesprisé pour se cuyder contanter luy seul.


RÉPONSE DE LA ROYNE D'ANGLETERRE.

La dicte Dame m'a respondu--«que nulle aultre personne du monde ne
desiroit plus soigneusement pourvoir au restablissement de la Royne
d'Escoce qu'elle faisoit, pourveu que ce fût sans l'exposer au dangier
de ses ennemys, et qu'elle le peult faire sellon son honneur et
conscience, et, si je luy allégoys l'alliance de Leurs Majestez, elle
luy estoit encores plus prochaine allyée;

«Qu'il y avoit quatre sortes de secours pour la remettre,--l'ung, de
force;--l'aultre, de conseil;--l'aultre, d'argent;--et le quatriesme,
par ung bon accord;--et que la dicte Royne d'Escoce n'avoit monstré
tant mesprizer le repoz de son royaulme et le sang de ses subjectz,
qu'elle n'eust toutjour préféré son retour à sa coronne par l'agréable
consentement de ses subjectz que par la violence d'une guerre; et que,
de sa part, oultre les aultres considérations, ceste cy luy passeroit
fort la conscience, de ne la y vouloir remettre pour exécuter, puys
après, cruellement ses vengeances; car ne vouldroit estre cause du
sang qui s'y espandroit;

«Que, à la vérité, elle n'avoit accepté ny pour responce, ny pour
satisfaction, ce que le comte de Mora luy avoit mandé, dont luy avoit
soubdain escript que, si dans quinze jours il ne luy respondoit
aultrement et mieulx, sellon le propos de la restitution de la Royne
d'Escoce, elle mesmes se feroit la responce, et luy feroit sentyr ce
qu'elle en auroit résolu; et, à ceste occasion, la dicte Dame pryoit
Leurs Majestez Très Chrestiennes d'avoir pacience pour ce peu de
temps.

«Il est vray qu'elle me vouloit bien dire que la dicte Royne d'Escoce
ne s'estoit bien déportée envers elle, encores qu'elle luy heust esté
plus que bonne mère, et luy eust saulvé la vye; et qu'elle sçavoit
tout ce qu'elle avoit pratiqué, despuys qu'elle estoit entré en ce
royaulme, aultant par le menu comme si elle y eust esté appellée, car
les princes ont des oreilles grandes qui oyent loin et prez, en divers
lieux; et que la dicte Royne d'Escoce s'estoit esforcée de mouvoir le
dedans de ce royaulme contre elle, par le moyen d'aulcuns des siens
qui luy promettent de grandz choses, mais c'estoient gens qui
conçoyvent des montaignes mais ne produisent que petitz monceaulx de
terre, qui l'avoient pancé si sotte qu'elle n'en sentyroit rien, mais
elle s'en estoit toutjour moquée dans la manche; et que n'ayant la
dicte Royne d'Escoce bien vollu user d'elle comme de bonne mère, elle
méritoyt qu'elle luy fût marastre;

«Qu'elle se sentoit en assés bon estat de forces et d'argent, et de
toutes choses, pour ne pouvoir estre constraincte, par nulle force
qui soit aujourduy au monde, à faire en cest endroict, pour la Royne
d'Escoce, sinon ce qu'elle estimeroit estre bon et convenable à son
honneur, à son debvoir et à sa conscience; et que plusieurs choses
s'obtiennent et se conduysent, par la bonne grâce et bienveillance,
des princes bien nays, qui sont ayséement destornées, quant on les
veult admener aultrement; et qu'il luy restoit sur le cueur plusieurs
aultres choses, qu'elle me diroit mieulx à propos une aultre foys;
seulement me vouloit demander comment j'estimoys que le Roy la peult
secourir à ce besoing; car il luy fauldroit passer la mer.»

       *       *       *       *       *

Sur quoy, après luy avoir donné satisfaction, pour Leurs Majestez Très
Chrestiennes et pour moy, touchant ce qu'elle avoit sur le cueur de
cest affaire, et m'ayant elle monstré d'en estre bien fort
satisfaicte, je luy respondiz que, grâces à Dieu, le Roy avoit de très
grandz moyens de la secourir, et qu'elle mesmes les pouvoit comprendre
par ce qu'elle en oyoit dire, sans que je les luy particularisasse; et
qu'il restoit, oultre cella, grand nombre de bons subjectz et
serviteurs à ceste princesse dans son royaulme, aus quelz n'estoit
besoing que de bien peu de secours; et, quant à passer la mer, il y
avoit assés vaysseaulx en France, et des gens qui sçavoient bien ceste
route; et que je croyois qu'elle mesmes, à ung besoing, nous ayderoit
de ses propres vaysseaulx pour une si légitime entreprinse, laquelle
je luy vouloys encores dire qu'il failloit, par nécessité, qu'elle fût
exécutée.

Et nonobstant que lors, en présence de ceulx de son conseil, elle se
courroucea asprement, et fit de grandz menasses, elle s'est despuys
modérée, et n'ont, les persuasions de la duchesse de Suffoc et de la
comtesse de Lenos contre ceste cause, tant peu comme les bonnes
raysons qu'on luy admène pour icelle, dont s'en attand quelque bonne
expédition en brief.


ADVERTISSEMENT TOUCHANT LE FAICT DE LA ROYNE D'ESCOCE.

Au mois de juing 1568, la feu Royne d'Espaigne escripvit une lettre à
la Royne d'Escoce, pleyne de grand affection, pour luy persuader
d'envoyer le petit prince d'Escoce, son filz, en Espaigne, affin
d'estre norry prez du Roy Catholique, son mary, adjouxtant quelque mot
de le vouloir accepter pour leur gendre, et luy réserver une de leurs
petites filles en mariage; ce que la Royne d'Escoce accepta
incontinent avec grand affection. Mais quant sa responce arriva en
Espaigne, la Royne d'Espaigne estoit desjà allée à Dieu, dont le Roy,
son mary, print les lettres, sur lesquelles il a despuys escript, par
deux foys, à la Royne d'Escoce; sçavoir, en janvier et février
derniers, confirmant l'affaire, et ouvrant encores quelques propos de
mariage à la dicte Dame pour luy, ou pour l'archiduc Carlos, ou pour
dom Joan d'Austria, lesquelz il disoit aymer aultant que soy mesmes.

L'ambassadeur d'Espaigne communiqua le propos à monsieur l'évesque de
Roz, qui, à ce que j'entendz, monstra ne trouver bon qu'on parlât
d'aultre que du Roy Catholique, et néantmoins il tint la main à
conduyre, en caresme prenant dernier, ung des gens du dict ambassadeur
jusques à Borthon devers la dicte Dame, qui y fut expressément envoyé
pour la veoir, et nother ses parolles, ses contenances et sa forme de
vivre, lequel fit, despuys, ung très bon récit de la dicte Dame, mais
ne raporta, pour lors, aultre parolle d'elle, sinon qu'elle estoit en
estat de ne pouvoir rien promettre ny d'elle, ny de son filz, car elle
estoit en puyssance d'aultruy; seulement elle avoit besoing de secours
pour estre remise à sa coronne, et que, s'il playsoit au Roy
Catholique luy ayder, il se pouvoit promettre, d'elle et de son filz,
tout ce que mériteroit la grande obligation qu'elle luy en auroit.

Peu de jours après, ayant la dicte Dame pratiqué ung moyen de se
saulver et de se remettre en son pays, pourveu qu'elle fût ung peu
secourue, dellibéra d'y employer le dict Roy Catholique et se
commettre en ses mains, jusques à se offrir de passer en Flandres. Et
à cest effect, le ser Jehan Amilthon fut envoyé devers le duc d'Alve,
à Bruxelles, luy demander hommes et argent pour cest effect; lequel
respondit qu'il seroit prest de mettre XX mil hommes dans
l'Angleterre, à la dévotion de la dicte Dame, pourveu qu'il y eust
quelques ungs du pays pour les recepvoir, et qu'il vît y avoir
fondement ou aparance d'y pouvoir effectuer quelque chose, mais
n'avoit encores ordonnance du Roy, son Maistre, de getter gens de
guerre hors du pays, toutesfoys il l'en advertyroit promptement; et
qu'au reste, argent ne manqueroit. Et comme le dict Amilthon luy
répliqua, qu'au cas qu'il ne peust envoyer promptement des gens, il
avoit charge de luy demander quelque prompt secours d'argent, il
respondit que l'ung et l'aultre se bailleroient à la foys, quant le
Roy, son Maistre, le luy auroit mandé, et que plustost ne se pouvoit
faire.

Sur ceste responce, ayant la dicte Dame, despuys, sondé la volonté de
ses partisans dans le pays, a trouvé que toutz estoient disposez de
faire ce que le duc de Norfolc vouldroit, mais que, de mettre tant
d'estrangiers dans le pays, ilz ne le trouvoient bon; car ne veulent,
à ce qu'ilz disent, combattre pour conquérir ce royaulme au Roy
d'Espaigne, ny avoir rien à faire avec ceste nation là; seulement, ilz
se veulent employer à bien garder le droict qu'elle prétend à ceste
coronne, après la Royne, sa cousine, et cependant la remettre à la
scienne, en quoy ilz s'estiment estre assés fortz pour conduyre
l'entreprinse, pourveu qu'on ayt ung peu d'argent.

Ce qu'estant remonstré, en bonne sorte, au dict duc d'Alve, sans
aulcunement reffuzer ses hommes, mais monstrant seulement la
difficulté de ne les pouvoir encores accepter, et le sollicitant, au
reste, de quelques deniers contantz, il a, avec bonnes parolles,
prolongé plusieurs moys la responce, essayant cependant d'obliger la
Royne d'Escoce de ne se priver de la liberté de son mariage, pour en
user, puys après, sellon le conseil du Roy, son Maistre, et de luy
bailler toutjour le petit prince d'Escoce, son filz; en quoy le temps
a coulé jusques à la my aoust dernier, qu'ayant le dict duc promiz de
bailler lors une résolue responce, il a asseuré le dict Amilthon, qui
y est pour la troisiesme foys retorné, de faire, dans le XVe de
septembre, délivrer argent par deçà à la dicte Dame. Et j'entendz que
desjà il a envoyé une lettre d'eschange pour luy faire fornyr
seulement dix mil escuz.

Ne fault doubter qu'il ne se meyne une bien estroicte pratique pour le
mariage de la dicte Dame avec dom Joan d'Austria, et que, par les
allées et venues du susdict Amilthon, et du voyage que Rollet,
secrétaire de la dicte Dame a naguyères faict devers le duc d'Alve,
au partyr d'Orléans, le propos n'en soit, possible, bien avant; mais
ce ne seroit aulcunement l'advantaige d'elle, car n'auroit pourtant
asseurance d'eschapper d'icy, ny d'estre remise en son estat, et si
est sans doubte qu'elle perdroit le droict qu'elle prétend à ceste
coronne; sur quoy, ayant l'ambassadeur d'Espaigne naguières miz
monsieur l'évesque de Roz en divers propos du dict mariage, et de ce
qui s'en parloit pour le duc de Norfolc, luy a incisté grandement
qu'elle debvoit réserver en cella le consentement de Leurs Majestez
Très Chrestienne et Catholique.

Est à craindre que la Royne d'Angleterre, pour certaine opinion qui
luy est montée en la teste, veuille tenir la main au dict dom Joan,
car a dict qu'elle se vouloit en toutes sortes dépétrer de la Royne
d'Escoce et la remettre, pour son honneur, en son estat, bon gré mal
gré qu'en eust le comte de Mora; et qu'elle sçavoit bien, qu'aussi
tost qu'elle seroit en Escoce, qu'elle espouseroit ung estrangier,
dont elle seroit haye et des Escouçoys et des Angloys, et se
déboutteroit elle mesmes de l'espérance qu'elle monstre avoir si
grande à la succession de ceste coronne.

Par le tret, que le Roy d'Espaigne a faict, de vouloir ainsy
soubstraire au Roy ceste alliance d'Escoce, et s'emparer de la Royne
et du petit Prince du pays, pour le mener norryr prez de luy, au
mespriz de Leurs Majestez Très Chrestiennes et de la coronne de
France, joinct ce qu'il a entreprins de la précédance, et ce qu'il a
essayé de traverser la ligue des Suysses, il monstre qu'il a trop
d'ambition sur le Roy, et qu'en plusieurs sortes il s'esforce de luy
diminuer la grandeur, la dignité et les forces de son estat, et qu'il
recognoist trop mal l'amytié que la Royne luy a toutjour portée et ne
la respecte comme il debvroit.



LVIe DÉPESCHE

--du Ve de septembre 1569.--

(_Envoyée jusques à Calais par Olivyer Champernon exprès._)

  Intrigues des protestants pour empêcher le rétablissement de la
    reine d'Écosse.--Fausse nouvelle répandue à Londres de la prise
    de Poitiers par l'amiral de Coligni.--Élisabeth demande que la
    France renonce à servir d'intermédiaire pour le commerce des
    Pays-Bas avec l'Angleterre.--Sortie, en grand équipage de
    guerre, des navires qui avaient été mis en arrêt sur les
    instances de l'ambassadeur.--Combien il est urgent de donner
    appui et de porter secours à la reine d'Écosse.--État et
    évaluation des joyaux envoyés de France par les protestants
    pour obtenir un emprunt.--_Déclaration du conseil d'Angleterre_
    sur le commerce de France et sur la nécessité de le restreindre
    en ce qui concerne les Pays-Bas.--_Réponse de l'ambassadeur_,
    dans laquelle il proteste contre cette prétention.

    AU ROY.

Sire, vous ayant, le premier de ce moys, dépesché le Sr. de Sabran,
avec tout ce qui se offroit lors à ma cognoissance digne de celle de
Vostre Majesté, je dellibérois partir le lendemain pour aller trouver
la Royne d'Angleterre affin de luy présenter voz lettres, que j'ay
receues dans vostre paquet, du XVe du passé, mais j'ay heu adviz qu'au
partir de Bazin, elle s'est mise hors de son dellibéré progrez, pour
aller veoir quelques petitz lieux escartez, et l'on m'a dict que je
feray beaulcoup mieulx d'attandre qu'elle soit arrivée en Amptonne;
et ainsy j'ay attandu de partir jusques à ceste après dinée que je
m'achemine au dict lieu pour y arriver aussitost qu'elle.

Je viens d'entendre que quelques mauvaises personnes luy ont
merveilleusement soublevé le cueur contre la Royne d'Escoce par ung
aultre nouveau moyen, après qu'ilz ont veu que celluy de la cession du
tiltre de ce royaulme demeuroit convaincu par les amples déclarations
de Vostre Majesté; c'est qu'ilz luy ont persuadé que, n'ayant la dicte
Royne d'Escoce peu parvenir au premier et plus éminent lieu de ceste
coronne, elle pratiquoit meintennant d'avoir le second, et que, contre
ce que la dicte Royne d'Angleterre avoit tant fermement résisté à
toutz ses estatz et parlemens de ne déclairer son successeur, elle
s'esforçoit meintennant de monstrer que c'estoit elle, se insinuant
pour seconde personne en ce royaulme, affin de se faire la première,
veuille ou non la dicte Dame, et mesmes avant le temps, par le moyen
des catholiques; lesquelz ilz luy remonstrent qu'elle les a eslevez en
grandz espérances, et desjà toutz attirez à sa dévotion, dont le
trouble n'est petit en ceste court, par ce mesmement que la dicte Dame
a senty que toutz les plus grandz de ce royaulme, et les principaulx
de son conseil, incistent que la dicte Royne d'Escoce soit délivrée et
restituée à sa coronne. De quoy l'on m'a dict que la dicte Royne
d'Angleterre est bien fort offancée contre le comte de Lestre et
contre le secrétaire Cecille de ce qu'estans eulx deux ses expéciaulx
serviteurs, ilz ne debvoient, sans son sceu, avoir entreprins, comme
ilz ont faict, de porter ce party; et est fort après meintennant à les
séparer du duc de Norfolc et du comte d'Arondel qui l'ont, quant à
eulx, toutjour manifestement porté. Et de tant, Sire, que sur ce
courroux l'on vouldra, possible, forger encores des nouveaulx délays
ez affaires de la Royne d'Escoce, qui seroit aultant que les ruyner du
tout, Vostre Majesté et celle de la Royne tiendrez, s'il vous playt,
du premier jour, à l'ambassadeur, Mr. Norrys, le propoz conforme à ce
que je vous ay mandé par le dict Sr. de Sabran affin que, sur les
lettres qu'il en escripra à sa Mestresse, son dict conseil ayt plus
grand argument de luy remonstrer qu'elle les doibt advancer, et ne les
avoir ainsy suspectz, comme les malicieux le luy représantent.

Il y avoit icy quelque commancement de bruict, quant le dict Sr. de
Sabran est party, que Poictiers avoit esté prins d'assault le XIXe du
passé, mais ayant receu lettres de Mr. de La Meilleraye et de Mr. de
Sigoignes qui disent le contraire, j'en ay admorty et les nouvelles et
les gaigeures qui s'en faisoient en ceste ville; et j'espère que Dieu
vouldra qu'il en adviègne aultrement, car certes j'aurois bien à
rabattre les entreprinses qui se mettroient incontinent en avant sur
la dicte nouvelle, si elle estoit vraye.

Ceulx de ce conseil, despuys le pourparler que je fiz avec eulx à
Fernan Castel, quant je leur présentay les députez de Roan, m'ont
envoyé ung escript en latin que j'ay miz dans ce paquet, et sont ung
peu marrys que je leur aye faict la responce que Vostre Majesté verra
touchant la restriction du commerce des Pays Bas, car estimoient que
je passerois cella légièrement, ce que je n'ay ozé faire au préjudice
des trettez, sans avoir vostre commandement là dessus; mais sellon que
je voy qu'ilz y vont de grande affection, et pour le temps, je croy,
Sire, qu'il n'y aura grand mal de le laysser couler, et sinon en le
consentant expressément, à tout le moins en ne le contradisant
guyères; car aussi bien y pourvoirront ilz par leurs costumiers à
l'yssue des merchandises, comme j'entendz que le duc d'Alve l'a aussi
prohibé aulx Pays Bas.

Il est quelque bruict qu'en Espaigne l'on a arresté les nefz
venitiennes, qui venoient à Londres chargées de plusieurs merchandises
nécessaires en ce royaulme, de quoy, s'il est vray, ceulx cy seront
bien fort marrys.

Les quatre ourques et trois vaysseaulx de l'homme du prince d'Orange
sont enfin sortyes de ceste rivière en grand équipage de guerre, mais
je n'ay encores adviz quelle routte elles ont prins; seulement j'en ay
adverty les gouverneurs de la frontière de dellà pour y prendre garde;
et estantz toutes aultres choses en l'estat que je vous ay mandé par
mes dernières, je n'adjouxteray, pour le surplus, à la présente qu'une
dévotte prière à Dieu, etc.

    De Londres ce Ve de septembre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, avant m'acheminer vers la Royne d'Angleterre, laquelle
j'espère trouver d'icy à trois jours à Amptonne, à LX mille d'icy,
j'ay bien vollu faire une dépesche à Voz Majestez sur l'occasion de
ces particullaritez, que Vostre Majesté verra en la lettre que
j'escriptz au Roy; oultre lesquelles je ne vous diray, Madame, sinon
touchant le faict de la Royne d'Escoce qu'il est heure que le Roy et
Vous, Madame, luy assistiez, ainsy que par le récit que j'ay donné
charge au Sr. de Sabran de vous en faire, et parce que j'en mande
meintennant en la dicte lettre du Roy, Vostre Majesté jugera que
oportunément et prudentment se devra faire; car le feu en est bien
allumé en ceste court, et semble, à la vérité, qu'il y va maintennant
du faict ou du failly. Je ne deffauldray de mon office en cest
endroict, ainsy que me l'avez commandé, pour servir en voz affaires et
à ceulx de la dicte Dame aultant qu'il me sera possible; et par ce
qu'ung de mes amys m'a dict avoir entendu de monsieur l'ambassadeur
d'Espaigne, qui est icy, que le duc d'Alve pourroit prandre jalouzie,
s'il entendoit qu'on vollût mettre aulcun secours de Françoys dans
Dombertran, je suplie Vostre Majesté juger si cella sera considérable.

Et, au reste, Madame, ayant miz peyne de m'enquérir des bagues que le
Sr. Du Doict a aportées pour engaiger par deçà, j'ay sceu qu'elles
sont celles cy, sçavoir:

De la Royne de Navarre, un collier estimé par les orfèvres de
France--cent soixante mil escuz;

Et ung quarquant--XL mil escuz;

De Mr. le Prince de Condé, bordeures, toretz, oreillettes et ung vaze
d'agathe--XXXV mil escuz;

De monsieur l'Admyral, ung vaze d'agathe--XV mil escuz;

Une couppe d'agathe--X mil escuz;

Une croix--quatre mil escuz;

Une oreillette--deux mil escuz;

Et de Mr. du Vijan ung ruby et une aultre bague--quatre mil escuz;

Mais les orfèvres de Londres ne les prisent tant; lesquelles bagues ne
sont encores engaigées. Sur ce, je bayse très humblement les mains de
Vostre Majesté, et prie Dieu qu'il vous doinct, etc.

    De Londres ce Ve de septembre 1569.


DÉCLARATION DU CONSEIL.

ACTA CONSILII IN FERNAMENSI CASTELLO.

--XVIIâ Augusti 1569.--

    Presentibus:
        Duce Norfolciæ,
        Comite Bedfordiæ,
        Comite Lecestriæ,
        Prefecto regii cubiculi,
        D. Secretario.

Conventum est ut de reliquo omnibus Anglis et Gallis mercatoribus
libera commercii ratio sit, negociandi in Angliâ et Franciâ et
utrinque reciprocè: et hinc indè importandi et exportandi omnia
mercium et commodorum genera utriusque regionis, ità ut in quàm
optimis pacis temporibus antehàc factum est; proviso tamen ut, durante
hâc intercursûs suspensione inter Angliam et Regis Hispani Inferiorem
Germaniam, nullus alterutræ nationis mercator ullas Inferioris
Germaniæ merces directè aut indirectè advehat in Angliam, neve ex
Angliâ in Inferiorem Germaniam. Fas tamen erit cuivis Gallicanæ
nationis viro ab Angliâ Hamburgum indèque Orientem versùs liberè
negociari, non aliter quàm aliis exteris id permittimus. Quâ etiam in
re Anglis fautoribus utentur et adjutoribus.

Item, uti omnia Anglorum bona, ab octavo ultimi julii die hinc in
Franciam evecta aut Gallorum in Angliam evecta, ab omni manuum
invectione, quam arrestum vocant, soluta et libera sint, liceatque
dominis pro arbitratu iis in contrahendo uti, eorumque bonorum
estimationem in merces et res quas ipsis visum erit collocare, uti
anteactis temporibus licitum est absque arresto aut impedimento.

Item, ut bona utriusvis nationis in utrovis regno antè octavum diem
julii detenta, sub arresto rectè custodita remaneant usquè ad festum
Sancti Michaelis: interim verò diligenter poterit inquiri quibus
rationibus Gallorum bona, quæ ab illis repetentur, et in Angliâ antè
diem octavum julii aut etiam posteà detenta aut capta fuisse
probabuntur, poterint recuperari: cujus rei causâ, simulac duo illi
honesti mercatores, Rothomago à mariscallo de Cossi nuper missi,
petitiones et probationes suas coràm certis recuperatoribus, qui ad
hoc munus delegati erunt, ediderint, omni indagine in singulis istius
regni locis perquiretur, omnisque honesta etiam cogendi ratio
adhibebitur, quò bona illa, quoad enim fieri poterit, in lucem
prodeant atque ita illa sive illorum particulæ uspiàm deprehensæ aut
verò illorum justæ estimationes collectæ antè festum Michaelis integrè
dominis restituantur. Quo quidem tempore, de bonis etiàm Anglicis
universalis et integra restitutio fiet eorum quæ antè octavum diem
julii in Franciâ ullâ ratione detenta sunt.

Itera, si, propter magnas locorum distantias, antè festum Sancti
Michaelis plena et integra restitutio bonorum Gallicorum, quæ illi
petent et probabunt injustè allata in Angliam, fieri non poterit, eo
fortassè quod aliqua eorum pars in extera hinc loca exportata fuerit,
inscientibus eam fraudem factam nostris ministris, tamen adversùs
delinquentes executio procedet ut illi ad restituendum non aliter
planè cogantur, quàm si bona illa cuipiam essent subditorum coronæ
Angliæ.

Et quoniàm illud sepè prædicatur magnum numerum Gallicorum mercatorum,
qui in Hispaniam, Lusitaniam et Occidentem versùs negociatum eunt,
cogi maximis impensis naves armare quo se tueantur adversùs eos tàm
suæ nationis quàm alios quosdam qui Rochellam navigant, dabitur à
Dominis Consiliariis opera ut illi, qui cum gubernatoribus Rochellæ
multum possunt, conveniantur, quo, re ad æquas aliquas pactiones
deductâ, mutuæ istæ marinæ Gallorum inter se violentiæ cessent et mare
undiquè liberum et apertum reddatur et à periculis magìs vacuum.


L'AMBASSADEUR DE FRANCE.

Ce que les Seigneurs du Conseil d'Angleterre, le 17 d'aoust 1569, à
Fernan Castel, ont advisé touchant le commerce d'entre ces deux
royaulmes, que dorsenavant il demeurera libre, le dict ambassadeur le
trouve raysonnable et bien fort expédiant.

Mais quant à la restriction du dict commerce de ne transporter par les
subjectz de l'ung ny l'aultre royaulme aulcunes merchandises
d'Angleterre en Flandres, ny de celles de Flandres en Angleterre,
durant la suspention qui est entre les deux pays, de tant que cella
semble torner au préjudice du cinquième article des derniers trettez
de paix, le dict ambassadeur ne le peult soubscripre, mais il en
advertyra le Roy par ses premières; duquel article la teneur s'ensuyt:

«Item conventum, concordatum et conclusum est quod, quandiù hæc pax et
amicitia integra inviolataque permanebit, omnes et singuli utriusque
prefatorum regnorum, omniumque terrarum et dominiorum, quæ nunc ab
utrolibet predictorum regum possidentur aut in posterùm possidebuntur,
incolæ, quâcumque dignitate, quocumque statu aut conditione
extiterint, poterunt sese mutuis officiis amicitiæ prosequi et
excipere liberè, tutò, securè, ultrò citròque, terrâ marique ac
fluminibus commeare, navigare, inter se contrahere, emere, vendere,
illicque quandiù velint morari, vel hinc indè, quandò visum erit,
recedere et abire, et quæ comparaverint [aut] emerint arte, operâ,
industriâ laboreve aut quocumque alio justo modo quesiverint ad suos
vel exteros, quocumquè locorum libuerit, sine ullo impedimento,
offensâ, arrestatione seu prohibitione, salvo conductu, licentiâ aut
speciali permissione invehere et transportare possint[14].»

  [14] Traité du 11 avril 1564. RYMER, FOEDERA, T. VI, 2e part., p.
  123.

Et touchant le faict de la restitution, iceulx Seigneurs du Conseil se
souviendront, s'il leur playt, qu'ilz ont accordé que dans trois jours
seront nommez quatre notables merchans de Londres, pardevant lesquelz,
en présence de monsieur le lieutenant de l'Admyral, les delléguez
françoys monstreront leurs plainctes et demandes pour, sur icelles, de
toutes les merchandises et navyres des Françoys, qui ont esté prinses,
admenées ou arrestées par deçà despuys le moys de septembre dernier,
qui se trouveront encores en essence, ou de la juste valleur
d'icelles, leur estre faicte prompte restitution; et que des aultres,
qu'ilz feront sommairement aparoir, leur sera de mesmes administré
prompte justice sur le champ, sans forme ni longueur de procès, contre
ceulx qui les ont prinses, ou les dettiennent, ou en sont coulpables.

Et, en attandant que la dicte justice puisse estre faicte aus dictz
delléguez Françoys, il a esté accordé que les arrestz faictz en France
et icy, précédant le VIIIe de juillet dernier, demeureront surciz
jusques au prochain jour de St. Michel, si plus tost la dicte justice
ne peult estre administrée aulx susdictz delléguez, et si, d'avanture,
il estoit advenu quelque aultre arrest despuys le dict VIIIe de
juillet, qu'il sera levé d'ung costé et d'aultre.



LVIIe DÉPESCHE

--du VIe de septembre 1569.--

(_Envoyée jusques à Calais par homme exprès._)

  Départ des sieurs de Lizy et de Jumelles sur la flotte destinée
    pour Hambourg, afin de hâter l'entrée en France de l'expédition
    du duc Casimir.--Nouvelle activité dans les préparatifs de
    guerre qui se font en Angleterre.


    AU ROY.

Sire, après vous avoir amplement escript, du jour d'hyer, toutes
occurrances de deçà, je ne pensoys qu'il se deust offrir argument ny
matière de vous faire aulcune aultre dépesche jusques à ce que je
serois de retour de devers ceste Royne; mais sur le raport d'ung
certain personnaige, que j'avois envoyé espyer le partement de la
flotte de Hembourg et recognoistre tout ce qui s'y feroit, lequel
m'est venu trouver sur ce chemyn, j'ay à vous dire, Sire, qu'il a veu
embarquer Mr. de Lizy et le Sr. de Jumelles sur l'ung des deux grandz
navyres de guerre de ceste Royne, qui sont ordonnez pour la conduicte
de la dicte flotte, et qu'il a entendu qu'ilz vont trouver le duc de
Cazimir pour le haster; et que ung Allemant, qui estoit en leur
compaignie, lequel naguières est venu d'Embourg, a dict que, quant il
partit, le dict duc de Cazimir avoit toutes choses prestes pour se
mettre en campaigne, aussitost qu'il auroit heu responce d'icy, et
qu'il estoit bruict qu'il descendroit en France, nomméement en
Picardie. De quoy, Sire, je n'ay vollu différer une seule heure de
vous en donner l'adviz, afin que [vous] ne vous trouviez ny déceu ny
surprins du dict costé d'Allemaigne, car on me baille cecy pour bien
fort asseuré; et si ay heu quelque advertissement, en partant de
Londres, qu'on emporte en ceste dicte flotte ung bon nombre
d'angellotz en espèces, et que les bagues de la Royne de Navarre ont
esté cependant consignées ez mains du Sr. Grassan, principal merchant
du dict Londres; dont n'estant la présente pour rien davantaige, je
prieray Dieu, etc.

    De Londres ce VIe de septembre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, cest adviz que Vostre Majesté trouvera en la lettre du Roy m'a
faict ainsy haster ceste dépesche, incontinent après celle de hyer
matin, affin que ne demeuriez en doubte des aprestz d'Allemaigne,
comme j'estime qu'en estiez bien advertye d'ailleurs, et affin aussi,
Madame, qu'y puyssiez pourvoir de bonne heure; et cognoys meintennant
que ceste Royne ne m'a trompé quant elle m'en a donné le premier
advertissement, car les choses aparoissent à ceste heure telles comme
elle me les a cy devant dictes. L'on m'a mandé de ceste court qu'on y
ordonne beaulcoup de préparatifz de guerre et qu'on dict que c'est
pour se deffandre.

Je mettray peyne de sçavoir à quoy tend proprement leur entreprinse,
car, en général, je vous ay desjà assés advertye de leur intention, de
laquelle, s'il y a moyen de rebattre quelque chose, croyés, Madame,
qu'il sera essayé, aydant le Créateur, auquel je prie, etc.

    De Londres ce VIe de septembre 1569.



LVIIIe DÉPESCHE

--du XIIIIe de septembre 1569.--

(_Envoyée jusques à Calais par Olivyer Champernon exprès._)

  Retard apporté dans le voyage de la reine par une indisposition
    du comte de Leicester.--Notification officielle est faite à
    Élisabeth, par l'ambassadeur, des projets de mariage du Roi et
    de Madame.--La reine se montre surprise de ces alliances.--Elle
    affirme à l'ambassadeur qu'elle n'a rien voulu prêter sur les
    joyaux de la reine de Navarre.--Elle proteste de sa volonté
    d'empêcher ses sujets de porter aucun secours à la
    Rochelle.--Elle insiste vivement sur la nécessité de
    restreindre le commerce de France avec les Pays-Bas;--Et
    s'excuse du retard apporté à la solution des affaires de la
    reine d'Ecosse.--Départ définitif des navires armés sous le nom
    du prince d'Orange.--_Lettre secrète de l'ambassadeur_ à la
    reine-mère.--Détails confidentiels sur les débats qui se sont
    élevés entre Élisabeth et le duc de Norfolk, au sujet de son
    mariage projeté avec Marie Stuart.


    AU ROY.

Sire, je n'ay plus tost que hier au soir peu estre de retour
d'Anthonne, où j'ay esté trouver la Royne d'Angleterre, laquelle n'y
est arrivée de trois jours si tost qu'elle cuydoit, parce que une
fiebvre aigue a surprins Mr. le comte de Lestre en une maison
écartée, qui est au comte de Soubtanton, où il a esté contrainct de se
séjourner, et toute la court pour l'amour de luy; mais au bout de
trois jours il a suyvy en lityère et à présent se porte bien.

J'ay présenté les lettres de Voz Majestez à la dicte Dame, laquelle a
monstré du commancement estre ung peu troublée de la nouvelle qu'elles
contenoient, dont m'a demandé si les choses estoient desjà conclues,
sur quoy s'entend la jalouzie qu'elle a de la nouvelle confirmation
d'alliance avec le Roy d'Espaigne. Je luy ay dict que vous aviez telle
considération et respect à l'amytié d'elle que vous n'aviez vollu
passer oultre en ce faict sans le luy communiquer, affin de faire
veoir à tout le monde que, comme vous luy faisiés part d'ung propos,
qui touche de si prez à la propre personne de Vostre Majesté, aussi
vouliez vous qu'elle participât au bien, au proffict et à toutz les
advantaiges qui proviendront de ceste alliance, laquelle ne seroit que
pour confirmer davantaige celle que vous aviez avecques elle et la
bonne paix, qui est entre vous et voz deux royaulmes, non moins
fermement que avec ceulx mesmes, avec qui vous vous alliez.

De ce peu de motz ayant la dicte Dame prins aultre forme et aultre
façon de parler, m'a prié de vous escripre qu'elle remercyoit très
grandement Voz Majestez de la faveur que vous luy faiziés de luy
communiquer ce privé et expécial propoz de vostre mariage et de celluy
de Madame, lesquelz elle ne sçauroit que beaulcoup louer et aprouver,
comme grandement convenables à la mutuelle grandeur de toutz les
partys; et que, pour le regard de celluy de Vostre Majesté, il ne se
pouvoit imaginer rien de plus grand ny de plus digne en la chrestienté
que l'alliance d'ung Roy de France avec la fille d'ung Empereur. Il
est vray qu'elle avoit ouy parler de l'aynée et non de la seconde,
tant y a que pour son regard Vostre Majesté ne pouvoit guières prendre
aultre alliance en la chrestienté, qui luy fût moins suspecte que
ceste cy, parce qu'elle aymoit l'Empereur comme si elle estoit sa
fille, et si se sentoit estre aymée de luy comme de son propre père,
et ne fit mention du Roy d'Espaigne. Puis adjouxtant qu'elle se
réjouyroit toutjour des choses qui reviendroient à vostre bien,
grandeur et advantaige, aultant que si c'estoit pour elle mesmes, dont
prioit Dieu de vous faire bien heureux cestuy vostre mariage, et le
vous randre plain de tout playsir et de contantement, et qu'elle
m'envoyeroit les lettres de sa responce pour les vous faire tenir.

Et quant à ce que je luy avois dict de ne prester, ny permettre
d'estre presté, nulz deniers en son royaulme sur les bagues de la
Royne de Navarre, parce que ce seroit contre le tretté de paix, sellon
que vous la feziés advertyr qu'on les vouloit convertir à vous faire
la guerre, elle me vouloit asseurer de n'avoir rien presté dessus les
dictes bagues, ny ne pensoit qu'on les eust engaigées en ce royaulme;
ains croyoit que Mr. de Lizy les eust emportées en Allemaigne, et que
mesmes elle ne les avoit vollu veoir. Il est vray qu'elle avoit
entendu d'ung sien orphèvre à qui elles avoient esté monstrées, qu'il
y avoit ung beau vaze d'agatte, lequel elle eust volontiers retenu,
mais saichant d'où il venoit, n'en avoit vollu aulcunement parler.

Et de faict, Sire, la pratique est menée de telle sorte par ceulx qui
portent le faict de la nouvelle religion qu'il n'y court rien du
propre de la dicte Dame, ains plus tost elle se décharge de quelques
intérestz, et néantmoins j'entendz que les aultres sont accommodez en
Allemaigne d'aulcuns deniers qui proviennent d'icy; de quoy je suys
après à vériffier ce qui en est, affin de m'en plaindre et d'y
remédier le mieulx qu'il me sera possible.

Et touchant le commerce que vous offriez à la dicte Dame en telz
endroictz de vostre royaulme, que ses subjectz vouldroient choysir,
pourveu qu'ilz n'allassent plus à la Rochelle, elle m'a dict qu'à la
vérité elle m'avoit une foys promis d'y faire condescendre ses
merchans, mais elle ne les avoit encores peu persuader, tant y a
qu'elle communiqueroit de rechef là dessus avecques son conseil pour
vous y satisfaire aultant qu'il seroit possible; et cependant elle me
donnoit bien parolle avec sèrement que, quoy ce fût, nul de ses
subjectz, sur peyne de mort, ne porteroit dorsenavant à la Rochelle
armes, ny pouldres, ny artillerye, ny monitions, ny vivres, ny rien de
quoy ceulx du dict lieu peussent estre secouruz contre Vostre Majesté;
et parce que je ne me contantoys de cella, incistant qu'elle debvoit
faire abstenir ses subjectz tout entièrement de ce traffic, elle m'a
dict qu'elle en assembleroit son conseil et m'y feroit responce du
premier jour;

Au surplus, qu'elle ne trouvoit poinct mauvais que j'eusse vollu
attandre le commandement de Vostre Majesté sur la restriction de ne
porter par les Françoys aulcunes sortes de merchandises des Pays Bas
icy, ny d'icy aulx Pays Bas, veu ce que je luy allégois que cella
touchoit les chappitres de la paix; toutes foys qu'elle vous prioyt,
pour l'amytié qu'elle pansoit avoir mérité de Vostre Majesté, que vous
luy vollussiez ottroyer la dicte restriction, veu qu'à présent le duc
d'Alve luy estoit ennemy, et qu'il en avoit proclamé une semblable
aulx Pays Bas contre l'Angleterre; de quoy je luy ay promiz vous
escripre en si bonne sorte que j'espérois que vous ne l'en
esconduyriez.

Et pour le regard de la Royne d'Escoce, m'a dict qu'elle ne voyoit que
son affaire peult estre si promptement expédiée comme je l'en
pressois, et que le mal qu'il sembloit que je luy voulois imputer de
ce que le comte de Mora poursuyvoit de ruyner ceulx du party de la
dicte Dame et de la déshériter du tout, pendant qu'elle estoit
dettenue par deçà, ne provenoit de sa coulpe, ains des faultes du
passé, et qu'il failloit attandre la responce du dict comte de Mora,
ainsy qu'elle l'avoit remonstré à Mr. de Roz, qui ne l'avoit trouvé
mauvais; auquel de Mora elle avoit cependant escript de se déporter de
n'assiéger Dombertran, dont, aussitost que ses depputez seroient
venuz, elle ne fauldroit de procéder incontinent à l'expédition de
cest affaire en la bonne sorte qu'elle m'avoit toujour promiz.

«Il est vray, dict elle, qu'il se mène une pratique pour la dicte Dame
avec ung certain personnaige de mon royaulme, lequel je me déporte de
nommer à présent, et me veult on faire acroyre que c'est pour mon bien
et advantaige; mais ne me veulent laysser juger s'il est ainsy, tant y
a que je dellibère, comment que soit, d'en demeurer l'arbitre.»

Et je cognuz bien, Sire, que cest affaire mettoit une grande traverse
en ceste court. Je prendray garde à ce qui en proviendra, et à toutes
aultres choses qui toucheront icy vostre service, et remettray le
surplus à mes prochaines, priant Dieu, après avoir très humblement
baysé les mains de Vostre Majesté qu'il vous doinct, etc.

    De Londres ce XIVe de septembre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, avant que je soys arrivé à Anthonne, la Royne d'Angleterre
avoit receu des nouvelles de son ambassadeur, Mr. Norrys, qui ne luy
avoit, ceste foys faict guières advantaigeux les affaires de ceulx de
la nouvelle religion devant Poictiers; de quoy me semble que j'ay tiré
plus gracieuse responce d'elle sur ce que je luy ay proposé, que,
possible, je n'eusse faict, ainsy que Vostre Majesté le pourra veoir
par la lettre que j'escriptz au Roy. Tant y a, Madame, qu'elle et les
siens font encores grand fondement sur l'armée qui est devant le dict
Poictiers, et espèrent d'aultres plus grandz choses du costé
d'Allemaigne, non sans quelque opinion que le duc Auguste se meslera
de l'entreprinse.

La dicte Dame a parlé si honnorablement des deux mariages du Roy et de
Madame que je vous en ay bien vollu représanter sa responce, et
j'espère que je vous en feray aussi bien tost tenir ses lettres. Elle,
à ce propos, m'a bien vollu dire que, quant ce ne seroit que pour une
si digne compaignie, il luy sembloit adviz qu'elle estoit convyée
meintennant de se maryer, et m'a répété par trois foys, je ne sçay à
quelle occasion, qu'elle ne feroit aulcun tort à son rang de
princesse, et qu'asseuréement elle n'en espouseroit jamais qui ne fût
prince, ce qu'elle a poursuyvy en beaulcoup de parolles; et je luy ay
respondu en termes généraulx, lesquelz je remectz à une aultre foys.
Puys, sur le faict de la Royne d'Escoce, nonobstant les responces dont
elle a monstré procéder avec cueur attainct et offancé contre elle,
je luy ay touché et à ceulx de son conseil aulcuns poinctz, desquelz
j'entendz qu'ilz ont esté aulcunement ramenez à rayson, et je n'ay peu
passer plus avant sans aparance de quelque dangier en voz affaires, ou
bien sans excéder les termes de la modestie; mais je ne deffauldray en
cest endroict, à toutes les occasions qu'il s'offrira, d'en debvoir
faire instance de la part de Voz Majestez.

Monsieur l'ambassadeur d'Espaigne avoit envoyé son secrétaire devers
la dicte Royne d'Angleterre pour luy communiquer, à ce que j'en peuz
comprendre sur le lieu, une lettre du duc d'Alve pour entrer
clairement en termes d'accord. Je mettray peyne de sçavoir proprement
ce qui en est.

Ceulx de ce conseil m'ont parlé de leur vouloir bailler mes lettres de
seurté pour les navyres qu'ilz envoyeront quérir leurs vins à
Bourdeaulx, et, nonobstant que je leur aye respondu qu'il n'en estoit
besoing en temps de si bonne paix, ilz m'ont fort incisté de ne leur
reffuzer cella, de quoy je leur ay promiz que je vous en escriproys.

L'homme du prince d'Orange est enfin sorti de ceste rivière avecques
ses ourques et vaysseaulx, le IXe de ce moys, pendant que j'estois à
Anthonne. Il ne m'a esté encores raporté quelle routte il a prins;
l'on me veult faire acroyre qu'il n'a heu congé que d'aller vers les
Pays Bas, mais aulcuns disent que son intention estoit d'aller à la
Rochelle, et aultres disent qu'il avoit quelque entreprinse sur Belle
Isle en Bretaigne. J'espère que, sellon mes advertissemens précédans,
il trouvera toute la coste de dellà si bien fornye qu'il n'y recepvra
que honte et dommaige, s'il s'y adresse; aydant le Créateur, auquel je
prie, etc.

    De Londres ce XIVe de septembre 1569.


    AULTRE LETTRE A PART A LA ROYNE.

Madame, il y avoit eu de grosses parolles entre la Royne d'Angleterre
et le duc de Norfolc, premier que j'aye ceste foys parlé à elle, et
j'entendz qu'elle s'estoit corroucée fort asprement à luy de ce qu'il
trettoit, sans son sceu, de se maryer avec la Royne d'Escoce, lui
deffendant fort expresséement de n'y prétandre plus, en quelque façon
que ce soit. Sur quoy, après quelques excuses du dict duc comme il
n'avoit jamais prétandu de faire rien sinon avec le bon congé de la
dicte Dame, et qu'il avoit, devant toutes choses, proposé le bien, la
seurté et l'advantaige d'elle et de sa coronne, il s'est excusé de
n'obéyr à ce commandement qu'elle luy faisoit ainsy en collère, sinon
après qu'elle l'auroit remonstré à son conseil. Et bien qu'elle ayt
répliqué qu'elle n'avoit que faire en cella de l'adviz de son conseil,
le dict duc est demeuré ferme en son opinion; et croy, si la dicte
Dame ne se modère, qu'il taschera tout à la foys de faire eschapper la
Royne d'Escoce pour se retirer en quelque lieu de plus grand seurté en
ce mesmes royaulme que celluy où elle est à présent, et de s'absenter
luy de la court, ce qui ne sera sans quelque altération. Dont, Madame,
il sera plus à propoz que jamais que vous parliez à l'ambassadeur
d'Angleterre, ainsy que par le Sr. de Sabran je le vous ay mandé; et
je prieray Dieu, après avoir très humblement baysé les mains de Vostre
Majesté qu'il vous doinct, etc.

    De Londres ce XIVe de septembre 1569.


_Par postille à la lettre précédente de la Royne._

Despuys ceste lettre escripte, j'ay heu adviz que celle du duc d'Alve
portoit de demander saufconduict pour aulcuns personnaiges, depputez
de la part du Roy Catholique, affin de venir tretter avec cette Royne
des différandz dessusdictz, et cuyde l'on que ce seront le Sr. Chapin
Vitel et le docteur Vargas, et que desjà le saufconduict est expédié.
Je vériffieray encores mieulx ce qui en est.



LIXe DÉPESCHE

--du XIXe de septembre 1569.--

(_Envoyée exprès par Jehan Valet jusques à Calais._)

  Envoi des réponses faites par la reine d'Angleterre aux lettres
    concernant les mariages du Roi et de Madame.--Importance des
    sommes qu'Élisabeth s'efforce de réunir en Allemagne, où elle
    dispose d'un grand crédit.--Arrivée de la flotte anglaise à
    Hambourg.--Jonction des navires du prince d'Orange à ceux du
    bâtard de Briderode, sur la côte de Frize.--Troubles
    d'Irlande.--Conditions auxquelles les frères d'Ormont offrent
    de déposer les armes.--Détermination, prise par le roi
    d'Espagne, d'envoyer des députés à la reine d'Angleterre pour
    traiter de leurs différends.--Nouvelles d'Écosse.--Refus fait
    par le comte de Murray de lever le siége de Dumbarton, sur la
    demande d'Élisabeth.--Assemblée de Stirling.--Arrestation du
    comte de Lethington comme complice du meurtre de Darnley.


    AU ROY.

Sire, partant la Royne d'Angleterre mercredy dernier de Amptonne, où
elle a faict le bout de son progrez de ceste année, sans passer en
l'isle d'Ouic, comme elle avoit dellibéré de le faire, mais aulcuns
principaulx seigneurs de sa court y ont bien passé, et le capitaine
Orsey, qui en est gouverneur, est venu deçà faire devant la dicte Dame
une reveue d'envyron deux mil harquebouziers de la dicte isle. Elle
m'a envoyé sa responce, qu'elle faict aulx lettres de Voz Majestez du
XVe du passé, sur lesquelles vous ayant desjà, par les miennes du
XIIIIe d'estuy cy, randu compte de ce que, de parolle, elle me dict
lorsque je les luy présentay, je ne vous en toucheray icy rien
davantaige; seulement vous diray, Sire, que la dicte Dame s'en vient à
Amthoncourt au XXVIe de ce moys, pour estre prez de ceste ville, affin
de pourvoir à plusieurs siens affaires qui se présentent meintennant,
entre lesquelles elle et les siens monstrent toutjour avoir fort le
cueur aulx évènemens de France, regardans de près quelle yssue pourra
prendre ceste guerre, et se pourvoyans pour ceste occasion, oultre ce
que je vous ay desjà mandé de leur apareil de guerre par deçà, d'avoir
aussi des deniers en Allemaigne; car bonne partie de ce que les
recepveurs d'Angleterre peuvent lever, ou qui se peult recouvrer par
moyens et inventions extraordinaires, se dellivre au Sr. Thomas
Grassan, qui le va distribuant de main en main secrectement aulx
merchantz de ceste ville, affin qu'ilz layssent aultant de deniers de
la vante de leurs draps, qu'ilz ont envoyé en Hembourg, ez mains des
agentz de la dicte Dame par dellà, si bien que de deux millions cinq
cens mil escuz, que vallent les deux flottes ou aultres parties qu'on
y a envoyé ceste année, l'on faict estat qu'il n'en retournera icy, ny
par amployte d'aultre merchandise, ny en deniers, guières plus de
huict centz mil escuz, affin que la dicte Dame ayt fonds et grand
crédit en Allemaigne pour y pouvoir lever gens de guerre quant elle
vouldra.

Et touchant les bagues de la Royne de Navarre, la dicte Dame, à la
vérité, a reffuzé de prester argent dessus, allégant estre pressée
d'une debte qu'elle a promiz payer à la fin de ce moys à Francfort,
mais n'empeschoit qu'on ne se peult accommoder avec ses créditeurs du
dict payement sur les dictes bagues, pourveu qu'elle demeurât quicte
tant du principal que des intérestz. Et ainsy, par ung moyen ou
aultre, semble qu'il y a [et] aura deniers fornys sur les dictes
bagues, mais c'est en sorte que les principaulx de ce conseil n'en
sentent rien; et s'est monstrée la dicte Dame fort offancée, ces jours
passez, contre la communaulté des merchantz de ceste ville, qui
s'estantz assemblez pour dellibérer par pluralité de voix sur la
forniture de tant de deniers en Allemaigne, elle leur a mandé qu'ilz
avoient trop entreprins de tretter en ceste sorte d'ung tel faict,
auquel ilz publioient et révéloient son secrect et le secrect de ses
affaires, et qu'ilz n'avoient à penser que à la seurté de leurs
deniers, sans s'entremettre de cecy plus avant.

La flotte, qui est partie pour Hembourg, a heu bon vent, et, sellon le
raport d'ung qui est revenu de dellà, elle est arrivée à saulvement au
dict lieu, et dict davantaige que Mr. de Lizy et le Sr. de Jumelles
ont prins terre à Endem pour tant plus tost se randre devers le duc de
Cazimir, affin de le haster de se mettre incontinent en campaigne; et
qu'il a veu, au reste, joindre les ourques et vaisseaulx de l'homme du
prince d'Orange avec les quatre navyres du bastard de Briderode sur la
coste de Frize, et qu'ilz sont à ceste heure unze bons vaisseaulx
ensemble, aussi bien armez et équipez qu'il est possible, et crainct
on qu'ilz porteront grand dommaige à la pescherye de Flandres de
ceste année; tant y a que je suys bien ayse d'avoir au moins obtenu de
ceste Royne qu'ilz n'ayent, pour ceste foys, prins la routte de
France.

Les choses d'Irlande passent diversement, car une partie des
soublevez, mesmement celle où estoient les deux frères du comte
d'Ormont, ont desjà, par le moyen de leur frère, offert de se
soubmettre [et] de poser les armes pourveu que les griefz, pour
lesquelz ilz disent les avoir prinses contre Charo, soyent décidez au
conseil d'Angleterre et non pardevant le _Debitis_; mais les aultres
soublevez persévèrent, et mesmes j'entendz qu'ilz prospèrent en leur
entreprinse, laquelle se monstre assés doubteuse. Néantmoins ceulx cy
ne l'estiment estre de guières de dangier.

Monsieur l'ambassadeur d'Espaigne m'a faict entendre que dans le
paquet, qui luy est dernièrement venu par la dépesche que Vostre
Majesté m'a faicte du dernier du passé, il a receu une lettre du Roy
Catholique pour la Royne d'Angleterre qui porte deux chefz;--l'ung, de
la prier qu'elle veuille ottroyer saufconduict à ceulx qu'il a advisé
d'envoyer de sa part devers elle, tant pour tretter des différandz qui
sont survenuz ceste année entre leurs subjectz, que pour satisfaire
aulx poinctz de la lettre qu'elle luy escripvit l'hyver passé en
latin;--et l'aultre chef, est de l'exorter qu'elle ne veuille porter
plus aulcune faveur aulx rebelles de Flandres, ny pareillement à ceulx
de France; car cella luy pourroit attirer la guerre en son pays, et
qu'elle se déporte de leur assister si elle ne se veult, par mesme
moyen, préparer de soubstenir le rescentyment que les princes offancez
en pourront cy après justement avoir, me priant le dict ambassadeur
que je le face ainsy entendre à Vostre Majesté et qu'il sera prest de
procurer envers le Roy, son Maistre, qu'il face toutjour semblables
bonnes démonstrations et offices icy pour le bien de vostre service.
Sur ce, etc.

    De Londres ce XIXe de septembre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, pour accompaigner les lettres, que la Royne d'Angleterre
escript à Voz Majestez, j'ay touché en la lettre du Roy les
principaulx poinctz que j'ay à vous faire meintennant entendre des
choses de deçà, entre aultres celuy de monsieur l'ambassadeur
d'Espaigne, par lequel le Roy, son Maistre, monstre avoir ceste foys
cédé à la Royne d'Angleterre, et qu'en fin ayant bien pensé à son
faict pour les aprestz qu'il sent d'Allemaigne, et, possible, pour les
propres difficultez de ses pays, il ne s'est tant vollu tenir sur la
réputation qu'il n'ayt envoyé le premier devers la dicte Dame, pour
accorder amyablement des différandz qui sont entre eulx; de quoy elle
s'estime avoir gaigné ung grand advantaige, et dict on que le Sr.
Chapin Vitel et le docteur Vargaz seront pour cest effect dans dix ou
douze jours par deçà. Je ne sçay encores ce qui en pourra réuscyr,
tant y a que je crains assés que l'admonestement, que le dict Roy
Catholique a faict à ceste princesse de considérer le rescentiment
qu'on pourra avoir de l'assistance qu'elle a donnée à ceulx de la
nouvelle religion, ainsy que le dict sieur ambassadeur me l'a mandé,
ne la mette davantaige en souspeçon de l'yssue de la guerre de France,
et ne l'induyse d'accommoder tant plus tost ses affaires ailleurs,
pour d'aultant retarder et traverser, en ce qu'elle pourra, ceulx de
Voz Majestez; mais je luy en osteray toutjours par mes propos le
doubte qu'elle en pourroit avoir sur le cueur, sans monstrer
toutesfoys que je tende à rien de cella.

Le sire Thomas Flemy est revenu d'Escoce, qui raporte que le comte de
Mora ne s'est vollu déporter d'assiéger Dombertran pour chose que la
Royne d'Angleterre luy en ayt escript, et qu'en l'assemblée, qu'il a
tenue à Esterlin le XXVIIIe d'aoust, il a faict ordonner ung depputé
pour venir par deçà, ce qu'on estime bien n'estre à aultres fins que
pour prolonger toutjour l'affaire. Tant y a que la part, qui est au
dict pays pour la Royne d'Escoce, semble estre plus vifve et plus
relevée meintennant qu'elle n'a encores esté, nonobstant que, pour
avoir le secrétaire Ledinthon esté découvert d'en estre, l'on a trouvé
moyen de le faire publicquement accuser dans la dicte assemblée pour
complice du murtre du feu Roy d'Escoce, dont il a esté miz en arrest
contre le desir des comtes d'Arguil, de Honteley, d'Athil et des
principaulx seigneurs, qui ont cryé que la seurté et franchise de la
dicte assemblée estoit viollée, et s'en sont allez fort mal contantz.
Monsieur l'évesque de Roz est après à pourchasser là dessus audience
de ceste Royne, mais je croy qu'il ne l'obtiendra jusques à ce que la
dicte Dame sera à Amthoncourt, laquelle monstre de plus en plus avoir
souspeçon et deffiance de tout ce qui se faict et qui se procure pour
l'advantaige de sa cousine. Sur ce, etc.

    De Londres ce XIXe de septembre 1569.


La Royne d'Escoce s'esbahyt qu'il n'y a nouvelles qu'à Dombertran
soyent arrivez les navyres que Vostre Majesté dict au Sr. de Bortic
qu'elle y avoit faict dépescher de Bretaigne.



LXe DÉPESCHE

--du XXIIIe de septembre 1569.--

(_Envoyée par Olivyer Champernon exprès jusques à Calais._)

  Nouvelle de la levée du siége de Poitiers.--Nécessité de
    redoubler de vigilance sur les côtes de France.--Retour du
    sieur de Quillegrey, qui revient d'Allemagne.--Il annonce que
    les princes protestants offrent de reconnaître Élisabeth comme
    chef d'une ligue pour la défense de la religion
    réformée.--Députés envoyés en Allemagne par ceux de la Rochelle
    et par la reine d'Angleterre, pour assister à la diète de
    l'empire à Augsbourg.--On annonce la prochaine arrivée en
    Angleterre des députés du roi d'Espagne.--Mesures rigoureuses
    prises à l'égard de la reine d'Écosse.--Craintes de
    l'ambassadeur que les offres des princes protestants
    d'Allemagne et la condescendance du roi d'Espagne ne rendent
    Élisabeth plus entreprenante contre la France.--_Lettre
    secrète_ pour la reine-mère, dans laquelle l'ambassadeur
    annonce le départ subit du duc de Norfolk, qui a quitté la cour
    sans autorisation de la reine.


    AU ROY.

Sire, faisant à ceste heure la Royne d'Angleterre le retour de son
progrez par des maisons escartées des gentishommes, où elle n'a de
coustume d'ouyr volontiers parler d'aulcune matière d'affaires, par ce
que ceulx de son conseil ne sont avecques elle, j'avois réservé de
l'aller trouver quant elle arriveroit à Amthoncourt, qui sera, à ce
qu'on dict, le lieu de son séjour de deux moys, pour luy continuer
les instances du commerce, et de la restitution des prinses, et de
n'aller plus par les Anglois à la Rochelle; et luy compter
pareillement l'acheminement de Monsieur, frère de Vostre Majesté,
avecques vostre armée pour aller secourir Poictiers, suyvant le
contenu de vos lettres du VIIe du présent; mais m'estant cependant,
par aultres lettres de Voz Majestez du VIIIe ensuyvant, arrivé l'adviz
de l'heureux succez que la dicte entreprinse de Mon dict Seigneur a
desjà heu[15], je n'ay vollu différer de le faire incontinent entendre
à la dicte Dame par ung mot que je luy ay escript, là par où elle est,
avec la coppie de voz dictes lettres qui sont dignes d'estre veues, et
lesquelz contrepoyseront de beaulcoup les bruictz, que ceulx de la
nouvelle religion publioyent et faisoient prescher en leurs esglizes,
d'avoir levé le siège de Navarreins; d'avoir deffaict Mr. de Tarride
et prins Mr. de Bonnivet; et relèveront la réputation de voz affaires
par deçà contre ceulx qui les y désadvantaigeoient auparavant; dont je
prie Dieu vous continuer toutjour sa divine assistance.

  [15] L'amiral de Coligni, qui avait mis le siège le 24 juillet
  devant Poitiers, défendu par le duc de Guise, fut forcé de
  l'abandonner le 9 septembre pour aller au secours de
  Chatellerault, que le duc d'Anjou menaçait.

Je crains bien que si ce remuement, qu'on dict de ceulx de la dicte
nouvelle religion en Picardye, s'estand vers Normandye et jusques sur
ceste mer estroicte, qu'il ne convye les Anglois d'entreprendre
quelque chose, quant ilz sentyront la guerre si prez d'eulx; et m'a
l'on dict que quelques ungs de Roan et des envyrons de Dièpe sont,
despuys deux jours, passez en ce royaulme pour parler et pratiquer
avec ceste Royne, dont ay mandé aulx gouverneurs de dellà qu'il leur
est besoing d'estre plus vigilans que jamais, et que je mettray
toutjour peyne de les advertyr, le plus d'heure qu'il me sera
possible, de toutz les aprestz et menées que je sentyray qui se feront
icy.

Le Sr. de Quillegrey, à son retour d'Allemaigne, n'a faict que passer
par ceste ville, dont n'ay peu encores guières rien aprendre du faict
de sa commission, sinon qu'il monstre estre fort comptant de l'avoir
bien acomplye par dellà, ainsy qu'il luy estoit commandé de le faire,
et a dict en quelque lieu qu'il pourtoit la carte blanque des princes
protestans à ceste Royne, qui la font chef et luy deffèrent la somme
des affaires et la principalle détermination et conclusion de ce qui
s'y entreprendra. Je m'attandz bien que là dessus elle et les siens
seront à ceste heure poussez à plusieurs grandes persuasions, lesquelz
je ne sçay si je les pourray avec le temps modérer et réfroydir; en
quoy je feray bien tout ce qu'il me sera possible, mais il m'y fauldra
conduyre sellon que je pourray aprendre de la négociation du dict
Quillegrey plus que je n'en sçay à présent, qui, possible, se trouvera
ne raporter tant de grandz promesses d'Allemaigne comme il le veult
faire aparoir.

Il semble que Mr. de Lizy et le Sr. de Jumelles se trouveront à la
prochaine diette de l'empyre à Augsbourg, à laquelle le Sr. de
Trokmarthon n'a poinct esté pour ceste foys envoyé, mais j'entendz
qu'on a mandé au docteur Christophe Du Mont d'y assister pour la Royne
d'Angleterre; et espèrent ceulx de la nouvelle religion quelques
grandes déterminations de la dicte assemblée, mettans en grand compte
que les Suysses y ont esté appellez et qu'ilz ont promiz d'y convenir.

La commune opinion continue en ceste ville que le Sr. Chapin Vitel et
le docteur Vargaz seront bientost devers ceste princesse, mais l'on
m'a dict que le saufconduict, qu'elle a dépesché pour cella, n'est que
pour ung messagier, qui doibt venir luy aporter des lettres du Roy
d'Espaigne, sans aultrement expéciffier ny le nom ny la qualité
d'icelluy; dont n'est vraysemblable que les dictz personnaiges se
commettent soubz ung si simple saufconduict en ce voyage, sans qu'il y
soit faict plus expresse mencion d'eulx.

La Royne d'Angleterre est entrée en plus grande jalouzie et deffiance
qu'elle n'avoit encores esté de la Royne d'Escoce, et a vollu que,
oultre le redoublement des gardes, le comte de Huntinton et le
viscomte de Harifort, avec quelques ungs des leurs, soyent allez là où
est la dicte Royne d'Escoce, bien que toutz deux luy soyent mal
agréables et bien fortz suspectz. Je ne diffèreray pour cella de
continuer, en temps et lieu, l'instance de sa restitution et de sa
liberté, en la claire et ouverte façon que j'ay toutjour faict, au nom
de Vostre Majesté; et prieray Dieu, etc.

    De Londres ce XXIIIe de septembre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, je ne fays doubte, si le sieur de Quillegrey raporte tant de
grandes promesses d'Allemaigne, comme il en a faict la démonstration,
passant par ceste ville, et que s'estant en même temps le Roy
d'Espaigne plyé de venir requérir d'accord la Royne d'Angleterre sur
les différandz des Pays Bas, que je ne trouve dorsenavant la dicte
Dame et les siens encores plus difficiles et mal aysez en voz
affaires, que je n'ay faict jusques icy; et néantmoins je ne dellibère
pour cella procéder moins vifvement envers eulx, ez choses qui se
offriront pour vostre service, que j'ay toutjour faict; car cella
mesmes qui se veoyt meintennant n'est que Voz Majestez n'eussent
préveu debvoir de mesmes advenir, si la guerre de France alloit ainsy
en longueur comme elle faict.

Il est vray que je n'obmettray rien de ce que je cognoistray pouvoir
servir à conserver la paix et à contenir ceulx cy, le plus qu'il me
sera possible, en l'observance d'icelle qui, possible, cognoistront ne
leur estre moins utille de ne la rompre en vostre endroict que de la
renouveller ailleurs; en quoy je vous suplye, Madame, me mander si je
leur accorderay la seurté qu'ilz m'ont requise pour leurs flottes et
vaysseaulx qu'ilz dellibèrent envoyer à Bourdeaulx, ainsy que monsieur
l'Admyral d'Angleterre a vollu une mienne lettre de recommendation au
gouverneur du dict Bourdeaulx pour ung sien navyre, qu'il y a desjà
dépesché. Et n'ayant à vous dire meintennant rien davantaige que ce
qui est contenu en la lettre du Roy, je prieray pour le surplus Nostre
Seigneur, etc.

    De Londres ce XXIIIe de septembre 1569.


AULTRE LETTRE A PART A LA ROYNE.

Madame, le faict du mariage de la Royne d'Escoce est venu à tel poinct
que, incistant fort fermement la Royne d'Angleterre que le duc de
Norfolc se déporte d'y entendre, et s'opiniastrant luy de ne le
vouloir faire, ains d'y persévérer jusques à la mort, elle luy a
faict de telles démonstrations de malcontantement qu'il s'en est allé
de la court sans prendre congé; de quoy la dicte Dame est fort mal
contante. Et semble que cella pourra bientost produyre je ne sçay quoy
de trouble en ce royaulme, mesmes que la Royne d'Escosse, se voyant
resserrée davantaige, vouldra pourvoir à sa liberté, sans temporiser
plus la bonne grâce de sa cousine. Sur quoy et aultres faictz, qui se
présentent, je vous dépescheray ung des miens aussi tost que celluy
que j'ay par dellà sera de retour; et je prieray Dieu, après avoir
très humblement baysé les mains de Votre Majesté qu'il vous doinct,
etc.

    De Londres ce XXIIIe de septembre 1569.



LXIe DÉPESCHE

--du XXVIIe de septembre 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Jehan de Bouloigne._)

  A esté intercepté par les chemins le dict Bouloigne, destroussé
    et renvoyé devers l'ambassadeur.

  Départ de plusieurs navires qui se rendent isolément à la
    Rochelle pour y faire le commerce.--La flotte du bâtard de
    Briderode et du prince d'Orange est chassée des côtes de
    Hollande et de Zélande.--On doit craindre qu'elle ne se porte
    sur les côtes de France.--Hésitation des Anglais à recevoir les
    députés du roi d'Espagne, qui leur inspirent une grande
    défiance.--Élisabeth témoigne à Marie Stuart tout le
    mécontentement qu'elle éprouve de son projet de mariage avec le
    duc de Norfolk.--Instances de l'ambassadeur pour avoir ses
    instructions sur divers points relatifs au commerce.--Sursis au
    départ de navires destinés pour la Rochelle et pour
    Bordeaux.--_Lettre secrète_ pour la reine-mère, dans laquelle
    l'ambassadeur signale que l'on est prêt à en venir aux armes en
    Angleterre.--Envoi d'un paquet de lettres de la reine
    d'Écosse.--_Lettre de Marie Stuart_ à l'ambassadeur.--Elle le
    conjure de s'opposer à ce qu'elle soit livrée au comte de
    Huntingdon et au vicomte de Hertford, ses ennemis.


    AU ROY.

Sire, celluy des miens que j'avois envoyé devers la Royne d'Angleterre
pour luy porter les nouvelles de l'acheminement de Monsieur, frère de
Vostre Majesté, au secours de Poictiers et de l'heureux succez
qu'avoit eu son entreprinse, a trouvé encores la dicte Dame à
cinquante mil d'icy, délibérée de n'aprocher pour ceste foys Londres
de si près comme est Amptoncourt, à cause du souspeçon de peste qui y
a apareu au commancement de cest authomne; et a prins son chemyn à
Windesor, où l'on dict qu'elle fera deux ou trois mois de séjour, et
m'a faict escripre, par Mr. le comte de Lestre, qu'elle avoit eu fort
agréable d'entendre ce que je luy avois mandé des évènemens de France
sellon la vérité des lettres que m'en aviez escriptes, ausquelles
vennant de si bonne part elle ne volloit faillir d'y adjouxter foy;
toutesfoys qu'elle me envoyoit le sommaire de ce qu'on luy en avoit
mandé à elle, qui est, Sire, ce que trouverez en ung mémoire à
part[16], et qu'elle prioit Dieu de mettre une bonne paix entre vous
et voz subjectz.

  [16] Cette pièce n'a pas été transcrite sur les registres de
  l'ambassadeur.

Elle ne m'a encores respondu sur la deffance que je luy ay requis de
faire à ses subjectz de n'aller plus à la Rochelle, sinon ce que je
vous ay desjà mandé qu'elle m'avoit dict n'y avoir encores peu
persuader ses merchans, mais qu'elle en parleroit de rechef à son
conseil pour y mettre ordre, et qu'à tout le moins elle me donnoit
desjà parolle qu'on n'y porteroit rien, sur peyne de mort, de quoy
vous pussiez estre offancé, ny ceulx du dict lieu secouruz. Mais
cependant, affin de ne monstrer que contre mon instance elle veuille
permettre à ses dictz subjectz d'y aller en flotte, il sort trois et
quatre vaysseaulx à la foys de ceste rivière de Londres, et le mesmes
des aultres portz de ce royaulme, pour y aller quérir du sel et du vin
comme les aultres foys, mais nul de ses grandz navyres de guerre ne
les va conduyre; seulement j'entendz que le visadmyral Chambrenant
équipe quelques vaisseaulx à Plemmue pour fayre ceste conduicte, et
que Hacquens va mener au dict lieu de la Rochelle deux riches ourques,
qu'il a freschement prinses sur les Espaignolz ou sur les Portugois;
et n'ay poinct sceu qu'ilz chargent aulcunes munitions, ny vivres
pour y porter. Vray est que la coustume des Anglois est de prendre
toutjour double monition de pouldre, quant ilz partent pour ung
voyage, dont je crains qu'ilz en facent part à ceulx du dict lieu.

L'homme du prince d'Orange et le bastard de Briderode ont esté, ces
jours passez, encores veuz rouant sur la coste de Hollande et Zélande,
mais incontinent sont sortys XIIII bons navyres de guerre des dictes
isles, à la conserve de leurs pescheurs, pour empescher que ceulx cy
n'exécutent leurs mauvaises intentions; et je crains bien que cella ne
les contraigne de revenir en ceste mer estroicte et vers la coste de
France, dont j'estime que les gouverneurs de vostre frontière
demeurent aperceuz d'y faire avoir toutjours bonne garde.

L'on attend en grand dévotion les depputez du Roy d'Espaigne, desquelz
toutesfoys n'est venu aulcunes nouvelles despuys le partement du
secrétaire de monsieur l'ambassadeur d'Espaigne, qui leur est allé
porter le saufconduict, et n'est que ceulx cy ne demeurent en
quelque meffiance de ceste grande facillité du Roy d'Espaigne, après
une si notable injure qu'il a receue, craignantz que ce soit pour les
tromper; dont y pourra encores avoir de la difficulté sur la seureté
et manière de l'accord.

La Royne d'Angleterre a envoyé ung gentilhomme devers la Royne
d'Escoce sans lettre de sa main, mais avec charge de parler à elle, en
présence du comte de Cherosbery, sur ce qu'on l'a advertye qu'elle
pourchassoit de se maryer avec le duc de Norfolc, et qu'elle ne
debvoit avoir pensé de le faire sans son sceu. A quoy la dicte Dame
ayant enquis le dict gentilhomme s'il avoit lettre ou commission de
la Royne, sa Mestresse, pour lui dire cella, et s'estant le dict comte
advancé de dire que sa commission luy estoit assés cogneue, elle a
respondu qu'il ne suffizoit en tel faict, qui touchoit tant à elle,
qu'il eust veu la dicte commission si elle mesmes ne la voyoit, et
qu'encores que la Royne d'Angleterre ne luy eust escript, elle ne
laysseroit pourtant de luy escripre; et ainsy a baillé pour toute
responce une bien honneste et sage lettre au dict gentilhomme, de
laquelle la dicte Royne d'Angleterre aura, possible, occasion de
demeurer satisfaicte; et monsieur l'évesque de Rosse l'est allée
trouver à Windesor pour luy oster ces mauvaises impressions et se
plaindre de la garde plus estroicte qu'on a freschement redoublée à la
Royne, sa Mestresse, mesmes d'y avoir commis le comte de Hungtinton et
le viscomte de Harifort, qui sont ses ennemys conjurez. Cependant le
duc de Norfolk n'est plus à la court, ains s'en est allé en Norfolk,
sans faire semblant de vouloir encores retourner. Sur ce, etc.

    De Londres ce XXVIIe de septembre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, il me reste bien peu que dire icy à Vostre Majesté, oultre le
contenu en la lettre du Roy, si n'est que je suys infinyement marry
que je ne puysse conduyre la Royne d'Angleterre et les siens à user de
si bons et convenables déportemens en voz présens affaires, comme la
sincérité de la paix et de l'amytié qui est entre vous et voz deux
royaulmes le requerroit; mais il semble qu'après leur avoir bien
remonstré et vifvement débattu les choses, et faict veoir qu'on les
cognoist assés, qu'il fault par nécessité se contanter de gaigner
toutjours celles qu'on peult avec pacience, et garder que les aultres
qu'ilz ont ou colleur, ou trop grande affection de faire, ne vous
puissent venir à guières de dommaige. Dont vous plairra, Madame, me
mander si, prenant en quelque payement leurs excuses et mesmes leur
gratiffiant ce qu'ilz monstrent pour encores ne vouloir vivre qu'en
bonne paix avec vous, je leur accorderay la restriction qu'ilz m'ont
requise de ne porter par les Françoys aulcune sorte de merchandises
des Pays Bas icy, ny d'icy aulx Pays Bas, ainsy qu'ilz disent que le
duc d'Alve a deffandu le semblable de son costé, et pareillement la
seureté qu'ilz me demandent pour leurs vaysseaulx et flottes qu'ilz
proposent d'envoyer à Bourdeaulx, affin de les en satisfaire et les
engaiger davantaige à l'entretennement de la paix; et je prieray Dieu,
etc.

    De Londres ce XXVIIe de septembre 1569.


Despuys les deux lettres escriptes à Voz Majestez, ayant ceulx de ce
conseil faict surçoyr le partement des navyres qui s'aprestoient pour
la Rochelle et pareillement de ceulx qui s'aprestoient pour
Bourdeaulx, ilz ont envoyé le premier Aldreman de ceste ville et le
lieuctenant de l'Admyral pour conférer avec moy de la seureté et
commodité qu'ilz pourront avoir, s'ilz quictent le commerce du dict
lieu de la Rochelle pour aller ailleurs; sur quoy je leur ay baillé
l'extraict de ce que Voz Majestez m'en ont escript, du XVIe d'aoust et
VIe de septembre, lequel ilz ont porté à iceulx seigneurs du conseil,
dont j'espère que du premier jour j'auray leur responce.


AULTRE LETTRE A PART A LA ROYNE.

Madame, je viens tout à ceste heure de recepvoir ung pacquet de
lettres de la Royne d'Escoce, lequel je vous envoye affin que
commandiez de le distribuer comme il vous plairra; et par celle
qu'elle a adressé à moy en chiffre, de laquelle je vous envoye la
coppie, vous comprendrez assés l'estat où elle est, et combien le
courroux de la Royne d'Angleterre a passé oultre contre la dicte Dame;
dont semble que ceulx cy seront pour en prandre les armes entre eulx,
si par une assemblée de conseil qu'on tient demain à Windesor il n'y
est remédié.


LETTRE DE LA ROYNE D'ESCOCE AU Sr. DE LA MOTHE FÉNÉLON.

Monsieur de La Mothe, je vous envoye le présent pourteur pour vous
faire entendre que je seray transportée demain hors d'icy à Tutbery,
et bientost après à Nutingame, là où je seray mise entre les mains des
plus grandz ennemys que j'ay au monde; assavoir, du comte de
Huntington, viscomte de Hariford et autres de sa faction, qui sont
desjà arrivez icy. Je ne trouve nulle constance en Mr. de Cherosbery à
ceste heure en mon besoing, pour toutes les belles parolles qu'il m'a
donné au passé, encor que je ne me puys nullement fyer en ses
promesses. Lesquelles choses considérées, j'ay extrêmement grande
craincte de ma vie, par quoy je vous prie que sitost que aurez receu
la présente, de faire seurement tenir ce pacquet à l'évesque de Rosse
ou bien au duc de Norfolc, et de vous trouver avec eulx, et mes
aultres amys, pour résouldre entre vous ce que trouverez plus
expédiant pour ma saulvetté, et de parler vous mesmes à la Royne
d'Angleterre pour empescher, tant que sera en vous, mon
transportement, si tost qu'il vous sera possible d'avoir audience.

    De Vuingfeild ce XXe de septembre.

    Et dessus est escript:

    A MONSIEUR DE LA MOTHE.



LXIIe DÉPESCHE

--du IIIe jour d'octobre 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Jehan de Bouloigne._)

  Émotion causée à Londres par la retraite du duc de
    Norfolk.--Détails sur l'enlèvement de la précédente dépêche,
    qui a été prise de vive force des mains du courrier.--Le
    conseil d'Angleterre est en grande délibération sur le parti
    qu'il doit prendre à l'égard du duc de Norfolk et de Marie
    Stuart.--Mise en arrêt du comte d'Arundel, du comte de Pembroke
    et de lord Lumley.--Les passages d'Angleterre sont tenus
    étroitement fermés.--Refus est fait à l'ambassadeur de lui
    donner des passe-ports pour ses dépêches.


    AU ROY.

Sire, vous ayant faict une dépesche le XXVIIe du passé, et estant
celluy par qui je l'envoyois allé devers millor Coban pour prandre son
passeport, qui le luy a faict seulement tarder une heure et demye,
aiusy que despuys il a esté à trois mille de la mayson du dict lord
Coban, au passaige d'ung boys, quelques ungs, montez à l'advantaige,
ayantz les visages couvertz, mais non tant que l'ung d'eulx n'ayt esté
recogneu, le sont venuz charger à coups d'espée par la teste, l'ont
porté par terre, tout follé aulx piedz de leurs chevaulx, et luy ont
demandé incontinent les lettres de France, puys les luy ayant ostées,
l'ont garrotté et attaché à ung arbre, et l'ont layssé là; de quoy,
Sire, j'ay envoyé faire une grand plaincte à la Royne d'Angleterre et
aulx seigneurs de son conseil et ne cesseray jamais qu'ilz ne m'en
ayent faict rayson, vous supliant très humblement, Sire, en faire
aussi parler vifvement à l'ambassadeur d'Angleterre par dellà, affin
qu'il cognoisse que vous en santez une grande offance et que vous
voulez qu'elle soit réparée. Cella est procédé de ce que, se voyantz
ceulx cy pretz de venir à quelque grand trouble et altération entre
eulx pour s'en estre le duc de Norfolc party mal contant de la court;
et craignantz qu'il veuille à toute force mettre la Royne d'Escoce en
liberté, et qu'à cest effect il ayt de grandz intelligences en France,
ilz exécutent tout plain de violences pour cuyder descouvrir ce qu'ilz
en souspeçonnent, et n'est possible à ce commancement d'y remédier.
Mais affin que Vostre Majesté voye de quoy ilz se sont prévaluz sur
moy par ce meschant acte, je vous envoye le duplicata de ma dicte
dépesche, laquelle je n'avois faict en chiffre parce que l'on passoit
et repassoit encores fort librement de France icy et d'icy en France,
et qu'il n'y avoit rien que je ne volusse bien leur dire s'ilz me
l'eussent demandé.

Il est vray que m'estant survenu sur la closture de la dépesche une
petite lettre de la Royne d'Escoce, j'en avois miz une coppie dedans
affin que vous vissiez l'estat où se retrouvoit la dicte dame,
laquelle coppie je vous envoye de rechef et dellibère la faire veoir à
la Royne d'Angleterre pour luy en esmouvoir le cueur, si elle ne l'a
trop dur; et luy mettre devant les yeulx quel grand tort font à sa
réputation ceulx qui luy administrent de si furieulx conseilz, comme
elle les exécute contre ceste pouvre princesse; et avois miz aussi
dans ma dicte dépesche des lettres qu'elle escripvoit à Vostre
Majesté, à la Royne, à Monsieur et à monsieur le Duc et à messieurs
les Cardinaulx, ses oncles, et à madame de Guyse, sa grand mère, qui
n'estoient que de mercyement.

A présent, la dicte Royne d'Angleterre et ceulx de son conseil sont à
dellibérer qu'est ce qu'ilz auront à faire sur ces choses du dict duc
de Norfolc et de la Royne d'Escoce, sur lesquelles les comtes de
Arondel et de Pembrot et milor Lomeley ont esté examinez comme
autheurs de la menée, et sont commandez de ne partir de leurs logis et
séparés les ungs des aultres, dont ne se peult encores juger ce qui en
réuscyra; mais bientost se verra où en iront les résolutions,
desquelles je ne fauldray vous en mander aultant qu'il en viendra à ma
cognoissance; et prieray le Créateur, etc.

    De Londres ce IIIe d'octobre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, Vostre Majesté pourra comprendre, par la lettre que j'escriptz
présentement au Roy, comme ceulx cy, sentans qu'il s'alume du trouble
en ce royaulme, courent à divers remèdes pour le cuyder estaindre, et
ainsy, sans occasion, ont faict surprendre ung mien pacquet où tant
s'en fault qu'ilz puyssent trouver ce qu'ilz vont cerchant, qu'au
contraire ilz y trouveront de quoy estre convaincuz de leurs malices
et du tort qu'ilz font à leur Maistresse de les luy conseiller. Je ne
pourray vous escripre rien plus de quelques jours parce qu'ilz
tiennent les passaiges estroictement fermez, et s'excusent de ne me
vouloir bailler passeport jusques à ce qu'ilz auront veu quel chemyn
prandront leurs affaires; mais j'espère, Madame, que Vostre Majesté
commandera estre faict le mesmes à leur ambassadeur comme ilz feront
icy à moy; et je prieray Dieu, après avoir très humblement baysé les
mains de Vostre Majesté, qu'il vous doinct, etc.

    De Londres ce IIIe d'octobre 1569.



LXIIIe DÉPESCHE

--du VIIe jour d'octobre 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Olivyer Champernon._)

  Arrestation du sieur de Sabran à son retour de France, et visite
    de ses papiers.--Notification est faite par la reine
    d'Angleterre que ses ports seront tenus fermés.--Protestation
    d'Élisabeth et des seigneurs de son conseil, que l'enlèvement
    de la dépêche de l'ambassadeur n'a pas été fait par leur
    ordre.--Vive assurance que toute satisfaction de cette insulte
    sera donnée.--Nouvelle du retour du duc de Norfolk, qui se
    décide à revenir à Londres, malgré les instances de
    l'ambassadeur.--Il est à redouter qu'il ne soit mis à la Tour,
    aussitôt qu'il se sera livré entre les mains de la
    reine.--Craintes que l'on doit concevoir pour Marie
    Stuart.--Assurance est donnée par l'ambassadeur que, dans toute
    la négociation relative au mariage du duc de Norfolk et de la
    reine d'Écosse, il a agi avec la plus grande prudence.--Le
    roi et la reine-mère donnent une vive approbation à ce
    projet de mariage.--_Lettre de la reine d'Écosse_ à
    l'ambassadeur.--Supplications de Marie Stuart pour que la
    France ne l'abandonne pas dans le danger de mort où elle se
    trouve.


    AU ROY.

Sire, se trouvans les choses ainsy troublées en ceste court pour le
partement du duc de Norfolc et pour avoir, à cause de luy, les comtes
d'Arondel, de Pembrot et millord Lomelley esté miz en arrest en leurs
logis à Windesore, comme par mes précédantes Vostre Majesté l'aura peu
comprendre, l'on n'a pas seulement attempté de surprendre mon pacquet
pour cuyder descouvrir quelque chose de leur faict en mes lettres,
mais a l'on arresté le Sr. de Sabran en venant de France, l'ont
foillé, et ont visité aulcun sien mémoire de nouvelles qu'il avoit
ramassées en chemin, sans toucher toutesfoys au pacquet de Vostre
Majesté; et ont, sept jours durant, faict tenir les passaiges fermés,
et envoyé un trompette le notiffier à Mr. de Gordan, et le prier de le
faire ainsy entendre au Sr. Chapin Vitel et aultres députez de
Flandres, lesquelz ilz estimoient estre desjà à Callais, affin qu'ilz
ne prinsent la peyne de passer pour estre incontinent après arrestez.

Mais sur la lettre que j'avois escripte à la Royne d'Angleterre pour
me plaindre amèrement de la vollerye de mon pacquet, après m'avoir
faict respondre par milord Chambrelan qu'elle avoit tout aussitost
faict appeller ceulx de son conseil pour les purger par sèrement s'ilz
sçavoient rien de ce faict, lesquelz luy avoient toutz respondu que
non, elle me prioit de croyre que cella n'estoit aulcunement procédé
d'elle, ny de son dict conseil, et qu'elle en estoit extrêmement
déplaysante; dont envoyeroit ung commissaire sur le lieu pour en
enquérir, et m'en feroit avoir si bonne réparation que j'en serois
contant, me priant cependant de surceoyr pour quelques jours mes
dépesches, car ne vouloit q'homme vivant sortît de son royaulme
qu'elle n'eust pourveu à ses troubles qui se présentoient.

Despuys, entendant la dicte Dame que le dict duc de Norfolc s'estoit
achemyné pour retourner vers elle, elle m'a envoyé, le IIIe de ce
moys, le Sr. Randol, naguières revenu ambassadeur de Moscouvye, pour
me continuer la mesmes excuse de desplaysir qu'elle avoit de la
surprinse de mon dict pacquet, et qu'elle avoit envoyé commission à
milord Coban pour en informer et punir rigoureusement ceulx qui s'en
trouveroient coulpables; et qu'au reste les passaiges me seroient
ouvertz quant je vouldrois envoyer quelcun en France, dont, sur
l'heure, je dépeschay ung corrier avec mon pacquet du IIIe du présent.

=Chiffre.=--[Et j'entendz que le duc de Norfolc arrivera aujourdhuy en
ceste court, bien que j'aye faict, et faict faire par ses principaulx
parans et amys, tout ce qu'il nous a esté possible pour le garder de
venir, estimant ung chacun qu'aussi tost qu'on le tiendra l'on
l'envoyera, et les aultres seigneurs qui sont en arrest, toutz
prisonniers à la Tour; mesmes l'on dict qu'on leur y a desjà préparé
le logis. Je ne sçay si c'est pour se confyer trop de leur cause, ou
pour cuyder porter plus d'assistance, présens que absentz, au faict de
la Royne d'Escoce, ou pour espérer trop de la faveur et de l'appuy
qu'ilz se sentent avoir en ce royaulme, que ces seigneurs se sont
ainsy facillement venuz commettre ez mains de la dicte Dame, ou bien
qu'ilz soyent subjectz à avoir la teste trenchée et n'en puyssent
évitter le mal, par ce qu'ilz en sont de race; tant y a qu'on les
estime estre en grand dangier, ce que toutesfoys ne se pourroit
exécuter sans esbranler grandement cest estat; au moins pourra estre
que ce divertissement pour leurs propres affaires apportera quelque
utillité aulx vostres; mais j'ay grand craincte de ceulx de la dicte
Royne d'Escoce ausquelz toutesfoys l'on n'avoit si mal regardé qu'on
les eust entièrement fondez sur la faveur du dict duc, car y a
aparance que bientost il sera essayé de pourvoir à la liberté de la
dicte Dame par aultre moyen;]--Dieu aydant, auquel je suplie, après
avoir très humblement baysé les mains de Vostre Majesté, qu'il vous
doinct, etc.

    De Londres ce VIIe d'octobre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, par le retour du Sr. de Sabran avec la dépesche de Voz
Majestez, du XXe du passé, j'ay comprins quelle est vostre intention
sur les affaires de deçà, lesquelz affaires sont néantmoins en aultre
estat à ceste heure que vous ne les cuydiez, quant vous l'avez
dépesché. Je m'y conduyray sellon le temps, dressant toutjours ma
négociation à bien exactement accomplyr ce que me commandez, ou à
faire ce qui plus tornera à vostre service, et à toutz les deux
ensemble s'il m'est possible.

=Chiffre.=--[Et pour encores, je n'avois parlé de ce mariage de la Royne
d'Escoce et du duc de Norfolc ung seul mot, au nom de Voz Majestez
Très Chrestiennes, dont deussiez craindre que je me fusse trop advancé
et que fussiez en peyne de me désadvouher, chose que je serois trop
plus marry qui m'advînt que la propre mort; seulement j'avois trouvé
moyen de me faire employer par les deux parties à requérir très
humblement Voz Majestez de leur estre favorables; en quoy, à la
vérité, je leur avois promiz de vous randre bien disposez envers eulx,
et faire tout ce que je pourrois pour leur faire avoir vostre
approbation, ce que vous pouviez puys après fort ayséement accorder ou
reffuzer comme il vous eust pleu, sans venir à nul désadveu de vostre
ambassadeur, dont ce qui s'en est passé jusques icy a esté sur ma
seule parolle; et meintennant que vous m'avez donné et commandé de
donner celle du Roy et la vostre en cella, je m'advanceray à quelque
chose davantaige et essayeray de faire plus que, pour le présent, je
ne me veulx ny me oze promettre du peu de cueur, inconstance et
légéreté de ces seigneurs, à qui j'ay affaire par deçà. La dicte Royne
d'Escoce a esté en grand frayeur, comme pourrez voir par la coppie de
la lettre qu'elle m'a escripte, mais nous l'avons consollée et pense
estre asseuré que sa personne n'aura point de mal.]--Je bayse très
humblement les mains de Vostre Majesté et prie Dieu qu'il vous doinct,
etc.

    De Londres ce VIIe d'octobre 1569.


LETTRE DE LA ROYNE D'ESCOCE AU Sr. DE LA MOTHE FÉNÉLON.

--Escripte à Tutbery, le XXVe de septembre, en chiffre.--

=Chiffre.=--[Je croys que vous sçavez bien comme je suys rudement
traictée, mes serviteurs chassez et deffandu que je n'escripve, ni
reçoipve lettre d'aulcune part, et que toutz mes gens soyent fouillez.
Je suys icy à Tutbery, d'où l'on me dict que milor Hontington me
recepvra en sa charge. Il prétend au droict que je prétendz, et le
pence avoir; jugez si ma vie sera seurement. Je vous prie d'adviser
avec ceulx que cognoistrez de mes amys, et parlez à la Royne
d'Angleterre que s'il advient mal de moy, estant entre mains de
personnes souspeçonnez de me vouloir mal, qu'elle sera réputée du Roy,
mon beau frère, et toutz aultres princes, la cause de ma mort. Usez en
à vostre discrétion et advertissez le duc de Norfolc qu'il se garde,
car l'on le menasse de la Tour.

Communiquez avec l'évesque de Roz sur la présente, car je ne sçay s'il
en sçayt rien. J'ay miz au hazard quatre de mes serviteurs pour les
advertyr, mais je ne sçay s'ilz auront passé, car Bourtic cuyda estre
prins et fut cerché, mais il avoit caché ses lettres par le chemyn;
dont j'ay trouvé moyen de les retirer. J'ay escript au Roy et à la
Royne, mère du Roy, et ay envoyé le pacquet pour vous le donner ou à
Roz. Mettez leur mes excuses si je ne puys escripre, et leur mandez
que j'aye de leur faveur. Je vous prie, faictes aussi que
l'ambassadeur du Roy d'Espaigne vous accompaigne pour parler en ma
faveur; car ma vie est en dangier si je demeure entre leurs mains. Je
vous prie, encouraigez et conseillez les amys de se tenir sur leurs
gardes et de faire pour moy meintennant ou jamais. Tennez secrect
ceste lettre, que personne n'entende rien; car j'en serois plus
estroictement gardée, et donnez voz lettres de faveur à ce porteur
secrectement pour le _navyre_ de milor de Cherosbery, les plus seures
et favorables que pourrez; car cella me servyra grandement à trouver
faveur vers luy; mais s'il est sceu, vous me ruynez. Il fault trouver
moyen par quelque Anglois que j'entende de voz nouvelles; on pourroit
essayer le baillif de Darby et quelques aultres; et ramentevez à Roz
le vicaire d'icy prez, car il m'en fera tenir aussi.

Je vous suplie d'avoir pityé d'une pouvre prisonnière en dangier de la
vie et sans avoir offancé. Si je demeure ung temps icy, je ne perdray
seulement mon royaulme mais la vie, quant l'on ne me feroit aultre mal
que le desplaysir que j'ay d'avoir perdu toute intelligence ou espoir
de secours à mes subjectz fidelles. Si prompt remède n'y trouve, Dieu
par sa grâce me doinct pacience, et quoy qui m'advienne je mourray en
sa loy et en bonne volonté vers le Roy et la Royne, à qui je vous prie
faire ma dolléance et à monsieur le Cardinal de Lorraine mon oncle.

    _Par postille à la lettre précédente._

Despuys ceste lettre escripte, Hontington est revenu ayant charge de
la Royne de moy absolue. Le comte de Cherosbery, à ma requeste, a
requis que je ne luy soys ostée, et me gardera jusques à la seconde
dépesche. Je vous prie ramentevoir l'injustice contre la loy du pays
que me mettre entre les mains d'ung qui prétend à la couronne comme
moy. Vous sçavez aussi la différance grande de la religion. Je vous
prie aussi escripre et favorablement pour le _navyre_ du dict comte de
Cherosbery par ce porteur et qu'il soit secret.]

    De Tutbery le XXVe de septembre.



LXIVe DÉPESCHE

--du VIIIe jour d'octobre 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à la Court par le Sr. de La Croix._)

  Effet produit à Londres par la certitude de la nouvelle que le
    siége de Poitiers a été levé.--Les vaisseaux marchands
    reprennent le commerce de Bordeaux et de la Rochelle sans
    équipage de guerre.--Hésitation des Anglais à ouvrir des
    négociations pour les affaires des Pays-Bas.--Craintes que leur
    inspire la mission du Sr. Ciapino Vitelli, marquis de
    Chelona.--Incertitude sur le cours que prendront les affaires
    du duc de Norfolk, des seigneurs arrêtés et de la reine
    d'Écosse.--Conjectures de l'ambassadeur sur le sort qui leur
    est réservé.--_Mémoire secret._--Détails confidentiels sur tout
    ce qui est relatif à l'affaire du duc de Norfolk.--Conduite
    d'Élisabeth après que le duc se fut retiré de la cour.--Motifs
    qui ont déterminé son retour.--Il est mis en
    arrestation.--Nouveaux préparatifs de guerre, qui pourraient
    être tournés contre la France.--Arrivée du vicomte de Rohan
    venant d'Allemagne.--Traité d'alliance fait par le Sr. de
    Quillegrey, au nom de la reine de Navarre, avec le comte
    Palatin, le duc Auguste de Saxe et le landgrave de
    Hesse.--Cause du retard qu'éprouve l'expédition du duc
    Casimir.--Continuation des troubles en Irlande, malgré la
    soumission des deux frères du comte d'Ormont.--On attend à
    Londres les envoyés du comte de Murray pour régler les affaires
    d'Écosse.--Départ de la cour de tous les seigneurs qui
    pourraient se trouver compromis à l'occasion des prises faites
    sur les Espagnols.


    AU ROY.

Sire, jusques au retour du Sr. de Sabran il n'a esté possible de
persuader à ceulx cy que le siège de Poictiers fût levé, et mesmes y a
heu plusieurs gageures qu'il estoit prins, mais à ceste heure ilz n'en
doubtent plus, de quoy la partie des catholiques se resjouyt
grandement, et va à ceste heure bien espérant de voz affaires,
nonobstant qu'on leur dye plusieurs choses d'aulcuns aultres aprestz
d'Allemaigne; et donnent grand louange à Vostre Majesté de
l'entreprinse d'avoir si à propos secouru ceste place, et à Monsieur,
frère de Vostre Majesté, grand honneur de l'avoir heureusement
exécutée, et à Mr. de Guyse et à Mr. le marquis son frère, et aultres
seigneurs et gens de valleur qui estoient dedans, une grande
réputation d'avoir si longuement et si bravement soubstenu ce furieulx
siège. Je cognoys bien que cella, à la vérité, donne desjà beaulcoup
de réputation à voz affaires, et fera, possible, que ceulx, qui
concernent icy vostre service, se porteront mieulx.

Il semble que toutes ordonnances, pour les entreprinses de ceulx cy
hors du royaulme, demeurent en quelque suspens, à cause des troubles
qu'ilz ont crainct de voir advenir au dedans, et n'y a, pour encores,
sinon des navyres merchantz qui soyent prestz à sortir pour aller au
vin et au sel, tant à Bourdeaulx que à la Rochelle, qui monstrent ne
faire le voyage que de eulx mesmes pour leur traffic, sans commission
de ceste Royne ny de son conseil, bien que je m'asseure qu'ilz ne
partent sans l'avoir; et s'estime que bien peu yront à la Rochelle,
s'ilz sentent pouvoir faire librement et seurement leur emplette à
Bourdeaulx.

Ceulx qui espéroient ung prochain accord ez différantz des Pays Bas,
estiment qu'il est beaulcoup retardé par la sommation, qu'on a envoyé
faire par ung trompette au gouverneur de Gravelines, d'advertir les
députez qu'ilz ne viègnent poinct; en quoy semble qu'avec le peu de
volonté d'accorder, l'on ayt aussi prins quelque souspeçon d'ung tel
deputté comme est le Sr. Chapin Vitel, et qu'on vouldroit bien qu'ung
aultre, qui ne fût pour comprendre tant des affaires de deçà comme
luy, eust la commission d'y venir[17]. L'on tenoit desjà les dictz
différans pour toutz accordez, veu la facillité du Roy d'Espaigne, et
qu'il n'avoit empesché les nefz veniciennes de venir continuer leur
traffic comme auparavant; mais l'on juge meintennant qu'ilz prendront
quelque tret.

  [17] Ciapino Vitelli, marquis de Chelona, célèbre capitaine
  italien, était l'un des principaux chefs de l'armée espagnole
  sous les ordres du duc d'Albe. En 1564, il avait conduit les
  bandes italiennes dans l'expédition d'Afrique. Depuis, Philippe
  II l'avait envoyé dans les Pays-Bas, où il exerçait les
  commandements les plus importants; il fut même dans la suite créé
  Grand-Maréchal.--Tous les historiens ont pensé que cette mission,
  dont il fut chargé en 1569, avait pour but secret d'assurer aux
  catholiques d'Angleterre un chef expérimenté, aussitôt qu'ils se
  seraient déterminés à prendre les armes.--Il est mort dans les
  Pays-Bas en 1576.

Je ne sçay que penser, pour encores, des affaires du duc de Norfolc et
de ces seigneurs qui sont en arrest en ceste court, ny pareillement de
ceulx de la Royne d'Escoce; car les ungs semblent dépendre des
aultres. Tant y a que bien tost l'on verra ce qui s'en doibt bien ou
mal espérer; et cependant Vostre Majesté en entendra, s'il luy playt,
le présent estat par le Sr. de La Croix, lequel j'envoye bien
instruict de cella et d'aultres choses d'icy; et, vous supliant très
humblement luy donner entière foy, je n'adjouxteray à la présente
qu'une très dévotte prière à Dieu, etc.

    De Londres ce VIIIe d'octobre 1569.


    A LA ROYNE.

=Chiffre.=--[Madame, ce que, par mes deux précédantes dépesches, du IIIe
et VIIe du présent, Vostre Majesté aura commancé entendre de
l'altération des affaires de deçà pour le partement du duc de Norfolc,
et ce que le Sr. de La Croix, présent pourteur, vous dira où l'on en
est meintennant, vous fera bien juger qu'il y auroit assés matière
pour allumer ung grand débat dans ce royaulme, si beaulcoup des
principaulx seigneurs d'icelluy n'estoient après à l'estaindre; mais
ilz y font si grand dilligence qu'aulcuns espèrent, veu le retour du
dict duc, et la bonté de la Royne d'Angleterre, que les choses n'en
passeront plus avant. Aultres estiment que le dict duc, et les aultres
seigneurs qui sont en arrest, se sont beaulcoup hazardez de s'estre
ainsy facilement commiz ez mains de la dicte Dame, laquelle les faict
desjà examiner par commissaires qui leur sont assez suspectz. Je
cognois bien que les affaires de la Royne d'Escoce courent mesme
fortune que les leurs, qui sans ceulx là semble que fussent long temps
demeurez sans remède. Je feray tout ce qu'il me sera possible pour
procurer que, si l'on accommode ceulx des dictz seigneurs, ceulx de la
dicte Dame ne soyent délayssez, et que ceulx de Voz Majestez Très
Chrestiennes n'en viègnent pourtant en pire estat, ainsy que, par le
dict Sr. de La Croix il vous plairra l'entendre, auquel me remettant
je prieray, pour le surplus, Nostre Seigneur, etc.]


  LE SR. DE LA CROIX DIRA A LEURS MAJESTEZ, oultre le contenu des
    lettres.

=Chiffre.=--[Que le duc de Norfolc s'en estoit party mal contant de
ceste court et s'estoit retiré en sa maison, pour luy avoir la Royne
d'Angleterre faict de grandes démonstrations de malcontantement sur ce
qu'il aspiroit au mariage de la Royne d'Escoce, et luy avoit usé de
fort rigoureuses parolles, s'il ne s'en despartoit.

Mais luy, qui estoit desjà, à ce qu'on dict, passé bien avant en ce
propos par l'adviz des plus notables et principaulx du royaulme,
desquelz il a encores les seings devers luy, avec grande aprobation du
peuple, et non sans l'avoir aussi ouvertement communiqué aulx plus
inthimes et espéciaulx conseillers de la Royne sa Mestresse; et qui,
pour ceste occasion, avoit toutjour pensé qu'elle l'aprouvoit comme
chose convenable au bien de ses affaires et à l'advantaige de sa
couronne, a estimé ne s'en pouvoir ny debvoir meintennant en façon du
monde retirer.

Mesmes luy a semblé que la dicte Dame n'avoit aucune juste occasion de
luy vouloir mal pour cella, ny de trouver mauvais le dict mariage,
ains que c'estoient ses ennemys et malveillans, qui alloient ainsy
irritant ceste princesse contre luy pour le faire ruyner et pour
ruyner les affaires de la Royne d'Escoce, et icelle déboutter de la
légitime succession de ce royaulme après sa cousine, et attempter aulx
propres personnes et à la vie d'elle et de luy, dont monstroit estre
dellibéré de s'y opposer et de leur résister par toutz les moyens
qu'il en pourroit avoir;

Et néantmoins requéroit l'assemblée de la noblesse et des estatz
d'Angleterre, et la convocation du Parlement pour juger ceste cause,
et pour justiffier qu'elle n'avoit jamais esté mise en avant par la
Royne d'Escoce ny par luy, ains qu'elle avoit esté proposée à toutz
deux par les plus notables du conseil et de toutz les principaulx du
royaulme, comme très utille à leur Royne et convenable au bien de sa
couronne et de ses subjectz; et partant, qu'il estoit besoin d'obvier
par la dicte assemblée au mal qui s'en pourroit ensuyvre, si leurs
ennemys s'esforçoyent de l'empescher, et pourvoir par mesme moyen à
plusieurs aultres affaires qui se monstroient très urgens en ce
royaulme, protestant qu'il avoit toutjour procédé et qu'il vouloit
encores toute sa vie procéder, avec deuhe révérance et subjection
envers la Royne sa Mestresse; et que, pour chose qui dorsenavant se
peult ensuyvre en ce faict, son intention ne seroit de faire rien en
offance d'elle, ains de procurer toutjour l'honneur et grandeur de sa
couronne, et le bien et repos de ses subjectz, et s'opposer à ceulx
qui estoient cause de ceste perturbation.

Mais la dicte Dame, à qui tout cecy venoit à contrecueur, parce
qu'elle craignoit qu'on luy vollût déclairer ung successeur à sa
couronne, ce qu'elle a toutjour fort reffouy, manda ceulx de son
conseil à Vuyndesor pour dellibérer du dict affaire; et de peur que la
plus part tinsent la main à le faire réuscyr au contantement du duc,
elle vollut bien leur signiffier, avant qu'ilz commençassent d'y
procéder, ce qu'elle desiroit y estre faict, mandant aulx comtes
d'Arondel, de Pembrot et milor de Lomelley, aussitost qu'ilz furent
descenduz de cheval, de ne partir de leurs logis et demeurer séparez
les ungs des aultres, jusques à ce que une responce, qu'elle attandoit
du dict duc, fût arrivée, et les fit cependant examiner comme ses
complices; et dépescha sur l'heure le capitaine des pencionnaires pour
aller quérir le dict duc; et fit ressarrer les portz et passaiges de
son royaulme, redoubler les gardes de la Tour de Londres, manda au
comte de Cherosbery de redoubler celles de la Royne d'Escoce et de
transporter la dicte Dame à Tutbery, comme en lieu plus fort que là où
elle estoit; et en mesme temps, pour l'opinion qu'on eust que le Roy
et le Roy d'Espaigne fussent de ceste intelligence, l'on volla ung
mien pacquet prez de la mayson de milor Coban, et guetta l'on celluy
de l'ambassadeur d'Espaigne, lequel, entendant la perte du mien, se
garda de dépescher.

Et ayant d'abondant la dicte Dame envoyé de toutes partz advertyr ses
subjectz, et mandé ses plus prochains parantz, et ceulx en qui elle
avoit plus de confiance, de la venir trouver, et se trouvant
d'ailleurs le dict duc en Norfolc et Suffoc, où il est fort aymé, et
où ceulx du pays luy vindrent offrir hommes et argent pour le
secourir, et que plusieurs aussi vers le Nort se monstroient bien
affectionnez envers la Royne d'Escoce, l'on estima que bientost il y
auroit gens en campaigne pour les deux partiz, sous la conduicte du
comte de Lestre d'une part, et du dict duc de l'austre, bien qu'on
publioit que le dict de Lestre et le secrétaire Cecille avoient, du
commancement, donné leur parolle et leur main au dict duc en ceste
cause; mais despuys, ayantz à genoulx cryé pardon à la Royne leur
Mestresse, s'en estoient despartys, ce que aulcuns estiment qu'ilz
avoient ainsy prins le party du dict duc pour mieulx descouvrir son
faict et puys le luy traverser.

Mais le dict duc, ayant prins aultre délibération, est revenu despuys
lundy dernier au mandement de la dicte Dame contre l'opinion de toutz
ses amys, et incontinent luy a esté commandé l'arrest en une mayson à
trois mille de Vuyndesor, jusques à ce qu'il aura esté ouy. Et dict on
qu'il a esté assés adverty du courroux en quoy la dicte Dame
persèveroit contre luy, mais que, se confyant en sa bonne cause, et
pour cuyder plus servyr par sa présence que absent à celle de la Royne
d'Escoce, et à saulver la personne d'elle, laquelle il a estimé estre
en quelque dangier, si l'on venoit aulx armes; et aussi, voyant que
les dicts comtes d'Arondel et de Pembrot et milord de Lomelley, qui
luy sont estroictement conjoinctz d'amytié et de parentaige, estoient
arrestez, et qu'il se sent fort apuyé de la bienveuillance de la
noblesse et du peuple du pays, et mesmes de toutz les principaulx du
conseil, il s'est ainsy franchement venu représanter; dont, par ce
moyen, tout son affaire se débat meintennant dans la court, non sans
beaulcoup de contention, ny sans qu'on ait opinion qu'il eust encores
mieulx faict pour luy de ne venir poinct. Tant y a qu'estantz les plus
grandz et les plus nobles du pays meslez en cecy, il ne pourra estre
qu'il n'y ayt de la besoigne taillée entre eulx pour les empescher,
possible, qu'ilz n'en entrepreignent d'aultre de quelque temps.]

Et semble, si les choses passoient ung peu en avant, qu'il se
manifesteroit je ne sçay quoy de la division de la religion qui ne se
monstre encores, car infinys protestans sont pour le duc, mais,
d'aultant qu'on est après, des deux costez, à modérer cest affaire et
garder qu'on n'en viègne aulx armes, et que cependant ceulx qui
manyent l'estat pour ceste princesse sont passionnez protestans, j'ay
suspect ce qu'ilz ordonnent au faict des dictes armes et de la guerre;
mesmes que, parmy ce qu'ilz ont mandé, ces jours passez, aulx
capitaines et canoniers de se tenir prestz, ilz ont aussi mandé en
ceste ville d'y aprester un grand nombre de chairs, de biscuictz et de
bières, comme pour ung soubdain avitaillement; ce que n'est pour s'en
servir en une guerre dans le pays, de quoy les gouverneurs de
Normandie et Picardie sont desjà advertiz, et sera bon que ceulx de
Bretaigne et de Guyenne le sachent.

Mesmes que, quant le conseiller Cavaignes est party pour la Rochelle,
milord Coban a heu commission de le mener à Gelingan veoir le bon
estat des grandz navyres de ceste Royne, comme pour luy monstrer
qu'ilz seront prestz quant il sera besoing, et a esté dict parmy les
Françoys, qui sont en ceste ville, qu'ilz tiennent desjà comme à eulx
les principalles ville de la Basse Normandie, réservé le chasteau de
Caën; et naguyères, le jeune viscomte de Rohan est arrivé
d'Allemaigne, qui monstre venir icy pour quelque pratique et menée
qu'il a en main.

L'on s'est resjoui en ceste court pour l'alliance que le Sr. de
Quillegrey a conclue de la Royne, sa Mestresse, avec le comte
Pallatin, le duc Auguste de Saxe et Lansgrave d'Essen, bien qu'il ne
l'ayt peu, à ce qu'on dict, tretter avecques l'Empereur. Il a admené
ung gentilhomme de la part du dict Lansgrave pour la venir ratiffier,
lequel a esté favorablement receu de la dicte Dame, et, après avoir
receu présent d'elle et du comte de Lestre, et quelques chiens de sang
pour son maistre, il a esté expédié et est prest pour s'en retourner.

J'entendz que XL mil {lt} esterlin, qui se debvoient fornir en
Allemaigne pour le priz du vin et du sel de la Rochelle, ont esté
payez, et le dict Quillegrey en a rapporté les acquitz, mais l'on
s'esbahyt que le duc de Cazimir ne soit desjà en campaigne, et estime
l'on que Mr. de Lizy le hastera; et que, si son entreprinse a esté
différée, qu'elle n'est pourtant interrompue, imputant le retardement
à son mariage et non à faulte de volonté ny de moyens, dont s'espère
que la conclusion s'en fera à Heldelberc, où le duc Auguste doibt bien
tost venir avec douze centz chevaulx pour y admener sa fille, et que
le prétexte d'entrer en France sera pour demander quelque somme que le
Roy reste [devoir] au dict duc de Cazimir.

=Chiffre.=--[Du costé d'Irlande, l'on ne se peult tant asseurer des deux
frères du comte d'Ormont, et de la troupe où ilz estoient, qu'on
tiègne l'eslévation du tout apaysée de leur costé, et les aultres
tiennent encores les armes, et continuent à les exécuter tout
ouvertement; dont milord Sydeney a mené l'armée contre eulx, et parce
qu'on doubte assés de l'évènement, l'on luy a freschement envoyé
quatre centz homes d'icy.

Le depputé d'Escoce doibt bien tost arriver en ceste court, à qui a
esté desjà envoyé son passeport pour douze chevaulx, et parce qu'il
est envoyé de la part du comte de Mora, et qu'il arrive sur le
courroux et malcontantement de la Royne d'Angleterre, je crains fort
qu'il obtiègne plus qu'il ne vouldra requérir contre la Royne
d'Escoce; tant y a qu'on dict que les affaires ne vont au dict pays
d'Escoce, comme le dict comte de Mora desireroit.

L'on se prépare bien fort de respondre aulx propositions, que feront
ceulx qui viendront de la part du Roy d'Espaigne; et j'entendz qu'on a
adverty ceulx, qui peuvent estre le plus chargez du faict de ces
prinses, de s'absenter, dont le visadmyral Chambrenant et Haquens, et
aulcuns aultres des principaulx qui y ont miz la main, ont desjà faict
voille à la Rochelle et en Irlande, et dict on que le dict Haquens se
résoult de tenir encores ceste année la mer contre les Espaignolz.

Je ne sçay si ce qui aparoit de trouble en ce royaulme retardera la
venue des dictz députez de Flandres, attandu mesmement qu'on a envoyé
ung trompette à Gravelines advertir qu'ilz ne se hastent de passer, et
cependant semble que ceulx cy veulent passer oultre à faire vandre les
merchandises des Espaignolz.]

Je desire que sellon l'estat de toutz ces affaires et d'aultres qui,
possible, paroistront encores plus grandz, il playse à Leurs Majestez
me commander toutjour comment j'auray à m'y conduyre, affin de suyvre
droictement leur intention et faire, jour par jour, ce qu'ilz
estimeront convenir plus à leur service.



LXVe DÉPESCHE

--du XIIIe jour d'octobre 1569.--

(_Envoyée exprès par Jehan Valet jusques à Calais._)

  Vives plaintes de l'ambassadeur au sujet du paquet de dépêches
    qui lui a été enlevé.--Commission délivrée par Élisabeth pour
    faire punir les coupables.--Semblable saisie est faite par
    violence d'un paquet de dépêches envoyé à l'ambassadeur
    d'Espagne.--Les affaires du duc de Norfolk servent de prétexte
    à la reine pour refuser audience à l'ambassadeur.--Le duc est
    mis à la Tour.--Arrestation d'un grand nombre
    d'étrangers.--Rigueurs exercées contre les évêques
    catholiques.--Renforts de troupes envoyés en Irlande.--Effet
    produit en Écosse par la nouvelle du projet de mariage entre le
    duc de Norfolk et Marie Stuart, et des événements qui ont
    suivi.--Divisions dans le parti du comte de
    Murray.--Impossibilité pour l'ambassadeur, de faire des
    démarches auprès d'Élisabeth en faveur de la reine
    d'Écosse.--Départ d'un grand nombre de navires marchands pour
    faire le commerce de la Rochelle et de Bordeaux.--Instances de
    l'ambassadeur pour que le roi et la reine-mère se plaignent
    vivement à l'ambassadeur d'Angleterre à raison du paquet de
    dépêches qui a été volé, et de l'indigne traitement qui est
    fait à la reine d'Écosse.--Arrivée de la comtesse de
    Montgommery à l'île de Jersey.--Départ du vicomte de Rohan et
    d'autres Français sur les navires qui se rendent à la
    Rochelle.--_Lettre de recommandation_ de l'ambassadeur en
    faveur du capitaine Muer, Écossais.--_Lettre de créance_ pour
    le sieur Thomas Flemy, envoyé par la reine d'Écosse.--Nouvelles
    instances pour que le château de Dumbarton soit secouru.


    AU ROY.

Sire, pour cuyder la Royne d'Angleterre aulcunement me contanter sur
la perte de mon pacquet, elle a envoyé commission aulx officiers de
Rochestre d'enquérir dilligemment du faict, et punir ceulx qui en
seroient coulpables, et Mr. le comte de Lestre m'a mandé qu'elle s'en
estoit asprement prinse au secrétaire Cecille, et à d'aultres de son
conseil, qu'elle souspeçonnoit y avoir tenu la main. Néantmoins je
n'ay poinct recoupvert mon pacquet, et est advenu despuys, que
retournant le mestre d'hostel de monsieur l'ambassadeur d'Espaigne de
Flandres avec ung pacquet du duc d'Alve, il luy a esté pareillement
prins en chemyn, et ne faict on semblant de le vouloir randre non plus
que le mien.

J'avoys, jeudy de la sepmaine passée, envoyé demander audience pour me
plaindre de ce tort à la dicte Dame et pour tretter avec elle des
affaires de la Royne d'Escoce et d'aulcunes particularitez de voz
dernières dépesches; mais elle me fit prier, par le Sr. comte de
Lestre et par milor Chamberlan, que je volusse avoir pacience pour
cinq ou six jours, à cause qu'elle se trouvoit ung peu mal, et qu'elle
estoit si empeschée ez affaires de ces seigneurs, qui estoient en
arrest, qu'elle ne pourroit bonnement entendre en aulcuns aultres
jusques à ce qu'elle eust pourveu à ceulx là. En quoy a esté desjà
tant procédé que, de ce que le duc de Norfolc estoit arresté, il à
esté à bon escient faict prisonnier et mené par eau, sur la barque de
la dicte Dame, despuys Vuyndesor jusques dans la Tour de Londres, le
XIe de ce moys, à deux heures après midy, où il y a heu ung grand
concours de peuple pour le veoir, qui ont toutz faict démonstration
d'en estre très desplaysantz. Les aultres seigneurs sont encores
arrestez à Vuyndezor, et plusieurs aultres particuliers, tant du pays
que Italliens, et quelques Espaignolz faictz prisonniers; et dict on
qu'on a mandé de toutes partz resserrer les évesques catholiques, qui
avoient quelque liberté de se promener ou de parler avec leurs amys
et parans, se doubtans d'une sublévation dans le pays; et l'on a, ces
jours passez, envoyé renfort d'argent et d'hommes en Irlande, où
semble que les affaires se monstrent encores assés doubteux; et sont
venues nouvelles complainctes à ceste Royne et aulx seigneurs de son
conseil du comte d'Ormont, qui a envoyé son mestre d'hostel pour s'en
purger.

Sur le commancement de ce moys, est arrivé ung corrier d'Escoce qui
raporte que ces affaires de la Royne d'Escoce et du duc de Norfolc
sont desjà cogneuz par tout le pays, et que, d'aultant qu'aulcuns des
grandz en sont marrys, le peuple en est bien fort joyeulx, souhaytant
plus que jamais d'avoir leur Royne, ce qui accroyt le débat parmy
eulx; et que mesmes aulcuns du party du comte de Mora s'estoient
despartys de luy, et que deux de ses principaulx adhérans, le comte de
Morthon et le Sr. de Humes, estoient en grand différant l'ung contre
l'aultre, et que le secrétaire Ledinthon avoit esté en grand dangier
de sa vie par l'ordonnance des estatz du pays, comme coulpable du
murtre du feu Roy, n'eust esté que milord Granges, capitaine du
chateau de l'Islebourg, qui l'avoit prins en garde quant il fut
constitué prisonnier à Esterlin, ne l'a vollu randre.

Les frontières d'entre l'Angleterre et l'Escoce sont si estroictement
gardées, qu'il n'y passe homme qui ne soit prins, ou par ceulx de
Baruich, ou par ceulx du party de la Royne d'Escoce, ou par ceulx du
cousté du comte de Mora; et y a desjà comme une guerre commancée en
icelluy endroict. Je ne sçay si ceste Royne a heu quelque souspeçon de
milor Housdon, gouverneur de Baruich, tant y a qu'elle l'a faict venir
icy, et a envoyé le maréchal Drury pour commander dans la place. Nous
attandons toutjour quelque bonne pourvoyance sur les affaires de la
Royne d'Escoce, mais parce qu'ilz sont enveloupez avec ceulx de ces
principaulx seigneurs arrestez, il y fault ung peu de pacience; et je
ne laysseray pourtant de les solliciter avec toute l'instance et
dilligence qu'il me sera possible.

Il est desjà party envyron quarante cinq vaysseaulx des portz de deçà
pour aller au vin, dont une partie tirera à la Rochelle et le reste
passera oultre à Bourdeaulx, où, si l'on y est bien receu, ilz seront,
se disent ilz, convyés d'y continuer puys après leur traffic et
employte, comme ilz le souloient faire auparavant. Et sur ce, etc.

    De Londres ce XIIIe d'octobre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, encor que la Royne d'Angleterre ayt vollu faire quelque
démonstration de me contanter sur l'oltrage qui m'a esté faict de la
vollerie de mon paquet, je vous suplie néantmoins en parler si
expressément à son ambassadeur qu'il ayt occasion d'escripre à sa
Mestresse que Voz Majestez en sentent une grande offance, et qu'elles
veulent qu'elle soit réparée; vous supliant aussi luy remonstrer bien
vifvement comme Voz Majestez prenez fort à cueur le mauvais
trettement, les violances et indignitez dont avez entendu qu'elle
souffre estre uzé contre la personne et contre la liberté de la Royne
d'Escoce, estant entre ses mains; et de ce qu'elle va, de jour en
jour, dillayant de pourvoir à ses affaires, pendant que ses mauvais
subjectz vont establissant les leurs contre elle dans son propre
pays, et vont ruynant les bons subjectz qui soubstiennent son party,
et qu'ilz sont après à luy surprendre son chasteau de Dombertran pour
achever de la déshériter du tout; chose qui, à mon adviz servira de
beaulcoup, si faictes bien cognoistre au dict ambassadeur, qu'en
offençant ainsy la dicte Royne d'Escoce, il ne peult estre que Voz
Majestez ne s'en sentent oltragées et offancées; et je ne deffauldray
de mon office accoustumé en cest endroict, ainsy que Mr. l'évesque de
Roz cognoistra qu'en temps et lieu je le debvray employer.

La comtesse de Montgommery est despuys quelques jours passée en l'isle
de Gerzé, où il a esté mandé de la recepvoir, et luy permettre de
passer du tout en Angleterre quant elle vouldra. Le jeune viscomte de
Rohan, et aulcuns aultres Françoys, jusques à vingt ou trente, se sont
embarquez en ceste flotte des vins pour passer à la Rochelle.

Il est venu une très bonne nouvelle d'ung grand exploict de
monseigneur vostre filz qui ne se publie encore guyères icy, tant y a
qu'on commance d'en faire gageures à la bource. Dieu luy veuille bien
assister, auquel je suplie, etc.

    De Londres ce XIIIe d'octobre 1569.


    _Du dict jour._

    AU ROY.

Sire, dellibérant le capitaine Muer, gentilhomme escossoys qui est de
voz gardes, aller servyr son quartier, et estant passé devers la Royne
d'Escoce, sa Mestresse, pour prandre ses lettres de recommandation à
Vostre Majesté, il l'a trouvée si resserrée qu'il n'a peu avoir d'elle
ung seul mot d'escript; dont Mr. l'évesque de Roz m'a prié que je luy
en vollusse bailler ung de ma part pour vous tesmoigner, Sire, qu'il
s'est toutjour porté en homme de bien au service de la Royne, sa
Mestresse, et s'est monstré son bon et fidelle subject, soubstennant
constantment son party en tout ce qu'il luy a esté possible. A cause
de quoy le dict sieur évesque, qui cognoist les vrays serviteurs de sa
Mestresse, m'a prié de bien fort singullièrement le vous recommander.
Et m'asseurant, que, en considération de ce, Vostre Majesté le
recepvra très volontiers et avecques faveur, et que la présente n'est
pour aultre chose, je n'adjouxteray rien plus icy qu'une très dévotte
prière à Dieu, etc.

    De Londres ce XIIIe d'octobre 1569.


    _Du mesmes jour._

    A LA ROYNE.

=Chiffre.=--[Madame, estant, à ceste heure, la Royne d'Escoce tenue bien
estroictement et fort resserrée au chasteau de Tutbery, soubz la garde
des comtes de Cherosbery et de Huntincton, elle n'a heu la commodité
de vous escripre par le Sr. Thomas Flemy, présent pourteur; dont Mr.
l'évesque de Roz m'a prié d'y supléer pour elle par ce peu de motz,
affin de requérir très humblement Voz Majestez Très Chrestiennes, au
nom de la dicte Dame, qu'il vous playse pourvoir à l'avitaillement de
son chasteau de Dombertran, lequel va estre perdu par faulte de
secours et de vivres, et avec luy se pert bonne partye de la meilleure
espérance que ceste pouvre princesse aye à son restablissement à sa
couronne; à tout le moins, ses affaires en vont estre d'aultant plus
difficiles et retardez, et ceulx de ses adversayres davantaige
establys et advancez. Et parce que Voz Majestez entendront plus en
particullier ce grand besoing par le récit que le Sr. de Flemy leur en
fera, et que je m'asseure qu'il trouvera le Roy et Vous, Madame, trez
disposez de faire tout le secours que vous pourrez en cest endroict à
la Royne sa Mestresse, et que la présente n'est que pour très
humblement vous en suplier, je n'adjouxteray ici pour le surplus
qu'une dévotte prière à Dieu, etc.

    De Londres ce XIIIe d'octobre 1569.


Ceste lettre estoit cloze et desjà délivrée au dict Sr. de Flemy,
quant celles de Voz Majestez, du dernier du passé, sont arrivées, par
lesquelles je luy ay faict veoir comme il a esté desjà pourveu à ce
dessus. Neantmoins Mr. de Roz a desiré qu'il accomplît son voyage,
tant pour haster la dicte pourvoyance, si d'avanture elle estoit
retardée, que pour aultres occasions, lesquelles luy mesmes vous fera
entendre; et par ainsy, je luy ay randu ceste dicte lettre pour la
présenter à Vostre Majesté.]



LXVIe DÉPESCHE

--du XVIIIe jour d'octobre 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Jehan de Bouloigne._)

  Procédure criminelle contre le duc de Norfolk, les comtes
    d'Arundel et de Pembroke, et lord Lumley.--Arrestation de sir
    Trokmorton et du sieur Ridolfy.--Commissaires établis pour
    conduire le procès.--Le comte de Leicester refuse de prendre
    part à la procédure.--Constance que montre Marie Stuart dans
    son malheur.--Première nouvelle encore incertaine de la
    victoire de Moncontour.--Arrivée des commissaires espagnols à
    Calais.--Bruit d'une entreprise projetée sur le Croisic en
    Bretagne.--La peste, qui est à Londres, sert de nouveau
    prétexte à la reine pour différer l'audience à
    l'ambassadeur.--Espoir que la victoire annoncée, si elle se
    confirme, sera d'un grand secours pour rétablir les affaires de
    la reine d'Écosse et assurer le succès de toutes les
    négociations commencées.


    AU ROY.

Sire, ayant, le XIIIe du présent, receu les lettres de Voz Majestez du
dernier du passé, j'ay estimé vous en debvoir donner adviz, et vous
dire par mesme moyen, Sire, qu'encor que ceulx cy ayent, du
commancement, quant ilz sont tumbez en ceste grande souspeçon et
deffiance du duc de Norfolc, exécuté plusieurs choses assés
violentement, ilz se sont néantmoins despuys ung peu modérez, de sorte
que les pacquetz se conduysent assés seurement. Et ceulx de ce conseil
monstrent, à ceste heure que le dict duc est dans la Tour, procéder
par quelque ordre et forme de justice à luy faire son procès, et
semble qu'on n'a encores trouvé sur les comtes d'Arondel, de Pembrot,
ny sur millord de Lomelley, de quoy les envoyer à la dicte Tour; tant
y a qu'on les tient soubz estroicte garde, et a l'on envoyé le dict
[millord] de Lomelley en une mayson forte prez de Vuyndesor, et miz le
dict comte d'Arondel dans le colliège du dict Vuyndesor, et icelluy
[comte] de Pembrot, pour estre vieulx et impotant, demeure resserré en
son logis; et d'abondant l'on a arresté prisonniers le Sr. de
Trokmarthon et le Sr. Roberto Ridolfy; et se dict qu'on a mandé le
comte de Sussex comme souspeçonné de ces affaires et pareillement le
millord Scrup, beau frère et inthime amy du dict duc, et plusieurs
aultres seigneurs du quartier du Nort; mais l'on ne sçait encores
s'ilz viendront.

Les commissaires à faire ce procès sont:--le millord Quiper, garde des
sceaux, le marquis de Norampton, le comte de Betfort, mestre
Quenolles, ser Raf Sadeler, ser Vuater Mildmey et le secrétaire
Cecille,--lesquelz, parce qu'ilz sont toutz personnaiges triez et
choysiz protestans, et fort affectionnez à ceulx de la Rochelle, je
crains leur présente authorité, mesmement que ceulx là ny sont plus,
qui sembloient tenir la main à l'entretennement de la paix entre ces
deux royaulmes.--Le comte de Lestre n'assiste plus à leur procédure,
ains sort du conseil aussi tost qu'on vient à toucher le faict de ces
seigneurs.

Il y a quelque aparance que la Royne d'Escoce sera encores remuée en
ung aultre lieu, et pense l'on que ce sera à Quilingourt, qui est ung
chasteau du comte de Lestre. Elle se monstre magnanime et d'ung cueur
grand et vertueulx en ceste sienne tant malle et adversaire fortune;
en quoy nous luy assistons d'icy à luy donner toute la consolation par
lettres que nous pouvons, et à procurer l'expédition de ses affaires
comme il vous a pleu me le commander.

Ceste nouvelle, qui a desjà couru jusques par deçà, d'une grand
victoire[18] que Monsieur, frère de Vostre Majesté, vous a aquise
contre ceulx de la Rochelle la resjouyra grandement, ainsy que
plusieurs icy très affectionnez à Vostre Majesté s'en rejouyssent
oultre mesure, et attandent en grand dévotion que j'en aye la
confirmation par voz lettres, avec les particullaritez de ce qui y
aura succédé. Dieu veuille que le tout soit sellon le bien et honneur
de vostre coronne, et au proffict et repos de voz bons subjectz.

  [18] Bataille de Moncontour, livrée le 3 octobre 1569.

J'ay envoyé aussi resjouyr la dicte Royne d'Escoce du contenu au
postille de voz dictes dernières, parce que la dicte Dame en estoit en
grand soucy et le besoing s'en monstroit si pressé qu'il ne s'y
pouvoit plus souffrir aulcun temporisement.

Le Sr. Chapin Vitel et aultres commissaires de Flandres sont desjà
arrivez à Callais, et monsieur l'ambassadeur d'Espaigne est après pour
avoir une nouvelle et plus ample permission pour leur passaige de
deçà. Sur ce, etc.

    De Londres ce XVIIIe d'octobre 1569.


L'on me vient d'advertyr que ceulx de la nouvelle religion, qui sont
icy, parlent d'une entreprinse sur le Croysic en Bretaigne. Il sera
bon, Sire, qu'en faciez donner adviz à Mr. de Martigues ou à Mr. de
Bouillé affin d'y prendre garde.


    A LA ROYNE.

Madame, ce peu que j'escriptz présentement en la lettre du Roy des
choses de deçà, après la dépesche que naguyères j'ay envoyé par le Sr.
de La Croix, fera assés veoir à Vostre Majesté quel progrez elles
continuent de prendre; dont bientost je vous en pourray faire sçavoir
davantaige, mais [il faut] que j'aye parlé à la Royne d'Angleterre
laquelle, pour l'aparance de peste, qu'il y a encores en ceste ville,
d'où je n'ay bougé, elle m'a mandé que j'aille estre quelque peu de
jours à Coulbronc, qui est ung lieu prez de Vuyndesor, pour prandre
l'air, et que, puys après, je la pourray aller trouver.

Je suys très ayse qu'ayez parlé à Mr. Norrys, son ambassadeur, et,
bien que ce ayt esté ainsy réservéement, comme avez estimé convenir à
voz présentz affaires, j'espère que cella encores servira beaulcoup à
ceulx de la Royne d'Escoce, ausquelz j'adjouxteray l'instante
sollicitation que m'avez commandé envers ceste Royne, sa cousine, et
verray si, par quelque rayson et pacience, je pourray tirer d'elle
aulcune bonne provision pour iceulx; bien que, si une bonne
confirmation me vient par voz lettres que Monseigneur vostre filz ayt
gaigné la victoire contre ceulx de la Rochelle, comme on le publie par
deçà, je ne fais doubte qu'on ne procède icy plus gracieusement et en
meilleur façon au faict de la dicte Royne d'Escoce, et aultres
affaires qui concernent vostre service, qu'on n'a faict jusques à
présent; dont je suplie Nostre Seigneur assister toutjour voz justes
et vertueuses entreprinses, et qu'il vous doinct, etc.

    De Londres ce XVIIIe d'octobre 1569.



LXVIIe DÉPESCHE

--du XXIIIIe jour d'octobre 1569.--

(_Envoyée exprès par Pierre Bordillon jusques à Calais._)

  Première entrevue de l'ambassadeur et de la reine après
    l'arrestation du duc de Norfolk.--Bonne réception qui est faite
    à l'ambassadeur.--Il proteste qu'il ignorait les projets du duc
    de Norfolk, dont il n'a été averti, pour la première fois, que
    par la reine elle-même.--Il réclame avec énergie contre la
    surveillance à laquelle il a été soumis et contre le vol qui a
    été fait de l'une de ses dépêches.--Élisabeth promet réparation
    au sujet de cet enlèvement.--Elle s'empresse de reconnaître que
    l'ambassadeur ainsi que le roi n'ont pas prêté les mains aux
    projets du duc de Norfolk.--Elle se plaint vivement de
    l'ambassadeur d'Espagne, qui aurait trempé dans le
    complot.--Instances de l'ambassadeur auprès d'Élisabeth, pour
    qu'elle rétablisse Marie Stuart sur son trône, et empêche que
    Dumbarton ne tombe au pouvoir du comte de Murray.--Élisabeth
    s'excuse de ne pouvoir faire pour la reine d'Écosse ce qui lui
    est demandé.--Elle offre de faire connaître au roi combien sont
    graves les torts que Marie Stuart a envers elle, et propose de
    le prendre lui-même pour juge de sa conduite.--Pleine
    confirmation de la victoire de Moncontour.--Satisfaction que
    manifeste Élisabeth de ce nouveau succès.--Elle charge
    expressément l'ambassadeur d'offrir sa médiation au
    roi.--Arrivée du sieur Ciapino Vitelli en Angleterre.--Refus
    qui a été fait de recevoir sa nombreuse suite.--Il ne lui a pas
    été permis à lui-même d'entrer dans Londres.--Effet produit en
    Angleterre par la victoire de Moncontour.


    AU ROY.

Sire, après avoir esté deux jours seulement en ung villaige, hors
d'icy, pour y prendre ung meilleur air que celluy de la ville, qui est
suspect de peste, je suys allé, le XXIe de ce moys, trouver la Royne
d'Angleterre à Vuyndesor, laquelle m'a plus favorablement receu que
ceulx, qui me cuydoient fort meslé ez affaires du duc de Norfolc, ne
l'estimoient, et m'a bien monstré la dicte Dame qu'à la vérité elle
estoit grandement courroucée contre le dict duc, et infinyement contre
la Royne d'Escoce, mais bien fort délivrée de toute souspeçon de Voz
Majestez.

Néantmoins pour m'essayer, en me faisant son excuse de ce que, ayant
desiré la veoir plustost, elle ne me l'avoit peu ottroyer à cause des
affaires qui luy estoient survenuz, elle me dict, en ryant, qu'elle
croyoit que l'ambassadeur d'Espaigne et moy sçavions, de long temps,
quelz affaires c'estoient.

A quoy je luy respondiz que au contraire je craignois estre en grande
faulte de les avoir sceu trop tard, et de n'en avoir donné assés
d'heure l'adviz que je debvois à Voz Majestez pour l'intérest que vous
y aviez, à cause de la Royne d'Escoce; que [je] sçavois au reste
combien curieusement l'on avoit cerché de vériffier que je fusse de la
partie, sans regarder si en cella l'on offençoit la grandeur de Vostre
Majesté, ny si l'on violloit la seurté de vostre ambassadeur, ny si
l'on enfraignoit la protection, en laquelle elle m'avoit receu de
vostre part avec ma légation; que, entre les aultres recerches, avoit
esté trouvé bon de me faire voller mon pacquet, ce que sachant combien
Vostre Majesté l'auroit à cueur, et m'en sentant infinyement oltragé,
je ne cesserois de luy en demander réparation et justice jusques à ce
qu'elle me l'auroit faicte; et que, pour tout cella, l'on n'avoit
trouvé que j'eusse rien entreprins ny pratiqué en son royaulme, qui ne
fût digne d'ung ambassadeur d'ung très vertueulx et magnanime prince
son allié et confédéré, luy pouvant jurer, avecques vérité, que
c'estoit elle mesmes qui, première, m'avoit faict prendre garde de
cest affaire; dont luy remiz en mémoire aulcuns poinctz qu'elle m'en
avoit touchez en mes précédantes audiences. De quoy elle se souvint
incontinent, et comme personne très affectionnée à la matière, après
aulcunes grandes excuses de mon pacquet, avec promesse de m'en faire
justice contre quiconques s'en trouveroit coulpable, elle tourna à me
discourir les mesmes propos qu'elle m'avoit auparavant tenuz du
susdict affaire, et que ce que je n'en avois peu comprendre, lorsque
par parolles couvertes elle m'en avoit parlé, c'estoit ce que j'en
voyois meintennant; et qu'il estoit sans doubte qu'on avoit essayé de
soubslever tout son estat contre elle, dont estoit bien ayse que je ne
m'en fusse ainsy entremiz, comme avoit faict l'ambassadeur
d'Espaigne,--«duquel, dict elle, j'ay sceu le mesmes propos qu'il en a
tenu à l'évesque de Roz, bien qu'ilz ne fussent que eulx deux seulz,
quant ilz en discoururent ensemble.»

Je ne laissay pour tout cella, Sire, de faire une très grande et vifve
instance à la dicte Dame, pour la liberté et bon trettement de la
personne de la Royne d'Escoce, à ce qu'elle ne la vollût commettre ez
mains de ceulx que la dicte Dame estime estre ses ennemys, ny souffrir
qu'il luy fût dict, faict, ny usé chose qui ne convînt à la dignité de
ce que Dieu l'a faicte estre princesse Souveraine en la chrestienté,
parante et alliée des plus grandz princes chrestiens, expéciallement
de Vostre Majesté et d'elle mesmes; et qu'au reste, elle vous vollût
résouldre du secours et assistance qu'elle entendoit luy bailler pour
la remettre en son estat, sans laysser passer plus avant ses mauvais
subjectz à establyr leurs affaires comme ilz faisoient contre elle
dans son propre pays; lesquelz je sçavois qu'ilz s'aprestoient de
nouveau pour aller achever de ruyner et tiranniser les bons subjectz
et serviteurs de la dicte Dame, et d'essayer de luy prandre par force
le chasteau de Dombertran; à quoy je la prioys pourvoir d'ung si bon
expédiant et prompt remède, que cella peust estre empesché.

Desquelz propos se trouvant la dicte Dame en quelque perplexité, me
respondit diversement, tantost en une sorte, et puys en une aultre, et
allégua plusieurs excuses, lesquelles, parce que je ne les luy voulois
admettre, nous fusmes en assés longue contention; et enfin me pria
estre contant d'emporter d'elle, pour ceste foys, qu'elle vous donroit
compte, du premier jour, de toutes les choses qui avoient passé entre
la Royne d'Escoce et elle, et ne reffuzeroit que Voz Majestez en
fussiez les juges, espérant que vous luy garderiez une oreille pure
pour en entendre la vérité, laquelle, possible, vous trouveriez estre
bien fort aultre qu'on ne le vous avoit raporté, et qu'elle
procèderoit, au reste, comme elle avoit toutjour faict, bien
droictement, ez affaires de la Royne d'Escoce, mais non avec la mesme
affection qu'auparavant, jusques à ce qu'elle eust mieulx esclarcy si
ce qu'on luy avoit raporté d'elle estoit vray ou faulx.

Or est il intervenu, Sire, et interviennent en cecy plusieurs faictz,
lesquelz je feray par ung des miens tout exprès entendre bientost à
Vostre Majesté, et cependant j'estime, qu'en ce qui concerne la
personne de la Royne d'Escoce, il est pourveu qu'elle n'ayt que tout
bon trettement mais ung peu moins de liberté qu'elle ne souloit.

Le mesme jour de ceste audience, la Royne d'Angleterre avoit heu de
son ambassadeur, Mr. Norrys, nouvelles certaines de la grande et
notable victoire, qu'il a pleu à Dieu vous faire avoir sur voz
ennemys par la vaillance et conduicte de Monseigneur vostre frère,
soubz le bon heur de Vostre Majesté, de laquelle la dicte Dame me
demanda les particullaritez, sachant que son mesmes courrier m'avoit
apporté ung vostre pacquet; mais de tant que Mr. Brulart ne m'en avoit
touché qu'ung mot en général, en une sienne lettre à part, je luy
dictz que Vostre Majesté me commandoit seulement de luy annoncer la
certitude et grandeur de la victoire, de laquelle vous luy aviez vollu
faire la première part, mais que vous attandiez de vous en conjouyr
plus amplement avec elle, quant Monseigneur vostre frère vous en
auroit envoyé le vray récit de sa main.

Sur quoy elle me pria fort affectueusement vous escripre qu'elle se
resjouyssoit de vostre prospérité et de voz victoires aultant et,
possible, plus que nul de voz aultres alliez et confédérez, et ne
regrectoit sinon qu'estant le gain de la bataille vostre, la perte
n'en fût sur quelque aultre, car certainement elle estoit toute sur
vous; dont s'estimeroit bien heureuse, au cas que volussiez prandre
quelque bon expédiant avec voz subjectz, qu'elle vous en peust
moyenner ung, qui vous fût aultant agréable comme elle le vous
desireroit utille et honnorable, et très advantaigeux pour vostre
grandeur, me conjurant bien fort ne faillyr de le vous faire ainsy
entendre, ce que je luy promiz de faire, luy remonstrant qu'il n'avoit
jamais tenu à Vostre Majesté que voz subjectz n'eussent jouy d'ung
bien asseuré repos, soubz vostre obéyssance; ne voulant obmettre,
Sire, de vous dire que ceste nouvelle a tant resjouy et relevé le
cueur des catholiques en ce royaulme, qu'ilz n'en font moins de
solemnité que si elle estoit proprement pour eulx, bien que ceulx de
l'aultre party vont rabattant la grandeur de la victoire tant qu'ilz
peuvent.

Le Sr. Chapin Vitel est arrivé par deçà, auquel on a arresté à Douvres
toutz ceulx de sa compaignye, qui estoient cinquante ou soixante, et
luy a l'on seulement permiz d'en mener cinq; qui, encores, pour le
prétexte de la peste, l'on ne l'a layssé entrer en Londres, ains luy
et Mr. l'ambassadeur d'Espaigne ont esté conduictz à Quinston et de là
à Coulbronc, prez de Vuyndesor, par ung gentilhomme Angloys, qui ne
les habandonne guyères, et sont attendans leur audience, laquelle je
croy qu'ilz auront demain. Sur ce, etc.

    De Londres ce XXIVe d'octobre 1569.


Ainsy que je fermoys la présente, le Sr. d'Amour est arrivé avec
vostre dépesche du VIIe du présent, lequel a esté contrainct
d'attandre quelques jours le passaige à Dièpe.


    A LA ROYNE.

Madame, avec les propos dont je fays mencion en la lettre du Roy, qui
ont ceste foys esté tenuz entre la Royne d'Angleterre et moy, nous en
avons heu quelques aultres qui concernoient le service de Voz Majestez
Très Chrestiennes, et encores d'aultres qui regardoient les présens
affaires de la dicte Dame, lesquelz seroient longs à mettre icy; mais
par ung des miens j'en feray, du premier jour, entendre à Vostre
Majesté aultant que j'estimeray qu'il vous pourra revenir à proffict
ou à playsir de les sçavoir; et, pour le présent, je diray seulement à
Vostre Majesté que ceste grande nouvelle de la victoire, que
Monseigneur vostre filz a heureusement gaignée en Guyenne, relève si
grandement la réputation de voz affaires, que, de tant qu'on cuydoit
naguyères la couronne de France estre bien au bas et en ung très
doubteux et dangereux estat, de tant estime ung chacun que vous l'avez
meintennant establye et confirmée plus que nulle aultre de toute la
chrestienté, dont je prie Dieu, qu'après ce tant digne exploict de
force, il vous doinct à si bien employer la prudence sur
l'establissement d'ung repos en vostre royaulme, que voz bonz subjectz
y puyssent dorsenavant vivre en bonne seurté, sans être ainsy
espouvantez, comme ilz l'ont continuellement esté despuys dix ans.

J'escriptz ung mot à Mon dict Seigneur votre filz, que je vous suplie
très humblement commander luy estre envoyé, car ceste Royne s'attand
qu'il luy escripve meintennant, comme il fit après l'aultre victoire
du moys de mars; et baysant en cest endroict très humblement les mains
de de Vostre Majesté, je suplieray le Créateur qu'il vous doinct, etc.

    De Londres ce XXIVe d'octobre 1569.



LXVIIIe DÉPESCHE

--du XXVIIIe jour d'octobre 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à la Court par le Sr. de Vassal._)

  Joie manifestée par les catholiques d'Angleterre à la nouvelle de
    la victoire remportée en France sur les protestants.--Bon
    accueil fait par Élisabeth au sieur Ciapino Vitelli.--Assemblée
    des consistoires protestants à l'effet de pourvoir aux mesures
    qu'il est nécessaire de prendre pour relever leur parti en
    France.--Négociations de l'ambassadeur, relatives à la demande
    qui a été faite pour le commerce des Pays-Bas.--_Mémoire
    général_ sur les affaires d'Angleterre.--Mesures rigoureuses
    prises contre les catholiques, surtout vers le nord, où se
    montre une grande agitation.--Les projets d'expédition contre
    la France paraissent suspendus depuis que des craintes
    sérieuses se manifestent pour la tranquillité du
    royaume.--Vives sollicitations des protestants d'Angleterre
    pour que de prompts secours soient envoyés à la Rochelle.--Le
    conseil demande à Marie Stuart la remise de la lettre qui lui a
    été écrite par les seigneurs d'Angleterre pour l'engager à
    épouser le duc de Norfolk.--Déclaration lui est faite qu'il
    sera sursis à la décision qu'elle sollicite sur ses demandes,
    jusqu'à ce qu'elle ait livré cette pièce, qu'elle annonce avoir
    envoyée en Écosse.--Moyens qui ont été employés pour obtenir le
    retour du duc de Norfolk.--Détails confidentiels.--Effet
    produit sur les résolutions du duc par la certitude que le roi
    et la reine-mère donnent une entière approbation à son
    mariage.--La déclaration des commissaires lui est
    favorable.--Emportement d'Élisabeth contre les commissaires et
    contre le duc, poussé à une telle violence qu'elle tombe sans
    connaissance.--Chefs divers de l'accusation portée contre le
    duc de Norfolk.--Reproches qui sont faits aux comtes d'Arundel
    et de Pembroke, et à lord Lumley.--Sir William Cécil veut faire
    épouser sa belle-soeur au duc de Norfolk; c'est la condition
    qu'il met à sa sortie de la Tour.--Étroite surveillance à
    laquelle est soumise la reine d'Écosse.--Espoir qu'elle ne
    court aucun danger.--Protestation d'Élisabeth à l'ambassadeur,
    qu'elle répond de la vie de Marie Stuart comme de la sienne
    propre.--_Remontrances de l'ambassadeur_ au conseil:--sur le
    commerce en général;--sur la demande qui lui a été faite au
    sujet des Pays-Bas;--sur l'interdiction absolue du commerce
    avec la Rochelle;--sur la restitution des prises,--et sur les
    affaires de la reine d'Écosse.--Instances de l'ambassadeur pour
    que Marie Stuart ne soit pas livrée à la garde de ses ennemis.


    AU ROY.

Sire, j'yray vendredi prochain présenter les lettres de Voz Majestez
et le Sr. d'Amour, pourteur d'icelles, à la Royne d'Angleterre, ainsy
qu'elle m'a mandé que je l'aille trouver au dict jour; et cependant,
pour ne vous retarder quelques adviz des choses, qui passent en ce
royaulme, concernantz vostre service, je dépesche le Sr. de Vassal
pour les vous aller raporter et pour vous en faire entendre aultant
que j'en ay aprins sur le lieu, sellon que je l'ay bien instruict de
tout; auquel, pour ceste occasion, je vous suplie très humblement,
Sire, vouloir adjouxter foy.

Et vous ayant à faire la présente de tant plus briefve, je ne vous
diray en icelle sinon que les protestans de ce royaulme ont faict
tenir quelques jours la nouvelle de vostre victoire si secrecte, ou
bien l'ont faicte aller si déguysée, que, n'en pouvant les catholiques
avoir quasi aulcune notice, ilz ont envoyé devers moy bien fort
secrectement, mais non sans ardeur et affection, pour sçavoir ce qui
en estoit. Aus quelz ayant faict curieusement entendre et la certitude
et la grandeur du combat, et comme il a pleu à Dieu vous en faire
avoir le dessus par la valleur et bonne conduicte de Monseigneur
vostre frère, non en forme de rencontre et par surprinse, mais de
vifve force en aperte campaigne, où toutes les troupes ont combatu, et
les aultres particullaritez du discours que Vostre Majesté m'en a
envoyé, ilz en ont infinyement remercyé Dieu, et l'ont invoqué de
grand dévotion sur l'entier succez du reste de voz affaires,
bénissant en mille sortes vostre bon heur et le bon heur de Mon dict
Seigneur vostre frère; et monstrent, Sire, qu'ilz ont esté en grand
frayeur de leur propre faict, mais que meshuy, où que les choses
aillent, soit à continuer la guerre ou bien à tretter quelque
pacification, qu'elles ne pourront estre conclues qu'au grand
advantaige de leur bonne cause que vous soubstenez, et bien fort à la
gloyre et réputation de Vostre Majesté.

Le Sr. Chapin a esté plus favorablement receu à son arrivée en ceste
court qu'il ne l'a esté en l'entrée de ce royaulme, luy ayant la Royne
d'Angleterre faict fort gracieulx recueil, et a admiz les principaulx
de sa compaignie à luy bayser la main. Elle s'est fort plaincte du duc
d'Alve et de Monsieur l'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, lequel ne
s'est encores présenté à elle, bien qu'ilz soyent tous deux dans la
mêmes commission. J'entendray plus avant de ce que le dict Sr. Chapin
aura tretté, car c'est de devant hyer seulement qu'il a heu son
audience, et par mes premières je vous en donray adviz, aydant le
Créateur, auquel je prie, etc.

    De Londres ce XXVIIIe d'octobre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, il vous plairra entendre par le Sr. de Vassal, présent
pourteur, la suytte des choses dont je vous manday le commancement par
le Sr. de La Croix, ès quelles j'avois de long temps prévu que Voz
Majestez vouldroient enfin qu'il y fût procédé sellon que me l'avez
escript par le Sr. de Sabran, ce que, de moy mesmes, je les avois
ainsy disposées, de façon qu'il n'a tenu à moy que l'effect ne s'en
soit ensuyvy comme l'eussiez peu desirer, mais il va encores assés
bien sellon vostre propos, et je mettray peyne de le mesnager le
mieulx qu'il me sera possible.

Les bonnes nouvelles de la victoire, ainsy qu'elles ont grandement
resjouy les catholiques, ainsy ont elles infinyement attristé ceulx de
la nouvelle religion, qui, à ceste occasion, ont, ces jours passés,
assemblé leurs concistoires et proposé plusieurs choses pour relever
leurs affaires, et pour remettre et confirmer leur armée; dont je suys
en grand peyne comme je pourray sçavoir ce qu'ilz en ont arresté, car
s'il m'a esté cy devant très difficile, il m'est à ceste heure quasi
impossible de descouvrir leurs conseilz. Tant y a que je tendray
toutjour à divertir, le plus que faire se pourra, le mal qui vous
pourroit venir de ce royaulme.

J'avoys cy devant baillé à la Royne d'Angleterre et aulx seigneurs de
son conseil certains articles, ès quelz celluy de la restriction de ne
porter par les Francoys aulcune sorte de merchandises de Flandres icy,
ny d'icy en Flandres, est contenu, non de tout sellon la dépesche de
Voz Majestez du XXe septembre, par laquelle m'ordonnez de le laysser
passer, ny sellon celle du dernier du dict moys, où me commandez de le
reffuser du tout, mais j'ay suyvy la voye du millieu, comme verrez par
les dicts articles; ce que je suplie très humblement Vostre Majesté ne
trouver mauvais, car il m'a semblé expédiant de le faire ainsy pour
vostre service, sellon la grande affection que ceste princesse monstre
d'y avoir: dont le Sr. Chapin n'a obmiz de m'envoyer curieusement
enquérir de ce qu'elle m'y avoit respondu. Il vous plairra me
commander ce que, en cella et aultres occurrances de deçà, il vous
plairra estre faict, affin que je ne faille d'y procéder justement
sellon vostre intention; et je prieray Dieu, etc.

    De Londres ce XXVIIIe d'octobre 1569.

  LE SIEUR DE VASSAL DIRA A LEURS MAJESTEZ, oultre le contenu des
    lettres:

Que, pour garder que la prison du duc de Norfolc, et la détention des
aultres seigneurs arrestez, et le resserrement de la Royne d'Escoce,
qui sont choses mal agréables aulx subjectz de ce royaulme, ne les
face eslever, ceulx qui président meintennant en ce conseil, ont fait
despescher lettres de leur Royne aulx officiers et gens, qui ont
charge en provinces, expéciallement vers le Nort, de pourvoir
dilligentment qu'il ne se face aulcune assemblée, par quelque prétexte
que ce soit; et qu'ilz trouvent moyen de retirer toutes sortes
d'armes, mesmement les haquebuttes, des mains du peuple, le plus
gracieusement qu'il leur sera possible; et qu'ilz soyent soigneux
d'advertyr diligentment la Royne de la moindre nouveaulté, qu'ilz
verront advenir, deffendant à toute manière de gens de ne parler de
l'estat du gouvernement de ce royaulme, ny de la Royne leur Mestresse,
ny des seigneurs de son conseil, sur peyne de prison et d'aultres
rigoureuses punitions; et surtout qu'après ceste victoire du Roy, ilz
ayent l'oeil bien ouvert sur les actions de ceulx qui sont cogneuz
catholiques, mesmement au dict pays du Nort, parce que aulcuns, vers
ce quartier là, s'estoient déjà miz en campaigne, et aussi ez aultres
endroictz de ce royaulme.

Et semble que l'armement et apareil des grands navyres de ceste Royne
sera miz en quelque suspens, demeurant néantmoins ainsy apresté qu'il
est, pour s'en ayder à ung besoing, sans qu'ilz le gettent pour
encores en mer; car ne se faict aulcune ordonnance pour cella. Vray
est qu'ilz sentent merveilleusement la perte qu'ont faict ceulx de la
Rochelle, et les vouldroient secourir de tout ce qu'ilz pourroient,
mais toute leur principalle entente est, pour ceste heure, de pourvoir
au dedans de leur pays, et sont à conseiller seulement, par les
instantes sollicitations de ceulx de la nouvelle religion, comme ils
pourront, tant d'icy que d'Allemaigne, relever les affaires des dictz
de la Rochelle, et remettre et confirmer leur armée deffaicte.

Et de tant que ceste Royne est entrée en plusieurs grandes souspeçons
et deffiances de son estat, à cause que les principaulx de sa noblesse
et les premiers de son conseil ont escript à la Royne d'Escoce pour la
suplier d'avoir agréable le mariage d'elle avec le duc de Norfolc, et
que les protestans estiment qu'il y a de la menée des catholiques avec
intelligence des princes estrangiers, la dicte Dame a faict requérir,
par les comtes de Cherosbery et de Huntington, la dicte Royne d'Escoce
de luy faire veoir l'original des lettres et les seings de ceulx, qui
les luy ont escriptes, et luy en envoyer une coppie. A quoy la dicte
Royne d'Escoce a respondu qu'elle les avoit envoyées à ceulx de sa
noblesse et de son conseil en son royaulme, pour avoir leur adviz, et
que, si l'on luy vouloit bailler ung passeport, elle les envoyeroit
quérir et les feroit tenir par l'évesque de Roz à la dicte Dame, sa
bonne sueur; ce que les dictz comtes n'ont accepté, et luy ont dict
qu'il ne sera aulcunement procédé à l'expédition de ses affaires
jusques à ce qu'elle ayt satisfaict à cella.

Or, il a esté usé de plusieurs artiffices envers le dict duc pour le
faire retourner, parce qu'on craignoit que son partement mît aulx
armes tout ce royaulme, expéciallement de luy promettre beaulcoup de
choses pour la Royne d'Escoce, et qu'au contraire, s'il s'opiniastroit
de ne venir poinct, ou s'il essayoit d'attempter quelque chose par la
force, qu'il mettroit la personne de la dicte Dame et toutz ses
affaires en grand dangier.

Tant y a que, si les comtes d'Arondel et de Pembrot et milor de
Lomelley n'ussent poinct esté en arrest, et ne fussent venuz se
présenter en ceste court, ains s'en fussent allez chacun en sa
contrée, comme ilz l'avoient promiz, il semble que le dict duc eust
persévéré de son costé en son entreprinse, mesmement que les seigneurs
du Nort, lesquelz l'on n'oze encores mander venir, de peur qu'ilz ne
reffuzent tout ouvertement de le faire, se monstrent toutz bien
disposez pour luy.

Et il avoit, sur le doubte qu'on luy avoit donné du dangier où seroit
la Royne d'Escoce, mandé par mon adviz aulx comte de Lestre et
secrétaire Cecille qu'il ne pouvoit employer que eulx deux seulz
envers la Royne, leur Mestresse, pour la bien disposer envers la Royne
d'Escoce, et pour la garder de n'ordonner rien contre elle; dont les
en prioyt de toute son affection, et que, s'il prenoit aulcun mal à la
personne de la dicte Dame, qu'il luy costeroit la vie, ou il leur
feroit perdre la leur; ce qui, à la vérité, a beaulcoup servy.

Néantmoins, ayant le dict duc esté trop facille à retourner, il a esté
incontinent miz en arrest dans son logis soubz estroicte garde, où
toutesfoys j'ay trouvé moyen, par Mr. l'évesque de Roz, de luy faire
entendre la bonne intention de Leurs Majestez Très Chrestiennes sur
le faict du mariage, ce qui l'a tellement confirmé qu'il s'est résolu
d'y persévérer jusques à la mort, et qu'après la Royne, sa Mestresse,
il demeurera à jamais fidelle serviteur de Leurs dictes Très
Chrestiennes Majestez;

Et n'a layssé pour cella de respondre bien fort sagement aulx
interrogatoires, qui luy ont esté faictz par les commissaires, de
sorte que, raportant iceulx commissaires ses bonnes responces à la
dicte Dame, elle a monstré n'estre contante de ce qu'ilz le vouloient
excuser, et leur dict plusieurs choses qui procédoient d'ung cueur
fort offancé; mesmes, ainsy que l'ung d'eulx s'advança de dire que
sellon les loix du pays ils ne le trouvoient coulpable de
rien:--«Allez, dict elle, ce que les loix ne pourront sur sa teste,
mon authorité le pourra.»--Et entra en si grand collère qu'elle
esvanouyt, et courut l'on au vinaigre et aultres remèdes pour la faire
revenir.

Ainsy fut le dict duc envoyé le lendemain à la Tour, et aussi tost
ordonné de visiter ses maysons, ouvrir ses coffres, saysir ses
papiers, mandé les gentishommes de Norfolc pour venir déposer et
tesmoigner contre luy; dont aulcuns se sont présentez, aultres ont
reffuzé de le faire, et fut envoyé en plusieurs endroictz de ce
royaulme pour informer de sa vie et de ses faictz.

Tant y a qu'aulcuns principaulx du conseil luy ont mandé qu'il ne fût
en peyne de rien pour cella, car n'y avoit vériffication aulcune qui
fût pour préjudicier à sa vie, et qu'il n'y avoit de proposé contre
luy que trois faictz:

Le premier, d'une sienne lettre qu'il avoit escripte au comte de Mora,
touchant le dict mariage, laquelle le dict comte a envoyée à la Royne
d'Angleterre non sans qu'on le luy imputte à ung très mauvais
tour;--l'aultre, est ung souspeçon seulement d'avoir praticqué avec
les princes de dellà la mer;--et le troisiesme, ce sien partement de
court sans congé.

Et quant au comte d'Arondel et millord de Lomelley, il leur estoit
principallement imposé d'avoir persuadé le duc qu'il se deubt saysir
de la Tour, ce que ne se pouvant vériffier parce que le millor de
Havar, qui l'avoit raporté, allégoit ung autheur, et cest autheur ung
aultre autheur, et en fin se trouvant que cella provenoit d'ung ouy
dire, ilz n'ont esté miz en la Tour; néantmoins ilz demeurent encores,
et aussi le comte de Pembrot, en arrest, bien qu'il s'estime que le
dict [comte de] Pembrot, de tant qu'il n'est chargé que d'avoir
conseillé le dict mariage, comme le cuydant aultant agréable à la
Royne sa Mestresse, comme il a toutjours estimé qu'il luy estoit
utille et à tout son royaulme, s'il en veult demander ung bien peu de
pardon à la dicte Dame, qu'il sera miz incontinent en liberté.

Et le comte de Lestre monstre encores favoriser en plusieurs sortes,
soubz main, le dict duc, et estre infinyement irrité et offancé contre
le dict Cecille, qui va aigrissant la matière, lequel néantmoins
excuse les extrêmes poursuytes qu'il y faict sur l'extrême courroux de
sa Mestresse, et met en avant ung seul moyen pour remédier aulx
affaires de la Royne d'Escoce et à ceulx du dict duc tout ensemble,
qui est de quicter et renoncer entièrement par l'ung et l'aultre au
dict mariage.

A quoy ayant respondu l'évesque de Roz, quant il le luy a dict, que la
Royne d'Escoce, sa Mestresse, en seroit très contante, parce qu'elle
n'y avoit jamais prétandu que pour cuyder complaire à la Royne
d'Angleterre sa soeur, et à la noblesse du pays, car c'estoit ung
personnaige qu'elle n'avoit jamais veu que le duc; et que grâces à
Dieu, il luy avoit esté proposé de plus grandz partys, le dict Cecille
répliqua qu'il ne suffiroit de se quicter de parolle, ains le
fauldroit faire par effect, dont luy feroit entendre plus clairement,
une aultre foys, comme cella s'entendoit.

Et j'ay aprins despuys, que c'est de contraindre le dict duc
d'espouser, avant sortir de la Tour, madame Obey, veufve du feu
dernier ambassadeur d'Angleterre, qui estoit en France, laquelle est
soeur de la femme du secrétaire Cecille.

Dont, affin d'admener les choses à ce poinct par longueur de prison du
dict duc, et par une plus estroicte garde de la Royne d'Escoce et
prolongation de ses affaires, iceulx commissaires, qui président à
ceste heure seulz en ce conseil, ont dict au dict évesque de Roz, que
la Royne d'Angleterre se trouvoit meintennant si pressée d'aulcuns
siens grandz affaires, qu'encor que l'abbé de Donfermelin, depputté du
comte de Mora, fût arrivé, elle ne pourroit entendre en façon du
monde, de quelques jours, à l'expédition des affaires de la Royne
d'Escoce; dont le prioyent se retirer à Londres jusques à ce que l'on
le manderoit, qui seroit le plustost que la dicte Dame se trouveroit
en disposition d'y vacquer.

Sur ce dessus, de tant que le dict duc propose de se conduyre en cecy
par le conseil du dict évesque de Roz et aulcunement par le mien, et
qu'il semble que je pourray retenir ou lascher une partie de ses
dellibérations, sellon que je pourray comprendre que Leurs Majestez
Très Chrestiennes le vouldront, il leur plairra m'en mander bien
expressément leur intention.

Et cependant, la personne de la Royne d'Escoce demeure asseurée en la
garde du comte de Cherosbery, et, bien que le comte de Huntington y
soit, il n'en a l'authorité, avec ce, que toutz ceulx de ce conseil se
constituent pleiges pour luy qu'il ne fera rien qui ne soit digne
d'homme d'honneur, pour respecter en toutes sortes, comme sera son
debvoir, la dicte Dame; et mesmes la Royne d'Angleterre m'en a
respondu comme de sa propre vie, comme aussi la dicte Royne d'Escoce,
à présent, ne parle plus que de trop grand aguet qu'on a sur elle.


L'AMBASSADEUR DE FRANCE A LA MAJESTÉ DE LA ROYNE D'ANGLETERRE.

1.--Que le Roy Très Chrestien, par ses lettres du XXe de septembre,
mande au dict ambassadeur d'accorder les choses qui furent proposées à
Fernan Castel, le XVIIe d'aoust dernier, touchant le commerce d'entre
la France et d'Angleterre, et que, de sa part, il veult et desire que
toute contractation, tant par mer que par terre, et pareillement la
navigation aillent libres et bien asseurées entre les communs subjectz
de Leurs Majestez.

2.--Et la prie le dict Roy, son frère, qu'elle ayt agréable de faire
abstenir ses dicts subjectz du fréquent et ordinaire commerce qu'ilz
mènent à la Rochelle, pour jouyr et user de celluy que très
libérallement il luy offre en toutz les aultres endroictz de son
royaulme, avecques promesse d'y faire favorablement recuillyr et bien
tretter les dictz subjectz de la dicte Dame, et les faire pourvoir des
choses qu'ilz desirent avoir de son royaulme, avec aultant de
commodité qu'ilz les pourroient recouvrer au dict lieu de la Rochelle.

3.--Touchant la restriction de ne pourter par les Françoys aulcunes
sortes de merchandises de Flandres en Angleterre, ny d'Angleterre en
Flandres, durant la suspencion des deux pays, le dict Roy, Son
Seigneur, estime qu'il n'y a lieu d'en faire article à part, attandu
les bons termes où l'on est d'accorder du premier jour ces différendz,
se réservant toutesfoys, au cas que la Majesté de la dicte Dame
persévère de le desirer, qu'il advisera avec son conseil du moyen que,
sans contrevenir aulx trettez, il l'en pourra satisfaire, ainsy qu'il
desire la gratiffier en beaulcoup plus grand chose que cella.

4.--De tant que les sieurs commissaires, ordonnez sur la restitution
des prinses, n'ont peu satisfaire à l'exécution d'icelle dans le jour
de St. Michel, comme il avoit esté arresté, le dict ambassadeur suplie
très humblement la Majesté de la dicte Dame que son bon playsir soit
accorder d'ung aultre jour, pour à icelluy réallement et véritablement
faire la restitution des prinses, qui se trouveront en essence
apartenir aulx Françoys; ou qui, par les dicts commissaires, aura esté
desjà ordonné leur estre payées, affin qu'en mesme temps la
restitution et mainlevée se face en France des biens des Anglois.

5.--Et que, des aultres choses dont les dicts commissaires n'ont
encores donné deuhe condempnation au proffict des Françoys, Sa dicte
Majesté veuille promettre qu'il leur en sera faict prompte justice,
sans figure ne longueur de procès, à la mesure qu'ilz la viendront
requérir, et qu'ilz pourront sommairement vériffier qu'elles leur
apartiennent.

6.--Au regard des affaires de la Royne d'Escoce, le dict ambassadeur,
de la part du Roy, Son Seigneur, et par son exprès mandement requiert
deux choses:--La première, touchant la liberté et bon trettement de sa
personne, qu'il playse à la Majesté de la Royne d'Angleterre commander
qu'elle ne soit commise ez mains de ceulx qu'elle repputte ses
ennemys, et qu'il ne luy soit dict ny fait aulcune chose qui ne
convienne à la dignité de ce que Dieu l'a faicte estre princesse
souveraine en la chrestienté, parante et alliée des plus grands
princes chrestiens, expéciallement du Roy, Son Seigneur, et de la
Majesté mesmes de la dicte Dame.

7.--La seconde, qu'elle veuille résouldre le Roy, son bon frère, du
secours et assistance que Sa dicte Majesté entend donner à la dicte
Royne d'Escoce, pour estre remise en son estat, sans laysser passer
plus avant les mauvais subjectz de la dicte Dame à establir leurs
affaires, comme ilz font, contre elle dans son propre pays; lesquelz
luy ont desjà ruyné, et se préparent de luy ruyner encores davantaige,
et de tiranniser ses bons et fidelles subjectz, et de vouloir, à toute
force, luy emporter son chasteau de Dombertran; à quoy sera son bon
playsir d'obvier par quelque bon expédiant et prompt remède, sellon
qu'elle a toutjour promiz que oportunément elle le feroit.



LXIXe DÉPESCHE

--du Ier jour de novembre 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Jehan Valet._)

  Audience donnée par la reine d'Angleterre à l'ambassadeur et au
    sieur d'Amour, envoyé par le roi pour lui rendre compte de la
    bataille de Moncontour.--Élisabeth offre de nouveau sa
    médiation au roi.--Elle se loue du sieur Ciapino Vitelli.--Elle
    se plaint vivement de l'ambassadeur d'Espagne, qu'elle ne veut
    pas recevoir en audience.--Elle consent avec peine qu'il fasse
    partie de la commission établie pour régler les différends
    entre l'Angleterre et l'Espagnes.--Nom des membres de cette
    commission.--Retards ménagés par les Anglais pour empêcher d'en
    venir à un accord.--Profonde méfiance que leur inspire le sieur
    Ciapino Vitelli.--L'ambassadeur sollicite un passe-port pour
    que le sieur d'Amour puisse se rendre auprès de la reine
    d'Écosse, suivant les ordres du roi.--Il renouvelle les
    diverses demandes qu'il a déjà faites pour elle.--Le passe-port
    est refusé, malgré les vives instances de
    l'ambassadeur.--Déclaration d'Élisabeth, qu'elle a fait
    connaître au roi par son ambassadeur, tous les reproches
    qu'elle est en droit d'adresser à Marie Stuart.--Insistance de
    l'ambassadeur pour qu'il soit gardé le secret sur ce qu'une
    copie de la lettre écrite par les seigneurs du conseil à Marie
    Stuart, pour l'engager à épouser le duc de Norfolk, a été
    envoyée en France.--Assurance donnée par le sieur Ciapino
    Vitelli, que si les ducs Casimir et Auguste descendent
    d'Allemagne, le duc d'Albe entrera aussitôt en campagne.


    AU ROY.

Sire, se retrouvant la Royne d'Angleterre vendredy dernier, qui estoit
le jour qu'elle m'avoit assigné pour luy aller présenter les lettres
de Voz Majestez, fort pressée d'affaires, et m'ayant contremandé au
sabmedy à deux heures après midy, elle les a receues allors, ensemble
celluy qui les aportoit bien fort favorablement; et, après s'estre
curieusement enquise de vostre bon portement et de celluy de la Royne
et de Monsieur, et de monsieur le duc et de Madame, et puys d'aulcunes
particullaritez de la bataille, elle m'a respondu, quasi en la mesme
façon comme la première foys que je luy en avois parlé; c'est qu'elle
se resjouyt de cestuy vostre advantaige aultant et, possible, plus que
nul autre de voz aultres alliez et confédérez, tant parce qu'elle
estime debvoir cella à vostre commune amytié, que pour l'intérest
qu'elle a que les subjectz ne viennent au dessus de leurs princes;
mais que, pour aultres respectz, elle ne peut faire qu'elle n'en soit
assez marrye, principallement pour l'amour de vous mesmes, de tant que
une victoire sur voz subjectz ne sçauroit estre qu'à vostre propre
dommaige, et ne peult remplyr vostre royaulme que de sa propre
callamité; et qu'aussi, à dire vray, quoy que je luy heusse dict que
vous ne prétandiez aultre chose que l'obéyssance de voz subjectz, si
creignoit elle néantmoins que vous y voulussiez meintennant cercher la
ruyne de leur religion, me demandant fort expressément si j'avois heu
souvenance de ce que, à ce propos, elle m'avoit naguyères prié de vous
escripre, comme elle seroit très ayse de vous pouvoir proposer quelque
bon expédiant avec voz subjectz, qui vous fût aultant agréable et à la
Royne, comme elle mettroit peyne de le faire réuscyr proffitable et
advantaigeux pour Voz Majestez, et si vous m'y aviez encores rien
respondu.

Je luy ay dict que je n'avois rien obmiz de son dict propos par mes
dernières lettres, mais que la responce ne pouvoit estre si tost
venue, et qu'au reste, voz subjectz expérimenteroient, ainsy qu'ilz
ont toutjour faict, beaulcoup de clémence en Voz Majestez, pourveu que
vous trouvissiez en eulx la parfaicte obéissance qu'ilz vous doibvent.

Les aultres responces de la dicte Dame sur aulcunes choses, que je luy
avois auparavant proposées, et dont j'en avois baillé ung mémoire à
ceulx de son conseil, ont esté gracieuses, et s'est esforcée de les
faire à vostre contantement, desquelz je vous envoyeray la substance
par le premier. Et puys m'a touché ung mot de la venue du Sr. Chapin
Vitel, qu'on appelle le marquis de Chetona, comme elle l'avoit trouvé
de bonne sorte franc et ouvert, et homme propre pour tretter des
affaires qu'ilz avoient à démesler ensemble, ès quelz elle espéroit
que le tort du duc d'Alve seroit manifeste; car juroit son Dieu
qu'elle n'avoit jamais pensé de retenir l'argent du Roy d'Espaigne,
son frère, et que luy aussi avoit enfin monstré qu'il ne le croyoit
pas, ains avoit courtoysement envoyé devers elle.

Sur quoy je luy ay dict que Voz Majestez Très Chrestiennes avoient
esté très ayses d'entendre l'acheminement du dict marquis par deçà, et
que ces différendz allassent prendre ce bon trein d'accord que ung
chacun y espéroit, et que m'aviez commandé luy offrir tout le service
à quoy elle trouveroit bon de m'employer en cest endroict, au nom de
Voz Majestez, ainsy que je luy voulois bien dire que j'avois desjà
offert le semblable au dict sieur marquis et à monsieur l'ambassadeur
d'Espaigne, lesquelz j'avoys veuz en passant à Colbronc, où nous
[nous] estions rencontrez; ce que la dicte Dame a heu bien fort
agréable.

Et à ce propos, Sire, j'ay à vous dire que, jusques à vendredy
dernier, je n'ay jamais peu obtenir que la dicte Dame m'ayt vollu
permettre de visiter le dict ambassadeur, lequel aussi elle n'a
encores aulcunement souffert venir en sa présence, mesmes y a heu
beaulcoup à faire à la persuader qu'elle le layssât estre ung des
depputtez de la conférance, mais enfin elle l'a consenty; et
ainsy,--luy et le dict sieur marquis, et le sieur de Latour,
secrétaire des Estatz de Flandres, et le Sr. de Fonges, homme bien
lettré, toutz quatre pour le Roy d'Espaigne, et le milord Quiper, le
marquis de Norampton, le comte de Lestre et le secrétaire Cécille,
pour la Royne d'Angleterre,--conviendront, certains jours de la
sepmaine, en la maison du parc de Vuyndesor pour tretter de ces
différandz; mais, pour encores, la matière est si crue qu'on ne peult
cognoistre quel boult elle fera, tant y a que, des deux costez, l'on
monstre avoir grande espérance de l'accord; et ceulx d'icy semblent
préparer le Sr. Piquelin comme pour l'envoyer, incontinent après le
dict accord, ambassadeur en Espaigne. Néantmoins, de tant que les
premiers articles, qu'on a proposez pour le Roy Catholique, semblent
estre d'une si grande demande qu'on me l'a dicte monter à six millions
d'or, j'ay opinion, joinct ce que j'ay compris du parler de la dicte
Dame, que le pouvoir des dictz depputez d'Espaigne sera trouvé
deffaillant, et non assés ample; et que, là dessus, la matière pourra
estre acrochée. Et si, semble qu'on ayt aulcunement suspecte la venue
du dict marquis par deçà, et qu'on crainct qu'il ne se suscite quelque
nouvelleté dans le pays pendant qu'il y est, dont se tient ung grand
aguet sur luy, et sur le dict ambassadeur d'Espaigne, et sur les
dépesches qu'ilz font en Flandres; et en font, eulx aussi, plusieurs
de leur part pour contenir et réprimer ce qu'ilz sentent, et qu'on
dict assés ouvertement qui s'esmeut en divers endroictz de ce
royaulme.

Au surplus, Sire, j'ay faict entendre à ceste princesse que Vostre
Majesté avoit commandé au Sr. d'Amour de porter voz lettres de
conjouissance à la Royne d'Escoce, sur la victoire que Dieu vous a
donnée, avec ung semblable discours de ce qui y a succédé, comme vous
le luy avez envoyé à elle; dont l'ay priée de luy octroyer ung
passeport pour y aller, et que puysque l'abbé de Donfermelin a esté
icy de la part du comte de Mora, et qu'elle l'a desjà renvoyé, qu'il
luy playse meintennant satisfaire aulx choses, que je luy ay
dernièrement requises pour la liberté et bon trettement de la personne
de la Royne d'Escoce et pour le secours qu'elle luy veult bailler,
affin de la restablir à sa couronne, et résister aux entreprinses que
le comte de Mora va exécutant, de jour en jour, contre elle.

A quoy elle m'a respondu que, quant à l'abbé de Donfermelin, il avoit
porté des commissions si estranges et mauvaises contre la Royne
d'Escoce, que, si elle ne fût poinct offancée meintennant, elle
mettroit peyne de les faire réparer au comte de Mora, quoy qu'il
costât, mais qu'elle n'estoit aulcunement convyée de ce faire; et,
quant aulx aultres choses que je luy avois requises pour elle, qu'elle
avoit envoyé ung discours des tortz qu'elle luy avoit faictz à son
ambassadeur Mr. Norrys, pour les faire au vray entendre à Voz
Majestez, et qu'elle espéroit que vous les cognoistriez telz que
dorsenavant vous seriez plus pour sa cause que pour celle de la Royne
d'Escoce; et qu'elle vouldroit en toutes sortes honnorer voz messaiges
et messaigiers, mais vous suplioyt ne trouver mauvais si elle ne
permettoit, durant ce sien juste courroux, que ses subjectz vissent
recepvoir une si grand visite, comme seroit celle de la part de Vostre
Majesté à la dicte Royne d'Escoce; mais que si je luy voulois bailler
voz lettres, que pour l'honneur d'icelles elle les luy feroit
seurement tenir.

Je luy ay répliqué plusieurs choses là dessus bien fort vifvement,
sellon que monsieur l'évesque de Roz et moy les avions auparavant bien
pensées, mais elle est demeurée fermement résolue de ne vouloir en
rien procéder sur les affaires de la dicte Royne d'Escoce, qu'elle
n'ayt responce de ce que son ambassadeur vous en aura proposé.


=Chiffre.=--[Sur quoy Vostre Majesté trouvera ez mains du Sr. de Flemy
de quoy pouvoir bien respondre au dict ambassadeur, mais il fault que
ce soit en sorte que le dict ambassadeur ne cognoisse qu'on ayt envoyé
en France la coppie de la lettre que les seigneurs de ce conseil ont
escripte à la Royne d'Escoce pour le mariage du duc de Norfolc. J'ay
receu nouvelles de la dicte Dame qu'elle se porte bien, et qu'elle est
infinyement marrye que les lettres, qu'elle vous escripvoit
dernièrement, ayent esté perdues avecques mon pacquet, et qu'il vous
playse l'excuser meintennant, si elle ne vous escript; car n'a la
liberté de faire ung seul mot que fort secrectement par le chiffre que
nous avons ensemble. Elle vous reccommande sur toutes choses le
secours de son chasteau de Dombertran. Le comte de Lenoz est dépesché
pour aller en Escoce pour faire partie au secrétaire Ledinthon, que le
comte de Mora veult faire exécuter comme coulpable du murtre du feu
Roy d'Escoce.] Sur ce, etc.

    De Londres ce 1er de novembre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, ceste dépesche est pour vous faire toutjour entendre la
continuation des choses, que par le Sr. de Vassal je vous ay naguières
mandées, lesquelles sont en l'estat que Vostre Majesté verra en la
lettre que j'escriptz au Roy, à laquelle me remettant, et attandant de
vous renvoyer le Sr. d'Amour, aussitost qu'aurons recouvert les
lettres de la response que la Royne d'Angleterre veult faire aulx
vostres, je vous diray seulement, Madame, que ceste princesse a
merveilleusement loué la valleur de Monseigneur vostre filz sur le
gain de ceste bataille, et m'a dict qu'elle lyra avec affection le
discours d'icelle, pour y trouver les actes généreux de son hardiesse;
et qu'elle a entendu que le Roy s'est acheminé en son camp pour avoir
part à la gloire, que les exploictz des armes ont accoustumé de
produire aulx grandz princes; et en toutes sortes elle a parlé fort
honnorablement de l'ung et de l'aultre, et pareillement de la digne et
vertueuse conduicte que Vostre Majesté donne à leurs affaires. Mais
aulcuns des siens, qui sont fort protestans, affin d'opposer toutjour
quelque chose à la grandeur de la victoire, ont desja semé que les
Viscomtes, nonobstant Mr. Damville, ont repassé les rivières, et se
sont joinctz à monsieur l'Admyral; et que le dict Admyral, pour
n'avoir fait guières grand perte de gens de cheval en ceste bataille,
se trouve à ceste heure plus fort que jamais en campaigne. Tant y a
qu'on m'a asseuré qu'ilz ne le croyent ainsy, et qu'ilz sçavent que
desjà plusieurs familles sont passées de la Rochelle par deçà pour
craincte du siège.

Il est arrivé despuys trois jours ung homme que le comte Pallatin a
dépesché après l'arrivée de Mr. de Lizy, mais je ne sçay encores ce
qu'il a proposé, et me sera très difficile de le descouvrir, parce que
toutz ceulx qui ont meintennant le manyement en ceste court sont très
passionnez protestans. Il semble que l'ambassadeur d'Espaigne et le
marquis de Chetona ayent contraires adviz des choses d'Allemaigne,
car le dict ambassadeur dict que [le duc de] Cazimir a VI mil reytres
arrestez et que le duc Auguste en peult mettre cinq mil aux champs
quant il vouldra, ainsy que le Sr. de Chanthonay par ses dernières le
luy a escript; et le dict marquis dict que le duc d'Alve a les plus
seurs adviz du dict pays que nul aultre, et qu'il est asseuré que le
dict [duc] de Cazimir, encor qu'il ayt ung nombre de capitaines
arrestez, n'a toutesfoys baillé l'antiguelt aulx soldatz pour les
avoir bien prestz quant il vouldra, et qu'il y courra du temps assés,
avant que sa levée commance de marcher, ainsy que fit celle du duc de
Deux Pontz; et que le duc Auguste employe la grand authorité qu'il a
en Allemaigne à estre mesnagier et se faire riche; et que si ceulx là
viennent en armes, que le dict duc d'Alve leur yra incontinent au
devant avec six mil chevaulx et douze mil hommes de pied, les
meilleurs gens de guerre qui soyent soubz le ciel; discourant
plusieurs aultres choses là dessus qu'il a faict cadrer à la parfaicte
intelligence et grand confiance, dont aujourduy les affaires d'entre
ces deux grandz Roys de France et d'Espaigne se conduysent.

A quoy, encor que je me soys monstré fort consentant pour le regard de
Voz Majestez Très Chrestiennes, je n'ay layssé pourtant de luy dire
que, de leur costé, ilz monstrent de vouloir jouyr d'un trop grand
repoz, durant nostre grand travail, sur ung débat qui leur touche
aultant qu'à nous, et qu'ils debvoient desjà avoir couru sus à ces
princes protestans, qui viennent ainsy soubstenir ceulx qui mènent la
guerre dans vostre royaulme. Noz propoz n'ont esté que fort gracieulx
et pleins de toute bonne affection, ainsy que les avons menez, et nous
[nous] sommes entrevisitez souvant pendant que j'ay esté prez du dict
Vuyndesor; et se sont curieusement enquiz où est à présent le prince
d'Orange.

J'entendz que Doulovyn et le bastard de Briderode, après avoir faict,
sur la pescherie de Flandres et sur aulcuns lieux maritimes de Olande
et Frize, ung pillage de six ou sept vintz mil escuz, et ayant joinct,
à ce qu'on dict, envyron trente vaysseaulx, toutz bien équipez en
guerre, et deux mil harquebouziers, et ung nombre de corseletz, se
dellibèrent de tenir la mer. D'aultre part le capitaine Sores est
desjà party de la Rochelle avec dix ou douze navyres bien armez, dont
celluy où il va, lequel s'appelle le Prince, est de trois centz
tonneaulx avec deux centz cinquante bons hommes dedans; et encor que
ny les ungs ny les aultres n'abordent pour le présent en ce royaulme,
néantmoins les pleinctes des maulx qu'ilz commancent de faire,
viennent jusques icy, et je suys après à les faire remédier; mais il
sera bon que cependant voz frontières de mer et les pouvres merchantz
soyent advertys d'y prendre garde, ainsy que j'en ay desjà donné adviz
aulx gouverneurs, qui sont plus voysins d'icy. Sur ce, etc.

    De Londres ce 1er de novembre 1569.


J'entendz que le capitaine Vilènes de Boulonoys est venu de deçà soubz
ung passeport de Vostre Majesté. Mandés moy, s'il vous playt, s'il
faudra que je le face observer, et sera vostre bon playsir commander
qu'il soit faict part de ceste dépesche à Monseigneur vostre filz.



LXXe DÉPESCHE

--du Ve jour de novembre 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à la Court par le Sr. d'Amour, vallet de
chambre du Roy._)

  Retour du sieur d'Amour en France.--Réserve que doit s'imposer
    l'ambassadeur depuis les dernières arrestations faites dans le
    conseil.--Commencement des conférences sur les affaires
    d'Espagne.--Refus fait par Élisabeth de permettre à
    l'ambassadeur d'Espagne de siéger dans la
    commission.--Nouvelles instances de l'ambassadeur de France
    pour que le commerce d'Angleterre avec la Rochelle soit
    absolument interdit, et pour que Marie Stuart soit enfin
    rétablie en Écosse.--Élisabeth promet satisfaction pour la
    demande concernant la Rochelle, mais elle refuse formellement
    de s'occuper des affaires de Marie Stuart.--Déclaration qu'elle
    attendra la réponse du roi sur la communication qui lui a été
    faite de sa part.--Crainte qu'Élisabeth ne veuille livrer la
    reine d'Écosse au comte de Murray.--Secours préparés
    secrètement en Angleterre pour la Rochelle.--L'accord pour la
    restitution des prises est terminé.--Grand nombre de pirates
    qui se mettent de nouveau en campagne.--Crainte qu'ils ne se
    réunissent aux flottes ennemies, déjà en mer, pour tenter
    quelque coup de main sur les côtes de France.--_Convention_
    arrêtée avec l'Angleterre, touchant le commerce des deux
    nations et la restitution des prises qui ont été respectivement
    faites.

    AU ROY.

Sire, m'ayant la Royne d'Angleterre, aujourduy matin, envoyé les
lettres qu'elle répond à celles de Voz Majestez, j'en ay incontinent
dressé ceste dépesche pour vous renvoyer le Sr. d'Amour, lequel
s'estant bien et sagement acquicté de sa charge, vous rendra lui
mesmes compte de ce que la dicte Dame luy a dict, et de ce qu'il luy a
respondu; et parce que, de ma part, je vous ay assez informé par mes
précédantes de toutz les propos qu'elle m'a tenuz, touchant la
victoire qu'il a pleu à Dieu vous donner, je ne vous en diray icy rien
davantaige. Seulement adjouxteray, Sire, que les protestans de deçà
s'esforcent en plusieurs sortes de relever par parolles la réputation
des affaires de ceulx de la Rochelle, ainsy qu'ilz les vouldroient
bien fort relever par effect, s'ilz pouvoient; publians qu'ilz n'ont
perdu que quelques gens de pied, et que pour leur rester la cavallerye
aussi entière que celle de Monsieur, frère de Vostre Majesté, ilz ne
sont pour quicter encores la campaigne. Et m'a l'on dict que aulcuns
des plus passionnez ont mandé à monsieur l'Admyral que s'il peult
meintenir la guerre jusques à l'entrée du printemps, qu'il sera lors
sans aulcun doubte secouru d'Allemaigne d'un grand nombre de gens de
pied et de cheval, et d'icy de tout ce qu'on pourra d'argent; ce que
je n'ay encores comprins debvoir estre ainsy par les propos de ceste
Royne, laquelle, pour dire vray, est celle de toutz ceulx de sa court
et de tout son conseil que je trouve mieulx disposée et plus
respectueuse ez choses qui vous pourroient offancer en ceste guerre,
estantz les aultres, qui tenoient le party de la paix, toutz
meintennant en prison ou en arrest, ce qui me faict aller plus réservé
en aulcunes choses envers la dicte Dame.

Et mesmes voyant que presque toutz les grandz et les principaulx
merchantz estrangiers et naturelz de ce royaulme, lesquelz peuvent
assez envers elle, concourent toutz à l'accord des différandz des Pays
Bas, quant ilz voyent le Sr. marquis de Chetona de par deçà, dont j'ay
miz peyne, en monstrant de le desirer aussi, de faire pareillement de
mon costé que vous ne soyez demeuré en suspens avec ceste Royne et
les siens, et que le commerce ayt esté déclairé libre entre voz deux
royaulmes, en quoy semble que je l'aye plus inclinée à ce party,
qu'elle ne se veult encores laysser persuader pour l'aultre; duquel ne
se cognoist qu'il y ayt guières de contantement entre les depputez sur
les premiers abouchemens qu'ilz ont heu ensemble, où enfin elle n'a
vollu que l'ambassadeur d'Espaigne, icy résidant, ayt aulcunement
assisté, bien qu'une foys elle eust monstré le vouloir permettre.

Et je n'ay layssé pourtant, ez propos que j'ay tenuz à la dicte Dame,
de luy insister fort fermement sur deux principaulx poinctz, l'ung de
deffandre le traffic de la Rochelle à ses subjectz, et l'aultre de
pourvoir aulx affaires de la Royne d'Escoce. En quoy il y a heu
beaulcoup de contention entre elle et moy, mais non sans qu'elle ayt
monstré ne vous vouloir non plus offancer, qu'elle ne veult estre
offancée de Vostre Majesté; et en fin, j'ay obtenu, pour le regard du
dict commerce de la Rochelle ce que verrez par sa response qu'elle m'a
faicte bailler en escript, me priant d'asseurer Voz Majestez Très
Chrestiennes que, si elle y pouvoit quelque chose de mieulx, elle le
feroit en toutes sortes pour vous en contanter; mais que les
privillièges de ses merchans, lesquelz elle a juré de meintenir, ne
luy permectent rien davantaige.

Et touchant les affaires de la Royne d'Escoce, de tant que je ne luy
ay aussi vollu admettre les excuses qu'elle m'a alléguées, de n'y
pouvoir meintennant entendre, elle m'a dict, tout ouvertement, que la
Royne d'Escoce l'a si griefvement offancée de tretter mariage avecques
ung sien subject, et praticquer avecques luy de la succession du
royaulme d'Angleterre, sans l'en avoir advertye, (veu les bons tours
de parante et de vraye amye qu'elle luy avoit toutjour monstré),
qu'elle demeure fermement résolue, quoy que doibve advenir, de ne
pourvoir en rien aulx affaires de la dicte Dame, qu'elle n'ayt heu
responce de ce que son ambassadeur Mr. Norrys vous en aura faict
entendre de sa part, en quoy j'ay estimé ne debvoir, pour ceste foys,
passer plus avant; mais j'ay conseillé monsieur l'évesque de Roz
d'envoyer demander audience pour luy faire une recharge, lequel a prié
le marquis de Chetona de faire aussi quelque office en cest endroict,
affin de monstrer que les deux plus grandz Roys de la chrestienté
concourent à procurer la restitution de ceste princesse.

Aulcuns ont opinion que la Royne d'Angleterre a si grand desir de
veoir meintennant la dicte Royne d'Escoce hors de son pays, qu'elle
est pour la délivrer ez mains du comte de Mora; et qu'à cest effect
elle pourroit bien avoir ainsy soubdain renvoyé l'abbé de Donfermelin,
pour advertir le dict comte de préparer des forces sur la frontière
affin de la recepvoir; ce que je n'ay encores du tout descouvert, mais
je mettray peyne de le sçavoir et d'y remédier par toutz les moyens
que je pourray.

Le comte de Lenoz avoit heu, sabmedy dernier, son passeport pour aller
au dict pays d'Escoce, affin de se randre partie au secrétaire
Ledinthon, mais pour quelques considérations, que ceste Royne a heu,
il a faict arrester [son dict passeport], dont il y a envoyé ung
promoteur. Et remectant les aultres particullaritez de deçà à la
suffizance du dict sieur d'Amour, je supplieray, pour la fin de la
présente, le Créateur, après avoir très humblement baysé les mains de
Vostre Majesté, qu'il vous doinct, etc.

    De Londres ce Ve de novembre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, vous recepvrez, s'il vous playt, par le Sr. d'Amour les
lettres, que la Royne d'Angleterre respond à celles que Vostre Majesté
luy avoit escriptes, et il vous comptera le soing qu'elle a heu de
s'enquérir de vostre bon portement et santé, et vous fera aussi
entendre les aultres particularitez qu'il a aprinses, icy mesmes, de
la dilligence, que ceulx de la nouvelle religion de deçà mettent à
relever les affaires de ceulx de leur party qui sont en France; en
quoy quelcun m'a adverty qu'ilz sont après à achapter des armes,
picques, corseletz et haquebuttes en ce pays, et que aulcuns merchandz
de la Rochelle sont venuz faire provision de quelques bledz, cher et
burres, pour passer le tout de dellà le plus secrectement que faire se
pourra, parce que ceste Royne s'y monstre assés difficille, et bonne
partie de ses subjectz en sont bien fort mal contantz. Mais ceulx, qui
manyent à ceste heure la court et les affaires, sont si passionnez
protestans qu'ilz donnent ordre que cella s'exécutte sans qu'on en
sente rien, et pouvez croyre, Madame, que je suys en grand peyne
d'avoir affaire à gens qui sont du tout contraires aulx présentes
intentions de Voz Majestez sur les troubles de vostre royaulme, et que
ceulx qui s'y monstroient modérez sont à présent toutz prisonniers; je
ne lairay pourtant de mesnaiger les bonnes parolles et les promesses
de ceste princesse en vostre endroict, le mieulx qu'il me sera
possible, pour garder qu'il ne vous viègne de mal d'icy, que le moins
que faire se pourra.

Nous avons enfin arresté ung expédiant sur la restitution des
prinses, le plus convenable que nous avons peu obtenir en affaire si
mal aysé que celluy là; et veu le désadveu de ceste Royne sur toutz
les exploictz de ces pirates, il ne s'y pouvoit, par voye de justice,
faire guières rien de mieulx, mesmes que les subjectz de ce royaulme
se plaignent qu'ilz demeurent beaulcoup plus intéressez par les
Bretons, sans qu'ilz en puyssent avoir aulcune rayson, qu'ilz n'ont
porté de dommaige à toutz les Françoys. Il vous playrra, Madame,
commander par voz lettres expresses à la court de Parlement de Roan et
à Mr. de la Meilleraye, qu'ilz ne faillent de faire la mainlevée des
biens des Anglois au dict Roan, le XXVe jour de ce moys de novembre,
comme de mesmes la restitution se fera pardeçà aulx Françoys, sellon
qu'il a esté ainsy convenu entre la Royne d'Angleterre et moy et les
depputtez du dict Roan.

La mer se va, de rechef, remplissant de pirates, dont j'ay faict
dépescher commission contre aulcuns Anglois, qui y sont, pour les
faire apréhender quelle part qu'ilz aborderont en ce royaulme; mais
l'on m'a dict que le sire Artus Chambrenant, inthime amy du comte de
Montgomery, et en la maison de qui la comtesse de Montgomery s'est
retirée, arme quelques vaysseaulx vers la coste d'Ouest, lesquelz,
s'ilz se joignent avec le bastard de Briderode et le Sr. Dolovyn et le
capitaine Sores, ilz pourront faire, tout ensemble, le nombre de
cinquante navyres de guerre, qui est pour debvoir prandre garde à la
seurté de la mer et à quelque descente en terre, qui se pourroit faire
pour surprendre quelque lieu mal gardé.

Ung personnaige, (=chiffre=>) [_marqué de pouldre au visaige_], m'est
venu prier de vous escripre qu'il ne peut encores partir d'icy de dix
jours, et que l'affaire, pour lequel il y est, se porte comme il le
desiroit. Sur ce, je bayse très humblement les mains de Vostre
Majesté, etc.

    De Londres ce Ve de novembre 1569.


CONVENTION TOUCHANT LA RESTITUTION DES PRISES.

  RESPONCE FAICTE PAR LES SEIGNEURS DU CONSEIL D'ANGLETERRE aulx
  articles à eulx propozés par le Sr. de La Mothe Fénélon (contenuz
  en la dépesche du XXVIIIe d'octobre dernier passé.--_V.
  ci-dessus_, p. 305.)

_Au premier._--La Royne entend de l'observer ainsy de sa part.

2.--La Royne ne peult commander à ses merchantz de ressortir en
certain lieu, ny de mener leur traffic en ung aultre, sinon ainsy
qu'ilz l'estimeront plus commode, mais l'on les advertyra de l'offre
du Roy, ne doubtant en rien, s'ilz peuvent trouver aultant de proffict
et de seurté ez aultres endroictz, qu'ilz y ressortiront et non à la
Rochelle; et n'entend licencier ny permettre aus dictz merchantz, ny
aultres ses subjectz de porter au dict lieu de la Rochelle aulcunes
choses qui puissent servyr ny ayder à la guerre, ny qu'ilz en puissent
charger plus grand quantité que pour servir à eulx ou à leur propre
deffance dans leurs vaysseaulx.

3.--La Royne se confye que le Roy vouldra en ce considérer la rayson
de sa requeste.

4.--Ordre est donné aulx commissaires de mander et assigner ung jour.

5.--La Royne est bien disposée de faire par toutz bons moyens
administrer justice avec prompte exécution d'icelle.

6.--De ceste matière la Royne a adverty le Roy, son bon frère, par son
ambassadeur.

7.--De ceste cy aussi elle l'a adverty par son dict ambassadeur.


C'EST LA REMONSTRANCE, en forme d'articles, que les Srs. de Vymont et
Cavellier, merchantz de Roan, depputez pour la restitution des biens
des Françoys, prins ou arrestez en Angleterre despuys le moys
d'octobre 1568, après longue poursuyte et condempnation obtenue d'une
partie d'iceulx devant les Seigneurs Commissaires à ce depputez, ont
présentée à la Royne d'Angleterre et au Sr. de La Mothe Fénélon,
Ambassadeur du Roy, aulx fins y contenues, laquelle ayant esté
renvoyée à iceulx sieurs commissaires, pour avoir leur adviz, et
l'ayant eulx donné, avec aprobation suyvante des Seigneurs du Conseil
de la dicte Dame, la teneur de la dicte remonstrance, et de l'adviz et
de la dicte aprobation est comme s'ensuyt:


REMONSTRANCE DES DICTZ DEPPUTEZ.

1.--Qu'il playse à Sa Majesté et à Monseigneur l'Ambassadeur limiter
le jour pour le faict de la restitution, de part et d'aultre, au 15 de
novembre prochain 1569;

2.--Auquel jour seront levez toutz les arrestz, faictz en France, tant
sur les deniers, navyres que merchandises, appartenant aulx subjectz
de Sa dicte Majesté, et, si les dictz subjectz vouloient avoir leurs
navyres, deniers et merchandises, ou partie d'icelles, avant le dict
jour limité, la délivrance leur en sera faicte, en baillant bonne
caution de la valleur de ce qui leur sera dellivré;

3.--Auquel jour seront semblablement dellivrez aulx subjectz du Roy
Très Chrestien toutz les navyres, biens, deniers et merchandises, dont
les juges delléguez de Sa Majesté ont jà ordonné et sentencié, et
mesmes de ce qu'ilz pourront ordonner et sentencier avant le dict
jour; et, au réciproque que dessus, si les subjectz du Roy vouloient
avoir et enlever leurs navyres, merchandises et deniers, ou partie
d'iceulx, avant le dict jour limité, la dellivrance leur en sera
faicte en baillant bonne caution de ce qui leur sera dellivré.

4.--Et, pour aultant que les dictz juges delléguez n'ont peu vuyder
les demandes, contenues en ung cayer à eulx baillé par les delléguez
françoys, tant à cause des parties absentes, des preuves qu'ilz disent
n'estre suffisantes, que mesmes de la malladie intervenue à Londres,
Sa dicte Majesté veuille promettre que les delléguez anglois feront
prompte justice aulx subjectz du Roy, en la forme qu'ilz ont commencé,
pour le faict des navyres, deniers et merchandises prinses, saysies,
arrestées et amenées en ce royaulme, despuys le premier jour d'octobre
dernier, 1568, jusques à ce jour.


ADVIZ DES COMMISSAIRES.

_Sur le premier article._--Les Commissaires de Sa Majesté l'accordent.

_Sur le segond._--Ilz accordent semblablement à icelluy, pourveu que
toutes les debtes y puyssent estre comprinses.

_Sur le tiers._--Sur cestuy, ilz déclairent que tant toutes telles
navyres, argent, biens et merchandises des subjectz du Roy Très
Chrestien, qui sont encores arrestez, si comme l'argent procédant de
la vante d'aulcuns biens ou merchandises, qui ont esté arrestées et
sont vandues, qui sont ou seront ainsy ordonnées par les dictz
Commissaires à estre délivrées avant le jour assigné, seront
pareillement délivrées allors ou auparavant, soubz semblable caution,
comme au second article cy dessus est expéciffié. Et quant à l'argent,
qui est deu par sentences desjà prononcées ou qui se prononceront
avant le jour [dict], ne leur semble raysonnable d'estre comprins à la
condition de la restitution des choses réelles, mais ilz accordent que
les parties condempnées seront contrainctes de faire payement ou
satisfaction d'iceulx, avec aussi grande expédition qu'on pourra par
ordre de justice et leur commission, et plus tôt s'il est possible,
par quelque aultre voye que ce soit.

_Sur le quatriesme._--A cest article ilz disent qu'ilz sont contentz
de procéder en ces causes suivant la teneur de leur commission,
pourveu que la Majesté de la Royne soit asseurée du Roy Très Chrestien
que les subjectz de Sa Majesté puissent avoir semblable expédition de
justice, avec asseurance par dellà, touchant telles grandes injures et
déprédations qu'ilz ont souffert par les subjectz du dict Roy Très
Chrestien en Bretaigne, et ailleurs en France, despuys le premier jour
d'octobre 1568.


CE QUI S'ENSUYT A ESTÉ DESPUYS ADJOUXTÉ

Il est accordé qu'après le dict jour, 25 de novembre, restitution
estant faicte de chacun costé, le traffic mutuel entre les subjectz
des deux royaulmes sera ouvert et remiz en liberté en la forme qu'il a
esté par le passé.


APROBATION DU CONSEIL.

Ces articles, ainsy qu'ilz ont esté responduz, ont esté exibez par
l'Ambassadeur de France et les Commissaires, lesquelz les Seigneurs du
Conseil, les ayant dellibérez et considérez, les allouent de la part
de la Majesté de la Royne, et promettent, en tant que en peult
apartenir à Sa Majesté, [qu'ilz] seront deuhement accomplis, pourveu
qu'ainsy soit faict par le Roy de France à ses subjectz.

    A Vuindesore, le dernier jour d'octobre 1569.

Et plus bas est escript:

    _Concordat cum originali et registro_, S. F. ALEN.

PUYS DE LA MAIN DU DICT SR. DE LA MOTHE.

Le contenu cy dessus, en la forme qu'il est, avec l'acte au pied des
Seigneurs du Conseil d'Angleterre, nous a esté exibé, et nous l'avons
aprouvé, et avons promis que nous procurerons envers le Roy, Nostre
Seigneur et Maistre, de le faire ainsy deuhement accomplir en France
au proffict des Anglois, comme la Majesté de la Royne d'Angleterre,
sellon sa promesse, le fera accomplir, icy, au proffict des Françoys;
et par ce, l'avons soubz signé à Londres, le Xe jour de novembre 1569,
qui a esté aussi soubssigné des dictz depputtez.

    DE LA MOTHE FÉNÉLON, Ambassadeur.

    J. VYMONT. J. CAVELLIER.



LXXIe DÉPESCHE

--du XIIe jour de novembre 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par le Sr. de Vymont._)

  Efforts des seigneurs anglais pour relever le courage des
    protestants de France.--Nouvelle activité dans les armements
    faits en Angleterre.--Prochain départ de sir John Hawkins à la
    tête d'une flotte qui pourrait être secrètement destinée pour
    la Rochelle.--Désir témoigné par Élisabeth que le commerce soit
    entièrement libre avec la France.--Nouvelles rigueurs exercées
    contre Marie Stuart.--Les remontrances de l'ambassadeur à ce
    sujet ne sont point écoutées.--Crainte qu'il témoigne du sort
    qui lui est réservé.--Nouvelles rigueurs exercées contre le duc
    de Norfolk.--Bienveillance dont on use envers le comte
    d'Arundel et lord Lumley.--Mise en liberté du comte de
    Pembrocke.--Les négociations avec l'Espagne, après avoir été
    rompues, sont prêtes à se renouer.--Détails sur le traité
    concernant le commerce et la restitution des
    prises.--Recommandation pressante de l'ambassadeur pour que
    Marie Stuart ne soit pas abandonnée.


    AU ROY.

Sire, ma précédante dépesche est du Ve de ce moys par le Sr. d'Amour,
et despuys, s'estant espandu divers bruictz par deçà des choses de
France, j'ay toutjour attandu qu'il m'en vînt quelque confirmation par
lettres de Voz Majestez, mais voycy le XXXIIIIe jour que je n'en ay
receu aulcune, et n'ay layssé pourtant d'espérer et de faire espérer à
ceulx, qui vous sont icy bien affectionnez, beaulcoup mieulx de voz
affaires, sellon la victoire qu'il a pleu à Dieu vous donner,
qu'aulcuns principaulx protestantz de ce royaulme ne les publient.
Lesquelz usent de tout artiffice de nouvelles controuvées pour garder
que ceulx de leur party n'ayent la cause de ceulx de la Rochelle pour
si habandonnée qu'ilz n'essayent encores, par aulcun nouveau renfort
de reytres et par quelque contribution d'icy, de les secourir, dont
ceulx, qui aujourduy manyent seulz l'estat de ce royaulme, craignantz
que vostre victoire ayt esbranlé les fondemens de leur religion par la
chrestienté, vont faisant tout à descouvert de grandes dilligences
affin de les relever en France, de les confirmer en Allemaigne et les
asseurer icy; ayant, incontinent après les nouvelles de la dicte
victoire, faict dépescher la flotte des Anglois à la Rochelle pour ne
laysser d'y continuer leur traffic, et pour accommoder ceulx du lieu
de quelques deniers en change de leur vin et sel, et n'ozantz d'eulx
mesmes leur envoyer monitions ny vivres de ce royaulme, ilz ont
procuré que le Sr. Dolovyn et le bastard de Briderode leur en ayent
desparty largement du butin qu'ilz ont faict vers Olande et Frize; et
sont après à dépescher Quillegrey, avec l'homme du comte Pallatin, qui
est icy, pour aller encourager et anymer par grandes persuasions et
promesses les princes d'Allemaigne au secours de monsieur l'Admyral,
dont je crains qu'ilz hastent [le duc de] Cazimir de se mettre en
campaigne avant la fin de l'yver. Et dedans cestuy leur royaulme, qui
est le lieu où ilz se trouvent les plus empeschez, ilz ont envoyé
ordonnance et commissions par toutes les provinces pour réprimer les
catholiques et authoriser les protestans; et n'estimantz encores cella
suffizant, ont commandé ung guet et garde en armes en divers endroitz,
lequel a esté commancé de faire despuys quatre jours ez rues et
carrefours de ceste ville et le relèvent seulement à midy et à
minuict; et ont aussi envoyé, despuis huict jours, nouvelles
monitions et pouldres à leurs grandz navyres; et m'a l'on dict que
Haquens faict dilligence d'armer encores sept aultres bons vaysseaulx
de guerre, mais l'on me veult faire croyre que c'est pour ung nouveau
voyage qu'il entreprend aulx Indes, et que les plus grandz de ce
royaulme font les frays non sans opinion que ceste Royne mesmes y
contribue, parce que on prend les monitions de la Tour, mais nul de
ses propres vaysseaulx n'y va, affin de n'offancer le Roy d'Espaigne.
De ma part j'ay aulcunement suspect le dict apareil, et crains qu'il
se faict pour secourir ceulx de la Rochelle, estant le commun bruict
icy que vostre armée les va assaillir, et que mesmes vous avez pour
cella faict arrester aulcuns navyres anglois à Bourdeaulx en les
payant, affin de les assiéger par mer et par terre. Il est vray qu'il
n'y a encores rien d'ordonné touchant les hommes et les vivres pour le
dict armement de ceulx cy, sinon seulement quelques milliers de
biscuyt, et j'auray l'oeil à ce qui s'y ordonnera davantaige pour vous
en advertir incontinent.

Aulcuns ont miz grand peyne envers ceste princesse de luy faire avoir
suspect le traffic des aultres endroictz de vostre royaulme, sinon de
la Rochelle, pour avoir meilleure colleur d'y adresser toutjour les
flottes de ce royaulme, mais elle m'a néantmoins fort libérallement
accordé qu'après la mainlevée et restitution faicte de chacun costé,
au XXVe de ce moys, elle veult que le commerce mutuel d'entre voz deux
royaulmes soit ouvert, et aille libre comme auparavant. Par ainsy ne
fault doubter, quoy qu'advienne de ceulx de la Rochelle, que les
merchantz ne les délayssent d'eulx mesmes, quant cella sera faict,
pour ressortir ailleurs où bon vous semblera; dont adviserez, Sire,
comme il sera bon d'y procéder, car si Vostre Majesté veult que cella
se face par proclamation, je presseray ceulx de ce conseil d'envoyer
publier et notiffier, par leurs villes et portz et tout le long de
leur coste, la continuation et seurté du dict commerce avecques la
France, ce qui ne plairra guières à ceulx qui vous vouldroient desjà
veoir en guerre de ce costé.

Ceulx cy sentent qu'avec la division de la religion la cause de la
Royne d'Escosse va divisant et mettant en grand trouble tout leur
royaulme, dont, pour y cuyder remédier ilz font observer et garder de
fort prez la dicte Dame, laquelle s'en met en frayeur pour aulcunes
rigueurs et contrainctes qu'on luy use, de quoy je suys extrêmement
marry; mais il n'y a ordre que je puysse, pour ceste heure, obtenir
rien de plus gracieulx pour elle de ceste Royne, sa cousine, ny de
ceulx de son conseil, n'ayant toutesfoys layssé de dire et faire en
leur endroict tout ce qui convient pour protester ung grande revanche
contre ceulx qui seront cause ou de son mal ou de la perte de son
estat, et n'ay poinct cogneu, au parler de ceste princesse, ny des
dictz [seigneurs] de son conseil qu'on veuille rien attempter de
viollant ny d'indigne contre la personne de la dicte Dame, sinon
seulement de garder qu'elle ne puisse practiquer qu'avec ceulx qui
l'ont en garde. Néantmoins elle a trouvé moyen, nonobstant cella, de
me faire tenir quatre petites lettres, qui sont cy encloses, que je
croy qu'elle les a escriptes sans lumyère, desquelles je m'asseure que
Voz Majestez seront meues à compassion et seront convyées luy assister
et de secourir son chasteau de Dombertran.

Le duc de Norfolc est toutjour en la Tour, et les gardes luy ont esté
ces jours passez redoublés. Le comte d'Arondel et milord de Lomelley
sont encores en arrest, mais avec quelque liberté de s'aller promener
à cheval, accompaignez d'aulcuns gentishommes qui sont commiz à les
garder. Le comte de Pembrot, ayant avec grande démonstration de
malcontantement requis d'estre deschargé de la Grand Mestrize
d'Angleterre et de n'estre plus du conseil, pour se retirer chez luy,
a esté licencié d'aller en sa mayson prez de Londres, mais non
deschargé de ses estatz.

L'ambassadeur d'Espaigne s'en est retourné en cette ville, et le
marquis de Chetona est demeuré encores à Coulbronc, qui de rechef a
heu audience de ceste Royne, mais ne sçay encor ce qu'il y a négocié;
tant y a qu'ayant semblé une foys que tout son affaire fût interrompu,
l'on a despuys remandé les depputez pour faire encores ung
abouchement, affin de renouer les matières, et, dans peu de jours, se
verra ce qui s'en doibt espérer, aydant le Créateur auquel je prie,
etc.

    De Londres ce XIIe de novembre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, aulx choses, que Vostre Majesté verra en la lettre du Roy, je
n'ay que adjouxter icy davantaige sinon l'instance, que les seigneurs
de ce conseil m'ont faicte, de leur bailler ung semblable escript de
ma main pour la seurté de la parolle et promesse de Voz Majestez sur
la mainlevée, au XXVe de ce moys, des biens des Anglois arrestez en
France, et sur la seurté et liberté de leur commerce par dellà, après
qu'elle sera faicte, comme ilz m'ont faict délivrer un acte de leur
conseil pour la restitution des prinses au proffict de voz subjectz et
pour le libre commerce d'iceulx par deçà, après le dict XXVe du
présent; ce que je leur ay ottroyé, et les Srs. Vimont et Cavellier,
depputez de Roan qui estoient icy, s'estantz très bien acquictez de
leur debvoir, et ayant emporté le dict acte de ce conseil, et obtenu,
avant partir, tout ce qui s'est peu faire par justice, sont desjà en
chemyn pour aller faire exécuter la dicte mainlevée à Callais et à
Roan; à quoy, Madame, j'estime que Voz Majestez auront desjà mandé de
n'y faire aulcune difficulté ainsy que je vous en ay cy devant
supliez; et parce que j'entendz que quelques ungs, sans rayson, s'y
veulent opposer, je vous suplie, Madame, en faire encores rafreschir
le commandement à Mr. de La Meilleraye et à Mr. de Gordan, affin de ne
donner à ceulx cy aulcune occasion de se plaindre.

Les protestantz publient que monsieur l'Admyral ayant joinct avecques
luy les troupes du comte de Montgommery et des Viscomtes, et ayant
confirmé ses aultres forces tant d'Allemans que Françoys, s'est remiz
en campaigne et qu'il s'achemine vers la Charité pour empescher qu'on
n'y mette le siège et pour aller, tout d'ung trait, recuillir les
trouppes du duc de Cazimir, affin de recommancer et continuer la
guerre plus forte que jamais; ce que je metz peyne de dissuader à
ceulx qui desirent icy l'advantaige de Voz Majestez, leur remonstrant
qu'il s'en fault tant que ceulx de la Rochelle n'entrepreignent, à
ceste heure, de tenir la campaigne qu'au contraire ilz craignent
grandement d'estre assiégez dans leur fort, ce que je vouldrois leur
pouvoir confirmer par lettres de Voz Majestez, mais il y a long temps
que je n'en ay receu aulcune.

Au surplus, Madame, je vous suplie considérer l'estat de la Royne
d'Escoce sur le contenu de ces petites lettres qu'elle vous escript,
et me donner quelque argument de la pouvoir aultant consoller en
vostre nom, comme, en vostre mesmes nom, je metz peyne de procurer
avec toute instance sa liberté, son bon trettement et sa restitution à
sa couronne. Et espérant qu'il vous aura pleu me renvoyer desjà
quelq'un des miens, qui sont par dellà, affin de vous en dépescher
incontinent ung aultre comme il est besoing, je n'adjouxteray icy,
pour le surplus, qu'une très dévotte prière à Dieu, etc.

    De Londres ce XIIe de novembre 1569.


Aulcuns, naguières arrivez icy de la Rochelle, disent que la Royne de
Navarre, et madame la Princesse de Condé avec ses petitz enfans,
estoient en propos de s'embarquer pour passer en ce royaulme.



LXXIIe DÉPESCHE

--du XVIIIe jour de novembre 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par le Venicien._)

  Plaintes de l'ambassadeur contre le retard qui est mis à lui
    donner des nouvelles de France.--Inquiétudes que cause en
    Angleterre l'agitation des catholiques dans le Nord.--Sévérité
    dont on use envers les seigneurs prisonniers.--Négociations
    avec l'Espagne.--Difficultés qui sont faites sur les pouvoirs
    du Sr. Ciapino Vitelli.--Entraves mises par les Anglais à la
    conclusion d'un arrangement.--Parti violent qu'ils ont pris de
    convertir en monnaie anglaise les réaux d'Espagne, jusqu'alors
    conservés comme un dépôt à la Tour.--Meilleur traitement fait à
    la reine d'Écosse, qui a été rendue à la garde du comte de
    Shrewsbury.--Mesures prises contre les catholiques.--Le serment
    sur la religion leur est imposé.--Résolution prise par
    plusieurs familles catholiques d'Angleterre de se réfugier en
    France, où elles demandent protection.--Ordre est donné par
    Élisabeth aux seigneurs du Nord de se rendre à la cour.--On
    redoute à Londres un soulèvement dans ces contrées.--Prise
    faite par le capitaine de Sore.--Mandement du conseil pour
    qu'il soit arrêté avec sa prise.--Remonstrances du conseil
    contre les entreprises des Bretons, qui attaquent tous les
    navires anglais qu'ils trouvent en mer.


    AU ROY.

Sire, je vous ay escript ce qui se offroit à ma cognoissance des
choses de deçà, le XIIe de ce moys, et despuys, l'on m'a dict que
ceulx cy ont receu lettres de Mr. Norrys, par lesquelles semble qu'il
leur face les affaires de ceulx de la Rochelle assez désespérez, de
quoy ilz sont en grand peyne, et croy que, pour cella, ilz veulent
haster le partement de Quillegrey pour Allemaigne, l'ayant envoyé
quérir en la contrée pour le dépescher, mais je ne puys sçavoir
encores ce que portera sa commission, sinon qu'on m'a dict que les
protestans se plaignent assez, que ceste Royne ne se veult laysser
bien aller à toutes leurs persuasions, ains va fort réservée sur
aulcunes d'icelles, et se oppose si fermement à celles qu'elle crainct
pouvoir torner à manifeste offance de Vostre Majesté, qu'ilz la
réputent pour peu affectionnée à leur religion.

J'ay bien miz peyne, de ma part, de mener, ou par desir de paix ou par
craincte de guerre, toutjour la dicte Dame le mieulx que j'ay peu à la
disposition de voz affaires, et le feray ainsy encores toutes les foys
que j'auray à parler à elle, mais il ne me sciéroit bien, à ceste
heure qu'elle est toute en affaires, de l'aller trouver, sinon avec
quelque important argument de voz lettres, et voycy le XLe jour de la
plus fresche datte des dernières, que j'ay receu de Vostre Majesté, de
quoy j'en suys bien en peyne, et ne sçay à quoy en debvoir imputer le
retardement; sinon que je veulx croyre qu'il tient à toute aultre
chose, plustost que penser qu'il en aille quelcune mal prez de Voz
Majestez.

L'on avoit dict, ces jours passez, que la Royne d'Angleterre s'estant
ung peu modérée envers ces seigneurs prisonniers, octroyeroit au duc
de Norfolc de se pouvoir remuer au quartier de la dicte Dame dans la
Tour, qui est espacieulx et large, par ce qu'il commance se trouver
mal par faulte d'air dans celluy où il est, lequel est estroict, et
est le propre lieu où son père fut miz quant il fut exécutté; et
qu'elle accorderoit aussi à Milaris de Lomelley l'eslargissement du
comte d'Arondel son père, et de millord de Lomelley son mary, mais
j'entendz que sur ce poinct est arrivée une lettre du présidant du
Nort, par laquelle il mande qu'à très grande difficulté peult il
contenir le peuple, vers ce quartier là, de s'eslever, dont les
dictes provisions de ces seigneurs sont demeurées, jusques à ce qu'on
ayt descouvert d'où cella procède, et qu'on y ayt remédié; et a l'on
contremandé en dilligence le comte de Pembrot, qui s'en alloit retirer
du tout en Galles, où est sa principalle mayson, pour le faire
retourner à la court; mais je ne sçay encores si c'est pour luy
commander de nouveau l'arrest, ou pour le contanter, tant y a qu'il
semble que ceulx cy se trouvent assez empeschez de beaulcoup de
choses.

Quelq'un, à ce que j'entendz, a raporté à la Royne d'Angleterre que le
marquis de Chetona a esté instantment pressé par l'ambassadeur
d'Espaigne et par les deux depputez, qui sont icy avecques luy de
Flandres, de parler plus bravement à elle, à cause de la victoire de
Vostre Majesté, que ne porte leur commission, et qu'il ne l'a vollu
faire sinon avec quelque gentil mot en passant; de quoy elle luy a
sceu ung grand gré, et pour mon regard, encor que je luy aye
grandement cellébré la dicte victoire, comme ung gain, qui ne pouvoit
estre sinon [que] fort grand, d'avoir Vostre Majesté par vifve vertu
asseuré vostre propre grandeur lorsqu'elle sembloit estre en plus
d'hazard, n'ayant toutesfoys monstré en une seule parolle que la dicte
victoire fût pour torner au dommaige de la dicte Dame, ains plus tôt à
son proffict et de toutz les princes chrestiens, il m'a vallu quelque
chose sur la restitution de noz prinses, ès quelles elle a despuys
mieulx dépesché les commissaires de Roan que je n'espérois; et a,
possible, aulcunement nuy à iceulx de Flandres, lesquelz, si les
choses ne se rabillent, sont en termes de s'en retorner sans rien
faire, disantz ceulx de ce Conseil que le pouvoir du dict marquis de
Chetona est bien ample pour le Roy d'Espaigne à demander ce qu'il
prétend, mais non assés pour la Royne, leur Mestresse, à tretter des
choses dont elle veult demeurer d'accord avecques luy, ny, possible,
assés suffizant pour en accorder pas une, et qu'il en fault attandre
ung plus ample qui procède du mesmes Roy d'Espaigne, parce que cestuy
cy est une subrogation de pouvoir, à la vérité bien expécial, que le
duc d'Alve a de son Maistre pour tretter de toutz ces différandz
avecques la dicte Royne d'Angleterre en la façon qu'il verra estre bon
de le faire, avec puissance de substituer, comme il a substitué le
dict marquis, lequel promect d'en faire venir de plus amples s'il est
besoing, et de faire rattiffier tout ce qu'il accordera, et que,
pourtant, il requiert qu'on ne veuille laysser de passer toutjour
oultre. Dont nous verrons bien tost quel chemyn l'affaire pourra
prendre, et cependant l'on convertyt en monoye de ce pays les réalles
d'Espaigne qui sont en la dicte Tour.

La Royne d'Escoce m'a faict sçavoir de ses nouvelles, laquelle se
porte bien de sa personne, et a senty quelque soulaigement despuys la
dernière négociation que j'ay faicte pour elle, ayant ceste Royne, sa
cousine, pour le respect de Voz Majestez Très Chrestiennes, nonobstant
son grand courroux qui luy dure encores contre la dicte Dame, faict
retirer le comte de Huntinton de sa garde, mais ne sçay encores si
c'est pour l'en descharger du tout; tant y a que, pour le présent,
elle est ez mains du comte de Cherosbery seul, qui se déporte, tant
luy que madame la comtesse sa femme, en toutes choses bien fort
honnestement et honnorablement envers la dicte Royne d'Escoce, et
atant, Sire, je prie Dieu, etc.

    De Londres ce XVIIIe de novembre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, vous aurez assez amplement comprins l'estat des choses de deçà
par ce que je vous en ay escript en mes trois précédantes dépesches,
lesquelles, à la vérité, je suys bien en peyne de sçavoir si les avez
receues ou non, car il passe aujourd'huy le XLe jour que je n'ay heu
ung seul mot de Voz Majestez; néantmoins des dictes choses, que j'ay
desjà commancé de vous parler, affin que d'icelles mesmes l'évènement
vous en soit ordinairement cogneu, j'en ay miz le succez en la lettre
du Roy, ainsy que, jour par jour, je l'ay aprins ou l'ay veu advenir,
et n'ay que vous dire icy davantaige, Madame, sinon que, à l'occasion
d'une recerche et de certaine forme de sèrement, à quoy l'on veult
obliger les subjectz de ce royaulme sur le faict de la religion,
plusieurs catholiques, qui font grand scrupulle de conscience là
dessus, aymans mieulx habandonner le pays que jurer ainsy, me viennent
demander des passeportz pour se retirer en France; dont j'en ay desjà
donné à deux gentishommes, mais non sans estre bien informé (et ne le
feray poinct aultrement), qu'ilz sont bons catholiques et en
réputation de gens de bien, et non factieulx. Sur quoy vous plairra,
Madame, me commander comment, en semblable, j'en auray cy après à
user, et vous diray davantaige qu'il semble que, de cella et de la
presse qu'on faict aulx seigneurs du Nort de se venir représanter en
ceste court, l'on doubte assés qu'il se puisse bientost former ung
trouble en ce royaulme, ainsy que par ung des miens, s'il vous playt
me renvoyer les aultres que j'ay par dellà, je le vous feray, avec
les aultres particullaritez de deçà, plus amplement entendre.

Le capitaine Sores a freschement prins cinq riches ourques, qui
avoient esté chargées en Envers pour Espaigne et Portugal, dont en a
miz une à fondz, et il a conduict les aultres quatre en une rade à
l'abry, vers le cap de Cornouailles, sans ozer entrer en aulcun port.
Il a esté dépesché commission pour aller arrester luy et sa prinse,
s'il peut estre apréhendé, monstrans ceulx de ce conseil qu'ilz ne
veulent plus supporter, en façon du monde, les pirates; et me font
grand instance que je veuille presser Voz Majestez de réprimer ceulx
de Bretaigne, et que commandiez de faire justice des déprédations, que
ceulx du dict pays ont commises et commettent, toutz les jours, sur
les subjectz de ce royaulme. Sur ce, etc.

    De Londres ce XVIIIe de novembre 1569.


Despuys la présente escripte, j'ay recouvert une coppie du mandement
de la recherche et de la forme du sèrement, cy dessus mencionné,
laquelle j'ay mise dans ce pacquet[19], affin que Vostre Majesté ayt
plus grande notice des difficultez où ceulx cy se trouvent.

  [19] Ces deux pièces n'ont pas été transcrites sur les registres
  de l'ambassadeur.



LXXIIIe DÉPESCHE

--du XXIIe jour de novembre 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par l'Escouçoys._)

  Nouvelles répandues à Londres, qui sont favorables aux
    protestants de la Rochelle.--Premier bruit du soulèvement des
    catholiques dans le Nord.--Les négociations avec l'Espagne
    paraissent devoir rester sans résultat.--Soupçons des Anglais
    contre le Sr. Ciapino Vitelli, à raison des troubles du
    Nord.--Instance de l'évêque de Ross auprès d'Élisabeth pour
    obtenir une réponse définitive.--Déclaration que, si elle
    refuse son secours, la reine d'Écosse se placera sous la
    sauvegarde de la France et de l'Espagne.--Élisabeth demande un
    nouveau délai pour se prononcer.--Caractère sérieux que peuvent
    prendre les affaires du Nord.--Crainte de l'ambassadeur que les
    Anglais ne fassent de nouveaux efforts pour jeter les Allemands
    en France.


    AU ROY.

Sire, n'ayant, en mes précédantes du XVIIIe de ce moys, guières rien
obmiz de ce que j'ay estimé digne de vous estre escript des choses de
deçà, j'auray tant moins que dire meintennant par ceste cy à Vostre
Majesté, et seulement qu'il semble estre venu nouvelles à ceulx cy, de
leur ambassadeur Mr. Norrys, et aussi par la voye de la mer, comme
monsieur l'Admyral, ayant forny les principaulx fortz et les places de
garde, d'auprès de la Rochelle, d'ung bon nombre de gens de pied, il
s'est remiz en campaigne avec sa cavalerye pour aller recuillyr les
Viscomtes, qui ont desjà repassé la Garonne à six lieues par dessus
Thoulouze; de quoy les protestans de ce royaulme sont rentrez en
quelque meilleure espérance des affaires de ceulx de leur party,
qu'ilz ne l'avoient auparavant, et s'esforcent de s'en prévalloir
contre les catholiques, lesquelz, pour ceste occasion, envoyent
souvent devers moy affin de sçavoir ce qui en est, et je ne leur puys
dire rien de particullier là dessus, sinon que Vostre Majesté, par la
dilligence et vertu de Monsieur, son frère, va toutjour poursuyvant la
victoire et recouvrant les places qu'on vous a occupées, et chassant
l'ennemy de la campaigne, et que voz affaires, nonobstant le
déguisement de leurs nouvelles, prospèrent, grâces à Dieu, toutjour de
mieulx en mieulx; dont desirerois avoir aulcune chose de plus expécial
par voz lettres, affin de les en pouvoir mieulx contanter. Tant y a
qu'on m'a dict que, nonobstant ceste invention et tout cest artiffice
de nouvelles, l'allarme est bien chaulde en ceste court de
l'eslévation des catholiques vers le Nort, ce que je mettray peyne de
sçavoir plus au vray, affin de vous dépescher incontinent là dessus
ung des miens en dilligence.

Il est arrivé despuys deux jours une dépesche du duc d'Alve, suyvant
laquelle l'ambassadeur d'Espaigne, qui avoit layssé le marquis de
Chetona seul à poursuyvre l'accord des différandz des Pays Bas à
Vuyndesor, l'est allé retrouver, et semble que ceulx d'icy, pour
n'estre veuz couper la broche de trop court au Roy d'Espaigne,
continueront encores quelque conférance, et permettront que le dict
ambassadeur soit ung des depputez de la part de son Maistre, mais je
n'estime poinct qu'ilz concluent encores aulcun accord; et cependant
le souspeçon croyt contre le dict marquis, à cause des troubles qui
aparoissent plus formez despuys son arrivée, qu'ilz ne sembloient
auparavant debvoir jamais estre, ce qui, possible, y peult bien avoir
donné quelque challeur; mais en effect, j'ay opinion que l'occasion
vient bien d'ailleurs.

Ces jours passez, la Royne d'Escoce a dépesché ung gros pacquet de
lettres, qui sont arrivées toutes ouvertes en ceste court, parmy
lesquelles s'en est trouvée une pour la Royne d'Angleterre, et les
aultres pour l'évesque de Roz, pour monsieur l'ambassadeur d'Espaigne,
et pour moy, et encores quelques aultres pour les seigneurs de ce
conseil, lesquelles toutes le secrétaire Cecille a renvoyé au dict
sieur évesque, qui a incontinent envoyé demander audience pour
présenter la sienne à la Royne d'Angleterre, et la sommer des choses
contenues en icelle, ou à deffault qu'elle ne les veuille accomplir,
qu'il nous baillera celles qui s'adressent au dict sieur ambassadeur
d'Espaigne et à moy pour exorter Voz Majestez Très Chrestienne et
Catholique au secours de la dicte Dame; mais la dicte Royne
d'Angleterre luy a faict escripre, par Mr. le comte de Lestre, qu'elle
le prie d'avoir ung peu de pacience, parce qu'elle est occupée en
d'aultres si grandz et très urgentz affaires, qu'elle ne pourroit
vacquer à l'ouyr encores de huict jours, mais, iceulx passez, qu'il
pourra envoyer sçavoir l'heure de son audience, et la dicte Dame
l'orra allors fort volontiers.

Cependant, Sire, je vous envoye la coppie[20] de la lettre de la dicte
Royne d'Escoce affin que Vostre Majesté voye que ceste princesse, en
requérant avec compassion ung honneste remède en ses affaires, retient
toutjour la dignité qui convient à son estat de Royne et à la grandeur
de son cueur, et que Vostre Majesté me commande, en cas que la Royne
d'Angleterre l'en reffuze, ou diffère son dict secours et les aultres
choses qu'elle luy requiert, ce que de vostre part je y auray à faire
davantaige, oultre ce que je y ay tant expressément faict jusques icy,
et je prieray Dieu, etc.

    De Londres ce XXIIe de novembre 1569.

  [20] Cette lettre n'a point été transcrite sur les registres de
  l'ambassadeur, mais nous en avons trouvé une copie. _Voyez_
  ci-après, p. 428.


    A LA ROYNE.

Madame, attendant de vous envoyer, dans trois ou quatre jours, le Sr.
de Sabran, je vous ay bien vollu faire ceste petite dépesche sur les
occasions que Vostre Majesté verra en la lettre du Roy, à laquelle je
adjouxteray ce mot de plus, que desjà j'ay adviz de trois endroictz,
que la sublévation des catholiques vers le pays du Nort va fort en
avant, et que ceulx cy sont assés empeschez d'y remédier, ayantz, à
ceste occasion, mandé restraindre davantaige les seigneurs qui sont en
prison et en arrest, et semble qu'ilz sont après à susciter une
généralle entreprinse des princes protestans en la cause de la
religion, pour cuyder remédier à leur particullier, dont est dangier
que les Allemans, pour estre fort intéressez avec ceste princesse, ne
s'esmeuvent bien tost, et que le prolongement de la guerre de la
Rochelle ne les attire à faire leurs premiers effortz en vostre
royaulme; sur quoy sera bon, Madame, que faciez prendre garde aulx
aprestz et mouvemens qui se feront le long du Rhin, et je veilleray
sur les actions de deçà, et sur celles que ceulx cy pratiqueront de
dellà, le plus dilligement qu'il me sera possible, et prieray Dieu,
etc.

    De Londres ce XXIIe de novembre 1569.



LXXIVe DÉPESCHE

--du XXVe jour de novembre 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à la Court par le Sr. de Sabran._)

  Nécessité de mettre fin aux guerres civiles de France pour
    arrêter les entreprises des Anglais et des princes protestants
    d'Allemagne.--Soulèvement des catholiques dans le nord de
    l'Angleterre.--Prise d'armes par le comte de
    Northumberland.--La ville de Durham est tombée en son
    pouvoir.--Noms des seigneurs que l'on croit d'intelligence dans
    l'entreprise.--Mesures adoptées par Élisabeth.--_Lettre
    secrète_ à la reine-mère.--Démonstrations qu'il est nécessaire
    de faire en France pour encourager le soulèvement des
    catholiques en Angleterre.--Mise en liberté du Sr. Roberto
    Ridolfy.--_Mémoire secret._--Confiance des révoltés du Nord
    dans les secours du roi.--Promesses qui leur ont été faites par
    le duc d'Albe.--Détails sur les négociations qui ont eu lieu à
    ce sujet.--Intelligences des Espagnols avec les seigneurs qui
    ont pris les armes.--Menées de l'ambassadeur d'Espagne pour que
    les mariages d'Élisabeth, de Marie Stuart et du prince d'Écosse
    soient remis à la discrétion de Philippe II.--Mission secrète
    de sir John Hamilton auprès du duc d'Albe.--Vaste projet de
    domination de la part de l'Espagne sur l'Angleterre.--Opinion
    de l'ambassadeur, que les instructions données au Sr. Ciapino
    Vitelli pour traiter avec Élisabeth, portent de sacrifier les
    intérêts de la France.--Méfiance que l'on doit concevoir des
    projets du duc d'Albe et de sa conduite lors de l'entrée du duc
    de Deux-Ponts en France.--Assurance qu'il n'y a rien à redouter
    des intrigues de l'Espagne au sujet des mariages d'Élisabeth et
    de Marie Stuart.--Le duc de Norfolk et la reine d'Écosse sont
    fermement résolus à persister dans leur projet
    d'union.--Nouvelle mission de sir John Hamilton auprès du duc
    d'Albe, restreinte, cette fois, à traiter d'un
    secours.--_Second mémoire._--Irritation de la reine
    d'Angleterre contre le duc de Norfolk.--Elle s'abandonne
    entièrement aux protestants.--Desseins politiques des seigneurs
    protestants d'Angleterre à l'égard de la reine d'Écosse, des
    guerres civiles de France et des affaires d'Espagne.--Ils
    fomentent les expéditions d'Allemagne, assurent le crédit,
    envoient l'argent.--Leurs efforts, depuis la victoire de
    Moncontour, pour faire déclarer ouvertement la guerre.--Ils
    prolongent la détention des seigneurs arrêtés sous l'espoir de
    les compromettre dans les affaires de France et des
    Pays-Bas.--Détails sur les causes du soulèvement du
    Nord.--Déclaration du comte de Northumberland, qu'il n'a pris
    les armes que pour la défense de la religion
    catholique.--Hésitation d'Élisabeth à l'égard de Marie Stuart,
    qu'elle veut livrer au comte de Murray.--Elle se décide à la
    retenir prisonnière sous une garde plus rigoureuse.--Plaintes
    qu'elle fait à l'ambassadeur de la conduite de Marie
    Stuart.--Justification de la reine d'Écosse.--Les négociations
    au sujet des Pays-Bas sont tenues en suspens.


    AU ROY.

Sire, il aparoit par divers respectz debvoir bien tost advenir divers
inconvénians en ce royaulme sur la division de la religion, et sur les
affaires de la Royne d'Escoce, et sur la détention de ces seigneurs
prisonniers, et sur les différans des Pays Bas, mais principallement
sur l'impression que les Anglois se donnent, les ungs de peur, et les
aultres d'espérance, de la victoire que Vostre Majesté a dernièrement
gaignée, et ay eu opinion, que de cella leur naistroient assés de
pensemens pour leurs propres affaires, sans qu'ilz se meslassent plus
de ceulx d'aultruy; mais j'entendz qu'en leur conseil, où à ceste
heure n'y a que protestans, l'on n'estime que l'estat d'Angleterre
deppende de rien tant que de l'évènement des choses de France, et que
pourtant il leur y fault avoir l'oeil plus ouvert que jamais; et que
mesmes pour bien asseurer leur particullier, il leur est besoing de
mouvoir le général de la religion par toute la chrestienté, et en
relever la cause le plustost qu'on pourra en France, pendant que les
armes y sont encores en vigueur. En quoy ilz ont tant d'aparantz
argumens pour y persuader leur Mestresse, parce que ceulx qui leur
souloient contradire ne sont plus auprès d'elle, que, joinct
l'auctorité des princes d'Allemaigne, ès quelz elle faict ung grand
fondement, je crains bien fort qu'ilz la conduysent, non à une
déclaration de guerre, car pour encores elle leur contradict assés en
cella, mais à leur permettre à eulx mesmes de fomenter soubz main
celle guerre, qui dure encores en vostre royaulme, par les mesmes
couvertz moyens qu'ilz y ont procédé jusques icy, et mesmes de dresser
une commune entreprinse de toutz les protestans pour s'esforcer d'y
restablir leur religion; de quoy la continuation de noz troubles les
en mect en grand espérance. Et est sans doubte, Sire, que, tant plus
les dictz troubles yront à la longue, plus vous produyront, chacun
jour, de nouvelles difficultez, et ouvriront les moyens aulx aultres
princes et aultres estatz voysins de projecter, s'ilz peuvent,
toutjour des desseings à la ruyne du vostre, ainsy que j'ay donné
charge au Sr. de Sabran de le vous faire entendre sellon les adviz
qu'on m'en a donnez, lesquelz me font grandement desirer que Vostre
Majesté y preigne garde; et je regarderay que produyront en ce
royaulme ceulx qui desjà s'y manisfestent bien avant, qui sont telz,
Sire, comme sellon le commun bruict je le vous vays récitter:

C'est que les seigneurs catholiques des confins d'Angleterre, qui sont
vers le Nort, ayant esté mandez en ceste court pour venir donner
compte d'où procédoit l'esmotion, qu'on entendoit estre en leur
quartier, et ayant eulx, une et deux foys, reffuzé de le faire pour la
craincte qu'ilz ont qu'on les fît arrester prisonniers, ainsy qu'on a
faict le duc de Norfolc et le comte d'Arondel, et entendans que, de
rechef, la Royne, leur Mestresse, les envoyoit sommer par ung hérault
d'armes de ne faillir à se représanter du premier jour devers elle sur
peyne de rebellion et de lèze majesté, ilz ont heu recours aulx
armes; et le comte Northomberlan, à ce qu'on dict, a esté le premier
qui s'est eslevé avec la ville de Duren, laquelle il a prinse, et y a
érigé le crucifix et faict dire publicquement la messe, à laquelle
plus de six mille personnes ont assisté et estime l'on,


=Chiffre.=--[Que, oultre les seigneurs prisonniers, les comtes de
Vuesmerlan, [de] Dherby, de Comberlan, de Suthampton, le viscomte de
Montegu, millor Dacres du Nort, millord de Morle, le sir Henry Percy,
le sir de Morconnelle, le sir de Northon, le capitaine Rieth et
plusieurs aultres principaulx personnaiges sont de l'intelligence;
encore y veult on mesler le comte de Sussex; mais]

J'entendz que ceste Royne luy a donné charge et au comte de Housdon,
et à milor Scrup, de mettre incontinent les garnysons de Vuarvich, de
Carley et aulcunes troupes de Hiorc, aulx champs pour aller combattre
le dict comte de Northomberlan, et qu'elle leur a envoyé une bonne
quantité d'armes, lesquelles pour cest effect, et pour armer ung
nombre d'hommes en ceste ville, elle a, ces jours passez, faict tirer
de la Tour.

Je ne sçay si ce feu se pourra ayséement esteindre, mais il me semble
que le commancement n'est moindre que celluy qui a embrasé vostre
France. Il est vray que ceulx cy sont après à l'allumer par toute la
chrestienté, si en aulcune manière ilz le peuvent faire, espérans que
le leur particullier sera de tant plutost esteinct que de toutes partz
l'on courra aulx remèdes. Je n'ay poinct veu ceste princesse despuys
la nouvelle de ces troubles pour pouvoir juger quelle espérance elle a
de les apayser, et n'estime que je la doibve encores aller trouver de
quelques jours, sinon qu'il m'en vînt aulcune bonne occasion par voz
lettres, jusques à ce que Vostre Majesté m'aura commandé l'office
qu'il luy plairra que je face là dessus envers elle, ainsy qu'il vous
peult souvenir, Sire, qu'elle s'est esforcée d'en faire quelques ungs
envers vous au commancement des troubles de vostre royaulme. Sur ce,
etc.

    De Londres ce XXVe de novembre 1569.


    A LA ROYNE.

=Chiffre.=--[Madame, estant advenu cella mesmes, que Voz Majestez, par
leurs lettres du XXe septembre, m'ont signiffié estre de leur
intention, je vous envoye le Sr. de Sabran pour vous dire en quoy en
sont meintennant les choses, et comme elles monstrent d'estre si avant
qu'il fault qu'elles passent oultre; dont est temps que Vostre Majesté
regarde comment s'en prévaloir, car d'aultres veillent pour les
convertir à leur proffict. Je ne me suys advancé de promettre rien en
particullier, mais seulement vostre assistance et faveur en général,
et suys très ayse que la Royne d'Escoce, de laquelle nous venons de
recepvoir tout meintennant des lettres, concoure en mesmes opinion que
moy, qu'il ne fault rien mouvoir ouvertement contre la Royne
d'Angleterre, ains seulement qu'il playse à Voz Majestez envoyer ung
petit renfort de harquebouziers en Escoce, par prétexte de garder
Dombertran, qui puissent donner cueur à ceulx qui tiennent la part de
la dicte Dame dans le pays, et tenir en tel suspens le comte de Mora
qu'il n'oze venir, ny envoyer gens contre ceulx qui sont en armes en
Angleterre; et qu'au reste vostre bon playsir soyt d'envoyer ung
gentilhomme devers les Estatz d'Escoce pour les exorter à la
restitution de leur Royne, lequel ayt aussi charge, en passant, d'en
faire instance à la dicte Royne d'Angleterre et à ceulx de son
conseil; et que, des pencions et revenuz, que la dicte Dame a en
France, il vous playse l'en faire meintennant secourir pour les
occasions qui se présentent, n'en ayant receu, despuys qu'elle est en
Angleterre, qu'envyron quatre mil {lt}; et de ces trois choses elle me
conjure ne faillir de vous en faire très humble prière et très grande
instance de sa part.

Aulcuns aultres m'ont dict qu'il est fort requis que Voz Majestez
facent faire aulcune démonstration en Normandie et Bretaigne
d'aprester navyres, soubz colleur de serrer la mer à ceulx de la
Rochelle, et que cella donra cueur aulx catholiques de Cornoaille et
de tout le pays d'Ouest, qui ne sont moins fermes que ceulx du Nort,
et tant les ungs que les aultres estimeront que ce soit pour leur
secours; dont me semble, à la vérité, Madame, que ceste seulle
démonstration, laquelle tiendra ceste princesse en doubte et les
aultres en espoir, sera plus à propos pour vostre service par deçà et
pour la commodité de voz présens affaires en France, que si vous
passiez pour encores à plus grandz effectz. Et si, en aparance,
garderez de mesmes envers ceste princesse, et, en effect, mieulx
qu'elle n'a faict envers vous, les trettez de paix, lesquelz, despuys
ung an, vous luy avez promiz d'inviolablement observer.

Ce de quoy les soublevez ont meintennant plus de besoing pour
continuer leur entreprise est de deniers, et de cella requièrent ilz
estre promptement secouruz. Le Sr. Roberto Ridolfy m'a prié de donner
adviz de toutes ces choses à monsieur le Nonce, qui est prez de Voz
Majestez, auquel il n'oze escripre, parce qu'il ne vient que de sortyr
de prison, où, pour le souspeçon qu'on a heu de luy, il a esté dettenu
ung mois; dont vous plairra, Madame, commander au Sr. de Sabran ce
qu'il luy aura à dire. Et remettant à luy mesmes de vous rendre compte
de toutes aultres particullaritez de deçà, je prieray en cest endroict
Nostre Seigneur, etc.]

    De Londres ce XXVe de novembre 1569.


MÉMOIRE AU DICT Sr. DE SABRAN.

=Chiffre.=--[Suivant ce que leurs Majestez m'ont commandé par leurs
lettres du XXe de septembre, le Sr. de Sabran leur dira que, pour la
cause de la religion, et pour le faict de la Royne d'Escoce, et pour
la détention de ces seigneurs prisonniers, les armes sont à bon
escient prinses en ce royaulme par les catholiques vers les quartiers
du Nort; mais je puys protester que c'est sans aulcune injure que
j'aye procuré procéder en façon du monde de la part de Leurs dictes
Majestez, et sans les avoir constituez en cause qui puisse estre
réputée mauvaise envers Dieu ny le monde. Il est vray qu'espérans les
dictz catholiques n'estre habandonnez du Roy, ilz ont ainsy entreprins
ceste querelle, laquelle ilz estiment apartenir à Sa Majesté plus que
à nul aultre prince chrestien, et sont après à me demander quelque
secours de luy, ainsy qu'ilz disent que ceulx du contraire party ont
envoyé demander ung nombre d'harquebouziers à monsieur l'Admiral; sur
quoy Leurs Majestez me commanderont ce que je leur auray à respondre,
car pour encores je ne leur ay promiz rien de particullier.

Or, nonobstant la conférance et le pourparlé d'accord, qui se faict
sur les différans des Pays Bas, le duc d'Alve ne laysse de cercher le
moyen comme il pourra bien allumer ceste guerre, car j'ay adviz qu'il
a mandé aus dictz seigneurs du Nort, ne saichant encores leur prinse
d'armes, qu'encor qu'il eust proposé d'attandre ung commandement plus
réglé du Roy, son Maistre, qu'il ne l'a sur ce qu'il auroit à
entreprendre avec eulx, et qu'il eust pensé ne debvoir jusques alors
rien mouvoir ouvertement en leur faveur, ou au moins qu'il ne vît
qu'ilz eussent commancé quelque chose de leur part, et qu'ilz se
fussent miz aulx champs, ou qu'ilz eussent surprins quelque place, ou
prins aulcuns prisonniers, ou remiz par force la Royne d'Escoce en
liberté; si est ce que, sans temporiser davantaige, il seroit prest de
leur fornyr cent mil escuz, et deux mille harquebouziers et mille
corselletz, et encore cinq centz chevaulx, s'ilz luy envoyoient ung
homme de qualité qui entendît le pays et les affaires, et qui le sceût
résouldre du temps et du lieu qu'il fauldroit faire ceste descente, et
luy désigner ceulx qui s'y trouveroient pour la recepvoir et la
conduyre.

Et de cella l'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, a desjà envoyé
lettres à iceulx seigneurs du Nort par un capitaine de leur
intelligence, lequel ilz avoient pour aultres occasions dépesché par
deçà, et icelluy mesmes capitaine est prest de passer devers le duc
d'Alve, espérant qu'il accomplyra plus volontiers ses promesses, quant
il verra que l'entreprinse est plus advancée qu'il ne cuydoit.

Possible que le dict duc est meu à cella pour n'espérer qu'il puysse
obtenir aulcune rayson ny accord sur les dictz différans, et pour
venger l'offance que véritablement il a receue des Anglois, aussi pour
porter quelque faveur aulx catholiques, et pareillement pour la
liberté de la Royne d'Escoce; car toutes ces choses concourent à cest
affaire. Tant y a qu'il semble qu'il prétende principallement à la
conqueste du pays, car il a desjà faict distribuer de l'argent, oultre
le compte de ce secours, à aulcuns grandz, qui sont bien fort parcialz
pour la mayson de Bourgoigne, et à d'aultres qui sont en obligation au
Roy d'Espaigne, du temps qu'il estoit Roy de ce pays, lesquelz sont
desjà gaignez.

Et le dict sieur ambassadeur faict grand presse que la Royne d'Escoce,
puysque le duc de Norfolc est meintennant en prison, veuille délaysser
le propos de mariage qu'elle a avecques luy, et que ce sera le Roy,
son Maistre, qui l'espousera, ou la pourvoirra d'ung si bon et
advantaigeux party, qu'elle n'en sçauroit trouver de meilleur en
l'Europe; et faict grand instance que Me. Jehan Amilthon, serviteur de
la dicte Dame, soit envoyé, avec lettres de créance d'elle, devers le
dict duc d'Alve, affin, dict-il, de mieux conclure tout le faict du
secours.

D'ailleurs l'on m'a donné adviz sur la négociation du marquis de
Chetona que, pour la rendre plus agréable à ceste princesse, il semble
qu'il y mesle je ne sçay quoy de préjudice contre la France sur la
reddition de Callais et sur les entreprinses que la dicte Dame
vouldroit faire par dellà; et qu'il luy mect en termes ung nouveau
mariage avec de très grandz advantaiges qui ne sont à mespriser, et
qu'en toutes sortes le duc d'Alve, cognoissant une fort grande
importance de ce royaulme aulx affaires de son Maistre estime qu'il
ne pourroit en rien mieulx employer ses forces et ses moyens que d'y
estandre sa grandeur s'il peult.

Et, de tant qu'ung assés principal personnaige de ceste court, qui est
fort protestant, a dict en quelque lieu que le duc d'Alve ne se
monstroit trop contraire à ceulx de leur religion, ny ne procédoit, à
ceste heure, que bien respectueusement envers eulx; et que mesmes,
lorsque le duc de Deux Pontz temporisa si long temps d'entrer en
France, ce fut pour taster l'intention du dict duc d'Alve, lequel,
monstrant se préparer contre luy parce qu'il avoit receu le prince
d'Orange et ses gens en sa compaignye, et qu'il craignoit que ce fût
pour redescendre aulx Pays Bas, ne voulant le dict duc de Deux Pontz
avoir à faire, tout à la foys, au dict duc d'Alve et à monsieur
d'Aumalle, qui luy estoit en teste, n'entreprint jamais de marcher,
jusques à ce que le dict duc d'Alve l'eust asseuré que, pourveu qu'il
n'entrât aulx estatz de Flandres, il ne s'armeroit aulcunement contre
luy, et ne bailleroit au Roy que le secours qu'il ne luy pourroit
honnestement reffuzer; et que despuys, quant il a entendu la victoire,
que Monsieur, frère du Roy, a gaignée, il luy est eschappé de dire que
l'Admyral n'estoit pourtant du tout deffect, et qu'il n'estoit encores
besoing qu'il le fût; j'ay beaulcoup suspectes les négociations et
pratiques du dict duc d'Alve, qui est homme qui les sçayt projecter de
loing.

Tant y a qu'en ce qu'il prétend de mouvoir dans ce royaulme, je le
laysse vollontiers passer comme une entreprinse desjà commancée, en
laquelle il se déclaire fort qui n'est pour estre bientost achevée, et
ne se peult encores juger quel bout elle fera; mesmes je l'advance,
sans me rendre suspect, possible, plus que ses propres ministres,
espérant que cella pourra revenir au sollaigement des affaires du
Roy, avec ce, que je ne voys pas que les choses soient encores si
disposées icy pour le dict duc, que ses intelligences ayent à sortir
sitost ny si bien à effect comme il le desireroit.

Au regard du mariage de la Royne d'Angleterre je croy qu'on n'y battra
que à froid, comme les aultres foys qu'on l'a cy devant entreprins,
car luy ayant ung des seigneurs de son conseil naguières remonstré
qu'elle estoit pour avoir dorsenavant toutjours troubles et esmotions,
quant ses subjectz verront n'y avoir plus espoir de son mariage, ny
d'avoir lignée d'elle; et que pourtant elle feroit bien de se
résouldre bien tost à quelcun, et convoquer à cest effect son
parlement pour en dellibérer; et que, s'il luy playsoit avoir agréable
celluy du duc de Norfolc, tout son royaulme en seroit fort contant;
elle a respondu que, si ses subjectz l'aymoient et desiroient la veoir
vivre ou avoir lignée d'elle, qu'ilz debvoient la laysser en sa
liberté de se maryer ou non, et de prendre tel party qu'elle
vouldroit, sans luy en proposer ung ou aultre sellon leur affection,
qui, possible, ne luy estoit agréable; et, quant à convoquer son
parlement, que nul de ses prédecesseurs n'en avoit jamais tenu que
trois en sa vie, et elle en avoit desjà tenu quatre, dont, en ce
dernier, l'on l'avoit tant tourmentée de ceste matière de mariage,
qu'on l'avoit faicte résouldre à deux choses:--l'une, _de ne tenir
jamais plus parlement_, et l'autre, _de ne se maryer jamais_,--et
qu'elle dellibéroit mourir en ceste opinion.

Touchant la Royne d'Escoce, je fays, à la vérité, tout ce que je puys
pour interrompre la pratique du duc d'Alve et confirmer ce qui est
entre elle et le duc de Norfolc, et en cella, la dicte Dame et le
dict duc, encor qu'ilz soyent bien restrainctz et esloignez l'ung de
l'aultre, ilz promettent toutesfoys, du lieu où ilz sont, qu'ilz ne
s'abandonneront jamais, et respectent si fort leur mutuel bien et
advantaige que chacun de son costé monstre mespriser sa propre
liberté, et quasi sa vie, pour servir à celle de l'aultre; mais je
crains que leur longue prison admène du changement en leurs affaires.
Tant y a que j'ay pourveu que le susdict Amilthon, qui part pour aller
devers le dict duc d'Alve, ne porte poinct de lettres de créance de la
dicte Dame, parce que, ayant, aultres deux foys, esté envoyé devers
luy, semble qu'il s'est ung peu trop advancé du mariage de sa
Mestresse, et est sa créance limitée pour le secours seulement, si,
d'advanture, il passe jusques à luy.]


AULTRE MÉMOIRE AU Sr. DE SABRAN.

=Chiffre.=--[Que le courroux de la Royne d'Angleterre continue encores
bien grand contre ceulx qui se sont meslez du mariage du duc de
Norfolc et de la Royne d'Escoce, et de tant que les catholiques,
lesquelz elle escoutoit assés vollontiers auparavant, ont monstré ne
le trouver mauvais, et qu'au contraire toutz les protestans, sinon le
comte de Lestre, l'on contradict comme leur estant grandement suspect,
elle a du tout esloigné d'elle les catholiques et s'est commise de
toutz ses affaires aulx protestans. Lesquelz n'ont pas ozé encores luy
mettre en avant tout ce qu'ilz vouldroient contre les seigneurs qui
sont en prison ou en arrest, à cause du dict comte de Lestre, qui
s'est trouvé meslé en leur affaire, ny contre les catholiques qu'ilz
craignent du pays du Nort, ny pareillement contre la Royne d'Escoce,
ny aussi contre la paix de France, ny contre celle qu'elle a avec le
Roy d'Espaigne, parce qu'ilz ne trouvent que la dicte Dame ayt le
cueur disposé pour attempter de si grandes et difficiles entreprinses.

Mais ilz ne layssent de luy donner beaucoup de grandes impressions sur
toutes ces choses, et ne se soucient que, soubz ombre de luy faire
évitter l'inconveniant des unes, elle aille tumber au dangier des
aultres, pourveu qu'ilz la puissent mener là où ilz prétandent.

Et ainsy, pour le regard des choses de France, desquelles nous ferons
premièrement mencion, ilz tiennent la dicte Dame en craincte que, au
cas que par une généralle victoire le Roy vienne à boult de la guerre
de son royaulme, qu'il est sans doubte qu'il la luy viendra
incontinent commancer au sien, et que pourtant elle ne doibt rien
espargner pour faire qu'elle luy dure longuement, ou au moins pour le
contraindre de venir à ung accord, auquel elle ne soit poinct oblyée.

Et ne la pouvant pour cella induyre de mouvoir aulcune chose
ouvertement contre le Roy, ilz en mènent d'eulx mesmes d'aultres,
soubz main, du costé d'Allemaigne, et d'icy, et pareillement à la
Rochelle, qui ne sont moins préjudiciables; et après qu'elles sont
descouvertes, ilz les collorent de tant d'apparance de proffict pour
ce royaulme, que les plus auctorizez du contraire party sont
contrainctz, en plain conseil, d'en laysser passer la plus part, et
mesmes, quant il y en a aulcunes ès quelles ne peult eschoir aulcun
honneste adveu sellon les trettez, ilz n'ont honte de conseiller la
dicte Dame de les désadvouher.

Meintennant ilz sont après à dépescher le Sr. de Quillegrey, avec
l'homme du comte Pallatin, en Allemaigne, pour aller mouvoir, par
lettres et par promesses, les princes protestans au secours de ceulx
de la Rochelle.

Et par le sentyment que j'ay, d'aulcunes sommes qu'on serche
secrectement estre fornyes par les merchantz de Londres en Hembourg,
il semble qu'il emportera lettre de crédict, pour respondre du
payement de celles, que Mr. de Lizy aura desjà promises sur les bagues
de la Royne de Navarre, lesquelles il a partie emportées, et partie
layssées icy; et que mesmes, avec la contribution que les esglizes
protestantes de ce royaulme pourront faire cette année, quelcun m'a
dict qu'il pourra estre forny jusques à LX mil livres esterlin, qui
est deux centz mil escuz, ce que je métray peine de sçavoir mieulx au
vray.

D'ailleurs, ilz sollicitent les particulliers protestans de deçà de
donner, chacun pour son regard, ce qu'ilz peuvent d'ayde et
d'assistance à ceulx de la Rochelle en faveur de la religion; les
ungs, en contribuant à leur secours; les aultres, en menant quelque
commerce avec eulx; et aultres, en leur portant des rafreschissemens;
et proposent grand scrupulle de conscience à ceste princesse, si elle
les vouloit empescher; et puys couvrent leurs pratiques, pour le
regard de celles de la Rochelle, de la liberté du traffic qui leur est
permise par les trettez en tout le royaulme de France; et celles
d'Allemaigne, que ce n'est que pour entretenir l'ancienne intelligence
de ceste couronne avec les princes de l'empyre; et que l'argent qui y
va n'est que pour payer les debtes de ce royaulme; et font quelques
foys que leur Mestresse respond là dessus que, comme le Roy s'ayde des
Allemans pour conserver son authorité, en quoy elle ne le veult
aulcunement empescher, aussi s'en veult elle ayder pour deffandre sa
religion, ce qu'il ne doibt trouver mauvais.

Et n'y a poinct de doubte qu'ilz s'esforceront de faire déclairer ce
royaulme ouvertement à la guerre, affin de relever les affaires de
leur religion, tant il leur semble que la victoire du troisiesme
d'octobre les a esbranlez en la chrestienté, s'ilz n'y trouvoient
ceste princesse aulcunement opposante; laquelle, pour ceste occasion,
je mène le plus doulcement que je puys, affin qu'elle ne traverse et
ne donne de l'empeschement davantaige aulx affaires du Roy; et ne suys
encores guières bien asseuré d'elle, parce que souvant elle se rend
facille à leurs persuasions, mais je le serois beaulcoup moins si les
propres affaires de la dicte Dame ne se trouvoient à ceste heure
aulcunement brouillez dans son royaulme.

Quant aulx seigneurs, qui sont icy en prison et en arrest, lesquelz se
souloient opposer aulx menées des dictz protestans, et les
descouvroient et interrompoient assés souvant, iceulx protestans, qui
manyent tout, les entretiennent en espérance que leur détention ne
sera longue, et que le plus dangereux est desjà passé, et que, pour
mieulx apayser le courroux et mal contantement qu'elle a consceu
contre eulx, il leur est besoing d'avoir encores ung peu de pacience;
mais en effect ilz tâchent de les faire tremper[21] en prison, et
cependant font une extrême dilligence de cercher de toutes partz
quelque vériffication contre eulx, mesmement s'ilz ont rien praticqué
en France ny aulx Pays Bas.

  [21] C'est-à-dire Temporiser, de _Trempance_, délai,
  prolongation; _temperation_.

Et affin que le peuple ne s'esmeuve pour leur détention, et que les
aultres de la noblesse, qui sont de leur party, ne soyent par cest
exemple espouvantez de venir en court, quant ilz seront mandez, ilz
publient que la dellivrance de ceulx cy sera du jour au lendemain;
mais, voyantz que cella ne leur sert vers Norfolc et vers le pays du
Nort, d'où les gourverneurs mandent qu'ilz ne peuvent contenir le
peuple, et qu'au reste les dictz de la noblesse sont advertys de ne se
fyer aulx mandemens des dictz protestans, s'ilz ne veulent
expérimenter la prison, comme les aultres seigneurs, ilz ont naguières
faict dépescher plusieurs lettres vers ces quartiers là, premièrement
aulx principaulx de la noblesse, qu'ilz ayent à se représanter en
court devant leur Royne dans quinze jours, pour aulcunes occasions
concernantz le bien du royaulme; de quoy s'estantz, une et deux foys,
excusez, et l'ayant, à la troisiesme foys, du tout reffuzé, ilz les
ont envoyé sommer par ung hérault, sur peyne de rébellion et de lèze
majesté:

Aultres lettres à ceulx qui ont charge par les dictes provinces, qui
sont presque tous protestans, que, entendant la dicte Dame se
continuer ung bruict de sublévation vers leurs quartiers, ilz ayent à
descouvrir d'où cella procède et qui en sont les autheurs; et si, en
nulle part, l'on faict amaz d'armes et de pouldres en plus grande
quantité et en aultre manière qu'il n'a esté veu et n'a esté ordonné
par les dernières monstres; et que chacun d'eulx ayt à recepvoir
nouveau sèrement, de ceulx qui sont en leur jurisdiction et
gouvernement, qu'ilz observeront les choses ordonnées au dernier
parlement sur le faict de la religion, et qu'en ce, que les décretz du
dict parlement ne les auroient assés obligez et qu'aulcuns feroient
scrupulle de prester meintennant ce sèrement, s'ilz sont de la
noblesse, qu'ilz ayent à prendre obligation d'eulx de deux centz
livres esterlin, c'est six cens soixante six escuz, et s'il est de
moindre qualité, de deux cens marcz, c'est quatre cens escuz, qu'ilz
demeureront fidelles et obéyssantz subjectz à la Royne.

Davantaige ont escript aus dictz officiers que, de la moindre
nouvelleté qu'ilz verront advenir, ilz ne faillent d'en donner
incontinent adviz à la court, leur ayant cependant envoyé, de main en
main, grand nombre d'armes pour les distribuer secrectement aulx plus
parcialz protestans; et que des plus principaulx des dictz officiers
cinq ou six ayent à s'achemyner vers la dicte Dame, pour luy venir
tesmoigner les choses qu'en faisant ceste description ilz auront
descouvertes; et s'ilz ne pouvoient, sinon avec leur dangier ou avec
le dangier du pays, au cas qu'ilz l'habandonnassent ou qu'ilz
s'esloignassent de leurs charges, venir par deçà, qu'ilz escripvent
amplement, par quelque homme de bien, seur et secrect, l'entière
relation de toutes les dictes choses, signé de leurs mains, qui puisse
faire foy contre les coulpables, ce qui s'entend principallement
contre ceulx qui sont en arrest.

Et j'entendz qu'on avoit supposé ung homme, comme venant de la part
des dictz officiers, sans porter toutesfoys aulcune lettre, par lequel
ilz avoient faict tesmoigner à ceste Royne que les choses n'alloient
que bien vers leurs quartiers, expéciallement en l'endroict du peuple,
lequel demeuroit ferme et constant pour elle; et que, si ceulx de la
noblesse vouloient rien entreprendre contre son aucthorité, qu'ilz
leur courroient sus, et que mesme la pluspart des dictz de la
noblesse, entendans que la prison de ces seigneurs n'estoit que pour
leur plus grande justiffication, demeuroient contantz sans rien
entreprendre.

Mais ilz n'ont peu long temps dissimuler la vérité de ces affaires à
la dicte Dame, car, coup sur coup, est venu nouvelles comme le comte
de Northomberlant s'estant saisy de la ville de Duran y a relevé le
crucifix et faict dire la messe, où six à sept mille personnes ont
assisté; et bien tost après les propres lettres du dict comte sont
arrivées, par lesquelles il signiffie son intention et la cause de son
entreprinse à la dicte Dame avec offre de luy rendre entière
obéyssance, après Dieu, auquel il propose, quoy que ce soit, de garder
sa conscience pure en la vraye relligion catholique, mais de résister
fermement à la violence et indiscrétion d'aulcuns particuliers qui
sont auprès de la dicte Dame. Et ainsy, vivans les dictz protestans en
grand deffiance des catholiques, tant plus ilz ont cuydé estreindre et
presser la matière, tant plus semble qu'elle est preste de leur
eschapper des mains.

Au regard de la Royne d'Escoce, les dictz protestans représentent à la
Royne d'Angleterre ung très grand dangier de son estat, si elle
n'interrompt le mariage d'elle avec le duc de Norfolc, lequel luy est
d'ailleurs si odieux, qu'elle y est ayséement persuadée; mais on
cognoist bien qu'ilz n'ont si grand soing de son estat, comme ilz
craignent que le dict mariage relève la partie des dictz catholiques
dans ceste isle; et ayant esté par aulcuns proposé à ceste Royne de
renvoyer en quelque bonne et honneste façon la dicte Royne d'Escoce en
son royaulme, ce qu'elle n'a rejecté (et m'a dict à moy mesmes en
certain propos là dessus, qu'il luy tardoit plus de la sçavoir hors
d'Angleterre que à elle mesmes d'en sorty), la dicte dame a trouvé bon
de le mettre en avant à l'abbé de Donfermelin quant il s'en est
retourné, affin qu'il disposât le comte de Mora de vouloir recepvoir
la dicte Royne sa soeur et Mestresse avec honneur et seureté; mais les
dictz protestans ont despuys mené une si vifve et dilligente praticque
dans ce conseil, qu'ilz ont faict résouldre que, pour plus grande
seureté de cest estat, il estoit besoing de la retenir soubz seure
garde par deçà, enchargeant de nouveau au comte de Cherosbery d'y
avoir plus grand soing que jamais; lequel, à ce que j'entendz, a mandé
que toute l'Angleterre ne la sçauroit mettre en liberté, si la Royne,
sa Mestresse, ne le commandoit.

Et semble que, pour l'heure présente, la dicte résolution ne sera que
salutaire à la dicte Royne d'Escoce, car l'on a opinion qu'elle ne
seroit bien asseurée de sa vie ez mains du dict comte de Mora, et je
croy que, tant qu'elle sera ez mains de la Royne d'Angleterre, sa
personne ne prendra poinct de mal, sellon certains propos que la dicte
Dame m'a tenuz, quant elle s'est pleincte à moy de ce que la dicte
Royne d'Escoce s'estoit vollue adresser au duc de Norfolc, aulx comtes
d'Arondel, de Lestre et de Pembrot, pour la cuyder contraindre de
faire quelque chose par force; et que ceulx là n'estoient que ses
subjectz advancez par elle, et, comme elle les avoit faictz, elle les
pouvoit deffaire; et que desjà ayant miz la main sur le plus grand,
elle la mettroit bien sur les moindres, quant elle vouldroit; et que
la dicte Royne d'Escoce debvoit avoir considéré qu'ilz ne luy seroient
jamais si bons, ny si bien affectionnez comme elle, car, si elle eust
vollu croyre leur conseil et mesmes celluy du duc, quelle amytié qu'il
y ayt meintennant, elle ne seroit plus au monde, mais qu'elle aymeroit
mieulx mourir que de l'avoir consenty ny souffert.

Sur quoy, je miz devant les yeulx à la dicte Dame aulcunes
considérations, qui avoient meu la Royne d'Escoce de s'adresser à
eulx pour les affaires de sa liberté et restitution, parce qu'elle les
leur avoit commiz, et s'en estoit dessaysie au grand regrect de la
dicte Dame, laquelle n'avait rien tant desiré que de pouvoir venir en
sa présence pour tretter avecques elle seulle, mais ses ennemys
avoient toutjour miz peyne de l'empescher; et, quant au mariage du
duc, j'entendois que cella n'estoit aulcunement procédé d'elle, ains
luy avoit esté proposé par ceulx de son conseil, et qu'elle avoit
toutjour respondu qu'elle s'y gouverneroit sellon que la Royne
d'Angleterre et ceulx de sa noblesse la conseilleroient; par ainsy se
voyoit que son intention n'avoit jamais esté de l'offancer: et semble
que, sans les artiffices des protestans, lesquelz sont grandement
contraires à la dicte Royne d'Escoce, la dicte Dame seroit assés bien
disposée envers elle.

Au surplus, encor que la dicte Royne d'Angleterre et les plus grandz
de ses subjectz ayent intention d'entendre à l'accord des différans
des Pays Bas, et que iceulx, mesmes protestantz, pour aulcun respect,
sçavoir est, du commerce, monstrent d'y concourir avec elle, sans ozer
ouvertement le contradire, parce qu'il est grandement desiré du peuple
(et l'alliance de Bourgoigne a grand part dans ce royaulme), si
travaillent ilz bien fort, d'ailleurs, d'en prolonger tant qu'ilz
peuvent la matière, affin que ce suspens leur puisse toutjour servir
de couverture pour les pratiques, et transport d'argent et de
merchandises, qu'ilz font en Allemaigne, d'où ceulx de la nouvelle
religion sont grandement accommodez.

En quoy voyantz que le Roy d'Espaigne ne s'est tant vollu tenir ceste
foys sur la réputation, qu'il n'ayt envoyé le premier requérir le dict
accord à ceste princesse (chose qu'ilz n'espéroient debvoir jamais
advenir, et de laquelle ilz ne mettent en petit compte l'advantaige,
qu'ilz se vantent d'avoir faict gaigner en cella à la dicte Dame), ilz
luy proposent meintennant que, soubz la facillité d'ung si puissant
prince comme est le Roy d'Espaigne, le duc d'Alve va trainant quelque
grand malice; et que la lettre, que le duc luy a meintennant envoyée
de son Maistre, peult bien estre ung vieux blanc qu'il a remply à sa
poste; dont, s'il fault entrer en tretté, estiment que cella doibt
estre tant des choses passées et de celles du présent, que pour celles
qui peuvent advenir entre eulx, et, si le pouvoir du marquis de
Chetona n'est suffizant pour tout cella, qu'elle doibt remettre
l'affaire en un aultre temps, s'esforceans par ce moyen de
l'interrompre. Mais estimant la dicte Dame que de ceste légation
résultera ou la paix ou la guerre, mal vollontiers veult elle rejecter
les propos du marquis de Chetona; et néantmoins ne peult trouver
mauvais que toutz les différans soyent vuydez à une foys, dont a
trouvé bon qu'il se soit desjà faict une assemblée de gens de lettres
pour examiner le dict pouvoir, et qu'au cas qu'il ne soit suffizant,
qu'on en face venir de plus ample; dont, encor qu'ilz n'ayent
interrompu la matière, ilz l'ont au moins prolongée encores pour
quelques moys, et pourra estre que le dict marquis s'en retourne sans
rien faire.]



LXXVe DÉPESCHE

--du dernier jour de novembre 1569.--

(_Envoyée par homme exprès jusques à Calais._)

  Nouvelles de la révolte du Nord.--Force des
    révoltés.--Impuissance de lord Hunsdon et du comte de Sussex
    pour les réduire.--Crainte d'un soulèvement des catholiques
    dans le pays de Galles.--Sollicitation du comte de Leicester
    pour obtenir le commandement en chef de l'expédition contre les
    rebelles, qui est donné au comte de Warwick, son frère.--Le
    comte de Leicester, établi lieutenant général, a la conduite de
    toutes les affaires.--Nombreuses levées de troupes faites dans
    toutes les parties de l'Angleterre, pour s'opposer à ceux du
    Nord.--Le comte de Shrewsbery est chargé de conduire Marie
    Stuart à Coventry, et de la mettre sous la garde du comte de
    Huntingdon.--Demandes que l'on dit être faites par ceux du Nord
    dans leurs proclamations.--Les négociations avec l'Espagne sont
    sur le point d'être rompues.--Soupçons d'Élisabeth que
    l'Espagne et la France ont excité les troubles du
    Nord.--Nouvelles d'Allemagne, où le duc Casimir s'apprête à
    commencer son expédition.--_Proclamation de la reine_ contre
    ceux du Nord.--Violents reproches adressés aux comtes de
    Northumberland et de Westmorland.--Ils sont déclarés
    traîtres.--_Proclamation de ceux du Nord._--Ils protestent de
    leur dévouement à la reine.--Ils demandent le rétablissement de
    la religion catholique.


    AU ROY.

Sire, ceulx qui se sont eslevez au Nort poursuyvent leur entreprinse,
lesquelz ayant faict leur première assemblée à Duren d'envyron six mil
hommes de pied et quinze centz chevaulx, se sont miz aulx champs, et
ont marché en bon ordre jusques bien prez de Yorc, et, en marchant,
ilz ont toutjour accreu et renforcé leur troupe, laquelle l'on estime
estre à présent de plus de quinze mille hommes. Milor Housdon, qui
avoit esté dépesché pour leur aller au devant, ne se sentant assés
fort pour les combattre, s'estoit arresté en ung lieu par dellà Yorc,
où l'on dict qu'il a esté surprins et qu'il est demeuré prisonnier
entre leurs mains; je n'en sçay encores bien la certitude. Le comte de
Sussex, présidant et gouverneur du pays, n'a encores de quoy leur
faire grand empeschement; aussi dict on qu'il n'a vollonté de guières
les empescher. Il avoit envoyé ung sien jeune frère, nommé le sieur
d'Aygremont, avec trois cents chevaulx, pour battre l'estrade et
recognoistre le chemin qu'ilz prendroient, lequel, à ce que j'entendz,
s'est allé joindre à eulx. Au contraire, le sire Georges Bos, qui
monstroit estre de la part des eslevez, s'estant jetté dans ung fort
au dict pays du North, a déclairé le tenir pour la Royne, sa
Mestresse. Le comte de Betfort a esté dépesché en Galles pour aller
contenir le pays, duquel l'on ne crainct moins l'eslévation que du
North.

Le comte de Lestre a faict, par plusieurs foys, une grande instance,
le genou en terre, à la Royne sa Mestresse, de l'envoyer chef et
général à ceste entreprinse, mais non seulement elle le luy a reffuzé,
ains luy a très expressément commandé de ne bouger, et comme à celluy
qui, quasi seul des principaulx de la noblesse, se retrouve
maintennant près d'elle capable de conduyre les grandz affaires qui se
présentent, elle les luy a commiz et l'a créé comme son lieutenant
général et superintendant sur tout le royaulme, estantz presque toutz
les aultres du conseil, qui sont présens, ou trop vieulx ou gens de
lettres, et le secrétaire Cecille tumbé fort mallade; mais elle a
faict général en la campaigne, pour commander sur les armes, le comte
de Vuarvic, frère du dict de Lestre, lequel ayant incontinent ordonné
aulcuns capitaines, s'en est allé à Vuarvycsther son pays, qui est sur
le chemyn que tiennent ceulx du North, affin d'assembler promptement
des forces pour leur résister.

L'Admyral d'Angleterre est aussi party pour aller lever gens en son
quartier, qu'on appelle Linconsther, et dict on qu'il a commission de
passer jusques devers ces seigneurs du North pour sçavoir ce qu'ilz
demandent; et semble que le comte [de] Dherby et milord Dacres du Nort
s'entremettent aussi de modérer les choses, mais, en effect, l'on
estime qu'ilz sont de la part des eslevez. Plusieurs gentishommes et
pencionnaires de court ont esté dépeschez pour aller faire chacun une
compagnye, mais plusieurs aussi s'en sont partys sans congé, qu'on
dict estre allez de l'aultre part. L'on est après à lever quatre mil
hommes en ceste ville aulx despens des habitans. Il est arrivé prez de
la personne de ceste Royne trois centz harquebouziers, vieulx soldatz,
de l'isle d'Ouyc. Toutz les officiers de la maryne ont esté mandez
comme pour faire démonstration d'ung grand armement, et a l'on
artifficieusement publié qu'on aprestoit douze navyres, affin que les
eslevez et pareillement le marquis de Chetona le creussent ainsy; mais
en effect, des douze grandz navyres qu'ilz ont toutjour tenu prestz,
ilz n'ont mandé meintennant d'en équiper et mettre à la voille que
sept, et d'iceulx n'en getter pour encores que trois en mer, sçavoir,
_l'Ayde_, _l'Arondelle_ et _le Phoenix_, avec cinq cens hommes
seulement, bien que l'ordinaire fornyment des trois est de sept centz
cinquante hommes, avec commandement de s'aller tenir sur le Pas de
Callais pour guetter ce qui entrera et sortyra de ce royaulme.

Et au comte de Cherosbery a esté envoyé une commission de lieutenant
de Roy en la contrée où est assize sa principalle mayson, le
deschargeant de la garde de la Royne d'Escoce, laquelle, pour ceste
occasion, il doibt admener, à ce qu'on dict, du premier jour en la
ville de Conventry, là où le comte de Huntingthon la recepvra de
rechef en sa charge, pour la conduyre à Quilingourt, maison du comte
de Lestre, ou bien à Vuyndesor, d'où l'on dict que la Royne
d'Angleterre, pour luy faire place, s'en vient la sepmaine prochaine à
Hamptoncourt, et la consigner là en la garde de quelque aultre, lequel
je ne sçay encores qui ce sera.

L'on dict que les dicts eslevez demandent cinq choses:

La première, est la réunyon de la religion avec réformation d'icelle,
et, quoy que soit, le restablissement de la catholique par tout le
royaulme, affin que les estrangiers n'entrepreignent de l'y venir
restablir;--la seconde, est le règlement du Conseil d'Angleterre pour
y remettre les principaulx et plus anciens de la noblesse qui avoient
accoustumé d'en estre, et chasser aulcuns nouveaulx, que mal à propos
l'on y a introduict;--la troisiesme, est la délivrance du duc de
Norfolc et aultres seigneurs, qui sont en prison ou en arrest;--la
quatriesme, est la restitution de la Royne d'Escoce à sa couronne,
comme prochaine parante et héritière présomptive de celle de ce
royaulme après sa cousine;--et la cinquiesme, est de chasser
d'Angleterre toutz les estrangiers, qui y sont fuytifz des aultres
pays;--et m'ont aulcuns asseuré d'avoir leu de leurs escriptz qui
contiennent tout cella. Tant y a que celluy que j'ay veu ne touche que
le poinct de la religion, en la forme que Vostre Majesté verra. Bien
pensè je que de leur costé soit venu certain libelle diffamatoire
contre l'estat de ce gouvernement et contre ceulx qui le manyent, à
cause duquel je croy que la Royne d'Angleterre et son conseil ont
ainsy passé oultre à déclairer rebelles les deux comtes et ceulx qui
sont avec eulx de ceste entreprinse, comme le porte sa proclamation.

Le marquis de Chetona n'a pour encores grande espérance de pouvoir
accorder les différans d'entre ce pays et les Pays Bas, veu certaine
responce que la Royne d'Angleterre luy a desjà faicte sur la
deffectuosité de son pouvoir; tant y a que, avec assés de regrect
d'elle et des siens, vers lesquelz croyt le souspeçon de la demeure du
dict marquis par deçà despuys ces troubles, il a vollu attandre
encores une responce du duc d'Alve, premier que de prendre congé; et
semble que, en toutes sortes, le dict accord est recerché de la part
du Roy d'Espaigne, voyre avec désavantaige, dont sera merveille si en
fin ceulx cy ne condescendent de l'accepter, voyantz mesmement les
choses du dedans de leur royaulme n'aller si bien qu'ilz puissent
entendre à celles du dehors. Sur ce, etc.

    De Londres ce XXXe de novembre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, ayant comprins, par le retour du dict Sr. de La Croix et par
les lettres qu'il m'a apportées, beaulcoup de choses de vostre
intention, je mettray peine de les accomplir le plus entièrement qu'il
me sera possible, et me semble que la bonne lettre, que le Roy a
escripte à monsieur l'ambassadeur d'Angleterre, touchant
l'interception de mon pacquet, et touchant le faict de la Royne
d'Escoce, a esté bien à propos. L'on dict que la Royne d'Angleterre
porte ung merveilleux ennuy dans son cueur de ceste eslévation du
North, disant avecques larmes qu'elle n'a rien moins mérité que cella
de ses subjectz, et qu'elle ne peult croyre qu'ilz ayent sitost oblyé
les bons trettemens qu'ilz ont toutjour receu d'elle, pour s'en
monstrer à ceste heure si ingratz; et qu'il fault que cella procède de
la menée d'aulcuns estrangiers, dont est entrée en grande souspeçon et
deffiance du duc d'Alve et des ministres du Roy d'Espaigne, et se
crainct assés de Voz Majestez Très Chrestiennes pour les choses
qu'elle sçayt que les siens ont mené avec ceulx de la Rochelle; mesmes
qu'il semble,


=Chiffre.=--[Qu'ung nommé le Sr. Standen, Anglois, lequel, despuys la
mort du feu Roy d'Escoce, s'est tenu en France, ayt, entre aultres
particullaritez de la bataille et de ce qui a succédé despuys icelle,
naguières escript à ung sien frère en ceste ville, qu'il se préparoit
quelque entreprinse en France contre ce pays, dont icelluy frère a
esté interrogé là dessus, et de certaine prison appellé le _Flit_ où
il avoit esté long temps dettenu l'on l'a remué dans la Tour,]--Vostre
Majesté advisera s'il sera bon de rasseurer ceste princesse de vostre
part, ou la laysser en ce suspens.

Les adviz, qu'on a icy d'Allemaigne, sont que le duc de Cazimir a sa
levée de quatre mille chevaulx et quelques gens de pied toute preste,
et, qu'aussitost qu'il aura touché certain argent, que je présume
estre celluy des bagues de la Royne de Navarre, qu'il marchera. Je ne
sçay si Mr. de Lizy aura trouvé les deniers si prestz de dellà, mais
le Sr. Grassan, qui est après à cercher icy parmy les merchans
cinquante mil {lt} esterlin (c'est cent soixante sept mille escuz)
pour frayer à la guerre qui se commance icy, ou pour envoyer en
Allemaigne, pensant les pouvoir trouver en quatre heures, n'a, en dix
jours, peu assembler qu'envyron cinquante mil escuz; n'ozantz ceulx cy
encores distribuer rien de ce qui est provenu d'Espaigne. Néantmoins,
sellon aultres adviz qui sont venuz du duc d'Alve, l'on dict qu'il ne
s'entend encores pas ung mouvement de guerre en Allemaigne.


=Chiffre.=--[_L'homme merqué de pouldre au visaige_]--m'est, despuys dix
jours, venu deux foys dire adieu pour s'en retorner, allégant quelques
occasions de son retardement, et en fin, m'a dict qu'il avoit fort
bien accomply ce qu'il avoit à faire par deçà. Sur ce, etc.

    De Londres ce XXXe de novembre 1569.


  PROCLAMATION DE LA ROYNE D'ANGLETERRE contre ceulx qui se sont
    eslevez au pays du North.


    PAR LA ROYNE.

   La Majesté de la Royne a esté diversement informée, sur la fin de
   l'esté, qu'il se faisoit de secrectes menées en aulcuns lieux du
   pays de Yorc et en l'évesché de Duren, qui monstroient tendre à
   une prochaine assemblée et esmotion de peuple insolent; de quoy,
   parce que, du commancement, les informations ne contenoient
   aulcune évidante preuve, Sa Majesté y a heu moins d'esgart jusques
   à ce que [à l'occasion] des secrectes assemblées et conventions,
   que faisoient les comtes de Northomberland et Vuesmerland avec
   aulcunes personnes suspectes, les susdictz raportz ont esté
   renouvellez, et que le bruict et le commun parler d'ung chacun est
   allé, de lieu en lieu, sur eulx, qui les a expressément nothez
   d'en estre les autheurs.

   Sur quoy, le comte de Sussex, présidant pour Sa Majesté en ces
   parties du North, en a donné advertissement, adjouxtant toutesfoys
   qu'en sa conscience il n'estimoit que ce fût aultre chose que
   rumeurs soubdeynement levez et soubdainement finyes; et encores,
   ayant incontinent mandé les dictz comtes pour conférer avec eulx
   de ces rumeurs, desquelles ilz ne pouvoient nyer qu'ilz n'en
   eussent ouy parler, ilz dissimulèrent néantmoins allors bien
   faulcement, ainsy qu'il apert à ceste heure, et protestèrent
   qu'ilz estoient ignoscens de ces occasions, offrans de despandre
   leurs vyes contre ceulx qui romproient la paix; et fut donné par
   le dict sieur présidant tant de foy à leurs sèremens, que non
   seulement ilz furent licenciez pour s'en retourner, ains leur fut
   baillé pouvoir d'examiner les causes des dictz bruictz.

   Toutesfoys le feu, qu'ilz couvroient de leurs trahisons, estoit si
   grand qu'il errompit bientost nouvelles flammes, dont Sa Majesté,
   estant encores marrye d'entrer en aulcune ouverte mesfiance de
   ceulx de sa noblesse, et desirant pour ceste occasion voir les
   dictz comtes nettoyés de cest scandalle et son bon peuple demeurer
   en paix, lequel vyt en grand peur d'estre pillé, commanda au dict
   sieur présidant de faire entendre aus dictz deux comtes, au nom de
   Sa dicte Majesté, qu'ilz eussent à venir devers elle.

   Sur quoy, ayant desjà, comme il est vraysemblable, le dict sieur
   présidant descouvert quelque chose davantaige de leurs mauvaises
   intentions, leur escripvit seulement de venir devers luy pour
   conseiller d'aulcuns affaires appartenans au conseil, ce qu'ilz
   différèrent de faire avec des responces frivolles; et, les en
   ayant de rechef plus expressément requis, ilz le dényèrent tout
   ouvertement.

   En fin Sa Majesté leur a envoyé ses propres lettres affin de ne
   faillir de venir devers elle, mais, nonobstant icelles, ilz l'ont
   entièrement reffuzé, et auparavant la présentation des dictes
   lettres, ayantz assemblé ce qu'ilz avoient peu de personnes, qui
   n'estoit toutesfoys grand nombre, parce que les plus honnestes
   gens leur avoient reffuzé d'y aller, ilz sont entrez en une
   actuelle et ouverte rebellyon, se sont armez et fortiffiez en
   toute manière d'hostillité, et ont invadé maysons et esglizes, et
   ont publié en leurs propres noms des proclamations pour mouvoir
   les subjectz à prendre leur party, comme ayantz intention de
   rompre et subvertir de leur propre authorité les loix, et
   menassant le peuple que, quand ilz ne pourront achever leurs
   intentions, adonc les estrangiers entreront dans le royaulme pour
   les mettre à fin; et avec cecy, adjoustent qu'ilz n'entendent
   faire aulcun préjudice à Sa Majesté, qui est ung prétexte de tout
   temps prins et usurpé par trahistres; et sont deux hommes, si
   leurs qualitez sont bien considérées, qui, pour la réformation
   d'une grande chose, sont aussi mal choysis et ont aussi mauvais
   crédit que, possible, nulz aultres de ce royaulme.

   Dont cognoissant Sa Majesté en quelle sorte les dictz comtes, qui
   sont toutz deux pauvres, n'ayant l'ung, qu'une bien petite portion
   de ce que ses ancestres souloient tenir, qui l'ont despuys perdu,
   et l'aultre, ayant presque tout son patrimoyne gasté, vont, à
   ceste heure, comme gens débauchez, de çà dellà, accompaignez et
   associez d'ung nombre grand de personnes désespérez comme eulx,
   pour satisfaire à leur nécessité et ambition, laquelle ilz ne
   peuvent assouvyr, sinon qu'ilz recourent aulx plus grandes et
   extrêmes trahysons, de long temps projectées par ceulx qui les
   provoquent à cella contre la personne de la Majesté de la Royne et
   contre son royaulme, avec couleur d'aultres prétendues grandes
   entreprinses,

   Elle a trouvé bon de faire promptement entendre à toutz ses bien
   aymés subjectz que les dictz deux comtes, contre le propre naturel
   de la noblesse, qui a esté instituée et establye pour deffandre le
   Prince comme leur chef, et préserver la paix, sont ainsy
   ouvertement et traystreusement entrez en ceste grande rébellion,
   et ont rompu la paix publique de ce royaulme, chose qui est contre
   tout aultre exemple advenu despuys le règne de Sa Majesté, lequel
   a desjà duré unze ans, et acte bien horrible contre Dieu, seul
   auctheur d'une si longue paix, et de grande ingratitude contre
   leur souveraine Dame, à laquelle les dictz deux comtes avoient cy
   devant faict plusieurs professions de leur foy; et, à ceste heure,
   sont si desnaturez et pernicieulx, que leur natif pays, par leur
   seule mallice et ambicion, est pour estre troublé en la paix qu'il
   a si longtemps jouye, et en sa félicité.

   A cause de quoy, Sa Majesté encharge et commande à toutz ses bons
   subjectz d'employer tout leur pouvoir à la préservation de la paix
   commune, qui est la bénédiction de Dieu Tout Puyssant, et de
   apréhender sans délay toutes manières de personnes qui, en aulcune
   sorte, se monstreront favorables à la rebelle entreprinse des
   dictz deux comtes ny de leurs associez; lesquelz, ainsy que Sa
   Majesté par le dict comte de Sussex, son lieutenant général au
   North, a commandé estre publiez rebelles et traystres à sa
   couronne et dignité.

   Ainsy, pour obvier à tout prétexte d'ignorance, Sa dicte Majesté
   par ces présentes réytère et torne notiffier à tout son royaulme
   qu'ilz sont traystres et pour telz ont à estre tenuz, réputez et
   appellez en toutz propos, espérant que ceste cognoissance et
   admonition, donnée à toutz ses bons subjectz, suffira pour les
   faire contenir en leurs debvoirs et se contregarder de toutes les
   séductions des susdictz rebelles et traystres, et de leurs
   adhérans et faulteurs, nonobstant quelconque prétexte qui puisse
   estre prins ou publié par eulx ou par ceulx qui n'ont pas la grâce
   de Dieu de se déclairer de vivre en paix, mais à mouvoir querelles
   et exciter volleries sur les biens et substance du bon peuple,
   vray et propre fruict de toutes rebellions et traysons.

   Donné au Chasteau de Vuyndesor, le XXIIIIe jour de novembre 1569,
   en l'unziesme an du règne de Sa Majesté.

  CE QUE CEULX DU NORTH ONT PUBLIÉ de la cause pour laquelle ilz
    ont prins les armes.

   Nous, Thomas comte de NORTHOMBERLAND et Charles comte de
   VUESMERLAND, loyaulx subjectz de la Royne,

   Faisons sçavoir à toutz ceulx de l'ancienne religion catholique
   que Nous, avec plusieurs bien disposez personnaiges de la
   noblesse, et aultres, avons promiz nostre foy en l'avencement de
   ceste bonne intention, et que, pour aultant que diverses personnes
   désordonnées et mal disposées, d'alentour de la Majesté de la
   Royne, par leurs malicieuses et subtilles praticques, et affin de
   s'avancer eulx mesmes, ont ruyné et abattu en ce royaulme la vraye
   religion catholique, et abusans par ce moyen la Royne, et mettans
   en mauvais ordre le royaulme, cherchent et procurent de ruyner la
   noblesse;

   Nous nous sommes assemblez pour leur résister par la force, et
   pour, avec l'ayde de Dieu et de Vous, ô bon Peuple, restaurer
   toutes les anciennes libertez de l'esglize de Dieu et de ce noble
   royaulme, parce que, si nous mesmes ne le faisons, nous serons
   réformez par les estrangiers, au grand dangier de l'estat de ce
   pays, où nous sommes.

    _Dieu saulve la Royne._

  Soubzigné le comte de NORTHOMBERLAND, le comte de VUESMERLAND et
  neuf aultres.



LXXVIe DÉPESCHE

--du Ve jour de décembre 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Olivyer Champernon._)

  Retard apporté dans les communications de l'ambassadeur avec la
    France.--Nouvelles du Nord.--Lord Hunsdon, sir Raf Sadler et le
    comte de Sussex chargés d'étouffer la révolte.--Bonnes
    nouvelles qu'ils transmettent à la reine.--La tentative des
    révoltés sur Tutbury pour s'emparer de Marie Stuart n'a pas eu
    de succès.--Confiance que semble prendre Élisabeth dans les
    nouvelles qui lui sont données.--Mise en liberté du comte
    d'Arundel.--Commandement important confié au comte de
    Pembroke.--Mission du comte de Bedford dans le comté de
    Sussex.--Soupçon d'Élisabeth contre le vicomte de Montagu et le
    comte de Sussex lui-même.--Dégradation des armoiries du comte
    de Northumberland comme chevalier de l'ordre.--Les négociations
    avec l'Espagne restent en suspens.--Meilleur accueil est fait
    au Sr. Ciapino Vitelli, qui paraît être parvenu à détruire les
    soupçons que l'on avait contre lui.--Serment fait par Élisabeth
    sur les livres saints, qu'elle n'a point commandé l'enlèvement
    de la dépêche de l'ambassadeur.--Restitution de cette dépêche
    faite par un inconnu.--Espoir d'un meilleur traitement pour la
    reine d'Écosse.--Audience est accordée à l'évêque de Ross,
    qu'Élisabeth avait d'abord voulu faire arrêter.--Depuis la
    révolte du Nord, la reine d'Angleterre se montre plus favorable
    envers la France et plus irritée contre l'Espagne.--Nouvelle
    que le comte de Southampton et le vicomte de Montagu sont
    passés dans les Pays-Bas pour traiter avec le duc
    d'Albe.--_Note_ mise sur l'enveloppe du paquet rendu.


    AU ROY.

Sire, j'ay esté assés prompt et dilligent de vous escripre les
mouvemens de ce royaulme, mais, de tant que la Royne d'Angleterre a
heu souspeçon qu'il y pourroit avoir meslé quelque intelligence de
dellà la mer, et qu'à ceste occasion elle a commandé de tenir les
passaiges estroictement serrez, encor que despuys elle m'ayt assez
libérallement faict expédier ung passeport, signé de son garde des
sceaulx et des principaulx de son conseil, pour vous envoyer le Sr. de
Sabran, le gardien néantmoins de ses portz n'a vollu permettre que luy
ny aultre ayent passé, sans avoir exprès passeport signé de la propre
main de la dicte Dame, et par ceste difficulté le dict Sr. de Sabran,
qui s'en est retorné de Douvres jusques icy, a esté retardé plus de
huict jours entiers; par lequel j'espère qu'aulmoins à présent, Sire,
et par mes lettres du XXVe du passé, qu'il vous a aportées, et par
aultres que, du dernier d'icelluy, je vous ay despuys escriptes,
Vostre Majesté aura amplement entendu ce qui, jusques à la datte
d'icelles, est advenu par deçà.

Et meintennant j'ay à vous dire, Sire, que ayant millord Housdon
failly de tumber ez mains de ceulx du North, il s'est saulvé dedans
Yorc, où ceste Royne l'a ordonné, luy et ser Raf Sadeler, adjoinctz au
comte de Sussex, pour conduyre les affaires du North, sans que le dict
comte ayt faict semblant de le trouver mauvais; et les trois ensemble,
à ce que j'entendz, ont conjoinctement mandé à la dicte Dame qu'ilz
n'ont esté d'adviz de combattre encores les eslevez jusques à ce que
les forces, qu'elle a promiz leur envoyer davantaige, soyent arrivées,
affin de ne rien hazarder; et que cependant, avec celles qu'ilz ont,
ilz mettent peyne de confirmer le pays, et que ceulx du North, ayantz
marché pardeçà le chasteau du Pont Freit, avoient faict advancer huict
cens chevaulx comme pour aller surprendre le chasteau de Tutbery,
affin de mettre la royne d'Escoce en liberté; de quoy adverty, le
comte de Cherosbery avoit incontinent conduict la dicte Dame à
Conventry, dont les aultres voyantz leur entreprinse faillye s'en
estoient retournez par dellà le dict Pont Freit, et avoient recullé LX
milles; et que, sellon qu'ilz avoient entendu de leurs affaires, le
comte de Northomberland délibéroit de poursuyvre opinyastrément son
entreprinse; mais que le comte de Vuesmerlan commançoit desjà de
branler, et qu'il n'y avoit guières à faire à le regaigner, et luy
faire accepter ung pardon de la dicte Dame, s'en estant deux mille des
siens desjà retornez; et que leur troupe commançoyt de se deffaire;
que eulx trois avoient miz ordre aulx portz et forteresses de
Neufcasthel, de Norpont, de Escalebourg et de Eychester, pour garder
que les dicts comtes ne se peussent aulcunement prévaloir de la mer,
ny vers France, ny vers Flandres, ny vers Yrlande; et par ainsy que,
allans leurs affaires mal, comme il y avoit grande aparance qu'ilz
feroient leur retrette, [ce] ne pourroit estre que ez frontières
d'entre l'Angleterre et l'Escoce, et n'estoient d'adviz, puysqu'ilz
avoient recullé, que la dicte Dame mît encores si grandes troupes aulx
champs soubz le comte de Vuarvyc, comme elle avoit proposé de le
faire, affin de ne travailler son peuple, lequel commançoyt estre
aulcunement mutiné contre les aultres parce qu'ilz ne s'estoient peu
tenir de piller; et qu'il suffira, à ceste heure, de bien petites
forces pour rompre celles des dictz eslevez.

Tant y a que ceulx qui entendent les choses ne jugent qu'elles soyent
ny aysées ny facilles; néantmoins ceste Royne, encores qu'elle les
estime bien urgentes, semble que, à cause de ces bonnes nouvelles et
par l'opinion de quelques ungs des siens, elle ayt diminué de moictié
l'ordonnance de ces apareils, et que, de vingt quatre mil hommes
qu'elle avoit mandé lever, elle n'en fera mettre que douze mil aux
champs; de quoy aulcuns jugent que trop légièrement elle se repose en
la foy et parolle de ceulx qui luy représantent ce dangier estre
petit; mais pour la seurté de sa personne et de sa court, elle a
ordonné huict cens harquebouziers et six centz chevaulx à sa suytte,
oultre ses gardes, et oultre les ordinaires de sa mayson.

Le comte d'Arondel a esté relasché, avec permission de s'en aller en
sa mayson, soubz une solemnelle promesse qu'il a faicte d'estre bon et
loyal à la Royne, sa Mestresse, laquelle toutesfoys il n'a veue.

Le comte de Pembrot a envoyé remercyer ceulx du conseil de la charge
qu'ilz luy ont donnée sur deux provinces, qui sont prez de sa mayson,
et qu'il mettra peyne d'en rendre bon compte à sa Mestresse.

Au retour du comte de Betford du pays de Galles, l'on l'a envoyé
adjoinct au viscomte de Montegu en Sussex, pour quelque souspeçon
qu'on a du dict vyscomte, et ne se peult l'on encores bien asseurer du
mesmes comte de Sussex.

Les armoyries du comte de Northomberland ont esté dégradées et ostées
publiquement par le Hérauld Jarretière du reng des aultres qui
estoient à Vuyndezor, et mises bas avec ignominie, follées aulx piedz
et puys jectées aulx fossez, après ung sermon qui a esté faict exprès
pour cella.

Le marquis de Chetona ne donne encores grand advancement à ses
affaires; néantmoins il est toutjour près de Vuyndezor, attandant d'un
costé certaine responce du duc d'Alve, et de l'autre l'oportunité de
pouvoir trouver ceste Royne et les siens en quelque bonne disposition,
pour leur faire mieulx gouster ses honnestes offres et raysons qu'ilz
n'ont encores faict; et leur a le dict marquis uzé de si gracieuses et
humbles parolles et démonstrations pour son regard, et pour ceulx qui
sont avecques luy, que l'on n'a plus tant de souspeçon d'eulx comme
l'on avoit, et a esté commandé fort expressément de ne leur faire
aulcun desplaysir, ainsy que l'on commançoyt de les arceller et
quereller à tout propos et leur faire beaulcoup d'indignitez. Sur ce,
etc.

    De Londres ce Ve de décembre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, ne sachant qu'il soit advenu aultre chose, despuys ma
précédante dépesche, laquelle est du dernier du passé, ez entreprinses
de ceulx du North, ny aulx aprestz qu'on faict icy contre eulx, que ce
que j'en escriptz présentement en la lettre du Roy, je ne vous en
manderay rien davantaige en ceste cy; mais je vous diray au surplus,
Madame, que de la bonne lettre que Voz Majestez escripvirent, le IIIe
de novembre, à l'ambassadeur d'Angleterre, sur la vollerie de mon
pacquet et sur les affaires de la Royne d'Escoce, joinct l'instance
que j'en ay faicte icy sur le lieu, sont advenues deux choses, oultre
mon expectation:

L'une, que, ayant la Royne d'Angleterre juré sur ung livre de ses
oraysons qu'elle estoit ignorante du faict de mon pacquet, et qu'elle
mettroit peyne de m'en faire justice, ung homme incogneu vint, devant
hyer, sur les huict heures du soir, estant la porte de mon logis desjà
fermée, jetter par dessus icelle, dedans ma court, le dict pacquet
avec une envelope où y avoit bien peu de motz escriptz en anglois,
desquelz je vous envoye la traduction, qui protestent que le dict
pacquet n'a poinct esté ouvert, ce que je croy estre vray, lequel je
vous envoye tout tel, parce que les lettres que la Royne d'Escoce
vous escripvoit sont dedans.

L'aultre est qu'ayant la dicte Dame trois et quatre foys reffuzé de
donner audience sur les affaires de la Royne d'Escoce à monsieur
l'évesque de Roz, et mesmes ayant dellibéré de faire mettre le dict
évesque en arrest, pour le souspeçon qu'elle a heu de luy, elle
néantmoins luy a faict escripre par le secrétaire Cecille bien fort
gracieusement, qu'elle sera preste de l'ouyr, quant il luy plairra d'y
aller, lequel s'y est tout aussi tost acheminé; dont peult estre que
la dicte Dame se soit résolue de prendre quelque bon expédiant sur la
liberté et restitution de la dicte Dame, sa cousine, ce que nous ne
lairrons réfroydir s'il s'y voyt tant soit peu de disposition. Bien
pensé je que, parmy le marché, l'on vouldra principallement rompre le
mariage d'elle et du duc de Norfolc.

Je croy que ces tumultes du North pourront randre la dicte Royne
d'Angleterre plus trettable envers Voz Majestez Très Chrestiennes
qu'elle n'a esté jusques icy, ez choses raysonnables qui luy seront
requises en vostre nom; et qu'aussi y servira beaulcoup le bon rapport
que toute la flotte des siens, qui est allée ceste année pour le vin à
Bourdeaulx, a faict du bon trettement qu'elle y a receu, et de la
grande faveur que voz gallères luy ont faicte; de quoy la dicte Dame
demeure fort contante. Et semble aussi que, pour la difficulté de ne
pouvoir ou ne vouloir tretter avec le duc d'Alve des différans qu'elle
a avecques luy, elle cerche de se porter plus doulcement et
respectueusement envers Voz Majestez, et certes je n'ay jamais guières
cogneu de mauvaise intention en ce qui procédoit d'elle, mais je ne dy
le semblable de ce qui procédoit de son conseil. Sur ce, je bayse
très humblement les mains de Vostre Majesté, etc.

    De Londres ce Ve de décembre 1569.


=Chiffre.=--[J'entendz que le comte de Surampton et le viscomte de
Montegu sont passez devers le duc d'Alve.]--Je vous suplie très
humblement commander qu'il soit faict part de toute ceste despesche à
Monseigneur vostre filz.

    _Copie de ce qui estoit escript à l'envelope du pacquet rendu._

Monsieur l'ambassadeur, je vous laysse ces lettres, lesquelles ne me
peuvent de rien servir, et vous asseure, sur ma foy, qu'elles n'ont
jamais esté ouvertes, et le milord Coban menaçoit chacun que s'il
pouvoit trouver celluy qui avoit pris les dictes lettres, qu'il le
pendroit; dont, pour craincte de cella, je les ay aportées à Londres,
et je n'ozerois estre cogneu de mon nom, ny ne le vouldrois estre,
ains plus tost avoir perdu beaulcoup d'escuz.



LXXVIIe DÉPESCHE

--du Xe jour de décembre 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Jehan Valet._)

  Nouvelles du Nord.--Les révoltés sont entièrement maîtres du
    pays, où ils rétablissent partout le culte de la religion
    catholique.--Le comte de Sussex, lord Hunsdon et sir Raf Sadler
    renfermés dans York.--Force des insurgés.--Parfaite union qui
    existe entre les deux comtes.--Activité d'Élisabeth, dans ses
    préparatifs d'attaque et de défense.--Son armée se rassemble à
    Leicester.--Elle a su gagner à son parti les comtes de Dherby,
    de Sussex et de Cumberland, le comte de Southampton et le
    vicomte de Montagu, le lord Dacres, principal catholique du
    Nord, et jusqu'aux comtes d'Arundel et de Pembroke.--Elle s'est
    assurée du secours des princes d'Allemagne, dans le cas où il
    lui seroit nécessaire.--Motifs auxquels on peut rapporter la
    révolte du Nord.--Crainte qu'Élisabeth ne fournisse des secours
    à la Rochelle, si la paix n'est pas conclue promptement.--Avis
    donné d'Allemagne, où le duc Casimir ne semble pas encore prêt
    pour tenter son expédition.--Préparatifs du sieur Dolovyn et du
    bâtard de Briderode pour se rendre avec une flotte nombreuse à
    la Rochelle.--Armements maritimes du duc d'Albe.--Crainte
    qu'ils inspirent à Élisabeth.--Le Sr. Ciapino Vitelli retarde
    son départ sous divers prétextes.--Détails sur le projet formé
    par Élisabeth de livrer la reine d'Écosse au comte de
    Murray.--Sollicitations de Marie Stuart pour que la France s'y
    oppose.--Arrivée en Angleterre d'un député de la reine de
    Navarre.


    AU ROY.

Sire, ayant ceulx du Nord failly à leur entreprinse de surprendre
Tutbery et de mettre la Royne d'Escoce en liberté, comme par mes
précédantes, du Ve du présent, je le vous ay mandé, ilz s'en sont
retournez par dellà Pont Freit et ont couru le pays, restablissant
partout la religion catholique et la messe; puys se sont arrestez ez
envyrons de Yorc, qui est une grande ville en laquelle le comte de
Sussex, millord de Housdon et ser Raf Sadeller ont assemblé cinq mille
hommes de guerre pour leur résister, mais ne les ozent encores aller
rencontrer en la campaigne, et mesmes les layssent ordinairement
courir jusques à leurs portes; ce qui donne espérance aulx aultres de
les pouvoir mettre en quelque nécessité de vivres.

Et estantz advertys qu'ung seigneur protestant du North, nommé millord
Tempost, venoit avec trois cens chevaulx pour se jecter dedans la
dicte ville, ilz l'ont surprins et dévalizé, luy et toutz ses gens, et
remonté aultant de ceulx de leur trouppe, et au millord Lathemor, très
riche seigneur de ce quartier là, lequel n'a que deux filles, l'une
maryée au sire Henry Percy, frère du comte de Northomberland, et
l'aultre au filz aysné du secrétaire Cecille, toutz trois protestans,
parce que, quant ilz l'ont mandé venir devers eulx, il a reffuzé de le
faire, ilz ont envoyé saysir sa mayson, où ilz ont trouvé grand
quantité de vaysselle d'argent et beaulcoup de deniers contantz, et,
oultre ce, luy ont faict enlever de ses escuyeries et de ses parcz
unze ou douze vingtz pièces de chevaulx; par lequel et aultres
semblables exploictz, ilz se vont remontant et se pourvoyent pour
continuer la guerre tant qu'ilz pourront. Ilz sont quinze mille hommes
ensemble, et seroient davantaige s'ilz vouloient, mais ne permettent
sinon à gens d'effect de se joindre à leur trouppe. Et voicy ce qu'on
dict d'eulx, qu'ilz ont quatre mil hommes de cheval, aussi bien montez
et armez et en [aussi] bon équipage qu'il s'en puisse trouver en
Angleterre, et que les deux comtes procèdent toutjour d'ung bon accord
avec résolution de poursuyvre conjoinctement leur entreprinse jusques
à la mort; et que, pour encores, ils n'ont faulte de rien.

De l'autre part, la Royne d'Angleterre faict de grandz aprestz pour
les deffaire, ayant mandé aulx principaulx de la noblesse et aulx
villes et provinces de son royaulme de luy envoyer en toute dilligence
le secours, qu'en tel cas ung chacun pour son regard est tenu de luy
bailler, qui monte à ung grand nombre tant de gens de cheval que de
gens de pied; et que, de la levée qui se faisoit à ses despens,
laquelle debvoit estre de XXIIII mil hommes, les douze mil ayent à
s'acheminer incontinent devers le comte de Vuarvic, lequel dresse
l'armée à Lechester, où la dicte Dame luy a envoyé grand quantité
d'armes, de pouldres, d'artillerye et aultres monitions de guerre.
Davantaige elle a mandé que les douze grandz navyres, dont en mes
précédantes j'ay faict mencion, ayent à estre tenuz en ung apareil
tout prest à la voille, et d'en faire sortir présentement trois pour
la garde du Pas de Callais, et presse bien fort en ceste ville ung
emprunct de cinquante mille {lt} esterlin, c'est cent LXVII mil escuz,
lesquelz, pour la plus part, sont desjà miz ez mains de Me. Grassan;
et par mesme dilligence, elle pourvoit à la garde et seureté de ses
places et de ses portz, et va confirmant la vollonté de ses villes, et
de toutz ceulx qu'elle estime tenir son party, et rasseurant les
aultres, de qui elle a quelque doubte, par les meilleurs moyens
qu'elle peult; dont semble que les comtes [de] Dherby, de Sussex et de
Commerlan se soyent déclairés pour elle, et que le comte de Surampton
et le viscomte de Montegu, lesquelz on disoit s'estre acheminez en
Flandres, pour aulcune grande difficulté que, possible, ilz ont senty
de ne pouvoir passer, affin de ne se randre davantaige suspectz,
ayent prins pour expédiant de retourner vers elle, laquelle leur a
baillé incontinent des charges honnorables; que le millord Dacres du
North, principal catholique du pays, parce qu'elle luy a permiz de se
saysir d'une opulante succession d'ung sien nepveu, laquelle se
querelle entre luy et le duc de Norfolc, il soit demeuré ferme pour la
dicte Dame; et que, avec la prison, et aultres moyens qu'elle a uzé
envers le dict duc et envers les comtes d'Arondel et de Pembrot, elle
leur ayt si bien amorty le cueur, que, pour ce commancement, elle
pense avoyr desjà randu les eslevez fort dénuez de leurs meilleures
espérances; et tient le partement de Quillegrey, lequel pour aultres
occasions estoit desjà tout dépesché pour Allemaigne, en suspens,
affin que, si l'affaire se monstroit plus difficille ou dangereux
qu'elle ne pance, elle puysse par luy mesmes en donner adviz aulx
princes de dellà, desquelz elle se tient trop plus que bien asseurée
qu'ilz s'esmouveront pour sa cause, et luy presteront tout le secours
qu'elle leur vouldra demander; et cependant faict retirer soubz sa
main les armes, artillerye et pouldres de ce royaulme, qui ne sont
employées pour elle, et faict visiter les flottes et vaysseaulx, qui
retournent de voyage, pour leur enlever les restes de leurs monitions,
affin que les dictz eslevez ne s'en puissent prévaloir.

Et en effect, Sire, ceste esmotion n'est petite, de laquelle on faict
acroyre à ceste Royne que l'occasion procède principallement de trois
endroictz: sçavoir, de la Royne d'Escoce, de ceste grande victoire
qu'il a pleu à Dieu vous donner, et des praticques du duc d'Alve; mais
ne luy font mencion de la forme de sèrement, auquel despuys six
sepmaines elle a vollu contraindre les catholiques contre leur
conscience; ce que je croy leur avoir, plus que tout le reste, faict
ainsy soubdeynement prendre les armes. Tant y a, quant au premier
poinct, de la Royne d'Escoce, parce que la dicte Dame a la personne
d'elle entre ses mains, elle estime y pouvoir bien remédier; mais des
aultres deux elle se prandroit sans doubte trop plus volontiers au duc
d'Alve que à Vostre Majesté, si ce n'estoit, qu'ayant le dict duc miz
l'estat de Flandres en paix, elle ne voyt bien le moyen comme luy
pouvoir sussiter une guerre, et a opinion que, pour le présent, une
bonne partie de son faict deppend de veoyr ou les affaires de ceulx de
la Rochelle relevez, ou ung accord en vostre royaulme; et ne fault
doubter qu'elle ne s'employe, sans rien espargner, en celle de ces
deux choses qu'elle cognoistra y avoir plus d'aparance de pouvoir bien
effectuer. Celluy comte de Mensfelt, qui a succédé au lieu du feu duc
de Deux Pontz, luy a naguières escript qu'il se tenoit pour jamais son
bon serviteur, et obligé soldat, et qu'il avoit adjouxté à ses armes
la roze rouge et le phoenix, pour merque qu'il veult combattre toute
sa vie soubz l'enseigne et faveur de la dicte Dame.

Au surplus, Sire, ce que j'ay d'adviz d'Allemaigne est en deux sortes,
l'une venant du duc d'Alve, qui se publie icy, n'y avoir aulcun
mouvement de guerre ny aprest en tout le dict pays; l'aultre est par
une lettre de Mr. de Chantonné, du huictiesme du passé, laquelle je
sçay que monsieur l'ambassadeur d'Espaigne, résidant par deçà, a
receue despuys deux jours en langaige espaignol, lequel traduict en
francès est en ces termes qui s'ensuyvent:

«Certes, il conviendroit que en France se donnassent presse de pousser
en avant la victoire qu'ilz ont sur les rebelles, s'ilz ne veulent
perdre le tout avecques le temps; car, despuys la nouvelle de la
routte de l'Admyral, s'entend que Cazimir faict dilligence de mettre
en ordre cinq mil chevaulx, bien que, jusques à ceste heure, ne se
parle de nulz gens de pied, sans lesquelz ne semble qu'il soit pour
entreprendre d'entrer en France, n'en ayant le dict Admyral à ceste
heure pour luy en pouvoir envoyer au devant; et se dict communément
qu'il estoit à regarder ce qui se passoit, quant ilz furent deffectz
le jour de la bataille, et qu'il s'en soucya moins pour le beaulcoup
d'argent qu'il leur debvoit; de quoy les Allemans monstroient ung
grand sentyment et d'en estre bien mal contantz.»--C'est le contenu de
la dicte lettre.

Je suys aussi adverty, Sire, que le Sr. Doulovyn et le bastard de
Briderode ayantz, de leurs butins et pilleryes qu'ilz ont faictes sur
mer, dressé ung armement de trente bons navyres de guerre, avec deux
mille harquebouziers et quelque nombre de corseletz, et grandement
pourveu leurs vaysseaulx d'artillerye, de pouldres et de toutes
aultres monitions, sentans que le duc d'Alve faict quelque apareil en
Olande et Zélande, lequel ilz craignent estre pour les aller
combattre, dellibèrent de s'en aller à la Rochelle et y conduyre tout
ce qu'ilz pourront de vivres, d'armes, de monitions, et encores, comme
l'on pense, bonne somme de deniers; dont estant ces deux, et le
capitaine Sores, qui s'intitulle à présent visadmyral de France,
joinctz avec les aultres pirates de ceste mer estroicte, ilz pourront
faire toutz ensemble une armée d'envyron quarante cinq ou cinquante
vaysseaulx; à quoy Vostre Majesté, s'il luy playt, fera prendre garde
tout le long de la coste de dellà.

Et j'entendz que ceste Royne est en quelque souspeçon de l'armement
qu'on dict du duc d'Alve, bien qu'on luy veult persuader que c'est
pour la conduicte de la flotte qui doibt bientost partir pour les
Indes; et luy tarde infinyement que le marquis de Chetona soit hors de
ce royaulme, lequel va néantmoins prolongeant toutjour son partement
soubz colleur qu'il dict attandre une responce du duc d'Alve, laquelle
ne vient poinct, et ne donne cependant que petit ou nul advancement à
l'accord des différans des Pays Bas. Sur ce, etc.

    De Londres ce Xe de décembre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, encor que la lettre que j'escriptz présentement au Roy soit
bien ample, j'ay néantmoins à vous dire de restes par ceste cy, que la
praticque de mettre la Royne d'Escoce ez mains du comte de Mora avoit
esté menée si secrectement que, quant six sepmaines a, j'en heuz
quelque sentyment, comme incontinent je l'escripviz à Vostre Majesté,
la Royne d'Escoce, à laquelle semblablement je le fiz entendre, et
monsieur l'évesque de Roz n'en pouvans avoir pour lors aulcune
certaine notice, estimèrent qu'il n'en estoit rien, mais à présent
elle et luy et moy sommes très certainement informez que Me. Chary,
filz aysné de millord Housdon, fut, en septembre dernier, dépesché par
poste en Escoce pour l'aller proposer au comte de Mora, et despuys, en
octobre ensuyvant, le propos en a esté continué à l'abbé de
Domfermelin, quant il est venu par deçà; c'est de consigner la dicte
Dame à icelluy de Mora, pourveu qu'il la viègne prendre au port de
Houl, pour la conduyre par mer en Escoce, affin de ne la passer par le
North; et que, pour l'acquit de l'honneur de la Royne d'Angleterre, il
face venir deux comtes et deux lordz, et les filz aysnez d'aultres
deux comtes et d'aultres deux lordz, huict personnes en tout,
hostaiges en Angleterre, pour la seureté de la personne et de la vie
de la dicte Dame; dont, ayant le dict de Mora desjà communiqué
l'affaire aulx comtes de Morthon et de Mar, et à millord Lendzey,
icelluy de Mar a offert son filz aysné, et le dict Lendzey s'est
offert soy mesmes, d'estre deux des dictz ostaiges. Chose que la dicte
Royne d'Escoce crainct sur toutes aultres, et pour l'empescher elle
supplie très humblement Voz Majestez, avecques larmes, d'envoyer mille
harquebuziers, a tout le moins cinq centz, à Dombertran, affin de
donner tant de cueur à ceulx de son party qu'ilz puissent empescher
ses adversaires de se prévaloir si ayséement contre elle et contre son
estat, comme ilz en font leur compte.

Et encor que je vous aye naguières mandé qu'on m'avoit donné adviz
que, au conseil d'Angleterre, cella avoit esté interrompu par le menée
des protestans, qui avoient faict résouldre la détention de la Royne
d'Escoce par deçà estre très nécessaire, et n'y avoir aultre moyen que
celluy là pour se pouvoir bien asseurer d'elle; néantmoins, parce
qu'il y pourroit avoir de l'incertitude ez advertissemens qu'on me
donne, qui comme sçavez, Madame, ne me peuvent venir que par meins
tierces, et qu'il survient assés souvant du changement aulx
dellibérations de ceulx cy, je suplie très humblement Vostre Majesté
de vouloir pourvoir au pitoyable et très urgent besoing de ceste
pouvre princesse, vostre belle fille et principalle allyée de vostre
couronne, par les meilleurs moyens qu'avec vostre commodité vous le
pourrez faire, et me mander par le premier ce que, pour sa
consolation, je luy auray à faire entendre là dessus, estant cependant
ma dellibération de m'oposer fermement, au nom de Voz Majestez, à ce
que cella ne s'exécute, ainsy que le dict évesque de Roz verra que à
propos je le debvray faire; qui mettrons peyne, toutz deux, de sçavoir
au vray en quoy en demeurent les choses.

Au surplus, Madame, j'entendz qu'aujourdhuy est arrivé en ceste court
ung gentilhomme venant de la Rochelle, natif de Flandres d'auprès
d'Esguerdes, lequel la Royne de Navarre envoye devers la Royne
d'Angleterre; mais ne sçay encores à quelles fins, si n'est qu'on m'a
dict que c'est pour tretter d'avoir quelque secours, et pour avoir,
pour elle et madame Catherine sa fille, et pour madame la princesse de
Condé et ses petitz enfans, asseurance d'estre, avecques toute seurté,
receuz en ce royaulme au cas que la nécessité les contreigne d'y avoir
leur reffuge. Je mettray peyne d'entendre mieulx ce qui en est, et
Vostre Majesté me commandera ce que j'y auray à faire; et n'estant la
présente que pour vous parler de ces princesses et de leur misérable
estat, je ne la vous feray plus longue, remectant à mon retour de
Vuyndesor, où je m'en vays demain, sur l'occasion de la dépesche que
le Sr. de Vassal m'a aportée, de vous escripre plus amplement toutes
aultres choses; et je prieray Dieu, etc.

    De Londres ce Xe de décembre 1569.



LXXVIIIe DÉPESCHE

--du XVIIe jour de décembre 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à Callais par Pierre Chassac._)

  Nouvelles de la guerre de France.--Retraite de l'amiral de
    Coligni sur Montauban.--Réduction de plusieurs places fortes de
    Guyenne sous l'obéissance du roi.--Siège de
    Saint-Jean-d'Angely.--Capitulation proposée aux
    habitants.--Entrevue de l'ambassadeur et de la reine
    d'Angleterre.--Déclaration de l'ambassadeur, que tout secours
    donné par les Anglais aux protestants de la Rochelle sera pris
    pour un acte de guerre.--Protestation d'Élisabeth qu'elle veut
    maintenir la paix, qu'elle interdira à ses sujets de fournir
    aucun secours à ceux de la Rochelle, et qu'elle est fermement
    résolue à ne prendre les armes que pour la défense de sa
    religion, si elle était attaquée.--Sollicitations qui sont
    faites auprès d'elle par les princes protestants d'Allemagne,
    pour l'engager à entreprendre une guerre générale.--Déclaration
    de l'ambassadeur, que le roi ne serait pas éloigné d'accepter
    la médiation d'Élisabeth, et qu'il est toujours prêt à recevoir
    en grâce ses sujets révoltés.--Conversation entre la reine et
    l'ambassadeur sur les troubles du Nord.--Offre faite par
    l'ambassadeur des bons offices du roi.--Ses instances pour que
    l'Angleterre consente à la réunion des deux églises.--Assurance
    donnée par la reine que la révolte du Nord lui cause peu
    d'inquiétude, et qu'elle ne se refuse pas à négocier pour la
    réunion des églises.--Promesse qu'elle fait de bien traiter
    Marie Stuart et d'assurer une bonne issue à ses
    affaires.--Efforts des Espagnols pour renouer les négociations
    au sujet des Pays-Bas.--Nouvelles du Nord.--Un grand nombre des
    révoltés sont rentrés dans leurs foyers.--Le reste a mis le
    siége devant Castelbar.--Ils se sont rendus maîtres de
    Hartlepool.--Lord Heries, sorti de prison, a pris les armes
    avec le projet de se joindre à ceux du Nord.--Mouvements en
    Écosse contre le comte de Murray.--Pardon offert par Élisabeth
    aux révoltés.--Réunion des troupes de la reine.--Une bataille
    générale devient imminente.--Apprêts de guerre faits par le duc
    d'Albe dans les Pays-Bas.--Craintes qu'ils inspirent à la reine
    d'Angleterre.--Mesures qui sont prises par Élisabeth pour
    arrêter les entreprises des Espagnols.--Armements de plusieurs
    vaisseaux de guerre dans la Tamise.--Plainte des Anglais au
    sujet de quelques uns de leurs navires qui ont été arrêtés en
    Bretagne.--Vives instances pour que la restitution des prises
    soit faite au jour marqué.


    AU ROY.

Sire, parce que vostre dépesche du XXe du passé, laquelle le Sr. de
Vassal m'a apportée, n'a guières miz à venir après celle, que peu
auparavant j'avoys receue par le Sr. de La Croix, je n'ay faict pour
les deux qu'ung seul voyage devers la Royne d'Angleterre, affin de
tant moins l'ennuyer sur le commancement de ces troubles, et ayant
esté bien receu d'elle ainsy que toutjour, je luy ay faict ung
sommaire récit de la retrette de monsieur l'Admyral vers Montauban
assés en effroy, avec ce qui luy restoit de cavallerye; et comme les
communes, en passant, s'estoient eslevées contre luy, et avoient
assailly et deffaict aulcuns des siens aulx passaiges des rivières;
néantmoins qu'il avoit passé oultre jusques à la Garonne pour se
joindre aulx Viscomtes, qui estoient de dellà, ou leur donner moyen à
eulx de passer devers luy, ce qui n'importoit guières que l'ung ou
l'aultre advînt, car les deux forces ensemble n'estoient pour faire
grand effect; et que cependant vous estiez après à recouvrer les
places qu'il avoit occupées en Guyenne, dont la plus part s'estoient
desjà réduictes, ès quelles vous aviez faict uzer d'une si grande
clémence qu'il n'avoit esté touché ny à la vye ny à la personne d'ung
seul des habitans; et [que] meintennant vous estiez devant St. Jehan
d'Angely, là où ceulx de dedans avoient expérimenté la mesmes clémence
de Vostre Majesté par une capitulation la plus gracieuse qui se
pourroit ottroyer de nul prince à ses subjectz, laquelle néantmoins
ilz avoient contre leur foy et promesse, reffuzé despuys d'accomplir;
priant la dicte Dame vouloir prendre la peyne de la veoir; ce que tant
plus curieusement elle fit qu'elle desiroit sçavoir si vous leur aviés
concédé la liberté de leurs consciences. Et après l'avoir leue, je
suyviz à luy dire que, pour faire retourner le monde en son ordre
accoustumé de l'obéyssance deuhe aulx princes, avec quelques exemples
notables pour aprendre aulx subjectz de ne plus désobeyr, vous la
requériez, comme princesse souveraine, constituée entre les aultres
grandz princes de la terre sur cest ordre de commander, et comme ayant
grand intérest qu'il ne fût parverty, ains s'il l'estoit qu'il fût
fermement restably, qu'elle vous vollût sur la dicte capitulation
accorder deux choses;--l'une, de croyre fermement que Voz Majestez
Très Chrestiennes n'ont jamais eu que bonne et droicte intention à la
conservation de leurs subjectz, et au contraire que les aultres ne
l'ont heue ny bonne ny droicte envers l'obéyssance et subjection
qu'ilz vous doibvent;--la seconde que, de tant que par la force,
puysqu'aultrement ne pouviez, vous dellibériez recouvrer la dicte
obéyssance, et qu'à cest effect vous estiez en personne en vostre
camp, la dicte Dame vollût favoriser vostre juste entreprinse, et ne
donner aulcune assistance, secours ny faveur, ny permettre estre donné
par ses subjectz à ceulx qui ainsy s'opposent à vostre légitime
authorité; aultrement vous prendriez cella pour une manifeste
déclaration qu'elle ne vouldroit demeurer aulx bons termes de paix et
d'amytié envers vous, que vous desiriez de bon cueur persévérer envers
elle; et luy vouliez ainsy dire cella, Sire, à cause du Sr. de
Lombres, gentilhomme flamant, que je sçavois estre desjà venu, de la
part de ceulx de la Rochelle devers la dicte Dame, et qu'on m'avoit
dict que le frère de leur comte de Mensfelt y estoit aussi fort
secrectement arrivé, et qu'il se tenoit caché en une chambre à
Vuyndesor.

La dicte Dame me respondit que, avec le contantement qu'il vous
playsoit luy donner du récit de voz affaires, elle en recepvoit ung
aultre bien fort grand d'entendre qu'ilz alloient toutjours prospérant
de bien en mieulx; et que, pour vous satisfaire sur les deux choses
que je luy requérois, elle vouldroit qu'ung propos, que despuys
quelques jours elle avoit desiré me tenir y peust suffire: c'est
qu'elle protestoit envers Dieu et Voz Majestez Très Chrestiennes
qu'elle avoit fermement rejecté deux très véhémentes persuasions qu'on
s'estoit esforcé de luy donner; l'une d'entreprendre la deffance de
voz subjectz travaillez pour la religion, et l'aultre de nourrir et
foumanter la guerre en vostre royaulme, affin qu'elle ne passât au
sien; car n'avoit estimé que l'une ny l'aultre de ces deux praticques
peult convenir à son honneur ny à sa conscience, jugeant en son cueur
que Voz Majestez Très Chrestiennes n'avoient peu vouloir mal à leurs
subjectz, et que c'estoient plustost voz subjectz qui vous avoient
provoquez et irritez; lesquelz, nonobstant qu'on leur fît empeschement
en leur religion, debvoient, plustost que de mouvoir les armes, s'en
estre allez hors du royaulme; par quoy avoit reffuzé d'estre pour leur
cause, et n'avoit non plus desiré la continuation de la guerre en
vostre royaulme, ains d'y veoir de bon cueur une paciffication; et que
de leur envoyer meintennant du secours elle ne le feroit ny
permettroit à ses subjectz, sinon au péril de leurs testes, de le
faire; que mesmes, pour avoir la flotte de leurs vins esté ceste foys
bien trettée à Bourdeaulx, dont elle vous en remercyoit grandement,
elle avoit obtenu de ses merchantz qu'ilz continueroient dorsenavant
leurs trafficz au dict Bourdeaulx, ainsy qu'il vous playsoit le leur
offrir, et ne retourneroient plus à la Rochelle; et qu'elle estimeroit
les choses succitées en son pays du North estre advenues par juste
punition de Dieu, si elle n'avoit ainsy droictement procédé envers
vous, comme elle avoit [fait]. Une chose me vouloit tout librement
dire, qu'elle n'avoit reffuzé d'entendre fort volontiers à ce qui luy
avoit esté proposé pour résister aulx conseilz et entreprinses de
ceulx qui aspiroient à la généralle ruyne de ceulx de sa religion, et
que, quant il luy a apareu ou aparoistroit rien de cella, qu'on la
tînt hardyment pour toute déclairée et pour estre d'une partie si bien
faicte et si forte, qu'elle estimoit n'avoir à se doubter de rien, et
n'estoit marrye, sinon qu'il sembloit qu'on eust descouvert, par
aulcunes démonstrations de Voz Majestez, que vous y dressiez voz
entreprinses; de quoy ayantz beaulcoup souffert pour cella, vous
fussiez pour en souffrir encores davantaige.

Sur quoy j'ay à vous dire, Sire, qu'on m'a asseuré estre naguières
venu ung adviz à la dicte Dame, comme, despuys le retour du prince
d'Orange en Allemaigne, luy et sa femme ont tant sollicité les princes
protestans qu'ilz les ont faictz résouldre de se mouvoir toutz
conjoinctement pour ceste cause, et qu'ilz n'attendent plus que la
responce de la dicte Dame, dont je crains assés que le dict frère du
comte de Mensfelt et icelluy de Lombres, avec Quillegrey, ne soyent
bien tost dépeschez pour l'aller apporter; mais, affin d'empescher ou
retarder la matière, j'ay dict à la dicte Dame que Voz Majestez
avoient prins de fort bonne part ce qu'elle m'avoit prié vous escripre
du bon desir qu'elle avoit à la pacification des troubles de vostre
royaulme, et de se vouloir employer à mettre en avant quelque bon
expédiant pour cella, qui vous fût aultant agréable comme elle le vous
desiroit advantaigeux, et qu'avec le mercyement que vous luy faisiez
de sa bonne volonté, vous me commandiez luy dire que, quoy que voz
subjectz vous eussent extrêmement offancé, vous n'aviez jamais reffuzé
et ne reffuseriez encores de les recepvoir en vostre bonne grâce,
quant ilz s'y vouldroient retirer et se remettre en vostre obéyssance;
et ay adjouxté que, quant par l'exortation de la dicte Dame, ou meuz
de leur propre repentance, ce qui seroit encores mieulx, ilz
vouldroient retourner à ce debvoir, Voz Majestez Très Chrestiennes
promettoient de les y recepvoir avec toute l'humanité qui se pourroit
espérer de princes très clémentz et benings; au reste, que vous
n'aviez rien entendu des choses sucitées au North, quant mes gens ont
esté dépeschez, dont ne m'en aviez encores rien escript; mais je
m'asseurois que la preuve de vostre propre mal, et la désolation que
vous voyez devant voz yeulx de vostre propre royaulme par
l'opiniastreté d'aulcuns de voz subjectz, vous feroient estre marrys
que les sciens eussent suyvy leur exemple; dont, attendant que
m'eussiez commandé de faire là dessus de vostre part quelque bon
office envers elle, je ne voulois faillyr de luy offrir tout ce qu'en
vostre nom je pourroys servyr à la paix de son royaulme et à la
conservation de son authorité. Bien la suplioys ne prendre en mauvaise
part ce que j'entreprenoys de luy dire là dessus, que pour le peu de
compte qu'elle et les autres princes protestans avoient tenu
d'entendre à l'accord de la religion et à la réunyon de l'esglize de
Dieu, lorsque Voz Majestez Très Chrestiennes avoient procuré, au
commancement des troubles de vostre royaulme, qu'elle se fît par le
Concille de Trante, auquel elle et eulx avoient esté semons, qu'ilz
estoient cause que la division avoit despuys grandement travaillé la
France, et commançoyt de travailler meintennant l'Angleterre, et
seroit pour getter eulx mesmes de leurs estatz, s'ilz ne prènent
expédiant de retourner à l'unyon de l'esglize catholique, laquelle les
y recepvroit toutjours.

A quoy la dicte Dame avec grand affection m'a respondu qu'elle estoit
très ayse d'entendre une si bonne intention de Voz Majestez sur le
faict de voz subjectz, et que, si je luy pouvois donner quelque notice
de vostre desir en cella, qu'elle mettroit bonne peyne de les y faire
condescendre; que quant à l'entreprinse des siens ce n'estoit que
témérité, et qu'elle avoit layssé tout exprès déborder ces deux
comtes, sans s'oposer beaulcoup à eulx du commancement, pour
l'espérance de ce qui est despuys advenu, que eulx et toutz ceulx qui
les favorisent sont desjà bien fort laz de leurs follyes, et s'en vont
rompuz d'eulx mesmes; et si n'estoit pour son honneur qu'elle n'y
envoyeroit ung seul homme de guerre pour les deffaire, bien que, à
toutes advantures, elle y avoit desjà dépesché de si bonnes forces
que, dans quatre jours, elle espéroit en avoir sa rayson; et, quant à
cercher l'unyon de l'esglize, Dieu sçavoit qu'elle avoit souvent
envoyé devers l'Empereur pour l'en solliciter, et qu'elle ne s'y
randroit jamais opiniastre, mesmes avoit dict à monsieur le cardinal
de Chatillon que, quoyqu'on tînt en leur religion pour une grande
abomination d'aller à la messe, qu'elle aymeroit mieulx en avoir ouy
mille, que d'avoir esté cause de là moindre meschancetté d'ung million
qui s'estoient commises par ces troubles.

Au surplus, Sire, sur aulcunes grandes contrariétez, que nous avons
heues pour les affaires de la Royne d'Escoce, elle m'a promiz qu'elle
la feroit bien tretter, et luy feroit avoir toute honneste liberté; et
qu'aussi tost que ces troubles seroient ung peu passez, lesquelz
sembloient en partie estre suscitez pour l'amour d'elle, qu'elle
prendroit ung si bon et honneste expédiant en ses affaires que Voz
Majestez Très Chrestiennes en demeureriez raysonnablement
satisfaictes, et qu'elle n'estoit en termes de la dellivrer en aulcune
mauvaise sorte au comte de Mora, ny en lieu où ne fut bien asseurée de
son bon trettement, et de la seurté et liberté de la dicte Dame.

Quant aulx différandz des Pays Bas, la responce du duc d'Alve est
arrivée, et l'ambassadeur d'Espaigne est allé trouver le marquis de
Chetona pour adviser ensemble comme ilz pourront remettre en quelques
bons termes les choses de l'accord, mais n'ont grand espérance qu'ilz
le puyssent faire; et j'ay opinion que ceste Royne se résouldra
d'envoyer ung des siens en Espaigne, pour ne vouloir en façon du monde
entrer en aulcun tretté avec le duc d'Alve ny avec pas ung envoyé de
sa part.

Les nouvelles de ceulx du North seront en la lettre de la Royne, parce
que ceste cy est desjà trop longue, et je prieray Dieu, après avoir
très humblement baysé les mains de Vostre Majesté, qu'il vous doinct,
etc.

    De Londres ce XVIIe de décembre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, j'ay miz en la lettre du Roy le propos que m'a tenu la Royne
d'Angleterre, ceste dernière foys que je l'ay veue, affin que de ses
parolles présentes Vostre Majesté puisse faire quelque jugement de ce
qu'elle prétend ou desire à l'advenir; et, encor qu'elle monstre ne
s'estonner guières des mouvementz du North, et que bientost elle
espère les avoir remédiez, si est ce que, pour nulle aultre guerre,
qui ayt esté entreprinse en ce royaulme despuys cent ans en çà, l'on
n'a veu faire de si grandz aprestz, comme elle les ordonne pour ceste
cy, soit d'hommes, d'armes, d'argent, de vaysseaulx et de toutes
aultres monitions de guerre; et se manifeste assés qu'elle souspeçonne
bien fort le duc d'Alve estre de ceste intelligence; néantmoins ne se
plye pour cella davantaige à l'accord des différans des Pays Bas, ains
monstre ne vouloir en façon du monde estre menée par contraincte ou
rigueur; et mesmes, pour le regard de Voz Majestez Très Chrestiennes
ez choses que je luy ay proposées de la Rochelle et de la Royne
d'Escoce, elle a plus monstré de vous vouloir complaire pour la
recognoissance du bon trettement qu'avez faict donner à ses subjectz à
Bourdeaulx, que pour craincte qu'elle ayt qu'il luy puisse venir
aulcun mal si elle ne le faisoit, bien que je ne veulx rien inférer
pour cella, parce que le temps et l'occasion font souvent changer les
volontez.

Ceulx du North, à ce que j'entendz, ne sont plus que envyron six mil
hommes de pied et quinze centz chevaulx ensemble, mais on dict que
ceulx qui se sont retirez se sont allez rafreschir en leurs maysons
par ordonnances des comtes, pendant qu'avec le reste ilz poursuyvent
le siège de Castelbarne contre le sir Henry Boy, qui le soubstient
bravement; et cependant se sont saysys de Hartepoul, qui est une assés
bonne ville, où y a ung chasteau, qu'ilz ont aussi prins, et ung port
assez capable pour se pouvoir prévaloir de la mer.

Milor Herys ayant trouvé moyen de sortir soubz certaine capitulation
du chasteau de l'Islebourg, où il estoit prisonnier, a assemblé
envyron quinze centz chevaulx escouçoys sur la frontière pour se
joindre aus dicts deux comtes, mais dict [on] qu'ilz l'ont prié de ne
venir encores; et semble que les comtes d'Arguil, d'Honteley et
d'Hatil assemblent aussi gens contre le comte de Mora.

L'on dict que ceste Royne a faict expédier ung général pardon pour
toutz ceulx de ceste eslévation, qui se vouldront retirer, excepté les
comtes et dix aultres des chefz d'icelle; et que mesmes à iceulx elle
l'a faict offrir soubz main, lesquelz toutesfoys, tant chefz que
adhérans, ne l'ont en façon du monde vollu accepter; ains de nouveau
ont juré la poursuyte de leur entreprinse jusques à la mort. Dont pour
les aller rompre, la dicte Dame a faict marcher le comte de Vuarvich
avec quatre mil hommes, l'admyral Clinton avec aultres quatre mil, et
mandé au comte de Sussex se joindre à eulx avec trois mille, faisantz
en tout neuf mille hommes de pied et deux mille chevaulx, avec bon
nombre d'artillerye, et tient on en ceste court que la bataille se
donra dans quatre jours; mais aultres estiment que les dicts comtes ne
l'accepteront, ains, que pour estre leur armée moins empeschée
d'artillerye et de bagaiges que l'aultre, qu'ilz entreprendront de
courre le pays, et m'a l'on dict que le comte de Sussex a envoyé
suplier ceste Royne d'avoir agréable qu'il ayt la charge de ceste
entreprinse puysqu'elle se faict en son gouvernement, ne voulant que
le dict comte de Vuarvich, bien qu'il ayt titre de général, luy soit
préféré. Et par ce qu'on a raporté que le duc d'Alve avoit quatre ou
cinq mil hommes de pied ou de cheval en Zélande, desjà toutz prestz à
s'embarquer, avec artillerye, rouages, monitions et tout aultre
équipage de guerre, la dicte Dame a ordonné mettre encores promptement
quatre de ses grandz navyres en mer, avec les trois qui y sont, pour
tenir le Pas de Callais, et en faict tenir aultres deux sur le port de
Arthepoul, affin que les comtes ne puissent envoyer ni recepvoir
aulcun messaige par la dicte mer.

La dicte Dame m'a faict veoir une plaincte d'aulcuns de ses subjectz,
lesquelz retournans de Bourdeaulx avec quatre navyres chargés de vins,
ont esté prins et arrestez à Blevet en Bretaigne, de quoy elle et
ceulx de son conseil m'ont fort prié de vouloir très instantment
requérir Vostre Majesté de les faire délivrer, et d'enjoindre bien
expressément à ceulx de Roan de faire la mainlevée des biens des
Anglois, comme elle a esté promise; dont, de ma part, j'en suplie très
humblement Vostre Majesté, à laquelle, baysant en cest endroict très
humblement les mains, je prieray dévottement le Créateur qu'il vous
doinct, etc.

    De Londres ce XVIIe de décembre 1569.



LXXIXe DÉPESCHE

--du XXIe de décembre 1569.--

(_Envoyée par homme exprès, en la compagnie du marquis de Chetona,
jusques à Calais._)

  Demandes de secours en argent, vivres et munitions faites par les
    députés de la reine de Navarre.--Efforts de l'ambassadeur pour
    faire échouer leur négociation.--Nouvelle protestation
    d'Élisabeth, qu'elle ne fournira aucun secours, et qu'elle ne
    permettra qu'il en soit donné aucun d'Angleterre.--Mission du
    jeune comte de Mansfeld.--Ses conférences avec Élisabeth et sir
    William Cecil.--Voyage qu'il a fait en Allemagne pour hâter le
    départ du duc Casimir.--Confiance de la reine dans la prompte
    répression de la révolte du Nord.--Elle se montre entièrement
    rassurée au sujet des armements ordonnés par le duc
    d'Albe.--Efforts du Sr. Ciapino Vitelli pour renouer les
    négociations, malgré les insultes de tout genre qui lui sont
    faites.--Interpellation adressée au duc de Norfolk sur ses
    relations avec les seigneurs du Nord.--Protestation faite par
    le duc, qu'il n'a jamais eu aucune intelligence avec les
    révoltés; qu'il n'a jamais songé à son mariage avec Marie
    Stuart que sous le bon plaisir de la reine, mais qu'il ne
    prendra aucun engagement pour une nouvelle union avant d'avoir
    recouvré sa liberté.--Refus est fait de lui accorder son hôtel
    pour prison.--On montre plus de bienveillance envers lui ainsi
    qu'envers la reine d'Écosse.--Crainte de l'ambassadeur qu'il
    n'ait été délivré de l'argent au jeune comte de Mansfeld.--Son
    opinion, que la révolte du Nord est loin d'être apaisée;--que
    l'on doit conserver l'espoir du rétablissement de Marie Stuart
    en Écosse;--et que le duc de Norfolk serait rendu à la liberté
    s'il voulait renoncer à son mariage avec cette reine.--Nouvelle
    que les révoltés du Nord se sont emparés de
    Castelbar.--Résolution prise subitement par le Sr. Ciapino
    Vitelli, de quitter l'Angleterre.


    AU ROY.

Sire, je n'ay plustost entendu que quelques ungs estoient venuz de la
Rochelle, que je n'aye incontinent préveu qu'ilz estoient envoyez pour
recouvrer de l'argent, et des blez, et des pouldres de ce royaulme,
ainsy que j'entendz qu'ilz font à présent bien fort grande instance
d'en avoir; mais j'ay mis peyne de préoccuper la Royne d'Angleterre,
premier qu'ilz ayent parlé à elle, de me promettre qu'elle ne leur
baillera, ny souffrira que ses subjectz leur baillent, aulcunes
provisions ny secours, luy ayant protesté de l'infraction d'amytié, si
elle le faisoit ou le permettoit; de quoy elle m'a donné la parolle
que je vous ay desjà escripte le XVIe de ce moys, et croy qu'à grand
difficulté tireront ilz d'elle, ny encores ouvertement de ses
subjectz, rien de cella. Bien pourra estre que par l'employte
d'aulcuns merchantz, soubz colleur d'aultres trettes qui sont desjà
expédiées pour porter des bledz en Portugal, ou bien par quelques ungs
désadvouhez, ilz en pourront estre accommodez de quelque partie, mais
plus habondamment, à mon adviz, les en forniront de Hendem le Sr.
Dolovyn et le bastard de Briderode, devers lesquelz le Sr. de Lombres,
et ung nommé Tafin, toutz deux Flamans, qui demeurent icy pour ceste
négociation, ont à cest effect desjà envoyé home exprès.

Et le frère du comte de Mensfelt, qui estoit arrivé avecques eulx,
après qu'à diverses foys il a heu tretté bien longuement, et fort
secrectement avec ceste Royne et avec le secrétaire Cecille, il a esté
expédié pour passer en Allemaigne; et, par des propos qu'il a tenuz à
Vuyndesor et en ceste ville, semble qu'il ayt opinion de trouver le
duc de Cazimir assez prest de marcher avec cinq mil reytres et huict
mil lansquenetz, et que sa commission soit avec le prince d'Orange de
haster le dict duc de Cazimir et de solliciter à ceste entreprinse de
France les aultres princes protestans.

Quillegrey ne part en sa compaignye, et croy qu'on le réserve pour
l'envoyer après, sellon qu'on verra que les affaires du North se
porteront; desquelz semble qu'on faict desjà prendre une bien fort
bonne espérance à ceste princesse, luy donnant entendre que les deux
comtes, ne s'asseurans plus de leur trouppe, proposent desjà de
gaigner la mer pour se retirer en France ou en Flandres, et que ceulx
qui les ont suyviz monstrent de vouloir accepter le pardon de la dicte
Dame. Et tant pour cella, que pour se trouver la dicte Dame
aulcunement délivrée du doubte, qu'elle avoit du duc d'Alve, elle a
contremandé de ne mettre en mer les sept grandz navyres, qu'elle avoit
ordonnez sortir du premier jour; car a entendu que l'armement, que le
dict duc prépare en Zélande, ne peult estre prest de quatre moys,
pendant lesquelz elle espargnera la despence des dictz navyres, et
aussi, qu'estant la responce, qu'on attandoit du dict duc d'Alve
touchant les différantz des Pays Bas, arrivée, le marquis de Chetona,
à qui l'on avoit desjà assés indignement donné congé, en faisant
semblant, à ceste heure, de le demander à la dicte Dame pour s'en
retourner, il luy a faict tant d'honnestes et gracieuses offres qu'il
a monstré ne vouloir rien moins que le prendre ny que interrompre la
conférance de l'accord; et elle, qui n'a peu user là dessus que de
bonnes parolles, luy en a donné des meilleures qu'elle a peu touchant
le desir qu'elle dict avoir de contanter le Roy d'Espaigne, de sorte
que le dict marquis est encores demeuré pour essayer de remettre en
termes la dicte conférance.

Je ne sçay que juger là dessus, pour la grande incertitude et variété
qui se veoyt ordinairement au conseil de ceste princesse, si n'est
qu'il ne sera mal aysé de trouver ung expédiant de paix entre deux,
qui ne veulent rien tant évitter que la guerre.

J'entendz que, despuys deux jours, l'on a faict interroger le duc de
Norfolc sur l'entreprinse de ceulx du North, et sur le mariage de la
Royne d'Escoce, et sur le propos d'ung aultre mariage pour le faire
despartir d'estuy là; et qu'il a respondu n'avoir jamais heu aulcune
communication avec ceulx du North, ny prétandu à la Royne d'Escoce que
pour le bien de la Royne, sa Mestresse, et de son royaulme, et qu'il
n'est dellibéré d'entendre à nul aultre nouveau propos de mariage,
qu'il ne soit en liberté; dont, se sentant fort ignocent de tout
cella, a envoyé suplier la dicte Dame de le vouloir faire eslargir, ou
aulmoins luy ordonner sa mayson, qu'il a en ceste ville, pour prison,
ce qu'elle ne luy a encores accordé, mais bien luy faict faire plus
gracieulx trettement dans la Tour; et à la Royne d'Escoce, encore que
son courroux ne soit, du tout, bien passé contre elle, ne luy faict
toutesfoys user d'aultre rigueur meintennant, que de la faire observer
de prez par les comtes de Cherosbery et Huntington qu'elle n'ayt
aulcune communication avec ceulx du North, et qu'elle [ne] puysse
escripre ou recepvoir aulcunes lettres du dict duc de Norfolc. Je
bayse très humblement les mains de Vostre Majesté, et prie Dieu qu'il
vous doinct, etc.

    De Londres ce XXIe de décembre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, sur ce que j'escriptz en la lettre du Roy de l'instance que
font ceulx de la Rochelle pour tirer des rafreschissemens de ce
royaulme, je m'opposeray aultant qu'il me sera possible qu'ilz n'en
ayent, et croy que je leur y feray trouver assés de difficultez; mais,
quant à ce qui peult succéder du passaige du jeune comte de Mensfelt
en Allemaigne, Vostre Majesté y fera, s'il luy playt, prendre garde de
dellà, car je n'y puys rien plus veoir d'icy, sinon qu'il s'y feyt
quelque advance d'une partie de ces deniers, qu'on continue toutz les
jours mettre ez mains de Me. Grassan, qui montent desjà plus de quatre
centz mil escuz, de quoy j'ay bien grand souspeçon, parce que
l'argent, qu'on a à distribuer dans ce royaulme, se mect ordinairement
ez mains des trésoriers et recepveurs, et non ez mains des facteurs ou
merchantz. Toutesfoys je n'ay entendu qu'il y ayt mandement d'aulcune
nouvelle somme encores expédiée pour Allemaigne.

Des différantz des Pays Bas, il semble qu'on y procède, des deux
costez, avec très grande deffiance; sçavoir, les ungs, de n'espérer
tirer une digne satisfaction ny des biens déprédez, ny de l'offance
receue; et les aultres, de ne se pouvoir, après qu'ilz l'auroient
faicte, aulcunement asseurer de la paix. Je ne sçay si, après une si
manifeste ropture qu'il y a heu en la conférance, les choses se
remettront à ceste heure en meilleurs termes par la reprise que le
marquis de Chetona en a faicte, ce qui se verra en peu de jours.

Touchant les affaires du North, j'ay opinion qu'on les faict plus
petitz et moins dangereux à la Royne d'Angleterre qu'ilz ne sont, car
j'entendz que les eslevez ne monstrent aulcun signe de repentance ny
de craincte, et qu'ilz procèdent avec grand asseurance, et par bon
ordre, et en grand confiance d'ung bon succez de leur entreprinse.

Les choses de la Royne d'Escoce demeurent en suspens, et bien qu'on
luy attribue la principalle occasion de ces troubles, l'on n'estime
toutesfoys que ce soit proprement elle qui les ayt succitez, mais que
ce sont ceulx, qui ont cogneu les tortz qu'on luy faisoit, qui se sont
ainsy meuz d'eulx mesmes pour les remédier. Et de tant que la Royne
d'Angleterre, en son cueur, ne luy veult ny luy peult vouloir mal, et
que l'auctorité de ses ennemys (si n'estoit ce, qu'ilz proposent
quelque aparance de bien et de repoz pour ce royaulme par la détention
de la dicte Dame), n'aproche de celle de ses amys et serviteurs, je ne
puys encores désespérer de l'yssue de ses affaires, et croy que, pour
l'honneur et respect de Voz Majestez, l'on n'usera au moins
dorsenavant que dignement en l'endroict de sa personne.

Et quant à la prison du duc de Norfolc, elle luy sera, à mon adviz,
plus longue pour ne se vouloir librement despartyr du mariage de la
dicte Royne d'Escoce, bien que, ez aultres choses, ceste grande
obéyssance d'estre venu au mandement de la Royne, sa Mestresse, et
d'avoir quasi voluntairement accepté la prison pour la contanter, luy
sert d'une grande justiffication envers elle, et la rend elle moins
offancée envers luy. Tant y a qu'il se cognoist que des choses du
North ont à sortir les principalles déterminations de toutz ses
affaires, et de la plus part des aultres qui sont à présent en ce
royaulme. Je bayse très humblement les mains de Vostre Majesté et prie
Dieu qu'il vous doinct, Madame, en parfaite santé, très longue vie et
toute la prospérité que vous desire.

    De Londres ce XXIe de décembre 1569.


    _Par postille à la lettre précédente._

Despuys la présente escripte, est venu nouvelles que ceulx du North
ont prins Castelbarne, lequel ilz tenoient assiégé, et je viens
d'entendre que, pour aulcunes occasions survenues despuys hyer, le
marquis de Chetona a prins résoluement son congé.



LXXXe DÉPESCHE

--du XXVIIe jour de décembre 1569.--

(_Envoyée exprès jusques à la Court par le Sr. de Vassal._)

  Nouvelles importantes du Nord.--Force des révoltés et situation
    de leurs affaires après la prise de Castelbar.--Le comte de
    Warwick attend, pour les attaquer, les renforts qui lui sont
    promis.--Tout se prépare pour une bataille décisive.--Rappel à
    la cour du comte de Pembroke, à qui toute faveur et autorité
    sont rendues.--Espoir qu'il fera mettre le duc de Norfolk en
    liberté.--Audience de congé a été accordée au Sr. Ciapino
    Vitelli, avant son départ.--Mission donnée en Allemagne par
    Élisabeth au jeune comte de Mansfeld.--Soupçon qu'il a été
    chargé de traiter de la levée de deux mille
    reitres.--Réclamations de l'ambassadeur à raison de diverses
    sommes qui lui sont dues.--Plaintes qu'il adresse à la
    reine-mère au sujet des promesses qui lui avaient été faites et
    qui sont restées oubliées.--_Lettre secrète_ pour la
    reine-mère.--Vive recommandation de l'ambassadeur pour que le
    plus profond secret soit gardé sur les communications
    confidentielles contenues dans le second mémoire joint à la
    dépêche.--_Premier mémoire._--Détails sur les affaires du Nord
    depuis la prise d'armes.--Motifs qui ont empêché les comtes de
    Northumberland et de Westmoreland de mettre à exécution leur
    entreprise aussi complètement qu'ils le désiraient.--Nécessité
    où ils se sont trouvés de devancer l'époque fixée pour la prise
    d'armes.--Succès qu'ils ont obtenus.--Appui qu'ils doivent
    espérer dans toutes les provinces du royaume.--Craintes
    d'Élisabeth, que plusieurs des seigneurs les plus influents de
    la cour, qui sont auprès d'elle, ne soient d'intelligence avec
    les révoltés.--Instances faites auprès du duc de Norfolk pour
    qu'il renonce à épouser la reine d'Écosse.--_Mémoire
    confidentiel._--Sollicitations faites auprès de l'ambassadeur
    par les comtes de Northumberland et de Westmoreland, pour que
    le roi leur donne un secours d'argent, qui doit être remis à
    Calais ou à Boulogne.--Confiance qu'ils ont eue, en prenant les
    armes, dans l'appui de la France et de l'Espagne.--Grandes
    promesses qui leur ont été faites par l'Espagne avant la prise
    d'armes.--Refus de les accomplir, depuis qu'ils sont entrés en
    campagne.--Conditions que veulent imposer les Espagnols.--Ils
    exigent que la reine d'Écosse épouse don Juan, et lui fasse la
    cession du droit qu'elle prétend à la couronne
    d'Angleterre.--Avis qui a été donné secrètement de Londres par
    le Sr. Ciapino Vitelli, au duc d'Albe, d'agir sur-le-champ
    comme si la guerre était déclarée.--Démarches faites auprès du
    duc d'Albe par les comtes de Northumberland et de
    Westmoreland.--_Déclaration de ceux du Nord_ qu'ils prennent
    les armes pour la religion;--pour assurer la succession au
    trône d'Angleterre après la reine;--et pour chasser les
    nouveaux parvenus qui se sont emparés du pouvoir.--_Seconde
    lettre au roi._--Félicitations de l'ambassadeur pour la prise
    de Saint-Jean-d'Angely, et les offres de soumission faites par
    le prince de Navarre, le prince de Condé et l'amiral de
    Coligni.--Nouvelles qui viennent de lui être transmises par la
    reine d'Angleterre sur les affaires du Nord.--Division qui
    aurait éclaté entre les comtes de Northumberland et de
    Westmoreland.--Ils se seraient séparés, abandonnant leur
    infanterie et leur artillerie.--Les troupes de la reine se sont
    mises à leur poursuite.--Secours offerts à Élisabeth par le
    comte de Murray.--Incertitude de ces nouvelles.


    AU ROY.

Sire, après que ceulx du North ont heu prins Castelbarne, ville et
chasteau, qui n'ont tenu que huict jours par faulte de vivres, le
comte de Vuesmerland a miz dedans une bonne garnyson et force vivres,
avec dellibération de tenir la place, et le comte de Northomberland
s'en est retourné à Arthelpoul pour y continuer, avec grand
dilligence, la fortiffication qu'il y faict faire. Me. Northon est
pour eulx en la ville de Durem, et d'aultres de leurs principaulx
adhérans sont en d'aultres villes et chasteaulx ez envyrons. Ilz ont
logé le principal de leur armée entre le dict Castelbarne et
Arthelpoul, et ez villaiges qui sont le long d'une rivière tirant vers
Yorc, de laquelle ilz ont faict rompre les pontz et les passaiges, et
se résolvent, à ce qu'on dict, de donner la bataille, si l'armée de la
Royne d'Angleterre entreprend de la passer. J'entendz que le comte de
Vuarvich a escript qu'ilz sont quinze mille hommes de pied, non toutz
bien armez, et deux mil chevaulx en fort bon équipage, et qu'il ne
s'estime encores assez fort pour les combattre; néantmoins prie la
Royne et ceulx du conseil de luy mander résoluement si, avec les huict
ou neuf mil hommes et dix huict centz à deux mil chevaulx qu'il peult
desjà avoir avecques luy, il entreprendra de passer la susdicte
rivière sur eulx. A quoy semble qu'on luy ayt respondu que, du premier
jour, l'on luy envoyera de renfort les gens du Queint, que milor Coban
a levez, et ceulx de Sommercet, qui sont de la charge du comte de
Pembrot, et qu'aussitost qu'il les aura receuz, qu'il ne temporise
plus d'aller rencontrer les dictz ennemys. Par ainsy semble qu'on se
prépare, d'ung costé et d'aultre, à la bataille.

Le comte de Pembrot a esté mandé pour retourner, avec toute faveur et
auctorité, à la court; et par luy s'espère que la réconcilliation du
duc de Norfolc se fera, et qu'il pourra estre miz en liberté.

Ces jours passez, ung consul, de la nation espaignolle, de Bruges,
soubz tiltre de courrier, est passé de deçà avec pacquetz et lettres
pour le marquis de Chetona, lequel ayant esté recogneu a esté arresté
et miz ez mains de Me. Marso, gouverneur des merchantz, mais les
lettres principalles ont esté randues au dict marquis; lequel, pour
son regard, et la Royne d'Angleterre, pour le sien, n'ont estimé que
sa plus longue demeure par deçà peult estre de quelque utillité, dont
est allé prendre publicquement congé de la dicte Dame, sans s'arrester
à certaine aultre façon de congé moins digne, qu'on luy avoit donné
auparavant; et luy a le comte de Lestre faict ung présent de deux
beaulx guilledins. Je ne sçay encores si sur l'embarquement il luy
sera faict aultre présent de la part de la Royne, mais l'on a estimé
qu'il le reffuzera.

J'entendz que la dicte Dame a fort gracieusement expédié le jeune
comte de Mensfelt, et qu'elle luy a faict donner mil escuz, desquelz
semble qu'il eust bien fort grand besoing, et a escript par luy
amplement aulx princes d'Allemaigne; mesmes quelcun m'a dict qu'il
emportoit une lettre de crédict pour faire fornyr quelque somme par
dellà, mais ne sçay encores à quelles fins, bien m'a l'on donné
entendre que c'est pour lever deux mil reytres pour la dicte Dame,
mais n'ay encores certitude de cella.

La Royne d'Escoce vous escript, et vous envoye ung sien gentilhomme
exprès pour vous compter ses nouvelles. J'ay si amplement instruict de
toutes aultres choses de deçà le Sr. de Vassal, présent pourteur, que
vous supliant très humblement, Sire, de le croyre, je n'adjouxteray
rien plus icy qu'une bien dévotte prière à Dieu, après avoir très
humblement baysé les mains de Vostre Majesté, qu'il vous doinct, en
parfaite santé, très longue vie et toute la prospérité que vous
desire.

    De Londres ce XXVIIe de décembre 1569.


    A LA ROYNE.

Madame, vous ayant par le Sr. de Sabran, le XXVe du passé, et despuys,
par cinq dépesches du dernier d'icelluy et du cinquiesme, dixiesme,
séziesme et vingt uniesme du présent, faict toutjour entendre les
adviz que j'ay heu de l'eslévation du North; de la praticque que ceulx
de la Rochelle ont envoyé faire icy par le jeune comte de Mensfelt et
le Sr. de Lombres; de la négociation du marquis de Chetona sur les
différandz des Pays Bas; de la ferme opposition de la Royne
d'Angleterre au mariage de la Royne d'Escoce, pour l'occasion duquel
et du souspeçon qu'on a heu d'elle sur les choses du North, l'on l'a
transportée et resserrée davantaige; pareillement de la prison du duc
de Norfolc, et des aultres mouvementz, préparatifz et apareilz de ce
Royaulme; Vostre Majesté verra meintennant par la lettre du Roy, et
entendra par le Sr. de Vassal, présent pourteur, et par les mémoires
et instructions que je luy ay donnez, tout ce qui a succédé despuys,
et en quoy en sont à présent les choses, ez quelles j'ay miz peyne,
Madame, de suyvre, du plus prez que j'ay peu, ce que j'ay estimé estre
de vostre intention; et loue Dieu que, à quoy qu'elles soyent
meintennant devenues, la Royne d'Angleterre ne demeure que bien
disposée envers Voz Très Chrestiennes Majestez, et monstre vous
vouloir grandement complaire, sinon en ce que je la presse de la Royne
d'Escosse, sur les affaires[22] [de la quelle] elle m'a dict qu'elle
vous avoit fait entendre ses ra[isons] par son ambassadeur et qu'elle
estoit toute esbahye [de n'en] avoir encores responce; mesmes, l'on
m'a asseuré qu'en plusieurs choses elle deffend fermement contre
aulcuns mal intentionnez de son conseil le salut et la vie de la dicte
Dame, et nous faict l'on acroyre qu'avec le temps elle nous donra de
meilleures et plus certaines responces pour elle que [nous n'en] avons
heu jusques icy.

  [22] Dans cette page du MS. et les deux suivantes, le bord du
  feuillet se trouvant rongé, il manque quelques mots qu'il a été
  facile de rétablir.

La dicte Royne d'Escoce vous escript, et vous envoye exprès le Sr. de
Gardelle pour vous compter de ses affaires, et vous requérir quelque
bonne pourvoyance sur iceulx; et m'ayant prié de les vous recorder,
j'ay baillé au dict de Vassal sa mesmes lettre[23] affin qu'il vous
playse prendre la peyne de la veoyr.

  [23] Cette lettre n'a point été transcrite sur le registre.

Et me remettant à luy de toutes aultres particullaritez de deçà, sur
lesquelles je vous suplie, Madame, le vouloir ouyr et luy donner foy,
le surplus de la présente sera pour très humblement me ramentevoir à
Vostre Majesté pour le payement de mes gaiges de la chambre et de la
pencion de XII{c} {lt}, qu'il vous a pleu m'ordonner, à ce qu'il vous
playse commander, Madame, que la moictié de la pencion qui me reste de
ceste année, jà escheue (1569), et les gaiges de la dicte mesmes
année, et la moictié de ceulx de la précédante, despuys que suys en
ceste charge, me soyent payez, qui est en tout quinze centz livres,
tant de la pencion que de la chambre, et ordonner que, pour les
aultres suyvantes, je soys miz au rolle des assignez et payé, affin de
n'en importuner plus Vostre Majesté. Ce que j'espère, Madame, que ne
me vouldrez reffuzer, veu que je n'ay ny n'ay heu jamais aultre estat
ny bienfaict de Voz Majestez, et qu'il vous peult souvenir qu'il a
tantost dix ans qu'avez heu desir et intention de me faire du bien,
pour m'avoir veu auparavant longuement servyr, et néantmoins j'ay
toutjour despuys continué le service, et vostre bienfaict n'est
encores venu; mais j'espère en la grande bonté et vertu de Vostre
Majesté que là, où à tant d'aultres vous avez faict recepvoir
honneurs, récompences et advancement de leurs services, vous ne me
ferez demeurer seul confuz d'honte et de paouvretté, pour ceulx que,
avec toute dilligence et affection, vous sçavez, Madame, que j'ay très
fidellement faictz à Voz Majestez; et, je prieray Dieu, après avoir
très humblement baysé les mains de Vostre Majesté, qu'il vous doinct,
etc.

    De Londres ce XXVIIe de décembre 1569.


AULTRE LETTRE A PART A LA ROYNE.

=Chiffre.=--[Madame, affin que le Roy et Vous et Monseigneur soyez
advertys d'aulcunes choses, qui sont d'assés de moment pour celles de
vostre service, et regardent beaulcoup le présent estat, et celluy
d'advenir, de vostre grandeur, et peuvent encores vous servyr pour
demeurer auculnement advisez en vous mesmes sur ce que, à mon adviz,
l'on vous requerra, je vous suplie très humblement, Madame, ouyr à
part et donner foy à ce mien gentilhomme, le Sr. de Vassal, et me
commander par luy comme, sellon vostre intention, j'aurai à me
conduyre en ce qui pourra eschoir à ma présente charge; et [que vous
ne] preignez, Madame, à desplaysir si très humblement, et [au nom] de
Dieu, je vous suplie que le propos n'aille plus avant que à Voz
Majestez et à Mon dict Seigneur vostre filz, sellon que j'ay obligé ma
foy et ma conscience de ne le reveller qu'à vous trois dellà la mer;
et je suplieray le Créateur, après avoir très humblement baysé les
mains à Vostre Majesté, qu'il vous doinct, etc.

    De Londres ce XXVIIe de décembre 1569.


Avec le propos principal, je luy en ay commis d'aultres, pour dire
aussi à part à Vostre Majesté.]


MÉMOIRE.

Il a semblé que l'entreprinse des comtes de Northomberland et
Vuesmerland leur deubt torner à malle fin par ce qu'ayant, du
commancement, proposé de marcher jusques à Londres, et de mettre la
Royne d'Escoce en liberté, et de se saysir des villes de Yorc et de
Neufcastel, avec grand espérance que, aussitost qu'ilz se seroient
monstrez en campaigne, ung milion de catholiques se lèveroient, et les
grandz qui sont de leur intelligence s'yroient joindre à eulx, ou au
moins leur envoyeroient de leurs forces, ou argent, ou quelque [autre
secours], rien de tout cella ne leur a réuscy.

Ains, ayantz assés soubdainement marché trente mil oultre la ville
d'Yorc, la Royne d'Escoce a esté incontinent transportée, et, encor
que le peuple les ayt suyviz, nul des seigneurs n'a [pareu], ny bougé,
ny envoyé devers eulx; dont, ne se sentans avoir assés d'argent pour
conduyre leur troupe jusques à Londres [parce que ilz] ne vouloient
vivre sur le peuple, ny de pou[voir occuper] ceste ville incontinent
qu'ilz y seroient arrivez [parce que elle est] puyssante et bien
fornye d'armes, et où ilz [n'espéroient] qu'il se fît aulcun mouvement
pour eulx, ilz s'en [allèrent] vers Yorc, où ilz aproffitèrent encores
moins parce que [estant] la ville, par la dilligence du comte de
Sussex, bien pourveue de gens de guerre; ilz furent contrainctz de
rapasser vers le quartier d'où ilz estoient venuz.

Et parce que une partie de leur troupe se retira [lors] et que les
comtes, avec le reste, s'acheminèrent vers le pays de Blacmur, qui est
marescageux et sur la mer, l'on eust opinion qu'ilz s'en alloient
rompuz d'eulx mesmes, et que les principaulx se venoient saulver sur
quelques navyres en France ou en Flandres, dont la Royne d'Angleterre
et ceulx de son conseil diminuèrent de moictié l'ordre des apareils
qu'ilz avoient faict pour les aller deffaire.

Mais semble que, despuys, l'on a bien cogneu que leur retrette
n'estoit advenue que par ce seulement que les aultres seigneurs
catholiques, de leur intelligence, ne leur avoient aulcunement
correspondu, s'excusantz, à ce qu'on dict, [sur ce] que l'entreprinse
avoit esté hors de temps et beaulcoup plustost commancée qu'il
n'estoit convenu entre eulx, ce que les dictz comtes semblent
advouher, mais que, voyantz l'instante sommation qu'on leur faisoit de
se représenter en court, et que, à faulte de comparoir, ung simple
sergent les fût allez prendre, l'ung après l'aultre, en leurs maysons,
ainsy qu'ilz sçavent très bien que les commissions en estoient desjà
expédiées, ils avoient esté contraintz d'ainsy soubdain recourir aulx
armes et se mettre en campaigne.

Dont, ayantz, à ceste heure, donné quelque fondement à leur
entreprinse, et monstrantz de vouloir attendre le temps et la
commodité des aultres, il se cognoist que leurs troupes ne se sont
séparées d'eulx, ny ilz n'ont prins le chemin vers la mer, pour
aulcunement habandonner leur dicte entreprinse, ny pour s'enfouyr hors
du pays; ains que ceulx, qui se sont retirez, sont allez, par leur
congé, se retirer en leurs maysons, pour estre prestz quant ilz les
manderont, et eulx, avec le reste, sont allez saysir cependant la
ville, le chasteau et le port de Hartepoul, qui sont très oportuns
lieux par la terre, et fort commodes pour s'ayder de la mer; et ont
assiégé la ville et chasteau de Castelbarne, lesquelz, nonobstant que
les comtes de Vuarvich, de Sussex et admyral Clinton ayent faict
semblant de se mettre aulx champs pour les secourir, ilz n'y ont
aproché, et les ont layssé prendre par composition (bagues saulves,
aultant que chacun soldat sur soy, et Henry Boy, le capitaine, sur ung
cheval seulement, en ont peu emporter); qui est une place assez forte,
et où les dicts comtes ont trouvé de l'artillerye, des armes, des
pouldres, et veult on dire aussi beaulcoup d'argent et de richesses.

L'on estime que le nombre d'hommes d'effect, de quoy iceulx comtes
peuvent faire estat pour ung combat, sellon leurs rolles, est de vingt
mil, comprins quinze centz Escouçois à cheval, que milord de Humes
tient toutz prestz à leur dévotion sur la frontière, et qu'ilz se
résolvent de donner la bataille, si l'armée [de] ceste Royne marche
guières plus en avant, et s'entend que les dictz comtes ont mandé
plusieurs parolles de deffy aulx chefz d'icelle, mesmement au comte de
Vuarvich.

L'on commance à cognoistre qu'ilz procèdent d'une plus grande
asseurance et plus grande confiance qu'on ne cuydoit, et que,
demeurantz ainsy fermes ez lieux qu'ilz ont gaignez, et les
fortiffians comme ilz font, qu'ilz sentent ung grand apuy dans le
royaulme, et qu'ilz espèrent quelque bon secours de dehors, dont ceste
Royne souspeçonne plus que jamais le duc d'Alve; et peult estre qu'à
ceste occasion, elle s'estoit advisée d'arrester quelques jours
encores le marquis de Chetona et sa troupe, qui est belle et grande,
affin qu'ilz luy servissent comme d'ostages par deçà, mais le dict
marquis s'est enfin déterminé de prendre résoluement son congé.

L'armée de la dicte Dame a desjà marché vers les ennemys, soubz le
comte de Vuarvich, assisté des comtes de Sussex et admyral Clynton,
toute en bonne équipage d'armes, d'artillerye et de monitions, et
s'espéroit en ceste cour que la bataille se donroit jeudy dernier;
mais, encores qu'on ayt assés accoustumé en ce royaulme de ne la
temporiser, néantmoins aulcuns ont opinion qu'on ne l'azardera.

Et parce que les dictz comtes ont publié ung escript, lequel translaté
d'anglois en françoys, contient ce qui se veoyt par icellui, la dicte
Royne et ceulx de son conseil sont entrez en nouvelles [craintes] des
seigneurs qui y sont dénommés, lesquelz l'on a dilligemment
[recherchés] là dessus, mais pour ce que le duc de Norfolc ne s'est en
[ses] responces tant exaspéré contre les dictz comtes et leurs
[adhérans] comme ont faict les comtes d'Arondel et de Pembrot, l'on a
extraict certains articles du [dict escript et] d'aultres du faict
d'entre la Royne d'Escoce et luy, [sur lesquels] l'on l'a, de rechef,
curieusement interrogé, avec pl[us grand instance] pour luy faire
quicter la Royne d'Escoce, luy donnant en[tendre] qu'aussi bien a elle
escript de ne le vouloir aulcunement es[pouser], et qu'il se trouvera
bien ung aultre party pour luy qui sera [approuvé] de la Royne, sa
Mestresse, et par le moyen duquel il recouvrera sa liberté, car aussi
ne trouve l'on qu'il soit chargé d'aulcune c[hose] que du dict
mariage; dont, pour l'ennuy de la pryson, il a esté en grand [danger]
de se laysser aller à ceste persuasion et habandonner la Royne
[d'Escoce].

Mais j'entendz que, sellon les bons admonestemens et conseilz qu'on
luy a administrez, il a en fin sagement respondu, que touchant ceulx
du North, il n'a jamais heu communication de leur entreprinse, et à
quiconques vouldra dire aultrement il luy maintiendra qu'il a menty;
et quant à ce qu'ilz ont allégué qu'il a tenu certain propos de la
succession de ceste couronne, que, à la vérité, il en a parlé souvant,
mais toutjours sellon les bons termes qui en furent proposez et
débattuz au dernier parlement; que, du mariage de la Royne d'Escoce,
il n'y a jamais prétandu sinon pour servir au bien de la Royne, sa
Mestresse, et à celluy de son royaulme; et, quant elle a monstré ne le
trouver bon, qu'il s'en est despourté; qu'il ne faict doubte que la
Royne d'Escoce n'ayt faict le mesmes, quant la Royne d'Angleterre luy
a faict cognoistre le courroux qu'elle en avoit, et qu'il sera
toutjour plus ayse de se maryer au gré de la dicte Dame que contre sa
volonté; mais qu'il ne dellibère en façon du monde entendre à nul
party qu'il ne soit en liberté.


SEGOND MÉMOIRE.

=Chiffre.=--[Ayant les deux comtes du North, et ceulx qui les suyvent,
prins les armes pour restablyr la relligion catholique en Angleterre,
et pour mettre la Royne d'Escoce en liberté, et à icelle conserver la
succession de ceste couronne, et pour s'opposer à ceulx qui, abusantz
de l'auctorité qu'ilz ont prèz de la Royne d'Angleterre, l'employent à
travailler les subjectz du royaulme et offancer les princes
estrangiers, ilz ont espéré que, par mon moyen et de celluy de
l'ambassadeur d'Espaigne, ilz seroient secouruz de nos deux Maistres,
comme de deux grandz princes, intéressez en leur entreprinse.

Dont, pour icelle continuer, ilz nous ont faict remonstrer que, pour
le présent, ilz se trouvent assés fortz de gens, mais qu'ilz n'ont
argent pour les entretenir que jusques envyron le Xe ou XVe de
janvier, et que celluy de Northomberland a desjà advancé sept ou huict
mil escuz, qui est tout ce qu'il a peu fornyr, par ainsy requièrent
d'estre promptement secouruz.

Sur quoy, pour mon regard, je leur ay faict considérer l'infiny
espuysement des finances du Roy, Mon Seigneur, par la présente guerre
de son royaulme, et aussi que le secours qui s'attand de luy à
Dombertrand ne sera sans frais, lequel reviendra beaulcoup au proffict
de leur entreprinse, dont se sont assés con[tentés] des bonnes
espérances, que je leur ay données, de toute l'assistance que le Roy
leur pourra faire, mesmes d'argent s'il en a, et de ge[ns.......] et
de retraicte s'il est besoing en son royaulme. Néantmoins m'ont fort
conjuré d'escripre à Sa Majesté qu'il luy playse leur fornyr quelque
somme, sellon qu'il en pourra avoir la commodité; ce que je n'ay peu
reffuzer de leur accorder. Et semble qu'avec bien peu d'argent de Sa
Majesté ou de celluy du douayre de la Royne d'Escoce, porté à Callais
ou à Bouloigne, ausquelz lieux ilz l'yront bien cercher, ilz se
contanteront.

Quant à l'ambassadeur d'Espaigne, de tant qu'ilz avoient de grandes
promesses de luy, et mesmes lettre de sa main, laquelle celluy de
Northomberland porte toutjour sur soy, et qu'avant s'eslever il
les sollicitoit, par offres d'ung grand et présent secours
d'arquebouziers, de corseletz, de gens de cheval, et de cent mil
escuz, affin qu'ilz prinsent incontinent les armes, meintennant qu'ilz
les ont prinzes et qu'ilz se trouvent en nécessité d'argent, et ayant
le dict ambassadeur moyen de leur faire frayer huict mil escuz par
deux merchantz de ceste ville, qui, sur sa parolle, se offrent de les
leur bailler, ilz sont fort esbahys que non seulement il reffuze de le
faire «par ce, dict il, qu'il n'a expresse commission pour cella du
duc d'Alve,» mais aussi se monstre assés froid sur tout le reste du
secours promiz, et qu'il ne fault qu'ilz espèrent que le duc s'advance
d'en bailler, si quelcun des plus grandz et principaulx d'entre eulx
ne va devers luy pour accorder à quelles condicions il l'envoyera, et
à quelles ilz le prendront.

Sur quoy, je ne fays doubte que les voyant à ceste heure entrez bien
avant et avoir besoing de luy, qu'il ne les veuille attirer à ses
intentions, et, entre aultres, à celle qu'il a grande du mariage de la
Royne d'Escoce et de dom Joan, avec le tiltre de la succession de ce
royaulme; à quoy le comte de Northomberlan s'est toutjours monstré
fort enclin, et qu'il les veult aussi [engager] de ne poser les armes,
ny faire aulcun accord, sans luy.

Et se voyt assés que ce réfroydissement n'est que artiffice par[ce que
je] sçay que le dict duc a esté fort marry que le viscomte de Montegu
[ne] soit passé devers luy, comme il l'avoit promiz, et comme
l'am[bassadeur] luy avoit desjà baillé lettre pour ce faire, et a le
dict duc mandé qu'il face grand instance au dict de Montegu, ou bien à
quelque [aultre] seigneur de qualité de ce royaulme, de l'aller
trouver.

Ce que le dict ambassadeur essaye de faire par toutes les persuasions
qu'il peult; et cependant que luy et le marquis de Chetona n'ont peu
obtenir passeport pour escripre en Flandres, ilz ont faict que le Sr.
Barbarin, gentilhomme florentin, de la troupe du dict marquis, a
feinct qu'il luy estoit nécessaire pour sa santé de retourner dellà
la mer, dont, ayant pour une si raysonnable occasion obtenu son congé,
sans toutesfoys pouvoir pourter aulcunes lettres, ilz luy ont
secrectement baillé ces quatre motz d'escriptz «_croyez entièrement le
pourteur_» signé des deux, en si peu de papier, qu'il l'a peu cacher
en lieu secrect de sa personne; et sa créance a esté que n'y ayant
espérance d'accord ez différandz des prinses, bien que le dict marquis
se soit miz en debvoir de l'offrir à ceulx cy avec les plus
gracieuses, voyre humbles, condicions qu'il a peu, mais se monstrans
eulx opiniastres de n'y vouloir entendre, ilz prient le duc d'Alve de
ne temporiser plus à leur faire le piz qu'il pourra comme à obstinez
ennemis, et qu'il se haste d'entreprendre quelque chose contre eulx,
pendant que ces troubles du North sont en vigueur, car ne recouvrera
jamais une plus belle occasion; et que le dict marquis se trouve si
offancé des indignitez qu'ilz luy ont faictes, qu'il n'a rien en plus
grand desir que de s'en venger. Et, despuys le despartement du dict
Barbarin, ung aultre gentilhomme anglois a esté dépesché devers le
dict duc de la part du dict de Montegu, lequel, parce qu'il a heu à
descendre en France, il m'a requiz ung passeport, et oultre celluy là
j'entendz que ceulx du North luy ont dépesché le Sr. de Marconville,
qui est le plus capable et suffizant homme qu'ilz ayent.]

  CERTAINE DÉCLARATION que ceulx du North ont faicte de l'intention
    de leur entreprinse.

  Comme, par le très inique et sinistre raport d'aulcuns malicieux
    ennemys de la parolle de Dieu et du publicque estat de ce
    royaulme, ayt esté publié et miz en avant que l'assemblée des
    nobles hommes, les comtes de Northomberland et de Vuesmerland,
    et de plusieurs aultres principaulx personnaiges qui suyvent
    leur party, ayt esté et soit contre la couronne et au préjudice
    de cest estat, il a semblé bon aus dictz deux comtes, et à
    ceulx de leur conseil, de signiffier à toutz les bons subjectz
    de la Majesté de la Royne quelle est en cest endroict leur
    vraye et saincte intention, et celle de leurs amys et alliés,
    comme s'ensuyt:

   Parce que très saigement et loyaulment a esté naguières admis par
   le hault et puissant prince Thomas duc de Norfolc, Henry comte
   d'Arondel, Guillaume comte de Pembrok, et Nous, comtes de
   Northomberland et Vuesmerland, et plusieurs aultres de l'ancienne
   noblesse de ce royaulme, avec grand consentement de toutz les gens
   de bien, qui favorisent la parolle de Dieu et ayment l'honneur de
   cest estat, qu'il estoit nécessaire, pour obvier à effuzion de
   sang et à la ruyne de ce commun pays, et aussi pour refformer les
   désordonnées personnes qui, par abuz et par la malicieuse
   praticque d'aulcuns aultres, à eulx semblables, ont esté ellevez,
   de faire entendre à ung chacun quelle est la légitime succession
   de ceste couronne, et à qui, par légitime droict, cy après elle
   doibt apartenir, affin de ne la laysser aller à la dangereuse et
   incertaine descision que, pour rayson de divers tiltres,
   plusieurs, qui y prétendent intérest, la pourroient faire venir;

   Laquelle saincte, bonne et honnorable intention de la dicte
   noblesse a esté, en plusieurs et diverses façons très mauvaises,
   préocupée envers la Majesté de ladicte Dame par les communs
   ennemys de son royaulme, et par iceulx mesmes, et leurs pernicieux
   et détestables conseilz et pratiques, qui nous sont assés cogneues
   et au reste de la noblesse, noz vies et noz libertez sont mises
   meintennant en grand dangier, et monopolles toutz les jours faictz
   pour apréhender noz personnes, conseils vrayement procédantz de la
   damnable et ambicieuse affection de ceulx qui, pour aulcune nostre
   soubzmission, ne peult estre aultrement modérée que par les armes;

   A l'ocasion de quoy nous nous sommes assemblez d'une juste et
   loyalle intention envers la Majesté de la Royne et envers sa
   couronne, et la légitime succession d'icelle, pour leur résister
   force par force; et voyantz que nulle intercession ne nous peult
   valloir, nous nous sommes commiz à la grande bonté et clémence de
   Dieu et à l'assistance de toutz les vrays zélateurs de ce
   royaulme, résoluz en nous mesmes d'advanturer entièrement noz
   vies, terres et biens, en ceste très juste et saincte
   entreprinse; en quoy nous requérons affectueusement l'ayde et
   secours de toutz ceulx qui desirent le repoz de cest estat et
   celluy de l'ancienne noblesse qui y est.


    _Du mesmes jour._

AULTRE LETTRE AU ROY.

Sire, ceste segonde lettre est pour me conjouyr avecques Vostre
Majesté de la reddition de St. Jehan d'Angely, et du debvoir auquel
les princes de Navarre et de Condé, monsieur l'Admyral et ceulx qui
les ont suyviz se veulent mettre de requérir, à genoux, vostre bonne
grâce, et retourner à vostre obéyssance, ainsy que par les vostres, du
XXVIIIe du passé, il vous playt me le mander; lesquelles je n'ay
receues que ainsy que mon pacquet estoit desjà cloz et dellivré au Sr.
de Vassal. Et avec icelles j'ay ensemblement receu voz dernières, qui
sont du quatriesme du présent. J'yray, pour l'occasion des unes et des
aultres, trouver du premier jour la Royne d'Angleterre, et verray
comme elle prendra ces bonnes nouvelles.

L'on m'a présentement faict entendre de sa part celles de cy dessoubz
aulx propres termes qui s'ensuyvent:

«La nuict du XVIIIe de ce moys, s'estantz les rebelles de la Royne
assemblez au chasteau de Duren pour prendre résolution s'ilz debvoient
combattre ou non, ilz se sont trouvez de contraire adviz entre eulx,
remonstrant le comte de Northomberland qu'il n'avoit prins les armes
pour assaillir les gens de la Royne, sa Mestresse, mais seulement pour
deffandre sa personne et celle des aultres seigneurs et gens de bien
de sa compaignie, et pour faire certaine remonstrance à la dicte Dame
affin de redresser aulcunes choses au bien et proffict de la noblesse
et de tout l'estat du royaulme; et que, s'estant là dessus meu
différant entre luy et le comte de Vuesmerland, il s'estoit retiré
icelle mesme nuict, avec douze centz chevaulx au lieu et chasteau de
Exain; et le dict de Vuesmerland avoit prins ung aultre chemyn avec
huict centz chevaulx vers Lisdidale, layssans leurs gens de pied,
lesquelz avoient incontinent envoyé accepter le pardon de la dicte
Dame; et avoient pareillement habandonné Artelpoul et layssé leur
artillerye;--que le comte de Sussex et sire Jehan Fauster entendant
cella s'estoient miz, l'ung, d'ung costé, avec quinze centz chevaulx
et six centz harquebouziers, et l'aultre, de l'aultre, avec mil
chevaulx à poursuyvre les dicts comtes;--que le comte de Vuarvich et
l'admyral Clinton, ayantz layssé leur infanterye à Ripon, avoient
dilligentment passé la rivière, avec toute la cavallerie et avec ung
nombre d'arquebouziers et six pièces de campaigne, pour se mettre
[après];--que le comte de Mora s'estoit aproché en la frontière pour
combattre le dict de Northomberland, et offert à la dicte Royne
d'Angleterre dix mil hommes payez pour vingt deux jours, s'il luy
playsoit de s'en servyr.»

Je vériffieray mieulx ceste nouvelle, et par mes premières vous en
manderay ce que j'en auray aprins, aydant le Créateur auquel je prie,
après avoir très humblement baysé les mains de Vostre Majesté qu'il
vous doinct, Sire, en parfaicte santé, très heureuse et très longue
vie, et toute la grandeur et prospérité que vous desire.

    De Londres ce XXVIIe de décembre 1569.



ADDITION A LA LXXIIIe DEPÊCHE.

LA ROYNE D'ESCOCE A LA ROYNE D'ANGLETERRE.

--du Xe de novembre 1569.--

  Instances de Marie Stuart auprès d'Élisabeth pour obtenir son
    rétablissement en Écosse, ou tout au moins la permission de
    passer en France, même en payant rançon.

La copie de cette lettre, qui n'a pas été transcrite sur les registres
de l'ambassadeur (_voyez_ LXXIIIe _Dépêche_, p. 343), se trouve dans
les papiers déposés aux Archives, provenant de la famille Fénélon.
L'écriture est de la fin du XVIIe siècle; mais, ce qui en assure
l'authenticité, c'est qu'elle fait partie de cahiers qui sont la copie
littérale et textuelle des dépêches. Elle est tirée du second
manuscrit dont nous avons parlé dans les observations insérées en tête
du premier volume de cet ouvrage.


A LA ROYNE D'ANGLETERRE.

Madame ma bonne soeur, ne voulant rien obmettre jusques au dernier but
de la patience qu'il a pleu à Dieu me prester en mes adversitez, j'ay
différé tant que j'ay peu de vous importuner de mes lamentations,
espérant qu'avecques le temps, père de vérité, vostre bon naturel
considérant la malice de mes ennemys, qui sans aulcuns contredict
courent à bride abatue leur cource contre moy, vous esmouveroit à
pitié de vostre propre sang, vostre semblable, et de celle quy entre
toutz autres princes vous a esleue pour son resfuge après Dieu, se
fyant tant en voz favorables lettres et amiables promesses, fortifiez
par ce lien de parantaige et proche voisinnaige, que je me suis mise
en voz mains et vostre pouvoir, de mon gré sans contrainte, où j'en
demeure prez de deux ans, aucunes foys en espérance de vostre faveur
et suport par courtoises lettres, d'autres foys en désespoir par les
menées et faux rapportz de mes contraires. Néantmoins mon affection
vers vous m'a toujours faict espérer le bien et souffrir le mal
paciemment; or maintenant vous avez escouté de rechef la malice de mes
rebelles, à ce que me mande l'évesque de Rosse, reffuzant d'ouyr la
juste plaincte de celle qui volontairement s'est mise en vostre
puissance, se jettant entre voz bras; par quoy j'ay présumé de tenter
encores ma fortune vers vous, appelant à la Royne ma bonne soeur
d'elle mêmes.

Hélas, Madame, quel plus grand signe d'amitié vous puis je monstrer
que d'avoir fiance en vous, et pour récompense rendrez vous vayne
l'espérance qui est mise en vous par vostre soeur et cousine, qui peut
et n'a voullu envoyer allieurs pour secours? Sera donc mon attente en
vous pour néant, ma pacience vayne, et l'amitié et respect que vous ay
portée desprisée jusques là que je ne puys obtenir ce que ne sçauriez
justement reffuzer à la plus estrange du monde. Je ne vous ay jamais
offencée, ains vous ay aymée, honnorée et par toutz moyens recherché
de vous complaire et assurer de ma bonne inclination vers vous. L'on
vous a faict de faux raportz de moy, à quoy vous adjouxtez foy jusques
à m'en avoir traittée non comme une royne, vostre parante, venue
cercher support de vous, seure de vostre promise faveur, mais comme
une prisonnière à qui vous pourriez imputer offence d'une subjecte.

Madame, puisque je ne puis obtenir de vous déclarer, face à face, ma
sincérité vers vous, au moins permettez que monsieur de Rosse, mon
ambassadeur, vous rende compte de toutz mes déportemens, comme celluy
qui en est [chargé], ayant accez de vous remonstrer les occasions que
j'ay de me douloir sans vous offencer, estant contraincte de
renouveller mes anciennes requestes, desquelles je vous suplie le
vouloir résouldre et moy aussy; à sçavoir, qu'il vous plaise, suyvant
mes premières demandes, m'obliger pour jamais, m'aydant de vostre
support au recouvrement de mon estat auquel il a pleu à Dieu me
constituer entre mes subjectz, comme de tout temps [me l'avez] promis;
ou sy le sang, mon affection vers vous, et longue patience ne vous
semble mériter cela, au moings ne reffuzez de me laisser aller libre,
comme je suis venue, en France ou aillieurs, où je me pourray retirer
entre mes amys et alliez.

Et, s'il vous plait m'user de rigueur et me traiter comme ennemye, ce
que je ne vous ay jamais estée, ni desire estre, laissez moi racheter
ma misérable prison par ranson, comme est la coustume entre tous
princes, voire ennemys, et me donnez commodité de traffiquer avecques
les susdictz princes, mes amys et alliez, pour faire ma dicte ranson.
Et cependant je vous supplie que, pour m'estre fiée en vous de ma
personne et offert en tout de suivre vostre conseil, je n'en reçoive
dommaige par l'extortion de mes rebelles sur mes fidelles subjectz, ny
que je soys affoyblie, pour m'estre attendue à voz promesses, de la
perte de Dombertran. Et si tous ces respectz et miennes humbles
requestes sont par les faux raports de mes ennemys empeschez d'estre
[accueillis de] vous, et que veulliez prendre de mauvaise part tout ce
que j'ay faict à intention de vous satisfaire, au moins ne permettez
que ma vie soit, sans l'avoir déservi, mise en dangier, comme celluy
qui se dict abbé de Domfermelin faict courir le bruict, se vantant de
ce (que je ne puis croire) que me mettrez entre les mains de mes
rebelles ou de tels aultres en ce pays dont ilz ne sont moins contens
et que je ne cognois point.

Je proteste n'avoir jamais eu volonté de vous offancer, ny faire chose
qui vous tournasse à desplaisir, ny n'ay méritée cruelle récompense
que d'estre sy peu respectée, comme l'évesque de Rosse vous a desjà
déclaré et fera de rechef, s'il vous plaist luy donner audience, de
quoy je vous supplie bien humblement, et, comme dessus, de luy donner
une résolution, et sy ce n'est par amour que ce soit par pitié. Vous
avez esprouvée que c'est d'estre en troubles, jugez ce que les aultres
souffrent par cela. Vous avez assés prestée l'oreille à mes ennemys, à
leurs inventions pour vous rendre soupçonneuze de moy, il est temps de
considérer ce quy les y meult et leurs doubles déportemens vers moy,
et ce que je vous suys, et l'affection vers vous qui m'a faict venir
en lieu où vous avez ce pouvoir sur moy.

Réduysez en mémoire les offres d'amitié que je vous ay faictes, et
l'amitié que m'avez promise, et combien je desire vous complaire
jusques à avoir négligé le support des aultres princes par vostre
adviz et promesse du vostre. N'oubliez le droit d'hospitalité vers moy
seule et pesez tout cecy avecques le respect de vostre confiance,
honneur et pitié de vostre sang; et lors j'espère que ne me restera
occasion de me repentir. Pensez aussi, Madame, quel lieu j'ay teneu et
comment j'ay estée nourrye, et sy ayant, par le moyen de mes rebelles
ou aultres ennemys, ung sy différant traictement de cestuy là par les
miens; de quy j'espéroys tout confort, sy malaisément je puys porter
ung tel fardeau avecques celuy de vostre mauvaise grâce, qui m'est le
plus dur; laquelle je n'ay jamais méritée, ny d'estre sy estroictement
emprisonnée que je n'aye le moyen d'entendre les nouvelles de mes
affaires, ou pouvoir mettre ordre en nul part, et mesmes sans pouvoir
au moins consoler mes fidelles subjectz, qui souffrent pour moy, tant
s'en faut que je les supporte comme j'espérois.

Je vous supplie de rechef que faux rapportz ou mauvais desseins de mes
ennemys ne vous facent oublier tant d'aultres respectz en ma faveur.
Et pour le dernier, si tout le reste ne peut esmouvoir vostre
naturelle pitié, ne desprisez la prière des Roys, mes bons frères et
alliez, aux ambassadeurs desquelz j'escriptz pour vous faire instante
prière en ma faveur; et, affin que ne le preniez de mauvaise part, je
vous supplie m'excuser sy, en caz [que] veulliez oublier vostre bon
naturel et pitié qui vous a faict tant honorer et aymer vers moy, je
les prie d'advertir les dictz Roys de ma nécessité, et les prie de
presser l'ayde à mes affaires que j'ay attandue de vous, et requiers
présentement, devant toute aultre, s'il vous plaist me l'accorder;
[laquelle], comme j'espère vous trouverez enfin, je n'ay jamais
déservi[24] de perdre.

  [24] _Mérité._--Ce mot est déjà employé dans le même sens au
  commencement de la page précédente.

Sy en cecy ou en aulcun poinct de ma lettre je vous offence, excusez
l'extrémité de ma cause à ces infiniz troubles, où je me voys. Et pour
fin, je me remetz à la suffizance de l'évesque de Rosse que je vous
supplie croire comme moy, qui vous présente mes humbles
recommandacions, priant Dieu qu'il vous face cognoistre au vray mon
intention vers vous et mes déportemens.

    De Titbery ce Xe de novembre 1569.


Je vous supplie m'excuser sy j'escriptz sy mal, car ma prison, m'est
tant mal saine et moy inhabile à cest office et à tout autre exercice.

    Vostre très affectionnée bonne soeur et cousine,

    MARIE R.



ADDITION AUX DÉPÊCHES DE L'ANNÉE 1569.

LETTRES DIVERSES DE MARIE STUART A L'AMBASSADEUR.

(Les lettres suivantes sont tirées du même manuscrit.)

LA ROYNE D'ESCOCE A MONSIEUR DE LA MOTHE FÉNÉLON.

--du XXVe de juillet 1569.--

  Lettre de remerciment de Marie Stuart à l'ambassadeur, avec
    prière de lui continuer ses bons offices.


Monsieur de La Mothe Fénélon, je receu hier vostre lettre du XXIe de
ce moys, ensemble celle de monsieur le Cardinal mon oncle, de laquelle
je vous envoye la responce par le présent porteur, laquelle je vous
prie luy faire seurement tenir par la première commodité. L'évesque de
Rosse m'a plusieurs foys escript de la peine et soing que vous prenez
pour l'advancement de mes affaires, de quoy je vous remercye de bien
bon coeur, et vous prie de ne vous lasser de continuer et de parler
vifvement, l'occasion s'offrante, à la Royne, ma bonne soeur, ainsy
qu'avez faict au passé, et que je m'assure, que le Roy, vostre
Maistre, monsieur mon bon frère, entend que fassiez à toutes les fois
que penserez que vostre parolle me pourroit servir.

Je n'eusse esté si longtemps sans vous escripre, si quelcung de mes
secrétaires eust esté icy près de moy, et vous fairois plus ample
discours à ceste heure de l'estat de mes affaires, sy je ne m'assurois
que le dict évesque de Rosse vous communique librement tout [ce] qui
se passe en iceulx, suyvant le commandement que je luy en ay donné à
son partement d'icy et ce que je luy en ay souvant despuys escript. Je
vous prie, au surplus, de me mander souvant de vos nouvelles, ou pour
le moins quand vous [en] recepvrez des bonnes, d'en faire part au dict
évesque de Rosse; et atant, après mes affectionnées recommandations à
vostre bonne grâce, je prie le Créateur, monsieur de La Mothe Fénélon,
vous donner heureuse et longue vie.

    De Vuingfeild le XXVe de juillet 1569.

    Vostre bien bonne amye,

    MARIE R.



LA ROYNE D'ESCOCE A MONSIEUR DE LA MOTHE FÉNÉLON.

--du Xe d'aoust 1569.--

  Prière de Marie Stuart à l'ambassadeur pour qu'il insiste
    vivement en sa faveur auprès d'Élisabeth.--Plaintes contre le
    secrétaire La Vergne.


Monsieur de La Mothe Fénélon, je receu vostre lettre du VIe du présent
par le moyen de monsieur de Rosse, et, tant par icelle que par la
sienne, cogneu la continuelle bonne volonté que vous avez au bien et
expédition de mes affaires, en quoy vous ne serez déceu, le faisant
pour une qui ne manquera jamais de bonne volonté à s'en revencher où
elle pourra pour vous. J'ay eu naguières nouvelles d'Escosse par Me.
Thomas Flemyng, présant porteur, que j'envoys vers le dict sieur de
Rosse, lesquelz vous en fairont part et communiqueront sur ma
pressente liberté, pour laquelle, (ou bien que je puisse chercher
secours ailleurs), il ne faut plus que la Royne d'Angleterre s'excuse
sur le comte de Mora pour les causes que vous entendrez par le dict
Sieur de Rosse; de quoy je vous prie parler à la dicte Royne, quant
l'occasion se présentera.

La Vergne m'a parlé de quelque affaire, dont je ne luy sceu résoudre
parce que je ne sçay bonnement comme ces choses sont passées, et aussy
que venant freschement de France, comme il m'a dit, il n'en a parlé ny
à monsieur de Glazco mon ambassadeur, ny à aultre de mes gens;
toutesfoys j'en escriray au dict sieur de Rosse pour en advizer avec
vous et faire ce que vous ensemble trouverez bon pour ma seureté. Le
dict de La Vergne se dict vostre secrétaire, encores que vous n'en
fassiez mention par vostre lettre; et me souvenant que je vous ay cy
devant escript comme j'avois eu advertissement que de toutes les
lettres et despesches, tant du Roy, monsieur mon bon frère, que de
moy, on en bailhoit des coppies à la court d'Angleterre, sur quoy vous
me mandaste que vous aviez ung secrétaire en France, et m'ayant cestuy
cy dict qu'il y a esté envyron trois moys, et aussy qu'il n'avoit
encores guères parlé avec moy qu'il ne me demandast sy je voulois
escripre en France ou mander quelque chose de bouche, j'ay eu quelque
soupçon que ce fust luy, et ne m'ay sceu garder de luy en parler et
remonstrer que luy et aultres voz secrétaires se doibvent bien garder
de telles choses, affin que les affaires du Roy, mon dict sieur mon
bon frère, ne fussent sy divulguez comme ilz ont esté par cy devant,
et que cela estoit fort dangereux. Et, à vous dire vérité, cela
m'enpeschera aulcunement que je ne luy donne quelque crédit. Je luy ay
faict quelque remonstrance pour le bon voulloir que j'ay et porte
continuellement au bien et advancement [des] affaires [du Roy], dont
je vous prie l'en assurer et la Royne, madame ma bonne mère, et je
prie Dieu vous avoir, monsieur de La Mothe Fénélon, en sa saincte
garde.

    Le Xe d'aoust 1569.

    Vostre bien bonne amye,

    MARIE R.



LA ROYNE D'ESCOSSE A MONSIEUR DE LA MOTHE FÉNÉLON.

--du XIIe d'aoust 1569.--

Plaintes contre les menées du Sr. Moulins en France.


Monsieur de La Mothe Fénélon, je vous ay amplement escript par Me.
Thomas Flemyng, du Xe du présent, et ne me reste rien à vous dire,
sinon que je me suis souvenue qu'on m'a advertye qu'un nommé Moulins,
que vous cognoissés, est après à faire quelque menée en France contre
moy et mon estat; de quoy je vous prie en escrire au Roy Très
Chrestien, monsieur mon bon frère, affin que ces malignes entreprinses
soyent rompues. J'ay escript à monsieur de Rosse qu'il advise avec
vous sur l'affaire dont m'a parlé La Vergne, et sellon l'adviz qu'il
m'en donnera je me résouldray, priant Dieu vous avoir, monsieur de La
Mothe Fénélon, en sa saincte garde.

    Escript à Vuingfeild le XIIe jour d'aoust 1569.

    Vostre bien bonne amye,

    MARIE R.

    _Du mesmes jour._

Monsieur de La Mothe Fénélon, despuys vous avoir escript ce matin par
La Vergne des menées de Moulins, le Sr. de Bourdeuille, ung de mes
escuyers d'escurye, est arrivé venant de France, lequel parmy sa
dépesche, m'a raporté que le dict Moulins s'est tant advancé en ses
dictz menées que de vouloir solliciter d'envoyer un ambassadeur de
France en Escosse. C'est ung très dangereux homme, il fait tout ce
qu'il peut pour empescher ceulx en faveur desquels j'escriptz pour
estre miz en la garde du Roy Très Chrestien, monsieur mon bon frère,
et en leur lieu faire mettre ceulx qui sont de sa pratique. Ce seroit
bien faict pour le bien et service du Roy, mon dict sieur mon bon
frère, de lui en escripre. Dont je vous en prie de bien bon coeur, et
aussi en faveur d'un nommé de Castares, qui est de mes officiers, que
je desirerois estre miz de la dicte garde. Il est homme de bien,
duquel j'ay expérimenté la fidellité et en réponds, vous priant
l'avoir pour recommandé; et je prie Dieu vous avoir, monsieur de La
Mothe Fénélon, en sa saincte garde.

    Escript à Vuingfeild le XIIe jour d'aoust 1569.

    Vostre bien bonne amye,

    MARIE R.

    (_De la main de la Royne d'Escosse._)

Je vous manderay de ce propos plus au long par Borthick, et de toutes
mes nouvelles avecques l'obligation dont je me sentz redevable à vous
pour tant de bons offices, vous priant à ceste heure solliciter un peu
ferme pour moy.

    FIN DU DEUXIÈME VOLUME.



TABLE

DES MATIÈRES DU DEUXIÈME VOLUME

ANNÉE 1569.--SECONDE PARTIE.

                                                                 Pages

  _39e Dépêche._--3 juin.--

    AU ROI.                                                          1
  Audience.                                                       _Ib._
    A LA REINE.                                                      8
  Mort de M. d'Andelot.                                            _Ib._
  Accusations d'empoisonnement.                                    _Ib._


  _40e Dépêche._--10 juin.--

    AU ROI.                                                         10
  Prise de la Charité et passage de la Loire par le duc
    de Deux-Ponts.                                                _Ib._
  Les Anglais prêts à déclarer la guerre malgré leurs
    protestations d'amitié.                                         11
  Meilleur traitement fait aux Espagnols.                           14
    A LA REINE.                                                     15
  Bruits sur la mort de M. d'Andelot.                               16
  Précautions prises par Élisabeth contre le poison.              _Ib._
  Proposition de traité sur la restitution des prises.              18


  _41e Dépêche._--15 juin.--

    AU ROI.                                                         19
  Crainte d'une déclaration de guerre.                            _Ib._
  Audience.                                                         21
  Assurance de paix.                                                25
    A LA REINE.                                                     26
  La guerre n'est point encore imminente.                           27
  Promesse d'Élisabeth en faveur de Marie Stuart.                   28
  _Remontrances de l'ambassadeur_ sur le commerce. (30 mai).        29
  _Réponse du conseil_ aux remontrances.                            32


  _42e Dépêche._--21 juin.--

  AU ROI.                                                           37
  Préparatifs de guerre.                                          _Ib._
  Exclusion de commerce prononcée par le roi de Portugal contre
    les Anglais.                                                    38
  Précautions qu'il faut prendre en France.                         39
    A LA REINE.                                                     40
  Assurance de paix donnée par Élisabeth.                         _Ib._
  _Mémoire général_ sur les affaires de France, d'Espagne et
    d'Écosse.                                                       42
  _État_ des différends avec les Pays-Bas.                          50
  _Du fait_ de la reine d'Écosse.                                   56
  Ses droits à la couronne d'Angleterre.                            57
  Conditions de l'accord proposé pour son rétablissement.           58
  _Lettre d'Elisabeth_ à Marie Stuart (25 mai.)                     59


  _43e Dépêche._--28 juin.--

    AU ROI.                                                         61
  Apprêts d'une expédition maritime.                              _Ib._
  Achats d'armes pour la Rochelle.                                  63
  Affaires d'Écosse.                                                65
  Députés anglais envoyés à Rouen.                                  66
    A LA REINE.                                                     67
  Incertitude sur les projets d'Élisabeth.                        _Ib._
  Nouvelles qui lui sont données de France.                       _Ib._
  Mort du duc de Deux-Ponts.                                        69


  _44e Dépêche._--5 juillet.--

    AU ROI.                                                         70
  Audience.                                                       _Ib._
  Menaces de guerre.                                                74
  Nouvelles d'Écosse.                                               76
    A LA REINE.                                                   _Ib._
  Disposition d'Élisabeth à se tenir prête à profiter des
    événements.                                                     77


  _45e Dépêche._--7 juillet.--

    AU ROI.                                                         78
  Recommandation de Marie Stuart en faveur de sir Georges
    Douglas.                                                      _Ib._


  _46e Dépêche._--11 juillet.--

    AU ROI.                                                         80
  Retour de la flotte de la Rochelle.                             _Ib._
  Révolte en Irlande.                                               81
  Nouvelles de la Rochelle.--Combat de la Roche-Abeille.            82
  Audience.                                                         83
    A LA REINE.                                                     85
  L'ambassadeur d'Espagne délivré de ses gardes.                    86
  Nouveaux détails d'audience.                                     _Ib._


  _47e Dépêche._--19 juillet.--

    AU ROI.                                                         89
  Formation d'un corps de volontaires pour la Rochelle.           _Ib._
  Audience.                                                         90
  Négociations avec les Pays-Bas.                                   94
  Espoir du rétablissement de Marie Stuart.                       _Ib._
    A LA REINE.                                                     95
  Résolution qui semble prise d'attaquer la France s'il se
    présente une occasion favorable.                              _Ib._


  _48e Dépêche._--27 juillet.--

    AU ROI.                                                         98
  Les envoyés de la Rochelle sollicitent un emprunt sur les
    joyaux de la reine de Navarre.                                _Ib._
  Préparatifs de guerre.                                            99
  Plaintes du traitement fait au Sr. Norrys en France.             101
    A LA REINE.                                                    102
  Constans efforts pour maintenir la paix.                        _Ib._
  Déclaration du roi sur la restitution des prises.                103
  _Mémoire général_ sur les affaires de France et d'Angleterre.    104
  _Mémoire secret_ sur divers projets de mariage d'Élisabeth.      115
  _Autre mémoire secret._                                          119
  Élisabeth ne se mariera jamais.                                 _Ib._
  Détails sur la vie privée de la reine.                           120
  Familiarités entre elle et le comte de Leicester.               _Ib._
  Elle ne veut point l'épouser.                                    122
  Présomptifs héritiers du trône.                                  122
  Remontrance du comte de Leicester en faveur de Marie Stuart.     124
  Projet de mariage du duc de Norfolk avec la reine d'Écosse.      126


  _49e Dépêche._--1er août.--

    AU ROI.                                                        129
  Voyage d'Élisabeth.                                             _Ib._
  Assurances de paix données par le conseil.                       130
  Audience.                                                        133
  Mouvements dans les comtés de Suffolk et de Norfolk.             135
    A LA REINE.                                                    136
  Nécessité de se préparer à la guerre.                           _Ib._
  Vive recommandation en faveur du sieur Norrys.                   137
  _Déclaration d'Élisabeth_ (28 juillet) sur la restitution
    des prises.                                                    138


  _50e Dépêche._--5 août.--

    AU ROI.                                                        140
  Emprunt pour la Rochelle.                                        141
  Armement fait par les députés d'Allemagne.                      _Ib._
  Troubles de Suffolk, Norfolk et d'Irlande.                       142
    A LA REINE.                                                    143
  Départ de sir Henri Chambrenant pour la Rochelle, comme
    volontaire.                                                   _Ib._


  _51e Dépêche._--10 août.--

    AU ROI.                                                        145
  Audience.                                                        146
  Arrêt des navires armés par les députés d'Allemagne.            _Ib._
    A LA REINE.                                                    150
  Hésitation d'Élisabeth, qui se trouve engagée envers
    les deux partis en France.                                    _Ib._


  _52e Dépêche._--15 août.--

    AU ROI.                                                        152
  Négociations au sujet des navires arrêtés.                      _Ib._
  Commerce avec Hambourg.                                          153
  Assemblée de Saint-Johnstown en Écosse (25 juillet).             154
    A LA REINE.                                                    155
  Nouvelles de la Rochelle.                                        156
  _Lettre de M. de Chatillon_ (6 juillet).                         157
  _Relation_ envoyée de la Rochelle.--Opérations militaires
    des protestants depuis leur jonction avec le duc de
    Deux-Ponts.                                                    158
  _Ordonnance d'Élisabeth_ contre les pirates (3 août).            163


  _53e Dépêche._--22 août.--

    AU ROI.                                                        165
  Arrivée des députés de Rouen.                                   _Ib._
  Audience.                                                       _Ib._
    A LA REINE.                                                    170
  Nouveaux détails d'audience.                                    _Ib._
  Troubles d'Irlande.                                              173


  _54e Dépêche._--20 août.--

    AU ROI.                                                        174
  Expéditions maritimes qui se préparent de tous côtés.           _Ib._
  Plaintes de l'ambassadeur à ce sujet.                            175
  Chargement de la flotte de Hambourg.                             176
    A LA REINE.                                                    177
  Instance pour la reine d'Écosse.                                 178
  Satisfaction d'Élisabeth au sujet des déclarations
    relatives à la cession des droits de Marie Stuart au
    trône d'Angleterre.                                           _Ib._
  _Remontrance_ de ceux de la Rochelle au roi après l'arrivée
    du duc de Deux-Ponts.                                          179


  _55e Dépêche._--1er septembre.--

    AU ROI.                                                        190
  Projets de mariage du roi et de Madame.                         _Ib._
  Nouvel arrêt des navires du prince d'Orange.                     191
  Arrivée d'un ambassadeur de Moscovie.                            192
    A LA REINE.                                                   _Ib._
  État des affaires de Marie Stuart.                              _Ib._
  Demande de secours pour le château de Dumbarton.                 193
  _Lettre secrète_ pour la reine.                                  194
  Détails sur le projet de mariage du duc de Norfolk avec
    Marie Stuart.--Sollicitations du duc auprès de
    l'ambassadeur.--Propositions faites par lui.                  _Ib._
  _Mémoire général_ sur les affaires d'Angleterre, d'Espagne
     et d'Écosse.                                                  196
  _Des différends_ des Pays-Bas.                                   202
  _Du fait_ de la reine d'Écosse.                                  204
  _Propos_ de la reine d'Angleterre à Mr. le cardinal de
    Chatillon.                                                     206
  _Réclamation de l'ambassadeur_ auprès d'Élisabeth en faveur
    de Marie Stuart.                                               209
  _Réponse d'Élisabeth._                                           211
  _Avis secret_ concernant Marie Stuart.                           214
  Vives instances faites auprès d'elle par l'Espagne
    pour qu'elle se remette entièrement à la discrétion
    de Philippe II.                                               _Ib._


  _56e Dépêche._--5 septembre.--

    AU ROI.                                                        218
  Menées des protestants contre Marie Stuart.                      219
  Faux bruits de la prise de Poitiers.                             220
  Demande du conseil afin que la France ne serve pas
    d'intermédiaire pour le commerce des Pays-Bas.                _Ib._
  Départ des navires du prince d'Orange.                           221
    A LA REINE.                                                   _Ib._
  Nécessité de porter secours à Marie Stuart.                     _Ib._
  État et évaluation des joyaux envoyés de la Rochelle.            222
  _Déclaration du conseil_ (17 août) sur le commerce.              223
  _Réponse de l'ambassadeur._--Protestation contre
    toute restriction de commerce.                                 225


  _57e Dépêche._--6 septembre.--

    AU ROI.                                                        227
  Départ des sieurs de Lizy et de Jumelles pour hâter
    l'expédition du duc Casimir.                                  _Ib._
    A LA REINE.                                                    228
  Préparatifs de guerre en Allemagne contre la France.            _Ib._


  _58e Dépêche._--14 septembre.--

    AU ROI.                                                        229
  Notification des projets de mariage du roi et de Madame.         230
  Audience.                                                       _Ib._
    A LA REINE.                                                    234
  Nouveaux détails d'audience.                                    _Ib._
  _Lettre secrète_ pour la reine.                                  236
  Débats élevés entre Élisabeth et le duc de Norfolk
    au sujet de son mariage projeté avec Marie Stuart.            _Ib._


  _59e Dépêche._--19 septembre.--

    AU ROI.                                                        237
  Sommes importantes réunies par Élisabeth en Allemagne.           238
  Arrivée de la flotte anglaise à Hambourg.                        239
  Troubles d'Irlande.                                              240
  Députés envoyés par Philippe II à Élisabeth pour traiter
    de leurs différends.                                          _Ib._
   A LA REINE.                                                     241
  Nouvelles d'Écosse.--Assemblée de Stirling.--Arrestation
    du comte de Lethington comme complice du meurtre de Darnley.   242


  _60e Dépêche._--23 septembre.--

    AU ROI.                                                        243
  Levée du siége de Poitiers.                                      244
  Retour du sieur de Quillegrey d'Allemagne.                       245
  Projet d'une ligue entre les princes protestants.               _Ib._
  Prochaine arrivée des députés d'Espagne.                        _Ib._
  Mesures rigoureuses prises à l'égard de Marie Stuart.            246
    A LA REINE.                                                   _Ib._
  Demande d'instructions relativement au commerce.                 247
  Lettre secrète pour la reine.                                   _Ib._
  Départ subit du duc de Norfolk.                                 _Ib._


  _61e Dépêche._--27 septembre.--(Dépêche interceptée.)

    AU ROI.                                                        249
  Retour d'Élisabeth à Windesor.                                   250
  Craintes inspirées par diverses flottes qui sont en mer.         251
  Méfiance des Anglais à l'égard de l'Espagne.                    _Ib._
  Mécontentement témoigné par Élisabeth à Marie Stuart au
    sujet de son projet de mariage avec le duc de Norfolk.        _Ib._
    A LA REINE.                                                    252
  Nouvelles instances pour des instructions.                      _Ib._
  Lettre secrète pour la reine.                                    254
  Envoi d'un paquet de lettres de Marie Stuart.                   _Ib._
  Lettre de Marie Stuart à l'ambassadeur (20 septembre).
    --Instance pour qu'il s'oppose à ce qu'elle soit livrée
    au comte de Huntingdon et au vicomte de Hertford.              254


  _62e Dépêche._--3 octobre.--

    Au Roi.                                                        255
  Détails sur l'enlèvement de la précédente dépêche.              _Ib._
  Émotion causée par le départ du duc de Norfolk.                 _Ib._
  Arrestation des comtes d'Arundel, de Pembroke et de lord
    Lumley.                                                        257
    A LA REINE.                                                   _Ib._
  Les passages d'Angleterre fermés.                                258
  Refus de passe-ports fait à l'ambassadeur.                      _Ib._


  _63e Dépêche._--7 octobre.--

    Au Roi.                                                        259
  Arrestation du sieur de Sabran à son retour de France.          _Ib._
  Notification faite par Élisabeth que ses ports sont fermés.      260
  Protestation de la reine et des seigneurs du conseil au sujet
    de la dépêche enlevée.                                        _Ib._
  Nouvelle du retour du duc de Norfolk.                           _Ib._
  Craintes de l'ambassadeur pour le duc et pour Marie Stuart.      261
    A LA REINE.                                                    262
  Prudence de l'ambassadeur dans la négociation du mariage
    de Marie Stuart avec le duc de Norfolk.                       _Ib._
  Lettre de Marie Stuart à l'ambassadeur (25 septembre).
    --Ses supplications pour que la France ne l'abandonne pas.     263


  _64e Dépêche._--8 octobre.--

    AU ROI.                                                        266
  Certitude de la levée du siége de Poitiers.                     _Ib._
  Craintes inspirées par la mission
    du sieur Ciapino Vitelli.                                      267
    A LA REINE.                                                    268
  Affaires du duc de Norfolk et de Marie Stuart.                  _Ib._
  _Mémoire secret._                                                269
  Détails sur le départ du duc de Norfolk.                        _Ib._
  Son retour et son arrestation.                                   272
  Préparatifs de guerre en Allemagne.                              274
  Troubles d'Irlande.                                              275


  _65e Dépêche._--12 octobre.--

    AU ROI.                                                        277
  Commission donnée par Élisabeth au sujet de la dépêche
    enlevée.                                                      _Ib._
  Refus d'audience.                                                278
  Le duc de Norfolk mis à la Tour.                                _Ib._
  Nouvelles d'Écosse.                                              279
    A LA REINE.                                                    280
  Instances pour que de vives plaintes soient faites à
    l'ambassadeur d'Angleterre.                                   _Ib._
  _Au Roi._--Lettre de recommandation en faveur du capitaine
    Muer, Écossais.                                                281
  _A la Reine._--Lettre de créance pour le Sr. Thomas Flemyng,
    envoyé de la reine d'Écosse.                                   282


  _66e Dépêche._--18 octobre.--

    AU ROI.                                                        284
  Procédure criminelle contre le duc de Norfolk.                  _Ib._
  Commissaires.                                                    285
  Première nouvelle de la victoire de Moncontour (3 octobre).      286
    A LA REINE.                                                    287
  Nouveau refus d'audience.                                       _Ib._


  _67e Dépêche._--24 octobre.--

    AU ROI.                                                        288
  Audience.                                                        289
  Arrivée du sieur Ciapino Vitelli.                                293
    A LA REINE.                                                   _Ib._
  Effet produit par la victoire de Moncontour.                     294


  _68e Dépêche._--28 octobre.--

    AU ROI.                                                        296
  Joie des catholiques d'Angleterre au sujet de la dernière
    victoire.                                                     _Ib._
  Bon accueil fait au sieur Ciapino Vitelli.                       297
    A LA REINE.                                                   _Ib._
  Négociations au sujet du commerce.                               298
  _Mémoire général_ sur les affaires d'Angleterre.                 299
  Mesures rigoureuses prises contre les catholiques.              _Ib._
  Détails circonstanciés de tout ce qui a rapport à l'affaire
    du duc de Norfolk.                                             300
  Chefs d'accusation contre lui.                                   302
  --Contre le comte d'Arundel et lord Lumley,--et le comte
    de Pembroke.                                                   303
  Étroite prison de Marie Stuart.                                  304
  _Remontrances de l'ambassadeur_ sur le commerce, la
    restitution des prises et la conduite tenue à l'égard de
    Marie Stuart.                                                  305


  _69e Dépêche._--1er novembre.--

    AU ROI.                                                        308
  Audience accordée à l'ambassadeur et au sieur d'Amour,
    envoyé de France après la bataille de Moncontour.             _Ib._
    A LA REINE.                                                    313
  Détails d'audience.                                             _Ib._
  Nouvelles d'Allemagne.                                           314
  Reproches contre le duc d'Albe.                                  315


  _70e Dépêche._--5 novembre.--

    AU ROI.                                                        317
  Retour du sieur d'Amour en France.                              _Ib._
  Instances de l'ambassadeur auprès d'Élisabeth pour empêcher
    le commerce avec la Rochelle, et pour qu'il soit porté secours
    à la reine d'Écosse.                                           319
  Crainte que Marie Stuart ne soit livrée au comte de Murray.      320
    A LA REINE.                                                    321
  Secours préparés secrètement pour la Rochelle.                  _Ib._
  _Convention_ sur la restitution des prises et le commerce.       323


  _71e Dépêche._--12 novembre.--

    AU ROI.                                                        328
  Efforts tentés en faveur des protestants de France.             _Ib._
  Nouvelles rigueurs contre Marie Stuart et le duc de Norfolk.     331
  Mise en liberté du comte de Pembroke.                            332
  Négociations avec l'Espagne.                                    _Ib._
    A LA REINE.                                                   _Ib._
  Instances pour que le traité sur la restitution des prises
    soit fidèlement exécuté.                                       333
  Vive recommandation en faveur de Marie Stuart.                   334


  _72e Dépêche._--18 novembre.--

    AU ROI.                                                        335
  Agitation dans le nord.                                          336
  Négociations avec l'Espagne.                                     337
  Conversion des réaux espagnols en monnaie anglaise.              338
    A LA REINE.                                                    339
  Mesures prises contre les catholiques.                          _Ib._
  Leur désir de se retirer en France.                             _Ib._
  Commission contre le capitaine Sores.                            340


  _73e Dépêche._--22 novembre.--

    AU ROI.                                                        341
  Nouvelles de la Rochelle.                                       _Ib._
  Premier bruit du soulèvement des catholiques dans le Nord.       342
  Soupçons des Anglais contre le sieur Ciapino Vitelli.           _Ib._
  Instances de Marie Stuart auprès d'Élisabeth.                    343
    A LA REINE.                                                    344
  Caractère sérieux de la révolte du Nord.                        _Ib._


  _74e Dépêche._--25 novembre.--

    AU ROI.                                                        346
  Prise d'armes par le comte de Northumberland.                    347
  Il est maître de Durham.                                         348
  Seigneurs que l'on croit d'intelligence avec les révoltés.      _Ib._
    A LA REINE (_lettre secrète_).                                 349
  Démonstrations qu'il est nécessaire de faire en France pour
    encourager le soulèvement des catholiques en Angleterre.      _Ib._
  Mise en liberté du sieur Ridolfy.                                350
  _Mémoire secret._                                                351
  Confiance des révoltés dans les secours du roi.--Leurs
    projets--Leurs négociations avec l'Espagne.--Vues de
    l'Espagne sur Élisabeth et sur Marie Stuart.--Mission
    de sir John Hamilton auprès du duc d'Albe.                    _Ib._
  _Second mémoire._                                                356
  Irritation d'Élisabeth contre le duc de Norfolk.--Elle
    s'abandonne aux protestants.--Leurs desseins politiques.
    --Causes du soulèvement du Nord.--Affaires de Marie
    Stuart.--Négociations avec l'Espagne.                          356


  _75e Dépêche._--30 novembre.--

    AU ROI.                                                        366
  Nouvelles du Nord.                                              _Ib._
  Demandes faites par les révoltés.                                369
  Rupture des négociations avec l'Espagne.                         370
    A LA REINE.                                                   _Ib._
  Soupçons d'Élisabeth contre la France et l'Espagne.              371
  Préparatifs du duc Casimir.                                     _Ib._
  _Proclamation d'Élisabeth_ contre ceux du Nord.
    (24 novembre).                                                 372
  _Proclamation_ de ceux du Nord;--De la cause pour laquelle
    ils ont pris les armes.                                        375


  _76e Dépêche._--5 décembre.--

    AU ROI.                                                        376
  Nouvelles du Nord.                                               377
  Marie Stuart conduite à Coventry.                               _Ib._
  Mise en liberté du comte d'Arundel.                              379
  Dégradation des armoiries du comte de
    Northumberland.                                               _Ib._
    A LA REINE.                                                    380
  Serment d'Élisabeth au sujet de la dépêche enlevée.             _Ib._
  Restitution de la dépêche.                                      _Ib._
  Audience est accordée à l'évêque de Ross.                        381
  Dispositions favorables d'Élisabeth envers la France.           _Ib._
  _Note_ mise sur l'enveloppe du paquet rendu.                     382


  _77e Dépêche._--10 décembre.--

    AU ROI.                                                        383
  Nouvelles du Nord.                                              _Ib._
  Succès des révoltés.                                             384
  Mesures prises par Élisabeth.                                    385
  Motifs qui ont fait prendre les armes.                           386
  Nouvelles d'Allemagne.                                           387
  Préparatifs pour secourir la Rochelle.                           388
  Armements du duc d'Albe.                                         389
    A LA REINE.                                                   _Ib._
  Projet d'Élisabeth de livrer Marie Stuart au comte de Murray.   _Ib._
  Arrivée d'un député de la Rochelle.                              391


  _78e Dépêche._--17 décembre.--

    AU ROI.                                                        393
  Audience.                                                       _Ib._
  Efforts des Espagnols pour renouer les négociations.             399
    A LA REINE.                                                   _Ib._
  Nouvelles du Nord.                                               400
  Siége de Castelbar et prise de Hartlepool par les révoltés.     _Ib._
  Préparatifs de défense contre le duc d'Albe.                     401
  Plaintes contre les Bretons.                                     402


  _79e Dépêche._--21 décembre.--

    AU ROI.                                                        403
  Demande de secours faite parvles députés de la Rochelle.        _Ib._
  Mission du jeune comte de Mansfeld.                              404
  Confiance d'Élisabeth dans la répression de la révolte.          405
  Interrogatoire du duc de Norfolk.                                406
    A LA REINE.                                                   _Ib._
  Négociations de l'Espagne.                                       407
  Meilleure disposition d'Élisabeth en faveur de Marie Stuart
    et du duc de Norfolk.                                          408
  Prise de Castelbar par les révoltés.                             409
  Départ du sieur Ciapino Vitelli.                                _Ib._


  _80e Dépêche._--27 décembre.--

    AU ROI.                                                        411
  Nouvelles du Nord.                                              _Ib._
  Imminence d'une bataille décisive.                              _Ib._
  Faveur rendue au comte de Pembroke.                              412
  Audience de congé donnée au sieur Ciapino Vitelli.              _Ib._
  Mission du comte de Mansfeld en Allemagne.                       413
    A LA REINE.                                                   _Ib._
  État des affaires de Marie Stuart.                               414
  L'ambassadeur réclame le payement de sa pension, et
    l'accomplissement des promesses qui lui ont été faites.        415
  _Lettre secrète à la reine._                                     416
  Recommandation pour que le secret soit gardé sur le second
    mémoire joint à la dépêche.                                   _Ib._
  _Premier mémoire._                                               417
  Historique des affaires du Nord depuis la prise d'armes.        _Ib._
  Crainte que la révolte inspire à Élisabeth.                      420
  Instance faite auprès du duc de Norfolk pour qu'il renonce
    à épouser Marie Stuart.                                       _Ib._
  _Second mémoire confidentiel._                                   421
  Demande d'un secours d'argent faite par les comtes de
    Northumberland et de Westmoreland.                            _Ib._
  Détails secrets de leurs négociations avec l'Espagne.            422
  Avis donné par le sieur Ciapino Vitelli au duc d'Albe de
    déclarer la guerre à Élisabeth.                               _Ib._
  _Proclamation de ceux du Nord._                                  424
  _Lettre au roi._--du même jour.--                                426
  Félicitations sur les nouvelles de France.                      _Ib._
  Affaires du Nord.                                               _Ib._
  Bruit de la dispersion des révoltés.                            _Ib._
  Incertitude de cette nouvelle.                                   427


  _Addition à la 73e Dépêche._

  LETTRE de Marie Stuart à Élisabeth (10 novembre).                428
  Ses instances pour obtenir son rétablissement en Écosse,
    ou la permission de passer en France, même en payant rançon.  _Ib._


  _Addition aux Dépêches de l'année 1569._

  LETTRES DIVERSES de Marie Stuart à l'ambassadeur.                433
  --_25 juillet._--Remercîment de Marie Stuart à l'ambassadeur,
    avec prière de lui continuer ses bons offices.                _Ib._
  --_10 août._--Prière de Marie Stuart pour que l'ambassadeur
    insiste en sa faveur auprès d'Élisabeth.--Soupçons contre
    le secrétaire La Vergne.                                       435
  --_12 août._--Plaintes contre les menées du sieur Moulins
    en France.                                                     437
  --_Du même jour._--Nouvelles plaintes contre le sieur Moulins.  _Ib._


FIN DE LA TABLE DU DEUXIÈME VOLUME.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Correspondance diplomatique de Bertrand de Salignac de La Mothe Fénélon, Tome Second - Ambassadeur de France en Angleterre de 1568 à 1575" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home