Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Mémoires de Vidocq, chef de la police de Sureté jusqu'en 1827, tome I
Author: Vidocq, Eugène François, 1775-1857
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires de Vidocq, chef de la police de Sureté jusqu'en 1827, tome I" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



     Je déclaré que les exemplaires non revêtus de ma signature seront
     réputés contrefaits.

     [Illustration: Signature]

     Les exemplaires voulus par la loi ont été déposés, je poursuivrai
     comme contrefaits ceux non signés de moi.

[Illustration: VIDOCQ.]



MÉMOIRES

DE

VIDOCQ,

CHEF DE LA POLICE DE SURETÉ,

JUSQU'EN 1827,

AUJOURD'HUI PROPRIÉTAIRE ET FABRICANT DE PAPIER, A SAINT-MANDÉ.

Le plus grand fléau, est l'homme qui provoque.
Quand il n'y a pas de provocateurs, ce sont les
forts qui commettent les crimes, parce que ce ne
sont que les forts qui les conçoivent. En police,
il vaut mieux ne pas faire d'affaire que d'en créer.

MÉMOIRES, _tome_ I.

TOME PREMIER.

PARIS,

TENON, LIBRAIRE-ÉDITEUR,

RUE HAUTEFEUILLE, Nº 30.

1828.



Vidocq

AU LECTEUR.


Ce fut au mois de janvier 1828, que je terminai ces Mémoires, dont je
voulais diriger moi-même la publication. Malheureusement, dans le
courant de février, je me cassai le bras droit, et comme il était
fracturé en cinq endroits différents, il fut question de me le couper;
pendant plus de six semaines, mes jours furent en péril, j'étais en
proie à d'horribles souffrances. Dans cette cruelle situation, je
n'étais guères en état de relire mon manuscrit, et d'y mettre ce qu'on
appelle la dernière main; cependant j'avais vendu, et le libraire était
pressé de publier; il offrit de me donner un réviseur, et, trompé par la
recommandation d'un écrivain honorablement connu dans la littérature,
pour faire un travail qu'en toute autre circonstance je n'eusse confié à
personne, il me présenta l'un de ces prétendus hommes de lettres dont
l'intrépide jactance cache la nullité, et qui n'ont d'autre vocation que
le besoin d'argent. Ce prétendu homme de lettres exaltait beaucoup trop
son propre mérité, pour que je n'éprouvasse pas quelque répugnance à
l'accepter, mais il avait derrière lui une caution respectable, il était
désigné par un littérateur distingué. J'écartai des préventions
peut-être injustes, et je consentis à être suppléé en attendant ma
guérison. Le suppléant devait immédiatement prendre connaissance du
manuscrit; il le parcourut, et après un examen superficiel, afin de se
faire valoir, il ne manqua pas d'affirmer, suivant l'usage, qu'il y
avait beaucoup à revoir et à corriger; le libraire, suivant l'usage
encore, le crut sur parole; on réussit à me persuader dans le même sens,
et, comme tant d'autres, qui ne s'en vantent pas, j'eus un _teinturier_.

Certes, il y avait beaucoup à reprendre dans mon style: j'ignorais les
convenances et les formes littéraires, mais j'étais habitué à un ordre
logique, je savais l'inconvénient des répétitions de mots, et si je
n'étais pas grammairien comme Vaugelas, soit routine, soit bonheur,
j'avais presque toujours l'avantage d'éviter les fautes de français.
Vidocq écrivant avec cette correction était peut-être une
invraisemblance aux yeux de mon censeur, c'est ce que je ne sais pas:
mais voici le fait:

Au mois de juillet dernier, j'allai à Douai pour faire entériner des
lettres de grâces qui m'avaient été accordées en 1818. A mon retour, je
demandai en communication les feuilles imprimées de mes Mémoires, et
comme ma réintégration dans les droits de citoyen ne me laissait plus
redouter aucune rigueur arbitraire de la part de l'autorité, je me
proposai de refondre dans mon manuscrit tout ce qui est relatif à la
police, afin de le compléter par des révélations dont je m'étais
jusqu'alors abstenu.

Quel ne fut pas mon étonnement, lorsqu'à la lecture du premier volume et
d'une partie du second, je m'aperçus que ma rédaction avait été
entièrement changée, et qu'à une narration dans laquelle se retrouvaient
à chaque instant, les saillies, la vivacité et l'énergie de mon
caractère, on en avait substitué une autre, tout-à-fait dépourvue de
vie, de couleur et de rapidité. Sauf quelques altérations, les faits
étaient bien les mêmes, mais tout ce qu'il y avait de fortuit,
d'involontaire, de spontané dans les vicissitudes d'une carrière
orageuse, ne s'y présentait plus que comme une longue préméditation du
mal. L'empire de la nécessité était soigneusement dissimulé; j'étais en
quelque sorte le Cartouche de l'époque, ou plutôt un autre _Compère
Matthieu_, n'ayant ni sensibilité, ni conscience, ni regrets, ni
repentir. Pour comble de disgrâce, la seule intention qui pût justifier
quelques aveux d'une sincérité peu commune, devenait imperceptible, je
n'étais plus qu'un éhonté qui, accoutumé à ne plus rougir, joint à
l'immoralité de certaines actions, celle de se complaire à les raconter.
Pour me déconsidérer sous d'autres rapports, on me prêtait encore un
langage d'une trivialité que rien ne rachette. De bonne foi, je me
sentais intérieurement humilié de ce que la presse avait reproduit des
détails que je n'aurais pas manqué de faire disparaître, si je n'avais
pas compté sur la révision d'un homme de goût. J'étais choqué de cette
multitude de locutions vicieuses, de tournures fatigantes, de phrases
prolixes, dans lesquelles l'oreille n'est pas plus ménagée que le bon
sens et la syntaxe. Il ne m'était pas concevable qu'avec une telle
absence de talent, on s'aveuglât au point de prendre la qualité d'homme
de lettres. Mais bientôt des soupçons s'élevèrent dans mon esprit, et à
la suppression de quelques noms que j'étais surpris de ne plus trouver
(celui de mon successeur, Coco-Lacour, par exemple), je crus reconnaître
le doigt d'une police émérite et les traces d'une transaction à laquelle
on s'était bien gardé de nous initier, le libraire et moi.
Vraisemblablement le parti Delavau et Franchet, informé du fatal
accident qui m'empêchait de surveiller par moi-même une publication qui
doit l'inquiéter, avait profité de la circonstance pour faire rédiger
mes Mémoires d'une manière à paralyser d'avance l'effet de révélations
dont il n'aura pas à s'applaudir. Toutes les conjectures étaient
permises; je n'accusai avec certitude que l'incapacité de mon
correcteur, et comme, sans vanité, j'étais plus satisfait de ma prose
que de la sienne, je le priai de se dispenser de continuer son travail.

Il semblerait qu'alors il n'eut point d'objection à faire; mais
devait-il se départir de sa mission? il opposa un marché et un
commencement d'exécution, en vertu duquel il s'attribuait le droit de me
mutiler bon gré malgré, et de m'accommoder jusqu'au bout à sa fantaisie,
à moins qu'il ne me plût de lui allouer une indemnité. J'aurais pu à
plus juste titre lui demander des dommages et intérêts; mais où il n'y a
ni bien ni honneur, à quoi sert une réclamation de ce genre? Pour ne pas
perdre de temps en débats inutiles, je rachetai mon manuscrit, et j'en
payai la rançon sous certaines réserves que je fis _in petto_.

Dès ce moment, je pris la résolution d'anéantir les pages dans
lesquelles ma vie et les diverses aventures dont elle se compose étaient
offertes sans excuse. Une lacération complète était le plus sûr moyen de
déjouer une intrigue dont il était facile d'apercevoir le but; mais un
premier volume était prêt, et déjà le second était en bon train; une
suppression totale eût été un sacrifice trop considérable pour le
libraire: d'un autre côté, par un des plus coupables abus de confiance,
le forban qui nous avait fait contribuer, trafiquant d'un exemplaire
soustrait frauduleusement, vendait mes Mémoires à Londres, et insérés
par extraits dans les journaux ils revenaient bientôt à Paris, où ils
étaient donnés comme des traductions. Le vol était audacieux; je ne
balançai pas à en nommer l'auteur. J'aurais pu le poursuivre; son action
ne restera pas impunie. En attendant, j'ai pensé qu'il était bon d'aller
au plus pressé, c'est-à-dire de sauver la spéculation du libraire, en ne
souffrant pas qu'il soit devancé, et qu'un larcin inouï dans les fastes
de la librairie parvienne à ses dernières conséquences; il fallait une
considération de ce genre, pour que je me décidasse à immoler mon
amour-propre: c'est parce qu'elle a été tout puissante sur moi, que,
dans un intérêt contraire au mien, et pour satisfaire à l'impatience du
public, j'accepte aujourd'hui, comme mienne, une rédaction que j'avais
d'abord le dessein de répudier. Dans ce texte, tout est conforme à la
vérité; seulement le vrai, en ce qui me concerne, y est dit avec trop
peu de ménagements et sans aucune des précautions qu'exigeait une
confession générale, d'après laquelle chacun est appelé à me juger. Le
principal défaut est dans une disposition malveillante, dont je puis
seul avoir à me plaindre. Quelques rectifications m'ont paru
indispensables, je les ai faites. Ceci explique la différence de ton
dont on pourra être frappé en comparant entre elles quelques portions de
ces Mémoires; mais, à partir de mon admission parmi les corsaires de
Boulogne, on se convaincra facilement que je n'ai plus d'interprète;
personne ne s'est immiscé ni ne s'immiscera désormais dans la tâche que
je me suis imposée, de dévoiler au public tout ce qui peut l'intéresser;
je parle et je parlerai sans réserve, sans restriction, et avec toute la
franchise d'un homme qui n'a plus de craintes, et qui, enfin rentré dans
la plénitude des droits dont il fut injustement privé, aspire à les
exercer dans toute leur étendue. Que si l'on concevait quelques doutes
sur la réalité de cette intention, il me suffirait de renvoyer le
lecteur au dernier chapitre de mon second volume, où il acquerrait déjà
la preuve que j'ai la volonté et la force de tenir parole.



MÉMOIRES

DE

VIDOCQ.



CHAPITRE PREMIER.

     Ma naissance.--Dispositions précoces.--Je suis mitron.--Un premier
     vol.--La fausse clé.--Les poulets accusateurs.--L'argenterie
     enlevée.--La prison.--La clémence maternelle.--Mon père ouvre les
     yeux.--Le grand coup.--Départ d'Arras.--Je cherche un navire.--Le
     courtier d'un musicos.--Le danger de l'ivresse.--La trompette
     m'appelle.--M. Comus, premier physicien de l'univers.--Le
     précepteur du général Jacquot.--Les acrobates.--J'entre dans la
     _banque_.--Les leçons du petit diable.--Le sauvage de la mer du
     Sud.--Polichinel et le théâtre des variétés amusantes.--Une scène
     de jalousie, ou le sergent dans l'œil.--Je passe au service d'un
     médecin nomade.--Retour à la maison paternelle.--La connaissance
     d'une comédienne.--Encore une fugue.--Mon départ dans un
     régiment.--Le camarade précipité.--La désertion.--Le franc Picard
     et les assignats.--Je passe à l'ennemi.--Une schlag.--Je reviens
     sous mes anciens drapeaux.--Un vol domestique et la gouvernante
     d'un vieux garçon.--Deux duels par jour.--Je suis blessé.--Mon père
     fonctionnaire public.--Je fais la guerre.--Changement de
     corps.--Séjour à Arras.


Je suis né à Arras: mes travestissements continuels, la mobilité de mes
traits, une aptitude singulière à me grimer, ayant laissé quelques
incertitudes sur mon âge, il ne sera pas superflu de déclarer ici que je
vins au monde le 23 juillet 1775, dans une maison voisine de celle où,
seize ans auparavant, était né Robespierre. C'était la nuit: la pluie
tombait par torrents; le tonnerre grondait; une parente, qui cumulait
les fonctions de sage-femme et de sybille, en conclut que ma carrière
serait fort orageuse. Il y avait encore dans ce temps de bonnes gens qui
croyaient aux présages: aujourd'hui qu'on est plus éclairé, combien
d'hommes qui ne sont pas des commères, parieraient pour l'infaillibilité
de Mademoiselle Lenormand!

Quoi qu'il en soit, il est à présumer que l'atmosphère ne se bouleversa
pas tout exprès pour moi, et bien que le merveilleux soit parfois chose
fort séduisante, je suis loin de penser que là haut on ait pris garde à
ma naissance. J'étais pourvu d'une constitution des plus robustes,
l'étoffe n'y avait pas été épargnée; aussi, dès que je parus, on m'eût
pris pour un enfant de deux ans, et j'annonçais déjà ces formes
athlétiques, cette structure colossale, qui depuis ont glacé d'effroi
les coquins les plus intrépides et les plus vigoureux. La maison de mon
père étant située sur la place d'armes, rendez-vous habituel de tous
les polissons du quartier, j'exerçai de bonne heure mes facultés
musculaires, en rossant régulièrement mes camarades, dont les parents ne
manquaient pas de venir se plaindre aux miens. Chez nous, on n'entendait
parler que d'oreilles arrachées, d'yeux pochés, de vêtements déchirés: à
huit ans, j'étais la terreur des chiens, des chats et des enfants du
voisinage; à treize, je maniais assez bien un fleuret pour n'être pas
déplacé dans un assaut. Mon père s'apercevant que je hantais les
militaires de la garnison, s'alarma de mes progrès, et m'intima l'ordre
de me disposer à faire ma première communion: deux dévotes se chargèrent
de me préparer à cet acte solennel. Dieu sait quel fruit j'ai tiré de
leurs leçons! Je commençais, en même temps, à apprendre l'état de
boulanger: c'était la profession de mon père, qui me destinait à lui
succéder, bien que j'eusse un frère plus âgé que moi.

Mon emploi consistait principalement à porter du pain dans la ville. Je
profitais de ces courses pour faire de fréquentes visites à la salle
d'armes; mes parents ne l'ignoraient pas, mais les cuisinières faisaient
de si pompeux éloges de ma complaisance et de mon exactitude, qu'ils
fermèrent les yeux sur mainte escapade. Cette tolérance dura jusqu'à ce
qu'ils eussent constaté un déficit dans le comptoir, dont ils ne
retiraient jamais la clé. Mon frère, qui l'exploitait concurremment avec
moi, fut pris en flagrant délit, et déporté chez un boulanger de Lille.
Le lendemain de cette exécution, dont on ne m'avait pas confié le motif,
je me disposais à explorer, comme de coutume, le bienheureux tiroir,
lorsque je m'aperçus qu'il était soigneusement fermé. Le même jour, mon
père me signifia que j'eusse à mettre plus de célérité dans mes
tournées, et à rentrer à heure fixe. Ainsi il était évident que
désormais je n'aurais plus ni argent ni liberté: je déplorai ce double
malheur, et m'empressai d'en faire part à l'un de mes camarades, le
nommé _Poyant_, qui était plus âgé que moi. Comme le comptoir était
percé pour l'introduction des monnaies, il me conseilla d'abord de
passer dans le trou une plume de corbeau enduite de glu; mais cet
ingénieux procédé ne me procurait que des pièces légères, et il fallut
en venir à l'emploi d'une fausse clé, qu'il me fit fabriquer par le fils
d'un sergent de ville. Alors je puisai de nouveau dans la caisse, et
nous consommâmes ensemble le produit de ces larcins dans une espèce de
taverne où nous avions établi notre quartier-général. Là se
réunissaient, attirés par le patron du lieu, bon nombre de mauvais
sujets connus, et quelques malheureux jeunes gens qui, pour avoir le
gousset garni, usaient du même expédient que moi. Bientôt je me liai
avec tout ce qu'il y avait de libertins dans le pays, les Boudou, les
Delcroix, les Hidou, les Franchison, les Basserie, qui m'initièrent à
leurs déréglements. Telle était l'honorable société au sein de laquelle
s'écoulèrent mes loisirs, jusqu'au moment où mon père m'ayant surpris un
jour, comme il avait surpris mon frère, s'empara de ma clé, m'administra
une correction, et prit des précautions telles qu'il ne fallut plus
songer à m'attribuer un dividende dans la recette.

Il ne me restait plus que la ressource de prélever en nature la dîme sur
les fournées. De temps à autre, j'escamotais quelques pains; mais comme,
pour m'en défaire, j'étais obligé de les donner à vil prix, à peine,
dans le produit de la vente, trouvais-je de quoi me régaler de tartes et
d'hydromel. La nécessité rend actif: j'avais l'œil sur tout; tout
m'était bon, le vin, le sucre, le café, les liqueurs. Ma mère n'avait
pas encore vu ses provisions s'épuiser si vîte; peut-être n'eût-elle pas
découvert de sitôt où elles passaient, lorsque deux poulets que j'avais
résolu de confisquer à mon profit élevèrent la voix pour m'accuser.
Enfoncés dans ma culotte, où mon tablier de mitron les dissimulait, ils
chantèrent en montrant la crête, et ma mère, avertie ainsi de leur
enlèvement, se présenta à point nommé pour l'empêcher. Il me revint
alors quelques soufflets, et j'allai me coucher sans souper. Je ne
dormis pas, et ce fut, je crois, le malin esprit qui me tint éveillé.
Tout ce que je sais, c'est que je me levai avec le projet bien arrêté de
faire main basse sur l'argenterie. Une seule chose m'inquiétait: sur
chaque pièce le nom de Vidocq était gravé en toutes lettres. Poyant, à
qui je m'ouvris à ce sujet, leva toutes les difficultés, et le jour
même, à l'heure du dîner, je fis une rafle de dix couverts et d'autant
de cuillers à café. Vingt minutes après, le tout était engagé, et dès le
surlendemain, je n'avais plus une obole des cent cinquante francs que
l'on m'avait prêtés.

Il y avait trois jours que je n'avais pas reparu chez mes parents,
lorsqu'un soir je fus arrêté par deux sergents de ville, et conduit aux
_Baudets_, maison de dépôt où l'on renfermait les fous, les prévenus et
les mauvais sujets du pays. L'on m'y tint dix jours au cachot, sans
vouloir me faire connaître les motifs de mon arrestation; enfin le
geôlier m'apprit que j'avais été incarcéré à la demande de mon père.
Cette nouvelle calma un peu mes inquiétudes: c'était une correction
paternelle qui m'était infligée, je me doutais bien qu'on ne me
tiendrait pas rigueur. Ma mère vint me voir le lendemain, j'en obtins
mon pardon; quatre jours après j'étais libre, et je m'étais remis au
travail avec l'intention bien prononcée de tenir désormais une conduite
irréprochable. Vaine résolution!

Je revins promptement à mes anciennes habitudes, sauf la prodigalité,
attendu que j'avais d'excellentes raisons pour ne plus faire le
magnifique; mon père, que j'avais vu jusqu'alors assez insouciant, était
d'une vigilance qui eût fait honneur au commandant d'une grand'garde.
Était-il obligé de quitter le poste du comptoir, ma mère le relevait
aussitôt: impossible à moi d'en approcher, quoique je fusse sans cesse
aux aguets. Cette permanence me désespérait. Enfin, un de mes compagnons
de taverne prit pitié de moi: c'était encore Poyant, fieffé vaurien,
dont les habitants d'Arras peuvent se rappeler les hauts faits. Je lui
confiai mes peines. «Eh quoi! me dit-il, tu es bien bête de rester à
l'attache, et puis ça n'a-t-il pas bonne mine, un garçon de ton âge
n'avoir pas le sou? va! si j'étais à ta place, je sais bien ce que je
ferais.--Eh! que ferais-tu?--Tes parents sont riches, un millier d'écus
de plus ou de moins ne leur fera pas de tort: de vieux avares, c'est
pain béni, il faut faire une main-levée.--J'entends, il faut empoigner
en gros ce qu'on ne peut pas avoir en détail.--Tu y es: après l'on
décampe, ni vu ni connu.--Oui, mais la maréchaussée.--Tais-toi: est-ce
que tu n'es pas leur fils? et puis ta mère t'aime bien trop.» Cette
considération de l'amour de ma mère, joint au souvenir de son indulgence
après mes dernières fredaines, fut toute-puissante sur mon esprit;
j'adoptai aveuglément un projet qui souriait mon audace; il ne restait
plus qu'à le mettre à exécution; l'occasion ne se fit pas attendre.

Un soir que ma mère était seule au logis, un affidé de Poyant vint
l'avertir, jouant le bon apôtre, qu'engagé dans une orgie avec des
filles, je battais tout le monde, que je voulais tout casser et briser
dans la maison, et que si l'on me laissait faire, il y aurait au moins
pour 100 fr. de dégât, qu'il faudrait ensuite payer.

En ce moment ma mère, assise dans son fauteuil, était à tricoter; son
bas lui échappe des mains; elle se lève précipitamment et court tout
effarée au lieu de la prétendue scène, qu'on avait eu le soin de lui
indiquer à l'une des extrémités de la ville. Son absence ne devait pas
durer long-temps: nous nous hâtâmes de la mettre à profit. Une clé que
j'avais escamotée la veille nous servit à pénétrer dans la boutique. Le
comptoir était fermé; je fus presque satisfait de rencontrer cet
obstacle. Cette fois, je me rappelai l'amour que me portait ma mère, non
plus pour me promettre l'impunité, mais pour éprouver un commencement de
remords. J'allais me retirer, Poyant me retint, son éloquence infernale
me fit rougir de ce qu'il appelait ma faiblesse, et lorsqu'il me
présenta une pince dont il avait eu la précaution de se munir, je la
saisis presque avec enthousiasme: la caisse fut forcée; elle contenait à
peu près deux mille francs, que nous partageâmes, et une demi-heure
après j'étais seul sur la route de Lille. Dans le trouble où m'avait
jeté cette expédition, je marchai d'abord fort vite, de sorte qu'en
arrivant à Lens, j'étais déjà excédé de fatigue; je m'arrêtai. Une
voiture de retour vint à passer, j'y pris place, et en moins de trois
heures j'arrivai dans la capitale de la Flandre française, d'où je
partis immédiatement pour Dunkerque, pressé que j'étais de m'éloigner le
plus possible, pour me dérober à la poursuite.

J'avais l'intention d'aller faire un tour dans le Nouveau-Monde. La
fatalité déjoua ce projet: le port de Dunkerque était désert; je gagnai
Calais, afin de m'embarquer sur-le-champ; mais on me demanda un prix qui
excédait la somme que je possédais. On me fit espérer qu'à Ostende le
transport serait meilleur marché, vu la concurrence; je m'y rendis, et
n'y trouvai pas les capitaines plus traitables qu'à Calais. A force de
désappointements, j'étais tombé dans cette disposition aventureuse où
l'on se jette volontiers dans les bras du premier venu, et je ne sais
trop pourquoi je m'attendais à rencontrer quelque bon enfant qui me
prendrait gratis à son bord, ou du moins ferait un rabais considérable
en faveur de ma bonne mine, et de l'intérêt qu'inspire toujours un jeune
homme. Tandis que j'étais à me promener, préoccupé de cette idée, je
fus accosté par un individu dont l'abord bienveillant me fit croire que
ma chimère allait se réaliser. Les premières paroles qu'il m'adressa
furent des questions: il avait compris que j'étais étranger; il m'apprit
qu'il était courtier de navires, et quand je lui eus fait connaître le
but de mon séjour à Ostende, il me fit des offres de service. «Votre
physionomie me plaît, me dit-il; j'aime les figures ouvertes; il y a
dans vos traits un air de franchise et de jovialité que j'estime: tenez,
je veux vous le prouver, en vous faisant obtenir votre passage presque
pour rien.» Je lui en témoignai ma reconnaissance. «Point de
remercîment, mon ami; quand votre affaire sera faite, à la bonne heure;
ce sera bientôt, j'espère; en attendant, vous devez vous ennuyer ici?»
Je répondis qu'en effet je ne m'amusais pas beaucoup. «Si vous voulez
venir avec moi à Blakemberg, nous y souperons ensemble chez de braves
gens qui sont fous des Français. Le courtier me fit tant de politesse,
il me conviait de si bonne grâce qu'il y aurait eu de la malhonnêteté à
me faire prier; j'acceptai donc: il me conduisit dans une maison où des
dames fort aimables nous accueillirent avec tout l'abandon de cette
hospitalité antique, qui ne se bornait pas au festin. A minuit,
probablement, je dis probablement, car nous ne comptions plus les
heures, j'avais la tête lourde, mes jambes ne pouvaient plus me porter;
il y avait autour de moi un mouvement de rotation générale, et les
choses tournèrent de telle sorte, que, sans m'être aperçu que l'on m'eût
déshabillé, il me sembla être en chemise sur le même édredon qu'une des
nymphes blakembergeoises: peut-être était-ce vrai; tout ce que je sais,
c'est que je m'endormis. A mon réveil, je sentis une vive impression de
froid... Au lieu de vastes rideaux verts qui m'avaient apparu comme dans
un songe, mes yeux appesantis entrevoyaient une forêt de mâts, et
j'entendais ce cri de vigilance qui ne retentit que dans les ports de
mer; je voulus me lever sur mon séant, ma main s'appuya sur un tas de
cordages auxquels j'étais adossé. Rêvais-je maintenant, ou bien avais-je
rêvé la veille? je me tâtai, je me secouai, et quand je fus debout, il
me fut démontré que je ne rêvais pas, et, qui pis est, que je n'étais
pas du petit nombre de ces êtres privilégiés à qui la fortune vient en
dormant. J'étais à demi vêtu, et, à part deux écus de six livres, que je
trouvai dans une des poches de ma culotte, il ne me restait pas une
pièce de monnaie. Alors il me devint trop clair que, suivant le désir du
courtier, _mon affaire avait été bientôt faite_. J'étais transporté de
fureur; mais à qui m'en prendre: il ne m'aurait pas même été possible
d'indiquer l'endroit où l'on m'avait dépouillé de la sorte; j'en pris
mon parti, et je retournai à l'auberge, où quelques hardes que j'avais
encore pouvaient combler le déficit de ma toilette. Je n'eus pas besoin
de mettre mon hôte au fait de ma mésaventure. «Ah! ah! me dit-il,
d'aussi loin qu'il put m'apercevoir, en voilà encore un. Savez-vous,
jeune homme, que vous en êtes quitte à bon compte? vous revenez avec
tous vos membres, c'est bien heureux quand on va dans des guêpiers
pareils: vous savez à présent ce qu'est un _musicos_; il y avait au
moins de belles syrènes! tous les flibustiers, voyez-vous, ne sont pas
sur la mer, ni les requins dedans; je gage qu'il ne vous reste pas une
plaquette.» Je tirai fièrement mes deux écus pour les montrer à
l'aubergiste. «Ce sera, reprit-il, pour solder votre dépense.» Aussitôt
il me présenta ma note; je le payai et pris congé de lui, sans cependant
quitter la ville.

Décidément, mon voyage d'Amérique était remis aux calendes grecques, et
le vieux continent était mon lot; j'allais être réduit à croupir sur les
plus bas degrés d'une civilisation infime, et mon avenir m'inquiétait
d'autant plus, que je n'avais aucune ressource pour le présent. Chez mon
père, jamais le pain ne m'aurait manqué: aussi regrettais-je le toit
paternel; le four, me disais-je, aurait toujours chauffé pour moi comme
pour tous les autres. Après ces regrets, je repassai dans mon esprit
toute cette foule de réflexions morales qu'on a cru fortifier en les
ramenant à des formes superstitieuses: _Une mauvaise action ne porte pas
bonheur; le bien mal acquis ne profite pas_. Pour la première fois je
reconnaissais, d'après mon expérience, un fonds de vérité dans ces
sentences prophétiques, qui sont des prédictions perpétuelles plus sûres
que les admirables centuries de Michel Nostradamus. J'étais dans une
veine de repentir, que ma situation rend très concevable. Je calculais
les suites de ma _fugue_ et des circonstances aggravantes, mais ces
dispositions ne furent qu'éphémères; il était écrit que je ne serais pas
lancé de sitôt dans une bonne voie. La marine était une carrière qui
m'était ouverte, je me résolus d'y prendre du service; au risque de me
rompre le cou trente fois par jour, à grimper pour onze francs par mois
dans les haubans d'un navire. J'étais prêt à m'enrôler comme novice,
lorsqu'un son de trompette attira tout à coup mon attention: ce n'était
pas de la cavalerie, c'était paillasse et son maître, qui, devant une
barraque tapissée des enseignes d'une ménagerie ambulante, appelaient un
public qui ne siffle jamais à assister à leurs grossiers lazzis;
j'arrivai pour voir commencer la parade, et tandis qu'un auditoire assez
nombreux manifestait sa gaîté par de gros éclats de rire, il me vint le
pressentiment que le maître de paillasse pourrait m'accorder
quelqu'emploi. Paillasse me paraissait un bon garçon, je voulus m'en
faire un protecteur, et comme je savais qu'une prévenance en vaut une
autre, quand il descendit de ses tréteaux pour dire _suivez le monde_,
pensant bien qu'il était altéré, je consacrai mon dernier escalin à lui
offrir de prendre sa moitié d'une pinte de genièvre. Paillasse, sensible
à cette politesse, me promit aussitôt de parler pour moi, et dès que
notre pinte fut finie, il me présenta au directeur. Celui-ci était le
célèbre Cotte-Comus; il s'intitulait le premier physicien de l'univers,
et pour parcourir la province, il avait mis ses talents en commun avec
le naturaliste Garnier, le savant précepteur du général Jacquot, que
tout Paris a vu dans la cour des Fontaines avant et depuis la
restauration. Ces messieurs s'étaient adjoint une troupe d'acrobates.
Comus, dès que je parus devant lui, me demanda ce que je savais faire.
Rien, lui répondis-je.--«En ce cas, me dit-il, on t'instruira; il y en a
de plus bêtes, et puis, d'ailleurs, tu ne m'as pas l'air maladroit; nous
verrons si tu as des dispositions pour la banque; alors je t'engagerai
pour deux ans; les premiers six mois tu seras bien nourri, bien vêtu; au
bout de ce temps tu auras un sixième de _la manche_ (la quête), et
l'année d'ensuite, si tu es intelligent, je te donnerai ta part comme
aux autres; en attendant mon ami, je saurai t'occuper.»

Me voilà introduit, je vais partager le grabat de l'obligeant paillasse.
Au point du jour, nous sommes éveillés par la voix majestueuse du
patron, qui me conduit dans un espèce de bouge: «Toi, me dit-il, en me
montrant des lampions et des girandoles de bois, voilà ta besogne, tu
vas m'approprier tout ça, et le mettre en état comme il faut,
entends-tu? après tu nettoieras les cages des animaux, et tu balaieras
la salle.» J'allais faire un métier qui ne me plaisait guère: le suif me
dégoûtait, et je n'étais pas trop à mon aise avec les singes, qui,
effarouchés par un visage qu'ils ne connaissaient pas, faisaient des
efforts incroyables pour m'arracher les yeux. Quoi qu'il en soit, je me
conformai à la nécessité. Ma tâche remplie, je parus devant le
directeur, qui me déclara que j'étais son affaire, en ajoutant que si je
continuais à montrer du zèle, il ferait quelque chose de moi. Je m'étais
levé matin, j'avais une faim dévorante, il était dix heures, je ne
voyais pas qu'il fût question de déjeûner, et pourtant il était convenu
qu'on me donnerait le logement et la table; je tombais de besoin, quand
on m'apporta enfin un morceau de pain bis, si dur, que, ne pouvant
l'achever, bien que j'eusse des dents excellentes et un rude appétit,
j'en jetai la plus grande partie aux animaux. Le soir, il me fallut
illuminer; et comme, faute d'habitude, je ne déployais pas dans ces
fonctions toute la célérité convenable, le directeur, qui était brutal,
m'administra une petite correction qui se renouvela le lendemain et
jours suivants. Un mois ne s'était pas écoulé, que j'étais dans un état
déplorable; mes habits tachés de graisse et déchirés par les singes,
étaient en lambeaux; la vermine me dévorait; la diète forcée m'avait
maigri au point qu'on ne m'aurait pas reconnu; c'est alors que se
ranimèrent encore avec plus d'amertume les regrets de la maison
paternelle, où l'on était bien nourri, bien couché, bien vêtu, et où
l'on n'avait pas à faire des ménages de singe.

J'étais dans ces dispositions, lorsqu'un matin Comus vint me déclarer
qu'après avoir bien réfléchi à ce qui me convenait, il s'était convaincu
que je ferais un habile _sauteur_. Il me remit en conséquence dans les
mains du sieur _Balmate_, dit le _petit diable_, qui eut ordre de me
dresser. Mon maître faillit me casser les reins à la première souplesse
qu'il voulut me faire faire; je prenais deux ou trois leçons par jour.
En moins de trois semaines, j'étais parvenu à exécuter dans la
perfection le saut de carpe, le saut de singe, le saut de poltron, le
saut d'ivrogne, etc. Mon professeur, enchanté de mes progrès, prenait
plaisir à les accélérer encore... cent fois je crus que, pour développer
mes moyens, il allait me disloquer les membres. Enfin nous en vînmes aux
difficultés de l'art, c'était toujours de plus fort en plus fort. Au
premier essai du grand écart, je manquai de me pourfendre, au saut de la
chaise, je me rompis le nez. Brisé, moulu, dégoûté d'une si périlleuse
gymnastique, je pris le parti d'annoncer à M. Comus, que décidément je
ne me souciais pas d'être sauteur. Ah! tu ne t'en soucies pas, me
dit-il, et sans rien m'objecter il me repassa force coups de cravaches;
dès ce moment Balmate ne s'occupa plus de moi, et je retournai à mes
lampions.

M. Comus m'avait abandonné, ce devait bientôt être au tour de Garnier de
s'occuper de me donner un état; un jour qu'il m'avait rossé plus que de
coutume (car c'était un exercice dont il partageait le plaisir avec M.
Comus), Garnier, me toisant de la tête aux pieds, et contemplant avec
une satisfaction trop marquée le délabrement, de mon pourpoint, qui
montrait les chairs: «Je suis content de toi, me dit-il, te voilà
précisément au point où je te voulais; à présent, si tu es docile, il ne
tiendra qu'à toi d'être heureux; à dater d'aujourd'hui, tu vas laisser
croître tes ongles; tes cheveux sont déjà d'une bonne longueur, tu es
presque nu, une décoction de feuilles de noyer fera le reste.»
J'ignorais où Garnier allait en venir, lorsqu'il appela mon ami
Paillasse, à qui il commanda de lui apporter la peau de tigre et la
massue: Paillasse revint avec les objets demandés. «A présent, reprit
Garnier, nous allons faire une répétition. Tu es un jeune sauvage de la
mer du Sud, et, qui plus est, un antropophage; tu manges de la chair
crue, la vue du sang te met en fureur, et quand tu as soif, tu
t'introduis dans la bouche des cailloux que tu broies; tu ne pousses que
des sons brusques et aigus, tu ouvres de grands yeux, tes mouvements
sont saccadés, tu ne vas que par sauts et par bonds; enfin, prends
exemple sur l'homme des bois qui est ici dans la cage nº 1.» Pendant
cette instruction, une jatte pleine de petits cailloux parfaitement
arrondis était à mes pieds, et tout près de là un coq qui s'ennuyait
d'avoir les pattes liées; Garnier le prit et me le présenta en me
disant: «Mords là dedans.» Je ne voulus pas mordre; il insista avec des
menaces; je m'insurgeai et fis aussitôt la demande de mon congé; pour
toute réponse, on m'administra une douzaine de soufflets; Garnier n'y
allait pas de main morte. Irrité de ce traitement, je saisis un pieu, et
j'aurais infailliblement assommé monsieur le naturaliste, si toute la
troupe, étant venue fondre sur moi, ne m'eût jeté à la porte au milieu
d'une grêle de coups de pieds et de coups de poings.

Depuis quelques jours, je m'étais rencontré dans le même cabaret avec un
bateleur et sa femme, qui faisaient voir les marionnettes en plein vent.
Nous avions fait connaissance, et j'étais certain de leur avoir inspiré
de l'intérêt. Le mari me plaignait beaucoup d'être condamné, disait-il,
au _supplice des bêtes_. Parfois il me comparait plaisamment à Daniel
dans la fosse aux lions. On voit qu'il était érudit et fait pour quelque
chose de mieux que pour le drame _de polichinel_; aussi devait-il, plus
tard, exploiter une direction dramatique en province: peut-être
l'exploite-t-il encore; je tairai son nom. Le futur directeur était très
spirituel, madame ne s'en apercevait pas; mais il était fort laid, et
elle le voyait bien; madame était en outre une de ces brunes piquantes,
à longs cils, dont le cœur est inflammable au plus haut degré, dût-il
ne s'y allumer qu'un feu de paille. J'étais jeune, madame l'était aussi;
elle n'avait pas seize ans, monsieur en avait trente-cinq. Dès que je me
vis sans place, j'allai trouver les deux époux; j'avais dans l'idée
qu'ils me donneraient un conseil utile: ils me donnèrent à dîner, et me
félicitèrent d'avoir osé m'affranchir du joug despotique de Garnier,
qu'ils appelaient le _cornac_. «Puisque tu es devenu ton maître, me dit
le mari, il faut venir avec nous, tu nous seconderas; au moins, quand
nous serons trois il n'y aura plus d'entre-actes, tu me tendras les
acteurs pendant qu'Élisa _fera la manche_; le public, tenu en haleine,
ne filera pas, et la recette en sera plus abondante. Qu'en dis-tu,
Élisa?» Élisa répondit à son mari qu'il ferait à cet égard tout ce qu'il
voudrait, qu'au surplus elle était de son avis, et en même temps elle
laissa tomber sur moi un regard qui me prouva qu'elle n'était pas fâchée
de la proposition, et que nous nous entendrions à merveille. J'acceptai
avec reconnaissance le nouvel emploi qui m'était offert, et, à la
prochaine représentation, je fus installé à mon poste. La condition
était infiniment meilleure qu'auprès de Garnier. Élisa, qui, malgré ma
maigreur, avait découvert que je n'étais pas si mal bâti que mal
habillé, me faisait en secret mille agaceries auxquelles je répondais,
au bout de trois jours, elle m'avoua que j'étais sa passion, et je ne
fus pas ingrat: nous étions heureux, nous ne nous quittions plus. Au
logis, nous ne faisions que rire, jouer, plaisanter: le mari d'Élisa
prenait tout cela pour des enfantillages. Pendant le travail, nous nous
trouvions côte à côte sous une étroite cabane formée de quatre lambeaux
de toile, décorée du titre pompeux de _Théâtre des Variétés amusantes_.
Élisa était à la droite de son mari, et moi j'étais à la droite d'Élisa,
que je remplaçais lorsqu'elle n'était plus là pour surveiller les
entrées et les sorties. Un dimanche, le spectacle était en pleine
activité, il y avait foule autour de l'échoppe, Polichinel avait battu
tout le monde; notre bourgeois n'ayant plus que faire d'un de ses
personnages (c'était le sergent du guet), veut qu'on le mette au
rancard, et demande _le commissaire_; nous n'entendons pas: _le
commissaire! le commissaire!_ répète-t-il avec impatience, et à la
troisième fois il se retourne et nous aperçoit l'un et l'autre dans une
douce étreinte. Élisa, surprise, cherche une excuse, mais le mari, sans
l'écouter, crie encore: _le commissaire!_ et lui plonge dans l'œil le
crochet qui sert à suspendre le sergent. Au même instant le sang coule,
la représentation est interrompue, une bataille s'engage entre les deux
époux, l'échoppe est renversée, et nous restons à découvert au milieu
d'un cercle nombreux de spectateurs auxquels cette scène arrache une
salve prolongée de rires et d'applaudissements.

Cette esclandre me mit de nouveau sur le pavé; je ne savais plus où
donner de la tête. Si encore j'avais eu une mise décente, j'aurais pu
obtenir du service dans quelque bonne maison; mais j'avais une mine si
pitoyable que personne n'aurait voulu de moi. Dans ma position, je
n'avais qu'un parti à prendre, c'était de revenir à Arras; mais comment
vivre jusque-là? J'étais en proie à ces perplexités, lorsque passa près
de moi un homme qu'à sa tournure je pris pour un marchand colporteur;
j'engageai avec lui la conversation, et il m'apprit qu'il allait à
Lille, qu'il débitait des poudres, des opiats, des élixirs, coupait les
cors aux pieds, enlevait les durillons, et se permettait quelquefois
d'arracher les dents. «C'est un bon métier, ajouta-t-il, mais je me fais
vieux, et j'aurais besoin de quelqu'un pour porter la balle, c'est un
luron comme vous qu'il me faudrait: bon pied, bon œil, si vous
voulez, nous ferons route ensemble.--Je le veux bien», lui dis-je, et
sans qu'il y eût entre nous de plus amples conventions, nous
poursuivîmes notre chemin. Après huit heures de marche, la nuit
s'avançait, et nous voyions à peine à nous conduire, quand nous fîmes
halte devant une misérable auberge de village. «C'est ici, dit le
médecin nomade, en frappant à la porte.--Qui est là? cria une voix
rauque.--Le père Godard, avec son pître, répondit mon guide»; et la
porte s'ouvrant aussitôt, nous nous trouvâmes au milieu d'une vingtaine
de colporteurs, étameurs, saltimbanques, marchands de parapluies,
bateleurs, etc., qui fêtèrent mon nouveau patron et lui firent mettre un
couvert. Je croyais qu'on ne me ferait pas moins d'honneur qu'à lui, et
déjà je me disposais à m'attabler, quand l'hôte, me frappant
familièrement sur l'épaule, me demanda si je n'étais pas le pître du
père Godard.--«Qu'appelez-vous le pître, m'écriai-je avec
étonnement.--Le paillasse donc.» J'avoue, que malgré les souvenirs très
récents de la ménagerie et du théâtre des _Variétés amusantes_, je me
sentis humilié d'une qualification pareille; mais j'avais un appétit
d'enfer, et comme je pensais que la conclusion de l'interrogatoire
serait le souper, et qu'après tout, mes attributions près du père Godard
n'avaient pas été bien définies, je consentis à passer pour son pître.
Dès que j'eus répondu, l'hôte me conduisit effectivement dans une pièce
voisine, espèce de grange, où une douzaine de confrères fumaient,
buvaient et jouaient aux cartes. Il annonça qu'on allait me servir.
Bientôt après, une grosse fille m'apporta une gamelle de bois sur
laquelle je me jetai avec avidité. Une côte de brebis y nageait dans
l'eau de vaisselle, avec des navets filandreux: j'eus fait disparaître
le tout en un clin d'œil. Ce repas terminé, je m'étendis avec les
autres _pîtres_ sur quelques bottes de paille que nous partagions avec
un chameau, deux ours démuselés et une meute de chiens savants. Le
voisinage de tels camarades de lit n'était rien moins que rassurant;
cependant il fallut s'en accommoder; tout ce qu'il en advint, c'est que
je ne dormis pas: les autres ronflèrent comme des bienheureux.

J'étais défrayé par le père Godard; quelque mauvais que fussent les
gîtes et l'ordinaire, comme chaque pas me rapprochait d'Arras, il
m'importait de ne pas me séparer de lui. Enfin nous arrivâmes à Lille;
nous y fîmes notre entrée un jour de marché. Le père Godard, pour ne pas
perdre le temps, alla droit à la grande place, et m'ordonna de disposer
sa table, sa cassette, ses fioles, ses paquets, puis il me proposa de
faire la parade. J'avais bien déjeuné, la proposition me révolta: passe
pour avoir porté le bagage comme un dromadaire depuis Ostende jusqu'à
Lille, mais faire la parade! à dix lieues d'Arras! j'envoyai promener le
père Godard, et pris aussitôt mon essor vers ma ville natale, dont je ne
tardai pas à revoir le clocher. Parvenu aux pieds des remparts, avant la
fermeture des portes, je tressaillis à l'idée de la réception qu'on
allait me faire; un instant je fus tenté de battre en retraite, mais je
n'en pouvais plus de fatigue et de faim; le repos et la réfection
m'étaient indispensables: je ne balance plus, je cours au domicile
paternel. Ma mère était seule dans la boutique; j'entre, je tombe à ses
genoux, et en pleurant je demande mon pardon. La pauvre femme, qui me
reconnaissait à peine, tant j'étais changé, fut attendrie: elle n'eut
pas la force de me repousser, elle parut même avoir tout oublié, et me
réintégra dans mon ancienne chambre, après avoir pourvu à tous mes
besoins. Il fallait néanmoins que mon père fût prévenu de ce retour;
elle ne se sentait pas le courage d'affronter les premiers éclats de sa
colère: un ecclésiastique de ses amis, l'aumônier du régiment d'Anjou,
en garnison à Arras, se chargea de porter des paroles de paix, et mon
père, après avoir jeté feu et flammes, consentit à me recevoir en grâce.
Je tremblais qu'il ne fût inexorable; quand j'appris qu'il s'était
laissé fléchir, je sautai de joie; ce fut l'aumônier qui me donna cette
nouvelle, en l'accompagnant d'une morale sans doute fort touchante, dont
je ne retins pas un mot; seulement, je me souviens qu'il me cita la
parabole de l'_Enfant prodigue_: c'était à peu près mon histoire.

Mes aventures avaient fait du bruit dans la ville, chacun voulait en
entendre le récit de ma bouche; mais personne, à l'exception d'une
actrice de la troupe qui résidait à Arras, ne s'y intéressait d'avantage
que deux modistes de la rue des _Trois Visages_; je leur faisais de
fréquentes visites. Toutefois, la comédienne eut bientôt le privilége
exclusif de mes assiduités; il s'ensuivit une intrigue, dans laquelle,
sous les traits d'une jeune fille, je renouvelai auprès d'elle quelques
scènes du roman de Faublas. Un voyage impromptu à Lille avec ma
conquête, son mari et une fort jolie femme de chambre, qui me faisait
passer pour sa sœur, prouva à mon père que j'avais bien vite oublié
les tribulations de ma première campagne. Mon absence ne fut pas de
longue durée: trois semaines s'étaient à peine écoulées que, faute
d'argent, la comédienne renonça à me traîner parmi ses bagages. Je
revins tranquillement à Arras, et mon père fut confondu de l'aplomb avec
lequel je lui demandai son consentement pour entrer au service. Ce qu'il
avait de mieux à faire, c'était de l'accorder; il le comprit, et le
lendemain j'avais sur le corps l'uniforme du régiment de Bourbon. Ma
taille, ma bonne mine, mon adresse dans le maniement des armes, me
valurent l'avantage d'être immédiatement placé dans une compagnie de
chasseurs. Quelques vieux soldats s'en étant formalisés, j'en envoyai
deux à l'hôpital, où j'allai bientôt les rejoindre, blessé par l'un de
leurs camarades. Ce début me fit remarquer: on prenait un malin plaisir
à me susciter des affaires, si bien qu'au bout de six mois, _Sans Gêne_,
c'était le surnom que l'on m'avait donné, avait tué deux hommes et mis
quinze fois l'épée à la main. Du reste, je jouissais de tout le bonheur
que comporte la vie de garnison; mes gardes étaient toujours montées aux
dépens de quelques bons marchands dont les filles se cotisaient pour me
procurer des loisirs. Ma mère ajoutait à ces libéralités, mon père me
faisait une haute-paie, et je trouvai encore le moyen de m'endetter;
aussi je faisais réellement figure, et ne sentais presque pas le poids
de la discipline. Une seule fois, je fus condamné à quinze jours de
prison, parce que j'avais manqué à trois appels. Je subissais ma peine
dans un cachot creusé sous un des bastions, lorsqu'un de mes amis et
compatriotes y fut enfermé avec moi. Soldat dans le même régiment, il
était accusé d'avoir commis plusieurs vols, et il en avait fait l'aveu.
A peine fûmes-nous ensemble, qu'il me raconta le motif de sa détention.
Nul doute, le régiment allait l'abandonner; cette idée, jointe à la
crainte de déshonorer sa famille, le jetait dans le désespoir. Je le
pris en pitié, et ne voyant aucun remède à une situation si déplorable,
je lui conseillai de se dérober au supplice, ou par une évasion ou par
un suicide; il consentit d'abord à tenter l'une avant d'essayer de
l'autre; et, avec un jeune homme du dehors, qui venait me visiter, je me
hâtai de tout disposer pour sa fuite. A minuit, deux barreaux de fer
sont brisés; nous conduisons le prisonnier sur le rempart, et là je lui
dis: «Allons! il faut _sauter ou être pendu_.» Il calcule la hauteur,
il hésite, et finit par déclarer qu'il courra les chances du jugement
plutôt que de se casser les jambes. Il se dispose à regagner son cachot;
mais au moment où il s'y attend le moins, nous le précipitons; il pousse
un cri, je lui recommande de se taire, et je rentre dans mon souterrain,
où, sur ma paille, je goûtai le repos que procure la conscience d'une
bonne action. Le lendemain on s'aperçut que mon compagnon avait disparu,
on m'interrogea, et j'en fus quitte pour répondre que je n'avais rien
vu. Plusieurs années après, j'ai rencontré ce malheureux, il me
regardait comme son libérateur. Depuis sa chute il était boiteux, mais
il était devenu honnête homme.

Je ne pouvais rester éternellement à Arras: la guerre venait d'être
déclarée à l'Autriche, je partis avec le régiment, et bientôt après
j'assistai à cette déroute de Marquain, qui se termina à Lille par le
massacre du brave et infortuné général Dillon. Après cet événement, nous
fûmes dirigés sur le camp de Maulde, et ensuite sur celui _de la Lune_,
où, avec l'armée infernale, sous les ordres de _Kellerman_, je pris part
à l'engagement du 20 octobre, contre les Prussiens. Le lendemain je
passai caporal de grenadiers: il s'agissait d'_arroser mes galons_, et
je m'en acquittais avec éclat à la cantine, lorsque, je ne sais plus à
quel propos, j'eus une querelle avec le sergent-major de la compagnie
d'où je sortais: une partie d'honneur que je proposai fut acceptée; mais
une fois sur le terrain, mon adversaire prétendit que la différence de
grade ne lui permettait pas de se mesurer avec moi; je voulus l'y
contraindre en recourant aux voies de fait; il alla se plaindre, et le
soir même on me mit à la garde du camp avec mon témoin. Deux jours après
on nous avertit qu'il était question de nous traduire devant un conseil
de guerre; il était urgent de déserter, c'est ce que nous fîmes. Mon
camarade en veste, en bonnet de police, et dans l'attitude d'un soldat
en punition, marchait devant moi, qui avais conservé mon bonnet à poil,
mon sac et mon fusil, à l'extrémité duquel était en évidence un large
paquet cacheté de cire rouge, et portant pour suscription: _Au citoyen
commandant de place à Vitry-le-Français_: c'était là notre passeport; il
nous fit arriver sans encombre à Vitry, où un Juif nous procura des
habits bourgeois. A cette époque, les murs de chaque ville étaient
couverts de placards, dans lesquels on conviait tous les Français à
voler à la défense de la patrie. Dans de telles conjonctures, on enrôle
les premiers venus: un maréchal-des-logis du 11e de chasseurs reçut
notre engagement; on nous délivra des feuilles de route, et nous
partîmes aussitôt pour Philippeville, où était le dépôt.

Mon compagnon et moi, nous avions fort peu d'argent; heureusement, une
bonne aubaine nous attendait à Châlons. Dans la même auberge que nous,
logeait un soldat de Beaujolais; il nous invita à boire: c'était un
franc Picard, je lui parlai le patois du pays, et insensiblement le
verre à la main, il s'établit entre nous une si grande confiance, qu'il
nous montra un portefeuille rempli d'assignats qu'il prétendait avoir
trouvé aux environs de Château-L'abbaye. «Camarades, nous dit-il, je ne
sais pas lire, mais si vous voulez m'indiquer ce que ces papiers valent,
je vous en donnerai votre part.» Le Picard ne pouvait pas mieux
s'adresser: sous le rapport du volume, il eut le plus gros lot; mais il
ne soupçonnait pas que nous nous étions adjugé les neuf dixièmes de la
somme. Cette petite subvention ne nous fut pas inutile pendant le cours
de notre voyage, qui s'acheva le plus gaîment du monde. Parvenus à notre
destination, il nous resta de quoi _graisser généreusement la marmite_.
En peu de temps nous fûmes assez forts sur l'équitation pour être
dirigés sur les escadrons de guerre; nous y étions arrivés depuis deux
jours, lorsqu'eut lieu la bataille de Jemmapes: ce n'était pas la
première fois que je voyais le feu; je n'eus pas peur, et je crois même
que ma conduite m'avait concilié la bienveillance de mes chefs, quand
mon capitaine vint m'annoncer que, signalé comme déserteur, j'allais
être inévitablement arrêté. Le danger était imminent; dès le soir même
je sellai mon cheval pour passer aux Autrichiens; en quelques minutes
j'eus atteint leurs avant-postes; je demandai du service, et l'on
m'incorpora dans les cuirassiers de Kinski. Ce que je redoutais le plus,
c'était d'être obligé de me sabrer le lendemain avec les Français; je me
hâtai d'échapper à cette nécessité. Une feinte indisposition me valut
d'être évacué sur Louvain, où, après quelques jours d'hôpital, j'offris
aux officiers de la garnison de leur donner des leçons d'escrime. Ils
furent enchantés de la proposition; aussitôt l'on me fournit des
masques, des gants, des fleurets; et un assaut, dans lequel je pelotai
deux ou trois prétendus maîtres allemands, suffit pour donner une haute
opinion de mon habileté. Bientôt j'eus de nombreux élèves, et je fis
une ample moisson de florins.

J'étais tout fier de mes succès, lorsqu'à la suite d'un démêlé un peu
trop vif avec un brigadier de service, je fus condamné à recevoir vingt
coups de _schlag_, qui, selon la coutume, me furent distribués à la
parade. Cette exécution me transporta de fureur; je refusai de donner
leçon; on m'ordonna de continuer en me laissant l'option entre
l'enseignement et une correction nouvelle, je choisis l'enseignement;
mais la schlag me restait sur le cœur, et je résolus de tout braver
pour m'en affranchir. Informé qu'un lieutenant se rendait au corps
d'armée du général Schroeder, je le suppliai de m'emmener comme
domestique; il y consentit dans l'espoir que je ferais de lui un
Saint-Georges; il s'était trompé: aux approches du Quesnois, je lui
brûlai la politesse, et me dirigeai sur Landrecies, où je me présentai
comme un Belge qui abandonnait les drapeaux de l'Autriche. On me proposa
d'entrer dans la cavalerie: la crainte d'être reconnu et fusillé si
jamais je me trouvais de brigade avec mon ancien régiment, me fit donner
la préférence au 14e léger (anciens chasseurs des barrières). L'armée
de Sambre-et-Meuse marchait alors sur Aix-la-Chapelle; la compagnie à
laquelle j'appartenais reçoit l'ordre de suivre le mouvement. Nous
partons: en entrant à Rocroi j'aperçois des chasseurs du 11e; je me
croyais perdu, quand mon ancien capitaine, avec qui je ne pus éviter
d'avoir une entrevue, se hâta de me rassurer. Ce brave homme, qui me
portait de l'intérêt depuis qu'il m'avait vu tailler des croupières aux
hussards de Saxe-Teschen, m'annonça qu'une amnistie me mettant désormais
à l'abri de toute poursuite, il me verrait avec plaisir revenir sous ses
ordres. Je lui témoignai que je n'en serais pas fâché non plus; il prit
sur lui d'arranger l'affaire, et je ne tardai pas à être réintégré dans
le 11e. Mes anciens camarades m'accueillirent avec plaisir, je ne fus
pas moins satisfait de me retrouver avec eux, et rien ne manquait à mon
bonheur, lorsque l'amour, qui y était aussi pour quelque chose, s'avisa
de me jouer un de ses tours. On ne sera pas surpris qu'à dix-sept ans
j'eusse captivé la gouvernante d'un vieux garçon. Manon était le nom de
cette fille; elle avait au moins le double de mon âge; mais elle
m'aimait beaucoup, et pour me le prouver, elle était capable des plus
grands sacrifices, rien ne lui coûtait; j'étais à son gré le plus beau
des chasseurs, parce que j'étais le sien, et elle voulait encore que
j'en fusse le plus pimpant; déjà elle m'avait mis la montre au côté, et
j'étais tout fier de me parer de quelques précieux bijoux, gages du
sentiment que je lui inspirais, lorsque j'appris que, sur la
dénonciation de son maître, Manon allait être traduite pour vol
domestique. Manon confessait son crime, mais en même temps, pour être
bien certaine qu'après sa condamnation, je ne passerais pas dans les
bras d'une autre, elle me désignait comme son complice; elle alla même
jusqu'à dire que je l'avais sollicitée: il y avait de la vraisemblance;
je fus impliqué dans l'accusation, et j'aurais été assez embarrassé de
me tirer de ce mauvais pas, si le hasard ne m'eût fait retrouver
quelques lettres desquelles résultait la preuve de mon innocence. Manon
confondue se rétracta. J'avais été enfermé dans la maison d'arrêt de
Stenay, je fus élargi et renvoyé blanc comme neige. Mon capitaine, qui
ne m'avait jamais cru coupable, fut très content de me revoir, mais les
chasseurs ne me pardonnèrent pas d'avoir été soupçonné: en butte à des
allusions et à des propos, je n'eus pas moins de dix duels en six jours.
A la fin, blessé grièvement, je fus transporté à l'hôpital, où je restai
plus d'un mois avant de me rétablir. A ma sortie, mes chefs, convaincus
que les querelles ne manqueraient pas de se renouveler si je ne
m'éloignais pour quelque temps, m'accordèrent un congé de six semaines:
j'allai le passer à Arras, où je fus fort étonné de trouver mon père
dans un emploi public; en sa qualité d'ancien boulanger, il venait
d'être préposé à la surveillance des ateliers du munitionnaire; il
devait s'opposer à l'enlèvement du pain; dans un moment de disette, de
telles fonctions, bien qu'il les remplît gratis, étaient fort
scabreuses, et sans doute elles l'eussent conduit à la guillotine, sans
la protection du citoyen Souham[1], commandant du 2e bataillon de la
Corrèze, dans lequel je fus mis provisoirement en subsistance.

Mon congé expiré, je rejoignis à Givet, d'où le régiment partit bientôt
pour entrer dans le comté de Namur. On nous cantonna dans les villages
des bords de la Meuse, et comme les Autrichiens étaient en vue, il n'y
avait pas de jour où l'on n'échangeât quelques coups de carabine avec
eux. A la suite d'un engagement plus sérieux, nous fûmes repoussés
jusque sous le canon de Givet, et, dans la retraite, je reçus à la jambe
un coup de feu qui me força d'entrer à l'hôpital, puis de rester au
dépôt; j'y étais encore lorsque vint à passer la _légion germanique_,
composée en grande partie de déserteurs, de maîtres d'armes, etc. Un
des principaux chefs, qui était Artésien, me proposa d'entrer dans ce
corps, en m'offrant le grade de maréchal-des-logis. «Une fois admis, me
dit-il, je réponds de vous, vous serez à l'abri de toutes les
poursuites.» La certitude de ne pas être recherché, jointe au souvenir
des désagréments que m'avait attirés mon intimité avec mademoiselle
Manon, me décida: j'acceptai, et le lendemain j'étais avec la légion sur
la route de Flandres. Nul doute qu'en continuant de servir dans ce
corps, où l'avancement était rapide, je ne fusse devenu officier; mais
ma blessure se rouvrit, avec des accidents tellement graves, qu'il me
fallut demander un nouveau congé; je l'obtins, et six jours après je me
retrouvai encore une fois aux portes d'Arras.



CHAPITRE II.

     Joseph Lebon.--L'orchestre de la guillotine et la lecture du
     bulletin.--Le perroquet aristocrate.--La citoyenne
     Lebon.--Allocution aux sans-culottes.--La marchande de
     pommes.--Nouvelles amours.--Je suis incarcéré.--Le concierge
     Beaupré.--La vérification du potage.--M. de Béthune.--J'obtiens ma
     liberté.--La sœur de mon libérateur.--Je suis fait officier.--Le
     Lutin de Saint-Sylvestre Capelle.--L'armée révolutionnaire.--La
     reprise d'une barque.--Ma fiancée.--Un travestissement.--La fausse
     grossesse.--Je me marie.--Je suis content sans être battu.--Encore
     un séjour aux Baudets.--Ma délivrance.


En entrant dans la ville, je fus frappé de l'air de consternation
empreint sur tous les visages; quelques personnes que je questionnai me
regardèrent avec méfiance, et je les vis s'éloigner sans me répondre.
Que se passait-il donc d'extraordinaire? A travers la foule qui
s'agitait dans les rues sombres et tortueuses, j'arrivai bientôt sur la
place du Marché aux Poissons. Là, le premier objet qui frappa mes
regards fut la guillotine élevant ses madriers rouges au-dessus d'une
multitude silencieuse; un vieillard, que l'on achevait de lier à la
fatale planche, était la victime...; tout-à-coup j'entends le bruit des
fanfares. Sur une estrade qui dominait l'orchestre, était assis un homme
jeune encore, vêtu d'une carmagnole à raies noires et bleues; ce
personnage, dont la pose annonçait des habitudes plus monacales que
militaires, s'appuyait nonchalamment sur un sabre de cavalerie, dont
l'énorme garde représentait un bonnet de liberté; une rangée de
pistolets garnissait sa ceinture, et son chapeau, relevé à l'espagnole,
était surmonté d'un panache tricolore: je reconnus Joseph Lebon. Dans ce
moment, cette figure ignoble s'anima d'un sourire affreux; il cessa de
battre la mesure avec son pied gauche, les fanfares s'interrompirent: il
fit un signe, et le vieillard fut placé sous le couteau. Une espèce de
greffier demi ivre parut alors à côté du _vengeur du peuple_, et lut
d'une voix rauque un bulletin de l'armée de Rhin-et-Moselle. A chaque
paragraphe, l'orchestre reprenait un accord, et, la lecture terminée, la
tête du malheureux tomba au cri de _vive la République_! répété par
quelques-uns des acolytes du féroce Lebon. Je ne saurais rendre
l'impression que fit sur moi cette scène horrible; j'arrivai chez mon
père, presque aussi défait que celui dont j'avais vu si cruellement
prolonger l'agonie: là, je sus que c'était un M. de Mongon, ancien
commandant de la citadelle, condamné comme aristocrate. Peu de jours
auparavant, on avait exécuté sur la même place M. de Vieux-Pont, dont
tout le crime était de posséder un perroquet dans le jargon duquel on
avait cru reconnaître le cri de _vive le roi_. Le nouveau _Vert-Vert_
avait failli partager le sort de son maître, et l'on racontait qu'il
n'avait obtenu sa grâce qu'à la sollicitation de la citoyenne Lebon, qui
avait pris l'engagement de le convertir. La citoyenne Lebon était une
ci-devant religieuse de l'abbaye du Vivier. Sous ce rapport, comme sous
beaucoup d'autres, elle était la digne épouse de l'ex-curé de Neuville:
aussi exerçait-elle une grande influence sur les membres de la
commission d'Arras, où siégeaient, soit comme juges, soit comme jurés,
son beau-frère et trois de ses oncles. L'ex-béguine n'était pas moins
avide d'or que de sang. Un soir, en plein spectacle, elle osa faire
cette allocution au parterre: «_Ah ça! sans-culottes, on dirait que ce
n'est pas pour vous que l'on guillotine! que diable il faut dénoncer les
ennemis de la patrie!... connaissez-vous quelque noble, quelque riche,
quelque marchand aristocrate? dénoncez-le, et vous aurez ses écus._» La
scélératesse de ce monstre ne pouvait être égalée que par celle de son
mari, qui s'abandonnait à tous les excès. Souvent, à la suite d'orgies,
on le voyait courir la ville, tenant des propos obscènes aux jeunes
personnes, brandissant un sabre au-dessus de sa tête, et tirant des
coups de pistolet aux oreilles des femmes et des enfants.

Une ancienne marchande de pommes, coiffée d'un bonnet rouge, les manches
retroussées jusqu'à l'épaule, et tenant à la main un long bâton de
coudrier, l'accompagnait ordinairement dans ses promenades, et il
n'était pas rare de le rencontrer bras dessus bras dessous avec elle.
Cette femme, surnommée la _Mère Duchesne_, par allusion au fameux _Père
Duchesne_, figura la déesse de la Liberté, dans plus d'une solennité
démocratique. Elle assistait régulièrement aux séances de la Commission,
dont elle préparait les arrêts par ses apostrophes et ses dénonciations.
Elle fit ainsi guillotiner tous les habitants d'une rue, qui demeura
déserte.

Je me suis souvent demandé comment il se peut qu'au milieu de
circonstances aussi déplorables, le goût des amusements et des plaisirs
ne perde rien de son intensité. Le fait est qu'Arras continuait de
m'offrir les mêmes distractions qu'auparavant; les demoiselles y étaient
tout aussi faciles, et il fut aisé de m'en convaincre, puisqu'en peu de
jours, je m'élevai graduellement dans mes amours de la jeune et jolie
Constance, unique progéniture du caporal Latulipe, cantinier de la
citadelle, aux quatre filles d'un notaire qui avait son étude au coin de
la rue des Capucins. Heureux si je m'en fusse tenu là, mais je m'avisai
d'adresser mes hommages à une beauté de la rue de Justice, et il
m'arriva de rencontrer un rival sur mon chemin. Celui-ci, ancien
musicien de régiment, était un de ces hommes qui, sans se vanter de
succès qu'ils n'ont pas obtenus, donnent cependant à entendre qu'on ne
leur a rien refusé. Je lui reprochai une jactance de ce genre, il se
fâcha, je le provoquai, il souffla dans la manche, et déjà j'avais
oublié mes griefs, lorsqu'il me revint qu'il tenait sur mon compte des
propos faits pour m'offenser. J'allai aussitôt lui en demander raison;
mais ce fut inutilement, et il ne consentit à venir sur le terrain,
qu'après avoir reçu de moi, en présence de témoins, la dernière des
humiliations. Le rendez-vous fut donné pour la matinée du lendemain. Je
fus exact; mais à peine arrivé, je me vis entouré par une troupe de
gendarmes et d'agents de la municipalité, qui me sommèrent de leur
rendre mon sabre et de les suivre. J'obéis, et bientôt se fermèrent sur
moi les portes des _Baudets_, dont la destination était changée depuis
que les terroristes avaient mis la population d'Arras en coupe réglée.
Le concierge Beaupré, la tête couverte d'un bonnet rouge, et suivi de
deux énormes chiens noirs qui ne le quittaient pas, me conduisit dans un
vaste galetas, où il tenait sous sa garde l'élite des habitants de la
contrée. Là, privés de toute communication avec le dehors, à peine leur
était-il permis d'en recevoir des aliments, et encore ne leur
parvenaient-ils que retournés en tous sens par Beaupré, qui poussait la
précaution jusqu'à plonger ses mains horriblement sales dans le potage,
afin de s'assurer s'il ne s'y trouvait pas quelque arme ou quelque clé.
Murmurait-t-on, il répondait à celui qui se plaignait: «_Te voilà bien
difficile, pour le temps que tu as à vivre... Qui sait si tu n'es pas
pour la fournée de demain? Attends donc! comment te nommes-tu?--Un
tel.--Ma foi oui, c'est pour demain!_» Et les prédictions de Beaupré
manquaient d'autant moins à se réaliser, que lui-même désignait les
individus à Joseph Lebon, qui, après son dîner, le consultait en lui
disant: «_Qui laverons-nous demain?_»

Parmi les gentilshommes enfermés avec nous, se trouvait le comte de
Béthune. Un matin, on vint le chercher pour le conduire au tribunal.
Avant de l'amener dans le préau, Beaupré lui dit brusquement: «_Citoyen
Béthune, puisque tu vas là-bas, ce que tu laisses ici sera pour moi,
n'est-ce pas?--Volontiers, Monsieur Beaupré_» répondit avec tranquillité
ce vieillard.--«_Il n'y a plus de monsieur_», reprit en ricanant le
misérable geôlier; «_Nous sommes tous citoyens_;» et de la porte il lui
criait encore: «_Adieu, citoyen Béthune!_» M. de Béthune fut cependant
acquitté. On le ramena à la prison comme suspect. Son retour nous
remplit de joie; nous le croyions sauvé, mais sur le soir on l'appela de
nouveau. Joseph Lebon, en l'absence de qui la sentence d'absolution
avait été rendue, arrivait de la campagne; furieux de ce qu'on lui
dérobait le sang d'un aussi brave homme, il avait ordonné aux membres de
la commission de se réunir immédiatement, et M. de Béthune, condamné
séance tenante, fut exécuté aux flambeaux.

Cet événement, que Beaupré nous annonça avec une joie féroce, me donna
des inquiétudes assez sérieuses. Tous les jours on envoyait à la mort
des hommes qui ne connaissaient pas plus que moi le motif de leur
arrestation, et dont la fortune ou la position sociale ne les
désignaient pas davantage aux passions politiques; d'un autre côté, je
savais que Beaupré, très scrupuleux sur le nombre, se souciait peu de la
qualité, et que souvent, n'apercevant pas de suite les individus qui lui
étaient désignés, pour que le service ne souffrît aucun retard, il
envoyait les premiers venus. D'un instant à l'autre je pouvais donc me
trouver sous la main de Beaupré, et l'on conçoit que cette expectative
n'avait rien de bien rassurant.

Il y avait déjà seize jours que j'étais détenu, quand on nous annonça la
visite de Joseph Lebon; sa femme l'accompagnait, et il traînait à sa
suite les principaux terroristes du pays, parmi lesquels je reconnus
l'ancien perruquier de mon père, et un cureur de puits nommé _Delmotte_,
dit _Lantillette_. Je les priai de dire un mot en ma faveur au
représentant; ils me le promirent, et j'augurai d'autant mieux de la
démarche, qu'ils étaient tous deux fort en crédit. Cependant Joseph
Lebon parcourait les salles, interrogeant les détenus d'un air farouche,
et affectant de leur adresser d'effrayantes interpellations. Arrivé à
moi, il me regarda fixement, et me dit d'un ton moitié dur, moitié
goguenard: «_Ah! ah! c'est toi, François!... tu t'avises donc d'être
aristocrate; tu dis du mal des sans-culottes.... tu regrettes ton ancien
régiment de Bourbon.... prends-y garde, car je pourrais bien t'envoyer
commander à cuire_ (guillotiner). _Au surplus, envoie-moi ta mère?_» Je
lui fis observer qu'étant au secret, je ne pouvais la voir. _Beaupré_,
dit-il alors au geôlier, «_tu feras entrer la mère Vidocq,_» et il
sortit me laissant plein d'espoir, car il m'avait évidemment traité avec
une aménité toute particulière. Deux heures après, je vis venir ma mère;
elle m'apprit ce que j'ignorais encore, que mon dénonciateur était le
musicien que j'avais appelé en duel. La dénonciation était entre les
mains d'un jacobin forcené, le terroriste Chevalier, qui, par amitié
pour mon rival, m'aurait certainement fait un mauvais parti, si sa
sœur, sur les instances de ma mère, n'eût obtenu de lui qu'il
sollicitât mon élargissement.

Sorti de prison, je fus conduit en grande pompe à la société
patriotique, où l'on me fit jurer fidélité à la république, haine aux
tyrans. Je jurai tout ce qu'on voulut: de quels sacrifices n'est-on pas
capable pour conserver sa liberté!

Ces formalités remplies, je fus replacé au dépôt, où mes camarades
témoignèrent une grande joie de me revoir. D'après ce qui s'était passé,
c'eût été manquer à la reconnaissance, de ne pas regarder Chevalier
comme mon libérateur; j'allai le remercier, et j'exprimai à sa sœur
combien j'étais touché de l'intérêt qu'elle avait bien voulu prendre à
un pauvre prisonnier. Cette femme, qui était la plus passionnée des
brunes, mais dont les grands yeux noirs ne compensaient pas la laideur,
crut que j'étais amoureux parce que j'étais poli; elle prit au pied de
la lettre quelques compliments que je lui fis, et dès la première
entrevue elle se méprit sur mes sentiments, au point de jeter sur moi
son dévolu. Il fut question de nous unir; on sonda à cet égard mes
parents, qui répondirent qu'à dix-huit ans on était bien jeune pour le
mariage, et l'affaire traîna en longueur. Sur ces entrefaites, on
organisa à Arras les bataillons de la réquisition: connu pour un
excellent instructeur, je fus appelé à concourir avec sept autres
sous-officiers à instruire le 2e bataillon du Pas-de-Calais; de ce
nombre était un caporal de grenadiers du régiment de Languedoc, nommé
César, aujourd'hui garde champêtre à Colombe ou à Puteaux, près Paris;
il fut nommé adjudant-major. Pour moi, je fus promu au grade de
sous-lieutenant en arrivant à Saint-Silvestre-Capelle, près Bailleul, où
l'on nous cantonna. César avait été maître-d'armes dans son régiment; on
se rappelle mes prouesses avec les prévôts des cuirassiers de Kinski.
Nous décidâmes qu'outre la théorie, nous enseignerions l'escrime aux
officiers du bataillon, qui furent enchantés de l'arrangement. Nos
leçons nous produisaient quelque argent, mais cet argent était loin de
suffire aux besoins, ou, si l'on aime mieux, aux fantaisies de
praticiens de notre force. C'était surtout la partie des vivres qui nous
faisait faute. Ce qui doublait nos regrets et notre appétit, c'est que
le maire, chez qui nous étions logés, mon collègue de salle et moi,
tenait une table excellente. Nous avions beau chercher les moyens de
nous faufiler dans la maison, une vieille servante-maîtresse Sixca se
jetait toujours à travers nos prévenances, et déjouait nos plans
gastronomiques: nous étions désespérés et affamés.

Enfin César trouva le secret de rompre le charme qui nous éloignait
invinciblement de l'ordinaire de l'officier municipal: à son
instigation, le tambour-major vint un matin faire battre la _diane_ sous
les fenêtres de la mairie; on juge du vacarme. On présume bien que la
vieille Mégère ne manqua pas d'invoquer notre intervention pour faire
cesser ce tintamarre. César lui promit d'un air doucereux de faire tout
son possible pour qu'un pareil bruit ne se renouvelât pas; puis il
courut recommander au tambour-major de reprendre de plus belle, et le
lendemain, c'était un vacarme à réveiller les morts d'un cimetière
voisin; enfin, pour ne pas faire les choses à demi, il envoya le
tambour-maître exercer ses élèves sur les derrières de la maison: un
élève de l'abbé Sicard n'y eût pas tenu. La vieille se rendit; elle nous
invita assez gracieusement, le perfide César et moi, mais cela ne
suffisait pas. Les tambours continuaient leur concert, qui ne finit que
lorsque leur respectable chef eut été admis comme nous au banquet
municipal. Dès lors on n'entendit plus de tambours à Saint-Silvestre-Capelle,
que lorsqu'il y passait des détachements, et tout le monde vécut en
paix, excepté moi, que la vieille commençait à menacer de ses
redoutables faveurs. Cette passion malheureuse amena une scène que l'on
doit se rappeler encore dans le pays, où elle fit beaucoup de bruit.

C'était la fête du village: on chante, on danse, on boit surtout, et
pour ma part, je me conditionne si proprement, qu'on est obligé de me
porter dans mon lit. Le lendemain je m'éveille avant le jour. Comme à la
suite de toutes les orgies, j'avais la tête lourde, la bouche pâteuse et
l'estomac irrité. Je veux boire, et tout en me levant sur mon séant, je
sens une main froide comme la corde d'un puits se porter à mon cou: la
tête encore affaiblie par les excès de la veille, je jette un cri de
Diable. Le maire, qui couchait dans une chambre voisine, accourt avec
son frère et un vieux domestique, tous deux armés de bâtons. César
n'était pas rentré; déjà la réflexion m'avait démontré que le visiteur
nocturne ne pouvait être autre que Sixca: feignant toutefois d'être
effrayé, je dis à l'assistance que quelque farfadet s'était placé à mes
côtés, et venait de se glisser au fond du lit. On applique alors au
fantôme quelques coups de bâton, et Sixca, voyant qu'il y allait pour
elle d'être assommée, s'écrie: «Eh! Messieurs, ne frappez pas, c'est
moi, c'est Sixca.... en rêvant je suis venue me coucher à côté de
l'officier.» En même temps, elle montra sa tête, et elle fit bien, car,
quoiqu'ils eussent reconnu sa voix, les superstitieux Flamands allaient
recommencer la bastonnade. Comme je viens de le dire, cette aventure,
qui rend presque vraisemblables certaines scènes de _Mon Oncle Thomas_
et des _Barons de Felsheim_, fit du bruit dans le cantonnement; elle se
répandit même jusqu'à Cassel, et m'y valut plusieurs bonnes fortunes;
j'eus entre autres une fort belle limonadière, à laquelle je
n'accorderais pas cette mention, si, la première, elle ne m'eût appris
qu'au comptoir de certains cafés, un joli garçon peut recevoir la
monnaie d'une pièce qu'il n'a pas donnée.

Nous étions cantonnés depuis trois mois, lorsque la division reçut
l'ordre de se porter sur Stinward. Les Autrichiens avaient fait une
démonstration pour se porter sur Poperingue, et le deuxième bataillon du
Pas-de-Calais fut placé en première ligne. La nuit qui suivit notre
arrivée, l'ennemi surprit nos avant-postes, et pénétra dans le village
de la Belle, que nous occupions; nous nous formâmes précipitamment en
bataille. Dans cette manœuvre de nuit, nos jeunes réquisitionnaires
déployèrent cette intelligence et cette activité qu'on chercherait
vainement ailleurs que chez les Français. Vers six heures du matin, un
escadron des hussards de Wurmser déboucha par la gauche, et nous chargea
en tirailleurs, sans pouvoir nous entamer. Une colonne d'infanterie, qui
les suivait, nous aborda en même temps à la baïonette; et mais ce ne fut
qu'après un engagement des plus vifs, que l'infériorité du nombre nous
força de nous replier sur Stinward, où se trouvait le quartier-général.

En y arrivant, je reçus les félicitations du général Vandamme et un
billet d'hôpital pour Saint-Omer; car j'avais été atteint de deux coups
de sabre en me débattant contre un hussard autrichien, qui se tuait de
me crier: _Ergib dich! Ergib dich!_... (Rends-toi! Rends-toi!..).

Mes blessures n'étaient pas toutefois bien graves, puisqu'au bout de
deux mois je fus en état de rejoindre le bataillon, qui se trouvait à
Hazebrouck. C'est là que je vis cet étrange corps qu'on nommait l'_armée
révolutionnaire_.

Les hommes à piques et à bonnet rouge qui la composaient promenaient
partout avec eux la guillotine. La Convention n'avait pas, disait-on,
trouvé de meilleur moyen de s'assurer de la fidélité des officiers des
quatorze armées qu'elle avait sur pied, que de mettre sous leurs yeux
l'instrument du supplice qu'elle réservait aux traîtres; tout ce que je
puis dire, c'est que cet appareil lugubre faisait mourir de peur la
population des contrées qu'il parcourait; il ne flattait pas davantage
les militaires, et nous avions de fréquentes querelles avec les
Sans-culottes, qu'on appelait _les Gardes du Corps de la guillotine_. Je
souffletai pour ma part un de leurs chefs, qui s'avisait de trouver
mauvais que j'eusse des épaulettes en or, quand le règlement prescrivait
de n'en porter qu'en laine. Cette belle équipée m'eût joué certainement
un mauvais tour, et j'aurais payé cher mon infraction à la loi
somptuaire, si l'on ne m'eût donné le moyen de gagner Cassel; j'y fus
rejoint par le corps, qu'on licencia alors comme tous les bataillons de
la réquisition; les officiers redevinrent simples soldats, et ce fut en
cette qualité que je fus dirigé sur le 28e bataillon de volontaires,
qui faisait partie de l'armée destinée à chasser les Autrichiens de
Valenciennes et de Condé.

Le bataillon était cantonné à Fresnes. Dans une ferme où j'étais logé,
arriva un jour la famille entière d'un patron de barque, composée du
mari, de la femme et de deux enfants, dont une fille de dix-huit ans,
qu'on eût remarquée partout. Les Autrichiens leur avaient enlevé un
bateau chargé d'avoine, qui composait toute leur fortune, et ces pauvres
gens, réduits aux vêtements qui les couvraient, n'avaient eu d'autre
ressource que de venir se réfugier chez mon hôte, leur parent. Cette
circonstance, leur fâcheuse position, et peut-être aussi la beauté de la
jeune fille, qu'on nommait Delphine, me touchèrent.

En allant à la découverte, j'avais vu le bateau, que l'ennemi ne
déchargeait qu'au fur et à mesure des distributions. Je proposai à douze
de mes camarades d'enlever aux Autrichiens leur capture, ils
acceptèrent; le colonel donna son consentement, et, par une nuit
pluvieuse, nous nous approchâmes du bateau sans être aperçus du
factionnaire, qu'on envoya tenir compagnie aux poissons de l'Escaut,
muni de cinq coups de baïonnette. La femme du patron, qui avait
absolument voulu nous suivre, courut aussitôt à un sac de florins
qu'elle avait caché dans l'avoine, et me pria de m'en charger. On
détacha ensuite le bateau, pour le laisser dériver jusqu'à un endroit où
nous avions un poste retranché: mais, au moment où il prenait le fil de
l'eau, nous fûmes surpris par le _werdaw_ d'un factionnaire que nous
n'avions pas aperçu au milieu des roseaux où il était embusqué. Au bruit
du coup de fusil, dont il accompagna une seconde interpellation, le
poste voisin prit les armes: en un instant, la rive se couvrit de
soldats qui firent pleuvoir une grêle de balles sur le bateau; il fallut
bien alors l'abandonner. Nous nous jetâmes mes camarades et moi dans une
espèce de chaloupe qui nous avait amenés à bord; la femme prit le même
parti. Mais le patron, oublié dans le tumulte, ou retenu par un reste
d'espoir, tomba au pouvoir des Autrichiens, qui ne lui épargnèrent ni
les gourmades, ni les coups de crosse. Cette tentative nous avait
d'ailleurs coûté trois hommes, et j'avais eu moi-même deux doigts cassés
d'un coup de feu. Delphine me prodigua les soins les plus empressés. Sa
mère étant partie sur ces entrefaites pour Gand, où elle savait que son
mari avait été envoyé comme prisonnier de guerre, nous nous rendîmes de
notre côté à Lille: j'y passai ma convalescence. Comme Delphine avait
une partie de l'argent retrouvé dans l'avoine, nous menions assez
joyeuse vie. Il fut question de nous marier, et l'affaire était si bien
engagée, que je me mis en route un matin pour Arras, d'où je devais
rapporter les pièces nécessaires et le consentement de mes parents.
Delphine avait obtenu déjà celui des siens, qui se trouvaient toujours à
Gand. A une lieue de Lille, je m'aperçois que j'ai oublié mon billet
d'hôpital, qu'il m'était indispensable de produire à la municipalité
d'Arras; je reviens sur mes pas. Arrivé à l'hôtel, je monte à la chambre
que nous occupions, je frappe, personne ne répond; il était cependant
impossible que Delphine fût sortie d'aussi grand matin, il était à peine
six heures; je frappe encore; Delphine vient enfin ouvrir, étendant ses
bras et se frottant les yeux comme quelqu'un qui s'éveille en sursaut.
Pour l'éprouver, je lui propose de m'accompagner à Arras afin que je
puisse la présenter à mes parents; elle accepte d'un air tranquille. Mes
soupçons commencent à se dissiper; quelque chose me disait cependant
qu'elle me trompait. Je m'aperçois enfin qu'elle jetait souvent les yeux
vers certain cabinet de garde-robe: je feins de vouloir l'ouvrir, ma
chaste fiancée s'y oppose en me donnant un de ces prétextes que les
femmes ont toujours à leur disposition; mais j'insiste, et je finis par
ouvrir le cabinet, où je trouve caché sous un tas de linge sale un
médecin qui m'avait donné des soins pendant ma convalescence. Il était
vieux, laid et malpropre: le premier sentiment fut à l'humiliation
d'avoir un pareil rival; peut-être eussé-je été plus furieux de trouver
un beau fils: je laisse le cas à la décision des nombreux amateurs qui
se sont trouvés à pareille fête; pour moi je voulais commencer par
assommer mon Esculape à bonnes fortunes, mais ce qui m'arrivait assez
rarement, la réflexion me retint. Nous étions dans une place de guerre,
on pouvait me chicaner sur mon permis de séjour, me faire quelque
mauvais parti; Delphine, après tout, n'était pas ma femme, je n'avais
sur elle aucun droit; je pris toutefois celui de la mettre à la porte à
grands coups de pied dans le derrière, après quoi je lui jetai par la
fenêtre ses nippes et quelque monnaie pour se rendre à Gand. Je
m'allouai ainsi le reste de l'argent, que je croyais avoir légitimement
acquis, puisque j'avais dirigé la superbe expédition qui l'avait repris
sur les Autrichiens. J'oubliais de dire que je laissai le docteur
effectuer paisiblement sa retraite.

Débarrassé de ma perfide, je continuai à rester à Lille, bien que le
temps de ma permission fût expiré; mais on se cache presque aussi
facilement dans cette ville qu'à Paris, et mon séjour n'eût pas été
troublé sans une aventure galante dont j'épargnerai les détails au
lecteur; il lui suffira de savoir, qu'arrêté sous des habits de femme,
au moment où je fuyais la colère d'un mari jaloux, je fus conduit à la
place, où je refusai d'abord obstinément de m'expliquer; en parlant, je
devais, en effet, ou perdre la personne qui avait des bontés pour moi,
ou me faire connaître comme déserteur. Quelques heures de prison me
firent cependant changer de résolution: un officier supérieur que
j'avais fait appeler pour recevoir ma déclaration, et auquel j'expliquai
franchement ma position, parut y prendre quelque intérêt: le général
commandant la division voulut entendre de ma propre bouche ce récit, qui
faillit vingt fois le faire pouffer de rire; il donna ensuite l'ordre de
me mettre en liberté, et me fit délivrer une feuille de route pour
rejoindre le 28e bataillon dans le Brabant; mais, au lieu de suivre
cette destination, je tirai vers Arras, bien décidé que j'étais à ne
rentrer au service qu'à la dernière extrémité.

Ma première visite fut pour le patriote Chevalier; son influence sur
Joseph Lebon me faisait espérer d'obtenir, par son entremise, une
prolongation de congé; on me l'accorda effectivement, et je me trouvai
de nouveau introduit dans la famille de mon protecteur. Sa sœur, dont
on connaît déjà les bonnes intentions à mon égard, redoubla ses
agaceries; d'un autre côté, l'habitude de la voir me familiarisait
insensiblement avec sa laideur; bref, les choses en vinrent au point que
je ne dus pas être étonné de l'entendre me déclarer un jour qu'elle
était enceinte; elle ne parlait pas de mariage, elle n'en prononçait
même pas le mot; mais je ne voyais que trop qu'il en fallait venir là,
sous peine de m'exposer à la vengeance du frère, qui n'eût pas manqué de
me dénoncer comme suspect, comme aristocrate, et surtout comme
déserteur. Mes parents, frappés de toutes ces considérations, et
concevant l'espoir de me conserver près d'eux, donnèrent leur
consentement au mariage, que la famille Chevalier pressait très
vivement; il se conclut enfin, et je me trouvai marié à dix-huit ans. Je
me croyais même presque père de famille, mais quelques jours s'étaient à
peine écoulés, que ma femme m'avoua que sa grossesse simulée n'avait eu
pour but que de m'amener au _conjungo_. On conçoit toute la satisfaction
que dut me causer une pareille confidence; les mêmes motifs qui
m'avaient décidé à contracter me forçaient cependant à me taire, et je
pris mon parti tout en enrageant. Notre union commençait d'ailleurs sous
d'assez fâcheux auspices. Une boutique de mercerie, que ma femme avait
levée, tournait fort mal; j'en crus voir la cause dans les fréquentes
absences de ma femme, qui était toute la journée chez son frère; je fis
des observations, et pour y répondre, on me fit donner l'ordre de
rejoindre à Tournai. J'aurais pu me plaindre de ce mode expéditif de se
débarrasser d'un mari incommode, mais j'étais de mon côté tellement
fatigué du joug de Chevalier, que je repris avec une espèce de joie
l'uniforme que j'avais eu tant de plaisir à quitter.

A Tournai, un ancien officier du régiment de Bourbon, alors
adjudant-général, m'attacha à ses bureaux comme chargé de détails
d'administration, et particulièrement en ce qui concernait
l'habillement. Bientôt les affaires de la division nécessitent l'envoi
d'un homme de confiance à Arras; je pars en poste, et j'arrive dans
cette ville à onze heures du soir. Comme chargé d'ordres, je me fais
ouvrir les portes, et par un mouvement que je ne saurais trop expliquer,
je cours chez ma femme; je frappe long-temps sans que personne vienne
répondre; un voisin m'ouvre enfin la porte de l'allée, et je monte
rapidement à la chambre de ma femme; en approchant, j'entends le bruit
d'un sabre qui tombe, puis on ouvre la fenêtre, et un homme saute dans
la rue. Il est inutile de dire qu'on avait reconnu ma voix: je
redescends aussitôt les escaliers en toute hâte, et je rejoins bientôt
mon Lovelace, dans lequel je reconnais un adjudant-major du 17e
chasseurs à cheval, en semestre à Arras. Il était à demi nu; je le
ramène au domicile conjugal; il achève sa toilette, et nous ne nous
quittons qu'avec l'engagement de nous battre le lendemain.

Cette scène avait mis tout le quartier en rumeur. La plupart des voisins
accourus aux fenêtres m'avaient vu saisir le complice; devant eux il
était convenu du fait. Il ne manquait donc pas de témoins pour provoquer
et obtenir le divorce, et c'était bien ce que je me proposais de faire;
mais la famille de ma chaste épouse, qui tenait à lui conserver un
chaperon, se mit aussitôt en campagne pour arrêter toutes mes démarches,
ou du moins pour les paralyser. Le lendemain, avant d'avoir pu joindre
l'adjudant-major, je fus arrêté par des sergents de ville et par des
gendarmes, qui parlaient déjà de m'écrouer aux _Baudets_. Heureusement
pour moi, j'avais pris quelqu'assurance, et je sentais fort bien que ma
position n'avait rien d'inquiétant. Je demandai à être conduit devant
Joseph Lebon; on ne pouvait pas s'y refuser; je parus devant le
représentant du peuple, que je trouvai entouré d'une masse énorme de
lettres et de papiers. _C'est donc toi_, me dit-il, _qui viens ici sans
permission...., et pour maltraiter ta femme encore!_... Je vis aussitôt
ce qu'il y avait à répondre; j'exhibai mes ordres, j'invoquai le
témoignage de tous les voisins de ma femme et celui de l'adjudant-major
lui-même, qui ne pouvait plus s'en dédire. Enfin, j'expliquai si
clairement mon affaire que Joseph Lebon fut forcé de convenir que les
torts n'étaient pas de mon côté. Par égard pour son ami Chevalier, il
m'engagea cependant à ne pas rester plus long-temps à Arras, et comme je
craignais que le vent ne tournât, comme j'en avais eu tant d'exemples,
je me promis bien de déférer le plus promptement possible à cet avis. Ma
mission remplie, je pris congé de tout mon monde, et le lendemain au
point du jour j'étais sur la route de Tournai.



Chapitre III.

     Séjour à Bruxelles.--Les cafés.--Les gendarmes gastronomes.--Un
     faussaire.--L'armée roulante.--La baronne et le garçon
     boulanger.--Contre-temps.--Arrivée à Paris.--Une femme
     galante.--Mystifications.


Je ne trouvai point à Tournai l'adjudant-général; il était parti pour
Bruxelles; je me disposai aussitôt à aller le rejoindre, et le lendemain
je pris la diligence pour cette destination. Du premier coup d'œil je
reconnus parmi les voyageurs trois individus que j'avais connus à Lille,
passant les journées entières dans les estaminets, et vivant d'une
manière fort suspecte. Je les vis à mon grand étonnement revêtus
d'uniformes de divers corps, et portant l'un des épaulettes de
lieutenant-colonel les autres celles de capitaine et de lieutenant. Où
peuvent-ils, disais-je en moi-même, avoir attrapé tout cela, puisqu'ils
n'ont jamais servi; je me perdais dans mes conjectures. De leur côté,
ils paraissaient d'abord un peu confus de la rencontre, mais ils se
remirent bientôt, et me témoignèrent une surprise amicale de me
retrouver simple soldat. Lorsque je leur eus expliqué comment le
licenciement des bataillons de la réquisition m'avait fait perdre mon
grade, le _lieutenant-colonel_ me promit sa protection, que j'acceptai,
quoique ne sachant trop que penser du protecteur; ce que j'y voyais de
plus clair, c'est qu'il était en fonds, et qu'il payait pour tous dans
les tables d'hôte, où il affichait un républicanisme ardent, tout en
affectant de laisser entrevoir qu'il appartenait à quelque ancienne
famille.

Je ne fus pas plus heureux à Bruxelles qu'à Tournai; l'adjudant-général,
qui semblait se dérober devant moi, venait de se rendre à Liége; je pars
pour cette ville, comptant bien cette fois ne pas faire une course
inutile: j'arrive, mon homme s'était mis en route la veille pour Paris,
où il devait comparaître à la barre de la Convention. Son absence ne
devait pas être de plus de quinze jours; j'attends, personne ne paraît;
un mois s'écoule, personne encore. Les espèces baissaient singulièrement
chez moi; je prends le parti de regagner Bruxelles, où j'espérais
trouver plus facilement les moyens de sortir d'embarras. Pour parler
avec la franchise que je me pique d'apporter dans cette histoire de ma
vie, je dois déclarer que je commençais à n'être pas excessivement
difficile sur le choix de ces moyens; mon éducation ne devait pas
m'avoir rendu homme à grands scrupules, et la détestable société de
garnison que je fréquentais depuis mon enfance, eût corrompu le plus
heureux naturel.

Ce fut donc sans faire grande violence à ma délicatesse, que je me vis
installé, à Bruxelles, chez une femme galante de ma connaissance, qui,
après avoir été entretenue par le général Van-der-Nott, était à peu près
tombée dans le domaine public. Oisif comme tous ceux qui sont jetés dans
cette existence précaire, je passais les journées entières et une partie
des nuits au _Café Turc_ et au _Café de la Monnaie_, où se réunissaient
de préférence les chevaliers d'industrie et les joueurs de profession;
ces gens-là faisaient de la dépense, jouaient un jeu d'enfer; et comme
ils n'avaient aucune ressource connue, je ne revenais pas de leur voir
mener un pareil train. Un jeune homme avec lequel je m'étais lié, et que
je questionnai à ce sujet, parut frappé de mon inexpérience, et j'eus
toutes les peines du monde à lui persuader que j'étais aussi neuf que je
le disais. «Les hommes que vous voyez ici tous les jours, me dit-il
alors, sont des escrocs; ceux qui ne font qu'une apparition sont des
dupes qui ne reparaissent plus, une fois qu'ils ont perdu leur argent.»
Muni de ces instructions, je fis une foule de remarques qui jusque-là
m'avaient échappé; je vis des tours de passe-passe incroyables, et, ce
qui prouverait qu'il y avait encore du bon chez moi, je fus souvent
tenté d'avertir le malheureux qu'on dépouillait; ce qui m'arriva
prouverait que les faiseurs m'avaient deviné.

Une partie s'engage un soir au _Café Turc_; on jouait quinze louis en
cinq impériales; le _gonse_ (la dupe) perd cent cinquante louis, demande
une revanche pour le lendemain, et sort. A peine a-t-il mis le pied
dehors, que le gagnant, que je vois encor tous les jours à Paris,
s'approche, et me dit du ton le plus simple: _Ma foi, monsieur, nous
avons joué de bonheur, et vous n'avez pas mal fait de vous mettre de mon
jeu... j'ai gagné dix parties... À quatre couronnes que vous avez
engagées, c'est dix louis... les voilà!_ Je lui fis observer qu'il était
dans l'erreur, que je ne m'étais pas intéressé à son jeu; il ne répondit
qu'en me mettant les dix louis dans la main, après quoi il me tourna le
dos. _Prenez_, me dit le jeune homme qui m'avait initié aux mystères du
tripot, et qui se trouvait à côté de moi, _prenez, et suivez-moi_. Je
fis machinalement ce qu'il me disait, et lorsque nous fûmes dans la rue,
mon Mentor ajouta: «On s'est aperçu que vous suiviez les parties, on
craint qu'il ne vous prenne fantaisie de découvrir le pot aux roses, et
comme il n'y a pas moyen de vous intimider, parce qu'on sait que vous
avez le bras bon et la main mauvaise, on s'est décidé à vous donner part
au gâteau: ainsi, soyez tranquille sur votre existence, les deux cafés
peuvent vous suffire, puisque vous en pouvez tirer, comme moi, de quatre
à six couronnes par jour.» Malgré toute la complaisance qu'y mettait ma
conscience, je voulus répliquer et faire des observations: «Vous êtes un
enfant, me dit mon honorable ami, il ne s'agit pas ici de vol... on
corrige tout bonnement la fortune..., et croyez que les choses se
passent ainsi dans le salon comme dans la taverne.... Là on triche,
c'est le mot reçu..., et le négociant qui, le matin dans son comptoir,
se ferait un crime de vous faire tort d'une heure d'intérêt, celui-là
même vous attrape fort tranquillement le soir au jeu.» Que répondre à
d'aussi formidables arguments? Rien. Il ne restait qu'à garder l'argent,
et c'est ce que je fis.

Ces petits dividendes, joints à une centaine d'écus que me fit passer ma
mère, me mirent en état de faire quelque figure, et de témoigner ma
reconnaissance à cette Émilie, dont le dévoûment ne me trouvait pas
tout-à-fait insensible. Nos affaires étaient donc en assez bon train,
lorsqu'un soir je fus arrêté au théâtre du Parc, par plusieurs agents de
police, qui me sommèrent d'exhiber mes papiers. C'eût été pour moi chose
assez dangereuse: je répondis que je n'en avais pas. On me conduisit aux
Madelonettes, et le lendemain, à l'interrogatoire, je m'aperçus qu'on ne
me connaissait pas, ou qu'on me prenait pour un autre. Je déclarai alors
me nommer Rousseau, né à Lille, et j'ajoutai que, venu à Bruxelles pour
mon plaisir, je n'avais pas cru devoir me munir de papiers. Je demandai
enfin à être conduit à Lille à mes frais, par deux gendarmes; on
m'accorda ce que je réclamais, et, moyennant quelques couronnes, mon
escorte consentit à ce que la pauvre Emilie m'accompagnât.

Être sorti de Bruxelles, c'était fort bien, mais il était encore plus
important de ne pas arriver à Lille, où je devais être inévitablement
reconnu déserteur. Il fallait s'évader à tout prix, et ce fut l'avis
d'Emilie, à laquelle je communiquai mon projet, que nous exécutâmes en
arrivant à Tournai. Je dis aux gendarmes que devant nous quitter le
lendemain en arrivant à Lille, où je devais être mis sur-le-champ en
liberté, je voulais leur faire mes adieux par un bon souper. Déjà
charmés de mes manières libérales et de ma gaîté, ils acceptèrent de
grand cœur, et le soir, pendant que, couchés sur la table, ivres de
bierre et de rhum, ils me croyaient dans le même état, je descendais
avec mes draps par la fenêtre d'un second étage; Emilie me suivait, et
nous nous enfoncions dans des chemins de traverse, où l'on ne devait pas
même songer à venir nous chercher. Nous gagnâmes ainsi le faubourg
Notre-Dame, à Lille, où je me revêtis d'une capote d'uniforme de
chasseurs à cheval, en prenant la précaution de me mettre sur l'œil
gauche un emplâtre de taffetas noir, qui me rendait méconnaissable.
Cependant, je ne jugeai pas prudent de rester long-temps dans une ville
aussi voisine du lieu de ma naissance, et nous partîmes pour Gand. Là,
par un incident passablement romanesque, Émilie retrouva son père, qui
la décida à revenir dans sa famille. Il est vrai qu'elle ne consentit à
me quitter, qu'à la condition expresse que j'irais la rejoindre aussitôt
que les affaires que je disais avoir à Bruxelles seraient terminées.

Les affaires que j'avais à Bruxelles, c'était de recommencer à exploiter
le _Café Turc_ et le _Café de la Monnaie_. Mais, pour me présenter dans
cette ville, il me fallait des papiers qui justifiassent que j'étais
bien Rousseau, né à Lille, comme je l'avais dit dans l'interrogatoire
qui avait précédé mon évasion. Un capitaine de carabiniers belges au
service de France, nommé Labbre, se chargea, moyennant quinze louis, de
me _fournir_ les pièces qui m'étaient nécessaires. Au bout de trois
semaines, il m'apporta effectivement un extrait de naissance, un
passeport et un certificat de réforme au nom de Rousseau; le tout
confectionné avec une perfection que je n'ai jamais reconnu chez aucun
faussaire. Muni de ces pièces, je reparus effectivement à Bruxelles, où
le commandant de place, ancien camarade de Labbre, se chargea d'arranger
mon affaire.

Tranquille de ce côté, je courus au _Café Turc_. Les premières personnes
que j'aperçus dans la salle, furent les officiers de fabrique avec
lesquels on se rappelle que j'avais déjà voyagé. Ils me reçurent à
merveille, et devinant, au récit de mes aventures, que ma position
n'était pas des plus brillantes, ils me proposèrent un grade de
sous-lieutenant de chasseurs à cheval, sans doute parce qu'ils me
voyaient une capotte de l'arme. Une promotion aussi avantageuse n'était
pas chose à refuser: on prit mon signalement séance tenante; et comme je
faisais observer au comité que Rousseau était un nom d'emprunt, le digne
lieutenant-colonel me dit de prendre celui qui me conviendrait le mieux.
On voit qu'il était impossible d'y mettre plus de bonne volonté. Je me
décide à conserver le nom de Rousseau, sous lequel on me délivre, non
pas un brevet, mais une feuille de route de sous-lieutenant du 6e
chasseurs, voyageant avec son cheval, et ayant droit au logement et aux
distributions.

C'est ainsi que je me trouvai incorporé dans cette _armée roulante_,
composée d'officiers sans brevet, sans troupe, qui, munis de faux états
et de fausses feuilles de route, en imposaient d'autant plus facilement
aux commissaires des guerres, qu'il y avait moins d'ordre à cette époque
dans les administrations militaires. Ce qu'il y a de certain, c'est que,
dans une tournée que nous fîmes dans les Pays-Bas, nous touchâmes
partout nos rations, sans qu'on fît la moindre observation. Cependant
l'_armée roulante_ n'était pas alors composée de moins de deux mille
aventuriers, qui vivaient là comme le poisson dans l'eau. Ce qu'il y a
de plus curieux, c'est qu'on se donnait un avancement aussi rapide que
le permettaient les circonstances; avancement dont les résultats étaient
toujours lucratifs, puisqu'il faisait élever les rations. Je passai, de
cette manière, capitaine de hussards, un de nos camarades devint chef de
bataillon; mais, ce qui me confondit, ce fut la promotion d'Auffray,
notre lieutenant-colonel, au grade de général de brigade. Il est vrai
que si l'importance du grade, et l'espèce de notabilité d'un déplacement
de ce genre, rendait la fraude plus difficile à soutenir, l'audace
d'une telle combinaison écartait jusqu'au soupçon.

Revenus a Bruxelles, nous nous fîmes délivrer des billets de logement,
et je fus envoyé chez une riche veuve, madame la baronne d'I...... On me
reçut comme on recevait, à cette époque, les Français à Bruxelles,
c'est-à-dire à bras ouverts. Une fort belle chambre fut mise à mon
entière disposition, et mon hôtesse, enchantée de ma réserve, me prévint
de l'air le plus gracieux, que si ses heures me convenaient, mon couvert
serait toujours mis. Il était impossible de résister à des offres aussi
obligeantes; je me confondis en remercîments, et le même jour il me
fallut paraître au dîner, dont les convives étaient trois vieilles
dames, non compris la baronne, qui n'avait guère passé la cinquantaine.
Tout ce monde fut enchanté des manières prévenantes du capitaine de
hussards. A Paris, on l'eût trouvé un peu gauche en pareille compagnie;
mais à Bruxelles, on devait le trouver parfait, pour un jeune homme dont
l'entrée précoce au service avait dû nécessairement nuire à son
éducation. La baronne fit sans doute quelques réflexions de ce genre,
puisqu'elle en vint avec moi à de petits soins qui me donnèrent fort à
penser.

Comme je m'absentais quelquefois pour aller dîner avec _mon général_,
dont je ne pouvais pas, lui disais-je, refuser les invitations, elle
voulut absolument que je le lui présentasse avec mes autres amis.
D'abord je ne me souciais guères d'introduire mes associés dans la
société de la baronne; elle voyait du monde, et nous pouvions rencontrer
chez elle quelqu'un qui découvrît nos petites spéculations. Mais la
baronne insista, et je me rendis, en témoignant le désir que _le
général_, qui voulait garder une espèce d'incognito, fût reçu en petit
comité. Il vint donc: la baronne, qui l'avait placé près d'elle, lui fit
un accueil si distingué, lui parla si long-temps à demi-voix, que je fus
piqué. Pour rompre le tête-à-tête, j'imaginai d'engager _le général_ à
nous chanter quelque chose en s'accompagnant sur le piano. Je savais
fort bien qu'il était incapable de déchiffrer une note, mais je comptais
sur les instances ordinaires de la compagnie, pour lui donner de
l'occupation au moins pour quelques instants. Mon stratagème ne réussit
qu'à moitié: le _lieutenant-colonel_, qui était de la partie, voyant
qu'on pressait vivement _le général_, offrit obligeamment de le
remplacer; je le vis en effet se mettre au piano, et chanter quelques
morceaux avec assez de goût pour recueillir tous les suffrages, tandis
que j'aurais voulu le voir à tous les diables.

Cette éternelle soirée finit pourtant, et chacun se retira, moi roulant
dans ma tête des projets de vengeance contre le rival qui allait
m'enlever, je ne dirai pas l'amour, mais les soins obligeants de la
baronne. Tout préoccupé de cette idée, je me rendis à mon lever chez _le
général_, qui fut assez surpris de me voir de si grand matin. «Sais-tu,
me dit-il, sans me laisser le temps d'entamer la conversation, sais-tu,
mon ami, que la baronne est....--Qui vous parle de la baronne?
interrompis-je brusquement, ce n'est pas de ce qu'elle est ou de ce
qu'elle n'est pas, qu'il s'agit ici.--Tant pis, reprit-il, si tu ne me
parles pas d'elle, je n'ai rien à entendre.» Et, continuant ainsi
quelque temps à m'intriguer, il finit par me dire que son entretien avec
la baronne n'avait roulé que sur moi seul, et qu'il avait tellement
avancé mes affaires qu'il la croyait toute disposée à... à m'épouser.

Je crus d'abord que la tête avait tourné à mon pauvre camarade. Une des
femmes titrées les plus riches des Provinces-Unies, épouser un
aventurier dont elle ne connaissait ni la famille, ni la fortune, ni
les antécédents, il y avait là de quoi rendre les plus confiants
incrédules. Devais-je, d'ailleurs, m'engager dans une fourberie qui
devait tôt ou tard se découvrir et me perdre? N'étais-je pas, enfin,
bien et dûment marié à Arras. Ces objections et plusieurs autres, que me
suggérait une sorte de remords de tromper l'excellente femme qui me
comblait d'amitiés, n'arrêtèrent pas un instant mon interlocuteur. Voici
comment il y répondit:

«Tout ce que tu me dis là est fort beau; je suis tout-à-fait de ton
avis, et pour suivre mon penchant naturel pour la vertu, il ne me manque
que dix mille livres de rente. Mais je ne vois pas la raison de faire
ici le scrupuleux. Que veut la baronne? un mari, et un mari qui lui
convienne. N'es-tu pas ce mari-là? N'es-tu pas dans l'intention d'avoir
pour elle toute sorte d'égards, et de la traiter comme quelqu'un qui
nous est utile, et dont nous n'avons jamais eu à nous plaindre. Tu me
parles d'inégalité de fortune; la baronne n'y tient pas. Il ne te manque
donc pour être son fait, qu'une seule chose: des titres; eh bien! je
t'en donne... Oui, je t'en donne!... Tu as beau me regarder avec de
grands yeux, écoute-moi plutôt, et ne fais pas répéter le
commandement.... Tu dois connaître quelque noble de ton pays, de ton
âge.... Tu es ce noble-là, tes parens ont émigré; ils sont maintenant à
Hambourg. Toi, tu es rentré en France pour faire racheter par un tiers
la maison paternelle, afin de pouvoir enlever à loisir la vaisselle
plate et mille double louis cachés sous le parquet du salon. Au
commencement de la terreur, la présence de quelques importuns, la
précipitation du départ, qu'un mandat d'amener lancé contre ton père ne
permettait pas de retarder d'un instant, vous ont empêché de reprendre
ce dépôt. Arrivé dans le pays, déguisé en compagnon tanneur, tu as été
dénoncé par l'homme même qui devait te seconder dans ton entreprise,
décrété d'accusation, poursuivi par les autorités républicaines, et tu
étais à la veille de porter ta tête sur l'échafaud, quand je t'ai
retrouvé sur une grande route, demi-mort d'inquiétude et de besoin.
Ancien ami de ta famille, je t'ai fait obtenir un brevet d'officier de
hussards, sous le nom de Rousseau, en attendant que l'occasion se
présente d'aller rejoindre tes nobles parents à Hambourg.... La baronne
sait déjà tout cela... Oui, tout..., excepté ton nom, que je ne lui ai
pas dit par forme de discrétion, mais en effet par la raison que je ne
sais pas encore celui que tu prendras. C'est une confidence que je te
réserve à toi-même.

»Ainsi, c'est une affaire faite, te voilà gentilhomme, il n'y a pas à
s'en dédire. Ne me parle pas de ta coquine de femme; tu divorces à Arras
sous le nom de Vidocq, et tu te maries à Bruxelles sous celui de comte
de B...... Maintenant, écoute-moi bien: jusqu'à présent nos affaires ont
assez bien été; mais tout cela peut changer d'un moment à l'autre. Nous
avons déjà trouvé quelques commissaires des guerres curieux; nous
pouvons en rencontrer de moins dociles, qui nous coupent les vivres et
nous envoient servir dans la _petite marine_ à Toulon. Tu comprends...,
suffit. Ce qui peut t'arriver de plus heureux, c'est de reprendre le sac
et le crucifix à ressorts dans ton ancien régiment, au risque d'être
fusillé comme déserteur... En te mariant, au contraire, tu t'assures une
belle existence, et tu te mets en position d'être utile aux amis.
Puisque nous en sommes sur ce chapitre-là, faisons nos petites
conventions: ta femme a cent mille florins de rente, nous sommes trois,
tu nous feras à chacun mille écus de pension, payables d'avance, et je
palperai de plus une prime de trente mille francs, pour avoir fait un
comte du fils d'un boulanger.»

J'étais déjà ébranlé: cette harangue, dans laquelle _le Général_ m'avait
adroitement présenté toutes les difficultés de ma position, acheva de
triompher de ma résistance, qui, à vrai dire, n'était pas des plus
opiniâtres. Je consens à tout; on se rend chez la baronne: le comte de
B.... tombe à ses pieds. La scène se joue, et, ce qu'on aura peine à
croire, je me pénètre si bien de l'esprit du rôle, que je me surprends
un moment, m'y trompant moi-même; ce qui arrive, dit-on, quelquefois aux
menteurs. La baronne est charmée des saillies et des mots de sentiment
que la situation m'inspire. _Le Général_ triomphe de mes succès, et tout
le monde est enchanté. Il m'échappait bien par-ci par-là quelques
expressions qui sentaient un peu la cantine, mais _le Général_ avait eu
soin de prévenir la baronne que les troubles politiques avaient fait
singulièrement négliger mon éducation: elle s'était contentée de cette
explication. Depuis, M. le maréchal Suchet ne s'est pas montré plus
difficile lorsque Coignard, lui écrivant à M. le _duque_ d'Albufera,
s'excusait sur ce qu'émigré fort jeune, il ne pouvait connaître que très
imparfaitement le français.

On se met à table: le dîner se passe à merveille. Au dessert, la baronne
me dit à l'oreille: «Je sais, mon ami, que votre fortune est entre les
mains des jacobins. Cependant vos parents qui sont à Hambourg, peuvent
se trouver dans l'embarras; faites-moi le plaisir de leur adresser une
traite de trois mille florins que mon banquier vous remettra demain
matin.» Je commençais des remercîments, elle m'interrompit, et quitta la
table pour passer au salon. Je saisis ce moment pour dire au _Général_
ce qui venait de m'arriver. «Eh! nigaud, me dit-il, crois-tu m'apprendre
quelque chose...? N'est-ce pas moi qui ai soufflé à la baronne que tes
parents pouvaient avoir besoin d'argent.... Pour le moment, ces
parents-là, c'est nous.... Nos fonds baissent, et hasarder quelque coup
pour s'en procurer, ce serait risquer de gaîté de cœur le succès de
notre grande affaire..... Je me charge de négocier la traite.... En même
temps, j'ai insinué à la baronne qu'il te fallait quelque argent pour
faire figure avant le mariage, et il est convenu que d'ici à la
cérémonie, tu touchera cinq cents florins par mois.» Je trouvai
effectivement cette somme le lendemain sur mon secrétaire, ou l'on avait
déposé de plus une toilette en vermeil et quelques bijoux.

Cependant l'extrait de naissance du comte de B....., dont j'avais pris
le nom, et que _le Général_ avait voulu faire lever, comptant faire
fabriquer les autres pièces, n'arrivait pas. La baronne, dont
l'aveuglement doit paraître inconcevable aux personnes qui ne sont pas
en position de savoir jusqu'où peut aller la crédulité des dupes et
l'audace des fripons, consentit à m'épouser sous le nom de _Rousseau_.
J'avais tous les papiers nécessaires pour en justifier. Il ne me
manquait plus que le consentement de mon père, et rien n'était plus
facile que de se le procurer, au moyen de Labbre que, nous avions sous
la main; mais bien que la baronne eût consenti à m'épouser sous un nom
qu'elle savait bien n'être pas le mien, il pouvait lui répugner d'être
en quelque sorte complice d'un faux qui n'avait plus pour excuse le
besoin de sauver ma tête. Pendant que nous nous concertions pour sortir
d'embarras, nous apprîmes que l'effectif de _l'Armée Roulante_ était
devenu si considérable dans les pays conquis, que le gouvernement,
ouvrant enfin les yeux, donnait les ordres les plus sévères pour la
répression de ces abus. On mit alors bas les uniformes, croyant n'avoir
plus ainsi rien à craindre; mais les recherches devinrent tellement
actives, que _le Général_ dut quitter brusquement la ville pour gagner
Namur, où il croyait être moins en vue. J'expliquai ce brusque départ à
la baronne en lui disant que _le Général_ était inquiété pour m'avoir
fait obtenir du service sous un nom supposé. Cet incident lui inspira
les plus vives inquiétudes pour moi-même, et je ne pus la tranquilliser
qu'en partant pour Breda, où elle voulut absolument m'accompagner.

Il me siérait mal de jouer la sensiblerie, et ce serait compromettre la
réputation de finesse et de tact qu'on m'accorde assez généralement, que
d'étaler les beaux sentiments. On doit donc me croire lorsque je déclare
que tant de dévoument me toucha. La voix des remords, à laquelle on
n'est jamais entièrement sourd à dix-neuf ans, se fit entendre; je vis
l'abîme où j'allais entraîner l'excellente femme qui s'était montrée si
généreuse à mon égard; je la vis repoussant bientôt avec horreur le
déserteur, le vagabond, le bigame, le faussaire; et cette idée me
détermina à lui tout avouer. Éloigné de ceux qui m'avaient engagé dans
cette intrigue, et qui venaient d'être arrêtés à Namur, je m'affermis
dans ma résolution; un soir, au moment où le souper se terminait, je me
décidai à rompre la glace. Sans entrer dans le détail de mes aventures,
je dis à la baronne que des circonstances qu'il m'était impossible de
lui expliquer m'avaient contraint à paraître à Bruxelles sous les deux
noms qu'elle me connaissait, et qui n'étaient pas les miens. J'ajoutai
que des événements me forçaient de quitter les Pays-Bas sans pouvoir
contracter une union qui eût fait mon bonheur, mais que je conserverais
éternellement le souvenir des bontés qu'on y avait eues pour moi.

Je parlai long-temps et, l'émotion me gagnant je parlai avec une
chaleur, une facilité à laquelle je n'ai pu songer depuis sans en être
étonné moi-même: il me semblait que je craignais d'entendre la réponse
de la baronne. Immobile, les joues pâles, l'œil fixe comme une
somnambule, elle m'écouta sans m'interrompre; puis, me jetant un regard
d'effroi, elle se leva brusquement, et courut s'enfermer dans sa
chambre; je ne la revis plus. Éclairée par mon aveu, par quelques mots
qui m'étaient sans doute échappés dans le trouble du moment, elle avait
reconnu les périls qui la menaçaient, et, dans sa juste méfiance,
peut-être me soupçonnait-elle plus coupable que je ne l'étais en effet;
peut-être croyait elle s'être livrée à quelque grand criminel; peut-être
y avait-il là du sang!... D'un autre côté, si cette complication de
déguisements devait rendre ses appréhensions bien vives, l'aveu spontané
que je venais de lui faire était aussi bien propre à calmer ses
inquiétudes; cette dernière idée domina probablement chez elle, puisque
le lendemain, à mon réveil, l'hôte me donna une cassette contenant
quinze mille francs en or, que la baronne lui avait remise pour moi
avant son départ, à une heure du matin; je l'appris avec plaisir; sa
présence me pesait. Rien ne me retenant à Breda, je fis faire mes
malles, et quelques heures après j'étais sur la route d'Amsterdam.

Je l'ai dit, je le répète: certaines parties de cette aventure pourront
paraître peu naturelles, et l'on ne manquera pas d'en conclure que tout
est faux; rien n'est cependant plus exact. Les initiales que je donne
suffiront pour mettre sur la voie les personnes qui ont connu Bruxelles
il y a trente ans. Il n'y a d'ailleurs dans tout cela que des situations
communes, telles qu'en offre le plus mince roman. Si je suis entré dans
quelques détails minutieux, ce n'est donc pas dans l'espoir d'obtenir
des _effets_ de mélodrame, mais avec l'intention de prémunir les
personnes trop confiantes, contre un genre de déception employé plus
fréquemment et avec plus de succès qu'on ne pense, dans toutes les
classes de la société: tel est au reste le but de cet ouvrage. Qu'on le
médite dans toutes ses parties, et les fonctions de procureur du roi, de
juge, de gendarme et d'agent de police, se trouveront peut-être un beau
matin des sinécures.

Mon séjour à Amsterdam fut très court: c'était Paris que je brûlais de
voir. Après avoir touché le montant de deux traites qui faisaient partie
de l'argent que m'avait laissé la baronne, je me mis en route, et le
deux mars 1796 je fis mon entrée dans cette capitale, où mon nom devait
faire un jour quelque bruit. Logé rue de l'Echelle, _hôtel du
Gaillard-Bois_, je m'occupai d'abord de changer mes ducats contre de
l'argent français, et de vendre une foule de petits bijoux et d'objets
de luxe qui me devenaient inutiles, puisque j'avais l'intention de
m'établir dans quelque ville des environs, où j'aurais embrassé un état
quelconque: je ne devais pas réaliser ce projet. Un soir, un de ces
messieurs qu'on trouve toujours dans les hôtels pour faire connaissance
avec les voyageurs, me propose de me présenter dans une maison où l'on
fait la partie. Par désœuvrement, je me laissai conduire, confiant
dans mon expérience du _café Turc_ et du café de _la Monnaie_; je
m'aperçus bientôt que les _crocs_ de Bruxelles n'étaient que des
apprentis en comparaison des praticiens dont j'avais l'avantage de faire
la partie. Aujourd'hui l'administration des jeux n'a guère pour elle que
_le refait_, et l'immense avantage d'être toujours au jeu; les chances
sont du reste à peu près égales. A l'époque dont je parle, au contraire,
la police tolérant ces tripots particuliers nommés _étouffoirs_, on ne
se contentait pas de filer la carte ou d'assembler les couleurs, comme y
furent pris, il y a quelque temps, chez M. Lafitte, MM. de S.... fils,
et A. de la Roch....: les habitués avaient entre eux des signaux de
convention tellement combinés, qu'il fallait absolument succomber. Deux
séances me débarrassèrent d'une centaine de louis, et j'en eus assez
comme cela: mais il était écrit que l'argent de la baronne me fausserait
bientôt compagnie. L'agent du destin fut une fort jolie femme que je
rencontrai dans une table d'hôte où je mangeais quelquefois. Rosine,
c'était son nom, montra d'abord un désintéressement exemplaire. Depuis
un mois j'étais son amant en titre, sans qu'elle m'eût rien coûté que
des dîners, des spectacles, des voitures, des chiffons, des gands, des
rubans, des fleurs, etc., toutes choses qui, à Paris, _ne coûtent
rien_,..... quand on ne les paye pas.

Toujours plus épris de Rosine, je ne la quittait pas d'un instant. Un
matin, déjeûnant avec elle, je la trouve soucieuse, je la presse de
questions, elle résiste, et finit par m'avouer qu'elle était tourmentée
pour quelques bagatelles dues à sa marchande de modes et à son
tapissier; j'offre avec empressement mes services; on refuse avec une
magnanimité remarquable, et je ne peux pas même obtenir l'adresse des
deux créanciers. Beaucoup d'honnêtes gens se le seraient tenu pour bien
dit, mais, véritable paladin, je n'eus pas un instant de repos que
Divine, la femme de chambre, ne m'eût donné les précieuses adresses. De
la rue Vivienne, où demeurait Rosine, qui se faisait appeler madame de
Saint-Michel, je cours chez le tapissier, rue de Cléry. J'annonce le but
de ma visite; aussitôt on m'accable de prévenances, comme c'est l'usage
en pareille circonstance; on me remet le mémoire, et je vois avec
consternation qu'il s'élève à douze cents francs: j'étais cependant trop
avancé pour reculer; je paye. Chez la modiste, même scène et même
dénoûment, à cent francs près; il y avait là de quoi refroidir les plus
intrépides: mais les derniers mots n'en étaient pas encore dits.
Quelques jours après que j'eus soldé les créanciers, on m'amena à
acheter pour deux mille francs de bijoux, et les parties de toute espèce
n'en allaient pas moins leur train. Je voyais bien confusément mon
argent s'en aller, mais redoutant le moment de la vérification de ma
caisse, je le reculais de jour en jour. J'y procède enfin, et je trouve
qu'en deux mois j'avais dissipé la modique somme de quatorze mille
francs. Cette découverte me fit faire de sérieuses réflexions. Rosine
s'aperçut aussitôt de ma préoccupation. Elle devina que mes finances
étaient à la baisse; les femmes ont à cet égard un tact qui les trompe
rarement. Sans me témoigner précisément de la froideur, elle me montra
plus de réserve; et comme je lui en manifestais mon étonnement, elle me
répondit avec une brusquerie marquée «que des affaires particulières lui
donnaient de l'humeur». Le piège était là, mais j'avais été trop bien
puni de mon intervention dans ses _affaires_, pour m'en mêler encore; et
je me retranchai dans un air affecté, en l'engageant à prendre patience.
Elle n'en devint que plus maussade. Quelques jours se passèrent en
bouderie; enfin la bombe éclata.

A la suite d'une discussion fort insignifiante, elle me dit du ton le
plus impertinent «qu'elle n'aimait pas à être contrariée, et que ceux
qui ne s'arrangeaient pas de sa manière d'être pouvaient rester chez
eux.» C'était parler, et j'eus la faiblesse de ne pas vouloir entendre.
De nouveaux cadeaux me rendirent pour quelques jours une tendresse sur
laquelle je ne devais cependant plus m'abuser. Alors, connaissant tout
le parti qu'on pouvait tirer de mon aveugle engouement, Rosine revint
bientôt à la charge pour le montant d'une lettre de change de deux mille
francs, qu'elle devait acquitter sous peine d'être condamnée par corps.
Rosine en prison! cette idée m'était insupportable, et j'allais encore
m'exécuter, lorsque le hasard me fit tomber entre les mains une lettre
qui me dessilla les yeux.

Elle était de l'_ami de cœur_ de Rosine: de Versailles, où il était
confiné, cet intéressant personnage demandait «quand le _niais_ serait à
sec», afin de pouvoir reparaître sur la scène. C'était entre les mains
du portier de Rosine que j'avais intercepté cette agréable missive. Je
monte chez la perfide, elle était sortie; furieux et humilié tout à la
fois, je ne pus me contenir. Je me trouvais dans la chambre à coucher:
d'un coup de pied je renverse un guéridon couvert de porcelaine, et la
glace d'une psyché vole en éclats. Divine, la femme de chambre, qui ne
m'avait pas perdu de vue, se jette alors à mes genoux, et me supplie
d'interrompre une expédition qui pouvait me coûter cher; je la regarde,
j'hésite, et un reste de bon sens me fait concevoir qu'elle pouvait bien
avoir raison. Je la presse de questions; cette pauvre fille, que j'avais
toujours trouvée douce et bonne, m'explique toute la conduite de sa
maîtresse. Il est d'autant plus opportun de mentionner son récit, que
les mêmes faits se reproduisent journellement à Paris.

Lorsque Rosine me rencontra, elle était depuis deux mois sans
_personne_; me croyant fort bien, d'après les dépenses qu'elle me voyait
faire, elle conçut le projet de profiter de la circonstance; et son
_amant_, celui dont j'avais surpris la lettre, avait consenti à aller
habiter Versailles jusqu'à ce qu'on en eût fini avec mon argent. C'était
au nom de cet _amant_ qu'on poursuivait pour la lettre de change que
j'avais généreusement acquittée; et les créances de la modiste et du
marchand de meubles étaient également simulées.

Comme tout en pestant contre ma sottise, je m'étonnais de ne pas voir
rentrer l'honnête personne qui m'avait si bien étrillé, Divine me dit
qu'il était probable que la portière l'avait fait avertir que j'avais
saisi sa lettre, et qu'elle ne reparaîtrait pas de sitôt. Cette
conjecture se trouva vraie. En apprenant la catastrophe qui l'empêchait
de me tirer jusqu'à la dernière plume de l'aile, Rosine était partie en
fiacre pour Versailles: on sait qui elle y allait rejoindre. Les
chiffons qu'elle laissait dans son appartement garni ne valaient pas les
deux mois de loyer qu'elle devait au propriétaire, qui, lorsque je
voulus sortir, me força de payer les porcelaines et la psyché sur
laquelle j'avais passé ma première fureur.

De si rudes atteintes avaient furieusement écorné mes finances déjà trop
délabrées. Quatorze cents francs!!! voilà tout ce qui me restait des
ducats de la baronne. Je pris en horreur la capitale, qui m'avait été si
funeste, et je résolus de regagner Lille, où, connaissant les localités,
je pourrais du moins trouver des ressources que j'eusse cherchées
vainement à Paris.



CHAPITRE IV.

     Les Bohémiens.--Une foire Flamande.--Retour à Lille.--Encore une
     connaissance.--L'Œil de bœuf.--Jugement correctionnel.--La
     tour Saint-Pierre.--Les détenus.--Un faux.


Comme place de guerre et comme ville frontière, Lille offrait de grands
avantages à tous ceux qui, comme moi, étaient à peu près certains d'y
retrouver des connaissances utiles, soit parmi les militaires de la
garnison, soit parmi cette classe d'hommes qui, un pied en France, un
pied en Belgique, n'ont réellement de domicile dans aucun des deux pays:
je comptais un peu sur tout cela pour me tirer d'affaire, et mon espoir
ne fut pas trompé. Dans le 13e Chasseurs (bis), je reconnus plusieurs
officiers du 10e, et entre autres un lieutenant nommé Villedieu,
qu'on verra reparaître plus tard sur la scène. Tous ces gens-là ne
m'avaient connu au régiment que sous un de ces noms de guerre, comme on
avait l'habitude d'en prendre à cette époque, et ils ne furent nullement
étonnés de me voir porter le nom de Rousseau. Je passais les journées
avec eux au café ou à la salle d'armes; mais tout cela n'était pas fort
lucratif, et je me voyais encore sur le point de manquer absolument
d'argent. Sur ces entrefaites, un habitué du café, qu'on nommait le
_Rentier_, à cause de sa vie régulière, et qui m'avait fait plusieurs
fois des politesses dont il était fort avare avec tout le monde, me
parla avec intérêt de mes affaires, et me proposa de voyager avec lui.

Voyager, c'était fort bien; mais en quelle qualité? Je n'étais plus
d'âge à m'engager comme paillasse ou comme valet-de-chambre des singes
et des ours, et personne ne se fût, sans doute, avisé de me le proposer:
toutefois il était bon de savoir à quoi s'en tenir. Je questionnai
modestement mon nouveau protecteur sur les fonctions que j'aurais à
remplir près de lui. «Je suis médecin ambulant», me dit cet homme, dont
les favoris épais et le teint basané lui donnaient une physionomie
singulière: «Je traite les maladies secrètes, au moyen d'une recette
infaillible. Je me charge aussi de la cure des animaux; et, tout
récemment, j'ai guéri les chevaux d'un escadron du 13e chasseurs, que
le vétérinaire du régiment avait abandonnés.» Allons! me dis-je, encore
un empirique.... Mais il n'y a pas à reculer. Nous convenons de partir
le lendemain, et de nous trouver à cinq heures du matin à l'ouverture de
la porte de Paris.

Je fus exact au rendez-vous. Mon homme, qui s'y trouvait également,
voyant ma malle, portée par un commissionnaire, me dit qu'il était
inutile de la prendre, attendu que nous ne serions que trois jours
partis, et que nous devions faire la route à pied. Sur cette
observation, je renvoyai mes effets à l'auberge, et nous commençâmes à
marcher assez vite, ayant, me dit mon guide, cinq lieues à faire avant
midi. Nous arrivâmes en effet pour cette heure dans une ferme isolée, où
il fut reçu à bras ouverts, et salué du nom de Caron, que je ne lui
connaissais pas, l'ayant entendu toujours appeler Christian. Après
quelques mots échangés, le maître de la maison passa dans sa chambre,
et reparut avec deux ou trois sacs d'écus de six francs, qu'il étala
sur la table: mon patron les prend, les examine les uns après les autres
avec une attention qui me paraît affectée, en met à part cent cinquante,
et compte pareille somme au fermier, en diverses monnaies, plus une
prime de six couronnes. Je ne comprenais rien à cette opération; elle se
négociait d'ailleurs dans un patois flamand que je n'entendais
qu'imparfaitement. Je fus donc fort étonné quand, sortis de la ferme, où
Christian avait annoncé qu'il reviendrait bientôt, il me donna trois
couronnes, en me disant que je devais avoir part aux bénéfices. Je ne
voyais pas trop où pouvait être le bénéfice, et je lui en fis
l'observation. «C'est mon secret, me répondit-il d'un air mystérieux: tu
le sauras plus tard, si je suis content de toi.» Comme je lui fis
remarquer qu'il était bien assuré de ma discrétion, puisque je ne savais
rien, si ce n'est qu'il changeait des écus contre d'autre monnaie, il me
dit que c'était précisément là ce qu'il fallait taire, pour éviter la
concurrence: je me le tins pour dit, et pris l'argent sans trop savoir
comment tout cela tournerait.

Pendant quatre jours, nous fîmes de semblables excursions dans diverses
fermes, et chaque soir je touchais deux ou trois couronnes. Christian,
qu'on n'appelait que Caron, était fort connu dans cette partie du
Brabant; mais seulement comme médecin: car, bien qu'il continuât partout
ses opérations de change, on n'entamait jamais la conversation qu'en
parlant de maladies d'hommes ou d'animaux. J'entrevoyais de plus qu'il
avait la réputation de lever les _sorts_ jetés sur les bestiaux. Une
proposition qu'il me fit au moment d'entrer dans le village de Wervique
eût dû m'initier aux secrets de sa magie. «Puis-je compter sur toi, me
dit-il, en s'arrêtant tout à coup?--Sans doute, lui dis-je;.... mais
encore faudrait-il savoir de quoi il s'agit?...--Écoute et regarde....»

Il prit alors, dans une espèce de gibecière, quatre paquets carrés,
comme en disposent les pharmaciens, et paraissant contenir quelque
spécifique; puis il me dit: «Tu vois ces quatre fermes, situées à
quelque distance l'une de l'autre; tu vas t'y introduire par les
derrières, en ayant soin que personne ne t'aperçoive;.... tu gagneras
l'étable ou l'écurie, et tu jetteras dans la mangeoire la poudre de
chaque paquet.... Surtout, prends bien garde qu'on ne te voie.... Je me
charge du reste.» Je fis des objections: on pouvait me surprendre au
moment où j'escaladerais la clôture, m'arrêter, me faire des questions
fort embarrassantes. Je refusai net, malgré la perspective des
couronnes; toute l'éloquence de Christian échoua contre ma résolution.
Je lui dis même que je le quittais à l'instant, à moins qu'il ne
m'apprît son état réel; et le mystère de ce change d'argent, qui me
paraissait furieusement suspect. Cette déclaration parut l'embarrasser,
et, comme on le verra bientôt, il songea à se tirer d'affaire, en me
faisant une demi-confidence.

«Mon pays, dit-il, répondant à ma dernière question,... je n'en ai
point.... Ma mère, qui fut pendue l'année dernière à Témeswar, faisait
partie d'une bande de Bohémiens qui couraient les frontières de la
Hongrie et du Bannat, lorsque je vins au monde, dans un village des
monts Carpaths.... Je dis Bohémiens pour te faire comprendre, car ce nom
n'est pas le nôtre: entre nous, on s'appelle les _Romamichels_, dans un
argot qu'il nous est défendu d'apprendre à qui que ce soit; il nous est
également interdit de voyager isolément, aussi ne nous voit-on que par
troupes de quinze à vingt. Nous avons long-temps exploité la France,
pour lever les _sorts_ et les _maléfices_; mais le métier s'y gâte
aujourd'hui. Le paysan est devenu trop fin; nous nous sommes rejetés sur
la Flandre; on y est moins esprit-fort, et la diversité des monnaies
nous laisse plus beau jeu pour exercer notre industrie.... Pour moi,
j'étais détaché depuis trois mois à Bruxelles pour des affaires
particulières; mais j'ai terminé tout; dans trois jours, je rejoins la
troupe à la foire de Malines.... C'est à toi de voir si tu veux m'y
accompagner?.... Tu peux nous être utile.... Mais plus d'enfantillage,
au moins!!!!»

Moitié embarras de savoir où donner de la tête, moitié curiosité de
pousser jusqu'au bout l'aventure, je consentis à suivre Christian, ne
sachant toutefois pas trop à quoi je pouvais lui être utile. Le
troisième jour, nous arrivâmes à Malines, d'où il m'avait annoncé que
nous reviendrions à Bruxelles. Après avoir traversé la ville, nous nous
arrêtons dans le faubourg de Louvain, devant une maison de l'aspect le
plus misérable; les murailles noircies étaient sillonnées de profondes
lézardes, et de nombreux bouchons de paille remplaçaient aux fenêtres
les carreaux cassés. Il était minuit; j'eus le temps de faire mes
observations à la clarté de la lune, car il se passa près d'une
demi-heure avant qu'une des plus horribles vieilles que j'aie jamais
rencontrées vînt ouvrir. On nous introduisit alors dans une vaste salle,
où trente individus des deux sexes fumaient et buvaient pêle-mêle,
confondus dans des attitudes sinistres ou licencieuses. Sous leurs
sarreaux bleus, tatoués de broderies rouges, les hommes portaient ces
vestes de velours azuré chargées de boutons d'argent qu'on voit aux
muletiers andalous; les vêtements des femmes étaient tous de couleur
éclatante: il y avait là des figures atroces, et cependant on était en
fête. Le son monotone d'un tambour de basque, mêlé aux hurlements de
deux chiens attachés aux pieds d'une table, accompagnaient des chants
bizarres, qu'on eût pris pour une psalmodie funèbre. La fumée de tabac
et de bois qui remplissait cet antre, permettait à peine enfin,
d'apercevoir, au milieu de la pièce une femme qui, coiffée d'un turban
écarlate, exécutait une danse sauvage, en prenant les postures les plus
lascives.

A notre aspect, la fête s'interrompit. Les hommes vinrent prendre la
main de Christian, les femmes l'embrassèrent; puis tous les yeux se
tournèrent vers moi, qui me trouvais assez embarrassé de ma personne. On
m'avait fait sur les Bohémiens une foule d'histoires qui ne me
rassuraient nullement. Ils pouvaient prendre de l'ombrage de mes
scrupules, et m'expédier, sans que l'on pût jamais deviner où j'étais
passé, puisque personne ne devait me savoir dans ce repaire. Mes
inquiétudes devinrent même assez vives pour frapper Christian, qui crut
beaucoup me rassurer en me disant que nous nous trouvions chez la
_Duchesse_ (titre qui répond à celui de _Mère_ pour les compagnons du
devoir), et que nous étions parfaitement en sûreté. L'appétit me décida
toutefois à prendre ma part du banquet. La cruche de genièvre se remplit
même et se vida si fréquemment, que je sentis le besoin de gagner mon
lit. Au premier mot que j'en dis à Christian, il me conduisit dans une
pièce voisine, où dormaient déjà, dans la paille fraîche, quelques-uns
des Bohémiens. Il ne m'appartenait pas de faire le difficile; je ne pus
cependant m'empêcher de demander à mon patron, pourquoi, lui, que
j'avais toujours vu prendre de bons gîtes, choisissait un aussi mauvais
coucher? Il me répondit que dans toutes les villes où se trouvait une
maison de _Romamichels_, on était tenu d'y loger, sous peine d'être
considéré comme faux-frère, et puni comme tel par le conseil de la
tribu. Les femmes, les enfants, partagèrent du reste eux-mêmes cette
couche militaire; et le sommeil qui s'empara bientôt d'eux annonçait
qu'elle leur était familière.

Au point du jour, tout le monde fut debout; il se fit une toilette
générale. Sans leurs traits prononcés, sans ces cheveux noirs comme le
jais, sans cette peau huileuse et cuivrée, j'aurais eu peine à
reconnaître mes compagnons de la veille. Les hommes, vêtus en riches
maquignons hollandais, avaient pour ceinture des sacoches de cuir, comme
en portent les habitués du marché de Poissy. Les femmes, couvertes de
bijoux d'or et d'argent, prenaient le costume des paysannes de la
Zélande. Les enfants même, que j'avais trouvés couverts de haillons,
étaient proprement habillés, et se composaient une nouvelle physionomie.
Tous sortirent bientôt de la maison, et prirent des directions
différentes, pour ne pas arriver ensemble sur la place du marché, où
commençaient à se rendre en foule les gens des campagnes voisines.
Christian voyant que je m'apprêtais à le suivre, me dit qu'il n'avait
pas besoin de moi de toute la journée; que je pouvais aller où bon me
semblerait, jusqu'au soir où nous devions nous revoir chez la
_Duchesse_. Il me mit ensuite quelques couronnes dans la main, et
disparut.

Comme dans la conversation de la veille il m'avait dit que je n'étais
pas encore tenu de loger avec la troupe, je commençai par retenir un lit
dans une auberge. Puis, ne sachant comment tuer le temps, je me rendis
au champ de foire: j'y avais fait à peine quatre tours, que je m'y
rencontrai nez à nez avec un ancien officier des bataillons
réquisitionnaires, nommé Malgaret, que j'avais connu à Bruxelles,
faisant, au _Café Turc_, des parties assez suspectes. Après les premiers
compliments, il me questionna sur les motifs de mon séjour à Malines. Je
lui fis une histoire; il m'en fit une autre sur les causes de son
voyage; et nous voilà contents tous deux, chacun croyant avoir trompé
l'autre. Après avoir pris quelques rafraîchissements, nous revînmes sur
le champ de foire, et dans tous les endroits où il y avait foule, je
rencontrais quelques-uns des pensionnaires de la _Duchesse_. Ayant dit a
mon compagnon que je ne connaissais personne à Malines, je tournai la
tête pour n'être pas reconnu par eux; je ne me souciais pas trop
d'ailleurs d'avouer que j'avais de pareilles connaissances, mais j'avais
affaire à un compère trop rusé pour prendre le change. «Voilà, me
dit-il, en m'examinant avec intention, voilà des gens qui vous regardent
bien attentivement.... Les connaîtriez-vous, par hasard?...» Sans
tourner la tête, je répondis que je ne les avais jamais vus, et que je
ne savais pas même ce qu'ils pouvaient être. «Ce qu'ils sont, reprit mon
compagnon, je vais vous le dire;... en supposant que vous l'ignoriez....
Ce sont des voleurs!--Des voleurs! repris-je.... Qu'en
savez-vous?...--Ce que vous en allez savoir vous-même tout à l'heure, si
vous voulez me suivre, car il y a gros à parier que nous n'irons pas
bien loin sans les voir _travailler_.... Eh, voyez plutôt!»

Levant les yeux vers le groupe formé devant une ménagerie, j'aperçus en
effet bien distinctement un des faux maquignons enlever la bourse d'un
gros nourrisseur de bestiaux, que nous vîmes un instant après la
chercher dans toutes ses poches de la meilleure foi du monde; le
Bohémien entra ensuite dans une boutique de bijoutier, où se trouvaient
déjà deux des Zélandaises de contrebande, et mon compagnon m'assura
qu'il n'en sortirait qu'après avoir escamoté quelqu'un des bijoux qu'il
faisait étaler devant lui. Nous quittâmes alors notre poste
d'observation, pour aller dîner ensemble. Vers la fin du repas, voyant
mon convive disposé à jaser, je le pressai de m'apprendre au juste quels
étaient les gens qu'il m'avait signalés, l'assurant que, malgré les
apparences, je ne les connaissais que très imparfaitement. Il se décida
enfin à parler, et voici comment il s'expliqua:

«C'est dans la prison (Rasphuys) de Gand, où je passai six mois, il y a
quelques années, à la suite d'une partie dans laquelle il se trouva des
dez pipés, que j'ai connu deux hommes de la bande que je viens de
retrouver à Malines; nous étions de la même chambrée. Comme je me
faisais passer pour un voleur consommé, ils me racontaient sans défiance
leurs tours de passe-passe et me donnaient même tous les détails
possibles sur leur singulière existence. Ces gens-là viennent des
campagnes de la Moldavie, où cent cinquante mille des leurs végètent,
comme les Juifs en Pologne, sans pouvoir occuper d'autre office que
celui de bourreau. Leur nom change avec les contrées qu'ils parcourent:
ce sont les _Ziguiners_ de l'Allemagne, les _Gypsies_ de l'Angleterre,
les _Zingari_ de l'Italie, les _Gitanos_ de l'Espagne, les _Bohémiens_
de la France et de la Belgique; ils courent ainsi toute l'Europe,
exerçant les métiers les plus abjects ou les plus dangereux. On les voit
tondre les chiens, dire la bonne aventure, raccommoder la faïence,
étamer le cuivre, faire une musique détestable à la porte des tavernes,
spéculer sur les peaux de lapin, et changer les pièces de monnaie
étrangère qui se trouvent détournées de leur circulation habituelle.

«Ils vendent aussi des spécifiques contre les maladies des bestiaux, et
pour activer le débit, ils envoient à l'avance dans les fermes des
affidés qui, sous prétexte de faire des achats, s'introduisent dans les
étables, et jettent dans la mangeoire des drogues qui rendent les
animaux malades. Ils se présentent alors; on les reçoit à bras ouverts:
connaissant la nature du mal, ils le neutralisent aisément, et le
cultivateur ne sait comment leur témoigner sa reconnaissance. Ce n'est
pas tout encore: avant de quitter la ferme, ils s'informent si le patron
n'aurait pas des couronnes de telle ou telle année, à telle ou telle
empreinte, promettant de les acheter avec prime. Le campagnard
intéressé, comme tous ceux qui ne trouvent que rarement et difficilement
l'occasion de gagner de l'argent, le campagnard s'empresse d'étaler ses
espèces, dont ils trouvent toujours moyen d'escamoter une partie. Ce
qu'il y a d'incroyable, c'est qu'on les a vus répéter impunément
plusieurs fois un pareil manége dans la même maison. Enfin, et c'est ce
qu'il y a de plus scabreux dans leur affaire, ils profitent de ces
circonstances et de la connaissance des localités, pour indiquer aux
_chauffeurs_ les fermes isolées où il y a de l'argent, et les moyens de
s'y introduire; il est inutile de vous dire qu'ils ont ensuite part au
gâteau.»

Malgaret me donna encore sur les Bohémiens beaucoup de détails, qui me
déterminèrent à quitter immédiatement une aussi dangereuse société.

Il parlait encore en regardant de temps en temps dans la rue, par la
fenêtre près de laquelle nous dînions; tout à coup je l'entendis
s'écrier: «Parbleu voilà mon homme du _Rasphuys_ de»Gand!!!....» Je
regarde à mon tour,.... c'était Christian, marchant fort vite et d'un
air très affairé. Je ne pus retenir une exclamation. Malgaret, profitant
de l'espèce de trouble où m'avaient jeté ses révélations, n'eut pas de
peine à me faire raconter comment je m'étais lié avec les Bohémiens. Me
voyant bien déterminé à leur fausser compagnie, il me proposa de
l'accompagner à Courtrai, où il avait, disait-il, à faire _quelques
bonnes parties_. Après avoir retiré de mon auberge le peu d'effets que
j'y avais apportés de chez _la Duchesse_, je me mis en route avec mon
nouvel associé, mais nous ne trouvâmes pas à Courtrai les _paroissiens_
que Malgaret y comptait rencontrer, et au lieu de leur argent, ce fut le
nôtre qui sauta. Désespérant de les voir paraître, nous revînmes à
Lille. Je possédais encore une centaine de francs; Malgaret les joua
pour notre compte, et les perdit avec ce qui lui restait; j'ai su depuis
qu'il s'était entendu pour me dépouiller, avec celui qui jouait contre
lui.

Dans cette extrémité, j'eus recours à mes connaissances: quelques
maîtres d'armes, auxquels je dis un mot de la position où je me
trouvais, donnèrent à mon bénéfice un assaut qui me fournit une centaine
d'écus. Muni de cette somme, qui me mettait pour quelque temps à l'abri
du besoin, je recommençai à courir les lieux publics, les bals. Ce fut
alors que je formai une liaison dont les circonstances et les suites ont
décidé du sort de ma vie tout entière. Rien de plus simple que le
commencement de cet important épisode de mon histoire. Je rencontre au
_bal de la Montagne_ une femme galante, avec laquelle je me trouve
bientôt au mieux; Francine, c'était son nom, paraissait m'être fort
attachée, elle me faisait à chaque instant des protestations de
fidélité, ce qui ne l'empêchait pas de recevoir quelquefois en cachette
un capitaine du génie.

Je les surprends un jour, soupant tête à tête chez un traiteur de la
place Riourt: transporté de rage, je tombe à grands coups de poing sur
le couple stupéfait. Francine, tout échevelée, prend la fuite, mais son
partner reste sur la place: plainte en voies de fait; on m'arrête, on me
conduit à la prison du _Petit Hôtel_. Pendant que mon affaire
s'instruit, je reçois la visite de quantité de femmes de ma
connaissance, qui se font un devoir de me porter des consolations.
Francine l'apprend, sa jalousie s'éveille, elle congédie le désastreux
capitaine, se désiste de la plainte qu'elle avait d'abord déposée en
même temps que lui, et me fait supplier de la recevoir; j'eus la
faiblesse d'y consentir. Les juges ont connaissance de ce fait, qu'on
envenime, en présentant la déconfiture du capitaine comme un guet-à-pens
concerté entre moi et Francine; le jour du jugement arrive, et je suis
condamné à trois mois de prison.

Du _Petit Hôtel_ on me transféra à la tour _Saint-Pierre_, où j'obtins
une chambre particulière qu'on appelait _l'Œil de Bœuf_. Francine
m'y tenait compagnie une partie de la journée, et le reste du temps se
passait avec les autres détenus. Parmi eux se trouvaient deux anciens
sergents-majors, Grouard et Herbaux, ce dernier fils d'un bottier de
Lille, tous deux condamnés pour faux, et un cultivateur nommé Boitel,
condamné à six années de réclusion pour vol de céréales: ce dernier,
père d'une nombreuse famille, se lamentait continuellement d'être
enlevé, disait-il, à l'exploitation d'un petit bien que lui seul pouvait
faire valoir avantageusement. Malgré le délit dont il s'était rendu
coupable, on s'intéressait à lui ou plutôt à ses enfants, et plusieurs
habitants de sa commune avaient présenté en sa faveur des demandes de
commutation qui étaient demeurées sans résultat; le malheureux se
désespérait, répétant souvent qu'il donnerait telle où telle somme pour
acheter sa liberté. Grouard et Herbaux, qui restaient à la _Tour
Saint-Pierre_, en attendant le départ de la chaîne, imaginèrent alors
d'obtenir sa grâce, au Moyen d'un mémoire qu'ils rédigèrent en commun,
ou plutôt ils combinèrent de longue main le plan qui devait m'être si
funeste.

Bientôt Grouard se plaignit de ne pas pouvoir travailler tranquillement,
au milieu du brouhaha d'une salle qu'il partageait avec dix-huit ou
vingt détenus qui chantaient, bavardaient ou se querellaient toute la
journée. Boitel, qui m'avait rendu quelques petits services, me pria de
prêter ma chambre aux rédacteurs, et je consentis, quoique avec
répugnance, à les y laisser quatre heures par jour. Dès le lendemain on
s'y installa, et le concierge s'y introduisit plusieurs fois lui-même en
secret. Ces allées et venues, le mystère dont on s'entourait, eussent
éveillé les soupçons d'un homme familiarisé avec les intrigues de
prison; mais, étranger à toutes ces menées, occupé à me divertir à la
cantine avec les amis qui venaient me visiter, je m'occupais assez peu
de ce qu'on faisait, ou de ce qu'on ne faisait pas à _l'Œil de
Bœuf_.

Au bout de huit jours, on me remercia de mon obligeance, en m'annonçant
que le Mémoire était achevé, et qu'on avait l'espoir bien fondé
d'obtenir la grâce du pétitionnaire, sans envoyer les pièces à Paris,
attendu qu'on se ménageait de puissantes protections auprès du
représentant du peuple en mission à Lille. Tout cela ne me paraissait
pas fort clair, mais je n'y fis pas grande attention, en songeant que
n'étant pour rien dans l'affaire, je n'avais aucune raison de m'en
inquiéter; elle prenait cependant une tournure qui eût dû triompher de
mon insouciance; quarante-huit heures s'étaient à peine écoulées depuis
l'achèvement du Mémoire, que deux frères de Boitel, arrivés tout exprès
du pays, vinrent dîner avec lui à la table du concierge. A la fin du
repas, une ordonnance arrive et remet un paquet au concierge, qui
l'ouvre et s'écrie: «Bonne nouvelle, ma foi!... c'est l'ordre de mise en
liberté de Boitel.» A ces mots, on se lève en tumulte, on s'embrasse, on
examine l'ordre, on se félicite, et Boitel, _qui avait fait partir ses
effets la veille_, quitte immédiatement la prison sans faire ses adieux
à aucun des détenus.

Le lendemain, vers dix heures du matin, l'inspecteur des prisons vient
visiter sa maison; le concierge lui montre l'ordre de mise en liberté de
Boitel; il ne fait qu'y jeter un coup d'œil, dit que l'ordre est
faux, et s'oppose à l'élargissement du prisonnier, jusqu'à ce qu'il en
ait été référé à l'autorité. Le concierge annonce alors que Boitel est
sorti de la veille. L'inspecteur lui témoigne son étonnement de ce qu'il
se soit laissé abuser par un ordre revêtu de signatures qui lui sont
inconnues, et finit par le consigner: il part ensuite avec l'ordre, et
acquiert bientôt la certitude, qu'indépendamment de la fausseté des
signatures, il présente des omissions et des erreurs de formule de
nature à frapper la personne la moins familière avec ces sortes de
pièces.

On sut bientôt dans la prison que l'inspecteur avait consigné le
concierge, pour avoir laissé sortir Boitel sur un faux ordre, et je
commençais alors à soupçonner la vérité. Je voulus obliger Grouard et
Herbaux à me la dire tout entière, entrevoyant confusément que cette
affaire pouvait me compromettre; ils me jurèrent leurs grands dieux,
qu'ils n'avaient fait rien autre chose que de rédiger le Mémoire, et
qu'ils étaient eux-mêmes étonnés d'un succès si prompt. Je n'en crus pas
un mot, mais n'ayant pas de preuves à opposer à ce qu'ils avançaient, il
ne me restait qu'à attendre l'événement. Le lendemain je fus mandé au
greffe: aux questions du juge d'instruction, je répondis que je ne
savais rien touchant la confection du faux ordre, et que j'avais
seulement prêté ma chambre, comme le seul endroit tranquille de la
prison, pour préparer le Mémoire justificatif. J'ajoutai que tous ces
détails pouvaient être attestés par le concierge, qui venait fréquemment
dans cette pièce pendant le travail, paraissant s'intéresser beaucoup à
Boitel. Grouard et Herbaux furent également interrogés, puis mis au
secret; pour moi je conservai ma chambre. A peine y étais-je entré, que
le camarade de lit de Boitel vint me trouver, et me déclara toute
l'intrigue, que je ne faisais encore que soupçonner.

Grouard entendant Boitel répéter à chaque instant qu'il donnerait
volontiers cent écus pour obtenir sa liberté, s'était concerté avec
Herbaux sur les moyens de le faire sortir de prison, et ils n'avaient
pas trouvé de moyen plus simple que de fabriquer un faux ordre. Boitel
fut mis, comme on le pense bien, dans la confidence; seulement on lui
dit que comme il y avait plusieurs personnes à gagner, il donnerait
quatre cents francs. Ce fut alors qu'on me pria de prêter ma chambre,
qui était indispensable pour confectionner le faux ordre, sans être
aperçu des autres détenus; le concierge était du reste dans la
confidence, à en juger par ses visites fréquentes, et par les
circonstances qui avaient précédé et suivi la sortie de Boitel. L'ordre
avait été apporté par un ami d'Herbaux, nommé Stofflet. Il paraissait,
au surplus, que pour décider Boitel à donner les quatre cents francs,
les faiseurs lui avaient persuadé qu'ils partageraient avec moi, quoique
je n'eusse rendu d'autre service que de prêter ma chambre.

Instruit de toute la menée, je voulus d'abord décider celui qui me
donnait ces détails, à faire sa déclaration, mais il s'y refusa
obstinément, en disant qu'il ne voulait pas révéler à la justice un
secret confié sous serment, et qu'il ne se souciait pas d'ailleurs de se
faire assommer tôt ou tard par les détenus, pour avoir _mangé le
morceau_ (révélé). Il me dissuada même de rien découvrir au jugé
d'instruction, en m'assurant que je ne courais pas le moindre danger.
Cependant on venait d'arrêter Boitel dans son pays; ramené à Lille, et
mis au secret, il nomma comme ayant concouru à son évasion, Grouard,
Herbaux, Stofflet et Vidocq. Sur ses aveux nous fûmes interrogés à notre
tour, et, fort des consultations de prison, je persistai dans mes
premières déclarations, tandis que j'eusse pu me tirer à l'instant
d'affaire en déposant de tout ce que m'avait appris le camarade de lit
de Boitel; j'étais même tellement convaincu qu'il ne pouvait s'élever
contre moi aucune charge sérieuse, que je restai atterré, lorsque,
voulant sortir à l'expiration de mes trois mois, je me vis écroué comme
prévenu de _complicité de faux en écritures authentiques et publiques_.



CHAPITRE V.

     Trois évasions.--Les _Chauffeurs_.--Le
     suicide.--L'interrogatoire.--Vidocq est accusé d'assassinat.--On le
     renvoie de la plainte.--Nouvelle évasion.--Départ pour
     Ostende.--Les contrebandiers.--Vidocq est repris.


Je commençai alors à soupçonner que toute cette affaire pourrait mal
tourner pour moi; mais une rétractation qu'il m'était impossible
d'appuyer d'aucunes preuves devait m'être plus dangereuse que le
silence, il était d'ailleurs trop tard pour songer à le rompre. Toutes
ces idées m'agitèrent si vivement, que j'en fis une maladie pendant
laquelle Francine me prodigua toute sorte de soins. A peine fus-je
convalescent, que ne pouvant supporter plus long-temps l'état
d'incertitude où j'étais sur l'issue de mon affaire, je résolus de
m'évader, et de m'évader par la porte, bien que cela dût paraître assez
difficile. Quelques observations particulières me déterminèrent à
choisir cette voie de préférence à toute autre. Le guichetier de la
_Tour St.-Pierre_ était un forçat du bagne de Brest, condamné à
perpétuité. Lors de la révision des condamnations, d'après le Code de
1791, il avait obtenu une commutation en six années de réclusion dans
les prisons de Lille, où il se rendit utile au concierge. Celui-ci,
persuadé qu'un homme qui avait passé quatre ans au bagne, était un aigle
en fait de surveillance, puisqu'il devait connaître à peu près tous les
moyens d'évasion, le promut aux fonctions de guichetier, qu'il croyait
ne pas pouvoir mieux confier. C'était cependant sur l'ineptie de ce
prodige de finesse que je comptais pour réussir dans mon projet, et il
me paraissait d'autant plus facile à tromper, qu'il était plus confiant
dans sa perspicacité. Je comptais, en un mot, passer devant lui sous
l'uniforme d'un officier supérieur chargé de visiter deux fois par
semaine la _Tour Saint-Pierre_, qui servait aussi de prison militaire.

Francine, que je voyais presque tous les jours, me fit faire les habits
nécessaires, qu'elle m'apporta dans son manchon. Je les essayai
aussitôt, ils m'allaient à merveille; quelques détenus qui me virent
sous ce costume assurèrent qu'il était impossible de ne pas s'y
méprendre. Je me trouvais, il est vrai, de la même taille que l'officier
dont j'allais jouer le rôle, et le grime me vieillissait de vingt-cinq
ans. Au bout de quelques jours, il vient faire sa ronde ordinaire.
Pendant qu'un de mes amis l'occupe, sous prétexte d'examiner les
aliments, je me travestis à la hâte, et me présente à la porte: le
guichetier me tire son bonnet, m'ouvre, et me voilà dans la rue. Je
cours chez une amie de Francine, où je devais me rendre dans le cas où
je parviendrais à m'évader, et bientôt elle-même vient m'y joindre.

J'étais là fort en sûreté si j'eusse pu me résoudre à m'y tenir caché,
mais comment subir un esclavage presque aussi dur que celui de la _Tour
Saint-Pierre_. Depuis trois mois que j'étais enfermé entre quatre
murailles, il me tardait de dépenser une activité si long-temps
comprimée. J'annonçai l'intention de sortir, et comme chez moi une
volonté de fer était toujours l'auxiliaire des fantaisies les plus
bizarres, je sortis. Une première excursion me réussit. Le lendemain, au
moment où je traversais la rue Écrémoise, un sergent de ville nommé
Louis, qui avait eu l'occasion de me voir pendant ma détention, vint à
ma rencontre, et me demanda si j'étais libre. Il passait pour une
mauvaise pratique; d'un geste il pouvait d'ailleurs réunir vingt
personnes.... Je lui dis que j'étais disposé à le suivre, en le priant
de me laisser dire adieu à ma maîtresse, qui se trouvait dans une maison
rue de l'Hôpital; il y consent, et nous trouvons en effet Francine, qui
reste fort surprise de me voir en pareille compagnie: je lui dis
qu'ayant réfléchi que mon évasion pourrait me nuire dans l'esprit des
juges, je me décidais à retourner à la _Tour Saint-Pierre_ pour y
attendre l'issue du procès.

Francine ne comprenait pas d'abord que je lui eusse fait dépenser trois
cents francs pour retourner au bout de quatre mois en prison. Un signe
la mit au fait, et je trouvai même le moyen de lui dire de me mettre des
cendres dans ma poche, pendant que nous prenions un verre de rhum, Louis
et moi; puis nous nous mîmes en route pour la prison. Arrivé avec mon
guide dans une rue déserte, je l'aveugle avec une poignée de cendres, et
regagne mon asile à toutes jambes.

Louis ayant fait sa déclaration, on mit à mes trousses la gendarmerie et
les agents de police, y compris un commissaire nommé Jacquard, qui
répondit de me prendre dans le cas où je n'aurais pas quitté la ville.
Je n'ignorais aucune de ces dispositions, et, au lieu de mettre un peu
de circonspection dans mes démarches, j'affectais les plus ridicules
bravades. On eût dit que je devais profiter de la prime promise pour mon
arrestation. J'étais cependant vigoureusement pourchassé; on va s'en
faire une idée.

Jacquard apprend un jour que je devais dîner rue Notre-Dame, dans une
maison à parties: il accourt aussitôt avec quatre agents, les laisse au
rez-de-chaussée, et monte dans la pièce où je me disposais à me mettre à
table avec deux femmes. Un fourrier de recrutement, qui devait former
partie carrée n'était point encore arrivé. Je reconnais le commissaire,
qui, ne m'ayant jamais vu, ne peut avoir le même avantage; mon
travestissement eût d'ailleurs mis en défaut tous les signalements du
monde. Sans me troubler nullement, je l'approche, et du ton le plus
naturel, je le prie de passer dans un cabinet dont la porte vitrée
donnait sur la salle du banquet: «C'est Vidocq que vous cherchez, lui
dis-je alors.... Si vous voulez attendre dix minutes, je vous le ferai
voir.... Voilà son couvert, il ne peut guère tarder.... Quand il entrera
je vous ferai signe; mais, si vous êtes seul, je doute que vous
réussissiez à le prendre, car il est armé et décidé à se défendre.--J'ai
mes gens sur l'escalier, répondit-il, et s'il s'échappe...--Gardez-vous
bien de les y laisser, repris-je avec un empressement affecté..., si
Vidocq les aperçoit, il se méfiera de quelque embuscade, et alors adieu
l'oiseau.--Mais où les mettre?--Eh! mon Dieu, dans ce cabinet....
Surtout, pas de bruit, car tout manquerait..., et j'ai plus d'intérêt
que vous à ce qu'il soit à l'ombre...» Voilà mon commissaire claquemuré
avec ses agents dans le cabinet. La porte fort solide est fermée à
double tour. Alors, bien certain de fuir à temps, je crie à mes
prisonniers: «Vous cherchiez Vidocq.... eh bien! c'est Vidocq qui vous
met en cage.... Au revoir.» Et me voilà parti comme un trait, laissant
la troupe crier au secours, et faire des efforts inouïs pour sortir du
malencontreux cabinet.

Deux escapades du même genre me réussirent encore, mais je finis par
être arrêté et reconduit à la _Tour St.-Pierre_, où, pour plus de
sûreté, l'on me mit au cachot avec un nommé Calendrin, qu'on punissait
ainsi de deux tentatives d'évasion. Calendrin, qui m'avait connu pendant
mon premier séjour en prison, me fit aussitôt part d'une nouvelle
tentative qui devait s'effectuer au moyen d'un trou pratiqué dans le mur
du cachot des galériens, avec lesquels nous pouvions communiquer. La
troisième nuit de ma nouvelle détention, on se mit effectivement en
devoir de partir: huit des condamnés, qui passèrent d'abord, furent
assez heureux pour n'être pas aperçus du factionnaire, placé à très peu
de distance.

Nous restions encore sept. On tira à la courte paille, comme c'est
l'usage en pareille occasion, pour savoir qui passerait le premier des
sept; le sort m'ayant favorisé, je me déshabillai pour me glisser plus
facilement dans l'ouverture, qui était fort étroite; mais, au grand
désappointement de tout le monde, j'y restai engagé, de manière à ne
pouvoir ni avancer ni reculer. C'est vainement que mes compagnons
voulurent m'en arracher à force de bras; j'étais pris comme dans un
étau, et la douleur de cette position devint tellement vive, que
n'espérant plus de secours de l'intérieur, j'appelai le factionnaire
pour lui demander du secours; il approcha avec les précautions d'un
homme qui craint une surprise, et me croisa la baïonnette sur la
poitrine, en me défendant de faire le moindre mouvement. A ses cris, le
poste prit les armes, les guichetiers accoururent avec des torches, et
je fus extrait de mon trou, non sans y laisser maints lambeaux de chair.
Tout meurtri que j'étais, on me transféra immédiatement à la prison du
_Petit Hôtel_, où je fus mis au cachot, les fers aux pieds et aux mains.

Dix jours après, j'en sortis à force de prières et de promesses de
renoncer à toute tentative d'évasion; on me remit avec les autres
détenus. Jusqu'alors j'avais vécu avec des hommes qui étaient loin
d'être irréprochables, avec des escrocs, des voleurs, des faussaires,
mais je me trouvai là confondu avec des scélérats consommés: de ce
nombre était un de mes compatriotes, nommé Desfosseux, d'une
intelligence singulière, d'une force prodigieuse, et qui, condamné aux
travaux forcés dès l'âge de dix-huit ans, s'était évadé trois fois du
bagne, où il devait retourner avec la première chaîne. Il fallait
l'entendre raconter ses hauts faits aux détenus, et dire froidement _que
la guillotine pourrait bien faire un jour de sa viande, de la chair à
saucisses_. Malgré le secret effroi que m'inspira d'abord cet homme,
j'aimais à le questionner sur l'étrange profession qu'il avait
embrassée, et ce qui m'engageait à frayer plus particulièrement avec
lui, c'est que j'espérais toujours qu'il me procurerait des moyens
d'évasion. Par le même motif, je m'étais lié avec plusieurs individus
arrêtés comme faisant partie d'une bande de quarante à cinquante
_chauffeurs_, qui couraient les campagnes voisines, sous les ordres du
fameux Sallambier: c'étaient les nommés Chopine dit _Nantais_, Louis (de
Douai), Duhamel dit le _Lillois_, Auguste Poissard dit le _Provençal_,
Caron le jeune, Caron le _Bossu_, et Bruxellois dit l'_Intrépide_,
surnom qu'il mérita depuis par un trait de courage tel qu'on n'en voit
pas souvent, dans les bulletins.

Au moment de s'introduire dans une ferme avec six de ses camarades, il
passe la main gauche dans une ouverture faite au volet, pour détacher la
clavette, mais lorsqu'il veut se retirer, il sent son poignet pris dans
un nœud coulant... Eveillés par quelque bruit, les habitants de la
ferme lui avaient tendu ce piége: trop faibles, toutefois, pour faire
une sortie contre une bande que la renommée grossissait de beaucoup,
ils n'eussent pas osé sortir. Cependant l'expédition ayant été retardée,
on allait se trouver surpris par le jour...... Bruxellois voit ses
camarades, interdits, se regarder entre eux avec hésitation; il lui
vient dans l'idée que, pour éviter les révélations, ils vont lui brûler
la cervelle.... De la main droite, il saisit un couteau à gaîne, _à deux
fins_, qu'il portait toujours, se coupe le poignet à l'articulation, et
s'enfuit avec ses camarades, sans être arrêté par la douleur. Cette
scène extraordinaire, dont on a placé le théâtre dans mille endroits
différents, s'est réellement passée aux environs de Lille; elle est bien
connue dans les département du Nord, où beaucoup de gens se rappellent
encore d'avoir vu exécuter, _manchot_, celui qui en fut le héros.

Présenté par un praticien aussi distingué que mon compatriote
Desfosseux, je fus reçu à bras ouverts dans ce cercle de bandits, où du
matin au soir on ne faisait que comploter de nouveaux moyens d'évasion.
Dans cette circonstance, comme dans beaucoup d'autres, je pus remarquer
que, chez les détenus, la soif de la liberté devenant une idée fixe,
peut enfanter des combinaisons incroyables pour l'homme qui les discute
dans une parfaite tranquillité d'esprit. La liberté!..., tout se
rapporte à cette pensée; elle poursuit le détenu pendant ces journées
que l'oisiveté rend si longues, pendant ces soirées d'hiver qu'il doit
passer dans une obscurité complète, livré aux tourments de son
impatience. Entrez dans quelque prison que ce soit, vous entendrez des
éclats d'une joie bruyante, vous vous croirez dans un lieu de
plaisir......; approchez.....; ces bouches grimacent, mais les yeux ne
rient pas, ils restent fixes, hagards: cette gaîté de convention est
toute factice dans ses élans désordonnés, comme ceux du chacal qui
bondit dans sa cage pour en briser les barreaux.

Sachant cependant à quels hommes ils avaient affaire, nos gardiens nous
surveillaient avec un soin qui déjouait tous nos plans: l'occasion qui
seule assurait le succès vint enfin s'offrir, et je la saisis avant que
mes compagnons, tout fins qu'ils étaient, y eussent même pensé. On nous
avait conduits à l'interrogatoire au nombre d'environ dix-huit. Nous
nous trouvions dans l'antichambre du juge d'instruction, gardés par des
soldats de ligne et par deux gendarmes, dont l'un avait déposé près de
moi son chapeau et son manteau, pour entrer au parquet; son camarade
l'y suivit bientôt, appelé par un coup de sonnette. Aussitôt je mets le
chapeau sur ma tête, je m'enveloppe du manteau, et prenant un détenu
sous le bras, comme si je le conduisais satisfaire un besoin, je me
présente à la porte; le caporal de garde me l'ouvre, et nous voilà
dehors. Mais que devenir sans argent, et sans papiers? Mon camarade
gagne la campagne; pour moi, au risque d'être encore pris, je retourne
chez Francine, qui, dans la joie de me revoir, se décide à vendre ses
meubles, pour fuir avec moi en Belgique. Cette résolution s'exécuta.
Nous allions partir, lorsqu'un incident des plus inattendus, et que mon
inconcevable insouciance explique seule, vint tout bouleverser.

La veille du départ, je rencontre, à la brune, une femme de Bruxelles,
nommée Élisa, avec laquelle j'avais eu des rapports intimes. Elle me
saute en quelque sorte au cou, m'emmène souper avec elle, en triomphant
d'une faible résistance, et me garde jusqu'au lendemain matin. Je fis
accroire à Francine, qui me cherchait de tous côtés, que, poursuivi par
des agents de police, j'avais été forcé de me jeter dans une maison d'où
je n'avais pu sortir qu'au point du jour. Elle en fut d'abord
convaincue; mais le hasard lui ayant fait découvrir que j'avais passé la
nuit chez une femme, sa jalousie sans bornes éclata en reproches
sanglants contre mon ingratitude; dans l'excès de sa fureur, elle jura
qu'elle allait me faire arrêter. Me faire mettre en prison, c'était
assurément le mode le plus sûr de s'assurer contre mes infidélités; mais
Francine étant femme à le faire comme elle le disait, je crus prudent de
laisser s'évaporer sa colère, sauf à reparaître au bout de quelques
temps, pour partir avec elle, comme nous en étions convenus. Ayant
cependant besoin de mes effets, et ne voulant pas les lui demander, dans
la crainte d'une nouvelle explosion, je me rends seul à l'appartement
que nous occupions, et dont elle avait la clef. Je force un volet; je
prends ce qui m'était nécessaire, et je disparais.

Cinq jours se passent: vêtu en paysan, je quitte l'asile que je m'étais
choisi dans un faubourg; j'entre en ville, et me présente chez une
couturière, amie intime de Francine, dont je comptais employer la
médiation pour nous réconcilier. Cette femme me reçoit d'un air
tellement mêlé d'embarras, que, craignant de la gêner en l'exposant à se
compromettre, je la prie seulement d'aller chercher ma maîtresse.
--Oui!.... me dit-elle, d'un air tout-à-fait extraordinaire, et sans
lever les yeux sur moi. Elle sort. Resté seul, je réfléchissais à ce
singulier accueil....

On frappe; j'ouvre, croyant recevoir Francine dans mes bras,.... c'est
une nuée de gendarmes et d'agents de police qui fondent sur moi, me
saisissent, me garrottent, et me conduisent devant le magistrat de
sûreté, qui débute par me demander où j'avais logé depuis cinq jours. Ma
réponse fut courte; je n'eusse jamais compromis les personnes qui
m'avaient reçu. Le magistrat me fit observer que mon obstination à ne
vouloir donner aucune explication pourrait me devenir funeste, qu'il y
allait de ma tête, etc., etc. Je n'en fis que rire, croyant voir dans
cette phrase une manœuvre pour arracher des aveux à un prévenu en
l'intimidant. Je persistai donc à me taire; et l'on me ramena au _Petit
Hôtel_.

A peine ai-je mis le pied dans le préau, que tous les regards se fixent
sur moi. On s'appelle, on se parle à l'oreille; je crois que mon
travestissement cause tout ce mouvement, et je n'y fais pas plus
d'attention. On me fait monter dans un cabanon, où je reste seul, sur
la paille, les fers aux pieds. Au bout de deux heures, paraît le
concierge, qui, feignant de me plaindre et de prendre intérêt à moi,
m'insinue que mon refus de déclarer où j'avais passé les cinq derniers
jours pourrait me nuire dans l'esprit des juges. Je reste inébranlable.
Deux heures se passent encore: le concierge reparaît avec un guichetier,
qui m'ôte les fers, et me fait descendre au greffe, où je suis attendu
par deux juges. Nouvel interrogatoire, même réponse. On me déshabille de
la tête aux pieds; on m'applique surabondamment sur l'épaule droite une
claque à tuer un bœuf, pour faire paraître la marque, dans le cas où
j'aurais été antérieurement flétri; mes vêtements sont saisis, décrits
dans le procès-verbal déposé au greffe; et je remonte dans mon cabanon,
couvert d'une chemise de toile à voiles et d'un surtout mi-partie gris
et noir, en lambeaux, qui pouvait avoir usé deux générations de détenus.

Tout cela commençait à me donner à réfléchir. Il était évident que la
couturière m'avait dénoncé; mais dans quel intérêt? Cette femme n'avait
aucun grief contre moi; malgré ses emportements, Francine y eût regardé
à deux fois avant de me dénoncer; et si je m'étais retiré pendant
quelques jours, c'était réellement moins par crainte que pour éviter de
l'irriter par ma présence. Pourquoi d'ailleurs ces interrogatoires
réitérés, ces phrases mystérieuses du concierge, ce dépôt de
vêtements?... Je me perdais dans un dédale de conjectures. En attendant,
j'étais au secret le plus rigoureux, et j'y restai vingt-cinq mortels
jours. On me fit alors subir l'interrogatoire suivant, qui me mit sur la
voie:

--Comment vous appelez-vous?

--Eugène-François Vidocq.

--Quelle est votre profession?

--Militaire.

--Connaissez-vous la fille _Francine_ Longuet?

--Oui; c'est ma maîtresse.

--Savez-vous où elle est en ce moment?

--Elle doit être chez une de ses amies, depuis qu'elle a vendu ses
meubles.

--Comment se nomme cette amie?

--Madame Bourgeois.

--Où demeure-t-elle?

--Rue Saint-André, maison du boulanger.

--Depuis combien de temps aviez-vous quitté la fille Longuet quand vous
avez été arrêté?

--Depuis cinq jours.

--Pourquoi l'aviez-vous quittée?

--Pour éviter sa colère; elle savait que j'avais passé la nuit avec une
autre femme, et, dans un accès de jalousie, elle me menaçait de me faire
arrêter.

--Avec quelle femme avez-vous passé cette nuit?

--Avec une ancienne maîtresse.

--Comment se nomme-t-elle?

--Élisa... je ne lui ai jamais connu d'autre nom.

--Où demeure-t-elle?

--A Bruxelles, où elle est, je crois, retournée.

--Où sont les effets que vous aviez chez la fille Longuet?

--Dans un lieu que j'indiquerai, si besoin est.

--Comment avez-vous pu les reprendre, étant brouillé avec elle, et ne
voulant pas la voir.

--A la suite de notre querelle, dans le café où elle m'avait retrouvé,
elle me menaçait à chaque instant de crier à la garde pour me faire
arrêter. Connaissant sa mauvaise tête, je m'enfuis par des rues
détournées, et gagnai la maison; elle n'était pas encore rentrée; c'est
sur quoi je comptais; mais ayant besoin de quelques-uns de mes effets,
je forçai un volet pour entrer dans l'appartement, où je pris ce qui
m'était nécessaire. Vous me demandiez tout à l'heure où étaient ces
effets: je vais vous le dire maintenant: ils sont rue Saint-Sauveur,
chez un nommé Duboc, qui en déposera.

--Vous ne dites pas la vérité.... Avant de quitter Francine _chez elle_,
vous avez eu ensemble une querelle très vive.... On assure que vous avez
exercé sur elle des voies de fait?...

--C'est faux.... Je n'ai point vu Francine _chez elle_ après la
querelle; par conséquent, je ne l'ai pas maltraitée.... Elle peut le
dire!!!

--Reconnaissez-vous ce couteau?

--Oui: c'est celui avec lequel je mangeais ordinairement.

--Vous voyez que la lame et le manche sont couverts de sang?... Cet
aspect ne vous cause aucune impression?... Vous vous troublez!...

--Oui, repris-je, avec agitation, mais qu'est-il donc arrivé à
Francine?... Dites-le moi, et je vous donnerai tous les
éclaircissements possibles.

--Ne vous est-il rien arrivé de particulier, lorsque vous êtes venu
enlever vos effets?

--Absolument rien, que je me rappelle au moins.

--Vous persistez dans vos déclarations?

--Oui.

--Vous en imposez à la justice.... Pour vous laisser le temps de
réfléchir sur votre position et aux suites de votre obstination, je
suspends votre interrogatoire; je le reprendrai demain.... Gendarmes,
veillez avec soin sur cet homme.... Allez!

Il se faisait tard quand je rentrai dans mon cabanon; on m'apporta ma
ration; mais l'agitation où m'avait jeté cet interrogatoire ne me permit
pas de manger; il me fut aussi impossible de dormir, et je passai la
nuit sans fermer l'œil. Un crime avait été commis; mais sur qui?...
Par qui?... Pourquoi me l'imputait-on?... Je me faisais ces questions
pour la millième fois, sans pouvoir y trouver de solution raisonnable,
quand on vint me chercher le lendemain afin de continuer mon
interrogatoire. Après les questions d'usage, une porte s'ouvrit, et
deux gendarmes entrèrent, soutenant une femme.... C'était Francine....
Francine, pâle, défigurée, à peine reconnaissable. En me voyant, elle
s'évanouit. Je voulus m'approcher d'elle, les gendarmes me retinrent. On
l'emporta. Je restai seul avec le juge d'instruction, qui me demanda si
la présence de cette malheureuse ne me décidait pas à tout avouer. Je
protestai de mon innocence, en assurant que j'ignorais jusqu'à la
maladie de Francine. On me reconduisit en prison; mais le secret fut
levé, et je pus enfin espérer que j'allais connaître, dans tous ses
détails, l'événement dont je me trouvais si singulièrement victime. Je
questionnai le concierge; il resta muet. J'écrivis à Francine; on me
prévint que les lettres que je lui adresserais seraient arrêtées au
greffe. On m'annonça en même temps qu'elle était consignée à la porte.
J'étais sur des charbons ardents: je m'avisai enfin de mander un avocat,
qui, après avoir pris connaissance des pièces de la procédure, m'apprit
que j'étais prévenu d'assassinat sur la personne de Francine.... Le jour
même où je l'avais quittée, on l'avait trouvée expirante, frappée de
cinq coups de couteau, et baignée dans le sang. Mon départ précipité;
l'enlèvement furtif de mes effets, qu'on savait que j'avais transportés
d'un endroit dans un autre, comme pour les dérober aux recherches de la
justice; l'effraction du volet de l'appartement; les traces d'escalade,
portant l'empreinte de mes pas; tout tendait à me faire considérer comme
le coupable; mon travestissement déposait encore contre moi. On pensait
que je n'étais venu déguisé que pour m'assurer qu'elle était morte sans
m'accuser. Une particularité qui eût tourné à mon avantage, dans toute
autre circonstance, aggravait encore les charges qui s'élevaient contre
moi: dès que les médecins lui avaient permis de parler, Francine avait
déclaré qu'elle s'était frappée elle-même, dans le désespoir de se voir
abandonnée par un homme auquel elle avait tout sacrifié. Mais son
attachement pour moi rendait son témoignage suspect; et l'on était
convaincu qu'elle ne tenait ce langage que pour me sauver.

Mon avocat avait cessé de parler depuis un quart d'heure;..... je
l'écoutais encore comme un homme agité par le cauchemar. A vingt ans, je
me trouvais sous le poids de la double accusation de faux et
d'assassinat, sans avoir trempé dans aucun de ces deux crimes!!!......
J'agitai même dans mon esprit, si je ne me pendrais pas aux barreaux du
cabanon, avec un lien de paille........................................
J'en faillis devenir fou. Je finis cependant par me remettre assez bien,
pour réunir tous les faits nécessaires à ma justification. Dans les
interrogatoires postérieurs à celui que j'ai rapporté, on avait beaucoup
insisté sur le sang dont le commissionnaire que j'avais pris pour
transporter mes effets assurait avoir vu mes mains couvertes; ce sang
venait d'une blessure que je m'étais faite en cassant le carreau pour
ouvrir le volet, et je pouvais produire deux témoins à l'appui de cette
assertion. Mon avocat, auquel je fis part de tous mes moyens de défense,
m'assura que, réunis à la déclaration de Francine, qui seule n'eût été
d'aucun poids, ils assuraient mon renvoi de la plainte, ce qui arriva
effectivement peu de jours après. Francine, bien que très faible encore,
vint aussitôt me voir, et me confirma tous les détails que m'avait
révélé l'interrogatoire.

Je me trouvais ainsi débarrassé d'un poids énorme, sans être toutefois
entièrement tiré d'inquiétude; mes évasions réitérées avaient retardé
l'instruction de l'affaire de faux dans laquelle je me trouvais
impliqué, et rien n'en indiquait le terme, Grouard ayant à son tour
brûlé la politesse au concierge. L'issue de l'accusation dont je venais
de triompher m'avait cependant fait concevoir quelque espoir, et je ne
songeais nullement à m'évader, lorsque vint s'en offrir une occasion que
je saisis pour ainsi dire instinctivement. Dans la chambre où l'on
m'avait placé, se trouvaient des détenus de passage; en venant en
chercher deux un matin, pour les livrer à la correspondance, le
concierge oublie de fermer la porte; je m'en aperçois: descendre au
rez-de-chaussée, tout examiner, est l'affaire d'un instant. Le jour ne
faisait que paraître, et les détenus étant tous endormis, je n'avais
rencontré personne sur l'escalier, personne à la porte non plus; je la
franchis, mais le concierge, qui boit l'absinthe dans un cabaret situé
en face de la prison, m'aperçoit, et s'élance à ma poursuite, en criant
à tue-tête: _Arrête! arrête!_ Il avait beau crier, les rues étaient
encore désertes, et l'espoir de la liberté me donnait des ailes. En
quelques minutes, je fus hors de la vue du concierge, et bientôt
j'arrivai dans une maison du quartier Saint-Sauveur, où j'étais bien sûr
qu'on ne songerait pas à venir me relancer. Il fallait d'un autre côté
quitter au plus vite Lille, où j'étais trop connu pour pouvoir rester
plus long-temps en sûreté.

A la tombée de la nuit, on fut à la découverte, et j'appris que les
portes étaient fermées. On ne sortait que par le guichet, où se
trouvaient à poste fixe des agents de police et des gendarmes déguisés,
pour observer tout ce qui se présentait. Ne pouvant sortir par la porte,
je me décidai à me sauver en descendant des remparts, et, connaissant
parfaitement la place, je me rendis à dix heures du soir sur le bastion
Notre-Dame, que je croyais l'endroit le plus favorable à l'exécution de
mon projet. Après avoir attaché à un arbre, la corde que j'avais fait
acheter tout exprès, je me laissai glisser; bientôt le poids de mon
corps m'entraînant plus vite que je ne l'avais calculé, le froissement
de la corde devint si brûlant pour mes mains, que je fus obligé de la
lâcher à quinze pieds du sol. En tombant, je me foulai si fortement le
pied droit, que lorsqu'il fut question de sortir des fossés, je crus que
je n'y parviendrais jamais. Des efforts inouïs m'en tirèrent enfin, mais
arrivé sur le revêtement, il me fut impossible d'aller plus loin.

J'étais là, jurant fort éloquemment contre les fossés, contre la corde,
contre la foulure, ce qui ne me tirait pas du tout d'embarras, lorsque
vint à passer près de moi un homme avec une de ces brouettes si communes
dans la Flandre. Un écu de six francs, le seul que je possédasse, et que
je lui offris, le détermina à me charger sur sa brouette et à me
conduire au village voisin. Arrivé chez lui, il me déposa sur son lit,
et s'empressa de me frictionner le pied avec de l'eau-de-vie et du
savon; sa femme le secondait de son mieux, en regardant toutefois avec
quelque étonnement mes vêtements souillés de la fange des fossés. On ne
me demandait aucune explication, mais je voyais bien qu'il en faudrait
donner, et ce fut pour m'y préparer, que, feignant d'avoir grand besoin
de repos, je priai mes hôtes de me laisser un instant. Deux heures
après, je les appelai comme un homme qui s'éveille, et je leur dis en
peu de mots, qu'en montant des tabacs de contrebande par le rempart,
j'avais fait une chute; mes camarades, poursuivis par les douaniers,
avaient été forcés de m'abandonner dans le fossé; j'ajoutai que je
remettais mon sort entre leurs mains. Ces braves gens, qui détestaient
les douaniers aussi cordialement qu'aucun habitant de quelque frontière
que ce soit, m'assurèrent qu'ils ne me trahiraient pas pour tout au
monde. Pour les sonder, je demandai s'il n'y aurait pas moyen de me
faire transporter chez mon père, qui demeurait de l'autre côté; ils
répondirent que ce serait m'exposer, qu'il valait beaucoup mieux
attendre que quelques jours m'eussent un peu remis. J'y consentis; pour
écarter tous les soupçons, il fut même convenu que je passerais pour un
parent en visite. Personne ne fit au surplus la moindre observation.

Tranquille de ce côté, je commençai à réfléchir à mes affaires, et au
parti que j'avais à prendre. Il fallait évidemment quitter le pays et
passer en Hollande. Cependant, pour exécuter ce projet, l'argent était
indispensable, et outre ma montre, que j'avais offerte à mon hôte, je me
voyais à la tête de quatre livres dix sous. Je pouvais bien recourir à
Francine, mais on ne devait pas manquer de la faire épier de près: lui
adresser le moindre message, c'était vouloir se perdre. Il fallait au
moins attendre que l'ardeur des premières recherches fût appaisée.
J'attendis. Quinze jours se passèrent, au bout desquels je me décidai
enfin à écrire un mot à Francine; j'en chargeai mon hôte, en lui disant
que cette femme, servant d'intermédiaire aux contrebandiers, il était
bon de ne la voir qu'avec mystère. Il remplit parfaitement sa mission,
et revint le soir avec cent vingt francs en or. Le lendemain, je pris
congé de mes hôtes, dont les prétentions furent excessivement modestes;
six jours après j'arrivai à Ostende.

Mon intention, comme à mon premier voyage dans cette ville, était de
passer en Amérique ou dans l'Inde, mais je n'y trouvai que des caboteurs
danois ou hambourgeois, qui refusèrent de me prendre sans papiers.
Cependant le peu d'argent que j'avais emporté de Lille s'épuisait à vue
d'œil, et j'allais me retrouver encore dans une de ces positions avec
lesquelles on se familiarise plus ou moins, mais qui n'en restent pas
moins fort désagréables. L'argent ne donne certainement ni le génie, ni
les talents, ni l'intelligence, mais la tranquillité d'esprit, l'aplomb
qu'il procure permettent de suppléer à toutes ces qualités, tandis que,
faute de ce même aplomb, elles se neutralisent chez beaucoup
d'individus. Il en résulte que dans le moment où l'on aurait le plus
besoin de toutes les ressources de son esprit pour se procurer de
l'argent, on se trouve privé de ces ressources par le fait même du
manque d'argent. J'étais évidemment placé dans la dernière de ces
catégories; cependant il fallait dîner: opération souvent beaucoup plus
difficile que ne l'imaginent ces heureux du siècle qui croient qu'il ne
faut pour cela que de l'appétit.

On m'avait fréquemment parlé de la vie aventureuse et lucrative des
contrebandiers de la côte; des détenus me l'avaient même vantée avec
enthousiasme, car cet état s'exerce quelquefois par passion, même de la
part d'individus que leur fortune et leur position devraient détourner
d'une carrière aussi périlleuse. Pour moi, j'avoue que je n'étais
nullement séduit par la perspective de passer des nuits entières au bord
des falaises, au milieu des rochers, exposé à tous les vents connus, et
de plus aux coups de fusil des douaniers.

Ce fut donc avec une véritable répugnance que je me dirigeai vers la
maison d'un nommé Peters, qu'on m'avait désigné comme faisant la fraude,
et pouvant m'embaucher. Une mouette clouée sur la porte, les ailes
étendues, comme ces chats-huants et ces tiercelets, qu'on voit à
l'entrée de beaucoup de chaumières, me fit aisément reconnaître son
domicile. Je trouvai le patron dans une espèce de cave, qu'aux cables,
aux voiles, aux avirons, aux hamacs et aux tonneaux qui l'encombraient,
on eût pris pour l'entrepont d'un navire. Du milieu de l'épaisse
atmosphère de fumée qui l'environnait, il me regarda d'abord, avec une
méfiance qui me parut de mauvais augure; mes pressentiments se
réalisèrent bientôt, car à peine lui eus-je fait mes offres de service,
qu'il tomba sur moi à grands coups de bâton. J'aurais pu certainement
résister avec avantage, mais l'étonnement m'avait en quelque sorte ôté
l'idée de me défendre. Je voyais d'ailleurs dans la cour une
demi-douzaine de matelots et un énorme chien de Terre-Neuve, qui eussent
pu me faire un mauvais parti. Jeté dans la rue, je cherchais à
m'expliquer cette singulière réception quand il me vint dans l'idée, que
Peters pouvait m'avoir pris pour un espion, et traité comme tel.

Cette réflexion me décida à retourner chez un marchand de genièvre,
auquel j'avais inspiré assez de confiance pour qu'il m'indiquât cette
ressource; il commença par rire un peu de ma mésaventure, et finit par
me communiquer un mot de passe, qui devait me donner un libre accès
auprès de Peters. Muni de ces instructions, je m'acheminai de nouveau
vers le redoutable domicile, après avoir toutefois rempli mes poches de
grosses pierres, qui, en cas de nouvelle algarade, pouvaient servir à
protéger ma retraite. Ces munitions restèrent heureusement inutiles. A
ces mots: _Gare aux requins_ (douaniers), je fus reçu d'une manière
presque amicale; car mon agilité, ma force, me rendaient un sujet
précieux dans cette profession, où l'on est souvent obligés de
transporter précipitamment d'un point à un autre les plus lourds
fardeaux. Un Bordelais, qui faisait partie de la troupe, se chargea de
me former, et de m'enseigner les ruses du métier; mais je devais être
appelé à exercer avant que mon éducation fût bien avancée.

Je couchais chez Peters avec douze ou quinze contrebandiers hollandais,
danois, suédois, portugais ou russes; il n'y avait point là d'Anglais,
et nous n'étions que deux Français. Le surlendemain de mon installation,
au moment où chacun gagnait son grabat ou son hamac, Peters entra tout à
coup dans notre chambre à coucher, qui n'était autre chose qu'une cave
contiguë à la sienne, et tellement remplie de barriques et de ballots,
que nous avions peine à trouver place, pour suspendre les hamacs. Peters
avait quitté son costume ordinaire, qui était celui d'un ouvrier calfat
ou voilier. Avec un bonnet de crin et une chemise de laine rouge,
rattachée sur la poitrine par une épingle en argent, qui servait en même
temps à déboucher la lumière des armes à feu, il portait une paire de
ces grosses bottes de pêcheurs, qui montent jusqu'au haut de la cuisse,
ou se baissent à volonté au-dessous du genou.

«Hop! hop! cria-t-il de la porte, en frappant la terre de la crosse de
sa carabine, branle-bas!!! branle-bas!... nous dormirons un autre
jour.... On a signalé l'_Écureuil_ pour la marée du soir.... Faut voir
ce qu'il a dans le ventre...., de la mousseline ou du tabac.... Hop!
hop!... Arrivez mes marsouins!...»

En un clin d'œil tout le monde fut debout. On ouvrit une caisse
d'armes; chacun se munit d'une carabine ou d'un tromblon, de deux
pistolets et d'un coutelas ou d'une hache d'abordage, et nous partîmes,
après avoir bu quelques verres d'eau-de-vie et de rack: les gourdes
avaient été remplies. En ce moment, la troupe n'était guères composée
que de vingt personnes; mais nous étions rejoints ou attendus d'un
endroit à l'autre par des individus isolés, de manière que, arrivés au
bord de la mer, nous nous trouvions au nombre de quarante-sept, non
compris deux femmes et quelques paysans des villages voisins, venus avec
des chevaux de somme qu'on avait cachés dans le creux d'un rocher.

Il était nuit close: le vent tournait à chaque instant, et la mer
brisait avec tant de force, que je ne comprenais pas qu'aucun bâtiment
pût s'approcher sans être jeté à la côte. Ce qui me confirmait dans
cette idée, c'est qu'à la lueur des étoiles, je voyais un petit bâtiment
courir des bordées, comme s'il eût craint de laisser arriver. On
m'expliqua depuis que cette manœuvre n'avait pour but que de
s'assurer que toutes les dispositions pour le débarquement étaient
terminées, et qu'il ne présentait aucun danger. En effet, Peters ayant
allumé une lanterne à réflecteur dont il avait chargé l'un de nous, et
qu'il éteignit aussitôt, _l'Écureuil_ éleva à sa hune un fanal qui ne
fit que briller et disparaître, comme un ver-luisant dans les nuits
d'été. Nous le vîmes ensuite arriver vent arrière, et s'arrêter à une
portée de fusil de l'endroit où nous nous trouvions. Notre troupe se
partagea alors en trois pelotons, dont deux furent placés cinq cents pas
en avant, pour maintenir les douaniers, s'il leur prenait fantaisie de
se présenter. Les hommes de ces pelotons furent ensuite espacés sur le
terrain, ayant attachée au bras gauche, une ficelle qui correspondait de
l'un à l'autre. En cas d'alerte, on se prévenait par une légère
secousse; et chacun ayant l'ordre de répondre à ce signal par un coup de
fusil, il s'établissait sur toute la ligne une fusillade qui ne laissait
pas d'inquiéter les douaniers. Le troisième peloton, dont je faisais
partie, resta au bord de la mer, pour protéger le débarcadaire, et
donner un coup demain au chargement.

Tout étant ainsi disposé, le chien de Terre-Neuve, dont j'ai déjà parlé,
et qui se trouvait de la compagnie, s'élança au commandement au milieu
des vagues écumeuses, et nagea vigoureusement dans la direction de
_l'Écureuil_; un instant après, nous le vîmes reparaître, tenant à la
gueule un bout de câble. Peters s'en saisit vivement, et commença à le
tirer à lui, en nous faisant signe de l'aider. J'obéis machinalement à
cet ordre. Au bout de quelques brasses, je m'aperçus qu'à l'extrémité du
câble, étaient attachés, en forme de chapelet, douze petits tonneaux,
qui nous arrivèrent en flottant. Je compris alors que le bâtiment se
dispensait ainsi d'approcher plus près de terre, au risque de se perdre
sur les brisants.

En un instant, les tonneaux, enduits d'une matière qui les rendait
imperméables, furent détachés et chargés sur des chevaux qu'on évacua
aussitôt sur l'intérieur des terres. Un second envoi se fit avec le même
succès; mais au moment où nous recevions le troisième, quelques coups de
feu nous annoncèrent que nos postes étaient attaqués: «Voilà le
commencement du bal, dit tranquillement Peters. Il faut voir qui
dansera....» et, reprenant sa carabine, il joignit les postes qui
s'étaient déjà réunis. La fusillade devint très vive; elle nous coûta
deux hommes tués, quelques autres furent légèrement blessés. Au feu des
douaniers, on voyait aisément qu'ils nous étaient supérieurs en nombre;
mais, effrayés, craignant une embuscade, ils n'osèrent pas nous aborder,
et nous effectuâmes notre retraite, sans qu'ils fissent la moindre
tentative pour la troubler. Dès le commencement du combat, _l'Écureuil_
avait levé l'ancre et gagné le large, dans la crainte que le feu
n'attirât dans ces parages la croisière du gouvernement. On me dit qu'il
achèverait probablement de débarquer sa cargaison sur un autre point de
la côte, où les expéditeurs avaient de nombreux correspondants.

De retour chez Peters, où l'on n'arriva qu'à l'aube du jour, je me jetai
dans mon hamac, et n'en sortis qu'au bout de quarante-huit heures; les
fatigues de la nuit, l'humidité qui avait constamment pénétré mes
habits, en même temps que l'exercice me mettait tout en sueur,
l'inquiétude de ma nouvelle position, tout se réunissait pour m'abattre.
La fièvre me saisit. Lorsqu'elle fut passée, je déclarai à Peters que je
trouvais décidément le métier trop pénible, et qu'il me ferait plaisir
de me donner mon congé. Il prit la chose beaucoup plus tranquillement
que je ne m'y attendais et me fit même compter une centaine de francs.
J'ai su depuis qu'il m'avait fait suivre pendant quelques jours, pour
s'assurer si je prenais la route de Lille, où je lui avais annoncé que
je retournais.

Je pris effectivement le chemin de cette ville, tourmenté par un désir
puéril de revoir Francine, et de la ramener avec moi en Hollande, où je
formais le projet d'un petit établissement. Mais mon imprudence fut
bientôt punie: deux gendarmes, qui étaient à boire dans un cabaret,
m'aperçurent traversant la rue; il leur vient à l'idée de courir après
moi pour me demander mes papiers. Ils me joignent au détour d'une rue;
le trouble que me cause leur apparition les décide à m'arrêter sur ma
physionomie. On me met dans la prison de la brigade. Je cherchais déjà
des moyens d'évasion, lorsque j'entends dire aux gendarmes: «Voilà la
correspondance de Lille....... A qui à marcher?.....» Deux hommes de la
brigade de Lille arrivent eh effet devant la prison, et demandent s'il y
a du _gibier_. «Oui, répondent ceux qui m'avaient arrêté..... Nous avons
là un nommé _Léger_ (j'avais pris ce nom), que nous avons trouvé sans
papiers.» On ouvre la porte, et le brigadier de Lille, qui m'avait vu
souvent au _Petit Hôtel_, s'écrie: «Eh! parbleu! c'est Vidocq!» Il en
fallut bien convenir. Je partis: et quelques heures après, j'entrai dans
Lille entre mes deux gardes-du-corps.



CHAPITRE VI.

     Les clefs d'étain.--Les Saltimbanques.--Vidocq hussard.--Il est
     repris.--Le siége du cachot.--Jugement.--Condamnation.


Je retrouvai au _Petit Hôtel_ la plupart des détenus qu'avant mon
évasion j'avais vu mettre en liberté. Quelques-uns n'avaient fait, pour
ainsi dire, qu'une courte absence. Ils se trouvaient arrêtés sous la
prévention de nouveaux crimes ou de nouveaux délits. De ce nombre était
Calandrin, dont j'ai parlé plus haut: élargi le 11, il avait été repris
le 14, comme prévenu de vol avec effraction et de complicité avec les
_chauffeurs_, dont le nom seul inspirait alors un effroi général. Sur la
réputation que m'avaient value mes diverses évasions, ces gens-là me
recherchèrent comme un homme sur lequel on pouvait compter. De mon côté,
je ne pouvais guères m'éloigner d'eux. Accusés de crimes capitaux, ils
avaient un intérêt puissant à garder le secret sur nos tentatives,
tandis que le malheureux, prévenu d'un simple délit, pouvait nous
dénoncer, dans la crainte de se trouver compromis dans notre évasion:
telle est la logique des prisons. Cette évasion n'était toutefois rien
moins que facile; on en jugera par la description de nos cachots: sept
pieds carrés, des murs épais d'une toise, revêtus de madriers croisés et
boulonnés en fer; une croisée de deux pieds sur trois, fermée de trois
grilles placées l'une à la suite de l'autre; la porte doublée en fer
battu. Avec de telles précautions, un geôlier pouvait se croire sûr de
ses pensionnaires: on mit pourtant sa surveillance en défaut.

J'étais dans un des cachots du second avec un nommé Duhamel. Moyennant
six francs, un détenu, qui faisait le service de guichetier, nous
fournit deux scies à refendre, un ciseau à froid et deux tire-fonds.
Nous avions des cuillers d'étain; le concierge ignorait probablement
l'usage qu'en pouvaient faire des prisonniers; je connaissais la clef
des cachots, elle était la même pour tous ceux du même étage; j'en
exécutai le modèle avec une grosse carotte, puis je fabriquai un moule
avec de la mie de pain et des pommes de terre. Il fallait du feu, nous
en obtînmes en fabriquant un lampion avec un morceau de lard et des
lambeaux de bonnet de coton. Enfin la clef fut coulée en étain; mais
elle n'allait pas encore, et ce ne fut qu'après plusieurs essais et de
nombreuses retouches, qu'elle fut en état de servir. Maîtres ainsi des
portes, il nous fallait encore pratiquer un trou dans le mur contigu aux
greniers de l'Hôtel-de-ville. Un nommé Sallambier, qui occupait le
dernier des cachots de l'étage, trouva moyen de pratiquer ce trou, en
coupant un des madriers. Tout était disposé pour l'évasion; elle devait
avoir lieu le soir, lorsque le concierge vint m'annoncer que mon temps
de cachot étant expiré j'allais être remis avec les autres prisonniers.

Jamais faveur ne fut peut-être reçue avec moins d'enthousiasme que
celle-là. Je voyais tous mes préparatifs perdus, et je pouvais attendre
encore long-temps une circonstance aussi favorable. Il me fallut
cependant en prendre mon parti, et suivre le concierge, qui me faisait
donner au Diable avec ses félicitations. Ce contretemps m'affectait même
à un tel point, que tous les détenus s'en aperçurent. Un d'eux étant
parvenu à m'arracher le secret de ma consternation, me fit des
observations fort justes sur le danger que je courais en fuyant avec des
hommes tels que Sallambier et Duhamel, qui ne resteraient peut-être pas
vingt-quatre heures sans commettre un assassinat. Il m'engagea en même
temps à les laisser partir et à attendre qu'une autre occasion se
présentât. Je suivis ce conseil, et m'en trouvai bien, je poussai même
la précaution jusqu'à faire dire à Duhamel et à Sallambier, qu'on les
soupçonnait, qu'ils n'avaient pas un moment à perdre pour se sauver. Ils
prirent l'avis au pied de la lettre, et deux heures après ils étaient
allés rejoindre une bande de quarante-sept chauffeurs, dont vingt-huit
furent exécutés le mois suivant à Bruges.

L'évasion de Duhamel et de Sallambier fit grand bruit dans la prison et
même dans la ville. On en trouvait les circonstances tout-à-fait
extraordinaires; mais ce que le concierge y voyait de plus surprenant,
c'est que je n'eusse pas été de la partie. Il fallut cependant réparer
le dégât: des ouvriers arrivèrent, et l'on posa au bas de l'escalier de
la tour un factionnaire, avec ordre de ne laisser passer qui que ce fût.
L'idée me vint de violer adroitement la consigne, et de sortir par cette
même brêche qui avait dû servir à ma fuite.

Francine, qui venait me voir tous les jours, m'apporte trois aunes de
ruban tricolore, que je l'envoie chercher tout exprès. D'un morceau, je
me fais une ceinture, je garnis mon chapeau du reste, et je passe, ainsi
affublé, devant le factionnaire, qui, me prenant pour un officier
municipal, me présente les armes. Je monte rapidement les escaliers;
arrivé à l'ouverture, je la trouve gardée par deux factionnaires placés,
l'un dans le grenier de l'Hôtel-de-ville, l'autre dans le corridor de la
prison. Je dis à ce dernier qu'il est impossible qu'un homme ait pu
passer par cette ouverture; il me soutient le contraire; et, comme si je
lui eusse donné le mot, son camarade ajoute que j'y passerais tout
habillé. Je témoigne le désir d'essayer; je me glisse dans l'ouverture,
et me voilà dans le grenier. Feignant de m'être blessé au passage, je
dis à mes deux homme que, puisque je suis de ce côté, je vais descendre
tout de suite à mon cabinet. «En ce cas, répond celui qui se trouvait
dans le grenier, attendez que je vous ouvre la porte.» Il tourne en
effet la clef dans la serrure; en deux sauts je franchis les escaliers
de l'Hôtel-de-ville, et je suis dans la rue, encore décoré de mes rubans
tricolores, qui m'eussent fait arrêter de nouveau, si le jour n'eût pas
été sur son déclin.

J'étais à peine dehors, que le geôlier, qui ne me perdait jamais de vue,
demanda: «Où est Vidocq?» On lui répondit que j'étais à faire un tour de
cour; il voulut s'en assurer par lui-même, mais ce fut en vain qu'il me
chercha, en m'appelant à grands cris dans tous les coins de la maison;
je n'avais garde de répondre: une perquisition officielle n'eut pas plus
de succès, aucun détenu ne m'avait vu sortir. On put s'assurer bientôt
que je ne me trouvais plus en prison, mais comment étais-je parti? Voilà
ce que tout le monde ignorait, jusqu'à Francine, qui assurait le plus
ingénument du monde ne savoir où j'étais passé, car elle m'avait apporté
le ruban sans connaître l'usage que j'en voulais faire. Elle fut
cependant consignée; mais cette mesure ne fit rien découvrir, les
soldats qui m'avaient laissé passer s'étant bien gardés de se vanter de
leur prouesse.

Pendant qu'on poursuivait ainsi les prétendus auteurs de mon évasion, je
sortais de la ville, et je gagnais Courtrai, où l'escamoteur Olivier et
le saltimbanque Devoye m'enrôlèrent dans leur troupe pour jouer la
pantomime; je vis là plusieurs détenus évadés, dont le costume de
caractère, qu'ils ne quittaient jamais, par la raison toute simple
qu'ils n'en avaient pas d'autres, servait merveilleusement à dérouter la
police. De Courtrai nous revînmes à Gand, d'où l'on partit bientôt pour
la foire d'Enghien. Nous étions dans cette dernière ville depuis cinq
jours, et la recette, dont j'avais ma part, donnait fort bien, lorsqu'un
soir, au moment d'entrer en scène, je fus arrêté par des agents de
police: j'avais été dénoncé par le Paillasse, furieux de me voir passer
_chef d'emploi_. On me ramena encore une fois à Lille, où j'appris avec
un vif chagrin que la pauvre Francine avait été condamnée à six mois de
détention, comme coupable d'avoir favorisé mon évasion. Le guichetier
Baptiste, dont tout le crime était de m'avoir pris pour un officier
supérieur, et de m'avoir respectueusement laissé sortir en cette qualité
de la _Tour Saint-Pierre_, le malencontreux Baptiste était également
incarcéré pour le même délit. Une charge terrible élevée contre lui,
c'est que les prisonniers, enchantés de trouver l'occasion de se venger,
assuraient qu'une somme de cent écus lui avait fait prendre un jeune
homme de dix-neuf ans pour un vieux militaire menacé de la cinquantaine.

Pour moi, l'on me transféra dans la prison du département à Douai, où je
fus écroué comme un homme dangereux; c'est dire qu'on me mit
immédiatement au cachot, les fers aux pieds et aux mains. Je retrouvai
là mon compatriote Desfosseux, et un jeune homme nommé Doyennette,
condamné à seize ans de fers, pour complicité dans un vol avec
effraction commis avec son père, sa mère et deux de ses frères, âgés de
moins de quinze ans. Ils étaient depuis quatre mois dans le cachot où
l'on venait de m'installer moi-même, couchés sur la paille, rongés de
vermine, et ne vivant que de pain de fèves et d'eau. Je commençai donc
par faire venir des provisions, qui furent dévorées en un instant. Nous
causâmes ensuite de nos affaires, et mes commensaux m'annoncèrent que
depuis une quinzaine de jours ils pratiquaient sous le pavé du cachot un
trou qui devait aboutir au niveau de la Scarpe, qui baigne les murs de
la prison. Je regardai d'abord l'entreprise comme fort difficile: il
fallait percer un mur de cinq pieds d'épaisseur, sans éveiller les
soupçons du concierge, dont les visites fréquentes ne nous eussent pas
permis de laisser voir le moindre gravois provenant de nos travaux.

Nous éludâmes ce premier obstacle en jetant par la fenêtre grillée qui
donnait sur la Scarpe, chaque poignée de terre ou de ciment que nous
retirions de notre mine. Desfosseux avait d'ailleurs trouvé le moyen de
dériver nos fers, et nous en travaillions avec bien moins de fatigue et
de difficulté. L'un de nous était toujours dans le trou, qui se trouvait
déjà assez grand pour recevoir un homme. Nous croyions enfin être au
terme de nos travaux et de notre captivité, lorsqu'en sondant, nous
reconnûmes que les fondations, que nous croyions faites en pierres
ordinaires, étaient composées d'assises de grès de la plus grande
dimension. Cette circonstance nous força à agrandir notre galerie
souterraine, et pendant une semaine nous y travaillâmes sans relâche.
Afin de dissimuler l'absence de celui d'entre nous qui se trouvait à la
besogne quand on faisait la ronde, nous avions soin de remplir de paille
sa veste et sa chemise, et de placer ce mannequin dans l'attitude d'un
homme endormi.

Après cinquante-cinq jours et autant de nuits d'un travail opiniâtre,
nous touchions enfin au but; il ne s'agissait plus que de déplacer une
pierre, et nous étions au bord de la rivière. Une nuit, nous nous
décidâmes à tenter l'événement: tout paraissait nous favoriser; le
concierge avait fait sa tournée de meilleure heure qu'à l'ordinaire, et
un brouillard épais nous donnait la certitude que le factionnaire du
pont ne nous apercevrait pas. La pierre ébranlée cède à nos efforts
réunis, elle tombe dans le souterrain; mais l'eau s'y précipite en même
temps, comme chassée par l'écluse d'un moulin. Nous avions mal calculé
nos distances, et notre trou se trouvant à quelques pieds au-dessous du
niveau de la rivière, il fut en quelques minutes inondé. Nous voulûmes
d'abord plonger dans l'ouverture, mais la rapidité du courant ne nous le
permit pas; nous fûmes même contraints d'appeler du secours, sous peine
de rester dans l'eau toute la nuit. A nos cris, le concierge, les
guichetiers, accourent et restent frappés d'étonnement, en se voyant
dans l'eau jusqu'à mi-jambe. Bientôt tout se découvre, le mal se répare,
et nous sommes enfermés chacun dans un cachot donnant sur le même
corridor.

Cette catastrophe me jeta dans des réflexions assez tristes, dont je fus
bientôt tiré par la voix de Desfosseux. Il me dit en argot que rien
n'était désespéré, et que son exemple devait me donner du courage. Ce
Desfosseux était, il est vrai, doué d'une force de caractère que rien ne
pouvait dompter: jeté demi-nu sur la paille, dans un cachot où il
pouvait à peine se coucher, chargé de trente livres de fers, il chantait
encore à gorge déployée, et ne songeait qu'au moyen de s'évader pour
faire de nouveau quelque mauvais coup: l'occasion ne tarda pas à se
présenter.

Dans la même prison que nous, se trouvaient détenus le concierge du
_Petit Hôtel_ de Lille et le guichetier Baptiste, accusés tous deux
d'avoir favorisé mon évasion à prix d'argent. Le jour de leur jugement
étant arrivé, le concierge fut acquitté; mais on ajourna l'arrêt de
Baptiste, le tribunal ayant réclamé un complément d'instruction, dans
lequel je devais être entendu. Le pauvre Baptiste vint alors me voir, et
me supplia de dire la vérité. Je ne donnai d'abord que des réponses
évasives, mais Desfosseux m'ayant dit que cet homme pouvait nous
servir, et qu'il fallait le ménager, je lui promis de faire ce qu'il
désirait. Grandes protestations de reconnoissance et offres de services.
Je le pris au mot: j'exigeai qu'il m'apportât un couteau et deux grands
clous, dont Desfosseux m'avait dit avoir besoin; et une heure après je
les avais. En apprenant que je m'étais procuré ces objets, celui-ci fit
autant de cabrioles que le lui permit l'exiguïté de son local et le
poids de ses fers; Doyennette se livrait également à la joie la plus
vive, et comme la gaîté est en général communicative, je me sentais tout
aise sans trop savoir pourquoi.

Lorsque ses transports se furent un peu calmés, Desfosseux me dit enfin
de regarder si dans la voûte de mon cachot il ne se trouvait pas cinq
pierres plus blanches que les autres; sur ma réponse affirmative, il me
dit de sonder les joints avec la pointe du couteau. Je reconnus alors
que le ciment des joints avait été remplacé par de la mie de pain,
blanchie avec des râclures, et Desfosseux m'apprit que le détenu qui
occupait avant moi le cachot où je me trouvais avait ainsi tout disposé
pour déranger les pierres et se sauver, lorsqu'on l'avait transféré dans
une autre partie de la prison. Je passai alors le couteau à Desfosseux,
et il s'occupait avec activité à s'ouvrir un passage jusqu'à mon cachot,
quand nous éprouvâmes la même avanie que mon prédécesseur. Le concierge,
ayant eu vent de quelque chose, nous changea de domicile, et nous plaça
tous trois dans un cachot donnant sur la Scarpe; nous y étions enchaînés
ensemble, de telle manière que le moindre mouvement de l'un se
communiquait aussitôt aux deux autres: supplice affreux quand il se
prolonge, puisqu'il en résulte une privation absolue de sommeil. Au bout
de deux jours, Desfosseux nous voyant accablés, se décida à user d'un
moyen qu'il n'employait que dans les grandes occasions, et qu'il avait
même l'habitude de réserver pour les travaux préparatoires de l'évasion.

Comme un grand nombre de forçats, il portait toujours dans l'anus un
étui rempli de scies: muni de ces outils, il se mit à la besogne, et en
moins de trois heures nous vîmes tomber nos fers, que nous jetâmes par
la croisée dans la rivière. Le concierge étant venu voir un instant
après si nous étions tranquilles, faillit tomber à la renverse en nous
trouvant sans fers. Il nous demanda ce que nous en avions fait; nous
répondîmes par des plaisanteries. Bientôt arriva le commissaire des
prisons, escorté d'un huissier-audiencier, nommé Hurtrel. Il nous fallut
subir un nouvel interrogatoire, et Desfosseux impatienté s'écria: «Vous
demandez où sont nos fers?... Eh! les vers les ont mangés, et ils
mangeront ceux que vous nous remettrez!...» Le commissaire des prisons,
voyant alors que nous possédions cette fameuse _herbe à couper le fer_,
qu'aucun botaniste n'a encore découverte, nous fit déshabiller et
visiter de la tête aux pieds; puis on nous chargea de nouveaux fers, qui
furent également coupés la nuit suivante, car on n'avait pas trouvé le
précieux étui. Cette fois-ci nous nous réservâmes le plaisir de les
jeter à terre en présence du commissaire et de l'huissier Hurtrel, qui
ne savaient plus qu'en penser. Le bruit se répandit même dans la ville,
qu'il y avait dans la maison d'arrêt un sorcier qui brisait ses fers en
les touchant. Pour couper court à tous ces contes, et surtout pour
éviter d'appeler l'attention des autres prisonniers sur les moyens de se
débarrasser de leurs fers, l'accusateur public donna l'ordre de nous
enfermer, seulement en nous gardant avec un soin particulier,
recommandation qui ne nous empêcha pas de quitter Douai plus tôt qu'il
ne s'y attendait, et que nous ne nous y attendions nous-mêmes.

Deux fois par semaine, on nous laissait nous entretenir avec nos avocats
dans un corridor, dont une porte donnait dans le tribunal; je trouvai le
moyen de prendre l'empreinte de la serrure, Desfosseux fabriqua une
clef, et un beau jour que mon avocat était occupé avec un autre client,
accusé de deux assassinats, nous sortîmes tous trois sans être aperçus.
Deux autres portes que nous rencontrâmes furent enfoncées en un clin
d'œil, et la prison fut bientôt loin derrière nous. Cependant une
inquiétude m'agitait: six francs composaient tout notre avoir, et je ne
voyais pas trop le moyen d'aller loin avec ce trésor; j'en dis un mot à
mes compagnons, qui se regardèrent avec un rire sinistre; j'insistai;
ils m'annoncèrent que la nuit suivante ils comptaient s'introduire, à
l'aide d'effraction, dans une maison de campagne des environs, dont ils
connaissaient parfaitement toutes les issues.

Ce n'était pas là mon compte, plus qu'avec les Bohémiens. J'avais bien
entendu profiter de l'expérience de Desfosseux pour m'évader, mais il
ne m'était jamais venu dans l'idée de m'associer avec un pareil
scélérat; j'évitai toutefois d'entrer dans aucune explication. Le soir
nous nous trouvions près d'un village de la route de Cambrai; nous
n'avions rien pris depuis le déjeûner des prisonniers, et la faim
devenait importune; il s'agissait d'aller chercher des aliments au
village. L'aspect de mes compagnons demi-nus pouvant éveiller les
soupçons, il fut convenu que j'irais à la provision. Je me présente donc
dans une auberge, d'où, après avoir pris du pain et de l'eau-de-vie, je
sors par une autre porte que celle où j'étais entré, me dirigeant ainsi
vers le point opposé à celui où j'avais laissé les deux hommes dont il
m'importait tant de me débarrasser. Je marche toute la nuit et ne
m'arrête qu'au point du jour, pour dormir quelques heures dans une meule
de foin.

Quatre jours après, j'étais à Compiégne, me dirigeant toujours vers
Paris, où j'espérais trouver des moyens d'existence, en attendant que ma
mère me fît parvenir quelques secours. A Louvres, rencontrant un
détachement de hussards noirs, je demandai au maréchal-des-logis s'il ne
serait pas possible de prendre du service; il me répondit qu'on
n'engageait pas; le lieutenant, auquel je m'adressai ensuite, me fit la
même objection, mais, touché de mon embarras, il consentit à me prendre
pour panser les chevaux de remonte qu'il venait chercher à Paris.
J'acceptai avec empressement. Un bonnet de police et un vieux doliman
qu'on me donna m'évitèrent toute question à la barrière, et j'allai
loger à l'École militaire avec le détachement, que je suivis ensuite à
Guise, où se trouvait le dépôt. En arrivant dans cette ville, on me
présenta au colonel, qui, bien que me soupçonnant déserteur, me fit
engager sous le nom de Lannoy, que je pris sans pouvoir en justifier par
aucun papier. Caché sous ce nouvel uniforme, perdu dans les rangs d'un
régiment nombreux, je me croyais tiré d'affaire, et je songeais déjà à
faire mon chemin comme militaire, lorsqu'un malheureux incident vint me
replonger dans l'abîme.

En rentrant un matin au quartier, je suis rencontré par un gendarme qui,
de la résidence de Douai, était passé à celle de Guise. Il m'avait vu si
souvent et si long-temps, qu'il me reconnaît au premier coup d'œil;
il m'appelle. Nous étions au milieu de la ville: impossible de songer à
fuir. Je vais droit à lui, et, payant d'effronterie, je feins d'être
enchanté de le revoir. Il répond à mes avances, mais d'un air gêné qui
me semble de mauvaise augure. Sur ces entrefaites vient à passer un
hussard de mon escadron, qui me voyant avec ce gendarme, s'approche et
me dit: «Eh bien! Lannoy, est-ce que tu te fais des affaires avec les
chapeaux bordés?--Lannoy? dit le gendarme avec étonnement.--Oui, c'est
un nom de guerre.--C'est ce que nous allons voir,» reprend-il en me
saisissant au collet. Il faut alors le suivre en prison. On constate mon
identité avec les signalements déposés à la brigade, et l'on me dirige
aussitôt sur Douai, par correspondance extraordinaire.

Ce dernier coup m'abattit complétement: les nouvelles qui m'attendaient
à Douai n'étaient guères propre à me relever: j'appris que Grouard,
Herbaux, Stofflet et Boitel, avaient décidé par la voie du sort, qu'un
seul d'entre eux prendrait sur lui l'exécution du faux, mais comme ce
faux ne pouvait avoir été l'ouvrage d'une seule personne, ils avaient
imaginé de m'accuser, me punissant ainsi de ce que je les avais un peu
chargés dans mes derniers interrogatoires; j'appris de plus que le
détenu qui pouvait déposer à ma décharge était mort. Si quelque chose
eût pu me consoler, c'était de m'être séparé à temps de Desfosseux et
de Doyennette, qui avaient été arrêtés quatre jours après notre évasion,
encore munis d'objets volés avec effraction, dans la boutique d'un
mercier de Pont-à-Marcq. Je les revis bientôt, et comme ils paraissaient
étonnés de ma brusque disparition, je leur expliquai que l'arrivée d'un
gendarme dans l'auberge où j'étais à acheter les provisions m'avait
forcé de fuir au hasard. Encore une fois réunis, nous revînmes à des
projets d'évasion, que rendait plus intéressants l'approche de nos
jugements respectifs.

Un soir, nous vîmes arriver un convoi de prisonniers, dont quatre, qui
avaient les fers, furent placés dans la même chambre que nous. C'étaient
les frères Duhesme, riches fermiers de Bailleul, où ils avaient joui de
la meilleure réputation, jusqu'à ce qu'un incident imprévu vînt dévoiler
leur conduite. Ces quatre individus, doués d'une force prodigieuse,
étaient à la tête d'une bande de _chauffeurs_, qui avait jeté l'effroi
dans les environs, sans qu'on pût découvrir aucun de ceux qui la
composaient. Les propos de la petite fille d'un des Duhesme éventa enfin
la mine. Cette enfant, étant à causer chez une voisine, s'avisa de dire
qu'elle avait eu bien peur la nuit dernière.--«Et de quoi? demanda la
voisine un peu curieuse.--Oh! papa est encore venu avec des hommes
noirs.--Quels hommes noirs?--Des hommes avec qui papa sort bien souvent
la nuit,.... et puis ils reviennent au jour, et on compte de l'argent
sur une couverture.... Ma mère éclaire avec une lanterne, et ma tante
Geneviève aussi, parce que mes oncles sont avec les hommes noirs....
J'ai demandé un jour à ma mère ce que tout cela voulait dire...., elle
m'a répondu: Soyez discrète, ma fille, votre père a _la poule noire_,
qui lui apporte de l'argent, mais ce n'est que la nuit, et pour ne pas
l'effaroucher, il faut avoir le visage aussi noir que ses plumes. Soyez
discrète; si vous disiez un mot de ce que vous avez vu, _la poule noire_
ne reviendrait plus.» On a déjà compris que ce n'était pas pour recevoir
cette poule mystérieuse, mais pour se rendre méconnaissables, que les
Duhesme se barbouillaient le visage avec du noir de fumée. La voisine,
qui le pensait également, fit part de ses soupçons à son mari; celui-ci
questionna à son tour la petite fille, et bien convaincu que les favoris
de _la poule noire_ n'étaient autres que des chauffeurs, il fit sa
déclaration aux autorités; on prit alors si bien ses mesures, que la
bande fut arrêtée, toute travestie, au moment où elle partait pour une
nouvelle expédition.

Le plus jeune des Duhesme portait dans la semelle de ses souliers une
lame de couteau, qu'il avait trouvé moyen d'y cacher, dans le trajet de
Bailleul à Douai. Informé que je connaissais parfaitement les êtres de
la prison, il me fit part de cette circonstance, en me demandant s'il ne
serait pas possible d'en tirer parti pour une évasion. J'y songeais,
lorsqu'un juge de paix, accompagné de gendarmes, vint faire la plus
stricte perquisition dans notre chambre, et sur nos personnes. Personne
d'entre nous n'en connaissant le motif, je crus toutefois prudent de
cacher dans ma bouche, une petite lime qui ne me quittait jamais, mais
un des gendarmes ayant vu le mouvement, s'écria: _Il vient de l'avaler!_
Quoi? Tout le monde se regarde, et nous apprenons qu'il s'agit de
retrouver un cachet qui avait servi à timbrer le faux ordre de mise en
liberté de Boitel. Soupçonné, comme on vient de le voir, de m'en être
emparé, je suis transféré à la prison de l'Hôtel-de-Ville, et mis au
cachot, enchaîné de manière que ma main droite tenait à la jambe gauche,
et la main gauche à la jambe droite. Le cachot était de plus tellement
humide, qu'en vingt minutes la paille qu'on m'avait jetée était humide
comme si on l'eût trempée dans l'eau.

Je restai huit jours dans cette effroyable position, et l'on ne se
décida à me réintégrer dans la prison ordinaire que lorsque l'on eut la
certitude qu'il était impossible que j'eusse rendu le cachet par les
voies ordinaires. En apprenant cette nouvelle, je feignis, comme cela se
pratique toujours en pareil cas, d'être excessivement faible, et de
pouvoir supporter à peine l'éclat du grand jour. L'insalubrité du cachot
rendait cette disposition toute naturelle; les gendarmes donnèrent donc
complétement dans le panneau, et poussèrent la complaisance jusqu'à me
couvrir les yeux d'un mouchoir; nous partons en fiacre. Chemin faisant,
j'abats le mouchoir, j'ouvre la portière avec cette dextérité qui n'a
point encore rencontré d'égale, et je saute dans la rue; les gendarmes
veulent me suivre, mais embarrassés dans leurs sabres et dans leurs
bottes fortes, ils sortent à peine de la voiture, que j'en suis déjà
loin. Je quitte aussitôt la ville, et toujours décidé à m'embarquer, je
gagne Dunkerque avec l'argent que venait de me faire passer ma mère. Là,
je fais connaissance avec le subrécargue d'un brick suédois, qui me
promit de me prendre à son bord.

En attendant le moment du départ, mon nouvel ami me proposa de
l'accompagner à Saint-Omer, où il allait traiter d'une forte partie de
biscuit. Sous mes habits de marin, je ne devais pas craindre d'être
reconnu: j'acceptai; il ne m'était d'ailleurs guères possible de refuser
un homme auquel j'allais avoir tant d'obligations. Je fis donc le
voyage, mais mon caractère turbulent ne m'ayant pas permis de rester
étranger à une querelle qui s'éleva dans l'auberge, je fus arrêté comme
tapageur, et conduit au violon. Là on me demanda mes papiers; je n'en
avais pas, et mes réponses ayant fait présumer que je pouvais être un
évadé de quelque prison des environs, on me dirigea le lendemain sur la
maison centrale de Douai, sans que je pusse même faire mes adieux au
subrécargue, qui dut être bien étonné de l'aventure. A Douai, l'on me
déposa de nouveau dans la prison de l'Hôtel-de-Ville; le concierge eut
d'abord pour moi quelques égards; ses attentions ne furent pas toutefois
de longue durée. A la suite d'une querelle avec les guichetiers, dans
laquelle je pris une part trop active, on me jeta dans un cachot noir,
pratiqué sous la tour de la ville. Nous étions là cinq détenus, dont un,
déserteur, condamné à mort, ne parlait que de se suicider; je lui dis
qu'il ne s'agissait pas de cela, et qu'il fallait plutôt chercher les
moyens de sortir de cet épouvantable cachot, où les rats, courant comme
les lapins dans une garenne, venaient manger notre pain, et nous
mordaient la figure pendant notre sommeil. Avec une baïonnette escamotée
à l'un des gardes nationaux soldés qui faisaient le service de la
prison, nous commençâmes un trou à la muraille, dans une direction où
nous entendions un cordonnier battre la semelle. En dix jours et autant
de nuits, nous avions déjà six pieds de profondeur; le bruit du
cordonnier semblait s'approcher. Le onzième jour, au matin, en retirant
une brique, j'aperçus le jour; c'était celui d'une croisée donnant sur
la rue, et éclairant une pièce contiguë à notre cachot, où le concierge
mettait ses lapins.

Cette découverte nous donna de nouvelles forces, et la visite du soir
terminée, nous retirâmes du trou toutes les briques déjà détachées; il y
en avait peut-être deux voitures, attendu l'épaisseur du mur. On les
plaça derrière la porte du cachot, qui s'ouvrait en dedans, de manière
à la barricader; puis on se mit à l'ouvrage avec tant d'ardeur, que le
jour nous surprit, lorsque le trou, large de six pieds à l'orifice, n'en
avait que deux à son extrémité. Bientôt arriva le geôlier avec les
rations; trouvant de la résistance, il ouvrit le guichet et entrevit
l'amas de briques; son étonnement fut extrême. Il nous somma cependant
d'ouvrir: sur notre refus, la garde arriva, puis le commissaire des
prisons, puis l'accusateur public, puis des officiers municipaux revêtus
d'écharpes tricolores. On parlementa: pendant ce temps-là, un de nous
continuait à travailler dans le trou, que l'obscurité ne permettait pas
d'apercevoir. Peut-être allions-nous échapper avant qu'on n'eût forcé la
porte, quand un événement imprévu vint nous enlever ce dernier espoir.

En venant donner à manger aux lapins, la femme du concierge remarqua des
gravats nouvellement tombés sur le carreau. Dans une prison, rien n'est
indifférent: elle examina soigneusement la muraille, et bien que les
dernières briques eussent été replacées de manière à masquer le trou,
elle reconnut qu'elles avaient été disjointes: elle crie, la garde
arrive; d'un coup de crosse on dérange l'édifice de nos briques, et
nous sommes cernés. Des deux côtés, on nous crie de déblayer la porte et
de nous rendre, sans quoi l'on va tirer sur nous. Retranchés derrière
les matériaux, nous répondons que le premier qui entrera sera assommé à
coups de briques et de fers. Tant d'exaspération étonne les autorités;
on nous laisse quelques heures pour la calmer. A midi, un officier
municipal reparaît au guichet, qui n'avait pas cessé d'être gardé comme
le trou, et nous offre une amnistie. Elle est acceptée; mais à peine
avons-nous enlevé nos chevaux de frise, qu'on tombe sur nous à coups de
crosse, à coups de plats de sabre et de trousseaux de clefs; il n'est
pas jusqu'au dogue du concierge qui ne se mette de la partie. Il me
saute aux reins, et dans un instant je suis couvert de morsures. On nous
traîne ainsi dans la cour, où un peloton de quinze hommes nous tient
couchés en joue, pendant qu'on rive nos fers. L'opération terminée, on
me jette dans un cachot encore plus affreux que celui que je quittais;
et ce n'est que le lendemain, que l'infirmier Dutilleul (aujourd'hui
gardien à l'hospice de Saint-Mandé) vint panser les morsures et les
contusions dont j'étais couvert.

J'étais à peine remis de cette secousse, lorsqu'arriva le jour de notre
jugement, que mes évasions réitérées et celles de Grouard, qui
s'enfuyait au moment où l'on me reprenait, faisaient différer depuis
huit mois. Les débats s'ouvrent, et je me vois perdu: mes coaccusés me
chargeaient avec une animosité qui s'expliquait par mes révélations
tardives, bien qu'elles m'eussent été inutiles, et qu'elles n'eussent
nullement aggravé leur position. Boitel déclare se rappeler que je lui
ai demandé combien il donnerait pour être hors de prison; Herbaux
convient d'avoir fabriqué le faux ordre, sans y avoir toutefois apposé
les signatures; mais il ajoute que c'est sur mon défi qu'il l'a
confectionné, et que je m'en suis aussitôt emparé, sans que lui,
Herbaux, y attachât la moindre importance. Les écrivains-jurés
déclaraient du reste que rien n'indiquait que j'eusse coopéré
matériellement au crime; toutes les charges élevées contre moi se
bornaient donc à l'allégation sans preuves que j'avais fourni ce
malheureux cachet. Cependant Boitel, qui reconnaissait avoir sollicité
le faux ordre, Stofflet, qui l'avait apporté au concierge, Grouard, qui
avait au moins assisté à toute l'opération, sont acquittés, et l'on nous
condamne, Herbaux et moi, à huit ans de fers.

Voici l'expédition de ce jugement: je la reproduis textuellement ici, en
réponse aux contes que la malveillance ou la niaiserie ont fait et font
circuler encore: les uns répandent que j'ai été condamné à mort, à la
suite de nombreux assassinats; les autres affirment que j'ai long-temps
été le chef d'une bande qui arrêtait les diligences; les plus modérés
donnent comme certaine ma condamnation aux travaux forcés à perpétuité,
pour vol à l'aide d'escalade et d'effraction; on est allé jusqu'à dire
que plus tard j'avais provoqué des malheureux au crime, pour faire
briller ma vigilance en les jetant, quand bon me semblait, aux
tribunaux: comme s'il manquait de vrais coupables à poursuivre! Sans
doute, des _faux frères_, comme il s'en trouve partout, même parmi les
voleurs, m'instruisaient quelquefois des projets de leurs complices;
sans doute, pour constater le crime en même temps qu'on le prévenait, il
fallait souvent tolérer un commencement d'exécution; car les malfaiteurs
consommés ne laissent jamais prise sur eux que par le flagrant délit:
mais, je le demande, y a-t-il là rien qui ressemble à la provocation!
Cette imputation partit de la police, où je comptais plus d'un envieux:
cette imputation tombe devant la publicité des débats judiciaires, qui
n'eussent pas manqué de révéler les infamies qu'on me reproche; elle
tombe devant l'état des opérations de la brigade de sûreté que je
dirigeais. Ce n'est pas quand on a fait ses preuves, qu'on recourt au
charlatanisme, et la confiance des administrateurs habiles qui ont
précédé M. Delavau à la préfecture, me dispensait d'aussi misérables
expédients. _Il est heureux_, disaient un jour, en parlant de moi, à M.
Anglès, des agents qui avaient échoué dans une affaire où j'avais
réussi: _Eh! bien_, dit-il en leur tournant le dos, _soyez heureux_.

On ne m'a fait grâce que du parricide; je n'ai cependant jamais encouru
ni subi, je le déclare, que le jugement ci-dessous rapporté; mes lettres
de grâce en font foi: et lorsque j'affirme que je n'avais point coopéré
à ce misérable faux, on doit m'en croire, puisqu'il ne s'agissait, en
définitive, que d'une mauvaise plaisanterie de prison, qui, prouvée,
donnerait lieu tout au plus aujourd'hui à l'application d'une peine
correctionnelle. Mais ce n'était pas le complice douteux d'un faux
ridicule qu'on frappait, c'était sur le détenu remuant, indocile,
audacieux, sur le chef de tant de complots d'évasion, qu'il fallait
faire un exemple: je fus sacrifié.

     Jugement.

     «Au nom de la République française, une et indivisible;

»Vu, par le tribunal criminel du département du Nord, l'acte
     d'accusation dressé le vingt-huit vendémiaire an cinquième, contre
     les nommés Sébastien Boitel, âgé de quarante ans environ,
     laboureur, demeurant à Annoulin; César Herbaux, âgé de vingt ans,
     ci-devant sergent-major dans les chasseurs de Vandamme, demeurant à
     Lille; Eugène Stofflet, âgé de vingt-trois ans, marchand-frippier,
     demeurant à Lille; Jean-François Grouard, âgé de dix-neuf ans et
     demi, conducteur en second des transports militaires, demeurant à
     Lille; et François Vidocq, natif d'Arras, âgé de vingt-deux ans,
     demeurant à Lille; prévenus de faux en écriture publique et
     authentique, par le directeur du jury de l'arrondissement de
     Cambrai, dont la teneur suit:

»Le soussigné, juge au tribunal civil du département du Nord,
     faisant les fonctions de directeur du jury de l'arrondissement de
     Cambrai, pour les empêchements du titulaire, expose qu'en vertu du
     jugement rendu le sept fructidor dernier par le tribunal criminel
     du département du Nord, cassant et annulant les actes d'accusation
     dressés les vingt et vingt-six germinal dernier, par le directeur
     du jury de l'arrondissement de Lille, à la charge des nommés César
     Herbaux, François Vidocq, Sébastien Boitel, Eugène Stofflet et
     Brice Coquelle, accusés présents, et André Bordereau, accusé
     contumace, tous prévenus d'être auteurs ou complices d'un crime de
     faux en écriture publique et authentique, à effet de procurer
     l'évasion dudit Sébastien Boitel de la maison d'arrêt dite la _Tour
     Pierre_, à Lille, où il était détenu, et en particulier ledit Brice
     Coquelle d'avoir, au moyen de ce faux, fait évader le prisonnier
     confié à sa garde comme concierge de ladite maison d'arrêt; tous
     les prévenus, avec les pièces qui les concernent, auraient été
     renvoyés devant le soussigné pour être soumis à un nouveau jury
     d'accusation; que, dans l'examen desdites pièces, il aurait aperçu
     que le nommé Jean-François Grouard, détenu en la maison d'arrêt
     dite la _Tour Pierre_, impliqué dans la procédure, aurait été
     oublié par le directeur du jury susdit, pourquoi, sur les
     conclusions du commissaire du pouvoir exécutif, et en vertu de
     l'ordonnance du vingt-quatre fructidor susdit, il aurait décerné
     mandat d'amener contre ledit Grouard, et, par suite, après l'avoir
     entendu, mandat d'arrêt, comme prévenu de complicité dudit faux;
     qu'aucune partie plaignante ne s'étant présentée dans les deux
     jours de la remise des prévenus en la maison d'arrêt de cet
     arrondissement, le soussigné a procédé à l'examen des pièces
     relatives aux causes de la détention et arrestation de tous les
     prévenus; qu'ayant vérifié la nature du délit dont ils sont
     prévenus respectivement, il avait trouvé que ces délits étaient de
     nature à mériter peine afflictive ou infamante, et qu'en
     conséquence, après avoir entendu le commissaire du pouvoir
     exécutif, il a rendu cejourd'hui une ordonnance par laquelle il a
     traduit tous lesdits prévenus devant le jury spécial d'accusation;
     en vertu de cette ordonnance, le soussigné a dressé le présent acte
     d'accusation pour, après les formalités requises par la loi, être
     présenté audit jury;

»Le soussigné déclare, en conséquence, qu'il résulte de l'examen
     des pièces, et notamment des procès-verbaux dressés par le greffier
     du tribunal de paix de la quatrième section de la commune de Lille,
     le dix-neuf nivose dernier, et les neuf et vingt-quatre prairial
     suivant, par le juge de paix du midi, de la commune de Douai,
     lesquels procès-verbaux sont annexés au présent acte,

»Que le nommé Sébastien Boitel détenu en la maison d'arrêt dite la
     _Tour Pierre_, à Lille, aurait été mis en liberté en vertu d'un
     prétendu arrêté du comité de législation et tribunal de cassation,
     daté de Paris le vingt brumaire, quatrième année de la république,
     signé Carnot, Lesage-Cenault et Le Coindre, au dos duquel se trouve
     l'attache du représentant du peuple Talot, adressé audit Brice
     Coquelle; que cet arrêté et l'attache susdite, dont ce dernier a
     fait usage pour sa défense, n'ont point été donnés par le comité de
     législation et par ledit représentant Talot; que de là il est
     constant que cet arrêté et l'attache présentent un faux en écriture
     publique et authentique, que le faux décèle même de la seule
     inspection de la pièce arguée, en ce que l'intitulé porte: _Arrêté
     du Comité de législation, Tribunal de cassation_, intitulé
     ridicule, qui confond dans une même autorité deux autorités
     différentes;

»Que le neuf prairial dernier, il a été trouvé dans un des cachots
     de la maison d'arrêt de Douai, un cachet de cuivre sans manche,
     caché sous le pied d'un lit; que ledit Vidocq avait couché dans le
     cachot précédemment; que ce cachet est le même que celui qui se
     trouve apposé sur l'acte faux, et présente identiquement la même
     empreinte; que, lors de la visite que ledit juge de paix du midi de
     Douai fit le jour précédent, du cachot où ledit Vidocq était alors,
     on entendit, en retournant la literie, tomber quelque chose, ayant
     son de cuivre, or ou argent; que Vidocq se précipita dessus, il
     parvint à soustraire l'effet tombé, en y substituant un morceau de
     lime qu'il montra; qu'il avait été vu précédemment avec le cachet
     par lesdits Herbaux et Stofflet, à qui il a avoué d'avoir été
     lieutenant du bataillon dont le cachet porte le nom;

»Que lesdits Herbaux, François Vidocq, Sébastien Boitel, Eugène
     Stofflet, Brice Coquelle, André Bordereau et Jean-François Grouard,
     sont prévenus d'être les auteurs et complices dudit faux, et
     d'avoir par là facilité l'évasion dudit Sébastien Boitel de la
     maison d'arrêt où il était détenu en vertu d'un jugement de
     condamnation à la détention;

»Que ledit Brice Coquelle est en outre prévenu d'avoir, au moyen de
     ce faux arrêté, fait évader de ladite maison d'arrêt, ledit
     Sébastien Boitel, confié à sa garde comme concierge de ladite
     maison d'arrêt; que ledit Brice Coquelle était convenu, devant le
     directeur du jury de Lille, d'avoir mis ledit Sébastien Boitel en
     liberté le trois frimaire dernier, en vertu de la pièce arguée de
     faux;

»Que cette pièce lui avait été remise par Stofflet, qui la lui
     avait apportée; qu'il l'avait reconnue devant le juge de paix pour
     en avoir été le porteur, que ledit Stofflet était venu à la prison
     cinq à six fois dans l'espace de dix jours, que c'était toujours
     après Herbaux qu'il demandait, et qu'il restait deux à trois heures
     avec lui; que Herbaux et Boitel étaient ensemble dans la même
     prison, et que ledit Stofflet parlait également à l'un comme à
     l'autre; que le prétendu arrêté lui était adressé, et qu'il n'a pu
     le suspecter de faux, ne connaissant pas les signatures; que ledit
     Stofflet était convenu qu'il était soupçonné d'avoir porté une
     lettre à la _Tour Pierre_, mais que cela était faux, qu'il a bien
     été différentes fois en ladite maison d'arrêt, pour parler à
     Herbaux, mais qu'il ne lui avait jamais porté de lettres, et que
     Brice Coquelle en imposait, en disant qu'il l'avait reconnu, devant
     le juge de paix, pour lui avoir remis un faux ordre, en vertu
     duquel Sébastien Boitel avait été mis en liberté;

»Que François Vidocq avait déclaré n'avoir connu Boitel qu'en
     prison, qu'il savait que ce dernier en était sorti en vertu d'un
     ordre apporté à Coquelle, qui buvait bouteille avec les frères de
     Coquelle, et Prévôt, autre détenu, avait été souper avec eux au
     cabaret de la Dordreck, et que Coquelle et Prévôt n'étaient rentrés
     que vers minuit; qu'il déclara au juge de paix de Douai, que le
     cachet trouvé sous le pied du lit ne venait pas de lui, qu'il
     n'avait pas servi dans le bataillon dont le cachet porte le nom,
     et qu'il ne savait pas si ce bataillon avait été incorporé dans un
     de ceux où il avait servi; que s'il a fait de la résistance, lors
     de la visite du cachot, ce fut à cause du morceau de lime qu'il
     avait, craignant qu'on ne soupçonnât qu'il voulût s'en servir pour
     briser ses fers;

»Que ledit Boitel était convenu d'être détenu à la _Tour Pierre_,
     en vertu d'une condamnation à une détention de six ans; qu'il se
     rappelait bien qu'un jour Herbaux et Vidocq lui avaient demandé
     combien il donnerait pour être mis en liberté; qu'il leur promit
     douze louis en numéraire, qu'il leur en avait donné sept, et devait
     leur donner le reste s'il était resté tranquille chez lui; qu'il
     était sorti de prison avec ses deux frères et Brice Coquelle; qu'il
     avait été avec eux à la Dordreck, boire du vin, jusqu'à dix heures
     du soir; qu'il savait bien être sorti de prison en vertu d'un ordre
     faux, que Vidocq et Herbaux avaient fait, mais qu'il ne savait pas
     qui l'avait apporté;

»Que ledit Grouard était convenu devant le soussigné, qu'il avait
     eu connaissance de l'élargissement dudit Boitel en vertu d'un
     ordre supérieur, qu'après la sortie de celui-ci il avait vu ledit
     ordre, qu'il l'avait soupçonné faux, et qu'il croyait avoir reconnu
     l'écriture d'Herbaux; que quant à lui il n'a coopéré en rien, ni à
     la sortie dudit Boitel, ni à la fabrication du faux;

»Que ledit Herbaux a déclaré au directeur soussigné que, se
     trouvant avec Vidocq et d'autres détenus, on parla de l'affaire de
     Boitel; que ledit Vidocq le défia de modeler l'ordre en vertu
     duquel Boitel pourrait être mis en liberté; qu'il accepta le défi,
     et prit le premier papier qui lui tomba sous la main, et fit
     l'ordre en question, sans y mettre de signature; qu'il le laissa
     sur la table; que Vidocq s'en empara; que l'ordre en vertu duquel
     Boitel est sorti de prison, est celui qu'il fit sans signature:

»Que quant à André Bordereau, contumace, il paraît qu'il a pu avoir
     connaissance du faux, en ce que, le jour de la sortie de Boitel
     hors de la prison, il a été remettre à Stofflet une lettre venant
     dudit Herbaux, et que le lendemain de l'évasion de Boitel, il a été
     lui faire une visite à Annoulin, où ce Boitel s'était réfugié;

»Il résulte de tous ces détails, attestés par lesdites pièces et
     lesdits procès-verbaux, qu'il a été commis un faux en écriture
     publique et authentique, et qu'en vertu de cette pièce fausse, le
     nommé Sébastien Boitel est parvenu à s'échapper de la maison
     d'arrêt dite la _Tour Pierre_ à Lille, où il était détenu sous la
     garde du concierge; et que cette évasion a eu lieu le trois
     frimaire dernier; double délit sur lequel, selon le Code pénal, les
     jurés auront à prononcer s'il y a accusation contre lesdits
     Boitelle, Stofflet, Vidocq, Coquelle, Grouard, Herbaux et
     Bordereau, à raison des délits mentionnés au présent acte.

»Fait à Cambrai, le vingt-huit vendémiaire an cinquième de la
     république, une et indivisible.»

    _Signé_ NOLEKERICK.

«La déclaration du jury d'accusation de l'arrondissement de Cambrai, du
six brumaire an cinquième, écrite au bas dudit acte, et portant qu'il y
a lieu à l'accusation mentionnée audit acte;

»L'ordonnance de prise de corps, rendue par le directeur du jury dudit
arrondissement, le même jour, contre lesdits Sébastien Boitel, César
Herbaux, Eugène Stofflet, François Grouard et François Vidocq;

»Le procès-verbal de la remise de leurs personnes en la maison de
justice du département, du vingt et un brumaire dernier;

»Et la déclaration du jury spécial de jugement, en date de ce jour,
portant:

»1º Que le faux mentionné en l'acte d'accusation est constant;

»2º Que César Herbaux, accusé, est convaincu d'avoir commis ce faux;

»3º Qu'il est convaincu de l'avoir commis méchamment et à dessein de
nuire;

»4º Que François Vidocq est convaincu d'avoir commis ce faux;

»5º Qu'il est convaincu de l'avoir commis méchamment et à dessein de
nuire;

»6º Qu'il est constant que ledit faux a été commis en écriture publique
et authentique;

»7º Que Sébastien Boitel, accusé, n'est pas convaincu d'avoir par dons,
promesses, provoqué le coupable ou les coupables à commettre ledit faux;

»8º Que Eugène Stofflet n'est pas convaincu d'avoir aidé et assisté le
coupable ou les coupables, soit dans les faits qui ont préparé ou
facilité l'exécution dudit faux, soit dans l'acte même qui l'a consommé;

»9º Que Jean-François Grouard n'est pas convaincu d'avoir aidé et
assisté le coupable ou les coupables, soit dans les faits qui ont
préparé ou facilité l'exécution dudit faux, soit dans l'acte même qui
l'a consommé;

»En conséquence de ladite déclaration, le président a dit, conformément
à l'article quatre cent vingt-quatre de la loi du trois brumaire an
quatre, Code des délits et des peines, que lesdits Sébastien Boitel,
Eugène Stofflet et Jean-François Grouard, sont et demeurent acquittés de
l'accusation intentée contre eux, et a ordonné au gardien de la maison
de justice du département, de les mettre sur-le-champ en liberté, s'ils
ne sont retenus pour autre cause.

»Le Tribunal, après avoir entendu le commissaire du Pouvoir exécutif et
le citoyen Després, conseil des accusés, condamne François Vidocq et
César Herbaux à la peine de huit années de fers, conformément à
l'article quarante-quatre de la seconde section du titre deux, de la
seconde partie du Code pénal, dont il a été fait lecture, lequel est
ainsi conçu:

»Si ledit crime de faux est commis en écriture authentique et publique,
la peine sera de huit années de fers,

»Ordonne, conformément à l'article vingt-huit du titre premier de la
première partie du Code pénal, dont il a été pareillement fait lecture,
lequel est ainsi conçu: Quiconque aura été condamné à l'une des peines
des fers, de la réclusion dans la maison de force, de la gêne, de la
détention, avant de subir sa peine sera préalablement conduit sur la
place publique de la ville où le jury d'accusation aura été convoqué; il
y sera attaché à un poteau placé sur un échafaud, et il y demeurera
exposé aux regards du peuple pendant six heures, s'il est condamné aux
peines des fers ou de la réclusion dans la maison de force; pendant
quatre heures, s'il est condamné à la peine de la gêne; pendant deux
heures, s'il est condamné à la peine de la détention; au-dessus de sa
tête, sur un écriteau, seront inscrits, en gros caractères, ses noms, sa
profession, son domicile, la cause de sa condamnation, et le jugement
rendu contre lui;

»Et à l'article quatre cent quarante-cinq de la loi du trois brumaire an
quatre, Code des délits et des peines, dont il a aussi été fait lecture,
lequel est ainsi conçu: Elle se fait (l'exposition) sur une des places
publiques de la commune où le tribunal criminel tient ses séances,

»Que lesdits François Vidocq et César Herbaux seront exposés pendant six
heures sur un échafaud, qui sera, pour cet effet, dressé sur la place
publique de cette commune;

»Ordonne qu'à la diligence du commissaire du pouvoir exécutif, le
présent jugement sera mis à exécution.

»Fait et prononcé à Douai, à l'audience du tribunal criminel du
département du Nord, le sept nivose, cinquième année de la république
française, une et indivisible, où étaient présents les citoyens
Delaetre, _président_; Havyn, Ricquet, Réat et Legrand, _juges_, qui ont
signé la minute du présent jugement.

»Mandons et ordonnons à tous huissiers, sur ce requis, de mettre ledit
jugement à exécution, à nos procureurs-généraux, et à nos procureurs
près les tribunaux de première instance, d'y tenir la main; à tous
commandants et officiers de la force publique d'y prêter main-forte,
lorsqu'ils en seront légalement requis.

»En foi de quoi, le présent jugement a été signé par le président de la
cour et par le greffier.

    »Pour expédition conforme,

    »_signé_ LEBOINE, _greffier_.

»En marge est écrit: Enregistré à Douai, le seize prairial an treize,
folio soixante-sept, verso, case deux, reçu cinq francs; savoir: deux
francs pour autant de condamnations, trois francs pour autant de
décharges, et cinquante centimes pour subvention sur le tout.

    _Signé_ DEMAG.

»En marge du premier rôle est écrit: Parafé par nous, juge au tribunal
de première instance de l'arrondissement de Béthune, conformément à
l'article deux cent trente-sept du Code civil, et au procès-verbal de ce
jour, trente prairial an treize, remplaçant le président absent, renvoi
approuvé.

    »_Signé_ DELDICQUE.»



CHAPITRE VII.

     Départ de Douai.--Les condamnés se révoltent dans la forêt de
     Compiègne.--Séjour à Bicêtre.--Mœurs de prison.--La cour des
     Fous.


Excédé des mauvais traitements de toute espèce dont j'étais l'objet dans
la prison de Douai, harassé par une surveillance redoublée depuis ma
condamnation, je me gardai bien de former un appel qui eût pu m'y
retenir encore plusieurs mois. Ce qui me confirma dans cette résolution,
ce fut la nouvelle que les condamnés allaient être immédiatement dirigés
sur Bicêtre, et réunis à la chaîne générale, partant pour le bagne de
Brest. Il est inutile de dire que je comptais me sauver en route. Quant
à l'appel on m'assurait que du bagne je pourrais présenter une demande
en grâce, qui produirait le même effet. Nous restâmes cependant encore
plusieurs mois à Douai, ce qui me fit regretter amèrement de ne m'être
pas pourvu en cassation.

L'ordre de translation arriva enfin, et ce qu'on croira peut-être
difficilement de la part d'hommes qui vont aux galères, il fut reçu avec
enthousiasme, tant on était fatigué des vexations du concierge Marin.
Notre nouvelle position n'était cependant rien moins que satisfaisante:
l'huissier Hurtrel, qui nous accompagnait, je ne sais pourquoi, avait
fait fabriquer des fers d'un nouveau modèle, au moyen desquels nous
avions chacun à la jambe un boulet de quinze livres, en même temps que
nous étions attachés deux à deux par un large bracelet en fer. Du reste,
la surveillance la plus active. Il devenait donc impossible de songer à
rien tenter par adresse. Une attaque de vive force pouvait seule nous
sauver; j'en fis la proposition: mes compagnons, au nombre de quatorze,
l'acceptèrent, et il fut convenu que le projet s'exécuterait à notre
passage dans la forêt de Compiègne. Desfosseux était du voyage; au moyen
des scies qu'il portait toujours dans ses intestins, nos fers furent
coupés en trois jours; l'enduit d'un mastic particulier ne permettait
pas aux gardiens d'apercevoir la trace des instruments.

On entre dans la forêt. A l'endroit indiqué, le signal se donne, les
fers tombent, nous sautons des voitures où nous étions entassés, pour
gagner le fourré; mais les cinq gendarmes et les huit dragons qui
formaient l'escorte nous chargent sabre en main. Nous nous retranchons
alors derrière des arbres, armés de ces pierres qu'on amasse pour ferrer
les routes, et de quelques armes dont nous nous étions emparés, à la
faveur du premier moment de confusion. Les militaires hésitent un
instant, mais, bien armés, bien montés, ils ont bientôt pris leur parti:
à leur première décharge, deux des nôtres tombent morts sur la place,
cinq sont grièvement blessés, et les autres se jettent à genoux en
demandant grâce. Il fallut alors nous rendre. Desfosseux, moi, et
quelques autres qui tenaient encore, nous remontions sur les charrettes,
lorsque Hurtrel, qui s'était tenu à une distance respectueuse de la
bagarre, s'approcha d'un malheureux qui ne se pressait sans doute pas
assez, et lui passa son sabre au travers du corps. Tant de lâcheté nous
indigna: les condamnés qui n'avaient pas encore repris leurs places sur
les voitures ressaisirent des pierres, et sans les dragons, Hurtrel
était assommé; ceux-ci nous crièrent que nous allions nous faire
écraser, et la chose était tellement évidente, qu'il fallut mettre bas
les armes, c'est-à-dire les pierres. Cet événement mit toutefois un
terme aux vexations de Hurtrel, qui n'approchait plus de nous qu'en
tremblant.

A Senlis, on nous déposa dans la prison de passage, une des plus
affreuses que je connusse. Le concierge cumulant les fonctions de
garde-champêtre, la maison était dirigée par sa femme; et quelle femme!
Comme nous étions signalés, elle nous fouilla dans les endroits les plus
secrets, voulant s'assurer par elle-même que nous ne portions rien qui
pût servir à une évasion. Nous étions cependant en train de sonder les
murs, lorsque nous l'entendîmes crier d'une voix enrouée: _Coquins, si
je vais à vous avec mon nerf de bœuf, je vous-apprendrai à faire de
la musique_. Nous nous le tînmes pour bien dit, et tout le monde resta
coi. Le surlendemain, nous arrivâmes à Paris; on nous fit longer les
boulevards extérieurs, et à quatre heures après midi, nous étions en vue
de Bicêtre.

Arrivés au bout de l'avenue qui donne sur la route de Fontainebleau,
les voitures prirent à droite, et franchirent une grille au-dessus de
laquelle je lus machinalement cette inscription: _Hospice de la
vieillesse_. Dam la première cour se promenaient un grand nombre de
vieillards vêtus de buregrise: c'étaient les _bons pauvres_. Ils se
pressaient sur notre passage avec cette curiosité stupide que donne une
vie monotone et purement animale, car il arrive souvent que l'homme du
peuple admis dans un hospice, n'ayant plus à pourvoir à sa subsistance,
renonce à l'exercice de ses facultés étroites, et finit par tomber dans
un idiotisme complet. En entrant dans une seconde cour, où se trouve la
chapelle, je remarquai que la plupart de mes compagnons se cachaient la
figure avec leurs mains ou avec leurs mouchoirs. On croira peut-être
qu'ils éprouvaient quelque sentiment de honte; point: ils ne songeaient
qu'à se laisser reconnaître le moins possible, afin de s'évader plus
facilement si l'occasion s'en présentait.

«Nous voilà arrivés, me dit Desfosseux, qui était assis à côté de moi.
Tu vois ce bâtiment carré.... c'est la prison.» On nous fit en effet
descendre devant une porte gardée à l'intérieur par un factionnaire:
Entrés dans le greffe, nous fûmes seulement enregistrés; on remit à
prendre notre signalement au lendemain. Je m'aperçus cependant que le
concierge nous regardait, Desfosseux et moi, avec une espèce de
curiosité, et j'en conclus que nous avions été recommandés par
l'huissier Hurtrel, qui nous devançait toujours d'un quart d'heure,
depuis l'affaire de la forêt de Compiègne. Après avoir franchi plusieurs
portes fort basses doublées en tôle, et le _guichet des cabanons_, nous
fûmes introduits dans une grande cour carrée, où une soixantaine de
détenus jouaient aux barres, en poussant des cris qui faisaient retentir
toute la maison. A notre aspect, tout s'interrompit, et l'on nous
entoura, en paraissant examiner avec surprise les fers dont nous étions
chargés. C'était, au surplus, entrer à Bicêtre par la belle porte, que
de s'y présenter avec un pareil harnais, car on jugeait du _mérite_ d'un
prisonnier, c'est-à-dire de son audace et de son intelligence pour les
évasions, d'après les précautions prises pour s'assurer de lui.
Desfosseux, qui se trouvait là en pays de connaissance, n'eut donc pas
de peine à nous présenter comme les sujets les plus distingués du
département du Nord; il fit de plus, en particulier, mon éloge, et je me
trouvai entouré et fêté par tout ce qu'il y avait de célèbre dans la
prison: les Beaumont, les Guillaume père, les Mauger, les Jossat, les
Maltaise, les Cornu, les Blondy, les Trouflat, les Richard, l'un des
complices de l'assassinat du courrier de Lyon, ne me quittaient plus.
Dès qu'on nous eut débarrassés de nos fers de voyage, on m'entraîna à la
cantine, et j'y faisais raison depuis deux heures à mille invitations,
lorsqu'un grand homme en bonnet de police, qu'on me dit être
l'inspecteur des salles, vint me prendre et me conduisit dans une grande
pièce nommée _le Fort-Mahon_, où l'on nous revêtit des habits de la
maison, consistant en une casaque mi-partie grise et noire. L'inspecteur
m'annonça en même temps que je serais _brigadier_, c'est-à-dire que je
présiderais à la répartition des vivres entre mes commensaux; j'eus en
conséquence un assez bon lit, tandis que les autres couchèrent sur des
lits de camp.

En quatre jours, je fus connu de tous les prisonniers; mais quoi qu'on
eût la plus haute opinion de mon courage, Beaumont, voulant me tâter, me
chercha une querelle d'Allemand. Nous nous battîmes, et comme j'avais
affaire à un adepte dans cet exercice gymnastique qu'on nomme _la
savatte_, je fus complétement vaincu. Je pris néanmoins ma revanche
dans un cabanon, où Beaumont, manquant d'espace pour déployer les
ressources de son art, eut à son tour le dessous. Ma première
mésaventure me donna cependant l'idée de me faire initier aux secrets de
cet art, et le célèbre Jean Goupil, le Saint-Georges de la savatte, qui
se trouvait avec nous à Bicêtre, me compta bientôt au nombre des élèves
qui devaient lui faire le plus d'honneur.

La prison de Bicêtre est un vaste bâtiment quadrangulaire, renfermant
diverses constructions, et plusieurs cours, qui toutes ont un nom
différent: il y a la _grande cour_, où se promènent les détenus, la
_cour des cuisines_, la _cour des chiens_, la _cour de correction_, la
_cour des fers_. Dans cette dernière, se trouve le bâtiment neuf composé
de cinq étages; chaque étage forme quarante cabanons, pouvant contenir
quatre détenus. Sur la plate-forme qui tient lieu de toit, rôdait jour
et nuit un chien nommé Dragon, qui passait dans la prison pour être
aussi vigilant qu'incorruptible; des détenus parvinrent cependant plus
tard à le suborner, au moyen d'un gigot rôti, qu'il eut la coupable
faiblesse d'accepter: tant il est vrai qu'il n'est point de séductions
plus puissantes que celle de la gloutonnerie, puisqu'elles agissent
indifféremment sur tous les êtres organisés. Pour l'ambition, pour le
jeu, pour la galanterie, il est des termes fixés par la nature, mais la
gourmandise ne connaît pas d'âge, et si l'appétit oppose parfois sa
force d'inertie, on en est quitte pour s'émanciper par une indigestion.
Cependant, les amphitryons s'étant évadés, pendant que Dragon dégustait
le gigot, il fut cassé et relégué dans la _cour des chiens_: là, mis à
la chaîne, privé de l'air libre qu'il respirait sur la plate-forme,
inconsolable de sa faute, il dépérit de jour en jour, et finit par
succomber aux remords, victime d'un moment de gourmandise et d'erreur.

Près du bâtiment dont je viens de parler, s'élève le _bâtiment vieux_, à
peu près disposé de la même manière, et sous lequel on a pratiqué les
_cachots de sûreté_, où l'on renferme les turbulents et les condamnés à
mort. C'est dans un de ces cachots qu'a vécu _quarante-trois ans_ celui
des complices de Cartouche qui l'avait trahi pour obtenir cette
commutation! Pour jouir un instant du soleil, il contrefit plusieurs
fois le mort avec tant de perfection, que lorsqu'il eut rendu le dernier
soupir, deux jours se passèrent sans qu'on lui retirât son collier de
fer. Un troisième corps de bâtiment, dit de _la Force_, comprenait
enfin diverses salles, où l'on déposait les condamnés arrivant de la
province, et destinés comme nous pour la chaîne.

A cette époque, la prison de Bicêtre, qui n'est forte que par l'extrême
surveillance qu'on y exerce, pouvait contenir douze cents détenus, mais
ils étaient entassés les uns sur les autres, et la conduite des
guichetiers ne tendait nullement à adoucir ce que cette position avait
de fâcheux: l'air renfrogné, la voix rauque, le propos brutal; ils
affectaient de bourrer les détenus, et ne se déridaient qu'à l'aspect
d'une bouteille ou d'un écu. Ils ne réprimaient, du reste, aucun excès,
aucun vice, et pourvu qu'on ne cherchât pas à s'évader, on pouvait faire
dans la prison tout ce que bon semblait, sans être dérangé ni inquiété.
Tandis que des hommes condamnés pour ces attentats à la pudeur qu'on ne
nomme pas, tenaient ouvertement école pratique de libertinage, les
voleurs exerçaient leur industrie dans l'intérieur de la prison, sans
qu'aucun employé s'avisât d'y trouver à redire.

Arrivait-il de la province quelque homme bien vêtu, qui, condamné pour
une première faute ne fût pas encore initié aux mœurs et aux usages
des prisons; en un clin d'œil il était dépouillé de ses habits, que
l'on vendait en sa présence au plus offrant et dernier enchérisseur.
Avait-il des bijoux, de l'argent, on les confisquait également au profit
de la société, et comme il eût été trop long de détacher les boucles
d'oreilles, on les arrachait, sans que le patient osât se plaindre. Il
était averti d'avance que s'il parlait, on le pendrait pendant la nuit
aux barreaux des cabanons, sauf à dire ensuite qu'il s'était suicidé.
Par précaution, un détenu, en se couchant, plaçait-il ses hardes sous sa
tête, on attendait qu'il fût dans son premier sommeil; alors on lui
attachait au pied un pavé que l'on posait sur le bord du lit de camp: au
moindre mouvement le pavé tombait: éveillé par cette brusque secousse,
le dormeur se mettait sur son séant, et avant qu'il se fût rendu compte
de ce qu'il venait d'éprouver, son paquet, hissé au moyen d'une corde,
parvenait à travers les grilles à l'étage supérieur. J'ai vu au cœur
de l'hiver des pauvres diables, après avoir été dévalisés de la sorte
rester en chemise sur le préau jusqu'à ce qu'on leur eût jeté quelques
haillons pour couvrir leur nudité. Tant qu'ils séjournaient à Bicêtre,
en s'enterrant, pour ainsi dire, dans la paille, ils pouvaient encore
défier la rigueur de la saison; mais venait le départ de la chaîne, et
alors, n'ayant d'autre vêtement que le sarrau et le pantalon de toile
d'emballage, souvent ils succombaient au froid avant d'arriver à la
première halte.

Il faut expliquer par des faits de ce genre la dépravation rapide
d'hommes qu'il était facile de ramener à des sentiments honnêtes, mais
qui, ne pouvant échapper au comble de la misère que par le comble de la
perversité, ont dû chercher un adoucissement à leur sort dans
l'exagération réelle ou apparente de toutes les habitudes du crime. Dans
la société, on redoute l'infamie; dans une réunion de condamnés, il n'y
a de honte qu'à ne pas être infâme. Les condamnés forment une nation à
part: quiconque est amené parmi eux doit s'attendre à être traité en
ennemi aussi long-temps qu'il ne parlera pas leur langage, qu'il ne se
sera pas approprié leur façon de penser.

Les abus que je viens de signaler ne sont pas les seuls: il en existait
de plus terribles encore. Un détenu était-il désigné comme un faux
frère, ou comme un _mouton_, il était impitoyablement assommé sur place,
sans qu'aucun guichetier intervînt pour le sauver. Les choses en
vinrent à ce point, qu'on fut obligé d'assigner un local particulier aux
individus qui, dans l'instruction de leur affaire, avaient fait quelques
révélations qui pussent les compromettre, relativement à leurs
complices. D'un autre côté, l'impudence des voleurs et l'immoralité des
employés étaient portées si loin, qu'on préparait ouvertement dans la
prison des tours de passe-passe et des escroqueries dont le dénouement
avait lieu à l'extérieur. Je ne citerai qu'une de ces opérations, elle
suffira pour donner la mesure de la crédulité des dupes et de l'audace
des fripons. Ceux-ci se procuraient l'adresse de personnes riches
habitant la province, ce qui était facile au moyen des condamnés qui en
arrivaient à chaque instant: on leur écrivait alors des lettres, nommées
en argot _lettres de Jérusalem_, et qui contenaient en substance ce
qu'on va lire. Il est inutile de faire observer que les noms de lieux et
de personnes changeaient en raison des circonstances.


  «MONSIEUR,

»Vous serez sans doute étonné de recevoir cette lettre d'un inconnu
     qui vient réclamer de vous un service: mais dans la triste
     position où je me trouve, je suis perdu si les honnêtes gens ne
     viennent pas à mon secours; c'est vous dire que je m'adresse à
     vous, dont on m'a dit trop de bien pour que j'hésite un instant à
     vous confier toute mon affaire. Valet de chambre du marquis de....,
     j'émigrai avec lui. Pour ne pas éveiller les soupçons, nous
     voyagions à pied et je portais le bagage, y compris une cassette
     contenant seize mille francs en or et les diamants de feue madame
     la marquise. Nous étions sur le point de joindre l'armée de.......,
     lorsque nous fûmes signalés et poursuivis par un détachement de
     volontaires. Monsieur le marquis, voyant qu'on nous serrait de
     près, me dit de jeter la cassette dans une mare assez profonde,
     près de laquelle nous nous trouvions, afin que sa présence ne nous
     trahît pas dans le cas où nous serions arrêtés. Je comptais revenir
     la chercher la nuit suivante; mais les paysans, ameutés par le
     tocsin que le commandant du détachement faisait sonner contre nous,
     se mirent avec tant d'ardeur à battre le bois où nous étions
     cachés, qu'il ne fallut plus songer qu'à fuir. Arrivés à
     l'étranger, monsieur le marquis reçut quelques avances du prince
     de...; mais ces ressources s'épuisèrent bientôt, et il songea à
     m'envoyer chercher la cassette restée dans la mare. J'étais
     d'autant plus sûr de la retrouver, que le lendemain du jour où je
     m'en étais dessaisi, nous avions dressé de mémoire le plan des
     localités, dans le cas où nous resterions long-temps sans pouvoir y
     revenir. Je partis, je rentrai en France, et j'arrivai sans
     accident jusqu'au village de....., voisin du bois où nous avions
     été poursuivis. Vous devez connaître parfaitement ce village,
     puisqu'il n'est guères qu'à trois quarts de lieue de votre
     résidence. Je me disposais à remplir ma mission, quand l'aubergiste
     chez lequel je logeais, jacobin enragé et acquéreur de biens
     nationaux, remarquant mon embarras quand il m'avait proposé de
     boire à la santé de la république, me fit arrêter comme suspect.
     Comme je n'avais point de papiers, et que j'avais le malheur de
     ressembler à un individu poursuivi pour arrestation de diligences,
     on me colporta de prison en prison pour me confronter avec mes
     prétendus complices. J'arrivai ainsi à Bicêtre, où je suis à
     l'infirmerie depuis deux mois.

»Dans cette cruelle position, me rappelant avoir entendu parler de
     vous par une parente de mon maître, qui avait du bien dans votre
     canton, je viens vous prier de me faire savoir si vous ne pourriez
     pas me rendre le service de lever la cassette en question, et de me
     faire passer une partie de l'argent qu'elle contient. Je pourrais
     ainsi subvenir à mes pressants besoins, et payer mon défenseur, qui
     me dicte la présente, et m'assure qu'avec quelques cadeaux, je me
     tirerai d'affaire.

    »Recevez, Monsieur, etc.

    »_Signé_ N.........»



Sur cent lettres de ce genre, vingt étaient toujours répondues. On
cessera de s'en étonner si l'on considère qu'elles ne s'adressaient qu'à
des hommes connus par leur attachement à l'ancien ordre de choses, et
que rien ne raisonne moins que l'esprit de parti. On témoignait
d'ailleurs au mandataire présumé cette confiance illimitée qui ne manque
jamais son effet sur l'amour-propre ou sur l'intérêt; le provincial
répondait donc en annonçant qu'il consentait à se charger de retirer le
dépôt. Nouvelle missive du prétendu valet de chambre, portant que,
dénué de tout, il avait engagé à l'infirmier pour une somme assez
modique la malle où se trouvait, dans un double fond, le plan dont il a
déjà été question. L'argent arrivait alors, et l'on recevait jusqu'à des
sommes de douze et quinze cents francs. Quelques individus, croyant
faire preuve d'une grande sagacité, vinrent même du fond de leur
province à Bicêtre, où on leur remit le plan destiné à les conduire dans
ce bois mystérieux, qui, comme les forêts fantastiques des romans de
chevalerie, devait fuir éternellement devant eux. Les Parisiens
eux-mêmes donnèrent quelquefois dans le panneau; et l'on peut se
rappeler encore l'aventure de ce marchand de drap de la rue des
Prouvaires, surpris minant une arche du Pont-Neuf, sous laquelle il
croyait trouver les diamants de la duchesse de Bouillon.

On comprend du reste, que de pareilles manœuvres ne pouvaient
s'effectuer que du consentement, et avec la participation des employés,
puisqu'eux-mêmes recevaient la correspondance des chercheurs de trésors.
Mais le concierge pensait qu'indépendemment du bénéfice indirect qu'il
en retirait, par l'accroissement de la dépense des prisonniers, en
comestibles et en spiritueux, ceux-ci, occupés de cette manière, en
songeaient moins à s'évader. D'après le même principe, il tolérait la
fabrication d'une foule d'ouvrages en paille, en bois, en os, et jusqu'à
celle de fausses pièces de deux sous, dont Paris se trouva un instant
inondé. Il y avait encore d'autres industries, mais celles-là
s'exerçaient clandestinement: on fabriquait à huis clos de faux
passe-port à la plume, imités à faire illusion, des scies à couper les
fers, et de faux tours en cheveux, qui servaient merveilleusement à
s'évader du bagne, les forçats étant surtout reconnaissables à leur tête
rasée. Ces divers objets se cachaient dans des étuis de fer-blanc, qu'on
pouvait s'introduire dans les intestins.

Pour moi, toujours préoccupé de l'idée d'éviter le bagne, et de gagner
un port de mer, où je pourrais m'embarquer, je combinais nuit et jour
les moyens de sortir de Bicêtre: j'imaginai enfin qu'en perçant le
carreau du _Fort-Mahon_ pour gagner les aqueducs pratiqués sous la
maison, nous pourrions, au moyen d'une courte mine, arriver dans la cour
des fous, d'où il ne devait pas être difficile de gagner l'extérieur.
Ce projet fut exécuté en dix jours et autant de nuits. Pendant tout ce
temps, les détenus dont on croyait devoir se méfier ne sortaient
qu'accompagnés d'un homme sûr; il fallut cependant attendre que la lune
fût sur son déclin. Enfin, le 13 octobre 1797, à deux heures du matin,
nous descendîmes dans l'aqueduc, au nombre de trente-quatre. Munis de
plusieurs lanternes sourdes, nous eûmes bientôt ouvert le passage
souterrain et pénétré dans la cour des fous. Il s'agissait de trouver
une échelle, ou tout au moins quelque chose qui pût en tenir lieu, pour
escalader les murs; une perche assez longue nous tomba enfin sous la
main, et nous allions tirer au doigt mouillé à qui monterait le premier,
quand un bruit de chaînes troubla tout à coup le silence de la nuit.

Un chien sortit d'une niche placée dans un angle de la cour: nous
restâmes immobiles, retenant jusqu'à notre haleine, car le moment était
décisif... Après s'être étendu en bâillant, comme s'il n'eût voulu que
changer de place, l'animal remit une patte dans sa niche paraissant
vouloir y rentrer; nous nous croyions sauvés. Tout à coup il tourna la
tête vers l'endroit où nous étions entassés, et fixa sur nous deux yeux
qui semblaient des charbons ardents. Un grognement sourd fut alors
suivi d'aboiements qui firent retentir toute la maison: Desfosseux
voulait d'abord essayer de lui tordre le cou, mais l'indiscret était de
taille à rendre l'issue de la lutte assez douteuse. Il nous parut plus
prudent de nous blottir dans une grande pièce ouverte, qui servait au
traitement des aliénés, mais le chien n'en continua pas moins son
concerto et ses collègues s'étant mis de la partie, le vacarme devint
tel, que l'inspecteur des salles, Giroux, vit qu'il se passait quelque
chose d'extraordinaire parmi ses pensionnaires. Connaissant son monde,
il commença sa ronde par le _Fort-Mahon_, et faillit tomber à la
renverse en ne trouvant plus personne. A ses cris, le concierge, les
guichetiers, la garde, tout accourut. On eut bientôt découvert le chemin
que nous avions pris, et l'on n'en prit pas d'autre pour arriver dans la
cour des fous, où le chien ayant été déchaîné, courut droit à nous. La
garde entra alors dans la pièce où nous nous trouvions, la baïonnette
croisée, comme s'il se fût agi d'enlever une redoute; on nous mit les
menottes, prélude ordinaire de tout ce qui se fait d'un peu important en
prison, puis nous rentrâmes, non pas au _Fort-Mahon_, mais au cachot,
sans qu'on nous fit toutefois éprouver aucun mauvais traitement.

Cette tentative, la plus hardie dont la maison eût été depuis long-temps
le théâtre, avait jeté une telle confusion parmi les surveillants, qu'on
fut deux jours à s'apercevoir qu'il manquait un détenu du _Fort-Mahon_:
c'était Desfosseux. Connaissant toute son adresse, je le croyais bien
loin, quand, le troisième jour au matin, je le vis entrer dans mon
cachot, pâle, défait, et tout sanglant. Lorsque la porte eut été
refermée sur lui, il me raconta toute son aventure.

Au moment où la garde nous avait saisis, il s'était blotti dans une
espèce de cuve servant probablement aux douches ou aux bains;
n'entendant plus de bruit, il était sorti de sa retraite, et la perche
l'avait aidé à franchir plusieurs murs, mais il se trouvait toujours
dans les cours de fous; cependant le jour allait poindre, il entendait
déjà aller et venir dans les bâtiments, car on n'est nulle part aussi
matineux que dans les hospices. Il fallait se soustraire aux regards des
employés, qui ne pouvaient tarder à circuler dans les cours; le guichet
d'une loge était entr'ouvert: il s'y glisse, et veut même, par excès de
précaution, se fourrer dans un grand tas de paille; mais quel est son
étonnement d'y voir accroupi un homme nu, les cheveux en désordre, la
barbe hérissée, l'œil hagard et sanglant. Le fou, car c'en est un,
regarde Desfosseux d'un air farouche, puis il lui fait un signe rapide,
et comme celui-ci reste immobile, il s'élance comme pour le déchirer.
Quelques caresses semblent l'appaiser, il prend Desfosseux par la main,
et le fait asseoir à ses côtés, en attirant toute la paille sous lui,
par des mouvements brusques et saccadés comme ceux du singe. A huit
heures du matin, un morceau de pain noir tombe par le guichet; il le
prend, l'examine quelque temps, et finit par le jeter dans le baquet aux
excréments d'où il le retire un instant après pour le dévorer. Dans la
journée, on rapporte du pain, mais comme le fou dormait, Desfosseux s'en
empare et le dévore, au risque d'être dévoré par son terrible compagnon,
qui peut trouver mauvais qu'on lui enlève sa pitance. A la brune, le fou
s'éveille, et parle quelque temps avec une volubilité extraordinaire; la
nuit arrive, son exaltation augmente sensiblement, et il se met à faire
des gambades et des contorsions hideuses, en secouant ses chaînes avec
une espèce de plaisir.

Dans cette épouvantable position, Desfosseux attendait avec impatience
que le fou fût endormi, pour sortir par le guichet; vers minuit, ne
l'entendant plus remuer, il s'avance, passe un bras, la tête...., on le
saisit par une jambe; c'est le fou, qui, d'un bras vigoureux, le rejette
sur la paille, et se place devant le guichet, où il reste jusqu'au jour,
immobile comme une statue. La nuit suivante, nouvelle tentative, nouvel
obstacle. Desfosseux, dont la tête commence à se détraquer, veut
employer la force; une lutte terrible s'engage, et Desfosseux, frappé de
coups de chaînes, couvert de morsures et de contusions, est forcé
d'appeler les gardiens. Ceux-ci, le prenant d'abord pour un de leurs
administrés qui se sera fourvoyé, veulent aussi le mettre en loge, mais
il parvient à se faire reconnaître, et obtient enfin la faveur d'être
ramené avec nous.

Nous restâmes huit jours au cachot, après quoi je fus mis à la
_Chaussée_, ou je retrouvai une partie des détenus qui m'avaient si bien
accueilli à mon arrivée. Ils faisaient grande chère, et ne se refusaient
rien; car, indépendamment de l'argent provenant des _lettres de
Jérusalem_, ils en recevaient encore des femmes qu'ils avaient connues,
et qui venaient les visiter fort assidument. Devenu, comme à Douai,
l'objet de la surveillance la plus active, je n'en cherchais pas moins à
m'évader encore, lorsqu'enfin arriva le jour du départ de la chaîne.



CHAPITRE VIII.

     Un départ de la chaîne.--Le capitaine Viez et son lieutenant
     Thierry.--La complainte des galériens.--La visite hors de
     Paris.--Humanité des argouzins.--Ils encouragent le vol.--Le pain
     transformé en valise.--Malheureuse tentative d'évasion.--Le bagne
     de Brest.--Les bénédictions.


C'était le 20 novembre 1797: toute la matinée on avait remarqué dans la
prison un mouvement qui n'était pas ordinaire. Les détenus n'étaient pas
sortis des cabanons: les portes s'ouvraient et se refermaient à chaque
instant avec fracas; les guichetiers allaient, venaient d'un air
affairé; dans la grande cour, on déchargeait des fers dont le bruit
arrivait jusqu'à nous. Vers onze heures, deux hommes vêtus d'un uniforme
bleu entrèrent au _Fort-Mahon_, où depuis huit jours, j'avais été
replacé avec mes camarades d'évasion; c'était le capitaine de la chaîne
et son lieutenant. «Eh bien!» dit le capitaine, en nous montrant ce
sourire qui annonce une familiarité bienveillante, «y a-t-il ici des
_chevaux de retour_ (forçats évadés)?» Et tandis qu'il parlait, c'était
à qui s'empresserait pour lui faire sa cour. _Bonjour M. Viez, bonjour
M. Thierry_, s'écriait-t-on de toutes parts. Ces saluts étaient même
répétés par des prisonniers qui n'avaient jamais vu ni Viez, ni Thierry,
mais qui, en se donnant un air de connaissance, espéraient se les rendre
favorables. Il était difficile que le capitaine, c'était Viez, ne
s'enivrât pas un peu de ces hommages: cependant comme il était habitué à
de pareils honneurs, il ne perdait pas la tête, et il reconnaissait
parfaitement les siens. Il aperçut Desfosseux: «Ah! ah! dit-il, voilà un
_ferlampier_ (condamné habile à couper ses fers) qui a déjà voyagé avec
nous. Il m'est revenu que tu as manqué d'être _fauché_ (guillotiné) à
Douai, mon garçon. Tu as bien fait de manquer, mardieu! car, vois-tu, il
vaut encore mieux retourner au _pré_ (bagne), que le _taule_ (bourreau)
ne joue au panier avec notre _sorbonne_ (tête). Au surplus, mes enfants,
que tout le monde soit _calme_, et l'on aura le bœuf avec du persil.»
Le capitaine ne faisait que commencer son inspection, il la continua en
adressant d'aussi aimables plaisanteries à toute _sa marchandise_,
c'était de ce nom qu'il appelait les condamnés.

Le moment critique approche: nous descendons dans la _cour des fers_, où
le médecin de la maison nous visite pour s'assurer si tout le monde est
à peu près en état de supporter les fatigues de la route. Nous sommes
tous déclarés _bons_, quoique plusieurs d'entre nous se trouvent dans un
état déplorable. Chaque condamné quitte ensuite la livrée de la maison
pour revêtir ses propres habits: ceux qui n'en ont point reçoivent un
sarrau et un pantalon de toile, bien insuffisants pour se défendre des
froids et de l'humidité. Les chapeaux, les vêtements un peu propres
qu'on laisse aux condamnés, sont lacérés d'une manière particulière,
afin de prévenir les évasions: on ôte, par exemple, aux chapeaux le
bord, et le collet aux habits. Aucun condamné ne peut enfin conserver
plus de six francs; l'excédant de cette somme est remis au capitaine,
qui vous le délivre en route, au fur et à mesure qu'on en a besoin. On
élude toutefois assez facilement cette mesure, en plaçant des louis dans
des gros sous creusés au tour.

Ces préliminaires achevés, nous entrâmes dans la grande cour, où se
trouvaient les gardes de la chaîne, plus connus sous le nom
d'_argousins_; c'étaient, pour la plupart, des Auvergnats, porteurs
d'eau, commissionnaires ou charbonniers, qui exerçaient leur profession
dans l'intervalle de ces voyages. Au milieu d'eux était une grande
caisse de bois, contenant les fers qui servent successivement à toutes
les expéditions, du même genre. On nous fit approcher deux à deux, en
ayant soin de nous appareiller par rang de taille, au moyen d'une chaîne
de six pieds réunie aussitôt au _cordon_ de vingt-six condamnés, qui,
dès lors, ne pouvaient plus se mouvoir qu'en masse; chacun tenait à
cette chaîne par la _cravate_, espèce de triangle en fer, qui s'ouvrant
d'un côté par un boulon-charnière, se ferme de l'autre avec un clou rivé
à froid. C'est là la partie périlleuse de l'opération: les hommes les
plus mutins ou les plus violents restent alors immobiles; car, au
moindre mouvement, au lieu de porter sur l'enclume, les coups leur
briseraient le crâne, que frise à chaque instant le marteau. Arrive
ensuite un détenu qui, armé de longs ciseaux, coupe à tous les forçats
les cheveux et les favoris, en affectant de les laisser inégaux.

A cinq heures du soir, le _ferrement_ fut terminé: les _argousins_ se
retirèrent; il ne resta dans la cour que les condamnés. Livrés à
eux-mêmes, ces hommes, loin de se désespérer, s'abandonnaient à tous
les écarts d'une gaîté tumultueuse. Les uns vociféraient d'horribles
plaisanteries, répétées de toutes parts avec les intonnations les plus
dégoûtantes; les autres s'exerçaient à provoquer par des gestes
abominables le rire stupide de leurs compagnons. Ni les oreilles ni la
pudeur n'étaient épargnées: tout ce que l'on pouvait voir ou entendre
était ou immoral ou ineuphonique. Il est trop vrai, qu'une fois chargé
de fers, le condamné se croit obligé de fouler aux pieds tout ce que
respecte la société qui le repousse: il n'y a plus de frein pour lui que
les obstacles matériels: sa charte est la longueur de sa chaîne, et il
ne connaît de loi que le bâton auquel ses bourreaux l'ont accoutumé.
Jeté parmi des êtres à qui rien n'est sacré, il se garde bien de montrer
cette grave résignation qui annonce le repentir; car alors il serait en
butte à mille railleries, et ses gardiens, inquiets de le trouver si
sérieux, l'accuseraient de méditer quelque complot. Mieux vaut, s'il
aspire à les tranquilliser sur ses intentions, paraître sans souci à
toute heure. On ne se défie pas du prisonnier qui se joue avec son sort;
l'expérience de la plupart des scélérats qui se sont échappés des
bagnes en fournit la preuve. Ce qu'il y a de certain, c'est que parmi
nous ceux qui avaient le plus grand intérêt à s'évader, étaient les
moins tristes de tous; ils étaient les boute-en-train. Dès que la nuit
fut venue, ils se mirent à chanter. Que l'on se figure cinquante
coquins, la plupart ivres, hurlant des airs différents. Au milieu de ce
vacarme, un _Cheval de retour_ entonna d'une voix de Stentor quelques
couplets de la complainte des galériens.

            La chaîne,
          C'est la grêle;
        Mais c'est égal,
        Ç'a n'fait pas de mal.

    Nos habits sont écarlate,
    Nous portons au lieu d'chapeaux
    Des bonnets et point d'cravatte,
    Ç'a fait brosse pour les jabots.
    Nous aurions tort de nous plaindre,
    Nous sommes des enfants gâtés,
    Et c'est crainte de nous perdre
    Que l'on nous tient enchaînés.

    Nous f'rons des belles ouvrages
    En paille ainsi qu'en cocos,
    Dont nous ferons étalage
    Sans qu'uns boutiques pay' d'impôts.
    Ceux qui visit'nt le bagne
    N' s'en vont jamais sans acheter,
    Avec ce produit d' l'aubaine
    Nous nous arrosons l' gosier.
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

    Quand vient l'heur' de s'bourrer l'ventre,
    En avant les haricots!
    Ça n'est pas bon, mais ça entre
    Tout comm' le meilleur fricot.
    Notr' guignon eût été pire,
    Si, comm' des jolis cadets,
    On nous eût fait _raccourcire_
    A l'abbaye d' Mont-à-r'gret.

Tous nos compagnons n'étaient pas également _heureux_: dans le troisième
cordon, composé des condamnés les moins turbulents, on entendait éclater
des sanglots, on voyait couler des larmes amères; mais ces signes de
douleur ou de repentir étaient accueillis par les huées et les injures
des deux autres cordons, où je figurais en première ligne, comme un
sujet dangereux par son adresse et son influence. J'y avais près de moi
deux hommes, l'un, ex-maître d'école, condamné pour viol; l'autre,
ex-officier de santé, condamné pour faux, qui, sans montrer ni
allégresse ni abattement, causaient ensemble du ton le plus calme, le
plus naturel.

«Nous allons à Brest, disait le maître d'école?»--Oui, répondait
l'officier de santé, nous allons à Brest...... Je connais le pays,
moi..... J'y suis passé étant sous-aide dans la 16e demi-brigade,....
Bon pays, ma foi,... je ne suis pas fâché de le revoir.

»--Y a-t-on de l'agrément, reprenait le pédagogue, qui ne me faisait pas
l'effet d'être très fort?

»--De l'agrément....? disait son interlocuteur, d'un air un peu
étonné....

»--Oui..., de l'agrément... Je veux demander si l'on peut se procurer
quelques douceurs, si on est bien traité....., si les vivres sont à bon
marché.

»--D'abord, vous serez nourri, répondait tranquillement
l'interlocuteur...., et bien nourri; car au bagne de Brest, il ne faut
que deux heures pour trouver une gourgane dans la soupe, tandis qu'il
faut huit jours à Toulon.»

Ici la conversation fut interrompue par de grands cris, partis du second
cordon; on y assommait à coup de chaînes trois condamnés,
l'ex-commissaire des guerres Lemière, l'officier d'état-major Simon, et
un voleur nommé le _Petit Matelot_, qu'on accusait, ou d'avoir trahi
leurs camarades par des révélations, ou d'avoir fait manquer quelque
complot de prison. Celui qui les signalait à la vengeance des forçats
était un jeune homme dont la rencontre eût été une bonne fortune pour un
peintre ou pour un acteur. Avec de mauvaises pantoufles vertes, une
veste de chasse veuve de ses boutons, et un pantalon de nankin, qui
semblait défier les intempéries de la saison, il portait pour coiffure
une casquette sans visière, dont les trous laissaient passer le coin
d'un vieux madras. On ne l'appelait à Bicêtre que _Mademoiselle_;
j'appris que c'était un de ces misérables qui, livrés à Paris à une
prostitution infâme, trouvent au bagne un théâtre digne de leurs
dégoûtantes voluptés. Les _argousins_, accourus d'abord au bruit, ne se
donnèrent pas le moindre mouvement pour arracher le _Petit Matelot_ des
mains des forçats; aussi mourut-il quatre jours après le départ, des
coups qu'il avait reçus. Lemière et Simon eussent également péri sans
mon intervention: j'avais connu le premier dans l'_Armée Roulante_, où
il m'avait rendu quelques services. Je déclarai que c'était lui qui
m'avait fourni les instruments nécessaires pour percer le carreau du
_Fort-Mahon_, et dès lors on le laissa lui et son camarade en repos.

Nous passâmes la nuit sur la paille, dans l'église alors transformée en
magasin. Les _argousins_ faisaient des rondes fréquentes, pour s'assurer
que personne ne s'occupait à _jouer du violon_ (scier ses fers). Au
jour, tout le monde fut sur pied: on fit l'appel, on visita les fers; à
six heures, nous étions placés sur de longues charrettes, dos à dos, les
jambes pendantes à l'extérieur, couverts de givre et transis de froid.
Il n'en fallut pas moins, arrivés à Saint-Cyr, nous dépouiller
entièrement, pour subir une visite qui s'étendit aux bas, aux souliers,
aux chemises, à la bouche, aux oreilles, aux narines, et à d'autres
endroits plus secrets encore. Ce n'étaient pas seulement des limes en
étui que l'on cherchait, mais des ressorts de pendule, qui suffisaient à
un prisonnier pour couper ses fers en moins de trois heures de temps. La
visite dura près d'une heure; c'est vraiment un miracle que la moitié
d'entre nous n'aient pas eu le nez ou les pieds gelés. A la couchée, on
nous entassa dans des étables à bœufs, où nous étions tellement
serrés, que le corps de l'un servait d'oreiller à celui qui venait
après; s'embarrassait-on dans sa chaîne ou dans celle de son voisin,
les coups de bâtons pleuvaient aussitôt sur le maladroit. Dès que nous
fûmes couchés sur quelques poignées de paille qui avaient déjà servi de
litière aux bestiaux, un coup de sifflet donna l'ordre du silence le
plus absolu; il ne fallait même pas le rompre par la moindre plainte
quand, pour relever un factionnaire placé à l'extrémité de l'étable, les
_argousins_ nous marchaient sur le corps.

Le souper se composa d'une prétendue soupe aux haricots, et de quelques
morceaux de viande demi gâtée. La distribution se faisait dans des
baquets de bois qui contenaient trente rations, et le cuisinier, armé
d'une grande cuiller à pot, ne manquait pas de répéter à chaque condamné
qui se présentait: _Une, deux, trois, quatre, tends ta gamelle, voleur!_
Le vin fut distribué dans le baquet dont on s'était servi pour la soupe
et la viande; ensuite un _argousin_ prit un sifflet pendu à sa
boutonnière, et le fit résonner à trois reprises, en disant: _Attention,
voleurs, et qu'on réponde par oui ou par non! Avez-vous eu le pain?_
Oui. _La soupe?_ Oui. _La viande?_ Oui. _Le vin?_ Oui..... _Alors,
dormez ou faites semblant._

Cependant une table se dressait à l'entrée de l'étable: le capitaine, le
lieutenant, les brigadiers _argousins_ s'y placèrent pour prendre un
repas un peu meilleur que le nôtre; car ces hommes, qui profitaient de
toutes les occasions pour extorquer l'argent des condamnés, faisaient
bombance, et ne se refusaient rien. L'étable offrait au surplus, dans ce
moment, un des spectacles les plus hideux qu'on puisse imaginer: d'une
part, cent vingt hommes parqués comme de vils animaux, roulant des yeux
égarés, d'où la douleur bannissait le sommeil; de l'autre, huit
individus à figure sinistre, mangeant avidement, sans perdre un instant
de vue leurs carabines ou leurs bâtons. Quelques minces chandelles,
attachées aux murs noircis de l'étable, faisaient une lueur rougeâtre
sur cette scène de désolation, dont le silence n'était troublé que par
de sourds gémissements, ou par le retentissement des fers. Non contents
de frapper à tort et à travers, les _argousins_ passaient encore sur les
condamnés leurs horribles gaîtés: un homme dévoré par la soif
demandait-il de l'eau? ils disaient tout haut: _Que celui qui veut de
l'eau lève la main_. Le malheureux obéissait sans défiance, et il était
aussitôt roué de coups. Ceux qui avaient quelque argent étaient
nécessairement ménagés; mais c'était le petit nombre, le long séjour de
la plupart des condamnés dans les prisons ayant épuisé leurs faibles
ressources.

Ces abus n'étaient pas les seuls qu'on eût à signaler dans la conduite
de la chaîne. Pour économiser à son profit les frais de transport, le
capitaine faisait presque toujours voyager à pied un des _cordons_. Or,
ce _cordon_ était toujours celui des plus robustes, c'est-à-dire des
plus turbulents des condamnés: malheur aux femmes qu'ils rencontraient,
aux boutiques qui se trouvaient sur leur passage! les femmes étaient
houspillées de la manière la plus brutale; quant aux boutiques, elles se
trouvaient dévalisées en un clin d'œil, comme je le vis faire, à
Morlaix, chez un épicier, qui ne conserva ni un pain de sucre ni une
livre de savon. On demandera peut-être ce que faisaient les gardiens,
pendant que se commettait le délit? Les gardiens faisaient les
empressés, sans apporter aucun obstacle réel, bien persuadés qu'en
définitive ils profiteraient du vol, puisque c'était à eux que les
forçats devaient s'adresser pour vendre leur capture, où l'échanger
contre des liqueurs fortes. Il en était de même pour les spoliations
exercées sur les condamnés qu'on prenait au passage. A peine
étaient-ils _ferrés_, que leurs voisins les entouraient et leur volaient
le peu d'argent qu'ils pouvaient avoir.

Loin de prévenir où d'arrêter ces vols, les _argousins_ les provoquaient
souvent, comme je leur ai vu faire pour un ex-gendarme qui avait cousu
quelques louis dans sa culotte de peau. _Y a gras!_ avaient-ils dit, et
en trois minutes le pauvre diable se trouva en bannière. En pareil cas,
les victimes jetaient ordinairement les hauts cris en appelant à leur
secours les _argousins_; ceux-ci ne manquaient jamais d'arriver quand
tout était fini, pour tomber à grands coups de bâton.... sur celui qu'on
avait volé. A Rennes, les bandits dont je parle poussèrent l'infamie
jusqu'à dépouiller une sœur de charité qui était venue nous apporter
du tabac et de l'argent, dans un manège où nous devions passer la nuit.
Les plus criants de ces abus ont disparu, mais il en subsiste encore,
qu'on trouvera bien difficiles à déraciner, si l'on considère à quels
hommes est nécessairement confiée la conduite des chaînes, et sur quelle
matière ils opèrent.

Notre pénible voyage dura vingt-quatre jours: arrivés à Pont-à-Lezen,
nous fûmes placés au dépôt du bagne, où les condamnés font une sorte de
quarantaine jusqu'à ce qu'ils se soient remis de leur fatigue, et qu'on
ait reconnu qu'ils ne sont pas atteints de maladies contagieuses. Dès
notre arrivée on nous fit laver deux à deux dans de grandes cuves
pleines d'eau tiède: au sortir du bain on nous délivra des habits. Je
reçus comme les autres une casaque rouge, deux pantalons, deux chemises
de toile à voile, deux paires de souliers, et un bonnet vert: chaque
pièce de ce trousseau était marquée de l'initiale _GAL_, et le bonnet
portait de plus une plaque de fer-blanc, sur laquelle on lisait le
numéro d'inscription au registre matricule. Quand on nous eut donné des
vêtements, on nous riva la _manicle_ au pied; mais sans former les
couples.

Le dépôt de Pont-à-Lezen étant une sorte de lazareth, la surveillance
n'y était pas très rigoureuse; on m'avait même assuré qu'il était assez
facile de sortir des salles, et d'escalader ensuite les murs extérieurs.
Je tenais ces indications d'un nommé Blondy, qui s'était déjà évadé du
bagne de Brest: espérant les mettre à profit, j'avais tout disposé pour
être prêt à saisir l'occasion. On nous donnait parfois des pains qui
pesaient jusqu'à dix-huit livres; en partant de Morlaix, j'avais creusé
l'un de ces pains, et j'y avais introduit une chemise, un pantalon et
des mouchoirs: c'était là une valise d'un nouveau genre, on ne la visita
pas. Le lieutenant Thierry ne m'avait pas désigné à une surveillance
spéciale; loin de là, instruit des motifs de ma condamnation, il avait
dit en parlant de moi au commissaire, qu'avec des hommes aussi
tranquilles, _on conduirait la chaîne comme un pensionnat de
demoiselles_. Je n'inspirais donc aucune défiance: j'entrepris
d'exécuter mon projet. Il s'agissait d'abord de percer le mur de la
salle où nous étions enfermés: un ciseau d'acier oublié sur le pied de
mon lit par un _sbire_ forçat, chargé de river les manicles, me servit à
pratiquer une ouverture, tandis que Blondy s'occupait de scier mes fers.
L'opération terminée, mes camarades fabriquèrent un mannequin qu'ils
mirent à ma place, afin de tromper la vigilance des _argousins_ de
garde, et bientôt, affublé des effets que j'avais cachés, je me trouvai
dans la cour du dépôt. Les murs qui en formaient l'enceinte n'avaient
pas moins de quinze pieds d'élévation; je vis que pour les franchir, il
fallait donc quelque chose qui ressemblât à une échelle: une perche m'en
tint lieu, mais elle était si lourde et si longue, qu'il me fut
impossible de la passer par-dessus le mur, pour descendre de l'autre
côté. Après des efforts aussi vains que pénibles, je dus prendre le
parti de risquer le saut; il me réussit fort mal: je me foulai si
violemment les deux pieds, qu'à peine eus-je la force de me traîner dans
un buisson voisin. J'espérais que, la douleur se calmant, je pourrais
fuir avant le jour, mais elle devenait de plus en plus vive, et mes
pieds se gonflèrent si prodigieusement, qu'il fallut renoncer à tout
espoir d'évasion. Je me traînai alors de mon mieux jusqu'à la porte du
dépôt, pour y rentrer de moi-même, espérant obtenir ainsi une remise sur
le nombre de coups de bâton qui me revenaient de droit. Une sœur que
je fis demander, et à laquelle j'avouai le cas, commença par me faire
passer dans une salle où mes pieds furent pansés. Cette excellente
femme, que j'avais apitoyée sur mon sort, alla solliciter pour moi le
commissaire du dépôt, qui lui accorda ma grâce. Quand, au bout de trois
semaines, je fus guéri complètement, on me conduisit à Brest.

Le bagne est situé dans l'enceinte du port; des faisceaux de fusils,
deux pièces de canon braquées devant les portes, m'indiquèrent l'entrée
des salles, où je fus introduit après avoir été examiné par tous les
gardes de l'établissement. Les condamnés les plus intrépides l'ont
avoué: quelqu'endurci que l'on soit, il est impossible de se défendre
d'une vive émotion au premier aspect de ce lieu de misères. Chaque salle
contient vingt-huit lits de camp, nommés _bancs_, sur lesquels couchent
enchaînés six cents forçats; ces longues files d'habits rouges, ces
têtes rasées, ces yeux caves, ces visages déprimés, le cliquetis
continuel des fers, tout concourt à pénétrer l'ame d'un secret effroi.
Mais pour le condamné, l'impression n'est que passagère; sentant qu'ici
du moins il n'a plus à rougir devant personne, il s'identifie avec sa
position. Pour n'être pas l'objet des railleries grossières, des joies
odieuses de ses compagnons, il affecte de les partager, il les outre
même, et bientôt, du ton, des gestes, cette dépravation de convention
passe au cœur. C'est ainsi qu'à Anvers un ex-évêque essuya d'abord
toutes les bordées de l'ignoble hilarité des forçats. Ils ne
l'appelaient que _Monseigneur_, ils lui demandaient sa bénédiction pour
des obscénités; à chaque instant ils le contraignaient à profaner son
ancien caractère par des paroles impies; et à force de réitérer ses
sacriléges, il parvint à s'émanciper; plus tard, il était devenu
cantinier du bagne; on l'appelait toujours _Monseigneur_, mais on ne lui
demandait plus l'absolution, il eût répondu par des blasphèmes!

C'est dans les jours de repos surtout que le récit de crimes souvent
imaginaires, des rapports intimes, des complaisances infâmes, achèvent
de pervertir l'homme que le châtiment d'une première faute expose à ce
contact impur. Pour en neutraliser les effets, on a proposé de renoncer
au système des bagnes. D'abord, tout le monde était d'accord sur ce
point, mais lorsqu'il s'est agi de déterminer un autre mode de punition,
les avis se sont trouvés singulièrement partagés: les uns ont proposé
des prisons pénitentiaires, à l'instar de celles de la Suisse et des
États-Unis; les autres, et c'est le plus grand nombre, ont réclamé la
colonisation, en s'étayant des heureux résultats et de la prospérité des
établissements anglais de la Nouvelle-Galles, plus connus sous le nom de
Botany-Bay. Examinons si la France est appelée à jouir de ces _heureux
résultats_ et de cette _prospérité_.



CHAPITRE IX.

     De la colonisation des Forçats.


«Voyez, disent les partisans de la colonisation, voyez l'aspect
florissant de la Nouvelle-Galles; il y a seulement quarante ans que les
Anglais ont commencé à y envoyer leurs condamnés, et déjà le pays compte
cinq villes; les arts de luxe y sont cultivés, l'imprimerie établie. A
Sydney-Cove, chef-lieu de colonie, on imprime trois journaux; il s'y est
fermé des sociétés philosophiques et d'agriculture; on a fondé une
chapelle catholique et deux chapelles de méthodistes. Quoique la plupart
des planteurs et des magistrats subalternes soient des condamnés
émancipés ou ayant subi leur peine, tous se conduisent bien et
deviennent d'excellents citoyens. Des femmes, la honte et le rebut de
leur sexe dans la métropole, des femmes déjà mères, mais couvrant
d'opprobre tout ce qui tenait à elles, sont aujourd'hui, sous de
nouveaux liens, des modèles d'ordre et de chasteté. Il se présente à
l'appui de ce système une autre considération qui n'est pas sans
importance. Le travail des condamnés qu'on emploie en Angleterre, venant
en concurrence avec celui d'un nombre égal d'artisans libres, a pour
fâcheux résultat de laisser ceux-ci inoccupés, et par conséquent de
surcharger la taxe des pauvres; au lieu d'être productif, leur travail
est donc nuisible. A la Nouvelle-Galles, au contraire, loin de rivaliser
avec l'artisan anglais, le déporté est le consommateur du travail de
celui-ci, puisque l'on n'y consomme que des produits anglais.
L'importation s'en élève à trois cent cinquante mille livres sterlings,
et l'exportation des productions indigènes est évaluée au tiers de cette
somme; voilà les avantages de la colonisation. Qui s'oppose à ce que la
France les partage en suivant le même système?»

Tout cela sans doute est magnifique, mais les faits sont-ils bien
constants? Peut-on en induire que ce système soit applicable à la
France? Sur la première question, je répondrai qu'en Angleterre on n'est
guères plus d'accord que chez nous sur les avantages de la colonisation
des condamnés en général et sur les résultats des établissements de la
Nouvelle-Galles en particulier. Indépendamment de toute autre
considération, ils offrent cependant au commerce britannique des
stations précieuses entre l'Inde, la Chine, les îles de la Sonde et tout
l'archipel oriental. Tant d'avantages, qui peut-être auraient pu
s'obtenir sans l'emploi de la colonisation, ne paraissent pas néanmoins
compenser les dépenses énormes qu'elle a entraînées dans le principe, et
qui se continuent encore au détriment de la métropole, le gouvernement
ayant, depuis quelques années, à sa charge un nombre variable de huit à
dix mille déportés qu'on ne saurait occuper utilement. Cette
circonstance explique parfaitement du reste la proposition soumise à la
Chambre des communes, de diriger sur la Nouvelle-Galles ou sur les
établissements qui en dépendent, des émigrants irlandais; la taxe des
pauvres en diminuerait d'autant, et les émigrants planteurs
emploieraient les déportés qui, par des défrichements et des
constructions, auraient préparé leurs habitations.

En attendant que le gouvernement prenne un parti, ces déportés inoccupés
doivent mener une vie très comfortable selon eux, puisque dans une
enquête récente on a constaté que plusieurs individus s'étaient fait
condamner à dessein pour un délit emportant la peine de la déportation.
L'humanité n'aurait sans doute qu'à s'applaudir de ce résultat, si cette
mansuétude adoucissait les mœurs des déportés, mais on comprend que
l'oisiveté ne fait qu'aggraver leurs mauvaises dispositions; on en a la
preuve dans les récidives de ceux qui reviennent en Angleterre à
l'expiration de leur peine. Leur amendement n'est guères plus sensible à
la colonie, car on n'ignore pas que des trois chapelles élevées à
Sidney-Cove, ils en ont brûlé deux dans l'intention prouvée de se
soustraire à l'obligation d'assister au service divin.

Les femmes enfin, que l'on nous représente comme purifiées par le
changement d'hémisphère, les femmes donnent pour la plupart l'exemple
d'un libertinage jusqu'à certain point provoqué par l'énorme
disproportion numérique des deux sexes; elle est telle que, pour
quatorze hommes, on compte à peine une femme. Le mariage avec un
condamné gracié ou libéré, procurant l'émancipation immédiate, la
première chose que cherchent les femmes déportées à leur arrivée au
dépôt de Paramatta, c'est à se faire épouser par un homme qui remplisse
cette condition. Elles prennent souvent ainsi un vieillard, un
misérable, qu'elles quittent au bout de quelques jours, pour se rendre à
Sydney, où elles peuvent se livrer impunément à tous les excès. Il en
résulte qu'entourées d'exemples corrupteurs, les filles qui naissent de
ce commerce se livrent dès l'âge le plus tendre à la prostitution.

De ces faits accidentellement révélés par les enquêtes sur l'état du
pays, par les discussions parlementaires, il résulte que la colonisation
est loin de réagir, comme on l'a cru trop légèrement, sur le moral des
condamnés; elle est d'ailleurs aujourd'hui reconnue à peu près
impraticable pour la France. La première, la principale objection, c'est
le manque absolu d'un endroit propre à la déportation; car former un
établissement à Sainte-Marie de Madagascar, la seule des possessions
françaises qui pût convenir pour cet objet, ce serait envoyer à une mort
à peu près certaine, non-seulement les condamnés, mais encore les
administrateurs et les surveillants. Le petit nombre de ceux que le
climat n'aurait pas moissonnés ne manquerait pas de se servir des
embarcations stationnaires pour écumer la mer, comme cela s'est fait
plusieurs fois à la Nouvelle-Galles, et au lieu d'un établissement
pénitentiaire, on se trouverait avoir fondé le berceau de nouveaux
flibustiers. D'un autre côté, il est impossible de songer à diriger les
condamnés sur aucune de nos colonies, pas même sur la Guyanne, dont les
vastes savannes ne suffiraient pas pour assurer un isolement
indispensable; les évasions se seraient bientôt multipliées, et les
colons pourraient rappeler la leçon donnée, dit-on, par Franklin, au
gouvernement anglais, qui, à cette époque, déportait encore ses
condamnés aux États-Unis. On assure qu'immédiatement après l'arrivée
d'un transport de ce genre à Boston, il envoya au ministre Walpole
quatre caisses de serpents à sonnettes, en le priant de les faire mettre
en liberté dans le parc de Windsor, «afin, disait-il, que l'espèce s'en
propageât et devînt aussi avantageuse à l'Angleterre que les condamnés
l'avaient été à l'Amérique septentrionale.»

Aujourd'hui même, les évasions sont beaucoup plus communes à la
Nouvelle-Galles, qu'on ne devrait le croire. On en trouve la preuve dans
ce passage d'une _Relation_ publiée à Londres par un déporté libéré,
qui, sans s'embarrasser de compromettre la réputation de
l'établissement, s'était fait bientôt arrêter pour de nouveaux méfaits.

«Lorsque le terme de mon exil fut venu, et que je me déterminai à
quitter la colonie, je m'embarquai comme domestique, au service d'un
_gentleman_ et d'une _lady_, anciens déportés, qui avaient amassé de
quoi défrayer leur retour en Angleterre, et s'y établir. On croirait que
je devais avoir l'ame satisfaite et tranquille. Point du tout; jamais je
ne me suis vu plus chagrin, plus tourmenté que du moment où je
m'embarquai sur ce bâtiment. Voici pourquoi: j'avais clandestinement
amené avec moi _six condamnés_ de mes camarades, et je les avais cachés
à fond de cale. C'étaient des hommes pour lesquels _j'avais une estime
particulière_; et il est du devoir d'un déporté qui quitte cette terre
d'exil, _de n'y jamais laisser un ami_, s'il a le moyen de l'en faire
sortir. Ce qui troublait sans cesse mon repos, c'est qu'il fallait
pourvoir aux besoins de ces hommes: pour cela, je devais recommencer le
métier de voleur, de manière que, d'un moment à l'autre, je pouvais me
faire découvrir et eux aussi. Tous les soirs il me fallait visiter les
provisions de chacun, pour leur apporter le fruit de mes larcins.

»Il y avait un grand nombre de passagers à bord, et je les faisais tous
contribuer successivement, afin que cela se fît moins sentir, et que le
manège pût durer plus long-temps. Malgré cette précaution, j'entendais
dire souvent aux uns et aux autres, que leurs vivres allaient vite, sans
qu'ils en pussent découvrir la cause. Ce qui m'embarrassait le plus,
c'était la viande crue, que mes camarades étaient obligés de dévorer
telle quelle; encore que pouvais-je pas toujours m'en procurer, surtout
lorsqu'il faisait clair de lune; alors il me fallait dérober double
ration de pain. Enfin, mon maître m'ayant chargé de faire la cuisine
pour lui et pour sa femme, cette occasion fut, comme de juste, mise à
profit: si j'accommodais un potage ou un ragoût, il s'en renversait
toujours une moitié, qui prenait le chemin de la cale. Tout ce que je
pouvais du reste attraper y passait également; car je fréquentais, à
titre de confrère, le cuisinier du bâtiment, sur lequel je levais
d'utiles contributions.

»Il y avait à bord de notre navire un tonnelier de mes amis, qui, après
avoir fini son temps, retournait comme moi en Angleterre. Je l'avais mis
dans ma confidence, et il me servait merveilleusement dans les vols que
je faisais au cuisinier; il le tirait, par exemple à l'écart, et
l'occupait pendant que j'enlevais quelque portion de tout ce qui me
tombait sous la main. Outre ce tonnelier, il y avait à bord un matelot
qui était également dans le secret; et l'on va voir que c'était un
confident de trop?

»Un dimanche, il y avait un mois que nous étions en mer, le tonnelier et
le matelot causaient ensemble sur le gaillard d'avant. Voilà qu'ils se
prennent de querelle pour une bagatelle. Je travaillais en ce moment à
dévisser une caisse, pour en retirer quelques provisions, quand ce
matelot, qui avait brusquement quitté le tonnelier, passa près de moi.
Trompé par l'obscurité, car il commençait à faire nuit, et me prenant
pour un autre, il me frappe sur l'épaule, et me crie: Où est le
capitaine?..... J'ai à lui parler!.... Mais, me reconnaissant, il
s'éloigna rapidement, et courut à la chambre du capitaine, où il se
précipita en criant à tue-tête: «_Au meurtre!.... à l'assassin!.... Nous
sommes tous perdus!..... Le bâtiment va être pris_; il _y a dix hommes
de cachés dans la cale, et tel et tel_ (en me nommant ainsi que le
tonnelier) _sont du complot;.... ils veulent s'emparer du bâtiment, et
nous tuer tous!..._»

«Aussitôt le capitaine appelle son second, monte avec lui sur le pont,
et ordonne que tout le monde s'y rende. Lorsqu'on fut réuni, le matelot
nous désigna de nouveau, le tonnelier et moi, comme chefs du complot, en
soutenant qu'il y avait dix hommes cachés dans la cale. On y descendit
avec des lumières, on retourna tout sans rien découvrir, tant mes hommes
étaient bien cachés. Enfin, le capitaine n'en voulant pas démordre,
s'avisa de faire emplir la cale de fumée. Force fut alors aux pauvres
diables de sortir sous peine d'être asphyxiés. En arrivant sur le pont,
ils faisaient la plus triste figure; depuis leur départ de Sydney Cove,
ils n'avaient été ni rasés ni lavés, et leurs vêtements tombaient en
lambeaux. Ce qui rendait ce spectacle encore plus lugubre, c'est que la
nuit était sombre et que le pont n'était éclairé que par une lanterne.

«Le capitaine commença par faire mettre les menottes aux nouveaux venus;
puis, après les avoir interrogés et s'être assuré qu'ils n'étaient que
six, il les fit coucher à plat ventre sur le pont. Restait le second
acte de la pièce, il consista à nous traiter, le tonnelier et moi, de la
même manière. Quand nous fûmes tous réunis, on jeta sur nous une grande
voile, qui nous enveloppa comme un filet. C'est ainsi que nous passâmes
la nuit. Le lendemain, au petit jour, on nous descendit l'un après
l'autre, au moyen d'une corde passée autour de la ceinture, à fond de
cale, dans une espèce de cachot si noir que nous ne nous voyions pas les
uns les autres. Nous y couchions sur la planche nue. Pour toute
nourriture, on donnait par jour à chacun une pinte d'eau et une livre de
biscuit. Nous recevions cette distribution sans la voir; le matelot
chargé de le faire nous avertissait par un cri d'avancer la main, et
quand nous tenions la pitance, nous la partagions à tâtons entre nous.

»On nous garda dans cette situation pendant quarante mortels jours,
c'est-à-dire jusqu'à ce que le bâtiment fût arrivé au Cap de
Bonne-Espérance, où il devait relâcher. Le capitaine se rendit chez le
gouverneur pour lui annoncer qu'il avait à son bord des condamnés
évadés, et lui demanda s'il ne pourrait pas les débarquer et les écrouer
dans la prison commune; mais celui-ci répondit qu'il n'avait que faire
des gens de cette espèce, et qu'il ne voulait pas qu'on les débarquât.
Toutefois, le capitaine se consola bientôt de cette contrariété, en
apprenant qu'il y avait dans le port un bâtiment irlandais, chargé de
condamnés pour Botany-Bey; il s'aboucha avec le capitaine de ce
bâtiment, et le détermina sans peine à emmener avec lui mes pauvres
camarades. En conséquence, on vint les retirer du cachot, et depuis je
ne les ai revus ni les uns ni les autres.»

Les obstacles que j'ai signalés sont tellement graves, que je ne
parlerai pas de l'événement d'une guerre maritime venant compliquer
encore la situation, en interceptant toute relation en tout transport.
Dans l'intérêt de la science, on a vu des puissances belligérantes
livrer passage à des naturalistes, à des mathématiciens, mais il est
permis de douter que, dans l'intérêt de la morale, on accordât la même
faveur à des forçats, qui pourraient, après tout, n'être que des soldats
travestis.

Admettons cependant, pour un instant, qu'on ait levé tous les obstacles,
que la déportation soit possible: sera-t-elle indistinctement
perpétuelle pour tous les condamnés? ou suivra-t-on dans son application
la gradation observée pour la durée des travaux forcés? Dans la première
hypothèse, vous détruisez toute proportion entre les peines et les
délits, puisque l'homme qui, d'après le Code, n'aurait encouru que les
travaux à temps, ne reverra pas plus son pays que celui qu'aurait
atteint une condamnation à perpétuité. En Angleterre, où le _minimum_ de
la durée de la déportation (sept ans) s'applique pour un vol de
vingt-quatre sous comme pour violences graves exercées contre un
magistrat, cette disproportion existe, mais elle pallie souvent encore
les rigueurs d'une législation qui punit de mort des délits passibles
chez nous d'une simple réclusion. Aussi, dans les assises anglaises,
rien n'est-il plus ordinaire que d'entendre un individu condamné à la
déportation, dire, au prononcé du jugement: _Mylords, je vous remercie_.

Si la déportation n'est pas perpétuelle, vous retombez dans
l'inconvénient que signalent chaque année les conseils généraux, en
réclamant contre l'amalgame des forçats libérés avec la population. Nos
déportés libérés rentreront dans la société à peu près avec les mêmes
vices qu'ils eussent contractés au bagne. Tout même porte à croire
qu'ils seront plus incorrigibles que les déportés anglais, qu'un esprit
national de voyages et de colonisation attache assez fréquemment au sol
sur lequel on les a transplantés.

La colonisation reconnue à peu près impossible, il ne reste plus, pour
améliorer le moral des condamnés, qu'à introduire dans les bagnes des
réformes indiquées par l'expérience. La première consisterait à classer
les forçats d'après leurs dispositions; il faudrait, pour cela,
consulter non-seulement leur conduite présente, mais encore leur
correspondance et leurs antécédents; chose dont ne s'occupe nullement
l'administration des bagnes, qui borne sa sollicitude à prévenir les
évasions. Les hommes disposés à s'amender devraient obtenir ces petites
faveurs réservées aujourd'hui aux voleurs audacieux, aux condamnés à
perpétuité, qu'on ménage pour leur ôter l'envie de se sauver. C'est là
en effet un moyen de les retenir, puisque rien ne peut désormais
aggraver leur peine. Il serait enfin utile d'abréger les peines, en
raison de l'amélioration des détenus, car tel homme qu'un séjour de six
mois au bagne eût corrigé, n'en sort, au bout de cinq ans,
qu'entièrement corrompu.

Une autre précaution prise contre les forçats qui ont un grand nombre
d'années à faire, c'est de les mettre en couple avec ceux qui n'ont à
subir qu'une condamnation de peu de durée. On croit leur donner ainsi
des surveillants qui, peu aguerris aux coups de bâtons, et craignant de
faire prolonger leur détention par des soupçons de complicité,
dévoileront toute tentative d'évasion. Il en résulte que le novice,
accouplé avec un scélérat consommé, se pervertit rapidement. Les jours
de repos, lorsqu'on n'enchaîne les forçats au banc que le soir, il suit
forcément son compagnon dans la société d'autres bandits, où il achève
de se corrompre par l'exemple de ce que l'égarement des passions peut
produire de plus monstrueux. On m'a compris... Mais n'est-il pas honteux
de voir publiquement organiser une prostitution qui, même au milieu de
la corruption des grandes villes, s'entoure encore des ombres du
mystère: comment ne songe-t-on pas à prévenir en partie ces excès, en
isolant les jeunes gens réservés ordinairement à figurer dans ces
saturnales.

Il serait également urgent de prévenir l'abus des liqueurs fortes, qui
entretiennent chez les condamnés une excitation contraire au calme dans
lequel il importe de les maintenir, si l'on veut que la réflexion amène
le repentir. Ce n'est pas à dire qu'on doive les en sevrer entièrement,
comme cela se pratique en certains cas aux États-Unis: cette diète
absolue ne pourrait s'appliquer sans inconvénient aux hommes astreints à
des travaux pénibles; il faut même veiller à ce que les distributions
autorisées par les règlements soient consommées par les condamnés qui
les reçoivent. En même temps que l'on protégerait ainsi la santé de ces
malheureux, on préviendrait de graves désordres. Les jours de repos, il
arrive souvent qu'un condamné, voulant faire la débauche, engage ses
rations pour quinze jours; avec les avances en nature qu'il obtient, il
s'enivre, fait du tapage, reçoit la bastonnade, et se trouve réduit
ensuite à l'eau et à la soupe aux gourganes, lorsqu'il aurait besoin de
spiritueux pour se soutenir. Il est, à la vérité, d'autres moyens de
subvenir à ces orgies: on vole dans les ateliers, dans les magasins,
dans les chantiers. Ceux-ci enlèvent le cuivre du doublage des
vaisseaux, pour faire des pièces de six liards, qu'on vend au rabais aux
paysans; ceux-là prennent le fer qui sert à confectionner ces petits
ouvrages qu'on vend aux étrangers; d'autres détournent des pièces de
bois qui, coupées par morceaux, passent au foyer des _argousins_, qu'on
désarme au moyen de ces prévenances. On m'assure qu'aujourd'hui, cette
partie du service a subi de notables améliorations; je désire qu'il en
soit ainsi: tout ce que je puis dire, c'est qu'à l'époque où j'étais à
Brest, il était de notoriété publique que jamais aucun _argousin_
n'achetait de bois à brûler.

C'est aussi dans les ateliers de serrurerie que les condamnés
s'instruisent mutuellement dans la fabrication des fausses clefs, et des
autres instruments nécessaires pour forcer les portes, tels que
_cadets_, _pinces_, _monseigneurs_, _rossignols_, etc. L'inconvénient
est peut-être inévitable dans un port, où il faut nécessairement fournir
à l'armement des navires; mais pourquoi conserver de semblables ateliers
dans les maisons de détention de l'intérieur? J'ajouterai que le travail
des condamnés, de quelque nature qu'il soit, est loin de produire autant
que celui des ouvriers libres: mais c'est de tous les abus celui qu'on
doit avoir moins d'espoir de déraciner. Le bâton peut sans doute
contraindre le condamné à agir, parce qu'il existe une différence
marquée entre l'action et le repos; mais aucun châtiment ne peut
éveiller chez le condamné cette ardeur instinctive qui seule accélère le
travail et le dirige vers la perfection. Le gouvernement doit juger au
surplus, lui-même, bien insignifiant le produit des journées des
forçats, puisqu'il ne l'a jamais fait figurer comme recette au budget.
La dépense générale des chiourmes, classée dans les divers chapitres,
s'élève à la somme totale de _deux millions sept cent dix-huit mille
neuf cent francs_. Voici le détail de quelques allocations.

    Habillement des forçats               220,500 f.
        _Id._       des forçats libérés    23,012
    Entretien de la chaussure              72,900
    Façon et entretien des fers            11,250
    Frais de capture                        7,000
    Service des chaînes                   130,000

Viennent ensuite le traitement des employés, la solde, l'habillement,
les rations des garde-chiourme, etc.

Pour rendre ces dépenses tout-à-fait utiles, pour entrer dans la voie
des améliorations réclamées depuis si long-temps, et qui ne s'effectuent
que bien lentement, on ne saurait trop recommander aux surveillants une
modération dont ils ne devraient jamais s'écarter, même en infligeant
les punitions les plus sévères. J'ai vu des garde-chiourme jeter des
condamnés dans le désespoir, en les maltraitant au gré de leurs
caprices, et comme pour se faire un jeu de leurs souffrances. «_Comment
te nommes-tu?_... disait un de ces misérables aux nouveaux venus; _je
parie que tu te nommes la Poussière..... Eh! bien, moi, je me nomme le
Vent;.... je fais voler la poussière._» Et il tombait sur eux à coups de
nerf de bœuf. Plusieurs garde-chiourme ont été assassinés pour avoir
ainsi provoqué des idées de vengeance dont rien ne distrait le forçat.
Dans la suite de ces Mémoires, j'aurai occasion de revenir sur ce sujet,
à propos de cette _surveillance_ qui constitue une nouvelle peine pour
les hommes libérés.

Les inconvénients et les abus que je viens de signaler existaient pour
la plupart au bagne de Brest lorsque j'y fus conduit; raison de plus
pour abréger le séjour que je devais y faire. En pareil cas, la première
chose à faire, c'est de s'assurer de la discrétion de son camarade de
_couple_. Le mien était un vigneron des environs de Dijon, de trente-six
ans environ, condamné à vingt-quatre ans pour récidive de vol avec
effraction: espèce d'idiot, que la misère et les mauvais traitements
avaient achevé d'abrutir. Courbé sous le bâton, il semblait n'avoir
conservé d'intelligence que ce qu'il en fallait pour répondre avec la
prestesse d'un singe ou d'un chien, au sifflet des _argousins_. Un
pareil sujet ne pouvait me convenir, puisque, pour exécuter mon projet,
il me fallait un homme assez résolu pour ne pas reculer devant la
perspective des coups de bâton, qu'on ne manque jamais d'administrer aux
forçats soupçonnés d'avoir favorisé, ou même connu l'évasion d'un
condamné. Pour me débarrasser du Bourguignon, je feignis une
indisposition: on le mit au couple avec un autre pour aller à _la
fatigue_, et lorsque je fus rétabli, on m'appareilla avec un pauvre
diable condamné à huit ans pour avoir volé des poules dans un
presbytère.

Celui-ci conservait du moins quelque énergie. La première fois que nous
nous trouvâmes seuls sur le banc, il me dit: «Écoute, camarade, tu ne
m'as pas l'air de vouloir manger long-temps du pain de la nation... Sois
franc avec moi,... tu n'y perdras rien....» J'avouai que j'avais
l'intention de m'évader à la première occasion. «Eh bien! me dit-il, si
j'ai un conseil à te donner, c'est de walser avant que ces rhinocéros
d'_argousins_ ne connaissent ta _coloquinte_ (figure); mais ce n'est pas
tout que de vouloir;... as-tu des _philippes_ (écus)?» Je répondis que
j'avais quelque argent dans mon étui; alors il me dit qu'il se
procurerait facilement des habits près d'un condamné à la double chaîne,
mais que pour détourner les soupçons, il fallait que j'achetasse un
_ménage_, comme un homme qui se propose de faire paisiblement son temps.
Ce ménage consiste en deux gamelles de bois, un petit tonneau pour le
vin, des _patarasses_, (espèce de bourrelet, pour empêcher le
froissement des fers), enfin un _serpentin_, petit matelas rembourré
d'étoupes de calfat. On était au jeudi, sixième jour de mon entrée au
bagne; le samedi soir, j'eus des habits de matelot, que je revêtis
immédiatement sous ma casaque de forçat. En soldant le vendeur, je
m'aperçus qu'il avait aux poignets les cicatrices circulaires de
profondes cautérisations; j'appris que, condamné aux galères à
perpétuité, en 1774, il avait subi à Rennes la question par le feu, sans
avouer le vol dont il était accusé. Lors de la promulgation du Code de
1791, il avait obtenu une commutation en vingt-quatre ans de travaux
forcés.

Le lendemain, la section dans laquelle je me trouvais partit au coup de
canon pour le travail de la pompe, qui ne s'interrompt jamais. Au
guichet de la salle, on visita comme à l'ordinaire nos _manicles_ et nos
vêtements. Connaissant cet usage, j'avais collé sur mes habits de
matelot, à l'endroit de la poitrine, une vessie peinte en couleur de
chair. Comme je laissais à dessein ma casaque et ma chemise ouvertes,
aucun garde ne songea à pousser plus loin l'examen, et je sortis sans
encombre. Arrivé au bassin, je passai avec mon camarade derrière un tas
de planches, comme pour satisfaire un besoin; ma _manicle_ avait été
coupée la veille; la soudure qui cachait les traces de la scie céda au
premier effort. Débarrassé des fers, je me dépouillai à la hâte de la
casaque et du pantalon de forçat. Sous ma casquette de cuir, je mis une
perruque apportée de Bicêtre, puis après avoir donné à mon camarade, la
récompense légère que je lui avais promise, je disparus en me glissant
derrière des piles de bois équarris.



CHAPITRE X.

     La chasse aux forçats.--Un maire de village.--La voix du
     sang.--L'hôpital.--Sœur Françoise.--Faublas II.--_La mère des
     voleurs._


Je passai sans obstacle à la grille; je me trouvais dans Brest que je ne
connaissais pas du tout, et la crainte que mon hésitation sur le chemin
que je devais prendre, ne me fît remarquer, augmentait encore mes
inquiétudes; après mille tours et détours, j'arrivai enfin à la seule
porte qu'eût la ville; il y avait là toujours, à poste fixe, un ancien
garde-chiourme, nommé _Lachique_, qui vous devinait un forçat au geste,
à la tournure, à la physionomie; et ce qui rendait ses observations plus
faciles, c'est qu'un homme qui a passé quelque temps au bagne _tire_
toujours involontairement la jambe par laquelle il a traîné le fer. Il
fallait cependant passer devant ce redoutable personnage, qui fumait
gravement, en fixant un œil d'aigle sur tout ce qui entrait ou
sortait. J'avais été prévenu; je payai d'effronterie: arrivé devant
Lachique, je déposai à ses pieds une cruche de lait de beurre, que
j'avais achetée pour rendre mon déguisement plus complet. Chargeant
alors ma pipe, je lui demandai du feu. Il s'empressa de m'en donner avec
toute la courtoisie dont il était susceptible, et après que nous nous
fûmes réciproquement lâchés quelques bouffées de tabac dans la figure,
je le quittai pour prendre la route qui se présentait devant moi.

Je la suivais depuis trois quarts d'heure, quand j'entendis les trois
coups de canon qu'on tire pour annoncer l'évasion d'un forçat, afin
d'avertir les paysans des environs qu'il y a une gratification de cent
francs à gagner, pour celui qui saisira le fugitif. Je vis en effet
beaucoup de gens armés de fusils ou de faux, courir la campagne, battant
soigneusement le buisson, et jusqu'aux moindres touffes de genet.
Quelques laboureurs paraissaient même devoir emporter des armes par
précaution, car j'en vis plusieurs quitter leur attelage avec un fusil
qu'ils tiraient d'un sillon. Un de ces derniers passa tout près de moi
dans un chemin de traverse que j'avais pris en entendant les coups de
canon, mais il n'eut garde de me reconnaître; j'étais d'abord vêtu fort
proprement, et de plus mon chapeau, que la chaleur permettait de porter
sous le bras, laissait voir des cheveux en queue, qui ne pouvaient
appartenir à un forçat.

Je continuai à m'enfoncer dans l'intérieur des terres, évitant les
villages et les habitations isolées. A la brune, je rencontrai deux
femmes, auxquelles je demandai sur quelle route je me trouvais; elles me
répondirent dans un patois dont je ne compris pas un mot; mais leur
ayant montré de l'argent, en faisant signe que je désirais manger, elles
me conduisirent à l'entrée d'un petit village, dans un cabaret tenu
par..... le garde-champêtre, que je vis sous le manteau de la cheminée,
revêtu des insignes de sa dignité. Je fus un instant démonté, mais, me
remettant bientôt, je lui dis que je voulais parler au maire.--«C'est
moi», dit un vieux paysan en bonnet de laine et en sabots, assis à une
petite table, et mangeant de la galette de sarrasin. Nouveau
désappointement pour moi, qui comptais bien m'esquiver dans le trajet du
cabaret à la mairie. Il fallait cependant se tirer de là, de manière ou
d'autre. Je dis au fonctionnaire en sabots, qu'ayant pris la traverse en
partant de Morlaix pour Brest, je m'étais égaré; je lui demandai en même
temps à quelle distance je me trouvais de cette dernière ville, en
témoignant le désir d'y aller coucher le soir même.--«Vous êtes à cinq
lieues de pays de Brest, me dit-il: il est impossible que vous y
arriviez ce soir: si vous voulez coucher ici, je vous donnerai place
dans ma grange, et demain vous partirez avec le garde-champêtre, qui va
conduire un forçat évadé, que nous avons arrêté hier.»

Ces derniers mots renouvelèrent toutes mes terreurs; car à la manière
dont ils étaient prononcés, je vis que le maire n'avait pas pris mon
histoire au pied de la lettre. J'acceptai néanmoins son offre
obligeante; mais après souper, au moment de gagner la grange, portant
les mains à mes poches, je m'écriai avec toutes les démonstrations d'un
homme désespéré: «Ah, mon Dieu! j'ai oublié à Morlaix mon portefeuilles
où sont mes papiers, et huit doubles louis!... Il faut que je reparte
tout de suite,.... oui tout de suite; mais comment retrouver la
route?.... Si le garde-champêtre, qui doit connaître le pays, voulait
m'accompagner?.... nous serions bien revenus demain pour partir à temps
avec votre forçat.» Cette proposition écartait tous les soupçons,
puisque un homme qui veut se sauver ne prend pas ordinairement la
compagnie que je sollicitais; d'un autre côté, le garde-champêtre,
entrevoyant une récompense, avait mis ses guêtres à mon premier mot.
Nous partîmes donc, et au point du jour nous étions à Morlaix. Mon
compagnon, que j'avais eu soin d'abreuver largement en route, était déjà
bien conditionné; je l'achevai avec du rhum, au premier bouchon que nous
rencontrâmes en ville. Il y resta à m'attendre à table, ou plutôt sous
la table, et il aura pu m'attendre long-temps.

A la première personne que je rencontre, je demande le chemin de Vannes;
on me l'indique tant bien que mal, et je pars, comme dit le proverbe
hollandais, _avec la peur chaussée aux talons_. Deux jours se passent
sans encombre: le troisième, à quelques lieues de Guemené, au détour de
la route, je tombe sur deux gendarmes qui revenaient de la
correspondance. L'aspect inattendu des culottes jaunes et des chapeaux
bordés me trouble, je fais un mouvement pour fuir; mes deux hommes me
crient d'arrêter, en faisant le geste très significatif de prendre leur
carabine au crochet; ils arrivent à moi, je n'ai point de papiers à leur
montrer, mais j'improvise une réponse au hasard: «Je me nomme Duval, né
à l'Orient, déserteur de la frégate la _Cocarde_, actuellement en rade à
Saint-Malo.» Il est inutile de dire que j'avais appris cette
particularité pendant mon séjour au bagne, où il arrivait chaque jour
des nouvelles de tous les ports. «Comment! s'écrie le brigadier, vous
seriez Auguste,... le fils du père Duval, qui demeure à l'Orient, sur la
place, à côté de là _Boule d'or_?» Je n'eus garde de dire le contraire:
ce qui pouvait m'arriver de pis, c'était d'être reconnu pour un forçat
évadé. «Parbleu! reprend le brigadier, je suis bien fâché de vous avoir
arrêté;... mais maintenant il n'y a plus de remède,.... il faut que je
vous fasse conduire à l'Orient ou à Saint-Malo.» Je le priai instamment
de ne pas me diriger sur la première de ces deux villes, ne me souciant
pas d'être confronté avec ma nouvelle famille, dans le cas où l'on
voudrait constater l'identité du personnage. Le maréchal-des-logis
donna cependant l'ordre de m'y transférer, et j'arrivai le surlendemain
à l'Orient, où l'on m'écroua à Pontaniau, maison de détention destinée
aux marins, et située près du nouveau bagne, qu'on venait de peupler
avec des forçats pris à Brest.

Interrogé le lendemain par le commissaire des classes, je déclarai de
nouveau que j'étais Auguste Duval, et que j'avais quitté mon bord sans
permission, pour venir voir mes parents. On me reconduisit alors dans la
prison, où se trouvait, entre autres marins, un jeune homme de l'Orient,
accusé de voies de fait contre un lieutenant de vaisseau. Après avoir
causé quelque temps avec moi, il me dit un matin: «Mon _pays_, si vous
vouliez payer à déjeûner, je vous dirais quelque chose qui ne vous
ferait pas de peine.» Son air mystérieux, l'affectation avec laquelle il
appuya sur le mot _pays_, m'inquiétèrent, et ne me permirent pas de
reculer, le déjeûner fut servi, et au dessert il me parla en ces termes:

«Vous fiez-vous à moi.--Oui!--Eh bien, je vais vous tirer
d'affaire...... Je ne sais pas qui vous êtes, mais à coup sûr vous
n'êtes pas le fils Duval, car il est mort y a deux ans à
Saint-Pierre-Martinique. (Je fis un mouvement). Oui, il est mort il y a
deux ans, mais personne n'en sait rien ici, tant il y a d'ordre dans nos
hôpitaux des colonies. Maintenant, je puis vous donner sur sa famille
assez de renseignements pour que vous vous fassiez passer pour lui, même
aux yeux des parents; cela sera d'autant plus facile, qu'il était parti
fort jeune de la maison paternelle. Pour plus de sûreté, vous pouvez
d'ailleurs feindre un affaiblissement d'esprit, causé par les fatigues
de la mer et par les maladies. Il y a autre chose: avant de s'embarquer,
Auguste Duval s'était fait tatouer sur le bras gauche un dessin, comme
en ont la plupart des marins et des soldats; je connais parfaitement ce
dessin: c'était un autel surmonté d'une guirlande. Si vous voulez vous
faire mettre au cachot avec moi pour quinze jours, je vous ferai les
mêmes marques, de manière à ce que tout le monde s'y méprenne.»

Mon convive paraissait franc et ouvert: j'expliquerai l'intérêt qu'il
prenait à mon affaire par ce désir de faire pièce à la justice, dont
sont animés tous les détenus; pour eux, la dépister, entraver sa marche,
ou l'induire en erreur, c'est un plaisir de vengeance qu'ils achettent
volontiers au prix de quelques semaines de cachot: il s'agissait ici de
s'y faire mettre, l'expédient fut bientôt trouvé. Sous les fenêtres de
la salle où nous déjeûnions se trouvait un factionnaire: nous
commençâmes à lui jeter des boulettes de mie de pain, et comme il nous
menaçait du concierge, nous le mîmes au défi de se plaindre. Sur ces
entrefaites, on vint le relever; le caporal, qui faisait l'important,
entra au greffe, et un instant après le concierge vint nous prendre,
sans même nous dire de quoi il s'agissait. Nous nous en aperçûmes, en
entrant dans une espèce de cul de basse-fosse, fort humide mais assez
clair. A peine y étions-nous enfermés, que mon camarade commença
l'opération, qui réussit parfaitement. Elle consiste tout simplement à
piquer le bras avec plusieurs aiguilles réunies en faisceau, et trempées
dans l'encre de la Chine et le carmin. Au bout de douze jours, les
piqûres étaient cicatrisées au point qu'il était impossible de
reconnaître depuis combien de temps elles étaient faites. Mon compagnon
profita de plus de cette retraite, pour me donner de nouveaux détails
sur la famille Duval, qu'il connaissait d'enfance, et à laquelle il
était même, je crois, allié; c'est au point qu'il m'enseigna jusqu'à un
_tic_ de mon Sosie.

Ces renseignements me furent d'un grand secours, lorsque, le seizième
jour de notre détention au cachot, on vint m'en extraire pour me
présenter à mon père, que le commissaire des classes avait fait
prévenir. Mon camarade m'avait dépeint ce personnage de manière à ne pas
s'y méprendre; en l'apercevant, je lui saute au cou: il me _reconnaît_;
sa femme, qui arrive un instant après, me _reconnaît_; une cousine et un
oncle me _reconnaissent_; me voilà bien Auguste Duval, il n'était plus
possible d'en douter, et le commissaire des classes en demeura convaincu
lui-même. Mais cela ne suffisait pas pour me faire mettre en liberté:
comme déserteur de _la Cocarde_, je devais être conduit à Saint-Malo, où
elle avait laissé des hommes à l'hôpital, puis traduit devant un conseil
maritime. A vrai dire, tout cela ne m'effrayait guères, certain que
j'étais de m'évader dans le trajet. Je partis enfin baigné des larmes de
mes _parents_, et lesté de quelques louis de plus, que j'ajoutai à ceux
que je portais dans un étui caché, comme je l'ai déjà indiqué.

Jusqu'à Quimper, où je devais être livré à la correspondance, il ne se
présenta aucune occasion de fausser compagnie aux gendarmes qui me
conduisaient, ainsi que plusieurs autres individus, voleurs,
contrebandiers ou déserteurs. On nous avait déposés dans la prison de la
ville; en entrant dans la chambre où je devais passer la nuit, je vis
sur le pied d'un grabat une casaque rouge, marquée dans le dos de ces
initiales, GAL., que je ne connaissais que trop bien. Là dormait,
enveloppé d'une mauvaise couverture, un homme qu'à son bonnet vert garni
d'une plaque de fer-blanc numérotée, je reconnus pour un forçat.
Allait-il me reconnaître? me signaler? j'étais dans les transes
mortelles, quand l'individu, éveillé par le bruit des serrures et des
verrous, s'étant mis sur son séant, je vis un jeune homme, nommé
_Goupy_, arrivé à Brest en même temps que moi. Il était condamné aux
travaux forcés à perpétuité pour vol de nuit avec effraction, dans les
environs de Bernai, en Normandie; son père faisait le service d'argousin
au bagne de Brest, où, dans son temps, il n'était probablement pas venu
pour changer d'air. Ne voulant pas l'avoir continuellement sous ses
yeux, il avait obtenu qu'on le transférât au bagne de Rochefort; il
était en route pour cette destination. Je lui contai mon affaire; il me
promit le secret, et le garda d'autant plus fidèlement qu'il n'y avait
trop rien à gagner à me trahir.

Cependant la correspondance ne marchait pas, et quinze jours s'étaient
écoulés déjà depuis mon arrivée à Quimper, sans qu'il fût question de
partir. Cette prolongation de séjour me donna l'idée de percer un mur
pour m'évader; mais, ayant reconnu l'impossibilité de réussir, je pris
un parti qui devait m'assurer la confiance du concierge, et me fournir
peut-être l'occasion d'exécuter mon projet en lui inspirant une fausse
sécurité. Après lui avoir dit que j'avais entendu les détenus comploter
quelque chose, je lui indiquai l'endroit de la prison où l'on devait
avoir travaillé. Il fit les recherches les plus minutieuses, et trouva
naturellement mon trou, ce qui me valut toute sa bienveillance. Je ne
m'en trouvais toutefois guère plus avancé, car la surveillance générale
se faisait avec une exactitude qui mettait en défaut toutes mes
combinaisons. J'imaginai alors de me faire mettre à l'hôpital, où
j'espérais être plus heureux dans l'exécution de mes projets. Pour me
donner une fièvre de cheval, il me suffit d'avaler pendant deux jours
du _jus de tabac_; les médecins me donnèrent aussitôt mon billet. En
arrivant dans la maison, je reçus en échange de mes habits une coiffe et
une capote grise, et je fus mis avec les consignés.

Il entrait dans mes vues de rester quelque temps à l'hôpital, afin d'en
connaître les issues; mais l'indisposition que m'avait causée le jus de
tabac ne devait pas durer au-delà de trois ou quatre jours; il fallait
trouver une recette pour improviser une autre maladie; car, ne
connaissant encore personne dans les salles, il m'était impossible de me
procurer de nouveau du jus de tabac. A Bicêtre, j'avais été initié aux
moyens de se faire venir ces plaies et ces ulcères au moyen desquels
tant de mendiants excitent la pitié publique et prélèvent des aumônes
qu'il est impossible de plus mal placer. De tous ces expédients,
j'adoptai celui qui consistait à se faire enfler la tête comme un
boisseau, d'abord parce-que les médecins devraient infailliblement s'y
méprendre, ensuite parce qu'il n'était nullement douloureux, et qu'on
pouvait en faire disparaître les traces du jour au lendemain. Ma tête
devint tout à coup d'une grosseur prodigieuse; grande rumeur parmi les
médecins de l'établissement, qui, n'étant pas, à ce qu'il paraît, très
ferrés, ne savaient trop qu'en penser; je crois cependant leur avoir
entendu parler d'_Eléphantiasis_, ou bien encore d'hydropisie du
cerveau. Quoi qu'il en soit, cette belle consultation se termina par la
prescription si commune à l'hôpital, de me mettre à la diète la plus
sévère.

Avec de l'argent, je me fusse assez peu inquiété de l'ordonnance; mais
mon étui ne contenait que quelques pièces d'or, et je craignais, en les
changeant, de donner l'éveil. Je me décidai pourtant à en toucher
quelque chose à un forçat libéré qui faisait le service d'infirmier; cet
homme, qui eût tout fait pour de l'argent, me procura bientôt ce que je
désirais. Sur l'envie que je lui témoignai de sortir pour quelques
heures en ville, il me dit qu'en me déguisant, cela ne serait pas
impossible, les murs n'ayant pas plus de huit pieds d'élévation.
C'était, me dit-il, le chemin qu'il prenait, ainsi que ses camarades,
quand il avait à faire quelque partie. Nous tombâmes d'accord qu'il me
fournirait des habits, et qu'il m'accompagnerait dans mon excursion
nocturne, qui devait se borner à aller souper chez des filles. Mais les
seuls vêtements qu'il eût pu se procurer dans l'intérieur de l'hôpital,
étant beaucoup trop petits, il fallut surseoir à l'exécution de ce
projet.

Sur ces entrefaites, vint à passer devant mon lit une des sœurs de la
maison, que j'avais déjà plusieurs fois remarquée dans des intentions
assez mondaines: ce n'est pas que sœur Françoise fût une de ces
religieuses petites-maîtresses, comme on en voyait dans l'opéra des
_Visitandines_, avant que les nonnettes eussent été transformées en
pensionnaires, et que la guimpe eût été remplacée par le tablier vert.
Sœur Françoise avouait trente-quatre ans. Elle était brune, haute en
couleur, et ses robustes appas faisaient plus d'une passion malheureuse,
tant parmi les _carabins_ que parmi les _infirmiers_. En voyant cette
séduisante créature, qui pouvait peser entre un et deux quintaux, l'idée
me vint de lui emprunter, pour un instant, son harnais claustral; j'en
parlai à mon infirmier comme d'une idée folle; mais il prit la chose au
sérieux, et promit de me procurer, pour la nuit suivante, une partie de
la garde-robe de sœur Françoise. Vers deux heures du matin, je le vis
en effet arriver avec un paquet contenant robe, guimpe, bas, etc., qu'il
avait enlevé de la cellule de la sœur, pendant qu'elle était à
matines. Tous mes camarades de salle, au nombre de neuf, étaient
profondément endormis; je passai néanmoins sur le carré, pour faire ma
toilette. Ce qui me donna le plus de mal, ce fut la coiffure; je n'avais
aucune idée de la manière de la disposer, et pourtant l'apparence du
désordre dans ces vêtements, toujours arrangés avec une symétrie
minutieuse, m'eût inévitablement trahi.

Enfin la toilette de _sœur Vidocq_ est achevée; nous traversons les
cours, les jardins, et nous arrivons à l'endroit où le mur était le plus
facile à escalader. Je remets alors à l'infirmier cinquante francs, qui
étaient à peu près tout ce qui me restait: il me prête la main, et me
voilà dans une ruelle déserte, d'où je gagne la campagne, guidé par ses
indications assez vagues. Quoique assez embarrassé dans mes jupons, je
marchais encore assez vite pour avoir fait deux grandes lieues au lever
du soleil. Un paysan que je rencontrai, venant vendre des légumes à
Quimper, et que je questionnai sur la route que je suivais, me fit
entendre que j'avançais sur Brest. Ce n'était pas là mon compte; je fis
comprendre à cet homme que je voulais aller à Rennes, et il m'indiqua un
chemin de traverse qui devait joindre la grande route de cette ville;
je m'y enfonçai aussitôt, tremblant à chaque instant de rencontrer
quelques militaires de l'_armée d'Angleterre_, qui était cantonnée dans
les villages depuis Nantes jusqu'à Brest. Vers dix heures du matin,
arrivant dans une petite commune, je m'informai s'il ne s'y trouvait pas
de soldats, en témoignant la crainte, bien réelle, qu'il ne voulussent
me houspiller; ce qui devait me faire découvrir. La personne à laquelle
je demandai ces renseignements était un sacristain bavard et fort
communicatif, qui me força d'entrer, pour me rafraîchir, au presbytère,
dont je voyais à deux pas les murs blanchis et les contrevents verts.

Le curé, homme âgé, dont la figure respirait cette bonhommie, si rare
chez ces ecclésiastiques qui viennent dans les villes afficher leurs
prétentions et cacher leur immoralité, le curé me reçut avec bonté: «Ma
chère sœur, me dit-il, j'allais célébrer la messe; dès qu'elle sera
dite, vous déjeûnerez avec nous.» Il fallut donc aller à l'église, et ce
ne fut pas un petit embarras pour moi que de faire les signes et les
génuflexions prescrits à une religieuse: heureusement la vieille
servante du curé se trouvait à mes côtés; je me tirai passablement
d'affaire en l'imitant de tout point. La messe finie, on se mit à table,
et les questions commencèrent. Je dis à ces braves gens que je me
rendais à Rennes pour accomplir une pénitence. Le curé n'insista pas;
mais le sacristain, me pressant un peu vivement, afin de savoir pourquoi
j'étais ainsi punie, je lui répondis: «Hélas! c'est pour avoir été
curieuse!....» Mon homme se le tint pour dit, et quitta ce chapitre. Ma
position était cependant assez difficile; je n'osais pas manger, dans la
crainte de déceler un appétit viril; d'un autre côté, je disais plus
souvent _M. le Curé_, que _mon cher frère_, de telle sorte que ces
distractions eussent pu tout découvrir, si je n'eusse abrégé le
déjeûner. Je trouvai cependant moyen de me faire indiquer les endroits
de cantonnement; et, muni des bénédictions du curé, qui me promit de ne
pas m'oublier dans ses prières, je me remis en chemin, déjà familiarisé
avec mon nouveau costume.

Sur la route je rencontrai peu de monde; les guerres de la révolution
avaient dépeuplé ce malheureux pays, et je traversais des villages où il
ne restait pas debout une maison. A la nuit, arrivant dans un hameau
composé de quelques habitations, je frappai à la porte d'une chaumière.
Une femme âgée vint ouvrir, et m'introduisit dans une pièce assez
grande, mais qui, pour la malpropreté, l'eût disputé aux plus sales
taudis de la Galice ou des Asturies. La famille se composait du père, de
la mère, d'un jeune garçon, et de deux filles, de quinze à dix-sept ans.
Lorsque j'entrai, on faisait des espèces de crêpes avec de la farine de
sarrasin; tout le monde était groupé autour de la poêle, et ces figures,
éclairées à la Rembrandt par les seules lueurs du foyer, formaient un
tableau qu'un peintre eût admiré; pour moi, qui n'avais guères le temps
de faire attention aux effets de lumière, je témoignai le désir de
prendre quelque chose. Avec tous les égards qu'inspirait mon costume, on
me servit les premières crêpes, que je dévorai, sans même m'apercevoir
qu'elles étaient brûlantes à m'enlever le palais. Depuis, je me suis
assis à des tables somptueuses; on m'a prodigué les vins les plus
exquis, les mets les plus délicats et les plus recherchés; rien de tout
cela ne m'a fait oublier les crêpes du paysan bas-breton.

Le souper terminé, la prière se fit en commun. Le père et la mère
allumèrent ensuite leurs pipes. Abattu par les agitations et les
fatigues de la journée, je témoignai le désir de me retirer. «Nous
n'avons point de lit à vous donner, dit le maître de la maison, qui,
ayant été marin, parlait assez bien français: vous coucherez avec mes
deux filles.....» Je lui fis observer qu'allant en pénitence, je devais
coucher sur la paille; j'ajoutai que je me contenterais d'un coin de
l'étable. «Oh! reprit-il, en couchant avec Jeanne et Madelon, vous ne
romprez pas votre vœu, car leur lit n'est composé que de paille.....
Vous ne pouvez pas d'ailleurs avoir place dans l'étable... Il s'y trouve
déjà un chaudronnier et deux semestriers qui ont demandé à y passer la
nuit.» Je n'avais plus rien à dire: trop heureux d'éviter la rencontre
des soldats, je gagnai le boudoir de ces demoiselles. C'était un bouge
rempli de pommes à cidre, de fromages et de lard fumé; dans un coin,
juchaient une douzaine de poules, et plus bas on avait parqué huit
lapins. L'ameublement se composait d'une cruche ébréchée, d'une
escabelle vermoulue et d'un fragment de miroir; le lit, comme tous ceux
de ce pays, était tout simplement un coffre en forme de bière, à demi
pipes, en attendant l'heure du coucher. Très rempli de paille, et
n'ayant guère plus de trois pieds de largeur.

Ici nouvel embarras pour moi; les deux jeunes filles se déshabillaient
fort librement devant moi, qui avais de bonnes raisons pour montrer
beaucoup de retenue. Indépendamment des circonstances qu'on devine,
j'avais sous mes habits de femme une chemise d'homme qui devait décéler
mon sexe et mon _incognito_. Pour ne pas me livrer, je détachai
lentement quelques épingles, et lorsque je vis les deux sœurs
couchées, je renversai, comme par mégarde, la lampe de fer qui nous
éclairait; je pus alors me débarrasser sans crainte de mes vêtements
féminins. En entrant dans les draps de toile à voiles, je me couchai de
manière à éviter toute fâcheuse découverte. Cette nuit fut cruelle: car,
sans être jolie, mademoiselle Jeanne, qui ne pouvait faire un mouvement
sans me toucher, jouissait d'une fraîcheur et d'un embonpoint trop
séduisants pour un homme condamné depuis si long-temps aux rigueurs d'un
célibat absolu. Ceux qui ont pu se trouver dans une position analogue
croiront sans peine que je ne dormis pas un seul instant.

J'étais donc immobile, les yeux ouverts comme un lièvre au gîte, quand,
long-temps avant que le jour ne dût paraître, j'entendis frapper à la
porte à coups de crosses de fusil. Ma première idée, comme celle de tout
homme qui se trouve dans un mauvais cas, fut qu'on avait découvert mes
traces, et qu'on venait m'arrêter; je ne savais plus où me fourrer.
Pendant que les coups redoublaient, je me rappelai enfin les soldats
couchés dans l'étable, et mes alarmes se dissipèrent. «Qui est là, dit
le maître de la maison, s'éveillant en sursaut?--Vos soldats
d'hier.--Eh! bien, que voulez-vous?--Du feu, pour allumer nos pipes
avant de partir.» Notre hôte se leva alors, chercha du feu dans les
cendres, et ouvrit aux soldats. L'un des deux, regardant sa montre à la
clarté de la lampe, dit: «Il est quatre heures et demie..... Allons,
partons, l'étape est bonne..... En route, mauvaise troupe.» Ils
s'éloignèrent en effet; l'hôte souffla la lampe et se recoucha. Pour
moi, ne voulant pas plus m'habiller devant mes compagnes, que m'y
déshabiller, je me levai aussitôt, et, rallumant la lampe, j'endossai de
nouveau ma robe de bure; puis je me mis à genoux dans un coin, feignant
de prier Dieu en attendant le réveil de la famille. Il ne se fit pas
long-temps attendre. A cinq heures, la mère cria de son lit:
«Jeanne,..... debout.... Il faut faire la soupe pour la sœur, qui
veut partir de bonne heure.» Jeanne se lève; la soupe au lait de beurre
est faite, mangée de bon appétit, et je quitte les bonnes gens qui
m'avaient si bien accueilli.

Après avoir marché toute cette journée avec ardeur, je me trouvai le
soir dans un village des environs de Vannes, où je reconnus que j'avais
été trompé par des indications fausses ou mal comprises. Je couchai dans
ce village, et le lendemain je traversai Vannes de très grand matin. Mon
intention était toujours de gagner Rennes, d'où j'espérais arriver
facilement à Paris; mais, en sortant de Vannes, je fis une rencontre qui
me décida à changer d'avis. Sur la même route, cheminait lentement une
femme suivie d'un jeune enfant, et portant sur son dos une boîte de
reliques, qu'elle montrait dans les villages, en chantant des
complaintes, et vendant des bagues de saint Hubert ou des chapelets
bénits. Cette femme me dit qu'elle allait à Nantes par la traverse.
J'avais tant d'intérêt à éviter la grande route, que je n'hésitai point
à suivre ce nouveau guide, Nantes me présentant d'ailleurs encore plus
de ressources que Rennes, comme on le verra tout à l'heure.

Au bout de huit jours de marche, nous arrivâmes à Nantes, où je quittai
la femme aux reliques, qui logea dans un faubourg. Pour moi, je me fis
indiquer l'_île Feydeau_. Étant à Bicêtre, j'avais appris d'un nommé
Grenier, dit le _Nantais_, qu'il se trouvait dans ce quartier une espèce
d'auberge où les voleurs se rassemblaient sans crainte d'y être
inquiétés; je savais qu'en se recommandant de quelques noms _connus_, on
y était admis sans difficulté, mais je ne connaissais que très vaguement
l'adresse, et il n'y avait guères moyen de la demander. Je m'avisai d'un
expédient qui me réussit; j'entrai successivement chez plusieurs logeurs
en demandant M. Grenier. A la quatrième maison où je m'adressai,
l'hôtesse, quittant deux personnes avec lesquelles elle était en
affaire, me fit passer dans un petit cabinet et me dit: «Vous avez-vu
Grenier?.... Est-il toujours malade (en prison)?--Non, repris-je, il est
bien portant (libre). Et voyant que j'étais bien chez _la mère des
voleurs_, je lui dis sans hésiter qui j'étais, et dans quelle position
je me trouvais. Sans répondre, elle me prit par le bras, ouvrit une
porte pratiquée dans la boiserie, et me fit entrer dans une salle basse,
où huit hommes et deux femmes jouaient aux cartes, en buvant de
l'eau-de-vie et des liqueurs. «Tenez», dit ma conductrice en me
présentant à la compagnie, fort étonnée de l'apparition d'une
religieuse; «tenez, voilà la sœur qui vient vous convertir». En même
temps, j'arrachai ma guimpe, et trois des assistants, que j'avais vus au
bagne, me reconnurent: c'étaient les nommés Berry, Bidaut-Mauger, et le
jeune Goupy, que j'avais rencontré à Quimper; les autres étaient des
évadés du bagne de Rochefort. On s'amusa beaucoup de mon
travestissement: lorsque le souper nous eut mis en gaieté, une des
femmes qui se trouvaient là, voulut s'en revêtir, et ses propos, ses
attitudes contrastaient si étrangement avec ce costume que tout le monde
en rit aux larmes jusqu'au moment où l'on alla se coucher.

A mon réveil, je trouvai sur mon lit des habits neufs, du linge, tout ce
qu'il fallait enfin pour compléter ma toilette. D'où provenaient ces
effets? C'est ce dont je n'avais guères le loisir de m'inquiéter. Le peu
d'argent que je n'avais pas dépensé à l'hôpital de Quimper, où tout se
payait fort cher, avait été employé dans le voyage; sans vêtements, sans
ressources, sans connaissances, il me fallait au moins le temps d'écrire
à ma mère pour en obtenir des secours. J'acceptai donc tout ce qu'on
m'offrit. Mais une circonstance toute particulière abrégea
singulièrement mon séjour dans l'_île Feydeau_. Au bout de huit jours,
mes commensaux me voyant parfaitement remis de mes fatigues, me dirent
un soir que le lendemain il y avait un coup à faire dans une maison,
place Graslin, et qu'ils comptaient sur moi pour les accompagner:
j'aurais même le poste d'honneur, devant _travailler_ dans l'intérieur
avec Mauger.

Ce n'était pas là mon compte. Je voulais bien utiliser la circonstance
pour me tirer d'affaire, et gagner Paris, où, rapproché de ma famille,
les ressources ne me manqueraient pas; mais il n'entrait nullement dans
mes combinaisons de m'enrôler dans une bande de voleurs: car, bien
qu'ayant hanté les escrocs et vécu d'industrie, j'éprouvais une
répugnance invincible à entrer dans cette carrière de crimes dont une
expérience précoce commençait à me révéler les périls. Un refus devait,
d'un autre côté, me rendre suspect à mes nouveaux compagnons, qui, dans
cette retraite inaccessible aux regards, pouvaient m'expédier à bas
bruit, et m'envoyer tenir compagnie aux saumons et aux éperlans de la
Loire: il ne me restait donc qu'un parti à prendre, c'était de partir au
plus vite, et je m'y décidai.

Après avoir troqué mes habits neufs contre une casaque de paysan, avec
laquelle on me donna dix-huit francs de retour, je quittai Nantes,
portant au bout d'un bâton un panier de provisions, ce qui me donnait
tout à fait l'air d'un homme des environs. Il est inutile de faire
observer que je pris la traverse, où, soit dit en passant, les gendarmes
seraient bien plus utiles que sur les grandes routes, où se montrent
rarement les gens qui peuvent avoir quelque chose à démêler avec la
justice. Cette observation se rattache, du reste, à un système de police
municipale dont on pourrait tirer, je crois, d'immenses avantages. Borné
à la sûreté proprement dite, il permettrait de suivre de commune en
commune la trace des malfaiteurs, tandis qu'une fois sortis du rayon des
grandes villes, ils bravent toutes les recherches de l'administration. A
diverses époques, et toujours à l'occasion de quelques grandes
calamités, quand les chauffeurs parcouraient le Nord, quand la disette
pesait sur le Calvados et sur l'Eure, quand l'Oise voyait chaque nuit
éclater des incendies, on fit des applications partielles de ce système,
et les résultats en démontrèrent l'efficacité.



CHAPITRE XI.

     Le marché de Cholet.--Arrivée à Paris.--Histoire du capitaine
     Villedieu.


En quittant Nantes, je marchai pendant un jour et deux nuits sans
m'arrêter dans aucun village, mes provisions m'en dispensèrent; j'allais
au hasard, quoique toujours décidé à gagner Paris ou les bords de la
mer, espérant être reçu à bord de quelque navire, lorsque j'arrivai aux
premières habitations d'une ville qui me parut avoir été récemment le
théâtre d'un combat. La plupart des maisons n'étaient plus qu'un tas de
décombres noircis par le feu; toutes celles qui entouraient la place
avaient été complètement détruites. Il ne restait debout que la tour de
l'église, où l'horloge sonnait encore les heures pour des habitants qui
n'existaient plus. Cette scène de désolation présentait en même temps
les accidents les plus bizarres. Sur le seul pan de mur qui restât d'une
auberge, on lisait encore ces mots: _Bon logis, à pied et à cheval_; là,
des soldats abreuvaient leurs chevaux dans le bénitier d'une chapelle;
plus loin, leurs camarades y dansaient au son de l'orgue, avec des
femmes du pays, que l'abandon et la misère forçaient à se prostituer
_aux bleus_ pour un pain de munition. Aux traces de cette guerre
d'extermination, on eût pu se croire au milieu des savanes de l'Amérique
ou des _oasis_ du désert alors que des peuplades barbares s'égorgeaient
avec une rage aveugle. Il n'y avait pourtant eu là, des deux côtés, que
des Français, mais tous les fanatismes s'y étaient donné rendez-vous.
J'étais dans la Vendée, à Cholet.

Le maître d'un misérable cabaret couvert en genêts, dans lequel je
m'étais arrêté, me suggéra un rôle, en me demandant si je venais à
Cholet pour le marché du lendemain. Je répondis affirmativement, fort
étonné d'abord, qu'on se réunît au milieu de ces ruines, ensuite que les
cultivateurs des environs eussent encore quelque chose à vendre; mais
l'hôte me fit observer qu'on n'amenait guères à ce marché que des
bestiaux de cantons assez éloignés; d'un autre côté, quoiqu'on n'eût
encore rien fait pour réparer les désastres de la guerre, la
pacification avait été presque terminée par le général Hoche, et si l'on
voyait encore des soldats républicains dans le pays, c'était surtout
pour contenir les chouans, qui pouvaient devenir redoutables.

Je me trouvai au marché de grand matin, et, songeant à tirer parti de la
circonstance, je m'approchai d'un marchand de bœufs, dont la figure
me revenait, en le priant de m'entendre un instant. Il me regarda
d'abord avec quelque méfiance, me prenant peut-être pour quelque espion,
mais je m'empressai de le rassurer en lui disant qu'il s'agissait d'une
affaire purement personnelle. Nous entrâmes alors sous un hangard où
l'on vendait de l'eau-de-vie; je lui racontai succinctement, qu'ayant
déserté de la 36e demi-brigade pour voir mes parents, qui habitaient
Paris, je désirais vivement trouver une place qui me permît de me rendre
à ma destination sans crainte d'être arrêté. Ce brave homme me répondit
qu'il n'avait pas de place à me donner, mais que si je voulais
_toucher_ (conduire) un troupeau de bœufs jusqu'à Sceaux, il
pourrait m'y emmener avec lui. Jamais proposition ne fut acceptée avec
plus d'empressement. J'entrai immédiatement en fonctions, voulant rendre
à mon nouveau patron les petits services qui dépendaient de moi.

Dans l'après-midi, il m'envoya porter une lettre chez une personne de la
ville, qui me demanda si mon maître ne m'avait pas chargé de rien
recevoir: je répondis négativement: «C'est égal,» me dit cette personne,
qui était, je crois, un notaire;.... «vous lui remettrez toujours ce sac
de trois cents francs.» Je livrai fidèlement la somme au marchand de
bœufs, auquel mon exactitude parut inspirer quelque confiance. On
partit le lendemain. Au bout de trois jours de route, mon patron me fit
appeler: «Louis, me dit-il, sais-tu écrire?--Oui,
monsieur.--Compter?...--Oui, monsieur.--Tenir un registre?--Oui,
monsieur.--Eh bien! comme j'ai besoin de me détourner de la route pour
aller voir des bœufs maigres à Sainte-Gauburge, tu conduiras les
bœufs à Paris avec Jacques et Saturnin; tu seras maître-garçon.» Il
me donna ensuite ses instructions, et partit.

En raison de l'avancement que je venais d'obtenir, je cessai de voyager
à pied, ce qui améliora sensiblement ma position: car les toucheurs de
bœufs fantassins sont toujours ou étouffés par la poussière
qu'élèvent les bestiaux, ou enfoncés jusqu'aux genoux dans la boue, que
leur passage augmente encore. J'étais d'ailleurs mieux payé, mieux
nourri, mais je n'abusai pas de ces avantages, comme je le voyais faire
à la plupart des maîtres-garçons qui suivaient la même route. Tandis que
le fourrage des bestiaux se transformait pour eux en poulardes et en
gigots de moutons, ou qu'ils s'en faisaient tenir compte par les
aubergistes, les pauvres animaux dépérissaient à vue d'œil.

Je me conduisis plus loyalement: aussi, en nous retrouvant à Verneuil,
mon maître, qui nous avait devancés, me fit-il des compliments sur
l'état du troupeau. Arrivés à Sceaux, mes bêtes valaient vingt francs de
plus par tête que toutes les autres, et j'avais dépensé quatre-vingt-dix
francs de moins que mes confrères pour mes frais de route. Mon maître,
enchanté, me donna une gratification de quarante francs, et me cita
parmi tous les herbagers, comme l'Aristide des toucheurs de bœufs; je
fus en quelque sorte mis à l'ordre du jour du marché de Sceaux; en
revanche, mes collègues m'auraient assommé de bon cœur. Un d'eux,
gars bas-normand, connu pour sa force et son adresse, tenta même de me
dégoûter du métier, en se chargeant de la vindicte publique: mais que
pouvait un rustre épais contre l'élève du grand Goupy!........ Le
Bas-Normand succomba dans un des plus mémorables combats à coups de
poings, dont les habitués du Marché aux vaches grasses eussent gardé le
souvenir.

Ce triomphe fut d'autant plus glorieux, que j'avais mis beaucoup de
modération dans ma conduite, et que je n'avais consenti à me battre que
lorsqu'il n'était plus possible de faire autrement. Mon maître, de plus
en plus satisfait de moi, voulut absolument me garder à l'année comme
maître-garçon, en me promettant un petit intérêt dans son commerce. Je
n'avais pas reçu de nouvelles de ma mère; je trouvais là les ressources
que je venais chercher à Paris; enfin, mon nouveau costume me déguisait
si bien, que je ne craignais nullement d'être découvert dans les
excursions fréquentes que je fis à Paris. Je passai en effet auprès de
plusieurs personnes de ma connaissance, qui ne firent même pas
attention à moi. Un soir, cependant, quand je traversais la rue
Dauphine, pour regagner la barrière d'Enfer, je me sentis frapper sur
l'épaule: ma première pensée fut de fuir, sans me retourner, attendu que
celui qui vous arrête ainsi compte sur ce mouvement pour vous saisir;
mais un embarras de voiture barrait le passage: j'attendis l'événement,
et, d'un coup d'œil, je reconnus que j'avais eu _la panique_.

Celui qui m'avait fait si grand'peur n'était autre que Villedieu, ce
capitaine du 13e chasseurs _bis_, avec lequel j'avais été intimement
lié à Lille. Quoique surpris de me voir avec un chapeau couvert de toile
cirée, une blouse et des guêtres de cuir, il me fit beaucoup d'amitiés,
et m'invita à souper, en me disant qu'il avait à me raconter des choses
bien extraordinaires. Pour lui, il n'était pas en uniforme; mais cette
circonstance ne m'étonna pas, les officiers prenant ordinairement des
habits bourgeois quand ils séjournent à Paris. Ce qui me frappa, ce fut
son air inquiet, et son extrême pâleur. Comme il témoignait l'intention
de souper hors barrières, nous prîmes un fiacre qui nous conduisit
jusqu'à Sceaux.

Arrivés au _Grand Cerf_, nous demandâmes un cabinet. A peine fûmes-nous
servis que Villedieu, fermant la porte à double tour, et mettant la clef
dans sa poche, me dit, les larmes aux yeux, et d'un air égaré: «Mon ami,
je suis un homme perdu!..... perdu!..... On me cherche..... Il faut que
tu me procures des habits semblables aux tiens..... Et si tu veux,....
j'ai de l'argent,... beaucoup d'argent, nous partirons ensemble pour la
Suisse. Je connais ton adresse, pour les évasions; il n'y a que toi qui
puisse me tirer de là.»

Ce début n'avait rien de trop rassurant pour moi. Déjà assez embarrassé
de ma personne, je ne me souciais pas du tout de mettre contre moi une
nouvelle chance d'arrestation, en me réunissant à un homme qui,
poursuivi avec activité, devait me faire découvrir. Ce raisonnement, que
je fis _in petto_, me décida à jouer serré avec Villedieu. Je ne savais
d'ailleurs nullement de quoi il s'agissait. A Lille, je l'avais vu faire
plus de dépenses que n'en comportait sa solde; mais un officier jeune et
bien tourné a tant de moyens de se procurer de l'argent, que personne
n'y faisait attention. Je fus donc fort surpris de l'entendre me
raconter ce qu'on va lire.

«Je ne te parlerai pas des circonstances de ma vie qui ont précédé notre
connaissance; il te suffira de savoir qu'aussi brave et aussi
intelligent qu'un autre, poussé de plus par d'assez puissants
protecteurs, je me trouvais, à trente-quatre ans, capitaine de
chasseurs, quand je te rencontrai à Lille, au _Café de la Montagne_. Là,
je me liai avec un individu dont les formes honnêtes me prévinrent en sa
faveur; insensiblement ces relations devinrent plus intimes, si bien que
je fus reçu dans son intérieur. Il y avait beaucoup d'aisance dans la
maison; on y était pour moi aux petits soins; et si M. Lemaire était bon
convive, madame Lemaire était charmante. Bijoutier, voyageant avec les
objets de son commerce, il faisait de fréquentes absences de six ou huit
jours; je n'en voyais pas moins son épouse, et tu devines déjà que je
fus bientôt son amant. Lemaire ne s'aperçut de rien, ou ferma les yeux.
Ce qu'il y a de certain, c'est que je menais la vie la plus agréable,
quand, un matin, je trouvai Joséphine en pleurs. Son mari venait, me
dit-elle, d'être arrêté, à Courtrai, avec son commis, pour avoir vendu
des objets non contrôlés, et comme il était probable qu'on viendrait
visiter son domicile, il fallait tout enlever au plus vite. Les effets
les plus précieux furent en effet emballés dans une malle, et
transportés à mon logement. Alors Joséphine me pria de me rendre à
Courtrai, où l'influence de mon grade pourrait être utile à son mari. Je
n'hésitai pas un instant. J'étais si vivement épris de cette femme,
qu'il semblait que j'eusse renoncé à l'usage de mes facultés pour ne
penser que ce qu'elle pensait, ne vouloir que ce qu'elle voulait.

»La permission du colonel obtenue, j'envoyai chercher des chevaux, une
chaise de poste, et je partis avec l'exprès qui avait apporté la
nouvelle de l'arrestation de Lemaire. La figure de cet homme ne me
revenait pas du tout; ce qui m'avait d'abord indisposé contre lui,
c'était de l'entendre tutoyer Joséphine, et la traiter avec beaucoup
d'abandon. A peine monté dans la voiture, il s'installa dans un coin,
s'y mit à son aise, et dormit jusqu'à Menin, où je fis arrêter pour
prendre quelque chose. Paraissant s'éveiller en sursaut, il me dit
familièrement:--Capitaine, je ne voudrais pas descendre.... Faites-moi
le plaisir de m'apporter un verre d'eau-de-vie...--Assez surpris de ce
ton, je lui envoyai ce qu'il demandait par une fille de service, qui
revint aussitôt me dire que mon compagnon de voyage n'avait pas répondu;
que, sans doute, il dormait. Force me fut de retourner à la voiture, où
je vis mon homme, immobile dans son coin, la figure couverte d'un
mouchoir.--Dormez-vous, lui dis-je à voix basse?--Non, répondit-il;.....
et je n'ai guères d'envie; mais pourquoi diable m'envoyez-vous une
domestique, quand je vous dis que je ne me soucie pas de montrer ma face
à ces gens-là.--Je lui apportai le verre d'eau-de-vie, qu'il avala d'un
trait; nous partîmes ensuite. Comme il ne paraissait plus disposé à
dormir, je le questionnai légèrement sur les motifs qui l'engageaient à
garder l'_incognito_, et sur l'affaire que j'allais traiter à Courtrai,
sans en connaître les détails. Il me dit, très succinctement, que
Lemaire était prévenu de faire partie d'une bande de chauffeurs, et il
ajouta qu'il n'en avait rien dit à Joséphine, dans la crainte de
l'affliger davantage. Cependant nous approchions de Courtrai; à quatre
cents pas de la ville, mon compagnon crie au postillon d'arrêter un
moment; il met une perruque, cachée dans la forme de son chapeau, se
colle une large emplâtre sur l'œil gauche, tire de son gilet une
paire de pistolets doubles, change les amorces, les replace au même
endroit, ouvre la portière, saute à terre et disparaît.

»Toutes ces évolutions, dont je ne connaissais pas le but, ne laissaient
pas que de me donner quelques inquiétudes. L'arrestation de Lemaire
n'était-elle qu'un prétexte? M'attirait-on dans un piége? Voulait-on me
faire jouer un rôle dans quelque intrigue, dans quelque mauvaise
affaire? je ne pouvais me résoudre à le croire. Cependant j'étais fort
incertain sur ce que j'avais à faire, et je me promenais à grands pas
dans une chambre de l'_Hôtel du Damier_, où mon mystérieux compagnon
m'avait conseillé de descendre, quand la porte s'ouvrant tout-à-coup, me
laissa voir..... Joséphine! A son aspect, tous mes soupçons
s'évanouirent. Cette brusque apparition, ce voyage précipité, fait sans
moi, à quelques heures de distance, tandis qu'il eût été si simple de
profiter de la chaise, eussent dû cependant les redoubler. Mais j'étais
amoureux, et quand Joséphine m'eut dit qu'elle n'avait pu supporter
l'idée de l'absence, je trouvai la raison excellente et sans réplique.
Il était quatre heures après midi. Joséphine s'habille, sort, et ne
rentre qu'à dix heures, accompagnée d'un homme habillé en cultivateur du
pays de Liége; mais dont la tenue et l'expression de physionomie ne
répondaient nullement à ce costume.

»On servit quelques rafraîchissements; les domestiques sortirent.
Aussitôt Joséphine, se jetant à mon cou, me supplia de nouveau de sauver
son mari, en me répétant qu'il ne dépendait que de moi de lui rendre ce
service. Je promis tout ce qu'on voulut. Le prétendu paysan, qui avait
jusque là gardé le silence, prit la parole, en fort bons termes, et
m'exposa ce qu'il y avait à faire. Lemaire, me dit-il, arrivait à
Courtrai, avec plusieurs voyageurs qu'il avait rencontrés sur la route
sans les connaître, quand ils avaient été entourés par un détachement de
gendarmerie, qui les sommait, au nom de la loi, d'arrêter. Les étrangers
s'étaient mis en défense, des coups de pistolets avaient été échangés,
et Lemaire, resté seul avec son commis, sur le champ de bataille, avait
été saisi, sans qu'il fît aucun effort pour se sauver, persuadé qu'il
n'était pas coupable, et qu'il n'avait rien à craindre. Il s'élevait
cependant contre lui des charges assez fortes: il n'avait pas pu rendre
un compte exact des affaires qui l'amenaient dans le canton, attendu, me
dit le faux paysan, qu'il faisait en ce moment la contrebande; puis on
avait trouvé dans un buisson deux paires de pistolets, qu'on assurait y
a voir été jetés par lui et par son commis, au moment où on les avait
arrêtés; enfin une femme assurait l'avoir vu, la semaine précédente, sur
la route de Gand, avec les voyageurs qu'il prétendait n'avoir rencontrés
que le matin de l'engagement avec les gendarmes.

»Dans ces circonstances, ajouta mon interlocuteur, il faut trouver moyen
de prouver:

»1º Que Lemaire n'a quitté Lille que depuis trois jours, et qu'il y
résidait depuis un mois;

»2º Qu'il n'a jamais porté de pistolets;

»3º Qu'avant de partir, il a touché de quelqu'un soixante louis.

»Cette confidence eût dû m'ouvrir les yeux sur la nature des démarches
qu'on exigeait de moi; mais, enivré par les carresses de Joséphine, je
repoussai des pensers importuns, en m'efforçant de m'étourdir sur un
funeste avenir. Nous partîmes tous trois, la même nuit, pour Lille. En
arrivant, je courus toute la journée pour faire les dispositions
nécessaires; le soir j'eus tous mes témoins[2]. Leurs dépositions ne
furent pas plus tôt parvenues à Courtrai, que Lemaire et son commis
recouvrèrent leur liberté. On juge de leur joie. Elle me parut si
excessive, que je ne pus m'empêcher de faire la réflexion qu'il fallait
que le cas fût bien critique, pour que leur libération excitât de
pareils transports. Le lendemain de son arrivée, dînant chez Lemaire, je
trouvai dans ma serviette un rouleau de cent louis. J'eus la faiblesse
de les accepter; dès lors je fus un homme perdu.

»Jouant gros jeu, traitant mes camarades, faisant de la dépense, j'eus
bientôt dissipé cette somme. Lemaire me faisant chaque jour de nouvelles
offres de services, j'en profitai pour lui faire divers emprunts, qui se
montèrent à deux mille francs, sans que j'en fusse plus riche, ou du
moins plus raisonnable. Quinze cents francs empruntés à un Juif, sur une
traite en blanc de mille écus, et vingt-cinq louis, que m'avait avancés
le quartier-maître, disparurent avec la même rapidité. Je dissipai enfin
jusqu'à une somme de cinq cents francs, que mon lieutenant m'avait prié
de lui garder jusqu'à l'arrivée de son marchand de chevaux, auquel il la
devait. Cette dernière somme fut jouée et perdue dans une soirée, au
_Café de la Montagne_, contre un nommé Carré, qui avait déjà ruiné la
moitié du régiment.

»La nuit qui suivit fut affreuse: tour-à-tour agité par la honte d'avoir
abusé d'un dépôt qui formait toute la fortune du lieutenant, par la rage
de me trouver dupe, et par le désir effréné de jouer encore, je fus
vingt fois tenté de me faire sauter la cervelle. Lorsque les trompettes
sonnèrent le réveil, je n'avais pas encore fermé l'œil: j'étais de
semaine, je descendis pour passer l'inspection des écuries; la première
personne que j'y rencontrai fut le lieutenant, qui me prévint que son
marchand de chevaux étant arrivé, il allait envoyer chercher ses cinq
cents francs par son domestique. Mon trouble était si grand, que je
répondis sans savoir ce que je disais; l'obscurité de l'écurie l'empêcha
seule de s'en apercevoir. Il n'y avait plus un instant à perdre si je
voulais éviter d'être à jamais perdu de réputation auprès de mes chefs
et de mes camarades.

»Dans cette position terrible, il ne m'était pas même venu dans la
pensée de m'adresser à Lemaire, tant je croyais avoir abusé déjà de son
amitié; je n'avais cependant plus d'autre ressource; enfin, je me
décidai à l'informer par un billet de l'embarras de ma situation. Il
accourut aussitôt, et, déposant sur ma table deux tabatières d'or, trois
montres et douze couverts armoiriés, il me dit qu'il n'avait pas
d'argent pour le moment, mais que je m'en procurerais facilement en
mettant au mont-de-piété ces valeurs, qu'il laissait à ma disposition.
Après m'être confondu en remercîments, j'envoyai engager le tout par
mon domestique, qui me rapporta douze cents francs. Je remboursai
d'abord le lieutenant; puis, conduit par ma mauvaise étoile, je volai au
_Café de la Montagne_, où Carré, après s'être long-temps fait prier pour
donner une revanche, fit passer de ma bourse dans la sienne les sept
cents francs qui me restaient.

»Tout étourdi de ce dernier coup, j'errai quelque temps au hasard dans
les rues de Lille, roulant dans ma tête mille projets funestes. C'est
dans cette disposition que j'arrivai, sans m'en apercevoir, à la porte
de Lemaire; j'entrai machinalement, on allait se mettre à table.
Joséphine, frappée de mon extrême pâleur, me questionna avec intérêt sur
mes affaires et sur ma santé; j'étais dans un de ces moments
d'abattement où la conscience de sa faiblesse rend expansif l'homme le
plus réservé. J'avouai toutes mes profusions, en ajoutant qu'avant deux
mois, j'aurais à payer plus de quatre mille francs, dont je ne possédais
pas le premier sou.

»A ces mots, Lemaire me regarde fixement, et, avec un regard que je
n'oublierai de ma vie, fût-elle encore bien longue:--Capitaine, me
dit-il, je ne vous laisserai pas dans l'embarras;..... mais une
confidence en vaut une autre........ On n'a rien à cacher à un homme qui
vous a sauvé de...... et, avec un rire atroce, il se passa la main
gauche autour du cou..... Je frémis;... je regardai Joséphine: elle
était calme!... Ce moment fut affreux... Sans paraître remarquer mon
trouble, Lemaire continuait son épouvantable confidence: j'appris qu'il
faisait partie de la bande de Sallambier; que lorsque les gendarmes
l'avaient arrêté près de Courtrai, ils venaient de commettre un vol, à
main armée, dans une maison de campagne des environs de Gand. Les
domestiques ayant voulu se défendre, on en avait tué trois, et deux
malheureuses servantes avaient été pendues dans un cellier. Les objets
que j'avais engagés provenaient du vol qui avait suivi ces
assassinats!..... Après m'avoir expliqué comment il avait été arrêté
près de Courtrai, en soutenant la retraite, Lemaire ajouta que désormais
il ne tiendrait qu'à moi de réparer mes pertes et de remonter mes
affaires, en prenant seulement part à deux ou trois expéditions.

»J'étais anéanti. Jusqu'alors la conduite de Lemaire, les circonstances
de son arrestation, le genre de service que je lui avais rendu, me
paraissaient bien suspects, mais j'éloignais soigneusement de ma pensée
tout ce qui eût pu convertir mes soupçons en certitude. Comme agité par
un affreux cauchemar, j'attendais le réveil,.... et le réveil fut plus
affreux encore!

»Eh bien! dit Joséphine, en prenant un air pénétré,.... vous ne répondez
pas.... Ah! je le vois,... nous avons perdu votre amitié..., j'en
mourrai!.... Elle fondait en pleurs; ma tête s'égara; oubliant la
présence de Lemaire, je me précipite à ses genoux comme un insensé, en
m'écriant: Moi, vous quitter..... non, jamais! jamais! Les sanglots me
coupèrent la voix: je vis une larme dans les yeux de Joséphine, mais
elle reprit aussitôt sa fermeté. Pour Lemaire, il nous offrit de la
fleur d'orange aussi tranquillement qu'un cavalier présente une glace à
sa danseuse au milieu d'un bal.

»Me voilà donc enrôlé dans cette bande, l'effroi des départements du
Nord, de la Lys et de l'Escaut. En moins de quinze jours, je fus
présenté à Sallambier, dans qui je reconnus le paysan liégeois; à
Duhamel, à Chopine, à Calandrin et aux principaux chauffeurs. Le premier
coup de main auquel je pris part eut lieu aux environs de Douai. La
maîtresse de Duhamel, qui faisait partie de l'expédition, nous
introduisit dans un château, où elle avait servi comme femme de chambre.
Les chiens ayant été empoisonnés par un élagueur d'arbres employé dans
la maison, nous n'attendîmes même pas pour exécuter notre projet, que
les maîtres fussent couchés. Aucune serrure ne résistait à Calandrin.
Nous arrivâmes dans le plus grand silence, à la porte du salon; la
famille, composée du père, de la mère, d'une grand'tante, de deux jeunes
personnes et d'un parent en visite, faisait _la bouillotte_. On
n'entendait que ces mots, répétés d'une voix monotone: _Passe, tiens, je
fais Charlemagne_, quand Sallambier, tournant brusquement le bouton de
la porte, parût, suivi de dix hommes barbouillés de noir, le pistolet ou
le poignard à la main. A cet aspect, les cartes tombèrent des mains à
tout le monde; les demoiselles voulurent crier; d'un geste, Sallambier
leur imposa silence. Pendant qu'un des nôtres, montant avec l'agilité
d'un singe sur la tablette de la cheminée, coupait au plafond les deux
cordons de sonnette; les femmes s'évanouirent: on n'y fit pas attention.
Le maître de la maison, quoique fort troublé, conservait seul quelque
présence d'esprit. Après avoir vingt fois ouvert la bouche sans trouver
une parole, il parvint enfin à demander ce que nous voulions: _de
l'argent_, répondit Sallambier, dont la voix me parut toute changée; et,
prenant le flambeau de la table de jeu, il fit signe au propriétaire de
le suivre dans une pièce voisine, où nous savions qu'étaient déposés
l'argent et les bijoux: c'était exactement don Juan précédant la statue
du commandeur.

»Nous restâmes sans lumière, immobiles à nos postes, n'entendant que les
soupirs étouffés des femmes, le bruit de l'argent, et ces mots, _encore!
encore!_ que Sallambier répétait de temps en temps d'un ton sépulcral.
Au bout de vingt minutes, il reparut avec un mouchoir rouge, noué par
les coins et rempli de pièces de monnaie; les bijoux étaient dans ses
poches. Pour ne rien négliger, on prit à la vieille tante et à la mère
leurs boucles d'oreilles, ainsi que sa montre au parent qui choisissait
si bien son temps pour faire ses visites. On partit enfin, après avoir
soigneusement enfermé toute la société, sans que les domestiques, déjà
couchés depuis long-temps, se fussent même doutés de l'invasion du
château.

»Je pris part encore à plusieurs autres coups de main qui présentèrent
plus de difficultés que celui que je viens de te raconter. Nous
éprouvions de la résistance, ou bien les propriétaires avaient enfoui
leur argent, et pour le leur faire livrer, on leur faisait endurer les
traitemens les plus barbares. Dans le principe, on s'était borné à leur
brûler la plante des pieds avec des pelles rougies au feu; mais,
adoptant des modes plus expéditifs, on en vint à arracher les ongles aux
entêtés, et à les gonfler comme des ballons avec un soufflet.
Quelques-uns de ces malheureux, n'ayant réellement pas l'argent qu'on
leur supposait, périssaient au milieu des tortures. Voilà, mon ami, dans
quelle carrière était entré un officier bien né, que douze ans de bons
services, quelques actions d'éclat, et le témoignage de ses camarades,
entouraient d'une estime qu'il cessait de mériter depuis long-temps, et
qu'il allait bientôt perdre sans retour.»

Ici Villedieu s'interrompit et laissa tomber sa tête sur sa poitrine,
comme accablé par ses souvenirs; je le laissai s'y livrer un moment,
mais les noms qu'il citait m'étaient trop connus pour que je ne prisse
pas à son récit un vif intérêt de curiosité. Quelques verres de
champagne lui rendirent de l'énergie; il continua en ces termes.

«Cependant les crimes se multipliaient dans une progression tellement
effrayante, que la gendarmerie ne suffisant plus à la surveillance, on
organisa des colonnes mobiles prises dans les garnisons de diverses
villes. Je fus chargé d'en diriger une. Tu comprends que la mesure eut
un effet tout contraire à celui qu'on en attendait, puisque, avertis par
moi, les _chauffeurs_ évitaient les endroits que je devais parcourir
avec mon monde. Les choses n'en allèrent donc que plus mal. L'autorité
ne savait plus quel parti prendre; elle apprit toutefois que la plupart
des _chauffeurs_ résidaient à Lille, et l'ordre fut aussitôt donné de
redoubler de surveillance aux portes. Nous trouvâmes pourtant moyen de
rendre vaines ces nouvelles précautions. Sallambier se procura chez ces
fripiers de ville de guerre, qui habilleraient tout un régiment, quinze
uniformes du 13e chasseurs; on en affubla un pareil nombre de
chauffeurs, qui, m'ayant à leur tête, sortirent à la brune, comme allant
en détachement pour une mission secrète.

»Quoique ce stratagème eût complétement réussi, je crus m'apercevoir que
j'étais l'objet d'une surveillance particulière. Le bruit se répandit
qu'il rôdait aux environs de Lille des hommes travestis en chasseurs à
cheval. Le colonel paraissait se méfier de moi; un de mes camarades fut
désigné pour alterner avec moi dans le service des colonnes mobiles,
qu'auparavant je dirigeais seul. Au lieu de me donner l'ordre la veille,
comme aux officiers de gendarmerie, on ne me le faisait connaître qu'au
moment du départ. On m'accusa enfin assez directement, pour me mettre
dans la nécessité de m'expliquer vis-à-vis du colonel, qui ne me
dissimula pas que je passais pour avoir des rapports avec les
chauffeurs. Je me défendis tant bien que mal, les choses en restèrent
là; seulement, je quittai le service des colonnes mobiles, qui
commencèrent à déployer une telle activité, que les chauffeurs osaient
à peine sortir.

»Sallambier ne voulant pas toutefois languir si long-temps dans
l'inaction, redoubla d'audace à mesure que les obstacles se
multipliaient autour de nous. Dans une seule nuit, il commit trois vols
dans la même commune. Mais les propriétaires de la première des maisons
attaquées, s'étant débarrassés de leurs bâillons et de leurs liens,
donnèrent l'alarme. On sonna le tocsin à deux lieues à la ronde, et les
chauffeurs ne durent leur salut qu'à la vitesse de leurs chevaux. Les
deux frères Sallambier furent surtout poursuivis avec tant
d'acharnement, que ce ne fut que vers Bruges, que ceux qui leur
donnaient la chasse perdirent leurs traces. Dans un gros village où ils
se trouvaient, ils louèrent une voiture et deux chevaux, pour aller,
dirent-ils, à quelques lieues, et revenir le soir.

»Un cocher les conduisait; arrivés au bord de la mer, Sallambier l'aîné
le frappa par derrière d'un coup de couteau qui le renversa de son
siége. Les deux frères le transportèrent ensuite à la mer, espérant que
les vagues entraîneraient le cadavre. Maîtres de la voiture, ils
poursuivaient leur route, lorsqu'au déclin du jour, ils rencontrèrent un
homme du pays qui leur souhaita le bon soir. Comme ils ne répondaient
pas, l'homme s'approcha en disant: Eh bien! Vandeck, tu ne me reconnais
pas?... C'est moi,..... Joseph.... Sallambier dit alors qu'il a loué la
voiture pour trois jours, sans conducteur. Le ton de cette réponse,
l'état des chevaux, couverts de sueur, que leur maître n'eût
certainement pas confiés sans conducteur, tout inspire des inquiétudes
au questionneur. Sans pousser plus loin la conversation, il court au
village voisin, et donne l'alarme: sept ou huit hommes montent à cheval;
ils se mettent à la poursuite de la voiture, qu'ils aperçoivent bientôt,
cheminant assez lentement. Ils pressent leur marche, ils
l'atteignent..... Elle est vide.... Un peu désappointés, ils s'en
emparent, et la mettent en fourrière dans un village, où ils se
proposent de passer la nuit. A peine sont-ils à table, qu'un grand bruit
se fait entendre: on amène chez le bourgmestre deux voyageurs accusés de
l'assassinat d'un homme que des pêcheurs ont trouvé égorgé au bord de la
mer. Ils y courent, Joseph reconnaît les individus qu'il avait vus dans
la voiture, et qui l'ont quittée, parce que les chevaux refusaient de
marcher. C'était en effet les deux Sallambier, que la confrontation de
Joseph paraissait singulièrement déconcerter. Leur identité fut bientôt
constatée. Sur le soupçon qu'ils pouvaient appartenir à quelque bande de
chauffeurs, on les transféra à Lille, où ils furent reconnus en arrivant
au _Petit Hôtel_.

»Là, Sallambier l'aîné, circonvenu par les agents de l'autorité, énonça
tous ses complices, en indiquant où et comment on pourrait les arrêter.
Par suite de ses avis, quarante-trois personnes des deux sexes furent
arrêtées. De ce nombre étaient Lemaire et sa femme. On lança en même
temps contre moi un mandat d'amener. Prévenu par un maréchal-des-logis
de gendarmerie, à qui j'avais rendu quelques services, je pus me sauver,
et gagner Paris, où je suis depuis dix jours. Quand je t'ai rencontré,
je cherchais le domicile d'une ancienne connaissance où je prévoyais
pouvoir me cacher ou me donner quelque moyen de passer à l'étranger;
mais me voilà tranquille, puisque je retrouve Vidocq.»



CHAPITRE XII.

     Voyage à Arras.--Le P. Lambert.--Vidocq maître d'école.--Départ
     pour la Hollande.--_Les marchands d'âmes._--L'insurrection.--Le
     corsaire.--Catastrophe.


La confiance de Villedieu me flattait beaucoup, sans doute, mais, je
n'en trouvais pas moins ce voisinage fort dangereux; aussi lui fis-je
une histoire, quand il me questionna sur mes moyens d'existence, et
particulièrement sur mon domicile. Par la même raison, je me gardai bien
de me trouver au rendez-vous qu'il m'avait donné pour le lendemain;
c'eût été d'ailleurs m'exposer à me perdre sans lui être utile. En le
quittant, à onze heures du soir, je pris même la précaution de faire
plusieurs détours avant de rentrer à l'auberge, dans la crainte d'être
suivi par quelques agents. Mon maître, qui était couché, m'éveilla le
lendemain avant le jour, pour me dire que nous allions partir
sur-le-champ pour Nogent-le-Rotrou, d'où nous devions nous rendre dans
ses propriétés, situées aux environs de cette ville.

En quatre jours le voyage se fit. Reçu dans cette famille comme un
serviteur laborieux et zélé, je n'en persistai pas moins dans
l'intention que j'avais conçue depuis quelque temps de retourner dans
mon pays, d'où je ne recevais ni nouvelles ni argent. De retour à Paris,
où nous ramenâmes des bestiaux, j'en fis part à mon maître, qui ne me
donna mon congé qu'à regret. En le quittant, j'entrai dans un café de la
place du Chatelet, pour y attendre un commissionnaire qui m'apportait
mes effets: un journal me tomba sous la main, et le premier article qui
me frappa fut le récit de l'arrestation de Villedieu. Il ne s'était
laissé prendre qu'après avoir terrassé deux des agents chargés de
s'assurer de sa personne: lui-même était grièvement blessé. Deux mois
après, exécuté à Bruges, le dernier de dix-sept de ses complices, il
regardait tomber leurs têtes avec un calme qui ne se démentit pas un
seul instant.

Cette circonstance me donna lieu de me féliciter du parti que j'avais
pris. En restant avec le marchand de bœufs, je devais venir au moins
deux fois par mois à Paris; la police politique, dirigée contre les
complots et les agents de l'étranger, y prenait un développement et une
énergie qui pouvaient me devenir d'autant plus funestes, qu'on
surveillait fort minutieusement tous les individus qui, appelés à chaque
instant, par leurs occupations, dans les départements de l'Ouest,
pouvaient servir d'intermédiaires entre les chouans et leurs amis de la
capitale. Je partis donc en toute hâte. Le troisième jour, j'étais
devant Arras, où j'entrai le soir, au moment où les ouvriers revenaient
du travail. Je ne descendis point directement chez mon père, mais chez
une de mes tantes, qui fut prévenir mes parents. Ils me croyaient mort,
n'ayant pas reçu mes deux dernières lettres; je n'ai jamais pu savoir
comment et par qui elles avaient été égarées ou interceptées. Après
avoir longuement raconté toutes mes traverses, j'en vins à demander des
nouvelles de la famille, ce qui me conduisit naturellement à m'informer
de ma femme. J'appris que mon père l'avait recueillie quelque temps chez
lui; mais que ses débordements étaient devenus tellement scandaleux,
qu'on avait dû la chasser honteusement. Elle était, me dit-on, enceinte
d'un avocat de la ville, qui fournissait à peu près à ses besoins;
depuis quelque temps on n'entendait plus parler d'elle, et l'on ne s'en
occupait plus.

Je ne m'en occupai pas davantage: j'avais à songer à bien autre chose.
D'un moment à l'autre, on pouvait me découvrir, m'arrêter chez mes
parents, que je mettrais ainsi dans l'embarras. Il était urgent de
trouver un asile sur lequel la surveillance de la police s'exerçât moins
activement qu'à Arras. On jeta les yeux sur un village des environs,
Ambercourt, où demeurait un ex-carme, ami de mon père, qui consentit à
me recevoir. A cette époque (1798), les prêtres se cachaient encore pour
dire la messe, quoiqu'on ne fût guère hostile envers eux. Le père
Lambert, mon hôte, célébrait donc l'office divin dans une espèce de
grange; comme il ne trouvait pour le seconder qu'un vieillard presque
impotent, je m'offris à remplir les fonctions de sacristain, et je m'en
tirai si bien, qu'on eût dit que je n'avais fait autre chose de ma vie.
Je devins également le second du père Lambert, dans les leçons qu'il
donnait aux enfants du voisinage. Mes succès dans l'enseignement firent
même quelque bruit dans le canton, attendu que j'avais pris un excellent
moyen pour avancer rapidement les progrès de mes élèves; je commençais
par tracer au crayon des lettres qu'ils recouvraient avec la plume; la
gomme élastique faisait le reste. Les parents étaient enchantés;
seulement il était un peu difficile à mes élèves d'opérer sans leur
maître, ce dont les paysans artésiens, quoique aussi fins que qui que ce
soit, en fait de transactions, avaient la bonté de ne pas s'apercevoir.

Ce genre de vie me convenait assez: affublé d'une espèce de costume de
frère ignorantin, toléré par les autorités, je ne devais pas craindre
d'être l'objet d'aucun soupçon; d'un autre côté, la vie animale, pour
laquelle j'ai toujours eu quelque considération, était fort bonne, les
parents nous envoyant à chaque instant de la bière, de la volaille ou
des fruits. Je comptais enfin dans ma clientelle quelques jolies
paysannes, fort dociles à mes leçons. Tout alla bien pendant quelque
temps, mais on finit par se méfier de moi; on m'épia, on eut la
certitude que je donnais une grande extension à mes fonctions, et l'on
s'en plaignit au père Lambert. A son tour, il me parla des charges
élevées contre moi; j'opposai des dénégations complètes. Les plaignants
se turent, mais ils redoublèrent de surveillance; et une nuit que,
poussé par un zèle classique, j'allais donner leçon dans un grenier à
foin, à une écolière de seize ans, je fus saisi par quatre garçons
brasseurs, conduit dans une houblonnière, dépouillé de tous mes
vêtements, et fustigé jusqu'au sang avec des verges d'orties et de
chardons. La douleur fut si vive, que j'en perdis connaissance; en
reprenant mes sens, je me trouvai dans la rue, nu, couvert d'ampoules et
de sang.

Que faire? Rentrer chez le père Lambert, c'était vouloir courir de
nouveaux dangers. La nuit n'était pas avancée. Bien que dévoré par une
fièvre brûlante, je pris le parti de me rendre à Mareuil, chez un de mes
oncles; j'y arrivai à deux heures du matin, excédé de fatigues, et
couvert seulement d'une mauvaise natte que j'avais trouvée près d'une
marre. Après avoir un peu ri de ma mésaventure, on me frotta par tout le
corps avec de la crême mêlée d'huile. Au bout de huit jours, je partis
bien rétabli pour Arras. Il m'était cependant impossible d'y rester; la
police pouvait être instruite d'un moment à l'autre de mon séjour; je
me mis donc en route pour la Hollande, avec l'intention de m'y fixer;
l'argent que j'emportais me permettait d'attendre qu'il se présentât
quelque occasion de m'occuper utilement.

Après avoir traversé Bruxelles, où j'appris que la baronne d'I.....
s'était fixée à Londres, Anvers et Breda, je m'embarquai pour Rotterdam.
On m'avait donné l'adresse d'une taverne où je pourrais loger. J'y
rencontrai un Français qui me fit beaucoup d'amitiés, et m'invita
plusieurs fois à dîner, en me promettant de s'intéresser pour me faire
trouver une bonne place. Je ne répondais à ces prévenances qu'avec
méfiance, sachant que tous les moyens étaient bons au gouvernement
hollandais pour recruter sa marine. Malgré toute ma réserve, mon nouvel
ami parvint cependant à me griser complétement avec une liqueur
particulière. Le lendemain, je m'éveillai en rade, à bord d'un brick de
guerre hollandais. Il n'y avait plus à en douter: l'intempérance m'avait
livré aux marchands d'âmes (_Sel Ferkaff_).

Étendu près d'un hauban, je réfléchissais à cette destinée singulière
qui multipliait autour de moi les incidents, quand un homme de
l'équipage, me poussant du pied, me dit de me lever pour aller recevoir
les habits de bord. Je feignis de ne pas comprendre: le maître
d'équipage vint alors me donner lui-même l'ordre en français. Sur mon
observation que je n'étais pas marin, puisque je n'avais pas signé
d'engagement, il saisit une corde comme pour m'en frapper; à ce geste,
je sautai sur le couteau d'un matelot qui déjeûnait au pied du grand
mât, et, m'adossant à une pièce de canon, je jurai d'ouvrir le ventre au
premier qui avancerait. Grande rumeur parmi l'équipage. Au bruit, le
capitaine parut sur le pont. C'était un homme de quarante ans, de bonne
mine, dont les manières n'avaient rien de cette brusquerie si commune
aux gens de mer; il écouta ma réclamation avec bienveillance, c'était
tout ce qu'il pouvait faire, puisqu'il ne tenait pas à lui de changer
l'organisation maritime de son gouvernement.

En Angleterre, où le service des bâtiments de guerre est plus dur, moins
lucratif et surtout moins libre que celui des navires du commerce, la
marine de l'État se recrutait et se recrute encore aujourd'hui au moyen
de _la presse_. En temps de guerre, _la presse_ se fait en mer à bord
des vaisseaux marchands, auxquels on rend souvent des matelots épuisés
ou malingres pour des hommes frais et vigoureux; elle se fait aussi à
terre au milieu des grandes villes, mais on ne prend en général que des
individus dont la tournure ou le costume annoncent qu'ils ne sont pas
étrangers à la mer. En Hollande, au contraire, à l'époque dont je parle,
on procédait à peu près comme en Turquie, où, dans un moment d'urgence,
on prend et jette sur un vaisseau de ligne, des maçons, des
palefreniers, des tailleurs ou des barbiers, gens, comme on voit fort
utiles. Qu'à la sortie du port, un vaisseau soit forcé d'en venir au
combat avec un semblable équipage, toutes les manœuvres sont
manquées, et cette circonstance explique peut-être comment tant de
frégates turques ont été prises ou coulées bas par de chétifs _misticks_
grecs.

Nous avions donc à bord des hommes que leurs inclinations et les
habitudes de toute leur vie semblaient tellement éloigner du service
maritime, qu'il eût même paru ridicule de songer à les y faire entrer.
Des deux cent individus _pressés_ comme moi, il n'y en avait peut-être
pas vingt qui eussent mis le pied sur un navire. La plupart avaient été
enlevés de vive force ou à la faveur de l'ivresse; on avait séduit les
autres en leur promettant un passage gratuit pour Batavia, où ils
devaient exercer leur industrie: de ce nombre étaient deux Français,
l'un teneur de livres, bourguignon; l'autre jardinier, limousin, qui
devaient faire, comme on voit, d'excellents matelots. Pour nous
consoler, les hommes de l'équipage nous disaient que dans la crainte des
désertions, nous ne descendrions peut-être pas à terre avant six mois,
ce qui s'est au surplus pratiqué quelquefois dans la marine anglaise, où
le matelot peut rester des années entières sans voir la terre natale
autrement que des _perroquets_ de son vaisseau; des hommes sûrs font le
service de canotiers, et l'on y a vu même employer des gens étrangers à
l'équipage. Pour adoucir ce que cette consigne a de rigoureux, on laisse
venir à bord quelques-unes de ces femmes de mauvaise vie qui pullulent
dans les ports de mer, et qu'on y appelle, je ne sais à quel propos, les
filles de la reine Caroline (_Queents Caroline daugh'ers_). Les marins
anglais dont j'ai tenu plus tard ces détails, qu'on ne doit pas
considérer comme d'une exactitude générale, ajoutaient que, pour
déguiser en partie l'immoralité de la mesure, des capitaines puritains
exigeaient parfois que les visiteuses prissent le nom de cousines ou de
sœurs.

Pour moi, qui me destinais depuis long-temps à la marine, cette position
n'eût eu rien de répugnant si je n'eusse été contraint, et si je n'eusse
eu en perspective l'esclavage dont on me menaçait; ajoutez à cela les
mauvais traitements du maître d'équipage, qui ne pouvait me pardonner ma
première incartade. A la moindre fausse manœuvre, les coups de corde
pleuvaient de manière à faire regretter le bâton des argousins du bagne.
J'étais désespéré; vingt fois il me vint dans l'idée de laisser tomber
des hunes une poulie de drisse sur la tête de mon persécuteur ou bien
encore de le jeter à la mer quand je serais de quart la nuit. J'eusse
certainement exécuté quelqu'un de ces projets, si le lieutenant, qui
m'avait pris en amitié, parce que je lui enseignais l'escrime, n'eût un
peu adouci ma position. Nous devions d'ailleurs être incessamment
dirigés sur Helwotsluis, où était mouillé le _Heindrack_, de l'équipage
duquel nous devions faire partie: dans le trajet, on pouvait s'évader.

Le jour du transbordement arrivé, nous embarquâmes au nombre de deux
cent soixante-dix recrues sur un petit smack, manœuvré par vingt-cinq
hommes et monté par vint-cinq soldats, qui devaient nous garder. Le
faiblesse de ce détachement me confirma dans la résolution de tenter un
coup de main pour désarmer les militaires et forcer les marins à nous
conduire près d'Anvers. Cent vingt des recrues, Français ou Belges,
entrèrent dans le complot. Il fut convenu que nous surprendrions les
hommes de quart au moment du dîner de leurs camarades, dont on devait
avoir ainsi bon marché. Ce plan s'exécuta avec d'autant plus de succès,
que nos gens ne se doutaient absolument de rien. L'officier qui
commandait le détachement fut saisi au moment où il allait prendre le
thé; il ne fut cependant l'objet d'aucun mauvais traitement. Un jeune
homme de Tournai, engagé comme subrécargue, et réduit au service de
matelot, lui exposa si éloquemment les motifs de ce qu'il appelait notre
révolte, qu'il lui persuada de se laisser mettre sans résistance à fond
de cale avec ses soldats. Quant aux marins, ils restèrent dans les
manœuvres; seulement un Dunkerquois, qui était des nôtres, prit la
barre du gouvernail.

La nuit vint: je voulais qu'on mît à la cape afin d'éviter de tomber
peut-être sur quelque bâtiment garde-côte, auquel nos marins pouvaient
faire des signaux; le Dunkerquois s'y refusa avec une obstination qui
eut dû m'inspirer de la méfiance. On continua la marche, et, au point du
jour, le smack se trouva sous le canon d'un fort voisin d'Helwotsluis.
Aussitôt le Dunkerquois annonça qu'il allait à terre pour voir si nous
pouvions débarquer sans danger; je vis alors que nous étions vendus,
mais il n'y avait pas à reculer; des signaux avaient sans doute déjà été
faits; au moindre mouvement, le fort pouvait nous couler bas; il fallut
attendre l'événement. Bientôt une barque, montée par une vingtaine de
personnes, partit du rivage et aborda le smack; trois officiers qui s'y
trouvaient montèrent sur le pont sans témoigner aucune crainte,
quoiqu'il fût le théâtre d'une rixe assez vive entre nos camarades et
les marins hollandais, qui voulaient tirer les soldats de la cale.

Le premier mot du plus âgé des officiers fut pour demander qui était le
chef du complot: tout le monde restant muet, je pris la parole en
français; j'exposai qu'il n'y avait point eu de complot; c'était par un
mouvement unanime et spontané que nous avions cherché à nous soustraire
à l'esclavage qu'on nous imposait; nous n'avions d'ailleurs nullement
maltraité le commandant du smack; il pouvait en rendre témoignage comme
les marins hollandais, qui savaient bien que nous leur aurions laissé le
bâtiment après avoir débarqué près d'Anvers. J'ignore si ma harangue
produisit quelque effet, car on ne me la laissa pas achever; seulement,
pendant qu'on nous entassait à fond de cale à la place des soldats que
nous y avions mis la veille, j'entendis dire au pilote, «qu'il y en
avait là plus d'un qui pourrait bien danser le lendemain au bout d'une
vergue.» Le smack gouverna ensuite sur Helwotsluis, où il arriva, le
même jour, à quatre heures de l'après-midi. Sur la rade était mouillé le
_Heindrack_. Le commandant du fort s'y rendit en chaloupe, et une heure
après, on m'y conduisit moi-même. Je trouvai assemblé une espèce de
conseil maritime qui m'interrogea sur les détails de l'insurrection et
sur la part que j'y avais prise. Je soutins, comme je l'avais déjà fait
devant le commandant du fort, que n'ayant signé aucun acte d'engagement,
je me croyais en droit de recouvrer ma liberté par tous les moyens
possibles.

On me fit alors retirer pour faire comparaître le jeune homme de
Tournai, qui avait arrêté le commandant du smack; on nous considérait
tous deux comme chefs de complot, et l'on sait qu'en pareille
circonstance, c'est sur ces coupables que porte le châtiment; il n'y
allait véritablement pour nous ni plus ni moins que d'être pendus:
heureusement le jeune homme, que j'avais eu le temps de prévenir, déposa
dans le même sens que moi, en soutenant avec fermeté qu'il n'y avait eu
suggestion de la part de personne, l'idée nous étant venue en même temps
à tous de frapper le grand coup; nous étions au reste bien sûrs de
n'être pas démentis par nos camarades, qui nous témoignaient un vif
intérêt, allant jusqu'à dire que si nous étions condamnés, le bâtiment à
bord duquel on les placerait sauterait comme un caisson; c'est-à-dire
qu'ils mettraient le feu aux poudres, quitte à faire aussi un voyage en
l'air. Il y avait là des gaillards capables de le faire comme ils le
disaient. Soit qu'on craignît l'effet de ces menaces et du mauvais
exemple qu'elles donneraient aux marins de la flotille enrôlés d'après
le même procédé, soit que le conseil reconnût que nous nous étions
renfermés dans le cercle de la défense légitime, en cherchant à nous
soustraire à un guet-apens, on nous promit de solliciter notre grâce de
l'amiral, à condition que nous retiendrions nos camarades dans la
subordination, qui ne paraissait être leur vertu favorite. Nous promîmes
tout ce qu'on voulut, car rien ne rend si facile sur les conditions
d'une transaction, que de sentir la corde au cou.

Ces préliminaires arrêtés, nos camarades furent transférés à bord du
vaisseau, et répartis dans les entre-ponts avec l'équipage qu'ils
venaient compléter; tout se fit dans le plus grand ordre; il ne s'éleva
pas la moindre plainte; on n'eut pas à réprimer le plus petit désordre.
Il est juste de dire qu'on ne nous maltraitait pas comme à bord du
brick, où notre ancien ami le maître d'équipage ne commandait que la
corde à la main. D'un autre côté, donnant des leçons d'escrime aux
gardes-marines, j'étais traité avec quelques égards; on me fit même
passer bombardier, avec vingt-huit florins de solde par mois. Deux mois
s'écoulèrent ainsi sans que la présence continuelle des croiseurs
anglais nous permît de quitter la rade. Je m'étais fait à ma nouvelle
position; je ne songeais même nullement à en sortir quand nous apprîmes
que les autorités françaises faisaient rechercher les nationaux qui
pouvaient faire partie des équipages hollandais. L'occasion était belle
pour ceux d'entre nous qui se fussent mal trouvés du service, mais
personne ne se souciait d'en profiter; on ne voulait d'abord nous avoir
que pour nous incorporer dans les équipages de ligne français, mutation
qui ne présentait rien de bien avantageux; puis, la plupart de mes
camarades avaient, je crois, comme moi, de bonnes raisons pour ne pas
désirer de montrer leur figure aux agents de la métropole. Chacun se tut
donc; quand on envoya demander au capitaine ses rôles d'équipage,
l'examen n'eut aucun résultat, par le motif tout simple que nous étions
tous portés sous de faux noms; nous crûmes l'orage passé.

Cependant les recherches continuaient: seulement, au lieu de faire des
enquêtes, on apostait sur le port et dans les tavernes des agents
chargés d'examiner les hommes qui venaient à terre pour leur service ou
en permission. Ce fut dans une de ces excursions que l'on m'arrêta; j'en
ai long-temps conservé de la reconnaissance pour le cuisinier du
vaisseau, qui m'honorait de son inimitié personnelle, depuis que
j'avais trouvé mauvais qu'il nous donnât du suif pour du beurre, et de
la merluche gâtée pour du poisson frais. Amené chez le commandant de
place, je me déclarai hollandais; la langue m'était assez familière pour
soutenir cette version; je demandai, au surplus, à être conduit sous
escorte à mon bord, pour me procurer les papiers qui justifieraient de
ma naturalité; rien ne paraissait plus juste et plus naturel. Un
sous-officier fut chargé de m'accompagner; nous partîmes dans le canot
qui m'avait amené à terre. Arrivés près du vaisseau, je fis monter le
premier mon homme, avec lequel j'avais causé jusque là fort amicalement;
quand je le vis accroché dans les haubans, je poussai tout à coup au
large en criant aux canotiers de ramer vigoureusement, et qu'il y aurait
pour boire. Nous fendions l'eau pendant que mon sous-officier, resté
dans les haubans, se démenait au milieu de l'équipage, qui ne le
comprenait pas, ou faisait semblant de ne pas le comprendre. Arrivé à
terre, je courus me cacher dans une maison de connaissance, bien résolu
de quitter le vaisseau, où il me devenait difficile de reparaître sans
être arrêté. Ma fuite devant confirmer tous les soupçons qui s'étaient
élevés contre moi, j'en prévins toutefois le capitaine, qui m'autorisa
tacitement à faire ce que je croirais utile à ma sûreté.

Un corsaire de Dunkerque, _le Barras_, capitaine Fromentin, était en
rade. A cette époque, on visitait rarement les bâtiments de ce genre,
qui avaient en quelque sorte droit d'asile; il m'eût fort convenu d'y
passer: un lieutenant de prise auquel je m'adressai me présenta à
Fromentin, qui m'admit sur ma réputation, comme capitaine d'armes.
Quatre jours après, _le Barras_ mit à la voile pour établir sa croisière
dans le Sund; on était au commencement de l'hiver de 1799, dont les gros
temps firent périr tant de navires sur les côtes de la Baltique. A peine
étions-nous en haute mer, qu'il s'éleva un vent de nord tout-à-fait
contraire pour notre destination; il fallut mettre à la cape; le roulis
était tellement fort, que j'en fus indisposé au point de ne pouvoir rien
prendre autre chose pendant trois jours, que de l'eau-de-vie mêlée
d'eau; la moitié de l'équipage était dans la même position, de manière
qu'un bateau pêcheur eût suffi pour nous prendre sans coup férir. Enfin
le temps s'éleva, le vent tourna tout à coup au sud-ouest, et _le
Barras_, excellent marcheur, filant ses dix nœuds à l'heure, eut
bientôt guéri tout le monde. En ce moment la vigie cria: _Navire à
babord_. Le Capitaine saisissant sa lunette, déclara que c'était un
caboteur anglais, sous pavillon neutre, que le coup de vent avait séparé
de quelque convoi. On arriva sur lui vent arrière, après avoir hissé
pavillon français. Au second coup de canon, il amena sans attendre
l'abordage; l'équipage fut mis à fond de cale, et la prise dirigée sur
Bergen (Norwège), où la cargaison, composée de bois des Iles, trouva
bientôt des acheteurs.

Je restai six mois à bord du _Barras_: mes parts de prise commençaient à
me faire un assez bon pécule, quand nous entrâmes en relâche à Ostende.
On a vu que cette ville m'avait toujours été funeste; ce qui m'y arriva
cette fois me ferait presque croire au fatalisme. Nous étions à peine
entrés dans le bassin, qu'un commissaire, des gendarmes et des agents de
police, vinrent à bord pour examiner les papiers de l'équipage; j'ai su,
depuis, que ce qui avait provoqué cette mesure en quelque sorte
inusitée, c'était un assassinat dont on supposait que l'auteur pouvait
se trouver parmi nous. Quand mon tour d'interrogatoire arriva, je
déclarai me nommer Auguste Duval, né à Lorient, et j'ajoutai que mes
papiers étaient restés à Roterdam, au bureau de la marine hollandaise;
on ne répondit rien; je me croyais tiré d'affaire. Lorsque les cent
trois hommes qui se trouvaient à bord eurent été interrogés, on nous fit
appeler à huit, en nous annonçant que nous allions être conduits au
bureau des classes, pour y donner des explications; ne m'en souciant pas
du tout, je m'esquivai au détour de la première rue, et j'avais déjà
gagné trente pas sur les gendarmés, quand une vieille femme qui lavait
le devant de sa maison me jeta son balai entre les jambes; je tombai,
les gendarmes arrivèrent, on me mit les menottes, sans préjudice de
nombre de coups de crosse de carabine et de monture de sabre; on m'amena
ainsi garrotté devant le commissaire des classes qui, après m'avoir
entendu, me demanda si je n'étais pas évadé de l'hôpital de Quimper. Je
me vis pris, puisqu'il y avait danger pour _Duval_ comme pour _Vidocq_.
Je me décidai cependant pour le premier nom, qui présentait moins de
chances défavorables que le second, puisque la route d'Ostende à
Lorient étant plus longue que celle d'Ostende à Arras, pouvait me
laisser plus de latitude pour m'échapper.



CHAPITRE XIII.

     Je revois Francine.--Ma réintégration dans la prison de
     Douai.--Suis-je ou ne suis-je pas Duval?--Les magistrats
     embarrassés.--J'avoue que je suis Vidocq.--Nouveau séjour à
     Bicêtre.--J'y retrouve le capitaine Labbre.--Départ pour
     Toulon.--Jossas, admirable voleur.--Son entrevue avec une grande
     dame.--Une tempête sur le Rhône.--Le marquis de St-Amand.--Le
     bourreau du bagne.--Les voleurs du garde-meubles.--Une famille de
     chauffeurs.


Huit jours s'écoulèrent pendant lesquels je revis une seule fois le
commissaire de classes. On me fit ensuite partir avec un transport de
prisonniers, déserteurs ou autres, qui furent dirigés sur Lille. Il
était bien à craindre que l'incertitude de mon identité ne vint expirer
dans une ville où j'avais séjourné si souvent: aussi, averti que nous y
passerions, pris-je de telles précautions, que des gendarmes qui
m'avaient déjà conduit précédemment ne me reconnurent pas; mes traits
cachés sous une épaisse couche de fange et de suie étaient en outre
dénaturés par l'enflure factice de mes joues, presque aussi grosses que
celles de l'ange qui, dans les fresques d'églises, sonne la trompette
du jugement dernier. Ce fut en cet état que j'entrai à l'_Égalité_,
prison militaire, où je devais faire une station de quelques jours. Là,
pour charmer l'ennui de la réclusion, je risquai quelques séances à la
cantine: j'espérais qu'en me mêlant aux visiteurs je pourrais saisir une
occasion de m'évader. La rencontre d'un matelot que j'avais connu à bord
du _Barras_ me parut d'un favorable augure à l'exécution de ce projet:
je lui payai à déjeûner; le repas terminé, je revins dans ma chambre;
j'y étais depuis environ trois heures, rêvant aux moyens de recouvrer ma
liberté, lorsque le matelot monta pour m'inviter à prendre ma part d'un
dîner que sa femme venait de lui apporter. Le matelot avait une femme;
il me vint à la pensée que pour mettre en défaut la vigilance des
geôliers, elle pourrait me procurer des vêtements de son sexe ou tout
autre déguisement. Plein de cette idée, je descends à la cantine, et
m'approche de la table: soudain un cri se fait entendre, une femme s'est
évanouie: c'est celle de mon camarade... Je veux la secourir,... une
exclamation m'échappe...... Ciel, c'est Francine...! effrayé de mon
imprudence, j'essaie de réprimer un premier mouvement dont je n'ai pas
été le maître. Surpris, étonnés, les spectateurs de cette scène, se
groupent autour de moi, on m'accable de questions, et après quelques
minutes de silence, je réponds par une histoire: c'est ma sœur que
j'ai cru reconnaître.

Cet incident n'eut pas de suite. Le lendemain, nous partîmes au point du
jour; je fus consterné en voyant que le convoi, au lieu de suivre comme
de coutume la route de Lens, prenait celle de Douai. Pourquoi ce
changement de direction? je l'attribuais à quelque indiscrétion de
Francine; je sus bientôt qu'il résultait tout simplement de la nécessité
d'évacuer sur Arras la foule de réfractaires entassés dans la prison de
Cambrai.

Francine, que j'avais si injustement soupçonnée, m'attendait à la
première halte... Malgré les gendarmes, elle voulut absolument me parler
et m'embrasser: elle pleura beaucoup, et moi aussi. Avec quelle amertume
ne se reprochait-elle pas une infidélité qui était la cause de tous mes
malheurs! Son repentir était sincère; je lui pardonnai de bon cœur,
et quand, sur l'injonction du brigadier, il fallut nous séparer, ne
pouvant mieux faire, elle me glissa dans la main une somme de deux cents
francs en or.

Enfin nous arrivons à Douai: nous voici à la porte de la prison du
département, un gendarme sonne. Qui vient ouvrir? Dutilleul, ce
guichetier qui, à la suite d'une de mes tentatives d'évasion m'avait
pansé pendant un mois. Il ne semble pas me remarquer. Au greffe je
trouve encore une figure de ma connaissance, l'huissier Hurtrel, dans un
tel état d'ivresse, que je me flatte qu'il aura perdu la mémoire.
Pendant trois jours on ne me parle de rien; mais le quatrième je suis
mené devant le juge d'instruction, en présence d'Hurtrel et de
Dutilleul: on me demande si je ne suis pas Vidocq; je soutiens que je
suis Auguste Duval, que l'on peut s'en assurer en écrivant à l'Orient,
qu'au surplus le motif de mon arrestation à Ostende le prouve, puisque
je ne suis prévenu que de désertion d'un bâtiment de l'État. Mon aplomb
paraît en imposer au juge, il hésite, Hurtrel et Dutilleul persistent à
dire qu'ils ne se trompent pas. Bientôt l'accusateur public Rausson
vient me voir, et prétend également me reconnaître: toutefois, comme je
ne me déconcerte point, il reste quelque incertitude, et afin
d'éclaircir le fait, on imagine un stratagème.

Un matin, on m'annonce qu'une personne me demande au greffe; je
descends: c'est ma mère qu'on a fait venir d'Arras, on devine dans
quelle intention. La pauvre femme s'élance pour m'embrasser... Je vois
le piége.... sans brusquerie, je la repousse en disant au juge
d'instruction présent à l'entrevue, qu'il était indigne, de donner à
cette malheureuse femme l'espoir de revoir son fils, quand on était au
moins incertain de pouvoir le lui présenter. Cependant ma mère, mise au
fait de la position par un signe que je lui avais fait en l'éloignant,
feint de m'examiner avec attention, et finit par déclarer qu'une
ressemblance extraordinaire l'a trompée; puis elle se retire en
maudissant ceux qui l'ont déplacée pour ne lui donner qu'une fausse
joie.

Juge et guichetiers retombèrent alors dans une incertitude qu'une lettre
arrivée de Lorient parut devoir faire cesser. On y parlait du dessin
piqué sur le bras gauche du Duval évadé de l'hôpital de Quimper, comme
d'un fait qui ne devait plus laisser aucun doute sur son identité avec
l'individu détenu à Douai. Nouvelle comparution devant le juge
d'instruction; Hurtrel, triomphant déjà de sa perspicacité, assistait à
l'interrogatoire: aux premiers mots, je vis de quoi il s'agissait, et,
relevant la manche de mon habit au-dessus du coude, je leur montrai le
dessin qu'ils ne s'attendaient guères à y trouver; on constata sa
ressemblance exacte avec la description envoyée de Lorient. Tout le
monde tombait des nues; ce qui compliquait encore la position, c'est
que les autorités de Lorient me réclamaient comme déserteur de la
marine. Quinze jours s'écoulèrent ainsi, sans qu'on prît aucun parti
décisif à mon égard; alors, fatigué des rigueurs exercées contre moi
dans l'intention d'obtenir des aveux, j'écrivis au président du tribunal
criminel pour lui déclarer que j'étais effectivement Vidocq. Ce qui
m'avait déterminé à cette démarche, c'est que je comptais partir
immédiatement pour Bicêtre avec un transport dans lequel on me comprit
en effet. Il me fut toutefois impossible de faire en route, comme j'y
comptais, la moindre tentative d'évasion, tant était rigoureuse la
surveillance exercée contre nous.

Je fis ma seconde entrée à Bicêtre le 2 avril 1799. Je retrouvai là
d'anciens détenus, qui, bien que condamnés aux travaux forcés, avaient
obtenu qu'il fût sursis à leur translation au bagne; il en résultait
pour eux une véritable commutation, la durée de la peine comptant du
jour de l'arrêt définitif. Ces sortes de faveurs s'accordent quelquefois
encore aujourd'hui: si elles ne portaient que sur des sujets que les
circonstances de leur condamnation ou leur repentir en rendissent
dignes, on pourrait y donner un consentement tacite; mais ces
dérogations au droit commun proviennent en général de l'espèce de lutte
qui existe entre la police des départements et la police générale, dont
chacune a ses protégés. Les condamnés appartenant cependant sans
exception à la police générale, elle peut faire partir qui bon lui
semble de Bicêtre ou de toute autre prison pour le bagne; c'est alors
qu'on peut se convaincre de la justesse de l'observation que je viens
d'émettre. Tel condamné qui jusque là s'était paré de dehors hypocrites
et pieux, jette le masque, et se montre le plus audacieux des forçats.

Je vis encore à Bicêtre le capitaine Labbre, qu'on se rappelle m'avoir
fourni dans le temps à Bruxelles les papiers au moyen desquels j'avais
trompé la baronne d'I..... Il était condamné à seize années de fers pour
complicité dans un vol considérable commis à Gand, chez l'aubergiste
Champon. Il devait, comme nous, faire partie de la première chaîne, dont
le voyage très prochain s'annonçait fort désagréablement pour nous. Le
capitaine Viez, sachant à qui il avait affaire, avait déclaré que, pour
prévenir toute évasion, il nous mettrait les menottes et le double
collier jusqu'à Toulon. Nos promesses parvinrent cependant à le faire
renoncer à ce beau projet.

Lors du _ferrement_, qui présenta les mêmes circonstances que lors de
mon premier départ, on me plaça en tête du premier cordon avec un des
plus célèbres voleurs de Paris et de la province; c'était Jossas, plus
connu sous le nom du marquis de _Saint-Amand de Faral_, qu'il portait
habituellement. C'était un homme de trente-six ans, ayant des formes
agréables, et prenant au besoin le meilleur ton. Son costume de _voyage_
était celui d'un élégant qui sort du lit pour passer dans son boudoir.
Avec un pantalon à pied en tricot gris-d'argent, il portait une veste et
un bonnet garnis d'astracan, de la même couleur, le tout recouvert d'un
ample manteau doublé de velours cramoisi. Sa dépense répondait à sa
tenue, car, non content de se traiter splendidement à chaque halte, il
nourrissait toujours trois ou quatre hommes du cordon.

L'éducation de Jossas était nulle; mais, entré fort jeune au service
d'un riche colon, qu'il accompagnait dans ses voyages, il avait pris
d'assez bonnes manières pour n'être déplacé dans aucun cercle. Aussi ses
camarades le voyant s'introduire dans les sociétés les plus
distinguées, le surnommaient-ils le _passe-partout_. Il s'était même
tellement identifié avec ce rôle, qu'au bagne, mis à la double chaîne,
confondu avec des hommes de l'aspect le plus misérable, il conservait
encore de grands airs sous sa casaque de forçat. Muni d'un magnifique
nécessaire, il donnait tous les matins une heure à sa toilette, et
soignait particulièrement ses mains qu'il avait fort belles.

Jossas était un de ces voleurs comme il en existe heureusement
aujourd'hui fort peu, qui méditaient et préparaient quelquefois une
expédition pendant une année entière. Opérant principalement à l'aide de
fausses clefs, il commençait par prendre l'empreinte de la serrure de la
porte extérieure. La clef fabriquée, il pénétrait dans la première
pièce; s'il était arrêté par une autre porte, il prenait une nouvelle
empreinte, faisait fabriquer une seconde clef, et ainsi de suite,
jusqu'à ce qu'il eût atteint son but. On comprend que ne pouvant
s'introduire, chaque soir, qu'en l'absence des maîtres du logis, il
devait perdre un temps considérable à attendre l'occasion. Il ne
recourait donc à cet expédient qu'en désespoir de cause, c'est-à-dire
lorsqu'il lui était impossible de s'introduire dans la maison; s'il
parvenait à s'y faire admettre sous quelque prétexte, il avait bientôt
pris les empreintes de toutes les serrures. Quand les clefs étaient
fabriquées, il invitait les personnes à dîner chez lui, rue Chantereine,
et pendant qu'elles étaient à table, des complices dévalisaient
l'appartement dont il avait trouvé le moyen d'éloigner les domestiques,
soit en priant les maîtres de les amener pour servir, soit en faisant
emmener les femmes de chambre ou les cuisinières par des amants qu'on
leur détachait. Les portiers n'y voyaient rien, parce qu'on n'enlevait
ordinairement que de l'argent ou des bijoux. S'il se trouvait par hasard
quelque objet plus volumineux, on l'enveloppait dans du linge sale, et
on le jetait par la fenêtre à un compère qui se trouvait là tout exprès
avec une voiture de blanchisseur.

On connaît de Jossas une foule de vols, qui tous annoncent cet esprit de
finesse d'observation et d'invention qu'il possédait au plus haut degré.
Dans le monde où il se faisait passer pour un créole de la Havane, il
rencontra souvent des habitants de cette ville, sans rien laisser
échapper qui pût le trahir. Plusieurs fois il amena des familles
honorables au point de lui faire offrir la main de jeunes personnes.
S'informant toujours, au milieu des pourparlers, où était déposé
l'argent de la dot, il ne manquait jamais de l'enlever et de disparaître
au moment de signer le contrat. Mais de ses tours, le plus étonnant est
celui dont un banquier de Lyon fut victime. Introduit dans la maison
sous prétexte d'escomptes et de négociations, il parvint en peu de temps
à une sorte d'intimité qui lui donna les moyens de prendra l'empreinte
de toutes les serrures, à l'exception de celle de la caisse, dont
l'entrée à secret rendit tous ses essais inutiles. D'un autre côté, la
caisse étant scellée dans le mur et doublée de fer, il ne fallait pas
songer à l'effraction; enfin le caissier ne se dessaisissait jamais de
sa clef: tant d'obstacles ne rebutèrent point Jossas. S'étant lié sans
affectation avec le caissier, il lui proposa une partie de campagne à
Collonges. Au jour pris, on partit en cabriolet. Arrivé près de
Saint-Rambert, on aperçut dans la berge une femme expirante, rendant des
flots de sang par la bouche et par le nez: à ses côtés était un homme
qui paraissait fort embarrassé de lui donner des secours. Jossas, jouant
l'émotion, lui dit que pour arrêter l'hémorrhagie, il suffisait
d'appliquer une clef sur le dos de la malade. Mais personne ne se
trouvait avoir de clef, à l'exception du caissier, qui offrit d'abord
celle de son appartement; elle ne suffit pas. Alors le caissier,
épouvanté de voir couler le sang à flots, livra la clef de la caisse,
qu'on appliqua avec beaucoup de succès entre les épaules de la malade.
On a déjà deviné qu'il s'y trouvait une couche de cire à modeler, et que
toute la scène était préparée d'avance. Trois jours après la caisse
était vidée.

Comme je l'ai déjà dit, Jossas jouant le magnifique, dépensait l'argent
avec la facilité d'un homme qui se le procure aisément. Il était de plus
fort charitable, et je pourrais citer de lui plusieurs traits d'une
générosité bizarre, que j'abandonne à l'examen des moralistes. Un jour
entre autres il pénètre dans un appartement de la rue du Hazard, qu'on
lui avait indiqué comme bon à dévaliser. D'abord la mesquinerie de
l'ameublement le frappe, mais le propriétaire peut être un avare? il
poursuit ses recherches, furète partout, brise tout, et ne trouve dans
le secrétaire qu'une liasse de reconnaissances du _Mont-de-Piété_.... Il
tire de sa poche cinq louis, les pose sur la cheminée, et après avoir
écrit sur la glace ces mots: _Indemnité pour les meubles cassés_, se
retire en fermant soigneusement les portes, dans la crainte que d'autres
voleurs moins scrupuleux ne viennent enlever ce qu'il a respecté.

Lorsque Jossas partit avec nous de Bicêtre, c'était la troisième fois,
qu'il faisait le voyage. Depuis, il s'échappa deux fois encore, fut
repris, et mourut en 1805 au bagne de Rochefort.

A notre passage à Montereau, je fus témoin d'une scène qu'il est bon de
faire connaître, puisqu'elle peut se renouveler. Un forçat, nommé
Mauger, connaissait un jeune homme de la ville, que ses parents
croyaient condamné aux fers; après avoir recommandé à son voisin de se
cacher la figure avec son mouchoir, il dit confidentiellement à quelques
personnes accourues sur notre route, que celui qui se cachait était le
jeune homme en question. La chaîne poursuivit ensuite sa marche, mais à
peine étions-nous à un quart de lieue de Montereau, qu'un homme courant
après nous, remit au capitaine une somme de cinquante francs, produit
d'une quête faite pour _l'homme au mouchoir_. Ces cinquante francs
furent distribués le soir aux intéressés, sans que personne, hors
eux-mêmes, sût la cause de cette libéralité.

A Sens, Jossas me donna une autre comédie: il avait fait mander un nommé
Sergent, qui tenait l'auberge de l'_Écu_; en le voyant, cet homme donna
des signes de la plus vive douleur: «Comment, s'écriait-il, les larmes
aux yeux, vous ici, monsieur le marquis!... vous, le frère de mon ancien
maître!..... moi qui vous croyais retourné en Allemagne..... Ah! mon
Dieu! mon Dieu! quel malheur!» On devine que dans quelque expédition,
Jossas se trouvant à Sens, s'était fait passer pour un émigré rentré
clandestinement, et frère d'un comte chez lequel Sergent avait été
cuisinier. Jossas lui expliqua comment, arrêté avec un passeport de
fabrique, au moment où il tentait de repasser la frontière, il avait été
condamné comme faussaire. Le brave aubergiste ne se borna pas à de
stériles lamentations; il fit servir au noble galérien un excellent
dîner, dont je pris ma part avec un appétit qui contrastait avec ma
fâcheuse position.

A part une furieuse bastonnade, distribuée à deux condamnés qui avaient
voulu s'évader à Beaune, il ne nous arriva rien d'extraordinaire
jusqu'à Châlons, où l'on nous embarqua sur un grand bateau rempli de
paille, assez semblable à ceux qui apportent le charbon à Paris; une
toile épaisse le recouvrait. Si, pour jeter un coup d'œil sur la
campagne, ou pour respirer un air plus pur, un condamné en levait un
coin, les coups de bâton pleuvaient à l'instant sur son dos. Quoique
exempt de ces mauvais traitements, je n'en étais pas moins fort affecté
de ma position; à peine la gaieté de Jossas, qui ne se démentait jamais,
parvenait-elle à me faire oublier un instant, qu'arrivé au bagne,
j'allais être l'objet d'une surveillance qui rendrait toute évasion
impossible. Cette idée m'assiégeait encore quand nous arrivâmes à Lyon.

En apercevant l'île Barbe, Jossas m'avait dit: «Tu vas voir du nouveau.»
Je vis en effet sur le quai de Saône, une voiture élégante, qui
paraissait attendre l'arrivée du bateau; dès qu'il parut, une femme mit
la tête à la portière, en agitant un mouchoir blanc: «C'est elle», dit
Jossas, et il répondit au signal. Le bateau ayant été amarré au quai,
cette femme descendit pour se mêler à la foule des curieux; je ne pus
voir sa figure que couvrait un voile noir fort épais. Elle resta là
depuis quatre heures de l'après-midi jusqu'au soir; la foule étant
alors dissipée, Jossas lui détacha le lieutenant Thierry, qui revint
bientôt avec un saucisson, dans lequel étaient cachés cinquante louis.
J'appris que Jossas ayant fait la conquête de cette femme sous le titre
de marquis, l'avait instruite par une lettre de sa condamnation, qu'il
expliquait sans doute à peu près comme il l'avait fait pour l'aubergiste
de Sens. Ces sortes d'intrigues, aujourd'hui fort rares, étaient très
communes à cette époque, par suite des désordres de la révolution et de
la désorganisation sociale qui en était le résultat. Ignorant le
stratagème employé pour la tromper, cette dame voilée reparut le
lendemain sur le quai pour y rester jusqu'au moment de notre départ.
Jossas était enchanté: non-seulement il remontait ses finances, mais il
s'assurait encore un asile en cas d'évasion.

Nous approchions enfin du terme de notre navigation, lorsqu'à deux
lieues du Pont-Saint-Esprit, nous fûmes surpris par un de ces orages si
terribles sur le Rhône. Il était annoncé par les roulements lointains du
tonnerre. Bientôt la pluie tomba par torrents; des coups de vent comme
on n'en éprouve que sous les tropiques, renversaient les maisons,
déracinaient les arbres et soulevaient les vagues qui menaçaient à
chaque instant d'engloutir notre embarcation. Elle présentait, en ce
moment, un spectacle affreux: à la rapide lueur des éclairs, on eût vu
deux cents hommes enchaînés comme pour leur ôter tout moyen de salut,
exprimer par des cris d'effroi les angoisses d'une mort que le poids des
fers qui les réunissait rendait inévitable; sur ces physionomies
sinistres, on eût lu le désir de conserver une vie disputée à
l'échafaud, une vie qui devait s'écouler désormais dans la misère et
l'avilissement. Quelques-uns des condamnés montraient une impassibilité
absolue; plusieurs, au contraire, se livraient à une joie frénétique. Se
rappelant les leçons du jeune âge, un malheureux bégayait-il quelque
pieuse formule, ces derniers agitaient leurs fers en chantant des
chansons licencieuses, et la prière expirait au milieu de longs
hurlements.

Ce qui redoublait la consternation générale, c'était l'abattement des
mariniers qui paraissaient désespérer de nous. Les gardes n'étaient
guères plus rassurés; ils firent même un mouvement comme pour abandonner
le bateau, que l'eau remplissait à vue d'œil. Alors la scène prit un
nouvel aspect: on se précipita sur les _argouzins_ en criant: _A terre!
à terre tout le monde!_ et l'obscurité, jointe au trouble du moment,
permettant de compter sur l'impunité, les plus intrépides d'entre les
forçats, se levèrent en déclarant que personne ne sortirait du bateau
avant qu'il n'eût touché le rivage. Le lieutenant Thierry, le seul à peu
près qui n'eût pas perdu la tête, fit bonne contenance; il protesta
qu'il n'y avait aucun danger, et la preuve, c'est que lui ni les
mariniers ne songeaient à quitter l'embarcation. On le crut d'autant
mieux, que le temps se calmait sensiblement. Le jour parut: sur le
fleuve uni comme une glace, rien n'eût rappelé les désastres de la nuit,
si les eaux bourbeuses n'eussent charrié des bestiaux morts, des arbres
entiers, des débris de meubles et d'habitations.

Échappés à la tempête, nous débarquâmes à Avignon, où l'on nous déposa
dans le château. Là commença la vengeance des _argouzins_: ils n'avaient
pas oublié ce qu'ils appelaient notre insurrection; ils nous en
rafraîchirent d'abord la mémoire à grands coups de bâton; puis ils
empêchèrent le public de donner aux condamnés des secours que le terme
du voyage ne devait plus faire passer entre leurs mains. «_L'aumône à
ces flibustiers!_ disait un d'entre eux, nommé le père Lami, à des dames
qui demandaient à s'approcher; _c'est bien de l'argent perdu.... Au
surplus, adressez-vous au chef....._» Le lieutenant Thierry, qu'on ne
doit vraiment pas confondre avec les êtres brutaux et inhumains dont
j'ai déjà eu l'occasion de parler, accorda la permission; mais, par un
raffinement de méchanceté, les _argousins_ donnèrent le signal du départ
avant que la distribution fût terminée. Le reste de la route n'offrit
rien de remarquable. Enfin, après trente-sept jours du voyage le plus
pénible, la chaîne entra dans Toulon.

Les quinze voitures parvenues sur le port, et rangées devant la
corderie, on fit descendre les condamnés, qu'un employé reçut, et
conduisit dans la cour du bagne. Pendant le trajet, ceux qui avaient des
habits de quelque valeur s'empressèrent de s'en dépouiller pour les
vendre ou les donner à la foule que réunit l'arrivée d'une nouvelle
chaîne. Lorsque les vêtements du bagne furent distribués, et lorsqu'on
eut rivé les _manicles_, comme je l'avais vu faire à Brest, on nous
conduisit à bord du vaisseau rasé _le Hasard_ (aujourd'hui _le
Frontin_), servant de bagne flottant. Après que les _payots_ (forçats
qui remplissent les fonctions d'écrivains) eurent pris nos signalements,
on choisît les _chevaux de retour_ (forçats évadés), pour les mettre à
la double chaîne. Leur évasion prolongeait leur peine de trois ans.

Comme je me trouvais dans ce cas, on me fit passer à la salle nº 3, où
étaient placés les condamnés les plus suspects. Dans la crainte qu'ils
ne trouvassent l'occasion de s'échapper en parcourant le port, on ne les
conduisait jamais à la _fatigue_. Toujours attachés au banc, couchés sur
la planche nue, rongés par la vermine, exténués par les mauvais
traitements, le défaut de nourriture et d'exercice, ils offraient un
spectacle déplorable.

Ce que j'ai dit des abus de toute espèce dont le bagne de Brest était le
théâtre me dispense de signaler ceux que j'ai pu observer à Toulon.
C'était la même confusion des condamnés, la même brutalité chez les
_argousins_, la même dilapidation des objets appartenants à l'état;
seulement l'importance des armements présentait plus d'occasions de vol
aux forçats qu'on employait dans les arsenaux ou dans les magasins. Le
fer, le plomb, le cuivre, le chanvre, la poix, le goudron, l'huile, le
rhum, le biscuit, le bœuf fumé, disparaissaient chaque jour, et
trouvaient d'autant plus facilement des recéleurs, que les condamnés
avaient des auxiliaires fort actifs dans les marins et dans les ouvriers
libres du port. Les objets de gréement provenants de ces soustractions
servaient à équiper une foule d'allèges et de bateaux pêcheurs, dont les
patrons se les procuraient à vil prix, sauf à dire, en cas d'enquête,
qu'ils les avaient achetés à quelque vente publique d'objets hors de
service.

Un condamné de notre salle, qui, étant prisonnier en Angleterre, avait
travaillé comme charpentier dans les chantiers de Chatam et de Plymouth,
nous rapporta que le pillage y était encore plus considérable. Il nous
assura que dans tous les villages des bords de la Tamise et du Medway,
il y avait des gens continuellement occupés à détordre les cordages de
la marine royale, pour en ôter la marque et la cordelette, qu'on y mêle
pour les faire reconnaître; d'autres n'étaient employés qu'à effacer la
flèche empreinte sur tous les objets de métal enlevés dans les arsenaux.
Ces dilapidations, quelque considérables qu'elles fussent, ne pouvaient
toutefois se comparer aux brigandages qui s'exerçaient sur la Tamise, au
préjudice du commerce. Quoique l'établissement d'une police de marine
ait en grande partie réprimé ces abus, je crois qu'il ne sera pas sans
intérêt de donner quelques détails sur ces fraudes qui se pratiquent
encore aujourd'hui dans certains ports, aux depens de qui il appartient.

Les malfaiteurs dont il est ici question se divisaient en plusieurs
catégories, dont chacune avait une désignation et des attributions
particulières: il y avait les _Pirates de rivière_, les _Chevau-légers_
(Light horsemen), les _Gendarmes_ (Heary horsemen), les _Bateliers
chasseurs_ (Game watermen), les _Gabariers chasseurs_ (Game lightermen),
les _Hirondelles de vase_ (Mudlarks), les _Tapageurs_ (Scuffle hunters);
et les _Recéleurs_ (Copemen).

Les _Pirates de rivière_ se composaient de ce qu'il y avait de plus
audacieux et de plus féroce parmi les brigands qui infestaient la
Tamise. Ils opéraient surtout la nuit contre les bâtiments mal gardés,
dont ils massacraient quelquefois le faible équipage pour piller plus à
leur aise. Le plus souvent ils se bornaient à prendre des cordages, des
rames, des perches, ou même des balles de coton. Mouillé à Castlane-Ter,
le capitaine d'un brick américain, ayant entendu du bruit, monta sur le
pont pour s'en rendre compte; un canot s'éloignait: c'étaient des
pirates, qui, en lui souhaitant le bon soir, lui dirent qu'ils venaient
d'enlever son ancre avec le câble. En s'entendant avec les _Watchmen_,
chargés de veiller la nuit sur les cargaisons, ils pillaient encore avec
plus de facilité. Quand on ne pouvait pratiquer de semblables
intelligences, on coupait les câbles des alléges, et on les laissait
dériver jusqu'à ce qu'ils fussent parvenus dans un endroit où l'on pût
se mettre à la besogne sans crainte d'être découverts. De petits
bâtiments de charbon se sont trouvés ainsi déchargés en entier dans le
cours d'une nuit. Le suif de Russie, que la difficulté de remuer les
barriques énormes qui le contiennent semblait devoir protéger contre ces
tentatives, n'était pas plus à l'abri, puisqu'on avait l'exemple de
l'enlèvement nocturne de sept de ces barriques, qui pèsent entre trente
et quarante quintaux.

Les _Chevau-légers_ pillaient également pendant la nuit, mais c'était
principalement aux vaisseaux venant des Indes occidentales qu'ils
s'attaquaient. Ce genre de vol prenait son origine dans un arrangement
entre les contre-maîtres et les recéleurs, qui achetaient les balayures,
c'est-à-dire les parcelles de sucre, les grains de café, ou le coulage
des liquides, qui restent dans l'entrepont après le déchargement de la
cargaison. On comprend qu'il était facile d'augmenter ces profits en
crevant les sacs et en disjoignant les douves des tonneaux. C'est ce que
découvrit, à son grand étonnement, un négociant Canadien, qui expédiait
tous les ans une grande quantité d'huile. Trouvant toujours un déchet
beaucoup plus considérable que celui qui peut résulter du coulage
ordinaire, et ne pouvant obtenir, à cet égard, de ses correspondants une
explication satisfaisante, il profita d'un voyage à Londres pour
pénétrer le mystère. Déterminé à poursuivre ses investigations avec le
soin le plus minutieux, il était sur le quai, attendant avec impatience
une gabare chargée de la veille, et dont le retard lui semblait déjà
fort extraordinaire. Elle parut enfin, et le négociant vit une troupe
d'hommes de mauvaise mine se précipiter à bord avec autant d'ardeur que
des corsaires qui monteraient à l'abordage. Il pénétra à son tour dans
l'entrepont, et resta stupéfait, en voyant les barils rangés, les
bondons _en dessous_. Lorsqu'on vint à décharger la gabarre, il se
trouva répandu dans la cale assez d'huile pour en emplir neuf barils. Le
propriétaire ayant fait lever quelques planches, on trouva encore de
quoi emplir cinq autres; en sorte que du simple chargement d'un allége
on avait distrait quatorze barils. Ce qu'on aura peine à croire, c'est
que l'équipage, loin de convenir de ses torts, eut l'impudence de
prétendre qu'on le privait d'un profit qui lui appartenait.

Non contents de dilapidations de ce genre, les _chevau-légers_, réunis
aux _gabarriers chasseurs_, enfonçaient pendant la nuit des barriques de
sucre, dont le contenu disparaissait entièrement, emporté par portions
dans des sacs noirs, qu'on appelait _black-straps_ (bandes noires). Des
constables, venus à Paris en mission, et avec lesquels j'ai dû être mis
en rapport, m'ont assuré qu'en une nuit, il avait été ainsi enlevé de
divers vaisseaux jusqu'à vingt barriques de sucre, et jusqu'à du rhum
extrait au moyen d'une pompe (_gigger_), et dont on remplit des vessies.
Les bâtiments à bord desquels se pratiquait ce trafic étaient désignés
sous le nom de _game ships_ (vaisseaux à gibier). A cette époque, les
vols de liquides et des spiritueux étaient, au surplus, fort communs,
même dans la marine royale. On en trouve un exemple fort curieux dans ce
qui arriva à bord de la frégate _la Victoire_, qui apportait en
Angleterre les restes de Nelson, tué, comme on sait, au combat de
Trafalgar. Pour conserver le corps, on l'avait mis dans une tonne de
rhum. Lorsqu'en arrivant à Plymouth, on ouvrit la tonne, elle était à
sec. Pendant la traversée, les matelots, bien certains que le sommelier
ne visiterait pas cette pièce, avaient tout bu à l'aide de calumets de
paille ou de _giggers_. Ils appelaient cela mettre l'_Amiral en perce_.

Les _bateliers chasseurs_ se tenaient à bord des vaisseaux qu'on
déchargeait, pour recevoir et transférer sur-le-champ à terre les objets
volés. Comme ils étaient chargés de traiter avec les recéleurs, ils se
réservaient des profits considérables; tous faisaient beaucoup de
dépense. On en citait un qui, du fruit de son industrie, entretenait une
femme très élégante, et possédait un cheval de selle.

Par _hirondelles de vase_, on entendait ces hommes qui rôdaient à marée
basse, autour de la quille des vaisseaux, sous prétexte de chercher de
vieux cordages, du fer, du charbon, mais dans le fait pour recevoir et
cacher des objets qu'on leur jetait du bord.

Les _tapageurs_ étaient des ouvriers à longs tabliers, qui, feignant de
demander de l'ouvrage, se précipitaient en foule à bord des bâtiments,
où ils trouvaient toujours moyen de dérober quelque chose à la faveur du
tumulte.

Venaient enfin les _recéleurs_, qui, non contents d'acheter tout ce que
leur apportaient les voleurs dont on vient de voir l'énumération,
traitaient quelquefois directement avec les capitaines ou avec les
contre-maîtres qu'ils savaient disposés à se laisser séduire. Ces
négociations se faisaient dans un argot intelligible seulement pour les
intéressés. Le sucre était du _sable_, le café des haricots, le piment
des _petits-pois_, le rhum du _vinaigre_, le thé du _houblon_, de
manière qu'on pouvait traiter, même en présence du cosignataire du
navire sans qu'il sût qu'il s'agissait de sa cargaison.

Je trouvai réuni à la salle nº 3 tout ce qu'il y avait dans le bagne de
scélérats consommés. J'y vis un nommé Vidal, qui faisait horreur aux
forçats eux-mêmes!...... Arrêté à quatorze ans, au milieu d'une bande
d'assassins dont il partageait les crimes, son âge seul l'avait dérobé
à l'échafaud. Il était condamné à vingt-quatre ans de réclusion; mais à
peine fut-il entré dans la prison, qu'à la suite d'une querelle, il tua
l'un de ses camarades d'un coup de couteau. Une condamnation à
vingt-quatre années de travaux forcés remplaça alors la peine de la
réclusion. Il était depuis quelques années au bagne, lorsqu'un forçat
fut condamné à mort. Il n'y avait pas en ce moment de bourreau dans la
ville; Vidal offrit avec empressement ses services: ils furent acceptés,
et l'exécution eut lieu, mais on dut mettre Vidal sur le banc des
garde-chiourme; autrement il était assommé à coups de chaînes. Les
menaces dont il était l'objet ne l'empêchèrent pas de remplir de nouveau
quelque temps après son odieux ministère. Il se chargea de plus
d'administrer les bastonnades infligées aux condamnés. Enfin, en 1794,
le tribunal révolutionnaire ayant été installé à Toulon, à la suite de
la prise de cette ville par Dugommier, Vidal fut chargé d'exécuter ses
arrêts. Il se croyait définitivement libéré; mais quand la terreur eut
cessé, on le fit rentrer au bagne, où il devint l'objet d'une
surveillance toute particulière.

Au même banc que Vidal, était enchaîné le Juif Deschamps, un des auteurs
du vol du Garde-Meuble, dont les forçats écoutaient le récit dans un
recueillement sinistre; seulement à l'énumération des diamants et des
bijoux enlevés, leurs yeux s'animaient, leurs muscles se contractaient
par un mouvement convulsif; et, à l'expression de leurs physionomies, on
pouvait juger quel usage ils eussent fait alors de leur liberté. Cette
disposition se remarquait surtout chez les hommes coupables de légers
délits, qu'on humiliait en les goguenardant sur la niaiserie de
s'attaquer à des objets de peu de valeur; c'est ainsi qu'après avoir
évalué à vingt millions les objets enlevés au Garde-Meuble, Deschamps
disait d'un air méprisant à un pauvre diable condamné pour vol de
légumes: «Eh bien! est-ce là des choux!»

Du moment où ce vol fut commis, il devint le texte de commentaires, que
les circonstances et l'agitation des esprits rendaient fort singuliers.
Ce fut dans la séance du dimanche soir (16 septembre 1792), que le
ministre de l'intérieur Roland annonça l'événement à la tribune de la
Convention, en se plaignant amèrement du défaut de surveillance des
employés et des militaires de garde qui avaient abandonné leurs postes,
sous prétexte de _la rigueur du froid_. Quelques jours après, Thuriot,
qui faisait partie de la commission chargée de suivre l'instruction,
vint accuser à son tour l'incurie du ministre, qui répondit assez
sèchement, qu'il avait autre chose à faire que de surveiller le
Garde-Meuble. La discussion en resta là, mais ces débats avaient éveillé
l'attention, et l'on ne parlait dans le public que d'intelligences
coupable, de complots dont le produit du vol devait servir à soudoyer
les agents; on alla jusqu'à dire que le gouvernement s'était volé
lui-même; ce qui donna quelque consistance à ce bruit, ce fut le sursis
accordé, le 18 octobre, à quelques individus condamnés pour ce fait, et
dont on attendait des révélations. Néanmoins, le 22 février 1797, dans
son rapport au Conseil des Anciens, sur la proposition d'accorder une
gratification de 5000 fr. à une dame Corbin, qui avait facilité la
découverte d'une grande partie des objets enlevés, Thiébault déclara, de
la manière la plus formelle, que cet événement ne se rattachait à aucune
combinaison politique, et qu'il avait été tout simplement provoqué par
le défaut de surveillance des gardiens, et par le désordre qui régnait
alors dans toutes les administrations.

Dans le principe, _le Moniteur_ avait échauffé les imaginations les plus
circonspectes, en parlant de _quarante brigands armés_ qu'on aurait
surpris dans les salles du Garde-Meuble; la vérité est que l'on n'avait
surpris personne, et que, lorsqu'on s'aperçut de la disparition du
_Régent_, du _hochet du dauphin_ et d'une foule d'autres pièces,
estimées dix-sept millions, il y avait _quatre nuits_ successives que
Deschamps, Bernard Salles et un Juif portugais nommé Dacosta,
s'introduisaient tour-à-tour dans les salles sans autres armes que les
instruments nécessaires pour détacher les pierreries enchâssées dans des
pièces d'argenterie qu'ils dédaignaient d'emporter; c'est ainsi qu'ils
enlevèrent avec beaucoup de précaution les magnifiques rubis qui
figuraient les yeux des poissons d'ivoire.

Deschamps, à qui reste l'honneur de l'invention, s'était introduit le
premier dans la galerie en escaladant une fenêtre au moyen d'un
réverbère qui existe encore à l'angle de la rue Royale et de la place
Louis XV. Bernard Salles et Dacosta, qui faisaient le guet, l'avaient
d'abord secondé seuls; mais la troisième nuit, Benoît Naid,
Philipponeau, Paumettes, Fraumont, Gay, Mouton, lieutenant dans la garde
nationale, et Durand, dit _le Turc_, bijoutier rue Saint-Sauveur,
s'étaient mis de la partie, ainsi que plusieurs _grinches de la haute
pègre_ (voleurs de distinction), qu'on avait amicalement prévenus de
venir prendre part à la curée. Le quartier-général était dans un billard
de la rue de Rohan; on faisait au surplus si peu mystère de l'affaire,
que le lendemain du premier vol, Paumettes, dînant avec des filles dans
un restaurant de la rue d'Argenteuil, leur jeta sur la table une poignée
de roses et de petits brillants. La police n'en fut pas même informée.
Pour découvrir les principaux auteurs du vol, il fallut que Durand,
arrêté sous la prévention de fabrication de faux assignats, se décidât à
faire des révélations pour obtenir sa grâce. Ce fut sur ces données
qu'on parvint à retrouver le _Régent_; il fut saisi à Tours, cousu dans
la toque d'une femme nommée Lelièvre, qui, ne pouvant passer en
Angleterre à cause de la guerre, allait le vendre à Bordeaux, à un Juif
ami de Dacosta. On avait d'abord tenté de s'en défaire à Paris, mais la
valeur de cette pièce, estimée douze millions, devait éveiller des
soupçons dangereux; on avait également renoncé au projet de la faire
diviser à la scie, dans la crainte d'être trahi par le lapidaire.

La plupart des auteurs du vol furent successivement arrêtés et condamnés
pour d'autres délits; de ce nombre se trouvèrent Benoît Naid, Dacosta,
Bernard Salles, Fraumont et Philipponeau; ce dernier, arrêté à Londres à
la fin de 1791, au moment où il faisait graver une planche d'assignats
de 300 fr., avait été amené à Paris et enfermé à la Force, d'où il
s'était évadé à la faveur des massacres du 2 septembre.

Avant d'être condamné pour le vol du Garde-Meuble, Deschamps avait été
impliqué dans une affaire capitale, dont il s'était tiré, bien que
coupable, comme il s'en vantait avec nous, en donnant des détails qui ne
permettaient pas d'en douter; il s'agissait du double assassinat du
joaillier Deslong et de sa servante, commis de complicité avec le
brocanteur Fraumont.

Deslong faisait des affaires assez étendues dans sa partie. Outre les
achats particuliers, il faisait encore le courtage en perles et en
diamants, et comme il était connu pour honnête homme, on lui confiait
souvent des objets de prix, soit pour les vendre ou pour en tirer parti
en les démontant; il courait aussi les ventes, et c'est là qu'il avait
fait la connaissance de Fraumont, qui s'y rendait fort assidument pour
acheter principalement des chasubles et autres ornements provenants du
pillage des églises (1793), qu'il brûlait pour extraire le métal des
galons. De l'habitude de se voir et de se trouver en concurrence pour
quelques opérations, naquit entre ces deux hommes une sorte de liaison
qui devint bientôt intime. Deslong n'avait plus rien de caché pour
Fraumont; il le consultait sur toutes ses entreprises, l'informait de la
valeur de tous les dépôts qu'il recevait, et alla même jusqu'à lui
confier le secret d'une cachette où il plaçait ses objets les plus
précieux.

Instruit de toutes ces particularités, et ayant ses entrées libres chez
Deslong, Fraumont conçut le projet de le voler pendant qu'il serait avec
sa femme au spectacle, où ils allaient souvent. Il fallait également un
complice pour faire le guet; il était d'ailleurs dangereux pour
Fraumont, que le jour de l'expédition on le vît dans la maison, où tout
le monde le connaissait. Il avait d'abord choisi un serrurier, forçat
évadé, qui avait fait les fausses clefs nécessaires pour entrer chez
Deslong; mais cet homme, poursuivi par la police, ayant été forcé de
quitter Paris, il lui substitua Deschamps.

Au jour pris pour effectuer le vol, Deslong et sa femme étant partis au
_Théâtre de la République_, Fraumont fut se mettre en embuscade chez un
marchand de vin pour guetter le retour de la servante, qui profitait
ordinairement de l'absence de ses maîtres pour aller voir son amant.
Deschamps monta à l'appartement et ouvrit doucement la porte avec une
des fausses clefs.... Quel fut son étonnement de voir dans le vestibule
la servante, qu'il croyait sortie (sa sœur, qui lui ressemblait
beaucoup, l'ayant effectivement quittée quelques instants
auparavant....)! A l'aspect de Deschamps, dont la surprise rendait la
figure plus effrayante encore, cette fille laisse tomber son
ouvrage...... Elle va crier.... Deschamps se précipite sur elle, la
renverse, la saisit à la gorge, et lui porte cinq coups d'un couteau à
gaîne qu'il portait toujours dans la poche droite de son pantalon. La
malheureuse tombe baignée dans son sang..... Pendant qu'elle fait
entendre le râle de la mort, l'assassin furète dans tous les coins de
l'appartement, mais, soit que cet incident inattendu l'eût troublé, soit
qu'il entendît quelque rumeur sur les escaliers, il se borne à enlever
quelques pièces d'argenterie qui se trouvent sous sa main, revient
trouver son complice chez le marchand de vin où il s'était posté, et lui
raconte toute l'aventure; celui-ci se montra fort affecté, non de la
mort de la servante, mais du peu d'intelligence et d'aplomb de
Deschamps, auquel il reprochait de n'avoir pas su découvrir la cachette
qu'il lui avait si bien indiquée: ce qui mettait le comble à son
mécontentement, c'est qu'il prévoyait qu'après une pareille catastrophe,
Deslong se tiendrait si bien sur ses gardes, qu'il serait impossible de
retrouver une semblable occasion.

Celui-ci avait en effet changé de logement à la suite de cet événement,
qui lui inspirait les plus vives terreurs; le peu de monde qu'il
recevait n'était introduit chez lui qu'avec de grandes précautions.
Quoique Fraumont évitât de s'y présenter, il ne conçut point de soupçons
contre lui: comment aurait-il eu de pareilles idées sur un homme qui,
s'il eût commis le crime, n'eût pas manqué de dévaliser la cachette dont
il connaissait le secret. Le rencontrant même au bout de quelques jours
sur la place Vendôme, il l'engagea fortement à venir le voir, et se lia
plus intimement que jamais avec lui. Fraumont revint alors à ses
premiers projets; mais, désespérant de forcer la nouvelle cachette, qui,
d'ailleurs, était soigneusement gardée, il se décida à changer de plan.
Attiré chez Deschamps, sous prétexte de traiter d'une forte partie de
diamants, Deslong fut assassiné et dépouillé d'une somme de dix-sept
mille francs, tant en or qu'en assignats, dont il s'était muni sur
l'invitation de Fraumont, qui lui porta le premier coup.

Deux jours s'écoulèrent: madame Deslong ne voyant pas revenir son mari,
qui ne se fût pas absenté si long-temps sans l'en prévenir, et sachant
qu'il était porteur de valeurs assez considérables, ne douta plus qu'il
ne lui fût arrivé malheur. Elle s'adressa à la police, dont
l'organisation se ressentait alors de la confusion qui régnait dans tous
les services; on parvint cependant à mettre la main sur Fraumont et sur
Deschamps, et les révélations du serrurier qui devait concourir au vol,
et qui était arrêté de nouveau, eussent pu leur être funestes; mais on
refusa à cet homme la liberté qu'on lui avait promise à titre de
récompense, et l'agent de police Cadot, qui avait été son
intermédiaire, ne voulant pas en avoir le démenti, le fit évader dans
le trajet de la Force au Palais. Cette circonstance enlevant le seul
témoin à charge qui eût pu déposer dans l'affaire, Deschamps et Fraumont
furent mis en liberté.

Condamné depuis à dix-huit ans de fers, pour d'autres vols, Fraumont
partit pour le bagne de Rochefort le 1er nivose an VII; il ne se
tenait pourtant pas encore pour battu: au moyen de l'argent provenant de
ses expéditions, il avait soudoyé quelques individus, qui devaient
suivre la chaîne pour faciliter son évasion, dans le cas où il pourrait
la tenter, ou même pour l'enlever s'il y avait lieu. L'usage qu'il se
proposait de faire de sa liberté, c'était de venir assassiner M.
Delalande, premier président du tribunal qui l'avait condamné, et le
commissaire de police de la _section de l'Unité_, qui avait produit
contre lui des charges accablantes. Tout était disposé pour l'exécution
de ce projet, quand une femme publique qui en avait appris le détail de
la bouche d'un des intéressés, fit des révélations spontanées: on prit
des mesures en conséquence; l'escorte fut avertie; lorsque la chaîne
sortit de Bicêtre, on mit à Fraumont des menottes qui ne le quittèrent
qu'à son arrivée à Rochefort, où il fut spécialement recommandé; on m'a
assuré qu'il était mort au bagne. Pour Deschamps, qui devait bientôt
s'évader de Toulon, il fut trois ans après arrêté à la suite d'un vol
commis à Auteuil, condamné à mort par le tribunal criminel de la Seine,
et exécuté à Paris.

A la salle nº 3, je n'étais séparé de Deschamps que par un voleur
effractionnaire, Louis Mulot, fils de ce Cornu qui porta long-temps
l'effroi dans les campagnes de la Normandie, où ses crimes ne sont point
encore oubliés. Déguisé en maquignon, il courait les foires, observait
les marchands qui portaient avec eux de fortes sommes, et prenait la
traverse pour aller les attendre dans quelque endroit écarté, où il les
assassinait. Marié en troisièmes noces à une jeune et jolie fille de
Bernai, il lui avait d'abord soigneusement caché sa terrible profession,
mais il ne tarda pas à découvrir qu'elle était digne en tout de lui. Dès
lors il l'associa à toutes ses expéditions. Courant aussi les foires
comme mercière ambulante, elle s'introduisait facilement auprès des
riches cultivateurs de la vallée d'Auge, et plus d'un trouva la mort
dans un galant rendez-vous. Plusieurs fois soupçonnés, ils opposèrent
avec succès des _alibi_ dus aux excellents chevaux dont ils avaient
toujours soin de se munir.

En 1794, la famille Cornu se composait du père, de la mère, de trois
fils, de deux filles et des amants de ces dernières, qu'on avait
habitués au crime dès leur plus tendre enfance, soit en les faisant
servir d'espions, soit en les envoyant mettre le feu aux granges. La
plus jeune des filles, Florentine, ayant d'abord témoigné quelque
répugnance, on l'avait aguerrie en lui faisant porter pendant deux
lieues dans son tablier la tête d'une fermière des environs
d'Argentan!!!...

Plus tard, tout-à-fait _affranchie_ (dégagée de tout scrupule), elle eut
pour amant l'assassin Capelu, exécuté à Paris en 1802. Lorsque la
famille se forma en bande de chauffeurs pour exploiter le pays situé
entre Caen et Falaise, c'était elle qui donnait la question aux
malheureux fermiers, en leur mettant sous l'aisselle une chandelle
allumée, ou en leur posant de l'amadou brûlant sur l'orteil.

Vivement poursuivi par la police de Caen et surtout par celle de Rouen,
qui venait d'arrêter deux des jeunes gens à Brionne, Cornu prit le
parti se retirer pour quelque temps dans les environs de Paris; espérant
ainsi dépister son monde. Installé avec sa famille dans une maison
isolée de la route de Sèvres, il ne craignait pourtant pas de venir
faire sa promenade aux Champs-Elysées, où il rencontrait presque
toujours quelques voleurs de sa connaissance. «Eh! bien, père Cornu, lui
disaient-ils un jour, que faites-vous maintenant?--Toujours le _grand
soulasse_ (l'assassinat), mes enfants, toujours le grand soulasse.--Il
est drôle le père Cornu....; mais la _passe_ (la peine de
mort).....--Eh! on ne la craint pas quand il n'y a plus de _parrains_
(témoins).... Si j'avais _refroidi_ tous les _garnafiers_ que j'ai mis
en _suage_, je n'en aurais pas _le taf_ aujourd'hui. (Si j'avais tué
tous les fermiers auxquels j'ai chauffé les pieds, je n'en aurais pas
peur aujourd'hui.)»

Dans une de ces excursions, Cornu rencontra un de ses anciens collègues,
qui lui proposa de forcer un pavillon situé dans les bois de
Ville-d'Avray. Le vol s'exécute, on partage le butin, mais Cornu croit
s'apercevoir qu'il est dupe. Arrivé au milieu du bois, il laisse tomber
sa tabatière en la présentant à son camarade; celui-ci fait un mouvement
pour la ramasser; à l'instant où il se baisse, Cornu lui fait sauter la
cervelle d'un coup de pistolet, le dépouille, et regagne sa maison, où
il raconte l'aventure à sa famille, en riant aux éclats.

Arrêté près de Vernon, au moment de pénétrer dans une ferme, Cornu fut
conduit à Rouen, traduit devant la Cour criminelle, et condamné à mort.
Dans l'intervalle de son pourvoi, sa femme, restée libre, allait chaque
jour lui porter des provisions et le consoler: «Écoute, lui dit-elle, un
matin qu'il paraissait plus sombre qu'à l'ordinaire, écoute, Joseph, on
dirait que la _carline_ (la mort) te fait peur.... Ne va pas faire le
_sinvre_ (la bête) au moins quand tu seras sur la _placarde_ (la place
des exécutions)....... Les _garçons de campagne_ (voleurs de grands
chemins) se moqueraient joliment de toi....

»Oui, dit Cornu, tout cela serait bel et bon, s'il ne s'agissait pas de
la _coloquinte_ (tête), mais quand on a _Charlot_ (le bourreau) d'un
côté, _le sanglier_ (le confesseur) de l'autre, et _les marchands de
lacets_ (les gendarmes) derrière, ce n'est pas déjà si réjouissant
d'aller faire des abreuvoirs à mouches...

»Allons donc! Joseph, pas de ces idées là; suis qu'une femme, vois-tu;
eh bien! j'irais là comme à une neuvaine, avec toi surtout, mon pauvre
Joseph! Oui, je te le dis, foi de Marguerite, je voudrais y aller avec
toi.

--»Bien vrai! répartit Cornu.

--»Oh oui, bien vrai, soupira Marguerite. Mais pourquoi te lèves-tu,
Joseph...? Qu'as-tu donc?

--»Je n'ai rien, reprit Cornu; puis, s'approchant d'un porte-clefs qui
se tenait à l'entrée du corridor: Roch, lui dit-il, faites venir le
concierge, j'ai besoin de parler à l'accusateur public.

--»Comment, s'écria la femme, l'accusateur public...! Voudrais-tu
_manger le morceau_? (faire des révélations.) Ah Joseph, quelle
réputation tu vas laisser à nos enfants!»

Cornu garda le silence jusqu'à l'arrivée du magistrat; alors il dénonça
sa femme, et cette malheureuse, condamnée à mort par suite de ses
révélations, fut suppliciée en même temps que lui. Mulot, de qui je
tiens les détails de cette scène, ne la racontait jamais sans en rire
aux larmes. Toutefois, il ne pensait pas que l'on dût plaisanter avec la
guillotine, et depuis long-temps il évitait toute affaire qui eût pu
l'envoyer rejoindre son père, sa mère, un de ses frères et sa sœur
Florentine, tous exécutés à Rouen. Quand il parlait d'eux et de la fin
qu'ils avaient faite, il lui arrivait souvent de dire: _Voilà ce que
c'est que de jouer avec le feu; aussi l'on ne m'y prendra pas_: et en
effet, ses jeux étaient moins redoutables, ils se bornaient à un genre
de vol dans lequel il excellait. L'aîné de ses sœurs, qu'il avait
amenée à Paris, le secondait dans ses expéditions. Vêtue en
blanchisseuse, la hotte au dos ou le panier au bras, elle montait dans
les maisons sans portier, frappait à toutes les portes, et quand elle
s'était assurée qu'un locataire était absent, elle revenait faire part
de sa découverte à Mulot. Alors celui-ci, déguisé en garçon serrurier,
accourait, son trousseau de rossignols à la main, et en deux tours il
venait à bout de la serrure la plus compliquée. Souvent, afin de ne pas
éveiller les soupçons, dans le cas où quelqu'un viendrait à passer, la
sœur, le tablier devant elle, la modeste cornette sur le front, et
avec l'air contrarié d'une bonne qui a perdu sa clef, assistait à
l'opération. Mulot, ainsi qu'on le voit, ne manquait pas de prévoyance;
il n'en fut pas moins surpris en besogne, et peu de temps après condamné
aux fers.



CHAPITRE XIV.

     Le père Mathieu.--Je me fais industriel.--Ruine de mon
     établissement.--On me croit perdu.--Je suis aide-major.--_Ecce
     Homo_ ou le marchand de cantiques.--Un déguisement.--Arrêtez! c'est
     un forçat.--Je suis mis à la double chaîne.--La clémence du
     commissaire.--Je lui fais un conte.--Ma plus belle évasion.--La
     fille publique et l'enterrement.--Je ne sais pas ce que
     c'est.--Situation critique.--Une bande de brigands.--J'y découvre
     un voleur.--J'obtiens mon congé.--L'indemnité de route.--Je promets
     le secret.


Jamais je n'avais été si malheureux que depuis mon entrée dans le bagne
de Toulon. Confondu à vingt-quatre ans avec les plus vils scélérats,
sans cesse en contact avec eux, j'eusse mieux aimé cent fois être réduit
à vivre au milieu d'une troupe de pestiférés. Contraint à ne voir, à
n'entendre que des êtres dégradés, dont l'esprit sans cesse s'évertuait
au mal, je redoutais pour moi la contagion de l'exemple. Quand, jour et
nuit, en ma présence, on préconisait hautement les actions les plus
contraires à la morale, je n'étais plus assez sûr de la force de mon
caractère pour ne pas craindre de me familiariser avec ce perfide et
dangereux langage. A la vérité, j'avais déjà résisté à de nombreuses
tentations; mais le besoin, la misère, le désir surtout de recouvrer la
liberté, peuvent souvent faire faire vers le crime un pas involontaire.
Je ne m'étais pas encore trouvé dans une situation à laquelle il m'eût
paru plus urgent d'échapper. Dès lors toutes mes pensées se tournèrent
vers la possibilité d'une évasion. Divers plans s'offraient à mon
esprit; mais ce n'était pas tout de les avoir conçus: pour les exécuter,
il me fallait attendre un moment favorable; jusque là la patience était
l'unique remède à mes maux. Attaché au même banc que des voleurs de
profession, qui déjà s'étaient évadés plusieurs fois, j'étais, ainsi
qu'eux, l'objet d'une surveillance bien difficile à déjouer. Retirés
dans leurs _cambrons_ (cabanes), placés à peu de distance de nous, les
argouzins étaient à portée d'épier nos moindres mouvements. Le père
_Mathieu_, leur chef, avait des yeux de lynx, et une telle habitude des
hommes, qu'à la première vue il s'apercevait si l'on avait le dessein de
le tromper. Ce vieux renard approchait de la soixantaine, mais, pourvu
d'une de ces organisations solides qui semblent être à l'épreuve des
ans, il était encore vigoureux. C'était une de ces tailles carrées qui
ne s'usent pas. Je crois le voir avec sa petite queue, ses cheveux gris
poudrés, et son visage en courroux, qui allait si bien au métier qu'il
faisait. Jamais il ne parlait sans mettre son bâton sur le tapis.
C'était pour lui un plaisir de raconter les nombreuses bastonnades qu'il
avait données ou fait donner. Continuellement en guerre avec les
forçats, il n'y avait pas une de leurs ruses qu'il ne connût. Sa
défiance était si grande, que souvent même il les accusait de comploter
quand ils ne songeaient à rien. On doit penser qu'il n'était pas facile
d'adoucir un pareil Cerbère. J'essayai cependant de captiver sa
bienveillance; c'était une entreprise dans laquelle personne n'avait
encore réussi: bientôt je reconnus que je ne m'étais pas leurré d'un
vain espoir; je gagnais visiblement dans son esprit. Le père Mathieu
m'adressait quelquefois la parole; c'était, me disaient les anciens, un
signe que je lui convenais beaucoup; il n'y avait donc pas
d'inconvénient à ce que je lui demandasse une grâce. Je le priai de me
permettre de fabriquer des jouets d'enfants avec des morceaux de bois
que m'apporteraient les forçats qui allaient _à la fatigue_. Il
m'accorda tout ce que je voulais, à la condition que je serais sage; et
dès le lendemain je me mis a l'œuvre. Mes camarades ébauchaient, et
moi je finissais. Le père Mathieu, trouvait que ce que je faisais était
joli; quand il remarqua que j'avais des aides pour mon petit travail, il
ne put s'empêcher de témoigner qu'il était satisfait, ce qui ne lui
était pas arrivé depuis long-temps. «A la bonne heure! dit-il, voilà
comment j'aime que l'on s'amuse: il serait bien à désirer que vous en
fissiez tous autant, ça vous distrairait, et au moins avec le produit
vous pourriez vous procurer quelques douceurs.» En peu de jours, le banc
fut transformé en un atelier, où quatorze hommes également pressés de
fuir l'ennui, et d'avoir quelque argent à leur disposition, déployaient
la plus grande activité. Nous avions toujours de la marchandise prête,
dont le débit s'effectuait par l'entremise des forçats qui nous
fournissaient la matière première. Pendant un mois, notre commerce fut
des plus florissants; chaque jour nous faisions une recette assez
abondante, dont il n'entrait pas une obole au bureau. Ainsi que cela se
pratique d'ordinaire le père Mathieu, moyennant rétribution, nous avait
autorisés à prendre pour notre trésorier le nommé _Pantaragat_, forçat
qui vendait à boire et à manger dans la salle où nous étions.
Malheureusement, il est des objets qu'on ne peut multiplier sans que
l'équilibre nécessaire entre produire et consommer n'en soit détruit;
c'est une vérité d'économie politique: il vint un moment où la
fabrication se ralentit faute de débouché. Toulon était encombré de
jouets de toutes façons: il fallut nous croiser les bras. Ne sachant
plus que faire, je prétextai des douleurs de jambes afin d'entrer à
l'hôpital. Le médecin à qui je fus recommandé par le père Mathieu, dont
j'étais véritablement le protégé, crut que j'étais hors d'état de
pouvoir marcher. Quand on projette de s'évader, il est toujours bon de
donner de soi une telle opinion. Le docteur _Ferrant_ ne soupçonna pas
un seul instant que j'eusse l'intention de le tromper; c'était un de ces
disciples d'Esculape qui, comme la plupart des Hippocrate de l'école de
Montpellier, d'où il était sorti, imaginent que la brusquerie est un des
attributs de leur profession; mais il ne laissait pas que d'être humain,
il avait surtout pour moi beaucoup de bonté. Le chirurgien en chef
m'avait aussi pris en affection: c'était à moi qu'il avait confié le
soin de sa boîte à pansement; je disposais la charpie, je préparais les
compresses, enfin je me rendais utile, et ma complaisance me valait des
égards; il n'y eut pas jusqu'à l'argouzin de l'infirmerie qui ne se fît
un plaisir de m'être agréable: pourtant personne ne surpassait en dureté
M. _Lhomme_ (c'était le nom de cet employé), que l'on appelait assez
plaisamment l'_Ecce Homo_, parce qu'autrefois il avait été marchand de
cantiques. Bien que je lui eusse été signalé comme dangereux, M. Lhomme
était tellement enchanté de ma bonne conduite, et plus encore des
bouteilles de vin cuit que je lui repassais, qu'il s'humanisa
visiblement. Quand je fus à peu près certain de ne plus lui inspirer de
défiance, je dressai mes batteries, pour mettre en défaut sa vigilance,
ainsi que celle de ses confrères. Déjà je m'étais procuré une perruque
et des favoris noirs; j'avais en outre caché dans ma paillasse une
vieille paire de bottes, à laquelle le cirage donnait un aspect de
nouveauté: ce n'était encore là que pour la tête et pour les pieds; pour
le complément de ma toilette, je comptais sur le chirurgien en chef, qui
avait l'habitude d'entreposer sur mon lit sa redingotte, son chapeau,
sa canne et ses gants. Un matin qu'il était occupé à amputer un bras, je
m'aperçus que M. Lhomme l'avait suivi, afin d'assister à l'opération qui
se faisait à l'une des extrémités de la salle: l'occasion était belle
pour un travestissement; je me hâte de l'effectuer, et sous mon nouveau
costume, je vais droit à la sortie; il me fallait passer au milieu d'une
troupe de sous-argouzins; je me risque effrontément; aucun d'eux ne
paraît faire attention à moi, et déjà je me suppose hors de péril,
lorsque j'entends ce cri: «_Arrêtez! arrêtez! c'est un forçat qui
s'évade._» A peine me restait-il vingt pas à faire pour gagner la porte
de l'arsenal: sans me déconcerter, je redouble de vitesse, et, parvenu
devant le poste, je dis à la garde, en montrant un individu qui venait
d'entrer dans la ville: «_Courrez-donc avec moi, c'est un échappé de
l'hôpital._» Cette présence d'esprit allait peut-être me sauver; mais,
sur le point de franchir la grille, je me sens tirer par ma perruque; je
me retourne, c'est M. Lhomme: si je résiste, je suis mort; je me résigne
à marcher devant lui, et l'on me reconduit au bagne, où je suis mis à la
double chaîne. Il était clair qu'il allait me revenir une correction;
pour l'éviter, je me jette aux genoux du commissaire: «Ah! Monsieur, lui
dis-je, que l'on ne me frappe pas, c'est la seule grâce que je vous
demande; je ferai plutôt trois ans de plus si vous l'exigez.» Le
commissaire, quelque touchante que fût ma prière, avait beaucoup de
peine à garder sa gravité; enfin il répondit qu'il me pardonnait, en
faveur de la hardiesse et de la nouveauté du tour; mais il voulut que je
lui désignasse la personne qui m'avait procuré les objets d'habillement
dont le chirurgien n'avait pas fait les frais. «Vous n'ignorez pas, lui
répartis-je, que les gens qui nous gardent sont des misérables qui font
tout pour de l'argent; mais rien au monde ne me fera trahir celui qui
m'a servi.» Satisfait de ma franchise, il donna aussitôt l'ordre de me
retirer la double chaîne, et comme l'argouzin murmurait contre tant
d'indulgence, il lui prescrivit de se taire, en ajoutant: «Vous devriez
l'aimer au lieu de lui en vouloir, car il vient de vous donner une leçon
dont vous pourrez faire votre profit.» Je remerciai le commissaire, et
l'instant d'après je fus ramené sur le banc fatal auquel je devais
encore être attaché pendant six ans. Je me flattai alors de l'espoir de
relever ma fabrique de jouets d'enfants; mais le père Mathieu s'y
opposa, et je fus, malgré moi, obligé de rester dans l'inaction. Deux
mois se passèrent sans qu'il survînt aucun changement dans ma position.
Une nuit, je ne pouvais pas dormir; tout-à-coup il me vint une de ces
idées lumineuses que l'on ne trouve que pendant les ténèbres; Jossas
était éveillé, je la lui communique. On devine qu'il s'agissait toujours
de tentatives d'évasion; il juge excellent, merveilleux, le moyen que
j'ai imaginé, et il m'engage fortement à ne pas le négliger. On va voir
que je n'oubliai pas son conseil. Un matin, le commissaire du bagne,
faisant sa ronde, passa près de moi; je lui demandai la permission de
l'entretenir en particulier. «Eh! que me veux-tu? me dit-il; as-tu
quelque plainte à porter? parle, garçon, parle hautement, je te ferai
justice.» Encouragé par la douceur de ce langage: «Ah! mon bon
commissaire, m'écriai-je, vous voyez devant vous un second exemple de
l'_honnête criminel_. Peut-être vous souviendrez-vous qu'en arrivant ici
je vous ai fait connaître que je tenais la place de mon frère: je ne
l'accuse point, je me plais même à croire qu'il était innocent du faux
qu'on lui a imputé; mais c'est lui que, sous mes prénoms, la Cour de
Douai a condamné, c'est lui qui s'est évadé du bagne de Brest;
aujourd'hui, réfugié en Angleterre, il est libre, et moi, victime d'une
funeste méprise, il me faut subir sa peine; ai-je été malheureux de lui
ressembler! Sans cette circonstance, je n'aurais pas été conduit à
Bicêtre, les gardiens de cette maison n'auraient pas déclaré qu'ils me
reconnaissaient. En vain ai-je sollicité une enquête, c'est parce qu'on
s'en est rapporté à leur témoignage que l'on a admis une identité qui
n'existe pas. Enfin l'erreur est consommée, je suis bien à plaindre! Je
sais qu'il ne dépend pas de vous de faire réformer une décision sans
appel, mais il est une grâce que vous pouvez m'accorder: par mesure de
sûreté, l'on m'a mis à la salle des suspects, où je me trouve jeté au
milieu d'un ramas de voleurs, d'assassins, de scélérats endurcis. A
chaque instant, je frémis au récit des crimes qu'ils ont commis, comme à
l'espoir de ceux qu'ils commettraient encore si jamais ils parvenaient à
se délivrer de leurs fers. Ah! je vous en supplie, au nom de tous les
sentiments d'humanité, ne me laissez pas plus long-temps avec des êtres
aussi pervertis. Mettez-moi au cachot, accablez-moi de chaînes, faites
de moi tout ce que vous voudrez, mais que je ne sois plus avec eux. Si
j'ai cherché à m'évader, ce n'a été que pour me délivrer de la présence
de ces infâmes. (Dans ce moment, je me tournais du côté des forçats.)
Voyez, mon commissaire, de quel œil de férocité ils me regardent;
déjà ils se préparent à me faire repentir de ce que je vous dis: ils
brûlent de tremper leurs mains dans mon sang; encore une fois, je vous
en conjure, ne m'abandonnez pas à la vengeance de pareils monstres.»
Pendant ce discours, les forçats étaient comme pétrifiés d'étonnement;
ils ne concevaient pas qu'un de leurs camarades eût ainsi la témérité de
les injurier en face; le commissaire lui-même ne savait que penser d'une
démarche aussi étrange; il gardait le silence; je vis qu'il était
profondément ému. Alors, me jetant à ses pieds, et les larmes aux yeux,
je repris: «Ayez pitié de moi. Si vous me refusez, si vous vous éloignez
sans m'avoir fait sortir de cette salle, vous ne me reverrez plus». Ces
dernières paroles produisirent l'effet que je m'en étais promis. Le
commissaire, qui était un brave homme, me fit déferrer en sa présence,
et donna l'ordre de me mettre de suite _à la fatigue_. On m'accoupla
avec un nommé _Salesse_, gascon aussi malin que peut l'être un forçat.
La première fois que nous fûmes seuls, il me demanda si j'avais
l'intention de m'évader. Je n'ai garde d'y penser, lui répondis-je; ne
suis-je pas déjà assez heureux que l'on me laisse travailler. Cependant
Jossas possédait mon secret; ce fut lui qui disposa tout pour mon
évasion. J'eus des vêtemens bourgeois, que je cachai sous mes habits de
galériens, sans même que mon camarade de couple s'en aperçût. Un boulon
à vis avait remplacé le boulon rivé de la manicle, et j'étais prêts à
partir. Le troisième jour après avoir quitté mes compagnons, je sors
pour me rendre à la fatigue, et me présente à la visite de l'argouzin:
Passe _mariase_ (vaurien), me dit le père Mathieu, il n'est pas temps.
Me voilà dans la corderie; l'endroit me paraît propice; je dis à mon
camarade que j'ai à satisfaire un besoin; il m'indique des pièces de
bois derrière lesquelles je puis me placer, et à peine m'a-t-il perdu de
vue, qu'ayant jeté ma casaque rouge et dévissé le boulon, je me mets à
fuir dans la direction du bassin. On y réparait alors la frégate la
_Muiron_, l'une de celles qui avaient ramené d'Égypte Bonaparte et sa
suite. Je monte à bord et demande le maître charpentier que je savais
être à l'hôpital. Le _coq_ (cuisinier), à qui je m'adresse, me prend
pour un homme du nouvel équipage. Je m'applaudis de son erreur, et pour
l'y confirmer de plus en plus, comme à l'accent j'ai reconnu qu'il est
Auvergnat, j'engage avec lui, dans le patois de son pays, une
conversation que je soutiens du ton le plus assuré; cependant j'étais
sur les épines: quarante couples de forçats travaillaient à deux pas de
nous. D'un instant à l'autre on pouvait me reconnaître. Enfin une
embarcation part pour la ville, je m'y précipite, et, saisissant un
aviron, je fends la lame comme un vieux matelot; bientôt nous sommes
dans Toulon. Pressé de gagner la campagne, je cours à la porte d'Italie,
mais personne ne sort sans être muni d'une carte verte, délivrée par la
municipalité; on me refuse le passage, et tandis que je cherche dans mon
esprit comment je viendrai à bout de prouver que la consigne n'est pas
pour moi, j'entends les trois coups de canon qui donnent au loin le
signal de mon évasion. Dans ce moment, un frisson me parcourt de la
tête aux pieds; déjà je me vois au pouvoir des argouzins et de toute la
milice du bagne; il me semble comparaître devant ce brave commissaire
que j'ai si indignement trompé: si je suis repris, je suis perdu. Livré
à ces tristes réflexions, je m'éloigne en toute hâte, et afin de
rencontrer moins de monde, je me dirige vers les remparts.

Parvenu dans un endroit isolé, je marchai, assez lentement, comme un
homme qui ne sachant où porter ses pas, tient conseil avec lui-même,
quand une femme m'accoste et me demande en provençal l'heure qu'il est;
je lui réponds que je l'ignore; elle se met alors à jaser de la pluie et
du beau temps, et finit par me proposer de l'accompagner: c'est à quatre
pas d'ici, ajouta-t-elle, personne ne nous verra. L'occasion de trouver
un refuge était trop belle pour la laisser échapper: je suis ma
conductrice dans une espèce de galetas où je fais venir quelques
rafraîchissements. Pendant que nous sommes à causer, trois autres coups
de canon se font entendre. Ah! s'écria cette fille d'un air de
satisfaction, voilà le deuxième qui s'échappe aujourd'hui.--Eh quoi! lui
dis-je, la belle enfant, ça te fait donc plaisir? aurais-tu l'espoir de
toucher la récompense?--Moi! tu ne me connais guère.--Bah! bah!
repris-je, cinquante francs sont toujours bons à gagner, et je te jure
bien que si l'un de ces gaillards-là tombais sous ma coupe.....--Vous
êtes un malheureux! s'écria-t-elle, en faisant un geste comme pour me
repousser; je ne suis qu'une pauvre fille, mais ce n'est pas Célestine
qui mangera jamais de ce pain-là.» A ces mots, qu'elle prononça avec un
accent de vérité qui ne me permettait pas de douter que l'épreuve ne fût
suffisante, je n'hésitai plus, je lui confiai mon secret. Dès qu'elle
eut appris que j'étais un forçat, je ne saurais exprimer combien elle
parut s'intéresser à mon sort. «Mon Dieu, disait-elle, ils sont si à
plaindre, que je voudrais les sauver tous, aussi j'en ai déjà sauvé
plusieurs»; puis après s'être interrompue un instant comme pour
réfléchir: «Laisse-moi faire, me dit-elle; j'ai mon amant qui a une
carte verte, j'irai demain la lui emprunter, tu t'en serviras, et une
fois hors la ville, tu la déposeras sous une pierre que je t'indiquerai;
en attendant, comme nous ne sommes pas en lieu sûr, je vais t'emmener
dans ma chambre.» Lorsque nous y fûmes arrivés, elle m'annonça qu'elle
allait me laisser un moment seul. «Il faut que j'avertisse mon amant, me
dit-elle, je serai bientôt de retour.» Les femmes sont quelquefois si
bonnes comédiennes, que, malgré tant de démonstrations bienveillantes,
je redoutais quelque perfidie; peut-être Célestine ne sortait-elle que
pour me dénoncer; elle n'était pas encore dans la rue, que je descends
rapidement l'escalier; «Eh bien! eh bien! s'écrie cette fille, n'as-tu
pas peur? Si tu te méfies, viens avec moi plutôt.» Je crus qu'il était
prudent de la veiller de près; nous nous acheminons ensemble pour nous
rendre je ne sais où. A peine avons-nous fait quelques pas, que vient à
passer un convoi funèbre. «Suis l'enterrement, me dit ma protectrice, tu
es sauvé», et sans que j'aie le temps de la remercier, elle disparaît.
Le cortége était nombreux, je me mêlai à la foule des assistants, et
pour que l'on ne me crût pas étranger à la cérémonie, je liai
conversation avec un vieux marin, dont quelques mots me mirent à même de
célébrer les vertus du défunt. Je me convainquis bientôt que Célestine
ne m'avait pas trompé. Quand j'eus laissé derrière moi ces remparts,
dont il m'importait tant de m'éloigner, j'en pleurais presque de joie;
toutefois, afin de ne pas me trahir, je jouai l'affliction jusqu'au
bout. Parvenu au cimetière, je m'avançai à mon tour au bord de la fosse,
et après avoir jeté une pellée de terre sur le cercueil, je me séparai
de la compagnie en suivant des sentiers détournés. Je marchai très
long-temps, sans perdre de vue Toulon. Sur les cinq heures du soir, près
d'entrer dans un bois de sapins, j'aperçois tout à coup un homme armé
d'un fusil: comme il était assez bien vêtu, et qu'il avait une
carnassière, ma première pensée fut que c'était un chasseur; mais en
remarquant hors de sa veste la crosse d'un pistolet, je craignis que ce
ne fût un de ces Provençaux qui, au bruit du canon, ne manquent jamais
de se mettre en campagne pour traquer les forçats évadés. Si mes
appréhensions étaient justes, toute fuite était inutile; peut-être alors
valait-il mieux avancer que rétrograder; ce fut le parti que je pris, et
m'étant assez approché de lui pour être à portée de saisir son premier
mouvement, dans le cas où il serait hostile, je demandai la route d'Aix.

--«Est-ce la traverse ou la grande route? me dit-il avec une intention
marquée.»

--»Ça m'est égal», répondis-je, espérant par cette indifférence écarter
les soupçons.

--»En ce cas, suivez ce sentier, il vous mènera droit au poste de la
gendarmerie; si vous n'aimez pas à voyager seul, vous pourrez profiter
de la correspondance.»

A ce mot de _gendarmerie_, je me sentis pâlir. L'inconnu s'aperçut de
l'effet qu'il produisait sur moi: «Allons! allons! dit-il, je vois bien
que vous ne tenez pas à labourer la grande route. Eh bien! si vous
n'êtes pas trop pressé, je vous conduirai jusqu'au village de
Pourrières, qui n'est qu'à deux lieues d'Aix.» Il se montrait trop bien
au fait des localités pour que je ne m'accommodasse pas de son
obligeance; je consentis à l'attendre. Alors, sans quitter sa place, il
me désigna à quelque distance de lui un fourré où il ne tarderait pas à
me joindre. Deux heures se passèrent avant qu'il eût terminé sa faction;
enfin il vint à moi: «Debout!» me dit-il. Je me levai, je le suivis, et
lorsque je me croyais encore dans l'épaisseur du bois, je me trouvai sur
la lisière, à cinquante pas d'une maison devant laquelle étaient assis
des gendarmes. A la vue de leur uniforme, je tressaillis. «Eh!
qu'avez-vous donc? me dit mon guide; craignez-vous que je vous livre? Si
vous redoutez quelque chose, voilà de quoi vous défendre.» En même temps
il me présente ses pistolets; je les refuse. «A la bonne heure!»
reprit-il, et il me serra la main pour marquer qu'il était satisfait de
cette preuve de confiance. Masqués par les broussailles qui bordaient la
route, nous nous étions arrêtés; je ne comprenais pas trop le but d'une
halte si près de l'ennemi. La station fut longue: enfin, à la tombée de
la nuit, nous vîmes venir du côté de Toulon une malle-poste escortée par
quatre gendarmes, que relevèrent autant d'hommes de la brigade dont le
voisinage m'avait épouvanté. La malle poursuivit son chemin; bientôt
elle eut disparu. Alors mon compagnon, me saisissant par le bras, me dit
d'un ton bref: «Partons, il n'y a rien à faire aujourd'hui.»

Nous nous éloignâmes aussitôt en changeant de direction; après avoir
marché environ une heure, mon guide s'approcha d'un arbre et promena ses
mains sur le tronc; je reconnus qu'il comptait des raies que l'on y
avait faites au couteau. «C'est bon!» s'écria-t-il avec une sorte de
contentement dont je ne pouvais pas m'expliquer le sujet; et après
avoir tiré de sa carnassière un morceau de pain qu'il partagea avec moi,
il me donna à boire dans sa gourde. La collation ne pouvait arriver plus
à propos, car j'avais besoin de reprendre des forces. Malgré
l'obscurité, nous marchions si vite, que je finis par me fatiguer: mes
pieds, depuis long-temps privés d'exercice, étaient devenus douloureux,
et j'allais déclarer qu'il m'était impossible de pousser plus loin,
quand trois heures sonnèrent à une horloge de village. «Doucement», me
dit mon guide, en se baissant pour appliquer son oreille sur le sol;
mettez-vous comme moi et écoutez: «Avec cette maudite légion polonaise,
il faut toujours être sur ses gardes. N'avez-vous rien entendu?» Je
répondis que je croyais avoir entendu les pas de plusieurs
hommes.--«Oui, dit-il, ce sont eux, ne bougez pas, ou nous sommes pris.»
A peine achevait-il, qu'une patrouille arriva sur les broussailles ou
nous étions cachés. «Voyez-vous quelque chose, vous autres? dit-on très
bas.--Rien, sergent.--Parbleu! je crois bien, il fait noir comme dans un
four. Cet enragé de Roman, que le tonnerre de Dieu l'écrase! Nous faire
voyager toute la nuit dans les bois comme des loups. Ah! si jamais je
le trouve, ou quelqu'un des siens!...»--«Qui vive?» cria tout à coup un
soldat.

--»Qu'est-ce que tu vois? dit le sergent.

--»Rien, mais j'ai entendu respirer de ce côté, et vraisemblablement il
indiquait l'endroit où nous étions.

»--Allons! tu rêves... on t'a fait tant de peur de Roman, que tu crois
toujours l'avoir dans ta giberne.»

Deux autres soldats prétendirent aussi qu'ils avaient entendu.

«Taisez-vous donc, répliqua le sergent, je vous proteste qu'il n'y a
personne; ce sera encore cette fois comme de coutume, il nous faudra
retourner à Pourières sans avoir rencontré le gibier; tenez, mes amis,
il est temps de nous retirer.» La patrouille parut se disposer à partir.
«C'est une ruse de guerre, me dit mon compagnon, je suis sûr qu'ils vont
battre le bois, et revenir sur nous en formant le demi-cercle.»

Il s'en fallait que je fusse à mon aise. «Auriez-vous peur? me dit
encore mon guide.

--»Ce ne serait pas le moment, répondis-je.

--»En ce cas, suivez-moi; voilà mes pistolets; quand je tirerai, tirez,
de manière que les quatre coups n'en fassent qu'un..... Il est temps;
feu!»

Les quatre coups partent, et nous nous sauvons à toutes jambes, sans
être poursuivis. La crainte de tomber dans quelque embuscade avait
arrêté les soldats; nous n'en continuâmes pas moins notre course.
Arrivés auprès d'une bastide isolée, l'inconnu me dit: «Voici le jour;
mais nous sommes en sûreté.» Il passa alors entre les palissades d'un
jardin, et fourrant son bras dans le tronc d'un arbre il y prit une
clef; c'était celle de la bastide, dans laquelle nous ne tardâmes pas à
être installés.

Une lampe de fer, accrochée au manteau de la cheminée, éclairait un
intérieur simple et rustique. Seulement je vis dans un coin un baril qui
semblait contenir de la poudre; plus haut, épars sur une planche,
étaient des paquets de cartouches. Des vêtements de femme, placés sur
une chaise, avec un de ces vastes chapeaux noirs à la provençale,
indiquaient la présence d'une dormeuse, dont la respiration bruyante
venait jusqu'à nous. Pendant que je jetais autour de moi un coup
d'œil rapide, mon guide tirait d'un vieux bahut un quartier de
chevreau, des oignons, de l'huile, une outre de vin et m'invitait à
prendre un repas dont j'avais le plus grand besoin. Il paraissait bien
avoir quelque envie de me questionner; mais je mangeais avec une telle
avidité, qu'il se fit, je crois, un scrupule de m'interrompre. Quand
j'eus terminé, c'est-à-dire quand il ne resta plus rien sur la table, il
me conduisit dans une espèce de grenier, en me répétant que j'étais là
bien en sûreté; puis il se retira sans que je pusse savoir s'il restait
dans la bastide, attendu qu'à peine fus-je étendu sur la paille, qu'un
sommeil invincible s'empara de moi.

Lorsque je m'éveillai, je jugeai à la hauteur du soleil qu'il était deux
heures après midi. Une paysanne, sans doute la même dont j'avais vu les
atours, avertie par mes mouvements, montra sa tête à l'ouverture de la
trappe de mon galetas: «Ne bougez pas, me dit-elle en patois; les
environs sont remplis de _sapins_ (gendarmes) qui furettent de tous
côtés.» Je ne savais ce qu'elle entendait par ce mot de _sapins_, mais
je me doutais qu'il ne s'appliquait à rien de bon.

A la brune, je revis l'homme de la veille, qui, après quelques paroles
insignifiantes, me demanda directement qui j'étais, d'où je venais, où
j'allais. Préparé à cet inévitable interrogatoire, je répondis que,
déserteur du vaisseau l'_Océan_, alors en rade de Toulon, je cherchais à
gagner Aix, d'où je me proposais de passer dans mon pays.

«C'est bon, me dit mon hôte, je vois qui vous êtes; mais vous, qui
pensez-vous que je sois?

»--Ma foi, à dire vrai, je vous avais pris d'abord pour un
garde-champêtre, ensuite j'ai cru que vous pourriez bien être un chef de
contrebandiers, et maintenant je ne sais plus que penser.

--»Vous le saurez bientôt..... Dans notre pays on est brave, voyez-vous,
mais on n'aime pas à être soldat par force.. aussi n'a-t-on obéi à la
réquisition que quand on n'a pas pu faire autrement... Le contingent de
Pourières a même refusé tout entier de partir; des gendarmes sont venus
pour saisir les réfractaires, on a fait résistance; des deux côtés on
s'est tué du monde, et tous ceux d'entre les habitants qui avaient pris
part au combat se sont jetés dans les bois pour éviter la cour martiale.
Nous nous sommes ainsi réunis au nombre de soixante, sous les ordres de
M. Roman et des frères Bisson de Tretz: s'il vous convenait de rester
avec nous, j'en serais bien aise, car j'ai vu cette nuit que vous êtes
bon compagnon, et il m'est avis que vous ne vous souciez guère de frayer
avec les gendarmes. Au surplus, nous ne manquons de rien, et nous ne
courons pas grand danger..... Les paysans nous avertissent de tout ce
qui se passe, et ils nous fournissent plus de vivres qu'il ne nous en
faut... Allons, êtes-vous des nôtres?»

Je ne crus pas devoir rejeter la proposition, et, sans trop songer aux
conséquences, je répondis comme il le désirait. Je passai encore deux
jours à la bastide; le troisième, je partis avec mon compagnon, qui me
remit une carabine et deux pistolets. Après plusieurs heures de marche à
travers des montagnes couvertes de bois, nous arrivâmes à une bastide
beaucoup plus grande que celle que je venais de quitter: c'était là le
quartier-général de Roman. J'attendis un moment à la porte, parce qu'il
était nécessaire que mon guide m'eût annoncé. Il revint bientôt, et
m'introduisit dans une vaste grange, où je tombais au milieu d'une
quarantaine d'individus dont le plus grand nombre se groupait autour
d'un homme qu'à sa tenue moitié rustique moitié bourgeoise, on eût pris
pour un riche propriétaire de campagne: ce fut à ce personnage qu'on me
présenta: «Je suis charmé de vous voir, me dit-il: on m'a parlé de votre
sang-froid, et je suis averti de ce que vous valez. Si vous souhaitez
partager nos périls, vous trouverez ici amitié et franchise; nous ne
vous connaissons pas, mais avec un physique tel que le vôtre, on a
partout des amis. D'abord, tous les honnêtes gens sont les nôtres, de
même que tous les gens courageux: car nous ne prisons pas moins la
probité que la bravoure.» Après ce discours, qui ne pouvait m'être
adressé que par Roman, les deux Bisson, et ensuite tous les assistants,
me donnèrent l'accolade fraternelle. Telle fut ma réception dans cette
société, à laquelle son chef attribuait un but politique: ce qu'il y a
de certain, c'est qu'après avoir commencé comme les Chouans par arrêter
les diligences qui portaient l'argent de l'état, Roman en était venu à
détrousser les voyageurs. Les réfractaires dont sa troupe se composait
en grande partie avaient d'abord eu quelque peine à se faire à ce genre
d'expédition, mais les habitudes de vagabondage, l'oisiveté, et surtout
la difficulté de retourner dans leurs familles, les avaient promptement
déterminés.

Dès le lendemain de mon arrivée, Roman me désigna avec six hommes pour
me porter aux environs de Saint-Maximin; j'ignorais de quoi il
s'agissait. Vers minuit, parvenu sur la lisière d'un petit bois que
partageait la route, nous nous embusquons dans un ravin. Le lieutenant
de Roman, Bisson de Tretz, recommande le plus profond silence. Bientôt
le bruit d'une voiture se fait entendre: elle passe devant nous; Bisson
leve la tête avec précaution: «C'est la diligence de Nice, dit-il,...
mais il n'y à rien à faire,... elle porte plus de dragons que de
ballots.» Il donna alors l'ordre de la retraite, et nous regagnâmes la
bastide, où Roman, irrité de nous voir revenir les mains vides, s'écria
en jurant: «Eh bien! elle paiera demain!»

Il n'y avait plus moyen de me faire illusion sur l'association dont je
faisais partie; décidément j'étais parmi ces voleurs de grand chemin qui
répandaient l'effroi dans toute la Provence. Si je venais à être pris,
ma qualité de forçat évadé ne me laissait pas même l'espoir d'un pardon
qu'on pouvait encore accorder à quelques-uns des jeunes gens qui se
trouvaient avec nous. En réfléchissant à ma situation, je fus tenté de
fuir; mais, récemment enrôlé dans la bande, n'était-il pas probable que
l'on avait sans cesse l'œil sur moi? D'un autre côté, exprimer le
désir de me retirer, n'était-ce pas provoquer des défiances dont je
serais devenu la victime? Roman ne pouvait-il pas me prendre pour un
espion, et me faire fusiller?... La mort et l'infamie me menaçaient de
partout....

Au milieu des perplexités auxquelles j'étais en proie, je m'avisai de
sonder celui d'entre nous qui m'avait servi d'introducteur, et lui
demandai s'il ne serait pas possible d'obtenir de notre chef un congé de
quelques jours, il me répondit fort sèchement que cela se faisait pour
les gens bien connus, puis il me tourna le dos.

J'étais depuis onze jours avec les bandits, bien résolu à tout faire
pour me dérober à l'honneur de leurs exploits, lorsqu'une nuit, que
l'excès de la fatigue m'avait jeté dans un profond sommeil, je fus
réveillé par un bruit extraordinaire. On venait de voler à l'un de nos
camarades une bourse assez bien garnie, et c'était lui qui faisait tout
ce tapage. Comme j'étais le dernier venu, il était naturel que les
soupçons tombassent sur moi. Il m'accusait formellement, et toute la
troupe faisait chorus; en vain je protestai de mon innocence, il fut
décidé que l'on me fouillerait. Je m'étais couché avec mes vêtements; on
commença à me déshabiller. Quel ne fut pas l'étonnement des bandits, en
découvrant sur ma chemise...... la marque des galères?

«Un forçât!...... s'écria Roman, un forçat parmi nous..... ce ne peut
être qu'un espion..... Qu'on le sable[3]; ou qu'on le fusille.... ce
sera plus tôt fait.»

J'entendis armer les fusils....

«Un instant! commanda le chef; il faut auparavant qu'il rende
l'argent.....

»Oui, lui dis-je, l'argent sera rendu; mais il est indispensable que
vous m'accordiez un entretien particulier.» Roman consentit à
m'entendre. On croyait que j'allais faire des aveux; mais quand je fus
seul avec lui, j'affirmai de nouveau que je n'étais pas le coupable, et
je lui indiquai pour le découvrir un expédient dont il me semble avoir
lu autrefois la recette dans Berquin. Roman reparut tenant dans sa main
autant de brins de paille qu'il y avait d'individus présents: Faites
bien attention, leur dit-il, que le brin le plus long désignera le
voleur. On procède au tirage; et quand il est terminé, chacun s'empresse
de rapporter sa paille... Une seule est plus courte que les autres.
C'est un nommé Joseph d'Oriolles qui la présente. «C'est donc toi?
lui-dit Roman: toutes les pailles étaient de même longueur; tu as
raccourci la tienne, tu t'es vendu toi-même....»

Aussitôt l'on fouilla Joseph, et l'argent volé fut trouvé dans sa
ceinture. Ma justification était complète. Roman lui-même me fit des
excuses; en même temps il me déclara que j'avais cessé de faire partie
de sa troupe; «c'est un malheur, ajouta-t-il, mais vous sentez qu'ayant
été aux galères.....» Il n'acheva pas, me mit quinze louis dans la main,
et me fit promettre de ne pas parler de ce que j'avais vu, avant
vingt-cinq jours.--Je fus discret.

FIN DU TOME PREMIER.



TABLE

DES MATIÈRES

Du Tome premier.


                                                                  Pages.

AU LECTEUR.

CHAPITRE PREMIER. Ma naissance.--Dispositions
précoces.--Je suis mitron.--Un
premier vol.--La fausse clé.--Les poulets
accusateurs.--L'argenterie enlevée.--La prison.--La
clémence maternelle.--Mon père
ouvre les yeux.--Le grand coup.--Départ
d'Arras.--Je cherche un navire.--Le courtier
d'un musicos.--Le danger de l'ivresse.--La
trompette m'appelle.--M. Comus, premier
physicien de l'univers.--Le précepteur du général
Jacot.--Les acrobates.--J'entre dans la
_banque_.--Les leçons du petit diable.--Le
sauvage de la mer du Sud.--Polichinel et le
théâtre des Variétés amusantes.--Une scène
de jalousie, ou le sergent dans l'œil.--Je passe
au service d'un médecin nomade.--Retour à la
maison paternelle.--La connaissance d'une comédienne.--Encore
une fugue.--Mon départ
dans un régiment.--Le camarade précipité.--La
désertion.--Le franc Picard et les assignats.--Je
passe à l'ennemi.--Une schlag.--Je
reviens sous mes anciens drapeaux.--Un vol
domestique, et la gouvernante d'un vieux garçon.--Deux
duels par jour.--Je suis blessé.--Mon
père fonctionnaire public.--Je fais la
guerre.--Changement de corps.--Séjour à
Arras.                                                                 1

CHAPITRE II Joseph Lebon.--L'orchestre de la
guillotine et la lecture du bulletin.--Le perroquet
aristocrate.--La citoyenne Lebon.--Allocution
aux sans-culottes.--La marchande
de pommes.--Nouvelles amours.--Je suis
incarcéré.--Le concierge Beaupré.--La vérification
du potage.--M. de Béthune.--J'obtiens
ma liberté.--La sœur de mon libérateur.--Je
suis fait officier.--Le lutin de Saint-Sylvestre-Capelle.--L'armée
révolutionnaire.--La
reprise d'une barque.--Ma fiancée.--Un
travestissement.--La fausse grossesse.--Je
me marie.--Je suis content sans être battu.--Encore
un séjour aux Baudets.--Ma délivrance.                                40

CHAPITRE III Séjour à Bruxelles.--Les cafés.--Les
gendarmes gastronomes.--Un faussaire.--L'armée
roulante.--La baronne et le garçon
boulanger.--Contre-temps.--Arrivée à Paris.--Une
femme galante.--Mystifications.                                       65

CHAPITRE IV Les Bohémiens.--Une foire flamande.--Retour
à Lille.--Encore une connaissance.--L'Œil
de bœuf.--Jugement
correctionnel.--La tour Saint-Pierre.--Les
détenus.--Un faux.                                                    95

CHAPITRE V Trois évasions.--Les _Chauffeurs_.--Le
suicide.--L'interrogatoire.--Je suis
accusé d'assassinat.--On me renvoie de la
plainte.--Nouvelle évasion.--Départ pour
Ostende.--Les Contrebandiers.--Je suis
repris.                                                              119

CHAPITRE VI Les clés d'étain.--Les saltimbanques.--J'entre
dans les hussards.--Je suis
repris.--Le siége du cachot.--Jugement.--Condamnation.               155

CHAPITRE VII Départ de Douai.--Les condamnés
se révoltent dans le forêt de Compiègne.--Séjour
à Bicêtre.--Mœurs de prison.--La
cour des fous.                                                       199

CHAPITRE VIII Un départ de la chaîne.--Le capitaine
Viez et son lieutenant Thierry.--La
complainte des galériens.--La visite hors de
Paris.--Humanité des argouzins.--Ils encouragent
le vol.--Le pain transformé en
valise.--Malheureuse tentative d'évasion.--Le
bagne de Brest.--Les bénédictions.                                   222

CHAPITRE IX De la colonisation des forçats.                          242

CHAPITRE X La chasse aux forçats.--Un maire
de village.--La voix du sang.--L'hôpital.--Sœur
Françoise.--Faublas II.--_La mère
des voleurs._                                                        265

CHAPITRE XI Le marché de Cholet.--Arrivée
à Paris.--Histoire du capitaine Villedieu.                           292

CHAPITRE XII Voyage à Arras.--Le P. Lambert.--Je
suis maître d'école.--Départ pour la
Hollande.--_Les marchands d'âmes._--L'insurrection.--Le
corsaire.--Catastrophe.                                              321

CHAPITRE XIII Je revois Francine.--Ma réintégration
dans la prison de Douai.--Suis-je ou
ne suis-je pas Duval?--Les magistrats embarrassés.--J'avoue
que je suis Vidocq.--Nouveau
séjour à Bicêtre.--J'y retrouve le capitaine
Labbre.--Départ pour Toulon.--Jossas,
admirable voleur.--Son entrevue avec une
grande dame.--Une tempête sur le Rhône.--Le
marquis de Saint-Amand.--Le bourreau
du bagne.--Les voleurs du garde-meubles.--Une
famille de chauffeurs.                                               343

CHAPITRE XIV Le père Mathieu.--Je me fais industriel.--Ruine
de mon établissement.--On
me croit perclus.--Je suis aide-major.--_Ecce
Homo_, ou le marchand de cantiques.--Un déguisement.--Arrêtez,
c'est un forçat!--Je suis
mis à la double chaîne.--La clémence du commissaire.--Je
lui fais un conte.--Ma plus belle
évasion.--La fille publique et l'enterrement.--Je
ne sais pas ce que c'est.--Situation critique.--Une
bande de brigands.--J'y découvre un voleur.--J'obtiens
mon congé.--L'indemnité de
route.--Je promets le secret.                                        387

FIN DE LA TABLE DU TOME PREMIER.

IMPRIMERIE D'HIPPOLYTE TILLIARD

RUE DE LA HARPE, Nº 78.


NOTES:

[1] Aujourd'hui lieutenant-général.

[2] On sera peut-être surpris de cette facilité, mais on cesserait de
s'en étonner en apprenant par combien de témoignages de complaisance le
cours de la justice est entravé chaque jour. N'a-t-on pas vu récemment à
la cour d'assises de Cahors, la moitié des habitants d'une commune
déposer sur un fait patent, dans un sens tout opposé que l'autre moitié.

[3] En Angleterre, on assomme avec des sacs pleins de sable...; en
Provence, on substitue aux sacs une peau d'anguille, dont un seul coup
appliqué entre les deux épaules, suffit pour détacher les poumons, et
par conséquent pour donner la mort.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Mémoires de Vidocq, chef de la police de Sureté jusqu'en 1827, tome I" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home