Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: La Duchesse de Chateauroux et ses soeurs
Author: Goncourt, Jules de, 1830-1870, Goncourt, Edmond de, 1822-1896
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La Duchesse de Chateauroux et ses soeurs" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica).



LA DUCHESSE DE CHÂTEAUROUX ET SES SŒURS

PAR

EDMOND ET JULES DE GONCOURT

NOUVELLE ÉDITION

Revue et augmentée de lettres et documents inédits

TIRÉS DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE LA BIBLIOTHÈQUE DE ROUEN, DES
ARCHIVES NATIONALES ET DE COLLECTIONS PARTICULIÈRES

PARIS

EUGÈNE FASQUELLE, ÉDITEUR

1906



AU COMTE

ÉDOUARD LEFEBVRE DE BÉHAINE

MINISTRE PLÉNIPOTENTIAIRE DE FRANCE EN BAVIÈRE



PRÉFACE DE LA PREMIÈRE ÉDITION


En donnant ces volumes au public, nous achevons la tâche que nous nous
étions imposée. L'histoire du dix-huitième siècle que nous avons tenté
d'écrire est aujourd'hui complète. Chacune des périodes de temps,
chacune des révolutions d'état et de mœurs qui constituent le siècle,
depuis Louis XV jusqu'à Napoléon, a été étudiée par nous, selon notre
conscience et selon nos forces. L'_Histoire des maîtresses de Louis XV_
mène le lecteur de 1730 à 1775; l'_Histoire de Marie-Antoinette_ le mène
de 1775 à la Révolution; l'_Histoire de la société française pendant la
Révolution_ le mène de 1789 à 1794; l'_Histoire de la société française
pendant le Directoire_ le mène enfin de 1794 à 1800. Ainsi tout le
siècle tient dans ces quatre études, qui sont comme les quatre âges de
l'époque qui nous a précédés et de la France d'où sont sortis le siècle
contemporain et la patrie présente.

Le titre de ces livres suffirait à montrer le dessein que nous avons eu,
et le but auquel nous avons osé aspirer. C'est par l'histoire des
maîtresses de Louis XV que nous avons essayé l'histoire du règne de
Louis XV; c'est par l'histoire de Marie-Antoinette que nous avons essayé
l'histoire du règne de Louis XVI; c'est par l'histoire de la société
pendant la Révolution et pendant le Directoire que nous avons essayé
l'histoire de la Révolution.

Ajoutons cependant à cette signification des titres les courtes
explications nécessaires à la justification, à l'intelligence et à
l'autorité d'une histoire nouvelle.

       *       *       *       *       *

Aux premiers jours où, dans les agrégations d'hommes, l'homme éprouve le
besoin d'interroger le passé et de se survivre à lui-même dans l'avenir;
quand la famille humaine réunie commence à vouloir remonter jusqu'à ses
origines, et s'essaye à fonder l'héritage des traditions, à nouer la
chaîne des connaissances qui unissent et associent les générations aux
générations, ce premier instinct, cette première révélation de
l'histoire, s'annonce par la curiosité et la crédulité de l'enfance.
L'imagination, ce principe et cette faculté mère des facultés humaines,
semble, dans ces premières chroniques, éveiller la vérité au berceau.
C'est comme le bégayement du monde où confusément passent les rêves de
sa première patrie, les songes et les merveilles de l'Orient. Tout y est
énorme et monstrueux, tout y est flottant et poétique comme dans un
crépuscule. Voilà les premières annales, et ce qui succède à ces
recueils de vers mnémoniques, hier toute la mémoire de l'humanité, et
toute la conscience qu'elle avait, non de sa vie, mais de son âge:
l'Histoire commence par un conte épique.

Bientôt la famille humaine devient la patrie; et sous les regards
satisfaits de cette Providence que les anciens voyaient sourire du haut
du ciel aux sociétés d'hommes, les hommes se lient par la loi et le
droit, et se transmettent le patrimoine de la chose publique. La
pratique de la politique apporte l'expérience à l'esprit humain. Dans
toutes les facultés humaines, il se fait la révolution qui substitue la
parole au chant, l'éloquence à l'imagination. Le rapsode est devenu
citoyen, et le conte épique devient un discours: l'histoire est une
tribune où un homme doué de cette harmonie des pensées et du ton que les
Latins appelaient _uberté_ vient plaider la gloire de son pays et
témoigner des grandes choses de son temps.

Puis arrive l'heure où les crédulités de l'enfance, les illusions de la
jeunesse abandonnent l'humanité. L'âge légendaire de la Grèce est fini;
l'âge républicain de Rome est passé. La patrie est un homme et n'est
plus qu'un homme; et c'est l'homme même que l'Histoire va peindre. Il
s'élève alors, dans le monde asservi et rempli de silence, un historien
nouveau et prodigieux qui fait de l'Histoire, non plus la tradition des
fables de son temps, non plus la tribune d'une patrie, mais la
déposition de l'humanité, la conscience même du genre humain.

Telle est la marche de l'Histoire antique. Fabuleuse avec Hérodote,
oratoire avec Thucydide et Tite-Live, elle est humaine avec Tacite.
L'Histoire humaine, voilà l'Histoire moderne; l'histoire sociale, voilà
la dernière expression de cette histoire.

Cette histoire nouvelle, l'histoire sociale, embrassera toute une
société. Elle l'embrassera dans son ensemble et dans ses détails, dans
la généralité de son génie aussi bien que dans la particularité de ses
manifestations. Ce ne seront plus seulement les actes officiels des
peuples, les symptômes publics et extérieurs d'un état ou d'un système
social, les guerres, les combats, les traités de paix, qui occuperont et
rempliront cette histoire. L'histoire sociale s'attachera à l'histoire
qu'oublie ou dédaigne l'histoire politique. Elle sera l'histoire privée
d'une race d'hommes, d'un siècle, d'un pays. Elle étudiera et définira
les révolutions morales de l'humanité, les formes temporelles et locales
de la civilisation. Elle dira les idées portées par un monde, et d'où
sont sorties les lois qui ont renouvelé ce monde. Elle dira ce caractère
des nations, les mœurs, qui commandent aux faits. Elle retrouvera, sous
la cendre des bouleversements, cette mémoire vivante et présente que
nous a gardée, d'un grand empire évanoui, la cendre du volcan de Naples.
Elle pénétrera jusqu'au foyer, et en montrera les dieux lares et les
religions familières. Elle entrera dans les intimités et dans la
confidence de l'âge humain qu'elle se sera donné mission d'évoquer. Elle
représentera cet âge sur son théâtre même, au milieu de ses entours,
assis dans ce monde de choses auquel un temps semble laisser l'ombre et
comme le parfum de ses habitudes. Elle redira le ton de l'esprit,
l'accent de l'âme des hommes qui ne sont plus. Elle fera à la femme,
cette grande actrice méconnue de l'histoire, la place que lui a faite
l'humanité moderne dans le gouvernement des mœurs et de l'opinion
publique. Elle ressuscitera un monde disparu, avec ses misères et ses
grandeurs, ses abaissements et ses grâces. Elle ne négligera rien pour
peindre l'humanité en pied. Elle tirera de l'anecdote le bronze ou
l'argile de ses figures. Elle cherchera partout l'écho, partout la vie
d'hier; et elle s'inspirera de tous les souvenirs et des moindres
témoignages pour retrouver ce grand secret d'un temps qui est la règle
de ses institutions: l'esprit social,--clef perdue du droit et des lois
du monde antique.

Et lors même que cette histoire prendra pour cadre la biographie des
personnages historiques, l'unité de son sujet ne lui ôtera rien de son
caractère et ne diminuera rien de sa tâche. Elle groupera, autour de
cette figure choisie, le temps qui l'aura entourée. Elle associera à
cette vie, qui dominera le siècle ou le subira, la vie complexe de ce
siècle; et elle fera mouvoir, derrière le personnage qui portera
l'action et l'intérêt du récit, le chœur des idées et des passions
contemporaines. Les pensées, les caractères, les sentiments, les hommes,
les choses, l'âme et les dehors d'un peuple apparaîtront dans le
portrait de cette personnalité où l'humanité d'un temps se montrera
comme en un grand exemple.

Pour une pareille histoire, pour cette reconstitution entière d'une
société, il faudra que la patience et le courage de l'historien
demandent des lumières, des documents, des secours à tous les signes, à
toutes les traces, à tous les restes de l'époque. Il faudra que sans
lassitude il rassemble de toutes parts les éléments de son œuvre, divers
comme son œuvre même. Il aura à feuilleter les histoires du temps, les
dépositions personnelles, les historiographes, les mémorialistes. Il
recourra aux romanciers, aux auteurs dramatiques, aux conteurs, aux
poëtes comiques. Il feuilletera les journaux, et descendra à ces
feuilles éphémères et volantes, jouets du vent, trésors du curieux, tout
étonnées d'être pour la première fois feuilletées par l'étude:
brochures, _sottisiers_, pamphlets, _gazetins_, factums. Mais l'imprimé
ne lui suffira pas: il frappera à une source nouvelle, il ira aux
confessions inédites de l'époque, aux lettres autographes, et il
demandera à ce papier vivant la franchise crue de la vérité et la vérité
intime de l'histoire. Mais les livres, les lettres, la bibliothèque et
le cabinet noir du passé, ne seront point encore assez pour cet
historien: s'il veut saisir son siècle sur le vif et le peindre tout
chaud, il sera nécessaire qu'il pousse au-delà du papier imprimé ou
écrit. Un siècle a d'autres outils de survie, d'autres instruments et
d'autres monuments d'immortalité: il a, pour se témoigner au souvenir et
durer au regard, le bronze, le marbre, le bois, le cuivre, la laine même
et la soie, le ciseau de ses sculpteurs, le pinceau de ses peintres, le
burin de ses graveurs, le compas de ses architectes. Ce sera dans ces
reliques d'un temps, dans son art, dans son industrie, que l'historien
cherchera et trouvera ses accords. Ce sera dans la communion de cette
inspiration d'un temps, sous la possession de son charme et de son
sourire, que l'historien arrivera à vivre par la pensée aussi bien que
par les yeux dans le passé de son étude et de son choix, et à donner à
son histoire cette vie de la ressemblance, la physionomie de ce qu'il
aura voulu peindre.

Cette histoire qui demande ces travaux, ces recherches, cette
assimilation et cette intuition, nous l'avons tentée. Nos livres en ont
indiqué, croyons-nous, les limites, le dessin général, les droits et les
devoirs. Cela nous suffit; et tous nos efforts seront payés, toutes nos
ambitions seront satisfaites, si nous avons frayé à de meilleurs que
nous la voie que nous avaient montrée Alexis Monteil et Augustin
Thierry.

       *       *       *       *       *

Il nous reste à dire quelques mots du présent livre: _les Maîtresses de
Louis XV_, pour en définir la moralité et l'enseignement.

La leçon de ce long et éclatant scandale sera l'avertissement que la
Providence s'est plu à donner à l'avenir par la rencontre en un même
règne de trois règnes de femme, et la domination successive de la femme
des trois ordres du temps, de la femme de la noblesse: madame de la
Tournelle, de la femme de la bourgeoisie: madame de Pompadour, de la
femme du peuple: madame du Barry. Le livre qui racontera l'histoire de
ces femmes montrera comment la maîtresse, sortie du haut, du milieu ou
du bas de la société, comment la femme avec son sexe et sa nature, ses
vanités, ses illusions, ses engouements, ses faiblesses, ses petitesses,
ses fragilités, ses tyrannies et ses caprices, a tué la royauté en
compromettant la volonté ou en avilissant la personne du Roi. Il
convaincra encore les favorites du dix-huitième siècle d'une autre œuvre
de destruction: il leur rapportera l'abaissement et la fin de la
noblesse française. Il rappellera comment, par les exigences de leur
toute-puissance, par les lâchetés et les agenouillements qu'elles
obtinrent autour d'elles d'une petite partie de cette noblesse, ces
trois femmes anéantirent dans la monarchie des Bourbons ce que
Montesquieu appelle si justement le ressort des monarchies: l'honneur;
comment elles ruinèrent cette base d'un état qui est le gage du
lendemain d'une société: l'aristocratie; comment elles firent que la
noblesse de France, celle qui les approchait aussi bien que celle qui
mourait sur les champs de bataille et celle qui donnait à la province
l'exemple des vertus domestiques, enveloppée tout entière dans les
calomnies, les accusations et les mépris de l'opinion publique, arriva
comme la royauté, désarmée et découronnée, à la révolution de 1789.

Ce livre, comme les livres qui l'ont précédé, a été écrit en toute
liberté et en toute sincérité. Nous l'avons entrepris sans préjugés,
nous l'avons achevé sans complaisances. Ne devant rien au passé, ne
demandant rien à l'avenir, il nous a été permis de parler du siècle de
Louis XV sans injures comme sans flatteries. Peut-être les partis les
plus contraires seront-ils choqués, peut-être les passions
contemporaines seront-elles scandalisées de trouver en une telle matière
et sur un temps une si singulière impartialité, une justice si peu
appliquée à les satisfaire. Mais quoi? Celui-là ne ferait-il pas tout à
la fois la tâche de l'histoire bien misérable et sa récompense bien
basse, qui donnerait pour ambition à l'historien l'applaudissement du
présent? Il est dans un ancien une grande et magnifique image qui montre
à notre conscience de plus hautes espérances, et doit la convier à de
plus nobles devoirs. L'architecte qui construisit la tour de Pharos
grava son nom dans la pierre, et le recouvrit d'un enduit de plâtre sur
lequel il écrivit le nom du roi qui régnait alors. Avec le temps le
plâtre tomba, laissant voir aux marins battus des flots: _Sostrate de
Cnide, fils de Dexiphane_... «Voilà comment il faut écrire l'histoire,»
dit Lucien, et c'est le dernier mot de son Traité de l'histoire.

     EDMOND et JULES DE GONCOURT.

     Paris, février 1860.

       *       *       *       *       *

Cette biographie des MAÎTRESSES DE LOUIS XV, écrite il y a bien des
années, quand je me suis mis tout dernièrement à la relire et à la
retravailler, m'a semblé manquer de certaines qualités historiques. Le
livre, à la lecture, m'a fait l'impression d'une histoire renfermant
trop de jolie rhétorique, trop de morceaux de littérature, trop _d'airs
de bravoure_, placés côte à côte, sans un récit qui les espace et les
relie.

J'ai trouvé aussi qu'en cette étude, on ne sentait pas la succession des
temps, que les années ne jouaient pas en ces pages le rôle un peu lent
qu'elles jouent dans les évènements humains, que les faits, quelquefois
arrachés à leur chronologie et toujours groupés par tableaux, se
précipitaient sans donner à l'esprit du lecteur l'idée de la durée de
ces règnes et de ces dominations de femmes.

Même ces souveraines de l'amour que nous avions tenté de faire revivre,
ne m'apparaissaient pas assez pénétrées dans l'intimité et le vif de
leur _féminilité_ particulière, de leur manière d'être, de leurs gestes,
de leurs habitudes de corps, de leur parole, du son de leur voix... pas
assez peintes, en un mot, ainsi qu'elles auraient pu l'être par des
contemporains.

Cette histoire me paraissait enfin trop sommaire, trop courante, trop
écrite à vol d'oiseau, si l'on peut dire. En ces années, il existait
chez mon frère et moi, il faut l'avouer, un parti pris, un système, une
méthode qui avait l'horreur des redites. Nous étions alors passionnés
pour l'_inédit_ et nous avions, un peu à tort, l'ambition de faire de
l'histoire absolument neuve, tout pleins d'un dédain exagéré pour les
notions et les livres vulgarisés.

Ce sont toutes ces choses et d'autres encore qui manquaient à ce livre,
lors de sa première apparition, que j'ai tâché d'introduire dans cette
nouvelle édition, m'appliquant à apporter dans la résurrection de mes
personnages la réalité cruelle que mon frère et moi avons essayé
d'introduire dans le roman, m'appliquant à les dépouiller de cette
couleur _épique_ que l'Histoire a été jusqu'ici toujours disposée à
leur attribuer, même aux époques les plus décadentes.

Cette histoire des MAÎTRESSES DE LOUIS XV, publiée dans le principe en
deux volumes, je la réédite, aujourd'hui, en trois volumes indépendants
l'un de l'autre et ayant pour titre:

LA DUCHESSE DE CHÂTEAUROUX ET SES SŒURS.

MADAME DE POMPADOUR.

LA DU BARRY.

Trois volumes contenant la vie des trois grandes Maîtresses déclarées et
qui sont en ce siècle de la toute-puissance de la femme «l'Histoire de
Louis XV», depuis sa puberté jusqu'à sa mort.

     EDMOND DE GONCOURT,

     août 1878.



LA DUCHESSE DE CHÂTEAUROUX ET SES SŒURS



I

Louis XV pubère dans le courant du mois de février 1721.--Amour de la
chasse et sauvagerie du jeune Roi.--Son éloignement de la femme.--Le duc
de Bourbon forme le projet de marier Louis XV.--État dressé des cent
princesses à marier en Europe.--Les dix-sept princesses dont le Conseil
examine les titres.--Mademoiselle de Vermandois et les causes qui
l'empêchèrent de devenir Reine de France.--Marie, fille de Leczinski,
Roi de Pologne.--Certificat des médecins sur les aptitudes de la
princesse à donner au Roi de France des enfants.--Déclaration de son
mariage par le Roi à son petit lever.--Contrat de mariage de Louis XV et
de Marie Leczinska.--Épousailles par procuration de la princesse
polonaise à Strasbourg.--Arrivée de la Reine à Moret.--Célébration du
mariage du jeune roi dans la chapelle de Fontainebleau, le 5 septembre
1725.--Amour du Roi pour sa femme.--Dépêche du duc de Bourbon sur la
nuit de noce de Louis XV.


Louis XV né le 15 février 1710, était pubère[1] dans le courant du mois
de février 1721.

L'enfant malingre dans l'exercice quotidien et passionné de la chasse,
en une existence toujours au vent, à la pluie, au soleil, à la gelée,
était devenu fort et musculeux. À quatorze ans et demi, Louis XV aura
les apparences d'un jeune homme de dix-huit ans[2].

Les forêts retentissantes des aboiements des chiens, les journées à
cheval où le chasseur endiablé prend un malin plaisir à harasser et à
tuer sa suite, les solides et animales réfections[3] après le forcement
des bêtes et les curées toutes chaudes de sang fumant, les longues
stations au cabaret, dit du Peray, près Rambouillet, égayées de
plaisanteries et de joyeusetés féroces[4]: C'est là tout ce que semble
aimer sur la terre ce grand et vivace adolescent qui fuit la société des
femmes comme _la peste_[5], qui évite même de les regarder. Chez le
souverain et le maître, il y a en ce temps comme la sauvagerie brutale,
méchante et farouche d'un jeune Hippolyte.

On dirait même que Louis XV, à l'époque de sa majorité de Roi de France,
ce Louis XV bientôt si amoureux de la femme, éprouve un éloignement, une
répulsion, une horreur singulière et étrange du sexe. Des témoignages
irrécusables parlent de mauvaises habitudes nées et développées dans
l'ombre des garde-robes, de fréquentations de pages, de sales
polissonneries qui, un moment, faisaient craindre de voir reparaître à
Versailles les goûts contre nature et les mignons de la cour des
Valois[6].

Dans l'été de 1724, un voyage est organisé pour Chantilly[7] qui n'a
d'autre but que de chercher à inspirer à Louis XV le goût de la femme;
et en lui amenant ses sens et ses tendresses, la cour espère voir
s'adoucir, s'humaniser, pour ainsi dire, le naturel intraitable et
anormal du jeune Roi.

       *       *       *       *       *

La virilité inquiétante du Roi, jointe à de courtes et violentes
maladies, amenées tantôt par un excès de nourriture, tantôt par la
fatigue d'une journée de chasse où l'on avait couru à la fois et un cerf
et un sanglier, tantôt par l'effort furieux que le jeune chasseur avait
fait pour casser un arbre dans une forêt, décidait le duc de Bourbon,
déjà sollicité par le sentiment public, à marier Louis XV. M. le Duc
songeait en outre, comme chef de la maison de Condé, que si le Roi
venait à mourir sans héritier, c'était la maison d'Orléans qui était
appelée à recueillir la succession[8]. Le projet de renvoyer l'Infante
qui n'avait que sept ans et ne pouvait donner des enfants à Louis XV que
dans six ou sept années était arrêté, et bientôt, malgré l'opposition de
M. de Fréjus, le renvoi était adopté au conseil[9].

Alors se faisait un travail sur les princesses de l'Europe à marier,
travail que nous retrouvons aux Archives nationales[10] sous le titre:

ESTAT GÉNÉRAL DES PRINCESSES EN EUROPE QUI NE SONT PAS MARIÉES, AVEC
LEURS NOMS, ÂGES ET RELIGION.

«Il y en a quarante-quatre de l'âge de 24 ans et au-dessus et qui, par
conséquent, ne conviennent pas.

Il y en a vingt-neuf de 12 ans et au-dessous qui sont trop jeunes.

Il y en a dix dont les alliances ne peuvent convenir parce qu'elles sont
de branches cadettes, ou si pauvres que leurs pères et leurs frères sont
obligés de servir d'autres princes pour subsister avec plus d'aisance.

Il reste dix-sept princesses sur lesquelles se réduit le choix à faire
pour Sa Majesté et dont l'état est ci-joint avec des observations[11].

         44
         29
         10
         17
        ___

Total   100

La liste des dix-sept princesses était celle-ci: Anne, fille du prince
de Galles: 15 ans. Amélie-Sophie, fille du même: 13 ans.
Marie-Barbe-Joseph, fille du roi de Portugal: 14 ans. Charlotte-Amélie,
fille du roi de Danemark: 18 ans. Frédérique-Auguste, fille du roi de
Prusse: 15 ans. Anne-Sophie, fille de l'oncle paternel du roi de Prusse:
18 ans. Sophie-Louise, fille du même: 15 ans. Élisabeth, fille ainée du
duc de Lorraine: 13 ans. Henriette, troisième fille du duc de Modène, 22
ans. Marie Petrowka, fille du Czar: 16 ans. Anne, fille du même: 15 ans.
Charlotte-Guillelmine, fille du duc de Saxe-Eisenach: 21 ans.
Christine-Guillelmine, fille du même: 13 ans. Marie-Sophie, fille du duc
de Mecklembourg-Strélitz: 14 ans. Théodore, fille de Philippe, frère du
prince de Hesse-Darmstadt: 18 ans. Thérèse-Alexandrine, Mademoiselle de
Sens: 19 ans. Mademoiselle de Vermandois, 21 ans.

_Anne, princesse aînée de Galles--15 ans._

Le duc de Bourbon[12], ne mettant pas en doute que la princesse Anne
n'embrassât pas la religion catholique, faisait un exposé des avantages
et des désavantages de l'alliance. Par ce mariage la France devait avoir
le concours de l'Angleterre pour calmer les mouvements du ressentiment
de l'Espagne. Cette alliance devait en outre, dans le cas d'un conflit,
amener la neutralité de la Hollande, toujours attachée aux intérêts de
l'Angleterre. Enfin elle devait rendre plus entière l'entente avec le
Roi de Prusse qui sentait le besoin de ne pas se séparer de cette
puissance. Les désavantages étaient ceux-ci: 1° L'effroi de la
catholicité devant ce mariage avec une princesse qui resterait, malgré
son abjuration, attachée à son ancienne religion; 2° l'empêchement à
tout jamais apporté à la protection qu'il conviendrait peut-être un jour
d'accorder au chevalier de Saint-Georges; 3° l'hostilité de la cour de
Rome dont on avait besoin pour faire sentir au Roi d'Espagne que le
mariage de Louis XV était indispensable; 4° l'appui donné, dans le cas
où la Reine aurait une autorité dans le gouvernement, aux
religionnaires, aux jansénistes, cause de tous les malheurs qui étaient
arrivés sous les règnes de Henri III et Henri IV.

_Amélie-Sophie, seconde princesse de Galles--13 ans._

Mêmes raisons, en faveur ou en défaveur de cette princesse que celles
données au sujet de sa sœur aînée.

_Marie-Barbe-Joseph, infante de Portugal--14 ans._

La mauvaise santé de la famille de Portugal, les esprits fols et égarés
qu'elle avait produits, faisaient craindre que le mariage ne produisît
pas le résultat cherché. On craignait que la princesse n'eût pas
d'enfants, qu'elle en eût très-tard, que ces enfants mourussent, enfin
que cette alliance n'introduisît dans la maison de France les vices du
sang de la maison de Portugal.

_Charlotte-Amélie, princesse de Danemark--18 ans._

Cette princesse était luthérienne et nièce d'une tante qui avait refusé
d'être Impératrice pour ne pas changer de religion. Puis, en cas d'une
abjuration, il y avait à redouter d'être engagé à prendre un parti trop
déclaré contre le Czar et la Suède pour maintenir le père dans le duché
de Neswick.

_Fridérique-Auguste-Sophie, princesse de Prusse--15 ans._

Princesse luthérienne qui était, par les derniers traités entre
l'Angleterre et la Prusse, promise au fils aîné du prince de Galles.

_Les deux filles du margrave Albrecht, oncle paternel du Roi de
Prusse.--L'aînée 18 ans, la cadette, 15._

Princesses calvinistes qui, n'étant que cousines germaines du Roi de
Prusse, n'assureraient pas l'appui à la France du Roi appartenant au Roi
d'Angleterre par les doubles mariages que ces deux souverains avaient
faits entre leurs enfants.

_Élisabeth, princesse aînée de Lorraine--13 ans._

Le passé où on retrouve des princesses de Lorraine, reines de France,
plaidait en faveur de cette princesse, mais le duc de Bourbon faisait
remarquer que les princesses de Lorraine qui avaient été reines de
France avaient toujours apporté la guerre civile. Il ajoutait que cette
maison avait une liaison trop intime avec la maison d'Autriche, et
prédisait le mécontentement des ducs et des grands du royaume menacés de
la prépondérance des princes lorrains établis en France[13].

_Henriette, troisième princesse de Modène--22 ans._

La princesse Henriette était écartée comme fille d'un trop petit prince
et sortant d'une maison où il y avait eu trop de mésalliances[14].

_Marie Petrowka, princesse aînée czarienne--16 ans._

Le mariage de cette princesse était arrêté avec le duc de
Holstein-Gottorp.

_Anne, princesse czarienne--15 ans._

La princesse Anne dont la main avait été offerte par la czarine,
princesse bien faite et d'une figure aimable, était repoussée à cause de
la basse extraction de sa mère, de l'éducation et des habitudes barbares
de son pays, du sang encore trop neuf de la famille des Czars pour les
vieilles familles royales de l'Europe.

_Charlotte-Guillelmine et Christine-Guillelmine, filles du duc de
Saxe-Eysenach--L'aînée 21 ans, la cadette 13 ans.

Marie-Sophie, fille du duc de Mecklembourg-Strélitz--14 ans._

Trois princesses luthériennes sortant de branches cadettes peu riches.

_Théodore, fille de Philippe, frère du prince de Hesse-Darmstadt--18
ans._

Luthérienne dont le père était cadet d'une branche cadette, et sa sœur
mère du duc d'Havré, Flamand au service de l'Espagne[15].

Ici le duc de Bourbon arrivait à ses deux sœurs.

_Mademoiselle de Sens--19 ans._

«Il y a quelque chose à dire sur sa taille.»

_Mademoiselle de Vermandois--21 ans._

«Sa figure est telle qu'on la peut souhaiter.»

Ses mœurs ont répondu à son éducation; sa vocation pour la retraite est
un témoignage de sa sagesse et de sa religion.

Elle est d'un caractère doux et d'un esprit aimable; son âge, qui peut
être objecté, la rend plus propre à donner des héritiers bien
constitués, et il pourrait mieux convenir de préférer une personne dont
on connaît l'esprit et le caractère, à une autre dont on les ignore et
qui les pourrait avoir tels qu'on aurait lieu par les suites de se
repentir du choix qu'on aurait fait.

Ici, le duc de Bourbon prenant la parole, disait que la naissance de
mademoiselle de Vermandois ne pouvait être considérée comme un obstacle
à son élévation au trône, puisqu'elle était issue de Louis XIV au même
degré que le duc d'Orléans qui pouvait peut-être devenir roi[16]. Le duc
de Bourbon ajoutait: «Dans les différentes conférences et assemblées
tenues au sujet du mariage de V. M., les personnes consultées n'ont
trouvé que des obstacles qui me sont personnels[17]...»

Après un mûr examen du rapport du duc de Bourbon par les entours du Roi,
quinze princesses étaient rejetées, et il ne restait plus que la
princesse Anne d'Angleterre et mademoiselle de Vermandois sur lesquelles
on voulût faire porter le choix du Roi.

Un conseil était tenu. M. de Fréjus déclarait que la princesse
d'Angleterre lui paraissait le parti préférable, tout en ajoutant que le
mariage du Roi avec une princesse de la maison régnante d'Angleterre
avait l'inconvénient de forcer la France à donner l'exclusion au
chevalier de Saint-Georges. Dans le cas où ce mariage manquerait, il
adoptait l'idée du mariage avec mademoiselle de Vermandois. Villars et
le maréchal d'Uxelles opinaient comme Fleury, le maréchal d'Uxelles,
toutefois, avec une nuance de froideur pour la sœur du duc de
Bourbon[18]. Venaient ensuite M. de Morville, de Bissy et Pecquet qui se
montraient très-chauds pour mademoiselle de Vermandois. Le comte de la
Mark, lui, disait bien haut qu'on ne devait conclure le mariage
d'Angleterre qu'à toute extrémité et qu'il était entièrement favorable à
un mariage contracté avec une des princesses cadettes de la maison de
Condé[19].

Sur ces entrefaites, on recevait le refus du Roi d'Angleterre qui, sondé
secrètement sur le mariage du Roi de France avec sa fille, faisait
répondre que les constitutions de l'État s'opposaient à ce qu'une
princesse anglaise changeât de religion[20], et la cour s'attendait
bientôt à voir mademoiselle de Vermandois devenir la femme de Louis XV,
et le duc de Bourbon son beau-frère.

Comment, alors que tout semblait assurer la réussite d'une alliance qui
faisait la grandeur de la maison de Condé, comment ne se fit-elle pas
avec les facilités, les pleins pouvoirs qu'avait le duc de Bourbon? S'il
faut en croire le récit un peu romanesque de Soulavie et de Lacretelle,
le mariage manqua par un accès de dépit et de colère de madame de Prie,
la maîtresse du duc de Bourbon. Au dernier moment, madame de Prie, qui
voulait dans l'épouse de Louis XV un instrument de domination future,
eut la curiosité de connaître la femme qu'elle travaillait à mettre sur
le trône. Elle se rendit à son couvent, se fit présenter sous un nom
supposé et lui fit pressentir les hautes destinées qui l'attendaient
sans pouvoir exciter chez la hautaine personne un mouvement de surprise,
de joie. Donc peu de reconnaissance à attendre. Madame de Prie poussa la
chose plus loin, elle voulut avoir l'opinion personnelle de la jeune
princesse sur son compte, et, dans la conversation, elle prononça son
nom avec quelques mots d'éloges. Mademoiselle de Vermandois
l'interrompit en laissant percer toute son horreur pour la _méchante
créature_, et plaignant son frère d'avoir près d'elle une personne qui
le faisait détester de toute la France. Madame de Prie quittait le
parloir sur cette phrase qui lui échappait: «Va, tu ne seras jamais
Reine.»

De retour, l'habile femme vantait à son frère la beauté et l'esprit de
mademoiselle de Vermandois, chargeant Paris-Duverney de détourner le Duc
d'un mariage qui la perdrait elle et ses protégés. Duverney, inquiet
pour lui-même, faisait peur au duc de Bourbon de l'hostilité de M. de
Fréjus, qui, tout en ne se mettant pas à la traverse du mariage d'une
manière ouverte, y était très-opposé. Il lui montrait mademoiselle de
Vermandois devenue Reine, prenant uniquement les conseils de madame la
Duchesse sa mère dont il aurait à subir les avis comme des ordres. Enfin
chez le prince faible et un peu effrayé par les criailleries des
partisans de la maison d'Orléans, il éveillait le sentiment d'étonner
par une marque éclatante de désintéressement tous ceux qui le croyaient
étroitement occupé de la grandeur de sa maison[21].

       *       *       *       *       *

Dès lors il fallait chercher une autre princesse, une princesse qui
n'alarmât pas par la grandeur de sa maison les plans secrets et les
ambitions de madame de Prie. Paris-Duverney, qui avait amené le duc de
Bourbon à renoncer au mariage de sa sœur avec Louis XV, était de nouveau
consulté[22], et il donnait l'idée de faire la femme du Roi de France
de la fille d'un très-pauvre prince auquel il avait prêté un peu
d'argent dans le temps[23].

Stanislas Leczinski, privé de son royaume de Pologne, des revenus de ses
biens confisqués, de la pension que lui faisait Charles XII, et réfugié
en Alsace sous le Régent, vivait avec sa femme et sa fille, à
Weissembourg, en la compagnie de quelques officiers de la garnison, de
quelques chanoines de la localité, et en une misère telle qu'il n'y
avait pas toujours du pain dans le castel délabré[24].

Sa fille très-vertueuse, mais si mal nippée que madame de Prie sera
obligée de lui apporter des chemises[25], le roi Stanislas avait d'abord
cherché à la marier à un simple colonel, Courtanvaux, depuis le maréchal
d'Estrées, auquel il ne demandait d'autre apport que l'obtention du
titre de duc et de pair. Le mariage manqué par la mauvaise volonté du
Régent, Stanislas faisait proposer sa fille au duc de Bourbon, en lui
faisant entrevoir les chances que ce mariage pourrait lui donner pour
une élection au trône de Pologne. Le Duc n'ayant pas répondu, le bon et
excellent père voulant soustraire sa fille aux mauvais traitements de sa
mère qui ne l'aimait pas, après avoir échoué près du duc d'Orléans,
songeait à faire pressentir le duc de Charolais et successivement tous
les princes français.

Au milieu de ces tentatives infructueuses et de ses désespérances de
marier sa fille, Stanislas recevait une lettre du duc de Bourbon qui lui
annonçait le choix qui avait été fait de Marie Leczinska. Le prince
transporté de joie entrait dans sa chambre en lui disant: «Ah! ma fille,
tombons à genoux et remercions Dieu.» Elle le croyait rappelé au trône
de Pologne, quand il lui apprenait que c'était elle qui devenait Reine
de France[26].

Mais l'alliance ne se concluait pas aussi facilement que M. le Duc
l'aurait voulu; malgré les défenses de parler du mariage du Roi sous
peine de prison, défenses faites dans tous les cafés de Paris[27], les
nouvellistes clabaudaient contre cette princesse sans illustration, sans
crédit, sans argent. Puis on recevait une lettre du roi de Sardaigne
qui, comme grand-père du Roi se plaignant de n'avoir pas été consulté,
déclarait qu'il y avait à faire quelque chose de mieux et de plus
convenable que cette chose condamnée par tout le monde et ne donnant pas
grande idée du conseil de M. de Bourbon, lettre qui finissait par la
menace de faire repentir un jour le Duc de ce qu'il faisait contre les
intérêts du Roi[28].

Mais il se produisait un incident plus grave, le duc de Bourbon était
averti par une lettre anonyme que la princesse tombait du haut mal[29],
et que la Reine sa mère avait demandé plusieurs consultations à une
religieuse de Trêves qui avait la réputation de guérir cette maladie.
Là-dessus émoi du duc de Bourbon; demande au maréchal Dubourg de
renseignements auprès d'un habile médecin de Strasbourg sur la
constitution de la princesse, puis envoi près de la religieuse de Trèves
du sieur Duphénix qui devait ensuite entretenir et questionner le
premier médecin du Roi de Pologne sur la santé et le fond du tempérament
de la princesse.

Les consultations de la religieuse de Trèves n'étaient point pour Marie
Leczinska, mais pour une demoiselle attachée au service de sa mère, et
le duc était complètement rassuré par ce certificat attestant la
parfaite santé de la princesse et ses aptitudes à donner un dauphin à la
France.

       *       *       *       *       *

«Nous soussignés, conformément aux ordres dont Son Altesse Sérénissime
nous a honorés, certifions nous être transportés à la cour de Sa Majesté
polonoise, pour prendre connoissance de la constitution de Son Altesse
Royale, la princesse Stanislas, de sa santé ou de ses infirmités, si
elle étoit atteinte de quelqu'une. Après avoir eu l'honneur de voir Son
Altesse Royale, examiné sa taille et ses bras, le coloris de son visage
et ses yeux, nous déclarons qu'elle est bien conformée, ne paroissant
aucune défectuosité dans ses épaules, ni dans ses bras dont les
mouvements sont libres, sa dent saine, ses yeux vifs, son regard
marquant beaucoup de douceur. À l'égard de sa santé, monsieur Kast, son
médecin, natif de Strasbourg, nous a déclaré que depuis deux ans qu'il a
l'honneur d'être à la cour, elle n'a eu d'autres maladies que quelques
accès de fièvre intermittente en deux différentes saisons qui ont été
terminés chaque fois par une légère purgation et un régime. La vie
sédentaire de Son Altesse Royale et le long espace de temps qu'elle
passe dans les églises, dans une situation contrainte, lui ont causé
quelques douleurs dans les lombes, produites par une sérosité échappée
des vaisseaux gênés par la tension des fibres musculeuses, laquelle
sérosité nous jugeons tout extérieure, la moindre friction ou le
mouvement la dissipant, de même que la chaleur, ce qui fait que pendant
l'été elle n'en a point été attaquée. Nous devons ajouter qu'il nous a
été rapporté par ledit sieur Kast que la princesse est parfaitement
réglée, ses règles d'une louable couleur et ne durant qu'autant qu'il
est nécessaire. On peut juger de ce fait par son coloris qui, quoique un
peu altéré par les derniers accès de fièvre qu'elle a eus récemment, ne
paroît cependant que très-légèrement changé; la carnation étant
naturelle et assez animée pour juger de son rétablissement et de la
régularité de ces mouvements périodiques.

«En témoignage de quoi nous avons signé le présent certificat, ce 12 mai
1725 à Weissembourg[30].

     «DUPHÉNIX.

     «MOUGUE, _médecin, inspecteur des hôpitaux du Roi_.»

Sur ce certificat, après quelques retardements donnés aux égards que la
cour de France croyait devoir au roi d'Espagne, malgré qu'il eût refusé
deux lettres du Roi, Louis XV, le dimanche 27 mai, déclarait son mariage
qui était annoncé à toute la cour par M. de Gesvres, premier gentilhomme
de la Chambre.

Voici les termes dans lesquels le jeune Roi déclarait son mariage:
«J'épouse la princesse de Pologne. Cette princesse, qui est née le 23
juin 1703, est fille unique de Stanislas Leczinski, comte de Lesno,
ci-devant staroste d'Adelnau, puis palatin de Posnanie, et ensuite élu
roi de Pologne au mois de juillet 1704, et de Catherine Opalinski, fille
du Castellan de Posnanie, qui viennent l'un et l'autre faire leur
résidence au château de Saint-Germain-en-Laye, avec la mère du roi
Stanislas, Anne Janabloruski, qui, en secondes noces, avait épousé le
comte de Lesno, grand général de la grande Pologne»[31].

Aussitôt cette déclaration, le duc de Bourbon écrivait au Roi Stanislas:

     «27 mai 1745.

«Le Roi ayant déclaré aujourd'huy son mariage avec la princesse Marie,
fille de Votre Majesté, je crois qu'il est de mon devoir de vous en
rendre compte dans le premier moment, afin d'éviter à Votre Majesté
l'incertitude dans laquelle elle pourroit être, sur les réponses qu'elle
a à faire à ceux qui auront l'honneur de lui en parler. Ainsi,
Monseigneur, voilà l'affaire devenue publique, et par conséquent, ceux
qui la vouloient traverser déconcertés»[32].

Trois jours après le 30 mai, le duc de Bourbon recevait une lettre
confidentielle de Vauchoux, capitaine de cavalerie, qui avait été chargé
de la négociation secrète du mariage. Vauchoux assurait le duc que les
sentiments de Marie Leczinska, élevée par un confesseur alsacien,
étaient ceux d'un enfant ne puisant sa doctrine que dans le
catéchisme[33], lui donnait la confiance que la reconnaissance de la
princesse pour Son Altesse Sérénissime éloignerait toujours de son
intimité les personnes qui ne lui seraient pas entièrement dévouées, et
joignait à sa lettre l'envoi d'une hauteur de jupe, de gants, d'une
pantoufle,--la princesse ne se servait de souliers que pour danser[34].

Le duc de Bourbon poussait, activait les préparatifs du mariage, et le 5
août, le duc d'Antin, ambassadeur extraordinaire du Roi auprès de
Stanislas, roi de Pologne, faisait à Strasbourg la demande en mariage de
la princesse Marie.

À cette demande Marie Leczinska répondait par ces paroles pleines
d'émotion:

«À la déclaration de leurs Majestés, je n'ay rien à ajouter, sinon que
je prie le Seigneur que je fasse le bonheur du Roy comme il fait le mien
et que son choix produise la prospérité du royaume et réponde aux vœux
de ses fidèles sujets[35].»

Le 9 août, était fait et passé à Versailles le contrat de mariage du
Roi, rédigé par La Vrillière:

«AU NOM DE DIEU CRÉATEUR, soit notoire à tous que comme très-haut,
très-excellent et très-puissant prince Louis XV, roi de France et de
Navarre, occupé du soin de contribuer au bonheur de ses peuples et de
satisfaire leurs vœux unanimes, se seroit enfin déterminé à assurer dès
à présent la postérité dont la continuation intéresse si
particulièrement le repos de son royaume et celui de toute l'Europe. Et
que comme la Sérénissime Princesse Marie, fille de très-haut et
très-excellent et très-puissant prince Stanislas, par la grâce de Dieu,
roi de Pologne, et de très-haute et très-excellente et très-puissante
Catherine Opalinska, son épouse, aussi par la grâce de Dieu, Reine de
Pologne, est douée de toutes les qualités qui la peuvent rendre chère à
Sa Majesté et à tout son royaume; Sadite Majesté auroit demandé aux
Sérénissimes Roi et Reine de lui accorder la Sérénissime Princesse
Marie, leur fille, pour épouse et compagne; et dans cette vue elle
auroit nommé des commissaires pour, conjointement avec celui du
Sérénissime Roi Stanislas, converser des articles et conditions
nécessaires pour parvenir à l'accomplissement de ce mariage; lesquels
articles ont été signés et arrêtés à Paris le 19 du mois dernier,
suivant les pouvoirs respectifs, par Sadite Majesté, le 23 du dit mois
et par ledit seigneur Stanislas de Pologne, à Strasbourg, le 22 du même
mois; [...]

«Les convention et traité de mariage entre Sa Majesté et ladite
Sérénissime Princesse Marie ont été accordés et arrêtés ainsi qu'il
suit. Avec la grâce et bénédiction de Dieu, les épousailles et mariage
entre Sa Majesté et ladite Sérénissime Princesse Marie seront célébrés
par parole de présent, selon la forme et solennité prescrites par les
sacrés canons et constitution de l'Église catholique, apostolique et
romaine, et se feront les épousailles et mariage en vertu du pouvoir et
commission qui seront à cet effet donnés par Sadite Majesté, laquelle
les ratifiera et accomplira en personne quand ladite Sérénissime
Princesse Marie sera arrivée en sa cour. [...]

«Sa Majesté donnera à ladite Sérénissime Marie, après la signature des
présentes, pour ses bagues et joyaux, la valeur de cinquante mille écus,
et lors de l'arrivée de ladite Sérénissime Princesse près de Sa Majesté,
jusqu'à la valeur de trois cent mille livres, compris ceux qui lui
auront été remis d'abord, lesquels lui appartiendront sans difficulté,
après l'accomplissement dudit mariage, de même que tous autres bagues et
joyaux qu'elle aura et qui seront propres à ladite Sérénissime
Princesse, ou à ses héritiers et successeurs, ou à ceux qui auront ses
droits et causes.

«Suivant l'ancienne et louable coutume de la maison de France, Sa
Majesté assignera et constituera à la Sérénissime Princesse pour son
douaire vingt mille écus d'or, soldés chacun an, qui seront assignés sur
ses revenus et terres, desquels lieux et terres ainsi donnés et
assignés, ladite Sérénissime Princesse jouira par ses mains et de son
autorité et de celle de ses commissaires et officiers, et aura la
justice comme il a été toujours pratiqué. Davantage à elle
appartiendront les provisions de tous les offices vacans, comme ont
accoutumé d'avoir les Reines de France, bien entendu toutefois que
lesdits offices ne pourront être donnés qu'à des naturels François...»

«Sa Majesté donnera et assignera à ladite Sérénissime Princesse pour la
dépense de sa chambre et entretien de son état et de sa maison une somme
convenable, telle qu'il appartient à la femme et fille d'un Roi, la lui
assurant en la forme et manière qu'on a accoutumé en France de donner
leurs assignations pour leurs entretenemens.

«En cas que ce mariage se dissoût entre Sa Majesté et la Sérénissime
Princesse, et qu'elle survive à Sadite Majesté, en ce cas il sera libre
à la Sérénissime Princesse ou de demeurer en France, dans les lieux
qu'il lui plaira, ou en quelqu'autre lieu convenable que ce soit, hors
dudit royaume de France, toutefois et quantes que bon lui semblera, avec
tous les droits, raisons et actions qui lui seront échus, ses douaires,
bagues, joyaux, vaisselles d'argent et tous autres meubles quelconques
avec les officiers et serviteurs de sa maison, sans que, pour quelque
raison ou considération, on puisse lui donner aucun empêchement, ni
arrêter son départ, directement ou indirectement, empêcher la jouissance
et recouvrement de ses droits, raisons, actions... et pour cet effet Sa
Majesté donnera au Roi Stanislas de Pologne, pour la susdite Sérénissime
Princesse Marie, sa fille, telles lettres de sûreté qui seront signées
de sa propre main et celle de son scel, et les leur assurera et
promettra pour soi et pour ses successeurs Rois, en foi et parole
royale.

«Ce traité et contrat de mariage ont été faits avec dessein de supplier
Notre Saint-Père le Pape, comme Sa Majesté et le Sérénissime Roi
Stanislas de Pologne l'en supplient, de l'approuver, et de lui donner sa
bénédiction apostolique, promettant, Sa Majesté, en foi et parole de
Roi, d'entretenir, garder et observer inviolablement, sans y aller, ni
souffrir qu'il soit allé, directement et indirectement, au contraire,
comme les susdits comte de Tarlo, commissaire procureur du Roi
Stanislas, au nom dudit Roi et de ladite Reine de Pologne, et en celui
de la Sérénissime Princesse Marie, leur fille, stipulant sous l'autorité
des seigneurs et dame, ses père et mère, en vertu de ses pouvoirs et
procurations... ont signé de leur propre main du présent contrat, duquel
l'original est demeuré par-devers nous, pour, en vertu d'icelui, en
délivrer les expéditions nécessaires en la forme ordinaire; fait et
passé à Versailles, le neuvième jour d'août 1725, par-devant nous,
conseiller secrétaire d'État et des commandements de Sa Majesté. Signé,
_Louise-Marie-Françoise de Bourbon; Auguste, duchesse d'Orléans;
Louise-Françoise de Bourbon; L.-H. de Bourbon; Charles de Bourbon;
Marie-Thérèse de Bourbon; Philippe-Élisabeth de Bourbon; N. d'Orléans;
Louise-Anne de Bourbon; Louise-Adélaïde de Bourbon; Louis-Auguste de
Bourbon; Alexandre de Bourbon, Marie-Victoire-Sophie de Noailles,
comtesse de Toulouse, comte de Tarlo; Philippeaux; Fleuriau_»[36].

Le 15 août, jour de la Vierge, le duc d'Orléans[37] épousait à
Strasbourg Marie Leczinska au nom du Roi de France[38].

Il y avait de grandes réjouissances à Strasbourg et un bal donné par le
duc d'Antin. À ce bal, madame de Prie, qui avait fait la conquête de
Marie Leczinska, sur la sollicitation de la Reine, était priée à danser
par le duc d'Épernon avant la princesse de Montbazon et la duchesse de
Tallard qui était une Soubise[39].

Enfin la Reine, munie des instructions de son père[40], se mettait en
voyage[41] pour joindre le Roi qui venait de s'établir à Fontainebleau.

Par cette France qui n'a point encore de routes, en cette année où il
venait de pleuvoir trois mois de suite, dans ces temps de grandeur et de
misère, de luxe et de barbarie, ce fut un terrible voyage que ce voyage
où la femme du Roi pensa plusieurs fois être noyée dans son carrosse, et
d'où on la retirait, avec de l'eau jusqu'à mi-corps, à force de bras et
comme l'on pouvait[42].

Enfin, le 4 septembre, Marie Leczinska arrivait à Moret. Le Roi venait
au-devant d'elle avec toutes les princesses, ne la laissait pas
s'agenouiller sur le carreau qu'on avait jeté parmi la boue du chemin,
et l'embrassait sur les deux joues avec une vivacité qui étonnait tous
ceux qui connaissaient l'éloignement du Roi pour les femmes, tous ceux
qui l'avaient entendu dire il y avait deux ou trois mois qu'on ne le
marierait pas de sitôt[43].

       *       *       *       *       *

Le 5 septembre, Marie Leczinska, arrivée de Moret à dix heures du matin,
montait tout droit à son cabinet de toilette, et là, accommodée et
parée, se rendait dans le grand cabinet du Roi, d'où le cortège se
mettait en marche pour la chapelle, traversant la galerie de François
Ier, descendant le grand escalier entre la haie des Cent Gardes et des
Suisses, la hallebarde à la main.

Au milieu de la chapelle avait été élevée une estrade au bout de
laquelle se trouvaient un prie-Dieu et deux fauteuils surmontés d'un
dais: le dais, l'estrade, le prie-Dieu, les fauteuils, les carreaux,
recouverts d'une tenture de velours violet semée de fleurs de lis d'or
et chargée des armes de France et de Navarre.

Sur des bancs installés au bas des marches de l'autel à droite et du
côté de l'Épître avaient déjà pris place les archevêques, les évêques,
les abbés nommés par les députés de l'assemblée générale du clergé pour
assister à la cérémonie.

Sur un banc à gauche de l'autel se voyaient le comte de Morville et le
comte de Saint-Florentin qui allaient bientôt être rejoints par les deux
autres ministres et secrétaires d'État, le comte de Maurepas et le
marquis de Breteuil, retenus par leurs fonctions auprès du Roi.

Le chancelier de France, dans sa robe de velours violet doublé de satin
cramoisi, était assis dans son fauteuil à bras et sans dos, entre ses
deux huissiers portant la masse, et derrière lui se groupaient les
maîtres des requêtes en robe et en bonnet carré.

Un public de seigneurs, d'étrangers, de dames en grand habit,
remplissait les tribunes et les amphithéâtres échafaudés dans les
arcades des chapelles, et dont les balcons étaient garnis de tapis à
fond d'or ou de broderies éclatantes.

Le cortège, parti du grand cabinet du Roi, débouchait dans la chapelle
au son des fifres, des tambours et des trompettes.

C'étaient d'abord les hérauts d'armes précédés du marquis de Dreux,
grand maître des cérémonies; venaient ensuite les chevaliers de l'Ordre
du Saint-Esprit, en tête desquels marchaient l'abbé de Pomponne, le
marquis de Breteuil, le comte de Maurepas, grands officiers de l'Ordre.
Après les chevaliers du Saint-Esprit s'avançaient dans des habits
très-magnifiques[44], et marchant seuls, le comte de Charolais, le comte
de Clermont, le prince de Conti.

Enfin apparaissait le Roi, précédé du marquis de Courtanvaux, capitaine
des Cent-Suisses de la Garde, suivi du duc de Villeroi, capitaine des
Gardes du Corps en quartier, et qui avait à sa droite le duc de
Mortemart, premier Gentilhomme de la Chambre, et à sa gauche, le duc de
la Rochefoucauld, grand maître de la Garde-Robe. Louis XV marchait entre
le prince Charles de Lorraine, grand écuyer de France, et le commandeur
de Beringhen, premier écuyer du Roi, tous deux appelés à donner la main
à Sa Majesté. Sur les côtés se tenaient les officiers des Gardes du
Corps, et les Gardes-Écossais portant leurs cottes d'armes en broderie
par-dessus leurs habits, la pertuisane à la main. Le Roi avait un habit
de brocart d'or, garni de boutons de diamant, et, jeté sur les épaules,
un manteau de point d'Espagne d'or.

Suivait la Reine, habillée d'un manteau et d'une robe de velours violet
semé de fleurs de lis d'or, avec un corps formant une cuirasse de
pierreries, et des agrafes de brillant aux manches[45]. Elle portait sur
le haut de la tête une couronne de diamants, fermée par une double fleur
de lis. Marie Leczinska était menée par les ducs d'Orléans et de
Bourbon; et la queue de son manteau royal, qui avait neuf aunes de long,
était portée par la duchesse douairière de Bourbon, par la princesse de
Conti, par la princesse de Charolais qui étaient menées à leur tour et
avaient leur queue portée par les plus grands noms de la monarchie.

Et c'étaient après la Reine la duchesse d'Orléans, puis mademoiselle de
Clermont, et encore des princesses et des dames illustres qui, avec
leurs meneurs et leurs porteurs de queue, formaient une procession qui
n'en finissait pas, et que terminaient les dames d'honneur des
princesses du sang.

Le Roi et la Reine allaient s'agenouiller sous le Haut-Dais; derrière
Leurs Majestés, se plaçaient sur l'estrade les princes et princesses du
sang.

Alors sortait de la sacristie le cardinal de Rohan, vêtu pontificalement
et accompagné de l'évêque de Soissons et de l'évêque de Viviers qui lui
servaient de diacre et de sous-diacre d'honneur. Le cardinal montait à
l'autel, invitait par le héraut d'armes et le marquis de Dreux, le Roi
et la Reine à s'approcher des marches de l'autel, et là leur adressait
un discours et leur donnait la bénédiction nuptiale.

La bénédiction donnée, le Roi et la Reine retournaient à leur prie-Dieu,
où le cardinal venait leur apporter l'eau bénite.

La messe commençait. L'évêque de Viviers chantait l'Épître, l'évêque de
Soissons chantait l'Évangile, et, après avoir donné le livre à baiser au
cardinal, le portait également à baiser au Roi et à la Reine.

Après l'_offertoire_, et pendant les encensements ordinaires, le roi
d'armes allait se placer au pied de l'autel avec un cierge, chargé de
vingt louis d'or. Le Roi descendait alors de son prie-Dieu, se mettait à
genoux devant le cardinal assis dans un fauteuil placé dessus un
marchepied sur l'escalier de l'autel, baisait la bague de l'Éminence, et
lui remettait le cierge tenu par le héraut d'armes.

À la fin du _Pater_, le Roi et la Reine venaient s'agenouiller sur un
drap de pied de velours violet, semé de fleurs de lis, tandis que
l'évêque de Metz et l'ancien évêque de Fréjus étendaient au-dessus des
deux mariés un poêle de brocart d'argent, qu'ils tenaient suspendu sur
leurs têtes jusqu'à la fin des oraisons accoutumées.

La messe terminée, le cardinal de Rohan prenait des mains du curé de
Fontainebleau le registre des mariages, le présentait au Roi et à la
Reine auxquels il donnait la plume pour signer. La plume était présentée
ensuite par l'abbé de Pezé, aumônier du Roi, aux princes et princesses
du sang, pendant qu'au bruit du _Te Deum_ les hérauts d'armes faisaient
la distribution des médailles frappées à l'occasion du mariage.

Au retour de la chapelle, le duc de Mortemart, qui, le matin, avait
apporté à Marie Leczinska la couronne de diamants qu'elle portait à la
cérémonie, lui remettait un coffret de velours cramoisi rempli de bijoux
d'or dont elle faisait des présents dans l'après-midi[46].

Le Roi, du moment où il avait vu Marie Leczinska, laissait éclater les
naïfs symptômes du désir amoureux. Il montrait une gaieté
inexprimable[47] et comme la satisfaction tapageuse d'un adolescent en
bonne fortune.

Le matin du mariage, pendant la toilette de Marie Leczinska, il
envoyait, nombre de fois, savoir quand cette toilette, qui durait du
reste trois heures, serait finie. Après la célébration de la cérémonie à
la chapelle, on le voyait, tout le restant du jour, empressé, attentif,
galamment causeur aux côtés de la jeune Reine. Et le soir il attendait,
avec une impatience fiévreuse, que sa femme fût couchée[48].

Sur cette nuit de noce, qu'on nous permette de citer une dépêche du duc
de Bourbon au Roi Stanislas, dont les détails, intimes et secrets,
doivent être pardonnés comme des détails qui intéressent l'histoire.

«... Je ne répète pas à Votre Majesté la joie et l'empressement que le
Roi a témoignés de l'arrivée de la Reine; tout ce que je puis dire à
Votre Majesté, est que cela a surpassé mes espérances, et, s'il se
pouvait, mes désirs.

«C'est la plus forte peinture que je puisse faire de la manière dont
s'est passée l'entrevue. La Reine a charmé le Roi... Le Roi a passé
toute la journée d'hier chez la Reine, où il me fit l'honneur de me dire
qu'elle lui plaisait infiniment, et Votre Majesté m'en doutera pas, si
elle me permet d'entrer dans un détail sur lequel je sais mieux que
personne qu'il faut garder le silence, et dont je ne rends compte à
Votre Majesté que pour lui prouver que ce n'est point langage de
courtisan, quand j'aurai l'honneur de lui dire que la Reine plaît
infiniment au Roi. Cette preuve est donc, si Votre Majesté me permet de
le lui dire, que le Roi a pris quelques amusements comme comédie[49] et
feu d'artifice, s'est allé coucher chez la Reine, et lui a donné pendant
la nuit sept preuves de sa tendresse[50]. C'est le Roi lui-même qui, dès
qu'il s'est levé, a envoyé un homme de sa confiance et de la mienne pour
me le dire, et qui, dès que j'ai entré chez lui, me l'a répété lui-même,
en s'étendant infiniment sur la satisfaction qu'il avait sur la
Reine[51].»



II

Maison de la Reine--Brevet de dame d'atours, octroyé à la belle-mère de
madame de Mailly.--Portrait physique de Marie Leczinska.--Caractère de
la femme.--Le jeune homme chez Louis XV.--Entrevue du Roi et du duc de
Bourbon obtenue par la Reine.--Disgrâce de M. le Duc.--Lettre de cachet
remise par M. de Fréjus à la Reine.--Les rancunes du premier ministre
contre la Reine.--La Reine obligée de lui demander la permission de
faire un souper avec ses dames.--Maladie de Marie Leczinska et
indifférence du Roi.--La Reine ne trouvant pas dans son salon un coupeur
au lansquenet.--Louis XV abandonnant l'intérieur de Marie Leczinska pour
la société de jeunes femmes.--Mademoiselle de Charolais.--Passion
qu'elle affiche pour le Roi.--Madame la comtesse de Toulouse.--La petite
cour de Rambouillet.--Froideurs des relations du Roi et de la
Reine.--Les manies de la Reine.--Lassitude de son métier d'épouse et de
mère.


Au moi de mai précédent avait été montée la maison de la Reine, avaient
été choisies les femmes titrées avec lesquelles Marie Leczinska allait
être condamnée à passer les longues heures de sa vie dans
l'emprisonnement royal du palais de Versailles.

La charge de surintendante de la maison de la Reine et de chef du
conseil, d'abord destinée à la jeune princesse de Conti, avait été
définitivement donnée à mademoiselle de Clermont, sœur du duc de
Bourbon[52].

Pour la nomination aux autres places, il y avait eu mille brigues, mille
intrigues, mille cabales. La grande bataille s'était surtout livrée
autour de la charge de la dame d'honneur[53] à laquelle le mérite
personnel de la duchesse de Saint-Simon semblait devoir l'appeler; mais
les inimitiés qu'avait soulevées contre lui le terrible duc et les
attaches du mari et de la femme avec la maison d'Orléans faisaient
donner l'exclusion à la duchesse. Et en dépit des efforts de M. de
Fréjus pour écarter de l'entourage de la Reine les _dévergondées de la
Régence_[54], le Roi nommait comme dame d'honneur, à cause de ses _rares
vertus_, _sa chère et bien-aimée cousine_, la maréchale, duchesse de
Boufflers, cette duchesse, que l'éclat de ses aventures anciennes et
présentes et le libertinage connu et avéré des dames sous ses ordres,
allait faire surnommer _Madame Pataclin_, du nom de la supérieure de
l'Hôpital-Général, où l'on enfermait les filles de mauvaise vie[55].

La dame d'atours était la comtesse de Mailly, dont nous donnons le
brevet.

BREVET DE DAME D'ATOURS POUR MADAME LA COMTESSE DE MAILLY.

«Aujourd'hui, may 1725, le Roy, étant à Versailles, a mis en
considération l'exactitude et la dignité avec lesquelles la dame
comtesse de Mailly a servi en qualité de dame d'atours la dauphine sa
mère, et l'empressement que la France témoigne depuis la majorité de Sa
Majesté de se voir assurer, par un prompt mariage, la tranquillité dont
elle jouit, ayant déterminé Sa Majesté à faire un choix digne de remplir
ses vœux et de former, dès à présent, la maison de la Reine, sa future
épouse et compagne, Sa Majesté a cru ne pouvoir mieux choisir pour
remplir la charge de dame d'atours, que la mesme personne qui l'a si
dignement exercée. À cet effet, Sa Majesté a donné et octroyé à dame
Anne-Marie-Françoise de Sainte-Hermine, comtesse de Mailly, la charge de
dame d'atours de la Reine, sa future épouse et compagne, pour par elle
en jouir et user aux honneurs, autorités, privilèges, fonctions, gages,
pensions, états, droits, profits, revenus et émoluments y appartenant et
qui lui seront ordonnés par les États de la maison de ladite dame Reine,
tels et semblables qu'en ont joui les dames d'atours des Reines de
France, et ce, tant qu'il plaira à Sa Majesté qui mande et ordonne au
trésorier-général de la maison de ladite Reine, que lesdits gages,
livrées, états et pensions il y ait à payer à ladite dame comtesse de
Mailly à l'avenir, par chacun an, aux termes et à la manière accoutumée,
sur ses simples quittances, sans que pour raison de ladite charge et de
ses dépendances, il soit besoin d'une plus ample expression de la
volonté de Sa Majesté ni d'autre expédition que le présent brevet
qu'elle a pour assurance de sa volonté[56]...»

Ce brevet est instructif, il nous révèle un fait qu'aucun des
contemporains ne semble savoir[57], c'est que Louise-Julie de Mailly la
première maîtresse de Louis XV, n'était pas dame d'atours de Marie
Leczinska, à l'époque de son mariage avec Louis XV. Je trouvais bien
extraordinaire, avant la découverte de ce brevet, qu'il fût confié à une
jeune fille de quinze ans et qui n'était point encore mariée, une charge
si importante de la monarchie. Aujourd'hui il n'y a plus de doute, la
charge était octroyée à sa future belle-mère, qui la lui transmettait à
une époque inconnue, peut-être l'année suivante, année où elle épousait
son fils.

Les douze dames du Palais qui, avec mademoiselle de Clermont, la
duchesse de Boufflers et la comtesse de Mailly, complétaient la maison
de la Reine, étaient madame de Prie, madame de Nesle, dont les
galanteries étaient publiques avec du Mesnil, la maréchale de Villars,
les duchesses de Tallard de Béthune, d'Épernon, enfin les dames de
Gontaut, d'Egmont, de Rupelmonde de Matignon, de Chalais, de Mérode,
toutes dames aux réputations douteuses et écornées.

Parmi les hommes de sa maison, Marie Leczinska avait comme grand
aumônier M. de Fréjus, qui allait bientôt devenir son plus intime
ennemi.

Puis, au-dessous de ces hauts dignitaires, venait tout ce monde que
groupait autour d'une personne royale les mille domesticités, les mille
services particuliers et spéciaux de la monarchie d'alors.

Il y avait d'abord une première femme de chambre[58] et douze femmes de
chambre ordinaires. C'étaient les médecins, premier médecin, médecin
ordinaire, médecins par quartier;--l'apothicaire du corps, l'apothicaire
du commun;--les pannetiers, les verduriers, les maîtres-queux, les
hâteurs, les galopins ordinaires, les enfants de cuisine, les
lavandiers;--les garde-vaisselle; les capitaines des charrois; les
valets de la garde-robe, les valets de pied pour le carrosse, etc.;--le
marchand poêlier quincaillier;--le baigneur-étuviste;--le porte-manteau
ordinaire;--le porte-chaise d'affaires;--le muletier de la litière;--le
chauffe-cire pour cacheter les lettres.

Et ne croyez pas que le dénombrement de tant de fonctions et
d'attributions soit complet dans les cent pages que contient l'état
manuscrit de la maison de Marie Leczinska: nous trouvons dans le service
des pensions qui se fait après la mort de la Reine, une pension pour
l'homme qui préparait le café de la Reine, une pension pour la
demoiselle chargée du nettoyage des porcelaines du cabinet de la Reine,
une pension pour le luthier qui prenait soin des vielles de la
Reine[59].

       *       *       *       *       *

Marie Leczinska, dans les nombreux portraits qui la représentent, n'a
point le visage noble que réclamait alors le cadre de Versailles, mais
la princesse polonaise a cette gracieuse mine que célèbrent ses
familiers et dont parle une lettre de Voltaire. C'est une aimable figure
bourgeoise qui est comme l'image de la bonté dans son expression
humaine, dans son enjouement heureux. Elle dit, cette bienveillante et
gaie figure, sous son air, un rien vieillot, la bonne humeur des vertus
de la femme. Car celle qui redoutait de perdre la couronne du ciel en
acceptant la couronne de France ne porte rien sur sa figure du sérieux
ou du soucieux de la dévotion.

Une expression de santé et de satisfaction, la sérénité de la
conscience, le contentement et la patience de la vie rayonnent sur ces
traits éclairés d'une douce malice, et dont le sourire est comme un
reflet de ces libertés innocentes, de cet esprit gaulois avec lequel, de
temps en temps, la Reine s'amusait à faire courir un gros rire parmi ses
dames, sa Semaine Sainte, ainsi que les appelait la cour[60].

La Reine, sauf quelques vivacités qui la rendaient la plus malheureuse
femme du monde et la faisaient aussitôt chercher le moyen de se faire
pardonner, avait le caractère le plus heureux, le plus facile et le plus
sociable. Elle était pleine de saillies, de reparties amusantes[61],
d'observations gaiement spirituelles, et ne redoutait pas le ton de la
galanterie, de la gaillardise même, quand la gaillardise était sauvée
par les grâces du conteur. Qui ne connaît, à ce sujet, l'anecdote dont
M. de Tressan fut le héros?

On parlait devant la Reine des houssards qui faisaient des courses dans
les provinces et approchaient de Versailles.

Là Reine de dire: «Mais si je rencontrais une troupe, et que ma garde me
défendît mal?

--Madame, laissa échapper quelqu'un, Votre Majesté courrait grand risque
d'être _houssardée_.

--Et vous, M. de Tressan, que feriez-vous?

--Je défendrais Votre Majesté au péril de ma vie.

--Mais si vos efforts étaient inutiles?

--Madame, il m'arriverait comme au chien qui défend le dîner de son
maître, après l'avoir défendu de son mieux, il se laisse tenter d'en
manger comme les autres[62].»

Et la Reine de ne pas se fâcher et de presque sourire au hardi propos de
M. de Tressan.

Malheureusement les agréments de la Reine étaient timides, comme ses
vertus étaient pudiques, presque honteuses. La femme, l'épouse ne se
révélait sous la chrétienne, ne montrait les charmes de son esprit et de
son cœur, tous les secrets de son amabilité que dans la familiarité de
quelques amis, dans une petite société qui ne lui imposait pas. Il lui
fallait, pour qu'elle fût encouragée à plaire, pour qu'elle entrât en
pleine possession d'elle-même, le calme d'un salon, où l'âge amortissait
le bruit des voix, la compagnie de la raison, l'intimité de la
vieillesse, un milieu de tranquillité, presque d'assoupissement, qui
convenait à la maturité de son intelligence et de ses goûts. Voilà où
trouvait l'aisance et la liberté une Reine dont l'esprit eut toujours,
comme le visage, l'âge d'une vieille femme. Aussi Louis XV, dont Marie
Leczinska avait une affreuse peur, ne connut jamais la femme que
connurent les de Luynes. Il ne vit dans Marie Leczinska qu'une pauvre
_peintresse_ qui n'avait aucune disposition pour la peinture, une
médiocre et ennuyeuse joueuse de vielle, une liseuse de livres sérieux
qu'elle ne comprenait pas, une étroite dévote, enfin une provinciale
princesse écrasée de la présence et de la grandeur d'un Roi de France,
n'apportant à la vie commune rien du ressort et de l'initiative
plaisante de la femme, ne mettant dans l'union que l'obéissance, dans le
mariage que le devoir, ne sachant de son sexe ni les caresses, ni les
coquetteries, tremblante et balbutiante dans son rôle de Reine, comme
une vieille fille de couvent égarée dans Versailles; groupant autour
d'elle toutes les têtes chauves de la cour, rassemblant l'ennui dans ce
coin du palais, plein d'un murmure de voix cassées, où rien de jeune ne
vivait, où rien de vivant ne parlait aux jeunes ans du Roi.

Un singulier homme, ce jeune mari, ce jeune souverain que, hors la
chasse et les chiens[63], rien n'intéressait, n'amusait, ne fixait, et
dont le cardinal promenait vainement l'esprit d'un goût à un autre, de
la culture des laitues à la collection d'antiques du maréchal d'Estrées,
du travail du tour aux minuties de l'étiquette, et du tour à la
tapisserie, sans pouvoir attacher son âme à quelque chose, sans pouvoir
donner à sa pensée et à son temps un emploi[64]. Imaginez un Roi de
France, l'héritier de la Régence, tout glacé et tout enveloppé des
ombres et des soupçons d'un Escurial, un jeune homme à la fleur de sa
vie et dans l'aube de son règne, ennuyé, las, dégoûté, et au milieu de
toutes les vieillesses de son cœur traversé de peurs de l'enfer
qu'avouait par échappées sa parole alarmée et tremblante. Sans amitiés,
sans préférences, sans chaleur, sans passion, indifférent à tout, et ne
faisant acte de pouvoir, et d'un pouvoir jaloux que dans la liste des
invités de ses soupers[65], Louis XV apparaissait dans le fond des
petits appartements de Versailles comme un grand et maussade et triste
enfant, avec quelque chose dans l'esprit de sec, de méchant, de
sarcastique qui était comme la vengeance des malaises de son humeur. Un
sentiment de vide, de solitude, un grand embarras de la volonté et de la
liberté joint à des besoins physiques impérieux et dont l'emportement
rappelait les premiers Bourbons: c'est là Louis XV à vingt ans; c'est
là le souverain en lequel existait une vague aspiration au plaisir, et
le désir et l'attente inquiète de la domination d'une femme passionnée
ou intelligente ou _amusante_. Il appelait, sans se l'avouer à lui-même,
une liaison qui l'enlevât à la persistance de ses tristesses, à la
monotonie de ses ennuis, à la paresse de ses caprices, qui réveillât et
étourdît sa vie, en lui apportant les violences de la passion ou le
tapage de la gaieté. L'oubli de son personnage de Roi, la délivrance de
lui-même, toutes choses que ne lui donnait pas la Reine; voilà ce que
Louis XV demandait à l'adultère, voilà ce que toute sa vie il devait y
chercher.

       *       *       *       *       *

Pendant les premiers mois qui suivaient le mariage, il n'était toutefois
question que des empressements, des assiduités amoureuses, des
_coucheries_ régulières et quotidiennes du Roi avec la Reine.

Louis XV comparait Marie Leczinska à la Reine Blanche, mère de saint
Louis, et disait aux courtisans qui voulaient lui faire admirer quelque
femme de la cour: «Je trouve la Reine encore plus belle[66].» Mais un an
ne s'était pas écoulé qu'un évènement politique apportait une grande
froideur dans les relations entre les deux époux.

Marie Leczinska, naturellement pleine de reconnaissance pour le duc de
Bourbon qui l'avait faite Reine de France, avait été en outre gagnée
par les prévenances et les caresses de madame de Prie, qui, entrant à
tout moment dans ses appartements pour surveiller ses actions, inspirant
ses actions, dictant ses lettres[67], était devenue maîtresse absolue de
la faible et timide princesse qui ne faisait qu'exécuter et
contre-signer les ordres de la favorite du Duc. La Reine essayait bien
un peu de résister, sentant dans tout ce que le Duc et sa maîtresse la
poussaient à faire, qu'elle était entre leurs mains un moyen et un
instrument pour ruiner le crédit de M. de Fréjus. Et malgré la
dissimulation du Roi, Marie Leczinska n'était déjà pas sans savoir que
Louis XV n'aimait pas M. le Duc, avait une antipathie des plus
prononcées contre madame de Prie, était sous la complète domination de
son précepteur. C'étaient donc continuellement des scènes, où la Reine
était accusée d'ingratitude par le Duc, et où la Reine pleurait. Enfin
il arrivait un jour où le duc de Bourbon imposait à la malheureuse
princesse de lui avoir un entretien particulier avec le Roi. Sous un
prétexte Louis XV était amené chez la Reine. Marie Leczinska voulait se
retirer, mais le duc de Bourbon la forçait de rester, d'assister à
l'entretien. Alors le Duc commençait à lire une lettre de Rome, une
lettre du cardinal de Polignac qui était un réquisitoire en règle contre
M. de Fréjus. Le Roi écoutait cette lecture avec ennui. À la lettre, le
Duc voulait ajouter des faits. Le Roi donnait des signes d'impatience.
Le Duc, s'apercevant du mécontentement du Roi, lui demandait s'il lui
avait déplu?--Oui.--S'il n'avait pas de bonté pour lui?--Non.--Si M. de
Fréjus avait seul sa confiance?--Oui. Et le Roi, repoussant le Duc qui
s'était jeté à genoux à ses pieds, sortait plein de colère contre sa
femme qui l'avait attiré dans ce piège[68].

Sur ces entrefaites, M. de Fréjus, qui s'était présenté chez le Roi et
avait trouvé la porte fermée par l'ordre de M. le Duc, s'était retiré à
Issy, tandis que le Roi, dans la dernière exaspération, s'était enfermé
chez lui sans vouloir parler à personne... M. le duc de Mortemart,
prenant parti contre la maison de Condé, se faisait donner un ordre qui
enjoignait au duc de Bourbon d'envoyer chercher M. de Fréjus, et le
lendemain le précepteur du Roi reparaissait triomphant à la cour.

Dès lors la chute de M. le Duc n'était plus qu'une question de temps. M.
de Fréjus maintenu sous main par M. le duc d'Orléans, M. le prince de
Conti, M. le duc du Maine, le maréchal de Villars, avait encore pour
lui, dans le moment, les Noailles et la comtesse de Toulouse, qui, dans
les petits et fréquents séjours que Louis XV commençait à faire chez
elle, commençait à prendre une sérieuse influence sur l'esprit du jeune
Roi. Dans un conseil tenu à Rambouillet, où depuis quelque temps se
rendaient directement les courriers d'Allemagne, d'Espagne, de Savoie,
le renvoi du Duc était arrêté, et, le 11 juin 1726, le duc de Bourbon
recevait inopinément une lettre de cachet qui lui ordonnait de se rendre
à Chantilly et lui défendait de voir la Reine. Madame de Prie était
exilée dans sa terre de Normandie[69].

Cette disgrâce du duc de Bourbon et de madame de Prie était suivie d'une
espèce d'abandon fait par le Roi de sa femme aux haines de M. de Fréjus.
Il la mettait pour ainsi dire à sa discrétion dans cette dure lettre de
cachet dont le futur premier ministre était porteur: «Je vous prie,
Madame, et s'il le faut, je vous l'ordonne, de faire tout ce que
l'évêque de Fréjus vous dira de ma part, comme si c'était moi-même.
Signé: LOUIS[70].»

De ce jour, les rancunes du vieil homme d'Église, munies des pleins
pouvoirs du Roi, travaillent à annihiler la Reine et l'épouse par le
retrait de toute influence dans la distribution des grâces, par
l'absence de toute autorité dans le gouvernement de sa maison, par la
privation d'argent même, enfin par une succession d'humiliations voulues
et cherchées: petites et mesquines vengeances que ne pourront désarmer
et lasser la résignation et la dépendance de la pauvre Reine[71]. Les
charités de la Reine l'auront-elles laissé sans un écu, Fleury ordonnera
à Orry de lui faire porter cent louis, ce que le contrôleur-général
déclare donner à son fils quand il est désargenté. La Reine de France
veut-elle faire un souper avec ses dames à Trianon ou ailleurs, il faut
qu'elle en demande la permission à Fleury, et Fleury se donne presque
toujours le plaisir de refuser, alléguant que cela coûterait quelque
extraordinaire[72].

Deux mois après la chute du duc de Bourbon, au mois d'août 1726, Marie
Leczinska tombait malade, et si gravement, qu'elle recevait les
sacrements. Le Roi montrait une grande indifférence pendant sa maladie,
et le 27 septembre, le jour où, complètement rétablie, elle arrivait
retrouver le Roi à Fontainebleau, Louis XV au lieu d'aller à sa
rencontre, partait pour la chasse, prenait deux cerfs et ne rentrait
qu'à neuf heures du soir au château[73].

Ces dédains du Roi, ces mépris visibles, ce manque d'égards, tuaient peu
à peu le respect autour de la Reine qui était traitée par les courtisans
comme une princesse sans conséquence. Le marquis d'Argenson nous la
montre à Versailles, abandonnée de ses dames du Palais[74], ne trouvant
pas même de coupeur parmi les seigneurs de la cour quand, le dimanche,
il lui plaisait de jouer au lansquenet. Et nous la voyons dans ses
appartements désertés, se promenant, la pauvre Reine, à la recherche de
ce coupeur, et toute désolée de ne le point trouver, se plaindre en ces
douces et tristes paroles: «Eh bien, on prétend que je ne veux pas jouer
au lansquenet, ni commencer de bonne heure. Vous voyez qu'il fait bon de
dire que _je_ ne veux pas, mais qu'_on_ ne veut pas[75].»

Toutes ces humiliations qui rendaient la Reine chagrine, boudeuse et
pleureuse, la faisaient peu propre à garder et à retenir le Roi près
d'elle[76], et poussaient le jeune mari dans la société de femmes jeunes
et gaies, dont mademoiselle de Charolais amenait et menait la troupe.

On eût cru voir un gamin, presque un polisson, dans cette princesse de
la maison de Condé qui devait toute sa vie garder son joli visage de
seize ans et ses yeux si vifs, qu'ils se reconnaissaient sous le masque,
dans cette aimable enfant terrible, comme il y en eut toujours dans les
splendeurs ou les tristesses de Versailles, et dont le rôle semble être
de déranger l'étiquette ou de dérider la Gloire.

Les vers, les chansons, les saillies[77], mademoiselle de Charolais
employait tous les dons et toutes les impudences d'un esprit de malice,
et cela avec la liberté d'un garçon, pour chasser les froideurs et le
sérieux de la cour, y appeler l'amusement et les familiarités,
improviser les divertissements, animer les soupers, et semer comme une
Folie effrontée et charmante les extravagances, les refrains et les
imbroglios de carnaval autour du trône, et à côté des affaires d'État.

Encore mieux faite pour entraîner que pour plaire, mêlant toutes sortes
de caractères, la verve des Mortemart à la hauteur des Condé, relevant
les audaces et les inconvenances de sa grâce par un certain air
princesse qui sauvait presque tout, capricieuse, fantasque, vaporeuse,
tourmentée à l'excès d'humeurs noires[78] dont elle se tirait par une
plaisanterie, une échappée hasardeuse, quelque tour de page,
mademoiselle de Charolais devait surprendre, par les contradictions de
sa nature, un jeune mari lassé par l'immuable sérénité de sa femme.

La princesse était de toutes les entreprises hardies et tapageuses; elle
était de ces caravanes nocturnes, où le Roi, qui commençait à battre le
pavé, affrontait, dans les rues de Versailles, l'hôtesse du
_Cheval-Rouge_, pendant qu'avec des paroles facétieuses et libertines,
mademoiselle de Charolais cherchait à calmer la belle insultée qui
criait: «Au voleur! à l'assassin[79]!»

Mademoiselle de Charolais, qui depuis l'âge de quinze ans avait eu des
amants sans compter, et faisait un enfant presque régulièrement chaque
année, regardant cela comme un accident naturel à son état de grande
fille et de princesse[80], affichait dans le moment une passion pour le
Roi, trouvant piquant de le débaucher la première, le poussant à
l'adultère par mille coquetteries, finalement lui mettant ces vers dans
une poche:

     Vous avez l'humeur sauvage
     Et le regard séduisant;
     Se pourroit-il qu'à votre âge
     Vous fussiez indifférent?

     Si l'amour veut vous instruire,
     Cédez, ne disputez rien;
     On a fondé votre empire
     Bien longtemps après le sien.

Mais le Roi, en sa timidité, échappait aux avances qui amusaient et
effrayaient à la fois ses désirs, tant le jeune souverain était encore
plein des contes à faire peur du vieux Fleury sur les femmes de la
Régence[81].

       *       *       *       *       *

Une autre femme intimidait moins le jeune Roi que cette endiablée
princesse de Charolais: c'était la comtesse de Toulouse[82].

La comtesse de Toulouse était une belle et puissante créature, aux yeux
brun-foncé[83], au regard assuré et plein de dignité, au sourire
paisible et doux, dont le visage sans rouge et toute la personne
montraient la tranquillité sereine et l'aimable recueillement d'un bel
air dévotieux. Le salon de madame de Toulouse était la petite cour de
Rambouillet, un refuge mondain pendant la brutale Régence de la
galanterie passée, le souvenir et le reste de la cour de Louis XIV. Là
les anciennes vertus des nobles compagnies, les beaux usages, les
manières décentes et polies, le respect de la femme, la retenue du ton,
les traditions des habitudes sociales vivaient encore dans l'aisance de
l'enjouement, dans l'animation et la gaieté d'un nombre restreint de
gens choisis, dans l'heureuse paix et les douceurs épicuriennes d'un
petit monde dévot, jouissant à petit bruit de la vie. Mademoiselle de
Charolais elle-même cédait au génie du lieu en entrant chez madame de
Toulouse, elle n'y était plus qu'une princesse rieuse, un lutin
apportant la vie des plaisirs délicats et des élégants passe-temps à
cette cour d'harmonies, de nuances, de murmures, de suaves paroles, de
galanteries discrètes, sur laquelle planait encore une ombre de grandeur
et de magnificence qu'on ne trouvait que là. Involontairement le jeune
souverain comparait à cette cour la cour bourgeoise et morne de la Reine
de France; et l'amour s'éveillait en lui, un amour tout ému de scrupules
religieux, mais qui se laissait peu à peu aller à la séduction mystique
de cette belle et grasse dévote, que touchaient et troublaient l'hommage
agenouillé et l'adoration platonique de ce Roi, alors le plus bel homme
de son royaume.

Au milieu de ces distractions et de ces tentations qui n'étaient encore
pour le Roi que l'éveil et l'apprentissage du libertinage, le goût du
Roi pour la Reine, ce goût si vif aux premiers jours de leur union,
allait diminuant et se perdant avec le temps comme toute passion
physique.

Les relations du ménage avaient toujours un ton sérieux; elles
prenaient, à partir de l'événement du mois de juin 1726, un air
d'embarras. Cette absence d'abandon, ce manque d'effusion et
d'épanchement réciproque que les valets avaient surpris dans les
entretiens les plus intimes du Roi et de la Reine, augmentaient chaque
jour. Les froideurs du Roi devenaient plus grandes. La Reine pleurait,
cachait mal ses larmes; et la cour se réjouissait de voir au Roi cette
épouse _sans attraits et sans coquetterie_ qui devait si mal garder son
mari et si peu gêner les intrigues. En effet, Marie Leczinska n'était
point une de ces femmes savantes dans l'art de reconquérir leur bonheur
avec les séductions permises du mariage, elle ne cherchait pas à ramener
ce cœur qui lui échappait, et se détachait sans combat et sans murmure
de l'amour du Roi. Elle s'enfermait et se réfugiait dans sa tristesse,
elle s'armait de résignation, elle mettait comme une coquetterie à se
vieillir et se vieillissait de gaieté de cœur, elle ôtait de sa toilette
toutes les parures d'une jeune femme[84], s'enfonçait dans les lectures
spirituelles, s'entourait de sévères compagnies.

Dans ce ménage où la séparation commençait, les riens, même les plus
petites et les plus pardonnables manies venaient encore mettre la
contrariété et l'éloignement. La Reine agaçait les nerfs de ce Roi
nerveux par mille enfantillages, par la peur des esprits, par le besoin
d'être bercée, rassurée et endormie par des contes et d'avoir toujours à
sa portée une femme dont elle pût tenir la main en ses folles terreurs;
puis encore par cent sauts et cent courses, la nuit, dans sa chambre, à
la recherche de sa chienne. Ou bien c'était le matelas mis sur elle par
cette princesse frileuse qui étouffait le Roi, et le chassait du lit de
sa femme.

Enfin, après le labeur de tant d'enfantements, cette épouse qui était
accouchée le 27 avril 1727 de deux filles, le 28 juillet 1728 d'une
troisième fille, le 4 septembre 1729 d'un dauphin, le 30 août 1730 d'un
duc d'Anjou, le 23 mars 1732 d'une quatrième fille, cette épouse qui se
sentait encore enceinte, lasse de son métier de mère pondeuse, recevait
les embrassements de son mari, avec les répugnances d'une femme qui
répétait toute la journée: «Eh quoi! toujours coucher, toujours grosse
et toujours accoucher[85]!»



III

L'attente universelle de l'infidélité du Roi.--L'Œil-de-Bœuf et
l'antichambre.--Les alarmes de Fleury d'un retour d'influence de la
Reine.--Les suppositions des courtisans.--La santé du Roi à
l'_Inconnue_.--Le devoir refusé par la Reine au Roi.--Bachelier écartant
le capuchon de madame de Mailly.--Son portrait physique.--L'ancienneté
de la famille des de Nesle-Mailly.--Le contrat de mariage de
Louise-Julie de Mailly-Nesle avec son cousin germain.--Sa liaison avec
le marquis de Puisieux.--Ses relations secrètes avec le Roi depuis
1733.--Souper du Roi chez madame de Mailly à Compiègne le 14 juillet
1738.--La facile et commode maîtresse qu'était madame de Mailly.--Les
soupers des petits appartements.--Tempérament atrabilaire de Louis XV.


La cour, de l'Œil-de-Bœuf à l'antichambre, les jeunes femmes, les jeunes
gens, les politiques, la haute domesticité, l'intrigue, l'ambition,
toutes les passions d'un monde qui se lève et se couche sur l'intérêt,
épiaient aux portes les froideurs du ménage, et, calculant le dénoûment
des derniers liens entre le Roi et la Reine, pressaient de leurs vœux
l'avènement d'une maîtresse qui devait amener une révolution à
Versailles, changer le cours des grâces et renouveler le gouvernement.

Tout ce qui était hostile au cardinal de Fleury, tous ceux que
contrariait l'économie du vieux ministre, tous ceux que condamnait au
repos et à l'obscurité la politique bourgeoise de l'homme d'État de la
paix, les avidités des valets contenues et rognées, aussi bien que les
impatiences des hommes à projets barrés dans leur carrière et dans leur
avenir, sans théâtre, sans champ de bataille où déployer leur
imagination ou tenter la fortune, saluaient de leurs espérances
l'adultère du Roi.

Les tentations, les intrigues de la galanterie avaient la complicité et
l'aide des Gesvres, des d'Épernon, des Richelieu. Humiliés du mauvais
succès de leur conspiration des _Marmousets_, brûlants et travaillés de
rancunes dont le ministre disgracié Chauvelin prenait en sous-main la
conduite et le commandement secret, ils remplissaient de moqueries
l'esprit du Roi, et par toutes les armes de l'esprit, le ridicule et
l'ironie plaisante, la facilité des mœurs et l'exemple du plaisir, ils
attaquaient les leçons et l'autorité du vieux prêtre au fond de son
pupille.

La séduction du Roi par une femme convenait aux agitations, à la furie
de grandes choses, à l'activité brouillonne de ce demi-génie, le
maréchal de Belle-Isle, qui voyait seulement là, dans l'appui d'une
maîtresse, flattée d'être associée à sa gloire, la réalisation de plans
qui effrayaient à la fois et la sagesse de Fleury et la timidité du
jeune Roi.

Puis c'était le ménage du frère et de la sœur Tencin, dont le rôle
dissimulé était déjà si grand, si effectif, et qui voyait au bout de la
liaison, au fond de l'affaire de cœur, le maniement de la volonté du
Roi, la conduite de sa faveur, les facilités des approches de sa
personne et de son pouvoir; toutes les suites d'une faiblesse qui permet
et semble légitimer toutes les fortunes. Tant de vœux étaient appuyés,
ils étaient servis par les femmes se piquant de dévotion et
d'ultramontanisme, madame d'Armagnac, madame de Villars, madame de
Gontaut, madame de Saint-Florentin, madame de Mazarin; par les
molinistes zélés, et encore par la maison de Noailles, toute prête à une
élévation de Tencin, en haine de Chauvelin, dont les Noailles
jalousaient et craignaient la supériorité, s'il venait à recueillir la
succession du cardinal.

Enfin, tout au bas de la cour, mais tout auprès du Roi, veillait et
travaillait une influence occulte encore, mais déjà puissante. Les
valets de chambre, réduits et maintenus dans leur rôle secondaire par la
sagesse de Louis XV, sans autres fonctions que leurs devoirs domestiques
dans une cour où le Roi n'appartenait qu'à sa femme, attendaient d'une
cour dissipée et galante, d'un Roi échappé de son ménage et descendu au
besoin de leur discrétion, à la nécessité de leurs complaisances, les
profits complets de leur place.

Chose singulière! ces dispositions tournées au fond, dans toutes les
têtes sérieuses, vers le renversement du ministère et du ministre,
rencontraient, je ne veux point dire l'appui, mais presque
l'acquiescement du cardinal, sous la condition d'être consulté dans le
choix, et d'être assuré de la neutralité de la personne choisie. De
vieux griefs contre la Reine n'étaient point encore morts chez le
cardinal; il se rappelait encore avec amertume une tentative de Marie
Leczinska pour faire rentrer M. le Duc en grâce auprès du Roi, sa
reconnaissance envers les hommes qui l'avaient mise sur le trône[86], et
il voyait dans une maîtresse un préservatif et une garantie contre un
retour d'influence de la Reine, mettant à profit un jour de dévotion du
Roi pour reprendre son mari. C'est ainsi que tous, ceux-là même que la
conspiration menaçait, conspiraient pour l'infidélité du Roi.

Et ce n'était pas seulement à Versailles, c'était, ce qu'on n'a pas dit,
c'était son peuple même qui entourait le jeune Roi de sa complicité, lui
souriait, l'encourageait, comme si, habituée par la race des Bourbons à
la jolie gloire de la galanterie, la France ne pouvait comprendre un
jeune souverain sans une Gabrielle, comme si, dans les amours de ses
maîtres, elle trouvait une flatterie et une satisfaction de son orgueil
national!

Chaque jour le murmure et la promesse de la bonne nouvelle sortaient de
toutes ces espérances, de toutes ces passions, de cette universelle
attente, impatientes de compromettre le Roi, et résolues à préparer et à
précipiter ses amours en les annonçant d'avance. La cour prononçait les
noms de la comtesse de Toulouse, de mademoiselle de Charolais. Les
suppositions couraient et s'abattaient çà et là, et jusque sur les dames
de la Reine, exposées de si près aux désirs du Roi, et dont
quelques-unes avaient les mœurs et les facilités du temps. La Reine,
cette sainte, n'avait-elle point été forcée de se résigner à cette dame
d'honneur, la maréchale de Boufflers, si affichée, à cette dame
d'atours, madame de Mailly, à qui l'on prêtait une liaison avec M. de
Puisieux? Et n'y avait-il pas encore, parmi les douze dames de son
palais, madame de Nesle[87], madame de Gontaut[88], la maréchale de
Villars, les duchesses de Tallard, de Béthune, d'Épernon, les dames
d'Egmont de Chalais, toutes dames méritant l'honneur du soupçon et
l'envie de la cour[89]?

Bientôt on parlait vaguement d'un toast du jeune souverain; et les gens
au courant, les jeunes courtisans entrés au plus intime de la
familiarité et de l'habitude du Roi, racontaient tout bas un souper de
la Muette, où le Roi, après avoir bu à la santé de l'_Inconnue_[90],
avait cassé son verre et invité sa table, et celle que présidait le duc
de Retz, à lui faire raison. Ç'avait été une grande curiosité de
connaître l'_Inconnue_; les voix des deux tables s'étaient partagées
entre madame la Duchesse la jeune mademoiselle de Beaujolais et madame
de Lauraguais, petite-fille de Lassay et belle-fille de M. le duc de
Villars-Brancas. Mais le Roi avait gardé le silence et son secret[91].

Un ministre était un peu plus savant que tout le monde. Dans ses
promenades matinales à cheval au bois de Boulogne, il avait remarqué la
trace toute fraîche des roues d'une voiture allant, à travers des
allées toujours fermées de barrières, de Madrid, résidence de
mademoiselle de Charolais, à la Muette[92]. Mais ses suppositions se
perdaient sur toutes les femmes de la société de mademoiselle de
Charolais, et l'_Inconnue_ restait l'inconnue pour le ministre comme
pour les courtisans, dont quelques-uns avaient cependant observé qu'on
ne pouvait prononcer devant le Roi le nom de madame de Mailly sans qu'il
rougît[93]. Au milieu de ce mystère, le Roi, sorti de sa mélancolie,
avec l'air et le rajeunissement d'un homme heureux de vivre, pris tout à
coup d'une soif de plaisirs et s'empressant aux distractions, promenait
et occupait l'activité d'une fièvre heureuse çà et là; et courant, et se
répandant[94], il partageait les haltes de ses journées entre
Rambouillet, où se tenait la comtesse de Toulouse[95], Bagatelle, où
demeurait la maréchale d'Estrées, Madrid, où vivait mademoiselle de
Charolais[96], douces retraites, palais charmants, petites cours de
galanterie, de piquantes tendresses et de joli esprit, qui semblaient
mettre sur le chemin du Roi les étapes et les stations enchantées d'un
Décaméron français. Un jour, c'était Paris et le bal de l'Opéra que le
jeune Roi étonnait de sa présence, de son entrain, d'une gaieté
d'enfant; ou encore, infatigable, éclatant d'un esprit que la cour ne
lui connaissait pas, il se jetait à des soupers, dont il entraînait et
prolongeait jusque bien avant dans la nuit le bruit et la folie. De là,
assez animé, il rentrait chez la Reine, qui lui témoignait ses
répugnances et son horreur pour l'ivresse du vin de Champagne et son
odeur, et finissait par allonger ses prières jusqu'à ce que le Roi fût
endormi.

Un soir enfin arriva ce que toute la cour prévoyait et attendait.
Bachelier, le valet de chambre du Roi, ayant été prévenir la Reine que
le Roi allait se rendre chez elle, la Reine répondit qu'elle était
désespérée de ne pouvoir recevoir Sa Majesté; à deux nouvelles demandes
du Roi, Bachelier rapportait la même réponse; et de l'indignation, de la
colère du Roi, partagées et enflammées par le valet de chambre, sortait
l'engagement désiré par Bachelier: le Roi déclarait «qu'il ne
demanderait plus jamais le devoir à la Reine[97].» Le jour suivant la
cabale enhardie risquait tout: comme madame de Mailly se glissait en
secret dans les petits appartements pour y passer la nuit, Bachelier,
qui la conduisait, entr'ouvrant comme par mégarde son capuchon, la
laissait voir à deux dames[98].

Madame de Mailly était en 1738 une femme de trente ans, dont les beaux
yeux, noirs jusqu'à la dureté, ne gardaient, aux moments
d'attendrissement et de passion, qu'un éclair de hardiesse fait pour
encourager les timidités de l'amour. Tout, dans sa physionomie, dans
l'ovale maigre de sa figure brune[99], avait ce charme irritant et
sensuel qui parle aux jeunes gens. C'était une de ces beautés
provocatrices, fardées de pourpre, les sourcils forts, dont l'éclat
semble un rayon de soleil couchant, une de ces femmes dont les peintres
de la Régence nous ont laissé le type dans tous leurs portraits de
femme, la gaze à la gorge et l'étoile au front, qui, la joue allumée, le
sang fouetté, les yeux brillants et grands comme des yeux de Junon, le
port hardi, la toilette libre, s'avancent du passé, avec des grâces
effrontées et superbes, comme les divinités d'une bacchanale[100].
Ajoutez que madame de Mailly était inimitable pour porter sa beauté, et
la faire valoir. Nulle femme à la cour ne savait si bien arranger les
modes à sa tournure, ni chiffonner d'une main plus heureuse les
demi-voiles qui prêtaient à ces déshabillés mythologiques le piquant de
la pudeur.

Ce goût, ce soin et ce culte d'une opulente toilette suivaient madame de
Mailly jusque dans la nuit. Elle ne se couchait jamais sans être coiffée
et parée de tous ses diamants. C'était sa plus grande coquetterie, et
l'heure de sa séduction était le matin, alors que, dans son lit,
battant l'oreiller de ses beaux cheveux défrisés par le sommeil et
pleins d'éclairs de diamants, elle donnait audience à ses marchands, à
_ses petits chats_, comme elle les appelait. Ainsi, au milieu des
parures, des deux ou trois millions de bijoux que Lemagnan faisait
scintiller sous ses yeux, des plus riches étoffes étalées devant elle,
et qui s'amassaient au pied de son lit, elle rappelait ces levers de
femme, de l'école vénitienne dans le déploiement et le rayonnement des
brocarts et des bijoux, dans la lumière d'une Tentation versant ses
coffrets et ses écrins, aux pieds de la dormeuse qui s'éveille[101].

Le visage de madame de Mailly disait toute la femme. Ardente,
passionnée, toute heureuse et toute fière de faire, à ses dernières
années d'amour, la conquête de ce Roi de France «beau comme l'amour,»
elle avait dû se montrer prête et résolue à toutes les avances, à toutes
les facilités, à ces entreprises même et à ces violences de séduction
dont Soulavie révèle les honteux détails[102]. Mais aussi elle devait
être susceptible de tous les attachements, de tous les dévouements et de
tous les sacrifices qu'inspire à une femme de cet âge et de ce caractère
une liaison avec un homme de son âge, avec un jeune homme. Et il se
trouvait, par un contraste étrange, que, sous sa rude voix, ses
apparences de bacchante, la hardiesse d'un amour qui avait presque violé
le Roi, madame de Mailly cachait les qualités tendres et douces d'un
cœur aimant, les sentimentalités d'une la Vallière.

       *       *       *       *       *

Les de Mailly étaient une vieille et illustre famille militaire. Ils
remontaient, dans le milieu du XIe siècle, à Anselme de Mailly, tuteur
du comte de Flandre et gouverneur de ses États, tué au siège de Lille:
belle fin, qui semblait un apanage de cette noble race, dont le dernier
mort avait péri en 1668, à l'âge de trente-six ans, au siège de
Philisbourg. Puis, sous la Régence, on avait vu se perdre dans le
libertinage et rouler dans le scandale l'héritier de ce grand nom, et le
reste de cette vaillante famille, qui, sous les trois maillets des
portes de ses hôtels, écrivait superbement: _Hogne qui voudra_[103]. Le
dernier descendant, Louis III de Nesle, qui ne marque dans l'histoire
que pour avoir étonné le czar, lors de son passage à Paris, par la
variété de ses habits[104], Louis de Nesle avait, avec sa femme,
mademoiselle de la Porte-Mazarin, affiché toutes les hontes, tous les
désordres et tous les abaissements qui semblaient traîner une glorieuse
famille dans la boue où se perdent et finissent les races épuisées et
les grands fleuves las.

Le marquis de Nesle, le père de toutes ces demoiselles de Nesle aimées
par Louis XV, vivait «à pot et à rot» avec les comédiens et les
comédiennes. Amant de mademoiselle de Seine, lors de sa querelle avec la
Balicourt, il prenait une part si vive au différend que, dans la lettre
prêtée par les rieurs à l'actrice, elle disait avoir été empêchée
d'envoyer au duc de Gesvres «la fleur des héros du royaume», ses
créanciers ne lui laissant la liberté de sortir que le dimanche.

Et _la lettre écrite de ... en Flandre, à Messieurs de l'Académie
Françoise_ par _mademoiselle de Seine comédienne du Roi_, disait vrai,
au moins pour les créanciers. Le marquis, jouissant de 250,000 livres de
rente, avait vu appréhender ses biens libres et une partie de ses biens
substitués, à la requête de Philippe Doremus, bourgeois de Paris. Puis,
bientôt les 70,000 livres de rente échappées à ses créanciers étaient
saisies et l'on s'emparait de l'universalité de ses biens saisis et non
saisis[105]. Aux abois, le marquis de Nesle se débattait dans la misère
et les expédients désespérés, au milieu des huées du public et de
l'ironie des nouvelles à la main qui annonçaient un jour: «Monsieur le
marquis de Nesle est enfin parvenu à ne plus vivre à l'auberge, ou pour
mieux dire, son crédit étant absolument épuisé, il a été obligé de faire
faire son pot au feu chez lui, et, pour cet effet, a acheté de la
vaisselle de terre.»

La fille aînée du marquis de Nesle, Louise-Julie de Mailly-Nesle, née le
16 mars 1710, l'année où est né Louis XV, avait été mariée le 31 mai
1726 à Louis, comte de Mailly, seigneur de Rubempré, son cousin germain.

Et voici le contrat de mariage que j'ai eu la bonne fortune de découvrir
aux Archives nationales[106], contrat entre le très-haut et
très-puissant seigneur comte de Mailly, capitaine-lieutenant des
Gendarmes Écossais, et la haute et puissante Damoiselle Louise-Julie de
Mailly:

FURENT PRÉSENS TRÈS-HAULT et très-puissant seigneur, Monseigneur Louis,
comte de Mailly, chevalier Seigneur de Rieux, Rubempré, Brutelle,
Lamothe Manneville et autres lieux, capitaine-lieutenant des Gendarmes
Écossois du Roy, commandant la Gendarmerie de France, fils de deffunt
très-haut et très-puissant Seigneur, Monseigneur Louis, comte de Mailly,
seigneur desdits lieux, maréchal des camps et armées du Roy, et de
très-haulte et puissante dame, Madame Anne-Marie-Françoise de
Saint-Hermine, à présent sa veuve, dame d'atour de la Reyne. Ledit
seigneur comte de Mailly, demeurant en son hôtel, rue de Vaugirard,
paroisse Saint-Sulpice, pour luy et en son nom.

     D'une part.

Et très-haut et très-puissant Seigneur, Monseigneur Louis de Mailly,
chevalier des ordres du Roy, marquis de Néelle et de Mailly en
Boulonois, comte de Bohain, Seigneur de plusieurs autres lieux et
très-haute et très-puissante Dame, Madame Armande-Félice de Mazarin, son
épouse, Dame du palais de la Reine, autorisée dudit Seigneur marquis de
Néelle à l'effet des présentes au nom et comme stipulante en cette
partie pour haute et puissante Damoiselle Louise-Julie de Mailly, leur
fille aînée, à ce présente et de son consentement, demeurant à la cour
et à Paris en leur hôtel, rue de Beaune susdite paroisse Saint-Sulpice.

     D'autre part.

Lesquelles parties de l'agrément de très-hault, très-puissant,
très-excellent et très-auguste Monarque Louis, par la grâce de Dieu, Roy
de France et de Navarre et de très-haulte et très-puissante et
très-excellente princesse Marie, Reyne de France, très-haulte,
très-puissante et très-excellente princesse Marie de Baden-Baden,
duchesse d'Orléans, très-hault et très-puissant prince Louis de Bourbon
[...] ont reconnu et confessé avoir fait entre elles les traités de
mariage, donation et convention qui ensuivent: c'est à savoir que
lesdits Seigneur Marquis et Dame Marquise de Néelle ont promis de donner
en mariage ladite damoiselle Louise-Julie de Mailly, leur fille aînée,
de son consentement, audit Seigneur comte de Mailly qui de sa part
promet la prendre pour sa femme et légitime épouse et faire célébrer
ledit mariage en face de notre Mère Sainte-Église le plus tôt que faire
se pourra.

Pour être lesdits seigneur et demoiselle, futurs époux comme ils seront
unis et communs en tous biens, meubles et conquêts, immeubles suivant et
au désir de la coutume de Paris, à laquelle ils se soumettent, pour
conformément à icelle leur future communauté et conventions de mariage
être réglée encore qu'ils vinssent à établir leur domicile et faire des
acquisitions en autres pays, coutumes et loix contraires, auxquelles est
expressément dérogé et renoncé pour cet égard seulement.

Ne seront néanmoins tenus des dettes et hypothèques de l'un ou de
l'autre faites et créées avant ledit mariage, et, si aucunes se
trouvaient, elles seront payées et acquittées sur les biens de celuy ou
celle qui les aura faites ou en sera tenu.

En faveur duquel Mariage ledit Seigneur Marquis de Néelle donne par ces
présentes à ladite Damoiselle future épouse la somme de cent soixante
mille livres à prendre après son décès en biens et effets de sa
succession, au payement de laquelle somme, il a affecté et hypothéqué
tous et chacun de ses biens présens et à venir, et en attendant que
ladite somme de cent soixante mille livres devienne exigible par
l'ouverture de la succession dudit Marquis de Néelle, il a promis et
s'est obligé de payer, par chacun an, audit Seigneur et Damoiselle,
futurs époux, la somme de huit mille livres qui commencent à courir de
ce jourd'huy...

Promet en outre le dit Seigneur de Néelle de nourrir et loger lesdits
Seigneur et Damoiselle, futurs époux, avec deux valets de chambre et
deux femmes de chambre, dans les maisons où il fera sa résidence, soit à
Paris ou ailleurs, au moins pendant dix années, lesquels logemens et
nourritures qui auront été fournis sont estimés cinq mille livres par an
et feront partie de la dot de ladite Damoiselle, future épouse; [...]

Le Seigneur futur époux a doué et doue la Damoiselle future épouse de la
somme de huit mille livres par chacun an de douaire, profit dont elle
demeurera saisie du jour du décès dudit Seigneur futur époux, sans être
tenue de faire aucune demande, ni interpellation judiciaire...

Le survivant desdits Seigneur et Damoiselle future épouse aura et
prendra par préciput et avant part en meubles de la communauté tels
qu'il voudra choisir suivant la prisée et l'inventaire et procès-verbal
à criée jusqu'à la somme de vingt mille livres en deniers comptans, au
choix du survivant; si c'est le Seigneur qui survit, il reprendra en
outre ses habits, armes, chevaux et équipage, et, si c'est la Damoiselle
future épouse qui survit, elle reprendra aussi, outre le préciput
réciproque, sa chambre garnie, ses habits, linge, bagues, joyaux,
bijoux, diamans et autres pierreries servant à son usage et à l'ornement
de sa personne, à telle somme que cela puisse monter.

Pour l'amitié que ledit Seigneur futur époux porte à la Damoiselle
future épouse, iceluy Seigneur futur époux a donné et donne par les
présentes par donation entre vifs et irrévocable en la meilleure forme
que donation peut valoir à la Damoiselle future épouse de luy autorisée
autant qu'il se peut, les biens, terres et héritages qui lui
appartiennent en meubles et immeubles, de quelque nature qu'ils soient,
ensemble ceux qui se trouveront luy appartenir au jour de son décès en
quelques pays qu'ils se trouvent et à quelque titre que ce soit, et en
cas qu'au jour dudit décès dudit Seigneur futur époux il y ait des
enfants nés du futur mariage ou des petits enfants, la donation
demeurera nulle et comme non faite...

Car ainsi le tout a été convenu, respectivement stipulé, promis et
accepté entre les parties, lesquelles pour faire insinuer ces présentes
où besoin sera, ont fait et constitué leur procureur général et spécial,
le porteur d'icelle auquel il donne tout pouvoir, et pour leur
exécution ils ont élu leur domicile irrévocable en leurs hôtels et
demeures à Paris... ledit jour, trente mai de l'année mil sept cent
vingt-six.»

       *       *       *       *       *

En dépit de l'apparentage magnifique, de tous les noms de terres et de
seigneuries défilant dans ce triomphant contrat, en dépit des
stipulations de rente qui ne furent jamais remplies par les grands
parents, l'union du cousin et de la cousine, selon l'expression d'un
contemporain, fut toujours le mariage de _la faim et de la soif_[107].

Par ce contrat de mariage, la jeune fille de seize ans était devenue la
femme d'un débauché fort épris, dans le moment, de la fille d'un
fourbisseur qu'il voulait épouser, et qui ne se décidait à se marier
avec sa cousine que sur un ordre du Roi qui enfermait sa maîtresse[108].

Ainsi mariée à ce mari vivant fort en dehors de son ménage, sans enfant,
et ayant sous les yeux l'exemple et la conduite des dames du palais de
la Reine, madame de Mailly se laissait à avoir un jour une liaison avec
le marquis de Puisieux[109].

Au milieu de cette liaison survenait l'intrigue de madame de Mailly avec
le Roi, intrigue qui ne remonte pas à 1732 comme le dit Soulavie, mais
dont la date est de 1733, ainsi que l'affirme dans cette note, écrite le
8 décembre 1744, le duc de Luynes: «J'ai appris depuis quelques jours
seulement que le commerce du Roi avec madame de Mailly a commencé dès
1733, et je le sais d'une manière à n'en pouvoir douter, et personne
n'en avait aucun soupçon dans ce temps-là.» Et en effet la liaison
connue seulement de Bachelier, de mademoiselle de Charolais, de la
comtesse de Toulouse, était tenue assez secrète pour que d'Argenson, en
général bien informé, ne la fasse dater que de l'année 1736. Elle était
même si peu ébruitée qu'en 1735, Puisieux, tenu à l'écart et toujours
amoureux, tout à coup nommé à Naples par Chauvelin, qui voulait en
débarrasser madame de Mailly, venant offrir à son ancienne maîtresse
l'hommage de son ambassade et lui disant qu'il ne partirait que sur ses
ordres, s'étonnait de se voir souhaiter un bon voyage si délibérément
par cette femme près de laquelle il ne se connaissait pas de successeur.

Peu à peu se faisait, les années suivantes, la divulgation des amours du
Roi avec madame de Mailly. Les courtisans se racontaient qu'à
Versailles, quand le Roi sortait et revenait de souper dans ses petits
appartements, il passait deux heures dans ses garde-robes où l'on
supposait que Bachelier lui amenait madame de Mailly. On parlait aussi
dans les voyages de Fontainebleau d'un appartement meublé situé
au-dessous de la chambre du Roi et où personne ne logeait et dont Louis
XV avait la clef, appartement tout proche du logement occupé par madame
de Mailly[110]. Et le secret, si bien gardé qu'il fût, n'était plus un
secret dans l'automne de 1737, où les amours royales fournissaient un
couplet à la chanson de _la Béquille du père Barnaba_[111].

Enfin, l'année suivante, dans le voyage de Compiègne le Roi déclarait
pour ainsi dire publiquement ses amours dans le souper qu'il allait
faire au su et à la vue de tous chez Madame de Mailly le 14 juillet
1738[112].

Madame de Mailly était une charmante et facile maîtresse qui avait cette
qualité,--tous le reconnaissent,--d'être _très-amusante_[113], une
qualité bien grande pour ce Roi, si souvent inamusable. C'étaient des
petits propos, des babillages drôles, un aimable jargon, du naïf qui
jouait l'esprit, un rien de causticité particulier au sang des de Nesle,
un fond d'enjouement auquel son bonheur prêtait des vivacités, des
étourderies, des ingénuités d'enfant[114], des enfantillages de femme
aimante. Un 2 janvier, jour de la messe de _requiem_, que l'on disait
tous les ans pour les chevaliers de l'ordre du Saint-Esprit morts dans
l'année, cérémonie où Louis XV assistait en perruque naturelle,
quelqu'un apercevait madame de Mailly assise contre la porte de glace
donnant chez le Roi, et dans un état d'affaissement tel qu'il
s'approchait pour lui demander si elle se trouvait mal. Madame de
Mailly lui répondait que non, mais qu'elle était au désespoir, que le
Roi lui avait donné rendez-vous pour qu'elle pût le voir en perruque,
qu'elle craignait d'être arrivée en retard...

Louis XV était aussi reconnaissant à la femme de l'humilité qu'elle
mettait dans son adoration, de la facilité qui la faisait entrer dans
toutes les amitiés et pour ainsi dire dans toutes les camaraderies du
Roi. Elle avait encore ce mérite à ses yeux, d'être désintéressée, de ne
devoir demander que bien peu de chose pour elle et les siens, d'avoir
une certaine peur du cardinal de Fleury, de n'inquiéter enfin, par son
peu d'importance et d'ambition, ni la cour ni la ville. Cette femme sur
le retour, si pleine de qualités, n'avait qu'un défaut,--et ce n'est pas
une médisance de l'histoire,--elle aimait le vin de Champagne comme ses
grand'mères l'aimaient cinquante ans auparavant, et, le verre en main,
aurait été capable de tenir tête à un Bassompierre[115].

Et voilà avec madame de Mailly les petits appartements qui s'animent et
s'égayent jusqu'à la licence. C'est un bruit, une gaieté, un choc des
verres, un pétillement du champagne[116]. Dans ces cabinets qui donnent
par une porte secrète dans la chambre du Roi, et n'ont de communication
avec le reste du château que pour le service, temple dérobé où l'art
épuisa les enchantements, le plaisir s'abandonne et se met à l'aise.
C'est le sanctuaire mystérieux, le palais magique caché dans Versailles,
où les allégories du temps vous montrent du doigt le _Sophi_, le Roi, et
_Rétina_, madame de Mailly, célébrant les fêtes nocturnes en l'honneur
de Bacchus et de Vénus, dans la troupe sacrée des femmes aimables et des
courtisans galants. Tout est exquis et rare dans ces débauches royales
qui suivent les fatigues de la chasse[117]: les vins sont les plus vieux
et les plus fins; la table est succulente, pleines d'épices et de
délices, chargée des mets divins de Moutier[118], l'ancien cuisinier du
duc de Nevers, le cuisinier en chef de la Régence, que la Régence
immortalisa dans ses chansons; elle s'enorgueillit des salades
accommodées par mademoiselle de Charolais et des entremets de truffes
faits sous les yeux du Roi[119]. Parfois même,--cuisine rare et de mains
augustes!--cette table a l'honneur des ragoûts que le Roi s'est amusé à
tourner lui-même sur le feu dans des casseroles d'argent, avec le prince
de Dombes, son premier sous-aide. Et les fêtes succèdent aux fêtes; un
jour, ce sont les petites fêtes où _Sévagi_, _Zélinde_ et _Fatmé_, le
comte, la comtesse de Toulouse et mademoiselle de Charolais, tempèrent
l'orgie et lui font garder le ton du monde et un air de décence; un
autre jour, les grands mystères, où la maîtresse du Roi assiste seule,
affranchissent la débauche, et, jetant les célébrants aux dernières
intempérances de l'ivresse, les ramassent au petit jour et les portent
au lit[120].

Ces excès, ces nuits sans sommeil, cet abus du vin, ont peut-être chez
Louis XV une explication physiologique. Le Roi, dont l'enfance est
attristée par un splénétisme[121], que l'on ne rencontre guère que dans
les dégénérescences royales, a un fond atrabilaire qui le rend tout
jeune, à certaines heures, sauvage, intraitable, ennemi de l'humanité!
On le verra à Fontainebleau, en 1737, rester tout un jour dans son lit,
sans vouloir voir ni entendre personne[122]. Cette humeur noire que
madame de Pompadour aura plus tard tant de peine à détourner de l'idée
fixe qui le hante, de la pensée de la mort, ne se plaît que dans
l'entretien de la maladie, des opérations chirurgicales, des détails
lugubres du néant humain, et n'aime que les alarmes qu'elle inspire aux
vieillards, aux malades. Il y a chez le souverain une bile, des _humeurs
peccantes_ que seules peuvent chasser, pour un moment, le casse-cou de
la chasse à courre, la violente distraction de l'orgie.

Un livre, publié en 1793, contient un chapitre physiologique sur Louis
XV, curieux pour le temps où il a été écrit. L'auteur, mettant à profit
les observations de Sauvage sur les effets produits dans les espèces
animales et végétales par une succession de copulations de père en fils
de la même famille, attribue les _tics_, les _manies_, l'_apathie_, la
_timidité_ de Louis XV à une maladie morale, à un désordre du système
nerveux.



IV

Bachelier, le valet de chambre du Roi.--Les entretiens avec le Roi, _le
premier rideau tiré_.--Le choix fait par Bachelier d'une favorite sans
ambition et sans cupidité.--Le Roi souffrant du peu de beauté de sa
maîtresse.--Les tribulations de madame de Mailly avec son père et son
mari.--L'inconstance du Roi.--Sa maladie de l'hiver 1738.--Madame
Amelot, la jolie bourgeoise du Marais.--Les immunités et les
distinctions de la favorite.--Les quarante louis des premiers
rendez-vous.--Les chemises trouées et la misère de madame de Mailly
après la disgrâce de Chauvelin.--Mademoiselle de Charolais et madame
d'Estrées travaillant à gouverner le Roi par madame de Mailly.--Humeurs
de la favorite.--_Quand vous déferez-vous de votre vieux précepteur?_


Bachelier[123], le valet de chambre du Roi, était un gros et important
personnage. Épanoui dans l'égoïsme d'un vieux garçon bien portant,
maintenu en belle humeur par ses cinquante mille livres de rente, par sa
jolie propriété de la Celle honorée de la visite de Louis XV, par
l'amour d'une très-agréable personne, mademoiselle la Traverse, la
fille de Baron, renfermé dans la société de deux ou trois gens
d'esprit, battant le pavé et le monde de Paris et lui en apportant les
nouvelles pour l'amusement du maître[124], Bachelier était peut-être
l'homme le plus solide en place auprès de ce Roi, élevé par le Cardinal
dans l'éloignement et la défiance de tout ce qu'il y avait de grand à la
cour, et si bien disposé par son caractère et son éducation aux
influences basses et familières de la domesticité. Et le valet de
chambre du Roi avait encore eu la chance de trouver pour être son
second, un autre lui-même, un sous-valet qu'il avait fait recevoir
garçon bleu de la chambre, et qui, le remplaçant pendant ses courtes
absences, n'entretenait le Roi que du dévouement de Bachelier; puis, son
service fait et son rôle joué en conscience, se remettait aux ordres du
seigneur de la Celle.

Par là-dessus, Bachelier parlait peu, avait l'air de penser
profondément, s'était fait un peu géographe, et politique assez
suffisamment, pour fournir à la conversation du Roi. Mais Bachelier
avait surtout le flair des influences, l'évent des crédits en baisse, le
facile détachement des individus, avec la science des manœuvres doubles
et des ménagements d'avenir, qui, après lui avoir fait abandonner
Chauvelin pour se livrer au Cardinal, lui fera conserver sous main des
relations avec le chancelier exilé à Bourges. Il disait bien haut qu'il
ne voulait jamais se remarier, de manière à écarter tout soupçon d'une
grandeur future à la façon des valets de chambre Beringhen et
Fouquet-Varenne, et jouait le bonhomme au naturel et sans enflure. Ne
mettant à sa façon d'être ni hauteur, ni importance, mais usant de
souplesse et de rondeur, caressant les espérances de tous, ayant un
sourire pour les plans de Belle-Isle, trouvant une larme pour les
chagrins de la Reine, qu'il flattait d'un retour du Roi, Bachelier, ce
vrai souverain des petits appartements[125], le seul courtisan peut-être
en lequel Louis XV eût confiance, ne semblait tenir à autre chose à la
cour qu'à l'amitié de son maître qu'à peine éveillé, et le _premier
rideau tiré_[126], il était seul à entretenir. On entendait Bachelier
parler uniquement de son désir du bien de tous; il n'avait à la bouche
que des paroles d'honnête homme, presque de _citoyen_, ne semblant viser
qu'à réconcilier l'opinion populaire avec sa place, et les préjugés avec
son service.

C'était sous ce jour que se montrait et se donnait à voir Bachelier;
mais au fond ce qu'il avait voulu, ce qu'il voulait encore plus vivement
que ne le voulait toute la cour, c'était une intrigue réglée, c'était
une maîtresse de sa main dans le lit du Roi, une maîtresse convenable
par son rang, mais une créature sans beauté, sans ambition, une femme
capable d'une passion désintéressée pour le Roi, et d'une reconnaissance
sans révolte pour les ouvriers de son élévation.

Et en novembre 1737, lorsque la déclaration de madame de Mailly, comme
maîtresse déclarée, était attendue par une affluence de monde, comme on
n'en avait jamais vu à Fontainebleau depuis Louis XIV, Bachelier[127]
s'unissait peut-être au cardinal de Fleury pour empêcher cette
élévation.

       *       *       *       *       *

Madame de Mailly n'était vraiment point heureuse en son rôle et en sa
position de favorite. Louis XV lui faisait ressentir les humiliations de
son amour-propre d'amant, lorsqu'il entendait les étrangers, la cour,
les amis aussi bien que les ennemis de sa maîtresse, le mari même à qui
il avait pris sa femme s'étonner de cet attachement pour cette femme
sans jeunesse et inférieure à mille autres beautés de Versailles. Lâche
et honteux devant le refrain général, presque public, qui chaque jour
grandissait, courait dans les chansons, se glissait même dans les
causeries des courtisans et le forçait à crier une nuit par une cheminée
à Flavacourt: «Te tairas-tu»[129]! le Roi, à chaque blessure à sa
vanité, se vengeait sur sa maîtresse par quelque dureté, par quelque
méchant et blessant compliment à l'endroit de sa beauté absente[130].

Puis pour ce Roi _tatillon_, curieux de petites affaires et entrant dans
les détails de parenté, de ménage, d'argent de ceux qui l'approchaient,
les désagréments que madame de Mailly essuyait de sa famille et dont il
subissait le contre-coup, étaient une raison et un prétexte à des
reproches et à des grogneries. Le marquis de Nesle dont les procès
interminables étaient la conversation de Paris, très-indifférent au
scandale et parfaitement insolent dans la ruine, lançait dans le public
un mémoire où, maltraitant ses juges, injuriant son rapporteur Maboul,
il parlait avec une hauteur magnifique de son _misérable procès avec
ses misérables créanciers_[131]. Madame de Mailly tentait de faire
quelques remontrances à son père, mais ses sermons étaient mal
accueillis par le marquis de Nesle qui traitait sa fille de g..., et
continuait à écrire de hautaines lettres où il menaçait tout le monde de
la judicature de ses vengeances[132]. De là mille tracas pour le Roi qui
n'avait pas l'esprit d'éloigner sans bruit le marquis, et de faire
arranger ses affaires par quelqu'un de compétent. Ce n'était pas là, il
est vrai, l'affaire du Cardinal qui voulait une lettre de cachet, un
acte de publicité qui fît dire: «Voilà le précepteur plus maître que
jamais du petit garçon, il fait fouetter le père de sa maîtresse.» Les
filles du marquis de Nesle allaient en vain demander publiquement au
Cardinal la grâce de leur père[133]; il était obligé de partir pour
Caen, le lieu de son exil[134]. L'original et superbe marquis ruiné y
faisait même une façon d'entrée, flanqué de mademoiselle de Seine sa
maîtresse et de quatre pages qui étaient tout son domestique. Et quand
les affaires du père commençaient à laisser tranquille le Roi, venait
le tour du mari qui se faisait arrêter comme franc-maçon[135].

Enfin le Roi se trouvait en ces années en une veine volage, en une
humeur papillonne; il n'avait pas que le besoin amoureux d'une
maîtresse, il avait la tentation et l'appétit de toutes les femmes et de
toutes les sortes de femmes[136]. Il était le jeune et bel infidèle qui,
dans les romans du temps, toujours inassouvi et curieux, se donne à
toutes les occasions, à toutes les rencontres, à tous les hasards. Ce
tempérament ardent, mais cependant si longtemps constant, en cette vie
de soupers inaugurée dans les petits cabinets, était amené à chercher
moins les satisfactions de l'amour que le prurit du plaisir. Chez Louis
XV prenait naissance le libertin, le _polisson_, ainsi que l'avait
appelé cette nymphe du bal de l'Opéra, un peu trop vivement pressée par
le Roi sous le masque[137]. Et madame de Mailly avait tous les jours à
craindre de se voir abandonner pour une passion, un caprice, une
passade.

Presque au moment où madame de Mailly était pour ainsi dire reconnue
comme maîtresse déclarée, on parlait de débauches obscures, de
fillettes amenées par Bachelier au Roi. Bientôt même Paris s'entretenait
d'une galanterie[138] que Sa Majesté avait attrapée avec la fille d'un
boucher de Versailles ou de Poissy. La chose même était assez sérieuse
pour que les chirurgiens remplaçassent auprès du Roi les médecins et que
Louis XV eût un certain nombre d'entrevues avec la Peyronie[139]. Et le
jeune souverain se trouvait un moment, dans le mois de janvier de 1738,
en un tel état d'affaissement et de langueur que la question de la
Régence commençait à s'agiter tout bas entre les courtisans dans les
coins des appartements de Versailles[140].

Louis XV rétabli et guéri pour quelque temps de l'amour des fillettes,
une amie intime de madame de Mailly, madame de Beuvron, «ingrate à
l'égard de la favorite comme Lucifer», était au moment de lui enlever le
Roi.

Madame de Beuvron reléguée au vieux sérail, c'était aussitôt madame
Amelot, la femme du tout nouveau ministre, et nommée par les jolies
femmes bourgeoises de Paris. Dans deux ou trois soupers faits dans les
petits appartements, elle enchantait le Roi par une timidité égale à la
sienne. Pendant plusieurs jours le Roi n'était occupé que de la timide
bourgeoise. Madame Amelot avait l'honneur de faire attendre pendant un
grand quart d'heure, pour une promenade en calèche, Louis XV que l'on
entendait dire: «Allons la prendre chez elle!» et il restait encore un
quart d'heure à sa porte de faction avec toute sa suite. La cour voyait
déjà la femme du ministre maîtresse déclarée, et madame de Mailly,
horriblement malheureuse et très-jalouse, faisait répandre que madame
Amelot était une beauté du Marais dont Sa Majesté se moquait comme de
son apothicaire Imbert, que, par plaisanterie, il avait emmené à la
chasse jusqu'à ce qu'il s'y fût cassé les reins. Mais la bourgeoise du
Marais, désireuse du maintien de son mari au ministère, se refusait
d'entrer en lutte avec la grande dame, lui faisant humblement la cour,
et sollicitant son intérêt et sa protection[141].

Torturée de jalousie, madame de Mailly en tourmentait et persécutait
sans cesse le Roi. Le soupçonnait-elle d'avoir reçu une impression d'une
femme? Elle ne lui laissait de repos qu'après avoir obtenu de lui un mot
désobligeant sur sa figure, sur sa toilette[142]. Elle guettait le Roi
partout, usait sa vie sur ses traces, montait la garde autour des
cabinets pour qu'aucune femme n'y soupât avec le Roi sans qu'elle y fût,
si occupée à cet espionnage, si absorbée dans cette poursuite du Roi
qu'elle ne paraissait plus le soir chez la Reine.

       *       *       *       *       *

Malgré tout, et en dépit des mépris, des rebuffades et des infidélités
de Louis XV, madame de Mailly se promenait avec l'attelage de chevaux
tigrés tout nouvellement achetés par le Roi, elle était toujours dans la
gondole royale quand les autres dames allaient en calèche, elle était en
carnaval de toutes les parties de bal de l'Opéra dans la petite société
de pèlerins et de pèlerines ou de chauve-souris que menait Louis XV,
elle était la femme qui, au retour des chasses, offrait le pied du cerf
au Roi à sa fenêtre[143]. Au feu de la ville son pliant était le plus
rapproché du Roi, aux soupers elle était toujours à côté de Louis XV, et
s'il y avait des princesses du sang, elle occupait la seconde place à
droite; au jeu, la table où elle jouait n'était séparée de la table du
Roi que par la cheminée, à la messe la seconde travée à droite de la
Chapelle était gardée pour elle[144]. Elle était la seule dame de la
cour fournie de bougie aux voyages de Marly; et à sa toilette assistait
presque tous les jours l'ambassadeur d'Espagne. Madame de Mailly
jouissait donc de toutes les immunités et de toutes les distinctions qui
désignent au public une favorite, mais une favorite qui n'avait pas «un
écu dans sa poche».

Le marquis d'Argenson raconte avec une certaine autorité qu'au bout de
deux entrevues avec Louis XV, madame de Mailly avait parlé au Roi de sa
misère qui était en effet fort grande. Le Roi de lui donner libéralement
les quarante louis qu'il avait sur lui[145]. Puis une seconde libéralité
une autre fois. Mais à la troisième sollicitation, le Roi, ainsi qu'un
page qui aurait craint d'être grondé par son gouverneur, représentait à
sa maîtresse qu'il n'avait que l'argent de sa cassette, qu'il y avait
dessus beaucoup de charges à payer, qu'elle n'y suffisait même pas... Et
les deux amants se lamentaient: madame de Mailly sur les exigences de
ses créanciers, le Roi sur le peu d'argent dont le Cardinal lui laissait
la disposition.

Le garde des sceaux, Chauvelin, qui avait trempé avec Bachelier dans
l'intrigue qui avait amené madame de Mailly dans le lit du Roi, et qui
avait les mêmes intérêts que le valet de chambre à conserver et à
maintenir la maîtresse dans une étroite dépendance, faisait alors dire
au Roi qu'il y avait un moyen très-simple d'arranger cela et de fournir
aux dépenses de la maîtresse sans que le Cardinal le sût; il s'offrait à
solder les rendez-vous sur les fonds secrets du ministère des affaires
étrangères, et l'on était tout étonné de voir un jour madame de Mailly
dans une élégante chaise qui était du même vernis que les cabinets du
Roi[146].

Mais le payement des rendez-vous du Roi par le ministère des affaires
étrangères ne durait guère. Au mois de février 1737, Chauvelin était
renversé et le cardinal de Fleury, en haine des sympathies de madame de
Mailly pour le ministre disgracié, gênait et contrariait les très-rares
libéralités du jeune et avare Bourbon, si bien que madame de Mailly,
perdant cinq écus au quadrille, ne pouvait les payer. Et ses amis
s'entretenaient de ses chemises élimées et trouées[147], de la tenue de
pauvresse de sa femme de chambre, et plaignaient du fond de leur cœur
cette maîtresse de Roi moins payée que la maîtresse d'un sous-fermier.

       *       *       *       *       *

Dans cette détresse et ce dénuement la malheureuse femme avait encore le
tourment des mauvais conseils, des tentations, des mirages de grandeurs
et de richesses avec lesquels deux femmes troublaient sa faible
cervelle.

Grâce à sa maison de Madrid, qui communiquait avec la Muette par de
petites allées fermées par des barrières pendant le jour, et qui avait
permis à madame de Mailly de rejoindre, sans qu'on le sût, le Roi quand
il couchait hors de Versailles, mademoiselle de Charolais était entrée
dans l'intimité du Roi, effarouché jusqu'à ces derniers temps par ses
hardiesses et ses inconvenances princières. En cette heure de faveur,
poussée par son amant Vauréal, évêque de Rennes[148], et qui visait la
succession de Fleury, Mademoiselle songeait à gouverner le Roi par sa
maîtresse[149]. Elle s'adjoignait dans cette entreprise la maréchale
d'Estrées qui avait fait à ses côtés le métier d'entremetteuse en second
et lui apportait les conseils et l'expérience de son amant, le cardinal
de Rohan. Et ces deux femmes, manœuvrées dans la coulisse par ces deux
grands personnages ecclésiastiques, chauffaient l'ambition de madame de
Mailly, l'excitaient à devenir maîtresse déclarée, à se faire créer
duchesse, à exiger l'octroi de grands biens, et même la maréchale
d'Estrées, exploitant habilement le goût que la maîtresse avait de sa
propriété de Bagatelle, lui proposait de la lui vendre pour prendre sur
elle la puissance et l'autorité d'un créancier.

Les deux femmes cherchaient à la détacher de Bachelier en lui disant
qu'il lui barrerait toujours les grandeurs pour la garder plus
dépendante de lui, qu'il voulait la réduire aux honneurs du mouchoir.
Elles lui répétaient les propos qu'il tenait sur son compte. Oui, sans
doute, il voulait la tirer de la pauvreté, peut-être lui procurer une
petite aisance. Mais n'avait-il pas déclaré qu'il ne souffrirait jamais,
à Dieu ne plaise, qu'on renouvelât les scandales de l'autre règne, qu'on
n'intronisât à la cour une maîtresse régnante et qu'un jour des bâtards
adultérins prissent la place des princes du sang et s'emparassent de
toutes les dignités de l'État?

Le complot cependant s'ébruitait; on détachait alors près de la
maréchale d'Estrées un abbé, ancien amant ou ancien confident, qui la
faisait causer, lui montrant le danger de s'engager trop à fond dans une
intrigue qui pourrait la priver des bienfaits de Sa Majesté. Madame de
Mailly, elle de son côté, s'apercevait du mécontentement du Roi, se
repentait, jurait qu'elle ne le ferait plus.

Après qu'on eut bien causé de la disgrâce et même de l'exil de la
princesse de Charolais[150], le Roi, qui s'ennuyait à Versailles,
revenait dîner à Madrid chez mademoiselle de Charolais et passer
l'après-midi à Bagatelle chez madame d'Estrées, et les deux femmes
recommençaient à parler à l'imagination de la maîtresse. Quoique presque
indifférente à sa pauvreté, et ne voulant entendre aucune proposition
venant d'un homme d'affaire, et toute défendue qu'elle était «par un
petit sens fort droit contre sa tête de linotte[151]», madame de Mailly,
sous le tiraillement des mauvaises suggestions, et dans ce perpétuel
rappel de l'injustice de son sort, ne pouvait se défendre d'accès
d'humeur où elle maltraitait le Roi de la colère ou du mépris de ses
paroles.

Dans ces mauvaises heures, gare au Roi! madame de Mailly ne le ménage
pas, et les courtisans sont dans l'étonnement de l'affolement rageur qui
s'empare tout à coup de la douce créature, et qui au jeu, où elle est
presque toujours malheureuse, lui met à la bouche quand Louis XV lui
marque le chagrin qu'il éprouve de sa perte: _Ce n'est pas étonnant,
vous êtes là!_

Mais où l'humeur de la maîtresse éclate et se répand en coups de boutoir
qui, donnés au Cardinal, vont droit au Roi, c'est dans les soupers de
Lucienne chez mademoiselle de Clermont. Dans ces soupers fouettés de
Champagne jusqu'à l'aube, où le Cardinal est bafoué, honni, vilipendé,
où, selon une expression du temps «on le tient par les pieds et par la
tête tout le temps qu'on boit et qu'on mange,» où les convives se
moquent tour à tour de ses amours séniles[152], de son radotage, de sa
foire perpétuelle, madame de Mailly est la plus âpre à mordre après le
vieux prêtre, et madame de Mailly est la femme qui ramène, comme un
refrain sans pitié, après chaque coup de dent donné au premier ministre,
cette apostrophe au Roi: «_Quand vous déferez-vous de votre vieux
précepteur_[153]?»



V

Mademoiselle de Nesle, pensionnaire à Port-Royal.--Son plan dès le
couvent de gouverner le Roi et la France.--Le besoin qu'avait madame de
Mailly d'une confidente de son sang à Versailles.--Installation de
mademoiselle de Nesle à la cour en mai 1739.--Sa laideur.--Son caractère
folâtre et audacieux.--Louis XV faisant à madame de Mailly l'aveu de son
amour pour sa sœur.--Mariage de mademoiselle de Nesle avec M. de
Vintimille, neveu de l'archevêque.--Célébration du mariage en
septembre.--Le Roi donne la chemise au marié.--Les complaisances de
madame de Mailly.--Madame de Vintimille faisant abandonner à sa sœur la
société de mademoiselle de Charolais pour la pousser dans la société de
la comtesse de Toulouse.


Il y avait alors entre les quatre murs de Port-Royal, dans la paix et la
retraite d'un couvent, dans un monde tranquille d'idées austères ou
tendres, pieuses ou romanesques, une jeune fille qui roulait dans sa
petite tête des ambitions énormes, non l'aspiration vague et impatiente,
mais le projet délibéré et le plan réfléchi du plus audacieux rêve. Son
imagination montait sans peur au rôle de souveraine de France, et
machinait à froid la retraite de Fleury, le renversement du ministère,
l'asservissement du cœur du Roi et l'asservissement de la cour[154]. On
eût dit que tout ce que l'expérience apporte de sécheresse, tout ce que
l'usage de l'humanité, tout ce que le frottement, l'exemple et la vie
donnent de désillusions, avaient vieilli et mûri l'esprit, endurci et
affermi le cœur de cette jeune fille, hier une enfant, de cette Félicité
de Nesle qui déjà peut-être faisait entrer dans les plans de son
élévation le renvoi de sa sœur, madame de Mailly. C'était comme une
prescience, comme une divination machiavélique, qui l'avait éclairée sur
le chemin de ces grandeurs qu'elle entrevoyait, qu'elle touchait
presque, et vers lesquelles sa jeune pensée s'avançait dans un
tâtonnement. Toutes ses espérances reposaient sur une étude ou plutôt
sur une présomption de l'humeur de ce Roi dont elle pressentait et
devinait, sur les ouï-dire et les bruits d'un couvent, la physionomie,
la personnalité, les habitudes, la volonté sans force, le caractère plié
aux dominations, les dégoûts, les lassitudes et les faiblesses.

Et elle étonnait une confidente de son âge, confondue et presque
convaincue par le ton d'assurance avec lequel elle lui disait: «_J'irai
à la cour auprès de ma sœur Mailly; le Roi me verra; le Roi me prendra
en amitié, et je gouvernerai ma sœur, le Roi, la France et
l'Europe_[155].» En même temps elle annonçait les faciles victoires
qu'elle remporterait du premier coup sur le Roi[156], par les
taquineries et les tyrannies dont les femmes savent si bien user, par
un règne de jalousie, de secousses, de scènes, de brusqueries, de
retours, en un mot, par l'ascendant de cette sorte de crainte, qui seule
fait durable le gouvernement de l'amour.

Elle ne se faisait pas illusion sur sa beauté, dont il y avait--elle le
savait--bien peu de chose à faire, mais elle comptait sur la vivacité de
son esprit, plus personnel, plus original que l'esprit de sa sœur[157],
sur l'entrain de son humeur et de ses idées, sur l'influence croissante
que toute nature supérieure et remuante impose, dans le commerce de la
vie, à la timidité et à la paresse de l'être qui lui est associé. Et la
voilà écrivant tous les jours à sa sœur, la sollicitant de l'appeler
auprès d'elle, invoquant ses bontés, parlant à ses tendresses avec les
caresses et les enfantillages d'une petite sœur gâtée, intéressant déjà
peut-être, par-dessus l'épaule de madame de Mailly, le Roi à ces jolies
effusions et aux tournures lutines de son esprit de pensionnaire. Madame
de Mailly ne résistait point longtemps, et la jeune personne sautait du
couvent à Versailles[158].

       *       *       *       *       *

Madame de Mailly se trouvait avoir besoin dans le moment d'un
dévouement, d'une affection, d'un conseil. Dans l'éclat et l'affiche de
sa liaison longtemps cachée, elle était pleine d'inquiétude, ne comptant
que bien peu sur le courage du Roi pour la défendre, pour la soutenir
contre la plus légère attaque du Cardinal. La favorite était en outre
opprimée, anéantie, pour ainsi dire, sous la protection de son écrasante
amie, mademoiselle de Charolais, qu'elle n'aimait point, qu'elle
craignait, et avec laquelle elle ne s'épanchait pas, malgré les
apparences d'une intimité complète. Le seul véritable ami qu'elle eut
peut-être à la cour, le valet de chambre Bachelier, lui avait donné le
conseil de «ne se fier à personne», et elle suivait ce conseil. Mais
cette femme sans résolution personnelle, sans volonté, sans
concentration, demandait le soulagement, dans l'ouverture de son cœur,
de pouvoir parler à quelqu'un, de pouvoir consulter quelqu'un, appelait
en un mot une confidente de son sang. Or, mademoiselle de Vintimille
avait été de tout temps la sœur préférée de Madame de Mailly[159]. Et
dans ces dernières années, où madame de Mailly s'était brouillée avec la
duchesse de Mazarin[160], qui avait employé pour lui arracher le secret
de sa liaison avec Louis XV l'artifice, les menaces et les mauvais
traitements, l'amitié de la maîtresse du Roi s'était encore accrue pour
celle de toutes les demoiselles de Nesle, dont l'indépendance, dans
l'extrême pauvreté de la famille, avait affecté le plus de hauteur à
l'égard de la duchesse[161].

Mademoiselle de Vintimille, sortie du couvent, se donna toute à son rôle
de complaisante, de confidente de sa sœur; elle ne la quittait pas un
instant, ne faisait aucune visite qu'avec elle, vivait dans la plus
grande retraite au milieu de la cour. Ce don de sa personne, ce
sacrifice de toutes les heures de sa vie, mettaient à tout moment sur
les lèvres de la reconnaissante madame de Mailly le nom de sa sœur
Félicité, avec toutes sortes de louanges passionnées, émues, si bien que
le Roi eut la curiosité de connaître cette créature si dévouée qu'il
jugeait déjà une femme d'esprit à travers les conversations de sa sœur
qu'il avait appris à ne regarder guère que «comme un écho». Louis XV
voulut admettre la sœur de madame de Mailly dans sa société.

Toutefois l'installation de mademoiselle de Nesle n'avait pas été
définitive en décembre 1738, elle faisait encore de temps en temps des
séjours à son couvent, et elle n'avait eu que de bien rares occasions de
se rencontrer avec le Roi, peut-être une fois chez Mademoiselle,
peut-être une autre fois chez la comtesse de Toulouse à une revanche au
cavagnole entre madame d'Antin et madame de Mailly, où le Roi, prévenu
que mademoiselle de Nesle devait venir, donnait l'ordre de l'avertir et
la faisait asseoir. Ce n'était qu'au mois de mai 1739 qu'elle quittait
son couvent pour n'y plus rentrer, pour demeurer avec madame de Mailly
jusqu'au jour où elle serait mariée. Et elle n'était présentée que le 8
juin au Roi avec lequel elle soupait pour la première fois.

Mademoiselle de Nesle devant faire partie du voyage de Compiègne,
Mademoiselle s'empressait d'offrir un appartement à l'invitée du Roi,
mais il ne convenait pas à la hautaine personne d'être sous la
protection de qui que ce soit, et mademoiselle de Nesle refusait cet
appartement, disant à sa sœur: «que puisque le Roi désirait qu'elle eût
l'honneur de le suivre, il aurait la bonté de pourvoir à son logement.»
Cette requête, s'adressant directement à la personne du Roi, plaisait à
Louis XV[162].

       *       *       *       *       *

Les courtisans qui voyaient mademoiselle de Nesle, ne trouvaient guère
en elle l'étoffe ni l'avenir d'une maîtresse. Ce qui leur sautait aux
yeux, c'était un long cou mal attaché aux épaules, une taille hommasse,
une démarche virile, une peau brune, un ensemble de traits assez
semblable aux traits de madame de Mailly, mais plus sec et presque dur,
et qui n'avait pour lui ni ce rayon de bonté, ni cette tendresse de
passion[163].

Aussitôt entrée à la cour, la jeune sœur de madame de Mailly mettait en
jeu tous les ressorts d'un caractère folâtre, audacieux, et comme animé
d'une pointe de vin. Elle profitait, pour s'avancer, de la première
surprise du Roi, et de cette intimidation de la moquerie, si nouvelle
pour un prince jusque-là entouré de soumissions. Elle s'exposait à ses
désirs avec l'apparente naïveté et la liberté coquette d'une autre
Charolais, mais avec plus de suite, une continuité plus hardie, une
malice plus épigrammatique, et où le Roi se plaisait à reconnaître les
qualités de son propre esprit. Et cette pensionnaire ne tardait pas à se
rendre si agréable, si nécessaire au Roi, qu'il ne pouvait plus se
passer d'elle[164], et qu'il ne semblait plus goûter la conversation et
la société que dans la compagnie de cette amusante enfant répandant la
gaieté autour d'elle. Mademoiselle de Nesle fortifiait ce goût et lui
donnait la solidité d'une habitude, en ne laissant point le Roi à
lui-même, en le tenant toujours sous son charme et sous son caprice, par
des inventions de plaisirs, des boutades de pensées, par le tourbillon
d'activité et d'imagination qui était sa nature avant d'être son rôle.

Mademoiselle de Nesle était bientôt de toutes les chasses et de tous les
soupers de Louis XV, et au mois d'octobre, au voyage de Fontainebleau,
elle était installée dans l'appartement des Villars. Madame de Mailly,
qui s'apercevait que le Roi commençait à choisir, pour ses séjours dans
ses petits châteaux, les semaines où elle était retenue pour son service
près de la Reine[165], ne se sentait plus avoir que les restes des
tendresses et des caresses du Roi. Des railleries, des méchancetés qui
allaient un jour jusqu'à lui couper sa tapisserie, des comparaisons à
l'avantage de sa sœur[166], des brouilleries, tous les contre-coups de
l'infidélité du Roi préparaient lentement madame de Mailly à la
confession qui lui arrachait toute illusion: le Roi lui avouait «aimer
sa sœur autant qu'elle».

       *       *       *       *       *

Cependant l'intérêt connu que Louis XV portait à la jeune femme et la
protection royale que cet intérêt promettait dans l'avenir au mari,
faisaient rechercher la main de mademoiselle de Nesle en dépit de sa
laideur. Dès le mois de juillet 1739, au voyage de Compiègne, il avait
été question d'une alliance de Félicité de Nesle avec le comte d'Eu,
alliance en faveur de laquelle le Roi aurait assuré le rang des
légitimés à la postérité[167]. On parlait d'un second mariage qui
manquait parce que le maréchal de Noailles s'était blessé de ce qu'on ne
s'était pas adressé à lui, et aussi un peu par la répugnance du Cardinal
à laisser pénétrer dans la faveur intime du maître une si puissante
famille[168]. Enfin Mademoiselle, qui apparaît comme l'entremetteuse du
mariage de la sœur de madame de Mailly, décidait l'archevêque de Paris
voulant être cardinal à demander sa main pour son petit-neveu, M. du
Luc, qui devait prendre en se mariant le nom de Vintimille[169].

Le 14 septembre 1739, le soir à Marly, madame de Mailly faisait part du
mariage à ses amis, annonçait que le Roi accordait 200,000 livres
d'argent comptant, l'expectative d'une place de dame du palais de la
Dauphine, une pension de 6,000 en attendant, et en outre un logement à
Versailles dans l'aile qu'on appelait autrefois _la rue de Noailles_.

Le mariage et le dîner avaient lieu le dimanche 27 à l'archevêché. De là
les mariés se rendaient à Madrid chez Mademoiselle, où ils soupaient.

Le Roi, venu tout exprès de la Muette pour le coucher, faisait
l'honneur au marié de lui donner la chemise, honneur que Louis XV
n'avait fait encore à personne au monde[170]. Et Soulavie, qui fait
remonter la liaison du Roi avec mademoiselle de Nesle au mois de juin
1739, donne à entendre, mais sans appuyer son dire sur aucune autorité,
que le Roi prenait la place du mari[171] qui allait coucher dans le lit
du Roi à la Muette.

Le lendemain, le Roi assistait encore à la toilette de la mariée qui
avait lieu à Madrid[172].

Trois mois après ce mariage, au jour de l'an de l'année 1740, le Roi,
qui avait reçu de madame de Mailly deux magnifiques et singuliers pots à
oille de porcelaine de Saxe, ne donnait d'étrennes qu'à une seule femme
de la cour, à madame de Vintimille[173].

Ce fut sans doute une honteuse complaisance[174] que cette patience et
ce partage par madame de Mailly des amours infidèles de Louis XV, et
elle donna l'éclatant exemple des plus humbles lâchetés et des
accommodements les plus bas en demeurant là où elle était réduite à tout
servir pour ne rien gêner; malheureuse! qui, baissant la tête sous les
dures paroles et dévorant l'injure d'être tolérée, ramassait du cœur du
Roi ce que lui en jetait sa sœur. Et cependant il suffira d'un mot pour
la faire plaindre dans sa honte, elle aimait.

Toutefois cette soumission ne se fit pas en un jour et sans lutte.
Toutes ces années on assiste au déchirement de ce cœur, à travers ces
brusqueries, ces bouderies, ces caprices, ces exigences, ces entêtements
enfantins qui sont les petites et déraisonnables vengeances de la faible
et aimante femme contre l'homme qui ne l'aime plus. Désireuse de jouer,
madame de Mailly ne jouait pas pour empêcher le Roi de jouer. Habillée
et toute prête, elle se refusait de suivre le Roi en traîneau, ou
feignait de se trouver mal de la vitesse avec laquelle le Roi la
menait. Un jour que le Roi avait commencé à souper à Choisi avant
qu'elle fût descendue, rien ne pouvait la décider à se mettre à table,
et elle soupait sur une servante dans une autre pièce. Ou bien, enragée
de sa malechance au jeu, elle laissait le jeu du Roi, et envoyait
acheter un cavagnole à Paris pour jouer sans le Roi[175]. Et aux coups
de tête succédaient les impatiences. Le Roi tardait-il à lui répondre,
elle lui jetait cette phrase: «_Si une femme était si longtemps à
accoucher, elle mourrait en travail_[176].»

On sent en cette pauvre de Mailly, presque tout le temps de sa triste
faveur, le trouble de cervelle et comme l'affolement des amours amères
et maudites. Et cependant le Roi était-il enrhumé, c'était madame de
Mailly qui lui préparait elle-même un bouillon de navet infaillible; le
Roi avait-il le dégoût de sa robe de chambre, c'était encore elle qui
courait aussitôt à Paris, achetait une étoffe charmante, faisait
travailler toute la nuit et étonnait le Roi à son lever le lendemain par
cette toute neuve robe de chambre posée sur la toilette[177].

En présence de ce cœur brisé qui ne lui en voulait pas et semblait
toujours l'aimer, devant cette résignation qui n'avait que la révolte de
la mauvaise humeur, devant peut-être la supplication de n'être point
chassée, madame de Vintimille, qui s'était préparée pour une lutte à
outrance, changeait de plan. Maîtresse absolue de l'esprit du Roi, elle
ne craignait point de laisser sa sœur auprès de lui. Toutes ses
précautions se bornaient à écarter de madame de Mailly les personnes qui
pouvaient la mener et disposer de ses résolutions. Mademoiselle de
Charolais, qui avait fait de la volonté de madame de Mailly un
instrument à ses ordres, était éloignée des soupers[178] ainsi que sa
sœur mademoiselle de Clermont[179]; ses exigences, sa pression sur le
Roi pour faire arriver son amant Vauréal au ministère des affaires
étrangères servaient d'occasion à madame de Vintimille, de prétexte au
Roi, pour la mettre en pleine disgrâce. Ce débarras fait, madame de
Vintimille tournait les amitiés de madame de Mailly vers la comtesse de
Toulouse, vers les Noailles, dont elle connaissait l'ambition, mais dont
elle savait aussi l'attachement et la constance.



VI

Le comte de Gramont nommé au commandement du régiment des gardes sur la
recommandation de madame de Vintimille.--La mort du duc de la
Trémoille.--Le duc de Luxembourg porté par les deux sœurs.--Menaces de
retraite du cardinal.--Lettre dictée à madame de Mailly par madame de
Vintimille.--Fleury, le neveu du cardinal, nommé premier gentilhomme de
la Chambre.--Les protégés des deux sœurs.--Le maréchal de
Belle-Isle.--La fraternité du duc et du chevalier.--Les projets de
démembrement de l'Empire de Marie-Thérèse.--Louis XV entraîné à la
guerre par les favorites.--Belle-Isle nommé ministre extraordinaire et
plénipotentiaire à la diète de Francfort.--Le cardinal forcé de faire
marcher Maillebois en Bohême.--Chauvelin.--Son passé mondain et
galant.--Ses _manières de fripon_.--Il est exilé à Bourges.--Son pouvoir
occulte sur les évènements politiques.--Il est à la tête du parti des
_honnêtes gens_.


Au commencement du mois de mai 1741, la cour eut l'occasion dans deux
circonstances importantes de s'apercevoir de l'influence que madame de
Vintimille prenait, en sa grossesse, sur la volonté du Roi[180].


Le premier duc de Gramont mort, le comte de Gramont, qui faisait
profession ouverte d'être ami des deux sœurs, leur demandait de
s'employer pour qu'il héritât des charges de son frère. Madame de
Vintimille faisait recommander si chaudement l'ami de la famille par
madame de Mailly au Roi, que Louis XV choisissait spontanément et de son
propre mouvement, sur la liste présentée par le Cardinal, le comte de
Gramont pour le gouvernement du Béarn et de la Navarre et le
commandement du régiment des Gardes[181]. Jusque-là, cette liste n'était
qu'un acte de déférence de la part de l'Éminence qui savait que le Roi
ne désignait pour la place que celui qu'il se réservait de lui indiquer
nominalement. Et dans cette nomination enlevée pour la première fois au
Cardinal, madame de Vintimille obéissait moins à une prédilection
particulière pour le comte de Gramont qu'à l'envie d'accoutumer Louis XV
à gouverner, à être le maître, à faire le roi.

Dans le courant du même mois, une autre mort affirmait encore plus
ostensiblement le pouvoir secret de madame de Vintimille sur les
déterminations du Roi. Le 23, le duc de la Trémoille[182] venait à
mourir de la petite vérole, laissant un fils âgé de quatre ans. Le Roi
ne voulait pas donner la charge de premier gentilhomme à un enfant, et,
porté pour M. de Luxembourg, un de ses familiers préférés, n'osait faire
prévaloir son désir. Pendant ce temps, la duchesse de la Trémoille
sollicitait la charge pour son fils, les Bouillon pour le petit prince
de Tarente, tandis que le Cardinal qui l'ambitionnait pour son neveu, et
qui savait que les deux sœurs y poussaient le duc de Luxembourg[183],
n'osait la demander de peur d'un échec et d'un nouveau triomphe de
madame de Vintimille.

Dans cette perplexité l'Éminence restait à Issy, inactive et sans
dévoiler sa pensée. Maurepas, qui déjà, à propos de la nomination du
comte de Gramont, avait traité publiquement avec le dernier mépris les
deux sœurs, et le contrôleur qui, plus avisé, s'était contenté de dire
au Cardinal tout ce qui pouvait l'irriter, venaient le trouver dans sa
retraite. Ils lui représentaient que cette occasion était décisive, que,
s'il n'obtenait pas cette charge pour son neveu, son crédit était ruiné
à ne jamais se relever, qu'il fallait tout employer, prières, menaces...
À la suite de cette visite, le Cardinal écrivait une lettre au Roi, un
chef-d'œuvre d'hypocrisie, où l'homme d'Église faisant valoir, du mieux
qu'il pouvait, les plus mauvaises raisons qu'il avait trouvées en faveur
du petit la Trémoille, suppliait Sa Majesté de ne pas donner à son
préjudice la charge à son neveu déjà comblé des bontés du Roi[184]. Le
Roi, qui était à Rambouillet, frappé du manque de sincérité du Cardinal,
ne répondait pas.

Le soir, à son retour à Versailles, Louis XV trouvait une seconde lettre
de Fleury, une très-longue lettre, dont la lecture le plongeait dans une
mauvaise humeur qui s'échappait en bouffées de colère pendant le souper.
Avant le souper, les courtisans avaient déjà remarqué la sérieuse et
chagrine figure que le Roi avait dans sa visite à la Reine, l'oubli
qu'il avait fait de donner sa main à baiser à Mesdames comme il en
avait l'habitude. Resté seul avec madame de Mailly, Louis XV lui lisait
la lettre du Cardinal. L'Éminence ne parlait plus au Roi de la charge de
premier gentilhomme de la chambre, elle s'étendait sur son âge, sur ses
infirmités qui ne lui permettaient pas de continuer son service, se
plaignait de ce que son esprit n'était pas toujours présent le soir,
enfin terminait sa lettre en demandant la permission de se retirer. Le
Roi, qui perçait le jeu du Cardinal, se répandait en paroles pleines
d'emportement, s'écriant qu'il voyait bien qu'il s'était trompé dans
l'idée qu'il avait eue de l'attachement du Cardinal pour sa personne,
qu'il ne songeait qu'à conserver l'autorité, qu'il jugeait qu'on ne
pouvait se passer de lui, qu'il profitait de ce besoin pour arracher
cette place, mais il était bien décidé à laisser le Cardinal se retirer
et il ne ferait point son neveu premier gentilhomme de la Chambre. Et le
Roi répétait à tout moment: «Je croyais qu'il m'aimait, qu'il était sans
intérêt et sans ambition, qu'il ne faisait cas de son crédit que par
rapport au bien de mon service.»

À toutes ces plaintes pleines d'amertume, à toutes ces paroles de colère
qui demandaient un conseil, madame de Mailly ne répondait rien. Prise à
l'improviste, la timide et indécise créature ne savait quel parti
appuyer, quelle détermination encourager, quelle résolution prendre.
Elle restait muette, tout effrayée au fond que la retraite du Cardinal
n'entraînât sa disgrâce. Aussi à minuit, dès que le Roi la quittait,
courait-elle chez sa sœur. La Vintimille l'écoutait, et aussitôt lui
disait:[185]

--_Écrivez au Roi tout à l'heure, et demandez-lui en grâce de donner la
charge à M. de Fleury_.

--_Je suis trop troublée pour pouvoir faire une lettre_, laissait
échapper madame de Mailly.

--_Prenez votre écritoire, je dicterai_, reprenait la Vintimille.

Et la Vintimille dictait à sa sœur une lettre, où elle demandait avec
instance au Roi de ne plus songer à M. de Luxembourg et de tout
sacrifier pour retenir le Cardinal qui était utile et nécessaire dans
les circonstances présentes. Cela dit, madame de Vintimille ajoutait que
si cependant le parti du Cardinal était pris irrévocablement, il ne
fallait pas que le Roi s'en désespérât, mais qu'il devait se figurer
être au moment où il le perdrait par la mort, et songer aux hommes les
plus dignes de sa confiance. Alors la sœur de madame de Mailly préparait
d'avance le renversement du ministère, passait en revue les ministres.
Le Contrôleur, un semblant d'honnête homme, mais dur, mais haï, mais
borné et tout au plus propre au maniement des finances. Le Maurepas, un
esprit, des talents, mais d'une indiscrétion si outrée, qu'on ne pouvait
rien lui confier. L'Amelot, le Breteuil, le Saint-Florentin, des gens si
médiocres qu'ils ne valaient pas la peine qu'on parlât d'eux; il
fallait donc chercher hors du ministère... Cette lettre, dont le Roi
devinait facilement l'inspiratrice, lui rendait la tranquillité de
l'esprit et le laissait reconnaissant pour celle qui sacrifiait au repos
de son amant l'intérêt qu'elle avait paru prendre au duc de Luxembourg,
pour celle qui, dans son empressement à retenir le Cardinal au pouvoir,
immolait ses ressentiments et ses haines[186].

Le lendemain matin, le Roi après son lever disait au duc de Fleury: «Je
vous donne la charge de premier gentilhomme de la Chambre[187].»

Alors commençait de la part du Cardinal une série de tartufferies du
plus haut comique. À son neveu, qui lui apportait la nouvelle de sa
nomination, il jetait: «Allez vous enfermer dans votre chambre, je vais
trouver le Roi et lui rendre la charge[188].» Son neveu lui ayant fait
observer que le Roi lui avait donné la charge devant tout le monde et
qu'il avait déjà reçu nombre de compliments, le Cardinal se décidait à
aller se jeter aux pieds du Roi en le prenant à témoin qu'il n'avait
jamais demandé la charge. Chez la Reine il demandait à s'asseoir, n'en
pouvant plus et se lamentant sur le malheur de cette charge donnée à son
neveu. À quoi la Reine lui répondait «qu'elle ne voyait rien de si
affligeant pour lui.»

Mesdames de Mailly et de Vintimille venant lui faire leurs compliments,
le Cardinal pâlissait, rougissait, se troublait, voulait les reconduire,
et, madame de Mailly s'y opposant, laissait échapper dans cette phrase
la connaissance et la crainte qu'il avait du crédit de madame de
Vintimille: «Si ce n'est pas pour vous, c'est pour madame de
Vintimille.» _Son Éminence se moque_,» reprenait ironiquement madame de
Mailly[189].

       *       *       *       *       *

Madame de Vintimille, cherchant de solides assises à sa faveur,
préparait en secret l'avènement de deux hommes vers lesquels l'opinion
en ce moment se tournait comme vers les espérances de l'avenir, et dont
elle voulait faire les ministres de son prochain règne: Chauvelin et le
maréchal de Belle-Isle.

Le maréchal de Belle-Isle, le capitaine[190], le négociateur,
l'administrateur, le harangueur, l'homme politique, l'homme magnifique,
le patron d'une armée de clients, l'enfant gâté de la popularité[191],
ce Pompée enfin, Belle-Isle avait eu grand'peine à sortir de la nuit et
de l'abaissement où Louis XIV avait voulu tenir la famille de Fouquet:
Belle-Isle était le petit-fils du fameux surintendant.

Ce fut seulement sous la Régence que Belle-Isle commença à se montrer,
après avoir tout mis en commun, présent, avenir, fortune, avec un frère
plus jeune, doué des qualités qui lui manquaient, et qui était dans
l'ombre et au second plan une autre moitié de lui-même, le génie modeste
et l'esprit modérateur de son ambition et de son caractère. Les deux
Belle-Isle apportaient à Dubois et à d'Argenson les ressources d'un
esprit flexible, les vues et les plans d'une imagination inépuisable,
propre et prête à tout. Puis on les voyait prendre consistance sous le
ministère de monsieur le Duc par leur entente des affaires étrangères,
par le commandement que l'aîné obtenait dans la guerre d'Allemagne, par
un ensemble de projets hardis que rien ne décourageait, et qui,
repoussés et contrariés, revenaient sans cesse à la charge, gagnaient
l'armée par leur audace, et battaient en brèche la politique du cardinal
de Fleury.

Dès lors les Belle-Isle ne devaient plus que grandir. Liés l'un à
l'autre, ils se complétaient l'un par l'autre. Le chevalier avait les
idées, la réflexion, l'invention des moyens, le dessein des projets, la
suite, la solidité, l'insinuation, la persuasion. Le duc avait tout le
brillant d'un grand comédien pour faire réussir ce qu'imaginait son
frère et enlever le succès. Rien ne lui manquait de ce qui parle au
public, de ce qui séduit et entraîne l'opinion[192]. Il était un de ces
hommes vides mais sonores, nés pour être ce qui ressemble le plus à un
grand homme: un grand rôle. Il avait l'éclat et la passion; et tandis
que la parole de son frère ne gagnait que les individus, la sienne
emportait les partis. Tous deux, le duc et le chevalier, avaient l'art
de se faire des amis partout, de raccoler des dévouements à leur gloire,
d'organiser l'enthousiasme, de semer, de la cour jusqu'au peuple, la foi
dans leurs plans, la confiance dans leur œuvre[193], et ils avançaient
sans se lasser vers la réalisation de ces plans et de cette œuvre,
marchant dans leur union et dans leur force, et montrant, au milieu d'un
monde divisé par l'intérêt et dévoré par l'égoïsme, la fraternité de
deux esprits mariés et confondus dans une unique volonté et dans une
ambition unique[194].

Ces deux hommes représentaient le parti ennemi de l'Autriche, le parti
de la guerre, l'opposition à la politique du Cardinal, à cette politique
de paix à tout prix qui mettait son honneur à tenir fermé le temple de
Janus. Ils accusaient les timidités et les pusillanimités du Cardinal
d'avoir épargné et sauvé déjà trois fois la monarchie autrichienne: en
1730, après l'établissement de la compagnie d'Ostende, en 1734, après la
prise de Philisbourg, et cette campagne d'Italie qui ne laissait à
l'empereur que Mantoue; en 1739, alors que Fleury avait enchaîné la
Turquie victorieuse et prête à marcher à la conquête de l'Autriche. La
mort de Charles VI (20 novembre 1740), les complications que devait
amener la Pragmatique Sanction, semblaient aux deux Belle-Isle donner à
la France l'occasion de reprendre les projets de Richelieu, de les
pousser jusqu'à l'extrémité, et d'en finir avec cette maison d'Autriche
dont l'épée et les droits se trouvaient alors dans la main d'une femme.

C'est dans cette pensée que le duc de Belle-Isle, parvenu dans
l'intimité de madame de Mailly, l'entretenait de ce démembrement, d'un
partage des provinces de Marie-Thérèse, à laquelle il ne consentait à
laisser qu'une petite souveraineté, en rendant aux Bohémiens et aux
Hongrois l'éligibilité de leur couronne rendue héréditaire par la maison
d'Autriche. Belle-Isle, avec l'entraînement et l'éloquence de sa parole,
remplissait madame de Mailly de ses illusions sur les facilités de cette
curée de l'Autriche et l'opportunité de ce remaniement de l'Europe[195].

Il lui parlait d'agir d'abord dans le Nord par des négociations et
d'envoyer 150,000 hommes dans le midi de l'Allemagne pour frapper de
grands coups, de concert avec le roi de Prusse. Il faisait à la
maîtresse du Roi un tableau de l'Europe, selon lequel tout nous
favorisait, et qui promettait à notre agression l'alliance des uns, la
neutralité patiente des autres. Il lui montrait l'Angleterre occupée
chez elle de la reconstitution du principe monarchique, sa
démoralisation par le ministère corrupteur de Walpole, ses embarras
devant une guerre maritime avec l'Espagne, ses appréhensions pour son
électorat de Hanovre, le peu d'initiative de son Roi, toutes les raisons
enfin qui devaient paralyser son action. Il lui montrait la Russie en
proie aux divisions intestines, et distraite du reste de l'Europe par
les mouvements des Suédois. Il lui disait quelle alliance sûre la France
devait trouver auprès de la Prusse, qui avait besoin d'être appuyée dans
son invasion de la Silésie, et à laquelle on offrirait les provinces
autrichiennes à sa convenance; quelle alliance on trouverait en Espagne,
quel appui auprès de la femme de Philippe V, cette princesse ambitieuse
que ne satisfaisait pas encore l'établissement de don Carlos à Naples,
et qui songeait à la Toscane ou au Milanais pour l'établissement du
second Infant. Belle-Isle montrait encore à madame de Mailly et à madame
de Vintimille l'alliance presque certaine du Piémont si on
l'arrondissait aux dépens de l'Autriche, le soulèvement probable du
Turc, l'aide toute-puissante que l'électeur de Bavière donnerait à la
France contre l'offre de la couronne impériale.

Enfin il n'oubliait rien pour étourdir l'esprit, l'imagination et
l'orgueil des deux favorites; il ne demandait que six mois pour réussir;
et quelle gloire le Roi retirerait du succès! Ce serait un nouveau
souverain, échappé aux lisières du Cardinal. Et quel mérite pour les
deux sœurs d'avoir poussé à l'entreprise! Quelle reconnaissance leur en
aurait le public, et quels remercîments leur en ferait l'amour du Roi!

Le cardinal de Fleury objectait les engagements de la France à la
Pragmatique Sanction. Il rappelait vainement le prix dont la France
avait été payée: la cession de la Lorraine à Stanislas avec
réversibilité à la couronne de France. Vainement il rappelait la parole
du Roi, sa promesse au prince de Lichstenstein lors de l'avènement de
Marie-Thérèse de ne manquer _en rien à ses engagements_. Tous ses
efforts venaient échouer contre l'influence des favorites, séduites par
les plans grandioses et les expositions si flatteuses de Belle-Isle.
Madame de Mailly, à laquelle madame de Vintimille laissait la part la
plus compromettante de la lutte, en s'en réservant le commandement,
s'écriait que le cardinal n'était plus «_qu'un vieux radoteur capable de
perdre l'État_»; et quelque partagée et déclinante que fût son autorité
sur le Roi, quelque grande que fût sa paresse à s'occuper des choses de
l'État, elle puisait dans l'enthousiasme que lui avait soufflé
Belle-Isle, dans les illusions dont il l'avait animée, assez de force,
assez de puissance sur elle-même et sur l'esprit du Roi, pour entraîner
Louis XV dans le parti de la guerre.

Cette victoire des favorites et de Belle-Isle opérait une sorte de
révolution dans la politique, ou au moins dans la politique avouée du
cardinal; il équivoquait, puis transigeait avec les plans qui
triomphaient, et paraissait se prêter au coup de grâce que l'on voulait
donner à la monarchie autrichienne. Mais, toujours économe, toujours
préoccupé de marchander la guerre, enchanté d'ailleurs en cette occasion
de couper les vivres au projet d'un ennemi que la gloire pouvait faire
plus dangereux, il préparait l'insuccès de Belle-Isle en ne lui
accordant que quarante mille des cent cinquante mille hommes qu'il
demandait.

Cependant madame de Mailly faisait nommer Belle-Isle ambassadeur
extraordinaire et plénipotentiaire du Roi à la diète de Francfort pour
l'élection d'un empereur; elle lui obtenait la mission de faire le tour
de l'Allemagne pour rattacher les électeurs et les princes de l'Empire
au parti de la France.

Soufflée par madame de Vintimille, elle le soutenait à la cour de tout
ce qu'elle avait d'activité et d'influence, essayant de fouetter
l'apathie du Roi avec les susceptibilités nationales, répétant qu'il
fallait se venger sur Marie-Thérèse de tous les affronts que l'Autriche
avait faits à la France, répétant dans le salon de Choisy: «_Nous
laisserons-nous donner cent coups de bâton sans nous venger_[196]?»

Belle-Isle faisait sa tournée, encouragé par les lettres de madame de
Mailly; il resserrait sur son chemin nos liens avec la Bavière, gagnait
deux électeurs au parti de la France, ébranlait le troisième,
travaillait à attacher le roi de Prusse à la politique française, tandis
que le cardinal, enveloppé dans le mouvement des esprits que menaient
mesdames de Vintimille et de Mailly et le parti de Belle-Isle, cherchait
à tromper Marie-Thérèse par l'ambiguïté de ses réponses. Et quand
l'insuffisance de l'armée accordée à Belle-Isle et l'entêtement de
l'électeur de Bavière après avoir empêché les troupes françaises d'aller
à Vienne, les enfermèrent en Bohême; quand l'héroïsme de Marie-Thérèse,
la défection de la Prusse, la double politique du cardinal parlementant
avec la reine de Hongrie, les discordes entre les généraux, eurent fait
avorter la campagne et les projets de Belle-Isle, les deux favorites ne
purent retenir leurs plaintes contre le cardinal. Elles l'accusèrent
hautement d'avoir perdu l'occasion, d'avoir compromis le maréchal et
trahi l'armée française par ses irrésolutions, ses lésineries et
l'insuffisance de ses secours. Le cardinal effrayé voulait échapper à
ces plaintes et se débarrasser de l'armée de Bohême par de secrètes
négociations de paix. Madame de Mailly déjouait ce projet. Une lettre
qu'elle se faisait adresser de l'armée, et qu'elle laissait traîner sur
sa table, apprenait au Roi la vérité; et le cardinal, malgré sa
résistance au conseil, était forcé de soutenir l'électeur de Bavière et
de faire marcher Maillebois en Bohême.

Par leur protection à Belle-Isle les deux sœurs caressaient l'orgueil
national, cet esprit de guerre et de conquête qui a toujours enivré la
France: il leur fallait un héros dans leur jeu; c'était une popularité
dont elles avaient besoin pour s'abriter. La protection que les deux
sœurs donnaient à Chauvelin était toute différente et par son but et par
sa façon; elle visait à flatter un autre sentiment de l'opinion
publique, et elle manœuvrait avec réserve et ménagement entre les
antipathies du Roi pour la personne de l'ex-chancelier et l'hostilité
des Noailles, jaloux de l'influence de Chauvelin et de son parti.

Ce protégé secret[197], presque désavoué de mesdames de Vintimille et
de Mailly, ce Chauvelin, auquel ses ennemis reprochaient son origine
dans une boutique de charcuterie,--une boutique, au reste, de bonne
noblesse: elle datait de 1543[198],--avait été écrasé à son entrée dans
le monde par la supériorité d'un frère aîné. Cela l'avait jeté, pour
faire quelque figure à côté de ce frère, vers les talents, les
agréments, les beaux airs, tous les moyens de parvenir de l'homme du
monde: sans rival dans tous les exercices du corps, le plus habile des
écuyers, le meilleur danseur, le plus adroit tireur d'épée, et royal
joueur d'hombre, et agréable chanteur, et joli discoureur, le _beau
Grisenoire_ trouvait le temps de devenir un homme d'État.

Une santé à toute épreuve, une volonté de fer, une puissance de travail
énorme, lui donnaient, dans une vie dissipée et mondaine, le loisir et
l'application nécessaires à cette seconde éducation qui ouvre l'esprit
et refait les idées.

D'abord avocat-général remarqué, puis mari de la riche fille d'un
traitant qui avait eu des affaires, puis président à mortier «par les
plus belles intrigues de blanchisseuses et du Pont-aux-choux», il
achetait de M. Bernard la terre de Gros-Bois et la payait avec des
billets de M. Bernard fils, qu'il avait acquis sur la place, revêtant
ainsi tous les actes d'une vie, que d'Argenson dit honnête, des
_manières d'un fripon_[199].

Allié ici et là, un peu parent des Beringhen, un peu parent du duc
d'Aumont par les Louvois, il rayonnait tellement et mettait en avant
tant et de si divers protecteurs, que le Régent disait, en plaisantant,
que tout lui parlait de Chauvelin, que _les pierres même lui répétaient
ce nom_.

Sans emploi sous le Régent, il s'attachait au cardinal de Fleury. Appuyé
auprès de lui par le maréchal d'Uxelles, Chauvelin se rendait précieux
au cardinal par sa science du droit public puisée dans les manuscrits de
M. de Harlai. Et bientôt, devenu le confident et le bras droit de
Fleury, il était fait ministre des affaires étrangères et garde des
sceaux.

Mais, au bout de quelques années, Chauvelin, dont la politique appuyant
les plans de Belle-Isle était «trop fougueuse et trop magnifique» pour
le petit train-train bourgeois du vieux Fleury, travaillait à se créer
secrètement un parti, cherchant des appuis dans la maison de Condé qu'il
opposait aux Toulouse et aux de Noailles, dans Bachelier, le valet de
chambre du Roi, dans le monde des cabinets, dans madame de Mailly dont
nous l'avons vu payer les rendez-vous avec l'argent des fonds secrets,
tentant même d'enlever au cardinal son fidèle Barjac qu'il essayait
d'acheter. Et au moment où son ambition immense, partagée par sa femme,
était divulguée dans la comédie de l'_Ambitieux_[200], il avait été
envoyé en exil à Bourges[201].

Toutefois Chauvelin demeurait, à Bourges et dans la disgrâce, une
puissance, un parti et une idée. Il avait laissé à Paris de chaudes
amitiés[202], et son retour était une des plus vives espérances de
l'opinion. C'est qu'en ce temps si paisible et si dormant d'apparence,
si remué et si agité pourtant, au milieu de ce tiraillement des
consciences, devant l'Église pleine de violences et de factions, où les
plus grandes familles se trouvaient forcées d'entrer pour garder ou
gagner la feuille des bénéfices, devant le scandale des luttes sur la
bulle _Unigenitus_, ce déchirement et ce partage de l'âme humaine en
partis humains: jésuitisme, molinisme, jansénisme, sulpicianisme; en
face du triomphe du sulpicianisme, dont les tracasseries, d'abord
timides, s'élevaient dans le concile d'Embrun jusqu'à la persécution,
Chauvelin représentait le tolérantisme, un tolérantisme qui penchait
pour les persécutés.

Chauvelin tenait pour le parlement, qui était le centre du jansénisme.
Chauvelin ministre, le public était assuré qu'on n'enlèverait pas au
parlement la connaissance des affaires ecclésiastiques pour les
attribuer à une commission ministérielle, comme il en était question. Et
le parlement lui-même, qui, par la voix éloquente de l'abbé Pucelle,
semblait s'enhardir aux remontrances de l'avenir et se préparer aux
audaces du tiers état, le parlement voyait dans le retour de Chauvelin
un encouragement et une victoire.

Actif, répandu, et par des relations immenses, des correspondances
multipliées, pénétrant le ministère et les relations extérieures, bien
venu des femmes les mieux accréditées, insinuant et d'une politesse
affectueuse qui touchait à la grâce, Chauvelin allait encore à la
popularité par le train bourgeois de ses mœurs, par la simplicité de sa
vie à Grosbois, par le rare exemple d'un mari ne découchant jamais, ne
soupant pas, et passant ses soirées au travail, par ses habitudes
d'application aussi bien que par ce grand mot de bien public qui
commençait dans sa bouche son chemin dans le monde[203]. L'état des
esprits et les caractères de l'homme se réunissaient donc pour donner la
première place dans les sympathies publiques au ministre disgracié, que
les deux sœurs soutenaient sans se rendre compte peut-être du mouvement
d'opinion qui les entraînait et les faisait se rencontrer avec le parti
des _honnêtes gens_.



VII

Le château de Choisi.--La vie intérieure.--Louis XV ne passant plus
qu'un jour plein à Versailles par semaine.--Les tentatives de madame de
Vintimille pour donner au Roi le goût du gouvernement de sa maison et de
son royaume.--Ses moqueries à l'endroit de la déférence de Louis XV pour
son valet de chambre.--Grossesse laborieuse de la favorite.--Elle est
prise d'une fièvre continue.--Colère du Roi à propos de son mutisme
obstiné.--Retour à Versailles.--Madame de Vintimille accouche d'un
fils.--Sa mort (9 septembre 1741).--Son cadavre servant de jouet à la
populace de Versailles.--Madame de Vintimille la femme à idées et à
imagination de la famille de Nesle.--Grâce maniérée et préciosité
sentimentale de ses lettres.


En ces années le Roi acquérait, de la succession de la princesse de
Conti, Choisi[204], ce petit château qui commençait cette ceinture de
rendez-vous de chasse et de petites maisons que la royauté allait jeter
autour de Versailles et de Paris, partout où il y avait assez de place
et d'ombre pour loger le plaisir et cacher l'amour.

Délicieuse retraite que ce petit château de Choisi, si bien fait pour
délivrer la royauté de l'étiquette de Marly[205] et lui permettre les
aises et les amusements de la vie privée! Sa situation au bord de la
Seine, à proximité de la forêt de Sénart, entre des arbres et de Peau,
au pied d'un coteau, à l'abri des vents du midi, ses agréments
intérieurs, les remaniements exécutés en trois mois, les communications
faciles et dérobées, les portes discrètes et secrètes, la salle à manger
si gaie en ses élégances, «la sculpture, l'or, l'azur, un meuble des
mieux entendus,» la profusion des glaces, la commodité, le bon goût, la
galanterie dont l'art du temps avait le secret et le génie[206], tout
faisait de ce petit château une adorable cachette d'amoureux.

Le Roi s'y plaisait singulièrement: il y donnait carrière à ses goûts de
bâtisse, à ses idées d'arrangement. Il y prenait des plaisirs de
propriétaire, regardant les ouvriers travailler, faisant planter sous
ses yeux un jeu d'oie sur le modèle de celui de Chantilly, marquant les
arbres à couper pour dégager les points de vue. Il y menait la vie d'un
particulier; il y permettait autour de lui la liberté d'une vie de
château; et Choisi donnait aux courtisans de la vieille cour de Louis
XIV l'étonnement de voir le gouverneur du château prendre place à côté
du maître, la société du Roi s'asseoir sur des chaises à dos, les femmes
se promener en robe de chambre, parfois même, au scandale du duc de
Luynes, en robe à peigner et sans paniers. Les jours où le Roi ne
chassait pas, et où la petite calèche fermée n'emportait pas les dames à
sa suite: c'était la messe à midi, le déjeuner à une heure, sur les
trois heures le jeu chez les dames, où le Roi se rendait comme un maître
de maison; à sept heures et demie ou huit heures venait le souper, puis
un cavagnole à dix tableaux qui durait une heure et demie ou deux[207].

Et les jolis matins auxquels il eût fallu les pinceaux fripons d'un
Baudouin, les matins où le Roi venait éveiller les femmes, lutinant en
jouant leur coquetterie ou leur pudeur, et faisant ainsi de chambre en
chambre et d'oreillers de dentelles en oreillers de dentelles ce qu'on
appelait: _la ronde du Roi_[208].

       *       *       *       *       *

Madame de Vintimille, devenue la souveraine du petit palais, n'en
laissait plus sortir le Roi, qui n'allait plus qu'un jour plein à
Versailles, et ne voyait guère plus d'un quart d'heure le Cardinal par
semaine[209]. Le vieux Fleury, dépité et furieux, appelait de ses vœux
le voyage de Compiègne, où il allait tenir le Roi trois mois sous sa
main, annonçant d'avance pour cette époque le renvoi de la Vintimille.
Mais tout à coup le Roi déclarait à un souper de Choisi qu'il n'irait
point cette année à Compiègne, annonce que tout le monde regardait comme
une victoire de la favorite et l'enlèvement définitif du Roi à
l'influence du Cardinal.

Alors le grand art de madame de Vintimille est d'occuper le Roi, et son
grand effort se tourne à lui apprendre à vouloir. Il semble qu'elle ait
eu l'idée de le préparer au gouvernement de l'État par l'administration
de sa maison et de l'intéresser au pouvoir royal par une autorité
particulière et domestique. On la voit fort appliquée à donner à Louis
XV le goût d'une sorte d'économat de son intérieur, elle le pousse aux
détails de ménage, elle lui fait renvoyer Lazure qui lui volait son vin
de Champagne: c'est déjà l'œil du maître qui s'ouvre en attendant que le
coup d'œil du Roi se montre. Elle secoue dans un petit cercle de
décisions sans portée et de menues affaires la paresse de sa volonté.
Elle enhardit, elle dégage sa résolution, et le Roi lui est
reconnaissant de lui avoir trouvé ce passe-temps et de familiariser sa
timidité avec l'exercice d'une initiative qui l'amuse.

En même temps que madame de Vintimille occupe le Roi, elle l'émancipe,
elle le sort tout doucement des influences et des captations de son
entourage par des railleries qui n'ont peur de personne et portent
jusque sur Bachelier: «_Eh bien! Sire, allez-vous dire encore cela à
votre valet de chambre_[210]?» est la phrase ordinaire avec laquelle
madame de Vintimille pique l'amour-propre du Roi, le tient en garde
contre des confidences qui mettent le maître, même quand il est roi, à
la dévotion des valets.

En amusant ainsi le Roi, en lui donnant des goûts nouveaux d'activité et
d'indépendance, madame de Vintimille ne tarde pas à le gouverner. Le Roi
sourit et se prête à ses plans, à ses amitiés, à sa politique qui ne
cesse d'avoir en vue le renversement du Cardinal, et la création d'un
ministère composé d'hommes animés d'un esprit de force et d'une
inspiration de grandeur que n'avait jamais eu le gouvernement du vieux
Fleury. Cependant, même assurée du Roi, madame de Vintimille ne marche
qu'avec précaution. Elle use de discrétion et de retenue, et ne donne
rien à l'impatience. Madame de Vintimille est la femme maîtresse
d'elle-même, la femme incapable des coups de tête de sa sœur de Mailly,
la femme qui avait su sacrifier M. de Luxembourg à M. de Fleury. La
favorite ne veut rien hâter, rien risquer contre le cardinal; c'est une
disgrâce entière et sans retour qu'elle rêve, qu'elle médite et se
promet, en sentant remuer dans ses entrailles l'enfant de Louis XV, le
gage de sa domination future.

Et tout doucement madame de Vintimille faisait de Choisi, ce château de
plaisir, un sérieux Versailles où elle habituait le Roi à traiter les
affaires, à avoir des entrevues politiques, à tenir des conseils.

       *       *       *       *       *

La grossesse de madame de Vintimille était laborieuse et traversée de
malaises et de souffrances. Au mois de mars, le Roi, partant pour faire
un séjour de deux jours à Choisi, avait voulu s'opposer au départ de
madame de Vintimille, dans la crainte qu'un voyage aussi court la
fatiguât trop. Mais madame de Mailly, soufflée par sa sœur, disait à
Louis XV en badinant, qu'il ne pouvait pas être défendu de faire sa cour
au Roi, qu'elle logerait dans le village et qu'elle pourrait au moins le
voir pendant le jour[211]. Là-dessus les deux sœurs montaient en voiture
précédant le Roi.

Au mois de mai, dans un voyage à Marly, madame de Vintimille, tombée
malade, était saignée. Le Roi la gardait une partie du temps, assistant
à ses dîners et remontant passer la soirée avec elle.

Au commencement d'août, dans un autre séjour à Choisi, alors que madame
de Vintimille était dans le huitième mois de sa grossesse, elle était
prise d'une fièvre continue avec des redoublements, qui la faisait
saigner trois fois coup sur coup. Le Roi quittait Choisi très-préoccupé,
laissant à la malade, pour lui tenir compagnie avec sa sœur, M. de
Coigny, M. d'Ayen[212], M. de Meuse, et, le temps qu'il passait à
Versailles, il recevait quatre courriers par jour de Madame de
Mailly[213].

Le Roi ne restait que trois jours à Versailles, et, le 13 août, il
revenait à Choisi où il trouvait la malade dans un état un peu meilleur,
mais toujours avec de la fièvre. Le Roi lui annonçait à son arrivée
qu'il lui donnait à Versailles le logement de monsieur et madame de
Fleury; madame de Vintimille faisait espérer au Roi qu'elle serait assez
forte pour venir s'y établir la semaine suivante.

Madame de Vintimille, qui tremblait la fièvre tous les soirs, avait les
inégalités de caractère, les impatiences, les noires concentrations des
jeunes malades qui se sentent atteints dans les sources de leur vie. Une
fois, Louis XV la questionnait sur la cause de sa méchante humeur, lui
demandait si elle se sentait du mal, la priait de lui confier si elle
n'avait point quelque chagrin[214]. À toutes ces tendres et importunes
demandes, madame de Vintimille ne faisait point d'autre réponse «sinon
qu'elle ne se sentait pas dans son état naturel». Le Roi continuant à
l'interroger, la malade ne répondait plus à ses questions. Pris d'un
mouvement de colère devant ce mutisme obstiné, Louis XV ne pouvait se
retenir de dire à la femme aimée: «Je sais bien, madame la comtesse, le
remède qu'il faudroit employer pour vous guérir, ce seroit de vous
couper la tête; cela même ne vous siéroit pas mal, car vous avez le col
assez long; on vous ôteroit tout votre sang, et on mettroit à la place
du sang d'agneau, et cela feroit fort bien, car vous êtes aigre et
méchante[215].»

Ce n'était là qu'une boutade querelleuse d'amoureux, qui ne touchait pas
à la passion de Louis XV pour la femme. Et on voyait le Roi, au
lendemain de cette scène, s'occuper du choix de la voiture dans laquelle
la femme grosse serait le plus commodément pour faire le voyage de
Versailles, essayer lui-même tour à tour une litière et un vis-à-vis,
et, après lui, y faire monter madame de Mailly avec le comte de
Noailles, et en dernier lieu choisir le vis-à-vis.

Madame de Vintimille rentrait à Versailles, le 24 août, suivie d'un
cortège d'amis, s'installait dans son appartement où le Roi venait
passer la soirée. Et les jours suivants Louis XV soupait chez madame de
Vintimille, faisant apporter dans sa chambre le souper des cabinets.

Le vendredi 1er septembre, le Roi restait jusqu'à deux heures du matin
chez madame de Vintimille qui commençait à ressentir les grandes
douleurs, mais qui les cachait. À cinq heures, les douleurs augmentant,
elle envoyait éveiller sa sœur et monsieur de Meuse. Bourgeois
l'accoucheur, qui avait été mandé et qui n'avait pas trouvé de voiture
pour l'amener à Versailles, n'arrivant pas, madame de Vintimille était
accouchée par la Peyronie. Elle mettait au monde un fils que
l'archevêque venait ondoyer aussitôt, accompagné de son neveu qu'il
avait une certaine peine à amener[216].

Le Roi, qui passait toute la journée dans la chambre à coucher, près du
lit établi dans le grand cabinet du cardinal de Rohan[217], y prenait
même son dîner. Le matin, Louis XV avait reçu dans ses bras l'enfant,
puis l'avait posé sur un coussin de velours cramoisi[218], le touchant
et le considérant avec curiosité, attention, plaisir, et comme s'il
cherchait à retrouver en lui les traits du père. On se disait que jamais
les enfants de la Reine n'avaient remué si vivement le cœur du Roi, et
que l'enfant de la Vintimille éveillait en lui des sentiments de
paternité qu'il n'avait jamais connus. Et déjà les courtisans
calculaient tout bas dans la chambre le grand avenir de la Vintimille,
jetée à la mort, huit jours après, toute vivante.

C'était de la part de Louis XV une occupation, mille soins de cette
santé dont il surveillait en personne les détails, faisant mettre du
fumier depuis le haut de la rampe qui règne le long de l'aile droite du
château jusqu'en bas, donnant l'ordre d'arrêter les jets d'eau qui
faisaient trop de bruit.

La fièvre persistait cependant, des inquiétudes commençaient à se
manifester; madame de Mailly, sans aucun ajustement, en jupon blanc et
en petit manteau de lit, ne quittait pas le lit de sa sœur.

Le 7, le Roi ne s'échappait de la chambre que pour le Conseil et son
travail avec le Cardinal.

Le 8 au soir, il y avait une consultation de médecins. On avait mandé
Sylva de Paris et Sénac de Saint-Cyr. Devant l'intensité de la fièvre,
les deux médecins étaient d'accord pour saigner madame de Vintimille au
pied. Le Roi, obligé ce soir-là de souper au grand couvert, abrégeait
son repas et remontait au plus vite dans la chambre de madame de
Vintimille. À minuit, elle était saignée en présence du Roi, qui allait
se coucher à deux heures, rassuré par un mieux survenu dans l'état de la
malade. Mais, sur les trois ou quatre heures, madame de Vintimille était
prise de douleurs atroces qui avaient la violence et mettaient en elle
l'épouvante d'un empoisonnement[219]. Elle demandait un confesseur,
n'avait pas le temps de recevoir les sacrements, mourait dans ses
bras[220] à sept heures du matin. Et comme le confesseur, chargé des
dernières paroles de la mourante, entrait chez madame de Mailly, il
tombait mort[221].

Tout est horrible dans cette mort: le corps ouvert, mal recousu, et
abandonné absolument nu dans la chambre où tout le monde entrait; puis
du château, où ne devait jamais séjourner un cadavre, ce corps emporté
et jeté dans le coin d'une remise; et alors ce corps, et cette tête qui
n'avait plus rien d'humain, et ce visage qui semblait une caricature de
la mort, et cette bouche qui avait rendu l'âme dans une convulsion, et
que l'effort de deux hommes avait dû maintenir fermée pour le
moulage[222]; enfin ces restes macabres et déjà pourris de madame de
Vintimille servant de jouet et de risée à la populace de
Versailles[223].

       *       *       *       *       *

Madame de Vintimille est la forte tête des cinq demoiselles de Nesle.
Aussitôt qu'elle est établie à Versailles, elle gouverne sa sœur, elle
la tire de son humiliant effacement, elle la force à prendre un parti
dans les intrigues au milieu desquelles elle vivait peureusement, elle
la mêle à la politique, elle l'arrache à sa timidité[224], elle lui
donne la hardiesse de lutter pour ses protégés; de celle qui n'était
rien que la maîtresse soumise du Roi et la servante de tous, elle fait
presque une puissance avec laquelle le Cardinal et les ministres sont
tout étonnés d'avoir à compter. Louis XV, dès qu'elle en est aimée, elle
le tire à la fois de la servitude du Cardinal et de sa domesticité
intime, elle le soulève du néant où le confinent ses ministres, elle
éveille dans le jeune Roi sommeillant l'envie de gouverner, de régner.
De ce Roi, _enfant_ des pieds à la tête, et qui ne s'amuse à trente ans
que des choses de l'_enfance_[225], elle cherche à faire un souverain,
s'efforce d'emporter aux grandes choses cet esprit tout tourné vers les
petites. Peut-être même cette «résurrection» d'un moment chez le
souverain français dont tout l'honneur est attribué à madame de
Châteauroux, n'est due qu'à la reprise, au plagiat, pour ainsi dire, par
la plus jeune des de Nesle, des tentatives, des louables persécutions,
des aimables violences de madame de Vintimille sur son apathique amant!
Le renvoi d'Amelot et le remplacement du ministre des affaires
étrangères par le Roi en personne, ne seront-ils pas une suite des
conseils d'émancipation donnés par la jeune femme enlevée si
soudainement par la mort? Et quant à la résolution du Roi de se mettre à
la tête de ses armées en 1744, lors de la pleine faveur de madame de
Vintimille en 1741, ne parlait-on pas déjà du projet du Roi d'aller
commander en Flandre? n'était-il pas question de la préparation secrète
de grands équipages pour le service du Roi? enfin n'avait-on point
colporté ce mot de Louis XV à son cuisinier de Choisi: «Pajot, as-tu du
cœur? Iras-tu bien à la guerre[226]?» mot qui semblait montrer
prochainement le Roi de France aux frontières. Oui, dans le peu qu'a
fait Louis XV de son métier de Roi pendant tout son règne, madame de
Vintimille en apparaît comme l'inspiratrice, et cette favorite tire ses
inspirations de sa pensée propre, et ne les doit pas comme madame de la
Tournelle aux imaginations d'une madame de Tencin ou d'un Richelieu,
n'apportant au fond, quand elle ne les accepte pas, que l'opposition et
la contradiction des entêtements étroits.

Mais ce qui surprend et intrigue chez la grande dame politique, chez
cette ouvrière de domination, c'est un respect, un goût, un appétit de
l'intelligence, de l'esprit, de ces choses en si médiocre faveur près de
ses sœurs et des gens de l'Œil-de-Bœuf. Il y a en effet dans cette
habitante de Versailles et cette soupeuse des petits appartements, une
épistolaire tout à fait énigmatique avec ses jolies mélancolies dans les
grandeurs de la cour, avec sa soif et sa faim des soupers intelligents
de la du Deffand, avec ses façons de dire sentant le commerce et l'amour
des lettres, avec les efforts de grâce maniérée et le précieux
sentimental de son style.

Qu'on en juge par ces deux lettres dont la première a été écrite deux
jours après son mariage[227]:

     _Fontainebleau,_ 29 _septembre 1739._

_Que j'aime monsieur de Rupelmonde[228] de m'avoir procuré une lettre de
vous, et que je vous sais gré d'avoir suivi votre idée! Est-il donc
nécessaire, pour m'écrire, d'avoir beaucoup de choses à me dire? Sachez
qu'une marque de souvenir et d'amitié de votre part me comble de joie,
et de plus mettez-vous bien dans la tête qu'il ne vous est pas possible
de ne dire que des riens. Votre lettre est charmante. Que je serais
heureuse si tous les jours à mon réveil j'en recevais une semblable!
Vous me demandez ce que je fais, ce que je dis et ce que je pense? Pour
répondre au premier, je vais à la chasse trois ou quatre fois la
semaine[229], les autres jours je reste chez moi toute seule; par
conséquent, je ne parle point: ainsi voilà le second article éclairci;
ou bien, quand je fais tant que de parler le reste du temps, c'est pour
le coup que je ne dis que des riens. À l'égard du troisième, vous jouez
le principal rôle, car je pense souvent à vous. Croyez que vous n'êtes
pas la seule qui faites des châteaux en Espagne; je me trouve souvent
dans la petite maison des jeudis au soir, ou vous êtes maîtresse
absolue. Adieu, ma reine. Qu'il serait joli que cela fût réel! c'est ma
seule ambition; ce qui vous surprendra, c'est que je n'en désespère pas.
Adieu, donnez-moi de vos nouvelles souvent, croyez que vous n'en
donnerez jamais à quelqu'un qui vous aime plus tendrement._

     _Fontainebleau,_ 7 _octobre 1739._

_Vous êtes aussi aimable la nuit que le jour; l'insomnie vous sied
parfaitement; je ne saurais vous cacher que je ne suis pas trop fâchée
de cette petite incommodité, pourvu qu'elle ne dure pas. Je suis
extrêmement flattée que pour vous amuser vous ayez pensé à m'écrire.
Tout ce que vous me mandez d'obligeant m'enchante. Quoique l'homme soit
porté à avoir beaucoup d'amour-propre, je vous dirai franchement que je
ne crois pas avoir toutes les qualités que vous me prodiguez. Quand je
lis vos lettres, je m'imagine que je rêve, et je vous avoue que
j'appréhende le réveil; car il est agréable d'être loué par quelqu'un
qui se connaît bien en mérite. Ce qui me fait croire que je n'en suis
pas absolument dépourvue, c'est la connaissance que j'ai eue de vous, et
qu'aussitôt que je vous ai vue, j'ai senti tout ce que vous valez: voilà
sur quoi on me doit louer et sur quoi je prends bonne opinion de moi. Le
reste, je l'attribue à l'amitié que vous avez pour quelqu'un dont nous
n'ignorons pas les sentiments et que vous savez qui vous est tendrement
attaché.

Vous me reprochez de ne point vous mander de nouvelles, c'est qu'il n'y
en a pas: nos voyages de la Rivière[230] sont fort simples. Les
princesses y ont été, malgré leur différend avec la maîtresse de la
maison. Nous n'irons point à Choisi pendant Fontainebleau: s'il y avait
quelque chose de nouveau, je vous le manderais, non par la poste, mais
par Grillon ou monsieur de Rupelmonde qui est chargé de vous remettre
cette épître. Que je vous sais bon gré, ma reine, de parler de moi avec
ces dames et le président!

Je serai très-aise de vous devoir leur estime et quelque part dans leur
amitié; comptez que je serai comblée de joie d'être à portée de les voir
souvent, et vous savez que je les trouve aimables. Vous avez bien raison
de croire que je ne suis pas parfaitement contente. Avant que de vous
connaître je me croyais heureuse, mais, depuis que la connaissance est
faite, je trouve que vous me manquez, et la distance qu'il y a entre
nous met un noir et un ennui dans ma vie qui ne se peut exprimer. Vous
conclurez de là avec raison que vous faites mon bonheur et mon malheur.
Je suis touchée, comme je le dois, de ce qu'on vous mande de Bretagne;
je pense de même sur la longueur du temps, la fin novembre n'est pas
prochaine. Vous êtes étonnée, dites-vous, que les gens qui se
conviennent ne soient pas assortis; je ne vois que cela dans le monde,
je ne sais d'où cela vient, si ce n'est que l'on nous assure que nous ne
devons pas être parfaitement heureuses dans cette vie; je crois que
l'étoile y fait beaucoup. Enfin je ne veux pas penser à tout cela; je ne
désespère pas d'être contente un jour, c'est-à-dire de vivre avec vous,
avec votre société: voilà toute mon ambition. Vous me parlez de madame
du Châtelet, je me meurs d'envie de la voir: actuellement que vous
m'avez fait son portrait, je suis sûre de la connaître à fond. Je vous
suis obligée de m'avoir dit ce que vous en pensiez, j'aime à être
décidée par vous; je ferai en sorte de la voir, et le roi de Prusse fera
le sujet de la conversation, si tant est qu'elle daigne m'écouter; car
je crois que je lui paraîtrai fort sotte._

_Adieu, ma reine, vous devez être excédée de mon bavardage, car il
arrive fort à propos. Lisez ma lettre le soir, à coup sûr elle vous
servira d'opium, mais, par grâce, ne vous endormez pas à la fin, ou du
moins promettez-moi de lire les dernières lignes: à votre réveil je veux
que vous sachiez que je vous aime, que je vous en assure, et que vous
devez compter sur moi comme sur vous-même: que ne suis-je à portée de
vous en donner des preuves!_

_Ma sœur me charge de vous faire mille complimens et amitiés: nous
parlons souvent de vous. Faites mention de moi en Bretagne[231]._



VIII

Les deux portes de l'Œil-de-Bœuf restent fermées toute la journée de la
mort de madame de Vintimille.--Chagrin du Roi partant pour
Saint-Léger.--Louis XV relisant la correspondance de la morte.--Le Roi
est heureux de souffrir d'un rhumatisme en expiation de ses péchés.--Le
petit appartement de M. de Meuse.--Les tristes soupers du petit
appartement.--Mademoiselle de Charolais ne réussissant pas à rentrer
dans l'intimité de madame de Mailly.--Influence de la comtesse de
Toulouse et des Noailles sur le Roi.--Les emportements de madame de
Mailly contre Maurepas.--L'aversion du cardinal de Fleury pour le
maréchal de Belle-Isle.--Le maréchal fait duc héréditaire par la
protection de madame de Mailly.--Chaleur de l'obligeance de madame de
Mailly.--Son billet de recommandation en faveur de Meuse.--Sa
délicatesse en matière d'argent.--L'anecdote des fourrures de la
Czarine.


Le chagrin désespéré que ressentit Louis XV de la mort de madame de
Vintimille montrait chez l'homme et l'amant une sensibilité tout à fait
inattendue.

Au petit lever, La Peyronie, qui avait refusé aux instances de madame de
Mailly de faire réveiller Louis XV pendant que vivait encore la
mourante, entrait le premier. Le Roi lui demandait des nouvelles de la
malade. La Peyronie répondait qu'elles étaient mauvaises. Au ton dont la
réponse lui était faite, le Roi se retournait de l'autre côté et
s'enfermait entre ses quatre rideaux après avoir donné l'ordre qu'on dît
la messe dans sa chambre. La Reine venue pour voir le Roi, comme elle en
avait l'habitude tous les matins, était refusée deux fois. Le Cardinal
lui-même ne pouvait se faire ouvrir et ne parvenait à s'introduire que
pour quelques minutes avec l'aumônier à la fin de la messe. Barjac,
chargé d'un paquet arrivé par le courrier de Francfort, avait toutes les
peines du monde à le faire remettre au Roi. Les gentilshommes de la
chambre n'obtenaient pas leurs entrées, et, ce jour-là, les deux portes
de l'Œil-de-Bœuf restaient fermées jusqu'à cinq heures de l'après-midi.
Le Roi se levait seulement alors, descendant chez la comtesse de
Toulouse, où il trouvait madame de Mailly[232], la prenait avec MM.
d'Ayen, de Noailles, de Meuse, et montait en voiture pour
Saint-Léger[233], se sauvant, pour ainsi dire, de Versailles, et ne
disant pas le jour où il reviendrait.

Le Roi, qui était parti sans gardes, sans flambeaux, et sanglotant et
pleurant, ne pouvait souper le samedi et le dimanche; le lundi, il se
laissait mener à la chasse, mais il était si absorbé en ses tristes
pensées, que, lorsqu'on lui demandait l'ordre pour le premier lancé, il
ne répondait pas.

Dans la petite maison de campagne de Saint-Léger, au milieu de ce cercle
étroit d'amis, où il n'était plus le roi, Louis XV, débarrassé des
homélies du cardinal sur les faiblesses humaines, des consolations
maladroites et peu sincères de la Reine, n'avait plus à cacher ses
larmes et pouvait leur donner toute liberté[234]. Le roi s'enfonçait
dans ses regrets, il trouvait une joie cruelle, une satisfaction
douloureuse à les renouveler et à les raviver. Il s'occupait, il
s'entourait, il semblait se nourrir et vivre du souvenir de tout ce que
sa maîtresse avait été, et il poursuivait son ombre dans tout ce qui lui
parlait d'elle, dans tout ce que la mort épargne d'une femme qui n'est
plus, remontant le temps pas à pas, abîmé dans la lecture des lettres
qu'il lui avait écrites et de celles qu'il en avait reçues, essayant de
ressaisir jour par jour la trace et le parfum du temps envolé, allant de
reliques en reliques et d'échos en échos, pour revenir à cette cassette
aux _deux mille billets_, l'urne où tenaient les cendres de leurs
amours. Et dans de longues conversations entrecoupées de soupirs,
parlant des lettres et des papiers de la morte, il aimait à dire qu'il
n'y avait découvert que des choses à l'honneur de son cœur, «rien que de
très-bien et de très-convenable,» une seule chanson et encore à la
louange de l'abbesse de Port-Royal, où madame de Vintimille avait été
élevée, s'efforçant avec un culte amoureux et presque pieux de sa
mémoire, de détruire l'universelle réputation de méchanceté que la
comtesse avait laissée après elle[235].

Le mois de septembre se passait en petits voyages à Saint-Léger, coupés
de séjours à Versailles, passés en grande partie dans les appartements
de la comtesse de Toulouse en tête à tête avec madame de Mailly, séjours
que le Roi abrégeait le plus qu'il pouvait[236].

La soudaineté de la mort de madame de Vintimille, son mystère, son
horreur, les soupçons d'empoisonnement autour du lit, les insultes
autour du corps, cette fin misérable qu'un Dieu vengeur semblait avoir
abandonnée aux ironies de l'homme pour la faire plus exemplaire et plus
frappante, avaient bouleversé le vif et ardent jeune homme qui était
dans le Roi. L'inquiétude des châtiments célestes, la terreur de l'enfer
qui, malgré les moqueries de madame de Mailly disant _qu'il n'y a pas
d'enfer, que c'était là un conte de bonne femme_, avaient si vivement
tourmenté le Roi il y avait deux ou trois ans, lorsqu'il ne faisait pas
ses dévotions et ne pouvait toucher les malades[237], s'étaient
réveillées tout à coup, livrant un terrible combat aux ardeurs de son
tempérament. Il s'efforçait d'arriver à vivre avec madame de Mailly,
comme M. le Duc vivait avec madame d'Egmont sans cohabitation charnelle,
si ce n'est par accident; de quoi, dit d'Argenson, on se confesse bien
vite. Le Roi écoutait maintenant la messe avec une contrition marquée; à
tout moment il avait à la bouche les mots de religion, de lectures
spirituelles. Il parlait maintenant de ses souffrances physiques avec un
certain plaisir, et un jour les courtisans étaient tout étonnés
d'entendre, après un long silence, tomber des lèvres du Roi: «Je ne suis
pas fâché de souffrir de mon rhumatisme, et si vous en connaissiez la
raison, vous ne me désapprouveriez pas: je souffre en expiation de mes
péchés[238].»

La douleur du Roi trouvait cependant une consolation et un soulagement
dans la douleur de madame de Mailly qui avait si bien immolé son bonheur
aux plaisirs du Roi qu'elle pleurait avec de vraies larmes une sœur dans
madame de Vintimille, et qu'on la voyait tous les jours entendre la
messe en l'église des Récollets sur la tombe de sa rivale[239].

Au mois d'octobre, le Roi, de retour à Versailles et n'en sortant plus
guère que pour la chasse et de petits voyages à la Muette, demandait un
jour à M. de Meuse qui avait une fort triste chambre avec une seule
fenêtre donnant sur la cour des cuisines, s'il ne lui ferait pas plaisir
en lui donnant un autre logement. M. de Meuse répondait qu'il recevrait
toujours avec reconnaissance les bienfaits du Roi.

«Je veux vous en donner un au-dessus de ma petite galerie,» disait le
Roi.

M. de Meuse se confondait en remercîments, et déclarait que sa
reconnaissance serait d'autant plus grande qu'il serait bien près des
cabinets de sa Majesté; «mais je ferai fermer la communication,» faisait
Louis XV.

Et l'on raisonnait sur la distribution du logement; il était question
d'une petite antichambre, d'une seconde antichambre pour y manger, d'une
chambre bien éclairée, d'un cabinet, d'un office, d'une cuisine, etc. Au
bout de quoi le roi ajoutait:

«Votre chambre sera meublée, vous y aurez un lit, mais vous n'y
coucherez point. Vous aurez une chaise percée, mais vous n'en ferez
point usage. Vous aurez la clef dans la poche, et vous pourrez y faire
entrer MM. de Luxembourg et de Coigny, quand ils seront revenus de
l'armée; mais il faudra que vous y dîniez. Qu'est-ce que vous voulez
avoir pour votre dîner?»

M. de Meuse, qui commençait à comprendre, s'écriait gaiement qu'il
aimait faire bonne chère, qu'il ne serait pas fâché d'avoir un potage,
une pièce de bœuf, deux entrées, un plat de rôti, deux entremets.

«Mais j'irai y souper quelquefois,» jetait dans un sourire le Roi.
«Combien demandez-vous?»

À cette question, M. de Meuse, assez embarrassé, craignant de demander
trop ou pas assez, se retournait vers madame de Mailly, lui disant:
«Madame la comtesse, aidez-moi donc.»

Madame de Mailly et M. de Meuse calculaient, supputaient, et M. de
Meuse, pressé par le Roi, déclarait qu'il pensait pouvoir supporter la
dépense avec douze ou quinze cents livres par mois[240].

L'appartement, ainsi donné à M. de Meuse, allait être en effet la
nouvelle habitation de madame de Mailly, dans la société et la compagnie
de laquelle le Roi, en son chagrin, voulait se réfugier, fuir, au milieu
de Versailles, la cour et la vie de représentation du château.

L'appartement au-dessus de la petite galerie, que bientôt madame de
Mailly appellera «_mon petit appartement_,» se composait d'une salle à
manger joignant les cabinets du Roi, d'un corridor où se trouvaient d'un
côté un office et une cuisine, de l'autre une garde-robe de femme de
chambre et une garde-robe de commodité, d'une petite chambre fort jolie
avec un lit dans une niche de toile découpée par un tapissier de Paris,
un cabinet très-bien éclairé, où le Roi passait une partie de l'année à
travailler à ses plans, les après-dînées. Quelques changements y étaient
faits plus tard, on prenait une partie de la cour de madame de Toulouse
pour bâtir un nouvel escalier qui donnait une antichambre de plus, et on
augmentait encore le petit appartement d'un salon d'assemblée trouvé
dans un des cabinets où l'on bouchait les lanternes du plafond. C'était
le salon où madame de Mailly jouait tous les soirs des jours, où le Roi
ne chassait pas et travaillait avec le Cardinal de six à neuf heures.

Le service de la table était des plus simples. Le Roi était servi par un
seul officier de la bouche, un seul officier du gobelet; le valet de
chambre de madame de Mailly, improvisé maître d'hôtel, mettait les plats
sur la table. Il n'y avait que trois douzaines d'assiettes de vaisselle
plate marquées aux trois couronnes, et Moutiers, l'ancien cuisinier des
cabinets, chargé de la dépense, apportait la plus grande économie[241].

Aux soupers du petit appartement qui avaient lieu à sept heures, les
jours de chasse, il y avait en hommes toujours M. de Meuse, très-souvent
le duc d'Ayen avec le comte de Noailles, une fois par hasard le duc de
Villeroy ou le duc de Richelieu, et en femmes madame de Mailly toute
seule. Le Roi continuait à être plongé dans une profonde tristesse.
Souvent il lui arrivait, après avoir mangé un morceau, de tout refuser,
puis de tomber dans une mélancolie noire, dans un état vaporeux dont les
convives ne pouvaient le faire sortir, quelque gaieté qu'ils
apportassent.

Ainsi se passaient ces étranges et lugubres soupers où, à tout moment,
le bruit joyeux des verres, et le rire des paroles prêtes à s'enhardir,
s'éteignaient sous les repentirs dévots du Roi, faisant maigre pour ne
pas commettre «des péchés de tous côtés[242]», arrêtant tout à coup un
sourire commencé pour entrer dans le remords, parlant à tout propos
d'enterrement, et si à ce moment ses yeux venaient à rencontrer les yeux
de madame de Mailly, éclatant en larmes, et forcé de quitter la table,
sans pouvoir fuir cette mort de madame de Vintimille, où il trouvait
au-delà de la mort même une épouvante suprême, la mort sans sacrements,
sans réconciliation avec Dieu... On eût dit que les terreurs et les
faiblesses d'un autre Henri III possédaient la conscience de ce roi du
XVIIIe siècle, mêlant les actes de contrition aux larmes de l'amour.

       *       *       *       *       *

De ce rapprochement, de ce ménage de larmoiement et de sensualité
funèbre, madame de Mailly tirait une force; elle reprenait un peu
d'autorité amoureuse sur le Roi. Louis XV ne faisait plus de voyages les
jours où madame de Mailly était de semaine près de la Reine. C'était
madame de Mailly qui dressait pour les voyages la liste des invitations
et avertissait les princes et les princesses même.

Devant ce crédit renaissant, les femmes qui avaient autrefois ordonné de
la volonté de madame de Mailly, voulaient ressaisir cette volonté, sans
direction, sans gouvernement, depuis la mort de sa sœur. Mademoiselle,
tenue à distance par madame de Vintimille, cherchait à se rapprocher de
la maîtresse[243]. Elle parvenait à se faire inviter à quelques voyages
à la Muette, mais restant dans l'ignorance si elle en serait jusqu'à la
veille; et toujours la réception était froidement polie et sans aucun
tête à tête avec madame de Mailly[244]. Dans un des voyages de cette
année à Choisi, où le retour était si pénible pour le Roi[245],
Mademoiselle eut le malheur d'avoir au jeu une grosse dispute à propos
d'un petit écu. Le lendemain, pour radoucir son ancienne amie, elle lui
faisait présent d'un fichet à pousser les billets hors les boules, garni
de rubis et de diamants, avec des jetons en agate et en cornaline,
qu'elle avait fait faire pour le cavagnole. Mais le cadeau ne servait à
rien, madame de Mailly était lasse depuis longtemps de la princesse et
de sa domination. On l'avait entendue dire à la Muette, en montant seule
de femme dans le carrosse du Roi, en présence de Mademoiselle retournant
coucher à Madrid: «_qu'elle n'avait pas été fâchée de monter ainsi
devant elle, et de lui faire voir qu'elle pouvait se passer
d'elle_[246].»

À l'heure présente, l'oreille de madame de Mailly et la faveur de
l'amant appartenaient entièrement aux de Noailles, à la comtesse de
Toulouse. Cette _gent_ Noailles, ainsi que l'appelle le marquis
d'Argenson, pour toutes les révolutions morales qui arrivent chez les
souverains, pour les années d'indépendance d'esprit et de libertinage,
pour les périodes d'activité physique, pour les retours d'idées
religieuses, enfin pour toutes les dispositions de l'âme et du corps
d'un Roi, avait des libertins, des athées[247], des chasseurs, des
dévots et des dévotes qu'elle tirait comme d'un magasin d'accessoires et
qu'elle produisait sur la scène de Versailles tour à tour. Or, dans ce
moment, pour ce couple de tristes amoureux que la cour s'attendait d'un
jour à l'autre à voir lire ensemble leur bréviaire, quelle meilleure
confidente, complaisante, amie dirigeante que cette princesse
dévotieuse, sans rouge, passant des deux heures à l'église, dans un
confessionnal, penchée sous la lueur d'une petite bougie sur un livre de
prière[248]! Du reste, la pieuse et prévoyante amie de la maîtresse,
très au fait du peu de durée des affections terrestres, marchait
toujours accompagnée de la jeune demoiselle de Noailles que la cour
regardait comme destinée à recueillir la succession de madame de Mailly,
tout en poussant dans l'intimité du Roi et de la favorite qui la mettait
sur la liste des petits voyages[249], une autre de ses protégées, la
jolie, la séduisante madame d'Antin.

       *       *       *       *       *

Se sentant maintenue dans le cœur inconstant de Louis XV par la paix
momentanée de ses désirs, et appuyée par cette coalition de tous les
Noailles groupés à l'heure présente autour du Roi, madame de Mailly se
surveillait moins, ne mettait plus de sourdine aux violences de ses
antipathies, laissait éclater ses haines contre ses ennemis dans le
ministère.

Le vieux de Meuse qui était, lieutenant-général et qui aimait la guerre,
obligé de dîner tous les jours avec le Roi et madame de Mailly, ou avec
madame de Mailly toute seule, les jours où le Roi était à la chasse, se
lamentait un soir, à mots couverts, sur l'assiduité, la gêne, la
contrainte de cette vie, sur l'espèce de brillante domesticité dans
laquelle le confinait l'amitié du Roi, et rappelait à Louis XV la
promesse qu'il lui avait faite l'année dernière de servir encore. Louis
XV lui disait qu'il avait changé d'avis, puis, le voyant consterné de
son refus, il ajoutait: «Il ne faut point prendre un air aussi triste,
je suis persuadé de toute votre volonté, mais que voulez-vous faire en
continuant le service? vous n'êtes plus jeune, vous avez une assez
mauvaise santé; que voulez-vous devenir: maréchal de France? Ne puis-je
pas vous faire duc et pair et chevalier de l'Ordre? Tenez-vous donc
tranquille, et ne soyez point aussi affligé que vous le paroissez[250].»
À quelques jours de là, la conversation familière et secrète revenait au
Roi par le Cardinal, enjolivée d'ajoutés, de choses non dites et qui
compromettaient Louis XV. Le Roi s'en plaignait à de Meuse devant
madame de Mailly, qui, prenant tout à coup la parole avec emportement,
disait que c'était elle qui était la cause de ces bavardages, que tout
dernièrement la comtesse de Toulouse plaisantant de Meuse de ce qu'il
n'allait pas à la guerre, et ayant vu sortir de Meuse tout peiné et sans
répondre à la comtesse, elle n'avait pu se retenir de raconter à madame
de Toulouse les regrets de M. de Meuse et la conversation du Roi; elle
ajoutait qu'il y avait là le bailly de Froulay, qui était un ami de
Maurepas et qui avait dû lui rapporter la confidence faite à la
comtesse. Là-dessus, maltraitant de paroles Maurepas, elle donnait
carrière à tous les ressentiments longuement amassés en elle et se
livrait à une véritable exécution du ministre. Le Roi cherchait à le
défendre, soutenant que sa légèreté ne s'étendait pas aux choses
essentielles, qu'il y avait des choses qui n'avaient jamais été sues que
de lui et de son ministre et dont personne n'avait jamais été instruit:
«_Cela est bien extraordinaire_, répondait madame de Mailly avec une
vivacité colère, _s'il n'étoit pas secret en pareil cas, il faudroit
donc que la tête lui eût tourné_[251].»

       *       *       *       *       *

En cette année 1742, madame de Mailly devient une influence, presque une
puissance[252] à laquelle Breteuil recevant des nouvelles d'Allemagne
envoie un courrier, ainsi qu'il en envoie un à Issy. Héritière de la
politique de sa sœur, elle continue sa protection à Chauvelin et au
maréchal de Belle-Isle; avec l'autorité qu'elle a prise sur le Roi, dans
cette vie d'intimité avec lui, Chauvelin, elle est un moment, une heure
sur le point de le voir rappeler. La lettre de rappel était écrite par
le Roi, elle était remise au duc de Villeroy, ami de Chauvelin, le
courrier se tenait botté pour partir[253], lorsqu'au dernier instant, le
Roi s'ouvrait au cardinal qui avait l'habileté d'appeler au ministère
d'Argenson et le cardinal de Tencin[254]. Et madame de Mailly était
encore une fois jouée par le vieux Fleury.

Mais, si la favorite n'avait pu parvenir à replacer Chauvelin, elle
avait le bonheur de maintenir en place contre les mauvaises dispositions
du cardinal le maréchal de Belle-Isle qu'elle songeait, ainsi que sa
sœur en avait eu l'idée, à faire un jour premier ministre, encouragée
en ce projet par la comtesse de Toulouse devenue _bélisienne_[255] et si
passionnément, qu'elle s'était presque brouillée avec ses neveux.

Madame de Mailly combattait, luttait, mettant à profit les fréquentes
coliques et les jours d'alitement du cardinal à Issy. Mais le vivace
vieillard qu'on avait vu, le jour où il avait eu ses quatre-vingt-neuf
ans, dire, par une espèce de fanfaronnade, la messe à la chapelle[256],
après quelques gobelets d'eau de Vals, quittant tout à coup sa marche
tremblotante, son teint momifié, encore tout foireux et breneux,
apparaissait dans les corridors de Versailles, le visage clair,
redressant sur ses jambes cagneuses sa grande taille diminuée de quatre
pouces, et se glissant et se coulant, ses longs cheveux blancs au vent,
il pénétrait chez le Roi où, en une heure de conversation, il défaisait
le travail de toute une semaine de la favorite.

Le malheur voulait pour madame de Mailly que précisément à cette heure
le cardinal disait pis que _pendre_ du Belle-Isle. Un moment, séduit par
son éloquence et sa réputation de grand homme, mais encore plus par la
croyance que M. de Belle-Isle était le grand ennemi de Chauvelin, le
Cardinal n'avait pas tardé à éprouver une basse jalousie pour l'homme
dont la grandeur des conceptions et des plans étonnait, déconcertait le
terre à terre de ses idées politiques. Puis, lorsque l'Éminence s'était
aperçue que M. de Belle-Isle était l'ami de gens qui passaient pour être
liés secrètement avec Chauvelin, qu'elle avait reconnu qu'il était aimé
du Roi, protégé par la maîtresse, qu'elle l'avait trouvé indépendant,
elle l'avait pris dans l'aversion qu'elle s'était tout à coup sentie
pour M. de Chauvelin, quelques mois avant son exil[257].

Donc la disgrâce du maréchal était résolue par le Cardinal, et le
maréchal, devant arriver d'Allemagne le 3 mars dans la soirée et faisant
prévenir à trois heures le Cardinal qu'il avait besoin de le voir à son
débotté, le Cardinal ajournait l'audience sous le prétexte qu'ils
seraient las tous les deux, et que le maréchal eût à se reposer. Sur cet
ajournement, cachant un refus d'audience, tombait chez l'Éminence madame
de Mailly qui, malgré l'enragement de Barjac, forçait la porte et
demeurait enfermée une heure et demie avec le Cardinal. Le vieux Fleury,
qui avait d'abord pris un ton de galanterie avec la maîtresse, entrait
tout doucement en colère, et se fâchait, et criait, pendant que Barjac,
son âme damnée, pestait dans l'antichambre. Enfin, madame de Mailly, à
force de prières, de flatteries, d'importunités, arrachait au Cardinal
la promesse de recevoir M. de Belle-Isle le lendemain[258].

La réception était des plus froides, durait une minute et demie, et, au
sortir de l'audience du Cardinal, le Roi adressait à peine quelques
paroles au maréchal.

À quelques jours de là, dans un conseil tenu à Issy,--et où, par
parenthèse, le maréchal arrivait en retard, et où ce retard faisait
envoyer savoir chez lui s'il était à la Bastille,--M. de Belle-Isle
rencontrait chez les ministres et surtout chez M. de Maurepas une
hostilité qui n'avait plus la pudeur de se dissimuler. Alors l'homme qui
venait de concilier en Allemagne de grands et difficiles intérêts, qui
venait de mettre la couronne impériale sur la tête de l'électeur de
Bavière, le guerrier et le diplomate que d'Argenson compare «à Gulliver
lié et tourmenté par des pygmées,» se plaignait avec des paroles pleines
d'emportement et d'un hautain mépris, de l'indécence des propos tenus
contre lui, du vilipendage de parti pris auquel s'était livré à son
égard le ministère, du discrédit et du déshonneur dont on l'avait
frappé, finissant par déclarer qu'il n'avait plus l'autorité nécessaire
pour servir le Roi.

C'est alors que madame de Mailly, après cette première démarche auprès
de Fleury qui avait peut-être sauvé le maréchal de l'exil, de la
Bastille, se mettait en tête de lui faire obtenir une marque de
confiance qui lui permît de travailler utilement pour le service du Roi.
Le mercredi 14 mars, la maîtresse s'entretenait avec le duc de
Luynes[259] du besoin, pour l'intérêt du Roi et de l'Etat, que le
maréchal reçût une marque éclatante de bonté de Sa Majesté, répétant
que c'était de toute nécessité et ne prévoyant, disait-elle, d'autre
opposition que celle que pourrait apporter la volonté du Cardinal que le
Roi voulait toujours traiter avec des égards et de la considération.
Madame de Mailly ne cessait de parler de cette marque de bonté aux
personnes qui se trouvaient là, sollicitant leur approbation,
s'efforçant de préparer une opinion favorable à une chose qui semblait
déjà faite au duc de Luynes.

Le lendemain de cette conversation de madame de Mailly avec le duc de
Luynes (15 mai 1742), le maréchal de Belle-Isle était déclaré duc
héréditaire[260].

Cette grâce, que la maîtresse proclamait tout haut son ouvrage, était
une victoire sur Maurepas et presque une défaite du Cardinal qui, à son
coucher, où l'on parlait du duc du matin, laissait échapper sur un ton
indéfinissable: «Madame de Mailly aura été bien aise[261].»

Cette protection de madame de Mailly fut constante et sans lassitude.
Madame de Mailly lutta encore pour Belle-Isle alors même qu'elle avait à
lutter pour elle-même. Au milieu des alarmes de son amour, elle
travaille à le maintenir en grâce auprès du Roi et à fortifier dans le
public les assurances de sa faveur. Alors que des quarante mille hommes
envoyés en Allemagne, Prague ne nous en rend que huit mille, au mois
d'octobre 1742, madame de Mailly force le Roi, qui n'avait pas parlé à
Beauvau dans un souper des cabinets, de l'entretenir, tout le temps d'un
souper au grand couvert, des longs sommeils de Broglie, de ses erreurs,
du génie de Belle-Isle; et par cette parole du maître aussitôt répandue,
non-seulement elle couvre le maréchal, non-seulement elle rassure ses
amis, mais elle engage le Roi dans une espèce de promesse publique de
continuer à employer le maréchal avec de plus grands moyens
d'action[262].

       *       *       *       *       *

C'est là la femme; et son envie d'être agréable à ceux qu'elle aime
produit, pendant sa liaison avec Louis XV, ce miracle que le Roi timide
parle aux gens. Quand elle sait quelqu'un affligé de son silence, elle
est au désespoir, et n'a de cesse et de tranquillité que lorsqu'elle a
arraché quelques mots à son amant: «il faut qu'on s'en aille content du
Roi.»

Cette chaleur de l'obligeance, vous la rencontrez du reste chez madame
de Mailly, à un point rare et qui n'est pas ordinaire. Elle éclate tant
qu'elle vit chez l'excellente femme, pour son père, pour ses ingrates
sœurs, pour ses amis, pour ses connaissances, pour ceux même qui ne se
recommandent à elle que par l'intérêt du malheur. Un jour paraît un
mémoire d'une demoiselle de Nogent, fille d'un frère de la maréchale de
Biron et d'une femme turque qu'une lettre de cachet avait fait renfermer
dans un couvent. Sur la lecture du mémoire de la demoiselle qui avait de
la fortune, madame de Mailly se monte la tête et s'imagine que ce serait
un parti avantageux pour le chevalier Choiseul, fils de M. de Meuse, et
assez pauvre cadet, et la voilà aussitôt partie pour Paris, et bientôt
chez la maréchale de Biron à laquelle elle communique son idée, de là
chez la maréchale d'Estrées qu'elle emmène, et de là au couvent, chez la
demoiselle qui n'a aucune envie de se marier, mais qui lui demande sa
délivrance; et madame de Mailly se met à courir jusqu'à ce qu'elle ait
obtenu pour la prisonnière la permission de rentrer chez elle[263].

Et ce désir passionné de rendre service, on le retrouve, avec des
tournures de cœur adorables, jusque dans les moindres recommandations
qui échappent à sa plume. Voici un billet dont la pressante insistance
n'a d'égale que la fantaisie de l'orthographe:

_Ille vaquent par la mort de M. dentin (d'Antin) la place de capitaine
des matelot sur le canal, que je déserirait fort pouvoir obtenir pour
qui, pour une homme qui a surement mérité toute autres chose, puis que
cest pour monsieur le marquis de Meuse, l'état de ces afair fait qu'il
se retourne de tout les costés, ne pouvant avoir mieux, il se contente
de peu; je mintéresent ont ne peux pas davantage à tout ce qui le
regarde; et tout les plaisir qu'on peux luy faire je me les tient pour
fait à moy même. J'ayme mieux vous escrire que de vous ennuier
verbalement. Je conte baucoup sur vous pour cette petite afair. Compté
aussy sur ma reconnoissance et sur le plaisir que j'ay de vous asurer
que personne na l'honneur destre plus sincérment, monsieur, votre très
humble et très obéissante servante,_

     MAILLY DE MAILLY.

     _Ce mardy_[264].

La bonté, l'ouverture de cœur, la constance en amitié[265], la
bienveillance active sont les vertus de cette femme; mais elle possède
encore une autre grande qualité,--qualité rare pour une femme qui s'est
vendue et qui est toujours pauvre,--c'est le désintéressement, la
délicatesse en matière d'argent, le point d'honneur colère qu'elle met à
ne vouloir pas être même soupçonnée de recevoir un cadeau. Et il y a à
ce sujet une charmante anecdote.

M. de la Chétardie, ami de madame de Mailly, nommé ambassadeur en
Moscovie, près de la Czarine, allait prendre congé de la favorite, lui
offrant ses services pour la cour où il se rendait. Madame de Mailly,
qui n'avait pas de relations dans ce pays lointain, le remerciait,
lorsque, faisant réflexion que c'était la contrée d'où venaient les plus
belles fourrures, elle le priait de lui faire l'emplette d'une fourrure
et de deux toiles de Perse, en lui recommandant que la fourrure et les
toiles de Perse n'allassent pas au-delà de six cents livres, n'étant pas
assez riche pour «se payer du beau».

M. de la Chétardie, arrivé en Moscovie, et qui était sur un très-grand
pied à la cour de la czarine, ne trouvant que des fourrures
très-ordinaires, et ayant appris que les plus belles étaient détenues
par l'Impératrice, qui en faisait une espèce de magasin, parla de sa
commission au duc de Biron, duc de Courlande, favori de l'Impératrice.
Le duc de Courlande lui demanda le nom de la destinataire. M. de la
Chétardie lui nomme naturellement madame de Mailly, mais en ajoutant
qu'elle ne pouvait y mettre qu'un certain prix. Le duc de Courlande de
lui dire de ne plus s'embarrasser de la commission, qu'il en faisait son
affaire. Il en parlait à la Czarine, et la Czarine, voulant faire à la
maîtresse du Roi de France un présent digne de son royal amant,
choisissait deux fourrures dont l'une était de 30,000 livres, l'autre de
60,000 livres, et douze toiles de Perse d'une beauté parfaite. Et un
jour le duc de Courlande, qui avait fait faire lui-même le paquet,
disait à la Chétardie: «Votre affaire est faite, il n'y a plus qu'à
l'envoyer en France.» M. de la Chétardie, qui ne savait pas ce que
contenait le paquet, demandait au duc de Courlande ce qu'il avait à lui
rembourser, à quoi l'autre répondait que c'était une bagatelle et que la
Czarine était charmée de lui faire cette petite gracieuseté.

Et le paquet arrivait à Amelot avec une lettre dans laquelle il y avait:
«À l'égard du paquet de telle façon qui vous est adressé, je vous prie
de le remettre à madame...», le nom ne s'y trouvait pas. Amelot assez
embarrassé en parlait un jour au Roi après le conseil, devant les
ministres, quand Maurepas disait peut-être méchamment: «Mais ce pourrait
être pour madame de Mailly qui connaissait M. de la Chétardie, et qui
lui aura donné quelque commission, il faudra s'éclaircir de ce fait.»

Le soir, le Roi, au souper des petits cabinets, ayant donné le mot à son
monde, entreprit de badiner madame de Mailly sur ce qu'elle recevait
des présents des cours étrangères sans rien dire. Madame de Mailly, qui
ne savait rien, au premier mot du Roi devenait très-sérieuse, puis se
fâchait, déclarait bien haut, devant les soupeurs devenus silencieux,
qu'elle n'était ni femme, ni fille de ministre, tombait sur madame de
Maurepas, sur madame Amelot, sur madame de Fulvy, belle-sœur du
contrôleur général, disait que celle-ci avait un pot-de-vin sur toutes
les marchandises des Compagnies des Indes, que celle-là touchait un
tribut sur chaque vaisseau du Roi, que la troisième..., et finissait par
déclarer que, quand le paquet lui arriverait, elle le jetterait à la
rivière[266].



IX

Le Roi las de madame de Mailly.--Introduction de Richelieu dans les
petits appartements.--Richelieu travaille à faire renvoyer la
favorite.--Exclamation d'admiration du Roi à Petit-Bourg devant madame
de la Tournelle.--Mariage de Marie-Anne de Mailly-Nesle avec le marquis
de la Tournelle.--Dévotion du mari.--Apparition de madame de la
Tournelle à la cour en 1740.--Inquiétudes de Fleury.--Entretien du
Cardinal avec la duchesse de Brancas.--Maurepas, l'ennemi des
maîtresses.--Il s'efforce de détruire madame de la Tournelle dans
l'esprit du Roi, en même temps qu'il joue l'amoureux de sa personne.


Au fond, au bout de quelque temps de cette triste vie, tête à tête dans
le petit appartement de Meuse[267], avec cette femme qui
enlaidissait[268], l'ennui revenait à Louis XV et la liaison commençait
à se dénouer. Les scènes de tendresse de madame de Mailly retardaient
seules une rupture; elles enchaînaient encore le Roi, qui, mécontent de
sa faiblesse, s'en fâchait par des duretés et des méchancetés qui
jetaient la malheureuse femme dans le désespoir. Enfin le dénoûment
fatal, dont le Roi avait l'impatience et n'avait pas la force, fut
précipité par un homme qui commençait à prendre un ascendant sur
l'esprit du Roi.

Ce n'était pas encore un familier des petits appartements; mais, dans le
petit nombre de fois qu'il avait été invité aux soupers, le jeune
courtisan avait grandement réussi par le feu de son esprit, la chronique
indiscrète de ses amours et la petite gloire scandaleuse qui commençait
à se faire autour de son nom. La princesse de Charolais, avant que
madame de Vintimille l'écartât de la conduite du faible esprit de madame
de Mailly, avait, dès l'abord, mis la favorite en garde contre ce
nouveau venu: le duc de Richelieu. Animée contre lui de vieilles
rancunes de cœur, et ne lui pardonnant guère, malgré les replâtrages et
les raccommodements, le peu d'importance qu'il avait donnée à son amour,
la princesse ne tarissait pas auprès de madame de Mailly sur le danger
de laisser approcher trop près du Roi un homme érigeant l'inconstance
des hommes en principe, un homme ambitieux de la première place dans
les confidences du Roi et d'une sorte de ministère de ses amours. De là,
une grande froideur de madame de Mailly pour le duc, une intrigue assez
adroitement menée contre son crédit naissant, pour que le Roi lui
infligeât presque un exil. Mais les préventions données par madame de
Mailly s'effaçaient, et Richelieu revenait à la cour, furieux contre
madame de Mailly, et résolu à pousser auprès du Roi une femme qui lui
fût dévouée, d'un caractère plus personnel, et moins susceptible des
impressions extérieures. Il s'unissait avec madame de Tencin pour
remplacer et renvoyer madame de Mailly.

Tous deux passaient en revue la cour, ils discutaient les femmes, ils
pesaient les chances de la beauté, de l'esprit, de la jeunesse, de la
grâce; ils calculaient la docilité et la reconnaissance de chacune; ils
en estimaient le degré et le temps de domination sur le Roi; et leur
choix, après avoir longtemps erré, s'arrêtait sur une femme qui avait
l'avantage de demander aux ennemis de madame de Mailly bien peu
d'efforts pour passer de l'admiration du roi à son amour. C'était cette
beauté qui, la première fois qu'elle avait été aperçue par Louis XV, à
Petit-Bourg, chez M. le duc d'Antin, lui avait arraché cette
exclamation: «Mon Dieu! qu'elle est belle[269]!»

La femme admirée par Louis XV se trouvait être une sœur de madame de
Mailly, dont le portrait, peint en 1740 par Nattier[270], avait donné du
même coup la réputation au peintre et la palme de la beauté parmi les
femmes de la cour à cette autre de Nesle.

Cette sœur, appelée Marie-Anne de Mailly-Nesle, avait été mariée le 19
juin 1734, à l'âge de dix-sept ans, au marquis de la Tournelle.
Mademoiselle Anne de Nesle, qui apportait 9,000 livres en 60 actions,
épousait un mari possédant une terre aux environs d'Autun rapportant
52,000 livres de rente[271]. Et l'histoire est vraiment curieuse de
cette terre de la Tournelle dont le revenu tout en bois ne s'élevait pas
à plus de 4 ou 5,000 livres, il y avait une cinquantaine d'années. M. de
Vauban, ami du grand-père de M. de la Tournelle, étant allé le voir dans
cette terre, s'étonna qu'avec une si grande quantité de bois, il eût si
peu de revenus. Il alla examiner en personne s'il n'y avait pas quelques
débouchés, prenant une exacte connaissance du terrain, et à la fin,
faisant la découverte que, sans beaucoup de frais, il était possible de
creuser un petit canal qui conduirait à une rivière assez forte pour
entraîner à _bois perdu_ le bois jeté. M. de la Tournelle demandait le
secret à Vauban, achetait les bois circonvoisins, faisait creuser le
canal et, en 1734, la terre était affermée 52,000 livres[272].

Le marquis de la Tournelle était un jeune homme très-dévot,
très-charitable[273], vivant sur sa terre et se montrant très-peu à
Versailles. Les mauvais plaisants racontaient qu'il était éperdu d'amour
pour sa femme, mais que c'était de l'amour perdu, n'ayant jamais pu être
heureux[274].

Cependant, en mars 1740, au milieu de la grande faveur de madame de
Mailly, poussé sans doute par sa femme qui s'ennuyait de cette vie
provinciale, le mari de madame de la Tournelle sollicitait et obtenait
la place de colonel-lieutenant du régiment d'infanterie de Condé[275].

Alors commençait à paraître de temps en temps à la cour madame de la
Tournelle dont le nom ne se trouve jusqu'ici sous la plume du duc de
Luynes qu'à propos d'une course en traîneaux dans le mois de janvier
1739. Au mois de mai 1740, la jeune sœur de madame de Mailly est presque
de tous les soupers des petits appartements[276].

Madame de Vintimille régnante, il n'est plus question de la présence de
madame de la Tournelle à la cour, on ne la revoit plus que cinq mois
après la mort de madame de Vintimille, dans le bal masqué du mardi gras
de 1742 donné chez le Dauphin, où elle reparaît costumée en
Chinoise[277].

       *       *       *       *       *

Quelque secrète qu'ait été l'impression produite sur Louis XV par la
femme rencontrée à Petit-Bourg, par la soupeuse des cabinets pendant le
mois de mai 1740, par la Chinoise du bal masqué du mardi-gras de 1742,
le Cardinal en avait été informé, ainsi que des efforts de Richelieu
pour attiser la passion du Roi; et il était sincèrement désolé de
reconnaître un plan suivi pour perdre le Roi. S'il avait pu fermer les
yeux sur une première faute de son élève, sur un entraînement de
jeunesse et de tempérament, il ne pouvait voir avec patience
l'engagement de son avenir dans une succession de scandales et dans une
carrière de libertinage.

Richelieu l'effrayait comme le mauvais génie du Roi. Le vieillard
devinait ses projets, ses succès futurs, et il avait le pressentiment de
ce que deviendrait dans ses mains la conscience religieuse de Louis XV.
Puis si, aux yeux du prêtre, du chrétien, madame de Mailly était la
meilleure des maîtresses, celle qui dans le scandale apportait le plus
de modestie, et dans le péché le moins d'impénitence, elle était aussi,
au point de vue du ministre, celle qui dans la faveur avait trouvé le
moins d'insolence et cherché personnellement le moins de pouvoir. Madame
de Mailly, le Cardinal le savait, ne voulait d'empire que sur le cœur du
Roi. Il y avait donc tout à redouter pour Fleury dans le remplacement de
la maîtresse. C'était l'audace du changement donné au Roi, c'étaient ses
inconstances enhardies et menées à l'habitude de la débauche, c'était sa
religion affaiblie. Puis, derrière ces inquiétudes spirituelles,
venaient les sollicitudes d'intérêts humains: la volonté du Roi passant
aux mains d'une femme que Fleury ne pourrait plus mener aussi facilement
qu'il avait mené madame de Mailly, sans que la pauvre femme entendît
jamais parler de lui[278].

Nous avons du reste des pensées intimes, des inquiétudes secrètes du
prêtre et de l'homme politique un document curieux: c'est une
conversation avec la duchesse de Brancas l'amie intime de Richelieu, la
mère de celui qui va devenir bientôt le beau-frère de madame de la
Tournelle.

«Passons dans mon cabinet, lui disait un jour le Cardinal, nous serons
mieux assis et aurons le temps de causer.»

Les voilà tous deux assis en face l'un de l'autre et assez mal à l'aise.

Le Cardinal parlait de M. de Richelieu,--cela ne disait pas
grand'chose,--de l'abbé de Vauréal,--pas grand'chose encore--dit la
duchesse «qui avait soin de couper les queues que pouvaient avoir ces
sujets de conversation». Enfin le Cardinal se décidait à en venir à
Petit-Bourg et à madame de la Tournelle.

Ce nom prononcé, l'Éminence poussait un profond soupir, puis, après un
silence: «Eh bien, on veut donc perdre le Roi? Quand sera-t-il perdu?»

La duchesse cherchait à échapper à la brusque interpellation par
quelques paroles évasives, mais le Cardinal lui prenant les mains et
soupirant de plus belle, faisait:

--«Il n'est pas question de tout cela, madame la duchesse; le Roi est
peut-être amoureux de madame de la Tournelle; et ce qui est encore plus
sûr, c'est qu'on l'en rendra amoureux, s'il ne l'est déjà.

--«Et comment, reprenait la duchesse, votre Éminence me croit-elle
instruite de ce qui est et même de ce qui doit être?»

--«Ah! point d'artifice. Je vous parle dans l'affliction de mon cœur,
parlez-moi dans la sincérité du vôtre. Le duc de Richelieu ne pense
point à donner madame de la Tournelle au Roi sans vous l'avoir confié?»

--«Je vous jure que je n'en sais pas un mot.»

--«Comment! pas un mot?»

--«Pas un.»

--«Vrai, vrai?»

--«Si vrai que je ne crois pas que M. de Richelieu ait parlé de tout
cela au Roi.»

--«Réellement?»

--«Si réellement, que je crois qu'il serait fâché que le Roi se détachât
de madame de Mailly.»

--«Serait-ce possible? cela me donnerait bien bonne opinion de votre
ami.»

--«Vous la lui devez tellement, que, si vous voulez, je m'engage à
l'instant de ne pas même le prévenir de vos inquiétudes, tant je pense
qu'il n'a pas besoin de précautions pour se garantir de leur effet.»

Alors le Cardinal prenait un air de résignation et continuait en ces
termes: «Je craignais bien plus le duc de Richelieu qu'un autre: cela ne
me rassure pas tout à fait sur le Roi, mais j'accepte votre promesse; ne
parlez rien de tout ceci au duc de Richelieu; ne le tentons pas de me
punir de mes soupçons et pour m'en punir de les changer en réalités.
Qu'il ne sache rien de ce que nous disons, cela me donnera le temps de
prendre des mesures. Ah! si vous saviez combien il était nécessaire que
madame de Mailly eût le cœur du Roi, combien il serait funeste de le
lui enlever, combien il faut le lui conserver, combien la maréchale de
Villeroy eut raison, tout coupable que cela soit aux yeux de Dieu, de
préparer cet engagement, de le former!... Je tiens sans doute un étrange
langage pour un prêtre, mais... si vous saviez combien j'ai gémi au pied
de cette croix, combien, la pressant sur mon cœur, je l'ai arrosée de
mes larmes, combien j'ai maudit mon pouvoir sans puissance sur le cœur
du Roi! Le Roi a du moins les vertus de madame de Mailly;
laissons-les-lui, je n'ai plus qu'un moment à vivre[279].»

Sortant de cette conversation, la femme de cour qui, certes, avait menti
impudemment, comparait l'Éminence à Tartuffe, non dans la maison d'Orgon
et dans la cuisine de madame Pernelle, mais à Tartuffe cardinal et
premier ministre.

       *       *       *       *       *

Le Cardinal, que l'air d'embarras et les réticences de la duchesse
pendant cette conversation n'avaient pas rassuré, et que mille petites
choses qu'il apprenait depuis confirmaient dans la conviction qu'il y
avait une intrigue de Richelieu pour mettre la sœur de madame de Mailly
dans le lit de Louis XV, choisissait M. de Maurepas pour faire peur au
Roi de madame de la Tournelle. Maurepas acceptait et jouait le rôle
qu'il eût pris de lui-même s'il ne lui avait pas été donné. Ce singulier
ministre qui avait bâti sa faveur et qui la maintenait sur toutes sortes
de légères assises, sur mille agréments, petits cancans, petits caquets,
petits vers, petits _gazetins_: Maurepas, dont le grand génie de
gouvernement était de plaire et d'amuser, et qui régnait comme une femme
et avec les mêmes moyens, était naturellement jaloux des femmes comme de
rivales, et des amours du maître comme une humiliation de ses talents.

Toute sa vie ministérielle montre une longue rancune de leur crédit, une
vengeance de leurs grâces. Et il semble de leur sexe avoir tout le dépit
qu'il a de leur fortune. Puis, pour servir le Cardinal en cette affaire,
il y avait mieux qu'un tempérament, qu'une vocation chez Maurepas, il y
avait une antipathie personnelle, l'aversion d'un membre de famille
tout-puissant contre de pauvres et obscures parentes prêtes à monter
plus haut que lui; aversion dans laquelle il était maintenu et renforcé
par les sentiments bourgeoisement jaloux de sa femme que sa méchanceté
et sa terrible langue avaient fait surnommer _madame de Pique_[280].
Aussi fit-il une vive guerre à Richelieu. Ce fut contre la maîtresse
menaçante une défense pleine de malices et de pièges, un contre-jeu des
plus habiles. Maurepas était partout rompant l'intrigue aux deux bouts,
refroidissant le Roi chauffé par tous les propos du parti; en laissant
tomber du bout des lèvres sans paraître y prendre garde, un mot sur
l'avidité de madame de Mazarin, sur le caractère altier de madame de la
Tournelle, sur l'ambition des deux femmes. Chez madame de Mazarin où il
entrait familièrement, installé qu'il était dans sa parenté intime et
dans tous ses secrets, il dictait à la tante et à la nièce leur
conduite, s'autorisant auprès d'elle de son amitié, de son bon vouloir,
de son zèle à les servir, paraissant tout leur ouvrir, tout leur donner,
empressement, conseils, appui, crédit, et, sous cet air de leur rendre
de petits services, les retenant loin de la cour.

Un moment même, pour mieux jouer la comédie et tromper des femmes de la
meilleure façon, il feignait avec un grand naturel une violente passion
pour madame de la Tournelle; il l'en impatientait comme à plaisir et
comme s'il avait au fond de lui une joie ironique à persécuter de ses
tendresses le cœur de la jeune femme encore assez sérieusement occupé en
ce moment du duc d'Agénois[281] pour refuser la main du prince de
Soubise. Enfin, excédée de ses importunités, madame de la Tournelle à
laquelle on n'avait pas manqué de dire que l'amour de M. de Maurepas
n'était pas dangereux, lui faisait l'aveu qu'en amour «elle aimait les
périls» avec de tels mépris pour sa personne que pour se venger il se
mettait à la tourmenter des attentions amoureuses et tendres du Roi pour
madame de Mailly, réveillant peut-être imprudemment chez la femme des
convoitises endormies[282].



X

Mort de madame de Mazarin.--L'histoire de la chaise aux brancards ôtés
de madame de Flavacourt.--Les deux logements donnés à Versailles à
mesdames de la Tournelle et de Flavacourt.--La demande d'une place de
dame du palais de la Reine faite par madame de la Tournelle.--Embarras
du Cardinal et ses efforts avec Maurepas pour empêcher la
nomination.--Généreuse et imprudente démission de madame de Mailly en
faveur de sa sœur madame de Lauraguais.--L'ancien sentiment de madame de
la Tournelle pour le duc d'Agénois et sa lettre pour ravoir sa
correspondance.--Les timidités du Roi dans son rôle d'amoureux.--Sa
conversation avec le duc de Richelieu.--Les souffrances de madame de
Mailly pendant six semaines.--Ses lâchetés amoureuses pour être gardée
par le Roi.--_Mes sacrifices sont consommés._--La déclaration du Roi à
madame de la Tournelle, en grande perruque.--La sortie désespérée de
madame de Mailly.--Lettre de madame de la Tournelle sur le renvoi de sa
sœur.--Les conditions _éclatantes_ posées par la nouvelle favorite.--La
retraite de madame de Mailly à l'hôtel de Noailles.--Ses journées et ses
nuits de larmes.--La visite que lui fait le duc de Luynes dans
l'appartement de madame de Ventadour.


Au mois de septembre 1742, madame de Mazarin venait à mourir[283].

Madame de la Tournelle se trouvant seule avec une fortune
insuffisante[284] à ses habitudes, à son nom, à la vie de Paris, privée
de toutes les ressources d'amitié et d'aisance de la maison de sa
bienfaitrice, et de plus embarrassée de sa position de veuve, priait
Maurepas, qui héritait de madame de Mazarin, de lui obtenir quelque
grâce à la cour. Maurepas lui faisait répondre qu'il ne saurait en
parler au Roi sans en prévenir le Cardinal, et qu'elle devait commencer
par se mettre dans un couvent avant de solliciter Son Éminence. Il est
même des récits qui prêtent plus de brutalité à Maurepas: comme héritier
de madame de Mazarin, il avait fait signifier aux deux sœurs, à madame
de la Tournelle et à madame de Flavacourt, d'avoir à sortir de l'hôtel
Mazarin. Ne sachant où se réfugier, sans père, sans mère, sans
protecteurs, le mari de madame de Flavacourt était à l'armée, les deux
jeunes sœurs s'étaient acheminées vers la cour; et tandis que madame de
la Tournelle, toute furieuse de colère, s'en allait répandre l'indigne
conduite de M. de Maurepas, sa sœur, madame de Flavacourt, avait fait
poser sa chaise au milieu de la cour de Versailles, et, les brancards
ôtés, les porteurs renvoyés, elle était demeurée là tranquillement, avec
une sérénité naïve et une effronterie innocente, pleine de foi dans la
Providence qu'elle attendait, et qui ne pouvait manquer de passer. Aussi
ne fut-elle pas étonnée quand la Providence ouvrit la portière de sa
chaise et la salua: c'était le duc de Gesvre. Fort ébahi, le duc lui
demanda comment elle était là, écouta son histoire, et courut la
raconter au Roi, qui la trouva si amusante qu'il donna sur l'heure un
logement aux deux sœurs[285]. Malheureusement, ce n'est là que la
légende très-spirituellement arrangée de l'installation des deux sœurs à
la cour, un charmant conte imaginé, en ses vieux ans, par madame de
Flavacourt, et conté à Soulavie qui l'a crue sur parole. De si jolis
coups de théâtre n'arrivent guère, même dans les cours. Laissons au
roman la chaise sans brancards de madame de Flavacourt: c'est la
désobligeante dételée où Sterne trouvera une préface.

       *       *       *       *       *

Revenons à la vérité qui est moins romanesque. Madame de Mazarin, se
rendant aux exhortations de son confesseur, s'était réconciliée sur son
lit de mort avec madame de Mailly[286] et bien certainement lui avait
recommandé mesdames de la Tournelle et de Flavacourt. Madame de Mailly,
avec sa bonté naturelle, avec ce sentiment de famille qui ne semble pas
l'abandonner au milieu des plus noires trahisons, s'était chargée de ses
deux sœurs que le duc de Luynes dit, installées à Versailles, aussitôt
la mort de la femme chez laquelle elles habitaient.

Madame de Mailly prêtait à madame de Flavacourt son appartement dans
l'aile neuve. Madame de la Tournelle, sur l'avis de Richelieu[287] qui
avait déjà ses intentions, était logée dans l'appartement de l'évêque de
Rennes, l'appartement dans la cour des Ministres près la cour des
Princes.

La mort de la duchesse de Mazarin laissait une place vacante de dame du
palais de la Reine. Il était tout naturel que madame de la Tournelle
demandât la place[288] et qu'au lendemain de l'engagement qu'elle avait
pris avec la morte, madame de Mailly appuyât la demande de sa sœur.

Le vieux Cardinal, très-embarrassé de cette demande, était
très-perplexe. Il prévoyait qu'une place donnée à madame de la Tournelle
allait être le triomphe du parti de Richelieu, et que le Roi ne
résisterait pas longtemps à des attaques si proches, autorisées et
servies par des occasions et des facilités journalières. Il n'ignorait
pas que le Roi commençait à _s'amouracher_, qu'il avait écrit à madame
de la Tournelle, que la mort de madame de Mazarin lui avait été un
prétexte pour une lettre où il avait mis «du tendre et de
l'affecté[289].»

Puis, quand par une de ces temporisations qui étaient une partie de la
politique du vieillard, Fleury était resté près d'une semaine sans
souffler un mot de la demande au Roi, Louis XV, si hésitant à interroger
les gens, ne lui avait-il pas demandé quel était l'objet de la visite
que lui avait faite madame de la Tournelle? À sa réponse que madame de
la Tournelle désirait une place de dame du palais de la Reine et qu'il
allait demander si le Roi voulait que son nom fût mis sur la liste des
dames qui sollicitaient cet honneur, Louis XV n'avait-il pas dit d'une
manière affirmative: «Oui, j'en ai parlé à la Reine?» Enfin, en dernier
lieu, sur cette liste dressée par le Cardinal, le Roi, après avoir fait
la remarque que le nom de la Tournelle était le dernier sur la liste,
n'avait-il pas tiré son crayon, effacé son nom, écrit ce nom le premier
en tête de la liste, jetant au Cardinal, comme si la première fois il
lui donnait un ordre: «La Reine est prévenue et veut lui donner cette
place?»

Devant cette volonté si précise et se manifestant d'une façon si
nouvelle, le Cardinal ne perdait pas tout espoir; il se mettait, avec la
collaboration de Maurepas, à la recherche de quelque tour de leur
métier, pour réduire à néant la demande, sans avoir l'air de se refuser
ouvertement aux désirs du Roi. Tous deux fouillaient les cartons de
leurs ministères au sujet de la place vacante par le changement de
madame de Villars, devenue dame d'atours par la mort de madame de
Mazarin.

Tous deux faisaient faire des recherches dans les brevets par les commis
et les secrétaires, espérant trouver quelque vieux droit, quelque ombre
de survivance, quelque promesse de réversibilité en faveur de n'importe
quelle femme qu'ils pussent opposer, avec une apparence de précédent ou
de légalité, à l'établissement de madame de la Tournelle à Versailles.
Malheureusement pour les ministres, la maréchale de Villars, en faveur
de laquelle se trouvait une clause dans le brevet de la duchesse de
Villars, se refusait à entrer dans cette petite conspiration, et ne
voulait ou n'osait pas, malgré les instances de sa famille, barrer le
chemin aux demoiselles de Nesle. Battus sur ce premier point, Maurepas
et Fleury produisaient une lettre du marquis de Tessé, rappelant une
parole du Cardinal, vieille de trois années, et la promesse de la place
à une dame de Saulx dont ils faisaient appuyer la candidature par une
recommandation écrite de la Reine, de la pauvre Reine qui, tour à tour
jouet du Roi et des ministres, après avoir demandé la place pour madame
de la Tournelle, la sollicitait pour madame de Villars, et en dernier
lieu osait, sur les instances de Maurepas, non-seulement écrire en
faveur de la créature du Cardinal, mais envoyait chercher madame de la
Tournelle et lui déclarait en face que, malgré tout son désir de l'avoir
dans son palais, si le Roi lui donnait à choisir, elle accorderait la
préférence à madame de Saulx[290].

Le Roi ne laissait pas le choix à la Reine.

Dix jours après la mort de madame de Mazarin, madame de la Tournelle
était déclarée dans la matinée dame du palais de la Reine, et Marie
Leczinska se voyait dans l'obligation de lui en faire passer aussitôt la
nouvelle par sa dame d'honneur[291].

C'était à la cour la nouvelle du matin du 20 septembre; la nouvelle du
soir était la cession pure et simple, et sans aucun dédommagement, faite
par madame de Mailly à madame de Flavacourt de la place de dame du
palais avec les appointements[292].

       *       *       *       *       *

Madame de Mailly avait toutes les vertus d'une dupe. L'aveugle et bonne
créature, exploitée avec toute l'astuce imaginable par les deux sœurs
dans ses sentiments de famille, dans l'espèce de maternité dont elle
avait pris charge devant Dieu, était entraînée à cette démarche dont
l'imbécile et imprudente générosité avait frappé tout le monde. Les deux
sœurs n'avaient pas manqué de faire entrer en leur noir complot
Richelieu qui, s'insinuant par elles dans l'intimité de madame de
Mailly, après avoir endormi ses défiances, attrapé ses bonnes grâces,
parlait à sa crédulité, exaltait sa confiance dans les protestations
d'amitié et d'éternelle reconnaissance de madame de la Tournelle,
faisait appel à sa bonté, surexcitait son désir d'être agréable au Roi.
Et les sœurs et Richelieu eurent encore, en cette comédie, un adroit
compère dans d'Argenson qui prit à partie l'amour même de madame de
Mailly pour l'inviter au sacrifice, lui représentant, avec les paroles
les plus touchantes, la gratitude du Roi, et le caractère nouveau et
élevé et sûr de son attachement pour une maîtresse capable de ce
dévouement et de cette noblesse d'âme.

La malheureuse, ainsi circonvenue et sollicitée par l'envie secrète
qu'elle sentait le Roi avoir de l'établissement des deux sœurs à la
cour, écrivait au Cardinal une lettre pour se démettre en faveur de
madame de Flavacourt. La lettre, dont le contenu avait été arrangé
d'avance par le Roi, était relue par lui, après que madame de Mailly
l'avait écrite dans son petit appartement, et elle n'était envoyée que
lorsque l'exigeant maître avait dit «qu'elle était bien[293]».

La lettre envoyée, madame de Mailly se rendait chez le Cardinal, qui
tombait de son haut devant cette espèce de suicide résigné et tranquille
en cette terre d'égoïsme et de calcul, jouait l'incompréhension,
l'engageant à ne pas parler à la Reine de sa détermination, finissant
par lui dire que ce n'était pas son avis qu'elle quittât.

Maurepas s'exprimait plus nettement. Il ne craignait pas de dire à
madame de Mailly: «Vous ne connaissez pas, Madame, votre sœur de la
Tournelle; vous devez vous attendre à être chassée de la cour par elle,
lorsque vous vous serez dépouillée de votre charge pour la lui donner.»

Malgré tout ce que Maurepas et les autres pouvaient lui dire, la
favorite persistait dans sa résolution. Et, le 21 septembre, la cour
avait le spectacle de madame de Mailly suivie de madame de la Tournelle
et de madame de Flavacourt allant remercier le Roi et la Reine de ce que
leurs Majestés avaient fait pour elles.

Il y eut bien certainement dans cette immolation entêtée, dans ce
sacrifice qui ne voulait rien entendre, la perception douloureuse de
l'amour du Roi pour madame de la Tournelle, et le lâche désir d'une
femme qui aime, d'être gardée.

On raconte en effet que pendant la brigue de ces plans, et sur
l'intérêt amoureux que le Roi semblait y prendre, un jour, pendant que
Louis XV était à la chasse, madame de Mailly faisait appeler sa sœur. Sa
sœur entrée, madame de Mailly fondait en larmes, puis prenant tout à
coup à bras le corps madame de la Tournelle, elle lui criait dans la
figure: «_Ma sœur, serait-il possible?_» À quoi l'autre, peut-être
touchée dans l'instant par la grandeur et la sincérité du désespoir,
répondait: «_Impossible, ma sœur!_»[294] Un «impossible» qui ne
rassurait madame de Mailly que pour quelques heures.

Au fond la cession de sa place à sa sœur, c'était pour madame de Mailly,
en cas d'abandon du Roi, l'enlèvement d'une retraite à la cour, d'un
refuge dans une charge, la condamnation à l'exil. Et cela pouvait déjà
bien entrer dans les plans de Richelieu.

       *       *       *       *       *

Voilà donc enfin madame de la Tournelle installée à la cour. Il ne reste
plus à son parti que trois choses à faire, trois victoires à obtenir:
sur madame de Mailly, sur le Roi, sur madame de la Tournelle elle-même.
Il faut guérir madame de la Tournelle d'un amour tout chaud; il faut
décider le Roi à faire en personne la conquête de madame de la
Tournelle; il faut enfin renvoyer de Versailles madame de Mailly.

Les ambitions de madame de la Tournelle, la poursuite, les approches
même de la faveur, l'enivrement et les tentations du rôle de maîtresse
du Roi, n'avaient point éteint en elle un sentiment vif et sincère pour
le duc d'Agénois[295]. Elle avait trop d'esprit pour ne pas penser
très-souvent à l'oublier, et cependant elle ne l'oubliait pas. Richelieu
lui vint en aide. Il envoya le beau duc, qui était son neveu, en
Languedoc, et l'exposa aux avances d'une jolie femme apostée, dressée
par lui, séduite par la promesse d'une grande position à Paris,
enflammée par l'honneur que pouvait faire à l'amour-propre d'une
provinciale la conquête d'un d'Agénois. Les avances amenèrent une
correspondance, où d'Agénois, bien assuré du secret et de l'ignorance de
madame de la Tournelle, se laissa aller à l'aventure avec la facilité et
la reconnaissance d'un homme qui trouve un moyen de passer le temps en
province. Il lança des expressions et des témoignages d'amour, qui, mis
par le Roi[296] sous les yeux de madame de la Tournelle, analysés,
soulignés et commentés avec force railleries sur la fidélité du beau
d'Agénois, la détachèrent d'un souvenir tendre, et la débarrassèrent
presque d'une faiblesse dont elle avait eu l'étourderie de prendre
l'habitude[297].

Et bientôt elle ne pensait plus guère à d'Agénois que pour ravoir de lui
les lettres qu'il avait d'elle:

«_J'ay toujours oublié,--écrit-elle à Richelieu,--de vous parler de
votre neveu: voicy l'armée de Broglio qui va vous joindre, ainsi par
conséquent vous aller vous trouver ensemble; sur toutes choses ne luy
faite aucune confidence de quelques peu d'importances qu'elle puisse
estre. Je sçay positivement qu'il ne vous a pas pardonnes ni qu'il ne
vous le pardonnera jamais; il pourra vous faire bonne mine, ne vous y
fiez pas. Je suis fachés d'être obligé de vous mander cela, mais croyé
que je sçay ce que je dit et que vous en seriez la dupe; je vous ay vue
dans l'intention de lui compter comme tout c'estoit passé sans en rien
omettre: gardé vous en bien, je vous le demande en grâce. Vous pouvez
luy dire sans doute que ce n'est pas vous qui aves mené cette affaire la
et surtout que vous n'en aves rien sçu, que quand le Roy vous la dit,
mais je vous prie retranché tout détaille. Je vous parle vray: il a des
lettres de moy que je voudrois bien ravoir avant qu'il vins à Paris
parce que je ne me soucirait pas que monsieur de Maurepas et sa mère
missent le nez dedans, ce qui pourroit fort bien arriver, ils sont gens
à cela. Peut estre votre neveu ne les donneroit il pas, mais dans un
moment de pique, enfin cela est plus sure si il vous les remettoit ou
si vous ne voulé pas vous chargé de les redemander, monsieur le prince
de Conti pourroit bien avoir cette bonté; en ce cas vous me les
renverriés petit à petit par des couriers toujours à l'adresse de ma
sœur. Adieu car j'entend le tambour j'aime autant fermer ma
lettre[298]._»

       *       *       *       *       *

Il y avait une œuvre plus difficile que d'allumer le dépit de madame de
la Tournelle et de ramener toutes ses passions à son ambition. Il
s'agissait de décider le Roi, ce Roi paresseux, timide, ennemi des
entreprises, habitué à être servi en amour comme en toute autre chose,
gâté par les victoires toutes prêtes et les conquêtes toutes faites,
accoutumé à la reconnaissance du droit divin de son plaisir, aux
adorations comme aux complaisances, il s'agissait de le décider à se
donner la peine d'aimer, la fatigue de plaire, à remplir ce rôle d'homme
et d'homme amoureux qu'avaient rempli autrefois ses illustres aïeux. Et
puisqu'il voulait posséder une fière et capricieuse jolie femme, trop
haute ou trop habile pour se laisser mettre dans le lit du maître par
les mains d'un ministre, il devait lui faire la cour, et la mériter par
les efforts et les soins de ce noviciat d'amour dont toute maîtresse
exigeait l'hommage et l'épreuve.

Mais, à peine engagé dans ce métier, la patience échappait au Roi. Tout
à coup il interpellait Richelieu avec une voix presque colère: «Vous
avez voulu que j'écrivisse, j'ai écrit, j'ai écrit deux fois, vous ne me
conseillerez pas apparemment d'écrire une troisième... j'ai pris mon
parti et pense à quelqu'un[299].»

Le Roi demandait alors à Richelieu s'il ne connaissait pas madame une
telle, puis telle autre, puis celle-ci, puis celle-là[300], et à chaque
nom prononcé, on pense de quelle manière Richelieu habillait la femme.

Le Roi de s'écrier dans son étonnement: «Qu'est-ce donc que ces
femmes-là?»

--«Des femmes galantes, assez jolies et pas mal ennuyeuses au bout de
vingt-quatre heures.»

--«Il faut donc, disait le Roi, penser à une femme qui me tente,
quoiqu'elle m'inquiète. Avez-vous eu aussi madame de ***?»

--«Ah! pour ça, oui, répondait Richelieu; elle m'a fait trop de
noirceurs pour l'oublier jamais: c'est madame de Prie, absolument
elle[301].»

--«N'en parlons plus, reprenait le Roi, changeant tout à coup de visage,
au nom de cette femme abhorrée, mais que faire? Pas même de réponse de
madame de la Tournelle!»

--«C'est que madame de la Tournelle, se mettait à dire Richelieu avec
une certaine éloquence, ne ressemble pas à madame de ***; c'est que
belle comme les Amours, elle doit être une conquête; c'est que vos
généraux ne feront point cette conquête pour vous; c'est qu'elle ne sera
pas conquise si vous ne la conquérez pas. Assurément vos pareils ont des
avantages; mais le plus grand en amour est d'être jeune, beau comme
Votre Majesté, et surtout d'être aimable. François Ier, Henri IV, Louis
XIV se donnèrent la peine de plaire: celle-là devrait coûter moins à
Votre Majesté qu'à personne. Mais une maîtresse n'est point un
portefeuille, et si vos ministres vous apportent le leur à votre
conseil, je doute fort qu'ils puissent mettre madame de la Tournelle
dans vos bras. Il faut lui plaire et commencer par lui dire que vous en
êtes épris[302].»

       *       *       *       *       *

Pendant ce long dévorement d'impatiences, de tourments, de feux, que
Louis XV ne connaissait pas, et qui ramenaient toujours à madame de la
Tournelle un amant plus humble dans un Roi plus amoureux, pendant les
six semaines que durèrent ces révoltes, et ces combats, et ces
capitulations, il est facile d'imaginer l'existence et les souffrances
de la malheureuse de Mailly, vivant côte à côte avec cette passion
irritée par une résistance qui étonnait le Roi, et dont elle sentait,
avec ses nerfs et sa sensibilité de femme, chaque reprise, chaque
progrès, chaque ravivement. Ce fut un calice bu goutte à goutte. Nulle
douleur, nulle humiliation ne manqua à cette agonie de l'amour, la plus
douloureuse, peut-être, dont une maîtresse de roi ait subi
l'humiliation. Le Roi ne fit grâce de rien à madame de Mailly. Il ne lui
épargna même pas ces duretés qui dénouent les plus vulgaires liaisons.
Las de sa chaîne et sans force pour rompre, Louis XV se vengeait sur
elle de ses impatiences et de ses irrésolutions, par toutes les
cruautés des hommes faibles au bout des amours qu'ils n'ont pas le
courage de briser. Versailles et Choisi retentirent de ces paroles
impitoyables[303] dont la brutalité soufflette une femme, et comme la
pauvre de Mailly s'obstinait à dévorer les affronts, comme elle voulait
pardonner et aimer jusqu'à la fin, comme elle restait, s'attachant à une
illusion dernière, la patience de son amour, après avoir fatigué la
pitié, exaspérait la lassitude du Roi qui prenait en haine cette femme
qui ne se tenait jamais pour chassée.

Les dîners et les soupers continuaient, mais c'étaient de tristes
dîners, de tristes soupers, des repas aux longs silences, au milieu
desquels une parole du Roi faisait tout à coup fondre madame de Mailly
en larmes[304].

Devant la sincérité de ce désespoir, il prenait au Roi un instant le
remords et la honte de violences qui dépassaient son caractère et
perdaient jusqu'au ton d'un homme bien né. Madame de Mailly croyait
avoir regagné l'indulgence et la charité du Roi, quand Louis XV lui
venait dire qu'il était amoureux fou de madame de la Tournelle, qu'il ne
l'avait pas encore, mais que bientôt il l'aurait, qu'il ne pouvait donc
plus l'aimer[305].

En cette femme,--elle l'avouera plus tard,--qui ne s'était donnée au
Roi, qui n'avait vécu avec lui les premiers temps que poussée par une
extrême misère, mais chez laquelle l'amour était venu au bout de deux
mois[306], et n'avait fait que grandir avec les années, se mêlaient à la
fois, à cette heure, les tendresses suprêmes de la vieille femme, qui se
sent aimer pour la dernière fois et les humilités de passion de la
courtisane qui aime pour la première fois. Et au mépris de tout
amour-propre, et sans aucune honte, et agenouillée dans les lâchetés de
l'amour madame de Mailly promettait de fermer les yeux, de tout
permettre, de tout souffrir, ne demandant que la grâce de rester, comme
elle eût demandé la force de vivre. Le maître répondait: «Il faut se
retirer aujourd'hui même.» Madame de Mailly se traînait aux pieds de
Louis XV, elle suppliait, elle allongeait l'entrevue, et s'accrochait en
défaillant aux misérables prétextes, à tous les petits retardements des
amours condamnées, pour ne point partir encore. Elle finissait par
s'adresser à la pudeur du Roi, l'assurant que s'il consentait à ne point
la renvoyer, elle trouverait dans son amour le courage de cacher à ses
sujets ce nouvel amour capable de diminuer leurs respects. Et le Roi,
attendri par ces pleurs, par l'humilité de cette douleur, par cette
immolation devant le soin de sa gloire, ébranlé peut-être aussi par la
crainte d'un éclat, accordait, malgré ses engagements avec madame de la
Tournelle, quelques jours de sursis à madame de Mailly.

Et les heures qu'elle passait encore à Versailles, et pendant lesquelles
il lui était donné d'approcher encore de son amant, ces dernières
heures, il fallait les conquérir chaque jour. C'est ainsi que la veille
de son départ, le 2 novembre, l'on voyait, dans la journée, démeubler
son petit appartement à côté des cabinets du Roi, et que l'on apprenait
que madame de Flavacourt devait y venir coucher le soir sur un lit de
camp[307]. Mais, au souper, la malheureuse femme trouvait pour retarder
sa disgrâce d'un jour, des accents si vrais, des élans si touchants, que
le Roi n'avait pas le courage de sa détermination, révoquait l'ordre,
lui permettait de coucher encore cette nuit dans son petit
appartement[308].

       *       *       *       *       *

Richelieu, qui, en ces derniers temps, avait laissé les choses aller, le
temps agir, et cet amour, où il avait fait tant de ruines, suivre la
marche fatale et précipitée des amours qui finissent, et cette lente
rupture défendre d'avance tout retour aux deux amants par le
détachement journalier, et les duretés croissantes envenimées par une
longue impatience, Richelieu commençait à s'inquiéter de la tranquillité
de madame de la Tournelle, de son peu de hâte, de sa paresse à entrer
dans son rôle de maîtresse et à se saisir du Roi. Les démarches et les
manèges des ministres, les sympathies excitées par le désespoir de
madame de Mailly, le murmure d'attendrissement presque unanime de la
cour, les amitiés qui se groupaient en parti autour de cette disgrâce
intéressante, décidaient Richelieu à remettre la main aux affaires de
madame de la Tournelle et à hâter un dénoûment[309]. Il obtenait de
madame de la Tournelle qu'elle reçût en sa présence le Roi au milieu de
la nuit. Avec ce rendez-vous convenu et accepté, Richelieu terminait
tout[310]. Il allait trouver madame de Mailly, et, se disant désolé et
uniquement occupé d'elle depuis qu'elle ne pouvait plus aimer le Roi, il
lui peignait vivement ce qu'elle se devait à elle-même, le soin de sa
gloire, l'indignité du cœur du Roi, de ce Roi qui la délaissait et
auquel il serait beau de renoncer. En finissant, il offrait de la mener,
quand elle le voudrait, à Paris. Richelieu prenait ainsi le congé à son
compte, en dégageant la personne du Roi. «_Mes sacrifices sont
consommés_, dit madame de Mailly, _j'en mourrai, mais je serai ce soir à
Paris_[311].»

       *       *       *       *       *

De là, Richelieu se rendait auprès du Roi, et sans plus lui laisser le
temps de se reconnaître, de respirer, de réfléchir, qu'il n'avait laissé
à la favorite le temps de résister, il lui annonçait le départ de madame
de Mailly, et le rendez-vous arraché à madame de la Tournelle. Puis il
lui parlait du secret à garder, des grandes cours à traverser, des
espions de Maurepas à tromper, du déguisement à prendre qui l'attendait
chez lui.

Un peu après minuit, le Roi est chez Richelieu. Il y trouve de grandes
perruques à l'usage des médecins, des habits noirs, des manteaux. Et
voilà Louis XV et son confident déguisés qui se rendent le long des murs
chez madame de la Tournelle, recevant pour la première fois une
déclaration en perruque carrée[312]. La surprise empêchait l'embarras,
et le romanesque, le comique presque de cette première entrevue en
sauvait la gêne, mettait le Roi à l'aise, dissipait la peur que le
timide amoureux avait de la fière créature. Le Roi sortait de chez
madame de la Tournelle tout à fait engagé, et trouvant à cette cour
ainsi faite un côté piquant, une nouveauté et un caractère d'aventure
qui le charmaient comme un enfant[313].

Entre cette visite de Richelieu à madame de Mailly et le rendez-vous de
la nuit, il y eut un dernier dîner, un dîner intime, où il n'y avait que
de Meuse entre le Roi et la maîtresse prête à quitter Versailles[314].
Nul témoignage, nul livre, nul billet ne raconte ce dîner. Rien n'en dit
le déchirement[315]. Seulement on vit sortir madame de Mailly de son
petit appartement, la poitrine haletante, les yeux remplis de larmes,
désespérée, presque folle, marchant sans voir et sans entendre. Derrière
elle, venait le Roi qui la suivait, l'apaisait, la soutenait de paroles
basses et douces, et finissait par lui dire: «À lundi.»

Ce «à lundi,» était-ce une permission de revenir à Versailles que
reprendra ce soir même madame de Châteauroux à Louis XV? Était-ce
simplement un leurre pour tromper sa douleur et endormir son
désespoir[316]?

       *       *       *       *       *

Madame de la Tournelle, sa sœur chassée, écrivait quelques jours après à
Richelieu parti pour la Flandre:

«_... J'ai montré au Roi vos lettres qui l'ont diverti; il m'a assuré
qu'il n'avoit point dit à madame de Mailly que ce fut vous qui eussiez
mené l'affaire, mais simplement qu'il vous avoit dit le fait et que vous
l'aviez accompagné chez moi. Vous sentez bien que l'on fera bien des
contes; vous n'avez qu'à toujours soutenir que vous n'en avez jamais
rien su que quand cela a été fort avancé; cela est même convenable pour
moi. Je ne veux point avoir l'air d'avoir recherché cet avantage, ni mes
amis pour moi, d'autant que nous n'y songions ni les uns ni les
autres... Sûrement Meuse vous aura mandé la peine que j'ai eue à faire
déguerpir madame de Mailly; enfin j'ai obtenu qu'on lui mandât de ne
point revenir que quand on lui demanderoit. Vous croyez peut-être que
c'est une affaire finie? Point du tout; c'est qu'il est outré de
douleur, et qu'il ne m'écrit pas une lettre qu'il ne m'en parle, et
qu'il me demande de la faire revenir et qu'il ne _l'approchera pas_,
mais qu'il me demande de la voir quelques fois: j'en reçois une dans ce
moment où il me dit que si je lui refuse, je serai bientôt débarrassée
d'elle et de lui; voulant dire apparemment qu'ils en mourront de chagrin
tous deux. Comme il me conviendroit fort peu qu'elle fût ici, _je compte
tenir bon_. Comme je n'ai pas _pris d'engagement_, dont je vous avoue
que je me sais bon gré, il décidera entre elle et moi... Je prévois,
cher oncle, que tout ceci me donnera bien du chagrin. Tant que le
Cardinal vivra, je ne ferai rien de ce que je voudrai. Cela m'a donné
envie de mettre ce vieux coquin dans mes intérêts en l'allant trouver.
Cet air de confiance me le gagneroit peut-être... Ceci mérite
réflexion... Vous pensez bien que tout le monde est en l'air et qu'on a
les yeux sur le Roi et sur moi... Pour la Reine, vous imaginez bien
qu'elle me fait une mine de chien; c'est le droit du jeu... Je vais vous
dire les dames qui iront à Choisy: mademoiselle de la Roche-sur-Yon,
mesdames de Luynes, de Chevreuse, d'Antin, de Flavacourt et votre
très-humble servante... Il n'osoit pas même aller à Choisy, c'est moi
qui lui ai dit que je le voulois. Personne ne logera dans l'appartement
de madame de Mailly; moi je serai dans celui que l'on appelle le vôtre,
c'est-à-dire_ si _M. Dubordage en a l'esprit, car le Roi n'en dira
mot... Il vous a mandé que l'_affaire étoit finie entre nous_, car il me
dit dans sa lettre de ce matin de vous détromper, parce qu'il ne veut
pas que vous en croyiez plus qu'il y en a. Il est vrai que, quand il
vous a écrit, il comptoit que ce seroit pour le soir; mais j'ai apporté
_quelques difficultés à l'exécution_, dont je ne me repens pas[317]._»

Cette lettre est madame de la Tournelle tout entière, et l'histoire
offre peu de documents pareils où une femme se soit ainsi peinte
elle-même en pied et aussi crûment. Nul portrait qui vaille cette
confession: c'est la femme même avec le sang-froid et l'impudeur de ses
ingratitudes, le cynisme de ses sécheresses, la férocité moqueuse de son
esprit et de son cœur. Il semble qu'elle pousse sa sœur par les deux
épaules avec ces mots qui ont la basse énergie des expressions du
peuple. Et quelle aisance dans sa sereine implacabilité! Rien ne la
trouble, rien ne la touche, pas même cette surprenante douleur arrachée
à l'égoïsme, les larmes de Louis XV! Au milieu de tout ce qu'elle a
brisé, et de tout ce qui pleure, se lamente et meurt autour d'elle, elle
raisonne, calcule, intrigue, avec une insensibilité dont le naturel
épouvante. «_Je compte tenir bon... J'ai apporté quelques difficultés à
l'exécution, dont je ne me repens pas_,» sont des mots qui donnent toute
sa mesure et avouent tout son caractère. On la voit, ayant pris jour
avec elle-même pour sa défaite, et voulant d'avance lui faire rendre
tout ce qu'une défense lui donne de prix. Elle entend beaucoup obtenir
avant de rien livrer: c'est une affaire où il faut des garanties. Il ne
lui convient pas de commencer comme madame de Mailly, d'en passer par
l'économie des dépenses de poche du Roi, de se salir les mains à
ramasser le peu de louis qui avaient payé les premiers rendez-vous de sa
sœur[318], de louer ses parures comme elle, et de recourir comme elle à
la bourse de Villars et de Luxembourg[319]. Elle ne veut pas non plus
qu'il lui arrive comme à sa sœur d'être obligée, après des années
d'amour et de faveur, d'aller emprunter pour les visites royales des
flambeaux et des jetons d'argent à sa voisine[320], et elle demande
d'autres générosités que celles inscrites sur le Livre rouge.

Puis, au-dessus de ses exigences d'argent, madame de la Tournelle couve
des exigences plus hautes; il faut que son orgueil ait part à son amour.
Il y aurait pour elle l'humiliation du mystère dans une liaison furtive,
dans un scandale caché et secret: elle entend paraître et éclater dans
le triomphe d'une favorite. Ces volontés, ces conditions _éclatantes_,
madame de la Tournelle ne tardait pas à les faire connaître, à les faire
porter au Roi. Elle lui laissait entrevoir que le renvoi de madame de
Mailly ne lui suffisait pas, qu'elle voulait être maîtresse déclarée,
sur le pied de la Montespan; qu'elle ne se souciait pas comme de Mailly
d'un petit logement aux soupers économiques, qu'elle demandait une
maison montée, un appartement où elle pût recevoir le Roi d'une façon
royale, la faculté enfin, dans ses besoins d'argent, d'envoyer toucher
sur ses billets au Trésor. Il était question dans le public d'une terre
de trente mille livres de rente, d'un hôtel à Paris et à la cour, de
cinquante mille livres par mois, de cinq cent mille livres de
diamants[321]. Le bruit courait même que l'ambitieuse personne avait
stipulé qu'au bout de l'an, elle aurait des lettres de duchesse
vérifiées au parlement, et que, si elle devenait grosse, sa grossesse
serait publique et son enfant légitimé. Les petites vanités d'une femme
étaient au fond de ces ambitions si grandes, si énormes, si insolentes
de madame de la Tournelle, et dans ce furieux désir d'élévation, dans
cette demande impérieuse du titre de duchesse, il y avait l'envie
impatiente de se venger de Maurepas, d'humilier sa femme et de punir, en
l'écrasant, le ministre qui avait tenté sans relâche de traverser sa
fortune, et s'opiniâtrait à n'en point vouloir oublier le point de
départ, ni les premiers commencements. Déjà elle s'approchait du
tabouret en préparant l'alliance d'une de ses sœurs toute dévouée à ses
intérêts, l'alliance de mademoiselle de Montcavrel avec le duc de
Lauraguais qui mettait le précédent d'un duché dans la famille[322].

C'était beaucoup attendre, beaucoup exiger d'un Roi peu familiarisé avec
les prodigalités de l'amour, et tenu «de si court» par le Cardinal; et
le caractère du Roi, timide et craignant l'opinion, peureux devant toute
résolution un peu brave, aurait dû encore diminuer la confiance de
madame de la Tournelle. Mais tout cela ne rabattait rien de ses
prétentions, elle comptait sur l'amour pour changer le Roi, lui faire
perdre cet esprit d'économie, ce respect humain et ces pudeurs. En
attendant, elle jouait l'indifférente; puis, ce jeu usé, elle faisait
semblant de revenir au duc d'Agénois, disant que les lettres
interceptées ne prouvaient qu'un caprice, et qu'elle n'y voyait point de
quoi lui être infidèle. Elle agaçait, rebutait et aiguillonnait le Roi
par les plus adroites comédies et les plus savantes coquetteries de son
sexe, l'assurant qu'il lui ferait plaisir de s'occuper d'autres dames,
et ne cessant, malgré tout, de l'entourer et de l'étourdir, par les
demi-mots et les indiscrétions de ses amis, de ses ambitions, de ses
volontés, de ses conditions[323].

Au bas de l'escalier de Versailles, à la nuit tombée[324], madame de
Mailly avait trouvé un carrosse de la cour qui l'avait menée à Paris, à
l'hôtel de Toulouse, chez les Noailles[325]. Les Noailles avaient la
vertu, l'esprit d'être fidèles à leurs amis. Ils donnèrent l'hospitalité
à la favorite sans abri, et qui n'aurait su, sans leur amitié, échapper
aux mauvais traitements de son mari, peut-être où coucher! Madame de
Mailly avait au chevet de son lit la maréchale de Noailles tout le temps
de sa première douleur. Ce fut d'abord un désespoir affreux, une crise
de sanglots et d'étouffements, une espèce de délire dans lequel la
malheureuse femme appelait à grands cris Louis XV[326]. Le curé de
Saint-Sulpice ne pouvait calmer la malade. On tremblait autour d'elle
pour sa raison, pour sa vie. On avait peur que, dans la violence et
l'égarement de son chagrin, elle ne fût prise de la tentation de
mourir[327].

Au transport succéda l'agitation, une fièvre de projets, des vouloirs
courts et saccadés, suivis d'abattement. Elle voulait partir pour
Versailles[328], elle se dressait pour se lever, et, la voiture
attelée, elle fondait en larmes, et retombait sur son lit.

C'étaient de douloureuses nuits blanches passées tout entières à creuser
sa disgrâce; c'étaient des journées employées à envoyer chercher les
gens qu'elle se persuadait attachés à sa personne[329] pour les
consulter sur le parti qu'elle avait à prendre, implorant des avis[330]
et ne prenant conseil que de sa douleur.

La vie de madame de Mailly était toute à la lecture et à la _relecture_
des billets du Roi, que presque chaque jour de Meuse lui apportait;
billets où, avec l'égoïsme cruel de l'amour, le Roi ne parlait guère que
de sa passion pour madame de la Tournelle, du charme de la jeune femme,
de l'empire à tout jamais pris sur lui. Ces lettres, ces dix-huit
lettres[331] qu'au mois de novembre l'ancienne maîtresse était fière de
montrer à ses familiers, elle en interrogeait chaque phrase, chaque mot,
y cherchant, y poursuivant l'espérance, aujourd'hui désolée et voyant
l'exil éternel, demain croyant l'épreuve finie et l'amour du Roi
revenu.

Ces derniers espoirs qui rattachèrent madame de Mailly à la vie
n'étaient point tout à fait aussi illusoires qu'ils pouvaient le
paraître. La lettre de madame de la Tournelle à Richelieu nous montre
que le cœur du Roi avait éprouvé après coup le déchirement de la
rupture, et qu'il s'était bien plutôt séparé que détaché de son ancienne
maîtresse, par les duretés et les brutalités inspirées par la sœur et
arrachées à la débile volonté de l'amant. Dépité par les froideurs de
madame de la Tournelle, humilié par sa longue résistance, Louis XV se
retournait avec des remords de reconnaissance vers la douce et facile
madame de Mailly. La séparation réveillait le sentiment qu'il croyait
mort, et mille souvenirs se levant de ce passé d'hier dont tout portait
le deuil autour de lui, mettaient dans ces billets tout amoureux d'une
autre, quelque chose _d'un revenez-y_ tendre et mélancolique pour la
délaissée.

La petite société qui entourait madame de Mailly, pour lui donner du
calme, la dérober peut-être au suicide, travaillait à la maintenir dans
cette persuasion, lui répétant que le Roi n'était point décidé, que son
appartement n'était point encore occupé, que la politique avait eu plus
de part à son éloignement que toute autre chose.

Et, dans la succession des espérances et des désespérances qui se
suivaient sans motif chez madame de Mailly, il y avait des jours où,
suppliante, elle faisait l'impossible pour obtenir seulement d'habiter
Versailles, s'engageant à ne jamais mettre les pieds au château; il y
avait d'autres jours où, dans des fanfaronnades enfantines, la femme
chassée se vantait d'avoir un moyen infaillible de rentrer à la cour
quand elle voudrait[332].

Cependant, dans la première quinzaine de décembre, au temps du retour de
ce voyage de Choisi où madame de la Tournelle avait enfin cédé au Roi,
madame de Mailly apprenait--ses amis ne pouvaient plus longuement lui en
cacher la nouvelle--qu'on avait démeublé ses logements de Versailles, et
que son petit appartement, l'appartement où elle avait passé après la
mort de madame de Vintimille tant de douces et solitaires heures en tête
à tête avec Louis XV, était condamné par une barre de bois clouée sur la
porte[333].

Il lui fallut se résigner. Le duc de Luynes, qui voyait en ces jours la
pauvre madame de Mailly installée dans un logement emprunté à madame de
Ventadour aux Tuileries, nous fait une peinture navrante de
l'abandonnée. Il la trouvait dans une immense chambre bien triste et
bien froide. Des larmes coulaient continuellement sur son visage
amaigri. Avec ce déliement des volontés brisées par un grand malheur,
elle paraissait ne plus vouloir rien, s'abandonnant d'avance à tout ce
que voudrait bien ordonner le Roi à son égard... Elle ne savait rien des
arrangements en train de se faire pour le paiement de ses dettes[334],
et s'y montrait complètement indifférente et comme étrangère. Elle
disait enfin, d'un ton mourant, que maintenant elle ne comptait plus
jamais revoir Versailles... Et la vie de madame de Mailly à cette heure
était celle-ci: Elle allait tous les jours dîner à l'hôtel de Noailles
avec la maréchale et quelquefois en tiers la duchesse de Gramont,
revenait de bonne heure chez elle où elle restait jusqu'à neuf heures,
repartait passer la soirée en tête à tête avec la comtesse de Toulouse.
Dans ce temps, complètement vaincue et s'humiliant à plaisir, elle
écrivait à celle qui l'avait supplantée une lettre où elle s'excusait
auprès d'elle des violences et des colères de ses paroles[335].

À quelques jours de là, madame de Mailly était privée de la seule
douceur qui lui fût accordée dans l'amer néant de la vie, de la
correspondance du Roi. Et la raison que Louis XV donnait pour la cesser
est bien touchante: il disait ne pas vouloir ruiner madame de Mailly,
qui jetait tout son argent au courrier lui apportant un bienheureux
billet[336].



XI

Refus de la duchesse de Luynes de faire partie du voyage de Choisi.--Le
souper, les jeux de quadrille et de cavagnole.--Madame de la Tournelle
proposant à madame de Chevreuse de changer de chambre.--Le Roi grattant
en vain à la porte de madame de la Tournelle.--Lettre de la favorite
donnant à Richelieu le pourquoi de son refus.--Louis XV malade
d'amour.--L'aigreur et les allusions de la Reine.--Les représentations
du Cardinal.--Lettre faisant appel aux sentiments religieux du Roi.--Les
_calotines_ de Maurepas.--Second voyage de madame de la Tournelle à
Choisi.--La chanson l'_Alleluia_ chantée par la favorite.--Troisième
voyage à Choisi.--La tabatière du Roi tirée par madame de la Tournelle
de dessous le chevet de son lit.--Départ de Richelieu, dans sa
_dormeuse_, pour les États du Languedoc.--La favorite à
l'Opéra.--Chronique des petits appartements envoyée par madame de la
Tournelle à Richelieu.--Post-scriptum polisson d'une lettre de Louis XV.


À quelques jours de l'expulsion de Versailles de sa sœur, madame de la
Tournelle se préparait à ce voyage de Choisi imposé au Roi[337], et où
le Roi se promettait de voir arriver l'heure du berger. Avec un calme
froid, une espèce d'indifférence hautaine, elle en ordonnait la mise en
scène et le scandale. Elle voulait le cortège des plus beaux noms de
France. Ce n'était point assez de la présence d'une princesse de
Bourbon, la nouvelle favorite exigeait encore, pour la consécration de
son installation, la couverture et le patronage de la vertu de la
duchesse de Luynes. Mais la duchesse éludait la proposition, et, quand,
à un souper, le Roi disait au duc qu'il invitait madame la duchesse au
voyage de Choisi, monsieur de Luynes, oublieux du cordon bleu qu'il
sollicitait depuis longtemps, ne répondait que par une profonde
inclination, allait trouver monsieur de Meuse, et le priait de faire
agréer au Roi la peine et le refus de sa femme[338]. Ce fut peut-être la
seule protestation de la Cour. L'empressement à servir et la soif de se
compromettre ne laissaient point longtemps vide la place refusée par
madame de Luynes.

Le lundi 12 novembre, le Roi partait pour Choisi avec mademoiselle de la
Roche-sur-Yon, madame de la Tournelle, madame de Flavacourt, madame de
Chevreuse, le duc de Villeroy, le prince de Soubise. Madame de la
Tournelle était aux côtés de Louis XV dans la gondole royale. Madame
d'Antin et madame de Ruffec, qui avait remplacé la duchesse de Luynes,
étaient arrivées avant le Roi. Les hommes du voyage étaient, outre le
duc de Villeroy et le prince de Soubise, le maréchal de Duras, monsieur
de Bouillon, monsieur le duc de Villars, monsieur de Meuse, le prince de
Tingry, monsieur d'Anville, monsieur du Bordage, les ducs de Luynes et
d'Estissac, monsieur de Guerchy, un ami particulier de madame de la
Tournelle[339].

Le voyage était assez maussade. Peut-être madame de la Tournelle se
trouvait dans une de ces dispositions d'esprit, où les irritations de la
veille reviennent ou s'aigrissent. Était-elle inquiète des lettres du
Roi à madame de Mailly? Était-elle blessée du refus de madame de Luynes?
Était-elle ulcérée des froideurs méprisantes de la Reine? ou bien
entrait-il dans ses plans de feindre la mauvaise humeur pour avoir plus
à elle l'attention du Roi?

En attendant le souper, le Roi faisait une partie de quadrille avec
messieurs du Bordage et de Soubise et mademoiselle de la Roche-sur-Yon.
Madame de la Tournelle avait refusé de se mêler à la partie, trouvant
que les cartes lui avaient été présentées trop froidement[340]. Le reste
des dames jouait à cavagnole.

Lorsque le Roi passait pour souper, mademoiselle de la Roche-sur-Yon
prenait place à sa gauche pendant que toutes les dames attendaient en
face du Roi. Louis XV appelait à sa droite madame d'Antin et mettait
sous son regard, au retour de la table, madame de la Tournelle entre
messieurs de Bouillon et de Soubise. Le souper fut sérieux, presque
silencieux; madame de la Tournelle évitant le regard du Roi, qui la
cherchait des yeux avec complaisance, ne parla pour ainsi dire pas.

Après le souper, la partie de quadrille et le cavagnole recommençaient,
pendant que madame de la Tournelle, appelant madame de Chevreuse[341],
avait avec elle dans un coin du salon une longue conversation debout,
chuchotée à voix basse. Or voici le sujet de la conversation. Au-dessus
de la chambre du Roi, située au rez-de-chaussée, il y avait la chambre
de madame de Mailly, la fameuse _chambre bleue_ communiquant avec les
appartements du Roi par un escalier intérieur. Madame de la Tournelle
avait été placée dans la chambre de Mademoiselle, la chambre la plus
rapprochée de la chambre bleue, tandis que madame de Chevreuse avait été
logée, comme la plus jeune, dans une chambre d'en haut. Madame de la
Tournelle disait à madame de Chevreuse qu'on l'avait mise dans une trop
grande chambre, qu'elle ne pouvait pas souffrir les grands appartements,
et qu'elle devrait lui faire le plaisir de troquer avec elle[342].
Madame de Chevreuse lui faisait observer qu'elle n'osait pas changer
d'appartement dans la maison du Roi sans savoir la volonté du Roi, sans
que Sa Majesté lui en parlât. Là-dessus madame de la Tournelle faisait
signe à Meuse de venir la trouver, et, quoique Meuse assurât que le Roi
trouverait bon le changement, madame de Chevreuse persistait à dire que,
quelque envie qu'elle eût de faire plaisir à madame de la Tournelle,
elle ne pouvait pas y consentir sans savoir les intentions royales[343].

Alors madame de la Tournelle revenait au jeu, et, le Roi couché, jouait
avec une espèce de plaisir furieux, comme si elle eût voulu passer toute
la nuit, ne quittant le cavagnole qu'à deux heures du matin au moment où
tout le monde tombant de fatigue abandonnait la table de jeu.

Madame de la Tournelle se décidait enfin à monter dans sa chambre, s'y
barricadait, et, feignant de dormir, quoique parfaitement éveillée et
l'oreille aux écoutes, laissait longtemps le Roi gratter à sa porte--et
n'ouvrait pas[344].

Ce grattement à la porte, la _petite visite_ refusée, en voici la
mention,--que ne retrouve-t-on pas dans les autographes?--en un
indiscret aveu de la femme aimée à Richelieu, en une lettre intime où la
jeune et machiavélique théoricienne d'amour ne craint pas d'avouer sans
ambages et sans circonlocutions qu'elle s'est conduite ainsi avec le Roi
uniquement parce que _cela augmentera l'envie qu'il en a_.

     _À Versailles, ce mardi, à trois heures après minuit._

«_Je ne suis point étonnée, mon cher oncle, de vostre colère, car je m'y
attendois; je ne la trouve pourtant point trop raisonnable, je ne vois
pas où est la sotise que j'ay fait en refusant honnestement la petite
visite. Tout ce qui pourroit m'en faire repentir, c'est que cela
augmentera l'envie qu'il en a. Voilla tout ce que je craint, la lettre
que vous m'aves envoyes est très belle, même trop, je ne lescrirez
pas[345]..., et puis cela auroit l'air d'un grand empressement, ce que
je ne veus en vérité pas. Tachez de me venir voir, c'est absolument
nécessaire. Bon soir, je ne vous en dirée pas davantage, car je ne peux
plus tenir ma plume tant j'ay envie de dormir; je suis pourtant encore
assé éveillé pour sentir que vous estes fol à lier; ce qu'il y a de
plaisant, c'est que vous trouvez fort extraordinaire que les autres ne
le soit pas tout à fait tant. Pour moy je vous avouerez que je men
remercie et que je men sçay le meilleur gré du monde, je naporte pas
autant de vivacité que vous dans cette affaire, et je m'en trouve bien.

Tranquilisé vous, cher oncle, tout ira bien, mais non pas comme vous le
voudriez, j'en suis très fachés, mais cela m'est impossible. Adieu, cher
oncle, je merite que vous ayez un peu d'amitiés pour moi, vu ma façon de
penser pour vous.

Sur toute chose n'ayes pas l'air de rien savoir, car il me recommande un
secret inviolable_[346].»

Madame de la Tournelle savait tout ce qu'elle gagnait à se refuser ainsi
à celui qui, la voyant à tous les instants de la journée, lui écrivait
deux ou trois lettres par jour[347]. Elle exaspérait en les impatientant
les sens de ce Roi maigrissant, dévoré et bientôt malade de passion.
Elle le tenait lié et enchaîné avec ce lendemain qu'elle approchait et
retirait sans cesse de lui, et elle faisait, de ce Louis XV inassouvi et
furieux d'ardeurs, l'amant docile et servile qui lui convenait.

       *       *       *       *       *

Le Roi revenait à Versailles, le vendredi 16 novembre, de fort méchante
humeur contre son adorée qu'il passait deux jours sans visiter[348],
contre son entourage qu'il ne trouvait pas assez enthousiaste et auquel
il marquait des froideurs, contre son premier ministre qu'il
rembarrait, contre son peuple qui s'était permis d'afficher sur les murs
de Choisi un placard insolent[349], enfin contre sa femme, la douce
Marie Leczinska, à laquelle il ne trouvait pas une soumission assez
résignée.

La Reine, habituée au service de madame de Mailly[350], à ce service
caressant et humble des derniers temps et comme sollicitant un pardon,
n'avait pu s'empêcher d'apporter une pointe d'aigreur dans ses rapports
avec la fière et hautaine dame du palais qui venait de lui être imposée.
Malgré les objurgations de madame de Montauban[351] et ses promesses «de
se bien conduire avec les nouvelles amours du Roi», la Reine se laissait
parfois aller à mettre dans quelque allusion secrète un peu de la
vengeance d'une femme légitime. Or, un jour qu'on parlait du mauvais
état de nos affaires en Allemagne, la Reine s'étant écriée «que ça
allait être bien pire par la colère du ciel[352]», madame de la
Tournelle, regardant en face la Reine, lui demandait avec une
tranquille insolence ce qu'elle voulait dire par là[353]. De ce jour la
présence de la favorite, selon l'expression même de madame de la
Tournelle, devenait de l'opium[354] pour la Reine qui faisait semblant
de dormir aux côtés de sa dame du palais, ne l'engageait plus à veiller,
ne la retenait plus quand minuit était sonné. Dès lors, la Reine ne se
laissait plus aller à aucune hostilité contre madame de la Tournelle,
mais faisait tout haut l'éloge de madame de Mailly, déclarait à tous
ceux qu'elle voyait qu'elle désirait qu'elle fût bien traitée, entourait
le Roi dans Versailles d'un courant de sympathie en faveur de
l'abandonnée, et Louis XV enrageait: un jour il refusait une lettre
qu'on lui apportait de madame de Mailly et défendait qu'on lui en remît
d'autres à l'avenir; un autre jour il demandait à la comtesse de
Toulouse, lui peignant l'état de la malheureuse femme, de ne plus
l'entretenir de cette matière, et comme elle insistait, il lui disait
assez brutalement: «Eh! Madame, il y a plus d'un an que cela m'ennuie,
il me semble que c'est bien assez[355]!»

De plus sérieux ennuis, et de plus grands tracas étaient ceux donnés au
Roi par le Cardinal. Aussitôt qu'il avait appris le départ de madame de
Mailly de Versailles, Fleury était accouru pour faire des
représentations à Louis XV; mais à peine avait-il ouvert la bouche, que
le Roi, enhardi par la passion, avait interrompu l'homélie en disant à
l'Éminence que s'il lui avait abandonné le soin de son État il n'avait
jamais songé à lui donner aucun droit sur sa personne[356]. Louis XV se
croyait délivré de toute nouvelle représentation, quand le Cardinal,
usant d'un moyen que les ministres et les maîtresses emploieront tout le
règne, mettait sous les yeux du Roi une lettre vraie ou supposée
provenant du décachetage de la poste et qui contenait: «Le Roi n'est
plus aimé comme auparavant des Parisiens. On désapprouve hautement le
renvoi de madame de Mailly et le choix d'une troisième sœur pour
maîtresse. Si le Roi persiste dans sa vie scandaleuse, il se fera
mépriser. La troisième n'est pas plus estimée que la seconde.»

«Eh bien, je m'en f...»[357], disait le Roi, après l'avoir lue, en la
rendant au Cardinal abasourdi, et tout aussitôt il s'emportait contre la
liberté que le public se donnait de parler de ses goûts secrets et
marquait un ressentiment colère de ce qu'on était si peu réservé à son
égard.

Le Roi n'était point encore quitte. À quelques jours de là il recevait
une lettre du Cardinal, où le prêtre, parlant à son ancien élève avec
autant de force que de liberté, engageait Louis XV à ne pas aller plus
loin avec madame de la Tournelle, lui représentait le tort que ce
commerce monstrueux apporterait à sa renommée en France et dans toute
l'Europe[358], faisait appel à ses sentiments religieux, ébranlait sa
passion par la menace des châtiments célestes, semait les inquiétudes
dans sa conscience..., et tels étaient les tiraillements du Roi entre
tous les sentiments qui l'assaillaient, son trouble, ses incertitudes
que les courtisans doutaient un instant si Louis XV n'allait pas revenir
à madame de Mailly et à Dieu[359].

L'amour l'emportait sur la morale. C'est alors que Fleury, désespérant
de l'avenir du Roi, mais toutefois ne donnant pas sa démission,
s'embusquait dans une maison sur la route du château de Choisi, lâchait
son confesseur sur le prince[360], déchaînait la Muse de Maurepas et
toute cette volée de chansons moqueuses dont les ironies commençaient à
siffler aux oreilles de madame de la Tournelle.

Héritier de la veine des Ménippées et des Mazarinades, fécond, inventif,
et aidé de la verve pasquinante d'une société d'amis dont l'esprit était
à l'image du sien, Maurepas jetait tous les jours une nouvelle satire
sur la famille et le sang des Nesle[361], fouettant l'opinion de
couplets vifs et gaillards, faisant du rire et du refrain comme
l'enfance et comme les jeux déjà forts de la liberté de la presse. Temps
étrange où, dans notre gai pays, la guerre commençait contre la royauté,
et le vent de la révolution se levait, dans le portefeuille d'un
ministre, de petits vers rimés par une Excellence;--de petits vers
qu'appellera un homme de 93 «les bleuettes de la liberté et les
avant-coureurs des grands mécontentements». Enhardi par son
ressentiment, soutenu par la vogue qu'a toujours rencontrée la chanson
en France, Maurepas égratignait la favorite, avertissait le Roi par
mille ironies légères, volantes, bourdonnantes, qui, des soupers de
Versailles se répandant dans les soupers de Paris, faisaient donner par
tous les échos du beau monde un charivari à ces nouvelles amours.
C'était un petit journal quotidien, cachant ses coups sous l'innocence
du badinage, insaisissable et désarmant la répression comme un bon mot
désarme la colère, et faisant des ruines sans qu'on s'en aperçût, et
montrant aux oisifs, et aux mécontents, et à la curiosité ennemie, et à
l'utopie, l'homme dans le Roi et l'amoureux dans l'homme; en un mot
apprenant l'irrespect aux peuples. Mais Maurepas ne voyait pas si loin,
il jouissait du succès présent, il jouissait des amertumes de madame de
la Tournelle[362]. Et il ne tarissait pas, et il improvisait _calotines_
sur _calotines_, s'inquiétant assez peu d'être soupçonné[363], et
faisant grand fond sur l'habitude que le Roi avait de lui, de son
travail si facile, si léger, si superficiel: une aimable leçon qui ne
demandait à l'élève ni sacrifice de temps, ni effort de réflexion.

       *       *       *       *       *

Un second voyage avait lieu à Choisi le 21 novembre. C'étaient les mêmes
hommes et les mêmes femmes, sauf la duchesse de Ruffec, que madame de la
Tournelle faisait écarter sous le prétexte que cette dame avait des
attentions pour le Roi, «qui paraissaient en vouloir à son cœur[364]».

La favorite avait, pendant ce séjour à Choisi, une attitude nouvelle;
elle n'était point préoccupée, concentrée, peu parlante comme au premier
voyage; elle jouait la gaieté, l'entrain avec un air de défi tout à
fait singulier, et on l'entendait, le rire aux lèvres, le cœur peut-être
saignant[365], chantonner, par bravade, dans le cercle de quelques amis
rangés autour d'elle[366]:

     Grand Roi que vous avez d'esprit,
     D'avoir renvoyé la Mailly!
     Quelle haridelle aviez-vous là!
         Alléluia.

     Vous serez cent fois mieux monté
     Sur la Tournelle que vous prenez.
     Tout le monde vous le dira.
         Alléluia.

     Si la canaille ose crier
     De voir trois sœurs se relayer,
     Au grand Tencin envoyez-la.
         Alléluia.

     Le Saint-Père lui a fait don
     D'indulgences à discrétion
     Pour effacer ce péché-là.
         Alléluia.

     Dites tous les jours à Choisy
     Avant que de vous mettre au lit
     À Vintimille un _libera_.
         Alléluia[367].

Dans ce voyage madame de la Tournelle avait pris possession de la
chambre bleue[368]. Cependant, malgré la pression de Richelieu arrivé de
Flandre le 16 novembre, et qui ne quittait pas madame de la Tournelle
depuis son arrivée[369], en dépit de l'air de satisfaction et de
tranquillité répandu sur le visage du Roi, contrairement aux _on dit_
que se murmuraient tout bas à l'oreille les courtisans sur la défaite de
la favorite, il semble que l'affaire n'ait point abouti pendant ce
voyage. Un vulgaire mal de dent dont souffrit Louis XV tout le temps à
Choisi, une défaillance à la suite d'une incomplète extraction de la
dent malade, furent-ils la cause d'un retard et d'une remise?

Il n'y avait point de voyage à Choisi à la fin de novembre, madame de la
Tournelle faisant sa semaine chez la Reine.

       *       *       *       *       *

Un troisième voyage s'effectuait le 9 décembre, un voyage des plus
brillants, où on comptait vingt hommes et six dames, et où la Duchesse,
qui avait consenti à se rendre aux instances de Louis XV, oubliant ses
soixante-dix ans, au son de sa vieille voix chantant des rondeaux du
feu Roi et de la Régence, mettait en branle et en danse tout le monde.

Une tabatière que le Roi, après être monté en voiture, avait tirée de sa
poche et renfoncée tout aussitôt, cette tabatière, le lendemain matin,
madame de la Tournelle la tirait de dessous le chevet de son lit, et la
montrait à M. de Meuse[370].

L'œuvre de Richelieu était accomplie, le duc tout d'un coup devenu le
favori, l'homme à la mode de la cour particulière du Roi, montait à
Choisi même le lendemain à neuf heures du soir dans sa chaise de poste
pour aller tenir les États du Languedoc. Toute la société du petit
château rangée autour de la _dormeuse_, le duc, après avoir fait
bassiner son lit, entrait dans sa voiture où il y avait une vraie
chambre à coucher et une petite cuisine propre à tenir chaudes trois
entrées. Et en présence de tout ce monde, au milieu duquel madame de la
Tournelle paraissait fort chagrine, il se couchait, disant qu'on le
réveillât à Lyon[371].

Le 19 décembre, madame de la Tournelle dont la présence, quoique
annoncée d'avance, était une surprise, se montrait impudemment à
l'opéra, empressée d'afficher à Paris l'attachement de Louis XV;
désireuse de faire ratifier le goût du Roi par le goût du public[372].

Avec cette liaison, une existence nouvelle commença pour le Roi. Délivré
du préceptorat du Cardinal, de la réserve qu'il imposait à ses goûts, à
ses plaisirs, et ne gardant de ses conseils qu'une pente à l'économie,
il se précipita dans toutes les jouissances de l'amour satisfait, dans
toutes les licences et les paresses des passions vives et des
sensualités molles. Ce fut la furieuse échappade et la folle vie de
garçon d'un jeune homme élevé par un prêtre, qui rompt, à l'époque de la
maturité des appétits et de la plénitude des sens, les entraves de sa
jeunesse. Indifférent à la France, à ses succès, à ses revers, abrégeant
les conseils, il se plongea et s'oublia dans le vin et la bonne chère.
Ni Prague, ni la Bavière, ni l'armée n'avaient place dans sa tête,
pleine du vide des lendemains d'excès, où la pensée allait d'une truite
du lac de Genève envoyée par Richelieu, à l'anecdote graveleuse toute
chaude.

       *       *       *       *       *

À la fin de décembre, madame de la Tournelle était installée à
Versailles dans son appartement de favorite[373]. Et là, elle s'amusait
à écrire, sous les yeux de Louis XV, la chronique des petits
appartements qui allait porter à Richelieu, lorsqu'il était absent, les
petites et les grandes nouvelles de la cour, la plaisanterie du jour, et
l'assurance de l'amitié de la maîtresse de son Roi:

     _À Versailles, ce 28 décembre._

«_Bonjour, cher oncle; en vérité je suis bien aise que vous vous portiez
bien: pour que ma joye fut complette, il faudroit que vous fussiez icy,
car réellement je m'ennuye beaucoup de ne vous pas voir. Il me paroît
que vous este curieux, car vous me faite bien des questions. Je croit
que pour vous plaire ce que je pourrai faire de mieux est d'y repondre:
je me trouve très-bien dans mon appartement nouveau et j'y passe de
très-jolies journées; sçavoir comment l'on m'y trouve, ce n'est pas à
moy à vous dire cela; j'en feré la question de votre part, nous verrons
ce qu'on vous y repondra. J'ai mangé de votre truite[374], dans mon
voisinage on l'a trouvée très-bonne et l'on a bue à votre santé. Je ne
sçai point encore quand mon futur beau-frère arrivera, mais je voudrois
déjà que tout cela fût fini; le beau-père a donné à la Moncavrel[375]
son St-Esprit de diamant et la belle-mère une belle boete: ils font les
choses au mieux comme vous voyes, je ne sçaurois trop me louer de leur
politesse pour moi et pour ma sœur.

Je ne sais ce que vous voulez dire de ce courrier de M. de Broglio. Ce
qu'il y a de sur c'est qu'ils vont prendre leurs quartiers d'hyver. J'ai
lue votre lettre à celuy à qui vous souhaitez tant de bonheur et il vous
en est très obligé; vous avez du recevoir de ses nouvelles; il y a
peut-estre un article qui aura pu vous inquiéter par l'amitié que je me
flatte que vous aves pour votre nièce, mais ce n'est rien; l'on vous
expliquera mieux l'affaire à votre retour: au reste tout est comme quand
vous este parti. J'ay toujours oublié de vous complimenter sur votre
mariage avec mademoiselle Chauvelin. C'est bien mal à vous de ne m'en
avoir rien dit; on n'a que faire de vouloir vous faire des tracasseries
avec moy, il me semble que vous vous en faite bien tout seul. Il faut
pourtant que je rende une justice, c'est que l'on a pas encore essayé.
Je crois que c'est que l'on en sent l'inutilité, et ils ont bien raison,
car quelques choses qu'il arrive vous pouves compter, cher oncle, sur ma
tendre et sincère amitié. Je voudrois pouvoir vous en donner des
preuves, ce seroit assurément de bien bon cœur.

Madame de Chevreuse est toujours très-mal[376] et Fargy est mort[377].
Le Roy est enrhumé, mais cela va bien; la Reine maigrit tous les jours,
incessamment elle sera etique. Voilà toutes les belles nouvelles de la
cour, car sans doute que vous savez que la poule[378] a pondu; madame de
Nivernois est accouchée d'une fille[379]._»

       *       *       *       *       *

Quelquefois c'était le Maître qui prenait lui-même la plume, et mandait
à son favori ce que faisait le Roi, ce que devenait la _Princesse_,
entremêlant les nouvelles d'ironies ou de réflexions d'un détachement
singulier sur les généraux de ses armées. «... Je suis
fasché,--écrivait-il,--que votre général soit malade de corps et
d'esprit; à l'égard du corps, tout s'use, vous le sentés moins qu'un
autre, mais cela n'en est pas moins vray.» Puis il repassait la lettre à
madame de la Tournelle qui écrivait sur la même feuille:

«_Je nay pas le temps de vous écrire plus au long, cher oncle, parce que
le courier va partir, vos nouvelles sont diabolique et elles mon mis du
noir dans l'esprit toute la journée, et je ne sçai comment sera la nuit.
Je ne vous répondresz pas à tous les articles de votre lettre parce que
ce n'est pas à moy; si le Roy vouloit, il s'en acquitteroit mieux que
moy, vous feroit plus de plaisir et à moy aussi. Bonsoir._»

Et sur le peu de papier qui restait, le Roi écrivait ce badinage qui
tourne si court, et comme une fin de chapitre du _Sopha_[380]:

«Puisque cela feroit plaisir à la princesse, je vous dires donc que je
vous donne le bonsoir et que... adieu[381].»



XII

Mort du cardinal Fleury.--L'ambition sans vivacité de la
favorite.--Interception d'une lettre du duc de Richelieu à madame de la
Tournelle.--Disgrâce momentanée du duc.--Le pot au feu des deux sœurs
dans un cabinet de garde-robe.--Le mutisme affecté de madame de la
Tournelle sur les affaires d'État.--Elle abandonne Belle-Isle et
Chauvelin.--La nouvelle société formée autour de la favorite.--La
_Princesse_, la _Poule_, la _Rue des Mauvaises-Paroles._--Croquis de la
_Poule_.--Madame de Lauraguais, la _grosse réjouie_.--Les physionomies
des ministres.--Crédit de madame de Lauraguais.--Émulation amoureuse
entre les deux sœurs.--La beauté de madame de la Tournelle.--Son
portrait sous l'allégorie de la _Force_.--Les bains de la
favorite.--Voyage de la Cour à Fontainebleau en septembre.--Commencement
de la maison montée de madame de la Tournelle.--Le cercle restreint des
soupeurs et des soupeuses.--La jalousie de madame de Maurepas empêchant
pendant neuf mois madame de la Tournelle d'être élevée au rang de
duchesse.--Lettre de madame de la Tournelle sur son duché.--Sa
nomination et sa présentation le 22 octobre 1743.--Lettres patentes de
l'érection du duché de Châteauroux en faveur de madame de la Tournelle.


L'année 1743[382] commençait, et dans le premier mois de l'année mourait
le vieux Cardinal[383], débarrassant le jeune Roi de toute contrainte
dans ses amours.

Cette mort cependant, dans le premier moment, ne changeait rien à la
position de la favorite, et la superbe prédiction de Richelieu
«annonçant que bientôt celui qui pénétrerait dans l'antichambre de
madame de la Tournelle aurait plus de considération que celui qui était
tout à l'heure en tête-à-tête avec madame de Mailly[384]» ne se
réalisait pas encore.

       *       *       *       *       *

Au fond, madame de la Tournelle n'a pas l'ambition pressée, active,
impatiente. Elle désire être duchesse, toutefois sans vivacité, avec la
paresse de ses membres si peu remueurs, avec l'indolence de ce corps
toujours couché sur une chaise longue et qu'on ne peut décider à prendre
l'air dehors que sur les huit ou neuf heures du soir[385], mais aussi
avec la persistance continue des natures molles et une tranquille
confiance dans la complicité des choses et des évènements. Ce n'est pas
l'ambitieuse par vocation à la façon de sa sœur Vintimille, et malgré
l'énergie de ses partis-pris et la violence de ses résolutions, la
favorite, dans les premiers temps de sa faveur, apparaît bien plus comme
une femme qui s'est laissé séduire par la grandeur de la position qu'on
lui a offerte. Il semble aussi que, par moments, cette jeune femme qui
ne se sent aucun goût pour le Roi, chez laquelle un ancien amour
rentrait parfois, trouve payer trop cher l'objet de ses ambitions, et,
ainsi qu'elle le dit, ne regarde pas absolument comme _sa félicité_
d'être aimée du Maître[386].

       *       *       *       *       *

Le Roi aimait, mais l'amant de madame de Mailly avait été accoutumé à si
peu rétribuer l'amour, qu'au moment de tenir ses promesses, il était un
peu effrayé de l'énormité des demandes, et avait besoin de temps pour
prendre l'habitude des générosités royales. Il arrivait encore que, dans
ce temps, Louis XV était mis en défiance contre l'entourage de la
favorite. Maurepas, que la mort du Cardinal laissait chancelant, que le
duc de Richelieu travaillait à renverser, dont le Roi lui-même semblait
annoncer le renvoi en ce rondeau moqueur pour son ministre[387] qu'il
dansait et chantait à la Muette, pendant l'agonie de l'Éminence,
Maurepas avait le bonheur d'intercepter une lettre de cette
correspondance adressée chaque jour par le duc de Richelieu, et où il
minutait à la favorite son plan de conduite, heure par heure[388]. Dans
cette lettre, Richelieu posait, comme une des conditions du maintien de
madame de la Tournelle, le renvoi de la plus grande partie des gens
attachés à Sa Majesté. De là, la rentrée en faveur de Maurepas et une
froideur marquée du souverain pour Richelieu qui n'était pas rappelé à
la cour sitôt qu'il l'avait espéré. Puis, cette espèce de disgrâce
transpirant, il se faisait à la cour, qui n'aimait pas le duc et sa
parole dénigrante, un travail pour rendre à d'Ayen le cœur et l'oreille
du Roi. Un moment, le refroidissement du Maître pour l'ami de madame de
la Tournelle n'était un mystère pour personne; on savait que Richelieu
avait témoigné un dépit presque colère de n'avoir point été de la
dernière promotion des lieutenants-généraux. Et lorsqu'au mois d'avril
Richelieu arrivait du Languedoc, le duc s'attendait en vain à voir le
Roi lui donner le gouvernement de Montpellier qu'il sollicitait depuis
longtemps.

On apprenait même, quelques jours après, que Richelieu proposant au Roi
de lui faire reprendre une lieutenance en Languedoc d'un revenu de
18,000 livres contre Montpellier qui rapportait 22,000 livres,--une
augmentation de 4,000 livres de revenus, c'était une bien petite grâce à
obtenir,--Louis XV n'avait pas donné de réponse à Richelieu, et le
gouvernement de Montpellier n'était point accordé[389]. Madame de la
Tournelle se trouvait enveloppée dans le complot ourdi par Maurepas
contre son conseil; elle sentait le Roi en garde contre elle, et, avec
la perception que développe l'existence des cours, elle remarquait la
contrainte de ceux qui s'approchaient d'elle, et la fière personne, sans
faire un pas, sans tenter une démarche pour ramener le Roi, attendait
dans sa belle et calme impassibilité!

       *       *       *       *       *

Devant cette résistance du Roi à ne pas lui accorder ce qu'elle
demandait, la favorite ne se fâchait, ni ne s'emportait, ni ne
s'indignait, ne boudait même pas; elle se contentait seulement, avec un
doux entêtement et une volonté poliment indomptable, à se refuser à
aller dîner dans les cabinets, à ne pas permettre que le Roi fît
apporter son souper dans son appartement, élevant presque des
difficultés pour autoriser sa Majesté à faire monter chez elle, les
jours où de Meuse avait la goutte, sa collation, une tasse de lait[390].

C'était sa manière de déclarer à Louis XV qu'elle ne le recevrait que
lorsqu'il l'aurait mise en état de le recevoir, comme il convient à une
maîtresse de roi; il y avait encore dans ce procédé une façon à la fois
discrète et spirituelle de faire honte au petit-fils de Louis XIV, de
sa parcimonie, des habitudes bourgeoises et rétrécies que lui avait
données le Cardinal, de l'économie présente de ses amours. Et la cour
assista pendant quelques mois à un curieux spectacle, le spectacle à
Versailles de la favorite en pleine faveur, envoyant quérir son souper
chez le traiteur et faisant faire son potage par sa femme de chambre
dans un cabinet de garde-robe[391].

       *       *       *       *       *

Indépendamment de cette sage et habile expectative, madame de la
Tournelle basait toute sa conduite sur une profonde connaissance du Roi.

Du premier coup, elle avait découvert sa marotte _de ne pas vouloir être
pénétré_[392] et n'ignorait pas tout le mal qu'avaient fait à madame de
Mailly ses maladresses à cet égard, sa vivacité à interroger Louis XV
sur les affaires de l'État, son obstination à arracher à ce Roi défiant
et fermé le secret de sa pensée. Madame de la Tournelle afficha donc un
mutisme affecté, poussa l'abstention en toutes ces choses si loin, que
cet éloignement de la politique avait au premier moment charmé et étonné
le Roi comme la moins ordinaire des qualités d'une maîtresse[393].
Madame de la Tournelle forçait ainsi le Roi à parler le premier des
affaires, et se laissait consulter, et se faisait prier pour écouter et
donner son avis[394], tout en ayant l'air d'être seulement à la grave
question de savoir quand le Roi voudrait bien lui accorder une voiture,
et si elle attellerait à six chevaux: ce qui ramenait le Roi sans
défiance à faire un calcul par lequel il cherchait à lui prouver que la
dépense de six chevaux était trop considérable et qu'elle devrait se
contenter de quatre[395].

Madame de la Tournelle avait encore l'art de deviner les répulsions et
les sympathies du Roi pour les individus, et l'esprit de baser sa
politique sur les sentiments personnels, si puissants, si vifs, si
persévérants chez Louis XV. Elle soutenait Orry, le contrôleur général,
le ministre de l'Argent. Elle soutenait d'Argenson qui, répandu dans le
monde et les salons, lui en apportait l'appui, et contre-balançait
Maurepas sur le terrain même de ses influences et de sa puissance. Elle
soutenait les Noailles, malgré leurs étroites liaisons avec sa sœur de
Mailly, malgré les accointances et les amitiés de la famille avec
Maurepas, parce qu'elle savait les de Noailles établis dans l'habitude
et l'amitié du Roi depuis son enfance, et que ses ambitions ne prenaient
nulle alarme de la personnalité du maréchal de Noailles.

Desservi dans l'esprit du Roi par le Cardinal, il n'avait guère été
employé par Louis XV, dans ces dernières années, que pour un travail que
le Roi lui avait fait faire à Saint-Léger sur les affaires de la
succession de madame de Vintimille; mais, le Cardinal mort, et M. de
Belle-Isle retiré pour ainsi dire dans sa terre de Bissy, et surtout
après la remise à Louis XV d'une lettre écrite par Louis XIV peu de
jours avant sa mort et confiée à madame de Maintenon pour être remise à
son petit-fils quand il commencerait à gouverner lui-même, le maréchal
de Noailles devenait non pas seulement un ministre d'État, mais le
personnage important du moment et le maître de la situation.

Mais les hommes que mesdames de Mailly et de Vintimille avaient
protégés, en dépit des secrètes préventions du Roi, espérant abriter la
fortune et la durée de leurs amours à l'ombre de leur gloire, de leur
génie, de leurs grands rêves, de leurs plans heureux; ces hommes étaient
abandonnés par madame de la Tournelle pour des hommes moins brillants,
mais agréables au Roi. C'est ainsi qu'elle abandonnait Belle-Isle, ce
grand homme à projets, nourri de fièvre, et dont la fièvre inquiétait et
troublait la paresse du Roi, ainsi qu'elle abandonnait Chauvelin dont le
grand tort était d'avoir le parti des hommes sérieux de la cour, ce qui
effrayait le Roi[396].

       *       *       *       *       *

Au mois d'avril, une société, qui n'était plus celle de madame de
Mailly, se formait dans les cabinets autour de madame de la Tournelle.
Les amis particuliers de l'ancienne favorite avaient été éloignés. M. de
Luxembourg n'était plus appelé, et rencontrait même de certaines
difficultés pour être employé à l'armée cette année[397]. Le ménage
Boufflers, enveloppé dans la prévention qui régnait contre Belle-Isle,
invité aux soupers une fois par hasard, était parti pour aller dans ses
terres. De Meuse, le dîneur ordinaire du Roi, qui ne se sentait pas
aimé au fond par la favorite[398], le duc de Villeroy, le duc d'Ayen, le
comte de Noailles, Coigny qui étaient aussi bien les amis du Roi que
ceux de madame de Mailly, avaient trouvé grâce; mais ces commensaux
n'avaient plus l'oreille du Maître comme autrefois. La nouvelle cour des
cabinets, comme l'appelait le duc de Luynes, était composée du duc de
Richelieu, l'homme en faveur et l'amuseur en titre, de MM. de Guerchy et
de Fitz-James, deux anciens amis de madame de la Tournelle, du marquis
de Gontaut, du duc d'Aumont, très-intimement liés avec les deux sœurs.
De toutes les femmes des petits cabinets, la seule madame d'Antin,
quoique de l'intimité de madame de Mailly, avait été assez heureuse pour
se maintenir dans les soupers et les voyages[399].

Les femmes que voyait alors presque uniquement le Roi, et dont il était
entouré à toutes les heures, étaient: _la Princesse_, _la Poule_, _la
Rue des Mauvaises paroles_: les petits noms d'amitié sous lesquels,
dans l'intimité royale, s'appelaient madame de la Tournelle, madame de
Flavacourt, madame de Lauraguais.

Madame de Flavacourt avait le charme des airs effarouchés, le comique
d'effarements charmants devant les admirations trop indiscrètes, les
compliments trop ardents; toute sa personne, à de certains moments,
s'érupait comme se hérissent les plumes d'une poule[400]. Toutefois
madame de Flavacourt ne jouait là qu'un rôle de jolie femme, de créature
à la pudeur gentiment maniérée, un rôle discret, effacé, avec de petits
cris drôles de temps en temps; quoique très bien avec les deux sœurs,
_la Poule_ n'était pas admise aux confidences[401].

Mais, et surtout en ce temps de diplomatie féminine, où la favorite qui
n'avait qu'une médiocre confiance dans les victoires de son esprit, qui
se sentait d'ailleurs portée à la raillerie par le sang de sa famille et
à laquelle on avait fait la leçon sur le danger de parler, gardait un
silence de commande, le premier rôle appartenait à madame de
Lauraguais[402]. Elle était, à l'heure présente, le boute-en-train, la
tueuse de l'ennui des cours, la dérideuse du front du Roi, cette
Lauraguais, cette grasse, cette courte, cette laide commère, craquant de
graisse, allumée d'une joie de peuple, toujours en gaieté, toujours
prête à rire de tout le monde et que de Meuse avait baptisée: _la grosse
réjouie_. Chez cette femme, qui apparaît au milieu de Versailles comme
une duchesse taillée sur le patron de madame Dutour, la marchande de
toile du roman de Marivaux, il y avait un forte et gaillarde santé, un
gaudissement intérieur, débondant, sans une méchanceté bien noire, en
ironies, en moqueries, en gaillardises, en lardons, en paroles
agressives, qui faisait un jour dire au Roi, passant en voiture avec les
deux sœurs, rue des Mauvaises-Paroles: «Ce n'est pas ici une rue qui
convient à la _Princesse_, mais elle pourrait bien convenir à madame de
Lauraguais[403].» Se souciant fort peu des gens qui n'étaient pas ses
amis intimes, s'embarrassant encore moins des choses et des événements,
très-peu allante et venante, et restant comme sa sœur, toute la journée,
enfermée chez elle dans une paresseuse immobilité et une espèce
d'horreur du mouvement, incapable de retenir et de renfermer en elle
cette humeur railleuse, dont l'éruption était comme l'exutoire d'une
activité qui ne se dépensait pas, nullement maîtresse de sa parole, elle
passait le jour et une partie de la nuit à turlupiner la création
entière.

«Beaucoup de paresse, un bon fauteuil, et se réjouir aux dépens de ses
pareils,» c'est le portrait qu'en trace le duc de Luynes dans une phrase
mal construite, mais qui peint la femme au vif[404].

Sous l'influence de madame de Lauraguais, les soupers prenaient un
caractère qu'ils n'avaient point eu sous madame de Mailly; une verve
mordante se mettait à les animer, à les égayer, à les marquer au coin
d'une originalité presque de soupers de lettrés et d'artistes. Les
rapports de police parlaient beaucoup au mois d'avril d'un souper, où
les physionomies des gens de la cour et des ministres avaient été
l'objet des comparaisons les plus piquantes, et où madame de Lauraguais
avait brillé entre tous et toutes. La grosse duchesse, avec le sens
caricatural qui est au fond de tout satirique, avait poliment trouvé que
d'Argenson ressemblait à _un veau qui tette_, M. de Saint-Florentin à
_un cochon de lait_, le contrôleur-général à _un hérisson_, M. de
Maurepas à _un chat qui file_, M. le cardinal de Tencin à _une
autruche_[405], M. Amelot à _un barbet_, M. le cardinal de Rohan à _une
poule qui couve_, M. le duc de Gesvres à _une chèvre_, etc.

Et le bruit courait bientôt que madame de Lauraguais jouissait d'une
faveur égale à celle de sa sœur[406]. Même on disait que le crédit de la
première diminuait, tandis que celui de la seconde augmentait, et
qu'elle faisait maintenant partie d'un conseil secret des
arrière-cabinets dont était écarté le duc de Richelieu. On allait plus
loin encore, on répétait que madame de la Tournelle s'était aperçue de
l'amour du Roi pour madame de Lauraguais, de privautés même qui ne
laissaient aucun doute sur une liaison intime, et l'on ajoutait que la
favorite avait pris le parti de ne faire aucun reproche, moyennant quoi
elle gardait son crédit, pendant que sa sœur faisait tout pour ne pas
lui laisser apercevoir les préférences dont Sa Majesté l'honorait dans
toutes les occasions[407].

       *       *       *       *       *

Cette rivalité, cette émulation amoureuse entre les deux sœurs
amenait-elle ce qu'elle amène quelquefois entre deux femmes qui se
disputent un homme? Donnait-elle de l'amour à celle qui n'aimait point
encore? ce qu'il y a de certain, c'est qu'au mois de juin, les
courtisans remarquaient que madame de la Tournelle commençait à prendre
du goût pour le Roi, et quelque temps après on entendait la femme aimée
dire de sa propre bouche «que présentement elle aimait le Roi»[408].

Alors ce fut une occupation et une prise de possession du Roi par la
tyrannie de la coquetterie sans cœur et du caprice sans pitié. Madame de
la Tournelle ne ménagea à Louis XV nul des tourments et des
aiguillonnements avec lesquels les liaisons vénales tiennent l'amour en
haleine. Tantôt c'étaient des froideurs qui faisaient craindre au Roi
d'être quitté, tantôt des exigences de femme impérieuses et entêtées
comme des volontés d'enfants, puis des colères, puis des jalousies, une
succession d'indifférences et d'éclats, d'emportements et de bouderies
qui ne laissaient point de trêve au Roi et le tourmentaient sans cesse.
Madame de la Tournelle mettait ses refus dans la possession même et
laissait encore son royal amant gratter à la porte. Elle irritait enfin
par toutes les taquineries et les variations d'humeur cet amour qu'elle
gardait de la satiété, en le maintenant dans l'inquiétude; et elle
s'emparait chaque jour davantage de ce roi inoccupé, égayant ou
assombrissant à toute heure le ciel de ses pensées, et le tenant auprès
d'elle sous le coup et le charme de son inconstance et de sa mobilité.

Madame de la Tournelle faisait aussi appel à toutes les séductions de sa
beauté que les grâces lourdes et vulgaires, la grosse santé des charmes
de madame de Lauraguais faisaient si bien valoir, et qu'elle savait
encore, comme madame de Mailly, relever et ennoblir par de grandes
parures[409], des pans de draperies flottantes, qui lui donnaient une
jeune majesté olympienne et semblaient l'asseoir sur des nuées.

Une peau de tigre attachée à l'épaule, une cuirasse enfermant sa gorge
délicate et drue, il faut voir, dans le serein rayonnement de son front,
dans l'élancement vivace de son corps, la jeune immortelle en cette
allégorie nerveuse de la force sous laquelle Nattier la divinise[410].

Il fallait voir la jeune femme avec son teint à la blancheur
éblouissante, sa marche molle, ses gestes spirituels, le regard
enchanteur de ses grands yeux bleus, son sourire d'enfant, sa
physionomie tout à la fois mutine, passionnée et sentimentale, ses
lèvres humides, son sein haletant, battant, toujours agité du flux et du
reflux de la vie[411].

Et cette beauté de madame de la Tournelle se montrait accompagnée d'un
doux enjouement, d'un art de ravir tout naturel et sans effort, d'une
légère ironie du bout des lèvres,--et, contraste charmant,--«d'un
esprit qui paraissait venir de son cœur quand on parlait de choses
tendres ou sensibles»[412].

       *       *       *       *       *

Tout le mois d'août, madame de la Tournelle se baignait. Tous les jours
le Roi venait lui tenir compagnie dans son bain, revenant au bout de
quelques instants faire la conversation dans la pièce voisine avec ceux
qui l'avaient accompagné, et de la porte entr'ouverte arrivaient au Roi
et à son monde les paroles, les petits rires de la baigneuse qu'on ne
voyait pas, avec le frais bruit d'éclaboussures faites par des gestes de
femme dans de l'eau. Puis madame de la Tournelle se couchait, et, ainsi
que la Reine d'un _Conte de fée galant_, dînait dans son lit[413], le
Roi assis à son chevet, la petite cour rangée debout autour d'elle.

       *       *       *       *       *

À la mi-septembre la cour se rendait à Fontainebleau. Pendant que
mesdames de Lauraguais et de Flavacourt se partageaient le logement du
Cardinal, madame de la Tournelle s'installait dans l'appartement de M.
de la Rochefoucauld dont les fenêtres donnaient sur le jardin de Diane.
Il avait été «accommodé tout au mieux», et une porte de communication
le rattachait aux petits cabinets du Roi.

À ce voyage la favorite obtenait un commencement de maison: c'était un
cuisinier, le meilleur qu'on avait pu trouver, c'était un écuyer,
c'étaient six chevaux de carrosse, c'était une berline en train d'être
confectionnée[414]. Dès ce mois de septembre les désirs de madame de la
Tournelle commençaient à être obéis comme des ordres. Aux premiers jours
de l'arrivée de la cour, pendant la _belle semaine_, la semaine que
faisait appeler ainsi la présence autour de la Reine de mesdames de la
Tournelle, de Flavacourt, de Montauban, d'Antin; la favorite s'étant
plainte que les places de la tribune de la chapelle n'étaient point
commodes, que les bancs et les appuis n'étaient que des planches sans
garniture, et que les banquettes pour se mettre à genoux n'étaient
recouvertes que d'un méchant cuir; en vingt-quatre heures tout se
trouvait changé: bancs, appuis, banquettes avaient été garnis de
coussins en peluche cramoisie.

En défiance des empressements nouveaux autour d'elle, et disant qu'elle
faisait grand cas de ceux qui étaient ses amis avant le renvoi de sa
sœur, qu'elle estimait beaucoup ceux qui étaient demeurés les fidèles de
madame de Mailly, mais qu'elle n'avait aucune confiance dans ceux qui
cherchaient à lui plaire aux dépens de la renvoyée, la favorite vivait
et faisait vivre le Roi dans un cercle toujours plus restreint d'hommes
et de femmes. Les hommes soupant dans les cabinets de Fontainebleau
n'étaient plus guère que MM. d'Anville, d'Estissac, de Villeroy, de
Meuse. Et encore de Meuse se sentait-il seulement souffert à cause de la
vieille habitude qu'en avait le Roi, et de l'appui que lui apportait
Richelieu, qui toutefois lui-même ne pouvait triompher de l'antipathie
de la favorite pour l'ami dévoué de madame de Mailly.

Aussi le vieux courtisan se préparait-il philosophiquement à la
retraite, songeant à sa terre de Sorcy en Lorraine, où il avait passé de
bonnes années autrefois, et dont une ancienne inscription, plusieurs
fois répétée sur les murs, lui revenait à la mémoire: _Tout va si mal
que tout ira bien_.

Quant aux femmes, il n'y avait plus que madame d'Antin qui fût tolérée
aux soupers, et encore quelquefois. Madame de Boufflers, déjà
très-rarement invitée aux soupers des cabinets de Versailles, avait été
complètement écartée à la suite d'une altercation avec madame de
Lauraguais. Mademoiselle de la Roche-sur-Yon soupait une seule fois.
Pour la malheureuse mademoiselle de Charolais, quoiqu'elle eût acheté
depuis un an la terre d'Athis pour être à proximité de Choisi, et
quoique son appartement à Fontainebleau donnât sur le jardin de Diane, à
deux pas des cabinets du Roi, elle n'était plus de rien du tout, et le
Roi n'allait pas même lui rendre visite[415].

Dans la longue intimité qu'apportait entre Louis XV et la maîtresse un
séjour presque tête à tête du matin au soir de plus de deux mois, en ce
lieu propice de tout temps aux femmes aimées de nos Rois, en ce
Fontainebleau où plus tard seront accordés les brevets des nombreuses
faveurs et donations arrachées par madame de Pompadour, les ambitieux
désirs de madame de la Tournelle cheminaient vers leur réalisation.

Le duché convoité par madame de la Tournelle, sans qu'elle voulût en
parler à Louis XV, sans qu'elle permît d'en parler ouvertement, mais
tout en laissant tenir par ses amis «tous les propos qui pouvaient
conduire à cette grâce[416]», avait rencontré bien des difficultés et
bien des atermoiements. Le 31 janvier, lors de la présentation de madame
de Lauraguais, la cour s'attendait à entendre le Roi dire: «Madame la
duchesse de Châteauroux, asseyez-vous[417].» Il n'en avait été rien, et
les petites maîtresses de la cour s'étaient donné le plaisir de chanter
pendant plusieurs mois:

     Viens à Choisi, mon roitelet,
     .............................
     Fais-moi gagner le tabouret,
     Disait la bien-aimée.
     .............................

En mai, le duché semblait ajourné, et même sur le bruit d'une grossesse
de madame de la Tournelle, l'on prétendait que la maîtresse ne serait
faite duchesse qu'après avoir donné des enfants au Roi.

Au fond, le véritable obstacle à l'élévation de madame de la Tournelle,
c'était la jalousie de la vieille madame de Maurepas qui ne pouvait se
faire à l'idée de voir la favorite duchesse, qui ne pouvait _digérer_
que la parente qu'elle s'était accoutumée à regarder du haut de sa
grandeur chez la duchesse de Mazarin, fût assise à la cour, quand elle,
elle y resterait debout[418]! Et Maurepas, obéissant à ses ressentiments
particuliers, en même temps qu'il caressait les petites passions
mauvaises de sa femme, contrariait sourdement cette érection de duché,
disant, au mois d'août, que s'il avait voulu être favorable à l'affaire
de la favorite, elle serait terminée depuis longtemps.

La duchesse était réduite à faire ses affaires elle-même avec le
concours de Richelieu, et un mois avant, elle écrivait à son confident,
au sujet de ce duché, qu'elle semble chercher des yeux sur la carte de
France:

     _À Versailles, ce _17_ juillet _1743.

«_Quand je prends la plume pour vous écrire, cher oncle, j'oublie la
moitié de ce que j'ay à vous dire: je ne peut pas m'empêcher de vous
répéter encore que vous m'avez paru d'une humeur de chien dans votre
dernière lettre et déraisonnable au dernier point à l'égard de mon
affaire; elle n est pas plus avancée que quand je vous en ay escrit. Le
Roy a dit au controleur de chercher une terre de vingt mil livres de
rente, aparemment qu'il ne l'a pas encore trouvé, tout ce que je sçay
c'est qu'il luy dit il y a quelque temps que la Ferté Imbault estoit a
vendre, mais ci c'est celle la, je ne veux pas en porter le nom au moins
que de le partager par la moitié par galanterie pour la vieille duchesse
de la Ferté. Quant à ce que vous me dites de prendre mon nom, cela ne
seroit guere possible, premierement, il faudroit une permission de mon
père et du comte de Mailly, et en second lieu une grande malhonneteté
pour la famille de mon mari, au lieu qu'en prenant le nom de la terre
cela est tout simple: l'on m'a dit que le Roy pouvoit la nommer comme il
voudroit, si celuy quelle porteroit ne me convenoit pas; en ce cas dite
moy quel est celuy que je demanderois. Je suis bien faché que vous ne
soyé pas ici car on ne peut pas parler aussi bien de tout cela par
escrit. À l'égard de Vendome et d'Angouleme il ni faut pas compter, l'on
prétend que des qu'il y a dix ans qu'un domaine ou terres est réuni à la
couronne, le Roy n'est plus maitre d'en disposer, ou qu'au moins cela
donneroit sujet à de grandes discussions, et il ne nous en faut point,
il faut quelque chose qui aille tout de suite. Ainsi mendé moy ce que
vous pensé surtout cela, car quand l'humeur ne vous a pas gagné, je vous
crois de bon conseil et ay confiance en vous[419]._»

À la fin d'octobre, au bout de six semaines de séjour à Fontainebleau,
le duché était trouvé[420] et accordé et l'on ne s'occupait plus que de
la rédaction de la grâce que madame de la Tournelle désirait voir
rappeler les précédents de mesdames de la Vallière et de Fontanges[421].

Le duché donné à madame de la Tournelle était le duché de Châteauroux,
tirant son nom de Raoul ou Radulphe de Déols qui avait bâti le château
et la ville sur la rivière de l'Indre au Xe siècle. Cette terre, passée
depuis aux Condé, avait été attribuée dans le partage des biens de la
maison au comte de Clermont qui l'avait vendue au Roi pour payer ses
dettes. Cette terre valait 85,000 livres[422] de rentes, et dans le
renouvellement des fermes qui venait d'avoir lieu, les fermiers généraux
qui continuaient à jouir de cette terre, s'étaient engagés à payer les
85,000 livres par an pendant le courant du bail. Le duché de Châteauroux
demeurait domaine du Roi, madame de Châteauroux en jouissait par brevet
pour sa vie seulement[423].

La présentation avait lieu le mardi 22 octobre 1743, après le débotté.

La présentation se faisait avec un certain appareil:

Il y avait huit dames dont cinq assises qui étaient mesdames de
Lauraguais, de Châteauroux, la maréchale de Duras, les duchesses
d'Aiguillon et d'Agénois. Les trois femmes debout étaient madame de
Rubempré, madame de Flavacourt et madame de Maurepas qui enrageait.
Sortie du cabinet du Roi, la nouvelle duchesse allait prendre son
tabouret chez la Reine qui lui disait: «Madame, je vous fais compliment
sur la grâce que le Roi vous a accordée.» Et s'asseyant, Marie Leczinska
faisait asseoir à sa gauche mesdames de la Tournelle et Lauraguais et à
sa droite madame de Luynes[424].

Quatre mois après Maurepas était obligé de libeller lui-même l'érection
du duché de Châteauroux par ces lettres, où il semble avoir mis la
vengeance de son ironie sérieuse et de son persiflage à froid:

«LOUIS, PAR LA GRÂCE DE DIEU, Roy de France et de Navarre, à tous
présens et à venir, salut. Le droit de conférer les titres d'honneur et
dignités étant un des plus sublimes attributs du pouvoir suprême, les
Rois nos prédécesseurs nous ont laissé divers monuments de l'usage
qu'ils en ont fait en faveur des personnes dont ils ont voulu illustrer
les vertus et le mérite par des dons dignes de leur puissance, de terres
et de seigneuries titrées qui puissent réunir en même temps les honneurs
et les biens dans celles qu'ils ont voulu décorer. À CES CAUSES,
considérant que notre très-chère et bien aimée cousine, _Marie-Anne de
Mailly, veuve du sieur marquis de la Tournelle_, est issue d'une des
plus grandes et illustres Maisons de Notre Royaume, alliée à la nôtre et
aux plus anciennes de l'Europe, que ses ancêtres ont rendu depuis
plusieurs siècles de grands et importants services à notre couronne,
qu'elle est attachée à la Reine, notre très-chère compagne, comme Dame
du Palais, et qu'elle joint à tous ces avantages toutes les vertus et
les plus excellentes qualités de l'esprit et du cœur qui luy ont acquis
une estime et une considération universelle, nous avons jugé à propos de
luy donner par notre brevet du vingt et un octobre dernier _le
Duché-Pairie de Châteauroux et ses appartenances et dépendances, sis en
Berry_, que nous avons acquis de _notre très-cher et très-amé cousin,
Louis de Bourbon, comte de Clermont, prince de notre sang_, qui le
tenoit patrimonialement de la succession du duc de Bourbon son père et
de ses auteurs, pour en disposer en toute propriété par nous et nos
successeurs, et nous avons commandé par ledit brevet qu'il fût expédié à
notre dite cousine toutes lettres sur ce nécessaires en conséquence
dudit brevet. Elle a pris le titre de duchesse de Châteauroux et jouit
en notre cour des honneurs attachez à ce titre. Et désirant que le don
par nous fait à notre dite cousine, duchesse de Châteauroux, ait la
forme la plus solide, la plus honorable et la plus authentique, nous
avons par ces présentes signées de notre main, de notre propre
mouvement, grâce spéciale, certaine science, pleine puissance et
autorité royale...»[425].



XIII

Refus de Louis XV de désigner à Maurepas le successeur du duc de
Rochechouart.--Richelieu nommé premier gentilhomme de la Chambre.--Les
Parisiens le baptisant: _le Président de la Tournelle_.--Portrait moral
du duc.--Appropriation par l'amant des qualités et des dons supérieurs
de ses maîtresses.--Action dirigeante de madame de Tencin.--Curieux type
de cette femme d'intrigue.--Ses axiomes de la vie pratique du
monde.--Son activité fiévreuse.--La religion de l'esprit.--Madame de
Tencin organise la ligue des Noailles avec les Rohan.--Guerre qu'elle
mène contre Maurepas.--Ses jugements sur le contrôleur-général, le
maréchal de Belle-Isle, de Noailles, d'Argenson.--La surveillance de
l'entourage de la favorite.--Ses mépris de Louis XV et son instinct
d'une grande politique.--Madame de Tencin donne à la duchesse de
Châteauroux l'idée d'engager Louis XV à se mettre à la tête de ses
armées.


Le succès de l'appareillage entre Louis XV et madame de la Tournelle
allait bientôt valoir à Richelieu le salaire qui convenait à ses
services et que méritaient ses complaisances[426]. La place de premier
gentilhomme de la chambre donnée à la mort du duc de Rochechouart, tué
à la bataille de Dettingen à son fils, devenait vacante cinq mois après
par le décès de cet enfant, enlevé à quatre ans par une convulsion. La
place semblait devoir revenir à monsieur de Saint-Aignan dont le père et
le frère avaient possédé cette charge. Monsieur de Saint-Aignan avait
été en outre blessé au service, et ses affaires étaient fort dérangées à
la suite de quatorze années d'ambassade en Italie et en Espagne. La
charge était en outre sollicitée par monsieur de Luxembourg que l'on
disait avoir une promesse écrite du Roi, obtenue du temps de Mailly, et
par monsieur de Châtillon qui allait se trouver sans charge, l'éducation
du Dauphin étant presque terminée, et encore par monsieur de la
Trémoille, très-appuyé par le duc d'Orléans. Au plus fort des
compétitions, Maurepas, voulant avoir un mot du Roi, ne pouvait
l'obtenir. Piqué, le ministre demandait à Louis XV quelle devait être sa
réponse à ceux qui lui demandaient le nom du titulaire. Le Roi lui
disait sèchement «qu'il n'avait qu'à répondre qu'il n'en savait
rien»[427]. Maurepas et les courtisans étaient fixés, la place de
premier gentilhomme de la chambre était donnée à Richelieu: et Louis XV
et madame de Châteauroux attendaient le retour du courrier expédié à
Montpellier et qui devait leur apporter l'acceptation du duc[428].

C'est ainsi que celui que les Parisiens appelaient avec une méprisante
ironie le «_président de la Tournelle_» était mis au premier plan, et
montait à une place dont la constitution de la monarchie française
faisait une des plus grandes influences de l'époque[429].

       *       *       *       *       *

Le temps est loin où, mêlé et confondu dans le petit monde des
Marmouzets, en cette bande de jeunes gens mettant du rouge, passant une
partie de la journée au lit, usant de l'éventail, une miniature de la
cour des Valois, le modèle de Richelieu et son parangon était le duc de
Gesvres. Le temps n'est plus même, où la conquête de la femme, son
immolation à sa vanité, l'_ostentation dans la volupté_ ainsi que
l'appelle d'Argenson, lui paraissait une gloire suffisante. Aujourd'hui,
en l'homme de cinquante ans s'est éveillée une ambition active et
remuante, mais sourde et cachée, qui marche vers un but certain et fixé
d'avance avec la ceinture lâche de la légèreté et du plaisir. À cette
ambition Richelieu joint un cœur supérieurement sec, un grand mépris
pratique des femmes, une conscience impudique, qui, sans honte du métier
d'entremetteur royal, demande en souriant aux préjugés, si l'on rougit
de donner au souverain un beau vase, un agréable tableau, un bijou
précieux, et pourquoi l'on rougirait davantage de lui offrir ce qu'il y
a de plus aimable au monde, une femme. À ce cynisme absolu, soutenu
d'ironie sceptique et porté avec un grand air, ajoutez une bravoure
toute française, un certain tact des fausses démarches, et la véhémence
et l'affirmation d'une parole subjugante à la façon de son grand oncle
le Cardinal[430], puis encore toutes les grâces d'état du joueur
heureux, l'assurance du succès, la confiance insolente, la superstition
en son étoile, il semble que l'on ait tout Richelieu et que l'on possède
entièrement le secret de ses prospérités.

Et cependant une chose aida plus encore que tous ces dons la fortune de
Richelieu: je veux parler de cette force modeste, la puissance
d'assimilation qui était la qualité supérieure de cet esprit étroit et
de ce génie misérable. Dans ses nombreuses amours, dans ses liaisons
avec ce que la cour et Paris possédaient d'intelligences délicates et
vives, dans le contact et l'épanchement de tant de femmes
supérieurement douées, de mademoiselle de Valois, de la princesse de
Charolais, de madame d'Averne, de la princesse de Rohan, des duchesses
de Villeroy et de Villars, Richelieu s'appropria tout ce que ces cœurs
raffinés, ces esprits éveillés, ces yeux perçants, ces âmes occupées de
curiosité, ces nerfs sensibles, sentaient, devinaient, voyaient,
percevaient pour lui. Il ne puisa pas seulement chez les femmes avec
lesquelles il vécut et à travers lesquelles il passa, la science des
riens, la déduction des apparences, la seconde vue des choses
indifférentes, ce sens d'observation, cet instinct des hommes et des
situations, qui n'appartiennent qu'à ce sexe armé providentiellement de
toutes les armes de la faiblesse; mais il tira encore des femmes qui se
lièrent à lui sa politique, sa diplomatie, ses plans d'intrigue, ses
audaces, les ressorts de sa faveur et les moyens de son rôle. Ce furent
des conversations de femmes, des conseils de femmes, des espionnages et
des comptes-rendus, et encore des indications et des idées de femmes,
qui réglèrent ses projets, dictèrent ou affermirent ses résolutions,
inspirèrent ou arrangèrent ses plans de campagne, marquèrent ses
positions sur la carte de la cour, poussèrent ses manœuvres et lui
soufflèrent la victoire. Pour ôter toute illusion sur la valeur et
l'initiative de la personnalité de Richelieu, il suffit de le considérer
et de le montrer dans cette intrigue de madame de Châteauroux: il
s'agite, mais c'est une femme qui le mène; et à le voir allant, venant,
avançant, reculant, tournant à droite, tournant à gauche, sous la
dictée de madame de Tencin, il semble le pantin des intrigues de cette
femme, le premier ministre de l'intrigue.

       *       *       *       *       *

Richelieu et madame de Tencin s'étaient rencontrés dans la caverne de
l'intrigue, chez l'abbé Dubois, alors que l'ex-religieuse[431] échappée
de Grenoble pour venir donner d'Alembert à Paris, tenait le ménage et le
salon de l'abbé, et gagnait la faveur du Régent, en apportant à ses
plaisirs la variété de débauches antiques, la distraction de nouvelles
lupercales[432].

Il y avait déjà d'audacieux projets dans cette tête pétillante de malice
et d'esprit si bien ajustée sur un long cou plein de grâce, dans cette
jeune Tencin qui cherchait à se glisser dans les affaires, à se loger
quelque part dans l'État avec son frère! Déjà courant les ministres,
visitant les ambassadeurs, voyant les financiers, sollicitant les
magistrats, donnant audience aux nouvellistes lui apportant la primeur
des histoires de la cour et de la ville, présidant une assemblée furtive
de prélats en permanence chez elle, quand le cardinal de Bissy ou le
nonce du pape ne pouvait pas les recevoir[433], et ayant fait de sa
maison une espèce d'académie, elle est la première des femmes politiques
qui aient compris le pouvoir des gens qui tiennent une plume, qui ait
caressé et choyé ce parti nouveau: les hommes de lettres[434].

Avant le dîner de madame Geoffrin, il y a le _dîner de la Tencin_, chez
laquelle l'autre se glisse pour recueillir ce qu'il y a de meilleur et
de plus illustre dans l'inventaire de la vieille femme.

Madame de Tencin, dit Duclos, avait une qualité que n'a poussée à ce
point aucune femme de son temps: l'esprit d'avoir l'esprit de la
personne avec laquelle elle avait affaire. C'était une merveille que la
simplicité et la bonhomie dont elle enveloppait toute la rouerie de sa
personne, et longtemps Marmontel rira de sa naïveté, quand il se
rappellera au sortir des visites passées, ses exclamations: _la bonne
femme!_

Cette curieuse personnalité du siècle, il fallait l'entendre en sa
petite maison de Passy, en ce lieu de retraite où sa pensée se
recueillait pour ourdir une trame, il fallait l'entendre professer
l'expérience, tenir à ses familiers un cours pratique de la vie du
monde, faire montre de «cet épais bon sens» dont la frêle créature
semble avoir l'orgueil plus que de toute autre chose: «Faites-vous,
disait-elle, à un homme de lettres dont elle avait entrepris
l'éducation, des amies plutôt que des amis. Car au moyen des femmes on
fait tout ce qu'on veut des hommes; et puis ils sont les uns trop
dissipés, les autres trop préoccupés de leurs intérêts personnels pour
ne pas négliger les vôtres; au lieu que les femmes y pensent, ne fût-ce
que par oisiveté. Parlez ce soir à votre amie de quelque affaire qui
vous touche; demain à son rouet, à sa tapisserie, vous la trouverez y
rêvant, cherchant dans sa tête le moyen de vous servir. Mais de celle
que vous croirez pouvoir vous être utile, gardez-vous bien d'être autre
chose que l'ami, car, entre amants, dès qu'il survient des nuages, des
brouilleries, des ruptures, tout est perdu. Soyez donc auprès d'elle
assidu, complaisant, galant même si vous voulez, mais rien de plus,
entendez-vous?[435]»

Madame de Tencin ambitionnait encore la réputation d'être une amie toute
dévouée ou une ennemie déclarée.

       *       *       *       *       *

Entre cette femme qui, malgré tout, en dépit même de l'indulgence du
temps, ne pouvait échapper à la déconsidération[436], et Richelieu qui,
malgré le relief de ses amours, avait grand'peine à se faire accepter
de la grande société, Richelieu, qui avait eu besoin de tuer en duel le
prince de Lixen pour ne plus entendre bourdonner à ses oreilles le nom
de Vignerot[437], entre ces deux ambitions qui pressentaient de si
grands obstacles, une liaison ne pouvait être qu'une ligue, la mise en
commun de l'esprit d'entreprise de la femme et de la réputation à la
mode de l'homme.

Madame de Tencin pensa que Richelieu était le seul homme qui pût mettre
son frère au ministère, et peut-être, Fleury mourant, lui procurer sa
succession. Elle s'attacha complètement à lui, surveillant les études
de son fils, réglant les comptes de son intendant, servant ses amours,
éclairant par des reconnaissances habiles tout ce qu'il tentait,
interrogeant et confessant pour lui, à l'armée ou en province, la cour,
Paris, le grand monde, le petit monde, la livrée, lui mettant l'oreille
à toutes les portes, lui ouvrant l'intérieur de la Reine, lui dévoilant
les colères du Cardinal, l'avertissant de l'influence naissante de
Mirepoix sur le Roi, prenant la mesure des gens auxquels il allait avoir
affaire, lui en donnant la clef et la valeur, lui ménageant les
entrevues, lui épargnant les démarches, le mettant en garde contre la
sottise des rancunes et la niaiserie des premiers mouvements, l'arrêtant
sur le danger de faire entrer à l'académie un athée comme Voltaire,
l'empêchant de perdre du temps avec de _petites femmes_, lui prêchant
toutefois de les faire parler, le conseillant, le renseignant, lui
annonçant toute chaude l'apoplexie de Breteuil, lui dénonçant la cabale
qui se prépare pour le renverser au voyage de Fontainebleau d'automne,
lui montrant l'ennemi ou le danger, la chose à faire ou le coup à
craindre, la faveur à miner ou le crédit à ménager; et cela, dans une
langue de scepticisme précise et concise, froide et nette comme la
parole même de l'expérience.

Type curieux de ce temps dont l'apparence n'est que mollesse, paresse,
et dont l'abord n'est plein que des dieux du repos, tandis qu'au fond et
dans l'ombre des âmes, s'agitent les ambitions dévorantes et les
activités furieuses qui se plaignent par la voix d'un homme de ce
siècle «de ne pas dormir assez vite»; madame de Tencin n'est que
mouvement, qu'agitation, que fièvre.

Toute la journée aux visites, aux audiences, aux conciliabules des
ministres, aux avis de ses amis, de ses espions; toute la nuit aux
écritures, aux mémorandums, aux rapports, aux missives de dix pages, à
sa fabrique de lettres anonymes, à son _grimoire_[438].

Il semble qu'elle ne soit femme que par le système nerveux, et qu'elle
ne tienne à l'humanité que par cette maladie de foie qui irrite encore
son activité des chaleurs de sa bile. L'amour est pour elle une affaire
de canapé[439]; ni la passion ni le sentiment ne parlent à son cœur,
gagné et rempli tout entier par la nouvelle religion du siècle que
Maurepas baptise «la religion de l'esprit».

       *       *       *       *       *

Cette femme cependant détachée de son sexe, de son cœur, supérieure aux
instincts tendres, aux illusions, aux émotions, partage son âme avec
une autre moitié d'elle-même. Elle vit dans une de ces communautés
d'existence, et toute à l'un de ces dévouements où souvent tout le cœur
des sceptiques se concentre et se réfugie.

Ces menées sans trève, cette imagination sans sommeil, le maniement
admirable de la flatterie, les ressources de l'intelligence, prescience,
coup d'œil, esprit, séduction, tout était ramené par madame de Tencin
vers l'ambition, vers la fortune de son frère[440], de ce frère avec
lequel, au dire du public, elle faisait ce ménage dont le public voulut
voir un autre exemple dans l'amitié fameuse de la duchesse de Gramont et
du duc de Choiseul; liaisons étranges et profondes, où l'ambition
aurait violé la nature pour faire garder à la famille les secrets
entendus de l'oreiller seul, se dérober aux tentations comme aux
expansions extérieures, et assurer à cette confidence et à cette
intimité dernières la discrétion d'un même sang!

Aussitôt les amours du Roi arrangées par Richelieu, la faveur de madame
de la Tournelle déclarée, madame de Tencin parle à Richelieu du besoin
qu'ils ont d'unir toutes leurs forces pour le soutien de madame de la
Tournelle, et de joindre contre Maurepas, les Rohan aux de
Noailles[441]. Elle lui montre que là est la grande nécessité de leur
situation, leur défense et le nœud du succès: il faut que Richelieu
ramène à lui et rattache au parti madame de Rohan, cette maîtresse qu'il
n'a point voulu offrir au Roi, préférant lui donner la maîtresse de son
cousin. Et pour désarmer ce dépit amoureux d'un nouveau genre, ce sera
madame de Tencin elle-même qui ira trouver madame de Rohan, et qui
parviendra à obtenir qu'elle ne se plaigne plus qu'avec un reste
d'aigreur «de n'avoir pu acquérir un ami, et de n'avoir paru digne à
Richelieu que de certains sentiments».

Après avoir rallié les Rohan à Richelieu, toute son attention et toute
sa stratégie se tournent contre Maurepas, «l'homme au cœur perfide».
Voilà l'ennemi contre lequel madame de Tencin ne cesse de mettre en
garde Richelieu, l'adversaire à craindre, le ministre à ruiner. Elle le
perce, elle le suit. Elle dit à l'oreille de Richelieu le _gazetin_ que
Maurepas rédige et qui est remis au Roi tous les matins, les éclats de
rire continuels que le Roi et le ministre s'en vont cacher dans les
embrasures des fenêtres, l'alliance de Maurepas avec le contrôleur
général, la dépendance d'Amelot qui ne fait pas «une panse d'_a_ sans
les ordres qu'il reçoit de Maurepas», les trois quarts d'heure que
Maurepas a passés avec le Cardinal, la mine joyeuse qu'il montrait en
sortant, la police des propos des petits appartements faite par Meuse
pour le comte de Maurepas, les indiscrétions de Pont de Veyle sur le
compte de son chef, chaque pas, chaque piste, chaque détour, chaque
traité secret, chaque marche et jusqu'à chaque changement de physionomie
de Maurepas. Puis, s'élevant à la conclusion, à la vue générale de la
position, considérant, sans se laisser aveugler par l'hostilité,
l'ensemble du pouvoir de Maurepas, son influence sur l'esprit du Roi, sa
toute-puissance sur le secret de la poste, son armée d'espions, sa
fabrique de petites nouvelles, tenant compte de ses cailletages et de
ses coups fourrés, elle laissait à Richelieu dégrisé et ramené au vrai
sens des choses, l'option entre deux seules conduites: un raccommodage
plâtré ou une attaque à fond; et pour l'attaque, c'est elle encore qui
en trace le plan et en marque le terrain: «La marine a recueilli cette
année 14 millions, et n'a pas mis un vaisseau en mer;» c'est là,
dit-elle, où il faut attaquer Maurepas.

Si rien ne la trouble, ni ne l'effraye, nul ne la trompe ni ne
l'éblouit.

Le contrôleur général ne la dupe pas avec son air brusquement bonhomme,
elle le voit depuis des temps infinis marcher sous terre, sans qu'on
s'en aperçoive, et elle dévoile à Richelieu ses agissements secrets pour
remplacer Amelot par son ami intime M. de Rennes; intrigue qui, si elle
réussissait, ferait les ministres tout-puissants et amènerait la ruine
de Richelieu et de son frère.

Le maréchal de Belle-Isle, dont les trois quarts des Parisiens font un
homme de génie, ce Belle-Isle qui inquiète l'Europe, n'entre dans son
jeu que comme un comparse: elle ne voit en lui qu'un assommoir à
ministres, un moyen d'annihiler Maurepas, et elle engage Richelieu à
renforcer les prôneurs de Belle-Isle, à répéter qu'il fait au-delà des
forces humaines, pour lui faire prendre le haut du pavé et tenir le
ministère dans l'humilité et le néant.

Elle pousse encore en avant le maréchal de Noailles, sachant bien que le
héros n'est guère sérieux, et que c'est une bonne marionnette à faire
disparaître un jour au profit de Richelieu. Cette alliance avec les de
Noailles, il était bon, suivant elle, de l'affermir par une liaison avec
les Paris-Duverney. Elle voyait de solides avantages à s'attacher ces
grands amis de Belle-Isle et à tourner leur enthousiasme naturel au
profit du maréchal de Noailles. Elle montrait qu'ils avaient beaucoup
d'amis, «tous les souterrains possibles,» de l'argent à répandre, rien à
désirer ni à demander, et qu'ils ne seraient accessibles que par les
caresses de l'amitié.

Puis dans cette revue des puissances et des influences, de la cour, des
individualités et des groupes d'intérêts, c'était d'Argenson qu'elle
peignait comme sourdement hostile, dont elle racontait les nuits d'amour
à la maison de Neuilly et les sommeils le lendemain matin au conseil,
d'Argenson qu'elle montrait faisant des soupers _sous le nez_, où il
buvait au point de ne pouvoir ni travailler ni se montrer, d'Argenson
enfin complètement livré à l'intrigante Mauconseil dont la Tencin dira:
«que Richelieu aurait toujours à sa volonté la personne, mais jamais le
cœur».

Lumières, renseignements, conseils, tout aboutissait toujours au centre
des opérations de Richelieu, et au cœur de la faveur: à madame de
Châteauroux. Par madame de Tencin, Richelieu était mis au fait de la
confiance placée bien mal à propos dans telle ou telle femme, et contre
laquelle il fallait la précautionner. Par elle il savait le degré
d'intimité où elle était avec d'Argenson, degré qu'il ne fallait pas
laisser dépasser, par elle il connaissait le commerce d'amitié et
d'ironie que la moqueuse personne avait avec Marville et leur
fabrication en commun de ridicules et de travers, par elle il était
instruit des propos indiscrets du premier valet de chambre de la
favorite «le plus grand babillard de la terre», par elle il pénétrait
dans les mystères de son alcôve. Par madame de Tencin Richelieu était
tenu au courant, jour par jour, de la température de l'amitié de la
duchesse de Châteauroux. Madame de Tencin lui mandait les manœuvres
employées pour refroidir la favorite à son égard, lui disait qu'on ne
cessait de lui répéter qu'il avait déjà dégoûté le Roi de sa sœur, qu'il
en ferait autant d'elle s'il restait dans l'étroite privauté du Maître.

Toute dépitée que fût madame de Tencin des froideurs de madame de
Châteauroux pour son frère[442], du refus qu'elle avait fait de ses
services, de la répulsion qu'elle devinait en elle pour elle-même et ses
intrigues[443], elle ne donnait rien au ressentiment, ni même à
l'antipathie dans ses rapports sur la favorite. Ses jugements sur cette
femme, _haute comme les monts_, ainsi qu'elle dit quelque part, étaient
exempts de toute passion.

Son intelligence l'avait si bien délivrée des jalousies et des
petitesses de son sexe qu'elle travaillait à maintenir, à asseoir la
favorite, à en faire un personnage politique, en retirant à Voltaire la
négociation secrète dont Amelot et Maurepas l'avaient chargée, et en
tâchant d'obtenir que le roi de Prusse déclarât «qu'il nommait madame de
la Tournelle comme la personne en laquelle il plaçait sa confiance.»
Enfin madame de Tencin, en dernier lieu, consentait à lui indiquer un
grand rôle dans une conception virile sortie de sa tête de femme.

       *       *       *       *       *

Les plaintes de la France n'étaient pas sans écho dans cet esprit de
femme, auquel on ne saurait refuser la clairvoyance, la lucidité, la
netteté, le sang-froid, en même temps que l'instinct d'une politique
générale plus grande, malgré toute la misère de ses détails, que la
politique du ministère. Madame de Tencin souffrait de la faiblesse ou
plutôt de l'absence de cette volonté qui donne la vie aux monarchies et
circule du roi dans l'État. Elle se plaignait de cette indifférence dont
rien ne pouvait tirer le Roi[444], de cette lâcheté apathique qui le
disposait aux résolutions les plus mauvaises, mais lui donnant le moins
d'embarras à prendre et le moins de peine à suivre. Elle déplorait avec
l'opinion publique la somnolence de tête et de cœur de ce souverain, que
la vue de Broglie, à son retour d'Allemagne, n'animait pas même d'un peu
d'indignation, de ce souverain qui se dérobait aux déplorables nouvelles
pour échapper à leur désagrément, et, désertant les affaires, voyant le
mal et le laissant faire par crainte d'un dérangement ou d'un effort,
croyant par lassitude chaque ministre sur parole, paraissait jouer à
pile ou face dans son conseil les plus grands intérêts de l'État. Lui
parler raison «_c'était comme parler aux rochers_», disait madame de
Tencin, avec un fond de mépris qu'elle ne pouvait cacher. Et pour le
tirer de son engourdissement, elle ne voyait d'autre moyen qu'une sortie
violente de ses habitudes et de sa vie, d'autre voix que la voix de sa
maîtresse: madame de Châteauroux devait décider Louis XV à se mettre à
la tête de ses armées.

Tel était le projet dont madame de Tencin faisait donner par Richelieu
l'idée à la favorite; et c'est ainsi que, au moment même où les esprits
indignés des insolences de madame de Châteauroux commençaient à se
tourner contre le Roi, madame de Tencin préparait dans la coulisse une
Agnès Sorel de sa façon, qui devait, dans ses idées, non-seulement
reconquérir à la maîtresse du Roi et au Roi les sympathies de la
nation, mais encore procurer à Richelieu l'oubli de son misérable rôle
de Figaro des petits appartements et la chance d'une grande fortune à
ciel ouvert[445].



XIV

Transformation de la duchesse de Châteauroux.--Ses efforts pour
_ressusciter_ le Roi.--La nomination du duc de Noailles au commandement
de l'armée de Flandre.--La vieille maréchale de Noailles.--Le sermon du
Père Tainturier sur _la vie molle_.--La grande faveur de la duchesse de
Châteauroux.--Elle est nommée surintendante de la maison de la
Dauphine.--La nomination de toutes les places accordées au bon plaisir
de la favorite.


Le projet de madame de Tencin tombait dans une âme qui y était toute
prête et disposée: madame de Châteauroux se précipitait au rôle que
Richelieu lui apportait. Aux ardeurs, aux hauteurs d'orgueil d'une
Montespan, elle unissait sous l'apparence paresseuse de son corps les
énergies et les ambitions viriles d'une Longueville. Cette cour molle et
paresseuse, ce temps de petites choses, ce règne sans appareil, sans
grandeur, sans déploiement de majesté, lui paraissaient un théâtre trop
étroit pour son amour; dans sa fierté, dans ses impatiences, dans la
fièvre de sa volonté, dans l'activité de ses projets, dans la passion de
son esprit, il y avait le feu d'une Fronde aussi bien que l'âme d'un
grand règne.

Enivrée par le plan de madame de Tencin, elle devenait tout à coup une
autre maîtresse et révélait une autre femme: elle se mettait à remuer
les volontés du Roi, à le mener au plus haut de ses devoirs, à lui faire
manier presque de force les plus grandes parties du gouvernement, à
l'aiguillonner et à l'accabler du sentiment de sa responsabilité, à lui
parler sans cesse des ministres, du parlement, de la paix, de la guerre,
de ses peuples, de l'État, et faisait à tout moment le rôle et le bruit
de la conscience d'un roi auprès de ce monarque fainéant qui, tout
étourdi de ces grandes paroles, de ces grandes idées dont madame de
Châteauroux ne cessait de le poursuivre, lui disait: «Vous me
tuez!--_Tant mieux, Sire_, répondait madame de Châteauroux, _il faut
qu'un roi ressuscite_[446]!»

«Ressusciter le Roi!» rendre à l'État un roi enlevé à une reine, l'armer
pour l'honneur de sa couronne et le salut de ses peuples, marcher debout
à côté de lui comme la victoire, être l'inspiration de son courage, la
voix de sa gloire, et désarmer enfin les chansons de la France avec les
_Te Deum_ de Notre-Dame..., telle est la superbe ambition qui s'empare
de la favorite, éblouie de ce magnifique avenir.

Et voilà madame de Châteauroux versant à Louis XV le zèle qui la dévore,
l'exhortant à la guerre, le poussant aux armées. Elle lui promet la
reconnaissance et les adorations de ses sujets. Elle lui montre les
insolences de l'ennemi, nos frontières menacées, nos armes sans audace,
nos généraux sans génie, nos troupes sans confiance, notre fortune
épuisée. Elle sort du tombeau l'ombre de Louis XIV pour rappeler à son
petit-fils les soins de son héritage, les obligations de son sang. Elle
tente à toute heure les mains du Roi avec cette épée de la France, si
belle à porter.

       *       *       *       *       *

Des intrigues de cour qui se croisaient bientôt, servaient et
secondaient les projets belliqueux de madame de Châteauroux. Maurepas,
désarmant un moment, entrait dans les vues de la favorite: il comptait,
pendant la guerre et à l'armée, s'insinuer plus avant dans les bonnes
grâces du Roi, aller à ses fins, faire rendre à sa position tous ses
avantages, se ménager de faciles occasions de s'attacher des créatures,
rendre son ministère plus recommandable, et rapporter tous les succès de
la campagne à la sagesse de ses avis et à la célérité de ses ordres.

Le maréchal de Noailles venait après M. de Maurepas donner aux plans
enthousiastes de madame de Châteauroux l'appui de représentations
énergiques et l'autorité de sa position à la cour. Aimé du Roi[447],
craint des ministres, les inquiétant par la supériorité de son esprit,
l'ascendant de son âge, le crédit de ses alliances, le maréchal de
Noailles avait été désigné par les avis réunis du conseil pour commander
l'armée de Flandres; et le Roi l'avait nommé.

«Il faudra que vous voyagiez!» disait un jour Louis XV au maréchal. Le
duc de Noailles répondait sur le ton de la plaisanterie qu'il était bien
vieux pour entreprendre des voyages, mais voyant que le Roi parlait
sérieusement et que l'on était dans la galerie, il lui faisait observer
que ce n'était pas le lieu convenable pour prendre ses ordres, et qu'il
le priait de vouloir bien lui marquer l'heure à laquelle il devait venir
les recevoir. Le Roi donnait rendez-vous au maréchal après le débotté,
dans sa garde-robe. Aussitôt que Louis XV lui déclarait qu'il le faisait
appeler pour commander en Flandre, le maréchal s'écriait: «Est-ce vous,
sire, qui le voulez?» Le Roi lui répondant que c'était lui-même qui le
désirait; le maréchal lui représentait longuement les malheureuses
circonstances présentes, l'éloignement de toutes les forces du Roi, le
peu de troupes qui se trouvaient en Flandre et la supériorité des
troupes d'Angleterre unies aux Autrichiens et aux Hanovriens...

Cette nomination était un coup habile des ministres: le maréchal était
par ce commandement exilé de la cour, écarté de la personne du Roi; et
un moment le maréchal eut peur pour son crédit de ce commandement des
forces de la France du Rhin à la mer et qui lui permettait de promener
en maître l'armée d'une frontière à l'autre.

Mais il y avait dans la famille de Noailles un conseil précieux, une
femme de tête, qui, malgré ses quatre-vingt-dix ans, passait encore aux
yeux des bons observateurs, pour le plus habile politique de son temps.
Cette femme, vénérable et redoutable, dont tout le cœur et tout l'esprit
n'avaient été tournés, pendant tout le cours d'une si longue vie, que
vers l'agrandissement de sa maison; cette aïeule, mère de onze filles et
de dix fils, dont les enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants,
tant morts que vivants, poussés par elle aux premiers emplois de l'État,
montaient à plus de cent; cette femme de cour, sans scrupule et sans
rigorisme étroit, qui avouait avoir usé également, presque
indifféremment, du confesseur et de la maîtresse pour le gouvernement de
la faveur des princes et l'avancement des siens, la vieille maréchale de
Noailles, née Beurnonville, n'était point encore rassasiée des
prospérités, des charges, des héritages, des survivances, qu'elle avait
amassés sur son sang; et lorsque ses courtisans la comparaient à la mère
des douze tribus d'Israël, lorsqu'ils lui promettaient que sa race
s'étendrait comme les étoiles du firmament et le sable de la mer, il
échappait à la vieille maréchale inassouvie, dans un soupir, ce regret:
«Et que diriez-vous si vous saviez quels bons coups j'ai manqués[448]!»

Le maréchal avait une conférence avec sa mère, et sortant d'auprès
d'elle, Maurepas avait presque de l'étonnement à le voir entrer aussi à
fond et avec une telle apparence d'innocence dans tous ses plans. La
vieille femme avait fait toucher à son fils du doigt la situation: il
fallait emmener le Roi à l'armée et tout seul[449], de façon à jouer aux
ministres ce piquant tour d'avoir le maître sous la main, et de
travailler avec lui sur tous les paquets venant de Paris.

       *       *       *       *       *

Insinuations de Maurepas, représentations du maréchal, insistances de
Richelieu, de tous les familiers, de tous les courtisans à la dévotion
de la maîtresse, tout conspirait auprès du Roi et dans ses entours les
plus intimes pour le succès de madame de Châteauroux. Dans le cœur même
de Louis XV se réveillaient les véhémentes apostrophes que le père
jésuite Tainturier avait osé lui adresser en face du haut de la chaire,
dans son sermon sur la _Vie molle_; et il sentait retentir en lui cette
voix audacieuse et sévère l'appelant à toutes les activités, à toutes
les initiatives, à tous les courages de la royauté, lui montrant, à côté
de son conseil à éclairer, de ses ministres à gouverner, ses armées à
conduire pour faire éclater en elles la puissance du bras de Dieu[450].

La duchesse de Châteauroux triomphait, et, si des empêchements
divers[451] s'opposaient au départ du Roi, en l'automne de l'année 1743,
elle avait la certitude que, au printemps prochain, le Roi se mettrait à
la tête des armées.

       *       *       *       *       *

Et l'année 1744, l'année de la grande faveur en même temps que de la
disgrâce, commence pour la favorite. Alors on la voit menée par le Roi à
l'Opéra dans le carrosse où il a ses filles[452].

On la trouve à l'audience de congé de l'attaché de Suède, placée la
première en tête des dames titrées à la droite de la Reine. Elle
apparaît un jour avec au cou un collier de perles de cent mille livres,
acheté par le Roi à la princesse de Conti, un collier au milieu duquel
il y avait une admirable perle longue. Parmi les caprices qui viennent à
la toute-puissance, la duchesse avait la fantaisie d'avoir une clef des
quatre balcons fermés du salon de Marly: aussitôt le contrôleur général
du château s'empressait de lui faire forger et de lui porter cette clef
qu'il n'avait pas lui-même[453].

       *       *       *       *       *

Une place d'une très-grande importance et telle qu'il fallait remonter à
madame de Montespan pour en retrouver une pareille dans l'histoire des
faveurs de la monarchie, était donnée à la fin d'avril, au moment du
départ du Roi pour l'armée, à la duchesse de Châteauroux. Elle était
nommée surintendante de la maison de la Dauphine[454], de l'Infante
dont Richelieu devait aller faire la demande en Espagne.

Mais la place n'était rien auprès de l'influence que la duchesse avait
eue dans toutes les nominations, et qui faisaient de la maison de la
Dauphine comme une chambrée de tous les amis, parents et parentes et
créatures de la favorite et du duc de Richelieu. Et ces choix avaient
été insolemment faits au mépris des prévisions et des listes courant
déjà Paris qui nommaient la maréchale de Berwick ou de Duras pour la
charge de dame d'honneur, madame de Matignon ou madame d'Antin pour la
charge de dame d'atours. Les noms qui étaient prononcés pour les dames
de la Dauphine, étaient madame d'Egmont la belle-fille, la duchesse de
Rochechouart, madame de Lesparre, madame de Forcalquier.

La dame d'atours: c'était madame de Lauraguais. Parmi les autres femmes
nommées on citait d'abord madame de Pons, fille de Lallemand de Metz qui
avait toute la confiance de madame de Châteauroux, madame de Champagne,
fille de madame de Doyes et nièce de monsieur d'Estissac; madame de
Faudoas dont le beau-père avait rendu tous les services imaginables, il
y avait quelques années de cela, en Languedoc à Richelieu. Madame de
Châteauroux lui annonçait sa nomination dans ce billet: «_Ne soyez point
inquiète, le Roi vous a nommée dame du Palais de madame la Dauphine, je
vous en fais mon compliment_:» un billet qui troublait grandement les
traditions des gens de la cour, qui ne reconnaissaient de palais que
celui du Roi et de la Reine.

Deux autres femmes que nous retrouverons dans la voiture de la duchesse
de Châteauroux, lors de sa fuite de Metz, étaient l'une madame de
Bellefonds, nièce de Richelieu, l'autre madame du Roure, que la duchesse
ne connaissait pas, mais qui était la sœur de son plus intime ami, le
marquis de Gontaut. La duchesse pressait le marquis d'accepter une place
dans la maison de la Dauphine, le marquis s'y refusait, disant qu'il
aimait trop sa liberté. Là-dessus, elle lui demandait s'il n'avait pas
quelque parent à qui il serait bien aise de faire plaisir. Le marquis
lui nommait alors sa sœur qui avait peu de bien. Madame de Châteauroux
de se désoler qu'il ne lui eût pas parlé plus tôt, de lui dire que
toutes les places étaient données, qu'il était trop tard, et le soir, le
Roi de recommencer les jérémiades de la duchesse.

... Ce n'était qu'une aimable plaisanterie, et quelques jours après la
place était donnée à la sœur de M. de Gontaut[455].

Il semble que, dans toutes ces nominations, le bon plaisir de la
maîtresse ait été seul écouté: c'est ainsi que monsieur de Chalais qui
désirait très-vivement pour sa fille, madame de Périgord, une place chez
la Dauphine, ne l'obtenait pas, malgré les instantes recommandations de
Maurepas.



XV

M. de Rottembourg, mari de la fille de madame de Parabère.--Son entrevue
secrète avec Richelieu, place Royale.--Offre de la coopération armée de
Frédéric pour la campagne de 1744.--Conseil tenu à Choisi entre le Roi,
madame de Châteauroux, Richelieu.--L'alliance du roi de Prusse acceptée,
et rédaction du traité confiée au cardinal de Tencin.--Entrevues de
madame de Châteauroux et de Rottembourg.--Le traité de juin 1744,
précédé du renvoi d'Amelot.--Billet de remerciement de Frédéric à madame
de Châteauroux pour sa participation aux négociations.--Lettre de la
duchesse de Châteauroux au maréchal de Noailles afin d'obtenir son
adhésion à sa présence à l'armée.--Réponse du parrain de _la
Ritournelle_.--Billet ironique de la duchesse.--Les représentations de
Maurepas à Louis XV.--Départ du Roi à l'armée sans sa maîtresse.--Madame
_Enroux_ en Flandre.


Cette faveur de la duchesse de Châteauroux, le besoin qu'un souverain
étranger avait de l'alliance du Roi de France, et l'appel qu'il faisait
à sa maîtresse pour l'obtenir, la poussaient au plus haut point, plaçant
la femme aimée parmi les rares favorites qui partagent, avec l'amour de
leur royal amant, une partie de sa puissance.

La négociation dont Amelot et Maurepas avaient chargé Voltaire, et que
madame de Tencin avec son profond sens politique, voulait mettre aux
mains de celle à la grandeur de laquelle elle travaillait, par un
concours de circonstances heureuses, était confiée à la favorite.

M. de Rottembourg, neveu du diplomate silésien qui finit sa carrière par
l'ambassade d'Espagne, avait épousé la fille de madame de Parabère,
avait mangé au jeu et la fortune de son oncle et la fortune de sa femme;
après quoi, il avait pris le parti de laisser sa femme dans un couvent
en France[456], et de se rendre auprès du Roi de Prusse. Et Berlin
s'émerveillait de la façon dont le Roi recevait Rottembourg, un homme
qui n'avait aucun talent militaire, et dont tout le mérite était d'avoir
été amené par le jeu à vivre dans la meilleure compagnie de Paris.

M. de Rottembourg était depuis des années en Prusse, et le monde de
Paris l'avait parfaitement oublié, lorsque le duc de Richelieu, au
milieu de l'hiver de 1743, recevait un billet par lequel M. de
Rottembourg lui annonçait sa présence à Paris[457]. Dans ce billet il
mandait à Richelieu qu'il désirait un entretien, mais que, ayant une
communication de la plus haute importance à lui faire, il le priait de
le recevoir le plus secrètement qu'il était possible. Richelieu prenait
toutes les précautions imaginables pour qu'il ne fût vu de personne à
son entrée dans son hôtel de la place Royale. Le premier mot de
Rottembourg était: «Voilà ma lettre de créance,» et il remettait une
lettre que Richelieu, après l'avoir décachetée, reconnaissait pour être
de la main du Roi de Prusse. Là-dessus Rottembourg apprenait à
Richelieu, que Frédéric avait des avis certains que pendant la campagne
projetée pour l'année suivante, dans le temps que Louis XV serait occupé
à la conquête de la Flandre, le prince Charles devait passer le Rhin et
entrer en Alsace. Le seul moyen de parer ce coup, selon le Roi de
Prusse, était, aussitôt le passage du Rhin par le prince Charles, que
lui Frédéric entrât en Bohême. Et Rottembourg offrait cette coopération
armée au nom de son maître, mais à une condition expresse: «C'est
qu'aucuns des ministres actuels de S. M. n'auraient connaissance de ce
traité, S. M. prussienne voulant qu'il fût conclu entre les deux Rois et
lui (M. de Richelieu) en tiers[458].»

M. de Richelieu n'avait rien de plus pressé que de faire atteler et de
se rendre sur l'heure à Choisy où se trouvait le Roi. En arrivant, il
demandait ce que faisait le Roi; on lui répondait qu'il était chez
madame de Châteauroux. Louis XV n'aimait pas les visites en ces
moments-là. Richelieu continuait toutefois son chemin devant
l'étonnement de l'homme de la Chambre.

Arrivé à la porte de la chambre de madame de Châteauroux, après avoir eu
la précaution de tourner plusieurs fois la clef, Richelieu se décide à
entrer. Louis XV lui demande sèchement ce qu'il veut: «Je viens rendre
compte à Votre Majesté d'un événement qui le surprendra autant que moi,»
s'écrie Richelieu, qui rend compte de son entrevue avec Rottembourg. Un
conseil est aussitôt tenu entre le Roi, madame de Châteauroux et
Richelieu; l'on prend la résolution d'accepter les propositions du Roi
de Prusse, et Louis XV dit à Richelieu: «qu'il n'a qu'à aller en avant
et à travailler d'après ce plan». Cependant Richelieu ne se trouvant pas
les connaissances diplomatiques nécessaires, et le Roi de Prusse ne
voulant d'aucun des secrétaires d'État, Richelieu conseillait à Louis XV
de prendre pour la rédaction du traité le maréchal de Noailles et le
cardinal de Tencin: «À la bonne heure, disait le Roi, allez leur parler
de ma part, et voyez si l'on en voudra en Prusse[459].»

Du jour où le cardinal de Tencin s'occupait de l'élaboration du traité,
Rottembourg[460], entrait en relation avec la femme qui avait appuyé de
sa parole; dans le conseil de Choisi, l'alliance avec le Roi de Prusse,
et qui pouvait déjà bien avoir été gagnée à Frédéric par quelque habile
flatterie. De nombreuses entrevues avaient lieu entre l'envoyé secret du
Roi de Prusse et la favorite, dans lesquelles le diplomate prussien
recevait de la bouche de la femme aimée de Louis XV, des
recommandations, des avertissements, des instructions propres à mener à
bonne fin la négociation, le mettant dans le secret des antipathies du
Maître, le garant des fausses démarches, lui faisant, pour ainsi dire,
la leçon sur ce qu'il y avait à faire jouer ou à ne pas faire jouer.
C'est ainsi que le 24 avril, à la suite d'un conseil où il avait été
question du traité avec le Roi de Prusse, le cardinal de Tencin écrit
que Rottembourg avait vu le matin madame de Châteauroux qui l'avait
averti que son projet avait été rejeté dans le premier moment par le Roi
à cause de deux difficultés qu'on était en train de tourner[461].

Enfin le projet du traité arrêté dans un comité chez le cardinal de
Tencin, et Rottembourg attendant les ordres qui devaient l'appeler à
Metz auprès du Roi pour la signature, madame de Châteauroux recevait du
roi de Prusse une lettre dans laquelle il la prévenait que son envoyé
secret irait la voir pour la consulter sur la manière dont il devait
parler à Louis XV.

L'entrevue avait lieu à Plaisance, où se trouvait la duchesse de
Châteauroux après le départ du Roi. La favorite, tout en reconnaissant
que Belle-Isle était pour le moment le premier de nos généraux[462],
engageait vivement Rottembourg à ne point déclarer à Louis XV la part
que l'homme en défaveur avait à la négociation, l'engageait même à ne
point le nommer dans la crainte de refroidir le Roi pour le traité. Et
comme Rottembourg réclamait toujours le plus grand secret, et que la
duchesse reconnaissait la difficulté que le traité fût signé à l'armée
sans qu'on en eût connaissance, elle opinait pour que la signature eût
lieu à Paris. Toutefois Tencin n'osait en faire la proposition au Roi et
au maréchal de Noailles, dans la crainte qu'ils ne crussent l'un et
l'autre qu'il avait inspiré cette idée à Rottembourg pour que tout
l'honneur de la négociation lui revînt. Mais le Roi, de son propre
mouvement, ou sur l'avis de madame de Châteauroux, décidait que le
traité serait signé à Paris, et après quelques retardements apportés par
le maréchal de Noailles, le traité d'alliance entre la France et la
Prusse, au succès duquel la favorite avait si puissamment travaillé,
était définitivement conclu au mois de juin[463].

Mais madame de Châteauroux avait fait plus que d'amener le Roi à une
alliance avec la Prusse; servant les rancunes de Frédéric contre notre
ministre des affaires étrangères[464], elle était devenue sa complice
dans les manœuvres qui avaient eu pour but de mettre à la porte du
ministère, un ennemi personnel, un homme qu'elle avait toujours vu
servir les haines de Maurepas avec un semblant de domesticité[465].

Amelot était un petit homme à la physionomie timide, qui de son premier
métier de commis auprès du Cardinal, avait gardé dans ses hautes
fonctions une façon de tremblement; il semblait toujours implorer pour
la conduite de son ministère, des lumières supérieures aux siennes, et
les implorait, en effet, auprès de Maurepas à l'aide d'une porte secrète
pratiquée dans le mur mitoyen de leurs deux cabinets; par là-dessus il
était bègue.

     En plein conseil, Amelot,
     Comme en compagnie,
     N'eût-il à dire qu'un mot,
     Il le balbutie.
     À qui s'en moque, il répond:
     Mais, mais, mais m'en croyez-vous donc
     Moins sot, sot, sot,
     Moins so, so, moins ca, ca,
     Moins so, sociable,
     Moins ca, ca, capable[466].
     . . . . . . . . . . . . . . .

Le Roi qui depuis assez longtemps mettait une assez mauvaise volonté à
l'écouter, à l'entendre, ne devait pas apporter trop de résistance à
s'en séparer. Dès le commencement d'avril, se trouvant chez la duchesse
de Châteauroux, une femme de la cour entendait le Roi revenant de lui
parler, dire qu'il ne pouvait plus y tenir, qu'avant peu il voulait
changer ce ministre et qu'il prendrait quelqu'un dont personne ne se
doutait[467]. Et le 24 avril, le Roi, que le maréchal de Noailles
sollicitait d'écrire un mot de sa main pour l'avancement des
négociations avec la Prusse, s'y refusait en lui disant: «Il faut qu'une
porte soit ouverte ou fermée, et cette défiance de quelqu'un en qui il
doit paraître que j'ai de la confiance ne me convient point non plus
qu'à mes affaires[468]...» Ce _quelqu'un_ était Amelot.

Le dimanche 26 avril, M. de Maurepas avait beaucoup de monde à souper.
On était au fruit. Quelqu'un vint lui parler tout bas. Le ministre
sortait de table, se rendait chez le Roi qui lui ordonnait d'aller
demander la démission à M. Amelot[469], chez lequel il entrait en lui
disant: «Hodie tibi, cras mihi_[470]!»

L'exécution d'Amelot faite le 27 avril, l'acceptation en principe du
traité par le Roi au commencement de mai, valaient à la duchesse de
Châteauroux comme récompense de ses bons offices, cette lettre de
Frédéric:

     «Postdam, le 12 mai 1744.

     «Madame,

«Il m'est bien flatteur que c'est en partie à vous, Madame, que je suis
redevable des bonnes dispositions dans lesquelles je trouve le Roi de
France pour resserrer entre nous les liens durables d'une éternelle
alliance. L'estime que j'ai toujours eue pour vous se confond avec les
sentiments de reconnaissance. En un mot, Madame, je suis persuadé que le
Roi de France ne se repentira jamais du pas qu'il vient de faire et que
toutes les parties contractantes y trouveront un avantage égal. Il est
fâcheux que la Prusse soit obligée d'ignorer l'obligation qu'elle vous
a; ce sentiment restera cependant profondément gravé dans mon cœur[471].
C'est ce que je vous prie de croire étant à jamais,

     Madame,

     Votre très-affectionné ami,

     FRÉDÉRIC[472].»

À cette lettre, la favorite, cinq jours avant son départ pour rejoindre
le Roi, répondait par un billet où, dans la satisfaction de son orgueil,
sa reconnaissance se mettait pour l'avenir tout au service du souverain
qui lui avait écrit.

     _Plaisance_, 3 _juin_ 1744.

     _Sire,

Je suis bien heureuse de pouvoir me flatter d'avoir pu contribuer à
l'union que je vois avec joie qui va s'établir entre le Roi et Votre
Majesté. Je sens, comme je le dois, les marques de bonté qu'elle me
témoigne. Je désirerais bien vivement trouver souvent les occasions de
lui prouver toute ma reconnaissance et le profond respect avec lequel
j'ai l'honneur d'être,

     Sire,

     De Votre Majesté

     La très-humble et très-obéissante servante

     Mailly, duchesse de Châteauroux_[473].

L'idée de la favorite acceptée par Louis XV, et la détermination prise
par le Roi de se rendre à l'armée, madame de Châteauroux avait songé à
ne pas se séparer de son amant et avait aussitôt préparé les moyens de
le suivre. Dès l'automne 1743, où elle avait pu croire que le Roi allait
partir pour les provinces menacées, elle avait songé à rendre favorable
à son désir le maréchal de Noailles, ce maréchal de toute l'Alsace fait
par elle, ce parrain auquel elle devait son aimable sobriquet de _la
Ritournelle_.

Et le 3 septembre, elle lui écrivait une longue lettre, où timidement,
elle s'ouvrait à lui avec beaucoup de circonlocutions et de périphrases,
au bout desquelles elle faisait entendre au vieux courtisan que le Roi
était de moitié dans la sollicitation.

     _Choisy, ce_ 3 _septembre_ 1743.

_Je sçay très bien, monsieur le maréchal, que vous avez autres choses à
faire qu'à lire mes lettres, mais pourtant je me flate que vous vouderé
bien me sacrifier un petit moment, tant pour la lire que pour y
répondre, ce sera une marque d'amitiés à laquelle je seré très sensible,
le Roy a eut la bonté de me confier la proposition que vous luy faite,
d'aller à l'armée dès ce moment; mais n'ayez pas peur, quoique femme, je
sçay garder un secret, je suis fort de votre avis et croit que cela sera
tres glorieux pour luy, et qu'il n'i a que luy capable de remettre ces
troupes comme il seroit à désirer quelles fussent ainsi que les testes
qui me paroissent en fort mauvais état par l'effroy qui gagne presque
tout le monde; il est vray que nous sommes dans un moment bien critique;
le Roy le sent mieux qu'un autre, et pour l'envie d'aller, je vous
répond qu'elle ne luy manque pas; mais moi, ce que je désirerais, c'est
que cela fut généralement approuvé et qu'au moins il recueillit le fruit
qu'une telle démarche mériteroit; pour un début ne faudroit-il pas faire
quelque chose et d'aller là pour rester sur la deffensive, cela ne
seroit-il pas honteux, et si d'un autre côté le hasard faisoit qu'il y
eut quelque chose avec le prince Charles, on ne manqueroit peut-estre
pas de dire qu'il a choisy le côté où il y avoit le moins d'apparence
d'une affaire. Je vous fais peut-estre là des raisonnemens qui n'ont pas
le sang commun; mais au moins j'espère que vous me diré tout franchement
que je ne sçay ce que je dis. N'imaginez pas que c'est que je n'ay pas
envie qu'il aille, car au contraire, premièrement ce seroit ne pas luy
plaire, et, en second lieu, tout ce qui pourra contribuer à sa gloire et
l'élever au dessus des autres rois, sera toujours de mon goût. Je croit,
monsieur le maréchal, que, pendant que j'y suis, je ne sçaurois mieux
faire que de prendre conseil de vous généralement sur tout; j'admet que
le Roi parte pour l'armée; il n'a pas un moment à perdre et il faudroit
que cela fut tres promt, qu'est-ce que je devienderé, est-ce qu'il
seroit impossible que ma sœur et moy le suivassions, et au moins si nous
ne pouvons pas aller à l'armée avec luy nous mettre à portée de sçavoir
de ses nouvelles tous les jours. Ayez la bonté de me dire vos idées et
de me conseiller, car je n'ay point d'envie de rien faire de singulier
et rien qui puisse retomber sur luy et luy faire donner des ridicules.
Vous voyé que je vous parle comme à mon amy et comme à quelqu'un sur qui
je compte, n'est-ce pas avoir un peu trop de présomption, mais ces
fondée, monsieur le maréchal, sur les sentimens d'amitiés et d'estime
singulière que vous a voué pour sa vie votre_ ritournelle. _Je crois
qu'il est bon de vous écrire que j'ay demandé au Roy la permission de
vous escrire sur ces matières-là et que c'est avec son
approbation_[474].

La réponse était délicate. Le maréchal de Noailles eut dans cette
occasion le courage de ne pas craindre de déplaire au maître. Il
répondait en ces termes à la maîtresse:

«... Je viens, madame, à ce qui vous regarde, et vous pouvez être
assurée que, lorsque vous me ferez l'honneur de me demander conseil, je
ne vous en donnerai jamais qui ne tendent à la gloire du Roi, et qui par
conséquent ne soient les plus conformes à vos véritables intérêts. Je ne
crois pas, Madame, que vous puissiez suivre le Roi à l'armée avec votre
sœur. Vous en sentez vous même les inconvénients, en vous réduisant
ensuite à demander si vous ne pourriez pas venir dans quelque ville à
portée de recevoir tous les jours des nouvelles de Sa Majesté. Une
partie des mêmes inconvénients subsiste à venir, ainsi que vous le
proposez dans quelque ville à portée de la frontière.

«Comme il paraît qu'on veut se conformer en tout aux anciens usages, je
vous rapporterai seulement ce qui s'est pratiqué en pareil cas du temps
du feu Roi. La Reine faisait elle-même des voyages, et se tenait avec
les personnes de sa suite, dans une place à portée de l'armée, mais je
n'ai aucun exemple à vous citer qui puisse favoriser le dessein où vous
êtes, et je ne puis m'empêcher de vous dire qu'il faudrait et pour le
Roi et pour vous-même, que vous eussiez quelque raison plausible à
donner qui pût justifier aux yeux du public la démarche que vous feriez.
Vous voyez, Madame, par ma franchise que je parle plus en véritable ami
qu'en courtisan qui ne chercherait qu'à vous plaire, et je crois que
c'est ce que vous avez exigé et attendu de moi...» Et l'infortuné
maréchal cherchant à amadouer la femme habituée à n'être refusée en
rien, signait: _le parrain de la trop aimable ritournelle_[475].

À cette lettre, _la Ritournelle_ ripostait cinq jours après par une
ironie vraiment très-drôle, où elle disait au maréchal que ses coliques
la forçaient cette année ou la forceraient l'année prochaine à prendre
les eaux dans une ville très-rapprochée du Rhin, et par là, à portée de
l'armée.

     _À Fontainebleau, ce_ 16 _septembre_ 1743.

«_Je ne puis pas laisser partir le courrier, monsieur le maréchal, sans
vous remercier de votre lettre. Je la trouve telle qu'elle est,
c'est-à-dire on ne peut pas mieux et on ne peut pas plus sensé de tous
les points, même jusqu'au dernier; mais, monsieur le maréchal, j'ay des
coliques qui ont grand besoin que l'on leur aporte remede, et je crois
que les eaux de Plombières seroit merveilleuse et qu'il ni-a que cela
pour me guérir. Si ce n'est pas cette année, au moins l'année prochaine.
Je ne veux pas aller plus loin. Adieu, monsieur le maréchal, santé,
bonheur et prospérité je vous souhaite et en vérité de bien bon cœur. Si
le duc dayen_ (d'Ayen) _est encore en vie, je vous prie d'avoir la bonté
de luy dire mille choses de ma part_[476].»

Et le même jour, le Roi que peut-être cette opposition au projet
amoureux de sa maîtresse et l'ennui d'en être séparé, affermissaient
dans ses hésitations, et faisaient remettre à l'année prochaine son
départ pour l'armée, écrivait au maréchal cette lettre où il plaide pour
la femme et excuse d'avance le coup de tête auquel elle pourrait se
laisser aller.

«... Madame de la Tournelle m'avait communiqué, comme vous croyez bien,
la lettre qu'elle vous a écrite. Je doute qu'on pût la retenir, si
j'étais une fois parti; mais elle est trop sensée pour ne pas rester où
je lui manderais. Les exemples que vous lui citez ne l'arrêteraient pas,
je crois, et elle a de bonnes raisons pour cela, que je ne puis vous
dire, mais qu'il vous est permis de penser[477].»

       *       *       *       *       *

Maurepas était entré dans les desseins et les tentatives de madame de
Châteauroux pour entraîner Louis XV à se montrer à la tête de son armée,
mais il n'entendait pas que la favorite accompagnât le Roi. Au fond le
ministre voyait avant tout dans la personne du Roi à l'armée
l'éloignement de Louis XV de madame de Châteauroux, et avec
l'éloignement, il comptait sur l'indifférence, sur l'oubli, sur la
disgrâce de la favorite. Aussi dès que le projet de la favorite avait
transpiré, Maurepas s'en montrait-il l'adversaire le plus acharné. Et
tout l'automne de 1743, et tout l'hiver et tout le printemps de 1744,
faisait-il entendre à Louis XV doucement d'abord, puis plus
ouvertement, que s'il voulait faire son rôle de roi, de façon à jouir
entièrement de l'affection de ses sujets, de l'estime même de ses
ennemis, il fallait pousser jusqu'au bout le sacrifice de ses habitudes,
se séparer en un mot de madame de Châteauroux pendant la campagne; et il
ne manquait pas de rappeler au Roi l'exemple de Louis XIV abandonnant en
pareille circonstance madame de Montespan aux soins de Colbert.

Madame de Châteauroux servie et défendue par son parti, liguée avec
d'Argenson, eut beau lutter et combattre pied à pied, la parole de
Maurepas, peut-être aussi cette popularité où le Roi entrait,
l'applaudissement de l'opinion publique qui élevait en ce moment son
cœur, réveillaient chez lui l'instinct de la pudeur et lui donnaient
pour un moment la force de certains renoncements. Madame de Châteauroux
recevait l'ordre de rester à Paris. Mais, comme si le Roi avait voulu
donner une consolation au dépit de sa maîtresse, en faisant la part
égale entre elle et la mère du dauphin, Louis XV en partant défendait à
la Reine de le suivre, et les instances, les humbles prières, les
billets timides et suppliants de Marie Leczinska n'obtenaient de son
mari que quatre lignes sèches, écrites sur un coin de bureau, où Louis
XV, au moment de monter en carrosse répondait à la Reine que «les
dépenses l'empêchaient de l'amener avec lui aux frontières.[478]»

Le Roi avait pris sa résolution, toutefois il avait peine à s'arracher à
madame de Châteauroux, et dans une lettre où il prévenait le maréchal de
Noailles de l'attendre à souper le 30 avril, il disait: «Vous croyez
bien qu'une _princesse_ ne seroit pas fâchée que je différasse encore de
quelques jours, mais qu'elle seroit bien fâchée que cela pût me faire
quelque tort ou à mes affaires.» Et le 27 avril, dans une seconde
lettre, le Roi annonçait son arrivée définitive à Valenciennes seulement
pour le lundi 4 mai[479].

       *       *       *       *       *

Cette fois Louis XV était exact. Le 2 mai, après avoir soupé au grand
couvert, il rendait visite à la Reine chez laquelle il restait un quart
d'heure, puis il donnait l'ordre pour son coucher à une heure et demie.
À l'heure désignée il entrait dans sa chambre, ne faisait que changer
d'habit, entamait une conversation avec l'évêque de Soissons en
compagnie duquel il allait faire sa prière à la chapelle. Il rentrait
chez lui, faisait venir le Dauphin auquel il parlait en présence de M.
de Châtillon avec beaucoup de tendresse, écrivait à Madame qu'il évitait
de voir pour s'épargner une scène d'attendrissement, écrivait à madame
de Ventadour, lui disant: «Priez Dieu, maman, pour la prospérité de mes
armes et ma gloire personnelle...» Son carrosse était dans la cour, au
pied de la cour de marbre; à l'ordinaire, il y montait avec M. le
Premier, M. le duc d'Ayen, M. de Meuse[480].

Le Roi arrive à l'armée. La France toute entière n'a de paroles et de
louanges que pour lui. On s'entretient de sa gaieté extraordinaire, de
son activité, de ses visites aux places voisines de Valenciennes, dans
les magasins, dans les hôpitaux. Il a goûté le bouillon des malades et
le pain des soldats, et chacun de se dire que cela va contenir les
entrepreneurs. Il se montre attentif, laborieux, appliqué. On se confie
qu'il se donne de grands mouvements pour savoir et pour connaître, qu'il
se fait présenter les officiers, qu'il veut connaître tout le
monde[481]. On admire le haut ton de sa réponse à l'ambassadeur des
Hollandais: «Je vous ferai réponse en Flandres.»

La joie, la confiance sont parmi les troupes. _Et surtout il n'est point
question de femmes_, se répètent les bourgeois et le peuple.

Tous vantent la bravoure du Roi, racontent qu'au siège de Menin il s'est
montré à la tête des sapeurs, à six toises du chemin de ronde, à deux de
la palissade. Le maréchal de Noailles met à l'ordre du jour cette
demande de Louis XV, le jour où il a été d'avis d'envoyer la maison du
Roi à l'ennemi: «S'il faut marcher à eux, je ne désire pas de me
séparer de ma maison: à bon entendeur salut[482].» Enfin l'illusion est
si grande que jusqu'à ceux qui connaissent Louis XV, tous espèrent, tous
répètent: «Aurions-nous donc un Roi[483]?»

Soudain l'enthousiasme tombe, les dévotes Flandres se scandalisent, le
soldat se moque et chansonne, et dans l'air, autour de la tente du Roi
vole le refrain que les vieux officiers apprennent aux jeunes:

     Ah! madame Enroux
     Je deviendrai fou
     Si je ne vous baise.
     ....................

Un murmure de dépit et d'indignation court par toute la nation. Les
espérances de la France sont trompées et jouées: Madame de Châteauroux a
rejoint le Roi à Lille[484].



XVI

Madame de Châteauroux à Champs et à Plaisance après le départ du
Roi.--Lettre de la duchesse contre Maurepas.--Jalousie de la duchesse
pour sa sœur madame de Flavacourt.--Départ des deux sœurs pour
l'armée.--Mauvais accueil de la ville de Lille.--Lettre de la duchesse
sur la capitulation d'Ypres.--Voyage du Roi et de sa maîtresse de
Dunkerque à Metz.--Le Roi tombant malade le 8 août.--La chambre du Roi
fermée aux princes du sang et aux grands officiers de la couronne.--Le
comte de Clermont forçant la porte.--Conférence de la favorite avec le
confesseur Pérusseau.--Journée du mercredi 12.--Le Roi prévenant la
favorite qu'il faudra peut-être se séparer.--Le duc de Bouillon, sur
l'annonce que Richelieu fait que le Roi ne veut pas donner l'ordre, se
retire chez lui.--Le jeudi 13, Louis XV au milieu de la messe appelant
son confesseur.--Expulsion des deux sœurs.--Le viatique seulement donné
au Roi lorsque la _concubine_ est hors les murs.--Louis XV demandant par
la bouche de l'évêque de Soissons pardon du scandale de ses amours.


Madame de Châteauroux et son conseil, dans le premier moment, avaient
été forcés de plier sous la manœuvre de Maurepas; et Richelieu n'avait
pu tirer du ministre d'autre vengeance que de lui faire donner pendant
la campagne, une mission d'inspection dans les ports, mission qui
l'écartait de la guerre et du Roi[485].

Mais le mentor de madame de Châteauroux connaissait à fond le Roi. Il
le savait «un homme d'habitude subjugué» et en quittant madame de
Châteauroux, il avait assuré la favorite qu'elle n'aurait pas besoin
d'une longue patience, et que la sagesse de Louis XV ne devait pas être
de durée à alarmer ni ses familiers ni ses maîtresses.

Sur ces assurances, la veille du départ du Roi, la duchesse de
Châteauroux allait embrasser à Paris le ministre de la guerre qui
partait pour les Flandres, venait le lendemain pleurer à l'Opéra, puis
se retirait avec madame de Lauraguais à Champs chez M. de la Vallière.

De là, elle se rendait à Plaisance dans la belle maison de
Paris-Duverney, où, recevant du Roi courriers sur courriers, elle
attendait, non sans impatience, la réalisation des promesses de
Richelieu. Deux jours après le départ du Roi, les courtisans bien
informés ne savaient-ils pas que M. de Boufflers faisait arranger pour
la commodité des amours du Roi, les maisons perçant dans le
Gouvernement[486]?

Le mois de mai, cependant, se passait tout entier, sans que Louis XV
mandât la favorite auprès de lui, et le 3 juin, la duchesse, dans son
inquiétude, écrivait à Richelieu cette lettre où déborde une si
furieuse colère contre Maurepas qui _fait le tourment de sa vie_, et où
se montrent de si vives alarmes et une telle hâte de se rapprocher du
Roi.

     _Plaisance, le_ 3 _juin_ 1744.

Brûlé cette lettre aussitôt que vous l'auré vue.

_Je puis vous répondre, cher oncle, que M. d'Argenson s'est moqué du
maréchal de Noailles en luy faisant entendre qu'il seroit ministre des
affaires étrangères: car le Roy na point envie de les luy donner au
moins quil nait changer de façon de penser depuis quatre jours, ce que
je ne croit pas. À l'égard de faquinet_ (Maurepas), _je pense bien comme
vous et suis persuadée que je n'en viendrai à bout qu'avec des faits,
mais où en prendre? Que l'on m'en fournisse et je promet d'en faire
usage, car il mest odieux et je ne l'avouré qu'à vous, car cela leur
feroit trop de plaisir, mais il fait le tourment de ma vie. Lon parle
plus que jamais de madame de Flavacourt l'on prétend quelle escrit au
Roy, la Reine la ménage beaucoup et je sçai quelle luy a dit quelle
vouloit estre sa confidente et que la poule luy a répondu quelle n'avoit
nul goût pour le Roy, au contraire, mais que la peur d'estre chassé de
la cour et de se retrouver avec son mary luy feroit tout faire.

Je nen ay pas soufflé le mot au Roy, parce que je croit que cela ne vaut
rien par lettre et qu'en arrivant je veut l'assommer de tout ce que je
sçay pour luy faire avoué si il y a quelque fondement. Convenés qu'avec
ce que nous scavons, lon peut bien estre inquiète: mais parlé moy tout
franchement, le Roy atil lair destre occupé de moy, en parle-t-il
souvent, sennuye-t-il de ne me pas voir; vous pouvés fort bien démesler
tout cela. Pour moy j'en suis très contente, lon ne peut pas estre plus
exact à m'écrire ni avec plus de confiance et d'amitié, mais je n'en
titrerois nul conséquence: le moment où l'on vous trompe est souvent
celuy où lon redouble de jambes pour mieux cacher son jeu. Faquinet
quoique absent remue ciel et terre; il faut nous en défaire et je nen
désespère pas, parce que je ne perd pas cette idée là de vue et qua la
longue lon réussit, que lon me donne des faits et je seré bien forte;
mais il faut que je soit présente car c'est tout différent. Lon dit que
le maréchal de Noailles ne désire pas que jaille, pourtant le duc d'Ayen
en paroît avoir envie. Je ny comprend rien: en vérité, cher oncle, je
nestois guère faite pour tout cecy, et de temps en temps il me prend des
découragemens terrible; si je naimois pas le Roy autant que je fois, je
serois bien tenté de laisser tout cela là. Je vous parle vray, je l'aime
on ne peut pas davantage, mais il faut que je prenne part à tout, c'est
un tourment continuelle, car réellement cela m'affecte plus que vous ne
croyé. Cestoit si antipathique à mon caractère qu'il faut que je soit
une grande folle pour mestre venu fourer dans tout cela. Enfin cest
fait, il faut prendre patience; je suis persuadé que tout tournera selon
mes désirs: quelque chose qui arrive, cher oncle, je puis vous assurer
que vous naurés point d'amies qui vous aime plus tendrement. Madame de
Modène[487] a pris le prétexte du logement que le Roy luy a donnée pour
luy escrire un petit remerciment pour luy donner occasion de lui marquer
par escrit quil auroit envie quelle vint à Lille pour pouvoir avoir une
raison à donner à madame d'Orléans, ce que j'ay mandé au Roy, mais elle
vouderoit que vous engageassiez lambassadeur de Naples à luy escrire
pour la pressé de venir et quil luy mande que sa présence aist
nécessaire pour les affaires. Arrangé tout cela comme vous voudrés,
pourvu que nous allions, car je sens qu'il faut que je me rapproche.
L'autre lettre que je vous escrit est pour que vous la fassies voir au
Roy, veillez de près madame de Conty[488] et rendé moy compte de la
réception que le Roy luy aura faite._

     Pour vous seul[489].»

Indépendamment de la haine qu'elle avoue pour Maurepas, cette lettre est
curieuse comme un témoignage autographe de la jalousie qu'éprouve la
duchesse de Châteauroux pour madame de Flavacourt, jalousie qui s'était
manifestée, pendant tout le printemps de cette année, par l'éloignement
de sa sœur des soupers des petits appartements et des voyages de la
cour[490]. Madame de Châteauroux consent à partager l'amour du Roi avec
sa sœur Lauraguais: celle-ci est sa sœur d'adoption et lui est une
habitude comme l'était madame de Vintimille à madame de Mailly, elle a
les mêmes amis que la favorite, elle est attachée au même système
politique; puis au fond elle est laide, et sa laideur rassure sa sœur
contre une trop grande prise du cœur du Roi pour lequel elle n'est qu'un
caprice libertin et un amusement des sens d'un moment. Madame de
Flavacourt c'est autre chose: elle n'a jamais été en rapport de
caractère et d'esprit avec madame de Châteauroux; madame de Flavacourt,
en dépit de ses relations avec les deux sœurs, appartient d'une manière
occulte au camp ennemi, elle est la familière de la Reine, elle a des
relations avec Maurepas, «aux oreilles duquel elle est toujours pendue»
dit madame de Tencin quelque part; elle est peut-être portée par le
parti La Rochefoucauld pour remplacer sa sœur[491]; enfin elle est
belle, d'une beauté supérieure à la beauté de la favorite, d'une beauté
alors dans tout son éclat et qui la fait nommer quand on veut citer la
plus belle de la cour[492].

Ce qu'il y a de certain, c'est que dans le mois de mai 1744, une
correspondance s'était établie entre madame de Flavacourt et le Roi sous
le couvert de Lebel[493].

Or, madame de Châteauroux n'avait pas une confiance sans limites dans la
durée éternelle de la vertu de sa sœur, et attribuait avec l'opinion
publique les premiers effarouchements de _la Poule_ devant les désirs
de Louis XV, à une peur un peu enfantine des menaces de son mari. Et
vraiment elle ne pouvait être bien rassurée sur la solidité de cette
sagesse par l'aveu presque défaillant de sa sœur, aveu qui ne se
retrouve pas seulement dans la lettre de la duchesse, mais est exprimé
dans des termes presque identiques par madame de Tencin qui dit le tenir
du cardinal de Polignac auquel la Reine avait fait confidence[494].

Et cette annonce à l'avance de la facilité de sa défaite venait à la
suite d'un petit incident de l'hiver, où s'était révélé l'amour du Roi
pour la sœur de la favorite. Dans un bal masqué, donné au mois de
janvier chez Mesdames, il y avait une mascarade de quatre personnes
habillées en aveugles parmi lesquelles madame de Flavacourt menait le
duc d'Agénois qui venait de reparaître à la cour. Madame de Flavacourt
resta masquée pour ne pas être reconnue du Roi à qui elle avait dit
qu'elle ne viendrait pas à ce bal; mais Louis XV informé de sa présence
dans ce quadrille, montra un certain dépit et dit tout haut avec une
brutalité qui n'était pas dans ses habitudes, qu'elle avait bien fait de
ne pas se démasquer, car il lui avait annoncé que, s'il la
reconnaissait, il la ferait sortir du bal et il ajoutait qu'il lui
aurait tenu parole[495].

Or, il faut savoir que dans le moment, d'Agénois, l'ancien amant de
madame de Châteauroux, affichait une grande passion pour madame de
Flavacourt, qui sans se rendre, se laissait très-ostensiblement adorer.
Cette comédie d'amour était-elle pour l'homme un moyen de raviver le
sentiment mal éteint dans le cœur de son ancienne maîtresse? était-elle
pour la femme avec la satisfaction de faire enrager sa sœur, le moyen
d'exciter et de fouetter la passion naissante du Roi[496]?

       *       *       *       *       *

Mais, pour que madame de Châteauroux allât à l'armée, il restait à
sauver les apparences ou du moins à autoriser le scandale. Il fallait
pour faire le pont une première complaisante. Ce fut une princesse du
sang, la duchesse de Chartres, que sa belle-mère, la très-basse
princesse de Conti, poussa à cette démarche, et dont le voyage fut
couvert par une prétendue chute de cheval du duc de Chartres[497]. Le
grand point était emporté: une cour de femmes était commencée à l'armée
du Roy. Aussitôt Richelieu, inquiet du crédit que le maréchal de
Noailles prend sur l'esprit du Roi, de la confiance dont le duc d'Ayen
s'empare dans les conseils, brusque les choses et frappe les grands
coups. Il mande à madame de Châteauroux de venir en Flandres, même sans
l'ordre du Roi. Il annonce en même temps à Louis XV dans ce pathos
anacréontique, auquel les femmes prêtaient tant de séductions: «le
voyage de l'amour aveugle et désobéissant si digne de pardon quand il
ôte son bandeau;» et pour mieux surmonter les craintes de la maîtresse
aussi bien que les scrupules de l'amant, il déclare à l'un comme à
l'autre d'un ton décidé et d'un air sans réplique, prendre la
responsabilité de tout ce qui pourra suivre le rapprochement[498].

Le 6 juin, mesdames de Châteauroux et de Lauraguais venaient prendre
congé de la Reine, sans toutefois qu'elles osassent parler de leur
voyage de Flandres qui n'était plus un secret pour personne. La Reine
les retenait à souper, leur parlait, et devant cette charité de la femme
légitime, l'on remarquait l'embarras de la favorite pendant le souper et
le jeu, où la duchesse s'était assise le plus loin possible de la Reine.
Quant à madame de Lauraguais, dit de Luynes, «elle ne s'embarrasse pas
si aisément»[499]. Mais l'épreuve de la Reine n'était pas encore finie:
elle était forcée d'essuyer les salutations dérisoires de la cour des
favorites, des autres _coureuses_ à leur suite, de la duchesse de Modène
venant prendre ses ordres avant le départ pour Lille: vile comédie! qui
à la fin lassait la Reine et lui mettait à la bouche l'impatience de
cette réponse: «Qu'elle fasse son sot voyage comme elle voudra, cela ne
me fait rien.»

Deux jours après le 8 juin, dans le secret de la nuit, à l'heure où
dorment les huées d'un peuple, une berline à quatre places, suivie d'une
gondole pleines de femmes de chambre, emportait à l'armée les deux sœurs
avec mesdames du Roure et de Bellefonds[500].

Quelque décence que Richelieu eût mise au rapprochement, quelque habiles
que fussent les arrangements pris par ce maître des cérémonies des
plaisirs du Roi, en dépit de cette cour d'honneur donnée à l'adultère où
l'on ne comptait pas moins de trois princesses du sang; les murmures
allaient croissant et les chansons des Suisses ne respectaient plus les
oreilles du Roi.

Ce n'étaient que plaintes contre l'abandon des repas publics qui faisait
dîner et souper le Roi chez sa maîtresse ou avec elle dans ses petits
cabinets, ce n'étaient que paroles indignées contre l'installation de la
favorite dans le Petit Gouvernement, la maison joignant le palais du
Roi. Et dans la ville provinciale et religieuse le feu ayant pris à un
corps de caserne, deux heures après l'arrivée de la duchesse de
Châteauroux, les habitants voyaient, dans cet incendie, un effet de la
colère céleste, et tous les soirs des troupes de jeunes gens,
paraphrasant la chanson de madame _Enroux_, allaient chanter sous les
fenêtres de la favorite:

     Belle Châteauroux,
     Je deviendrai fou
     Si je ne vous baise[501].
     . . . . . . . . . . . .

Le Roi, la favorite et sa sœur, le duc de Richelieu lui-même jugeaient
bon de paraître céder au déchaînement de l'opinion de Paris, des
provinces, de l'armée. Le Roi se séparant de madame de Châteauroux
allait faire le siège d'Ypres.

Ypres était pris le 25 juin. Le même jour la duchesse écrivait à
Richelieu cette lettre qui débute avec l'orgueil d'une rodomontade
espagnole, et dont le papier, rencontre bizarre! porte _Pro patria_ pour
filigrane:

     _Lille, ce_ 25 _juin_ 1744, _à deux heures et demie après minuit._

_Assurément, cher oncle, que voilà une nouvelle bien agréable et qui me
fait grand plaisir, je suis au comble de la joye, prendre Ipres en neuf
jours, savé vous bien qu'il ni a rien de si glorieux, ni de si flateur
pour le roy, et que son bisaieul tout grand qu'il estoit n'en a jamais
fait autant; mais il faudroit que la suite se soutint sur le mesme ton
et que cela alla toujours de cet air la. Il faut lespérer, et je m'en
flatte, parceque vous scavé qu'assé volontiers je vois tout en couleur
de rose et que je croit que mon estoille dont je fais cas et qui n'est
pas mauvaise influe surtout; elle nous tiendra lieux de bons généraux,
ministre, etc. Il na jamais si bien fait que de se mettre sous sa
direction. Dite moy donc un peu Meuse ce meurt[502], quelle folie, j'en
suis pourtant faché reellement, cette nouvelle la ma chifonnée toute la
journée: je n'aime point à voir finir les gens avec qui je vit; envoyé
en scavoir les nouvelles de ma part, et si vous le voyé dite luy que je
suis faché de son état. Madame de Modène meurt d'envie d'aller voir
l'entrée du roy dans Ypres; elle vouloit que je le demanda au roy; je
nen ay rien fait parce que je ne scay pas si il ne vaudroit pas mieux
que je ni alla pas, parceque comme nous l'avons dit ensemble, si vous
vous resouvené, avant votre départ qu'il faloit que je fus receus avec
distingtion ou ni point aller, et je le pense. Je luy ay dit que je vous
consulterois et que je n'en avois pas grande envie. Dite moy ce que vous
en pensé et au plus vite parceque je crois qu'il ni a pas un moment de
tems a perdre. Je seré bien aise que du Vernay me donne la réponse de
Monmartel sur les Salles[503]. Il est trop tard pour mentendre sur ce
chapitre; tout ce que je puis vous dire c'est que je les soutiendré tant
que je pouré. Bonsoir cher oncle je vous aime de tout mon cœur[504]._

Après la prise d'Ypres, madame de Châteauroux allait attendre le Roi à
Dunkerque et le laissait visiter seul les principales villes des
Flandres. À peine le Roi était-il venu la retrouver, que le passage du
Rhin par le prince Charles[505], la menace d'une invasion le
déterminaient à aller secourir l'Alsace.

Madame de Châteauroux refusait de quitter le Roi. Elle obtenait de le
suivre[506] et dans cet itinéraire passant par Saint-Omer, Béthune,
Arras, Péronne, La Fère, Laon, Reims, Châlons, Verdun, par toutes les
villes où l'on s'arrêtait, le grand maréchal des logis, le comte de la
Suse, ménageait à l'avance les communications des deux appartements.

Dans ce lent voyage qui ressemble un peu à une promenade militaire en
bonne fortune, le Roi a souvent des aventures pareilles à celles de
Laon. Il dîne incognito avec sa belle en quelque recoin caché. Le peuple
l'a su et le guette, et quand le monarque sort en _catimini_ avec la
duchesse, on l'assourdit des cris: Vive le Roi! Louis XV s'esquive,
serrant contre lui les basques de sa veste, se sauve dans un jardin. On
l'a vu et l'on crie de nouveau: Vive le Roi! et Louis XV court encore...
L'irrespectueux d'Argenson compare ces scènes à la fuite de Pourceaugnac
poursuivi par des clystères[507].

À Reims un mal soudain et singulier[508] jetait la duchesse au lit. Et,
tandis que les médecins ne voyaient dans sa maladie qu'une «ébullition»,
les courtisans y voulaient voir un remords, un des retours de cœur si
ordinaires aux femmes, une révolution survenue en apprenant dans cette
ville la dangereuse blessure que son ancien amant, le duc d'Agénois,
venait de recevoir à la prise du Château-Dauphin. Le Roi donnant cours à
son humeur funèbre parlait déjà de l'endroit où on enterrerait la
duchesse, de la forme à donner à son tombeau[509].

Louis XV retardait d'un jour son départ de Reims, ne faisait que coucher
à Châlons, et arrivait à Metz où le rejoignait madame de
Châteauroux[510], guérie de son mal et faisant taire son cœur et son
passé.

Ce fut là que les amours royales, aguerries aux murmures d'étape en
étape, se cachèrent le plus impudiquement: une galerie en planches bâtie
à grand bruit entre l'appartement du Roi et l'appartement de la favorite
dans l'abbaye de St-Arnould, quatre rues barrées au peuple[511], en
publiaient le scandale en en affichant le mystère.

Tout à coup dans la ville scandalisée, au milieu de ces jouissances
éclatantes qui respectent à peine le regard des foules de la rue, le
bruit se répand que le Roi est malade, très-malade[512].

Le samedi 8 août après une journée passée au grand soleil à visiter les
fortifications, après un long souper et de nombreuses santés au roi de
Prusse, son nouvel allié, après une nuit de fatigues amoureuses[513], le
Roi se réveillait avec la fièvre et un violent mal de tête. Il devait
entendre ce jour-là un _Te Deum_ chanté pour les avantages remportés au
passage des Alpes par le prince de Conti, _son cousin le grand Conti_,
ainsi qu'il l'avait nommé la veille le verre en main; il se sentait hors
d'état de pouvoir s'y rendre.

Malgré les saignées, l'émétique, les purgations, la fièvre et la douleur
de tête du Roi augmentaient, les symptômes morbides s'aggravaient, et le
12, Castéra, un médecin de Metz appelé en consultation, déclarait ne
pouvoir répondre de la vie de Louis XV[514].

Depuis le jour où le Roi tomba malade jusqu'au jeudi 13 après la messe,
les deux sœurs et Richelieu se tenaient seuls dans la chambre du malade,
n'y laissant pénétrer que les domestiques affidés, les quatre valets de
chambre, les huit aides de camp qui appartenaient au parti de la
favorite, enfin le service intime et compromis. Les princes du
sang[515], les grands officiers de la couronne n'y entraient qu'à
l'heure de la messe, et la messe dite, on les faisait avertir qu'ils
avaient à se retirer. La Peyronie tout dévoué à la duchesse de
Châteauroux[516], et complètement maître de Chicoyneau, le premier
médecin et n'appelant que lui aux consultations, et se refusant à y
admettre Marcot, le médecin ordinaire auquel il ne laissait que la
faculté de tâter le pouls du Roi, un moment, dissimulait longtemps la
gravité de la maladie[517].

Il arrivait même que sur la demande par les princes d'une consultation
publique, la Peyronie ne craignait pas de déclarer que les transports
du Roi n'avaient pas de quoi effrayer des médecins et que sa maladie
n'avait point encore de caractère. Il ajoutait de plus que ceux qui
l'interrogeaient devaient craindre de répondre de l'effet des alarmes
qu'ils répandaient déjà, que ces alarmes, si le Roi s'en apercevait,
pouvaient changer de nature ses redoublements fiévreux, le mettre en
danger, et causer un événement dont ses médecins n'étaient pas
responsables[518]. Et seul, tout seul, Richelieu continuait à assister à
ces consultations en dépit du droit absolu du grand chambellan de se
trouver à toutes, et de prendre part à tout ce qui intéresse la santé du
souverain[519].

Les princes du sang éloignés de la personne du Roi, les grands officiers
de la couronne parmi lesquels se trouvaient Bouillon, La Rochefoucauld,
Villeroy, privés du droit d'exercer leurs charges, murmuraient tout haut
dans la pièce qui était avant la chambre du Roi où les deux partis se
rencontraient sans se parler[520].

On faisait représenter à madame de Châteauroux l'indécence du procédé,
on la rappelait à la convenance, à la règle; à ces représentations, la
favorite faisait répondre avec un dédain presque insultant que si on
voulait obéir à ces principes, elle-même n'aurait pas le droit de
rester dans la chambre du Roi. Sur cette réponse, le comte de Clermont,
fort de son nom, de l'habitude du Roi, se décidait à forcer la
porte[521] et, s'approchant du lit de la Majesté malade, lui disait
respectueusement, mais avec les allures de la liberté militaire «qu'il
ne pouvait croire que l'intention de Sa Majesté fût que les princes de
son sang, qui étaient dans Metz, fussent privés de la satisfaction d'en
savoir des nouvelles par eux-mêmes; qu'ils ne voulaient pas que leur
présence pût lui être importune, mais seulement avoir la liberté
d'entrer des moments, et que pour prouver que, pour lui, il n'avoit
d'autre but, il se retirait sur-le-champ[522].»

Le Roi disait à Clermont de rester, mais ce n'était là pour le parti des
princes et des grands officiers de la couronne qu'une bien petite
victoire: la porte de la chambre du Roi ne restait qu'entrebâillée.
L'important pour les adversaires de la maîtresse et de Richelieu était
de faire arriver le confesseur au lit du Roi; et des conférences à ce
sujet se tenaient tous les jours entre le duc de Chartres, le comte de
Clermont, Bouillon, Villeroy, Fitz-James, le petit-fils de Berwick,
évêque de Soissons, prélat d'une grande austérité, et le confesseur
Pérusseau.

La duchesse de Châteauroux était instruite de ces conférences, et devant
la faiblesse croissante de Louis XV, devant les premiers symptômes de
ces terreurs religieuses qui feront tout à l'heure prendre au Roi pour
les flammes de l'enfer la fumée d'un papier qui brûle, craignant de voir
soudainement le malade appeler son confesseur et avec l'absolution
entendre la sentence publique de son renvoi, elle tenait conseil avec
Richelieu et le valet de chambre de service, et dans ce conciliabule on
convenait de traiter avec le confesseur, de chercher à le gagner.

Alors derrière le lit du Roi[523], dans un petit cabinet dont Richelieu
tenait la porte, avait lieu la conférence; une vraie scène de comédie
entre la maîtresse et le jésuite.

La duchesse commençait par aller droit au but, demandant au père jésuite
si elle serait obligée de partir, au cas où le Roi demanderait la
confession et les sacrements; et comme l'homme de Dieu hésitait à
s'expliquer, elle lui demandait une réponse nette, lui représentant
combien un renvoi scandaleux compromettrait la réputation du Roi, et de
quel avantage serait pour son honneur personnel comme pour celui du
monarque, une sortie secrète et volontaire. Pérusseau qui, avec le zèle
du salut du Roi avait de la finesse et de l'adresse et un grand
attachement à son ordre en même temps qu'à sa place, parlait sans
répondre, balbutiait, répétait en se sauvant dans les suppositions et
les hypothèses: «Mais, Madame, le Roi ne sera peut-être pas confessé.»

«_Il le sera_,» lui disait vivement la duchesse qui, parlant de la
religion de Louis XV, de la sienne, déclarait qu'elle serait la première
à exhorter le Roi à se confesser pour le bon exemple, qu'elle ne voulait
pas s'exposer à prendre sur elle qu'il ne le fût pas... et revenant sans
ambages et sans circonlocutions à l'objet de la conférence, jetait au
père jésuite: «_Serai-je renvoyée, dites-le-moi?_»

Pérusseau, troublé par cette interpellation, essayait d'esquiver la
demande en lui remontrant qu'il n'était pas permis d'arranger d'avance
la confession du Roi, que la conduite du confesseur dépendait de l'aveu
du pénitent, qu'il n'avait, lui personnellement, aucune mauvaise opinion
des rapports du Roi avec madame la duchesse, que tout en un mot
dépendait des aveux du Roi.

«_S'il ne faut que des aveux_,» interrompait madame de Châteauroux, et
en quelques mots, elle faisait d'un ton hautain et cavalier la
confession de son amant, et, s'entêtant en sa demande, elle redemandait
en face au jésuite: «_Est-ce le cas de me faire renvoyer?... N'y a-t-il
pas quelque exception pour un Roi?_»

Plus embarrassé que jamais, tiraillé de côté et d'autre, lié de
conscience avec le parti qui faisait de la confession le renvoi de la
maîtresse, pesant aussi le ressentiment de madame de Châteauroux, si le
Roi guérissait sans confession, Pérusseau à bout de paroles ambiguës,
gagnait doucement le fond du petit cabinet et voulait s'évader, quand
Richelieu voyant sa manœuvre lui barrait la retraite, et lui demandant
en grâce de sortir des «_car_, des _peut-être_, des _si_,» le suppliait
d'accorder d'avance à madame de Châteauroux d'être renvoyée sans
scandale.

Mais comme le père Pérusseau s'enferme dans le silence, Richelieu saute
sur lui, le presse, le cajole d'embrassades, le ramène à madame de
Châteauroux qui, laissant monter des larmes à ses yeux, se faisant
humble et caressante, et touchant de ses douces mains le menton du
prêtre avec un geste de Madeleine repentie, lui jure que s'il veut bien
éviter un éclat, elle se retirera de la chambre du Roi pendant sa
maladie, qu'elle ne reviendra plus à la cour que comme son amie, qu'elle
se convertira, que le père Pérusseau la confessera.

Promesses et caresses, rien ne put tirer du père jésuite le secret du
sacrifice qu'il comptait exiger du Roi pour le réconcilier avec
Dieu[524].

Malgré tout, la faiblesse, la maladie, la mort, retiraient d'heure en
heure Louis XV des mains de madame de Châteauroux.

Le mercredi 12, en dépit de l'opposition de la Peyronie[525], quelques
instants avant la messe, monsieur de Soissons s'approchant du lit du
Roi, l'entretenait assez longtemps de la gravité de son état, des
devoirs qu'il avait à remplir.

Richelieu, inquiet de cette conférence et n'osant la troubler, demandait
à monsieur de Bouillon ce que l'évêque de Soissons pouvait dire au Roi.
Monsieur de Bouillon lui répondait qu'il n'en savait rien, mais que si
l'évêque parlait à Louis XV de choses sérieuses en ce moment, il n'y
avait là que rien de très-naturel.

Aux pieuses sollicitations de monsieur de Soissons, Louis XV cherchait à
échapper, disant qu'il était bien faible, qu'il avait un grand mal de
tête, qu'il aurait beaucoup de choses à dire. Vainement monsieur de
Soissons l'engageait à commencer sa confession, quitte à l'achever le
lendemain.

Après la messe, tout le monde sorti, le Roi restait très-préoccupé de sa
conversation du matin, pendant que Richelieu, qui depuis le commencement
de sa maladie, jouait le médecin, lui tâtait le pouls à toute minute,
jurait toute cette après-midi, très-inutilement sur sa tête, que le Roi
n'avait qu'un léger embarras des viscères[526]. Madame de Châteauroux,
qui à force de caresses parvenait à se faire baiser la main, entendait
aussitôt le Roi lui dire: «Ah! princesse, je crois que je fais mal!»
Elle voulait lui fermer la bouche avec un baiser. Louis XV se retirait
de sa maîtresse, en laissant tomber sur la tendre effusion cette froide
parole: «Il faudra peut-être nous séparer.»

La fin de la journée, le Roi la passait dans de grands troubles et de
terribles inquiétudes de l'esprit.

Richelieu jugeant alors l'importance d'empêcher toute nouvelle action du
parti religieux sur l'esprit du Roi, à onze heures du soir, à l'heure où
les princes et les grands officiers étaient réunis dans l'antichambre,
entr'ouvrait la porte de la chambre du Roi, appelait monsieur de
Bouillon et lui disait que le Roi ne voulait pas donner l'ordre.

C'était refermer la porte de la chambre du Roi aux ennemis de la
duchesse de Châteauroux. Aussi monsieur de Bouillon furieux déclarait-il
que ceux qui voulaient prendre l'ordre d'un Vignerot étaient libres,
mais que lui se retirait et ne reviendrait plus.

La nuit du mercredi 12 au jeudi 13 était très-mauvaise à partir de trois
heures, si mauvaise que la Peyronie se voyait obligé d'aller avouer à
monsieur de Bouillon qu'il ne croyait pas que le Roi eût deux jours à
vivre et l'engageait à prévenir monsieur de Soissons. Monsieur de
Bouillon le traitait avec la plus grande violence, lui reprochant
d'avoir osé prendre sur lui toute la conduite de la maladie, l'accusant
de l'avoir exclu des consultations contre tous les règlements de la
maison du Roi. Puis aussitôt il envoyait quérir Champcenetz père et le
chargeait d'avertir Louis XV qu'il entrerait ce jour dans sa chambre à
moins d'un ordre exprès de Sa Majesté. Et avant que la messe commençât,
il pénétrait chez le Roi avec MM. de la Rochefoucauld, de Fleury et les
deux princes du sang. Et Bouillon parlait au Roi de la manière la plus
forte et la plus touchante de la douleur inexprimable où il était de ne
pouvoir lui montrer son zèle et son attachement, de même que les autres
officiers de sa maison, en remplissant les devoirs de sa charge.

Le Roi tout mourant qu'il était, en l'esprit soupçonneux duquel étaient
restées les paroles de Richelieu, lui représentant l'impatience des
grands officiers de la couronne amenés par l'unique désir de faire
parade de leurs charges, répondait: «Je le voudrais bien, mais il n'est
pas encore temps.» Et la messe commençait, lorsque tout à coup le Roi
s'écriait: «Mon Bouillon, mon Bouillon, je me meurs, le père Pérusseau,
vite le père Pérusseau[527].»

Richelieu et madame de Lauraguais ont entraîné la favorite dans le
cabinet où, quelques jours avant, elle traitait avec le confesseur.
Madame de Châteauroux, anxieuse, palpitante, attend, écoute; étourdie de
sa chute, dévorant sa honte, elle s'impatiente d'attendre la disgrâce,
quand, la porte à deux battants s'entr'ouvrant, une voix jette ainsi
l'exil au visage des deux sœurs: «_Le Roi vous ordonne, Mesdames, de
vous retirer de chez lui sur-le-champ._» Cette voix ajoutait encore à
l'humiliation de madame de Châteauroux: c'était celle de l'évêque de
Soissons[528].

Et l'ordre d'expulsion des deux sœurs était, sa confession finie,
confirmé par le Roi disant à monsieur de Bouillon et aux grands
officiers de la couronne: «Vous n'avez qu'à me servir présentement, il
n'y a plus d'obstacles[529].»

Une scène tumultueuse pleine de violentes récriminations et de paroles
colères, éclatait aussitôt dans l'antichambre, où les officiers de la
couronne malmenaient les valets de chambre, le _huguenot_ la Peyronie,
le vieux de Meuse qui se trouvait mal et auquel il fallait aller
chercher un verre d'eau[530].

On les menaçait tout haut, les amis de la Châteauroux, de répondre sur
leurs têtes de la mort du Roi; Richelieu lui-même n'était pas épargné,
mais l'impudent personnage sur un ton de goguenardise qui lui était
habituel annonçait que, l'orage passé, les deux sœurs reviendraient plus
puissantes et plus triomphantes que jamais[531], et cela jusqu'à ce
qu'il reçût l'ordre de rejoindre l'armée du Rhin, avec tous les aides de
camp, parmi lesquels restaient seuls à Metz, de Meuse et le duc de
Luxembourg qui était malade[532].

Le soir, cependant, à l'heure où le Roi devait recevoir le viatique,
l'évêque de Soissons apprend que la favorite n'a point encore quitté
Metz; aussitôt le prélat fait dire à la paroisse que l'on attende pour
apporter le viatique au Roi. Et rentrant chez Louis XV, il lui déclare
que les lois de l'Église et les canons défendent d'apporter le corps de
Notre-Seigneur, lorsque la _concubine_ est encore dans les murs de la
ville, et il arrache au mourant un ordre définitif de départ.

La communion n'est donnée au Roi que lorsque les deux sœurs, fuyant, les
stores baissés, dans les colères de ce peuple impatient de ce
retardement des sacrements et tout prêt à lapider les fuyardes, ont
passé les portes de la ville[533].

Le vendredi 14, l'état du Roi s'aggravant, la résolution était prise de
lui donner l'extrême-onction. Cependant monsieur de Soissons, apprenant
que la duchesse de Châteauroux ne s'était pas éloignée et attendait à
quelques lieues de Metz les évènements, obtenait du Roi un ordre qui lui
prescrivait de continuer son voyage.

Le Roi administré, monsieur de Soissons faisait approcher les princes du
sang et les grands officiers de la couronne et leur disait «que le Roi
demandait pardon du scandale et du mauvais exemple qu'il avait donnés,
déclarait au nom de Sa Majesté que son intention était que madame de
Châteauroux ne restât point auprès de la Dauphine.» À quoi le Roi
ajoutait d'une voix presque ferme: «Ni sa sœur[534].»



XVII

Fuite des deux sœurs de Metz.--La duchesse de Châteauroux décidée un
moment à ne pas aller plus loin que Sainte-Menehould.--Ses lettres
fiévreuses à Richelieu.--Les périls et humiliations du voyage.--Rentrée
à Paris.--Nouvelles lettres.--État successif de découragement et de
surexcitation de la femme.--Travail de Richelieu auprès du Roi toujours
amoureux de la favorite.--Les chances de retour de la duchesse au mois
d'octobre.--Entrevue du Roi et de la duchesse dans la nuit du 14
novembre.--Les têtes demandées par la favorite.--Exils de Châtillon, de
Balleroy, de Fitz-James, de la Rochefoucauld, de Bouillon.--Maurepas
chargé de la commission de rappeler la duchesse de Châteauroux à
Versailles.--Soudaine maladie.--Délire furieux.--La malade est saignée
onze fois.--Sa mort (8 décembre 1744).--Son enterrement.--Les
accusations d'empoisonnement du temps.--La dissertation de l'abbé
Galiani sur l'_aqua tofana_.--Conversation du médecin Vernage.--Maurepas
encore plus incapable de crimes que de vertus.


Quel retour! quelle fuite pour la fière duchesse[535]! Réfugiée dans le
fond de sa berline, poursuivie par les échos furieux des campagnes, elle
courait à toute bride à travers les injures qui l'éclaboussaient,
tremblante à la fois d'effroi et de colère.

Mais soudain, à Bar-le-Duc, la duchesse se rattachant à l'espérance
avec la patience froide et la vue cynique des choses qui semblent le
fond de son âme, déclarait à Richelieu sa résolution de s'arrêter à
Sainte-Menehould et d'y attendre les évènements dans cette lettre où
rien ne bat que l'impatience d'une vengeance de sang.

     _À Bar-le-Duc, à dix heures._

_Je ne say pas pour quoy, cher oncle, vous ne voule pas que je prenne de
l'espérance puisque le mieux est considérable, et que Dumoulin dit luy
même qu'il y a grande espérance[536], je vous assure que je ne peut pas
me mettre en teste qu'il en meurt; il est impossible que ce soit les
monstres qui triomphe, mais ce que vous me dite de monsieur de la
Rochefoucault, me fache beaucoup, surtout si c'est pour faire dire
quelques choses à faquinet; je croit bien que tant que la teste du roy
sera faible il sera dans la grande dévotion, mais dès qu'il sera un peu
remit je parie que je lui troterez furieusement dans la teste, et qu'à
la fin il ne poura pas resister et qu'il parlera de moy, et que tout
doucement il demandera a Lebel ou a Bachelier ce que je suis devenu.
Comme il sont pour moy, mon affaire sera bonne; je ne voit point du tout
en noir pour la suite si le roy en revient, et en vérité je le croit; je
ne vais plus à Paris, après mures reflections, je reste a ste menoult
avec ma sœur, et ces dames s'en yront toujours; il est inutile de le
dire parce quavans que lon le sache ils ce passera au moins deux ou
trois jours, et puis je peut estre tombé malade en chemin, qui est
assurément fort vraisemblable; mais remarqués que dicy a ce temps la
chose sera décidé en bien ou en mal: si c'est en bien l'on nosera rien
dire, et comme le roy ne ma pas fait specifier lendroit et qu'il a dit a
paris, ou bien ou elle voudra, pourveu que cela soit loin, il est plus
honneste pour luy si il en revient que j'aye crue que vingt lieus estoit
au bout du monde, et que je me sois retiré dans un lieu ou je ne peut
avoir nul sorte de nouvelles ni de consolation, et uniquement livrées à
ma douleur; et puis dans la convalescence quarante lieues de plus ou de
moins ne laisseront pas que dy faire, non pas pour me revoir car je ni
conte pas sitot, mais pour me faire dire quelque chose; sy il en meurt
je me renderé a paris, ou je vous attendrais la pour pouvoir vous
parler; a légard de ma charge si je ne lay pas je vous dit que cela mets
egal, mais je ne veus avoir rien a me reprocher pour raison, du reste
qu'est ce que l'on pourra me faire, je resteré a paris, avec mes amis,
mais je vous assure que je regretterai le roy toute ma vie, car je
l'aimais a la folie et beaucoup plus que je le faisois paroistre, pour
ce qui est de faire prévenir le Mirepoix, le Broglio, je ne pense pas
comme cela, tant que le roy est vivant il ne me convient pas de faire
aucunes demarches aupres de qui que ce soit, il faut souffrir avec
patience tous les tourment que l'on voudra me faire; si il en revient je
l'en toucheré davantage, et il sera plus obligé à une réparation
publique; si il en meurt je ne suis pas pour faire des bassesses dut il
men revenir le royaume de France; jusqua présent je me suis conduit tel
qu'il me convenoit avec dignyté, je me soutienderé toujour dans le même
gout, cest le seul moyen de me faire respecter, de faire revenir le
public pour moy et de conserver la consideration que je croit que je
mérite; j'oubliois de vous dire sur ce que le Soissons ce defent davoir
parle au roy de madame de Lauraguais, que je le croirois assés et que
jay pensé dès le premier moment que cela venait du roy, et par bonté
pour moy pour que nous ne fussions pas séparé, et pour que ma sœur fut
ma consolation, mais il ne faut pas le dire parce que cela justifieroit
le Soissons et qu'en vérité je ne suis pas payé pour cela; je seré donc
ce soir a sainte menoult, ainsi je vous en prie que demain matin jy ait
un courier, et tous les jours, car vous ne scauriez croire quelle est ma
situation de me trouver eloignée dans ce moment icy; ne laissé jamais
monsieur de la Rochefoucaud teste a teste avec le roy, car cela
m'inquiète; sil en revient, qu'il sera fâché de tout ce qu'il a dit et
fait; je suis persuadé qu'il recevra la reine tout au mieux et qu'il lui
fera cent mille amitiés parce qu'il ce croit des torts avec quelle et
obliger de les réparer, vous me manderé quelle sont les dames quelle a
amenes, vous diré a monsieur de Soubize la resolution ou je suis de
rester a sainte menoult, et sur toutes choses des couriers, mais si il
en revient, cher oncle, que cela sera jolie, vous verrez, je suis
persuader que cecy est une grâce du ciel pour luy faire ouvrir les yeux
et que les méchants périront; si nous nous tirons de cecy vous
convienderé que notre étoile nous conduira bien loing, et que rien ne
nous sera impossible, et jespere beaucoup. Vous faite fort bien de
garder la lettre de Vernage, ne la perdez pas elle nous sera peut estre
utile; ma sœur vous remercie de moitié, je vous aime tendrement_. brulé
mes lettres[537].

Arrivée à Sainte-Menehould le 18, le jour où se répand à Paris la
nouvelle de la convalescence, nouvelle que n'a pas encore la duchesse de
Châteauroux, le ton de son âme est complètement changé. Avec la fatigue
physique qui fait manger les mots à sa plume et lui fait écrire
_davante_ pour davantage, l'abattement moral est venu.

Et dans cette confession du moment, dans cette désespérance d'une heure,
elle donne à Richelieu sa parole qu'elle renonce pour toujours à la
cour:

     _À Sainte-Menoult, ce _18_ à onze heures._

_Je suis persuadé que le roy en reviendra et j'en suis dans le plus
grand enchantement, sa dévotion me paroît poussée au plus loin, et cela
ne métonne pas, ne soyé pas effrayé de ma proposition de rester icy. Ma
lettre n'estoit pas party que je fis reflection que cela seroit
ridicule, et nous partirons demain sans faute, mais c'est assé simple
que ma teste se trouve égarée par cy par la, soyé tranquille je vous
promets que je vais tout de suite a Paris, si l'on parle du retardement
vous pouvé dire que ce sont les chevaux qui en sont cause, comme de
fait, et je vous donne ma parole d'honneur que je ne paresse plus.
Jespère que vous nauré pas de scène à essuyer, cela seroit aussi trop
fort, mais il est bien certain que vous estes plus a plaindre que les
autres, estant plus craint et moins soutenu, tout cecy est bien terrible
et me donne un furieux degout pour le pays que jay habité bien malgre
moy, et bien loin de desirer dy retourner un jour comme vous croyé, je
suis persuadée que quand on le vouderoit, je ne pourrois pas my
resoudre, tout ce que je voudrois par la suite cest que l'on repara
l'affront que lon ma fait et nestre pas deshonorée, voila je vous assure
mon unique ambition. bon soir, je ne peut pas vous en dire davante
estant mourante. si vous mecrivez par la poste mandé moy simplement des
nouvelles du roy sans aucunes reflections, mais je voudrois scavoir
comment faquinet aura esté recuet; je conte sur des couriers de tems en
tems, qu'est ce que madame de Bouflers dit de notre triste avanture,
faite luy mes compliment, jay rencontré la Poule[538]; elle meriteroit
bien que monsieur de Soissons luy donna une petite marque de bontée, je
n'en desespere pas, ou elle viendra peut estre du roy[539], cela seroit
assé plaisant; ah, mon Dieu qu'est ce que c'est que tout cecy, je vous
donne ma parole que voila qui est fini pour moy, il faudroit estre une
grande fôle pour avoir envie de sy rembarquer, et vous scavez combien
peu j'estois flatté et éblouit de toutes les grandeurs et que si je m'en
estois crue je n'en serois pas la, mais cest fait, il faut prendre son
parti et ny plus songer, tacher de remettre du calme dans votre esprit,
et de ne point tomber malade[540]._

Le voyage recommença. Ce fut un éternel chemin fait à travers les
malédictions, par le carrosse détesté et honteux qui semblait porter
l'impopularité du Roi. Madame de Châteauroux se cachait aux relais. À
chaque ville, à chaque bourg, elle s'enfonçait et se réfugiait dans
quelque route de traverse où les chevaux venaient la reprendre, sans
pouvoir l'emporter assez vite pour faire taire à ses oreilles les voix
de l'horizon et ce murmure lointain qui demandait sa tête[541].

Enfin elle se glissait inaperçue dans ce Paris, tout entier tendu vers
les courriers de Metz, plein d'anxiétés, de prières et de larmes et
vouant à _Louis le Bien-Aimé_ un de ces grands amours nationaux de la
France qui ressemblent à l'amour: ils en ont la passion, l'élan, la
sincérité, aussi bien que les retours, l'illogisme et le caprice. Là,
encore cachée, et se sauvant du peuple parisien, enfermée chez elle par
les risées des rues et les brutalités des halles, elle se débattait avec
tout ce qui la soutenait et tout ce qui l'obsédait. Aux larmes
succédaient les révoltes, à l'abattement l'orgueil. Elle rejetait la
disgrâce, puis l'espérance; et dans ce faible corps de femme remué et
tourmenté par des crises de nerfs qui allaient jusqu'aux convulsions,
les crises de l'âme variaient et se renouvelaient sans cesse.

À la nouvelle de la réconciliation du Roi avec la Reine, madame de
Châteauroux se laissait aller au désespoir; puis, le surmontant, elle
reprenait courage et se rattachait à cette correspondance avec
Richelieu, qu'elle n'avait point cessée, et qu'elle soutenait avec cet
air d'ironie et ce sourire du bout des lèvres qui est parfois le masque
et le ton des plus amères et des plus profondes douleurs de l'orgueil.
Elle rassemblait ses esprits, son parti, ses chances. Elle pensait à
l'habileté de Richelieu, aux démarches de la princesse de Conti; et,
foulant aux pieds ses chagrins et le présent, elle s'oubliait dans la
poursuite de ses rêves interrompus, elle se berçait avec l'avenir, elle
voyait déjà ses amours renoués, et envoyait en ces termes ses plans
d'intrigues et ses raisons d'espérance à Richelieu:

_... Moy je croît que s'il _(le Roi)_ y alloit tout seul[542] cela
voudroit mieux pour le debarrasser de la reine, et puis pour qu'à son
retour il prit son train de vie ordinaire; je suis persuadé même que
c'est là sa façon de penser et qu'actuellement il rumine a tous ces
arrangements la. Je crois que la première fois qu'il vera ses aides de
camps, il sera un peu embarrassé, mais il faudra tacher de le mettre le
plus a son aise que faire se pourra, vous ne scavé peut être pas la
raison pour quoy monsieur de Soissons en a usé avec tant de douceur pour
moy, c'est que c'est l'homme du monde le plus ambitieux, qui a demandé
au Roy la place de monsieur le cardinal de Rohan, et qui a sceut que je
m'y estois oposé et que javois beaucoup pressé le roy pour le
coadjuteur, vous m'avouré que voilà un saint homme et qu'il est bien
démontré que c'est la religion qui le conduit, en vérité avoir été au
moment de voir périr le roy, pour des intérêts particuliers, est une
chose incroyable, et dont je ne reviendrai pas sitot. Adieu, cher oncle,
je mennuye beaucoup de ne vous pas voir, vous scavez combien je vous
aime._

_Remettes toutes ces lettres à leurs adresses, retournés. Depuis ma
lettre ecrite japrend par la votre celle que monsieur d'Argenson vous a
escrit. Je ne peut pas vous dire dans quel etat elle ma mis, je suis au
désespoir, par la datte de celle de monsieur d'Argenson, je voit que
c'est a sa seconde communion que l'on l'a exigé de luy, et jaime mieux
que ce soit dans ce moment la qu'a present, qu'il est a luy totalement,
cela n'est point ébruité du tout, aparamment qu'il n'en a pas nommé
d'autre, et je ne tiens pas tout perdue, vous avez très bien fait de luy
escrire, pour moy jay une petite lettre toute prete et je n'attend que
le moment pour luy lacher, par ou il aprendra tout ce qui s'est passé
depuis le commencement de sa maladie jusqu'à la fin. Mais il faut bien
prendre son temps, car il ne faut pas manquer son coup. Je ne peut pas
me mettre en teste que tout cela tourne à mal, et suis meme persuade que
vous feré votre ambassade. Vous auriez du tenir secret la lettre de
monsieur Dargenson, et je me meurs de peur que vous n'en ayez parlé;
vous avez bien raison de dire qu'il seroit joli de faire revenire la
journée des dupes pour moy, je n'en doute pas, c'est justement de meme
un jeudy, mais il faut de la patience, il est vray qu'il en faut
beaucoup. Tous les propos que l'on vous a mandé que l'on tenoit à Paris
sont très réelle, vous ne scauriez croire jusqu'où ils sont poussé, si
vous y aviez parue dans ce moment la, vous auriez été mis en pièces.
Vous faite très bien d'aimer madame d'Aiguillon comme vous faite et de
luy escrire si souvent, car elle fait bon usage de vos lettres et elle a
marqués prendre un grand interest a vous et vous aimer beaucoup; je
n'en ay jamais vue un si fol que vous, voue croyé tout ce que l'on vous
dit et que l'on vous aime à la folie, en vérité c'est pitoyable. Le roy
continue a s'ennuyer, je crains meme que cela ne fasse trainer sa
convalescence, mais il ne tient qu'a luy d'y mettre ordre, moyennant
quoy il est moins a plaindre. Vous m'aviez mandé que vous me diriés quel
expédient vous aviés trouvé pour Lebel et Bachelier, vous rendissent
conte de tout ce qui se passeroit, mais, dieu merci, vous n'en avez rien
fait, et vous me paroissé très mal informé, mais quand on reçoit des
lettres de ministres aussi agréables, on doit etre content; c'est très
bien a monsieur d'Argenson d'en user comme il fait avec vous, et j'en
suis d'autant plus aise, qu'il est très nécessaire dans ce moment cy
d'avoir quelquun comme luy dans sa manche[543]. Je vous dis que nous
nous en tirerons, et j'en suis persuadé; ce sera un bien jolie moment,
je voudrais déjà y estre, vous le croiré sans peine. Adieu, cher oncle,
je vous aime, je vous aime de tout mon cœur, et suis outré de vous
entrainer dans mon malheur, cela l'augmente je vous jure de beaucoup.
Brulé toutes mes lettres, c'est a dire celles que je vous escrit.
Joubliois bien de vous dire que vous avez grande raison d'estre
déterminé à ne point donner la démission de votre charge, vous seriez
bien fol, il ne faut la donner qu'avec votre teste, et je suis persuadé
que monsieur de Soissons aura beau faire et beau dire qu'elle restera
sur vos épaules, et que nous aurons le plaisir de l'y voir encore
longtemps. Cela seroit pourtant plaisant que l'on vous coupe la teste
pour ce que vous avez fait pendant la maladie du roy, car je ne peux
imaginer ce que l'on peut luy avoir dit[544]._

Dans une autre lettre du 13 septembre, madame de Châteauroux songeait à
prendre un nouveau rôle, un rôle _inattaquable_, le rôle d'amie du Roi,
et cela dans sa lettre avec des allures viriles dignes de l'allégorie
sous laquelle Nattier avait représenté la nerveuse duchesse.

     _Ce_ 13 _septembre_, à Paris.

_Tranquillisé vous, cher oncle, il se prépare de beaux cous pour nous,
nous avons eut de rudes momens a passé, mais ils le sont, je ne connoit
pas le roy dévot, mais je le connoit honneste homme et très capable
damitié, quelques réflections qu'il fasse, sans me flatté je croit
quelle ne seront qua mon avantage, il est bien sure de moi, et bien
persuadé que je l'aime pour luy, et il a bien raison, car j'ay senti que
je l'aimois à la folie, mais c'est un grand point qu'il le sache, et
j'espère que sa maladie ne luy a pas oté la mémoire, jusquicy personne
n'a connu son cœur que moy, et je vous répond qu'il la bon et tres bon;
et tres capable de sentimens, je ne vous nires pas qu'il y ait un peu de
singulier par mi tout cela, mais ce n'est pas ce qui l'emporte, il sera
devot, mais point cagot, je l'aime cent fois mieux, je seré son amie, et
pour lors je seré inattaquable: tout ce que les faquinets ont fait
pendant sa maladie, ne fera que rendre mon sort plus heureux et plus
stable, je nauré plus a craindre ni changemens ni maladie ni le diable,
et nous menerons une vie délicieuse, ajouté un peu plus de foy que vous
ne faites a tout ce que je vous dit, ce ne sont pas des reveries, vous
veré si cela ne se réalisera pas, tout cela est fondée sur la
connaissance que jay de l'homme a qui nous avons afaire et je vous
assure que je connoit tous les plis et replis de son ame, et qu'il y a
du beau et du bon, il ne faut pas le jugé parce qu'il a fait a votre
egard, il n'estoit pas encore bien a luy et je suis persuadé que l'on
luy a dit quelque chose d'affreux, et je ne peux pas imaginer ce que
c'est, je ne suis pas encore bien convaincu que vous nalliés pas en
Espagne; mais en tout cas je ne crois pas qu'il en nomme un autre, il
fera faire la demande par l'eveque de Rennes, voila mon idée, quest ce
que vous en dites. vous avés bien raison de dire qu'il ne faut marquer
avoir aucune esperance de retour, est inutile et cela augmenteroit la
rage de ces monstres qui est déja assé considérables, je pense comme
vous sur ma lettre, il vaut mieux attendre que de manqué son coup[545].
Monmartel est bien pour cela aussi, madame Tencin voudroit déja qu'elle
fut reçut, mais elles sent comme nous les conséquences si elle ne
l'estoit pas bien. Adieu, cher oncle, porté vous bien; pour moy je vas
songer réellement a me faire _une santé de crocheteur_ pour faire
enrager nos ennemis le plus longtemps que je pourré et avoir le temps de
les perdre, et ils le seront, vous pouves en être sure. vous connoissé
mon amitié pour vous, elle est, je vous jure, des plus tendres, faites
mes compliment a messieurs de Soubise et d'Ayen, quand vous reverré du
Mesnil dite luy milles choses et que je ne luy ay pas fait responce
parce que je ne n'ay su ou le prendre, voila une lettre pour monsieur
Daumont que vous lui remettré bien exactement en luy faisant mes
complimens[546]._

Le souffle et l'humeur d'un moment emportaient tout: une désespérance
absolue et sans bornes paralysait toutes ses facultés, la force même
d'un désir lui manquait, et elle demeurait sans mouvement, la pensée
endormie, la volonté morte, dans un de ces anéantissements qu'elle
peignait si bien alors qu'elle disait «ne plus reconnaître en elle ni
madame de la Tournelle ni madame de Châteauroux, et se sentir devenir
une étrangère à elle-même[547].» Puis un rien la tirait de là, un
aiguillon d'amour-propre, un sentiment de vengeance contre Maurepas,
contre Pérusseau, et l'impatience d'une revanche éclatante et sans
pitié, ne tardait pas à la posséder, et à donner à ses idées la furie de
la fièvre.

       *       *       *       *       *

Le Roi, entièrement guéri au mois de septembre, laissait bientôt voir
une mélancolie qui rendait l'espoir et l'audace à Richelieu: l'amour
n'était point mort dans ce cœur qui trouvait la solitude où madame de
Châteauroux n'était pas. Le courtisan, retiré à Bâle, se remettait à
l'œuvre, il reprenait ses plans, et travaillait pour la favorite avec
l'ardeur d'un homme qui travaille pour sa fortune: ne voyait-il pas dans
le lointain, au bout de ses efforts, derrière le retour de madame de
Châteauroux, ce triomphe personnel de son ambition, cette superbe
récompense de son zèle, le rétablissement en sa faveur de la dignité de
connétable de France? Après s'être éclairé, après avoir fait tâter le
Roi par le cardinal de Tencin et le maréchal de Noailles[548], il
adressait au Roi un mémoire détaillé sur sa maladie de Metz, mémoire
habile où il avait su glisser les ombrages et les soupçons, prêter à la
conduite de ses adversaires des motifs d'ordre humain, attribuer enfin à
tous les ennemis de madame de Châteauroux, qui avaient abusé des remords
et de la faiblesse du Roi, des sentiments d'égoïsme, des vues
ambitieuses le désir presque et l'impatience de la mort du Roi.

Madame de Châteauroux à laquelle le mémoire ou la lettre était adressée
par Tencin écrivait à Richelieu avec le mépris supérieur qu'elle a
l'habitude d'avoir pour l'expérience, la pratique de l'humanité de son
_oncle_.

     _À Paris, ce _18_ octobre[549].

_J'ay vue, cher oncle, le cardinal de Tencin dont je suis enchanté; il
ma montré la lettre que vous avés escrit au roy que je trouve comique et
tres bonne, surement elle luy aura plu, mais vous aves mal fait de lui
repondre verbalement a ce qu'il vous avait demendé; il faloit lui
escrire, c'est étonnant vous ne le connoissé pas du tout et vous estes
surpris comme guelquun qui arriveroit à la cour, vous estes un drole
d'homme. J'ai vu et vois madame de Bouflers tous les jours dont je suis
tres aise; mais ma sœur pas tant je croit, je vous charge de faire mes
compliments à monsieur de Belle-Isle et de luy dire que si je ne luy ai
pas écrit sur sa lieutenance[550] c'est que... je ne scay pas quoy, je
men raporte a vous pour tourner cela joliment, vous senté bien que
c'est que jay oublié de lui écrire et que je veux que vous raccommodies
ma sotise. Adieu, cher oncle, je vous aime, je vous assure on ne peut
pas davantage et suis outré d'être si longtemps sans vous voir. À
propos, le petit saint _(Saint-Florentin)_ vous fera des difficultés sur
le changement que vous demandés pour vos etats, mais tachez d'avoir gain
de cause, car il seroit ridicule que vous eussiez quinze jours après le
siége de libre sans venir à Paris, c'est pour lors que l'on diroit que
vous estes en disgrace. Remettes cette lettre au chevalier de
Grille[551]._

Avec les lettres de Richelieu revenaient peu à peu autour du Roi
quelques-uns des favoris que l'appareil des sacrements, les foudres de
Fitz-James, les lettres de cachet de d'Argenson sous enveloppe, avaient
dispersés pendant l'agonie du Roi. Et avec cette correspondance et ce
monde, le Roi se refroidissait pour la Reine.

Dans un court séjour chez son beau-père à la cour de Lorraine, il
montrait à tous par ses distractions et sa taciturnité, un homme
amoureux absorbé dans le souvenir et les regrets. La gloire ne lui
souriait plus, la guerre lui semblait une longue fatigue; et le 8
novembre, aussitôt la capitulation de Fribourg signée, il repartait en
toute hâte pour Paris[552]. Il y courait chercher, non point
l'applaudissement et le triomphe, mais le pardon de sa maîtresse.

Tenue au courant des choses par Richelieu, suivant de sa retraite,
mouvement à mouvement, le cœur du Roi, raffermie et plus osée dans les
insolences de son orgueil par la certitude de tout obtenir, la duchesse
de Châteauroux avait pris la résolution de ne rentrer à Versailles
qu'avec les plus formelles sûretés et les plus grandes satisfactions.
Pour oublier, pour pardonner les scènes de Metz, les ignominies de la
disgrâce, il lui fallait une expiation proportionnée à l'humiliation,
une vengeance qui fît éclat,--ce n'était point assez,--qui fît peur. Et
la duchesse attendait le Roi sans l'appeler, sachant bien qu'il
viendrait.

Elle n'attendait pas longtemps. Dans la nuit du 14 au 15, le second jour
de l'arrivée du Roi à Paris, les femmes de la Reine entendirent trois
fois gratter à la porte. La Reine avertie dit que ce n'était rien, que
c'était le vent. À la troisième fois cependant, au bout d'un intervalle,
on ouvrit, mais on ne trouva personne[553], Le Roi n'y était plus, il
était déjà sorti des Tuileries, avait traversé le Pont-Royal, et escorté
de Richelieu, frappait rue du Bac, chez la duchesse de Châteauroux[554].

Devant cette visite inespérée, mais non si promptement attendue, devant
cette visite d'un Roi venant dans la nuit lui apporter ses excuses et
lui demander ses conditions pour renouer, la duchesse en dépit de son
énergie morale, se trouvait mal, et ne pouvait dire autre chose que ces
paroles qu'elle répétait et répétait encore: «_Comme ils nous ont
traités_[555].» Le Roi la suppliait alors de revenir à Versailles.
Madame de Châteauroux ne consentait à s'y rendre qu'incognito: son
retour officiel devait être précédé de la retraite de tous ses ennemis.
Et le lendemain elle partait pour Versailles cachée dans une de ces
voitures publiques appelées pot-de-chambre. Avant de partir elle avait
dit à ses gens qui l'avertissaient de l'espionnage de Maurepas:
«Bientôt, il ne m'importunera plus.»

À Versailles la duchesse se montrait une autre femme que la femme de la
veille. Elle reprenait ses hauteurs et ses exigences. Elle jouait le
détachement, l'indifférence et répondait froidement aux sollicitations
du Roi, «_que satisfaite de ne pas aller pourrir dans une prison par ses
ordres, et contente d'avoir la liberté et les plaisirs d'une vie privée,
il en coûterait trop de têtes à la France, si elle revenait à la
cour_[556]...» Et la phrase n'a rien d'invraisemblable de la part de la
femme qui dans ses lettres annonce. que «_les méchants périront_» et
plaisante avec tant d'aisance sur des _têtes coupées_.

Le Roi cherchait à la calmer, lui disait «qu'il fallait tout oublier, et
revenir le soir même à Versailles, et reprendre son appartement et ses
emplois à la cour.» Mais ces paroles du Roi ne décourageaient guère les
appétits de vengeance de la favorite.

Les scènes de Metz, la duchesse le savait, avaient froissé
l'amour-propre du Roi; Louis XV y avait vu une diminution de l'autorité
et de la volonté royale, un empiétement dangereux de l'Église, et une
victoire du clergé grossie jusqu'à l'insolence par les prédicateurs de
Paris. Le mémoire et les paroles de Richelieu avaient encore envenimé
ces secrètes alarmes du Roi, et le tableau désillusionnant de toutes
ces ambitions, empressées à son lit de mort avec des attitudes de
dévouement, l'avait vivement et profondément touché. Tout ce qui lui
rappelait Metz lui était importun et suspect; et tous ceux qui l'avaient
précipité dans une pénitence publique de ses faiblesses, lui étaient
devenus presque aussi odieux qu'à madame de Châteauroux. Il avait
perpétuellement à la bouche _la cabale de Metz_, et quant à messieurs de
la Rochefoucauld, Bouillon, Fleury, Balleroy, le Roi ne les appelait que
«ces messieurs! où sont ces messieurs? que font ces messieurs»[557]?

Il couvait une haine sourde contre Châtillon, le gouverneur du Dauphin,
qui, malgré ses volontés avait amené le Dauphin à Metz[558]; il
nourrissait de vives colères contre madame de Châtillon, qui avait
insulté ses amours, et parlé dans ses lettres à la reine d'Espagne de
l'indignité de madame de Châteauroux[559]. Et pendant le reste de la
campagne, il avait laissé échapper ses ressentiments contre l'évêque de
Soissons Fitz-James, et contre son confesseur Pérusseau. Il n'y avait
donc que l'horreur du sang qui séparât le Roi de madame de Châteauroux.
La forme seule des vengeances demandées par sa maîtresse lui répugnait;
et quand madame de Châteauroux abandonnait ces idées de sang, ces
demandes de têtes, qu'elle descendait à se contenter de sévérités qui
suffisaient à sa vanité, l'entente était prête de se faire. Le Roi lui
abandonnait le duc de Châtillon[560] qui élevait le fils du Roi dans le
dégoût des amours de son père. Il lui abandonnait Balleroy[561],
Fitz-James[562], Pérusseau[563], la Rochefoucauld[564], le duc de
Bouillon[565] qui tous étaient envoyés en exil ou punis par la disgrâce.

Pourtant l'impérieuse duchesse caressait de plus énormes satisfactions:
elle voulait rentrer en triomphe dans une cour vaincue et décimée, et
elle demandait que les princes du sang partageassent l'exil de leur
parti, pour que l'expiation de Metz fût entière, et que la punition de
la faction fût un mémorable exemple. Le Roi avait besoin de mille
efforts sur lui-même pour lui refuser ce sacrifice.

Mais où la lutte fut la plus vive, où madame de Châteauroux s'acharna,
ce fut autour de Maurepas. Madame de Châteauroux tenait absolument à ce
qu'il fût chassé. Le Roi s'obstinait à garder ce ministre, le seul qui
lui fit tolérable l'ennui du conseil et facile le travail du
gouvernement. Enfin, après de longues batailles, une transaction eut
lieu: madame de Châteauroux permit au Roi de garder Maurepas, mais à la
condition qu'il lui serait permis de l'humilier, et que la façon, la
mesure et les moyens de l'humiliation seraient laissés à son bon
plaisir.

Tout adouci qu'il était, ce féroce traité de raccommodement entre les
deux amants demandait douze jours de négociations, du 14 au 25 novembre.

       *       *       *       *       *

Le mercredi 25 novembre, le duc de Luynes apprenait dans la soirée le
rappel des deux sœurs à la cour. Mesdames de Modène et de Boufflers
jouaient chez lui, quand un laquais de madame de Châteauroux apportait
une lettre à madame de Modène. Madame de Modène lisait la lettre en
hâte, se levait aussitôt, donnait son jeu à tenir, passait dans un
cabinet où elle écrivait un mot, et allait parler dans l'antichambre au
courrier auquel elle donnait huit louis. Le laquais de madame de
Châteauroux montrait l'argent aux domestiques du duc de Luynes, en
disant qu'il devait avoir apporté une bonne nouvelle puisqu'il était si
bien payé. La duchesse de Boufflers recevait, elle aussi, une lettre de
la favorite par le même courrier et dont elle donnait plus tard lecture
en particulier à quelques personnes qui se trouvaient dans le salon.
Voici les termes de cette lettre de madame de Châteauroux:

_Je compte trop sur votre amitié pour que vous ne soyez pas instruite
dans le moment de ce qui me regarde. Le Roi vient de me mander par
monsieur de Maurepas qu'il étoit bien fâché de tout ce qui s'étoit passé
à Metz et de l'indécence avec laquelle j'avois été traitée, qu'il me
priait de l'oublier et que pour lui en donner une preuve, il espéroit
que nous voudrions bien revenir prendre nos appartements, à Versailles,
qu'il nous donneroit en toutes occasions des preuves de sa protection,
de son estime, de son amitié, et qu'il nous rendoit nos charges[566]._

Ce mercredi 25 novembre, en effet, le Roi au sortir du conseil faisait
entrer monsieur de Maurepas dans le cabinet des perruques. Là avait lieu
un entretien entre Maurepas et Louis XV qui imposait à son ministre
l'humiliation d'aller en personne annoncer à madame de Châteauroux son
rappel à la cour. Maurepas se disposant à écrire les paroles du Roi,
Louis XV lui disait: «Les voilà toutes écrites» et lui remettait un
billet.

Là-dessus Maurepas partait pour Paris et se rendait à six heures, rue du
Bac à l'hôtel dépendant des Jacobins de la rue Saint-Dominique
qu'habitaient les deux sœurs.

Maurepas demandait au suisse de l'hôtel si madame de Châteauroux était
chez elle: on lui répondait que non. Il se nommait: on lui répétait
qu'il n'y avait personne. Il déclarait enfin qu'il venait de la part du
Roi: la porte lui était alors seulement ouverte[567].

Madame de Châteauroux était au lit, avait dans sa chambre le duc d'Ayen
qui s'éloigna, quand il entendit que Maurepas venait de la part du Roi.

Il y eut d'abord un silence pendant lequel madame de Châteauroux
considéra Maurepas sans un salut, sans une parole et donna aux
ressentiments de sa vanité de femme le spectacle et la pâture de
l'embarras du ministre. Maurepas un moment déconcerté lui remettait le
billet du Roi[568] en lui disant que le Roi la priait de venir reprendre
avec sa sœur leurs places à la cour, et le chargeait de l'assurer qu'il
n'avait eu aucune connaissance de ce qui s'était passé à son égard
pendant sa maladie à Metz.

Madame de Châteauroux répondait:

«_J'ai toujours été persuadée, Monsieur, que le Roi n'avait aucune part
à ce qui s'est passé à mon sujet. Aussi je n'ai jamais cessé d'avoir
pour Sa Majesté le même respect et le même attachement. Je suis fâchée
de n'être pas en état d'aller dès demain remercier le Roi, mais j'irai
samedi prochain, car je serai guérie_[569].»

L'infinie jouissance au fond de l'orgueilleuse femme, quand, la dure
commission faite, Maurepas cherchait à se défendre des préventions qu'on
avait pu lui donner contre lui..., avouait son embarras: aveu qui
faisait venir sur les lèvres de la duchesse «_qu'elle le croyait bien_»,
avec une intraduisible intonation. Et de quel air encore, et avec quel:
«_Cela ne coûte pas cher_[570],» faisait-elle l'aumône de sa main à
baiser à Maurepas prenant congé et sollicitant cette faveur.

La duchesse était donc couchée le mercredi soir, avec un peu de fièvre,
quand Maurepas lui avait fait sa visite[571]. La fièvre augmentait
pendant la nuit, elle devenait plus violente dans la nuit du jeudi au
vendredi, et le vendredi soir elle se compliquait d'élancements de tête
insupportables. Vernage, aussitôt qu'il était appelé, déclarait que:
«c'était une grande maladie,» parlait au duc de Luynes et à
l'archevêque de Rouen de ses inquiétudes au sujet de la malignité de
cette fièvre, ne se montrait pas rassuré par les apaisements momentanés
du mal, et dès le troisième jour de la maladie appelait en consultation
Dumoulin que l'on disait à la malade envoyé par le Roi pour ne pas
l'effrayer[572].

La duchesse avait cependant conscience du danger de son état. Elle
faisait son testament où elle instituait madame de Lauraguais sa
légataire universelle, laissant des récompenses considérables en argent
et en pensions à tous ses domestiques[573]. Elle demandait à voir le
père Segaud auquel elle se confessait, se réconciliait avec sa sœur de
Flavacourt dans une entrevue pleine d'attendrissement[574], recevait le
viatique des mains du curé de Saint-Sulpice.

À la suite de plusieurs saignées, un mieux se produisait le samedi 28
dans l'état de la malade, et qui durait le dimanche et le lundi, mais le
mardi 1er décembre les nouvelles de la nuit étaient très-mauvaises, et
les courtisans faisaient la remarque que le Roi était fort sérieux et
qu'il ne parlait à personne à son lever[575].

Dès lors ce furent chez la duchesse des douleurs folles, des
convulsions, une agitation frénétique de tout le corps, des souffrances
insupportables de la tête, un délire furieux, où dans les divagations
accusatrices des paroles de la favorite se mêlait le mot de poison au
nom de Maurepas.

Dans la nuit du vendredi 4, la malade qui avait perdu depuis deux ou
trois jours la connaissance, était saignée trois fois, et l'on
s'attendait à sa mort pour le samedi[576].

Le Roi ne sortait plus que pour aller à la messe[577], ne paraissait
plus que pour assister au conseil ou donner l'ordre, restant toute la
journée enfermé dans ses cabinets. Messieurs d'Ayen, de Gontaut, de
Luxembourg se relevaient pour lui apporter des nouvelles deux fois par
jour. Et Montmartel adressait chaque jour quatre courriers à Lebel qui
envoyait encore à Paris des gens à lui, de manière que le Roi eût des
nouvelles à toutes les heures.

Le visage du Roi qui, avec ses rembrunissements et ses éclaircies, était
une espèce de miroir sur lequel la cour, tous les jours, lisait le
bulletin de la maladie, annonçait un mieux dans la matinée du samedi.
Dans la journée on parlait de moments où la tête de la malade redevenait
libre, et les amis de la favorite recommençaient à espérer, le jour où
l'on croyait qu'elle allait mourir.

La duchesse de Châteauroux avait autour de son lit le dévouement de
chaudes amitiés[578]. Monsieur de Gontaut, lié avec elle du temps
qu'elle n'était encore que madame de la Tournelle, y passait des heures.
Il était remplacé par d'Ayen pour lequel la froideur de la favorite
s'était changée en une véritable affection, et à d'Ayen succédait
Luxembourg, l'ami personnel de madame de Mailly, d'abord en disgrâce,
mais tout à fait réconcilié avec la duchesse par sa maîtresse madame de
Boufflers. Madame de Boufflers était une des assidues à son chevet, et
l'on raconta que, la veille de la mort de la favorite, dans un moment de
lucidité, la duchesse eut avec elle une longue conversation et la
chargea de dire plusieurs choses secrètes au Roi.

Mais la vraie garde-malade était madame de Modène dont la chaude
affection pour la duchesse l'avait fait accuser de basse complaisance
pendant le voyage de Metz, et qui, dans la sincérité de son affection,
montrait une indifférence qui étonnait pour son mariage avec le duc de
Penthièvre. Madame de Modène soigna la duchesse de Châteauroux jusqu'au
dernier moment, la servant nuit et jour, tenant la place à son chevet de
sa sœur bien-aimée qui manquait.

Car, pendant que la duchesse agonisait, madame de Lauraguais, accouchée
d'une fille quelques jours avant, et alitée dans l'appartement
au-dessus, ignorait que sa sœur était si proche de la mort, croyait
qu'elle était seulement indisposée, qu'elle avait une fluxion sur les
yeux[579]. Et quand les cris de la mourante, dans ses épouvantables
souffrances, montaient jusqu'à madame de Lauraguais, on faisait du bruit
dans sa chambre pour distraire son attention; mais enfin ces cris elle
les entendait: on lui disait alors que c'étaient les cris d'une femme en
douleur d'enfant dans la rue[580].

Le lundi 7, le duc d'Ayen apprenait au Roi que la duchesse n'était pas
encore morte, mais qu'elle était à toute extrémité, et qu'il devait
s'attendre à recevoir la triste nouvelle d'heure en heure. Le Roi
montait aussitôt dans une voiture pour laquelle on gardait un attelage
tout harnaché depuis deux ou trois jours, et escorté de deux
palefreniers portant des flambeaux[581], se rendait à la Muette, mandant
à d'Argenson avant de partir qu'on vînt lui rendre compte seulement
dans le cas d'affaires très-pressées[582].

La duchesse de Châteauroux expirait à l'âge de vingt-sept ans, le mardi
8 décembre 1744[583], à sept heures du matin, après avoir été saignée
une fois à la gorge, une fois au bras et neuf fois au pied sans que la
perte de tout ce sang pût parvenir à maîtriser cette agonie furibonde et
la rage de ce corps épuisé[584].

Elle mourait, la favorite, selon le vœu qu'elle avait formé dès
l'enfance, un jour de fête de la Vierge, le jour de la Conception[585].

Le jeudi 10 décembre, la duchesse de Châteauroux était inhumée dans la
chapelle de Saint-Michel à Saint-Sulpice, à six heures du matin, une
heure avant l'usage, et le guet sous les armes, pour sauver son cercueil
des fureurs de la populace.

Mort étrange, fatale, et qui, rapprochée de tant d'autres morts, de
tant d'autres disparitions subites de la grande scène de Versailles, de
tant d'autres foudroiements, promène, derrière la comédie, la folie et
le sourire de ce siècle, derrière ce carnaval enchanté du plaisir, de la
galanterie, de l'esprit, les soupçons et les terreurs d'une Italie du
seizième siècle! Fins hâtées, brusques dénouements de jeunes existences,
renversements des plus beaux rêves, les coups de la Providence ont en ce
temps une violence qui ne semble appartenir qu'aux mains de l'homme: la
mort y semble véritablement humaine, tant elle se montre jalouse et
précipitée! Princes, princesses, maîtresses de roi, sont enlevés si vite
et dans de si particulières circonstances, qu'on les dirait emportés par
l'ombre de Locuste. Le poison! un poison inconnu et _ad tempus_, voilà
la grande épouvante léguée par la cour de Louis XIV à la cour de Louis
XV. Le poison, c'est le cauchemar des agonies de ce dix-huitième siècle,
qui verra plus tard le successeur de Louis XV entre un homme accusé de
l'empoisonnement du Dauphin, de la Dauphine, et encore entre un homme
accusé de l'empoisonnement de madame de Châteauroux: entre Choiseul et
Maurepas!

Il arrivera même au milieu du siècle que devant la conviction générale
de l'empoisonnement des maîtresses, des princesses des princes, des
hommes et des femmes jouant un rôle à la cour, et devant les soupçons
accusateurs que laisseront échapper les médecins Tronchin et la Breuil,
lors de la mort de la Dauphine[586], il arrivera que Louis XV chargera
le ministre Bertin de s'enquérir s'il existe des poisons qui puissent
faire périr à échéance fixe, sans laisser de traces.

Et quelqu'un aura la mission du ministre Bertin de faire causer l'abbé
Galiani sur les poisons de son pays. Galiani, sans se douter que le Roi
le fait interroger, dira: «... Par exemple à Naples, le mélange de
l'opium et des mouches cantharides, à des doses qu'ils connaissent, est
un poison lent, le plus sûr de tous, infaillible, et d'autant qu'on ne
peut pas s'en méfier. On le donne d'abord à petites doses pour que les
effets soient insensibles: en Italie nous l'appelons _aqua di Tufania,
eau de Toufanie_[587].

«Personne ne peut en éviter les atteintes, parce que la liqueur qu'on
obtient dans cette composition est limpide comme de l'eau de roche et
sans saveur.

«Les effets sont lents et presque imperceptibles; on n'en verse que
quelques gouttes dans du thé, du chocolat, du bouillon, etc. Il n'y a
pas une dame à Naples qui n'en ait sur sa toilette pêle-mêle avec ses
eaux de senteurs; elle seule connaît le flacon et le distingue; souvent
la femme de chambre de confiance n'est pas dans le secret, et prend ce
flacon pour de l'eau distillée ou obtenue par dépôt, laquelle est la
plus pure et dont on se sert pour étendre ou développer les odeurs quand
elles sont trop fortes.

«Les effets de ce poison sont fort simples. Vous ressentez d'abord un
malaise général dans toute l'habitude du corps. Le médecin vous examine,
et n'apercevant aucuns symptômes de maladie, soit externes, soit
internes, point d'obstructions, d'engorgements, d'inflammations, il
conseille les lavages, la diète, la purgation. Alors on redouble la
dose, mêmes malaises, sans être plus caractérisés... Le médecin qui
n'entrevoit rien d'extraordinaire, attribue l'état du plaignant à des
matières viciées, à des glaires, à des humeurs peccantes qui n'ont point
été suffisamment entraînées par la première purgation. Il en ordonne une
seconde. Troisième dose, troisième purgation. Quatrième dose... Alors le
médecin voit bien que la maladie lui échappe; qu'il ne l'a pas connue,
qu'elle a une cause, qui ne se découvrira qu'en changeant de régime. Il
ordonne les eaux, etc., etc. Bref les parties nobles perdent leur
ressort, se relâchent, s'affectent, et le poumon surtout comme la plus
délicate de toutes, et l'une des plus employées dans le travail de
l'économie animale [...]

«Et par cette méthode on suit quelqu'un, tant et si longtemps que l'on
veut: des mois, des années; les constitutions robustes résistent plus
longtemps...[588]»

Et le confident de cette conversation ne pouvait s'empêcher de
reconnaître qu'il était impossible de mieux peindre «les symptômes, les
périodes, les nuances» de la maladie du Dauphin et de la Dauphine.

       *       *       *       *       *

L'imagination publique, encore sous l'émotion de la mort de madame de
Vintimille, ne taisait plus à la mort de madame de Châteauroux le
murmure de ses accusations. Les accusateurs alléguaient les
dénonciations de la mourante, ses indications précises d'avoir été
empoisonnée une première fois dans une médecine à Reims[589]. Ils
appuyaient sur la demi-journée passée à Paris par Maurepas, et dont
l'emploi était inconnu[590]. Ils parlaient de poisons, subtils comme
les poisons de la Renaissance, glissés dans la lettre du Roi.

Mais ces accusations contemporaines n'étaient que des suspicions et des
préventions passionnées. Les lumières que l'histoire possède aujourd'hui
donnent à l'historien le droit et le devoir d'en faire justice. Il
suffira pour cela de rapporter l'opinion et le témoignage du médecin de
madame de Châteauroux, Vernage. Aux insinuations d'empoisonnement,
Vernage haussait les épaules. Il racontait qu'au retour de Metz, il
avait prescrit à madame de Châteauroux un régime rafraîchissant, de la
distraction, de l'exercice. Mais la duchesse n'avait point voulu suivre
ses recommandations. Tout entière au souvenir et au ressentiment de la
disgrâce, à la vengeance, elle s'était abandonnée à la fièvre de ses
projets et de ses passions. Quinze jours avant sa mort, à la prière des
amis de madame de Châteauroux, Vernage avait eu avec elle une longue et
sérieuse conversation sur sa santé. Il lui avait dit: «Madame, vous ne
dormez pas, vous êtes sans appétit, et votre pouls annonce des vapeurs
noires; vos yeux ont presque l'air égaré; quand vous dormez quelques
moments, vous vous réveillez en sursaut; cet état ne peut durer. Ou vous
deviendrez folle par l'agitation de votre esprit, ou il se fera quelque
engorgement au cerveau, ou l'amas des matières corrompues vous
occasionnera une fièvre putride[591].» Et Vernage insistait auprès
d'elle sur la nécessité pressante de se faire saigner, de se soigner. La
duchesse promettait de prendre soin d'elle à Vernage, à Richelieu, à ses
amis, à tous ceux qui l'approchaient. Mais ce grand retour de fortune,
la réconciliation avec le Roi, les débordements de la joie et de
l'orgueil, les imprudences amoureuses dans un moment dangereux[592],
amenaient la réalisation des prévisions de la médecine: c'était une
fièvre putride, avec transport au cerveau, qui enlevait madame de
Châteauroux. L'autopsie venait encore confirmer le dire de Vernage: elle
ne révélait d'autres désordres intérieurs que la dilatation et le
gonflement sanguin des vaisseaux capillaires de la tête[593].

Cependant, il est au-dessus de ces preuves matérielles des probabilités
morales qui combattent plus victorieusement encore pour la défense de
Maurepas. Le caractère du ministre le met au-dessus ou au-dessous d'une
pareille accusation; et sa défense, une défense qui est en même temps le
jugement de Maurepas, est tout entière dans cette parole de Caylus: «Je
vous réponds qu'il est encore plus incapable de crimes que de
vertus[594].» Pour passer outre, pour persister dans une accusation
contre laquelle protestent toutes les déductions que la justice
historique peut tirer de l'attitude morale de l'homme et des dehors de
son âme, il faudrait admettre qu'il y ait eu dans le dix-huitième siècle
des natures assez supérieures pour cacher sous l'insouciance et
l'ironie, sous la plus charmante et la plus facile légèreté de la
conscience et du ton, des sentiments et des paroles, une arrière-nature
pleine de ténèbres et de profondeurs où les passions sans remords
auraient travaillé à des crimes sans bruit. Évidemment ce serait là une
supposition dont le dix-huitième siècle ne mérite pas l'honneur: les
monstres n'y sont point si parfaits, les scélérats n'y sont que des
roués.



XVIII

Conversion de madame de Mailly à un sermon du P. Renaud.--Elle quitte le
rouge et les mouches.--Le lavement des pieds du Jeudi-Saint de
1743.--Les charités de l'ancienne favorite.--Sa vie de pénitence.--Son
testament et sa mort.


Ainsi des sœurs que le Roi avait aimées, deux étaient mortes tourmentées
de la persuasion d'avoir bu la mort, désespérées et délirantes. Et la
survivante, celle-là qui la première avait mêlé le sang des Nesle au
sang royal, madame de Mailly, condamnée à vivre et réduite à envier le
repos de mesdames de Vintimille et de Châteauroux, traînait dans la
déconsidération, dans les regrets, dans les austérités et les
macérations religieuses les restes d'une existence qui n'était plus
qu'une expiation.

Après quelques lueurs d'espérance, désabusée par les cruelles lettres du
Roi[595], «un curieux monument de la sécheresse humaine,» comme les
appelle le prince de Tingry, madame de Mailly s'était arrachée du monde
pour se jeter en Dieu.

Touchée par un sermon du père Renaud, ce disciple du père Massillon qui,
venu comme lui de la Provence prêtait à la religion les tendresses et
les élancements amoureux du Midi, madame de Mailly se sentait tout à
coup ravie et dégoûtée d'elle-même par cette parole douce et pénétrante
qui parlait du bonheur de vivre avec Dieu. Un jour où elle devait dîner
chez monsieur de la Boissière, où elle était attendue par les convives,
qu'elle avait nommés, elle faisait dire qu'elle ne pouvait pas s'y
rendre; et l'on apprenait ce jour-là le grand renoncement de madame de
Mailly: elle quittait pour toujours le rouge et les mouches[596].

Une transformation s'était faite en elle, pareille à ces illuminations
dont les historiens des premiers siècles de l'Église nous entretiennent
comme de miracles.

De ce jour elle se vouait à une pénitence exemplaire[597] et le
Jeudi-Saint de l'année 1743, la cour et le peuple se pressaient chez
les sœurs grises de Saint-Roch pour voir madame de Mailly,
qu'accompagnait la jeune veuve du duc de la Trémoille, faire humblement
le lavement des pieds[598].

Toute la bourse de l'ancienne favorite, tout son temps, toute son âme
étaient aux bonnes œuvres. Elle ne s'employait qu'à visiter les pauvres
et les prisons, se ruinant et se dépouillant si bien en secours et en
charités, que parfois, c'était à peine si elle se réservait pour son
nécessaire personnel, deux ou trois écus de six livres[599].

Cette vie d'immolation et de sacrifice menée avec courage, avec gaieté
même, dura jusqu'en 1751, année où madame de Mailly mourait avec un
cilice sur la chair[600]. Son légataire universel était son neveu, le
fils du Roi et de madame de Vintimille; son exécuteur testamentaire le
prince de Tingry auquel elle laissait un diamant de prix et, en outre,
une somme de 30,000 livres «_pour ce qu'il savait bien_». Cette somme
était destinée à solder les créanciers mal payés par le Roi et lésés
dans des accommodements[601].

On enterra la pécheresse selon ses volontés, dans le cimetière des
Innocents[602], parmi les pauvres, sous l'égout du cimetière; et une
croix de bois fut toute la tombe de celle qui, dérangeant quelques
personnes à Saint-Roch et souffletée de ce mot: «Voilà bien du train
pour une p...!» avait répondu: «_Puisque vous la connaissez, priez Dieu
pour elle!_»



APPENDICE

       *       *       *       *       *

MADAME DE MAILLY.

Louise-Julie de Mailly-Nesle, né le 16 mars 1710, mariée le 31 mai 1726
à Louis-Alexandre comte de Mailly et seigneur de Rubempré, son cousin
germain, morte la 5 mars 1751.

       *       *       *       *       *

LA MARQUISE DE VINTIMILLE

Pauline-Félicité de Mailly de Nesle, appelée avant son mariage
_Mademoiselle de Nesle_, née au mois d'août 1712, mariée le 28 septembre
1739 à Jean-Baptiste-Félix-Humbert, marquis de Vintimille, morte le 10
septembre 1741.

     _Compiègne, 30 juillet 1740[603]._

_Je suis persuadée, madame, que vous prenez part à ce qui me regarde;
ainsi il ne me fallait pas d'excuse d'avoir tardé à me faire votre
compliment sur la perte que je viens de faire[604]. Je me doutais bien
que vous n'en saviez rien, je compte trop sur votre amitié, pour douter
un moment que vous êtes capable de m'oublier, et, à vous parler
franchement, je n'imagine jamais ce qui peut me faire de la peine: c'en
serait une véritable pour moi, si je pouvais prévoir que vous fussiez un
moment sans m'aimer. Sans fadeur, je vous trouve si aimable et si fort à
mon gré, passez-moi ce terme, que je serais furieuse si vous étiez assez
mal née pour n'avoir pas pour moi un peu de bonté, car, en vérité vous
avez peu de gens qui vous soient aussi tendrement attachés. Je le
disputerais quasi à madame de Rochefort, à qui je vous prie de faire
mille complimens. Je ne vous en ferai point à vous, en finissant ma
lettre: je vous dirai tout crûment que je vous aime et que je vous
embrasse de tout mon cœur._

     _Compiègne, 8 août 1740._

_Je suis au comble de ma joie, Madame. Cette façon de commencer une
lettre vous paraît peut-être singulière; mais quand vous saurez de quoi
il s'agit, vous serez aussi contente que moi. Je vous dirai donc que
j'ai trouvé le moment favorable de parler à ma sœur au sujet de M. de
Forcalquier; je lui ai dit ce que je pensais de la façon dont le Roi le
traite, et lui ai fait un grand détail avec beaucoup d'éloquence, qui
dans toute autre occasion m'aurait surprise; mais je trouve que l'on
parle toujours bien quand on soutient une bonne cause et surtout quand
cela regarde quelqu'un à qui on s'intéresse; enfin j'ai parlé et
persuadé: je suis parfaitement contente de cette réponse. Elle m'a
promis de parler; je ne mets pas en doute qu'à son tour elle persuadera:
je lui ai fait de grandes avances de la part de M. de Forcalquier, et
l'ai assurée que s'il ne l'avait point encore vue chez elle, c'est qu'il
n'avait osé.

Elle m'a paru sensible à tout ce que je lui disais d'obligeant de sa
part, et m'a dit que je lui ferais plaisir de lui amener. Réellement
elle s'est portée de si bonne grâce à tout ce que je lui disais, et si
aise de trouver occasion de faire plaisir, que j'aurais voulu que vous
fussiez témoin de notre conversation: si vous la connaissiez autant que
moi, vous l'aimeriez à la folie; elle a mille bonnes qualités et une
façon d'obliger singulière. Que tout ceci ne vous passe pas, et
remarquez qu'en femme prudente je ne vous écris pas par la poste: on y
lit les lettres fort ordinairement. Après que vous vous serez ennuyée de
la mienne, mettez-la au feu, je serais au désespoir qu'elle fût perdue._

_Le duc d'Ayen m'a donné un mémoire de votre part, je ferai ce qui
dépendra de moi pour faire réussir votre affaire. M. le Premier n'est
point ici, je compte qu'il sera bientôt de retour: en attendant je
parlerai à M. de Vassé. Je compte bien aller souper dans votre petite
maison, et je regrette beaucoup de n'être pas à portée de vous voir plus
souvent. Je me flatte que vous pensez quelquefois à moi; vous me devez
un peu d'amitié, car on ne peut vous être plus tendrement attachée que
je vous le suis._

_Je vous embrasse, Madame, de tout mon cœur. Voilà l'épître de Voltaire
que je vous renvoie. Le duc d'Ayen me charge de vous rendre réponse pour
lui, et de vous faire mille très-humbles compliments de sa part._

       *       *       *       *       *

Le buste et le portrait que Louis XV avait commandés après la mort de
madame de Vintimille furent-ils exécutés et existent-ils encore? Quant à
moi, je ne connais aucun portrait peint ou gravé de madame de
Vintimille. Il existait un dessin d'elle dans le cabinet Fontette qui
devrait se retrouver au cabinet des Estampes, mais les recherches que
j'ai fait faire ont été vaines, ainsi que les recherches faites pour le
portrait de madame de Châteauroux faisant partie de la même collection.

       *       *       *       *       *

LA DUCHESSE DE LAURAGUAIS

Diane-Adélaïde de Mailly-Nesle, appelée avant son mariage mademoiselle
de Montcavrel, née en 1714, mariée à Louis, duc de Brancas, dit duc de
Lauraguais, morte le 30 novembre 1769.

À propos du mariage de mademoiselle de Montcavrel avec Lauraguais,
donnons cette note écrite par Louis XV et trouvée dans les papiers de
Richelieu:

«Je donne 24 ou 30,000 livres au plus pour les frais de noces; 80,000
livres en rentes sur les postes dont moitié seront mises en communauté.

«La pension de dame du palais dès à présent.

«Trente ans de privilège sur les juifs et je m'engage de le renouveler
pour jusqu'en 1800 inclusivement. Mais je voudrois savoir si, en
_accordement_ du mari, la femme ou les enfants jouiront de ce don des
juifs, ou si l'on compte qu'ils seront partagés avec les enfants du
premier lit, et à qui l'on compte que ce don reviendra en cas de mort,
sans enfants des futurs époux.

«Quels biens peuvent assurer le douaire à perpétuité pour les enfants,
puisque l'on en exclut le duché et les terres du comtat?»

_Brevet de dame d'atours de Madame la Dauphine pour la duchesse de
Lauraguais._

AUJOURD'HUY 20 décembre 1744. Le Roy étant à Versailles, s'étant
déterminé de bonne heure à penser au mariage pour Monseigneur le Dauphin
qui pût, en perpétuant la succession de la Couronne dans la ligne
directe, affermir de plus en plus l'union qui règne entre les deux plus
puissants thrones de l'Europe, Sa Majesté a fait la demande de l'Infante
d'Espagne Marie-Thérèse-Antoinette-Raphaelle, cette princesse a été
accordée aux vœux de Sa Majesté et à ceux de M. le Dauphin et désirant
qu'elle soit servie avec la magnificence convenable à une Princesse
issue d'un sang aussi auguste, Sa Majesté a voulu former sa maison des
personnes les plus dignes de cet honneur, Sa Majesté a nommé la dame de
Mailly duchesse de Lauraguais pour remplir la charge de dame d'atours de
cette princesse. Son mérite et les autres qualités qu'exige cette place
de confiance répondent à sa naissance. À cet effet, Sa Majesté a retenu
et retient ladite dame duchesse de Lauraguais, en l'état et charge de
dame d'atours de madame la Dauphine pour après qu'elle aura presté le
serment entre les mains de madite dame, la servir en ladite charge, en
jouir et user aux honneurs, autorités, prérogatives, prééminences,
privilèges, franchises, libertés, exemptions y appartenants et aux
gages, pensions et autres droits qui seront réglés par Sa Majesté...
(_Archives nationales. Lettres missives de la maison du Roi_. Registre
O/1 88.)

       *       *       *       *       *

Un brevet du 1er février 1743 nommait déjà à cette place la duchesse de
Lauraguais.

Madame de Lauraguais recevait en janvier 1745, les boutiques de Nantes
qu'avait la maréchale d'Estrées et restait la maîtresse du Roi jusqu'à
l'avènement de madame de Pompadour avec laquelle elle avait de vives
altercations.

Congédiée par le Roi, madame de Lauraguais est, tout le temps de la
faveur de madame de Pompadour, la maîtresse de Richelieu. Elle sert
chaleureusement son amant par ses intrigues et le reste d'influence
qu'elle a gardé sur Louis XV, et elle contribue beaucoup à la nomination
de Richelieu au commandement de l'expédition de Minorque. (Voir notre
histoire de madame de Pompadour.) Faur, l'auteur de la _Vie privée du
maréchal de Richelieu_, a donné dans son troisième volume des lettres
d'elle de cette époque qui sont peut-être un peu arrangées et que je
n'ose donner textuellement ici. Mais voici une lettre parfaitement
authentique de l'amoureuse duchesse à propos de l'expédition de
Minorque, lettre qui passait à la vente d'autographes de A. Martin:

... «_Ma pauvre tête me tourne. J'ai bien peur que l'amiral Bing
n'arrive avant que la tranchée ne soit ouverte, et par conséquent ne
vous donne beaucoup de difficultés, et ne vous allonge votre siège.
J'espère bien que vous surmonterez toutes ces difficultés et que vous
serez vainqueur de Mahon. Mais je crains bien que le siège ne soit bien
meurtrier. Ah que je suis donc malheureuse de vous voir au milieu de ces
dangers. Je voudrois être votre cuirasse. Mais songez je vous en conjure
qu'un général ne peut ni ne doit s'exposer: et puis vous n'etes pas à
vous, vous etes à moi, à moi qui vous adore, qui ne vis que pour vous,
qui vous regarde comme ce que j'ai de plus cher au monde. Ma vie est
attachée à la votre..._»

Je ne connais pas de portrait peint, dessiné ou gravé de la duchesse de
Lauraguais.

       *       *       *       *       *

MADAME DE FLAVACOURT

Hortense-Félicité de Mailly-Nesle, nommée avant son mariage
_mademoiselle de Mailly_, née le 11 février 1715, mariée le 21 janvier
1739 à François-Marie de Fouilleuse, marquis de Flavacourt, vivante
encore en l'an VII de la République.

«Madame de Mazarin a demandé aujourd'hui (16 janvier 1739), l'agrément
du Roi pour le mariage de mademoiselle de Mailly, sœur de madame de la
Tournelle avec le marquis de Flavacourt. Mademoiselle de Mailly est
belle-petite-fille et nièce à la mode de Bretagne de madame de Mazarin.
Elle est fille de madame de Nesle, laquelle étoit fille de M. Mazarin;
et du côté de M. de Nesle, le père de M. de Nesle étoit frère de M. de
Mailly, lequel Mailly avoit épousé mademoiselle de Sainte-Hermine que
nous avons vue dame d'atours de madame la Dauphine. M. de Mailly eut
six enfants, trois garçons dont l'aîné épousa Mlle de Mazarin, c'est
madame de Mailly dame du palais. Le second s'appelle Rubempré et a
épousé mademoiselle d'Arbalette de Melun, et le troisième est le
chevalier de Mailly qui vient de servir en Hongrie. Les trois filles
sont: madame de Listenay, madame de la Vrillière (aujourd'hui madame
Mazarin) et madame de Polignac. Madame de la Vrillière a eu un garçon
qui est M. de Saint-Florentin qui a épousé mademoiselle Platen, une
fille morte à 12 ou 13 ans, une autre qui a épousé M. de Maurepas, et
une autre qui a épousé M. de Plelo; elle est morte. Madame de Polignac a
eu deux ou trois garçons dont l'aîné vient d'épouser mademoiselle de
Mancini. M. de Nesle, fils de M. de Nesle dont je viens de parler avoit
épousé mademoiselle de Mazarin; de ce mariage sont venues cinq filles:
madame de Mailly, dame du palais, dont je viens de parler, mademoiselle
de Nesle et mademoiselle de Montcavrel, mademoiselle de la Tournelle et
mademoiselle de Mailly qui se marie aujourd'hui; elle a environ
vingt-trois ans. M. de Flavacourt a, à ce que l'on dit, 26,000 livres de
rente, et madame sa mère en a encore 22,000. Madame de Flavacourt est
Grancey, elle avoit une sœur qui s'appelait madame de Hautefeuille,
toutes deux filles de madame de Grancey qui avoit épousé en secondes
noces le maréchal de Montrevel. M. de Nesle d'aujourd'hui a une sœur
qu'on appelle madame de Nassau, laquelle a un fils qu'elle a voulu faire
présenter sous le nom de prince de Nassau, mais cela a souffert quelques
difficultés. Madame Flavacourt étoit présentée le 25 janvier par madame
de Mazarin.» (_Mémoires du duc de Luynes_, vol. II).

Au dire de Soulavie, après la mort de madame de Châteauroux, Richelieu
vint trouver madame de Flavacourt et lui offrit de la part de Louis XV
pour remplacer sa sœur tout ce qu'elle pouvait désirer. La vertueuse
madame de Flavacourt, à la longue énumération des grâces promises,
répondit simplement: «_Voilà tout! Eh bien, je préfère l'estime de mes
contemporains!_» La réponse est bien belle pour la femme qui se disait
prête à se livrer au Roi, pour ne pas retourner vivre avec son mari,
pour la femme que nous allons bientôt voir devenir une des premières
_promeneuses_ et _soupeuses_ de madame du Barry.

Madame de Flavacourt a été peinte dans un portrait de Nattier connu sous
le nom du _Silence_. Ce tableau qui passait pour le chef-d'œuvre de
Nattier est aujourd'hui perdu et je doute même qu'il ait été gravé.

Elle a été représentée une seconde fois par Nattier, les cheveux courts
et finissant en petites pointes frisées, la gorge nue, un carquois au
dos dont l'attache retient un fragment de tunique sur la pointe de ses
seins.

On lit dans le tournant du cadre: LA MARQUISE DE FLAVACOURT; dans la
tablette, la phrase de Soulavie: _Je préfère l'estime de mes
contemporains..._, et tout en bas, gravé à la pointe: _Peint par
Nattier.--Gravé par Masquelier_.

Le premier état porte en haut de la page: T. VII, _page 52_. Un état
postérieur porte: _T. VII, pag. 85_.

Ce portrait a été gravé pour l'édition des _Mémoires du maréchal duc de
Richelieu_ (par Soulavie), publié à Paris chez Buisson, en 1793.

Madame de Flavacourt passait au Tribunal révolutionnaire et y montrait
une gaieté brave qui la sauvait de la mort. Soulavie qui donne ce détail
dans ses _Mémoires historiques et politiques du règne de Louis XVI_, dit
qu'elle vivait encore en l'an VII.

Madame de Flavacourt avait eu, en 1739, un fils, Auguste-Frédéric, et,
en 1742, une fille nommée Adélaïde qui, en 1755, épousa le marquis
d'Étampes.

       *       *       *       *       *

LA DUCHESSE DE CHÂTEAUROUX

     _À Versailles, ce 11 mai 1744._[605]

«_Que vous este heureux, monsieur le maréchal, vous este avec le Roy,
que vostre_ ritournelle _est malheureuse, elle est éloigné du roy, vous
allé voit le Roy toute la journée, moy je ne le verré peut-estre que
dans cinq mois, c'est bien affreux, mais vous ne me plainderé pas, car
vous avez bien autre chose à penser, aussi je ne m'y attend pas. Je
connois votre attachement pour le Roy, ainsi je ne suis pas en peine du
soin que vous prendrez de sa personne, l'on peut s'en rapporter à vous.
Adieu, monsieur le maréchal, vous devé sçavoir à quoy vous en tenir sur
l'amitiés que je vous ay voué depuis bien longtemps._»

     _À Plaisance, ce 16 mai 1744._

«_Je vous rend mille graces, monsieur le maréchal, du bulletin que vous
maves envoyé. Je suis, je vous assure, bien touché de toutes vos
attentions, cela me fait juger de la bonté de votre cœur, car les
malheureux vous font pitié, et vous faite ce qui est en vous pour leurs
adoucir leurs peines. Je vous répond que cela vous sera méritoire.
Recevez en attendant, monsieur le maréchal, les assurances de la plus
sincère reconnoissance et de la plus tendre amitié._

     MAILLY, Dsse DE CHÂTEAUROUX.»

     _À Plaisance_, ce 3 juin 1744.

«_Je ne saurois trop vous remercier, monsieur le maréchal, de toutes vos
attentions et des marques d'amitiés que vous me donnée. Tout ce que vous
me mandé du roy m'enchante et ne me surprend pas. J'estois bien sure que
dès qu'il seroit connu, il seroit adorée: ce sont deux choses
inséparables. Je vous supplie d'estre persuadé, monsieur, de la
véritable amitié que votre_ ritournelle _ vous a voué pour sa vie._

     La D. de Châteauroux.»

     _À Plaisance_, ce 5 juin 1744.

«_Je vous fais mon compliment, monsieur le maréchal; voilà un début fort
agréable, car le siége n'a pas été long et lon dit qu'il en a couté fort
peu d'hommes, et c'est fort jolie comme cela, le roy merite d'estre
heureux et estant aussi bien secondé. Les gens qui lui sont attachés
peuvent estre tranquilles et surement la campagne sera brillante.
Personne, comme vous pouvez bien croire, ne le désire autant que moy ni
que vous soyé persuades de la véritable amitié, monsieur, que je vous ay
voué._

     «La D. de Châteauroux.»

«_Je reçois votre lettre, monsieur, par le courrier. Je vous en suis
tres obligée. Tout ce que vous me mandé m'enchante._»

     _À Lille_, ce 28 juin.

«_C'est a faire a vous, monsieur le maréchal, de prendre des villes; il
me paroît que vous n'aves qu'a les regarder. Je vous assure que je vous
en fais mon compliment de bien bon cœur, et que tout ce qui peut vous
arriver de glorieux et de flateur me fait un plaisir extrême. Vous ne
devés pas etre surpris de cette façon de penser, car il y a long tems
que vous deves connoitre l'amitie veritable que j'ay pour vous, et qui
ne changera jamais._

     «La D. de Châteauroux[606].»



TABLE DES CHAPITRES


I

Louis XV pubère dans le courant du mois de février 1721.--Amour de la
chasse et sauvagerie du jeune Roi.--Son éloignement de la femme.--Le duc
de Bourbon forme le projet de marier Louis XV.--État dressé des cent
princesses à marier en Europe.--Les dix-sept princesses dont le Conseil
examine les titres.--Mademoiselle de Vermandois et les causes qui
l'empêchèrent de devenir Reine de France.--Marie, fille de Leczinski,
Roi de Pologne.--Certificat des médecins sur ses aptitudes à donner au
Roi de France des enfants.--Déclaration de son mariage par le Roi à son
petit lever.--Contrat de mariage de Louis XV et de Marie
Leczinska.--Épousailles par procuration de la princesse polonaise à
Strasbourg.--Arrivée de la Reine à Moret.--Célébration du mariage de
Louis XV dans la chapelle de Fontainebleau, le 5 septembre 1725.--Amour
du Roi pour sa femme.--Dépêche du duc de Bourbon sur la nuit de noces de
Louis XV.


II

Maison de la Reine.--Brevet de dame d'atours, octroyé à la belle-mère de
madame de Mailly.--Portrait physique de Marie Leczinska.--Caractère de
la femme.--Le jeune homme chez Louis XV.--Entrevue du Roi et du duc de
Bourbon obtenue par la Reine.--Disgrâce de M. le Duc.--Lettre de cachet
remise par M. de Fréjus à la Reine.--Les rancunes du premier ministre
contre la Reine.--La Reine obligée de lui demander la permission de
faire un souper avec ses dames.--Maladie de Marie Leczinska et
indifférence du Roi.--La Reine ne trouvant pas dans son salon un coupeur
au lansquenet.--Louis XV abandonnant l'intérieur de Marie Leczinska pour
la société de jeunes femmes.--Mademoiselle de Charolais.--Passion
qu'elle affiche pour le Roi.--Madame la comtesse de Toulouse.--La
petite cour de Rambouillet.--Froideurs des relations du Roi et de la
Reine.--Les manies de la Reine.--Lassitude de son métier d'épouse et de
mère.

III

L'attente universelle de l'infidélité du Roi.--L'Œil-de-Bœuf et
l'antichambre.--Les alarmes de Fleury d'un retour d'influence de la
Reine.--Les suppositions des courtisans.--La santé du Roi à
l'_Inconnue_.--Le devoir refusé par la Reine au Roi.--Bachelier écartant
le capuchon de madame de Mailly.--Son portrait physique.--L'ancienneté
de la famille des de Nesle-Mailly.--Le contrat de mariage de
Louise-Julie de Mailly-Nesle avec son cousin germain.--Sa liaison avec
le marquis de Puisieux.--Ses relations secrètes avec le Roi depuis
1733.--Souper du Roi chez madame de Mailly à Compiègne le 14 juillet
1738.--La facile et commode maîtresse qu'était madame de Mailly.--Les
soupers des petits appartements.--Tempérament atrabilaire de Louis XV.

IV

Bachelier, le valet de chambre du Roi.--Les entretiens avec le Roi, _le
premier rideau tiré_.--Le choix fait par Bachelier d'une favorite sans
ambition et sans cupidité.--Le Roi souffrant du peu de beauté de sa
maîtresse.--Les tribulations de madame de Mailly avec son père et son
mari.--L'inconstance du Roi.--Sa maladie de l'hiver 1738.--Madame
Amelot, la jolie bourgeoise du Marais.--Les immunités et les
distinctions de la favorite.--Les quarante louis des premiers
rendez-vous.--Les chemises trouées et la misère de madame de Mailly
après la disgrâce de Chauvelin.--Mademoiselle de Charolais et madame
d'Estrées travaillant à gouverner le Roi par madame de Mailly.--Humeurs
de la favorite.--_Quand vous déferez-vous de votre vieux précepteur?_.

V

Mademoiselle de Nesle, pensionnaire à Port-Royal.--Son plan dès le
couvent de gouverner le Roi et la France.--Le besoin qu'avait madame de
Mailly d'une confidente de son sang à Versailles.--Installation de
mademoiselle de Nesle à la cour en mai 1739.--Sa laideur.--Son caractère
folâtre et audacieux.--Louis XV faisant à madame de Mailly l'aveu de son
amour pour sa sœur.--Mariage de mademoiselle de Nesle avec M. de
Vintimille, neveu de l'archevêque.--Célébration du mariage en
septembre.--Le Roi donne la chemise au marié.--Les complaisances de
madame de Mailly.--Madame de Vintimille faisant abandonner à sa sœur la
société de mademoiselle de Charolais pour la pousser dans la société de
la comtesse de Toulouse.


VI

Le comte de Gramont nommé au commandement du régiment des gardes sur la
recommandation de madame de Vintimille.--La mort du duc de la
Trémoille.--Le duc de Luxembourg porté par les deux sœurs.--Menaces de
retraite du Cardinal.--Lettre dictée à madame de Mailly par madame de
Vintimille.--Fleury le neveu du Cardinal nommé premier gentilhomme de la
Chambre.--Les protégés des deux sœurs.--Le maréchal de Belle-Isle.--La
fraternité du duc et du chevalier.--Les projets de démembrement de
l'Empire de Marie-Thérèse.--Louis XV entraîné à la guerre par les
favorites.--Belle-Isle nommé ministre extraordinaire et plénipotentiaire
à la diète de Francfort.--Le Cardinal forcé de faire marcher Maillebois
en Bohême.--Chauvelin.--Son passé mondain et galant.--Ses _manières de
fripon_.--Il est exilé à Bourges.--Son pouvoir occulte sur les
événements politiques.--Il est à la tête du parti des _honnêtes gens_.


VII

Le château de Choisi.--La vie intérieure.--Louis XV ne passant plus
qu'un jour plein à Versailles par semaine.--Les tentatives de madame de
Vintimille pour donner au Roi le goût du gouvernement de sa maison et de
son royaume.--Ses moqueries à l'endroit de la déférence de Louis XV pour
son valet de chambre.--Grossesse laborieuse de la favorite.--Elle est
prise d'une fièvre continue.--Colère du Roi à propos de son mutisme
obstiné.--Retour à Versailles.--Madame de Vintimille accouche d'un
fils.--Sa mort (9 septembre 1741).--Son cadavre servant de jouet à la
populace de Versailles.--Madame de Vintimille, la femme à idées et à
imagination de la famille de Nesle.--Grâce maniérée et précieux
sentimental de ses lettres.


VIII

Les deux portes de l'Œil-de-Bœuf restent fermées toute la journée de la
mort de madame de Vintimille.--Chagrin du Roi partant pour
Saint-Léger.--Louis XV relisant la correspondance de la morte.--Le Roi
est heureux de souffrir d'un rhumatisme en expiation de ses péchés.--Le
petit appartement de M. de Meuse.--Les tristes soupers du petit
appartement.--Mademoiselle de Charolais ne réussissant pas à rentrer
dans l'intimité de madame de Mailly.--Influence de la comtesse de
Toulouse et des Noailles sur le Roi.--Les emportements de madame de
Mailly contre Maurepas.--L'aversion du cardinal de Fleury pour le
maréchal de Belle-Isle.--Le maréchal fait duc héréditaire par la
protection de madame de Mailly.--Chaleur de l'obligeance de madame de
Mailly.--Son billet de recommandation en faveur de Meuse.--Sa
délicatesse en matière d'argent.--L'anecdote des fourrures de la
Czarine.


IX

Le Roi las de madame de Mailly.--Introduction de Richelieu dans les
petits appartements.--Richelieu travaille à faire renvoyer la
favorite.--Exclamation d'admiration du Roi à Petit-Bourg devant madame
de la Tournelle.--Mariage de Marie-Anne de Mailly-Nesle avec le marquis
de la Tournelle.--Dévotion du mari.--Apparition de madame de la
Tournelle à la cour en 1740.--Inquiétude de Fleury.--Entretien du
Cardinal avec la duchesse de Brancas.--Maurepas, l'ennemi des
maîtresses.--Il s'efforce de détruire madame de la Tournelle dans
l'esprit du Roi, en même temps qu'il joue l'amoureux de sa personne.


X

Mort de madame de Mazarin.--L'histoire de la chaise aux brancards ôtés
de madame de Flavacourt.--Les deux logements donnés à Versailles à
mesdames de la Tournelle et de Flavacourt.--La demande d'une place de
dame du palais de la Reine faite par madame de la Tournelle.--Embarras
du Cardinal et ses efforts, avec Maurepas, pour empêcher la
nomination.--Généreuse et imprudente démission de madame de Mailly en
faveur de sa sœur madame de Lauraguais.--L'ancien sentiment de madame de
la Tournelle pour le duc d'Agénois et sa lettre pour ravoir sa
correspondance.--Les timidités du Roi dans son rôle d'amoureux.--Sa
conversation avec le duc de Richelieu.--Les souffrances de madame de
Mailly pendant six semaines.--Ses lâchetés amoureuses pour être gardée
par le Roi.--_Mes sacrifices sont consommés_.--La déclaration du Roi à
madame de la Tournelle, en grande perruque.--La sortie désespérée de
madame de Mailly.--Lettre de madame de la Tournelle sur le renvoi de sa
sœur.--Les conditions éclatantes posées par la nouvelle favorite.--La
retraite de madame de Mailly à l'hôtel de Noailles.--Ses journées et ses
nuits de larmes.--La visite que lui fait le duc de Luynes dans
l'appartement de madame de Ventadour.

XI

Refus de la duchesse de Luynes de faire partie du voyage de Choisi.--Le
souper, les jeux de quadrille et de cavagnole.--Madame de la Tournelle
proposant à madame de Chevreuse de changer de chambre.--Le Roi grattant
en vain à la porte de madame de la Tournelle.--Lettre de la favorite
donnant à Richelieu le pourquoi de son refus.--Louis XV malade
d'amour.--L'aigreur et les allusions de la Reine.--Les représentations
du Cardinal.--Lettre faisant appel aux sentiments religieux du Roi.--Les
_calotines_ de Maurepas.--Second voyage de madame de la Tournelle à
Choisi.--La chanson l'_Alleluia_ chantée par la favorite.--Troisième
voyage à Choisi.--La tabatière du Roi tirée par madame de la Tournelle
de dessous le chevet de son lit.--Départ de Richelieu, dans sa
_dormeuse_, pour les États du Languedoc.--La favorite à
l'Opéra.--Chronique des petits appartements envoyée par madame de la
Tournelle à Richelieu.--Post-scriptum polisson d'une lettre de Louis XV.

XII

Mort du cardinal de Fleury.--L'ambition sans vivacité de la
favorite.--Interception d'une lettre du duc de Richelieu à madame de la
Tournelle.--Disgrâce momentanée du duc.--Le pot-au-feu des deux sœurs
dans un cabinet de garde-robe.--Le mutisme affecté de madame de la
Tournelle sur les affaires d'État.--Elle abandonne Belle-Isle et
Chauvelin.--La nouvelle société formée autour de la favorite.--La
_Princesse_, la _Poule_, la _Rue des_ _Mauvaises-Paroles_.--Croquis de
la _Poule_.--Madame de Lauraguais, la _grosse réjouie_.--Les
physionomies des ministres.--Crédit de madame de Lauraguais.--Émulation
amoureuse entre les deux sœurs.--La beauté de madame de la
Tournelle.--Son portrait sous l'allégorie de la _Force_.--Les bains de
la favorite.--Voyage de la Cour à Fontainebleau en
septembre.--Commencement de la maison montée de madame de la
Tournelle.--Le cercle restreint des soupeurs et des soupeuses.--La
jalousie de madame de Maurepas empêchant pendant neuf mois madame de la
Tournelle d'être élevée au rang de duchesse.--Lettre de madame de la
Tournelle sur son duché.--Sa nomination et sa présentation le 22 octobre
1743.--Lettres patentes de l'érection du duché de Châteauroux en faveur
de madame de la Tournelle.

XIII

Refus de Louis XV de désigner à Maurepas le successeur du duc de
Rochechouart.--Richelieu nommé premier gentilhomme de la chambre.--Les
Parisiens le baptisant: _le Président de la Tournelle_.--Portrait moral
du duc.--Appropriation par l'amant des qualités et des dons supérieurs
de ses maîtresses.--Action dirigeante de madame de Tencin.--Curieux type
de cette femme d'intrigue.--Ses axiomes de la vie pratique du
monde.--Son activité fiévreuse.--La religion de l'esprit.--Madame de
Tencin organise la ligue des Noailles avec les Rohan.--Guerre qu'elle
mène contre Maurepas.--Ses jugements sur le contrôleur général, le
maréchal de Belle-Isle, de Noailles, d'Argenson.--La surveillance de
l'entourage de la favorite.--Ses mépris de Louis XV et son instinct
d'une grande politique.--Madame de Tencin donne à la duchesse de
Châteauroux l'idée d'engager Louis XV à se mettre à la tête de ses
armées.

XIV

Transformation de la duchesse de Châteauroux.--Ses efforts pour
ressusciter le Roi.--La nomination du duc de Noailles au commandement
de l'armée de Flandre.--La vieille maréchale de Noailles.--Le sermon du
Père Tainturier sur _la vie molle_.--La grande faveur de la duchesse de
Châteauroux.--Elle est nommée surintendante de la maison de la
Dauphine.--La nomination de toutes les places accordées au bon plaisir
de la favorite.

XV

M. de Rottembourg, mari de la fille de madame de Parabère.--Son entrevue
secrète avec Richelieu, place Royale.--Offre de la coopération armée de
Frédéric pour la campagne de 1744.--Conseil tenu à Choisi entre le Roi,
madame de Châteauroux et Richelieu.--L'alliance du roi de Prusse
acceptée, et rédaction du traité confiée au cardinal de
Tencin.--Entrevues de madame de Châteauroux et de Rottembourg.--Le
traité de juin 1741 précédé du renvoi d'Amelot.--Lettre de remerciements
de Frédéric à madame de Châteauroux pour sa participation aux
négociations.--Lettre de la duchesse de Châteauroux au maréchal de
Noailles pour obtenir son adhésion à sa présence à l'année.--Réponse du
parrain de _la Ritournelle_.--Billet ironique de la duchesse.--Les
représentations de Maurepas à Louis XV.--Départ du Roi pour l'armée sans
sa maîtresse.--Madame _Enroux_ en Flandre.

XVI

Madame de Châteauroux à Champs et à Plaisance après la départ du
Roi.--Lettre de la duchesse contre Maurepas.--Jalousie de la duchesse
pour sa sœur madame de Flavacourt.--Départ des deux sœurs pour
l'armée.--Mauvais accueil de la ville de Lille.--Lettre de la duchesse
sur la capitulation d'Ypres.--Voyage du Roi et de sa maîtresse de
Dunkerque à Metz.--Le Roi tombant malade le 8 août.--La chambre du Roi
fermée aux princes du sang et aux grands officiers de la couronne.--Le
comte de Clermont forçant la porte.--Conférence de la favorite avec le
confesseur Pérusseau.--Journée du mercredi 12.--Le Roi prévenant la
favorite qu'il faudra peut-être se séparer.--Le duc de Bouillon, sur
l'annonce que Richelieu fait que le Roi ne veut pas donner l'ordre, se
retire chez lui.--Le jeudi 13, Louis XV, au milieu de la messe appelant
son confesseur.--Expulsion des deux sœurs.--Le viatique seulement donné
au Roi lorsque la concubine est hors les murs.--Louis XV demandant, par
la bouche de l'évêque de Soissons, pardon du scandale de ses amours.

XVII

Fuite des deux sœurs de Metz.--La duchesse de Châteauroux décidée un
moment à ne pas aller plus loin que Sainte-Menehould.--Ses lettres
fiévreuses à Richelieu.--Les périls et humiliations du voyage.--Rentrée
à Paris.--Nouvelles lettres.--État successif de découragement et de
surexcitation de la femme.--Travail de Richelieu auprès du Roi, toujours
amoureux de la favorite.--Les chances de retour de la duchesse au mois
d'octobre.--Entrevue du Roi et de la duchesse dans la nuit du 14
novembre.--Les têtes demandées par la favorite.--Exils de Châtillon, de
Balleroy, de Fitz-James, de la Rochefoucauld, de Bouillon.--Maurepas
chargé de la commission de rappeler la duchesse de Châteauroux à
Versailles.--Soudaine maladie.--Délire furieux.--La malade est saignée
onze fois.--Sa mort (8 décembre 1744).--Son enterrement.--Les
accusations d'empoisonnement du temps.--La dissertation de l'abbé
Galiani sur l'_aqua tofana_.--Conversation du médecin Vernage.--Maurepas
encore plus incapable de crimes que de vertus.

XVIII

Conversion de madame de Mailly à un sermon du P. Renaud.--Elle quitte le
rouge et les mouches.--Le lavement des pieds du Jeudi-Saint de
1743.--Les charités de l'ancienne favorite.--Sa vie de pénitence.--Son
testament et sa mort.

Appendice.

FIN DE LA TABLE.



NOTES:

[1: _Journal et Mémoires de Mathieu Marais_ sur la Régence et le règne
de Louis XV, publiés par M. de Lescure, t. I.--Voici le récit de Mathieu
Marais: «Le Roi a eu un mal fort plaisant et qu'il n'avoit point encore
senti: il s'est trouvé homme. Il a cru être bien malade et en a fait
confidence à un de ses valets de chambre qui lui a dit que cette
maladie-là était un signe de santé. Il en a voulu parler à Maréchal, son
premier chirurgien, qui lui a répondu que ce mal n'affligeroit personne,
et qu'à son âge il ne s'en plaindroit pas. On appelle cela en
plaisantant _le mal du Roi_.»]

[2: Villars dit dans son Journal: «Il (le Roi) est plus fort et plus
avancé à quatorze ans et demi que tout autre jeune homme à dix-huit
ans.» Et au conseil tenu au sujet de son mariage, le duc prononce ces
paroles: «Dieu pour la consolation des François a donné un Roy si fort
qu'il y a plus d'un an que nous pourrions en espérer un Dauphin.»]

[3: Louis XV mangeait effroyablement dans sa jeunesse. Narbonne, le
commissaire de police de Versailles, raconte que le lundi 22 juillet
1726, Louis XV, après avoir bien dîné, allait à la Muette et qu'il y
mangeait beaucoup de figues, d'abricots, de lait, puis un levraut, puis
une grande omelette au lard qu'il faisait lui-même, après quoi il
revenait à Versailles où il soupait comme à l'ordinaire.]

[4: Nous avons déjà indiqué dans le «Louis XV enfant» donné dans les
_Portraits intimes du XVIIIe siècle_ l'espèce de méchanceté innée qui
existe chez Louis XV. En 1724, Mathieu Marais nous le montre faisant
mille mauvais et cruels tours à tout ce qui l'approche, coupant les
sourcils à ses écuyers, et tirant une flèche dans le ventre de M. de
Sourches.]

[5: Expression d'un seigneur du temps recueillie par Soulavie.]

[6: En juin 1724, Mathieu Marais note ceci sur son journal: «Le propre
jour, que le maréchal de Villeroy est venu à Versailles, on a découvert
que le jeune duc de la Trémoille, premier gentilhomme du Roi, lui
servait plus que de gentilhomme et avoit fait de son maître son
Ganymède. Ce secret amour est devenu bientôt public et l'on a envoyé le
duc à l'académie pour apprendre à régler ses mœurs... Le lendemain, on a
proposé de marier ce jeune homme avec mademoiselle d'Évreux, sa cousine
germaine, fille du duc de Bouillon et de sa première femme qui était la
Trémoille, ce qui a été agréé du Roi qui a bientôt sacrifié ses
amours.»]

[7: À propos de ce voyage où il était question de déniaiser le Roi, et
où madame de la Vrillière qui était chargée de la commission, emmenait
la jeune et jolie duchesse d'Épernon, Barbier dit: «On espère que cela
le rendra plus traitable, plus poli.»]

[8: Le Roi venait tout récemment d'être saigné du bras et du pied dans
une indisposition qui avait donné des inquiétudes à la cour; et l'on
avait entendu le duc de Bourbon dire: «Je n'y serai plus pris; s'il
guérit, je le marierai.»]

[9: Ce renvoi de l'Infante fut une très-grosse affaire. Le Roi et la
Reine d'Espagne donnaient l'ordre a l'abbé de Livry, porteur de la
nouvelle de sortir des terres d'Espagne, renvoyaient en France
mademoiselle de Beaujolais qui était fiancée à Don Carlos, laissaient
publiquement insulter les Français par la populace, contractaient un
traité d'alliance avec l'Empereur, massaient des troupes à la frontière,
tenaient pendant un certain temps la France sous la menace d'une
déclaration de guerre. Quant à l'Infante, cette petite fille aux jolies
reparties, et en laquelle perçait déjà, dans de gentilles paroles, le
dépit enfantin de ne se sentir point aimée du Roi, et bientôt la grosse
honte de se voir préférer une autre Reine de France, elle partait le 5
avril 1725 pour retourner en Espagne.]

[10: _Archives nationales. Monuments historiques_, carton K 139-140. La
plus grande partie de ces pièces ont été publiées dans la _Revue
rétrospective_, t. XV.]

[11: La chemise qui renferme cet état porte: _Raisons de marier le Roy_.
1° La Religion. 2° La santé du Roy. 3° Les vœux des peuples. 4° La
tranquillité dans l'intérieur. 5° La confiance des puissances
étrangères. 6° Les entreprises funestes. Le second paragraphe intitulé:
_La santé du Roy_ est rédigé en ces termes: «Son état actuel a presque
la consistance d'un homme formé. La dissipation d'esprit que procure le
mariage apportera des fruits utiles à sa personne et à son royaume, sans
altérer sa santé, au lieu que les dissipations du célibat y sont presque
toujours contraires et donnent une inquiétude nouvelle à ceux qui
s'intéressent sincèrement à la conservation du Roy.»]

[12: Nous donnons ces observations d'après le rapport du duc de Bourbon
au Roy sur le mémoire rédigé sur son ordre.]

[13: Le duc repoussait surtout cette princesse parce que sa mère était
une d'Orléans.]

[14: La véritable raison de son exclusion était le mariage de
mademoiselle de Valois, fille du Régent, qui avait épousé le duc de
Modène.]

[15: On ne voulait pas de cette princesse parce qu'on disait dans le
public que sa mère accouchait alternativement d'une fille ou d'un
lièvre.]

[16: Les papiers que nous citons réduisent complètement à néant le
mémoire de Lemontey publié dans le t. IV de la _Revue rétrospective_,
mémoire où il traite le projet de mariage entre Louis XV et mademoiselle
de Vermandois de fable inventée par l'auteur des _Mémoires secrets pour
servir à l'histoire de Perse_, et copiée depuis par Voltaire et Duclos.]

[17: Au rapport du duc de Bourbon, qui ne craignait pas de proposer
d'une manière si nette sa sœur, est joint un mémoire destiné à être mis
sous les yeux du Roi qui, faisant le plus grand éloge de la princesse,
presse le duc de faire célébrer ce mariage comme le meilleur à faire
dans la situation actuelle de l'Europe. Le rapport s'exprime ainsi:
«Est-il question de faire une alliance plutôt qu'une autre, pour nous
tirer de quelque grand embarras? Faut-il rompre une ligue formidable et,
par quelque traité de mariage, attirer dans notre parti quelque grande
puissance? Non, notre royaume tranquille au dehors comme au dedans nous
permet de choisir ce qui nous paraîtra le meilleur et n'exige que de
voir marier le Roi, premièrement avec une princesse qui puisse avoir
vraisemblablement des enfants; secondement qui puisse, par toutes
qualités de l'esprit et du corps, laisser espérer à tous les bons
Français qu'elle fera le bonheur de son mari et celui de l'État. Toutes
ces bonnes qualités se rassemblent d'un coup d'œil dans la personne de
mademoiselle de Vermandois... Si vous choisissez une princesse
étrangère, vous ne connaîtrez ni son âme, ni son corps. Quant au corps,
je veux qu'elle soit suivant toutes les apparences dans les conditions
requises; qui est-ce qui me répondra de ce que l'on ne voit pas, des
défauts du tempérament et des infirmités qu'on a tant de soin à cacher,
surtout celles qui ont rapport aux enfants? Qui peut répondre si la
figure plaira au Roi? Quant à l'âme, que savez-vous ce que vous
prendrez? Tout le monde sait qu'il n'y a rien de pareil à tous les
artifices que l'on emploie pour plâtrer une fille à marier. Il me semble
qu'elles sont toutes des anges avant leurs noces, comme elles sont des
diables fort peu après... Mais voici le triomphe de la cause que je
plaide; par un miracle unique, nous sommes dans un cas qui ne peut avoir
rien de pareil.--Le corps et l'esprit de mademoiselle de Vermandois sont
à découvert; V. A. S. les peut connaître aussi bien que l'anatomiste et
le confesseur.»]

[18: Un émissaire du duc de Bourbon était allé trouver le maréchal
d'Uxelles dans sa retraite, et dans une longue conférence sur la
nécessité de marier le Roi, amenait la conversation sur mademoiselle de
Vermandois. Et comme le maréchal lui objectait, ainsi que le croyait
tout le monde, qu'elle voulait se faire religieuse, l'envoyé secret du
duc laissait échapper que si la volonté de la princesse était bien
décidée, ce serait un empêchement sans réplique, mais que rarement la
vocation tenait à de certaines épreuves. À quoi le maréchal, qui
semblait se soucier médiocrement de cette alliance, répliquait que le
duc s'exposait à ce que tous ceux qui étaient opposés au renvoi de
l'infante diraient qu'il ne s'était déterminé à prendre cette résolution
que pour la satisfaction de ses intérêts personnels, et que la maison
d'Orléans allait acquérir autant d'amis qu'il y avait de personnes
jalouses ou mécontentes.]

[19: _Archives nationales. Monuments historiques_. Carton K, 139-140.]

[20: On répandait dans le public qu'une des conditions de ce mariage
était la reddition à l'Espagne de Mahon et de Gibraltar, et que le
Parlement anglais s'y était opposé.]

[21: _Histoire de France pendant le dix-huitième siècle_, par C.
Lacretelle, Paris, 1812, t. II.]

[22: Madame de Prie, reconnaissant l'insuffisance politique du duc de
Bourbon, avait formé un conseil intime des quatre frères Paris. Le rôle
que jouèrent ces quatre frères sous les sœurs de Nesle et madame de
Pompadour mérite qu'on raconte leur origine.

Le père Paris tenait au pied des Alpes une auberge ayant pour enseigne
_À la Montagne_, aidé dans le service des voyageurs par quatre vigoureux
garçons. En 1710, un munitionnaire cherchant à travers les Alpes un
passage pour faire passer promptement des vivres en Italie au duc de
Vendôme, tomba dans l'auberge et confia son embarras à l'aubergiste. Le
père Paris lui dit que ses fils connaissaient tous les défilés et lui
feraient passer son convoi; en effet, le convoi passa. Le munitionnaire
présenta les jeunes gens au duc de Vendôme qui les fit entrer dans les
vivres. Nés avec le génie des affaires, un abord plaisant, actifs, unis
et agissant de concert sur un plan suivi, ils réussirent tout de suite.
Devenus suspects à Law dont ils critiquaient les opérations, ils étaient
un moment exilés, mais rentraient bientôt en France où leur fortune
était déjà assez bien établie en 1722, pour que Paris l'aîné fût nommé
garde du Trésor royal. La disgrâce de M. le Duc entraînait celle des
Paris, mais ils reprenaient faveur en 1730, époque où Paris de
Montmartel, le cadet des quatre, était fait garde du Trésor royal.
Devenu banquier de la cour, pendant tout le cours du siècle il influe
tellement sur la finance du royaume, qu'il fixe le taux de l'intérêt et
qu'on ne place ni on ne déplace sans le consulter un contrôleur
général.--Disons que la proposition de Paris-Duverney rencontra,
peut-être pour son adoption et sa réussite, les louanges que lors de la
négociation à Rastadt du mariage de la duchesse d'Orléans, le comte
d'Argenson avait faites de la princesse Marie, voulant la donner comme
femme au duc d'Orléans.]

[23: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, par Soulavie, t. IV.]

[24: Barbier dit tenir les faits des gens de la maison.]

[25: Dans l'état des princesses à marier Marie Leczinska avait été
comprise dans la liste des dix princesses rejetées tout d'abord parce
qu'elles étaient de branches cadettes ou trop pauvres.--Voici la note
qui la concerne: «_Marie fille du Roi de Pologne Leczinski.--21 ans._ Le
père et la mère de cette princesse et leur suite viendraient demeurer en
France.»]

[26: _Mémoires secrets sur les règnes de Louis XIV et de Louis XV_, par
Duclos, t. II.--En l'excès de sa reconnaissance, Stanislas, dans la
lettre en réponse (avril 1725) à la lettre de notification du duc de
Bourbon, lui écrivait qu'il lui transmettait sa qualité de père et qu'il
voulait que le Roi tînt sa fille de la main du duc.]

[27: _Journal et Mémoires de Mathieu Marais_, publiés par M. de Lescure,
t. III. On chantonnait:

     Par l'avis de Son Altesse
     Louis fait un beau lien;
     Il épouse une princesse
     Qui ne lui apporte rien
     Que son mirliton.
]

[28: Lettre communiquée par M. de Châteaugiron, _Revue rétrospective_,
t. XV.]

[29: On parlait aussi d'un mal à la main.]

[30: _Archives nationales. Monuments historiques_. Carton K, 139-140.]

[31: _Journal et Mémoires de Mathieu Marais_, t. III.--Mathieu Marais
dit que, devant cette déclaration de mariage, la cour se montrait triste
comme si on était venu lui dire que le Roi était tombé en apoplexie. La
cour éprouvait une humiliation de ce mariage et n'était pas sans
inquiétudes sur les difficultés que pouvait nous susciter avec le
concours de l'Empire, du roi d'Espagne, de l'Angleterre, Auguste, le
vrai Roi de Pologne.]

[32: _Archives nationales. Monuments historiques._ Carton K,
139-140.--Le même jour le duc de Bourbon écrivait à Marie Leczinska:
«Votre mariage avec le Roi n'étant pas déclaré, je n'ai pas osé jusqu'à
présent vous écrire et je me suis contenté de supplier le Roi votre père
de vous assurer du désir que j'avais de voir sur le trône de France une
princesse dont les vertus retentissantes dans toute l'Europe ne
pourraient pas manquer de faire le bonheur de l'État, la satisfaction du
Roi et la consolation de ses sujets; mais aujourd'hui que le Roi vient
de rendre publique cette grande et importante affaire, ce serait manquer
à mon devoir, si je différais un moment de vous marquer ma joie d'avoir
été assez heureux pour qu'il se trouvât, durant mon ministère,
l'occasion de rendre à ma patrie le service le plus essentiel qu'elle
pût attendre de moi.»]

[33: Il s'agissait de renseignements sans doute demandés à cause des
bruits qui commençaient à courir en France sur les prédilections de la
princesse pour les jésuites, et à propos de ce surnom d'_Unigenita_
qu'on était en train de lui donner. Marie Leczinska préparait pour
présent de noces au Roi un livre d'heures écrit de sa main et dont elle
avait fait acheter pour la reliure le maroquin à Paris.]

[34: _Revue rétrospective_, t. XV.]

[35: _Archives nationales. Monuments historiques_. Carton K. 139-140.]

[36: _Mémoires du comte de Maurepas Buisson_, 1792, t. II.--Le _Mercure
de France_ dit à la date du 9 août: Les princes et princesses de la
Maison Royale se rendirent dans le Cabinet du Roi à Versailles pour la
signature du contrat de mariage de S. M. avec la princesse Marie, fille
du Roi Stanislas. Le contrat ayant été lu par le comte de Morville, il
fut signé par le Roi etc... et par le comte de Tarlo chargé des pleins
pouvoirs de Stanislas et de la princesse Marie pour remplir ces
fonctions, lequel partit le lendemain pour porter ce contrat au Roi
Stanislas à Strasbourg.]

[37: Dans les lettres du duc de Bourbon conservées aux Archives, se
montre une grande indécision sur le personnage qui doit épouser Marie
Leczinska au nom du Roi. Le duc songe d'abord à faire épouser la Reine
par son père, puis par le duc d'Antin; il réfléchit enfin qu'il serait
plus convenant de charger de ce rôle un prince du sang, et il pensait au
duc de Charolais, quand le duc d'Orléans réclamait cet honneur comme
premier prince du sang.]

[38: Voici le récit que donne de ce mariage la _Gazette de France_ du 5
août 1725.

     «De Strasbourg, le 16 aoust 1725.

«Le 14 de ce mois après midy, le duc d'Orléans nommé par le Roy pour
épouser en son nom la princesse Marie, fille du Roy Stanislas, estant
accompagné du duc d'Antin et du marquis de Beauvau, ambassadeurs de Sa
Majesté Très-Chrétienne, alla au Gouvernement dans les caerosses du Roy
Stanislas. Ils montèrent dans l'appartement de la princesse Marie qui
s'y rendit, aussitôt après leur arrivée, avec le Roy Stanislas, et la
Reine son épouse. Après la lecture des pleins pouvoirs donnés par le Roy
au duc d'Orléans, le cardinal de Rohan, grand Aumônier de France, fit la
cérémonie des fiançailles.

«Le 15, vers onze heures du matin, la princesse Marie se rendit avec le
Roy Stanislas et la Reine son épouse à l'Église Cathédrale où le duc
d'Orléans l'épousa au nom de Sa Majesté Très-Chrétienne. Cette cérémonie
fut faite par le Cardinal de Rohan, grand Aumônier de France, en
présence des deux ambassadeurs. Après la célébration du mariage, le duc
de Noailles, Capitaine des Gardes du Corps, et les officiers qui
composoient la maison de la Reine entrèrent en fonctions de leurs
charges auprès de Sa Majesté qui revint au Gouvernement, où elle trouva
mademoiselle de Clermont, princesse du sang, Surintendante de sa Maison,
qui luy présenta les dames que le Roy a envoyées au-devant d'Elle. La
Reine disna en public avec le Roy Stanislas et la Reine son épouse; et
Elle fut servie par les officiers du Roy de France.»

Le _Mercure de France_ dit que mademoiselle de Clermont était partie le
25 juillet, suivie de dix carrosses du Roi attelés de huit chevaux,
accompagnée de la dame d'honneur qui était la maréchale de Boufflers, de
la dame d'atours qui était la comtesse de Mailly, et de la duchesse de
Béthune, et de la comtesse d'Egmont et des marquises de Nesle et de
Rupelmonde. Le _Mercure_ ajoute que toutes ces dames, par respect pour
la princesse et par bienséance pour les carrosses du Roi, firent le
voyage sans écharpes et en manteaux troussés. Quant à la marquise de
Prie, elle avait pris les devants avec la marquise de Tallard, et était
partie le 19 juillet pour Strasbourg.]

[39: _Journal de Barbier_, édition Charpentier, t. I.--Le duc d'Antin
représenta son maître et souverain avec la plus grande magnificence,
étonnant la ville de Strasbourg par le luxe de ses équipages et la tenue
de ses douze pages en habits galonnés d'argent et de soie, aux parements
de velours vert garnis de réseaux d'argent.]

[40: Avis salutaires du Roi Stanislas à la Reine de France sa fille, au
mois d'août 1725:

«Écoutez, ma chère fille, oyez et prestez l'oreille, oubliez votre
peuple et la maison de votre père; j'emprunte la parole du Saint-Esprit,
ma chère enfant, pour vous dire un adieu, puisque dans l'événement
d'aujourd'hui, je ne contemple que son ouvrage et la droite du
Tout-Puissant qui nous conduit au travers de toute la prudence humaine,
de toutes les spéculations politiques, de toute attente.

«Répondez aux espérances du Roy par toute l'attention à sa personne, par
une entière complaisance en ses volontez, par la confiance en ses
sentimens, et par votre douceur naturelle à ses désirs; que de luy
plaire soit toute votre envie, de luy obéir tout votre plaisir, et
d'éviter tout ce qui peut lui faire la moindre peine soit votre étude,
et que sa vie précieuse, sa gloire et son intérest soient toujours votre
unique et aimable objet.»... (_Archives nationales. Monuments
historiques_, K, 138.)]

[41: La Reine partait le 17 de Strasbourg, couchait ce jour-là à Saverne
chez le cardinal de Rohan, arrivait à Metz le 21, en repartait le 24, se
trouvait à Châlons le 28, gagnait Montereau le 3 septembre, d'où le
lendemain 4, elle se mettait en Marche pour Moret où elle arrivait avec
le Roi qui était allé au-devant d'elle.]

[42: _Journal et Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard,
t.1.--Barbier raconte qu'il y eut un retard à Moret, parce que le
carrosse de la Reine était embourbé de telle façon qu'il fallut y mettre
trente chevaux pour le retirer d'une fondrière.]

[43: _Mémoires de Barbier_, édition Charpentier, t. I.--Soulavie parle,
au moment du mariage du Roi, d'une série de peintures érotiques
commandées par Bachelier à Mademoiselle R..., célèbre par ses belles
nudités, pour éveiller chez le jeune Roi le goût de la femme. C'était
une lascive pastorale, où l'amitié innocente d'un berger et d'une
bergère était menée en douze toiles, par la succession de curiosités
entreprenantes et d'amoureux attouchements, au grand dénouement. Une
série de peintures identiques et auxquelles la tradition attribuait la
même destination aurait été vue par M. Thoré et existait sous l'Empire
dans un coin caché d'un château royal. On ne doutait pas que ces
peintures ne fussent de Boucher qui les aurait peintes un ou deux ans
après avoir remporté le premier prix à l'Académie de peinture.]

[44: Dans cette année de pluie diluvienne, de misère et de famine, où le
pain coûtait dans certaines provinces de France jusqu'à sept sols la
livre, il avait été question de ne point faire affiche de luxe dans ce
mariage; mais la noblesse de France ne put se résigner à n'être point
magnifique en ses habits, et Narbonne raconte que la plupart des
seigneurs avaient des bas de fil d'or pur trait de la valeur de 300
livres.]

[45: Marie Leczinska s'était mariée à Strasbourg--c'est le _Mercure de
France_ qui nous l'apprend--en habit d'étoffe d'or à fond noir avec une
mante en point d'Espagne d'or.]

[46: _Gazette de France_, n° 37 de l'année 1725.]

[47: Lettre du duc de Bourbon au Roi Stanislas le 4 septembre 1725.--Une
lettre du duc de Noailles, qui fut chargé d'aller au-devant de la Reine,
et qui l'accompagnait pendant son voyage, témoigne également des
sentiments amoureux du Roi:

«Sire, je n'ay point voulu importuner Votre Majesté de mes lettres
pendant le cours du voyage de la Reyne, sçachant que Votre Majesté étoit
informée de ce qui s'y passoit et que je n'aurois fait que grossir le
nombre de ceux qui avoient l'honneur de lui en rendre compte, mais je ne
puis garder le silence après avoir consommé la fonction dont j'ay eu
l'honneur d'estre chargé et ayant autant de sujets de félicitations à
faire à Votre Majesté. La Reyne est arrivée en parfaite santé, et la
manière dont elle a été reçue du Roy doit combler Votre Majesté de la
joie la plus vive; elle surpasse mesme, s'il est permis de le dire,
l'attente que l'on en avoit et renferme une infinité des circonstances
des plus flatteuses dont l'étendue d'une lettre ne me permet pas de
faire le détail à Votre Majesté...» (_Musée des Archives nationales_.
Plon, 1872.)]

[48: _Journal de Barbier_; édition Charpentier, tom. I.]

[49: On jouait ce soir-là à Fontainebleau l'_Amphitryon_ et le _Mariage
forcé_, de Molière.]

[50: Barbier dit: «Le Roi, étant tout déshabillé se jeta dans le lit
avec une vivacité extraordinaire. Ils ont été depuis onze heures du soir
jusqu'à dix heures du matin. Le Roi alla ensuite se mettre dans son lit
jusqu'à une heure pour se reposer.»--Voir la lettre de Voltaire du 7
septembre 1725.]

[51: Lettre du duc de Bourbon au roi Stanislas en date du 6 septembre
1725, tirée des _Archives nationales_ et publiée par la _Revue
rétrospective_, t. XV]

[52: Nous trouvons aux Archives nationales dans le registre du
secrétariat de la maison du Roy, année 1725, un brevet à la date du 21
may de 50,000 livres de pension pour Mademoiselle de Clermont, chef du
Conseil et surintendante de la Maison de la Reine pour en jouir sa vie
durant par-dessus les autres pensions qu'elle a et sur ses simples
quittances.]

[53: La charge avait une grande importance. La dame d'honneur avait le
pouvoir «de commander sur le fait de la chambre de la Reine, de recevoir
les serments des femmes de chambre et autres officiers de la chambre, de
leur ordonner et commander tout ce qu'elle verra nécessaire pour le
service de la Reine, de les admonester selon que leurs fautes le
requerront, de disposer et d'ordonner du fait et dépense de l'argenterie
et autres dépenses pour son service; de faire prendre toutes sortes de
marchandises pour ce nécessaires et d'en faire arrêter le prix avec les
marchands comme elle verra bon et être juste et raisonnable, désigner
les rôles et autres acquits...» Je ne trouve pas le traitement que
recevait la dame d'honneur en 1726, mais en 1769 elle recevait 16,558
francs qui se décomposaient ainsi, sçavoir: Gages 1,200 fr.--Pour son
plat, 7,200 fr.--Habillement, 930 fr.--Jetons et Tapis, 148
fr.--Charrois, 1,080. fr.--Pensions, 6,000 fr. Cy. 16,558 francs.]

[54: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, par Soulavie. Londres,
1790, t. IV.]

[55: _Journal et Mémoires de Mathieu Marais_, publiés par M. de Lescure.
Didot, 1868, t. III.--On lit à la fin du brevet de nomination:
«Aujourd'huy six septembre mil sept cent vingt-cinq, la Reine étant à
Fontainebleau, la dame maréchale duchesse de Boufflers a presté entre
les mains de Sa Majesté le serment dont elle est tenue.»]

[56: Archives nationales. Registres du Secrétariat du Roi. Registre
O/69. Dans l'état de 1769 nous trouvons que la dame d'atours recevait
neuf mille quatre-vingt-six livres, qui se décomposaient ainsi, savoir:
Gages, 600 liv.--Plat, 3,600 liv.--Charrois, 886. liv.--Pension, 4,000
liv. Cy. 9,086 livres.]

[57: Soulavie donne très-positivement madame de Mailly comme nommée dame
d'atours à la formation de la maison de la Reine.]

[58: Dans l'état de 1769, la première femme de chambre a six mille
francs se décomposent ainsi, savoir: Gages, 150 fr.--Nourriture, 1297
fr. 10.--Entretenement 385 fr.--Et pour tous autres droits et profits,
4,167 fr. 10. Cy 6,000.]

[59: _Archives nationales_. Maison de Marie Leczinska. Carton O/3742.]

[60: _Mémoires du Président Hénault_. Dentu, 1855.--_Mémoires du duc de
Luynes_, _passim_.]

[61: C'est la Reine qui dira quand elle apprendra la part prise par la
vieille et galante princesse de Conti à l'intrigue de madame de Mailly:
«Ce vieux cocher aime encore à entendre claquer le fouet.» C'est elle
qui dira en 1738 à la maîtresse venant lui demander la permission de se
rendre à Compiègne: «Vous êtes la maîtresse.»]

[62: _Mémoires de d'Argenson_, édition Janet, t. I.]

[63: Le marquis d'Argenson dit: «Le Roi fait véritablement un travail de
chien pour ses chiens; dès le commencement de l'année il arrange tout ce
que les animaux feront jusqu'à la fin. Il a cinq ou six équipages de
chiens. Il s'agit de combiner leur force de chasse, de repos et de
marche; je ne parle pas seulement du mélange et des ménagements des
vieux et des jeunes chiens, de leurs noms et qualités que le Roi possède
comme jamais personne de ses équipages ne l'a su, mais l'arrangement de
toute cette marche, suivant les voyages projetés et à projeter, se fait
avec des cartes, avec un calendrier combiné, et on prétend que Sa
Majesté mènerait les finances et l'ordre de la guerre à bien moins de
travail que tout ceci.»--À propos des chiens du Roi, on me communique,
relié dans un petit volume en maroquin vert, aux armes, un manuscrit de
la main du Roi intitulé: «_État des chiens du Roy du 1er janvier 1738 et
des jeunes chiens entrés depuis 17..._ Ce petit volume portant sur son
dos: _État des troupes_, est curieux par les noms et les` appellations
des chiens et des chiennes de Sa Majesté. C'est Triomphante, Pucelle,
Sultane, Gaillarde, Topaze, Volage, Furibonde, Gambade, Princesse,
Mascarade, Bacchante, Gogaille, Tonnerre, Soldat, Nicanor, Tintamarre,
Naufrage, Ravage et toute la suite des terminaisons ronflantes en aux:
Fialaux, Favinaux, Fanfaraux, Garçonneaux, Rapidaux, Merveillaux,
Barbaraux, Demonaux, Cerberaux, etc.]

[64: _Mémoires du duc de Luynes_, t. II et III.--_Mémoires du duc de
Richelieu_, par Soulavie, t. IV et V.]

[65: Dans le choix de ses _soupeurs_ qui ne comprenait qu'un petit
nombre des seigneurs qui avaient chassé avec lui dans la journée, le Roi
mettait un despotisme taquin, cruel parfois. Un jour, ayant accepté du
duc de Crillon un mouton venant du midi et dont la chair passait pour
excellente, il se complaisait à ne pas l'inviter à manger de son mouton
avec les autres chasseurs. Un autre jour, le prince de Léon qui était
fort gourmand et désirait manger d'un poisson que l'on devait servir le
soir, ayant été oublié sur la liste du souper, se mettait intrépidement
à table avec le Roi. Aussitôt Louis XV de dire: «Nous sommes treize, et
je n'ai demandé que douze couverts; il y a quelqu'un de trop et je crois
que c'est M. de Léon; donnez-moi la liste, je veux le savoir.» Le duc de
Gesvres, désirant sauver M. de Léon, faisait semblant d'aller chez
Duport, huissier de l'appartement, et revenait disant qu'il n'avait
trouvé ni Duport, ni la liste. «Je le crois bien, reprenait le Roi
piqué, car Duport est à droite et vous avez été à gauche, allez donc le
chercher où il est.» La liste fatale, où n'était pas M. de Léon, était
apportée. Il restait néanmoins à table, mais le Roi ne lui disait pas un
mot, ne lui offrait de rien, affectait même de faire le tour à droite en
servant un plat de _rougets barbets_, et en finissant ce plat au voisin
de M. de Léon. Le malheureux gourmand, dit Soulavie, eut la bonté de
mourir de douleur pour cet affront.]

[66: _Vie privée de Louis XV_, à Villefranche, chez la veuve Liberté,
1782, t. V.]

[67: _Journal de Barbier_. Édition Charpentier, t. I.]

[68: _Mémoires du Président Hénault_, publiés par le baron de Vigan.
Dentu, 1855.]

[69: _Journal de Barbier_, t. I.]

[70: _Histoire de la Régence_, par Lemontey, t. II.--Un manuscrit de
l'Arsenal, _Histoire de France_, n° 220, donne une version un peu
différente.--«Madame, ne soyez pas surprise des ordres que je donne.
Faites attention à ce que M. de Fréjus vous dira de ma part; je vous en
prie et vous l'ordonne.»]

[71: À propos du néant absolu auquel a été réduite Marie Leczinska après
la chute du duc de Bourbon, donnons cette lettre de la Reine adressée à
M. de Fréjus et que veut bien me communiquer M. Boutron.

     «31 août 1726.

«Vous ne doutez pas, Monsieur, du plaisir avec lequel j'ay receu votre
lettre, vous m'en avez fait infiniment en me mandant des nouvelles de la
_santé du roy_, pour laquelle il m'est naturel d'être toujours inquiète;
je suis bien fâchée que la peine qu'il a eue de se lever si matin aye
esté inutile, ayant eu une si _vilaine chasse_, remercié (le) de la
bonté qu'il a pour la _femme du monde_ la plus ataché et qui la resent
le plus vivement et dont le seul désir est de le mériter; toute mon
impatience est de l'en aler au plutôt _assurer moi-même_, ce que
j'espère ne tardera point, me portant de _mieux en mieux_; j'ay esté
fort afoiblie par le chaud qu'il a fait, mais depuis qu'il est cessé,
mes forces me reviennent; je _n'envoye à Fontainebleau_ que lundi, comme
nous sommes _convenus, crainte_ d'incomoder le roy. Si je suivois mon
inclination, vous i veyrez des couriers plus souvent; je suis fort
contente de ce que vous me dites de mon entresol, vous connoissez mon
_gout a estre seule_, ainsi vous pouvez juger par là qu'il ne me
déplaira pas. Vous avez raison de dire que l'on ne fait point la _même
chose_ à ma cour qu'à celle du roy, au lieu que l'on ne fait que bailler
_à Fontainebleau_, à Versailles on ne fait que dormir; pour moi, en mon
particulier, je m'en fait une _occupation_ et de jour et de nuit,
m'ennuyant beaucoup, cela ne déplaît point à _mes dames_ que vous sçavez
estre très _paresseuses_. À propos desquelles je vous dirai que j'ay
fait comme je vous dit qui esté comme elles sont toute la journée chez
moy de _leur donner la permission d'estre habillé plus commodément_, et
pour celles qui ne sont point dames _du palais_ ont eu ordre d'estre en
_grand habit_. Comme il m'est revenue de plusieurs endroits que cela
faisoit de la peine aux autres, et que plusieurs même qui sont _resté à
Paris_, ont tenue quelque discours sur cela; j'ay résolue aujourd'hui et
j'est même dit à la _maréchalle_ que me portant bien et sortant _demain_
à la chapelle, qu'elles se missent toutes _en grand habit_. J'espère que
vous approuverez cela, d'autant plus que effectivement, il n'y a ici,
outre mes dames que très peu d'autres, et que l'on prétend que c'est
cette raison qui les empêche de venir.

«Je souhaiteroit de sçavoir aussi les intentions du roy, sur mon
_ajustement_ et de celles qui me suiveront en arrivant à Fontainebleau;
couchant à _Petitbourg_, cela fait une espèce de voyage; enfin vous me
ferez plaisir de me donner vos _conseils en tout_, et celui qui me sera
le plus sensible de tout est que vous soyez persuadé de ma parfaite
estime pour vous.

     «MARIE.»

     «À Versailles.

«Je vous aurez escrit plutôt sur le mécontentement des _dames_, mais,
j'ay esté trop foible, je crois que vous ne désaprouverez pas ce j'ay
fait d'autant plus que me portant bien présentement elle n'ont pas
besoin d'être si assidue, je ne doute point que vous n'ayez de la peine
à lire ma lettre, ma main estant encore un peu tremblante.

     «À Monsieur,

     «Monsieur l'ancien Évêque de Fréjus,

     «En Cour.»
]

[72: _Journal de Barbier_, t. II.]

[73: _Journal des règnes de Louis XIV et Louis XV_, par Narbonne,
premier commissaire de police de Versailles, édité par le Roi.
Versailles, 1866.]

[74: Ce sera une amusante comédie, quand madame de Mailly sera devenue
la maîtresse, de la voir le soir, au jeu quotidien de cavagnole de la
Reine, après la visite d'un demi-quart d'heure du Roi, aussitôt le Roi
sorti, demander à la Reine la permission de quitter et passer son
tableau à une autre joueuse.]

[75: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, t. I.]

[76: Le marquis d'Argenson dit: «Pour ce qui est de la société, au
commencement de son mariage, le Roi voulait passer ses soirées chez la
Reine, y jouer et y causer. La Reine, au lieu de l'y attirer, de l'y
mettre à son aise, de l'y amuser, faisait toujours la dédaigneuse. Aussi
le Roi en prit-il du dégoût, et s'habitua à passer ses soirées chez lui
d'abord avec des hommes, puis avec des femmes, sa cousine Charolais,
madame la comtesse de Toulouse.» Disons que les dédains, attribués à
Marie Leczinska par d'Argenson, étaient de l'embarras, de la gêne, de la
peur.]

[77: C'est elle qui, faisant enlever une échelle ayant tout l'air d'une
potence au moment d'une visite de Law à Saint-Maur, disait à madame la
Duchesse: «Belle maman, il faut la faire ôter, il prendrait cela pour
une incivilité.» C'était encore elle qui disait, à propos de madame
Amelot, la prétentieuse femme du secrétaire d'État, qui se plaignait de
ne pouvoir se rendre de sitôt à Versailles, parce qu'elle avait à
meubler sa maison de Versailles, de Fontainebleau, de Compiègne: «Il ne
faut pas s'étonner, c'est la tapissière du Marais.»]

[78: _Mémoires du duc de Richelieu_, par Soulavie, t. IV.]

[79: _Ibid._, t. V.]

[80: On la disait malade pendant les six dernières semaines de sa
grossesse, et l'on allait savoir de ses nouvelles sans en demander plus.
Malheureusement, un jour, un Suisse tout neuf répondait à un domestique
qui venait s'informer de la santé de mademoiselle: «Aussi bien que son
état peut le permettre et l'enfant aussi.»]

[81: Soulavie, sans donner aucune preuve de son dire, affirme que la
liaison du Roi avec mademoiselle de Charolais est incontestable, mais
qu'elle n'a duré que très-peu de temps, parce que Louis XV voulait
trouver de la solidité dans les sentiments qu'on lui témoignait,
solidité dont mademoiselle de Charolais était absolument incapable.]

[82: Marie-Victoire-Sophie de Noailles, née le 6 mai 1688, fille d'Anne,
duc et maréchal de Noailles, et de Marie-Françoise de Bournonville,
avait épousé en premières noces Louis Pardaillan d'Antin, marquis de
Gondrin, avec lequel elle avait vécu seulement trois ans, et s'était
remariée le 22 février 1728 avec Louis-Alexandre légitimé de France,
comte de Toulouse.]

[83: _Mémoires du duc de Richelieu_, par Soulavie, t. IV.]

[84: _Le Glaneur historique et moral_, juin 1732.]

[85: Peut-être à la fatigue, au dégoût de ces plaisirs que sollicitait
sans se lasser le tempérament du Roi, se joignaient des suggestions, des
conseils à voix basse, des paroles tombées au fond de l'âme chrétienne
de la Reine, maintenant mère d'un Dauphin, l'inspiration d'étranges
scrupules sur le respect dû à la sainteté du sacrement, et le doigt d'un
confesseur, montrant les anges qui gardent le lit nuptial purifié par la
continence.]

[86: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, t. IV.]

[87: _Mémoires du marquis d'Argenson_, édition Renouard, t. II.--«Madame
de Mazarin entretenait publiquement le beau du Mesnil, un joueur pour
lequel elle était obligée de vendre un jour, dit d'Argenson, son hôtel,
ses nippes, ses pôts-à-oille, ce qu'elle avait tiré de ses amants l'abbé
de Broglie et M. de Maugis, ce qu'elle avait volé à la Reine.»]

[88: Madame de Gontaut, belle-fille du maréchal de Biron qui, au dire de
Besenval, avait le visage le plus beau et le plus parfait qu'ait jamais
formé la nature, s'était mise sur les rangs pour enlever le Roi à sa
femme, quatre ou cinq ans après son mariage. Et l'intrigue, aidée par
une cabale, touchait à la conclusion de si près que le vieux ménage des
Biron, pour ne pas être témoin du déshonneur de sa belle-fille, se
préparait à se retirer dans sa terre. Dans ce temps, M. de Gesvres,
célèbre par son impuissance, et dont les manières de femmelette étaient
si moquées, chargé d'un message pour le maréchal, était par lui retenu à
souper. Madame de Gontaut, qui n'aimait pas le duc, apostrophait tout à
coup, au milieu du repas, son fils, le jeune Lauzun: «Je vous trouve
bien des couleurs aujourd'hui, par hasard auriez-vous mis du rouge?» Le
jeune homme se défendant d'en avoir mis: «Eh bien, si vous dites vrai,
reprenait madame de Gontaut, frottez-vous avec votre serviette pour
faire voir à tout le monde que vous n'en avez pas, car rien n'est si
affreux pour un homme et ne le couvre d'un plus grand ridicule.» Au
retour de son message, comme le Roi vantait la figure de madame de
Gontaut, le duc de Gesvres faisait chorus avec le Roi sur les charmes de
la jeune femme, ajoutant que «c'était bien dommage que des dehors si
séduisants couvrissent un sang entièrement gâté par la plus affreuse
débauche.» Il n'en fallut pas davantage pour que le Roi ne songeât plus
à madame de Gontaut.]

[89: _Mémoires du duc de Richelieu_, t. III.]

[90: _Mémoires de Maurepas_, t. II.]

[91: _Mémoires du comte de Maurepas_, t. II.--Le public faisait grand
bruit autour du nom de madame Portail, la femme du premier président,
mais Versailles n'ignorait pas que sa malice, sa folie, les allures
entreprenantes de toute sa personne avaient effrayé le Roi qui s'était
fait remplacer au rendez-vous par M. de Lugeac. On citait encore une
madame d'Ancézune et d'autres, mais la cour savait qu'aucune de ces
femmes, amenées au Roi pour tromper ses sens et le distraire des
froideurs de la Reine, n'étaient faites pour toucher son cœur. Aucune
n'était de taille à continuer son rôle au-delà d'un caprice, à étendre
son rêve au-delà du réveil.]

[92: _Mémoires du marquis d'Argenson_, édition Renouard, t. II.]

[93: _Mémoires du duc de Luynes_, t. II.]

[94: Narbonne, le commissaire de police qui a fait un relevé des séjours
du Roi hors de Versailles, nous apprend qu'en 1730 le Roi ne demeure que
102 jours à Versailles, en 1731, 116 jours, en 1732, 105 jours, en 1733,
125 jours.]

[95: Madame de Toulouse qui, au dire d'un contemporain, était d'une
avarice égale à son père le maréchal de Noailles, tirait de temps en
temps de Louis XV pour s'indemniser de ses séjours chez elle, des
ordonnances de 150,000 à 300,000 livres.]

[96: Mademoiselle de Charolais acquérait au commencement de 1733 de M.
de Pezé, gouverneur et capitaine de Madrid et du Bois de Boulogne, une
maison dans la cour du château... Elle faisait de cette habitation à
mi-chemin de Versailles et de Paris sa principale demeure et s'y
réjouissait fort. Dans les jours gras de cette année, ayant renvoyé
après le souper tout son monde, le petit duc de Nivernais, jeune homme
de quinze ou seize ans, ennuyé de quitter la partie, se cachait derrière
une portière, et était témoin d'un tête à tête très-vif de la princesse
avec le comte de Coigny. Il était surpris et réprimandé par la
princesse, dont il se vengeait par la chanson

     La fille la plus vénérable,
         Sans contredit,
     S'ajoute un titre respectable,
         Dont chacun rit.
     _Demoiselle_ par excellence.
     . . . . . . . . . .
     Deux mille à qui Coigny succède
         Diront ici.
     Ce qu'à la fée qui l'obsède
         Dit  Tanzaï.
]

[97: Le marquis d'Argenson raconte ainsi le fait dans ses _Remarques en
lisant_, n° 2103: «Un domestique principal de la Reine m'a dit que
c'était cette princesse qui avait la première fait divorce avec le Roi;
que depuis deux ans il avait madame de Mailly; quand la Reine en fut
informée, elle s'imagina sottement qu'il y avait du risque pour sa
santé, puisque madame de Mailly avait eu accointance avec des libertins
de la cour. Elle refusa donc les droits de mari au Roi, car il allait
souvent coucher avec elle. La dernière fois, il passa quatre heures dans
son lit sans qu'elle voulût se prêter à aucun de ses désirs. Il ne la
quitta qu'à trois heures du matin en disant: «Ce sera la dernière fois
que je tenterai l'aventure;» et ce fut la dernière fois.]

[98: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, par Soulavie, t. V.--Il
n'y a pas pour ainsi dire de bibliographie à faire des biographies des
demoiselles de Nesle; l'histoire de leur vie est éparse dans de Luynes,
dans d'Argenson, dans les Mémoires de Richelieu. Et je ne trouve guère
jusqu'à nos temps que deux morceaux de biographie spéciale consacrés à
la plus jeune: la notice de deux pages sur la duchesse de Châteauroux
insérée dans les _Portraits et caractères de personnages distingués de
la fin du XVIIIe siècle_, par Senac de Meilhan, Dentu, 1813, et le
_Fragment des mémoires de la duchesse de Brancas_, publié dans les
_Lettres de Lauraguais à madame ***_. Buisson, an X (1802).

Je citerai cependant un petit volume très-rare publié, en Allemagne,
sans indication de localité, intitulé: _Remarquable histoire de la vie
de la défunte Anne-Marie de Mailly, duchesse de Châteauroux, favorite de
Louis quinzième, roi de France_, 1746 (en allemand), volume contenant
quelques anecdotes qui ne se trouvent que là.

En dehors de cela, il n'y a pas autre chose à consulter que les
imbéciles romans allégorico-historiques qui contiennent si peu de vérité
vraie. C'est _Tanastès, Conte allégorique_, la Haye, 1745, où madame de
Mailly, madame de Châteauroux, madame de Lauraguais sont désignées sous
les surnoms d'une fée antique, d'_Ardentine_, de _Phelinette_. Ce sont
les _Mémoires secrets sur l'histoire de Perse_, Amsterdam, 1749; où
_Retima, Zélinde, Fatmé_, sont les pseudonymes sous lesquels se
dissimulent madame de Mailly, la comtesse de Toulouse, mademoiselle de
Charolais. Ce sont enfin les _Amours de Zeokinizul, Roi des Kofirans_,
Amsterdam, 1747, qui désignent la comtesse de la Tournelle sous
l'anagramme de _Lenourtella_, madame de Vintimille sous celui de
_Lentinimil_, madame de Mailly, sous celui de _Liamil_.

Et c'est là, je crois, presque tout. Cependant il ne faut pas oublier
surtout pour l'histoire de madame de la Tournelle le curieux et rare
livre intitulé: _Correspondance du cardinal de Tencin et de madame de
Tencin sa sœur avec le duc de Richelieu. Sur les intrigues de la cour de
France depuis 1742 jusqu'en 1757, et surtout pendant la faveur des dames
de Mailly, de Vintimille, de Lauraguais, de Châteauroux, de Pompadour_,
1770. Ce livre cité, nous tombons dans le roman et les correspondances
apocryphes comme celle-ci: _Correspondance inédite de madame de
Châteauroux avec le duc de Richelieu, le maréchal de Belle-Isle, de
Chavigni, madame de Flavacourt, etc., par madame Gacon Dufour, Paris,
Collin_, 1806, 5 vol. in-16, etc.]

[99: _Mélanges historiques_, par M. B... Jourdain, t. II.--Boisjourdain,
opposant la beauté de madame de Mailly à la beauté charnue et matérielle
de madame de Vintimille, dit que c'était une beauté maigre et
efflanquée.]

[100: Un grand nombre de peintres firent le portrait de madame de
Mailly, puisqu'à la date de décembre 1739, le duc de Luynes écrit: «L'on
peint actuellement madame de Mailly en pastel. C'est un nommé Latour.
Madame de Mailly disait ce matin que c'était le seizième peintre qui a
fait son portrait.»

De ces seize portraits et de ceux qui suivirent, il n'y en a pas un seul
d'existant aujourd'hui dans les musées et les collections particulières.

Comme portrait gravé, nous n'avons qu'une misérable gravure exécutée
pour l'édition de Soulavie de 1793.

Madame de Mailly est représentée en robe montante bordée de fourrure,
avec sur la tête une espèce de fanchon noire nouée sous le menton, et le
buste enveloppé d'un grand voile jouant autour d'elle.

Ce portrait porte dans le tournant du cadre: MADAME DE MAILLY: dans la
tablette: _Puisque vous la connaissez si bien, priez donc Dieu pour
elle._ Au-dessous de la tablette, on lit à la pointe sèche, sans
indication de nom de peintre: _N. V. I. Masquelier sc._ 1702. Ce
portrait figure dans le volume 7, page 88.]

[101: Voici le curieux récit du duc de Luynes (12 août 1739): «Le
mercredi, le Roi partit de la Meute sur le midi, il alla à Madrid, où il
entra chez Mademoiselle qui dormait; ne s'étant point réveillée, le Roi
alla chez mademoiselle de Clermont qui se réveilla, mais la visite ne
fut pas longue. Le Roi passa ensuite à l'appartement de madame de
Mailly; elle était éveillée, mais dans son lit, toute coiffée et la tête
pleine de diamants, mais elle couche toujours ainsi; elle avait sur son
lit la jupe de son habit pour le mariage de Madame, et dans sa chambre
un joaillier nommé Lemagnan qui a beaucoup de pierreries et qui prête
des parures valant deux ou trois millions. Il y avait aussi des
marchands de Paris de parure d'habits que l'on appelle de _Charpes_
(Duchapt) et que madame de Mailly appelle ses _petits chats_. Le Roi
entra dans la plaisanterie et les appela de même, examina la jupe et les
pierreries du sieur Lemagnan fort en détail.»]

[102: «Le Roi, encore sauvage et délicat en 1732 (époque de ses
premières passions pour madame de Mailly), ne recherchant alors aucune
femme s'il n'en était recherché lui-même... Madame de Mailly, qui
n'était ni entreprenante, ni dévergondée, avait fait toutes les avances
pour séduire le Roi qui n'en fut pas séduit. Attendant le moment
indiqué, assise sur un canapé, affectant une posture voluptueuse,
montrant la plus belle jambe qu'il y eût à la cour et dont la jarretière
se détachait; cette affectation même repoussa le jeune monarque.
Bachelier voulut lui faire apercevoir des objets délicieux, et le Roi,
honteux ou distrait, n'y prit pas garde. Madame de Mailly l'agaça et le
prince fut froid; alors Bachelier voyant que tout était perdu sans une
entreprise déterminante, prit le Roi sous les aisselles et l'obligea...
et le Roi qui jouait à cheval fondu avec Bachelier et Lebel et autrefois
avec le cardinal, dans l'intérieur de ses appartements quand il était
seul avec eux, se laissa précipiter sur madame de Mailly par son valet
de chambre.»

Au récit de Soulavie, ajoutons le récit de Boisjourdain, qui diffère sur
les détails, mais qui témoigne d'une certaine violence exercée sur les
sens du Roi: «Le duc de Richelieu fut chargé par le cardinal de Fleury
de lui proposer madame de Mailly. Ce seigneur, qui savait se plier à
tout et qui plaisait au Roi, trouva le moyen de le mettre adroitement
dans la conversation sur le compte de la Reine; lui parla du vide
qu'elle laissait dans son cœur, de son ingratitude et de la nécessité de
remplacer la passion qu'il avait pour elle par une autre; enfin
détermina le Roi à une entrevue avec madame de Mailly; mais elle fut
infructueuse; le Roi, soit timidité, soit par un reste d'attachement
pour la Reine, ne fut pas ébranlé. La dame en fut désespérée et se
plaignit qu'on l'eût exposée à une sorte d'affront. L'on eut bien de la
peine à la décider à un second tête-à-tête; on la prévint qu'il fallait
oublier le monarque et ne s'occuper que de l'homme. La facilité du jeune
prince à revenir à elle l'encouragea et l'enhardit elle-même. On assure
que, dans ce rendez-vous, pour triompher et parvenir à son but, elle ne
se borna pas aux agaceries ordinaires, mais qu'elle se laissa aller aux
moyens et aux avances des plus habiles courtisanes. Alors le jeune homme
se livra à des emportements d'autant plus violents qu'ils avaient été
longtemps contraints. Enfin madame de Mailly sortit dans une espèce de
désordre amoureux du lieu où elle avait été seule avec le Roi, et,
passant devant ceux qui avaient intérêt à connaître le résultat de la
démarche, elle ne leur dit autre chose que ces mots très-expressifs:
«_Voyez, de grâce, comme ce paillard m'a accommodée._»

Enfin, le marquis d'Argenson, tout en se trompant sur la date de
l'aventure et sur l'introducteur, la raconte en ces termes: «Cela s'est
accompli dans les entresols du Roi; un nommé Lazure en est le concierge;
il a sous lui un second qui amena au Roi cette dame, c'était l'hiver
dernier; elle parut derrière un paravent. Le Roi était honteux, il la
tira par sa robe; elle dit qu'elle avait grand froid aux pieds, elle
s'assit au coin du feu. Le Roi lui prit la jambe et le pied qu'elle a
fort joli, de là il lui prit la jarretière. Comme elle avait ses
instructions de ne pas résister à un homme si timide, elle dit: «_Eh!
mon Dieu! je ne savais pas que Votre Majesté me fît venir pour cela, je
n'y serais pas venue!_» Le Roi lui sauta au cou, etc.».]

[103: _Mémoires du duc de Richelieu_, par Soulavie, t. V.]

[104: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, t. I.]

[105: _Mémoire signifié_ par Louis de Mailly, marquis de Nesle,
chevalier des ordres du Roy, demandeur, contre les syndics et directeurs
de ses prétendus créanciers, défendeur.--Mémoire pour les
syndics.--Mémoire pour les syndics et directeurs des créanciers du
marquis de Nesle contre le marquis de Nesle.--Les papiers séquestrés de
la famille de Mailly aux Archives nationales contiennent plusieurs
cartons de pièces imprimées ou manuscrites: procédures, saisies, ventes
de vaisselle plate, etc., de l'infortuné marquis.]

[106: Papiers séquestrés. Famille Mailly de Nesle.--Contrat de M. le
comte et madame la comtesse de Mailly, 30 may 1726. Carton 1/1-10.]

[107: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, t. I.--Le duc de
Luynes nous apprend qu'en mars 1740, par suite de partage, les quatre
sœurs--il y avait des arrangements particuliers pour mademoiselle de la
Tournelle--avaient chacune 7,500 liv. de rente ou environ, savoir
100,000 écus à rente constituée au denier-vingt, 200,000 liv. qui
étaient au denier-quarante, et 200,000 liv. d'argent comptant. Outre
cela madame de Mailly, à qui M. de Nesle en la mariant avait promis
8,000 liv. de rente et qui n'en avait jamais rien touché, devait être
payée de quatorze ou quinze années d'arrérages qui lui étaient dus.]

[108: _Journal des règnes de Louis XIV et de Louis XV_, par Pierre
Narbonne, premier commissaire de police de Versailles, édité par Le Roi.
Versailles, 1866.]

[109: _Mémoires du duc de Richelieu_, par Soulavie, t. V.]

[110: _Journal de Barbier_, édition Charpentier, t. III.]

[111:

     Notre monarque enfin
     Se distingue à Cythère;
     De son galant destin
     L'on ne fait plus mystère
     Mailly, dont on babille,
     La première éprouva
     La royale béquille
     Du père Barnaba!
]

[112: _Journal des règnes de Louis XIV et de Louis XV_, par Pierre
Narbonne, Versailles, 1866.--Cette affiche publique de la liaison du Roi
avec madame de Mailly venait à la suite d'une brouille. D'Argenson dit,
à la date du 16 juin 1738: «Madame de Mailly a été brouillée avec le Roi
pendant la semaine de la Pentecôte, et personne ne sait pourquoi, mais
elle est raccommodée et bien mieux que jamais. _Amantium iræ amoris
integratio est_, dit Térence.»]

[113: _Journal des règnes de Louis XIV et Louis XV_, par Pierre
Narbonne, Versailles, 1866.]

[114: En fait d'ingénuité, Barbier raconte celle-ci: «Le seigneur de la
Roque qui fait le _Mercure galant_ a été à l'extrémité avant le voyage
de Fontainebleau... Fuzelier, poëte qui a fait plusieurs pièces, garçon
d'esprit et mal à l'aise, a fait des mouvements auprès de M. de
Maurepas, de qui cela dépend pour avoir cette commission. Comme il est
de tout temps ami du marquis de Nesle et de madame de Mailly sa fille,
il l'alla trouver un matin dans son lit et lui dit: «Madame, je viens
vous prier de me rendre un service.» Elle se défendit d'abord sur ce
qu'elle ne demandoit quoi que ce soit; il la tourmenta tant, qu'elle lui
dit: «As-tu un mémoire?--Oui, madame.» Elle le prit, le lut. «Qu'on me
lève, dit-elle: mes porteurs! Va m'attendre chez M. de Maurepas, j'y
vais dans le moment.» Elle y arrive. M. de Maurepas n'étoit pas chez
lui. Elle dit à son valet de chambre qu'elle reviendra, et de prier M.
de Maurepas de l'attendre, et par un effort d'imagination, pour servir
plus chaudement Fuzelier, elle va tout de suite chez M. de la Peyronie
premier chirurgien du Roi. «Je viens, lui dit-elle, vous demander une
grâce qu'il faut que vous m'accordiez absolument. Je vous demande pour
Fuzelier, que je protège, un privilège exclusif pour distribuer le
_Mercure_.» M. de la Peyronie tomba de son haut; il lui témoigna la
disposition de lui accorder tout ce qui dépendoit de lui, mais en même
temps l'impossibilité de le faire sur cet article... Malgré ses
instances, madame de Mailly, persuadée que la demande était ridicule,
s'en retourne chez M. de Maurepas tout en colère et lui dit: «Je venois
vous demander une grâce pour Fuzelier, mais il faut qu'il soit fou pour
me faire faire des démarches pour une chose qui ne se peut pas. Je viens
de chez M. de la Peyronie qui me l'a bien assuré.--Mais, Madame, je suis
informé de ce que demande Fuzelier, cela n'a point de rapport avec M. de
la Peyronie.--Comment! dit-elle, il demande le privilège exclusif du
_Mercure_.--«Cela est vrai, lui répondit le ministre, c'est le _Mercure
galant_, qui est un ouvrage d'esprit.--Oh! dit-elle, que ne
s'explique-t-il donc, cet animal-là! Si cela est ainsi, je vous le
recommande très-fort.» L'anecdote est-elle vraie? Plus tard on prête,
toujours sur le _Mercure_, une bévue à peu près pareille à madame du
Barry.]

[115: _Mélanges de M. de B... Jourdain_, Paris, 1807, t. II.]

[116: À la date de juillet 1743, de Luynes dit: «Dans les commencements
des cabinets les soupers étaient extrêmement longs; il s'y buvait
beaucoup de vin de Champagne; le Roi même buvait assez; et quoiqu'il n'y
parût pas tant qu'à quelques-uns de ses courtisans, il ne laissait pas
que d'y paraître quelquefois.»]

[117: Les soupers des cabinets n'avaient lieu que les jours de chasse.]

[118: Moutier devenait le cuisinier des petits appartements seulement au
moment où madame de Mailly était des soupers. Moutier était une espèce
d'artiste qui avait chez M. de Nevers, outre des gages considérables,
des conditions toutes particulières: il n'était tenu à faire à souper
que deux fois par semaine, et le duc devait lui fournir tous les ans
trois habits à son choix. Le Roi avait voulu absolument l'avoir, mais ça
avait été une très-grosse affaire: les officiers de la bouche s'étant
livrés à toutes sortes de brigues pour qu'il ne fût pas reçu, et ayant
poussé la mauvaise volonté jusqu'à lui fournir des produits gâtés dans
les premiers soupers où le Roi l'avait essayé.]

[119: _Mémoires du duc de Luynes_, t. II.]

[120: _Vie privée de Louis XV_, Londres, 1785, t. II.--Le duc de Luynes
nous donne l'heure à laquelle se couchait le Roi au sortir de ces
soupers. Le 26 juin 1738, à un souper où assistait madame de Mailly, le
Roi, après avoir bu du Champagne, se couchait à six heures du matin,
après avoir entendu la messe, et restait au lit jusqu'à quatre heures du
soir. Le 3 juillet, dans un autre souper ou était encore madame de
Mailly, le Roi, qui buvait pas mal de champagne, sortait de table à cinq
heures du matin, allait jouer au tric-trac avec M. du Bordage et,
toujours après avoir entendu la messe, se mettait au lit dont il ne
sortait cette fois qu'à cinq heures du soir.]

[121: _Louis XV enfant. Portraits intimes du_ XVIIIe _siècle_, par E. et
J. de Goncourt. Un volume Charpentier.]

[122: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, t. II.]

[123: La fortune de cette famille des Bachelier est bizarre. Le père
était un maréchal-ferrant auquel on amenait un cheval du duc de la
Rochefoucauld à ferrer et qui l'enclouait. Il renonçait à son enclume et
entrait au service du duc, puis passait au service de Louis XIV, en
1703; au bout de vingt ans de service de valet de garde-robe, il
obtenait un brevet de survivance en faveur de son fils François-Gabriel
Bachelier. Et en 1723, une note de Marais nous apprend que ledit Gabriel
Bachelier, un des valets de chambre de Louis XV qui ne l'avait pas
quitté pendant toutes ses chasses, recevait du jeune Roi un cheval
superbement harnaché, un brevet de 4,000 livres de pension et une canne
d'or.]

[124: Ces nouvelles avaient aussi le mérite d'être, selon l'expression
de d'Argenson, le contre-poison des nouvelles remises par le lieutenant
de police Hénault au cardinal Fleury.]

[125: Quand le maréchal de Belle-Isle sera nommé ministre
plénipotentiaire à Francfort, ce sera de Bachelier qu'il prendra ses
véritables instructions.]

[126: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, t. III.]

[127: Bachelier, en dehors de l'influence que pouvait lui donner sur le
Roi une maîtresse de sa main, aurait été amené à rendre publique la
liaison du Roi avec madame de Mailly par le souvenir d'une phrase, qu'un
jour le cardinal lui aurait dite en travaillant avec lui: «qu'il
quitterait le ministère à la _première maîtresse_ qu'aurait le
Roi[128].» Bachelier pensait du coup faire premier ministre Chauvelin ou
le devenir lui-même.]

[128: _Mémoires de d'Argenson_. Édition Renouard, t. I.]

[129: C'était au commencement de la faveur de madame de Vintimille.
Flavacourt et le mari de la Vintimille parlaient des amours du Roi, de
la laideur de l'une et l'autre sœur, du mauvais goût du souverain.
L'appartement des deux beaux-frères était situé au-dessous d'une
chambre, où se trouvait dans le moment le Roi qui, pour mieux les
écouter, avançant la tête dans la cheminée, jetait à la fin à celui qui
tenait la parole, le terrible: «Te tairas-tu!»]

[130: M. du Luc écrivant à madame de Mailly pour qu'elle obtînt de
placer un homme à lui dans un des châteaux du Roi, finissait sa lettre
par cette phrase: «Un mot dit de la belle bouche d'une belle dame comme
vous, finira l'affaire.» Sur le vu de la lettre, le Roi disait: «Ah!
pour une belle bouche, vous ne vous en piquez pas, je crois?» En effet,
madame de Mailly avait la bouche grande, mais bien meublée, selon
l'expression d'un contemporain.]

[131: Sur ses 250,000 ou 200,000 livres de rente, le marquis était
réduit alors à 24,000 livres de pension alimentaire, sur lesquelles dit
de Luynes, il en avait fait 6,000 à ses filles.]

[132: _Mémoires de d'Argenson_. Édition Renouard, t. II.]

[133: La démarche de madame de Mailly semble avoir été une démarche pour
la forme; M. de Bouillon lui avait persuadé que c'était le seul moyen de
réduire son père à la raison et lui avait proposé «un ajustement» par
lequel son père aurait 60,000 livres de rente payée à 5,000 livres par
mois. La veille de la lettre de cachet, madame de Mailly travaillait à
l'arrangement avec Maboul deux heures le matin et trois heures
l'après-dînée.]

[134: Le marquis de Nesle avait été d'abord exilé à Lisieux, puis à
Évreux, et enfin obtenait d'aller à Caen.]

[135: On lit dans les _Mémoires du marquis d'Argenson_, à la date du
mois de mai 1740: «M. de Mailly, mari de la maîtresse du Roi, a eu ordre
de sortir de Paris pour avoir tenu chez lui loge et souper de
francs-maçons, malgré les ordres réitérés du Roi. L'auguste qualité de
c... du Roi ne l'a pas exempté de cette proscription. Aussi cette dame
voit en ce moment son père et son mari exilés.»]

[136: Soulavie dit: «Le Roi passa dans peu de temps d'une extrême
réserve avec les femmes dans un grand libertinage.»]

[137: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, t. II.]

[138: _Journal de Barbier_, édition Charpentier, t. III.--Le chroniqueur
dit: «On dit qu'un garde du corps avait gagné une pareille... de ladite
petite bouchère, et que, voyant le Roi maigrir, sachant que la petite
fille avait rôdé autour des petits appartements, il alla trouver le
cardinal Fleury et lui avoua qu'il avait encore la ... de la petite
créature et que, si le Roi l'avait vue, il pourrait bien en avoir
autant.»]

[139: Dans le moment où le Roi ne chassait plus, ne sortait plus même de
sa chambre, M. le Duc engageant le Roi à voir des médecins, et le Roi
s'y refusant sous prétexte que cela occuperait trop les nouvellistes,
Courtanvaux s'écriait avec son franc parler: «Mais, sire, cela
n'empêchera pas que tout Paris n'ait beaucoup parlé. On a dit
publiquement que les chirurgiens étaient nécessaires à Votre Majesté
plus que les médecins consultants.» Et comme on s'étonnait de la
vivacité de l'apostrophe, Louis XV dit: «Je suis accoutumé à m'entendre
dire par Courtanvaux tout ce qu'il pense.»]

[140: D'Argenson rapporte que madame de Mazarin, son amant du Mesnil, et
leur conseil, l'abbé de Broglie, hasardant devant la Reine des projets
de régence, Marie Leczinska répétait: «Ah! quel malheur si une telle
perte arrivait!» et cela jusqu'à ce qu'au bout de ses exclamations elle
laissa échapper tout bas et dans un soupir: «Pour la régence, je ne
l'aurai pas!» Ces entretiens qu'on ébruita ne furent jamais pardonnés à
la Reine par le Roi.]

[141: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, t. II]

[142: Le Roi, ayant vu à Rambouillet chez la comtesse de Toulouse la
marquise d'Antin, l'avait trouvée fort jolie. Le soir, à un souper des
cabinets, madame de Mailly, lui jetait tout à coup: «_Sire, on dit que
vous avez vu madame la marquise d'Antin et que vous l'avez trouvée
charmante!_»--Point du tout, répondait le Roi qui cherchait à se
dérober, et était obligé, quelques instants après, de dire à la duchesse
d'Antin: «Votre belle-sœur avait une coiffure qui lui seyait bien mal.»]

[143: Il arrivait parfois cependant à madame de Mailly d'éprouver des
refus sur ce qui lui tenait le plus au cœur: la publicité de sa liaison
avec le Roi. C'est ainsi qu'en septembre 1739, mademoiselle de Charolais
et madame de Mailly faisaient l'impossible pour que le Roi allât au bal
de l'Hôtel-de-Ville. Le projet de ces dames était de se mettre aux côtés
de Sa Majesté, à la fenêtre qui donne comme une tribune sur la grande
salle du bal et de se démasquer sous prétexte de la chaleur aux yeux de
tous. Madame de Mailly s'entêtait à ce que le Roi y vînt, elle répétait:
«Mais, Sire, ce pauvre M. de Gesvres, mais ce pauvre M. le prévost des
marchands qui s'est donné tant de peine pour vous recevoir! Au moins,
Sire, que ce soit pour l'amour de moi.» Mais le Roi, qui était au fait
du projet de sa maîtresse, s'y refusa. En vain Mademoiselle fit cent
singeries, composa un placet, l'attacha à un rideau par une épingle en
disant au Roi: «Sire, vous ne lisez pas les placets qui vous sont
présentés.» Le Roi répondait: «Je sais ce qu'il contient, j'y mets néant
dès à présent.» Le soir, madame de Mailly toute masquée, sa chaise
attelée, son relais préparé à Sèvres, le duc de Villeroy venait lui dire
que le Roi n'irait pas au bal et qu'il avait défendu de lui remettre la
clef de l'appartement du Roi à l'Hôtel-de-Ville, dans le cas où elle
voudrait aller au bal sans lui. Et madame de Mailly, ainsi qu'elle le
racontait au duc de Luynes, était obligée de se démasquer, de renvoyer
sa chaise, de se coucher.]

[144: _Mémoires du duc de Luynes_, t. II et III.]

[145: _Mémoires du marquis d'Argenson_. Édition Renouard, t. I.--Madame
de Mailly avouera plus tard qu'elle avait cédé à des besoins d'argent,
qu'elle n'aimait pas le Roi, et que l'amour ne s'était déclaré chez elle
qu'au bout de quelques années.]

[146: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, t. I.]

[147: _Mémoires de d'Argenson_, t. II.]

[148: Guérapin de Vauréal, petit-fils d'un mercier qui avait acheté une
charge d'auditeur des comptes, possesseur d'une très-jolie figure et
entré dans les ordres, débutait par être surpris en conversation
criminelle à Marly avec la comtesse de Poitiers, dame d'honneur de la
duchesse d'Orléans, ce qui le faisait surnommer _coadjuteur de
Poitiers_. Il était aimé ensuite par la marquise de Villars et la
duchesse de Gontaut, dont la jalousie à son sujet éclata dans des
chansons où les deux rivales se dirent toutes les méchancetés
possibles.]

[149: On voit, pendant ce temps, Mademoiselle se faire la garde-malade
de madame de Mailly. La maîtresse a-t-elle un rhume, est-elle obligée de
garder le lit? Mademoiselle passe chez elle toutes les après-midi, et se
fait apporter dans sa chambre son souper.]

[150: «On dit que le sujet de la brouillerie de M. le Cardinal,--c'est
Barbier qui parle,--vient de ce que Mademoiselle avait tant pressé et
tourmenté le Roi pour renvoyer M. Amelot et pour donner la place de
secrétaire d'État à M. de Vauréal, évêque de Rennes, que le Roi lui en
avait donné sa parole. Il faut observer que le public critique donne ce
Monseigneur pour amant à cette princesse et que c'était bien là le plus
court chemin pour obtenir un chapeau de la cour de Rome et pour
prétendre à la place de premier ministre. M. le cardinal de Fleury,
instruit du fait, alla trouver le Roi, se déchaîna contre la princesse,
lui remontra que cela était non-seulement contraire à ses intérêts, mais
scandaleux. Le Roi lui répondit qu'il avait donné sa parole et qu'il le
voulait. Sur cela le Cardinal prit congé du Roi et donna ordre à toute
sa maison de partir sur le champ pour Issy. M. le duc d'Orléans a pris
parti dans cette affaire et, avec l'autorité de la religion, a fait
entendre au Roi que de pareilles paroles ne l'engageaient en rien. Il
l'a déterminé à n'en rien faire; et il a engagé, d'un autre côté, le
Cardinal à revenir prendre sa place à Versailles, de sorte que
Mademoiselle piquée au cœur ne voulait point aller à Fontainebleau.»]

[151: _Mémoires de d'Argenson_. Édition Renouard, t. II.]

[152: Les amours du Cardinal consistaient en une liaison sans doute
très-chaste, mais très-intime et très-suivie avec madame de Lévis, qu'on
savait souvent dîner en tête-à-tête avec le vieux Fleury dans une maison
de campagne à Vaugirard. C'était cette madame de Lévis, un esprit sage
et éclairé, capable d'entrer dans les plus grandes affaires et d'un
secret impénétrable. L'homme d'église consultait cette femme supérieure
pour le maniement et la cuisine des plus délicates choses du
gouvernement laïque d'une monarchie toujours gouvernée par une
favorite.]

[153: C'est encore madame de Mailly qui disait un jour au Roi auquel
elle demandait une grâce et qui répondait qu'il en parlerait au
Cardinal: «_Ne vous déferez-vous jamais de ce tic?_»]

[154: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, par Soulavie, t. V.]

[155: Récit fait par madame de Flavacourt à Soulavie. (_Mémoires
historiques et politiques du règne de Louis XVI_, par Soulavie, Paris
1801, t. I).]

[156: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, t. V.]

[157: «Elle avait de l'esprit, mais aussi brut qu'elle l'avoit reçu de
la nature, sans éducation, sans acquit, sans connoissance.» (_Mémoires
du duc de Luynes_, t. VII. Petite notice sur la Vintimille, page 102.)]

[158: Le duc de Luynes écrit à la date du 26 décembre 1738:
«_Versailles_.--Mademoiselle de Nesle est ici depuis quelques jours
c'est madame de Mailly qui en prend soin.»]

[159: Le duc de Luynes dit: «Madame de Mailly ne voit que mademoiselle
de Nesle de toutes ses sœurs, les trois autres sont toujours chez madame
de Mazarin.» Il n'y avait chez madame de Mazarin que madame de
Flavacourt et madame de la Tournelle; la troisième sœur, appelée
Montcarvel, mariée plus tard a M. de Lauraguais, demeurait chez madame
de Lesdiguières.]

[160: La brouille était complète entre la nièce et la tante. Voici ce
que raconte de Luynes à propos du voyage de Marly de mai 1739: «Le jour
que l'on arriva, M. d'Aumont, qui avait fait la liste du souper, y avoit
mis madame de Mailly et madame de Mazarin. Madame de Mailly ayant lu la
liste, dit à M. d'Aumont d'ôter ou l'une ou l'autre, parce qu'elles ne
soupoient point ensemble. La liste étoit montrée à madame de Mazarin
avertie; cela embarrassa beaucoup M. d'Aumont; cependant il prit son
parti d'aller dire à madame de Mazarin que c'étoit un malentendu, et
qu'elle n'étoit point du souper.» (_Mémoires du duc de Luynes_, t. II.)]

[161: _Mémoires du duc de Luynes_, t. X.]

[162: _Mémoires du duc de Luynes_, t. X.--Ce récit donné par de Luynes
est contredit par lui-même écrivant, à la date du vendredi 19 juin 1739,
que mademoiselle de Nesle loge chez Mademoiselle qui lui fait
continuellement des cadeaux.]

[163: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, t. V.--Elle était laide,
dit un contemporain cité par de Luynes, d'une de ces laideurs qui
impriment plus la crainte que le mépris; sa taille était gigantesque,
son regard rude et hardi... Soulavie, qui eut de madame de Flavacourt,
morte seulement en l'an VII de la République, de curieux renseignements
sur ses sœurs, dit, et ce sont les expressions de madame de Flavacourt:
«Elle avait la _figure d'un grenadier, le col d'une grue, une odeur de
singe_.» Le mari de madame de Vintimille n'appelait sa femme que «mon
petit bouc», disant que c'était un diable dans le corps d'un bouc.]

[164: Donnons la parole à l'anonyme cité par le duc de Luynes qui,
contre toute vraisemblance et tous les témoignages historiques, cherche
à montrer dans l'intimité du Roi et de mademoiselle de Nesle une passion
platonique: «Elle ne connoissoit de devoirs que ceux qu'elle devoit au
Roi et à sa sœur. Mademoiselle, qui avoit le plus contribué à son
mariage et dont le motif étoit de s'en faire une créature et un moyen de
plus pour parvenir à gouverner, s'aperçut bientôt qu'elle s'étoit
lourdement trompée. Au lieu d'y trouver l'utilité qu'elle cherchoit,
elle n'y trouvoit qu'une barrière insurmontable. Madame de Mailly n'eut
plus le même besoin d'elle depuis qu'elle eut sa sœur. Cette princesse
fut si irritée, qu'elle résolut de perdre madame de Vintimille en la
rendant suspecte à sa sœur, et voici comment elle s'y prit: La
Vintimille, comme je l'ai dit, étoit d'une assiduité extrême à faire sa
cour au Roi; le Roi la traitoit avec toute la distinction imaginable, il
l'écoutoit avec attention lorsqu'elle parloit, il étudioit ses regards
lorsqu'il avoit parlé, enfin tout ce qu'un langage muet peut faire
découvrir d'estime, de considération et de goût apprenoit à madame de
Vintimille le cas qu'il faisoit d'elle et l'amitié qu'il avoit pour
elle. Elle en fut flattée beaucoup moins par vanité, dont elle n'étoit
pas extrêmement susceptible, que par la reconnoissance, qui produisit
bientôt en elle des sentiments plus vifs. Il est sûr qu'elle prit une
grande passion pour le Roi; il est vraisemblable que le Roi s'en
aperçut, mais il est certain qu'elle ne songea jamais à nuire à sa sœur,
et la conduite du Roi et d'elle a bien prouvé qu'elle ne l'auroit jamais
supplantée, mais qu'elle auroit pu lui succéder si le Roi avoit perdu
madame de Mailly, soit par la mort, soit par une retraite. Le Roi,
fidèle à madame de Mailly, jouissoit de l'esprit de madame de
Vintimille; il voyoit avec plaisir que madame de Mailly ne parloit que
d'après elle; il étoit convaincu que madame de Vintimille l'adoroit,
qu'elle ne vouloit que sa gloire et qu'elle étoit assez éclairée pour
bien connoître les moyens de la lui procurer; il y a toute apparence
qu'il se promettoit de lui donner toute sa confiance après la mort du
Cardinal.»]

[165: Au mois de décembre 1739, madame de Mailly se fâchait toute rouge
au sujet d'un voyage du Roi à la Muette, une semaine qu'elle était de
service auprès de la Reine. Il y avait déjà eu précédemment, à propos
d'un voyage à Choisi, une petite brouille entre le Roi et la maîtresse
qui avait déclaré que si le Roi ne voulait pas la mener, elle
demanderait la permission à la Reine, et arriverait tout à coup à
Choisi.]

[166: Un jour que madame de Mailly soutenait qu'elle était plus blanche
et moins sèche que sa sœur, le Roi lui dit brusquement: «Ne pariez pas,
vous perdriez!»]

[167: _Mémoires du duc de Luynes_, t. II.]

[168: _Ibid._, t. III.]

[169: _Ibid._, t. III.]

[170: Une correspondance manuscrite de Dubuisson, citée par M. Rahery,
dit: «J'ajoute à ce qui regarde mademoiselle de Nesle, que Mgr
l'archevêque de Paris lui a fait présent de 25,000 fr. en bijoux, qu'il
était du dîner de noce, que Mademoiselle en a fait le souper et que
c'est elle et le Roi qui ont donné la chemise aux nouveaux mariés.»]

[171: Le dimanche suivant avait lieu la présentation par Mademoiselle à
la Reine de madame de Vintimille entourée de mesdames de Mailly et de la
Tournelle ses sœurs, qui tour à tour avaient pris, prenaient ou allaient
prendre à Marie Leczinska le cœur du Roi. La Reine accueillait ce monde
avec une froideur marquée.]

[172: Le mari qu'avait épousé mademoiselle de Nesle était une espèce de
jeune cynique et de fou méchant, qui, tout en trouvant agréable d'être
des soupers des petits appartements et d'user des chevaux du Roi,
parlait de son mariage avec le plus sanglant des mépris, ne ménageait ni
sa femme, ni sa belle-sœur, ni le Roi même, s'attirant la risée des
honnêtes gens, les brusqueries de sa belle-sœur, l'aversion de sa femme
qu'elle étendait bientôt à toute la famille et qui lui faisait refuser,
lorsqu'elle accoucha, une magnifique layette envoyée par l'archevêque de
Paris.]

[173: Le duc de Luynes écrit à la date du 4 janvier 1740.--_Versailles_.
Madame de Vintimille nous montra hier une boîte d'or incrustée que le
Roi lui a donnée pour ses étrennes; ce fut le jeudi, veille du jour de
l'an. Le Roi lui fit beaucoup de questions, si on lui avoit jamais donné
des étrennes, si elle vouloit qu'il lui en donnât, après quoi on se mit
à table, et le Roi, pendant le souper, donna à M. le duc de Villeroy la
tabatière qu'il remit sur-le-champ à madame de Vintimille. Elle est la
seule à qui le Roi ait donné des étrennes.]

[174: On disait que madame de Mailly étant stérile et ne pouvant avoir
d'enfant du Roi, lui avait livré sa sœur pour en avoir de lui afin de se
l'attacher par cette progéniture, à l'exemple de Sara donnant Agar à
Abraham.]

[175: Le duc de Luynes, assistant à un souper du Roi chez la comtesse de
Toulouse, était frappé du sérieux, de la froideur de la maîtresse, qui à
la fin cependant badinait avec un étui à cure-dents d'ivoire que le Roi
avait tourné et qu'il lui avait donné.]

[176: _Mémoires du duc de Luynes_, t. III.]

[177: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, t. III.]

[178: Mademoiselle de Charolais écartée, la maréchale d'Estrées devenait
la compagne habituelle de mesdames de Vintimille et de Mailly. Cette
vieille femme, qui joue un assez triste rôle, plaisait par un fonds de
gaieté naturelle, un esprit plaisant, une conversation badine et
voltigeante.]

[179: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, t. III.--Quand cette
princesse mourait au mois d'août 1741, un mois avant la mort de madame
de Vintimille, la cour témoigna une grande indifférence pour la fin
brusque de cette princesse de quarante-quatre ans.]

[180: Il y avait un autre petit fait passé au mois de février dernier
qui montrait déjà la connaissance que l'on avait de l'autorité de madame
de Vintimille sur la pensée du Roi. Sylva le médecin, à la suite de
bruits et de propos survenus après la mort de M. le Duc qu'il avait
soigné, écrivait à madame de Vintimille une lettre pour la prier de
combattre les préventions qui pouvaient exister dans l'esprit du Roi.]

[181: Au mois de juin suivant avait lieu la réception du nouveau duc de
Gramont comme colonel du régiment des gardes. Le régiment sous les
armes, massé en bataillon carré sur la grande place entre les écuries et
le château, le Roi à cheval, suivi du duc de Gramont en uniforme et à
pied, s'avançait à sa rencontre, s'arrêtant à trente pas. Les officiers
faisaient cercle autour du Roi, les tambours derrière. Alors le Roi
prononçait la formule d'usage: «Vous reconnaîtrez M. le duc de Gramont
pour colonel de mes gardes, et vous lui obéirez en ce qu'il vous
commandera pour mon service.» Aussitôt les tambours de battre, les
officiers de reprendre leurs postes, le Roi de se porter sur la droite,
du coté des Récollets. Puis le régiment se mettait en marche pour Paris
par compagnie, le duc de Gramont à la tête de la compagnie-colonelle,
saluant le Roi au passage, et venant prendre place aux côtés de Sa
Majesté. Mesdames de Vintimille et de Mailly assistaient à la réception
dans le carrosse de madame de Gramont.]

[182: Le duc de la Trémoille, qui serait d'après quelques bibliographes
l'auteur d'_Angola_, est une figure singulière et restée dans l'ombre.
Accusé de goûts contre nature dans sa jeunesse, il meurt victime de son
dévouement conjugal: s'étant enfermé avec la duchesse attaquée de la
petite vérole, il périssait de cette maladie à laquelle sa femme
échappait. Entré à la fin de 1737 avec plusieurs jeunes seigneurs et
madame de Mailly dans la conspiration des _Mirmidons_,--celle des
_Marmousets_ est de 1732,--conspiration qui avait pour but de remettre
en place Chauvelin, il priait le Roi, la mine éventée, de ne point le
nommer au Cardinal. Le Roi ayant manqué à sa parole, le duc lui faisait
les plus vifs reproches, le priait de le rayer du nombre de ses
familiers, lui disant en propres termes: «qu'il ne pouvait plus être son
ami,» et, se renfermant strictement dans les fonctions de gentilhomme de
la Chambre, cessait de fréquenter les petits appartements.]

[183: Le Roi ayant appris la nouvelle de la mort de M. de la Trémoille
pendant son souper, on avait remarqué qu'au sortir de table, madame de
Mailly avait fait parler M. de Luxembourg au Roi.]

[184: Dans une audience qu'avait eue précédemment madame de la
Trémoille, le Cardinal, sollicité par elle, lui avait répondu sèchement
qu'il ne se mêlait point de ces sortes de grâces.]

[185: Madame de Vintimille se rendait compte de la situation en un
moment. Elle n'était point encore assurée de sa toute-puissance sur la
débile volonté du Roi, le Cardinal était bien vieux et ne pouvait guère
vivre encore longtemps; la femme politique trouvait plus prudent
d'attendre que de risquer sa fortune sur un coup de cartes douteux.]

[186: La lettre de madame de Vintimille envoyée au Roi dans la
nuit,--Louis XV se couchait cette nuit-là à deux heures et demie,
quoiqu'il dût se coucher de bonne heure à cause de la procession du
lendemain,--la lettre envoyée la nuit ou le matin de très-bonne heure,
faisait brûler, au dire de Soulavie, le billet déjà écrit par lequel le
Roi acceptait la retraite du cardinal de Fleury.]

[187: Ce matin, le duc de Luynes qui se rendait à la toilette de madame
de Mailly, était frappé du sérieux de la maîtresse, de la tristesse du
duc de Luxembourg.]

[188: «Ah! me voilà compromis avec tous les princes du sang,» répétait à
tout moment le Cardinal, qui craignait pour l'avenir l'hostilité de la
maison d'Orléans qui avait appuyé en dernier lieu et très-chaudement la
candidature du petit la Trémoille.]

[189: Récit d'un anonyme donné par le duc de Luynes. _Mémoires du duc de
Luynes_, t. X.--_Ibid_., t. III.]

[190: Sur la réputation de l'homme de guerre nous ne pouvons mieux faire
que de citer la lettre écrite par Frédéric au cardinal de Fleury et que
donne le duc de Luynes.

_Lettre du Roi de Prusse à M. le cardinal de Fleury:_

     «Berlin, le 20 décembre 1741.

     Monsieur mon cousin,

L'attachement pour la France, le zèle pour votre gloire, et l'affection
pour la gloire de la cause commune m'obligent aujourd'hui de vous écrire
pour vous prier, par les motifs les plus pressants, de rendre M. de
Belle-Isle à l'armée de Bohême, comme l'homme le plus capable du métier
de la guerre, le plus conciliateur, et le plus susceptible de la
confiance des princes d'Allemagne, que vous ayez actuellement. Vous ne
sauriez croire (n'étant pas sur les lieux) quels poids M. de Belle-Isle
donne aux affaires du Roi votre maître en Allemagne, tant par rapport à
vos alliés (qui ont mis tous leur confiance en lui) que relativement à
votre armée, chez qui le poids de la réputation de ce grand homme décide
en partie du succès de vos entreprises.

Je le prendrai, moi personnellement, comme une marque des égards et de
l'amitié que le Roi, votre maître, a pour moi, s'il continue le maréchal
de Belle-Isle dans le poste qu'il lui a donné, et je vous le demande à
vous personnellement comme la plus grande marque d'amitié que vous
puissiez me donner.

Tout dépend dans le monde du choix des hommes capables que l'on emploie,
et M. de Belle-Isle peut être compté dans son métier au rang des plus
grands hommes...»

Et Frédéric terminait par ce post-scriptum: «Pour Dieu et pour votre
gloire, délivrez-nous du maréchal de Broglie, et pour l'honneur des
troupes françoises rendez-nous M. le maréchal de Belle-Isle.»]

[191: Il y avait au fond un charlatan chez le maréchal de Belle-Isle. On
se moqua beaucoup de lui lorsque, le 3 mars 1743, arrivant de l'armée,
il se rendit publiquement chez le Roi, soutenu sous les bras par deux
écuyers.]

[192: Le maréchal avait encore en ce temps de corruption la réputation
d'un homme de mœurs pures et qui ne cherchait des distractions que dans
le travail.]

[193: Chronique du règne de Louis XV, 1742-1743, _Revue rétrospective_,
t. IV. 1834.]

[194: Voici la vive et pittoresque et assez méchante biographie que
donne le marquis d'Argenson du duc de Belle-Isle, le 13 février 1731, le
jour où il est nommé maréchal de France: «Le roi de la fête est M. de
Belle-Isle dont on présume de si grandes choses, quoiqu'il n'ait encore
rien fait pour la guerre. Il n'a servi toute la guerre de 1701, que
comme capitaine de dragons. Il eut un bon coup de fusil au siège de
Lille, tout à travers la poitrine; il obtint ensuite une commission de
colonel réformé; pendant la Régence, il fut en faveur. Il eut permission
d'acheter la charge de mestre de camp général des dragons à force
d'argent, ce qui donne rang de brigadier. Il alla comme volontaire à
notre petite guerre d'Espagne, et attrapa quelque chose au talon,
ensuite il commanda de beaux camps de paix. Il s'est montré homme de
cour, homme de cabinet et grand pourvoyeur; homme à vues justes et d'un
grand travail. Il a un frère sensé et pesant: sans ce frère il serait un
fol; sans lui son frère (le chevalier de Belle-Isle) serait un homme
ordinaire. À notre guerre de 1733, il a commandé la petite armée de
Moselle, et chacun a été charmé d'y être, d'autant qu'on y était bien
pourvu de tout et qu'on n'y voyait pas l'ennemi. Il prit Trabarch en
pétardant, il parut à Philisbourg à deux tranchées et y hasarda
l'attaque d'un ouvrage qui n'était pas mûr, mais qui réussit par
bonheur. Enfin commandant dans les évêchés, lieutenant-général, cordon
bleu, neveu de feu madame de Lévy, la bonne amie du cardinal, nommé
plénipotentiaire à Francfort, on vient de lui donner le bâton de
maréchal à l'âge de cinquante-quatre ans.]

[195: _Mémoires du comte de Maurepas_. Buisson, 1792, t. IV.]

[196: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, t. III.]

[197: D'Argenson dit que, quoique madame de Vintimille fut demeurée
toujours fidèle à ses engagements avec le parti Chauvelin, elle lui
donnait bien du mal avec son naturel emporté et indépendant.]

[198: _Mémoires du comte de Maurepas_. Paris, Buisson, 1792, t. III.--Le
nom du ministre et de sa femme sont mêlés à nombre de sales affaires
d'argent. Dans la vente d'un rubis du Roi, madame Chauvelin fut accusée
d'avoir stipulé et reçu de Ganners, le lapidaire, des étrennes de
diamants. Une accusation plus grave fut celle relative à la vente d'une
cuirasse de diamants donnée par Mahomet II à François Ier que le mari et
la femme vendaient à des marchands 600.000 livres, en en retenant pour
eux 150,000.]

[199: _Mémoires du marquis d'Argenson_, édition Renouard, t. I.]

[200: Papiers de l'abbé Cherier. Bibliothèque de l'Arsenal. Manuscrits.]

[201: Narbonne le commissaire de police raconte en ces termes l'exil de
Chauvelin le mercredi 20 février 1737. Maurepas, secrétaire de la Maison
du Roi et ministre de la Marine, se rendait chez Chauvelin à six heures
du matin et lui redemandait les sceaux au nom du Roi. Chauvelin entrait
dans la chambre de sa femme et lui disait: «Ah! Madame, l'apostume est
crevé, le Roi m'exile à Gros-Bois. Vous viendrez me rejoindre quand il
vous plaira.» Et il partait sous la garde de cinquante mousquetaires. Au
mois de juin il était transféré de Gros-Bois à Bourges. Soulavie donne
la lettre suivante que je croirais apocryphe comme une lettre écrite par
le Cardinal à Chauvelin après sa disgrâce:

«Les liaisons qui ont subsisté entre vous et moi, Monsieur, m'engagent à
vous donner des marques de mon souvenir dans le malheur qui vient de
vous arriver. Je ne puis que vous plaindre de vous être attiré
l'indignation du Roi, mais faites réflexion à votre conduite.

«Le Roi vous honoroit de ses bontés, vous en avez mésusé au point de
rompre les mesures que Sa Majesté prenoit pour l'affermissement de la
paix de l'Europe et la tranquillité de ses peuples. Vous savez avec
quelle ouverture de cœur je me suis toujours comporté à votre égard;
malgré tout cela, vous trompiez ma confiance de la manière la moins
permise; rappelez-vous, Monsieur, ce que je vous ai dit des premiers
avis, que j'eus de certaines intelligences; la manière dont je vous en
parlai me donnoit lieu d'espérer que la suite répareroit les premières
démarches; si j'avois seul à me plaindre de vous, j'y serois moins
sensible, mais le bien et le repos de l'État y étoient trop intéressés
et dès lors je ne pouvois être indifférent. Vous avez manqué au Roi, au
peuple et à vous-même; ce sont de tristes vérités à vous dire...»]

[202: Il semble que, tout exilé qu'il était, Chauvelin correspondait
avec le Roi.]

[203: Mémoires du marquis d'Argenson, t. II.]

[204: _Choisi-Mademoiselle_, qui avait appartenu à mademoiselle de
Montpensier avait été vendu par le duc de Villeroy à madame la princesse
de Conti, il était acheté à son héritier, le duc de la Vallière, en
1739, et prenait le nom de Choisi-le-Roi. Ce château était célèbre par
sa terrasse sur la rivière et par les huit grands morceaux de sculpture
d'après l'antique de ses jardins, exécutés par Anguier pour le
surintendant Fouquet.]

[205: Choisi devenait la maison favorite pour les petits soupers. Et
l'on voyait souvent sortir à la nuit, d'un pavillon de Marly, madame de
Mailly en chaise de poste, gagnant Choisi, escortée de porte-flambeaux
et de deux pages de l'écurie du Roi.]

[206: _Mémoires secrets sur l'histoire de Perse_, 1749.--_Vie privée de
Louis XV_, 1785, t. II.--Louis XV créa a Choisi le _petit château_, où
le service des valets était remplacé par des mécanismes, des
_confidentes_ et des _servantes_. Il y construisit aussi un théâtre sur
lequel on ne joua guère qu'une fois. C'était la pièce de Boursault,
_Ésope à la cour_, où un courtisan reproche au Roi de se griser. Le Roi
crut voir, dans le choix de cette pièce, une leçon que la Reine lui
avait fait faire par le gentilhomme de la chambre sur le goût du
champagne que lui avait donné madame de Mailly, et montra de l'humeur.]

[207: _Mémoires du duc de Luynes_, t. III.]

[208: _Ibid._, t. III.]

[209: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, t. III.]

[210: _Mémoires du marquis d'Argenson_, édition Renouard, t.
III.--Madame de Vintimille a le franc parler avec tous et sur tous plus
naturellement libre et oseur que sa sœur, qui ne le trouve, ce franc
parler, que sous une pointe de vin, ou sous l'excitation de la mauvaise
humeur. Au mois de juillet 1740, la cour s'était émue d'une conversation
fort vive de madame de Vintimille avec le comte de Clermont, qui était
pourtant l'ami intime des deux sœurs, où elle lui avait dit
très-librement et très-ouvertement sa pensée sur la querelle des
légitimés et des princes du sang, lui donnant absolument tort dans cette
affaire.]

[211: _Mémoires du duc de Luynes_, t. III.]

[212: Le duc d'Ayen, au dire du mari, dire confirmé par d'Argenson,
était devenu l'amant de madame de Vintimille. Le fait est-il vrai? Je
n'en sais rien, mais, quoi qu'il en soit, il est incontestable que le
duc d'Ayen vivait dans l'intimité la plus grande avec la favorite. Et un
jour qu'il questionnait le Cardinal sur les voyages du Roi, le vieux
Fleury lui disait narquoisement: «Eh! Monsieur, vous avez des amies qui
le savent bien mieux que moi,» faisant allusion à madame de Vintimille.]

[213: _Mémoires du marquis d'Argenson_, t. III.]

[214: Quelques-uns remarquèrent chez madame de Vintimille comme une
fatigue et un dégoût de la vie, et l'on dit qu'elle mourut sans montrer
grand regret.]

[215: Le propos fut tenu, dit le duc de Luynes, devant dix à douze
personnes.--L'anonyme cité par le duc de Luynes dans son volume Xe dit:
«Sa maladie alarma ses amis; elle paroissoit plongée dans la plus
profonde tristesse, et elle ne se prêtoit à rien de tout ce qu'on
vouloit lui faire pour sa guérison. Le Roi parut véritablement affligé
et dans une grande occupation d'elle; lui seul pouvoit la déterminer à
suivre les ordonnances des médecins, et on avoit lieu de juger que
madame de Vintimille se plaisoit à faire durer un état qui lui donnoit
occasion de connoître chaque jour l'amitié du Roi pour elle.» Le marquis
d'Argenson raconte que, madame de Vintimille ne voulant rien prendre de
ce qui lui était ordonné, le Roi était obligé de se mettre a genoux
devant son lit pour l'engager à se soigner.]

[216: «M. de Vintimille, dit l'anonyme cité par M. de Luynes, avoit
augmenté tous les jours d'indécence et de folie, il n'y avoit point
d'horreurs qu'il ne dît de sa femme; les détails les plus dégoûtants
étoient pour l'ordinaire le sujet de ses conversations à table devant
tous les valets. Il racontoit publiquement qu'il avoit surpris sa femme
prenant de force le petit Coigny. Il en revint assez à madame de
Vintimille pour fortifier la haine qu'elle avoit déjà pour lui, elle ne
voulut plus vivre avec lui comme sa femme, elle fit lit à part.
Cependant la famille de M. de Vintimille désiroit passionnément qu'elle
eût un enfant. J'ignore ce qui la détermina à encourir le risque, mais
au retour de Fontainebleau 1740, elle coucha avec son mari et devint
grosse. Le premier mouvement de M. de Vintimille quand il l'apprit fut
une joie extrême,... mais soit par de mauvais conseils, soit par un
accès de folie inouïe, il changea de ton quelques jours après, et dit
publiquement qu'il n'avoit aucune part à cette grossesse, que c'étoit
l'ouvrage de M. d'Ayen, de M. de Forcalquier, ou du Roi...» L’anonyme
ajoute que l'entrevue ne fut pas longue entre le mari et sa femme.
L'enfant dont madame de Vintimille accouchoit fut le petit comte de Luc,
appelé par ses camarades de collège le _demi-Louis_, que madame de
Pompadour songea plus tard à marier avec sa fille Alexandrine.]

[217: L'appartement de M. de Fleury n'était point encore libre, et
madame de Vintimille avait été installée dans l'appartement du cardinal
de Rohan, alors absent de Versailles.]

[218: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, t. V.]

[219: Madame de Vintimille mourait ainsi que mourra sa sœur, la duchesse
de Châteauroux, persuadée qu'elle était empoisonnée, et Soulavie aura
toutes les peines du monde à cinquante ans de là à faire revenir madame
de Flavacourt sur l'idée que sa mort n'était pas naturelle et qu'elle
avait été empoisonnée par Maurepas.]

[220: C'est un fait affirmé par Soulavie, mais que je ne retrouve pas
dans de Luynes, dont Soulavie avait eu en communication le manuscrit et
avec lequel il a fait tout son récit de la mort de madame de Vintimille
qui se trouve dans le volume 5e des _Mémoires du maréchal duc de
Richelieu_.]

[221: L'anonyme cité par de Luynes assure que madame de Vintimille
succomba à un érésypèle laiteux. D'Argenson attribue sa mort à une
_fièvre miliaire_, maladie commune en Piémont, mais presque inconnue
alors en France. De Luynes dans son journal donne un détail curieux: «On
lui a trouvé une petite boule de sang qui commençoit même à toucher au
cerveau; madame d'Antin m'a dit qu'elle l'avoit entendue se plaindre
depuis sa grossesse, qu'elle sentoit cette boule étant en carrosse. Elle
m'a ajouté que madame de Vintimille, avant d'être mariée même, sentoit
cette boule.»--C'étoit une veine dilatée qui avoit fait un petit
enfoncement dans le cerveau, ce qui lui paroissoit être une petite
boule. (_Note postérieure du duc de Luynes._)]

[222: _Mémoires du marquis d'Argenson_, édition Jannet, t. II.--Le Roi
avait exprimé le désir qu'on fît un portrait peint et un buste de madame
de Vintimille.]

[223: _Mémoires du duc de Luynes_, t. III.--_Mémoires du maréchal duc de
Richelieu_, par Soulavie, t. V.--D'Argenson dit: «Il est arrivé des
horreurs à son cadavre... On la transporta morte avec un simple linceul
sur le corps, du château à l'hôtel de Villeroy, et là ses domestiques la
laissèrent et allèrent boire comme cela arrive souvent; le peuple monta
et s'en saisit, on lui jeta des pétards... on fit toutes sortes
d'indignes traitements à son vilain corps.»]

[224: On vit, pendant tout le XVIIIe siècle, un curieux _ex-voto_ à
l'église Saint-Leu; c'était un _ex-voto_ représentant Louis XV âgé de
six ans, avec derrière lui sa gouvernante madame de Ventadour,
agenouillé devant Saint-Leu et lui demandant d'être guéri de la peur, de
cette peur qui plus tard se changea en cette extrême timidité qui
inspirait au Roi à la vue de tout visage nouveau, une sensation
inquiétante. (_Tableau de Paris_, par Mercier, t. IX.)]

[225: Un jour c'était les nœuds, un autre jour la tapisserie. Le goût de
la tapisserie prenait au Roi comme une envie de femme grosse, et le
courrier qui allait à Paris chercher le métier, les laines, les
aiguilles, ne mettait que deux heures un quart pour aller et venir.]

[226: _Mémoires du marquis d'Argenson_, édition Renouard, t. III.]

[227: Ces deux lettres, avec trois autres que je donne à l'Appendice,
sont adressées par madame de Vintimille à madame du Deffand. Elles ont
été publiées en 1809 dans la _Correspondance inédite de madame du
Deffand_, parue chez Collin. Depuis, elles ont été republiées par M. de
Lescure dans la _Correspondance complète de la marquise du Deffand_.
Plon, 1865.]

[228: M. de Rupelmonde, maréchal de camp, dont la femme était dame du
palais de la Reine.]

[229: La chasse est la grande distraction de Fontainebleau et souvent
les deux sœurs accompagnaient le Roi courant le cerf. L'année suivante,
dans le mois d'octobre, mesdames de Vintimille et de Mailly, suivant la
chasse en calèche avec M. de Luxembourg, pensaient périr. Dans un
passage du _Long Rocher_, une roche ayant soulevé une roue de la
voiture, la calèche aurait été précipitée en bas, si l'on n'avait eu le
temps de couper les guides d'un cheval.]

[230: Propriété de la comtesse de Toulouse où le Roi allait quelquefois
souper en compagnie des deux sœurs. Le duc de Luynes dit, à la date du
21 octobre 1739: «Le Roi a monté en calèche avec Mademoiselle,
mademoiselle de Clermont, mesdames de Mailly, de Vintimille et de
Chalais; Sa Majesté est allée souper à la Rivière... c'est la seconde
fois qu'il y va souper.»]

[231: Sauf madame de Vintimille dont ces lettres annoncent un goût des
lettres et des lettrés, les demoiselles de Nesle sont d'aimables et
moqueuses grandes dames très-indifférentes aux choses de l'esprit. Il
n'y a pas la moindre trace, pendant leur règne, d'un rien de cette
protection amie, donnée plus tard par madame de Pompadour aux hommes de
génie et de talent de son temps. Madame de Mailly fait une démarche pour
obtenir le privilège du Mercure à Fuzelier, va voir dans l'atelier de
Lemoyne le buste de Louis XV, et c'est tout. Madame de la Tournelle, si
maltraitée dans le «Mémoire pour servir à l'histoire de sa vie» par
Voltaire qui lui impute l'oubli dans lequel l'a laissé la cour, madame
de la Tournelle et madame de Lauraguais, n'useront de leur crédit en
faveur des artistes pas plus que madame de Mailly. On ne voit les deux
sœurs montrer de la chaleur qu'une seule fois; c'est à propos de la
réception de la Clairon, mais ce jour-là, leur sollicitation fut si vive
que M. de Gesvres voulut donner sa démission et resta depuis longtemps
brouillé avec madame de Lauraguais.]

[232: Madame de Mailly qui, dans les derniers jours de la maladie de sa
sœur, couchait chez la maréchale d'Estrées, pour donner son appartement
à Sylva, restait dans son lit jusqu'à une heure de l'après-midi, fondant
en larmes et ne voyant que ses intimes. À une heure, sur un mot que
venait lui dire le duc de Villeroy, elle se levait, montait dans sa
chaise, se rendait chez la comtesse de Toulouse qui n'était point encore
arrivée, et se recouchait dans la niche de la comtesse jusqu'à l'arrivée
du Roi.]

[233: Propriété aux environs de Rambouillet, appartenant à la comtesse
de Toulouse.]

[234: Le marquis d'Argenson, qui voyait le Roi le 14 décembre,
remarquait qu'il avait les yeux rouges.]

[235: _Mémoires du duc de Luynes_, t. III.]

[236: Dans un de ses séjours à Versailles, le Roi étant en train de
souper à son petit couvert, arrivait, avec sa figure joviale, le mari de
la Vintimille, qui faisait la révérence à plusieurs personnes de sa
connaissance avec un air extraordinaire de gaieté. Le Roi rougissait et
sortait de table brusquement.]

[237: Louis XV, dit Narbonne, touchait les écrouelles la veille des
quatre fêtes solennelles jusqu'en l'année 1737. Il imposait les mains
sur le visage des malades, les promenant du front au menton et de la
joue droite à la joue gauche disant: «Dieu te guérisse, le Roi te
touche.» L'aumônier donnait à chaque malade une pièce de 24 sols.]

[238: _Mémoires du marquis d'Argenson_, t. III.--_Mémoires du duc de
Luynes_, t. IV.]

[239: _Mémoires du marquis d'Argenson_, t. III--Le marquis dit que
madame de Mailly avait toujours un portrait de sa sœur sous les yeux.]

[240: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.]

[241: _Mémoires du duc de Luynes_, t. III et IV.--Le duc raconte que
madame de Mailly lui montrait au mois de mai une liste de repas faits à
Fontainebleau, dans le mois d'avril précédent, et où le Roi avait été
obligé d'admettre des gens de la cour à sa table, une liste contenant
trente-cinq repas, sur lesquels il y en avait eu plusieurs de douze et
de quinze personnes, et dont le total ne montait qu'à 2,819 liv. Le duc
ajoutait qu'avec un tout autre homme que Moutiers la note se serait
élevée à 10 ou à 12,000 liv.]

[242: Le Roi devenait d'un rigorisme extrême pour les pratiques de la
religion. Pendant le carême de 1742, le duc d'Ayen, souffrant, ne
soupait presque pas dans le petit appartement à cause qu'il faisait
gras. Un jour cependant, emmené par le Roi à la chasse où il se trouvait
mal, et ramené pour souper, madame de Mailly demandait à Sa Majesté de
vouloir bien permettre à M. d'Ayen de manger un morceau gras. «S'il est
malade, il n'a qu'à le manger là-dedans,» répondait le Roi. Là dessus,
dans un premier mouvement de vivacité, madame de Mailly s'écriait:
«_Cela étant, je m'en vas donc manger un morceau avec lui!_» et se
levait. Le Roi ne céda pas, et M. d'Ayen fut obligé d'aller faire gras
dans une autre chambre.]

[243: Sur la nouvelle de la mort de madame de Vintimille, Mademoiselle,
venue exprès de Paris pour voir madame de Mailly qui était encore chez
elle, n'avait pas été reçue, et n'avait pu parler qu'à une femme de
chambre.]

[244: Mademoiselle a voulu reprendre le rôle de m..., dit d'Argenson,
mais cela lui a mal réussi: elle est allée souper à la Muette, méprisée
de tout le monde, personne ne lui parlant plus, le Roi et la maîtresse
chuchotant contre elle en la regardant.]

[245: Le Roi hésitait beaucoup à retourner dans ce château tout plein
encore du souvenir de madame de Vintimille, et il fallait pour le
décider, que madame de Mailly lui dît que, s'il ne voulait pas y aller,
«ce serait elle toute seule qui irait inspecter ses bâtiments.»]

[246: _Mémoires du duc de Luynes_, t. III.]

[247: D'Argenson accuse le duc d'Ayen de travailler dans les soupers des
petits appartements à détruire la religion du Roi.]

[248: _Mémoires du marquis d'Argenson_, t. III.]

[249: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.]

[250: Le pauvre de Meuse, qui n'obtenait pas la permission de servir,
qui n'était pas fait duc et pair, et qui avait des deux mois de goutte
qui le retenaient dans sa triste chambre de Versailles, était enfin
nommé en mai 1743 gouverneur de Saint-Malo avec la permission de vendre
ou de faire passer sur la tête de son fils le gouvernement de Ribemont
qu'il avait.]

[251: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.]

[252: Lorsque, dans l'éloignement de Condé des affaires et
l'ensevelissement du duc d'Orléans à Sainte-Geneviève, le jeune prince
de Conti voulant jouer un rôle en septembre 1742, partait sans la
permission du Roi pour se rendre à l'armée, et que Louis XV envoyait un
courrier à M. de Maillebois pour mettre aux arrêts le prince à son
arrivée, c'était madame de Mailly à laquelle le prince avait confié son
projet sous le plus grand secret, qui se chargeait d'avoir une entrevue
du Roi à la vieille princesse de Conti. Elle la faisait cacher dans la
loge du concierge de Choisi, elle partait au-devant du Roi qui était à
la chasse, traversait la rivière, arrêtait Louis XV en chemin et le
décidait, à force de prières, à recevoir la mère du prince et à faire
pardonner au jeune homme son escapade. Le prince de Conti demeurait en
relation d'amitié avec la duchesse de Châteauroux, qui plus tard
s'essayait à faire du prince français un Roi de Pologne.]

[253: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, t. IV.]

[254: Madame de Mailly, lorsqu'elle le rencontrait, lui tournait
carrément le dos.]

[255: _Mémoires de d'Argenson_, t. IV.]

[256: _Ibid._, t. III.]

[257: _Mémoires du marquis d'Argenson_, t. IV.]

[258: _Ibid._, t. IV.]

[259: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.]

[260: Le duc de Luynes dit: «Ce duché sera vérifié au parlement comme
celui de Chevreuse, Duras, Lorges, etc.» C'est sur la terre de Gisors
que ce duché est attaché. En même temps l'empereur, en reconnaissance
des services du maréchal, le déclarait prince de l'Empire.

Au mois de septembre, le matin du jour où la maréchale de Belle-lsle
devait prendre son tabouret dans le cabinet du Roi, madame de Mailly
allait la voir le matin, lui disait qu'elle ne devait pas s'embarrasser
de tous les discours qu'on tenait contre le maréchal, qu'il suffisait
que le Maître fût content, que le Roi l'était de M. de Belle-Isle et
n'avait jamais changé; que pour elle, elle avait toujours persisté dans
les mêmes sentiments d'amitié; que l'on avait pu croire qu'ils étaient
diminués parce qu'elle avait cessé de prendre aussi ouvertement son
parti depuis tous les mauvais bruits qui avaient couru dans le public,
mais qu'elle avait cru en cela la servir plus utilement et qu'elle
n'avait jamais cessé de prendre le plus véritable intérêt à ce qui le
regardait.]

[261: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.]

[262: _Mémoires du duc de Richelieu_, t. VI.--_Mémoires du duc de
Luynes_, t. IV.--Le Roi, en remontant dans son appartement, disait à
madame de Mailly: «Madame la comtesse, vous serez bien contente de moi,
car je n'ai cessé de parler à M. de Beauvau pendant mon souper.» Et
madame de Mailly faisait le lendemain une longue visite à la maréchale
de Belle-Isle, l'assurant qu'elle ne devait avoir nulle inquiétude, que
le Roi connaissait l'attachement de M. de Belle-Isle pour sa personne et
ses intérêts, et qu'il était fort content de lui.]

[263: _Mémoires du duc de Luynes_, t. I.]

[264: _Archives nationales_.--Le marquis d'Antin mourait en avril 1741.]

[265: Le duc de Luynes fait remarquer que, quoique madame de Mailly fût
très-impressionnable, très-mobile, elle avait la constance en amitié.]

[266: _Journal de Barbier_, édition Charpentier, t. III.--_Mémoires de
d'Argenson_, édition Renouard, t. III.]

[267: Bachelier, qui en était quelquefois spectateur, disait à
d'Argenson que cette vie avec «l'ennuyée et l'ennuyeuse» madame de
Mailly et le duc d'Ayen et le duc de Noailles qui avaient plus de jargon
que d'esprit, était le comble de l'ennui et le règne de Morphée.]

[268: Il semble même qu'en vieillissant, madame de Mailly ne prenait
plus soin de sa toilette. Le duc de Luynes, parlant de la favorite à un
retour de Choisi, dit: «On ne peut pas être moins parée qu'elle l'étoit;
elle revint à Versailles avec la même robe qu'elle avoit en sortant de
son lit.» Deux ans avant, madame de Mailly arrivant au sermon dans une
robe jaune chamarrée de martre zibeline, avec un petit chaperon de
fleurs jaunes et une aigrette, _dans une toilette de masque_, le Roi
avait dit à la maréchale de Villars: «Je crois que la czarine doit être
mise actuellement comme cela.» Du reste, malgré les louanges que les
contemporains donnent à son art de se mettre, madame de Mailly semble
toujours avoir eu un goût de toilette un peu voyant. Et de Luynes parle
quelque part d'une robe apportée à la favorite à Choisi, d'une robe
faite de plumes de toutes couleurs qui devait être plus originale que
jolie.]

[269: _Fragment des Mémoires de la duchesse de Brancas._--Lettres de
Lauraguais à madame ***. Buisson. 1802.]

[270: Les _Mémoires inédits sur la vie des membres de l'Académie Royale_
disent: «Ce fut la duchesse de Mazarin qui fit naître l'occasion dans
laquelle Nattier produisit ses ouvrages pour la première fois. Elle lui
amena en 1740 ses deux nièces, les belles mesdemoiselles de Nesle,
connues depuis sous les noms de mesdames de Châteauroux et de
Flavacourt, pour les peindre sous les allégories du _Point du jour_ et
du _Silence_. Ces deux tableaux qui sont pour ainsi dire les
chefs-d'œuvre de Nattier, firent tant de bruit à la Cour qu'ils
excitèrent la curiosité de la Reine qui, les ayant vus, fut si frappée
de leur parfaite ressemblance, qu'elle ordonna sur-le-champ à Nattier de
commencer le portrait de madame Henriette.»]

[271: Il était stipulé dans le contrat de mariage en sa faveur 5,000
liv. de douaire, 2,000 liv. d'habitation et 20,000 livres de préciput.]

[272: _Mémoires du duc de Luynes_, t. III.]

[273: Nouvelles manuscrites de novembre 1743 à février 1745.
Bibliothèque nationale. Département des manuscrits. Sup. fr. 13,695 à
13,699, t. III.]

[274: _Fragment des Mémoires de la duchesse de Brancas._ Lettres de
Lauraguais à Madame ***. Buisson, 1802.]

[275: Dans cette affaire madame de Mailly apportait toute la chaleur
qu'elle mettait à obliger ses parents et ses amis, et on l'entendait
dire que si elle n'avait pas demandé ce régiment à M. de Clermont avec
autant d'insistance, M. de la Tournelle ne l'aurait pas eu.]

[276: Le duc de Luynes dit: «Mesdames de Flavacourt et de la Tournelle
ont été présentées le même jour (25 janvier 1739), l'une mariée et
l'autre fille, madame de la Tournelle fut présentée dans le Cabinet du
Roi, et le Roi la salua; madame de Flavacourt, alors mademoiselle de
Mailly, fut présentée chez la Reine, (l'usage étant qu'on ne présente
les filles au Roi que dans l'appartement de la Reine); le Roi ne la
salua pas, ce n'est pas l'usage, lorsque le Roy y vint un moment.»]

[277: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.]

[278: _Fragment des Mémoires de la duchesse de Brancas._ Lettres de
Lauraguais à Madame ***. Paris, 1802.]

[279: _Fragment des Mémoires de madame de Brancas._ Lettres de
Lauraguais à Madame ***. Paris, 1802.]

[280: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, par Soulavie.]

[281: Le marquis d'Argenson indique le mois de novembre 1740, comme
l'époque de la liaison intime de madame de la Tournelle avec le duc
d'Agénois.]

[282: _Fragment des Mémoires de la duchesse de Brancas_.--Lettre de
Lauraguais à Madame ***. Paris, 1802.]

[283: Madame de Mazarin mourait à 54 ans d'une maladie de la gorge
compliquée d'une inflammation d'entrailles.]

[284: D'après d'Argenson, madame de la Tournelle n'était pas dans une
position aussi misérable qu'elle apparaît dans les Mémoires du temps.
Elle avait quarante mille livres de rente tant de la dot constituée par
M. le Duc qui se croyait son père, que de son défunt mari qui lui avait
laissé son bien en mourant, étant en pays de droit écrit.]

[285: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, par Soulavie, t. IV.]

[286: Mémoires du duc de Luynes, t. IV.]

[287: La duchesse de Brancas dit: «Il fut question de lui donner un
appartement, et le duc de Richelieu m'avoua, lorsqu'on en parlait chez
le Roi, avoir dit: Il y en a un qui n'est pas vacant, mais point occupé,
celui de l'évêque de Rennes: je dirai à madame la duchesse de Brancas de
lui écrire que le Roi, espérant qu'il ne refusera pas, l'a donné à
madame de la Tournelle en attendant qu'elle en ait un à elle. Je fus
donc obligée de mander tout cela à l'évêque de Rennes...»]

[288: Voici le récit que fait la duchesse de Brancas de cette demande:
«Outrée de dépit (contre Maurepas), madame de la Tournelle part pour
Versailles, va chez le Cardinal et s'y fait annoncer. Qu'on la prie,
dit-il, d'entrer dans mon cabinet. Il l'y trouve, et plus frappé de sa
figure qu'étonné de sa présence: Eh! mon Dieu, lui dit-il, que
voulez-vous, que voulez-vous de moi, Madame?--Une place de dame du
palais de la Reine, lui répondit-elle.--Hé bien! Madame, lui dit-il, en
la reconduisant, je vous promets d'en parler au Roi. Il prévoyait que le
voyage de madame de la Tournelle à Versailles, et que la visite qu'il en
avait reçue feraient trop de bruit pour la cacher. Dès le soir on en
causait partout. Madame de Mailly ne savait qu'en penser; le Roi ne
savait qu'en dire: le lendemain on parlait encore plus de ce voyage.
Comment! disait-on à madame de Mailly, votre sœur est venue chez le
cardinal et point chez vous? Elle était interdite et le Roi embarrassé.»
Je n'ai point besoin de dire que je crois complètement inexact le récit
de cette demande faite en dehors et en cachette de madame de Mailly. Les
trois sœurs vivent ensemble à Versailles depuis le jour de la mort de
madame de Mazarin, et de Luynes et d'Argenson sont complètement d'accord
pour affirmer la part affectueuse et vaillante que prend madame de
Mailly à faire réussir dès le principe la nomination de mesdames de la
Tournelle et de Flavacourt.]

[289: _Mémoires du marquis d'Argenson_. Édition Renouard, 1865. t. IV.]

[290: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.]

[291: On passait sur la difficulté grande alors de faire monter madame
de la Tournelle dans les carrosses de Roi, son défunt mari n'étant pas
un homme de condition.]

[292: _Mémoires du duc de Luynes_, t. II.]

[293: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.]

[294: _Fragment des Mémoires de la duchesse de Brancas_. Lettres de
Lauraguais à Madame ***. Paris, 1802.]

[295: D'Argenson, parlant de madame de la Tournelle, dit: «Elle a eu
jusqu'à trois affaires: M. de la Trémoille, M. de Soubise, M. d'Agénois.
Le premier la séduisit par ses charmes, M. de Soubise par intérêt et par
vues; elle avait besoin de lui pour que la maison de Rohan et madame de
Tallard s'intéressassent à elle, en vue d'entrer chez la Dauphine; elle
ne lui permit que la petite oie, et elle eut M. d'Agénois pour se
procurer les conseils de M. de Richelieu qui était en partie carrée avec
elle, son cousin le petit d'Agénois et madame de Flavacourt.]

[296: Le Roi, mettant sous les yeux de madame de la Tournelle les
lettres du _fidèle d'Agénois_, lui disait ironiquement: «Ah! le beau
billet qu'a la Châtre, voilà ce que m'envoie la poste!»]

[297: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, par Soulavie, t. VI.]

[298: Lettre autographe inédite de la duchesse de Châteauroux (madame de
la Tournelle). Les lettres autographes de la duchesse de Châteauroux que
nous avons publiées ici pour la première fois, dans les _Maîtresses de
Louis XV_, lettres si curieuses non point seulement pour la biographie
de la maîtresse, mais pour l'histoire du règne de Louis XV sont
conservées à la Bibliothèque de Rouen et proviennent de la collection
Leber, où elles étaient cataloguées sous le titre de: _Lettres
autographes secrètes et galantes de la duchesse de Châteauroux et de
Louis XV au duc de Richelieu_.

Quelques-unes de ces lettres de madame de Châteauroux portent ses armes,
les trois maillets des Mailly-Nesle, et les trois tours du duché de
Châteauroux sous le manteau ducal; l'une a pour cachet une tête de
Socrate. Presque toutes sont écrites sur un papier de Hollande
très-glacé dont le filagramme porte pour devise _Pro patria_ ou _Hony
soit qui mal y pense_.]

[299: _Fragment des Mémoires de madame de Brancas_. Lettre de Lauraguais
à Madame ***. Buisson, 1802.--Au fond, le commencement d'amour du Roi se
débattait encore avec les préventions que Maurepas lui avait données
contre madame de Mazarin et sa famille, et il croyait madame de la
Tournelle altière et intrigante comme sa tante.]

[300: Les bruits de cour parlaient alors, pour remplacer madame de
Mailly, de madame de Rohan, de madame de Congé et d'autres. Les désirs
du Roi erraient un peu au hasard et même au-delà de Versailles et des
femmes de la cour. Madame de Tencin écrit que Maurepas avait eu l'idée
de maintenir madame de Mailly dans les honneurs et les apparences de la
faveur, en donnant au Roi une petite fille; on avait même cherché la
petite fille, et l'on avait jeté les yeux sur la comédienne Gaussin qui
fut au moment de doubler la de Mailly, si, au dernier moment, on n'avait
pas eu peur de la santé de la courtisane.]

[301: Était-ce madame de Rohan que Richelieu comptait alors parmi ses
maîtresses et qu'il préféra garder pour lui en donnant au Roi madame de
la Tournelle qu'il aimait moins? Aussitôt que madame de Rohan apprenait
la part que le duc avait eue à l'intrigue, elle lui écrivait une
singulière lettre de rupture où elle se plaignait «de n'avoir pu
acquérir un ami et ne lui avoir paru digne que de certains sentiments».
Madame de Tencin, la confidente des deux anciens amants, et qui recevait
des lamentations en huit pages de la femme sacrifiée, engageait le duc à
la ramener à lui, en lui disant qu'à l'heure présente c'était la seule
femme de la cour dont on pouvait se faire une amie aussi bien qu'une
maîtresse.]

[302: _Fragment des Mémoires de madame de Brancas_. Lettres de
Lauraguais à Madame ***. Buisson, 1802.]

[303: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, t. IV.]

[304: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.]

[305: _Ibid._, t. IV.--«Tu m'ennuies, j'aime ta sœur,» répétait le Roi à
madame de Mailly, d'après d'Argenson.]

[306: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, 1865, t. IV.]

[307: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.]

[308: Dans le public le bruit courut que la disgrâce de madame de Mailly
venait d'avoir soutenu avec trop de chaleur le maréchal de Belle-Isle,
et en dernier lieu Maillebois accusé «de fêter plus Bacchus que Mars».
On parla d'une lettre interceptée de Belle-Isle à Maillebois qui
contenait cette phrase: «Ne vous pressez pas, un autre (de Broglie)
recueillerait les lauriers que vous auriez acquis, nous avons pour nous
la sultane favorite.» Au fond la politique n'était pour rien dans le
renvoi de madame de Mailly, le Roi la remplaçait parce qu'il était las
d'elle, et qu'elle commençait à être vieille et laide.]

[309: D'Argenson dit que c'est Richelieu mandé par le Roi de l'armée de
Flandre, beaucoup plus tôt qu'il ne l'eût été sans cela, qui arrangeait
toute la _quitterie_ du Roi et de madame de Mailly; d'Argenson ajoute:
«Il est en tout l'avocat consultant du Roi, son _professor di pazzia_.»]

[310: «Il n'y a que madame de Mailly qui m'embarrasse, avait dit le Roi
à Richelieu, au moment où encore indécis sur les remplaçantes qu'il
donnerait à l'ancienne maîtresse il était déterminé à s'en séparer.--Et
voilà, répondait au Roi Richelieu, ce qui doit beaucoup moins
embarrasser Votre Majesté que tout autre chose. Je me charge, moi, de ce
qui est convenable entre elle et Votre Majesté. Je ne lui apprendrai pas
qu'elle n'en est plus aimée; elle en meurt de chagrin, mais je
l'occuperai du seul moyen de sauver sa gloire. Vous n'entendrez sûrement
plus parler d'elle.--En êtes-vous bien sûr? m'en répondez-vous?
s'écriait le Roi, qui se mettait à serrer la main de Richelieu.--Je la
connais trop bien, disait Richelieu pour en douter. Elle sera si
profondément désolée, qu'elle se jettera vraisemblablement tout de suite
dans un couvent.»]

[311: _Fragment des Mémoires de la duchesse de Brancas_. Lettres de
Lauraguais à Madame ***. Paris, 1802.]

[312: _Fragment des Mémoires de la duchesse de Brancas_. Lettre de
Lauraguais à madame ***, Paris, 1802.--Ce récit est confirmé par de
Luynes qui dit que le Roi continue à aller tous les soirs chez madame de
la Tournelle avec un surtout et une grande perruque par-dessus ses
papillotes.]

[313: Ces entrevues se répétaient pendant tout un mois. Soulavie
raconte, je ne sais d'après quel témoignage, que dans une de ces visites
nocturnes, Richelieu se donna le plaisir de faire une grandissime peur à
Maurepas. Reconnaissant son ennemi dans un homme en train d'espionner le
Roi dans l'obscurité, au qui-vive de Louis XV, interpellant le quidam,
il tirait son épée, en criant: «Sire, je le tue.»]

[314: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.]

[315: D'Argenson dit: «Madame de Mailly a été renvoyée un peu plus
durement qu'une fille d'opéra: le samedi à dîner le Roi lui dit qu'il ne
voulait pas qu'elle couchât le soir à Versailles; elle devait cependant
y revenir le lundi; il y eut quantité de missives et de courriers ce
jour-là. Madame de la Tournelle a voulu absolument exiger que sa sœur ne
revînt jamais à Versailles, tant qu'elle serait maîtresse du Roi.»]

[316: Le duc de Luynes dans le récit duquel ne se trouve pas la phrase
de Soulavie: «À lundi à Choisy, madame la comtesse... à lundi, j'espère
que vous ne vous ferez pas attendre,» par la raison bien simple que
c'était le lundi 5 à quatre heures et non le lundi 12, jour du départ
pour Choisi que devait revenir madame de Mailly, le duc de Luynes
affirme que le Roi témoigna hautement qu'il continuait et continuerait à
avoir de l'amitié pour madame de Mailly et qu'il désirait qu'elle
demeurât à Versailles. Cette affirmation concorde parfaitement avec la
teneur de la lettre à Richelieu que nous donnons dans ce chapitre. Et
elle enlève tout caractère de véracité à l'anecdote du bonhomme Metra,
quoiqu'il dise la tenir d'un témoin oculaire. D'après l'auteur de la
_Chronique secrète_, Louis XV, retiré à la Muette après le renvoi de
madame de Mailly pour éviter sa rencontre, aurait vu tout à coup arriver
la femme éplorée qui, sur l'ordre intimé par un donneur de lettre de
cachet de remonter en carrosse, aurait poussé des cris plaintifs et se
serait arraché les cheveux, pendant que Louis XV, que la curiosité avait
attiré à la croisée, regardait cette scène à travers les carreaux et
riait des attitudes comiques amenées par le désespoir de la maîtresse.
Madame de Mailly n'avait pas reçu de lettre de cachet, et Louis XV ne
faisait pas de séjour à la Muette après le départ de madame de Mailly de
Versailles.]

[317: Catalogue d'autographes provenant du cabinet de M. A. Martin,
1842.]

[318: _Mémoires du marquis d'Argenson_, t. IV.]

[319: _Mémoires du duc de Luynes_, t. III.]

[320: C'était seulement en avril 1741, que pour faire cesser ses
indignes emprunts, Louis XV se décidait à donner à sa maîtresse quatre
flambeaux et 200 jetons d'argent.]

[321: _Chronique de louis XV_, 1742-1743, _Revue rétrospective_, t.
V.--Voici les conditions que donne Barbier: «Elle serait maîtresse
déclarée, elle aurait une maison, elle n'irait point aux petits soupers
du Roi dans les petits appartements; elle aurait tous les soirs dix
couverts chez elle et elle nommerait elle-même les personnes qui y
souperaient; elle aurait de plus cinquante mille écus de pension assurée
pour sa vie.»]

[322: Mademoiselle de Montcavrel, nommée depuis mademoiselle de Mailly,
et qui était l'intime compagne de madame de la Tournelle comme
mademoiselle de Vintimille l'avait été de madame de Mailly, épousait à
l'âge de 28 ans le duc de Lauraguais, le fils de madame de Brancas,
l'amie de Richelieu, et qui comptait tirer de grands avantages de ce
mariage-là. Il lui était assuré un douaire de 10,000 liv., pour lequel
le Roi prolongeait de soixante ans une rente qu'il avait établie sur les
Juifs de Metz, et qui n'avait plus que trois ans à courir. Il lui
donnait 100,000 liv. argent comptant. Outre cela la mariée devait
obtenir, dès le moment de son mariage, le brevet de dame du Palais de la
Dauphine, et en toucher les appointements qui étaient de 2,000 liv. Elle
avait encore les 6,500 liv. de rente qu'avaient ses autres sœurs. M. de
Lauraguais n'avait que les 20,000 liv. de rente qui lui avaient été
données par son père, lors de son premier mariage avec mademoiselle d'O.
Le contrat de mariage de mademoiselle de Montcavrel avec le duc de
Lauraguais était signé à Versailles, le 19 janvier 1743, et quarante
personnes assistaient à la signature. Le mariage se faisait chez madame
de Lesdiguières, tante de madame de Mailly, qui se chargeait de la noce
et empruntait pour le repas la maison de madame de Rupelmonde qui était
en Auvergne. Les mariés allaient coucher chez le duc de Brancas. Madame
de Mailly, qui s'était beaucoup occupée du mariage de sa sœur, qui y
avait intéressé le Roi, et qui avait failli la marier à M. de Chabot, ne
paraissait pas à la noce pour ne pas se rencontrer avec madame de la
Tournelle.]

[323: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.--Madame de la Tournelle, même
après le départ de madame de Mailly, continuait à dire et à faire dire
«qu'elle était aimée de M. d'Agénois et qu'elle l'aimait, qu'elle
n'avait nul désir d'avoir le Roi, qu'il lui ferait plaisir de la laisser
comme elle est, et qu'elle ne veut consentir à ses propositions qu'à des
conditions sûres et avantageuses».]

[324: Le 3 novembre 1742, à sept heures du soir.]

[325: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.--Madame de Tencin dit que
madame de Toulouse lui donnait un appartement de sept pièces de
plain-pied.]

[326: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, par Soulavie, t. VI.]

[327: _Chronique du règne de Louis XV, 1742-1743. Revue rétrospective_,
t. V.]

[328: De Luynes dit: «Elle est dans un état digne de compassion; sa
santé n'étant pas déjà bonne, on peut juger de sa situation... Elle
n'est occupée que du désir de revenir ici, et l'on croit que le Roi le
désireroit aussi, mais que l'autre s'oppose à ce retour.»]

[329: M. de Gesvres, mandé par elle à Paris, dans la peur de se
compromettre, de déplaire au Roi et à madame de la Tournelle, feignait
une indisposition pour ne pas quitter Versailles.]

[330: Toujours aveugle, toujours confiante, toujours à son rôle de
victime et continuant toujours à se livrer à ses ennemis, elle aurait
invoqué les conseils de d'Argenson. D'Argenson, comprenant toute
l'importance de la tenir éloignée de Versailles et de lui faire accepter
l'exil, lui répétait hypocritement ce que la fausse amitié avait dit
autrefois à madame de Montespan: que le Roi avait l'esprit excité contre
elle, et qu'une retraite ne pouvait manquer de le ramener.]

[331: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.]

[332: _Chronique du règne de Louis XV_, 1742-1743. _Revue
rétrospective_, t. V.]

[333: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.--Du même coup, le petit comte
du Luc, le fils de madame de Vintimille, perdait le logement qu'il avait
à Versailles. Privé des soins de madame de Mailly que madame de la
Tournelle ne s'offrait pas à continuer, le bâtard du Roi était, contre
l'intention de Louis XV, envoyé, pour y être élevé, à la terre de
Savigny, appartenant au marquis du Luc.]

[334: Au dire de nouvelles à la main à la date de 1742, que m'a
communiquées dans le temps le marquis de Flers, les dettes de madame de
Mailly montaient à 1,100,000 liv. dont 300,000 étaient dues aux fermiers
généraux des postes, 40,000 à Duchapt, marchand de modes; 100,000 à un
marchand d'étoffes. Le duc de Luynes, mieux renseigné, assure que ses
dettes ne dépassaient pas 160,000 liv. plus une somme de 60,000 liv. due
au duc de Luxembourg, mais elle avait signé pour 400,000 liv. de dettes
de son mari. Lors de l'arrangement définitif on payait ses dettes
personnelles avec une forte réduction des créances. Le Roi lui donnait
20,000 liv. de pension outre les 12,000 qu'elle avait déjà, et la
logeait définitivement dans la maison, rue Saint-Thomas du Louvre, où
logeait feu madame de Lesdiguière. De Luynes ajoute qu'il fallait
meubler le logement et qu'elle n'avait pas un sol, ce qui amenait ses
amis à demander pour elle une année d'avance. Il raconte aussi qu'à
l'observation que quelqu'un lui faisait sur la tristesse et l'obscurité
de la maison, elle répondait que cela ne lui faisait rien, «qu'on lui
aurait ordonné d'aller habiter une prison, qu'elle y aurait été tout de
même.»]

[335: _Chronique du règne de Louis XV_, 1742-1743. _Revue
rétrospective_, t. V.]

[336: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.]

[337: Voir la lettre autographe de madame de la Tournelle du _Catalogue
Martin_ cité dans le chapitre précédent.]

[338: Le Roi disait dans le premier moment à M. de Meuse assez
sèchement: «Hé bien, elle n'a qu'à n'y point venir.» M. de Meuse lui
reparlait une heure après du refus de madame de Luynes, et, cherchant à
en atténuer l'irrévérence, Louis XV était un moment sans répondre, puis,
prenant un visage riant, ordonnait à Meuse «qu'il allât trouver madame
de Luynes, et qu'il lui annonçât qu'elle ne seroit pas de ce voyage-ci,
que ce seroit pour un autre, et qu'il ne lui savoit pas mauvais gré de
ses représentations.»]

[339: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.]

[340: _Chronique du règne de Louis XV, 1742-1743. Revue rétrospective_,
t. V.]

[341: Madame de Chevreuse, qui avait dans sa maison l'exemple de la
dignité et de la pudeur donné par la duchesse de Luynes, se disculpait
de ses relations avec la favorite en disant que ses sentiments n'étaient
qu'une continuation d'une amitié d'ancienne date et qui avait commencé
au couvent.]

[342: Sans doute madame de la Tournelle trouvait bon de reculer encore
cette défaite que, dans sa lettre à Richelieu, elle semblait annoncer,
appeler même pour ce voyage.]

[343: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.]

[344: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, par Soulavie, t.
VI.--Madame de la Tournelle obtenait le lendemain ou le surlendemain de
son séjour de Choisi que les deux antichambres conduisant de la chambre
bleue à sa chambre fussent condamnées. Le Roi n'en restait pas moins,
pendant le reste du voyage, très-occupé de la jeune femme. Aux déjeuners
il se mettait toujours à côté d'elle, et l'on remarquait qu'il
recommençait à jouer à cavagnole, à ce jeu auquel Louis XV ne jouait
plus depuis deux ans et auquel l'avaient fait renoncer, disaient les
courtisans, les humeurs de madame de Mailly qui était très-mauvaise
joueuse.]

[345: Il est établi par cette lettre, ainsi que je l'ai dit, que c'était
Richelieu qui rédigeait les lettres de madame de la Tournelle au Roi.]

[346: Lettres autographes secrètes et galantes de la duchesse de
Châteauroux et de Louis XV au duc de Richelieu, 1742-1744, conservées à
la bibliothèque de Rouen, collection Leber, N° 5,816.]

[347: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.]

[348: _Chronique de Louis XV_ 1742-1743. _Revue rétrospective_, t. V.]

[349: _Chronique de Louis XV_, 1742-1743. _Revue rétrospective_, t. V.]

[350: Le service de madame de Mailly, la Reine n'en avait pas eu
toujours à se louer. Toute excellente femme qu'était madame de Mailly,
elle avait rendu dans les premiers temps, avec son naturel moqueur, la
vie fort dure à Marie Leczinska. Et les semaines, où la dame d'atours
remplissait sa charge, la Reine était dans un état de nervosité qui
mettait sens dessus dessous la domesticité de sa Maison. La pauvre Reine
était persuadée,--et c'était malheureusement la vérité,--que la favorite
passait son temps à l'examiner à l'effet de lui trouver des ridicules
dont elle allait se divertir avec la Roi.]

[351: Madame de Tencin dit de madame de Montauban «que dans le commerce
de l'amitié elle était sûre comme la Bastille».]

[352: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, t. IV.]

[353: Les historiens sont unanimes pour reconnaître la hauteur blessante
avec laquelle madame de Châteauroux traitait quelquefois la Reine. Il y
a plus, la Reine subissait des persécutions singulières de la part de la
favorite. On ne bouchait qu'après sa mort des trous qu'elle avait fait
percer du côté du Roi, dans le cabinet où s'habillait la Reine, et qui
lui permettait d'entendre ce qui s'y disait.]

[354: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.--Le duc de Luynes dit
positivement que la Reine ne pouvait se décider à adresser la parole à
madame de la Tournelle.]

[355: _Chronique du règne de Louis XV_, 1742-1743. _Revue
rétrospective_, t. V.]

[356: _Chronique du règne de Louis XV_, 1742-1743. _Revue rétrospective_
t. V.]

[357: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, par Soulavie, t. VI.]

[358: _Chronique du règne de Louis XV_, 1742-1743. _Revue
rétrospective_, t. V.]

[359: Fleury aurait dit: «On se plaint de mon ministère, on voudroit que
le Roi régnât. Eh bien, on verra quel sera le train des affaires quand
le Roi lui-même les conduira.»]

[360: Mais le confesseur se voyait refuser l'entrée du cabinet du Roi.
Alors il était question de décider le Roi, à cause du scandale qui
résultait de son éloignement des sacrements, à communier en blanc ainsi
que le faisait Louis XIV, qui n'avait jamais cessé de satisfaire aux
devoirs de la religion, mais Louis XV s'y refusait.]

[361: Cette fin de novembre, disent les _Mémoires de Maurepas_, cette
fin de novembre qui ramenait les gens de la campagne, et pendant
laquelle se traitait justement la défaite de madame de la Tournelle,
était l'époque choisie par les petits poètes de la cour et les poètes de
commande pour la fabrication des vers satiriques destinés à être
répandus au nouvel an.]

[362: Peut-être contre l'attente de Maurepas, le succès des chansons du
ministre dans le public avançait-il la victoire de madame de la
Tournelle. Leurs taquineries journalières, en irritant le Roi, le
familiarisaient avec l'impopularité, et elles avaient ce résultat
imprévu de le décider à tout braver et à ne plus rien marchander à son
amour.]

[363: Un jour que le Roi disait à propos des chansons: «Voyez, le public
aime Maurepas; il n'est point maltraité.» Richelieu s'écriait: «Ah! je
n'en suis pas surpris, c'est lui qui les a faites.»]

[364: _Chronique du règne de Louis XV_, 1742-1743. _Revue
rétrospective_, t. V.]

[365: À propos de ces chansons qui lui auraient été adressées par la
poste, la favorite aurait dit, avec un air d'autorité qui avait été
remarqué, que, si elle conservait la faveur du Roi, elle trouverait bien
le moyen d'arrêter la licence avec laquelle on parlait et on écrivait
sur certains articles.]

[366: _Mémoires du duc de Luynes_, t. III.]

[367: Une autre de ces chansons relatives aux cinq sœurs s'exprimait en
ces termes:

     L'une est presque en oubli, l'autre presque en poussière,
     La troisième est en pied; la quatrième attend
         Pour faire place à la dernière.
         Choisir une famille entière,
         Est-ce être infidèle ou constant?
]

[368: Soulavie dit: Quant à la soie du lit bleu que madame de Mailly
avait filé, qu'elle avait ensuite donné au Roi comme gage de ses amours,
et dans lequel il couchait ou va coucher avec ses sœurs, elle était
encore due en 1744 à un marchand de la rue Saint-Denis.]

[369: Le soir de son arrivée, dit le duc de Luynes, Richelieu, qui
soupait avec madame de la Tournelle, avait une longue conversation avec
la favorite avant et après le souper.]

[370: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.--Le duc ajoute: Outre la
tabatière dont j'ai parlé ci-dessus de madame de la Tournelle, le Roi
lui en donna encore une autre le lendemain; elles sont belles toutes
deux, la première est d'agate arborisée émaillée, et l'autre est d'or
émaillé.--_La Chronique de Louis XV_ dit, à la date du 15 décembre: «Le
Roi est d'une extrême gaieté et c'est avec regret que Sa Majesté part
aujourd'hui de Choisy.»]

[371: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.--Des vers satiriques parurent
sur le départ de M. de Richelieu dans sa chaise de poste, faite en forme
de lit «dans laquelle quatre armoires étoient pratiquées avec toutes les
commodités d'un homme malade dans sa chambre.»]

[372: _Chronique de Louis XV, 1742-1743. Revue rétrospective_, t. V.]

[373: Le samedi 22 décembre, madame de la Tournelle prenait possession
de son nouvel appartement, qui était l'ancien appartement du maréchal de
Coigny. Changeait-elle quelques jours après, ainsi que l'indiquerait
cette phrase, d'une lettre du Roi de janvier: «La marquise de la
Tournelle est dans son nouveau logement, depuis hier, ou pour mieux
dire, dans celui de sa sœur»?]

[374: C'est sans doute la truite dont Louis XV remercie Richelieu dans
une lettre du 3 janvier: «Sa Majesté a paru fort contente à son souper
de la truite du lac de Genève que M. de Richelieu lui a envoyée: demain,
en en mangeant le reste, sa compagnie pourra juger si elle a raison et
sûrement ne manquera pas de boire à sa santé.»]

[375: Sa sœur qui venait d'épouser le duc de Lauraguais.]

[376: Madame de Chevreuse avait la petite vérole. Le Roi écrivait
quelques jours après à Richelieu: «Cette dernière (madame de Chevreuse)
ne s'en tirera pas trop bien. Helvétius n'en a pas bonne opinion. Elle a
une rougeur dans l'œil qui ne dénote rien de bon.»]

[377: M. de Fargis, dit le duc de Luynes, mort de la petite vérole dans
la nuit du 6 ou 7 décembre, était un homme aimable et de bonne
compagnie; il avait été capitaine des gendarmes de la Reine et avait
hérité de son oncle, M de Montmort, de la terre de Mesnil-Haberton qu'il
avait vendue au comte de Toulouse.]

[378: La _Poule_, madame de Flavacourt. Elle accouchait, le samedi matin
15 décembre, d'une fille chez sa belle-mère où elle logeait. Madame de
Mailly, qui était auprès d'elle, se retirait devant la visite de madame
de la Tournelle, venue de Choisi pour la voir.]

[379: Lettre autographe de la duchesse de Châteauroux (madame de la
Tournelle) provenant de la collection Leber. Bibliothèque de Rouen.]

[380: Il semble que c'était dans les habitudes du Roi de mettre, dans
les lettres que les amants écrivaient à deux, des _post-scriptum_ de
cette façon. Je trouve dans une lettre (4 août 1743), publiée dans la
_Vie privée de Richelieu_ dont malheureusement je ne puis fournir
l'original, mais qui présente tous les caractères de l'authenticité, une
fin conçue en ces termes:

«Bonsoir, Votre Excellence! c'est en baisant la main de la princesse que
je finis ma lettre. Elle vous fait bien ses compliments.»

Et plus bas est écrit de la main de madame de Châteauroux:

«_Le Roi ordonne que je vous dise un petit bonsoir, et j'obéis avec
grand plaisir. Je n'ai reçu la lettre où vous me parliez de votre
intendant, que quand la chose a été faite. Il me semble que je vous ai
entendu dire du bien de M. Lenain, ainsi je me flatte que vous n'en
serez pas fâché. Je n'ai pas pu vous faire réponse par le courrier dont
j'ai été bien fâchée, mais ce qui est différé n'est pas perdu. Si vous
voyez Dumenil, dites-lui que j'ai reçu sa lettre et qu'au premier soir
je lui ferai réponse_.»]

[381: Lettre de Louis XV et de la duchesse de Châteauroux provenant de
la collection Leber. Bibliothèque de Rouen.]

[382: Au jour de l'an 1743, le Roi donnait pour étrennes à madame de la
Tournelle une montre qu'il avait fait faire pour madame de Mailly, dont
la boîte était de laque enrichie de diamants. Madame de la Tournelle
faisait présent à Sa Majesté d'un almanach dont la couverture était de
la Chine, ornée de son chiffre en brillants.]

[383: Le Cardinal mourait le 29 janvier. Aussitôt l'Éminence morte, la
_Chronique de Louis XV_ dit que le Roi rappelait par une lettre le duc
de Richelieu à Versailles.]

[384: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.]

[385: _Mémoires du duc de Luynes_, t. V.--Le Roi, à un retour de chasse,
faisait porter son souper chez madame de la Tournelle qui le recevait
couchée sur une chaise longue, pendant que ses femmes de chambre et
celles de madame de Lauraguais servaient Sa Majesté.]

[386: _Chronique de Louis XV_, 1742-1743. _Revue rétrospective_, t. V.]

[387: Voici ce rondeau qui a sept couplets:

     Le Maurepas est chancelant,
     Voilà ce que c'est que d'être impuissant!
     Il a beau faire l'important,
     Bredouiller et rire,
     Lorgner et médire,
     Richelieu dit en le chassant:
     Voilà ce que c'est que d'être impuissant!
]

[388: _Chronique du règne de Louis XV_, 1742-1743, _Revue
rétrospective_, t. IV.]

[389: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.]

[390: _Ibid._, t. IV.]

[391: _Mémoires de Luynes_, t. V.--C'était la même conduite à l'égard
des voitures. Madame de la Tournelle avait exprimé le désir d'avoir une
berline à elle pour se promener, et se refusait de se servir des
carrosses du Roi. Aussi ne sortait-elle presque jamais, quoiqu'elle
aimât beaucoup les spectacles.]

[392: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, 1862, t. IV.]

[393: Quelquefois cependant la nature dominante de madame de la
Tournelle l'emportait. C'est ainsi qu'un mois avant la mort du Cardinal,
la _Chronique du règne de Louis XV_ raconte que le Roi ayant fait lire
un article d'une de ses lettres à madame de la Tournelle, celle-ci avait
voulu voir la lettre tout entière, que le Roi avait eu beau lui dire que
ce qu'il ne lui montrait pas ne pouvait être vu, elle avait persisté
avec une violence telle que le Roi avait été obligé de jeter la lettre
au feu.]

[394: Madame de la Tournelle n'était pas sans avoir entendu parler de ce
souper des cabinets, où madame de Mailly et mademoiselle de Charolais
lancées dans la politique et le Champagne, le Roi s'était tout à coup
écrié: «Tout à l'heure, _un homme_ (le cardinal de Fleury) me disait:
«Sire, je n'ai qu'une grâce à demander à Votre Majesté avant de mourir,
c'est de se souvenir de ce que je lui ai dit dans sa jeunesse, que si
jamais Votre Majesté écoutait les conseils des femmes sur les affaires,
Elle et son État étaient perdus sans ressource.» Et le Roi avait ajouté
après un silence: «Et je dis à cela que si quelque femme osait jamais me
parler d'affaires, je lui ferais fermer ma porte au nez sur-le-champ.»]

[395: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.]

[396: Huit jours après la mort du Cardinal, au moment où l'on croyait
voir Chauvelin redevenir premier ministre, ramené aux affaires par
madame de la Tournelle, on apprenait qu'il avait reçu une lettre de
cachet qui, renforçant son exil, le faisait aller de Bourges à Issoire.
Le motif de ce rigoureux déplacement était la remise au Roi d'un mémoire
justificatif de Chauvelin, injurieux pour la personne du Cardinal. Le
Roi, très en colère, s'adressant à Richelieu dans les cabinets, disait:
On m'a remis un mémoire de Chauvelin qui tend à flétrir la mémoire de M.
le Cardinal; les expressions m'en ont fait horreur; j'ai envoyé M.
Chauvelin en exil plus loin qu'il n'était.--À propos du retour à Paris
et de la présentation au Roi de Chauvelin qui devait être faite par
madame de la Tournelle, le bruit courut que le parti avait consigné un
million pour la favorite, au cas où il serait rappelé à la cour et au
ministère des affaires étrangères.]

[397: Il est vrai que si l'on en croit une chanson, madame de Boufflers
lui préparait pour la fin de la campagne le retour en grâce près de la
favorite par une singulière preuve d'amour;

     Luxembourg doit être à la cour
     Reçu des mieux à son retour.
     Admirez quel excès de zèle,
     La Boufflers a su mettre en jeu!
     Car pour lui gagner la Tournelle
     Elle couche avec Richelieu!
]

[398: Marville, qui avait tiré les vers du nez à M. de Gesvres, avait
appris par lui que de Meuse avertissait Maurepas de tout ce qui se
passait dans les cabinets, et que c'était par cette voie que le ministre
avait su tout le mal que Richelieu disait de lui au Roi.]

[399: _Mémoires du duc de Luynes_, t. II.]

[400: Soulavie dit que ce nom lui venait aussi de coiffures qui lui
donnaient une certaine ressemblance avec une poule huppée.]

[401: _Mémoires du duc de Luynes_, t. V.]

[402: Présentée à la cour le jeudi 31 janvier, elle soupait pour la
première fois dans les cabinets le vendredi suivant.]

[403: _Mémoires du duc de Luynes_, t. V.--Remarquons ici que
très-souvent Soulavie a l'habitude de rédiger, en une phrase parlée, une
chose que de Luynes dit avoir été dite par le Roi sans en donner les
termes exprès. Soulavie aime aussi à refaire, à arranger les mots du Roi
qu'il ne trouve pas assez concis, assez caractéristiques.]

[404: _Mémoires du duc de Luynes_, t. V.]

[405: Sur cette comparaison, le Roi disait avoir été extrêmement
longtemps à se faire à la physionomie du cardinal.]

[406: _Chronique du règne de Louis XV_, 1742-1743. _Revue
rétrospective_, t. V.--La séduction de Louis XV par le sang des de Nesle
est vraiment particulière. On parla un moment d'un vif caprice du Roi
pour madame de la Guiche, une fille bâtarde de madame de Nesle et de M.
le Duc.]

[407: _Chronique du règne de Louis XV_, 1742-1743. _Revue
rétrospective_, t. V.--Il ne peut y avoir aucun doute sur les liaisons
du Roi avec madame de Lauraguais, Soulavie raconte que madame de
Lauraguais avait été surprise avant son mariage par le Roi dans une de
ses rondes libertines du matin à Choisi. D'Argenson dit: «Sa Majesté
s'est trouvée quelquefois assez d'appétit pour tâter de cette grosse
vilaine de Lauraguais.»]

[408: _Mémoires du duc de Luynes_, t. V.]

[409: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, par Soulavie, t. VI.]

[410: Donnons la liste des portraits gravés de madame de la Tournelle
devenue la duchesse de Châteauroux.

     LA FORCE.

Madame la duchesse de Châteauroux est représentée tenant une torche
d'une main, une épée de l'autre. Elle a les cheveux épandus autour du
visage en boucles follettes. Ses épaules et sa gorge sortent d'une
cuirasse autour de laquelle vient se nouer à la ceinture une peau de
tigre. À ses côtés, accroupi sur ses pattes, un lion montre les crocs.

On lit dans le cadre:

     LA FORCE.

Et plus bas:

     _J. M. Nattier pinx. Balechou._

L'adresse est:

_À Paris, chez Surrugue, graveur, rue des Noyers, attenant le magasin de
papier, vis-à-vis St-Yves A P D R._

Ce portrait réduit avec quelques changements, dans le format in-4°, et
gravé en contre-partie, a été reproduit par Pruneau sous le titre:

     MADAME LA DUCHESSE
         DE CHÂTEAUROUX
     _Morte le 10 décembre 1744._

On lit en bas:

     _Peint par J. M. Nattier.--Gravé par Pruneau.
     À Paris, chez Bligny, cour du Manège, aux Tuileries._

Ce portrait est dans un médaillon avec un nœud de ruban plissé dans des
fleurs.

Un autre portrait, le beau portrait désigné dans les _Mémoires inédits
sur les membres de l'Académie royale_, sous le titre du _Point du Jour_,
a été également gravé. Il représente la duchesse couchée sur un nuage,
des roses dans les cheveux, habillée en déesse mythologique d'une courte
chemisette très-décolletée, avec un flottement de draperie sur ses
jambes nues, et repoussant d'une main, une étoile au front, des pavots
et la Nuit. Derrière elle, un Amour se prépare à éteindre son flambeau
pâlissant dans le jour naissant. On lit au bas de l'estampe:

         _Nattier pinx. Malœuvre sc._
     LA NUIT PASSE, L'AURORE PAROIT.
         _À Paris, chez Basan, graveur._

Dans la série des figures de femmes olympiennes gravées d'après Nattier,
les catalogues de vente font encore des duchesses de Châteauroux de LA
SOURCE, de FLORE À SON LEVER; mais rien ne confirme ces attributions.

Un autre portrait, qui a été gravé pour une édition des _Mémoires du
maréchal duc de Richelieu_, par Soulavie, porte:

     LA DUCHESSE
           DE
     CHÂTEAU ROUX.

La Duchesse est représentée les cheveux coupés courts à la façon d'un
homme; l'attache d'un carquois retient la chemise qui laisse à découvert
un bouton de sein. Elle a au-dessus de la tête une étoile. On lit en
bas, à la pointe: _Masguelier sculp._

Il y a un second état qui porte en haut: _t. VII, page 52_; et en bas au
dessous du nom: «_Mais croyez-vous qu'il m'aime encore?_»

Cet état porte à la pointe: _Peint par Nattier, Gravé par J.
Masquelier_, 1792.

Je connais deux portraits peints de la duchesse de Châteauroux Le
premier est celui gravé par Masquelier en 1792 et qui a été intercalé
dans l'édition des _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_. Il est en la
possession de M. de Saint-Valry qui le tient de sa famille. Il provient
du château de Crécy possédé par madame de Pompadour, qui, d'après une
tradition du pays, aurait fait construire un _Boudoir des Beautés_
aimées avant elle par son royal amant. Les cheveux courts de la duchesse
sont légèrement poudrés; elle a de grands yeux très-bruns (et non bleus)
en amandes et imperceptiblement relevés à la chinoise dans les coins; le
nez est fin, délicat, presque mutin, la bouche très-petite et charnue
avec un menton grassouillet un peu lourd. Très-fardée, le rouge de ses
joues fait paraître nacrées les blancheurs de sa gorge. Elle est
habillée d'un habit de satin blanc avec une bretelle en forme de cordon
de carquois retenant l'étoffe à ses épaules. Ce portrait est un Nattier
moins conventionnel que d'habitude et qui, dans la peinture esquissée de
cette figure, serre la nature d'assez près et vous donne une
représentation de la favorite moins enjolivée, moins affinée, moins
_délicatifiée_ que dans son portrait officiel de la Force.

Un autre portrait d'une qualité inférieure, et appartenant au baron
Jérôme Pichon, est exposé en ce moment au Trocadéro. C'est, sauf un
changement dans le mouvement des mains, la même coiffure, le même
allumage des joues par le fard, la même robe de satin blanc en une
effigie plus grossière et dans une peinture plus alourdie.

Il y aurait peut-être un portrait de la duchesse de Châteauroux dans les
palais royaux de la Prusse: le portrait demandé, d'après de Luynes, par
Frédéric à d'Argenson, par l'entremise de M. de Courten.

Il existait autrefois un dessin de madame de la Tournelle dans le
cabinet de M. de Fontette, que la Bibliothèque ne possède plus.]

[411: Voici un portrait en vers de madame de la Tournelle, que donnent
les Mélanges de Bois-Jourdain:

     Elle a d'Hébé la brillante jeunesse,
         Toute la grâce et l'enjouement,
         Ce doux regard plein de finesse
         Où se niche si joliment,
         Sous les traits de la gentillesse,
         L'expression du sentiment;
         Ce je ne sais quoi qui nous touche
         Plus séduisant que la beauté;
     Le sourire enfantin, des lèvres, une bouche
         Où réside la volupté,
         Un teint que le lys et la rose
         Tour à tour ont soin d'embellir;
         Un sein qui jamais ne repose,
         Doux labyrinthe du désir.
]

[412: _Fragment des Mémoires de la duchesse de Brancas_. Lettres de
Lauraguais à Madame ***. Buisson, 1802.]

[413: _Mémoires du duc de Luynes_, t. V.]

[414: _Mémoires du duc de Luynes_, t. V.]

[415: _Mémoires du duc de Luynes_, t. V.]

[416: _Mémoires du duc de Luynes_, t. IV.]

[417: _Chronique du règne de Louis XV_, 1742, 1743, _Revue
rétrospective_, t. V.]

[418: _Correspondance du cardinal de Tencin et de madame de Tencin avec
le duc de Richelieu_, 1790.]

[419: Lettre autographe de la duchesse de Châteauroux. Collection Leber.
Bibliothèque de Rouen.]

[420: Madame de Tencin écrivait au commencement d'octobre à Richelieu:
«De Betz a un moyen pour faire à madame de la Tournelle 80,000 francs de
rente, sa vie durant, sans qu'il en coûte rien au Roi; c'est en lui
donnant le duché de Châteauroux qui est compris dans le bail des fermes,
et qui ne diminuera pas d'un sou le bail, en le retranchant et en le
donnant à madame de la Tournelle.»]

[421: _Mémoires du duc de Luynes_, t. V.]

[422: Les rentes du duché arrivaient fort à propos à madame de la
Tournelle. Elle avait de grands besoins d'argent, depuis qu'elle était à
la cour; elle s'était même, paraît-il, considérablement endettée. Il y
avait bien des moyens, dit madame de Tencin, de lui faire avoir de
l'argent, mais il fallait que le Roi fît au moins un _clin d'œil_, et ce
clin d'œil, il ne le faisait pas. Puis la favorite était en garde contre
les marchés compromettants, contre ces pots de vin dans lesquels
Maurepas, qui la guettait, espérait lui prendre la main. Un moment des
amis l'avaient abouchée avec un chevalier de Grille et un M. de Betz,
mais il semble que la délicatesse de la favorite en matière d'argent
avait fait rompre la négociation.]

[423: Le cardinal de Tencin écrivait à Richelieu, à la date du 25
janvier 1744: «Montmartel et Duverney ont aussi vu madame de
Châteauroux... Le premier prendra soin de sa terre et de toutes ses
affaires et lui donnera tant par mois ce qui pourrait bien aller à des
mille livres. Elle n'a pas été d'avis qu'on demandât une augmentation du
brevet de retenue.»]

[424: _Mémoires du duc de Luynes_, t. V.]

[425: L'original de ces lettres patentes dont un fragment est donné dans
les _Mémoires de Maurepas_ et dont la publication intégrale existe dans
de Luynes, est conservé aux Archives nationales, carton O/1 87.--Barbier
disait en exagérant, je crois, un peu les choses: «Le Roi en même temps
a formé une maison considérable à madame de la Tournelle... Cela se
passera dans le grand à l'exemple de Louis XIV,... on parle pour elle à
Versailles de l'appartement qu'avait feu madame la Duchesse et que le
Roi lui donne des meubles superbes.»]

[426: Richelieu n'avait encore eu comme récompense obtenue du temps de
madame de Mailly «de l'obligation que lui avait Louis XV» que les
premières entrées à Versailles. On sait qu'il y avait cinq espèces
d'entrées chez le Roi: 1° les entrées familières; 2° celles des
gentilshommes de la chambre; 3° les premières entrées; 4° les entrées de
la Chambre, celles qu'on appelle des quatorze et qui sont proprement
celles du cabinet; 5° les entrées de la Chambre. Donnons de ces entrées
si recherchées, un brevet, le BREVET d'entrée pour M. de Soubise:
«Aujourd'huy 16 février 1744, le Roy étant à Versailles, désirant donner
à M. le prince de Soubise une nouvelle marque d'estime et de sa
bienveillance, Sa Majesté lui a permis et permet d'entrer librement et à
toutes heures qu'il voudra en tous les lieux de la Maison où Sa Majesté
pourra être, voulant que les portes lui en soient ouvertes sans
difficultés, conformément au présent brevet que pour assurance...»
(Archives nationales. Lettres missives. Registre 0/1 88.)]

[427: _Mémoires du duc de Luynes_, t. V.]

[428: L'auteur de la _Vie privée de Richelieu_ dit avoir vu la lettre de
Louis XV à Richelieu, où le Roi annonçait que la place du duc de
Rochechouart avait été demandée par la _Princesse_ pour lui, et qu'à la
cour on la lui avait déjà donnée; il ajoutait: «Et moi aussi, vous
pouvez le lui dire de ma part.»]

[429: Le vendredi, 14 février 1744, Richelieu prenait les entrées de la
charge de premier gentilhomme de la Chambre, prêtant serment avant que
le Roi allât à la messe. Il avait servi la veille le Roi à son coucher,
il le servait le matin à son lever. Le vendredi 21 février, au petit
couvert du Roi dans sa chambre, Richelieu servait Louis XV à table pour
la première fois.]

[430: _Mémoires de d'Argenson_. Édition Renouard, t. IV.]

[431: Après trois grossesses successives, la Tencin avait obtenu par le
crédit de son frère un bref du pape qui résolvait ses vœux et lui
permettait de vivre dans le monde avec le titre de chanoinesse.]

[432: C'était elle qui était l'ordonnatrice de ces _Fêtes d'Adam_, de
ces _Fêtes des Flagellants_, pour lesquelles la sœur du cardinal,
recherchant dans les monuments du passé tous les détails de la débauche
de tous les âges et de toutes les nations, mettait en scène les tableaux
vivants du Plaisir des temps antiques et des temps modernes.]

[433: _Mélanges historiques, satiriques et anecdotiques_, de M. B.
Jourdain, Paris, 1807, t. II.]

[434: On sait que c'était madame de Tencin qui, continuant la protection
de mademoiselle de la Sablière à _sa ménagerie_, à _ses bêtes_, donnait
au premier de l'an, à ses dîneurs deux aunes de velours pour le
renouvellement de leurs culottes. Voir le salon de madame de Tencin dans
_La Femme au_ XVIIIe _siècle_.]

[435: _Mémoires de Marmontel_. Paris, 1804, t. I.--Madame de Tencin est
l'auteur des _Malheurs de l'amour_, qu'on dit être une espèce
d'autobiographie, et en collaboration avec d'Argental et Pont-de-Veyle,
des _Mémoires du comte de Comminges_ et du _Siège de Calais_.]

[436: Madame de Tencin n'avait seulement pas contre elle, le scandale de
ses amours publiques avec le vieux Fontenelle et son neveu d'Argental,
avec le cardinal Dubois, avec Dillon, colonel d'un régiment irlandais
qui la rendit mère de deux enfants, avec le maréchal de Medavy qui lui
succéda, avec d'Argenson, avec Camus Destouches, lieutenant-général
d'artillerie, auquel quelques-uns attribuent la paternité de d'Alembert;
il y avait encore contre elle le suicide du conseiller de la Frenaye
qui, avant de se brûler la cervelle chez elle, l'accusait dans son
testament de l'avoir dépouillé de tout son bien et la laissait même
soupçonner d'être pour quelque chose dans la violence de sa mort. À la
suite de cette mort arrivée le 6 avril 1726, madame de Tencin était
arrêtée et conduite au Châtelet, où elle subissait un interrogatoire de
quatre heures devant le cadavre de son amant. Son frère, le cardinal
d'Embrun remuait ciel et terre pour ôter la connaissance de l'affaire à
cette juridiction et grâce à l'appui du maréchal d'Uxelles, qui était
alors l'amant de madame de Fériol, il obtenait un ordre pour faire
transférer sa sœur à la Bastille avec la remise des papiers saisis à M.
le Duc, premier ministre, et ensuite un arrêt qui renvoyait la
connaissance de cette affaire au Grand Conseil. L'affaire instruite et
jugée de nouveau au mois de juillet; la mémoire de la Frenaye était
condamnée et son testament biffé, et la dame déchargée de l'accusation
intentée contre elle. Et le 3 juillet elle sortait de la Bastille, pour
rentrer dans sa maison de la rue Saint-Honoré, «ayant la tête aussi
haute que si c'eût été une femme vertueuse.»]

[437: _Journal historique de Barbier_, 1854, t. II.]

[438: La clef de ses correspondances secrètes.]

[439: «Pour prendre un peu de relâche dans des occupations si sérieuses,
dit Bois-Jourdain, elle se délassait de temps en temps, sur son lit de
repos, des fatigues de son cabinet; et sans se piquer autrement de
constance, ni de délicatesse, elle partageait ses faveurs entre un
certain nombre d'amis, dont elle traitait les uns par intérêt, les
autres par estime, quelques-uns par caprice et d'autres par amour du
plaisir.»--Disons ici que l'intérêt, quoi qu'on ait dit, semble n'avoir
pas joué de rôle dans sa vie. Elle n'a jamais joui que d'un revenu
très-modique, et les richesses, elle ne les voulait que pour son frère
et encore comme un moyen de pouvoir et de domination.]

[440: Le cardinal de Tencin avait eu dans sa jeunesse l'heureuse idée,
pour attirer l'attention sur lui, de convertir Law, projet qui d'abord
avait fait rire le Régent, mais auquel se rattachait bientôt le prince,
en songeant que le protestantisme du financier pouvait nuire au succès
de sa banque. La conversion de l'Écossais valait au convertisseur des
actions qu'il avait l'esprit de changer en espèces à temps, en même
temps qu'elle le faisait envoyer à Rome par Dubois auquel il obtenait le
chapeau. Puis il devenait lui-même cardinal et archevêque de Lyon. En
dépit de son billet à la princesse Borghèse: «Adieu, princesse, je vous
aimerai toute ma vie et par de là, si tant est qu'il y ait un par de
là,» le frère de madame de Tencin, jusqu'à ce qu'il fût appelé au
ministère, jouait la dévotion, avait toujours son bréviaire sous son
bras, et était soutenu par la maison d'Orléans, par madame de Chelles,
_moine des pieds à la tête_, et toutes les _repenties_ de la régence
dont il s'était fait en quelque sorte le prêcheur ordinaire. Avec cela
il donnait deux dîners sans femmes par semaine: l'un aux ministres
étrangers, l'autre aux gens de la cour, et faisait tous les soirs le
piquet du Cardinal. Le duc de Luynes le peint comme un vieillard à la
figure charmante, à la conversation toute aimable, au tour d'esprit
caressant, insinuant. Bernis dans ses Mémoires déclare qu'il n'y avait
personne pour tirer autant de parti d'un sourire qui avait l'air d'être
fin, ou d'un silence réfléchi.]

[441: Madame de Tencin engage quelque part Richelieu à ne point se
brouiller avec d'Ayen à propos de madame de Boufflers «qui n'est point
une femme sûre surtout quand elle a du vin dans la tête».]

[442: Dans une lettre à la date du 3 janvier 1742, madame de Tencin dit:
«Madame de la Tournelle a fait ses visites du jour de l'an avec mesdames
de Boufflers et de Luxembourg. Elles lui proposèrent en passant devant
la porte de mon frère de s'y faire inscrire. Madame de la Tournelle
refusa. Elles insistèrent et ne purent la déterminer: elle dit qu'elle
ne le connaissait point. Or, vous remarquerez qu'elle a dîné chez lui
dans un voyage qu'il fit à Paris avant d'être cardinal.» Madame de
Tencin dit dans une autre lettre: «Madame de la Tournelle et mon frère
se sont conduits comme la bienséance le demandoit; ils se sont fait
quelques politesses réciproques et ne sont pas allés plus loin...» Au
fond il y eut pendant assez longtemps du froid entre le cardinal et la
favorite à laquelle Belle-Isle avait persuadé, dit la _Chronique du
règne de Louis XV_, que le cardinal avait blâmé ses rapports avec le Roi
de France.]

[443: Cette répulsion pour madame de Tencin existait surtout au plus
haut degré chez le Roi; D'Argenson écrit quelque part: «Il lui venait la
_peau de poule_ quand on lui parlait de madame de Tencin.»]

[444: Rien n'avait égalé l'indifférence ou au moins l'indolence de Louis
XV lors de la bataille de Dettingen, cette bataille où le duc de
Rochechouart, les marquis de Fleury et de Sabran, les comtes d'Estrades
et de Rostaing furent tués, où le prince de Dombes, le duc d'Ayen, le
comte d'Eu, le duc d'Harcourt, Beuvron, le duc de Boufflers furent
blessés, et où pour la première fois, depuis qu'elle existait, la maison
du Roi perdit deux étendards.]

[445: _Correspondance du cardinal de Tencin, ministre d'État et de
madame de Tencin sa sœur, avec le duc de Richelieu, sur les intrigues de
la cour de France depuis 1742 jusqu'en 1757, et surtout pendant la
faveur de mesdames de Mailly, de Vintimille, de Lauraguais, de
Châteauroux et de Pompadour_. En un seul volume in-8 de 400 pages,
1790.--Ce livre, un des plus rares du XVIIIe siècle, et dont, par
parenthèse, l'exemplaire de la Bibliothèque nationale est incomplet, et
dont l'exemplaire que je possède provient de la bibliothèque du
malheureux Maximilien de Bavière, ne doit pas être confondu avec les
fausses correspondances de madame Gacon-Dufour et autres. Cette
correspondance dont on attribue quelquefois la publication à de La Borde
et à Soulavie, est due presque entièrement aux soins de Benjamin de La
Borde: le volume contenant 385 pages et Soulavie n'ayant été chargé de
la collation de l'édition qu'à partir de la page 369. Cette
correspondance a été imprimée incontestablement sur des originaux
confiés à M. de La Borde par Richelieu, peut-être pas avec toute la
fidélité réclamée aujourd'hui, mais telles qu'elles sont, ces lettres
apportent pour l'histoire des sœurs de Nesle, un document, que
j'hésiterais à citer textuellement jusqu'à la retrouvaille des
originaux, mais qui ne peut manquer d'être employé et produit dans son
esprit. Un petit nombre des lettres de madame de Tencin publiées dans le
volume de Benjamin de La Borde ont été reproduites en 1793 dans le
second volume de la _Vie privée de Richelieu_, et en 1823 dans un autre
recueil qui a un caractère plus sérieux: _les Lettres de madame de
Villars, de Lafayette, de Tencin_, Chaumerot jeune, 1823. À la fin du
volume se trouve une clef. _La guimbarde_, _Lesperoux_, _les robes
brodées_; c'est le Roi. _Les gouttes du général_; c'est madame de la
Tournelle. _Helvétius_, _le géomètre_; c'est Richelieu. _Mademoiselle
Sauveur_; c'est le cardinal Fleury. _Le cuisinier_; c'est d'Argenson,
etc.]

[446: _Fragment des Mémoires de madame la duchesse de Brancas_, publié
dans les lettres de Lauraguais à madame ***. Paris, Buisson, an
X.--_Portraits et caractères de personnages distingués de la fin du_
XVIIIe _siècle_, par Senac de Meilhan. Dentu, 1813.]

[447: Le duc de Luynes peint le maréchal de Noailles comme un grand
vieillard de soixante-cinq ans, au visage aimable. Retiré et enfermé
chez lui depuis des années il vivait dans la plus grande dévotion, une
dévotion qui allait jusqu'à se faire dire l'office des morts, couvert
d'un drap mortuaire pour l'expiation de ses péchés. Il savait beaucoup
de choses, mais assez superficiellement. Avec cela du brillant dans la
conversation, beaucoup de badinage dans l'esprit, de la singularité dans
l'imagination, des conceptions militaires et l'art de parler au soldat.

D'Argenson qui ne flatte pas ses contemporains dit du maréchal que
«c'est un fol et un hypocrite, un bonhomme un peu _bilboquet_, un brave
avantageux, une imagination déréglée conduite par un follet indécent et
malin, une cervelle hantée par des songes de la nuit, un _noctambule_.»

Quant à Saint-Simon, on sait qu'il était l'ennemi personnel du maréchal,
et qu'il l'a peint beaucoup trop en noir.]

[448: _Mémoires du duc de Luynes_, t. V.--_Mémoires du maréchal duc de
Richelieu_, t. VI.--_Mémoires du comte de Maurepas_, t. IV.]

[449: Là, dans cette conférence entre la mère et le fils, étaient sans
doute préparés les événements qui devaient éclater à la veille du départ
du Roi pour l'armée: la disgrâce d'Amelot, l'espèce d'exil à Lyon de
Tencin qu'on rendait responsable de la malheureuse tentative de Stuart,
l'envoi en province de Maurepas sous le prétexte d'une inspection des
ports; seul d'Argenson, le ministre de la guerre, qui appartenait au
parti de la favorite et des Noailles, devait suivre le Roi.]

[450: _Journal historique et anecdotique du règne de Louis XV_, par
Barbier, 1849, t. II.]

[451: Au maréchal qui implorait la présence du Roi, et le suppliait de
voir ses troupes, de visiter ses frontières que le Roi son bisaïeul
avait presque entièrement examinées à l'âge de seize ans, Louis XV qui
rêvait une action, une bataille, répondait que la seule visite de ses
frontières ne lui convenait nullement dans ce moment.]

[452: À propos de cette soirée à l'Opéra, qui eut lieu le 3 janvier
1744, le commissaire de police Narbonne écrit: «Bien des personnes
disent que le Roi ne devrait pas mener sa maîtresse avec ses filles.»
Narbonne raconte que, à un mois de là (le 9 février), le Roi se rendait
avec les deux sœurs, le duc d'Ayen, le comte de Noailles, déguisés de
manière à n'être pas reconnus, dans le bal public du _Cabaret Royal_,
bal dont l'entrée était de trois livres, et qui avait été fondé par
Cosson, le valet de chambre du comte de Noailles. Le Roi en sortait
bientôt en disant: «Voilà un vilain bal!»]

[453: _Mémoires du duc de Luynes_, t. V.]

[454: Il n'y avait même jamais eu de surintendante d'une dauphine en
France; madame de Montespan était surintendante de la Reine.]

[455: _Mémoires du duc de Luynes_, t. V.]

[456: Madame de Rottembourg qui avait dans les veines du sang de sa
mère, semble s'être fatiguée vite de la vie de couvent. Le marquis
d'Argenson donne cette anecdote sur son compte: «Fargis a fait la
cérémonie de marier deux couples d'amants mariés ailleurs. C'était au
camp de Compiègne où M. le duc de Biron commande. Madame de Rottembourg
et la duchesse de Vaujour l'y sont venus voir. On a bu et on a dit que
leur fréquentation était illégitime. On a habillé Fargis en pontife; on
lui a fait une mitre de carton; il a béni les prétendus mariés, puis il
a mis au lit M. de Biron avec madame de Rottembourg, et M. de Bissy avec
la duchesse de Vaujour.»]

[457: Frédéric II, dans l'_Histoire de mon temps_, vol. III chap. IV,
dit: «Le baron de Chambrier, depuis vingt ans ministre de Prusse à la
cour de Versailles, étant âgé, et n'ayant pas assez de liaisons avec les
gens en place pour se servir auprès du Roi de leur crédit, avait,
d'ailleurs, peu traité de grandes choses, et était scrupuleusement
circonspect. Cela fit juger au Roi qu'il fallait envoyer quelqu'un à
cette cour qui fût plus délié, plus actif, pour savoir à quoi s'en tenir
avec elle. Son choix tomba sur le comte de Rottembourg. En 1740, il
avait passé du service de France à celui de Prusse; il était apparenté
avec tout ce qu'il y avait de plus illustre à la cour: il pouvait par
ces voies se procurer des connaissances qui auraient échappé à d'autres
et, par conséquent, informer le Roi de la façon de penser de Louis XV,
de ses ministres, de ses maîtresses; car il fallait une boussole pour
s'orienter. Le trop grand feu du comte de Rottembourg pouvait se
tempérer par le flegme de M. de Chambrier: tous deux pouvaient rendre
des services utiles à l'État. Le comte de Rottembourg partit donc pour
Versailles. Il fit faire ses premières insinuations par Richelieu et par
la duchesse de Châteauroux.» Et le récit de Frédéric est confirmé par
Flassan dans son _Histoire de la Diplomatie Française_, t. V, où il
répète les expressions du Roi de Prusse disant que Rottembourg fit faire
les premières insinuations d'alliance par le maréchal de Richelieu et la
duchesse de Châteauroux.]

[458: La coopération de Frédéric n'était pas aussi désintéressée qu'elle
apparaît dans le récit fait par Richelieu à Besenval. Avant de partir de
Berlin, Rottembourg, étant venu sonder Valori, sur les dispositions du
ministère français à l'égard du Roi de Prusse, l'avait prévenu qu'il
fallait du grain à son oiseau, ajoutant: «Qu'est-ce que vous voulez lui
donner?» (_Mémoires et négociations du marquis de Valori, ambassadeur de
France à la cour de Berlin_, Paris, 1820. T. I.]

[459: _Mémoires du baron de Besenval._ Baudouin frères, 1821. T. I.]

[460: Quand la présence de Rottembourg fut connue à Paris, il fit
habilement répandre le bruit qu'il n'était chargé d'aucune négociation,
mais qu'il était venu pour se faire soigner de la blessure qu'il avait
reçue à la bataille de Molivitz.]

[461: _Correspondance du cardinal de Tencin et de madame de Tencin avec
le duc de Richelieu_, 1790.]

[462: Le maréchal de Belle-Isle, alors en disgrâce, mais qui disait que
la faveur d'un homme comme lui repoussait comme la barbe, et pour
lequel, nous l'avons dit, Frédéric avait la plus grande estime, était le
collaborateur de Rottembourg dans le projet du traité.]

[463: _Correspondance du cardinal de Tencin et de madame de Tencin avec
le duc de Richelieu_, 1790.--Flassan, dans son _Histoire de la
Diplomatie française_ dit que le traité fut signé le 5 juin.]

[464: D'Argenson dit que Rottembourg venu en France pour traiter
secrètement de la nouvelle alliance du Roi de Prusse, demanda dans ses
entrevues avec la duchesse et Richelieu, comme condition du traité de
juin 1744, le renvoi d'Amelot et que cela s'exécuta deux jours après.]

[465: Richelieu poussa très-vivement au renvoi du ministre, disant que
faire chasser Amelot, c'était toujours _crever un œil à Maurepas.]

[466: _Chronique du règne de Louis XV_. _Revue rétrospective_, t.
V.--Aux Archives nationales, dans les _Monuments historiques_, carton K,
138, existe un long mémoire manuscrit sur l'administration d'Amelot qui
se termine triomphalement par ces lignes: «Si l'on rapproche et le peu
de durée de son ministère (1737-1744) qui ne fut que de sept ans, et la
multitude et l'importance des révolutions qu'il dirigea, on conviendra
qu'il étoit difficile d'exécuter de si vastes projets en si peu de
temps. Reculer nos frontières et ajouter une province au Royaume, donner
des états à un Roi détrôné, placer sur le premier trône du monde un
prince faible, sans argent et presque sans armée, assurer au légitime
possesseur une succession disputée par des puissances redoutables,
rétablir la paix entre trois empires, soumettre à une république
orgueilleuse des insulaires jusqu'alors indomptables, abaisser du moins
pour un temps la maison d'Autriche, et mettre, pour ainsi dire, la
dernière main à l'ouvrage de Richelieu...»]

[467: C'était de lui dont Louis XV parlait, décidé qu'il était déjà à
reprendre la direction de la politique étrangère.]

[468: _Correspondance de Louis XV avec le maréchal de Noailles_, par C.
Rousset, Didier, 1869. Introduction.]

[469: _Mémoires du duc de Luynes_, t. VI.]

[470: _Mémoires de d'Argenson_, t. IV.--Barbier rapporte un bruit qui
courait à Paris sur la cause de la démission d'Amelot: «On dit à
présent, comme chose sûre, que le déplacement d'Amelot vient de ce que
le Roi de Prusse avant de nous abandonner en Bohême, ce qui a passé pour
trahison, avait écrit au Roi trois lettres que le cardinal Fleury avoit
reçues et tenues secrètes et dont il avoit défendu à M. Amelot de parler
au Roi, et que le Roi de Prusse, piqué de ne pas recevoir de réponse,
avait pris son parti. Cela s'est découvert. Le comte de Rottembourg,
envoyé extraordinaire du Roi de Prusse, en a montré au Roi les copies.
M. Amelot a été obligé de convenir du fait, et que, sur ses excuses, le
Roi lui a demandé de qui il était ministre, du Cardinal ou de lui.»
Amelot sortait du ministère fort pauvre, n'ayant que 1,000 écus de rente
et 18,000 de sa femme; il avait dépensé 30,000 livres de rente qu'il
devait avoir à la mort de son père pour faire honneur à l'état de
ministre.--Au fond, cette démission d'Amelot effrayait tous les
ministres et le comte d'Argenson disait au marquis: «Croyez que ceci est
la destruction du ministère; que ce sont les cabinets, les Noailles, M.
de Richelieu et la maîtresse qui veulent nous détruire pour régner, et
ils nous traitent comme vous voyez.»]

[471: Le duc de Luynes nous apprend qu'après la mort de madame de
Châteauroux, Frédéric fit demander par M. de Courten le portrait de la
favorite à d'Argenson qui le lui envoya.]

[472: _Œuvres de Frédéric II_. Berlin, Decker, 1854. T. XXV, p. 562.]

[473: _Œuvres de Frédéric_. Berlin, Decker, 1854, P. 561.]

[474: Lettres autographes de la duchesse de Châteauroux adressées au
maréchal de Noailles. Bibliothèque nationale, département des manuscrits
(_Supp. français_ 1234. _Recueil de lettres autographes du dix-huitième
siècle_). Cette correspondance, publiée pour la première fois par nous
dans les _Maîtresses de Louis XV_, on la retrouvera ici dans le corps du
volume et dans l'appendice.]

[475: _Correspondance de Louis XV et du maréchal de Noailles_, par C.
Rousset. Didier, 1869. T. I.--La lettre est datée du 11 septembre 1743.]

[476: Lettres autographes de la duchesse de Châteauroux au maréchal de
Noailles. Bibliothèque nationale, département des manuscrits(_Supp.
français_ n° 1234).]

[477: _Correspondance de Louis XV et du maréchal de Noailles_, par C.
Rousset, t. II.]

[478: _Mémoires du duc de Luynes_, t. V.]

[479: _Correspondance de Louis XV et du maréchal de Noailles_, par C.
Rousset. Didier, 1869. T. II.]

[480: _Mémoires du duc de Luynes_, t. V.--Pierre Narbonne, le premier
commissaire de police de Versailles, nous a laissé un curieux récit de
ce départ d'un Roi de France pour la guerre. Je le donne ici en note:

«Le Roi partit de Versailles pour se rendre à l'armée de Flandre, le
dimanche 3 mai, à trois heures un quart du matin. Il sortit de sa
chambre pour aller à la chapelle faire sa prière et adorer le
Saint-Sacrement. Il descendit par le petit escalier de la chapelle et
monta dans une calèche avec le duc d'Ayen, fils de M. le maréchal de
Noailles, faisant les fonctions de capitaine des gardes, le marquis de
Beringhen, premier écuyer, et le marquis de Meuse.

«L'escorte était composée d'officiers aux gardes et de vingt gardes.

«La chaise de poste du Roi suivait. Il y avait dans le coffre de cette
voiture deux millions en or.

«Venaient ensuite une cantine et un fourgon sur lequel il y avait des
roues, cordages, essieux et autres ustensiles pour servir au besoin.

«Sur les quatre heures, le Roi fut rencontré à Sèvres suivi de sa chaise
de poste, dans laquelle il n'y avait personne, et de onze autres
chaises. Il passa à la Muette ou il entendit la messe et en partit pour
aller droit à Péronne, à 31 lieues de Paris, où il doit rester jusqu'au
mardi 5 mai.

«Sa Majesté, qui devait partir incognito et n'emmener personne, a changé
d'opinion.

«Le reste de sa maison militaire comme gardes du corps, gendarmes,
chevau-légers et mousquetaires, quatre-vingts suisses, gardes de la
porte, la prévôté de l'hôtel, vingt-quatre pages de la grande et petite
écurie, vingt-quatre valets de pied, ont ordre de partir depuis le lundi
4 jusqu'au samedi 9 mai. Il y aura aussi un détachement de la bouche et
autres offices du Roi.

«On dit que les bureaux de la guerre se tiendront à Lille.

«M. d'Argenson, ministre de la guerre, était parti dès la veille du
départ du Roi.

       *       *       *       *       *

«La veille de son départ (2 mai), le Roi écrivit une lettre à Mgr
l'Archevêque de Paris pour ordonner des prières publiques et pour
demander à Dieu la prospérité de ses armes.

«Le 3 mai parut un mandement de Mgr l'Archevêque, portant que l'on
ferait des prières de quarante heures qui commenceraient à Paris le 6
mai et continueraient les deux jours suivants, et que jusqu'au retour du
Roi, on ferait des processions les dimanches et fêtes entre vêpres et
complies.

«Les prières de quarante heures commencèrent à Versailles, le dimanche
10 mai. La Reine vint à la grand'messe, puis à vêpres et au salut avec
Mgr le Dauphin et Mesdames de France. Le lundi et le mardi, la Reine
vint seule au salut; le mardi, elle suivit avec toutes ses dames la
procession derrière le Saint-Sacrement.»]

[481: _Journal de Barbier_, édition Charpentier, t. III.]

[482: _Correspondance de Louis XV et du maréchal de Noailles_, par C.
Rousset. Introduction.]

[483: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, t. IV.]

[484: Le Roi abandonnait la campagne commencée pour aller recevoir sa
maîtresse à Lille et tout en écrivant au maréchal de Noailles:
«Quoiqu'il fasse très-beau et bon ici, je suis tout prêt à partir
aussitôt que ma présence pourra être de la plus petite utilité...» Louis
XV ne se pressait pas de retourner au siège.]

[485: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, par Soulavie, t. VII.]

[486: _Mémoires de d'Argenson_. Édition de Renouard, t. IV.--La nouvelle
est donnée par d'Argenson à la date du 5 mai; aussi ne faut-il regarder
la lettre de la duchesse datée du 11 mai, que je donne dans l'appendice,
et où elle se lamente d'être menacée de ne pas voir le Roi pendant cinq
mois, que comme un moyen d'intéresser à son départ le maréchal de
Noailles. Du reste, il n'est pas impossible que l'appel par le Roi de sa
maîtresse, qui devait presque aussitôt son départ se rendre de Plaisance
à Séchelles et de Séchelles à Lille, ait été retardé par des causes
inconnues. Il avait été question au mois d'avril d'un mode de
rapprochement abandonné depuis. La duchesse devait aller prendre les
eaux à Saint-Amand, et la comtesse de Toulouse avait envoyé plusieurs
chariots pour meubler un de ses châteaux de la Flandre, où la maîtresse
de Louis XV aurait été à portée du camp et du quartier du Roi.]

[487: Richelieu, usant de son ascendant sur son ancienne maîtresse,
l'avait décidée à ce voyage dans l'intention de donner un illustre
cortège à la duchesse.]

[488: Madame de Châteauroux avait une certaine inquiétude de ce voyage
de la vieille princesse, d'après les secrets motifs que les bruits de la
cour et les communications de madame de Tencin prêtaient à ce voyage.
Suivant une lettre de Mademoiselle écrite à M. de Langeron, un objet qui
tenait plus à cœur à la princesse de Conti, que la chute de son gendre
et la grossesse de sa fille, était un renversement du ministère suivi du
retour de Chauvelin. On lui attribuait encore la pensée de donner sa
fille au Roi pendant l'absence de la duchesse de Châteauroux.]

[489: _Lettres autographes de la duchesse de Châteauroux._ Collection
Leber. Bibliothèque de Rouen.]

[490: _Mémoires du duc de Luynes_, t. VI.--«Madame de Flavacourt, sœur
de madame de Châteauroux, dit d'Argenson à la date du mois d'avril,
belle, mais fausse, avec peu d'esprit ni de naturel, a été lorgnée par
le Roi et y a répondu; il a été question d'un marché à l'imitation de sa
sœur. Elle a voulu pour première condition que l'on renvoyât sa sœur, le
Roi a craint que cela donnât une nouvelle scène au public et les grands
frais d'une maîtresse nouvelle déclarée, de sorte que la première
personne à qui il a été le dire c'est à madame de Châteauroux. Sur quoi
elle a dit: _Sire, vous me chasserez, si vous voulez, mais je commence
par vous demander ou que cela soit sur-le-champ, ou que ma sœur le
soit_; et sur cela il a été déclaré que ladite sœur de Flavacourt ne
serait plus des cabinets, ni de la Muette, ni de Choisy.]

[491: «Je crois aussi que M. de la Rochefoucauld mettra le peu qu'il
sait en usage pour faire réussir la Flavacourt. Elle est très-engraissée
et, par conséquent, embellie. Elle paraît de la plus grande gaieté. La
Reine l'accable de caresses. Tout cela marque du moins des espérances.»]

[492: La préférence donnée par le Dauphin à la figure de madame de Muy,
la plus laide de toute la cour, sur la figure de madame de Flavacourt,
amusait un moment tout Versailles.]

[493: Dans une lettre du 19 juin 1744 adressée à Richelieu, madame de
Tencin écrit: «... Voici dans la plus grande exactitude tout ce qui
s'est passé à ce sujet. On vient de dire à mon frère, de la part de
l'homme que vous savez, que la Flavacourt écrivoit au Roi, que les
lettres étoient sous l'enveloppe de Lebel, que comme les lettres étoient
adressées au Roi, on n'avoit osé les décacheter, mais qu'on connoissoit
le caractère. La chose nous parut si importante que nous ne nous tînmes
pas à ce premier avis. On renvoya celui qui l'avoit donné faire de
nouvelles questions; on le pria de bien examiner la chose, il répondit:
qu'il ne pouvoit s'y méprendre, qu'il connoissoit parfaitement le
caractère des trois sœurs et leur cachet (je vous rapporte ses propres
termes); qu'il étoit sûr que les lettres pour le Roi adressées à Lebel
étoient de madame de Flavacourt; qu'il y en avoit eu de Versailles et de
Paris et qu'à vue de pays il pouvoit y en avoir dix ou douze depuis ce
premier avis... Voilà l'homme qui vient encore de voir celui qui a vu
les lettres et qui lui avoit dit de la part de mon frère qu'il s'étoit
trompé, et que madame de Flavacourt n'avoit point écrit: il a soutenu
qu'il ne s'étoit pas trompé, qu'il était sûr de ce qu'il avoit dit...»]

[494: «... Je parle d'abord de la lettre de madame de Lauraguais, et
puis de quelque chose de plus intéressant, c'est d'une conversation de
la Reine et de madame de Flavacourt. La Reine lui a dit que le Roi
l'avait lorgnée à son souper. Elle ajouta qu'elle n'avoit pas de
meilleure amie qu'elle, et qu'elle voulait être sa confidente. La
Flavacourt répondit qu'elle lui diroit tout; que, si la chose arrivoit,
elle ne se livreroit que par crainte, n'ayant aucun goût pour le Roi;
mais qu'elle ne vouloit pas être chassée de la cour et se trouver encore
dans la nécessité de vivre avec son mari.»]

[495: _Mémoires du duc de Luynes_, t. VI.]

[496: _Ibid._--_Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, par Soulavie, t.
VI.]

[497: Le samedi 16 mai la princesse de Conti demandait à la Reine une
audience dans laquelle elle lui faisait part du projet de son voyage,
lui en expliquant les motifs, lui demandant son agrément. La Reine qui
désapprouvait fort le voyage, lui disait fort honnêtement que cela ne la
regardait en aucune manière et que la princesse n'avait besoin d'aucun
agrément. Là-dessus la princesse de Conti faisait allusion aux discours
qu'on tenait dans le public, déclarait qu'ils n'avaient aucun fondement,
et qu'elle ne menait point avec elle mesdames de Châteauroux et de
Lauraguais, ajoutant, qu'il n'y avait eu aucune proposition faite de sa
part, ni de celle de ces dames, ni rien de concerté ensemble. Les deux
princesses partaient le 29 mai, laissant le public assez étonné de ne
pas voir les deux sœurs profiter de leur départ pour se rendre en
Flandre.]

[498: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, par Soulavie, t VII.]

[499: _Mémoires du duc de Luynes_, t. V.]

[500: Madame de Rubempré étant allée, la veille du départ de ces dames,
coucher à Plaisance, elles lui proposèrent de l'emmener avec elles en
Flandre; l'arrangement ne put se faire sur-le-champ, mais madame de
Rubempré promit d'y aller, et, dit de Luynes, elle est partie ou part
ces jours-ci.]

[501: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, t. IV.]

[502: De Meuse n'était que malade. Il jouera bientôt un rôle dans la
maladie de Metz, un rôle de dévouement pour la femme, qui dans les
premiers temps de sa faveur ne pouvait le souffrir, mais semble, à
l'heure présente, être prise d'un commencement d'attachement pour le
vieux familier de Louis XV.]

[503: Les frères Salles, hommes d'affaires auxquels s'intéresse la
duchesse de Châteauroux, et dont parle très-souvent madame de Tencin
dans ses lettres.]

[504: _Lettres autographes de la duchesse de Châteauroux_. Collection
Leber. Bibliothèque de Rouen.]

[505: Le maréchal de Coigny commit de grandes fautes dans cette affaire.
Il laissa passer par surprise une armée de 60,000 hommes sur quatre
points différents, et ne l'apprit que le lendemain au soir. M. de Coigny
était âgé et atteint d'une rétention d'urine.]

[506: Le Roi quittait Dunkerque le 19 juillet.--Louis XV part en lançant
cette phrase qui promettait: «Je sais me passer d'équipage, et, s'il le
faut, l'épaule de mouton des lieutenants d'infanterie me nourrira
parfaitement.»]

[507: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, t. IV.]

[508: En mourant, la duchesse de Châteauroux dira qu'elle a été
empoisonnée dans une médecine à Reims.]

[509: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, t. IV.]

[510: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, t. VIII.--«La maison
habitée par la duchesse de Châteauroux était la maison abbatiale du
premier président. Il y eut trois galeries en planches de faites dont la
troisième sur la rue scandalisa le peuple, l'usage en étant bien
marqué.» (_Mémoires du duc de Luynes_, t. VI.)]

[511: La _Remarquable histoire de la vie de la défunte Anne-Marie de
Mailly, duchesse de Châteauroux_... publiée en allemand en 1746, parle
d'un assez bizarre cadeau offert par les juifs de Metz au Roi, qui en
fit hommage à la duchesse de Châteauroux. «Ils firent faire, dit
l'écrivain allemand, un précieux melon en or et l'offrirent au Roi. La
tige de ce melon était garnie de diamants, et l'intérieur au lieu de
pépins était rempli de petits diamants et de pierres précieuses. La
valeur de cet objet fut estimée à dix mille pistoles. Le Roi accepta
gracieusement ce cadeau qu'il ne crut pouvoir mieux utiliser qu'en le
donnant à la duchesse de Châteauroux qui trouva ce don fort agréable.»]

[512: Cette maladie de Metz sauvait le prince Charles dont l'armée
allait être prise ou détruite. Le maréchal de Noailles qui écrivait au
Roi, de Schelestadt à la date du 9 août: «Je suis dans une véritable
inquiétude de savoir Votre Majesté incommodée et d'être hors de portée
de savoir de ses nouvelles à tous moments... Mon tendre et inviolable
attachement pour la personne de Sa Majesté ne me laissera aucune
tranquillité que je ne la sache entièrement rétablie»; le maréchal de
Noailles, le vieux courtisan, aura, tout le temps que la vie du maître
est en danger, l'attention si bien tournée vers la chambre du Roi, et sa
vigilance se trouvera tellement distraite des mouvements de l'ennemi par
la lutte du parti de la Tournelle et du parti des princes du sang, que
lorsqu'il combinera son mouvement d'enveloppement, le prince Charles
aura déjà passé le Rhin, _à la barbe_ de l'armée française, et marchera
par la Souabe sur la Bohême menacée. Le maréchal n'aura que le
très-médiocre avantage de battre dans deux combats, une arrière-garde
sacrifiée à dessein. Sur cette faute militaire, l'envoyé prussien, M. de
Schmettau, éclatait en reproches contre l'ami de la _ritournelle_,
contre le maréchal de la maîtresse chassée, si bien qu'un moment on le
faisait responsable de l'atteinte portée à la vie du Roi par ce voyage
de Dunkerque à Metz entrepris par son conseil, sous l'influence mortelle
de chaleurs caniculaires. Dans ces circonstances, le maréchal demandait
une entrevue au Roi qui lui répondait cette lettre amicale où l'on peut
voir au fond un congé donné à l'homme de guerre: «Metz, ce 30 août
1744.--Je serai ravi de vous revoir, monsieur le maréchal, vous me
trouverez avec bien de la peine à revenir, il est bien vrai que c'est de
la porte de la mort. Ce n'a pas été sans regret que j'ai appris
l'affaire du Rhin, mais la volonté de Dieu n'était pas que j'y fusse, et
je m'y suis soumis de bon cœur, car il est vrai qu'il est le maître de
toutes choses, mais un bon maître. En voilà assez, je crois, pour une
première fois.» La petite cour de Metz était dans l'attente de
l'entrevue. Le maréchal se rendait chez le Roi sur les huit heures, Sa
Majesté jouait, le maréchal mettait un genou en terre et lui baisait la
main avec effusion, le Roi lui disait: «Vous voyez, monsieur le
maréchal, un ressuscité,» et il n'était question de rien de particulier.
Depuis cette visite, dix jours se passaient sans que le maréchal pût
travailler avec le Roi; et il voyait, lui, le général en chef de l'armée
d'Alsace, les troupes menées au siége de Fribourg par le maréchal de
Coigny, et quand il demandait au Roi s'il aurait l'honneur de
l'accompagner, Louis XV lui disait assez sèchement: «Comme vous
voudrez.»]

[513: Le bruit courut que, cette nuit, Richelieu avait enfermé le Roi
avec les deux sœurs.]

[514: Pendant la convalescence de Louis XV, la Peyronie interrogé par le
duc de Luynes sur ce qu'il pensait de la maladie du Roi, lui répondit:
«que le Roi, dans l'état ordinaire de bonne santé, étoit dans l'usage
d'aller deux fois par jour à la garde-robe et abondamment; que plusieurs
jours avant, continuant à toujours manger de même, il n'alloit plus que
rarement et que peu à la fois, ce qui avoit formé un amas considérable
de matières qui avoient reflué dans le sang; qu'outre cela il croyoit
qu'il avoit eu un coup de soleil, ce qui paroissoit démontré par une
douleur fixe qu'il avoit dans un côté de la tête, et très-vive que le
Roi a eue pendant toute sa maladie, ce qui donnoit avec raison les plus
grands sujets d'inquiétude. La Peyronie m'a ajouté qu'à ces deux
accidents il croyoit qu'il s'étoit joint un peu de fièvre maligne, qui
cependant n'étoit pas accompagnée de tous les symptômes ordinaires de
cette fièvre.»]

[515: Il n'y avait à Metz de princes du sang que le duc de Chartres, le
comte de Clermont, le duc de Penthièvre, et encore ce dernier,
convalescent de la petite vérole, ne pouvait-il sortir de sa chambre.]

[516: À quelques temps de là on chantait à Paris sur l'air des _Pendus_
une chanson faite sur leur confrère par des médecins.

     Or, écoutez petits et grands,
     L'histoire du chef des merlans,
     Qui s'est joué, l'infâme traître,
     Des jours de son Roi, de son maître,
     Et faillit à nous perdre tous
     Pour complaire à madame Enroux.
]

[517: Malgré le désir qu'avait le Roi d'avoir les soins de Dumoulin
qu'il avait demandé dès le 9, malgré l'impatience de son arrivée, ce ne
fut que le 13 qu'on lui envoyait un courrier et il n'arrivait à Metz que
le dimanche 16.]

[518: _Fragment des Mémoires de madame la duchesse de Brancas_. Lettres
de Lauraguais à madame ***. Buisson, 1802.]

[519: _Mémoires du duc de Luynes_, t. VI.]

[520: _Ibid._, t. VI.]

[521: D'après la _Vie privée de Louis XV_ qui l'a emprunté aux _Amours
de Zeokinizul roi des Kofirans_, le comte de Clermont aurait enfoncé le
battant de la porte d'un coup de pied, en adressant à Richelieu: «Quoi!
un valet tel que toi, refusera la porte au plus proche parent de ton
maître!»]

[522: _Mémoires du duc de Luynes_, t. VI.]

[523: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, par Soulavie, t. VII.]

[524: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, t. VIII.--Dans le récit
de la maladie de Metz où Soulavie tire tous ces détails du duc de
Luynes, il ne raconte pas cette conférence entre la favorite et le P.
Pérusseau d'après les mémoires du duc. Le courtisan chroniqueur dit en
effet seulement ceci: «On prétend que le mardi ou le mercredi, madame de
Châteauroux et M. de Richelieu voyant le danger où étoit le Roi, avoient
parlé au P. Pérusseau pour tâcher d'user de ménagement pour elle, s'il
étoit question de confession, madame de Châteauroux lui ayant donné
parole positive qu'elle ne rentreroit plus dans la chambre du Roi
pendant sa maladie et qu'elle ne reverroit jamais le Roi qu'en qualité
d'amie. Je ne suis point du tout certain de ce fait. On ajoute que la
proposition ne fut point agréée par le P. Pérusseau, et cela est aisé à
croire.»]

[525: Le 11, la Peyronie avait parlé à M. de Soissons du danger où se
trouvait le Roi, mais le mercredi, quoique l'état fût aggravé, il lui
disait que rien ne pressait.]

[526: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, par Soulavie. Buisson.
1793, t. VI.]

[527: _Mémoires du duc de Luynes_, t. VI.]

[528: _Mémoires du duc de Luynes_, t. VI.--_Mémoires du maréchal duc de
Richelieu_, par Soulavie. Buisson, 1793.--Presque aussitôt l'expulsion
des deux sœurs, M. de Soissons donnait l'ordre, malgré la solennité de
la fête du lendemain, de détruire la galerie qui conduisait madame de
Châteauroux chez le Roi, et cette destruction fut menée avec tant de
diligence que le samedi à l'heure que tout le monde se réveilla, il n'y
avait plus vestige de galerie. «Les bois, dit de Luynes, étoient
enlevés, les murs reblanchis, de manière que ceux qui l'avoient vue la
veille et les jours précédents pouvoient croire s'être trompés.» Devant
le pouvoir pris par M. de Soissons sur l'esprit du Roi la valetaille
murmurait: «Notre bon maître va donner à présent son royaume à M. de
Fitz-James, s'il le lui demande pour son salut.»]

[529: _Mémoires du duc de Luynes_, t. VI.--Bouillon écrivait aussitôt à
la Reine, il lui disait: que son respect et son attachement pour elle,
et le devoir de sa charge ne lui permettaient pas de lui laisser ignorer
l'état où se trouvait le Roi, que la nuit avait été fâcheuse, la matinée
peu consolante, que le Roi avait eu des agitations si violentes pendant
la messe qu'il avait demandé aussitôt le Père Pérusseau, qu'il s'était
confessé avec beaucoup d'édification, qu'il devait recevoir le viatique
le soir de ce même jour. Avec la lettre de Bouillon, arrivait un
courrier de d'Argenson qui disait à peu près les mêmes choses que le
chambellan du Roi, et annonçait à Marie Leczinska que Louis XV trouvait
bon que la Reine s'avançât jusqu'à Lunéville, M. le Dauphin et Mesdames
jusqu'à Châlons. Le lendemain, la Reine partait à sept heures du matin
pour Metz, où elle arrivait le lundi à onze heures. Le Roi qui dormait,
s'éveillait, l'embrassait, lui demandait pardon des peines et des
chagrins qu'il lui avait donnés. Le rapprochement entre les deux époux
durait bien peu de temps. À quelques jours de là, lorsque le Roi était
rétabli, elle lui demandait de permettre de le suivre à Saverne, à
Strasbourg, il lui répondait froidement: «Ce n'est pas la peine,» et
sans vouloir plus longtemps l'entendre allait faire la conversation avec
les gens qui étaient dans la chambre.]

[530: _Mémoires de Maurepas_, t. IV.]

[531: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, par Soulavie, t. VII.]

[532: _Journal de Barbier_, édition Charpentier, t. III.--Le Roi avait
huit aides de camp, tous maréchaux de camp qui étaient M. le marquis de
Meuse, lieutenant-général, le duc de Richelieu, le duc de Boufflers, le
duc de Luxembourg, le prince de Soubise, le duc d'Ayen, le duc de
Picquigny et le duc d'Aumont. D'après la _Vie privée de Richelieu_, le
duc aurait reçu le jour où il fut administré, une lettre anonyme dans
laquelle on l'engageait à quitter Metz, sa vie courant des dangers.
D'Argenson le poussait pour sa sûreté aussi à retourner à Paris,
l'avertissant, en ami, qu'il avait entendu dire que M. de Soissons, qui
devait administrer le Roi, avait projeté de s'adresser personnellement à
lui, pour lui reprocher publiquement d'être la cause du désordre de ce
prince. Mais Richelieu qui se défiait de d'Argenson persistait à
rester.]

[533: Dans le premier moment de leur disgrâce, les deux sœurs n'auraient
pas trouvé dans les écuries du Roi un officier qui voulût leur donner
une voiture pour les soustraire au peuple ameuté. C'était M. de
Belle-Isle qui leur prêtait un carrosse avec lequel elles sortaient de
la ville, et attendaient dehors avec mesdames de Bellefonds, du Roure,
de Rubempré, leurs voitures. Elles avaient reçu un premier ordre de
d'Argenson qui leur ordonnait de se retirer à quatre lieues de Metz sans
désignation d'endroit; sur une indication de Belle-Isle, elles s'étaient
rendues dans un château d'un président de Metz qui n'était pas meublé.
La nuit suivante, à deux heures du matin, elles recevaient un nouvel
ordre de continuer leur voyage. Avec cet ordre était arrivé un courrier
de cabinet qui avait la prescription de leur faire éviter la rencontre
de la Reine, de M. le Dauphin, de Mesdames; et le duc de Luynes les
rencontrait à Sainte-Menehould courant à trois berlines et ayant fait
déjà plusieurs détours à cause du changement de route de la Reine.]

[534: _Mémoires du duc de Luynes_, t. VI.--La nuit du vendredi au samedi
15 août était encore plus mauvaise que toutes les nuits précédentes et
l'on s'attendait à tout moment à apprendre la mort du Roi. Dans le
cabinet du maréchal de Belle-Isle qui se trouvait au-dessous de la
chambre de Louis XV, l'on n'entendait pas remuer que l'on ne crût que
c'était le dernier moment de Sa Majesté. D'Argenson avait donné l'ordre
d'emballer ses papiers, le duc de Chartres faisait atteler sa chaise de
poste pour se rendre à l'armée du Rhin. À six heures du matin, on appela
les princes pour assister aux prières des agonisants, et depuis six
heures jusqu'à minuit Louis XV tomba dans une espèce d'agonie. Le nez du
Roi enflait, ses yeux changeaient, sa poitrine s'emplissait... Les
médecins avaient perdu la tête, et le mourant était abandonné aux
empiriques. Un chirurgien d'Alsace, nommé Moncerveau, qui vivait à Metz,
lui donnait une dose d'émétique qui amenait une évacuation et un
soulagement. La nuit du dimanche au lundi était encore terrible, et le
lundi matin, le chapelain qui lui portait, après la messe, le corporal à
baiser était effrayé de l'immobilité du Roi. Un mieux cependant se
produisait vers le 17. Le 23, Dumoulin déclarait que le Roi était hors
de danger, et le 26 comme première marque de convalescence on lui
faisait la barbe et on lui donnait du pain dans du bouillon.]

[535: Les deux sœurs quittaient Metz le 14 août et arrivaient le 20 août
à Plaisance, où elles séjournaient avant leur rentrée à Paris.]

[536: «Dumoulin, disent les _Mémoires de Maurepas_, qui est arrivé à
midi et demi (dimanche 16), l'a trouvé bien: il a même dit au Roi qu'il
aurait part aux bénéfices sans en avoir eu les charges; en lui tâtant le
ventre, il lui a dit: Votre Majesté a le ventre d'une fille, il est dans
un état qui tend à sa convalescence.»]

[537: _Lettres autographes de la duchesse de Châteauroux_. Collection
Leber. Bibliothèque de Rouen.]

[538: Malgré toutes les précautions prises pour que la Reine et la
favorite ne se rencontrassent pas, de Luynes dit qu'elles se croisèrent
à Bar-le-Duc.]

[539: On voit que la duchesse de Châteauroux est toujours préoccupée
d'être remplacée par sa sœur, madame de Flavacourt. La voiture de la
duchesse s'était, en effet, croisée avec la voiture de la _Poule_.
Madame de Flavacourt avait si bien supplié la Reine de l'emmener, que
celle-ci avait maladroitement cédé. Cependant, dans les premiers jours,
la Reine empêchait madame de Flavacourt de monter chez le Roi. Le 6
septembre, premier jour de la semaine de madame de Flavacourt, la Reine
ne paraissait pas au dîner du Roi, pour que la sœur de madame de la
Tournelle n'apparût pas aux yeux du Roi, au grand jour et toute seule.
Elle n'entrait que le soir avec toutes les autres dames, à l'heure du
souper. Mais le Roi chez lequel on craignait une émotion, un ressouvenir
des deux sœurs ne laissait rien apparaître. Toutefois, soit la
connaissance du blâme général pour sa complaisance, soit la gêne que
mettait la sœur des deux favorites dans la petite cour groupée autour du
convalescent, la Reine, lors de son départ pour la cour de son père,
disait assez sèchement à madame de Flavacourt qu'elle ne pouvait la
ramener et la laissait regagner Paris à ses frais et à sa guise.]

[540: Lettres autographes de la duchesse de Châteauroux. Collection
Leber. Bibliothèque de Rouen.]

[541: _Vie privée de Louis XV_. Londres, 1785, t. II.--_Les amours de
Zéokinizul, Roi des Kofirans_. Amsterdam, 1747.--À la
Ferté-sous-Jouarre, où les deux sœurs furent reconnues, les paysans,
sans l'intervention d'un notable du pays, brisaient les voitures et
mettaient en pièces les deux favorites.]

[542: Il s'agit du projet de son voyage à Strasbourg. La Reine demandait
à suivre le Roi qui, endoctriné par Richelieu, refusait sa demande
presque impoliment.]

[543: D'Argenson qui, au dire de Soulavie, lors de l'expulsion de la
duchesse, lui avait adressé un geste de hauteur et de mépris, voyant
l'amour renaître chez le Roi, cherchait à se rapprocher d'elle et de
Richelieu.]

[544: Lettres autographes de la duchesse de Châteauroux. Collection
Leber. Bibliothèque de Rouen.]

[545: Cette lettre que madame de Châteauroux voulait faire parvenir au
Roi dans un moment favorable, ne lui était remise que le 10 octobre,
dans son passage à Saverne pour se rendre au siège de Fribourg.]

[546: Lettres autographes de la duchesse de Châteauroux. Collection
Leber. Bibliothèque de Rouen.]

[547: Lettre de la duchesse de Châteauroux, publiée dans
l'_Isographie_.--La voici toute entière:

     _À Plaisance, _4_ mai _1745.

_Vous ettes charmant, cher oncle, de me tenir parole et de me donner
tous les jours des nouvelles du Roy. Je vous en ay une obligation que je
ne peut vous dire. Cela augmenteroit, si cela etoit possible, l'amitié
que j'ay pour vous. Je m'ennuye à périr, cela ne paroît-il pas le plus
singulier du monde. Je ne reconnoit en moy ni madame de la Tournelle, ni
madame de Châteauroux, je suis une étrangère pour moy. Cela ne fait pas
une situation agréable au moins, cher oncle. Je ne sçay pas combien
cette mauvaise plaisanterie durera, mais elle ne vaut rien du tout. Je
vous écriré plus au long par le courrier; en attendant, je vous souhaite
toute sorte de bonheur et de prospérité.

     La D. de Châteauroux.

À Monsieur le duc de Richelieu à l'armée de Flandres._ (Collection
d'Aimé Martin.)]

[548: Dans un journal de la campagne de Louis XV en 1744 ou _mémorial
essentiel_ pour rédiger l'histoire curieuse des intrigues, etc. publié
dans les _Mémoires de Maurepas_, nous trouvons à la date du 19
septembre: «Le Roi dit du bien de Richelieu au maréchal de Noailles,
afin qu'il revienne près de lui.» Il est un autre document plus
significatif daté du lendemain et que nous trouvons aux Archives:

Aujourd'huy 20 septembre 1743. Le Roy étant à Metz et ayant accordé à la
duchesse de Lauraguais une pension de 9,000 livres pour en jouir à
compter du jour de son mariage et désirant lui donner un titre qui
assure cette grâce, Sa Majesté a déclaré et déclare, veut et entend que
ladite dame duchesse de Lauraguais jouisse, sa vie durant, de la somme
de 9,000 livres de pension et qu'elle en soit payée par chacun an à
commencer du 23 février 1743 sur ses simples quittances par les gardes
du Trésor Royal présents et à venir... Registre du Secrétariat d'État.
Registre O/1 88.]

[549: Lettres autographes de la duchesse de Châteauroux. Collection
Leber. Bibliothèque de Rouen.--Dans ce mois d'octobre, la duchesse de
Châteauroux semble assurée de sa rentrée en faveur, et fait de la
protection comme si elle était favorite. Voici une lettre de la fin du
mois adressée à Richelieu:

     _À Paris, ce 25 octobre.

Voilà un mémoire, cher oncle, qui vous expliquera ce que l'on désire de
vous pour M. du Fesy, reellement si vous le pouves vous feré tres-bien,
car il est bien facheux pour luy d'avoir manques l'affaire des postes et
celle-cy le dédommageroit en quelques façons, enfin je suis chargé de
vous presser très fort pour que vous luy accordies et je m'en acquitte.
Par votre dernière lettre, je vous vois de très méchante humeur, et je
ne peux pas dire que vous ayé tort, car tout ce qui vous est arrivée est
fort désagréable et je l'ay senty je vous assure encore mieux que vous.
Mais pourquoy ne songerions nous a vous faire envoyer au devant de la
dauphine, lon dit que la commission est encore plus honorable que
l'autre, j'en parlé hier avec le cardinal de Tencin qui aprouva mon
idée; qu'en dite vous, si vous laprouviez nous chercherions les moyens
de la faire parvenir jusqu'au roy, mais sur toute chose n'ayé pas l'air
d'y songer et n'en parlé a personne, car si nous ne réussissons pas ce
seroit encore pis, je voulois vous ecrire fort longuement aujourd'hui,
mais j'ay été malade comme une bete toute ma journée de ma colique. Vous
n'auré qu'un petit bonsoir, ce maudit siège (le siège de Fribourg) me
fait trembler, je ne peut pas vous dire les inquietudes que vous me
causè, car je regarderé comme une espèce de miracle si il y en a un de
vous qui en revienne; vous scavez, cher oncle, comme je vous aime je
vous assure que je ne suis point changé et qu'au contraire je vous aime
si cela est possible encore davantage._ (Lettres autographes de la
duchesse de Châteauroux. Bibliothèque de Rouen.]

[550: La lieutenance de Belle-Isle dont parle madame de Châteauroux, est
la lieutenance générale de Pologne, qui lui avait été donnée par le Roi
de Pologne le 1er octobre 1744.]

[551: Le chevalier de Grille cité fréquemment dans les lettres de madame
de Tencin comme un ami intime de madame de Châteauroux.--Le duc de
Luynes dit dans son journal, à la date du samedi 25 janvier: «On sut
hier au soir ici que le Roi a donné à M. le chevalier de Grille la
compagnie des grenadiers à cheval: Le chevalier de Grille est fort ami
de madame la duchesse de Châteauroux et depuis longtemps.»]

[552: Le Roi arrivait à Paris le 13 novembre au soir, il entendait le 14
le _Te Deum_ à Notre-Dame, le 16 il allait dîner à l'Hôtel de Ville, de
là se rendait au Salut des Grands-Jésuites de la rue Saint-Antoine, puis
parcourait toutes les illuminations de Paris jusqu'au bout de la rue
Saint-Honoré. Soulavie qui a la spécialité des autographes suspects,
cite une lettre de la duchesse de Châteauroux qui dit s'être mêlée à la
foule pour voir le BIEN-AIMÉ, et avoir été arrachée de sa contemplation
amoureuse par «_Voilà sa p..._» La lettre est-elle vraie, et l'injure
a-t-elle été subie? Ce qu'il y a de certain, c'est que quelques jours
après, sur la nouvelle de la reprise de la favorite par le Roi, il
courait à la halle cette phrase pittoresque: «Il reprend sa _guinche_,
eh bien! s'il retombe malade, il n'aura pas de nous un _Pater_.» La
lettre donnée par Soulavie est redonnée dans la _Vie privée de
Richelieu_ au milieu d'un certain nombre de lettres de la duchesse de
Châteauroux. Ces lettres, qui sont jointes à des lettres de Louis XV
beaucoup plus incontestables, je ne les crois pas absolument fabriquées,
et cependant je n'ai qu'une très-médiocre confiance dans leur parfaite
authenticité, n'y retrouvant pas le ton hautain, les allures viriles,
les expressions énergiques et triviales qui sont la signature des
lettres de la collection Leber.]

[553: _Mémoires du duc de Luynes_, t. VI.]

[554: _Mémoires du duc de Richelieu_, par Soulavie, t. VIII.]

[555: _Fragment des Mémoires de madame de la duchesse de Brancas_.
Lettres de Lauraguais à madame ***. Buisson, 1802. Ce sont les seuls
mémoires qui parlent d'une entrevue secrète à Versailles.]

[556: _Mémoires du duc de Richelieu_, par Soulavie, t. VII.]

[557: _Mémoires de d'Argenson_, édition Renouard, t. IV.]

[558: Narbonne, le commissaire de police de Versailles, raconte que le
chancelier ayant conjuré M. de Châtillon en son nom et au nom de tout le
royaume de ne pas emmener le Dauphin, avait fini par lui dire:
«Monsieur, vous vous en repentirez»; à quoi, M. de Châtillon avait
répondu qu'il prenait à son compte les suites de l'événement. Il avait
ordre de ne s'avancer que jusqu'à Châlons, puis jusqu'à Verdun; mais
ayant résolu dès Versailles de mener le Dauphin jusqu'à Metz, il passait
outre, et le Dauphin arrivait à Metz le lundi à quatre heures. On ne
jugeait pas à propos d'annoncer cette arrivée au Roi qui avait donné un
ordre contraire. La fièvre du Roi était encore considérée comme ayant un
caractère de malignité en même temps qu'on craignait une scène
d'attendrissement pour son état de faiblesse. Ce n'était donc que le
jeudi que l'on demandait au Roi s'il trouvait bon que le Dauphin vint à
Metz et ce n'était que le lendemain vendredi que le Dauphin était censé
arriver à Metz. Le Roi le voyait ce jour-là, et faisait une réception
très-froide au prince et à son gouverneur.]

[559: Le Roi avait eu connaissance de cette correspondance par Vauréal,
son ambassadeur en Espagne.]

[560: Le duc était déjà exilé. Le 10 novembre, avant l'arrivée du Roi à
Paris, le duc de Châtillon recevait une lettre de cachet datée du 17
octobre, par laquelle le Roi lui ordonnait de se rendre dans ses terres
et d'y rester jusqu'à nouvel ordre. Un ordre particulier portait que
madame de Châtillon suivît son mari. L'exil du ménage n'était levé que
dix ans après par la protection de madame de Pompadour.]

[561: M. de Balleroy, ancien gouverneur du duc de Chartres, et qui
passait pour avoir composé le véritable discours que l'évêque de
Soissons avait tenu contre la duchesse de Châteauroux, lorsque Louis XV
avait reçu l'extrême-onction, avait été aussi exilé, le lendemain du
jour où l'on avait connu l'exil du duc de Châtillon.]

[562: Fitz-James, l'évêque de Soissons détesté, était exilé dans son
diocèse, non par lettre de cachet, mais verbalement. Lorsqu'il voulait
revenir à la cour pour le mariage de la Dauphine, le Roi lui faisait
dire que sa disgrâce était très-réelle. Plus tard, Louis XV s'opposait à
sa promotion au cardinalat. Fitz-James s'en vengeait en continuant à
entretenir le Roi de canons et de foudres vengeresses contre les rois
adultères, et il avait beau jeu; Compiègne étant du diocèse de
Soissons.]

[563: Louis XV ne sévit pas contre son confesseur Pérusseau, mais, en
souvenir de la cruelle incertitude où il avait laissé madame de
Châteauroux à Metz, il s'amusa à le tenir dans l'inquiétude d'un
remplacement suspendu pendant de longues années sur sa tête.]

[564: La lettre de cachet adressée au duc de La Rochefoucauld était de
la plus grande dureté. La voici: «Vous manderez à M. de La Rochefoucauld
que je suis fort mécontent de sa conduite et qu'il reste à la
Roche-Guyon jusqu'à nouvel ordre. Si cependant il a quelques affaires
qui demandent sa présence à Paris, il m'en fera demander la permission;
il ne pourra aller que de la Roche-Guyon à Liancourt et de Liancourt à
la Roche-Guyon. Mandez-lui aussi qu'il se tient bien des propos dont je
suis instruit et que l'on augmente.»]

[565: Quant au duc de Bouillon, il allait être envoyé non à Navarre,
mais dans un château du duché d'Albret qui n'était pas habité depuis
deux cents ans, quand madame de Lesdiguières qui était de ses amis et
qui avait pour ainsi dire élevé la duchesse de Châteauroux, était
avertie de l'ordre d'exil. Elle faisait prier madame de Châteauroux de
passer chez elle, lui disait qu'il était honteux pour la gloire du Roi
qu'il exilât un de ses grands officiers qui venait de lui montrer autant
d'attachement dans sa grande maladie, et lui déclarait que, comme il ne
dépendait que d'elle de faire changer cet ordre, elle ne lui
pardonnerait jamais et ne la verrait de sa vie, si l'ordre n'était
changé.» L'ordre ne fut pas donné.]

[566: _Mémoires du duc de Luynes_, t. VI.--Cette lettre de madame de
Châteauroux n'est pour ainsi dire qu'une reproduction du billet du Roi
et du discours dicté par Louis XV à Maurepas.]

[567: _Mémoires du duc de Luynes_, t. I.]

[568: Ce billet, qui n'était que la répétition de celui dont madame de
Châteauroux avait envoyé un extrait dans sa lettre à madame de
Boufflers, courait, en copies manuscrites, le soir de ce jour, tout
Paris.]

[569: _Mémoires du maréchal duc de Richelieu_, vol. VII.]

[570: De Luynes affirme qu'elle prononça cette phrase, ou la phrase,
«_Cela est sans conséquence._»--Selon madame de Brancas, il n'y aurait
eu d'autres paroles, entre la favorite et le ministre, que ces seuls
mots: «_Donnez-moi les lettres du Roi et allez-vous-en._» J'ai une plus
grande confiance dans le récit du duc de Luynes, repris entièrement par
Soulavie, récit que le duc semble tenir de Maurepas lui-même.]

[571: Le bruit courut que l'arrivée inopinée de Maurepas dans un temps
critique avait amené une révolution qui avait entraîné la mort de la
duchesse. De Luynes combat ce bruit. Il affirme que la duchesse n'avait
point ses règles, au moment de la visite de Maurepas, qu'elle était,
d'ailleurs avertie d'avance de la visite par le Roi; reconnaît qu'il est
vrai qu'elle était dans son lit, le mercredi à six heures du soir, mais
il nous apprend qu'elle sortit dans la soirée, pour aller chez mesdames
de Lesdiguières et de Brancas. Ce fut seulement le lendemain, le jeudi
26, jour où elle devait signer le bail d'une maison dans le quartier de
l'hôtel de feu madame la Duchesse, qu'elle tomba vraiment malade et fut
saignée pour le première fois.]

[572: _Mémoires du duc de Luynes_, t. VI.]

[573: Le duc de Luynes affirme qu'elle n'avait pour toute fortune que 60
actions qui lui avaient été données au moment de son mariage par feu M.
le Duc, qui se croyait son père. Le désintéressement des trois sœurs ne
peut être nié. Madame de Mailly coûta très-peu de chose à l'État, madame
de Vintimille ne voulut accepter que le nécessaire. Quant à madame de
Châteauroux, avide de grandeurs et de dignités et même de revenus lui
permettant de tenir un grand état de maison, elle n'eut point l'amour de
l'argent de madame de Pompadour. Elle dédaigna les offres des hommes
d'affaires, qui, pour une simple préférence, lui offraient des millions.
Et Soulavie déclare avoir vu une lettre d'elle adressée à Richelieu, où
elle traitait une de ces offres de _grossièreté indigne_.]

[574: Voici le récit que Soulavie et Boisjourdain donnent de cette
entrevue: «Madame de Modène lui ayant dit que sa sœur, madame de
Flavacourt, était venue pour la voir, madame de Châteauroux lui
répondit: _Ah! je suis bien fâchée qu'on l'ait laissée aller,
pouviez-vous douter que je n'eusse eu grand plaisir à la voir?_ Madame
de Modène lui répliqua: «Je suis bien charmée de votre façon de penser
pour elle; car elle est là, et je ne savais comment vous l'annoncer».
Elle la fit donc entrer et l'embrassa en lui disant: «_Ma sœur, vous
vous étiez retirée, pour moi j'ai toujours conservé pour vous les mêmes
sentiments._» Madame de Flavacourt lui baisa les mains en fondant en
larmes.--Une chose curieuse c'est que, malgré l'affirmation de Soulavie
qui fait mourir la duchesse de Châteauroux dans les bras de madame de
Mailly, la duchesse ne voulut pas recevoir sa sœur. Le duc de Luynes
affirme que madame de Mailly, s'étant adressée inutilement à Vernage, se
présenta plusieurs fois à la porte de sa sœur sans pouvoir être reçue.]

[575: L'auteur de la _Vie privée de Richelieu_ donne à la date du 2
décembre une lettre de d'Argenson à Richelieu qui ne me semble pas
fabriquée. La voici: «Je ne puis vous entretenir d'autre chose,
Monsieur, que de l'inquiétude où nous met madame de Châteauroux...
L'embarras de la tête qui subsiste est le plus terrible. Cependant elle
répond juste à toutes les questions qu'on lui fait. Vernage assure même
que dans cette maladie-ci qui est assez commune dans Paris, la plupart
de ceux qui en reviennent ont eu des symptômes beaucoup plus forts que
madame de Châteauroux n'en a eu jusqu'ici, qu'on ne devait pas même
regarder l'affaire comme désespérée, si l'on voyait ce même accident
augmenter. Les évacuations du ventre avaient bien été ces jours passés
et il est fâcheux qu'elles aient été aujourd'hui moins abondantes. Cet
accident cependant n'est pas décisif, et outre qu'après de grandes
évacuations, il n'est pas étonnant qu'elles diminuent, vous pouvez vous
souvenir que nous avons éprouvé les mêmes variations dans la maladie du
Roi et il y a sans doute des moyens qu'on emploiera pour rendre la
liberté au ventre.

«Voila donc quel est dans ce moment-ci le sujet de nos alarmes et
désespérances, mais au milieu d'une pareille situation vous pouvez juger
de celle du maître et de ceux qui lui sont véritablement attachés. Je ne
puis vous exprimer à quel point je partage sa douleur pour lui, pour
elle et pour tous ceux qui pensent comme nous. Je suis indigné de la
joie interne et masquée des vilaines gens que je vois sans cesse autour
de lui avec un dehors composé, qui jouissent de la peine de leur pauvre
maître et qui désireroient bien la voir portée au dernier période. Dieu
veuille que sa santé n'y succombe pas! Il a un visage qui fait trembler
et il passe malgré cela une partie de la journée dans la
représentation...»]

[576: À la date du 6 décembre, le nonce du pape Durini mandait à Benoit
XIV: «La Châteauroux est pour ainsi dire dans un état complètement
désespéré par suite d'une fièvre maligne accompagnée d'un transport au
cerveau; le mal s'est déclaré le jour même où elle apprenait que le Roi
la rappelait à la cour. On prétend que le Roi est venu la voir la nuit
avant sa confession au P. Segau (Ségaud), jésuite de distinction. Elle a
reçu depuis le viatique. Les médecins conservent donc bien peu
d'espérance qu'elle puisse se rétablir» (Lettere di Mgr Carlo Durini
arcivescovo di Rodi, nunzio apostolico in Parigi, al cardinal Valenti,
secretario di stato per Benedetto XIV. _Curiosità storiche raccolte da
Felice Calvi_. Milano, Antonio Valardi, 1878.)]

[577: Le Roi avait envoyé à la chapelle et à la paroisse faire part de
son intention qu'il fût dit des messes pour demander à Dieu la guérison
de madame de Châteauroux.]

[578: Barbier dit que toute la cour vint se faire inscrire à la porte de
la duchesse où l'on donnait régulièrement le bulletin.]

[579: D'Argenson dit, à la date du 17 novembre, que sans cette fluxion
la belle duchesse eût reparu au cercle de la Reine.]

[580: _Mémoires du duc de Luynes_, t. V.]

[581: Le Roi partait avec M. le Premier et M. d'Harcourt, capitaine des
gardes en quartier. Il était si pressé de quitter Versailles que de
Meuse qui n'était pas avec lui au moment où il prenait cette
détermination ne pouvait arriver assez à temps pour monter en voiture
avec lui et était obligé de le rattraper dans sa chaise. Là à la Muette
le nonce du pape Durini dit qu'il ne discontinuait pas de pleurer,
s'accusant de la mort de la duchesse et l'attribuant aux scènes de Metz.
Il passait quelques jours complètement renfermé avec les amis
particuliers de madame de Châteauroux: MM. d'Ayen, de Luxembourg, de
Gontaut, de la Vallière et M. de Soubise accouru à la Muette. Il avait,
dans sa douleur, plaisir à vivre seulement avec ceux qui lui parlaient
de la morte et il nommait, pour le voyage de Trianon, mesdames de
Modène, de Boufflers, de Bellefond, les trois femmes qui avaient vu
madame de Châteauroux pendant sa maladie. Il avait envoyé un courrier à
Richelieu qui tenait les États du Languedoc. Pendant le séjour de
Trianon, le prince de Conti, qui avait été fort amoureux de la duchesse,
étant arrivé un matin de fort bonne heure, le Roi le faisait entrer
pendant qu'il était au lit, l'entretenait seul pendant toute une heure,
lui parlant avec force larmes de cette femme qu'ils avaient tous deux
aimée. C'était encore une entrevue pleine d'attendrissement que celle
que le Roi avait au commencement de janvier avec madame de Lauraguais
qui ne savait que depuis quelques jours la mort de sa sœur. Il lui
prêchait la résignation, lui disant: «Madame, Dieu vous a frappée, il
m'a frappé aussi; je croyais n'avoir qu'à désirer, mais Dieu en a
disposé autrement. Il faut adorer sa main et se soumettre.» Puis, ce Roi
en lequel la religion et le tempérament amoureux se livraient de
continuels combats, envoyait ses soupers dans son appartement, lui
donnait les loges de Nantes qu'aura plus tard madame du Barry, reprenait
ses habitudes avec elle, en en faisant la maîtresse intérimaire entre
madame de Châteauroux et madame de Pompadour.]

[582: Bois-Jourdain raconte que ce jour le Roi ne put soutenir la séance
du Conseil jusqu'à la fin et dit à ses ministres: «Messieurs, finissez
le reste sans moi.»]

[583: Le nonce du pape Durini écrit le 13 décembre: «Le mardi 8 courant,
madame de Châteauroux mourut assistée par un religieux jésuite et
donnant des signes de repentir, au milieu d'une chambre pleine de
seigneurs de la cour selon l'habitude détestable de cette nation de
mourir en public.»]

[584: La _remarquable histoire de la vie de la défunte Anne Marie de
Mailly, duchesse de Châteauroux, favorite de Louis quinzième, roi de
France_ (publiée en allemand en 1746) donne à propos du testament de la
femme, un détail sur l'achat de dentelles pendant la campagne de 1744
qui ne se trouve que là. Je crois n'avoir pas besoin de dire qu'il y a
une grande exagération dans la note de l'écrivain allemand, enfin la
voici telle qu'elle a été rédigée. «Par son testament elle (la duchesse
de Châteauroux) institua la duchesse de Lauraguais héritière de ses
meubles et objets précieux. Cela se monte à plusieurs millions entre
autres pour un million de dentelles qu'elle avait achetées pendant son
séjour en Flandres. Le duché de Châteauroux fait retour à la couronne;
le roi a cependant ordonné de payer aux trois sœurs sur ce duché une
rente viagère de 25,000 livres.»]

[585: Le P. Segaud qui l'avait assistée à ses derniers moments,
racontait que l'entretenant de la confiance que nous devons avoir à la
sainte Vierge, la duchesse lui avait dit que dans tous les temps elle
avait porté sur elle une petite médaille de la sainte Vierge et qu'elle
avait demandé deux grâces par son intercession: l'une de ne point mourir
sans sacrements, l'autre de mourir le jour d'une des fêtes de la
Vierge.]

[586: Madame la Dauphine, se trouvant très-bien le premier mercredi de
février 1757, prenait sa tasse de chocolat d'habitude. L'instant d'après
elle se trouvait mal; les syncopes, une perte effroyable survenaient...
Tronchin appelé parlait d'une _crise surnaturelle_ et madame Adélaïde
lui administrait _le contre-poison de madame de Verrue_ qu'elle tenait
de la princesse de Carignan et qu'elle avait toujours dans les cassettes
qui la suivaient. Par hasard, ce jour-là, madame Adélaïde qui préparait
tous les jours le chocolat de la princesse ne l'avait pas fait. Beccari
des petits appartements fut soupçonné; Dour, garçon d'office, lui avait
vu apprêter la tasse de chocolat suspecte et avait dit qu'il ne
comprenait pas comment il fallait autant de temps pour préparer une
tasse de chocolat, et pourquoi on y faisait entrer autant d'ingrédients,
des eaux qu'on tirait de divers flacons.]

[587: _Aqua tofana._]

[588: _L'Espion dévalisé_. Londres, 1781.]

[589: De Luynes confirme les propos de madame de Châteauroux disant que
pendant sa maladie elle avait été empoisonnée à Reims dans une
médecine.]

[590: Madame de Brancas dit que Maurepas partit à midi de Versailles,
qu'il ne fit que changer de voiture en arrivant chez lui, alla quelque
part avant de se rendre chez madame de Châteauroux, chez laquelle il ne
se rendit qu'à la fin de la journée, et elle se demande où il alla, avec
qui il s'aboucha avant la visite. Elle ajoute qu'à peine la duchesse eut
lu la lettre du Roi, elle sentit d'insupportables douleurs aux yeux et à
la tête. Ce récit doit être accepté avec la plus grande défiance. La
femme qui écrit cela ne dit-elle pas quelques lignes plus bas: «À peine
le Roi sut-il la mort de madame de Châteauroux qu'il exila M. de
Maurepas à Bourges.»]

[591: _Mémoires de madame du Hausset_, publiés par M. F. Barrière.
Lettre adressée à M. de Marigny et qui s'est trouvée jointe au cahier du
journal de madame du Hausset.--Richelieu et le bailli de Grille,
l'intime ami de madame de Châteauroux, répétaient à tout le monde
qu'elle était morte très-naturellement.]

[592: On adonné mille raisons à la mort de madame de Châteauroux. Nous
avons déjà dit que le duc de Luynes rejette absolument comme cause de la
mort de la duchesse une révolution morale survenant dans un temps
critique; cependant un contemporain la fait mourir pour s'être dégarnie
et baignée dans ce moment. Un petit livre rarissime, une espèce de
continuation du pamphlet de mademoiselle Fauque, livre que je n'ai pas
cité dans la bibliographie de madame de Pompadour et qui a pour titre:
_Mémoires pour servir à l'histoire de la marquise de Pompadour._
(Londres, aux dépens du sieur Hooper, à la Tête de César, 1763), déclare
que la duchesse de Châteauroux est morte des suites d'une tentative
d'avortement.]

[593: _Mémoires du duc de Luynes_, t VI.--Il affirme qu'il y avait aussi
un commencement d'inflammation d'un poumon.]

[594: _Fragment des Mémoires de la duchesse de Brancas_.--Lettres de
Lauraguais à madame ***. Buisson, 1802.]

[595: Le duc de Luynes dit au mois de décembre 1743: Madame de Mailly
s'aperçoit présentement que l'aveuglement de sa passion «allait au point
qu'il l'empêchait de sentir toute la dureté du caractère du Roi,
quoiqu'elle ait pu le remarquer souvent et qu'elle l'éprouvât
elle-même.» Et madame de Tencin, dans une lettre de 1744, parle d'une
conversation de madame de Mailly qui lui fait dire fort injustement que
l'ancienne favorite n'avait jamais aimé le Roi de bonne foi.]

[596: Chronique du règne de Louis XV, 1742-1743. _Revue rétrospective_,
t. V.]

[597: Il semble toutefois en ces premières années de sa conversion que
l'ancienne favorite n'était point encore maîtresse de ses ressentiments.
Madame de Tencin parle d'une lettre de madame de Mailly adressée au duc
de Charost au moment de la campagne de 1744, lettre dans laquelle elle
lui demande si _les vivandières suivraient l'armée_; et à quelque temps
de là elle faisait un portrait de sa sœur, la duchesse de Châteauroux,
qu'elle terminait en disant qu'elle était «_une sotte de premier rang_».
Lors de la maladie du Roi à Metz au mois d'août 1744, Barbier dit que
madame de Mailly ne quittait pas les églises de Paris.]

[598: Chronique du règne de Louis XV. _Revue rétrospective_, t. V.--On
parlait dans ce temps d'un projet que madame de Mailly avait de fonder
une maison aux environs de Paris, où elle élèverait de jeunes personnes.
M. de Noailles applaudissait à ce projet et devait demander
l'autorisation du Roi.]

[599: Soulavie affirme tenir le fait du maréchal de Mailly.]

[600: Madame de Mailly mourait le 30 mars d'une fluxion de poitrine, le
huitième jour de sa maladie, à l'âge de quarante et un ans. Elle était
soignée avec une grande affection par son père qui l'aimait beaucoup.
Madame de Pompadour dit dans une lettre à son frère: «_La pauvre madame
de Mailly est morte, j'en suis réellement fâchée; elle étoit
malheureuse, le Roy en est touché_. Dans une autre lettre adressée à la
comtesse Lutzelbourg elle répète ses regrets presque dans la même
phrase.--Voici l'extrait de Barbier à propos de sa mort: «Cette pauvre
comtesse est morte à quarante et un ans... Le P. Boyer, ancien
prédicateur de l'Oratoire, était mort aussi d'une fluxion de poitrine
huit ou dix jours auparavant, ce qui avait d'autant plus frappé madame
de Mailly, qu'il était dans son intimité ainsi que le P. Renault. Après
les exercices de piété, ces gens-là ne se quittaient pas, mangeaient
très-souvent ensemble et faisaient, dit-on, très-bonne chère, ce qui
faisait même plaisanter quelquefois.]

[601: En décembre 1743, le duc de Luynes dit: «Les dettes de madame de
Mailly ne sont pas encore payées à beaucoup près; on a retranché aux
créanciers une partie de ce qu'ils demandoient, et on a payé un à-compte
d'un sixième tout au plus; on veut encore faire de nouveaux
retranchements, et le projet est à ce qu'il paroît de payer des
à-comptes de temps en temps. Cet arrangement est présentement la seule
chose qui fasse de la peine à madame de Mailly.» En 1751 le duc de
Luynes ajoute que madame de Mailly avait su que plusieurs des marchands
avaient perdu dans les accommodements qui avaient été faits.]

[602: Soulavie nous apprend que lors de la démolition du cimetière des
Innocents en 1785, on trouva son cercueil, que sa famille fit
transporter dans un nouveau cimetière hors les murs, où elle fut
confondue avec tous les morts.]

[603: Ces deux lettres forment le complément de la correspondance de
madame de Vintimille avec madame du Deffand, publiée dans la
_Correspondance inédite de madame du Deffand_. Paris, 1809, t. 1.]

[604: Le comte du Luc, frère de l'archevêque de Paris et son beau-père,
était mort quelques jours avant.]

[605: Correspondance inédite de la duchesse de Châteauroux avec le
maréchal duc de Noailles à l'armée de Flandre, 1743-1744. (Bibliothèque
Nationale. Manuscrits _S. F. Recueil de lettres autographes,
dix-huitième siècle_.) Nous donnons ici les lettres que nous n'avons pas
insérées dans le corps du texte.]

[606: Cette dernière lettre fait partie de la collection d'autographes
de feu M. Chambry et m'a été communiquée par lui.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La Duchesse de Chateauroux et ses soeurs" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home