Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Abrégé de l'Histoire Générale des Voyages (Tome 3)
Author: La Harpe, Jean-François de, 1739-1803
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Abrégé de l'Histoire Générale des Voyages (Tome 3)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



[Notes au lecteur de ce fichier digital:

Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées. L'orthographe de l'auteur a été conservée.]



                 BIBLIOTHÈQUE FRANÇAISE.



                         ABRÉGÉ

                           DE

                   L'HISTOIRE GÉNÉRALE

                       DES VOYAGES;



                    Par J.-F. LAHARPE.



                      TOME TROISIÈME.



           [Illustration: Enseigne de l'éditeur]

                          PARIS,
                 MÉNARD ET DESENNE, FILS.
                          1825.



ABRÉGÉ DE L'HISTOIRE GÉNÉRALE DES VOYAGES.



PREMIÈRE PARTIE.

AFRIQUE.


LIVRE QUATRIÈME.

VOYAGES SUR LA CÔTE DE GUINÉE. CONQUÊTES DE DAHOMAY.


CHAPITRE II.

Voyage d'Atkins, de Smith. Lettre du facteur Lamb sur le roi de
Dahomay.


John Atkins, capitaine du vaisseau _le Swallow_, nous offre d'abord
quelques remarques générales sur les différentes mers, plus ou moins
favorables à la navigation.

Après la Méditerranée, qu'il regarde comme la plus agréable partie de
la mer, à cause de la température de l'air et de ses autres avantages,
il loue cette partie de l'Océan, où règnent particulièrement les vents
alisés, parce qu'à certaine distance de la terre, on n'y trouve point
de grosses mers ni d'orages dangereux, et que les jours et les nuits y
sont d'une longueur égale. Telles sont les mers placées sous la zone
torride. L'Océan atlantique et le grand Océan ou mer du Sud, depuis le
39e. jusqu'au 60e. degré de latitude, sont hors des limites du vent
alisé. Les flots y sont rudes et tumultueux, les nuées épaisses, les
tempêtes communes, les vents sont variables, les nuits froides et
obscures. C'est encore pis, dit l'auteur, au delà des 60 degrés;
cependant il sait de plusieurs pilotes, qui avaient fréquenté les mers
de Groenland, que ces rudes climats ne contiennent pas d'autres
vapeurs que des brouillards, des frimas et de la neige, et que la mer
y est moins agitée par les vents, qui, étant au nord pour la plupart,
soufflent vers le soleil, c'est-à-dire vers un air plus raréfié; comme
on le reconnaît à ces glaçons détachés qui se trouvent bien loin au
sud du côté de l'Europe et de l'Amérique. Un autre avantage de ces
mers, c'est que la lumière de la lune y dure à proportion de l'absence
du soleil; de sorte que, dans le temps où le soleil disparaît
entièrement, la lune ne se couche jamais, et console les navigateurs
par un éclat que la réflexion de la neige et des glaces ne fait
qu'augmenter.

En approchant du cap Vert, l'équipage du _Swallow_ prit plusieurs
tortues qui dormaient sur la surface de l'eau dans un temps calme. On
vit aussi quantité de poissons volans, et leurs ennemis perpétuels, la
bonite et la dorade. Atkins admira la couleur brillante de la dorade,
qui est un poisson de quatre ou cinq pieds de longueur, avec une queue
fourchue. Il nage familièrement autour des vaisseaux. Sa chair est
sèche, mais elle fait de fort bon bouillon. On voit rarement la dorade
hors de la latitude du vent alisé, et jamais l'on n'y voit le poisson
volant. Celui-ci est de la grosseur des petits harengs. Ses ailes, qui
ont environ deux tiers de sa longueur, sont étroites près du corps et
s'élargissent à l'extrémité: elles lui servent à voler l'espace d'un
stade lorsqu'il est poursuivi; mais il les replonge de temps en temps
dans la mer, apparemment parce qu'elles deviennent plus agiles par ce
secours.

Le 10 mai, Atkins mouilla l'ancre devant la rivière de Sestre, sur la
côte de Malaguette ou des Graines. Quelques-uns de ses gens
descendirent à terre, et allèrent visiter le roi du pays. Ils lui
offrirent des présens, dont apparemment il ne fut pas content, car il
les refusa, et à la place de ces présens il leur demanda leurs
culottes, qu'ils n'eurent pas la courtoisie de lui donner.

Dans un autre village sur le bord de la rivière, ils trouvèrent un
homme dont la couleur les frappa d'étonnement. Il était d'un jaune si
brillant, que, n'ayant jamais rien vu qui lui ressemblât, ils
s'efforcèrent d'approfondir ce phénomène. Ils employèrent les signes
et tout ce que l'expérience leur avait appris de plus propre à se
faire entendre. Le seul éclaircissement qu'ils purent tirer fut qu'il
venait d'un pays fort éloigné dans les terres, où les hommes de sa
couleur étaient en grand nombre. Atkins a su des capitaines Bullfinch,
Lamb, et de quelques autres voyageurs, qu'ils avaient vu plusieurs
Africains de la même couleur; et d'un autre Anglais, qu'il en avait vu
un dans le royaume d'Angola, et un autre à Madagascar, rareté
surprenante, et aussi difficile à expliquer originairement que la
couleur des Nègres.

Entre le cap das Palmas et Bassam, les Anglais rencontrèrent un
vaisseau de Bristol, nommé _le Robert_, commandé par le capitaine
Harding, qui était parti avant eux de Sierra-Leone, après y avoir
acheté trente esclaves, au nombre desquels était le capitaine Tomba.
Huit jours auparavant, ce Tomba, qui était d'une hardiesse
extraordinaire, avait formé le projet d'un soulèvement, avec trois ou
quatre de ses compagnons les plus résolus. Ils étaient secondés par
une femme de leur nation, qui les avait avertis que, pendant la nuit,
il n'y avait que cinq ou six blancs sur le tillac, et presque toujours
endormis. Tomba ne balança point à tenter l'entreprise; mais, au
moment de l'exécution, il ne put engager qu'un seul Nègre à se joindre
à ses cinq compagnons. S'étant rendu au gaillard d'avant, il y trouva
trois matelots endormis, dont il tua d'abord les deux premiers d'un
seul coup sur la tempe. Le troisième fut éveillé par le bruit; mais
Tomba ne réussit pas moins à le tuer de la même manière. Cependant
quelques Anglais qui n'étaient pas éloignés prirent l'alarme, et la
communiquèrent bientôt sur tout le bord. Harding, paraissant avec une
hache à la main, fendit la tête à Tomba d'un seul coup et fit charger
de fers les cinq autres complices.

Leur traitement est remarquable. Des cinq esclaves, les deux plus
vigoureux, et par conséquent les plus précieux pour l'avarice, en
furent quittes pour le fouet et quelques scarifications. Les trois
autres, qui étaient d'une constitution fort faible, et qui n'avaient
eu part à l'action que par le consentement, subirent une mort cruelle,
après avoir été contraints de manger le coeur et le foie de leur chef.
La femme fut suspendue par les pouces, fouettée et déchirée de coups à
la vue de tous les autres esclaves, jusqu'au dernier soupir, qu'elle
rendit au milieu des tourmens. Il est difficile de justifier ces
barbaries autrement que par le droit du plus fort, qui, de tous les
droits, est le plus généralement reconnu d'un bout du monde à l'autre.
Les Nègres peuvent quelquefois faire valoir ce droit tout comme
d'autres, comme on le voit par le trait suivant.

Le 6 juin, on jeta l'ancre devant Axim, comptoir hollandais, et, le
jour suivant, au cap de Très-Puntas. La plupart des vaisseaux de
l'Europe touchent à ce cap pour renouveler leur provision d'eau, qu'il
est plus difficile d'obtenir plus loin, où l'on fait payer une once
d'or à chaque vaisseau pour cette faveur. John-Conny, principal
cabochir du canton, dont la ville est à trois milles de la côte, du
côté de l'ouest, envoya un de ses esclaves au vaisseau pour y faire
demander une canne à pomme d'or, gravée de son nom, que les Anglais,
dans un autre voyage, s'étaient chargés de lui apporter. Non-seulement
cette commission avait été négligée, mais le messager du cabochir
s'étant emporté dans ses reproches, fut imprudemment maltraité par les
gens de l'équipage. Son maître, irrité de ce double outrage, ne remit
pas sa vengeance plus loin qu'au jour suivant. Les Anglais étaient à
puiser de l'eau.

Il fondit sur eux, se saisit de leurs tonneaux, et fit une douzaine de
prisonniers qu'il conduisit à sa ville. La hauteur de cette conduite
était fondée sur des forces réelles.

Il s'était mis en possession du fort de Brandebourg, que les Danois
avaient abandonné depuis quelques années. Cette hardiesse avait fait
naître quelques différens entre lui et les Hollandais. Sous prétexte
de l'avoir acheté des Danois, ils y avaient envoyé, en 1720, une
galiote à bombes, et deux ou trois frégates, pour demander qu'il leur
fût remis. John, qui était hardi et subtil, ayant examiné leurs
forces, répondit qu'il voulait voir quelque témoignage du traité des
Brandebourgeois. Il ajouta même que ce traité prétendu ne pouvait leur
donner droit qu'à l'artillerie et aux pierres de l'édifice, puisque le
terrain n'appartenait pas aux Européens pour en disposer; que les
premiers possesseurs lui en avaient payé la rente, et que, depuis le
parti qu'ils avaient pris de l'abandonner, il était résolu de ne pas
recevoir d'autres blancs. Ces raisonnements ayant irrité les
Hollandais, ils jetèrent quelques bombes dans la place. Ensuite, aussi
furieux d'eau-de-vie que de colère, ils débarquèrent quarante hommes
sous la conduite d'un lieutenant, pour former une attaque régulière.
Mais John, qui avait eu le temps de se mettre en embuscade avec des
forces supérieures, fondit brusquement sur eux, et les tailla tous en
pièces. Il ajouta l'insulte à la victoire, en faisant paver l'entrée
de son palais des crânes des morts.

Cet avantage avait servi à le rendre plus fier et plus rigoureux sur
tous les droits du commerce, c'est-à-dire sur ceux qui lui étaient dus
justement. Cependant, lorsqu'il se fut réconcilié avec les Anglais,
Atkins et quelques autres officiers du vaisseau lui rendirent une
visite. Les vents du sud avaient rendu la mer si grosse, que, les
voyant embarrassés à descendre au rivage avec leurs propres chaloupes,
il leur envoya ses canots; mais il leur fit payer un droit pour ce
service. Les Nègres seuls connaissent assez la côte pour savoir quand
ils n'ont rien à craindre de l'agitation des flots. John se trouva
lui-même sur le rivage pour y recevoir les Anglais. Il était
accompagné de trente ou quarante gardes bien armés, qui les
conduisirent à sa maison.

C'était un homme de cinquante ans, bien fait et robuste, d'un regard
sévère, et qui se faisait respecter de tous ses Nègres, jusqu'à
vouloir que ceux qui portaient des chapeaux ou des bonnets eussent
toujours la tête nue devant lui.

Il reçut fort civilement les Anglais, et les salua de six coups de
canon, qui lui furent rendus en même nombre. Il leur fit des excuses
de les avoir empêchés de prendre de l'eau; et, pour les en dédommager,
il leur permit de pêcher dans la rivière qui passe derrière la ville.
Mais la pêche n'ayant point été fort heureuse, ils furent mal servis à
dîner. Le cabochir prit un air mécontent, et leur reprocha de s'être
attiré cette disgrâce en négligeant de faire un présent à l'eau de la
rivière, qui méritait plus de considération qu'une autre, parce
qu'elle était le fétiche d'un homme tel que lui.

Atkins, trouvant le cabochir familier et de bonne humeur, ne fit pas
difficulté de lui demander ce qu'étaient devenus les crânes hollandais
dont il avait pavé l'entrée de sa maison. Il répondit naturellement
que depuis un mois il les avait enfermés dans une caisse, avec de
l'eau-de-vie, des pipes et du tabac, et qu'il les avait fait enterrer.
Il était temps, ajouta-t-il, d'oublier les ressentimens passés; et les
petites commodités qu'il avait fait enterrer avec les Hollandais
étaient un témoignage du respect qu'il portait aux morts. Au reste, le
cabochir lui fit voir dans une de ses cours les mâchoires des
Hollandais suspendues aux branches d'un arbre. C'était encore un
trophée qui lui restait.

Le but du voyage de Smith avait été de lever les plans de tous les
forts et les établissemens anglais dans la Guinée. Il exécuta ce
dessein avec beaucoup de peine.

Il débarqua le samedi 20 août 1726, à bord de _la Bonite_, commandée
par le capitaine Livingstone, avec le sieur Walter-Charles, gouverneur
de Sierra-Leone. On passa le tropique le 14 de septembre. Smiths y
observa plusieurs oiseaux blanchâtres, qui n'ont pour queue qu'une
longue plume. Ils s'élèvent fort haut dans leur vol. Ce sont des
paille-en-queue. Les matelots leur ont donné le nom d'_oiseaux du
tropique_, parce qu'on ne les voit que sous la zone torride, entre les
tropiques.

Le 4 de février 1727, on jeta l'ancre à cinq milles à l'ouest d'Axim.
Ce château des Hollandais, sur la côte d'Or, est une petite
fortification triangulaire, montée de onze pièces de canon. Les Nègres
ont une ville fort peuplée sous le canon du château comme on en voit
sous tous les forts européens, au long de la côte d'Or.

Smith, ayant levé successivement plusieurs plans, arriva le 17 au cap
Corse, où l'on trouva plusieurs vaisseaux dans la rade.

Pendant le séjour que Smith avait fait à James-Fort, sur la Gambie, il
avait reçu, par un vaisseau anglais une lettre de Hollande adressée au
gouverneur hollandais de la Mina, qu'il s'était chargé de porter au
cap Corse. Cette occasion lui paraissant favorable pour lever le plan
du château de la Mina, il s'y rendit dans un grand canot, avec
Livingstone, sous prétexte de remettre la lettre au gouverneur. Mais
ils reconnurent bientôt que les Hollandais ne manquaient pas de
pénétration. Smith, qui ne se croyait ni connu, ni observé, étant
sorti sans affectation pour jeter les yeux autour de lui, fut étonné
de se voir immédiatement suivi par le gouverneur, qui le tira
brusquement par la manche, et qui le pria de rentrer dans la salle, en
lui disant qu'il pouvait emporter, si c'était son dessein, tout l'or
de la Guinée dans sa poche; mais que, pour le plan du château
hollandais, il ne l'emporterait pas. Un reproche si peu attendu causa
d'abord quelque embarras à Smith. Cependant, après s'être un peu
remis, il répondit au gouverneur qu'il lui avait cru assez de lumières
pour ne pas s'imaginer qu'on pût entreprendre de lever le plan d'une
place sans les instrumens nécessaires, et que, n'en ayant aucun, il
s'étonnait qu'on pût le soupçonner de ce dessein. Le commandant
hollandais demeura pensif un moment; et, paraissant se repentir d'un
procédé trop brusque, il pressa Smith et Livingstone de demeurer à
dîner; ils y consentirent. Alors il leur montra quelques plans
imparfaits qui avaient été levés par un dessinateur de la compagnie
hollandaise. L'ouvrage avait été fort bien commencé, mais l'artiste
était mort sans avoir pu l'achever.

Smith partit du cap Corse le 24 de mars. Comme on était à la fin de la
saison sèche, l'eau était si rare dans la garnison, qu'il fut
impossible d'en obtenir pour les besoins du vaisseau. Il ne s'en
trouve point à plus de huit milles du château, de sorte qu'on y est
réduit à l'eau d'une grande citerne qui se remplit par des tuyaux de
plomb, où la pluie descend de tous les toits. Tous les forts de la
côte d'Or n'ont pas d'autres ressources.

Le 28, on alla jeter l'ancre au fort d'Akra. Smith alla se promener
plusieurs fois jusqu'à la porte du fort hollandais. Il y rencontra
quelques marchands de cette nation qui connaissaient le facteur
anglais dont il était accompagné. On s'entretint quelques momens avec
beaucoup de familiarité et d'amitié. Mais les Hollandais ne
proposèrent point à Smith d'entrer dans leur fort; ce qui lui fit
juger qu'ils avaient des ordres du gouverneur général de la Mina, et
qu'ils craignaient les observations d'un dessinateur anglais.

Le 3 d'avril, après avoir perdu un câble dans les rocs d'Akra, il
remit à la voile pour gagner la côte de Juida. Le 5, il passa devant
l'embouchure de la grande rivière Volta, qui a tiré ce nom de la
rapidité extrême de son cours. Il est si violent qu'en entrant dans la
mer, il change la couleur de l'eau jusqu'à plus de huit lieues de la
côte. C'est cette rivière qui sépare la côte d'Or de la côte des
Esclaves.

Le 7, à la pointe du jour, on jeta l'ancre dans la rade de Juida, et
l'on salua le fort, qui est à plus d'une lieue de la côte. Il se
trouvait alors dans la rade trois vaisseaux français et deux
portugais. La Guinée entière n'a pas de lieu où le débarquement soit
si difficile. On y trouve continuellement les vagues si hautes et si
impétueuses, que, les chaloupes de l'Europe ne pouvant s'approcher du
rivage, on est obligé de jeter l'ancre fort loin, et d'y attendre les
pirogues qui viennent prendre les passagers et les marchandises.
Ordinairement les rameurs nègres s'en acquittent avec beaucoup
d'habileté; mais quelquefois aussi le passage n'est pas sans danger. À
l'arrivée du vaisseau de Smith, les facteurs de sa nation envoyèrent à
bord une grande pirogue pour amener au rivage ceux qui devaient y
descendre. Le passage fut heureux. Cependant Smith fut étonné de se
voir entre des vagues d'une hauteur excessive, et des flots d'écume
qui paraissaient capables d'abîmer le plus grand vaisseau. Il admira
l'adresse des Nègres à les traverser; mais surtout à profiter du
mouvement d'une vague pour faire avancer, à l'aide des rames, leur
pirogue fort loin sur le rivage; après quoi, sautant à terre, ils la
transportent encore plus loin pour la garantir du retour des flots. Si
l'on avait le malheur d'être renversé, il serait fort difficile de se
sauver à la nage, quand on n'aurait que la violence de la mer à
combattre; mais, en y joignant le danger des requins, qui suivent
toujours les canots en grand nombre pour attendre leur proie, on peut
dire qu'il est presque impossible d'échapper.

Les vaisseaux qui viennent à Juida pour le commerce ont toujours sur
le rivage des tentes qui leur servent de magasins pour mettre leurs
marchandises à couvert. Smith, en débarquant, s'approcha d'une tente
française, où le matelot qui en avait la garde lui offrit en langue
anglaise un verre d'eau-de-vie, qu'il accepta. Il y avait dans la
tente un grand nombre de barils, dont le dehors paraissait mouillé.
Smith en ayant demandé la raison, le matelot français lui répondit que
les barils n'avaient été débarqués que le matin, et qu'ils avaient
beaucoup souffert au passage. Il ajouta qu'au débarquement un matelot
français s'étant hasardé trop loin dans l'eau pour reprendre un baril
que les vagues emportaient, avait été saisi par un jeune requin,
contre lequel il s'était fort bien défendu avec son couteau; mais que
la même vague qui le ramenait ayant apporté deux autres requins
monstrueux, il avait été déchiré en un moment, et dévoré à la vue de
tous ses compagnons.

Les Anglais ont, à dix-huit milles de ce fort, du côté de l'est, un
autre comptoir nommé Iakin, et celui de Sabi, à cinq milles du côté du
nord. Mais celui-ci venait d'être réduit en cendres par le grand et
puissant roi Dahomay, dont le nom a fait tant de bruit en Europe. Sa
première conquête avait été le royaume du grand Ardra, cinquante
milles au nord-ouest de Sabi. Le roi d'Ardra ayant, en 1724, quelques
affaires à régler avec Baldwin, gouverneur anglais de Juida, et
n'étant pas satisfait de sa diligence, fit arrêter Lamb, facteur
anglais d'Ardra, dans l'espérance de rendre Baldwin plus attentif à
l'obliger. Ce fut dans ces circonstances que la ville d'Ardra fut
assiégée par les troupes du roi Dahomay, et qu'ayant été prise après
une vigoureuse résistance, le roi même fut tué à la porte de son
palais. Lamb fut conduit devant le général de Dahomay, qui n'avait
jamais vu de blancs. Cet officier nègre fut si surpris de sa figure,
qu'il le mena au roi son maître, comme une rareté fort étrange. En
effet, le roi Dahomay, faisant sa résidence à deux cents milles dans
les terres, n'avait jamais eu non plus l'occasion de voir un Européen.
Il garda précieusement Lamb, qui écrivit pendant sa captivité une
lettre au gouverneur Tinker, successeur de Baldwin. Nous la
transcrirons tout à l'heure; elle servira à faire connaître ce que
c'était que ce roi Dahomay.

On retournait en Angleterre, lorsque, le Ier. juillet, le navire se
trouvant par 13 degrés 19 minutes du nord, on s'aperçut d'une
dangereuse voie d'eau. Comme elle était déjà si grande, que les pompes
ne pouvaient suffire, on ne fut pas saisi d'une crainte médiocre en
considérant qu'on était fort éloigné de la terre et qu'on n'était
accompagné d'aucun vaisseau. Après beaucoup de recherches, Livingstone
découvrit la source du mal et trouva les moyens d'en arrêter les
progrès. Cependant il ne fut pas possible d'y remédier si
parfaitement, qu'on ne s'aperçût bientôt qu'il recommençait avec un
nouveau danger. On résolut de suivre le vent pour soulager le
vaisseau; mais la fatigue extrême de l'équipage, qui était sans cesse
obligé de travailler à la pompe, fit applaudir à la proposition de
porter droit aux Indes occidentales. On était dans la latitude des
vents alisés, et on avait directement la Barbade à l'ouest. À la
vérité, suivant les calculs, on n'en était pas à moins de sept cents
lieues, distance terrible pour un vaisseau près de s'abîmer. Cependant
les circonstances n'offrant point d'autre ressource, on résolut de s'y
attacher avec tous les efforts du courage et de la prudence. Les
emplois furent distribués pour une si grande entreprise: le capitaine
et le pilote devaient prendre alternativement la conduite du
gouvernail. Smith et un autre se chargèrent de préparer les vivres et
de faire du punch chaud pour ceux qui travaillaient à la pompe,
auxquels on assigna une pinte et demie de liqueur pendant chaque
quart, c'est-à-dire de quatre heures en quatre heures: ils avaient
besoin de ce soutien pour ranimer leurs esprits, parce que le travail
était si pénible et le péril si pressant, que tous les matelots ne
purent être divisés qu'en deux quarts. Il restait deux petits Nègres,
qui reçurent ordre d'assister Smith et son camarade dans leurs
fonctions.

On passa neuf ou dix jours dans une extrémité si déplorable. La
plupart des matelots commençaient à se rebuter de l'excès du travail,
et quelques-uns firent éclater des murmures qui semblaient annoncer
d'autres effets de leur désespoir. On leur fournissait néanmoins des
rafraîchissemens, et Smith avait soin de leur tuer tous les jours
quelques pièces de volaille ou un chevreau. Tous les officiers
s'efforçaient aussi de les encourager par l'espérance de découvrir
bientôt la Barbade. Leur canot, qui était assez grand et en fort bon
état, avait été placé sur le tillac; mais la chaloupe ayant été serrée
entre les deux ponts, plusieurs souhaitaient qu'on la mît en état
d'être employée, c'est-à-dire qu'elle fût équipée de tout ce qui était
nécessaire pour un usage forcé, comme d'eau, de vivres, d'instrumens
de mer, etc. D'autres s'opposèrent fortement à cette proposition, dans
la crainte que les plus mutins ou les plus désespérés ne profitassent
des ténèbres pour fuir dans la chaloupe et pour abandonner tous les
autres à leur mauvais sort, ce qui aurait causé nécessairement la
perte du vaisseau, parce qu'il ne serait pas resté assez de bras pour
la pompe. Au milieu de ce trouble, tous les animaux étrangers qu'on
transportait en Europe moururent faute de soins et de nourriture.

Le 16, trois matelots qui avaient travaillé à la pompe depuis quatre
heures jusqu'à huit, tombèrent évanouis et furent emportés comme
morts. Cet accident ayant fait sonner plus tôt la cloche pour appeler
ceux qui devaient succéder au travail, l'horreur et la consternation
parurent se répandre sur tous les visages. Cependant, comme Smith
avait fait préparer un fort bon déjeuner, on se mit à manger autant
que la crainte pouvait laisser d'appétit, lorsqu'un des matelots de la
pompe se mit à crier de toute sa force, _terre_, _terre_! courant et
sautant comme un insensé dans le transport de sa joie. Tout le monde
abandonna les alimens pour satisfaire une curiosité beaucoup plus
pressante que la faim. On découvrit en effet la terre, qu'on reconnut
aussitôt pour l'île de la Barbade. Ceux qui se sont trouvés dans une
situation semblable assurent que le moment où l'on revoit la terre
produit une espèce de délire dont il est impossible de se former une
idée. Le même jour on jeta l'ancre dans la baie de Carlisle.

Pendant les jours suivans on se hâta de décharger toutes les
marchandises du vaisseau sans interrompre un moment le travail de la
pompe, qui ne cessait pas d'être nécessaire dans une rade si
tranquille. Un jour que le capitaine Livingstone et Smith étaient à
bord avec quelques négocians, les ouvriers pompèrent un petit dauphin
à demi rongé de pourriture, sans queue et sans tête, d'environ trois
pouces et demi de longueur. Livingstone le mit soigneusement dans de
l'esprit-de-vin pour le conserver jusqu'en Europe, persuadé que ce
petit poisson, ayant été long-temps dans la fente du bâtiment, avait
fermé le passage à quantité d'eau, et que c'était à lui par conséquent
qu'il était redevable de sa conservation. Lorsqu'on examina de près le
vaisseau, après l'avoir mis sur le côté, on aperçut sous la quille et
dans d'autres endroits plusieurs fentes dont on n'avait pas eu le
moindre soupçon; mais la principale était celle que Livingstone avait
découverte, et qui n'avait pu être bien bouchée.

Voici la lettre du facteur Lamb, que nous avons promise au lecteur.
Elle est adressée à Tinkel, directeur de la compagnie anglaise à Sabi.

«Monsieur, il y a cinq jours que le roi me remit votre lettre du
premier de ce mois. Ce prince m'ordonne de vous répondre en sa
présence. Je le fais pour exécuter ses volontés. En recevant votre
lettre de sa main, j'eus avec lui une conférence dont je crois pouvoir
conclure qu'il ne pense pas beaucoup à fixer le prix de ma liberté.
Lorsque je le pressai de m'expliquer à quelles conditions il voulait
me permettre de partir, il me répondit qu'il ne voyait aucune
nécessité de me vendre, parce que je ne suis pas Nègre. Je le pressai:
il tourna ma demande en plaisanterie, et me dit que ma rançon ne
pouvait monter à moins de sept cents esclaves, qui, à quatorze livres
sterling par tête, ferait près de dix mille livres sterling. Je lui
avouai que cette ironie me glaçait le sang dans les veines; et, me
remettant un peu, je lui demandai s'il me prenait pour le roi de mon
pays. J'ajoutai que vous et la compagnie me croiriez fou si je vous
faisais cette proposition. Il se mit à rire, et me défendit de vous en
parler dans ma lettre, parce qu'il voulait charger le principal
officier de son commerce de traiter cette affaire avec vous; et que,
si vous n'aviez rien à Juida d'assez beau pour lui, vous deviez écrire
d'avance à la compagnie. Je lui répondis qu'à ce discours il m'était
aisé de prévoir que je mourrais dans son pays, et que je le priais de
faire venir pour moi, par quelques-uns de ses gens, des habits et
quelques autres nécessités. Il y consentit. Je n'ai donc, monsieur,
qu'un seul moyen de me racheter; ce serait de faire offre au roi d'une
couronne et d'un sceptre qui peuvent être payés sur ce qui reste dû au
dernier roi d'Ardra. Je ne connais pas d'autre présent qu'il puisse
trouver digne de lui; car il est fourni d'une grosse quantité de
vaisselle d'or en oeuvre, et d'autres richesses. Il a des robes de
toutes sortes, des chapeaux, des bonnets, etc. Il ne manque d'aucune
espèce de marchandises. Il donne les bedjis[1] comme du sable, et les
liqueurs fortes comme de l'eau: sa vanité et sa fierté sont
excessives: aussi est-il le plus belliqueux et le plus riche de tous
les rois de cette grande région; et l'on doit s'attendre qu'avec le
temps il subjuguera tout le pays dont il est environné. Il a déjà pavé
deux de ses principaux palais des crânes de ses ennemis tués à la
guerre. Les palais néanmoins sont aussi grands que le parc Saint-James
à Londres, c'est-à-dire qu'ils ont un mille et demi de tour.

[Note 1: Espèce de coquille colorée qui sert de monnaie aux Nègres,
comme les cauris.]

»Le roi souhaite beaucoup qu'il me vienne des lettres de ma nation, ou
toute autre marque de souvenir. Il regarderait comme une bassesse
indigne de lui de prendre quelque chose qui m'appartînt. Je ne crois
pas même qu'il voulût retenir les blancs qui viendraient à sa cour.
S'il me traite autrement, c'est qu'il me regarde comme un captif pris
à l'a guerre; d'ailleurs il paraît m'estimer beaucoup, parce qu'il n'a
jamais eu d'autre blanc qu'un vieux mulâtre portugais, qui lui vient
de la nation des Popos, et qui lui coûte environ cinq cents livres
sterling. Quoique cet homme soit son esclave, il le traite comme un
cabochir du premier ordre: il lui a donné deux maisons, avec un grand
nombre de femmes et de domestiques, sans lui imposer d'autre devoir
que de raccommoder quelquefois les habits de sa majesté, parce que ce
mulâtre est tailleur. Ainsi, l'on peut compter que les tailleurs, les
charpentiers, les serruriers ou tous autres artisans libres qui
voudraient se rendre ici, seraient reçus avec beaucoup de caresses, et
feraient bientôt une grosse fortune; car le roi paie magnifiquement
ceux qui travaillent pour lui.

»L'arrivée de quelque ouvrier serait donc un excellent moyen pour
obtenir ma liberté, en y joignant la promesse d'entretenir avec lui un
commerce réglé; mais, étant persuadé que les blancs contribuent ici à
sa grandeur, il m'objecte à tout moment que, s'il me laisse partir, il
n'y a pas d'apparence qu'il en revoie jamais d'autres. Il faudrait
engager quelqu'un à faire le voyage pour retourner presque aussitôt.
Cette seule démarche persuaderait au roi qu'il verrait d'autres blancs
dans la suite; et je suis presque sûr qu'il m'accorderait la
permission de partir pour hâter ceux qui viendraient après moi. Si
Henri Touch, mon valet, était encore à Juida, et qu'il fût disposé à
se rendre ici, il y trouverait plus d'avantage qu'il ne peut se le
figurer. Il est jeune; le roi prendrait infailliblement de l'affection
pour lui. Quoique je ne rende aucun service à ce prince, il m'a donné
une maison, avec une douzaine de domestiques de l'un et de l'autre
sexe, et des revenus fixes pour mon entretien. Si j'aimais
l'eau-de-vie, je me tuerais en peu de temps, car on m'en fournit en
abondance. Le sucre, la farine et les autres denrées ne me sont pas
plus épargnés. Si le roi fait tuer un boeuf, ce qui lui arrive
souvent, je suis sûr d'en recevoir un quartier; quelquefois il
m'envoie un porc vivant, un mouton, une chèvre, et je ne crains
nullement de mourir de faim. Lorsqu'il sort en public, il nous fait
appeler, le Portugais et moi, pour le suivre. Nous sommes assis près
de lui pendant le jour, à l'ardeur du soleil, avec la permission
néanmoins de faire tenir par nos esclaves des parasols qui nous
couvrent la tête.

»Ainsi nous tâchons, le Portugais et moi, de nous rendre la vie aussi
douce qu'il est possible, et surtout de ne pas tomber dans une
tristesse qui serait bientôt funeste à notre santé. Cependant, comme
je suis fort ennuyé de ma situation, je suppliai le roi, il y a
quelque temps, de me remettre entre les mains du général de ses
troupes, et de me faire donner un cheval pour le suivre à la guerre.
Il rejeta ma demande, sous prétexte qu'il ne voulait pas me faire
tuer. Ensuite, m'ayant promis de m'employer autrement, il m'ordonna de
demeurer tranquille et de prendre garde à tout ce que je lui verrais
faire. J'ignore encore quelles sont ses intentions. Son général même
n'approuva pas l'offre que je faisais d'aller à la guerre, parce que,
si j'étais tué, me dit-il, le roi ne lui pardonnerait pas d'en avoir
été l'occasion. Depuis ce temps-là sa majesté m'a fait donner un
cheval, et m'a déclaré que, lorsqu'elle sortirait de son palais, je
serais toujours à sa suite. Il sort assez souvent dans un beau branle
garni de piliers dorés et de rideaux. Il m'ordonne quelquefois aussi
de l'accompagner dans ses autres palais, qui sont à quelques milles de
sa résidence ordinaire. On m'assure qu'il en a onze.

»Comme il est fatigant de monter à cheval sans selle, je vous prie de
m'en envoyer une, avec un fouet et des éperons. Le roi m'a donné ordre
de vous demander aussi le meilleur harnais que vous ayez à Juida. Vous
serez payé libéralement. Il voudrait en même temps que vous lui
envoyassiez un chien anglais et une paire de boucles de souliers. Si
vous jugez bien de ses intentions, vous pouvez m'adresser ce que je
vous demande et pour lui et pour moi. Je suis persuadé que le moindre
présent sera fort agréable de ma part, et redoublera mon crédit à
cette cour, soit que je parte ou que je demeure. Ainsi je vous conjure
de m'accorder une grâce qui peut non-seulement rendre mon sort plus
supportable, mais qui, faisant conclure au roi qu'on ne pense point à
ma rançon, le déterminera peut-être à me rendre la liberté dans
quelque moment de caprice.

»Vous devez m'envoyer d'autant plus facilement ce que je vous demande,
que je n'ai pas touché mes appointemens depuis que je suis en Guinée;
et vous ne serez pas surpris que je vous demande tant de choses, si
j'ajoute que le roi me fait bâtir actuellement une maison dans une
ville où il fait ordinairement son séjour, lorsqu'il se prépare à la
guerre. Cette nouvelle faveur me jette dans une profonde mélancolie,
parce qu'elle marque assez qu'on ne pense point à me rendre bientôt ma
liberté.

»Si vous approuvez que je traite avec le roi pour quelques esclaves,
il faut que vous en parliez à ses gens, et que vous me donniez
là-dessus vos ordres; car, pendant le séjour que je dois faire ici, je
souhaite de pouvoir me rendre utile à la compagnie. Mais, dans cette
supposition, vous ne devez pas oublier de m'envoyer des essais de
toutes vos marchandises, avec la marque des prix, pour prévenir toutes
sortes de malentendus. Sa majesté m'a pris tout le papier que j'avais
encore, dans le dessein de faire un cerf-volant. Je lui ai représenté
que c'est un amusement puéril; mais il ne le désire pas moins, afin,
dit-il, que nous puissions nous en amuser ensemble. Je vous prie donc
de m'envoyer deux mains de papier ordinaire, avec un peu de fil retors
pour cet usage; joignez-y un peloton de mèche, parce que sa majesté
m'oblige souvent de tirer ses gros canons, et que j'appréhende de
perdre quelque jour la vue en me servant d'allumettes de bois. On voit
ici vingt-cinq pièces de canon, dont quelques-unes pèsent plus de
mille livres. On croirait qu'elles y ont été apportées par le diable,
quand on considère que Juida est à plus de deux cents milles, et
qu'Ardra n'est pas à moins de cent soixante. Le roi prend beaucoup de
plaisir à faire une décharge de cette artillerie chaque jour de
marché. Il fait travailler actuellement à construire des affûts.
Quoiqu'il paraisse fort sensé, sa passion est pour les amusemens et
les bagatelles qui flattent son caprice. Si vous aviez quelque chose
qui puisse lui plaire à ce titre, vous me feriez plaisir de me
l'envoyer; des estampes et des peintures lui plairaient beaucoup; il
aime à jeter les yeux dans les livres; ordinairement il porte dans sa
poche un livre latin de prières, qu'il a pris au mulâtre portugais; et
lorsqu'il est résolu de refuser quelque grâce qu'on lui demande, il
parcourt attentivement ce livre, comme s'il y entendait quelque chose.

»Il trouve aussi beaucoup d'amusement à tracer des caractères au
hasard sur le papier, et souvent il m'envoie l'ouvrage qu'il a fait
pour imiter nos lettres; mais il le fait accompagner d'un grand flacon
d'eau-de-vie et d'un grand kabès[2] ou deux. Si vous connaissez
quelque femme hors de condition, blanche ou mulâtresse, à qui l'on put
persuader de venir dans ce pays, soit pour y porter la qualité de
_femme du roi_, soit pour y exercer sa profession, cette galanterie me
ferait faire un extrême progrès dans le coeur du roi, et donnerait
beaucoup de poids à toutes mes promesses. Une femme qui prendrait ce
parti n'aurait point à craindre d'être forcée à rien par la violence;
car sa majesté entretient plus de deux mille femmes, avec plus de
splendeur qu'aucun roi nègre. Elles n'ont pas d'autre occupation que
de le servir dans son palais, qui paraît aussi grand qu'une petite
ville. On les voit en troupes de cent soixante et deux cents aller
chercher de l'eau dans de petits vases, vêtues tantôt de riches
corsets de soie, tantôt de robes d'écarlate, avec de grands colliers
de corail qui leur font deux ou trois fois le tour du cou. Leurs
conducteurs ont des vestes de velours vert, bleu, cramoisi, et des
masses d'argent doré à la main, qui leur tiennent lieu de cannes.
Lorsque j'arrivai dans ce pays, le Portugais avait une fille mulâtre
que le roi traitait avec beaucoup de considération, et qu'il comblait
de présens. Il lui avait donné deux femmes et une jeune fille pour la
servir; mais, étant morte de la petite-vérole, il souhaite
passionnément d'en avoir une autre. Je lui ai entendu dire plusieurs
fois qu'aucun blanc ne manquerait jamais près de lui de ce qui peut
s'acheter avec de l'or. Il traite aussi très-favorablement les Nègres
étrangers; et ses bontés éclatent tous les jours pour quelques Malais
qui sont actuellement ici.

[Note 2: Un kabès est une somme de quatre mille bedjis.]

»La situation du pays le rend fort sain. Il est élevé, et par
conséquent rafraîchi tous les jours par des vents agréables. La vue en
est charmante: elle s'étend jusqu'au grand Popo, qui est fort éloigné;
on n'y est point incommodé des mousquites.

»J'espère que l'occasion se présentera de vous entretenir avec plus
d'étendue de la puissance et de la grandeur de ce prince[3]
victorieux. Je n'ai pu me défendre quelquefois d'une vive admiration
en voyant ici des richesses que je ne m'attendais pas à trouver dans
cette partie du monde. Vous savez que je ne dois la vie qu'à la pitié
d'un Nègre qui m'aida à passer le mur du vieux comptoir, où l'on
m'avait renfermé au premier cri de guerre. Sans cette malheureuse
précaution, j'aurais peut-être eu le bonheur d'éviter la captivité. Le
roi d'Ardra s'était méfié apparemment de mon dessein; et ce fut cette
raison qui lui fit prendre le parti de s'assurer de moi. Quoi qu'il en
soit, la maison où j'étais retenu ayant été la première où les
Dahomays mirent le feu, j'en sortis aussitôt pour avoir le triste
spectacle de la désolation qui suivit immédiatement. On me conduisit
au travers de la ville jusqu'au palais du roi, où le général de
Dahomay commandait en maître absolu. L'orgueil de la victoire et la
multitude de ses soins ne l'empêchèrent pas de me prendre la main, et
de m'offrir un verre d'eau-de-vie. J'ignorais encore qui il était;
mais ce traitement me rassura. Je l'avais pris d'abord pour le frère
du roi d'Ardra, quoique je fusse surpris de lui voir le visage coupé.
J'appris bientôt que c'était le général du vainqueur.

[Note 3: On verra tout à l'heure, dans les voyages de Snelgrave, un
détail historique des victoires et de la puissance de Dahomay.]

»À l'entrée de la nuit, je fus obligé de le suivre dans son camp. Les
cadavres sans tête étaient en si grand nombre dans les rues de la
ville, qu'ils bouchaient le passage, et le sang n'y aurait pas coulé
avec plus d'abondance, s'il en était tombé une pluie du ciel. En
arrivant au camp, on me fit boire deux ou trois verres d'eau-de-vie,
et je fus mis sous la garde d'un officier qui me traita fort
honnêtement. Le lendemain, on m'amena un de mes domestiques nègres,
mais blessé si mortellement à la tête, qu'on lui voyait la cervelle à
découvert. Il n'était point en état de m'expliquer à quoi j'étais
destiné. Deux jours après, le général me fit appeler et me donna
l'ordre de demeurer assis avec ses capitaines tandis qu'il comptait
les esclaves, en leur donnant à chacun son bedji. Le nombre des bedjis
étant monté à plus de deux grands kabès, celui des esclaves devait
être de huit mille. Je reconnus entre eux deux autres de mes
domestiques, l'un blessé au genou, l'autre à la cuisse. J'eus occasion
d'entretenir un peu plus long-temps le général. Il m'encouragea par
l'espérance d'un meilleur sort. Il fit apporter un flacon
d'eau-de-vie, but à ma santé, et m'ordonna de garder le reste. À ce
présent il voulut ajouter quelques pièces d'étoffes que je refusai,
parce qu'elles ne pouvaient m'être d'aucun usage; mais je lui dis que,
s'il pouvait me faire retrouver dans le pillage mes chemises et mes
habits, j'en aurais beaucoup de reconnaissance, parce que mon linge
était fort sale, comme vous n'aurez pas de peine à vous le figurer.

»Les Dahomays, dont mes domestiques étaient devenus les esclaves, leur
refusèrent la liberté de me parler, si ce n'était en leur présence.
Cependant le général me dit de ne pas m'en affliger, et de ne
m'alarmer de rien jusqu'à ce que j'eusse vu le roi son maître, dont il
m'assura que je serais reçu avec bonté. Il me donna un parasol, et un
branle ou un hamac, pour me faire porter dans le voyage; j'acceptai ce
secours avec joie.

»J'avais vu commettre tant de cruautés à l'égard des captifs, surtout
contre ceux que leur âge ou leurs blessures ne permettaient pas
d'emmener, que je ne pouvais être tout-à-fait sans crainte. La
première fois surtout que je fus conduit par une troupe de Nègres
armés, qui battaient devant moi, sur leurs tambours, une sorte de
marche lugubre, que je pris pour le présage de mon supplice, je me
livrai aux plus tragiques suppositions. J'étais environné d'un grand
nombre de ces furieux, qui sautaient autour de moi en poussant des
cris épouvantables. La plupart avaient à la main des épées ou des
couteaux nus, et les faisaient briller devant mes yeux, comme s'ils
eussent été prêts pour l'exécution. Mais, tandis que j'implorais la
pitié et le secours du ciel, le général envoya ordre à l'officier qui
me conduisait de me mener à deux milles du camp, dans un lieu où il
s'était retiré lui-même. Son ordre fut exécuté sur-le-champ, et je fus
un peu rassuré par sa présence.

»Je vous raconterais les circonstances de mon voyage, et de quelle
manière je fus reçu du roi, si sa majesté ne me faisait demander à ce
moment ma lettre avec un empressement qui ne me permet pas de la
rendre plus longue ni de la corriger. Je me flatte que cette raison
fera excuser mes fautes, et je suis, etc.

                                                     »BULLFINCH LAMB.»

L'auteur de cette lettre passa encore deux ans à la cour de Dahomay.
Enfin le roi, se fiant à la promesse qu'il lui fit de revenir avec
d'autres blancs, le renvoya comblé de bienfaits. Il s'arrêta peu à
Juida. L'occasion s'étant présentée de partir pour l'Amérique, il se
rendit à la Barbade, où Smith le rencontra.



CHAPITRE III.

Voyage de Snelgrave. Victoires du roi de Dahomay. Traite des Nègres.


L'introduction des voyages de Snelgrave est la mieux détaillée que
nous ayons encore rencontrée. Elle contient une vue générale du
commerce de la Guinée, et les raisons pour lesquelles on a si peu
connu jusqu'à présent l'intérieur de l'Afrique. Il entend la Guinée
depuis le cap Vert jusqu'au pays d'Angole. Le fleuve de Zaïre ou de
Congo, dit-il, est le lieu le plus éloigné où les Anglais aient porté
leur commerce. Ils l'ont augmenté si avantageusement, qu'ils ont eu
jusqu'à deux cents vaisseaux sur cette côte.

Snelgrave a fait lui-même long-temps le commerce dans l'étendue
d'environ sept cents lieues de côtes, depuis la rivière de Scherbro
jusqu'au cap Lopez Gonsalvo. Il divise cet espace en quatre parties:
la première, qu'il appelle côte au Vent (Windward), a deux cent
cinquante lieues de longueur, depuis la même rivière jusqu'à celle
d'Ancobar, près d'Axim. On ne trouve sur cette côte aucun
établissement européen. Le commerce ne s'y exerce qu'au passage des
vaisseaux, sur les signes que les Nègres font du rivage avec de la
fumée, pour avertir les vaisseaux qu'ils aperçoivent à la voile. Ils
se rendent à bord dans leurs canots avec les marchandises de leur
pays, à moins qu'ils n'aient été rebutés par les insultes et les
violences des marchands de l'Europe. C'est ce qui arrive souvent,
remarque l'auteur, à la honte des Anglais et des Français, qui, sous
les moindres prétextes, enlèvent ces malheureux Nègres pour
l'esclavage. Une injustice si noire a non-seulement refroidi plusieurs
nations d'Afrique pour le commerce, mais expose quelquefois les
innocens à porter la peine des coupables; car on a l'exemple de
quelques petits vaisseaux de l'Europe qui ont été surpris par des
Nègres, maltraités et sacrifiés à leur vengeance.

La seconde division de Snelgrave s'étend depuis la rivière d'Ancobar
jusqu'au fort d'Akra, c'est-à-dire l'espace de cinquante lieues. Cette
partie, qui se nomme la côte d'Or, est remplie de comptoirs anglais et
hollandais.

La troisième division est d'environ soixante lieues depuis Akra
jusqu'à Iakin, près de Juida. Il n'y a point d'autres comptoirs dans
cet espace que ceux de Juida et d'Iakin.

La dernière partie, depuis Iakin jusqu'au cap Lopez Gonsalvo, passe le
long de la baie de Benin, des Callabares et des Camerones, sur une
étendue de trois cents lieues, et n'a point de comptoirs européens.

Sur toute la côte de la première division, les marchands européens ne
risquent pas volontiers de descendre au rivage, parce qu'ils ont
mauvaise opinion du caractère des habitans. L'auteur descendit dans
quelques endroits; mais il ne put jamais s'y procurer les moindres
éclaircissemens sur les pays intérieurs. Dans tous ses voyages, il n'a
pas rencontré un seul blanc qui ait eu la hardiesse d'y pénétrer:
aussi ne doute-t-il pas que ceux qui formeraient cette entreprise ne
périssent misérablement par la jalousie des Nègres, qui les
soupçonneraient de quelque dessein pernicieux à leur nation.

Quoique les habitans de la côte d'Or soient beaucoup plus civilisés
par l'ancien commerce qu'ils ont avec les Européens, leur politique ne
souffre pas non plus qu'on pénètre dans le sein de leur pays. Cette
défiance va si loin, que la jalousie des Nègres intérieurs s'étend
jusqu'aux autres Nègres qui sont sous la protection des blancs. De là
vient que, dans la paix la plus profonde, lorsque les nations
éloignées de la mer s'approchent du rivage pour le commerce, les
éclaircissemens qu'on en tire sont si fabuleux et si contradictoires,
qu'on n'y peut prendre aucune confiance, d'autant plus qu'en général
les Nègres en imposent toujours aux blancs.

On peut dire la même chose de la troisième division; car, jusqu'à la
conquête des royaumes de Juida et d'Iakin par le roi de Dahomay, on ne
connaissait presque rien des pays du dedans. Aucun blanc n'avait
pénétré plus loin que le royaume d'Ardra, qui est à cinquante milles
de la côte.

Les peuples de la quatrième division sont encore plus barbares que
ceux de la première, et moins capables par conséquent de se prêter aux
informations.

Enfin Snelgrave conclut son introduction par un exemple remarquable
des sacrifices humains sur la rivière du vieux Callabar. Akqua, chef
ou roi du canton (car la rivière de Callabar a plusieurs petits
princes), vint à bord, par la seule curiosité de voir le vaisseau et
d'entendre la musique de l'Europe. Cette musique l'ayant beaucoup
amusé, il invita le capitaine à descendre au rivage. Snelgrave y
consentit; mais, connaissant la férocité de cette nation, il se fit
accompagner de dix matelots bien armés et de son canonnier. En
touchant la terre, il fut conduit à quelque distance de la côte, où il
trouva le roi assis sur une sellette de bois, à l'ombre de quelques
arbres touffus. Il fut invité à s'asseoir aussi sur une autre sellette
qui avait été préparée pour lui. Le roi ne prononça pas un mot, et ne
fit pas le moindre mouvement jusqu'à ce qu'il le vît assis. Mais alors
il le félicita sur son arrivée, et lui demanda des nouvelles de sa
santé. Snelgrave lui rendit ses complimens après l'avoir salué le
chapeau à la main. L'assemblée était nombreuse. Quantité de seigneurs
nègres étaient debout autour de leur maître; et sa garde, composée
d'environ cinquante hommes, armés d'arcs et de flèches, l'épée au côté
et la zagaie à la main, se tenait derrière lui à quelque distance. Les
Anglais se rangèrent vis-à-vis à vingt pas, le fusil sur l'épaule.

Après avoir présenté au roi quelques bagatelles, dont il parut charmé,
Snelgrave vit un petit Nègre attaché par la jambe à un pieu fiché en
terre. Ce petit misérable était couvert de mouches et d'autres
insectes. Deux prêtres qui faisaient la garde près de lui paraissaient
ne le pas perdre un moment de vue. Le capitaine, surpris de ce
spectacle, en demanda l'explication au roi. Ce prince répondit que
c'était une victime, qui devait être sacrifiée la nuit suivante au
dieu Egho pour la prospérité de son royaume. L'horreur et la pitié
firent une si vive impression sur Snelgrave, que sans aucun
ménagement, et, comme il le confesse, avec trop de précipitation, il
donna ordre à ses gens de prendre la victime pour lui sauver la vie.
Mais, comme ils entreprenaient de lui obéir, un des gardes marcha vers
le plus avancé d'un air menaçant et la lance levée. Snelgrave,
commençant à craindre qu'il ne perçât un des Anglais, tira de sa poche
un petit pistolet, dont la vue effraya beaucoup le roi. Mais il donna
ordre à l'interprète de l'assurer qu'on ne voulait nuire ni à lui ni à
ses gens, pourvu que son garde cessât de menacer l'Anglais.

Cette demande fut aussitôt accordée; mais, lorsque tout parut
tranquille, Snelgrave fit un reproche au roi d'avoir violé le droit de
l'hospitalité en permettant que son garde menaçât les Anglais de sa
lance. Le monarque nègre répondit que Snelgrave avait eu tort le
premier en donnant ordre à ses gens de se saisir de la victime. Le
capitaine anglais reconnut volontiers qu'il avait été trop prompt;
mais, s'excusant sur le privilége de sa religion, qui défend également
de prendre le bien d'autrui et de donner la mort aux innocens, il
représenta au prince qu'au lieu des bénédictions du ciel; il allait
s'attirer la haine du Dieu tout-puissant que les blancs adorent. Il
ajouta que la première loi de la nature humaine est de ne pas faire
aux autres ce que nous ne voudrions pas qu'ils nous fissent: terrible
argument contre les Européens qui achètent les Nègres! Enfin il offrit
d'acheter l'enfant. Cette proposition fut acceptée; et ce qui le
surprit beaucoup, le roi ne lui demanda qu'un collier de verre bleu,
qui ne valait pas trente sous. Il s'était attendu qu'on lui
demanderait dix fois autant, parce que, depuis les rois jusqu'aux plus
vils esclaves, les Nègres sont accoutumés à profiter de toutes sortes
d'occasions pour tirer quelque avantage des Européens. Il prit
plaisir, après avoir obtenu cette grâce, à traiter le roi avec les
liqueurs et les vivres qu'il avait apportés du vaisseau. Ensuite il
prit congé de ce prince, qui, pour lui marquer la satisfaction qu'il
avait reçue de sa visite, promit de le visiter sur son bord une
seconde fois.

La veille de son débarquement, Snelgrave avait acheté la mère de
l'enfant, sans prévoir ce qui lui devait arriver; et le chirurgien
ayant remarqué qu'elle avait beaucoup de lait, et s'étant informé de
ceux qui l'avaient amenée de l'intérieur des terres si elle avait un
enfant, ils avaient répondu qu'elle n'en avait pas; mais à peine ce
petit malheureux fut-il porté à bord, que, le reconnaissant entre les
bras des matelots, elle s'élança vers eux avec une impétuosité
surprenante pour le prendre dans les siens. Snelgrave a peine à
croire qu'il y ait jamais eu de scène aussi touchante. L'enfant était
aussi joli qu'un Nègre peut l'être, et n'avait pas plus de dix-huit
mois. Mais la reconnaissance produisit autant d'effet que la
tendresse, lorsque la mère eût appris de l'interprète que le capitaine
l'avait dérobé à la mort. Cette aventure ne fut pas plus tôt répandue
dans le vaisseau, que tous les Nègres, libres et esclaves, battirent
des mains et chantèrent les louanges de Snelgrave. Il en tira un fruit
considérable pendant le reste du voyage, par la tranquillité et la
soumission qu'il trouva constamment parmi ses esclaves, quoiqu'il n'en
eût pas moins de trois cents à bord. Il se rendit de la rivière de
Callabar à l'île d'Antigoa, où il vendit sa cargaison. Un planteur de
cette île, lui ayant entendu raconter l'histoire de la mère et du
fils, les acheta tous deux sur cette seule recommandation, et leur fit
trouver beaucoup de douceur dans l'esclavage.

Cette anecdote, qui attendrira tous les coeurs sensibles, console un
peu des barbaries que nous sommes souvent obligé de rapporter, et
jette au moins quelque intérêt au milieu des détails quelquefois un
peu arides qui doivent entrer nécessairement dans cette partie la plus
ingrate de notre Abrégé.

Vers la fin du mois de mars 1727, Snelgrave, alors capitaine de _la
Catherine_, arriva dans la rade de Juida, où il avait déjà fait
plusieurs voyages. Après avoir pris terre, sans se ressentir des
inconvéniens ordinaires de cette dangereuse côte, il se rendit au Fort
anglais, qui est à trois milles du rivage et fort près du Fort
français. Trois semaines avant son arrivée, le pays avait été conquis
et ruiné par le roi de Dahomay, et les Européens des comptoirs avaient
été enlevés pour l'esclavage avec les habitans nègres. Les ravages de
l'épée et du feu dans une si belle contrée formaient encore un affreux
spectacle. Le carnage avait été si terrible, que les champs étaient
couverts d'os de morts. Cependant, comme les prisonniers européens
avaient obtenu du vainqueur la permission de revenir dans leurs forts,
ce fut d'eux-mêmes que l'auteur apprit les circonstances de cette
étrange révolution.

Il commence son récit par la description de l'état florissant où il
avait vu le royaume de Juida dans ses voyages précédens. La côte de ce
pays est au 6e degré 40 minutes nord. Sabi, qui en est la capitale,
est situé à sept milles de la mer: c'était dans cette ville que les
Européens avaient leurs comptoirs; la rade était ouverte à toutes les
nations. On comptait annuellement plus de deux mille Nègres que les
Français, les Anglais, les Hollandais et les Portugais transportaient
de Sabi et des places voisines: étrange preuve de prospérité! Les
habitans étaient civilisés par un long commerce.

L'usage de la polygamie étant établi dans le royaume de Juida, et les
seigneurs ou les riches n'ayant pas moins de cent femmes, le pays
s'était peuplé avec tant d'abondance, qu'il était rempli de villes et
de villages. La bonté naturelle du terroir, jointe à la culture qu'il
recevait de tant de mains, lui donnait l'apparence d'un jardin
continuel. Un long et florissant commerce avait enrichi les habitans.
Tous ces avantages étaient devenus la source d'un luxe et d'une
mollesse si excessifs, qu'une nation qui aurait pu mettre cent mille
combattans sous les armes se vit chassée de ses principales villes par
une armée peu nombreuse, et devint la proie d'un ennemi qu'elle avait
autrefois méprisé.

Le roi de Juida, étant monté sur le trône à l'âge de quatorze ans,
avait abandonné le gouvernement aux seigneurs de sa cour, qui
s'étaient fait une étude de flatter toutes ses passions pour le
retenir plus long-temps dans cette dépendance. Il avait trente ans au
temps de la révolution; mais, loin de s'être rendu plus propre aux
affaires, il ne pensait qu'à satisfaire son incontinence. Il
entretenait à sa cour plusieurs milliers de femmes qu'il employait à
toutes sortes de services; car il n'y recevait aucun domestique d'un
autre sexe. Cette faiblesse aboutit à sa ruine. Les grands, n'ayant en
vue que leur intérêt particulier, s'érigèrent en autant de tyrans qui
divisèrent le peuple et devinrent aisément la proie de leur ennemi
commun, le roi de Dahomay, monarque puissant dont les états sont fort
éloignés dans les terres.

Ce prince avait fait demander depuis long-temps au roi de Juida la
permission d'envoyer ses sujets pour le commerce, jusqu'au bord de la
mer, avec offre de lui payer les droits ordinaires sur chaque esclave:
cette proposition ayant été rejetée, il avait juré de se venger dans
l'occasion; mais le roi de Juida s'était si peu embarrassé de ses
menaces, que, Snelgrave se trouvant vers le même temps à sa cour, il
lui avait dit que, si le roi de Dahomay entreprenait la guerre, il ne
le traiterait pas suivant l'usage du pays, qui était de lui faire
couper la tête, mais qu'il le réduirait à la qualité d'esclave pour
l'employer aux plus vils offices.

Trouro Audati, roi de Dahomay, était un prince politique et vaillant,
qui dans l'espace de peu d'années avait étendu ses conquêtes vers la
mer jusqu'au royaume d'Ardra, pays intérieur, mais qui touche à celui
de Juida. Il se proposait d'y demeurer tranquille, jusqu'à ce qu'il
eût assuré ses premières conquêtes, lorsqu'un nouvel incident le força
de reprendre les armes. Le roi d'Ardra avait un frère nommé Hassar,
qui en avait été traité avec beaucoup de rigueur et d'injustice. Ce
prince outragé alla offrir secrètement à Trouro Audati de grosses
sommes d'argent, s'il voulait entreprendre de le venger. Il en fallait
bien moins pour réveiller un conquérant politique. Le roi d'Ardra
découvrit les desseins de ses ennemis, et fit demander aussitôt du
secours au roi de Juida, qu'un intérêt commun devait faire entrer
dans sa querelle; mais celui-ci eût l'imprudence de fermer l'oreille,
et de souffrir que l'armée du roi d'Ardra, qui était forte de
cinquante mille hommes, fût taillée en pièces, et le roi même fait
prisonnier. Le malheureux monarque fut décapité aux yeux du vainqueur,
suivant l'usage barbare des rois nègres.

Le roi de Dahomay, tournant ses armes contre le royaume de Juida,
attaqua d'abord un canton dont Appragah, grand seigneur nègre, avait
le gouvernement héréditaire. Cet Appragah fit demander du secours à
son roi; mais il avait à la cour des ennemis qui souhaitaient sa
ruine, et qui rendirent le roi sourd à ses instances. Se voyant
abandonné, il prit le parti, après quelque résistance, de se soumettre
au roi de Dahomay, et cet hommage volontaire lui fit obtenir du
vainqueur une composition honorable.

La soumission d'Appragah ouvrit à l'armée victorieuse l'entrée
jusqu'au centre du royaume. Cependant elle fut arrêtée par une rivière
qui coule au nord de Sabi, principale ville de Juida, et résidence
ordinaire de ses princes. Le roi de Dahomay y assit son camp, sans
oser se promettre que le passage fût une entreprise aisée. Cinq cents
hommes auraient suffi pour garder les bords de cette rivière; mais, au
lieu de veiller à leur sûreté, les peuples efféminés de Sabi se
crurent assez défendus par leur nombre, et ne purent s'imaginer que
leur ennemi osât s'approcher de leur ville. Ils se contentèrent
d'envoyer soir et matin leurs prêtres sur le bord de la rivière pour y
faire des sacrifices à leur principale divinité, qui était un grand
serpent, auquel ils s'adressaient dans ces occasions pour rendre les
bords de leur rivière inaccessibles.

Ce serpent était d'une espèce particulière, qui ne se trouve que dans
le royaume de Juida. Le ventre de ces monstres est gros. Leur dos est
arrondi comme celui d'un porc. Ils ont au contraire la tête et la
queue fort menues, ce qui rend leur marche très-lente. Leur couleur
est jaune et blanche, avec quelques raies brunes. Ils sont si peu
nuisibles, que, si l'on marche dessus par imprudence (car ce serait un
crime capital d'y marcher volontairement), leur morsure n'est suivie
d'aucun effet fâcheux; et c'est une des principales raisons que les
Nègres apportent pour justifier leur culte. D'ailleurs ils sont
persuadés, par une ancienne tradition, que l'invocation du serpent les
a délivrés de tous les malheurs qui les menaçaient; mais ils virent
leurs espérances trompées dans la plus dangereuse occasion qu'ils
eussent à redouter. Leurs divinités mêmes ne furent pas plus ménagées
qu'eux; car les serpens étant en si grand nombre, qu'ils étaient
regardés comme des animaux domestiques, les conquérans, qui eu
trouvèrent les maisons remplies, leur firent un traitement fort
singulier. Ils les soulevaient par le milieu du corps en leur disant:
«Si vous êtes des dieux, parlez et tâchez de vous défendre.» Ces
pauvres animaux demeurant sans réponse, les Dahomays les éventraient
et les faisaient griller sur des charbons pour les manger.

La politique de Dahomay alla jusqu'à faire déclarer aux Européens qui
résidaient alors dans le royaume de Juida que, s'ils voulaient
demeurer neutres, ils n'avaient rien à craindre de ses armes, et qu'il
promettait au contraire d'abolir les impôts que le roi de Juida
mettait sur leur commerce; mais que, s'ils prenaient parti contre lui,
ils devaient s'attendre aux plus cruels effets de son ressentiment.
Cette déclaration les mit dans un extrême embarras. Ils étaient portés
à se retirer dans leurs forts, qui sont à trois milles de Sabi, du
côté de la mer, pour y attendre l'événement de la guerre. Mais,
craignant aussi d'irriter le roi de Juida, qui pouvait les accuser
d'avoir découragé ses sujets par leur fuite, ils se déterminèrent à
demeurer dans la ville.

Trouro Audati n'eût pas plus tôt reconnu que les habitans de Sabi
laissaient la garde de la rivière aux serpens, qu'il détacha deux
cents hommes pour sonder les passages; ils gagnèrent l'autre rive sans
opposition, et marchèrent immédiatement vers la ville au son de leurs
instrumens militaires. Le roi de Juida, informé de leur approche, prit
aussitôt la fuite avec tout son peuple, et se retira dans une île
maritime, qui n'est séparée du continent que par une rivière; mais la
plus grande partie des habitans, n'ayant point de pirogues pour le
suivre, se noyèrent en voulant passer à la nage. Le reste, au nombre
de plusieurs mille, se réfugièrent dans les broussailles, où ceux qui
échappèrent à l'épée périrent encore plus misérablement par la famine.
L'île que le roi avait prise pour asile est proche du pays des Popos,
qui suit le royaume de Juida, du côté de l'ouest.

Le détachement de l'armée ennemie, étant entré dans la ville, mit
d'abord le feu au palais, et fit avertir aussitôt le général qu'il n'y
avait plus d'obstacles à redouter. Toutes les troupes de Dahomay
passèrent promptement la rivière, et n'en croyaient qu'à peine le
témoignage de leurs yeux. Dulport, qui commandait alors à Juida pour
la compagnie d'Afrique, raconta plusieurs fois à Snelgrave que
plusieurs Nègres de Dahomay, qui étaient entrés dans le comptoir
anglais, avaient paru si effrayés à la vue des blancs, que, n'osant
s'en approcher, ils avaient attendu quelques signes de tête et de main
pour se persuader que c'étaient des hommes de leur espèce, ou du moins
qui ne différaient d'eux que par la couleur; mais lorsqu'ils s'en
crurent assurés, ils oublièrent le respect; et prenant à Dulport tout
ce qu'il avait dans ses poches, ils le firent prisonnier avec quarante
autres blancs, Anglais, Français, Hollandais et Portugais. De ce
nombre était Jérémie Tinker, qui avait résigné depuis peu la direction
des affaires de la compagnie à Dulport, et qui devait s'embarquer peu
de jours après pour l'Angleterre. Le signor Pereira, gouverneur
portugais, fut le seul qui s'échappa de la ville et qui gagna le Fort
français.

Le lendemain, tous les prisonniers blancs furent envoyés au roi de
Dahomay, qui était resté à quarante milles de Sabi. On avait eu soin
de leur faire préparer pour ce voyage des hamacs à là mode du pays. En
arrivant au camp royal, ils furent séparés suivant la différence de
leurs nations, et, pendant quelques jours, ils furent assez
maltraités; mais dans la première audience qu'ils obtinrent du roi, ce
prince rejeta le mauvais accueil qu'on leur avait fait sur le trouble
causé par la guerre, et leur promit qu'ils seraient plus satisfaits à
l'avenir. En effet, peu de jours après, il leur accorda la liberté
sans rançon, avec la permission de retourner dans leurs forts.
Cependant ils ne purent obtenir la restitution de se qu'on leur avait
pris. Le roi fit présent de quelques esclaves, aux gouverneurs anglais
et français. Il les assura qu'après avoir bien établi ses conquêtes,
son dessein était de faire fleurir le commerce et de donner aux
Européens des témoignages d'une considération particulière. Toute la
conduite du conquérant nègre est d'un homme très-supérieur à l'idée
que nous avons de ces barbares.

Snelgrave passa trois jours sur le rivage de Juida avec les Français
et les Anglais des deux comptoirs, qui lui parurent fort embarrassés
des circonstances. Il les quitta pour se rendre à Iakin, qui n'en est
qu'à sept lieues à l'est, quoiqu'il y ait au moins trente milles de
côtes. Cette rade a toujours servi de port de mer au royaume d'Ardra.
Elle est gouvernée par un prince héréditaire qui paie à cette couronne
un tribut de sel. Lorsque le roi de Dahomay s'était rendu maître
d'Ardra, ce gouverneur l'avait fait assurer de sa soumission, avec
offre de lui payer le même tribut qu'au roi précédent. Cette conduite
fut fort approuvée de Trouro Audati, et la sienne fait connaître
quelle était sa politique. Quelques ravages qu'il eût exercés dans les
pays qu'il avait subjugués, il jugea qu'après s'être ouvert jusqu'à la
mer le passage qu'il désirait, il pourrait tirer quelque utilité des
Iakins, qui entendaient fort bien le commerce, et que par cette voie
il ne manquerait jamais d'armes et de poudre pour assurer ses
conquêtes. D'ailleurs cette nation avait toujours été rivale des
Juidas dans le commerce, et leur portait une haine invétérée depuis
qu'ils avaient attiré dans leur pays tout le commerce d'Iakin; car les
agrémens de Sabi et la douceur de l'ancien gouvernement avaient porté
les Européens à fixer leurs établissemens dans cette ville.

Le lendemain, il vint un messager nègre, nommé Boutteno, qui dit à
Snelgrave, en fort bon anglais, que, ne l'ayant pu trouver à Juida,
où il l'avait cherché par l'ordre du roi de Dahomay, il était venu à
Iakin pour l'inviter à se rendre au camp, et l'assurer de la part de
sa majesté qu'il y serait en sûreté et reçu avec toutes sortes de
caresses. Snelgrave marqua de l'embarras à répondre; mais, apprenant
que son refus pourrait avoir de fâcheuses conséquences, il prit le
parti de faire ce voyage, surtout lorsqu'il vit plusieurs blancs
disposés à l'accompagner. Un capitaine hollandais, dont le vaisseau
avait été détruit depuis peu par les Portugais, lui promit de le
suivre. Le chef du comptoir hollandais d'Iakin résolut d'envoyer avec
lui son écrivain pour offrir quelques présens au vainqueur. Le prince
d'Iakin fit aussi partir son propre frère pour renouveler ses hommages
au roi.

Le 8 avril, ils traversèrent dans des canots la rivière qui coule
derrière Iakin. Leur cortége était composé de cent Nègres, et le
messager leur servait de guide. Cet homme, qui avait été fait
prisonnier avec Lamb, avait appris l'anglais dès son enfance dans le
comptoir de Juida. Ils furent accompagnés jusqu'au bord de la rivière
par les habitans de la ville, qui faisaient des voeux pour leur
retour, dans l'opinion qu'ils avaient de la barbarie des Dahomays.

Après avoir passé la rivière, ils se mirent en chemin dans leurs
hamacs, portés chacun par six Nègres qui se relevaient successivement
à certaines distances; car deux hommes suffisent pour soutenir le
bâton auquel le branle est attaché. Ils ne faisaient pas moins de
quatre milles par heures; mais on était quelquefois obligé d'attendre
ceux qui portaient le bagage. On ne trouve point de chariots à Iakin,
et les chevaux n'y sont guère plus grands que des ânes; au reste, les
chemins sont fort bons, et la perspective du pays aurait été
très-agréable, si l'on n'y eût aperçu de tous côtés les ravages de la
guerre. On y voyait non-seulement les ruines de quantité de villes et
de villages, mais les os des habitans massacrés qui couvraient encore
la terre. Le premier jour on dîna, sous des cocotiers, de diverses
viandes froides dont on avait fait provision. Le soir on fut obligé de
coucher à terre, dans quelques mauvaises huttes, qui étaient trop
basses pour y pouvoir suspendre les hamacs. Tous les Nègres de la
suite passèrent la nuit à l'air.

Le jour suivant, étant parti à sept heures du matin, le convoi se
trouva, vers neuf heures, à un quart de mille du camp royal; on crut
avoir fait, depuis Iakin, environ quarante milles. Là, un messager
envoyé par le roi fit à Snelgrave et aux autres blancs les complimens
de sa majesté. Il leur conseilla de se vêtir proprement: ensuite, les
ayant conduits fort près du camp, il les remit entre les mains d'un
officier de distinction qui portait le titre de grand capitaine. La
manière dont cet officier les aborda leur parut fort, extraordinaire.
Il était environné de cinq cents soldats chargés d'armes à feu,
d'épées nues, de boucliers et de bannières, qui se mirent à faire des
grimaces et des contorsions si ridicules, qu'il n'était pas aisé de
pénétrer leurs intentions. Elles devinrent encore plus obscures
lorsque le capitaine s'approcha d'eux avec quelques autres officiers
l'épée à la main et la secouant sur leurs têtes, ou leur en appuyant
la pointe sur l'estomac, avec des sauts et des mouvements désordonnés;
à la fin, prenant un air plus composé, il leur tendit la main, les
félicita de leur arrivée au nom du roi, et but à leur santé du vin de
palmier, qui est fort commun dans le pays. Snelgrave et ses compagnons
lui répondirent en buvant de la bière et du vin qu'ils avaient
apportés. Ensuite ils furent invités à se remettre en chemin, sous la
garde de cinq cents Dahomays, au bruit continuel de leurs instrumens.

Le camp royal était auprès d'une fort grande ville, qui avait été la
capitale du royaume d'Ardra, mais qui n'offrait plus qu'un affreux
amas de ruines. L'armée victorieuse campait dans des tentes, composées
de petites branches d'arbres et couvertes de paille, de la forme de
nos ruches à miel, mais assez grandes pour contenir dix à douze
soldats. Les blancs furent conduits d'abord sous de grands arbres, où
l'on avait placé des chaises du butin de Juida pour les y faire
asseoir à l'ombre. Bientôt ils virent des milliers de Nègres, dont la
plupart n'avaient jamais vu de blancs, et que la curiosité amenait
pour jouir de ce spectacle. Après avoir passé deux heures dans cette
situation à considérer divers tours de souplesse dont les Nègres
tâchaient de les amuser, ils furent menés dans une chaumière qu'on
avait préparée pour eux. La porte en était fort basse; mais ils
trouvèrent le dedans assez haut pour y suspendre leurs hamacs.
Aussitôt qu'ils y furent entrés avec leur bagage, le grand capitaine,
qui les avait accompagné jusque-là, laissa une garde à peu de
distance, et se rendit auprès du roi pour lui rendre compte de sa
commission. Vers midi, ils dressèrent leur tente au milieu d'une
grande cour environnée de palissades, autour desquelles la populace
s'empressa beaucoup pour les regarder. Mais ils dînèrent
tranquillement, parce que le roi avait ordonné sous peine de mort que
personne s'approchât d'eux sans la permission de la garde. Cette
attention pour leur sûreté leur causa beaucoup de joie. Cependant ils
furent tourmentés par une si prodigieuse quantité de mouches, que,
malgré les soins continuels de leurs esclaves, ils ne pouvaient avaler
un morceau qui ne fût chargé de cette vermine.

À trois heures après midi, le grand capitaine les fit avertir de se
rendre à la porte royale. Ils virent en chemin deux grands échafauds
sur lesquels on avait assemblé en piles un grand nombre de têtes de
mort: c'était là ce qui amassait les mouches dont ils avaient reçu
tant d'incommodité pendant leur dîner. L'interprète leur apprit que
les Dahomays avaient sacrifié dans ce lieu à leurs divinités quatre
mille prisonniers de Juida, et que cette exécution s'était faite il y
avait environ trois semaines. Ce témoignage formel prouve sans
réplique l'usage des sacrifices humains dans ces contrées.

La porte royale donnait entrée dans un grand clos de palissades, où
l'on voyait plusieurs maisons dont les murs étaient de terre. On fit
asseoir les blancs sur des sellettes. Un officier leur présenta une
vache, un mouton, quelques chèvres et d'autres provisions. Il ajouta
pour compliment qu'au milieu du tumulte des armes sa majesté ne
pouvait pas satisfaire l'inclination qu'elle avait à le mieux traiter.
Ils ne virent pas le roi; mais, sortant de la cour, après y avoir
promené quelque temps les yeux, ils furent surpris d'apercevoir à la
porte une file de quarante Nègres, grands et robustes, le fusil sur
l'épaule et le sabre à la main, chacun orné d'un grand collier de
dents d'hommes, qui leur pendaient sur l'estomac et autour des
épaules. L'interprète leur apprit que c'étaient les héros de la
nation, auxquels il était permis de porter les dents des ennemis
qu'ils avaient tués: quelques-uns en avaient plus que les autres, ce
qui faisait une différence de degrés dans l'ordre même de la valeur.
La loi du pays défendait sous peine de mort de se parer d'un si
glorieux ornement sans avoir prouvé devant quelques officiers chargés
de cet emploi que chaque dent venait d'un ennemi tué sur le champ de
bataille. Snelgrave pria l'interprète de leur faire un compliment de
sa part, et de leur dire qu'il les regardait comme une compagnie de
braves gens: ils répondirent qu'ils estimaient beaucoup les blancs.

Ce fut le lendemain qu'ils reçurent ordre de se préparer pour
l'audience du roi. Ils furent conduits dans la même cour qu'ils
avaient vue le jour précédent; sa majesté y était assise, contre
l'usage du pays, sur une chaise dorée qui s'était trouvée entre les
dépouilles du palais de Juida. Trois femmes soutenaient de grands
parasols au-dessus de sa tête pour le garantir de l'ardeur du soleil,
et quatre autres femmes étaient debout derrière lui le fusil sur
l'épaule; elles étaient toutes fort proprement vêtues depuis la
ceinture jusqu'en bas, suivant l'usage de la nation, où la moitié
supérieure du corps est toujours nue; elles portaient au bras des
cercles d'or d'un grand prix, des joyaux sans nombre autour du cou, et
de petits ornemens du pays entrelacés dans leur chevelure. Ces parures
de tête sont des cristaux de diverses couleurs, qui viennent de fort
loin dans l'intérieur de l'Afrique, et qui paraissent une espèce de
fossiles. Les Nègres en font le même cas que nous faisons des diamans.

Le roi était vêtu d'une robe à fleurs d'or qui lui tombait jusqu'à la
cheville du pied. Il avait sur la tête un chapeau d'Europe brodé en
or, et des sandales aux pieds. On avertit les blancs de s'arrêter à
vingt pas de la chaise. À cette distance, sa majesté leur fit dire par
l'interprète qu'elle se réjouissait de leur arrivée. Ils lui firent
une profonde révérence la tête découverte. Alors, ayant assuré
Snelgrave de sa protection, elle donna ordre qu'on présentât des
chaises aux étrangers. Ils s'assirent. Le roi but à leur santé, et
leur ayant fait apporter des liqueurs, il leur donna permission de
boire à la sienne.

On amena le même jour au camp plus de huit cents captifs, d'une région
nommé Teffo, à six journées de distance. Tandis que le roi de Dahomay
faisait la conquête de Juida, ces peuples avaient attaqué cinq cents
hommes de ses troupes, qu'il avait donnés pour escorte à douze de ses
femmes pour les reconduire dans le pays de Dahomay avec quantité de
richesses. Les Teffos, ayant mis l'escorte en déroute, avaient tué les
douze femmes, et s'étaient saisis de leur trésor. Mais, après la
conquête de Juida, le roi s'était hâté de détacher une partie de son
armée pour tirer vengeance de cette insulte.

Il se fit amener les prisonniers dans sa cour. Le roi en choisit un
grand nombre pour les sacrifier à ses fétiches; le reste fut destiné à
l'esclavage. Cependant tous les soldats de Dahomay qui avaient eu part
à cette prise reçurent des récompenses qui leur furent distribuées
sur-le-champ par les officiers du roi. On leur paya pour chaque
esclave mâle la valeur de vingt schellings (24 francs) en cauris, et
celle de dix schellings pour chaque femme et chaque enfant. Les mêmes
soldats apportèrent au milieu de la cour plusieurs milliers de têtes
enfilées dans des cordes. Chacun en avait sa charge; et les officiers
qui les reçurent leur payèrent la valeur de cinq schellings pour
chaque tête. Ensuite d'autres Nègres emportaient tous ces horribles
monumens de la victoire pour en faire un amas près du camp.
L'interprète dit à Snelgrave que le dessein du roi était d'en composer
un trophée de longue mémoire.

Pendant que ce prince parut dans la cour, tous les grands de la nation
se tinrent prosternés sans pouvoir approcher de sa chaise plus près de
vingt pas. Ceux qui avaient quelque chose à lui communiquer
commençaient par baiser la terre, et parlaient ensuite à l'oreille
d'une vieille femme, qui allait expliquer leurs désirs au roi, et qui
leur rapportait sa réponse. Il fit présent à plusieurs de ses
officiers et de ses courtisans d'environ deux cents esclaves. Cette
libéralité royale fut proclamée à haute voix dans la cour, et suivie
des applaudissemens de la populace, qui attendait autour des
palissades l'heure du sacrifice. Ensuite on vit arriver deux Nègres
qui portaient un assez grand tonneau rempli de diverses sortes de
grains. Snelgrave jugea qu'il ne contenait pas moins de dix
gallons[4]. Après l'avoir placé à terre, les deux Nègres se mirent à
genoux, et, mangeant le grain à poignées, ils avalèrent tout en peu de
minutes. Snelgrave apprit de l'interprète que cette cérémonie ne se
faisait que pour amuser le roi, et que les acteurs ne vivaient pas
long-temps, mais qu'ils ne manquaient jamais de successeurs. Cette
étrange espèce de flatterie et de bassesse imbécile peut paraître
moins inconcevable dans une nation barbare, avilie et malheureuse;
mais si, dans notre. Europe, où l'on connaît mieux l'usage et le prix
de la vie, si dans une cour très-polie on avait vu des exemples d'une
adulation à peu près de la même espèce et du même danger, ne
faudrait-il pas convenir que l'air qu'on respire dans les cours est
mortel à la raison?

[Note 4: Un gallon est une mesure évaluée environ huit pintes.]

Après le dîner, le frère du prince d'Iakin vint, à la tête des blancs,
dans un si grand effroi, que de noir qu'il était, sa pâleur le rendit
basané. Il avait rencontré en chemin les Teffos qui devaient être
sacrifiés, et leurs cris lamentables l'avaient jeté dans ce désordre.
Les Nègres de la côte ont en horreur ces excès de cruauté, et
détestent surtout les festins de chair humaine. Ce barbare usage était
familier aux Dahomays; car, lorsque Snelgrave reprocha dans la suite
aux peuples de Juida le découragement qui leur avait fait prendre la
fuite, ils répondirent qu'il était impossible de résister à des
cannibales dont il fallait s'attendre à devenir la pâture; et leur
ayant répliqué qu'il importait peu après la mort d'être dévorés par
des hommes ou par des vautours, qui sont en grand nombre dans le pays,
ils secouèrent les épaules, en frémissant de la seule pensée d'être
mangés par des créatures de leur espèce, et protestant qu'ils
redoutaient moins toute autre mort. Le frère du prince d'Iakin
paraissait inquiet pour sa propre sûreté, parce qu'il n'avait point
été reçu à l'audience du roi; mais Snelgrave et le capitaine
hollandais obtinrent du chef des prêtres la liberté d'assister à la
cérémonie. Elle fut exécutée sur quatre petits échafauds, élevés
d'environ cinq pieds au-dessus de la terre. La première victime fut un
beau Nègre de cinquante ou soixante ans, qui parut les mains liées
derrière le dos. Il se présenta d'un air ferme et sans aucune marque
de douleur ou de crainte. Un prêtre dahomay le retint quelques momens
debout près de l'échafaud, et prononça sur lui quelques paroles
mystérieuses: ensuite il fit un signe à l'exécuteur qui était derrière
la victime, et qui, d'un seul coup de sabre, sépara la tête du corps.
Toute l'assemblée poussa un grand cri. La tête fut jetée sur
l'échafaud; mais le corps, après avoir été quelque temps à terre pour
laisser au sang le temps de couler, fut emporté par des esclaves, et
jeté dans un lieu voisin du camp. L'interprète dit à Snelgrave que la
tête était pour le roi, le sang pour les fétiches, et le corps pour
le peuple.

Le sacrifice fut continué avec les mêmes formalités pour chaque
victime. Snelgrave observa que les hommes se présentaient
courageusement à la mort; mais les cris des femmes et des enfans
s'élevaient jusqu'au ciel, et lui causèrent à la fin tant d'horreur,
qu'il ne put se défendre de quelque effroi pour lui-même. Il s'efforça
néanmoins de prendre un visage assuré, et d'éviter tout ce que les
vainqueurs auraient pu prendre pour une condamnation de leurs
cruautés; mais il cherchait, avec le Hollandais, quelque occasion de
se retirer sans être aperçu. Tandis qu'ils étaient dans cette violente
situation, un colonel dahomay, qu'ils avaient vu à Iakin, s'approcha
d'eux, et leur demanda ce qu'ils pensaient du spectacle. Snelgrave lui
répondit qu'il s'étonnait de voir sacrifier tant d'hommes sains, qui
pouvaient être vendus avec avantage pour le roi et pour la nation. Le
colonel lui dit que c'était l'ancien usage des Dahomays, et qu'après
une conquête, le roi ne pouvait se dispenser d'offrir à leur dieu un
certain nombre de captifs qu'il était obligé de choisir lui-même;
qu'ils se croiraient menacés de quelque malheur, s'ils négligeaient
une pratique si respectée, et qu'ils n'attribuaient leurs dernières
victoires qu'à leur exactitude à l'observer; que la raison qui faisait
choisir particulièrement les vieillards pour victimes était purement
politique; que, l'âge et l'expérience leur faisant supposer plus de
sagesse et de lumières qu'aux jeunes gens, on craignait que, s'ils
étaient conservés, ils ne formassent des complots contre leurs
vainqueurs, et qu'ayant été les chefs de leur nation, ils ne pussent
jamais s'accoutumer à l'esclavage. Il ajouta qu'à cet âge d'ailleurs
les Européens ne seraient pas fort empressés à les acheter, et qu'à
l'égard des jeunes gens qui se trouvaient au nombre des victimes,
c'était pour servir dans l'autre monde, les femmes du roi que les
Teffos avaient massacrées.

Snelgrave concluant, d'après cette dernière explication, que les
Dahomays avaient quelque idée d'un état futur, demanda au colonel
quelle opinion il se formait de Dieu. Il n'en tira qu'une réponse
confuse, mais dont il crut pouvoir recueillir que ces barbares
reconnaissent un dieu invisible qui les protége, et qui est subordonné
à quelque autre dieu plus puissant. «Ce grand dieu, lui dit le
colonel, est peut-être celui qui a communiqué aux blancs tant
d'avantages extraordinaires.» «Mais, puisqu'il ne lui a pas plu de se
faire connaître à nous, nous nous contentons, ajouta-t-il, de celui
que nous adorons.»

Le lendemain, Snelgrave vit le frère du prince d'Iakin qui avait
obtenu la permission de paraître devant le roi, et qui revenait charmé
de cette faveur. Il avait été traité si humainement, qu'il ne lui
restait aucune crainte d'être mangé par les Dahomays; mais il
paraissait pénétré d'horreur en racontant les circonstances de
l'horrible festin qui s'était fait la nuit précédente. Les corps des
Teffos avaient été bouillis et dévorés. Snelgrave eut la curiosité de
se transporter dans le lieu où il les avait vus. Il n'y restait plus
que les traces du sang, et son interprète lui dit en riant que les
vautours avaient tout enlevé. Cependant, comme il était fort étrange
qu'on ne vît pas du moins quelques os de reste, il demanda quelque
explication. L'interprète lui répondit alors plus sérieusement que les
prêtres avaient distribué les cadavres dans chaque partie du camp, et
que les soldats avaient passé toute la nuit à les manger. Voilà donc
les Dahomays reconnus anthropophages; mais le voyageur Atkins, qui
n'en admet point, prétend que Snelgrave s'est laissé tromper.

Snelgrave n'ose donner cette étrange barbarie pour une vérité, parce
qu'il ne la rapporte pas sur le témoignage de ses propres yeux; mais
il laisse juger à ses lecteurs si elle n'est pas bien confirmée par un
autre récit qu'il tient lui-même d'un fort honnête homme, Robert
Moore, alors chirurgien de _l'Italienne_, grande frégate de la
compagnie anglaise. Ce bâtiment arriva dans la rade de Juida tandis
que Snelgrave était à Iakin. Le capitaine John Dagge, qui le
commandait, se trouvant indisposé, envoya Robert Moore au camp du roi
de Dahomay avec des présens pour ce prince. Moore eut la curiosité de
parcourir le camp, et, passant au marché, il y vit vendre
publiquement de la chair humaine. Snelgrave, à qui Moore raconta ce
qu'il avait vu, n'alla point chercher ce spectacle au marché; mais il
est persuadé que, si sa curiosité l'eût conduit du même côté, il y
aurait vu la même chose. Il est assez singulier qu'il n'ait pas eu
cette curiosité.

Snelgrave apprit d'un Portugais mulâtre établi dans ce pays que
plusieurs seigneurs fugitifs, dont les pères avaient été vaincus et
décapités par le roi de Dahomay, s'étaient retirés sous la protection
du roi d'Yo, et l'avaient engagé par leurs instances à déclarer la
guerre à leur vainqueur. Il s'était mis en campagne immédiatement
après la conquête d'Ardra. Le roi de Dahomay, quittant aussitôt cette
ville, avait marché au-devant de lui avec toutes ses forces, qui
n'étaient composées que d'infanterie. Comme ses ennemis, au contraire,
n'avaient que de la cavalerie, il avait eu d'abord quelque chose à
souffrir dans un pays ouvert, où les flèches, les javelines et le
sabre faisaient de sanglantes exécutions. Mais une partie de ses
soldats étant armés de fusils, le bruit des moindres décharges effraya
tellement les chevaux, que le roi d'Yo ne put les attaquer une seule
fois avec vigueur. Cependant les escarmouches avaient déjà duré quatre
jours, et l'infanterie de Dahomay commençait à se rebuter d'une si
longue fatigue, lorsque le roi eut recours à ce stratagème. Il avait
avec lui quantité d'eau-de-vie qu'il fit placer dans une ville
voisine de son camp; il y mit aussi, comme en dépôt, un grand nombre
de marchandises; et, se retirant pendant la nuit, il feignit de
s'éloigner avec toute son armée. Celle d'Yo ne douta point qu'il n'eût
pris la fuite; elle entra dans la ville, et, tombant sur l'eau-de-vie,
dont elle but d'autant plus avidement que cette liqueur est très-rare
dans le pays d'Yo, elle se ressentit bientôt de ses pernicieux effets.
Le sommeil de l'ivresse mit les plus braves hors d'état de se
défendre, tandis que le roi de Dahomay, bien instruit par ses espions,
revint sur ses pas avec la dernière diligence, et, trouvant ses
ennemis dans ce désordre, n'eut pas de peine à les tailler en pièces.
Il s'en échappa néanmoins une grande partie à l'aide de leurs chevaux.
Le Portugais mulâtre ajouta que, dans leur fuite, ils avaient pris
deux chevaux qui étaient dans sa cour, et que les vainqueurs en
avaient enlevé un grand nombre. Cependant il avait reconnu, disait-il,
que les Dahomays craignaient beaucoup une seconde invasion, et qu'ils
redoutaient extrêmement la cavalerie. Depuis sa victoire, leur roi
n'avait pas fait difficulté d'envoyer des présens considérables à
celui d'Yo, pour l'engager à demeurer tranquille dans ses états. Mais
si la guerre recommençait, et si la fortune les abandonnait ils
avaient déjà pris la résolution de se retirer vers les côtes de la
mer, où il était certain que leurs ennemis n'oseraient jamais les
poursuivre. On savait que le fétiche national des Yos était la mer
même, et que, leurs prêtres leur défendant sous peine de mort d'y
jeter les yeux, ils ne s'exposeraient point à vérifier une menace si
terrible.

Le jour suivant, Snelgrave et ses compagnons furent avertis de se
rendre à l'audience du roi. En arrivant dans la première cour, où ils
n'avaient encore vu le roi qu'en public, on les pria de s'arrêter un
moment. Ce prince, ayant appris qu'ils lui apportaient des présens,
avait désiré de voir ce qu'ils avaient à lui offrir avant qu'ils
fussent introduits. Ils n'attendirent pas long-temps. On les conduisit
dans une petite cour, au fond de laquelle sa majesté était assise, les
jambes croisées, sur un tapis de soie. Sa parure était fort riche;
mais il avait peu de courtisans autour de lui. Il demanda aux blancs,
d'un ton fort doux, comment ils se portaient; et, faisant étendre près
de lui deux belles nattes, il leur fit signe de s'asseoir; ils
obéirent, en apprenant de l'interprète que c'était l'usage du pays.

Le roi demanda aussitôt à Snelgrave quel était le commerce qui l'avait
amené sur les côtes de Guinée; et ce capitaine lui ayant répondu qu'il
venait pour le commerce des esclaves, et qu'il espérait beaucoup de la
protection de sa majesté, il lui promit de le satisfaire, mais après
que les droits seraient réglés. Là-dessus, il lui dit de s'adresser à
Zuinglar, un de ses officiers, qui était présent, et que Snelgrave
avait connu à Juida, où il avait fait, pendant plusieurs années, les
affaires de la cour de Dahomay. Cet officier, prenant la parole au nom
de son maître, déclara que, malgré ses droits de conquérant, il ne
mettrait pas plus d'impôt sur les marchandises qu'on n'était accoutumé
d'en payer au roi de Juida. Snelgrave répondit que, sa majesté étant
un prince beaucoup plus puissant que celui de Juida, on espérait qu'il
exigerait moins des marchands. Cette objection parut embarrasser
Zuinglar: il balançait sur sa réponse; mais le roi, qui se faisait
expliquer jusqu'au moindre mot par l'interprète, répondit lui-même
qu'étant en effet un plus grand prince, il devait exiger davantage.
«Mais, ajouta-t-il d'un air gracieux, comme vous êtes le premier
capitaine anglais que j'aie jamais vu, je veux vous traiter comme une
jeune mariée, à laquelle on ne refuse rien.» Snelgrave fut si surpris
de ce tour d'expression, que, regardant l'interprète, il l'accusa d'y
avoir changé quelque chose. Mais le roi, flatté de son étonnement,
recommença sa réponse dans les mêmes termes, et lui promit que ses
actions ne démentiraient pas ses paroles. Alors Snelgrave, encouragé
par tant de faveurs, prit la liberté de représenter que la plus sûre
voie pour faire fleurir le commerce était d'imposer des droits légers,
et de protéger les Anglais, non-seulement contre les larcins des
Nègres, mais encore contre les impositions arbitraires des seigneurs.
Il ajouta que, pour avoir négligé ces deux points, le roi de Juida
avait fait beaucoup de tort au commerce de son pays. Sa majesté prit
fort bien ce conseil, et demanda ce que les Anglais souhaitaient de
lui payer. Snelgrave répondit que, pour les satisfaire et leur
inspirer autant de zèle et de reconnaissance, il fallait n'exiger
d'eux que la moitié de ce qu'ils payaient au roi de Juida. Cette grâce
fut accordée sur-le-champ. Le roi, pour mettre le comble à ses bontés,
ajouta qu'il était résolu de rendre le commerce florissant dans toute
l'étendue de ses états; qu'il s'efforcerait de garantir les blancs des
injustices dont ils se plaignaient, et que Dieu l'avait choisi pour
punir le roi de Juida et son peuple de toutes les bassesses dont ils
s'étaient rendus coupables à l'égard des blancs et des noirs. Cette
audience dura cinq heures, et Snelgrave en rapporta une très-grande
idée de l'Alexandre d'Afrique.

Le lendemain les blancs furent appelés de fort bonne heure à la porte
royale, où les officiers du roi leur déclarèrent que ce prince ne
pouvait les voir de tout le jour, parce que c'était la fête de son
fétiche; mais qu'il leur faisait présent de quelques esclaves et de
quantité de provisions; qu'ils pouvaient faire fond sur toutes ses
promesses, retourner à Iakin quand ils le souhaiteraient, et finir
tranquillement leurs affaires sous sa protection. Ils trouvèrent à
leur retour les esclaves et les provisions qui les attendaient. On
distribua de la part du roi des pagnes assez propres aux Nègres de
leur cortége, avec une petite somme d'argent.

Dans le cours de l'après-midi, ils virent passer devant la porte
royale le reste de l'armée qui revenait du pays des Teffos. Ce corps
de troupes marchait avec plus d'ordre que Snelgrave n'en avait jamais
vu parmi les Nègres et parmi ceux mêmes de la côte d'Or, qui passent
pour les meilleurs soldats de tous les pays de l'Afrique. Il était
composé de trois mille hommes de milice régulière, suivis d'une
multitude d'environ dix mille autres Nègres pour le transport du
bagage, des provisions et des têtes de leurs ennemis. Chaque compagnie
avait ses officiers et ses drapeaux: leurs armes étaient le mousquet,
le sabre et le bouclier. En passant devant la porte royale, ils se
prosternèrent successivement et baisèrent la terre; mais ils se
relevaient avec une vitesse et une agilité surprenantes. La place, qui
était devant la porte, avait quatre fois autant d'étendue que celle de
la tour de Londres. Ils y firent l'exercice à la vue d'un nombre
incroyable de spectateurs, et dans l'espace de deux heures ils firent
au moins vingt décharges de leur mousqueterie.

Snelgrave, paraissant étonné de cette multitude de Nègres qui étaient
à la suite des troupes, apprit de l'interprète que le roi donnait à
chaque soldat un jeune élève de la nation, entretenu aux dépens du
public, pour les former d'avance aux fatigues de la guerre, et que la
plus grande partie de l'armée présente avait été élevée de cette
manière. L'auteur en eut moins de peine à comprendre comment le roi de
Dahomay avait étendu si loin ses conquêtes avec des troupes si
régulières et tant de politique. Il est certain que cette institution
ferait honneur aux peuples les mieux civilisés.

De retour au comptoir d'Iakin, il eut à se plaindre des Nègres du pays
et de leur prince; il essuya beaucoup d'affronts et de perfidies.
Heureusement pour lui, le grand capitaine de Dahomay fut envoyé par
son maître pour mettre l'ordre dans le pays d'Iakin. Les blancs, qui
étaient sous la protection de son maître, furent bientôt vengés. Il
entendit leurs plaintes. Les coupables furent chargés de chaînes et
conduits au camp royal. Snelgrave eut la satisfaction de voir dans ce
nombre un Nègre qui l'avait menacé du bout de son fusil. Cet insolent,
et deux de ses compagnons qui avaient traité fort outrageusement les
Anglais eurent la tête coupée par l'ordre du roi; les autres furent
retenus long-temps dans les fers, et réduits au pain et à l'eau, dans
la cour même du roi, où ils étaient exposés à toutes les injures de
l'air.

Le jour qui suivit l'arrivée du grand capitaine, tous les blancs se
réunirent pour lui offrir leurs présens: il dîna le lendemain avec
eux dans le comptoir de Snelgrave. De tous les Nègres de son cortége,
il n'en fit asseoir qu'un à table, avec le prince d'Iakin et lui.
Snelgrave observe qu'ayant pris beaucoup de plaisir à manger du jambon
et du pâté à l'anglaise, il demanda comment ces deux mets étaient
préparés. On lui répondit que le détail en serait trop long; mais que,
de la manière dont ils l'étaient, ils pouvaient se conserver six mois,
malgré la chaleur du pays: c'était assurer beaucoup. Snelgrave ayant
ajouté que le pâté était de la main de sa femme, le grand capitaine
voulut savoir combien il avait de femmes, et rit beaucoup en apprenant
qu'il n'en avait qu'une. «J'en ai cinq cents, lui dit-il, et je
souhaiterais que dans ce nombre il y en eût cinquante qui sussent
faire d'aussi bons pâtés.» On servit ensuite des bananes et d'autres
fruits du pays sur de la vaisselle de Delft. Cette sorte de faïence
lui parut si belle, qu'il pria Snelgrave de lui donner l'assiette sur
laquelle il avait mangé, avec le couteau et la fourchette dont il
s'était servi. Non-seulement Snelgrave lui accorda ce qu'il demandait,
mais il y joignit tous les couverts qui étaient sur la table. Au même
instant les Nègres enlevèrent le service avec tant de précipitation,
qu'ils faillirent briser une partie de la vaisselle. Snelgrave fit
ajouter à ce présent quelques pots et quelques gobelets.

Lorsqu'on avait commencé à manger, les principaux officiers du grand
capitaine, qui étaient debout derrière sa chaise, lui dérobaient de
temps en temps sur son assiette un morceau de jambon ou de volaille.
Snelgrave, qui s'en était aperçu, lui dit que les vivres ne leur
manqueraient pas, et que ce n'était pas l'usage en Europe de laisser
partir affamés les gens de ceux qu'on invitait à dîner: cet usage est
changé. Alors les Nègres prirent confiance à cette promesse. On but
beaucoup après le festin; et de plusieurs sortes de liqueurs, le grand
capitaine donna la préférence au punch.

Malgré les louanges que Snelgrave donne au conquérant nègre, ce qu'il
raconte dans la relation d'un second voyage qu'il fit deux ans après à
Iakin, prouve que, si ce barbare avait plus d'astuce et de fermeté que
ses compatriotes, il était encore éloigné des principes d'une saine
politique.

Ce prince ayant conquis en peu d'années et ravagé divers pays, on a
déjà remarqué que les fils du roi d'Ouymey, et plusieurs autres
princes dont il avait fait décapiter les pères s'étaient retirés fort
loin dans les terres, sous la protection des Yos, nation puissante et
guerrière. Après la défaite d'Ossous, le roi de Juida trouva le moyen
d'implorer le secours du roi des Yos; et les sollicitations des autres
princes se joignant aux siennes, ils obtinrent de ce grand monarque
une armée considérable pour fondre ensemble sur le roi de Dahomay, qui
était regardé comme l'ennemi et le destructeur du genre humain. Les
Yos, ne combattant qu'à cheval, et leur pays étant fort éloigné au
nord-ouest, ils ne peuvent marcher vers le sud que dans la saison du
fourrage. Le roi de Dahomay fut bientôt informé de leur approche. Il
avait éprouvé dans une autre guerre les désavantages de son armée, qui
n'était composée que d'infanterie. La crainte du sort qu'il avait fait
éprouver à tous ses voisins lui fit prendre la résolution d'enterrer
toutes ses richesses, de brûler ses villes, et de se retirer dans les
bois avec tous ses sujets. C'est la ressource ordinaire des Nègres
lorsqu'ils désespèrent de la victoire. Comme ils n'ont point de places
fortes, ceux qui sont maîtres de la campagne ne trouvent point de
résistance dans toute l'étendue des plus grands états.

Ainsi le roi de Dahomay trompa l'espérance de ses ennemis. Les Yos le
cherchèrent long-temps: il était enfoncé dans l'épaisseur des bois.
Enfin la saison des pluies les força de se retirer; et les Dahomays,
sortant de leurs retraites, rebâtirent tranquillement leur ville.

Ce fut vers le même temps, c'est-à-dire au commencement de juillet
1729, que le gouverneur Wilson, quittant le pays de Juida, laissa M.
Testesole pour lui succéder. Il y avait plusieurs années que ce
nouveau chef du comptoir anglais demeurait en Guinée; ainsi
l'expérience aurait dû suppléer seule à ce qui lui manquait du côté de
la prudence et de la modération. Quoiqu'il eût fait plusieurs visites
au roi de Dahomay dans son camp, et qu'il y eût été reçu avec
beaucoup de caresses, l'opinion qu'il se forma de la faiblesse de ce
prince en le voyant si long-temps disparaître à la vue des Yos, lui
fit naître le dessein de rétablir le roi de Juida sur le trône. Il fut
secondé par les Popos, qui souhaitaient beaucoup de relever leur
ancien commerce. Ils levèrent ensemble une armée de quinze mille
hommes, qui vint se camper près des forts européens, sous le
commandement des rois de Juida et d'Ossous.

Le roi de Dahomay, qui s'occupait alors de la réparation de ses
villes, ignora long-temps cette entreprise, et ne l'apprit pas sans
une extrême inquiétude. Il avait perdu une partie de ses troupes
pendant qu'il était enseveli dans le fond des forêts, et depuis peu il
avait envoyé le reste de divers côtés pour enlever des esclaves.
Cependant il trouva le moyen de se délivrer du péril par un stratagème
fort heureux.

Il fit rassembler un grand nombre de femmes qu'il vêtit et qu'il arma
comme autant de soldats. Il en forma des compagnies, auxquelles il
donna des officiers, des enseignes et des tambours. Cette armée se mit
en marche, avec la seule précaution de placer quelques hommes aux
premiers rangs, pour mieux tromper l'ennemi. La surprise des Juidas à
l'approche d'une armée si nombreuse, se changea bientôt en une si
grande frayeur, que, prenant la fuite, ils abandonnèrent honteusement
leur roi et leurs alliés. Ce prince fit en vain toutes sortes
d'efforts pour les arrêter, jusqu'à tourner contre eux sa lance et
blesser au visage tous ceux qu'il rencontrait dans sa fureur. Les
femmes des Dahomays, profitant de la consternation pour s'avancer avec
beaucoup d'audace, il n'eut d'autre ressource que de se précipiter
dans le fossé du fort anglais, qu'il traversa par le secours de ses
deux fils; et, montant par-dessus le mur, il se déroba heureusement à
la poursuite de ses ennemis. Mais une grande partie de ses gens périt
par la main des femmes, et la plupart des autres furent faits
prisonniers.

Cet événement jeta le gouverneur anglais dans quelque embarras.
Cependant il persuada au roi fugitif de quitter le fort dès la même
nuit, et de retourner dans ses îles désertes et stériles. Mais le roi
de Dahomay n'apprit pas moins que c'était lui qui avait suscité la
révolte; son ressentiment fut égal à l'injure. Il laissa une petite
armée à Sabi, et, retournant dans ses états, il fit un accueil si
favorable à tous les brigands de diverses nations qui voulurent entrer
dans ses troupes, que, dans l'espace de quelques mois, il se trouva
aussi puissant qu'à l'arrivée des Yos. Mais, malgré son habileté qui
lui donnait beaucoup d'avantage sur tous les princes nègres, il avait
commis deux fautes irréparables. Quoiqu'il se trouvât le maître absolu
d'un pays immense, ses ravages et ses cruautés en avaient détruit ou
chassé tous les habitans. Ainsi, manquant de sujets, il n'était grand
roi que de nom. En second lieu, sous prétexte de vouloir repeupler ses
états, il avait promis à tous les anciens habitans qui retourneraient
dans leur patrie la liberté d'y jouir de tous leurs priviléges, en lui
payant un certain tribut. Cette espérance en avait ramené plusieurs
milliers dans le royaume d'Ardra. Mais, soit qu'il n'eût pensé qu'à
les tromper, soit que l'ardeur du gain lui fît oublier ses propres
vues, à peine eurent-ils commencé à s'établir, que, par une noire
trahison, il fondit sur eux, et prit ou tua tous ceux qui ne purent se
sauver par la fuite. Cette dévastation ruina presque entièrement le
royaume de Juida.

Testesole, n'espérant plus de réconciliation avec le roi de Dahomay,
cessa de garder des ménagemens, et porta l'insulte jusqu'à faire
donner des coups de fouet à l'un de ses principaux officiers. Aux
plaintes que le Nègre fit de cette indignité il répondit que sa
résolution était de traiter le roi de même, lorsqu'il tomberait entre
ses mains. Un outrage si sanglant et le discours qui l'avait suivi
furent rapportés à ce prince, qui, dans l'étonnement de cette
conduite, dit avec beaucoup de modération: «Il faut que cet homme ait
un fonds de haine naturelle contre moi, car autrement il ne pourrait
avoir sitôt oublié les bontés que j'ai eues pour lui.»

Cependant il donna ordre à ses gens d'employer l'adresse pour se
saisir de lui, et l'occasion s'en offrit bientôt dans une visite que
Testesole rendit aux Français. Les Dahomays environnèrent le comptoir,
et demandèrent le gouverneur anglais. Comme il n'y avait aucune
espérance de résister par la force, les Français se hâtèrent de le
cacher dans une armoire, et répondirent qu'il était déjà sorti. Mais
les Dahomays, furieux, cassèrent le bras d'un coup de pistolet au chef
du comptoir, forcèrent l'entrée, et trouvèrent Testesole dans sa
retraite, d'où l'ayant tiré brutalement, ils lui lièrent les mains et
les pieds, et le portèrent à leur roi dans un hamac. Ce prince refusa
de le voir; mais, peu de jours après, il l'envoya dans la ville de
Sabi, qui n'est qu'à trois ou quatre milles du fort. Là, on lui fit
entendre que, s'il voulait écrire à ceux qui commandaient dans son
absence, et faire venir pour sa rançon plusieurs marchandises qu'on
lui nomma, il obtiendrait aussitôt la liberté. Mais, lorsque les
marchandises furent arrivées, au lieu de le renvoyer libre, on
l'attacha par les pieds et les mains, le ventre à terre, entre deux
pieux; on lui fit aux bras et au dos, aux cuisses et aux jambes,
quantité d'incisions où l'on mit du jus de limon mêlé de poivre et de
sel; ensuite on lui coupa la tête, et le corps divisé en pièces fut
rôti sur les charbons et mangé.

Peu d'années après, les peuples d'Iakin s'étant soulevés contre le
Dahomay pendant qu'ils le croyaient occupé à une guerre étrangère, il
fondit brusquement sur eux, les tailla en pièces, brûla les villes et
villages, et tous les comptoirs européens furent enveloppés dans
l'incendie général. Les chefs furent amenés prisonniers et rachetés
par la compagnie d'Afrique. Tout prouve que les établissemens
lointains ont été et seront même encore sujets à bien des révolutions;
mais il n'est pas moins évident que les cruautés de Dahomay, exercées
contre ses sujets, ruinèrent ses états et son commerce.

Tant de guerres et de révoltes l'avaient rendu encore plus cruel; la
défiance et les soupçons ne l'abandonnaient plus. Les blancs même se
ressentaient de l'altération de son caractère. Un si long commerce
avec les marchands de l'Europe n'avait jamais eu le pouvoir de faire
perdre à ce prince ni à sa nation le fond de férocité par lequel ils
ressemblaient à tous les Nègres. Un jour que le conseil royal avait
demandé au roi un vigoureux captif qui lui fut accordé, l'usage que
ses graves conseillers firent de leur esclave, fut de le tuer et d'en
faire un festin.

Snelgrave donne des leçons utiles sur la manière de traiter les Nègres
dans la traversée, et sur les moyens de prévenir ces révoltes si
fréquentes et quelquefois si dangereuses, mais qui, finissant toujours
par la mort de ces malheureux esclaves, ne peuvent être regardées que
comme une agonie terrible de l'humanité souffrante et dégradée qui
soulève ses fers, retombe, et meurt sans pouvoir les briser.

Les séditions sur les vaisseaux viennent presque toujours des mauvais
traitemens que les Nègres reçoivent des matelots. Snelgrave s'était
fait une méthode pour les conduire; il ne croit pas qu'il y en ait de
plus sûre, quoiqu'elle ne lui ait pas toujours réussi. Comme leur
première défiance est qu'on ne les ait achetés que pour les manger, et
que cette opinion paraît fort répandue dans toutes les nations
intérieures, il commençait par leur déclarer qu'ils devaient être sans
crainte pour leur vie; qu'ils étaient destinés à cultiver
tranquillement la terre, ou à d'autres exercices qui ne surpassaient
pas leurs forces; que, si quelqu'un les maltraitait sur le vaisseau,
ils obtiendraient justice en portant leurs plaintes à l'interprète;
mais que, s'ils commettaient eux-mêmes quelque désordre, ils seraient
punis sévèrement.

À mesure qu'on achète les Nègres, on les enchaîne deux à deux; mais
les femmes et les enfans ont la liberté de courir dans le vaisseau; et
lorsqu'on a perdu de vue les côtes, on ôte même les chaînes aux
hommes.

Ils reçoivent leur nourriture deux fois par jour. Dans le beau temps,
on leur permet d'être sur le tillac depuis sept heures du matin
jusqu'à la nuit. Tous les lundis, on leur donne des pipes et du tabac,
et leur joie marque assez, en recevant cette faveur, que c'est une de
leurs plus grandes consolations dans leur misère. Les hommes et les
femmes sont logés séparément, et leurs loges sont nettoyées
soigneusement tous les jours. Avec ces attentions, qui doivent être
soutenues constamment, Snelgrave a reconnu qu'un capitaine bien
disposé conduit facilement la plus grande cargaison de Nègres.

La première sédition dont Snelgrave ait été témoin arriva dans son
premier voyage, en 1704, sur _l'Aigle_ de Londres, commandé par son
père. Ils avaient à bord quatre cents Nègres du vieux Callabar; leur
bâtiment était encore dans la rivière de ce nom; et de vingt-deux
blancs qui restaient capables de service, un grand nombre ayant péri,
et le reste étant accablé de maladies, il s'en trouvait douze absens
pour faire la provision d'eau et de bois. Les Nègres remarquèrent fort
bien toutes ces circonstances, et concertèrent ensemble les moyens
d'en profiter. La sédition commença immédiatement avant le souper;
mais comme ils étaient encore liés deux à deux, et qu'on avait eu soin
d'examiner leurs fers soir et matin, les Anglais durent leur salut à
cette sage précaution. La garde n'était composée que de trois blanc
armés de coutelas; un des trois, qui était sur le gaillard d'avant,
aperçut plusieurs Nègres qui, s'étant approchés du contre-maître, se
saisissaient de lui pour le précipiter dans les flots: il fondit sur
eux, et leur fit quitter prise; mais, tandis que le contre-maître
courut à ses armes, son défenseur fut saisi lui-même, et serré de si
près, qu'il ne put se servir de son sabre. Snelgrave était alors dans
le tremblement de la fièvre et retenu au lit depuis plusieurs jours.
Au bruit qui se fit entendre, il prit deux pistolets, et, montant en
chemise sur le tillac, il rencontra son père et le contre-maître,
auxquels il donna ses deux armes. Ils allèrent droit aux Nègres en les
menaçant de la voix; mais ces furieux ne continuèrent pas moins de
presser la sentinelle, quoiqu'ils n'eussent encore pu lui arracher son
sabre, qui tenait au poignet par une petite chaîne, et que leurs
efforts pour le pousser dans la mer n'eussent pas mieux réussi, parce
qu'il en tenait deux qui ne pouvaient se dégager de ses mains. Le
vieux Snelgrave se jeta au milieu d'eux pour le secourir, et tira son
pistolet par-dessus leur tête, dans l'espérance de les effrayer par le
bruit; mais il reçut un coup de poing qui faillit le faire tomber sans
connaissance; et le Nègre qui l'avait frappé avec cette vigueur allait
recommencer son attaque, lorsque le contre-maître lui fit sauter la
cervelle d'un coup de pistolet. À cette vue, la sédition cessa tout
d'un coup. Tous les rebelles se jetèrent à genoux le visage contre le
tillac, en demandant quartier avec de grands cris. Dans l'examen des
coupables, on n'en trouva pas plus de vingt qui eussent part au
complot. Les deux chefs, qui étaient liés par le pied à la même
chaîne, saisirent un moment favorable pour se jeter dans la mer. On ne
manqua point de punir sévèrement les autres, mais sans effusion de
sang; et l'on en fut quitte ainsi pour la perte de trois hommes.

Les Cormantins, nation de la côte d'Or, sont des Nègres fort
capricieux et fort opiniâtres. En 1721, Snelgrave aborda sur leur
côte, et fit en peu de temps une traite si avantageuse, qu'il avait
déjà cinq cents esclaves à bord. Il se croyait sûr de leur soumission,
parce qu'ils étaient fort bien enchaînés, et qu'on veillait
soigneusement sur eux. D'ailleurs son équipage était composé de
cinquante blancs, tous en bonne santé, et d'excellens officiers;
cependant la fureur de la révolte s'empara d'une partie de cette
malheureuse troupe, près d'une ville nommée Manfro, sur la même côte.

La sédition commença vers minuit, à la clarté de la lune. Les deux
sentinelles laissèrent sortir à la fois quatre Nègres de leur loge;
et, négligeant de la fermer, il en sortit aussitôt quatre autres: ils
s'aperçurent de leur faute, et poussèrent assez violemment la porte
pour arrêter ceux qui auraient suivi dans la même vue; mais les huit
qui s'étaient échappés eurent l'adresse de se défaire en un moment de
leurs chaînes, et fondirent ensemble sur les deux sentinelles. Ils
s'efforcèrent de leur arracher leurs sabres. L'usage des sentinelles
anglaises étant de se les attacher au poignet, ils trouvèrent tant de
difficulté à cette entreprise, que deux blancs eurent le temps de
faire entendre leurs cris et d'attirer du secours: aussitôt les huit
Nègres prirent le parti de se précipiter dans les flots; mais, comme
le vent était de terre, et la côte assez éloignée, on les trouva tous,
le matin, accrochés par les bras et les jambes aux câbles qui étaient
à sécher hors du vaisseau. Lorsqu'on se fut assuré d'eux, le capitaine
leur demanda ce qui les avait portés à se soulever. Ils lui
répondirent qu'il était un grand fripon de les avoir achetés dans leur
pays pour les transporter dans le sien, et qu'ils étaient résolus de
tout entreprendre pour se remettre en liberté. Snelgrave leur
représenta que leurs crimes ou le malheur qu'ils avaient eu d'être
faits prisonniers à la guerre les avaient rendus esclaves avant qu'il
les eût achetés; qu'ils n'avaient pas reçu de mauvais traitement sur
le vaisseau, et qu'en supposant qu'ils pussent lui échapper, leur sort
n'en serait pas plus heureux, puisque leurs compatriotes mêmes, qui
les avaient vendus, les reprendraient à terre, et les vendraient à
d'autres capitaines, qui les traiteraient peut-être avec moins de
bonté. Ce discours fit impression sur eux; ils demandèrent grâce, et
s'en allèrent dormir tranquillement.

Cependant, peu de jours après, ils formèrent un nouveau complot. Un
des chefs fit une proposition fort étrange à l'interprète nègre, qui
était du même pays. Il lui demanda une hache, en lui promettant que
pendant la nuit il couperait le câble de l'ancre. Le vaisseau ne
pouvant manquer d'être poussé au rivage, il espérait gagner la terre
avec tous ses compagnons; et s'ils avaient le bonheur de réussir, il
s'engageait, pour eux et pour lui-même, à servir l'interprète pendant
toute sa vie. Celui-ci avertit aussitôt le capitaine, et lui conseilla
de redoubler la garde, parce que les esclaves n'étaient plus sensibles
aux raisons qui les avaient déjà fait rentrer dans la soumission. Cet
avis jeta Snelgrave dans une vive inquiétude. Il connaissait les
Cormantins pour des désespérés, qui comptaient pour rien les
châtimens, et même la mort. On a vu souvent à la Barbade, et dans
d'autres îles, que, pour pour quelques punitions que leur paresse leur
attire, vingt ou trente de ces misérables se pendaient ensemble à des
branches d'arbres, sans avoir fait naître le moindre soupçon de leur
dessein.

Cependant une aventure fort triste inspira plus de douceur aux
esclaves de Snelgrave. En arrivant près d'Anamabo, il rencontra
_l'Élisabeth_, vaisseau qui appartenait au même propriétaire que le
sien, et dont la situation l'obligeait d'ailleurs à des soins
particuliers. Ce bâtiment avait essuyé diverses sortes d'infortunes;
après avoir perdu son capitaine et son contre-maître, il était tombé,
au cap Laho, entre les mains du pirate Roberts, au service duquel
plusieurs matelots s'étaient déjà engagés; mais quelques-uns des
pirates n'avaient pas voulu souffrir que la cargaison fût pillée; et,
par un sentiment de compassion, fondé sur d'anciens services qu'ils
avaient reçus des propriétaires, ils avaient exigé que le vaisseau fût
remis entre les mains du seul officier qui lui restait. Lorsque
Snelgrave rencontra _l'Élisabeth_, ce vaisseau avait disposé de toutes
ses marchandises. Comme _l'Élisabeth_ devait reconnaître ses ordres,
Snelgrave invita le nouveau commandant à lui donner cent vingt
esclaves qu'il avait à bord, et à prendre à leur place ce qui lui
restait de marchandises; après quoi il se proposait de quitter la côte
pour aller se radouber à l'île de San-Thomé. Le commandant y consentit
volontiers; mais les gens de l'équipage firent quelques difficultés,
sous prétexte que, les cent vingt esclaves étant avec eux depuis
long-temps, ils avaient pris pour eux une certaine affection qui leur
faisait souhaiter de ne pas changer leur cargaison. Snelgrave,
s'apercevant que tous ses raisonnemens étaient inutiles, prit congé du
commandant, et lui dit qu'il viendrait voir le lendemain qui aurait la
hardiesse de s'opposer à ses ordres absolus.

Mais la nuit suivante il entendit tirer deux ou trois coups de fusil
sur _l'Élisabeth_. La lune était fort brillante. Il descendit aussitôt
lui-même dans sa chaloupe, et, se faisant suivre de ses deux canots,
il alla droit vers ce vaisseau. Dans un passage si court, il découvrit
deux Nègres qui, fuyant à la nage, furent déchirés à ses yeux par deux
requins avant qu'il pût les secourir. Lorsqu'il fut plus près du
bâtiment, il vit deux autres Nègres qui se tenaient au bout d'un
câble, la tête au-dessus de l'eau, fort effrayés du sort de leurs
compagnons. Il les fit prendre dans sa pinasse; et, montant à bord, il
y trouva les Nègres fort tranquilles sous les ponts, mais les blancs
dans la dernière confusion sur le tillac. Un matelot lui dit d'un air
effrayé qu'ils étaient tous persuadés que la sentinelle de l'écoutille
avait été massacrée par les Nègres. Cet effroi parut fort surprenant à
Snelgrave. Il ne pouvait concevoir que des gens qui avaient eu la
hardiesse de lui refuser leurs esclaves une heure auparavant eussent
manqué de courage pour sauver un de leurs compagnons, et n'eussent pas
celui de défendre le tillac, où ils étaient armés jusqu'aux dents. Il
s'avança, avec quelques-uns de ses gens, vers l'avant du vaisseau, où
il trouva la sentinelle étendue sur le dos, la tête fendue d'un coup
de hache. Cette révolte avait été concertée par quelques Cormantins.
Les autres esclaves qui étaient d'un autre côté, n'y ayant pas eu la
moindre part, dormaient tranquillement dans leurs loges. Un des deux
fugitifs qui avaient été arrêtés rejeta le crime sur son associé; et
celui-ci confessa volontairement qu'il avait tué la sentinelle dans la
seule vue de s'échapper avec quelques Nègres de son pays. Il protesta
même qu'il n'avait voulu nuire à personne, mais que, voyant l'Anglais
prêt à s'éveiller, et trouvant sa hache près de lui, il s'était cru
obligé de le tuer pour sa sûreté, après quoi il s'était jeté dans la
mer.

Snelgrave prit occasion de cet incident pour faire passer tous les
esclaves de _l'Élisabeth_ sur son propre vaisseau, et n'y trouva plus
d'opposition. Il y retourna lui-même, et, se trouvant près d'Anamabo,
où il y avait actuellement huit bâtimens anglais dans la rade, il fit
prier tous les capitaines de se rendre sur son bord pour une affaire
importante. La plupart vinrent aussitôt; et d'un avis unanime ils
jugèrent que le Nègre devait être puni du dernier supplice.

On fit déclarer à ce misérable qu'il était condamné à mourir dans une
heure pour avoir tué un blanc. Il répondit qu'à la vérité il avait
commis une mauvaise action en tuant la sentinelle du vaisseau, mais
qu'il priait le capitaine de considérer qu'en le faisant mourir, il
allait perdre la somme qu'il avait payée pour lui. Snelgrave lui fit
dire par l'interprète que, si c'était l'usage dans les pays nègres de
changer la punition du meurtre pour de l'argent, les Anglais ne
connaissaient pas cette manière d'éluder les droits de la justice;
qu'il s'apercevrait bientôt de l'horreur que ses maîtres avaient pour
le crime; et qu'aussitôt qu'une horloge de sable d'une heure, qu'on
lui montra, aurait achevé sa révolution, il serait livré au supplice.
Tous les capitaines retournèrent sur leur bord, et chacun fit monter
ses esclaves sur le tillac pour les rendre témoins de l'exécution,
après les avoir informés du crime dont il allaient voir le châtiment.

Lorsque l'horloge eut fini son cours, on fit paraître le meurtrier sur
l'avant du vaisseau, lié d'une corde sous les bras, pour être élevé au
long du mât, où il devait être tué à coups de fusils. Quelques autres
Nègres, observant comment la corde était attachée, l'exhortèrent à ne
rien craindre, et l'assurèrent qu'on n'en voulait point à sa vie,
puisqu'on ne lui avait pas mis la corde au cou. Mais cette fausse
opinion ne servit qu'à lui épargner les horreurs de la mort. À peine
fut-il élevé, que dix Anglais placés derrière une barricade firent feu
sur lui et le tuèrent dans l'instant. Une exécution si prompte
répandit la terreur parmi tous les esclaves, qui s'étaient flattés
qu'on lui ferait grâce par des vues d'intérêt. Le corps ayant été
exposé sur le tillac, on lui coupa une main, qui fut jetée dans les
flots, pour faire comprendre aux Nègres que ceux qui oseraient porter
la main sur les blancs recevraient la même punition: exemple d'autant
plus terrible, qu'ils sont persuadés qu'un Nègre mort sans avoir été
démembré retourne dans son pays aussitôt qu'on l'a jeté dans la mer.
Cependant Snelgrave ajoute que les Cormantins rient de toutes ces
chimères.

Aux menaces du même châtiment pour les rebelles Snelgrave joignit la
promesse de traiter avec bonté ceux qui vivraient dans l'obéissance et
le respect qu'ils devaient à leurs maîtres. Ce traité fut fidèlement
exécuté; car deux jours après Snelgrave fit voile d'Anamabo à la
Jamaïque; et, pendant quatre mois qui se passèrent avant que la
cargaison pût être vendue dans cette île, il n'eut aucun sujet de se
plaindre de ses Nègres.

Telles furent les séditions qui arrivèrent sur les vaisseaux que
Snelgrave commandait. Mais il en rapporte une autre fort remarquable,
arrivée sur _le Ferrers_ de Londres, commandé par le capitaine
Messervy.

Snelgrave, ayant rencontré ce bâtiment dans la rade d'Anamabo, en
1722, apprit du commandant avec quel bonheur il avait acheté en peu de
jours près de trois cents Nègres à Setrakrou. Il paraît que les
habitans de cette ville avaient été souvent maltraités par leurs
voisins, et qu'ayant pris enfin les armes, ils les avaient battus
plusieurs fois, et avaient fait quantité de prisonniers. Messervy,
arrivé dans ces circonstances, avait acheté des esclaves à bon marché,
parce que les vainqueurs auraient été obligés de les tuer pour leur
sûreté, s'il ne s'était pas présenté de vaisseaux dans la rade. Comme
c'était le premier voyage qu'il faisait sur cette côte, Snelgrave lui
conseilla de ne rien négliger pour tenir tant de Nègres dans la
soumission. Le lendemain, l'étant allé voir sur son bord, et le
trouvant sans défiance au milieu de ses esclaves, qui étaient à souper
sur le tillac, il lui fit observer qu'il y avait de l'imprudence à
s'en approcher si librement sans une bonne garde. Messervy le
remercia de ce conseil, mais parut si peu disposé à changer de
conduite, qu'il lui répondit par ce vieux proverbe: l'oeil du maître
engraisse les chevaux. Il partit quelques jours après pour la
Jamaïque. Snelgrave prit plus tard la même route; mais, en arrivant
dans cette île, on lui fit le récit de la malheureuse mort que
Messervy s'était attirée par son aveugle confiance, dix jours après
avoir quitté la côte de Guinée.

Un jour qu'il était au milieu de ses Nègres à les voir dîner, ils se
saisirent de lui, et lui cassèrent la tête avec les plats mêmes dans
lesquels on leur servait le riz. Cette révolte ayant été concertée de
longue main, ils coururent en foule vers l'avant du vaisseau pour
forcer la barricade, sans paraître effrayés du bout des piques et des
fusils que les blancs leur présentaient par les embrasures. Enfin le
contre-maître ne vit d'autre remède pour un mal si pressant que de
faire feu sur eux de quelques pièces de canon chargées à mitraille. La
première décharge en tua près de quatre-vingts, sans compter ceux qui
sautèrent dans les flots et qui s'y noyèrent. Cette exécution apaisa
la révolte; mais, dans le désespoir d'avoir manqué leur entreprise,
une grande partie de ceux qui restaient se laissa mourir de faim; et
lorsque le vaisseau fut arrivé à la Jamaïque, les autres tentèrent
deux fois de se révolter avant la vente. Tous les marchands de l'île,
à qui ces fureurs ne purent être cachées, marquèrent peu
d'empressement pour acheter des esclaves si indociles; quoiqu'ils leur
fussent offerts à vil prix. Ce voyage devint fatal en tout aux
propriétaires; car la difficulté de la vente ayant arrêté long-temps
le vaisseau à la Jamaïque, il y périt enfin dans un ouragan plus
redoutable encore que les Nègres.

Snelgrave fut pris par des pirates anglais près de Sierra-Leone. Il
essuya à peu près les mêmes traitemens que le capitaine Roberts, dont
nous avons raconté plus haut la malheureuse aventure. Il ne put sauver
qu'une très-petite partie de ses marchandises, et regagna
l'Angleterre.



LIVRE CINQUIÈME.

GUINÉE. DESCRIPTION DE LA CÔTE DE LA MALAGUETTE, DE LA CÔTE DE
L'IVOIRE, DE LA CÔTE D'OR ET DE LA CÔTE DES ESCLAVES. ROYAUME DE
BENIN.


CHAPITRE PREMIER.

Côte de la Malaguette. Côte de l'Ivoire.


La Guinée, que plusieurs voyageurs écrivent _Ghinney_, est une vaste
étendue de côtes depuis la rivière du Sénégal jusqu'au cap
Lopez-Consalvo, et même jusqu'au cap Nègre. Le nom de _Guinée_ est
inconnu aux habitans naturels. Il vient des Portugais, de qui tous les
Européens l'ont reçu, et vraisemblablement les Portugais l'ont tiré de
celui de _Ghenehoa_, que Jean Léon et Marmol donnent au premier pays
qui se trouve au sud du Sénégal. On divise communément la Guinée en
deux parties, celle du sud et celle du nord. La première s'étend
depuis le Sénégal jusqu'à Sierra-Leone; et la seconde, depuis
Sierra-Leone jusqu'aux caps qu'on vient de nommer.

Celle-ci, qui est la Guinée proprement dite, parce que celle du nord
porte plus communément le nom de _Sénégal_, se subdivise en six
parties, ou en six côtes: 1º. la côte de la Malaguette ou du poivre,
ou des graines; 2º. la côte de l'Ivoire ou des Dents; 3º. la côte
d'Or; 4º. la côte des Esclaves; 5º. la côte de Benin; 6º. la côte de
Biafaras.

Dans sa plus grande étendue, la côte de la Malaguette prend depuis
Sierra-Leone jusqu'au cap des Palmes: cet espace contient cent
soixante lieues; mais d'autres la font commencer au cap de Monte,
cinquante-trois lieues au sud-est de Sierra-Leone; d'autres encore la
bornent entre la rivière de Cestre et Garouai.

Les habitans du cap de Monte entretiennent beaucoup de propreté dans
leurs maisons, quoique pour la forme elles ne diffèrent pas de celles
du Sénégal. Les édifices du roi et des grands sont bâtis en long; on
en voit de deux étages, avec une voûte de roseaux ou de feuilles de
palmier si bien entrelacés, qu'elle est impénétrable au soleil et à la
pluie. L'espace est divisé en plusieurs appartemens. La première
pièce, qui est la salle d'audience, et qui sert aussi de salle à
manger, est entourée d'une espèce de sopha de terre ou d'argile, large
de cinq ou six pieds, quoiqu'il n'en ait qu'un de hauteur. Ce banc est
couvert de belles nattes, qui sont un tissu de joncs ou de feuilles de
palmier, teintes de très-belles couleurs, et capables de durer fort
long-temps. C'est le lieu où les grands et les riches passent la plus
grande partie de leur temps à demi couchés, et la tête sur les genoux
de leurs femmes. Dans cette posture, ils s'entretiennent, ils fument,
ils boivent du vin de palmier.

Ces peuples sont moins malpropres dans leurs alimens et la manière de
manger que la plupart des autres Nègres. Ils ont des plats faits d'un
bois fort dur, et des bassins de cuivre étamés, qu'ils nettoient fort
soigneusement. Ils emploient des broches de bois pour rôtir leur
viande; mais ils ont oublié l'art de les faire tourner, quoiqu'ils
l'aient appris des Français: ils font rôtir un côté de la viande,
après quoi ils la tournent pour faire rôtir l'autre.

Le langage des Nègres change un peu à mesure qu'on avance au long de
la côte. Leur langue, comme on peut se l'imaginer, n'est formée que
d'un petit nombre de mots, qui expriment les principales nécessités de
la vie; c'est du moins ce qu'on peut conclure de la taciturnité qui
règne le plus souvent dans leurs fêtes, et même dans leurs assemblées.
Dans leur commerce, les mêmes expressions reviennent souvent, et leurs
chansons ne sont qu'une répétition continuelle de cinq ou six mots.

Les peuples du cap Mesurado sont fort jaloux de leurs femmes. Cette
délicatesse ne regarde point leurs filles, auxquelles ils laissent au
contraire la liberté de disposer d'elles-mêmes; ce qui n'empêche
point qu'elles ne trouvent facilement des maris. Les hommes seraient
même fâchés de prendre une femme qui n'aurait pas donné avant le
mariage quelque preuve de fécondité, et qui n'aurait pas acquis
quelque bien par la distribution de ses faveurs. Ce qu'elle a gagné
par cette voie sert au mari pour l'obtenir de ses parens. Ainsi les
femmes en sont plus libres dans leur choix, parce qu'il dépend d'elles
de donner ce qu'elles ont acquis à l'homme qui leur plaît.

Les maisons de ce pays sont, dit-on, les mieux bâties de toute la
côte. Au centre de chaque village on voit une sorte de théâtre,
couvert comme une halle de marché, qui s'élève d'environ six pieds,
sur lequel on monte de plusieurs côtés par des échelles; il porte le
nom de _kaldée_, qui signifie place, ou lieu de conversation. Comme il
est ouvert de toutes parts, on y peut entrer à toutes les heures du
jour et de la nuit: c'est là que les négocians s'assemblent pour
traiter d'affaires, les paresseux, pour fumer du tabac, et les
politiques pour entendre ou raconter des nouvelles. Les plus riches
s'y font apporter, par leurs esclaves, des nattes sur lesquelles ils
sont assis; d'autres en portent eux-mêmes; et d'autres en louent des
officiers du roi, qui sont établis dans ce lieu pour l'entretien de
l'ordre. La ville royale s'appelle Andria.

Tout le pays intérieur, depuis le cap de Monte, porte le nom de
Quodja. Ces peuples dépendent du roi des Folghias, qui dépendent
eux-mêmes de l'empereur des Monous. La puissance de cet empereur des
Monous s'étend sur plusieurs nations voisines, qui lui paient
annuellement un tribut. Les Folghias donnent à l'empereur des Monous
le nom de _Mandi_ ou _Mani_, qui signifie seigneur; et aux Quodjas,
celui de _Mandi-Monous_, c'est-à-dire peuple du seigneur. Ils croient
se faire honneur par ces titres, parce qu'ils sont ses tributaires.
Cependant chaque petit roi jouit d'une autorité absolue dans ses
limites, et peut faire la guerre ou la paix sans le consentement de
l'empereur ou de quelque autre puissance que ce soit.

Les porcs-épics se nomment _quindja_, et sont de la grandeur d'un
porc, armés de toutes parts de pointes longues et dures, qui sont
rayées de blanc et de noir à des distances égales. Snelgrave en
apporta quelques-unes en Europe qui n'étaient pas moins grosses que
des plumes d'oie. Il est faux que ces animaux, lorsqu'ils sont en
furie, lancent leurs dards avec tant de force, qu'ils entament une
planche. Leur morsure est terrible. Qu'on les mette dans un tonneau ou
dans une cage de bois, ils s'ouvrent un passage avec les dents. Ils
sont si hardis, qu'ils attaquent le plus dangereux serpent. On les
croit exactement les mêmes que les zattas de Barbarie. Leur chair
passe pour un mets excellent parmi les Nègres.

Le koggelo, ou pangolin à longue queue, est un animal couvert
d'écailles dures et impénétrables comme celles du crocodile. Il se
défend contre les autres bêtes en dressant ses écailles, qui sont fort
pointues par le bout.

Les perroquets bleus à queue rouge, qu'on nomme _vosacy-i_, sont en
fort grande abondance. Le komma est un très-bel oiseau. Il a le cou
vert, les ailes rouges, la queue noire, le bec crochu, et les pates
comme celles du perroquet.

Les peuples de cette côte sont, comme tous les Nègres en général,
livrés à l'incontinence. Leurs femmes, qui ne sont pas moins
passionnées pour les plaisirs des sens, emploient des herbes et des
écorces pour exciter les forces de leurs maris. Les femmes d'Europe en
savent davantage; mais les habitans sont d'ailleurs plus modérés, plus
doux, plus sociables que les autres Nègres. Ils ne se plaisent point à
verser le sang humain, et ne pensent point à la guerre, s'ils n'y sont
forcés par la nécessité de se défendre. Quoiqu'ils aiment beaucoup les
liqueurs fortes, surtout l'eau-de-vie, il est rare qu'ils en achètent:
on ne leur reconnaît ce faible que lorsqu'on leur en présente. Ils
vivent entre eux dans une union parfaite, toujours prêts à
s'entre-secourir, à donner à leurs amis, dans le besoin, une partie de
leurs habits et de leurs provisions, et même à prévenir leurs
nécessités par des présens volontaires. Si quelqu'un meurt sans
laisser de quoi fournir aux frais des funérailles, vingt amis du mort
se chargent à l'envi de cette dépense. Le vol est très-rare entre eux;
mais ils n'ont pas le même scrupule pour les étrangers, et surtout
pour les marchands d'Europe.

La principale occupation des Nègres, dans toute cette contrée, est la
culture de leurs terres, car ils ont peu de penchant pour le commerce.
Les esclaves dont ils peuvent disposer sont en petit nombre, et les
vaisseaux européens qui passent si souvent le long de leur côte ont
bientôt épuisé l'ivoire, la cire, et le bois de cam qui se trouve dans
le pays. Ce bois de cam est d'un plus beau rouge pour la teinture que
le bois de Brésil, et passe pour le meilleur de toute la Guinée. Il
peut être employé jusqu'à sept fois.

Ils emploient, pour convaincre les accusés, différentes épreuves aussi
absurdes que celles qui composaient autrefois notre jurisprudence
criminelle.

Ils reconnaissent un Être Suprême, un créateur de tout ce qui existe,
et l'idée qu'ils en ont est d'autant plus relevée, qu'ils
n'entreprennent pas de l'expliquer. Ils appellent cet être _Kanno_.
Ils croient que tous les biens viennent de lui, mais ils ne lui
accordent pas une durée éternelle. Il aura pour successeur,
disent-ils, un autre être, qui doit punir le vice et récompenser la
vertu.

Ils sont persuadés que les morts deviennent des esprits, auxquels ils
donnent le nom de _diannanines_, c'est-à-dire patrons et défenseurs.
L'occupation qu'ils attribuent à ces esprits est de protéger et de
secourir leurs parens et leurs anciens amis. C'est à peu près le culte
des anges gardiens parmi nous.

Les Quodjas qui reçoivent quelque outrage se retirent dans les bois,
où ils s'imaginent que ces esprits font leur résidence. Là, ils
demandent vengeance à grands cris, soit à Kanno, soit aux diannanines.
De même, s'ils se trouvent dans quelque embarras ou quelque danger,
ils invoquent l'esprit auquel ils ont le plus de confiance. D'autres
le consultent sur les événemens futurs. Par exemple, lorsqu'une voient
point arriver les vaisseaux de l'Europe, ils interrogent leurs
diannanines pour savoir ce qui les arrête, et s'ils apporteront
bientôt des marchandises. Enfin leur vénération est extrême pour les
esprits des morts. Ils ne boivent jamais d'eau ni de vin de palmier
sans commencer par en répandre quelques gouttes à l'honneur des
diannanines. S'ils veulent assurer la vérité, c'est leurs diannanines
qu'ils attestent. Le roi même est soumis à cette superstition; et,
quoique toute la nation paraisse pénétrée de respect pour Kanno, le
culte public ne regarde que ces esprits. Chaque village a dans quelque
bois voisin un lieu fixe pour les invocations. On y porte, dans trois
différentes saisons de l'année, une grande abondance de provisions
pour la subsistance des esprits. C'est là que les personnes affligées
vont implorer l'assistance de Kanno et des diannanines. Les femmes,
les filles et les enfans ne peuvent entrer dans ce bois sacré. Cette
hardiesse passerait pour un sacrilége. On leur fait croire dès
l'enfance qu'elle serait punie sur-le-champ par une mort tragique.

Les Quodjas ne sont pas moins persuadés qu'ils ont parmi eux des
magiciens et des sorciers. Ils croient avoir aussi une espèce
d'ennemis du genre humain, qu'ils appellent _sovasmounousins_,
c'est-à-dire empoisonneurs et suceurs de sang, qui sont capables de
sucer tout le sang d'un homme ou d'un animal, ou du moins de le
corrompre. Ce sont les vampires d'Afrique. L'esprit humain est partout
le même; ils croient avoir d'autres enchanteurs nommés _billis_, qui
peuvent empêcher le riz de croître ou d'arriver à sa maturité. Ils
croient que Sova, c'est-à-dire le diable, s'empare de ceux qui se
livrent à l'excès de la mélancolie, et que dans cet état il leur
apprend à connaître les herbes et les racines qui peuvent servir aux
enchantemens; qu'il leur montre les gestes, les paroles, les grimaces,
et qu'il leur donne le pouvoir continuel de nuire. Aussi la mort
est-elle la punition infaillible de ceux qui sont accusés de ces
noires pratiques. Ces Quodjas ne traverseraient point un bois sans
être accompagnés, dans la crainte de rencontrer quelque billi occupé à
chercher ses racines et ses plantes: ils portent avec eux une certaine
composition à laquelle ils croient la vertu de les préserver contre
Sova et tous ses ministres. Les histoires qu'ils en racontent valent
bien les nôtres en ce genre.

Tous les peuples de cette côte circoncisent leurs enfans dès l'âge de
six mois, sans autre loi qu'une tradition immémoriale, dont ils
rapportent l'origine à Kanno même. Cependant la tendresse de quelques
mères fait différer l'opération jusqu'à l'âge de trois ans, parce
qu'elle se fait alors avec moins de danger. On guérit la blessure avec
le suc de certaines herbes.

Ils ont des espèces d'associations mystérieuses pour les hommes et
pour les femmes, qui ressemblent assez à nos confréries, celle des
hommes s'appelle _le belli_, et demande cinq ans d'épreuve, comme
autrefois l'école de Pythagore. Celle des femmes, qui se nomme
_sandi_, ne demande que quatre mois de retraite, et se termine par une
circoncision. Les hommes n'apprennent dans leur confrérie que des
danses et des chants.

Rio-Sestos, ou la rivière de Sestos ou Cestre, est à quarante lieues
au sud-sud-est du cap Mesurado. Le pays fournit de l'ivoire, des
esclaves, de la poudre d'or, et surtout du poivre ou de la malaguette.

On trouve dans la rivière de Cestre une sorte de cailloux semblables à
ceux de Médoc, mais plus durs, plus clairs, et d'un plus beau lustre;
ils coupent mieux que le diamant, et n'ont guère moins d'éclat,
lorsqu'ils sont bien taillés.

La langue du pays de Cestre est la plus difficile de toute la côte; ce
qui réduit les Européens à la nécessité de faire le commerce par
signes. Les Nègres excellent dans cet art. Ils ont conservé néanmoins
quantité de mots français qui leur ont été transmis par leurs
ancêtres, mais aussi défigurés qu'on peut se l'imaginer. Ils ont
appris des Français l'art de tremper le fer et l'acier, ou plutôt ils
l'ont porté à une perfection dont les Européens n'approchaient point
encore il y a vingt ans[5]. Les marchands de l'Europe qui trafiquent
sur cette côte ne manquent jamais de faire donner leur trempe aux
ciseaux dont on se sert pour couper les barres de fer.

[Note 5: On sait à quelle perfection les Anglais et les Français eût
porté cet art aujourd'hui.]

Le canton de Cestre produit une si grande abondance de riz, que le
plus gros bâtiment peut en faire promptement ses cargaisons à deux
liards la livre; mais il n'est pas si blanc ni si doux que celui de
Milan et de Vérone. Les habitans les plus distingués en font un
commerce continuel, auquel ils joignent celui de la malaguette et des
dents d'éléphans. Quoique la dernière de ces trois marchandises soit
assez rare, elle est néanmoins d'une fort bonne qualité; mais le prix
n'en est pas réglé, parce qu'il n'y a point de comptoir fixe dans le
pays. La malaguette est à si bon marché, que cinquante livres ne
reviennent qu'à cinq sous en marchandises.

Dès que les habitans aperçoivent un vaisseau, ils crient de toutes
leurs forces avec un reste de prononciation normande: «Malaguette tout
plein, malaguette tout plein; tout plein, plein, tout à terre de
malaguette.» Ils reconnaissent ensuite aux réponses des matelots si le
bâtiment est français. Les Dieppois donnèrent autrefois à cette ville
le nom de _Cestro-Paris_, parce qu'elle est une des plus grandes et
des plus peuplées de cette région. Ils y avaient un établissement pour
le commerce du poivre de Guinée ou malaguette, et de l'ivoire. Le
poivre des Indes n'était point encore connu dans l'Europe. Mais les
Portugais, ayant ensuite conquis cette contrée, se répandirent sur
toutes les côtes de Guinée, et s'établirent sur les ruines des
comptoirs français.

Le Grand-Cestre se nommait _le grand Paris_, comme le Petit-Cestre,
qui est quelques lieues plus loin, portait le nom de _petit Paris_.

Le vin de palmier et les dattes, que les Nègres aiment passionnément,
y sont de la meilleure qualité du monde. Mais la principale richesse
de la côte est la malaguette, dont l'abondance empêche toujours la
cherté. Suivant Barbot, les Nègres de Sestos l'appellent _ouaïzanzag_,
et ceux du cap des Palmes _emaneghetta_.

La plante qui porte la malaguette devient plus ou moins forte, suivant
la bonté du terroir, et s'élève ordinairement comme un arbrisseau
grimpant. Quelquefois, faute de support, elle demeure rampante, du
moins si elle n'est soutenue avec soin, ou si elle ne s'attache à
quelque tronc d'arbre qui lui sert d'appui. Alors, comme le lierre,
elle en couvre tout le tour. Lorsqu'elle rampe, les grains, quoique
plus gros, n'ont pas la même bonté; au contraire, plus les branches
s'élèvent et sont exposées à l'air, plus le fruit est sec et petit;
mais il en est plus chaud et plus piquant, avec toutes les véritables
qualités du poivre. La feuille de la malaguette est deux fois aussi
longue que large; elle est étroite à l'extrémité. Elle est douce et
d'un vert agréable dans la saison des pluies; mais lorsque les pluies
cessent, elle se flétrit et perd sa couleur. Brisée entre les doigts,
elle rend une odeur aromatique comme le clou de girofle, et la pointe
des branches a le même effet. Sous la feuille il croît de petits
filamens frisés, par lesquels elle s'attache au tronc des arbres ou à
tout ce qu'elle rencontre. On ne peut décrire exactement ses fleurs,
parce qu'elles paraissent dans un temps où l'on ne fait pas de
commerce sur la côte. Cependant il est certain que la plante produit
des fleurs auxquelles les fruits succèdent en forme de figures
angulaires de différente grosseur, suivant la qualité ou l'exposition
du terroir. Le dehors est une peau fine, qui se sèche et devient fort
cassante. Sa couleur est un brun foncé et rougeâtre. Les Nègres
prétendent que cette peau est un poison. La graine qu'elle renferme
est placée régulièrement et divisée par des pellicules fort minces,
qui se changent en petits fils, d'un goût aussi piquant que le
gingembre. Cette graine est ronde, mais angulaire, rougeâtre avant sa
maturité; plus formée à mesure qu'elle mûrit, et noire enfin
lorsqu'elle a été mouillée. C'est dans cet état qu'on l'emballe pour
le transport. Cependant cette humidité produit une fermentation qui
diminue beaucoup sa vertu. Pour la bien vendre, il faut qu'elle ait le
goût aussi piquant que le poivre de l'Inde.

On cueille le fruit lorsque l'extrémité des feuilles commence à
noircir. La malaguette a quelquefois été fort recherchée en France et
dans les autres pays de l'Europe, surtout lorsque le poivre de l'Inde
y est cher et rare. Les marchands s'en servent aussi pour augmenter
injustement leur profit en la mêlant avec le véritable poivre.

La dernière espèce de poivre, qui s'appelle _piment_, et qui porte en
Europe le nom de poivre d'Espagne, croît en abondance sur la côte.

Les habitans sont livrés à tous les excès de l'intempérance et de la
luxure. Ils n'entretiennent les Européens et ne parlent ensemble que
des plaisirs qu'ils prennent avec les femmes. Il s'en trouve, dit-on,
qui prostituent leurs femmes à leurs propres enfans; et lorsque les
marchands de l'Europe leur reprochent cette infamie, ils affectent
d'en rire comme d'une bagatelle.

Toute la côte, depuis le cap des Palmes jusqu'au cap des
Trois-Pointes, est connue des gens de mer sous le nom de côte des
Dents, ou côte de l'Ivoire. Les Hollandais la nomment, dans leur
langue, _Tand-Kust_. Elle se divise en deux parties, celle du bon
Peuple et celle du _mauvais_ Peuple. Ces deux nations sont séparées
par la rivière de Botro. On ignore à quelle occasion la dernière a
reçu le titre de mauvaise; mais il est certain, en général, qu'à l'est
du cap des Palmes les Nègres sont méchans, perfides, voleurs et
cruels. À l'égard du nom de côte de l'Ivoire, on conçoit qu'il vient
du grand nombre de dents d'éléphans que les Européens achètent sur
cette côte.

Celle du bon Peuple commence au cap Laho. Les Hollandais ont donné le
nom de _Koakoas_ aux habitans, jusqu'au cap Apollonia, parce qu'en
s'approchant des vaisseaux de l'Europe, ils avaient sans cesse ce mot
à la bouche. On a jugé qu'il signifie _bonjour_, ou _soyez les
bienvenus_.

On trouve dans chaque canton les mêmes marchandises, c'est-à-dire de
l'or, de l'ivoire et des esclaves. Quoiqu'il n'y ait point de tarif
réglé, le commerce est considérable.

Au cap Apollonia ou Sainte-Apolline commence la terre du mauvais
Peuple. Les habitans de ce canton sont les plus sauvages de toute la
côte. On les accuse d'être anthropophages. Ils font gloire de porter
les dents en pointes, et de les avoir aussi aiguës que des aiguilles
ou des alènes. Barbo ne conseille à personne de toucher à cette
dangereuse terre. Cependant les Nègres apportent à bord de fort belles
dents d'éléphans; mais il semble que leur vue soit de les faire servir
d'amorce pour attirer les étrangers sur leur côte, et peut-être pour
les dévorer; car ils mettent leurs marchandises à si haut prix, qu'il
y a peu de commerce à faire avec eux. D'ailleurs ils demandent avec
importunité tout ce qui se présente à leurs yeux, et paraissent fort
irrités du moindre refus. Leur inquiétude et leur défiance vont si
loin, qu'au moindre bruit extraordinaire ils se précipitent dans la
mer et retournent à leurs pirogues. Ils les tiennent exprès à quelque
distance pour faciliter continuellement leur fuite.

Les éléphans doivent être d'une étrange grosseur, puisqu'on y achète
des dents qui pèsent jusqu'à deux cents livres. On s'y procure aussi
des esclaves et de l'or, mais sans pouvoir pénétrer aux pays d'où l'or
vient aux habitans. Ils gardent là-dessus un profond secret, ou s'ils
sont pressés de s'expliquer, ils montrent du doigt les hautes
montagnes qu'ils ont à quinze ou vingt lieues au nord-est, en faisant
entendre que leur or vient de là. Peut-être le trouvent-ils beaucoup
plus près dans le sable de leur rivière même, ou peut-être, aussi leur
vient-il des Nègres de ces montagnes, qui le rassemblent en lavant la
terre, comme ceux de Bambouk. Enfin toutes les parties de cette
contrée seraient très-propres au commerce, si les habitans étaient
d'un caractère moins farouche.

On raconte qu'ils ont massacré, dans plusieurs occasions, un grand
nombre d'Européens qui n'avaient relâché sur leur côte que pour y
faire leur provision d'eau et de bois.

La côte abonde en poissons: les plus remarquables sont le taureau de
mer, le marteau et le diable de mer.

C'est l'usage pour les enfans de suivre la profession de leur père: le
fils d'un tisserand exerce le même métier, et celui d'un facteur n'a
point d'autre emploi que le commerce. Cet ordre est si bien établi,
qu'on ne souffrirait pas qu'un Nègre sortît de sa condition
originelle.

C'est un amusement pour les matelots, le long de cette côte, de se
voir environnés d'un grand nombre de pirogues chargées de Nègres qui
crient de toute leur force, _koakoa! koakoa!_ et qui s'éloignent aussi
promptement qu'ils se sont approchés. Depuis que les Européens en ont
enlevé plusieurs, leur inquiétude est si vive, qu'on ne les engage pas
facilement à monter à bord. La meilleure méthode pour les attirer avec
leurs marchandises, est de prendre un peu d'eau de mer et de s'en
mettre quelques gouttes dans les yeux, parce que, la mer étant leur
divinité, ils regardent cette cérémonie comme un serment.

Les Koakoas sont ordinairement quatre ou cinq dans une pirogue; mais
il est rare qu'on en voie monter plus de deux à la fois sur un
vaisseau: ils y viennent chacun à leur tour, et n'apportent jamais
deux dents ensemble.

Les daschis ou présens, qui sont les premiers objets de l'empressement
des Nègres, ne paraissent pas d'abord d'une grande importance: c'est
un couteau de peu de valeur, un anneau de cuivre, un verre
d'eau-de-vie ou quelques morceaux de biscuit; mais ces libéralités,
qui ne cessent point tout le long de la côté, et qui se renouvellent
quarante ou cinquante fois par jour, emportent à la fin cinq pour cent
sur la cargaison du vaisseau. Cet usage vient des Hollandais, qui se
crurent obligés, en arrivant sur la côte de Guinée, d'employer
l'apparence d'une générosité extraordinaire pour ruiner les Portugais
dans l'esprit des Nègres. Il n'y a point de nation pour qui leur
exemple n'ait pris la force d'une loi. Toute proposition de commerce
doit commencer par les daschis. Ainsi ce trait de politique est devenu
un véritable fardeau pour l'Europe et pour ceux même qui l'ont
inventé.

Le même usage est établi sur la côte d'Or, et commence au cap Laho,
avec cette différence, que les daschis ne s'accordent qu'après la
conclusion du marché, et qu'ils y portent le nom de _dassi-midassi_;
mais, sur toutes les côtes inférieures, depuis la rivière de Gambie,
les Nègres veulent que leurs daschis soient payés d'avance. Ils ne
voient pas plus tôt paraître un vaisseau qu'ils les demandent à grands
cris.

Les marchandises qui font la matière du commerce, sont les étoffes de
coton, le sel, l'or et l'ivoire.

Les contrées intérieures derrière les Koakoas fournissent une grande
quantité de dents d'éléphans qui font le plus bel ivoire du monde.
Elles sont achetées constamment par les Anglais, les Hollandais et les
Français, quelquefois aussi par les Danois et les Portugais; mais
depuis que le commerce de la Guinée est ouvert à toutes les nations,
l'Angleterre en tire plus d'avantage que la Hollande. Ce nombreux et
perpétuel concours de vaisseaux européens qui visitent annuellement la
côte a fait hausser aux Nègres le prix de leurs marchandises, surtout
de leurs grosses dents d'éléphans. Le pays en fournit une si étrange
quantité, qu'il s'en est vendu dans un seul jour jusqu'à cent
quintaux. Les Nègres racontent que le pays intérieur est si rempli
d'éléphans, surtout dans les parties montagneuses, que les habitans
sont obligés de se creuser des cavernes aux lieux les plus escarpés
des montagnes et d'en rendre les portes fort étroites. Ils ont recours
à toutes sortes d'artifices pour chasser de leurs plantations ces
incommodes animaux; ils leur tendent des piéges dans lesquels ils en
prennent un grand nombre. Mais, si l'on doit se fier au récit des
Nègres, la principale raison qui rend l'ivoire si commun dans le même
pays, est que tous les éléphans jettent leurs dents tous les trois
ans; de sorte qu'on les doit moins à la chasse des Nègres qu'au hasard
qui les fait trouver dans les forêts.

Cependant on observe que cette quantité d'ivoire est fort diminuée,
soit que les Nègres aient plus de négligence à chercher les dents,
soit que les maladies aient emporté une grande partie des éléphans:
l'une ou l'autre de ces deux raisons, jointe à la multitude de
vaisseaux qui abordent sur la côte, a fait hausser le prix de cette
marchandise.



CHAPITRE II.

Côte d'Or.


Le nom de _Costa del Oro_, que les Portugais ont donné à cette côte,
vient de l'immense quantité d'or qu'ils en ont tirée; et, par la même
raison, toutes les autres nations de l'Europe l'ont nommée _Côte d'Or_
dans leur langue. La situation de cette côte est entre 4 degrés 30
minutes et 8 degrés de latitude nord; elle a un peu plus de cent
lieues de longueur. On ne peut rien établir sur sa largeur, parce
qu'elle n'est ici considérée que sous le titre de _côte_, ou de _bord
d'un vaste pays_. Cependant on connaît dix ou douze petits royaumes
qui sont renfermés dans cette étendue, et dont quelques-uns
s'enfoncent assez loin dans l'intérieur des terres.

Les Portugais y furent établis seuls pendant plus d'un siècle. Le
château de la Mina était leur principal boulevard. La terreur qu'ils
avaient inspirée aux Nègres, et les violences qu'ils exerçaient contre
les négocians des autres nations, écartèrent long-temps de cette côte
tous les vaisseaux européens; mais, lorsqu'en 1578 les Nègres d'Akra,
poussés à bout par la barbarie de cette nation, eurent surpris le fort
de ce nom, massacré la garnison et détruit les fortifications
jusqu'aux fondemens, le crédit des Portugais sur cette côte commença
sensiblement à décliner, et les autres nations de l'Europe entrèrent
en partage de toutes les richesses dont ils avaient joui. À la vérité,
ce ne fut pas sans effusion de sang. Quantité de Français perdirent la
vie, non-seulement par la main des Portugais, mais par celle des
Nègres, qui recevaient d'eux une récompense de cent écus pour chaque
tête de Français qu'ils pouvaient leur apporter; elles étaient
exposées sur les murailles du fort de la Mina. Ces cruels excès
jetèrent tant de consternation parmi les négocians français, qu'ils
abandonnèrent encore une fois le commerce de Guinée pour le reprendre
dans la suite.

À l'égard des Nègres, rien n'est comparable à la tyrannie que les
Portugais exerçaient sur eux: ils avaient établi des impôts excessifs
sur toutes les denrées du pays et sur la pêche; ils forçaient les
seigneurs et jusqu'aux rois mêmes de leur livrer leurs enfans pour
s'en servir en qualité de domestiques ou d'esclaves; ils n'ouvraient
pas leurs magasins, si l'on ne s'y présentait avec quarante ou
cinquante marcs d'or, et ceux mêmes qui venaient avec cette somme
était forcés de recevoir les marchandises dont on jugeait à propos de
se défaire, au prix que les facteurs avaient réglé. S'il se trouvait
quelque mélange dans l'or des Nègres, le coupable était puni de mort,
sans distinction de fortune ni de rang. Le roi de Comani ne put sauver
du supplice un de ses plus proches parens. Toutes les marchandises que
les Nègres achetaient des autres nations étaient confisquées.

Les Hollandais furent presque les seuls qui s'obstinèrent à continuer
leurs voyages en Guinée. La grandeur du profit leur fit oublier les
outrages, et remettre leur vengeance à des temps qu'ils ne pouvaient
encore prévoir. Elle fut suspendue jusqu'à la guerre entre la Hollande
et l'Espagne; mais, rappelant alors toutes les injures qu'ils avaient
reçues des Portugais, et couvrant leur haine du prétexte de leur
réunion avec les Espagnols, ils leur enlevèrent, avec une partie du
Brésil, tous les établissemens qu'ils avaient sur la côte d'Or, et les
forcèrent enfin de leur céder leurs deux principales forteresses, le
château de la Mina en 1637, et celui d'Axim en 1643; mais ils
traitèrent les peuples de Guinée avec autant d'injustice et de
cruauté que ceux à qui l'on avait reproché si long-temps ces deux
vices.

Dans la vue d'assujettir plus que jamais le pays, ils élevèrent de
petits forts à Boutro, à Sama, à Cabo Corso, à Anamabo, à Akra, sous
prétexte de soutenir leurs alliés contre les habitans des pays
intérieurs qui les troublaient par de fréquentes incursions. En même
temps ils établirent des droits sur la pêche des Nègres d'Axim, de
Dina et de Maouri, en leur défendant, sous de rigoureuses peines,
toutes sortes de commerce avec les autres nations de l'Europe. En un
mot, ils s'attribuèrent par degrés tous les droits de l'autorité
absolue, jusqu'à prendre connaissance de leurs affaires civiles et
criminelles, et se rendre juges de la mort et de la vie, quoiqu'ils ne
cessassent point de payer aux rois du pays une sorte de tribut annuel
pour le terrain de leurs établissemens. Avec tant de précautions, ils
ne purent empêcher le commerce des autres Européens, qu'ils traitaient
en ennemis lorsqu'il en tombait quelques-uns entre leurs mains. Ils
eurent aussi des guerres fréquentes à soutenir contre les naturels du
pays, avec qui pourtant ils ne cessaient pas de commercer. Telle est à
la fois l'inconstance naturelle des Nègres, et leur avidité pour les
marchandises de l'Europe, qu'après quelques éclats inutiles d'un
ressentiment passager contre leurs tyrans, ils venaient encore
échanger leur or contre de l'eau-de-vie et des clincailleries
d'Europe: semblables à des esclaves révoltés qui viennent demander
leur nourriture au maître qui vient de les châtier. Si ces peuples
avaient voulu tirer une vengeance sûre et facile de leurs oppresseurs,
ils n'avaient qu'à se retirer dans l'intérieur des terres;
l'émigration est toujours aisée pour des hordes indigentes, et les
tyrans de la côte n'auraient pas pu les poursuivre dans les sables de
la zone torride. Quelquefois cependant ces peuplades d'esclaves ont
donné d'effrayans exemples de courage et de désespoir: c'est ainsi du
moins que les Hollandais perdirent Un établissement qu'ils avaient à
Eguira. Leur chef, ayant pris querelle avec un des principaux
seigneurs nègres, le tenait assiégé dans l'enclos de ses maisons. Le
Nègre, hors d'état de résister, après avoir tiré avec des lingots d'or
au lieu de plomb, fit connaître par des signes qu'il consentait à
traiter, et donna de grandes espérances aux Hollandais. C'était un
artifice pour envelopper ses ennemis dans sa ruine. Il chargea un de
ses esclaves de mettre le feu dans un lieu qu'il lui marqua, lorsqu'il
lui entendrait frapper la terre d'un coup de pied. Ensuite, ayant reçu
les Hollandais pour négocier, il n'attendit pas long-temps à donner le
signal, ni l'esclave à suivre fidèlement ses ordres. Plusieurs barils
de poudre, qu'il avait disposés pour cette exécution, firent sauter la
maison et tous ceux qui avaient eu l'imprudence d'y entrer. Le seul
qui eut le bonheur de se sauver fut un esclave de la Compagnie
hollandaise, qui, se défiant de quelque trahison à la vue d'une mèche
allumée qu'il découvrit, se hâta de sortir sans avoir averti ses
maîtres, et porta la nouvelle de leur infortune au château d'Axim.

Le principal commerce d'Axim est avec les vaisseaux d'interlope.
Malgré les rigoureuses lois des Hollandais du fort, ils trouvent le
moyen de tromper la vigilance du gouverneur; de sorte que la compagnie
de Hollande ne tire pas la centième partie de l'or du pays.

La rivière d'Axim est à peine navigable pour des canots; mais elle
roule de l'or dans son sable. Les habitans font leur principale
occupation de chercher ce précieux métal, et plongent quelquefois
l'espace d'un quart d'heure. Leur méthode est de plonger la tête la
première, en tenant à la main une calebasse qu'ils remplissent de
sable ou de tout ce qui se trouve au fond de l'eau. Ils répètent ce
travail jusqu'à ce qu'ils soient fatigués, ou qu'ils croient avoir
tiré assez de matière. Alors s'asseyant sur la rive, ils mettent deux
ou trois poignées de leur sable dans une gamelle de bois; et, la
tenant dans la rivière, ils remuent le sable avec la main pour faire
emporter les parties les plus légères par le courant de l'eau. Ce qui
reste au fond de la gamelle est une poudre jaune et pesante, qui est
quelquefois mêlée de grains beaucoup plus gros: c'est ce qu'on appelle
l'or lavé. Il est ordinairement fort pur; et celui d'Axim passe pour
le meilleur de toute la côte. On ne saurait douter que la rivière
d'Axim, et tous les ruisseaux qui s'y joignent n'aient passé par des
mines d'or, d'où elles entraînent dans leurs flots de petites parties
de ce métal. Dans la saison des pluies, où l'eau, grossit beaucoup,
les Nègres en trouvent de plus grosses, et plus abondamment que dans
les autres saisons. Mais les Hollandais n'épargnent rien pour exclure
les autres nations de ce commerce; et la difficulté de les tromper est
d'autant plus grande pour les Nègres, que le village d'Axim est sous
le canon du fort Saint-Antoine. C'est ce qui rend le gouvernement de
Hollande fort odieux sur toute la côte.

Les Anglais et les Hollandais se sont disputé long-temps le commerce
de la côte d'Or, et cette guerre d'avarice a produit bien des
perfidies et des crimes. Les cantons de Félou et de Commendo, que nous
nommons royaumes, ont été le théâtre de ces divisions. Enfin ces deux
nations, qui ont de nombreux établissemens dans le pays, se sont
accordées pour le partage du gain. Les Danois et quelques autres
puissances de l'Europe y ont aussi des comptoirs. Le principal fort
des Anglais est au cap Corse (Cabo Corso), à neuf milles de la Mina.
Quand on songe que les Nègres de la côte d'Or sont de très-bons
soldats, et les plus belliqueux peut-être de tous les peuples
d'Afrique, et qu'ils connaissaient déjà l'usage de nos armes au temps
où les Européens se sont établis chez eux, cent ans après les
Portugais, on a peine à concevoir comment ils ont consenti que les
Anglais, les Hollandais et les Danois bâtissent des forts dans leur
pays. Mais telle est la force des présens, dans le pays même de l'or.
C'est avec des présens qu'on obtint des rois de cette contrée la
permission d'élever ces funestes boulevards où l'on a depuis forgé les
chaînes des malheureux Africains. Des tyrans stupides ont vendu la
liberté de leurs sujets, et ont été souvent traités eux-mêmes en
esclaves par les maîtres qu'ils s'étaient donnés.

Il est assez inutile de présenter à nos lecteurs l'ennui d'une
description géographique de Fantin, de Sabo, d'Akron, d'Agonna,
d'Akambo, etc., et de tous les cantons barbares nommés royaumes de la
côte d'Or. Nous ne nous arrêterons qu'à ce qui peut être un objet de
curiosité ou d'instruction.

Dans le pays d'Akra, l'on trouve de petits daims qui n'ont pas plus de
huit ou neuf pouces de hauteur, et dont les jambes ne sont pas plus
grosses que le tuyau d'une plume. Les mâles ont deux cornes longues,
de deux ou trois pouces, sans branches et sans division, mais tortues
et d'un noir aussi luisant que le jais. Rien n'est si doux, si joli,
si privé et si caressant que ces petites créatures; mais elles sont si
délicates, qu'elles ne peuvent supporter la mer; et tous les soins
qu'on a pris pour en transporter quelques-unes en Europe ont été
jusqu'à présent sans succès.

Il n'y a point de canton sur toute la côte d'Or, sans en excepter
celui d'Anamabo, qui fournisse plus d'esclaves que le pays d'Akra. Les
guerres continuelles des habitans leur procurent sans cesse un grand
nombre de prisonniers, dont la plupart sont vendus aux marchands de
l'Europe.

Les habitans des villes maritimes d'Akra sont les plus civilisés de la
côte d'Or. Leurs maisons sont carrées et bâties fort proprement; les
murs sont de terre, mais d'assez belle hauteur, et les toits couverts
de paille. L'ameublement est des plus simples; car, malgré leurs
richesses, ils se contentent de quelques pagnes pour habillement, et
leurs besoins sont renfermés dans des bornes fort étroites. Ils sont
laborieux; ils entendent le commerce. On s'aperçoit qu'ils ont retenu
parfaitement les leçons des Normands leurs anciens maîtres. La crainte
que leurs voisins du côté du nord ne viennent partager avec eux les
profits du commerce des Européens leur fait fermer soigneusement tous
les passages. Ainsi toutes les marchandises qui se répandent au nord
passent nécessairement par leurs mains. Ils ont établi un grand marché
qui se tient trois fois la semaine à Abino, ville à deux lieues du
grand Akra, et à sept ou huit de la côte où les Nègres voisins
apportent en échange, pour les commodités de l'Europe, de l'or, de
l'ivoire, de la cire et de la civette, sans compter les esclaves qui
viennent en fort grand nombre par cette voie.

Le voyageur Desmarchais assure que de son temps l'or était si commun
dans le pays d'Akra, qu'une once de poudre à tirer se rendait deux
drachmes de poudre d'or.

Les marchandises d'Europe qu'on recherche dans le pays sont les toiles
d'Osnabruck, les étoffes de Silésie, les baïettes, les saies, les
perpétuanes, les fusils, la poudre, l'eau-de-vie, la verroterie, les
couteaux, les petites voiles, les toiles rayées de l'Inde, et d'autres
objets dont le goût s'est répandu parmi les Nègres. Ils les portent au
marché d'Aboni, où l'on voit arriver trois fois par semaine une
prodigieuse quantité d'autres Nègres, Akkanez, Aquambos, Aquimeras,
Koakoas, qui achètent à fort grand prix ce qui leur est nécessaire;
car, ne pouvant obtenir la liberté de venir jusqu'aux forts européens,
ils n'ont pas d'autre règle pour la valeur des marchandises que la
volonté des marchands nègres d'Akra.

Parmi les chefs barbares dont les guerres et les brigandages troublent
souvent le commerce du pays, les voyageurs parlent d'un Nègre nommé
Ankoa, né avec des inclinations si féroces, qu'il ne pouvait vivre en
paix: c'était d'ailleurs un monstre de cruauté. S'étant saisi, en
1691, de cinq ou six des principaux de ses ennemis, il prit plaisir,
de sang-froid, à leur faire de sa propre main une infinité de
blessures; ensuite il huma leur sang avec une brutale fureur. Un de
ses malheureux, qu'il haïssait particulièrement, fut lié par ses
ordres, jeté à ses pieds, et percé de coups en mille endroits, tandis
qu'avec une coupe à la main il recevait le sang qui ruisselait de
toutes parts. Après en avoir bu une partie, il offrit le reste à son
dieu. C'est ainsi qu'il traitait ses ennemis; mais, faute de victimes,
il tournait sa rage contre ses propres sujets.

En 1692, pendant la seconde campagne qu'il faisait contre les Nègres
d'Anta, Bosman lui rendit une visite dans son camp, près de Schama. Il
en fut reçu fort civilement, et traité suivant les usages du pays;
mais, au milieu même des amusemens que ce barbare procurait à son
hôte, il trouva l'occasion d'exercer sa cruauté. Un Nègre, remarquant
qu'une des femmes d'Ankoa était ornée de quelque nouvelle parure, prit
le bout d'un collier de corail, dont il admira l'ouvrage, sans que
cette femme parût s'offenser de sa curiosité. L'usage du pays accorde
une liberté honnête, dont le Nègre ni la femme n'avaient pas passé les
bornes. Cependant le cruel Ankoa se trouva si blessé de cette action,
qu'après le départ de Bosman, il leur fit donner la mort; et, suivant
son goût monstrueux, il but à longs traits tout leur sang. Quelque
temps auparavant il avait fait couper la main, pour un crime fort
léger, à une autre de ses femmes; et, se faisant un amusement de sa
cruauté, il voulait que, dans cet état, elle lui peignât la tête et
lui tressât ses cheveux.

À l'égard des moeurs et des usages qui, sur la plupart des objets,
ont beaucoup de ressemblance avec ceux des nations dont nous avons
déjà parlé, nous ne spécifierons que ce qui nous offrira quelque
particularité remarquable.

Les Nègres de la côte d'Or ont l'esprit facile et la conception vive.
Ils n'ont pas les yeux du corps moins perçans. On observe que sur mer
ils découvrent les objets de beaucoup plus loin que les Européens. Ils
ne manquent point de jugement; le progrès de leurs connaissances est
si prompt dans les affaires de commerce, qu'ils l'emportent bientôt
sur les Européens mêmes. Ils sont malins, envieux, et si dissimulés,
qu'ils sont capables de déguiser leurs ressentimens pendant des années
entières; d'ailleurs ils sont forts polis. Ils s'offensent beaucoup
lorsqu'ils ne voient pas aux Européens les mêmes ménagemens pour eux.

Un Nègre qui vole un autre Nègre est regardé parmi eux avec
détestation; mais ils ne regardent pas comme un crime de voler les
Européens; ils font gloire, au contraire, de les avoir trompés, et
c'est aux yeux de leur nation une preuve d'esprit et d'adresse.
Lorsqu'on les surprend sur le fait, ils apportent pour excuse que les
Européens ont quantité de biens superflus, au lieu que tout manque
dans le pays des Nègres.

Leur mémoire est surprenante; quoiqu'ils ne sachent ni lire ni écrire,
ils conduisent leur commerce avec la dernière exactitude. Un Nègre
partagera sans aucune erreur quatre ou cinq marcs d'or entre vingt
personnes, dont chacune a besoin de cinq ou six sortes de
marchandises. Leur adresse ne paraît pas moins dans tout ce qui
concerne le commerce; mais, au milieu même des services qu'ils
rendent, ils sont d'une hauteur et d'une fierté singulières. Ils
marchent les yeux baissés, sans daigner les lever autour d'eux pour
regarder ce qui se présente, et ne distinguent personne, s'ils ne sont
arrêtés par leurs maîtres ou par quelque officier supérieur. À ceux
qu'ils regardent comme leurs inférieurs ou leurs égaux, ils ne disent
pas un seul mot; ou s'ils leur parlent, c'est pour leur ordonner de se
taire, comme s'ils se croyaient déshonorés de converser avec eux.
Cependant ils ne manquent pas de complaisance pour les étrangers; mais
elle vient moins d'humilité que de l'espérance de s'attirer les mêmes
témoignages de considération. Ils en sont si jaloux, que leurs
marchands, qui sont tous, à la vérité, du corps de leur noblesse, ne
marchent point sans être suivis d'un esclave qui porte une sellette
derrière eux, afin qu'ils puissent s'asseoir lorsqu'ils rencontrent
quelqu'un à qui ils veulent parler. Ces chefs de la nation traitent le
commun des Nègres avec beaucoup de mépris. Au contraire, ils
s'efforcent de marquer toute sorte de respects aux blancs de quelque
distinction, et rien ne paraît égal à leur joie lorsqu'ils en
reçoivent des civilités. Avides de tout, ils ne sont attachés à rien.

On les a peints parfaitement lorsqu'on a dit d'eux qu'ils se
réjouissent au milieu des sépulcres, et que, s'ils voyaient leur pays
en flammes, ils le laisseraient brûler sans interrompre leurs chants
et leurs danses. On a déjà fait observer qu'avec toute leur avidité
pour acquérir, ils ne paraissent point affligés de perdre; et l'on
pourrait leur enlever tout leur bien sans leur ôter un quart d'heure
de repos.

Un des plus odieux traits de leur caractère, c'est qu'ils ne sont
capables d'aucun sentiment d'humanité et d'affection. À peine
soulageraient-ils d'un verre d'eau un homme qu'ils verraient
mortellement blessé, et ils se voient mourir les uns les autres sans
compassion et sans secours. Leurs femmes, leurs enfans sont les
premiers qui les abandonnent dans ces circonstances. Le malade demeure
seul lorsqu'il n'a pas d'esclaves prêts à le servir, ou d'argent pour
s'en procurer. Cette désertion de ses parens et de ses amis n'est pas
même regardée comme une faute. Si sa santé se rétablit, ils
recommencent à vivre avec lui comme s'ils avaient rempli tous les
devoirs de la nature et de l'amitié; tant il est vrai que l'humanité
est le plus beau caractère qui distingue l'homme perfectionné.

Le penchant qu'ils ont au larcin est expliqué par une tradition des
marabouts mahométans, qui prouve que les Nègres ont aussi leur
mythologie. Les trois fils de Noé, tous trois de couleur différente,
s'assemblèrent après la mort de leur père pour faire entre eux le
partage de ses biens. C'était de l'or, de l'argent, des pierres
précieuses, de l'ivoire, de la toile, des étoffes de soie et de coton,
des chevaux, des chameaux, des boeufs et des vaches, des moutons, des
chèvres et d'autres animaux; sans parler des armes, des meubles, du
blé, du tabac et des pipes. Les trois frères soupèrent ensemble avec
beaucoup d'affection, et ne se retirèrent qu'après avoir fumé leur
pipe et bu chacun leur bouteille. Mais le blanc, qui ne pensait guère
à dormir, se leva aussitôt qu'il vit les deux autres ensevelis dans le
sommeil, et, se saisissant de l'or, de l'argent et des effets les plus
précieux, il prit la fuite vers les pays qui sont habités aujourd'hui
par les Européens. Le Maure s'aperçut de ce larcin à son réveil. Il se
détermina sur-le-champ à suivre un si mauvais exemple, et prenant les
tapisseries avec les autres meubles, qu'il chargea sur le dos des
chevaux et des chameaux, il se hâta aussi de s'éloigner. Le Nègre, qui
eut le malheur de s'éveiller le dernier, fut fort étonné de la
trahison de ses frères. Il ne lui restait que du coton, des pipes, du
tabac et du millet. Après s'être abandonné quelque temps à sa douleur,
il prit une pipe pour se consoler, et ne pensa plus qu'à la vengeance.
Le moyen qui lui parut le plus sur, fut d'employer les représailles en
cherchant l'occasion de les voler à son tour. C'est ce qu'il ne cessa
point de faire pendant toute sa vie; et son exemple devenant une
règle pour sa postérité, elle a continué jusqu'aujourd'hui la même
pratique.

La boisson commune du pays est de l'eau simple, ou du _peytou_,
liqueur qui ne ressemble pas mal à la bière, et qui se brasse avec du
maïs. Ils achètent aussi du vin de palmier, en se joignant cinq ou six
pour en avoir une mesure du pays, qui contient environ dix pots de
Hollande. Ils se placent autour de leur calebasse et boivent à la
ronde. Mais, avant de commencer la fête, chacun prend soin d'envoyer
quelques verres de cette liqueur à la plus chère de ses femmes. Alors
celui qui doit boire le premier, remplit un petit vase qui sert de
tasse, tandis que les autres, se tenant debout autour de lui, les
mains sur sa tête, prononcent en criant le mot de _tantosi_. Il ne
doit point avaler tout ce qui est dans la tasse; mais, laissant
quelques gouttes de liqueur, il la répand sur la terre, comme une
offrande au fétiche, en répétant plusieurs fois le mot _you_. Ceux qui
ont leur fétiche avec eux, soit qu'ils le portent à la jambe ou au
bras, l'arrosent d'un peu de vin, et sont persuadés que, s'ils
négligeaient cette cérémonie, ils ne boiraient jamais tranquillement.

L'eau et le peytou se boivent le matin, et les Nègres ne touchent
point au vin de palmier avant la nuit. La source de cet usage est
l'heure de la vente, qui est toujours l'après-midi pour le vin de
palmier. Le vin ne pouvant se garder jusqu'au jour suivant, parce
qu'il s'aigrit dans l'intervalle, les Nègres s'assemblent
ordinairement le soir, pour acheter ce qui en reste aux marchands. À
quelque prix que ce soit, il faut qu'ils aient de l'eau-de-vie le
matin, et du vin de palmier l'après-midi. Les Hollandais sont obligés
d'entretenir une garde à leurs celliers pour empêcher les Nègres de
voler leur eau-de-vie et leur tabac, deux passions auxquelles ils ne
peuvent résister. Leurs femmes n'y sont pas moins livrées. Dès l'âge
de trois ou quatre ans, on apprend à boire aux enfans, comme si
c'était une vertu.

Quoique chaque Nègre puisse prendre autant de femmes qu'il est capable
d'en nourrir, il est rare que le nombre aille au delà de vingt. Ceux
mêmes qui en prennent le plus se proposent moins le plaisir que
l'honneur et la considération, parce que la mesure du respect entre
les Nègres, c'est le nombre de leurs femmes et de leurs enfans.
Ordinairement il monte depuis trois jusqu'à dix, sans compter les
concubines, qui sont souvent préférées aux femmes, quoique leurs
enfans ne passent pas pour légitimes. Quelques riches marchands ont
vingt ou trente femmes; mais les rois et les grands gouverneurs en
prennent jusqu'à cent.

Toutes les femmes s'exercent à la culture de la terre, excepté deux,
qui sont dispensées de toutes sortes de travaux manuels, lorsque les
richesses du pays le permettent. La principale, qui se nomme la
_mulière-grande_, est chargée du gouvernement de la maison; celle qui
la suit en dignité porte le titre de _bossoum_, parce qu'elle est
consacrée au fétiche de la famille. Les maris sont fort jaloux de ces
deux femmes, surtout de la bossoum, qui est ordinairement quelque
belle esclave achetée à fort grand prix. L'avantage qu'elle a
d'appartenir à la religion lui donne certains jours réglés pour
coucher avec son mari, tels que l'anniversaire de sa naissance, les
fêtes du fétiche et le jour du sabbat, qui est le mercredi. Ainsi la
condition de cette femme est fort supérieure à celle de toutes les
autres, qui sont condamnées à des travaux pénibles pour entretenir
leur mari tandis qu'il passe son temps dans l'oisiveté, à jaser ou à
boire du vin de palmier avec ses amis.

La principale femme, ou la mulière-grande, prend soin de l'argent et
des autres richesses de la maison. Loin de marquer de la jalousie
lorsqu'elle voit prendre d'autres femmes à son mari, elle l'en
sollicite souvent, parce que dans ces occasions elle reçoit de la
nouvelle femme un présent de cinq akkis d'or, ou parce que, sur la
côte d'Or, l'honneur et la richesse des familles consistent dans la
multitude des femmes et des enfans. D'ailleurs il paraît que le mari
est obligé d'acheter son consentement moyennant une certaine somme
d'or. Toutes les femmes qu'il prend de cette manière sont distinguées
par le titre d'_étigafou_, qui revient à celui de concubine; elles ont
la liberté d'avoir un amant sans que le mari puisse le poursuivre en
justice.

Les maris ont le droit d'appeler celle de leurs femmes avec laquelle
ils veulent passer la nuit. Elle se retire ensuite dans son
appartement avec beaucoup de précaution, pour cacher son bonheur, dans
la crainte d'exciter quelque jalousie. Quoique l'émulation soit fort
vive entre les femmes pour les faveurs conjugales, elles n'en vivent
pas moins dans la concorde. Quand la mulière-grande vient à vieillir,
le mari en choisit une autre pour occuper sa place; elle ne demeure
pas moins dans la maison; mais elle est réduite à l'office de
servante.

Tous les voyageurs racontent que, vers le terme de la grossesse d'une
femme, il se rassemble dans sa chambre une foule de Nègres de l'un et
de l'autre sexe, jeunes et vieux, et que, sans aucune honte, elle
accouche aux yeux du public. Le travail ne dure pas ordinairement plus
d'un quart d'heure, et n'est accompagné d'aucun cri ni d'aucune autre
marque de douleur. Aussitôt que la femme est délivrée, on lui présente
un breuvage composé de farine de maïs, d'eau, de vin de palmier et
d'eau-de-vie, avec de la malaguette. On prend soin de la couvrir, et
dans cet état on la laisse dormir trois ou quatre heures. Elle se lève
ensuite, lave son enfant de ses propres mains, et, perdant l'idée de
sa situation, elle retourne à ses exercices ordinaires avec ses
compagnes.

Ils passent le temps de l'enfance, livrés à eux-mêmes, dans une
oisiveté continuelle, négligés par leur famille, courant en troupes
dans les champs et les marchés, comme autant de petits pourceaux qui
se vautrent dans la fange, mais acquérant pour fruit de leurs
premières années une agilité extrême et l'art de nager, dans lequel
ils excellent. S'ils se trouvent dans un canot que le vent renverse,
ils gagnent en un instant le rivage. Mêlés comme ils sont, garçons et
filles, nus et sans aucun frein, ils perdent tout sentiment naturel de
pudeur, d'autant plus que leurs parens ne les reprennent et ne les
corrigent presque jamais. L'autorité paternelle est fort peu
respectée. Les Nègres ne punissent guère leurs enfans que pour avoir
battu leurs pareils ou s'être laissé battre eux-mêmes, et alors ils
les traitent sans pitié. Pendant l'enfance ils sont sous le
gouvernement de leur mère, jusqu'à ce qu'ils aient embrassé quelque
profession, ou que leur père juge à propos de les vendre pour
l'esclavage.

À l'âge de dix ou douze ans, ils passent sous la conduite de leur
père, qui entreprend de les rendre propres à gagner leur vie. Il les
élève ordinairement dans la profession qu'il exerce lui-même: s'il est
pêcheur, il les accoutume à l'aider dans l'usage de ses filets; s'il
est marchand, il les forme par degrés dans l'art de vendre et
d'acheter. Il tire pendant plusieurs années tout le profit de leur
travail; mais lorsqu'ils arrivent à dix-huit ans, il leur donne des
esclaves, avec le pouvoir de conduire, eux-mêmes leurs entreprises et
de travailler pour leur propre compte. Ils abandonnent alors la maison
paternelle pour bâtir des cabanes qui leur appartiennent; et s'ils ont
pris le métier de pêcheur, ils achètent ou louent une pirogue pour la
pêche. Les premiers profits qu'ils en tirent sont employés à
l'acquisition d'un pagne. Si leur père est satisfait de leur conduite,
et s'aperçoit qu'ils aient gagné quelque chose, il apporte tous ses
soins à leur procurer une honnête femme.

Les filles sont élevées à faire des paniers, des nattes, des bonnets,
des bourses, et d'autres objets à l'usage de la famille. Elles
apprennent à teindre de différentes couleurs, à broyer les grains, à
faire diverses sortes de pain ou de pâte, et à vendre leur ouvrage au
marché. Elles mettent leurs petits profits entre les mains de leur
mère pour servir quelque, jour à grossir leur dot. Tous ces exercices,
répétés de jour en jour avec de nouveaux progrès, en font
naturellement d'excellentes ménagères.

À l'égard de la succession, une femme n'a jamais part à l'héritage de
son mari, quoiqu'elle en ait eu des enfans. Biens et meubles, tout
passe au frère du mort, ou à son plus proche parent dans la même
ligne. S'il n'a pas de frère, tout ce qu'il a possédé remonte à son
père. La même loi oblige le mari de restituer tout ce qu'il a reçu de
ses femmes à leur frère ou à leurs neveux. Les femmes ont l'usage de
tous les biens de leur mari tandis qu'il est au monde; mais, aussitôt
qu'il est mort, elles sont obligées de pourvoir à leur propre
subsistance et à celle de leurs enfans. C'est la rigueur de cette loi
qui porte les enfans et les mères à mettre à part ce qu'ils peuvent
retrancher de la masse commune pour se trouver en état de subsister
après la mort de leur père ou de leur mari, dont ils ne peuvent
espérer l'héritage.

Bosman, qui paraît s'être informé avec soin de tout ce qui regarde la
succession des biens parmi les Nègres, observe qu'Akra est le seul
canton de toute la côte d'Or où les enfans légitimes, c'est-à-dire
ceux qui viennent des femmes déclarées, héritent des biens et des
meubles de leur père. Dans tous les autres lieux, l'aîné, s'il est
fils du roi ou de quelque chef de ville, succède à l'emploi que son
père occupait; mais il n'a pas d'autre héritage à prétendre que son
sabre et son bouclier. Aussi les Nègres ne regardent-ils pas comme un
grand bonheur d'être né d'un père et d'une mère riches, à moins que le
père ne se trouve disposé à faire de son vivant quelque avantage à son
fils, ce qui n'arrive pas souvent, et ce qui doit être caché avec
beaucoup de précaution; car, t après la mort du père, ses parens se
font restituer jusqu'au dernier sou.

L'amende des Nègres du commun pour avoir eu commerce avec la femme
d'autrui est de quatre, cinq ou six livres sterling (96,120 à 144
fr.); mais elle est beaucoup plus considérable pour l'adultère des
personnes riches. Ce n'est pas moins de cent ou deux cents livres
sterling (2,400 ou 4,800 fr.). Ces causes se plaident avec beaucoup de
chaleur et d'habileté devant les tribunaux de justice. Un homme qui se
croit trahi par sa femme paraît en pleine assemblée, explique le fait
dans les termes les plus expressifs, le peint de toutes les couleurs,
représente le temps, le lieu, les circonstances. Ces plaidoyers
deviennent quelquefois fort embarrassans, surtout lorsque l'accusé
convient, comme il arrive souvent, qu'à la vérité il a poussé
l'entreprise aussi loin qu'on le dit; mais que, faisant réflexion tout
d'un coup aux conséquences, il s'est retiré assez tôt pour n'avoir
rien à se reprocher. Alors on oblige la femme d'entrer dans les
derniers détails. Enfin, si les juges demeurent dans l'incertitude,
ils exigent le serment de l'accusé. Lorsqu'il le prononce de bonne
grâce, il est déchargé de l'accusation. S'il le refuse, on prononce
contre lui la sentence. Les Nègres de la côte vendent souvent les
faveurs de leurs femmes. Ceux de l'intérieur étant beaucoup plus
riches, sont beaucoup plus sévères sur la fidélité conjugale, et font
payer beaucoup plus cher. L'amende va quelquefois, dit Bosman, jusqu'à
vingt mille livres sterling (480,000 fr.) C'est beaucoup.

Si l'on considère quelle est, dans ce climat, la chaleur naturelle de
la complexion des femmes, et qu'elles se trouvent quelquefois vingt ou
trente au pouvoir d'un seul homme, il ne paraîtra pas surprenant
qu'elles entretiennent des intrigues continuelles, et qu'elles
cherchent, au hasard même de leur vie, quelque soulagement au feu qui
les dévore. Comme la crainte du châtiment est capable d'arrêter les
hommes, elles ont besoin de toutes sortes d'artifices pour les engager
dans leurs chaînes. Leur impatience est si vive, que, si elles se
trouvent seules avec un homme, elles ne font pas difficulté de se
précipiter dans ses bras, et de lui déchirer son pagne, en jurant que,
s'il refuse de satisfaire leurs désirs, elle vont l'accuser d'avoir
employé la violence pour les vaincre. D'autres observent soigneusement
le lieu où l'esclave qui a le malheur de leur plaire est accoutumé de
se retirer pour dormir; et, dès qu'elles en trouvent l'occasion, elles
vont se placer près de lui, l'éveillent, emploient tout l'art de leur
sexe pour en obtenir des caresses; et si elles se voient rebutées,
elles le menacent de faire assez de bruit pour le faire surprendre
avec elles, et par conséquent pour l'exposer à la mort. D'un autre
côté, elles l'assurent que leur visite est ignorée de tout le monde,
et qu'elles peuvent se retirer sans aucune inquiétude de leur mari. Un
jeune homme pressé par tant de motifs se rend à la crainte plutôt qu'à
l'inclination; mais, pour son malheur, il a presque toujours la
faiblesse de continuer cette intrigue jusqu'à ce qu'elle soit
découverte. Les hommes qui sont pris dans ce piége méritent
véritablement de la pitié.

On voit des Nègres de l'un et de l'autre sexe vivre assez long-temps
sans penser au mariage. Les femmes surtout paraissent se lasser moins
du célibat que les hommes, et Bosman en rapporte deux raisons: 1º.
elles ont la liberté, avant le mariage, de voir autant d'hommes
qu'elles en peuvent attirer; 2º. le nombre des femmes l'emportant
beaucoup sur celui des hommes, elles ne trouvent pas tout d'un coup
l'occasion de se marier. Le délai d'ailleurs n'a rien d'incommode,
puisqu'elles peuvent à tout moment se livrer au plaisir. L'usage
qu'elles ont fait de cette liberté ne les déshonore point, et ne
devient pas même un obstacle à leur mariage. Dans les cantons
d'Eguira, d'Abokro, d'Ankobar, d'Axim, d'Anta et d'Adom, on voit des
femmes qui ne se marient jamais. C'est après avoir pris cette
résolution qu'elles commencent à passer pour des femmes publiques; et
leur initiation dans cet infâme métier se fait avec les cérémonies
suivantes.

Lorsque les manferos, c'est-à-dire les jeunes seigneurs du pays,
manquent de femmes pour leur amusement, ils s'adressent aux cabochirs,
qui sont obligés de leur acheter quelque belle esclave. On la conduit
à la place publique, accompagnée d'une autre femme de la même
profession, qui est chargée de l'instruire. Un jeune garçon, quoique
au-dessous de l'âge nubile, feint de la caresser aux yeux de toute
l'assemblée, pour faire connaître qu'à l'avenir elle est obligée de
recevoir indifféremment tous ceux qui se présenteront, sans excepter
les enfans. Ensuite on lui bâtit une petite cabane dans un lieu
détourné, où son devoir est de se livrer à tous les hommes qui la
visitent. Après cette épreuve, elle entre en possession du titre
d'_abéleré_, qui signifie femme publique. On lui assigne un logement
dans quelque rue de la bourgade; et de ce jour elle est soumise à
toutes les volontés des hommes, sans pouvoir exiger d'autre prix que
celui qui lui est offert. On peut lui donner beaucoup par un sentiment
d'amour et de générosité, mais elle doit paraître contente de tout ce
qu'on lui offre.

Chacune des villes qu'on a nommées n'est jamais sans deux ou trois de
ces femmes publiques. Elles ont un maître particulier, à qui elles
remettent l'or et l'argent qu'elles ont gagné par leur trafic, et qui
leur fournit l'habillement et les autres nécessités. Ces femmes
tombent dans une condition fort misérable, lorsqu'une prostitution si
déclarée leur attire quelque maladie contagieuse. Elles sont
abandonnées de leur maître même, qui s'intéresse peu à leur santé,
s'il n'a plus de profit à tirer de leurs charmes, et leur sort est de
périr par une mort funeste. Mais aussi long-temps qu'elles joignent de
la santé aux agrémens naturels qui les ont fait choisir pour la
profession qu'elles exercent, elles sont honorées du public; et la
plus grande affliction qu'une ville puisse recevoir, est la perte ou
l'enlèvement de son abéleré. Par exemple, si les Hollandais d'Axim ont
quelque démêlé avec les Nègres, la meilleure voie pour les ramener à
là raison est d'enlever une de ces femmes et de la tenir enfermée dans
le fort. Cette nouvelle n'est pas plus tôt portée aux manferos, qu'ils
courent chez les cabochirs pour les presser de satisfaire le facteur
et d'obtenir la liberté de leur abéleré. Ils les menacent de se venger
sur leurs femmes, et cette crainte n'est jamais sans effet. Bosman
ajoute qu'il en fit plusieurs fois l'expérience. Dans une occasion, il
fit arrêter cinq ou six cabochirs, sans s'apercevoir que leurs parens
parussent fort empressés en leur faveur; mais une autre fois ayant
fait enlever deux abélerés, toute la ville vint lui demander à genoux
leur liberté, et les maris mêmes joignirent leurs instances à celles
des jeunes gens.

Les pays de Commendo, de la Mina, de Fétou, de Sabou et de Fantin,
n'ont pas d'abélerés; mais les jeunes gens n'y sont pas plus
contraints dans leurs plaisirs, et ne manquent point de filles qui
vont au-devant de leurs inclinations. Elles exercent presque toutes le
métier d'abéleré sans en porter le titre, et le prix, qu'elles mettent
à leurs faveurs est arbitraire, parce que le choix de leurs amans
dépend de leur goût. Elles sont si peu difficiles, que les différens
sont rares sur les conditions du marché. Quand cette ressource ne
suffirait pas, il y a toujours un certain nombre de vieilles matrones
qui élèvent quantité de jeunes filles pour cet usage, et les plus
jolies qu'elles peuvent trouver.

Bosman traite de la navigation du pays. Les plus grandes pirogues se
font dans le canton d'Axim et de Takorari. Elles sont capables de
porter huit, dix, et quelquefois douze tonneaux de marchandises, sans
y comprendre l'équipage. On s'en sert beaucoup pour le passage des
barres et dans les lieux trop exposés à l'agitation des vagues, tels
que les côtes d'Ardra et de Juida. Les Nègres de la Mina, qui ne sont
pas les plus adroits à les conduire, ne laissent pas de visiter dans
ces frêles bâtimens toutes les parties du grand golfe de Guinée,
jusqu'à la côte même d'Angole.

On peut juger par la grandeur des pirogues quelle doit être celle des
arbres du pays, puisque les plus spacieux de ces bâtimens ne sont
composés que d'un seul tronc. On doit s'imaginer aussi quel est le
travail des Nègres pour abattre de si grands arbres et leur donner la
forme nécessaire avec de petits instrumens de fer qui ne méritent que
le nom de couteaux. On croirait cet ouvrage impossible, si l'on ne
savait que ces arbres sont des cocotiers, c'est-à-dire d'un bois
tendre et poreux.

La religion de ces contrées est divisée en plusieurs sectes. Il n'y a
point de ville, de village, ni même de famille qui n'ait quelque,
différence dans ses opinions. Tous les Nègres de la côte d'Or croient
un seul Dieu, auquel ils attribuent la création du monde et de tout ce
qui existe; mais cette créance est obscure et mal conçue. Quand on les
interroge sur Dieu, ils répondent qu'il est noir et méchant, qu'il
prend plaisir à leur causer mille sortes de tourmens; au lieu que
celui des Européens est un Dieu très-bon, puisqu'il les traite comme
ses enfans.

Leurs prêtres assurent que Dieu se fait voir souvent au pied des
arbres fétiches sous la figure d'un gros chien noir. Mais, comme les
Européens leur ont fait croire que ce chien noir est le diable, un
Nègre ne leur entend jamais faire aucune de ces imprécations qu'un
mauvais usage a rendues si familières parmi les matelots, le diable
vous emporte! le diable vous casse le cou! sans être prêt à s'évanouir
de frayeur.

On trouve quantité de Nègres qui font profession de croire deux dieux:
l'un blanc, qu'ils appellent _yangou_ _muom_, c'est-à-dire _le bon
homme_; ils le regardent comme le Dieu particulier des Européens;
l'autre noir, qu'ils nomment, après les Portugais, _demonio_ ou
_diablo_, et qu'ils croient fort méchant et fort nuisible. Ils
tremblent à son seul nom. C'est à cette puissance maligne qu'ils
attribuent toutes leurs infortunes. C'est une sorte de manichéisme
fondé sur le mélange du bien et du mal, et qu'on retrouve chez toutes
les nations.

Ils ont l'usage de bannir tous les ans le diable de leurs villes, avec
une multitude de cérémonies qui ont leurs lois et leurs saisons
réglées: Bosman en fut témoin deux fois sur la côte d'Axim.

Ils assurent qu'en sortant de cette vie, les morts passent dans un
autre monde, où ils vivent dans les mêmes professions qu'ils ont
exercées sur la terre, et qu'ils y font usage de tous les présens
qu'on leur offre dans celui-ci; mais ils n'ont aucune notion de
récompense ou de châtiment pour les bonnes ou les mauvaises actions de
la vie. Cependant il s'en trouve d'autres qui, faisant gloire d'être
mieux instruits, prétendent que les morts sont conduits immédiatement
sur les bords d'une fameuse rivière de l'intérieur des terres nommée
_Bosmanque_. Cette transmigration, disent-ils, ne peut être que
spirituelle, puisqu'en quittant leur pays, ils y laissent leurs corps.
Là, Dieu leur demande quelle sorte de vie ils ont menée. Si la vérité
leur permet de répondre qu'ils ont observé religieusement les jours
consacrés aux fétiches, qu'ils se sont abstenus de viandes défendues,
et qu'ils ont satisfait inviolablement à leurs promesses, ils sont
transportés doucement sur la rivière dans une contrée où toutes sortes
de plaisirs abondent. Mais s'ils ont violé ces trois devoirs, Dieu les
plonge dans la rivière, où ils sont noyés sur-le-champ et ensevelis
dans un oubli éternel.

Il serait difficile de rendre un compte exact de leurs idées sur la
création du genre humain. Le plus grand nombre croit que les hommes
furent créés par une araignée nommée _anansio_. Ceux qui regardent
Dieu comme l'unique créateur soutiennent que, dans l'origine, il créa
des blancs et des Nègres; qu'après avoir considéré son ouvrage, il fit
deux présens à ces deux espèces de créatures, l'or et la connaissance
des arts; que les Nègres, ayant eu la liberté de choisir les premiers,
se déterminèrent pour l'or, et laissèrent aux blancs les arts, la
lecture et l'écriture; que Dieu consentit à leur choix: mais qu'irrité
de leur avarice, il déclara qu'ils seraient les esclaves des blancs,
sans aucune espérance devoir changer leur condition. Cette fable a
beaucoup plus de sens que celle que nous avons rapportée ci-dessus sur
le partage entre les trois frères, et ferait honneur au peuple le plus
instruit.

Sur toute la côte d'Or, il n'y a que le canton d'Akra où les images et
les statues soient honorées d'un culte. Mais les habitans ont des
fétiches qui leur tiennent lieu de ces idoles.

Le mot, de _feitisso_ ou _fétiche_ est portugais dans son origine, et
signifie proprement _charme_ ou _amulette_. On ignore quand les Nègres
ont commencé à l'emprunter; mais, dans leur langue, c'est _Bossoum_
qui signifie _Dieu_ et chose divine, quoique plusieurs usent aussi de
_Bassefo_ pour exprimer la même chose. _Fétiche_ est ordinairement
employé dans un sens religieux. Tout ce qui sert à l'honneur de la
Divinité prend le même nom; de sorte qu'il n'est pas toujours aisé de
distinguer leurs idoles des instrumens de leur culte. Les brins d'or
qu'ils portent pour ornemens, leurs parures de corail et d'ivoire sont
autant de fétiches.

Tous les voyageurs conviennent que ces objets de vénération n'ont pas
de forme déterminée. Un os de volaille ou de poisson, un caillou, une
plume, enfin les moindres bagatelles prennent la qualité de fétiches,
suivant le caprice de chaque Nègre. Le nombre n'en est pas mieux
réglé. C'est ordinairement deux, trois ou plus. Tous les Nègres en
portent un sur eux on dans leur pirogue. Le reste demeure dans leurs
cabanes, et passe de père en fils comme un héritage, avec un respect
proportionné aux services que la famille croit en avoir reçus.

Ils les achètent à grand prix de leurs prêtres, qui feignent de les
avoir trouvé sous les arbres fétiches. Pour la sûreté de leurs
maisons, ils ont à leurs portes une sorte de fétiche qui ressemble aux
crochets dont on se sert en Europe pour attirer les branchés des
arbres dont on veut cueillir les fruits. C'est l'ouvrage des prêtres,
qui les mettent pendant quelque temps sur une pierre aussi ancienne,
disent-ils, que le monde, et qui les vendent au peuple après cette
consécration. Dans les calamités ou les chagrins, un Nègre s'adresse
aux prêtres pour obtenir un nouveau fétiche. Il en reçoit un petit
morceau de graisse ou de suif, couronné de deux ou trois plumes de
perroquet. Le gendre du roi de Fétou avait pour fétiche la tête d'un
singe qu'il portait continuellement.

Chaque Nègre s'abstient de quelque liqueur ou de quelque sorte
particulière d'aliment à l'honneur de son fétiche. Cet engagement se
forme au temps du mariage, et s'observe avec tant de scrupule, que
ceux qui auraient la faiblesse de le violer se croiraient menacés
d'une mort certaine. C'est pour cette raison qu'on voit les uns
obstinés à ne pas manger de boeuf, les autres à refuser de la chair de
chèvre, de la volaille, du vin de palmier, de l'eau-de-vie, comme si
leur vie en dépendait.

Outre les fétiches domestiques et personnels, les habitans de la côte
d'Or, comme ceux des contrées supérieures, en ont de publics, qui
passent pour les protecteurs du pays ou du canton. C'est quelquefois
une montagne, un arbre ou un rocher; quelquefois un poisson ou un
oiseau. Ces fétiches tutélaires prennent un caractère de divinité pour
toute la nation. Un Nègre qui aurait tué par accident, le poisson ou
l'oiseau fétiche serait assez puni par l'excès de son malheur. Un
Européen qui aurait commis le même sacrilége verrait sa vie exposée au
dernier danger.

Ils s'imaginent que les plus hautes montagnes, celles d'où ils voient
partir les éclairs sont la résidence de leurs dieux. Ils y portent des
offrandes de riz, de millet, de maïs, de pain, de vin, d'huile et de
fruits, qu'ils laissent respectueusement au pied.

Les pierres fétiches ressemblent aux bornes qui sont en usage dans
quelques parties de l'Europe pour marquer la distinction des champs;
Dans l'opinion des Nègres, elles sont aussi anciennes que le monde.

Les Nègres sont persuadés que leur fétiche voit et parle; et
lorsqu'ils commettent quelque action que leur conscience leur
reproche, ils le cachent soigneusement sous leur pagne, de peur qu'il
ne les trahisse. Quand Louis XI conjurait sa petite Vierge de
détourner les yeux pour ne pas voir les meurtres et les crimes qu'il
commettait, valait-il mieux que le Nègre cachant le fétiche sous son
pagne?

Ils craignent beaucoup de jurer par les fétiches; et, suivant
l'opinion généralement établie, il est impossible qu'un parjure
survive d'une heure à son crime. Lorsqu'il est question de quelque
engagement d'importance, celui qui a le plus d'intérêt à l'observation
du traité demande qu'il soit confirmé par le fétiche. En avalant la
liqueur qui sert à cette cérémonie, les parties y joignent d'affreuses
imprécations contre elles-mêmes, s'il leur arrive de violer leur
engagement. Il ne se fait aucun contrat qui ne soit accompagné de
cette redoutable formalité. Mais Bosman remarquait que depuis quelque
temps on ne faisait plus le même fond sur ces sermens, parce que
l'argent était devenu parmi les Nègres une source continuelle de
corruption. Ainsi l'avarice l'emporte encore sur la superstition.

Après les fétiches, rien n'inspire tant de frayeur aux Nègres que le
tonnerre et les éclairs. Dans la saison des orages, ils tiennent leurs
portes soigneusement fermées, et leur surprise paraît extrême de voir
marcher les Européens dans les rues sans aucune marqué d'inquiétude.
Ils croient que plusieurs hommes de leur pays, dont les noms sont
demeurés dans leur mémoire, ont été enlevés par les fétiches au milieu
d'une tempête, et qu'après ce malheur ou ce châtiment, on n'a jamais
entendu parler d'eux. Leur crainte va si loin, qu'elle les ramène dans
leurs cabanes pendant la pluie et le vent. Au bruit du tonnerre, on
leur voit lever les yeux et les mains vers le ciel, où ils savent que
le Dieu des Européens fait sa résidence, en l'invoquant sous le nom de
_Youan-Ghoemain_, dont eux seuls entendent le sens.

Quoique les Nègres n'aient pas d'autre notion de l'année et de sa
division en mois et en semaines que celle qu'ils tirent de la
fréquentation des Européens, ils ne laissent pas de mesurer le temps
par les lunes, et d'employer ce calcul pour la connaissance des
saisons. Il paraît même qu'ils divisent les lunes en semaines et en
jours, car ils ont dans leur langue des termes fixes pour marquer
cette distinction.

Les Nègres du pays intérieur divisent le temps en parties heureuses et
malheureuses. Les premières se subdivisent en d'autres portions de
plus ou moins d'étendue. Dans plusieurs cantons, les plus longues
portions heureuses sont de dix-neuf jours, et les moindres de sept;
mais elles ne se succèdent pas immédiatement. Les jours malheureux,
qui sont au nombre de sept, viennent entre les deux portions
heureuses. C'est pour les habitans une espèce de vacation, pendant
laquelle ils n'entreprennent aucun voyage; ils ne travaillent point à
la terre, ils ne font rien qui soit de la moindre importance, et
demeurent enfin dans une oisiveté absolue. Les Nègres d'Akambo sont
plus attachés à cette pratique superstitieuse que ceux de tout autre
pays; car ils refusent, dans cet intervalle, de s'appliquer aux
affaires, et de recevoir même des présens. Mais parmi les Nègres de la
côte tous les jours sont égaux. Ils n'ont que deux fêtes publiques,
l'une à l'occasion de leur moisson, l'autre pour chasser le diable.

Lorsque la pêche n'est pas heureuse, on ne manque point de faire des
offrandes à la mer.

Les Nègres ont généralement deux jours de fêtes particulières chaque
semaine. Ils ont donné à l'un le nom de _bossoum_, c'est-à-dire jour
du fétiche domestique; et dans plusieurs cantons, ils l'appellent
_dio-santo_, d'après les Portugais. Bosman assure que ce jour-là ils
ne boivent point de vin de palmier jusqu'au soir. Ils prennent un
pagne blanc, pour marquer la pureté de leur coeur; et, dans la même
vue, ils se font diverses raies sur le visage avec de la terre
blanche. La plupart, mais surtout les nobles, ont un second jour de
fête, qui est consacré en général aux fétiches.

Le mercredi des Européens est le sabbat des Nègres. Tous les voyageurs
conviennent que la fête du mercredi est observée sur toute la côte
d'Or, excepté dans le canton d'Anta, où, comme chez les mahométans,
l'usage a placé cette célébration au vendredi, et où d'ailleurs la
défense du travail regarde uniquement la pêche. Mais, dans les autres
lieux, ce sabbat s'observe avec tant de rigueur, que les marchés sont
interrompus, et qu'on n'y vend pas même de vin de palmier. Enfin l'on
n'y fait aucune affaire, à la réserve du commerce avec les vaisseaux
européens qui est excepté, à cause du peu de séjour qu'ils font sur la
côte. Ce jour-là tous les Nègres se lavent avec plus de soin que dans
tout autre temps.

Villaut admire beaucoup la vénération des Nègres pour leurs prêtres;
elle surpasse toutes les expressions. Les alimens les plus délicats
sont réservés pour eux. Ils sont les seuls, dans toutes ces nations,
qui soit exempts de travail et nourris aux dépens du public. Il ne
manque rien d'ailleurs pour leur entretien, parce qu'ils tirent un
profit considérable des fétiches qu'ils vendent au peuple.

Les Nègres de Guinée sont généralement distingués en cinq classes.
Leurs rois forment la première. La secondé est celle des cabochirs ou
des chefs, qui peuvent être regardés comme les magistrats civils; car
leur office consiste uniquement à veiller au bon ordre dans les villes
et dans les villages, à prévenir toute espèce de tumulte et les
querelles, ou à les apaiser. La troisième classe comprend ceux qui ont
acquis la réputation d'être riches. Quelques auteurs les ont
représentés comme les nobles. La quatrième compose le peuple,
c'est-à-dire ceux qui s'emploient aux travaux, à l'agriculture et à la
pêche. La cinquième classe est celle des esclaves, soit qu'ils aient
été vendus par leurs parens, ou pris à la guerre, ou condamnés pour
leurs crimes, ou réduits à ce triste sort par la pauvreté.

On doit observer, comme une perfection du gouvernement de Guinée, à
laquelle on n'est point encore parvenu en Europe, que, malgré la
pauvreté qui règne parmi les Nègres, on n'y voit point de mendians.
Les vieillards et les estropiés sont employés, sous la direction des
gouverneurs, à quelque travail qui ne surpasse point leurs forces. Les
uns servent aux soufflets des forgerons, d'autres à presser l'huile de
palmier, à broyer les couleurs dont on peint les nattes, à vendre les
provisions aux marchés. Les jeunes gens oisifs sont enrôlés pour la
profession des armes.

Les cruautés qui se commettent dans leurs guerres font frémir
d'horreur; et ceux qui tombent vivans entre les mains de leurs
ennemis doivent s'attendre à toutes sortes de barbaries. Après les
avoir long-temps tourmentés, on leur coupe ou plutôt on leur déchire
la mâchoire d'en bas; et, sans égard pour leurs larmes, on les laisse
périr dans cet état. Un habitant de Commendo assura Barbot qu'il avait
traité lui-même avec cette furie trente-trois hommes dans une seule
bataille. Après leur avoir coupé le visage d'une oreille à l'autre, il
leur avait appuyé le genou contre l'estomac, et leur avait arraché, de
toutes ses forces, la mâchoire d'en bas, qu'il avait emportée comme en
triomphe. D'autres ont la cruauté d'ouvrir le ventre aux femmes
enceintes, et d'en tirer l'enfant pour l'écraser sous la tête de la
mère. Les nations d'Youuafo et d'Akkanez ont tant d'horreur l'une pour
l'autre, que leurs batailles sont de véritables boucheries, après
lesquelles ceux qui leur survivent n'ont pas d'autre passion que de se
rassasier de la chair de leurs ennemis dans un horrible festin, et de
prendre leurs mâchoires et leur crâne pour en orner leurs tambours et
la porte de leurs maisons.

La situation de la côte d'Or étant au 5e. degré de la ligne, on doit
juger que l'ardeur du soleil y est extrême. Mais ce que le climat peut
avoir de malsain ne vient que du passage soudain de la chaleur du jour
au froid de la nuit, surtout pour ceux à qui l'envie de se rafraîchir
fait quitter trop tôt leurs habits. On peut en assigner une autre
cause. La côte étant assez montagneuse, il s'élève chaque jour au
matin, du fond des vallées, un brouillard épais, puant et sulfureux,
particulièrement près des rivières et dans les lieux marécageux, qui,
se répandant fort vite avant que le soleil puisse le dissiper, infecte
tous les lieux où il s'étend. Il est difficile de ne pas s'en
ressentir, surtout pour les Européens, dont le corps est plus
susceptible de ses impressions que celui des habitans naturels. Ce
brouillard est très-fréquent pendant l'hiver, surtout aux mois de
juillet et d'août, qui sont aussi les plus dangereux pour la santé.

Les maladies ne viennent pas généralement, comme le pensent quelques
écrivains, de la débauche et des autres excès; puisque, malgré
beaucoup de tempérance et de régularité, on ne se garantit pas
toujours des attaques les plus malignes et les plus mortelles.
Cependant tous les auteurs avouent que la plupart des matelots et des
soldats européens se rendent coupables de leur propre mort par l'usage
excessif du vin de palmier et de l'eau-de-vie. À peine ont-ils reçu
leur paie, qu'ils l'emploient à ce brutal amusement, et l'argent leur
manquant bientôt pour acheter des alimens qui pourraient soutenir leur
santé, ils ont recours au pain, ou plutôt aux pâtes du pays, à l'huile
et au sel, qui ne réparent pas le double épuisement du travail et de
la débauche. Ainsi leurs forces diminuent sensiblement jusqu'à la
naissance de quelque maladie violente à laquelle ils ne sont pas
capables de résister. Leurs supérieurs mêmes, livrés à l'intempérance
des femmes et des liqueurs fortes, ne sont pas plus capables de
modération.

Les maladies épidémiques des Nègres sont la petite vérole et les vers.
Le premier de ces deux fléaux en fait périr un nombre incroyable avant
l'âge de quatorze ans; et l'autre assujettit les vivans à d'affreuses
douleurs dans toutes les parties du corps, mais particulièrement aux
jambes.

Les Nègres de la côte d'Or n'ont pas d'autre règle pour distinguer les
saisons que la différence du temps. Ils le partagent ainsi en hiver et
en été. À la vérité, les arbres sont toujours verts et couverts de
feuilles: il s'en trouve même un assez grand nombre qui produisent des
fleurs deux fois l'année; mais pendant l'été, qui est la saison de la
sécheresse, une chaleur excessive semble dévorer la terre; au lieu
que, dans le temps des pluies, qui est l'hiver, les champs sont
couverts d'abondantes moissons.

Les Nègres de la côte évitent la plage avec des soins extrêmes, et la
croient fort dangereuse pour leurs corps nus. Les Hollandais s'en sont
convaincus par leur propre expérience, surtout dans la saison qu'ils
nomment _travado_, à l'imitation des Portugais, et qui répond à nos
mois d'avril, de mai et de juin. Dans cet intervalle, les pluies qui
tombent près de la ligne sont tout-à-fait rouges et d'une qualité si
pernicieuse, qu'on ne peut dormir dans des habits mouillés, comme il
arrive souvent aux matelots, sans se réveiller avec une maladie
dangereuse. On a vérifié que des habits dont on se dépouille dans cet
état, et qu'on renferme sans les avoir fait sécher parfaitement,
tombent en pourriture aussitôt qu'on y touche; aussi les Nègres
ont-ils tant d'aversion pour la pluie, que, s'ils sont surpris du
moindre orage, ils mettent les bras en croix au-dessus de leur tête
pour se couvrir le corps. Ils courent de toutes leurs forces jusqu'à
la première retraite, et paraissent frémir à chaque goutte d'eau qui
tombe sur eux, quoiqu'elle soit si tiède qu'à peine en ressentent-ils
l'impression. C'est par la même raison qu'en dormant sur leurs nattes,
ils tiennent pendant toute la nuit leurs pieds tournés vers le feu, et
qu'ils se frottent si soigneusement le corps d'huile; ils sont
persuadés, avec raison, que cette onction leur tient les pores fermés,
et que la pluie, qu'ils regardent comme la cause de toutes leurs
maladies, n'y peut pénétrer.

La force du vent dans les tornados est telle, qu'elle a quelquefois
roulé le plomb des toits aussi proprement qu'il pourrait l'être par la
main de l'ouvrier. Le nom de _tornado_ ou d'ouragan fait supposer
plusieurs vents opposés; mais le plus fort est généralement le
sud-est.

Atkins, qui quelquefois avait essuyé deux tornades dans un seul jour,
assure que, de deux vaisseaux à dix lieues l'un de l'autre, l'un est
quelquefois tranquille, tandis que l'autre est exposé au plus triste
naufrage. Il se souvient même d'avoir vu l'air doux et serein près
d'Anamabo, pendant qu'au cap Corse, qui n'en est qu'à trois ou quatre
lieues, il était horriblement agité. Sans examiner, dit-il, s'il est
vrai, comme les naturalistes le conjecturent, que le tonnerre ne se
fasse jamais entendre plus loin qu'à dix lieues, il a toujours jugé
que, dans les tornados, il doit être fort près. On peut mesurer son
éloignement par la distance qui est entre l'éclair et le bruit. Atkins
parle d'une occasion où il crut entendre, à trente pieds de sa tête,
un bruit plus affreux et plus éclatant que celui de dix mille coups de
fusil; son grand mât fut fracassé au même instant, et l'orage se
termina par une pluie excessive, qui fut suivie d'un assez long calme.
Les éclairs sont communs en Guinée, surtout vers la fin du jour. Leur
direction est tantôt horizontale, et tantôt perpendiculaire.

Quelques voyageurs ont parlé d'un foudre matériel qu'on a quelquefois
trouvé sur les vaisseaux ou dans d'autres lieux, tel que celui qui
tomba, dit-on, en 1695, sur la mosquée d'Andrinople. On en montre
aussi dans les cabinets de plusieurs princes. À Copenhague, par
exemple, on conserve une assez grosse pièce de substance métallique
qu'on honore du nom de _pierre de foudre_.

Bosman avait lu dans les papiers du directeur de Walkenbrug, qui
décrivaient l'état de la côte, qu'en 1651, le tonnerre y avait causé
d'affreux ravages, et fait croire à tout le monde que la dissolution
de l'univers approchait. L'or et l'argent se trouvèrent fondus dans
les coffres, et les épées dans leurs fourreaux. La principale crainte
des Hollandais était pour leur magasin à poudre. Il semblait que tous
les tonnerres du pays fussent venus s'y rassembler; mais, par une
exception fort heureuse, ce fut presque le seul endroit qui s'en
trouva garanti pendant toute la saison.

Les Portugais ont donné le nom de _terrore_ à un vent de terre que les
Nègres appellent _harmattan_, et qui est si fort dès le moment de sa
naissance, qu'il maîtrise aussitôt les vents de la mer. Il forme des
orages qui durent ordinairement deux ou trois jours; et quelquefois
quatre on cinq. Il est extrêmement froid et perçant. Le soleil demeure
caché dans l'intervalle, et l'air est si obscur, si épais et si rude,
qu'il affecte sensiblement les yeux. La nudité des Nègres les expose à
ressentir si vivement son action, que Bosman les a vus trembler comme
dans l'accès d'une fièvre violente. Les Européens mêmes, qui sont nés
dans un climat plus froid, le supportent à peine, et sont obligés de
se tenir renfermés dans leurs chambres, avec le secours d'un bon feu
et des liqueurs fortes. Les harmattans règnent à la fin de décembre,
et surtout pendant tout le mois de janvier. Ils durent quelquefois
jusqu'au milieu de février; mais ils perdent alors une partie de leur
violence. Jamais ils ne se font sentir pendant le reste de l'année.

Barbot rapporte que, pendant toute la durée des harmattans, les blancs
et les Nègres sont également forcés de demeurer à couvert dans leurs
maisons, ou n'en sortent que pour les besoins pressans. L'air, dit-il,
est alors si suffocant, qu'il y a peu de poitrines assez fortes pour y
résister. La respiration est embarrassée: on avale de l'huile pour
l'adoucir. Les harmattans ne sont pas moins pernicieux aux animaux
qu'aux hommes. Aussi les Nègres, qui connaissent le danger,
prennent-ils des précautions pour en garantir leurs bestiaux. Deux
chèvres que le commandant du cap Corse fit exposer à l'air, dans la
seule vue de s'instruire par l'expérience, furent trouvées mortes au
bout de quatre heures. Les jointures des planchers dans les chambres,
et celles des ponts sur les vaisseaux s'ouvrent presque aussitôt que
le harmattan commence, et demeurent dans cet état jusqu'à sa fin;
ensuite elles se ferment d'elles-mêmes comme s'il n'y était point
arrivé de changement. La direction ordinaire de ces vents est
est-nord-est. Leur force est si extraordinaire, qu'ils font changer le
cours de la marée.

L'or passe pour le seul métal de cette côte, ou du moins les
Européens, qui n'y sont attirés que par ce précieux métal n'ont pas
pris la peine de pousser plus loin leurs recherches. Villault et Labat
prétendent que l'or le plus fin est celui d'Axim, et que
naturellement on en trouve dans ce canton à vingt-deux ou vingt-trois
karats; celui d'Akra ou de Tasore est inférieur; celui d'Akkanez et
d'Achem suit immédiatement; et celui de Fétou est le pire.

Les peuples d'Axim et d'Achem le tirent du sable de leurs rivières. Il
est probable que, s'ils ouvraient la terre au pied des montagnes, d'où
ces rivières paraissent sortir, ils le trouveraient avec plus
d'abondance. Ils confessent, et l'expérience n'en laisse aucun doute,
qu'ils trouvent plus d'or dans le sable après les grandes pluies. Si
l'or leur manque, ils demandent de la pluie à leurs fétiches par un
redoublement de prières.

L'or d'Akkanez et de Fétou est tiré de la terre, sans autre fatigue
que de l'ouvrir; mais il ne s'y trouve pas toujours avec la même
abondance. Un Nègre qui découvre une mine ou quelque veine d'or en a
la moitié. Le roi partage toujours avec égalité. L'or de ce pays ne
passe jamais vingt ou vingt-un karats. On le transporte sans le
fondre, et les Européens le reçoivent tel qu'il est sorti de la terre.

Le général danois avait un lingot d'or de sept marcs et un septième
d'once qui venait de la montagne de Tafou: c'était un présent qu'il
avait reçu du roi d'Akra lorsque ce prince s'était réfugié dans le
fort danois, après avoir été défait dans une bataille.

Le roi de Fétou avait un casque d'or et une armure complète du même
métal, travaillée avec beaucoup d'art; mais ce ne sont que des
feuilles aussi minces que le papier, ou des tissus d'un fil d'or, qui
n'est pas plus gros qu'un cheveu. Leurs filières sont plus belles que
celles de l'Europe; et l'expérience, plutôt que l'art, leur en fait
tirer parti. Leurs rois ont de la vaisselle d'or de toutes sortes de
formes. Dans les danses publiques, on voit des femmes chargées de deux
cents onces d'or en divers ornemens, et des hommes qui en portent
jusqu'à trois cents.

Ils distinguent trois sortes d'or: le fétiche, les lingots, et la
poudre. L'or fétiche est fondu ou travaillé en différentes formes pour
servir de parure aux deux sexes; mais il s'allie communément avec
quelque autre métal. Les lingots sont des pièces de différens poids,
tels, dit-on, qu'ils sont sortis de la mine. Philips en avait un qui
pesait trente onces. Cet or est aussi très-sujet à l'alliage. La
meilleure poudre d'or est celle qui vient des royaumes intérieurs de
Dunkira, d'Akim et d'Akkanez: elle est tirée du sable des rivières.
Les habitans creusent des trous dans la terre, près des lieux où l'eau
tombe des montagnes; l'or est arrêté par son poids. Alors ils tirent
le sable avec des peines incroyables, ils le lavent et le passent
jusqu'à ce qu'ils y découvrent quelques grains d'or qui les paient de
leur travail, mais avec assez peu d'usure. Nous avons vu la même
méthode au Sénégal. Entre une infinité de récits qui se combattent,
c'est le seul qui ait quelque vraisemblance; car, si la nature avait
placé des mines si près de la côte, les Anglais et les Hollandais
s'en seraient saisis depuis long-temps, et se garderaient bien
d'admettre les Nègres au partage. On ne sait guère que par ouï-dire la
manière dont on cherche l'or; car on ne fouille les rivières que fort
loin de la côte. Si l'on fouille trop loin des premiers flots qui ont
traversé les mines, les particules d'or s'ensevelissent trop dans le
sable, ou se dispersent tellement, que le fruit du travail ne répond
plus à la peine.

Les marchands de l'Europe prennent ordinairement un Nègre à leurs
gages pour séparer de l'or véritable un or faux qui se nomme _krakra_.
C'est une sorte d'écume sèche ou de poussière de cuivre qui se trouve
mêlée dans la poudre d'or, et qui donne lieu à beaucoup de fraude dans
le commerce.

Après l'or le principal objet du commerce, sur cette côte, est le sel,
qui produit des richesses incroyables aux habitans. S'ils étaient
capables de vivre dans une paix constante, cette seule marchandise
attirerait à eux tous les trésors de l'Afrique; car les Nègres des
pays intérieurs sont obligés d'y venir prendre du sel, du moins ceux
qui sont en état de le payer. Les plus pauvres se servent d'une
certaine herbe qui renferme imparfaitement quelques-unes de ses
qualités. Au delà d'Ardra, dans quelques royaumes d'où vient la plus
grande partie des esclaves, deux hommes se vendent pour une poignée de
sel.

Dans les cantons où le rivage est fort élevé, la méthode des Nègres
pour faire du sel est de faire bouillir l'eau de mer dans des
chaudières de cuivre, et de la laisser refroidir jusqu'à sa parfaite
congélation; mais cette opération est ennuyeuse et d'une grande
dépense. Les Nègres qui sont situés plus avantageusement sur une côte
basse creusent des fossés et des trous dans lesquels ils font entrer
l'eau de la mer pendant la nuit. La terre étant d'elle-même salée et
nitreuse, les parties fraîches de l'eau s'exhalent bientôt à la
chaleur du soleil, et laissent de fort bon sel qui ne demande pas
d'autre préparation. Dans quelques endroits, on voit des salines
régulières, où la seule peine des habitans est de recueillir chaque
jour un bien que la nature leur prodigue.

Le sel de Fantin, où la côte est très-favorable, égale la neige en
blancheur, et en général, dans la plus grande partie de la côte d'Or,
le sel est d'une blancheur et d'une pureté extraordinaires. On le
prendrait d'autant plus aisément pour du sucre, qu'on lui donne
ordinairement la forme de pain. Les Nègres en font beaucoup d'usage
dans tous leurs alimens, et l'enveloppent dans des feuilles vertes
pour lui conserver sa blancheur.

Bosman assure que toute la côte est remplie d'arbres de diverses
grandeurs, et que les charmans bosquets qui se représentent de tous
côtés dans l'intérieur des terres forment des perspectives assez
délicieuses pour faire supporter patiemment la malignité de l'air et
l'incommodité des chemins. Il ajoute qu'entre les arbres, les uns
croissent naturellement avec tant d'ordre, que toutes les comparaisons
seraient au désavantage de l'art; tandis que les autres étendent leurs
branches et se mêlent avec tant de confusion, que ce désordre même a
des charmes surprenans pour les amateurs de la promenade.

Les arbres vantés par Oléarius, qui étaient capables de couvrir deux
mille hommes de leur ombre, et ceux dont parle Kirker, qui pouvaient
mettre à l'abri du soleil un berger avec tout son troupeau,
n'approchent point, suivant Bosman, de certains arbres de la côte
d'Or. Il en a vu plusieurs qui auraient couvert vingt mille hommes de
leur feuillage, et quelques-uns si larges et si touffus, qu'une balle
de mousquet aurait à peine atteint d'une extrémité des branches à
l'autre. Ceux qui seront tentés de trouver un peu d'exagération dans
ce récit doivent se rappeler ce qu'ils ont déjà lu du baobab, et de la
grandeur extraordinaire des pirogues.

Ces arbres prodigieux sont une espèce de fromager, et se nomment
_kapots_; ils tirent ce nom d'une sorte de coton qu'ils produisent, et
que les Nègres appellent aussi _kapot_, dont l'usage ordinaire est de
servir de matelas dans un pays où l'excès de la chaleur ne permet pas
d'employer la plume. Leur bois, qui est léger et poreux, n'est propre
qu'à la construction des pirogues. Bosman ne doute pas que l'arbre
célèbre de l'île du Prince, auquel les Hollandais trouvèrent
vingt-quatre brasses de tour, ne fût un kapot. On en voit un près
d'Axim que dix hommes pourraient à peine embrasser.

Le papayer croît en abondance au long de la côte. L'on y retrouve
d'ailleurs plusieurs des fruits dont nous avons déjà parlé.

Le raisin est bleu, gros et de fort bon goût; on croit qu'avec une
culture mieux entendue, il deviendrait aussi bon et peut-être meilleur
que celui de l'Europe.

Les cannes de sucre y croissent de la hauteur de sept à huit pieds,
c'est-à-dire celles qui sont cultivées dans le jardin du gouverneur;
car les cannes sauvages, qui viennent assez abondamment, surtout dans
le pays d'Anta, sont hautes de dix-huit et de vingt pieds. Bosman ne
doute pas qu'avec les soins convenables on ne pût les conduire à leur
perfection; mais il en coûterait beaucoup de peine, parce que leur
maturité est fort lente, et qu'elles ont besoin de deux ans pour
arriver à leur pleine grosseur.

Le calebassier herbacé de la côte d'Or n'est pas différent de celui
dont on a déjà donné la description.

La côte d'Or a des palmiers de toutes les espèces, des goyaviers, des
tamariniers, des mangliers, et tous les autres arbres qui se trouvent
sur la côte occidentale d'Afrique: elle est aussi pourvue des mêmes
légumes, des mêmes racines et des mêmes fruits, par exemple, de
l'ananas.

Le melon d'eau, suivant le même auteur, est un fruit beaucoup plus
gros et plus agréable que l'ananas. Avant sa maturité, il est blanc
dans l'intérieur et vert au dehors; mais, en mûrissant, son écorce se
couvre de taches blanches, et sa chair est entremêlée de rouge. Il est
aqueux, mais d'une saveur délicieuse, et fort rafraîchissant.
Lorsqu'il est vert, il se mange en salade comme le concombre, avec
lequel il a quelque ressemblance. Ses pépins, qui sont les mêmes,
deviennent noirs à mesure qu'il mûrit, et produisent avec peu de soin
des fruits de la même espèce. Le melon d'eau croît comme le concombre;
mais ses feuilles sont différentes. Sa grosseur ordinaire est le
double des melons musqués de l'Europe. Il croîtrait en abondance sur
la côte d'Or, si les Nègres n'étaient trop paresseux pour le cultiver;
il ne s'en trouve à présent que dans les jardins des Hollandais. Sa
saison est le mois d'août; mais dans les années abondantes il porte
deux fois du fruit.

La nature n'a point accordé au pays les herbes qui sont communes en
Europe, excepté le fluteau et le tabac, qui croissent ici en
abondance; mais Bosman trouve le tabac de la côte d'Or d'une puanteur
insupportable, quoique les Nègres en fassent leurs délices. La manière
dont ils le fument est capable d'empêcher qu'il ne leur nuise. La
plupart ayant des tuyaux de cinq ou six pieds de long, les vapeurs les
plus infectes peuvent perdre une partie de leur force dans ce passage.
La tête des pipes est un vaisseau de pierre ou de terre qui contient
deux ou trois poignées de tabac. Les Nègres qui vivent parmi les
Européens ont du tabac du Brésil, qui vaut un peu mieux, quoiqu'il
soit fort puant. La passion des deux sexes est égale pour le tabac;
ils se retrancheraient jusqu'au nécessaire pour se procurer cette
consolation dans leur misère; ce qui augmente tellement le prix du
tabac, que pour une brasse portugaise, c'est-à-dire pour moins d'une
livre, ils donnent quelquefois jusqu'à cinq schellings (six francs).
La feuille de tabac croit ici sur une plante de deux pieds de haut.
Elle est longue de deux ou trois paumes sur une de largeur; sa fleur
est une petite cloche qui se change en semence dans sa maturité.

On voit ici, dans plusieurs cantons, une sorte de gingembre qui
s'élève de deux ou trois palmes. Le gingembre transplanté croît
facilement dans tous les lieux chauds. Celui que la nature produit
d'elle-même a peu de force; cependant il diffère en bonté, suivant
l'exposition du lieu. Le meilleur vient du Brésil et de
Saint-Domingue: on estime beaucoup moins celui de San-Thomé et du cap
Vert.

Les Nègres ont tant de passion pour l'ail, qu'ils l'achètent à toute
sorte de prix. Barbot assure qu'il y a gagné cinq cents pour cent,
avec beaucoup de regret de n'en avoir pas apporté une plus grande
provision.

Les racines de la côte d'Or sont les ignames et les patates; le pays
est rempli d'ignames: ils ont la forme de nos gros navets, et se
sèment de la même manière.

Le grain que les Nègres appellent _maïs_ est connu dans toutes les
parties du monde. Les Portugais l'apportèrent les premiers d'Amérique
dans l'île de San-Thomé, d'où il fut transplanté sur la côte d'Or. Il
avait été jusqu'alors inconnu aux Nègres; mais il a multiplié dans
leur pays avec tant d'abondance, que toutes ces régions en sont
aujourd'hui couvertes. Barbot prétend que le nom de _maïs_ est venu
d'Amérique. Les Portugais lui donnent celui de _milhio-grande_
c'est-à-dire grand-millet; les Italiens le nomment _blé de Turquie_.

La seconde espèce de grain sur la côte d'Or est le véritable millet,
que les Portugais appellent _milhio-piqueno_, ou petit millet.

Le riz n'est pas commun dans toutes les contrées de la côte d'Or. Il
s'en trouve très-peu hors des cantons d'Axim et d'Anta. Mais il croît
avec abondance à l'entrée de la côte.

On nourrit un grand nombre de toutes sortes de bestiaux dans le canton
d'Axim, de Pokerson, de la Mina et d'Akra, surtout dans celui d'Akra,
parce qu'on les y amène aisément d'Akoambo et de Lampi.

Dans les autres cantons, il ne se trouve que des taureaux et des
vaches. Les Nègres ignorent l'art de couper les taureaux pour en faire
des boeufs. Aux environs d'Axim, les pâturages sont assez bons, et les
bestiaux peuvent s'y engraisser. Mais à la Mina, qui est un lieu fort
sec, ils participent à la qualité du terroir. C'est néanmoins le seul
endroit où l'on tire du lait des vaches, tant la plupart des Nègres
sont obstinés dans leur ancienne ignorance. Maigres et décharnées,
comme on représente les bestiaux de ce canton, il n'est pas étonnant
que vingt ou trente vaches suffisent à peine pour fournir du lait à la
table du général. Les plus grosses ne pèsent pas plus de deux cent
cinquante livres. En général, tous les animaux du pays, sans en
excepter les hommes, sont fort légers pour leur taille; ce que Bosman
attribue aux mauvaises qualités de leur nourriture, qui ne peut
produire qu'une chair molle et spongieuse. Aussi celle des vaches et
des boeufs y est-elle de fort mauvais goût. Une vache ne laisse pas de
coûter douze livres sterling (288 fr.). Les veaux, qui devraient être
beaucoup meilleurs, ont aussi quelque chose de désagréable au goût,
qu'on ne peut attribuer qu'au mauvais lait de leurs mères, qu'elles
n'ont pas même en abondance. Ainsi les boeufs, les vaches et les veaux
de la côte d'Or ne sont pas une nourriture fort saine.

Les chevaux du pays sont de la grandeur de nos chevaux du Nord, sans
être aussi hauts ni aussi bien faits. On en voit peu sur la côte; mais
ils sont en grand nombre dans l'intérieur des terres. Ils portent la
tête et le cou fort bas. Leur marche est si chancelante, qu'on les
croit toujours près de tomber. Ils ne se remueraient pas, s'ils
n'étaient continuellement battus, et la plupart sont si bas, que les
pieds de ceux qui les montent touchent jusqu'à terre.

Les ânes, qui sont aussi en grand nombre, ont quelque chose de plus
vif et de plus agréable que les chevaux. Ils sont même un peu plus
grands. Les Hollandais en avaient autrefois quelques-uns au fort
d'Axim pour leurs usages domestiques; mais ils les virent périr
successivement faute de nourriture.

Quoiqu'il y ait beaucoup de moutons sur toute la côte, ils y sont
toujours chers. Leur forme est la même qu'en Europe; mais ils ne sont
pas de la moitié si gros que les nôtres, et la nature ne leur a donné
que du poil au lieu de laine. C'est le contraire de nos climats. Les
hommes en Guinée ont de la laine, et les moutons du poil.

Le nombre des chèvres est prodigieux. Elles ne diffèrent de celles de
l'Europe que par la grandeur, car la plupart sont fort petites; mais
elles sont beaucoup plus grosses et plus charnues que les moutons.

Le pays ne manque point de porcs; mais ceux qui sont nourris par les
Nègres ont la chair fade et désagréable; au lieu que la nourriture
qu'ils reçoivent des Hollandais leur donne une qualité fort
différente. Cependant les meilleurs n'approchent point de ceux du
royaume de Juida, qui surpassent les porcs mêmes de l'Europe par la
délicatesse et la fermeté.

Les animaux domestiques, comme en Europe, sont les chats et les
chiens. Mais les chiens n'aboient et ne mordent pas comme les nôtres.
Il s'en trouve de toutes sortes de couleurs, blancs, rouges, noirs,
bruns et jaunes. Les Nègres en mangent la chair, et jusqu'aux
intestins; de sorte que dans plusieurs cantons on les conduit en
troupes au marché comme les moutons et les porcs. Les Nègres leur
donnent le nom d'_ékia_, ou, d'après les Portugais, celui de
_cabra-de-matto_, qui signifie chèvre sauvage. On en fait tant de cas
dans le pays, qu'un habitant qui aspire à la noblesse est obligé de
faire au roi un présent de quelques chiens. Ceux de l'Europe sont
encore plus estimés à cause de leur aboiement. Les Nègres s'imaginent
qu'ils parlent. Ils donnent volontiers un mouton pour un chien, et
préfèrent sa chair à celle de leurs meilleurs bestiaux. Les chiens de
l'Europe dégénèrent beaucoup dans le pays. Leurs oreilles deviennent
raides et pointues comme celles du renard. Leur couleur change par
degrés. Dans l'espace de trois ou quatre ans, on est surpris de les
trouver fort laids, et de s'apercevoir qu'au lieu d'aboyer ils ne font
plus que hurler tristement.

Quoique les éléphans ne soient nulle part en si grand nombre que sur
la côte de l'Ivoire, il s'en trouve beaucoup aussi sur la partie de la
côte d'Or qui s'avance de l'intérieur des terres jusqu'au rivage de la
mer. Anta n'en est jamais dépourvu.

Les éléphans de la côte d'Or ont douze ou treize pieds de hauteur, et
sont par conséquent moins grands que ceux des Indes orientales,
auxquels les voyageurs donnent le même nombre de coudées. C'est la
seule différence qui mérite d'être remarquée.

L'éléphant se nourrit particulièrement d'une sorte de fruit qui
ressemble à la papaye, et qui croît sauvage dans plusieurs parties de
la Guinée. L'île de Tesso en est remplie, et c'est apparemment ce qui
invite ces animaux à s'y rendre en grand nombre. Ils passent le canal
à la nage. Un esclave de la compagnie blessa un éléphant dans cette
île; et, n'ignorant pas ce qu'il avait à craindre de sa furie, il se
réfugia aussitôt dans un bois voisin. L'éléphant s'efforça de le
suivre; mais, soit qu'il fut affaibli par sa blessure ou retardé par
l'épaisseur des arbres, il abandonna les traces de son ennemi pour
repasser le canal à la nage. Il mourut en chemin, et les Nègres
profitèrent de la marée pour le conduire dans la baie de Féro, où ils
commencèrent par lui arracher les dents, et firent ensuite un festin
de sa chair. On assure que le mouvement d'un éléphant dans l'eau est
plus prompt que celui d'une chaloupe à dix rameurs, et qu'à terre il
est aussi léger qu'un cheval à la course.

On ne voit point d'éléphans blancs sur la côte d'Or, quoiqu'on dise
dans quelques relations qu'il s'en trouve plus loin dans l'Afrique le
long du Niger, dans l'Abyssinie et dans le pays de Zanguébar.

Les panthères sont en fort grand nombre sur toute la côte. Elles y
portent le nom de _bohen_. On connaît l'extrême férocité de ces
animaux. Un homme qui se hasarde seul dans un bois est menacé à tout
moment de leurs insultes, et n'a de ressource que dans son adresse et
son courage. Peu de temps après l'arrivée de Bosman, un domestique du
facteur de Sokkonda fut dévoré à cent pas de son comptoir. Dans le
même temps, et près du même lieu, un Nègre qui allait couper du bois
avec sa hache, rencontra une panthère qui fondit sur lui; mais, après
un long combat, le Nègre lui ôta la vie d'un coup de hache, et revint
couvert de sang et de blessures. En 1693, tandis que Bosman commandait
dans le même fort, il ne se passait pas de nuit où les panthères
n'enlevassent quelques moutons de son troupeau et de celui des Anglais
ses voisins. Un jour, en plein midi, un de ces furieux animaux pénétra
dans la loge et dévora deux chèvres. Bosman, qui s'en aperçut, se hâta
de sortir avec son canonnier, deux Anglais et quelques Nègres, tous
armés de mousquets. Ils poursuivirent le monstre, et le virent entrer
dans un petit bois où il s'arrêta tranquillement. Le canonnier eut la
hardiesse d'y entrer pour découvrir son gîte; mais il revint bientôt
avec une vive épouvante, après avoir laissé derrière lui son chapeau,
son sabre et ses sandales. La panthère s'était jetée sur lui, l'avait
mordu, et n'avait lâché prise que parce qu'une branche était tombée
sur elle et l'avait effrayée. Un des Anglais n'entreprit pas moins de
la faire déloger. Il pénétra dans le bois, son mousquet en joue; mais
la panthère se tint tranquillement assise pour lui laisser la liberté
d'approcher; et, le saisissant tout d'un coup par les épaules, elle
l'abattit, et l'aurait infailliblement mis en pièces, si Bosman et ses
Nègres, qui suivaient de près, n'eussent paru assez tôt pour le
secourir. Si le monstre prit la fuite, ce ne fut qu'après avoir ôté à
son ennemi la force de se relever pendant le reste du jour. Un facteur
du fort, qui était parti après les autres avec son mousquet pour
augmenter le nombre des assaillans, s'avançait d'un air résolu au
moment que la panthère quittait sa retraite. Il la vit venir à lui;
et, son courage l'abandonnant à cette vue, il se mit à courir de toute
sa force pour regagner le comptoir. Soit frayeur ou lassitude, il eut
le malheur de tomber sur une pierre. La panthère s'approcha aussitôt
de lui. Bosman et ses compagnons s'arrêtèrent tremblans à quelque
distance, sans oser tirer, parce que le monstre était trop près du
facteur. Ils s'attendaient à le voir déchirer à leurs yeux, lorsque
la panthère, abandonnant sa proie, continua de fuir d'un autre côté.
Ils n'attribuèrent sa retraite qu'à leurs cris. Quoi qu'il en soit,
cette aventure ne l'empêcha pas de revenir peu de jours après, et de
tuer quelques moutons. Les Hollandais, après avoir employé si
malheureusement la force, eurent recours à l'adresse. Ils firent une
cage de plusieurs grands pieux, longue de douze pieds et large de
quatre, sur laquelle ils mirent un tas de pierres pour la rendre plus
ferme. Dans un coin de cette cage, ils en mirent une petite, où ils
renfermèrent deux cochons de lait. L'entrée était une trappe, soutenue
par une corde, qui devait se lâcher d'elle-même au moindre mouvement
de la petite cage. Ce stratagème eut tant de succès, que, trois jours
après, vers minuit, la panthère se jeta dans le piége. Au lieu de
pousser des rugissemens, comme on s'y attendait, elle employa d'abord
ses dents pour se procurer la liberté. Ses efforts lui auraient ouvert
un passage, si elle eût pu continuer ce travail une demi-heure de
plus; car elle avait déjà rongé la moitié d'une palissade. Mais Bosman
parut assez tôt pour l'interrompre; et, sans s'amuser à tirer
plusieurs coups inutiles, il passa le bout de son fusil entre deux
pieux. L'animal se jeta dessus avec une extrême furie, et s'offrit
ainsi comme de lui-même à trois balles, qui le renversèrent sans vie.
Il était de la grandeur d'un veau, et pourvu de dents aussi terribles
que ses griffes. Cette victoire devint l'occasion d'une fête qui dura
huit jours, suivant l'usage du pays, qui accorde à celui qui tue une
panthère le droit de prendre, sans payer, tout le vin de palmier qu'on
met en vente au marché. Bosman, qui avait tué le monstre, résigna son
privilége à ses Nègres.

Le pays d'Axim produit plus de panthères que celui d'Anta. Elles
poussent la hardiesse jusqu'à sauter pendant la nuit dans les forts
hollandais, quoique les murs n'aient jamais moins de dix pieds de
hauteur; et, s'il se présente quelque proie, leur férocité n'épargne
rien. L'auteur observe qu'elles ne sont pas aussi effrayées du feu
qu'on se l'imagine. Après en avoir reçu deux ou trois visites, qui lui
avaient coûté quelques moutons, il espéra de s'en délivrer en allumant
un grand feu près de son parc. Cinq de ses domestiques reçurent ordre
de passer la nuit au même lieu sous les armes. Malgré toutes ces
précautions, une panthère s'approcha sans être entendue, tua deux
moutons entre deux de ses gens qui s'étaient endormis; et lorsque, se
réveillant aux cris des victimes, ils se préparaient à faire usage de
leurs armes, elle eut plus de légèreté à s'échapper qu'ils n'eurent de
courage à la poursuivre. Cet incident semble confirmer une opinion qui
est commune à tous les Nègres: ils assurent que jamais la panthère ne
s'attaque aux hommes lorsqu'elle peut se saisir d'une bête. Sans cela,
deux domestiques endormis auraient été aussi faciles à dévorer que
deux moutons.

Les buffles sont si rares sur l'a côte d'Or, qu'à peine en voit-on
quelques-uns dans l'espace de deux ou trois ans; mais ils sont en
assez grand nombre à l'est, vers le golfe de Guinée. Ils sont de la
grandeur d'un boeuf; leur couleur est rougeâtre; leurs cornes sont
droites. Ils sont très-légers à la course. Dans les bons pâturages,
leur chair, est un fort bon aliment. Il est dangereux de les blesser
lorsqu'on ne les tue pas du même coup. Les Nègres, instruits par
l'expérience, montent sur un arbre pour les tirer.

Outre ces animaux farouches, le pays nourrit aussi des chacals, des
hyènes, et d'autres bien plus gros; ils sont non-seulement inconnus
aux Européens, mais ils n'ont pas même de nom parmi les Nègres. En
revanche, cette contrée est remplie d'espèces plus douces: telles que
les cerfs, les gazelles ou les antilopes, les daims, les lièvres, etc.
Le nombre des cerfs est surprenant dans les contrées d'Anta et d'Akra;
on les rencontre en grands troupeaux. Bosman en a quelquefois compté
jusqu'à cent. Si l'on en croit les Nègres, ils sont si subtils et si
timides, que, dans leurs marches, ils détachent un d'entre eux pour
faire l'avant-garde, et veiller à la sûreté commune. Mais on distingue
environ vingt sortes de ces animaux: les uns de la grandeur d'une
petite vache, d'autres aussi petits que des moutons, et même que des
chats. La plupart sont rougeâtres, avec une raie noire sur le dos; il
s'en trouve néanmoins de mouchetés. Leur chair est excellente, surtout
celle de deux principales sortes, que les Hollandais trouvent fort
délicate.

Le petit cerf, dont les jambes sont si minces, qu'on les compare au
tuyau d'une pipe, est doué d'une si grande légèreté, qu'il paraît
voltiger au milieu des buissons.

On voit beaucoup de gazelles dans le pays d'Akra, et la chair en est
excellente.

On a placé à tort en Afrique le paresseux, animal de l'Amérique
méridionale. Ceux que des voyageurs y ont vus y avaient été apportés.
L'arompo ou mangeur d'hommes n'est probablement qu'un chacal mal
décrit.

Mais il n'y a point d'animaux en si grande abondance sur la côte d'Or
que les rats et les souris, surtout les rats, qui ne se rendent pas
peu redoutables par leurs ravages et par leur nombre.

On voit particulièrement, près d'Axim, une espèce de rats sauvages
aussi gros que des chats, et qui ont le corps très-effilé: ils sont
nommés boutis dans le pays. Il n'y a que les Nègres à qui leur chair
paraisse agréable. Ils causent un dommage incroyable aux magasins de
millet et de riz. Dans l'espace d'une nuit, un seul de ces animaux
fait dans un champ de blé le même ravage que cent rats; après avoir
beaucoup mangé, il renverse et détruit tout ce qu'il ne peut avaler.

Les singes sont d'autres animaux dont l'abondance est incroyable sur
la côte d'Or; ils sont en si grand nombre, que, dans plusieurs
cantons, les Nègres sont obligés de faire la garde pour garantir leurs
plantations, et d'employer le poison, les piéges et les armes.
Lorsqu'un Européen rapporte de la chasse cinq ou six singes qu'il a
tués, il est reçu des Nègres comme en triomphe. D'un autre côté, les
singes s'aperçoivent fort bien des piéges qu'on leur tend, et ne
donnent pas deux fois dans le même. Ils ne connaissent pas moins leurs
ennemis. S'ils voient un singe de leur troupe blessé d'un coup de
flèche, ils s'empressent à le secourir. La flèche est-elle barbue, ils
le distinguent fort bien à la difficulté qu'ils trouvent à la tirer;
et, pour donner du moins à leur compagnon la facilité de fuir, ils en
brisent le bois avec leurs dents. Un autre est-il blessé d'un coup de
balle, ils reconnaissent la plaie au sang qui coule, et mâchent des
feuilles pour la panser. Les chasseurs qui tomberaient entre leurs
mains courraient grand risque d'avoir la tête écrasée à coups de
pierres, ou d'être déchirés en pièces; car, entre ces animaux il s'en
trouve de très-gros, et qu'il est dangereux d'irriter.

On sait qu'en général tous les singes sont malins et fort portés à
l'imitation de tout ce qui se présente devant leurs yeux. Ils sont
passionnés pour leurs petits. Jamais on ne les voit tranquilles: la
nature n'a rien qui représente mieux le mouvement perpétuel. Comme
ils approchent beaucoup de la forme humaine les Nègres sont
persuadés, comme on l'a déjà vu, que c'est une race d'hommes maudits
qui pourraient parler, si leur malignité ne leur liait la langue. On
tend sur les arbres des ressorts et d'autres piéges pour les prendre.

Bosman dit qu'on trouverait plus de cent mille singes sur la côte, et
qu'il y en a tant de variétés, qu'il serait presque impossible d'en
faire la description. Il ajoute qu'on en a vu de cinq pieds de haut,
c'est-à-dire d'aussi grands qu'un homme. Un facteur anglais lui assura
que, derrière le fort de Ouimba ou Ouineba, une troupe de singes se
saisirent un jour de deux esclaves de la Compagnie, et leur auraient
crevé les yeux avec des bâtons, qu'ils préparaient déjà, si d'autres
esclaves n'étaient venus à leur secours.

Les plus grands, après cette monstrueuse espèce, qui est le barris,
n'en approchent pas pour la hauteur, mais ils ne sont pas moins laids.
Leur meilleure qualité est d'apprendre parfaitement tout ce qu'on leur
enseigne. Les Anglais les ont nommés _monkeys_, qui signifie petits
moines.

Les espèces que l'on trouve à la côte d'Or, sont le mandrill, le
magot, le babouin, le papion, le blanc-nez, la diane, le calitriche ou
singe vert, la mone, le patas. Les Nègres font de la peau de ces
animaux des bonnets appelés _fittès_.

Tous ces singes sont naturellement voleurs. Bosman a vu plusieurs
fois avec quelle subtilité ils dérobent le millet. Ils en prennent
deux ou trois tiges dans chaque main, autant sous les bras, deux ou
trois dans la bouche; et, marchant sur les pieds, ils s'enfuient avec
leur fardeau. S'ils sont poursuivis, ils ne gardent que ce qu'ils ont
dans la bouche, et laissent tomber le reste pour se sauver plus
légèrement. En prenant les tiges, ils examinent soigneusement l'épi;
et, s'ils n'en sont pas satisfaits, ils le jettent pour en choisir un
autre. Ainsi leur friandise cause plus de dommage que leur larcin.

Atkins observe que te prodigieux nombre de singes qui habitent la côte
d'Or rend les voyages fort dangereux par terre. Ils attaquent un
passant lorsqu'ils le voient seul, et le forcent de se réfugier dans
l'eau, qu'ils craignent beaucoup. Dans quelques cantons, on accuse les
Nègres de se livrer aux plus honteux désordres avec les singes.
L'auteur, se rappelant plusieurs exemples de la passion de ces animaux
pour les femmes, juge que cette accusation n'est pas sans
vraisemblance. Un officier du vaisseau qu'il montait acheta dans le
pays un singe qui avait une parfaite ressemblance avec un enfant; il
avait le visage plat et uni, avec une petite chevelure: il était sans
queue. Il ne voulait prendre pour nourriture que du lait et de l'orge
en bouillie. Il gémissait continuellement, et ses cris étaient les
mêmes que ceux des enfans. Enfin, dit Atkins, sa figure et ses pleurs
continuels avaient quelque chose de si choquant, qu'après l'avoir
gardé deux ou trois mois, son maître prit le parti de l'assommer et de
le jeter dans les flots.

Smith raconte que les habitans de Scherbro appellent le mandrill
_boggo_; il ajoute qu'il a véritablement la figure humaine; que, dans
toute sa grandeur, on le prendrait pour un homme de la taille moyenne;
que ses jambes et ses pieds, ses bras et ses mains sont d'une juste
proportion; mais que sa tête est fort grosse, son visage plat et
large, sans autre poil qu'aux sourcils; qu'il a le nez fort petit, les
lèvres minces et la bouche grande; que la peau de son visage est
blanche, mais extrêmement ridée, comme les femmes l'ont dans l'extrême
vieillesse; que ses dents sont larges et fort jaunes, ses mains
blanches et unies, quoique le reste du corps soit couvert d'un poil
aussi long que celui de l'ours. S'il ressent quelque mouvement de
colère ou de douleur, il crie comme les enfans. Il a généralement le
nez morveux, et paraît prendre plaisir à se le frotter avec la langue.

Le capitaine Flower apporta d'Angole, en 1733, un barris, qu'il avait
soigneusement conservé dans de l'esprit de vin. Il l'avait eu vivant
pendant quelques mois. On admira beaucoup à Londres son visage, sa
petite chevelure et ses parties naturelles, qui ne différaient pas de
l'espèce humaine. Flower rendit témoignage qu'il marchait souvent sur
les deux jambes; qu'il s'asseyait sur une chaise pour boire et pour
manger; qu'il dormait assis, les mains croisées sur la poitrine; qu'il
n'avait pas la méchanceté des autres singes, et que ses mains, ses
pieds et ses ongles ressemblaient beaucoup aux nôtres.

Le kogghelo, dont on a déjà parlé, habite particulièrement les bois,
près de la rivière de Saint-André. Sa longueur est d'environ huit
pieds; mais sa queue seule en prend plus de quatre. Ses écailles
ressemblent aux feuilles de l'artichaut; mais elles sont plus
pointues. Elles sont fort serrées, et si dures, qu'elles peuvent le
défendre contre les attaques des autres bêtes. Ses principaux ennemis
sont les tigres et les léopards. Ils le poursuivent, et sa légèreté
n'est pas si grande, qu'ils aient beaucoup de peine à l'atteindre.
Mais il se roule alors dans sa cotte de mailles, qui le rend
invulnérable. Les Nègres le tuent par la tête, vendent sa peau aux
Européens, et mangent sa chair, qui est blanche et de bon goût. Cet
animal vit de fourmis, et se sert, pour les prendre, de sa langue, qui
est extrêmement longue et gluante. Suivant Desmarchais, c'est une
créature douce et tranquille, qui n'est pas capable de nuire. Dapper
assure au contraire, mais à tort, que c'est une bête de proie qui
ressemble beaucoup au crocodile.

On peut diviser les oiseaux de la côte d'Or en trois classes: ceux qui
lui sont communs avec l'Europe, ceux qui sont connus en Europe,
quoiqu'ils y soient étrangers, et ceux qui n'y sont pas connus.

Les espèces privées qui sont communes à la côte d'Or et à l'Europe se
réduisent à un fort petit nombre; ce sont les poules, les canards, les
dindons et les pigeons. Encore les deux dernières ne se trouvent-elles
que dans les comptoirs hollandais; car on n'en voit point parmi les
Nègres.

Les perdrix et les faisans ne ressemblent point à ceux de l'Europe. Le
nombre des perdrix est fort grand sur toute la côte, ce qui ne les
rend pas plus communes sur la table des Hollandais, parce qu'ils
manquent de chasseurs pour les tuer. Les faisans sont en fort grand
nombre aux environs d'Akra et d'Apam, et dans la province d'Akambo.
Leur grandeur ne surpasse pas celle d'une poule; mais on vante
beaucoup leur beauté. Ils ont le plumage tacheté de blanc et de bleu,
le cou entouré d'un cercle bleu céleste de la largeur de deux doigts,
et la tête couronnée d'une belle touffe noire. On les regarde comme
les plus beaux de la nature, et comme la plus précieuse rareté que la
Guinée produise après l'or.

Entre une infinité d'oiseaux, les perroquets sont également
remarquables par leur nombre et par leur beauté. L'usage commun des
Nègres est de les prendre jeunes dans leurs nids, de les apprivoiser,
et de leur apprendre plusieurs mots de leur langue; mais les
perroquets de la côte d'Or ne parlent pas si bien que les verts du
Brésil. Quoiqu'on en trouve sur toute la côte, ils n'y sont pas en si
grand nombre que dans l'intérieur des terres, d'où ils viennent
presque tous: ceux de Benin, de Callabar et du cap Lopez, sont les
plus estimés, parce qu'on les apporte de fort loin; mais, outre qu'ils
sont ordinairement trop vieux, ils n'ont pas la même docilité. Tous
les perroquets de la côte, ceux du promontoire de Guinée et des lieux
qu'on vient de nommer sont bleus; et ce qui doit paraître fort
étrange, ils sont plus chers qu'en Hollande: on ne fait pas difficulté
de donner trois, quatre et cinq livres sterling (72, 96 et 120 fr.)
pour un perroquet qui sait parler.

On y voit une espèce de petites perruches, que les Nègres appellent
_abourots_. Elles se laissent prendre au filet comme les alouettes, et
aiment à se rassembler en troupes dans les champs de blé. Elles se
portent entre elles une singulière affection, comme les tourterelles:
elles ne sont pas moins remarquables par la beauté de leur plumage;
elles ont le corps vert et la tête orangée. On en voit une autre sorte
qui est un peu plus grosse, et qui a le plumage rouge, avec une tache
noire sur la tête, et la queue noire.

Les voyageurs parlent aussi de l'oiseau à couronne, qui se trouve sur
la côte d'Or, et qui n'a pas moins de dix couleurs: son plumage est un
mélange admirable de vert, de rouge, de bleu, de brun, de noir, de
blanc, etc. De sa queue, qui est fort longue, les Nègres tirent des
plumes dont ils se parent la tête. Les Hollandais lui ont donné le nom
d'_oiseau à couronne_, parce qu'ils ont sur la tête une belle touffe,
les uns bleue, d'autres couleur d'or. C'est sans doute une espèce de
perroquet, car il en a le bec.

Un autre oiseau à couronne est l'oiseau royal, qui a été décrit plus
haut.

Le pokko est un oiseau qui, malgré sa laideur, est estimé par sa
rareté. Il est exactement de la taille d'une oie; ses ailes sont d'une
grandeur et d'une largeur démesurées, couvertes de plumes brunes; tout
le dessous du corps est couleur de cendre, et couvert de poils plutôt
que de plumes; sous le cou pend une sorte de bourse rouge, longue de
quatre ou cinq pouces, et de la grosseur du bras d'un homme; c'est
dans ce réservoir que l'animal dépose sa nourriture. Son cou, qui est
assez long, et cette espèce de sac, sont couverts de quelques poils de
la même nature que ceux du ventre; sa tête est beaucoup plus grosse à
proportion du corps, et n'est couverte que d'un petit nombre des mêmes
poils; ses yeux sont grands et noirs; son bec est fort gros et fort
long; il se nourrit de poisson, et dans un seul repas il dévore ce qui
suffirait pour la nourriture de quatre hommes; il se jette avec
beaucoup d'avidité sur le poisson qu'on lui présente, et le cache
aussitôt dans son sac. Il n'aime pas moins les rats, et les avale
entiers; on prend quelquefois plaisir à lui faire rendre gorge. Les
Hollandais avaient un de ces animaux qu'ils laissaient courir dans les
ouvrages extérieurs de leur fort; ils l'avaient accoutumé à vider
quelquefois devant eux son réservoir, d'où ils voyaient sortir un rat
à demi digéré: un autre de leurs amusemens était de lâcher sur lui un
chien, ou même un enfant, pour le mettre dans la nécessité de se
défendre: ses seules armes étaient son bec, dont il se servait assez
adroitement pour pincer, mais sans être capable de nuire beaucoup.

Pendant le séjour de Bosman dans le pays, on tua sur la rivière d'Apan
un oiseau assez semblable au pokko, mais si grand, lorsqu'il se tient
sur ses jambes et la tête levée, qu'il surpasse de beaucoup la hauteur
d'un homme: son plumage était mêlé de noir, de blanc, de rouge, de
bleu et de plusieurs autres couleurs: il avait les yeux jaunes et
très-grands. Bosman le regarde comme un animal fort extraordinaire:
les Nègres mêmes ignoraient son nom[6].

[Note 6: Ces pokkos ressemblent à l'oie de Guinée mal décrite. Pour
les rendre plus merveilleux, on leur a appliqué des traits
particuliers au pélican.]

Bosman reconnaît qu'il est impossible de décrire toutes les
différentes espèces d'abeilles, de chenilles, de grillons, de
sauterelles, de vers, de fourmis et d'escargots qui se forment et qui
se renouvellent sans cesse dans le pays.

Ce voyageur s'étend sur le nombre et la grandeur des serpens de la
côte d'Or. Le plus monstrueux qu'il ait vu n'avait pas moins de vingt
pieds de longueur; mais il ajoute qu'il s'en trouve de beaucoup plus
grands dans l'intérieur des terres; en effet, il y en a de trente
pieds de long. On a souvent trouvé dans leurs entrailles non-seulement
des animaux, mais des hommes entiers. On les connaît sous le nom de
_boa_.

La nature a refusé à ces énormes serpens les crochets à venin; mais
elle leur a donné une puissance redoutable. Ils vivent généralement
dans les lieux aquatiques; ils se placent en embuscade sur le bord des
rivières où les animaux viennent se désaltérer; roulés en spirale sur
eux-mêmes, ils forment un disque de près de sept pieds de diamètre, au
centre duquel se trouve placée la tête; ils attendent ainsi leur proie
dans une position immobile, soulevant la tête de temps à autre pour
observer si quelque animal approche. Aussitôt qu'ils le croient à leur
portée, ils s'élancent comme un ressort; ils s'entortillent autour de
son cou afin de l'étouffer. Quand l'animal est étranglé, ils lui
brisent les os en le serrant des nombreux replis de leur corps; ils
l'étendent sur la terre, le couvrent de leur bave ou d'une salive
très-muqueuse, et commencent à l'avaler la tête la première. Dans
cette sorte de déglutition, les deux mâchoires du serpent se dilatent
considérablement; il semble avaler un animal plus gros que lui.
Cependant la digestion commence à s'opérer; alors le serpent
s'engourdit, et il devient très-facile de le tuer, car il n'oppose ni
résistance, ni volonté de s'enfuir. Aussi les habitans des contrées
qu'il infeste vont à sa recherche, afin de s'en procurer la viande,
qu'on vend par tronçons dans les marchés.

Quelquefois il cherche sa proie sur terre, se tient caché dans de
grandes herbes, sous des buissons épais, dans une caverne, ou bien
grimpe sur un arbre. Il vit aussi de poissons, et pour cela, il a
l'art d'attirer sa proie, en dégorgeant dans l'eau une petite partie
des alimens à moitié digérés qui sont dans son estomac; les poissons
accourent pour s'en nourrir, et il les englobe dans son vaste gosier.
Cet énorme serpent se trouve dans toutes les régions équatoriales de
l'Asie, de l'Afrique et de l'Amérique.

Beaucoup de serpens sont venimeux, surtout une espèce qui n'a pas plus
de trois pieds de long, ni plus de deux paumes d'épaisseur: elle est
mouchetée de blanc, de noir et de jaune. Bosman faillit un jour, près
d'Axim, d'être mordu par un de ces serpens, qui s'était approché de
lui sans être aperçu, tandis qu'il était assis tranquillement sur un
rocher.

Ces monstres infectent non-seulement les bois, mais les cabanes des
Nègres, et jusqu'aux forts des Européens, où Bosman en tua plus d'un.
Il conserva la peau d'un serpent mort qui avait deux têtes. Au fort
hollandais d'Axim, on en voyait plusieurs qu'on avait pris soin de
faire sécher et de remplir de paille pour leur rendre leur grandeur
naturelle: le plus grand avait quatorze pieds de longueur: à deux
pieds de la queue, on remarquait encore deux pâtes[7], sur lesquelles
on prétend que ces animaux se lèvent et courent fort vite; la tête,
qui ressemblait par sa forme à celle d'un brochet, était armée de
terribles rangées de dents. Il y avait une autre peau d'un serpent
long de cinq pieds, et de la grosseur du bras d'un homme, rayé de
noir, de brun, de jaune et de blanc, avec un mélange fort agréable. La
plus curieuse partie de son corps était la tête, qui paraissait fort
longue et fort plate: il n'a pour arme offensive qu'une fort petite
corne, qui lui surmonte le nez: elle est blanche, dure et pointue
comme une alêne. Il arrive souvent aux Nègres de marcher sur cet
animal, lorsqu'ils vont nu-pieds dans les champs; car, lorsqu'il
digère, il tombe, comme le boa, dans un si profond sommeil, qu'il ne
faut pas peu de bruit et de mouvement pour l'éveiller[8].

[Note 7: Ce serpent avait été pris dans le jardin de la Mina par un
esclave, qui, sans employer d'arme ni de bâton, l'avait saisi avec ses
mains, et l'avait apporte vivant dans le fort.]

[Note 8: C'est apparemment le _céraste_, ou le serpent cornu dont
Pline fait mention.]

Quelques domestiques nègres de Bosman aperçurent près d'un marais un
serpent de vingt-sept pieds de long, et d'une grosseur proportionnée.
Il était au bord d'un trou rempli d'eau, entre deux porcs-épics, avec
lesquels il s'engagea dans un combat fort animé. Il vomissait son
venin tandis que ses deux adversaires le perçaient de leurs dards;
mais les Nègres terminèrent la bataille en tuant les trois champions à
coups de fusil: ils les apportèrent à Maouri, où, rassemblant leurs
camarades, ils en firent ensemble un festin délicieux.

En réparant les murs du fort hollandais de Maouri, les ouvriers
découvrirent un grand, serpent sous un monceau de pierres, et
résolurent aussitôt de le prendre. Après avoir remué une partie des
pierres, un maçon nègre, voyant passer la queue du serpent, s'en
saisit; mais, n'ayant pas la force de la tirer, il prit le parti de la
couper avec son couteau; et, se flattant d'avoir mis le monstre hors
d'état de lui nuire, il continua d'écarter le reste des pierres.
Aussitôt que le serpent se vit à découvert, il s'élança sur le maçon,
et lui couvrit le visage d'un venin si dangereux qu'il le rendit
aveugle sur-le-champ; cependant ses yeux se rouvrirent, et la vue lui
revint, après avoir été quelques jours dans cette situation. Bosman
observa souvent parmi les Nègres que la morsure d'un serpent les fait
d'abord enfler, et leur cause de vives douleurs, mais qu'ils
reviennent ensuite à leur premier état; d'où il conclut que le poison
a différens degrés de force, et que, s'il est quelquefois mortel, il
n'est capable ordinairement que de blesser. Dans le royaume de Juida,
la plupart des serpens ne causent aucun mal. Smith confirme cette
opinion. À Juida, dit-il, il se trouve de gros serpens qui n'ont aucun
venin, et que les habitans honorent d'un culte. Nous en parlerons plus
en détail à l'article du royaume de Juida.

Les crapauds et les grenouilles sont non-seulement aussi communs, mais
de la même forme qu'en Europe; cependant il s'y trouve moins de
crapauds que de grenouilles, et dans quelques cantons ils sont d'une
grosseur prodigieuse. Dans le village d'Adja, entre Maouri et
Cormantin, Bosman en vit un de la largeur d'un plat de table: il le
prit d'abord pour une tortue de terre; mais il fut bientôt détrompé en
le voyant marcher: le facteur anglais l'assura qu'on en voyait
beaucoup de cette taille aux environs du même lieu: ils sont mortels
ennemis des serpens, et Bosman fut quelquefois témoin de leurs
combats. Barbot raconte que, dans certaines années, vers la fin du
mois de mai, on voit paraître au cap Corse un nombre incroyable de ces
hideux animaux, qui disparaissent peu de temps après.

Les scorpions sont en grand nombre sur cette côte, les uns fort
petits, d'autres de la grosseur d'une écrevisse; mais la différence de
la taille n'en met pas dans le venin de leur piqûre, qui est presque
toujours mortelle, si le remède n'est pas apporté sur-le-champ:
l'antidote le plus certain est d'écraser le scorpion sur la blessure,
et le premier soin du malheureux qui se sent piqué doit être d'arrêter
son ennemi pour le faire servir à sa guérison. Un des gens de Barbot
fut guéri par cette méthode dans l'île du Prince, où il avait été
blessé au talon pendant qu'il était à couper du bois.

Toutes les parties de la Guinée sont remplies de grandes araignées
noires, dont la vue a quelque chose d'effrayant. Bosman, se mettant un
jour au lit, fut véritablement alarmé d'apercevoir près de lui un de
ces animaux qui avait le corps d'une longueur extraordinaire, la tête
pointue par-derrière, et fort large sur le devant, dix jambes
couvertes de poil, et de la grosseur du petit doigt. Il n'ajoute pas
de quelles armes il se servit pour tuer ce monstre.

Les Hollandais trouvèrent un insecte si brillant dans les ténèbres,
qu'ils le prirent d'abord pour un ver luisant. Il ressemblait à la
cantharide, excepté par sa couleur, qui était noire comme le jais.
Barbot observe qu'outre ces mouches noires qui sont fort grosses, et
qui rendent pendant la nuit une sorte de lumière, on voit sur la côte
quantité de vers luisans. Atkins rapporte que la mouche de feu, qui
est fort commune dans les latitudes méridionales, vole ici pendant la
nuit, et répand dans l'air autant de clarté que les vers luisans sur
terre.

On parle avec admiration de la multitude d'abeilles qu'on rencontre de
toutes parts. On connaît assez, dit Bosman, l'excellence du miel de
Guinée: il n'est pas moins célèbre par son extrême abondance aux
environs de Rio-Gabon, du cap Lopez, et plus haut dans le golfe de
Guinée; mais il n'est pas si commun sur la côte d'Or.

Les fourmis, comme celles du Sénégal, se composent des habitations
avec un art admirable; elles se bâtissent aussi de grands nids sur des
arbres fort élevés, et souvent elles viennent de ces lieux dans les
forts hollandais, en si grand nombre, qu'elles mettent les facteurs
dans la nécessité de quitter leurs lits: leur voracité est
surprenante; il n'y a point d'animal qui puisse s'en défendre: elles
ont souvent dévoré des moutons et des chèvres. Smith rapporte que,
dans l'espace d'une nuit, elles lui ont quelquefois mangé un mouton
avec tant de propreté, que le plus habile anatomiste n'en aurait pas
fait un si beau squelette. Un poulet n'est pour elles qu'un amusement
d'une heure ou deux; le rat même, quelque léger qu'il soit à la
course, ne peut échapper à ces cruels ennemis; si une seule fourmi
l'attaque, il est perdu; tandis qu'il s'efforce de la secouer, il se
trouve saisi par quantité d'autres, jusqu'à ce qu'il soit accablé par
le nombre; elles le traînent alors dans quelque lieu de sûreté: si
leurs forces ne suffisent pas pour cette opération, elles font venir
un renfort, elles se saisissent de leur proie, et viennent à bout de
l'emporter en bon ordre.

Ces fourmis sont de plusieurs sortes, grandes, petites, blanches,
noires et rouges: l'aiguillon des dernières cause une inflammation
très-violente et plus douloureuse que celle des millepieds. Les
blanches sont aussi transparentes que le verre, et mordent avec tant
de force, que dans l'espace d'une nuit elles s'ouvrent un passage dans
un coffre de bois fort épais, en y faisant autant de trous que s'il
avait été percé d'une décharge de petit plomb. Les plus grosses n'ont
pas moins d'un pouce de long. Un jour Smith entreprit de briser un de
leurs nids avec sa canne; mais l'unique effet de plusieurs coups fut
d'attirer des milliers de fourmis à leurs portes. Il prit aussitôt le
parti de la fuite, se souvenant que la morsure d'une fourmi noire
cause des douleurs inexprimables, quoiqu'elle n'ait pas d'autre effet
dangereux.

On distingue aisément à la tête de leurs bataillons trente ou quarante
guides qui surpassent les autres en grosseur, et qui dirigent leurs
marches. Leurs expéditions se font ordinairement la nuit. Si les
Européens, en les fuyant, oublient derrière eux quelques provisions de
bouche, ou d'autres objets comestibles, ils doivent être sûrs que tout
sera dévoré avant le jour; l'armée des fourmis se retire ensuite avec
beaucoup d'ordre, et toujours chargée de quelque butin qu'elle a la
précaution d'emporter.

Pendant le séjour que Smith fit au cap Corse, un grand corps de cette
milice vint rendre sa visite au château. Il était presque jour
lorsque l'avant-garde entra dans la chapelle, où quelques domestiques
nègres étaient endormis sur le plancher: ils furent réveillés par
cette armée d'ennemis; et Smith, s'étant levé au bruit, eut peine à
revenir de son étonnement; l'arrière-garde était encore à la distance
d'un quart de mille: après avoir tenu conseil sur cet incident, on
prit le parti de mettre une longue traînée de poudre sur le sentier
que les fourmis avaient tracé, et dans tous les endroits où elles
commençaient à se disperser. On en fit sauter ainsi plusieurs millions
qui étaient déjà dans la chapelle; l'arrière-garde, ayant reconnu le
danger, tourna tout d'un coup, et regagna directement ses habitations.

Si les fourmis n'ont point un langage comme les Nègres, et plusieurs
Européens se le sont imaginé, on ne peut douter, ajoute Smith,
qu'elles n'aient quelque manière de se communiquer leurs intentions;
il s'en convainquit par l'expérience suivante. Ayant découvert, à
quelque distance des nids, quatre fourmis qui paraissaient être à la
chasse, il tua un escargot et le jeta sur le chemin; elles passèrent
quelques momens à reconnaître si c'était une proie qui leur convînt;
ensuite une d'entre elles se détacha pour porter l'avis à leur
habitation, tandis que les autres demeurèrent à faire la garde autour
du corps mort: bientôt Bosman fut surpris d'en voir paraître un grand
nombre qui vinrent droit au corps, et qui ne tardèrent point à
l'entraîner. Dans d'autres occasions, il prit plaisir à renouveler la
même expérience; il observa que, si le premier détachement ne
suffisait pas pour la pesanteur du fardeau, les fourmis renvoyaient un
second messager qui revenait avec un renfort.

La disette ou la mauvaise qualité des viandes et des autres provisions
rend les secours de la mer fort utiles à la conservation de la santé
et de la vie. Il serait impossible de subsister long-temps sans cette
ressource; car non-seulement les Nègres, mais la plupart des Européens
mêmes ne vivent que de poisson, de pain et d'huile de palmier. Ceux
qui aiment le poisson peuvent s'en rassasier pour cinq ou six sous; et
s'ils ne s'attachent point à choisir le plus rare et le plus beau, ils
peuvent se satisfaire aisément pour la moitié de ce prix. Si la pêche
n'est pas heureuse, comme il arrive souvent dans la saison de l'hiver,
où dans le mauvais temps, la vie du peuple est fort misérable.

On nomme entre les poissons de mer la dorade, la bonite, les _jacots_,
qui sont de la grosseur d'un veau, le brochet de mer, la morue, le
thon et la raie. Les petits poissons, surtout les sardines, y sont
dans une extrême abondance. Le meilleur poisson qu'on trouve dans
cette mer, est la dorade. Elle a le goût du saumon. Les Anglais lui
donnent le nom de _dauphin_, et les Hollandais celui de _poisson
d'or_. On le regarde comme le plus léger de tous les animaux qui
nagent. Les dorades se laissent prendre aisément lorsqu'elles sont
pressées par la faim.

La bonite est un fort bon poisson, mais inférieur à la dorade; on la
prend dans les lieux où là mer est le plus agitée.

Les Anglais du cap Corse regardent le poisson royal comme un des
meilleurs et des plus délicats de la côte; mais il demande d'être pris
dans la saison qui lui convient: sa pleine longueur est d'environ cinq
pieds. Quelquefois on en découvre des troupes nombreuses au long du
rivage. Plusieurs écrivains le nomment _seffer_, d'autres _nègre_,
parce qu'il a la peau noire.

On trouve assez abondamment dans cette mer un poisson de la grosseur
des morues de l'Europe, qui porte le nom _de morue du Brésil_; il est
fort gras et d'un excellent goût.

Outre les poissons précédens et une infinité d'autres, qui servent de
nourriture ordinaire aux habitans de la côte, il y en a de différentes
sortes qui sont fort remarquables par leur grandeur, leur force et
leurs autres qualités.

Le plus monstrueux habitant des mers est le cachalot, qui a reçu des
Hollandais le nom de _noordkaper_, et des Français celui de
_souffleur_.

Le poisson fétiche a tiré ce nom du respect ou de l'espèce de culte
que les Nègres lui rendent. C'est un poisson d'une rare beauté; sa
peau qui est brune sur le dos, devient plus claire et plus brillante
près de l'estomac et du ventre. Il a le museau droit et terminé par
une espèce de corne dure et pointue de trois pouces de longueur; ses
yeux sont grands et vifs. Des deux côtés du corps, immédiatement après
les ouïes, on découvre quatre ouvertures en longueur dont on ignore
l'usage. Celui dont Barbot a donné la figure avait sept pieds de long.
Il ne lui fut pas possible d'en goûter, parce que rien ne peut engager
les Nègres à le vendre; mais ils lui permirent de le dessiner au
crayon.

Pendant le séjour qu'Atkins fit dans la baie du cap des Trois-Pointes,
il vit régulièrement, vers le soir, un affreux poisson qui se remuait
pesamment autour du vaisseau. Ce monstre, nommé _diable de mer_ par
les matelots, et _baudroie_ sur les côtes de France, a un aspect
hideux. Sa tête est démesurément grosse, ses nageoires ventrales ont
la forme de mains. Entre ses yeux, placés sur la partie supérieure de
la tête, s'élève un long filament terminé par une membrane assez
large. Ce filament est suivi, dans la direction du dos, d'une rangée
d'autres filamens qui diminuent de longueur en s'éloignant de la tête,
garnie aussi de membranes et de fils. Des barbillons vermiformes sont
répandus sur les côtés du corps, de la queue et de la tête, au-dessus
de laquelle paraissent quelques tubercules ou aiguillons. Sa peau est
mince, flasque et sans écailles. La couleur de la baudroie est obscure
en dessus, et blanchâtre en dessous. Ce poisson, n'ayant ni armes
défensives dans ses tégumens, ni force dans ses membres, ni célérité
dans sa natation, est, malgré sa grandeur, contraint d'avoir recours à
la ruse pour se procurer sa subsistance, et de réduire sa chasse à des
embuscades; il s'enfonce dans la vase, se couvre de plantes marines,
se cache entre les pierres, et ne laisse apercevoir que l'extrémité de
ses filamens qu'il agite en différens sens, et auxquels il donne
toutes les fluctuations qui peuvent les faire ressembler davantage à
des vers où autres appâts; les autres poissons, attirés par cette
proie apparente, s'approchent et sont engloutis par un seul mouvement
de la baudroie dans son énorme gueule, et y sont retenus par les
innombrables dents dont elle est armée. Les autres poissons connus sur
la côte d'Or sont les mêmes que nous avons déjà vus dans ces mers.



CHAPITRE III.

Côte des Esclaves.


Les navigateurs européens étendent la côte des Esclaves depuis le Rio
de Volta, où finit la côte d'Or, jusqu'au Rio Lugos, dans le royaume
de Benin. La côte suivante prend le nom de _grand Benin_; celle
d'après porte celui d'_Ouarre_, et s'étend vers le sud jusqu'au cap
Formose. De là elle tourne à l'est jusqu'à Rio del Rey, d'où elle
reprend au sud jusqu'au cap Consalvo, au-delà de l'équateur, et forme
le golfe de Guinée.

L'Europe n'a que trois établissemens sur cette côte. Le premier, qui
se nomme _Kita_, est un comptoir anglais de la Compagnie royale
d'Afrique, éloigné de quinze lieues à l'est de Lay ou d'Alampo, sur la
côte d'Or. Le second se nomme Fida ou Juida; les Anglais, les Français
et les Hollandais y ont des comptoirs et des forts. Le troisième
établissement, qui s'appelle _Iakin_, est un comptoir anglais à trois
lieues à l'est de Juida; mais diverses raisons l'ont fait abandonner,
sans qu'on ait pensé depuis à le rétablir.

La côte des Esclaves comprend les côtes de Koto, de Popo, de Juida et
d'Ardra, quatre royaumes qui se suivent immédiatement, et qui tous
font le commerce des esclaves. Nous ne nous arrêterons que sur celui
de Juida, dont nous avons promis de donner une notice. C'est le centre
du commerce des esclaves, et le pays le plus fréquenté «t le mieux
connu des Européens sous cette latitude.

Il commence à cinq ou six lieues du village de Popo, et s'étend à
quinze ou seize lieues le long de la côte; sa largeur est de huit ou
neuf lieues dans les terres; il est à 6° 20´ de latitude nord; ses
bornes sont le royaume de Popo au nord-ouest, et celui d'Ardra au
sud-est.

Le pays est arrosé par deux ruisseaux qui méritent néanmoins le nom de
rivières, et qui descendent tous deux du royaume d'Ardra. Celui qui
est le plus au sud coule à la distance d'une lieue et demie de la mer,
et porte le nom d'_Iakin_, qu'il tire d'une ville du royaume d'Ardra;
l'eau en est jaunâtre. Il n'est navigable que pour les pirogues; à
peine a-t-il trois pieds de profondeur; et, dans plusieurs endroits,
il en a beaucoup moins.

Le second, qui se nomme _Eufrates_ (on ne sait pas pourquoi ce nom
grec se trouve en Guinée), arrose la ville d'Ardra, et va passer à la
distance d'une lieue de Sabi ou Xavier, capitale du royaume de Juida;
il est plus large et plus profond que le premier; son eau est
excellente, et, s'il n'était pas bouché par quelques bancs de sable,
il serait navigable. Les rois de Juida ont établi depuis long-temps à
tous ses gués une sorte de douane où tous les passans sont obligés de
payer deux bedjis ou cauris. Les grands du pays, et les Européens
mêmes, ne sont pas exempts de ce droit.

Tous les Européens qui ont fait le voyage de Juida conviennent que
c'est une des plus délicieuses contrées de l'univers. Les arbres y
sont d'une grandeur et d'une beauté admirables, sans être offusqués,
comme dans les autres parties de la Guinée, par des buissons et de
mauvaises plantes. La verdure des campagnes, qui ne sont divisées que
par des bosquets ou des sentiers, fort agréables, et la multitude des
villages qui se présentent dans un si bel espace, forment la plus
charmante perspective qu'on puisse s'imaginer. Il n'y a ni montagnes
ni collines qui arrêtent la vue. Tout le pays s'élève doucement,
jusqu'à trente ou quarante milles de la côte, comme un large et
magnifique amphithéâtre, d'où les yeux se promènent jusqu'à la mer;
plus on avance, plus on le trouve peuplé; c'est la véritable image des
Champs-Élysées; du moins les voyageurs osent donner ce nom à cette
belle contrée, sans réfléchir qu'un pays où l'on trafique sans cesse
de la liberté des hommes rappelle plutôt l'idée de l'enfer que celle
de l'Élysée.

À ceux qui viennent de la mer cette contrée présente un spectacle
charmant: c'est, un mélange de petits bois et de grands arbres. Ce
sont des groupes de bananiers, de figuiers, d'orangers, etc., au
travers desquels on découvre les toits d'un nombre infini de villages,
dont les maisons, couvertes de paille et couronnées de cannes, forment
un très-beau paysage.

Les Nègres de Juida, bien différens de la plupart des peuples de
Guinée, n'abandonnent que les terres absolument stériles: tout est
cultivé, semé, planté, jusqu'aux enclos de leurs villages et de leurs
maisons. Leur activité va si loin, que le jour de leur moisson ils
recommencent à semer, sans laisser à la terre un moment de repos:
aussi leur terroir est-il si fertile, qu'il produit deux ou trois
fois l'année. Les pois succèdent au riz; le millet vient après les
pois; le maïs après le millet; les patates et les ignames après le
maïs. Les bords des fossés, des haies et des enclos sont plantés de
melons et de légumes. Il ne reste pas un pouce de terre en friche.
Leurs grands chemins ne sont que des sentiers. La méthode commune,
pour la culture des terres, est de l'ouvrir en sillons. La rosée qui
se rassemble au fond de ces ouvertures, et l'ardeur du soleil qui en
échauffe les côtés, hâtent beaucoup plus les progrès de leurs plantes
et de leurs semences que dans un terroir plat.

Avec si peu d'étendue, le royaume de Juida est divisé en vingt-six
provinces ou gouvernemens, qui tirent leurs noms des principales
villes. Ces petits états sont distribués entre les principaux
seigneurs du pays, et deviennent héréditaires dans leurs familles. Le
roi, qui n'est que leur chef, gouverne particulièrement la province de
Sabi ou Xavier, c'est-à-dire celle qui passe pour la première du
royaume, comme la ville du même nom en est la capitale.

Tout le pays est si rempli de villages et si peuplé, qu'il ne paraît
composer qu'une seule ville, divisée en autant de quartiers, et
partagée seulement par des terres cultivées, qu'on prendrait pour des
jardins.

Aussitôt que les Nègres voient entrer dans la rade un vaisseau de
l'Europe, ils méprisent tous les dangers pour apporter à bord du
poisson; l'expérience les rend sûrs d'être bien payés, et d'obtenir
quelques verres d'eau-de-vie par-dessus. C'est parleurs pirogues que
les capitaines de chaque nation écrivent aux directeurs-généraux pour
leur donner avis de leur arrivée. Après avoir réglé les signaux de mer
et de terre, et fait dresser des tentes sur le rivage; le capitaine se
met dans sa chaloupe pour s'avancer à cent pas de la barre,
c'est-à-dire jusqu'au lieu où commence la grande agitation des vagues:
il y trouve une pirogue qui l'attend. Les personnes sensées se
dépouillent de leurs habits jusqu'à la chemise, parce que le moindre
de tous les maux qu'on peut craindre est d'être bien mouillé de la
troisième vague; toute l'adresse des rameurs ne peut garantir là
pirogue d'être couverte d'eau, et l'on est inondé depuis la tête
jusqu'aux pieds. Les Nègres sautent dehors; et, secondés par ceux qui
les attendent au rivage, ils mettent la pirogue et tous les passagers
sur le sable.

Il ne sera point inutile d'expliquer ici ce que c'est que cette barre
qui règne tout le long de la côte de Guinée, et qui est plus ou moins
dangereuse, suivant la position des côtes, et suivant la nature des
vents auxquels elle est exposée.

Par le terme de _barre_, on entend l'effet produit par trois vagues,
qui viennent se briser successivement contre la côte, et dont la
dernière est toujours la plus dangereuse, parce qu'elle forme une
sorte d'arcade assez haute et d'un assez grand diamètre pour couvrir
entièrement une pirogue, la remplir d'eau et l'abîmer avant qu'elle
puisse toucher au rivage. Les deux premières vagues ne s'enflent pas
tant, et ne forment point d'arche en approchant du rivage: la
première, parce qu'elle n'est pas repoussée par une vague précédente
qui ait eu le temps de se briser avant qu'elle arrive; la seconde,
parce que le retour seul de la première n'a pas assez de force pour
repousser fort impétueusement celle qui la suit. Mais la troisième,
qui trouve le repoussement de la seconde augmenté par celui de la
première, forme cette arcade terrible, qui porte proprement le nom de
_barre_, et qui a causé la perte de tant de malheureux.

L'adresse des rameurs nègres consiste à sauter promptement dans l'eau,
et à soutenir la pirogue des deux côtés pour empêcher qu'elle ne
tourne. Cette opération la conduit à terre dans un moment, avec autant
de sûreté pour les passagers que pour les marchandises. Depuis que les
Européens font le commerce à Juida, les Nègres du pays ont eu le temps
de se familiariser avec ce dangereux passage. Il est rare à présent
qu'une pirogue y périsse. Il arrive encore plus rarement que les
rameurs aient quelque risque à courir, parce qu'ils sont excellens
nageurs, et qu'étant nus ils comptent pour rien d'être un peu secoués
par les flots. Leur hardiesse est si tranquille, qu'ils profitent
souvent de l'occasion pour dérober de l'eau-de-vie ou des cauris.
S'ils n'ont pas quelques Européens qui les observent, ils cessent
quelque temps d'avancer, en soutenant la pirogue avec leurs rames,
tandis qu'un des plus adroits perce les barils et sert de l'eau-de-vie
à tous les autres; ensuite ils recommencent à ramer de toutes leurs
forces, et, lorsqu'ils arrivent au rivage, ils racontent froidement,
pour excuser leur lenteur, que la pirogue a fait une voie d'eau, et
qu'ayant été forcés de la boucher, ils ont eu beaucoup de peine à
surmonter les difficultés. S'ils sont observés de si près qu'ils ne
puissent tromper, ils ont l'art de renverser la pirogue dans quelque
lieu où les barils et les caisses coulent à fond, et la nuit suivante
ils reviennent les pêcher.

Après avoir débarqué les marchandises, on les place sous des tentes
que les capitaines font dresser sur le rivage. Au sommet de ces tentes
on élève des pavillons qui servent à donner les signaux réglés entre
les marchands qui sont à terre et les barques qui demeurent à l'ancre
au delà de la barre; car, à si peu de distance, il n'en est pas moins
impossible de se faire entendre en criant, et même avec le porte-voix.
Le bruit des vagues qui se brisent incessamment contre la rade
l'emporte sur celui du tonnerre.

Autrefois les Anglais et les Hollandais étaient seuls en possession du
commerce de Juida; mais les Français obtinrent par degrés la liberté
d'y bâtir un fort; et l'adresse des habitans a fait ouvrir enfin leur
port à toutes les nations. Il en résulte un effet très-désavantageux
pour la compagnie anglaise d'Afrique: le prix des esclaves, qui était
anciennement réglé pour elle à trois livres sterling par tête (72
fr.), est monté dans ces derniers temps jusqu'à vingt (480 fr.).

Il se tient tous les quatre jours un grand marché à Sabi ou Xavier,
dans différens endroits de cette ville. Il s'en tient un autre dans la
province d'Aploga, où la foule est si grande, qu'on n'y voit pas
ordinairement moins de cinq ou six mille marchands.

Ces marchés sont réglés avec tant d'ordre et de sagesse, qu'il ne s'y
passe jamais rien contre les lois. Chaque espèce de marchands et de
marchandises a sa place assignée. Il est permis à ceux qui achètent de
marchander aussi long-temps qu'il leur plaît, mais sans tumulte et
sans fraude. Le roi nomme un juge, assisté de quatre officiers bien
armés, qui a non-seulement le droit d'inspection sur toutes sortes de
commerce, mais celui d'écouter les plaintes et de les terminer par une
courte décision, en vendant pour l'esclavage ceux qui sont convaincus
de vol ou d'avoir troublé le repos public. Outre ce magistrat, un
grand du royaume, nommé le _konagongla_, est chargé du soin de la
monnaie ou des bedjis. Il en faut quarante pour faire un toqua. Cet
officier examine les cordons, et s'il s'y trouve une coquille de
moins, il les confisque au profit du roi.

Les marchés sont environnés de petites baraques qui sont occupées par
des cuisiniers ou des traiteurs pour la commodité du public. Il ne
manque rien dans tous ces marchés. On y vend des esclaves de tous les
âges et des deux sexes, des boeufs et des vaches, des moutons, des
chèvres, des chiens, de la volaille et des oiseaux de toute espèce;
des singes et d'autres animaux; des draps de l'Europe, des toiles, de
la laine et du coton, des calicots où toiles des Indes, des étoffes de
soie, des épices, des merceries, de la porcelaine de la Chine, de l'or
en poudre et en lingots, du fer en barre et en oeuvre; enfin toutes
sortes de marchandises d'Europe, d'Asie et d'Afrique, à des prix fort
raisonnables. Cette abondance est d'autant plus surprenante, qu'une
partie de tous ces biens est achetée de la seconde ou de la troisième
main par des marchands qui les vont revendre à trois ou quatre cents
lieues du pays.

Les principales marchandises du royaume de Juida sont les étoffes de
la fabrique des femmes, les nattes, les paniers, les cruches pour le
peytou, les calebasses de toutes sortes de grandeurs, les plats et les
tasses de bois, les pagnes rouges et bleus, la malaguette, le sel,
l'huile de palmier, le kanki et d'autres denrées.

Le commerce des esclaves est exercé par les hommes, et celui de toutes
les autres marchandises par les femmes. Nos plus fins marchands
pourraient recevoir des leçons de ces habiles Négresses, soit dans
l'art du débit, soit dans celui dès comptes. Aussi les hommes se
reposent-ils entièrement sur leur gestion.

La monnaie courante dans tous les marchés est de la poudre d'or ou des
bedjis. Comme on ne connaît pas l'usage du crédit, les marchands n'ont
pas l'embarras des livres de compte.

Les Européens, les seigneurs de Juida, et les Nègres riches se font
porter dans des hamacs sur les épaules de leurs esclaves. C'est du
Brésil que viennent les plus beaux hamacs: ils sont de coton. Les uns
sont d'une étoffe continue, comme le drap; les autres à jour, comme
nos filets pour la pèche. Leur longueur ordinaire est de sept pieds,
sur dix, douze et quatorze de largeur. Aux deux extrémités il y a
cinquante ou soixante noeuds d'un tissu de soie ou de coton, que les
Nègres appellent rubans, chacun de la longueur de trois pieds. Tous
les rubans de chaque bout s'unissent pour composer une chaîne, au
travers de laquelle on passe une corde, qu'on attache des deux côtés
au bout d'une perche de bambou longue de quinze ou seize pieds; de
sorte que le hamac suspendu prend la forme d'un demi-cercle. Deux
esclaves portent les deux extrémités de la perche sur leur tête. La
personne qui se fait porter s'assied ou se couche de toute sa longueur
dans le hamac; mais elle ne se met pas en ligne directe, parce que,
dans cette situation, elle aurait le corps plié et les pieds aussi
hauts que la tête. Sa position est diagonale, c'est-à-dire, qu'ayant
la tête et les pieds d'un coin à l'autre, elle est aussi commodément
que dans un lit. Les personnes de distinction se servent d'un oreiller
qui leur soutient la tête.

Les hamacs qu'on apporte du Brésil sont de différentes couleurs et
fort bien travaillés, avec des soupentes et des franges de la même
étoffe qui tombent des deux côtés, et leur donnent fort bonne grâce.
On s'y sert ordinairement d'un parasol qu'on tient à la main. Si l'on
voyage pendant la nuit, on passe sur la perche une toile cirée pour se
garantir de la rosée, qui est dangereuse dans ce pays. Il n'y a point
de litière où l'on dorme si commodément que dans cette voiture.

Lorsque les directeurs sortent du comptoir pour la promenade ou pour
quelque voyage, ils sont toujours escortés d'un capitaine nègre, ou
d'un seigneur qui protége leur nation, et qui suit immédiatement dans
son hamac. À la tête du convoi, un Nègre porte l'enseigne de la
nation. Il est suivi d'une garde de cent ou deux cents Nègres, avec
leurs tambours et leurs trompettes. Ceux qui ont des fusils tirent
continuellement. Les tambours battent, les trompettes sonnent, et la
marche n'est qu'une danse continuelle.

La qualité du climat ne laisse point aux Européens le choix d'une
autre voiture. Ils ne pourraient faire un mille à pied, dans l'espace
d'un jour, sans être dangereusement affaiblis par l'excès de la
chaleur; au lieu qu'ils sont fort soulagés dans un hamac par la toile
qui les couvre, et par le mouvement de l'air que leurs porteurs
agitent continuellement.

Les habitans naturels de cette contrée sont généralement de haute
taille, bien faits et robustes. Leur couleur n'est pas d'un noir de
jais si luisant que sur la côte d'Or, et l'est encore moins que sur le
Sénégal et sur la Gambie. Mais ils sont beaucoup plus industrieux et
plus capables de travail, sans être moins ignorans.

Avec peu de lumières, ils sont pourtant très-civilisés et très-polis.
Bosman les met fort au-dessus de tous les autres Nègres, autant pour
les mauvaises que pour les bonnes qualités.

Les devoirs mutuels de la civilité sont si bien établis entre eux, et
leur respect va si loin pour leurs supérieurs, que, dans les visites
qu'ils leur rendent, ou dans une simple rencontre, l'inférieur se
jette à genoux, baise trois fois la terre en frappant des mains,
souhaite le bonjour à celui qu'il se croit obligé d'honorer, et le
félicite sur sa santé ou sur d'autres avantages dont il le voit jouir.
De l'autre côté, le supérieur, sans changer de posture, fait une
réponse obligeante, bat doucement les mains, et souhaite aussi le
bonjour. L'inférieur ne cesse pas de demeurer assis à terre ou
prosterné jusqu'à ce que l'autre le quitte ou lui témoigne que c'est
assez. Si c'est l'inférieur que ses affaires obligent de partir le
premier, il en demande la permission, et se retire en rampant; car on
regarderait comme un crime dans la nation de paraître debout ou de
s'asseoir sur un banc devant ses supérieurs. Les enfans ne sont pas
moins respectueux pour leurs pères, et les femmes pour leurs maris.
Ils ne leur présentent et ne reçoivent rien d'eux sans se mettre à
genoux, et sans employer les deux mains; ce qui passe encore pour une
plus grande marque de soumission. S'ils leur parlent, c'est en se
couvrant la bouche de la main, dans la crainte de les incommoder par
leur haleine.

Deux personnes d'égale condition qui se rencontrent commencent par se
mettre à genoux et frappent des mains, après quoi elles se saluent en
faisant des voeux mutuels pour leur bonheur et leur santé. Qu'une
personne de distinction éternue, toutes les personnes présentes
tombent à genoux, baisent la terre, frappent des mains et lui
souhaitent toutes sortes de prospérités. Un Nègre qui reçoit quelque
présent de son supérieur frappe des mains, baise la terre et fait un
remercîment fort affectueux. Enfin les distinctions de rang et les
gradations de respect sont aussi bien observées entre les Nègres de
Juida que dans aucun autre endroit du monde, bien différens de ceux de
la côte d'Or, qui vivent ensemble comme des brutes, sans aucune idée
de bienséance et de politesse.

Les mêmes cérémonies se répètent scrupuleusement chaque fois qu'on se
rencontre, fût-ce vingt fois le jour; et la négligence dans ces usages
est punie par une amende. Toute la nation, dit Desmarchais, marque une
considération singulière pour les Français: le dernier roi de Juida
portait si loin ce sentiment, qu'un de ses principaux officiers ayant
insulté un Français, et levé la canne pour le frapper, il lui fit
couper la tête sur-le-champ, sans se laisser fléchir par les ardentes
sollicitations du directeur français en faveur du coupable.

Les Chinois mêmes ne portent pas plus loin les formalités du
cérémonial, et ne les observent pas avec plus de rigueur. Un Nègre de
Juida qui se propose de rendre visite à son supérieur envoie d'abord
chez lui pour lui faire demander sa permission et l'heure qui lui
convient: après avoir reçu sa réponse, il sort accompagné de tous ses
domestiques et de ses instrumens musicaux, si sa condition lui permet
d'en avoir: ce cortége marche devant lui lentement et en fort bon
ordre; il ferme la marche, porté par deux esclaves sur son hamac;
lorsqu'il est arrivé à quelques pas du terme, il descend et s'avance à
la première porte, où il trouve les domestiques de la maison; alors il
fait cesser la musique, et se prosterne à terre avec tout son train;
les domestiques qui sont venus pour le recevoir se mettent dans la
même posture; on dispute long-temps à qui se lèvera le premier; il
entre enfin dans la première cour, y laisse le gros de ses gens, et
n'en prend qu'un petit nombre à sa suite.

Les domestiques de la maison l'ayant introduit dans la salle
d'audience, il y trouve le maître assis, qui ne fait pas le moindre
mouvement pour quitter sa position; il se met à genoux devant lui,
baise la terre, frappe des mains, et souhaite à son seigneur une
longue vie avec toutes sortes de prospérités: il répète trois fois
cette cérémonie, après quoi l'autre, sans se remuer, lui dit de
s'asseoir, et le fait placer vis-à-vis de lui sur une natte ou sur une
chaise, suivant la manière dont il est assis lui-même; il commence
alors la conversation: lorsqu'elle a duré quelque temps, il fait signe
à ses gens d'apporter des liqueurs, et les présente à son hôte; c'est
le signal de la retraite. L'étranger recommence alors ses génuflexions
avec les mêmes complimens, et se retire; les domestiqués de la maison
le conduisent jusqu'à la porte, et le pressent de remonter dans son
hamac; mais il s'en défend, et de part et d'autre, on se prosterne
comme à l'arrivée; il monte ensuite dans le hamac; les instrumens
recommencent à jouer, et le convoi se remet en marche dans le même
ordre qu'il est venu. Il paraît par ce détail que la politesse des
inférieurs est très-soumise, et celle des supérieurs très-humiliante.
Quoi qu'en disent les voyageurs, ce n'est pas là le chef-d'oeuvre de
l'urbanité; celle de l'Europe est infiniment mieux entendue,
puisqu'elle consiste à établir, autant qu'il est possible, les
apparences de l'égalité.

Mais si les habitans de Juida surpassent tous les autres Nègres en
industrie comme en politesse, ils l'emportent beaucoup aussi par le
goût et la subtilité qu'ils ont pour le vol. À l'arrivée de Bosman
dans ce comptoir, le roi lui déclara que ses sujets ne ressemblaient
point à ceux d'Ardra et des autres pays voisins, qui étaient capables,
au moindre mécontentement, d'empoisonner les Européens. «C'est, lui
dit le prince, ce que vous ne devez jamais craindre ici; mais je vous
avertis de prendre garde à vos marchandises, car mon peuple est fort
enclin au vol, et ne vous laissera que ce qu'il ne pourra prendre.»
Bosman, charmé de cette franchise, résolut d'être si attentif, qu'on
ne pût le tromper aisément; mais il éprouva bientôt que l'adresse des
habitans surpassait toutes ses précautions. Il ajoute qu'à l'exception
de deux ou trois des principaux seigneurs du pays, toute la nation de
Juida n'est qu'une troupe de voleurs, d'une expérience si consommée
dans leur profession, que, de l'aveu des Français, ils entendent mieux
cet art que les plus habiles filous de Paris.

Les Nègres de Juida sont généralement mieux vêtus que ceux de la côte
d'Or; mais ils n'ont pas d'ornemens d'or et d'argent: leur pays ne
produit aucun de ces précieux métaux, et les habitans n'en connaissent
pas même le prix.

Le blé des Nègres de Juida est le millet. Ils ont l'art de le moudre
entre deux pierres, qu'ils appellent _pierres de kanki_, à peu près
comme les peintres broient leurs couleurs: de la farine pétrie avec un
peu d'eau ils composent des morceaux de pâte qu'ils font bouillir dans
un pot de terre, ou cuire au feu sur un fer ou une pierre; cette
espèce de pain, qu'ils appellent _kanki_, se mange avec un peu d'huile
de palmier: une calebasse de _peytou_ et quelques ignames, ou quelques,
patates qu'ils y joignent, sont la nourriture ordinaire du plus grand
nombre.

La plupart des usages de Juida ont beaucoup de ressemblance avec ceux
de la côte d'Or, à l'exception de ce qui regarde le culte religieux.

Les hommes ont communément un plus grand nombre de femmes que sur la
côte d'Or. Sans être extrêmement fécondes, elles sont fort éloignées
d'être stériles, et non-seulement les hommes sont ardens et robustes,
mais ils emploient divers ingrédiens pour exciter la nature. Bosman a
vu des Nègres qui se glorifiaient d'avoir plus de deux cents enfans.
Ayant demandé un jour au capitaine Agoci, qui servait depuis plusieurs
années d'interprète aux Hollandais, si sa famille était nombreuse,
parce qu'il était toujours suivi de quantité d'enfans, le Nègre
répondit avec un soupir, qu'il n'en avait que soixante-dix, et qu'il
lui en était mort le même nombre. Le roi, qui était témoin de cette
conversation, assura Bosman qu'un de ses vice-rois avait repoussé un
puissant ennemi sans autre secours que ses fils et ses petits-fils,
avec tous ses esclaves, et que cette famille était composée de deux
mille hommes, au nombre desquels il ne comptait ni les filles ni
plusieurs enfans morts. Cela rappelle les guerres de famille entre les
patriarches. Il ne faut pas s'étonner que le pays soit si peuplé, et
qu'il en sorte annuellement un si grand nombre d'esclaves.

D'ailleurs les richesses consistent dans la multitude des enfans; mais
les pères en disposent à leur gré, et, ne réservant quelquefois que
l'aîné des mâles, ils vendent tout le reste pour l'esclavage: un
royaume de si peu d'étendue fournit tous les mois un millier
d'esclaves au marché.

La circoncision des enfans est une pratique établie dans cette
contrée, sans que les habitans en puissent apporter d'autre raison que
l'usage de leurs pères, dont ils en ont reçu l'exemple: on soumet même
quelques filles à cette cérémonie sanglante.

À la mort de son père, l'aîné des fils hérite non-seulement de tous
ses biens et de ses bestiaux, mais même de ses femmes, avec lesquelles
il commence aussitôt à vivre en qualité de mari; sa mère seule est
exceptée; elle devient maîtresse d'elle-même, dans un logement séparé,
avec un fonds réglé pour sa subsistance; cet usage n'est pas moins
établi pour le peuple que pour le roi et les seigneurs.

L'application extraordinaire que les Nègres de Juida apportent au
commerce et à l'agriculture ne leur ôte pas le goût du plaisir et de
l'amusement; leur principale passion dans ce genre est pour le jeu.
Bosman rapporte qu'ils y risquent volontiers tout ce qu'ils possèdent,
et qu'après avoir perdu leur argent et leurs marchandises, ils sont
capables de jouer leurs femmes, leurs enfans, et de finir par se jouer
eux-mêmes.

Desmarchais observe en effet qu'avec autant de passion pour le jeu que
les Chinois, ils se dispensent de les imiter sur un seul point: c'est
qu'au lieu de se pendre après avoir tout perdu, ils jouent leur propre
corps, et sont vendus par celui que la fortune favorise. Ce désordre
avait engagé un de leurs rois à défendre tous les jeux de hasard sous
peine de l'esclavage.

Ils appréhendent tellement la mort, qu'ils ne peuvent en entendre
parler, dans la crainte de hâter son arrivée en prononçant son nom;
c'est un crime capital de la nommer devant le roi et les grands.
Bosman, se disposant à partir, dans son premier voyage, demanda au
roi, qui lui devait environ cent livres sterling (2400 fr.), de qui il
recevrait cette somme à son retour, en cas de mort: tous les assistans
parurent extrêmement surpris à cette question; mais le roi, qui
entendait un peu la langue portugaise, considérant que Bosman
ignorait les usages du pays, lui répondit avec un sourire: «Soyez
là-dessus sans inquiétude; vous ne me trouverez pas mort, car je
vivrai toujours.» Bosman s'aperçut fort bien qu'il avait commis une
imprudence. Lorsqu'il fut retourné au comptoir, son interprète lui
apprit qu'il était défendu, sous peine de la vie, de parler de mort en
présence du roi, et, bien plus, de parler de la sienne. Cependant
étant devenu plus familier avec ce prince, dans son second et dans son
troisième voyage, il prit la liberté de railler souvent les seigneurs
de la cour sur la crainte qu'ils avaient de la mort; il parvint à les
faire rire de leur propre faiblesse, et le roi même prenait plaisir à
l'entendre; mais les Nègres n'en étaient pas moins réservés, et
n'osaient ouvrir la bouche sur le même sujet.

Ils sont persuadés qu'il existe un être dont l'univers est l'ouvrage,
et qui mérite par conséquent d'être préféré aux fétiches, qui sont
eux-mêmes ses créatures; mais ils ne le prient point, et ne lui
offrent point de sacrifices. «Ce grand Dieu, disent-ils, est trop
élevé au-dessus d'eux pour s'occuper de leur situation; il a confié le
gouvernement du monde aux fétiches, qui sont des puissances
subordonnées auxquelles les Nègres doivent s'adresser.»

Les Nègres les plus sensés de Juida, du moins entre les grands, ont
une idée confuse de l'existence d'un seul Dieu, qu'ils placent dans
le ciel; ils lui attribuent le soin de punir le mal et de récompenser
le bien; ils croient que le tonnerre vient de lui; ils reconnaissent
que les blancs, qui lui adressent leur culte, sont beaucoup plus
heureux que les Nègres, dont le partage est de servir le diable,
méchante et pernicieuse puissance, qu'ils n'ont pas la hardiesse
d'abandonner, parce qu'ils redoutent la fureur de la populace.

Les habitans de Juida ont quelques notions de l'enfer, du diable et de
l'apparition des esprits; ils mettent l'enfer dans un lieu souterrain,
où les méchans sont punis par le feu.

Les fétiches de Juida peuvent être divisés en deux classes, celle des
grands et celle des petits: la première classe est celle des fétiches
publics, le serpent, les arbres, la mer et l'Agoye.

L'Agoye est une hideuse figure de terre noire qui ressemble plus à un
crapaud qu'à un homme: c'est la divinité qui préside aux conseils.
L'usage est de la consulter avant de former une entreprise; ceux qui
ont besoin de ses inspirations s'adressent d'abord au sacrificateur,
et lui expliquent le sujet qui les amène; ensuite ils offrent leur
présent à l'Agoye, sans oublier de payer le droit du prêtre: il fait
quantité de grimaces que le suppliant regarde avec beaucoup de
respect; il jette des balles au hasard, d'un plat dans l'autre,
jusqu'à ce que le nombre se trouve impair dans chaque plat: il répète
plusieurs fois cette opération; et, si le nombre continue d'être
impair, il déclare que l'entreprise est heureuse. La prévention des
Nègres est si forte, que, si leurs espérances sont trompées, comme il
arrive souvent, ils en rejettent la faute sur eux-mêmes, sans accuser
jamais l'Agoye.

Mais le respect qu'on porte aux grands fétiches est extrêmement
partagé par la multitude innombrable que chaque particulier choisit à
son gré. Les plus communs sont de terre grasse, parce qu'il est aisé
de faire prendre toutes sortes de formes à cette terre.

Bosman rapporte qu'étant sur la côte de Juida, en 1698 et 1699, il y
vint un moine augustin de l'île de San-Thomé pour convertir les
Nègres. Ce missionnaire proposa au roi d'écouter ses instructions; et,
dans la première visite que Bosman rendit à ce prince, il lui demanda
ce qu'il pensait de cette proposition: «Je la loue, lui dit le roi, et
ce missionnaire me paraît fort honnête homme; mais je suis résolu de
m'en tenir à mes fétiches.» Le même religieux, se trouvant avec Bosman
dans la compagnie d'un seigneur qui passait pour un homme d'esprit,
déclara d'un ton menaçant: «Que si le peuple de Juida persistait dans
ses fausses opinions et dans ses moeurs déréglées, il ne pouvait
éviter de tomber dans les flammes de l'enfer pour y brûler
éternellement avec le diable.» Le seigneur nègre répondit froidement:
«Nous ne valons pas mieux que nos ancêtres; ils ont mené la même vie
et professé le même culte: si nous sommes condamnés à brûler, notre
consolation sera de brûler avec eux.» Cette réponse fit perdre toute
espérance au missionnaire; il pria Bosman de lui obtenir du roi son
audience de congé, et quelque temps après il remit à la voile.

Desmarchais donne une description fort exacte de l'espèce de serpent
qui fait le principal objet de la religion de Juida, et qu'on nomme
_serpent-fétiche_. Cette espèce a la tête grosse et ronde, les yeux
bleus et fort ouverts, la langue courte et pointue comme un dard, le
mouvement d'une grande lenteur, excepté lorsqu'elle attaque un serpent
venimeux; elle a la queue petite et pointue, la peau fort belle; le
fond de sa couleur est un blanc sale, avec un mélange agréable de
raies et de taches jaunes, bleues et brunes. Ces serpens sont d'une
douceur surprenante: on peut marcher sur eux sans crainte; ils se
retirent sans aucune marque de colère.

Ils sont si privés, qu'ils se laissent prendre et manier. Leur unique
antipathie est contre les serpens venimeux, dont la morsure est
dangereuse; ils les attaquent dans quelque lieu qu'ils les
rencontrent, et semblent prendre plaisir à délivrer les hommes de leur
poison. Les blancs mêmes ne font pas difficulté de manier ces
innocentes créatures, et badinent avec elles sans le moindre danger.
Il ne faut pas craindre de les confondre avec les autres. L'espèce de
serpens venimeux est noire, longue de deux brasses, et d'un pouce et
demi de diamètre; ils ont la tête plate et deux dents crochues; ils
rampent toujours la tête levée et la gueule ouverte, attaquent
furieusement tout ce qui se présente.

Le serpent sacré a moins de longueur: il n'a point ordinairement plus
de sept pieds et demi, mais il est aussi gros que la cuisse d'un
homme. Les Nègres assurent que le premier père de cette race est
encore vivant, et qu'il est d'une prodigieuse grosseur.

Bosman prétend avoir observé que ces serpens ne peuvent mordre ni
piquer. Il traite de chimère l'opinion des Nègres qui regardent leur
morsure comme un préservatif contre celle des autres serpens; il
assure, au contraire, qu'ils ne peuvent se défendre eux-mêmes du
poison des autres, et que dans les combats qu'ils leur livrent
souvent, quoique beaucoup plus gros et plus vigoureux, ils seraient
rarement vainqueurs, si ces rencontres n'arrivaient ordinairement près
des villes et des villages, où le secours de leurs adorateurs les fait
triompher de leur ennemi. Une des principales raisons qui les a fait
choisir aux Nègres pour l'objet de leur culte, est la bonté de leur
naturel. C'est un crime capital de leur nuire ou de les outrager
volontairement; mais s'il arrive par hasard qu'on marche dessus, ils
se retirent avec plus de frayeur que de colère; ou s'ils se servent de
leurs dents pour mordre, la blessure est toujours sans danger.

Ce serpent vient d'Ardra, dans son origine, et voici ce que l'on
rapporte sur l'introduction de son culte. L'armée de Juida étant près
de livrer bataille à celle d'Ardra, il sortit de celle-ci un gros
serpent qui se retira dans l'autre: non-seulement sa forme n'avait
rien d'effrayant, mais il partit si doux et si privé, que tout le
monde fut porté à le caresser. Le grand sacrificateur le prit dans ses
bras et le leva pour le faire voir à toute l'armée. La vue de ce
prodige fit tomber tous les Nègres à genoux: ils adorèrent leur
nouvelle divinité, et, fondant sur leurs ennemis avec un redoublement
de courage, ils remportèrent une victoire complète. Toute la nation ne
manqua point d'attribuer un succès si mémorable à la vertu du serpent.
Il fut rapporté avec toutes sortes d'honneurs; on lui bâtit un temple
on assigna un fonds pour sa subsistance, et bientôt ce nouveau fétiche
prit l'ascendant sur toutes les anciennes divinités; son culte ne fit
ensuite qu'augmenter à proportion des faveurs dont on se crut
redevable à sa protection. Les trois anciens fétiches avaient leur
département séparé: on s'adressait à la mer pour obtenir une heureuse
pêche, aux arbres pour la santé, et à l'Agoye pour les conseils; mais
le serpent préside au commerce, à la guerre, à l'agriculture, aux
maladies, à là stérilité, etc. Le premier édifice qu'on avait bâti
pour le recevoir parut bientôt trop petit. On prit le parti de lui
élever un nouveau temple avec de grandes cours et des appartemens
spacieux. On établit un grand pontife et des prêtres pour le servir.
Tous les ans on choisit quelques belles filles qui lui sont
consacrées. Ce qu'il y a de plus remarquable, c'est que les Nègres de
Juida sont persuadés que le serpent qu'ils adorent aujourd'hui est le
même qui fut apporté par leurs ancêtres, et qui leur fit gagner une
glorieuse victoire. La postérité de ce noble animal est devenue fort
nombreuse, et n'a pas dégénéré des bonnes qualités de son premier
père. Quoiqu'elle soit moins honorée que le chef, il n'y a pas de
Nègre qui ne se croie fort heureux de rencontrer des serpens de cette
espèce, et qui ne les loge ou ne les nourrisse avec joie: il les
régale avec du lait. Si c'est une femelle, et qu'il s'aperçoive
qu'elle est pleine, il lui construit un nid pour mettre ses petits au
monde, et prend soin de les élever jusqu'à ce qu'ils soient en état de
chercher leur nourriture. Comme ils sont incapables de nuire, personne
n'est porté à les insulter; mais s'il arrivait à quelqu'un, Nègre ou
blanc, d'en tuer ou d'en blesser un, toute la nation serait ardente à
se soulever. Le coupable, s'il était Nègre, serait assommé ou brûlé
sur-le-champ, et tous ses biens confisqués; si c'était un blanc, et
qu'il eût le bonheur de se dérober à la furie du peuple, il en
coûterait une bonne somme à sa nation pour lui procurer la liberté de
reparaître.

Cette superstition fut cause d'un accident fort tragique, qui est
confirmé par le témoignage réuni de Bosman et de Barbot. Lorsque les
Anglais commencèrent à s'établir dans le royaume de Juida, un
capitaine de leur nation ayant débarqué des marchandises sur le
rivage, ses gens trouvèrent, pendant la nuit, un serpent fétiche,
qu'ils tuèrent et qu'ils jetèrent devant leur porte sans se défier des
conséquences. Le lendemain, quelques Nègres qui reconnurent le
sacrilége, et qui apprirent quels en étaient les auteurs par la
confession même des Anglais, ne tardèrent point à répandre cette
funeste nouvelle dans la nation. Tous les habitans du canton se
rassemblèrent. Ils fondirent sur le comptoir naissant, massacrèrent
les Anglais jusqu'au dernier, et détruisirent par le feu l'édifice et
les marchandises.

Cette barbarie éloigna pendant quelque temps les Anglais de la côte.
Dans l'intervalle, les Nègres prirent l'habitude de montrer aux
Européens qui arrivaient dans leur pays quelques-uns de leurs serpens
fétiches, en les suppliant de les respecter parce qu'ils étaient
sacrés. Une précaution si nécessaire a garanti les étrangers de toutes
sortes d'accidens. Mais un blanc qui tuerait aujourd'hui quelque
serpent fétiche n'aurait pas d'autre ressource que de s'adresser
promptement au roi, et de lui protester qu'il l'a fait sans dessein.
Son crime paraîtrait expié par le repentir et par une amende qu'on
l'obligerait de payer aux prêtres. Encore Bosman ne lui conseille-t-il
pas de s'exposer dans ces circonstances aux yeux de la populace, qui
devient capable de toutes sortes d'outrages lorsqu'elle est excitée
par les prêtres.

Vers le même temps, un Nègre d'Akambo, qui se trouvait dans le pays de
Juida, prit un serpent sur un bâton, parce qu'il n'osait y toucher de
la main, et le porta dans sa cabane sans lui avoir causé le moindre
mal. Il fut aperçu par deux Nègres du pays, qui poussèrent aussitôt
des cris affreux et capables de soulever le canton. On vit accourir à
là place publique un grand nombre d'habitans armés de massues, d'épées
et de zagaies, qui auraient massacré sur-le-champ le malheureux
Akambo, si le roi, informé de son innocence, n'eût envoyé quelques
seigneurs pour l'arracher à cette troupe de furieux.

Quoique ces serpens ne soient pas capables de nuire, ils ne laissent
pas d'être fort incommodes par l'excès de familiarité à laquelle ils
s'accoutument. Dans les grandes chaleurs, ils entrent quelquefois cinq
ou six ensemble jusqu'au fond des maisons, et même dans les lits.
S'ils trouvent dans un lit qui n'est pas bien remué quelque place où
ils puissent se nicher, ils y demeurent cinq ou six jours entiers, et
souvent ils y font leurs petits. À la vérité, l'embarras n'est pas
grand pour s'en défaire. On appelle un Nègre, qui prend doucement ces
fétiches, et qui les met à la porte; mais s'ils se trouvent placés sur
quelque solive, ou dans quelque lieu élevé des maisons, quoiqu'elles
ne soient que d'un seul étage, il n'est pas aisé d'engager le Nègre à
les en chasser. On est obligé fort souvent de les y laisser
tranquilles jusqu'à ce qu'ils en sortent d'eux-mêmes.

Un serpent se plaça un jour au-dessus de la table où Bosman avait
coutume de prendre ses repas, et quoiqu'il fût à la portée de la main,
il ne se trouva personne qui eût la hardiesse d'y toucher. Plusieurs
jours après, Bosman eut à dîner quelques seigneurs du pays. On parla
de serpens. Il leva les yeux sur celui qui était au-dessus de sa tête,
et le faisant remarquer à ses hôtes, il leur dit que ce pauvre
fétiche, n'ayant pas mangé depuis douze ou quinze jours, était menacé
de mourir de faim, s'il ne changeait de demeure. Ils répondirent
qu'ils le croyaient plus sensé, et qu'il ne fallait pas douter qu'en
secret il ne trouvât le moyen de s'approcher des plats. La raillerie
ne fut pas poussée plus loin; mais le jour suivant Bosman se plaignit
au roi, devant les mêmes seigneurs, qu'un de ses fétiches eût pris la
hardiesse de manger depuis quinze jours à sa table sans être invité.
Il ajouta que, si cet effronté parasite ne payait pas quelque chose
pour sa pension et son logement, les Hollandais seraient forcés de le
congédier. Le roi, qui aimait cette espèce de badinage, le pria de
laisser le fétiche tranquille, et promit de contribuer à sa
subsistance. Dès le soir il envoya un boeuf gras à Bosman.

Les animaux qui tueraient ou blesseraient un serpent fétiche ne
seraient pas plus à couvert du châtiment que les hommes. En 1697, un
porc qui avait été tourmenté par un serpent se jeta dessus et le
dévora. Nicolas Pell, facteur hollandais, qui fut témoin de cette
scène, ne put être assez prompt pour l'empêcher. Les prêtres portèrent
leurs plaintes au roi, et personne n'osant prendre la défense des
porcs, ils obtinrent de ce prince une sentence qui condamnait à mort
tous les porcs du royaume. Des milliers de Nègres, armés d'épées et de
massues, commencèrent aussitôt cette sanglante exécution. En vain les
maîtres représentèrent l'innocence de leurs troupeaux. Toute la race
eût été détruite, si le roi, qui n'avait pas l'humeur sanguinaire,
n'eût arrêté le massacre par un contre-ordre. Le motif qu'il apporta
aux prêtres pour justifier son indulgence, fut qu'il y avait assez de
sang innocent répandu, et que le fétiche devait être satisfait d'un si
beau sacrifice. Bosman, dans un second voyage, vit un autre carnage de
porcs à la même occasion. Aussitôt que le maïs commence à verdir, et
qu'il est de la hauteur d'un pied, il est ordonné de tenir les porcs
renfermés, sous peine de confiscation. C'est dans cette saison que les
serpens mettent bas leurs petits, et le lieu qu'ils choisissent est
ordinairement quelque champ de verdure. Les gardes et les domestiques
du roi parcourent alors tout le pays. Ils font main-basse sur les
porcs avec d'autant plus de rigueur, que tout ce qu'ils tuent leur
appartient. Les serpens noirs détruisent encore plus les fétiches que
les porcs, sans quoi ces ridicules divinités multiplieraient tant, que
tout le royaume en serait couvert.

Dans toutes les parties du royaume il y a des loges ou des temples
pour l'habitation et l'entretien des serpens; mais la principale loge,
ou le temple cathédral, est située à deux milles de la ville royale de
Sabi ou de Xavier, sous un grand et bel arbre. C'est dans ce
sanctuaire que le chef et le plus gros des serpens fait sa résidence.
Il doit être fort vieux, suivant le récit des Nègres, qui le regardent
comme le premier père de tous les autres. On assure qu'il est de la
grosseur d'un homme et d'une longueur incroyable.

Les plus grandes fêtes qu'on célèbre à l'honneur du serpent sont deux
processions solennelles qui suivent immédiatement le couronnement du
roi. C'est la mère de ce prince qui préside à la première, et, trois
mois après, il conduit lui-même la seconde. Chaque année, il s'en fait
une autre qui a le grand-maître de la maison du roi pour guide; mais
la vue du serpent est une faveur que les prêtres n'accordent pas même
au roi. Il ne lui est pas permis d'entrer dans l'édifice: il rend ses
adorations par la bouche du grand-prêtre, qui lui apporte les réponses
de la divinité. Ensuite la procession retourne à Sabi dans le même
ordre.

Tous les ans, depuis le temps où l'on sème le maïs jusqu'à ce qu'il
soit élevé de la hauteur d'un homme, le roi et les prêtres profitent
successivement de la superstition publique. Le peuple, dont la
crédulité n'a pas de bornes, s'imagine que dans cet intervalle le
serpent se fait une occupation tous les soirs, et pendant la nuit, de
rechercher toutes les jolies filles pour lesquelles il conçoit de
l'inclination, et qu'il leur inspire une sorte de fureur qui demande
de grands soins pour leur guérison. Alors les parens sont obligés de
mener ces filles dans un édifice qu'on bâtit près du temple, où elles
doivent passer plusieurs mois pour attendre leur rétablissement.
Lorsque le temps des remèdes est expiré, et que les filles se croient
guéries d'un mal dont elles n'ont pas ressenti la moindre atteinte,
elles obtiennent la liberté de sortir; mais ce n'est qu'après avoir
payé les frais prétendus du logement et des autres soins. L'une
portant l'autre, cette dépense monte à la valeur de cinq livres
sterling (120 fr.), et comme le nombre des prisonnières est toujours
fort grand, la somme totale doit être considérable. Chaque village a
son édifice particulier pour cet usage, et les plus peuplés en ont
deux ou trois. Il faut convenir que les prêtres nègres ne sont pas
maladroits: ils se font amener les filles, et se font encore payer de
leurs plaisirs. Nous avons déjà dit qu'en Guinée il fallait être
guiriot; mais il semble qu'il vaut encore mieux être prêtre.

Un Nègre assez sensé, dont Bosman gagna la confiance et l'amitié, lui
découvrit naturellement le fond du mystère. Les prêtres ont l'adresse
d'engager les filles, par des présens ou des menaces, à pousser des
cris affreux dans les rues, pour feindre ensuite que le serpent les a
touchées, et qu'il leur a commandé de se rendre à l'édifice. Avant
qu'on ait pu venir au secours, elles prétendent que le serpent a
disparu, et, continuant de donner les mêmes marques de fureur, elles
mettent leurs parens dans la nécessité d'obéir à l'ordre du fétiche.
Lorsqu'elles sortent du lieu de leur retraite, elles sont menacées
d'êtres brûlées vives, si elles révèlent le secret. La plupart s'en
trouvent assez bien pour n'avoir aucun intérêt à le découvrir; et
celles mêmes qui auraient eu quelque sujet de mécontentement sont
persuadées que les prêtres sont assez puissans pour exécuter leurs
menaces.

Le même Nègre apprit à Bosman ce qui lui était arrivé avec une de ses
propres femmes. Elle était jolie: s'étant laissé séduire par un
prêtre, elle s'était mise à crier pendant la nuit, à faire la furieuse
et à briser tout ce qui se présentait autour d'elle; mais le Nègre,
qui n'ignorait pas la cause de sa maladie, la prit par la main comme
s'il eût été résolu de la mener au temple du serpent, et la conduisit
au contraire à des marchands brandebourgeois qui faisaient alors leur
cargaison d'esclaves sur la côte. Lorsqu'elle s'aperçut qu'il était
sérieusement disposé à la vendre, sa folie l'abandonna au même
instant. Elle se jeta aux pieds de son mari, lui demanda pardon avec
beaucoup de larmes; et, lui ayant promis solennellement de ne jamais
retomber dans la même faute, elle obtint grâce pour la première. Le
Nègre convenait que cette démarche avait été fort hardie, et que, si
les prêtres en avaient eu le moindre soupçon, elle lui aurait
peut-être coûté la vie.

Le ministère de la religion est partagé entre les deux sexes. Les
prêtres et les prêtresses sont si respectés, que ce seul titre les met
à couvert du dernier supplice pour toutes sortes de crimes. Cependant
un de leurs rois ne fit pas difficulté de violer cet usage, du
consentement de tous les grands. Un prêtre s'étant engagé dans une
conspiration contre l'état et contre la personne du roi, ce prince le
fit punir de mort avec plusieurs autres coupables.

Les fétichères, ou les prêtres, ont un chef qui les gouverne, et qui
n'est pas moins considéré que le roi. Son pouvoir balance même assez
souvent l'autorité royale, parce que, dans l'opinion qu'il converse
familièrement avec le grand fétiche, tous les habitans le croient
capable de leur causer beaucoup de mal ou de bien. Il profite
habilement de cette prévention pour humilier le roi, et pour forcer
également le maître et les sujets de fournir à tous ses besoins.

Le grand-prêtre ou le grand-sacrificateur est le seul qui puisse
entrer dans l'appartement secret du serpent; et le roi même ne voit
cette idole redoutée qu'une fois dans le cours de son règne,
lorsqu'il lui présente les offrandes, trois mois après son
couronnement. Le grand sacerdoce est héréditaire dans une même
famille, dont le chef joint cette dignité suprême à celle de grand du
royaume et de gouverneur de province. Tous les autres prêtres sont
dépendans de lui et soumis à ses ordres. Leur tribu est fort
nombreuse.

Les femmes qui sont élevées à l'ordre de bétas ou de prétresses
affectent beaucoup de fierté, quoiqu'elles soient nées souvent d'une
concubine esclave. Elles se qualifient particulièrement du titre
d'_enfans de Dieu_. Tandis que toutes les autres femmes rendent à
leurs maris des hommages serviles, les bétas exercent un empire absolu
sur eux et sur leurs biens. Elles sont en droit d'exiger qu'ils les
servent et qu'ils leur parlent à genoux. Aussi les plus sensés d'entre
les Nègres n'épousent-ils guère de prêtresses, et consentent-ils
encore moins que leurs femmes soient élevées à cette dignité.
Cependant, s'il arrive qu'elles soient choisies sans leur
participation, la loi leur défend de s'y opposer, sous peine d'une
rigoureuse censure, et de passer pour gens irréligieux qui veulent
troubler l'ordre du culte public.

Desmarchais rapporte les formalités qui s'observent dans l'élection
des prêtresses. On choisit chaque année un certain nombre de jeunes
vierges, qui sont séparées des autres femmes et consacrées au serpent.
Les vieilles prêtresses sont chargées de ce soin. Elles prennent le
temps où le maïs commence à verdir, et, sortant de leurs maisons, qui
sont à peu de distance de la ville, armées de grosses massues, elles
entrent dans les rues, en plusieurs bandes de trente ou quarante.
Elles y courent comme des furieuses, depuis huit heures du soir
jusqu'à minuit, en criant _nigo bodiname!_ c'est-à-dire, dans leur
langue, _arrêtez, prenez!_ Toutes les jeunes filles de l'âge de huit
ans jusqu'à douze qu'elles peuvent arrêter dans cet intervalle leur
appartiennent de droit; et, pourvu qu'elles n'entrent point dans les
cours ou dans les maisons, il n'est permis à personne de leur
résister; elles seraient soutenues par les prêtres, qui achèveraient
de tuer impitoyablement ceux qu'elles n'auraient pas déjà tués de
leurs massues.

Les jeunes filles sont traitées d'abord avec beaucoup de douceur dans
leur cloître. On leur fait apprendre les danses et les chants sacrés
qui servent au culte du serpent; mais la dernière partie de ce
noviciat est très-sanglante. Elle consiste à leur imprimer dans toutes
les parties du corps, avec des pointes de fer, des figures de fleurs,
d'animaux, et surtout de serpens. Comme cette opération ne se fait pas
sans de vives douleurs et sans une grande effusion de sang, elle est
suivie fort souvent de fièvres dangereuses. Les cris touchent peu ces
impitoyables vieilles; et personne n'osant approcher de leurs maisons,
elles sont sûres de n'être pas troublées dans cette barbare
cérémonie. La peau devient fort belle après la guérison de tant de
blessures: on la prendrait pour un satin noir à fleurs. Mais sa
principale beauté aux yeux des Nègres, est de marquer une consécration
perpétuelle au service du serpent.

Les jeunes filles rentrent ensuite dans leurs familles, avec la
liberté de retourner quelquefois au lieu de leur consécration, pour y
répéter les instructions qu'elles ont reçues. Lorsqu'elles deviennent
nubiles, c'est-à-dire vers l'âge de quatorze ou quinze ans, on célèbre
la cérémonie de leurs noces avec le serpent. Les parens, fiers d'une
si belle alliance, leur donnent les plus beaux pagnes et la plus riche
parure qu'ils puissent se procurer dans leur condition. Elles sont
menées au temple. Dès la nuit suivante, on les fait descendre dans un
caveau bien voûté, où l'on dit qu'elles trouvent deux ou trois serpens
qui les épousent par commission. Pendant que le mystère s'accomplit,
leurs compagnes et les autres prêtresses dansent et chantent au son
des instrumens, mais trop loin du caveau pour entendre ce qui s'y
passe. Une heure après, elles sont rappelées sous le nom de femmes du
grand serpent, qu'elles continuent de porter toute leur vie.

C'est entre les mains du roi et des grands que réside l'autorité
suprême, avec l'administration civile et militaire. Mais, dans le cas
de crime, le roi fait assembler son conseil, qui est composé de
plusieurs personnes choisies, leur expose le fait et recueille les
opinions. Si la pluralité des suffrages s'accorde avec ses idées, la
sentence est exécutée sur-le-champ. S'il n'approuve pas le résultat du
conseil, il se réserve le droit de juger, en vertu de son pouvoir
souverain.

Il y a peu de crimes capitaux dans le royaume de Juida. Le meurtre et
l'adultère avec les femmes du roi sont les seuls qui soient distingués
par ce nom. Quoique les Nègres craignent beaucoup la mort, ils s'y
exposent quelquefois par l'une ou l'autre de ces deux voies.

Le roi fit arrêter un jour dans son palais un jeune homme qui s'y
était enfermé en habit de femme, et qui avait obtenu les faveurs de
plusieurs princesses. La crainte d'être découvert lui avait fait
prendre la résolution de passer dans quelque autre pays; mais un reste
d'inclination l'ayant retenu deux jours près d'une femme, il fut
surpris avec elle. Il n'y eut point de supplice assez cruel pour lui
arracher le nom de ses autres maîtresses. Il fut condamné au feu;
mais, lorsqu'il fut au lieu de l'exécution, il ne put s'empêcher de
rire en voyant plusieurs femmes, qui avaient eu de la faiblesse pour
lui, fort empressées à porter du bois pour son bûcher. Il déclara
publiquement quelles étaient là-dessus ses idées, mais sans faire
connaître les coupables par leurs noms. La fermeté et la grandeur
d'âme de ce jeune homme, incapable de trahir ce qu'il avait aimé,
méritaient un meilleur sort; mais ses maîtresses ne méritaient guère
un amant si généreux.

La rigueur de la loi sur cet article rend les femmes extrêmement
circonspectes dans leurs intrigues, surtout celles du roi. Elles se
croient obligées de s'aider mutuellement pour toutes sortes de
services; mais la surveillance des hommes est si exacte sur leur
conduite, qu'elles échappent rarement à la punition. La sentence de
mort suit immédiatement le crime, et les circonstances de l'exécution
sont terribles. Les officiers du roi font creuser deux fosses, longues
de six ou sept pieds, sur quatre de largeur et cinq de profondeur;
elles sont si près l'une de l'autre, que les deux criminels peuvent se
voir et se parler. Au milieu de l'une on plante un pieu auquel on
attache la femme, les bras derrière le dos; elle est liée aussi par
les genoux et par les pieds. Au fond de l'autre fosse, les femmes du
roi font un amas de petits fagots. On plante aux deux bouts deux
petites fourches de bois. L'amant est lié contre une broche de fer, et
serré si fortement, qu'il ne peut se remuer. On place la broche sur
les deux fourches de bois, qui servent comme de chenets; alors on met
le feu aux fagots. Ils sont disposés de manière que l'extrémité de la
flamme touche au corps et rôtit le coupable par un feu lent. Ce
supplice serait d'une horrible cruauté, si l'on ne prenait soin de lui
tourner la tête vers le fond de la fosse: de sorte qu'il est le plus
souvent étouffé par la fumée avant qu'il ait pu ressentir l'ardeur du
feu. Lorsqu'il ne donne plus aucun signe de vie, on délie le corps, on
le jette dans la fosse, et sur-le-champ elle est remplie de terre.

Aussitôt que l'homme est mort, les femmes sortent du palais au nombre
de cinquante ou soixante, aussi richement vêtues qu'aux plus grands
jours de fêtes: elles sont escortées par les gardes du roi, au son des
tambours et des flûtes; chacune porte sur la tête un grand pot rempli
d'eau bouillante, qu'elles vont jeter, l'une après l'autre, sur la
tête de leur malheureuse compagne. Comme il est impossible qu'elle ne
meure pas dans le cours de ce supplice, on délie aussitôt le corps, on
arrache le pieu, et l'on jette l'un et l'autre dans la fosse, qui est
remplie de pierres et de terre.

Le roi se sert quelquefois de ses femmes pour l'exécution des arrêts
qu'il prononce: il en détache trois ou quatre cents, avec ordre de
piller la maison du criminel, et de la détruire jusqu'aux fondemens.
Comme il est défendu de les toucher sous peine de mort, elles
remplissent tranquillement leur commission. Un Nègre fut informé qu'on
le chargeait de certains crimes, et que les ordres étaient déjà donnés
pour le pillage et la ruine de sa maison: son malheur était si
pressant, qu'il ne lui restait pas même le temps de se justifier;
mais, se rendant témoignage de son innocence, loin de prendre la
fuite, il résolut d'attendre chez lui les femmes du roi. Elles
parurent bientôt, et, surprises de le voir, elles le pressèrent de se
retirer, pour leur laisser la liberté d'exécuter leurs ordres: au lieu
d'obéir, il avait placé autour de lui deux milliers de poudre; et,
leur déclarant qu'il n'avait rien à se reprocher, il jura que, si
elles s'approchaient, il allait se faire sauter avec tout ce qui était
autour de lui; cette menace leur causa tant d'effroi, qu'elles se
hâtèrent de retourner au palais pour rendre compte au roi du mauvais
succès de leur entreprise: les amis du Nègre l'avaient servi dans
l'intervalle, et les preuves de son innocence partirent si claires,
qu'elles firent révoquer la sentence. Les rois ont établi la même
méthode pour humilier quelquefois les grands: lorsqu'ils sont choqués
de leur orgueil, ils envoient deux ou trois mille femmes pour ravager
les terres de ceux qui manquent de soumission pour leurs ordres, ou
qui rejettent des propositions raisonnables. Le respect va si loin
pour les femmes, que, personne n'osant les toucher sans se rendre
coupable d'un nouveau crime, le rebelle aime mieux prêter l'oreille à
des propositions d'accommodement que de se voir dévorer par une légion
de furies, ou de violer une loi fondamentale de l'état.

La plupart des autres crimes sont punis par une amende pécuniaire au
profit du roi.

La loi du talion est fort en usage; le meurtre est puni par la mort
du meurtrier, et la mutilation par la perte du même membre. À force de
sollicitations, on obtient quelquefois du roi le changement du dernier
supplice en un bannissement.

Le royaume est héréditaire, et passe toujours à l'aîné des fils, à
moins que, par des raisons essentielles d'état, les grands ne se
croient obligés de choisir un de ses frères, comme on en vit l'exemple
en 1725.

Une autre loi, qui n'est pas moins inviolable, c'est qu'aussitôt que
le successeur est né, les grands le transportent dans la province de
Zinghé, sur la frontière du royaume, à l'ouest, pour y être élevé
comme un simple particulier, sans aucune connaissance de son rang et
des droits de sa naissance, et sans recevoir les instructions qui
conviennent au gouvernement. Personne n'a la liberté de le visiter ni
de recevoir ses visites. Ceux qui sont chargés de sa conduite
n'ignorent pas qu'il est fils de roi; mais ils sont obligés sous peine
de mort de ne lui en rien apprendre, et de le traiter comme un de
leurs enfans. Le roi qui occupait le trône du temps de Desmarchais
gardait les pourceaux du Nègre qu'il prenait pour son père lorsque les
grands vinrent le reconnaître pour leur souverain après la mort de son
prédécesseur. Il ne faut pas chercher les motifs de cette éducation
dans des considérations morales qui sont fort loin des Nègres. Comme
ce jeune prince se trouve appelé au gouvernement d'un royaume dont il
ignore les intérêts et les maximes, il est obligé de prendre l'avis
des grands dans toutes sortes d'occasions, et de se remettre sur eux
du soin de l'administration. Ainsi le pouvoir se perpétue d'autant
plus sûrement entre leurs mains, que leurs dignités et leurs titres
sont héréditaires, et que c'est toujours l'aîné des enfans mâles qui
succède au rang et à la fortune de son père: il est vrai qu'il n'est
pas trop convenable que le fils et l'héritier d'un roi garde les
pourceaux; mais l'éducation que les princes reçoivent dans leur palais
est ordinairement plus mauvaise que celle qu'ils auraient partout
ailleurs, et ils ne peuvent y remédier que par l'éducation de
l'expérience, qui malheureusement est un peu tardive.

On ne sait jamais dans quelle partie du palais le roi passe la nuit.
Bosman ayant demandé un jour à son principal officier où était la
chambre à coucher du roi, n'obtint pour réponse qu'une autre question:
«Où croyez-vous que Dieu dorme? Il est aussi facile, ajouta-t-il, de
savoir où le roi dort.» C'est apparemment pour augmenter le respect du
peuple qu'on le laisse dans cette ignorance, ou pour éloigner du roi
d'autres sortes de périls par l'incertitude où l'on serait de le
trouver, si l'on en voulait à sa vie.

La couleur rouge est réservée si particulièrement pour la cour, qu'en
fil et en laine, comme en soie et en coton, il n'y a que le roi, ses
femmes et ses domestiques qui aient le droit de la porter; les femmes
du palais ont toujours par-dessus leur pagne une écharpe de cette
couleur, large de dix doigts, et longue de dix aunes, qui est liée
devant elles, et dont elles laissent pendre les deux bouts.

Le roi passe sa vie avec ses femmes: il en a toujours six de la
première classe, richement vêtues et couvertes de joyaux, qui se
tiennent à genoux près de lui. Dans cette posture, elles s'efforcent
de l'amuser par leur entretien; elles l'habillent, elles le servent à
table avec une vive émulation pour lui plaire. S'il s'en trouve une
qui excite ses désirs, il la touche doucement; il frappe des mains, et
ce signal avertit les autres qu'elles doivent se retirer: elles
attendent qu'il les rappelle, ou qu'il en demande six autres; ainsi la
scène change continuellement, au moindre signe de sa volonté. Ses
femmes sont distinguées en trois classes: la première classe est
composée des plus belles et des plus jeunes, et le nombre n'en est pas
borné. Celle qui devient mère du premier fils passe pour la reine,
c'est-à-dire pour la principale femme du palais, et sert de chef à
toutes les autres: elle commande dans toute l'étendue de la maison
royale, sans autre supérieure que la reine-mère, dont l'autorité
dépend du plus ou du moins d'ascendant qu'elle a su conserver sur le
roi son fils. Cette reine-mère a son appartement séparé, avec un
revenu fixe pour son entretien. Lorsqu'elle s'attire un peu de
considération, les présens lui viennent en abondance; mais elle est
condamnée pour toute sa vie au veuvage.

La seconde classe comprend celles qui ont eu des enfans du roi, ou que
leur âge et leurs maladies ne rendent plus propres à son amusement.

La troisième est composée de celles qui servent les autres; elles ne
laissent pas d'être comptées, au nombre des femmes du roi, et d'être
obligées, sous peine de mort, non-seulement de ne lier aucun commerce
avec d'autres hommes, mais de ne jamais sortir du palais sans sa
permission.

Si le roi sort du palais avec ses femmes, elles sont obligées
d'avertir par un cri les hommes qu'elles aperçoivent sur la route: un
Nègre qui sent aussitôt le péril tombe à genoux, se prosterne contre
terre, et laisse passer cette dangereuse troupe sans avoir la
hardiesse de lever les yeux.

Philips observa souvent qu'à l'approche des femmes du roi, tous les
Nègres abandonnaient le chemin. S'ils voyaient un Anglais s'avancer du
même côté, ils l'avertissaient par divers signes de retourner, ou de
se retirer à l'écart. Les Anglais croyaient satisfaire au devoir en
s'arrêtant; ils avaient le plaisir de voir toutes ces femmes qui les
saluaient à leur passage, qui baissaient la tête, qui se baisaient les
mains, et qui faisaient entendre de grands éclats de rire, avec
d'autres marqués de contentement et d'admiration.

Malgré tous les respects que le peuple rend aux femmes du roi, ce
prince les traite lui-même avec peu de considération; il les emploie
comme autant d'esclaves à toutes sortes de services; il les vend aux
marchands de l'Europe, sans autre règle que son caprice; et si l'on en
croit Desmarchais, le palais royal est moins un sérail qu'une de ces
loges que les Français du pays appellent _captiveries_. Il assure que,
si le roi n'a point d'esclaves dans ses prisons, il ne balance point à
prendre une partie de ses femmes, auxquelles il fait appliquer
aussitôt la marque de la compagnie qui les arrête, et il les voit
partir sans regret pour l'Amérique. Philips confirme ce témoignage. En
1693, dit-il, faute d'esclaves ordinaires pour en fournir aux
vaisseaux, le roi vendit trois ou quatre cents de ses propres femmes,
et parut fort satisfait d'avoir rendu la cargaison complète. On ne
saurait douter de la vérité de ce récit; cependant les Hollandais
n'ont jamais obtenu de ces cargaisons de reines; et Bosman, qui était
sur la côte vers le même temps, raconte seulement qu'à la moindre
occasion de dégoût, le roi vend quelquefois dix-huit ou vingt de ses
femmes. Il ajoute que ce retranchement n'en diminue pas le nombre,
parce que trois de ses principaux capitaines ont pour unique office de
remplir continuellement les vides. Lorsqu'ils découvrent une jeune et
belle fille, leur devoir est de la présenter au roi: chaque famille se
croit honorée de contribuer aux plaisirs de son maître: une fille que
son mauvais sort condamne à cet emploi obtient deux ou trois fois
l'honneur d'être caressée par ce prince; après quoi elle est
ordinairement négligée pendant tout le reste de sa vie; aussi la
plupart des femmes sont-elles fort éloignées de regarder le titre de
femme du roi comme une grande fortune; il s'en trouve même qui
préfèrent une prompte mort aux misères de cette condition. Bosman
rapporte qu'un des trois capitaines ayant jeté les yeux sur une jeune
fille, et se disposant à se saisir d'elle pour la conduire au roi,
l'horreur qu'elle conçut pour leur dessein lui fit prendre la fuite:
ils la poursuivirent; mais lorsqu'elle désespéra de pouvoir leur
échapper, elle tourna vers un puits qui se présenta dans sa course,
et, s'y étant jetée volontairement, elle y fut noyée avant qu'on pût
la secourir.

Dès que la mort du monarque est publiée, c'est un signal de liberté
qui met tout le peuple en droit de se conduire au gré de ses caprices;
les lois, l'ordre et le gouvernement paraissent suspendus; ceux qui
ont des haines et d'autres passions à satisfaire prennent ce temps
pour commettre toutes sortes d'excès; aussi les habitans sensés se
renferment-ils dans leurs maisons, parce qu'ils ne peuvent en sortir
sans s'exposer au risque d'être volés ou maltraités; il n'y a que les
grands et les Européens qui puissent paraître sans danger; encore ne
doivent-ils leur sûreté qu'à leur cortége, qui est assez bien armé
pour les garantir des insultes de la populace. Les femmes ne peuvent
faire un pas sans avoir quelque outrage à redouter. Enfin le désordre
et le tumulte sont extrêmes; heureusement qu'ils ne durent pas plus de
quatre ou cinq jours après la publication de la mort du roi. Les
grands emploient ce temps à chercher le prince qui doit lui succéder:
ils l'amènent au palais; une décharge de l'artillerie avertit le
peuple qu'on lui a donné un nouveau roi: au même instant tout rentre
dans l'ordre, le commerce renaît, les marchés sont rouverts, et chacun
retourne à ses occupations ordinaires.

Aussitôt que le nouveau roi s'est mis en possession du palais, il
donne des ordres pour les funérailles de son père. Cette cérémonie est
annoncée par trois décharges de cinq pièces de canon: l'une à la
pointe du jour, l'autre à midi, et la troisième au coucher du soleil.
La dernière est suivie d'une infinité de cris lugubres, surtout dans
le palais et parmi les femmes. Le grand-sacrificateur, qui a la
direction de cette pompe funèbre, fait creuser une fosse de quinze
pieds carrés et cinq pieds de profondeur. An centre, on fait, en forme
de caveau, une ouverture de huit pieds carrés, au milieu de laquelle
on place le corps du roi avec beaucoup de cérémonie. Alors le
grand-sacrificateur choisit huit des principales femmes qui sont
vêtues de riches habits et chargées de toutes sortes de provisions
pour accompagner le mort dans l'autre monde. On les conduit à la
fosse, où elles sont enterrées vives, c'est-à-dire étouffées presque
aussitôt par la quantité de terre qu'on jette dans le caveau.

Après les femmes, on amène les hommes qui sont destinés au même sort;
le nombre n'en est pas fixé. Il dépend de la volonté du nouveau roi et
du grand-sacrificateur; mais, comme tout le monde ignore sur qui leur
choix doit tomber, les domestiques du roi mort se tiennent à l'écart
dans ces circonstances, et ne reparaissent qu'après la cérémonie. De
tous les officiers du palais, il n'y en a qu'un dont le sort soit
réglé par sa condition, et qui ne peut éviter de suivre son maître au
tombeau: c'est celui qui porte le titre de _favori_; l'état de cet
homme est fort étrange. Il n'est revêtu d'aucun office à la cour; il
n'a pas même la liberté d'y entrer, si ce n'est pour demander quelque
faveur. Il s'adresse alors au grand-sacrificateur qui en informe le
roi, et toutes ses demandes lui sont accordées: il a d'ailleurs
quantité de droits qui lui attirent beaucoup de distinction. Dans les
marches, il prend tout ce qui convient à son usage; et les Européens
sont seuls exempts de cette tyrannie. Son habit est une robe à grandes
manches, avec un capuchon qui ressemblé à celui des bénédictins Il
porte une canne à la main: il est exempt de toutes sortes de taxes et
de travaux. Cette liberté absolue, jointe aux témoignages de respect
qu'il reçoit de tous les Nègres rendrait sa vie fort heureuse, si
elle ne dépendait pas de celle d'autrui; mais elle doit être
empoisonnée continuellement par l'idée du sort qui le menace. À peine
le roi est-il mort qu'on le garde soigneusement à vue; et sa tête est
la première qui tombe aussitôt que les femmes ont disparu dans le
tombeau.

Autant les Nègres de la côte d'Or sont belliqueux, autant ceux de
Juida sont timides. On a vu qu'en 1726 ils se laissèrent battre
honteusement par une poignée de Nègres du royaume de Dahomay. Ce n'est
point un déshonneur dans la nation d'avoir abandonné son poste et ses
armes pour prendre la fuite. Outre que les grands en donnent toujours
l'exemple, chacun est porté par son propre intérêt à justifier dans
autrui ce qu'il aurait fait lui-même.

Les Nègres de Juida ont pourtant un grand avantage sur leurs voisins:
ils sont pourvus d'armes à feu, et s'en servent fort habilement. Avec
du courage et de la conduite, ils donneraient bientôt la loi à toutes
les nations qui les environnent.

Dans cette région, la saison des pluies commence au milieu du mois de
mai et finit au commencement du mois d'août: c'est un temps dangereux
pendant lequel les habitans mêmes ne se déterminent pas aisément à
sortir de leurs cabanes; mais le péril est encore plus redoutable pour
les matelots européens. L'eau du ciel tombe moins en gouttes de pluie
qu'en torrens: elle est aussi ardente que si elle avait été chauffée
sur le feu. Dans les lieux étroits, l'air est aussi chaud qu'il nous
le paraît en Europe à l'ouverture d'un four. Il n'y a point d'autre
ressource que de se faire rafraîchir continuellement par les Nègres
avec de grands éventails de peau.

Le terroir de Juida est rouge; il est aussi fertile qu'on en peut
juger par les trois moissons qu'il produit annuellement. Cependant les
arbres sont rares sur la côte, jusqu'à ce qu'on ait passé l'Eufrate;
c'est pourquoi l'on regarde comme un grand crime, dans la nation, de
les abattre ou d'en couper même une branche. Ils sont respectés des
Nègres comme autant de divinités. Les étrangers ne sont pas moins
sujets à cette loi que les habitans. Il en coûta cher à quelques
Hollandais pour avoir entrepris un jour de couper un arbre; leurs
marchandises furent pillées, et plusieurs de leurs gens massacrés.
Desmarchais juge que cette consécration des arbres est une invention
politique des rois du pays pour empêcher que le peu qui en reste ne
soit entièrement détruit.

Le pays est rempli de palmiers; mais les habitans ont peu de goût pour
le vin qu'on en tire. Leur bière est une liqueur qu'ils préfèrent au
vin, et la plupart ne cultivent leurs palmiers qu'à cause de l'huile.

Le fromager ou polou produit, comme on l'a vu plus haut, une espèce de
duvet court, mais d'une grande beauté, qui fait de fort bonnes
étoffes, lorsqu'il est bien cardé. Un directeur anglais en fit teindre
une pièce en écarlate. Tous les Européens du pays furent charmés de sa
finesse, de sa force et de l'excellence incomparable de la couleur. On
pourrait employer aussi cette espèce de coton à faire des chapeaux,
qui seraient tout à la fois beaux, légers et fort chauds.

Le terroir de Juida est aussi propre à la culture des cannes à sucre
et de l'indigo qu'aucun autre pays du monde. L'indigo y croit fort
abondamment, et il égale, s'il ne surpasse pas, celui de l'Asie et de
l'Amérique.

Toutes les racines qui croissent sur la côte d'Or croissent avec peu
de culture dans le pays de Juida. Il a les mêmes sortes de blé que la
côte d'Or, et on l'emploie aux mêmes usages.

Tous les habitans, sans en excepter les esclaves, boivent uniquement
de la bière, parce que l'eau de leurs puits, qui ont ordinairement
vingt on trente brasses de profondeur sur sept ou huit pieds de
largeur, est si froide et si crue, qu'elle ne peut être que fort
malsaine dans un climat si chaud. On n'en saurait boire quatre jours
sans gagner la fièvre. D'un autre côté, comme la bière forte est trop
chaude, les Européens sont obligés d'y mêler une égale quantité d'eau,
ce qui en fait une liqueur saine et agréable. Bosman ajoute qu'il n'y
a pas un seul four dans le pays. Les habitans cuisent tout à l'eau,
jusqu'à leur pain.

Le royaume de Juida est trop peuplé pour servir de retraite aux bêtes
farouches. Les éléphans, les buffles et les panthères s'arrêtent dans
les montagnes qui séparent le pays des terres intérieures. On y voit
les plus beaux singes du monde, et de toutes les espèces; mais ils
sont tous également médians ou capricieux.

Les oiseaux les plus extraordinaires du pays ont déjà paru, dans la
description des côtes occidentales de l'Afrique, sous le nom général
d'oiseaux rouges, bleus, noirs ou jaunes. Ils ne sont pas connus
autrement, et leur différence ne consiste que dans l'éclat de leurs
nuances, qui sont un peu plus vives et plus luisantes. À chaque mue,
ces oiseaux changent de couleur; de sorte qu'après avoir été noirs une
année, ils deviennent bleus ou rouges l'année suivante, et jaunes ou
verts l'année d'après. Leurs changemens ne roulent jamais qu'entre
cinq couleurs, et jamais ils n'en prennent plus d'une à la fois. Le
royaume de Juida est rempli de ces charmans animaux; mais ils sont
d'une délicatesse qui les rend fort difficiles à transporter.

Si l'on mangeait les chauves-souris en Afrique comme aux Indes
orientales, on n'aurait jamais à craindre la famine. Elles y sont si
communes, qu'elles obscurcissent le ciel au coucher du soleil. Le
matin, à la pointe du jour, elles s'attachent au sommet des grands
arbres, pendues l'une à l'autre comme un essaim d'abeilles ou comme
une grappe de cocos. C'est un amusement de rompre cette chaîne d'un
coup de fusil, et de voir l'embarras où ces hideuses créatures sont
pendant le jour. Leur grosseur commune est celle d'un poulet. Elles
entrent souvent dans les maisons, où les Nègres se font un passe-temps
de les tuer; mais ils les regardent avec une sorte d'horreur; et,
quoique la faim paraisse les presser continuellement, ils ne sont pas
tentés d'en manger.

La sûreté des Européens sur la côte de Juida ne tient point à leurs
forts, peu capables de résistance. La seule utilité d'une barrière si
faible serait d'arrêter les premiers coups d'une attaque soudaine;
car, outre le mauvais état des fortifications, la barre qui est entre
les mains des Nègres ne laisse aucune espérance de secours par mer. Il
n'y a point d'autre principe de sûreté que l'intérêt même des
marchands et des seigneurs nègres, qui préfèrent le cours habituel du
commerce à un pillage passager; et, sans une raison si puissante, tous
les forts des Européens seraient détruits depuis long-temps. Il en est
tout autrement sur la côte d'Or, où non-seulement les forteresses sont
plus considérables, mais où la facilité d'aborder sur la côte donne
constamment celle d'y porter du secours.

On lit dans Desmarchais que non-seulement la disposition des
appartemens intérieurs est fort belle dans le palais du roi de Juida,
mais que les meubles n'ont rien d'inférieur à ceux de l'Europe. On y
voit des lits magnifiques, des fauteuils, des canapés, des tabourets,
en un mot, tout ce qui peut servir à l'ornement d'une maison. Les
grands et les riches négocians imitent l'exemple du roi; ils ont
jusqu'à d'habiles cuisiniers nègres, qui ont pris des leçons dans nos
comptoirs; et les facteurs qui dînent chez eux ne trouvent pas de
différence entre leur table et celle des meilleures maisons de
l'Europe. Ils ont déjà pris l'usage de faire des provisions de vins
d'Espagne et de Canarie; de Madère, et même de France. Ils aiment
l'eau-de-vie et les liqueurs fines; ils savent distinguer les
meilleures. Les confitures, le thé, le café et le chocolat ne leur
sont plus étrangers. Le linge de leur table est fort beau. Ils ont
jusqu'à de la vaisselle d'argent et de la porcelaine. Enfin, loin de
conserver aucune trace de l'ancienne barbarie, ils sont non-seulement
civilisés, mais polis. Cet éloge ne regarde néanmoins que les grands
et les riches; car on aperçoit peu de changement dans le peuple.

En 1670, un commandant français, nommé d'Elbée, fit un voyage dans le
royaume d'Ardra, voisin de celui de Juida. Les Français y avaient un
comptoir dans le canton d'Offra. D'Elbée pria le roi de leur laisser
la liberté d'en bâtir un autre à leur gré, parce que celui qu'il leur
avait donné lui-même était trop petit et fort incommode. Il le supplia
de donner des ordres pour la sûreté du directeur et des facteurs
d'Offra. Le monarque répondit que les Français pouvaient compter sur
sa protection; qu'il ne souffrirait pas qu'on leur donnât le moindre
sujet de plainte, et qu'il allait même ordonner que les dettes de ses
sujets fussent payées dans l'espace de vingt-quatre heures; qu'à
l'égard du comptoir d'Offra, il chargerait le prince son fils et ses
deux grands capitaines de s'y rendre en personne pour faire augmenter
les bâtimens; mais qu'il ne pouvait permettre aux facteurs français de
bâtir suivant les usages de leur pays: «Vous commencerez, lui dit-il,
par une batterie de deux pièces de canon; l'année d'après vous en
aurez une de quatre, et par degrés votre comptoir deviendra un fort
qui vous rendra maître de mon pays et capable de me donner des lois.»

D'Elbée dîna chez le grand-prêtre d'Ardra qui, par une complaisance
singulière et contraire aux usages du pays, lui laissa voir ses
femmes. Elles étaient rassemblées dans une galerie au nombre de
soixante-dix ou quatre-vingts, assises sur des nattes des deux côtés
de la galerie, assez serrées l'une près de l'autre. L'arrivée du
pontife et celle des étrangers parut leur causer aussi peu d'émotion
que de curiosité. Leur modestie dans une occasion si extraordinaire
parut fort louable à d'Elbée. Mais que penser de Labat, son éditeur,
qui semble croire ici qu'en vertu de sa correspondance avec le diable,
le grand-prêtre avait fasciné les yeux de ses femmes jusqu'à les
empêcher d'apercevoir les Français?

Au coin de la galerie, d'Elbée observa une figure blanche de la
grandeur d'un enfant de quatre ans. Il demanda ce qu'elle signifiait:
«C'est le diable, lui dit le prêtre.--Mais le diable n'est pas blanc,
lui répondit d'Elbée.--Vous le faites noir, répliqua le prêtre; mais
c'est une grande erreur. Pour moi, qui l'ai vu et qui lui ai parlé
plusieurs fois, je puis vous assurer qu'il est blanc. Il y a six mois,
continua-t-il, qu'il m'apprit le dessein que vous aviez formé en
France de tourner ici votre commerce. Vous lui êtes fort obligé,
puisque, suivant ses avis, vous avez négligé les autres cantons pour
trouver ici plus promptement votre cargaison d'esclaves.»

Depuis que les contrées de Juida et de Popo ont été démembrées du
royaume d'Ardra, son étendue n'est pas considérable du côté de la mer.
Il n'a pas plus de vingt-cinq lieues le long de la côte; mais,
s'enfonçant bien loin dans les terres, ses bornes à l'est et à
l'ouest, qui sont les rivières de Volta et de Benin, renferment un
espace d'environ cent lieues. Le peuple d'Ardra ignore l'art de lire
et d'écrire. Il emploie pour les calculs, et pour aider sa mémoire, de
petites cordes, avec des noeuds qui ont leur signification, usage que
les Espagnols trouvèrent établi chez les Péruviens. Les grands, qui
entendent la langue portugaise, la lisent et l'écrivent fort bien;
mais ils n'ont point de caractères pour leur propre langue.

D'Elbée parle d'une coutume fort bizarre. Une femme mariée qui se
prostitue à un esclave devient elle-même l'esclave du maître de son
amant, lorsque ce maître est d'une condition supérieure à celle du
mari; mais, au contraire, si la dignité du mari l'emporte, c'est
l'adultère qui devient son esclave.

Tous les officiers de la maison du roi joignent le titre de capitaine
au nom de leur emploi. Ainsi le grand-maître d'hôtel se nomme
capitaine de la table; le pourvoyeur, capitaine des vivres;
l'échanson, capitaine du vin, etc. Personne ne voit manger le roi. Il
est même défendu, sous peine de mort, de le regarder lorsqu'il boit.
Un officier donne le signal avec deux baguettes de fer, et tous les
assistans sont obligés de se prosterner le visage contre terre. Celui
qui présente la coupe doit avoir le dos tourné vers le roi, et le
servir dans cette posture. On prétend que cet usage est institué pour
mettre sa vie à couvert de toutes sortes de charmes et de sortiléges.
Un jeune enfant, que le roi aimait beaucoup, et qui s'était endormi
près de lui, eut le malheur de s'éveiller au bruit des deux baguettes,
et de lever les yeux sur la coupe au moment que le roi la touchait de
ses lèvres. Le grand-prêtre, qui s'en aperçut, fit tuer aussitôt
l'enfant et jeter quelques gouttes de son sang sur les habits du roi
pour expier le crime et prévenir de redoutables conséquences. Le roi
est toujours servi à genoux. On rend les mêmes respects aux plats qui
vont à sa table et qui en sortent; c'est-à-dire qu'à l'approche de
l'officier qui les conduit, tout le monde se prosterne et baisse le
visage jusqu'à terre. C'est un si grand crime d'avoir jeté les yeux
sur les alimens du roi, que le coupable est puni de mort, et toute sa
famille condamnée à l'esclavage. Il faut supposer néanmoins, ajoute
fort sensément d'Elbée, que les cuisiniers et les officiers qui
portent les vivres sont exempts de cette loi.

Quoique les femmes du roi soient en fort grand nombre, il n'y en a
qu'une qui soit honorée du titre de reine. C'est celle qui devient
mère du premier enfant mâle. Les autres sont moins ses compagnes que
ses esclaves. L'autorité qu'elle a sur elles est si étendue, qu'elle
les vend quelquefois pour l'esclavage, sans consulter même le roi, qui
est obligé de fermer les yeux sur cette violence. D'Elbée fut témoin
d'une aventure qui confirme ce récit. Le roi Tofizon ayant refusé à la
reine quelques marchandises ou quelques bijoux qu'elle désirait, cette
impérieuse princesse se les fit apporter secrètement; et pour les
payer au comptoir, elle y fit conduire huit femmes du roi, qui
reçurent immédiatement la marque de la compagnie, et furent conduites
à bord.

Le commerce d'Ardra consiste en esclaves et en denrées. Les Européens
tirent annuellement de cette contrée environ trois mille esclaves. Une
partie de ces malheureux est composée de prisonniers de guerre;
d'autres viennent des provinces tributaires du royaume, et sont levés
en forme de contribution. Quelques-uns sont des criminels dont le
supplice est changé en un bannissement perpétuel; d'autres sont nés
dans l'esclavage, tels que les enfans mêmes des esclaves, à quelque
fonction que leurs pères aient été employés. Enfin d'autres sont des
débiteurs insolvables qui ont été vendus au profit de leurs
créanciers. Tous les Nègres qui ont manqué de soumission pour les
ordres du roi sont condamnés à mort sans espérance de grâce, et leurs
femmes, avec tous leurs parens, jusqu'à un certain degré, deviennent
esclaves du roi.

Les compagnies de France et de Hollande ayant eu quelques démêlés pour
la préséance, le roi d'Ardra, pour s'éclaircir des droits et de la
puissance de leurs maîtres, envoya un ambassadeur à Louis XIV, en
1670. On étala devant lui toute la magnificence de la cour, et
l'audience fut pompeuse. Avant d'y arriver, il visita les appartemens;
il vit les troupes de la maison du roi et tout ce que Versailles
pouvait avoir de plus brillant. Il regarda tout avec beaucoup
d'attention; et lorsqu'on lui demanda ce qu'il en pensait, il
répondit: «Je vais voir le roi, qui est fort au-dessus de tout ce que
je vois.» Cette réponse, quoique ingénieuse et délicate, ne doit pas
étonner dans un courtisan d'un monarque africain, accoutumé chez lui à
rapporter toutes ses idées au respect le plus servile de la royauté.
Chez ces peuples barbares, comme chez les peuples polis, on sait
flatter partout où il y a un maître.

Bosman, et Barbot après lui, divisent cette région en deux parties,
qu'ils nomment le grand et le petit Ardra. Sous le nom de petit Ardra
ils comprennent toute la côte maritime, remontant dans les terres
jusqu'au delà d'Offra, dont elle porte aussi le nom. Ils renferment
tout le reste sous le nom du grand Ardra.

Le pays est plat et uni, et le terroir fertile. On ne voit pas plus
d'éléphans dans le royaume d'Ardra que dans celui de Juida. Les Nègres
du pays en tuèrent un du temps de Bosman; mais ils assuraient qu'on
n'en avait pas vu d'exemple depuis plus de soixante ans. Cet animal
s'était sans doute égaré de quelque pays voisin du côté de l'est, où
le nombre de ces animaux est extraordinaire.

Les Européens ne connaissent du royaume d'Ardra qu'un petit nombre de
villes, la plupart voisines de la mer.

Il y a peu de différence entre les habitans de ce royaume et ceux de
Juida pour les moeurs, le gouvernement et la religion.

Les principales forces du roi d'Ardra consistent dans une armée de
quarante mille hommes de cavalerie, qu'il peut mettre en campagne au
premier ordre. Il n'y a d'ailleurs que l'enfance et la vieillesse qui
dispensent ses sujets de prendre les armes lorsqu'il les appelle sous
ses enseignes.

L'intérieur des terres a des états encore plus puissans. Pendant que
d'Elbée était à la cour d'Ardra, il vit arriver des ambassadeurs d'un
grand monarque qui venaient avertir le roi que plusieurs de ses
sujets avaient porté des plaintes à leur maître, et lui déclarer de sa
part que, si les gouverneurs du royaume d'Ardra ne traitaient pas ce
peuple avec plus de douceur, il serait obligé, contre ses propres
désirs, de marcher au secours de ceux qui demanderaient sa protection.
Le roi d'Ardra reçut cette menace avec un sourire; et, pour faire
éclater le mépris qu'il en faisait, il envoya les ambassadeurs au
supplice. Après cette insulte, le monarque des terres intérieures fit
entrer dans le royaume d'Ardra une armée innombrable, qui porta de
tous côtés le ravage et la désolation. Son général retourna chargé de
butin, et s'attendait à recevoir des récompenses du roi; mais ce fier
monarque le fit pendre à son arrivée, parce qu'il ne lui avait point
amené le roi même d'Ardra, dont sa vengeance demandait la tête plutôt
que la ruine de ses sujets. Il y a beaucoup d'apparence que cette
nation redoutable, dont l'auteur ne nous apprend pas le nom, est celle
des Oyos ou des Oycos, nommés Yos par Snelgrave.

Mais, dans ces derniers temps, les Nègres d'Ardra n'ont point eu de
plus mortels ennemis que ceux de Dahomay, et l'on a déjà vu que leur
pays est devenu la proie de ces barbares vainqueurs. La nation et le
pays des Dahomays n'ont guère été connus que par leurs conquêtes et
leurs cruautés.



CHAPITRE IV.

Royaume de Benin.


Le royaume de Benin, dont les bornes ne sont pas déterminées avec
beaucoup de certitude, paraît situé entre le 8e. degré nord et
l'équateur. Il est borné à l'ouest par le royaume d'Ardra; au sud, par
le golfe et par le pays d'Ouare où d'Overry et de Callabar; à l'est et
au nord, par des royaumes dont on ne connaît que les noms.

Juan Alfonso di Aveiro fit la découverte du royaume de Benin en
remontant la rivière qu'il nomma _Formosa_ ou _la Belle_, et que les
Français, les Anglais et les Hollandais appellent _rivière de Benin_.
Elle se jette dans le golfe de Guinée, près des îles Carama, à
cinquante lieues à l'est de la rade d'Iakin. La multitude de ses bras
forme un grand nombre d'îles, entre lesquelles il s'en trouvé de
flottantes, que le vent et les travados poussent souvent d'un lieu à
l'autre, et rendent par conséquent fort dangereuses pour la
navigation. Elles sont couvertes d'arbustes et de roseaux.

La rivière de Benin a quatre principales villes où les Hollandais
portent leur commerce, et où cette raison attire un grand nombre de
Nègres, surtout à l'arrivée des vaisseaux; on les nomme Bodado,
Arbon, Gatton et Meiberg.

Quoique le royaume soit fort peuplé, il s'en faut beaucoup qu'il le
soit autant que celui d'Ardra, du moins à proportion de la grandeur.
Les villes y sont très-éloignées l'une de l'autre sur la rivière et
sur la côte. La capitale est considérable.

En général, les habitans du royaume de Benin sont d'un fort bon
naturel, doux, civils et capables de se rendre à la raison, lorsqu'on
emploie de bonnes manières pour les persuader. Leur faites-vous des
présens, ils vous en rendent au double. Si vous leur demandez quelque
chose qui leur appartienne, il est rare qu'ils le refusent, quoiqu'ils
en aient eux-mêmes besoin. Mais les traiter durement, ou prétendre
l'emporter par la force, c'est s'exposer à ne rien obtenir. Ils sont
habiles dans les affaires, et fort attachés à leurs anciens usages. En
se prêtant un peu à leurs idées, il est aisé d'entreprendre avec eux
toutes sortes de commerce.

Entre eux ils sont civils et complaisans dans la société, mais
réservés et défians dans les affaires. Ils traitent tous les Européens
avec politesse, à l'exception des Portugais, pour lesquels ils ont de
l'aversion; mais ils ont une prédilection déclarée pour les
Hollandais.

On représente les Nègres de Benin comme un peuple ennemi de la
violence, juste à l'égard des étrangers, et si plein de déférence
pour eux, qu'un portefaix du pays, quoique pesamment chargé, se
retire pour laisser le passage libre à un matelot de l'Europe. C'est
un crime capital dans la nation d'outrager le moindre Européen. La
punition est sévère. On arrête le coupable, on lui lie les mains
derrière le dos, on lui bouche les yeux, et, lui faisant pencher la
tête, on la lui abat d'un coup de hache. Le corps est partagé en
quatre parties, et jeté aux bêtes féroces. Cette sévérité porte à
croire qu'ils trouvent de grands avantages dans le commerce des
Européens.

Ils sont très-déréglés dans leurs moeurs, et livrés à tous les excès
de l'incontinence. Ils attribuent eux-mêmes ce penchant à leur vin de
palmier et à la nature de leurs alimens. Ils évitent les obscénités
grossières dans leurs conversations; mais ils aiment les équivoques;
et ceux qui ont l'art d'envelopper des idées sales sous des
expressions honnêtes passent pour des gens d'esprit. Ils auraient la
même réputation parmi nous.

L'usage pour les deux sexes est d'être nu jusqu'au temps du mariage, à
moins qu'on n'obtienne du roi le privilége de porter plus tôt des
habits; ce qui passe pour une si grande faveur, qu'elle est célébrée
dans les familles par des réjouissances et des fêtes.

Le goût de la bonne chère, est commun à toute la nation; aussi les
personnes riches n'épargnent rien pour leur table. Le boeuf, le
mouton, la volaille, sont leurs mets ordinaires, et la poudre ou la
farine d'igname, bouillie à l'eau ou cuite sous la cendre, leur
compose une espèce de pain. Ils se traitent souvent les uns les
autres, et les restes de leurs festins sont distribués aux pauvres.

Dans les conditions inférieures, la nourriture commune est du poisson
frais, cuit à l'eau, ou séché au soleil, après avoir été salé.

La jalousie des Nègres est fort vive entre eux; mais ils accordent aux
Européens toutes sortes de libertés auprès de leurs femmes; et cette
indulgence va si loin, qu'un mari que ses affaires appellent hors de
sa maison, y laisse tranquillement un Hollandais, et recommande à ses
femmes de le réjouir et de l'amuser. D'un autre côté, c'est un crime
pour les Nègres d'approcher de la femme d'autrui. Dans les visites
qu'ils se rendent entre eux, leurs femmes ne paraissent jamais, et se
tiennent renfermées dans quelque appartement intérieur; mais tout est
ouvert pour un Européen, et le mari les appelle lui-même, lorsqu'elles
sont trop lentes à se présenter. Est-ce déférence pour les Européens
ou mépris?

Huit ou quinze jours après la naissance, et quelquefois plus tard, les
enfans des deux sexes reçoivent la circoncision.

Dans la ville d'Arébo, les habitans ont l'usage abominable d'égorger
une mère qui met au monde deux enfans à la fois: ils la sacrifient,
elle et ses deux fruits, à l'honneur d'un certain démon qui habite un
bois voisin de la ville. À la vérité, le mari est libre de racheter
sa femme en offrant à sa place une esclave du même sexe; mais les
enfans sont condamnés sans pitié. Les voyageurs devraient bien nous
donner quelque raison ou quelque prétexte d'une si étrange barbarie.

Un roi de Benin n'a pas plus tôt rendu le dernier soupir, qu'on ouvre
près du palais une fort grande fosse, et si profonde, que les ouvriers
sont quelquefois en danger d'y périr par la quantité d'eau qui s'y
amasse. Cette espèce de puits n'a de largeur que par le fond; et
l'entrée, au contraire, est assez étroite pour être bouchée facilement
d'une grande pierre. On y jette d'abord le corps du roi; ensuite on
fait faire le même saut à quantité de ses domestiques de l'un et de
l'autre sexe, qui sont choisis pour cet honneur. Après cette première
exécution, on bouche l'ouverture du puits, à la vue d'une foule de
peuple, que la curiosité retient nuit et jour dans le même lieu. Le
jour suivant on lève la pierre, et quelques officiers destinés à cet
emploi baissent la tête vers le fond du trou pour demander à ceux
qu'on y a précipités s'ils ont rencontré le roi. Au moindre cri que
ces malheureux peuvent faire entendre, on rebouche le puits, et le
lendemain on recommence la même cérémonie, qui se renouvelle encore
les jours suivans, jusqu'à ce que, le bruit cessant dans la fosse, on
ne doute plus que toutes les victimes ne soient mortes.

Après cette première exécution, le premier ministre d'état en va
rendre compte au successeur du roi mort, qui se rend aussitôt sur le
bord du puits, et qui, l'ayant fait fermer en sa présence, fait
apporter sur la pierre toutes sortes de viandes et de liqueurs pour
traiter le peuple. Chacun boit et mange abondamment jusqu'à la nuit.
Ensuite cette multitude de gens échauffés par le vin parcourt toutes
les rues de la ville en commettant les derniers désordres. Elle tue
tout ce qu'elle rencontre, hommes et bêtes, leur coupe la tête, et
porte les corps au puits sépulcral, où elle les précipite comme une
nouvelle offrande que la nation fait à son roi. Quelles moeurs
épouvantables! Il semble que sous cette zone brûlante les têtes soient
de temps en temps agitées d'un délire sanguinaire, et que ces peuples
barbares aient un affreux besoin de crimes, de superstitions et de
sang. Tel est donc l'homme de la nature, fort au-dessous des tigres et
des singes, quand sa raison n'est pas cultivée!

Ils ont peu d'industrie et de goût pour le travail. Tous ceux qui ne
sont point assez pauvres pour se trouver forcés d'employer leurs bras
laissent le fardeau des occupations manuelles à leurs femmes et à
leurs esclaves.

Tous les esclaves mâles qui servent ou qui se vendent dans le pays
sont étrangers; ou si quelques habitans sont condamnés à l'esclavage
pour leurs crimes, il est défendu de les vendre pour être
transportés. La liberté est un privilége naturel de la nation, auquel
le roi même ne donne jamais d'atteinte. Chaque particulier se qualifie
d'esclave de l'état; mais cette qualité n'emporte pas d'autre
dépendance que celle de tous les peuples libres à l'égard de leur
prince et de leur patrie. Les femmes, toujours humiliées et
maltraitées en Afrique, sont seules exceptées d'une loi si favorable
aux hommes, et peuvent être vendues et transportées au gré de leurs
maris.

Le règne des fétiches est établi à Benin comme sur toutes les côtes
précédentes; mais les habitans ont des notions d'un Être Suprême et
d'une nature invisible qui a créé le ciel et la terre, et qui continue
de gouverner le monde par les lois d'une profonde sagesse. Ils
l'appellent _Orissa_: ils croient qu'il est inutile de l'honorer,
parce qu'il est nécessairement bon; au lieu que, le diable étant un
esprit méchant qui peut leur nuire, ils se croient obligés de
l'apaiser par des prières et des sacrifices.

L'année est composée de quatorze mois. Leur dimanche, ou le jour de
repos, revient de cinq en cinq jours; il est célébré par des offrandes
et des sacrifices.

Il y a beaucoup d'autres jours consacrés à la religion. Dapper s'étend
sur la fête anniversaire qu'on célèbre à l'honneur des morts: il
assure qu'on sacrifie dans cette occasion non-seulement un grand
nombre d'animaux, mais plusieurs victimes humaines, qui sont
ordinairement des criminels condamnés à mort, et réservés pour cette
solennité: l'usage en demande vingt-cinq; s'il s'en trouve moins, les
officiers du roi ont ordre de parcourir les rues de Benin pendant la
nuit, et d'enlever indifféremment toutes les personnes qu'ils
rencontrent sans lumière: on permet au riche de se racheter; mais les
pauvres sont immolés sans pitié, comme il le sont partout ailleurs.

L'état est composé de trois ordres, dont trois grands forment le
premier. Leur principale fonction est d'être sans cesse près de la
personne du roi, et de servir d'interprètes ou d'organes aux grâces
qu'on lui demande et qu'il accorde. Comme ils ne lui expliquent que ce
qu'ils jugent à propos, et qu'ils donnent le tour qu'il leur plaît à
ses réponses, le pouvoir du gouvernement semble résider entre leurs
mains.

Le second ordre de l'état est composé de ceux qui portent le titre de
_are de roés_ ou _chefs des rues_. Les uns dominent sur le peuple,
d'autres sur les esclaves, sur les affaires militaires, sur les
bestiaux, sur les fruits de la terre, etc.: on aurait peine à nommer
quelque chose de connu dans la nation qui n'ait aussi son chef ou son
intendant. C'est parmi les _are de roés_ que le monarque choisit ses
vices-rois ou gouverneurs de provinces; ils sont soumis à l'autorité
des trois premiers grands, comme c'est à leur recommandation qu'ils
sont redevables de leurs emplois.

Les _fiadors_ ou _viadors_ composent le troisième ordre: ce sont les
agens du commerce avec les Européens.

Lorsqu'un seigneur nègre est élevé à un de ces trois grands postes, le
roi lui donne, comme une marqué insigne de faveur et de distinction,
un cordon de corail, qui est l'équivalent de nos ordres de chevalerie.
Cette grâce s'accorde aussi aux _mercadors_ ou facteurs qui se sont
signalés dans leur profession, aux _fulladors_ ou intercesseurs, «et
aux vieillards d'une sagesse éprouvée: ceux qui l'ont reçue du
souverain sont obligés de porter sans cesse leur cordon ou leur
collier autour du cou, et la mort serait le châtiment infaillible de
ceux qui le quitteraient un instant: on en cite un exemple frappant.
Un Nègre à qui l'on avait dérobé son cordon fut conduit sur-le-champ
au supplice; le voleur, ayant été arrêté, subit le même sort avec
trois autres personnes qui avaient eu quelque connaissance du crime
sans l'avoir révélé à la justice; ainsi, pour une chaîne de corail qui
ne valait pas deux sous, il en coûta la vie à cinq personnes.

Les Nègres de ce pays n'ont pas autant de penchant pour le vol que
ceux des autres contrées. Le meurtre est encore plus rare que le vol:
il est puni de mort. Cependant, si le meurtrier était d'une haute
distinction, tel qu'un des fils dû roi, ou quelque grand seigneur du
premier ordre, il serait banni sur les confins du royaume, et conduit
dans son exil par une grosse escorte; mais, comme on ne voit jamais
revenir aucun de ces exilés, et qu'on n'en reçoit même aucune
nouvelle, ces Nègres sont persuadés qu'ils passent bientôt dans le
pays de l'oubli. S'il arrive à quelqu'un de tuer son ennemi d'un coup
de poing, ou d'une manière qui ne soit pas sanglante, le meurtrier
peut s'exempter du supplice à deux conditions: l'une, de faire
enterrer le mort à ses propres dépens; l'autre, de fournir un esclave
qui soit exécuté à sa place. Il paie ensuite une somme assez
considérable aux trois ministres, après quoi il est rétabli dans tous
les droits de la société, et les amis du mort sont obligés de paraître
satisfaits.

Tous les autres crimes, à l'exception de l'adultère, s'expient avec de
l'argent; l'amende est proportionnée à la nature de l'offense. Si les
criminels sont insolvables, ils sont condamnés à des peines
corporelles.

Il y a plusieurs punitions pour l'adultère: la bastonnade parmi le
peuple, et la mort parmi les grands.

Après la mort du roi, le successeur se retire ordinairement dans un
village nommé Oisébo, assez près de Benin, pour y tenir sa cour,
jusqu'à ce qu'il soit instruit des règles du gouvernement. Dans cet
intervalle, la reine-mère et les ministres, dépositaires des volontés
du roi, sont chargés de l'administration. Lorsque le temps de
l'instruction est fini, le roi quitte Oisébo, et va prendre possession
du palais et de l'autorité royale; il pense ensuite à se défaire de
ses frères, pour assurer la tranquillité de son règne. Les barbaries
politiques en usage parmi les despotes d'Orient, qui ont à se disputer
de grands empires, se retrouvent dans les villages nègres qu'on nomme
_royaumes_.

Le royaume d'Overry ou d'Ouare, tributaire de celui de Benin, est
situé sur les bords du Rio-Forcado: sa capitale, qui communique son
nom à tout le pays, est sur le même fleuve, à trente lieues de
l'embouchure.

La pluralité des femmes y est en usage, comme dans toutes les autres
parties de la Guinée; mais, à la mort du mari, toutes les veuves
appartiennent au roi, qui dispose d'elles suivant son intérêt ou son
goût. La religion du pays ne diffère de celle de Benin qu'à l'égard
des sacrifices d'hommes ou d'enfans, dont on ne parle à Overry qu'avec
horreur. Les habitans croient qu'il n'appartient qu'au diable de
répandre le sang humain; était-ce donc à ces peuples ignorans et
grossiers que devait appartenir cette idée vraiment sublime, qui donne
une si belle leçon aux nations les plus policées?

Depuis le cap de Formose, en suivant la côte qui descend vers le sud,
on trouve le pays de Callabar ou Rio-Réal, la rivière de Camarones et
la rivière d'Angra. Toutes ces régions, jusqu'au cap Sainte-Claire,
n'offrent rien qui soit digne d'attention.

Après le cap Sainte-Claire, la côte tourne tout d'un coup à l'est,
pendant l'espace de six lieues, pour former la baie de Rio-Gabon, ou
Gabaon, comme l'appellent les Portugais.

Outre le motif de commerce, quantité de vaisseaux sont attirés dans
cette baie par la commodité qu'on y trouve pour se radouber.

Le commerce de Rio-Gabon consiste en ivoire, en cire, en miel, etc.
Les habitans ont une coutume singulière: quelque avidité qu'ils aient
pour l'eau-de-vie, ils n'en boiraient point une goutte à bord, avant
d'avoir reçu quelque présent. S'ils trouvent qu'on ait trop de lenteur
à l'offrir, ils ont l'effronterie de demander si l'on s'imagine qu'ils
soient capables de boire pour rien: ceux qui ne les paient point
ainsi, pour la peine qu'ils prennent de boire, ne doivent point
espérer de faire avec eux le moindre commerce.

On représente les habitans de Rio-Gabon comme un peuple farouche et
cruel. Ils n'épargnent personne, et bien moins les étrangers. En 1601,
les Hollandais éprouvèrent leur cruauté, lorsque ces barbares, s'étant
saisis de deux canots de cette nation, massacrèrent inhumainement
l'équipage. Si l'on en croit les voyageurs, les premières lois de la
nature paraissent inconnues ou comme effacées chez ce peuple par une
longue dépravation.

Quoique les Nègres de Gabon ne composent point une nation nombreuse,
ils sont divisés en trois classes: l'une qui est attachée au roi,
l'autre au prince son fils, et la troisième qui ne reconnaît point
d'autre maître qu'elle-même. Les deux premières, sans être en guerre
ouverte, font profession de se haïr, et cherchent pendant la nuit
l'occasion de se battre et de s'entre-piller.

Ils n'ont pas l'usage de boire en mangeant; mais, après leur repas,
ils prennent plaisir à s'enivrer de vin de palmier, ou d'un mélange de
miel et d'eau qui ressemble à notre hydromel. Ils donnent une
fort-belle dent d'éléphant pour une mesure d'eau-de-vie, qu'ils ont
quelquefois vidée avant de sortir du vaisseau. Lorsque l'ivresse
commence à les échauffer, la moindre dispute les met aux mains, sans
respect pour leurs rois ni pour leurs prêtres, qui entrent à coups de
poings dans la mêlée pour ne pas demeurer spectateurs inutiles: ils se
battent de si bonne grâce, que leurs chapeaux, leurs perruques, leurs
habits, et tout ce qu'ils viennent d'acheter des Européens, est
précipité dans la mer: au reste, ils sont si peu délicats sur
l'eau-de-vie, qu'avec la moitié d'eau claire et un peu de savon
d'Espagne, pour faire écumer la liqueur, on peut l'augmenter au double
sans qu'ils s'en aperçoivent.

«En un mot, dit Bosman, l'univers n'a point de nation plus barbare et
plus misérable.» Il juge qu'elle tire sa principale substance de la
chasse et de la pêche, parce qu'il n'aperçut dans le pays aucune sorte
de blé, ni aucune trace d'agriculture.

Dans tous les pays qui bordent la rivière, la multitude des bêtes
farouches est incroyable, surtout d'éléphans, de buffles et de
sangliers. Bosman, ayant pris terre avec le capitaine de son vaisseau
et quelques domestiques, poursuivit, l'espace d'une heure, un éléphant
qui avait marché pendant plus d'une lieue sur le rivage, à la vue du
vaisseau; mais il disparut heureusement dans un bois; car, avec si peu
d'hommes, qui n'étaient armés que de mousquets, il y avait de
l'imprudence à presser un animal si redoutable. En revenant de cette
chasse, Bosman rencontra cinq autres éléphans en troupes qui, jetant
sur lui et sur son cortége un regard indifférent, comme s'ils
n'eussent pas jugé quelques hommes dignes de leur colère, les
laissèrent passer tranquillement; Bosman et ses compagnons, par cette
espèce de respect qui naît de la crainte, les saluèrent en ôtant leur
chapeau.

Un autre jour, Bosman tomba sur une bande d'environ cent buffles, et
les ayant forcés de se séparer en plusieurs troupes, il s'attacha aux
plus voisins, sur lesquels ses gens firent pleuvoir une grêle de
balles: il ne parut pas que ces farouches animaux s'en fussent
ressentis; mais ils regardaient leurs ennemis d'un air irrité, comme
s'ils leur avaient reproché cet outrage.

La plupart de ces buffles étaient rougeâtres; ils avaient les cornes
droites et penchées vers les épaules, de la grandeur à peu près de
celles d'un boeuf ordinaire: en courant, ils paraissaient boiteux des
pieds de derrière; mais leur course n'en était pas moins prompte.

Le cap Lopez-Consalvo, qui n'est qu'à dix-huit lieues de Rio-Gabon,
fait les dernières bornes du golfe de Guinée. Un peu plus loin, au
sud, on arrive à l'entrée du royaume d'Angole. Arthur, navigateur
anglais, assure que ce cap n'est pas difficile à reconnaître, parce
que c'est l'endroit de toute la côte qui s'avance le plus à l'ouest:
sa situation est au premier degré de latitude du sud.

Les habitans sont beaucoup plus civilisés qu'à Rio-Gabon; mais le pays
n'abonde pas moins en toutes sortes de bêtes féroces.

Le poisson y est si commun, que d'un seul coup de filet on peut en
prendre de quoi en charger un canot.

Bosman dit que le commerce consiste, comme à Rio-Gabon, en ivoire, en
cire et en miel, qui est en fort grande abondance, dans le pays.



LIVRE VI.

CONGO. CAP DE BONNE-ESPÉRANCE. HOTTENTOTS. MONOMOTAPA.


CHAPITRE PREMIER.

Congo.


Si l'on considère, avec les géographes, le royaume de Congo dans toute
son étendue, elle comprend depuis l'équateur jusqu'au 16e. degré de
latitude sud. On lui donne environ neuf cent cinquante milles de
longueur du nord au sud, et sept cents de largeur de l'ouest à l'est.

Ses bornes au nord sont les pays de Gabon et de Pongo; à l'est, le
royaume de Mokokos ou d'Anzibo, celui de Matamba et le territoire des
Iaggas-Kasangis; au sud, le même territoire, le pays de Mouzoumbo,
Akalounga, et celui de Mataman, dans la région des Cafres; à l'ouest,
l'Océan occidental ou atlantique; mais ces côtes forment un arc dont
les deux extrémités sont le cap de Sainte-Catherine et le cap Nègre,
l'un au nord, et l'autre au sud, tout deux célèbres chez les
navigateurs.

Sous ce point de vue, le Congo peut être divisé en quatre principales
parties, qui sont autant de grands royaumes: 1º. Loango; 2º. Congo,
proprement dit; 3º. Angole; 4º. Benguéla: ces quatre royaumes
s'étendent du nord au sud; celui de Loango, qui est le plus
septentrional, a le pays de Gabon au nord, Mokoko ou Anzibo à l'est,
et le fleuve du Zaïre au sud.

Lopez prétend que le royaume de Loango, habité par les Bramas,
commence, du côté du nord, à l'équateur, et s'étend de la côte dans
l'intérieur des terres l'espace de deux cents milles, en comprenant
dans ses bornes le golfe de Lopez-Consalvo. Ces pays sont peu connu
des Européens, à l'exception de quelques places le long de la côte. De
tous les voyageurs dont les relations ont été publiées, Battel est
celui qui traite l'article de Loango avec le plus d'étendue; il
s'accorde même fort exactement avec Bruno et Dapper, quoiqu'il déclare
qu'il ne les a jamais lus.

La province de Mayomba, dans le royaume de Loango, est si couverte de
bois, qu'on y peut voyager à l'ombre sans être jamais incommodé par la
chaleur du soleil. On n'y trouve ni blé, ni aucune sorte de grain. Les
habitans se nourrissent de bananes, de racines et de cocos. N'étant
pas mieux fournis de volaille et de bestiaux que de blé, ils ne
connaissent d'autre chair que celle des éléphans et des bêtes féroces;
mais leurs rivières fournissent du poisson en abondance.

Leurs bois sont si remplis de singes, que le voyageur le plus
intrépide n'oserait y passer sans escorte. On y trouve surtout une
multitude de ces dangereux singes dont la grande espèce se nomme
_pongo_, et la petite _empko_. Le port de Mayomba est à deux lieues au
sud du cap Nègre, qui a tiré son nom de la noirceur apparente de ses
arbres.

La ville de Mayomba consiste dans une grande rue, si proche de la mer,
que les flots forcent quelquefois les habitans d'abandonner leurs
maisons.

Les chasses des habitans se font avec des chiens du pays qui n'aboient
point, mais qui portent au cou des crécelles de bois dont le bruit
guide les chasseurs. Ils font tant de cas des chiens de l'Europe à
cause de leur aboiement, que l'Anglais Battel leur en vit acheter un
trente livres sterling (720 fr.).

Le territoire de Setté est situé à cinquante-cinq milles au nord de la
rivière de Mayomba, et s'étend jusqu'à Gobbi. Ce pays, qui est arrosé
par une rivière du même nom, produit avec une abondance extraordinaire
du bois rouge et plusieurs autres sortes de bois. On en distingue
deux, le _kines_, que les Portugais achètent, mais qui n'est pas
estimé à Loango; et le _bifesse_, qui est plus pesant et plus rouge;
les habitans le vendent plus cher. La racine se nomme _angansi
abifesso_. Il n'y a point de bois plus dur ni d'une couleur si foncée.
Les habitans en font un grand commerce sur toute la côte d'Angole et
dans le royaume de Loango; mais ils ne traitent qu'avec les Nègres; et
le droit de leur gouverneur est de dix pour cent.

Le pays de Gobbi est situé entre Setté et le cap Lopès-Consalvo. La
ville capitale est éloignée d'une journée de la mer. La terre nourrit
peu de bestiaux, et n'offre que des animaux féroces. Un habitant qui
reçoit la visite d'un ami commence par lui offrir l'usage d'une de ses
femmes; et, dans les autres occasions, une femme surprise en adultère
reçoit moins de reproches que d'éloges: cependant l'empire des hommes
est si absolu, qu'ils maltraitent leurs femmes avec une rigueur sans
exemple; et cette pratique leur étant devenue comme naturelle, une
femme se plaint de n'être pas aimée lorsqu'elle n'est pas assez
souvent battue par son mari. On a vu autrefois la même chose en Russie
avant sa civilisation.

On trouve au nord-est de Mani-keseck, à huit journées de Mayomba, les
Matimbas, nation de Pygmées, qui sont de la hauteur d'un garçon de
douze ans, mais tous d'une grosseur extraordinaire. Leur nourriture
est la chair des animaux qu'ils tuent de leurs flèches. Quoiqu'ils
n'aient rien de farouche dans le caractère, ils ne veulent point
entrer dans les maisons des Marambas, ni les recevoir dans leurs
villes. Les femmes se servent de l'arc avec autant d'habileté que les
hommes. Elle ne craignent point de pénétrer seules dans les bois, sans
autre défense contre les pongos que leurs flèches empoisonnées.

La plus grande partie du royaume est un pays plat et assez fertile.
Les pluies y sont fréquentes. La terre y est noirâtre, au lieu que
dans la plupart des autres pays elle est sablonneuse ou de nature
craïeuse. Les habitans sont civils et humains. On raconte qu'après
avoir inutilement invoqué leurs dieux dans un temps de peste, ils les
brûlèrent en disant: «S'ils ne nous servent de rien dans l'infortune,
quand nous serviront-ils?»

Dans le pays d'Angole, les princesses du sang royal ont la liberté de
choisir l'homme qui leur plaît, sans égard pour sa naissance ou sa
condition; mais elles ont sur lui un pouvoir absolu de vie ou de mort.
Pendant que le missionnaire Mérolla, dont nous tirons quelques
détails, se trouvait dans le pays, une dame de ce rang, sur le simple
soupçon que son mari vivait librement avec une autre femme, fit vendre
sa maîtresse aux Portugais; et, loin d'oser s'en plaindre, il se crut
fort heureux d'une vengeance si modérée. Les femmes qui reçoivent les
étrangers dans leurs maisons sont obligées de leur accorder leurs
faveurs pendant les deux premières nuits. Aussi, dès qu'un
missionnaire capucin arrive dans le pays, ses interprètes avertissent
le public que l'entrée de sa chambre est interdite aux femmes.

Avec une culture exacte, la terre de Loango produit trois moissons.
Les habitans n'y emploient point d'autre instrument qu'une sorte de
truelle, mais plus large et plus creuse que celle de nos maçons.

Entre les arbres extraordinaires, on vante l'enzanda, le métombas et
l'alikondi, qui servent tous trois à faire des étoffes. Il n'y a point
de canton dans le royaume de Loango qui ne produise en abondance le
métombas, et où l'on n'en tire beaucoup d'utilité. Le tronc fournit
d'assez bon vin, quoique moins fort que le vin de palmier; de ses
branches on fait des solives et des lattes pour les maisons, et des
bois de lit. Les feuilles servent à couvrir les toits, et résistent
aux plus fortes pluies; mais le plus grand usage est pour la fabrique
d'une espèce d'étoffe dont tout le monde est vêtu dans le royaume.

L'alikondi ou l'alekonde est d'une hauteur et d'une grosseur
singulières; on en voit de si gros, que douze hommes n'en
embrasseraient pas le tronc. Ses branches s'écartent comme celles du
chêne. Il s'en trouve de creux qui contiennent une prodigieuse
quantité d'eau: Mérolla ne craint pas de la faire monter jusqu'à
trente ou quarante tonneaux; et s'il faut l'en croire, elle a servi
pendant vingt-quatre heures à désaltérer trois ou quatre cents Nègres,
sans être entièrement épuisée. Ils emploient, pour monter sur l'arbre,
des coins de bois dur, qui s'enfoncent aisément dans un tronc dont la
substance est fort tendre. Ces arbres étant fort communs, et la
plupart creux par le pied, on y fait entrer des troupeaux de porcs
pour les garantir des ardeurs du soleil. Le fruit ressemble beaucoup à
la courge.

Les peuples qui habitent le royaume de Loango portent le nom de
Bramas. Ils sont soumis à la rigoureuse pratique de la circoncision.
Ils exercent le commerce entre eux. Ils sont vigoureux et de haute
taille; civils, quoique anciennement leur férocité les ait fait passer
pour anthropophages; livrés à tous les excès du libertinage; avides de
s'enrichir, mais généreux et libéraux les uns à l'égard des autres;
passionnés pour le vin de palmier, sans aucun goût pour celui de la
vigne; et sans cesse entraînés par leurs superstitions.

Le mariage, dans le royaume de Loango, est si débarrassé de cérémonies
et de formalités, qu'à peine se soumet-on à demander le consentement
des pères. On jette ses vues sur une fille de l'âge de six ou sept
ans, et lorsqu'elle en a dix, on l'attire chez soi par des caresses et
des présens. Cependant il se trouve des pères qui veillent
soigneusement sur leurs filles jusqu'à l'âge nubile, et qui les
vendent alors à ceux qui se présentent pour les épouser. Mais une
fille qui se laisse séduire avant le mariage doit paraître à la cour
avec son amant, déclarer sa faute, et demander pardon au roi. Cette
absolution n'a rien d'humiliant; mais elle est si nécessaire, qu'on
croirait le pays menacé de sa ruine par une éternelle sécheresse, si
quelque fille coupable refusait de se soumettre à la loi. Quoique le
nombre des femmes ne soit pas borné, et que plusieurs en aient huit ou
dix, le commun des Nègres n'en prend que deux ou trois.

Les femmes sont chargées, comme chez tous les peuples nègres, de tous
les ouvrages serviles, extérieurs et domestiques. Pendant que le mari
prend ses repas, elles se tiennent à l'écart, et mangent ensuite ses
restes. Leur soumission va si loin, qu'elles ne leur parlent qu'à
genoux, et qu'à son arrivée elles doivent se prosterner pour le
recevoir.

L'aîné d'une famille en est l'unique héritier; mais il est obligé
d'élever ses frères et ses soeurs jusqu'à l'âge où l'on suppose qu'ils
peuvent se pourvoir eux-mêmes. Les enfans naissent esclaves, lorsque
leur père et leur mère sont dans cette condition.

Tous les enfans, suivant l'observation particulière de Dapper,
naissent blancs, et dans l'espace de deux jours ils deviennent
parfaitement hoirs. Les Portugais, qui prennent des femmes dans ces
régions, y sont souvent trompés. À la naissance d'un enfant, ils se
croient sûrs d'en être les pères, parce qu'ils le voient de leur
couleur; mais, deux jours après, ils sont obligés de le reconnaître
pour l'ouvrage d'un Nègre. Cependant ils ne se rebutent point de ces
épreuves, parce que leur passion, dit le même auteur, est d'avoir un
fils mulâtre à toutes sortes de prix. On voit quelquefois naître d'un
père et d'une mère nègres des enfans aussi blancs que les Européens.
L'usage est de les présenter au roi. On les nomme _dondos_. Ils sont
élevés dans les pratiques de la sorcellerie; et, servant de sorciers
au roi, ils l'accompagnent sans cesse. Leur état les fait respecter de
tout le monde. S'ils vont au marché, ils peuvent prendre tout ce qui
convient à leurs besoins. Battel en vit quatre à la cour de Loango.

Dapper s'étend un peu plus sur la nature des Nègres blancs. Il observe
qu'à quelque distance ils ont une parfaite ressemblance avec les
Européens: leurs yeux sont gris, et leur chevelure blonde ou rousse;
mais, en les considérant de plus près, on leur trouve la couleur d'un
cadavre, et leurs yeux paraissent postiches. Ils ont la vue
très-faible pendant le jour, et la prunelle tournée comme s'ils
étaient bigles. La nuit, au contraire, ils ont le regard très-ferme,
surtout à la clarté de la lune. Quelques Européens ont cru que la
blancheur de ces Nègres est un effet de l'imagination des mères, comme
on prétend que plusieurs femmes blanches ont mis des enfans noirs au
monde après avoir vu des Nègres.

Les Portugais donnent à ces Maures blancs le nom d'_albinos_, et
cherchent l'occasion de les enlever pour les transporter au Brésil. On
prétend qu'ils sont d'une force extraordinaire, et par conséquent
très-propres au travail; mais que leur paresse est extrême, et qu'ils
préfèrent la mort aux exercices pénibles. Les Hollandais ont trouvé
des hommes de la même espèce non-seulement en Afrique; mais aux Indes
Orientales, dans l'île de Bornéo, et dans la Nouvelle-Guinée ou pays
des Papous. Les Nègres blancs du royaume de Loango ont le privilége
d'être assis devant le roi. Ils président à quantité de cérémonies
religieuses, surtout à la composition des _mokissos_, qui sont des
idoles du pays.

Il est fort remarquable, suivant Battel, que les Nègres de Loango ne
permettent jamais qu'un étranger soit enterré dans leur pays. Qu'un
Européen meure, on est obligé, pour les satisfaire, de porter son
corps dans une chaloupe à deux milles du rivage, et de le jeter dans
la mer. Un négociant portugais, étant mort dans une de leurs villes,
ne laissa pas d'y être enterré par le crédit de ses amis, et demeura
tranquille pendant quatre mois dans sa sépulture; mais il arriva cette
année que les pluies, qui commencent ordinairement au mois de
décembre, retardèrent de deux mois entiers. Les mokissos ou prêtres
sorciers ne manquèrent point d'attribuer cet événement au mépris qu'on
avait fait des lois en faveur du Portugais. Son corps fut exhumé avec
diverses cérémonies, et précipité dans les flots. Trois jours après,
suivant Battel, on vit tomber la pluie en abondance; car il fallait
bien qu'elle tombât après deux mois de retard.

Loango était autrefois soumis au roi de Congo; mais un gouverneur du
pays, s'étant fait proclamer roi, envahit une si grande partie des
états de son souverain, que le royaume de Loango est aujourd'hui fort
étendu et tout-à-fait indépendant; mais il est toujours regardé comme
faisant partie du pays de Congo.

Les rois de Loango sont respectés comme des dieux, et portent le titre
de _samba_ et de _pango_, qui signifie, dans le langage du pays, dieu
ou divinité. Les sujets sont persuadés que leur prince a le pouvoir de
faire tomber la pluie du ciel. Ils s'assemblent au mois de décembre
pour l'avertir que c'est le temps où les terres en ont besoin; ils le
supplient de ne pas différer cette faveur, et chacun lui apporte un
présent dans cette vue. Le monarque indique un jour auquel tous ses
nobles doivent se présenter devant lui, armés comme en guerre, avec
tous leurs gens. Ils commencent les cérémonies de cette fête par des
exercices militaires, et rendent à genoux leur hommage au roi, qui les
remercie de leur soumission et de leur fidélité. Ensuite on étend à
terre un tapis d'environ quatre-vingts pieds de circuit, sur lequel
est placé le trône où il est assis. Alors il commande à ses officiers
de faire entendre leurs tambours et leurs trompettes. Les tambours
sont si gros, qu'un homme seul ne suffit pas pour les porter. Les
trompettes sont dès dents d'éléphans d'une grandeur extraordinaire,
creusées et polies avec beaucoup d'art: le bruit de cette musique est
effroyable. Après ce concert barbare, le roi se lève, et lance une
flèche vers le ciel. S'il pleut le même jour, les réjouissances et
les acclamations sont poussées jusqu'à l'extravagance.

L'usage absurde et barbare des épreuves juridiques, qui domine dans
toute la Guinée, n'est pas moins en usage à Loango. L'engagement le
plus solennel se fait en avalant la liqueur de bonda.

Cette liqueur, qui se nomme aussi _imbonda_, est le suc d'une racine:
on la râpe dans l'eau. Après y avoir long-temps fermenté, elle forme
une liqueur aussi amère que le fiel. Si on en râpe trop dans une
petite quantité d'eau, elle cause une suppression d'urine; et, gagnant
la tête, elle y répand des vapeurs si puissantes, qu'elle renverse
infailliblement celui qui l'avale. C'est le cas où il est déclaré
coupable.

La liqueur de bonda sert aussi à découvrir la cause des événemens. Les
Nègres de Loanga s'imaginent que peu de personnes finissent leur vie
par une mort naturelle: ils croient que tout le monde meurt par sa
faute ou par celle d'autrui. Si quelqu'un tombe dans l'eau et se noie,
ils en accusent quelque sortilége. S'ils apprennent qu'une panthère
ait dévoré quelqu'un, ils assurent que c'est un dakkin ou un sorcier
qui s'est revêtu de la peau de cet animal. Lorsqu'une maison est
consumée par un incendie, ils racontent gravement que quelque mokisso
y a mis le feu. Ils ne sont pas moins persuadés, lorsque la saison des
pluies arrive trop tard, que c'est l'effet du mécontentement de
quelque mokisso qu'on laisse manquer de quelque chose d'utile ou
d'agréable. Comme il paraît important de découvrir la vérité, on a
recours à la liqueur de bonda. Les personnes intéressées s'adressent
au roi pour le prier de nommer un ministre, et cette faveur coûte une
certaine somme. Les ministres de la bonda sont au nombre de neuf ou
dix, qui se tiennent ordinairement assis dans les grandes rues. Vers
trois heures après midi, l'accusateur leur apporte les noms de ceux
qu'il soupçonne, et jure par les mokissos que ses dépositions sont
sincères. Les accusés sont cités avec toute leur famille; car il
arrive rarement que l'accusation tombe sur un seul, et souvent tout le
voisinage y est compris. Ils se rangent sur une ou plusieurs lignes
pour s'approcher successivement du ministre, qui ne cesse point,
pendant les préparatifs, de battre sur un petit tambour. Chacun reçoit
sa portion de liqueur, l'avale, et reprend sa place.

Alors le ministre se lève, et lance sur eux des petits bâtons de
bananier, en les sommant de tomber, s'ils sont coupables, ou de se
soutenir sur leurs jambes et d'uriner librement, s'ils n'ont rien à se
reprocher. Il coupe ensuite une de ces mêmes racines dont la liqueur
est composée, et jette les pièces devant lui. Tous les accusés sont
obligés de marcher dessus d'un pas ferme. Si quelqu'un a le malheur de
tomber, l'assemblée pousse un grand cri, et remercie les mokissos de
l'éclaircissement qu'ils accordent à la vérité. Ses accusateurs le
conduisent devant le roi, après l'avoir dépouillé de ses habits, qui
sont l'unique salaire du ministre. La sentence est prononcée aussitôt,
et le condamne ordinairement au supplice. On le mène à quelque
distance de la ville, où son sort est d'être coupé en pièces au milieu
d'un grand chemin. On accorde aux personnes riches la liberté de faire
avaler la liqueur par un de leurs esclaves. S'il tombe, le maître est
obligé d'avaler la liqueur à son tour. On donne l'antidote à
l'esclave; et si le maître tombe, ses richesses ne le garantissent
point de la mort. Cependant, lorsque le crime est léger, il achète sa
grâce en donnant quelques esclaves. Au reste, tous les voyageurs
reconnaissent que cette pratique est mêlée de beaucoup d'artifice et
d'imposture. Les ministres font tomber l'effet du poison sur leurs
ennemis, ou sur ceux dont la ruine peut leur être de quelque utilité:
ils se laissent gagner par des présens pour noircir l'innocence ou
pour sauver les coupables. Si les accusés sont des étrangers à l'égard
desquels ils soient sans prévention, c'est ordinairement sur le plus
pauvre qu'ils font tomber la peine du crime. Maîtres de préparer la
liqueur, ils donnent la plus forte dose à ceux qu'ils veulent perdre,
quoique cette odieuse prévarication se fasse avec tant d'adresse, que
personne ne s'en aperçoit. Il ne se passe point de semaine où la
cérémonie de l'épreuve ne se renouvelle à Loango, et elle y fait périr
un grand nombre d'innocens.

Les femmes du roi n'en sont point exemptes, surtout dans les cas où
leur fidélité paraît suspecte. La grossesse en est un qui favorise le
plus les soupçons. Lorsqu'une femme du roi devient grosse, toute la
sagesse de sa conduite n'empêche pas qu'on ne fasse avaler la bonda
pour elle à quelque esclave. S'il tombe, elle est condamnée au feu, et
l'adultère est enterré vif. Suivant le récit des Nègres de Loango,
leur roi n'a pas moins de sept mille femmes. Il nomme entre elles une
des plus graves et des plus expérimentées, qu'il honore du titre de sa
mère, et qui est plus respectée que celle à qui cette qualité
appartient par le droit de la nature. Cette matrone, que le peuple
appelle _makonda_, jouit d'une autorité si distinguée, que, dans
toutes les affaires d'importance, le roi est obligé de prendre ses
conseils. S'il l'offense, ou s'il lui refuse ce qu'elle désire, elle a
le droit de lui ôter la vie de ses propres mains. Lorsque son âge lui
laisse du goût pour le plaisir, elle peut choisir l'homme qui lui
plaît, et ses enfans sont comptés parmi ceux du sang royal. L'amant
sur lequel tombe son choix est puni de mort, s'il est surpris avec une
autre femme.

Une loi, que nous avons déjà vue ailleurs, défend sous peine de mort
de regarder le roi boire ou manger. On rapporte un exemple encore plus
étrange que celui que nous avons déjà cité de l'atrocité du traitement
que l'on fait éprouver aux malheureux qui par hasard enfreignent cet
usage. Un fils du roi, âgé de onze ou douze ans, étant entré dans la
salle tandis que son père buvait, fut saisi par l'ordre de ce prince,
revêtu sur-le-champ d'un habit fort riche, et traité avec toutes
sortes de liqueurs et d'alimens. Mais aussitôt qu'il eut achevé ce
funeste repas, il fut coupé en quatre quartiers, qui furent portés
dans toutes les villes, avec une proclamation qui apprenait au public
la cause de son supplice. Ce trait exécrable est confirmé par une
barbarie de la même nature que rapporte un témoin. Un autre fils du
roi, mais plus jeune, ayant couru vers son père pour l'embrasser dans
les mêmes circonstances, le grand-prêtre demanda qu'il fût puni de
mort. Le roi y consentit, et sur-le-champ ce malheureux enfant eut la
tête fendue d'un coup de hache. Le grand-prêtre recueillit quelques
gouttes de son sang, dont il frotta les bras du roi pour détourner les
malheurs d'un tel présage. Cette loi s'étend jusqu'aux bêtes. Les
Portugais de Loango avaient fait présent au roi d'un fort beau chien
de l'Europe, qui, n'étant pas bien gardé, entra dans la salle du
festin pour caresser son maître: il fut massacré sur-le-champ.

Cet usage vient d'une opinion superstitieuse et généralement établie
dans la nation, que le roi mourrait subitement si quelqu'un l'avait vu
boire ou manger. On croit détourner le malheur dont il est menacé en
faisant mourir le coupable à sa place. Quoiqu'il mange toujours seul,
il lui arrive quelquefois de boire en compagnie; mais ceux qui lui
présentent la coupe tournent aussitôt le visage contre terre jusqu'à
ce qu'il ait cessé de boire. Si ses courtisans boivent dans la même
salle, ils sont obligés de tourner le dos pendant qu'ils ont le verre
à la bouche. Il n'est permis à personne de boire dans le verre dont le
roi s'est servi, ni de toucher aux alimens dont il a goûté. Tout ce
qui sort de sa table doit être enterré sur-le-champ. Que
d'extravagance et de barbarie! et, quand l'homme est fait ainsi,
est-il un plus odieux et plus méprisable animal?

Il y a des crieurs publics dont l'office est de proclamer les ordres
du roi dans la ville, et de publier ce qu'on a perdu ou trouvé. Battel
parle d'une sonnette du roi, qui ressemble à celles des vaches de
l'Europe, et dont le son est si redoutable aux voleurs, qu'ils n'osent
garder un moment leurs vols après l'avoir entendue. Ce voyageur, étant
logé dans une petite maison à la mode du pays, avait suspendu son
fusil au mur. Il lui fut enlevé dans son absence. Sur ses plaintes, le
roi fit sonner la cloche, et dès le matin du jour suivant le fusil se
trouva devant la porte de Battel.

Vis-à-vis le trône du roi sont assis quelques nains, le dos tourné
vers lui. Ils ont la tête d'une prodigieuse grosseur; et, pour se
rendre encore plus difformes, ils sont enveloppés dans une peau de
quelque bête féroce.

Les images ou les statues s'appellent, ainsi que les prêtres,
mokissos, comme on l'a déjà vu. Les Nègres seront instruire par les
prêtres dans l'art de faire des mokissos. Lorsqu'un particulier se
croit obligé de créer une nouvelle divinité, il assemble tous ses amis
et tous ses voisins. Il demande leur assistance pour bâtir une hutte
de branches de palmier, dans laquelle il se renferme pendant quinze
jours, dont il doit passer neuf sans parler; et pour mieux garder le
silence, il porte deux plumes de perroquet aux deux coins de la
bouche. Si quelqu'un le salue, au lieu de battre les mains suivant
l'usage, il frappe d'un petit bâton sur un bloc qu'il tient sur ses
genoux, et sur lequel est gravée la figure d'une tête d'homme.

Au bout de quinze jours, toute l'assemblée se rend dans un lieu plat
et uni, où il ne croît aucun arbre, avec un dembé ou un tambour autour
duquel on trace un cercle. Le tambour commence à battre et à chanter.
Lorsqu'il paraît bien échauffé de cet exercice, le prêtre donne le
signal de la danse, et tout le monde, à son exemple, se met à danser
en chantant les louanges des mokissos. L'adorateur entre en danse
aussitôt que les autres ont fini, et continue pendant deux ou trois
jours, au son du même tambour, sans autre interruption que celle des
besoins indispensables de nature, tels que le nourriture et le
sommeil. Enfin le prêtre reparaît au bout du terme, et, poussant des
cris furieux, il prononce des paroles mystérieuses; il fait de temps
en temps des raies blanches et rouges sur les tempes de l'adorateur,
sur les paupières et sur l'estomac, et successivement sur chaque
membre, pour le rendre capable de recevoir le mokisso. L'adorateur est
agité tout d'un coup par des convulsions violentes, se donne mille
mouvemens extraordinaires, fait d'affreuses grimaces, jette des cris
horribles, prend du feu dans ses mains, et le mord en grinçant les
dents, mais sans paraître en ressentir aucun mal. Quelquefois il est
entraîné comme malgré lui dans des lieux déserts où il se couvre le
corps de feuilles vertes. Ses amis le cherchent, battent le tambour
pour le retrouver, et passent quelquefois plusieurs jours sans le
revoir. Cependant, s'il entend le bruit du tambour, il revient
volontairement. On le transporte à sa maison, où il demeure couché
pendant plusieurs jours sans mouvement et comme mort. Le prêtre
choisit un moment pour lui demander quel engagement il veut prendre
avec son mokisso. Il répond en jetant des flots d'écume, et avec des
marques d'une extrême agitation. Alors on recommence à chanter et à
danser autour de lui; enfin le prêtre lui met un anneau de fer autour
du bras, pour lui rappeler constamment la mémoire de ses promesses.
Cet anneau devient si sacré pour les Nègres qui ont essuyé la
cérémonie du mokisso, que dans les occasions importantes ils jurent
par leur anneau; et tous les jours on reconnaît qu'ils perdraient
plutôt la vie que de violer ce serment. Le voyageur qui raconte ces
cérémonies ne doute pas que ce ne soit une manière solennelle de se
donner au diable. Ce qu'on doit observer, c'est que l'espèce d'hommes
qu'on nomme convulsionnaires, énergumènes, démoniaques, joue à peu
près les mêmes farces chez tous les peuples barbares. Faut-il que des
nations policées aient à rougir d'avoir vu chez elles les mêmes
extravagances!

Il paraît que les peuples de Loango sont les plus superstitieux de
toute l'Afrique. En voyageant pour le commerce, ils portent dans une
marche de quarante ou cinquante milles un sac rempli de misérables
reliques, qui pèsent quelquefois dis ou douze livres. Quoique ce
poids, joint à leur charge, soit capable d'épuiser leurs forces, ils
ne veulent pas convenir qu'ils en ressentent la moindre fatigue; au
contraire, ils assurent que ce précieux fardeau sert à les rendre plus
légers.

Le royaume de Congo n'a pas de plus belle et de plus grande rivière
que celle de Zaïre. Cette fameuse rivière tire, dit-on, ses eaux du
lac de Zambré. On voit dans ce grand lac plusieurs sortes de monstres,
entre lesquels (si on en croit le missionnaire Mérolla) il s'en trouve
un de figure humaine, sans autre exception que celle du langage et de
la raison. Le P. François de Paris, missionnaire capucin, qui faisait
sa résidence dans le pays de Matomba, rejetait toutes ces histoires de
monstres comme autant de fictions des Nègres; mais la reine Zinga,
informée de ses doutes, l'invita un jour à la pêche. À peine eut-on
jeté les filets, qu'on découvrit sur la surface de l'eau trois de ces
poissons monstrueux. Il fut impossible d'en prendre plus d'un. C'était
une femelle. La couleur de sa peau était noire; ses cheveux longs et
de la même couleur; ses ongles d'une longueur singulière. Mérolla
conjecture qu'ils lui servaient à nager. Elle ne vécut que
vingt-quatre heures hors de l'eau; et, dans cet intervalle, elle
refusa toute sorte de nourriture. Si cette espèce de monstre existe,
c'est elle qui a servi de fondement aux contes arabes sur ce qu'ils
appellent _l'homme de la mer_.

Lopez, qui passa plusieurs années au Congo, donne vingt-huit milles de
largeur à l'embouchure de ce fleuve. Il entre avec tant d'impétuosité
dans l'Océan, qu'à trente ou quarante milles de la terre, ses eaux se
conservent fraîches; cependant il n'est navigable que dans l'espace
d'environ vingt-cinq lieues, au delà desquelles, étant resserré par
des rochers, il tombe avec un bruit épouvantable qui se fait entendre
à sept ou huit milles. Les Portugais ont donné à ce lieu le nom de
_cachivera_, c'est-à-dire chute ou cataracte.

Les Portugais et les Hollandais se sont procuré des établissemens dans
le Congo, où ils ont fait le commerce, et où quelquefois ils ont porté
la guerre, comme ont fait partout les Européens. Les Portugais ont
joui long-temps d'une sorte de pouvoir que leur donnaient leurs
missionnaires; et même les petits souverains du pays, dépendans du roi
de Congo, ont pris des noms portugais, et les titrés des dignités
d'Europe, comme ceux de comtes, de ducs, etc. D'ailleurs les Européens
ont toujours un grand avantage dans ces contrées, en se mêlant dans
les guerres des nationaux, et faisant payer leurs services; ils y ont
même tenté quelquefois des conquêtes; mais ils n'y ont pas souvent
réussi. Les Portugais y ont même essuyé de cruelles disgrâces.

Vers l'année 1680, ils étaient établis à Angola. Ils entreprirent la
conquête de la province de Sogno. Mérolla rapporte qu'un roi de Congo,
voulant se faire couronner, eut recours à l'assistance des Portugais,
et leur promit le comté de Sogno, avec deux mines d'or, qui n'eurent
pas moins de force pour les engager dans ses intérêts. Ils
assemblèrent immédiatement toutes leurs forces. Le roi leva, de son
côté, de nombreuses troupes, auxquelles il joignit une compagnie de
diaggas. Les deux armées s'étant réunies, marchèrent ensemble vers
Sogno. Elles n'y trouvèrent pas le comte sans défense. Il avait eu le
temps de rassembler un prodigieux nombre de ses sujets, et son courage
le fit marcher au-devant de l'ennemi. Mais la plupart de ses gens
manquant d'armes à feu, et n'étant point accoutumés à la manière de
combattre des Européens, il perdit la vie dans une bataille sanglante,
après avoir vu prendre ou massacrer une grande partie de son armée.

Le désespoir se répandit dans toute la nation. Lorsqu'elle s'attendait
aux dernières extrémités de la guerre, un seigneur du pays se présenta
courageusement, et promit de la délivrer de toutes ses craintes, si
l'on voulait le choisir pour succéder au comte. Sa proposition fut
acceptée: il commença par rétablir l'ordre dans les troupes
dispersées; et, pour éviter la confusion à laquelle il attribuait
leurs derniers malheurs, il ordonna qu'à l'avenir tout le monde aurait
la tête rasée, sans excepter les femmes, et que les soldats se
ceindraient le front d'une branche de palmier. Cet usage, dont le but
n'était pas moins d'inspirer de la confiance au peuple par des
préparatifs extraordinaires que d'apprendre en effet aux troupes à se
reconnaître dans la mêlée, s'est conservé jusque aujourd'hui dans la
nation.

Le nouveau comte exhorta ses sujets à ne pas s'effrayer du bruit des
armes à feu, qui n'étaient propres, leur dit-il, qu'à causer de
l'épouvante aux enfans, puisqu'une balle ne faisait pas plus d'effet
qu'une flèche ou qu'un coup de zagaie, sans compter que le temps dont
les blancs avaient besoin pour charger leurs fusils donnait beaucoup
d'avantage à ceux qui n'avaient qu'une flèche à poser sur leur arc. Il
les avertit surtout de ne pas s'arrêter puérilement aux bagatelles[9]
que les Portugais étaient accoutumés à jeter parmi eux pour causer du
désordre dans leurs rangs. Il leur recommanda de tirer aux hommes,
sans s'amuser aux chevaux, qui ne devaient pas leur paraître aussi
terribles que les lions, les panthères et les éléphans. Il ordonna que
celui qui tournerait le dos fût tué sur-le-champ par ses voisins, et
que, si plusieurs avaient cette lâcheté, loin d'être plus épargnés,
ils fussent regardés par les autres comme leurs premiers ennemis; car
il est question, leur dit-il, de périr glorieusement plutôt que de
mener une vie misérable. Enfin, pour ne laisser aucun sujet
d'inquiétude à ceux qui promettaient de le suivre, il voulut que tous
les animaux domestiques fussent massacrés; et, donnant l'exemple le
premier, il égorgea aussitôt tous les siens. Cet ordre fut exécuté si
ponctuellement, que toute la race des bestiaux, surtout celle des
vaches, est presque entièrement détruite dans le comté de Sogno. On y
a vu vendre une petite fille pour un veau, et une femme pour une
vache.

[Note 9: Les Portugais jetaient dans les rangs des Nègres qu'ils
avaient à combattre des couteaux, des rubans et des colifichets.]

Il ne restait au comte qu'à fortifier son armée par le secours de ses
voisins. L'intérêt commun eut la force d'en rassembler un grand
nombre; ainsi, marchant avec ses légions de Nègres, il trouva bientôt
l'occasion de surprendre des ennemis qui prenaient trop de confiance
dans leurs victoires. Comme ils avançaient sans ordre et sans
précaution, ils tombèrent imprudemment dans la première embuscade: les
diaggas et leur chef donnèrent l'exemple de la fuite; ils furent
suivis par les troupes de Congo. Les esclaves qu'ils avaient faits
dans la première bataille, étant abandonnés par leurs gardes,
rejoignirent leurs amis, et tournèrent avec eux toute leur fureur
contre les Portugais, qui disputaient encore le terrain; mais,
accablés par le nombre, ils se virent forcés de tourner le dos, sans
pouvoir éviter d'être massacrés dans leur fuite: il n'en resta que
six, qui furent faits prisonniers et présentés au comte. Après les
avoir regardés quelque temps d'un air furieux, il leur laissa le choix
ou de mourir avec leurs compagnons, ou de vivre esclaves. Mérolla leur
prête une réponse fort noble: «On n'a point encore vu, lui dirent-ils,
de blancs qui aient daigné servir des Nègres, et nous n'en donnerons
point l'exemple.» À peine eurent-ils prononcé ces mots, qu'ils furent
tués sous les yeux du vainqueur. L'artillerie et le bagage de leur
nation tombèrent entre les mains des Nègres de Sogno, qui les
vendirent dans la suite aux Hollandais. Mérolla assure que la
Compagnie de Hollande employa ces dépouilles portugaises à munir un
fort de terre qu'elle avait fait bâtir à l'embouchure du Zaïre, et qui
commande ce fleuve et la mer.

En partant de Loanda pour se rendre à l'armée de Congo, les Portugais,
trop accoutûmés à la victoire pour douter du succès de leur
entreprise, avaient recommandé à leurs marchands de les suivre de
près, et de débarquer au premier endroit de la côte de Sogno où ils
découvriraient des feux allumés. L'armadilla (c'est le nom qu'ils
donnent à leurs petites flottes) arriva dans les circonstances de la
victoire du comte, chargée des fers qui devaient servir aux esclaves
nègres, et voyant sur la côte un grand nombre de feux que les
vainqueurs avaient allumés pour se réjouir, elle les prit pour le
signal dont on était convenu; mais, lorsqu'elle eut jeté l'ancre, un
Portugais qui se fit apercevoir sur le rivage demanda par plusieurs
signes qu'on se hâtât de le prendre dans une chaloupe; c'était un
malheureux fugitif qui, ayant été pris et conduit au comte de Sogno,
après l'exécution des six autres, avait obtenu la vie à des conditions
fort humiliantes: le comte s'était fait apporter une jambe et un bras
des six Portugais qu'il avait sacrifiés à son ressentiment, et lui
avait ordonné de porter ce présent, avec la nouvelle de sa victoire,
au gouverneur de Loanda. L'armadilla se crut fort heureuse d'une
rencontre qui la garantissait peut-être de sa ruine.

Le comte de Sogno ne jouit pas long-temps des fruits de sa victoire:
il avait reçu dans la mêlée trois blessures dont il mourut à la fin du
mois; mais il laissa ses peuples tranquilles, après avoir fait perdre
à ses ennemis l'espérance de les subjuguer.

Tous ces démêlés causèrent tant de préjudice à la religion, que le
missionnaire Mérolla, étant à Khitombo, malheureux champ de la
dernière bataille, n'y trouva presque personne qui fût disposé à
recevoir les sacremens de l'Église.

Battel nous apprend que le pays de Sogno est voisin des mines de
Demba, d'où l'on tire, à deux ou trois pieds de terre, un sel de roche
d'une beauté parfaite, aussi clair que la glace, et sans aucun
mélange; on le coupe en pièces d'une aune de long, qui se transportent
dans toutes les parties du pays, et qui s'y vendent mieux que toute
autre marchandise.

San-Salvador, ainsi nommé par les Portugais, capitale du royaume de
Congo, où les rois font leur résidence ordinaire, portait anciennement
le nom de _Banza_, qui signifie, dans le langage de la nation, cour ou
demeure royale. Elle est située à cent cinquante milles de la mer, sur
une grande et haute montagne qui n'est presque qu'un seul rocher, et
qui contient néanmoins une mine de fer; le sommet offre une plaine
d'environ dix milles de tour, bien cultivée, et si remplie de villes
et de villages, que dans un si petit espace elle contient plus de cent
mille âmes: les Portugais, charmés d'un si beau lieu, lui ont donné le
nom d'_Othéirio_, c'est-à-dire _perspective_, parce qu'outre les
agrémens du terrain même, on y a celui de découvrir d'un coup d'oeil
toutes les plaines dont la montagne est environnée: elle est fort
escarpée du côté de l'est; mais sa hauteur n'empêche pas qu'elle
n'ait quantité de sources, qui achèveraient d'en faire un séjour
délicieux, si l'eau en était meilleure: les habitans tirent celle dont
ils font usage d'une seule fontaine qui est du côté du nord, sur la
pente de la montagne, où leurs esclaves vont la puiser dans des
vaisseaux de bois et de cuir: la plaine est d'une fertilité extrême en
grains de toutes les espèces; elle a des prairies d'une herbe
excellente et des arbres d'une verdure continuelle; l'air y est aussi
très-frais et très-sain: outre ce motif que les rois ont eu sans doute
pour y établir leur demeure, ils n'y ont pas été moins engagés par la
situation du terrain qui fait de leur palais une retraite
inaccessible, et parce qu'étant au centre du royaume, il leur donne la
facilité d'étendre leur attention de toutes parts à la même distance.

Il y a peu de régions aussi peuplées que le royaume de Congo. Carli
assure hardiment que ses habitans sont innombrables; les Mosicongos
(tel est le nom qu'ils se donnent eux-mêmes) sont communément noirs,
quoiqu'ils s'en trouve un grand nombre de couleur olivâtre: la plupart
ont les cheveux noirs et frisés; mais il s'en trouve aussi qui les ont
roux: leur taille est moyenne; et si l'on excepte la couleur, ils ont
beaucoup de ressemblance avec les Portugais; les uns ont la prunelle
des yeux noire, d'autres d'un vert de mer; leurs lèvres ne sont pas
grosses et pendantes comme celle des Nubiens et des autres Nègres.

Quand le roi et les principaux seigneurs du royaume ont embrassé le
christianisme, ils ont adopté l'habillement portugais; ils ont pris
les manteaux à l'espagnole, le chapeau, la veste de soie, les mules de
velours ou de maroquin, et les bottines à la portugaise, avec des
épées aussi longues qu'on en ait jamais porté dans la Castille: la
nécessité borne encore les pauvres à leurs anciens habits; mais les
femmes de distinction imitent les usages des femmes de Lisbonne.

Ils n'ont aucune trace des sciences, ni la moindre inclination à les
cultiver; on ne trouve point parmi eux d'anciennes histoires de leur
pays, ni de registres des temps éloignés, où la mémoire et le nom de
leurs rois soient conservés. Jusqu'à l'arrivée des Portugais, ils
n'avaient pas connu l'art de l'écriture; la date des faits était la
mort de quelque personne remarquable: cela est arrivé, disaient-ils,
avant ou après la mort d'un tel. Ils comptaient les années par les
kossionos, ou les hivers, qui commencent pour eux au mois de mai et
finissent au mois de novembre; leurs mois par les pleines lunes, et
les jours de la semaine par leurs marchés: mais ils ne poussaient pas
plus loin la division du temps. De même ils n'avaient pas d'autre
règle pour juger de la grandeur d'un pays que le nombre des marches ou
des journées, qu'ils distinguaient seulement par le terme de voyage
_libre_ ou _chargé_.

Mérolla nous représente une de leurs fêtes. Ils choisissent
ordinairement le temps de la nuit, et s'assemblent en fort grand
nombre. Leur posture favorite est d'être assis en rond; mais ils
choisissent quelque arbre épais, sous lequel ils se placent sur
l'herbe. Le centre du cercle est occupé par un grand plat de bois qui
contient quelque mélange de leur goût. L'ancien de la troupe, qu'ils
appellent _makolontou_, divise les portions, et les distribue avec une
égalité qui ne laisse aucun sujet de plainte. Ils n'emploient pour
boire ni verres ni tasses. Le makolontou prend le flacon qu'ils
appellent _moringo_, le porte successivement à la bouche de tous les
convives, laisse boire à chacun la mesure qu'il juge convenable, et le
remet à sa place. Cette méthode s'observe jusqu'au dernier moment de
la fête.

Mais ce qui parut beaucoup plus surprenant à Mérolla, il ne passait
personne près de l'assemblée qui ne se plaçât sans façon dans le
cercle, et qui ne reçût sa portion comme les autres, quoiqu'il fût
arrivé après la distribution. Le makolontou prenait sur chaque part de
quoi composer celle de l'étranger. On apprit à Mérolla que cette
cérémonie ne s'observe pas moins quand les passans se présentent en
plus grand nombre. Ils se lèvent aussitôt que le plat est vide, et
continuent leur chemin sans prendre congé de l'assemblée et sans dire
un mot de remercîment. Les voyageurs profitent de ces rencontres pour
ménager leurs propres provisions. Il n'est pas moins étrange que
l'assemblée ne fasse pas la moindre question à ces nouveau-venus pour
savoir d'eux où ils vont et d'où ils viennent. Tout se passe avec un
silence admirable. «On croirait, dit Mérolla, qu'ils veulent imiter
les Locriens, ancien peuple d'Achaïe, qui, suivant le témoignage de
Plutarque, punissait par une amende ceux qui se rendaient importuns
par leurs questions.» Un jour Mérolla, traitant plusieurs Nègres qui
lui avaient rendu quelque service, remarqua que le nombre de ses
convives était fort augmenté. Comme il ne se croyait pas obligé de
recevoir des inconnus, il demanda qui étaient ces étrangers. On lui
répondit qu'on l'ignorait. «Pourquoi souffrez-vous, dit-il, que des
gens qui n'ont pas de part à votre travail viennent partager votre
nourriture?» Ils lui répondirent simplement que c'était l'usage. Avec
un peu de réflexion, cette charité lui parut si louable, qu'il fit
doubler la portion commune.

On remarque peu de différence entre les édifices de Congo et ceux de
toute la côte occidentale d'Afrique.

Ceux des habitans qui font leur demeure dans les villes tirent leur
subsistance du commerce; ceux qui demeurent à la campagne vivent de
l'agriculture et de l'entretien des bestiaux; ceux qui sont établis
sur les bords du Zaïre et des autres rivières subsistent de la pêche;
d'autres gagnent leur vie à recueillir le vin de Tombo, d'autres à
fabriquer les étoffes du pays. Il y a peu de Mosicongos qui ne soient
experts dans quelque métier; mais ils ont tous une extrême aversion
pour le travail pénible.

Les habitans des parties orientales du royaume et des pays voisins
sont d'une habileté singulière pour la fabrique de plusieurs sortes
d'étoffes, telles que les velours, les tissus, les satins, les damas
et les taffetas. Leurs fils sont composés de feuilles de divers
arbres, qu'ils empêchent de s'élever en les coupant chaque année, et
les arrosant avec beaucoup de soin pour leur faire pousser au
printemps des feuilles plus tendres. Les fils sont très-fins et
très-unis. Les plus longs servent à composer les grandes pièces. Les
Portugais ont commencé à les employer pour faire des tentes, et s'en
trouvent bien contre la pluie et le vent.

Les richesses des Mosicongos consistent principalement en esclaves, en
ivoire et en simbos, qui sont de petites coquilles qui tiennent lieu
de monnaie. Congo, Sogno et Bamba vendent peu d'esclaves, et ceux
qu'on tire de ces trois provinces ne passent pas pour les meilleurs,
parce qu'étant accoutumés à vivre dans l'indolence, ils succombent
bientôt aux travaux pénibles. Les principales marchandises du comté de
Sogno sont les étoffes de Sombos, l'huile de palmier et les noix de
kola. Les dents d'éléphans, qu'on y apportait autrefois en grand
nombre, y sont devenues plus rares. Au reste, c'est la ville de
San-Salvador qui est le centre du commerce portugais.

Quoique le christianisme ait fait de grands progrès dans le royaume de
Congo, la seule contrée de l'Afrique où les Portugais aient envoyé des
missionnaires, quoique les mariages y soient célébrés avec les
cérémonies de l'église romaine, il a toujours été fort difficile de
faire perdre aux habitans le goût du concubinage. Malgré les plaintes
et les reproches des missionnaires, ils prennent autant de maîtresses
qu'ils en peuvent entretenir. L'ancien usage des Nègres de Sogno était
de vivre quelque temps avec leurs femmes avant de s'engager dans le
mariage, pour apprendre à se connaître mutuellement par cette épreuve.
La méthode chrétienne leur paraît contraire au bien de la société,
parce qu'elle ne permet point qu'on s'assure auparavant de la
fécondité d'une femme ni des autres qualités convenables à l'état
conjugal; aussi les missionnaires n'ont-ils pas peu de peine à leur
faire abandonner la pratique de leurs ancêtres, qui consiste dans un
traité fort simple. Les parens d'un jeune homme envoient à ceux d'une
jeune fille pour laquelle il prend de l'inclination un présent qui
passe pour dot, et leur font proposer leur alliance. Ce présent est
accompagné d'un grand flacon de vin de palmier. Le vin doit être bu
par les parens de la fille avant que le présent soit accepté;
condition si nécessaire, que, si le père et la mère ne le buvaient
pas, leur conduite passerait pour un outrage. Ensuite le père fait sa
réponse. S'il retient le présent, il n'y a pas besoin d'autre
explication pour marquer son consentement. Le jeune homme et tous ses
amis se rendent aussitôt à sa maison, et reçoivent sa fille de ses
propres mains. Mais si quelques semaines d'épreuves et d'observations
font connaître au mari qu'il s'est trompé dans son choix, il renvoie
sa femme, et se fait restituer son présent. Si les sujets de
mécontentement viennent de lui, il perd son droit à la restitution.
Mais de quelque côté qu'il puisse venir, la jeune femme n'en est pas
regardée avec plus de mépris, et ne trouve pas moins l'occasion de
subir bientôt une nouvelle épreuve.

Les femmes ont droit aussi de mettre leurs maris à l'essai, et l'on
reconnaît tous les jours qu'elles sont plus inconstantes et plus
opiniâtres que les hommes, car on les voit profiter plus souvent de la
liberté qu'elles ont de se retirer avant la célébration du mariage,
quoique leurs maris n'épargnent rien pour les retenir.

Une femme qui laisse prendre sa pipe par un homme, et qui lui permet
de s'en servir un moment, lui donne des droits sur elle, et s'engage à
lui accorder ses faveurs. Dans le cas de l'adultère, la loi condamne
l'amant à donner la valeur d'un esclave au mari, et la femme à
demander pardon de son crime, sans quoi le mari obtiendrait facilement
la permission du divorce.

L'économie domestique a ses lois, qui sont uniformes dans toute la
nation. Le mari est obligé de se pourvoir d'une maison, de vêtir sa
femme et ses enfans suivant sa condition, d'émonder les arbres, de
défricher les champs et de fournir sa maison de vin de palmier.

Le devoir des femmes est de faire les provisions pour tout ce qui
concerne la nourriture, et par conséquent d'aller au marché. Aussitôt
que la saison des pluies est arrivée, elles vont travailler aux champs
jusqu'à midi pendant que les maris se reposent tranquillement dans
leurs huttes. À leur retour, elles préparent leur dîner. S'il manque
quelque chose pour la subsistance de la famille, elles doivent
l'acheter sur-le-champ de leur propre bourse, ou se le procurer par
des échanges. Le mari est assis seul à table, tandis que sa femme et
ses enfans sont debout pour le servir. Après son dîner, elles mangent
ses restes, mais sans cesser de se tenir debout, par la force d'une
ancienne tradition qui leur persuade que les femmes sont faites pour
servir les hommes et pour leur obéir.

Dans la première jeunesse des Nègres, on les lie avec de certaines
cordes faites par les sorciers ou les prêtres du pays, avec quelques
paroles mystérieuses qui accompagnent cette cérémonie.

Lorsque les missionnaires trouvent ces cordes magiques sur les enfans
qu'on présente au baptême, ils obligent les mères de se mettre à
genoux, et leur font donner le fouet jusqu'à ce qu'elles aient reconnu
leur erreur. Une femme que le missionnaire Carli avait condamnée à ce
châtiment s'écria sous les verges: «Pardon, mon père, pour l'amour de
Dieu. J'ai ôté trois de ces cordes en venant à l'église, et c'est par
oubli que j'ai laissé la quatrième.»

Les Nègres qui n'ont point embrassé le christianisme, ou qui ne sont
pas fermes dans la foi, présentent leurs enfans aux sorciers dès le
moment de leur naissance.

L'ascendant des sorciers sur les Nègres va jusqu'à leur interdire
l'usage de la chair de certains animaux, et de tels fruits ou de tels
légumes, et leur imposer d'autres obligations ridicules; ce joug
religieux porte le nom de _kédjilla_. Rien n'approche de la soumission
dès jeunes Nègres pour les ordonnances de leurs prêtres. Ils
passeraient plutôt deux jours à jeun que de toucher aux alimens qui
leur sont défendus; et si leurs parens ont négligé de les assujettir
au kédjilla dans leur enfance, à peine sont-ils maîtres d'eux-mêmes,
qu'ils se hâtent de le demander au prêtre ou au sorcier, persuadés
qu'une prompte mort serait le châtiment du moindre délai volontaire.
Mérolla raconte qu'un jeune Nègre, étant en voyage, s'arrêta le soir
chez un ami qui lui offrit à souper un canard sauvage, parce qu'il le
croyait meilleur que les canards domestiques. Le jeune étranger
demanda de bonne foi si c'était un canard privé. On lui répondit que
c'en était un: il en mangea de bon appétit comme un voyageur affamé.
Quatre ans après, les deux amis s'étant rencontrés, celui qui avait
trompé l'autre lui demanda s'il voulait manger avec lui d'un canard
sauvage: le jeune homme, qui n'était point encore marié, s'en
défendit, parce que c'était son kédjilla. Quel scrupule! lui dit son
ami; et pourquoi refuser aujourd'hui ce que vous acceptâtes il y a
quatre ans à ma table? Cette déclaration fut un coup de foudre qui fit
trembler le jeune Nègre de tous ses membres, et qui lui troubla
l'imagination jusqu'à lui causer la mort dans l'espace de vingt-quatre
heures.

Le royaume de Congo n'a point de médecins ni d'apothicaires, ni même
d'autres remèdes que les simples, l'écorce des arbres, les racines,
les eaux et l'huile, qu'on fait prendre aux malades presque
indifféremment pour toutes sortes de maladies. Le climat d'ailleurs
est sain, et les habitans sont sobres.

Dans les royaumes de Kakongo et d'Angole, l'usage ne permet pas
d'ensevelir un parent, si toute la famille ne se trouve assemblée.
L'éloignement des lieux n'est pas même un sujet d'exception. Les
funérailles commencent par le sacrifice de quelques poules, du sang
desquelles on arrose le dehors et le dedans de la maison. Ensuite on
jette les cadavres par-dessus le toit, pour empêcher que l'âme du mort
ne fasse le _zombi_, c'est-à-dire qu'elle ne revienne troubler les
habitans par des apparitions; car on est persuadé que celui qui
verrait l'âme d'un mort tomberait mort lui-même sur-le-champ. Cette
persuasion est si fortement gravée dans l'esprit des Nègres, que
l'imagination seule à souvent produit tous les effets de la réalité.
Ils assurent aussi que le premier mort appelle le second, surtout
lorsqu'ils ont eu quelque démêlé pendant leur vie.

Après la cérémonie des poules, on continue de faire des lamentations
sur le cadavre; et si la douleur ne fournit pas des larmes, on a soin
de se mettre du poivre dans le nez, ce qui les fait couler en
abondance. Lorsqu'on a crié et pleuré quelque temps, on passe tout
d'un coup de la tristesse à la joie, en faisant bonne chère aux frais
des plus proches parens du mort, qui demeure pendant ce temps-là sans
sépulture. On cesse de boire et de manger, mais c'est pour suivre le
son des tambours qui invite toute l'assemblée à danser. Le bal
commence. Aussitôt qu'il est fini, on se retire dans dès lieux
indiqués, où tous les spectateurs des deux sexes sont renfermés
ensemble dans l'obscurité, avec la liberté de se mêler sans
distinction. Comme le signal de cette cérémonie se donne au son des
tambours, l'ardeur du peuple est incroyable pour se rendre à
l'assemblée. Il est presque impossible aux mères d'arrêter leurs
filles, et plus encore aux maîtres de retenir leurs esclaves. Les murs
et les chaînes sont des obstacles trop faibles; mais ce qui doit
paraître encore plus étrange, si c'est le maître d'une maison qui est
mort, sa femme se livre à ceux qui demandent ses faveurs, à la seule
condition de ne pas prononcer un seul mot tandis qu'on est seul avec
elle.

Le conseil de Congo est composé de dix ou douze personnes qui sont
dans la plus haute faveur auprès du roi, et sur lesquelles il se
repose des affaires d'état, de l'administration, de la paix et de la
guerre, et de la publication de ses ordres.

Sa cour est fort nombreuse. Elle est composée d'une partie de sa
noblesse, qui fait sa résidence au palais, ou dans les lieux voisins,
et d'une multitude de domestiques ou d'officiers de sa maison. Il a
pour garde un corps d'Anzikos et de plusieurs autres nations. Son
habillement est très-riche. C'est ordinairement quelque étoffe d'or ou
d'argent, avec un manteau de velours. Il se couvre la tête d'un bonnet
blanc, comme tous les seigneurs qu'il honore de ses bonnes grâces.
C'est une marque si certaine de faveur, qu'au moindre mécontentement,
il le fait ôter à ceux qui lui déplaisent. En un mot, le bonnet blanc
est un caractère de noblesse et de chevalerie à Congo, comme la Toison
d'or et le Saint-Esprit en Europe.

Le roi donne deux audiences publiques dans le cours de chaque semaine;
mais la liberté de lui parler n'est accordée qu'aux seigneurs.
Lorsqu'il se rend à l'église, tous les Portugais, soit ecclésiastiques
ou séculiers, sont obligés de grossir son cortége et de l'accompagner
de même à son retour jusqu'à la porte du palais; mais c'est la seule
occasion où ce devoir leur soit imposé.

Parmi les moyens qu'emploie le monarque pour suppléer par des rapines
à la modicité de ses revenus, on en raconte un bien bizarre, si
quelque chose peut le paraître dans un despote. Lorsqu'il sort en
bonnet blanc avec les seigneurs de son cortége, il se fait quelquefois
apporter un chapeau dans sa marche, et s'en sert quelques momens;
ensuite, redemandant son bonnet, il le met si négligemment, qu'il peut
être abattu par le moindre vent. S'il tombe en effet, les seigneurs
s'empressent pour le ramasser; mais le roi, offensé de cette disgrâce,
refuse de le recevoir, et retourne au palais fort mécontent. Le
lendemain il fait partir deux ou trois cents soldats, avec ordre de
lever sur le peuple une grosse imposition; ainsi l'état est menacé
d'un grand malheur quand le roi a mis son bonnet de travers.

Il peut lever, dit-on, des armées innombrables et les mettre en
campagne. Carli et d'autres voyageurs racontent qu'un roi de Congo
marcha contre les Portugais à la tête de neuf cent mille hommes. On
aurait cru qu'il se proposait la conquête de l'univers; cependant il
n'avait à combattre que trois ou quatre cents mousquetaires portugais,
qui n'avaient pour armes, avec leurs fusils, que deux pièces de
campagne; mais, les ayant chargées à cartouche, l'exécution qu'elles
firent dans les premiers rangs des Nègres jeta la consternation dans
une armée si nombreuse, et la mort du monarque acheva de les mettre en
déroute. Le Portugais qui avait coupé la tête à ce prince assura que
ses armes royales et tous les ustensiles dont il faisait usage étaient
d'or battu.

La manière ordinaire de combattre dans toutes ces régions ne prouve
pas plus de courage que de discipline. Deux armées nègres qui sont en
présence commencent par discuter froidement le sujet de leur querelle:
elles passent successivement aux reproches et aux injures; enfin, la
chaleur augmentant par degrés, on en vient aux coups. Les tambours se
font entendre avec beaucoup de confusion. Ceux qui sont armés de
fusils les jettent à la première décharge, parce qu'ils sont plus
occupés de leur propre frayeur que de l'envie de nuire. D'ailleurs la
méthode qu'ils prennent pour tirer est rarement dangereuse. Ils
appuient la crosse du fusil contre l'estomac, sans aucun point de
mire, et les balles passent en l'air par-dessus la tête de leurs
ennemis, d'autant plus que des deux côtés l'usage est de s'accroupir
lorsqu'ils voient le premier feu de la poudre; ensuite les deux partis
se relèvent et se servent de leurs arcs. S'ils sont à quelque
distance, ils lancent leurs flèches en l'air, persuadés qu'elles sont
plus meurtrières dans leur chute; mais, lorsqu'ils sont fort près, ils
tirent en droite ligne. Les flèches sont quelquefois empoisonnées, et
le premier remède qu'ils appliquent à leurs blessures, est leur
propre urine. Ils ramassent les flèches qu'ils découvrent autour d'eux
pour les employer contre ceux qui les ont tirées.

La succession au trône n'a point d'ordre établi; du moins n'en
a-t-elle pas qui ne puisse être renversé par la volonté des grands,
sans aucun égard pour le droit d'aînesse ou pour la légitimité de la
naissance. Ils choisissent entre les fils du roi celui pour lequel ils
ont conçu le plus de respect, ou qu'ils croient le plus capable de les
gouverner. Quelquefois ils rejettent les enfans pour donner la
couronne au frère ou au neveu.

Dans le couronnement du roi, l'usage est de faire une proclamation qui
prouve le crédit des Portugais dans ces contrées; un héraut dit à
haute voix: «Vous qui devez être roi, ne soyez ni voleur, ni avare, ni
vindicadif; soyez l'ami des pauvres; faites des aumônes pour la rançon
des prisonniers et des esclaves: assistez les malheureux; soyez
charitable pour l'église: efforcez-vous d'entretenir la paix et la
tranquillité dans ce royaume, et conservez avec une fidélité
inviolable le traité d'alliance avec votre frère le roi de Portugal.»

Ensuite deux seigneurs se lèvent pour aller chercher le prince, comme
s'il était confondu dans la foule. L'ayant bientôt trouvé, ils
l'amènent, l'un par le bras droit, l'autre par le bras gauche. Ils le
placent sur le fauteuil royal, lui mettent la couronne sur la tête,
les bracelets d'or aux poignets, et sur le dos un manteau noir, qui
sert depuis long-temps à cette cérémonie. Alors on lui présente un
livre d'évangiles, soutenu par un prêtre en surplis; il y porte la
main, et jure d'observer tout ce que le héraut a prononcé. Toute
l'assemblée jette aussitôt un peu de sable et de terre sur lui,
non-seulement comme un témoignage de la joie publique, mais encore
pour l'avertir que sa qualité de roi n'empêchera pas qu'il ne soit
réduit quelque jour en poudre. Il se rend ensuite au palais,
accompagné de douze principaux nobles qui ont présidé à la fête.

Chaque province de Congo, quoique gouvernée par un des principaux
seigneurs du royaume, sous le titre de _mani_, se divise en plusieurs
petits cantons qui ont aussi leur mani particulier, mais d'un rang
inférieur. Ainsi le mani ou le seigneur de _Vamma_, qui n'est qu'une
division de province, n'est pas du même rang que le _mani bamba_, qui
gouverne une province entière.

Le roi nomme dans chaque province un juge revêtu de son autorité pour
la décision de toutes les causes civiles. Comme il n'y a point de lois
écrites, les juges n'ont pour règle, dans l'exercice de leur
juridiction, que leur caprice ou celui de l'usage; mais leurs
sentences ne vont jamais plus loin que l'emprisonnement ou l'amende.
Dans les matières importantes, les accusés appellent au roi, seul juge
des causes criminelles; il porte sa sentence, mais il est rare
qu'elle soit à mort. Les offenses des Nègres contre les Portugais sont
jugées par les lois du Portugal; ordinairement le roi se contente de
bannir le coupable dans quelque île déserte. S'ils ont le bonheur d'y
vivre onze ou douze ans, il leur accorde un pardon formel, et ne fait
pas même difficulté de les employer au service de l'état, comme des
gens d'expérience qui ont eu le temps de s'endurcir à la fatigue.

Le véritable nom du pays d'Angole est Dongo. Les Portugais l'ont nommé
Angola, du premier prince qui l'usurpa sur la couronne de Congo: il
portait anciennement le nom d'Ambanda, et ses habitans se nomment
encore Ambandos, comme ceux de Loango se nomment Bramas.

Le royaume d'Angole est borné au nord par celui de Congo, dont il est
séparé par la rivière de Danda, que d'autres appellent Bengo; à l'est,
par le royaume de Matamba; au sud, par Benguéla, et à l'ouest, par
l'Océan: sa situation est entre 7 degrés 30 minutes, et 10 degrés 40
minutes de latitude sud.

Dans la province de Massingan ou de Massangano, les Portugais ont un
fort près d'une petite rivière du même nom, entre les rivières de
Koanza et de Sounda. La Koanza coule au sud, et la Sounda au nord;
mais leurs eaux se mêlent à la distance d'une lieue, et c'est de cette
jonction que la ville tire le nom de Massangano, qui signifie, dans la
langue du pays, un mélange d'eau: elle n'était autrefois qu'un grand
village ouvert; mais le soin que les Portugais ont pris d'y bâtir un
grand nombre de belles maisons de pierre en a fait une ville
considérable. Ce changement et l'érection du fort sont de l'année
1578, lorsque, avec le secours du roi de Congo, les Portugais
pénétrèrent dans le royaume d'Angole. La ville est habitée aujourd'hui
par quantité de familles portugaises, et par un grand nombre de
mulâtres et de Nègres.

Le roi d'Angole fait sa résidence ordinaire un peu au-dessus de
Massangano, dans l'intérieur d'une chaîne de montagnes d'environ sept
lieues de tour, où la richesse des campagnes et des prairies lui
fournit des provisions en abondance. On n'y peut pénétrer que par un
seul passage; et ce prince l'a fortifié avec tant de soin, qu'il est à
couvert des insultes de ses ennemis.

La province de Loanda tient le premier rang par sa grandeur et ses
richesses. Sa capitale est la ville de Loanda, qu'on nomme aussi
Saint-Paul de Loanda, pour la distinguer d'une île du même nom. C'est
la capitale de toutes les possessions portugaises dans cette grande
partie de l'Afrique et la résidence du gouverneur.

Saint-Paul de Loanda doit son origine aux Portugais en 1578, lorsque
Paul Diaz de Novaës fut envoyé dans cette contrée pour en être le
premier gouverneur. Elle est grande et remplie de beaux édifices,
mais sans murs et sans fortifications, à la réserve de quelques petits
forts élevés sur le rivage pour la sûreté du port. Les maisons des
blancs sont de pierre et couvertes de tuiles. Celles des Nègres ne
sont que de bois et de paille. L'évêque d'Angole et de Congo y fait sa
résidence à la tête d'un chapitre de neuf ou dix chanoines.

La ville est habitée par trois mille blancs et par un nombre
prodigieux de Nègres qui servent les blancs en qualité d'esclaves, ou
de domestiques libres. Il est commun pour un Portugais de Loanda
d'avoir cinquante esclaves à son service; les plus riches en ont deux
ou trois cents, et quelques-uns jusqu'à trois mille; c'est en quoi
consiste leur richesse, parce que tous ces Nègres, étant propres à
quelque travail, s'occupent suivant leur profession, et qu'outre la
dépense de leur entretien qu'ils épargnent à leur maître, ils lui
apportent chaque jour le fruit de leur travail; mais, à l'exception de
Massangano et de quelques autres places intérieures, les Portugais ne
possèdent rien au delà des côtes.

Le nombre des mulâtres est fort grand: ils portent une haine mortelle
aux Nègres, sans en excepter leur mère négresse, et toute leur
ambition consiste à se mettre dans une certaine égalité avec les
blancs; mais, loin d'obtenir cette grâce, ils n'ont pas même la
liberté de paraître assis devant eux.

Les enfans que les Portugais ont de leurs Négresses passent également
pour esclaves, à moins que le père ne se détermine à les déclarer
légitimes. À la moindre faute, ces misérables victimes sont vendues et
transportées sans aucun égard pour les lois de la religion et de la
nature. Un Portugais avait deux filles, l'une veuve et l'autre à
marier: dans la vue de procurer un meilleur établissement à la
seconde, il dépouilla l'autre de tout ce qu'elle possédait. Celle-ci
ne pouvant rien opposer à cette injustice, prit une autre résolution,
qu'elle ne fit pas difficulté de déclarer à Mérolla: «Je ne veux pas
déplaire à mon père, lui dit-elle; il est le maître de me traiter à
son gré; mais après sa mort je vendrai ma soeur, parce qu'elle est née
de mon esclave, et je me dédommagerai sans bruit du tort qu'il me
fait.» Voilà les abominations que produit le commerce des esclaves.

L'usage des pères, à la naissance de chaque enfant, est de jeter les
fondemens d'une nouvelle maison pour le loger après son mariage; les
murs s'élèvent à mesure que l'enfant croit en âge. On n'a point
d'autre chaux que la poudre des écailles d'huîtres calcinées au feu.

Les bornes du pays de Benguéla, que l'on nomme Bankella, sont, au
nord, le royaume d'Angole, dont quelques-uns le regardent comme une
partie; à l'est, le pays de Djoggi-Kasandj, duquel il est séparé par
la rivière Kounéni; au sud, celui de Martaman, et la mer à l'ouest; sa
situation est entre 10 degrés 30 minutes, et 16 degrés 15 minutes de
latitude sud.

L'air est si dangereux dans le pays de Benguéla, et communique aux
alimens des qualités si pernicieuses, que les étrangers qui en usent à
leur arrivée n'évitent point la mort ou de fâcheuses maladies. On
conseille ordinairement aux passagers de ne pas descendre à terre, ou
du moins de ne pas boire de l'eau du pays, qu'on prendrait pour une
lie épaisse. On reconnaît aisément combien l'air est dangereux pour
les blancs; tous ceux qui habitent le pays ont l'air d'autant de morts
sortis du tombeau; leur voix est faible et tremblante, et leur
respiration entrecoupée, comme s'ils la retenaient entre les dents.
Carli, qui fait d'eux cette peinture, se dispensa de résider dans un
si triste lieu.

Du temps de Lopez et de Battel, les Européens, n'avaient qu'un
établissement dans cette baie; mais dans la suite les Portugais y ont
bâti du côté du nord une ville qu'ils ont nommée San-Phelipé, ou
Saint-Philippe de Benguéla, et qu'ils appellent aussi le
Neuf-Benguéla, pour la distinguer d'une ancienne ville du même nom,
qui est située sur les bords de cette contrée du côté du nord, entre
le port de Soto et la rivière de Dongo ou de Moréna. Carli, qui se
trouvait dans le pays en 1666, dit que la ville de Benguéla est gardée
par une garnison portugaise, avec un gouverneur de la même nation: il
ajoute que le nombre des blancs qui l'habitent est d'environ deux
cents, que celui des Nègres est très-grand, que les maisons ne sont
bâties que de terre et de paille, que l'église et les forts ne sont
pas mieux.

Mérolla parle avec horreur d'un usage établi dans un port de ce
royaume où son vaisseau relâcha: les femmes, d'intelligence avec leurs
maris, emploient tous les artifices de leur sexe pour attirer d'autres
hommes dans leurs bras, et livrent leurs amans au mari, qui les
emprisonne aussitôt pour les vendre à la première occasion, sans avoir
aucun compte à rendre de cette violence.

Dans toutes les parties du royaume d'Angole, on distingue quatre
ordres de Nègres qui composent la nation: le premier, qui est celui
des nobles, se nomme mokata; on donne au second, dans la langue du
pays, le titre d'enfant du domaine: il renferme tous les habitans
libres, qui sont la plupart artisans ou laboureurs; le troisième ordre
est celui d'une sorte d'esclaves qui appartient au domaine de chaque
noble, et qui passe de même à l'héritier; enfin le quatrième est
l'ordre des mokikas ou des esclaves ordinaires, qui s'acquiert par la
guerre ou par le commerce.

En général, les habitans d'Angole et de Benguéla n'amassent point de
richesses. Ils se contentent d'un peu de millet et de quelques
bestiaux, de leur huile et de leur vin de palmier. Le principal
commerce des Portugais et des autres Européens dans le royaume
consiste en esclaves, qu'ils transportent à Porto-Rico, à
Rio-de-la-Plata, à Saint-Domingue, à la Havanne, à Carthagène, et
surtout au Brésil, pour le service des plantations et des mines.
Autrefois les Espagnols transportaient annuellement plus de quinze
mille esclaves dans leurs propres colonies, et l'on juge
qu'aujourd'hui les Portugais n'en transportent pas moins. Leurs agens
les achètent à cent cinquante et deux cent milles dans l'intérieur des
terres. Lorsqu'ils arrivent sur la côte, ils sont ordinairement fort
maigres et très-faibles, parce qu'ils sont mal nourris dans le voyage,
et qu'on ne leur donne la nuit que le ciel pour toit et la terre pour
lieu de repos. Mais, avant que de les embarquer, l'usage des Portugais
de Loanda est de les bien traiter, dans une grande maison qui n'a
point d'autre destination. Ils leur fournissent de l'huile de palmier
pour se frotter le corps et se rafraîchir. S'il ne se trouve point de
vaisseau prêt à les recevoir, ou s'ils ne sont point en assez grand
nombre pour faire une cargaison complète, ils les emploient à la
culture de leurs terres. Lorsqu'ils sont à bord, ils prennent soin de
leur santé; ils sont pourvus de remèdes, surtout de citrons, pour les
garantir du scorbut. Si quelqu'un d'entre eux tombe malade, ils ne
manquent point de le loger à part et de lui faire observer un régime
salutaire. Dans leurs vaisseaux de transport, ils leur donnent des
nattes, qui sont changées régulièrement de douze en douze jours.
L'avarice même peut donc quelquefois ramener à l'humanité.

Lopez raconte que de son temps le roi d'Angole et tous ses sujets
n'avaient point encore d'autre religion que l'idolâtrie. Il ajoute que
ce prince, ayant formé le dessein d'embrasser la foi chrétienne, à
l'exemple du roi de Congo, lui fit demander, par un ambassadeur, des
prêtres et des missionnaires; mais que le royaume de Congo n'en avait
point assez pour s'en défaire en faveur de ses voisins. Depuis le même
temps, l'état de la religion a reçu peu de changement dans le royaume
d'Angole, excepté dans les villes de Loanda, de Massangano et quelques
autres lieux immédiatement soumis aux Portugais. Loanda est un siége
épiscopal, suffragant de celui de San-Salvador.

La langue du royaume d'Angole n'est pas plus différente de celle de
Congo que le portugais ne l'est du castillan, ou le vénitien du
calabrois, c'est-à-dire que la différence consiste principalement dans
la prononciation; cependant elle est assez grande pour en faire comme
une autre langue. Toutes ces régions n'ont point de caractères pour
l'écriture.

Les rois d'Angole n'étaient anciennement que des gouverneurs ou des
lieutenans du roi de Congo qui s'étaient emparés de l'autorité dans
l'étendue de leur administration; ensuite ils usurpèrent le pouvoir
absolu dans un pays qu'ils gouvernaient au nom d'autrui; et joignant
diverses conquêtes au royaume d'Angole, ils devinrent aussi riches et
presque aussi puissans que leur maître; cependant ils ont toujours
conservé une ombre de dépendance sous le nom d'un tribut qu'ils ne
paient qu'à leur gré.

Les rois d'Angole entretiennent, comme ceux de Congo, un grand nombre
de paons: ce privilége est réservé à la famille royale. Leur
vénération pour ces animaux va si loin, qu'un de leurs sujets qui
aurait la hardiesse d'en prendre une seule plume n'éviterait pas la
mort ou l'esclavage.

Les provinces d'Angole sont gouvernées, sous l'autorité du roi, par
les principaux seigneurs de sa cour, et chaque canton par un chef
inférieur qui porte le nom de sova.

On ne connaît dans le royaume d'Angole qu'une sorte de punition pour
les crimes; c'est l'esclavage au profit du _Sova_.

Le roi de Portugal tire du royaume d'Angole un revenu considérable,
soit du tribut annuel des sovas, soit des droits qu'il impose sur la
vente des marchandises et des esclaves.

Les révolutions du royaume d'Angole n'ont point empêché qu'il ne soit
demeuré fort puissant. Lopez observe que, depuis l'établissement du
christianisme dans le royaume de Congo, le nombre des habitans y est
beaucoup diminué; au lieu que l'ancien usage de la polygamie, qui
subsiste toujours dans le royaume d'Angole, le rend plus peuplé qu'on
ne peut se l'imaginer. Le même auteur ajoute que, suivant l'usage du
pays, qui oblige tous les sujets de suivre le monarque à la guerre, il
peut mettre en campagne un million d'hommes. Dapper confirme ce
nombre; mais il ajoute que, dans une occasion pressante, le roi peut
lever promptement cent mille volontaires: puissance redoutable, si la
conduite et le courage y répondaient. On reconnut assez que ces deux
qualités leur manquent, en 1584, lorsque cinq cents Portugais,
assistés d'un petit nombre de Mosicongos, défirent une armée de douze
cent mille Angoliens. L'année suivante, deux cents Portugais et dix
mille Nègres en battirent six cent mille.

Quoique la foi chrétienne ait fait quelque progrès dans ces trois
contrées, la plus grande partie des habitans observe encore l'ancienne
religion, qui consiste dans le culte de Mokissos.

Tous les sovas chrétiens ont un chapelain dans leur benza ou village
pour baptiser les enfans et célébrer les saints mystères. Mais entre
ceux qui font profession du christianisme il s'en trouve un grand
nombre qui demeurent attachés secrètement à l'idolâtrie.

Les gangas ou les prêtres nommés _singhillis_, c'est-à-dire dieux de
la terre, ont un supérieur ou un souverain pontife qui porte le nom de
_ganga kitorna_, et qui passe pour le premier dieu de cette espèce.
C'est à lui qu'on attribue toutes les productions terrestres, telles
que les fruits et les grains. On lui offre les premiers, comme un
juste hommage; et lui-même se vante de n'être pas sujet à la mort.
Pour confirmer les Nègres dans cette ridicule opinion, lorsqu'il se
sent près de sa fin par la faiblesse de l'âge ou par la maladie, il
appelle un de ses disciples pour lui communiquer le pouvoir qu'il a de
produire les biens de la terre; ensuite il le fait étrangler
publiquement avec une corde, ou tuer d'un coup de massue. Cette
exécution se fait à la vue d'une nombreuse assemblée. Si l'office du
grand pontife n'était pas rempli continuellement, les habitans sont
persuadés que la terre deviendrait stérile, et que le genre humain
toucherait bientôt à sa ruine. Les gangas inférieurs finissent
ordinairement leur vie par une mort violente.

Comme tous les gangas prétendent à la divination, nos missionnaires
leur ont donné le nom de sorciers, et les persécutent sans cesse dans
tous les lieux où ils ont quelque pouvoir. D'un autre côté, les
prêtres idolâtres portent une haine mortelle à ceux de l'église
romaine, soit par le ressentiment des injures qu'ils reçoivent soit
par zèle pour le rétablissement du paganisme.



CHAPITRE II.

Histoire naturelle de Congo, d'Angola et de Benguéla.


L'air de Congo, généralement parlant, est plus tempéré qu'on n'est
porté à se l'imaginer. L'hiver y ressemble à l'automne de Rome. On n'y
est jamais obligé d'augmenter l'épaisseur des habits ni de s'approcher
du feu. Il n'y a point de différence pour le froid entre le sommet des
montagnes et les plaines. On voit même des hivers ou la chaleur est
plus vive qu'en été.

La différence des jours et des nuits n'est que d'un quart d'heure
pendant toute l'année.

L'hiver commence au mois de mars, lorsque le soleil entre dans les
signes du nord, et l'été au mois de septembre, lorsque le soleil passe
dans les signes du sud. Il ne tombe jamais de pluie pendant l'été;
mais elle dure sans interruption pendant les mois d'avril, mai, juin,
juillet et août, qui composent l'hiver. Les beaux jours du moins y
sont fort rares. On est surpris de la force des pluies et de la
grosseur des gouttes. Lorsque les terres sont bien abreuvées, toutes
les rivières s'enflent et répandent leurs eaux dans les pays voisins.
Les premières pluies commencent ordinairement le 15 avril, et
quelquefois plus tard. De là vient que ces nouvelles eaux du Nil, qui
sont attendues avec tant d'impatience en Égypte, arrivent plus tôt ou
plus tard.

Dans toutes ces contrées, les vents d'hiver soufflent depuis le nord
jusqu'à l'ouest, et depuis le nord jusqu'au nord-est. Ils ont été
nommés par les Portugais _vents généraux_; ce sont les mêmes que les
Romains nommaient _étésiens_, et qui soufflent en été dans l'Italie.
Ils poussent avec beaucoup de force les nues vers les grandes
montagnes, où, se rassemblant et se trouvant pressées, elles se
condensent beaucoup. À l'approche de la pluie, elles paraissent comme
perchées au sommet de ces montagnes; et de là viennent les inondations
du Nil, du Sénégal et des autres rivières, qui se déchargent dans les
mers orientales et occidentales.

Pendant l'été du pays, qui est l'hiver de Rome, les vents soufflent
depuis le sud jusqu'au sud-est. En nettoyant les parties méridionales
du ciel, ils poussent la pluie vers les régions du nord. Leur effet le
plus salutaire est de répandre la fraîcheur dans toutes ces contrées;
sans quoi il serait impossible de résister à des chaleurs si
excessives, que, pendant la nuit même, on est contraint de suspendre
au-dessus de soi deux couvertures pour se garantir de l'embrasement de
l'air. Les voyageurs remarquent aussi qu'il ne tombe jamais de neige à
Congo et dans les pays voisins, et qu'on n'en aperçoit point au sommet
des plus hautes montagnes, excepté vers le cap de Bonne-Espérance et
sur quelques autres monts que les Portugais ont nommés Sierra-Névada
ou Monts de neige. Mais on ne vante point cette propriété du pays
comme un avantage; car un peu de neige ou de glace paraîtrait à Congo
plus précieux que l'or.

On trouve, dit-on, dans le royaume de Congo des mines de divers
métaux, sans en excepter l'or et l'argent; mais les habitans ont
toujours refusé de les découvrir aux étrangers.

Le cuivre y est fort commun, surtout dans la province de Pemba, près
de la ville du même nom. La teinte de jaune est si forte dans
certaines roches, qu'on les a prises pour de l'or. Sogno n'en est pas
moins rempli; et son cuivre étant encore meilleur que celui de Pemba,
on en fabrique à Loanda les bracelets et les anneaux que les Portugais
transportent à Callabar, à Kiodelkey, et dans d'autres lieux.
Linschoten assure que Bamba a des mines d'argent et de quelques autres
métaux. Il place à l'est de Sounda des mines de cristal et de fer.
«Les dernières, dit-il, sont les plus estimées des Nègres, parce
qu'ils font de ce métal des couteaux, des épées et d'autres armes.»

Les montagnes de Congo renferment en plusieurs endroits différentes
sortes de très-belles pierres, dont on pourrait faire des colonnes,
des chapiteaux et des bases d'une telle grandeur, que, si l'on eh
croit Lopez, on y couperait facilement une église d'une seule pièce,
et de la même pierre que l'obélisque romain de la _Porta del Popolo_.
On y trouve des monts entiers de porphyre, de jaspe et de marbre de
différentes couleurs, qui portent à Rome le nom de _marbres de
Numidie_, _d'Afrique_ et _d'Éthiopie_, dont on voit quelques piliers
dans la chapelle du pape Grégoire. Les mêmes montagnes ont une pierre
marquetée dans laquelle il se trouve de fort belles hyacinthes,
c'est-à-dire que les raies ou les veines qui sont distribuées par tout
le corps peuvent en être tirées comme les pépins d'une grenade, et
tombant alors en petites pièces du plus parfait hyacinthe; mais on
ferait de la masse entière des colonnes d'une beauté merveilleuse.

Enfin les montagnes de Congo renferment d'autres espèces de pierres
rares qui paraissent imprégnées de cuivre et d'autres métaux. Elles
prennent le plus beau poli du monde, et sont d'un usage admirable pour
la sculpture.

Ce grand royaume produit régulièrement chaque année deux moissons. On
commence à semer au mois de janvier pour recueillir au mois d'avril.
La chaleur recommence au mois de septembre, et rend les terres propres
à recevoir de nouvelles semences, qui offrent une moisson abondante au
mois de décembre.

La, terre est noire et féconde comme les femmes qui la cultivent.

Dans le royaume d'Angole, le pain se fait de la racine, de manioc; les
habitans la nomment _mandioca_.

On doit être accoutumé, par les relations précédentes, à lire sans
étonnement que l'Afrique produit des arbres d'une hauteur et d'une
grosseur si démesurées, qu'un seul fournit à la construction d'un
grand nombre de maisons et de pirogues. Celui qui tient le premier
rang est le figuier des Indes ou ensaka. Il s'en trouve plusieurs dans
l'île de Loanda. Il a déjà été question de cet arbre. Il paraît en
effet que, depuis le Sénégal jusqu'au Congo, le règne végétal présente
une uniformité extraordinaire.

Toutes les parties du royaume de Congo produisent beaucoup d'arbres
fruitiers. Dans la province de Pemba, le plus grand nombre des
habitans se nourrit de fruits. Les citrons, les limons, les bananes,
et surtout les oranges, y sont en abondance. Elles rendent beaucoup de
jus, sans être aigres ni douces, et leur usage n'est jamais nuisible.
Pour faire juger de la fertilité du pays, Lopez rapporte que pendant
l'espace de quatre jours il vit croître assez haut un petit citronnier
d'un pépin qu'il avait planté.

Le plus surprenant de tous les arbres de Congo est le mignamigna, qui
produit du poison d'un côté, et l'antidote de l'autre. Si l'on est
empoisonné par le bois ou par le fruit, les feuilles servent de
contre-poison. Au contraire, si l'on a pris du poison par les
feuilles, il faut avoir recours au bois ou au fruit: c'est encore une
de ces fables si fréquentes chez les anciens voyageurs. On en va lire
de plus absurdes.

Mérolla, après avoir observé que ces régions offrent une variété
surprenante de toutes sortes d'oiseaux, fait une remarque singulière
sur les moineaux. Ils sont de la même forme que ceux de l'Europe,
aussi-bien que les tourterelles; mais, dans la saison des pluies, leur
plumage devient rouge, et reprend ensuite sa première couleur. On voit
arriver la même chose aux autres oiseaux.

Les oiseaux que les Nègres appellent dans leur langue _oiseaux de
musique_ sont un peu plus gros que les serins de Canarie. Quelques-uns
sont tout-à-fait rouges, d'autres verts, avec les pieds et le bec
noirs; d'autres sont blancs; d'autres gris ou noirs. Les derniers
surtout ont le ramage charmant; on croirait qu'ils parlent dans leur
chant. Les seigneurs du pays les tiennent renfermés dans des cages.

Mais de tous les habitans ailés de ce climat il n'y en a point dont
Mérolla parle avec tant d'admiration que d'un petit oiseau décrit par
Cavazzi. Sa forme est peu différente de celle du moineau; mais sa
couleur est d'un bleu si foncé, qu'à la première vue il paraît
tout-à-fait noir; son ramage commence à la pointe du jour, et fait
entendre fort distinctement le nom de Jésus-Christ. «N'est-il pas
surprenant, dit Mérolla, que cette exhortation naturelle n'ait pas la
force d'amollir le coeur des habitans pour leur faire abandonner
l'idolâtrie?»

Le père Caprani parle d'un oiseau merveilleux dont le chant consiste
dans ces deux mots, _va dritto_, c'est-à-dire _va droit_. Un autre,
dans les mêmes contrées, mais surtout dans le royaume de Matamba,
chante continuellement _vuiéki, vuiéki_, qui signifie _miel_ en langue
du pays. Il voltige d'un arbre à l'autre pour découvrir ceux où les
abeilles ont fait leur miel, et s'y arrête jusqu'à ce que les passans
l'aient enlevé; ensuite il fait sa nourriture de ce qui reste. Mais,
par un autre jeu de la nature, le même chant attire les lions, ou du
moins, en suivant l'oiseau, le passant tombe quelquefois dans les
griffes d'un lion, et trouve, dit Mérolla, la mort au lieu de miel.
Dapper parle d'un autre oiseau qui se trouve dans le royaume de
Loango. Les Nègres sont persuadés que son chant annonce l'approche de
quelque bête féroce.

Il y a peu d'animaux dans le royaume de Congo qui ne lui soient
communs avec le royaume d'Angola. Tels sont les éléphans, les
rhinocéros, les panthères, les léopards, les lions, les buffles, les
loups, les chacals, les hyènes, les grands chats sauvages, les
civettes, les sangliers et les caméléons.

Il se trouve des éléphans dans toutes les parties du royaume de Congo.
Les habitans du pays prétendent que cet animal vit cent cinquante ans,
et ne cesse pas de croître jusqu'au milieu de cet âge. Lopez prit
plaisir à en peser plusieurs dents, dont chacune était d'environ deux
cents livres.

La peau des éléphans de Congo est d'une dureté incroyable; elle a
quatre pouces d'épaisseur.

Les éléphans ont à la queue une sorte de poil ou de soie de
l'épaisseur d'un jonc et d'un noir fort brillant. La force et la
beauté de ce poil augmentent avec l'âge de l'animal. Un seul se vend
quelquefois deux ou trois esclaves, parce que les seigneurs et les
femmes sont passionnés pour cet ornements. Tous les efforts d'un homme
avec les deux mains ne peuvent le briser. Quantité de Nègres se
hasardent à couper la queue de l'éléphant, dans la seule vue de se
procurer ces poils. Ils le surprennent quelquefois tandis qu'il monte
par quelque passage étroit dans lequel il ne peut se tourner ni se
venger avec sa trompe. D'autres, beaucoup plus hardis, prennent le
temps où ils le voient paître, lui coupent la queue d'un seul coup, et
se garantissent de sa fureur par des mouvemens circulaires que la
pesanteur de l'animal et la difficulté qu'il trouve à se tourner ne
lui permettent pas de faire avec la même vitesse; cependant, comme on
l'a déjà dit, il court plus vite en droite ligne que le cheval le plus
léger, parce que ses pas sont beaucoup plus grands.

L'éléphant est d'un naturel fort doux et peu inquiet pour sa sûreté,
parce qu'il se repose sur sa force. S'il ne craint rien, il ne cherche
pas non plus à nuire. Ils s'approche des maisons sans y causer aucun
désordre; il ne fait aucune attention aux hommes qu'il rencontre.
Quelquefois il enlève un Nègre avec sa trompe et le tient suspendu
pendant quelques momens; mais c'est pour le remettre tranquillement à
terre. Il aime les rivières et les lacs, surtout vers le temps de
midi, pour se désaltérer ou se rafraîchir: il se met dans l'eau
jusqu'au ventre, et se lave le reste du corps avec l'eau qu'il prend
dans sa trompe. Lopez est persuadé que c'est la multitude des étangs
et des pâturages qui attire un si grand nombre d'éléphans dans le
royaume de Congo. Il se souvient, dit-il, d'en avoir vu plus de cent
dans une seule troupe, entre Cazanze et Loanda; car ils aiment à
marcher en compagnie, et les jeunes surtout vont toujours à la suite
des vieux.

Avant l'arrivée des Portugais, les Nègres de Congo ne faisaient aucun
cas des dents d'éléphans. Ils en conservaient un grand nombre depuis
plusieurs siècles, mais sans les mettre au rang de leurs marchandises
de commerce. De là vient que les vaisseaux de l'Europe en apportèrent
une si prodigieuse quantité de Congo et d'Angole jusqu'au milieu du
dernier siècle. Mais ils épuisèrent enfin le pays, et les habitans
sont obligés aujourd'hui d'avoir recours aux autres contrées pour en
fournir au commerce de l'Europe.

Les peuples de Bamba n'ont jamais eu l'art d'apprivoiser les éléphans;
mais ils entendent fort bien la manière de les prendre en vie. Leur
méthode est d'ouvrir, dans les lieux que ces animaux fréquentent, de
larges fossés qui vont en se rétrécissant vers le fond; ils les
couvrent de branches d'arbres et de gazon qui cachent le piége. Lopez
vit sur les bords de la Koanza un jeune éléphant qui était tombé dans
une de ces tranchées. Les vieux, après avoir employé inutilement toute
leur force et leur adresse pour le tirer du précipice, remplirent la
fosse de terre, comme s'ils eussent mieux aimé le tuer et l'ensevelir
que de l'abandonner aux chasseurs. Ils exécutèrent cette opération à
la vue d'un grand nombre de Nègres, qui s'efforcèrent en vain de les
chasser par le bruit, par la vue de leurs armes, et par des feux
qu'ils leur jetaient pour les effrayer.

Dapper observe que l'éléphant, après avoir été blessé, emploie toutes
sortes de moyens pour tuer son ennemi; mais que, s'il obtient cette
vengeance, il ne fait aucune insulte à son corps: au contraire, son
premier soin est de creuser la terre de ses dents pour lui faire un
tombeau, dans lequel il l'étend avec beaucoup d'adresse, ensuite il le
couvre de terre et de feuillage.

On trouve dans le royaume de Congo quantité de ces grands singes qu'on
nomme _orangs-outangs_ aux Indes orientales, et qui tiennent comme le
milieu entre l'espèce humaine et les babouins. Nous en avons déjà
parlé sous le nom de _barris_. Au Congo, l'on nomme les plus grands
_pongo_, et les autres _jockos_: leur retraite est dans les bois. Ils
dorment sur les arbres, et s'y font une espèce de toit qui les met à
couvert de la pluie. Leurs alimens sont des fruits ou des noix
sauvages; jamais ils ne mangent de chair. L'usage des Nègres qui
traversent les forêts est d'y allumer des feux pendant la nuit. Ils
remarquent que le matin, à leur départ, les pongos prennent leur place
autour du feu, et ne se retirent point qu'il ne soit éteint; car, avec
beaucoup d'adresse, ils n'ont point assez de sens pour l'entretenir en
y apportant du bois.

Ils marchent quelquefois en troupes, et tuent les Nègres qui
traversent les forêts. Ils fondent même sur les éléphans qui viennent
paître dans les lieux qu'ils habitent, et les incommodent si fort à
coups de poings ou de bâtons, qu'ils les forcent à prendre la fuite en
poussant des cris. On ne prend jamais de pongos adultes, parce qu'ils
sont si robustes, que dix hommes ne suffiraient pas pour les arrêter.
Mais les Nègres en prennent quantité de jeunes, après avoir tué la
mère, au corps de laquelle ils s'attachent fortement. Lorsqu'un de ces
animaux meurt, les autres couvrent son corps d'un amas de branches et
de feuillages. Purchass ajoute, en forme de note, que, dans les
conversations qu'il avait eues avec Battel, il avait appris de
lui-même qu'un pongo lui enleva un petit Nègre, qui passa un mois
entier dans la société de ces animaux; car ils ne font, dit-il, aucun
mal aux hommes qu'ils surprennent. Mais comment accorder cette
observation de Purchass avec ce qu'on vient de dire d'après d'autres
voyageurs, que les pongos attaquent les Nègres dans les forêts? Ne
faut-il pas en conclure que ces circonstances varient selon les lieux
que les observateurs ont visités? Au reste, il y a beaucoup
d'apparence que le pongo est le satyre des anciens.

On trouve dans ces contrées les énormes serpens dont on a vu plus haut
la description. Les Nègres les appellent, dans leur langue, _le grand
serpent d'eau_, _ou la grande hydre_. Cette redoutable espèce de
serpent, dit Lopez, change de peau dans la saison ordinaire, et
quelquefois après s'être monstrueusement rassasiée. Ceux qui la
trouvent ne manquent pas de la montrer en spectacle. Lorsqu'il arrive
aux Nègres de mettre le feu à quelque bois épais, ils y trouvent
quantité de ces serpens tout rôtis, dont ils font un admirable festin.
Ce serpent paraît être le même qui porte, suivant Dapper, le nom
d'_embamba_ dans le royaume d'Angole et celui de _minia_, dans le pays
de Quodjas.

Le serpent le plus remarquable que Mérolla ait vu, se nomme _capra_.
La nature a mis son poison dans son écume, qu'il crache ou qu'il lance
de fort loin dans les yeux d'un passant. Elle cause des douleurs si
vives, que, s'il ne se trouve pas bientôt quelque femme pour les
apaiser avec son lait, l'aveuglement est inévitable. Ces serpens
entrent dans les maisons, et montent aux arbres la nuit comme le jour.

Lopez décrit une autre espèce de serpent qui a, vers l'extrémité de sa
queue, une petite tumeur de laquelle il sort un bruit éclatant comme
celui d'une sonnette; il ne peut se remuer sans se faire entendre,
comme si la nature avait pris soin d'avertir les passans du danger.

Le même auteur ajoute qu'il se trouve dans le royaume de Congo des
vipères si venimeuses que dans l'espace de vingt-quatre heures elles
causent la mort; mais que les Nègres connaissent des simples dont
l'application est un remède assuré lorsqu'elle est assez prompte. Il
dit encore que ce pays produit d'autres créatures de la grosseur du
bélier, avec des ailes; elles ont une longue queue et une gueule fort
allongée, armée de plusieurs rangées de dents: elles se nourrissent de
chair crue. L'auteur ne leur donne que deux jambes. Leur couleur est
bleue et verte, et leur peau paraît couverte d'écaillés. Les païens
nègres leur rendent une sorte de culte: on en voyait un assez grand
nombre à Congo du temps de Lopez, parce qu'étant fort rares dans les
provinces, les principaux seigneurs prennent beaucoup de soin pour les
conserver; ils souffrent que le peuple leur rende des adorations, en
faveur des présens et des offrandes dont elles sont accompagnées.
Lopez a évidemment été la dupe des seigneurs du Congo, s'il a pu
ajouter foi à un récit d'une absurdité si choquante.

Les caméléons du pays font leur demeure dans les rochers et sur les
arbres: ils ont la tête pointue et la queue en forme de scie.

Les rivières de Congo et d'Angole abondent en poissons de différentes
espèces. Celle de Zaïre en produit un fort remarquable, qui se nomme
_ambizagoulo_ (_porc_), parce qu'il n'est pas moins gras que cet
animal, et qu'il fournit du lard. La nature lui a donné deux espèces
de mains, et lui a formé le dos comme un bouclier: sa chair est fort
bonne, mais elle n'a pas le goût de poisson; sa gueule ressemble à
celle du boeuf; il se nourrit de l'herbe qui croît sur les bords de la
rivière, sans jamais monter sur la rive. Quelques-uns de ces poissons
pèsent jusqu'à cinq cents livres; à cette description, l'on reconnaît
le lamantin.

Pendant le séjour que Carli fit à Colombo, des pêcheurs prirent un
grand poisson, de forme ronde comme une roue de carrosse. Il a deux
dents au milieu du corps, et plusieurs trous par lesquels il voit, il
entend, il mange; sa gueule, qui est une de ces ouvertures, n'a pas
moins d'un empan de long: sa chair est délicieuse, et ressemble au
veau pour la blancheur.

Lopez rapporte que le Zaïre nourrit des crocodiles. Mérolla, au
contraire, assure formellement qu'il ne s'y en trouvé point; mais on
convient qu'il s'en trouve un grand nombre dans les autres rivières du
même pays. Battel, pour nous donner une idée de la grandeur et de
l'avidité de ces monstres, rapporte que, dans le royaume de Loango, un
crocodile dévora une allibamba entière, c'est-à-dire une troupe de
huit ou neuf esclaves, liés de la même chaîne; mais le fer, qu'il ne
put digérer, lui causa la mort, et fut trouvé ensuite dans ses
entrailles. Le même auteur ajoute qu'il a vu des crocodiles guetter
leur proie, la saisir, et traîner dans la rivière des hommes, des
chevaux et d'autres animaux. Un soldat qui avait été saisi avec cette
violence tira son coup, et frappa si heureusement le crocodile au
ventre, qu'il le tua sur-le-champ.

En finissant la description du royaume de Congo, il ne sera point
inutile de jeter un coup d'oeil sur les nations voisines,
particulièrement sur celles des Anzikos et des Diaggas, qui
environnent fort loin le royaume à l'est, et qui se sont rendues
redoutables par leurs fréquentes invasions.

Les Anzikos sont d'une extrême agilité. Ils courent sur les montagnes
comme autant de chèvres. On ne vante pas moins leur courage, leur
douceur, leur droiture et leur bonne foi. Il n'y a point de Nègres
pour lesquels les Portugais aient tant de confiance. Cependant ils
sont d'un caractère si sauvage et si grossier, qu'il n'y a point de
conversation à former avec eux. Le commerce les attire au Congo: ils
amènent des esclaves de leur propre nation, et apportent des dents
d'éléphans ou des étoffes de la Nubie, dont ils sont voisins. En
échange, ils emportent du sel et des zimbis ou grains de verre, qui
leur servent de monnaie, outre une autre espèce de grandes coquilles
qui viennent de l'île de San-Thomé, et qui servent à leur parure. Ils
reçoivent aussi des soies, des toiles, de la verroterie, et d'autres
marchandises apportées du Portugal.

Ils ont l'usage de la circoncision; et, dès l'enfance, ils se marquent
et se cicatrisent le visage avec la pointe d'un couteau.

La chair humaine se vend dans leurs marchés comme celle de boeuf dans
nos boucheries de l'Europe, car ils mangent tous les esclaves qu'ils
prennent à la guerre. Ils tuent même leurs propres esclaves,
lorsqu'ils les jugent assez gras; ou, s'ils trouvent cette voie moins
avantageuse, ils les vendent pour la boucherie publique. Lorsqu'ils
sont fatigués de la vie, ou quelquefois pour montrer seulement le
mépris qu'ils en font, ils s'offrent avec leurs esclaves pour être
dévorés par leurs princes. On trouve d'autres nations qui se
nourrissent de la chair des étrangers; mais on ne connaît que les
Anzikos qui se mangent les uns les autres, sans excepter leurs propres
parens.

Matamba est habité par les Diaggas. Il a du côté de l'est et du sud,
les pays de Diaggas et de Kassandj: cette région s'étend du nord-est
au sud-ouest, le long de Matamba et de Benguéla, l'espace d'environ
neuf cents milles.

Les Diaggas sont répandus dans une grande partie de l'Afrique, depuis
les confins de l'Abyssinie au nord, jusqu'au pays des Hottentots au
sud; car, outre les pays qu'on a déjà nommés, ils possèdent une partie
considérable du Monémudji. Delisle les place au nord de cet empire;
Lopez leur fait habiter les bords de cette vaste contrée, le long des
deux rives du Nil, depuis sa source, qu'il place dans des lacs qui
sont à l'est de Congo, jusqu'à l'empire du Prêtejean, par lequel il
entend l'Abyssinie.

Leur figure est fort noire et fort difforme; ils ont le corps grand et
l'air audacieux; leur usage est de se tracer des lignes sur les joues
avec un fer chaud; ils s'accoutument aussi à ne montrer que le blanc
des yeux, en baissant la paupière; ce qui achève de les rendre
très-horribles.

Ils sont tout-à-fait nus, et tout respire la barbarie dans leurs
manières. On ne leur connaît point de rois: ils vivent dans les
forêts, errans comme les Arabes; leur férocité les porte à ravager le
pays de leurs voisins, et, dans leurs attaques, ils poussent des cris
affreux, pour commencer par inspirer la terreur. Si l'on en croit
Lopez, leurs plus redoutables adversaires sont les Amazones, race de
femmes guerrières, qu'il place dans le Monomotapa; ils se rencontrent
sur les frontières de cet empire, et se font des guerres presque
continuelles.

Ils ne trouvent de satisfaction que dans les pays où les palmiers
croissent abondamment, parce qu'ils sont passionnés pour le vin et le
fruit de cet arbre. Le fruit est pour eux d'un double usage; ils le
mangent et l'emploient à faire de l'huile. Leur méthode pour tirer le
vin est différente de celle des Imbondas, qui ont l'art de grimper
sur un arbre sans y toucher avec les mains, et qui remplissent leurs
flacons au sommet. Les Diaggas abattent l'arbre par la racine, et le
laissent couché pendant dix ou douze jours avant d'en faire sortir le
vin; ensuite ils y creusent deux trous carrés, l'un au sommet, l'autre
au milieu, de chacun desquels ils tirent du matin au soir une quarte
de liqueur: chaque arbre fournit ainsi, pendant vingt-six jours, deux
quartes de vin, après quoi il se flétrit et sèche entièrement. Dans
tous les lieux où ils font quelque séjour, ils coupent assez d'arbres
pour se fournir de vin pendant un mois. À la fin de ce terme, ils en
abattent le même nombre; ainsi en peu de temps ils ruinent le pays.

Ils ne s'arrêtent dans un lien qu'aussi long-temps qu'ils y trouvent
des provisions. Au temps de la moisson, ils s'établissent dans le
canton le plus fertile qu'ils peuvent découvrir, pour recueillir les
grains d'autrui et faire main-basse sur les bestiaux, car ils ne
plantent et ne sèment jamais; ils n'entretiennent point de troupeaux,
et leur subsistance est toujours le fruit de leurs rapines. Lorsqu'ils
entrent dans quelque pays où ils se croient menacés d'une vigoureuse
résistance, leur usage est de se retrancher pendant un ou deux mois;
ils ne cessent point de harceler les habitans, et de les tenir dans
des alarmes continuelles. S'ils sont attaqués, ils se tiennent sur la
défensive, et laissent deux ou trois jours à l'ennemi pour épuiser sa
fureur. Ensuite leur général met, pendant la nuit, une partie de ses
troupes en embuscade, à quelque distance du camp; et si l'attaque est
renouvelée le lendemain, l'ennemi, pressé furieusement de deux côtés,
se défend mal contre l'artifice et la force; ils ne pensent plus alors
qu'à ravager le pays.

Leurs femmes sont fécondes; mais, dans leurs marches, les Diaggas ne
souffrent pas qu'elles multiplient, et leurs enfans sont ensevelis au
moment qu'ils voient le jour. Ainsi ces guerriers errans meurent
ordinairement sans postérité; ils apportent pour raison de leur
conduite qu'ils ne veulent pas être troublés par le soin d'élever des
enfans, ni retardés dans leurs marches; mais s'ils prennent quelques
villes, ils conservent les garçons et les filles de douze à treize
ans, comme s'ils étaient nés d'eux, tandis qu'ils tuent les pères et
les mères pour les manger. Ils traînent cette jeunesse dans leurs
courses, après leur avoir mis un collier, qui est la marque de leur
malheur, et que les garçons doivent porter jusqu'à ce qu'ils aient
prouvé leur courage en offrant la tête d'un ennemi au général. Cette
marque de leur infamie disparaît alors. Le jeune homme est déclaré
gonso, c'est-à-dire soldat. Bien n'a tant de force que cette espérance
pour échauffer leur courage. En général, ce peuple semble être un
composé de la grossièreté des anciens peuples nomades et de la
férocité des flibustiers.



CHAPITRE III.

Cap de Bonne-Espérance. Hottentots.


Il y a peu de lieux dans le monde dont on trouve aussi souvent la
description dans les relations des voyageurs que celle du cap de
Bonne-Espérance, parce que les vaisseaux, n'ayant point d'autre route
pour se rendre aux Indes orientales, y touchent fort souvent au
passage.

Le cap de Bonne-Espérance, comme on l'a dit dans le premier livre de
cet ouvrage, fut découvert pour la première fois, en 1493 sous le
règne de Jean II, par Barthélemi Diaz, amiral portugais.

Dans la suite, il ne paraît pas que le cap ait été visité par les
Européens jusqu'à l'année 1600, où les vaisseaux de la compagnie
hollandaise des Indes orientales, qui était alors dans son enfance,
commencèrent à s'y arrêter dans le cours de leurs voyages. Cependant
cette compagnie, qui s'est distinguée depuis avec tant de gloire par
son génie pour le commerce et la navigation, ne conçut pas tout d'un
coup les avantages qu'elle pouvait tirer d'un établissement au cap de
Bonne-Espérance. Ses vaisseaux, à la vérité, continuèrent d'y relâcher
en allant aux Indes, ou à leur retour; mais elle ne pensa point à s'y
établir avant les représentations et les instances de Van-Rikbeck,
chirurgien d'une flotte qui s'y était arrêtée en 1650, comme on le
rapportera dans le cours de cet article.

Il n'est pas aisé de fixer au juste les dimensions du pays qui est
habité par les Hottentots. Ses limites sont très-incertaines au nord
et au nord-est. Environné de trois côtés par la mer, il peut être
regardé comme occupant la partie méridionale de l'Afrique depuis le
tropique du capricorne jusqu'au 35e. degré de latitude sud.

Un peu au sud de la baie de Sainte-Hélène sur la côte occidentale, est
celle de Saldagna, célèbre dans les relations de tous les voyageurs.
Vingt lieues au sud de Saldagna, on arrive à la baie de la Table, qui
est séparée de la baie False, au sud, par un isthme sablonneux, large
de neuf mille toises. Le cap de Bonne-Espérance forme la pointe
occidentale de la baie False, et le cap Falso la pointe orientale. La
côte se prolonge ensuite en ligne courbe jusqu'au cap des Aiguilles,
qui est la pointe la plus méridionale de l'Afrique.

Kolbe, voyageur allemand qui a donné en 1719 une description du cap de
Bonne-Espérance, réduit les nations des Hottentots contenues dans
cette partie de l'Afrique au nombre de dix-sept, dont il rapporte les
noms: les Gunghemans, les Kokhaquas, les Sussaquas, les Odiquas, les
Khirigriquas, les grands Namaquas et les petits, les Khorogauquas, les
Kopmares, les Hessaquas, les Souquas, les Dunquas, les Damaquas, les
Gauros ou les Gauriquas, les Houteniquas, les Khamtovères et les
Heykoms. Le temps a sans doute apporté de grands changemens dans cette
nomenclature.

Toutes les nations des Hottentots sont dans l'usage de passer avec
leurs huttes et leurs troupeaux d'un endroit de leur territoire à
l'autre, pour la commodité des pâturages. L'herbe y croît fort haute
et fort épaisse; mais, lorsqu'elle commence à vieillir, ils la brûlent
jusqu'à la racine, et changent de canton pour y revenir dans un autre
temps, qui n'est jamais fort éloigné, car les cendres engraissent
beaucoup la terre, et les pluies ne manquent pas pour la rafraîchir.
L'usage de brûler les herbes est établi de même entre les Hollandais
du cap. Ils creusent un fossé autour de l'espace qu'ils veulent
brûler, pour arrêter la communication des flammes.

Les Khirigriquas habitent les bords de la baie de Sainte-Hélène. C'est
une nation nombreuse, distinguée particulièrement par la force du
corps et par une adresse extraordinaire à lancer la zagaie. La belle
rivière de l'Éléphant, qui tire son nom de la multitude de ces animaux
qu'on voit sur ses bords, traverse le territoire des Khirigriquas. Il
est rempli de montagnes dont le sommet est couvert de beaux pâturages,
comme elles le sont presque toutes dans le pays des Hottentots. Les
terres l'emportent beaucoup pour la bonté sur celles des Sussaquas et
des Odiquas. Les vallées sont ornées d'une grande variété de fleurs
d'une beauté et d'une odeur extraordinaires; mais elles servent de
retraite à quantité de serpens, entre lesquels on trouve le céras ou
le serpent cornu. On y voit aussi des cailloux de différentes formes
et de diverses couleurs.

Les Namaquas sont divisés en deux nations: l'une des grands, et
l'autre des petits Namaquas; ceux-ci habitent la côte; les grands
occupent le pays voisin du côté de l'est. Ces deux peuples diffèrent
entre eux dans leur gouvernement et dans leurs usages; mais ils se
ressemblent par la force, le valeur et la prudence; ils sont également
respectés de tous les autres Hottentots. Kolbe les représente comme
les nègres les plus sensés qu'il ait vus dans cette région. Ils
parlent peu; leurs réponses sont courtes et réfléchies. Ils peuvent
mettre en campagne une armée de vingt mille hommes. Le territoire des
deux nations est rempli de montagnes où l'herbe ne peut pénétrer au
travers du sable et des pierres qui les couvrent. Les vallées ne sont
pas plus fertiles. Il n'y a dans tout le pays qu'un petit bois et une
fontaine. La rivière de l'Éléphant qui le traverse est la seule
ressource des habitans pour se procurer de l'eau. Les lieux qu'elle
arrose sont la retraite d'une infinité de bêtes farouches, surtout
d'une sorte de daims mouchetés qui sont propres à ces cantons. Ils
sont moins gros que ceux de l'Europe, mais d'une légèreté qui surpasse
l'imagination. Leurs taches sont jaunes et blanches. On ne les voit
jamais qu'en troupeaux, et quelquefois jusqu'au nombre de mille.

Près la fontaine des Namaquas, on trouve un rocher taillé en forme de
donjon ou de forteresse. On le nomme château de Méro, du nom d'un
capitaine du pays qui se fit un amusement de lui donner cette forme.
Mais Kolbe doute qu'un Hottentot puisse avoir été capable d'une
entreprise qui demandait autant d'industrie que de travail, surtout
dans deux logemens qu'il trouva fort bien imaginés, et qui peuvent
contenir un assez grand nombre d'hommes. En un mot, c'est l'ouvrage le
plus précieux qui se trouve dans tout le pays des Hottentots.

Dapper dit que la nation des Namaquas est fort nombreuse, et leur
donne une taille gigantesque. Les hommes portent une plaque d'ivoire
devant leurs parties naturelles, et un cercle de la même matière aux
bras, avec quantité d'anneaux de cuivre. Chacun a sa petite selle de
bois garnie de cordes qui lui servent à la porter continuellement pour
s'asseoir dans toutes sortes de lieux.

Les Houteniquas sont bordés par les Khamtovères ou les Hamtovers, qui
possèdent un territoire fort beau et fort uni. Ses prairies et ses
bois qui produisent les plus beaux arbres de toute la région des
Hottentots, l'abondance de son gibier et de toutes sortes de bêtes
sauvages, enfin la multitude de ses rivières, où l'on trouve diverses
espèces de poissons d'eau douce, et quelquefois de mer, entre
lesquelles on voit souvent paraître le lamantin, en font un séjour
également riche et agréable. Kolbe apprit par de bonnes informations,
que plusieurs Européens, en traversant les bois, y avaient trouvé des
cerisiers et des abricotiers chargés de fruits, sans avoir rencontré
un éléphant ni un buffle, quoique ces deux espèces d'animaux soient
fort communs dans tous les autres pays des Hottentots; mais il y a
beaucoup d'apparence que les habitans les tuent lorsqu'ils paraissent,
ou les chassent de leurs limites. Une troupe de marchands hollandais,
qui étaient venus chercher des bestiaux dans cette province, se
laissèrent un jour engager dans un bois où les habitans fondirent sur
eux avec leurs zagaies et leurs flèches. Ils crurent leur perte
inévitable. Cependant, ayant eu le bonheur de se rallier avant d'avoir
reçu la moindre blessure, ils firent une décharge qui refroidit
l'emportement de leurs ennemis, et qui les força de prendre la fuite.
Le jour suivant ces hostilités se terminèrent par un traité d'amitié.
Un capitaine des Khamtovères, qui savait quelques mots de hollandais,
se remit entre leurs mains avec ce discours. «Nous nous sommes crus
supérieurs à toute autre nation par les armes, mais nous reconnaissons
que les Hollandais nous ont vaincus, et nous nous soumettons à eux
comme à nos maîtres.»

Les Heykoms suivent les Khamtovères au nord-est. Ils habitent un pays
fort montagneux, et qui n'a de fertile que ses vallées. Cependant il
nourrit un assez grand nombre de bestiaux qui se trouvent fort bien de
l'eau saumâtre des rivières et des roseaux qui croissent sur leurs
bords. On y voit aussi beaucoup de gibier, et toutes les espèces de
bêtes sauvages qui se trouvent autour du Cap; mais la rareté de l'eau
douce rend la vie fort dure aux habitans, et les expose à de fâcheuses
extrémités. Un officier de la garnison du Cap étant venu les inviter
au commerce et leur proposer un traité d'alliance avec les Hollandais,
ils acceptèrent ses offres; mais pour première faveur ils lui
demandèrent un tambour, avec un chaudron et une poêle de fer qu'ils
avaient observés dans son équipage. Ces trois présens leur devinrent
fort précieux. Quelque temps après, un parti de flibustiers,
accoutumés à piller les Hottentots sous de belles apparences de
commerce, leur enlevèrent ces instrumens chéris et quantité de
bestiaux. Ils n'ont jamais perdu le soutenir de cette injure. Un
Européen qui visite leur pays est sûr de leur entendre rappeler leur
infortune, et déplorer la perte de leur tambour, de leur chaudron et
de leur poêle.

Au delà des Heykoms on trouve la Tierra de Natal, qui est habitée par
les Cafres, nation dont la figure et les moeurs n'ont aucune
ressemblance avec celle des Hottentots.

On a remarqué plus haut que les Hollandais ne commencèrent à
s'établir au Cap qu'en 1650. Van-Rikbeck, chirurgien hollandais,
revenant des Indes orientales, avait observé que le pays était
naturellement riche et susceptible de culture, les habitans d'un
caractère traitable, et le port sûr et commode. Il exposa ses
observations devant les directeurs de la compagnie, qui firent équiper
aussitôt trois vaisseaux pour une si belle entreprise, sous la
conduite du même chirurgien, après l'avoir nommé gouverneur de ce
nouvel établissement. En arrivant au Cap, Van-Rikbeck fit un traité
avec les habitans, par lequel ils cédaient aux Hollandais la
possession de leur pays pour la somme de quinze mille florins en
diverses sortes de marchandises. C'est la première fois que les
Européens, abordant sur des côtes lointaines, ont pu se persuader
qu'un pays appartenait à ses habitans. Van-Rikbeck commença aussitôt à
s'y fortifier par la construction d'un fort carré. Il forma dans
l'intérieur du pays, à deux lieues de la côte, un jardin qu'il
enrichit des semences de l'Europe. La compagnie hollandaise, pour
encourager cette colonie naissante, offrit à tous ceux qui voudraient
s'y établir soixante acres de terre par tête, avec droit de propriété
et d'héritage, pourvu que, dans l'espace de trois ans, ils se missent
en état de pouvoir subsister sans secours et contribuer à l'entretien
de la garnison. Elle leur accordait aussi, à l'expiration de ce terme,
la liberté de disposer de leurs fonds, s'ils n'étaient pas satisfaits
de leur marché ou de la qualité du climat.

Des avantages de cette nature attirèrent au Cap un grand nombre
d'aventuriers. Ceux qui manquaient de bestiaux, de grains et
d'ustensiles, en reçurent à crédit par les avances de la compagnie. On
les pourvut aussi de femmes, qui furent tirées des maisons de charité
et des communautés d'orphelines. Ces secours firent multiplier si
promptement les fondateurs de la colonie, que dans l'espace de peu
d'années ils commencèrent à former de nouvelles habitations au long de
la côte.

Le pays que les Hollandais possèdent au Cap comprend toute la côte,
depuis la baie de Saldagna, autour de la pointe méridionale de
l'Afrique, jusqu'à la baie de Nossel à l'est, et s'étend fort loin
dans l'intérieur du pays. La compagnie, dans la vue de s'étendre à
mesure que le nombre des habitans pourra croître, a jugé à propos
d'acheter aussi, pour la somme de trente mille florins en
marchandises, toute la terre de Natal, qui est située entre la terre
de Nossel et Mozambique. Une augmentation si considérable a rendu le
gouvernement du Cap fort important. L'ancienne possession de la
Hollande, sans y comprendre la Tierra de Natal, est divisée en quatre
districts: 1º. celui du Cap, où sont les grands forts et la principale
ville; 2º. celui de Stellenbosch et de Drakenstein; 3º. celui de
Zwellendam; 4º. celui de Graaf-Reynet.

Les montagnes les plus remarquables du district du Cap sont celles de
la Table (_Tafelberg_), du Lion (_Leeuwenberg_), du Diable
(_Duivelsberg_), et du Tigre. Elles environnent la vallée du même nom
où la ville du Cap est située. La plus haute des trois est celle de la
Table, que les Portugais nomment _Tavao de Cabo_. Du centre de la
vallée elle regarde le sud, en s'étendant un peu au sud-ouest. Elle a
près de six cents toises de hauteur. À quelque distance, le sommet
paraît uni comme une table: mais, si l'on y monte, on le trouve inégal
et fort raboteux. Quoique fort escarpée, on y monte assez aisément par
une grande fente qui est vers le milieu de la montagne. Le pied,
jusqu'au tiers à peu près de sa hauteur, est une terre pierreuse
couverte de plantes et d'arbrisseaux; le reste n'est qu'un amas de
pierres placées par tas exactement horizontaux jusqu'au sommet. La
vallée offre de belles maisons de campagne, des vignobles et des
jardins dont les principaux appartiennent à la compagnie. L'un se
nomme le Jardin du Bois rond, d'un beau bois de ce nom, près duquel
les gouverneurs ont une fort jolie maison de plaisance; l'autre,
_Newland_, ou terre nouvelle, parce qu'il est nouvellement planté. Ces
deux jardins sont arrosés par quantité de sources qui viennent de la
montagne, et rapportent un revenu considérable à la compagnie.

Pendant la saison sèche, depuis le mois de septembre jusqu'au mois de
mars, et souvent dans le cours des autres mois, on voit pendre au
sommet de cette montagne et de celle du Diable une nuée blanche, qu'on
regarde comme la cause des terribles vents sud-est qui se font sentir
au Cap. Lorsque les matelots aperçoivent cette nuée, ils disent, comme
en proverbe, la table est couverte, ou la nappe est sur la table.
Aussitôt ils se mettent à l'ouvrage pour se garantir de la tempête.

La montagne du Lion, qui n'est séparée de la Table que par une petite
descente, regarde l'ouest et le centre de la vallée, en s'étendant au
nord; elle est baignée par l'Océan. Quelques-uns prétendent qu'elle a
tiré son nom de la multitude des lions auxquels elle servait autrefois
de retraite. D'autres le tirent de sa forme, qui représente du côté de
la mer un lion couché, et la tête levée, comme s'il guettait sa proie;
la tête et les pieds de devant regardent le sud-ouest, et le derrière
est tourné à l'est. Dans l'intervalle qui est entre cette montagne et
celle de la Table on a bâti une cabane où deux hommes font la garde
pour donner avis à la forteresse du Cap de l'approche des vaisseaux.
Du sommet de la montagne du Lion, qui est si escarpée qu'on est obligé
de faire une partie du chemin avec des échelles de corde, on peut
découvrir en mer le plus petit bâtiment à douze lieues de distance.
Aussitôt que l'un des deux gardes aperçoit un vaisseau, de ce poste il
avertit l'autre par le mouvement d'un bâton, et celui-ci donne le
même avis à la forteresse, en tirant une petite pièce de canon et
déployant le pavillon de la compagnie. S'il paraît plus d'un vaisseau,
il tire pour chacun, et présente autant de fois le pavillon. Le bruit
de la pièce va jusqu'au fort lorsque le vent est favorable; et pour
peu que le temps soit clair, le pavillon n'est pas vu moins aisément.
D'un autre côté, on donne les mêmes signaux de l'île de Robben à la
vue du moindre vaisseau, de quelque nation qu'il puisse être. Cette
île est située à l'entrée du port, à trois lieues de la ville du Cap.

La montagne du Diable, nommée aussi montagne du Vent, n'est séparée de
celle du Lion que par un ravin. Elle doit vraisemblablement ses deux
noms aux vents du sud-est, qui sont annoncés par la nuée blanche dont
on vient de parler. Ces terribles vents sortent de cette nuée comme de
l'ouverture d'un sac, avec une si furieuse violence, qu'ils renversent
les maisons, et causent mille dommages aux vaisseaux qui sont dans le
port, sans épargner davantage les fruits et les moissons. La montagne
est moins haute et moins large que celles de la Table et du Lion, mais
elle s'étend jusqu'au bord de la mer. Elles forment ensemble un
demi-cercle, qui renferme la vallée de la Table.

Les montagnes du Tigre, qui tirent ce nom de la variété de leurs
couleurs et de leur ressemblance avec la peau du tigre, sont fort
basses. La plus éloignée du Cap en est à quatre lieues à l'est de la
baie de la Table. Elles passent pour les plus fertiles de cet
établissement. On y compte vingt-deux belles métairies, toutes bien
bâties. Elles sont cultivées dans toute leur étendue. Un habitant doit
avoir plus de mille brebis et deux ou trois cents gros bestiaux pour
être regardé comme un homme aisé, et Kolbe en vit un grand nombre qui
en avaient quatre ou cinq fois davantage.

Le district du Cap est arrosé par quelques rivières également
agréables et commodes. On a nommé la principale rivière de Sel
(_Zoutrivier_), parce que les eaux de son embouchure se sentent du
voisinage de la mer; mais, plus loin de la côte, elle est fraîche,
claire et saine. Après avoir tiré sa source du sommet de la montagne
de la Table, elle vient se perdre dans la baie du même nom. Dans son
cours elle reçoit plusieurs ruisseaux: elle arrose un grand nombre de
belles terres, de champs à blé, de jardins, de vignobles, et
particulièrement le beau jardin de la compagnie.

Derrière la baie de la Table, on trouve quantité de belles sources,
qui arrosent abondamment les terres voisines.

La ville du Cap s'étend depuis la mer jusqu'à la vallée. Elle est
grande et régulière, divisée en plusieurs rues spacieuses, et composée
de deux cents maisons, avec des cours et des jardins. Ses édifices
sont de brique; mais la plupart d'un seul étage, par précaution
contre les vents d'est, qui les incommodent beaucoup, toutes basses
qu'elles sont; et, par la même raison, les toits sont de chaume.
L'église, qui est bâtie de pierre, est simple, mais belle, blanchie au
dehors, «t couverte aussi de chaume. Vis-à-vis est l'hôpital, grand
bâtiment régulier, qui peut recevoir plusieurs centaines de malades.

La forteresse, où le gouverneur fait sa résidence, est un édifice
majestueux, fort et de grande étendue, fourni de toutes sortes de
commodités pour la garnison. Elle commande non-seulement la baie, mais
encore tout le pays circonvoisin. Les officiers de la compagnie y ont
leur logement, et l'on y entretient constamment une garnison
considérable.

Près de la montagne du Buisson s'élève une belle maison de campagne
nommée _Constantia_, que le gouverneur Vanderstel fit bâtir sous le
nom de sa femme, quoiqu'il n'eût pu lui inspirer assez de complaisance
pour l'accompagner en Afrique. C'est de ce nom de _Constantia_ que
vient celui du vin de Constance, que l'on donne souvent aux vins du
Cap.

Le district du Cap est le plus petit, mais le plus peuplé de la
colonie. Il se compose de deux parties: l'une est l'isthme sur lequel
la ville repose, l'autre est cette bande de terre qui s'étend à l'est
et au nord. L'isthme produit le raisin en abondance, une petite
quantité de vin excellent, tous les fruits de l'Europe et plusieurs du
tropique, des légumes de toute espèce, et de l'orge. L'autre partie
donne du froment, de l'orge, des légumes et du vin.

La plus grande partie du district de Stellenbosch et de Drakenstein
comprend des montagnes pelées, des collines sablonneuses, des plateaux
arides; mais le reste renferme les plus précieuses portions de la
colonie, tant par la fertilité du sol que par la douceur du climat.

La Hollande hottentote est la partie la plus méridionale de ce
district, et sans contredit la plus fertile et la plus agréable.

Le quartier de Stellenbosch n'a pas moins de fertilité et d'agrément
que la Hollande hottentote. Il est comme environné de montagnes qui
portent son nom, qui sont beaucoup plus hautes que toutes celles des
cantons voisins.

Le quartier de Drakenstein formait autrefois un district dont on
rapporte la fondation à l'année 1675, sous le gouvernement de Simon
Vanderstel. Les états-généraux ayant recommandé les protestans
français réfugiés en Hollande aux soins et à la protection de la
compagnie des Indes, elle en fit transporter un grand nombre au Cap et
dans ses autres colonies. Celle du Cap étant déjà bien fournie
d'habitans, Vanderstel accorda des terres aux réfugiés dans le canton
de Drakenstein: cependant ils ne furent pas les premiers qui s'y
établirent. Certains artisans et d'autres ouvriers, la plupart
d'extraction allemande, qui avaient rempli leur temps au service de la
compagnie, y avaient déjà formé diverses plantations.

Une partie de Drakenstein est extrêmement fertile, quoique montagneuse
et remplie de pierres. L'air y est serein et favorable à la santé,
l'eau bonne et abondante. Les habitations sont arrosées par des
ruisseaux qui, descendant des montagnes, viennent se rendre à une
rivière qui coule dans le milieu de la vallée située au milieu de la
colonie.

Au sud-est de cette grande vallée il en est une autre plus petite
enfermée entre de hautes montagnes: on l'appelle fransche Hoek (le
Coin français), parce que c'est là que les réfugiés français se sont
établis; c'est un des plus beaux districts de toute la colonie du Cap.
Il l'emporte sur tous les autres par la fertilité du terroir et
l'activité des habitans. Les Français y ont apporté la vigne.

Le district de Zwellendam est à l'est des précédens; il y a quelques
terres propres à la culture et aux pâturages, mais beaucoup de
plateaux arides. Les bêtes à laine y réussissent mal et y sont peu
nombreuses. On y voit de grandes forêts.

L'extrémité la plus orientale de la colonie est occupée par le
district de Graaf-Reynet. Il est sujet aux incursions des Bosjesmans
et des Cafres. Les habitans sont des espèces de nomades. Ces colons
pasteurs préfèrent une indolence complète et une nourriture animale à
un léger travail, au pain et aux végétaux salutaires que ce travail
leur procurerait. Il est vrai que, dans quelques parties, les
campagnes sont quelquefois dévastées par les sauterelles.

Les Hottentots, habitans originaires du pays, ont eu souvent des
guerres avec les colons hollandais. Dapper nous apprend qu'en 1659 les
Capmans disputaient aux Hollandais la propriété de quelques terres
voisines du Cap, et s'efforcèrent de les en chasser. Ils alléguaient
en leur faveur une possession immémoriale. Pendant cette querelle, ils
tuèrent quantité de Hollandais; ils enlevèrent leurs bestiaux avec une
attention continuelle à choisir pour le combat un temps de pluie et de
brouillard, parce qu'ils avaient remarqué que les armes à feu étaient
alors moins redoutables. Ils avaient pour chefs Garingha et Nomoa,
tous deux braves et expérimentés. Les Hollandais donnaient au second
le nom de Doman. Il avait passe cinq ou six ans à Batavia; et, depuis
son retour au Cap, il avait vécu long-temps parmi eux, vêtu à la
manière de l'Europe. Mais, ayant rejoint les Hottentots de sa nation,
il leur avait découvert les intentions des Hollandais, et leur avait
appris à se servir de leurs armes, et sous ces deux guides ils
n'entreprirent presque rien sans succès.

La guerre durait depuis trois mois, lorsqu'un jour au matin, dans le
cours du mois d'août, cinq Hottentots, conduits par Doman, sortirent
pour exercer leurs pillages. Ils commencèrent par enlever quelques
bestiaux; mais, se voyant poursuivis par cinq cavaliers hollandais,
ils firent face avec beaucoup de fermeté, et blessèrent trois de
leurs ennemis; enfin les Hollandais en tuèrent deux et blessèrent
mortellement le troisième. Doman et le seul compagnon qui lui restait
sautèrent dans la rivière pour s'échapper à la nage.

Celui qui demeurait blessé avait eu la gorge percée d'un coup de balle
et une jambe cassée, sans compter une profonde blessure à la tête. Il
fut transporté au fort: on lui demanda quels étaient les motifs de sa
nation pour déclarer la guerre aux Hollandais et pour employer contre
eux le fer et le feu. Quoiqu'il ressentît de vives douleurs, il fit
lui-même diverses questions en forme de réponse: «Pourquoi, dit-il aux
Hollandais, avez-vous semé et planté nos terres? pourquoi les
employez-vous à nourrir vos troupeaux, et nous ôtez-vous ainsi notre
propre nourriture?» Il ajouta que sa nation faisait la guerre pour
tirer vengeance des injures qu'elle avait reçues; qu'elle ne pouvait
voir sans indignation, non-seulement qu'il ne lui fût pas permis
d'approcher des pâturages dont elle avait été si long-temps en
possession, après y avoir reçu les Hollandais par un simple mouvement
de complaisance, mais que son pays fût usurpé et partagé entre les
ravisseurs, sans qu'ils se crussent obligés à la moindre
reconnaissance. Qu'auraient fait les Hollandais, s'ils eussent été
traités de même? Il en concluait que le soin qu'ils apportaient à se
fortifier n'avait pour but que de réduire par degrés les Hottentots à
l'esclavage. On lui répliqua que sa nation, ayant perdu son pays par
la guerre, ne devait rien espérer ni de la paix ni des hostilités pour
s'y rétablir. C'est alléguer clairement le droit du plus fort; et,
d'après ce raisonnement, toutes les questions faites aux Hottentots
étaient fort déplacées.

Ce nègre se nommait Epkamma. Il mourut le sixième jour. Dans ses
derniers discours, il dit aux Hollandais qu'il n'était qu'un Hottentot
du commun, mais qu'il leur conseillait de s'adresser à Gogasoa, chef
de sa nation, et de l'inviter à venir au fort pour traiter avec lui,
et faire rendre à chacun, autant qu'il était possible, ce qui lui
appartenait, comme le seul moyen de prévenir quantité de nouveaux
désastres. Ce conseil parut si sage, que le commandant hollandais
députa deux ou trois de ses gens au prince Gogasoa, et lui fit
proposer de venir traiter de la paix dans te fort; mais cette démarche
fut inutile. La guerre continua avec fureur; malgré toutes les
précautions des Hollandais, leurs bestiaux furent enlevés presqu'à la
vue du fort, avec tant de promptitude et d'audace, qu'ils ne
trouvèrent aucun moyen d'y remédier. La haine s'exerça ainsi pendant
près d'une année; mais cette querelle fut enfin terminée par un
heureux événement. Un Hottentot de quelque distinction, nommé Herry
par les Hollandais, et Kamsemoga par ses compatriotes, ayant été banni
pour quelque crime dans l'île de Cohey, se mit dans un mauvais canot,
après avoir passé trois mois au lieu de son exil; et, suivi d'un seul
de ses compagnons, il regagna le continent. Le gouverneur hollandais,
qui apprit l'évasion de ces deux hommes, les fit chercher aussitôt par
quelques-uns de ses gens. Leur canot fut trouvé à trente milles du
fort; mais les Hollandais ne rapportèrent point d'autre
éclaircissement. Au mois de février 1660, on fut surpris de voir
entrer volontairement dans le fort Herry, accompagné de Kerry, et de
quantité d'autres Hottentots sans armes. Ils amenaient avec eux treize
bestiaux gras qu'ils prièrent les Hollandais de recevoir comme un
témoignage d'amitié, en leur demandant que l'ancienne correspondance
fût rétablie. Le commandant du fort accepta ce présent; et, la
confiance commençant à renaître, on convint que les Hollandais
auraient la liberté de cultiver les terres aux environs du fort, dans
l'espace de trois heures de marche, mais à condition qu'ils ne
s'étendraient pas plus loin. Pour ratifier cette convention, les
Hottentots furent traités dans le fort avec du pain, du tabac et de
l'eau-de-vie.

Peu de temps après, Gogasoa, général des Gorinhaiquas ou des Capmans,
vint au fort avec Kerry, et confirma ce traité.

En 1614, le capitaine Dowton, Anglais, mit à terre au Cap un Hottentot
nommé Kori, qui avait été mené en Angleterre l'année d'auparavant
avec un Nègre qui était mort dans le voyage. Cet Africain avait été
bien traité par le chevalier Thomas Smith, gouverneur de la compagnie
des Indes orientales; mais toutes ses caresses, et des armes de cuivre
dont on lui avait fait présent ne l'avaient point empêché de soupirer
continuellement dans l'impatience de revoir sa patrie. La compagnie
ayant consenti à le renvoyer, il ne fut pas plus tôt descendu au
rivage qu'il jeta ses habits pour rentrer dans sa condition naturelle.
Cependant la reconnaissance le rendit toujours fort officieux pour les
vaisseaux anglais qui abordèrent au Cap.

_Hottentot_ paraît être l'ancien nom de tous ces peuples, car ils n'en
connaissent point d'autre. Leur origine est fort obscure et fort
incertaine. Ils racontent que leurs premiers pères sont entrés dans
leur pays par une porte ou par une fenêtre; que le nom de l'homme
était Noh, et celui de la femme Hinhnoh; qu'ils furent envoyés par
Tikquoa, c'est-à-dire par Dieu même, et qu'ils communiquèrent à leurs
enfans l'art de nourrir des bestiaux, avec quantité d'autres
connaissances. Ces prétendues connaissances sont donc bien diminuées.

Les enfans des Hottentots apportent au monde une couleur d'olive
luisante, qui se ternit dans la suite par l'habitude qu'ils ont de se
graisser, mais qui ne laisse pas de s'apercevoir, avec quelque soin
qu'ils la déguisent. La plus grande partie des hommes ont cinq ou six
pieds de hauteur; les deux sexes sont bien proportionnés dans leur
taille. Ils ressemblent aux nègres par la grandeur des yeux, la
platitude du nez et l'épaisseur des lèvres, avec cette différence,
qu'on emploie l'art pour leur aplatir le nez dans leur enfance. Leur
chevelure est semblable à celle des Nègres, c'est-à-dire courte et
laineuse. Les hommes ont les pieds gros et larges. Les femmes les ont
petits et délicats. Elles ont (selon quelques voyageurs) au-dessus des
parties naturelles une excroissance calleuse, qui sert comme de voile
pour les couvrir. L'usage de se couper les ongles, soit des pieds,
soit des mains, n'est connu ni de l'un ni de l'autre sexe. On voit peu
de Hottentots tortus ou difformes: ils sont robustes, agiles et d'une
légèreté surprenante. Un cavalier bien monté suit à peine le pas d'un
Hottentot. C'est par cette raison que les gouverneurs hollandais du
Cap entretiennent constamment une troupe de cavalerie pour les
occasions où la nécessité oblige de les poursuivre. Ils sont tous
chasseurs, et d'une habileté si singulière dans l'usage de leurs
zagaies, de leurs flèches et de leurs kirris ou de leurs bâtons de
rakkoum, qu'avec leurs zagaies ils parent un coup de flèche et de
pierre.

Le vice favori des Hottentots est la paresse. Cette passion domine
également leur corps et leur esprit. Le raisonnement est pour eux un
travail, et le travail leur paraît le plus grand de tous les maux.
Quoiqu'ils aient sans cesse devant les yeux le plaisir et l'avantage
qu'on tire de l'industrie, il n'y a que l'extrême nécessité qui puisse
les réduire au travail. La contrainte ne leur cause pas moins
d'horreur, c'est-à-dire que, si la nécessité les force de travailler,
ils sont dociles, soumis et fidèles; mais, lorsqu'ils croient avoir
assez fait pour satisfaire à leurs besoins présens, ils deviennent
sourds à toutes sortes de prières et d'instances, et rien n'a la force
de leur faire surmonter leur indolence naturelle. Un autre vice des
Hottentots est l'ivrognerie. Qu'on leur donne de l'eau-de-vie et du
tabac, ils boiront jusqu'à ne pouvoir se soutenir, ils fumeront
jusqu'à ce qu'ils ne puissent plus voir, ils hurleront jusqu'à ce
qu'ils aient perdu la voix. Les femmes ne sont pas moins livrées que
les hommes à cet excès d'intempérance; mais elles sont plus long-temps
à s'enivrer, et, dans les vapeurs de l'ivresse, elles poussent la
folie jusqu'au transport. Cette passion désordonnée pour les liqueurs
n'empêche pas qu'on ne puisse en confier à leur garde, car elles n'y
toucheront jamais sans une permission formelle; exemple de fidélité
qu'on ne trouvera guère dans tout autre pays. D'ailleurs l'ivrognerie
n'est point accompagnée, chez les Hottentots, d'une foule d'autres
vices qui en sont inséparables en Europe, tels que l'immodestie et
l'incontinence. Ses plus fâcheux excès sont leurs querelles, qui
finissent quelquefois par des coups.

On leur reproche avec raison un usage qui blesse la nature, et qui
semble appartenir particulièrement à leur nation. Après la cérémonie
qui constitue les Hottentots dans la qualité d'homme, ils peuvent sans
scandale maltraiter et battre leurs mères: c'est un honneur pour eux
de ne pas les ménager; et loin de s'en plaindre, les femmes approuvent
elles-mêmes cette insolence. Si l'on entreprend de faire sentir aux
anciens l'absurdité d'une si odieuse pratique, ils croient résoudre la
difficulté en répondant que c'est l'usage des Hottentots.

La coutume d'immoler leurs enfans et leurs vieillards doit paraître
encore plus barbare; mais elle n'est pas plus propre aux Hottentots
qu'à d'autres nations de l'Afrique et de l'Asie. Sur la première de
ces deux barbaries qui déshonore aussi la Chine et le Japon, les
Hottentots n'assignent que l'usage pour leur justification; mais s'il
est question de leurs vieillards, ils prétendent que c'est un acte
d'humanité, et qu'à cet âge il vaut bien mieux sortir des misères de
la vie par la main de ses amis et de ses parens que de mourir de faim
dans une hutte ou de devenir la proie des bêtes féroces.

Au reste, leurs vertus paraissent surpasser leurs vices: ce sont la
bienveillance, l'amitié et l'hospitalité. Les Hottentots ne respirent
que la bonté et l'envie de s'obliger mutuellement; ils en cherchent
continuellement l'occasion. Quelqu'un implore-t-il leur assistance,
ils courent le soulager. Leur demande-t-on leur avis, ils le donnent
sincèrement. Voient-ils quelqu'un dans le besoin, ils se retranchent
tout pour le secourir. Un plaisir des plus sensibles pour les
Hottentots est celui de donner.

À l'égard de l'hospitalité, ils étendent cette vertu jusqu'aux
Européens étrangers. En voyageant autour du Cap, on est sûr d'un
accueil ouvert et caressant dans tous les villages où l'on se
présente; enfin la bonté des Hottentots, leur intégrité, leur amour
pour la justice et leur chasteté, sont des vertus que peu de nations
possèdent au même degré. On en voit beaucoup qui refusent d'embrasser
le christianisme, par la seule raison qu'ils voient régner parmi les
chrétiens l'avarice, l'envie, l'injustice et la luxure.

Le langage des Hottentots est dur et peu articulé: un seul mot
signifie plusieurs choses, et leur prononciation est accompagnée de
tant de vibrations, de tours et d'inflexions de langue, qu'elle ne
paraît qu'un bégaiement aux oreilles des étrangers. Pour exprimer les
espèces particulières d'oiseaux, ils joignent une épithète au mot
_kourkour_, qui signifie, dans leur langue, oiseau en général. Ainsi,
pour désigner un oiseau de rivière, ils disent _kamma kourkour_. Kolbe
juge qu'il est fort difficile, et peut-être impossible pour un
étranger d'apprendre jamais leur langue; et par la même raison,
quoiqu'ils apprennent facilement le français et le hollandais, ils le
prononcent si mal, qu'ils ne parviennent jamais à se faire bien
entendre.


VOCABULAIRE HOTTENTOT.

  _Hottentot._           _Français._

  Khanna,                Mouton.
  Dukatore,              Canard.
  Kgou,                  Oie.
  Kamma,                 Eau et liqueur.
  Bunqvaa _ou_ ay,         Arbre.
  Quayha,                Âne.
  Knomm,                 Entendre.
  Nouou,                 Oreilles.
  Kockan,                Oiseau nommé _norhan_.
  Quaqua,                Faisan.
  Kirri,                 Bâton.
  Tkaka,                 Baleine.
  Nombba,                La barbe.
  Herri,                 Bêtes en général.
  Kaa,                   Boire.
  Knabou,                Fusil de chasse.
  Duriè-sa _ou_ Bubaa,     Boeuf.
  Quara-ho,              Taureau sauvage.
  Heka-kao,              Boeuf de charge.
  Oua _ou_ ounequa,        Les bras.
  Oun-vi,                Beurre.
  Ouien-kha,             Tomber.
  Houreo,                Chien marin.
  Lighani,               Chien.
  Bihgua,                La tête.
  Kouquequa,             Capitaine.
  T-kamma,               Cerf.
  Quao,                     Le cou.
  Kouquil,                  Pigeon.
  Quan,                     Le coeur.
  Athùri,                   Demain.
  Kgoyes,                   Daim.
  Kou,                      Dent.
  Tikquoa,                  Dieu.
  Gounia-Tikquoa,           Dieu des dieux.
  Kham-ouna,                Le diable.
  K'omma,                   Maison.
  Koaa,                     Chat.
  Konkuri,                  Fer.
  Koo,                      Fils.
  Kummo,                    Ruisseau.
  Konkekerey,               Poule.
  Tika,                     Herbe.
  Koetsire,                 Mot scandaleux.
  Thoukou,                  Nuit obscure.
  Tkoumo,                   Riz.
  Koamqua,                  La bouche.
  Khou,                     Paon.
  Gona,                     Garçon.
  Gots,                     Fille.
  Tha-Avoklou,              Poudre à tirer.
  Khoa-kamma,               Singe, babouin.
  Kuanebou _ou_ Theuhouou,    Étoile.
  Kan-kamma,                La terre.
  Mu,                       Oeil.
  Tguassouou _ou_
    Hqvussonc,              Tigre.
  Thouou _ou_ Haaklouou,      Vache marine.
  Tkaa,                     Vallée.
  Khomma,                   Le ventre.
  Toya,                     Le vent.
  Toka,                     Loup.
  Goudi,                    Mouton.


NOMBRES DES HOTTENTOTS.

  _Hottentot._           _Français._

  Okui,                  Un.
  K'ham,                 Deux.
  K'hounna,              Trois.
  Hakka,                 Quatre.
  Koò,                   Cinq.
  Nauni,                 Six.
  Honko,                 Sept.
  Khissi,                Huit.
  K'hessi,               Neuf.
  Ghissi,                Dix.

Les nombres des Hottentots se réduisent à dix; lorsqu'ils les ont
finis, ils reviennent à l'unité, et recommencent à compter dix. Après
avoir compté dix fois dix, ils prononcent deux fois le mot dix, qui
signifie cent quand il est ainsi redoublé; ils continuent de même
jusqu'à dix fois dix-dix, c'est-à-dire mille; et recommencent trois
fois le même mot, c'est-à-dire dix-dix-dix: ensuite quatre fois, cinq
fois, etc.

L'habillement des Hottentots est singulier: les hommes se couvrent le
corps d'une mante ouverte ou fermée, suivant la saison. Les mantes
qu'ils appellent _krosses_, sont faites, pour les riches, de peaux de
panthère ou de chat sauvage; celles du peuple ne sont que de peaux de
mouton, dont le côté laineux se tourne en dehors pendant l'été; elles
leur servent de matelas pendant la nuit, et de drap mortuaire dans
leur sépulture.

Pendant les chaleurs, tous les Hottentots vont tête nue, ou du moins
sans autre couverture que leur enduit de suif et de graisse; ils en
chargent tous les jours leur chevelure, sans prendre jamais soin de
les nettoyer, ce qui forme une croûte ou un bonnet de mortier noir;
ils prétendent que ce mastic leur rafraîchit la tête. En hiver ils
portent une calotte de peau de chat sauvage ou de mouton, soutenue par
deux cordons, dont l'un fait deux fois le tour de la tête et vient se
lier avec l'autre sous le menton; ils se servent aussi de ces calottes
dans les temps de pluies.

Les Hottentots ont toujours le visage et le cou nus; ils suspendent à
leur cou un petit sac qui contient leur couteau, s'ils sont assez
riches pour s'en procurer un, leur pipe, leur tabac et le daka, petit
bâton brûlé par les deux bouts, qu'ils portent comme un préservatif
contre les sortiléges. Ces petits sacs, ou ces bourses, sont composés
souvent des vieux gants de peau qu'ils obtiennent des Européens.

Comme leurs krosses sont le plus souvent ouverts, on leur voit
l'estomac et le ventre nus jusqu'aux parties naturelles, qu'ils
couvrent ordinairement d'une peau de chat dont le poil est extérieur;
ils ont les jambes nues, excepté lorsqu'ils gardent leurs bestiaux,
car ils les couvrent alors d'une espèce de bas ou botte de cuir. S'ils
ont une rivière à passer, ils portent des espèces de sandales de cuir
de boeuf ou d'éléphant, taillées d'une seule pièce, et liées avec des
courroies.

Dans leurs voyages, les Hottentots portent deux verges de fer ou de
bois, qu'ils nomment _kirris_ ou _rakkoum_. La longueur du kirri est
d'environ trois pieds, et son épaisseur d'un pouce: il est sans pointe
par les deux bouts; c'est leur arme défensive; mais le rakkoum est
pointu d'un côté, et peut passer pour une sorte de dard, qu'ils
lancent avec une adresse admirable; jamais ils ne manquent le but:
c'est l'arme qu'ils emploient à la chasse.

La différence de l'habillement pour les femmes consiste dans
l'habitude de porter des bonnets qui s'élèvent spiralement en pointe
sur le haut de la tête, au lieu que ceux des hommes sont contigus à la
peau, comme une véritable calotte. Les femmes portent aussi deux
krosses, ou deux mantes, qui ne sont jamais fermées par-devant; de
sorte qu'elles n'ont la peau cachée que par un sac de cuir, qu'elles
ne quittent ni dans l'intérieur de leur maison ni dehors, et qui leur
sert à renfermer leurs alimens, leur daka, leur tabac et leur pipe:
elles se couvrent les parties naturelles d'une espèce de tablier nommé
_koutkros_, qui est toujours de peau de mouton, sans laine, et
beaucoup plus grand que le koutkros des hommes, mais lié de la même
manière; elles en ont un plus petit qui leur couvre le derrière.

Les Hottentots sont passionnés pour les ornemens de tête. Ils ont pris
un goût fort vif pour les boulons de cuivre et pour les petites
plaques de même métal, qui n'ont pas cessé jusqu'à présent d'être fort
à la mode au Cap. Un petit fragment de glace de miroir est si précieux
dans leur nation, que les diamans ne sont pas plus estimés en Europe.
Les pendans d'oreilles et les colliers de verre ou de cuivre sont des
distinctions qui n'appartiennent qu'aux personnes du premier rang,
mais leur méthode est de les porter suspendus à leur chevelure; ils
donnent volontiers leurs bestiaux en échange pour toutes les
bagatelles de cette espèce.

Il ne faut pas oublier le principal article, celui dont les hommes,
les femmes et les enfans sont également idolâtres: c'est l'usage de se
graisser le corps avec du beurre ou de la graisse de mouton mêlée avec
la suie de leurs chaudrons; ils renouvellent cette onction autant de
fois qu'elle se sèche au soleil. Comme le peuple n'a pas toujours du
beurre frais ou de la graisse nouvelle, on sent de fort loin un
Hottentot à son approche; mais les personnes riches sont plus
délicates, et n'emploient que le meilleur beurre. Il n'y a point de
partie du corps qui soit exceptée; ceux qui sont assez riches pour ne
pas manquer de graisse en frottent jusqu'à leurs krosses ou leurs
mantes de peau. Les différences de cette graisse sont la principale
distinction entre les riches et les pauvres. D'un autre côté, ils ont
la graisse de poisson en horreur, et non-seulement ils n'en mangent
point, mais ils ne peuvent en souffrir sur leur corps.

Kolbe est persuadé que leur unique but a toujours été de se défendre
contre les ardeurs excessives du soleil, qui, sans ce secours, aurait
bientôt épuisé leurs forces dans un climat si chaud.

La répétition fréquente de leur onction semble confirmer l'opinion de
Kolbe, et montre en même temps combien l'instinct des nations les plus
sauvages est habile à leur indiquer les moyens de se défendre contre
leur climat.

Les Hottentots se nourrissent de la chair et des entrailles de leurs
bestiaux et de quelques animaux sauvages, avec des racines et des
fruits de différentes espèces. Les hommes, qui ne se contentent point
des fruits, des racines et du lait que les femmes leur préparent, ont
pour ressource la chasse ou la pêche; ils chassent toujours en troupes
nombreuses. Les entrailles des animaux sauvages ou de leurs bestiaux
sont pour eux un mets exquis: ils les font bouillir ordinairement dans
le sang des mêmes animaux, en y mêlant du lait, et quelquefois ils les
mangent grillés; mais, avec l'une ou l'autre préparation, ils les
avalent à demi crus, ou plutôt ils les dévorent avec une avidité
extrême. Les femmes sont chargées de la cuisine, excepté dans le temps
de leurs infirmités périodiques, pendant lequel temps l'usage des
hommes est de vivre chez leurs voisins ou de préparer eux-mêmes leurs
alimens; ils les font cuire à l'eau comme en Europe. Les heures de
leurs repas ne sont jamais réglées; ils suivent leur caprice ou leur
appétit, sans aucune distinction de la nuit ou du jour. Dans le beau
temps, ils mangent en plein air. Pendant le vent ou la pluie, ils se
tiennent renfermés dans leurs huttes. D'anciennes traditions les
obligent à s'abstenir de certains mets, tels que la chair de porc et
celle des poissons sans écailles, qui sont également défendues aux
deux sexes. Les lièvres et les lapins sont défendus aux hommes et
permis aux femmes; le pur sang des animaux et la chair de taupe sont
permis aux hommes et défendus aux femmes.

La malpropreté des Hottentots les expose à toutes sortes de vermine,
surtout aux poux, qui sont d'une grosseur extraordinaire; mais s'ils
en sont mangés, ils les mangent aussi; et lorsqu'on leur demande
comment ils peuvent s'accommoder d'un mets si détestable, ils
allèguent la loi du talion, et prétendent qu'il n'y a point de honte à
dévorer des animaux qui les dévorent eux-mêmes. Ils ne paraissent
point embarrassés lorsqu'on les surprend à la chasse des poux avec des
tas de cette vermine autour d'eux.

Les Européens du Cap se servent aux champs d'une espèce de soulier de
cuir cru, dont le poil est tourné en dehors. Aussitôt qu'ils les
quittent, on voit les Hottentots les ramasser avec précipitation. Ils
les conservent dans leurs huttes pour les jours de pluie. Si leurs
provisions viennent alors à manquer, ils se contentent d'en ôter le
poil, et de les faire un peu tremper dans l'eau, puis ils les
rôtissent au feu pour les manger.

Quoique les Hottentots ne mangent jamais de sel entre eux, et qu'ils
n'aient l'usage d'aucune sorte d'épice pour assaisonner leurs mets,
ils aiment beaucoup les assaisonnemens de l'Europe, et mangent
avidement toutes les viandes de haut goût, quoiqu'ils aient peine
ensuite à se désaltérer. Kolbe observe que ceux qui s'accoutument à
nos alimens ne vivent pas si long-temps et ne jouissent pas d'une si
bonne santé que le reste de leurs compatriotes.

[Illustration: _Intérieur d'une hutte de Hottentots._]

Les deux sexes ont une passion désordonnée pour le tabac. Un Hottentot
aimerait mieux perdre une dent que la moindre partie de cette
précieuse plante. Ils jugent mieux de sa bonté que l'Européen le plus
délicat. Le tabac fait toujours une partie de leurs gages, lorsqu'ils
se louent au service d'un blanc. S'ils manquent de tabac, ils se
servent d'une autre plante nommée _daka_, qui envoie les mêmes vapeurs
à la tête. Quelquefois ils les mêlent ensemble, et ce mélange se nomme
_bouzpesch_. La racine de kanna, un des végétaux particuliers à ce
pays, est fort estimée aussi des Hottentots, parce qu'elle produit les
mêmes effets.

Ils demeurent, comme les Tartares, dans des villages mobiles, qu'ils
appellent _kraals_. Ces habitations ne contiennent jamais moins de
vingt huttes, bâties fort près l'une de l'autre; et le kraal qui
n'a pas plus de cent habitans passe pour un lieu peu considérable. On
trouve dans la plupart trois ou quatre cents personnes, et quelquefois
cinq cents. Chaque kraal n'a qu'une entrée fort étroite. Les huttes
sont rangées en cercle sur le bord de quelque rivière, dans une
situation commode, et ressemblent à des fours; elles sont composées de
bâtons, de bois et de nattes. Ces bâtons ne sont pas plus gros que les
manches de nos râteaux ou de nos pelles; mais ils sont beaucoup plus
longs. Les nattes, qui sont l'ouvrage de leurs femmes, ne sont qu'un
tissu de jonc et de glaïeul, mais si serré, que la pluie n'y peut
pénétrer. La forme de ces huttes est ovale: dans leur plus long
diamètre, elles ont environ quatorze pieds. L'entrée de ces fours n'a
environ que trois pieds de haut sur deux de large; de sorte que les
habitans n'y peuvent entrer qu'en rampant sur les genoux et les mains.
Comme il est impossible de se tenir debout dans un lieu si bas, les
hommes et les femmes y sont accroupis sur les jarrets, et l'habitude
leur rend cette posture aisée. Dans les grandes huttes comme dans les
petites, on ne voit jamais résider plus d'une famille, qui est
ordinairement composée de dix ou douze personnes de toutes sortes
d'âges. Le centre de la hutte est occupé par un grand trou, d'un pied
de profondeur, qui sert de cheminée ou de foyer. Il est environné de
trous plus petits, qui servent de place aux habitans pour s'asseoir,
et de lit pour dormir. Chacun a son trou séparé, hommes et femmes,
dans lequel ils reposent tranquillement avec leurs krosses ou leurs
mantes étendues sur eux. Les krosses de réserve, les arcs et les
flèches sont suspendus aux murs. Deux ou trois pots pour les usages de
la cuisine, un ou deux pour boire, et quelques vaisseaux de terre pour
le beurre et le lait composent tout le reste de l'ameublement. La
fumée ne pouvant sortir que par la porte, il n'y a point d'Européen
qui soit capable de demeurer dans ces huttes lorsque le feu est
allumé. En considérant leurs dimensions, on est surpris que des
matériaux si combustibles puissent échapper aux flammes. Chaque hutte
est gardée par un chien qui veille à la sûreté de là famille et des
bestiaux.

Aussitôt que le pâturage leur manque, ou lorsqu'ils perdent un de
leurs habitans par une mort naturelle on violente, ils changent
d'habitation.

Leur principal instrument de musique est le gongom, qui est commun à
toutes les nations des Nègres sur cette côte de l'Afrique; on en
distingue deux sortes, le grand et le petit. C'est un arc de fer ou de
bois tendu d'une corde de boyau ou de nerf de mouton, qu'on a fait
assez sécher au soleil pour la rendre propre à cet usage. À
l'extrémité de l'arc on attache, d'un côté, le tuyau d'une plume
fendue, en faisant passer la corde dans la fente. Le joueur tient
cette plume dans la bouche lorsqu'il manie l'instrument, et les
différens tons du gongom viennent des différentes modulations de son
souffle. Les Hottentots sont passionnés pour la musique.

Leur manière de danser n'est pas de meilleur goût que leur musique.
Les hommes s'accroupissent en cercle, et laissent entre eux quelque
distance pour le passage des femmes. Aussitôt que les gongoms
commencent à se faire entendre, les femmes battent des doigts sur
leurs tambours. Toute l'assemblée chante _ho, ho, ho_, et frappe des
mains. Alors il se présente plusieurs couples pour danser. Mais on
n'en laisse entrer que deux à la fois dans le cercle. Ils se placent
face à face. En commençant, ils sont éloignés entre eux d'environ dix
pas, et cinq ou six minutes se passent avant qu'ils se rencontrent.
Quelquefois ils dansent dos à dos; mais jamais ils ne se prennent par
les mains. Chaque danse ne dure guère moins d'une heure. Leur agilité
est surprenante, et leurs pas sont nets et dégagés. Pendant ce
temps-là toutes les femmes se tiennent debout, les yeux baissés, et
chantent _ho, ho, ho_, en battant des mains. Lorsqu'elles ont besoin
d'hommes pour la danse, elles lèvent la tête et secouent les anneaux
qu'elles portent aux jambes. Le bruit qu'elles font en frappant du
pied ressemble à celui du cheval qui se secoue sous le harnais. Les
danseurs fatiguent ordinairement les musiciens, car il faut que chacun
danse à son tour.

La chasse est un autre amusement que les Hottentots aiment beaucoup.
Ils y font éclater une adresse surprenante, soit dans le maniement de
leurs armes, soit dans la vitesse et la légèreté de leur course. Kolbe
s'étonne qu'ils ne fassent pas plus souvent un mauvais usage de leur
agilité, quoiqu'il leur arrive quelquefois d'en abuser. Il en rapporte
un exemple. Un matelot hollandais, en débarquant au Cap, chargea un
Hottentot de porter à la ville un rouleau de tabac d'environ vingt
livres. Lorsqu'ils furent tous deux à quelque distance de la troupe,
le Hottentot demanda au blanc s'il savait courir. «Courir? répondit le
Hollandais; oui, fort bien. Essayons, reprit l'Africain;» et, se
mettant à courir avec le tabac, il disparut presque aussitôt. Le
matelot hollandais, confondu de cette merveilleuse vitesse, ne pensa
point à le poursuivre, et ne revit jamais ni son tabac ni son porteur.

On aurait peine à s'imaginer quelle est l'adresse de ces barbares. À
cent pas, ils toucheront d'un coup de pierre une marque de la grandeur
d'un sou; et ce qu'il y a de plus étonnant, c'est qu'au lieu de fixer
comme nous les feux sur le but, ils font des mouvemens et des
contorsions continuelles; il semble que leur pierre soit portée par
une main invisible. Ils remarquent avec plaisir l'admiration des
Européens, et sont toujours prêts à recommencer la même expérience.

Les grandes chasses sont celles où tous les habitans d'un village
sortent ensemble, soit pour attaquer quelque bête féroce qui ravage
leurs troupeaux, soit pour leur seul amusement. S'ils veulent tuer un
éléphant, un rhinocéros, un élan ou un âne sauvage, ils l'environnent
et l'attaquent avec leurs zagaies. Leur adresse consiste à ménager si
bien leurs coups, que l'un ou l'autre frappent toujours l'animal par
derrière, et dès qu'il se tourne vers celui qui l'a frappé, ils le
font tomber couvert de blessures avant qu'il ait pu distinguer ceux
qui le frappent. Ils réussissent de même à tuer les lions et les
panthères, en se garantissant de la fureur de ces animaux par leur
agilité. Le monstre s'élance quelquefois si impétueusement, et le coup
de sa griffe paraît si sûr, qu'on tremble pour le chasseur, et qu'on
s'attend à le voir aussitôt en pièces; mais on est surpris de se
trouver trompé. Dans un clin d'oeil il échappe au danger, et l'animal
décharge toute sa rage contre terre. Au même instant il est couvert de
blessures par-derrière. Il se tourne, il se précipite sur un autre
ennemi, mais toujours en vain; il rugit, il écume, il se roule de
fureur. La promptitude des chasseurs est égale à se garantir de ses
griffes, et à s'entr'aider par de nouveaux coups avec autant de
vitesse que de résolution. C'est un spectacle dont on ne trouve
d'exemple dans aucun autre pays, et qu'on ne saurait voir sans
admiration. Si l'animal ne perd pas bientôt la vie, il prend enfin la
fuite, en s'apercevant qu'il n'a rien à gagner contre de tels
ennemis. Alors les Hottentots lui laissent la liberté de se retirer;
mais ils le suivent à quelque distance, parce que, leurs flèches étant
empoisonnées, ils sont sûrs de le voir tomber devant eux et d'emporter
sa peau pour fruit de leur victoire.

Les Hottentots ont institué un ordre fort honorable et fort singulier,
composé de ceux qui ont tué dans un combat particulier un lion, une
panthère, un léopard, un éléphant, un rhinocéros ou un gnou.
L'installation se fait avec beaucoup de cérémonie. Après son exploit
il se retire dans sa hutte; les habitans du village lui députent
bientôt un vieillard pour l'inviter à se rendre au centre du kraal, où
il est attendu avec tous les honneurs qui sont dus à sa victoire. Il
se laisse conduire par un guide. Toute l'assemblée le reçoit avec des
acclamations. Il s'accroupit au milieu d'une hutte qu'on a préparée
pour lui, et tous les habitans se placent autour de lui dans la même
posture. Alors le vieux député s'approche et pisse sur lui depuis la
tête jusqu'aux pieds en prononçant certaines paroles. Si le député est
de ses amis, il l'inonde d'un déluge d'eau, et l'honneur augmente à
proportion de la quantité d'urine. Le champion n'a pas manqué de se
faire d'avance, avec les ongles, des sillons sur la graisse dont il a
le corps enduit, pour recevoir plus immédiatement cette aspersion. Il
s'en frotte soigneusement le visage et tout le corps. Kolbe a cru
devoir donner à cette institution le nom d'_ordre de l'Urine_, parce
qu'elle n'en porte aucun dans la nation. Après la cérémonie, le député
allume sa pipe, et la fait circuler dans l'assemblée jusqu'à ce que le
tabac ou le daka soit réduit en cendres. Ensuite, prenant les cendres,
il en parsème le nouveau chevalier, qui reçoit en même temps les
félicitations de l'assemblée sur l'honneur qu'il a fait au kraal, et
sur le service qu'il a rendu à sa patrie. Ce grand jour est suivi pour
lui de trois jours de repos, pendant lesquels il est défendu à sa
propre femme d'approcher de lui. Le troisième jour au soir, il tue un
mouton, reçoit sa femme et se réjouit avec ses amis et ses voisins. Le
monument de sa gloire est la vessie de l'animal qu'il a tué. Il la
porte suspendue à sa chevelure comme une marque insigne d'honneur.
Kolbe ajoute que la mort d'une panthère cause plus de joie aux
Hottentots que celle de toute autre bête.

Ils sont d'une adresse incomparable à la nage. Leur manière de nager a
quelque chose de surprenant, et qui leur est tout-à-fait propre. Ils
nagent le cou droit et les mains étendues hors de l'eau, de sorte
qu'ils paraissent marcher sur terre. Dans la plus grande agitation de
la mer, et lorsque les flots forment autant de montagnes, ils dansent
en quelque sorte sur le dos des vagues, montant et descendant comme un
morceau de liége. Leurs pécheurs enveloppent dans leurs krosses pu
dans des sacs de cuir les poissons qu'ils ont pris, et nagent ainsi
avec leur fardeau sur la tête.

Les ouvertures et les propositions de mariage sont faites par le père
ou par le plus proche parent de l'homme, qui s'adresse au plus proche
parent de la femme. Il est rare que la demande soit refusée, à moins
qu'une famille ne soit déjà liée par quelque autre engagement. Si la
jeune fille n'a point de goût pour le mari qu'on lui propose, il ne
lui reste qu'une ressource pour éviter d'être à lui; c'est de passer
avec lui une nuit entière, qui est employée, suivant Kolbe, à se
pincer, à se chatouiller, à se fouetter. Elle devient libre, si elle
résiste à cette dangereuse épreuve; mais si le jeune homme l'emporte,
comme il arrive presque toujours, elle est obligée de l'épouser.

Malgré la passion que les Hottentots ont pour la musique et la danse,
ils ne les emploient jamais dans leurs fêtes nuptiales. Ils admettent
la polygamie; mais il est rare, même parmi les riches, qu'on leur voie
plus de trois femmes. Ils ne permettent ni le mariage, ni la
fornication entre les cousins aux premier et second degrés. Ceux qui
sont convaincus d'avoir violé cette loi reçoivent une forte
bastonnade, sans aucun égard pour le rang et les richesses.

L'adultère est toujours puni de mort; mais le divorce est permis,
lorsque le mari peut le justifier par de bonnes raisons. Une veuve qui
se remarie est obligée de se couper la jointure du petit doigt, et de
continuer la même opération aux doigts suivans, chaque fois qu'elle
rentre dans les chaînes du mariage.

On fait des réjouissances extraordinaires à la naissance de deux
jumeaux mâles. Si ce sont deux filles, l'usage est de tuer la plus
laide. Si c'est une fille et un garçon, la fille est exposée sur une
branche d'arbre, ou ensevelie vive, avec la participation et le
consentement de tout le kraal. On a trouvé plusieurs de ces enfans
abandonnés, que les Européens du Cap ont eu l'humanité de faire
élever. Mais lorsqu'ils arrivent à l'âge de maturité, ils renoncent
aux moeurs, aux vêtemens et à la religion de leurs bienfaiteurs pour
se conformer aux usages de leur nation.

Les réjouissances sont beaucoup plus vives pour un premier enfant que
pour ceux qui le suivent. Aussi le fils aîné jouit-il d'une autorité
presque absolue sur ses frères et ses soeurs.

On s'est persuadé mal à propos en Europe que les Hottentots naissent
avec le nez plat. La plupart, au contraire, apportent en naissant un
nez de la forme des nôtres; mais il passe dans la nation pour une si
grande difformité, que le premier soin des mères est de les aplatir
avec le pouce.

C'est encore un usage général d'ôter un testicule aux garçons vers
l'âge de neuf ou dix ans; mais, dans les familles pauvres, on attend
pour cette cérémonie l'occasion de pouvoir subvenir à la dépense. Le
jeune homme, après avoir été frotté de graisse fraîche de mouton, est
étendu à terre sur le dos, les pieds et les mains liés; ses amis se
couchent sur lui pour le rendre comme immobile. Dans cette situation,
l'opérateur lui fait avec un couteau de table une ouverture au scrotum
d'un pouce et demi de longueur. Il fait sortir le testicule, et met à
la place une petite boule de la même grosseur, composée de graisse de
mouton et d'un mélange d'herbes pulvérisées; ensuite il recoud la
blessure avec un petit os d'oiseau qui est aussi pointu qu'une alêne;
un nerf de mouton sert de fil. Cette opération se fait avec une
adresse qui surprendrait nos plus habiles anatomistes, et jamais elle
n'a de fâcheuses suites. Lorsqu'elle est achevée, l'opérateur
recommence les onctions avec la graisse du mouton qu'on a tué pour la
fête. Il tourne le patient sur le dos et sur le ventre, comme un
cochon de lait qu'on se disposerait à rôtir, dit l'auteur. Enfin il
pisse sur toutes les parties du corps, et le frotte soigneusement de
son urine. Après cette monstrueuse cérémonie, le jeune homme se traîne
dans une petite hutte bâtie exprès pour cet usage. Il y passe deux ou
trois jours, au bout desquels il sort parfaitement rétabli. Les jeunes
Hottentots supportent cette opération avec une patience et une
résolution surprenante; mais ceux qui n'ont point encore passé par les
mains de l'opérateur n'ont pas la liberté d'y assister. Les
spectateurs se rendent à la maison des parens, et mangent la chair du
mouton, qu'ils trouvent préparée. Le bouillon est distribué aux
femmes; mais le malade n'a point de part au festin. Le reste du jour
et la nuit suivante sont employés à la danse. Si la famille est riche,
le salaire de l'opérateur est un veau ou un mouton.

Quelques auteurs, cherchant la raison d'un usage si bizarre, se sont
imaginé qu'il peut servir à rendre les Hottentots plus légers à la
course; et quand on les interroge eux-mêmes, on n'en reçoit pas
d'autre explication. Cependant Kolbe apprit de quelques vieillards
intelligens que, par une loi fort ancienne, il est défendu aux hommes
de leur nation d'avoir aucun commerce charnel avec les femmes tandis
qu'ils ont deux testicules, et que cette loi est fondée sur l'opinion
qu'un Hottentot dans cet état produit constamment deux jumeaux. Ceux
qui se marieraient sans une mutilation si nécessaire se verraient
exposés aux railleries du public, et la femme serait peut-être
déchirée par toutes les autres personnes de son sexe; aussi ne
manque-t-elle point de se faire garantir l'état de son mari avant de
l'épouser. Elle s'en rapporte néanmoins au témoignage d'autrui, parce
que la modestie, dit l'auteur, ne lui permet pas de s'en assurer par
ses propres yeux.

La jeunesse, parmi les Hottentots, est confiée à la garde des mères
jusqu'à l'âge de dix-huit ans. On reçoit alors les garçons au rang des
hommes, avec lesquels ils n'ont point auparavant la hardiesse de
converser, sans en excepter leur propre père. Tous les habitans
s'assemblent, et les hommes s'accroupissent ensemble. Le candidat
reçoit ordre de se mettre dans la même posture, mais hors du cercle.
Il doit être accroupi sur ses jarrets de manière qu'il reste au moins
trois pouces de distance jusqu'à la terre: alors le plus vieux de
l'assemblée se lève, demande le consentement des autres pour recevoir
le candidat, s'approche de lui, et lui déclare qu'à l'avenir il doit
abandonner sa mère, renoncer à la compagnie des femmes et aux
amusemens de l'enfance; en un mot, que dans ses actions et ses
discours il doit se conduire en homme. Le candidat, qui n'est point
venu sans être bien frotté de graisse et de suie, reçoit immédiatement
une inondation d'urine par le ministère de l'orateur. Il paraît que
chez ce peuple c'est un ingrédient essentiel à toutes les cérémonies.

La nation des Hottentots est sujette à peu de maladies, et ceux qui
s'assujettissent à la diète du pays s'en ressentent rarement. On les
voit vivre, suivant le témoignage de Dapper, jusqu'à cent dix, cent
vingt et cent trente ans. Kolbe en vit un au Cap qui n'avait pas
beaucoup moins de cent ans, et qui se vantait de n'avoir jamais été
attaqué d'aucune maladie. Mais ceux qui font usage des liqueurs
étrangères abrègent leurs jours et gagnent des maladies qui n'avaient
jamais été connues dans leur nation. Les alimens mêmes, assaisonnés à
la manière de l'Europe, sont pernicieux pour les Hottentots.

La médecine et la chirurgie sont deux arts qu'ils exercent
conjointement, et dans lesquels Kolbe assure que leurs connaissances
ne sont pas méprisables. On leur voit faire des cures merveilleuses.
Ils sont fort versés dans la botanique de leur pays. Il ont de bonnes
notions de l'anatomie, de la saignée, des ventouses et des opérations
tes plus difficiles, telles que l'amputation et l'art de remettre un
membre disloqué. Leur adresse est d'autant plus admirable, qu'ils
n'ont pour instrumens que des cornets, des couteaux et des os pointus.

Le médecin est la troisième personne de l'état. Les grands kraals en
ont deux. On les choisit entre les plus sages habitans pour veiller à
la santé du public; mais ils ne reçoivent jamais de récompense ni
d'appointemens comme s'ils étaient assez récompensés par la
distinction de leurs fonctions. Il ne manque rien à la confiance et au
respect qu'on a pour eux. Comme la nation des Hottentots est sujette à
peu de maladies, ils ne sont pas surchargés d'occupations.

Les Européens du Cap ont aussi peu de maladies à combattre, preuve
assez claire de la bonté du climat. Les femmes souffrent très-peu dans
l'accouchement; mais, en allaitant leurs enfans, elles sont fort
sujettes à des maux de sein. La petite vérole et la rougeole n'ont
point ordinairement de suites fâcheuses. Le flux de sang est une
espèce de tribut que les étrangers paient au Cap en y arrivant; mais
il se guérit aisément par des remèdes convenables. La maladie la plus
commune parmi les Européens du Cap est celle des yeux: elle est
surtout fort dangereuse en été, et l'auteur l'attribue aux vents du
sud-est, qui sont d'une chaleur extrême, et à la réverbération du
soleil contre les montagnes. On n'a jamais entendu parler de la pierre
parmi les Européens du Cap.

Aussi long-temps qu'un homme ou une femme sont capables de sortir de
leur hutte en rampant pour y apporter une plante, une racine ou un
bâton de bois, ils sont traités de leur famille avec beaucoup de
tendresse et d'humanité; mais, lorsque la force les abandonne
entièrement, leurs amis et leurs propres enfans les tuent, pour leur
éviter de périr de faim, de misère, ou par les griffes des bêtes
féroces. Quelque riche que soit un Hottentot, il ne peut éviter ce
malheureux sort, s'il survit à ses forces et à son activité. C'est en
vain qu'on reproche à ces peuples une pratique si barbare; ils
s'obstinent à la défendre comme une action méritoire et comme une
oeuvre de piété et de compassion pour délivrer un vieillard des
tourmens de la vie, qui deviennent insupportables à cet âge.

Les bestiaux d'un kraal ou d'un village paissent en commun, les grands
dans un pâturage, et les petits dans un autre; mais un simple
Hottentot qui n'aurait qu'une seule brebis a droit de la j oindre au
troupeau public, où l'on en prend le même soin que si elle appartenait
au chef du kraal. Les communautés n'ont pas de bergers ou de pâtres
d'office. Chacun est obligé à son tour d'exercer cette fonction,
c'est-à-dire trois ou quatre à la fois, suivant les circonstances et
les besoins. Ils mènent les troupeaux au pâturage entre six et sept
heures du matin. Ils les ramènent le soir avant huit heures. Les
femmes sont chargées de traire les vaches matin et soir. Pendant toute
l'année, ils laissent les taureaux avec les vaches, et les béliers
avec les brebis. Cette méthode sert beaucoup à la multiplication:
leurs brebis produisent constamment deux agneaux chaque année. Les
Européens du Cap, qui ont une méthode opposée, prétendent qu'à la
longue celle des Hottentots affaiblit et diminue la race; mais les
Hottentots pensent autrement.

La multitude des bêtes de proie qui infestent le pays oblige les
Hottentots à des précautions continuelles pour la sûreté de leurs
troupeaux pendant la nuit. Leur méthode ordinaire est de placer leurs
jeunes bestiaux dans le centre du kraal. Les vieux sont attachés en
dehors contre les huttes, et liés deux à deux par les pieds pour
empêcher leur mutinerie. Dans cette situation, ils n'ont pas besoin de
sentinelle qui demeure à veiller; l'approche du moindre danger leur
fait pousser de longs mugissemens qui répandent aussitôt l'alarme dans
le kraal.

Ils ont une sorte de boeufs qu'ils appellent _bakkeleyers_,
c'est-à-dire boeufs de combat, du mot _bakkeley_, qui signifie guerre,
et dont ils se servent en effet dans leurs guerres, comme les peuples
de l'Asie emploient les éléphans. Ces animaux belliqueux leur rendent
d'importans services contre les voleurs et les bêtes féroces. Au
moindre signe, ils rappellent les autres bestiaux qui s'écartent, et
les forcent, comme nos chiens de bergers, de rentrer dans le cercle du
troupeau. Il n'y a point de kraal qui n'ait au moins une demi-douzaine
de ces fidèles défenseurs. Ils connaissent tous les habitans de leurs
villages. Ils ont pour eux une sorte de respect, tel que celui des
chiens pour les amis de leur maître. Mais un étranger qui se
présenterait sans être accompagné d'un Hottentot du kraal courrait
risque d'être fort maltraité, s'il n'avait la précaution d'épouvanter
les bakkeleyers en sifflant, ou par la décharge de quelque arme à feu.

Ils ont aussi des boeufs de voiture, qu'ils accoutument de bonne heure
à cet exercice en leur faisant passer au travers de la lèvre
supérieure, entre les deux narines, un bâton terminé en crochet, pour
empêcher qu'il ne glisse. Si l'animal est indocile, ils se servent de
ce frein pour lui faire baisser la tête, et la force de la douleur
l'assujettit en peu de jours. On ne saurait voir sans admiration avec
quelle promptitude il obéit au commandement. La crainte du bâton
terrible rend sa diligence et son attention surprenantes. Les boeufs
de charge sont en beaucoup plus grand nombre que les bakkeleyers, et
servent à porter toutes sortes de fardeaux.

Ils savent tanner les peaux ou les cuirs. Leurs pelletiers exercent
aussi le métier de tailleur, et ne manquent point d'adresse dans leur
profession: un os d'oiseau leur sert d'aiguille. Leur fil est le petit
nerf qui règne le long de l'épine du dos des bêtes, divisé et séché au
soleil. Avec cet unique secours, ils emploient moins de temps à faire
leurs krosses ou leurs mantes, et les font peut-être mieux que nos
plus habiles tailleurs.

Les Hottentots ont des artistes ou des ouvriers en ivoire qui font les
bracelets et les anneaux dont ils composent leur parure. Quoique ce
travail soit fort ennuyeux, parce qu'ils n'ont pas d'autre instrument
qu'un couteau, ils donnent à leur ouvrage une rondeur, un luisant, un
poli qui le feraient attribuer au plus habile tourneur de l'Europe.

Tous les Hottentots sont potiers de profession, car chaque famille
fait sa poterie et ses autres ustensiles de terre. Leur matière est
une sorte de terre glaise dont les fourmis composent leurs
habitations, et qu'ils ne tirent en effet que de leurs nids, en y
mêlant les oeufs des fourmis qu'ils y trouvent dispersés; ensuite ils
la tournent sur une pierre comme un pâté: ils unissent parfaitement le
dedans et le dehors avec la main, et donnent à leur vase la forme de
l'urne romaine, qui est celle de tous les pots de la nation. Deux
jours d'exposition au soleil suffisent pour le sécher. L'ouvrier le
sépare alors de la pierre avec un nerf sec qu'il passe entre deux et
qui fait l'office d'une scie. Il ne reste qu'à le faire cuire au feu
dans un trou qu'on creuse sous terre. Cette dernière opération lui
donne une dureté surprenante, avec une couleur de jais qui se soutient
merveilleusement, et que les Hottentots attribuent au mélange des
oeufs de fourmis.

Leurs forgerons sont d'autant plus admirables, qu'ils forgent le fer
tel qu'il sort des mines, qui sont en abondance dans toutes les
parties du pays, sans y employer d'autres secours que des pierres: ils
ouvrent un grand trou sur un terrain élevé. Un pied et demi plus bas,
ils en font un autre pour recevoir le métal fondu, qui passe de l'un à
l'autre par un canal de communication. Avant de mettre le minéral dans
le grand trou, ils font autour de l'ouverture un feu capable de
l'échauffer dans toutes ses parties. Ensuite ils y jettent le minéral,
sur lequel ils continuent d'entretenir ce feu jusqu'à ce qu'il
descende en fusion. Aussitôt qu'il est refroidi, ils le brisent en
pièces avec des pierres fort dures; et, remettant ces pièces au feu,
ils n'emploient que des pierres au lieu de marteaux pour en forger des
armes et d'autres ustensiles. Ils fondent quelquefois le cuivre par la
même méthode; mais l'usage qu'ils en font est borné à quelques bijoux
pour leur parure. Ils le mettent en oeuvre, et le polissent avec une
industrie surprenante.

Le commerce des Hottentots ne consiste qu'en échanges: ils n'ont point
de monnaie courante ni la moindre notion de son utilité.

On ne court aucun risque de voyager avec un Hottentot dans tous les
pays voisins du Cap, et l'on est sûr d'être bien reçu et caressé même
dans tous les villages. Les Hottentots se piquent d'une fidélité
admirable pour tout ce qui est confié à leurs voisins. À la vérité, il
se trouve dans les contrées du Cap une sorte de brigands ou de bandits
qui vivent de leurs pillages; mais ils sont en horreur à tous les
Hottentots civilisés, qui les tuent comme autant de bêtes féroces,
dans quelque endroit qu'ils puissent les rencontrer.

Il serait difficile d'approfondir les notions des Hottentots sur
l'Être suprême, et leurs véritables principes de religion. Ils évitent
soigneusement toutes sortes d'explications sur cet article; et leurs
réponses, comme celles qu'ils font à toutes les questions qui
regardent leurs usages, paraissent autant de déguisemens et de
subterfuges. Quelques auteurs en ont pris droit de douter s'ils ont en
effet quelque idée de religion. Mais Kolbe assure formellement qu'ils
reconnaissent un dieu, créateur de tout ce qui existe. Ils l'appellent
Gounga ou Gounga Tekquoa, c'est-à-dire, dieu de tous les dieux. Ils
disent de lui: «Que c'est un excellent homme, qui ne fait aucun mal à
personne, de qui l'on n'en doit jamais craindre; et qu'il demeure fort
loin au delà de la lune.» Mais il ne paraît pas qu'ils aient aucune
espèce de culte pour l'honorer. Quand les questions qu'on leur fait
sont pressantes, ils apportent pour excuse une tradition qui leur
apprend que leurs premiers parens, ayant offensé ce dieu, ont été
condamnés avec toute leur postérité à l'endurcissement du coeur; de
sorte que, s'ils le connaissent peu, ils confessent qu'ils n'ont pas
beaucoup d'inclination à le connaître et à le servir mieux.

Ils rendent des adorations à la lune, dans des assemblées qu'ils font
la nuit en plein champ. Ils lui sacrifient des bestiaux et lui offrent
de la chair et du lait. Ces sacrifices se renouvellent constamment aux
pleines lunes. Ils félicitent cet astre de son retour; ils lui
demandent un temps favorable, des pâturages pour leurs troupeaux, et
beaucoup de lait. Ils la regardent comme un gounga inférieur qui
représente le grand.

Ils honorent aussi, comme une divinité favorable certain insecte de
l'espèce des cerfs-volans, qui est particulier à cette région. Sa
grandeur est à peu près celle du doigt d'un enfant. Son dos est vert,
et son ventre est tacheté de blanc et de rouge. Il a deux ailes et
deux cornes. Dans quelques lieux qu'ils puissent l'apercevoir, ils lui
adressent les plus grandes marques de respect et d'honneur. Lorsqu'il
parait dans un kraal, tous les habitans s'assemblent pour le recevoir,
comme si c'était un dieu descendu du ciel.

Les Hottentots rendent une espèce de culte ou de vénération religieuse
à leurs saints, c'est-à-dire aux hommes qui ont acquis de la
réputation par leurs vertus et leurs bonnes oeuvres. Ils n'ont pas
l'usage des statues, des tombes et des inscriptions; mais ils
consacrent à la mémoire de ces héros des bois, des montagnes, des
champs et des rivières. Ils ne passent jamais dans ces lieux sans s'y
arrêter. Ils y marquent leur respect par un profond silence, et
quelquefois par des danses et des battemens de mains. Cette
institution n'a rien de barbare. On ne sait pas assez chez les nations
civilisées combien il faut parler aux sens, même en morale. Des
hommages publics rendus à des momens visibles, qui rappelleraient le
souvenir des grands hommes, avertiraient plus souvent de les imiter,
et en inspireraient le désir.

On ne leur a point reconnu la moindre notion d'un état futur, et bien
moins l'espérance d'une résurrection. Ils craignent les revenans ou
les esprits des morts, et cette crainte les oblige de changer de kraal
lorsqu'ils ont perdu quelque habitant. Ils croient que les sorciers et
les sorcières ont le pouvoir d'attirer ces esprits; mais ils
paraissent persuadés que les âmes des morts font leur domicile autour
des lieux où leurs corps sont enterrés, et l'on ne s'aperçoit point
qu'ils redoutent un enfer et des punitions, ou qu'ils espèrent des
récompenses dans un état plus heureux.

Tel est le fond de la religion des Hottentots. Ils y sont attachés
avec une opiniâtreté inviolable. Si vous entreprenez de leur inspirer
d'autres idées par le raisonnement, ils vous écoutent à peine, et
quelquefois ils vous quittent brusquement. Il s'en est trouvé
quelques-uns qui ont feint d'embrasser le christianisme; mais, en
perdant leurs motifs, on les a toujours vus retourner à leur croyance.
Tous les efforts des missionnaires hollandais du Cap n'ont jamais été
capables d'en convertir un seul. Vanderstel, gouverneur du Cap, ayant
pris un Hottentot dès l'enfance, le fit élever dans les principes de
la religion chrétienne et dans la pratique des usages de l'Europe. On
prit soin de le vêtir richement à la manière hollandaise. On lui fit
apprendre plusieurs langues, et ses progrès répondirent fort bien à
cette éducation. Le gouverneur, espérant beaucoup de son esprit,
l'envoya aux Indes avec un commissaire-général, qui l'employa
utilement aux affaires de la Compagnie. Il revint au Cap après la mort
du commissaire. Peu de jours après son retour, dans une visite qu'il
rendit à quelques Hottentots de ses parens, il prit le parti de se
dépouiller de sa parure européenne pour se revêtir d'une peau de
brebis. Il retourna au fort, dans ce nouvel ajustement, chargé d'un
paquet qui contenait ses anciens habits; et, les présentant au
gouverneur, il lui tint ce discours: «Ayez la bonté, monsieur, de
faire attention que je renonce pour toujours à cet appareil. Je
renonce aussi pour toute ma vie à la religion chrétienne. Ma
résolution est de vivre et de mourir dans la religion, les manières
et les usages de mes ancêtres. L'unique grâce que je vous demande est
de me laisser le collier et le coutelas que je porte. Je les garderai
pour l'amour de vous.» Aussitôt, sans attendre la réponse de
Vanderstel, il se déroba par la fuite, et jamais on ne le revit au
Cap.

Leur prêtre où leur maître des cérémonies porte le nom de _souri_, qui
signifie _maître_ en leur langue. Le mot de _prêtre_ a signifié
long-temps la même chose chez presque toutes les nations.

Les Hottentots ne vivent point sans gouvernement et sans règle de
justice. Chaque nation particulière a son chef qui se nomme konquer,
et dont l'emploi consiste à commander dans les guerres, à négocier la
paix, avec le droit de présider aux assemblées publiques.

Le second officier du gouvernement hottentot est le capitaine du
kraal, dont l'emploi consiste à maintenir la paix et la justice dans
l'étendue de sa juridiction. Cette charge est héréditaire; mais, en
commençant à l'exercer, le capitaine s'oblige à ne rien changer dans
les lois et les anciennes coutumes du kraal. Tout marque chez ce
peuple l'attachement le plus constant à ses usages et à la patrie.

Chaque kraal a son tribunal pour les affaires civiles et criminelles,
formé, comme on l'a dit, du capitaine et des habitans qui s'assemblent
avec lui. Parmi eux, la justice n'a rien à souffrir de la corruption
ni du délai. Les deux parties plaident leur propre cause. On juge à
la pluralité des voix, sans appel et sans aucune sorte d'obstacle.
Dans les matières criminelles, telles que le meurtre, le vol et
l'adultère, un coupable ne trouve aucun appui dans ses richesses et
dans son rang. Le capitaine même n'obtient pas plus de faveur que le
moindre habitant du kraal. Quelqu'un est-il soupçonné d'un crime, on
en donne aussitôt connaissance à tous les habitans, qui, se regardant
comme autant de ministres de la justice, cherchent le coupable et s'en
saisissent. S'il prévoit qu'il ne puisse éviter la conviction, il se
retire ordinairement parmi les Bojesmans, ou hommes des bois; car il
passerait pour un espion dans les autres villages qu'il voudrait
choisir pour asile; et, sur le moindre avis, il serait remis entre les
mains de ceux qui le cherchent. Mais s'il est arrêté, on commence par
l'enfermer sous une garde sûre, pour se donner le temps de convoquer
l'assemblée. Il est placé au centre du cercle, comme au lieu le plus
favorable pour écouter et se faire entendre. Ses accusateurs exposent
le crime. On appelle les témoins. Il a la liberté de se défendre, et
l'on écoute patiemment jusqu'au dernier mot ce qu'il allègue en sa
faveur. Si l'accusation paraît injuste, les juges condamnent
l'accusateur à des dédommagemens, qui sont pris sur ses troupeaux.
Mais, si le crime est constaté, ils prononcent aussitôt la sentence,
qui s'exécute sur-le-champ. Le capitaine du kraal se charge de
l'exécution. Il fond sur le coupable avec un transport furieux, et
l'étend à ses pieds d'un coup de kirri, qui lui casse ordinairement la
tête. Toute l'assemblée s'unit pour l'achever, et son corps est
enterré au même instant. Mais la famille n'en reçoit aucune tache: le
châtiment efface le crime, et la mémoire même du coupable ne reçoit
aucun reproche Au contraire, ses funérailles sont célébrées avec
autant de respect que s'il était mort vertueux. Kolbe trouve cette
jurisprudence fort supérieure à celle de l'Europe, et il a raison.
J'en excepte les funérailles: quoique tous les hommes soient égaux
après la mort, il faut toujours flétrir jusqu'à la mémoire du crime.
Mais d'ailleurs il y a deux grandes preuves de sagesse dans leurs
jugemens, la célérité de l'exécution, qui épargne au coupable les
momens affreux qui s'écoulent entre l'arrêt et le supplice; momens
plus cruels que le supplice même; et l'équité naturelle qui défend de
faire rejaillir sur l'innocence l'opprobre qui ne doit appartenir
qu'au crime.

À l'égard des héritages, tous les biens d'un père descendent à l'aîné
de ses fils, ou passent dans la même famille, au plus proche des
mâles. Jamais ils ne sont divisés; jamais les femmes ne sont appelées
à la succession. Un père qui veut pourvoir à la condition de ses
cadets doit penser pendant sa vie à leur faire un établissement, sans
quoi il laisse leur liberté et leur fortune à la disposition du frère
aîné.

Jamais, dans la guerre, les Hottentots ne pillent ou n'insultent les
morts. Ils laissent leurs habits, leurs armes et tout ce qui leur
appartient à la disposition de leurs concitoyens; mais ils tuent
sur-le-champ les prisonniers. Les déserteurs et les espions
n'obtiennent pas plus de grâce; ou, si la vie leur est conservée,
c'est pour essuyer le mépris de ceux dont leur lâcheté ou leur
perfidie leur a fait rechercher la protection. À peine obtiennent-ils
de quoi vivre après la guerre. Dans tous les traités de paix on
s'oblige de part et d'autre à les rendre, et le châtiment de leur
infidélité est toujours la mort.


FIN DU TROISIÈME VOLUME.



TABLE DES MATIÈRES

CONTENUES DANS CE VOLUME.


PREMIÈRE PARTIE.--AFRIQUE.


LIVRE IV.

VOYAGES SUR LA CÔTE DE GUINÉE. CONQUÊTES DE DAHOMAY.

                                                                  Pag.

  CHAPITRE II.--Voyage d'Atkins, de Smith.
  Lettre du facteur Lamb sur le roi de Dahomay                       1

  CHAP. III.--Voyage de Snelgrave. Victoires du roi de Dahomay.
  Traite des Nègres                                                 30


LIVRE V.

GUINÉE. DESCRIPTION DE LA CÔTE DE LA MALAGUETTE, DE LA CÔTE DE
L'IVOIRE, DE LA CÔTE D'OR ET DE LA CÔTE DES ESCLAVES. ROYAUME DE
BENIN.

  CHAPITRE PREMIER.--Côte de la Malaguette. Côte de l'Ivoire        88

  CHAP. II.--Côte d'Or                                             107

  CHAP. III.--Côte des Esclaves                                    192

  CHAP. IV.--Royaume de Benin                                      255


LIVRE VI.

CONGO. CAP DE BONNE-ESPÉRANCE. HOTTENTOTS. MONOMOTAPA.

  CHAPITRE PREMIER.--Congo                                         270

  CHAP. II.--Histoire naturelle de Congo, d'Angola et de
  Benguéla                                                         324

  CHAP. III.--Cap de Bonne-Espérance. Hottentots                   343


FIN DE LA TABLE.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Abrégé de l'Histoire Générale des Voyages (Tome 3)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home