Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Abrégé de l'Histoire Générale des Voyages (Tome 4)
Author: La Harpe, Jean-François de, 1739-1803
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Abrégé de l'Histoire Générale des Voyages (Tome 4)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



[Notes au lecteur de ce fichier digital:

Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées. L'orthographe de l'auteur a été conservée.]



                 BIBLIOTHÈQUE FRANÇAISE.



                         ABRÉGÉ

                           DE

                   L'HISTOIRE GÉNÉRALE

                       DES VOYAGES;



                    Par J.-F. LAHARPE.



                      TOME QUATRIÈME.



           [Illustration: Enseigne de l'éditeur]

                          PARIS,
                 MÉNARD ET DESENNE, FILS.
                          1825.



ABRÉGÉ DE L'HISTOIRE GÉNÉRALE DES VOYAGES.



PREMIÈRE PARTIE.

AFRIQUE.



LIVRE SIXIÈME.

CONGO. CAP DE BONNE-ESPÉRANCE. HOTTENTOTS. MONOMOTAPA.



CHAPITRE IV.

Histoire naturelle du cap de Bonne-Espérance.


Les Européens, du Cap divisent l'année en deux saisons, l'hiver et
l'été. Ils nomment le premier mousson humide, et l'autre mousson
sèche. Celle-ci commence au mois de septembre, c'est-à-dire à la fin
de notre été, et la première au mois de mars, avec notre printemps.
Dans la saison de l'hiver, le Cap est sujet aux brouillards. Cependant
le soleil se fait voir par intervalles, excepté pendant les mois de
juin et de juillet, où les pluies sont continuelles. L'air, dans cette
saison, est froid, rude et fort désagréable, mais jamais plus qu'en
Allemagne pendant l'automne. Jamais l'eau ne gèle à plus de trois
lignes d'épaisseur, et la glace se dissipe aux premiers rayons du
soleil. Le tonnerre et les éclairs sont très-rares au Cap, excepté
vers le changement des saisons, aux mois de mars et de septembre;
encore n'y sont-ils jamais violens ni dangereux.

Les eaux qui tombent avec rapidité du sommet des montagnes, coulant
ensuite dans des canaux ombragés d'arbres ou de buissons, sont si
froides, qu'elles conservent cette qualité dans les vases où elles
sont renfermées, jusqu'à causer un véritable frisson à ceux qui en
boivent. On trouve aussi des sources d'eaux chaudes, et d'autres qui
sont même brûlantes: de ce nombre sont deux bains célèbres à trente
milles du Cap: les eaux ont la clarté du cristal. Kolbe n'en avait
jamais goûté de si ferrugineuses; mais elles n'en sont pas moins
agréables. On peut les employer à toutes sortes d'usages, excepté à
blanchir le linge, parce qu'elles lui donnent une teinte jaune qu'il
ne perd jamais. En entrant dans le bain, on ressent une chaleur
presque insupportable, surtout si l'on y entre, par degrés; mais elle
cesse bientôt d'être incommode, et l'on se trouve dans une situation
délicieuse: cependant on est obligé d'en sortir au bout de cinq ou six
minutes, parce qu'elle resserre la partie inférieure du ventre,
jusqu'à faire perdre haleine. On est rétabli sur-le-champ en se
mettant au lit, où l'on éprouve d'abord une sueur abondante, après
laquelle on se lève avec une légèreté dont on est surpris. Quinze
jours de ce bain, pris une fois le jour, purifient le corps de toutes
sortes d'humeurs peccantes par les sueurs et les selles, et
quelquefois par des vomissemens. Kolbe a connu plusieurs personnes qui
lui devaient leur guérison; l'une, d'une paralysie de bras; l'autre,
de la surdité; une femme, de plusieurs autres maladies compliquées.

Enfin Kolbe est persuadé que les eaux du Cap sont aussi claires, aussi
douces et aussi saines qu'il y en ait au monde. Les médecins, ou
plutôt les chirurgiens du Cap les ont trouvées salutaires dans toutes
sortes de cas. Elles conservent leur douceur et leur clarté sur mer,
dans les plus longs voyages. Sur le bâtiment où Kolbe s'embarqua pour
revenir en Europe, elles ne souffrirent aucune altération, excepté un
léger changement sous la ligne mais qui ne les empêcha point de se
rétablir presque aussitôt.

Quoique les Hottentots ne fassent aucun usage du sel, la nature leur
en fournit abondamment sans le secours de l'art: ils n'en ont
l'obligation qu'à l'action du soleil sur l'eau de pluie.

En général, le terroir est riche et fertile aux environs du Cap. On
commence à semer au mois de juillet, pour faire la moisson vers la fin
de septembre.

Les vignes qui ont été apportées au Cap sont venues de Perse, de
Madère, du midi de la France et des bords du Rhin. Il se passa quelque
temps avant qu'on pût en élever assez pour former des vignobles; mais
ils y sont maintenant en si grand nombre, que chaque cabane a le sien.
Les vignes souffrent beaucoup des sauterelles et des vers; cependant
elles rendent plus dès la troisième année que celles d'Europe à la
cinquième. La vendange commence au mois de février, et continue
pendant tout le cours de mars. Le vin du Cap est agréable et fort:
avec le temps il devient moelleux. Celui que l'on récolte à Constance,
vignoble situé au sud de la ville du Cap, est un des plus délicieux
que l'on connaisse.

Les jardins du Cap produisent la plupart des plantes et des fruits de
l'Europe; les légumes y surpassent les nôtres par la grosseur et le
goût. Un chou y pèse entre trente et quarante livres; une patate entre
six et dix livres: les melons y sont excellens; tous les arbres
fruitiers y prospèrent universellement par la méthode ordinaire de les
semer ou de les planter. Le beau jardin de la compagnie, près de la
ville du Cap, offre des oranges, des limons, des citrons, des amandes,
des figues, des grenades, avec un nombre infini d'autres fruits
apportés de l'Asie ou de l'Amérique, qui sont beaucoup meilleurs que
dans leur pays originaire. Les figues sont délicieuses au Cap, de même
que les bananes, qui viennent de l'île de Java. La beauté des fruits,
jointe à la profusion des fleurs naturelles qui ornent les jardins,
forme des perspectives admirables: l'aloès, qu'il est si rare de voir
en Europe dans toute sa beauté, porte ses fleurs en plein champ sans
le secours de l'art.

Le dacka est une autre plante fort estimée des Hottentots, qui s'en
servent au lieu de tabac, lorsqu'ils ne peuvent se procurer celui-ci,
ou qui les mêlent ensemble, lorsque leur provision de tabac est près
de s'épuiser: c'est une espèce de chanvre sauvage que les Européens
sèment, mais principalement pour l'usage des Hottentots. Le dacka,
mêlé avec le tabac, s'appelle _buspetz_. La _spirée_ est encore une
plante dont les Hottentots font beaucoup de cas. Vers la fin de
l'hiver, lorsque les feuilles commencent à se flétrir, ils en amassent
de grosses provisions, qu'ils font sécher pour les mettre en poudre.
Sa couleur est un jaune luisant; elle leur sert à poudrer leur
chevelure: ils l'appellent _boukkou_, et la regardent comme une partie
considérable de leur parure.

L'arbre qui produit la cannelle est venu de Ceylan au Cap, et répond
fort bien aux espérances de ceux qui l'ont apporté.

À l'égard de bêtes sauvages, peut-être n'y a-t-il point de pays au
monde où l'on en trouve un si grand nombre. Les éléphans y tiennent
le premier rang; ils y sont beaucoup plus gros que dans aucune autre
contrée; mais la femelle est moins grosse que le mâle: un seul exemple
fera juger de la force de ces animaux. Les Hollandais, pour en faire
l'essai, attelèrent un éléphant à la proue d'un vaisseau considérable;
il le tira le long du rivage. Les Hottentots font usage de la fiente
de ces animaux, lorsqu'ils manquent de tabac, et Kolbe assure qu'elle
a presque le même goût.

Le rhinocéros a deux cornes placées l'une devant l'autre sur son
museau. Sa peau n'offre pas de plis comme celle du rhinocéros
d'Afrique. Quoiqu'elle soit fort dure, elle n'est pas à l'épreuve des
zagaies. Il a l'odorat extrêmement subtil: avec le vent, il sent de
fort loin toutes sortes d'animaux, et marche vers eux en ligne droite,
en renversant tout sur son passage. S'il n'est point irrité par
quelque offense, il n'attaque jamais les hommes, à moins qu'ils ne
soient malheureusement en habit rouge, car alors il s'élance avec
fureur sur eux; et s'il en saisit un, il le jette par-dessus sa tête
avec tant de violence, que la chute est mortelle. Ses yeux sont fort
petits pour sa taille, et ne lui servent à voir que devant lui; aussi
la méthode la plus sûre pour l'éviter, lorsqu'on est à neuf ou à dix
pas de lui, c'est de sauter un peu de côté. Quoique sa course soit
fort légère, il est si lent à se tourner, qu'il lui en coûte beaucoup
pour se mettre en état de voir son ennemi. Il mange peu d'herbe: il
préfère les branches, les arbrisseaux, les chardons même, et surtout
une sorte d'arbuste qui ressemble au genièvre. Il est mortel ennemi de
l'éléphant; quand il combat contre lui, il tâche de l'éventrer avec
ses cornes. Kolbe mangea souvent avec plaisir de la chair de
rhinocéros.

Les chiens sauvages sont communs au Cap. Ils s'assemblent en troupes
nombreuses, et ne quittent un canton qu'après l'avoir nettoyé de bêtes
féroces et d'autres animaux: ils portent leur petits dans un lieu qui
leur sert de rendez-vous: les Européens et les Hottentots les suivent,
et prennent ce qui leur convient dans le tas, sans que ces animaux
carnassiers en grondent. Les Hottentots mangent ce qu'ils ont pris, et
les Européens le salent pour leurs esclaves.

On voit souvent des lions dans le pays du Cap. Le lion donne toujours
à sa proie un coup mortel, accompagné d'un horrible rugissement, avant
d'employer ses dents à la déchirer. Une sentinelle fut enlevée par un
lion. Dans une autre année (1707), un lion tua un fort gros boeuf, et
l'emporta par-dessus une haute muraille.

On sait assez que, lorsqu'un lion secoue sa crinière, et qu'il se bat
les flancs de sa queue, c'est une marque certaine qu'il est en colère
ou pressé de la faim. Dans cet état, sa rencontre annonce la mort;
mais elle est sans danger dans toute autre occasion. Un cheval qui
aperçoit un lion s'enfuit de toute sa force, et jette, s'il le peut,
son cavalier par terre, pour rendre sa course plus aisée. Le plus sûr
pour un homme est de mettre pied à terre, parce que le lion ne
s'attachera qu'à poursuivre le cheval.

Deux Européens étant un jour à se promener dans un champ voisin du
Cap, virent sortir de quelques broussailles un lion qui s'élança sur
eux, mais qui manqua son coup par l'agilité de celui qu'il attaqua. Ce
brave Hollandais le saisit par la crinière, et, lui enfonçant le poing
dans le gosier, lui prit la langue, qu'il eut la force de tenir,
malgré toutes ses secousses, tandis que son compagnon, qui était armé
d'un fusil, tua le monstre d'un seul coup.

[Illustration: _Le brave hollandais le saisit par le crinière, et lui
enfonça le poing dans le gosier._]

Un officier hollandais, campé avec son corps de troupes, jugea pendant
la nuit, au mouvement extraordinaire des chevaux, que son camp était
menacé de quelque bête féroce. Toutes les sentinelles furent averties
de se tenir sur leurs gardes. Il y en eut une qui ne répondit point.
On fit avancer aussitôt un gros de soldats, qui, trouvant un mousquet
à terre, continuèrent de marcher vers quelques rochers voisins, où ils
découvrirent un lion monstrueux qui faisait sa curée de leur
compagnon. Tout le camp prit l'alarme et sortit pour l'attaquer; mais
le monstre était si bien défendu dans le creux d'un rocher, que trois
cents coups de fusil ne purent ni le blesser ni lui causer d'effroi.
Le jour suivant, les Hollandais furent joints par un parti de
Hottentots qui le tuèrent bientôt avec leurs zagaies.

On voit aussi dans les pays des Hottentots, le léopard, le chat-tigre
ou serval du Cap, l'hyène tachetée, le surikate, la taupe dorée, les
rats-taupes; le ratel, la gerboise de Cap, le daman, le porc-épic, le
rat nain, le sanglier d'Éthiopie, l'hippopotame, la girafe, le zèbre,
le couagga, le buffle, diverses espèces d'antilopes et de singes,
enfin l'oryctérope.

Le surikate ressemble à la mangouste: la couleur de son poil offre un
mélange de brun, de noir, de jaunâtre et de blanc; sa longueur est
d'un pied. C'est un joli animal, très-vif et très-adroit; ses pates de
devant lui servent, comme à l'écureuil, pour porter sa nourriture à sa
gueule. Il cherche les serpens et les oiseaux; il est très-friand
d'oeufs. Son urine a une odeur très-forte. Les Hottentots le nomment
zenik.

Les Hollandais ont donné le nom de _stinkende-daas_, ou blaireau
puant, au ratel. Cet animal a plus de quatre pieds de long jusqu'à
l'extrémité de la queue; ses pieds sont armés d'ongles crochus; son
poil est en général de couleur noire, mêlée de cendré dans quelques
parties; une raie d'un gris plus clair, presque blanchâtre et large
d'un pouce, s'étend depuis ses oreilles jusqu'à l'extrémité de sa
queue. Cet animal, très-friand de miel et de cire, a une manière
particulière de découvrir les retraites des abeilles et de les y
attaquer. Celles-ci construisent leurs ruches dans des trous creusés
par divers animaux, tels que les damans, les gerboises, les
porcs-épics, les taupes, qui les ont ensuite abandonnés. Le ratel
s'assied, dit-on, sur son derrière, tenant une de ses pates devant ses
yeux pour rompre les rayons trop vifs du soleil, qui lui blesseraient
la vue, et pouvoir distinguer plus clairement l'objet qu'il cherche;
car c'est surtout au déclin du jour qu'il épie sa proie. Lorsqu'il
voit voler quelques abeilles, il sait qu'alors elles gagnent droit
leur demeure; il les suit. Ses longues griffes, dont il fait usage
pour se loger sous terre, lui servent à miner en dessous les ouvrages
des abeilles. On prétend aussi qu'il a la sagacité, de même que les
Hottentots et les Cafres, de suivre l'oiseau nommé _indicateur_, qui
conduit les personnes qui vont à sa piste aux nids des abeilles, posés
dans le creux des arbres. Ces nids sont hors des atteintes du ratel
qui, de dépit de voir ses recherches et sa découverte inutiles, a
coutume de mordiller le pied de l'arbre. Ces morsures sont pour les
Hottentots un signe certain que l'arbre renferme un nid d'abeilles. La
peau du ratel est très-épaisse et d'un tissu fort lâche; c'est
pourquoi il est insensible à la piqûre des abeilles. Cet animal, étant
pourvu de dents très-fortes et très-tranchantes, se défend très-bien
contre une meute entière de chiens, et se tire souvent même d'un
semblable assaut sans avoir reçu un seul coup de dent.

La gerboise du Cap a reçu des Hollandais le nom de _sprengende-haas_
ou lièvre sauteur. Cet animal, décrit par Buffon sous la dénomination
de grand-gerbo, est de la taille d'un lièvre. Ses pieds de derrière
sont trois fois plus longs que ceux de devant. Il vit dans les
montagnes et s'y creuse des terriers, où il reste caché pendant le
jour, et dont il ne sort que le soir pour aller pendant la nuit rôder
et chercher sa nourriture, qui consiste en racines et en grains.

Le daman, appelé par les Hollandais _klip-daas_ ou blaireau de rocher,
est de la taille d'un lapin, mais plus gros et plus ramassé. Il fait
son nid dans les fentes des rochers, où il se compose un lit de mousse
et de feuilles qui lui servent de nourriture. Cet animal s'apprivoise
aisément. On assure que sa chair est bonne à manger.

On distingue deux espèces de rats-taupes, le grand et le petit. Le
premier est long d'un pied, le second de sept pouces. Leur corps est
cylindrique; ils ont les pates très-courtes, le poil doux, épais, d'un
brun roussâtre sur le dos, blanc par-dessous, les yeux très-petits.
Ils sont très-multipliés dans les terres sablonneuses; ils forment de
vastes taupinières, ce qui rend dangereux pour les chevaux les lieux
où ils sont communs, parce que ces animaux y enfoncent jusqu'aux
genoux. Les rats-taupes ne courent pas vite, mais sont très-alertes à
creuser la terre; ils mordent très-fort quand on les irrite. Ils se
nourrissent principalement de racines de glaïeul, d'iris, etc. Leur
chair est, dit-on, fort bonne.

La taupe dorée n'a que quatre pouces et demi de longueur; tout son
corps est couvert de poils, dont la base est brune et l'extrémité d'un
vert brillant, qui produit de beaux reflets métalliques lorsque
l'animal se remue. Ses yeux sont si petits, qu'on ne peut les
apercevoir.

Le rat nain se trouve dans les forêts. Sa couleur est d'un brun cendre
clair; il n'a que deux pouces de longueur.

Le sanglier d'Éthiopie a une physionomie singulière, mais hideuse; sa
hure, au lieu de se terminer en pointe comme celle du sanglier
d'Europe, est au contraire fort large, aplatie, et coupée carrément en
boutoir: ses petits yeux sont placés à fleur de tête, et presque au
haut de son front carré. Ses oreilles, appliquées contre le cou qui
est très-court, sont cachées dans les poils; mais une peau
cartilagineuse et fort épaisse, de trois pouces en longueur et en
largeur, s'élève de chaque côté sur ses joues, comme une seconde paire
d'oreilles, et contribue à rendre son aspect effrayant. Au-dessous de
ces excroissances singulières est une protubérance osseuse longue d'un
pouce, qui sert à l'animal pour frapper de droite et de gauche: il est
armé en outre de quatre longues défenses dont les deux supérieures ont
jusqu'à sept à huit pouces de long; elles sont crénelées et se
recourbent en haut tout en sortant des lèvres; les défenses d'en bas,
beaucoup plus petites, s'appliquent si exactement contre les grandes,
quand la bouche est fermée, qu'elles ne paraissent former qu'une seule
dent. Une énorme crinière couvre le cou et les épaules; les soies qui
la composent ont jusqu'à seize pouces de hauteur, et elles sont
rousses, brunes et grisâtres. Dans le reste, cet animal ressemble au
sanglier d'Europe. Quoique très-massif, il n'en est pas moins agile;
il court avec beaucoup de légèreté, et la forme de son groin ne
l'empêche pas de fouir très-lestement la terre pour en tirer les
racines dont il se nourrit. Sa férocité égale sa laideur, et la force
de ses armes le rend très-dangereux.

La girafe est un grand animal qui a jusqu'à dix-huit pieds de haut.
Son cou et ses jambes sont fort élevées, celles de devant surtout; ce
qui le fait paraître disproportionné parce qu'il a la partie
antérieure du dos plus haute que la croupe. Ses cornes ne tombent pas,
et sont toujours revêtues de la peau, dont les poils y sont même plus
longs qu'ailleurs. La girafe est blanchâtre, tout son corps est
parsemé de taches fauves. Elle se nourrit de feuilles d'arbres, et est
d'un naturel très-doux.

Le zèbre, ou âne sauvage du Cap, est un des animaux les plus beaux,
les mieux faits, et les plus vifs qu'on ait jamais vus. Il est, en
général, plus petit que le cheval, et plus grand que l'âne; ses jambes
sont menues et bien proportionnées; son poil est doux et lisse. On
voit régner au long de son dos, depuis les crins du cou jusqu'à la
queue, une raie noire, d'où partent de chaque côté d'autres raies
blanches et brunes, qui se rencontrent en cercle autour du ventre, et
dont les couleurs se perdent agréablement l'une dans l'autre. La tête,
les oreilles, la queue et les crins du cou sont rayés aussi de mêmes
couleurs. Cet animal est si léger, qu'il n'y a point de cheval qui
puisse le suivre du même pas. Toutes ces qualités, jointes à la
difficulté de le prendre, en font monter le prix fort haut. Tellez,
voyageur portugais, raconte que le grand-mogol en acheta un deux mille
ducats. On lit dans Navendorf, auteur hollandais, que, le gouverneur
de Batavia en ayant envoyé un à l'empereur du Japon, après l'avoir
reçu d'un ambassadeur abyssin, ce monarque fit présent à la compagnie
de mille taëls d'argent et de trente-neuf robes qui furent évaluées à
cent soixante mille écus. Kolbe rencontra souvent des troupes de ces
zèbres dans les pays du Cap. Cet animal se trouve aussi au Congo et
dans d'autres régions de l'Afrique. Le couagga est beaucoup plus petit
que le zèbre, auquel il ressemble d'ailleurs, quoiqu'il n'ait de raies
que sur le cou et à la partie antérieure du corps; le fond de son poil
est brun. Ces deux espèces d'animaux marchent en troupes, quelquefois
au nombre de plus de cent. Le zèbre est presque indomptable, au lieu
que les colons du Cap attellent les couaggas à leurs voitures.

Parmi les antilopes on remarque le canna, auquel sa grande taille a
fait donner le nom d'élan, et le gnou, qui est d'un naturel
extrêmement sauvage, aussi farouche et aussi méchant que le buffle.

Les singes sont en fort grand nombre, et aussi malicieux que ceux que
l'on a décrits en parlant des autres parties de l'Afrique. On les voit
souvent descendre des montagnes pour venir piller les jardins. Ils ne
dédaignent pas la chair, les oeufs, les poissons, les insectes, et
s'apprivoisent difficilement.

On peut ranger l'oryctérope parmi les animaux les plus singuliers de
cette contrée. Au premier coup d'oeil, il présente quelque
ressemblance avec le cochon; mais sa queue est d'un tiers plus longue
que son corps, et, fort grosse dès son origine, elle va en diminuant
jusqu'à son extrémité: ses jambes sont très-grosses, ses pieds armés
d'ongles forts; sa langue a jusqu'à seize pouces de long. «Lorsqu'il a
faim, dit Kolbe, qui le décrit sous le nom de _cochon de terre_, il va
chercher une fourmilière. Dès qu'il a fait cette bonne trouvaille, il
regarde tout autour de lui, pour voir si tout est tranquille, et s'il
n'y a point de danger; il ne mange jamais sans avoir pris cette
précaution: alors il se couche, et, plaçant son groin tout près de la
fourmilière, il tire la langue tant qu'il peut: les fourmis montent
dessus en foule: dès qu'elle en est bien couverte, il la retire et les
gobe toutes. Ce jeu recommence jusqu'à ce qu'il soit rassasié.» Il
attaque aussi les retraites souterraines des termés, dont il brise les
voûtes avec ses grands ongles; il s'en sert aussi pour se creuser un
terrier; il y travaille avec beaucoup de vivacité et de promptitude;
et s'il a seulement la tête et les pieds de devant dans la terre, il
s'y cramponne tellement, au rapport de Kolbe, que l'homme le plus
robuste ne saurait l'en arracher.

Le climat et le terroir du Cap produisent un grand nombre de serpens
de quantité d'espèces différentes, dont la description n'aurait rien
d'utile ni d'amusant.

Les serpens ont pour ennemi dans ce pays le secrétaire, oiseau de
trois pieds de hauteur, qui a le bec robuste comme celui d'un aigle,
et de longues jambes comme celles des grues. Lorsqu'il rencontre ou
découvre un serpent, il l'attaque d'abord à coups d'ailes pour le
fatiguer; il le saisit ensuite par la queue, l'enlève à une grande
hauteur en l'air, et le laisse retomber, ce qu'il répète jusqu'à ce
que le serpent soit mort. Lorsqu'on l'inquiète, il fait entendre un
croassement sourd. Il n'est ni dangereux ni méchant; son naturel est
doux; il s'apprivoise aisément, devient familier et paraît aimer la
paix; car s'il voit quelque combat parmi les animaux de basse-cour, il
accourt aussitôt pour les séparer. Aussi les habitans du cap de
Bonne-Espérance en élèvent-ils parmi leur, volaille pour maintenir la
paix et détruire les lézards, les serpens, les rats, les sauterelles
et toutes sortes d'insectes. Comme il marche ordinairement à grands
pas de côté et d'autre, et long-temps sans se ralentir ou s'arrêter,
on lui a aussi donné le nom de _messager_. Les Hollandais du Cap l'ont
appelé _secrétaire_, à cause d'une touffe de plumés qu'il porte
derrière la tête, parce qu'en Hollande les gens de cabinet, quand ils
sont interrompus dans leurs écritures, passent leur plume dans leur
perruque derrière l'oreille droite, ce qui a quelque ressemblance avec
la huppe de l'oiseau.

Les fourmis sont en fort grand nombre et de plusieurs espèces. Elles
couvrent toutes les vallées de leurs nids où de leurs terriers; mais
elles ne se logent jamais dans les terres cultivées. Les abeilles ne
manquent point au Cap. Cependant, comme les Européens reçoivent à bon
marché des Hottentots le miel de rocher, qui est d'une odeur plus
douce que celui des ruches, ils aiment mieux en tirer d'eux que de le
devoir à leur travail.

On a déjà vu que les Hottentots découvraient par le moyen de
l'indicateur les nids d'abeilles posés sur les arbres. Cet oiseau
habite les forêts: il est de la grosseur d'un merle, et d'une couleur
olive foncée. Il éprouve sans doute quelque difficulté à se procurer
le miel dont il est très-friand; mais il a l'instinct d'appeler
l'homme à son secours, en lui indiquant le nid des abeilles par un cri
fort aigu _chirs, chirs_, et, selon d'autres voyageurs, _vicki,
vicki_, mot qui, dans la langue hottentote, signifie miel. Il fait
entendre ce cri le matin et le soir, et semble appeler les personnes
qui sont à la recherche du miel: celles-ci lui répondent d'un ton plus
grave, en s'approchant toujours. Dès qu'il les aperçoit, il va planer
sur l'arbre qui renferme une ruche; et si les chasseurs tardent à s'y
rendre, il redouble ses cris, vient au-devant d'eux, et par plusieurs
allées et venues la leur indique d'une manière très-marquée. Tandis
que l'on se saisit de ce que contient la ruche, il reste dans les
environs, et attend sa part, qu'on ne manque jamais de lui laisser.
L'existence de ces oiseaux est précieuse pour les Hottentots; aussi ne
voient-ils pas de bon oeil l'homme qui les tue.

Quoique les Hottentots soient mangés de poux, comme on l'a déjà
remarqué, les Européens, au contraire, ne sont pas plus tôt arrivés au
Cap, qu'ils se trouvent délivrés de cette vermine.

Les scorpions du Cap sont aussi dangereux par leur venin que par leur
nombre.

On trouve au Cap une sorte d'araignée noire de la grosseur d'un petit
pois blanc; sa morsure est fatale, lorsque l'antidote est appliqué
trop tard.

La morsure d'un millepieds du Cap est aussi mortelle que celle du
scorpion.

La mer voisine du Cap nourrit des phoques, et entre autres celui que
l'on a nommé lion de mer. Ils viennent souvent se chauffer au soleil
sur les rochers et les îlots répandus le long de la côte.



CHAPITRE V.

Côte orientale d'Afrique.


La côte orientale d'Afrique est peu fréquentée des nations de
l'Europe, en comparaison des côtes occidentales. À l'est de la contrée
du Cap est le pays habité par les Cafres, nom sous lequel on comprend
plusieurs peuples qui diffèrent des Nègres, quoiqu'ils aient la
chevelure crépue, et qui se rapprochent des Hottentots. La côte de
Natal s'étend depuis la limite de la colonie du Cap, jusqu'à la baie
de Lagoa. Elle est arrosée de nombreuses rivières, et parsemée de
bois; mais aucun port sûr et profond n'y offre un asile aux grands
navires. La baie de Lagoa a quelquefois été confondue avec celle
d'Algoa, située huit degrés plus au sud. Les hordes qui vivent dans
ces vastes contrées pillent souvent les navires qui font naufrage sur
cette côte dangereuse.

Cependant, en 1683, le vaisseau anglais _le Johanna_, s'étant brisé
près de la baie de Lagoa, trouva plus d'humanité et de secours dans
les habitans, quoiqu'ils passent pour extrêmement barbares, qu'il n'en
aurait reçu de plusieurs peuples qui s'attribuent de grands principes
de religion et de politesse. Touchés du malheur de leurs hôtes,
non-seulement ils leur fournirent les nécessités de la vie, mais ils
les aidèrent à sauver une partie de leur cargaison. Pour une petite
quantité de couteaux, de ciseaux, d'aiguilles, de fil, de petits
miroirs et de colliers de verre, ils se chargèrent de transporter dans
un pays voisin tout ce qu'on avait pu sauver du naufrage, et de
fournir encore des vivres aux Anglais sur la route. Après les avoir
conduits l'espace d'environ deux cents milles, ils leur procurèrent
d'autres porteurs et d'autres guides pour continuer leur marche. Elle
fut de quarante jours, pendant lesquels ils ne firent pas moins de
sept ou huit cents milles. Ils trouvèrent ensuite de nouveaux
porteurs, qui les conduisirent et leur fournirent des provisions
jusqu'au cap de Bonne-Espérance. Quelques Anglais, qui tombèrent
malades en chemin, furent portés dans des hamacs sur les épaules de
ces charitables Nègres: de quatre-vingts, il n'en mourut que trois ou
quatre dans une route si longue et si pénible.

Entre Lagoa et Mozambique la côte n'est pas moins dangereuse: elle
était connue autrefois sous le nom de Sofala et de Cuama; mais les
Portugais la nomment aujourd'hui Séna. Elle contient les états d'un
grand nombre de princes bornés à de fort petits territoires. Les
habitans sont de couleur noire, et idolâtres, à l'exception d'un petit
nombre, que les Portugais ont convertis au christianisme, et que l'on
accuse d'être moins humains que les autres pour les Européens
étrangers. Les habitans de ce pays ne veulent de commerce qu'avec les
Portugais, qui entretiennent le long de la côte un petit nombre de
prêtres pour tenir les Nègres dans leur dépendance, et tirer d'eux, à
vil prix, leur ivoire et leur or, qu'ils envoient à Mozambique.

Mozambique est une île qui appartient à la couronne de Portugal; elle
est fortifiée par l'art et la nature; mais l'air y est si malsain, que
les criminels portugais de l'Inde, au lieu d'être punis de mort
suivant les lois de leur nation, y sont bannis pour un certain nombre
d'années, à la discrétion du gouverneur de Goa et de son conseil. On
en voit revenir peu de cet exil; car cinq ou six années de séjour à
Mozambique passent pour une longue vie. Cette place est un port de
rafraîchissement pour les vaisseaux portugais qui vont de l'Europe aux
Indes; ils y passent ordinairement trente jours, pour donner le temps
de se rétablir aux soldats et aux matelots qui, ayant contracté en mer
l'hydropisie et le scorbut, sont bientôt guéris par l'usage des fruits
acides et des racines du pays; leurs bâtimens emploient généralement
tout le mois d'août pour se rendre de Mozambique à Goa.

Monbassa ou Monbaze est une île voisine du continent, à la distance
d'environ deux cent vingt milles de Mozambique. L'art a peu contribué
à la fortifier; mais elle l'était naturellement lorsque les Portugais
s'en rendirent maîtres il y a plus de deux cents ans. Ils la
possédèrent jusqu'en 1698, que les Arabes de Maskat s'en saisirent
avec peu de peine, et passèrent au fil de l'épée une vingtaine de
Portugais qui la défendaient.

Patta, qui suit Monbassa sur la même côte, est passée aussi dans les
mains des Arabes. Ce pays fournit beaucoup d'ivoire et quantité
d'esclaves à Maskat. Autrefois les Anglais, les Portugais et les
Maures des Indes y entretenaient un commerce avantageux, quoique peu
considérable; mais les Arabes, jaloux des progrès d'autrui, formèrent
sur la côte, en 1692, une colonie qui défendit aux habitans tout
commerce avec d'autres nations. Quoique les terres intérieures soient
habitées par des idolâtres, toutes les côtes suivantes, qui
comprennent les pays de Magadoxo, de Zeyla et d'Adel sur les côtes de
Zanguebar et d'Ajan jusqu'au cap de Guardafui, dans une étendue
d'environ trois cents lieues au nord-est, ont reçu la religion
mahométane. Il y reste néanmoins, dans les cérémonies, les usages et
les traditions, quelques vestiges de l'ancien culte.

Les côtes de Mozambique, de Sofala, de Quiloa, de Monbassa, bordent le
grand empire du Monomotapa, qui s'étend fort loin dans l'intérieur,
vers l'ouest, et qui nous est peu connu. Il est renommé par ses mines
d'or; mais on a fait des efforts inutiles pour y parvenir. On lit
dans Faria, que François Barretto, seigneur portugais, après avoir
rempli avec honneur la dignité de gouverneur de l'Inde, fut revêtu de
l'important emploi d'amiral des galères. À son retour en Portugal, il
fut nommé au gouvernement de Monomotapa, un des trois qui faisaient la
division de l'Inde portugaise, trop grande alors pour recevoir la loi
d'un seul gouverneur. Le roi joignit à cette qualité le titre de
conquérant des mines, sur des informations et des expériences qui lui
avaient fait naître effectivement le dessein de cette conquête; mais
ce titre, comme on va le voir, était un peu prématuré. On avait trouvé
quantité d'or dans l'intérieur de ce grand empire, surtout à Manika,
dans le royaume de Bakaranga. Barretto partit de Lisbonne au mois
d'avril 1569, avec trois vaisseaux et mille hommes de débarquement,
parmi lesquels on comptait quantité de nobles et de vieux guerriers
d'Afrique.

Barretto avait reçu ordre de ne rien entreprendre sans l'avis du père
François de Monclaros, missionnaire jésuite. Cette dépendance fit
échouer toutes ses vues.

Il y avait deux chemins qui conduisaient aux mines, l'un au travers du
Monomotapa, et l'autre par Sofala. Barretto se déclara pour le second;
mais le père de Monclaros ayant jugé que l'autre devait être préféré,
son opinion l'emporta malgré l'opposition du conseil. On partit de
Mozambique avec plus d'hommes et de vaisseaux qu'on n'en avait amené,
sans parler des instrumens, des chevaux et des autres provisions pour
la guerre et pour le travail des mines. Après avoir fait
quatre-vingt-dix lieues par mer, les Portugais entrèrent dans la
rivière de Cuama. Ils s'avancèrent, suivant les vues de Monclaros,
jusqu'à Séna, et gagnèrent ensuite la ville d'Inaparapola, qui est
voisine d'une ville des Maures. Ces Maures commencèrent à traverser
leurs desseins, comme ils avaient fait autrefois dans l'Inde. Ils
tentèrent d'empoisonner toute l'armée. Quelques hommes et plusieurs
chevaux en moururent; mais cette perfidie ayant été découverte par
l'avis d'un des complices, les traîtres furent passés sans pitié au
fil de l'épée, et leur chef exposé à la bouche du canon. Un seul, qui
protesta que la sainte Vierge lui avait ordonné de se rendre chrétien
sous le nom de Laurent, obtint par grâce d'être pendu. Ce n'était pas
trop la peine de faire parler la Vierge.

Barretto envoya des ambassadeurs au monarque de Monomotapa, qui les
reçut avec une distinction extraordinaire. Loin de les traiter comme
ceux des autres princes, qui ne se présentaient devant lui qu'à
genoux, pieds nus et sans armes, et qui se prosternaient jusqu'à terre
devant son trône, il leur accorda une audience fort honorable. Le
motif de cette ambassade était de lui demander la permission de le
venger du roi de Mongas, qui s'était révolté contre lui, et celle de
pénétrer jusqu'aux mines de Boutoua et de Manchika. La seconde de ces
deux demandes suffisait pour faire juger de la première. Le territoire
de Mongas étant situé entre Séna et les mines, il fallait
nécessairement s'ouvrir un passage par l'épée. L'empereur consentit
aux deux propositions, et fit offrir à Barretto cent mille hommes,
qu'il refusa.

L'armée portugaise se remit en marche. Elle était composée de cinq
cent soixante mousquetaires et de vingt-trois cavaliers. Pendant dix
jours qu'elle employa dans cette route, elle eut beaucoup à souffrir
de la soif et de la faim. Il fallut suivre presque continuellement la
rivière de Zambèze, dont le cours est fort rapide, et sur laquelle
s'avancent, à quatre-vingt-dix lieues de la mer d'Éthiopie, des
pointes de la haute montagne de Lupata, qui paraissent comme
suspendues sur son canal. À la fin de cette ennuyeuse marche, les
Portugais commencèrent à découvrir une partie de leurs ennemis, et
remarquèrent bientôt plus clairement que tout le pays était couvert
d'habitans armés. Barretto ne s'alarma point de ce spectacle. Il donna
la conduite de son avant-garde à Vasco Fernando Homen; et, se
réservant celle de l'arrière-garde, il plaça son bagage et quelques
pièces de canon dans l'intervalle de ces deux corps. Lorsqu'il fut
près d'en venir à la charge, il fit avancer son artillerie au front de
ses troupes et sur ses flancs. L'ennemi s'approcha d'un air ferme: son
ordre de bataille formait un croissant. Une vieille femme, célèbre,
si l'on en croit Faria, par la profession qu'elle faisait de la magie,
fit quelques pas vers les rangs, et jeta quelques poignées de poudre
vers l'armée portugaise, en assurant les Cafres que cette poudre seule
leur garantissait la victoire. Barretto, qui avait appris dans l'Inde
combien la superstition a de pouvoir sur les Maures, chargea un de ses
canonniers de pointer vers cette femme; et ses ordres furent exécutés
avec tant de bonheur, qu'on la vit voler aussitôt en pièces, à la
surprise extrême de tous les Cafres, qui la croyaient invulnérable.
Barretto fit présent au canonnier d'une chaîne d'or.

L'ennemi continua de s'approcher, mais sans ordre. Il fit bientôt
pleuvoir une grêle de flèches et de dards. Les Portugais répondant,
sans s'ébranler, à coups de canon et de fusil, qui firent une
exécution terrible parmi les Cafres, n'eurent pas besoin de
recommencer souvent cette boucherie pour leur faire tourner le dos.
Ils en tuèrent un grand nombre dans la poursuite; et, marchant droit à
la ville de Mongas, ils firent disparaître aussi facilement un autre
corps qu'ils rencontrèrent en chemin. Il ne leur en coûta que deux
hommes pour faire mordre la poussière à six mille Cafres. Barretto, à
la tête de ses gens, entra sans opposition dans Mongas. Les habitans,
qui l'avaient abandonnée, se présentèrent en aussi grand nombre que
les deux premières armées réunies; mais ils ne soutinrent pas plus
long-temps l'effort des vainqueurs. Dès le même jour ils demandèrent
la paix au nom du roi, qui envoya bientôt lui-même des ambassadeurs à
Barretto pour traiter des conditions.

Pendant cette négociation, un chameau échappé à ses gardes prit sa
course vers le gouverneur, qui l'arrêta de ses propres mains jusqu'à
l'arrivée de ceux qui le poursuivaient. Les Cafres ne connaissaient
point cet animal. Dans la surprise de le voir si docile près du
général portugais, ils firent plusieurs questions qui marquaient leur
crainte et leur ignorance. Barretto prit avantage de l'une et de
l'autre pour leur répondre qu'il avait un grand nombre de ces bêtes
terribles, et qu'il ne les nourrissait que de chair humaine; qu'ayant
déjà dévoré ceux qui avaient péri dans le combat, elles le faisaient
prier par ce messager de ne pas faire la paix, parce qu'elles
craignaient de manquer de nourriture. Les ambassadeurs cafres,
effrayés de ce discours, supplièrent le général d'engager ses chameaux
à se contenter de bonne chair de boeuf, dont ils promirent de leur
envoyer une grosse provision. Il se rendit à leur prière, et leur
accorda des conditions qui rétablirent la tranquillité dans le pays.
Cependant il commençait à manquer de vivres, lorsqu'il reçut avis que
sa présence était nécessaire à Mozambique, où Péreyra Brandam, son
lieutenant, s'était saisi du fort, quoique âgé de quatre-vingts ans.
Il laissa le commandement de ses forces à Vasco Homen pour se hâter
de retourner vers la côte. Mais à peine eut-il paru à Mozambique, que,
les séditieux étant rentrés dans la soumission, il regretta beaucoup
qu'une affaire de si peu d'importance eût été capable d'interrompre
ses projets. L'ardeur de son courage lui fit reprendre aussitôt la
même route. Mais quelle fut sa surprise, en approchant du fort Séna,
d'en voir sortir Monclaros d'un air furieux pour lui ordonner au nom
du roi d'abandonner une entreprise sur laquelle il lui reprocha
d'avoir trompé ce prince par de fausses espérances, en ajoutant que le
nombre des morts était déjà trop grand, et qu'il le rendait
responsable devant Dieu du sang qui se répandrait encore! L'historien
se révolte beaucoup contre ce missionnaire. Il semble pourtant que, si
jamais il est permis d'attester le nom de Dieu, c'est surtout quand il
s'agit d'épargner le sang des hommes; et le désir de s'emparer des
mines n'était pas une raison légitime pour tuer les Cafres.

Barretto mourut de chagrin deux jours après. Vasco, son successeur,
retourna immédiatement à Mozambique. Mais, après le départ du
missionnaire, qui s'embarqua aussitôt pour le Portugal, François
Pinto-Pimentel, son parent, et quelques autres personnes sensées, lui
représentèrent si fortement ce qu'il devait au Portugal et à son
propre honneur, qu'il prit la résolution de retourner au Monomotapa.
Il choisit, suivant Barretto, la route de Sofala, qui était en effet
la plus favorable à son entreprise. Elle le conduisit directement vers
les mines de Manchika, dans le royaume de Chikanga, qui borde
au-dedans des terres celui de Quiterve, le plus puissant de ces
régions après celui de Monomotapa. Il avait le même nombre d'hommes et
le même bagage que son prédécesseur. Comme il était important de se
concilier l'affection du roi de Quiterve, il lui fit un compliment
civil, accompagné de plusieurs présens. Mais ce prince avait déjà
conçu tant de défiance et de jalousie, qu'il reçut froidement cette
politesse.

Vasco, sans faire beaucoup d'attention à sa réponse, continua sa
marche au travers de ses états. Plusieurs corps de Cafres entreprirent
de lui couper le passage, et furent défaits avec un grand carnage. Le
roi, désespérant de réussir par la force, eut recours à l'artifice. Il
donna ordre à tous ses sujets d'abandonner leurs villes et leurs
cantons, dans l'espérance de ruiner l'armée portugaise par la faim. En
effet, elle eut beaucoup à souffrir pour se rendre à Zimbaze, où il
tenait sa cour. Il avait déjà pris le parti de l'abandonner, et de se
fortifier dans des montagnes inaccessibles. Vasco brûla cette ville et
se remit en marche pour le pays de Chikanga, où la crainte plus que
l'inclination le fit recevoir avec de grandes apparences d'amitié. Il
obtint du roi la liberté du passage jusqu'aux mines. Les Portugais se
crurent à la veille de puiser l'or à pleines mains. Ils arrivèrent
enfin à cette terre promise. Mais, remarquant bientôt que les
habitans employaient beaucoup de temps et de peine pour en tirer fort
peu d'or, et s'étant convaincus qu'il fallait plus d'hommes et
d'instrumens pour donner quelque forme à leur entreprise, ils prirent
le parti de revenir sur leurs traces. Vasco retourna dans la suite à
Quiterve, où le roi, devenu moins méfiant, on ne sait pourquoi, lui
accorda toutes les permissions qu'il avait d'abord refusées. Il
consentit que les Portugais pénétrassent jusqu'aux mines de Manninas,
à la seule condition de lui payer chaque année vingt écus. De là ils
passèrent dans le royaume de Chikova, qui borde le Monomotapa au nord,
dans l'intérieur des terres. On les avait flattés d'y trouver de
riches mines d'argent. Vasco, après y avoir assis son camp, apporta
tous ses soins à se procurer des informations. Les habitans, ne se
croyant pas capables de lui résister, et jugeant que la découverte des
mines serait funeste à leur repos, eurent l'adresse de répandre un peu
de minéral dans quelques endroits éloignés de sa source, et montrèrent
ces lieux aux Portugais comme les véritables mines. Cette ruse eut
tout l'effet qu'ils s'en étaient promis. Vasco, persuadé de leur bonne
foi, permit qu'ils se retirassent, dans la vue peut-être de leur
déguiser les immenses profits sur lesquels il croyait déjà pouvoir
compter. Il fit creuser la terre dans mille endroits; et l'on ne sera
pas surpris que le fruit du travail répondit mal à la fatigue de ses
ouvriers. Les provisions commençant à devenir rares, il prit enfin la
résolution de se retirer, laissant derrière lui le capitaine Antonio
Cardosa de Almeyda, avec deux cents hommes et les secours nécessaires
pour continuer ses recherches. Après le départ de Vasco, Cardosa se
laissa tromper encore plus malheureusement par les Cafres. Ces
barbares, feignant de plaindre l'inutilité de son travail, s'offrirent
à lui découvrir des veines plus sûres; et, le conduisant à la mort
plutôt qu'aux mines, ils le firent tomber dans une embuscade où il
périt avec tous ses gens.

Telle fut la fin du gouvernement portugais dans le Monomotapa. Elle
toucha de fort près à son origine, puisque, de deux gouverneurs qu'on
a nommés, l'un périt, presqu'en arrivant, du chagrin de se voir
outragé par un homme d'église, et l'autre fut chassé puérilement par
le stratagème de quelques barbares. Cependant la paix et le commerce
n'en subsistèrent pas moins entre l'empereur du Monomotapa et les
Portugais.

Les bornes de cet empire au nord, et vers une partie de l'ouest, sont
la rivière de Couama, qui le sépare des royaumes d'Aboutoua et de
Chikova, des pays de Mambos et de Mazimbas, qui appartiennent à
l'empire de Monoë-mudji, et du royaume maritime de Marouka. À l'ouest
et au sud, il est borné par le pays des Hottentots, et par certains
Cafres, desquels il n'est séparé que par la rivière de Magnika. À
l'est, il est baigné par la mer de l'Inde.

Sa situation est entre les 14e. et 25e. degrés de latitude
méridionale. On lui donne environ quatre cent soixante-dix milles de
longueur du nord au sud, et six cent cinquante de largeur de l'ouest à
l'est. C'est une péninsule; car, à l'exception d'un espace de
quatre-vingt-dix milles, qui fait à peu près la distance de la rivière
de Couama jusqu'à la source de celle de Magnika, il est
continuellement environné d'eau.

L'empire du Monomotapa est divisé en vingt-cinq royaumes, dont il est
assez inutile de rapporter les noms barbares.

Le plus grand état de ceux qui sont indépendans de l'empire, est
Mangas, sur les bords de la rivière de Couama.

Les plus riches mines du royaume de Mangas sont celles de Massapa, qui
portent le nom d'Ofour. On y a trouvé un lingot d'or de douze mille
ducats, et un autre de quatre cent mille.

L'or s'y trouve non-seulement entre les pierres, mais encore sous
l'écorce de certains arbres, jusqu'au sommet, c'est-à-dire jusqu'à
l'endroit où le tronc commence à se diviser en branches. Les mines de
Manchika et de Boutoua sont peu inférieures à celles d'Ofour. Le pays
en a quantité d'autres, mais moins considérables. Il y a trois foires
ou trois marchés, que les Portugais de Tête, château situé sur la
rivière de Couama, à cent vingt lieues de la mer, fréquentent pour le
commerce de l'or. Le premier, qui se nomme Louane, est à quatre
journées dans les terres; le second, nommé Bouento, est plus éloigné;
et le troisième, qui s'appelle Massapa, l'est encore plus. Les
Portugais se procurent l'or par des échanges, pour des étoffes, des
colliers de verre, et d'autres marchandises de peu de valeur. Ils ont
à Massapa un officier de leur nation, nommé par le gouverneur de
Mozambique, du consentement de l'empereur de Monomotapa, mais avec
défense, sous peine de mort, de pénétrer plus loin dans le pays sans
une permission. Il y est juge des différens qui s'élèvent entre les
Portugais.

Toute la côte de Monomotapa, depuis les rivières de Magnika et de
Couama, était autrefois possédée par les Portugais, sous le nom de
Sofala, qui est celui d'une ville située entre ces deux rivières. Ils
ont encore un fort à l'embouchure de la rivière de Couama; ils font
dans toutes ces contrées le commerce de l'or, de l'ivoire, de l'ambre,
qui se trouve sur la côte, et celui des esclaves, en donnant pour
échange des étoffes de coton et des soies de Cambaye, dont les
habitans composent leur parure ordinaire. Les mahométans de Sofala ne
sont point originaires du même pays; ce sont des Arabes qui
trafiquaient dans de petites barques avant l'arrivée des Portugais.

Lopez représente l'empire de Monomotapa comme un vaste pays dont les
habitans sont innombrables. Ils sont noirs et de taille moyenne. Leur
courage est célèbre à la guerre, et leur légèreté extrême à la course.
La principale nation de ce grand pays, suivant Faria, se nomme les
Mokarangis. La maison impériale en tire son origine. Ils sont moins
belliqueux que les autres, et n'emploient point d'autres armes que
l'arc, les flèches et les javelines. Leur religion n'admet point
d'images ni d'idoles. Ils reconnaissent un seul Dieu; ils croient à
l'existence d'un diable, qu'ils appellent _mouzouko_, et qu'ils se
représentent fort méchant. Ils sont persuadés que tous leurs empereurs
passent de la terre au ciel. Dans cet état de gloire, ils les
appellent _mouzimos_, et les invoquent comme les catholiques prient
les saints. N'ayant point de lettres ni d'autres caractères
d'écriture, ils conservent la mémoire du passé par de fidèles
traditions. Leurs estropiés et leurs aveugles portent le nom de
pauvres du roi, parce qu'ils sont entretenus avec beaucoup de charité
aux frais de ce prince. Dans leurs voyages, on est obligé de leur
fournir des guides d'une ville à l'autre, et de pourvoir à leur
subsistance.

L'empereur a plusieurs femmes; mais il n'en a que neuf qui soient
honorées du titre de grandes reines: elles sont ou ses soeurs ou ses
plus proches parentes. Les autres sont choisies entre les filles des
grands. La première se nomme Mazasira. Les Portugais l'appellent leur
mère, et lui font quantité de présens, parce qu'elle défend leurs
intérêts à la cour.

La plus grande fête du pays est le khouavo, qui se célèbre le premier
jour de la lune de mai. Tous les seigneurs, dont le nombre est fort
grand, se rassemblent au palais; et, courant la javeline à la main,
ils donnent la représentation d'une espèce de combat. Cet amusement
dure tout le jour. Ensuite l'empereur disparaît, et passe huit jours
sans se faire voir. Dans cet intervalle, les tambours ne cessent de
battre. Le dernier jour, ce prince fait donner la mort aux seigneurs
pour lesquels il a le moins d'affection. C'est une sorte de sacrifice
qu'il fait aux mouzimos ou à ses ancêtres. Les tambours se taisent, et
chacun se retire.

Lopez raconte que l'empereur de Monomotapa entretient plusieurs armées
dans différentes provinces pour contenir dans le respect et la
soumission plusieurs rois ses vassaux, que leur inclination porte
souvent à se révolter. Ces troupes sont divisées en légions, suivant
l'usage des anciens Romains. Si l'on en croit le même auteur, les plus
braves soldats de l'empire sont quelques légions de femmes qui se
brûlent la mamelle gauche, comme les anciennes Amazones, pour se
servir plus librement de l'arc. Elles n'ont point d'autres armes. Le
roi leur accorde certains cantons pour y faire leur demeure. Elles y
reçoivent quelquefois des hommes dans la seule vue d'entretenir leur
espèce. Les enfans mâles sont renvoyés aux pères, et les filles
demeurent sous la conduite de leurs mères, pour apprendre le métier de
la guerre à leur exemple. Au surplus, l'intérieur de ce pays, comme
celui de tous les empires d'Afrique, est peu connu, et le sera
difficilement.

À l'est du continent de l'Afrique on rencontre d'abord, en partant de
la pointe la plus orientale, l'île de Socotora, terre nue et stérile,
et habitée par les Arabes. Elle est renommée par l'aloès que l'on y
recueille; c'est le meilleur que l'on connaisse.

À trois cents lieues au sud de Socotora s'étend une suite de petits
archipels désignés jadis sous le nom général d'îles Amirantes, qui est
actuellement restreint au groupe le plus occidental. Elles sont
petites, bien pourvues d'eau douce, et abondantes en cocotiers. Le
groupe le plus oriental a été nommé îles Seychelles, qui sont de même
petites et basses. C'est dans l'une d'elles que croît l'espèce de
palmier qui produit le fruit nommé coco des Maldives ou de mer,
remarquable par sa forme qui présente l'image de deux cuisses, et
fameux par les fables que l'on débitait sur son origine.

Une multitude d'îles peu connues et inhabitées sont éparses à l'est
des Seychelles, et se prolongent dans cette direction jusqu'au
méridien de Ceylan. Un assez grand nombre d'îlots et de récifs lient
de même l'archipel des Seychelles à Madagascar, et cette île au
continent d'Afrique par le moyen des îles Comores, qui sont au nombre
de quatre, et dont il a été question plusieurs fois dans l'Histoire
des Voyages. Anjouan, ou Johnana, l'une d'elles, a plusieurs rades
commodes. Elle abonde en bestiaux, en volaille, en poisson, en
oranges et en citrons. Elle sert souvent de relâche aux bâtimens qui
naviguent dans ces mers.

Madagascar, que les Portugais nommèrent d'abord Saint-Laurent, est une
des plus grandes îles du monde. Elle offre un grand nombre de
productions utiles au besoin de la vie. Le bétail y est abondant. Les
bords de la mer sont en général riches en bois et insalubres. On voit
dans l'intérieur de vastes plaines bien cultivées; l'air y est frais
et plus sain. Une double chaîne de montagnes, hautes de douze cents à
dix-huit cents toises, la parcourt du nord au sud. Sur les hauteurs on
éprouve, depuis juin jusqu'en septembre, un froid très-vif. On parle
de volcans en activité dans sa partie septentrionale. Au dix-septième
siècle, les Français avaient formé un établissement nommé le fort
Dauphin, qu'ils ont ensuite abandonné.

À l'est de Madagascar on trouve l'île Bourbon occupée par les
Français. Elle fut d'abord nommée Mascaregnas par les Portugais. Deux
montagnes volcaniques, dont une est en activité, semblent composer
toute sa surface. Elle produit du café excellent. On y cultive aussi
le girofle et le froment.

L'Île de France, encore plus à l'est, a été cédée aux Anglais. Ils lui
ont rendu le nom d'île Maurice qui lui avait été donné par les
Hollandais, ses premiers habitans. Elle est montueuse et moins fertile
que Bourbon.

L'île Diégo Rodriguez n'est habitée que par quelques familles. Elle
fournit l'Île de France de tortues.

D'anciennes cartes indiquent à l'est et au sud de ces îles d'autres
terres dont l'existence n'a pas été suffisamment constatée.

Les îles Saint-Paul et Saint-Pierre, dont la dernière a aussi pris le
nom d'Amsterdam, offrent l'aspect de deux cratères de volcans placés
au milieu de la mer. Celui de Saint-Paul jette encore du feu et de la
fumée. Les navigateurs fréquentent quelquefois ces îles pour y
chercher des phoques.

Dix degrés plus au sud on rencontre la terre de Kerguelen, que nous
décrirons plus tard.



SECONDE PARTIE.

ASIE.



LIVRE PREMIER.

ÎLES DE LA MER DES INDES.



CHAPITRE PREMIER.

Voyages et infortunes de François Pyrard.


L'Émulation, source de tant de vertus et de grandes entreprises,
paraît avoir été le premier sentiment qui porta des marchands de
Bretagne à marcher sur les traces des Portugais et des Espagnols.
Depuis près d'un siècle, l'Europe avait retenti des exploits de ces
deux nations. Les Indes orientales étaient devenues leur proie, et
l'on ne parlait qu'avec admiration des richesses qu'ils tiraient
continuellement de ce fonds inépuisable, sans que les Français, leurs
plus proches voisins, aspirassent encore à les partager. Une compagnie
formée à Saint-Malo, à Laval, à Vitré, entreprit, suivant les termes
de l'auteur[1], de sonder le gué et de chercher le chemin des Indes
pour aller puiser à la source. Elle équipa, dans cette vue, deux
navires, dont l'un de quatre cents tonneaux, nommé _le Croissant_,
était sous la conduite de la Bardelière; l'autre, nommé _le Corbin_,
de deux cents, sous celle de François Grout du Clos-Neuf. Pyrard, qui
s'embarqua sur le second, ne s'attribue pas d'autre motif que le désir
de voir des choses nouvelles et d'acquérir du bien. Ce désir lui coûta
cher. Jamais voyage n'offrit une plus grande variété d'infortunes, et
jamais le malheur ne parut s'attacher à un homme avec plus
d'obstination.

[Note 1: Le voyageur Pyrard, dont on suit ici la relation.]

On arriva le 17 novembre 1601 à Sainte-Hélène: cette île est au 16e.
degré de latitude sud, à six cents lieues du cap de Bonne-Espérance.
Son air et ses eaux, qui sont d'une pureté admirable, ses fruits et la
chair de ses animaux rétablirent la santé de tous les malades. On
partit pour s'avancer vers le cap de Bonne-Espérance. Trois jours
après, on doubla les Abrolhos, qui sont des bancs et des écueils vers
la côte du Brésil, auxquels les Portugais ont donné ce nom pour tenir
les voyageurs en garde contre le danger. Ce nom signifie _ouvre les
yeux_, conseil nécessaire à ceux qui seraient tentés de s'y engager,
parce qu'il leur serait fort difficile d'en sortir.

On croyait s'avancer vers le cap de Bonne-Espérance, et l'on voyait
déjà sur les flots cette espèce de roseaux qui sont joints dix ou
douze ensemble par le pied, sans compter une multitude d'oiseaux
blancs tachetés de noir, que les Portugais ont nommés _manches de
velours_, et qui commencent à se montrer à cinquante ou soixante
lieues du Cap, lorsque dans une nuit obscure, dont l'horreur était
redoublée par la pluie et par un grand vent, _le Corbin_ se trouva
fort près de terre, et n'aurait pas évité de se briser centre des
rochers qui s'avançaient dans la mer, si quelques matelots ne
s'étaient aperçus du danger. On se hâta de reprendre le large, et
d'avertir le général par un coup de canon. Le jour suivant fit
remarquer qu'on avait passé le cap de Bonne-Espérance, et qu'on avait
devant les yeux le cap des Aiguilles. Pyrard observe qu'il porte ce
nom parce que, vis-à-vis le Cap, les aiguilles, ou compas de mer,
demeurent fixes et regardent directement le nord, sans décliner vers
l'est ni l'ouest, et qu'après l'avoir doublé, elles commencent à
décliner au nord-ouest.

L'intention du général était de prendre sa route en dehors de l'île de
Madagascar; mais l'ignorance de son pilote lui fit suivre d'abord la
terre de Natal, qu'il eut le bonheur, à la vérité, de passer sans
tempête, quoiqu'elles y soient très-fréquentes depuis le 33e. degré
jusqu'au 28e.: mais, le 7 février 1602, s'étant aperçu qu'il s'était
trompé, et voulant repasser la même côte pour aller en dehors de
Madagascar, les deux vaisseaux éprouvèrent tout ce que les flots ont
de plus redoutable dans cette mer. Une tempête, qui dura quatre jours,
présenta mille fois à Pyrard toutes les horreurs de la mort; elle ne
cessa que pour jeter les gens du _Corbin_ dans une autre inquiétude;
non-seulement ils avaient perdu de vue le général, mais, apercevant un
grand mât qui flottait autour d'eux, ils ne doutèrent pas que ce ne
fût celui du _Croissant_, et que ce malheureux vaisseau n'eût été
submergé. Ils étaient épuisés de fatigue, et la plupart accablés de
maladies. Grout du Clos-Neuf, leur capitaine, prit conseil pour savoir
où aller, parce que son pilote, qui était Anglais, n'avait jamais fait
le voyage des Indes. On le supplia d'aborder à la terre qui était le
plus près. C'était l'île de Madagascar; mais cette entreprise même
n'était pas sans danger, parce que dans tout l'équipage il n'y avait
qu'un canonnier flamand qui eût quelques connaissances des côtes, et
qu'on avait peu de confiance en ses lumières. À trente ou quarante
lieues de l'île, la mer parut changer; elle était jaunâtre et fort
écumeuse, couverte de châtaignes de mer, de cannes, de roseaux et
d'autres herbes flottantes. Ce spectacle ne cessa point jusqu'au
rivage; enfin on découvrit la terre le 18 février, et, le 19 au matin
on jeta l'ancre dans la baie de Saint-Augustin. Pyrard met sa
situation à vingt-trois degrés et demi au sud, sous le tropique du
capricorne.

Vers le milieu du même jour on vit paraître un grand vaisseau, qui fut
bientôt reconnu pour _le Croissant_. Il avait été beaucoup plus
maltraité que _le Corbin_, et la plus grande partie de son équipage
était malade. Pendant qu'on travaillait à réparer les vaisseaux, il ne
fut pas difficile de lier connaissance avec les habitans de l'île et
de se procurer des vivres. Après quelques incertitudes qui venaient de
leur défiance, ils convinrent par divers signes de fournir toutes
sortes de provisions pour de petits ciseaux, des couteaux et d'autres
bagatelles, dont ils paraissaient faire beaucoup de cas. Ainsi l'on se
trouva bientôt dans une grande abondance de bestiaux, de volaille, de
lait, de miel et de fruits. Pour deux jetons, ou pour une cuillère de
cuivre ou d'étain, on obtenait d'eux une vache ou un taureau; mais
leur industrie n'allant pas jusqu'à châtrer les animaux, il ne fallait
espérer d'eux ni boeufs ni moutons. Un grand bois qui bordait la
rivière servait de promenade pendant le jour à ceux qui avaient la
force de marcher. Ils trouvaient quantité de petits singes, un nombre
surprenant de toutes sortes d'oiseaux, surtout des perroquets de
divers plumages, et différentes espèces de fruits, dont quelques-uns
étaient fort bons à manger. Malgré tous ces secours, on avait à
combattre une chaleur si ardente, qu'avec des bas et des souliers on
ne laissait pas d'avoir les jambes et les pieds brûlés; ce qui
non-seulement empêchait de marcher, mais causait souvent des ulcères
difficiles à guérir. Les mouches et d'autres insectes volans étaient
une incommodité dont il fallait se défendre nuit et jour. D'un autre
côté, les matelots, après avoir jeûné sur la mer, se livraient à leur
appétit sans discrétion, et se remplissaient de viande, dont l'excès
de la chaleur rendait la digestion difficile. Aussi, loin de se
rétablir, la plupart furent attaqués d'une fièvre chaude qui les
emportait dans l'espace de deux ou trois jours. Quarante-un Français
moururent de leur intempérance ou du scorbut. Après six semaines de
travail, les vaisseaux se trouvèrent en état de remettre à la voile.

On leva l'ancre le 15 mai, avec si peu de confiance sur l'état des
deux vaisseaux, qu'au lieu de penser au terme du voyage, on se proposa
de gagner les îles de Comorre, où les rafraîchissemens sont plus sains
pour les malades. On les découvrit le 23, à douze degrés et demi
d'élévation du sud, entre l'île de Madagascar et la terre ferme
d'Afrique. Ces îles sont peuplées de différentes nations de la côte
d'Éthiopie, de Cafres, de Mulâtres, d'Arabes et de Persans, qui font
tous profession de la religion mahométane, et qui sont en commerce
avec les Portugais de Mozambique, dont elles ne sont éloignées que
d'environ soixante-dix lieues.

Grout du Clos-Neuf, capitaine du _Corbin_, ne s'était pas rétabli si
parfaitement aux îles de Comorre, qu'il ne fût retombé dans une
langueur dangereuse pour la sûreté de son vaisseau. Après avoir
repassé la ligne, le 21 de juin, on eut un temps assez favorable
jusqu'au 5e. degré du nord. Le 2 de juillet, on reconnut de fort loin
de grands bancs qui entouraient quantité de petites îles. Le général
et son pilote prirent ces îles pour celles de Diégo de Reys, quoiqu'on
les eût laissées quatre-vingts lieues à l'ouest. En vain les gens du
_Corbin_ soutinrent que c'étaient les Maldives, et qu'il fallait
s'armer de précaution. Cette dispute dura tout le jour; et
l'opiniâtreté que le général eut dans son opinion lui fit négliger
indiscrètement d'attendre de petites barques, qui venaient, comme on
en fut informé depuis, pour lui servir de guides. Son intention était
de passer par le nord des Maldives, entre la côte de l'Inde et la tête
des îles; mais, en suivant ses ordres, on allait au contraire s'y
engager avec une aveugle imprudence. Pour comble de témérité, chacun
passa la nuit dans un profond sommeil, sans en excepter ceux mêmes qui
devaient veiller pour les autres. Le maître et le contre-maître
étaient ensevelis dans l'ivresse d'une longue débauche. Le feu qui
éclaire ordinairement la boussole s'éteignit, parce que celui qui
tenait le gouvernail eut aussi le malheur de s'endormir. Enfin tout le
monde était dans un fatal assoupissement, lorsque le navire heurta
deux fois avec beaucoup de force; et tandis qu'on s'éveillait au
bruit, il toucha une troisième fois et se renversa sur le banc.

Quels furent les cris et les gémissemens d'une troupe de malheureux
qui se voyaient échoués au milieu de la mer et dans les ténèbres, sur
un rocher où la mort devait leur paraître inévitable! L'auteur
représente les uns pleurant et criant de toute leur force, les autres
en prière, et d'autres se confessant à leurs compagnons. Au lieu
d'être secourus par leur chef, ils en avaient un qui ne faisait
qu'augmenter leur pitié. Depuis un mois sa langueur le retenait au
lit. La crainte de la mort le força néanmoins d'en sortir; mais ce fut
pour pleurer avec les autres. Les plus hardis se hâtèrent de couper
les mâts, dans la vue d'empêcher que le vaisseau ne se renversât
davantage. On tira un coup de canon pour avertir _le Croissant_ du
malheur où l'on était tombé: tout le reste de la nuit se passa dans la
crainte continuelle de couler à fond. La pointe du jour fit découvrir
au-delà des bancs plusieurs îles voisines à cinq ou six lieues de
distance, et _le Croissant_, qui passait à la vue des écueils sans
pouvoir donner le moindre secours à ceux qu'il voyait périr. Cependant
le navire tenait ferme sur le côté, et semblait promettre, dans cette
situation, de résister quelque temps aux flots, parce que le banc
était de pierre. Pyrard et ses compagnons conçurent l'espérance de
sauver au moins leur vie. Ils entreprirent de faire une espèce de
grande claie, ou de radeau, d'un grand nombre de pièces de bois sur
lesquelles ils clouèrent plusieurs planches tirées de l'intérieur du
navire. Cette machine était suffisante pour les contenir tous et pour
sauver avec eux une partie du bagage et des marchandises. Chacun prit
aussi ce qu'il put emporter de diverses sommes d'argent qui se
trouvaient dans le vaisseau. On avait employé plus de la moitié du
jour à tous ces soins; mais, lorsqu'on eut achevé la machine, il fut
impossible de la passer au-delà des bancs pour la mettre à flot. Dans
les mouvemens de ce nouveau désespoir, on aperçut une barque qui
venait des îles et qui semblait s'avancer droit au vaisseau pour le
reconnaître: elle s'arrêta malheureusement à la distance d'une
demi-lieue; ce spectacle jeta tant d'amertume dans le coeur d'un
matelot français, que, s'étant jeté à la nage, il alla au-devant
d'elle, en suppliant par des cris et des signes ceux qui la
conduisaient d'accorder leur assistance à de malheureux étrangers,
dont ils ne pouvaient attendre qu'une reconnaissance égale à ce
bienfait; mais leur voyant rejeter sa prière, il fut obligé de revenir
avec beaucoup de peine et de danger. Pyrard apprit dans la suite qu'il
était rigoureusement défendu à tous les insulaires d'approcher des
navires qui faisaient naufrage, s'ils n'en avaient reçu l'ordre exprès
du roi. Cependant plusieurs matelots, malgré la présence de la mort,
ne laissaient pas de boire et de manger avec excès, sous prétexte
qu'étant à l'extrémité de leur vie, ils aimaient mieux mourir à force
de boire qu'en se noyant dans l'eau de la mer. Après s'être enivrés,
ils se querellèrent avec d'affreux juremens. Quelques-uns pillèrent
les coffres de ceux qu'ils voyaient en prière pour se disposer à la
mort; et, ne reconnaissant plus l'autorité du capitaine, ils lui
disaient qu'après avoir perdu leur voyage, ils n'étaient plus obligés
de lui obéir. Enfin la crainte et la fatigue devant être comptées pour
rien dans une si étrange situation, on se crut trop heureux, après
avoir vu la mort sous mille formes, de venir échouer, avec un navire
brisé, dans une des îles qui se nomment _Pouladou_.

Les habitans étaient assemblés sur le rivage. Quoique leur contenance
n'annonçât rien de fâcheux, ils firent connaître par des signes qu'ils
ne permettraient de descendre qu'à ceux qui se laisseraient désarmer.
Il fallut s'abandonner à leur discrétion. On s'aperçut bientôt qu'on
s'était trop hâté de prendre ce parti. L'île n'avait pas une lieue de
tour, et le nombre des habitans n'était que de vingt-cinq. Il aurait
été facile à des gens armés, qui étaient au nombre de quarante, de
leur faire la loi, et de se saisir de leurs bateaux.

Les prisonniers (car l'auteur ne se donne plus d'autre nom) furent
conduits dans une loge au milieu de l'île, où ils reçurent quelques
rafraîchissemens de cocos et de limons. Un vieux seigneur, nommé
Ibrahim ou Pouladou Quilague, qui était le maître de l'île et qui
savait quelques mots portugais, leur fit diverses questions dans cette
langue; après quoi ils furent fouillés par ses gens, qui leur ôtèrent
tout ce qu'ils portaient, comme appartenant au roi des Maldives,
depuis que leur navire était perdu sur ses côtes. Le capitaine avait
sauvé une pièce d'écarlate. On lui demanda ce que c'était; il répondit
que c'était un présent qu'il voulait faire au roi, et qu'il n'avait
tiré cette pièce du vaisseau que pour l'offrir plus entière, dans la
crainte qu'elle ne fût altérée par les flots. Cette déclaration
inspira tant de respect aux insulaires, qu'ils n'osèrent y porter la
main, ni même y jeter leurs regards. Le capitaine et ses compagnons
résolurent néanmoins d'en couper deux ou trois aunes, et d'en faire
présent au seigneur de l'île, pour lui inspirer quelques sentimens de
bonté en leur faveur. Mais, apprenant bientôt qu'on voyait venir les
officiers du roi, il rendit l'écarlate au capitaine, et le conjura de
ne pas dire même qu'il y eût touché.

Quelques officiers, qui arrivèrent effectivement, prirent le maître du
_Corbin_ avec deux matelots, et les menèrent à quarante lieues de
Pouladou, dans l'île de Malé, qui est la capitale de toutes les
Maldives et le séjour ordinaire du roi. Le maître, ayant porté avec
lui la pièce d'écarlate, et l'ayant présentée à ce prince, en reçut un
traitement fort civil et fut logé dans le palais. Un prince, nommé
Ranabandery Tacourou, beau-frère du roi, reçut ordre d'aller
recueillir tous les débris du navire échoué. Il en tira non-seulement
les marchandises, mais le canon même, et ce qu'il y avait de plus
pesant. De là, passant dans l'île de Pouladou, il prit avec lui le
capitaine français et cinq ou six de ses compagnons, qui furent fort
bien reçus du roi. Ce monarque promit au capitaine de faire équiper
une barque pour le conduire dans l'île de Sumatra, où _le Croissant_
devait être arrivé. L'auteur doute s'il aurait tenu parole; mais le
malheureux Grout du Clos-Neuf mourut six semaines après dans l'île de
Malé.

Les autres captifs ayant été distribués dans plusieurs îles, Pyrard
fut conduit avec deux de ses compagnons dans celle de Paindoué, qui
n'a pas plus d'étendue que celle de Pouladou, et qui n'en est éloignée
que d'une lieue. Il raconte ici que, dans le partage qui s'était fait
de l'argent qu'on avait pu sauver du vaisseau, ceux qui s'en étaient
chargés avaient mis leur fardeau dans des ceintures de toile qu'ils
s'étaient liées autour du corps. L'usage de cet argent devait être
pour les nécessités communes; et dès la première nuit on avait eu soin
de l'enterrer de concert dans l'île de Pouladou pour le dérober à
l'avidité des habitans. Pyrard et ses deux compagnons n'avaient pas eu
le temps de reprendre leurs ceintures lorsqu'on leur avait fait
quitter cette île; et comme on ignorait encore ce qu'ils avaient
sauvé de leur naufrage, ils reçurent d'abord assez d'assistance dans
celle de Pindoué. Mais les autres qui étaient demeurés à Pouladou, ne
se trouvant pas dans l'abondance qu'ils auraient désirée, furent
obligés de déterrer l'argent et de l'offrir pour obtenir des vivres.
Aussitôt que les habitans leur connurent cette ressource, ils prirent
le parti de ne plus leur accorder aucun secours qu'en payant; et le
bruit s'en étant répandu dans les autres îles, ceux qui étaient
partis, comme Pyrard, sans avoir pris leur ceinture, se trouvèrent
réduits à la dernière nécessité. Il arriva même aux autres qu'ignorant
l'usage des Indes, où l'argent de toute marque est reçu lorsqu'il est
de bon aloi, et où il peut être coupé en petites parties qu'on donne
au poids à mesure qu'on a besoin de l'employer, ils offraient leurs
piastres aux insulaires, qui ne leur donnaient jamais de retour; de
sorte qu'une marchandise du plus vil prix leur coûtant toujours une
pièce d'argent, ceux qui en avaient le plus épuisèrent bientôt leur
ceinture, et ne se virent pas moins exposés que les plus pauvres à
toutes sortes de misères. Pyrard fait une triste peinture de la
sienne. Il allait chercher sur le sable, avec ses compagnons, des
limaçons de mer ou quelque poisson mort qui avait été jeté par les
flots. Pour assaisonnement, ils les faisaient bouillir avec des herbes
inconnues et de l'eau de mer qui leur tenait lieu de sel. Ce qui leur
arrivait de plus heureux, était de trouver quelque citron dont ils y
mêlaient le jus. Ils vécurent assez long-temps dans cette extrémité;
mais les insulaires, reconnaissant enfin qu'ils étaient sans argent,
recommencèrent à leur donner quelques marques de compassion. Ils les
employèrent à la pêche et à d'autres ouvrages, pour lesquels ils leur
offraient des cocos, du miel et du millet. Pour logement, Pyrard
n'eut, pendant l'hiver du pays, qui est le mois de juillet et d'août,
qu'une loge de bois qu'on avait dressée sur le bord du rivage pour y
construire un bateau, couverte à la vérité par-dessus, mais tout
ouverte par les côtés; de sorte qu'y étant exposé pendant toute la
nuit aux vents, à la pluie qui est continuelle dans cette saison, et
souvent aux flots mêmes de la mer, il ne dut la conservation de sa
santé qu'à une faveur extraordinaire du ciel. Ses deux compagnons, que
leur métier de matelots devait rendre moins sensibles à la fatigue,
tombèrent dangereusement malades.

Pendant son travail, il s'efforçait de retenir quelques mots de la
langue du pays. Ce soin, auquel il apportait toute son attention, le
mit en état de se faire entendre. Le seigneur de l'île, qui se nommait
Aly Pandio Atacourou, et qui avait épousé une parente du roi, conçut
de l'affection pour lui, et prit plaisir à son entretien. C'était un
homme d'esprit, et versé même dans les sciences, qui avait eu en
partage les boussoles et les cartes marines du vaisseau. Comme elles
ne ressemblaient point à celles du pays, la curiosité lui faisait
souhaiter des explications. Il n'en avait pas moins pour se faire
instruire des moeurs et des usages de l'Europe. Cette conversation
hâta les progrès de Pyrard dans la langue, et lui en fit faire encore
de plus utiles dans l'estime d'Aly Pandio. Il obtint des vivres et
d'autres secours qui lui rendirent sa situation plus supportable.

Aly Pandio était parent d'Ibrahim, seigneur de Pouladou, et l'amitié,
jointe aux liens du sang, le portait à lui rendre de fréquentes
visites. Les compagnons de Pyrard, qui étaient restés dans l'île de
Pouladou, mouraient les uns après les autres. Le capitaine, le premier
commis, le contre-maître, et quantité de matelots étaient déjà morts.
Le maître, qui, après avoir été conduit dans l'île de Malé, était
revenu à Pouladou, voyant que depuis la mort du capitaine le roi ne
parlait plus de la barque qu'il lui avait promis d'équiper pour l'île
de Sumatra, forma l'entreprise de se sauver. Il ne communiqua son
dessein qu'à douze de ses compagnons, qui se conduisirent avec tant
d'adresse, qu'enfin ils surprirent la barque d'Aly Pandio dans une
visite que ce seigneur rendit à Ibrahim. Ils se fournirent d'eau douce
et de cocos, qu'ils avaient secrètement cachés dans un bois voisin, et
s'embarquèrent en plein midi, c'est-à-dire dans le temps qu'on s'en
défiait le moins. Cependant les insulaires s'en aperçurent bientôt;
mais, n'ayant pas d'autres barques pour les poursuivre, ils
tournèrent leurs ressentimens contre les infortunés qui restaient
entre leurs mains, au nombre de huit, quatre sains, et quatre malades;
ils les maltraitèrent avec tant de cruauté, que les malades en
moururent, et furent jetés à la mer. Le lieutenant du vaisseau était
de ce nombre.

Il s'était passé trois mois et demi depuis leur naufrage, lorsqu'on
vit arriver dans l'île de Paindoué un des premiers seigneurs de la
cour, chargé des ordres du roi pour achever de faire tirer du vaisseau
tout ce qui pouvait y être demeuré, et pour faire une recherche exacte
de l'argent que les insulaires de Pouladou avaient arraché de leurs
captifs.

Pyrard, ayant été présenté à l'envoyé par Aly Pandio, eut le bonheur
de lui plaire. Sa physionomie, qui était heureuse, le faisait prendre
pour quelque seigneur de l'Europe. Cette opinion lui était si
avantageuse, qu'il se gardait bien de détromper ses maîtres. Mais rien
ne lui fut si utile que d'avoir appris la langue du pays. L'envoyé,
charmé de son entretien, ne lui permettait pas un moment de le
quitter. Il le mena dans une île éloignée de dix lieues, qui se nomme
_Touladou_, où il avait alors une de ses femmes. Lorsqu'il partit pour
retourner à la cour, non-seulement il le prit avec lui, mais il lui
permit de se faire accompagner d'un des autres captifs, avec lequel il
était lié d'une amitié particulière; et la considération qu'il eut
pour lui s'étendit jusqu'à ses autres compagnons, qu'il daigna
consoler par l'espérance d'un meilleur sort.

Le jour du départ, on relâcha vers le soir dans une petite île nommée
_Maconodou_, parce que l'usage des Maldives est de ne jamais tenir la
mer dans l'obscurité de la nuit. Le lendemain, étant arrivé à Malé,
l'envoyé donna ordre à ses gens de conduire Pyrard dans son palais, et
se rendit d'abord à la cour pour rendre compte au roi de sa
commission. Ce prince, à qui il ne manqua pas de parler de son captif,
eut aussitôt la curiosité de le voir. Pyrard fut appelé; mais on le
fit attendre trois heures dans une salle du palais, et le soir on le
fit entrer dans une cour, où le roi était occupé à voir ce qu'on avait
apporté du navire. C'étaient des canons, des boulets, des armes, et
divers instrumens de guerre et de marine, qui furent renfermés dans le
magasin de l'île.

Pyrard, s'étant approché, fit son compliment au roi, non-seulement
dans la langue, mais encore selon les usages du pays. Un spectacle si
nouveau causa tant de satisfaction à ce monarque, que, prenant plaisir
à s'entretenir avec lui, il lui demanda plusieurs explications sur
quelques restes du navire dont il ne pouvait pas comprendre l'usage.
Ensuite, lui ayant recommandé de se présenter tous les jours au palais
avec les autres courtisans, il donna ordre à l'envoyé de lui procurer
un logement commode, et de le bien traiter. Les jours suivans, Pyrard
eut peine à répondre aux empressemens du roi, qui voulait être informé
des moeurs et des usages de la France. Son étonnement parut extrême
lorsqu'il eut appris la grande supériorité d'étendue et de force que
la France a sur le Portugal. Il demanda pourquoi les Français avaient
abandonné la conquête des Indes à d'autres nations de l'Europe, et
comment les Portugais avaient la hardiesse de faire passer leur roi
pour le plus puissant de tous les chrétiens. Pyrard fut présenté aux
reines des Maldives, qui l'occupèrent pendant plusieurs jours à
satisfaire aussi leur curiosité. Elles lui firent mille questions sur
la figure, les habits, les mariages et le caractère des dames de
France. Souvent elles le faisaient appeler sans la participation du
roi, et ces entretiens ne finissaient pas.

De quinze ou seize captifs qui avaient été conduits avant lui dans
cette île, il ne restait que deux Flamands; ce qui faisait le nombre
de quatre, avec Pyrard et le compagnon qu'il avait amené; tous les
autres étaient morts ou de maladie ou par de funestes accidens. Enfin
des quarante qui étaient échappés à la fureur des flots il n'en
restait que cinq dans les autres îles, et les quatre de Malé. Pyrard
employa toute sa faveur pour obtenir du moins qu'ils fussent tous
rassemblés dans la même île. Cette grâce lui fut accordée. Ils se
trouvèrent ainsi au nombre de neuf, quatre Français et cinq Flamands,
tous assez humainement traités du roi et des seigneurs.

Cependant l'abondance et la liberté dont Pyrard jouissait ne
l'empêchèrent pas de tomber dans une fièvre ardente, qui est la plus
dangereuse maladie du pays. Elle est connue dans toute l'Inde sous le
nom de _maléons_ ou _fièvre des Maldives_. Un étranger qui échappe à
sa malignité passe pour naturalisé dans ces îles, et reçoit le nom de
_Dive_, qui est celui des habitans. La fièvre ne l'eut pas plus tôt
quitté, que ses jambes et ses cuisses s'enflèrent comme dans
l'hydropisie. Ses yeux s'affaiblirent jusqu'à lui faire craindre de
perdre entièrement la vue; il lui resta une opilation de rate qui lui
rendait la respiration difficile, et dont il ne fut jamais délivré
parfaitement pendant tout son séjour aux Maldives. Ce mal est commun
parmi les habitans, qui le nomment _ont cori_. Les médecins et les
remèdes ne manquaient pas à Pyrard; mais il n'en reçut aucun
soulagement, jusqu'à ce que, ses jambes s'étant crevées, les eaux qui
en causaient l'enflure s'évacuèrent d'elles-mêmes, et ses yeux
reprirent leur ancienne force. Il se forma néanmoins dans ses jambes
des ulcères si profonds et si douloureux, qu'il en perdit le sommeil:
il passa quatre mois dans cette situation.

Le roi ne cessait de s'intéresser à la santé de Pyrard, et de le faire
traiter avec beaucoup de soin. Il fit venir d'une petite île nommée
_Bandou_, qui est à la vue de celle de Malé, un homme célèbre pour la
guérison de cette maladie, par le conseil duquel Pyrard fut transporté
dans cette île, où l'air est plus favorable aux malades. Son absence
devint funeste à quatre des cinq Flamands qu'il laissait derrière lui.
L'embarras de se trouver sans interprète, et le retranchement des
secours qu'ils recevaient de lui, leur rendirent le séjour de Malé si
insupportable, qu'ayant fait secrètement quelques provisions pour leur
fuite, et s'étant saisis d'une petite barque destinée à la pêche, ils
s'embarquèrent à l'entrée de la nuit. Malheureusement pour eux, il
s'éleva une furieuse tempête qui brisa leur barque au milieu des bancs
et des rochers. On en reconnut le lendemain quelques pièces qui firent
juger que les quatre fugitifs avaient péri dans les flots. Deux jours
après, le compagnon de Pyrard, qui était de Bretagne comme lui, et qui
lui avait toujours rendu les devoirs d'une fidèle amitié, mourut d'une
maladie dont il était affligé depuis long-temps. Sa douleur fut si
vive, qu'elle retarda encore sa guérison de deux mois, surtout
lorsqu'il eut appris que le roi faisait un crime aux autres de
l'évasion des quatre Flamands, et le soupçonnait lui-même d'y avoir
contribué par ses conseils. Les deux Français et le seul Flamand qui
restaient à Malé furent examinés avec beaucoup de rigueur; et
quoiqu'ils ne fussent pas reconnus coupables, on leur retrancha les
provisions qu'ils recevaient de la cour, en leur permettant seulement
de recevoir des vivres de la charité de ceux qui voudraient leur en
donner. Pyrard, après son rétablissement, prit la résolution de
demeurer dans l'île de Bandou pour y cacher sa tristesse et se mettre
à couvert de la colère du roi; mais on lui conseilla de retourner à la
cour, comme le seul moyen de se justifier. À son arrivée, il se
présenta au palais, et le hasard lui ayant fait rencontrer le roi qui
sortait dans une de ses cours, il eut la hardiesse de le saluer sans
aucune marque d'embarras. Ce prince en tira une conclusion favorable
pour son innocence; il lui demanda s'il était bien guéri; il voulut
même s'en assurer en regardant les traces de ses plaies. Cependant,
loin de lui rendre son ancienne faveur, il donna ordre qu'il fût
traité comme ses compagnons; ce qui était d'autant plus humiliant,
que, les plus grands seigneurs du royaume se croyant honorés de
recevoir de la cour du riz et d'autres provisions, c'était une espèce
d'infamie d'en être privé. Dans le cours de sa disgrâce, et lorsque
ses amis lui représentaient, pour le consoler, non-seulement qu'elle
ne serait pas de longue durée, mais qu'il ne devait pas cesser de se
rendre au palais, suivant l'usage du pays, où les seigneurs disgraciés
se présentent sans cesse au roi pour attendre qu'il recommence à leur
parler, le bruit se répandit qu'il avait formé le dessein de prendre
la fuite avec ses compagnons: il fut appelé au palais par les six
principaux moscoulis ou officiers du roi, qui lui défendirent de
fréquenter les trois autres captifs, et même de leur parler français.
L'exécution de cet ordre étant fort difficile, parce qu'ils étaient
logés les uns près des autres, on ne laissa pas de leur faire un crime
de l'avoir violé, et deux des trois compagnons de Pyrard en portèrent
la peine; ils furent conduits dans une île nommée _Souadou_, à
quatre-vingts lieues de Malé, vers le sud: le troisième aurait eu le
même sort, si les services qu'il rendait à quelques moscoulis, en
qualité de tailleur et de trompette, ne les eussent portés à
solliciter pour lui. Le roi fit à Pyrard des reproches fort vifs de sa
désobéissance; mais ayant ajouté avec plus de douceur qu'il aurait été
fâché d'apprendre qu'il se fût noyé comme les quatre Flamands, il lui
donna occasion de se justifier avec tant de force, que cette aventure
servit à le remettre en grâce. Il fut logé au palais et servi avec
abondance. On lui donna un esclave pour les offices domestiques, une
somme d'argent et diverses commodités. Il obtint bientôt le rappel des
deux exilés, à l'occasion d'un ouvrage que l'un des deux, qui était
Flamand, fit avec la seule pointe d'un couteau; c'était un petit
navire à la manière de Flandre, qui n'avait qu'une coudée de longueur,
mais auquel il ne manquait ni voiles, ni cordages, ni le moindre des
ustensiles, comme dans un navire de cinq cents tonneaux. Le roi,
charmé de son habileté, consentit à son retour, et fit grâce en sa
faveur à son compagnon.

Pyrard passa quelques années dans une situation si douce, qu'il
n'avait, dit-il, à regretter que l'exercice de sa religion. Il voyait
tous les jours le roi qui le comblait de bienfaits; il était caressé
des grands, et plusieurs d'entre eux lui portaient une sincère
affection. Il acquit même quantité de cocotiers, qui sont une des
richesses du pays; et trafiquant avec les navires étrangers que le
commerce amenait souvent à Malé, il se trouva dans une véritable
opulence. Les marchands avaient pris tant de confiance en sa bonne
foi, qu'ils lui laissaient, dans leur absence, des marchandises à
vendre pour leur retour. Il se conformait d'ailleurs aux usages et aux
manières des habitans. Jamais personne n'avait dû les mieux connaître,
et son dessein dans cette étude n'était pas moins de plaire à la
nation que de se mettre en état de donner quelque jour une fidèle
relation des Maldives, lorsqu'il plairait au ciel de lui accorder la
liberté. C'est de cette relation que nous tirerons bientôt quelques
détails sur ces îles.

Il y avait cinq ans qu'il était dans le pays, lorsque des pirates du
Malabar, conduits par un pilote des Maldives qui connaissait
parfaitement les passages, et qui s'était laissé corrompre par argent,
vinrent piller Malé, en emportèrent toutes les richesses, tuèrent le
roi, et emmenèrent ses femmes captives. Pyrard se trouva néanmoins
dans une haute faveur auprès du général des pirates. La meilleure
artillerie de l'île était celle qu'on avait sauvée du naufrage des
Français. Les ennemis, charmés de se voir maîtres de ces belles
pièces, mais fort embarrassés à les monter, apprirent de lui des
méthodes qu'ils ignoraient. D'ailleurs, étant informés de la
considération que le roi et toute la cour avaient eue pour lui, ils se
flattaient d'en tirer diverses lumières pour la connaissance de ces
îles.

Pyrard fut conduit vers le golfe de Bengale. En passant par la
dernière des îles Maldives, qui se nomme _Oustimé_, les pirates y
mouillèrent, parce que le roi qu'ils venaient de massacrer y était né;
et faisant main-basse sur tous les habitans, ils y laissèrent
d'horribles traces de leur barbarie. Ensuite ils employèrent trois
jours pour gagner une petite île nommée _Malicut_, où ils jetèrent
l'ancre pour s'y rafraîchir pendant deux jours. Cette île, qui n'a que
quatre lieues de tour, est d'une fertilité admirable en millet, en
cocos, en bananes, et en quantité d'autres fruits. La pêche y est
excellente, et l'air beaucoup plus tempéré qu'aux Maldives. Le langage
et les moeurs y sont les mêmes. Elle avait été soumise au même
gouvernement; mais, le roi l'ayant donnée en partage à un de ses
frères, elle était passée dans les mains d'une princesse qui relevait
du roi de Cananor. Cette reine reçut Pyrard avec beaucoup de caresses.
Elle l'avait vu plusieurs fois à la cour du roi des Maldives, dont
elle était proche parente. Elle se fit raconter la fin tragique de
cet infortuné monarque, et elle donna beaucoup de larmes à ce triste
récit. Les pirates, ayant remis à la voile, s'avancèrent vers les îles
de Divandurou, à trente lieues de Malicut, vers le nord. Elles sont au
nombre de cinq, chacune d'environ sept lieues de tour, à quatre-vingts
lieues de la côte de Malabar, et sous l'obéissance du roi de Cananor.
Leurs habitans sont des mahométans malabares, la plupart fort riches
par le trafic qu'ils font dans toutes les parties de l'Inde, surtout
aux Maldives, d'où ils tirent quantité de marchandises, et où ils ont
habituellement des facteurs. Les coutumes et le langage n'y sont pas
différens de ceux de Cananor, de Cochin, de Calicut, et de toute la
côte de Malabar. Le terroir y est fertile et l'air extrêmement sain.
Ces îles sont comme un entrepôt pour toutes les marchandises de la
Terre-Ferme, des Maldives et de Malicut. De là, tirant vers le sud, on
alla doubler le cap de Galle, qui fait la pointe de l'île de Ceylan.
Le nombre des baleines est si grand dans cette route, qu'elles mirent
les galères en danger, et que les pirates furent obligés d'employer
leurs tambours, leurs poêles et leurs chaudrons pour les éloigner par
le bruit.

Après un mois de navigation, on arriva au port de Chartican, dans le
royaume de Bengale, où Pyrard fut présenté au gouverneur de la
province, qui prend le titre de roi, suivant l'usage de toutes ces
contrées. Il se trouvait à Chartican un navire de Calicut, dont le
maître assura Pyrard qu'on voyait souvent des navires hollandais à
Calicut, et lui offrit cette voie pour retourner en France. Toutes les
caresses du gouverneur ne l'empêchèrent pas d'accepter. Il partit, et
rejoignit deux de ses compagnons dans la route.

Le séjour de Calicut fut d'environ huit mois. On était à la fin de
février; les trois Français firent marché avec quelques matelots pour
se faire transporter dans une almadie jusqu'au port de Cochin, qui
n'est qu'à vingt lieues de Calicut. Mais ils reconnurent bientôt que
leurs guides étaient des traîtres, et que leurs infortunes allaient
recommencer. Pyrard était convenu avec eux de partir à la haute marée.
Ils vinrent l'appeler vers minuit, et lui laissant le temps de faire
ses derniers préparatifs avec ses compagnons, ils feignirent d'aller
attendre dans le lieu où ils devaient s'embarquer. La lune était fort
claire. Il se mit en chemin avec les deux autres Français. Chargés
tous trois de leur bagage, et suivant le bord de la mer, ils
marchèrent quelque temps sans obstacle; mais, lorsqu'ils furent proche
de l'almadie, ils se virent environnés tout d'un coup de chrétiens du
pays, amis des Portugais, qui s'étaient mis en embuscade pour les
attendre, et qui fondirent sur eux en criant _mata, matao_,
c'est-à-dire, _tue, tue_, et leur donnant même quelques coups pour
augmenter leur frayeur. Pyrard s'écria qu'il était catholique, et les
supplia de ne pas le tuer, du moins sans confession. Ils parurent peu
sensibles à sa prière, et le traitèrent de luthérien. Ensuite l'ayant
saisi au collet, lui et ses compagnons, ils leur lièrent étroitement
les mains derrière le dos, et les menacèrent de la mort, s'ils
ouvraient la bouche pour parler. Ils leur tinrent l'épée sur la gorge
pendant plus d'une heure, pour se donner le temps de rendre compte aux
facteurs portugais du succès de leur entreprise. Le chef de ces
brigands était un métif de Cochin, nommé _Jean Furtado_, qui était
depuis quelque temps à Calicut pour se faire restituer un navire que
les corsaires voisins lui avaient enlevé. Aussitôt que son messager
fut revenu, il fit dépouiller les trois Français de tout ce qu'ils
avaient apporté, et les fit jeter nus et liés dans une almadie presque
remplie d'eau, où ils s'imaginèrent d'abord qu'on voulait les noyer.
Cependant il leur promit avec serment de ne leur faire aucun mal.
L'almadie fut mise en mer. On s'avança jusqu'à la côte de Chaly, où
l'on prit terre. Peu de temps après ils arrivèrent à Cochin.

Pendant qu'ils étaient dans leur barque, attendant le retour d'un des
guides qui était allé porter au gouverneur la lettre de Furtado, ils
admirèrent la foule du peuple que la curiosité amenait pour les voir.
Chacun leur disait qu'ils seraient pendus le lendemain, et leur
montrait une grande place à droite de la rivière en entrant dans la
ville; on y voyait encore une potence où deux ou trois Hollandais
avaient été accrochés depuis peu de temps. Ils n'avaient pour habits
qu'une simple pièce de coton; car, en les congédiant, Furtado leur
avait ôté ceux qu'il leur avait fait prendre à Chaly. Bientôt ils
virent paraître un seigneur portugais, accompagné de sept ou huit
esclaves armés de pertuisanes, qui les conduisit chez le gouverneur:
ils y furent interrogés, et leurs réponses furent regardées comme
autant d'impostures. Cependant la femme et les filles du gouverneur,
qui obtinrent la liberté de les voir, et dont Pyrard admira la beauté,
parurent touchées de quelque sentiment de compassion qui les aurait
portées, dit-il, à leur faire du bien, si la crainte ne les eût
arrêtées. Ils furent menés de là chez l'oydor de cidade, ou le juge
criminel, pour être traités comme des voleurs; mais heureusement cet
officier refusa d'être leur juge, parce qu'ils étaient prisonniers de
guerre. Enfin le gouverneur les fit conduire dans la prison publique,
pour attendre l'occasion de les envoyer à Goa devant le tribunal du
vice-roi des Indes. C'est par ces traitemens atroces que les Portugais
s'efforçaient d'épouvanter les négocians d'Europe que la curiosité ou
l'intérêt pouvait attirer dans les Indes.

La prison de Cochin se nomme le _tronco_. C'est une grande et haute
tour carrée, sous le toit de laquelle est un plancher, avec une espèce
de trape qui ferme à clef, et par où l'on descend les prisonniers sur
une planche soutenue par quatre cordes; on les retire de même. La
profondeur de cette espèce de puits est de six à sept toises. Il n'a
pas de porte par le bas, et ne reçoit de jour que par une grande
fenêtre pratiquée dans le mur, qui est d'une brasse et demie
d'épaisseur, et fermée par de gros barreaux de fer, au travers
desquels on peut passer un pain de la grosseur de deux livres. C'est
par cette ouverture que le geôlier fournit aux captifs, avec une sorte
de pelle à long manche, ce qu'on juge à propos de leur accorder. La
grille de fer est triple, c'est-à-dire qu'il y en a une en dedans, une
en dehors, et une au milieu. Pyrard ne peut s'imaginer qu'il y ait de
plus effroyable prison dans le reste du monde. Lorsqu'on l'eut fait
monter au sommet de la tour avec ses compagnons, on écrivit leurs noms
sur le registre commun. Ils observèrent que ce sommet était une autre
prison; et leur espérance, pendant quelques momens, fut de n'être pas
menés plus loin. Ils y trouvèrent un Hollandais qu'ils avaient vu aux
Maldives, où il avait perdu son vaisseau, et qui avait été tiré depuis
peu de la prison d'en bas, à l'occasion d'une violente maladie, et
surtout à la recommandation des jésuites. Mais ils furent beaucoup
plus surpris d'y voir un gentilhomme qui avait été à Marseille, et
qui, parlant bien la langue française, leur demanda des nouvelles de
M. le duc de Guise, au service duquel il avait été. Il leur fit
présent d'une pièce d'or de la valeur d'une cruzade; enfin le geôlier
les fit descendre dans la prison inférieure, qui contenait alors cent
vingt ou cent trente prisonniers portugais, métifs, indiens chrétiens,
mahométans et gentils. L'usage entre ces malheureux est de choisir
parmi eux un ancien auquel ils obéissent. Chacun lui paie un droit
d'entrée, dont il donne la moitié au geôlier, et sur lequel il est
obligé d'entretenir une lampe devant une image de Notre-Dame. La messe
se dit tous les jours de fête, du côté extérieur de la grille. Comme
ce lieu est le plus sale et le plus infect qu'on puisse se
représenter, on a besoin d'une force extraordinaire pour résister
long-temps aux vapeurs empoisonnées qu'on y respire. La lampe qu'on y
entretient allumée pendant toute la nuit s'éteint souvent faute d'air.
On est forcé, par l'excès de la chaleur, d'être nu jour et nuit. À la
vérité, quelques esclaves, payés par l'ancien, rafraîchissent l'air
avec un grand éventail; mais le principal soulagement, sans lequel on
périrait dès les premiers jours, vient d'une confrérie portugaise de
la Miséricorde, qui donne tous les jours à chaque prisonnier chrétien
une demi-tengue, c'est-à-dire la valeur de cinq sous, et aux autres,
une fois le jour, du riz cuit et du poisson. On fournit aussi de l'eau
pour se laver. Pyrard et ses deux compagnons n'eurent pas demeuré neuf
à dix jours dans cet horrible cachot, qu'ils se trouvèrent le corps
enflé et couvert de bubes fort douloureuses.

Quelques prisonniers portugais leur conseillèrent d'écrire aux pères
jésuites du collége de Cochin. Le supérieur ne tarda pas à les venir
visiter; et les ayant reconnus Français et catholiques, il entreprit
d'obtenir leur liberté. Le gouverneur lui répondit qu'ayant déjà écrit
au vice-roi, il n'en était plus le maître, mais que son dessein était
de les envoyer à Goa, et que, dans l'intervalle, il consentait qu'ils
fussent élargis, à condition que les jésuites s'obligeraient à les
représenter. Ainsi, quittant leurs chaînes, ils furent assez bien
traités jusqu'à leur départ; et l'usage que Pyrard fit de sa liberté
fut pour observer ce qu'il y a de remarquable à Cochin.

Une flotte portugaise devait retourner à Goa, qui n'est qu'à cent
lieues de Cochin, au nord. Pyrard ayant employé les jésuites pour
obtenir d'y être embarqué avec ses compagnons, cette grâce leur fut
accordée; mais le gouverneur de Cochin commença par leur remettre aux
pieds des fers qui pesaient trente ou quarante livres, et les livra
dans cet état au général. Pyrard eut le malheur d'être mis dans la
galiote d'un capitaine barbare, qui se nommait _Pedro de Poderoso_, et
qui, le prenant pour un Hollandais, le traita pendant toute sa
navigation avec la dernière cruauté. D'autres incidens le jetèrent
dans une dangereuse maladie, à laquelle il eût mille fois succombé,
sans le secours d'un religieux dominicain, dont il reçut tous les bons
offices de la charité. Les Portugais mouillèrent à Cananor, qui est
éloigné de Cochin d'environ quarante lieues; et, ne s'y étant arrêtés
que trois jours, ils arrivèrent à Goa au commencement de juin.

Tant d'infortunes et de maladies avaient réduit Pyrard et l'un de ses
compagnons dans un si triste état, que, lorsqu'on voulut leur ôter
leurs fers pour les conduire devant le général, il leur fut impossible
de marcher: un reste d'humanité fit prendre le parti de les porter à
l'hôpital du roi. On les y plaça d'abord à la porte, sur des siéges,
pour attendre les officiers qui devaient leur en permettre l'entrée.
Ils furent si frappés de la beauté de l'édifice, qu'ils le prirent
moins pour un hôpital que pour un vaste palais. Cependant ils
remarquèrent au-dessus de la porte l'inscription d'_hôpital du roi_,
avec les armes de Castille et de Portugal, et une sphère. On les fit
bientôt entrer dans un grand portique, où des médecins vinrent les
visiter. De là ils furent transportés par un grand escalier de pierre,
dans la chambre où ils devaient être traités; et le directeur général,
qui était un jésuite, ordonna qu'on leur fournît promptement tout ce
qui était convenable à leur situation.

Ce n'est pas sans raison que l'auteur s'attache à ces légères
circonstances. Comme il ne croit pas qu'il y ait au monde un hôpital
comparable à celui de Goa, il en donne une description dont il espère
que l'utilité se fera sentir pour le bien public à toutes les nations
où son ouvrage sera connu. Cet édifice est de fort grande étendue, et
situé sur le bord de la rivière. C'est une fondation des rois de
Portugal, avec un revenu de vingt-cinq mille pardos, qui valent,
dit-il, chacun vingt sous de notre monnaie, et trente-deux du pays,
mais fort augmenté par les libéralités de divers seigneurs. D'ailleurs
le seul fonds royal est un revenu considérable dans un pays où les
vivres sont à très-bon marché, et l'excellente administration des
jésuites qui le gouvernent[2] sert encore à le multiplier de jour en
jour. Ils envoient jusqu'à Cambaye, pour en faire apporter le froment
et d'autres provisions. Les autres officiers sont des Portugais et des
esclaves chrétiens. Il y a quantité de médecins, de chirurgiens et
d'apothicaires, qui sont obligés, deux fois le jour, de visiter les
malades; mais aussi le nombre en est fort grand, quoiqu'on n'y reçoive
pas les Indiens, qui ont un hôpital à part; ni les femmes, qui sont
aussi dans un bâtiment séparé. Lorsque Pyrard y fut admis, on en
comptait quinze cents, tous Portugais, et la plupart soldats. Ils ont
chacun leur lit, à deux pieds l'un de l'autre, composé de plusieurs
matelas de coton et de taffetas. Les bois ont peu d'élévation, mais
ils sont peints fort proprement de diverses couleurs. Chaque espèce de
maladie a des chambres qui lui sont propres, et l'on n'y dresse des
lits qu'à mesure qu'il y entre des malades. Tout le linge est de coton
très-fin et fort blanc. On commence par raser le poil à ceux qui
arrivent, dans toutes les parties du corps. On les lave soigneusement,
après quoi rien n'est épargné pour les entretenir dans cette propreté.
Le nombre des objets qu'on leur fournit forme un détail surprenant, et
tout est changé de trois jours en trois jours. Les étrangers n'ont la
liberté d'entrer dans l'hôpital que le matin, depuis huit heures
jusqu'à onze, et l'après-midi depuis trois jusqu'à six. Il est permis
aux malades de manger avec leurs amis; et quand les serviteurs
s'aperçoivent qu'un ami vient les visiter, ils apportent quelque chose
de plus qu'à l'ordinaire. Ils donnent du pain autant qu'on en demande.
Les pains y sont petits, et l'on en porte trois ou quatre à un malade,
quoique le plus souvent il n'en puisse manger qu'un. Ce qui est
desservi ne se présente jamais une seconde fois. On ne donne jamais
moins qu'un poulet entier, rôti ou bouilli, et chacun obtient ce qu'il
demande, riz, excellens potages, oeufs, poissons, confitures, et toute
sorte de fruits, à moins que le médecin ne lui en ait interdit
l'usage. Les plats et les assiettes sont de porcelaine de la Chine.
Après le repas, un officier portugais demande tout haut dans chaque
chambre si chacun a sa nourriture ordinaire, et s'il y a quelque sujet
de plainte.

[Note 2: On sait que les jésuites, depuis leur expulsion de l'Espagne
et du Portugal, n'ont plus aucune administration dans les Indes, mais
on se conforme ici au temps où écrivait l'auteur.]

Les bâtimens sont d'une grande étendue. On y voit quantité de
galeries, de portiques et d'agréables jardins, où les malades qui
commencent à se rétablir ont la liberté d'aller respirer l'air. On
leur fait changer de chambre à mesure qu'ils commencent à se porter
mieux, et chacun est placé avec ceux qui sont au même degré de
convalescence. Au milieu de l'hôpital est une grande cour, bien pavée,
dont le centre est un bassin d'eau, où les malades vont quelquefois se
baigner. Toutes les parties de l'édifice sont éclairées la nuit par un
mélange de lampes, de lanternes et de chandelles. Au lieu de verre,
les lanternes sont d'écailles d'huîtres, comme toutes les vitres des
églises et des maisons Goa. Les galeries sont revêtues de fort belles
peintures, dont les sujets sont tirés de l'histoire sainte. L'hôpital
a deux églises éclatantes de richesses et d'ornemens. En un mot, l'air
de grandeur, de propreté et d'abondance qui règne dans cette belle
fondation forme un spectacle si magnifique, que le vice-roi,
l'archevêque et les principaux seigneurs vont souvent s'y promener.
Cet établissement fait honneur sans doute au gouvernement de Goa; mais
ce n'est pas assez de son hôpital, fût-il encore plus beau, pour faire
pardonner son inquisition.

Dans l'espace de vingt jours, Pyrard et son compagnon se trouvèrent
si parfaitement rétablis, qu'osant se promettre tout de l'humanité de
leurs hôtes, ils ne doutèrent pas que de si heureux commencemens ne
fussent comme le prélude de leur liberté. On leur avait même envoyé le
troisième Français, qui ne se louait pas moins des soins qu'on avait
eus de sa santé, quoiqu'il ne fût malade que de fatigue. Ils se
joignirent tous trois pour demander au directeur la permission de se
retirer. Loin de paraître empressé à les satisfaire, le directeur
employa pendant trois mois divers prétextes pour retarder leur départ.
Il n'ignorait pas apparemment de quelle manière ils devaient être
traités. Enfin, cédant à leurs instances, il leur dit de le suivre,
puisqu'ils désiraient si ardemment de sortir. Il les mena dans un
magasin où il leur fit donner des habits neufs, et à chacun un
_pardo_, ou trente-deux sous du pays. Il les pressa de déjeuner,
malgré l'impatience qu'ils avaient de le quitter; et, paraissant
s'attendrir sur leur sort, il leur donna sa bénédiction. À peine se
fut-il éloigné de leurs yeux, qu'ils se virent rudement saisis par
deux sergens, accompagnés de leurs recors. On leur lia les mains, et,
sans écouter leurs plaintes, on les conduisit dans une prison de la
ville. Le geôlier et sa femme étaient métifs. Ayant appris que ces
trois étrangers étaient Français et catholiques, ils les traitèrent
avec assez de douceur; les prisons de Goa sont d'ailleurs moins
rigoureuses et moins infectes que celles de Cochin. L'ordonnance du
roi de Portugal oblige de nourrir tous les prisonniers de guerre et
les étrangers; mais une partie de l'argent qu'on leur destine est
volée par les officiers. Cependant les confrères de la Miséricorde y
suppléent généreusement. Pyrard se trouva moins misérable qu'il ne s'y
était attendu. Après avoir passé un mois dans cette situation, il fut
reconnu pour Français par un jésuite qui venait visiter les prisons;
et, dans l'entretien qu'il eut avec lui, il apprit qu'il y avait au
collége de Saint-Paul de Goa un jésuite français qui se nommait le
père Étienne de la Croix. Il ne balança point à lui écrire, et dès le
lendemain cet honnête missionnaire, étant venu à la prison, le consola
non-seulement par ses exhortations, mais par le partage de sa bourse,
et plus encore par la promesse de demander au vice-roi sa liberté et
celle de ses compagnons. Il était de Rouen: son zèle se refroidit si
peu, qu'il ne cessa pas d'importuner pendant l'espace d'un mois le
vice-roi et l'archevêque. On lui répondit long-temps que les trois
Français méritaient la mort; qu'ils étaient venus aux Indes contre
l'intention de leur propre roi, et depuis la conclusion de la paix
entre l'Espagne et la France. Le vice-roi paraissait résolu de les
envoyer en Espagne pour y être jugés par le roi même; mais le jésuite
mit tant d'ardeur dans ses instances, qu'il obtint enfin la liberté
des trois prisonniers.

Ils se crurent sortis du tombeau. Cependant leur sort en revoyant la
lumière fut d'être réduits à la qualité de soldats dans les troupes
portugaises, et de vivre deux ans à Goa de la paie commune. Ils
trouvaient, à la vérité, beaucoup de secours dans les maisons des
seigneurs, où l'usage du pays n'est pas d'épargner les vivres; mais
ils furent obligés de suivre leurs corps dans diverses expéditions,
jusqu'à Diu et Cambaye, et du côté opposé, jusqu'au cap de Comorin et
jusqu'à l'île de Ceylan. Ce fut dans les intervalles de ces courses
que Pyrard s'attacha souvent à recueillir ce qu'il observait de plus
remarquable dans la capitale des Indes portugaises. Il confesse
néanmoins que, s'il lui était resté quelque espérance de revoir jamais
sa patrie, il aurait apporté beaucoup plus de soin à ce travail; mais,
depuis le jour de son naufrage, il avait vu si peu d'apparence à son
retour, qu'il ne s'était jamais flatté sérieusement d'une si douce
idée. D'ailleurs les Portugais sont si jaloux de tout ce qui
appartient à leurs établissemens, que, s'ils eussent pu le soupçonner
d'y porter un coup d'oeil curieux, il devait s'attendre à périr
misérablement dans les horreurs d'une éternelle prison. Divers
exemples lui servaient de leçon. Il savait qu'ayant pris, vers la côte
de Mélinde, la chaloupe d'un navire anglais dans laquelle ils avaient
trouvé un matelot de cette nation la sonde à la main, ils avaient ôté
la vie à ce malheureux par un cruel supplice. Ainsi, loin de chercher
à leur faire prendre une haute idée de son esprit, il affectait d'en
marquer peu, jusqu'à feindre de ne savoir lire ni écrire, et de ne pas
entendre la langue portugaise. Il exécutait leurs ordres avec une
soumission aveugle, et s'il découvrait quelques marques de haine ou de
mauvaise disposition pour lui, il ne dormait tranquillement qu'après
avoir obtenu par ses services l'amitié de ceux qu'il redoutait. Malgré
toutes ces précautions, il lui est impossible, dit-il, d'exprimer les
affronts, les injures et les opprobres qu'il essuya dans une si longue
captivité.

Pendant son séjour à Goa, il apprit de quelques Anglais, qui avaient
été faits prisonniers dans la rivière de Surate, que _le Croissant_,
l'un des deux vaisseaux avec lesquels il était parti de Saint-Malo,
avait mouillé dans l'île de Sainte-Hélène à son retour, et que, se
trouvant en fort mauvais état, il avait tenté de surprendre un navire
anglais qui avait relâché dans la même rade. Les Anglais, plus faibles
d'hommes, se dérobèrent pendant la nuit. _Le Croissant_, qui faisait
eau de toutes parts, ne put arriver en France et ne sauva ses
marchandises que par un événement dont l'auteur fut informé dans un
autre lieu. Il apprit aussi à Goa que le maître de son propre vaisseau
et les onze matelots qui s'étaient échappés des Maldives étaient
arrivés à Ceylan, pays de la dépendance des Portugais; mais que le
maître y était mort de maladie avec quelques autres, et que, de ceux
qui restaient, les uns s'étaient embarqués pour le Portugal, et les
autres avaient pris parti dans les troupes de la même nation.

Le général, satisfait des services de Pyrard dans l'île de Ceylan, lui
avait promis sa recommandation auprès du vice-roi pour lui faire
obtenir la liberté de retourner en Europe au départ des caraques. Ses
compagnons étant compris dans cette promesse, ils formaient tous trois
les mêmes voeux pour l'heureuse navigation de la flotte, et le moindre
vent qui pouvait l'éloigner de Goa leur causait de mortelles alarmes.
Ils y arrivèrent enfin; mais, tandis qu'ils se repaissaient de leurs
espérances, le vice-roi, sur quelques défiances qu'il conçut des
étrangers qui se trouvaient dans la ville, fit arrêter tous ceux qui
n'étaient pas venus aux Indes dans les navires de Portugal. Quelques
Anglais arrivés nouvellement furent conduits les premiers dans une
étroite prison, et les trois Français ne furent pas exempts du même
sort. Il fallut encore avoir recours aux jésuites, qui recommencèrent
leurs sollicitations à la cour du vice-roi. Pyrard nomme le P. Gaspar
Aléman, qu'on honorait du titre de père des chrétiens; le P. Thomas
Stevens, Anglais de nation; le P. Jean de Cènes, de Verdun; le P.
Nicolas Trigault, de Douai; le P. Étienne de la Croix, de Rouen. Leur
zèle fut si actif et si pressant, que dans l'espace de six semaines il
fit ouvrir aux trois Français les portes de leur prison.

Avant la fin de l'hiver, on vit arriver au port de Goa quatre grandes
caraques, chacune du port d'environ deux mille tonneaux. Quatre mois
furent employés à les réparer. Elles furent équipées pour le retour,
et chargées de poivre. Don Antoine Furtado de Mendoza, qui sortait de
l'administration, en devait prendre le commandement jusqu'à Lisbonne.
On était persuadé que ce seigneur, qui était malade depuis long-temps,
avait été empoisonné par la main d'une femme: l'usage des poisons
lents est commun dans les Indes. C'était néanmoins un des plus grands
hommes que le Portugal eût employés dans la dignité de vice-roi. Il
était venu fort jeune à Goa, et la fortune l'avait accompagné dans
toutes ses guerres. Le roi d'Espagne ne l'avait rappelé que sur sa
réputation, et par le désir de voir un sujet dont il avait reçu
d'importans services. Aussi promettait-il au peuple, dont il était
adoré, de revenir aux Indes lorsqu'il aurait satisfait aux ordres du
roi; mais il n'acheva pas son voyage; la mort le surprit sur mer à la
vue des îles Açores.

Le passe-port de Pyrard et de ses compagnons contenait seulement un
ordre aux officiers de la quatrième caraque de les faire embarquer
avec leur bagage, et de leur donner une certaine mesure d'eau et de
biscuit, telle qu'elle est réglée pour les mariniers. Le roi
fournissait toutes les commodités à ceux qui allaient aux Indes; mais
il n'accordait que du biscuit et de l'eau à ceux qui en revenaient,
dans la crainte que trop de facilité pour le retour ne fît perdre à
quantité de Portugais l'envie d'y demeurer.

Pyrard observa d'abord avec étonnement la grandeur du navire. Il le
compare à un château, non-seulement pour son étendue, mais encore par
le nombre d'hommes qu'il portait, et par la quantité incroyable de ses
marchandises. Il en était si chargé, qu'elles s'élevaient presqu'à la
moitié du mât, et qu'il restait à peine des passages pour marcher.
Quatre jours se passèrent avant qu'on mît à la voile. Dans cet
intervalle, on n'entendit que le bruit des instrumens de musique, de
la mousqueterie et du canon, d'une infinité de barques où les
Portugais de la ville venaient dire adieu à leurs amis; d'autant plus
qu'une flotte, qui allait faire la conquête de Coësme, entre Sofala et
Mozambique, était prête alors à lever l'ancre. Le lendemain de
l'embarquement, un officier, voyant Pyrard oisif tandis qu'on
travaillait au navire, lui donna un soufflet et le traita de
luthérien, avec menace de le jeter dans la mer, s'il ne se rendait pas
plus utile au bien public. Cette leçon lui donna de l'ardeur pour le
travail. En effet, d'environ huit cents personnes qui étaient sur la
caraque, en y comprenant les esclaves et soixante femmes indiennes ou
portugaises, il y en avait peu qui ne parussent empressées pour la
sûreté commune.

En sortant de la barre de Goa, on aperçoit, à douze lieues vers le
nord, des îles fort sèches et comme brûlées, que les Portugais nomment
_islas quimadas_, écueils dangereux pour la navigation. C'est la
première terre qu'on découvre en venant de Lisbonne à Goa. Lorsqu'on
fut à la voile, Pyrard et ses compagnons, qui s'étaient attendus à
être traités comme sur des vaisseaux français, furent extrêmement
surpris de ne voir donner aux gens de l'équipage qu'une petite portion
de pain et d'eau. Ayant compté jusqu'alors qu'on leur fournirait des
vivres, ils n'avaient pris qu'une petite quantité de rafraîchissemens,
qui ne leur devait pas durer plus de quatre jours. Ils se présentèrent
au capitaine et à l'écrivain, et leur montrèrent leur passe-port,
qu'ils n'avaient fait voir encore qu'aux gardes du navire en y
entrant. Le capitaine parut étonné d'avoir trois Français sur son
bord; mais il le fut beaucoup plus de trouver que le passe-port
n'était pas dans la forme qui ordonne les vivres, quoique l'usage soit
de nourrir aux dépens du roi ceux qui sont embarqués par ses ordres.
Il plaignit les Français de n'avoir pas mieux pourvu à leurs besoins;
et, s'emportant contre le vice-roi et les officiers, il les traita de
voleurs, qui ne manqueraient pas de mettre sur leur compte la
nourriture des trois étrangers comme s'ils l'avaient reçue. Il ajouta
que le pain et l'eau qu'on leur donnerait pendant la route seraient
une diminution de la portion des mariniers. Cependant leur situation
inspira tant de pitié à tous ceux qui en furent informés, qu'elle leur
attira du moins un traitement plus doux. Leur misère fut respectée;
mais ils eurent beaucoup à souffrir du côté de la nourriture. On leur
donnait par mois trente livres de biscuit et vingt-quatre pintes
d'eau; et comme ils n'avaient pas de lieu fermé pour y garder cette
provision, il arrivait souvent qu'on leur en dérobait quelques
parties, surtout pendant la nuit; ils n'avaient pas même de quoi se
mettre à couvert de la pluie. Une autre incommodité, qui n'était pas
moins nuisible à leur repos qu'à leurs alimens, était la multitude
d'une sorte d'insectes ailés, fort semblables aux hannetons, qui sont
un tourment continuel dans le retour des Indes, et qu'on apporte de
cette contrée. Ils jettent une puanteur insupportable lorsqu'on les
écrase: ils mangent le biscuit, ils percent les coffres et les
tonneaux; ce qui cause souvent la perte du vin et des autres liqueurs.
La caraque était remplie de ces fâcheux animaux. Pyrard trouvait
d'ailleurs le biscuit portugais de très-bon goût. Il est aussi blanc,
dit-il, que notre pain de chapitre; aussi n'y emploie-t-on que le pain
le plus blanc, qu'on coupe en quatre morceaux plats, et qu'on remet
deux fois au feu pour le faire cuire. Tout le monde avait la même
portion d'eau que les officiers du navire. L'épargne est recommandée
sur cet article, parce que, les provisions générales ne devant durer
que trois mois, on se trouve réduit à de terribles extrémités lorsque
le voyage est beaucoup plus long. Quelques honnêtes gens invitaient
quelquefois les trois Français à manger avec eux, ou leur envoyaient
ce qui sortait de leur table; mais, les vivres étant salés, Pyrard ne
mangeait qu'avec précaution, parce qu'avec si peu d'eau par jour, il
craignait la soif dans les calmes et les grandes chaleurs qu'on
souffrait continuellement.

Après neuf ou dix jours de navigation, l'alarme se répandit sur la
caraque à la vue de trois vaisseaux qui allaient des côtes de l'Arabie
vers les Maldives. On les prit pour des Hollandais, et la plupart des
gens de l'équipage se souvenant d'avoir été maltraités par cette
nation, le ressentiment et la crainte les faisaient déjà penser à
tourner leur vengeance sur les trois Français, qu'ils regardaient
comme les amis des Hollandais, ou que, dans leur prévention ordinaire,
ils comprenaient avec eux sous le nom de _lutheranos_. Quelques-uns
proposaient de les jeter dans la mer. Mais cette petite escadre ayant
suivi tranquillement sa route, on jugea que c'étaient des Arabes qui
allaient aux Maladives ou à Sumatra.

On passa la terre de Natal sans essuyer aucun outrage de la mer et des
vents; mais les grandes afflictions étaient réservées au passage du
Cap. Pyrard observe qu'on était parti trop tard de Goa. L'usage est de
se mettre en mer à la fin de décembre ou au commencement de janvier,
et ceux qui s'en écartent ne manquent pas d'être exposés à tout ce que
la mer a de plus redoutable. Il serait inutile de s'étendre avec
l'auteur sur tous les obstacles qui retinrent deux mois la caraque à
la vue du cap de Bonne-Espérance, et qui la rendirent le jouet
pitoyable des vents et des flots. Elle était si ouverte, que, dans un
si long espace de temps, les deux pompes ne furent abandonnées ni nuit
ni jour. Quoique tout le monde y travaillât, jusqu'au capitaine, on ne
pouvait suffire à vider l'eau qui entrait de toutes parts. La grande
vergue se rompit deux fois dans le milieu, et les voiles furent mises
plusieurs fois en pièces. Trois matelots et deux esclaves furent
emportés au loin dans la mer. Le péril devint si pressant, qu'on
résolut de soulager le vaisseau en jetant toutes les marchandises;
mais cette fatale nécessité fut l'occasion d'un autre désordre. Comme
il fallait commencer par les coffres et les ballots qui s'offraient
les premiers, il s'éleva une si furieuse querelle, qu'on en vint aux
coups d'épée. Le capitaine, quoique appelé par d'autres soins, fut
contraint d'employer tous ses efforts pour arrêter les plus furieux,
et de leur faire mettre les fers aux pieds. Ce qui augmentait la
douleur et les regrets, c'est qu'en arrivant à la vue du Cap, on
n'aurait eu besoin du même vent que six heures de plus pour le
doubler.

Dans cette extrémité qui paraissait sans remède, le capitaine ayant
tenu conseil avec les gentilshommes et les marchands, tout le monde
penchait à retourner aux Indes; d'autant plus qu'il était défendu par
le roi d'Espagne de s'efforcer dans cette saison de doubler le cap de
Bonne-Espérance; et qu'en supposant même qu'on y pût arriver, il était
impossible à un bâtiment tel que la caraque d'y aborder et d'y prendre
port; mais les pilotes combattirent cet avis, parce que la caraque
n'était pas en état de recommencer une si longue route, sur tout ayant
à repasser la terre de Natal, où il fallait s'attendre à de nouvelles
tempêtes. On se trouvait assez près de la terre pendant le conseil. À
peine fut-il fini, qu'on y fut pris d'un calme qui rendit les voiles
inutiles pour se retirer au large. La caraque fut portée par
l'agitation des flots ou la violence des courans dans une grande baie,
dont il était impossible de sortir sans le secours du vent. Cependant
on voyait sur les côtes un prodigieux nombre de sauvages qui
paraissaient s'attendre à profiter des débris du vaisseau. Le
capitaine exhortait déjà tout le monde à prendre les armes, et l'on
était également occupé de la crainte de se briser contre la côte et de
celle de tomber entre les mains de ces barbares; mais le ciel permit,
dans ce danger, qu'il s'élevât un petit vent de terre qui sauva la
caraque en la jetant hors de la baie.

Ce ne fut que le dernier jour de mai, après quantité d'autres
infortunes, que le vent devint propre à doubler le Cap. Les pilotes
reconnurent le lendemain qu'on l'avait passé, et la joie commença
aussitôt à renaître dans l'équipage, avec l'espérance d'arriver
heureusement à Lisbonne. Les Portugais ne s'y livrent jamais qu'après
avoir passé le Cap, et se croient toujours menacés jusque-là de
retourner sur leurs traces. On aborda le 5 juin dans l'île de
Sainte-Hélène.

Cette île, qui n'a que cinq ou six lieues de circuit, est entourée de
grands rochers contre lesquels la mer bat sans cesse avec furie, et
qui retiennent dans leurs concavités l'eau que la chaleur du soleil
épaissit et change en un fort beau sel. L'air y est pur et les eaux
sont fort saines. Elles descendent des montagnes en plusieurs gros
ruisseaux, qui n'ont pas beaucoup de chemin à faire pour se jeter dans
la mer. On trouve, dans un si petit espace, des chèvres, des
sangliers, des perdrix blanches et rouges, des ramiers, des poules
d'Inde, des faisans et d'autres animaux; mais ce qu'il produit de plus
utile à la navigation, est une quantité extraordinaire de citrons,
d'oranges et de figues, qui, avec la pureté de l'air et la fraîcheur
des eaux, servent de remèdes certains à ceux qui viennent y chercher
du soulagement pour le scorbut. Pyrard est persuadé que l'île doit
tous ces fruits, et même ces animaux, aux premiers Portugais qui la
découvrirent. Ils y laissaient autrefois leurs malades, et les autres
nations suivirent leur exemple; mais depuis neuf ans les Hollandais y
avaient commis tant de ravage, qu'il ne fallait plus faire de fond sur
les fruits. La nature y prenait soin de la rade, qui est bonne dans
toutes les saisons, et si profonde que les caraques mêmes peuvent
s'approcher jusqu'au rivage.

Avec quelque soin que la caraque eût été réparée, un nouvel accident
fit douter si elle était capable d'achever le voyage. On avait levé
une des deux ancres de devers la terre; mais lorsqu'on voulut lever la
seconde, elle se trouva prise dans un gros câble qui était demeuré
depuis long-temps au fond de la mer, et qui, la faisant couler à
mesure qu'on s'efforçait de la tirer, fit approcher le navire fort
près du rivage. Le capitaine, qui s'en aperçut, fit couper aussitôt le
câble de l'ancre, et donna ordre qu'on mît à la voile. Malheureusement
le vent changea tout à coup, et, venant de la mer, il poussa la
caraque avec tant de violence, qu'elle demeura couchée l'espace de
cinq heures avec fort peu d'eau. On vit même sortir quelques planches
du fond; chacun se crut perdu. On ne balança point à décharger les
eaux douces qu'on venait de prendre dans l'île, et les marchandises de
moindre prix. On fit porter les ancres bien loin en mer, pour tirer le
navire à force de bras. Enfin il recommença heureusement à flotter;
mais il faisait beaucoup d'eau, et le capitaine jugeant, après un long
travail, qu'on avait besoin de quelqu'un qui sût plonger, promit cent
cruzades à celui qui rendrait un si important service. Un des
compagnons de Pyrard, ancien charpentier du _Forbin_, fut le seul qui
s'offrit, quoiqu'il doutât lui-même du succès, parce qu'il fallait
demeurer très-long-temps sous l'eau, et visiter entièrement le dessous
du navire. D'ailleurs il faisait assez froid, car le soleil était
alors au tropique du cancer, ce qui est l'hiver de l'île. Cependant,
excité par les promesses de tout le monde et par ses propres offres,
il alla plusieurs fois sous le vaisseau, et rapporta même quelques
planches brisées; mais il jugea que la quille n'était point
endommagée, et son témoignage rassura le capitaine. On regretta de
n'avoir pas connu plus tôt l'utilité qu'on pouvait tirer des Français,
et leur situation devint plus douce. On fit une quête dans la caraque
en faveur du charpentier, et le capitaine l'assura d'une grosse
récompense, s'il voulait aller jusqu'en Portugal. Quoiqu'on eût
employé dix jours à remédier à ce mal, on n'en prit pas moins la
résolution d'aller se radouber au Brésil. Pyrard admire ici la bonté
du ciel. Sans ce favorable accident, on aurait continué la navigation
vers le Portugal, et la caraque ne pouvait manquer de périr. On
s'aperçut, en la visitant, que le gouvernail ne tenait presque plus,
et la moindre tempête l'aurait précipité dans les flots.

On commença le 8 d'août à découvrir la terre du Brésil, qui paraît
blanche de loin comme des toiles tendues pour sécher, ou comme un
grand amas de neige. Aussi les Portugais lui donnent-ils le nom de
_Terres des linceuls_. Le 9, on jeta l'ancre à quatre lieues de la
baie de Tous les Saints, où le pilote n'osa s'engager sans guide.
Trois caravelles qui arrivèrent bientôt chargées de rafraîchissemens
jetèrent la joie dans tout l'équipage. Il y était mort deux cent
cinquante personnes depuis Goa, et tous les autres se ressentaient de
la fatigue d'un voyage de six mois. On entra le 10 au matin dans la
baie du côté du nord, où l'on voit une fort belle église et un couvent
de l'ordre de saint Antoine. L'entrée de cette baie est large
d'environ dix lieues. Dans son milieu il y a une petite île dont les
deux côtés offrent un passage également sûr aux navires. Cependant, en
approchant de la ville, il arriva, par un malheur d'autant plus
étrange qu'on avait deux bons pilotes du pays, que la caraque toucha
sur un banc de sable, et qu'elle s'y renversa. Les caravelles et les
barques s'y présentèrent en grand nombre pour recevoir les hommes et
les marchandises. Lorsque le bâtiment fut soulagé, il se remit à flot,
et l'on alla mouiller sous le canon de la ville, qui se nomme
_San-Salvador_. Le vice-roi dépêcha aussitôt une caravelle à Lisbonne
pour donner avis de l'arrivée et du triste état de la caraque: elle
fut jugée incapable de servir plus long-temps à la navigation, et tout
le reste des marchandises fut déchargé.

Pyrard avait passé deux mois au Brésil, dans l'attente d'une occasion
pour retourner en Europe, lorsque trois gentilshommes portugais, qui
avaient conçu pour lui beaucoup d'affection, lui proposèrent de
s'embarquer avec eux. C'était don Fernando de Sylva, qui avait été
général de la flotte du nord à Goa, et deux de ses beaux-frères. Il
accepta leurs offres, et le vaisseau était près de partir; mais le
capitaine refusa de recevoir Pyrard, sous prétexte qu'ayant une fois
porté un Français qui lui avait causé plus d'embarras que tout le
reste de l'équipage, il avait fait serment de n'en jamais porter
d'autre. Ce refus devint une faveur du ciel pour l'auteur. Il apprit,
en arrivant à Lisbonne, que le navire de ce farouche capitaine
portugais avait été pris par les corsaires. Ses regrets ne tombèrent
que sur les trois gentilshommes auxquels il devait de la
reconnaissance, et qui furent menés en Barbarie.

Deux Flamands, naturalisés Portugais, et liés par une société de
commerce, dont l'un devait retourner à Lisbonne dans une hourque de
deux cent cinquante tonneaux qui leur appartenait, s'estimèrent fort
heureux de trouver Pyrard et ses deux camarades pour les servir dans
ce voyage. On convint de part et d'autre que les trois Français ne
paieraient rien pour leur passage, mais qu'ils travailleraient dans le
vaisseau sans être payés. Ils regardèrent aussi comme un bonheur de
pouvoir gagner leur passage et leur dépense par leur travail; car il
en coûtait ordinairement plus de 120 liv. La hourque était chargée de
sucre, bien fournie d'artillerie et d'autres armes, et le nombre des
passagers d'environ soixante. Pyrard, ne pouvant éviter de descendre
en Portugal, n'oublia pas de prendre un passe-port du vice-roi du
Brésil.

On mit à la voile le 7 octobre, avec un vent si contraire, qu'on fut
vingt-cinq jours à doubler le cap de Saint-Augustin, quoiqu'il ne soit
qu'à cent lieues de San-Salvador; mais le reste de la navigation ayant
été fort heureux, on découvrit dès le 15 janvier la terre de Portugal,
qui se nomme _la Brelingue_, à huit lieues de Lisbonne, au nord. Le
capitaine s'était proposé d'entrer dans le Tage; mais le vent devint
contraire, et il fallut tourner vers les îles de Bayonne. La tempête
fut bientôt si violente, qu'on employa cinq jours à gagner les îles.
Le navire faisait eau de toutes parts, et le vent, qui était de mer,
le jetait sans cesse vers la côte. Pyrard assure qu'il se fit plus de
quinze cents écus de voeux. Le principal marchand en fit un de huit
cents cruzades: la moitié pour marier une orpheline, et le reste pour
donner une lampe à Notre-Dame. Il s'acquitta de ces deux engagemens
aussitôt qu'il eut pris terre. C'est le caractère des Portugais, de
penser plutôt à faire des voeux qu'à résister au danger par
l'industrie et le travail. Depuis l'embouchure du Tage jusqu'aux îles,
Pyrard se crut dix fois enseveli dans les flots. Il regarde ce danger
comme le plus terrible qu'il eût essuyé depuis dix ans dans toutes ses
courses.

Après avoir heureusement pris terre, il se souvint que pendant sa
prison de Goa il avait promis au ciel que, si le cours de ses
aventures le conduisait jamais en Espagne, il ferait le voyage de
Saint-Jacques en Galice. Ses deux compagnons l'ayant quitté, il se
rendit à Compostelle, dont il n'était éloigné que d'environ dix
lieues. De là il prit le chemin de la Corogne, dans l'espérance d'y
trouver l'occasion de retourner en France. Elle ne se présenta qu'à
deux lieues de ce port, dans une petite rade où il s'embarqua sur une
barque de la Rochelle, dont le maître, charmé du récit de ses
aventures, lui accorda libéralement son passage. Il fut regardé avec
admiration des principaux habitans de la Rochelle, et retenu quelques
jours par leurs caresses; mais, n'aspirant qu'à revoir Laval, sa chère
patrie, il y arriva le 16 février 1611.



CHAPITRE II.

Îles Maldives.


Ces îles, qui portent, parmi leurs habitans, le nom de _Malé-Raqué_,
et qui sont nommées Maldives, et leurs peuples, Dives, par les autres
peuples de l'Inde, commencent à 8 degrés de latitude nord, et
finissent à 4 degrés du sud, ce qui fait en longueur une étendue
d'environ deux cents lieues, quoiqu'elles n'en aient que trente ou
trente-cinq de largeur. Leur distance de la terre ferme, c'est-à-dire
du cap de Comorin, de Ceylan et de Cochin, est de cent cinquante
lieues. Les Portugais comptent quatre mille cinq cents lieues depuis
l'embouchure du Tage jusqu'aux bancs des Maldives.

Elles sont divisées en treize provinces qui se nomment _atollons_,
division qui est l'ouvrage de la nature; car chaque atollon est séparé
des autres, et contient quantité de petites îles. C'est un spectacle
singulier que de voir chacun de ces atollons environné d'un grand banc
de pierre. Ils sont presque ronds ou de figure ovale, ayant chacun
environ trente lieues de tour, et s'entre-suivant du nord au sud sans
se toucher; ils sont séparés par des canaux de plus ou moins de
largeur. Du centre d'un atollon on voit autour de soi le banc de
pierre qui l'environne, et qui défend les îles contre l'impétuosité de
la mer. Les vagues s'y brisent avec tant de fureur, que le pilote le
plus hardi n'en approche pas sans effroi. Les habitans assurent que le
nombre des îles, dans les treize atollons, monte jusqu'à douze mille,
et le roi de Maldives prend le titre de _sultan de treize provinces et
de douze mille îles_: mais Pyrard s'imagine qu'il faut entendre par ce
nombre une multitude qui ne peut être comptée, d'autant plus qu'une
grande partie de ce qui porte le nom d'îles n'offre que de petites
mottes de sable inhabitées, que les courans et les grandes marées
rongent et emportent tous les jours. Il y a beaucoup d'apparence que
toutes ces petites îles et la mer qui les sépare ne sont qu'un banc
continuel, si l'on n'aime mieux penser que c'était anciennement une
seule île que la violence des flots a coupée comme en pièces. Les
canaux intérieurs sont tranquilles, et l'eau n'y a pas plus de vingt
brasses dans sa plus grande profondeur. On voit presque partout le
fond, qui est de pierre de roche et de sable blanc. Dans la basse
marée, on passerait d'une île, et même d'un atollon à l'autre, sans
être mouillé plus haut que la ceinture, et les habitans n'auraient pas
besoin de bateaux pour se visiter, si deux raisons ne les obligeaient
de s'en servir: l'une est la crainte des paimones, espèce de grands
poissons qui brisent les jambes aux hommes et qui les dévorent;
l'autre est le danger de se briser entre des rochers aigus et fort
tranchans.

La plupart des îles sont entièrement désertes, et ne produisent que
des arbres et de l'herbe. D'autres n'ont aucune verdure et sont de pur
sable mouvant, dont une partie est sous l'eau dans les grandes marées.
On y trouve dans tous les temps quantité de grosses crabes et
d'écrevisses de mer, avec un si prodigieux nombre de pinguys, qu'on
n'y peut mettre le pied sans écraser leurs oeufs et leurs petits.
Mais, quoique la chair de ces oiseaux soit fort bonne, les habitans
n'en font aucun usage. Il n'y a d'eau douce que dans les îles
habitées, non qu'elles aient aucune rivière, mais on y creuse
facilement des puits, et l'eau se présente en abondance à trois au
quatre pieds de profondeur. La nature n'en refuse pas jusqu'au bord de
la mer et dans les lieux mêmes qu'elle inonde. Ces eaux sont froides
le jour, particulièrement à midi, et la nuit fort chaudes.

Quoique les atollons soient séparés entre eux par des canaux, on n'en
compte que quatre où les grands navires puissent passer, et le péril
ne laisse pas d'y être extrême pour ceux qui n'en connaissent pas les
écueils. Les habitans ont des cartes marines où les rochers et les
basses sont exactement marqués. Ils se servent aussi de boussoles dans
ces grands canaux. Le premier est au côté du nord, et ce fut à
l'entrée que le vaisseau de Pyrard fit naufrage sur le banc de
l'atollon de Malos-Madou. Le second est, entre Pouladou et Malé,
d'environ sept lieues, et l'eau de la mer y paraît aussi noire que de
l'encre, quoique puisée dans un vase, elle ne diffère pas de toute
autre. On la voit continuellement bouillonner comme de l'eau qui
serait sur le feu, et le mouvement des flots y étant ordinairement
fort léger, ce spectacle cause une sorte d'horreur aux insulaires
mêmes. Le troisième canal est au-delà de Malé, mais vers le sud. Le
quatrième, qui est celui de Souadou, et qui n'a pas moins de vingt
lieues de largeur, est directement sous la ligne. En général, le plus
sûr de ces quatre passages a ses dangers; aussi s'efforce-t-on de fuir
les Maldives lorsqu'on n'y est pas appelé nécessairement; mais elles
sont si longues, et leur situation est telle, qu'il est difficile de
les éviter, surtout dans les calmes et les vents contraires, où les
navires, ne pouvant bien s'aider de leurs voiles, y sont entraînés par
les courans.

À l'égard des canaux de chaque atollon, quoique la mer y soit toujours
tranquille; les basses et les rochers y rendent la navigation si
dangereuse, que les habitans mêmes ne s'y exposent jamais pendant la
nuit. Le nombre des barques y est infini pendant le jour; mais l'usage
est de prendre terre le soir; ce qui n'empêche pas que les naufrages
n'y soient fréquens, malgré l'habileté des insulaires, qui sont
peut-être la nation du monde la plus exercée aux fatigues de la mer.
Les ouvertures des atollons ont peu de largeur, et chacune est bordée
de deux îles qui pourraient être aisément fortifiées. La plus large de
ces entrées n'a pas plus de deux cents pas. Le plus grand nombre en a
trente ou quarante; et par une disposition admirable de la nature,
chaque atollon a quatre ouvertures qui répondent presque directement à
celles des atollons voisins; d'où il arrive qu'on peut entrer et
sortir par les unes ou les autres de toutes sortes de vents, et malgré
l'impétuosité ordinaire des courans.

La situation des Maldives étant si proche de la ligne, on doit juger
que la chaleur y est excessive et l'air fort malsain. Cependant, comme
le jour et la nuit y sont toujours égaux, la longueur des nuits y
cause d'abondantes rosées qui les rendent très-fraîches; aussi les
grandes îles ne manquent-elles ni d'herbe ni d'arbres, malgré l'ardeur
du soleil. L'hiver commence au mois d'avril, et dure six mois; il est
sans gelée, mais continuellement pluvieux; les vents sont alors d'une
extrême impétuosité du côté de l'ouest. Au contraire, il ne pleut
jamais pendant les six mois de l'été, et les vents sont de l'est.

Ceux qui cherchent l'origine des Maldivois dans l'île de Ceylan ne se
fondent pas sur d'assez fortes raisons pour nous persuader que deux
nations qui n'ont aucune ressemblance entre elles, quoique situées à
peu près sous le même climat, puissent venir d'une source commune. Les
insulaires de Ceylan sont noirs et mal formés; les Maldivois sont
olivâtres et d'une si belle taille, qu'à l'exception de la couleur,
ils diffèrent peu des Européens. Il y a plus d'apparence qu'ils
viennent des côtes de l'Inde, quoiqu'ils en soient plus éloignés que
de Ceylan; et l'on trouverait le fond d'une comparaison plus juste,
non-seulement entre leur figure et celle des Indiens, mais même entre
leur caractère et leurs usages, surtout dans ceux qui habitent depuis
Malé jusqu'à la pointe du nord. Les Maldivois du sud ont plus de
grossièreté dans leurs manières et dans leur langage; on y voit encore
des femmes qui n'ont pas honte d'être nues, avec une seule petite
toile dont elles se couvrent le milieu du corps; au lieu que du côté
du nord les usages diffèrent peu de ceux des Indes, et la civilité n'y
est pas moins établie. C'est là que toute la noblesse fait sa demeure,
et que le roi lève ordinairement sa milice. Il est vrai
qu'indépendamment de l'origine, on peut en apporter pour raison le
commerce avec les étrangers, qui a toujours été plus fréquent dans
cette partie, et le passage de tous les navires qui enrichit et
civilise tout à la fois le pays. Mais en général le peuple des
Maldives est spirituel, industrieux, porté à l'exercice des arts,
capable même de s'instruire dans les sciences, dont il fait beaucoup
de cas, surtout de l'astronomie, qu'il cultive soigneusement. Il est
courageux, exercé aux armes, ami de l'ordre et de la police. Les
femmes sont belles; et quoique le plus grand nombre soient de couleur
olivâtre, il s'en trouve d'aussi blanches qu'en Europe.

Tous les habitans de l'un et de l'autre sexe ont les cheveux noirs, et
regardent cette couleur comme une beauté. Les filles ne portent
jusqu'à l'âge de huit ou neuf ans qu'un petit pagne qui met
l'honnêteté à couvert; et les garçons ne commencent aussi à se vêtir
qu'à l'âge de sept ans, c'est-à-dire après qu'ils ont été circoncis.
L'habillement commun des Maldivois est une sorte de haut-de-chausse,
ou de caleçon de toile, qui leur pend depuis la ceinture
jusqu'au-dessous des genoux, et par-dessus lequel ils portent un pagne
de soie ou d'autre étoffe ornée diversement, suivant les degrés du
rang ou de la richesse; le reste du corps est nu. L'habit des femmes
est fort différent de celui des hommes; elles portent de véritables
robes d'une étoffe légère de soie ou de coton, et la bienséance
établie les oblige de se couvrir soigneusement le sein. Il n'y a point
de barbiers publics aux Maldives; chacun se fait le poil avec des
rasoirs d'acier, ou des ciseaux de cuivre et de fonte. Quelques-uns se
rendent mutuellement ce service. Le roi et les principaux seigneurs se
font raser par des gens de qualité, qui se font un honneur de cette
fonction sans en tirer aucun salaire. Mais leur superstition est
extrême pour les rognures de leur poil et de leurs ongles; ils les
enterrent dans leurs cimetières avec beaucoup de soin pour n'en rien
perdre; c'est une partie d'eux-mêmes qui demande, disent-ils, la
sépulture comme le corps. La plupart vont se raser à la porte des
mosquées.

La langue commune des Maldives est particulière à ces îles, mais plus
grossière et plus rude dans les atollons du sud, quoiqu'elle y soit la
même. L'arabe s'apprend dès l'enfance comme le latin en Europe. Ceux
qui ont des liaisons de commerce avec les étrangers parlent les
langues de Cambaye, de Guzarate, de Malacca, et même le portugais.

L'île principale, qui se nomme _Malé_, et dont toutes les autres
tirent leur nom, auquel on joint _dives_, qui signifie amas de petites
îles, est à peu près au centre de cet archipel: son circuit est
d'environ une lieue et demie. Le séjour du roi, qui y tient sa cour, y
attire tant de monde, que c'est la plus peuplée comme la plus fertile;
mais elle est aussi la plus malsaine. La raison que les insulaires en
apportent, est qu'il s'élève des vapeurs malignes de la multitude des
corps qu'on y enterre. Les eaux y sont aussi fort mauvaises. Le roi et
les seigneurs s'en font apporter de quelques autres îles où l'on
n'accorde la sépulture à personne. Dans toutes les Maldives, sans en
excepter l'île de Malé, il n'y a pas de villes qui soient environnées
de murs: chaque île habitée est remplie de maisons, dont les unes sont
séparées par des rues, et les autres dispersées. Celles du peuple sont
composées de bois de cocotier et couvertes de feuilles du même arbre,
cousues en double les unes dans les autres. Les seigneurs et les
riches marchands en font bâtir d'une sorte de pierre blanche et polie,
mais un peu dure à scier, qui se trouve en abondance au fond des
canaux, et qui devient tout-à-fait noire après avoir été long-temps
mouillée de la pluie ou de toute autre eau douce. La méthode qu'on
emploie pour la tirer mérite d'être observée. Il croît dans les îles
une sorte d'arbre qui se nomme _candou_, de la grosseur du noyer,
semblable au tremble par les feuilles, et aussi blanc, mais
extrêmement mou: il ne porte aucun fruit, et n'est pas même propre à
brûler. Lorsqu'il est sec, on le scie en planches qui sont aussi
légères que le liége. Si on a quelques grosses pierres à tirer du fond
de l'eau, on y attache un câble, ce que les insulaires font d'autant
plus aisément, qu'ils savent tous plonger; ensuite ils prennent une
planche de candou, qu'ils lient ou enfilent au câble fort près de la
pierre: ils en mettent par-dessus une ou plusieurs autres, en un mot,
autant qu'il en est besoin, jusqu'à ce que le bois, flottant au-dessus
de l'eau, soulève la pierre, qu'ils conduisent alors très-facilement
jusqu'au bord de leur île. Pyrard assure qu'ils tirèrent ainsi jusqu'à
l'artillerie de son navire submergé. Les planches du même bois leur
servent à faire des radeaux bordés pour la pêche, qu'ils nomment
_candoupatis_. Une autre propriété de ce bois, est qu'il produit du
feu en frottant une pièce contre une autre, et les habitans
n'emploient pas d'autre fusil pour en allumer. À l'égard de la chaux
qui sert à lier les pierres des édifices, ils la font, comme dans la
plus grande partie des Indes, d'écailles et de coquilles qui se
trouvent au bord de la mer.

La religion des Maldives est le pur mahométisme, avec toutes ses fêtes
et ses cérémonies. Chaque île a ses temples et ses mosquées. Ceux qui
ont fait le voyage de la Mecque et de Médine reçoivent des marques
particulières d'honneur et de respect, quelque vile que soit leur
naissance, et jouissent de divers priviléges. On les nomme
_hadgis_[3], c'est-à-dire saints; et pour être reconnus, ils portent
des pagnes de coton blanc et de petits bonnets ronds de la même
couleur, avec une sorte de chapelet qui leur pend à la ceinture.

[Note 3: Ce mot ressemble beaucoup au mot grec [Grec: agios], qui
signifie _saint_.]

L'éducation des enfans est un des principaux objets de la législation
dans toutes ces îles. Aussitôt qu'un enfant est né, on le lave dans de
l'eau froide six fois le jour, après quoi on le frotte d'huile; et
cette pratique s'observe long-temps. Les mères doivent nourrir leurs
enfans de leur propre lait, sans en excepter les reines: on ne les
enveloppe d'aucun lange. Ils sont couchés nus et libres dans de petits
lits de corde suspendus en l'air, où ils sont bercés par des esclaves.
Cependant on n'en voit pas de contrefaits, et dès l'âge de neuf mois
ils commencent à marcher. Ils reçoivent la circoncision à sept ans; à
neuf, on doit les appliquer aux études et aux exercices du pays. Ces
études sont d'apprendre à lire et à écrire, et d'acquérir
l'intelligence de l'Alcoran. On leur enseigne trois sortes de lettres;
l'arabique, avec quelques lettres et quelques points qu'ils y ont
ajoutés pour exprimer les mots de leur propre langue; une autre, dont
le caractère est particulier à la langue des Maldives; et une
troisième, qui est en usage dans l'île de Ceylan et dans la plus
grande partie des Indes. Ils écrivent leurs leçons sur de petits
tableaux de bois qui sont blanchis; et lorsqu'ils les savent par
coeur, ils effacent ce qu'ils ont écrit, et reblanchissent leurs
tableaux. Ce qui doit durer est écrit sur une sorte de parchemin,
composé des feuilles d'un arbre qui se nomme _macarequeau_: ces
feuilles ont une brasse et demie de long sur un pied de large. Ils en
font des livres qui résistent mieux au temps que les nôtres. Pour
épargner le parchemin en montrant à écrire aux enfans, ils ont des
planches de bois fort polies, sur lesquelles ils étendent du sable
pour y former des lettres qu'ils font imiter à leurs élèves, et qu'ils
effacent à mesure qu'elles ont été copiées. Quoique le temps des
études soit borné, il se trouve parmi eux quantité de particuliers qui
les continuent, surtout celle de l'Alcoran et des cérémonies de leur
religion. Les mathématiques ne sont pas moins cultivées. Ils
s'attachent principalement à l'astrologie; et leur superstition va si
loin en ce genre, qu'ils n'entreprennent rien sans avoir consulté
leurs astrologues. Le roi entretient à sa cour un grand nombre de ces
mathématiciens, et se conduit souvent par leurs lumières, ou plutôt
par leurs rêveries.

Le gouvernement de l'état des Maldives est royal et fort ancien; mais,
quoique l'autorité du roi soit absolue, elle est exercée généralement
par les prêtres. La division naturelle des treize atollons forme celle
du gouvernement. On en a fait treize provinces, dont chacune a son
chef qui porte le titre de _naïbe_. Ces naïbes sont des docteurs de
la loi qui ont l'intendance de tout ce qui appartient et à la religion
et à l'exercice de la justice. Chaque île, excepté celles qui
contiennent moins de quarante et un habitans, est gouvernée par un
autre docteur qui se nomme catibe, et qui a sous lui les prêtres
particuliers des mosquées. Leurs revenus consistent dans une sorte de
dîme qu'ils lèvent sur les fruits, et dans certaines rentes qu'ils
reçoivent du roi suivant leur degré; mais l'administration principale
est entre les mains des naïbes. Ils sont les seuls juges civils et
criminels. Leur emploi les oblige de faire quatre fois l'année la
visite de leur atollon. Ils ont néanmoins un supérieur qui fait sa
résidence continuelle dans l'île de Malé, et qui ne s'éloigne jamais
de la personne du roi. Il est distingué par le titre de pandiare.
C'est tout à la fois le chef de la religion et le juge souverain du
royaume. On appelle à son tribunal de la sentence des naïbes.
Cependant il ne peut porter de jugement dans les affaires importantes
sans être assisté de trois ou quatre graves personnages, qui se
nomment _mocouris_, et qui savent l'Alcoran par coeur. Ces mocouris
sont au nombre de quinze, et forment son conseil. Le roi seul a le
pouvoir de réformer les jugemens de ce tribunal: lorsqu'on lui en fait
quelques plaintes, il examine le cas avec six de ses principaux
officiers, qui se nomment _moscoulis_, et la décision est exécutée
sur-le-champ. Les parties plaident elles-mêmes leur cause: s'il est
question d'un fait, on produit trois témoins, sans quoi l'accusé est
cru sur le serment qu'il prête en touchant de la main le livre de la
loi. Il est rigoureusement défendu au juge d'accepter le moindre
salaire, même à titre de présent; mais ses sergens, qui se nomment
_devanits_, ont droit de prendre la douzième partie des biens
contestés. Un esclave ne peut servir de témoin devant les tribunaux de
justice, et le témoignage de trois femmes, n'est compté que pour celui
d'un homme.

Les esclaves sont ceux qui se vendent volontairement, ou ceux que la
loi réduit à cette condition pour n'avoir pu payer leurs dettes, ou
des étrangers amenés et vendus en cette qualité. Le naufrage ne donne
aucun droit aux insulaires sur la liberté des étrangers. Malgré
l'humanité de cette loi, le sort des esclaves est fort dur aux
Maldives; ils ne peuvent prendre qu'une femme, quoique toutes les
personnes libres puissent en avoir trois. Ceux qui les maltraitent ne
reçoivent que la moitié du châtiment que les lois imposent pour avoir
maltraité une personne libre. L'unique salaire de leurs services est
leur nourriture et leur entretien. Ceux qui deviennent esclaves de
leurs créanciers ne peuvent être vendus pour servir d'autres maîtres:
mais, après leur mort, le créancier se saisit de tout ce qu'ils
peuvent avoir acquis; et s'il reste à payer quelque chose de la dette,
les enfans continuent d'être esclaves, jusqu'à ce qu'elle soit
entièrement acquittée.

À l'égard des crimes, il faut que l'offensé se plaigne pour s'attirer
l'attention de la justice, et qu'ils soient dénoncés formellement pour
être punis. Si les enfans sont en bas âge lorsque leur père est tué
par quelque meurtrier, on attend qu'ils aient atteint l'âge de seize
ans pour savoir d'eux-mêmes s'ils veulent être vengés par la justice.
Dans l'intervalle, celui qui est connu pour l'auteur du meurtre est
condamné seulement à les nourrir et à leur faire apprendre quelque
métier. Lorsqu'ils arrivent à l'âge réglé, il dépend d'eux, ou de
demander justice, ou de pardonner au coupable, sans que dans la suite
il puisse être recherché. Les peines ordinaires sont le bannissement
dans quelqu'île déserte du sud, la mutilation de quelque membre, ou le
fouet, qui est le châtiment le plus commun et le plus cruel: le plus
souvent on en meurt. C'est le supplice ordinaire des grands crimes,
tels que la sodomie, l'inceste et l'adultère. On coupe le doigt aux
voleurs, lorsque le vol est considérable.

La nation est distinguée en quatre ordres, dont le premier comprend le
roi et tout ce qui lui touche par le sang, les princes des anciennes
races royales et les grands seigneurs. Le second ordre est celui des
dignités et des offices, que le roi seul a le pouvoir de distribuer,
et dans lesquels les rangs sont fort soigneusement observés. Le
troisième est celui de la noblesse, et le quatrième celui du peuple.
Comme la noblesse ne doit ses distinctions qu'à la naissance, c'est
par elle qu'il est naturel de commencer. Outre les nobles d'ancienne
race, dont quelques-uns font remonter leur origine jusqu'aux temps
fabuleux, le roi est toujours libre d'anoblir ceux qu'il veut honorer
de cette faveur. Il accorde des lettres, dont la publication se fait
dans l'île de Malé au son d'une sorte de cloche, qui est une plaque de
cuivre sur laquelle on frappe avec un marteau. Le nombre des nobles
est fort grand. Ils sont répandus dans toutes les îles. Les personnes
du peuple, sans en excepter les plus riches marchands, qui n'ont pas
obtenu la noblesse, ne peuvent s'asseoir avec un noble, ni même en sa
présence, lorsqu'il se tient debout. Ils doivent s'arrêter lorsqu'ils
le voient paraître, le laisser passer devant eux; et s'ils étaient
chargés de quelque fardeau, ils sont obligés de le mettre bas. Les
femmes nobles, quoique mariées avec un homme du peuple, ne perdent pas
leur rang, et communiquent la noblesse à leurs enfans. Celles de
l'ordre populaire qui épousent un homme noble, ne sont pas anoblies
par leur mariage, quoique les enfans qui viennent d'elles participent
à la noblesse de leur père. Ainsi chacun demeure dans l'ordre où il
est né; et n'en peut sortir que par la volonté du souverain.

L'honneur du pays consiste à manger du riz accordé par le roi. Les
nobles mêmes obtiennent peu de considération lorsqu'ils ne joignent
pas cet avantage à celui de la naissance. Tous les soldats en
jouissent, surtout ceux de la garde du roi, qui sont au nombre de six
cents, divisés en six compagnies, sous le commandement de six
moscoulis. Le roi entretient habituellement dix autres compagnies,
commandées par les plus grands seigneurs du royaume, mais qui ne le
suivent qu'à la guerre, et qui sont employées à l'exécution de ses
ordres. Leurs priviléges sont fort distingués. Ils portent leurs
cheveux longs. Ils ont au doigt un gros anneau, pour les aider à tirer
de l'arc, ce qui n'est permis qu'à eux. Outre le riz du roi, on
assigne pour leur subsistance diverses petites îles, et certains
droits sur les passages. La plupart des riches insulaires s'efforcent
d'entrer dans ces deux corps; mais cette faveur ne s'accorde qu'avec
la permission du roi, et se paie assez cher, comme la plupart des
emplois civils et militaires.

Dans les quatre ordres il y a divers usages communs, auxquels les
grands et les petits sont également attachés. Ils ne mangent jamais
qu'avec leurs égaux en richesse comme en naissance ou en dignité; et
comme il n'y a point de règle bien sûre pour établir cette égalité
dans chaque ordre, il arrive de là qu'ils mangent bien rarement
ensemble. Ceux qui veulent traiter leurs amis font préparer chez eux
un service de plusieurs mets, qu'on arrange proprement sur une table
ronde couverte de taffetas, et renvoient chez celui qu'ils veulent
traiter. Cette galanterie est reçue comme une grande marque
d'honneur. Lorsqu'ils mangent en particulier, ils seraient fâchés
d'être vus; et se retirant dans leurs appartemens les plus intérieurs,
ils abaissent toutes les toiles et les tapisseries qui sont autour
d'eux. Leur table est le plancher d'une chambre, couvert à la vérité
d'une natte fort propre, sur laquelle ils sont assis les pieds
croisés. Ils ne se servent pas de linge: mais, pour conserver leur
natte, ils emploient de grandes feuilles de bananier, qui tiennent
lieu de nappes et de serviettes. Cependant leur propreté va si loin,
qu'il ne leur arrive jamais de rien répandre. La vaisselle est une
sorte de faïence qui leur vient de Cambaye, ou de la porcelaine qu'ils
tirent de la Chine, et qui est fort commune dans toutes les
conditions: mais on ne leur sert jamais un plat de porcelaine ou de
terre qui ne soit dans une boîte ronde d'un assez beau vernis de leurs
îles, avec son couvercle de la même matière; et cette boîte, toute
fermée qu'elle est, ne se présente point sans être couverte encore
d'une pièce de soie de même grandeur. Les plus pauvres ont l'usage de
ces boîtes, non-seulement parce qu'elles coûtent fort peu, mais
beaucoup plus à cause des fourmis, dont le nombre est si étrange,
qu'il s'en trouve partout, et qu'il est difficile d'en préserver les
alimens. La vaisselle d'or ou d'argent est défendue par la loi,
quoique la plupart des grands seigneurs soient assez riches pour en
user. Ils se servent de cuillères pour les choses liquides, mais ils
prennent tout le reste avec les doigts. Leurs repas sont fort courts,
et se passent sans qu'on leur entende prononcer un seul mot. Ils ne
boivent qu'une fois après s'être rassasiés. La boisson la plus commune
est de l'eau ou du vin de coco tiré le même jour. L'usage du bétel et
de l'arec est aussi commun aux Maldives que dans le reste des Indes.
Chacun en porte sa provision dans les replis de sa ceinture. On s'en
présente mutuellement lorsqu'on se rencontre. Les grands et les petits
ont les dents rouges à force d'en mâcher, et cette rougeur passe pour
une beauté dans toute la nation. Dans leurs bains, qui sont fort
fréquens, ils se nettoient les dents avec des soins particuliers, afin
que la couleur du bétel y prenne mieux.

Leur médecine consiste plus dans des pratiques superstitieuses que
dans aucune méthode. Cependant ils ont divers remèdes naturels, dont
les Européens usent quelquefois avec succès. Pour le mal d'yeux,
auquel ils sont fort sujets, après avoir été long-temps au soleil, ils
font cuire le foie d'un coq et l'avalent. Pyrard et ses compagnons,
attaqués du même mal, suivirent leur exemple, mais sans vouloir
souffrir l'application des caractères et des charmes que les
insulaires joignent à ce remède. Ils en reconnurent sensiblement la
vertu. Pour l'opilation de la rate, maladie commune qu'on attribue à
la mauvaise qualité de l'air, et qui est accompagnée d'une enflure
très-douloureuse, ils appliquent un bouton de feu sur la partie
enflée, et mettent sur la plaie du coton trempé dans de l'huile.
Pyrard ne put se résoudre à faire usage de ce remède, quoiqu'il en
reconnût la bonté par l'expérience d'autrui; mais il se guérit des
ulcères qui lui étaient venus aux jambes en y appliquant des lames de
cuivre, à l'exemple des insulaires. Ils ont aussi des simples et des
drogues d'une vertu éprouvée, surtout pour les blessures.
L'application s'en fait en onguent, dont ils frottent les parties
affligées sans aucun bandage. Ils guérissent la maladie vénérienne
avec la décoction d'un bois qu'ils tirent de la Chine; et ce qui doit
nous paraître aussi surprenant qu'à Pyrard, ils prétendent que cette
maladie leur est venue de l'Europe, et l'appellent _frangui haescour_,
c'est-à-dire, _mal français_, ou _des Francs_. Outre une espèce de
fièvre, si commune et si dangereuse dans toutes leurs îles, qu'elle
est connue par toute l'Inde sous le nom _de fièvre des Maldives_, de
dix en dix ans, il s'y répand une sorte de petite-vérole dont la
contagion les force de s'abandonner les uns les autres, et qui emporte
toujours un grand nombre d'habitans. Tels sont les présens de la zone
torride.

Le déréglement de leurs moeurs ne contribue pas moins que les qualités
du climat à ruiner leur santé et leur constitution. Les hommes et les
femmes sont d'une lasciveté surprenante. Malgré la sévérité des lois,
on n'entend parler que d'adultères, d'incestes et de sodomie. La
simple fornication n'est condamnée par aucune loi, et les femmes qui
ne sont pas mariées s'y abandonnent aussi librement que les hommes.
Elles sortent rarement le jour. Toutes leurs visites se font la nuit,
avec un homme qu'elles doivent toujours avoir à leur suite, ou pour
les accompagner. Jamais on ne frappe à la porte d'une maison. On
n'appelle pas même pour la faire ouvrir. La grande porte est toujours
ouverte pendant la nuit. On entre jusqu'à celle du logis, qui n'est
fermée que d'une tapisserie de toile de coton, et toussant pour unique
signe, on est entendu des habitans, qui se présentent aussitôt et
reçoivent ceux qui demandent à les voir.

Les appartemens intérieurs du palais sont ornés des plus belles
tapisseries de la Chine, de Bengale et de Masulipatan. L'or et la soie
y éclatent de toutes parts avec une diversité admirable dans les
couleurs et dans l'ouvrage. Les Maldives ont aussi leurs manufactures
de tapisseries et d'étoffes, mais la plupart de coton, pour l'usage du
peuple. Les lits du roi, comme ceux de ses principaux sujets, sont
suspendus en l'air par quatre cordes à une barre de bois qui est
soutenue par deux piliers. Les coussins et les draps sont de soie et
de coton, suivant l'usage général de l'Inde. On donne cette forme aux
lits, parce que l'usage des seigneurs et des personnes riches est de
se faire bercer, comme un remède ou préservatif pour le mal de rate
dont la plupart sont attaqués. Les gens du commun couchent sur des
matelas de coton posés sur des ais montés sur quatre piliers.

Lorsque le roi sort accompagné de sa garde, on soutient sur sa tête un
parasol blanc, qui est aux Maldives la principale marque de la majesté
royale. Le roi a un droit exclusif sur tout ce que la mer jette au
rivage, soit par le naufrage des étrangers, soit par le cours naturel
des flots, qui amènent au bord des îles quantité d'ambre gris et de
corail, surtout une sorte de gros cocos que les Maldivois nomment
_tavarcarré_, et les Portugais _coco des Maldives_. Pyrard ne nous en
apprend pas l'origine; mais ses vertus sont vantées par les médecins,
et il le représente aussi gros que la tête d'un homme; il s'achète à
grand prix. Lorsqu'un Maldivois fait fortune, on dit en proverbe qu'il
a trouvé de l'ambre gris ou du tavarcarré, pour faire entendre qu'il a
découvert quelque trésor.

La monnaie des Maldives est d'argent, et ne consiste qu'en une seule
espèce, qui se bat dans l'île de Malé, et qui porte le nom du roi en
caractères arabesques. Ce sont des pièces qu'on nomme _larins_, de la
valeur d'environ huit sous de France. Au lieu de petite monnaie, on se
sert de bolys, petites coquilles qui sont une des richesses de ces
îles. Elles ne sont guère plus grosses que le bout du petit doigt;
leur couleur est blanche et luisante. La pêche s'en fait deux fois
chaque mois, trois jours avant la nouvelle lune et trois jours après.
On laisse ce soin aux femmes, qui se mettent dans l'eau jusqu'à la
ceinture pour les ramasser dans le sable de la mer. Il en sort tous
les ans des Maldives la charge de trente ou quarante navires, dont la
plus grande partie se transporte dans le Bengale, où l'abondance de
l'or, de l'argent et des autres métaux, n'empêche pas qu'elles ne
servent de monnaie commune. Les rois mêmes et les seigneurs font bâtir
exprès des lieux où ils conservent des amas de ces fragiles richesses,
qu'ils regardent comme une partie de leur trésor. On les vend en
paquets de douze mille qui valent un larin, dans de petites corbeilles
de feuilles de cocotier, revêtues en dedans de toile du même arbre.
Ces paquets se livrent comme des sacs d'argent dans le commerce de
l'Europe, c'est-à-dire sans compter ce qu'ils contiennent[4].

[Note 4: Ces petites coquilles portent, dans le commerce, le nom de
_cauris_, et sont en usage en Afrique et ailleurs.]

Les autres marchandises des Maldives sont les cordages et les voiles
de cocotier, l'huile et le miel du même arbre, et les cocos mêmes,
dont on transporte chaque année la charge de plus de cent navires, le
poisson cuit et séché, les écailles d'une sorte de tortues qui se
nomment _cambes_, et qui ne se trouvent qu'aux environs de ces îles et
des Philippines; les nattes de jonc colorées; diverses étoffes de soie
et de coton qu'on y apporte crues, et qu'on y met en oeuvre, de toute
sorte de grandeur, pour en faire des pagnes, des turbans, des
mouchoirs et des robes. Enfin l'industrie des habitans est renommée
pour toutes les marchandises qui sortent de leurs îles, et cette
réputation leur procure en échange ce que la nature leur a refusé, du
riz, des toiles de coton blanches, de la soie et du coton cru, de
l'huile d'une graine odoriférante qui leur sert à se frotter le corps,
de l'arec pour le bétel, du fer et de l'acier, des épiceries, de la
porcelaine, de l'or même et de l'argent qui ne sortent jamais des
Maldives, lorsqu'une fois ils y sont entrés, parce que les habitans
n'en donnent jamais aux étrangers, et qu'ils l'emploient en ornemens
pour leurs maisons, ou en bijoux pour leurs parures et pour celles de
leurs femmes. Les Portugais, ayant profité des divisions de quelques
princes maldivois, s'étaient rendus maîtres de la plupart des îles, et
jouirent paisiblement de leurs conquêtes l'espace d'environ dix ans;
mais ils en furent chassés sans retour.



CHAPITRE III.

Île de Ceylan.


Des îles Maldives, en remontant vers le nord et au delà du cap
Comorin, on trouve l'île de Ceylan, située entre le 6e. et le 10e.
degré de latitude nord. Les Portugais ont possédé autrefois une partie
de ces côtes, d'où ils faisaient des incursions jusqu'à la capitale,
qu'ils brûlèrent plus d'une fois, sans épargner le palais du roi ni
les temples. Ils s'y étaient rendus si formidables, qu'ils avaient
forcé le roi de leur payer un tribut annuel de trois éléphans, et
d'acheter la paix à d'autres conditions humiliantes. Ce prince eut
enfin recours aux Hollandais de Batavia qui, ayant joint leurs armes
aux siennes, battirent les Portugais, et les chassèrent de tous les
lieux où ils s'étaient fortifiés; mais ce fut pour s'établir à leur
place. Ils refusèrent après la guerre, surtout après s'être rendus
maîtres de Colombo en 1655, d'abandonner une conquête dont ils se
voyaient en possession; et depuis ce temps-là ils ont apporté tous
leurs soins à se fortifier sur les côtes. Leurs principaux
établissemens sont Jafnapatan et l'île de Manaar au nord, Trinquemale
et Batticalon à l'est, la ville de Pointe-de-Galle au sud, et Colombo
à l'ouest, sans parler de Negombo et Calpentine, qui sont deux autres
villes, et de plusieurs forts à l'embouchure des rivières, ou dans les
ouvertures des montagnes pour la garde des passages. On peut donc
regarder les Hollandais comme les maîtres absolus de la plus grande
partie des côtes, dans une île qui a cent lieues de long, et cinquante
dans sa plus grande largeur. Sa figure est à peu près celle d'une
poire.

L'intérieur de l'île, qui avait été peu connu avant la relation de
l'Anglais Knox, dont nous tirons ce morceau, est soumis à un seul
souverain qui porte le titre de roi de _Candy_ ou _Candiuda_. Les
habitans se nomment _Chingulais_. Le pays est arrosé d'un grand nombre
de belles rivières qui tombent des montagnes. La plupart sont trop
remplies de rochers pour être navigables; mais il s'y trouve du
poisson en abondance.

Le royaume de Canduida est défendu naturellement par sa situation. Dès
l'entrée on va presque toujours en montant, et l'accès des montagnes
n'est ouvert que par de petits sentiers où deux hommes ne passeraient
pas de front. Elles sont entrecoupées de grands rochers qui font
éprouver beaucoup de difficulté pour parvenir au sommet, et chaque
ouverture est munie d'une forte barrière d'épines, avec quelques
gardes qui veillent continuellement au passage.

C'est une variété fort remarquable que celle de l'air et des pluies
dans les différentes parties de l'île. Quand les vents d'ouest
commencent à souffler, la partie occidentale a de la pluie, et c'est
alors qu'on y remue et laboure la terre. Mais dans le même temps la
partie orientale jouit d'une température fort sèche, et c'est alors
qu'on y fait la moisson. Au contraire, lorsque le vent d'est règne, on
laboure les parties orientales de l'île, et les grains se récoltent
dans la partie exposée à l'occident. Ainsi la moisson et le labourage
occupent pendant toute l'année les insulaires, quoique dans des
saisons opposées. Le partage de la pluie et de la sécheresse se fait
ordinairement au milieu de l'île; et souvent il est arrivé à Knox
d'avoir de la pluie d'un côté de la montagne de Cauragahing, tandis
qu'il faisait très-sec et très-chaud de l'autre côté. Il remarque même
que cette différence n'est pas aussi légère qu'elle est prompte: car,
en sortant d'un lieu mouillé, il se trouvait tout d'un coup sur un
terrain qui brûlait les pieds. Il pleut beaucoup plus sur les terres
hautes que sur celles qui sont au-dessous des montagnes. Cependant la
partie septentrionale de l'île n'est pas sujette à la même humidité.
On y voit quelquefois pendant trois ou quatre ans entiers une si
grande sécheresse, que la terre n'y peut recevoir de culture. Il est
même difficile d'y creuser des puits assez profonds pour en tirer de
l'eau qu'on puisse boire; et la meilleure conserve une âcreté qui la
rend fort désagréable. Quoique les bourgs et les villages de Ceylan
soient en fort grand nombre, il y en a peu qui méritent l'attention
d'un voyageur. Les habitans les abandonnent lorsque les maladies y
deviennent un peu fréquentes, et qu'ils y voient mourir en peu de
temps deux ou trois personnes. Ils s'imaginent que le diable en a pris
possession, et, cherchant à s'établir dans des lieux plus heureux, ils
laissent leurs maisons et leurs terres.

Knox distingue dans le royaume de Candy deux sortes d'habitans: les
uns, qu'il nomme _Vadas_, et qui paraissent avoir été le premier
peuple de l'île. C'est une sorte de sauvages qui sont encore répandus
dans les bois de plusieurs provinces, et qui se conduisent par des
lois particulières. Quelques-uns sont soumis au roi, et lui paient un
tribut; les autres ne reconnaissent pas de maîtres, et n'ont ni
maisons ni villes. Ils ne labourent jamais la terre, et ne se
nourrissent que de leur chasse. Leur demeure est sur les bords des
rivières, où ils passent la nuit sous le premier arbre que le hasard
leur présente, avec la seule précaution de mettre quelques branches
autour d'eux pour être avertis de l'approche des bêtes féroces par le
bruit qu'elles font en les traversant. Knox vit dans sa fuite divers
lieux où quelques troupes de ces sauvages avaient passé la nuit. C'est
apparemment des Vadas qu'il faut entendre ce qu'on lit dans le journal
de Pyrard, qui compare la figure des insulaires de Ceylan à celle des
Nègres d'Afrique.

La nation principale est celle des Chingulais, qui ressemblent moins
aux Nègres d'Afrique qu'à de véritables Européens. Knox est moins
porté à suivre l'opinion des Portugais, qui les font venir de la
Chine, qu'à les croire sortis des Malabares, avec lesquels il convient
néanmoins qu'ils ont peu de ressemblance. Ils sont fort bien faits, et
mieux même que la plupart des Indiens. Ils ont beaucoup d'adresse et
d'agilité. Leur contenance est grave, comme celle des Portugais. Ils
ont l'esprit fin, un langage agréable et des manières obligeantes:
mais ils sont naturellement trompeurs et remplis d'une présomption
insupportable. Ils ne regardent pas le mensonge comme un vice honteux.
Le larcin est celui qu'ils abhorrent le plus, et il n'est presque pas
connu parmi eux. Ils estiment la chasteté, quoiqu'ils l'observent peu;
la tempérance, la douceur, le bon ordre dans les familles. On ne leur
voit guère d'emportement dans le caractère; et s'ils se fâchent, on
les apaise facilement. Ils sont propres dans leurs habits et dans
leurs alimens. Enfin, leurs inclinations et leurs usages n'ont rien de
barbare. Knox met néanmoins de la différence entre ceux qui habitent
les montagnes et ceux qui font leur demeure dans les vallées et les
plaines. Ceux-ci sont obligeans, honnêtes envers les étrangers; mais
les autres sont de mauvais naturel, trompeurs et désobligeans,
quoiqu'ils affectent de paraître civils et officieux, et que leur
langage et leurs manières aient même plus d'agrémens que dans les
vallées.

L'habillement commun des Chingulais est un linge autour des reins, et
un pourpoint semblable, dit Knox, à celui des Français, avec des
manches qui se boutonnent au poignet, et se plissent sur l'épaule
comme celles d'une chemise[5]. Ils portent au côté gauche une espèce
de coutelas, et un couteau dans leur sein, aussi du côté gauche. Les
femmes ont ordinairement une camisole de toile qui leur couvre tout le
corps, et qui est parsemée de fleurs bleues et rouges; elles est plus
ou moins longue, suivant leur qualité. La plupart portent un morceau
d'étoffe de soie sur la tête, des joyaux aux oreilles, et d'autres
ornemens autour du cou, des bras et de la ceinture. Elles n'ont pas la
figure moins agréable que les Portugaises. L'usage du pays leur
accorde une liberté dont il est rare qu'elles abusent. Elles peuvent
recevoir des visites et s'entretenir avec des hommes sans être gênées
par la présence de leurs maris. Quoiqu'elles aient des suivantes et
des esclaves pour exécuter leurs ordres, elles se font honneur du
travail, et ne se croient pas avilies par les soins domestiques.

[Note 5: C'était l'habillement des Français du temps où ce voyageur
écrivait.]

Le luxe des femmes de qualité surpasse beaucoup celui des maris, et
les hommes mettent même une partie de leur gloire à faire paraître
leurs femmes avec éclat; mais, avec tous leurs ornemens, elles ne
portent pas de souliers, non plus que les hommes, parce que cet
honneur est réservé au roi seul. Les rangs ou les degrés de
distinction ne viennent ni des richesses ni des emplois, mais de la
seule naissance, et sont par conséquent héréditaires. De là vient que
personne ne se marie et ne mange avec un inférieur. Une fille qui se
laisserait séduire par un homme de moindre condition qu'elle perdrait
la vie par les mains de sa famille, qui ne croirait cette tache bien
lavée que dans son sang. Il y a néanmoins quelque différence en faveur
des hommes. On ne leur fait pas un crime d'un commerce d'amour avec
une femme de la plus basse extraction, pourvu qu'ils ne mangent ni ne
boivent avec elle, et qu'ils ne lui accordent pas la qualité d'épouse:
autrement, ils sont punis par le magistrat, qui leur impose quelque
amende ou les met en prison. Celui qui porte l'oubli de son rang
jusqu'à contracter un mariage de cette nature est exclus de sa
famille, et réduit à l'ordre de la femme qu'il épouse.

La plus haute noblesse est composée de ceux qui se nomment
_hondreous_, nom tiré apparemment de celui de _hondreoune_, qui est le
titre qu'on donne au roi, et qui signifie _majesté_. C'est dans cet
ordre que le roi choisit ses grands officiers et les gouverneurs des
provinces. Ils sont distingués par leurs noms et par la manière dont
ils portent leurs habits. Les hommes les portent jusqu'à la moitié de
la jambe, et leurs femmes jusqu'aux talons. Elles font passer aussi un
bout de leur robe sur leur épaule, et le font descendre négligemment
sur leur sein, au lieu que les autres femmes vont nues depuis la tête
jusqu'à la ceinture, et que leurs jupes ne passent pas leurs genoux, à
moins qu'il ne fasse un froid extrême; car alors tout le monde a la
liberté de se couvrir le dos, et n'est obligé qu'à faire des excuses
aux hondreous qui se trouvent dans les lieux publics. Une autre
distinction est celle de leurs bonnets, qui sont en forme de mitres
avec deux oreilles au-dessus de la tête, et d'une seule couleur, soit
blanche ou bleue. La couleur du bonnet et des oreilles doit être
différente pour ceux d'une naissance inférieure.

Knox s'étend sur ces différences. L'ordre qui suit les hondreous, est
celui des orfévres, des peintres, des taillandiers et des
charpentiers. Ces quatre professions tiennent le même rang entre
elles, et sont peu distinguées de la noblesse par leurs habits, mais
ne peuvent manger ni s'allier avec elle par des mariages. Les
taillandiers ont perdu néanmoins quelque chose de leur ancienne
considération; et Knox en rapporte la cause comme une preuve
singulière de la délicatesse des Chingulais sur le rang. Un jour
quelques hondreous étant allés chez un taillandier pour faire
raccommoder leurs outils, cet artisan, qui était appelé par l'heure de
son dîner, les fit attendre si long-temps dans sa boutique,
qu'indignés de cet affront, ils sortirent pour l'aller publier; sur
quoi il fut ordonné que les personnes de ce rang-là seraient pour
jamais privées de l'honneur qu'elles avaient eu jusqu'alors, de faire
manger les hondreous dans leurs maisons. Cependant les taillandiers
ont peu rabattu de leur fierté, surtout ceux qui sont employés pour
les ouvrages du roi. Ils ont un quartier de la ville dans lequel
d'autres qu'eux n'osent travailler; et leur ouvrage ordinaire
consistant à raccommoder les outils, ils reçoivent pour paiement, au
temps de la moisson, une certaine quantité de grains, en forme de
rente. Les outils neufs se paient à part, suivant leur valeur, et le
prix est ordinairement un présent de riz, de volaille ou d'autres
provisions. Ceux qui ont besoin de leurs services apportent du charbon
et du fer. Le taillandier est assis gravement, avec son enclume devant
lui, la main gauche du côté de la forge, et un petit marteau dans la
main droite. On est obligé de souffler le feu, et de battre le fer
avec le gros marteau, tandis que, le tenant, il se contente de donner
quelques coups pour lui faire prendre la forme nécessaire. S'il est
question d'émoudre quelque chose, on fait la plus grosse partie du
travail, et le taillandier donne la dernière perfection. C'est la
nécessité qui paraît avoir attiré tant de distinction à ce métier,
parce que les Chingulais, ayant peu de commerce au dehors, ne peuvent
tirer leurs instrumens que de leurs propres ouvriers.

Après ces quatre professions vient celle des barbiers, qui peuvent
porter des camisoles, mais avec lesquels personne ne veut manger, et
qui n'ont pas le droit de s'asseoir sur des chaises. Cette dernière
distinction n'appartient qu'aux rangs qui les précèdent. Les potiers
sont au-dessous des barbiers. Ils ne portent point de camisoles, et
leurs habits ne passent point le genou. Ils ne s'asseyent point sur
des chaises, et personne ne mange avec eux. Cependant, par ce qu'ils
font les vaisseaux de terre, ils ont ce privilége, qu'étant chez un
hondreou, ils peuvent se servir de son pot pour boire à la manière du
pays, qui consiste à se verser de l'eau dans la bouche sans toucher au
pot du bord des lèvres. Les lavandiers, qui viennent après eux, sont
en très-grand nombre dans la nation; ils ne blanchissent que pour les
rangs supérieurs à eux.

Les tisserands forment le degré suivant. Outre le travail de leur
profession, ils sont astrologues, et prédisent les bonnes saisons, les
jours heureux et malheureux, le sort des enfans à l'heure de leur
naissance, le succès des entreprises, tout ce qui appartient à
l'avenir. Ils battent du tambour, ils jouent du flageolet, ils dansent
dans les temples et pendant les sacrifices; ils emportent et mangent
toutes les viandes qu'on offre aux idoles. Les _kildoas_, ou les
faiseurs de paniers, sont au-dessous des tisserands. Ils font des vans
pour nettoyer les grains, des paniers, des lits et des chaises de
canne. On compte ensuite les faiseurs de nattes, nommés _rinnerasks_,
qui travaillent avec beaucoup d'adresse et de propreté; mais dans cet
ordre il est défendu aux personnes de l'un et de l'autre sexe de se
couvrir la tête. Les gardes d'éléphans forment aussi une profession
particulière, comme les djagheris, qui font le sucre. Jamais ces
artisans ne changent de métier. Le fils demeure attaché à la
profession de son père. La fille se marie à un homme de son ordre. On
leur donne pour principale dot les outils qui appartiennent au métier
de leur famille.

Les _poddas_ forment le dernier ordre du peuple, qui est composé de
manoeuvres et de soldats, gens dont l'extraction passe pour la plus
vile, sans qu'on en puisse donner d'autre raison que d'être nés tels
de père en fils. Knox, en parlant des esclaves, ne nous apprend pas
mieux comment ils se trouvent réduits à cette condition. Leurs
maîtres, dit-il, leur donnent des terres et des bestiaux pour leur
subsistance; mais plusieurs d'entre eux méprisent cette manière de
gagner leur vie, et ne sont guère moins riches que leurs maîtres,
excepté qu'on ne leur permet pas de se faire servir eux-mêmes par
d'autres esclaves. On ne leur ôte jamais ce qu'ils ont amassé par leur
diligence et leur industrie. Lorsqu'on achète un nouvel esclave, on le
marie d'abord, et on lui forme un établissement pour lui faire perdre
l'envie de s'enfuir. Les esclaves qui descendent des hondreous
conservent l'honneur de leur naissance. Ce qu'on peut recueillir d'une
observation si vague, c'est qu'il n'y a point de pays connu où
l'esclavage ait moins de rigueur. Knox donne des idées plus claires
d'une autre partie de la nation, qui forme encore une particularité de
l'île de Ceylan. Ce sont, dit-il, les gueux qui, pour leurs mauvaises
actions, ont été réduits par les rois au dernier degré de l'abjection
et du mépris. Ils sont obligés de donner à tous les autres insulaires
les titres que ceux-ci donnent aux rois et aux princes, et de les
traiter avec le même respect. On raconte que leurs ancêtres étaient
des _dodda vaddas_, c'est-à-dire des chasseurs, qui fournissaient le
gibier pour la table du roi; mais qu'un jour, au lieu de venaison, ils
présentèrent de la chair humaine à ce prince, qui, l'ayant trouvée
excellente, demanda qu'on lui en servît de la même espèce. Mais cette
horrible tromperie fut découverte, et le ressentiment du roi en fut si
vif, qu'il regarda la mort des coupables comme un châtiment trop
léger. Il ordonna par un décret public que tous ceux qui étaient de
cette profession ne pourraient plus jouir d'aucun bien ni exercer
aucun métier dont ils puissent tirer leur subsistance, et qu'étant
privés de tout commerce avec les autres hommes, pour avoir outragé si
barbarement l'humanité, ils demanderaient l'aumône, de génération en
génération, dans toutes les parties du royaume, enfin seraient
regardés de tout le monde comme des infâmes, et en horreur dans la
société civile. En effet, ils sont si détestés, qu'on ne leur permet
pas de puiser de l'eau dans les puits. Ils sont réduits à celle des
trous et des rivières. On les voit mendier en troupes, hommes, femmes,
enfans, portant leurs bagages et leurs alimens dans des paniers au
bout d'un bâton. Leurs femmes ne portent rien. Elles dansent et font
divers tours de souplesse pendant que les hommes battent du tambour;
elles font tourner un bassin de cuivre sur le bout du doigt avec une
vitesse incroyable; elles ont l'adresse de jeter successivement neuf
balles, et de les recevoir l'une après l'autre, de sorte qu'il y en a
toujours sept en l'air. Lorsqu'ils demandent l'aumône, ils donnent aux
hommes le titre d'altesse, de majesté, et aux femmes celui de comtesse
et de reine; ce qui n'est pas rare non plus parmi nous. Leurs demandes
sont aussi pressantes que s'ils étaient autorisés à les faire par des
lettres-patentes du roi. Ils ne peuvent souffrir qu'on les refuse.
D'un autre côté, comme il n'est pas permis de les maltraiter ni de
lever même la main sur eux, on est obligé malgré soi de tout accorder
à leurs importunités. Ils se bâtissent des cabanes sous des arbres,
dans des lieux éloignés des villes et des grands chemins. Les aumônes
qu'ils arrachent de toutes parts leur font mener une vie d'autant plus
aisée qu'ils sont exempts de toutes sortes de droits et de services.
On ne les assujettit qu'à faire des cordes de la peau des vaches
mortes, pour prendre et lier les éléphans; ce qui leur procure un
autre privilége, qui est d'en prendre la chair et de l'enlever aux
tisserands. Ils prétendent qu'ils ne peuvent servir le roi et faire de
bonnes cordes lorsque les peaux sont déchiquetées par d'autres mains;
et, sous ce prétexte, ils résistent aux tisserands, qui, dans la
crainte de se souiller en touchant une race détestée, prennent le
parti de fuir et d'abandonner leurs droits. Pour donner une idée plus
affreuse encore de cette étrange sorte de vagabonds, Knox ajoute
qu'ils ne connaissent aucune loi de parenté, et qu'ils ne font pas
difficulté de coucher librement, les pères avec leurs filles, et les
garçons avec leurs mères. Souvent, lorsque le roi condamne au dernier
supplice quelques grands officiers qui l'ont mérité par leurs crimes,
il livre leurs femmes et leurs filles aux gueux, et ce châtiment
paraît plus terrible que la mort. Il cause tant d'horreur aux femmes
que, dans le choix que le roi leur a quelquefois laissé de se
précipiter dans la rivière ou d'être abandonnées à cette odieuse race,
elles n'ont jamais balancé à préférer le premier de ces deux
supplices.

Le gouvernement du royaume de Candy a ses lois et ses maximes, qui
rendent la nation fort heureuse, lorsque le roi n'abuse pas de son
autorité pour les violer. Il y a deux officiers principaux, ou deux
premiers juges, qui se nomment _adigars_, qui sont chargés de
l'administration civile et militaire. C'est à leur tribunal qu'on
appelle en dernier ressort dans toutes les affaires où l'on ne s'en
tient pas au jugement des gouverneurs particuliers des provinces ou
des villes. Ces deux officiers en ont de subalternes, qui portent pour
marque de leur dignité un bâton crochu par le haut. De quelques ordres
qu'on leur confie l'exécution, la vue de ce bâton est aussi respectée
que le sceau même des adigars. Si l'adigar ignore ses fonctions, ces
officiers l'en instruisent. Dans toutes les autres charges, il y a des
officiers inférieurs qui suppléent à l'ignorance du premier par leur
expérience et leurs lumières. Il ne faut pas aller si loin qu'à Ceylan
pour voir la même chose.

Les noms d'honneur qu'on donne aux grands sont celui d'_oussai_,
lorsqu'ils sont à la cour; ce qui revient à notre _messire_; et
lorsqu'ils sont éloignés du roi, ceux de _sibatta_ et de _dishoudren_,
qui signifient seigneurie ou excellence. S'ils sortent à pied, c'est
toujours en s'appuyant sur le bras d'un écuyer. L'adigar joint à cette
marque de grandeur un homme qui marche devant lui avec un grand fouet
qu'il fait claquer, pour avertir le peuple de se tenir à l'écart. Ces
courtisans, au milieu de leurs plus grands honneurs, sont exposés à
des infortunes qui rendent leur situation peu digne d'envie. C'est une
disgrâce fort ordinaire pour un seigneur d'être enchaîné dans une
obscure prison. Ils sont toujours prêts à mettre la main l'un sur
l'autre pour exécuter l'ordre du roi, et ravis même d'en être chargés,
parce que celui dont le ministère est employé pour la ruine d'autrui
est revêtu ordinairement de sa dépouille.

Le pouvoir du roi consiste dans la force naturelle de son pays, dans
ses gardes, et dans l'artifice plutôt que dans le courage des soldats.
Il n'a pas d'autres châteaux fortifiés que ceux qui le sont par la
nature. La milice est composée des gardes du roi, qui viennent faire
alternativement leur service à la cour, et de ce qu'on appelle soldats
du pays haut, qui sont dispersés dans toutes les parties de l'île. Les
gardes se succèdent de père en fils, sans être enrôlés, et jouissent,
au lieu de paie, de certaines terres qu'on leur abandonne, mais qu'ils
perdent lorsqu'ils négligent leur devoir. S'ils veulent quitter leur
service, ils en ont la liberté, en renonçant à leurs terres, qui sont
données à d'autres pour les remplacer. Leurs armes sont l'épée, la
pique, une arc, des flèches et de bons fusils. Ils n'ont jamais pu
défendre les côtes de leur île, qui sont plus nues que leurs
montagnes. Cependant ils ont acquis beaucoup d'expérience par les
longues guerres qu'ils ont eues avec les Portugais et les Hollandais.
La plupart de leurs généraux, ayant servi sous les Européens dans les
intervalles de la paix, ont pris le goût de notre discipline, qui les
a rendus capables de battre quelquefois les Hollandais et de leur
enlever plusieurs forts. Le roi donnait autrefois un prix réglé à ceux
qui lui apportaient la tête d'un ennemi; mais ce barbare usage ne
subsiste plus.

La religion des Chingulais est l'idolâtrie. Ils rendent des adorations
à plusieurs divinités qu'ils distinguent par différens noms, et dont
la principale est celle qu'ils appellent _Ossapolla-maoup_,
c'est-à-dire, dans leur langue, créateur du ciel et de la terre. Ils
croient que ce dieu suprême envoie d'autres dieux sur notre globe pour
y faire exécuter ses ordres, et que ces dieux inférieurs sont les âmes
des gens de bien qui sont morts dans la pratique de la vertu. Une
autre divinité du premier ordre est celle qu'ils nomment _Bouddou_, à
laquelle il appartient de sauver les âmes, et qui, étant descendue
autrefois sur la terre, se montrait de temps en temps sous un grand
arbre nommé _bogaha_, qui est depuis ce temps-là un des objets de leur
culte. Elle remonta au ciel du sommet d'une haute montagne où l'on
voit encore l'empreinte d'un de ses pieds. Le soleil et la lune sont
aussi des dieux pour les Chingulais. Ils donnent au soleil le nom
d'_Irri_, et à la lune celui de _Haouda_, auquel ils joignent
quelquefois celui de _Hamui_, titre d'honneur des personnes les plus
relevées; et celui de _Dio_, qui signifie dieu dans leur langue, mais
qu'ils ont emprunté apparemment des Portugais.

Le nombre de leurs pagodes et de leurs temples est immense. On en voit
plusieurs d'un travail exquis, bâtis de pierres de taille, ornés de
statues et d'autres figures, mais si anciens, que les habitans mêmes
en ignorent l'origine. Ce qui peut faire croire qu'ils les doivent à
des ouvriers plus habiles que les Chingulais, c'est que, la guerre en
ayant ruiné plusieurs, ils n'ont pas été capables de les rebâtir.

Les Chingulais ont trois sortes de prêtres, comme trois sortes de
dieux et de temples. Le premier ordre du sacerdoce est celui des
_tirinanxes_, qui sont les prêtres de Bouddou; leurs temples se
nomment _oelsars_; ils ont une maison à Diglighi, où ils tiennent
leurs assemblées. On ne reçoit dans cet ordre que des personnes d'une
naissance et d'un savoir distingués; ce n'est pas même tout d'un coup
qu'elles sont élevées au rang sublime des tirinanxes: ceux qui portent
ce titre ne sont qu'au nombre de trois ou quatre, qui font leur
demeure à Diglighi, où ils jouissent d'un immense revenu, et sont
comme les supérieurs de tous les prêtres de l'île. On nomme _gonnis_
les autres ecclésiastiques du même ordre. L'habit des uns et des
autres est une casaque jaune, plissée autour des reins, avec une
ceinture de fil. Ils ont les cheveux rasés, et vont nu-tête, portant à
la main une espèce d'éventail rond pour se garantir de l'ardeur du
soleil. Ils sont également respectés du roi et du peuple. Leur règle
les oblige de ne manger de la viande qu'une fois le jour; mais il ne
faut pas qu'ils ordonnent la mort des animaux dont ils mangent, ni
qu'ils consentent qu'on les tue. Quoiqu'ils fassent profession du
célibat, ils sont libres de renoncer à leur ordre lorsqu'ils veulent
se marier. Le second ordre des prêtres est de ceux qui se nomment
_koppouhs_, et qui appartiennent aux temples des autres divinités.
Leur habit n'est pas différent de celui du peuple, lors même qu'ils
exercent leurs fonctions; ils ne sont obligés qu'à se laver et à
changer de linge avant la cérémonie. Comme on ne sacrifie jamais de
chair aux dieux dont ils sont les ministres, tout leur service se
réduit à présenter à l'idole du riz bouilli et d'autres provisions.
Leurs temples, qui se nomment _deovels_, ont peu de revenu; aussi
labourent-ils la terre et ne sont-ils pas exempts des charges de la
société. Les prêtres du troisième ordre sont les _djaddeses_, employés
au service des esprits qui se nomment _dagoutans_, et dont les temples
s'appellent _cavels_. Un homme dévot bâtit à ses dépens un temple,
dont il devient le prêtre ou le djaddese. Il fait peindre sur les murs
des hallebardes, des épées, des flèches, des boucliers et des images;
mais ces temples sont peu respectés du peuple.

L'emploi le plus commun des djaddeses est pour les sacrifices qui sont
offerts au diable dans les maladies ou dans d'autres dangers, non que
les Chingulais prétendent l'adorer; mais ils le croient redoutable;
et, pour écarter les maux qu'ils le croient capable de leur causer,
ils lui sacrifient souvent de jeunes coqs. Si l'on veut voir un
exemple de la crédulité et des raisonnemens étranges où elle conduit,
il n'y a qu'à lire ce que dit le voyageur Knox, zélé protestant, sur
les possédés de Ceylan.

«J'ai vu souvent des hommes et des femmes si étrangement possédés,
qu'on ne pouvait s'empêcher de reconnaître que leur agitation venait
d'une cause surnaturelle. Dans cet état, les uns fuyaient au milieu
des bois en poussant des cris ou plutôt des hurlemens; d'autres
demeuraient muets et tremblans, faisant des contorsions ou parlant
comme des fous sans aucune liaison dans leurs discours: quelques-uns
en guérissent, d'autres en meurent. Je puis affirmer que souvent le
diable crie la nuit d'une voix inintelligible qui ressemble à
l'aboiement d'un chien. Je l'ai moi-même entendu. Les habitans du pays
remarquent, et j'ai fait la même observation, qu'immédiatement avant
qu'on l'entende, ou bientôt après, le roi fait toujours mourir
quelqu'un. Les raisons qu'on a de croire que c'est la voix du diable,
sont celles-ci: 1º. qu'il n'y a point de créature dans l'île dont la
voix ressemble à celle qu'on entend; 2º. qu'on l'entend souvent dans
un lieu d'où elle part tout d'un coup pour aller se faire entendre
dans un autre plus éloigné, et plus vite qu'aucun oiseau ne peut
voler; 3º. que les chiens mêmes tremblent à ce bruit; enfin que c'est
l'opinion de tout le monde.» Il est aisé de juger que, dans ces
idées, l'auteur devait trembler autant que les Chingulais et leurs
chiens: mais voilà de singulières preuves. Knox est-il bien sûr de
connaître le cri de tous les animaux d'une île aussi vaste que Ceylan?
Ignorait-il que les habitans de la zone torride ne connaissent pas à
beaucoup près tous les animaux de leur contrée? Et d'ailleurs, quand
on se souvient du moumbo-diombo et des ventriloques de l'Afrique,
est-on si étonné des diables de Ceylan?

Les Chingulais croient à la résurrection des corps, l'immortalité de
l'âme et un état futur de récompense et de punition.

Leurs livres ne traitent que de religion et de médecine, et sont
écrits sur des feuilles de talipot. Ils se servent, pour leurs lettres
et leurs écrits ordinaires, d'une sorte de feuilles qui se nomment
_taoucoles_, et qui reçoivent plus aisément l'impression, quoiqu'elles
n'aient pas tant de facilité à se plier. Leurs plus habiles astronomes
sont des prêtres du premier ordre, ce qui n'empêche pas que les
opérations annuelles d'astronomie ne soient réservées aux tisserands:
ils prédisent les éclipses de soleil et de lune. Knox aurait bien dû
nous dire si leurs prédictions sont justes. Cette connaissance
annoncerait un peuple beaucoup plus avancé dans les sciences qu'on ne
suppose celui de Ceylan. Ils font pour le cours de chaque mois des
almanachs où l'on voit l'âge de la lune, les bonnes saisons pour
labourer et semer la terre, les jours heureux pour commencer un
voyage et d'autres entreprises. Ils se prétendent fort versés dans la
science des étoiles, qui est la source de leurs lumières sur tout ce
qui appartient à la santé et à la bonne fortune; ils comptent neuf
planètes, c'est-à-dire sept comme nous, auxquelles ils ajoutent la
tête et la queue du dragon. Le temps se compte parmi eux depuis un
ancien roi qu'ils nomment _Sacavarly_. Leur année est de trois cent
soixante-cinq jours, et commence le 28 du mois de mars, mais
quelquefois le 27 ou le 29, pour l'ajuster au cours du soleil. Elle
est divisée en douze mois, et leur mois en semaines, qui sont de sept
jours comme les nôtres. Les Chingulais partagent le jour en trente
heures, qui commencent au lever du soleil, et la nuit en autant de
parties, qui commencent au coucher de cet astre; mais, n'ayant ni
horloges ni cadrans solaires, ils ne jugent du temps que par
conjecture ou par l'état d'une fleur commune, qui s'ouvre
régulièrement sept heures avant la nuit. Le roi est le seul qui
emploie pour la mesure du temps une espèce de clepsydre dont le soin
forme un emploi particulier du palais: c'est un plat de cuivre percé
d'un petit trou, qu'on fait nager dans un vase plein d'eau jusqu'à ce
qu'il se remplisse et qu'il aille au fond.

En général, l'argent étant fort rare dans le royaume, tout se vend et
s'achète ordinairement par des échanges. Les habitans, dit Robert
Knox, font très-peu de commerce avec les étrangers. Le négoce des
Chingulais est resserré entre eux; il se borne aux productions du
pays, parce que celles d'un canton ne ressemblent point à celles d'un
autre. En rassemblant ainsi tout ce que la nature accorde aux
différentes parties du royaume, ils ont de quoi subsister sans le
secours des régions étrangères. L'agriculture est leur principal
emploi, et les grands ne dédaignent pas de s'y appliquer. Un homme de
la première qualité travaille sans honte à la terre, pourvu que ce
soit pour lui-même; mais il se déshonore s'il travaille pour autrui,
ou dans la vue de quelque salaire. La seule profession qu'il ne puisse
exercer, sous aucun prétexte, est celle de portefaix, parce qu'elle
passe pour la plus vile. Il n'y a point de marché dans l'île entière.
Les villes ont quelques boutiques où l'on vend de la toile, du riz, du
sel, du tabac, de la chaux, des drogues, des fruits, des épées, de
l'acier, du cuivre et d'autres marchandises.

Leur langue est si particulière à leur nation, que Knox ne connaît
aucune partie des Indes où elle soit entendue. Ils ont, à la vérité,
quelques expressions qui leur sont communes avec les Malabares; mais
le nombre en est si petit, qu'ils ne peuvent mutuellement s'entendre.
Leur idiome tient du caractère de ces insulaires, qui aiment la
flatterie, les titres et les complimens. Ils n'ont pas moins de douze
titres pour les femmes, suivant le rang et la qualité. _Toi_ et
_vous_ s'expriment de sept ou huit manières différentes, qui sont
proportionnées aussi à l'état, à l'âge, au caractère de ceux à qui
l'on parle et qu'on veut honorer. Ces affectations de politesse ne
sont pas moins familières aux laboureurs et aux manoeuvres qu'aux
courtisans. Ils donnent au roi des titres qui l'égalent à leurs dieux;
et lorsqu'ils lui parlent d'eux-mêmes, c'est avec un excès
d'humiliation. Ils éloignent jusqu'à l'idée de leurs personnes, en y
substituant les êtres les plus vils. Ainsi, au lieu de dire, j'ai
fait, ils disent, le membre d'un chien a fait telle chose. S'il est
question de leurs enfans, ils les transforment de même; et quand le
prince leur demande combien ils en ont, ils répondent qu'ils ont tel
nombre de chiens et de chiennes. Faut-il qu'en parcourant la terre on
trouve si souvent cette incroyable dégradation de la nature humaine!

Avec un respect si extraordinaire pour leur souverain, on ne sera pas
surpris qu'ils n'aient pas d'autres lois que sa volonté. Cependant ils
ont un certain nombre de vieilles coutumes qui se conservent par la
force de l'habitude. Leurs terres passent des pères aux enfans, à
titre d'héritage, et le partage dépend du père; mais si l'aîné demeure
seul possesseur, il est obligé d'entretenir sa mère, ses frères et ses
soeurs, jusqu'à ce qu'ils soient autrement pourvus.

Les règles fixées par l'habitude ne sont pas moins constantes pour la
distinction des biens, pour le paiement des dettes, pour les mariages
et les divorces. Leurs mariages sont une pure cérémonie qui consiste
dans quelques présens qu'un homme fait à sa femme, et qui lui donnent
droit sur elle lorsqu'ils sont acceptés. Les pères ne laissent pas de
donner pour dot à leurs filles des bestiaux, des esclaves, de
l'argent; mais, si les deux partis ne se conviennent pas, une prompte
séparation leur rend la liberté, et le mari en est quitte pour rendre
ce qu'il a reçu. Cependant la femme ne peut disposer d'elle-même
qu'après qu'il s'est engagé dans un autre mariage. S'ils ont des
enfans, les garçons demeurent au père, et les filles suivent la mère.
Les hommes et les femmes se marient ordinairement quatre ou cinq fois
avant de se fixer solidement. Il est rare qu'un homme ait plus d'une
femme; mais ce qui est très-rare partout ailleurs et très-remarquable,
une femme a souvent deux maris. L'usage permet à deux frères qui
veulent vivre ensemble de n'avoir qu'une femme entre eux. Les enfans
communs les reconnaissent tous deux pour leurs pères, et leur en
donnent le nom. Un homme qui surprend sa femme au lit avec un amant
peut les tuer tous deux; mais les Chingulais connaissent peu les
tourmens de la jalousie, et ne se croient pas déshonorés lorsque leurs
femmes se livrent à des hommes d'une égale condition. Ces commerces
d'amour ne passent pour un crime qu'avec des amans d'une naissance
inférieure. La plus grande injure, dit l'auteur, qu'on puisse faire à
une femme, est de lui dire qu'elle a couché avec dix hommes de la lie
du peuple; et en effet l'injure est assez forte. D'ailleurs la
complaisance des hommes est extrême pour les femmes. Les terres dont
elles héritent ne paient rien au roi; elles sont exemptes des droits
de la douane dans les ports et sur les passages. Leur sexe est
respecté jusque dans les animaux; et par une loi qui est peut-être
sans exemple, on ne paie rien non plus pour ce que porte une bête de
charge femelle. Mais des usages si galans n'empêchent pas que, pour
conserver la subordination de la nature, il ne soit défendu aux
femmes, sans aucune distinction de naissance et de qualité, de
s'asseoir sur un siége en présence d'un homme. L'autorité des pères
sur leurs enfans va jusqu'à pouvoir les donner, les vendre, ou leur
ôter la vie dans l'enfance, lorsqu'ils les prennent en aversion, ou
qu'ils se trouvent incommodés du nombre.

Les Chingulais brûlent leurs morts avec beaucoup de cérémonies, du
moins leurs morts de qualité: le peuple est enterré fort simplement
dans les bois. On voit que partout il faut payer sa bière ou son
bûcher. Ils n'ont ni médecins ni chirurgiens; mais ils trouvent au
milieu de leurs bois, dans l'écorce et les feuilles de leurs arbres,
des remèdes et des préservatifs pour tous les maux dont ils sont
affligés. Leur régime sert aussi beaucoup à la conservation de leur
santé. Ils se tiennent le corps fort net; ils dorment peu; et la
plupart de leurs alimens sont simples. Du riz à l'eau et au sel, avec
quelques feuilles vertes et du jus de citron, passe pour un bon repas.
Ils ne mangent point de boeuf, et cette chair est en abomination parmi
eux. Les autres viandes et le poisson même les tentent si peu, qu'ils
les vendent ou les abandonnent aux étrangers qui se trouvent dans leur
pays. Ils auraient des bestiaux et de la volaille en abondance, si les
bêtes féroces ne leur en enlevaient beaucoup, sans compter que le roi
croit son repos intéressé à tenir ses sujets dans la misère, et permet
même à ses officiers de prendre à très-vil prix leurs poules et leurs
porcs.

Cette vie sobre entretient également leur santé et la gaîté de leur
humeur. Ils chantent sans cesse, jusqu'en se mettant au lit, et la
nuit même lorsqu'ils s'éveillent. Leur manière de se saluer est libre
et ouverte; elle consiste à lever les mains, la paume en haut, et à
baisser un peu la tête. Le plus distingué ne lève qu'une main pour son
inférieur; et s'il est fort au-dessus par la naissance, il remue
seulement la tête. Les femmes se saluent en portant les deux mains au
front. Leur compliment est _ay_, qui signifie comment vous
portez-vous? Ils répondent _hundoï_, c'est-à-dire fort bien. Tous
leurs discours ont le même air de politesse.

Avec tant d'humanité dans le fond du caractère, Knox admira long-temps
que ces insulaires eussent besoin d'être conduits avec beaucoup de
rigueur, et que la justice du roi s'exerçât par des supplices cruels.
Mais il reconnut enfin qu'il ne fallait en accuser que le penchant de
ce prince, qui le portait naturellement à la cruauté. Cette
malheureuse inclination se déclarait non-seulement par la nature des
peines, mais encore par leur étendue. Souvent des familles entières
étaient punies des fautes d'un seul. Le roi, dans sa colère, ne
condamnait pas sur-le-champ un criminel à la mort. Il commençait par
le faire tourmenter, en lui faisant arracher avec des tenailles ou
brûler avec un fer chaud diverses parties de la chair, pour lui faire
nommer ses complices. Ensuite il lui faisait lier les mains autour du
cou, et le forçait de manger ses membres. On vit des mères manger
ainsi leur propre chair et celle de leurs enfans. Ces misérables
étaient menés ensuite par la ville jusqu'au lieu de l'exécution,
suivis des chiens dont ils devaient être la proie, et qui étaient si
accoutumés à cette boucherie, que d'eux-mêmes ils suivaient les
prisonniers lorsqu'ils les voyaient traîner au supplice. On voyait
ordinairement dans ce lieu plusieurs personnes empalées, et d'autres
pendues ou écartelées. Le roi se servait aussi des éléphans pour
exécuter les sentences de mort. Ils percent le corps d'un homme, le
déchirent en pièces et dispersent ses membres. On couvre leurs dents
d'un fer bien aiguisé, à trois tranchans; car les éléphans apprivoisés
ont les dents coupées par le bout, afin qu'elles croissent mieux. Les
prisons n'étaient jamais sans un grand nombre de malheureux, les uns
chargés de chaînes, et à qui l'on fournissait leur subsistance;
d'autres qui avaient la permission de l'aller demander de porte en
porte avec un garde. On en faisait toujours mourir quelques-uns sans
aucune forme de procès, et toute leur famille était souvent enveloppée
dans leur châtiment. Ceux qui étaient capables de travailler
obtenaient la permission d'élever une boutique dans la rue, vis-à-vis
la prison, et de sortir pendant le jour pour vendre leur ouvrage; mais
ils étaient renfermés à l'approche de la nuit. Enfin ce roi
sanguinaire fit mourir son propre fils sur le simple soupçon d'un
projet de révolte, et prenait souvent plaisir à faire couper la tête à
de jeunes gens des meilleures familles du royaume, pour la faire
mettre ensuite dans leur ventre, sans déclarer de quels crimes il les
croyait coupables. On lit dans le journal de Knox qu'il se nommait
_Radiasinga_, mot qui signifie _le roi lion_, et qui certainement
était beaucoup trop noble pour lui. Mais quel nom donner à de pareils
monstres?

Ce qu'on raconte du riz et de la manière de le cultiver prouve peu
l'industrie des habitans. On sait que l'eau est nécessaire pour la
culture du riz, et l'on conçoit facilement qu'avec le secours des
réservoirs et des canaux, les plaines du royaume de Candy peuvent
devenir aussi fertiles que les plus humides vallées. Mais si l'on se
rappelle que le pays est un amas de montagnes, il paraît surprenant
qu'elles n'en soient pas moins cultivées. Les insulaires ont trouvé le
moyen de les aplanir en forme d'amphithéâtre, dont les siéges ont
depuis trois pieds jusqu'à huit de largeur, les uns plus ou moins bas
que les autres, à proportion que la colline a plus ou moins de
raideur. On les unit en les rendant un peu creux; ce qui forme une
sorte d'escaliers par lesquels on peut monter jusqu'au dernier siége.
Comme l'île est fort pluvieuse, et que, d'un autre côté, les sources
sont si communes sur les montagnes, qu'il s'en forme un grand nombre
de rivières, on a pratiqué de grands réservoirs jusqu'au niveau des
plus hautes sources, d'où l'on fait tomber l'eau sur les premiers
siéges, et couler par degrés aux autres rangs. Ces réservoirs sont en
très-grand nombre et de différentes grandeurs. Les uns ont une
demi-lieue de long, d'autres un quart de lieue seulement, et leur
profondeur est de deux ou trois brasses. À présent qu'ils sont bordés
d'arbres, on les prendrait pour de simples coteaux. On ne les fait pas
plus profonds, parce que l'expérience a fait connaître qu'ils seraient
moins commodes, et qu'après les grandes sécheresses, qui tarissent
quelquefois jusqu'aux sources, ils seraient plus difficiles à remplir.
Dans les parties septentrionales du royaume on ne trouve ni sources ni
rivières; on est borné à l'eau de pluie, qu'on retient dans des
réservoirs en forme de croissant. Chaque village a le sien; et,
lorsqu'ils sont pleins, on regarde la moisson comme assurée.

Les Chingulais ont quantité d'excellens fruits: mais ils en auraient
beaucoup davantage, s'ils les aimaient assez pour donner quelque soin
à leur culture. Ils s'attachent peu à ceux qui n'ont d'agréable que le
goût, et qui ne sont pas propres à leur servir d'aliment lorsque le
grain commence à leur manquer; ce qui semble prouver une grande
population. Ainsi les seuls arbres qu'ils plantent sont ceux qui
produisent des fruits nourrissans. Les autres croissent d'eux-mêmes;
et ce qui diminue encore les soins des habitans, c'est que, dans tous
les lieux où la nature fait croître des fruits délicats, les officiers
du pays attachent, au nom du roi, une feuille autour de l'arbre, et
font trois noeuds à l'extrémité de cette feuille. On ne peut alors y
toucher sans s'exposer aux plus sévères châtimens, et quelquefois même
à la mort. Lorsque le fruit est mûr, l'usage est de le porter dans un
linge blanc au gouverneur de la province, qui met le plus beau dans un
autre linge, et l'envoie soigneusement à la cour, sans qu'il en
revienne rien au propriétaire. L'île produit d'ailleurs tous les
fruits qui croissent aux Indes. Mais elle en a de particuliers, tels
que le mango, fruit du manguier, qui est commun aux environs de
Columbo; le jack, qui se nomme _polos_ lorsqu'il commence à pousser,
_cose_ lorsqu'il est tout vert, et _ouaracha_ ou _vellas_ dans sa
maturité. Ce fruit, qui est d'un grand secours pour la nourriture du
peuple, croît sur un très-grand arbre. Sa couleur est verdâtre. Il est
hérissé de pointes, et de la grosseur d'un pain de huit livres. Sa
graine, à laquelle on donne le nom d'oeufs, est éparse comme les
pepins dans une citrouille. On mange le jack comme nous mangeons le
chou, et son goût en approche. Un seul suffit pour rassasier six ou
sept personnes. Il peut se manger cru lorsqu'il est mûr. Sa graine ou
ses oeufs ressemblent aux châtaignes par la couleur et le goût[6].

[Note 6: C'est le jaquier, ou arbre à pain.]

L'iombo est encore un fruit que Knox n'a, vu dans aucun endroit des
Indes; il a le goût d'une pomme; il est plein de jus, et n'est pas
moins sain qu'agréable; sa couleur est un blanc mêlé de rouge qu'on
prendrait pour l'ouvrage du pinceau. Entre les fruits sauvages qui
viennent dans les bois, on distingue les mouvros, qui sont ronds, de
la grosseur d'une cerise, et dont le goût est très-agréable; les
dongs, qui ressemblent aux cerises noires; les ambellos, qu'on peut
comparer à nos groseilles; des carollos, des cabellas, des poukes, qui
peuvent passer pour autant d'espèces de bonnes prunes; des
parraghiddes, qui ont quelque ressemblance avec nos poires.

L'île de Ceylan produit trois arbres dont les fruits, à la vérité, ne
peuvent se manger, mais qui sont remarquables par d'autres utilités.
Le premier, qui se nomme _talipot_, est fort droit, et ne peut être
comparé, pour la hauteur et la grosseur, qu'à un mât de vaisseau. Ses
feuilles sont si grandes, qu'une seule peut couvrir quinze ou vingt
hommes et les défendre de la pluie. Elles se fortifient en séchant,
sans cesser d'être souples et maniables. La nature ne pouvait faire un
présent plus convenable au pays. Quoique ces feuilles aient beaucoup
d'étendue lorsqu'elles sont vertes, elles peuvent être resserrées
comme un éventail; et, n'étant pas alors plus grosses que le bras,
elles pèsent fort peu dans la main. Elles sont naturellement rondes;
mais les insulaires les coupent en pièces triangulaires dont ils se
couvrent en voyageant, avec le soin de mettre le bout pointu
par-devant pour s'ouvrir le passage au travers des buissons. Elles les
garantissent tout à la fois de la pluie et du soleil. Les soldats en
font des tentes. Knox apporta dans sa patrie une de ces feuilles.
Elles croissent au sommet de l'arbre, comme celles du cocotier; mais
il ne porte de fruit que l'année de sa mort. C'est une autre
singularité qui doit attirer d'autant plus d'attention, qu'alors
uniquement il pousse de grandes branches chargées de très-belles
fleurs jaunes, d'une odeur à la vérité trop forte, qui se changent en
un fruit rond et dur, de la grosseur de nos belles cerises; mais ce
fruit n'est bon que pour semer. Le talipot ne porte donc qu'une seule
fois; mais il est si couvert de fruits et de graines, qu'un seul arbre
suffit pour ensemencer toute une province. Cependant l'odeur des
fleurs est si insupportable près des maisons, qu'on ne manque jamais
d'y abattre ces arbres lorsqu'ils commencent à pousser des boutons,
d'autant plus que, si on les coupe auparavant, on y trouve une fort
bonne moelle, qu'on réduit en farine pour faire des gâteaux qui ont le
goût du pain blanc. C'est encore une ressource pour les insulaires
lorsque le riz leur manque vers le temps de la moisson.

Le second arbre dont Knox parle avec admiration, c'est le _kétoule_,
qu'il représente aussi droit que le cocotier, mais moins haut et
beaucoup moins gros. Sa principale propriété consiste à rendre une
espèce de liqueur qui se nomme _telléghie_, extrêmement douce,
très-saine et très-agréable, mais sans aucune force. On la reçoit deux
fois par jour, et trois fois des meilleurs arbres, qui en donnent
jusqu'à douze pintes dans un seul jour. On la fait bouillir jusqu'à la
réduire en consistance, et c'est alors une espèce de cassonade noire,
que les habitans nomment _djaggory_. Avec un peu de peine, ils peuvent
la rendre aussi blanche que le sucre, auquel d'ailleurs elle ne cède
rien en bonté. Knox explique la manière dont on tire cette liqueur.
Lorsque l'arbre est dans sa maturité, il pousse vers sa pointe un
bouton qui se change en un fruit rond, et qui est proprement sa
semence; mais on ouvre ce bouton en y mettant divers ingrédiens, tels
que du sel, du poivre, du citron, de l'ail et diverses feuilles qui
l'empêchent de mûrir. Chaque jour on en coupe un petit morceau vers
le bout, et la liqueur en tombe. À mesure qu'il mûrit et qu'il se
fane, il en croît d'autres plus bas chaque année, jusqu'à ce qu'ils
gagnent la tête des branches; mais alors l'arbre cesse de porter, et
meurt après avoir subsisté huit ou dix ans. Ses feuilles ressemblent à
celles du cocotier, et tiennent à une écorce fort dure et pleine de
filets, dont on se sert pour faire des cordes. Elles tombent pendant
tout le temps qu'il croît; mais, lorsqu'il est arrivé à sa grosseur,
elles demeurent plusieurs années sur l'arbre sans tomber; et
lorsqu'elles tombent, la nature ne lui en rend pas d'autres. Son bois,
qui n'a pas plus de trois pouces d'épaisseur, sert comme d'enveloppe à
une moelle fort blanche. Il est fort dur et fort lourd, mais sujet à
se fendre de lui-même. La couleur en est noire. On le croirait composé
de pièces de rapport. Les insulaires en font des pilons pour battre le
riz.

Le troisième arbre est celui qui porte la cannelle, et qui rend l'île
de Ceylan si chère aux Hollandais. On le nomme, dans le pays,
_goronda-gouhah_. Il croît dans les bois comme les autres arbres; et,
ce qui doit paraître surprenant, les Chingulais n'en font pas plus de
cas. On en trouve beaucoup dans diverses parties de l'île, surtout à
l'ouest de la grande montagne de Mavelagongue, fort peu dans d'autres,
et quelques-unes n'en portent pas du tout. L'arbre est d'une grandeur
médiocre. Son écorce est la cannelle, qui paraît blanche sur le
tronc, mais qu'on enlève et qu'on fait sécher au soleil. Les
insulaires ne la prennent que sur de petits arbres, quoique l'écorce
des grands ait l'odeur aussi douce, et le goût de la même force. Le
bois est sans odeur; il est blanc, et de la dureté du sapin. On s'en
sert à toutes sortes d'usages. Sa feuille ressemble à celle du laurier
par la couleur et l'épaisseur, avec cette seule différence que la
feuille du laurier n'a qu'une côte droite, sur laquelle le vert
s'étend des deux côtés, et que celles de la cannelle en ont trois, par
le moyen desquelles elles s'élargissent. En commençant à pousser,
elles ont la rougeur de l'écarlate. Frottées entre les mains, elles
ont l'odeur du clou de girofle plus que celle de la cannelle. Le
fruit, qui mûrit ordinairement au mois de septembre, ressemble au
gland, mais il est plus petit. Il a moins d'odeur et de goût que
l'écorce. On le fait bouillir dans l'eau pour en tirer une huile qui
surnage, et qui, étant congelée, devient aussi blanche et aussi dure
que du suif. L'odeur en est fort agréable: les habitans s'en oignent
le corps; ils en brûlent aussi dans leurs lampes; mais on n'en fait
des chandelles que pour le roi.

Knox parle, dans son journal, du _bogahas_, que les Européens ont
nommé l'arbre-dieu, parce que les Chingulais le croient sacré et lui
rendent une sorte d'adoration. Cet arbre est fort grand, et ses
feuilles tremblent sans cesse comme celles du peuplier. Toutes les
parties de l'île en offrent un grand nombre, que les Chingulais se
font un mérite de planter, et sous lesquels ils allument des lampes et
placent des images. On en trouve dans les villes et sur les grands
chemins, la plupart environnés d'un pavé, qui est entretenu fort
proprement: ils ne portent aucun fruit, et ne sont remarquables que
par la superstition qui les a fait planter. Cet arbre est le figuier
des pagodes.

Les Chingulais ont un nombre extraordinaire de simples ou d'herbes
médicinales. Leurs boutiques de pharmacie sont dans les bois: c'est là
qu'ils composent leurs médecines et leurs emplâtres avec des herbes,
des feuilles et des écorces. L'auteur vante, sans les nommer, celles
qui guérissent si promptement un os rompu, qu'il se rejoint dans
l'espace d'une heure et demie. Il vérifia par sa propre expérience la
vertu d'une écorce d'arbre qui se nomme _amaranga_, et qui s'emploie
pour les abcès dans la gorge. On lui en fit mâcher pendant un jour ou
deux, en avalant sa salive; et quoiqu'il fût très-mal, il se trouva
guéri en vingt-quatre heures.

Ils ont quantité de belles fleurs sauvages, qu'un peu de culture ne
manquerait pas d'embellir, surtout leurs fleurs odoriférantes, que les
jeunes gens des deux sexes se contentent de cueillir pour orner leurs
cheveux et les parfumer. Leurs roses rouges et blanches ont l'odeur
des nôtres. Rien ne mérite tant d'attention qu'une fleur nommée
_sindriè-mal_, qui croît dans les bois, et que son utilité fait
transporter dans les jardins. Sa couleur est rouge ou blanche; elle
s'ouvre sur les quatre heures après midi, et, demeurant épanouie
jusqu'au matin, elle se ferme alors pour ne s'ouvrir qu'à quatre
heures: c'est une sorte d'horloge qui sert à faire connaître l'heure
dans l'absence du soleil. Le pikhamols est une fleur blanche dont
l'odeur tire sur celle du jasmin. On en apporte au roi chaque matin un
bouquet enveloppé dans un linge blanc et suspendu à un bâton. Ceux qui
le rencontrent en chemin sont obligés de se détourner, dans la crainte
apparemment qu'ils ne l'infectent par leur haleine. Quelques officiers
tiennent des terres du roi pour ce service; et leur charge les
obligeant de planter ces fleurs dans les lieux où elles croissent le
mieux, ils ont le droit de choisir le terrain qui est de leur goût,
sans examiner à qui il appartient.

Knox vit parmi les animaux du roi un tigre noir, un daim blanc et un
éléphant moucheté. Les singes sont non-seulement en grande abondance
dans les bois, mais de diverses espèces, dont quelques-unes ne peuvent
être comparées à celles des autres pays. La variété des fourmis n'est
pas moins admirable dans l'île de Ceylan que leur abondance: elles y
exercent les mêmes ravages que dans toute l'Afrique.

On voit dans le pays une sorte de sangsues noirâtres qui vivent sous
l'herbe, et qui sont fort incommodes aux voyageurs qui vont à pied.
Elles ne sont pas d'abord plus grosses qu'un crin de cheval; mais en
croissant elles deviennent de la grosseur d'une plume d'oie, et
longues de deux ou trois pouces: on n'en voit que dans la saison des
pluies; c'est alors que, montant aux jambes de ceux qui voyagent pieds
nus, suivant l'usage du pays, elles les piquent et leur sucent le sang
avec plus de vitesse qu'ils n'en peuvent avoir à s'en délivrer. On
aurait peine à concevoir une action si prompte, si l'auteur n'ajoutait
que le principal embarras vient de leur multitude, qui ferait perdre
le temps, dit-il, à vouloir leur faire quitter prise. Aussi prend-on
le parti de souffrir leurs morsures, d'autant plus qu'on les croit
fort saines. Après le voyage, on se frotte les jambes avec de la
cendre, ce qui n'empêche pas qu'elles ne continuent de saigner
long-temps. On voit aussi des sangsues d'eau qui ressemblent aux
nôtres.

Les petits perroquets verts y sont en grand nombre et ne peuvent
apprendre à parler. En récompense, le malcrouda et le cancouda, deux
autres oiseaux de la grosseur d'un merle, dont le premier est noir, et
l'autre d'un beau jaune d'or, apprennent très-facilement. Les bois et
les champs sont remplis de plusieurs sortes de petits oiseaux
remarquables par la variété et l'agrément de leur plumage. Leur
grosseur est celle de nos moineaux; on en voit de blancs comme la
neige, qui ont la queue d'un pied de long et la tête noire, avec une
touffe de plumes qui les couronne. D'autres, qui ne diffèrent qu'en
couleur, sont rougeâtres comme une orange mûre, et couronnés d'une
touffe noire. L'oiseau qu'on nomme _carlo_ ne se pose jamais à terre,
et se perche toujours sur les plus, hauts arbres: il est aussi gros
qu'un cygne, de couleur noire, a les jambes courtes, la tête d'une
prodigieuse grosseur, le bec rond, avec du blanc des deux côtés de la
tête, qui lui forme comme deux oreilles, et une crête blanche de la
figure de celle d'un coq.

Un pays chaud, pluvieux et rempli d'étangs et de bois, ne saurait
manquer de produire un grand nombre de serpens. Celui que les habitans
nomment _pimberah_ est de la grosseur d'un homme et d'une longueur
proportionnée. C'est un boa qui ressemble à ceux que nous avons déjà
décrits. Le noya est grisâtre, et n'a pas plus de quatre pieds de
longueur; il tient quelquefois la moitié de son corps élevée pendant
deux ou trois heures, ouvrant sa gueule entière, au-dessus de laquelle
on croit lui voir une paire de lunettes; cependant il n'est pas
nuisible, et par cette raison les Indiens lui donnent le nom de _noya
rodgherah_, qui signifie _serpent royal_. Lorsqu'il rencontre le
polonga, autre serpent qui est venimeux, ils commencent un combat qui
ne finit que par la mort de l'un ou de l'autre. Le caroula, long
d'environ deux pieds et fort venimeux, se cache dans les trous et les
couvertures des maisons, où les chats lui donnent la chasse et le
mangent. Les gherendés sont en grand nombre, mais sans venin, et ne
font la guerre qu'aux oeufs des petits oiseaux. L'hiécanella est une
sorte de lézard venimeux, qui se cache dans le chaume des maisons,
mais qui n'attaque pas les hommes, s'il n'est provoqué. On ne se
représente pas sans frémir une grosse araignée de Ceylan nommée
_démocoulo_, longue, noire, velue, tachetée et luisante, qui a le
corps de la grosseur du poing, et les pieds à proportion. Elle se
cache ordinairement dans le creux des arbres et dans d'autres trous.
Rien n'est plus venimeux que cet insecte; sa blessure n'est pas
mortelle; mais la qualité de son venin trouble l'esprit et fait perdre
la raison. Les bestiaux sont souvent mordus ou piqués de cet insecte
monstrueux, et meurent sans qu'on y puisse remédier. Les hommes
trouvent du secours dans leurs herbes et leurs écorces, lorsqu'ils
emploient promptement cette ressource.

L'île de Ceylan a plusieurs sortes de pierres précieuses; mais le roi,
qui en possède en fort grand nombre, ne permet pas qu'on en cherche de
nouvelles. Dans les lieux où l'on sait qu'elles se trouvent, il fait
planter des pieux pointus, qui menacent ceux qui en approcheraient
d'être empalés vifs. On tire de plusieurs rivières, des rubis, des
saphirs et des yeux de chat pour ce prince. Knox vit plusieurs
petites pierres transparentes de diverses couleurs, dont
quelques-unes étaient de la grosseur d'un noyau de cerise, et d'autres
plus grosses. Il vit aussi des rubis et des saphirs. Le fer et le
cristal sont communs dans l'île, et les habitans font de l'acier de
leur fer. Ils ont aussi du soufre; mais le roi défend qu'on le tire
des mines. Ils ont quantité d'ébène, beaucoup de bois à bâtir, de la
mine de plomb, des dents d'éléphant, du turmeric, du musc, du coton,
de la cire, de l'huile, du riz, du sel, du poivre, qui croît fort
bien, et qu'ils recueilleraient en abondance, s'ils avaient occasion
de s'en défaire. Mais les marchandises qui sont véritablement propres
au pays sont la cannelle et le miel sauvage.

Un roi de Candy avait conçu une telle haine contre les Portugais, que,
lorsqu'en 1602 l'amiral hollandais Spilberg aborda à Ceylan, ce
prince, ne voyant dans ces nouveaux venus que les ennemis naturels du
Portugal, et apprenant qu'ils avaient des vues d'établissement dans
l'île, leur dit ces propres paroles: «Vous devez compter que, s'il
plaît aux états et aux princes vos maîtres de faire bâtir une
forteresse sur mes terres, la reine, le prince et la princesse que
vous voyez ici seront les premiers à porter sur leurs épaules des
pierres de la chaux, et tous les matériaux nécessaires. Ceux qui
seront envoyés de la part de vos maîtres auront la liberté de choisir
la baie ou le lieu qui leur conviendront.» Les rois de Ceylan durent
s'apercevoir dans la suite qu'ils n'avaient fait que changer de
tyrans. Les Hollandais sont depuis long-temps seuls en possession de
tout le commerce de l'île, et en état de donner des lois à ses
souverains, quoiqu'ils paraissent borner leur domaine le long des
côtes, à douze lieues d'étendue dans les terres.



CHAPITRE IV.

Île de Sumatra.


De Ceylan, située comme nous l'avons vu, presque vis-à-vis le cap
Comorin, à l'entrée du golfe de Bengale, en voguant directement vers
l'est, vous rencontrez à l'autre extrémité de ce golfe l'île de
Sumatra, séparée de Malacca par le détroit qui porte ce nom.

Sumatra, île plus grande que l'Angleterre et l'Écosse, s'étend depuis
la pointe d'Achem, à 5 degrés et demi de latitude du nord, jusqu'au
détroit de la Sonde, vers 5 degrés et demi du sud, ce qui fait environ
trois cents lieues françaises pour sa longueur. L'intérieur du pays
est rempli de hautes montagnes; mais, proche la mer, la plus grande
partie de l'île est basse, et ne manque ni de bons pâturages, ni
d'excellentes terres pour le riz et pour les fruits des Indes. Elle
est arrosée de plusieurs belles rivières. Les petites sont en si
grand nombre, qu'elles rendent la terre continuellement humide, et
dans quelques endroits fort marécageuse, indépendamment des pluies qui
commencent régulièrement au mois de juin, et qui ne finissent que dans
le cours d'octobre. L'air est dangereux alors pour les étrangers,
surtout dans les parties les plus proches de la ligne, telles que le
pays de Tikou et de Passaman. Les Achémois mêmes n'y demeurent pas
sans crainte, surtout pendant les pluies. Les vents qui règnent alors
sur cette côte s'y rompent avec de grands tourbillons et d'horribles
tempêtes. Des calmes succèdent presque tout d'un coup, pendant
lesquels l'air n'étant plus agité, et la terre continuant d'être
abreuvée de pluies continuelles, le soleil attire des vapeurs
très-puantes, qui causent des fièvres pestilentielles, dont l'effet le
plus commun est d'emporter les étrangers dans l'espace de deux ou
trois jours, ou de leur laisser des enflures douloureuses et
très-difficiles à guérir.

La ville d'Achem étant à la pointe du nord, on y respire un air plus
pur et plus tempéré. Elle est située sur une rivière de la grandeur de
la Somme, à la distance d'environ une demi-lieue du rivage de la mer,
au milieu d'une grande vallée large de six lieues. La terre est propre
à y produire toutes sortes de grains et de fruits; mais on n'y sème
que du riz, qui est la principale nourriture des habitans. Quoique les
cocotiers y soient les arbres les plus communs, on y trouve, comme
dans le reste de l'île, tous les arbres fruitiers des Indes, mais peu
de légumes et d'herbes potagères. Les pâturages, qui sont d'une beauté
admirable, nourrissent quantité de buffles, de boeufs et de cabris.
Les chevaux y sont en grand nombre, mais de petite taille. Les moutons
n'y profitent point. L'abondance des poules et des canards est
extraordinaire. On les nourrit avec soin pour en vendre les oeufs.
Beaulieu parle avec étonnement du nombre des sangliers, qu'il dit être
infini. Ils se trouvent, dit-il, dans les campagnes, dans les
pâturages, et jusque dans les haies des maisons; ils ne sont ni si
grands ni si furieux qu'en France. Les cerfs et les daims surpassent
les nôtres en grandeur. Les lièvres et les chevreuils sont rares dans
toutes les parties de l'île; mais tout autre gibier de chasse y est
fort commun. On voit beaucoup d'éléphans sauvages dans les montagnes
et dans les bois; des tigres, des rhinocéros, des buffles sauvages,
des porcs-épics, des civettes, des singes, des couleuvres et de fort
gros lézards. Les rivières sont assez poissonneuses; mais la plupart
sont infestées de crocodiles.

Le roi d'Achem possède la meilleure et la plus grande partie de l'île;
le reste est divisé en cinq ou six rois, dont toutes les forces
réunies n'approchent pas des siennes. La côte occidentale est bordée
d'un grand nombre d'îles, quelques-unes assez grandes, mais à dix-huit
ou vingt lieues de Sumatra; d'autres plus petites, qui n'en sont qu'à
trois ou quatre lieues. Les habitans de celles qui ne sont pas
désertes paraissent de la même race que les anciens originaires de la
grande île, dont ils ont été chassés apparemment par les Malais. Vers
5 degrés de latitude sud est l'île d'Enganno, habitée par une espèce
de sauvages très-cruels, qui sont nus, avec une longue chevelure, et
qui massacrent sans pitié tous les étrangers dont ils peuvent se
saisir. À 3 degrés et demi on trouve une île de quatorze ou quinze
lieues de longueur, que les Hollandais ont nommée l'_île de Nassau_.
Quatre ou cinq lieues au-dessus, vers la ligne équinoxiale, est une
autre île habitée et longue de sept ou huit lieues. Elle est suivie de
celle de Mintou, qui n'est qu'à 1 degré et demi de la ligne. Les
habitans sont vêtus, et font un commerce régulier avec ceux de Tikou,
quoiqu'ils n'aient pas le même langage.

Le royaume d'Achem avait autrefois quantité de poivre; mais un de ses
rois, ayant observé que le commerce faisait négliger l'agriculture aux
habitans, fit détruire la plus grande partie des poivriers. À six
lieues de la capitale, vers Pédir, s'élève une haute montagne en forme
de pic, d'où l'on tire quantité de soufre. Poulo-ouai, une des îles de
la rade d'Achem, en fournit beaucoup; et c'est de ces deux sources que
toute l'Inde le reçoit pour faire de la poudre. Le territoire de Pédir
est si fertile en riz, qu'on le nomme _le grenier d'Achem_. Il n'est
pas moins favorable aux vers à soie, qui fournissent de la matière
aux manufactures d'Achem pour fabriquer diverses étoffes, dont le
commerce est considérable dans toutes les parties de l'île. Les
habitans de la côte de Coromandel achètent le reste de la soie crue.
Elle n'est pas blanche comme celle de la Chine, ni si fine et si bien
préparée; mais, quoique jaune et dure, on en fait d'assez beau
taffetas. De Pacem jusqu'à Délhi, on trouve plusieurs cantons assez
riches des bienfaits de la nature pour aider ceux qui sont moins
heureusement partagés. Beaulieu vante, à Délhi, une source d'huile
inextinguible, c'est-à-dire qui, ne cessant point de brûler lorsqu'une
fois elle est allumée, conserve son ardeur jusqu'au milieu de la mer.
Le roi d'Achem s'en était servi dans un combat contre les Portugais,
pour mettre le feu à deux galions qui furent entièrement consumés.
Daya est fertile en riz et très-riche en bestiaux. Cinquel produit
beaucoup de camphre, que les marchands de Surate et de la côte de
Coromandel achètent à grand prix. Barros est une fort belle ville
située sur une grosse rivière, dans une campagne bien cultivée. On y
fait beaucoup de benjoin, qui sert de monnaie aux habitans, et qui est
célèbre aux Indes sous le nom même de la ville dont il vient. Le plus
blanc est le plus estimé. On recueille beaucoup de camphre à Barros;
mais celui de Bataham, qui est en plus petite quantité, passe pour le
meilleur.

Passaman, où commencent les poivriers, est située au pied d'une
très-haute montagne qu'on découvre de trente lieues en mer, lorsque le
ciel est serein. Le poivre y croît parfaitement. Tikou, qui est sept
lieues plus loin, en offre encore plus. Passaman est bien peuplée: sa
situation est plus agréable que celle de Tikou, et l'air plus sain.
Les vivres y sont en plus grande abondance; mais le poivre y est moins
fertile. Les habitans sont dédommagés par le commerce de l'or avec
Manincabo. Padang a peu de poivre; mais le commerce de l'or y est
considérable, et sa rivière forme un port naturel, qui peut recevoir
de grands vaisseaux. Les Hollandais se sont établis à Palimban.

Toutes ces villes, et les lieux voisins, sont fort bien peuplés
jusqu'au pied des montagnes. Les terres y sont régulièrement
cultivées. Entre les habitans étrangers ou naturels il se trouve des
personnes riches, qui jouissent heureusement de leur fortune; mais ils
ne doivent leur tranquillité qu'au bonheur de vivre loin d'Achem.
Beaulieu, que nous suivons ici[7], parle de la présence du roi comme
d'un fléau terrible qui fait autant de malheureux qu'il y a d'habitans
dans sa capitale. Il ajoute qu'ils méritent leur sort, parce qu'ils
sont d'une méchanceté odieuse. Mais, rendant justice à leurs bonnes
qualités, il leur attribue de l'esprit et de l'éloquence, de la
correction dans leur langage, une belle main pour l'écriture, dans
laquelle ils s'attachent tous à se perfectionner; une profonde
connaissance de l'arithmétique, suivant l'usage des Arabes; du goût
pour la poésie, qu'ils mettent presque toujours en chant; une propreté
dans leurs habits et dans leurs maisons, qu'ils porteraient volontiers
jusqu'à la magnificence, si le roi ne faisait tomber ses principales
vexations sur les personnes riches. Les arts sont en honneur dans la
ville d'Achem. Il s'y trouve d'excellens forgerons, qui font toutes
sortes d'ouvrages de fer; des charpentiers qui entendent fort bien la
construction des galères; des fondeurs pour tous les ouvrages de
cuivre. Ils sont extrêmement sobres: le riz fait leur seule
nourriture; les plus riches y joignent un peu de poisson et quelques
herbages. Il faut être un grand seigneur à Sumatra pour avoir une
poule rôtie ou bouillie, qui sert pendant tout le jour. Aussi
disent-ils que deux mille chrétiens dans leur île l'auraient bientôt
épuisée de boeufs et de volaille. Ils sont tous mahométans, et
feignent beaucoup de zèle pour leur religion. «Mais dit, Beaulieu, on
découvre aisément leur hypocrisie, surtout dans l'affection qu'ils
font éclater pour leur roi, à qui tous ils désireraient d'avoir mangé
le coeur. Ils le redoutent jusqu'au point que, dans la crainte
continuelle que leurs voisins ou les témoins de leur conduite
n'attirent sur eux sa colère par quelque rapport malicieux, ils
s'efforcent eux-mêmes de les prévenir par de fausses accusations. De
là vient sa cruauté, parce que, sans cesse obsédé de délateurs, il
s'imagine qu'on en veut sans cesse à sa vie, et que tous ses sujets
sont autant de mortels ennemis dont il ne peut trop se défier. Le
frère accuse le frère; un père est accusé par son fils. Lorsqu'on leur
reproche cet excès d'inhumanité, et qu'on les rappelle aux droits de
la conscience, ils répondent que Dieu est loin, mais que le roi est
toujours proche.»

[Note 7: Il écrivait en 1621.]

La pluralité des femmes est établie à Sumatra, comme dans tous les
pays mahométans, et les lois du mariage y sont les mêmes. Le débiteur
insolvable est abandonné aux créanciers, dont il est l'esclave jusqu'à
son paiement. Beaulieu parle avec admiration du respect que les
Achémois ont pour la justice. Un criminel arrêté par une femme ou par
un enfant n'ose prendre la fuite, et demeure immobile. Il se laisse
conduire avec la même docilité devant le juge, qui le fait punir
sur-le-champ. Le châtiment ordinaire pour les fautes communes est la
bastonnade. Après l'exécution, chacun s'en retourne tranquillement,
sans qu'on puisse distinguer le coupable entre les accusateurs,
c'est-à-dire qu'on n'entend d'une part aucune plainte, ni de l'autre
aucun reproche. Un jour que les affaires de Beaulieu l'avaient conduit
au tribunal, et qu'il avait été reçu fort civilement par le juge, il
fut témoin de plusieurs procès; entre autres, de celui d'un homme qui
avait eu la curiosité de voir la femme de son voisin par-dessus une
haie, tandis qu'elle était à se laver. Cette femme en avait fait des
plaintes à son mari, qui, s'étant saisi du coupable, l'amenait
lui-même en justice, où il fut condamné à recevoir sur ses épaules
trente coups de rotang[8]. Aussitôt il fut conduit hors de la salle
par l'exécuteur, qui commençait à lever le bras; mais, entrant alors
en capitulation pour éviter le supplice, il proposa six mazes.
L'exécuteur en demanda quarante; et, le voyant incertain, il lui donna
un coup si rude, que le marché fut bientôt à vingt mazes. La sentence
n'en fut pas moins exécutée, mais avec tant de douceur, que le rotang
ne faisait que toucher aux habits. Cette capitulation s'était faite à
la vue du juge et de ses assesseurs, qui ne s'y étaient pas opposés;
et le coupable, demeurant libre après l'exécution, se mêla
tranquillement parmi les spectateurs pour entendre le jugement de
quelque autre cause. Beaulieu apprit de son interprète, que c'était
l'usage commun; mais que celui qui avait payé les vingt mazes était
sans doute un homme riche, et que ceux qui l'étaient moins aimaient
mieux subir la punition que de s'en exempter à prix d'argent. Le roi
ne laissant guère passer de jour sans quelque exécution sanglante,
telle que de faire couper le nez, crever les yeux, châtrer, couper les
pieds, les poings ou les oreilles, les exécuteurs demandaient aux
coupables combien ils voulaient donner pour être châtrés proprement,
pour avoir le nez ou le poing coupé d'un seul coup, ou, si la
sentence était capitale, pour recevoir la mort sans languir. Le marché
se concluait à la vue des spectateurs, et la somme était payée
sur-le-champ. Celui qui manquait d'argent, ou qui le préférait à sa
sûreté, s'exposait à se voir couper le nez si haut, que le cerveau
demeurait à découvert; à se voir hacher le pied de deux ou trois
coups, à perdre une partie de la joue ou de l'oreille. Mais Beaulieu
admire qu'à l'âge même de cinquante ou soixante ans, toutes ces
mutilations soient rarement mortelles, quoiqu'on n'y apporte point
d'autre remède que de mettre dans de l'eau les parties mutilées,
d'arrêter le sang et de bander la plaie. Il ne reste d'ailleurs aucune
tache aux coupables qui ont subi cette rigoureuse justice. Ils
seraient en droit de tuer impunément ceux qui leur feraient le moindre
reproche. «Tout homme, disent les Achémois, est sujet à faillir, et le
châtiment expie la faute.» Il ne manque rien à cette belle _justice_,
puisqu'il plaît aux historiens de l'appeler ainsi, si ce n'est que le
bourreau, qui doit être un des hommes les plus riches du royaume,
devrait en conscience partager avec le despote l'argent qu'il reçoit
pour le nez et les oreilles qu'il _coupe proprement_.

[Note 8: Plante chinoise très-menue, mais très-dure, dont on se sert
comme d'un bâton.]

Le chef de la religion, qui porte le titre de _cadi_ dans le royaume
d'Achem, juge toutes les affaires qui concernent les moeurs et le
culte établi. Le sabandar préside à celles du commerce. Quatre
mérignes, ou chefs de patrouilles, veillent nuit et jour à la sûreté
publique. Chaque orencaie participe à l'administration dans un canton
qu'il gouverne; et cette distribution d'autorité sert beaucoup à
l'entretien de l'ordre. Elle n'expose jamais celle du roi, parce que,
dans la petite étendue de chaque gouvernement, les orencaies n'ont
point assez de forces pour se rendre redoutables, et qu'ils servent
entre eux comme d'espions pour s'observer.

La garde royale est de trois mille hommes, qui ne sortent presque
jamais des premières cours du château. Les eunuques, au nombre de cinq
cents, forment une garde plus intérieure, dans l'enceinte où nul homme
n'a la liberté de pénétrer. C'est proprement le palais, qui n'est
habité que par le roi et par ses femmes. L'Asie a peu de sérails aussi
bien peuplés. Dans une multitude infinie de femmes et de concubines on
comptait alors vingt filles de rois, entre lesquelles était la reine
de Péta, que le roi d'Achem avait enlevée. Cependant il n'avait qu'un
fils âgé de dix-huit ans, et plus cruel encore que lui.

Les éléphans du roi d'Achem sont toujours au nombre de neuf cents,
dont on exerce la plupart au bruit des mousquetades et à la vue du
feu. Ils sont si bien instruits, qu'en entrant dans le château, ils
font la _sombaie_, ou le salut devant l'appartement du roi, en pliant
les genoux et levant trois fois la trompe. On rend tant d'honneurs à
ceux qui passent pour les plus courageux et les mieux instruits qu'on
fait porter devant eux des _quitasols_[9], distinction réservée
d'ailleurs pour la personne du roi. Le peuple s'arrête lorsqu'ils
passent dans une rue, et quelqu'un marche devant eux avec un
instrument de cuivre, dont le son avertit toute la ville du respect
qu'on leur doit. Ce respect me paraît très-bien placé. Il s'en faut de
beaucoup que les habitans de Sumatra vaillent leurs éléphans.

[Note 9: Espèce de parasol.]

Le roi hérite de tous ses sujets, lorsqu'ils meurent sans enfans
mâles. Ceux qui ont des filles peuvent les marier pendant leur vie;
mais si le père meurt avant leur établissement, elles appartiennent au
roi, qui se saisit des plus belles, et qui les entretient dans
l'intérieur du palais. De là vient la multitude extraordinaire de ses
femmes.

Il tire un profit immense de la confiscation des biens, qui est le
châtiment ordinaire des plus riches coupables. Il s'attribue la
succession de tous les étrangers qui meurent dans ses états. Ce
n'était pas sans peine que les Européens s'étaient fait excepter de
cette loi. Quelques marchands de Surate et de Coromandel étant morts à
Achem pendant le séjour que Beaulieu fit dans cette ville,
non-seulement tous leurs effets furent saisis au nom du roi, mais on
mit leurs esclaves à la torture, pour leur faire déclarer s'ils
n'avaient pas détourné quelques diamans ou d'autres richesses. Un
ancien usage le met en droit de confisquer tous les navires qui font
naufrage sur les terres de son obéissance; et, d'après la situation de
ces côtes, ce malheur arrive souvent aux étrangers: hommes et
marchandises, tout est enlevé par ses ordres. On sait que la même
barbarie a régné long-temps en Europe.



CHAPITRE V.

Île de Java.


L'île de Java est séparée de celle de Sumatra par le détroit de la
Sonde. Après des tentatives réitérées, les Hollandais s'établirent à
Bantam, capitale de cette île, malgré les obstacles qu'ils éprouvèrent
de la part des Anglais, qui s'y étaient fixés avant eux. Ces obstacles
furent surmontés par une patience infatigable, par les efforts d'une
puissance maritime qui prenait tous les jours de nouveaux
accroissemens; et cette nation est parvenue à fonder des comptoirs
florissans dans cette île, ainsi qu'aux Moluques et dans tout
l'archipel indien.

Marc-Pol donne à l'île de Java trois cents lieues de circuit; les
géographes la placent entre 6 et 9 degrés de latitude sud. Les
habitans se croient originaires de la Chine. Leurs ancêtres,
disent-ils, ne pouvant supporter l'esclavage où ils étaient réduits
par les Chinois, s'échappèrent en grand nombre, et vinrent peupler
cette île. Si l'on s'arrêtait à leur physionomie, cette opinion ne
serait pas sans vraisemblance. La plupart ont, comme les Chinois, le
front large; les joues grandes, les yeux fort petits. Cette idée se
trouve encore confirmée par le témoignage de Marc-Pol, qui, ayant vécu
parmi les Tartares, avait appris d'eux que la grande Java leur payait
anciennement un tribut, et qu'aussitôt que les Chinois se furent
révoltés contre eux, les Javanais secouèrent le joug. On voit encore à
Bantam un grand nombre de Chinois qui viennent s'y établir pour se
dérober aux rigoureuses lois de la Chine.

On ne saurait douter du moins que les habitans de Java n'aient depuis
long-temps leur propres rois. Il est arrivé dans cette île, comme dans
d'autres pays, que, faute de lois ou d'ordre bien établi dans la
succession, quantité de particuliers ont aspiré au titre de souverain,
et se sont formé de petits états par la force ou par l'adresse. Chaque
ville en composait un, avec les terres de sa dépendance; mais le
royaume de Bantam a toujours été le plus puissant.

Parmi les principales villes de Java on trouve d'abord Balambouam,
ville célèbre et revêtue de bonnes murailles. Elle a vis-à-vis d'elle
l'île de Bali, dont elle n'est séparée que par un détroit d'une
demi-lieue de large, qu'on nomme le détroit de Balambouam. À dix
lieues au nord de cette ville, on trouve celle de Panaroucan, où
quantité de Portugais s'étaient établis, parce qu'ils y étaient amis
du roi, et que le port y est excellent. Il s'y fait un grand commerce
d'esclaves, de poivre-long, et de ces habits de femmes qui portent le
nom de _conjorins_ dans le pays. Au-dessus de Panaroucan est une
grande montagne ardente qui s'ouvrit pour la première fois en 1586,
avec tant de violence, qu'elle couvrit la ville de cendres et de
pierres, et tous les environs d'une épaisse fumée qui obscurcit
pendant trois jours la lumière du soleil. Cet horrible embrasement fit
périr dix mille insulaires.

On trouve, six lieues plus loin, la ville de Passaouran, où l'on fait
un commerce de toile de coton. Dix lieues plus à l'ouest, se présente
la ville d'Ioartan, située sur une belle rivière, avec un bon port, où
relâchent les vaisseaux qui reviennent des Moluques à Bantam. On y
trouve toutes sortes de rafraîchissemens. Guerrici est une autre ville
qui est située sur le bord occidental de la même rivière. On charge
dans ces deux villes quantité de sel pour Bantam.

À dix lieues au nord-nord-ouest, on trouve Toubaon, ou Touban, ville
marchande et bien murée: c'est la plus belle ville de l'île. Son roi,
que les Hollandais virent dans leur second voyage, se distinguait par
la magnificence de sa cour. Un jour qu'ils étaient descendus au
rivage, il s'y rendit pour leur faire honneur; et les conduisit
ensuite à son palais. Il leur montra ses éléphans, chacun sous un
petit toit particulier soutenu par quatre colonnes. On leur fit
remarquer le plus grand et le plus beau, dont on leur raconta des
choses fort extraordinaires. Lorsqu'on lui commandait de tuer
quelqu'un, il exécutait aussitôt cet ordre; et, prenant le cadavre,
qu'il se mettait sur le dos avec sa trompe, il allait le jeter aux
pieds du roi. La moitié de sa trompe était blanche. Il était si bien
dressé aux combats, que le roi n'en montait pas d'autre pendant la
guerre. On lui donnait une arme dont il se servait aussi habilement
avec sa trompe que le soldat le plus exercé. Les Hollandais en
comptèrent douze autres, tous d'une beauté extraordinaire, mais moins
grands que le premier, auquel ils donnent la hauteur de deux hommes
l'un sur l'autre.

Le premier appartement qu'on leur fit voir contenait le bagage du roi
dans des caisses entassées les unes sur les autres. On porte toutes
ces caisses avec le roi dans ses moindres voyages. De là ils entrèrent
dans l'appartement des coqs de joute, dont chacun occupe une cage
particulière de la forme de celles où l'on renferme les alouettes de
Hollande, mais dont les bâtons ont deux doigts d'épaisseur. Il y a des
officiers commis pour en prendre soin et pour régler leurs combats.
Cet usage de les tenir renfermés à la vue l'un de l'autre, les rend si
vifs et si colères, qu'ils se battent avec une furie surprenante. Les
Hollandais passèrent dans l'appartement des perroquets, qui leur
parurent beaucoup plus beaux que ceux qu'ils avaient vus dans d'autres
lieux, mais d'une grosseur médiocre. Les Portugais leur donnent le nom
de _noiras_: ils ont un rouge vif et lustré sous la gorge et sous
l'estomac, et comme une belle plaque d'or sur le dos; le dessus des
ailes est mêlé de vert et de bleu, et le dessous paraît d'un bel
incarnat. Cette espèce est si recherchée dans les Indes, qu'on donne
volontiers jusqu'à dix piastres pour un noiras. On lit dans les
voyages de Linschoten que les Portugais ont tenté inutilement de
transporter quelques-uns de ces beaux oiseaux en Europe, parce qu'ils
sont trop délicats pour résister à la navigation. Cependant les
Hollandais en apportèrent à Amsterdam en 1598. Les noiras sont d'un
agrément admirable pour leurs maîtres. Ils les caressent avec une
douceur et une familiarité surprenantes; mais ils mordent les
étrangers avec fureur.

Les Hollandais furent conduits de cet appartement dans celui des
chiens, qui avaient leurs loges à part, et chacun son maître
particulier, qui l'instruisait pour la chasse ou pour d'autres
exercices. Le roi demanda s'il y avait de grands chiens en Hollande.
On lui répondit qu'il y en avait d'aussi grands que ses petits
chevaux, et si furieux, qu'ils étaient capables de tuer un homme. Il
demanda si les chevaux y étaient grands. On lui dit qu'il s'en
trouvait d'aussi grands que ses petits éléphans. Ces deux réponses
furent reçues d'abord comme une plaisanterie; mais lorsqu'on les eut
renouvelées sérieusement, il offrit un prix considérable pour un des
plus grands chevaux et un des plus grands chiens de Hollande. Sa
surprise devint encore plus grande en apprenant que la différence des
climats ne permettait pas d'amener facilement ces animaux jusqu'aux
Indes.

Après avoir admiré l'appartement des chiens, on conduisit les
Hollandais dans celui des canards; Ils les trouvèrent semblables à
ceux de Hollande, excepté qu'ils étaient un peu gros, et que la
plupart étaient blancs. Leurs oeufs sont plus gros du double que ceux
de nos plus belles poules. Un satirique s'amuserait à faire d'une
pareille cour une allégorie plaisante, et un misanthrope dirait
qu'elle en vaut bien une autre. Après leur avoir montré tous les
animaux, on leur fit voir l'appartement des femmes.

Ce prince fit conduire un autre jour les Hollandais dans sept écuries,
dont chacune ne contenait qu'un cheval. Elles étaient fermées, par les
côtés, d'un treillage de bois, et le dessous n'était aussi qu'une
sorte de planches à jour, par laquelle la fiente des chevaux pouvait
passer pour être emportée aussitôt. Les chevaux de Java ne sont pas
grands; mais ils sont bien faits et légers à la course. En général,
les chevaux sont assez rares dans les Indes, et par conséquent d'un
grand prix.

Après avoir passé les canaux qui séparent les îles du golfe d'Iacatra,
on arrive enfin devant Bantam, dont le port est sans comparaison le
plus grand et le plus beau de l'île entière: aussi est-il comme le
centre du commerce. La ville est située dans un pays bas, au pied
d'une haute montagne, à la distance d'environ vingt-cinq lieues de
Sumatra. Trois rivières qui l'arrosent, c'est-à-dire une de chaque
côté, et la troisième au milieu, n'y laisseraient rien à désirer pour
la facilité du commerce, si elles avaient plus de profondeur; mais la
plus profonde n'a guère plus de trois pieds d'eau: elles ne peuvent
recevoir les bâtimens qui en tirent davantage. Au lieu d'arbres pour
les former, on n'emploie que de gros roseaux. Bantam est à peu près de
l'ancienne grandeur d'Amsterdam.

La plupart des maisons sont environnées de cocotiers, et la ville en
est remplie. Elles sont faites de paille et de roseaux, et soutenues
par huit ou dix piliers de bois, qui sont chargés d'ornemens de
sculpture. Le toit est de feuilles de cocotier. Elles sont ouvertes
par le bas pour recevoir de la fraîcheur; car le froid n'est pas connu
dans l'île. Pour les fermer pendant la nuit, elles ont de grands
rideaux qui se tirent et s'attachent. Les cloisons des chambres, ou
des appartemens, sont composées de lattes de bambou, espèce de gros
roseau de la dureté du bois, qui est fort commun dans l'île et dans
toutes les Indes. Ainsi les habitans de Bantam se logent à peu de
frais.

Bantam a trois grandes places publiques où le marché se tient chaque
jour, autant pour le commerce que pour les nécessités de la vie. Le
plus grand, qui est du côté oriental de la ville, et qui s'ouvre dès
la pointe du jour, est le rendez-vous d'une infinité de marchands
portugais, arabes, turcs, chinois, pégouans, malais, bengalis,
guzarates, malabares, abyssins, et de toutes les régions des Indes.
Cette assemblée dure jusqu'à neuf heures du matin. C'est dans la même
place qu'on voit la grande mosquée de Bantam environnée d'une
palissade. On trouve en chemin quantité de femmes qui se tiennent
assises avec des sacs et une mesure nommée _gantan_, qui contient
environ trois livres de poivre, pour attendre les paysans qui
apportent leur poivre au marché. Elles sont fort entendues dans ce
commerce; mais les Chinois, encore plus fins, vont au-devant des
paysans, et s'efforcent d'acheter en gros toute leur charge. On trouve
d'autres femmes dans l'enceinte de la palissade qui vendent du bétel,
de l'arec, des melons d'eau, des bananes; et plus loin d'autres encore
qui vendent toutes sortes de pâtisseries toutes chaudes. D'un côté de
la place, on vend diverses espèces d'armes, telles que des pierriers
de fonte, des poignards, des pointes de javelots, des couteaux et
d'autres instrumens de fer. Ce sont des hommes qui se mêlent
exclusivement de ce commerce. Ensuite on trouve le lieu où se vend le
sandal blanc et jaune; et successivement, dans les lieux séparés, du
sucre, du miel et des confitures; des féves noires, rouges, jaunes,
grises, vertes; de l'ail et des ognons. Devant ce dernier marché se
promènent ceux qui ont des toiles et d'autres marchandises à vendre en
gros. Là sont aussi ceux qui assurent les vaisseaux et les autres
entreprises de commerce. À droite du même lieu est le marché aux
poules, où se vendent en même temps les cabris, les canards, les
pigeons, les perroquets, et quantité d'autres volailles. Ici, le
chemin se divise en trois, dont l'un conduit aux boutiques des
Chinois, l'autre au marché aux herbes, et le troisième à la boucherie.
Dans le premier, on trouve, à main droite, les joailliers, la plupart
Coracons ou Arabes, qui présentent aux passans des rubis, des
hyacinthes et d'autres pierreries; et à main gauche, les Bengalis, qui
étalent toutes sortes d'émaux et de merceries. Plus loin, on arrive
aux boutiques des Chinois, qui offrent des soies de toutes sortes de
couleurs, des étoffes précieuses, telles que des damas, des velours,
des satins, des draps d'or, du fil d'or, des porcelaines, et mille
sortes de bijoux, dont il y a deux rues entières garnies des deux
côtés. Par le second chemin, on trouve d'abord à droite des boutiques
d'émaux, et à gauche le marché au linge pour les hommes; ensuite est
le marché au linge pour les femmes, dans l'enceinte duquel il est
défendu aux hommes d'entrer, sous peine d'une grosse amende. Un peu
plus loin, on arrive au marché aux herbes et aux fruits, qui s'étend
jusqu'au bout des places; et en retournant on trouve la poissonnerie.
Un peu au delà, la boucherie à main gauche, où l'on vend surtout
beaucoup de grosses viandes, telles que du boeuf ou du buffle. Plus
loin encore est le marché aux épiceries et aux drogues, où les
boutiques ne sont tenues que par des femmes. Ensuite on trouve à main
droite le marché au riz, à la poterie et au sel; et à gauche, le
marché à l'huile et aux cocos, d'où l'on revient par le premier chemin
à la grande place où les marchands s'assemblent, et qui leur sert de
bourse.

Nous avons cru ne devoir rien retrancher de cette description, qui
offre le tableau complet d'une ville commerçante, et qui pourrait
servir de modèle à plus d'une capitale, où notre police européenne, si
admirable en quelques parties, et si imparfaite dans d'autres, laisse
encore tant de désordre et de malpropreté.

La religion, dans l'île de Java, n'est point uniforme. Les habitans du
centre de l'île et de ce que les Hollandais nomment le haut pays sont
véritablement païens, et fort attachés à l'opinion de la métempsycose,
qui leur fait respecter les animaux jusqu'à les élever avec soin, dans
la seule vue de prolonger leur vie. C'est un crime parmi eux de les
tuer, et surtout de les faire servir à la nourriture. Il se trouve
aussi quelques païens le long de la mer; particulièrement sur la côte
occidentale, qui est la plus connue; mais, en général, la plupart des
Javanais sont mahométans. Les Hollandais apprirent, dans leur premier
voyage, qu'il n'y avait pas plus de cinquante à soixante ans que l'île
avait embrassé la religion de Mahomet, et qu'elle tire de la Mecque et
de Médine la plus grande partie de ses docteurs. Aussi les
superstitions et les pratiques de cette croyance y sont-elles encore
dans toute leur force.

La pluralité des femmes n'en est pas l'article le plus négligé, et
l'auteur observe qu'outre la permission de Mahomet, les Javanais ont
une autre raison de ne se pas borner à une seule femme; c'est que dans
l'île, et à Bantam en particulier, on trouve dix femmes pour un homme.
Outre leurs femmes légitimes, ils prennent librement des concubines,
qui servent comme de servantes aux premières, et qui font partie de
leur cortége lorsqu'elles sortent de leurs maisons. Il faut même
qu'une concubine ait la permission des femmes légitimes pour coucher
avec son maître; mais il est établi en même temps qu'elles ne peuvent
la refuser sans faire tort à leur honneur. Les enfans qui naissent des
concubines ne peuvent être vendus, quoique leurs mères soient esclaves
achetées à prix d'argent; ils sont nés pour les femmes légitimes comme
Ismaël l'était pour Sara; mais ces marâtres s'en défont souvent par le
poison.

Les enfans de l'île vont nus, à la réserve des parties naturelles,
qu'ils se couvrent d'un petit écusson d'or ou d'argent. Les filles y
joignent des bracelets; mais, lorsqu'elles ont atteint l'âge de treize
ou quatorze ans, qui est le temps où l'usage les oblige de se vêtir,
leurs parens ne perdent pas un moment pour les marier, s'ils veulent
les sauver du libertinage. Une autre raison qui les porte à marier
leurs enfans fort jeunes, est le désir de leur assurer leur
succession. C'est un droit établi à Bantam, qu'à la mort d'un homme le
roi se saisit de sa femme, de ses enfans et de son bien. Ainsi, pour
dérober leurs enfans à la rigueur de la loi, les pères s'empressent de
les marier quelquefois dès l'âge de huit ou dix ans. On a vu plus haut
que la même coutume règne à Sumatra, dans le royaume d'Achem.

La dot des femmes, du moins entre gens de qualité, consiste dans une
somme d'argent et dans un certain nombre d'esclaves. Pendant le séjour
des Hollandais à Bantam, le second fils du sabandar épousa une jeune
fille de ses parentes, à qui l'on donna pour dot cinquante hommes,
cinquante jeunes filles et trois cent mille caxas, qui montent à peu
près à la valeur de cinquante-six livres cinq sous, monnaie de
Hollande.

Les femmes de qualité sont gardées si étroitement, que leurs fils même
n'ont pas la liberté d'entrer dans leurs chambres; elles sortent
rarement, et tous les hommes que le hasard leur fait rencontrer, sans
en excepter le roi, sont obligés de se retirer à l'écart. Le plus
grand seigneur ne peut leur parler sans la permission de leur mari.
Elles ont toute la nuit du bétel auprès d'elles, pour en mâcher
continuellement, et une esclave qui leur gratte la peau.

Les magistrats de Bantam tiennent le soir leurs assemblées au palais,
pour rendre justice à ceux qui la demandent. L'entrée est ouverte à
tout le monde; point d'avocats ni de procureurs, et les procès ne sont
jamais fatigans par les longueurs. On attache à un poteau les
criminels condamnés à mort, et l'unique supplice est de les poignarder
dans cette situation. Les étrangers qui ont commis quelque meurtre
peuvent se racheter pour une somme d'argent qu'ils paient au maître ou
à la famille du mort; loi de pure politique, dont le but est de
favoriser le commerce: les Hollandais eurent obligation plus d'une
fois à cet établissement; mais les habitans du pays ne sont pas
traités avec la même indulgence.

C'est pendant la nuit, et à la clarté de la lune, qu'on traite des
affaires d'état, et qu'on prend les plus importantes résolutions. Le
conseil s'assemble sous un arbre fort épais; il doit être au moins de
cinq cents personnes, lorsqu'il est question d'imposer quelques
nouveaux droits, ou de faire quelque levée de deniers sur la ville.
Les conseillers donnent audience, et reçoivent les impositions qui
regardent le bien public. S'il est question de guerre, on appelle au
conseil les principaux officiers militaires, qui sont au nombre de
trois cents. Il ne faut pas omettre un usage fort singulier: si le feu
prend à quelque maison, les femmes sont obligées de l'éteindre sans le
secours des hommes, qui se tiennent seulement sous les armes, pour
empêcher qu'on ne les vole.

Lorsqu'un des principaux seigneurs, qui sont distingués par le nom de
capitaines, se rend à la cour avec son train, il fait porter devant
lui une ou deux javelines et une épée dont le fourreau est rouge ou
noir. À cette marque, le peuple de l'un et de l'autre sexe s'arrête
dans les rues, se retire à côté des maisons, et se met à genoux pour
attendre que le seigneur soit passé. Tous les habitans de quelque
distinction marchent dans la ville avec beaucoup de faste; ils sont
suivis de leurs domestiques, dont l'un porte une boîte de bétel,
l'autre un pot de chambre, d'autres un parasol qu'ils tiennent sur la
tête de leur maître. Ils vont pieds nus, et ce serait une infamie,
dans ces occasions, de marcher chaussés, quoique dans l'intérieur des
maisons ils aient des sandales de cuir rouge, qui viennent de la
Chine, de Malacca et d'Achem. Le maître porte entre ses mains un
mouchoir broché d'or, et sur la tête un turban de Bengale dont la
toile est très-fine. Quelques-uns ont sur les épaules un petit manteau
de velours ou de drap. Leur poignard pend à la ceinture, par-derrière
ou par-devant; et cette arme, qu'ils regardent comme leur principale
défense, ne les quitte jamais.

Les insulaires de Java sont naturellement perfides, méchans, et d'un
caractère atroce. Le meurtre les effraie peu dans leurs querelles, et
le sort commun de celui qui a le dessous est de périr par la main de
son adversaire. Mais la certitude du châtiment produit un effet fort
étrange: celui qui a tué son ennemi dans un combat s'abandonne à sa
fureur, et perce à droite et à gauche tout ce qui se rencontre dans
son chemin, sans épargner les enfans, jusqu'à ce que le peuple
attroupé se saisisse de lui et le livre à la justice.

Il arrive rarement qu'on l'arrête en vie, parce que, dans la crainte
d'être poignardés, ceux qui le poursuivent se hâtent de le percer de
coups. De toutes les nations connues, c'est la plus adroite aux
larcins. Ils sont si vindicatifs, qu'étant blessés par leurs ennemis,
ils ne craignent pas de s'enferrer dans leurs armes, pour le seul
plaisir de les frapper à leur tour et de se venger en périssant.

Ils portent ordinairement les cheveux et les ongles fort longs; mais
leurs dents sont limées. Ils ont le teint aussi brun que les
Brésiliens. La plupart sont grands, robustes et bien proportionnés.

Malgré leur naturel féroce, leur soumission est admirable pour ceux
qui les gouvernent, et pour tout ce qui porte le caractère d'une juste
autorité. La certitude de la mort n'est pas capable de refroidir leur
obéissance. Avec toutes ces qualités, ils sont nécessairement bons
soldats, et d'une intrépidité qui ne connaît aucun danger; mais ils ne
savent ni se servir du canon ni manier un fusil. Leurs armes sont de
longues javelines, des poignards qu'ils nomment _crics_ ou _cris_, des
sabres et des coutelas. Leurs boucliers sont de bois ou de cuir étendu
autour d'un cercle. Ils ont aussi des cottes d'armes, composées de
plusieurs plaques de fer qu'ils joignent avec des anneaux. Leurs
poignards sont bien trempés, et le fer en est si uni, qu'il paraît
émaillé. Ils les portent ordinairement à leur ceinture. Le roi en
donne un à chaque enfant dès l'âge de cinq ou six ans, avec le droit
de le porter.

La milice ne reçoit point de solde; mais pendant la guerre on lui
donne des habits, des armes, et la nourriture, qui est du riz et du
poisson. La plupart des soldats sont attachés aux seigneurs et aux
personnes riches, qui les logent et les nourrissent. C'est dans le
nombre de ces esclaves qu'on fait consister la puissance et la plus
grande distinction des seigneurs de Java. Ils apportent beaucoup de
soin à nettoyer leurs armes, qui sont presque toujours teintes de
quelque poison subtil, et aussi tranchantes que nos rasoirs. La nuit
comme le jour ils ne prendraient pas un moment de repos sans les avoir
auprès d'eux. Ils les tiennent sous leur tête en dormant. Craignant
sans cesse ou méditant la trahison, ils ne prennent jamais confiance
aux liens du sang ni à ceux de l'amitié. Un frère ne reçoit pas son
frère dans sa maison sans avoir son poignard prêt, et trois ou quatre
javelines à portée de ses mains. On voit même quelques pierriers dans
leurs avant-cours, quoiqu'ils aient rarement de la poudre pour les
charger. Ils font aussi usage de certains tuyaux qui leur servent à
souffler de petites flèches d'os de poisson, dont la pointe est
empoisonnée et affaiblie par quelques entailles, afin que, venant à se
rompre plus aisément, elle demeure dans le corps pour y répandre son
infection. En effet, les plaies s'enflamment de manière qu'elles sont
presque toujours mortelles. Quelques Hollandais qui avaient été
blessés de ces flèches ne laissèrent pas de se rétablir; mais les
habitans, qui connaissaient la force du poison, en témoignèrent
beaucoup de surprise.

La dissimulation, la ruse et la fraude sont des vices communs à tous
les marchands de Bantam. Ils falsifient particulièrement le poivre en
y mêlant du sable et de petites pierres qui en augmentent le poids.
Cependant leur commerce est florissant, non-seulement dans leur pays
et dans les villes voisines, mais jusqu'à la Chine, et dans la plus
grande partie des Indes. On leur apporte du riz de Macassar et de
Sombaïa. Il leur vient des cocos de Balambouan, Joartam, Gherrici,
Pati, Jouama et d'autres lieux leur envoient du sel, qu'ils
transportent eux-mêmes dans l'île de Sumatra, où ils l'échangent pour
du laque, du benjoin, du coton, de l'écaille de tortue et d'autres
marchandises. Le sucre, le miel et la cire leur viennent de Jacatra,
de Joupara, de Cravaon, de Timor et de Palimban; le poisson sec, de
Cravaon et de Bandjer-Massing; le fer, de Crimata, dans l'île de
Bornéo; la résine, de Banica, ville capitale d'une île de même nom;
l'étain et le plomb, de Para et de Gaselan, villes de la côte de
Malacca; le coton et diverses sortes d'étoffes ou d'habits, de Bali et
de Camboge.

Ils écrivent sur des feuilles d'arbres avec un poinçon de fer; ensuite
on roule les feuilles, ou, s'il est question d'en faire un livre, on
les met entre deux planches, qui se relient fort proprement avec de
petites cordes. On écrit aussi sur du papier de la Chine, qui est
très-fin et de diverses couleurs. L'art d'imprimer n'est pas connu des
insulaires; mais ils écrivent fort bien de la main. Leurs lettres sont
au nombre de vingt, par lesquelles ils peuvent tout exprimer. Ils les
ont empruntées des Malais, dont ils parlent aussi la langue. Elle est
facile et d'un usage commun dans toutes les Indes; mais, ils ont des
écoles pour l'arabe, dont l'étude fait une partie de leur éducation.

Quoique les bâtimens de mer indiens soient fort inférieurs à ceux de
l'Europe, on voit à Bantam, quelques fusils et quelques galères, mais
tous les soins qu'on y apporte à les conserver sous de grands toits
n'empêchent pas que dans un climat si chaud il ne s'y fasse des
ouvertures qui demandent une réparation continuelle. On ne les emploie
guère que pour les grandes expéditions, telles qu'un siége, où l'on
voit quelquefois des flottes indiennes de deux ou trois cents voiles.
Les galiotes de Java ressemblent beaucoup à nos galères, excepté
qu'elles ont une galerie à l'arrière, et que les esclaves ou les
rameurs sont seuls dans le bas, bien enchaînés, et les soldats
au-dessus d'eux sur un pont, pour combattre avec plus de liberté.
Elles ont quatre pierriers à l'avant, et seulement deux mâts. Les
pares ou les pirogues servent de garde-côtes contre les pirates et les
autres accidens. Elles ont un pont, un grand mât et un mât d'artimon,
six hommes à l'avant qui rament dans le besoin, et deux à l'arrière
qui gouvernent; car tous les bâtimens du pays, sans excepter les
joncques, ont deux gouvernails, c'est-à-dire un de chaque côté. Les
joncques ont un mât de beaupré, et quelquefois un mât de misaine, avec
un grand mât et un mât d'artimon; elles ont un pont courant devant et
arrière, en forme de toit de maison, sous lequel on se met à couvert
de la chaleur du soleil et de la pluie, sans autre chambre d'ailleurs
que celle du capitaine et du maître. Le fond de cale est séparé en
divers petits espaces où l'on place les marchandises; et les cheminées
sont entre ces espaces.

C'est à Java que se trouvent les poules de _Bantam_; c'est l'oiseau
le plus colère qu'il y ait au monde. Aussi ne les élève-t-on que pour
le plaisir de les faire battre; et ces combats sont si furieux, qu'ils
ne finissent ordinairement que par la mort de la poule vaincue.

L'île de Java produit le mango, fruit excellent. Le manguier est à peu
près semblable à nos noyers; ses feuilles répandent une fort bonne
odeur quand on les broie. La grosseur du fruit est celle d'un gros
oeuf d'oie, sa forme oblongue, et sa couleur d'un vert jaune qui tire
quelquefois sur le rouge. Il contient un gros noyau, dans lequel est
une amande assez longue, qui est amère lorsqu'on la mange crue; mais,
rôtie sur les charbons, elle devient plus douce, et sa vertu est
extrêmement vantée contre les vers et le flux de sang. Les mangos
mûrissent au mois d'octobre, de novembre et de décembre. Leur goût
surpasse celui des meilleures pêches. On les confit verts avec de
l'ail et du gingembre, et on s'en sert au lieu d'olives, quoique leur
goût soit alors plutôt aigre qu'amer. Il y a une autre espèce de
mangos que les Portugais ont nommé _mangos-bravas_, dont le poison est
très-subtil. Il cause la mort à l'instant, et l'on n'a pas encore
trouvé de remède qui puisse en arrêter l'effet. Ce funeste fruit est
d'un vert clair et plein d'un jus blanc; il a peu de pulpe; son noyau
est couvert d une écorce fort dure, et sa grosseur est à peu près
celle d'un coing.

Les ananas de Java passent pour les meilleurs des Indes. La plante du
poivre de Java s'attache et croît le long de certains gros roseaux,
que les habitans de l'île nomment _bambous_[10], au dedans desquels on
prétend que se trouve le tabaxir, nommé par les Portugais _sacar_ ou
_sucre de bambou_. Ce qu'il y a d'étrange, c'est que les bambous de
Java n'ont pas de tabaxir, quoiqu'il s'en trouve dans ceux qui
croissent sur toute la côte de Malabar, sur la côte de Coromandel, à
Bisnagar et à Malacca. Ce sucre, qui n'est qu'une sorte de sucre
blanc, semblable à du lait caillé, est néanmoins si estimé des Arabes
et des Perses, qu'ils l'achètent au poids de l'argent; mais le détail
de ses vertus appartient à l'histoire naturelle des Indes.

[Note 10: Le bambou.]

Le fruit que les Malais appellent _durion_, et que les Portugais ont
voulu faire passer pour une production particulière de Malacca et des
lieux voisins, est plus parfait dans l'île de Java que dans aucun
autre lieu. L'arbre qui le porte se nomme _batan_; il est aussi grand
que les plus grands pommiers. Le fruit est de la blancheur du lait, de
la grosseur d'un oeuf de poule, et d'un goût qui surpasse en bonté la
gelée de riz, de blanc de chapon, et d'eau rose, qui se nomme en
Espagne _mangaz-blanco_ ou _blanc-manger_. C'est un des meilleurs, des
plus sains et des plus agréables fruits des Indes. On parle avec
admiration de l'inimitié qui se trouve entre le durion et le bétel.
Qu'on mette une feuille de bétel dans un magasin rempli de durions,
ils se pouriront presque aussitôt. D'ailleurs, si l'on a mangé de ces
fruits avec assez d'excès pour en avoir l'estomac trop chargé, une
feuille de bétel qu'on se met sur le creux de l'estomac dissipe
immédiatement l'incommodité, et l'on ne craint jamais d'en manger
trop, lorsqu'on a sur soi quelques feuilles de bétel.

L'arbre qui se nomme _lantor_ est aussi d'une beauté extraordinaire
dans l'île de Java: ses feuilles sont de la longueur d'un homme. Elles
sont si unies, qu'on peut écrire dessus avec un crayon ou un poinçon;
aussi les habitans de l'île s'en servent-ils au lieu de papier, et
leurs livres en sont composés. Ils ont néanmoins une autre sorte de
papier qui est faite d'écorce d'arbre, mais qu'on n'emploie que pour
faire des enveloppes.

Le cubèle, le mangoustan et le jaquier n'ont point de propriété plus
remarquable que celle d'exciter au plaisir; et c'est l'effet d'un
grand nombre de productions de ces climats où l'homme, esclave et
avili, semble n'avoir de consolation que la volupté.

Il croît dans l'île de Java de gros melons d'eau fort verts et d'un
agrément particulier dans le goût. Le benjoin est encore une des
productions les plus estimées. C'est une sorte de résine qui ressemble
à l'encens ou à la myrrhe, mais qui est beaucoup plus précieuse par
ses usages dans la médecine et dans les parfums. Elle découle, par
incision, du tronc d'un grand arbre fort touffu, dont les feuilles
diffèrent peu de celle des citronniers. Les plus jeunes produisent le
meilleur benjoin, qui est noirâtre et d'une très-bonne odeur. Le
blanc, qui vient des vieux arbres, n'approche pas de la bonté du
premier; mais, pour tout vendre, on les mêle ensemble. Cette gomme est
nommée par les Maures _louan Iovy_, c'est-à-dire, _encens de Java_.
C'est une des plus précieuses marchandises de l'Orient. On trouve du
bois de sandal rouge à Java; mais il est moins estimé que le jaune et
le blanc, qui viennent des îles de Timor et de Solor.

La noix d'acajou, qui s'appelle _anacardium_ ou _fruit du coeur_, à
cause de sa ressemblance avec le coeur humain, croît aussi dans les
îles de la Sonde, et particulièrement à Java. Les Portugais le nomment
_fava de Malacca_, parce qu'il ressemble aussi à la féve, quoiqu'il
soit un peu plus gros. Les Indiens en prennent avec du lait pour
l'asthme et pour les vers. Mais, préparé comme les olives, il se mange
fort bien en salade. Sa substance est épaisse comme le miel et aussi
rouge que du sang.

C'est dans l'île de Java et dans l'île de la Sonde que croît la racine
que les Portugais nomment _pao de cobra_, les Hollandais _bois de
serpent_, et les Français _serpentaire_ ou _serpentine_: elle est d'un
blanc qui tire un peu sur le jaune, amère et fort dure. Les Indiens la
boivent avec de l'eau et du vin, pour s'en servir dans les fièvres
chaudes et contre les morsures des serpens. Elle a été connue par le
moyen d'un petit animal nommé _quil_ ou _quirpel_, de la grandeur et
de la forme du furet, qu'on entretient dans les maisons des Indes pour
prendre les rats et les souris. Ces petits animaux portent une haine
naturelle aux serpens; et comme il arrive souvent qu'ils en sont
mordus, ils ont recours à cette racine, dont l'effet est toujours
certain pour leur guérison. Depuis cette découverte, il s'en fait un
grand commerce aux Indes.

On ferait un dictionnaire d'histoire naturelle, si l'on voulait
détailler tous les végétaux de ces contrées orientales, dont la
plupart ont des propriétés bienfaisantes faites pour combattre les
influences pernicieuses d'un climat brûlant.

Nous ne finirons point cet article sans rapporter un règlement
remarquable par sa sagesse, qui se trouve à la tête des statuts
rédigés pour les comptoirs hollandais de Bantam, et qui aurait dû
servir de loi dans tous les établissemens de cette espèce: «Personne
n'entreprendra de parler de controverse, ni de disputer de religion,
sous peine de confiscation d'un mois de gages; et si de telles
disputes donnaient naissance à des haines et à des querelles, ceux qui
les auraient commencées seront punis arbitrairement.»

Dans le détroit et devant une baie de Sumatra, est situé l'île de
Lampoun ou des Assassins, ainsi nommée parce que leur occupation
continuelle est le meurtre et le brigandage. Ils entrent
audacieusement dans les villes et les maisons. Ils volent en plein
jour, et coupent la tête à ceux qui leur résistent. Des voyageurs
anglais rapportent qu'un jour ces brigands entrèrent dans une maison
voisine du comptoir anglais, où ne trouvant qu'une femme, ils lui
coupèrent la gorge; mais les cris du mari qui arriva au même moment
les forcèrent de prendre la fuite sans qu'ils eussent le temps
d'emporter la tête. En vain les Anglais se mirent à les poursuivre.
Ils sont fort prompts à la course, sans compter que leur ressemblance
avec les Javanais leur donne la facilité de se mêler dans la foule et
de se contrefaire avec tant d'adresse, que souvent ils reviennent
parmi les curieux au lieu même d'où la crainte du châtiment vient de
les chasser. Un voyageur anglais raconte que plusieurs femmes de la
ville prirent cette occasion de se défaire de leurs maris en leur
coupant la tête pendant la nuit, et la vendant aux Lampouns. Il ajoute
la raison qui portait ces brigands à couper tant de têtes. Ils étaient
gouvernés par un roi qui leur donnait une somme pour chaque tête
d'étranger qu'ils lui apportaient; de sorte, continue l'auteur, qu'ils
déterraient quelquefois les morts pour tromper leur roi par un faux
présent.



CHAPITRE VI.

Batavia.


Un des principaux établissemens hollandais dans les Indes a été fondé
sur les ruines de la ville de Jacatra, dans cette même île de Java
dont nous venons de parler, et porte aujourd'hui le nom de Batavia.

Sa situation est à 6 degrés de latitude méridionale; au côté
septentrional de l'île de Java, dans une plaine unie, mais basse, qui
a la mer au nord, et de grandes forêts avec de hautes montagnes au
sud. Une rivière qui sort de ces montagnes divise la ville en deux
parties. Les murs dont elle est entourée sont de pierre.

Batavia est environné de fossés larges et profonds, dans lesquels il y
a toujours beaucoup d'eau, surtout pendant les hautes marées, qui
répandent leurs inondations jusque dans les chemins les plus proches
de la ville. Les rues sont à peu près tirées au cordeau et larges de
trente pieds; elles ont de chaque côté, le long des maisons, un chemin
pavé de briques pour les gens de pied. On compte huit grandes rues
droites ou de traverse, qui sont bien bâties et proprement
entretenues. Celle du prince, qui va du milieu du château jusqu'à
l'hôtel de ville, et qui est la principale, est croisée en deux
endroits par des canaux. Tous les espaces qui sont derrière les
édifices sont propres et bien ornés, car la plupart des maisons ont
des cours de derrière pour entretenir la fraîcheur, et de beaux
jardins où l'on trouve, suivant le goût et la fortune des habitans,
toutes sortes d'arbres, de fleurs et d'herbes potagères.

Les habitans de Batavia sont ou libres ou attachés au service de la
compagnie; c'est un mélange de divers peuples: on y voit des Chinois,
des Malais, des Amboiniens, des Javanais, des Macassars, des
Mardikres, des Hollandais, des Portugais, des Français, etc. Les
Chinois y font un négoce considérable, et contribuent beaucoup à la
prospérité de la ville. Ils surpassent beaucoup tous les autres
peuples des Indes dans la connaissance de la mer et de l'agriculture.
C'est leur diligence et leur attention continuelle qui entretient la
grande pêche, et c'est par leur travail qu'on est pourvu, à Batavia,
de riz, de cannes à sucre, de grains, de racines, d'herbes potagères
et de fruits. Ils affermaient autrefois les plus gros péages et les
droits de la compagnie. On les laisse vivre en liberté suivant les
lois de leur pays et sous un chef qui veille à leurs intérêts. Ils
portent de grandes robes de coton ou de soie, avec des manches fort
larges. Leurs cheveux ne sont pas coupés à la manière des Tartares
comme dans leur patrie; ils sont longs et tressés avec beaucoup de
grâce. La plupart de leurs maisons sont basses et carrées; elles sont
répandues en différens quartiers, mais toujours dans ceux ou le
commerce est le plus florissant.

Les Malais n'approchent pas des Chinois pour la subtilité et
l'industrie. Ils s'attachent particulièrement à la pêche, et l'on
admire la propreté avec laquelle ils entretiennent leurs bateaux. Les
voiles en sont de paille, à la manière des Indiens. Ils ont un chef
auquel ils sont soumis, et qui a sa maison, comme la plupart d'entre
eux, sur le quai du Rhinocéros. Leurs habits sont de coton ou de soie;
mais les principales femmes de leur nation portent des robes
flottantes de quelque belle étoffe à fleurs ou à raies. L'usage des
hommes est de s'envelopper la tête d'une toile de coton pour retenir
leurs cheveux sous cette espèce de bonnet informe. Leurs maisons, qui
ne sont couvertes que de feuilles d'olé ou d'iager, ne laissent pas
d'avoir quelque apparence au milieu des cocotiers dont elles sont
environnées. On les voit continuellement ou mâcher du bétel, ou fumer
avec des pipes de canne vernissée.

Les Maures, ou les Mahométans, diffèrent peu des Malais. Ils habitent
les mêmes quartiers, et leurs habits sont les mêmes; mais ils
s'attachent un peu plus aux métiers. La plupart sont colporteurs, et
vont sans cesse dans les rues avec différentes sortes de merceries, du
corail et des perles de verre. Les plus considérables exercent le
négoce, surtout celui de la pierre à bâtir, qu'ils apportent des îles
dans leurs barques.

Tout le gouvernement des Hollandais dans les Indes est partagé en six
conseils. Le premier et le supérieur est composé des conseillers des
Indes, auquel le général préside toujours. C'est dans cette assemblée
qu'on délibère sur les affaires générales et sur les intérêts de
l'état. On y lit les lettres et les ordres de la compagnie pour les
faire exécuter ou pour y répondre. Ceux qui ont quelque demande ou
quelque proposition à faire à cette chambre suprême peuvent tous les
jours avoir audience. Le second conseil, qui est plus proprement le
conseil des Indes, est composé de neuf membres et d'un président; il
est le dépositaire d'un grand sceau sur lequel est représentée une
femme dans un lieu fortifié, tenant une balance dans une main, et dans
l'autre une épée, avec cette inscription autour de la figure: _sceau
du conseil de justice du château de Batavia_. Ce conseil porte le nom
de chambre ou de cour de justice. Toutes les affaires qui regardent
les seigneurs de la compagnie et les chambres des comptes y
ressortissent. On y peut appeler de la cour des échevins en payant
vingt-cinq réales d'amende, lorsque la première sentence est
confirmée.

Le troisième conseil est celui de la ville, composé des échevins, qui
sont au nombre de neuf, entre lesquels on compte toujours deux
Chinois. C'est là que se plaident toutes les affaires qui s'élèvent
entre les bourgeois libres, ou entre eux et les officiers de la
compagnie, avec la liberté de l'appel au conseil de justice. Le
quatrième est la chambre des directeurs des orphelins, dont le
président est toujours un conseiller des Indes. Il est composé de neuf
conseillers, de trois bourgeois, et de deux officiers de la compagnie,
dont le devoir est d'administrer le bien des orphelins, de veiller à
la conservation de leurs héritages, et de ne pas souffrir qu'un homme
qui a des enfans les quitte sans leur laisser de quoi vivre pendant
son absence. Le cinquième conseil est établi pour _les petites
affaires_, et ne porte pas d'autre titre. Son président doit être
aussi un conseiller des Indes, et ses fonctions consistent à faire
signer les bans de mariage devant des témoins, à faire comparaître les
parties, à juger les obstacles qui surviennent, et à tenir la main
pour empêcher qu'un infidèle ne se marie avec une femme hollandaise,
ou un Hollandais avec une femme du pays qui ne parle pas la langue
flamande. Enfin le sixième conseil est celui de la guerre; il a pour
président le premier officier des bourgeois libres. Comme la garde de
la ville est entre leurs mains, c'est le commandant actuel de la garde
qui porte toutes les affaires de son ressort à ce tribunal, et la
décision s'en fait sur-le-champ. Cette cour s'assemble à
l'hôtel-de-ville et donne audience deux fois la semaine.

Avec de si sages établissemens pour l'entretien de l'ordre et de la
justice, le voyageur Graaf se plaint que rien n'est si mal observé à
Batavia; et la peinture qu'il fait des vices publics justifie ses
plaintes.

Son pinceau s'exerce d'abord sur les femmes. Il en distingue quatre
sortes: les Hollandaises, les Hollandaises indiennes, et celles qu'il
nomme les Kastices et les Mestices. «En général, dit-il, elles sont
insupportables par leur arrogance, par leur luxe, et par le goût
emporté qu'elles ont pour les plaisirs. On appelle Hollandaises celles
qui sont venues par les vaisseaux qui arrivent tous les ans;
Hollandaises indiennes, celles qui sont nées dans les Indes d'un père
et d'une mère hollandais; Kastices, celles qui viennent d'un
Hollandais et d'une mère mestice; et Mestices, celles qui viennent
d'un Hollandais et d'une Indienne. Il ajoute qu'on donne ordinairement
aux enfans des Hollandaises indiennes le nom de _Liblats_, et que les
femmes de cet ordre ont le timbre un peu fêlé. Toutes ces femmes se
font servir nuit et jour par des esclaves de l'un et de l'autre sexe,
qui doivent sans cesse avoir les yeux respectueusement attachés sur
elles, et deviner leurs intentions au moindre signe. La plus légère
méprise expose les esclaves non-seulement à des injures grossières,
mais encore à des traitemens cruels. On les fait lier à un poteau pour
la moindre faute, on les fait fouetter si rigoureusement à coups de
cannes fendues, que le sang ruisselle du corps, et qu'ils demeurent
couverts de plaies. Ensuite, dans la crainte de les perdre par la
corruption qui pourrait se mettre dans leurs blessures, on les frotte
avec une espèce de saumure mêlée de sel et de poivre, sans faire plus
d'attention à leur douleur que s'ils étaient privés de raison et de
sentiment.

»Une Hollandaise, une Indienne de Batavia, n'a pas la force de marcher
dans son appartement. Il faut qu'elle soit soutenue sur les bras de
ses esclaves, et si elle sort de sa maison, elle se fait porter dans
un palanquin sur leurs épaules. Elles ont perdu l'usage, si bien
établi en Hollande, de nourrir leurs enfans de leur propre lait. C'est
une nourrice moresque ou esclave qui les élève. Aussi presque tous les
enfans parlent-ils le malabare, le bengali et le portugais corrompus,
comme les esclaves dont ils ont reçu la première éducation; mais à
peine savent-ils quelques mots de la langue flamande, ou s'ils la
parlent, ce n'est pas sans y mêler quantité de _lipe tyole_,
c'est-à-dire de mauvais portugais. Ils évitent d'employer une langue
qu'ils savent si mal, et la plupart ne rougissent pas d'avouer qu'ils
n'entendent pas ce qu'on leur dit. Des mêmes maîtres ils tirent la
semence et le goût de tous les vices.

»Les Mestices et les Kastices valent moins encore que les femmes nées
d'un père et d'une mère hollandais. Elles ne connaissent pas d'autre
occupation que de s'habiller magnifiquement, de mâcher du bétel, de
fumer des _bonkes_, de boire du thé, et de se tenir couchés sur leurs
nattes. On ne les entend parler que de leurs ajustemens, des esclaves
qu'elles ont achetés ou vendus, ou des plaisirs de l'amour, auxquels
il semble qu'elles soient entièrement livrées. Hollandais ou Maures,
tout convient à leurs désirs déréglés. Ce goût les suit jusqu'à table,
où elles ne veulent être qu'avec d'autres femmes de leur espèce. Elles
mangent rarement avec leurs maris, et ce désordre est passé comme en
usage. D'ailleurs elles mangent très-malproprement et sans se servir
de cuillères, à l'exemple des esclaves qui les ont élevées. Leur
sert-on du riz assaisonné, elles le remuent avec les doigts et se le
fourrent dans la bouche à pleines mains, sans se mettre en peine du
dégoût qu'elles causent aux spectateurs. Cette grossièreté, qui vient
d'un défaut d'éducation, et dont la plus grande fortune ne les corrige
pas, éclate particulièrement dans les repas où elles sont invitées par
les officiers de la compagnie qui arrivent de Hollande. Leur embarras
fait pitié: elles n'ont point de contenance; elles n'osent ni parler,
ni répondre; et leur ressource est de s'approcher les unes des autres
pour s'entretenir ensemble.»

Cependant, si l'on en croit l'auteur, le mari d'une Kastice est un
homme heureux en comparaison de ceux qui sont assez ennemis
d'eux-mêmes pour épouser une Moresque. Il s'en trouve peu de belles
dans la fleur même de leur jeunesse; mais elles deviennent d'une
affreuse laideur en vieillissant, et la plupart s'abandonnent à
l'incontinence avec si peu de réserve, qu'elles ne refusent aucune
occasion de se satisfaire. Quoique les hommes de leur nation leur
plaisent toujours plus que les blancs, elles ne s'arrêtent point à la
couleur lorsqu'elles sont pressées de leurs désirs. L'auteur
n'entreprend pas d'expliquer ce qui peut porter quantité de Hollandais
à ces tristes mariages; mais il assure qu'ils ne sont pas plus tôt
faits, que le mari s'en repent, parce que, outre le refroidissement de
l'amour, il se bannit tout à la fois de sa patrie et de sa famille,
avec laquelle il ne peut plus espérer de communication qu'après la
mort de sa femme; et si elle laisse des enfans, qu'il en soit le père
ou non, il ne peut quitter le pays sans leur assurer une certaine
somme qui suffise pour leur nourriture et leur entretien.

L'auteur ne s'étend pas moins sur les fraudes et les abus du commerce;
mais dans quel grand commerce n'y a-t-il pas de grands abus?

Il part chaque année de Batavia, quatre, cinq ou six vaisseaux pour le
Japon, qui en est à sept cent cinquante lieues. Leur charge consiste
en tables de bois de Siampan, en armoisins, soies crues, épiceries,
curiosités de l'Europe, et autres marchandises que les Hollandais
troquent contre de l'or, du cuivre, des ouvrages de laque, des robes
de chambre, de la porcelaine, etc. Les vaisseaux qui vont droit au
Japon font ordinairement voile de Batavia vers la fin de juillet; mais
ceux qui doivent passer par Siam, où ils prennent des peaux de daims,
de cerfs, et d'autres peaux sans apprêt, partent au mois de mai et
reviennent vers le mois de janvier. On verra dans la suite comment le
commerce du Japon est demeuré tout entier entre les mains des seuls
Hollandais[11].

[Note 11: Article du Japon.]

Les navigations les plus courtes, de Hollande à Batavia, sont
ordinairement de sept mois, de six, quelquefois même de cinq et de
quatre et demi. Mais on emploie souvent huit, neuf, dix et quinze mois
dans les voyages malheureux.



CHAPITRE VII.

Bornéo.


On appelle communément Java, Sumatra et Bornéo, les trois grandes îles
de la Sonde.

Cette dernière, qui est la plus grande de toutes celles des Indes
orientales, et peut-être du monde, s'étend de 4 degrés et demi au sud
à 8 degrés au nord de l'équateur, ce qui fait 12 degrés et demi en
latitude.

Si l'île est grande, elle n'est pas moins riche; mais on en connaît
peu l'intérieur. Elle est partagée entre plusieurs rois, qu'on désigne
par les noms des principales villes, _Bandjar-Massing_, _Souccadana_,
_Landak_, _Sambas_, _Hermata_, _Iathou_ et _Bornéo_. Celui de
Bandjar-Massing passe pour le plus puissant de tous, et c'est aussi
celui qu'on connaît le mieux.

Le climat de la partie septentrionale de Bornéo ressemble beaucoup à
celui de Ceylan; la vaste étendue des forêts y rafraîchit l'air, de
sorte que l'on n'y est pas exposé aux vents brûlans de terre comme sur
la côte de Coromandel.

Il se fait dans ce royaume un très-grand commerce avec plusieurs
nations étrangères, tant de l'Europe que des Indes. Les productions de
l'île sont, de l'or en quantité, soit en poudre ou en lingots, des
diamans, surtout dans le royaume de Souccadana; des perles sur la côte
septentrionale, du poivre presque partout, des clous de girofle, et
des noix muscades en petite quantité; et dans les montagnes du
sud-ouest, du camphre, du benjoin, du sang-de-dragon, du bois de
calambac, du bois d'aigle, des rotangs ou cannes, du fer, du cuivre,
de l'étain, des bézoards, des toutombos, ou coffrets faits de joncs
fins et de feuilles, de la cire et autres marchandises. Les
marchandises qui ont le plus de débit dans cette île sont les agates
rouges, les bracelets de cuivre, toutes sortes de coraux, la
porcelaine, le riz, l'amfion ou opium, le sel, les ognons, les aulx,
le sucre et les toiles.

Toutes les années il arrive dix ou douze jonques de la Chine, de Siam
et de Djohor; ce sont les Portugais de Macao qui leur en ont appris le
chemin.

On suppose que l'intérieur du pays est rempli de hautes montagnes et
de grandes forêts. Le voisinage des côtes, sur une largeur de cinq à
dix lieues, est presque entièrement occupé par des marécages et des
broussailles impénétrables. On n'y peut avancer qu'en navigant sur les
fleuves que l'on remonte en bateau jusqu'à vingt lieues de la mer;
mais il paraît que l'on ne peut pas aller au delà, ce qui a, jusqu'à
présent, empêché de connaître l'intérieur. S'il faut s'en rapporter
aux récits des Malais, plusieurs marchandises vendues aux Européens
viennent de plus de vingt journées de distance de la mer.

Les forêts sont peuplées d'une infinité de singes. Cette île est
surtout la patrie des orangs-outangs, qui ont tant de ressemblance
avec l'homme. Ces bois nourrissent aussi de nombreux troupeaux d'axis,
espèce de cerfs, et beaucoup de sangliers; ces animaux, n'ayant pas à
redouter les attaques des tigres, paissent en liberté.

«La supériorité du camphre de Bornéo est si bien reconnue, dit
Raynal[12], que les Japonais donnent cinq ou six quintaux du leur
pour une livre de celui de Bornéo, et que les Chinois, qui le
regardent comme le premier des remèdes, l'achètent jusqu'à huit cents
francs la livre. Les Gentous se servent, dans tout l'Orient, de
camphre commun pour des feux d'artifice, et les mahométans le mettent
dans la bouche de leurs morts lorsqu'ils les enterrent.

[Note 12: Histoire philosophique et politique du commerce des
Européens dans les Deux-Indes.]

»Les Portugais cherchèrent, vers l'an 1526, à s'établir à Bornéo. Trop
faibles pour s'y faire respecter par les aimes, ils imaginèrent de
gagner la bienveillance d'un des souverains du pays, en lui offrant
quelques pièces de tapisserie. Ce prince imbécile prit les figures
qu'elles représentaient pour des hommes enchantés qui l'étrangleraient
durant la nuit, s'il les admettait auprès de sa personne. Les
explications qu'on donna pour dissiper ces vaines terreurs ne le
rassurèrent pas, et il refusa opiniâtrement de recevoir ces présens
dans son palais et d'admettre dans sa capitale ceux qui les avaient
apportés.

»Ces navigateurs furent pourtant reçus dans la suite; mais ce fut pour
leur malheur; ils furent tous massacrés. Un comptoir, que les Anglais
y formèrent quelques années après, eut la même destinée. Les
Hollandais, qui n'avaient pas été mieux traités, reparurent en 1748
avec une escadre. Quoique très-faibles, elle en imposa tellement au
prince, qui possède seul le poivre, qu'il se détermina à leur en
accorder le commerce exclusif. Seulement il lui fut permis d'en
livrer cinq cent mille livres aux Chinois, qui de tout temps
fréquentaient ses ports. Depuis ce traité, la compagnie envoie à
Bandjar-Massing du riz, de l'opium, du sel, de grosses toiles. Elle en
tire quelques diamans, et environ six cent mille pesant de poivre, à
trente et une livres le cent. Le gain qu'elle fait sur ce qu'elle y
porte peut à peine balancer les dépenses de l'établissement,
quoiqu'elles ne montent qu'à trente-deux mille livres.»



CHAPITRE VIII.

Îles Moluques.


En poursuivant notre route dans l'Océan oriental, nous rencontrons les
Moluques, célèbres par la production de ses épices, qui sont devenues
un objet de commerce si important pour les nations d'Europe, et une
source si féconde de richesses pour les Hollandais. Nous avons vu ce
peuple entreprenant et infatigable arracher aux Portugais cette partie
de l'Archipel indien, qui depuis est demeurée en sa possession.

Moluc, qui se prononce _Moloc_ dans la langue du pays, signifie _tête_
ou _chef_. D'autres néanmoins le font venir de _maluco_, mot arabe
qui signifie _le royaume_; mais, dans l'un et l'autre sens, il paraît
que le nom des Moluques emporte une idée d'excellence et de
distinction. Il appartient originairement et proprement à cinq petites
îles, qui n'occupent guère plus de vingt-cinq lieues d'étendue, toutes
à la vue les unes des autres, et qui sont situées à l'ouest de Gilolo.
Ce sont Ternate, Tidor, Motir, Bakian ou Batchian, et Makian.
Plusieurs autres îles, composant l'archipel qui s'étend au sud de
Gilolo, sont aussi comprises sous le nom de _Moluques_.

La forme des cinq îles nommées plus haut est ronde et presque la même.
On ne donne pas plus de huit lieues de tour à la plus grande. Elles
sont séparées les unes des autres par des bras de mer et par quelques
autres îles beaucoup plus petites, et la plupart désertes. L'accès en
est dangereux par la multitude de bancs de sable et d'écueils dont
elles sont environnées. Cependant on y trouve quelques rades où les
vaisseaux peuvent mouiller. En général, le terroir est si sec et si
spongieux, que, malgré l'abondance des pluies, les ruisseaux et les
torrens qui tombent des montagnes ne parviennent pas jusqu'à la mer.
Quelques-uns n'en trouvent pas la perspective agréable, parce qu'elles
sont trop couvertes d'herbes et de broussailles qui s'y entretiennent
dans une verdure perpétuelle. Au contraire, d'autres sont charmés de
cette vue, et se plaignent seulement que l'air n'y est pas sain,
surtout pour les étrangers. On fait une triste description du
_berber_, maladie fort commune dans les cinq îles. Elle fait enfler
tout le corps, affaiblit les membres, et les rend presque inutiles.
Cependant les habitans ont découvert un préservatif dont l'effet passe
pour certain, lorsqu'il n'est pas employé trop tard. C'est un vin des
Philippines, pris avec du clou de girofle et du gingembre. Les
Hollandais attribuent la même vertu au suc de citron.

Les Moluques produisent une quantité surprenante d'épiceries et de
plantes aromatiques, surtout de clous de girofle, de noix et de fleurs
de muscade, de bois de sandal, d'aloës, d'oranges, de citrons et de
cocos. Elle n'ont ni blé ni riz; mais la nature et l'industrie
suppléent à ce défaut. Les habitans pilent le bois d'un arbre qui
ressemble beaucoup au palmier sauvage, et qui rend une sorte de farine
très-blanche, dont ils font des petits pains de la forme des pains de
savon d'Espagne. Cet arbre ou cette plante, qu'ils nomment _sagou_,
s'élève de quinze ou vingt pieds, et pousse des branches qui
approchent de celles du palmier. Son fruit, qui est rond et fort
semblable à celui du cyprès, contient une sorte de fils ou de petits
poils déliés qui causent de l'inflammation lorsqu'ils touchent à la
chair. En coupant les branches tendres de la plante, on en fait
sortir, comme de la plupart des palmiers, une liqueur qui sert de
breuvage aux Indiens. Cette liqueur, qu'ils nomment _toual_, a la
blancheur du lait. Le nipa et le cocotier sont deux autres arbres dont
les habitans tirent beaucoup d'utilité. Ils trouvent encore une
liqueur plus douce dans l'espèce de roseau qu'ils nomment _bambou_.
Quelques relations hollandaises ne leur accordent ni poissons ni
viandes: ce qui ne doit être entendu que de la quantité nécessaire
pour fournir les vaisseaux; car tous les autres voyageurs assurent
qu'ils en ont assez pour leur provision. Le ciel, soit dans sa colère
ou dans sa bonté, ne leur a donné aucune mine d'or ni d'argent, ni
même d'autres métaux inférieurs; mais ils ne sont pas éloignés de
Lambaco, île abondante en fer et en acier. Ils en tirent la matière de
leurs sabres, qu'ils nomment _campillanes_, et celles de leurs
poignards, auxquels ils donnent le nom de _crics_, comme dans
plusieurs autres parties des Indes. D'ailleurs les Portugais et les
Hollandais leur ont fourni des mousquets, des canons, et toutes les
armes qui sont connues en Europe.

On prétend que les Chinois occupèrent autrefois les Moluques,
lorsqu'ils subjuguèrent la plus grande partie des pays orientaux, et
qu'après eux elles eurent successivement pour maîtres les Javanais,
les Malais, les Persans et les Arabes. C'est aux derniers qu'on
attribue l'introduction du mahométisme, dont les superstitions s'y
mêlèrent avec celle de l'idolâtrie. Il s'y trouve d'anciennes
familles, qui se font honneur de tirer leur origine des premières
divinités du pays, sans en être moins attachées à l'Alcoran. Les lois
y sont grossières et barbares: elles permettent la pluralité des
femmes, sans en fixer le nombre, et sans aucune règle pour le bon
ordre des mariages. Cependant, la première femme du roi est distinguée
par le nom de _poutriz_, et ses enfans sont estimés plus nobles que
ceux des autres femmes. Leur droit à la succession n'est jamais
contesté par les enfans d'une autre mère. Les lois pardonnent
difficilement le larcin, et font grâce à l'adultère. Dans l'opinion de
ces insulaires, la propagation du genre humain doit être le premier
objet de la politique. Ils ont des ministres publics, qui sont obligés
de se promener dès la pointe du jour dans toutes les rues des villes
et des bourgs en battant la caisse, pour éveiller les personnes
mariées et les exciter à remplir le devoir conjugal.

Les hommes portent des turbans de diverses couleurs, ornés de plumes,
et quelquefois de pierres précieuses. Celui du roi est distingué des
autres. C'est une espèce de mitre qui lui tient lieu de couronne.
L'habit commun est un pourpoint ou une veste, qu'ils appellent
_chenines_, avec des hauts-de-chausses de damas bleu, rouge, vert ou
violet. Ils portent aussi des manteaux courts de la même étoffe,
quelquefois étendus, et quelquefois raccourcis et noués sur l'épaule.
Les femmes entretiennent soigneusement leur chevelure, qu'elles
laissent flotter de toute sa longueur, ou qu'elles relèvent en noeuds
entremêlés de fleurs, de plumes et d'aigrettes. Leurs robes sont à la
turque ou à la persane: elles portent des bracelets, des pendans
d'oreilles, des colliers de diamans et de rubis, et de grands tours de
perles. Ces ornemens sont communs à tous les états. Les étoffes de
soie et d'écorce d'arbre sont aussi en usage, sans aucune distinction,
pour les deux sexes, et leur viennent de toute les parties de l'Inde,
qui s'empressent de les porter en échange pour du girofle et du
poivre. On doit juger que ce n'est pas pour se garantir du froid
qu'elles apportent tant de soin à leur parure; ce goût de propreté
leur est venu sans doute avec le mahométisme. Les hommes le portent
jusqu'à parfumer leurs habits.

En général, les femmes sont d'une taille médiocre, blanches, assez
jolies, et d'une humeur vive. Avec quelque soin qu'elles soient
gardées, on ne peut les empêcher de tromper leurs maris: elles
s'occupent ordinairement à filer du coton, qui croît en abondance dans
toutes leurs îles. Les plus riches ne possèdent point d'argent. La
principale richesse de ces insulaires consistent en clous de girofle.
Il est vrai qu'avec cette précieuse marchandise, il n'y a rien qu'ils
ne puissent se procurer. Les hommes sont un peu basanés; ou plutôt
d'une couleur jaunâtre, plus obscure que celle du coing. Ils ont des
cheveux plats, et plusieurs se les parfument d'huiles odoriférantes.
La plupart ont les yeux grands, et le poil des sourcils fort long.
Ils les colorent d'une sorte de peinture, aussi-bien que celui des
paupières: ils sont robustes, infatigables à la guerre et sur mer,
mais paresseux pour tout autre exercice; ils vivent long-temps,
quoiqu'ils blanchissent de bonne heure; ils sont doux et officieux à
l'égard des étrangers, se familiarisant aisément; mais ils sont
importuns par leurs demandes continuelles, intéressés dans le
commerce, soupçonneux, trompeurs; et, pour joindre plusieurs vices en
un seul, ils sont ingrats.

Les îles de Ternate, de Tidor et de Bakian, ont chacune leur roi
particulier; mais le plus puissant de ces trois princes est celui de
Ternate, qui compte dans ses états la plupart des îles voisines. Le
terrain de cette île est haut, et l'eau des puits y est fort douce.
Elle a deux ports qui regardent l'orient: l'un est Telingamma, et
l'autre à une lieue de là, Toloco. Leurs quais sont revêtus de
pierres, et commodes pour les vaisseaux. Le roi tient sa cour à
Gammalamma, ville située sur le rivage, mais sans rade, parce que la
mer y a trop de profondeur, et que le fond en est pierreux. Les
habitans y ont fait une jetée de pierre pour se mettre à couvert des
surprises; de sorte que les vaisseaux étrangers vont mouiller
ordinairement devant Telingamma où la rade est fort bonne entre cette
place et l'île de Tidor. À une demi-lieue de Telingamma, dans les
terres, est Maléca, petite ville qui est revêtue d'un mur de pierres
sèches.

Gammalamma, qui peut passer pour la capitale de Ternate, quoique
d'autres donnent ce titre à Maléca, ne contient qu'une rue assez
longue, mais sans pavé. La plupart des édifices sont de roseaux; le
reste est de bois; et les deux rangs qui forment la rue s'étendent le
long du rivage. On découvre au milieu de l'île une très-haute
montagne, couverte de palmiers et d'autres arbres, au sommet de
laquelle on trouve une profonde caverne, qui semble pénétrer jusqu'au
fond de la montagne, et dont l'ouverture est si large, qu'à peine
reconnaîtrait-on quelqu'un d'un côté à l'autre.

Elle contient un espace en forme d'aire, composé de pierres et de
terre mouvante. C'est un volcan d'une nature extraordinaire. On en
voit sortir une fontaine; mais on ne sait si l'eau en est douce, aigre
ou amère; car personne n'a la hardiesse d'en goûter. Un Espagnol nommé
Gabriel Rebelo, ayant eu la curiosité de mesurer avec des cordes la
profondeur de la caverne, la trouva de deux mille cinq cents pieds.
Antoine Galvan, qui commandait les Portugais dans ces îles en 1538, en
a donné une description un peu embrouillée; c'est pourquoi nous
l'omettons.

Les relations hollandaises rapportent plus simplement que, près de la
ville où le roi tient sa cour, il y a un volcan qui paraît terrible,
surtout dans le temps des équinoxes, parce qu'alors on voit toujours
régner certains vents dont le souffle embrase la matière qui nourrit
le feu. Elles ajoutent qu'il fait toujours froid sur le haut de la
montagne, et qu'elle ne jette point de cendre, mais seulement une
matière légère qui ressemble à la pierre ponce, qu'elle s'élève en
forme de pyramide, et que, depuis le bas jusqu'au sommet, elle est
couverte d'arbrisseaux et de broussailles, qui conservent toujours
leur verdure, sans que le feu qui brûle dans ses entrailles paraisse
jamais les altérer; qu'au contraire, il semble contribuer à les
arroser et à les rafraîchir par des ruisseaux qui se forment des
vapeurs qu'il exhale.

Un Hollandais de la suite du gouverneur Timbe, qui allait commander
aux Moluques en 1626, dans les établissemens de la compagnie de
Hollande, déclare, dans la relation de son voyage, que, malgré le
témoignage de plusieurs personnes qui se sont vantées d'avoir visité
le sommet de la montagne de Ternate, il ne peut se persuader que cette
entreprise ait jamais été véritablement exécutée. «Ce n'est pas
seulement, dit-il, par les roseaux pointus dont presque tout le bas de
cette montagne est environné, ni par la multitude des rochers
escarpés, qu'un curieux serait arrêté. Il y trouverait un obstacle
invincible dans la quantité de cendres et de pierres brûlées qui sont
entre ces roseaux, et qui remplissent tous les endroits par lesquels
on pourrait espérer de s'ouvrir un passage. Toutes les séparations
qu'on croît voir entre les roseaux et les broussailles sont bouchées
de ces cendres, dont les monceaux ont plus de hauteur que les pointes
mêmes des buissons, et qui sont comme autant de petites montagnes
taillées à pied droit; la hauteur du volcan n'est pas d'ailleurs
très-extraordinaire. Ceux qui l'ont mesurée le plus exactement ne la
font aller qu'à trois cent six toises.

Vers le même temps, l'île de Ternate était fort bien peuplée. La ville
de Maleye se trouvait environnée de bonnes palissades. Elle était
habitée par des bourgeois libres et par des Mardicres. Les Hollandais
y avaient élevé au côté du nord le fort Orange, à quatre bastions
revêtus de pierres. Les murailles des courtines étaient épaisses et
les fossés profonds. On y voyait des appartemens commodes pour les
officiers et les subalternes, de grands magasins, un hôpital, un grand
atelier pour les ouvriers, et quantité de canons. En sortant de la
ville, on découvrait le grand chemin de la compagnie et une nouvelle
négrerie, avec une petit redoute de pierre du côté de l'eau.

La négrerie ou la petite ville, qui était au côté septentrional de la
forteresse, consistait en une grande et large rue, qui avait plus de
mille pas de long. On y voyait la mosquée royale et la sépulture des
rois. Le prince, frère du roi, y faisait sa demeure avec sa soeur,
qu'on nommait la princesse de _Gammalamma_; au bout de la rue étaient
les palais du roi et ses jardins. Les édifices étaient dans le goût du
pays, c'est-à-dire fort mal entendus; encore avaient-ils été Ruinés
par les dernières guerres.

L'île de Tidor est plus grande que celle de Ternate, au sud de
laquelle elle est située. Son nom signifie fertilité et beauté dans
l'ancien langage du pays; mais il paraît qu'il s'écrivait _Tidoura_,
du moins en caractères arabes et persans. Elle n'est pas moins fertile
ni moins agréable que celle de Ternate. Sa côte orientale est couverte
de bois. Du nord au sud, le rivage est défendu par un retranchement de
pierres de la longueur de deux ou trois portées de mousquet. À
l'extrémité méridionale est une montagne ronde et assez haute, au pied
de laquelle est la ville capitale, qui porte, comme l'île, le nom de
Tidor.

Bakian est aussi un royaume particulier, mais tombé en décadence par
la mollesse de ses habitans. L'historien des Moluques traite cette île
de grand pays désert, quoique abondant en sagou, en fruit, en poisson,
en diverses sortes de denrées; mais il ne fait pas connaître autrement
son étendue. Il ajoute seulement qu'on y recueillait peu de clous, et
que les girofliers s'y étaient insensiblement détruits, quoiqu'ils y
crussent mieux qu'en aucun autre endroit.

Le circuit de Makian est d'environ sept lieues. C'est, après Bakian,
la plus fertile des Moluques en sagou, dont elle a non-seulement sa
provision, mais assez pour en faire part aux îles voisines.

Le roi de Ternate a étendu sa puissance sur soixante et douze îles;
il règne encore sur Makian et Motir, sur la partie septentrionale de
Gilolo, sur Mortaï, sur quelques portions de Célèbes, et même sur une
partie de la Nouvelle-Guinée.

On distingue dans l'archipel des Moluques, outre Gilolo, les îles de
Céram, Bouro, Amboine, le groupe de Banda, Timor-Laout et Vaiguiou.

La forme de Gilolo est très-irrégulière. L'intérieur renferme des
montagnes très-hautes à cimes aiguës. Cette île abonde en buffles,
chèvres, daims, sangliers; mais les moutons y sont peu nombreux. Il y
a beaucoup d'arbres à pain et de sagous. Les forêts, de même que la
plupart de celles de cet archipel, renferment probablement des
girofliers et des muscadiers, malgré les soins que les Hollandais ont
mis à les extirper.

Bouro offre aux navigateurs une côte très-escarpée. Un lac de figure
ronde occupe l'intérieur. Il paraît qu'il croît et diminue comme le
lac de Czirnitz en Carniole. L'air de Bouro est très-humide.

Céram a de grandes forêts de sagous qui forment un objet considérable
d'exportation. Cette île est traversée de l'est à l'ouest par
plusieurs chaînes de montagnes parallèles. C'est là que vivent les
Alfouriens, dont il sera question plus tard.

Amboine, qui fut découverte par les Portugais en 1515, c'est-à-dire en
même temps que Ternate, et que les Hollandais leur enlevèrent le 23
de février 1603, est située à 4 degrés de latitude sud, au-dessous de
Céram. Dès l'an 1607, la compagnie de Hollande y avait un gouverneur
qui se nommait Frédéric Houtman. L'amiral Matelief, qui y passa dans
le même temps, en fait la description suivante: «Cette île, dit-il,
est divisée en deux parties, et presqu'en deux îles, par deux golfes
qui s'enfoncent dans les terres. On y comptait vingt habitations
d'insulaires, qui pouvaient mettre deux mille hommes sous les armes,
tous convertis au christianisme par les Portugais. La grande partie de
l'île nommée Pito avait quatre villes ou quatre habitations
principales, dont chacune en avait sept autres sous sa juridiction.
Elles pouvaient fournir quinze cents hommes pour la guerre, la plupart
Maures, c'est-à-dire mahométans, et qui, relevant du fort, étaient
sous la domination des Hollandais.

»Le fort tenait en bride non-seulement toute l'île, mais encore les
îles voisines jusqu'à celle de Banda; mais il avait proprement dans sa
dépendance quatre autres îles qui se nommaient en général îles
d'Uliaser, et qui abondaient en sagous. Leurs habitans s'attribuaient
la qualité de chrétiens; c'étaient au moins des chrétiens sauvages,
puisqu'ils mangeaient encore la chair de leurs ennemis, lorsqu'ils les
pouvaient prendre.»

Toutes les relations hollandaises du même temps donnent vingt-deux ou
vingt-quatre lieues de circuit à l'île d'Amboine, et s'expliquent dans
les mêmes termes sur les deux parties dont elle est composée. Au côté
occidental, suivant la relation du premier voyage, on trouve un grand
port qui s'enfonce l'espace de six lieues dans les terres, et qui peut
contenir un nombre infini de vaisseaux. Il est presque partout sans
fond, excepté vers le fort, où le fond est de bonne tenue: sa largeur,
qui est d'abord de deux lieues, se resserre ensuite de la moitié. Au
côté oriental est un grand golfe qui répond à ce port: le terrain qui
les sépare n'est que d'environ quatre-vingts perches. Il est si bas,
qu'en le creusant de la hauteur d'un homme, on aurait joint facilement
les deux golfes. Déjà même les pirogues et les caracores qui venaient
de l'est au golfe occidental aimaient mieux se faire tirer par-dessus
cette espèce d'isthme que de faire le tour de l'île; et ce travail ne
demandait pas plus de deux heures.

L'air du pays est sain, quoique la chaleur y soit excessive: l'eau,
est excellente; le riz, le sagou et les fruits y sont en abondance. Le
bois de construction n'y manque pas, et le brou de coco y fournit des
cordages. La plus grande partie de l'île était alors inculte, par
l'indolence des habitans qui ne se donnaient pas la peine de planter
des girofles; mais la nature leur en fournissait assez pour en faire
un continuel commerce. Leurs moeurs, leurs usages et leurs armes
étaient à peu près les mêmes qu'à Ternate.

Les rois de Ternate ont consenti à brûler tous les girofliers de leur
île pour rendre ce commerce plus avantageux aux Hollandais, qui en ont
confiné la culture dans Amboine.

Nous devons au Hollandais Valentyn des détails plus intéressans sur
l'île d'Amboine, que nous ne déroberons pas à la curiosité des
lecteurs.

L'aspect intérieur du pays n'offre d'abord qu'un désert très-rude. De
quelque côté qu'on tourne les yeux, on se voit environné de hautes
montagnes dont le sommet se perd dans les nues, d'affreux rochers
entassés les uns sur les autres, de cavernes épouvantables, d'épaisses
forêts et de profondes vallées qui en reçoivent une obscurité
continuelle, tandis que l'oreille est frappée par le bruit des
rivières qui se précipitent dans la mer avec un fracas horrible,
surtout au commencement de la mousson de l'est, temps auquel les
vaisseaux arrivent ordinairement de l'Europe. Cependant les étrangers
qui s'arrêtent dans le pays jusqu'à la mousson de l'ouest y trouvent
des agrémens sans nombre. Ces montagnes qui abondent en sagou et en
girofle, ces forêts toujours vertes et remplies de beaux bois, ces
vallées fertiles, ces rivières qui roulent des eaux pures et
argentines, ces rochers mêmes et ces cavernes qui sont comme les
ombres dans un tableau; tous ces objets, diversifiés en tant de
manières, forment le plus magnifique tableau du monde.

Il est vrai que quelques personnes y ont été atteintes de paralysie,
et que d'autres en rapportent un teint olivâtre; ce qu'on appelle,
avec beaucoup d'injustice, la maladie du pays. Mais, si l'on excepte
les tempéramens faibles, la plupart de ceux qui perdent l'usage de
leurs membres ne doivent attribuer cet accident qu'à leur imprudence.
On en a va qui, pour s'être endormis en chemise au clair de la lune,
dans les soirées fraîches, se sont trouvés perclus à leur réveil,
surtout après quelque débauche. Le vin de palmier donne à ceux qui ont
pris l'habitude d'en boire avec excès cette couleur pâle qu'on nomme
la maladie du pays. Les insulaires, qui usent de la même liqueur avec
plus de modération, et qui ne s'exposent point à l'air pendant les
nuits froides, ne sont pas sujets à ces inconvéniens.

Les grosses pluies et les tremblemens de terre sont les deux
principales incommodités du pays. Pendant la mousson de l'est, qui
commence au mois de mai et qui finit en septembre, on voit quelquefois
pleuvoir sans discontinuation plusieurs semaines entières. Malgré
l'abondance d'eau qui tombe à plomb, et les torrens impétueux qui
coulent des montagnes dans les lieux bas, le terrain est si spongieux,
que les campagnes sont bientôt desséchées. Mais on remarque, comme une
merveille de la nature moins facile à comprendre, que la saison de
ces pluies n'est pas la même pour toutes ces îles. Quand il pleut dans
celle d'Amboine, il fait beau à Bouro et dans d'autres îles situées à
l'occident. Ce qui paraît encore plus surprenant, c'est qu'à l'ouest,
on ait à la fois la mousson sèche, et à l'est celle des pluies. Cette
dernière saison est souvent accompagnée de violens ouragans; mais les
tremblemens de terre sont plus fréquens dans l'autre, qui commence au
mois de novembre, et qui règne aussi pendant cinq mois. Dans les mois
d'avril et d'octobre on n'a point de vents réglés; ceux de l'est et du
sud-est amènent les pluies; ceux de l'ouest et du nord-ouest causent
la sécheresse, mais ils tempèrent les grandes chaleurs, qui, sans
cela, seraient excessives. L'ardeur du soleil dure depuis neuf jusqu'à
cinq heures; après quoi l'on commence à respirer un grand air de
fraîcheur, qui devient même assez vif par les fortes rosées qui
tombent à l'entrée de la nuit. La chaleur a cependant une action si
forte sur la terre, qu'elle y forme souvent des ouvertures de vingt
pieds de profondeur. Elle fait tarir les rivières et sécher sur pied
de vieux arbres. Les girofliers, qui demandent de l'humidité, en
souffrent surtout beaucoup de dommage.

Les tremblemens de terre ne sont jamais plus à craindre qu'après les
pluies qui suivent ces grandes chaleurs. Dans cette saison de
sécheresse, on est aussi effrayé de temps en temps par de furieux
coups de tonnerre; et la foudre, en tombant sur les mâts des
vaisseaux et sur les plus gros arbres, les fend quelquefois du haut en
bas. On assure, d'après une expérience réitérée, que c'est l'effet de
véritables carreaux, et qu'on en a réellement trouvé plusieurs à
l'ouverture des fentes; mais ces observations auraient besoin d'être
constatées par de meilleurs physiciens que ne le sont la plupart des
voyageurs que nous suivons ici.

Les mers d'Amboine offrent un spectacle plus étrange dans la
différence de leurs eaux. Deux fois l'an, avec la nouvelle lune de
juin et d'août, la plaine liquide paraît, de nuit, comme coupée par
plusieurs gros sillons qui ont la blancheur du lait, et qui semblent
ne faire qu'un composé avec l'air, quoique pendant le jour on n'y
remarque aucun changement. Cette eau blanche, qui ne se mêle pas avec
l'autre, a plus ou moins d'étendue à proportion que les vents du
sud-est, les orages et les pluies en augmentent le volume; mais celle
du mois d'août est la plus abondante. On la voit principalement des
îles de Key et d'Arou, autour du sud-est, jusqu'à Tenember et
Timor-Laout au sud; à l'ouest, jusqu'à Timor; au nord, près de la côte
méridionale de Céram; mais elle ne passe pas au nord d'Amboine.
Personne ne sait d'où elle vient ni quelles en peuvent être les
causes. L'opinion la plus commune est qu'elle commence au sud-est, et
qu'elle sort de ce grand golfe qui est entre le continent des terres
australes et la Nouvelle-Guinée. Quelques-uns l'attribuent à de
petits animaux qui luisent de nuit. Quand l'eau blanche est passée, la
mer décharge sur ses bords une plus grande quantité d'écume et
d'ordure qu'à l'ordinaire. Cette eau est fort dangereuse pour les
petits bâtimens, parce qu'elle empêche de distinguer les brisans. Les
vaisseaux qui y sont exposés pourissent aussi plus tôt, et l'on
observe que les poissons suivent l'eau noire.

Un autre objet d'admiration qu'on trouve dans ces mers, ce sont
certains vermisseaux de couleur roussâtre qu'on nomme _vavo_, et qui
paraissent tous les ans à un temps réglé le long du rivage, en divers
endroits de l'île d'Amboine. Vers le temps de la pleine lune d'avril,
on en voit une infinité qui s'étendent à l'est du château de la
Victoire sur une grande lisière du rivage, particulièrement dans les
endroits pierreux, où l'on peut les ramasser par poignées. Ils jettent
le soir une lueur semblable au feu, qui invite les insulaires à sortir
pour en aller faire leur provision, parce que ces insectes ne se font
voir que trois ou quatre jours dans l'année. Les Amboiniens les savent
confire; ils en font une espèce de _bacassoum_ qui leur paraît
excellent; mais si l'on diffère seulement un jour de les saler, ils
s'amollissent si fort, qu'il n'en reste qu'une humeur glaireuse et
tout-à-fait inutile.

Les Amboiniens sont de moyenne stature, plus maigres que gros, et fort
basanés. Ils n'ont pas le nez camus; ils l'ont bien formé, et les
traits du visage réguliers; on en voit même plusieurs qui peuvent
passer pour de beaux hommes; et les femmes n'y sont pas sans agrémens.
On trouve parmi ces insulaires une espèce d'hommes qu'on nomme
_cakerlaks_, presque aussi blancs que les Hollandais, mais d'une
pâleur de mort qui a quelque chose d'affreux, surtout quand on en est
proche. Leurs cheveux sont fort jaunes et comme roussis par la flamme.
Ils ont quantité de grosses lentilles aux mains et au visage; leur
peau est galeuse, rude et chargée de rides; leurs yeux, qu'ils
clignotent continuellement, paraissent de jour à moitié fermés, et
sont si faibles, qu'ils ne peuvent presque pas supporter la lumière;
mais ils voient fort clair de nuit; ils les ont gris, au lieu que ceux
des autres insulaires sont noirs. L'auteur a connu un roi de Hitto et
son frère qui étaient cakerlacks, et qui avaient non-seulement des
frères et des soeurs, mais même des enfans dont le teint était le brun
ordinaire de ces îles. On voit aussi quelques femmes de cette espèce,
quoiqu'elles soient plus rares. Les cakerlaks sont méprisés de leur
propre nation, qui les a en horreur; c'est une sorte d'albinos: il
s'en trouve aussi parmi les Nègres, en Afrique et ailleurs. Leur nom
vient de certains insectes volans des Indes, qui muent tous les ans,
et dont la peau ressemble assez à celle des cakerlaks.

L'habillement des Amboiniens paraît être un mélange de leurs anciens
usages, et de ceux qu'ils ont empruntés des Hollandais. Quoique les
joyaux de prix soient rares parmi ces insulaires, on en voit plusieurs
en or, en argent, en diamans et en perles; un des plus anciens
ornemens des Orientaux, connu du temps d'Abraham, est celui que les
femmes portaient au milieu du front, et qui leur descendait entre les
sourcils. Cette espèce de joyaux semble ne s'être conservée qu'ici, où
Valentyn eut l'occasion d'en examiner quelques-uns des plus étranges;
le principal avait six pendans, qui couvraient presque tout le visage;
mais la plupart n'en ont qu'un, qui tombe jusque sur le nez, et
d'autres sont sans pendans. On compte parmi les plus précieux ornemens
des princes du pays les serpens d'or, qui sont ordinairement à deux
têtes, et qui valent jusqu'à cent cinquante florins ou plus. Ces
insulaires mettent au-dessus de l'or même le _sovassa_, qui est une
composition de ce métal avec certaine quantité de cuivre. L'auteur
croit que c'est le véritable _orichalcum_ des anciens. On en fait des
anneaux, des pommes de canne, des boutons et toutes sortes de petits
vaisseaux. Au reste, il ne se trouve de ces joyaux que parmi les
chefs. Tous les autres sont fort pauvres. Les radjas, les patis et les
orancaies tirent un revenu assez honnête de leurs terres et de leurs
clous de girofle, pour lesquels on leur paie encore le droit d'un sou
pour chaque livre; ils pourraient amasser des richesses, s'ils ne
dépensaient tout en festins, en présens et en procès, ne faisant pas
difficulté de sacrifier à la chicane une centaine de ducats pour un
giroflier contesté. Malgré cette prodigalité des grands et la pauvreté
des autres, il est remarquable qu'on ne voit jamais ici de mendians.
On en sera moins surpris, si l'on considère que les arbres y
produisent en abondance des fruits dont on n'interdit pas l'usage aux
passans, et que personne ne refuse aux indigens qui la demandent la
liberté de couper autant de bois à brûler qu'ils en ont besoin pour un
jour. Un insulaire qui n'est pas trop paresseux peut gagner facilement
trois escalins par jour, en revendant ses fagots, tandis qu'il ne lui
faut que deux sous pour vivre.

L'ignorance, mère de l'idolâtrie et de la superstition, a introduit
dans le culte et dans la manière de vivre de ces insulaires une
infinité d'usages aussi bizarres que leurs préjugés sont ridicules.
Les démons partagent leurs principaux soins, et sont le continuel
objet de leurs inquiétudes. La rencontre d'un corps mort qu'on porte
en terre, celle d'un impotent ou d'un vieillard, si c'est la première
créature qu'on voie dans la journée; le cri des oiseaux nocturnes, le
vol d'un corbeau au-dessus de leurs maisons, sont pour eux autant de
présages funestes dont ils croient pouvoir prévenir les effets en
rentrant chaque fois chez eux, ou par certaines précautions. Quelques
gousses d'ail, de petits morceaux de bois pointus et un couteau, mis à
la main ou sous le chevet d'un enfant pendant la nuit, leur
paraissent des armes efficaces contre les esprits malins. Jamais un
Amboinien ne vendra le premier poisson qu'il prend dans des filets
neufs; il en appréhenderait quelque malheur: mais il le mange lui-même
ou le donne en présent. Les femmes qui vont au marché le matin avec
quelques denrées donneront toujours la première pièce pour le prix
qu'on leur en offre, sans quoi elles croiraient n'avoir aucun débit
pendant le reste du jour. Aussi, lorsqu'elles ont vendu quelque chose,
elles frappent sur leurs paniers, en criant de toute leur force que
cela va bien. On ne fait pas plaisir aux insulaires de louer leurs
enfans, parce qu'ils craignent que ce ne soit avec le dessein de les
ensorceler, à moins qu'on n'ajoute à ces éloges des expressions
capables d'éloigner toute défiance. Lorsqu'un enfant éternue, on se
sert d'une espèce d'imprécation, comme pour conjurer l'esprit malin
qui cherche à le faire mourir. Ces idées sont si invétérées dans la
nation, qu'on entreprendrait vainement de les détruire. Les personnes
mêmes qui ont embrassé le christianisme n'en sont pas exemptes. On
n'admet point auprès d'un malade ceux qui seraient entrés peu
auparavant dans la maison d'un mort. Les filles du pays ne mangeront
pas d'une double banane, ou de quelque autre fruit double. Une esclave
n'en présentera point à sa maîtresse, de peur que dans sa première
couche elle ne mette deux enfans au monde, ce qui augmenterait le
travail domestique. Qu'une femme meure enceinte ou en couche, les
Amboiniens croient qu'elle se change en une espèce de démon, dont ils
font des récits aussi absurdes que leurs précautions pour éviter ce
malheur. Une de leurs plus singulières opinions est celle qu'ils se
forment de leur chevelure, à laquelle ils attribuent la vertu de
soutenir un malfaiteur dans les plus cruels tourmens, sans qu'on
puisse lui arracher l'aveu de son crime, à moins qu'on ne le fasse
raser; et ce qui doit faire admirer la force de l'imagination, cette
idée est vérifiée par l'effet: l'auteur en rapporte deux exemples
arrivés de son temps.

Avec tant de penchant à la superstition, on se figure aisément que les
Amboiniens sont fort portés à la nécromancie. Cette science réside
dans certaines familles renommées parmi eux. Quoiqu'ils les haïssent
mortellement, parce qu'ils les croient capables de leur nuire, ils ne
laissent pas d'avoir recours aux sortiléges, soit pour favoriser leurs
amours ou pour d'autres vues. Ce vice règne principalement parmi les
femmes. Mais si l'on examine à fond leur magie, on trouve qu'elle ne
consiste le plus souvent que dans l'art de préparer subtilement des
poisons, et que le reste n'est qu'un tissu d'impostures.

Les Amboiniens ont divers usages qui leur sont communs avec d'autres
peuples de l'Orient, comme de s'accroupir pour faire leurs eaux,
détestant l'usage d'uriner debout, qui, selon eux, ne convient qu'aux
chiens; de laisser croître leurs ongles, qu'ils teignent en rouge; de
se laver souvent dans les rivières, mais les hommes d'un côté, les
femmes de l'autre, avec des vêtemens particuliers à ces bains, par
respect pour la pudeur; de s'oindre le corps d'huiles odoriférantes,
et d'en parfumer aussi leur chevelure, en s'arrachant le poil de
toutes les autres parties, et de s'asseoir sur une natte les jambes
croisées sous le corps.

Dès qu'un enfant est né, sa mère lui présente le sein et lui donne un
nom de lait, indépendamment de celui qu'il reçoit ensuite au baptême.
Ce nom a toujours rapport à quelques circonstances de sa naissance. On
ne sait ce que c'est que d'emmailloter les enfans, mais on les
enveloppe négligemment dans un linge, après leur avoir appliqué un
bandage sur le nombril. D'autres soins seraient mortels dans un pays
si chaud, et plusieurs Européens en ont fait anciennement
l'expérience. Au lieu de porter les enfans sur le bras, l'usage est de
les porter ici sur la hanche, en passant le bras gauche sous leurs
aisselles, autour du dos, dans une attitude fort aisée. On ne voit
parmi ces peuples que des corps bien formés dans tous leurs membres,
et jamais d'estropiés que par accident. Après la naissance d'un
enfant, on plante un cocotier, ou quelque autre arbre dont le nombre
des noeuds successifs indique celui de ses années.

[Illustration: _Il lui jette une zagaie par derrière et s'élançant sur
lui, il lui coupe la tête._]

À la mort du père, l'aîné des fils est le maître de tout ce qu'il
possédait. Cet aîné ne donne à sa mère et à ses frères et soeurs que
ce qu'il juge nécessaire à leur subsistance; mais il ne succède pas à
son père dans les dignités héréditaires; elles passent aux
collatéraux.

On peut mettre comme au second ordre des naturels du pays les
Alfouriens ou Alfouras, montagnards sauvages qui occupent les hauteurs
de plusieurs îles, et notamment de Céram, et qui sont fort différens
des insulaires établis sur le rivage. En général, ils sont beaucoup
plus grands, plus charnus et plus robustes, mais d'un naturel farouche
et barbare. La plupart vont nus, sans distinction de sexe, n'ayant
qu'une large et épaisse ceinture, teinte en plusieurs raies, qui leur
couvre uniquement le milieu du corps. Ces ceintures sont composées de
l'écorce d'un arbre nommé _sacca_, que l'auteur prend pour le sycomore
blanc. Sur la tête ils portent une coque de coco, autour de laquelle
ils entortillent leurs cheveux. Ils les attachent aussi quelquefois à
un morceau de bois, qui leur sert en même temps d'étui pour leur
peigne. Cet étrange bonnet est encore orné de trois ou quatre
panaches. Leur chevelure est liée d'un cordon, auquel ils enfilent de
petits coquillages blancs, dont ils se garnissent de même le cou et
les doigts des pieds. Quelquefois leur collier est un chapelet de
verre. Ils portent aussi de gros anneaux jaunes aux oreilles; et
jamais ils ne paraissent plus propres qu'avec des rameaux d'arbre aux
bras et aux genoux, dont ils ne manquent pas de se parer, surtout
lorsqu'ils doivent se battre.

Tous ces montagnards, quoique partagés en factions, ont les mêmes
manières, les mêmes moeurs et le même culte. C'est une loi inviolable
parmi eux, qu'aucun jeune homme ne peut couvrir sa nudité ou sa
maison, se marier ni travailler, s'il n'apporte pour chacune de ces
installations autant de têtes d'ennemis dans son village, où elles
sont posées sur une pierre consacrée à cet usage. Celui qui compte le
plus de têtes est réputé le plus noble, et peut aspirer aux meilleurs
partis. On n'examine point à la rigueur si ce sont des têtes d'hommes,
de femmes ou d'enfans; il suffit que la taxe soit remplie. Par cette
politique, il est facile à leurs chefs de détruire en peu de temps un
village ennemi, et de faire la guerre sans qu'il leur en coûte la
moindre dépense.

Dans leurs maraudes pour chercher des têtes, les jeunes Alfouriens
battent la campagne en petites troupes de huit ou dix, le corps
tellement couvert de verdure, de mousse et de rameaux, que, cachés sur
les chemins au milieu des bois, on les prend facilement pour des
arbres: dans cet état, s'ils voient passer quelqu'un de leurs ennemis,
ils lui jettent une zagaie par-derrière, et, s'élançant sur lui, ils
lui coupent la tête, qu'ils emportent dans les habitations, où ils
font leur entrée solennelle, tandis que les jeunes femmes et les
filles, chantant et dansant autour d'eux, célèbrent cette victoire
par des réjouissances publiques. Les têtes sont suspendues aux maisons
ou jetées en certains lieux, comme une offrande aux divinités du pays.
Il arrive souvent à ces jeunes Alfouriens de rôder un mois ou deux
avant qu'ils puissent trouver l'occasion de se pourvoir de têtes,
parce qu'ils n'attaquent guère l'ennemi qu'à coup sûr. S'ils le
manquent, ils reviennent les mains vides, quelquefois blessés, et si
remplis de frayeur, qu'ils ne pensent plus de long-temps au mariage.
Lorsqu'ils ont perdu quelques-uns de leurs gens dans un combat, et que
les têtes en sont emportées, ils jettent les cadavres sur un arbre,
comme indignes de la sépulture. Mais si les morts ont encore leur
tête, il est permis aux parens de les enterrer, dans la crainte que
leurs ennemis n'en puissent faire trophée.

On conçoit qu'avec des lois aussi barbares les Alfouriens ont besoin
d'autres maximes assorties à cette politique et capables de perpétuer
les occasions de les exercer avec quelque apparence de justice. Leur
extrême délicatesse sur le point d'honneur est la principale source
des guerres continuelles qui règnent entre eux. Lorsqu'un Alfourien en
visite un autre, rien ne doit manquer à l'accueil qu'on lui fait.
Cette réception consiste à lui présenter d'abord une banane et du
tabac. Oublie-t-on volontairement, ou par malheur, de joindre à la
banane les feuilles de siri nécessaires, c'est assez pour mettre en
colère l'Alfourien étranger, qui, pour témoigner son ressentiment au
maître de la maison, en sort sur-le-champ, et va s'escrimer devant la
porte en dansant le sabre à la main, jusqu'à ce que l'affront soit
réparé par quelques présens. Si pendant cette visite les petits enfans
de la maison crachent ou se mouchent, c'est un outrage sanglant. S'ils
jettent quelque chose à l'étranger, ou s'ils lui rient au nez, le père
est tenu de laver chaque fois l'opprobre par d'autres présens, et la
paix est faite alors; mais, s'il le refuse, l'offensé s'en plaint à
ses amis, et revient deux ou trois ans après demander satisfaction à
son hôte. La querelle peut encore être apaisée par un présent; sinon
la vengeance est résolue contre un opiniâtre qui, non content d'un
premier affront, ose encore, après tant d'années, pousser le mépris
jusqu'à ne rien offrir en faveur de la réconciliation. L'offensé
meurt-il sans avoir exécuté sa résolution, ce soin passe à ses
descendans, qui ne manquent pas de le venger tôt ou tard. Quelquefois
tous les habitans du village prennent parti pour le mort, et vont
enlever dans celui de l'agresseur quelques têtes, sans distinction, et
les premières qu'ils peuvent abattre: sur quoi naît ordinairement une
guerre ouverte. Mais, avant d'en venir à cette extrémité, l'un d'entre
eux élève la voix, appelle les cieux, la terre, la mer, les rivières
et tous leurs ancêtres à leur secours. Après cette invocation, il se
tourne vers les ennemis et leur annonce à haute voix les motifs qui
les forcent à la guerre, protestant qu'ils ne viennent pas
clandestinement comme des voleurs, mais à découvert, et dans la seule
vue de se procurer par la force le présent de la réconciliation qu'on
a l'injustice de leur refuser. De retour dans leur village, avec une
ou deux têtes qu'ils ont coupées à leurs ennemis, ils les portent en
cérémonie, accompagnés de leurs femmes qui ne cessent de chanter et de
danser autour d'eux. On donne ensuite un grand festin où les têtes ont
leur place, et sont servies chacune par un guerrier qui leur présente
des bananes, du tabac et d'autres rafraîchissemens. On verse neuf
gouttes d'huile sur chacune; après quoi deux hommes les prennent et
les jettent. Ils sont persuadés que, s'ils manquaient à la moindre de
ces cérémonies, ils n'auraient pas de bonheur à se promettre dans leur
entreprise. Cependant, pour s'en assurer d'avance, ils ont recours au
démon, qu'ils consultent de différentes manières; et dont ils
attendent la réponse par certains signes: si les présages sont
constamment favorables, ils n'hésitent plus à commencer la guerre.

Les Alfouriens se nourrissent de rats, de serpens, de grenouilles et
de diverses autres sortes de reptiles. La chair de sanglier, et le
riz, qu'ils commencent à cultiver eux-mêmes, entre aussi dans leurs
alimens; mais ils y sont moins accoutumés. Le sagou est pour eux un
mets friand: ils en font une bouillie épaisse qu'ils mettent dans des
bambous, et la mangent froide lorsqu'ils sont en voyage. Ces bambous
leur tiennent lieu de marmites, de pots et de verres. L'eau est leur
boisson commune; mais le sagou vert, espèce de liqueur fermentée
qu'ils tirent du sagou, anime leurs festins. Ils enterrent cette
liqueur dans des marais pour la rendre plus forte. Elle y prend aussi
une couleur plus jaune, et s'y conserve toujours fraîche, quoiqu'elle
perde beaucoup de son goût agréable, et qu'elle devienne même fort
âpre. Ces montagnards aiment l'eau-de-vie à la fureur, et savent la
distinguer du vin d'Espagne. Valentyn rapporte que Montanus, ministre
hollandais, étant arrivé le soir à Elipapoutelh, pour y administrer
les sacremens, on lui dit que le radja Sahoulau, un des plus puissans
rois des Alfouriens, descendu des montagnes avec une nombreuse suite,
souhaitait de le saluer. Montanus, qui connaissait ce prince de
réputation, consentit à le recevoir sur-le-champ pour en être plus tôt
délivré. Après un court compliment, le radja demanda de l'eau-de-vie,
ajoutant en mauvais malais qu'il l'aimait beaucoup. La crainte des
effets désagréables que cette liqueur pouvait produire fit répondre au
ministre hollandais qu'étant au terme de son voyage, ses provisions
étaient presque finies. Cependant il fit apporter un petit reste de
vin d'Espagne qu'il voulut faire boire au radja pour de l'eau-de-vie.
Mais ce prince n'en eut pas plus tôt goûté, qu'il le rejeta. «Ce que
vous m'offrez, dit-il en secouant la tête, n'est pas une boisson
d'homme, c'est une boisson de femme; si c'est de l'eau-de-vie, il faut
que j'aie perdu la mémoire.» Le ministre, fort embarrassé, se vit
obligé de faire paraître sa bouteille d'eau-de-vie; et le radja, qui
en reconnut l'odeur, s'écria que c'était une boisson d'homme. En
effet, la bouteille fut bientôt vidée. Alors le prince alfourien,
commençant à s'échauffer, tira de sa corbeille quelques morceaux de
serpens et de sagou, qu'il offrit à Montanus; et, les lui voyant
refuser sous divers prétextes, il voulut du moins, pour signaler sa
reconnaissance, lui faire accepter le spectacle d'un combat de ses
Alfouriens. Les objections et les excuses ne purent le faire changer
de dessein. Il fit commencer, à la lumière de quantité de flambeaux,
un combat qui n'ayant d'abord été que simulé, devint bientôt sérieux.
La terre fut jonchée de cadavres, le sang ruisselait, et les membres
volaient de toutes parts, tandis que le radja ne cessait d'animer les
combattans par ses promesses et ses menaces, sans que les
représentations et les instances du ministre pussent l'engager à
terminer une scène si tragique. «Ce sont mes sujets, lui répondit-il;
ce ne sont que des chiens morts, dont la perte n'est d'aucune
importance; et je ne me fais pas une affaire d'en sacrifier mille pour
vous marquer mon estime.» Montanus, changeant de ton, réplique que
c'était beaucoup d'honneur pour lui, mais que les lois hollandaises ne
permettaient pas de répandre inutilement le sang, et qu'il en
deviendrait lui-même responsable au gouverneur, qui, ne manquant
d'espions nulle part, serait bientôt informé de cette scène. Le radja,
cédant à ses remontrances, fit enfin terminer le combat; et Montanus
en eut d'autant plus de joie, qu'il craignait sérieusement que les
Alfouriens, las de se massacrer les uns les autres dans l'idée de
l'amuser, ne se donnassant, à leur tour, le divertissement de le
tailler en pièces lui et toutes les personnes de sa suite.

Avant que ces peuples connussent le girofle, dont ils tirent
aujourd'hui leur subsistance, ils ne vivaient que de leurs pirateries,
mangeaient les corps de leurs ennemis, et marchaient nus, à la réserve
d'une ceinture. C'est des Portugais qu'ils ont appris à se vêtir, et
des Hollandais qu'ils ont reçu les lumières de l'Évangile; mais la
profession qu'ils font d'être chrétiens n'empêche pas qu'ils ne
reviennent encore quelquefois à leur ancienne barbarie. On en rapporte
des exemples qui font voir que la chair humaine a toujours de grands
appas pour eux, lorsqu'ils trouvent l'occasion de s'en rassasier sans
témoins. Le roi de Titavay, vieillard de soixante ans, avoua, en 1687,
que dans sa jeunesse il avait mangé plusieurs têtes de ses ennemis,
après les avoir fait rôtir sur des charbons, ajoutant que, de toutes
les viandes, il n'y en avait pas de si délicate, et que les plus
friands morceaux étaient les joues et les mains. En 1702, un vieux
messager du conseil d'état d'Amboine, originaire de cette île, et
d'ailleurs fort honnête homme, fut convaincu d'avoir enlevé du gibet
et mangé un bras du cadavre d'un esclave, dont l'embonpoint l'avait
tenté. Il fut puni par une amende de cinq cents piastres, heureux d'en
être quitte à si bon marché. Il y a des ordonnances très-sévères pour
réprimer cette horrible passion, et de temps en temps on a soin de les
renouveler.

Il paraît que tout le terrain des Moluques est imprégné de ces
matières sulfureuses qui forment les volcans. Valentyn en fit
l'épreuve sur les montagnes d'Omer: «J'étais, dit-il, sans la moindre
inquiétude dans ma chaise à porteurs, fermée de tous côtés pour me
garantir contre l'ardeur du soleil, lorsque, après avoir fait environ
un quart de lieue de chemin au-dessous du vent, toute cette vaste
campagne que nous avions derrière nous parut en feu dans un instant,
et les flammes, qui s'élevaient jusqu'aux nues du milieu d'une
horrible fumée, gagnaient avec une telle rapidité, qu'à peine eus-je
le temps de sortir de ma chaise pour prendre la fuite avec tous mes
gens, dont le nombre était d'environ quarante. Notre effroi ne nous
aurait cependant prêté que de vaines forces, si le vent ne s'était
tourné tout à coup, et si l'embrasement n'eût été coupé par un espace
aride et sans herbe. J'appris de mon guide qu'il s'était déjà trouvé
une fois dans le même péril, mais beaucoup plus grand, puisqu'il
n'avait pu l'éviter, et qu'il s'était vu obligé de se jeter le visage
contre terre, pour n'être pas suffoqué par la fumée; que lui et ses
compagnons eurent le visage un peu défiguré, leurs cheveux brûlés, et
leurs vêtemens fort endommagés. Il est vrai que l'herbe étant alors
moins haute et plus verte, les flammes n'avaient pas le même degré de
violence; mais la fumée était d'autant plus épaisse.»

Au sud-est d'Amboine s'élève le petit groupe volcanique de Banda,
ainsi nommé d'après l'île principale, que l'on appelle aussi Lantor.
L'on cultive le muscadier dans ces petites îles, qui sont toutes
volcaniques.

Timor-Laout et Vaiguiou sont deux grandes îles bien boisées, mais peu
connues.

Il reste à joindre ici quelques propriétés des îles Moluques, qui
regardent l'histoire naturelle. Argensola, remontant aux anciennes
traces du girofle, prétend que les Chinois ont été les premiers qui en
ont connu le prix. Ces peuples, dit-il, attirés par l'excellence de
son odeur, en chargèrent leurs joncques pour le porter dans les golfes
de Perse et d'Arabie; mais il n'ajoute rien qui puisse faire connaître
le temps de cette découverte. Pline a connu le girofle, et le décrit
comme une espèce de poivre-long qu'il appelle _cariophyllum_. Les
Perses l'ont nommé _calafou_. Il n'est pas question d'examiner ici
lequel de ces deux noms a pris naissance de l'autre. Les Espagnols le
nommaient anciennement _girofa_, ou _girofle_, et depuis ils l'ont
appelé _clavo_, ou _clou_, à cause de sa figure. Les habitans des
Moluques nomment l'arbre _sigher_, la feuille _varaqua_, et le fruit
_chimque_ ou _chamque_.

L'arbre du girofle ressemble beaucoup au laurier par la grandeur et
par la forme des feuilles; mais la tête est plus épaisse, et les
feuilles sont un peu plus étroites. Le goût du clou se trouve dans les
feuilles, et jusque dans le bois. Les branches, qui sont en grand
nombre, jettent une quantité prodigieuse de fleurs, dont chacune
produit son clou. Les fleurs sont, d'abord blanches; ensuite elles
deviennent vertes, puis rouges et assez dures. C'est alors qu'elles
sont proprement clous. En séchant, les clous prennent une autre
couleur, qui est un brun jaunâtre. Lorsqu'ils sont cueillis, ils
deviennent d'un noir de fumée. Ils ne se cueillent pas avec la main
comme les autres fruits: on attache une corde à la branche qu'on
secoue avec force, ce qui ne se fait pas sans fatiguer les arbres;
mais ils en deviennent plus fertiles l'année d'après. Cependant
quelques-uns les battent avec des gaules, après avoir nettoyé
soigneusement l'espace qui est dessous.

Les clous pendent aux arbres par de petites queues, auxquelles la
plupart tiennent encore lorsqu'ils sont tombés: on les vend même avec
ces queues; car les insulaires ramassent tout ensemble et ne se
donnent pas la peine de les trier, mais ceux qui les achètent prennent
celle de les nettoyer pour les transporter en Europe. Les clous qui
restent aux arbres portent le nom de _mères_, y demeurent jusqu'à
l'année suivante, et passent pour les meilleurs, parce qu'ils sont
plus forts et mieux nourris. Les Javanais du moins les préfèrent aux
autres; mais les Hollandais prennent par choix les plus petits. On ne
plante point de girofliers. Les clous qui tombent et qui se répandent
en divers endroits les reproduisent assez; et les pluies fréquentes
hâtent si fort leur accroissement, qu'ils donnent du fruit dès la
huitième année. Ils durent cent ans. Quelques-uns prétendent qu'ils ne
croissent pas bien lorsqu'ils sont plantés trop près de la mer, et
qu'ils viennent également dans toutes ces îles, sur les montagnes
comme dans les vallées. Les clous mûrissent depuis la fin du mois
d'août jusqu'au commencement de janvier.

On lit dans les mémoires portugais que les pigeons ramiers, qui sont
en grand nombre dans l'île de Gilolo, mangent le reste des clous qui
vieillissent sur les arbres; et que, les rendant avec leur fiente, il
en renaît d'autres girofles; raison qui les fait multiplier partout,
et qui s'opposera toujours aux efforts qu'on pourrait faire pour les
détruire. Ils rapportent aussi qu'après la conquête des Portugais, les
rois des Moluques, indignés de l'insolence et de la cruauté de leurs
vainqueurs, ne trouvèrent pas d'autres moyen, pour s'en délivrer, que
de détruire les funestes richesses qui les exposaient à cette
tyrannie. Le désespoir leur mit le feu à la main pour brûler tous les
girofliers; mais cet incendie répondit si mal à leurs vues, qu'au lieu
de répandre une éternelle stérilité dans leurs îles, il en augmenta
beaucoup la fertilité. En effet, l'expérience a fait connaître que la
cendre mêlée à la terre est capable de l'engraisser. Dans plusieurs
endroits de l'Europe, on brûle le chaume sur les terres stériles, et
l'on embrase de grandes campagnes pour les rendre plus fécondes.

On confit aux Indes le clou de girofle dans le sucre, ou dans le sel
et le vinaigre. Quantité de femmes indiennes ont l'habitude de mâcher
du clou pour donner plus de douceur à leur haleine; mais les
excellentes qualités du girofle sont d'ailleurs assez connues. Nous
avons parlé plus haut du sagou.

Le muscadier est un bel arbre haut de trente pieds, remarquable par le
beau vert de son feuillage et par la disposition de ses branches;
quand il végète avec force, il pousse une grande quantité de rameaux
grêles qui lui forment une tête bien arrondie et extrêmement touffue.
Les fleurs naissent en petites grappes le long des petits rameaux;
elles sont jaunes et petites. Un même arbre ne porte que des fleurs ou
fécondes ou stériles, c'est-à-dire femelles ou mâles. Cet arbre est
continuellement en fleur et en fruit de tout âge. Il commence à
rapporter à l'âge de sept ou huit ans. Le fruit qui succède à la fleur
femelle ne parvient à l'état de maturité que neuf mois après
l'épanouissement de cette fleur. Il ressemble alors à un
pêche-brugnon de couleur moyenne. Le brou qui enveloppe la noix a la
chair d'une saveur si âcre et si astringente, qu'on ne saurait le
manger cru et sans apprêt. On le confit, on en fait des compotes et de
la marmelade. L'usage de la noix muscade est suffisamment connu. En
faisant des entailles dans l'écorce du muscadier, en coupant une
branche, ou en détachant une feuille, il en sort un suc visqueux assez
abondant, d'un rouge pâle, et qui teint le linge d'une manière
durable. Le bois du muscadier est blanc, poreux, filandreux, d'une
extrême légèreté. On peut en faire de petits meubles: il n'a aucune
odeur.

Le tabac croît en abondance aux Moluques; mais il n'égale pas en bonté
celui des Indes orientales, quoique les fruits communs y soient les
mêmes, et qu'ils n'aient rien d'inférieur.

On y trouve de ces grands serpens qui ont plus de trente pieds de
long, et dont on a déjà parlé.

On remarque que les crocodiles, fort différens de ceux des autres
lieux pour la voracité, ne sont dangereux que sur terre; et que dans
la mer, au contraire, ils sont si lâches et si engourdis, qu'ils se
laissent prendre aisément.

Tous les voyageurs parlent avec admiration de la facilité que les
perroquets des Moluques ont à répéter tout ce qu'ils entendent; leurs
couleurs sont variées, et forment un mélange agréable; ils crient
beaucoup et fort haut. On assure que, dans les temps qu'on y formait
la ligue qui en chassa les Portugais, un perroquet, volant dans l'air,
cria d'une voix très-forte, _je meurs, je meurs_, et que, battant en
même temps des ailes, il tomba mort. Voilà un présage à opposer au vol
des oiseaux chez les anciens; mais on peut croire au babil des
perroquets des Moluques sans croire à ceux des historiens. Un
Hollandais avait un perroquet qui contrefaisait sur-le-champ tous les
cris des autres animaux qu'il entendait.

L'île de Ternate a quantité d'oiseaux de paradis, que les Portugais
nomment _paxaros del sol_ ou _oiseaux du soleil_. Les habitans leur
donnent le nom de _manucodiata_, qui signifie _oiseau des dieux_.
Autrefois on racontait fort sérieusement, et plusieurs auteurs l'ont
répété, que ces oiseaux vivent de l'air, qu'ils ne viennent jamais à
terre, qu'ils n'ont pas de pieds, et qu'ils se reposent en se
suspendant aux arbres par les longs filets de leur queue. Telle est
l'idée d'après laquelle plusieurs naturalistes anciens les
représentent; elle venait de l'usage établi parmi ceux qui les
prennent de leur ôter les pieds, et de ne leur laisser que la tête, le
corps et la queue, qui est composée de plumes admirables. Ils les font
sécher ensuite au soleil, ce qui fait disparaître toutes les traces
des pieds. Ces absurdités étaient d'autant plus accréditées, que
l'origine et le genre de vie de ces oiseaux étaient totalement
ignorés. L'on ne se borna pas aux merveilles que leur attribuaient
les insulaires de Ternate; les marchands, pour leur donner plus de
valeur, en ajoutèrent de nouvelles. Enfin le préjugé prit une telle
force, que le premier qui soutint que ces oiseaux avaient des pieds et
étaient conformés comme les autres, fut traité d'imposteur. Il est
reconnu aujourd'hui qu'ils ont des pieds. Les uns ne fréquentent que
les buissons, d'autres se tiennent dans les forêts, nichent sur les
arbres élevés, mais évitent de se percher à la cime, surtout dans les
grands vents, qui, en jetant le désordre dans leurs faisceaux de
plumes, les font tomber à terre. Dans la saison des muscades, l'on
voit ces oiseaux voler en troupes nombreuses, comme font les grives à
l'époque des vendanges; mais ils ne s'éloignent guère. L'archipel des
Moluques et la Nouvelle-Guinée bornent leurs plus longs voyages.



CHAPITRE IX.

Timor. Île Célèbes.


Ces deux îles sont, l'une au sud, l'autre au nord des Moluques, et
toutes deux en sont à peu de distance. Nous parlerons en premier lieu
de Timor. Dampier lui donne environ soixante et dix lieues de long,
sur quinze ou seize de largeur. Elle est située à peu près du nord-est
au sud-ouest, et son milieu est presqu'à 9 degrés de latitude
méridionale. Elle n'a point de rivières navigables, ni beaucoup de
havres; mais on y trouve un grand nombre de baies, où les vaisseaux
peuvent mouiller dans certaines saisons. C'est dans celle d'Anabo, qui
la couvre au sud-ouest, que les Hollandais ont le fort Concordia bâti
en pierre sur un rocher qui touche au rivage, une lieue à l'est de la
pointe de Coupang, d'où ils chassèrent les Portugais en 1613.
Cependant il en reste un grand nombre dans l'île, et ils y ont
plusieurs établissemens, entre autres celui de Laphao. La ville est
composée de quarante ou cinquante maisons, dont chacune a son enclos
rempli d'arbres fruitiers, tels que des tamariniers, des cocotiers, et
des toddis. Chaque enclos a son puits. Une église à demi ruinée fait
le principal ornement de la perspective. Assez près du rivage, une
mauvaise plate-forme, accompagnée d'un petit édifice, soutient six
canons de fer montés sur des affûts pouris, et quelques hommes y font
la garde.

Dampier ne fait pas une peinture avantageuse des habitans de Laphao:
«La plupart, dit-il, sont nés aux Indes; ils ont les cheveux noirs et
plats, et le visage couleur de cuivre jaune: leur langue est le
portugais. Ils se disent catholiques romains, et ne se font pas moins
honneur de leur religion que de leur origine: ils se fâcheraient
beaucoup contre ceux qui leur refuseraient le nom de _Portugais_;
cependant je n'en vis que trois qui méritassent le nom de _blancs_;
deux étaient prêtres.» Ils ont trois ou quatre petits bâtimens qui
servent à leur commerce avec les insulaires, et qu'ils envoient même
jusqu'à Batavia pour en tirer des marchandises de l'Europe; l'île leur
fournit de l'or, de la cire et du bois de sandal. Quelques Chinois
qu'ils ont parmi eux attirent de Macao, tous les ans, une vingtaine de
petites jonques, qui leur apportent du riz commun, de l'or mêlé, du
thé, du fer, des outils, de la porcelaine, des soies, etc., et qui
prennent d'eux, en échange de l'or pur, tel qu'on le trouve sur les
montagnes, du bois de sandal, de la cire et des esclaves.

Les Portugais ont un autre établissement qu'ils nomment _Porto-Novo_,
au bout oriental de l'île de Timor, où leur gouverneur général fait sa
résidence; ce qui doit faire juger que Laphao ne tient que le second
rang. On assura Dampier, que, dans l'espace de vingt-quatre heures,
ils pouvaient assembler cinq ou six cents hommes bien armés de fusils,
d'épées et de pistolets. Quoiqu'ils se reconnaissent sujets du
Portugal, leur situation approche beaucoup de l'indépendance. On les a
vus pousser la hardiesse jusqu'à renvoyer chargés de fers ceux qui
leur apportaient des ordres du vice-roi de Goa. Comme ils ne font pas
scrupule de s'allier aux femmes de l'île, cette indocilité ne fait
qu'augmenter à mesure qu'ils se multiplient et que leur sang s'éloigne
de sa source.

L'île de Timor est divisée en plusieurs royaumes, dont chacun a son
langage, quoique la ressemblance de la figure, des usages et des
moeurs entre ceux qui les habitent semble prouver que tous ces
insulaires ont une origine commune. La bonne intelligence est rare
entre tous les princes de ces différens royaumes. La compagnie
hollandaise, qui a son fort et son comptoir dans le royaume de
Coupang, trouve de l'avantage à nourrir leurs divisions, tandis que,
vivant en paix avec chaque puissance de l'île, elle tire tous les
profits du commerce. Le roi de Coupang, ami particulier des
Hollandais, est ennemi mortel de tous les autres rois, qui sont
étroitement alliés avec tous les Portugais. Il tire du fort de
Concordia un secours secret d'hommes et de munitions, qui lui est
refusé en apparence comme à tous ses concurrens, mais qui doit être
bien réel, pour le rendre capable de résister à tant de forces
réunies, et de causer quelquefois beaucoup d'inquiétude aux Portugais.
La guerre est si cruelle de la part des Coupangois, que les nobles du
pays mettent leur gloire à placer sur des pieux, au sommet de leurs
maisons, les têtes des ennemis qu'ils ont tués de leur propre main, et
que les simples soldats sont obligés de porter celles qu'ils peuvent
abattre aussi, dans des magasins destinés à les recevoir. Le village
indien qui est voisin du fort hollandais contient un de ces sanglans
dépôts. On doit juger par-là que la haine des Portugais, qui voient
leurs têtes menacées du même sort, ne tombe pas moins sur les
Hollandais que sur le roi de Coupang, et qu'ils n'épargnent rien pour
leur nuire. Ils se vantent d'être toujours en état de les chasser de
l'île, s'ils en avaient la permission du roi de Portugal, seule
occasion où le respect a la force de les arrêter; mais il paraît que
les Hollandais, bien fournis d'artillerie et d'autres munitions,
gardés par des soldats européens, et sûrs de recevoir tous les ans de
nouveaux secours de Batavia, rient des bravades de leurs ennemis.
D'ailleurs ils ont, à peu de distance, leur établissement de Solor,
dont ils pourraient encore se fortifier. Les Portugais en ont un autre
aussi dans l'île d'Ende, qui n'est pas plus éloignée; et leur ville,
qui se nomme _Lorentouca_, vers l'extrémité orientale de cette île,
est mieux peuplée qu'aucune place de Timor; mais loin de
s'entre-prêter de l'assistance, les gouverneurs de leur nation, dans
ces deux îles, se haïssent et se déchirent mutuellement. Ende et Solor
font partie d'une chaîne d'îles situées au nord de Timor.

Les insulaires de Timor ont la taille médiocre, le corps droit, les
membres déliés, le visage long, les cheveux noirs et lisses, et la
peau fort noire. Ils sont naturellement adroits et d'une agilité
singulière; mais une extrême paresse, vice commun à toute leur nation,
leur fait perdre l'avantage qu'ils pourraient tirer de ces deux
qualités. Il n'ont de la vivacité, suivant l'expression de Dampier,
que pour la trahison et la barbarie; leurs habitations ne présentent
que la misère. Ils sont nus, à l'exception des reins, autour desquels
ils ont un simple morceau de toile. Quelques-uns portent un ornement
de nacre de perle ou de petites lames d'or, de figure ovale et de la
grandeur d'un écu, assez joliment dentelées. Cinq de ces lames,
rangées l'une près de l'autre au-dessus des sourcils, servent à leur
couvrir le front. Elles sont si minces, et disposées avec tant d'art,
qu'elles semblent enfoncées dans la peau. Cependant les frontons de
nacre ont plus d'éclat. D'autres portent des bonnets de feuilles
entrelacées.

Ils prennent autant de femmes qu'ils peuvent en nourrir; et
quelquefois ils vendent leurs enfans pour se mettre en état
d'augmenter le nombre de leurs femmes. Leur nourriture ordinaire est
le blé d'Inde, que chacun plante pour soi. Ils ne se fatiguent pas
beaucoup à préparer la terre. Dans la saison sèche, ils mettent le feu
aux arbres et aux buissons pour nettoyer leurs champs et les disposer
à recevoir leurs grains dans la saison des pluies. D'ailleurs le goût
de la chasse qui les occupe sans cesse leur fait négliger leurs
plantations. Ils ne manquent point de buffles ni de porcs sauvages.
Leurs armes ne sont que la lance et la zagaie, avec une sorte de
rondache ou de bouclier.

Dampier s'informa de leur religion. On l'assura qu'ils n'en avaient
point. Il observe qu'à la faveur de la langue malaise, qui est en
usage dans toutes les îles voisines, le mahométisme s'était répandu
dans celles qui faisaient quelque commerce avant que les Européens y
fussent venus. C'est ainsi qu'il est devenu la religion dominante de
Solor et d'Ende; mais il ne paraît pas qu'il ait pénétré dans l'île de
Timor, ni que les Portugais ou les Hollandais y aient obtenu plus de
faveur pour le christianisme.

Tout le terrain de l'île est inégal, c'est-à-dire coupé par des
montagnes et de petites vallées. Une chaîne de hautes montagnes la
traverse presque d'un bout à l'autre. Elle est assez bien arrosée,
dans les temps même de la sécheresse, par quantité de ruisseaux et de
fontaines; mais elle n'a point de grandes rivières, parce qu'étant
fort étroite, les sources qui tombent de l'un ou de l'autre côté des
montagnes ont peu de chemin à faire jusqu'à la mer. Dans la saison
pluvieuse, les vallées et les terres basses sont couvertes d'eau.
Alors les ruisseaux paraissent autant de grosses rivières, et les
moindres cascades se changent en torrens impétueux. Vers le rivage, la
terre est presque généralement sablonneuse, quoique assez fertile et
couverte de bois. Les montagnes sont remplies de forêts et de savanes.
Dans quelques-unes on ne voit que des arbres hauts, frais et
verdoyans; dans la plupart des autres, ils paraissent tortus, secs et
flétris, et les savanes sont pierreuses et stériles; mais plusieurs de
ces montagnes sont riches en or et en cuivre. Les pluies entraînent
l'or dans les ruisseaux, où les insulaires le pêchent. Dampier ne put
être informé comment ils tirent le cuivre.

Il s'attacha particulièrement à connaître les arbres de l'île, qui en
produit un grand nombre qui lui étaient inconnus, et pour lesquels il
ne se fit pas un vain honneur d'inventer des noms; mais il vit des
mangles blanches, rouges et noires. Il vit le mahot, l'arbre à
calebasse, qui est ici rempli de piquans; et qui s'élève fort haut, en
diminuant vers la pointe, au lieu que dans les Indes occidentales il
est bas, et ses branches s'étendent beaucoup en dehors; le cotonnier,
qui n'est pas fort gros à Timor, mais qui est plus dur que celui de
l'Amérique.

Le cassier, qui est ici fort commun, a la grosseur de nos pommiers
ordinaires; mais ses branches ne sont ni épaisses ni garnies de
feuilles. Cet arbre fleurit, à Timor, pendant les mois d'octobre et de
novembre. Ses fleurs ressemblent beaucoup à celles de nos pommiers, et
sont presque aussi grandes. Elles sont d'abord rouges; mais,
lorsqu'elles sont tout-à-fait épanouies, elles deviennent blanches, et
jettent une odeur agréable. Le fruit, dans sa maturité, est rond, gros
d'un pouce, long d'environ deux pieds, et d'un brun foncé qui tire sur
le rouge. Les cellules du milieu sont entre elles à la même distance
que celles du même fruit qu'on apporte en Angleterre. On y trouve,
aussi une petite semence plate. En un mot, il paraît de la même
nature: cependant l'observateur demeura incertain si c'est le
véritable cassier, parce qu'il n'y trouva point de pulpe noire.

Il vit des figuiers sauvages moins gros que ceux de l'Amérique, et
dont les figues ne croissent point à part sur les branches, mais
viennent par bouquets de quarante ou cinquante, autour du corps de
l'arbre et de ses grosses branches, depuis la racine jusqu'au sommet.

Entre quantité d'arbres qui peuvent servir à toutes sortes d'usages,
on trouve à Timor le sandal, dont les plus hauts ressemblent beaucoup
au pin. Ils ont la tige droite et unie; mais ils ne sont pas fort
épais. Le bois en est dur, pesant et rougeâtre, surtout vers le coeur.
On voit ici trois ou quatre sortes de palmiers que Dampier n'avait vus
dans aucun autre lieu. Les troncs de la première espèce ont sept ou
huit pieds de circonférence, et jusqu'à quatre-vingt-dix de hauteur.
Leurs branches croissent vers le sommet, comme celles du cocotier, et
leur fruit ressemble aux cocos; mais il est plus petit, de figure
ovale, à peu près de la grosseur d'un oeuf de cane. La coquille en est
noire et dure avant sa maturité. Il est rempli d'une chair si dure,
qu'on ne saurait le manger; et comme il a un petit vide au milieu, on
y trouve cette eau ou ce petit-lait qui fait rechercher les cocos.

Les fruits de Timor sont les mêmes que dans la plupart des autres
contrées des Indes; mais il paraît que les insulaires en doivent une
bonne partie aux Portugais et aux Hollandais qui les y ont
transplantés. Dampier y trouva une herbe sauvage qui se nomme
calalou[13] en Amérique, et qui ne lui parut pas moins agréable et
moins saine que les épinards. L'île produit naturellement du pourpier,
du fenouil marin et d'autres herbes connues des Européens. Le blé
d'Inde y croît avec peu de culture. C'est la nourriture commune des
habitans; mais les Portugais et leurs voisins sèment un peu de riz.

[Note 13: _Ketmia brasiliensis._]

Dampier ne vit des boeufs et des vaches qu'aux environs du fort
Concordia. L'île est peuplée de singe et de serpens: on y trouve un
grand nombre de serpens jaunes, de la grosseur du bras et longs de
quatre pieds; mais les plus dangereux ne sont pas plus gros que le
tuyau d'une pipe; leur longueur est de cinq pieds; ils sont verts par
tout le corps; ils ont la tête rouge, plate et de la grosseur du
pouce.

Entre les volatiles, on distingue l'oiseau à répétition, ainsi nommé,
parce qu'il chante six notes deux fois de suite, et que, les
commençant d'une voix haute et perçante, il les finit d'un ton assez
bas. Sa grosseur est celle d'une alouette; il a le bec petit, noir et
pointu; les ailes bleues; la tête et le jabot d'un rouge pâle, et une
raie bleue autour du cou.

Dans le nombre infini de poissons que l'on pêche à Timor on remarque
les mangeurs d'huîtres; ils ont dans le gosier deux os fort épais,
durs et plats, avec lesquels ils cassent la coquille pour avaler
ensuite le poisson qu'elle renferme: aussi trouve-t-on toujours dans
leur estomac quantité de ces coquilles en pièces.

Au nord-ouest des Moluques est située l'île Célèbes dont la forme est
singulièrement irrégulière, tant elle est découpée profondément par
plusieurs golfes. Nous rassemblerons les observations dispersées d'un
grand nombre de voyageurs, surtout celles des Hollandais, qui
possèdent dans cette île un fort et un excellent comptoir, fondé sur
les ruines de l'ancien établissement portugais. C'est d'après eux
qu'on s'est accoutumé à l'appeler indifféremment Célèbes ou Macassar,
du nom de sa principale ville et du plus puissant de ses états.

Ce royaume, que ses habitans nomment Mancaçar, et qui, depuis les
conquêtes d'un de ses rois vers la fin du dernier siècle, comprend en
effet la plus grande partie de l'île, s'étend depuis la ligne
équinoxiale jusqu'au 6e. degré de latitude méridionale; sa longueur se
prend du septentrion au midi: elle est d'environ cent trente lieues,
sur quatre-vingts de largeur, qui est celle qu'on donne ordinairement
à l'île. Mandar et Bonguis étaient deux autres royaumes qui le
bornaient au septentrion, mais qui ont suivi la fortune de celui de
Toradja, et de quelques autres provinces aujourd'hui soumises aux rois
de Macassar. Quelques-uns comptent cette grande île au nombre des
Moluques, dont elle n'est éloignée que d'environ quatre-vingts lieues.

Sa situation étant au milieu de la zone torride, on s'imagine aisément
qu'il y règne une extrême chaleur. Peut-être serait-elle inhabitable,
si ces ardeurs excessives n'étaient modérées par des pluies assez
abondantes, qui rafraîchissent ordinairement la terre cinq ou six
jours avant ou après les pleines lunes, et pendant les deux mois que
le soleil, dans son cours annuel, emploie à passer au-dessus de l'île;
d'un autre côté, ce mélange de pluie et de chaleur, joint aux vapeurs
qu'exhalent continuellement les mines d'or et de cuivre, qui sont en
assez grand nombre dans le pays, y excite presque tous les jours, au
coucher du soleil, des orages terribles et les plus furieux tonnerres.
L'air y serait très-malsain, s'il n'était purifié par les vents du
nord qui s'y font sentir avec violence pendant la meilleure partie de
l'année. Aussitôt qu'ils viennent à manquer, ce qui est heureusement
très-rare, le pays est désolé par diverses maladies contagieuses;
mais, lorsqu'ils soufflent avec leur force ordinaire, tous les
habitans jouissent d'une santé parfaite. On en voit vivre sans
maladies jusqu'à l'âge de cent ou de cent vingt ans.

De toutes les provinces qui composent le royaume de Macassar, il n'y
en a point que la nature n'ait distinguée par quelque faveur
particulière, qui la rend nécessaire à toutes les autres. Celles qui
ne sont composées que de rochers et de montagnes inaccessibles
contribuent à la richesse du pays par leurs carrières et leurs mines.
Dans les unes on trouve de très-belles pierres, avantage rare aux
Indes; les autres ont des mines d'or, de cuivre et d'étain. La
province de Toradja fournit seule une assez grande quantité de poudre
d'or; et lorsque les ravines qui se précipitent des montagnes de
Mamadja ont achevé de s'écrouler, on en découvre souvent de petits
lingots dans les vallées: on raconte même qu'on y en a trouvé de la
grosseur du bras.

Les terres de l'île de Célèbes sont remplies d'ébéniers, de bois de
calambac[14], de sandal, et de quelques espèces qui servent à teindre
en vert et en écarlate; teinture si vive et si brillante, qu'elle
efface la plupart des nôtres. Le bois de charpente et de menuiserie,
plus commun que le bois à brûler ne l'est en Europe, met les habitans
en état de construire des bâtimens de mer à meilleur marché qu'en
aucun port. Leurs bambous sont si durs et si solides, qu'ils en font
non-seulement des cabanes, mais de petits bateaux et des flèches. Il
n'y a point de contrée dans les Indes où cette espèce de roseau
croisse mieux. Au lieu d'un pied de diamètre, qui est sa grosseur
commune, il en a souvent plus de trois dans l'île de Célèbes; et comme
il est naturellement creux, les Macassarois en font des tambours qui
ne rendent pas moins de son que les nôtres.

[Note 14: _Agallochum præstantissimum._]

D'autres provinces ne semblent formées que pour le plaisir de leurs
habitans. Quantité de petites rivières dont elles sont arrosées leur
fournissent d'excellent poisson, qui fait pendant toute l'année la
principale partie de leur nourriture. Mais rien n'approche de la
peinture qu'on nous fait du paysage. La variété en est infinie: ce
sont des collines et des campagnes remplies d'arbres toujours verts;
des fruits et des fleurs dans toutes les saisons; des oiseaux qui ne
cessent jamais de chanter. Entre quantité de fleurs que la terre
produit d'elle-même on donne un rang fort supérieur à celle qui se
nomme _bougna-genay-maura_. Elle a quelque chose du lis; mais son
odeur est infiniment plus douce, et se fait sentir de beaucoup plus
loin. Les insulaires en tirent une essence dont ils se parfument
pendant leur vie, et qui sert à les embaumer après leur mort. Sa tige
est d'environ deux pieds de haut; elle ne sort pas d'un ognon comme le
lis, mais d'une grosse racine fort amère, qu'on emploie pour la
guérison de plusieurs maladies, surtout des fièvres pourprées et
pestilentielles. Les arbres les plus communs dans ces délicieuses
plaines sont les citronniers et les orangers. Parmi les oiseaux, dont
le nombre est si grand, que l'air en est quelquefois obscurci, soit
qu'ils y naissent tous, ou que la beauté du pays les y attire des îles
voisines, celui qu'on vante le plus n'a guère que la grosseur d'une
alouette. Son bec est rouge; le plumage de sa tête et celui de son dos
sont tout-à-fait verts; celui du ventre tire sur le jaune, et sa queue
est du plus beau bleu du monde. Il se nourrit d'un petit poisson qu'il
va chasser sur la rivière, dans certains endroits où l'instinct est le
seul guide qui puisse le conduire. Il y voltige en tournoyant à fleur
d'eau, jusqu'à ce que ce poisson, qui est fort léger, saute en l'air,
et semble vouloir prendre le dessus pour fondre sur son ennemi; mais
l'oiseau a toujours l'adresse de le prévenir. Il l'enlève avec son bec
et l'emporte dans son nid, où il s'en nourrit un jour ou deux, pendant
lesquels son unique occupation est de chanter. Ensuite, lorsque la
faim le presse, il retourne à la chasse, et ne revient pas sans une
nouvelle proie. Cet oiseau merveilleux se nomme _ten-rou-joulon_. Le
lory est une sorte de perroquet presque entièrement rouge, dont la
gorge surtout est d'un rouge de feu très-éclatant, et relevé par de
petites raies noires. On ne le nomme, entre quantité d'autres espèces
de perruches vertes ou bigarrées, que pour faire remarquer une
propriété singulière qui lui fait garder un silence triste et
mélancolique, tandis que les autres ont toute l'apparence de gaieté
qui est ordinaire aux perroquets.

Tous les fruits des Indes, surtout les mangues, les bananes, les
oranges et les citrons, croissent admirablement dans l'île de Célèbes.
Les manguiers y sont si grands et si touffus, qu'on trouve en plein
midi de la fraîcheur sous leur feuillage, et qu'on peut y être à
couvert des plus grosses pluies. Les melons de Célèbes sont si
rafraîchissans, que, malgré leur petitesse, la moitié d'un suffit pour
apaiser la soif la plus ardente, et pour en préserver un voyageur
pendant une journée entière dans les plus grandes chaleurs. L'homme le
plus robuste ne l'est pas assez pour porter une grappe de bananes, qui
sont les figues du pays. Elles ne sont guère plus grosses que les
autres; mais la plupart ont près d'un pied de long, et le goût en est
véritablement délicieux. Les insulaires leur donnent le nom d'_ontis_.

De tous les fruits qui croissent en Europe, l'île Célèbes ne produit
que des noix. Elles y sont moins blanches que les nôtres, et la
coquille est incomparablement plus dure: elles ne sont pas même
d'aussi bon goût; mais on aurait peine à s'imaginer la quantité
d'huile que les habitans en tirent. Entre plusieurs remèdes, dans
lesquels ils l'emploient avec différentes préparations, ils en
composent un onguent qui vaut le meilleur baume, et qui a des vertus
encore plus certaines pour la guérison des plaies. Ils en font aussi
des flambeaux, en la faisant bouillir avec la chair blanche du coco;
ce qui forme une pâte dont ils enduisent des bâtons fort secs, qu'ils
exposent pendant quelques heures au soleil. Ces flambeaux sont aussi
propres, durent autant, et ne donnent pas moins de lumière que ceux
qu'on fait ici de la meilleure cire; et lorsqu'ils sont bien allumés,
on a beaucoup plus de peine à les éteindre.

L'abondance des palmiers supplée au défaut de la vigne, qu'on n'a
jamais pu faire croître dans l'île, et lui procure continuellement une
liqueur que les Hollandais ne font pas difficulté de comparer aux plus
excellens vins de France, quoiqu'ils ne la trouvent pas tout-à-fait si
saine. On n'en peut boire avec excès sans s'exposer à la dysenterie.

On voit dans le royaume de Macassar de vastes plaines qui ne sont
couvertes que de cotonniers, et cet arbrisseau s'y distingue aussi par
des propriétés singulières. Ses fleurs, au lieu d'être jaunes comme
dans les autres contrées de l'Asie et de l'Afrique, y sont d'un rouge
couleur de feu, longues, coupées comme le lis, et très-agréables à la
vue, mais sans aucune sorte d'odeur. Aussitôt que la fleur est tombée,
le bouton devient aussi gros qu'une noix verte, et donne un coton qui
passe pour le plus fin de l'Inde.

On admire que, sous la ligne, non-seulement plusieurs légumes, tels
que les raves, la chicorée et le pourpier, mais les choux même, soient
aussi communs dans l'île de Célèbes qu'en Europe. On y trouve du
romarin, du baume, du nénuphar, et quantité d'excellens simples dont
les habitans connaissent la vertu pour de certaines maladies. L'opium,
que les Portugais nomment _ophion_, est celui dont on fait le plus de
cas: c'est une sorte d'arbuste qui croît ordinairement sur les
tombeaux, dans les antres des montagnes, ou dans certains lieux
pierreux et sauvages, qui ne sont connus que des insulaires. Ses
feuilles sont d'un vert fort pâle. On tire une liqueur de ses rameaux
par une incision sur laquelle on applique un vaisseau de bambou qui
s'en remplit; mais, lorsqu'il est plein, on observe soigneusement
qu'il n'y puisse entrer d'air. La liqueur s'y épaissit dans l'espace
de quelques jours. Aussitôt qu'elle acquiert une certaine consistance,
on la coupe en morceaux pour en faire de petites boules, que les
Malais et tous les mahométans viennent acheter au poids de l'or. De
l'eau dans laquelle ils ont fait dissoudre une de ces boules, après
l'avoir fait passer dans deux tamis différens, ils arrosent le tabac
qu'ils veulent fumer. Cette teinture lui donne un goût qu'ils trouvent
merveilleux. Ils prétendent qu'elle facilite la digestion et qu'elle
fortifie l'estomac; mais son effet le plus certain est de les enivrer;
et le sommeil qu'elle leur procure dans cette ivresse a tant de charme
pour eux, qu'ils la préfèrent à tous les autres plaisirs. L'expérience
leur apprend néanmoins que l'usage de l'ophion n'est pas sans danger.
Il devient si nécessaire à ceux qui en ont fait beaucoup d'usage, que,
s'ils le quittent, on les voit bientôt maigrir, tomber dans une
affreuse langueur, et mourir de faiblesse et d'abattement: mais il est
encore plus dangereux d'en prendre avec excès. L'homme le plus
vigoureux, qui en fume plus de quatre ou cinq fois dans l'espace de
vingt-quatre heures, tombe infailliblement en léthargie; ou s'il en
prend plus d'un demi-grain en substance, il s'endort presque aussitôt;
et ce sommeil, de quelque douceur qu'il paraisse accompagné, ne manque
point de le conduire à la mort. Un grain de la grosseur du riz est un
violent purgatif. Mêlé avec de la thériaque, il a des effets tout
opposés, et le dévoiement le plus opiniâtre ne lui résiste pas
long-temps. Les Macassarois en mêlent avec le tabac, qu'ils fument
avant d'aller au combat, pour échauffer leur courage et se rendre
insensible aux plus sanglantes blessures. Ils ont d'ailleurs une
quantité surprenante de poisons et d'herbes vénéneuses dont ils
composent une liqueur si subtile, qu'il suffit, dit-on, d'y toucher ou
d'en ressentir l'odeur pour mourir à l'heure même. Ils y trempent la
pointe de leurs flèches; aussi ne font-elles point de blessure qui ne
soit mortelle; et quand elles seraient empoisonnées depuis vingt ans,
l'effet n'en serait pas moins funeste. On assure qu'il n'y a que la
fumée qui puisse leur faire perdre cette malheureuse vertu.
Quelques-unes de ces redoutables plantes ressemblent beaucoup à
l'ophion, et les insulaires ont quelquefois le malheur de s'y tromper;
mais les animaux de l'île, conduits par un instinct plus sûr que la
raison, s'éloignent avec une promptitude admirable de tous les poisons
qui se trouvent sous leurs pas.

Célèbes n'est pas moins abondante en bestiaux que l'Europe: les boeufs
y sont aussi gros, et les vaches y donnent un lait qui n'est pas
inférieur au nôtre. Il s'y trouve des chevaux et des buffles. On
rencontre dans les forêts des troupeaux de cerfs et de sangliers.
L'île n'a point de tigres, ni de lions, ni d'éléphans, ni de
rhinocéros; mais les singes y sont comme en possession de l'empire,
autant par leur grandeur et leur férocité que par leur nombre. Les uns
sont absolument sans queue; d'autres ont une queue fort longue et
d'une grosseur proportionnée à celle de leur corps. Les seuls ennemis
que les singes aient à redouter dans l'île de Célèbes sont d'affreux
serpens qui leur donnent la chasse nuit et jour; quelques-uns sont
d'une si prodigieuse grandeur, que d'un seul coup de gueule ils
avalent un singe lorsqu'ils peuvent le surprendre; d'autres, moins
gros, mais plus agiles, les poursuivent jusque sur les arbres. Ceux
qui ne se sentent point assez forts pour leur faire une guerre ouverte
emploient diverses sortes de ruses; ils observent le temps où les
singes s'endorment, et chaque jour leur apporte une nouvelle proie.
D'autres, dont le sifflement approche de celui de quelques oiseaux,
montent sur les arbres, s'y cachent sous les feuilles et se mettent
tranquillement à siffler; ce bruit attire les singes, qui sont
naturellement curieux, et le serpent, qui a comme le choix de sa
victime, saute sur celui qu'il veut dévorer, le tient attaché sur une
branche par sa queue, lui déchire les entrailles, et boit son sang
jusqu'à la dernière goutte. Cette antipathie, ou plutôt ce goût des
serpens de Célèbes pour les singes préserve les villes et les
campagnes de ce qu'elles auraient à souffrir de leur excessive
multiplication. Il en reste assez pour causer des alarmes continuelles
aux insulaires, qui ont sans cesse leurs femmes et leurs champs à
défendre contre des animaux également lascifs et voraces. À la vérité,
le seul mouvement d'un bâton entre les mains d'un homme suffit pour
les effrayer.

Tout le royaume de Macassar n'est arrosé que par une grande rivière
qui le traverse du septentrion au midi: elle se jette dans le golfe,
ou dans le détroit, vers le 5e. degré de latitude méridionale. Sa
largeur est de plus d'une demi-lieue à son embouchure. Plus haut, elle
n'a qu'environ trois cents pas, et de là, jusqu'à peu de distance de
sa source, elle n'est pas plus large que la Seine à Paris; mais dans
toute l'étendue de son cours elle se divise par une infinité de bras
qui se répandent dans toutes les parties du royaume, et qui
contribuent à l'enrichir en formant les canaux du commerce. Elle est
malheureusement infestée d'un grand nombre de crocodiles, plus
dangereux que dans aucune autre rivière de l'Orient: ces monstres, ne
se bornant point à faire la guerre aux poissons, s'assemblent
quelquefois en troupes, et se tiennent cachés au fond de l'eau pour
attendre le passage des petits bâtimens; ils les arrêtent, et, se
servant de leur queue comme d'un croc, ils les renversent, et se
jettent sur les hommes et les animaux, qu'ils entraînent dans leur
retraite. On trouve dans la même rivière des lamantins d'une
prodigieuse grandeur, dont les nageoires de devant sont exactement
taillées en forme de main.

Quoique le lit de la rivière de Macassar ait assez de profondeur pour
les plus grands vaisseaux, il est coupé par une si grande quantité de
sables, qu'une barque de cinquante tonneaux n'y peut avancer plus
d'une demi-heure sans échouer; mais plusieurs provinces ont de fort
bons ports qui servent de retraite aux grands bâtimens. On vante
beaucoup celui d'Ionpandam, qui est dans le détroit même, et dont la
ville est bâtie sur le rivage. Les Hollandais, qui en sont les
maîtres, n'ont rien négligé pour s'en assurer la possession; ils y ont
construit un fort. Outre les richesses qu'ils tirent de l'île, en or,
en soie, en coton fin, en bois d'ébène, de sandal et de calambac, que
les habitans leur donnent en échange pour des draps de l'Europe, et
pour du fer qui manque à l'île, ils ont fait de cet établissement un
entrepôt fort avantageux pour le commerce avec d'autres pays qui n'en
sont pas éloignés. De Macassar à l'île de Bornéo, d'où ils reçoivent
de l'or, des diamans, du poivre et d'autres marchandises, le trajet
n'est que d'un jour de navigation. Aux îles d'Amboine, de Banda et de
Boutou, qui leur fournissent la muscade et le girofle, on ne compte
que deux ou trois jours. Il n'y en a pas plus de quatre aux îles de
Ternate et de Timor, d'où l'on apporte quantité de cire et de bois de
sapan, dont on se sert pour la teinture. Les Moluques, comme on l'a
déjà remarqué, en sont à quatre-vingts lieues. Les royaumes de Siam,
de Camboge, de la Cochinchine et du Tonquin, l'empire de la Chine et
des îles Philippines, n'en sont guère à plus de trois cents lieues.
Aussi Ionpandam est devenue entre les mains de la compagnie
hollandaise une des plus grandes et des plus importantes places du
royaume de Macassar, et, par conséquent, de l'île entière.

Mancaçara, qui en est la capitale, et que les rois ont choisie pour
leur séjour, est une belle et grande ville, dont les fortifications ne
sont pas méprisables, quoique les Hollandais aient ruiné celles qui
étaient l'ouvrage des Portugais. Elle est située un peu au-dessus de
l'embouchure de la rivière, vers le 6e. degré de latitude méridionale,
dans une plaine fertile en riz, en fruits, en fleurs et en légumes.
Ses murailles sont battues d'un côté par la grande rivière. Ses rues
sont en assez grand nombre, et la plupart fort larges. L'usage du pavé
n'y est pas connu; mais le sable, dont elles sont naturellement
couvertes, y fait régner beaucoup de propreté. Elles sont bordées d'un
double rang d'arbres fort touffus, que les habitans entretiennent
avec soin, parce que les maisons en reçoivent de l'ombre, et qu'ils y
trouvent une fraîcheur continuelle pendant la chaleur du jour. On n'y
voit point d'autres édifices de pierre que le palais du roi et
quelques mosquées; mais, quoique toutes les autres maisons soient de
bois, la vue n'en est pas moins agréable par la variété de leurs
couleurs. Le bois d'ébène, qui domine particulièrement, est d'un éclat
qui surprend les étrangers; et les pièces en sont enchâssées avec tant
d'art, qu'on n'en aperçoit pas les jointures. Le plus grand de ces
bâtimens n'a pas plus de quatre ou cinq toises de long sur une ou deux
de largeur. Les fenêtres en sont fort étroites, et le toit n'est
composé que de grandes feuilles, dont l'épaisseur résiste à la pluie.
La plupart sont élevées et soutenues en l'air sur des colonnes d'un
bois si dur, qu'il passe pour incorruptible. On y monte par une
échelle que chacun tire soigneusement après lui, lorsqu'il est entré,
dans la crainte d'être suivi de quelque chien. Cet animal passe pour
immonde; et ces insulaires, qui sont les plus superstitieux de tous
les mahométans, se croiraient indignes du jour, s'ils n'allaient se
laver dans la rivière aussitôt qu'un chien les a touchés. Sur le toit,
qui est plat et fort bas, chaque maison a toujours trois croissans,
dont deux sont droits et font les deux extrémités. Celui du milieu est
renversé. On trouve à Mancaçara, dans un grand nombre de boutiques,
tout ce qu'on peut désirer pour la commodité d'une grande ville. On y
voit de belles places, où le marché se tient deux fois par jour,
c'est-à-dire le matin avant le lever du soleil, et le soir une heure
avant qu'il se couche. Jamais on n'y rencontre que des femmes. Un
homme se rendrait méprisable s'il osait y paraître, et s'exposerait
aux dernières insultes de la part des enfans, qui sont élevés dans
l'opinion que le sexe viril est réservé pour des occupations plus
sérieuses et plus importantes. On nous représente comme un spectacle
agréable de voir arriver chaque jour les jeunes filles des bourgs et
des villages voisins, chargées, les unes de poisson d'eau douce, qui
se prend à cinq ou six lieues de la ville, dans un gros bourg nommé
Galezon, où la pêche est établie; les autres de marée, qu'elles
apportent de différens ports, ou de fruits et de vin de palmier, qui
viennent particulièrement de Bamtaim, village éloigné de deux lieues;
de volaille, de chair de boeuf et de buffle, qui se vendent dans les
mêmes marchés que les fruits et le poisson. Autrefois les insulaires
portaient leur zèle pour la loi de Mahomet jusqu'à faire scrupule de
manger aucune sorte d'animaux à quatre pieds: mais leur abstinence se
borne aujourd'hui à la chair du porc. Cependant on ne voit point de
gibier dans les places publiques, parce que le droit de chasser est
réservé au roi et aux seigneurs. D'ailleurs le sanglier, qui est le
plus commun des animaux sauvages de l'île, est compris dans
l'abstinence du porc, et l'usage du roi même est de faire présent aux
étrangers de ceux qu'il prend à la chasse.

Tous les voyageurs conviennent que parmi les peuples des Indes il n'y
en a point qui aient reçu de la nature plus de disposition que les
Macassarois pour les arts, les sciences et les armes. Ils ont la
conception vive, l'esprit juste, et la mémoire si heureuse, qu'ils
n'oublient presque jamais ce qu'ils ont une fois appris. Les qualités
du corps répondent à celles de l'âme. Ils sont grands et robustes,
laborieux, capables de résister aux plus grandes fatigues. Leur teint
est moins basané que celui des Siamois: mais ils ont le nez beaucoup
plus plat et plus écrasé. Ce nez, qui les défigure à nos yeux, est
chez eux une beauté, qu'on se plaît à former dès leur enfance.
Aussitôt qu'ils voient le jour, on les couche nus dans un petit
panier, où leurs nourrices prennent soin à toutes les heures du jour
de leur aplatir le nez en le pressant doucement de la main gauche,
tandis que de l'autre main elles le frottent avec de l'huile ou de
l'eau tiède. On leur fait les mêmes frottemens sur toutes les autres
parties du corps pour faciliter les développemens de la nature. De là
vient apparemment qu'ils ont tous la taille fine et dégagée, et qu'on
ne voit point dans l'île de bossus ni de boiteux. On les sèvre un an
après leur naissance, dans l'opinion qu'ils auraient moins d'esprit
s'ils continuaient plus long-temps d'être nourris du lait maternel. À
l'âge de cinq ou six ans, tous les enfans mâles de quelque distinction
sont mis comme en dépôt chez un parent ou chez un ami, de peur que
leur courage ne soit amolli par les caresses de leur mère et par
l'habitude d'une tendresse mutuelle. Ils ne retournent point dans leur
famille avant l'âge de quinze ou seize ans; la loi leur donne alors le
droit de se marier; mais il est rare qu'ils usent de cette liberté
avant de s'être perfectionnés dans tous les exercices de la guerre.
Comme ils naissent presque tous avec de l'inclination pour les armes,
ils y acquièrent tant d'habileté, qu'on ne connaît pas d'Indiens plus
adroits à monter à cheval, à décocher une flèche, à tirer un fusil, et
même à pointer un canon. Il n'y en a point aussi qui manient mieux le
cric et le sabre. Le cric, qu'on a souvent nommé dans cet ouvrage, est
une arme commune aux Malais, aux Javans, et à d'autres insulaires de
l'Inde, mais qui n'est nulle part si redoutable que dans le royaume de
Macassar. Sa longueur est d'un pied et demi. Il a la forme d'un
poignard, avec cette différence que la lame s'allonge en serpentant.
Les Macassarois s'en servent particulièrement dans leurs duels, qui se
font de deux manières: tantôt ils se battent avec le sabre et la
rondache; tantôt ils sont armés de deux crics. De celui qu'on tient de
la main gauche on écarte et on rabat les coups; de l'autre on pousse
quelques bottes, qui finissent bientôt le combat; car la moindre
égratignure d'une arme qui est habituellement empoisonnée, devient
ordinairement une plaie si mortelle, qu'on désespère du remède: aussi
ces querelles sont-elles presque toujours suivies de la mort des deux
combattans. Leur manière de décocher les flèches n'est pas moins
extraordinaire. Ils les font d'un bois très-léger, au bout duquel ils
attachent une dent de requin. Au lieu d'arc, ils ont une sarbacane de
bois d'ébène, longue d'environ six pieds, et fort polie en dedans. Ils
y mettent une flèche, qu'ils soufflent plus ou moins loin, suivant la
force de leur haleine, mais qui porte ordinairement jusqu'à soixante
ou quatre-vingts pas, et si juste, que, s'il en faut croire les
voyageurs, ils ne manquent jamais de donner dans l'ongle d'un doigt
qu'ils se sont proposé pour but.

Les Macassarois sont vêtus plus proprement qu'aucune autre nation des
Indes. En campagne, ils ont, avec le cric, un sabre qu'ils passent
aussi du côté droit, et dont la poignée est ordinairement d'or ou
d'argent. Celle des plus simples soldats est d'ivoire ou de bois
précieux. L'usage commun du pays est de marcher pieds nus. Cependant
les personnes de qualité, qui craignent moins l'incommodité de la
chaleur que celle de sentir le sable, chaussent de petites sandales
moresques, bordées d'or et d'argent, à peu près comme les souliers de
nos dames. Le chapeau est en horreur aux Macassarois; et leur respect
pour le turban va si loin, qu'ils ne s'en servent qu'aux jours de
fêtes et de réjouissances publiques. Mais ils portent habituellement
un petit bonnet, d'étoffe blanche, plus ou moins précieuse, suivant le
rang ou les richesses, avec un petit bord d'or ou d'argent. C'est
non-seulement une propreté, mais un usage indispensable pour les
personnes de distinction, d'entretenir sur leurs ongles une teinture
rouge qu'on y met dès leur enfance. Ils ne sont pas moins curieux de
se teindre les dents en vert et en rouge. Dans leurs premières années,
ils se les font polir et limer; après quoi ils se les frottent avec du
jus de citron, qui les rend susceptibles de la couleur qu'on veut leur
donner. Cette opération ne se fait pas sans douleur, et sans qu'il en
coûte du sang; mais l'empire de la mode n'est pas moins respecté à
Célèbes qu'en Europe. Souvent même les seigneurs macassarois se font
arracher leurs meilleures dents pour en porter d'or, d'argent ou de
tombac.

Les femmes ont encore plus de passion pour la propreté que les hommes;
mais elles sont moins magnifiques: on leur voit peu de bagues et de
pierreries; c'est l'ornement des hommes. Elles n'ont pour collier
qu'une petite chaîne d'or, que leurs maris leur donnent le lendemain
de leur noce, pour les faire souvenir qu'elles sont leurs premières
esclaves.

La noblesse, dans le royaume de Macassar, n'est pas, comme dans la
plus grande partie de l'Orient une distinction passagère, attachée,
suivant le caprice du prince, à la personne qu'il lui plaît d'en
revêtir, et qui ne passe pas toujours à ses descendans. Elle est
fondée sur des titres qui la rendent perpétuelle: aussi les nobles y
sont-ils plus fiers que dans aucun autre endroit du monde. On en
distingue plusieurs sortes. Les principaux sont ceux dont la noblesse
est attachée à des terres anciennement anoblies par les rois en faveur
de quelques sujets qui avaient rendu des services considérables à
l'état. Les concessions de cette nature rendent une terre inaliénable.
Elles obligent les possesseurs de payer une certaine somme à la
couronne, et de servir le roi dans ses armées à leurs propres frais,
lorsqu'ils reçoivent l'ordre de le suivre. Cette noblesse se transmet
sans fin aux descendans de la même race; et s'ils meurent sans enfans,
leurs terres sont réunies au domaine. Elle donne d'autant plus de
puissance et d'autorité, que tous les vassaux d'un seigneur sont
obligés, sans distinction de sexe, de servir leur seigneur par
quartier, ou de se racheter du service par une somme équivalente. Ces
anciens nobles et leurs descendans sont distingués par le titre de
dacous, qui répond parmi nous au titre de duc. Ils ne paraissent à la
cour qu'avec un nombreux cortége; ils marchent immédiatement après les
premiers princes du sang: ils remplissent les premières charges et les
meilleurs gouvernemens du royaume. Le nom de _dacous_ est si
honorable, qu'on le donne même aux princes de la maison royale. Mais,
comme la multiplication d'une noblesse qui ne veut souffrir aucune
concurrence pourrait avilir les autres nobles et devenir préjudiciable
à l'état, le nombre de ces nobles est fixé. Il n'est guère plus grand
aujourd'hui que celui de nos ducs. Les anciens s'opposeraient à de
nouvelles créations; et le roi se contente de soutenir ces illustres
races par les faveurs qu'il leur accorde, soit en leur distribuant les
terres nobles qui lui reviennent à l'extinction de ceux qui les ont
possédées, soit en leur abandonnant les confiscations et autres
profits. On croirait lire une description du gouvernement féodal de
notre ancienne Europe.

Le second ordre de noblesse est celui des _carrés_, qui répondent à
nos marquis et à nos comtes, et qui ne se sont pas moins multipliés.
Cet honneur dépend uniquement de la volonté du roi. Un Macassarois qui
plaît à la cour obtient facilement l'érection de son village en
_carré_. Ses enfans lui succèdent: mais, quoique l'égalité règne dans
cet ordre, les plus anciens jouissent d'une distinction que les autres
ne peuvent attendre que du temps.

Les _lolos_, qui sont la troisième classe, composent la simple
noblesse. Ils sont anoblis par des lettres particulières et par
quelques présens qui répondent à leurs services, ou par l'espérance
d'en recevoir. Souvent, pour flatter les riches marchands, leurs amis
leur donnent le nom de _lolos_. Mais les dacous, les carrés et les
vrais lolos se gardent bien de prodiguer ces titres.

Le gouvernement de Macassar est purement monarchique. Les rois, qui
occupent ce trône depuis près de neuf cents ans, y ont toujours été
fort absolus, toujours craints et respectés de leurs sujets. La
couronne est héréditaire; mais les frères y succèdent à l'exclusion
des fils, soit qu'ils passent pour les plus proches parens, soit qu'on
appréhende que la minorité des souverains ne donne lieu à des guerres
civiles qui troubleraient l'ordre et la tranquillité de l'état.

Parmi ces peuples, les premiers momens du combat sont furieux, surtout
lorsque, après avoir épuisé toute leur poudre, ils en viennent au
sabre et au cric, qui font un ravage terrible. Mais cette espèce de
transport où l'ophion jette les Macassarois à la vue de leurs ennemis
n'est pas ordinairement de longue durée; une résistance de deux heures
fait succéder l'abattement à la rage. Ceux qui connaissent leur
caractère cherchent le moyen de les amuser, pour laisser à leur
premier feu le temps de s'éteindre, et n'ont pas de peine alors à les
mettre en désordre.

La plupart de leurs autres usages ont trop de ressemblance avec ceux
des îles voisines et de tous les Indiens mahométans pour demander ici
des explications plus étendues; mais l'on ne se dispensera point de
quelque détail sur leur religion, et sur la manière dont les
Hollandais se sont établis dans leur île.

Il n'y a pas deux cents ans que les Macassarois étaient tous
idolâtres. Leurs docteurs enseignaient que le ciel n'avait jamais eu
de commencement; que le soleil et la lune y avaient toujours exercé
une souveraine puissance, et qu'ils y avaient vécu en bonne
intelligence jusqu'au jour d'une malheureuse querelle où le soleil
avait poursuivi la lune dans le dessein de la maltraiter; que, s'étant
blessée en fuyant devant lui, elle avait accouché de la terre, qui
était tombée par hasard dans la situation qu'elle garde encore; que
cette lourde masse s'étant entr'ouverte dans sa chute, il en était
sorti deux sortes de géans; que les uns s'étaient rendus maîtres de la
mer, où ils y commandaient les poissons; que dans leur colère ils y
excitaient des tempêtes, et qu'ils n'éternuaient jamais sans y causer
quelque naufrage; que les autres géans s'étaient enfoncés jusqu'au
centre de la terre pour y travailler à la production des métaux, de
concert avec le soleil et la lune; que, lorsqu'ils s'agitaient avec
trop de violence, ils faisaient trembler la terre, et qu'ils
renversaient quelquefois des villes entières; qu'au reste, la lune
était encore grosse de plusieurs autres mondes, qui n'avaient pas
moins d'étendue que le nôtre, et qu'elle en accoucherait
successivement pour réparer les ruines de ceux qui devaient être
consumés par l'ardeur du soleil; mais qu'elle accoucherait
naturellement, parce que le soleil et la lune, ayant reconnu par une
expérience commune que le monde avait besoin de leur influence,
s'étaient enfin réconciliés, à condition que l'empire du ciel se
partagerait également entre l'un et l'autre, c'est-à-dire que le
soleil régnerait pendant la moitié du jour, et la lune pendant l'autre
moitié. Ces fables en valent bien d'autres.

Les Portugais des Moluques et des marchands de Sumatra y prêchèrent en
concurrence, les uns la loi de l'Évangile, et les autres celle de
l'Alcoran. Le roi de Célèbes balançait entre ces deux religions; il
prit le parti de demander au roi d'Achem et au gouverneur des Moluques
deux des plus savans docteurs de l'une et de l'autre loi pour terminer
ses doutes. Mais son conseil, qui craignait que ces disputes ne
troublassent les esprits, lui proposa d'embrasser la loi de ceux qui
arriveraient les premiers, Dieu ne pouvant pas sans doute permettre
que l'erreur arrivât avant la vérité. Le roi suivit ce singulier avis.
Les mahométans arrivèrent les premiers, et l'Alcoran fut la loi du
pays.

Vers l'année 1560, la compagnie hollandaise envoya quelques-uns de ses
premiers officiers à Sambanco, qui régnait alors dans le Macassar,
pour lui demander la permission de trafiquer avec ses sujets. Elle
leur fut accordée d'autant plus facilement, que ce prince, ayant déjà
tiré de grands avantages du commerce des Portugais, ne s'en promit pas
moins de celui de Batavia. Des députés de la compagnie furent traités
avec distinction, et partirent satisfaits. Quelques vaisseaux
hollandais, qui furent bientôt envoyés pour l'exécution du traité,
arrivèrent heureusement au port d'Ionpandam. Ils y firent un profit si
considérable, qu'ils conçurent le dessein d'y retourner en plus grand
nombre. Mais, ayant reconnu dès la première fois que leur gain
croîtrait au double, s'il n'était pas partagé avec les marchands
portugais, ils prirent la résolution d'employer tous leurs efforts à
se défaire de ces dangereux rivaux. L'entreprise devait leur paraître
difficile. Les Portugais étaient bien établis: ils étaient aimés du
peuple et considérés du roi; mais le conseil de Batavia fonda de
grandes espérances sur les moyens qu'il résolut de mettre en oeuvre.
On y convint de faire monter tous les ans sur les vaisseaux qui
devaient aller à Macassar un certain nombre de soldats choisis, qui se
disperseraient adroitement dans les provinces, sous les prétextes
ordinaires du commerce, mais particulièrement dans celle de Bonguis,
où il serait plus aisé de jeter des semences de révolte, parce qu'elle
était nouvellement conquise; qu'entre ces émissaires il n'y en aurait
que trois ou quatre dans chaque province auxquels on confierait le
fond du secret, après les avoir engagés à la fidélité par les plus
redoutables sermens; qu'on attendrait que leur nombre fût assez grand
pour lever le masque avec sûreté; que dans l'intervalle on ferait un
fonds capable de fournir aux présens continuels par lesquels il était
à propos d'amuser le roi et ses ministres; enfin qu'on ménagerait
assez les Portugais et les jésuites pour ne leur donner aucun sujet de
défiance et de plainte.

Cet étrange projet eut tout le succès que les Hollandais s'en étaient
promis. Leurs soldats, bien entretenus, et dispersés pendant quelques
années dans les provinces, se rassemblèrent au moment qu'on s'y
attendait le moins, et vinrent se joindre aux mécontens de Bonguis.
Ils s'avancèrent en corps d'armée vers la capitale du royaume. Leur
marche fut si prompte, qu'avant que le roi pût en être averti, ils
avaient déjà passé la rivière qui sépare les deux provinces. Ce prince
ne laissa pas de rassembler quelques troupes, avec lesquelles il eut
la fermeté de se présenter aux rebelles; et les ayant chargés
vigoureusement, il les força de chercher leur salut dans la fuite. Ils
repassèrent la rivière, pour attendre sur ses bords les secours qu'on
leur avait fait espérer de Batavia. Le roi, qui eut le temps de former
une armée, n'épargna rien pour les engager dans un combat général;
mais, ne pouvant leur faire abandonner leur poste, il se réduisit à
les fatiguer par les attaques continuelles d'un grand nombre de petits
bateaux qui portaient l'alarme jusque dans leur camp.

Les Hollandais, au désespoir de se voir si mal secondés, et
commençant à craindre que leurs partisans ne s'accommodassent avec le
roi par quelques traités secrets, employèrent un stratagème
abominable, qui prouve que les principes d'honneur et d'humanité
établis chez les peuples de l'Europe leur paraissent anéantis au delà
des tropiques. Après s'être aperçus que l'armée royale venait pendant
la nuit boire et se rafraîchir à la rivière, ils choisirent dans leurs
troupes quelques montagnards qui connaissaient les herbes vénéneuses;
et, dans l'espace de quelques jours, ils s'en firent apporter assez
pour empoisonner toutes les eaux. Ce dessein demandait beaucoup de
justesse dans leurs mesures; ils avaient observé l'heure que leurs
ennemis prenaient pour se rafraîchir. En jetant les herbes quelques
lieues au-dessus du camp royal, ils les faisaient arriver dans le
temps où ces malheureux se croyaient libres de satisfaire leur soif.
Les uns mouraient immédiatement de la force d'un poison qui n'a nulle
part autant de subtilité qu'à Célèbes; les autres se traînaient avec
peine jusqu'à leurs tentes pour mourir dans les bras de leurs
compagnons, et les rendre témoins d'un désastre dont ils ne
comprenaient pas encore la cause. Enfin le roi et ceux qui étaient
échappés à la mort, ouvrant les yeux sur le sort qui les menaçait à
leur tour, ne pensèrent qu'à s'éloigner de cette rive fatale. Mais ce
ne fut pas sans pousser des cris d'horreur, qui devinrent pour eux une
nouvelle source d'infortunes. Les Hollandais, avertis par ce tumulte,
repassèrent promptement la rivière, et les poursuivirent jusqu'à la
portée du canon de la capitale, où le roi fut obligé de se renfermer.
Ils n'eurent pas la hardiesse de l'assiéger; mais, bloquant la place,
ils s'efforcèrent de couper la communication des vivres pendant que
deux vaisseaux de leur nation gardaient le port et bouchaient le
passage de la mer. En même temps ils mirent le feu de toutes parts au
riz, dont on était près de faire la récolte. Ils pillèrent tous les
villages voisins, forcèrent les habitans de chercher une retraite dans
les montagnes. Les troupes qui restaient au roi dans la ville firent
plusieurs sorties sous la conduite de Daen-ma-allé, frère de ce
prince; mais leurs ennemis, se flattant d'obtenir bientôt par la
famine ce qu'ils n'étaient pas sûrs d'emporter par la force, prirent
toujours le parti de battre en retraite. En effet, les provisions qui
s'étaient trouvées dans la place furent bientôt épuisées. Le riz s'y
vendit au poids de l'or; et pendant plusieurs mois, on n'y vécut que
du cuir de différens animaux, qu'on faisait bouillir dans de l'eau
pure.

Les espérances du roi étaient fondées sur les vaisseaux portugais qui
venaient mouiller tous les ans dans le port d'Ionpandam, et qu'il
attendait de jour en jour. Ils arrivèrent enfin; mais quelle fut la
surprise des Macassarois à la vue de trente autres voiles qui parurent
presque aussitôt avec le pavillon de Hollande, et qui enveloppèrent la
petite flotte dont ils se promettaient du secours! Deux des plus gros
vaisseaux hollandais mirent à terre quelques compagnies de soldats,
qui avaient ordre de se joindre aux rebelles de Bonguis. Cinq autres
attaquèrent la forteresse portugaise; et leur artillerie étant fort
nombreuse, ils n'eurent besoin que d'un jour pour la réduire en
poudre. Quantité de braves gens périrent sous les ruines; et ceux qui
se trouvèrent vivans lorsque l'ennemi entra dans la place, aimèrent
mieux périr les armes à la main que d'accepter la composition qu'on
leur offrit. Le gouverneur avait été tué dès la première décharge. Sa
femme, ne pouvant lui survivre, fit une action dont la mémoire se
conserve encore. Elle rassembla tout ce qu'elle avait de richesses en
pierreries et en lingots d'or; elle en fit charger sous ses yeux les
plus gros canons de la forteresse; et pour ôter aux Hollandais le
plaisir de posséder de si précieuses dépouilles, elle mit de sa propre
main le feu aux pièces qui étaient pointées du côté de la mer; ensuite
elle alla se poster courageusement dans l'endroit le plus dangereux,
où elle trouva bientôt la mort.

Pendant que les cinq vaisseaux hollandais achevaient de battre la
forteresse et la ville de Ionpandam, les autres étaient aux prises
avec la petite flotte portugaise, qui se vit aussi forcée de céder à
l'inégalité du nombre; mais ce ne fut qu'après un combat fort
glorieux. De sept vaisseaux dont elle était composée, trois furent
brûlés, deux coulés à fond, et les deux autres qui restaient
tombèrent entre les mains de l'ennemi. Les sept capitaines et les
principaux officiers avaient perdu la vie dans une si belle défense,
et l'avaient vendue si chère, qu'ils acquirent plus de gloire dans
leur défaite que les Hollandais n'en purent tirer de leur victoire.

Aussitôt la flotte victorieuse s'avança vers la capitale du royaume,
qui n'est éloignée que de cinq ou six lieues du port. Elle est située
un peu au-dessus de l'embouchure de la rivière, dans un canton
très-agréable, mais qui n'a rien d'avantageux pour sa défense; aussi
fut-elle attaquée par mer et par terre. Les Hollandais ne laissèrent
pas d'y trouver plus de résistance qu'ils ne s'y étaient attendus. Le
roi, qui était exercé à la guerre depuis sa première jeunesse, s'y
défendit avec autant de jugement que de courage. Daen-ma-allé, son
frère, se distingua par des actions si surprenantes, que les
Hollandais en conçurent une jalousie qui leur fit jurer sa perte. Mais
enfin la ruine des principaux appartemens du palais, de l'arsenal et
de la meilleure partie des murailles de la ville, qu'une mine fit
sauter en l'air, sans que les Macassarois, à qui cette espèce
d'attaque était inconnue, pussent en deviner la cause, jeta le roi
dans une si vive alarme, qu'il fit demander la paix. Il ne put obtenir
qu'une suspension d'armes, pendant laquelle on convint des conditions
suivants:

«Que la ville, la forteresse et le port de Iopandam demeureraient en
propriété à la compagnie hollandaise avec leurs dépendances, qui
furent étendues par les vainqueurs à trois ou quatre lieues dans les
terres, et que le roi renoncerait à tous ses droits sur ces trois
possessions pour lui et ses successeurs.

»Que les jésuites seraient chassés du royaume, tous leurs biens
confisqués au profit de la compagnie, pour la dédommager des frais
d'une ambassade qu'on les accusait d'avoir fait manquer à la cour de
la Chine; leurs maisons rasées et leurs églises démolies.

»Que les Portugais seraient privés des gouvernemens, des charges et
des dignités dont il avait plu au roi de les honorer; leurs magasins
fermés et leurs fortifications détruites: qu'ils sortiraient
incessamment du royaume, s'ils n'aimaient mieux y demeurer, à
condition de n'y faire aucun commerce; et que, pour leur en ôter tous
les moyens, ils seraient relégués dans quelque village éloigné des
villes.

»Que le roi ferait partir incessamment un ambassadeur pour Batavia,
avec des présens proportionnés à ses richesses, pour obtenir du
conseil la ratification du traité.

»Que les Hollandais s'obligeraient, de leur part, aussi long-temps que
le roi et ses successeurs seraient fidèles à leurs promesses, de ne
leur causer aucun trouble dans la possession de ses états; d'entrer
dans tous leurs intérêts, et de les assister dans leurs guerres
étrangères ou domestiques; de continuer le commerce qu'ils avaient
commencé avec leurs sujets, c'est-à-dire de vendre ou d'acheter d'eux,
au prix ordinaire, les marchandises qu'ils apporteraient ou qu'ils
trouveraient dans le port.»

Daen-ma-allé refusa de signer un traité qui lui parut humiliant pour
sa patrie; mais le roi n'en accepta pas moins toutes les conditions,
et nomma un des principaux seigneurs de sa cour pour le porter à
Batavia, avec deux cents pains d'or et d'autres présens de la même
richesse. Après la ratification, les jésuites et la plus grande partie
des Portugais sortirent du royaume. Ceux que la pauvreté ou d'autres
raisons obligèrent d'y rester, se virent honteusement relégués dans un
village nommé _Borobassou_, où ils mènent encore une vie obscure et
languissante.

Depuis cette révolution, les Hollandais ont satisfait assez fidèlement
aux lois qu'ils se sont imposées. Ils sont attachés à leurs engagemens
par l'avantage qu'ils trouvent continuellement dans le commerce de
l'île, et par la crainte de perdre un des meilleurs ports des Indes.
Daen-ma-allé périt dans la suite à Siam.



CHAPITRE X.

Îles Philippines. Îles Marianes.


Avant de passer au continent, il nous reste à parcourir le grand
archipel des Philippines et des Marianes, placé dans la vaste mer des
Indes, vis-à-vis les côtes des royaumes de Malacca, de Siam, de
Camboge, de Cochinchine, de Tonkin et de la Chine. On sait que le
fameux Magellan découvrit ces îles dans le voyage qu'il entreprit aux
Indes orientales par le sud-ouest et par le détroit de la
Terre-de-feu, qui a depuis porté son nom. Ce voyage mémorable, dont
nous parlerons dans la suite, devait lui être aussi fatal qu'il fut
depuis utile aux Espagnols, et même à toutes les nations de l'Europe;
il fut tué dans l'île de Zébu, une des Philippines, en combattant
contre les ennemis de cette île. Il avait nommé d'abord les
Philippines et les Marianes, _îles de Saint-Lazare_, parce qu'il y
avait jeté l'ancre en 1521, le samedi avant le dimanche de la Passion,
auquel les Espagnols donnent le nom de _Saint-Lazare_. Vingt-deux ans
après, Louis-Lopez de Villalobos les nomma _Philippines_, en l'honneur
du prince Philippe, héritier présomptif de la monarchie d'Espagne.
D'autres prétendent néanmoins qu'elles ne prirent ce nom que plus de
vingt ans après, sous le règne de Philippe II, lorsque Michel-Lopez
Legaspi en fit la conquête pour l'Espagne.

On ignore leur ancien nom. Quelques-uns veulent néanmoins qu'elles
s'appelassent autrefois _Luçones_, du nom de la principale, qui est
_Luçon_ ou _Manille_: le mot de _Luçon_ signifiant un mortier en
langue tagale, on aurait voulu dire par ce nom le pays des Mortiers.
En effet, les insulaires font certains mortiers de bois, d'un
demi-pied de profondeur et d'autant de largeur, dans lesquels ils
pilent leur riz, qu'ils passent ensuite avec des cribles nommés
_biloas_. Il n'y a personne qui n'en ait un devant sa porte, et
plusieurs en creusent trois dans un même tronc, pour employer tout à
la fois autant d'ouvriers à ce travail; mais d'autres prétendent que
le nom de Manille, que les Portugais donnent aux mêmes îles, est leur
premier nom, connu, disent-ils, depuis Ptolémée.

Les vaisseaux qui viennent de l'Amérique à l'archipel de Saint-Lazare,
ou des Philippines, voient nécessairement, lorsqu'ils commencent à
découvrir la terre, une des quatre îles suivantes, Mindanao, Leyte,
Ibabao et Manille, depuis le cap du Saint-Esprit, parce qu'elles
forment une espèce de demi-cercle de six cents milles de longueur du
nord au sud. Manille se présente au nord-est, Ibabao et Leyte au
sud-est, et Mindanao au sud. L'on ne compte dans cet archipel que dix
îles remarquables par leur grandeur; mais, outre ces dix grandes, il
s'en trouve dix autres de moindre étendue, qui ont aussi leurs
habitans. En total, on en compte plus de cinquante, sans parler d'une
infinité de petites îles qui ne sont d'aucune considération.

La situation de toutes ces îles est sous la zone torride, entre
l'équateur et le tropique du cancer, car la pointe de _Sarranguan_, ou
le _cap de Saint-Augustin_ dans Mindanao, se trouve à la latitude de 5
degrés 30 minutes; et les Babuyanes, avec le cap d'El-Engano, au
vingtième, et la ville de Manille au quatorzième et quelques minutes.

Les différentes opinions sur la manière dont les îles Philippines ont
pu se former n'ont rien qu'on ne puisse appliquer à toutes les îles du
monde. Cependant on remarque particulièrement que les Philippines ont
beaucoup de volcans et de sources d'eau chaude au sommet des
montagnes; les tremblemens de terre y sont fréquens, et quelquefois si
terribles, qu'à peine y laissent-ils subsister une maison. Les
ouragans, que les insulaires nomment _bagouyos_, déracinent les plus
grands arbres, et jettent dans les terres une si grande quantité
d'eau, que des pays entiers s'en trouvent inondés. Le fond est rempli
de bancs entre les îles, surtout proche de la terre; et l'embarras est
extrême à chercher les canaux qui ne laissent pas de s'y trouver pour
la communication. Ces observations font juger que, si dans l'origine
du monde toutes ces îles, ou quelques-unes d'entre elles, étaient
jointes à la terre ferme, il n'est pas besoin de recourir au déluge
universel pour expliquer leur séparation.

Les Espagnols y trouvèrent trois sortes de peuples. Sur les côtes,
c'étaient des Maures malais, qui venaient, comme ils le disaient
eux-mêmes, de Bornéo et de la terre ferme de Malacca; d'eux étaient
sortis les Tagales, qui étaient les naturels de Manille et des
environs. On remarque leur origine à leur langage, qui ressemble
beaucoup au malais, à leur couleur, à leur taille, à leur habillement,
et surtout à leurs usages, qu'ils ont pris des Malais et des autres
nations des Indes.

Les peuples qu'on nomme Bisayas et Pintados, dans les îles de
Camérines, de Leyte, de Samar, Panay et plusieurs autres, sont venus
vraisemblablement de l'île Célèbes, dont les habitans, dans plusieurs
cantons, ont, comme eux, l'usage de se peindre le corps. À l'égard de
Mindanao, Xolo, Bool, et une partie de Zébu, ceux que les Espagnols
ont trouvés maîtres de ces îles paraissent venus de Ternate, qui n'est
pas éloigné: on en juge par leur commerce et leur religion, qui sont
les mêmes, et surtout par les liaisons qu'ils conservent encore avec
les habitans de cette île.

Les noirs, qui vivent dans les rochers et les bois épais dont l'île de
Manille est remplie, n'ont aucune ressemblance avec les autres
habitans. Ce sont des barbares qui se nourrissent des fruits et des
racines qu'ils trouvent dans leurs montagnes, et des animaux qu'ils
prennent à la chasse. Ils mangent des singes, des serpens et des rats.
Leur unique vêtement est un morceau d'écorce d'arbre au milieu du
corps, comme celui de leurs femmes est de _tapisse_, toile tissue de
fil d'arbre, avec quelques bracelets de jonc et de cannes. Cette race
de sauvages n'a ni lois, ni lettres, ni d'autre gouvernement que celui
de la parenté. Chacun obéit au chef de famille. Leurs femmes portent
les enfans dans des besaces d'écorce d'arbre, ou liés autour d'elles.
Ils dorment dans tous les lieux où la nuit les surprend, soit dans le
creux d'un arbre, ou dans les nattes d'écorce qu'ils disposent en
forme de hutte. Leur passion pour la liberté va si loin, que les noirs
d'une montagne ne permettent point à ceux d'une autre de mettre le
pied sur leur terrain; et cette indépendance mutuelle fait naître
entre eux de sanglantes guerres. Ils ont une haine mortelle pour les
Espagnols. Lorsqu'ils en tuent un, ils célèbrent leur joie par une
fête dans laquelle ils boivent entre eux dans son crâne. Leurs armes
sont l'arc et les flèches, dont ils empoisonnent la pointe, et qu'ils
percent à l'extrémité, afin qu'elles se rompent dans le corps de leurs
ennemis. Avec la zagaie, ils portent une espèce de poignard attaché à
leur ceinture, et un petit bouclier de bois. Ces noirs n'ayant pas
laissé de s'allier avec des Indiens aussi sauvages qu'eux, il en est
sorti les Manghians, autre race de noirs qui habitent les îles de
Mindoro et de Mundos. Quelques-uns ont les cheveux aussi crépus que
les Nègres d'Angola; d'autres les ont assez longs. La couleur de leur
visage est celle des Éthiopiens. Carreri, voyageur italien, qui tenait
ce détail des jésuites et de plusieurs autres missionnaires, ne fait
pas difficulté d'ajouter, sur leur témoignage, qu'on a vu à plusieurs
de ces barbares des queues de quatre ou cinq pouces de long.

Il paraît, suivant l'opinion la plus commune, que les premiers
habitans de ces îles ont été les noirs, et que, leur lâcheté naturelle
ne leur ayant pas permis de défendre leurs côtes contre les étrangers
qui sont venus de Sumatra, de Bornéo, de Macassar et d'autres pays,
ils les ont abandonnées pour se retirer dans d'autres montagnes.
Aussi, dans toutes les îles où cette race de noirs subsiste encore,
les Espagnols ne possèdent que les côtes. Ils ne les possèdent pas
même entièrement. Depuis Maribèles jusqu'au cap de Bolinéa, dans l'île
même de Manille, on n'ose descendre au rivage pendant cinquante
lieues, dans la crainte des noirs, qui sont les plus cruels ennemis
des Européens. Ils occupent tout l'intérieur de l'île, et l'épaisseur
des bois est seule capable de les défendre contre les plus fortes
armées. On lit dans les relations mêmes des Espagnols que de dix
habitans de l'île, à peine l'Espagne en compte un dans sa dépendance.
Passons avec Carreri et Dampier à la description particulière des
îles.

L'île Manille passe pour la principale des Philippines. Son extrémité
méridionale est au 12e. degré 30 minutes, et celle du nord touche
presqu'au 19e. On compare sa figure à celle d'un bras plié, inégal
néanmoins dans son épaisseur, puisque du côté de l'orient on peut la
traverser en un jour, et que de celui du nord elle s'élargit si fort,
que sa moindre largeur d'une mer à l'autre est de trente à quarante
lieues. Toute sa longueur est de cent soixante lieues espagnoles, et
son circuit d'environ trois cent cinquante.

Dans le coude de ce bras, la mer reçoit une grande rivière qui forme
une baie de trente lieues de circuit. Les Espagnols l'appellent
_Bahia_, parce qu'elle sort d'un grand lac nommé _Bahi_, qui est à
dix-huit milles de leur capitale. C'était dans le même lieu,
c'est-à-dire dans l'angle formé par la mer et la rivière, que les
insulaires avaient leur principale habitation, composée d'environ
trois mille huit cents maisons. Elle était environnée de plusieurs
marais, qui la fortifiaient naturellement, et d'un terrain qui
produisait en abondance tout ce qui est nécessaire à la vie; deux
raisons qui la firent choisir à Lopez Legaspi pour en faire la
capitale espagnole sous l'ancien nom de _Manille_. Ce dessein fut
exécuté le jour de la Saint-Jean 1571, cinq jours après la conquête;
mais la victoire s'étant déclarée pour les armes d'Espagne le jour de
sainte Potentiane, qui est le 19 du même mois, cette sainte fut
choisie pour la patronne de l'île.

La principale province est celle de Camarines, qui comprend Bondo,
Passacao, Ibalon, capitale de la juridiction de Catanduanes, Boulan,
Sorzokon, port où l'on construit les gros vaisseaux de roi, et la
baie d'Albay, qui est hors du détroit, et proche de laquelle est un
volcan très-haut, qu'on aperçoit de fort loin en venant de la
Nouvelle-Espagne. La montagne du volcan a quelques sources d'eau
chaude, une entre autres dont l'eau change en pierre le bois, les
os, les feuilles, et l'étoffe même qu'on y jette. Carreri raconte
qu'on présenta au gouverneur des Philippines, don François Tellon,
une écrevisse dont la moitié seulement était pétrifiée, parce que,
dans la vue de rendre ce phénomène plus sensible, on avait pris soin
qu'elle ne le fût pas entièrement. Dans un village nommé Troui, à
deux lieues du pied de la montagne, on trouve une grande source
d'eau tiède qui a la même propriété, surtout pour les bois de
Malaye, de Binannio et de Naga.

De la province de Camarines on entre dans celle de Parécala, qui a de
riches mines d'or et d'autres métaux, surtout d'excellentes pierres
d'aimant. On y compte environ sept mille Indiens, qui paient tribut à
l'Espagne. Le terroir en est plat et fertile. Il produit
particulièrement des cacaotiers et des palmiers dont on tire beaucoup
d'huile et de vin. Après trois jours de chemin, le long de la côte on
trouve la baie de Mauban dans le pli du bras; au dehors de cette baie
est le port de Lampon.

Depuis Lampon jusqu'au cap d'El-Engano, la côte n'a pour habitans que
des barbares. C'est là que commence la province et la juridiction de
Cagayan: elle s'étend l'espace de quatre-vingts lieues en longueur, et
de quarante en largeur; sa capitale est la Nouvelle-Ségovie, fondée
par le gouverneur don Consalve de Ronquille, avec une église
cathédrale, dont le premier évêque fut Michel de Bénavidès, en 1598.
La ville est située sur le bord d'une rivière du même nom, qui vient
des montagnes de Santor, dans Pampagna, et qui traverse presque toute
la province. C'est la résidence d'un alcade-major avec une garnison.
On y a construit un fort en pierre, soutenu par d'autres ouvrages pour
se défendre des montagnards. Les paroisses de cette province ont été
confiées aux dominicains. Les Cagayans tributaires sont au nombre
d'environ neuf mille. Toute la province est fertile, et ses habitans,
dont on vante la vigueur, se partagent entre l'agriculture et la
milice, tandis que leurs femmes font divers ouvrages de coton. Les
montagnes y fournissent une si grande quantité de cire, qu'étant à
très-vil prix, les pauvres s'en servent au lieu d'huile à brûler. On
trouve dans le même lieu quantité de bois estimés, tels que le brésil
et l'ébène.

La province d'Iloccos, qui confine à celle de Cagayan, passe pour une
des plus peuplées et des plus riches de toutes ces îles: elle a
quarante lieues de côtes, et sa situation est sur les bords de la
rivière de Bigan. Guido de Laccazaris, gouverneur espagnol, y fonda en
1574 une ville qu'il nomma _Fernandine_. Cette province ne s'étend pas
à plus de huit lieues dans les terres, parce qu'on trouve à cette
distance des montagnes et des forêts habitées par les Igolottes,
nation guerrière et de haute stature, et par des noirs qui n'ont pas
encore été subjugués. Une armée espagnole, qui attaqua les Igolottes
en 1623, connût l'étendue de ces montagnes dans une marche de
vingt-une lieues, qu'elle n'y put faire qu'en sept jours: elle passa
continuellement sous des muscadiers sauvages et sous des pins. Ce ne
fut qu'au sommet des montagnes qu'elle trouva les principales
habitations des Igolottes. Ces lieux sauvages leur fournissent de
l'or, qu'ils échangent avec les tributaires d'Iloccos et de Pangasinan
pour du tabac, du riz et d'autres commodités.

On passe ensuite dans la province de Pangasinan, dont la côte a
quarante lieues de longueur, et la même largeur à peu près que celle
d'Iloccos. Ses montagnes produisent beaucoup d'une espèce de bois que
les Indiens nomment _siboucao_, renommé pour teindre en rouge et en
bleu. Tout le fond de cette province est habité par des sauvages qui
vont errans dans les forêts et les montagnes, aussi nus, aussi
féroces que les animaux de ces mêmes lieux. Ils sèment néanmoins
quelques grains dans leurs vallées, et le reste de leur travail
consiste à ramasser dans le lit des rivières de petits morceaux d'or
qu'ils donnent, pour ce qui leur manque, aux Indiens tributaires.

La province de Pampangan, qui fait la séparation du diocèse de la
Nouvelle-Ségovie et de l'archevêché de Manille, suit celle de
Pangasinan. Cette province, qui a beaucoup d'étendue, est d'une
extrême importance pour les Espagnols, par l'utilité qu'ils en tirent
continuellement pour la conservation de l'île. Les habitans, qu'ils
ont pris soin d'accoutumer à leurs usages, servent non-seulement à les
défendre, mais à les seconder dans toutes leurs entreprises.
D'ailleurs son terroir est très-fertile, surtout en riz; et Manille en
tire ses provisions. Elle fournit aussi du bois pour les vaisseaux,
avec d'autant plus de facilité, que les forêts sont sur la baie et peu
éloignées du port de Cavite: on y compte huit mille Indiens conquis
qui paient le tribut en riz. Ses montagnes sont habitées par les
Zambales, peuple féroce, et par des noirs aux cheveux crépus, qui sont
continuellement aux mains pour défendre les limites de leurs
juridictions sauvages, et s'interdire mutuellement l'accès des bois
dont ils s'attribuent la propriété.

Bahi est une autre province à l'orient de Bahia, qui n'est pas moins
importante aux Espagnols pour la construction des vaisseaux; on
recueille autour du lac de son nom et des villages voisins les
meilleurs fruits de l'île, surtout de l'arec, que les habitans nomment
_bonga_, et du bétel, qu'ils appellent _bouys_. Le bétel de Manille
l'emporte sur celui du reste des Indes; aussi les Espagnols mêmes en
mâchent-ils du matin au soir. Les habitans tributaires de cette
province, qui sont au nombre d'environ six mille, sont employés sans
cesse à couper ou scier du bois pour le port de Cavite; le roi leur
donne pour ce travail une piastre par mois, et leur provision de riz.

Entre Pampangan et Tondo on trouve une petite province nommée
_Boulacan_, qui abonde en riz et en vin de palmier; elle est habitée
par les Tagales, dont on ne compte que trois mille qui paient le
tribut.

Enfin l'on met au nombre des provinces de Luçon ou Manille plusieurs
îles voisines de l'embouchure du canal, telles que Catandouanes,
Masbate et Bouras.

La ville de Manille est dans une position qui la fait jouir d'un
équinoxe presque continuel. Pendant toute l'année, la longueur des
jours et celle des nuits ne diffèrent pas d'une heure; mais les
chaleurs sont excessives. Elle est située sur une pointe de terre que
la rivière forme en se joignant à la mer; son circuit est d'environ
deux milles, et sa longueur d'un tiers, dans une forme si peu
régulière, qu'elle est fort étroite aux deux bouts et large au milieu.
On y compte six portes, celles de Saint-Dominique, de Parian, de
Sainte-Lucie, la Royale, et une poterne.

Ses maisons, quoique de simple charpente, depuis le premier étage
jusqu'au sommet, tirent assez d'agrément de leurs belles galeries. Les
rues sont larges, mais on y voit quantité d'édifices ruinés par les
tremblemens de terre, et peu d'empressement pour les rebâtir. C'est la
même raison qui fait que la plupart des maisons sont de bois. On
comptait à la fin du dernier siècle trois mille habitans dans Manille,
mais nés presque tous de tant d'unions différentes, qu'il a fallu des
noms bizarres pour les distinguer. On y donne le nom de créole à celui
qui est né d'un Espagnol et d'une Américaine, ou d'un Américain et
d'une femme espagnole; le métis vient d'un Espagnol et d'une Indienne;
le castis, ou le terceron, d'un métis et d'une métisse; le quarteron,
d'un noir et d'une Espagnole; le mulâtre, d'une femme noire et d'un
blanc; le grifo, d'une noire et d'un mulâtre; le sambo, d'une mulâtre
et d'un Indien; et le cabra, d'une Indienne et d'un sambo.

Les femmes de qualité, dans Manille, sont vêtues à l'espagnole; mais
celles du commun n'ont pour tout habillement que deux pièces de toile
des Indes: le saras, qu'elles s'attachent de la ceinture en bas pour
servir de jupe; et le chinina, qui leur sert de manteau. Dans un pays
si chaud, elles n'ont besoin ni de bas ni de souliers. Les Espagnols
de la ville sont habillés à la manière d'Espagne; mais ils ont pris
l'usage des hautes sandales de bois, dans la crainte des pluies. Ceux
dont la condition est aisée font porter par un domestique un large
parasol pour le garantir des ardeurs du soleil. Les femmes se servent
de belles chaises ou d'un hamac, qui n'est, comme ailleurs, qu'une
espèce de filet soutenu par une longue barre de bois et porté par deux
hommes, dans lequel on est fort à l'aise.

Quoique la ville soit également petite par l'enceinte de ses murs et
par le nombre de ses habitans, elle devient très-grande si l'on y
comprend ses faubourgs. À cent pas de la porte de Parian, on en trouve
une du même nom, qui est le quartier des marchands chinois; on les
appelle _sangleys_: cette habitation a plusieurs rues, toutes bordées
de boutiques remplies d'étoffes de soie, de belles porcelaines et
d'autres marchandises. On y trouve toutes sortes d'artisans et de
métiers. Les Espagnols dédaignant de vendre et d'acheter, tout leur
bien est entre les mains des sangleys, auxquels ils abandonnent le
soin de le faire valoir: on en compte près de trois mille dans Parian,
sans y comprendre ceux des autres parties de l'île qui sont en même
nombre. Ils étaient autrefois environ quarante mille; mais la plupart
périrent dans diverses séditions qu'ils avaient eux-mêmes excitées, et
qui attirèrent d'Espagne une défense à tous les autres de demeurer
dans l'île. Cet ordre est mal observé; il en arrive tous les ans
quelques-uns dans quarante ou cinquante chiampans, qui apportent à
Manille quantité de marchandises sur lesquelles ils font beaucoup plus
de profit qu'ils n'en peuvent espérer à la Chine; ils demeurent cachés
quelque temps pour éluder la loi; ensuite l'habitude de les voir et
l'intérêt même des Espagnols font fermer les yeux sur leur hardiesse.

Les sangleys de Parian sont gouvernés par un alcade ou un prevôt,
auquel ils paient une somme considérable. Ils ne sont pas moins
libéraux pour l'avocat fiscal, qui est leur protecteur déclaré; pour
l'intendant et les autres officiers, sans parler des impôts et des
tributs qu'ils paient au roi. Pour la seule permission de jouer, au
commencement de la nouvelle année, ils donnent au roi dix mille
piastres. On ne leur laisse néanmoins cette liberté que très-peu de
jours, pour ne pas les exposer à perdre le bien d'autrui. D'ailleurs
ils sont contenus rigoureusement dans le devoir: on ne leur permet pas
de passer la nuit dans les maisons des chrétiens, et leurs boutiques
ne doivent jamais demeurer sans lumière.

Il y a dans l'île un grand nombre de maisons religieuses, comme dans
toutes les possessions espagnoles. Les jésuites y avaient un couvent
magnifique.

Le lac de Manille, qui donne son nom à la rivière et à la baie, est fort
long, mais fort étroit; son circuit est d'environ quatre-vingt-dix
milles. En allant de Manille au lac de Bahi, gui en est à dix-huit
milles dans les terres, on rencontre quelques belles fermes et
plusieurs couvens. Un autre lac petit, mais profond, qui se trouve sur
une montagne à peu de distance du grand est rempli d'eau saumache,
tandis que celle du grand lac est fort douce; ce qu'on attribue aux
minéraux qui peuvent être dessous. Les arbres dont il est environné sont
chargés d'une infinité de grandes chauves-souris, qui pendent attachées
les unes aux autres et qui prennent leur vol à l'entrée de la nuit pour
chercher leur nourriture dans des bois fort éloignés; elles volent
quelquefois en si grand nombre et si serrées, qu'elles obscurcissent
l'air de leurs grandes ailes, qui ont quelquefois six palmes d'étendue;
elles savent discerner dans l'épaisseur des bois les arbres dont les
fruits sont mûrs. Elles les dévorent pendant toute la nuit, avec un
bruit qui se fait entendre de deux milles, et vers le jour elles
retournent à leurs retraites. Les Indiens, qui voient manger leurs
meilleurs fruits par ces animaux, leur font la guerre, non-seulement
pour s'en venger, mais pour se nourrir de leur chair, à laquelle ils
prétendent trouver le goût du lapin: un coup de flèche en abat
infailliblement plusieurs.

Dans un des couvens qu'on rencontre sur cette route on admire une
source dont l'eau est si chaude, qu'on n'y saurait mettre la main; et
que, si l'on y met une poule, on lui voit tomber non-seulement les
plumes, mais la chair même de dessus les os. Elle fait mourir un
crocodile qui en approche, et tomber ses plus dures écailles. La
fumée qu'elle exhale ressemble à celle d'une fournaise ardente. Cette
source, qui est dans une montagne voisine du couvent, forme un grand
ruisseau qui vient la traverser et qui communique encore une chaleur
extraordinaire aux lieux dans lesquels on le retient. L'eau en est
excellente à boire lorsqu'elle est refroidie. Une demi-lieue plus loin
on voit, avec la même admiration, une petite rivière qui sort aussi de
la même montagne, et dont les eaux sont excessivement froides, mais
sur le bord de laquelle on ne peut creuser tant soit peu de sable sans
en faire sortir une eau fort chaude.

Les deux grandes îles de Manille et de Mindanao ont entre celles de
Leyte et de Samar, dont la première est la plus proche de Manille. La
seconde est nommée Samar du côté des îles, et Ibabao du côté de la
grande mer.

Il arrive souvent que la tempête jette des barques inconnues sur la
côte de Samar. Vers la fin du dernier siècle, on y vit arriver des
sauvages qui firent entendre que les îles d'où ils étaient partis
n'étaient pas fort éloignées; qu'une de ces îles n'était habitée que
par des femmes, et que les hommes des îles voisines, leur rendant
visite dans des temps réglés, en remportaient les enfans mâles. Les
Espagnols, sans la connaître mieux, l'ont nommé l'_île des Amazones_.
On apprit des mêmes sauvages que la mer apportait sur leurs côtes une
si grande quantité d'ambre gris, qu'ils s'en servaient comme de poix
pour leurs barques; récit fort vraisemblable, puisque les tempêtes en
jettent beaucoup aussi sur la côte de Samar. Plusieurs jésuites des
Philippines se persuadèrent que ces îles, qui ne sont pas encore
découvertes, étaient celles de Salomon que les Espagnols cherchent
depuis si long-temps, et qu'on croit également riches en or et en
ambre.

Le tour de l'île de Leyte est d'environ quatre-vingt-dix ou cent
lieues; elle est très-peuplée du côté de l'est, c'est-à-dire depuis le
détroit de Panamao jusqu'à celui de Panahan; et les plaines y sont si
fertiles, qu'elles rendent deux cents pour un. De hautes montagnes qui
la divisent en deux parties causent tant de différence dans l'air, que
l'hiver règne d'un côté pendant que l'autre jouit de tous les agrémens
de la plus belle saison. Une moitié de l'île fait la moisson, et
l'autre sème; ce qui procure chaque année deux abondantes récoltes aux
insulaires. D'ailleurs les montagnes sont remplies de cerfs, de
vaches, de sangliers et de poules sauvages. La pierre jaune et bleue
s'y trouve en abondance. Les légumes, les racines et les cocos y
croissent sans aucun soin. Le bois de construction, pour les édifices
et les vaisseaux, n'y est pas moins commun; et la mer, aussi favorable
que la terre aux heureux habitans de l'île, leur fournit quantité
d'excellent poisson. On compte neuf mille personnes qui paient le
tribut en cire, en riz et en toiles. On vante aussi la douceur de leur
naturel et deux de leurs usages: l'un d'exercer entre eux la plus
parfaite hospitalité lorsqu'ils voyagent; l'autre, de ne jamais
changer le prix des vivres, dans l'excès même de la disette. Enfin
l'on ajoute à tant d'avantages, que l'air est plus frais à Leyte et à
Samar que dans l'île de Manille.

Quoiqu'on ait à peine subjugué la douzième partie des Philippines, le
nombre des sujets de la couronne d'Espagne, Espagnols ou Indiens,
monte à deux cent cinquante mille âmes. Les Indiens mariés paient dix
piastres de tribut, et tous les autres cinq, depuis l'âge de dix-huit
ans jusqu'à cinquante. De ce nombre, le roi n'a que cent mille
tributaires, le reste dépend des seigneurs; et les revenus royaux ne
montent pas à plus de quatre cent mille piastres, qui ne suffisent pas
pour l'entretien des quatre mille soldats répandus dans les îles, et
pour les gages excessifs des ministres; aussi la cour est-elle obligée
d'y en joindre deux cent cinquante mille qu'elle envoie de la
Nouvelle-Espagne.

On compte Mindanao et Solou entre les Philippines, quoique la première
soit à deux cents lieues de Manille au sud-est. Sa situation est
depuis le 6e. degré jusqu'au 10e. 30 minutes, entre les caps de
Saint-Augustin, de Suliago et de Samboengan. Elle forme aussi comme un
triangle, dont ces trois caps font les pointes.

Outre les productions communes aux autres îles, Mindanao a le durion,
fruit estimé sur toute la côte des Indes, dans lequel on trouve trois
ou quatre amandes couvertes d'une substance molle et blanchâtre, avec
un noyau semblable à celui des prunes, qui se mange rôti comme les
marrons. Il a la même qualité que les autres fruits de l'Orient,
c'est-à-dire qu'il faut le cueillir pour le faire parvenir à sa
maturité. On en trouve beaucoup depuis Dapitan jusqu'à Samboengan,
dans une étendue de soixante lieues, particulièrement dans les cantons
élevés, mais surtout dans les îles de Solou et de Basilan. On assure
que l'arbre est vingt ans à donner ses premiers fruits. La cannelle
est une autre production propre à l'île de Mindanao: l'arbre dont elle
est l'écorce y croît sans culture sur les montagnes, et n'a pas
d'autre maître que celui qui s'en saisit le premier. De là vient
apparemment que, dans la crainte d'être prévenu par son voisin, chacun
se hâte d'enlever l'écorce avant qu'elle soit mûre; et quoiqu'elle
soit d'abord aussi piquante que celle de Ceylan, elle perd en moins de
deux ans son goût et sa vertu.

Les habitans de l'île y trouvent de fort bon or, en creusant assez
loin dans la terre. Ils en trouvent dans les rivières, en y faisant
des fosses avant l'arrivée du flot. Les volcans leur donnent beaucoup
de soufre, surtout de celui de Sanxile, qui est dans le voisinage de
Mindanao. Il s'y éleva en 1640 une haute montagne qui vomit tant de
cendres, que cette éruption fit craindre la ruine entière de l'île.

On pêche de grosses perles dans les îles voisines. Le père de Combes,
jésuite, qui a publié l'histoire de Mindanao, raconte que dans un
endroit très-profond on en connaît une qui est de la grosseur d'un
oeuf, et qu'on a tenté inutilement de la trouver. Avec toutes les
autres espèces d'oiseaux qui sont dans les autres îles, Mindanao
produit _le charpentier_, auquel on attribue la propriété de trouver
une herbe qui rompt le fer. On y voit une prodigieuse quantité de
sangliers, de chèvres et de lapins; mais surtout des singes
très-lascifs, qui ne permettent pas aux femmes de s'éloigner de leurs
maisons.

Les insulaires sont divisés en quatre nations principales, les
Mindanaos, les Caragos, les Loutaos, et les Soubanos. On vante les
Caragos pour leur bravoure. Les Mindanaos sont renommés pour leur
perfidie. Les Loutaos, nation établie depuis peu dans les trois îles
de Mindanao, de Solou et de Basilan, vivent dans des maisons bâties
sur des pieux au bord des rivières, et leur nom signifie nageur. Ces
peuples aiment si peu la terre, que, ne s'embarrassant jamais du soin
de semer, ils ne vivent que de leur pêche. Cependant ils entendent
fort bien le commerce; et la liaison qu'ils entretiennent avec les
habitans de Bornéo les engage à porter le turban comme eux. Les
Soubanos, dont le nom signifie habitant des rivières, sont regardés
des autres avec mépris. Ils passent pour les vassaux de Loutaos. Leur
usage est de bâtir leurs maisons sur des pieux si hauts, qu'on
n'atteindrait pas avec une pique à cette espèce de nid. Ils s'y
retirent la nuit à l'aide d'une perche qui leur sert d'échelle. Les
Dapitans, qui font aussi comme une nation séparée, surpassent toutes
les autres par le courage et la prudence. Ils ont puissamment assisté
les Espagnols dans la conquête des îles voisines.

L'intérieur du pays est habité par des montagnards qui ne descendent
jamais sur les côtes. On y trouve aussi quelques noirs. Tous ces
insulaires sont idolâtres ou mahométans; plusieurs n'ont aucune
religion. Leurs maisons de bois sont couvertes de joncs. La terre leur
sert de siéges, les feuilles d'arbre de plats, les cannes de vases, et
les cocos de tasses.

Les usages des nations qui habitent les montagnes sont beaucoup plus
barbares que ceux des mahométans. Un père qui rachète son fils de
l'esclavage en fait son propre esclave; et les enfans exercent la même
rigueur à l'égard de leur père. Le moindre bienfait donne droit parmi
eux sur la liberté d'autrui; et pour le crime d'un seul ils réduisent
toute une famille à l'esclavage. Ils ne connaissent point l'humanité
pour les étrangers. Ils ont le vol en horreur; mais l'adultère leur
paraît une faute légère qui s'expie par quelque amende. Ils punissent
l'inceste au premier degré, en mettant le coupable dans un sac et le
jetant au fond des flots. Jamais une nation ne s'arme contre une
autre; mais les particuliers qui ont à venger quelque injure
s'efforcent par toutes sortes de voies d'ôter la vie à ceux dont ils
se croient offensés, sans autres lois dans leurs querelles que le
pouvoir ou la force des adversaires. Le plus faible a recours aux
présens pour arrêter les poursuites. Celui qui se propose de commettre
un meurtre commence par amasser une somme d'argent pour se mettre à
couvert de la vengeance, s'il redoute les parens de l'ennemi dont il
veut se défaire. Après cette expédition, il est mis au rang des
braves, avec le droit de porter un turban rouge. Cette cruelle
distinction, qui est établie parmi les Soubanos, a plus d'éclat encore
dans la nation des Caragos, où, pour obtenir l'honneur de porter la
marque des braves, c'est-à-dire le baxacho, turban de diverses
couleurs, il faut avoir tué sept hommes.

Les deux rois maures de Mindanao administrent la justice par le moyen
d'un gouverneur, qui porte le nom de _zarabandal_ ou _sabandar_: cette
charge est la première dignité dans les deux cours. On y distingue les
degrés de noblesse. _Touam_ est le titre des grands; _orancaie_ est
celui des personnes riches qui sont seigneurs d'un certain nombre de
vassaux. Les princes du sang royal se nomment _cacites_. En général,
les simples sujets ont beaucoup à souffrir de l'oppression des grands,
parce que l'autorité souveraine est trop faible pour réprimer cette
tyrannie.

On vante la magnificence et la piété des mahométans de l'île aux
funérailles des morts. Leur pauvreté ne les empêche pas d'employer
tout ce qu'ils possèdent pour vêtir d'habits neufs le parent ou l'ami
qu'ils ont perdu, et pour le couvrir des plus riches toiles. Ils
plantent autour du sépulcre des arbres et des fleurs. Ils brûlent des
parfums; et s'il est question d'un prince, ils enferment son tombeau
dans un beau pavillon, avec quatre étendards blancs aux côtés.
Anciennement ils tuaient un grand nombre d'esclaves pour servir de
cortége au mort; mais leur usage le plus singulier est celui qui les
oblige à faire leur cercueil pendant leur vie, et à le tenir en vue
dans leurs maisons, pour ne jamais oublier que la condition humaine
les destine à la mort.

Ceux qui les croient venus originairement de Bornéo en apportent pour
preuve un autre usage qui leur est commun avec les habitans de cette
île: c'est celui de la sarbacane. Ils lancent, par la seule force du
souffle, de petites flèches empoisonnées, qui causent infailliblement
la mort, si le remède n'est pas appliqué sur-le-champ: l'expérience a
fait reconnaître que l'excrément humain est le plus sûr.

À trente lieues de l'île vers le sud-est, on rencontre celle de Solou,
qui est gouvernée par un roi particulier, et que la multitude des
navires maures, qui ne cessent pas d'y aborder, fait nommer justement
la foire de toutes les îles voisines. C'est la seule des Philippines
qui offre des éléphans. Les insulaires n'ayant pas l'usage
d'apprivoiser ces animaux comme dans la plus grande partie des Indes,
ils s'y sont extrêmement multipliés. On y trouve des chèvres dont la
peau n'est pas moins mouchetée que celle des tigres. La salaugane,
espèce d'hirondelle si renommée aux Indes par l'usage qu'on fait de
ses nids pour la bonne chère, est le plus curieux des oiseaux de
Solou. Entre les fruits on compte beaucoup de poivre, que les habitans
recueillent vert; des durions en abondance, et l'espèce de pomme que
les Espagnols ont nommée _le fruit du roi_, parce qu'elle ne se trouve
que dans son jardin. Sa grosseur est celle d'une pomme commune, et sa
couleur un assez beau pourpre. Ses pepins blancs, de la grosseur d'une
gousse d'ail, sont couvert d'une écorce aussi épaisse que la semelle
d'un soulier, et le goût en est très-agréable. On vante dans cette île
une herbe nommée _ubosbamban_, dont la vertu est d'exciter l'appétit.
Les perles qui se pèchent sur les côtes sont distinguées par leur
beauté. C'est une méthode singulière des plongeurs de Solou, avant de
s'enfoncer dans l'eau, de se frotter les yeux avec le sang d'un coq
blanc. La mer jette beaucoup d'ambre gris sur le rivage,
principalement depuis mai jusqu'en septembre, temps pendant lequel on
n'y connaît pas les vents du sud et du sud-ouest.

Les Espagnols possèdent le fort d'Illigan dans la province de Dapitan,
qu'ils continuent de faire garder avec soin, quoique les habitans de
cette province ne se soient jamais relâchés de la fidélité qu'ils ont
promise à l'Espagne. On sait qu'une crainte puérile avait eu beaucoup
de part à leur soumission. En voyant les Espagnols l'épée au côté
manger du biscuit et fumer du tabac, ils les avaient pris pour des
monstres redoutables qui avaient une queue, qui mangeaient des pierres
et qui vomissaient de la fumée. Les Espagnols ont des relations à
Solou, mais point d'établissement.

L'administration ecclésiastique est entre les mains de l'archevêque de
Manille, qui est nommé par le roi. Outre l'archevêque et ses trois
suffragans, qui sont les évêques de Zébu, de Camarines et de Cagayan,
il y a toujours à Manille un évêque titulaire où un coadjuteur, que
les Espagnols nomment évêque à l'anneau; Il prend le gouvernement de
la première église vacante, afin que tous les devoirs soient remplis
sans interruption. On n'a pu trouver de meilleur expédient pour
conserver au roi le droit de nomination, et pour assurer le repos des
fidèles, qui seraient six ans sans pasteur, s'il fallait attendre
celui qui leur vient de Madrid. Le commissaire de l'inquisition est
nommé par le tribunal du Mexique.

L'administration civile et militaire a pour chef un gouverneur qui
joint à ce titre celui de capitaine général. Son office dure huit ans.
Il est président du tribunal suprême, qui est composé de quatre
auditeurs ou juges, et d'un procureur fiscal.

Les voyageurs observent que, si les îles Philippines étaient moins
éloignées de l'Espagne, il n'y aurait pas un seigneur dans cette cour
qui ne briguât un gouvernement où le gain est immense, la justice fort
étendue, l'autorité sans bornes, les commodités en abondance, les
prérogatives plus flatteuses, et les honneurs plus distingués que dans
la vice-royauté des Indes. Outre le gouvernement civil et
l'administration de la justice avec le conseil, le gouverneur donne
tous les emplois militaires, nomme vingt-deux alcades qui gouvernent
autant de provinces, dispose du gouvernement des îles Marianes,
lorsqu'il vaque par la mort, jusqu'à ce que le gouvernement y ait
pourvu. Il disposait aussi de ceux de Formose et de Ternate, tandis
que ces îles appartenaient à l'Espagne. Il distribue des seigneuries
sur les villages indiens aux soldats espagnols qu'il juge dignes de
cette récompense. Ces fiefs se donnent ordinairement pour deux vies,
c'est-à-dire avec droit de succession pour la femme et les enfans;
après quoi la terre revient au domaine royal. Les seigneurs reçoivent
la plupart des droits qui seraient payés au roi, surtout le tribut de
dix piastres pour chaque marié, et de cinq pour les autres; mais ils
sont obligés aussi de fournir pour l'entretien de la milice deux
piastres de chaque tribut, et quatre cavans[15] de riz à chaque soldat
de leur district. Outre les dix piastres, le roi tire dans les terres
de son domaine deux cavans de riz par tête.

[Note 15: Le cavan pèse cinquante livres d'Espagne.]

Le gouverneur des Philippines nomme à tous les canonicats vacans de
l'église archi-épiscopale, et n'est obligé qu'à le faire savoir au
roi, qui confirme sa nomination. Pour remplir les paroisses séculières
et les bénéfices royaux, l'archevêque nomme trois sujets, entre
lesquels le gouverneur en choisit un. Les paroisses des réguliers sont
pourvues par le supérieur provincial de l'ordre, dont le choix n'a pas
besoin de confirmation; mais un religieux n'a droit d'entendre que les
confessions des Indiens sans la permission des évêques. Enfin le
gouverneur nomme le général du galion qui va tous les ans à la
Nouvelle-Espagne; emploi qui rapporte plus de cinquante mille écus. Il
nomme les commandans des places de guerre, et plus de capitaines et
d'officiers qu'il n'y en a dans toute l'Espagne, parce qu'il a le
pouvoir de distribuer aux Indiens des commissions de colonels, de
majors et de capitaines, pour les attacher à la nation espagnole par
des distinctions qui les exemptent de la moitié du tribut.

Mais cette grandeur et cette étendue d'autorité ont leur contre-poids
dans la recherche que les habitans des Philippines font de la conduite
d'un gouverneur après son administration. Le droit de plainte est
accordé à tout le monde, et se publie dans chaque province. Ce droit
dure soixante jours, pendant lesquels l'oreille du juge est ouverte.
C'est ordinairement le gouverneur qui succède. Il apporte une
commission expresse du roi et du conseil des Indes. Cependant la cour
se réserve le jugement d'un certain nombre de chefs que le juge envoie
en Espagne après avoir reçu les informations: mais il prononce sur les
cas qui ne sont pas réservés. Les auditeurs qui sont chargés de
l'administration après la mort d'un gouverneur, ou qui passent à
quelque poste dans un autre pays, sont soumis à la même recherche,
avec cette différence qu'ils peuvent partir en laissant un procureur
qui répond pour eux. On assure que depuis la conquête on ne compte que
deux gouverneurs qui soient revenus de l'Espagne, et que les autres
sont morts, ou de chagrin, ou de la fatigue du voyage. La recherche
des crimes vaut toujours cent mille écus à celui qui succède; et le
prédécesseur est obligé de tenir cette somme prête pour se délivrer
des embarras dont il est menacé.

La chaleur et l'humidité sont les deux qualités générales de toutes
ces îles. L'humidité vient du grand nombre de rivières, de lacs,
d'étangs et de pluies abondantes qui tombent pendant la plus grande
partie de l'année. On observe, comme une propriété particulière aux
Philippines, que les orages y commencent par la pluie et les éclairs,
et que le tonnerre ne s'y fait entendre qu'après la pluie. Pendant les
mois de juin, de juillet, d'août et une partie de septembre, on y voit
régner les vents du sud et de l'ouest. Ils amènent de si grandes
pluies, et des tempêtes si violentes, que, toutes les campagnes se
trouvant inondées, on n'a point d'autre ressource que de petites
barques pour la communication. Depuis octobre jusqu'au milieu de
décembre, c'est le vent du nord qui règne, pour faire place ensuite,
jusqu'au mois de mai, à ceux d'est et d'est-sud-est. Ainsi les mers
des Philippines ont deux moussons comme les autres mers des Indes:
l'une sèche et belle, que les Espagnols nomment _la brise_; l'autre
humide et orageuse, qu'ils appellent _vandaral_.

On remarque encore que, dans ce climat; les Européens ne sont pas
sujets à la vermine, quelque sales que soient leurs habits et leurs
chemises, tandis que les Indiens en sont couverts. La neige n'y est
pas plus connue que la glace; aussi n'y boit-on jamais de liqueur
froide, à moins que, sans aucun égard pour sa santé, on ne se serve de
salpêtre pour rafraîchir l'eau. L'avantage d'un continuel équinoxe
fait qu'on ne change jamais l'heure des repas ni celle des affaires;
on ne prend point d'habits différens, et l'on n'en porte de drap que
pour se garantir de la pluie. Ce mélange de chaleur et d'humidité ne
rend pas l'air fort sain. Il retarde la digestion; il incommode les
jeunes Européens plus que les vieillards; mais aussi les alimens y
sont légers. Le pain ordinaire, n'étant que de riz, a moins de
substance que celui de l'Europe. Les palmiers, qui croissent en
abondance dans une terre humide, fournissent l'huile, le vinaigre et
le vin. Comme on a le choix de toutes sortes de viandes, les personnes
riches se nourrissent de gibier le matin, et de poisson le soir. Les
pauvres ne mangent guère que du poisson mal cuit, et gardent la viande
pour les jours de fêtes. Une autre cause de la mauvaise qualité de
l'air est la rosée, qui tombe dans les jours les plus sereins. Elle
est si abondante, qu'en secouant un arbre, on en voit tomber une sorte
de pluie. Cependant elle n'incommode point les habitans naturels du
pays, qui vivent quatre-vingts et cent ans; mais la plupart des
Européens s'en trouvent fort mal. On ne dort et l'on ne mange point à
Manille sans être humide de sueur; mais elle est beaucoup moindre dans
les lieux plus ouverts, parce que l'air y est plus agité; aussi toutes
les personnes riches ont des maisons de campagne où elles se retirent
depuis le milieu de mars jusqu'à la fin de juin. Quoique la chaleur se
fasse sentir avec plus de force dans le mois de mai qu'en aucun temps,
on ne laisse pas alors de voir souvent pendant la nuit des pluies
épouvantables accompagnées de tonnerre et d'éclairs.

On a déjà fait observer que Manille est particulièrement sujette à
d'effroyables tremblemens de terre, surtout dans la plus belle saison.
Elle en ressentit un si violent au mois de septembre de l'année 1627,
qu'une des montagnes qui se nomment _Carvallos_, dans la province de
Cagayan, en fut aplatie. En 1645, le tiers de la capitale fut ruiné
par le même accident, et trois cents personnes furent ensevelies sous
les ruines de leurs maisons. Les vieux Indiens assuraient que ces
malheurs avaient été plus fréquens, et que de là était venu l'usage de
ne bâtir qu'en bois. Les Espagnols ont suivi cet exemple, du moins
pour les étages au-dessus du premier. Leurs alarmes sont continuelles
à la vue d'un grand nombre de volcans qui vomissent des flammes autour
d'eux, remplissent de cendres tous les lieux voisins, et envoient des
pierres fort loin avec un bruit semblable à celui du canon. D'un autre
côté, tous les voyageurs nous représentent le terroir comme un des
plus agréables et des plus fertiles du monde connu. En toute saison,
l'herbe croît, les arbres fleurissent; et dans les montagnes comme
dans les jardins, les fruits accompagnent toujours les fleurs. On voit
rarement tomber les vieilles feuilles avant que les nouvelles soient
venues. De là vient que les habitans des montagnes n'ont pas de
demeure fixe, et suivent l'ombre des arbres, qui leur offre tout à la
fois une retraite agréable et des alimens. Lorsqu'ils ont mangé tous
les fruits d'une campagne ou d'un bois, ils passent dans un autre
lieu. Les orangers, les citronniers, et tous les arbres connus en
Europe donnent régulièrement du fruit deux fois l'année; et si l'on
plante un rejeton, il en porte l'année suivante. Villalobos, Dampier
et Carreri s'accordent à déclarer qu'ils n'ont jamais vu de campagnes
si couvertes de verdure, ni de bois si remplis d'arbres vieux et
épais, ni d'arbres qui fournissent plus de secours et de commodités
pour la subsistance des hommes.

Ajoutons avec les mêmes écrivains que, Manille se trouvant placée
entre les plus riches royaumes de l'orient et de l'occident, cette
situation en fait un des lieux du monde où le commerce est le plus
florissant. Les Espagnols venant par l'occident, et d'autres nations
de l'Europe et des Indes par l'orient, les Philippines peuvent être
regardées comme un centre où toutes les richesses du monde
aboutissent, et d'où elles reprennent de nouvelles routes. On y trouve
l'argent du Pérou et de la Nouvelle-Espagne, les diamans de Golconde,
les topazes, les saphirs et la cannelle de Ceylan, le poivre de Java,
le girofle et les noix muscades des Moluques, les rubis et le camphre
de Bornéo, les perles et les tapis de Perse: le benjoin et l'ivoire de
Camboge, le musc de Lenquios, les toiles de coton et les étoffes de
soie de Bengale, les étoffes, la porcelaine et toutes les raretés de
la Chine. Lorsque le commerce était ouvert avec le Japon, Manille en
recevait tous les ans deux ou trois vaisseaux qui laissaient de
l'argent le plus fin, de l'ambre, des étoffes de soie et des cabinets
d'un admirable vernis, en échange pour du cuir, de la cire et des
fruits du pays. Pour faire juger en un mot de tous les avantages de
Manille, il suffit d'ajouter qu'un vaisseau qui en part pour
Acapulco, revient chargé d'argent avec un gain de quatre pour un.

La fécondité d'un climat se faisant observer jusque dans la
propagation des animaux, on voit naître dans les campagnes des
Philippines une si grande quantité de buffles sauvages, qu'un bon
chasseur en peut tuer vingt à coups de lance dans l'espace d'un jour.
Les Espagnols ne les tuent que pour en prendre la peau, et les Indiens
en mangent la chair. Le nombre des cerfs, des sangliers et des
chèvres, est surprenant dans les forêts. On n'a pas manqué d'apporter
à Manille et dans quelques autres îles des chevaux et des vaches de la
Nouvelle-Espagne, qui n'ont pas cessé d'y multiplier; mais l'excessive
humidité de la terre ne permet pas d'y élever des moutons.

On ne parle point des singes pour en faire admirer le nombre,
quoiqu'il soit incroyable dans les montagnes; mais ils y sont d'une
grandeur monstrueuse, et d'une hardiesse qui les rend capables de se
défendre contre des hommes. Lorsqu'ils ne trouvent plus de fruits dans
leurs retraites, ils descendent sur le rivage de la mer pour s'y
nourrir d'huîtres et de crabes. Entre plusieurs espèces d'huîtres, on
en distingue une qu'on appelle _taklo_, et qui pèse plusieurs livres.

On voit dans ces îles une espèce de chats de la grandeur des lièvres,
et de la couleur des renards, auxquels les insulaires donnent le nom
_taguans_. Ils ont des ailes comme les chauves-souris, mais couvertes
de poil, dont ils se servent pour sauter d'un arbre sur un autre à la
distance de trente palmes. On trouve dans l'île de Leyte un animal qui
n'est pas moins singulier, et qui se nomme _mango_. Sa grandeur est
celle d'une souris; il a la même queue, mais sa tête est deux fois
plus grosse que son corps, avec de longs poils sur le museau. L'iguana
se trouve aux Philippines comme en Amérique. Sa figure ressemble
beaucoup à celle du crocodile; mais il a la peau rougeâtre, parsemée
de taches jaunes, la langue fendue en deux, les pieds ronds et doublés
de corne. Quoiqu'il passe pour un animal terrestre, il traverse
facilement les plus grandes rivières. Les Indiens et les Espagnols
mangent sa chair, et lui trouvent le goût de celle des tortues.

L'humidité jointe au ferment continuel de la chaleur favorise dans
toutes les îles la multiplication des serpens, qui sont d'une grandeur
extraordinaire, entre autres l'ibitin, qui dévore les plus gros
animaux tout entiers; l'assagua ne fait la guerre qu'à la volaille;
l'olopang jette un venin fort dangereux. Les bobas, qui sont les plus
grands, ont jusqu'à trente pieds de longueur.

De plusieurs oiseaux singuliers des îles, le plus admirable par ses
propriétés est le tavon. C'est un oiseau de mer, noir et plus petit
qu'une poule, mais qui a les pieds et le cou assez longs. Il fait ses
oeufs dans des terres sablonneuses. Leur grosseur est à peu près celle
des oeufs d'oie. Ce qu'il y a de surprenant, c'est qu'après que les
petits sont éclos, on y trouve le jaune entier sans aucun blanc, et
qu'alors ils ne sont pas moins bons à manger qu'auparavant: d'où l'on
conclut qu'il n'est pas toujours vrai que la fécondité vienne du jaune
des oeufs. On rôtit les petits sans attendre qu'ils soient couverts de
plume. Ils sont aussi bons que les meilleurs pigeons. Les Espagnols
mangent souvent, dans le même plat, la chair des petits et le jaune de
l'oeuf. Mais ce qui suit est beaucoup plus remarquable. La femelle
rassemble ses oeufs jusqu'au nombre de quarante ou cinquante, dans une
petite fosse qu'elle couvre de sable, et dont la chaleur de l'air fait
une espèce de fourneau. Enfin, lorsqu'ils ont la force de secouer la
coque et d'ouvrir le sable pour en sortir, elle se perche sur les
arbres voisins; elle fait plusieurs fois le tour du nid en criant de
toute sa force; et les petits, excités par le son, font alors tant de
mouvemens et d'efforts, que, forçant tous les obstacles, ils trouvent
le moyen de se rendre auprès d'elle. Les tavons font leurs nids aux
mois de mars, d'avril et de mai, temps auquel, la mer étant plus
tranquille, les vagues ne s'élèvent point assez pour leur nuire. Les
matelots cherchent avidement ces nids le long du rivage. Lorsqu'ils
trouvent la terre remuée, ils l'ouvrent avec un bâton, et prennent les
oeufs et les petits, qui sont également estimés.

On voit aux Philippines une sorte de tourterelles dont les plumes sont
grises sur le dos et blanches sur l'estomac, au milieu duquel la
nature a tracé une tache si rouge, qu'on la prendrait pour une plaie
fraîche dont le sang paraît sortir.

Le _xolin_ est un oiseau de la grosseur d'une grive, de couleur noire
et cendrée, qui n'a sur la tête, au lieu de plumes, qu'une espèce de
couronne ou de crête de chair. Le _palomatorcas_ est à peu près de la
même grosseur; son plumage est varié de gris, de vert, de rouge et de
blanc, avec une tache fort rouge au milieu de l'estomac; mais sa
principale distinction consiste dans son bec et ses pates, qui sont
aussi du plus beau rouge. La _salangane_ est commune dans les îles de
Calamianes, de Solou, et dans quelques autres; sa grosseur est celle
d'une hirondelle. Elle bâtit son nid sur les rochers qui touchent au
bord de la mer, et l'attache au rocher même, à peu près comme
l'hirondelle attache le sien aux murailles. L'_herrero_ est un oiseau
vert de la grosseur d'une poule, auquel la nature a donné un bec si
dur, qu'il perce les troncs des plus grands arbres pour y faire son
nid. Son nom, qui signifie forgeron, lui vient des Espagnols, pour
exprimer le bruit de son travail, qui se fait entendre d'assez loin.
On lui attribue la propriété de connaître une herbe qui rompt le fer.
Un autre oiseau, nommé _colocolo_, a celle de nager sous l'eau avec
autant de vitesse qu'il vole dans l'air. Ses plumes sont si serrées,
qu'elles deviennent sèches aussitôt qu'il les a secouées hors de
l'eau. Il est de couleur noire et plus petit que l'aigle; mais son
bec, qui n'a pas moins de deux palmes, est si dur et si fort, qu'il
prend et qu'il enlève toutes sortes de poissons.

On trouve quantité de paons dans les îles de Calamianes. Au lieu de
faisans et de perdrix, les montagnes y fournissent d'excellens coqs
sauvages. Les cailles sont de la moitié plus petites que les nôtres;
elles, ont le bec et les pieds rouges. Toutes les îles sont remplies
d'une sorte d'oiseaux verts qui se nomment _volanos_, de plusieurs
espèces de perroquets, et de cacatoës blancs, dont la tête est ornée
d'une touffe de plumes. Les Espagnols avaient porté aux Philippines
des dindons qui n'y ont pas multiplié. Ils y suppléent par une poule
singulière, qui se nomme _camboge_, parce qu'elle vient de cette
région, et qui a les pieds si court, que ses ailes touchent la terre.
Les coqs, au contraire, ont de longues jambes, et ne le cèdent en rien
aux coqs d'Inde. On estime une autre sorte de poules qui ont la chair
et les os noirs, mais d'excellent goût. Les grosses chauves-souris
dont on a déjà parlé sont fort utiles à Mindanao, par la quantité de
salpêtre qu'on y tire de leurs excrémens.

À l'égard des poissons, Pline n'en a nommé presque aucun qui ne se
trouve dans ces mers: mais elles en ont d'extraordinaires, tels que le
dougon, que les Espagnols ont nommé _pescemuger_. Il ressemble au
lamantin: il a le sexe et les mamelles d'une femme; sa chair a le
goût de celle du porc. Les poissons qu'on nomme _épées_ ne sont
différens des nôtres que par la longueur extraordinaire de leur corne,
qui les rend fort dangereux pour les petites barques. Les crocodiles
seraient les plus redoutables ennemis des insulaires par leur
abondance et leur voracité, si la Providence n'y avait mis comme un
double frein qui arrête leur multiplication et leurs ravages. Les
femelles sont si fécondes, qu'elles font jusqu'à cinquante petits;
mais, lorsqu'ils doivent éclore de leurs oeufs, qu'elles font à terre,
elles se mettent dans l'endroit par lequel ils doivent passer, et, les
avalant l'un après l'autre, elles ne laissent échapper que ceux à qui
le hasard fait prendre un autre chemin. On n'a jamais ouvert un de ces
monstres dans le ventre duquel on n'ait trouvé des os et des crânes
d'hommes. Les Espagnols, comme les Indiens, mangent les petits
crocodiles. On trouve quelquefois sous leurs mâchoires de petites
vessies pleines d'un excellent musc. Les lacs des îles ont une autre
espèce de lézards monstrueux, que les Indiens nomment _bouhayas_, et
qui ne paraissent point différens de ceux que les Portugais ont nommés
_caïmans_. Ils n'ont pas de langue, ce qui leur ôte non-seulement le
pouvoir de faire du bruit, mais encore celui d'avaler dans l'eau:
aussi ne dévorent-ils leur proie que sur le rivage. Ils seraient les
plus redoutables de tous les monstres, s'ils n'avaient une extrême
difficulté à se tourner. On croit, à tort, qu'ils ont quatre yeux,
deux en haut et deux en bas, avec lesquels on prétend qu'ils
aperçoivent dans l'eau toutes les espèces de poissons qui leur servent
de proie, quoiqu'à terre ils aient la vue fort courte. On ajoute que
le mâle ne peut sortir de l'eau qu'à moitié, et que les femelles vont
chercher seules de quoi vivre dans les campagnes voisines de leurs
retraites. Carreri semble confirmer cette opinion lorsqu'il assure que
les chasseurs ne tuent jamais que des femelles. Il donne pour
préservatif éprouvé contre les surprises des bouhayas ou des caïmans
le bonga ou nang kauvagan, fruit qui vient, dit-il, d'une sorte de
canne, et dont l'odeur apparemment éloigne ces terribles animaux. Mais
il affaiblit un peu la confiance qu'il demande pour ce fruit, en
assurant qu'il a la même vertu contre les sortiléges.

Les mers de Mindanao et de Solou sont remplies de grandes baleines et
de grands phoques. Il se trouve de si grandes huîtres dans ces îles,
qu'on se sert de leurs écailles pour abreuver les buffles. Les Chinois
en font de très-beaux ouvrages. On y distingue deux sortes de tortues:
l'une dont la chair se mange et dont l'écaillé est négligée; l'autre,
au contraire, dont on recherche beaucoup l'écaillé, et dont on ne
mange point la chair. Les raies y sont d'une grandeur extraordinaire.
Leur peau, qui est fort épaisse, se vend aux Japonais pour en faire
des fourreaux de cimeterre.

Passons aux fruits qui ne sont connus ou qui n'ont de propriétés
remarquables que dans les îles Philippines. On en distingue deux,
également estimés des Espagnols et des Indiens: ils croissent
naturellement dans les bois. On a déjà vanté le premier, qui se homme
_santor_, et dont on fait d'excellentes confitures dans un pays où le
quintal de sucre ne vaut pas un écu. Carreri en donne une exacte
description. Il a la figure et même la couleur d'une pêche; mais il
est un peu plus plat; son écorce est douce: en l'ouvrant on y trouve
cinq pepins aigres et blancs. Il se confit également au sucre et au
vinaigre; et, pour troisième propriété, il donne un fort bon goût au
potage. L'arbre ressemblerait parfaitement au noyer, s'il n'avait les
feuilles plus larges. Elles ont une vertu médicinale, et le bois est
excellent pour la sculpture.

L'autre fruit, qui se nomme _mabol_, est un peu plus gros que le
premier, mais cotonneux et de la couleur de l'orange. L'arbre est de
la hauteur d'un poirier, chargé de branches et de feuilles qui
ressemblent à celles du laurier. Le bois, coupé dans sa saison,
approche de la beauté de l'ébène.

On n'a pu faire croître aucun fruit de l'Europe à Manille et dans les
autres îles. Les figuiers même, les grenadiers et le raisin muscat
qu'on y transporte n'y parviennent jamais à maturité.

Carreri s'étend beaucoup sur une autre espèce d'arbres, qui font le
principal revenu des insulaires, et qui leur procurent, dit-il,
autant de plaisir que d'utilité. On en distingue jusqu'à quarante
espèces, qu'il range toutes sous le nom de palmiers, et dont les
principales fournissent les îles de pain. Celle que les Tagales
nomment, _yoro_, et les Montagnards _laudau_, porte le nom de _sagou_
aux Moluques.

Une autre espèce qui donne du vin et du vinaigre se nomme _sasa_ et
_nipa_. Elle n'est, point assez grande pour mériter le nom d'arbre.
Son fruit ressemblerait aux dattes; mais il n'arrive point à sa
maturité, parce que les insulaires coupent la branche aussitôt qu'ils
voient paraître la fleur. Il en sort une liqueur qu'ils reçoivent dans
des vaisseaux, et dont ils tirent Quelquefois dix pintes dans une
seule nuit. L'écorce du _calinga_, qui est une sorte de cannelle, sert
à la préparer et l'empêche de s'aigrir. On emploie les feuilles du
même palmier à couvrir les maisons, et, cousues avec du fil très-fin,
elles durent environ six ans. On en tire aussi du vin de coco et de
l'huile qui est fort bonne dans sa fraîcheur. De la première écorce
des cocotiers on fait des cordages et du calfat pour les navires.
L'écorce intérieure sert à faire des vases et d'autres ustensiles.

Carreri met au nombre des palmiers jusqu'à l'arbre qui produit l'arec,
petite noix de la grosseur d'un gland, qui entre avec la chaux dans la
composition du bétel. Cet arbre se nomme _bonga_: ses feuilles sont
aussi larges que celles du bourias; le tronc est haut, mince, droit
et tout couvert de noeuds. Enfin une quatrième espèce, dont les
insulaires tirent beaucoup d'avantages, est celle qu'ils nomment
l'_yonota_. Elle leur fournit une sorte de laine qu'on appelle
_baios_, dont on fait des matelas et des oreillers; du chanvre noir
nommé _jonor_ ou _gamouto_, pour les câbles de navire, et de petits
cocos moins bons, à la vérité, que les grands. Ses fils sont de la
longueur et de la grosseur du chanvre. Ils sont noirs comme les crins
du cheval, et l'on assure qu'ils durent long-temps dans l'eau. La
laine et le chanvre s'enlèvent d'autour du tronc. On tire aussi des
branches un vin doux, et leurs bouts se mangent tendres. Il n'y a
point de palmiers dont les feuilles ne puissent servir à couvrir les
maisons ou à faire des chapeaux, des nattes, des voiles pour les
navires, et d'autres ouvrages utiles. Ainsi ce n'était pas sans raison
que Pline écrivait, il y a seize cents ans, que les pauvres y trouvent
de quoi manger, boire, se vêtir et se loger. Nous avons eu déjà
plusieurs fois occasion de relever les avantagés de cet arbre, l'un
des trésors de la zone torride.

L'arbre qui porte la casse est en si grande abondance aux Philippines,
que pendant les mois de mai et de juin les insulaires en engraissent
leurs pourceaux. Les tamariniers, ou plutôt les sampales, dont le
fruit se nomme tamarin, n'y sont pas moins communs; le bois sert à
divers ouvrages comme l'ébène. On voit sur les montagnes diverses
sortes de grands arbres qui servent également à la construction des
vaisseaux et des maisons, et dont le feuillage est toujours vert. Tels
sont l'ébène noir, le balayon rouge, l'asana ou le naga, dont on fait
des vases qui donnent à l'eau une couleur bleue et qui la rendent plus
saine; le calinga, qui jette une odeur fort douce, et dont l'écorce
est aromatique; le tiga, dont le bois est si dur, qu'il ne peut être
scié qu'avec la scie à l'eau, comme le marbre, ce qui le fait nommer
aussi _l'arbre de fer_. La difficulté de pénétrer dans ces épaisses
forêts ne permet pas aux insulaires mêmes de connaître toutes les
richesses qu'ils tiennent de la nature. Ils ont sur quelques montagnes
de Manille quantité de muscadiers sauvages dont ils ne recueillent
rien. On a déjà fait observer que Mindanao produit de très-grands
arbres dont l'écorce est une espèce de cannelle.

Mais ce qui doit passer pour un phénomène des plus extraordinaires,
c'est que dans ces îles les feuilles de certains arbres n'arrivent,
dit-on, à leur maturité que pour se transformer en animaux vivans, qui
se détachent des branches et qui volent en l'air sans perdre la
couleur de feuilles; leur corps se forme des fibres les plus dures; la
tête est à l'endroit par où la feuille tenait à l'arbre, et la queue à
l'autre extrémité; les fibres des côtés forment les pieds, et le reste
se change en ailes. Il est évident que cette observation n'a d'autre
fondement que la crédulité des voyageurs.

On a porté de la Nouvelle-Espagne aux Philippines la plante du cacao.
Quoiqu'il n'y soit pas aussi bon, il s'y est assez multiplié pour
dispenser les habitans d'en faire venir de l'Amérique. L'arbre qu'on
appelle _aimir_ est moins remarquable par ses fruits, qui pendent en
grappes et qui sont d'un fort bon goût, que par la propriété qu'il a
de se remplir d'une eau très-claire, que les chasseurs et les sauvages
tirent en perçant le tronc. L'espèce de roseau qu'on nomme bambou, et
que les Espagnols appellent _vexuco_, croît au milieu de tous ces
arbres, les embrasse comme le lierre, et monte jusqu'à la cime des
plus grands. Il est couvert d'épines, qu'on ôte pour le polir.
Lorsqu'on le coupe, il en sort autant d'eau claire qu'un homme en a
besoin pour se désaltérer; de sorte que, les montagnes en étant
remplies, on ne court jamais risque d'y manquer d'eau. L'utilité de
ces cannes est connue par toutes les relations.

On ne parle point des bananes, des cannes à sucre, des ananas, que les
Espagnols appellent _potias_; du gingembre, de l'indigo, ni d'un grand
nombre de plantes et de racines qui sont communes à la plupart des
régions de l'orient; mais c'est aux Philippines qu'il faut chercher
les camotes, espèce de grosses raves qui flattent l'odorat comme le
goût; les glabis, dont les insulaires font une sorte de pain, et que
les Espagnols mangent cuits, comme des navets; l'ubis, qui est aussi
gros qu'une courge, et dont la plante ressemble au lierre; les
xicamas, qui se mangent confits ou crus, au poivre et au vinaigre; des
carottes sauvages, qui ont le goût des poires; et le taylan, qui a
celui des patates. Toutes ces racines croissent en si grande
abondance, que la plupart des sauvages ne pensent point à se procurer
d'autre aliment.

Ils n'apportent pas plus de soin à la culture des fleurs, parce que la
nature en fait tous les frais, et que leurs champs en sont toujours
parsemés. On donne le premier rang au zampaga, qui ressemble au
mogorin des Portugais. C'est une petite fleur de couleur blanche à
trois rangs de feuilles, dont l'odeur est beaucoup plus agréable que
celle de notre jasmin. On en distingue deux autres: le solafi et le
locoloco, qui ont l'odeur du girofle. La fleur qui porte les noms de
_balanoy torongil_ et _damoro_ donne une petite semence de l'odeur du
baume, qui est très-bonne pour l'estomac, et que les personnes
délicates mêlent avec le bétel. Le daso jette une odeur aromatique
jusque dans sa racine. Le cablin, qui est plein d'odeur lorsqu'il est
cueilli, en rend encore plus lorsqu'il est sec. La sarafa, nommée par
les Espagnols _oja de Saint-Juan_, est une très-belle fleur, dont les
feuilles sont fort larges et mêlées de vert et de blanc. Outre le
gingembre commun dont les campagnes sont remplies, on y en trouve une
espèce plus chaude et plus forte, qui se nomme _langeovas_.

On assure qu'il n'y a point d'îles au monde qui produisent plus
d'herbes médicinales. Celles qui se trouvent en Europe ont aux
Philippines les mêmes vertus dans un degré fort supérieur; mais on
vante encore plus celles qui sont propres au terrain et au climat. Le
pollo, herbe fort commune et semblable au pourpier, guérit en très-peu
de temps toutes sortes de blessures. Le pansipane en est une plus
haute, qui porte une fleur blanche comme celle de la fève; appliquée
sur les plaies après avoir été pilée, elle en chasse toute la
corruption. La golondrine a la vertu de guérir presque sur-le-champ la
dysenterie. Quantité d'autres herbes guérissent les blessures, si l'on
en boit la décoction. Une autre sert, comme l'opium, à faire perdre la
raison dans un combat, pour ne plus craindre les armes de l'ennemi; et
l'on assure que ceux qui en ont pris ne rendent point de sang par
leurs blessures. Carreri donne pour garant de cette vertu un
gouverneur portugais et plusieurs missionnaires. Il vante l'admirable
qualité de deux autres herbes; l'une qui, étant appliquée sur les
reins, empêche de sentir aucune lassitude; l'autre qui, gardée dans la
bouche, soutient les forces, et rend un homme capable de marcher deux
jours sans manger.

Les mêmes qualités de l'air, qui favorisent la multiplication des
animaux venimeux dans les îles, y font croître quantité d'herbes, de
fleurs et de racines de la même qualité. Quelques-unes portent un
venin si subtil, que non-seulement elles font mourir ceux qui ont le
malheur d'y toucher, mais qu'elles infectent l'air aux environs,
jusqu'à répandre une contagion mortelle lorsqu'elles sont en fleur.
D'un autre côté, on trouve dans les mêmes lieux d'excellens
contre-poisons. Le _camandag_[16] est un arbre si vénéneux, que ses
feuilles mêmes sont mortelles: la liqueur qui distille de son tronc
sert aux insulaires pour empoisonner la pointe de leurs flèches.
L'ombre seule de l'arbre fait périr l'herbe aux environs; s'il est
transplanté, il détruit tous les arbres voisins, à l'exception d'un
arbrisseau qui est son contre-poison, et qui l'accompagne toujours.
Ceux qui voyagent dans les lieux déserts portent dans la bouche un
petit morceau de bois ou une feuille de cet arbrisseau pour se
garantir de la pernicieuse vertu du camandag.

[Note 16: Cet arbre ressemble beaucoup, par ses qualités vénéneuses,
au mancelinier des Antilles.]

Le maca-bubay, dont le nom signifie ce qui donne la vie, est une
espèce de lierre de la grosseur du doigt, qui croît autour d'un arbre;
il produit quelques filets dont les insulaires font des bracelets,
pour les porter comme un antidote contre toutes sortes de poisons. La
racine du bubay, prise du côté qui regarde l'orient, et pilée pour
être appliquée sur les plaies, guérit plus souverainement qu'aucun
baume. L'arbre de ce nom croît parmi les bâtimens, et les pénètre de
ses racines, jusqu'à renverser de grands édifices; il vient aussi
dans les montagnes, où il est fort honoré des Indiens.

La différence des nations que le hasard ou leur propre choix a
rassemblées aux Philippines entraîne aussi celle des langues. On en
compte six dans la seule île de Manille: celles des Tagales, des
Pampangas, des Bisayas, des Cagayans, des Iloccos et des Pangasinans.
Celles des Tagales et des Bisayas sont les plus usitées. On n'entend
point la langue des noirs, des zambales et des autres nations
sauvages. Carreri ne fait pas difficulté d'assurer que les anciens
habitans ont reçu leur langage et leur caractère des Malais de la
terre ferme, auxquels il prétend qu'ils ressemblent aussi par la
stupidité. Dans leur écriture ils ne se servent que de trois voyelles,
quoiqu'ils en prononcent différemment cinq: ils ont treize consonnes.
Leur méthode est d'écrire de bas en haut, en mettant la première ligne
à gauche, et continuant vers la droite, contre l'usage des Chinois et
des Japonais, qui écrivent de haut en bas et de droite à gauche. Avant
que les Espagnols leur eussent communiqué l'usage du papier, ils
écrivaient sur la partie polie de la canne, ou sur les feuilles de
palmier avec la pointe d'un couteau. Aujourd'hui les Indiens maures
des Philippines ont oublié leur ancienne écriture, et se servent de
l'espagnole.

La première loi parmi eux est de respecter et d'honorer les auteurs
de leur naissance. Toutes les causes sont jugées par le chef du
barangué, assisté d'un conseil des anciens. Dans les causes civiles,
on appelle les parties, on s'efforce de les accommoder; et si ce
prélude est sans succès, on les fait jurer de s'en tenir à la sentence
des juges, après quoi les témoins sont examinés. Si les preuves sont
égales, on partage la prétention. Si l'un des deux prétendans se
plaint, le juge devient sa partie; et, s'attribuant la moitié de
l'objet contesté, il distribue le reste entre les témoins. Dans les
causes criminelles, on ne prononce point de sentence juridique. Si le
coupable manque d'argent pour satisfaire la partie offensée, le chef
et les principaux du barangué lui ôtent la vie à coups de lance. Quand
le mort est lui-même un des principaux, toute sa parenté fait la
guerre à celle du meurtrier, jusqu'au jour où quelque médiateur
propose une certaine quantité d'or, dont la moitié se donne aux
pauvres, et l'autre à la femme, aux enfans ou aux parens du mort.

À l'égard du vol, si le coupable n'est pas connu, on oblige toutes les
personnes suspectes de mettre quelque chose sous un drap, dans
l'espérance que la crainte portera le voleur à profiter d'une si belle
occasion pour restituer sans honte. Mais si rien ne se retrouve par
cette voie, les accusés ont deux manières de se purger: ils se rangent
sur le bord de quelque profonde rivière, une pique à la main, et
chacun est obligé de s'y jeter: celui qui sort le premier est déclaré
coupable; d'où il arrive que plusieurs se noient, dans la crainte du
châtiment. La seconde épreuve consiste à prendre une pierre au fond
d'un bassin d'eau bouillante. Celui qui refuse de l'entreprendre paie
l'équivalent du vol.

On punit l'adultère par la bourse. Après le paiement, qui est réglé
par la sentence des anciens, l'honneur est rendu à l'offensé, mais
avec l'obligation de reprendre sa femme. Les châtimens sont rigoureux
pour l'inceste. Toutes ces nations sont livrées au plaisir des sens.
Il s'y trouve peu de femmes qui regardent la continence comme une
vertu. Dans les mariages, l'homme promet la dot, avec des clauses
pénales pour les cas de répudiation, qui ne passe pas pour un
déshonneur lorsqu'on s'assujettit aux conditions réglées. Les frais de
la noce sont excessifs. On fait payer au mari l'entrée de la maison,
ce qui se nomme le _passava_, ensuite la liberté de parler à sa femme,
qu'on appelle _patignog_; puis celle de boire et de manger avec elle,
qui porte le nom de _passalog_; enfin, pour consommer le mariage, il
paie aux parens le _ghina-puang_, qui est proportionné à leur
condition.

On ne connaît point d'exemple d'une coutume aussi barbare que celle
qui s'était établie aux Philippines d'avoir des officiers publics et
payés fort chèrement pour ôter la virginité aux filles, parce qu'elle
était regardée comme un obstacle aux plaisirs du mari. À la vérité,
il ne reste aucune marque de cette infâme pratique depuis la
domination des Espagnols. Cependant le voyageur à qui l'on doit ce
récit ajoute, sur le témoignage des missionnaires, qu'aujourd'hui même
un Bisayas s'afflige de trouver sa femme à l'épreuve du soupçon, parce
qu'il en conclut que, n'ayant été désirée de personne, elle doit avoir
quelque mauvaise qualité qui l'empêchera d'être heureux avec elle.

La noblesse, parmi tous ces peuples, n'était point une distinction
héréditaire; elle s'acquérait par l'industrie ou par la force,
c'est-à-dire, en excellant dans quelque profession. Ceux du plus bas
ordre n'avaient d'autre exercice que l'agriculture, la pêche ou la
chasse. Depuis qu'ils sont soumis aux Espagnols, ils ont contracté la
paresse de leurs maîtres, quoiqu'ils soient capables de travailler
avec beaucoup d'adresse. Ils excellent à faire de petites chaînes et
des chapelets d'or d'une invention fort délicate. Dans les Calamianes
et quelques autres îles, ils font des boîtes, des caisses et des étuis
de diverses couleurs, avec leurs belles cannes, qui ont jusqu'à
cinquante palmes de longueur. Les femmes font des dentelles qui
approchent de celles de Flandre, et la broderie en soie cause de
l'admiration aux Européens.

On a remarqué depuis long-temps que jamais ces insulaires ne mangent
seuls, et qu'ils veulent du moins un compagnon. Un mari qui perd sa
femme est servi pendant trois jours par des hommes veufs. Les femmes,
après la mort de leurs maris, reçoivent le même service de trois
veuves. On ne souffre point la présence des filles aux accouchemens,
dans l'opinion qu'elles rendent le travail plus difficile. La
sépulture des pauvres n'est qu'une simple fosse dans leur propre
maison. Les personnes riches sont renfermées dans un coffre de bois
précieux, avec des bracelets d'or et d'autres ornemens. Ce coffre, ou
ce cercueil, est placé dans un coin de leur demeure, à quelque
distance de la terre. On l'entoure d'une espèce de treillage; et dans
la même enceinte on met un autre coffre, qui contient les meilleurs
habits ou les armes du mort, si c'est un homme, et les outils du
travail, si c'est une femme. Avant l'arrivée des Espagnols, le plus
grand honneur qu'on pût faire à la mémoire des morts, c'était de bien
traiter l'esclave qu'ils avaient le mieux aimé, et de le tuer pour lui
tenir compagnie. L'habit de deuil est noir parmi les Tagales, et blanc
chez les Bisayas. Ils se rasent alors la tête et les sourcils.
Autrefois, après la mort des principaux, on gardait le silence pendant
plusieurs jours; on ne frappait d'aucun instrument, et la navigation
cessait sur les rivières voisines. Certaines marques apprenaient au
public qu'on était dans un temps de silence, et portaient défense de
les passer sous peine de la vie. Si le mort avait été tué par quelque
trahison, tous les habitans de son barangué attendaient, pour quitter
le deuil et pour rompre le silence, que ses parens en eussent tiré
vengeance, non-seulement contre les meurtriers, mais contre tous les
étrangers, qu'ils regardaient comme ennemis.

Ils se saluent entre eux fort civilement, en ôtant de dessus leur tête
leur manpouton, espèce de bonnet. S'ils rencontrent quelqu'un d'une
plus haute qualité, ils plient le corps assez bas, en se mettant une
main, ou toutes les deux, sur les joues, et levant en même temps le
pied en l'air avec le genou plié. Cependant, quand c'est un Espagnol
qu'ils voient passer, ils font simplement leur révérence, en ôtant le
manpouton, baissant le corps et tendant les mains jointes.

Ils sont assis en mangeant, mais fort bas, et leur table est fort
basse aussi. Il y a toujours, comme à la Chine, autant de tables que
de convives. On y boit plus qu'on ne mange. Le mets ordinaire n'est
qu'un peu de riz bouilli dans l'eau. La plupart ne mangent de viande
que les jours de fête. Leur musique et leurs danses ressemblent aussi
à celles des Chinois. L'un chante, et les autres répètent le couplet
au son d'un tambour de métal. Ils représentent dans leurs danses des
combats feints, avec des pas et des mouvemens mesurés; ils expriment
diverses actions avec les mains, et quelquefois avec une lance, qu'ils
manient avec beaucoup de grâce. Aussi les Espagnols ne les trouvent
pas indignes d'être introduits dans leurs fêtes. Les compositions,
dans leur langue, ne manquent ni d'agrément ni d'éloquence; mais ils
mettent leur principal amusement dans le combat des coqs, qu'ils
arment d'un fer tranchant, dont ils leur apprennent à se servir.

On n'a rien trouvé jusqu'à présent qui puisse jeter du jour sur la
religion et l'ancien gouvernement des insulaires naturels. Les seules
lumières qu'on ait tirées d'eux leur sont venues par une espèce de
tradition, dans des chansons qui vantent la généalogie et les faits
héroïques de leurs dieux. On sait qu'ils en avaient un auquel ils
portaient un respect singulier, et que les chansons tagales nomment
_barhalamay-capal_, c'est-à-dire, _dieu fabricateur_. Ils adoraient
les animaux, les oiseaux, le soleil et la lune. Il n'y avait point de
rocher, de cap et de rivière qu'ils n'honorassent par des sacrifices,
ni surtout de vieil arbre auquel ils ne rendissent quelques honneurs
divins; et c'était un sacrilége de le couper. Cette superstition n'est
pas tout-à-fait détruite. Rien n'engagera un insulaire à couper
certains vieux arbres dans lesquels ils sont persuadés que les âmes de
leurs ancêtres ont leur résidence. Ils croient voir sur la cime de ces
arbres divers fantômes qu'ils appellent _tibalang_, avec une taille
gigantesque, de longs cheveux, de petits pieds, des ailes
très-étendues, et le corps peint; ils reconnaissent, disent-ils, leur
arrivée par l'odorat. Ce qu'il y a d'étrange, c'est qu'ils prétendent
les voir, et qu'ils le soutiennent avec toutes les marques d'une forte
persuasion, tandis que les Espagnols n'aperçoivent rien.

Chaque petit état portait le nom de _barangué_, qui signifie _barque_;
apparemment parce que les premières familles, étant venues dans une
barque, étaient demeurées soumises aux capitaines, qui étaient
peut-être les chefs des familles, et ce titre s'était conservé.

Dampier, qui était à Mindanao en 1686, y fit, dans un assez long
séjour, quelques observations qui méritent d'être recueillies.

Ces Indiens ont une manière de mendier qui est particulière à leur
île, et dont Dampier trouve la source dans le peu de commerce qui s'y
fait. Lorsqu'il y arrive des étrangers, les insulaires se rendent à
bord, les invitent à descendre, et demandent à chacun, s'il a besoin
d'un camarade, terme qu'ils ont emprunté des Espagnols, ou s'il désire
une _pagaly_. Ils entendent par l'un un ami familier, et par l'autre
une intime amie. On est obligé d'accepter cette politesse, de la payer
par un présent, et de la cultiver par la même voie. Chaque fois que
l'étranger descend à terre, il est bien reçu chez son camarade ou chez
sa pagaly. Il y mange, il y couche pour son argent, et l'unique faveur
qu'on lui accorde _gratis_ est le tabac et le bétel, qui ne lui sont
point épargnés. Les femmes du plus haut rang ont la liberté de
converser publiquement avec leur hôte, de lui offrir leur amitié, et
de lui envoyer du bétel et du tabac.

La capitale de l'île porte aussi le nom de Mindanao. Sa situation est
dans le midi de l'île, à 7 degrés 20 minutes de latitude
septentrionale, sur les bords d'une petite rivière qui n'est qu'à deux
milles de la mer. Les maisons y sont d'une forme extrêmement
singulière: on les élève sur des pilotis qui ont jusqu'à vingt pieds
de hauteur, plus ou moins gros, suivant l'air de magnificence qu'on
veut donner à l'édifice; aussi n'ont-elles qu'un étage divisé en
plusieurs chambres, où l'on monte de la rue par des degrés.

Le palais du sultan est distingué par sa grandeur. Il est assis sur
cent quatre-vingts gros piliers, beaucoup plus hauts que ceux des
maisons ordinaires, avec de grands et larges degrés par lesquels on y
monte. On trouve dans la première chambre une vingtaine de canons de
fer placés sur leurs affûts. Le général et les grands ont, comme le
roi, de l'artillerie dans leurs hôtels. À vingt pas du palais, on
distingue un petit bâtiment élevé aussi sur des piliers, mais à trois
ou quatre pieds seulement. C'est la salle du conseil, et celle où l'on
reçoit les ambassadeurs et les marchands étrangers; elle est couverte
de nattes fort propres, sur lesquelles tous les conseillers sont assis
les jambes croisées.

Il y a peu d'artisans dans cette ville: les principaux sont les
orfévres, les forgerons et les charpentiers, quoiqu'à peine y
trouve-t-on trois orfévres; ils travaillent en or et en argent, et
tout ce qu'on leur commande est fort bien exécuté; mais ils n'ont
point de boutiques, ni de marchandises en vente. Les forgerons
travaillent aussi bien qu'il est possible avec de mauvais outils.
Dampier eut souvent occasion d'admirer leur adresse. Ils n'ont point
d'étaux ni d'enclumes; ils forgent sur une pierre fort dure ou sur un
morceau de vieux canon. Cependant ils ne laissent pas de faire des
ouvrages achevés, surtout des meubles ordinaires et des ferremens pour
les vaisseaux. Presque tous les habitans sont charpentiers. Ils savent
tous manier la hache droite et la courbe; mais ils n'ont point de
scies. Pour faire une planche, ils fendent l'arbre en deux, et de
chaque moitié ils font une seule planche, qu'ils polissent avec la
hache. Ce travail est pénible; mais le bois conservant tout son grain
est d'une force qui les dédommage de la peine et des frais.

Le père Le Clain, missionnaire jésuite, donne le nom de _Palaos_ à
d'autres îles qui ne sont pas éloignées des Marianes, quoiqu'elles n'y
aient aucune communication, et dont il raconte ainsi la découverte.

En faisant la visite des établissemens de son ordre, il arriva dans
une bourgade de l'île de Samar, la dernière et la plus méridionale des
Pintados. Il y trouva vingt-neuf Palaos; c'est le nom qu'il donne
aussi aux habitans des îles nouvellement découvertes. Les vents d'est
qui règnent sur ces mers depuis le mois de décembre jusqu'au mois de
mai les avaient jetés à trois cents lieues de leurs îles, dans la baie
de cette bourgade, qui se nomme _Guivam_. Ils s'étaient embarqués dans
leur patrie, sur deux barques, au nombre de trente-cinq, pour passer
dans une île voisine. Un vent impétueux les avait emportés en haute
mer. Tous leurs efforts n'ayant pu les rapprocher de terre, ils
avaient vogué au gré des vents pendant soixante-dix jours, avec si peu
de provisions, qu'ils avaient souffert long-temps la faim et la soif.
Enfin ils s'étaient trouvés à la vue de l'île de Samar. Un Guivamois
qui était au bord de la mer les avait aperçus, et jugeant à la forme
de leurs bâtimens qu'ils étaient étrangers, il les avait exhortés par
des signes à passer par le canal qu'il leur montrait, pour éviter des
bancs de sable et des écueils sur lesquels ils allaient échouer. Ces
malheureux, effrayés de voir un inconnu, s'étaient efforcés de
retourner vers la haute mer; mais le vent n'avait pas cessé de les
repousser au rivage. Alors le Guivamois, touché de compassion pour
leur perte qu'il voyait infaillible, s'était jeté à la mer, et n'avait
pas balancé à s'avancer à la nage vers les deux barques pour s'en
faire le pilote. Ceux qu'il voulait secourir avaient mal expliqué ses
intentions. Dans leur crainte, les hommes, et même les femmes
chargées de leurs petits enfans, s'étaient jetés au milieu des flots
pour gagner l'autre barque. Il était monté dans celle qu'ils avaient
abandonnée, et, les ayant suivis jusqu'à l'autre, il les avait sauvés
comme malgré eux en les conduisant au port.

Ils avaient pris terre le 28 décembre 1696. Tous les habitans du
bourg, dont la plupart étaient chrétiens, les avaient reçus avec
beaucoup d'humanité. Ils avaient mangé fort avidement des cocos; mais,
lorsqu'on leur avait présenté du riz cuit à l'eau, qui est la
nourriture de toute l'Asie, ils l'avaient regardé avec admiration, et
prenant les grains pour des vermisseaux, ils avaient refusé d'y
toucher. Rien n'avait tant satisfait leur goût que les grosses
racines, surtout celles qu'on nomme _salavans_. On avait fait venir
d'un autre bourg de l'île deux femmes que les vents avaient jetées
autrefois sur la même côte. Elles les avaient aussitôt reconnus à leur
langage, et, s'étant fait reconnaître aussi pour être des mêmes îles,
ils s'étaient mis tous à pleurer de tendresse et de joie. Les respects
qu'ils avaient vu rendre au missionnaire du bourg leur avait fait
juger qu'il était le maître du pays, et que leur vie était entre ses
mains. Ils s'étaient jetés à terre pour implorer sa miséricorde et lui
demander la vie. Sa compassion pour leurs peines, et les caresses
qu'il avait faites à leurs enfans avaient achevé de leur inspirer de
la confiance. Il les avait distribués dans les maisons des habitans,
avec ordre de leur fournir des habits et des vivres; mais il avait
voulu qu'on ne séparât point ceux qui étaient mariés, et qu'on n'en
prît pas moins de deux ensemble, dans la crainte de causer trop de
chagrin à ceux qui se verraient seuls. De trente-cinq qu'ils étaient à
leur départ, il n'en restait plus que trente. La faim et les
incommodités d'une longue navigation en avaient fait mourir cinq
pendant le voyage; et quelques jours après leur arrivée, il en mourut
un autre qui reçut heureusement le baptême.

C'est sur leur récit que le P. Le Clain donne la description de leurs
îles. Elles sont au nombre de trente-deux. Il y a beaucoup
d'apparence, dit-il, qu'elles sont plus au midi que les îles Marianes,
vers 11 ou 12 degrés de latitude septentrionale, et sous le même
parallèle que Guivan, puisque ces étrangers, venant de l'est à
l'occident, avaient abordé au rivage de cette bourgade. Le
missionnaire se persuade aussi que c'est une de ces îles qu'on avait
découvertes de loin quelques années auparavant. Un vaisseau des
Philippines ayant quitté la route ordinaire, qui est de l'est à
l'ouest sous le troisième parallèle, et s'étant un peu écarté du
sud-ouest, l'aperçut pour la première fois. Les uns la nommèrent
Caroline, du nom de Charles II, roi d'Espagne; et d'autres l'île de
Saint-Barnabé, parce qu'elle fut découverte le jour de cette fête.
Depuis moins d'un an elle avait été vue d'un autre vaisseau, que la
tempête avait fait changer de route en allant de Manille aux Marianes.
Le gouverneur des Philippines avait donné ordre au vaisseau qui fait
presque tous les ans cette route de chercher la même île et d'autres
qu'on n'en croit pas éloignées; mais toutes ces recherches avaient été
sans succès.

Les étrangers ajoutaient que, de leurs trente-deux îles, il y en a
trois qui ne sont habitées que par des oiseaux, mais que toutes les
autres sont extrêmement peuplées. Quand on leur demandait quel peut
être le nombre des habitans, ils montraient un monceau de sable pour
marquer que la multitude en est innombrable. Lamurec, qui est la plus
considérable de leurs îles, est celle où le roi tient sa cour; les
autres ne lui sont pas moins soumises. Il se trouvait parmi ces trente
étrangers un des principaux seigneurs du pays avec sa femme, qui était
fille du roi. Quoiqu'ils fussent à demi nus, la plupart avaient un air
de grandeur, et des manières qui marquaient la distinction de leur
naissance. Le seigneur avait tout le corps peint de certaines lignes
dont l'arrangement formait diverses figures. Les autres hommes avaient
aussi quelques-unes de ces lignes; mais les femmes et les enfans n'en
avaient aucune. Par le tour et la couleur du visage, ils avaient
quelque ressemblance avec les insulaires des Philippines; mais les
hommes n'avaient pas d'autre habit qu'une espèce de ceinture qui leur
couvrait les reins et les cuisses, et qui se repliait plusieurs fois
autour du corps; ils avaient sur les épaules plus d'une aune et demie
de grosse toile, dont ils se faisaient une sorte de capuchon qu'ils
liaient par-devant et qu'ils laissaient pendre négligemment
par-derrière. Les femmes étaient vêtues de même, à l'exception d'un
linge qui leur descendait un peu plus bas, de la ceinture sur les
genoux.

Leur langue n'a rien de semblable à celle des Philippines, ni même à
celle des îles Marianes. Il parut au P. Le Clain que leur manière de
prononcer approchait de la prononciation, des Arabes. La plus
distinguée de leurs femmes avait plusieurs anneaux et plusieurs
colliers, les uns d'écaille de tortue, les autres d'une matière
inconnue aux missionnaires, qui ressemble assez à de l'ambre gris,
mais qui n'est pas transparente.

Ces insulaires n'ont pas de vaches dans leurs îles. Ils parurent
effrayés lorsqu'ils en virent quelques-unes qui broutaient l'herbe,
aussi-bien que des aboiemens d'un petit chien qu'ils entendirent dans
la maison des missionnaires. Ils n'ont pas non plus de chats, ni de
cerfs, ni de chevaux, ni généralement d'animaux à quatre pieds. Ils
ont des poules dont ils se nourrissent, mais ils n'en mangent point
les oeufs. On ne s'aperçut pas qu'ils eussent aucune connaissance de
la Divinité, ni qu'ils adorassent des idoles. Toute leur vie
paraissait animale, c'est-à-dire uniquement bornée au soin de boire et
de manger. Ils n'ont pas d'heure réglée pour le repas. La faim et la
soif les déterminent lorsqu'ils trouvent de quoi se satisfaire; mais
ils mangent peu chaque fois, et leurs plus grands repas ne suffisent
point pour le cours d'une journée.

Leur civilité, ou la marque de leur respect, consiste à prendre,
suivant qu'ils sont assis ou debout, ou la main, ou le pied de celui
auquel ils veulent faire honneur, et à s'en frotter doucement le
visage. Ils avaient, entre leurs petits meubles, quelques scies
d'écaille, qu'ils aiguisaient en les frottant sur des pierres. Leur
étonnement parut extrême à l'occasion d'un vaisseau marchand qu'on
bâtissait à Guivam, de voir la multitude des instrumens de
charpenterie qu'on y employait. Ils les regardaient successivement
avec une vive admiration. Les métaux ne sont pas connus dans leur
pays. Le missionnaire leur ayant donné à chacun un assez gros morceau
de fer, ils marquèrent plus de joie que s'ils eussent reçu la même
quantité d'or. Dans la crainte de perdre ce présent, ils le mettaient
sous leur tête pendant la nuit. Ils n'avaient pas d'autres armes que
des lances et des traits garnis d'ossemens humains; mais ils
paraissaient d'un naturel pacifique. Leurs querelles se terminaient
par quelques coups de poings qu'ils se donnaient sur la tête; et ces
violences mêmes étaient d'autant plus rares, qu'à la moindre apparence
de colère, leurs amis s'entremettaient pour apaiser le différent.
Cependant, loin d'être stupides ou pesans, ils ont beaucoup de
vivacité. Avec moins d'embonpoint que les habitans des îles Marianes,
ils sont bien proportionnés et de la même taille que les Philippinois.
Les hommes et les femmes laissent également croître leurs cheveux, qui
leur tombent sur les épaules. Lorsqu'ils voulaient paraître avec un
peu d'avantage, ils se peignaient le corps d'une couleur jaune dont
ils connaissaient tous la préparation. Leur joie était continuelle de
se trouver dans l'abondance de tout ce qui est nécessaire à la vie.
Ils promettaient de revenir de leurs îles, et d'engager leurs
compatriotes à les suivre.

Deux jésuites, nommés le P. Cortil et le P. Du Béron, entreprirent, en
1710, de porter l'Évangile aux îles Palaos, avec divers secours qu'ils
avaient obtenus de la cour d'Espagne. Joseph Somera, dont on a publié
une courte relation dans le onzième recueil des lettres édifiantes,
nous apprend qu'étant descendus dans une de ces îles, tandis qu'après
leur débarquement le vaisseau fut emporté au large par les courans et
les vents, ils demeurèrent abandonnés à la merci des insulaires; mais
Somera et les autres gens du vaisseau ne débarquèrent point. L'unique
éclaircissement qu'ils rapportèrent, c'est qu'ayant pris hauteur à un
quart de lieue de l'île, ils se trouvèrent par 5 degrés 16 minutes de
latitude nord, et la variation, au lever du soleil, fut trouvée de 5
degrés nord-est. Ensuite s'étant approchés d'une autre île, à
cinquante lieues de celle qu'ils avaient quittée, ils se trouvèrent
par 7 degrés 14 minutes du nord, à une lieue au large de cette île.

L'année suivante, le P. Serano tenta la même entreprise, muni de brefs
du pape et d'autres pièces. Il partit de Manille le 15 décembre avec
un autre jésuite et l'élite de la jeunesse du pays. Le troisième jour
de leur navigation, le vaisseau fut brisé par une violente tempête, et
tous périrent, à la réserve de deux Indiens et d'un Espagnol, qui
échappèrent du naufrage pour en porter la triste nouvelle à Manille.
Ainsi tout ce qui regarde les îles Palaos est encore dans une
véritable obscurité.

Si nous avions suivi la marche des Espagnols qui, partant de
l'hémisphère occidental, passèrent par les Marianes avant de découvrir
les Philippines, nous n'aurions fait mention de celles-ci qu'après
avoir parlé des premières; mais nous suivons, comme on l'a vu, une
route opposée.

Depuis plus de deux siècles que les Espagnols passent entre les
Marianes, dans leurs voyages aux Philippines, ils ont trouvé qu'elles
forment une chaîne qui s'étend du sud au nord, c'est-à-dire depuis
l'endroit où elle commence vis-à-vis de la Nouvelle-Guinée, jusqu'au
36e. degré qui les approche du Japon. Elles sont renfermées par
conséquent entre cet empire et la ligne équinoxiale, vers l'extrémité
de la mer Pacifique, à près de quatre cents lieues à l'est des
Philippines; et, dans cette position, elles occupent environ cent
cinquante lieues de mer, depuis Guahan, qui en est la plus grande et
la plus méridionale, jusqu'à Urac, qui est la plus proche du tropique.

Magellan, qui les découvrit le premier en 1521, les nomma _îles des
Larrons_, dans le chagrin de s'être vu enlever par les insulaires
quelques morceaux de fer et quelques instrumens de peu de valeur.
Ensuite la multitude de petits bâtimens qui viennent à voiles
déployées au-devant des navires de l'Europe leur fit donner le nom
d'_îles de las Velas_, qu'elles ont perdu vers la fin du dernier
siècle pour recevoir celui d'_îles Marianes_, en l'honneur de la reine
d'Espagne, Marie-Anne d'Autriche, femme de Philippe IV.

Michel Lopez Legaspi en prit possession pour cette couronne en 1565;
mais, n'y trouvant pas toutes les commodités qu'il désirait, il n'y
fit pas un long séjour. Après avoir traité fort humainement les
insulaires, il alla faire la conquête des Philippines, où les
Espagnols tournèrent assez long-temps tous leurs soins. Les îles
Marianes furent oubliées, jusqu'à ce que le zèle des missionnaires en
réveillât l'idée. Le P. de Sanvitores, célèbre jésuite, excita la
reine, veuve de Philippe IV et mère de Charles II, à faire répandre
les lumières de l'Évangile dans ces régions sauvages. Cette princesse,
qui gouvernait alors l'Espagne en qualité de régente, envoya des
ordres au gouverneur de Manille. Les Espagnols se rendirent facilement
maîtres de l'île de Guahan; ils y introduisirent les missionnaires,
et par degrés ils subjuguèrent toutes les autres.

L'île de Guahan étant la principale, ils y bâtirent un bon château,
dans lequel ils n'ont pas cessé d'entretenir une garnison d'environ
cent hommes. Les jésuites y ont bâti deux colléges pour l'instruction
des jeunes Indiens de l'un et de l'autre sexe; et la cour d'Espagne
donne chaque année trois mille piastres à ce religieux établissement.
Un vaisseau de Manille, envoyé aussi tous les ans, y apporte de
l'étoffe et d'autres provisions. Carreri se trompe lorsqu'il ne donne
qu'environ dix lieues de tour à l'île de Guahan: elle en a quarante;
elle est agréable et fertile. En général, quoique les îles Marianes
soient sous la zone torride, le ciel y est fort serein; on y respire
un air pur, et la chaleur n'y est jamais excessive; les montagnes,
chargées d'arbres presque toujours verts, et coupées par un grand
nombre de ruisseaux qui se répandent dans les vallées et dans les
plaines, rendent le pays fort agréable.

Avant que les Espagnols eussent paru dans ces îles, les habitans y
vivaient dans une parfaite liberté; ils n'avaient pas d'autres lois
que celles qu'ils voulaient s'imposer. Séparés de toutes les nations
par les vastes mers dont ils sont environnés, ils ignoraient qu'il
existât d'autres terres, et se regardaient comme les seuls habitans du
monde. Cependant ils manquaient de la plupart des choses que nous
croyons nécessaires à la vie; ils n'avaient point d'animaux, à
l'exception de quelques oiseaux, et presque d'une seule espèce, assez
semblable à nos tourterelles; ils ne les mangeaient pas, mais ils se
faisaient un amusement de les apprivoiser et de leur apprendre à
parler. Ce qu'il y a de plus étonnant, c'est qu'ils n'avaient jamais
vu de feu. Cet élément, sans lequel on ne s'imaginerait pas que les
hommes pussent vivre, leur était tellement inconnu, qu'ils n'en purent
deviner les propriétés en le voyant pour la première fois dans une
descente de Magellan, qui brûla quelques-unes de leurs maisons. Ils
prirent d'abord le feu pour un animal qui s'attachait au bois et qui
s'en nourrissait. Les premiers qui s'en approchèrent trop s'étant
brûlés, leurs cris inspirèrent de la crainte aux autres, qui n'osèrent
plus le regarder que de loin. Ils appréhendèrent la morsure d'un si
terrible animal, qu'ils crurent capable de les blesser par la seule
violence de sa respiration; car c'est l'idée qu'ils se formèrent de la
flamme et de la chaleur; mais cette fausse imagination dura peu; ils
s'accoutumèrent bientôt à se servir du feu comme nous.

Quoiqu'on ignore dans quel temps les Marianes ont été peuplées, et de
quel pays ses habitans tirent leur origine, leurs inclinations, qui
ressemblent à celle des Japonais, et les idées de leur noblesse, qui
n'est pas moins fière et moins hautaine qu'au Japon, font juger qu'ils
peuvent être venus de ces grandes îles, d'autant plus qu'ils n'en
sont éloignés que de six à sept journées. Quelques-uns se persuadent
néanmoins qu'ils sont sortis des Philippines et des îles voisines,
parce que la couleur de leur visage, leur langue, leurs coutumes et la
forme de leur gouvernement ont beaucoup de rapport avec ce qu'on a dit
des Tagales, anciens habitans des Philippines. Peut-être viennent-ils
des uns et des autres, et leurs îles se sont-elles peuplées par
quelque naufrage des Japonais et des Tagales, que la tempête aura
jetés sur leurs côtes.

Les Marianes sont fort peuplées. On compte plus de trente mille
habitans dans la seule île de Guahan. Celle de Saypan en contient
moins, et les autres à proportion. Toutes ces îles sont remplies de
villages répandus dans les plaines et sur les montagnes, dont
quelques-uns sont composés de cent et cent cinquante maisons. Les
habitans sont basanés, mais leur teint est d'un brun plus clair que
celui des Philippinois. Ils sont plus robustes que les Européens. Leur
taille est haute et bien proportionnée. Quoiqu'ils ne se nourrissent
que de racines, de fruits et de poisson, ils ont tant d'embonpoint,
qu'ils en paraissent enflés: mais il ne les empêche pas d'être souples
et agiles. Rien n'est moins rare parmi eux que de vivre cent ans. Leur
historien assure que la première année qu'on leur prêcha l'Évangile,
on en baptisa plus de cent vingt qui passaient cet âge, et qui ne
paraissaient pas au-dessus de leur cinquantième année. La plupart
arrivent à une extrême vieillesse sans avoir jamais été malades. Ceux
qui le deviennent se guérissent avec des simples dont ils connaissent
la vertu.

Les hommes sont entièrement nus; mais les femmes ne le sont pas
tout-à-fait. Elles font consister la beauté à se rendre les dents
noires et les cheveux blancs. Ainsi la plus importante de leurs
occupations est de se noircir les dents avec certaines herbes, et de
blanchir leur chevelure avec des eaux préparées pour cet usage. Elles
la portent fort longue, au lieu que les hommes se la rasent presque
entièrement, et ne conservent au sommet de la tête qu'un petit flocon
de cheveux long d'un doigt, à la manière du Japon.

Leur langue a beaucoup de rapport avec celle des Tagales, qu'on parle
aux Philippines. Elle est assez agréable; la prononciation en est
douce et aisée. Un des agrémens de cette langue est de transposer les
mots, et quelquefois même les syllabes du même mot; ce qui donne
occasion à des équivoques que ces peuples aiment beaucoup. Quoiqu'ils
n'aient aucune connaissance des sciences ni des beaux-arts, ils ne
laissent pas d'avoir des histoires remplies de fables, et même
quelques poésies dont ils se font honneur. Un poëte est respecté de
toute la nation. Mais jamais peuple ne fut rempli d'une vanité plus
sotte et d'une plus ridicule présomption. Tous les pays dont on leur
parle ne paraissent qu'exciter leur mépris. Ils n'entendent ces
récits qu'avec des marques de pitié. Leur nation est distinguée en
trois états: la noblesse, le peuple, et ceux qui forment comme l'état
moyen. La noblesse est d'une fierté que leur historien traite
d'incroyable; elle tient le peuple dans un abaissement qu'il est
impossible, dit-il, de s'imaginer en Europe. C'est la dernière et la
plus criminelle infamie, pour les nobles, de s'allier aux filles du
peuple. Une famille qui le souffre est perdue de réputation. Avant
qu'ils eussent embrassé le christianisme, s'il arrivait qu'un noble se
dégradât par une alliance si révoltante, tous ses parens
s'assemblaient, et de concert ils lavaient cette tache dans le sang du
coupable. Enfin ce fol entêtement va si loin, que c'est un crime pour
les personnes du peuple d'approcher de la maison des nobles; et s'ils
désirent quelque chose les uns des autres, il faut qu'ils se le
demandent de loin.

Ces nobles sont distingués par le titre de _chamorris_. Ils ont des
fiefs héréditaires dans leurs familles. Ce ne sont pas les enfans qui
succèdent aux pères, mais les frères et neveux du mort, dont ils
prennent le nom ou celui du chef de la famille. Cet usage est si bien
établi, qu'il ne cause jamais aucun trouble. La noblesse la plus
estimée est celle d'Adgadna, capitale de l'île de Guahan. Une
situation avantageuse et l'excellence des eaux ont attiré dans cette
ville plus de cinquante familles nobles, qui jouissent d'une grande
considération dans l'île entière. Leurs chefs président aux
assemblées. On les respecte, on les écoute; mais la déférence pour
leur jugement n'est jamais forcée. Chacun prend le parti qui lui
convient, sans y trouver d'opposition, parce que ces peuples n'ont
proprement aucun maître, ni d'autres lois que certains usages, dont
ils n'observent religieusement un petit nombre que par la force de
l'habitude.

Dans une si profonde barbarie, on remarque entre les chamorris quelque
apparence de politesse. Lorsqu'ils se rencontrent ou qu'ils passent
les uns devant les autres, ils se saluent par quelques termes civils.
Ils s'invitent mutuellement à manger. Ils se présentent une herbe
qu'ils ont toujours à la bouche, et qui leur tient lieu de tabac. Une
de leurs civilités les plus ordinaires, est de passer la main sur
l'estomac de ceux qu'ils veulent honorer. C'est une extrême incivilité
parmi eux de cracher devant ceux à qui on doit du respect. Leur
délicatesse va là-dessus jusqu'à la superstition. Ils crachent
rarement, et jamais sans beaucoup de précautions. Ils ne crachent
jamais près de la maison d'un autre, ni le matin. Les plus graves en
apportent quelques raisons qu'on n'a pas bien pénétrées, et qui n'en
valent pas trop la peine.

Leur occupation la plus commune est la pêche: ils s'y exercent dès
l'enfance; aussi nagent-ils comme des poissons. Leurs canots sont
d'une légèreté surprenante et d'une propreté qui ne déplairait pas en
Europe. Carreri en fait une description curieuse. Ils ne sont pas
faits d'un seul tronc d'arbre, comme en Afrique et dans d'autres
lieux, mais de deux troncs cousus et joints avec de la canne des
Indes. Leur longueur est de quinze ou dix-huit pieds; et comme ils
pourraient chavirer facilement, parce que leur largeur n'est que de
quatre palmes, ils joignent aux côtés des pièces de bois solides qui
les tiennent en équilibre. Ce bâtiment ne pouvant guère contenir que
trois matelots, ils font un plancher dans le milieu, qui s'avance des
deux côtés sur l'eau, et qui est la place des passagers. Des trois
matelots, l'un est sans cesse occupé à jeter l'eau qui entre également
par-dehors et par les fentes, tandis que les autres sont aux
extrémités pour gouverner. La voile, qui ressemble à celles qu'on
nomme _latines_, est de nattes, et de la longueur du bâtiment; ce qui
les expose à se voir renverser lorsqu'ils n'évitent pas soigneusement
d'avoir le vent en poupe. Mais rien n'est égal à leur vitesse; ils
font dans une heure dix et douze milles. Pour revenir d'un lieu à un
autre, ils ne font que changer la voile sans tourner le bâtiment;
alors la proue devient la poupe. S'ils ont besoin d'y faire quelque
réparation, ils mettent les marchandises et les passagers sur la
voile, et leur manoeuvre est si prompte, que les Espagnols, qui en
sont témoins tous les jours, ont peine à en croire leurs yeux. C'est
dans ces frêles machines qu'ils ont quelquefois traversé une mer de
quatre cents lieues jusqu'aux Philippines.

Leurs édifices ne sont pas sans agrémens. Ils sont bâtis de cocotiers
et de maria, espèce de bois qui est particulier à ces îles. Chaque
maison est composée de quatre appartemens, séparés par des cloisons de
feuilles de palmiers, qui sont entrelacées en forme de natte. Le toit
est de la même matière. Ces appartemens sont propres, et destinés
chacun à leur usage. On couche dans le premier; on mange dans le
second; le troisième sert à garder les fruits et les autres
provisions, et le quatrième au travail.

On ne connaît aucun peuple qui vive dans une plus grande indépendance.
Chacun se trouve maître de soi-même et de ses actions aussitôt qu'il
est capable de se connaître. Le respect même et la soumission pour les
parens, qui semble la première inspiration de la nature, est un
sentiment qu'ils ignorent. Ils n'ont de rapport avec leurs pères et
leurs mères qu'autant qu'ils ont besoin de leurs secours. Chacun se
fait justice dans les démêlés qui naissent entre eux. S'il survient
quelque différent entre les villages et les peuples, ils le terminent
par la guerre. Ils ont une facilité extrême à s'irriter. Ils se hâtent
de courir aux armes; mais ils les quittent aussi promptement qu'ils
les prennent, et jamais leurs guerres ne sont de longue durée.
Lorsqu'ils se mettent en campagne, ils poussent de grands cris, moins
pour effrayer leurs ennemis que pour s'animer eux-mêmes; car la nature
ne les a pas faits braves. Ils marchent sans chef, sans discipline et
sans ordre: ils partent sans provisions. Ils passent deux et trois
jours sans manger, uniquement attentifs aux mouvemens de l'ennemi,
qu'ils tâchent de faire tomber dans quelque piége. C'est un art dans
lequel peu de nations les égalent. La guerre parmi eux ne consiste
qu'à se surprendre: ils n'en viennent aux mains qu'avec peine. La mort
de deux ou trois hommes décide ordinairement de la victoire. Ils
paraissent saisis de peur à la vue du sang; et, prenant la fuite, ils
se dissipent aussitôt. Les vaincus envoient des présens au parti
victorieux, qui les reçoit avec une joie insolente, telle qu'est
toujours celle des caractères timides qui voient leurs ennemis à leurs
pieds. Il insulte aux vaincus, il compose des vers satiriques qui se
chantent ou qui se récitent dans les fêtes.

Une singularité qui distingue encore cette nation est de n'avoir point
d'arcs, de flèches ni d'épées. Les armes des Marianais sont des bâtons
garnis du plus gros os d'une jambe, d'une cuisse ou d'un bras d'homme.
Ces os, qu'ils travaillent assez proprement, ont la pointe fort aiguë,
et sont si venimeux par leur propre nature, que la moindre esquille
qui reste dans une blessure cause infailliblement la mort, avec des
convulsions, des tremblemens et des douleurs incroyables, sans qu'on
ait pu trouver jusqu'à présent de remède à la force d'un poison si
puissant. Chaque insulaire a quantité de ces redoutables traits. Les
pierres sont une autre partie de leurs munitions. Ils les lancent avec
tant d'adresse et de raideur, qu'elles entrent quelquefois dans le
tronc des arbres. On ne leur connaît point d'armes défensives. Ils ne
parent les coups qu'on leur porte que par la souplesse et l'agilité de
leurs mouvemens. Mais s'ils sont mauvais guerriers, ils entendent si
bien la dissimulation, que les étrangers y ont été toujours trompés
avant d'avoir appris à les connaître.

La vengeance est une de leurs plus ardentes passions. S'ils reçoivent
une injure, leur ressentiment n'éclate jamais par des paroles: toute
leur aigreur et leur amertume se renferment dans leur coeur. Ils sont
si maîtres d'eux-mêmes, qu'ils laissent passer tranquillement des
années entières pour attendre l'occasion de se satisfaire: alors ils
se dédommagent d'une si longue violence, en se livrant à tout ce que
la haine et la trahison leur inspirent de plus noir et de plus
affreux.

Leur inconstance et leur légèreté sont sans exemple. Comme ils vivent
sans contrainte et dans l'habitude continuelle de suivre tous leurs
caprices, ils passent aisément d'une inclination à l'autre; ce qu'ils
désirent avec le plus d'ardeur, ils cessent de le vouloir le moment
d'après. Les missionnaires regardent cette mobilité d'humeur comme le
plus grand obstacle qu'ils aient trouvé à la conversion de ces
barbares. Elle est accompagnée d'un goût fort vif pour le plaisir. Ils
ont naturellement de la gaieté; ils l'exercent agréablement par des
railleries mutuelles et par des bouffonneries qui ne laissent point
languir la joie. S'ils sont sobres, c'est moins par inclination que
par nécessité. Ils s'assemblent souvent, ils se traitent en poissons,
en fruits, en racines, avec une liqueur qu'ils composent de riz et de
cocos râpés; ils se plaisent, dans ces fêtes, à danser, à courir, à
lutter, à raconter les aventures de leurs ancêtres, et souvent à
réciter des vers de leurs poëtes, qui ne contiennent que des
extravagances et des fables. Les femmes ont aussi leurs amusemens.
Elles y viennent fort parées, autant du moins qu'elles peuvent l'être
avec des coquillages, de petits grains de jais et des morceaux
d'écaille de tortue, qu'elles laissent pendre sur leur front; elles y
entrelacent des fleurs pour relever ces bizarres ornemens. Leurs
ceintures sont des chaînes de petites coquilles, qu'elles estiment
plus que nous ne faisons en Europe les perles ou les pierres
précieuses. Elles y attachent de petits cocos assez proprement
travaillés: elles ajoutent à toutes ces parures des tissus de racines
d'arbres; ce qui ne sert qu'à les défigurer: car ces tissus
ressemblent plus à des cages qu'à des habits.

Dans leurs assemblées, elles se mettent douze ou treize en rond,
debout et sans se remuer. C'est dans cette attitude qu'elles chantent
les vers fabuleux de leurs poëtes, avec un agrément et une justesse
qui plairaient en Europe. L'accord de leurs voix est admirable, et ne
cède rien à la musique la mieux concertée. Elles ont dans les mains
des petites coquilles qu'elles font jouer comme nos castagnettes. Mais
les Européens sont surpris de la manière dont elles soutiennent leur
voix et dont elles animent leur chant, avec une action si vive et tant
d'expression dans les gestes, qu'au jugement même des missionnaires,
elles charment ceux qui les voient et qui les entendent.

Les hommes prennent le nombre de femmes qu'ils jugent à propos, et
n'ont pas d'autre frein que celui de la parenté: cependant l'usage
commun est de n'en avoir qu'une. Elles sont parvenues, dans les îles
Marianes, à jouir des droits qui sont ailleurs le partage des maris.
La femme commande absolument dans chaque maison; elle est la
maîtresse. Elle est en possession de toute l'autorité; et le mari n'y
peut disposer de rien sans son consentement. S'il n'a pas toute la
déférence que sa femme se croit en droit d'exiger, si sa conduite
n'est pas réglée, ou s'il est de mauvaise humeur, sa femme le
maltraite ou le quitte, et rentre dans tous les droits de la liberté.
Ainsi le mariage des Marianais n'est pas indissoluble; mais de
quelque côté que vienne la séparation, la femme ne perd pas ses biens:
ses enfans la suivent, et considèrent le nouvel époux qu'elle choisît
comme s'il était leur père. Un mari a quelquefois le chagrin de se
voir en un moment sans femme et sans enfans par la mauvaise humeur et
la bizarrerie d'une femme capricieuse.

Mais ce n'est pas le seul désagrément des maris. Si la conduite d'une
femme donne quelque sujet de plainte à son mari, il peut s'en venger
sur l'amant, mais il n'a pas droit de la maltraiter; et son unique
ressource est le divorce. Il n'en est pas de même de l'infidélité des
maris. Une femme convaincue qu'elle est trahie par le sien en informe
toutes les femmes de l'habitation, qui conviennent aussitôt d'un
rendez-vous. Elles s'y rendent la lance à la main, et le bonnet de
leur mari sur la tête. Dans cet équipage guerrier, elles s'avancent en
corps de bataille vers la maison du coupable. Elles commencent par
désoler ses terres, arracher ses grains et les fouler aux pieds,
dépouiller ses arbres et ravager tous ses biens. Ensuite fondant sur
la maison, qu'elles ne traitent pas avec plus de ménagement, elles
l'attaquent lui-même, et ne lui laissent de repos qu'après l'avoir
chassé. D'autres se contentent d'abandonner le mari dont elles se
plaignent, et de faire savoir à leurs parens qu'elles ne peuvent plus
vivre avec lui. Toute la famille, brûlant d'envahir le bien d'autrui,
s'assemble pour en saisir l'occasion. Le mari se croit trop heureux
lorsque, après avoir vu piller ou saccager tout ce qu'il possède, il
ne voit pas aller la fureur jusqu'à renverser sa maison. Cet empire
des femmes éloigne du mariage quantité de jeunes gens. Les uns louent
des filles, et d'autres les achètent de leurs parens pour quelques
morceaux de fer ou d'écaille de tortue. Ils les mettent dans des lieux
séparés, où ils se livrent avec elles à tous les excès du libertinage.
Mais ils ne connaissent guère d'autres crimes. L'homicide, et même le
vol, sont en horreur dans toute la nation, du moins entre eux. Leurs
maisons ne sont point fermées, et l'on n'apprend jamais que personne
ait volé son voisin.

Avant l'arrivée des missionnaires, ils ne reconnaissaient aucune
apparence de Divinité; et n'ayant pas la moindre idée de religion, ils
étaient sans temples, sans culte et sans prêtres. On n'a trouvé parmi
eux qu'un petit nombre d'imposteurs distingués par le nom de
_mancanas_, qui s'attribuaient le pouvoir de commander aux élémens, de
rendre la santé aux malades, de changer les saisons, et de procurer
une récolte abondante ou d'heureuses pêches; mais ils ne laissaient
pas d'attribuer à l'âme une sorte d'immortalité, et de supposer dans
une autre vie des récompenses ou des peines. Ils nommaient l'enfer
_zazarraguan_, ou _maison de Chassi_, c'est-à-dire d'un démon auquel
ils donnaient le pouvoir de tourmenter ceux qui tombaient entre ses
mains. Leur paradis était un lieu de délices, mais dont ils faisaient
consister toute la beauté dans celle des cocotiers, des cannes à
sucre, et des autres fruits qu'ils y croyaient d'un goût merveilleux;
et ce n'était pas la vertu ou le crime qui les conduisait dans l'un ou
l'autre de ces lieux: tout dépendait de la manière dont on sortait de
ce monde. Ceux qui mouraient d'une mort violente avaient le
zazarraguan pour partage; et ceux qui mouraient naturellement allaient
jouir des arbres et des fruits délicieux du paradis.

Peu de nations sont plus éloquentes dans la douleur. Rien n'est aussi
lugubre que leurs enterremens; ils y versent des torrens de larmes.
Leurs cris ne peuvent être représentés. Ils s'interdisent toute sorte
de nourriture; ils s'épuisent par leur abstinence et par leurs larmes.
Leur deuil dure sept ou huit jours, et quelquefois plus long-temps.
Ils le proportionnent à la tendresse qu'ils avaient pour le mort. Tout
ce temps est donné aux pleurs et aux chants lugubres. L'usage commun
est de faire quelques repas autour du tombeau, car on en élève
toujours un dans le lieu de la sépulture. On le charge de fleurs, de
branches de palmier, de coquillages et de ce qu'on a de plus précieux.
La douleur des mères s'exprime encore par des marques plus touchantes.
Après s'y être abandonnées long-temps, tous leurs soins se tournent à
l'entretien de leur tristesse. Elles coupent les cheveux des enfans
qu'elles pleurent, pour les conserver précieusement. Elles portent au
cou, pendant plusieurs années, une corde à laquelle elles font autant
de noeuds qu'il s'est passé de nuits depuis leur perte. Si le mort est
du nombre des chamorris, ou si c'est une femme de qualité, on ne
connaît plus de bornes, le deuil est une véritable fureur. On arrache
les arbres; on brûle les édifices; on brise les bateaux; on déchire
les voiles, qu'on attache par lambeaux au-devant des maisons; on
jonche les chemins de branches de palmiers, et l'on élève des machines
lugubres en l'honneur du mort. S'il s'est illustré par la pêche ou par
les armes, on couronne son tombeau de rames et de lances. S'il est
également renommé dans ces deux professions, on entrelace les rames et
les lances, pour en faire une espèce de trophée.

Le P. Gobien, représentant la douleur des Marianais, la nomme
non-seulement vive et touchante, mais fort spirituelle. Il traduit
quelques-unes de leurs expressions: «Il n'y a plus de vie pour moi,
dit l'un; ce qui m'en reste ne sera qu'ennui et qu'amertume. Le soleil
qui m'animait s'est éclipsé; la lune qui m'éclairait s'est obscurcie;
l'étoile qui me conduisait a disparu.» On reconnaît le goût des
Orientaux dans cette profusion de figures toujours tirées des mêmes
objets. La poésie de sentiment a une autre expression.

D'autres voyageurs, s'attachant moins aux moeurs et aux usages, sont
entrés dans quelques détails sur les productions naturelles de ces
îles. Quoique les arbres n'y soient pas si grands, ni de la même
épaisseur que ceux des Philippines, le terroir produit tout ce qui est
nécessaire aux habitans. Elles n'avaient autrefois, dit Carreri, que
les fruits du pays et quelques poules; mais les Espagnols y ont
introduit le riz et les légumes. Ils y ont porté des chevaux, des
vaches et des porcs, qui ont assez heureusement multiplié dans les
montagnes. On n'y voyait pas même de souris avant que les vaisseaux
d'Europe en eussent apporté. Il ne s'y trouve d'ailleurs aucun animal
venimeux.

Le fond du terroir est rougeâtre et d'une aridité qui ne l'empêche pas
d'être assez fertile. Les ananas, les melons d'eau, les melons
musqués, les oranges, les citrons et les cocos y croissent
abondamment. Mais le plus merveilleux fruit de ces îles, et qui leur
est particulier, est le rima. Dampier l'appelle le fruit à pain, parce
qu'il tient lieu de pain aux insulaires, et qu'il est en effet
très-nourrissant. La plante est épaisse et bien garnie de branches et
de feuilles noirâtres. Le fruit, qui croît aux branches comme les
pommes, est de figure ronde et de la grosseur de la tête humaine; il
est revêtu d'une forte écorce hérissée de pointes; sa couleur est
celle d'une datte. On le mange bouilli ou cuit au four; dans cet état,
il se garde quatre et six mois. Mais, frais, il ne peut être gardé
plus de vingt-quatre heures sans devenir sec et de mauvais goût. Comme
il n'a ni pepins, ni noyaux, tout est substance et ressemble à la mie
tendre et blanche de notre meilleur pain. Carreri en compare le goût à
celui de la figue d'Inde ou banane. Dampier se contente d'assurer,
qu'il est fort agréable avant d'être rassis, et qu'il ne l'a vu qu'aux
îles Marianes. C'est une faveur de la nature; mais on la trouve
ailleurs.


FIN DU QUATRIÈME VOLUME.



TABLE DES MATIÈRES

CONTENUES DANS CE VOLUME.


PREMIÈRE PARTIE.--AFRIQUE.


LIVRE VI.

CONGO, CAP DE BONNE-ESPÉRANCE. HOTTENTOTS. MONOMOTAPA.


                                                                  Pag.

  CHAPITRE IV.--Histoire naturelle du cap de Bonne-Espérance.        1

  CHAP. V.--Côte orientale d'Afrique.                               19


SECONDE PARTIE.--ASIE.


LIVRE PREMIER.

ÎLES DE LA MER DES INDES.

  CHAPITRE PREMIER.--Voyages et infortunes de François Pyrard.      39

  CHAP. II.--Îles Maldives.                                         92

  CHAP. III.--Île de Ceylan.                                       116

  CHAP. IV.--Île de Sumatra.                                       158

  CHAP. V.--Île de Java.                                           170

  CHAP. VI.--Batavia.                                              195

  CHAP. VII.--Bornéo.                                              204

  CHAP. VIII.--Îles Moluques.                                      208

  CHAP. IX.--Timor. Île Célèbes.                                   248

  CHAP. X.--Îles Philippines. Îles Marianes.                       290


FIN DE LA TABLE.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Abrégé de l'Histoire Générale des Voyages (Tome 4)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home