Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Abrégé de l'Histoire Générale des Voyages (Tome 5)
Author: La Harpe, Jean-François de, 1739-1803
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Abrégé de l'Histoire Générale des Voyages (Tome 5)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



[Notes au lecteur de ce fichier digital:

Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées. L'orthographe de l'auteur a été conservée.]



                 BIBLIOTHÈQUE FRANÇAISE.



                         ABRÉGÉ

                           DE

                   L'HISTOIRE GÉNÉRALE

                       DES VOYAGES;



                    Par J.-F. LAHARPE.



                      TOME CINQUIÈME.



           [Illustration: Enseigne de l'éditeur]

                          PARIS,
                 MÉNARD ET DESENNE, FILS.
                          1825.



ABRÉGÉ DE L'HISTOIRE GÉNÉRALE DES VOYAGES.



SECONDE PARTIE.

ASIE.



LIVRE PREMIER.

ÎLES DE LA MER DES INDES.



CHAPITRE XI.

Voyages et Aventures de Mendez-Pinto, Portugais.


Nous croyons devoir placer ici cette relation très-attachante par la
singularité des événemens et l'intérêt des situations. Elle pourra
reposer l'attention de nos lecteurs, que nous venons d'occuper de
détails qui ne sont pas toujours amusans, s'ils sont toujours
instructifs. Si, après avoir trouvé dans les derniers articles de quoi
exercer leur raison et leur curiosité, ils désirent des objets faits
pour intéresser leur sensibilité et leur imagination, ils pourront se
satisfaire en lisant les aventures de Pinto et celles de Bontékoë, qui
les suivront. Les premières ont quelquefois un air fabuleux, et il est
permis sans doute de s'en défier, sans que cette espèce d'incrédulité
nuise au plaisir qu'on y peut prendre. Mais il faut observer aussi que
tout ce qui paraît incroyable n'est pas toujours impossible: si dans
certaines matières on a commencé à croire moins, à mesure qu'on s'est
éclairé davantage, on peut dire aussi que, sur d'autres points, on est
devenu moins incrédule à mesure qu'on est devenu plus savant. C'est
surtout aux récits des voyageurs, à l'histoire des moeurs et à la
description des objets lointains, que cette assertion peut être
appliquée; et d'ailleurs elle est prouvée par une infinité d'exemples.

Comme dans le détail des événemens personne ne s'exprime avec plus
d'intérêt que celui qui était acteur ou témoin, nous laisserons le plus
souvent parler Pinto lui-même, et nous ne prendrons sa place que
lorsqu'il faudra abréger son récit.

«J'avais éprouvé pendant dix ou douze ans, dit-il, la misère et la
pauvreté dans la maison de mon père, lorsqu'un de mes oncles, formant
quelque espérance de mes qualités naturelles, me conduisit à Lisbonne,
où il me mit au service d'une très-illustre maison. Ce fut la même année
que se fit la pompe funèbre de don Emmanuel, le 13 décembre 1521, et je
ne trouve rien de plus ancien dans ma mémoire. Cependant le succès
répondit si mal aux intentions de mon oncle, qu'après un an et demi de
service, je me trouvai engagé dans une malheureuse aventure qui exposa
ma vie au dernier danger. Je pris la fuite avec une si vive épouvante,
qu'étant arrivé, sans aucun autre dessein que d'éviter la mort, au gué
de Pedra, petit port où je trouvai une caravelle qui partait chargée de
chevaux pour Setuval, je m'y embarquai le lendemain. Mais à peine
fûmes-nous éloignés du rivage, qu'un corsaire français nous ayant
abordés, se rendit maître de notre bâtiment sans la moindre résistance,
nous fit passer dans le sien avec toutes nos marchandises, qui montaient
à plus de six mille ducats, et coula notre caravelle à fond. Nous
reconnûmes bientôt que nous étions destinés à la servitude, et que
l'intention de nos maîtres étaient de nous aller vendre à Larache en
Barbarie. Ils y portaient des armes, dont ils faisaient commerce avec
les mahométans. Pendant treize jours entiers qu'ils conservèrent ce
dessein, ils nous traitèrent avec beaucoup de rigueur. Mais le soir du
treizième jour, ils découvrirent un navire auquel ils donnèrent la
chasse pendant toute la nuit, et qu'ils joignirent à la pointe du jour.
L'ayant attaqué avec beaucoup de courage, ils le forcèrent de se rendre,
après avoir tué six Portugais et dix ou douze esclaves. Ce bâtiment, que
plusieurs marchands de Lisbonne avaient chargé de sucre et d'esclaves,
fit passer entre les mains des corsaires un butin de quarante mille
ducats. Ils abandonnèrent le dessein d'aller à Larache; et ne pensant
qu'à faire voile vers la France avec une partie de leurs prisonniers,
qu'ils jugèrent propres à les servir dans leur navigation, ils
laissèrent les autres pendant la nuit dans une rade nommée Mélides.
J'étais de ce dernier nombre, nu comme tous mes compagnons et couvert de
plaies, qui nous restaient des coups de fouet que nous avions reçus les
jours précédens. Dans ce triste état, nous arrivâmes à Saint-Jacques de
Caçon, où nos misères furent soulagées par les habitans. Après y avoir
rétabli mes forces, je pris le chemin de Setuval. Ma bonne fortune m'y
fit trouver, presqu'en arrivant, l'occasion de m'employer pendant
plusieurs années. Mais l'essai que j'avais fait de la mer ne m'avait pas
dégoûté de cet élément. Je considérai qu'en Portugal mes plus hautes
espérances se réduisaient à me mettre à couvert de la pauvreté.
J'entendais parler sans cesse des trésors qui venaient des Indes, et je
voyais souvent arriver des vaisseaux chargés d'or ou de précieuses
marchandises. Le désir de mener une vie aisée, plutôt que le courage ou
l'ambition, me fit tourner les yeux vers la source de tant de richesses,
et je pris la résolution de m'embarquer sur ce seul principe, qu'à
quelque fortune que je fusse réservé, je ne devais pas craindre de
perdre beaucoup au changement.

»Ce fut le onzième jour de mars de l'année 1537 que je partis avec une
flotte de cinq navires, dont chaque vaisseau était commandé par un
capitaine indépendant. Le plus considérable était sous les ordres de don
Pedro de Sylva, fils du fameux amiral don Vasco de Gama. C'était dans ce
même navire que don Pedro avait apporté les os de son père, qui était
mort aux Indes; et le roi, qui se trouvait alors à Lisbonne, les avait
fait recevoir avec une pompe dont le Portugal n'avait jamais vu
d'exemple.

»En arrivant au port de Mozambique, nous y trouvâmes un ordre de Nugno
d'Acugna, vice-roi des Indes, par lequel tous les vaisseaux portugais
qui devaient arriver cette année étaient obligés de se rendre à Diu, où
la forteresse était menacée de l'attaque des Turcs. Trois des cinq
navires de la flotte prirent aussitôt cette route. J'étais sur _le
Saint-Roch_, qui mit le premier à la voile; et je fus nommé entre ceux
qui demeurèrent à Diu pour la défense du fort: cependant, dix-sept jours
après mon arrivée deux flûtes partant pour la mer Rouge, dans la vue d'y
prendre des informations sur le dessein des Turcs, je ne pus résister
aux instances de l'un des deux capitaines avec lequel je m'étais lié
d'amitié, et qui me proposa de l'accompagner dans ce voyage.

»Nous partîmes par un temps fort orageux, qui ne nous empêcha point
d'arriver heureusement à la hauteur de Maçoua. Là, vers la fin du jour,
nous découvrîmes en pleine mer un navire auquel nous donnâmes si
vivement la chasse, que nous l'abordâmes d'assez près. Nous l'avions
pris pour un navire indien; et, ne pensant qu'à remplir notre
commission, nous nous étions avancés jusqu'à la portée de la voix pour
demander civilement au capitaine si l'armée turque était partie de Suez;
mais, pour unique réponse, on nous tira douze volées de petits canons et
de pierriers, qui n'incommodèrent que nos voiles, et nous entendîmes
retentir l'air de cris confus, que cette hostilité nous fit regarder
comme des bravades. Bientôt elles furent accompagnées d'un grand
cliquetis d'armes et de menaces distinctes, avec lesquelles on nous
pressait d'approcher et de nous rendre. Cet accueil nous causa moins
d'effroi que d'étonnement. Il était trop tard pour s'abandonner à la
vengeance. On tint conseil, et on s'attacha au parti le plus sûr, qui
était de les battre à grands coups d'artillerie jusqu'au lendemain
matin, où à l'arrivée du jour on pourrait les investir et les combattre
plus facilement. Ainsi toute la nuit fut employée à leur donner la
chasse, en les foudroyant de notre canon, et leur navire se trouva si
maltraité à la pointe du jour, qu'il prit pour lui-même le conseil qu'il
nous avait donné de se rendre. Il avait perdu soixante-quatre hommes
dans cette rude attaque. La plupart des autres, se voyant réduits à
l'extrémité, se jetèrent dans la mer; de sorte que, de quatre-vingts
qu'ils étaient, il n'en échappa que cinq fort blessés, entre lesquels
était leur capitaine. La force des tourmens auxquels il fut exposé
aussitôt par l'ordre de nos deux commandans lui fit confesser qu'il
venait de Djedda, et que l'armée turque était déjà partie de Suez, dans
le dessein de prendre Aden avant de porter la guerre aux Portugais dans
les Indes. Il ajouta, lorsqu'on eut redoublé les tortures, qu'il était
chrétien renégat, Majorquin de naissance, fils de Paul Andrez, marchand
de la même île; et qu'étant devenu amoureux depuis quatre ans d'une
belle mahométane, Grecque de nation, il avait embrassé la loi de Mahomet
pour l'obtenir en mariage. Nous lui proposâmes _avec douceur_ de quitter
cette secte pour rentrer dans les engagemens de son baptême; il répondit
avec plus de brutalité que de courage qu'il voulait mourir dans la
religion de sa femme. Nos capitaines, irrités de son obstination,
_n'écoutèrent plus que leur zèle_: ils lui firent lier les pieds et les
mains, et, lui ayant attaché de leurs propres mains une grosse pierre au
cou, ils le précipitèrent dans la mer. Après cette exécution, nous
fîmes passer nos prisonniers dans une de nos fustes, et leur vaisseau
fut coulé à fond. Il ne portait que des balles de teintures, qui nous
étaient alors inutiles, et quelques pièces de camelots dont nos soldats
se firent des habits.

»Nos commandans résolurent de descendre à Gottor, une lieue au-dessous
de Maçoua, dans l'espérance d'y prendre de nouvelles informations. Nous
y reçûmes des habitans un accueil fort civil. Un Portugais, nommé Vasco
Martinez de Seixas, y séjournait depuis trois semaines par l'ordre de
Henri Barbosa, pour y attendre l'arrivée de quelques navires portugais,
et lui envoyer une lettre d'avis sur l'état de l'armée turque.

»Nous remîmes à la voile le 6 novembre 1537. Un évêque abyssin, qui se
proposait de faire le voyage de Portugal et de Rome, avait demandé
passage à nos deux commandans jusqu'à Diu. Il était une heure avant le
jour lorsque nous quittâmes le port; et, suivant la côte avec le vent en
poupe, nous avions doublé vers midi la pointe de Goçam, lorsqu'en
approchant près de l'île des Écueils, nous découvrîmes trois vaisseaux,
que nous prîmes dans l'éloignement pour des galères ou des _terrades_,
nom des bâtimens ordinaires du pays. Le seul désir de recevoir quelques
nouvelles informations nous fit gouverner vers eux. Un calme qui survint
tout d'un coup était peut-être une faveur du ciel qui voulait nous
dérober au danger; mais nous nous obstinâmes si fort à suivre la même
route, qu'ayant joint la rame à nos voiles, nous fûmes bientôt assez
près des trois navires pour reconnaître que c'étaient des galiotes
turques. Nous prîmes aussitôt la fuite avec un effroi qui nous fit
tourner nos voiles vers la terre. C'était avancer notre malheur en
donnant à nos ennemis l'avantage d'un vent soudain, dont nous avions cru
pouvoir profiter; ils nous poursuivirent à toutes voiles jusqu'à la
portée du fusil, et, lâchant toutes leurs bordées à cette distance, ils
mirent nos fustes dans un état déplorable. Cette décharge nous tua neuf
hommes et nous en blessa vingt-six. Ensuite ils nous joignirent de si
près, que de leur poupe ils nous blessaient aisément avec le fer de
leurs lances. Cependant quarante-deux bons soldats qui nous restaient
encore sans blessures, reconnaissant que notre conservation dépendait de
leur valeur, résolurent de combattre jusqu'au dernier soupir. Ils
attaquèrent courageusement la principale des trois galères, sur laquelle
était Soliman Dragut. Leur premier effort fut si furieux de poupe à
proue, qu'ils tuèrent vingt-sept janissaires; mais cette galiote
recevant aussitôt le secours des deux autres, nos deux fustes furent
remplies en un instant d'un si grand nombre de Turcs, et le carnage
s'échauffa si vivement, que, de cinquante-quatre que nous étions encore,
nous ne restâmes que onze vivans, encore nous en mourut-il deux le
lendemain, que les Turcs coupèrent par quartiers, et qu'ils pendirent
pour trophée au bout de leurs vergues. Ils nous conduisirent à Moka,
dont le gouverneur était père de ce même Dragut qui nous avait pris.
Tous les habitans reçurent les vainqueurs avec des cris de joie. Nous
fûmes présentés à cette multitude emportée, chargés de chaînes et si
couverts de blessures, que l'évêque abyssin mourut des siennes le jour
suivant. Nos souffrances furent beaucoup augmentées par les outrages que
nous reçûmes dans toutes les rues de la ville où nous fûmes menés comme
en triomphe. Le soir, lorsque nous eûmes perdu la force de marcher, on
nous précipita dans un noir cachot. Nous y passâmes dix-sept jours
entiers, sans autres secours qu'un peu de farine d'avoine, qui nous
était distribuée le matin pour le reste du jour.

»Nous perdîmes, dans cet intervalle, deux autres de nos compagnons, qui
furent trouvés morts le matin; tous deux gens de naissance et de
courage. Le geôlier, qui nous apportait notre nourriture, n'ayant osé
toucher à leurs corps, se hâta d'avertir la justice, qui les vint
prendre avec beaucoup d'appareil, pour les traîner par toutes les rues.
Après y avoir été déchirés par toutes sortes de violences, ils furent
jetés en pièces dans la mer. Enfin la crainte de nous voir périr
successivement dans notre horrible prison, porta nos maîtres à nous
faire conduire sur la place publique pour y être vendus. Là, tout le
peuple s'étant assemblé, ma jeunesse apparemment m'attira l'honneur
d'être le premier qu'on mit en vente. Tandis qu'il se présentait des
marchands, un cacis de l'ordre supérieur, qui passait pour un saint,
parce qu'il était nouvellement arrivé de la Mecque, demanda que nous lui
fussions donnés par aumône, et fit valoir en sa faveur l'intérêt même de
la ville, à laquelle il promettait la protection du prophète. Les gens
de guerre, au profit desquels nous devions être vendus, s'opposèrent si
brusquement à cette prétention, que, le peuple prenant parti pour le
cacis, il s'éleva un affreux désordre, qui ne finit que par le massacre
du cacis même, et par la mort d'environ six cents hommes. Nous ne
trouvâmes point d'autre expédient, pour sauver notre vie dans ce
tumulte, que de retourner volontairement à notre cachot, où nous
regardâmes comme une grande faveur d'être reçus du geôlier.

»Dragut ayant moins réussi par l'autorité que par la douceur à calmer la
sédition, nous fûmes reconduits sur la même place, et vendus avec notre
artillerie et le reste du butin. Le malheur de mon sort me fit tomber
entre les mains d'un renégat grec, dont je détesterai toujours le
souvenir. Pendant trois mois que je fus son esclave, il me traita si
cruellement, qu'étant réduit au désespoir, je pris plusieurs fois la
résolution de m'empoisonner. Je n'eus l'obligation de ma délivrance
qu'au soupçon qu'il eut de mon dessein: la crainte de perdre l'argent
que je lui avais coûté, si j'abrégeais volontairement mes jours, lui fit
prendre le parti de me vendre à un juif du Tor. Je partis avec ce
nouveau maître pour Cassan, où son commerce l'appelait. Mon esclavage
n'aurait pas été plus doux entre les mains d'un chrétien. De là, il me
conduisit à Ormus, où j'appris avec des transports de joie que don
Fernand de Lima, dont j'étais connu, était gouverneur du fort portugais.
J'obtins de mon maître la permission de me présenter à lui. Ce généreux
seigneur, et don Pedro Fernandez, commissaire général des Indes, qui se
trouvait alors dans l'île d'Ormus, firent les frais de ma liberté. Elle
leur coûta deux cents pardos, c'est-à-dire environ cent vingt écus de
notre monnaie.»

Pinto continue de s'étendre sur quantité d'aventures qui n'ont rien
d'intéressant. Il se trouve à Malacca, où le gouverneur don Pedro de
Faria prend de l'affection pour lui.

«Don Pedro de Faria, cherchant l'occasion de m'avancer, m'envoya dans
une _lanchare_ au royaume de Pan, avec dix mille ducats, qu'il me
chargea de remettre à Thomé Lobo, son facteur dans cette contrée. De là,
ses ordres devaient me conduire à Patane, qui est cent lieues plus loin.
Il me donna une lettre et un présent pour le roi de Patane, avec une
ample commission pour traiter avec lui de la liberté de cinq Portugais
qui étaient esclaves de son beau-frère. Je partis dans les plus douces
espérances. Le septième jour de notre navigation, étant à la vue de
l'île de Timan, qui est à la distance d'environ quatre-vingt-dix lieues
de Malacca, et à dix ou douze lieues de l'embouchure du Pan, nous
entendîmes sur mer, avant le lever du soleil, de grandes plaintes, dont
l'obscurité ne nous permit pas de connaître la cause. J'en fus tellement
touché, que je fis mettre la voile au vent, et tourner, avec le secours
des rames, vers le lieu d'où elles paraissaient partir, en baissant tous
les yeux pour voir et entendre plus facilement. Après avoir continué
long-temps nos observations, nous découvrîmes fort loin de nous quelque
chose de noir qui flottait sur l'eau. Il nous était impossible de
distinguer ce qui commençait à frapper nos yeux. Nous n'étions que
quatre Portugais dans la lanchare, et les avis n'en furent pas moins
partagés. On me représentait qu'au lieu de m'arrêter à des recherches
dangereuses, je ne devais penser qu'à suivre les ordres du gouverneur.
Mais n'ayant pu me rendre à ces timides conseils, et me croyant autorisé
par ma commission à faire respecter mes ordres, je persistai dans la
résolution d'approfondir un événement si singulier. Enfin les premiers
rayons du jour nous firent apercevoir plusieurs personnes qui flottaient
sur des planches. L'effroi de mes compagnons faisant place alors à la
pitié, ils furent les premiers à faire tourner la proue vers ces
misérables, que nous entendîmes crier six ou sept fois: Seigneur Dieu!
miséricorde! Je pressai nos matelots de les secourir. Ils tirèrent
successivement du milieu des flots quatorze Portugais et neuf esclaves,
tous si défigurés, que leur visage nous fit peur, et si faibles, qu'ils
ne pouvaient se soutenir. On se hâta de leur donner des secours qui
rappelèrent leurs forces. Lorsqu'ils furent en état de parler, l'un
d'eux nous dit qu'il se nommait Fernand Gil Porcalho; qu'ayant été
dangereusement blessé à la tranchée de Malacca, dans la seconde attaque
que les Portugais avaient soutenue contre les Achémois, don Étienne de
Gama, qui commandait alors dans cette ville, et qui avait cru devoir
quelque récompense à son courage, l'avait envoyé aux Moluques avec
divers encouragemens pour sa fortune; que le ciel avait béni ses
entreprises jusqu'à le mettre en état de partir de Ternate dans une
jonque chargée de mille barres de poivre qui valaient plus de cent mille
ducats; mais qu'à la hauteur de Surabaya, dans l'île de Joa, il avait eu
le malheur d'essuyer une furieuse tempête, qui avait abîmé sa jonque et
tout son bien; que, de cent quarante-sept personnes qu'il avait à bord,
il ne s'en était sauvé que les vingt-trois qui se trouvaient sur le
nôtre; qu'ils avaient déjà passé quatorze jours sur leurs planches, sans
autre nourriture que la chair d'un esclave cafre qui leur était mort, et
qui avait servi pendant huit jours à soutenir leurs forces.

»La satisfaction d'avoir sauvé la vie à tant de malheureux me rendit la
suite du voyage fort agréable jusqu'à la ville de Pan, où je remis à
Thomé Lobo les marchandises dont j'étais chargé. Mais, lorsque je me
disposais à continuer mon voyage vers Patane, un accident fort tragique
fit perdre au gouverneur de Malacca toutes les richesses qu'il avait
entre les mains de Lobo. Coja Géinal, ambassadeur du roi de Bornéo, qui
résidait depuis trois ou quatre ans à la cour de Pan, tua le roi, qu'il
trouva couché avec sa femme. Le peuple, s'étant soulevé à cette
occasion, commit d'affreuses violences, et pilla le comptoir des
Portugais, qui perdirent onze hommes dans leur défense. Thomé Lobo
n'échappa au massacre qu'avec six coups d'épée, et n'eut pas d'autre
ressource que de se retirer dans ma lanchare, sans avoir pu sauver la
moindre partie de ses marchandises. Elles montaient à cinquante mille
ducats en or et en pierreries seulement. Cette sédition, qui avait coûté
la vie à plus de quatre mille personnes dans l'espace d'une seule nuit,
se ralluma le lendemain si furieusement, que, pour éviter le danger d'y
périr, nous mîmes à la voile pour Patane, où la faveur du vent nous fit
arriver en six jours.

»Les Portugais, dont le nombre était assez grand dans cette cour,
prirent d'autant plus de part à l'infortune de Lobo, qu'un si terrible
exemple de la perfidie des Indiens leur remettait vivement devant les
yeux ce qu'ils avaient à redouter pour eux-mêmes. Ils se rendirent tous
au palais du roi, et lui ayant fait leurs plaintes au nom du gouverneur
de Malacca, ils lui demandèrent, avec beaucoup de fermeté, la permission
d'user de représailles sur toutes les marchandises du royaume de Pan qui
se trouvaient dans ses états: cette proposition lui parut juste. Neuf
jours après on reçut avis qu'il était entré dans la rivière de Calantan
trois jonques fort riches, qui revenaient de la Chine pour divers
marchands panois. Aussitôt quatre-vingts Portugais s'étant joints à ceux
de ma lanchare, nous équipâmes deux fustes et un navire rond, de tout ce
qui nous parut nécessaire à notre entreprise, et nous partîmes avec
assez de diligence pour prévenir les informations que nos ennemis
pouvaient recevoir des mahométans du pays. Notre chef fut Jean Fernandez
d'Abreu, fils du père nourricier de don Juan, roi de Portugal; il
montait le navire rond avec quarante soldats. Les deux fustes étaient
commandées par Laurent de Goez et Vasco Sermento, tous deux d'une valeur
et d'une expérience reconnues.

»Nous arrivâmes le lendemain dans la rivière Calantan, où les trois
jonques étaient à l'ancre. Leur résistance fut d'abord aussi vive que
l'attaque; mais en moins d'une heure nous leur tuâmes soixante-quatorze
hommes, sans avoir perdu plus de trois des nôtres. Nos blessés,
quoiqu'en grand nombre, ne laissant pas d'agir ou de se montrer les
armes à la main, l'ennemi, consterné de sa perte, tandis qu'il croyait
encore nous voir toutes nos forces, se rendit en demandant la vie pour
unique grâce. Nous retournâmes triomphans à Patane avec un butin qui ne
passa que pour le juste dédommagement des cinquante mille ducats de don
Pedro, mais qui montait à plus de deux cent mille taëls, c'est-à-dire à
trois cent mille ducats de notre monnaie. Le roi de Patane exigea
seulement que les trois jonques fussent rendues à leurs capitaines; et
nous lui donnâmes volontiers cette marque de reconnaissance et de
soumission.

»Peu de temps après, on vit arriver à Patane une fuste commandée par
Antonio de Faria Sousa, parent du gouverneur de Malacca, qui venait de
sa part avec une lettre et des présens considérables, sous prétexte de
remercier le roi de la protection qu'il accordait à la nation
portugaise, mais au fond pour achever dans ses états l'établissement de
notre commerce. Antonio Faria, dont le nom est devenu célèbre par ses
fureurs autant que par ses exploits, était un gentilhomme sans fortune
qui était venu la chercher aux Indes sous la protection d'un homme de
son sang et de son nom; il apportait à Patane pour dix ou douze mille
écus de drap et de toiles des Indes, qu'il avait pris à crédit de
quelques marchands de Malacca. Cette espèce de marchandise ne lui
promettant pas beaucoup de profit dans cette cour, on lui conseilla de
l'envoyer à Légor, grande ville de la dépendance du royaume de Siam, où
l'on publiait qu'à l'occasion de l'hommage que quatorze rois y devaient
rendre à celui de Siam, il s'était assemblé une prodigieuse quantité de
jonques et de marchands. Faria choisit pour son facteur un Portugais,
nommé Christophe Borralho, qui entendait parfaitement le commerce, et
lui confia ses marchandises dans un petit vaisseau qu'il loua au port de
Patane. Seize autres Portugais, soldats et marchands, s'embarquèrent
avec Borralho, dans l'espérance qu'un écu leur en rapporterait six ou
sept. Je me laissai vaincre aussi par ces magnifiques promesses, et je
m'engageai dans ce fatal voyage. Nous partîmes avec un vent favorable,
et étant arrivés en trois jours dans la rade de Légor, nous mouillâmes à
l'entrée de la rivière pour y prendre des informations. On nous assura
qu'en effet il se trouvait déjà dans le port de cette ville plus de
quinze cents bâtimens, tous chargés de précieuses marchandises.

»Nous étions à dîner, dans la joie d'une si bonne nouvelle, et prêts à
faire voile avant la fin du jour, lorsque nous vîmes sortir de la
rivière une grande jonque, qui, nous ayant reconnus pour des Portugais,
se laissa dériver sur nous sans aucune apparence d'hostilité, et nous
jeta aussitôt des grapins attachés à deux longues chaînes de fer. À
peine fûmes-nous accrochés, que nous vîmes sortir de dessous le tillac
de la jonque soixante-dix ou quatre-vingts Maures, qui, poussant de
grands cris, firent sur nous un feu prodigieux. De dix-huit Portugais
que nous étions, quatorze furent tués en un instant avec trente-six
Indiens de l'équipage. Mes trois compagnons et moi nous prîmes de
concert l'unique voie de salut qui semblait nous rester: ce fut de nous
jeter dans la mer pour gagner la terre, dont nous n'étions pas éloignés.
Un des trois n'en eut pas moins le malheur de se noyer; j'arrivai sur la
rive avec les deux autres. Tout blessés que nous étions, nous
traversâmes heureusement la vase, où nous enfoncions jusqu'au milieu du
corps. Enfin nous nous approchâmes d'un bois qui nous promit quelque
sûreté, et d'où nous eûmes le spectacle de la barbarie des Maures. Ils
achevèrent de tuer six ou sept matelots déjà blessés, qui restaient de
notre équipage; après quoi, s'étant hâtés de transporter nos
marchandises dans leur jonque, ils firent une grande ouverture à notre
vaisseau, qui le fit couler à fond devant nos yeux; et dans la crainte
d'être reconnus, ils mirent aussitôt à la voile.

[Illustration: «_Notre premier mouvement fut de nous prosterner._»]

»Dans la douleur profonde où je demeurai avec mes deux compagnons
blessés, sans espérance de remède, l'imagination troublée de tout ce qui
s'était passé à notre vue dans l'espace d'une demi-heure, nous ne pûmes
retenir nos larmes; et tournant notre fureur contre nous-mêmes, nous
commençâmes à nous outrager le visage. Cependant après avoir considéré
notre situation, la crainte des bêtes farouches qui pouvaient nous
attaquer dans le bois, et la difficulté de sortir, avant les ténèbres,
des marécages dont nous étions environnés, nous firent prendre le parti
de rentrer dans la fange et d'y passer la nuit, enfoncés jusqu'à
l'estomac. Le lendemain, à la pointe du jour, nous suivîmes le bord de
la rivière jusqu'à un petit canal que sa profondeur et la vue de
quantité de grands lézards nous ôtèrent la hardiesse de passer. Il
fallut demeurer la nuit dans le même lieu. Le jour suivant ne changea
rien à notre misère, parce que l'herbe était si haute et la terre si
molle dans les marais, que le courage nous manqua pour tenter le
passage. Nous vîmes expirer ce jour-là un de nos compagnons, nommé
Sébastien Enriquez, homme riche, qui avait perdu huit mille écus dans le
vaisseau. Il ne restait que Christophe Borralho et moi, qui nous mîmes à
pleurer, au bord de la rivière, le corps à demi enterré; car nous étions
si faibles, qu'à peine avions-nous la force de parler, et nous comptions
déjà achever dans ce lieu notre misérable vie. Le troisième jour, vers
le soir, nous aperçûmes une grande barque chargée de sel qui remontait à
la rame. Notre premier mouvement fut de nous prosterner; et, l'espérance
nous rendant la voix, nous suppliâmes les rameurs, qui nous regardaient
avec étonnement, de nous prendre avec eux; mais ils paraissaient
disposés à passer sans nous répondre, ce qui nous fit redoubler nos cris
et nos gémissemens. Alors une vieille femme sortie du fond de la barque
fut si touchée de notre douleur et des plaies que nous lui montrions,
qu'elle prit un bâton dont elle frappa quelques matelots; et, les
faisant approcher de la rive, elle les força de nous prendre sur leurs
épaules, et de nous apporter à ses pieds. Sa figure n'était distinguée
que par un air de gravité qui faisait reconnaître le pouvoir qu'elle
avait sur eux; elle nous fit donner tous les secours qui convenaient à
notre misère; et tandis que nous mangions avidement ce qu'elle nous
présentait de sa propre main, elle nous consolait par ses exhortations.
Je savais assez le malais pour l'entendre. Elle nous dit que notre
désastre lui rappelait tous les siens; que son âge n'étant que de
cinquante ans, il n'y en avait pas six qu'elle s'était vue esclave et
volée de cent mille ducats de son bien; que cette infortune avait été
suivie du supplice de son mari et de ses trois fils, que le roi de Siam
avait fait mettre en pièces par ses éléphans; et que, depuis des pertes
si cruelles, elle n'avait mené qu'une vie triste et languissante. Après
nous avoir fait le récit de ses peines, elle voulut être informée des
nôtres. Ses gens, qui écoutèrent aussi notre malheureuse histoire, nous
dirent que la grande jonque, dont nous leur fîmes la peinture, ne
pouvait être que celle de Coja-Acem, Guzarate de nation, qui était
sorti le matin du port pour aller à l'île d'Aynan. La dame indienne,
confirmant leur idée, ajouta qu'elle avait vu à Légor ce redoutable
mahométan; qu'il se vantait d'avoir donné la mort à quantité de
Portugais, et d'avoir promis à son prophète de les traiter sans pitié,
parce qu'il accusait un capitaine de leur nation, nommé Hector de
Sylveïra, d'avoir tué son père et deux de ses frères dans un navire
qu'il leur avait pris au détroit de la Mecque.

»Nous apprîmes ensuite que cette dame était veuve d'un capitaine général
qui s'était attiré la disgrâce du roi et le châtiment qu'elle déplorait.
Sa fortune, qu'elle avait réparée par une sage conduite, la mettait en
état de faire un riche commerce de sel. Elle venait d'une jonque qui lui
était arrivée dans la rade, mais qui était trop grande pour passer la
barre, ce qui l'obligeait d'employer une barque pour transporter son sel
dans ses magasins. Elle s'arrêta le soir dans un petit village où elle
fit prendre soin de nous pendant la nuit. Le lendemain elle nous
conduisit à Légor, qui est cinq lieues plus loin dans les terres. Nous
lui étions redevables de la vie; mais, ne se bornant point à cette
faveur, elle nous donna une retraite dans sa maison. Nous y passâmes
vingt-trois jours, pendant lesquels nos blessures furent pansées avec
des témoignages d'affection dignes de la charité chrétienne.
Lorsqu'elle nous vit en état de retourner à Patane, elle mit le comble à
ses bienfaits en nous recommandant au patron d'un navire indien qui nous
y conduisit en sept jours, et qui ne nous traita pas avec moins
d'humanité.

»Notre retour était attendu avec d'autant plus d'impatience par tous les
Portugais de Patane, que la plupart avaient profité d'une si belle
occasion pour envoyer quelques marchandises à Légor. Aussi la perte de
notre vaisseau fut-elle estimée soixante-dix mille ducats, qui, suivant
les espérances communes, devaient produire six ou sept fois la même
somme. Antonio de Faria, plus ardent que les autres par son caractère,
et parce qu'il avait regardé le succès de notre voyage comme le
fondement de sa fortune, tomba dans une consternation inexprimable en
apprenant de notre bouche le sort de son vaisseau. Il garda un profond
silence pendant plus d'une demi-heure; ensuite, comme s'il eût employé
ce temps à former ses résolutions, il répondit à ceux qui entreprirent
de le consoler qu'il n'avait pas la force de retourner à Malacca pour
paraître aux yeux de ses créanciers; et qu'ayant le malheur de se
trouver insolvable il lui semblait plus juste de poursuivre ceux qui lui
avaient enlevé ses marchandises que de porter de frivoles excuses à
d'honnêtes négocians dont il avait trahi la confiance. Là-dessus s'étant
levé d'un air furieux, il jura sur l'Évangile de chercher par mer et
par terre celui qui lui avait ravi son bien, et de se le faire restituer
au centuple. Tous ceux qui furent témoins de son serment louèrent cette
généreuse résolution. Il trouva parmi eux quantité de jeunes gens qui
s'engagèrent à l'accompagner; d'autres lui offrirent de l'argent. Il
accepta leurs offres; et ses préparatifs se firent avec tant de
diligence, que dans l'espace de huit jours il équipa un vaisseau, et
s'associa cinquante-cinq hommes qui jurèrent à leur tour de vaincre ou
de périr avec lui. Je fus de ce nombre, car j'étais sans un sou, et je
ne connaissais personne qui fût disposé à me prêter: je devais à Malacca
plus de cinq cents ducats que j'avais empruntés de plusieurs amis. Enfin
je ne possédais que mon corps, qui avait même été blessé de trois coups
de javelot, et d'un coup de pierre à la tête, pour lequel j'avais
souffert deux opérations qui avaient exposé ma vie au dernier danger.

»Après avoir fait ses préparatifs, Faria mit à la voile un samedi, 9 de
mai 1540, vers le royaume de Tsiampa, dans le dessein de visiter les
ports de cette côte, où son espérance était d'enlever des vivres et des
munitions de guerre. Quelques jours de navigation nous firent arriver à
la vue de Poulo Condor, île située vers 8 degrés 20 minutes du nord, à
l'embouchure de la rivière de Camboge. Nous y découvrîmes à l'est un bon
havre nommé Bralapisan, à six lieues de la terre ferme, où se trouvait
à l'ancre une jonque de Lequios qui menait à Siam un ambassadeur du
Nautaquin de Lindau, prince de l'île de Tosa. Ce bâtiment ne nous eut
pas plus tôt aperçus, qu'il fit voile vers nous. L'ambassadeur nous
dépêcha sa chaloupe, envoya complimenter Faria, et lui offrit un
coutelas de grand prix, dont la poignée et le fourreau étaient d'or,
avec vingt-six perles dans une boîte du même métal. Quoique ce présent
nous fît prendre une haute idée des richesses de la jonque, et que notre
premier dessein eût été de l'attaquer, la générosité prit le dessus dans
le coeur de Faria. Il regretta de ne pouvoir répondre aux civilités de
l'ambassadeur par d'autres marques de reconnaissance que la liberté
qu'il lui laissa de continuer sa route. Nous descendîmes au rivage, où
nous employâmes trois jours à nous pourvoir d'eau et de poisson. De là
nous étant approchés de la terre ferme, nous entrâmes le dimanche,
dernier jour de mai, dans la rivière qui divise les royaumes de Camboge
et de Tsiampa. L'ancre fut jetée vis-à-vis d'un grand bourg nommé
Catimparu, à trois lieues dans les terres. Pendant douze jours que nous
y passâmes à faire des provisions, Faria, naturellement curieux, prit
des informations sur le pays et ses habitans. On lui apprit que la
rivière naissait d'un lac nommé Pinator, à deux cent cinquante lieues de
la mer, dans le royaume de Quirivan; que ce lac était environné de
hautes montagnes, au pied desquelles on trouvait sur le bord de l'eau
trente-deux villages; que près d'un des plus grands, qui se nommait
Chincaleu, il y avait une mine d'or très-riche, d'où l'on tirait chaque
année la valeur de vingt-deux millions de notre monnaie; qu'elle faisait
le sujet d'une guerre continuelle entre quatre seigneurs d'une même
famille, à qui la naissance y donnait les mêmes droits; que l'un d'eux,
nommé Raja-Hittau, avait sous terre, dans la cour de sa maison, six
cents bahares d'or en poudre; enfin que, près d'un autre de ces villages
nommé Buaquirim, on tirait d'une carrière quantité de diamans fins plus
précieux que ceux de Lave et de Tanimpoura. Faria jugea, après avoir
observé la situation et les forces du pays, qu'avec un peu de courage,
trois cents Portugais lui auraient suffi pour se rendre maître de toutes
ces richesses; mais ses forces présentes ne lui permettaient pas
d'entreprendre une si belle expédition.

»Nous reprîmes la côte du royaume de Tsiampa jusqu'au port de
Saley-Jacan, qui est à dix-sept lieues de la rivière. La fortune ne nous
offrit rien dans cette route. Nous comptâmes, dans la rade de
Saley-Jacan, six bourgs, dans l'un desquels on découvrait plus de mille
maisons environnées d'arbres fort hauts, et d'un grand nombre de
ruisseaux qui descendaient d'une montagne du côté du sud. Le jour
suivant, nous arrivâmes à la rivière de Toobazoy, où le pilote n'osa
s'engager, parce qu'il n'en connaissait pas l'entrée; mais ayant jeté
l'ancre à l'embouchure, nous découvrîmes une grande jonque qui venait de
la haute mer vers ce port. Faria résolut de l'attendre sur l'ancre; et
pour se donner le temps de la reconnaître, il arbora le pavillon du
pays, qui est un signe d'amitié dans ces mers. Mais les Indiens, au lieu
de répondre par le même signe, ne nous eurent pas plus tôt reconnus pour
des Portugais, qu'ils firent un grand bruit de tambours, de trompettes
et de cloches. Faria, vivement offensé, n'attendit pas plus
d'éclaircissement pour leur faire tirer une volée de canon. Ils y
répondirent de cinq petites pièces qui composaient toute leur
artillerie. Cette audace nous faisant juger de leurs forces, Faria, qui
voyait la nuit fort proche, prit la résolution d'attendre le lendemain,
pour ne rien donner au hasard dans l'obscurité. Les Indiens, sans rien
perdre de leur confiance, jetèrent l'ancre à l'entrée de la rivière.

»Vers deux heures après minuit, nous vîmes flotter sur la mer quelque
chose qu'il nous fut impossible de distinguer. Faria dormait sur le
tillac. Il fut éveillé; et ses yeux, plus perçans que les nôtres, lui
firent découvrir trois barques à rames qui s'avançaient vers nous. Il ne
douta pas que ce ne fût l'ennemi du jour précédent, qui faisait plus de
fond sur la perfidie que sur la valeur. Il ordonna de prendre les armes
et de préparer les pots à feu, recommandant de cacher les mèches pour
faire croire que nous étions endormis. Les trois barques s'approchèrent
à la portée de l'arquebuse, et s'étant séparées pour nous environner,
deux s'attachèrent à notre poupe, et l'autre à la proue. Les Indiens
montèrent si légèrement à bord, que dans l'espace de quelques minutes
ils y étaient au nombre de quarante. Alors Faria, sortant de dessous le
demi-pont avec une troupe d'élite, fondit si furieusement sur eux en
invoquant Jésus-Christ et saint Jacques, qu'il en tua d'abord un grand
nombre. Ensuite les pots à feu, qui furent jetés fort adroitement,
achevèrent de les défaire et de forcer le reste de se précipiter dans
les flots. Nous sautâmes dans les trois barques, où il restait peu de
monde. Elles furent prises sans résistance. Entre les prisonniers qui
tombèrent vivans entre nos mains étaient quelques Nègres, un Turc, deux
Achémois, et le capitaine de la jonque, nommé Similau, grand corsaire et
mortel ennemi des Portugais. Faria donna ordre que la plupart fussent
mis à la torture pour en tirer des connaissances qu'il croyait
importantes à nos entreprises. Un Nègre qu'on se disposait à tourmenter
demanda grâce, et déclara qu'il était chrétien. Il nous apprit
volontairement qu'il se nommait Sébastien, qu'il avait été captif de don
Gaspar de Mello, capitaine portugais, que Similau avait massacré deux
ans auparavant à Liampo, sans avoir épargné un seul Portugais de
l'équipage; que ce corsaire s'était flatté de nous faire subir le même
sort; et qu'ayant pris tous ses hommes de guerre dans les trois barques,
il n'avait laissé dans sa jonque que trente matelots chinois. Faria, qui
n'ignorait pas le malheur de Mello, remercia le ciel de l'avoir choisi
pour le venger. Il fit sauter sur-le-champ la cervelle à Similau avec un
frontail de cordes, supplice qui avait été celui de Mello. Ensuite
s'étant mis avec trente soldats dans les mêmes barques où l'ennemi était
venu, il se rendit à bord de la jonque, dont il n'eut pas de peine à se
saisir. Quelques pots à feu qu'il fit jeter sur le tillac firent sauter
tous les matelots dans la mer; mais le besoin qu'il avait d'eux pour la
manoeuvre l'obligea d'en sauver une partie. Dans l'inventaire de cette
prise, qu'il fit faire le matin, il se trouva trente-six mille taëls
d'argent du Japon, qui valent cinquante mille ducats de monnaie
portugaise, avec plusieurs sortes de marchandises. Quantité de feux qui
étaient allumés sur la côte, nous faisant juger que les habitans se
disposaient peut-être à nous attaquer, nous ne pensâmes qu'à faire voile
en diligence.

»On nous avait appris que si Coja-Acem exerçait le commerce, c'était
dans l'île d'Aynan qu'il le fallait chercher, parce que tous les
vaisseaux marchands s'y rassemblaient dans cette saison. Nous allâmes
droit à l'île d'Aynan, où, passant l'écueil de Poulo-Capas, nous
commençâmes à ranger la terre, dans la seule vue de reconnaître les
ports et les rivières de cette côte. Quelques soldats qui furent
envoyés à terre sous la conduite de Borralho rapportèrent qu'ayant
pénétré jusqu'à la ville, qui leur avait paru composée de plus de dix
mille maisons, et revêtue de murs avec un fossé plein d'eau, ils avaient
vu dans le port un si grand nombre de navires, qu'ils en avaient compté
jusqu'à deux mille. À leur retour, ils découvrirent à l'embouchure de la
rivière une grosse jonque à l'ancre, qu'ils crurent reconnaître pour
celle de Coja-Acem. Cette conjecture, qu'ils se hâtèrent d'apporter à
Faria, lui causa tant de satisfaction, que, sans perdre un moment, et
laissant son ancre en mer, il donna ordre de mettre à la voile, en
répétant que son coeur l'avertissait qu'il touchait à l'heure de la
vengeance.

»Nous nous approchâmes de la jonque avec une tranquillité qui nous fit
passer pour des marchands. Outre le dessein de tromper notre ennemi par
les apparences, nous appréhendions d'être entendus de la ville, et de
voir tomber sur nous tous les navires qui étaient dans le port. Aussitôt
que nous fûmes près du bord de l'Indien, vingt de nos soldats, qui
n'attendaient que cet instant, y sautèrent avec une impétuosité qui leur
épargna la peine de combattre. La plupart de nos ennemis, effrayés de ce
premier mouvement, se jetèrent dans les flots. Cependant quelques-uns
des plus braves se rassemblèrent pour faire tête. Mais Faria, suivant
aussitôt avec vingt autres soldats, fit un furieux carnage de ceux qui
avaient entrepris de résister. Il en tua plus de trente; et d'un
équipage assez nombreux le feu n'épargna que ceux qui s'étaient jetés
dans la mer, et qu'on en fit retirer, autant pour servir à la navigation
de nos propres vaisseaux que pour déclarer quel était leur chef. On en
mit quatre à la torture; mais ils souffrirent la mort avec _une
constance brutale_. On allait exposer aux mêmes tourmens un petit garçon
qu'on espérait faire parler plus facilement, lorsqu'un vieillard qui
était couché sur le tillac s'écria la larme à l'oeil que c'était son
fils, et qu'il demandait d'être entendu avant que ce malheureux enfant
fût livré aux supplices. Faria fit arrêter l'exécuteur. Mais, après
avoir promis au père la vie et la liberté, s'il s'expliquait de bonne
foi, avec la restitution de toutes les marchandises qui étaient à lui,
il jura que, pour le punir de la moindre imposture, il le ferait jeter
dans la mer avec son fils. Ce vieillard, que nous prenions encore pour
un mahométan, répondit qu'il acceptait cette condition; que s'il
remerciait Faria de la vie qu'il accordait à son fils, il lui offrait la
sienne, dont il faisait peu de cas à son âge; mais qu'il ne s'en fierait
pas moins à sa parole, quoique la profession qu'il lui voyait exercer
fût peu conforme à la loi chrétienne, dans laquelle ils étaient nés tous
deux.

»Une réponse si peu attendue parut causer un peu de confusion à Faria.
Il fit approcher le vieillard, et, le voyant aussi blanc que nous, il
lui demanda s'il était Turc ou Persan. La curiosité nous avait
rassemblés tous autour de lui pour écouter son histoire. Il nous dit
qu'il était Arménien d'origine, et né au Mont-Sinaï, d'une fort bonne
famille; que son nom était Thomas Moustangen; que, se trouvant en 1538
au port de Djedda, avec un vaisseau qui lui appartenait, Soliman pacha,
vice-roi du Caire, qui allait faire le siége de Diu, l'avait fait
prendre avec d'autres vaisseaux marchands pour servir au transport de
ses vivres et de ses munitions; qu'après avoir rendu ce service aux
Turcs, et lorsqu'il leur avait demandé le salaire qu'on lui avait
promis, non-seulement ils lui avaient manqué de parole, mais qu'ils lui
avaient pris sa femme et sa fille, qu'ils avaient violées devant lui, et
qu'ils avaient jeté son fils dans la mer pour leur avoir reproché cette
injure; qu'ensuite, s'étant vu enlever son vaisseau et la valeur de six
mille ducats qui faisaient la meilleure partie de son bien, le désespoir
l'avait conduit à Surate, avec le fils qui était à bord, et le seul qui
lui restait; que de là ils s'étaient rendus à Malacca dans le navire de
don Garcie de Saa, gouverneur de Bacaïme, d'où il était parti pour la
Chine avec Christophe de Sardinha, qui avait été facteur aux Moluques;
mais qu'étant à l'ancre dans le détroit de Sincapar, Quiay Tajana,
maître de la jonque dont nous venions de nous saisir, avait surpris le
vaisseau portugais pendant la nuit; qu'il s'en était rendu maître par
la mort du capitaine et de tout l'équipage, et que, de vingt-sept
chrétiens, il était le seul à qui la vie eût été conservée avec celle de
son fils, parce que le corsaire avait reconnu qu'il n'était pas mauvais
canonnier.

»Faria ne put entendre ce récit sans se frapper le front d'étonnement:
«Mon Dieu! mon Dieu! dit-il, il me semble que ce que j'entends est un
songe.» Ensuite, se tournant vers ses soldats il leur raconta l'histoire
du corsaire qu'il avait apprise en arrivant aux Indes. C'était un des
plus cruels ennemis du nom portugais. Il en avait tué de sa propre main
plus de cent; et le butin qu'il avait fait sur eux montait à plus de
cent mille ducats. Quoique son nom fût Quiay Tajana, sa vanité lui avait
fait prendre celui du capitaine Sardinha, depuis qu'il avait massacré
cet officier. Nous demandâmes à l'Arménien ce qu'il était devenu: il
nous dit qu'étant fort blessé, il s'était caché dans la soute entre les
câbles, avec six ou sept de ses gens. Faria s'y rendit aussitôt, et nous
ouvrîmes l'écoutille des câbles. Alors ce brigand désespéré sortit par
une autre écoutille, à la tête de ses compagnons, et se jeta si
furieusement sur nous, que, malgré l'extrême inégalité du nombre, le
combat dura près d'un quart d'heure. Ils ne quittèrent les armes qu'en
expirant. Nous ne perdîmes que deux Portugais et sept Indiens de
l'équipage; mais vingt furent blessés, et Faria reçut lui-même deux
coups de sabre sur la tête et un troisième sur le bras. Après cette
sanglante victoire, il fit mettre à la voile, dans la crainte d'être
poursuivi. Nous allâmes mouiller le soir sous une petite île déserte, où
le partage du butin se fit tranquillement. On trouva dans la jonque cinq
cents bahars de poivre, soixante de sandal, quarante de noix muscades et
de macis, quatre-vingts d'étain, trente d'ivoire, et d'autres
marchandises qui montaient, suivant le cours du commerce, à la valeur de
soixante-dix mille ducats. La plus grande partie de l'artillerie était
portugaise. Entre quantité de meubles et d'habits de notre nation, nous
fûmes surpris de voir des coupes, des chandeliers, des cuillères et de
grands bassins d'argent doré. C'était la dépouille de Sardinha, de Juan
Oliveyra, et de Barthélemi de Matos, trois de nos plus braves officiers,
dont les vaisseaux avaient été la proie du corsaire. Mais la vue de tant
de richesses ne diminua point notre compassion pour neuf petits enfans
âgés de six à huit ans, qui furent trouvés dans un coin, enchaînés par
les mains et les pieds.

»Le lendemain Faria, prenant plus de confiance que jamais à sa fortune,
ne fit pas difficulté de retourner vers la côte d'Aynan, où il ne
désespérait pas encore de rencontrer Coja-Acem. Cependant, quelques
pêcheurs de perles dont il reçut des rafraîchissemens dans la baie de
Camoy, lui annoncèrent l'approche d'une flotte chinoise; et le prenant
d'ailleurs pour un négociant, malgré quelques soupçons qu'ils ne purent
cacher à la vue des étoffes et des meubles précieux qu'ils voyaient
entre les mains de ses soldats, ils lui firent une peinture si rebutante
des obstacles qu'il trouverait à la Chine, où son dessein était d'aller
vendre effectivement ses marchandises, qu'il résolut de chercher quelque
autre port. Ses vaisseaux étaient déjà si chargés, qu'il leur arrivait
souvent d'échouer sur des bancs de sable dont cette mer est remplie.
Cependant il était attendu par de nouveaux obstacles à l'embouchure de
la rivière de Tanauquir.

»Pendant qu'il s'efforçait d'y entrer, sur l'espérance que les pêcheurs
de Camoy lui avaient donnée d'y trouver un bon port, il fut attaqué par
deux grandes jonques, qui descendaient cette rivière à la faveur du vent
et de la marée. Leur première salve fut de vingt-six pièces
d'artillerie; et se trouvant presque sur nous avant que nous eussions pu
les découvrir, elles nous abordèrent avec une redoutable nuée de dards
et de flèches. Nous n'évitâmes cette tempête qu'en nous retirant sous le
demi-pont, d'où Faria nous fit amuser les ennemis à coups d'arquebuse
pendant l'espace d'une demi-heure, pour leur donner le temps d'épuiser
leurs munitions. Mais quarante de leurs plus braves gens sautèrent enfin
sur notre bord, et nous mirent dans la nécessité de les recevoir. Le
combat devint si furieux, que le tillac fut bientôt couvert de morts.
Faria fit des prodiges de valeur. Les Indiens, commençant à se
refroidir par leur perte, qui était déjà de vingt-six hommes, vingt
Portugais prirent ce moment pour se jeter dans la jonque de leurs
ennemis, où cette attaque imprévue leur fit trouver peu de résistance.
Ainsi, la victoire se déclarant pour eux sur l'un et l'autre bord, ils
pensèrent à secourir Borralho, qui était aux prises avec la seconde
jonque. Faria lui porta sa fortune avec l'exemple de son courage. Enfin
les deux jonques tombèrent en son pouvoir. Il en avait coûté la vie à
quatre-vingts Indiens; et par une faveur extraordinaire du ciel, il ne
se trouva parmi les morts qu'un seul Portugais et quatorze hommes
d'équipage, quoique les blessés fussent en très-grand nombre. Les deux
jonques appartenaient aux corsaires chinois.

»Le butin fut estimé environ quarante mille taëls. On trouva dans les
deux jonques dix-sept pièces d'artillerie de bronze aux armes de
Portugal. Quoique ces deux bâtimens fussent très-bons, Faria se vit
obligé d'en faire brûler un, faute de matelots pour le gouverner. Le
lendemain il voulut tenter encore une fois d'entrer dans la rivière;
mais quelques pêcheurs qu'il avait pris pendant la nuit l'avertirent que
le gouverneur de cette province avait toujours été d'intelligence avec
le corsaire qui lui cédait le tiers de ses prises pour obtenir sa
protection, dont il jouissait depuis long-temps. Cette nouvelle nous fit
prendre le parti de chercher un autre port. On se détermina pour
Mutipinam, qui est plus éloigné de quarante lieues à l'est, et fréquenté
par les marchands de Laos, de Pafuaas et de Gueos.

»Nous fîmes voile avec trois jonques et le premier vaisseau sur lequel
nous étions partis de Patane, jusqu'à Tillanumera, où la force des
courans nous obligea de mouiller. Après nous y être ennuyés trois jours
à l'ancre, la fortune nous y amena vers le soir quatre lantées, espèce
de barques à rames, dont l'une portait la fille du gouverneur de Colem,
mariée depuis peu au fils d'un seigneur de Pandurée. Elle allait joindre
pour la première fois son mari, qui devait venir au-devant d'elle avec
un cortége digne de leur rang. Mais ceux qui la conduisaient, ayant pris
nos jonques pour celles qu'ils espéraient rencontrer, vinrent tomber
entre nos mains. Faria fit cacher tous les Portugais; la jeune mariée,
paraissant elle-même, demandait déjà son mari, lorsque, pour répondre,
une troupe de nos gens sautèrent dans les lantées et s'en rendirent les
maîtres. Nous fîmes passer aussitôt notre prise à bord. Faria se
contenta de retenir la jeune mariée, et deux de ses frères qui étaient
jeunes, blancs, et de fort bonne mine, avec vingt matelots, qui nous
devinrent fort utiles pour la manoeuvre de nos jonques. Sept ou huit
hommes qui formaient le cortége, et plusieurs femmes âgées, de celles
qui se louent pour chanter et jouer des instrumens, furent laissés sur
la côte. Le lendemain, étant partis de ce lieu, nous rencontrâmes la
petite flotte du seigneur de Pandurée qui passa près de nous avec des
bannières de soie, et faisant retentir l'air du bruit des instrumens,
sans se défier que nous enlevions sa femme. Dans le dessein où nous
étions de nous rendre à Mutipinam, Faria ne jugea point à propos
d'arrêter cette troupe joyeuse, et n'avait même été déterminé que par
l'occasion à troubler la joie qui régnait aussi dans les lantées.

»Trois jours après, étant arrivés à la vue de ce port, nous mouillâmes
sans bruit dans une anse, à l'embouchure de la rivière, pour nous donner
le temps d'en faire sonder l'entrée et de prendre des informations
pendant la nuit. Douze soldats qui furent envoyés dans une barque, sous
la conduite de Martin Dalpoem, nous amenèrent deux hommes du pays qu'ils
avaient enlevés avec beaucoup de précaution. Faria défendit d'employer
les tourmens pour tirer d'eux les éclaircissemens qui convenaient à
notre sûreté. Ils nous apprirent naturellement que tout était tranquille
dans le port, et que depuis neuf jours il y était arrivé quantité de
marchands des royaumes voisins. Une si belle occasion de nous défaire de
nos marchandises nous fit tourner notre reconnaissance vers le ciel.
Nous récitâmes avec beaucoup de dévotion les litanies de la Vierge, et
nous promîmes de riches présens à _Notre-Dame du Mont_, qui est proche
de Malacca, pour l'embellissement de son église. À la pointe du jour,
Faria rendit la liberté aux Indiens, et leur fit quelques présens.
Ensuite ayant fait orner les hunes de nos vaisseaux, déployer nos
bannières et nos flammes, avec pavillon de marchandise, suivant l'usage
du pays, il alla jeter l'ancre dans le port, sous le quai de la ville.

»Nous fûmes reçus comme des marchands de Siam, dont nous avions pris le
nom; et sans autre difficulté que celle des droits qui furent réglés à
cent pour mille, nous nous défîmes en peu de jours de tout le butin que
nous avions acquis au prix de notre sang. On en fit la somme de cent
trente mille taëls en lingots d'argent. Malgré toute la diligence qu'on
y avait apportée, les habitans furent informés, avant le départ de
Faria, du traitement qu'il avait fait au corsaire dans la rivière de
Tanauquir. Ils commencèrent alors à nous regarder d'un oeil si
différent, que, n'osant plus nous fier à leurs intentions, nous nous
hâtâmes de remettre à la voile.

»Faria s'était mis dans la plus grande de nos jonques, avec le titre et
le pavillon de général; mais on s'aperçut qu'elle puisait beaucoup
d'eau. Diverses informations nous faisaient regarder la rivière de
Madel, dans l'île d'Aynan, comme un lieu convenable à nos besoins, par
la facilité que nous y devions trouver pour échanger cette jonque et
pour la radouber. Nous n'étions arrêtés que par l'éclat de nos
expéditions, qui devaient nous y avoir fait beaucoup d'ennemis.
Cependant deux considérations nous firent passer sur cette crainte:
l'une fut celle de nos forces, qui nous mettaient à couvert de la
surprise, et qui nous rendaient capables de nous mesurer avec toutes les
puissances qui ne seraient pas celles des rois et des mandarins; l'autre
une juste confiance aux motifs de notre général, autant qu'à sa valeur,
car son intention n'était que de rendre le change aux corsaires qui
avaient ôté la vie et les biens à quantité de chrétiens; et jusqu'alors
toutes nos richesses nous paraissaient bien acquises. Après avoir lutté
pendant douze jours contre les vents, nous arrivâmes au cap de
Poulo-Hindor, nom indien de l'île des Cocos. De là, étant retournés vers
la côte du sud, où nous fîmes quelques nouvelles prises, nous entrâmes
dans la rivière le 8 septembre. Le ciel, chargé de nuages depuis trois
jours, annonçait une de ces tempêtes qui portent le nom des _typhons_,
et qui sont fréquentes dans ces mers aux nouvelles lunes. Nous vîmes
plusieurs jonques qui cherchaient une retraite, et qui mouillaient dans
les anses voisines.

»Un fameux corsaire chinois, redouté des marchands sous le nom
d'Hinimilau, entra dans la rivière après nous. Sa jonque était grande et
fort élevée. En s'approchant du lieu où nous étions à l'ancre, il nous
salua suivant l'usage du pays, sans nous avoir reconnus pour des
Portugais. Nous le prenions aussi pour un marchand chinois qui
redoutait l'approche du typhon; mais, tandis qu'il passait à la portée
de la voix, nous entendîmes crier distinctement dans notre langue:
Seigneur Dieu, miséricorde! Ce cri, répété plusieurs fois, nous fit
juger qu'il venait de quelques malheureux esclaves de notre nation.
Faria, qui pouvait se faire entendre des matelots chinois, leur ordonna
d'amener leurs voiles: ils passèrent sans lui répondre; et, jetant
l'ancre un quart de lieue plus loin, ils commencèrent alors à jouer du
tambour et faire briller leurs cimeterres. Quoique ces bravades
semblassent marquer du courage et de la confiance dans quelques secours
que nous ignorions, Faria dépêcha vers eux une barque bien équipée: elle
revint bientôt avec un grand nombre de blessés qui n'avaient pu se
défendre contre une nuée de dards et de pierres qu'on leur avaient
lancés du bord. Ce spectacle irrita si vivement Faria, que, faisant
lever aussitôt les ancres, il s'approcha de l'ennemi jusqu'à la portée
de l'arquebuse. À cette distance, il le salua de trente-six pièces de
canon, entre lesquelles il y en avait quelques-unes de batterie qui
tiraient des balles de fonte. Toute la résolution des corsaires ne les
empêcha point de couper leurs câbles pour se faire échouer sur la rive;
mais Faria n'eut pas plus tôt reconnu leur dessein, qu'il les aborda
avec furie. Le combat devint terrible. Ils étaient en si grand nombre,
que pendant plus d'une demi-heure les forces se soutinrent de part et
d'autre avec beaucoup d'égalité; mais enfin les corsaires, las, blessés
ou brûlés, se jetèrent tous dans les flots; tandis que, poussant des
cris de joie, nous continuâmes de presser une si belle victoire. Notre
général voyant périr un grand nombre de ces misérables, qui ne pouvaient
résister à l'impétuosité du courant, fit passer quelques soldats dans
deux barques, avec ordre de sauver ceux qui voudraient accepter leur
secours. On en sauva seize, entre lesquels était Hinimilau, capitaine de
la jonque.

»Il fut amené devant Faria, qui fit d'abord panser ses plaies; ensuite
il lui demanda ce qu'étaient devenus les Portugais que nous avions
entendus sur son bord. Le corsaire répondit fièrement qu'il n'en savait
rien; mais la vue des tourmens lui fit changer de langage. Il demanda un
verre d'eau, parce que la sécheresse de son gosier lui ôtait l'usage de
la voix, en promettant de voir ce qu'il aurait à répondre. On lui
apporta de l'eau, dont il but avidement une excessive quantité. Alors,
paraissant reprendre sa fierté avec ses forces, il dit à Faria qu'on
trouverait ces Portugais dans la chambre de proue. Ils y étaient
effectivement, mais égorgés. Ceux qui s'y étaient rendus pour finir leur
captivité apportèrent huit corps sur le tillac, une femme avec deux
enfans de six ou sept ans, à qui l'on avait coupé brutalement la gorge,
et cinq hommes fendus du haut en bas, et les boyaux hors du corps.
Faria, touché jusqu'aux larmes d'un si triste spectacle, demanda au
corsaire ce qui l'avait pu porter à cette cruauté. Il répondit que
c'était une juste punition pour des traîtres qui lui avaient attiré sa
disgrâce en se montrant à nous; et que, pour les enfans, il suffisait
qu'ils fussent de race portugaise pour avoir mérité la mort. Ses
réponses à d'autres questions ne furent pas moins remplies
d'extravagance et de fureur. Il se vanta d'avoir massacré un grand
nombre de Portugais avec des circonstances si barbares, qu'elles nous
firent lever les mains d'étonnement et d'horreur. L'indignation saisit
Faria, qui, sans l'honorer du moindre reproche, le fit tuer à ses yeux.
Il trouva dans la jonque, en soie, en étoffes, en musc, en porcelaines,
etc., la valeur de quarante mille taëls, dont nous nous vîmes forcés de
brûler une partie avec le corps même de la jonque, parce qu'ayant perdu
quantité de braves matelots, il nous en restait trop peu pour la
gouverner.

»Tant d'exploits commençaient à rendre le nom de Faria si terrible, que
les capitaines des jonques qui se trouvaient dans le port de Madel,
apprenant bientôt cette dernière victoire, et se croyant menacés de la
visite du vainqueur, lui firent offrir vingt mille taëls pour obtenir sa
protection. Il reçut fort civilement leurs députés; et s'engageant par
un serment redoutable non-seulement à les épargner, mais à les défendre
dans l'occasion contre les corsaires dont ces mers étaient remplies, il
leur accorda des passe-ports réguliers qu'il signa de son nom. Outre la
somme qui lui avait été proposée, et qui fut payée fidèlement, un de ses
gens, nommé Costa, qu'il revêtit de la qualité de son secrétaire, acquit
plus de quatre mille taëls pour la simple expédition des patentes. Après
avoir passé quatorze jours dans le port de Madel, nous achevâmes de
parcourir toute cette contrée, dans la seule vue de découvrir Coja-Acem.
Nuit et jour Faria n'était rempli que de cette idée; il employa six mois
entiers à prendre des informations, dont il ne tira pas d'autre fruit
que d'avoir visité un grand nombre de havres et de ports.

»Nous tenions la mer depuis si long-temps, que les soldats, ennuyés du
travail, prièrent Faria de faire un partage exact du butin, comme il s'y
était engagé à Patane, chacun dans le dessein de quitter le métier des
armes, et d'aller jouir tranquillement de sa fortune. Cette proposition
fit naître de fâcheux différends. Cependant on convint de choisir Siam
pour y passer l'hiver, et pour y vendre les marchandises qui restaient à
partager. Après avoir juré cet accord, on alla mouiller dans une île
assez éloignée de l'anse qu'on abandonnait, et pendant douze jours on y
attendit le vent qui devait nous conduire au repos. Il se leva aussi
favorable que nous l'avions désiré; mais la nouvelle lune d'octobre le
fit changer, pour notre malheur, en une si furieuse tempête, que nous
fûmes repoussés avec une violence incroyable contre l'île que nous
avions quittée. Nous manquions de câbles, et ceux que nous avions encore
étaient à demi pouris. Aussitôt après que la mer avait commencé à
s'enfler, et que le vent du sud nous eut pris à découvert en traversant
la côte, l'idée du péril qui nous menaçait nous avait fait couper les
mâts, et jeter dans les flots quantité de marchandises. Mais la nuit
devint si obscure, le temps si froid et l'orage si violent, que,
n'espérant plus rien de nos propres efforts, nous fûmes réduits à tout
attendre de la miséricorde du ciel. Elle n'était pas due sans doute à
nos péchés. Vers deux heures après minuit, un épouvantable tourbillon
jeta nos quatre vaisseaux contre la côte, et les brisa sans y laisser
une planche entière.

»Il y périt cent quatre-vingt-six hommes. À la pointe du jour, nous nous
trouvâmes sur le rivage au nombre de cinquante-trois, entre lesquels
nous n'étions que vingt-trois Portugais, moins étonnés de notre naufrage
que de nous voir à terre, sans savoir à quel hasard nous avions
l'obligation de notre salut. Heureusement Faria fut un de ceux à qui le
ciel avait conservé la vie. Nous vîmes avec autant d'effroi que de pitié
les cadavres de nos compagnons et de nos amis, dont le bord de la mer
était couvert. Faria, déguisant sa douleur, nous exhorta par une courte
harangue à ne pas perdre l'espérance. Quoique l'île fût déserte, il nous
promit que le bois et le rivage nous fourniraient de quoi nous défendre
contre la faim; et loin de renoncer à la fortune, il nous représenta
que, la misère même devant être un aiguillon pour le courage, nous ne
pouvions trop attendre de l'avenir, en proportionnant cette attente à
notre situation.

»Nous employâmes deux jours à donner la sépulture aux morts. Quelques
provisions mouillées que nous tirâmes des flots servirent à nous
soutenir pendant ce triste office; mais comme ces vivres étaient
trempés, la pouriture qui s'y mit bientôt ne nous permit pas d'en faire
un long usage. En moins de cinq jours, il nous devint impossible d'en
soutenir l'odeur et le goût. Nous nous vîmes forcés d'entrer dans les
bois, où, nous trouvant sans armes, il nous servit peu de voir passer
quantité de bêtes sauvages que nous ne pouvions espérer de prendre à la
course. Le froid et la faim nous avaient déjà si fort affaiblis, que
plusieurs de nos compagnons tombaient morts en nous parlant. Faria
continuait de nous ranimer par ses exhortations; mais un sombre silence,
dans lequel il tombait souvent malgré lui, nous apprenait assez qu'il ne
jugeait pas mieux que nous de notre sort. Un jour qu'il s'était assis
pour nous faire manger à son exemple quelques plantes sauvages que nous
connaissions peu, un oiseau de proie qui s'était élevé derrière la
pointe que l'île forme au sud, laissa tomber près de lui un poisson de
la longueur d'un pied. Il le prit, et l'ayant fait rôtir aussitôt, il
nous pénétra de tendresse et d'admiration, lorsqu'au lieu de le manger
lui-même, il le distribua de ses propres mains entre les plus faibles ou
les plus malades.

»Ensuite, jetant les yeux vers la pointe d'où l'oiseau était parti, il
en découvrit plusieurs autres qui s'élevaient et se baissaient dans leur
vol; ce qui lui fit juger qu'il y avait peut-être dans ce lieu quelque
proie dont ces animaux se repaissaient. Nous y marchâmes en procession
pour attendrir le ciel par nos prières et par nos larmes. En arrivant au
sommet de la colline, nous découvrîmes sous nos pieds une vallée fort
basse, qui nous parut remplie d'arbres chargés de fruits, et traversée
par une rivière d'eau douce. La joie nous avait déjà fait rompre notre
procession pour y descendre, lorsque nous aperçûmes un cerf fraîchement
égorgé qu'un tigre commençait à dévorer. Nos cris firent aussitôt fuir
le tigre, qui nous abandonna sa proie. Étant descendus dans la vallée,
nous y fîmes un grand festin de la chair du cerf et des fruits qui s'y
offraient en abondance. Nous y prîmes aussi quantité de poissons, soit
par notre industrie, soit avec le secours des oiseaux de proie, qui,
s'abaissant sur l'eau et se relevant avec un poisson dans leur bec ou
dans leurs serres, le laissaient souvent tomber lorsqu'ils étaient
épouvantés par nos cris.

»Ces rafraîchissemens rétablirent un peu nos forces; et pendant
plusieurs jours l'expérience augmenta notre habileté pour la pêche. Le
samedi suivant, à la pointe du jour, nous crûmes découvrir une voile qui
s'avançait vers l'île; mais l'air étant fort tranquille, il y avait peu
d'apparence qu'elle y dût aborder. Cependant Faria nous fit retourner au
rivage où nos vaisseaux s'étaient brisés, et nous n'y fûmes pas une
demi-heure sans reconnaître que c'était un véritable bâtiment. Après
avoir délibéré sur nos espérances, nous prîmes le parti d'entrer dans un
bois voisin, pour nous dérober à la vue de ceux qui paraissaient
approcher; ils arrivèrent sans défiance, et nous les reconnûmes pour des
Chinois. Leur bâtiment était une belle lantée à rames, qu'ils amarrèrent
avec deux câbles de poupe et de proue, pour descendre plus facilement
par une planche; environ trente personnes, qui sautèrent aussitôt sur le
sable, s'employèrent à faire leur provision d'eau et de bois;
quelques-uns s'occupèrent aussi à préparer les alimens, à lutter, et à
d'autres exercices. Faria, les voyant sans crainte et sans ordre, jugea
qu'il n'était resté personne dans le vaisseau qui fût capable de nous
résister. Il nous donna ses ordres, après nous avoir expliqué son
dessein; et sur le signe dont il nous avait avertis, nous prîmes notre
course ensemble vers la lantée, où nous entrâmes sans aucune opposition.
Les deux câbles furent aussitôt lâchés; et tandis que les Chinois
accouraient au rivage dans la surprise de cet événement, nous eûmes le
temps de nous éloigner à la portée de l'arbalète. Quoiqu'il nous restât
peu de crainte à cette distance, nous tirâmes sur eux un fauconneau qui
se trouvait dans la lantée; ils prirent tous la fuite vers le bois, pour
y déplorer sans doute leur infortune, comme nous y avions passé quinze
jours à pleurer la nôtre.

»Ils n'avaient laissé à bord qu'un vieillard avec un enfant de douze ou
treize ans. Notre premier soin fut de visiter les provisions, qui
étaient en abondance. Après avoir satisfait notre faim, nous fîmes
l'inventaire des marchandises; elles consistaient en soie torse, en
damas et en satins, dont la valeur montait à quatre mille écus; mais le
riz, le sucre, le jambon et les poules nous parurent la plus précieuse
partie du butin pour le rétablissement de nos malades, qui étaient en
fort grand nombre. Nous apprîmes du vieillard que le bâtiment et sa
charge appartenaient au père de l'enfant, qui venait d'acheter ces
marchandises à Quouaman pour les aller vendre à Combay; et qu'ayant eu
besoin d'eau, son malheur l'avait amené pour en faire dans l'île des
Larrons. Faria s'efforça par ses caresses de consoler le jeune Chinois
en lui promettant de le traiter comme son propre fils; mais il n'en put
tirer que des larmes et des marques de mépris pour ses offres.

»Dans un conseil, où tout le monde fut appelé, nous prîmes la résolution
de nous rendre à Liampo. Ce port de la Chine était éloigné de deux cent
soixante lieues vers le nord; mais nous espérions, en suivant la côte,
nous emparer d'un vaisseau plus commode et plus grand que le nôtre; ou,
si la fortune s'obstinait à nous maltraiter, Liampo nous offrait une
ressource dans quelqu'un des navires portugais qui s'y rassemblaient
dans cette saison. Le lendemain nous découvrîmes une petite île nommé
Quintoo, où nous enlevâmes, dans une barque de pêcheurs, quantité de
poissons frais, et huit hommes pour le service de notre lantée. De là
nous étant avancés vers la rivière de Camboy, Faria, qui se défiait de
notre lantée pour un long voyage, résolut de se saisir d'une petite
jonque qu'il vit seule à l'ancre. Ce dessein ne lui coûta que la peine
d'y passer avec vingt hommes, qui trouvèrent sept ou huit matelots
endormis; il leur fit lier les mains, avec menace de les tuer, s'ils
jetaient le moindre cri; et sortant de la rivière, il conduisit sa prise
à Poulo-Quirim, qui n'est qu'à neuf lieues de Tchamoy. Trois jours après
il se rendit à Lutchitai, dont on lui avait vanté l'air pour le
rétablissement de ses malades, et les commodités pour calfater les deux
bâtimens: quinze jours ayant suffi pour l'exécution de ses vues, il
gouverna vers Liampo.

»Le vent et les marées semblaient s'accorder en sa faveur, lorsqu'il
rencontra une jonque de Patane, commandée par un Chinois, nommé
Quiay-Panjam, si dévoué à la nation portugaise, qu'il avait à sa solde
trente Portugais choisis dont il s'était fait autant d'amis par ses
caresses et ses bienfaits. C'était d'ailleurs un vieux corsaire exercé
depuis long-temps au brigandage. La vue de deux bâtimens plus faibles
que le sien le disposa aussitôt à les attaquer. Son habileté lui fit
gagner le dessus du vent; et s'étant approché à la portée du mousquet,
il les salua de quinze pièces d'artillerie. Malgré l'extrême inégalité
des forces, Faria ne put se résoudre à la soumission; mais lorsqu'il se
préparait au combat, un de ses gens aperçut une croix dans la bannière
des ennemis; et sur le chapiteau de leur poupe quantité de ces bonnets
rouges que les Portugais portaient alors dans leurs expéditions
militaires. Après cette découverte, quelques signes furent bientôt
entendus. De part et d'autre on ne pensa plus qu'à se prévenir par des
témoignages de joie et d'amitié. Quiay-Panjam, qui aimait le faste,
passa sur le bord de Faria, dont il connaissait le mérite par l'éclat de
ses actions, avec un cortége de vingt Portugais richement vêtus, et des
présens qui furent estimés deux mille ducats. Faria, dans l'abaissement
où le sort l'avait réduit, ne put répondre à cette ostentation de
richesses; mais, son nom faisant toute sa grandeur présente, il raconta
ses malheurs avec une simplicité noble qui lui attira plus d'admiration
que le souvenir de sa fortune. Le corsaire, après avoir entendu ses
nouveaux projets, lui offrit de l'accompagner dans toutes ses
entreprises, avec cent hommes qu'il avait dans sa jonque, quinze pièces
d'artillerie, et les trente Portugais qui s'étaient attachés à son
service, sans autre condition que d'entrer en partage du butin pour un
tiers. Cette offre fut acceptée; Faria ne fit pas difficulté de
s'engager par une promesse de sa main, qu'il confirma sur les saints
Évangiles, et qui fut signée par les principaux Portugais en qualité de
témoins.

»Aussitôt les deux chefs prirent la résolution d'entrer dans la rivière
d'Anay, dont ils n'étaient éloignés que de cinq lieues, pour s'y
pourvoir de vivres et de munitions. Panjam s'était ménagé par un tribut
la protection du gouverneur. De là, leur projet n'était pas moins de se
rendre à Liampo; mais Faria se procura près d'Anay une partie des
avantages qu'il s'était proposés dans cette route, en s'attachant par
ses promesses trente-six soldats qui prirent confiance à sa fortune. Ils
remirent à la voile malgré le vent contraire qu'ils eurent à combattre
pendant cinq jours. Le sixième au soir, ils rencontrèrent une barque de
pêcheurs, dans laquelle ils furent extrêmement surpris de trouver huit
Portugais, tous fort blessés et dans le plus triste état. Faria les fit
passer sur son bord, où, se jetant à ses pieds, ils lui racontèrent
qu'ils étaient partis de Liampo depuis dix-sept jours pour se rendre à
Malacca; que, s'étant avancés jusqu'à l'île de Sumbor, ils avaient eu
le malheur d'être attaqués par un corsaire guzarate nommé Coja-Acem, qui
avait, sur trois jonques et quatre lantées, environ cent hommes,
mahométans comme lui; qu'après un combat de trois heures, dans lequel
ils lui avaient brûlé une de ses jonques, ils avaient enfin perdu leur
vaisseau, et la valeur de cent mille taëls en marchandises, avec
dix-huit Portugais de leurs parens ou de leurs amis, dont la captivité
leur faisait compter pour rien le reste de leur infortune, et la perte
de quatre-vingt-deux hommes qui composaient leur équipage; que, par un
miracle du ciel, ils s'étaient sauvés au nombre de dix dans la même
barque où nous les avions rencontrés, et que de ce nombre deux étaient
déjà morts de leurs blessures.

»Après avoir écouté ce récit avec admiration, Faria, plein de ses idées,
leur demanda si le corsaire avait été fort maltraité dans le combat,
parce qu'il lui semblait qu'ayant perdu une de ses jonques, et celles
des Portugais devant être dans un grand désordre, il était impossible
que ses forces ne fussent pas beaucoup diminuées. Ils l'assurèrent que
la victoire avait coûté cher à leur ennemi; que, dans l'incendie de sa
jonque, la plupart des soldats qui montaient ce bâtiment avaient trouvé
la mort dans les flots, et qu'il n'était entré dans une rivière voisine
que pour y réparer ses pertes. Alors Faria se mit à genoux, tête nue et
les yeux levés vers le ciel, qu'il regardait fixement; il le remercia
les larmes aux yeux[1] d'avoir amené son ennemi entre ses mains; et sa
prière fut si vive et si touchante, que, le même transport se
communiquant à ceux qui l'entendirent, ils se mirent à crier: Aux armes!
aux armes! comme si le corsaire eût été présent. Dans cette noble
ardeur, ils mirent aussitôt la voile au vent de poupe pour retourner
dans un port qu'ils avaient laissé huit lieues en arrière, et s'y
équiper sans ménager les frais de tout ce qui leur était nécessaire pour
un mortel combat. Un présent de mille ducats leur fit obtenir du
gouverneur non-seulement la liberté d'acheter toutes sortes de
munitions, mais celle même de se procurer deux grandes jonques, qui
furent échangées contre celle de Faria, et d'engager cent soixante
hommes pour le gouvernement des voiles. Tous les volontaires, à qui
l'espérance du butin fit offrir leurs services, furent reçus et payés
libéralement. Quiay-Panjam n'épargna point ses trésors. Ainsi, dans la
revue générale qui se fit avant de lever l'ancre, nous nous trouvâmes au
nombre de cinq cents hommes, soldats ou matelots, entre lesquels on
compta quatre-vingt-quinze Portugais.

[Note 1: Ce mélange continuel de piété et de vengeance, de
brigandage et de dévotion, est un caractère trop singulier pour échapper
aux lecteurs; et c'est partout dans cette histoire celui des Espagnols
et des Portugais.]

»Treize jours nous avaient suffi pour ce redoutable armement. Nous
partîmes dans le meilleur ordre. Trois jours après nous arrivâmes aux
Pêcheries, où le corsaire avait enlevé la jonque de notre nation.
Quelques espions qu'on envoya sur la rivière nous rapportèrent qu'il
était à deux lieues de là, dans une autre rivière nommée Tinlau, et
qu'il y faisait réparer la jonque portugaise. Faria fit vêtir à la
chinoise un de ses plus braves et de ses plus sages soldats, avec ordre
de s'avancer dans une barque de pêcheur pour observer la contenance et
la situation des ennemis. On apprit bientôt qu'ils étaient sans défiance
et dans un désordre qui nous ferait trouver peu de peine à les aborder.
Nos deux chefs résolurent d'aller mouiller le soir à l'embouchure de la
rivière, et de commencer l'attaque à la pointe du jour.

»La mer fut si calme et le vent si favorable, que Faria crut devoir
profiter de l'obscurité pour s'avancer presqu'à la hauteur du corsaire.
Cette manoeuvre eut le succès qu'il s'en était promis; et dans l'espace
d'une heure nous arrivâmes à la portée de l'arquebuse sans avoir été
découverts. Mais les premiers rayons du jour ne tardèrent point à nous
trahir. Plusieurs sentinelles qui étaient distribuées sur les bords de
la rivière sonnèrent l'alarme avec des cloches; et quoique la lumière ne
permît point encore de distinguer les objets, il s'éleva un si furieux
bruit parmi les corsaires qui étaient au rivage et ceux qu'ils avaient
laissés à la garde de leur flotte, qu'il nous devint presque impossible
de nous entendre. Faria saisit ce moment pour les saluer de toute notre
artillerie, qui augmenta le tumulte. Ensuite le jour étant devenu plus
clair, pendant qu'on rechargeait les pièces, et que les corsaires nous
observaient sur leurs ponts, il fit faire une seconde décharge qui en
fit tomber un grand nombre. Cent soixante mousquetaires, qu'il tenait
prêts à tirer, ne firent pas feu moins heureusement sur ceux qui
s'étaient mis dans des barques pour retourner à leurs jonques. Ce
prélude parut leur causer tant d'épouvante, qu'on n'en vit plus paraître
un sur les tillacs.

»Alors nos deux jonques les abordèrent avec la même vigueur. La mêlée
fut effroyable et se soutint pendant plus d'un quart d'heure, jusqu'au
départ de quatre lantées qui se détachèrent du rivage pour venir
secourir les corsaires avec des gens frais. À cette vue, un Portugais
nommé Diégo Meyrelez, qui était dans la jonque de Quiay-Panjam, poussa
rudement un canonnier dont il avait remarqué l'ignorance, et pointant
lui-même la pièce qui était chargée à cartouches, il y mit le feu avec
tant d'habileté ou de bonheur, qu'il coula la première lantée à fond. Du
même coup, plusieurs balles qui passèrent par-dessus la première tuèrent
le capitaine de la seconde, et six ou sept soldats qui étaient proches
de lui. Les deux autres demeurèrent si effrayées de ce spectacle,
qu'elles s'efforçaient de retourner à terre, lorsque deux barques
portugaises, chargées de pots-à-feu, s'avancèrent fort à propos pour y
en jeter un fort grand nombre. Elles y mirent le feu avec une violence
qui les fit brûler en un instant jusqu'à fleur d'eau. En vain les
corsaires se jetèrent dans l'eau pour éviter les flammes; ils y
trouvèrent la mort par les mains de nos gens qui les tuaient à coups de
piques. Il n'en périt pas moins de deux cents dans les quatre lantées;
car, celle qui avait perdu son capitaine étant tombée sous la jonque de
Quiay-Panjam, il ne s'en sauva qu'un petit nombre, qui se jetèrent dans
les flots.

»Ceux qui combattaient sur ces jonques ne se furent pas plus tôt aperçus
de la ruine des lantées, qu'ils commencèrent à s'affaiblir, et plusieurs
ne pensèrent qu'à chercher leur salut à la nage. Mais Coja-Acem, qui ne
s'était pas encore fait reconnaître, accourut alors pour les encourager.
Il portait une cotte d'armes écaillée de lames de fer, doublée de satin
cramoisi, et bordée d'une frange d'or. Sa voix, qui se fit entendre avec
une invocation de son prophète et des imprécations contre nous, ranima
si vivement les plus timides, que, s'étant ralliés, ils nous firent tête
avec une valeur surprenante. Faria, dont cette résistance ne fit
qu'échauffer le courage, excita le nôtre par quelques mots _pleins de
foi_, et se précipitant vers le chef des corsaires, qu'il regardait
comme le principal objet de sa haine, il lui déchargea sur la tête un
si grand coup de sabre, qu'il fendit son bonnet de mailles. Ce coup
l'abattit à ses pieds. Aussitôt lui en portant un autre sur les jambes,
il le mit hors d'état de se relever. Nos ennemis, qui virent tomber leur
chef, poussèrent un grand cri. Ils fondirent si impétueusement sur
Faria, qu'ils faillirent l'abattre à son tour; tandis que, nous serrant
autour de lui, nous redoublâmes nos efforts pour sauver une vie à
laquelle chacun de nous attachait la sienne. Le combat devint si
furieux, que dans l'espace d'un demi-quart d'heure nous vîmes tomber sur
le corps de Coja-Acem quarante-huit de ces désespérés, et nous perdîmes
nous-mêmes quatorze chrétiens, entre lesquels nous eûmes la douleur de
compter cinq Portugais. Alors nos ennemis, commençant à perdre courage,
se retirèrent en désordre vers la proue, dans le dessein de s'y
fortifier. Mais Quiay-Panjam, qui venait de ruiner les lantées, se
présenta devant eux pour leur couper cette retraite. Ainsi pressés des
deux côtés avec la même furie, il ne leur resta plus d'autre ressource
que de se jeter dans les flots. Les nôtres, encouragés par la victoire
et par le nom de Jésus-Christ, qui retentissait sur toutes les jonques,
achevèrent de les exterminer à mesure qu'ils se précipitaient les uns
sur les autres. Il en périt cent cinquante par le fer ou par le feu. La
plupart des autres se noyèrent dans leur fuite ou furent assommés à
coups d'aviron. On ne fit que cinq prisonniers, qui furent jetés à fond
de cale, pieds et poings liés, dans le dessein d'en tirer diverses
lumières par la force des tourmens. Mais ils se rendirent entre eux le
service de s'égorger à belles dents. Le nombre de nos morts ne monta
qu'à cinquante-deux, dont huit étaient de notre nation.

»Après avoir employé une partie du jour à leur rendre les honneurs de la
sépulture, Faria fit le tour de l'île pour y chercher ce qui pouvait
avoir appartenu au corsaire. Il découvrit dans une vallée fort agréable
un village d'environ quarante maisons; et plus loin, sur le bord d'un
ruisseau, une pagode où Coja-Acem avait mis ses malades. C'était dans le
même lieu que ceux qui avaient échappé aux flots avaient pris le parti
de se retirer. À la vue de Faria, qu'ils aperçurent de loin, ils
députèrent quelques-uns d'entre eux pour implorer sa miséricorde; mais,
fermant l'oreille à leurs prières, il répondit qu'il ne pouvait faire
grâce à ceux qui avaient massacré tant de chrétiens: ces misérables
étaient au nombre de quatre-vingt-seize. Nous mîmes le feu à six ou sept
endroits de la pagode, qui, n'étant composée que de bois sec et couverte
de feuilles de palmier, fut bientôt réduite en cendres. Les corsaires,
attaqués par les flammes et la fumée, jetèrent des cris pitoyables, et
quelques-uns se précipitèrent du haut des fenêtres; mais ils furent
reçus sur les pointes de nos piques et de nos dards, et nous eûmes la
satisfaction de rassasier notre vengeance.

»La jonque que le corsaire avait enlevée depuis peu de jours aux
Portugais de Liampo leur fut restituée avec toutes leurs marchandises:
ce qui n'empêcha point que le reste du butin ne montât à plus de cent
trente mille taëls. Nous passâmes vingt-quatre jours dans la rivière de
Tinlau pour y guérir nos blessés. Faria même avait besoin de ce repos:
il avait reçu trois coups dangereux dont il avait négligé de se faire
panser dans les premiers soins qu'il avait donnés au bien commun, et
dont il eut beaucoup de peine à se rétablir. Mais son courage
infatigable s'occupa, dans cet intervalle, du projet d'une autre
expédition qu'il avait communiqué à Quiay-Panjam, et qu'il ne remettait
pas plus loin qu'à l'entrée du printemps. Il se proposait de retourner
dans l'anse de la Cochinchine, pour s'approcher des mines de Quanjaparu,
où nous avions appris qu'on tirait quantité d'argent, et qu'il y avait
actuellement sur les bords de la rivière six maisons remplies de
lingots.

»Nous levâmes l'ancre pour nous avancer vers la pointe de Micuy, d'où
notre premier dessein était toujours de nous rendre à Liampo. Un orage
du nord-ouest qui nous surprit à cette hauteur exposa toute la flotte au
dernier danger. La plus petite de nos jonques, commandée par
Nunno-Preto, périt avec sept Portugais et cinquante autres chrétiens.
Celle de Faria, qui était la plus grande, et dans laquelle nous avions
rassemblé nos plus précieuses marchandises, n'évita le même sort qu'en
abandonnant aux flots quantité de richesses; et ceux qui furent chargés
de ce triste sacrifice apportèrent si peu d'attention au choix, qu'ils
jetèrent dans la mer douze grandes caisses pleines de lingots d'argent.
Mais rien ne causa plus d'affliction à Faria que la perte d'une lantée
qui s'était brisée sur la côte, et dans laquelle il y avait cinq
Portugais qui furent enlevés pour l'esclavage par les habitans d'une
ville voisine. Tandis qu'il paraissait insensible à la ruine de sa
fortune, il ne pouvait se consoler de voir cinq hommes de sa nation dans
la misère. Tous ses soins, après la tempête, se tournèrent à les
secourir; et lorsqu'il eut appris que la ville où ils avaient été
conduits se nommait Noudaï, et qu'elle n'était pas éloignée du rivage,
il promit au ciel d'employer sa vie pour leur rendre la liberté.

»Le reste de ses forces consistait en trois jonques, avec une seule
lantée. Il ne balança point à s'engager dans la rivière de Noudaï, où il
mouilla vers le soir. Deux petites barques, qui portent sur cette côte
le nom de _baloès_, furent employées à sonder le fond, avec ordre de
prendre des informations sur la situation de la ville. Elles lui
amenèrent huit hommes et deux femmes, dont elles s'étaient saisies, et
qui furent regardés aussitôt comme des otages suffisans pour la sûreté
des Portugais: mais la confiance diminua beaucoup lorsque ces dix
prisonniers eurent déclaré que les Portugais captifs passaient dans la
ville pour les voleurs qui avaient causé divers dommages sur les côtes,
et qu'ils étaient destinés au supplice. Faria, plein d'une vive
inquiétude, se hâta d'écrire au mandarin: sa lettre était civile. Il y
joignit un présent de deux cents ducats, qui lui parut une honnête
rançon; et chargeant de ses ordres deux des prisonniers, il retint à
bord les huit autres.

»La réponse qu'il reçut le lendemain sur le dos de sa lettre était
courte et fière: «Que ta bouche vienne se présenter à mes pieds. Après
t'avoir entendu, je te ferai justice.» Il comprit que le succès de son
entreprise était fort incertain; et rejetant toute idée de violence,
avant d'avoir tenté les voies de la douceur et les motifs de l'intérêt,
il offrit par une autre députation jusqu'à la somme de deux mille taëls.
Dans sa seconde lettre il prenait la qualité de marchand étranger,
Portugais de nation, qui allait exercer le commerce à Liampo, et qui
était résolu de payer fidèlement les droits. Il ajoutait «que le roi de
Portugal son maître, étant lié d'une amitié de frère avec le roi de la
Chine, il espérait la même faveur et la même justice que les Chinois
recevaient constamment dans les villes portugaises des Indes.» Cette
comparaison des deux rois parut si choquante au mandarin, que, sans
aucun égard pour le droit des gens, il fit cruellement fouetter ceux qui
lui avaient apporté la lettre. Les termes de sa réponse n'ayant pas été
moins insultans, Faria, poussé par sa colère autant que par ses
promesses, résolut enfin d'attaquer la ville. Il fit la revue de ses
soldats, qui montaient encore au nombre de trois cents; le lendemain,
s'étant avancé dans la rivière jusqu'à la vue des murs, il y jeta
l'ancre, après avoir arboré le pavillon marchand à la manière des
Chinois, pour s'épargner de nouvelles explications. Cependant le doute
du succès lui fit écrire une troisième lettre au mandarin, dans
laquelle, feignant de n'avoir aucun sujet de plainte, il renouvelait
l'offre d'une grosse somme et d'une amitié perpétuelle. Mais le
malheureux Chinois qu'il avait employé pour cette députation fut déchiré
de coups, et renvoyé avec de nouvelles insultes. Alors nous descendîmes
au rivage, et marchâmes vers la ville, sans être effrayés d'une foule de
peuple qui faisait voltiger plusieurs étendards sur les murs, et qui
paraissait nous braver par ses cris: nous n'étions qu'à deux cents pas
des portes lorsque nous en vîmes sortir mille ou douze cents hommes à
cheval, qui entreprirent d'escarmoucher autour de nous, dans l'espérance
apparemment de nous causer de l'épouvante. Mais nous voyant avancer d'un
air ferme, ils se rassemblèrent en un corps entre nous et la ville. Nos
jonques avaient ordre de faire jouer l'artillerie au signal que Faria
devait leur donner. Aussitôt qu'il vit l'ennemi dans cette posture, il
fit tirer tout à la fois et ses mousquetaires et ses jonques. Le bruit
seul fit tomber une partie de cette cavalerie. Nous continuâmes de
marcher, tandis que les uns fuyaient vers le pont de la ville, où leur
embarras fut extrême au passage, et que les autres se dispersaient dans
les champs voisins. Ceux que nous trouvâmes encore serrés proche du pont
essuyèrent une décharge de notre mousqueterie, qui fit mordre la
poussière au plus grand nombre, sans qu'un seul eût osé mettre l'épée à
la main. Nous approchions de la porte avec un extrême étonnement de la
voir si mal défendue; mais nous y rencontrâmes le mandarin qui sortait à
la tête de six cents hommes de pied, monté sur un fort beau cheval, et
revêtu d'une cuirasse. Il nous fit tête avec assez de vigueur; et son
exemple animait ses gens, lorsqu'un coup d'arquebuse, tiré par un de nos
valets, le frappa au milieu de l'estomac. Sa chute répandit tant de
consternation parmi les Chinois, que, chacun ne pensant qu'à fuir, sans
avoir la présence d'esprit de fermer les portes, nous les chassâmes
devant nous à grands coups de lances comme une troupe de bestiaux. Ils
coururent dans ce désordre le long d'une grande rue qui conduisait vers
une autre porte, par où nous les vîmes sortir jusqu'au dernier. Faria
eut la prudence d'y laisser une partie de sa troupe pour se mettre à
couvert de toute sorte de surprise; tandis que, se faisant conduire à la
prison, il alla délivrer de ses propres mains les cinq Portugais qui n'y
attendaient que la mort. Ensuite, nous ayant tous rassemblés, et
jugeant de l'effroi de nos ennemis par la tranquillité qui régnait
autour des murs, il nous accorda une demi-heure pour le pillage. Ce
temps fut si bien employé, que le moindre de nos soldats partit chargé
de richesses. Quelques-uns emmenèrent de fort belles filles liées quatre
à quatre avec les mèches des mousquets. Enfin, l'approche de la nuit
pouvant nous exposer à quelque désastre, Faria fit mettre le feu à la
ville; elle était bâtie de sapin et d'autres bois si faciles à
s'embraser, que la flamme s'y étant bientôt répandue, nous nous
retirâmes tranquillement dans nos jonques à la faveur de cette lumière.

»Après une si glorieuse expédition, Faria prit deux partis, qui font
autant d'honneur à sa conduite que tant d'exploits doivent en faire à sa
valeur: l'un, d'enlever toutes les provisions que nous pûmes trouver
dans les villages qui bordaient la rivière, parce qu'il était à craindre
qu'on ne nous en refusât dans tous les ports; l'autre, d'aller passer
l'hiver dans une île déserte nommée Poulo-Hinhor, où la rade et les eaux
sont excellentes; parce que nous ne pouvions aller droit à Liampo sans
causer beaucoup de préjudice aux Portugais qui venaient hiverner
paisiblement dans ce port avec leurs marchandises. Le premier de ces
deux projets fut exécuté le jour suivant; mais le second fut retardé par
un obstacle qui devint pour nous une nouvelle source de richesse et de
gloire. Nous fûmes attaqués entre les îles de Gomolem et la terre, par
un corsaire nommé Prémata Goundel, ennemi juré de notre nation, qui,
nous prenant néanmoins pour des Chinois, avait compté sur une victoire
facile. Ce combat, où nous enlevâmes une de ses jonques, nous valut
quatre-vingt mille taëls; mais il coûta la vie à quantité de nos plus
braves gens, et Faria y reçut trois dangereuses blessures. Nous nous
retirâmes dans la petite île de Buncalon, qui n'était qu'à trois ou
quatre lieues vers l'ouest, et nous y passâmes dix-huit jours, pendant
lesquels nos blessés furent heureusement rétablis.

»On se détermina à gouverner vers les ports de Liampo. Le Portugal avait
alors dans cette ville le même établissement que nous eûmes ensuite à
Macao, c'est-à-dire qu'ayant obtenu la liberté d'y exercer le commerce,
la nation y jouissait d'une parfaite tranquillité sous la protection des
lois. On comptait déjà dans le quartier portugais plus de mille maisons,
qui étaient gouvernées par des échevins, des auditeurs, des consuls et
des juges, avec autant de confiance et de sûreté qu'à Lisbonne.

»Faria vit bientôt arriver sur la flotte tout ce qu'il y avait de
Portugais distingués dans la ville, avec des présens considérables et
les mêmes témoignages de respect qu'ils auraient pu rendre à leur propre
roi. Ses malades furent logés dans les maisons les plus riches et
magnifiquement traités; mais ce n'était que le prélude des honneurs
qu'on lui destinait. Le sixième jour, qu'il n'avait pas attendu sans
impatience, parce qu'il ignorait le motif du retardement, une flotte
_galante_, composée de barques tendues d'étoffes précieuses, vint le
prendre au bruit des instrumens, et le conduisit comme en triomphe au
port de la ville. Il y fut reçu avec une pompe qui surprit les Chinois;
et cette fête dura plusieurs jours. Après les avoir passés dans la joie
et l'admiration, son dessein était de retourner à bord; mais on le força
d'accepter une des plus belles maisons de la ville, où pendant cinq mois
entiers il fut traité avec la même considération.

»L'expédition des mines de Quanjaparu n'ayant pas cessé de l'occuper,
nous avions employé ce temps aux préparatifs, et la saison commençait à
presser notre départ, lorsqu'une maladie mit en peu de jours
Quiay-Panjam au tombeau. Faria parut regretter beaucoup un homme qu'il
avait jugé digne de son amitié. Cette perte lui fit prêter l'oreille aux
conseils des principaux Portugais qui le dégoûtèrent de l'entreprise des
mines. On publiait que ce pays était désolé par les guerres des rois de
Chammay et de Tsiampa. Il y avait peu d'apparence que les trésors qu'il
se proposait d'enlever eussent été respectés. Un corsaire nommé Similau,
ami des Portugais, que sa qualité de Chinois n'avait pas empêché
d'exercer long-temps ses brigandages sur sa propre nation, et qui était
venu jouir de sa fortune à Liampo, lui raconta des merveilles d'une île
nommée Calempluy, où il l'assura que dix-sept rois de la Chine étaient
ensevelis dans des tombeaux d'or. Il lui fit une si belle peinture des
idoles du même métal, et d'une infinité d'autres trésors que les
monarques chinois avaient rassemblés dans cette île, que, s'étant offert
à lui servir de pilote, il le détermina facilement à tenter une si
grande aventure. En vain ses meilleurs amis lui en représentèrent le
danger: la guerre qui occupait les Chinois lui parut un temps favorable.
Similau lui conseilla d'abandonner ses jonques, qui étaient de trop haut
bord et trop découvertes pour résister aux courans du golfe de Nankin;
d'ailleurs ce corsaire ne voulait ni beaucoup de vaisseaux ni beaucoup
d'hommes, dans la crainte de se rendre suspect ou d'être reconnu sur des
rivières très-fréquentées. Il lui fit prendre deux panoures, qui sont
une espèce de galiotes, mais un peu plus élevées. L'équipage fut borné à
cinquante-six Portugais, quarante-huit matelots et quarante-deux
esclaves.

»Au premier vent que Similau jugea favorable, nous quittâmes le port de
Liampo. Le reste du jour et la nuit suivante furent employés à sortir
des îles d'Angitour, et nous entrâmes dans des mers où les Portugais
n'avaient point encore pénétré. Le vent continua de nous favoriser
jusqu'à l'anse des pêcheries de Nankin. De là nous traversâmes un golfe
de quarante lieues, et nous découvrîmes une haute montagne qui se nomme
Nangafo, vers laquelle, tirant au nord, nous avançâmes encore pendant
plusieurs jours. Les marées, qui étaient fort grosses, et le changement
du vent, obligèrent Similau à entrer dans une petite rivière dont les
bords étaient habités par des hommes fort blancs et de belle taille, qui
avaient les yeux petits comme des Chinois, mais qui leur ressemblaient
peu par l'habillement et le langage. Nous ne pûmes les engager dans
aucune communication. Ils s'avançaient en grand nombre sur le bord de la
rivière, d'où ils semblaient nous menacer par d'affreux hurlemens. Le
temps et la mer nous permettant de remettre à la voile, Similau, dont
toutes les décisions étaient respectées, leva aussitôt l'ancre pour
gouverner à l'est-nord-est. Nous ne perdîmes point la terre de vue
pendant sept jours. Ensuite, traversant un autre golfe à l'est, nous
entrâmes dans un détroit large de dix lieues, qui se nomme Sileupaquin,
après lequel nous avançâmes encore l'espace de cinq jours, sans cesser
de voir un grand nombre de villes et de bourgs. Ces parages nous
présentaient aussi quantité de vaisseaux. Faria commençant à craindre
d'être découvert, paraissait incertain s'il devait suivre une si
dangereuse route. Similau, qui remarqua son inquiétude, lui représenta
qu'il n'avait pas dû former un dessein de cette importance sans en avoir
pesé les dangers; qu'il les connaissait lui-même, et que les plus grands
le menaçaient, lui qui était Chinois et pilote: d'où nous devions
conclure qu'indépendamment de son inclination, il était forcé de nous
être fidèle; qu'à la vérité nous pouvions prendre une route plus sûre,
mais beaucoup plus longue; qu'il nous en abandonnait la décision, et
qu'au moindre signe il ne ferait pas même difficulté de retourner à
Liampo. Faria lui sut bon gré de cette franchise; il l'embrassa
plusieurs fois, et le faisant expliquer sur cette route qu'il nommait la
plus longue, il apprit de lui que, cent soixante lieues plus loin vers
le nord nous pourrions trouver une rivière assez large, qui se nommait
Sumhepadano, sur laquelle il n'y avait rien à redouter, parce qu'elle
était peu fréquentée, mais que ce détour nous retarderait d'un mois
entier. Nous délibérâmes sur cette ouverture. Faria parut le premier
disposé à préférer les longueurs au péril, et Similau reçut ordre de
chercher la rivière qu'il connaissait au nord. Nous sortîmes du golfe de
Nankin; et pendant cinq jours nous rangeâmes une côte assez déserte. Le
sixième jour, nous découvrîmes à l'est une montagne fort haute, dont
Similau nous dit que le nom était Fanjus. L'ayant abordée de fort près,
nous entrâmes dans un beau port, qui, s'étendant en forme de croissant,
peut contenir deux mille vaisseaux à couvert de toutes sortes d'orages.
Faria descendit au rivage avec dix ou douze soldats; mais il ne trouva
personne qui pût lui donner les moindres lumières sur sa route. Son
inquiétude renaissant avec ses doutes, il fit de nouvelles questions à
Similau sur une entreprise que nous commencions à traiter d'imprudence.
«Seigneur capitaine, lui dit cet audacieux corsaire, si j'avais quelque
chose de plus précieux que ma tête, je vous l'engagerais volontiers. Le
voyage que je m'applaudis de vous avoir fait entreprendre est si certain
pour moi, que je n'aurais pas balancé à vous donner mes propres enfans,
si vous aviez exigé cette caution. Cependant je vous déclare encore que,
si les discours de vos gens sont capables de vous inspirer quelque
défiance, je suis prêt à suivre vos ordres. Mais, après avoir formé un
si beau dessein, serait-il digne de vous d'y renoncer? et si l'effet ne
répondait pas à mes promesses, ma punition n'est-elle pas entre vos
mains?»

»Ce langage était si propre à faire impression sur Faria, que,
promettant de s'abandonner à la conduite du corsaire, il menaça de punir
ceux qui le troubleraient par leurs murmures. Nous nous remîmes en mer.
Treize jours d'une navigation assez paisible, pendant lesquels nous ne
perdîmes point la terre de vue, nous firent arriver dans un port nommé
Buxipalem, à 49 degrés de hauteur. Ce climat nous parut un peu froid.
Nous y vîmes des poissons et des serpens d'une si étrange forme, que ce
souvenir me cause encore de la frayeur. Similau, qui avait déjà parcouru
tous ces lieux, nous fit des peintures incroyables de ce qu'il y avait
vu et de ce qu'il y avait entendu pendant la nuit, surtout aux pleines
lunes de novembre, décembre et janvier, qui sont le temps des grandes
tempêtes; et nous vérifiâmes par nos propres yeux une partie des
merveilles qu'il nous avait racontées. Nous vîmes dans cette mer des
raies auxquelles nous donnâmes le nom de _peixes mantas_, qui avaient
plus de quatre brasses de tour et le museau d'un boeuf; nous en vîmes
d'autres qui ressemblaient à de grands lézards, moins grosses et moins
longues que les autres, mais tachetées de vert et de noir, avec trois
rangs d'épines fort pointues sur le dos, de la grosseur d'une flèche.
Elles se hérissent quelquefois comme des porcs-épics, et leur museau,
qui est fort pointu, est armé d'une sorte de crocs d'environ deux pans
de longueur, que les Chinois nomment _puchis-sucoens_, et qui
ressemblent aux défenses d'un sanglier. D'autres poissons que nous
aperçûmes ont le corps tout-à-fait noir et d'une prodigieuse grandeur.
Pendant deux nuits que nous passâmes à l'ancre, nous fûmes
continuellement effrayés par la vue des baleines et des serpens qui se
présentaient autour de nous, et par les hennissemens d'une infinité de
chevaux marins dont le rivage était couvert. Nous nommâmes ce lieu la
rivière des serpens. Quinze lieues plus loin, Similau nous fit entrer
dans une baie beaucoup plus belle et plus profonde, qui se nomme
Calindamo, environnée de montagnes fort hautes et d'épaisses forêts, au
travers desquelles on voit descendre quantité de ruisseaux dans quatre
grandes rivières qui entrent dans la baie. Similau nous apprit que,
suivant les histoires chinoises, deux de ces rivières tirent leur source
d'un grand lac nommé Moscombia et les deux autres, d'une province qui se
nomme Alimania, où les montagnes sont toujours couvertes de neige.

»C'était dans une de ces rivières que nous devions entrer. Elle se nomme
Paatebenam. Il fallait dresser notre route à l'est pour retourner vers
le port de Nankin, que nous avions laissé derrière nous à deux cent
soixante lieues, parce que, dans cette distance, nous avions multiplié
notre hauteur fort au delà de l'île que nous cherchions. Similau, qui
s'aperçut de notre chagrin, nous fit souvenir que ce détour nous avait
paru nécessaire à notre succès. On lui demanda combien il emploîrait de
temps à retourner jusqu'à l'anse de Nankin par cette rivière. Il nous
répondit que nous n'avions pas besoin de plus de quatorze ou quinze
jours; et que, cinq jours après, il nous promettait de nous faire
aborder dans l'île de Calempluy, où nous trouverions enfin le prix de
nos peines.

»À l'entrée d'une nouvelle route qui nous engageait fort loin dans des
terres inconnues, Faria fit disposer l'artillerie et tout ce qu'il jugea
convenable à notre défense. Ensuite nous entrâmes dans l'embouchure de
la rivière avec le secours des rames et des voiles. Le lendemain nous
arrivâmes au pied d'une fort haute montagne nommée Botinafau, d'où
coulaient plusieurs ruisseaux d'eau douce. Pendant six jours que nous
employâmes à la côtoyer, nous eûmes le spectacle d'un grand nombre de
bêtes farouches, qui ne paraissaient pas effrayées de nos cris. Cette
montagne n'a pas moins de quarante ou cinquante lieues de longueur; elle
est suivie d'une autre qui se nomme Gangitanou, et qui ne nous parut pas
moins sauvage. Tout ce pays est couvert de forêts si épaisses, que le
soleil n'y peut communiquer ses rayons ni sa chaleur. Similau nous
assura néanmoins qu'il était habité par des peuples difformes, nommés
Gigohos, qui ne se nourrissaient que de leur chasse et du riz que les
marchands chinois leur apportaient en échange pour leurs fourrures. Il
ajouta qu'on tirait d'eux chaque année plus de deux mille peaux, pour
lesquelles on payait des droits considérables aux douanes de Pocasser et
de Lantau, sans compter celles que les Gigohos emploient eux-mêmes à se
couvrir et à tapisser leurs maisons. Faria, qui ne perdait pas une seule
occasion de vérifier les récits de Similau pour se confirmer dans
l'opinion qu'il avait de sa bonne foi, le pressa de lui faire voir un de
ces difformes habitans dont il exagérait la laideur. Cette proposition
parut l'embarrasser. Cependant, après avoir répondu à ceux qui
traitaient ses discours de fables que son inquiétude ne venait que du
naturel farouche des barbares, il promit à Faria de satisfaire sa
curiosité, à condition que Faria ne descendrait point à terre, comme il
y était souvent porté par son courage. L'intérêt du corsaire était aussi
vif pour la conservation de Faria que celui de Faria pour celle du
corsaire. Ils se croyaient nécessaires l'un à l'autre, l'un pour éviter
les mauvais traitemens de l'équipage, qui l'accusait de nous avoir
exposés à des dangers insurmontables; l'autre, pour se conduire dans une
entreprise incertaine, où toute sa confiance était dans son guide.

»Nous ne cessions pas d'avancer à voiles et à rames, entre des montagnes
fort élevées et des arbres fort épais, souvent étourdis par le bruit
d'un si grand nombre de loups, de renards, de sangliers, de cerfs et
d'autres animaux, que nous avions peine à nous entendre. Enfin, derrière
une pointe qui coupait le cours de l'eau, nous vîmes paraître un jeune
garçon qui chassait devant lui six ou sept vaches. On lui fit quelques
signes, auxquels il ne fit pas difficulté de s'arrêter. Nous nous
approchâmes de la rive en lui montrant une pièce de taffetas vert, par
le conseil de Similau, qui connaissait le goût des Gigohos pour cette
couleur. On lui demanda par d'autres signes s'il voulait l'acheter. Il
entendait aussi peu le chinois que le portugais. Faria lui fit donner
quelques aunes de la même pièce et six petits vases de porcelaine, dont
il parut si content, que, sans marquer la moindre inquiétude pour ses
vaches, il prit aussitôt sa course vers le bois. Un quart d'heure
après, il revint d'un air libre, portant sur ses épaules un cerf en vie;
huit hommes et cinq femmes, dont il était accompagné, amenaient trois
vaches liées, et marchaient en dansant au son du tambour, sur lequel ils
frappaient cinq coups par intervalle. Leur habillement était de
différentes peaux, qui leur laissaient les bras et les pieds nus, avec
cette seule différence pour les femmes, qu'elles portaient au milieu du
bras de gros bracelets d'étain, et qu'elles avaient les cheveux beaucoup
plus longs que les hommes. Ceux-ci portaient de gros bâtons armés par le
bout, et garnis jusqu'au milieu de peaux semblables à celles dont ils
étaient couverts. Ils avaient tous le visage farouche, les lèvres
grosses, le nez plat, les narines larges et la taille haute. Faria leur
fit divers présens, pour lesquels ils nous laissèrent leurs trois vaches
et leur cerf. Nous quittâmes la rive; mais ils nous suivirent pendant
cinq jours sur le bord de l'eau.

»Après avoir fait environ quarante lieues dans ce pays barbare, nous
poussâmes notre navigation pendant seize jours sans découvrir aucune
autre marque d'habitation que des feux, que nous apercevions quelquefois
pendant la nuit. Enfin nous arrivâmes dans l'anse de Nankin, moins
promptement à la vérité que Similau ne l'avait promis, mais avec la même
espérance de nous voir en peu de jours au terme de nos désirs. Il fit
comprendre à tous les Portugais la nécessité de ne pas se montrer aux
Chinois, qui n'avaient jamais vu d'étrangers dans ces lieux. Nous
suivîmes un conseil dont nous sentîmes l'importance; tandis qu'avec les
matelots de sa nation il se tenait prêt à donner les explications qu'on
pourrait lui demander. Il proposa aussi de gouverner par le milieu de
l'anse plutôt que de suivre les côtes, où nous découvrîmes un grand
nombre de lantées. On se conforma pendant six jours à ses intentions. Le
septième nous découvrîmes devant nous une grande ville nommée
Sileupeumor, dont nous devions traverser le havre pour entrer dans la
rivière. Similau, nous ayant recommandé plus que jamais de nous tenir
couverts, y jeta l'ancre à deux heures après minuit. Vers la pointe du
jour il en sortit paisiblement, au travers d'un nombre infini de
vaisseaux qui nous laissèrent passer sans défiance; et, traversant la
rivière, qui n'avait plus que six ou sept lieues de largeur, nous eûmes
la vue d'une grande plaine que nous ne cessâmes point de côtoyer
jusqu'au soir.

»Cependant les vivres commençaient à nous manquer, et Similau, qui
paraissait quelquefois effrayé de sa propre hardiesse, ne jugeait point
à propos d'aborder au hasard pour renouveler nos provisions. Nous fûmes
réduits, pendant treize jours, à quelques bouchées de riz cuit dans
l'eau, qui nous étaient mesurées avec une extrême rigueur. L'éloignement
de nos espérances, qui paraissaient reculer de jour en jour, et le
tourment de la faim, nous auraient portés à quelque résolution violente,
si notre fureur n'eût été combattue par d'autres craintes. Le corsaire,
qui les remarquait dans nos yeux, nous fit débarquer pendant les
ténèbres auprès de quelques vieux édifices, qui se nommaient Tanamadel,
et nous conseilla de fondre sur une maison qui lui parut éloignée des
autres. Nous y trouvâmes beaucoup de riz et de petites fèves, de grands
pots pleins de miel, des oies salées, des ognons, des aulx et des cannes
à sucre dont nous fîmes une abondante provision: c'était le magasin d'un
hôpital voisin, et ce religieux dépôt n'était défendu que par la piété
publique. Quelques Chinois nous apprirent dans la suite qu'il était
destiné à la subsistance des pèlerins qui visitaient les tombeaux de
leurs rois; mais ce n'est pas à ce titre que nous rendîmes grâces au
ciel de nous y avoir conduits.

»Un secours qu'il semblait nous avoir ménagé dans sa bonté, rétablit un
peu le calme et l'espoir sur les deux vaisseaux. Nous continuâmes encore
d'avancer pendant sept jours. Quelle différence néanmoins entre le terme
que Similau nous avait fixé et cette prolongation qui ne finissait pas!
La patience de Faria n'avait pas eu peu de force pour soutenir la nôtre;
mais il commençait lui-même à se défier de tant de longueurs et
d'incertitudes. Quoique son courage l'eût disposé à tous les événemens,
il confessa publiquement qu'il regrettait d'avoir entrepris le voyage.
Son chagrin croissant d'autant plus qu'il s'efforçait de le cacher. Un
jour qu'il avait demandé au corsaire dans quel lieu il croyait être, il
en reçut une réponse si mal conçue, qu'il le soupçonna d'avoir perdu le
jugement, ou d'ignorer le chemin dans lequel il nous avait engagés;
cette idée le rendit furieux. Il l'aurait tué d'un poignard qu'il avait
toujours à sa ceinture, si quelques amis communs n'eussent arrêté son
bras en lui représentant que la mort de ce malheureux assurait notre
ruine. Il modéra sa colère; mais elle fut encore assez vive pour le
faire jurer _sur sa barbe_ que, si dans trois jours le corsaire ne
levait tous ses doutes, il le poignarderait de sa propre main. Cette
menace causa tant de frayeur à Similau, que la nuit suivante, tandis
qu'on s'était approché de la terre, il se laissa couler du vaisseau dans
la rivière; et son adresse lui ayant fait éviter la vue des sentinelles,
on ne s'aperçut de son évasion qu'en renouvelant la garde.

»Un si cruel événement mit Faria comme hors de lui-même. Il s'en fallut
peu que les deux sentinelles ne payassent leur négligence de leur vie. À
l'instant il descendit au rivage avec la plus grande partie des
Portugais; toute la nuit fut employée à chercher Similau. Mais il nous
fut impossible de découvrir ses traces; et notre embarras devint encore
plus affreux lorsque étant retournés à bord, nous trouvâmes que, de
quarante-six matelots chinois qui étaient sur les deux vaisseaux,
trente-quatre avaient pris la fuite, pour se dérober apparemment aux
malheurs dont ils nous croyaient menacés. Nous tombâmes dans un
étonnement qui nous fit lever les mains et les yeux aux ciel sans avoir
la force de prononcer un seul mot. Cependant, comme il était question de
délibérer sur une situation si terrible, on tint conseil, mais avec une
variété de sentimens qui retarda long-temps la conclusion. Enfin nous
résolûmes, à la pluralité des voix, de ne pas abandonner un dessein pour
lequel nous avions déjà bravé tant de dangers. Mais, consultant aussi la
prudence, nous pensâmes à nous saisir de quelques habitans du pays de
qui nous pussions savoir ce qui nous restait de chemin jusqu'à l'île de
Calempluy. Si nos informations nous apprenaient qu'il fût aussi facile
de l'attaquer que Similau nous en avait flattés, nous promîmes au ciel
d'achever notre entreprise; ou, si les difficultés nous paraissaient
invincibles, nous devions nous abandonner au fil de l'eau, qui ne
pouvait nous conduire qu'à la mer, où son cours la portait
naturellement.

»L'ancre fut levée néanmoins avec beaucoup de crainte et de confusion;
la diminution de nos matelots ne nous permit pas d'avancer beaucoup le
jour suivant; mais, ayant mouillé le soir assez près de la rive, on
découvrit, à la fin de la première garde, une barque à l'ancre au milieu
de la rivière. Nous nous en approchâmes avec de justes précautions, et
nous y prîmes six hommes que nous trouvâmes endormis. Faria les
interrogea séparément pour s'assurer de leur bonne foi par la conformité
de leurs réponses; ils s'accordèrent à lui dire que le pays où nous
étions se nommait Temquilem, et que l'île de Calempluy n'était éloignée
que de dix lieues. On leur fit d'autres questions, auxquelles ils ne
répondirent pas moins fidèlement. Faria les retint prisonniers pour le
service des rames; mais la satisfaction qu'il reçut de leurs
éclaircissemens ne l'empêcha pas de regretter Similau, sans lequel il
n'espérait plus recueillir tout le fruit qu'il s'était promis d'une si
grande entreprise. Deux jours après, nous doublâmes une pointe de terre
nommée _Quinai-Taraon_, après laquelle nous découvrîmes enfin cette île
que nous cherchions depuis quatre-vingts jours, et qui nous avait paru
fuir sans cesse devant nous.

»C'est une belle plaine, située à deux lieues de cette pointe, au milieu
d'une rivière. Nous jugeâmes qu'elle n'avait pas plus d'une lieue de
circuit. La joie que nous ressentîmes à cette vue fut mêlée d'une juste
crainte, en considérant à quels périls nous allions nous exposer sans
les avoir reconnus. Vers trois heures de nuit, Faria fit jeter l'ancre
assez près de l'île. Il y régnait un profond silence. Cependant, comme
il n'était pas vraisemblable qu'un lieu tel que Similau nous l'avait
représenté, fût sans défense et sans garde, on résolut d'attendre la
lumière pour en faire le tour et pour juger des obstacles. À la pointe
du jour, nous nous approchâmes fort près de la terre, et, commençant à
tourner, nous observâmes soigneusement tout ce qui se présentait à nos
yeux. L'île était environnée d'un mur de marbre d'environ douze pieds de
hauteur, dont toutes les pierres étaient jointes avec tant d'art,
qu'elles paraissaient d'une seule pièce. Il avait douze autres pieds
depuis le fond de la rivière jusqu'à fleur d'eau. Autour du sommet
régnait un cordon en saillie, qui, joint à l'épaisseur du mur, formait
une galerie assez large. Elle était bordée d'une balustrade de laiton,
qui, de six en six brasses, se joignait à des colonnes du même métal,
sur chacune desquelles on voyait une figure de femme avec une boule à la
main. Le dedans de la galerie offrait une chaîne de monstres ou de
figures monstrueuses de fonte, qui, se tenant par la main, semblaient
former une danse autour de l'île. Entre ce rang d'idoles s'élevait un
autre rang d'arcades, ouvrage somptueux et composé de pièces de diverses
couleurs. Les ouvertures laissant un passage libre à la vue, on
découvrait dans l'intérieur de l'île un bois d'orangers, au milieu
duquel étaient bâtis trois cent soixante-cinq ermitages dédiés aux dieux
de l'année. Un peu plus loin, à l'est, sur une petite élévation, la
seule qui fût dans l'île, on voyait plusieurs grands édifices séparés
les uns des autres, et sept façades semblables à celles de nos églises.
Tous ces bâtimens, qui paraissaient dorés, avaient des tours fort
hautes, que nous prîmes pour des clochers. Ils étaient entourés de deux
grandes rues dont les maisons avaient aussi beaucoup d'éclat. Un
spectacle si magnifique nous fit prendre une haute idée de cet
établissement et des trésors qui devaient être renfermés dans un lieu
dont les murs étaient si riches.

»Nous avions reconnu avec le même soin les avenues et les entrées.
Pendant une partie du jour, que nous avions donnée à ces observations,
il ne s'était présenté personne dont la rencontre eût pu nous alarmer.
Nous commençâmes à nous persuader ce que nous avions eu peine à croire
sur le témoignage de Similau et de nos prisonniers chinois, c'est-à-dire
que l'île n'était habitée que par des bonzes, et qu'elle n'avait pour
défense que l'opinion établie de sa sainteté. Quoique l'après-midi fût
assez avancé, Faria prit la résolution de descendre par une des huit
avenues que nous avions observées, pour prendre langue dans les
ermitages, et régler notre conduite sur ses informations. Il se fit
accompagner de trente soldats et de vingt esclaves. J'étais de cet
escorte. Nous entrâmes dans l'île avec le même silence qui ne cessait
pas d'y régner; et, traversant le petit bois d'orangers, nous arrivâmes
à la porte du premier ermitage. Il n'était qu'à deux portées de mousquet
du lieu où nous étions descendus. Faria marchait le sabre à la main.
N'apercevant personne, il heurta deux ou trois fois pour se faire
ouvrir. On lui répondit enfin que celui qui frappait à la porte devait
faire le tour de l'édifice, et qu'il trouverait une autre entrée. Un
Chinois que nous avions amené pour nous servir d'interprète et de guide,
après lui avoir imposé des lois redoutables, fit tout aussitôt le tour
de l'ermitage, et vint nous ouvrir la porte où il nous avait laissés.

»Faria, sans autre explication, entra brusquement, et nous ordonna de le
suivre. Nous trouvâmes un vieillard qui paraissait âgé de plus de cent
ans, et que la goutte retenait assis; il était vêtu d'une longue robe de
damas violet. La vue de tant de gens armés lui causa un mouvement de
frayeur qui le fit tomber presque sans connaissance: il remua quelque
temps les pieds et les mains sans pouvoir prononcer un seul mot; mais,
ayant retrouvé l'usage de ses sens, et nous regardant d'un air plus
tranquille, il nous demanda qui nous étions et ce que nous désirions de
lui. L'interprète lui répondit, suivant l'ordre de Faria, que nous
étions des marchands étrangers; que, naviguant dans une jonque fort
riche pour nous rendre au port de Liampo, nous avions eu le malheur de
faire naufrage; qu'un miracle nous avait sauvés des flots, et que notre
reconnaissance pour cette faveur du ciel nous avait fait promettre de
venir en pèlerinage dans la sainte île de Calempluy; que nous y étions
arrivés pour accomplir notre voeu; que notre seule intention, en le
troublant dans sa solitude, était de lui demander particulièrement
quelque aumône, comme un soulagement nécessaire à notre pauvreté, et que
nous nous engagions à lui rendre dans trois ans le double de ce qu'il
nous permettrait d'enlever.

»L'ermite parut méditer un moment sur ce qu'il venait d'entendre;
ensuite regardant Faria, qu'il crut reconnaître pour notre chef, il eut
l'audace de le traiter de voleur et de lui reprocher sa criminelle
entreprise: ce ne fut pas néanmoins sans joindre à ses injures des
prières et des exhortations. Faria loua sa piété, et feignit même
d'entrer dans ses vues; mais, après l'avoir supplié de modérer son
ressentiment, parce que nous n'avions pas d'autre ressource dans notre
misère, il n'en ordonna pas moins à ses gens de visiter l'ermitage, et
d'enlever tout ce qu'ils y trouveraient de précieux. Nous parcourûmes
toutes les parties de cette espèce de temple qui était rempli de
tombeaux, et nous en brisâmes un grand nombre, où nous trouvâmes de
l'argent, mêlé avec les os des morts. L'ermite tomba deux fois évanoui
pendant que Faria s'efforçait de le consoler. Nous portâmes à bord
toutes les richesses que nous avions pu découvrir. La nuit qui
s'approchait nous ôta la hardiesse de pénétrer plus loin dans un lieu
que nous connaissions si peu; mais comme l'occasion seule nous avait
décidés à profiter sur-le-champ de ce qui s'était offert, nous
emportâmes l'espérance de parvenir le lendemain à d'autres sources de
richesses. Faria ne quitta pas l'ermite sans l'avoir forcé de lui
apprendre quels ennemis nous avions à redouter dans l'île; son récit
augmenta notre confiance. Le nombre des solitaires, qu'il nommait
talagrepos, était de trois cent soixante-cinq, mais tous dans un âge
fort avancé. Ils avaient quarante valets nommés menigrepos, pour leur
fournir les secours nécessaires, ou pour les assister pendant leurs
maladies. Le reste des édifices, qui était éloigné d'un quart de lieue,
n'était peuplé que de bonzes, non-seulement sans armes, mais sans
barques pour sortir de l'île, où toutes leurs provisions leur étaient
apportées des villes voisines. Faria conçut qu'en y retournant à la
pointe du jour, après avoir fait une garde exacte pendant la nuit, nous
pouvions espérer qu'il n'échapperait rien à nos recherches, et que six
ou sept cents moines chinois, qui devaient être à peu près le nombre des
bonzes, n'entreprendraient pas de se défendre contre des soldats armés.

»Quelque témérité qu'il y eût dans ce dessein, peut-être n'aurait-il pas
manqué de vraisemblance, si nous avions eu la précaution de nous défaire
de l'ermite, ou de l'emmener sur nos vaisseaux: il pouvait arriver que
les menigrepos laissassent passer cette nuit sans visiter son ermitage;
et nous serions descendus le lendemain avec l'avantage de surprendre
tous les autres bonzes; mais il ne tomba dans l'esprit à personne que
notre première expédition pût être ignorée jusqu'au jour suivant, et
chacun se reposa sur la facilité qu'on se promettait à réduire une
troupe de moines sans courage et sans armes.

»Faria donna ses ordres pour la nuit; ils consistaient principalement à
veiller autour de l'île pour observer toutes les barques qui pouvaient
en approcher. Mais vers minuit nos sentinelles découvrirent quantité de
feux sur les temples et sur les murs. Nos Chinois furent les premiers à
nous avertir que c'était sans doute un signal qui nous menaçait. Faria
dormait d'un profond sommeil; il ne fut pas plus tôt éveillé, qu'au lieu
de suivre le conseil des plus timides, qui le pressaient de faire voile
aussitôt, il se fit conduire à rames droit à l'île. Un bruit effroyable
de cloches et de bassins confirma bientôt l'avis des Chinois. Cependant
Faria ne revint à bord que pour nous déclarer qu'il ne prendrait point
la fuite sans avoir approfondi la cause de ce mouvement; il se flattait
encore que les feux et le bruit pouvaient venir de quelque fête, suivant
l'usage commun des bonzes; mais, avant de rien entreprendre, il nous fit
jurer sur l'Évangile que nous attendrions son retour. Ensuite repassant
dans l'île avec quelques-uns de ses plus braves soldats, il suivit le
son d'une cloche qui le conduisit dans un ermitage différent du premier.
Là, deux ermites, dont il se saisit, et que ses menaces forcèrent de
parler, lui apprirent que le vieillard auquel nous avions fait grâce de
la vie avait trouvé la force de se rendre aux grands édifices; que, sur
le récit de son aventure, l'alarme s'était répandue parmi tous les
bonzes; que, dans la crainte du même sort pour leurs maisons et pour
leurs temples, ils avaient pris le seul parti qui convenait à leur
profession, c'est-à-dire celui d'avertir les cantons voisins par des
feux et par le bruit des cloches, et qu'ils espéraient un prompt secours
du zèle de la piété des habitans. Les gens de Faria profitèrent du temps
pour enlever sur l'autel une idole d'argent qui avait une couronne d'or
sur la tête et une roue dans la main; ils prirent aussi trois
chandeliers d'argent avec leurs chaînes, qui étaient fort grosses et
fort longues. Faria, se repentant trop tard du ménagement qu'il avait eu
pour le premier ermite, emmena ceux qui lui parlaient, et les fit
embarquer avec lui. Il mit aussitôt à la voile, en _s'arrachant la
barbe_, et se reprochant d'avoir perdu par son imprudence une occasion
qu'il désespérait de retrouver.

»Son retour jusqu'à la mer fut aussi prompt que le cours d'une rivière
fort rapide, aidé du travail des rames et de la faveur du vent. Après
sept jours de navigation, il s'arrêta dans un village nommé Susequerim,
où, ne craignant plus que le bruit de son entreprise eût pu le suivre,
il se pourvut de vivres, qui recommençaient à lui manquer. Cependant il
n'y passa que deux heures, pendant lesquelles il prit aussi quelques
informations sur sa route, qui servirent à nous faire sortir de la
rivière par un détroit beaucoup moins fréquenté que celui de Sileupamor,
par lequel nous y étions entrés. Là, nous fîmes cent quarante lieues
pendant neuf jours; et, rentrant ensuite dans l'anse de Nankin, qui
n'avait dans ce lieu que dix ou douze lieues de large, nous nous
laissâmes conduire pendant treize jours par le vent d'ouest jusqu'à la
vue des monts de Conxinacau.

»Cette chaîne de montagnes stériles qui forment une perspective
effrayante, l'ennui d'une longue route, la diminution de nos vivres, et
surtout le regret d'avoir manqué nos plus belles espérances, jetèrent
dans les deux bords un air de tristesse qui fut comme le présage de
l'infortune dont nous étions menacés. Il s'éleva tout d'un coup un de
ces vents du sud que les Chinois nomment typhons, avec une impétuosité
si surprenante, que nous ne pûmes le regarder comme un événement
naturel. Nos panoures étaient des bâtimens de rames, bas de bords,
faibles et presque sans matelots. Un instant rendit notre situation si
triste, que, désespérant de pouvoir nous sauver, nous nous laissâmes
dériver vers la côte, où le courant de l'eau nous portait. Notre
imagination nous offrait plus de ressource en nous brisant contre les
rochers qu'en nous laissant abîmer au milieu des flots; mais ce projet
désespéré ne put nous réussir. Le vent, qui changea bientôt au
nord-ouest, éleva des vagues furieuses qui nous rejetèrent malgré nous
vers la haute mer. Alors nous commençâmes à soulager nos vaisseaux de
tout ce qui pouvait les appesantir, sans épargner nos caisses d'or et
d'argent. Nos mâts furent coupés, et nous nous abandonnâmes à la fortune
pendant le reste du jour. Vers minuit, nous entendîmes dans le vaisseau
de Faria les derniers cris du désespoir. On y répondit du nôtre par
d'affreux gémissemens. Ensuite n'entendant plus d'autre bruit que celui
des vents et des vagues, nous demeurâmes persuadés que notre généreux
chef et tous nos amis étaient ensevelis dans l'abîme. Cette idée nous
jeta dans une si profonde consternation, que pendant plus d'une heure
nous demeurâmes tous muets. Quelle nuit la douleur et la crainte nous
firent passer! Une heure avant le jour, notre vaisseau s'ouvrit par la
contre-quille, et se trouva bientôt si plein d'eau, que le courage nous
manqua pour travailler à la pompe. Enfin nous allâmes choquer contre la
côte; et déjà presque noyés comme nous l'étions, les vagues nous
roulèrent jusqu'à la pointe d'un écueil qui acheva de nous mettre en
pièces. De vingt-cinq Portugais, quatorze se sauvèrent. Le reste, avec
dix-huit esclaves chrétiens et sept matelots chinois, périt
misérablement à nos yeux.

»Nous nous rassemblâmes sur le rivage, où, pendant tout le jour et la
nuit suivante, nous ne cessâmes point de pleurer notre infortune. Le
pays était rude et montagneux: il y avait peu d'apparence qu'il fût
habité dans les parties voisines. Cependant, le lendemain au matin, nous
fîmes six ou sept lieues au travers des rochers, dans la triste
espérance de rencontrer quelque habitant qui voulût nous recevoir en
qualité d'esclaves, et qui nous donnât à manger pour prix de notre
liberté. Mais, après une marche si fatigante, nous arrivâmes à l'entrée
d'un immense marécage, au delà duquel notre vue ne pouvait s'étendre, et
dont le fond était si humide, qu'il nous fut impossible d'y entrer. Il
fallut retourner sur nos traces, parce qu'il ne se présentait pas
d'autre passage. Nous nous retrouvâmes le jour suivant dans le lieu où
notre vaisseau s'était perdu, et découvrant sur le rivage les corps que
la mer y avait jetés, nous recommençâmes nos plaintes et nos
gémissemens. Après avoir employé le troisième jour à les ensevelir dans
le sable, sans autre instrument que nos mains, nous prîmes notre chemin
vers le nord, par des précipices et des bois que nous avions une peine
extrême à pénétrer. Cependant nous descendîmes enfin sur le bord d'une
rivière que nous résolûmes de traverser à la nage; mais les trois
premiers qui tentèrent ce passage furent emportés par la force du
courant. Comme ils étaient les plus vigoureux, nous désespérâmes d'un
meilleur sort. Nous prîmes le parti de retourner à l'est en suivant le
bord de l'eau, sur lequel nous passâmes une nuit fort obscure, aussi
tourmentés par la faim que par le froid et la pluie. Le lendemain avant
le jour, nous aperçûmes un grand feu vers lequel nous nous remîmes à
marcher; mais, le perdant de vue au lever du soleil, nous continuâmes
jusqu'au soir de suivre la rivière. Le pays commençait à s'ouvrir. Notre
espérance était de rencontrer quelque habitant sur la rive: d'ailleurs
nous ne pouvions nous éloigner d'une route où l'eau, qui était
excellente, servait du moins à soutenir nos forces. Le soir nous
arrivâmes dans un bois, où nous trouvâmes cinq hommes qui travaillaient
à faire du charbon.

»Un long commerce avec leur nation nous avait rendu leur langue assez
familière. Nous nous approchâmes d'eux, nous nous jetâmes à leurs pieds
pour diminuer l'effroi qu'ils avaient pu ressentir à la vue de onze
étrangers. Nous les priâmes au nom du ciel, dont la puissance est
respectée de tous les peuples du monde, de nous adresser dans quelque
lieu où nous pussions trouver du remède au plus pressant de nos maux.
Ils nous regardèrent d'un oeil de pitié. «Si votre unique mal était la
faim, nous dit l'un d'entre eux, il nous serait aisé d'y remédier; mais
vous avez tant de plaies, que tous nos sacs ne suffiraient pas pour les
couvrir.» En effet, les ronces, au travers desquelles nous avions
marché dans les montagnes, nous avaient déchiré le visage et les mains;
et ces plaies, que l'excès de notre misère nous empêchait de sentir,
étaient déjà tournées en pouriture.

»Les cinq Chinois nous offrirent un peu de riz et d'eau chaude, qui ne
pouvait suffire pour nous rassasier. Mais, en nous laissant la liberté
de passer la nuit avec eux, ils nous conseillèrent de nous rendre dans
un hameau voisin, où nous trouverions un hôpital qui servait à loger les
pauvres voyageurs. Nous prîmes aussitôt le chemin qu'ils eurent
l'humanité de nous montrer. Il était une heure de nuit lorsque nous
frappâmes à la porte de l'hôpital. Quatre hommes qui en avaient la
direction nous reçurent avec bonté; mais, s'étant réduits à nous donner
le couvert, ils attendirent le lendemain pour nous demander qui nous
étions. Un de nous lui répondit que nous étions des marchands de Siam à
qui la fortune avait fait perdre leur vaisseau par un naufrage. Ils
voulurent savoir où nous avions dessein d'aller. Notre intention, leur
dîmes-nous, était de nous rendre à Nankin, où nous espérions de nous
embarquer sur les premières lantées qui partiraient pour Canton. Ils
nous demandèrent pourquoi nous préférions Canton à d'autres ports. Nous
leurs dîmes que c'était dans la confiance d'y trouver des marchands de
notre nation, à qui l'empereur permettait d'y exercer le commerce. Soit
prudence, soit curiosité, ils continuèrent de nous faire un grand
nombre de questions qui lassèrent notre patience. La faim nous pressait
si vivement, que, malgré la commodité du lieu où nous avions passé la
nuit, il nous avait été impossible de fermer les yeux. Nous leur
représentâmes que c'était le plus pressant de nos besoins, et que depuis
six jours nous avions manqué de nourriture. «Il est juste, nous
dirent-ils avec autant de douceur que de gravité, de vous accorder un
secours que vous demandez avec tant d'instance et de larmes; mais cette
maison étant fort pauvre, c'est un obstacle qui ne nous permet pas de
satisfaire pleinement à ce devoir.» Alors ils commencèrent à nous
raconter par quels accidens leur hôpital s'était appauvri après avoir
été fort riche. Les plus affamés d'entre nous, ne pouvant résister à
leur indignation, nous proposèrent en portugais de ne pas souffrir plus
long-temps qu'on se fît un jeu de notre misère, et d'employer l'avantage
que nous avions par la supériorité du nombre. Christophe Borralho, dont
j'ai déjà loué la modération naturelle, nous fit comprendre les suites
de cette violence; mais interrompant les Chinois, il les conjura
d'abandonner un instant tout autre soin pour soulager la faim qui nous
dévorait. Une prière si vive ne parut pas les offenser. Au contraire,
ils se jetèrent dans des excuses qui traînèrent encore en longueur, et
qui aboutirent à nous prier de sortir avec eux pour solliciter la
charité des habitans. Le hameau était composé de quarante ou cinquante
pauvres maisons dispersées, que nous fûmes obligés de parcourir pour
tirer en aumône un demi-sac de riz, un peu de farine, des fèves, des
ognons, et quelques méchans habits qui servirent à la réparation des
nôtres. Les directeurs de l'hôpital nous donnèrent deux taëls en argent.
Nous leurs demandâmes la liberté de passer quelques jours dans leur
maison; ils nous répondirent qu'à l'exception des malades et des femmes
enceintes, les pauvres n'y demeuraient pas si long-temps, et qu'on ne
pouvait violer en notre faveur une loi établie par de savans et
religieux personnages; mais qu'à trois lieues du village de Cathiotan,
où nous étions, nous trouverions, dans la grande ville de Siley-Jacau,
un hôpital fort riche où tous les pauvres étaient reçus. Ils nous
offrirent une lettre de recommandation que nous acceptâmes. Elle était
conçue en des termes si pressans et si tendres, qu'en nous plaignant de
leurs lois et de leurs usages, nous fûmes forcés de rendre justice à
leurs intentions.

»Nous arrivâmes le soir à Siley-Jacau, où nous apprîmes à connaître
encore mieux le caractère des Chinois. On nous y reçut avec une charité
digne du christianisme; mais il fallut essuyer de longues et incommodes
formalités, et protester que notre dessein était de quitter la Chine
après notre guérison.

»Dix-huit jours que nous passâmes dans le repos et l'abondance
rétablirent parfaitement notre santé. Nous partîmes dans l'intention
réelle de nous rendre à Nankin, dont nous étions éloignés de cent
quarante lieues, et de nous y embarquer pour Liampo ou pour Canton. Le
soir du même jour nous arrivâmes à la vue d'un bourg nommé Suzoanganée,
où la fatigue nous força de nous asseoir sur le bord d'une fontaine.
Quelques habitans qui venaient y puiser de l'eau, surpris de remarquer
que nos figures ne ressemblaient pas à celles du pays, s'en retournaient
avec des marques de frayeur ou d'admiration, qui attirèrent bientôt
autour de nous une partie des habitans. Après nous avoir regardés
long-temps sans oser s'approcher, ils nous firent demander ce qui nous
amenait dans leur pays. Nous nous donnâmes, comme nous l'avions déjà
fait, pour des marchands siamois qui se rendaient à Nankin. Cette
réponse leur parut si peu suspecte, qu'ils nous laissèrent la liberté de
nous reposer; mais ils avaient eu le temps de faire avertir un de leurs
prêtres qui, sortant du bourg, vêtu d'une longue robe de damas rouge,
vint à nous jusqu'à la fontaine, avec une poignée d'épis de blé dans la
main. Il nous ordonna de mettre les mains sur les épis; nous le
satisfîmes volontiers, dans le dessein de nous concilier son affection
et celle des habitans. «Par ce serment, nous dit-il, que vous faites en
ma présence sur ces deux substances d'eau et de pain, que le ciel a
formées pour la conservation de tout ce qui existe au monde, il faut
que vous me confessiez s'il est vrai que vous soyez des marchands
étrangers qui vont à Nankin. À cette condition, nous vous accorderons la
liberté de passer la nuit dans ce lieu, conformément à la charité que
nous devons aux pauvres. Au contraire, si vous n'êtes pas tels que vous
l'avez dit, je vous commande de la part du ciel de vous éloigner
sur-le-champ, sous peine d'être mordus et dévorés par les dents du
serpent qui fait sa demeure au fond de l'abîme enfumé.» Nous confirmâmes
notre récit sans balancer. Aussitôt, se tournant vers le peuple qui
l'accompagnait, il déclara qu'on pouvait nous traiter avec indulgence,
et qu'il en accordait la permission. Nous fûmes conduits dans le
village, et logés sous le portail du temple, où nous reçûmes en
abondance tout ce qui était nécessaire à nos besoins.

»Ces exemples d'humanité nous rassurèrent beaucoup sur les dangers d'une
longue route. Nous quittâmes Suzoanganée pour nous rendre à Chiangulay,
qui n'est qu'à deux lieues; mais nous eûmes bientôt l'occasion de nous
défier du jugement favorable que nous avions porté des Chinois. En
approchant du lieu où nous comptions passer la nuit, nous nous reposâmes
sous un arbre, où notre malheur nous fit trouver trois hommes qui
gardaient un grand nombre de vaches, et qui ne virent pas onze
étrangers sans être alarmés pour leur troupeau. Ils se mirent à pousser
des cris qui firent sortir tous les habitans armés de bâtons et de
pierres. Dans leurs premiers transports nous fûmes blessés de plusieurs
coups; et cette chaleur n'ayant fait qu'augmenter à notre vue, parmi des
furieux qui ne reconnaissaient point les traits du pays sur notre
visage, ils nous lièrent les mains derrière le dos, et nous emmenèrent
prisonniers dans le bourg. Nous faillîmes d'y être assommés. On nous
plongea dans une citerne d'eau pourie, qui était remplie de sangsues.
Nous y étions jusqu'à la ceinture, et pendant deux jours nous y restâmes
sans aucune sorte d'alimens. Enfin le ciel amena de Suzoanganée un
habitant qui nous y avait vus. Il apprit notre disgrâce; il fit honte à
nos ennemis de nous avoir pris pour des voleurs; et, sur son témoignage,
on nous délivra de notre prison, tout sanglans de la morsure des
sangsues. Nous partîmes fort irrités, sans vouloir entendre les excuses
par lesquelles on s'efforça de nous consoler.

»Le lendemain, après avoir passé la nuit sur un peu de fumier, nous
découvrîmes du haut d'une colline, dans une grande plaine remplie
d'arbres, une fort belle maison qui nous parut environnée de plusieurs
tours, surmontées d'un grand nombre de girouettes dorées. Nous nous en
approchâmes avec une sorte de respect. Bientôt nous vîmes arriver à
cheval un jeune homme de seize ou dix-sept ans, accompagné de quatre
valets de pied, qui portaient des oiseaux de proie sur le poing, et qui
conduisaient une meute de chiens. Il s'arrêta pour nous demander qui
nous étions. Nous satisfîmes sa curiosité par le récit de notre
naufrage. Il parut sensible à nos infortunes; et, nous recommandant
d'attendre ses ordres dans la première cour du château, il entra dans la
seconde. Bientôt une vieille femme en robe fort longue, avec un chapelet
pendu au cou, vint nous avertir que le fils du seigneur nous faisait
appeler. Nous passâmes dans la seconde cour, qui était environnée d'un
beau péristyle. Le frontispice était une grande arcade ornée de riches
gravures, au milieu desquelles s'offrait un écusson d'armes suspendu par
une chaîne d'argent. On nous fit monter un escalier fort large, qui nous
conduisit dans une grande salle, où nos premiers regards tombèrent sur
une femme d'environ cinquante ans, qui était assise sur un riche tapis.
Elle avait à ses côtés deux fort belles filles, et, sous ses yeux un
vénérable vieillard, couché sur un petit lit, qu'une des deux filles
rafraîchissait d'un éventail. Près de lui était le jeune gentilhomme qui
nous avait fait appeler; et plus loin, sur un autre tapis, neuf jeunes
filles vêtues de damas blanc et cramoisi, qui s'occupaient d'un travail
convenable à leur sexe. Nous nous mîmes à genoux devant le vieillard
pour lui exposer notre situation. Il ordonna que nous fussions bien
traités; et prenant occasion de nos disgrâces pour instruire son fils,
il lui fit un discours fort touchant sur les misères humaines, et sur le
bonheur qu'il avait d'en être à couvert par sa naissance et sa fortune.
Ensuite, nous ayant fait donner trois pièces de toile de lin et quatre
taëls en argent, il nous proposa de passer la nuit dans sa maison, parce
que le jour était trop avancé pour nous mettre en chemin. Nous
acceptâmes ses offres avec autant d'admiration que de reconnaissance
pour une générosité dont les exemples sont rares en Europe.»

Ils continuent à voyager dans l'empire de la Chine, de pays en pays;
mais n'ayant pu éviter une ville nommée Taïpol, ils y furent aperçus par
un de ces intendans de justice que la cour envoie quelquefois dans les
provinces, et saisis par son ordre comme des vagabonds qui pouvaient
troubler la tranquillité publique. Il était arrivé dans ce canton
quelques désordres dont ils furent accusés. Ils furent enfermés dans une
étroite prison, où pendant vingt-six jours ils éprouvèrent les plus
rigoureux traitemens. Cependant, comme le droit des sentences capitales
n'appartient point aux tribunaux inférieurs, ils furent conduits par
différens degrés jusqu'à la ville impériale, et condamnés enfin, suivant
les usages du pays, à servir l'état en qualité d'esclaves pendant
l'espace d'un an. Cette sévérité fut toujours accompagnée d'un mélange
de douceur. Lorsqu'ils avaient été déchirés à coups de fouet dans leur
prison, on les faisait passer dans des chambres plus commodes, où
diverses personnes associées pour les exercices de charité, venaient
panser leurs blessures, et ne leur refusaient aucune sorte de
soulagement; mais les châtimens n'en étaient pas moins recommencés après
leur guérison, et de onze qu'ils étaient encore, deux moururent dans
cette alternative de caresses et de tourmens.

On les conduisit à Pékin, où ils restèrent deux mois, et le treize
janvier 1544, en vertu d'une sentence du tribunal suprême, Pinto est
mené avec ses compagnons dans la ville de Quansy, pour y servir pendant
le temps auquel ils étaient condamnés. Il paraît qu'après avoir été
justifiés des principales accusations, le seul crime qui leur attirait
ce châtiment, était d'avoir pénétré dans l'intérieur de l'empire sans
une permission de la cour. En arrivant à Quansy, un prince tartare, qui
faisait sa résidence en cette ville, souhaita qu'ils lui fussent
présentés, et, leur ayant fait diverses questions, ils les mit au nombre
de quatre-vingts hallebardiers que l'empereur lui accordait pour sa
garde. C'était une faveur du ciel, parce que cet emploi n'était pas
pénible, et qu'outre la douceur de leur condition, ils étaient sûrs de
la liberté à l'expiration du terme. Mais, tandis qu'ils attendaient une
meilleure fortune et qu'ils vivaient entre eux avec une intelligence
fraternelle, l'enfer, que Pinto accuse toujours de ses disgrâces, comme
il fait honneur au ciel de toutes ses prospérités, leur fit trouver en
eux-mêmes la source d'une infinité de nouveaux malheurs. Deux des neuf
Portugais prirent querelle sur l'extraction des Mandureyras et des
Fonsécas, deux illustres maisons de Portugal auxquelles ils étaient bien
éloignés d'appartenir; et sans autre intérêt que celui de la dispute,
ils s'échauffèrent tellement sur la prééminence de ces deux noms,
qu'après s'être emportés à quelques injures, l'un donna un soufflet à
l'autre, qui lui répondit par un coup de sabre, dont il lui abattit la
moitié de la joue. Le blessé prit une hallebarde avec laquelle il perça
le bras de son adversaire; les autres prenant parti, suivant leurs
affections, dans un si ridicule démêlé, en vinrent aux mains à leur
tour; et de neuf, sept furent dangereusement blessés. Ce combat ne
manqua point d'attirer un grand nombre de spectateurs, entre lesquels le
prince tartare accourut lui-même. Il fit saisir les Portugais, et leur
ayant fait donner sur-le-champ trente coups de fouet qui furent plus
sanglans que toutes leurs blessures, il ordonna qu'ils fussent enfermés
dans un cachot souterrain, où ils demeurèrent chargés de chaînes
l'espace de quarante-six jours. Rien ne leur fut plus sensible que les
reproches qu'on leur fit essuyer. On leur répétait continuellement
«qu'ils étaient sans crainte et sans connaissance du ciel, pires que
des bêtes féroces, et sans doute d'un pays et d'une nation barbare,
puisque avec un même langage et les mêmes usages, ils avaient été
capables de se blesser et de s'entre-tuer sans raison; qu'ils méritaient
d'être bannis du commerce des hommes, comme les plus dangereux serpens,
et qu'ils devaient s'attendre d'être confinés dans les mines de
Chabaquaï, de Sumbor ou de Lamau, lieux faits pour des monstres de leur
espèce, et dans lesquels ils auraient le plaisir de hurler avec les
animaux, qui n'étaient pas plus farouches et plus vils qu'eux.» Ce
discours peut servir à faire connaître les idées des Chinois sur les
qualités sociales et sur les lois de la police.

Ils parurent ensuite devant un tribunal fort majestueux, qui leur fit
donner encore trente coups de fouet, mais qui les renvoya dans une
prison plus douce, où ils passèrent deux mois entiers. Enfin, dans une
fête publique, où l'usage est de faire beaucoup d'aumônes pour les
morts, le prince se ressouvint d'eux avec quelques sentimens de pitié.
Il leur fit grâce de la vie en faveur de leur misère et en qualité
d'étrangers; mais ce ne fut que pour être conduits dans une forge de
fer, et pour y être employés aux ouvrages les plus pénibles. Ils y
passèrent six mois nus et presque sans nourriture. Une maladie dont ils
furent tous attaqués, et dont on craignit la contagion, leur fit obtenir
la liberté de sortir pour se faire traiter, et celle de mendier les
nécessités de la vie jusqu'à leur guérison. Dans cette extrémité, ils
promirent entre eux, par un serment solennel, de vivre en bonne
intelligence et de reconnaître pour leur chef un des neuf, qui serait
choisi chaque mois par les huit autres, avec le pouvoir de régler leur
conduite. Cet ordre se soutint constamment et servit beaucoup à soulager
leur misère. Ce choix étant tombé sur Christophe Borralho, sa prudence
leur fit distribuer les emplois qui se rapportaient au bien commun. Deux
furent chargés de mendier dans la ville, deux autres d'aller à l'eau et
d'apprêter les alimens. Le reste devait s'employer à couper du bois dans
une forêt voisine, non-seulement pour l'usage domestique, mais pour
tirer quelque profit de ce qu'on pourrait vendre.

Ils étaient à Quansy depuis plus de huit mois, lorsqu'un mercredi,
troisième jour de juillet 1544, un peu après minuit, il se répandit dans
la ville un bruit et des mouvemens si terribles, qu'on aurait cru le
monde au dernier moment de sa ruine. On était informé par des voies
certaines que le khan de Tartarie venait fondre sur Pékin avec la plus
nombreuse armée qu'on eût jamais vue depuis que les hommes
s'entre-déchirent par des guerres[2]; et qu'un détachement de
soixante-dix mille chevaux était déjà venu se poster dans la forêt de
Malicataran, éloignée de Quansy d'environ deux lieues, sous la conduite
d'un général tartare, ou nauticor, dont le dessein était apparemment
d'attaquer la ville, où l'on pouvait arriver dans l'espace de deux ou
trois heures. Le tumulte ne fit qu'augmenter le reste de la nuit. Au
lever du soleil, les ennemis se firent voir avec une contenance
effroyable. Ils étaient divisés en seize escadrons; leurs drapeaux
écartelés de vert et de blanc, qui sont les couleurs du khan de
Tartarie. Dans cet ordre, ils s'approchèrent des murailles en poussant
des cris affreux; ils dressèrent plus de deux mille échelles qu'ils
avaient apportées; et montant de toutes parts avec autant de légèreté
que de courage, ils commencèrent un assaut si terrible, que toute la
résistance des assiégés ne put les arrêter long-temps. Les portes furent
enfoncées, et toute la ville fut bientôt remplie de ces barbares, qui
firent main basse sur les habitans, sans distinction d'âge ni de sexe.
Le massacre dura sept jours, après lesquels, s'étant contentés jusque-là
d'enlever l'or et l'argent des maisons et des temples; ils achevèrent
de les détruire par le feu.

[Note 2: Pinto confesse que, _depuis Adam, on n'avait pas vu d'armée
semblable_. «Il y avait, dit-il, vingt-sept rois qui, tous ensemble,
menaient dix-huit cent mille hommes, dont six cent mille étaient de
cheval, avec un prodigieux nombre de _rhinocéros_ qui tiraient les
chariots du bagage. Quant aux douze cent mille hommes de pied, on les
tenait arrivés par mer en dix-sept mille vaisseaux.» On peut soupçonner
quelque exagération dans ce récit; mais au fond rien n'est mieux prouvé,
du temps immémorial, que le prodigieux nombre de combattans qui ont
toujours composé les armées d'Orient. Observez que le récit de Pinto est
antérieur à la conquête de la Chine par les Tartares.]

Pinto n'explique pas par quel bonheur il évita la mort. Mais, étant
tombé au pouvoir des vainqueurs avec ses huit compagnons, il laisse
entendre que la qualité d'étrangers fit respecter leur vie. Les Tartares
se mirent en marche vers Pékin. Deux jours après, s'étant souvenus, à la
vue d'un château nommé Nixoamcou, qu'un de leurs partis y avait été
taillé en pièces dans une embuscade des Chinois, ils résolurent de
l'emporter par escalade. On commanda un détachement pour cette
expédition, et toutes les mesures furent prises avec beaucoup de
sagesse. Cependant les Chinois se défendirent si courageusement,
qu'après avoir tué trois mille Tartares dans l'espace de deux heures,
ils forcèrent leur général de faire sonner la retraite. Cet échec lui
causa d'autant plus de chagrin, que les flèches chinoises étaient
empoisonnées d'un suc fort subtil, qui rendait la guérison des blessés
presque impossible, sans compter qu'il craignait la disgrâce du khan
pour avoir sacrifié ses meilleures troupes dans une si légère occasion.
Il pensait à renouveler l'assaut, dans la résolution de laver sa honte
ou d'y périr lui-même; mais il s'éleva un murmure dans le camp, et les
plus braves refusèrent de marcher sans une délibération générale du
conseil. On s'assembla; l'affaire fut discutée avec une grande variété
d'opinions. Pendant qu'on s'agitait, un officier de considération qui
avait la garde des prisonniers, entendant raisonner les Portugais sur
l'entreprise qui occupait toute l'armée, leur demanda si l'on faisait la
guerre dans leur pays, et s'ils avaient de l'inclination pour les armes.
Un d'entre eux, nommé George Mendez, répondit avec assez de vérité que
toute leur vie s'était passée dans les combats, et que depuis l'enfance
ils n'avaient pas eu d'autre profession. Si dans une si longue
expérience, reprit le Tartare, vous aviez appris quelque moyen de
prendre le château, il n'y a point de faveurs que vous ne puissiez
attendre du général. Alors George Mendez, sans considérer à quoi sa
présomption pouvait l'exposer, assura fort hardiment que, si le nauticor
voulait s'engager au nom du khan, par un écrit signé de sa main, à le
faire conduire avec ses compagnons dans l'île d'Aynan, pour retourner de
là dans leur pays, il se croyait capable de lui faire aisément surmonter
toutes les difficultés du siége. Cette offre fut reçue avidement de
l'officier, qui se hâta d'en donner avis au général. Reprenons ici le
récit de Pinto.

«Pendant qu'on informait le conseil du discours de Mendez, nous
demeurâmes si surpris de son audace, qu'appréhendant déjà la vengeance
des Tartares, nous lui reprochâmes amèrement de s'être rendu
l'instrument de notre perte par des promesses que nous n'étions pas
capables de remplir. Il nous répondit, avec une confiance qui augmenta
notre admiration, qu'il serait bien étonnant que neuf Portugais exercés
en effet depuis long-temps au métier des armes, et qui devaient trouver
dans leur mémoire le souvenir d'une infinité d'exploits de leur nation,
ne fussent pas mieux instruits que des barbares; qu'en joignant nos
lumières et nos réflexions, il se promettait que nous leur ouvririons du
moins quelque voie qu'ils ignoraient; et que peut-être nous suffirait-il
de paraître un peu moins grossiers qu'eux pour obtenir une considération
qui pouvait nous conduire à la liberté. Il ajouta, pour exciter notre
courage, que, dans la misère où nous étions, notre vie ne méritait
d'être conservée qu'autant qu'elle pouvait servir à nous procurer un
meilleur sort.

»Nous commençâmes à le regarder d'un autre oeil; et sa témérité nous
parut une inspiration du ciel, qui voulait peut-être la rendre utile à
notre délivrance. Le nauticor, n'étant pas satisfait du conseil, prêta
volontiers l'oreille à l'offre de nos services, surtout lorsqu'il eut
appris que nous étions d'une nation dont les conquêtes avaient fait du
bruit dans les Indes. Il nous fit amener dans sa tente, chargé de
chaînes comme nous l'étions encore. Les principaux officiers du camp
étaient autour de lui, quoique la nuit fût fort avancée. Après diverses
questions, auxquelles Mendez répondit avec assurance, il nous fit ôter
une partie de nos liens; et, s'intéressant déjà pour notre conservation,
il nous fit apporter quelques alimens, sur lesquels nous nous jetâmes
avec une avidité qui parut le réjouir beaucoup. Un de ses officiers,
jaloux peut-être de lui voir tant de confiance dans notre secours, lui
dit, en raillant notre misère, «que quand sa bonté ne servirait qu'à
nous délivrer de la faim, ce n'était pas l'employer inutilement; qu'elle
nous empêcherait de mourir de langueur, et qu'elle lui vaudrait au moins
mille taëls, qu'il tirerait de notre vente à Lançam.» Cette
plaisanterie, qui fit rire assez long-temps les autres, parut peu lui
plaire. Il continua de s'entretenir avec Mendez, et ne dissimula point
qu'il était satisfait de ses réponses; il lui promit, non-seulement la
liberté, mais toutes sortes d'honneurs et de bienfaits, s'il lui faisait
emporter le château avec peu de perte. Mendez eut la prudence de lui
dire qu'il ne pouvait s'expliquer sans avoir observé la place. Tout le
monde loua ce langage; et ceux qui s'étaient défiés de nos offres en
prirent une meilleure opinion.

»On nous fit passer le reste de la nuit dans une tente voisine, où nos
craintes furent aussi vives que nos espérances. Mendez, apprenant que le
général avait commandé trente hommes pour l'accompagner dans ses
observations, demanda que ses compagnons fussent du nombre. Cette faveur
nous fut accordée, mais sans armes, et toujours chargés d'une partie de
nos chaînes. Après avoir observé la situation du château, sur laquelle
nous tenions conseil en portugais pendant notre marche, nous conçûmes
qu'étant environné d'un fossé plein d'eau, qui faisait sa principale
défense, et que les Tartares avaient tenté inutilement de passer, nous
pouvions le faire combler aisément de fascines, dont ils ne
connaissaient pas l'usage, et qu'à l'aide de quelques attaques feintes
qu'on formerait de divers côtés pour diviser les forces de la garnison,
le véritable assaut qui se ferait par le passage que nous aurions ouvert
ne pouvait manquer de succès. Cette délibération nous ayant peu coûté,
on fut surpris de notre diligence, et plus encore de nous entendre
assurer au nauticor que le château serait bientôt à lui, avec aussi peu
de travail que de hasard. Il nous fit ôter aussitôt le reste de nos
fers, et dans le mouvement de sa reconnaissance il jura qu'en arrivant à
Pékin, il nous présenterait au khan pour nous faire recueillir les plus
glorieux fruits de ses promesses.

»Mendez fut regardé à l'instant comme un second général dont toute
l'armée devait reconnaître les ordres. Il donna un modèle de fascines,
sur lequel on se hâta d'en faire un prodigieux nombre. Le nauticor étant
informé seul de notre projet, les Tartares raisonnaient sur leur usage:
les uns s'imaginaient que nous allions faire autour du fossé un feu
immense, dont la flamme envelopperait la place et consumerait les
assiégés. D'autres, qui sentaient l'impossibilité de cette entreprise,
se figuraient que nous voulions élever sur les bords du fossé un
rempart de bois, à la hauteur d'un mur, pour accabler les ennemis à
cette distance par la multitude des flèches et des zagaies. Personne ne
comprit que des fascines, dont chacune surnageait sur l'eau, pussent
former par le nombre un poids capable de remplir le fossé à l'aide des
traverses et de la terre qu'on y mêle. On ne devina pas mieux l'usage
des paniers et des hoyaux que Mendez fit apporter des villages et des
bourgs voisins, d'où la guerre avait fait fuir les habitans. Tout le
jour fut employé à ces préparatifs. Mendez parut sans cesse à côté du
nauticor, qui le comblait de faveurs. Nous crûmes remarquer dans sa
contenance un air de fierté qui s'étendait jusqu'à nous, et que nous ne
pûmes souffrir sans murmure. Qui sait, disions-nous, dans quelles
nouvelles disgrâces sa témérité peut nous engager? Si son entreprise
réussit mal, nous devons nous attendre à mourir par la vengeance des
Tartares. S'il a le succès que nous désirons, il jouira de toute la
faveur du khan, et notre plus grand bonheur sera peut-être de nous voir
employés à le servir.

»Cependant toutes ses mesures furent prises avec tant de sagesse, que,
dès le matin du jour suivant, l'armée fut mise en ordre de bataille, et
divisée en plusieurs corps qui s'approchèrent des murs d'autant de côtés
différens. Chaque division devait feindre de commencer son attaque avec
aussi peu de précaution que celle du premier jour, tandis que le
principal corps dont Mendez avait pris le commandement jetterait les
fascines, et se hâterait de passer le fossé pour commencer brusquement
l'escalade. Cette opération fut achevée avec tant de diligence, que
l'ennemi reconnut à peine de quel danger il était menacé. Mendez fut le
premier qui planta l'échelle au pied du mur. Nous y montâmes avec lui,
dans la résolution de périr ou de signaler notre valeur. La résistance
des assiégés fut d'abord assez vive; mais l'effroi dont ils furent
bientôt saisis à la vue d'un si grand nombre de Tartares, qui ne
cessaient pas de traverser le fossé sur nos traces, leur fit perdre le
courage avec l'espérance. Nous plantâmes le premier drapeau sur la
muraille. Le nauticor et ses principaux officiers, qui nous regardaient
de l'autre bord, se disaient entre eux avec autant de joie que
d'étonnement: «D'où nous vient ce merveilleux secours? Une armée de tels
guerriers serait capable de conquérir la Chine et la Tartarie!»

»Le découragement des Chinois n'ayant fait qu'échauffer la furie du
vainqueur, on vit presque aussitôt sur les murs plus de cinq mille
Tartares qui forcèrent l'ennemi de se retirer, et le carnage devint si
sanglant, qu'en moins d'une demi-heure dix mille Chinois périrent dans
toutes les parties du château. Le nauticor ne perdit que cent vingt
hommes. On lui ouvrit les portes avec les acclamations de la victoire.
Il se rendit sur la place d'armes, accompagné de tous ses capitaines.
Son premier soin fut d'y brûler les drapeaux chinois. Ensuite, faisant
approcher Mendez, il joignit à l'éloge de sa conduite et de sa sagesse
un présent de deux bracelets d'or. Nous reçûmes aussi des témoignages de
son estime; mais la plus haute marque de considération, au jugement des
Tartares, fut de nous faire manger à sa table dans le château même,
théâtre de son triomphe. Après le festin, il souilla sa gloire par un
excès de barbarie. Non-seulement il fit mettre le feu à la place avec
quantité de cérémonies odieuses, mais, ayant fait couper la tête aux
Chinois morts, il fit arroser de leur sang tous les lieux que la flamme
avait ravagés. Lorsqu'il fut retourné à sa tente, il donna mille taëls à
Mendez. Chacun des autres Portugais en reçut cent. Cette inégalité
devint un nouveau sujet de murmures pour ceux qui se croyaient au-dessus
de lui par la naissance, quoiqu'ils ne pussent désavouer que nous lui
devions l'honneur et la liberté.

»Le nauticor leva son camp, et deux jours de marche, pendant lesquels il
répandit la désolation sur ses traces, le firent arriver à deux lieues
de Pékin. Il trouva sur le bord d'une rivière, nommée Palanxitau, un
prince tartare qui venait le féliciter au nom du khan, et qui lui
amenait un cheval richement équipé, du nombre de ceux que le khan
montait pour faire son entrée dans la capitale de l'empire chinois.
Cette cavalcade fut relevée par toutes les marques d'honneur qui
pouvaient flatter son ambition. Il envoya les Portugais, sous la
conduite d'un de ses gens, au quartier qu'il devait occuper, avec
promesse de les présenter le lendemain au khan. Ce prince, auquel il
parla d'eux le même jour, les jugea dignes de la liberté. Mais une
faveur si juste, que le nauticor même s'empressa de leur annoncer,
trouva des obstacles de la part d'un seigneur fort respecté, qui
représenta combien il était important pour le bien public de ne pas
laisser sortir du pays des étrangers dont on admirait le courage et les
lumières. Il exagéra l'utilité qu'on pouvait tirer de leurs services, et
ce qu'on devait craindre de leur habileté, si d'autres vues les
faisaient passer dans le parti des Chinois. Le nauticor reconnut la
force de ces raisons; cependant la fidélité qu'il devait à sa parole, et
l'honneur du khan, qu'il ne crut pas moins engagé à tenir la sienne, lui
firent refuser d'en faire l'ouverture à la cour. Il nous recommanda de
nous tenir prêts le lendemain à recevoir ses ordres.

»Avec quelque distinction qu'on nous eût traités depuis le château de
Nixoamcou, nous fûmes surpris de voir arriver à l'heure qu'il nous avait
marquée neuf chevaux bien équipés, sur lesquels nous fûmes invités à
monter pour nous rendre à sa tente. Il se mit dans une litière, autour
de laquelle marchaient soixante hallebardiers pour sa garde, et six
pages de sa livrée sur des chevaux blancs. Nous marchâmes après les
pages. Ce cortége était fermé par une troupe de domestiques à pied, avec
quantité de musiciens sur les ailes. En arrivant aux premières tranchées
des tentes du khan, le nauticor sortit de sa litière pour demander au
capitaine des portes la permission d'entrer. Nous descendîmes à son
exemple. Ensuite, étant rentré dans sa litière, il s'avança par la
première enceinte jusqu'à l'entrée d'une longue galerie où il nous
ordonna de l'attendre. Nous y passâmes quelque temps à voir sauter et
voltiger des bateleurs, qui nous causèrent peu d'admiration. Enfin le
nauticor, reparaissant avec quatre pages, nous introduisit par divers
appartemens intérieurs dans la chambre du khan.

»Après nous être avancés de dix ou douze pas dans la salle, nous fîmes
notre compliment avec diverses cérémonies qu'on nous avait enseignées.
Alors le khan dit au nauticor: «Demande à ces gens du bout du monde
s'ils ont un roi, comment se nomme leur pays, et de combien il est
éloigné de la Chine où je suis à présent.» Un de nous répondit «que
notre pays se nommait Portugal, que nous avions un roi fort puissant, et
que depuis sa capitale jusqu'à Pékin le voyage était de trois ans.»
Cette réponse étonna beaucoup le khan, qui ne croyait pas le monde si
vaste. Il se frappa trois fois la cuisse d'une baguette qu'il avait à la
main, et levant les yeux vers le ciel, il témoigna son admiration par
quelques mots dans lesquels il nomma les hommes de _misérables fourmis_.
Ensuite, nous ayant fait signe d'approcher jusqu'au premier degré du
trône, où quatorze rois étaient assis, il nous demanda du même air
d'étonnement: «Combien? combien?» Nous lui répétâmes «trois ans.» Il
voulut savoir pourquoi nous n'étions pas venus par terre plutôt que par
mer, où les dangers étaient continuels. Nous répondîmes qu'ils étaient
encore plus grands par terre dans une immense étendue de pays qui
étaient peuplés de différentes nations. «Que veniez-vous donc chercher
ici? ajouta le khan, et pourquoi vous exposez-vous à tant de périls?»
Lorsque nous eûmes répondu à cette question, il demeura quelque temps en
silence. Ensuite, branlant trois ou quatre fois la tête, il dit à ceux
qui étaient près de lui «qu'il y avait sans doute beaucoup d'ambition et
peu de justice dans notre pays, puisque nous venions de si loin pour
conquérir d'autres terres.» Ce discours et la réponse d'un vieux
seigneur auquel il était particulièrement adressé, excitèrent beaucoup
d'applaudissemens. Ils furent interrompus par la musique qui dura
quelques momens, et le khan passa dans une autre chambre, avec une jeune
fille qui le rafraîchissait par le mouvement d'une sorte d'éventail. Le
nauticor reçut ordre de demeurer; mais il nous fit dire de retourner à
notre tente, et de nous reposer sur les bons offices qu'il nous
rendrait auprès du khan.

»Cependant il se passa quarante-trois jours sans aucun changement dans
notre sort. Le siége était poussé avec beaucoup de vigueur; mais les
Chinois n'en apportaient pas moins à leur défense. Il s'était répandu
dans le camp des maladies qui emportaient chaque jour quatre ou cinq
mille hommes; et le débordement des deux rivières dont ce pays est
arrosé rendait le transport des vivres extrêmement difficile. D'ailleurs
l'hiver approchait, il faisait envisager d'autres obstacles qui
commençaient à décourager les Tartares. On tint un conseil général, dans
lequel on fit sentir au khan la nécessité de lever le siége pour sauver
l'armée. Cette humiliation lui parut inévitable, lorsqu'il eut appris
que depuis six mois et demi qu'il était devant la place, il avait perdu
le tiers de ses troupes, et qu'une partie de son camp était inondée.
Toute l'infanterie fut embarquée avec le reste des munitions, et le khan
se mit en marche à la tête de trois cent mille chevaux, au lieu de six
cent mille avec lesquels il était entré dans la Chine.

»Ses ravages continuèrent jusqu'à la grande muraille, qu'il repassa sans
opposition à la porte de Singrachiran. De là, s'étant rendu à Panquinor,
petite ville de ses états, qui n'était qu'à trois lieues de la muraille,
il arriva le lendemain à Psipator, où il congédia ses troupes: son
chagrin éclatait dans toutes ses résolutions. Il n'avait gardé que dix
ou douze mille hommes, avec lesquels il s'embarqua si mécontent, qu'en
arrivant six jours après à Lançam, il y descendit pendant la nuit, après
avoir défendu toutes les marques de joie par lesquelles on voulait
célébrer son retour: il n'était occupé que du siége de Pékin, qu'il
voulait recommencer à l'entrée de la belle saison; il assembla les états
de son empire; il forma de nouvelles ligues avec ses voisins. L'honneur
qu'il nous faisait quelquefois de nous consulter semblait éloigner de
jour en jour nos espérances de liberté. Nous prîmes le parti de presser
le nauticor qui s'était rendu comme le garant de ses promesses. Il nous
fit craindre d'autant plus de difficulté, que le khan lui avait proposé,
depuis son retour, de nous attacher à son service par toute sorte de
bienfaits. George Mendez ne s'était pas fait presser pour accepter un
établissement. On commençait à se persuader que ses compagnons
oublieraient aussi facilement leur patrie; et j'avais déjà remarqué que,
dans cette idée, les Tartares nous traitaient avec plus de confiance et
d'affection.

«Cependant le nauticor ne se crut pas moins engagé par sa parole à nous
servir de tout son crédit. En nous promettant de parler de nous au khan,
il nous dit que, pour le disposer mieux en notre faveur, il lui
représenterait que nous avions en Europe des enfans orphelins qui ne
pouvaient subsister sans notre secours, et qu'il ne doutait pas que ce
motif ne fût capable de l'attendrir. Nous étions fort éloignés d'en
attendre cet effet après tant d'exemples que nous avions eu de la dureté
des Tartares, et nous eûmes occasion d'admirer ce mélange de tendresse
et de férocité qui entre dans le caractère humain. Le nauticor ayant
donné à notre demande le tour qu'il s'était proposé, le khan parut
l'entendre avec quelque sentiment de pitié: «Eh bien! je suis fort aise
qu'ils aient dans leur pays de si justes raisons d'abandonner mon
service. Elles me font consentir plus volontiers à leur accorder ce que
tu leur as promis en mon nom.» Nous étions derrière le nauticor, qui
nous avait ordonné de le suivre. Le mouvement de notre joie nous fit
baiser trois fois la terre, en disant dans le langage et le style du
pays: «Que tes pieds se reposent sur mille générations, afin que tu sois
seigneur de tous ceux qui habitent la terre!» Cette expression parut
plaire au khan. Il dit aux seigneurs dont il était environné: «Ces gens
parlent comme s'ils avaient été nourris parmi nous.» Alors jetant les
yeux sur Mendez, qui était à côté du nauticor: «Et toi, dit-il,
penses-tu aussi à nous quitter?» Mendez, qui s'était attendri à cette
question, répondit: «Pour moi, seigneur, qui n'ai point de femme ni
d'enfans à qui mon secours soit nécessaire, ce que je désire uniquement,
c'est de servir votre majesté; et je ne donnerais pas ce bonheur pour
celui d'être empereur de Pékin pendant mille ans.» Le khan lui marqua
sa satisfaction par un sourire.

»Nous nous retirâmes avec une vive joie pour nous préparer au départ.
Trois jours après, à la sollicitation du nauticor, sa majesté nous
envoya deux mille taëls, et nous remit aux ambassadeurs qu'il envoyait à
la cour d'Uzanguay, capitale de la Cochinchine. Enfin nous partîmes avec
eux. George Mendez nous fit présent de mille taëls; libéralité qui ne
pouvait l'appauvrir, parce qu'il en avait déjà six mille de rente. Il
nous accompagna pendant le premier jour de notre voyage, sans pouvoir
retenir ses larmes lorsqu'il envisageait l'éternel exil auquel il
s'était condamné volontairement.

»Étant partis de Tuymicam le 9 mai 1545, nous arrivâmes le soir dans une
ville nommée Guatypamear, célèbre par son université, où nous fûmes
traités fort civilement sous la protection des ambassadeurs. Le
lendemain nous allâmes passer la nuit à Puchanguim, petite ville, mais
défendue par des fossés très-larges et par quantité de tours et de
boulevards. Nous nous rendîmes le troisième jour dans une ville plus
considérable, qui se nommait Euxellu.

»Cinq jours après, n'ayant pas cessé de suivre la rivière, nous
arrivâmes à la porte d'un temple nommé Singuafatur, près duquel on
voyait un enclos de plus d'une lieue de circuit, qui contenait cent
soixante-quatre maisons longues et larges, ou plutôt autant de magasins
remplis de têtes de morts. Hors de ces édifices, on avait formé de si
grandes piles d'autres ossemens, qu'elles s'élevaient de plusieurs
brasses au-dessus des toits. Un petit tertre qui s'élevait du côté du
sud offrait une sorte de plate-forme où l'on montait par neuf degrés de
fer, qui conduisaient à quatre portes. La plate-forme servait comme de
piédestal à la plus haute, la plus difforme et la plus épouvantable
statue que l'imagination puisse se représenter, qui était debout, mais
adossée contre un donjon de forte pierre de taille. Elle était de fer
fondu. Sa difformité n'empêchait point qu'on ne remarquât beaucoup de
proportion dans tous ses membres, à l'exception de la tête, qui
paraissait trop petite pour un si grand corps. Ce monstre soutenait sur
ses deux mains une prodigieuse boule de fer. Nous demandâmes à
l'ambassadeur de Tartarie l'explication d'un monument si bizarre. Il
nous dit que ce personnage, dont, nous admirions la grandeur, était le
gardien des ossemens de tous les hommes, et qu'au dernier jour du monde
où les hommes devaient renaître, il nous rendrait à chacun les mêmes os
que nous avions eus pendant notre première vie, parce que, les
connaissant tous, il saurait distinguer à quels corps ils auraient
appartenu: mais qu'à ceux qui ne lui rendaient pas d'honneurs, et qui ne
lui faisaient pas d'aumônes sur la terre, il donnerait les os les plus
pouris qu'il pourrait trouver, et même quelques os de moins, pour les
rendre estropiés ou tortus. Après cette curieuse instruction,
l'ambassadeur nous conseilla de laisser quelque aumône aux prêtres, et
se fit honneur de nous en donner l'exemple. Les fables qu'il nous avait
racontées excitèrent notre pitié; mais nous eûmes plus de foi pour son
témoignage lorsqu'on nous assura que les aumônes qu'on faisait à ce
temple montaient chaque année à plus de deux cent mille taëls, sans y
comprendre ce qui revenait des chapelles et d'autres fondations des
principaux seigneurs du pays. Il ajouta que l'idole était servie par un
très-grand nombre de prêtres, auxquels on faisait des présens continuels
en leur demandant leurs prières pour les morts dont ils conservaient les
ossemens; que ces prêtres ne sortaient jamais de l'enclos sans la
permission de leurs supérieurs, qu'ils nommaient chisangues; qu'il ne
leur était permis qu'une fois l'an de violer la chasteté à laquelle ils
s'étaient engagés, et qu'il y avait aussi des femmes destinées à cet
office; mais que, hors de leurs murs, ils pouvaient se livrer sans crime
à tous les plaisirs des sens.

»Nous continuâmes de descendre la rivière l'espace de quatre jours,
pendant lesquels nous vîmes sur les deux bords quantité de villes et de
grands bourgs. Notre premier séjour fut à Léchune, capitale de la
religion tartare: on y voyait un temple somptueux accompagné de divers
édifices qui contenaient les tombeaux de vingt-sept khans, ou empereurs
de Tartarie. L'intérieur des chapelles était revêtu de lames d'argent,
avec diverses idoles de même métal. À quelque distance du temple, vers
le nord, on nous fit remarquer un enclos de vaste étendue, dans lequel
il y avait alors deux cent quatre-vingts monastères, de l'un et de
l'autre sexe, dédiés au même nombre d'idoles, où l'on nous assura qu'on
ne comptait pas moins de quarante-deux mille personnes consacrées à la
vie religieuse, sans y comprendre les domestiques qui étaient employés à
leur service. Nous vîmes entre les édifices une infinité de colonnes de
bronze, et sur chaque colonne une idole dorée. Un de ces monastères
dédié à Quay-Frigau, c'est-à-dire au dieu des atomes du soleil, avait
été fondé par une soeur du khan, veuve du roi de Pasna, que la mort de
son mari avait portée à s'enfermer avec six mille femmes qui l'avaient
suivie. Elle avait pris par humilité un nom tartare qui signifie _balai
de la maison de Dieu_. Les ambassadeurs se firent un devoir de lui aller
baiser les pieds: elle reçut ce témoignage de leur respect avec beaucoup
de bonté; mais ayant jeté la vue sur nous, et s'étant informée qui nous
étions, elle parut apprendre avec beaucoup d'étonnement, par le récit
des ambassadeurs, que nous étions venus de l'extrémité du monde, et d'un
pays dont les Tartares ne connaissaient pas le nom. Sa curiosité devint
si vive, qu'elle nous arrêta long-temps: ses questions étaient
spirituelles; elle raisonnait juste sur nos réponses; et dans la
satisfaction qu'elle en reçut, elle déclara «que nous avions été nourris
parmi des peuples plus éclairés que les Tartares.» Enfin, nous ayant
congédiés avec des remercîmens fort civils, elle nous fit donner cent
taëls.

»Arrivés à Fanaugrem, chez le roi de Cochinchine, l'ambassadeur lui
parla de nous suivant ses instructions. La prière qu'il lui fit au nom
du khan, de nous accorder les moyens de retourner dans notre patrie, fut
reçue avec d'autant plus de bonté, qu'elle ne l'engageait qu'à nous
faire conduire dans quelque port où nous eussions l'espérance de trouver
un vaisseau portugais. Nous fîmes avec lui le voyage d'Uzangay. Il
arriva le neuvième jour à Lingator, ville située sur une large et
profonde rivière, où les vaisseaux se rassemblent en grand nombre. Son
amusement dans cette route était la chasse, surtout celle des oiseaux,
que ses officiers tenaient prêts dans les lieux de son passage. Il
s'arrêtait peu, et souvent il passait la nuit dans une tente qu'il se
faisait dresser au milieu des bois. En arrivant à la rivière de
Baguetor, une des trois qui sortent du lac Famstir en Tartarie, il
continua le voyage par eau jusqu'à Natibasoï, grande ville où il
descendit sans aucune pompe pour achever le reste du chemin par terre.

»Pendant un mois entier que nous passâmes dans cette ville, nous fûmes
témoins de quantité de fêtes; mais ces réjouissances barbares, et les
offres par lesquelles on s'efforça de nous retenir à la cour ne nous
firent pas manquer l'occasion d'un vaisseau qui partait pour les côtes
de la Chine, d'où nous comptions pouvoir retourner facilement à Malacca.
Nous mîmes à la voile le 12 janvier 1546, avec une extrême satisfaction
d'être échappés à de si longues infortunes. Le nécoda, ou le capitaine
de notre bord, avait ordre de nous traiter humainement et de favoriser
toutes nos vues. Il employa sept jours à sortir de la rivière, qui a
plus d'une lieue de largeur, et qui s'allonge par un grand nombre de
détours. Nous observâmes sur ces deux rivières quantité de grands bourgs
et plusieurs belles villes. La somptuosité des édifices, surtout celle
des temples, dont les clochers étaient couverts d'or, et la multitude
des vaisseaux et des barques qui paraissaient chargés de toutes sortes
de provisions et de marchandises, nous donnèrent une haute idée de
l'opulence du pays.

»Nous sortîmes enfin de la rivière, et treize jours de navigation nous
firent arriver à l'île de Sancian, où les vaisseaux de Malacca
relâchaient souvent dans leur passage; mais les derniers étaient partis
depuis neuf jours. Il nous restait quelque espérance dans le port de
Lampacan, qui n'est que sept lieues plus loin. Nous y trouvâmes en effet
deux jonques malaïennes, l'une de Lugor, et l'autre de Patane,
disposées toutes deux à nous prendre à bord; mais nous étions Portugais,
c'est-à-dire d'une nation dont le vice est d'abonder dans son sens, et
d'être obstinée dans ses opinions. Nos avis furent si partagés lorsqu'il
était si nécessaire pour nous d'être unis, que dans la chaleur de cette
contrariété nous faillîmes nous entre-tuer. Le détail de notre querelle
serait honteux. J'ajouterai seulement que le nécoda d'Uzanguay, frappé
de cet excès de barbarie, nous quitta fort indigné, sans vouloir se
charger de nos messages ni de nos lettres, et protestant qu'il aimait
beaucoup mieux que le roi lui fît trancher la tête que d'offenser le
ciel par le moindre commerce avec nous. Notre mauvaise intelligence dura
neuf jours, pendant lesquels les deux jonques, aussi effrayées que le
nécoda, partirent après avoir rétracté leurs offres.

»Notre sort fut de demeurer dans un lieu désert, où le sentiment d'une
misère présente et la vue d'une infinité de dangers eurent enfin le
pouvoir de nous faire ouvrir les yeux sur notre folie. Dix-sept jours
que nous avions déjà passés sans secours commençaient à nous faire
regarder cette île comme notre tombeau, lorsque la faveur du ciel y fit
aborder un corsaire nommé Samipocheca, qui cherchait une retraite après
avoir été vaincu par une flotte chinoise. D'un grand nombre de
vaisseaux, il ne lui en restait que deux, avec lesquels il s'était
échappé. La plupart de ses gens étaient si couverts de blessures, qu'il
fut obligé de s'arrêter pendant vingt jours à Lampacan pour les
rétablir. Une cruelle nécessité nous força de prendre parti à son
service. Il mit cinq d'entre nous dans l'une de ses jonques, et trois
dans l'autre.

»Son intention était de se rendre dans le port de Lailou, à sept lieues
de Chinchen et quatre-vingts de Lampacan. Nous commençâmes cette route
avec un fort bon vent, et nous suivîmes pendant neuf jours la côte de
Laman. Mais, vers la rivière du Sel, qui est à cinq lieues de Chabakaï,
nous fûmes attaqués par sept jonques, qui, dans un combat fort
opiniâtre, brûlèrent celle des deux nôtres où le corsaire avait mis cinq
Portugais. Nous ne dûmes notre salut nous-mêmes qu'au secours de la nuit
et du vent. Ainsi, dans le plus triste état nous fîmes voile devant nous
pendant trois jours, à la fin desquels un impétueux orage nous poussa
vers l'île de Lequios. Le corsaire, qui était connu du roi et des
habitans, remercia le ciel de lui avoir procuré cet asile. Cependant il
ne lui fut pas possible d'y aborder, parce qu'il avait perdu son pilote
dans le dernier combat. Après vingt-sept jours de travail et de dangers,
nous fûmes jetés dans une anse inconnue, où deux petites barques
s'approchèrent aussitôt de notre jonque. Six hommes qui les montaient
nous demandèrent ce qui nous avait amenés dans leur île. Samipocheca les
reconnut à leur langue pour des Japonais; et, se faisant passer pour un
marchand de la Chine qui cherchait l'occasion du commerce, il apprit
d'eux que nous étions dans l'île de Tanixuma.

»Ils nous montrèrent dans l'éloignement la grande terre du Japon dont
ils dépendaient. Ils nous promirent un accueil favorable de leur
seigneur, auquel ils donnaient le titre de _nautaquin_; et remarquant le
désordre de notre jonque, ils nous montrèrent un port du côté du sud,
sous une grande ville qu'ils nommaient Miaï-Apima. Nous étions pressés
par tant de besoins, que nous levâmes aussitôt l'ancre pour suivre leurs
informations. Notre arrivée fut remarquée par quantité d'autres barques
qui nous apportèrent des rafraîchissemens. Le corsaire ne prit rien sans
en compter le prix. Avant la fin du jour, le nautaquin, ou le prince de
l'île, vint à bord de notre jonque avec quantité de marchands et
d'officiers qui apportaient des caisses pleines de lingots d'argent pour
nous proposer des échanges. Ils ne s'approchèrent qu'après s'être
assurés de la bonne foi du capitaine; mais, devenant bientôt libres et
familiers, ils distinguèrent le visage des Portugais de celui des
Chinois, et le nautaquin demanda curieusement qui nous étions.
Samipocheca lui répondit que nous étions d'un pays qui se nommait
Malacca, où nous étions venus, depuis plusieurs années, d'un autre pays
nommé Portugal, dont le roi, suivant nos récits, avait son empire à
l'extrémité du monde. Ce discours parut causer beaucoup d'étonnement au
nautaquin. Il se tourna vers ses gens: «Je suis trompé, leur dit-il, si
ces étrangers ne sont pas les Chinchi-Cogis, dont il est écrit dans nos
livres que, volant par-dessus les eaux, ils subjugueront les terres où
Dieu a créé les richesses du monde. Nous sommes heureux s'ils viennent
parmi nous à titre d'amis.» Là-dessus il fit demander au nécoda, par une
femme de Lequios, qui lui servait d'interprète, dans quel lieu il nous
avait trouvés, et sous quel titre il nous amenait au Japon. Le nécoda
répondit que nous étions d'honnêtes marchands qu'il avait trouvés à
Lampacan, où nous nous étions brisés, et que la pitié lui avait fait
prendre sur son bord. Ce témoignage parut suffire au nautaquin. Il se
fit donner un siége sur lequel il s'assit près du pont, et la curiosité
devenant sa passion la plus vive, il nous fit quantité de questions avec
beaucoup d'empressement pour entendre nos réponses. En nous quittant, il
nous proposa de lui faire quelque relation de ce grand monde où nous
avions voyagé: marchandise, nous dit-il, qu'il achèterait plus
volontiers que celles de notre vaisseau. Le lendemain, à la pointe du
jour, il nous envoya une petite barque remplie de toutes sortes de
rafraîchissemens, pour lesquels notre capitaine lui fit porter quelques
pièces d'étoffes, avec promesse de descendre au rivage et de lui mener
ses trois Portugais.

»Nous nous aperçûmes effectivement que cette aventure nous attirait plus
de considération des Chinois, qui ne pensaient plus qu'à profiter de
l'occasion pour réparer leur vaisseau et pour se défaire avantageusement
de leurs marchandises. Ils nous prièrent d'entretenir le nautaquin dans
l'opinion qu'il avait de nous. Leurs bienfaits devaient répondre à nos
services. Nous descendîmes avec le nécoda et douze de ses gens.
L'accueil que nous reçûmes augmenta beaucoup leurs espérances. Tandis
que les principaux marchands du pays traitaient avec eux pour leurs
marchandises, le nautaquin nous prit dans sa maison, et recommença fort
curieusement à nous interroger sur tout ce que nous avions observé dans
nos voyages. Nous nous étions préparés à satisfaire son goût, suivant le
tour de ses demandes, plutôt qu'à nous assujettir fidèlement à la
vérité. Ainsi, lorsqu'il voulut savoir s'il était vrai, comme il l'avait
appris des Chinois et des Lequiens, que le Portugal était plus riche et
plus grand que l'empire de la Chine, nous lui accordâmes cette
supposition. Lorsqu'il nous demanda si le roi de Portugal avait conquis
la plus grande partie du monde, comme on l'avait assuré, nous le
confirmâmes dans une idée si glorieuse pour notre nation. Il nous dit
aussi que le roi notre maître avait la réputation d'être si riche en or,
qu'on lui attribuait deux mille maisons qui en étaient remplies jusqu'au
toit. À cette folle imagination, nous répondîmes que nous ne savions
pas exactement le nombre des maisons, parce que le royaume de Portugal
était si grand, si riche et si peuplé, que le dénombrement de ses
trésors et de ses habitans était impossible. Après deux heures d'un
entretien de cette nature, le nautaquin se tourna vers ses gens, et leur
dit avec admiration: «Assurément aucun des rois que nous connaissons sur
la terre ne doit s'estimer heureux, s'il n'est vassal d'un aussi grand
monarque que l'empereur du Portugal.» Ensuite, ayant laissé au nécoda la
liberté de retourner à bord, il nous pressa de passer quelque temps dans
son île. Nous y consentîmes avec la participation des Chinois. L'ordre
fut donné pour nous préparer un logement commode, et nous fûmes logés
pendant plusieurs jours chez un riche marchand qui n'épargna rien pour
seconder les intentions de son prince.

»Le nécoda, n'ayant pas fait difficulté de débarquer toutes ses
marchandises, profita fort heureusement, de notre faveur. Il nous avoua
que, dans l'espace de peu de jours, un fonds d'environ deux mille cinq
cents taëls en divers effets qui lui restaient de sa fortune lui en
avait valu trente mille, et que toutes ses pertes étaient réparées.
Comme nous étions sans marchandises, et par conséquent sans occupation,
notre ressource, dans le temps que la curiosité du nautaquin nous
laissait libres, était la chasse ou la pêche. Diégo-Zeimoto, l'un de
mes deux compagnons, était le seul des trois qui fût armé d'une
arquebuse. Il s'était attaché à la conserver soigneusement dans nos
malheurs, parce qu'il s'en servait avec beaucoup d'adresse. Pendant les
premiers jours on y avait fait d'autant moins d'attention, qu'il en
avait fait peu d'usage, ou qu'il s'écartait pour la chasse; et, ne nous
figurant pas que cette arme fût encore inconnue au Japon, il ne nous
était pas tombé dans l'esprit qu'elle pût nous faire un nouveau mérite
aux yeux des insulaires. Cependant, un jour que Zeimoto s'arrêta dans un
marais voisin de la ville, où il avait remarqué un grand nombre
d'oiseaux de mer, et où il avait tué plusieurs canards, quelques
habitans, qui ne connaissaient pas cette manière de tirer, en eurent
tant d'étonnement, que leur admiration alla bientôt jusqu'au nautaquin.
Il s'occupait alors à faire exercer quelques chevaux. Son impatience le
fit courir aussitôt vers le marais, d'où il vit revenir Zeimoto, son
arquebuse sur l'épaule, accompagné de deux Chinois qui portaient leur
charge de gibier. Il avait eu peine à comprendre les merveilles qu'on
lui avait annoncées, et la vue d'une sorte de bâton qu'il voyait porter
au Portugais ne suffisait pas pour l'en éclaircir. Lorsque Zeimoto eut
tiré devant lui deux ou trois coups, qui firent tomber autant d'oiseaux,
il parut d'abord effrayé, et dans sa première surprise il attribua ce
prodige à quelque pouvoir surnaturel. Mais, après avoir entendu que
c'était un art de l'Europe, qui dépendait du secret de la poudre, il
tomba dans un excès de joie et d'admiration qui ne peut être représenté
que par ses effets. Il embrassa Zeimoto avec transport; il le fit monter
en croupe derrière lui; et, retournant à la ville dans cet état, il se
fit précéder de quatre huissiers qui portaient des bâtons ferrés par le
bout, et qui criaient par son ordre au peuple, dont la foule était
infinie: «On fait savoir que le nautaquin, prince de cette île et
seigneur de nos têtes, vous commande à tous d'honorer ce Chinchi-Cogis
du bout du monde, parce que, dès aujourd'hui et pour l'avenir, il le
fait son parent comme les jacarous qui sont assis près de sa personne,
et quiconque refusera d'obéir à cet ordre sera condamné à perdre la
tête.»

»Je demeurai assez loin derrière avec Christophe Borralho, qui était le
troisième Portugais, tous deux dans la surprise d'un événement si
singulier. Le nautaquin, étant arrivé au palais, prit Zeimoto par la
main, le conduisit dans sa chambre, le fit asseoir à sa table; et pour
le combler d'honneur, il ordonna que la nuit suivante on le fît coucher
dans un appartement voisin du sien. Nous participâmes à cette faveur par
les caresses et les bienfaits que nous reçûmes aussi du prince et des
habitans.

»Zeimoto crut ne pouvoir mieux s'acquitter d'une partie de ces
distinctions qu'en faisant présent de son arquebuse au nautaquin. Il
choisit pour ce témoignage de reconnaissance un jour qu'il revenait de
la chasse; après avoir tué quantité de colombes et de tourterelles, il
lui offrit cet instrument qui lui donnait cet empire sur leur vie. Le
prince lui fit compter sur-le-champ mille taëls; mais il le pria de lui
apprendre à faire de la poudre, sans quoi l'arquebuse n'était qu'une
pièce de fer inutile.

»Nous avions déjà passé vingt-trois jours dans l'île de Tanixuma,
lorsqu'on avertit le nautaquin de l'arrivée d'un vaisseau du roi de
Bungo, qui apportait avec plusieurs marchands un vieillard respectable
auquel il se hâta de donner audience. Nous étions présens à cette
cérémonie. Le vieillard, s'étant mis à genoux devant lui, avec quelques
discours que nous ne pûmes entendre, lui offrit une lettre et un
coutelas garni d'or. La lecture de cette lettre parut causer quelque
embarras au nautaquin. Après avoir congédié celui qui l'avait apportée,
il nous fit approcher de lui: «Mes bons amis, nous dit-il par la bouche
de son interprète, je vous prie d'écouter le contenu de cette lettre que
je reçois du roi de Bungo, mon seigneur et mon oncle. Je vous
expliquerai ensuite ce que je désire de vous.» L'interprète nous fit
entendre qu'Orgendono, roi de Bungo et de Facata, marquait à Hiascaran
Goxo, nautaquin de Tanixuma, son gendre et son neveu, qu'ayant appris
depuis peu de jours qu'il avait dans son île trois Chinchi-Cogis venus
du bout du monde, gens de mérite et d'honneur, qui lui avaient parlé
d'un autre monde plus grand que celui qu'on connaissait au Japon, et
peuplé d'une race d'hommes dont ils lui avaient raconté des choses
incroyables, il le priait très-instamment de lui envoyer un de ces trois
étrangers pour le consoler dans les douleurs d'une longue maladie. Il
ajoutait que, si notre inclination ne nous portait point à ce voyage, il
s'engageait à nous renvoyer avec sûreté lorsque nous commencerions à
nous ennuyer dans sa cour.

»Le nautaquin nous dit après cette explication que le roi de Bungo était
non-seulement son oncle maternel, mais son père même, parce qu'il
l'était de sa femme; et que, dans la passion qu'il avait de l'obliger,
il conjurait l'un de nous d'entreprendre un voyage court et peu pénible;
mais qu'il ne souhaitait pas que ce fût Zeimoto, qu'il avait adopté pour
son parent, et dont l'éloignement le chagrinerait beaucoup avant qu'il
eût appris de lui à tirer de l'arquebuse. Une invitation si douce et si
polie nous pénétra de reconnaissance, Borralho et moi. Nous lui
abandonnâmes le choix de celui des deux qu'il jugeait le plus convenable
à ses vues. Il ne se détermina pas tout d'un coup; mais, après quelques
momens de réflexion, il me nomma comme le plus gai, et par conséquent le
plus propre au commerce des Japonais, qui ont naturellement l'humeur
vive. «Borralho, nous dit-il avec la même civilité, plus sérieux et
plus porté par la nature aux affaires graves, entretiendrait la
mélancolie du malade au lieu de la dissiper.» J'arrivai à Bungo.

«Nous trouvâmes le roi au lit. Il me dit d'un air et d'un ton fort doux:
«Ton arrivée ne m'est pas moins agréable que la pluie qui tombe du ciel
n'est utile à nos campagnes semées de riz.» On m'expliqua ces termes; et
leur nouveauté m'ayant causé de l'embarras, je demeurai quelques momens
sans réponse. Le roi, regardant les seigneurs qui étaient autour de lui,
leur dit «qu'il me croyait effrayé par la vue de sa cour; que je n'étais
pas accoutumé à ce spectacle, et qu'il me fallait laisser le temps de
m'apprivoiser.» Un excellent interprète que j'avais reçu du nautaquin me
fit comprendre aussitôt le jugement qu'on portait de moi. Je rappelai
toutes les forces de mon esprit pour citer un tas de figures asiatiques
et de comparaisons où tous les animaux faisaient leur rôle, depuis
l'éléphant jusqu'à la fourmi. Peut-être mon interprète y joignit-il ses
propres idées: mais tous les courtisans marquèrent tant d'admiration
pour cette ridicule harangue, que, battant des mains à la vue du roi,
ils dirent à ce prince «qu'on n'avait jamais parlé avec une éloquence
plus noble; qu'il n'y avait pas d'apparence que je fusse un marchand
dont les notions se renfermaient dans les affaires du commerce, mais
plutôt un bonze qui administrait les sacrifices au peuple, ou du moins
quelque grand capitaine qui avait couru long-temps les mers.» Le roi
parut si satisfait, qu'en imposant silence à tout le monde, et déclarant
qu'il voulait être seul à m'interroger, il assura qu'il ne sentait plus
aucune douleur. Le reine et les princesses ses filles, qui étaient
assises près du lit royal, se mirent à genoux pour exprimer leur
satisfaction. Elles remercièrent le ciel, en levant les mains et les
yeux, des grâces qu'il accordait au royaume de Bungo.

«Alors le roi, m'ayant fait approcher plus près de sa tête, me pria de
ne pas m'ennuyer de cette situation, parce qu'il souhaitait de me voir
et de me parler souvent. Il me demanda si dans mon pays ou dans mes
voyages je n'avais pas appris quelque remède pour sa maladie, surtout
pour un fâcheux dégoût qui ne lui avait pas permis de manger depuis deux
mois. Je me souvins que, dans la jonque d'où j'étais arrivé à Tanixuma,
j'avais vu guérir diverses maladies par l'infusion d'un bois de la
Chine, dont j'avais admiré la vertu. Ce secours que je lui proposai, et
qu'il envoya demander sur-le-champ au nautaquin, répondit si
parfaitement à mes espérances, que dans l'espace de trente jours il fut
guéri de tous ses maux, dont le principal était une espèce de paralysie
qui lui ôtait depuis deux ans le mouvement des bras. Après un service de
cette importance, je me vis presqu'au même degré de faveur dans cette
cour que Zeimoto à celle du nautaquin. Mon seul embarras était de
répondre à mille questions bizarres qu'on me proposait continuellement;
mais j'étais soulagé par la facilité avec laquelle on se contentait de
mes plus frivoles explications. J'employais le reste du temps à
m'instruire des usages du pays, à visiter les édifices ou à me donner le
spectacle des fêtes et des amusemens. Le nautaquin ayant envoyé au roi
quelques arquebuses de la fabrique de son île, l'impatience que tout le
le monde eut bientôt d'apprendre à en tirer augmenta beaucoup mon
crédit. Sans avoir l'habileté de Zeimoto, je m'attirai de l'admiration
en tuant quelques petits oiseaux, et je fis valoir particulièrement mes
connaissances pour la composition de la poudre. Les premiers seigneurs
de la cour prenaient des leçons de moi: j'exagérais la nécessité de mon
secours, et je n'accordais de la poudre aux plus empressés qu'avec
beaucoup de ménagement. Mais cette conduite, quoique aussi sage en
elle-même qu'utile au soutien de ma fortune, pensa devenir l'occasion de
ma ruine.

«Un des fils du roi nommé Arichaudono, âgé de seize à dix-sept ans,
m'ayant prié de lui apprendre à tirer, je différais de jour en jour à le
satisfaire, dans la seule vue de lui faire attacher plus de prix à mes
services. Cependant le roi son père, à qui il fit quelques plaintes de
ce délai, me demanda plus de complaisance pour un fils qu'il aimait fort
tendrement. Mes premières leçons ne furent remises qu'à l'après-midi du
même jour; mais le jeune prince, ayant accompagné la reine sa mère dans
un pèlerinage qu'elle fit pour la santé du roi, ne put venir chez moi
que le lendemain. Il avait à sa suite deux jeunes seigneurs du même âge.
Je m'étais endormi sur ma natte près des arquebuses et de la poudre.
Comme il m'avait vu tirer plusieurs fois, il se fit un plaisir de me
surprendre; et se hâtant de charger une arquebuse sans savoir quelle
quantité de poudre il y fallait mettre, il eut l'imprudence de remplir
le canon jusqu'à la moitié de sa hauteur. Il voulut tirer contre un
oranger. Un des deux jeunes seigneurs alluma la mèche. Le coup partit,
et m'éveilla: mais l'arquebuse ayant crevé par trois endroits, le
malheureux prince fut blessé de deux éclats de fer, dont l'un lui
emporta une partie du pouce. Je sortis à l'instant. Il était tombé sans
connaissance. Les deux seigneurs prirent la fuite vers le palais en
criant que l'arquebuse de l'étranger avait tué le prince.

«Cette affreuse nouvelle répandit une si vive alarme dans toute la
ville, que la plupart des habitans se précipitèrent avec de grands cris
vers ma maison; le roi même s'y fit apporter dans une espèce de fauteuil
sur les épaules de quatre hommes; et la reine le suivit à pied, se
soutenant sur les bras de deux femmes, et suivie des deux princesses ses
filles, qui marchaient tout échevelées, avec un grand nombre d'autres
dames. Dans mon premier saisissement, j'avais pris le prince entre mes
bras, et je l'avais porté dans ma chambre, où je m'efforçais d'arrêter
son sang et de rappeler ses esprits. On me trouva occupé de ces deux
soins; mais la plupart des spectateurs qui me voyaient aussi couvert que
lui de son propre sang, conclurent que je l'avais tué; et mille
cimeterres que je vis briller autour de moi me firent connaître le sort
auquel je devais m'attendre. Cependant le roi suspendit les effets de
cette violence pour se faire expliquer la cause d'un si funeste
accident, de peur, ajouta-t-il, que le crime ne fût venu de plus loin,
et que je n'eusse été corrompu par les parens des traîtres qu'il avait
condamnés depuis peu au dernier supplice. Malheureusement pour moi, la
crainte avait fait fuir mon interprète, et cette circonstance était
capable d'aggraver les soupçons. On le découvrit néanmoins après de
longues recherches; il fut amené au roi, chargé de chaînes. Mais on
m'avait déjà livré aux officiers de la justice qui m'avaient fait lier
les mains, et qui commençaient à me traiter comme un coupable avéré. Le
président était assis, les deux bras retroussés jusqu'aux épaules,
tenant de la main droite un poignard rougi dans le sang du prince.
J'étais à genoux devant lui, environné des autres officiers; et cinq
bourreaux qui étaient derrière moi avec leurs cimeterres nus, semblaient
n'attendre qu'un mot ou un signe pour l'exécution.

«Ces horribles préparatifs s'étaient fait apparemment pour
l'interrogation, pendant que mon interprète avait été conduit devant le
roi: il fut amené au tribunal. Mon épouvante redoubla lorsque je le vis
paraître au milieu d'une troupe de gardes, les mains liées, aussi pâle,
aussi tremblant que moi. On me fit diverses questions auxquelles je ne
laissai pas de répondre avec toute la force de l'innocence. J'ignore
quelle impression mes réponses firent sur mes juges; mais le ciel permit
que le jeune prince, étant revenu d'un long évanouissement, souhaita de
me voir; et qu'apprenant la rigueur avec laquelle j'étais traité,
l'inquiétude de mon sort alla jusqu'à lui faire protester qu'il ne
recevrait aucun secours, si je n'étais délivré sur-le-champ des mains de
la justice. Un ordre du roi vint adoucir aussitôt la sévérité d'un
inflexible tribunal. On m'ôta mes chaînes, et je fus conduit au palais,
où le prince me fit des satisfactions et des excuses qui ne laissèrent
rien à désirer pour ma justification. Il avait été pansé par quelques
bonzes qui font l'office de médecins et de chirurgiens au Japon; mais la
blessure était si dangereuse, qu'ils paraissaient douter eux-mêmes de
leur méthode. Une longue expérience que je n'avais pu manquer d'acquérir
dans un si grand nombre d'aventures militaires me fit rappeler la
connaissance de quelques remèdes que j'avais vu employer avec succès. Je
les proposai avec d'autant plus de confiance, que le jeune prince
paraissait attendre de moi sa guérison. Le roi, qui croyait me devoir
la vie et la santé, ne balança point à me confier le soin de son fils.
Je m'armai de courage, et l'ayant prié de faire éloigner les bonzes, je
fis sept points à la main droite, où me parut être la moins dangereuse
des deux blessures: un bon chirurgien en eût peut-être fait beaucoup
moins. À la tête, qui me causait le plus d'embarras, je n'en fis que
cinq; après quoi j'y appliquai des étoupes, trempées dans des blancs
d'oeufs, avec de bonnes ligatures, telles que je les avais vu faire en
mille occasions. Cinq jours après je coupai les points, et je continuai
de panser les deux plaies. Vingt jours après, le prince se trouva si
parfaitement guéri, qu'il ne lui resta qu'une petite cicatrice au pouce.

«Après cette dangereuse opération, je reçus du roi et de toute la cour
des honneurs et des caresses qu'il me serait difficile de représenter.
La reine et les princesses ses filles m'envoyèrent quantité d'étoffes de
soie; les seigneurs me firent présent d'un grand nombre de cimeterres;
on me compta de la part du roi six cents taëls; enfin cette dangereuse
audace me valut plus de quinze cents ducats.

«Cependant mes réflexions sur le péril dont le ciel m'avait délivré, et
l'avis que je reçus de mes compagnons, que le corsaire Samipocheca
faisait ses préparatifs pour retourner à la Chine, me déterminèrent à
demander au roi la permission de le quitter; il me l'accorda. Son
affection se soutint jusqu'au dernier moment; il me donna une barque
remplie de toutes sortes de provisions, et pour capitaine un homme de
qualité avec lequel, étant parti de Foucheo un samedi matin, j'arrivai
le vendredi suivant au port de Tanixuma.

«Quinze jours que nous passâmes encore dans cette ville donnèrent le
temps au corsaire d'achever ses préparatifs; il fit voile enfin pour
Liampo. Nous y arrivâmes heureusement. Les principaux habitans nous
reconnurent et nous rendirent ce qu'ils croyaient devoir aux amis
d'Antonio Faria. Cependant, paraissant étonnés de notre confiance pour
les Chinois, ils nous demandèrent d'où nous étions venus, et dans quel
lieu nous nous étions embarqués avec eux. Christophe Borralho leur
apprit nos aventures. L'île de Tanixuma, le Japon et toutes les
richesses que nous y avions admirées furent pour eux autant de nouvelles
connaissances qu'ils reçurent avec étonnement. Dans la joie de cette
découverte, ils ordonnèrent une procession solennelle, depuis l'église
de Notre-Dame de la Conception jusqu'à celle de Saint-Jacques, qui était
à l'extrémité de la ville. Ensuite la piété fit place à l'ambition;
chacun s'empressa de tirer les premiers fruits de nos lumières. Il se
forma divers partis qui mirent l'enchère à toutes les marchandises; et
les marchands chinois profitèrent de cette fermentation pour faire
monter le pico de soie jusqu'à cent soixante taëls. En moins de quinze
jours, neuf jonques portugaises qui se trouvaient au port de Liampo
furent prêtes à faire voile, quoiqu'en si mauvais ordre, que la plupart
n'avaient pas d'autres pilotes que les maîtres mêmes, qui n'avaient
aucune connaissance de la navigation.

«Elles partirent dans cet état malgré les fâcheuses circonstances de la
saison et du vent. L'avidité du gain ne connaissait aucun danger. Je fus
moi-même un des malheureux qui se laissèrent engager dans ce fatal
voyage. Le premier jour nous gouvernâmes comme à tâtons entre les îles
et la terre ferme. Mais vers minuit une affreuse tempête nous ayant
livrés à la fureur du vent, nous échouâmes sur les bancs de Gaton, où,
des neuf jonques, deux seulement eurent le bonheur d'échapper. Les sept
autres périrent avec plus de six cents hommes, entre lesquels on
comptait cent quarante des principaux Portugais de Liampo. Cette perte
en marchandises fut estimée plus de trois cent mille ducats.

«J'avais le bonheur de me trouver dans une des deux autres jonques. Nous
suivîmes la route que nous avions commencée jusqu'à la vue de l'île de
Lequios, où nous fûmes battus d'un si furieux vent de nord-est, que nos
deux bâtimens furent séparés pour ne se revoir jamais. Dans
l'après-midi, le vent s'étant changé à l'ouest-nord-ouest, les vagues
s'élevèrent si furieusement, qu'il devint impossible d'y résister. Notre
capitaine, qui se nommait Gaspard Mello, voyant la proue entr'ouverte,
et plus de neuf pieds d'eau dans la jonque résolut, de concert avec les
officiers, de couper les deux mâts; mais tous les soins qui furent
employés à cette opération n'empêchèrent point que le grand mât, dans sa
chute, n'écrasât cinq Portugais; spectacle pitoyable, et qui acheva de
nous ôter les forces. La tempête ne faisant qu'augmenter, nous nous
vîmes forcés de nous abandonner aux flots jusqu'à l'arrivée des
ténèbres, où toutes les autres parties de notre bâtiment commencèrent à
s'ouvrir. Nous passâmes la nuit dans cette horrible situation. Vers le
jour, nous touchâmes sur un banc, où du premier choc la jonque fut mise
en pièces, avec des circonstances si déplorables, que soixante-deux
hommes y perdirent la vie, les uns noyés, les autres écrasés sous la
quille.

«Entre tant de malheureux, nous demeurâmes sur le sable au nombre de
vingt-quatre, sans y comprendre quelques femmes. Aux premiers rayons du
jour, nous reconnûmes la grande île de Lequios. Nous étions blessés
presque tous par le froissement des coquilles et des cailloux du banc.
Après nous être recommandés à Dieu avec beaucoup de larmes, nous
marchâmes dans l'eau jusqu'à l'estomac. Ensuite, traversant quelques
endroits à la nage, nous employâmes cinq jours à nous approcher de la
terre, sans aucune nourriture que les herbes qui nous étaient apportées
par les flots. Nous arrivâmes au rivage; il était couvert de bois, où
nous trouvâmes d'autres herbes assez semblables à l'oseille, qui furent
notre unique ressource pendant trois jours. Le quatrième, nous fûmes
aperçus par un insulaire qui gardait quelques bestiaux, et qui se mit à
courir aussitôt vers une montagne voisine pour donner l'alarme aux
habitans d'un village dont nous n'étions éloignés que d'un quart de
lieue. Bientôt nous vîmes paraître environ deux cents hommes, qui
s'étaient rassemblés au bruit des tambours et des cornets. Leurs chefs
étaient à cheval au nombre de quatorze. Ils vinrent droit à nous, et
quelques-uns se détachèrent pour nous observer. Lorsqu'ils nous virent
sans armes, presque nus, la plupart à genoux, pour invoquer le secours
du ciel, et deux femmes déjà mortes de misère, ils furent touchés d'une
si vive compassion, qu'étant retournés vers ceux qui les suivaient, ils
les firent arrêter avec défense de nous causer aucun mal. Cependant ils
revinrent à nous, accompagnés de six hommes de pied, qui étaient les
officiers de leur justice, et nous ayant exhortés à ne rien craindre,
parce que le roi des Lequiens était un prince juste et plein de pitié
pour les misérables, ils nous firent lier trois à trois pour nous
conduire à leurs habitations. Nous étions moins rassurés par leurs
discours qu'effrayés par un traitement si rigoureux. Il nous restait
trois femmes, qui tombèrent pâmées de faiblesse et de crainte. Quelques
insulaires les prirent entre leurs bras, et les portaient tour à tour;
ce qui n'empêcha point que dans la marche il n'en mourût deux, qui
furent laissées en proie aux bêtes féroces, dont nous avions vu paraître
un grand nombre. Après avoir marché jusqu'au soir, nous arrivâmes dans
un bourg d'environ cinq cents feux, que nous entendîmes nommer Cypantor.
Là, nous fûmes enfermés dans un grand temple, dont les murailles étaient
fort hautes et sans aucun ornement, sous une garde de plus de cent
hommes, qui, avec des cris mélés au son des tambours, nous veillèrent
pendant toute la nuit.

«Le lendemain on nous fournit assez abondamment du riz, du poisson et
divers fruits de l'île. La charité des habitans alla même jusqu'à nous
donner quelques habits; mais un courrier du broquen, c'est-à-dire au
premier officier de l'état, apporta vers le soir un ordre de nous
conduire à Pungor, ville éloignée de sept lieues. Cette nouvelle causa
beaucoup de mouvement dans le bourg, comme si les habitans eussent
réclamé quelque droit qu'on prétendît violer. On dressa plusieurs
mémoires qui furent envoyés au broquen par son courrier. Cependant
quelques officiers et vingt hommes à cheval, qui arrivèrent le jour
suivant, nous enlevèrent sans opposition. Nous nous arrêtâmes le soir
dans une ville nommée Gondexilau, où l'on nous fit passer la nuit dans
un cachot, et nous arrivâmes le lendemain à Pungor.

»Trois jours après nous parûmes devant le broquen, dans une grande salle
où nous le trouvâmes assis sous un dais fort riche, environné de six
huissiers avec leurs masses, et de plusieurs gardes qui portaient de
longues pertuisanes damasquinées d'or et d'argent. Il nous fit diverses
questions auxquelles nous répondîmes avec autant de bonne foi que
d'humilité. Notre infortune le toucha si vivement, malgré quelques
apparences de sévérité, qu'ayant recueilli nos réponses, il y mêla des
réflexions favorables, par lesquelles il combattit les fausses idées que
quelques Chinois avaient fait prendre de nous. Cependant nous
continuâmes d'être resserrés pendant deux mois. Le roi, faisant gloire
de son zèle pour la justice, envoya secrètement un homme de confiance,
qui, prenant avec nous la qualité de marchand étranger, employa beaucoup
d'adresse à nous faire confesser notre profession, et la vérité de nos
desseins. Mais nos explications furent si simples et les témoignages de
notre douleur si naturels, que cet espion en parut attendri jusqu'à nous
faire un présent de trente taëls et de six sacs de riz. Il y a beaucoup
d'apparence qu'il en avait reçu l'ordre du roi; et nous apprîmes du
geôlier que ce prince était résolu de nous rendre la liberté.

»Nous étions dans cette douce espérance lorsque l'arrivée d'un corsaire
chinois, à qui le roi donnait une retraite dans son île, à condition
d'entrer en partage du butin, nous replongea dans un horrible danger.
C'était un des plus grands ennemis de notre nation, depuis un combat que
les Portugais lui avaient livré au port de Laman, et dans lequel ils lui
avaient brûlé deux jonques. La faveur dont il jouissait, non-seulement à
la cour de Lequios, mais dans l'île entière, où ses brigandages
faisaient entrer continuellement de nouvelles richesses, disposa le roi
et ses sujets à recevoir les inspirations de sa haine. Aussitôt qu'il
eut appris notre malheur et qu'on pensait à nous renvoyer absous, il
nous chargea des plus noires accusations. Les Portugais étaient des
espions qui venaient observer les forces d'un pays sous le voile du
commerce, et qui profitaient de leurs lumières pour passer tous les
habitans au fil de l'épée. Ces discours répandus sans ménagement, et
confirmés avec audace, firent tant d'impression sur l'esprit du roi,
qu'après avoir révoqué les ordres qu'il avait déjà donnés en notre
faveur, il nous condamna, sur de nouvelles instructions, au supplice des
traîtres, c'est-à-dire à nous voir démembrés en quatre quartiers, qui
devaient être exposés dans les places publiques. Cette sentence, qu'il
porta sans nous avoir entendus, fut envoyée au broquen, avec ordre de
l'exécuter dans quatre jours. Elle pénétra aussitôt jusqu'à nous, et
dans la consternation d'un sort si déplorable, nous ne pensâmes qu'à
nous disposer à la mort.

»Si j'ai quelquefois donné le nom de miracles aux secours que j'ai reçus
du ciel dans l'extrémité du danger, c'est ici que je dois faire admirer
le plus éclatant de ses bienfaits. De plusieurs Portugaises qui avaient
trouvé la fin de leur misérable vie depuis notre naufrage, il en restait
une, femme d'un pilote qui était prisonnier avec nous, et mère de deux
enfans qu'une malheureuse tendresse lui avait fait prendre à bord. Un
sentiment de pitié pour elle et pour deux innocens avait porté une dame
de la ville à la loger dans sa maison, et cet asile était devenu pour
nous une source de bienfaits, que nous avions partagés continuellement
avec son mari. On lui apprit notre malheur; elle fut si frappée de cette
nouvelle, qu'étant tombée sans connaissance, elle demeura long-temps
comme insensible; mais, rappelant ses esprits, elle se déchira si
cruellement le visage avec les ongles, que ses joues se couvrirent de
sang. Ce spectacle attira toutes les femmes de la ville, et la
compassion devint un sentiment général. Après quelques délibérations,
elles convinrent d'écrire une lettre en commun à la reine, mère du roi,
pour lui représenter que nous étions condamnés sans preuves et sur la
simple foi d'un ennemi. Elles lui rendaient compte de notre véritable
histoire, et des raisons qui portaient le corsaire à la vengeance.
L'aventure de la Portugaise, sa situation et celle de ses enfans, ne
furent pas oubliées. Cette lettre, signée de cent femmes, les
principales de la ville, fut envoyée par la fille du mandarin de
Comanilau, gouverneur de l'île de Banca, qui est au sud de Lequios. On
fit tomber le choix sur elle, parce qu'elle était nièce de la première
dame d'honneur de la reine. Elle partit pour Bintor, où le roi faisait
sa résidence, à six lieues de Pungor, accompagnée de deux de ses frères
et de plusieurs gentilshommes de la première distinction.

»Nous fûmes avertis du secours que la Providence nous avait donné, et
nous ne cessâmes point de prier le ciel pour le succès d'un voyage
auquel notre vie ou notre mort étaient attachées. Le roi se laissa
fléchir à l'occasion d'un songe qui l'avait disposé à recevoir les
sollicitations de la reine-mère. Les lettres de grâces arrivèrent à
Pungor le jour marqué pour le supplice. Elles nous furent apportées par
le broquen même, qui avait toujours gémi de l'injustice de notre
sentence, et qui parut presque aussi sensible que nous à cette heureuse
révolution. Il nous mena dans son propre palais, où toutes les dames de
la ville vinrent se réjouir de leur ouvrage, et s'en crurent bien payées
par nos remercîmens. Pendant quarante-six jours que nous passâmes encore
dans l'île pour attendre l'occasion de la quitter, elles se disputèrent
le plaisir de nous traiter dans leurs maisons, et nous y reçûmes tout ce
dont nous avions besoin avec tant d'abondance, que nous emportâmes
chacun la valeur de cent ducats. La Portugaise, qui méritait le premier
rang dans notre reconnaissance, en eut plus de mille, accompagnés d'une
infinité de présens qui dédommagèrent son mari de toutes ses pertes.
Enfin le broquen nous fit obtenir place dans une jonque chinoise qui
partait pour Liampo, après avoir fait donner au capitaine des cautions
pour notre sûreté.

»En arrivant à Liampo, nous trouvâmes les Portugais de cette ville dans
l'affliction de leur perte. Nous étions le malheureux reste de leur
flotte. Cette considération nous attira beaucoup de caresses. Divers
négocians m'offrirent de l'emploi dans leurs comptoirs ou dans leurs
jonques; mais j'étais rappelé par mes désirs à Malacca, où j'espérais
que mon expérience me tiendrait lieu de mérite, et ferait employer mes
services avec plus de distinction. Je m'embarquai dans le navire d'un
Portugais nommé Tristan de Goa. Notre navigation fut heureuse. Je
m'applaudis extrêmement de mon retour en apprenant que don Pédro Faria
commandait encore à Malacca. Le désir qu'il avait toujours eu de
contribuer à ma fortune, échauffé par la mémoire du brave Antonio Faria
son parent, et par le récit de nos aventures, lui fit chercher
l'occasion de m'occuper utilement avant que le terme de son gouvernement
fût expiré.

»Il me proposa d'entreprendre le voyage de Martaban, d'où l'on tirait
alors de grands avantages, dans la jonque d'un nécoda mahométan, nommé
Mahmoud, qui avait ses femmes et ses enfans à Malacca. Outre les profits
que je pouvais espérer du commerce, je me trouvai chargé de trois
commissions importantes: l'une de conclure un traité d'amitié avec
Chambaïnha, roi de Martaban, dont nous avions beaucoup d'utilité à tirer
pour les provisions de notre forteresse; la seconde, de rappeler
Lancerot Guerreyra, qui croisait alors avec cent hommes dans quatre
fustes sur la côte de Ténasserim, et dont le secours était nécessaire
aux Portugais de Malacca, qui se croyaient menacés par le roi d'Achem;
la troisième de donner avis de cette crainte aux navires de Bengale pour
leur faire hâter leur départ et leur navigation. Je m'engageai
volontiers à l'exécution de ces trois ordres, et je partis un mercredi 9
de janvier. Le vent nous favorisa jusqu'à Poulo-Pracelar, où le pilote
fut quelque temps arrêté par la difficulté de passer les bancs qui
traversent tout ce canal jusqu'à l'île de Sumatra. Nous n'en sortîmes
qu'avec beaucoup de peine pour nous avancer vers les îles de Sambillon,
où je me mis dans une barque fort bien équipée, qui me servit pendant
douze jours à visiter toute la côte des Malais, dans l'espace de cent
trente lieues jusqu'à Jonsala. J'entrai dans les rivières de Barruhas,
de Salangar, de Panagim, de Queda, de Parlès, de Pandan, sans y
apprendre aucune nouvelle des ennemis de notre nation. Mahmoud, que je
rejoignis après cette course, nous fit continuer la même route pendant
neuf jours, et le vingt-troisième de notre voyage, il se trouva forcé de
mouiller dans la petite île de Pisanduray, pour s'y faire un câble. Nous
y descendîmes dans la seule vue de hâter cet ouvrage. Son fils m'ayant
proposé d'essayer si nous pourrions tuer quelques cerfs, dont le nombre
est fort grand dans cette île, je pris une arquebuse, et je m'enfonçai
dans un bois avec lui. Nous n'eûmes pas fait cent pas que nous
découvrîmes plusieurs sangliers qui fouillaient la terre; et nous en
étant approchés à la faveur des branches, nous en abattîmes deux. La
joie de cette rencontre nous fit courir vers eux sans précaution. Mais
notre horreur fut égale à notre surprise lorsque, dans le lieu même où
ils avaient fouillé, nous aperçûmes douze corps humains qui avaient été
déterrés, et quelques autres à demi mangés.

L'excès de la puanteur nous força de nous retirer, et le jeune Maure
jugea seulement que nous devions avertir son père, dans la crainte qu'il
n'y eût autour de l'île quelque corsaire qui pouvait fondre sur nous et
nous égorger sans résistance, comme il était arrivé mille fois à des
marchands par la négligence des capitaines. Le vieux nécoda était homme
prudent: il envoya faire aussitôt la ronde dans toutes les parties de
l'île. Il fit embarquer les femmes et les enfans, avec le linge à
demi-lavé, pendant qu'avec une escorte de quarante hommes armés
d'arquebuses et de lances, il alla droit où nous avions trouvé les
corps. La puanteur ne lui permit pas d'en approcher; mais un sentiment
de compassion lui fit ordonner à ses gens d'ouvrir une grande fosse pour
leur donner la sépulture. En leur rendant ce dernier devoir, on aperçut
aux uns des poignards garnis d'or, aux autres des bracelets de même
métal. Mahmoud, pénétrant aussitôt la vérité, me conseilla de dépêcher
sur-le-champ ma barque au gouverneur de Malacca pour lui apprendre que
ces morts étaient des Achémois qui avaient été défaits vraisemblablement
près de Ténasserim, dans la guerre qu'ils avaient faite au roi de Siam.
Il m'expliqua les raisons qu'il attachait à cette idée. Ceux, me dit-il,
auxquels vous apercevez des bracelets d'or sont infailliblement des
officiers d'Achem, dont l'usage est de se faire ensevelir avec tous les
ornemens qu'ils avaient dans le combat; et, pour ne m'en laisser aucun
doute, il fit déterrer jusqu'à trente-sept cadavres auxquels on trouva
seize bracelets d'or, douze poignards fort riches et plusieurs bagues.
Nous conclûmes qu'après leur défaite les Achémois étaient venus enterrer
leurs capitaines dans l'île de Pizanduray. Ainsi le hasard nous fit
trouver un butin de plus de mille ducats, dont Mahmoud se saisit, sans y
comprendre ce que ses gens eurent l'adresse de détourner. À la vérité,
il le paya fort cher par les maladies que l'infection répandit dans son
équipage, et qui lui enlevèrent quelques-uns de ses plus braves soldats.
Pour moi, je me hâtai de faire partir ma barque pour informer don Pedro
Faria de la route que j'avais suivie, et des conjectures du nécoda.

»Avec ce nouveau motif de confiance, nous remîmes plus librement à la
voile vers Ténasserim, où j'avais ordre de chercher plus
particulièrement Lancerot Guerreyra. Nous passâmes à la vue d'une petite
île nommée Poulo-hintor, d'où nous vîmes venir une barque qui portait
six hommes pauvrement vêtus. Ils nous saluèrent avec des témoignages
d'amitié auxquels nous répondîmes par les mêmes signes; ensuite ils
demandèrent s'il y avait quelques Portugais parmi nous. Le nécoda leur
ayant répondu qu'il y en avait plusieurs à bord, ils parurent se défier
d'un mahométan, et leur chef le pria de leur en faire voir un ou deux
sur le tillac. Je ne fis pas difficulté de me montrer. Ils n'eurent pas
plus tôt reconnu l'habit de ma nation, qu'étant passés dans la jonque
avec de vives marques de joie, ils me présentèrent une lettre que le
chef me pria de lire avant toute autre explication. Elle était signée de
plus de cinquante Portugais, entre lesquels étaient les noms de
Guerreyra et des trois capitaines de son escadre. Ils assuraient tous
les Portugais qui liraient cet écrit: «Que l'honorable prince qui
l'avait obtenu d'eux était roi de l'île et nouvellement converti à la
foi chrétienne; qu'il avait rendu de bons offices à tous les Portugais
qui avaient relâché sur ces côtes, en les avertissant de la perfidie des
Achémois, et qu'il avait servi depuis peu à leur faire remporter sur ces
infidèles une victoire considérable dans laquelle ils leur avaient pris
une galère, quatre galiotes et cinq fustes, après leur avoir tué plus de
mille hommes. Ils priaient tous les capitaines, par les plaies de Notre
Seigneur Jésus-Christ et par les mérites de sa sainte passion,
d'empêcher qu'on ne lui fît aucun tort, et de lui donner au contraire
toute l'assistance qu'il méritait par ses services et par sa foi.»

»Je fis au roi[3] d'Hintor quelques offres de ma personne; car mon
pouvoir était fort borné pour d'autres secours. Cependant, après m'avoir
appris qu'un de ses sujets mahométans l'avait chassé du trône et réduit
à la misère dont j'étais témoin, il me jura que sa disgrâce n'était
venue que de son attachement pour le christianisme et de son affection
pour les Portugais. Quelques braves chrétiens, ajouta-t-il, auraient
suffi pour le rétablir dans ses petits états, surtout depuis que le
tyran se croyait si bien affermi dans son usurpation, qu'il n'avait pas
plus de trente hommes pour sa garde. Ce récit n'ayant pu lui procurer de
moi que des voeux impuissans, il réduisit les siens à me prier de le
prendre avec moi, dans la seule vue de mettre du moins son salut à
couvert; et pour récompense, il m'offrit de me servir le reste de ses
jours en qualité d'esclave.

[Note 3: On sent ici plus que jamais le ridicule abus de ce nom de
_roi_ donné au chef de quelques misérables pêcheurs d'une petite île des
Malais, qui se trouvait trop heureux de se faire l'esclave d'un
malheureux corsaire européen, dépouillé lui-même et manquant de tout.]

»Mon coeur ne résista point à ce discours. Je lui recommandai de ne pas
faire connaître sa religion devant le nécoda, qui était mahométan comme
son ennemi; et m'étant informé de toutes les circonstances qui pouvaient
faciliter un dessein que le ciel m'inspira, je représentai si vivement à
Mahmoud combien il lui serait glorieux de rétablir un prince infortuné,
et quel mérite il se ferait aux yeux du gouverneur en servant un ami des
Portugais, qu'il ne m'opposa que les difficultés d'une si grande
entreprise. J'étais armé contre cette objection. D'ailleurs son fils,
qui avait été nourri parmi les Portugais de Malacca, s'offrit à vérifier
par ses yeux les forces de l'usurpateur. Nous disposâmes Mahmoud à faire
une descente avec toutes les siennes, qui consistaient en quatre-vingts
hommes bien armés.

»Nous descendîmes au rivage à deux heures après minuit. Le fils du
nécoda, conduit par le prince détrôné, n'eut pas de peine à se saisir de
quelques insulaires qui confirmèrent le récit de leur ancien maître, et
qui parurent prêts à nous seconder. Nous recueillîmes de leurs discours
que l'île n'était habitée que par des pêcheurs, et nous apprîmes que la
garde actuelle de leur nouveau maître n'était que de cinquante hommes,
mais faibles et si mal pourvus d'armes, que la plupart n'avaient que des
bâtons pour leur défense. Un éclaircissement si favorable nous fit
négliger les précautions. À la pointe du jour, le fils du nécoda forma
l'avant-garde avec quarante hommes, vingt desquels étaient armés
d'arquebuses, et les autres de lances et de flèches. Le père suivait
avec trente soldats, et portait une enseigne que Pedro de Faria lui
avait donnée à son départ, sur laquelle était peinte une croix qui
devait servir à le faire reconnaître des vaisseaux de notre nation pour
vassal de la couronne portugaise. Nous arrivâmes dans cet ordre au pied
d'une mauvaise enceinte de bamboux qui couvrait quelques cabanes,
auxquelles on donnait le nom de _palais_ ou de _château._ Les ennemis se
présentèrent avec de grands cris qui semblaient nous annoncer une forte
résistance; mais la vue d'un fauconneau dont nous nous étions pourvus,
et le bruit de quelques coups d'arquebuse leur firent prendre aussitôt
la fuite. Nous les poursuivîmes jusqu'au sommet d'une colline, où nous
jugeâmes qu'ils ne s'étaient arrêtés que pour combattre avec plus
d'avantage. Leur intention, au contraire, était de composer pour leur
vie; mais, apprenant qu'ils étaient les principaux partisans de
l'usurpateur, nous les tuâmes à coups d'arquebuses et de lances, sans en
excepter plus de trois, qui se firent connaître pour chrétiens. De là
nous descendîmes dans un village composé de cabanes fort basses et
couvertes de chaume, où nous trouvâmes soixante-quatre femmes avec leurs
enfans, qui se mirent à crier: «Chrétiens! chrétiens! Jésus! Jésus!
sainte Marie!» Ces témoignages de christianisme me firent prier le
nécoda de les épargner. Cependant il me fut impossible de sauver leurs
cabanes du pillage. Il ne s'y trouva pas la valeur de plus de cinq
ducats; car l'île était si pauvre, que les plus riches de l'un ou de
l'autre sexe n'avaient pas de quoi couvrir leur nudité. Ils ne se
nourrissaient que de poissons qu'ils prenaient à la ligne. Cependant ils
étaient si vains, que chacun se nommait roi de la pièce de terre qui
environnait sa cabane; et nous comprîmes que tout l'avantage de celui
que nous rétablissions sur le trône était d'avoir quelques champs un peu
plus étendus. Nous le remîmes en possession de sa femme et de ses
enfans, que son ennemi avait réduits à l'esclavage.

»Cette expédition n'ayant coûté qu'un peu de poudre au nécoda, nous
rentrâmes dans notre jonque pour faire voile vers Ténasserim, où je me
promettais de rencontrer Guerreyra et son escadre. Il y avait déjà cinq
jours que nous tenions cette route, lorsque nous découvrîmes un petit
bâtiment que nous prîmes d'abord pour une barque de pêcheurs. Il ne
s'éloignait pas, et nous profitâmes de l'avantage du vent pour le
joindre. Notre dessein était de prendre langue sur les événemens, et de
nous assurer de la distance des ports. Mais nous étant approchés à la
portée de la voix, et ne voyant personne qui se présentât pour nous
répondre, nous y envoyâmes une chaloupe avec ordre d'employer la force.
Elle n'eut pas de peine à remorquer une très-petite barque qui
paraissait abandonnée aux flots. Nous y trouvâmes cinq Portugais; deux
morts et trois vivans, avec un coffre et trois sacs remplis de tangues
et de larins, qui sont des monnaies d'argent du pays, un paquet de
tasses et d'aiguières d'argent, et deux grands bassins de même métal.
Après avoir pris un état de toutes ces richesses, et les avoir déposées
entre les mains du nécoda, je fis passer les trois Portugais dans la
jonque; mais, quoiqu'ils eussent la force de monter à bord et de
recevoir mes bons traitemens, je les gardai deux jours entiers sans en
pouvoir tirer un seul mot. Enfin, la bonté des alimens les ayant fait
sortir de cette espèce de stupidité, ils se trouvèrent en état de
m'expliquer la cause de cet accident. L'un était Christophe Doria, qui
fut nommé dans la suite au gouvernement de San-Thomé; un autre se
nommait Louis Taborda, et le troisième Simon de Brito, tous gens
d'honneur; et connus par le succès de leur commerce, qui étaient partis
de Goa dans le vaisseau de Georges Manhez pour se rendre au port de
Chatigam. Ils s'étaient perdus au banc de Rakan par la négligence de la
garde. De quatre-vingt-trois personnes qui étaient à bord, dix-sept
s'étaient jetées dans une petite barque. Ils avaient continué leur
route le long de la côte, avec l'espérance de s'avancer jusqu'à la
rivière de Cosmin, au royaume de Pégou, et d'y rencontrer le vaisseau de
la gomme laque du roi, ou quelque marchand qui retournerait aux Indes.
Mais ils avaient été surpris par un vent d'ouest, qui dans l'espace
d'une nuit leur avait fait perdre la terre de vue. Ainsi, se trouvant en
pleine mer sans voiles, sans rames, et sans aucune connaissance des
vents, ils avaient passé seize jours dans cette situation, avec le
secours de quelques vivres qu'ils avaient sauvés. L'eau leur avait
manqué. Cette privation, d'autant plus dangereuse qu'il leur restait
encore de quoi satisfaire leur faim, en avait fait périr douze, que les
autres avaient jetés successivement dans les flots. Enfin les trois qui
étaient demeurés vivans n'avaient pas eu la force de rendre le même
service aux derniers morts.

»Nous continuâmes heureusement notre navigation jusqu'à Ténasserim, d'où
nous prîmes par Touay, Merguim, Juncay, Pullo, Camude et Vagarru, sans y
rencontrer les cent Portugais que j'avais ordre de chercher. Cependant
j'appris avec joie, dans cette dernière place, qu'ils avaient battu
quinze fustes d'Achem; et je crus les conjectures de Mahmoud bien
confirmées. Le bruit s'était répandu que la ville de Martaban était
assiégée par le roi de Brama avec une armée de sept cent mille hommes,
et que Guerreyra s'était engagé au service de Chambaïna, avec ses
quatre fustes et tous les Portugais qu'il avait pu rassembler. Quoique
cette nouvelle me parût encore incertaine, je ne balançai point à faire
tourner mes voiles vers Martaban, dans l'espérance du moins de recevoir
des informations plus sûres aux environs de cette ville. Neuf jours nous
firent arriver à la barre: il était deux heures de nuit. Après avoir
jeté l'ancre dans une profonde tranquillité, nous entendîmes plusieurs
coups d'artillerie qui commencèrent à nous causer de l'inquiétude.
Mahmoud fit assembler le conseil. On conclut qu'il y avait peu de danger
à s'avancer prudemment dans la rivière. Nous doublâmes à la pointe du
jour le cap de Mounay, d'où nous découvrîmes la ville de Martaban.

»Elle nous parut environnée d'un grand nombre de gens de guerre, et les
rives étaient bordées d'une multitude infinie de bâtimens à rames. Nous
ne voguâmes pas moins jusqu'au port, où nous entrâmes avec beaucoup de
précaution. Le nécoda donna les signes ordinaires de paix et de
commerce. Nous vîmes bientôt venir à nous un vaisseau fort bien équipé,
qui portait six Portugais, dont la vue nous causa beaucoup de joie. Ils
nous apprirent que l'armée du roi de Brama était réellement composée de
sept cent mille hommes qu'il avait amenés dans une flotte de mille sept
cents navires à rames, entre lesquels on comptait cent galères; que les
Portugais, ayant promis leurs services au roi de Martaban, avaient
abandonné ses intérêts par des raisons qui n'étaient connues de leur
chef, et qu'ils avaient pris parti pour le roi de Brama; qu'ils étaient
au nombre de sept cents sous les ordres de Jean Cayero; qu'entre les
principaux officiers je trouverais Lancerot Guerreyra et ses trois
capitaines, et qu'étant chargé des ordres de don Pedro Faria, je ne
devais attendre d'eux que des civilités et des caresses; qu'à l'égard
des Achémois, dont le gouverneur de Malacca se croyait menacé, sa
crainte n'étant fondée que sur le départ de cent trente vaisseaux qui
étaient venus d'Achem sous la conduite de Bijaya Sora, roi de Pedir, ils
m'assuraient que cette redoutable flotte avait été défaite par l'armée
de Sornau, avec perte de soixante-dix bâtimens et de six mille hommes,
sans compter la ruine de quinze fustes qui étaient tombées entre les
mains de Guerreyra; que dix ans ne suffiraient pas aux Achémois pour
réparer leur disgrâce; enfin que Malacca était sans danger, et que les
troupes portugaises étaient inutiles au gouverneur.

»Je me rendis à terre pour recevoir les mêmes explications de Cayero. Il
était retranché à quelque distance de la ville, sans aucune
communication avec les assiégés, mais sans traité avec leurs ennemis,
c'est-à-dire moins en apparence pour prendre part aux événemens que pour
les observer. Je lui présentai l'ordre du gouverneur. Il me tint le
même langage. Je le priai de m'en donner une déclaration par écrit. Les
circonstances n'offrant rien qui dût m'arrêter, j'attendis le départ du
nécoda, qui profitait habilement de l'occasion pour exercer un commerce
avantageux dans les deux camps. Son délai, qui dura quarante-six jours,
me rendit témoin d'une horrible catastrophe.

»Il y avait déjà plusieurs mois que le siége de Martaban était poussé
avec beaucoup de vigueur. Les assiégés s'étaient défendus
courageusement; mais, n'ayant reçu aucun secours, ils se trouvaient si
affaiblis par le fer, par la faim et par les maladies, que, de cent
trente mille soldats qu'on avait comptés dans la ville, et qui faisaient
les principales forces du royaume, il n'en restait que cinq mille. Le
roi, ne prenant plus conseil que de son désespoir, fit faire
successivement trois propositions à l'ennemi. Il lui offrit d'abord,
pour l'engager à lever le siége, trente mille bisses d'argent, qui
valaient un million d'or, et soixante mille ducats de tribut annuel.
Cette tentative ayant été rejetée, il proposa de sortir de la ville, à
la seule condition de se retirer librement dans deux vaisseaux avec sa
femme et ses enfans. Le roi de Brama, qui en voulait non-seulement à ses
trésors, mais à sa personne, ne parut pas plus sensible à cette offre.
Enfin le malheureux Chambaïna proposa, pour sa liberté et celle de sa
famille, de lui abandonner sa couronne et le trésor du roi son
prédécesseur, qu'on faisait monter à trois millions d'or. Cette promesse
n'ayant pas été mieux reçue, il perdit toute espérance de composition
avec un ennemi si cruel. Les Portugais devinrent son unique ressource,
du moins pour se garantir du danger qui le menaçait personnellement. Il
leur dépêcha un homme de leur nation, nommé Paul de Seixas, qui était
attaché depuis long-temps à sa cour, avec une lettre pour Cayero, dans
laquelle il offrait de soumettre ses états au roi de Portugal, et de lui
livrer la moitié de ses trésors. Mais l'envie des principaux Portugais
du conseil, qui s'imaginèrent que Cayero profiterait seul des richesses
de ce prince, sinon en les faisant passer dans ses coffres, du moins en
les portant seul au roi de Portugal, qui ferait tomber sur lui toutes
ses récompenses, et qui lui prodiguerait les comtés et les marquisats,
ou qui croirait ne pouvoir s'acquitter parfaitement, s'il ne le nommait
vice-roi des Indes, fit manquer une si belle occasion d'enrichir
Lisbonne des dépouilles de Martaban. Ces perfides conseillers
représentèrent combien il était dangereux d'offenser le roi de Brama,
qui pourrait employer tout d'un coup sept cent mille hommes à sa
vengeance contre une poignée de Portugais. Ils déclarèrent même à
Cayero, que, s'il n'abandonnait la pensée d'assister le roi de Martaban,
ils se croiraient obligés, pour leur propre sûreté, d'en avertir le
vainqueur, et de sauver par cette voie les meilleures troupes que le
roi de Portugal eût aux Indes.

»Cayero, forcé de renvoyer Seixas avec un refus, écrivit une lettre
civile à Chambaïna pour se justifier par de faibles excuses. Nous
apprîmes que ce malheureux prince, dans la douleur de perdre une
ressource qu'il avait réservée pour la dernière, était tombé sans
connaissance après avoir lu cette réponse, et qu'en revenant à lui, il
s'était frappé plusieurs fois le visage, avec les regrets les plus
touchans de sa misérable fortune et des plaintes amères de l'ingratitude
des Portugais. Il eut la générosité de congédier Seixas, en l'exhortant
à chercher un protecteur plus heureux, et ce ne fut pas sans lui avoir
fait de riches présens. Il lui laissa aussi la liberté d'emmener une
jeune et belle fille de sa cour, dont il avait eu deux enfans, et qu'il
épousa depuis à Coromandel. Seixas revint au camp cinq jours après, et
nous attendrit beaucoup par ce récit.

»Chambaïna connut qu'il ne lui restait plus d'espérance. Il rassembla
tous ses officiers; et dans ce conseil général, on prit la résolution de
donner la mort à tous les êtres vivans qui n'étaient pas capables de
combattre, et de faire un sacrifice de ce sang à Quaï-Nivandel, dieu des
batailles. On devait jeter ensuite dans la mer tous les trésors du roi,
et mettre le feu à la ville. Après ces trois exécutions, ceux qui se
trouvaient en état de porter les armes étaient déterminés à fondre sur
les ennemis pour chercher la mort, ou pour s'ouvrir un passage. Mais un
des trois généraux de l'état, préférant l'opprobre à cette glorieuse
fin, se jeta la nuit suivante avec quatre mille hommes dans le camp des
Bramas. Le reste des troupes, qui ne montait pas à deux mille, parut si
découragé par cette désertion, que, dans la crainte de voir ouvrir les
portes de la ville ou d'être livré à l'ennemi, Chambaïna prit enfin le
parti de se rendre volontairement.

»Le lendemain à six heures du matin, nous vîmes paraître sur les murs un
étendard blanc, qui fut regardé comme le signe de la soumission. Un
homme à cheval s'approcha des portes. On lui demanda les sauf-conduits
ordinaires. Ils furent envoyés sur-le-champ par deux officiers bramas
qui demeurèrent en otages dans la ville. Alors Chambaïna fit porter à
son ennemi, par un prêtre âgé de quatre-vingts ans, une lettre écrite de
sa propre main. Elle contenait l'offre de s'abandonner à sa clémence
avec sa femme, ses enfans, son royaume et tous ses trésors, sans autre
condition que la liberté de passer le reste de sa vie dans un cloître.
Le roi de Brama répondit aussitôt par une autre lettre qu'il oubliait
les offenses passées, et que son dessein était d'accorder au roi de
Martaban un état et des revenus dont il serait satisfait. Cette promesse
n'était qu'une trahison. Cependant elle fut publiée dans le camp avec
beaucoup de réjouissances.

»Dès le lendemain on vit briller tous les préparatifs du triomphe. Le
roi fit dresser dans son quartier quatre-vingt-six tentes d'une richesse
admirable, dont chacune fut environnée de trente éléphans. Toute l'armée
fut rangée dans un fort bel ordre; et les étrangers ayant été avertis de
prendre les postes qui leur seraient assignés, Cayero ne put se
dispenser d'en accepter un avec tous ses Portugais. Il se trouva placé à
l'avant-garde, qui n'était pas éloignée de la porte par laquelle
Chambaïna devait sortir. On comptait plus de quarante nations qui
étaient rangées successivement depuis ce lieu jusqu'au quartier du roi,
derrière lequel tous les Bramas s'étaient rangés pour sa garde.

»Un coup de canon qu'on tira vers midi fut le signal auquel nous vîmes
ouvrir les portes de la ville. Trois cents éléphans armés commencèrent
la marche: ils étaient suivis d'une partie des détachements bramas qui
avaient été envoyés la veille pour prendre possession des principaux
postes; ensuite venaient tous les seigneurs qui s'étaient trouvés dans
la ville, et qui partageaient l'infortune de leur maître. Huit ou dix
pas après eux, on voyait le raulin de Mounaï, ce prêtre qui avait
apporté au camp la soumission de Chambaïna. Il était chef de tous les
autres prêtres, et pontife suprême de la nation. Immédiatement après
lui, on portait dans une litière Nhaï-Canatou, fille du roi de Pégou,
que les Bramas avaient dépouillé aussi de ses états, et femme de
Chambaïna. Elle avait près d'elle quatre petits enfans, deux garçons et
deux filles, dont le plus âgé n'avait pas plus de sept ans. Sa litière
était environnée de trente ou quarante femmes, le visage penché vers la
terre, et les larmes aux yeux. On voyait ensuite certains moines du pays
qui vont pieds nus et la tête découverte. Ils tenaient en main une sorte
de chapelet, et, marchant en fort bon ordre, ils récitaient dévotement
leurs prières. Quelques-uns aussi s'employaient à consoler les femmes,
et leur jetaient de l'eau sur le visage lorsqu'elles manquaient de
force. Ce spectacle, qui se renouvelait souvent, aurait attendri des
coeurs plus durs que le mien. Une garde de gens de pied venait après les
femmes et les moines. Cinq cents Bramas suivaient à cheval pour servir
de gardes à Chambaïna, qui marchait au milieu d'eux sur un petit
éléphant.

»Il avait demandé le plus petit, comme un symbole de son mépris pour le
monde, et de la pauvreté dans laquelle il se proposait de passer le
reste de sa vie. Il était vêtu d'une assez longue robe de velours noir,
pour marquer son deuil; sa barbe, ses cheveux et ses sourcils étaient
rasés, et, dans le vif sentiment de son infortune, il s'était fait
mettre une corde au cou, pour se présenter au vainqueur avec cette
marque d'humiliation; il portait sur son visage l'impression d'une si
profonde tristesse, qu'il était impossible de le voir sans verser des
larmes. Son âge était d'environ soixante-deux ans; il avait la taille
haute, l'air grave et sévère, et le regard d'un prince généreux.

»Aussitôt qu'il fut entré dans une grande place, qui était devant la
porte de la ville, il s'éleva un si grand cri des femmes, des enfans et
des vieillards qui s'étaient rassemblés dans ce lieu pour le voir
passer, qu'on les aurait crus tous dans les plus douloureux tourmens, ou
près de recevoir le coup de la mort. Ce bruit funeste recommença six ou
sept fois. La plupart de ces misérables se déchiraient le visage, ou se
frappaient à coups de pierres, avec si peu de pitié pour eux-mêmes,
qu'ils en étaient tout sanglans: les Bramas mêmes ne pouvaient retenir
leurs pleurs. Ce fut dans cette place que la reine s'évanouit deux fois.
Chambaïna descendit de son éléphant pour l'encourager, et, la voyant
sans aucune marque de vie, quoiqu'elle ne cessât point de tenir ses
enfans embrassés, il se mit à genoux près d'elle. Là, tournant ses
regards vers le ciel, il passa quelques momens en prières; ensuite, soit
que les forces lui manquassent à lui-même, ou qu'il fût emporté par la
violence de sa douleur, il se laissa tomber sur le visage près de la
reine sa femme. À ce spectacle, l'assemblée, qui était innombrable,
recommença tout d'un coup à pousser un si horrible cri, que toutes mes
expressions ne sont pas capables de le représenter. Chambaïna, s'étant
relevé, jeta lui-même de l'eau sur le visage de sa femme, et lui rendit
d'autres soins qui lui rappelèrent les sens. L'ayant prise alors entre
ses bras, il employa pour la consoler des termes si tendres et si
religieux, qu'on les aurait admirés dans la bouche d'un chrétien.

»On lui accorda près d'une demi-heure pour ce triste office. Il remonta
sur son éléphant, et la marche continua dans le même ordre. Lorsque,
étant sorti de la ville, il fut arrivé à l'espèce de rue qui était
formée par deux files de soldats étrangers, ses yeux tombèrent sur les
Portugais, qu'il reconnut à leurs colletins de buffle, à leurs toques
garnies de plumes, et surtout à leurs arquebuses sur l'épaule. Il
découvrit au milieu d'eux Cayero, vêtu de satin incarnat, et tenant en
main une pique dorée, avec laquelle il faisait ouvrir le passage. Cette
vue le toucha si sensiblement, qu'il refusa d'aller plus loin, et que le
capitaine de la garde fut obligé de faire quitter leur poste aux
Portugais[4].

[Note 4: Ce détail mérite d'être rapporté dans les propres termes de
l'auteur. «Comme il reconnut Cayero, incontinent il se laissa cheoir sur
le col de l'éléphant; et s'arrêtant sans vouloir passer outre, il dit
les larmes aux yeux à ceux dont il était environné: Mes frères et bons
amis, je vous proteste que ce m'est une moindre douleur de faire de
moi-même ce sacrifice, que la justice du ciel permet que je fasse
aujourd'hui, que de voir des hommes si ingrats et si méchans que
ceux-ci. Qu'on me tue donc, ou qu'ils se retirent de là, ou bien je
n'irai pas plus avant. Cela dit, il se tourna trois fois pour ne nous
point voir, par le ressentiment qu'il avait contre nous. Aussi, le tout
considéré, ce ne fut peut-être pas sans raison qu'il nous traita de
cette sorte. Durant ce temps-là, le capitaine de la garde voyant le
retardement qu'il faisait, et la cause pour laquelle il ne voulait
passer outre, sans que néanmoins il pût s'imaginer pourquoi il se
plaignait ainsi des Portugais, tournant fort à la hâte son éléphant vers
Cayero, et le regardant d'un oeil de travers: Passe promptement, lui
dit-il, car de si méchans hommes que vous êtes ne méritent pas de
marcher sur la terre qui porte du fruit; et je prie Dieu qu'il pardonne
à celui qui a mis dans l'esprit du roi que vous lui pouviez être utiles
à quelque chose. C'est pourquoi rasez vos barbes pour ne pas tromper le
monde comme vous faites, et nous aurons des femmes à votre place qui
nous serviront pour notre argent. Là-dessus les Bramas de la garde
commençant déjà à s'irriter contre nous, nous jetèrent hors de là avec
assez d'affront et de blâme. Aussi, pour ne point mentir, jamais rien ne
me fut si sensible que cela pour l'honneur de mes compatriotes.»]

«On ne cessa plus de marcher jusqu'à la tente du vainqueur, qui
attendait son captif avec une pompe royale. Chambaïna, paraissant devant
lui, se prosterna d'abord à ses pieds. On s'attendait à lui voir
prononcer quelque discours convenable à son sort, mais la douleur et la
confusion lui lièrent apparemment la langue; il laissa cet office au
raulin de Mounaï, qui, ne se contentant pas d'exhorter le vainqueur à la
clémence, lui représenta la vicissitude des fortunes humaines, et le
rappela même à l'heure de la mort, où la justice du ciel s'exerce sur
tous les hommes. Le roi de Brama parut touché de son discours: il ne
balança point à faire espérer des grâces et des bienfaits; cependant son
coeur avait peu de part à cette promesse. Chambaïna fut mis sous une
garde sûre, et la reine sa femme ne fut pas gardée moins étroitement.

«Entre les motifs qui avaient attiré tant d'étrangers dans l'armée des
Bramas, on faisait beaucoup valoir l'espérance du pillage, que le roi
leur avait promis sans exception. Cependant, sous prétexte de se faire
amener tranquillement Chambaïna, mais en effet pour se donner le temps
d'enlever ses trésors, il avait mis de fortes gardes à toutes les portes
de la ville, avec défense, sous peine de la vie, d'en accorder l'entrée
sans sa participation. Après le jour du triomphe, il trouva des
prétextes pour en laisser passer deux autres, pendant lesquels il mit à
couvert les principales richesses de Martaban, et quatre mille hommes y
furent employés. Ensuite s'étant rendu de grand matin sur une colline
qui se nomme Beidao, à deux portées de fauconneau de la ville, il fit
lever la défense aux portes. Alors un coup de canon, qui fut le dernier
signal, livra la malheureuse ville de Martaban à l'emportement d'un
nombre infini de soldats, qui n'épargnèrent pas plus la vie que les
richesses des habitans. Le pillage dura trois jours et demi, après
lesquels on y mit le feu, qui la consuma jusqu'aux fondemens. On
m'assura que le nombre des morts montait à soixante mille hommes, et
celui des prisonniers à quatre-vingt mille.

«Quelques jours après on vit paraître sur la même colline une multitude
de gibets, dont vingt étaient de la même hauteur, et les autres un peu
moins élevés. Ils étaient dressés sur des piles de pierre entourées de
grilles, au-dessus desquelles on avait placé des girouettes dorées. Cent
Bramas y faisaient la garde à cheval. Plusieurs tranchées qui formaient
d'autres enceintes étaient bordées d'enseignes tachées de gouttes de
sang. Ce nouveau spectacle paraissant annoncer quelque événement qui
n'était pas connu de l'armée, j'eus la curiosité d'y courir avec cinq
autres Portugais. Nous entendîmes d'abord un bruit extraordinaire qui
venait du camp des Bramas. Tandis que nous en cherchions la cause, nous
vîmes sortir du quartier du roi cent éléphans armés et quantité de gens
de pied qui furent suivis de quinze cents Bramas à cheval. À cette
cavalerie succéda un gros de trois mille hommes d'infanterie, armés
d'arquebuses et de lances, au milieu desquelles nous découvrîmes cent
quarante femmes liées quatre à quatre, avec un grand nombre de moines du
pays qui les consolaient par leurs exhortations. Toutes ces infortunées
étaient femmes ou filles des principaux capitaines de Chambaïna, et la
plupart n'étaient âgées que de dix-sept à vingt-cinq ans. Nous admirâmes
leur blancheur et leur beauté; mais elles étaient si faibles, que
plusieurs tombaient évanouies presqu'à chaque pas. Derrière elles nous
vîmes paraître douze huissiers avec leurs masses d'argent, qui
précédaient Nhaï-Canatou, reine de Martaban. Quatre hommes portaient ses
enfans autour d'elle. Après cette princesse, marchaient deux files de
soixante moines, priant dans leurs livres, la tête baissée et les yeux
baignés de larmes. Ils étaient suivis d'une procession de trois au
quatre cents enfans, nus jusqu'à la ceinture, portant des cierges à la
main et des cordes au cou, qui faisaient retentir l'air de leurs cris et
de leurs gémissemens. On nous dit qu'ils n'étaient pas destinés au
supplice, et qu'ils n'accompagnaient la reine et ses dames que pour
invoquer le ciel en leur faveur. Cette marche était fermée par une autre
garde d'infanterie, et par cent éléphans armés comme les premiers.

»Lorsque ces misérables victimes furent entrées dans l'enceinte des
échafauds, six huissiers à cheval publièrent leur sentence. Elle
portait, «qu'étant filles ou femmes de pères et de maris qui avaient tué
un grand nombre de Bramas, et qui avaient donné naissance à cette
guerre, le roi les avait jugées dignes de mort.» Alors tous les
exécuteurs de la justice s'étant mêlés avec les gardes, on n'entendit
plus qu'un effroyable bruit. Entre les cent quarante femmes, celles qui
avaient la force de se soutenir embrassaient leurs compagnes et jetaient
la vue sur Nhaï-Canatou, qui était assise à terre, appuyée sur les
genoux d'une vieille femme, et déjà presque morte; plusieurs lui firent
leurs derniers complimens: mais elles furent bientôt saisies par les
bourreaux, et pendues sept à sept par les pieds, c'est-à-dire la tête en
bas. Cet étrange supplice nous fit entendre pendant quelque temps leurs
cris et leurs sanglots, qui furent étouffés à la fin par la chute du
sang.

»Alors Nhaï-Canatou fut avertie de s'avancer vers l'instrument de sa
mort. Le raulin de Mounaï, qui avait ordre de l'assister
particulièrement, lui adressa quelques discours, qu'elle parut écouter
avec constance. Elle demanda un peu d'eau, qu'on lui apporta; et s'en
étant rempli la bouche, elle en arrosa ses enfans, qu'elle tenait entre
ses bras. Ensuite jetant les yeux sur le bourreau qui se saisissait
d'eux, elle lui demanda au nom du ciel de lui épargner le spectacle de
leur supplice en la faisant mourir la première. Il parut que cette
faveur lui fut accordée, car on lui rendit ses enfans, qu'elle embrassa
plusieurs fois pour leur dire le dernier adieu; mais tout d'un coup,
penchant la tête sur les genoux de la femme qui lui servait d'appui,
elle y expira, sans aucune autre apparence de mouvement. Les bourreaux,
qui s'en aperçurent aussitôt, se hâtèrent de l'attacher au gibet qui lui
était destiné. Ils y pendirent en même temps ses quatre enfans, deux à
chaque côté, et leur mère au milieu.

»La nuit suivante, Chambaïna fut jeté dans la mer, une pierre au cou,
avec environ soixante des principaux seigneurs du royaume de Martaban,
qui étaient pères, ou maris, ou frères des cent quarante femmes dont
nous avions vu l'exécution.

»Après cette cruelle vengeance, le roi de Brama ne passa pas plus de
neuf jours à la vue des murs qu'il avait détruits; et prenant le chemin
de Pégou avec son armée, il laissa dans le royaume de Martaban un corps
de troupes sous la conduite de Bainha-Chaqué, un de ses principaux
officiers. Cayero le suivit avec les sept cents Portugais; mais il en
resta trois ou quatre, entre lesquels était un gentilhomme nommé
Gonzalo-Falcan, qui, ayant quitté Chambaïna pour s'attacher au
vainqueur, avait obtenu la confiance des Bramas par divers services. Don
Pédro de Faria m'avait chargé d'une lettre pour lui; et le trouvant
encore à Martaban lorsque j'y étais arrivé, je n'avais pas fait
difficulté de l'informer de ma commission. Il était passé dans le parti
du roi de Brama, et les suites du siége avaient suspendu sa perfidie;
mais, après le départ de l'armée, le désir apparemment de s'enrichir
tout d'un coup par la dépouille de mon nécoda, ou l'espérance de
s'établir mieux que jamais dans la faveur des Bramas, lui fit oublier
que j'étais Portugais comme lui, et chargé des intérêts communs de notre
nation; il apprit au nouveau gouverneur de Martaban que j'étais venu de
Malacca pour traiter avec Chambaïna, et pour lui offrir du secours.
Bainha-Chaqué, de concert peut-être avec lui, me fit arrêter aussitôt;
et s'étant rendu lui-même à la jonque qui m'avait amené, il se saisit de
toutes les marchandises. Mahmoud et cent soixante-quatre hommes du bord,
entre lesquels on comptait quarante marchands fort riches, mahométans ou
gentous, mais tous nés à Malacca, furent jetés dans une profonde
prison. Dès le lendemain, ils furent condamnés à la confiscation de
leurs biens, et à demeurer prisonniers du roi, pour avoir été complices
d'un projet de trahison contre les Bramas. De cent soixante-quatre, la
faim, la soif et la puanteur d'un horrible cachot en firent périr cent
dix-neuf dans l'espace d'un mois; les quarante-cinq qui résistèrent à
leurs souffrances furent mis dans une mauvaise chaloupe sans voiles et
sans rames, et livrés au courant de la rivière, qui les entraîna jusqu'à
la barre, d'où le vent les poussa dans une île déserte nommée
_Poulo-Coumoudé_, qui est à vingt lieues de l'embouchure; là ils se
fournirent de quelques provisions de fruits qu'ils trouvèrent dans les
bois. Ensuite s'étant fait une voile de deux habits, et deux rames de
quelques branches d'arbres, ils suivirent la côte de Ionsalam et celle
d'après, jusqu'à la rivière de Parlès, au royaume de Queda, où ils
moururent presque tous de certains apostumes contagieux qui leur vinrent
à la gorge; enfin, n'étant arrivés que deux à Malacca, ils parlèrent de
ma mort comme d'un malheur certain.

»En effet, je n'attendais que l'heure du supplice. Après le bannissement
de mes compagnons, je fus transféré dans une prison plus éloignée, où je
passai trente-six jours sous le poids de plusieurs chaînes. Gonzalo
renouvelait continuellement ses accusations; et mon chagrin ou ma fierté
ne me permettant pas toujours de répondre avec modération, on me fit un
nouveau crime du mépris qu'on me reprocha pour la justice. Je fus
condamné, pour expier cette offense, à recevoir le fouet par la main des
exécuteurs publics, et mes ennemis firent dégoutter dans mes plaies une
gomme brûlante qui me causa de mortelles douleurs. Cependant quelque ami
de la justice ayant représenté au gouverneur que, s'il me faisait ôter
la vie, cette nouvelle irait jusqu'à Pégou, où tous les Portugais ne
manqueraient pas d'en faire leurs plaintes au roi, il se réduisit à
confisquer tout ce que je possédais, et à me déclarer esclave du roi.
Aussitôt que je fus guéri de mes blessures, je fus conduit à Pégou avec
les chaînes que je n'avais pas cessé de porter; et sur les informations
de Bainha-Chaqué, je fus livré à la garde du trésorier du roi, nommé
Diosoraï, qui était déjà chargé de six autres Portugais pris les armes à
la main dans un navire de Cananor.

»Pendant mon esclavage, qui dura l'espace de deux ans et demi, le roi de
Brama, poussant ses conquêtes, attaqua Prom, où il exerça les mêmes
cruautés qu'à Martaban. Il ruina cette ville et détruisit la famille
royale. Mélitaï, qui fit une plus longue résistance, ne fut pas moins
emporté par la violence de cet impétueux torrent. De là il se proposait
de faire tomber le poids de ses armes sur le roi d'Ava, qu'il voulait
punir d'avoir pensé à venger le roi de Prom, son gendre; mais apprenant
que ce monarque avait fait de puissans préparatifs, et s'était fortifié
par l'alliance de l'empereur de Pondaleu, prince redoutable, auquel on
donnait le titre de siamon, il appréhenda que leurs forces réunies ne
fussent capables d'arrêter sa fortune. Dans cette idée, il prit la
résolution d'envoyer un ambassadeur au calaminham, autre puissant prince
dont l'empire[5] occupe le centre de cette contrée, dans une vaste
étendue, pour l'engager, par ses présens et par l'offre de lui céder
quelques terres voisines de ses états, à déclarer la guerre au siamon.
Diosoraï, entre les mains de qui j'étais encore avec sept autres
Portugais, fut nommé pour cette ambassade. Il reçut une infinité de
faveurs à son départ; et nous nous trouvâmes heureux nous-mêmes que le
roi lui fît présent de nous pour le servir en qualité d'esclaves. Il
nous avait traités jusqu'alors avec affection. L'utilité qu'il se promit
de nos services parut augmenter ce sentiment. Il partit dans une barque
suivie de douze bâtimens qui portaient trois cents hommes de cortége.
Les richesses dont il était chargé pour le calaminham montaient à plus
d'un million d'or. Nous fûmes vêtus avec beaucoup de propreté; et la
générosité de notre nouveau maître pourvut généralement à tous nos
besoins.

[Note 5: On doit prévenir le lecteur qu'il est fort difficile de
rapporter à la géographie connue plusieurs pays cités dans cette
ancienne relation, et dont les noms ont été sans doute défigurés par le
temps ou par la diversité des langues.]

»Notre voyage et nos observations jusqu'à Timplam, capitale de l'empire
de Calaminham, furent une diversion assez agréable à mes peines. À la
pagode de Tinagogo, nous fûmes témoins de plusieurs fêtes qui nous
firent admirer tout à la fois l'aveuglement et la piété de ces peuples.
Nous vîmes une infinité de balances suspendues à des verges de bronze,
où se faisaient peser les dévots pour la rémission de leurs péchés, et
le contre-poids que chacun mettait dans la balance était conforme à la
qualité de ses fautes. Ainsi ceux qui se reprochaient de la gourmandise,
ou d'avoir passé l'année sans aucune abstinence, se pesaient avec du
miel, du sucre, des oeufs et du beurre. Ceux qui s'étaient livrés aux
plaisirs sensuels se pesaient avec du coton, de la plume, du drap, des
parfums et du vin. Ceux qui avaient eu peu de charité pour les pauvres
se pesaient avec des pièces de monnaie; les paresseux avec du bois, du
riz, du charbon, des bestiaux et des fruits; les orgueilleux, avec du
poisson sec, des balais et de la fiente de vache, etc. Ces aumônes, qui
tournaient au profit des prêtres, étaient en si grand nombre, qu'on les
voyait rassemblées en pile. Les pauvres, qui n'avaient rien à donner,
offraient leurs propres cheveux; et plus de cent prêtres étaient assis
avec des ciseaux à la main pour les couper. De ces cheveux, dont on
voyait aussi de grands monceaux, plus de mille prêtres rangés en ordre
faisaient des cordons, des tresses, des bagues, des bracelets, que les
dévots achetaient pour les emporter comme de précieux gages de la faveur
du ciel.

»On nous conduisit ensuite aux grottes des ermites ou des pénitens, qui
étaient au fond d'un bois, à quelque distance de la colline du temple.
Elles étaient taillées dans le roc à pointe de marteau, et toutes par
ordre, avec tant d'habileté, qu'elles semblaient l'ouvrage de la nature
plutôt que de la main des hommes. Nous en comptâmes cent quarante-deux.
Les ermites, qui habitaient les premières, avaient de longues robes, à
la manière des bonzes du Japon, et suivaient la loi d'une divinité qui,
ayant passé autrefois par la condition humaine, sous le nom de Situmpor
Michai, avait ordonné pendant sa vie, à ses sectateurs, de pratiquer de
grandes austérités. On nous dit que leur seule nourriture était des
herbes cuites et des fruits sauvages. Dans d'autres grottes nous vîmes
des sectateurs d'Anghematour, divinité plus austère encore, qui ne
vivaient que de mouches, de fourmis, de scorpions et d'araignées,
assaisonnés d'un jus de certaines herbes. Ils méditent jour et nuit, les
yeux levés vers le ciel et les deux poings fermés, pour exprimer le
mépris qu'ils portent aux biens du monde. D'autres passent leur vie à
crier nuit et jour, dans les montagnes, _Godomem_, qui est le nom de
leur fondateur, et ne cessent qu'en perdant haleine par la mort. Enfin
ceux qui se nomment _taxilacous_, s'enferment dans des grottes fort
petites; et lorsqu'ils croient avoir achevé le temps de leur pénitence,
ils hâtent leur mort en faisant brûler des chardons verts et des épines
dont la fumée les étouffe.

»Nous approchions de la capitale de Calaminham. Nous vîmes arriver un
député du premier ministre de l'état, qui apportait à l'ambassadeur
toutes sortes de rafraîchissemens, et qui venait le prier de suspendre
sa marche pendant neuf jours. C'était un intervalle dont les officiers
du calaminham avaient besoin pour leurs préparatifs. On nous les fit
employer à divers amusemens, tels que la chasse et la pêche, qui étaient
suivis de grands festins, de concerts, de musique et de comédies.
Cependant j'obtins de l'ambassadeur, pour mes compagnons et pour moi, la
permission de visiter plusieurs curiosités du pays que les habitans nous
avaient vantées. On nous fit voir aux environs de la rivière des
bâtimens fort antiques, des temples somptueux, de fort beaux jardins,
des châteaux bien fortifiés et des maisons d'une structure singulière.
Notre principale admiration fut pour un hôpital nommé Manicaforam, qui
servait uniquement à loger les pèlerins. Il contenait plus d'une lieue
dans son enceinte. On y voyait douze rues voûtées, dont chacune était
bordée de deux cent quarante maisons, c'est-à-dire cent vingt de chaque
côté, toutes remplies de pèlerins étrangers, qui ne cessaient pas de se
succéder pendant le cours de l'année. Ils y étaient non-seulement bien
logés, mais nourris fort abondamment pendant le jour, et servis par
quatre mille prêtres qui vivaient dans cent vingt monastères.
_Manicaforam_ signifie prison des dieux. Le temple de cet hôpital était
fort grand; il était composé de trois nefs, dont le centre était une
chapelle de forme ronde, environnée de trois balustres de laiton, avec
deux portes, sur chacune desquelles on remarquait un gros marteau de
même métal. Cette chapelle renfermait quatre-vingts idoles des deux
sexes, sans y comprendre quantité d'autres petites divinités qui étaient
prosternées devant les grandes. Celles-ci étaient debout, mais toutes
attachées par des chaînes de fer, avec de gros colliers, et
quelques-unes avec des menottes. Les petites, qui étaient presque
étendues par terre, étaient attachées six à six par la ceinture avec
d'autres chaînes plus déliées. Autour des balustrades, deux cent
quarante figures de bronze rangées en trois files, avec des hallebardes
et des massues sur l'épaule, semblaient servir de gardes à tous ces
dieux captifs. Les nefs étaient traversées, aux environs de la chapelle,
de plusieurs verges de fer sur lesquelles étaient quantité de flambeaux,
chacun de dix lumignons, vernissés à la manière des Indes, comme les
murs et tous les autres ornemens du temple, en témoignage de deuil pour
la captivité des dieux.

»Dans l'étonnement de ce spectacle, nous en demandâmes l'explication aux
prêtres. Ils nous dirent qu'un calaminham, nommé Xixivarom Mélitaï, qui
avait régné glorieusement sur cette monarchie plusieurs siècles
auparavant, s'étant vu menacé par une ligue de vingt-sept rois, les
avait vaincus dans une sanglante bataille, et leur avait enlevé tous
leurs dieux: c'était cette multitude d'idoles que nous paraissions
admirer. Depuis cette grande guerre, les vingt-sept nations étaient
demeurées tributaires des Calaminhams, et leurs dieux portaient des
chaînes. Il s'était répandu beaucoup de sang dans un si long espace par
les révoltes continuelles de tant de peuples qui ne pouvaient supporter
cette humiliation. Ils ne cessaient pas d'en gémir; et chaque année ils
renouvelaient le voeu qu'ils avaient fait de ne célébrer aucune fête et
de n'allumer aucune lumière dans leurs temples jusqu'à la délivrance des
objets de leur culte. Cette querelle avait fait périr plus de trois
millions d'hommes. Ce qui n'empêchait pas que les Calaminhams ne fissent
honorer les dieux qu'ils avaient vaincus, et ne permissent à leurs
anciens adorateurs de venir en pèlerinage dans ce lieu. Nous apprîmes
aussi des mêmes prêtres l'origine du culte que les païens des Indes
rendent à Quiaï-Nivandel, dieu des batailles. C'était dans un champ
nommé Vitau, que le calaminham, vainqueur des vingt-sept rois, avait
détruit toutes leurs forces. Après le combat, ce dieu s'était présenté
à lui, assis dans une chaise de bois, et lui avait ordonné de le faire
reconnaître pour le dieu des batailles, plus grand que tous les autres
dieux du pays. De là vient que dans les Indes, lorsqu'on veut persuader
quelque chose qui paraît au-dessus de la foi commune, on jure par le
saint Quiaï-Nivandel, dieu des batailles du champ de Vitau.

»Après qu'on eut laissé à l'ambassadeur le temps de se reposer pendant
neuf jours, il fut conduit au palais avec des cérémonies fort
extraordinaires. On nous fit traverser quelques salles, et passer de là
par le milieu du jardin, où les richesses de l'art et de la nature
étaient répandues avec une admirable profusion; les allées étaient
bordées de balustres d'argent. Tous les parfums de l'Orient paraissaient
réunis dans les arbres et les fleurs. Je n'entreprendrai point la
description de l'ordre qui régnait dans ce beau lieu, ni celle d'une
variété d'objets dont je n'eus la vue qu'un moment; mais tout fut
enchantement pour mes yeux. Plusieurs jeunes femmes, aussi éclatantes
par leur beauté que par la richesse de leur parure, s'exerçaient au bord
d'une fontaine, les unes à danser, d'autres à jouer des instrumens,
quelques-unes à faire des tresses d'or ou d'autres ouvrages. Nous
passâmes trop rapidement pour ma curiosité dans une vaste antichambre,
où les premiers seigneurs de l'empire étaient assis, les jambes
croisées, sur de superbes tapis; ils reçurent l'ambassadeur avec
beaucoup de cérémonie, quoique sans quitter leur place. Au fond de cette
antichambre, six huissiers avec leurs masses d'argent nous ouvrirent une
porte dorée, par laquelle on nous introduisit dans une espèce de temple.

»C'était enfin la chambre du calaminham: nos premiers regards tombèrent
sur lui. Il était assis sur un trône majestueux, environné de trois
balustres d'or. Douze femmes d'une rare beauté, assises sur les degrés
du trône, jouaient de diverses sortes d'instrumens, qu'elles accordaient
au son de leurs voix. Sur le plus haut degré, c'est-à-dire autour du
monarque, douze jeunes filles étaient à genoux avec des sceptres d'or à
la main. Une autre, qui était debout, le rafraîchissait avec un
éventail. En bas, la chambre était bordée par cinquante ou soixante
vieillards qui portaient des mitres d'or sur la tête, et qui se tenaient
debout contre le mur. En divers endroits, quantité de belles femmes
étaient assises sur de riches tapis: nous jugeâmes qu'elles n'étaient
pas moins de deux cents. Après tant de magnifiques spectacles que
j'avais vus dans l'Asie, la merveilleuse structure de cette chambre, et
la majesté de tout ce qui s'y présentait, ne laissèrent pas de me causer
un véritable étonnement. L'ambassadeur discourant ensuite avec nous des
merveilles de sa réception, nous dit qu'il se garderait bien de parler
au roi son maître de la magnificence qui environnait la personne du
calaminham, dans la crainte de l'affliger en diminuant l'idée qu'il
avait de sa propre grandeur.

»Les cérémonies de la salutation, et celles du compliment et de la
réponse, ne m'offrirent rien dont je n'eusse déjà vu des exemples; mais
il me parut tout-à-fait nouveau qu'après une harangue de cinq ou six
lignes et une réponse encore plus courte, tout le reste de l'audience
fût employé en danses, en concerts et en comédies. Après quelques
préludes des instrumens, cette fête commença par une danse de six femmes
âgées avec de jeunes garçons, qui fut suivie d'une autre danse de six
vieillards avec six petites filles, bizarrerie que je ne trouvai pas
sans agrément. Ensuite on joua plusieurs comédies, qui furent
représentées avec un appareil si riche et tant de perfection, qu'on ne
peut rien s'imaginer de plus agréable. Vers la fin du jour, le
calaminham se retira dans ses appartemens intérieurs, accompagné
seulement de ses femmes.

»Notre séjour à Timplam dura trente-deux jours, pendant lesquels nous
fûmes traités avec autant de civilité que d'abondance. Le temps que mes
compagnons donnaient à leurs amusemens, je l'employais avec une
satisfaction extrême à visiter de somptueux édifices et des temples qui
me ravissaient d'admiration. Je n'en vis pas de plus magnifique que
celui de Quiaï-Pimpocau, dieu des malades; et j'ai déjà fait remarquer
que la piété de ces peuples se porte en particulier au soulagement des
infirmités humaines.

»À l'égard du calaminham et de son empire, je donnerai d'autant moins
d'étendue à mes observations, que je veux les resserrer dans les bornes
de mes lumières.

»Le royaume de Pégou, qui n'a pas plus de cent quarante lieues de
circuit, est environné par le haut d'une grande chaîne de montagnes
nommées Pangacirao, qui sont habitées par la nation des Bramas, dont le
pays a quatre-vingts lieues de largeur sur environ deux cents de
longueur. C'est au-delà de ces montagnes qu'il s'est formé deux grandes
monarchies, celle du Siamon, et celle du Calaminham. On donne à la
seconde plus de trois cents lieues, dans les deux dimensions de la
longueur et de la largeur, et l'on prétend qu'elle est composée de
vingt-sept royaumes[6], dont tous les habitans n'ont qu'un même langage.
Nous y vîmes plusieurs belles villes, et le pays nous parut extrêmement
fertile. La capitale, qui est la résidence ordinaire du calaminham,
porte aux Indes le nom de Timplam. Elle est située sur une grande
rivière nommée Bitouy.

[Note 6: Vingt-sept royaumes, dans le style des voyageurs que nous
transcrivons, ne signifient que vingt-sept provinces, sans quoi il
faudrait compter presque autant de royaumes en Asie qu'il y a de villes
en Europe.]

»Le commerce est considérable à Timplam, et s'exerce avec beaucoup de
liberté pendant les foires. Elles attirent quantité d'étrangers qui
apportent leurs richesses en échange de celles du pays, et cette
communication y fait trouver toutes sortes de marchandises. On n'y voit
point de monnaie d'or ni d'argent. Tout se vend ou s'achète au poids des
échanges.

»La cour est fastueuse; la noblesse, qui est riche et polie, se fait
honneur de contribuer par sa dépense à la grandeur du monarque. On y
voit toujours plusieurs capitaines étrangers, que le calaminham
s'attache par de grosses pensions. Il n'a jamais moins de soixante mille
chevaux et de dix mille éléphans autour de sa personne. Les vingt-sept
royaumes dont l'état est composé sont gardés par un prodigieux nombre
d'autres troupes divisées en sept cents compagnies, dont chacune doit
être formée, suivant leur institution, de deux mille hommes de pied, de
cinq cents chevaux et de quatre-vingts éléphans. Le revenu impérial
monte à vingt millions d'or, sans y comprendre les présens annuels des
princes et des seigneurs. L'abondance est répandue dans toutes les
conditions. Les gentilshommes sont servis en vaisselle d'argent, et
quelquefois d'or. Celle du prince est de porcelaine ou de laiton. Tout
le monde est vêtu de satin en été, de damas et de taffetas rayés, qui
viennent de Perse. En hiver ce sont des robes doublées de belles peaux.
Les femmes sont fort blanches et d'un excellent naturel. En général, le
caractère des habitans est si doux, qu'ils connaissent peu les querelles
et les procès.

»L'ambassadeur, après avoir reçu des lettres et des présens pour le roi
son maître, partit de cette cour le 3 novembre 1556, accompagné de
quelques seigneurs qui avaient ordre de l'escorter jusqu'à Pridor. Ils
prirent congé de lui dans un grand festin. Dès le même jour, ayant
quitté cette ville, nous nous embarquâmes sur la grande rivière de
Bitouy, d'où nous passâmes dans le détroit de Maduré, et cinq jours de
plus nous firent arriver à Mouchel, première place du royaume de Pégou.

»Mais, si près du terme, et dans un lieu de la dépendance du roi de
Brama, nous étions attendus par un malheur dont nous ne pouvions nous
croire menacés. Un corsaire, nommé Chalogonim, qui observait peut-être
notre retour, nous attaqua pendant la nuit et nous traita si mal
jusqu'au jour, qu'après nous avoir tué cent quatre-vingt-dix hommes,
entre lesquels étaient deux Portugais, il enleva cinq de nos douze
barques. L'ambassadeur même eut le bras gauche coupé dans ce combat, et
reçut deux coups de flèches qui firent long-temps désespérer de sa vie.
Nous fûmes blessés aussi presque tous; et le présent du calaminham fut
enlevé dans les cinq barques, avec quantité de précieuses marchandises.
Dans ce triste état, nous arrivâmes trois jours après à Martaban.
L'ambassadeur écrivit au roi pour lui rendre compte de son voyage et de
son infortune. Ce prince fit partir aussitôt une flotte de cent vingt
seros, ou barques, qui rencontra le corsaire, et qui le fit prisonnier
après avoir ruiné sa flotte. Cent Portugais qui avaient été nommés pour
cette expédition revinrent chargés de richesses. On comptait alors au
service du roi de Brama mille hommes de notre nation, commandés par
Antonio de Ferreira, né à Bragance, qui recevait du roi mille ducats
d'appointemens.

»Les lettres que ce prince avait reçues du calaminham lui promettant un
ambassadeur qui devait être chargé de la conclusion du traité, il cessa
de compter pour le printemps sur la diversion qu'il avait espérée, et la
conquête d'Ava fut renvoyée à d'autres temps. Mais il fit partir le
chamigrem son frère avec une armée de cent cinquante mille hommes pour
faire le siége de Savadi, capitale d'un petit royaume, à cent trente
lieues de Pégou, vers le nord. J'étais de cette expédition à la suite du
grand trésorier, avec les six Portugais qui me restaient encore pour
compagnons d'esclavage. Elle fut si malheureuse, qu'après avoir été
repoussé plusieurs fois, le chamigrem, irrité par ses mauvais succès,
résolut de porter la guerre dans les autres parties de l'état. Diosoraï,
dont nous étions les esclaves, reçut ordre d'attaquer avec cinq mille
hommes un bourg nommé Valeutay, qui avait fourni des vivres à la ville
assiégée. Cette entreprise n'eut pas plus de succès. Nous rencontrâmes
en chemin un corps de Savadis, beaucoup plus nombreux, qui taillèrent
nos Bramas en pièces.

»Dans cette affreuse déroute, j'eus le bonheur d'éviter la mort avec mes
compagnons. Nous prîmes la fuite à la faveur des ténèbres, mais avec si
peu de connaissance des chemins, que pendant trois jours et demi nous
traversâmes au hasard des montagnes désertes. De là nous entrâmes dans
une plaine marécageuse, où toutes nos recherches ne nous firent pas
découvrir d'autres traces que celles des tigres, des serpens, et
d'autres animaux sauvages. Cependant, vers la nuit, nous aperçûmes un
feu du côté de l'est. Cette lumière nous servit de guide jusqu'au bord
d'un grand lac. Quelques pauvres cabanes, que nous ne pûmes distinguer
avant le jour, nous inspirèrent peu de confiance pour les habitans.
Ainsi, n'osant nous en approcher, nous demeurâmes cachés jusqu'au soir
dans des herbes fort hautes, où nous fûmes la pâture des sangsues. La
nuit nous rendit le courage de marcher jusqu'au lendemain. Nous
arrivâmes au bord d'une grande rivière que nous suivîmes l'espace de
cinq jours. Enfin nous trouvâmes sur la rive une sorte de petit temple
ou d'ermitage, dans lequel nous fûmes reçus avec beaucoup d'humanité. On
nous y apprit que nous étions encore sur les terres de Savadi. Deux,
jours de repos ayant réparé nos forces, nous continuâmes de suivre la
route, comme le chemin le plus sûr pour nous avancer vers les côtes
maritimes. Le jour d'après nous découvrîmes le village de Pomiséraï,
dont les ermites nous avaient appris le nom; mais la crainte nous retint
dans un bois fort épais, où nous ne pouvions être aperçus des passans. À
minuit nous en sortîmes pour retourner au bord de l'eau. Ce triste et
pénible voyage dura dix-sept jours, pendant lesquels nous fûmes réduits
pour nourriture à quelques provisions que nous avions obtenues des
ermites. Enfin, dans l'obscurité d'une nuit fort pluvieuse, nous
découvrîmes devant nous un feu qui ne paraissait éloigné que de la
portée d'un fauconneau. Nous nous crûmes près de quelque ville; et cette
idée nous jeta dans de nouvelles alarmes. Mais, avec plus d'attention,
le mouvement de ce feu nous fit juger qu'il devait être sur quelque
vaisseau qui cédait à l'agitation des flots. En effet, nous étant
avancés avec beaucoup de précaution, nous aperçûmes une grande barque et
neuf hommes qui en étaient sortis pour se retirer sous quelques arbres,
où ils préparaient tranquillement leur souper. Quoiqu'ils ne fussent pas
fort éloignés de la rive où la barque était amarrée, nous comprîmes que
la lumière qu'ils avaient près d'eux, et qui nous les faisait découvrir,
ne se répandant pas sur nous dans les ténèbres, il ne nous était pas
impossible d'entrer dans la barque, et de nous en saisir avant qu'ils
pussent entreprendre de s'y opposer. Ce dessein ne fut pas exécuté moins
promptement qu'il avait été conçu. Nous nous approchâmes doucement de la
barque, qui était attachée au tronc d'un arbre, et fort avancée dans la
vase. Nous la mîmes à flot avec nos épaules, et nous y étant embarqués
sans perdre un moment, nous commençâmes à ramer de toutes nos forces.
Le courant de l'eau et la faveur du vent nous portèrent avant le jour à
plus de dix lieues. Quelques provisions que nous avions trouvées dans la
barque ne pouvaient nous suffire pour une longue route; et nous n'en
étions pas moins résolus d'éviter tous les lieux habités. Mais une
pagode qui s'offrit le matin sur la rive nous inspira plus de confiance.
Elle se nommait Hinarel. Nous n'y trouvâmes qu'un homme et trente-sept
religieuses, la plupart fort âgées, qui nous reçurent avec de grandes
apparences de charité. Cependant nous la prîmes pour l'effet de leur
crainte, surtout lorsque, leur ayant fait diverses questions, elles
s'obstinèrent à nous répondre qu'elles étaient de pauvres femmes qui
avaient renoncé aux affaires du monde par un voeu solennel, et qui
n'avaient pas d'autre occupation que de demander à Quiaï-Ponvedaï de
l'eau pour la fertilité des terres. Nous ne laissâmes pas de tirer
d'elles du riz, du sucre, des féves, des ognons et de la chair fumée,
dont elles étaient fort bien pourvues. Les ayant quittées le soir, nous
nous abandonnâmes au cours de la rivière; et pendant sept jours entiers
nous passâmes heureusement entre un grand nombre d'habitations qui se
présentaient sur les deux bords.

»Mais il plut au ciel, après nous avoir conduits parmi tant de dangers,
de retirer tout d'un coup la main qui nous avait soutenus. Le huitième
jour, en traversant l'embouchure d'un canal, nous nous vîmes attaqués
par trois barques, d'où l'on fit pleuvoir sur nous une si grande
quantité de dards, que deux de nos compagnons furent tués des premiers
coups. Nous ne restions que cinq. Il n'était pas douteux que nos ennemis
ne fussent des corsaires, avec qui la soumission était inutile pour nous
sauver de la mort ou de l'esclavage. Nous prîmes le parti de nous
précipiter dans l'eau, ensanglantés comme nous l'étions de nos
blessures. Le désir naturel de la vie soutint nos forces jusqu'à terre,
où nous eûmes encore le courage de faire quelque chemin pour nous cacher
dans les bois. Mais, considérant bientôt combien il y avait peu
d'apparence de pouvoir résister à notre situation, nous regrettâmes de
n'avoir pas fini nos malheurs dans les flots. Deux de nos compagnons
étaient mortellement blessés. Loin de pouvoir les secourir, le plus
vigoureux d'entre nous était à peine capable de marcher. Après avoir
pleuré long-temps notre sort, nous nous traînâmes sur le bord de la
rivière; et ne connaissant plus le danger ni la crainte, nous résolûmes
d'y attendre du hasard les secours que nous ne pouvions plus espérer de
nous-mêmes.

»Nos ennemis avaient disparu; mais le lieu qu'ils avaient choisi pour
nous attaquer était tout-à-fait désert. Vers la fin du jour, nous vîmes
d'assez loin un bâtiment qui descendait avec le cours de l'eau. Comme
notre ressource n'était plus que dans l'humanité de ceux qui le
conduisaient, nous ne formâmes pas d'autre dessein que d'exciter leur
compassion par nos cris. Ils s'approchèrent. Dans la confusion des
mouvemens par lesquels nous nous efforçâmes de les attendrir, un de nous
fit quelques signes de croix, qui venaient peut-être moins de sa piété
que de sa douleur. Aussitôt une femme qui nous regardait attentivement
s'écria d'un ton qui parvint jusqu'à nous: «Jésus! voilà des chrétiens
qui se rencontrent devant mes yeux!» et, pressant les matelots d'aborder
près de nous, elle fut la première qui descendit avec son mari. C'était
une Pégouane qui avait embrassé le christianisme, quoique femme d'un
païen dont elle était aimée tendrement. Ils avaient chargé ce vaisseau
de coton pour l'aller vendre à Cosmin. Nous reçûmes d'eux tous les bons
offices de la charité chrétienne. Cinq jours après, étant arrivés à
Cosmin, port maritime de Pégou, ils nous accordèrent un logement dans
leur maison. Nos blessures y furent pansées soigneusement; et dans
l'espace de quelques semaines nous nous trouvâmes assez rétablis pour
nous embarquer sur un vaisseau portugais qui partait pour le Bengale.

»En arrivant au port de Chatigam, où le commerce de notre nation était
bien établi, je profitai du départ d'une fuste marchande qui faisait
voile à Goa. Notre navigation fut heureuse. Je trouvai dans cette ville
don Pedro de Faria, mon ancien protecteur, qui avait fini le temps de
son administration à Malacca. Son affection fut réveillée par le récit
de mes infortunes. Il se fit un devoir de conscience et d'honneur de me
rendre une partie des biens que j'avais perdus à son service.

»La générosité de don Pedro n'ayant point assez rétabli mes affaires
pour m'inspirer le goût du repos, je cherchai l'occasion de faire un
nouveau voyage à la Chine, et de tenter encore une fois la fortune dans
un pays où je n'avais éprouvé que son inconstance. Je m'embarquai à Goa
dans une jonque de mon bienfaiteur qui allait charger du poivre dans les
ports de la Sonde. Nous arrivâmes à Malacca.

»Quatre vaisseaux indiens qui entreprirent avec nous le voyage de la
Chine nous formèrent comme une escorte, avec laquelle nous arrivâmes
heureusement au port de Chincheu. Mais, quoique les Portugais y
exerçassent librement leur commerce, nous y passâmes trois mois et demi
dans de continuels dangers. On n'y parlait que de révolte et de guerre.
Les corsaires profitaient de ce désordre pour attaquer les vaisseaux
marchands jusqu'au milieu des ports. La crainte nous fit quitter
Chincheu pour nous rendre à Chabaquaï: c'était nous précipiter dans les
malheurs dont nous espérions nous garantir. Cent vingt jonques que nous
y trouvâmes à l'ancre nous enlevèrent trois de nos cinq vaisseaux. Le
nôtre se garantit par un bonheur qui me causa de l'admiration. Mais les
vents d'est qui commençaient à s'élever nous ôtant l'espérance
d'aborder dans d'autres ports, nous nous vîmes forcés de reprendre la
haute mer, où nous tînmes une route incertaine pendant vingt-deux jours.
La barre de Camboge, que nous reconnûmes le vingt-troisième au matin,
ranima notre courage; et nous en approchions dans le dessein de jeter
l'ancre, lorsqu'une furieuse tempête, qui nous surprit à l'ouest
sud-ouest, ouvrit notre quille de poupe. Les plus habiles matelots ne
virent pas d'autre ressource que de couper les deux mâts et de jeter
toutes nos marchandises à la mer. Ce soulagement et quelque apparence de
tranquillité qui commençait à renaître sur les flots nous donnaient
l'espérance d'avancer jusqu'à la barre; mais la nuit qui survint nous
ayant obligés de nous abandonner sans mâts et sans voiles aux vents qui
soufflaient encore avec un reste de fureur, nous allâmes échouer sur un
écueil, où le premier choc nous fit perdre dans l'obscurité
soixante-deux personnes.

»Ce malheur nous jeta dans une si étrange consternation, que de tous les
Portugais il n'y en eut pas un seul à qui la force du danger fît faire
le moindre mouvement pour se sauver. Nos matelots chinois, plus
industrieux ou moins timides, employèrent le reste de la nuit à ramasser
des planches et des poutres, dont ils composèrent un radeau qui se
trouva fini à la pointe du jour. Ils l'avaient fait si grand et si
solide, qu'il pouvait contenir facilement quarante hommes; et tel était
à peu près leur nombre. Martin Estevez, capitaine du vaisseau, à qui la
lumière du jour apprenait qu'il ne restait plus d'autre espérance, pria
instamment ses propres valets, qui s'étaient déjà retirés dans cet
asile, de le recevoir parmi eux. Ils eurent l'audace de répondre qu'ils
ne le pouvaient sans danger pour leur sûreté. Un Portugais, nommé Ruy de
Moura, qui entendit ce discours, sentit renaître son courage avec sa
colère; et se levant quoique assez blessé, il nous représenta si
vivement combien il était important pour notre vie de nous saisir du
radeau, qu'au nombre de vingt-huit comme nous étions nous entreprîmes de
l'ôter aux Chinois. Ils nous opposèrent les haches de fer qu'ils avaient
à la main; mais nous fîmes une exécution si terrible avec nos épées, que
dans l'espace de trois ou quatre minutes tous nos ennemis furent abattus
à nos pieds. Cependant nous perdîmes seize Portugais dans ce combat,
sans compter douze blessés, dont quatre moururent le jour d'après. Un si
triste spectacle me fit faire des réflexions sur les misères de la vie
humaine: il n'y avait pas douze heures que nous nous étions tous
embrassés dans le navire, et que, nous regardant comme des frères, nous
étions disposés à mourir l'un pour l'autre.

»Aussitôt que nous fûmes en possession du radeau qui nous avait coûté
tant de sang, chacun s'empressa de s'y placer dans l'ordre qu'Estevez
jugea nécessaire pour nous soutenir contre l'agitation des vagues. Nous
étions encore trente-huit, en y comprenant nos valets et quelques
enfans. Le radeau ne fut pas plus tôt à flot que, s'enfonçant sous le
poids, nous nous trouvâmes dans l'eau jusqu'au cou, sans cesse obligés
de nous attacher à quelque solive que nous tenions embrassée. Une
vieille courte-pointe nous servit de voile; mais étant sans boussole,
nous flottâmes quatre jours entiers dans cette misérable situation. La
faim, le froid, la crainte et toutes les horreurs de notre sort
faisaient périr à chaque moment quelqu'un de nos compagnons. Plusieurs
se nourrirent pendant deux jours du corps d'un Nègre qui était mort près
d'eux. Nous fûmes jetés enfin vers la terre; et cette vue nous causa
tant de joie, que, de quinze à qui le ciel conservait encore la vie,
quatre la perdirent subitement. Ainsi nous ne nous trouvâmes qu'au
nombre de onze, sept Portugais et quatre Indiens, en abordant la terre
dans une plage où notre radeau glissa heureusement sur le sable.

[Illustration: _Le radeau s'enfonçant sous le poids nous nous trouvâmes
dans l'eau jusqu'au cou._]

»Les premiers mouvemens de notre reconnaissance se tournèrent vers le
ciel, qui nous avait délivrés des périls de la mer: mais ce ne fut pas
sans frémir de ceux auxquels nous demeurions exposés. Le pays était
désert, et nous vîmes quelques tigres que nous mîmes en fuite par nos
cris. Les éléphans, qui se présentaient en grand nombre, nous parurent
moins dangereux; ils ne nous empêchèrent pas de rassasier notre faim
avec des huîtres et d'autres coquillages. Nous en prîmes notre charge
pour traverser les bois qui bordaient la côte; et dans notre marche nous
eûmes recours aux cris pour éloigner les bêtes féroces. Après avoir fait
quelques lieues dans un bois fort couvert, nous arrivâmes au bord d'une
rivière d'eau douce, qui nous servit à satisfaire un de nos plus
pressans besoins; mais nous nous crûmes à la fin de nos maux en voyant
paraître une barque plate chargée de bois de charpente. Elle était
conduite par huit ou neuf Nègres, dont la figure nous effraya peu,
lorsque nous eûmes considéré qu'un pays où l'on bâtissait des édifices
réguliers ne pouvait être habité par des barbares. Ils s'approchèrent
effectivement de la terre pour nous faire diverses questions. Cependant,
après avoir paru satisfaits de nos réponses, ils nous déclarèrent que,
pour être reçus à bord, il fallait commencer par leur abandonner nos
épées. La nécessité nous força de les jeter dans leur barque. Alors ils
nous exhortèrent à nous y rendre à la nage, parce qu'ils ne pouvaient
s'avancer jusqu'à terre. Nous nous disposâmes à leur obéir. Un Portugais
et deux jeunes Indiens se jetèrent dans l'eau pour saisir une corde
qu'on nous avait jetée de la barque; mais à peine eurent-ils commencé à
nager, qu'ils furent dévorés par trois crocodiles, sans qu'il parût
d'autres restes de leurs corps que des traces de sang dont l'eau fut
teinte en divers endroits.

»J'étais déjà jusqu'aux genoux dans la vase avec mes sept autres
compagnons. Nous demeurâmes si troublés de ce funeste accident, qu'ayant
à peine la force de nous soutenir, les Nègres qui nous virent dans cet
état sautèrent à terre, nous lièrent par le milieu du corps et nous
mirent dans leur barque. Ce fut pour nous accabler d'injures et de
mauvais traitemens; ensuite ils nous menèrent à douze lieues de là, dans
une ville nommé Cherbom, où nous apprîmes que nous étions dans le pays
des Papouas. Nous y fûmes vendus à un marchand de l'île Célèbes, sous le
pouvoir duquel nous demeurâmes près d'un mois. Il ne nous laissa manquer
ni de vêtemens, ni de nourriture; mais, sans nous faire connaître ses
motifs, il nous revendit au roi de Calapa, prince ami des Portugais, qui
nous renvoya généreusement au détroit de la Sonde.»

Pinto, plus pauvre que jamais, entreprend encore un voyage à la Chine.
Il est témoin de la ruine du comptoir portugais à Liampo.

»Un négociant de quelque distinction, nommé Lancerot-Pereyra, natif de
Ponte-de-Lima, ville de Portugal, avait prêté une somme considérable à
quelques Chinois, qui négligèrent leurs affaires jusqu'à se trouver dans
l'impuissance de la restituer. Le chagrin de cette perte excita Lancerot
à rassembler quinze ou vingt Portugais aussi déréglés dans leurs moeurs
que dans leur fortune, avec lesquels il prit le temps de la nuit pour se
jeter dans le village de Chipaton, à deux lieues de la ville. Ils y
pillèrent les maisons de dix ou douze laboureurs; et s'étant saisis de
leurs femmes et de leurs enfans, ils tuèrent dans ce tumulte treize
Chinois qui ne les avaient jamais offensés. L'alarme fut aussitôt
répandue dans la province, et tous les habitans firent retentir leurs
plaintes. Le mandarin prit des informations dans toutes les règles de la
justice: elles furent envoyées à la cour. Un ordre plus prompt que
toutes les mesures par lesquelles on s'était flatté de l'arrêter, amena
au port trois cents jonques, montées d'environ soixante mille hommes,
qui fondirent sur notre malheureuse colonie. Je fus témoin que, dans
l'espace de cinq mois, ces cruels ennemis n'y laissèrent pas la moindre
chose à laquelle on pût donner un nom. Tout fut brûlé ou démoli. Les
habitans, ayant pris le parti de se réfugier dans les navires et les
jonques qu'ils avaient à l'ancre, y furent poursuivis et la plupart
consumés par les flammes, au nombre de deux mille chrétiens, parmi
lesquels on comptait huit cents Portugais. Notre perte fut estimée à
deux millions d'or. Mais ce désastre en produisit un beaucoup plus
grand, qui fut la perte entière de notre réputation et de notre crédit à
la Chine.

»Peu de temps après, d'affreuses nouvelles nous vinrent de Canton. Le 17
du mois d'avril 1556, nous apprîmes que la province de Chan-Si avait été
abîmée presque entièrement, avec des circonstances dont le seul récit
nous fît pâlir d'effroi. Le premier jour du même mois, la terre y avait
commencé à trembler, vers onze heures du soir, avec beaucoup de
violence, et ce mouvement avait duré deux heures entières. Il s'était
renouvelé la nuit suivante, depuis minuit jusqu'à deux heures, et la
troisième nuit, depuis une heure jusqu'à trois. Pendant que la terre
tremblait, l'agitation du ciel n'était pas moins terrible par le
déchaînement de tous les vents, par le tonnerre, la pluie et tous les
fléaux de la nature. Enfin le troisième tremblement avait ouvert une
infinité de passages à des torrens d'eau qui sortaient à gros bouillons
du sein de la terre avec tant d'impétuosité dans leur ravage, qu'en peu
de momens un espace de soixante lieues de tour avait été englouti, sans
que d'une multitude infinie d'habitans il se fût sauvé d'autres
créatures vivantes qu'un enfant de sept ans, qui fut présenté à
l'empereur comme une merveille du sort. Nous nous défiâmes d'abord de la
vérité de ce désastre, et plusieurs d'entre nous le crurent impossible.
Cependant, comme il était confirmé par toutes les lettres de Canton,
quatorze Portugais résolurent de passer au continent pour s'en assurer
par leurs propres yeux. Ils se rendirent, avec la permission des
mandarins, dans la province même de Chan-Si, où la vue d'une révolution
si récente ne put les tromper. Leur témoignage ne laissant plus aucun
doute, on tira d'eux à leur retour une attestation qui fut envoyée
depuis par François Toscane, capitaine de notre vaisseau, au roi don
Jean de Portugal, et pour dernière confirmation, elle fut portée à la
cour de Lisbonne par un prêtre nommé Diégo Reinel, qui avait été du
nombre des quatorze témoins. On nous raconta dans la suite, mais avec
moins de certitude, quoique ce fût l'opinion commune, que, pendant les
trois jours du tremblement de terre, il avait plu du sang dans la ville
de Pékin. Au moins ne pûmes-nous douter que l'empereur et la plupart des
habitans n'en fussent sortis pour se réfugier à Nankin, et que ce
monarque, après avoir fait six cent mille ducats d'aumônes pour apaiser
la colère du ciel, n'eût élevé un temple somptueux sous le nom
d'Hypatican, qui signifie amour de Dieu. Cinq Portugais, qui furent
délivrés à cette occasion de la prison de Pocasser, où ils languissaient
depuis vingt ans, nous donnèrent ces informations avant notre départ.»

Les Portugais, chassés de Liampo, s'étaient procuré un autre
établissement dans l'île de Lampacao; c'est là que Pinto s'embarque
encore une fois pour le Japon. Il trouve moyen de s'y rendre agréable à
l'empereur; il en obtient des présens considérables avec lesquels il
revient à Goa; il apportait une lettre du monarque japonais, qui donnait
les plus belles espérances de commerce et d'établissement aux Portugais.
Pinto croyait obtenir de grandes récompenses de ce service. Mais voici
comme il termine son récit.

»François Baratto, qui avait succédé dans cet intervalle au gouvernement
général des Indes, parut sensible au plaisir de recevoir une lettre et
des présens par lesquels il se flatta de faire avantageusement sa cour
au roi de Portugal. «J'estime ce que vous m'apportez, me dit-il en les
recevant, plus que l'emploi dont je suis revêtu; et j'espère que ce
présent et cette lettre serviront à me garantir de l'écueil de Lisbonne,
où la plupart de ceux qui ont gouverné les Indes ne vont mettre pied à
terre que pour se perdre.»

»Dans la reconnaissance qu'il eut pour ce service, il me fit des offres
que d'autres vues ne me permirent pas d'accepter. Ma fortune, quoique
fort éloignée de l'opulence, commençait à borner mes désirs; et l'ennui
du travail s'étant fortifié dans mon coeur à mesure que j'avais acquis
la force d'y renoncer, je n'avais plus d'impatience que pour aller jouir
dans ma patrie d'un repos que j'avais acheté si cher. Cependant je
profitai de la disposition du vice-roi pour vérifier devant lui, par des
attestations et des actes, combien de fois j'étais tombé dans
l'esclavage pour le service du roi ou de la nation, et combien de fois
j'avais été dépouillé de mes marchandises. Je m'imaginais qu'avec ces
précautions les récompenses ne pouvaient me manquer à Lisbonne. Don
François Baratto joignit à toutes ces pièces une lettre au roi, dans
laquelle il rendait un témoignage fort honorable de ma conduite et de
mes services. Enfin je m'embarquai pour l'Europe, si content de mes
papiers, que je les regardais comme la meilleure partie de mon bien.

»Une heureuse navigation me fit arriver à Lisbonne le 22 septembre 1558,
dans un temps où le royaume jouissait d'une profonde paix, sous le
gouvernement de la reine Catherine. Après avoir remis à sa majesté la
lettre du vice-roi, j'eus l'honneur de lui expliquer tout ce qu'une
longue expérience m'avait fait recueillir d'important pour l'utilité des
affaires, et je n'oubliai pas de lui présenter les miennes. Elle me
renvoya au ministre, qui me donna les plus hautes espérances. Mais,
oubliant aussitôt ses promesses, il garda mes papiers l'espace de quatre
ou cinq ans, à la fin desquels je n'en trouvai pas d'autre fruit que
l'ennui d'un nouveau genre de servitude dans mon assiduité continuelle à
la cour, et dans une infinité de vaines sollicitations qui me devinrent
plus insupportables que toutes mes anciennes fatigues. Enfin je pris le
parti d'abandonner ce procès à la justice divine, et de me réduire à la
petite fortune que j'avais apportée des Indes, et dont je n'avais
obligation qu'à moi-même.»



CHAPITRE XII.

Naufrage de Guillaume Bontekoë, capitaine hollandais.


À la suite des aventures de Pinto nous placerons, comme nous l'avons
promis, celles de Bontekoë, beaucoup moins merveilleuses et moins
variées, mais pourtant très-remarquables en ce qu'elles paraissent
rassembler toutes les horreurs qui peuvent être la suite d'un naufrage.
Le lecteur frémira plus d'une fois en écoutant le récit du capitaine
hollandais, qui porte tous les caractères de la vérité.

Guillaume Isbrantz Bontekoë commandait le navire _la Nouvelle-Hoorn_,
envoyé aux Indes orientales en 1618, pour des intérêts de commerce. Vers
le détroit de la Sonde, à la hauteur de 5 degrés et demi de latitude
sud, étant sur le pont de son bâtiment, il entendit crier au feu, au
feu. Il se hâta de descendre au fond de cale, où il ne vit aucune
apparence de feu. Il demanda où l'on croyait qu'il eût pris. Capitaine,
lui dit-on, c'est dans ce tonneau. Il y porta la main sans y rien sentir
de brûlant.

Sa terreur ne l'empêcha pas de se faire expliquer la cause d'une si vive
alarme. On lui raconta que le maître-valet, étant descendu
l'après-midi, suivant l'usage, pour tirer l'eau-de-vie qui devait être
distribuée le lendemain à l'équipage, avait attaché son chandelier de
fer aux cercles d'un baril qui était d'un rang plus haut que celui qu'il
devait percer. Une étincelle, ou plutôt une partie de la mèche ardente
était tombée justement dans le bondon. Le feu avait pris à l'eau-de-vie
du tonneau, et les deux fonds ayant aussitôt sauté, l'eau-de-vie
enflammée avait coulé jusqu'au charbon de forge. Cependant on avait jeté
quelques cruches d'eau sur le feu, ce qui le faisait paraître éteint.
Bontekoë, un peu rassuré par ce récit, fit verser de l'eau à pleins
seaux sur le charbon, et n'apercevant aucune trace de feu, il remonta
tranquillement sur les ponts. Mais les suites de cet événement devinrent
bientôt si terribles, que, pour satisfaire pleinement la curiosité du
lecteur par une description intéressante, dont les moindres
circonstances méritent d'être conservées, il faut que cette peinture
paraisse sous les couleurs simples de la nature, c'est-à-dire dans les
propres termes de l'auteur.

«Une demi-heure après, quelques-uns de nos gens recommencèrent à crier
au feu. J'en fus épouvanté; et descendant aussitôt, je vis la flamme qui
montait de l'endroit le plus creux du fond de cale. L'embrasement était
dans le charbon, où l'eau-de-vie avait pénétré; et le danger paraissait
d'autant plus pressant, qu'il y avait trois ou quatre rangs de tonneaux
les uns sur les autres. Nous recommençâmes à jeter de l'eau à pleins
seaux, et nous en jetâmes une prodigieuse quantité. Mais il survint un
nouvel incident qui augmenta le trouble. L'eau tombée sur le charbon
causa une fumée si épaisse, si sulfureuse et si puante, qu'on étouffait
dans le fond de cale, et qu'il était presque impossible d'y demeurer.
J'y étais néanmoins pour y donner les ordres, et je faisais sortir les
gens tour à pour leur laisser le temps de se rafraîchir. Je soupçonnais
déjà que plusieurs avaient été étouffés sans avoir pu arriver jusqu'aux
écoutilles. Moi-même j'étais si étourdi et si suffoqué, que, ne sachant
plus ce que je faisais, j'allais par intervalles reposer ma tête sur un
tonneau, tournant le visage vers l'écoutille pour respirer un moment.

»Enfin, me trouvant forcé de sortir, je dis à Rol, subrécargue du
bâtiment, qu'il me paraissait nécessaire de jeter la poudre à la mer. Il
ne put s'y résoudre: «Si nous jetons la poudre, me dit-il, il y a
apparence que nous ne devons plus craindre de périr par le feu; mais que
deviendrons-nous lorsque nous trouverons des ennemis à combattre? et
quel moyen de nous disculper?»

»Cependant le feu ne diminuait pas; et la puanteur de la fumée, autant
que son épaisseur, ne permettait plus à personne de demeurer au fond de
cale. On prit la hache, et dans l'entrepont, vers l'arrière, on fit de
grands trous par lesquels on jeta une grande quantité d'eau sans cesser
d'en jeter en même temps par les écoutilles. Il y avait trois semaines
qu'on avait mis le grand canot à la mer. On y mit aussi la chaloupe, qui
était sur le pont, parce qu'elle causait de l'embarras à ceux qui
puisaient de l'eau. La frayeur était telle qu'on peut se la représenter.
On ne voyait que le feu et l'eau, dont on était également menacé, et par
l'un desquels il fallait périr sans aucune espérance de secours; car on
n'avait la vue d'aucune terre, ni la compagnie d'aucun autre vaisseau.
Les gens de l'équipage commençaient à s'écouler; et se glissant de tous
côtés hors du bord, ils descendaient sous les porte-haubans. De là ils
se laissaient tomber dans l'eau, et nageant vers la chaloupe ou vers le
canot, ils y montaient et se cachaient sous les bancs ou sous les
couvertes, en attendant qu'ils se trouvassent en assez grand nombre pour
s'en aller ensemble.

»Rol étant allé par hasard sur le pont, fut étonné de voir tant de gens
dans le canot et dans la chaloupe: ils lui crièrent qu'ils allaient
prendre le large, et l'exhortèrent à descendre avec eux. Leurs instances
et la vue du péril lui firent prendre ce parti. En arrivant à la
chaloupe, il leur dit: «Mes amis, il faut attendre le capitaine.» Mais
ses ordres et ses représentations n'étaient plus écoutés. Aussitôt qu'il
fut embarqué, ils coupèrent l'amarre et s'éloignèrent du vaisseau. Comme
j'étais toujours occupé à donner mes ordres et à presser le travail,
quelques-uns de ceux qui restaient vinrent me dire avec beaucoup
d'épouvante, «Ah! capitaine, qu'allons-nous devenir? la chaloupe et le
canot sont à la mer. Si l'on nous quitte, leur dis-je, c'est avec le
dessein de ne plus revenir;» et courant aussitôt sur le pont, je vis
effectivement la manoeuvre des fugitifs. Les voiles du vaisseau étaient
sur le mât, et la grande voile était sur les cargues. Je criai aux
matelots: «Efforçons-nous de les joindre, et s'ils refusent de nous
recevoir dans leurs chaloupes, nous ferons passer le navire par-dessus
eux pour leur apprendre leur devoir.»

»En effet, nous approchâmes d'eux jusqu'à la distance de trois longueurs
du vaisseau; mais ils gagnèrent au vent et s'éloignèrent. Je dis alors à
ceux qui étaient avec moi: «Amis, vous voyez qu'il ne nous reste plus
d'espérance que dans la miséricorde de Dieu et dans nos propres efforts.
Il faut les redoubler, et tâcher d'éteindre le feu. Courez à la soute
aux poudres, et jetez-les à la mer avant que le feu puisse y gagner.» De
mon côté, je pris les charpentiers, et je leur ordonnai de faire
promptement des trous avec les grandes gouges et les tarières pour faire
entrer l'eau dans le navire jusqu'à la hauteur d'une brasse et demie.
Mais ces outils ne purent pénétrer les bordages, parce qu'ils étaient
garnis de fer.

»Cet obstacle répandit une consternation qui ne peut jamais être
exprimée. L'air retentissait de gémissemens et de cris. On se remit à
jeter de l'eau, et l'embrasement parut diminuer. Mais peu de temps après
le feu prit aux huiles. Ce fut alors que nous crûmes notre perte
inévitable. Plus on jetait d'eau, plus l'incendie paraissait augmenter.
L'huile et la flamme qui en sortaient se répandaient de toutes parts.
Dans cet affreux état, on poussait des cris et des hurlemens si
terribles, que mes cheveux se hérissaient, et je me sentais tout couvert
d'une sueur froide.

»Cependant le travail continuait avec la même ardeur. On jetait de l'eau
dans le navire, et les poudres à la mer. On avait déjà jeté soixante
demi-barils de poudre; mais il en restait encore près de trois cents. Le
feu y prit, et fit sauter le vaisseau, qui, dans un instant, fut brisé
en mille et mille pièces. Nous y étions encore au nombre de cent
dix-neuf. Je me trouvais alors sur le pont, près de l'amure de la grande
voile, et j'avais devant les yeux soixante-trois hommes qui puisaient de
l'eau. Ils furent emportés avec la vitesse d'un éclair; et ils
disparurent tellement, qu'on n'aurait pu dire ce qu'ils étaient devenus:
tous les autres eurent le même sort.

»Pour moi, qui m'attendais à périr comme tous mes compagnons, j'étendis
les bras et les mains vers le ciel, et je m'écriai: «Ô Seigneur!
faites-moi miséricorde!» Quoiqu'en me sentant sauter je crusse que
c'était fait de moi, je conservai néanmoins toute la liberté de mon
jugement, et je sentis dans mon coeur une étincelle d'espérance. Du
milieu des airs je tombai dans l'eau, entre les débris du navire qui
était en pièces. Dans cette situation, mon courage se ranima si
vivement, que je crus devenir un autre homme. En regardant autour de
moi, je vis le grand mât à l'un de mes côtés, et le mât de misaine à
l'autre. Je me mis sur le grand mât; d'où je considérai tous les tristes
objets dont j'étais environné. Alors je dis en poussant un profond
soupir: «Ô Dieu! ce beau navire a donc péri comme Sodome et Gomorrhe!»

»Je fus quelque temps sans apercevoir aucun homme. Cependant, tandis que
je m'abîmais dans mes réflexions, je vis paraître sur l'eau un jeune
homme qui sortait du fond, et qui nageait des pieds et des mains. Il
saisit la cagouille de l'éperon qui flottait sur l'eau, et dit en s'y
mettant: «Me voici encore au monde. J'entendis sa voix, et je m'écriai:
«Ô Dieu! y a-t-il ici quelque autre homme que moi qui soit en vie?» Ce
jeune homme se nommait Harman van Kuiphuisen, natif d'Eyder. Je vis
flotter près de lui un petit mât. Comme le grand sur lequel j'étais ne
cessait pas de rouler et de tourner, ce qui me causait beaucoup de
peine, je dis à Harman: «Pousse-moi cette espare; je me mettrai dessus,
et la ferai flotter vers toi pour nous y mettre ensemble.» Il fit ce
que je lui ordonnais; sans quoi, brisé, comme j'étais, de mon saut et de
ma chute, le dos fracassé, et blessé à deux endroits de la tête, il
m'aurait été impossible de le joindre. Ces maux, dont je ne m'étais pas
encore aperçu, commencèrent à se faire sentir avec tant de force, qu'il
me sembla tout d'un coup que je cessais de vivre et d'entendre. Nous
étions tous deux l'un près de l'autre, chacun tenant au bras une pièce
de revers de l'éperon; nous jetions la vue de tous côtés, dans
l'espérance de découvrir la chaloupe ou le canot; à la fin, nous les
aperçûmes, mais fort loin de nous. Le soleil était au bas de l'horizon.
Je dis au compagnon de mon infortune: «Ami, toute espérance est perdue
pour nous: il est tard. Le canot et la chaloupe étant si loin, il n'est
pas possible que nous nous soutenions toute la nuit dans cette
situation. Élevons nos coeurs à Dieu, et demandons-lui notre salut avec
une résignation entière à sa volonté.» Nous nous mîmes en prières, et
nous obtînmes grâce; car à peine achevions-nous de pousser nos voeux au
ciel que, levant les yeux, nous vîmes la chaloupe et le canot près de
nous. Quelle joie pour des malheureux qui se croyaient près de périr! Je
criai aussitôt: «Sauve, sauve le capitaine!» Quelques matelots qui
m'entendirent se mirent aussi à crier: «Le capitaine vit encore.» Ils
s'approchèrent des débris; mais ils n'osaient avancer davantage, dans la
crainte d'être heurtés par les grosses pièces. Harman, qui avait été
peu blessé en sautant, se sentit assez de vigueur pour se mettre à la
nage, et se rendit dans la chaloupe. Pour moi, je criai: «Si vous voulez
me sauver la vie, il faut que vous veniez jusqu'à moi; car j'ai été si
maltraité, que je n'ai point la force de nager.» Le trompette s'étant
jeté dans la mer avec une ligne de sonde qui se trouva dans la chaloupe,
en apporta un bout jusqu'entre mes mains. Je la fis tourner autour de ma
ceinture; et ce secours me fit arriver heureusement à bord: j'y trouvai
Rol, Guillaume van Galen, et le second pilote nommé Meyendert Kryns, qui
était de Hoorn. Ils me regardèrent long-temps avec admiration.

»J'avais fait faire à l'arrière de la chaloupe une espèce de petite
cabane qui pouvait contenir deux hommes. J'y entrai pour y prendre un
peu de repos; car je me sentais si mal, que je ne croyais pas avoir
beaucoup de temps à vivre. J'avais le dos brisé, et je souffrais
mortellement des deux trous que j'avais reçus à la tête. Cependant je
dis à Rol: «Je crois que nous ferions bien de demeurer cette nuit près
du débris. Demain, lorsqu'il fera jour, nous pourrons sauver quelques
vivres, et peut-être trouverons-nous une boussole pour nous aider à
découvrir les terres.» On s'était sauvé avec tant de précipitation,
qu'on était presque sans vivres. À l'égard des boussoles, le premier
pilote, qui soupçonnait la plupart des gens de l'équipage de vouloir
abandonner le navire, les avait ôtées de l'habitacle; ce qui n'avait pu
arrêter l'exécution de leur projet, ni l'empêcher lui-même de périr.

»Rol, négligeant mon conseil, fit prendre les avirons comme s'il eût été
jour; mais, après avoir vogué toute la nuit, dans l'espérance de
découvrir les terres au lever du soleil, il se vit bien loin de son
attente en reconnaissant qu'il était également éloigné des terres et du
débris. On vint me demander dans ma retraite si j'étais mort ou vivant:
«Capitaine, me dit-on, qu'allons-nous devenir? Il ne se présente point
de terre, et nous sommes sans vivres, sans carte et sans
boussole.--Amis, leur répondis-je, il fallait m'en croire hier au soir,
lorsque je vous conseillai fortement de ne pas vous éloigner des débris.
Je me souviens que, pendant que je flottais sur le mât, j'étais
environné de lard, de fromages et d'autres provisions.--Cher capitaine,
me dirent-ils affectueusement, sortez de là, et venez nous conduire.--Je
ne puis, leur répliquai-je, et je suis si perclus, qu'il m'est
impossible de me remuer.» Cependant, avec leur secours, j'allai
m'asseoir sur le pont, où je vis l'équipage qui cessait de ramer. Je
demandai quels étaient les vivres: on me montra sept ou huit livres de
biscuit. Je dis: «Cessez de ramer, vous vous fatiguez vainement, et vous
n'aurez point à manger pour réparer vos forces.» Ils me demandèrent ce
qu'il fallait donc qu'ils fissent. Je les exhortai à se dépouiller de
leurs chemises pour en faire des voiles. La difficulté était de trouver
du fil. Je leurs fis prendre les paquets de cordes qui étaient de
rechange dans la chaloupe. Ils en firent une espèce de fil de caret; et
du reste on fit des écoutes et des couets. Cet exemple fut suivi dans le
canot. On parvint ainsi à coudre toutes les chemises ensemble, et l'on
en composa de petites voiles.

»Nous pensâmes ensuite à faire la revue de tous nos gens. On se trouvait
au nombre de quarante-six dans la chaloupe, et de vingt-six dans le
canot. Il y avait dans la chaloupe une capote bleue de matelot et un
coussin qui me furent cédés en faveur de ma situation. Le chirurgien
était avec nous, mais sans aucun médicament. Il eut recours à du biscuit
mâché qu'il mettait sur mes plaies, et par la protection du ciel, ce
remède me guérit. J'avais aussi voulu donner ma chemise pour contribuer
à faire les voiles; mais tout le monde s'y était opposé, et je dois me
louer des attentions qu'on eut pour moi.

»Le premier jour nous nous abandonnâmes aux flots tandis qu'on
travaillait aux voiles. Elles furent prêtes le soir; on envergua et l'on
mit au vent. On était au 20 de novembre. Nous prîmes pour guide le cours
des étoiles, dont nous connaissions fort bien le lever et le coucher.
Pendant la nuit on était transi de froid, et la chaleur du jour était
insupportable, parce que nous avions le soleil perpendiculairement sur
nos têtes. Le 21 et les deux jours suivans, nous nous occupâmes à
construire une arbalète pour prendre hauteur; on traça un cadran sur le
couvert, et l'on prépara un bâton avec les croix. Tennis Thybrandz,
menuisier du vaisseau, avait un compas et quelque connaissance de la
manière dont il fallait marquer la flèche. En nous aidant mutuellement,
nous parvînmes à faire une arbalète dont on pouvait se servir. Je gravai
une carte marine dans la planche, et j'y traçai l'île de Sumatra, celle
de Java, et le détroit de la Sonde, qui est entre ces deux îles. Le jour
de notre infortune, ayant pris hauteur sur le midi, j'avais trouvé que
nous étions par les 5° 30' de latitude du sud, et que le pointage de la
carte était à vingt lieues de terre. J'y traçai encore une rose des
vents, et tous les jours je fis l'estime. Nous gouvernions à sept lieues
au sud ou au-dessus de l'entrée du détroit, dans la vue de choisir plus
facilement notre route, lorsque nous viendrions à découvrir les terres.

»Des sept ou huit livres de biscuit qui faisaient notre unique
provision, je réglai des rations pour chaque jour; et pendant qu'il
dura, je distribuai à chacun la sienne; mais on en vit bientôt la fin,
quoique la mesure pour chaque jour ne fût qu'un petit morceau de la
grosseur du doigt. On n'avait aucun breuvage. Lorsqu'il tombait de la
pluie, on amenait les voiles, qu'on étendait dans l'espace de la
chaloupe pour rassembler l'eau et la faire couler dans deux petits
tonneaux, les seuls qu'on eût emportés. On la tenait en réserve pour les
jours qui se passaient sans pluie. Je coupai un bout de soulier qui
servait de tasse pour puiser. Cette extrémité n'empêchait point qu'on ne
me pressât de prendre abondamment ce qui convenait à mes besoins, parce
que tout le monde, me disait-on, avait besoin de mon secours, et que sur
un si grand nombre de gens la diminution serait peu sensible. J'étais
bien aise de leur voir pour moi ces sentimens; mais je ne voulais rien
prendre de plus que les autres. Le canot s'efforçait de nous suivre.
Cependant comme nous faisions meilleure route, et qu'il n'y avait
personne qui entendit la navigation, lorsqu'il s'approchait de nous, ou
que quelqu'un trouvait le moyen de passer à notre bord, tous les autres
nous priaient instamment de les recevoir, parce qu'ils appréhendaient de
s'écarter ou d'être séparés de la chaloupe par quelque fortune de mer.
Nos gens s'y opposaient fortement, et me représentaient que ce serait
nous exposer à périr tous.

»Enfin nous arrivâmes bientôt au comble de notre misère. Le biscuit nous
manqua tout-à-fait, et nous ne découvrîmes point les terres. J'employai
tous mes efforts pour persuader aux plus impatiens que nous n'en
pouvions être bien loin; mais je ne pus les soutenir long-temps dans
cette espérance. Ils commencèrent à murmurer contre moi-même, qui me
trompais, disaient-ils, et qui portais le cap à la mer au lieu de courir
sur les terres. La faim devenait fort pressante, lorsque le ciel permit
qu'une troupe de mouettes vînt voltiger sur la chaloupe avec tant de
lenteur qu'elles paraissaient chercher à se faire prendre. Elles se
baissaient à la portée de nos mains, et chacun en prit facilement
quelques-unes. On les pluma aussitôt pour les manger crues. Cette chair
nous parut délicieuse, et j'avoue que je n'ai jamais trouvé tant de
douceur au miel même. Mais c'était un seul repas qui suffisait à peine
pour conserver la vie. Nous passâmes encore le reste du jour sans avoir
la vue d'aucune terre. Nos gens étaient si consternés, que, le canot
s'étant approché de nous, et ceux qui s'y trouvaient nous conjurant
encore de les prendre, on conclut que, puisque la mort était inévitable,
il fallait mourir tous ensemble. On les reçut donc, et l'on tira du
canot toutes les rames et les voiles.

»Il y eut alors dans la chaloupe trente rames, que nous rangeâmes sur
les bancs en forme de couverte ou de pont. On avait aussi une grande
voile, une misaine, un artimon et une civadière. La chaloupe avait tant
de creux, qu'un homme pouvait se tenir assis sous le couvert des rames.
Je partageai notre troupe en deux parties, dont l'une se tenait sous le
couvert, tandis que l'autre était dessus, et l'on relevait tour à tour.
Nous étions soixante-douze, qui jetions les uns sur les autres des
regards tristes et désolés, tels qu'on peut se les figurer entre des
gens qui mouraient de faim et de soif, et qui ne voyaient plus venir de
mouettes ni de pluie.

»Lorsque le désespoir commençait à prendre la place de la tristesse, on
vit comme sourdre de la mer un assez grand nombre de poissons volans, de
la grosseur des plus gros merlans, qui volèrent même dans la chaloupe.
Chacun s'étant jeté dessus, ils furent distribués et mangés crus. Ce
secours était léger. Cependant il n'y avait personne de malade; ce qui
paraissait d'autant plus étonnant, que, malgré mes conseils,
quelques-uns avaient commencé à boire de l'eau de la mer. «Amis, leur
disais-je, gardez-vous de boire de l'eau salée. Elle n'apaisera point
votre soif, et elle vous causera un flux de ventre auquel vous ne
résisterez pas.» Les uns mordaient des boulets de pierriers et des
balles de mousquets; d'autres buvaient leur propre urine. Je bus aussi
la mienne; mais, la rendant bientôt corrompue, il fallut renoncer à
cette misérable ressource.

»Ainsi le mal croissant d'heure en heure, je vis arriver le temps du
désespoir. On commençait à se regarder les uns les autres d'un air
farouche, comme prêts à s'entre-dévorer et à se repaître chacun de la
chair de son voisin. Quelques-uns parlèrent même d'en venir à cette
funeste extrémité, et de commencer par les jeunes gens. Une proposition
si terrible me remplit d'horreur; mon courage en fut abattu. Je me
tournai du côté du ciel pour le conjurer de ne pas permettre qu'on
exerçât cette barbarie, et que nous fussions tentés au-dessus de nos
forces, dont il connaissait les bornes. Enfin j'entreprendrais vainement
d'exprimer dans quel état je me trouvai lorsque je vis quelques matelots
disposés à commencer l'exécution et résolus de se saisir des jeunes
gens. J'intercédai pour eux dans les termes les plus touchans. «Amis,
qu'allez-vous faire? quoi! vous ne sentez pas l'horreur d'une action si
barbare? Ayez recours au ciel, il regardera votre misère avec
compassion. Je vous assure que nous ne pouvons pas être loin des
terres.» Ensuite je leur fis voir le pointage de chaque jour, et quelle
avait été la hauteur.

»Ils me répondirent que je leur tenais depuis long-temps le même
langage, qu'ils ne voyaient point l'effet des espérances dont je les
avais flattés, et qu'ils n'étaient que trop certains que je les trompais
ou que je me trompais moi-même. Cependant ils m'accordèrent le délai de
trois jours, au bout desquels ils me protestèrent que, s'ils ne voyaient
pas les terres, rien ne serait capable d'arrêter leur dessein. Cette
affreuse résolution me pénétra jusqu'au fond du coeur. Je redoublai mes
prières pour obtenir que nos mains ne fussent pas souillées par le plus
abominable de tous les crimes. Cependant le temps coulait, et
l'extrémité me paraissait si pressante, que j'avais peine à me défendre
moi-même du désespoir que je reprochais aux autres. J'entendais dire
autour de moi: _Hélas! si nous étions à terre, nous paîtrions du moins
l'herbe comme les bêtes._ Je ne laissai pas de renouveler
continuellement mes exhortations; mais la force commença le lendemain à
nous manquer autant que le courage. La plupart n'étaient presque plus
capables de se lever du lieu où ils étaient assis, ni de se tenir
debout. Rol était si abattu, qu'il ne pouvait se remuer. Malgré
l'affaiblissement que m'avaient dû causer mes blessures, j'étais encore
un des plus robustes, et je me trouvais assez de vigueur pour aller d'un
couvert de la chaloupe à l'autre.

»Nous étions au second jour de décembre, qui était le treizième depuis
notre naufrage. L'air se chargea; il tomba de la pluie qui nous apporta
un peu de soulagement. Elle fut même accompagnée d'un calme qui permit
de détacher les voiles des vergues, et de les étendre sur le bâtiment.
On se traîna par-dessous. Chacun but de l'eau de pluie à son aise, et
les deux petits tonneaux demeurèrent remplis. J'étais alors au timon,
et, suivant l'estime, je jugeai que nous ne devions pas être loin de la
terre. J'espérais que l'air pourrait s'éclaircir tandis que je demeurais
dans ce poste, et je m'obstinais à ne le pas quitter. Cependant
l'épaisseur de la brume et la pluie qui ne diminuait pas me firent
éprouver un air si vif, que, n'ayant plus le pouvoir d'y résister,
j'appelai un des quartier-maîtres pour lui faire prendre ma place. Il
vint, et j'allai me mêler entre les autres, où je repris un peu de
chaleur. À peine le quartier-maître eut-il passé une heure à la barre du
gouvernail, que, le temps ayant changé, il découvrit une côte. Le
premier mouvement de sa joie lui fit crier _terre!_ _terre!_ Tout le
monde retrouva des forces pour se lever, et chacun voulut être assuré
par ses yeux d'un si favorable événement. C'était effectivement la
terre. On fit servir aussitôt toutes les voiles, et l'on courut droit
sur la côte; mais, en approchant du rivage, on trouva les brisans si
forts, qu'on n'osa se hasarder à traverser les lames. L'île, car c'en
était une, s'enfonçait par un petit golfe où nous eûmes le bonheur
d'entrer. Là nous jetâmes le grapin à la mer. Il nous en restait un
petit qui servit à nous amarrer à terre, et chacun se hâta de sauter sur
le rivage.

»L'ardeur fut extrême pour se répandre dans les bois et dans les lieux
où l'on espérait trouver quelque chose qui pût servir d'aliment. Pour
moi, je n'eus pas plus tôt touché la terre, que, m'étant jeté à genoux,
je la baisai de joie, et je rendis grâce au ciel de la faveur qu'il nous
accordait. Ce jour était le dernier des trois à la fin desquels on
devait manger les mousses du vaisseau.

»L'île offrait des cocos; mais on n'y put découvrir d'eau douce. Nous
nous crûmes trop heureux de pouvoir avaler la liqueur que ces fruits
rendent dans leur fraîcheur. On mangeait les plus vieux, dont le noyau
était plus dur. Cette liqueur nous parut un agréable breuvage, et
n'aurait produit que des effets salutaires, si nous en eussions usé avec
modération; mais tout le monde en ayant pris à l'excès, nous sentîmes
dès le même jour des douleurs et des tranchées insupportables, qui nous
forcèrent de nous ensevelir dans le sable les uns près des autres. Elles
ne finirent que par de grandes évacuations, qui rétablirent le lendemain
notre santé. On fit le tour de l'île sans trouver la moindre apparence
d'habitation, quoique diverses traces fissent assez connaître qu'il y
était venu des hommes. Elle ne produit que des cocos. Quelques matelots
virent un serpent qui leur parut épais d'une brasse. Après avoir rempli
notre chaloupe de cocos vieux et frais, nous levâmes l'ancre vers le
soir, et nous gouvernâmes sur l'île de Sumatra, dont nous eûmes la vue
dès le lendemain. Celle que nous quittions en est à quatorze ou quinze
lieues. Nous côtoyâmes les terres de Sumatra vers l'est aussi long-temps
qu'il nous resta des provisions. La nécessité nous forçant alors de
descendre, nous rasâmes la côte sans pouvoir traverser les brisans. Dans
l'embarras où nous étions menacés de retomber, il fut résolu que quatre
ou cinq des meilleurs nageurs tâcheraient de se rendre à terre pour
chercher le long du rivage quelque endroit où nous pussions aborder. Ils
passèrent heureusement à la nage, et se mirent à suivre la côte tandis
que nous les conduisions des yeux. Enfin, trouvant une rivière, ils se
servirent de leurs caleçons pour nous faire des signaux qui nous
attirèrent à leur suite. En nous approchant, nous aperçûmes devant
l'embouchure un banc contre lequel la mer brisait encore avec plus de
violence. Je n'étais pas d'avis qu'on hasardât le passage, ou du moins
je ne voulus m'y déterminer qu'avec le consentement général. Tout le
monde se mit en rang par mon ordre, et je demandai à chacun son opinion.
Ils s'accordèrent tous à braver le péril. J'ordonnai qu'à chaque côté de
l'arrière on tînt un aviron percé, avec deux rameurs à chacun, et je
pris la barre du gouvernail pour aller droit à couper la lame. Le
premier coup de mer remplit d'eau la moitié de la chaloupe. Il fallut
promptement puiser avec les chapeaux, les souliers et tout ce qui
pouvait servir à cet office; mais un second coup de mer nous mit
tellement hors d'état de gouverner, que je crus notre perte certaine.
«Amis, m'écriai-je, tenez la chaloupe en équilibre, et redoublez vos
efforts, à puiser, ou nous périssons sans ressource.» On puisait avec
toute l'ardeur possible, lorsqu'un troisième coup de mer survint. Mais
la lame fut si courte, qu'elle ne put nous jeter beaucoup d'eau, sans
quoi nous périssions infailliblement; et la marée commençant aussitôt à
refouler, nous traversâmes enfin ces furieux brisans. On goûta l'eau,
qui fut trouvée douce. Ce bonheur nous fit oublier toutes nos peines.
Nous abordâmes au côté droit de la rivière, où le rivage était couvert
de belles herbes, entre lesquelles nous découvrîmes de petites fèves
telles qu'on en voit dans quelques endroits de la Hollande. Notre
première occupation fut d'en manger avidement. Quelques-uns de nos gens,
étant allés au-delà d'une pointe de terre qui se présentait devant nous,
y trouvèrent du tabac et du feu; nouveau sujet d'une extrême joie.
Quelque explication qu'il fallût donner à ces deux signes, ils nous
marquaient que nous n'étions pas loin de ceux qui les avaient laissés.
Nous avions dans la chaloupe deux haches qui nous servirent pour abattre
quelques arbres, dont nous fîmes de grands feux en plusieurs endroits;
et nos gens, divisés en petites troupes, s'assirent autour, et se mirent
à fumer le tabac qu'ils avaient trouvé.

»Vers le soir, nous redoublâmes nos feux; et, dans la crainte de quelque
surprise, je posai trois sentinelles aux avenues de notre petit camp. La
lune était au déclin. Nous passâmes la première partie de la nuit sans
autre mal que de violentes tranchées qui nous venaient d'avoir mangé
trop de fèves; mais, au milieu de nos douleurs, les sentinelles nous
apprirent que les habitans du pays s'approchaient en grand nombre. Leur
dessein, dans les ténèbres, ne pouvait être que de nous attaquer. Toutes
nos armes consistaient dans les deux haches, avec une épée fort
rouillée; et nous étions tous si mal, qu'à peine avions-nous la force de
nous remuer. Cependant cet avis nous ranima, et les plus abattus ne
purent se résoudre à périr sans quelque défense. Nous prîmes dans nos
mains des tisons ardens, avec lesquels nous courûmes au-devant de nos
ennemis: les étincelles volaient de toutes parts, et rendaient le
spectacle terrible. D'ailleurs les insulaires ne pouvaient être informés
que nous étions sans armes; aussi prirent-ils la fuite pour se retirer
derrière un bois. Nos gens retournèrent auprès de leurs feux, où ils
passèrent le reste de la nuit dans des alarmes continuelles. Rol et moi
nous nous crûmes obligés, par prudence, de rentrer dans la chaloupe,
pour nous assurer du moins cette ressource contre toutes sortes
d'événemens.

»Le lendemain, au lever du soleil, trois insulaires sortirent du bois,
et s'avancèrent vers le rivage. Nous leur envoyâmes trois de nos gens,
qui, ayant déjà fait le voyage des Indes, connaissaient un peu les
usages et la langue du pays. La première question à laquelle ils eurent
à répondre, fut de quelle nation ils étaient. Après avoir satisfait à
cette demande, et nous avoir représentés comme d'infortunés marchands,
dont le vaisseau avait péri par le feu, ils demandèrent à leur tour si
nous pouvions obtenir quelques rafraîchissemens par des échanges.
Pendant cet entretien, les insulaires continuèrent de s'avancer vers la
chaloupe, et s'en étant approchés avec beaucoup d'audace, ils voulurent
savoir si nous avions des armes. J'avais fait étendre les voiles sur la
chaloupe, parce que je me défiais de leur curiosité. On leur répondit
que nous étions bien pourvus de mousquets, de poudre et de balles. Ils
nous quittèrent alors avec promesse de nous apporter du riz et des
poules. Nous fîmes environ quatre-vingts ducats de l'argent que chacun
avait dans ses poches, et nous les offrîmes aux trois insulaires pour
quelques poules et du riz tout cuit qu'ils nous apportèrent. Ils
parurent fort satisfaits du prix. J'exhortai tous nos gens à prendre un
air ferme. Nous nous assîmes librement sur l'herbe, et nous nous remîmes
à tenir conseil, après nous être rassasiés par un bon repas. Les trois
insulaires assistèrent à ce festin, et dûrent admirer notre appétit.
Nous leur demandâmes le nom du pays, sans pouvoir distinguer dans leur
réponse si c'était Sumatra. Cependant nous en demeurâmes persuadés
lorsqu'ils nous eurent montré de la main que Java était au-dessous, et
nous comprîmes facilement qu'ils voulaient nommé Jean Coen, général des
Hollandais, qui commandait alors dans cette île. Il nous parut certain
que nous étions au vent de Java; et cet éclaircissement nous causa
d'autant plus de satisfaction, que, n'ayant point de boussole, nous
avions hésité jusqu'alors dans toutes nos manoeuvres. Il ne nous
manquait plus que des vivres pour achever de nous rendre tranquilles.
Je pris la résolution de m'embarquer avec quatre de nos gens dans une
petite pirogue qui était sur la rive, et de remonter la rivière jusqu'à
un village que nous aperçûmes dans l'éloignement, pour aller faire
autant de provisions qu'il me serait possible, avec le reste de l'argent
que j'avais rassemblé. M'étant hâté de partir, j'eus bientôt acheté du
riz et des poules, que j'envoyai à Rol avec la même diligence, en lui
recommandant l'égalité dans la distribution, pour ne donner à personne
aucun sujet de plainte. De mon côté, je fis dans le village un fort bon
repas avec mes compagnons, et je ne trouvai pas la liqueur du pays sans
agrément. C'est une sorte de vin qui se tire des arbres, et qui est
capable d'enivrer. Pendant que nous mangions, les habitans étaient assis
autour de nous, et conduisaient nos morceaux de leurs regards, en les
dévorant des yeux. Après le repas, j'achetai d'eux un buffle, qui me
coûta cinq réales et demi, mais étant si sauvage que nous ne pouvions le
prendre ni l'amener: nous y employâmes beaucoup de temps. Le jour
commençait à baisser; je voulais que nous retournassions à la chaloupe,
dans l'intention de revenir le lendemain. Mes gens me prièrent de les
laisser cette nuit dans le village, sous prétexte qu'il leur serait plus
aisé de prendre le buffle pendant les ténèbres. Je n'étais pas de leur
avis, et je m'efforçai de les détourner de ce dessein. Cependant leurs
instances m'y firent consentir, et je les quittai en les abandonnant à
leur propre conduite.

»Je retournai sur le bord de la rivière, où je trouvai près de la
pirogue quantité d'insulaires qui paraissaient en contestation. Ayant
cru démêler que les uns voulaient qu'on me laissât partir, et que
d'autres s'y opposaient, j'en pris deux par le bras, et je les poussai
vers la pirogue d'un air de maître. Leurs regards étaient farouches;
cependant ils se laissèrent conduire jusqu'à la barque, et ne firent pas
difficulté d'y entrer avec moi. L'un s'assit à l'arrière, et l'autre à
l'avant; enfin ils se mirent à ramer. J'observai qu'ils avaient au côté
chacun leur cric ou leur poignard, et par conséquent qu'ils étaient
maîtres de ma vie. Après avoir vogué, celui qui était à l'arrière vint à
moi, au milieu de la pirogue où je me tenais debout, et me déclara par
des signes qu'il voulait de l'argent. Je tirai de ma poche une petite
pièce de monnaie que je lui offris. Il la reçut, et l'ayant regardée
quelques momens d'un air incertain, il l'enveloppa dans le morceau de
toile qu'il avait autour de sa ceinture. Celui qui était à la proue vint
à son tour, et me fit les mêmes signes. Je lui donnai une autre pièce,
qu'il considéra aussi des deux côtés; mais il parut encore plus
incertain s'il la devait prendre ou m'attaquer; ce qui lui aurait été
facile, puisque j'étais sans armes. Je sentis la grandeur du péril, et
le coeur me battait violemment. Cependant nous descendions toujours, et
d'autant plus vite, que nous étions portés par le reflux. Vers la moitié
du chemin, mes deux guides commencèrent à parler entre eux avec beaucoup
de chaleur. Tous leurs mouvemens semblaient marquer qu'ils avaient
dessein de fondre sur moi. J'en fus alarmé jusqu'à trembler; ma
consternation me fit tourner les yeux vers le ciel, à qui je demandai le
secours qui m'était nécessaire dans un danger si pressant. Une
inspiration secrète me fit prendre le parti de chanter; ressource
étrange contre la peur. Je chantai de toute ma force, jusqu'à faire
retentir les bois dont les deux rives étaient couvertes. Les deux
insulaires se mirent à rire, ouvrant la bouche si large, que je vis
jusqu'au milieu de leur gosier. Leurs regards me firent connaître qu'ils
ne me croyaient ni crainte ni défiance. Ainsi je vérifiai ce que j'avais
entendu dire sans le comprendre, qu'une frayeur extrême est capable de
faire chanter. Pendant que je continuais cet exercice, la barque allait
si rapidement, que je commençai à découvrir notre chaloupe. Je fis des
signes à nos gens: ils les aperçurent, et je les vis accourir vers le
bord de la rivière. Alors me tournant vers mes deux rameurs, je leur fis
entendre que, pour aborder, il fallait qu'ils se missent tous deux à la
proue, dans l'idée que l'un d'eux ne pourrait du moins m'attaquer
par-derrière; ils m'obéirent sans résistance, et je descendis
tranquillement sur la rive.

»Lorsqu'ils me virent en sûreté au milieu de mes compagnons, ils
demandèrent où tant de gens passaient la nuit. On leur dit que c'était
sous les tentes qu'ils voyaient. Nous avions dressé effectivement de
petites tentes avec des branches et des feuilles d'arbres. Ils
demandèrent encore où couchaient Rol et moi, qui leur avions paru les
plus respectés. On leur répondit que nous couchions dans la chaloupe
sous les voiles; après quoi ils rentrèrent dans leur pirogue pour
retourner au village.

»Je fis à Rol et aux autres le récit de ce qui m'était arrivé dans mon
voyage, et je leur donnai l'espérance de revoir le lendemain nos quatre
hommes avec le buffle. La nuit se passa dans une profonde tranquillité;
mais, après le lever du soleil, nous fûmes surpris de ne pas voir
paraître nos gens, et nous commençâmes à soupçonner qu'il leur était
arrivé quelque accident. Quelques momens après, nous vîmes venir deux
insulaires qui chassaient une bête devant eux. C'était un buffle; mais
je n'eus pas besoin de le considérer long-temps pour reconnaître que ce
n'était pas celui que j'avais acheté. Un de nos gens qui entendait à
demi la langue du pays et qui se faisait entendre de même, demanda aux
deux noirs pourquoi ils n'avaient pas amené le buffle qu'ils nous
avaient vendu, et où étaient nos quatre hommes. Ils répondirent qu'il
avait été impossible d'amener l'autre, et que nos gens qui venaient
après eux en conduisaient un second. Cette réponse ayant un peu dissipé
notre inquiétude, je remarquai que le buffle sautait beaucoup et qu'il
n'était pas moins sauvage que le premier. Je ne balançai point à lui
faire couper les pieds avec la hache. Les deux noirs le voyant tomber
poussèrent des cris et des hurlemens épouvantables.

»À ce bruit, deux ou trois cents insulaires qui étaient cachés dans le
bois en sortirent brusquement et coururent d'abord vers la chaloupe,
dans le dessein apparemment de nous couper le passage pour s'assurer la
liberté de nous massacrer tous. Trois de nos gens qui avaient fait un
petit feu à quelque distance des tentes, pénétrèrent leur projet, et se
hâtèrent de nous en donner avis. Je sortis du bois, et, m'étant un peu
avancé, je vis quarante ou cinquante de nos ennemis qui se précipitaient
vers nous d'un autre côté du même bois. «Tenez ferme, dis-je à nos gens,
le nombre de ces misérables n'est pas assez grand pour nous causer de
l'épouvante.» Mais nous en vîmes paraître une si grande troupe, la
plupart armés de boucliers et d'une sorte d'épées, que, regardant notre
situation d'un autre oeil, je m'écriai: «Amis, courons à la chaloupe,
car si le passage nous est coupé, il faut renoncer à toute espérance.»
Nous prîmes notre course vers la chaloupe; et ceux qui ne purent y
arriver assez tôt se jetèrent dans l'eau pour s'y rendre à la nage.

»Nos ennemis nous poursuivirent jusqu'à bord; malheureusement pour nous,
rien n'était disposé pour s'éloigner de la rive avec une diligence
égale au danger. Les voiles étaient tendues en forme de tente d'un côté
de la chaloupe à l'autre, et tandis que nous nous empressions d'y
entrer, les insulaires, nous suivant de près, percèrent de leurs zagaies
plusieurs de nos gens, dont nous vîmes les intestins qui leur tombaient
du corps. Nous nous défendîmes néanmoins avec nos deux haches et notre
vieille épée. Le boulanger de l'équipage, qui était un grand homme plein
de vigueur, s'aidait de l'épée avec succès. Nous étions amarrés par deux
grapins, l'un à l'arrière et l'autre à l'avant. Je m'approchai du mât et
criai au boulanger, «coupe le câbleau;» mais il lui fut impossible de le
couper. Je courus à l'arrière, et mettant le câbleau sur l'étambord, je
criai, «hache»; alors il fut coupé facilement. Nos gens de l'avant le
prirent et tirèrent la chaloupe vers la mer. En vain les insulaires
tentèrent de nous poursuivre dans l'eau, ils perdirent fond et furent
contraints d'abandonner leur proie.

»Nous pensâmes à recueillir le reste de nos gens qui nageaient dans la
rivière. Ceux qui n'avaient pas reçu de coups mortels rentrèrent à bord,
et le ciel fit souffler aussitôt un vent forcé de terre, quoique
jusqu'alors il eût été de mer. Il nous fut impossible de ne pas
reconnaître que c'était un témoignage sensible de la protection divine.
Nous mîmes toutes nos voiles, et nous allâmes jusqu'au large d'une
seule bordée, avec une facilité surprenante à repasser le banc et les
brisans qui nous avaient causé tant d'embarras à l'entrée de la rivière.
Nos ennemis, s'imaginant que nous y ferions naufrage, s'étaient avancés
jusqu'à la dernière pointe du cap pour nous y attendre et nous
massacrer; mais le vent continua de nous être favorable, et l'avant de
la chaloupe, qui était fort haut, coupa les lames avec ce secours.

»À peine étions-nous hors de danger qu'on s'aperçut que le brave
boulanger qui nous avait si bien défendus avait été blessé d'une arme
empoisonnée. Sa blessure était au-dessus du nombril. Les parties
d'alentour étaient déjà d'un noir livide. Je lui coupai les chairs
jusqu'au vif pour arrêter le progrès du venin, mais la douleur que je
lui causai fut inutile: il tomba mort à nos yeux: nous le jetâmes dans
les flots. En faisant la revue de nos gens, nous trouvâmes qu'il en
manquait seize, dont onze avaient été tués au rivage. Le sort des quatre
malheureux qui étaient restés dans le village fut amèrement déploré.
Rien n'était si cruel que la nécessité où nous étions de les abandonner.
Cependant il y a beaucoup d'apparence qu'ils n'y purent être sensibles,
et que c'était déjà fait de leur vie.

»Nous gouvernâmes vent arrière, en rangeant la côte. Le reste de nos
provisions consistait en huit poules et un peu de riz. Elles furent
distribuées entre cinquante hommes que nous étions encore; mais la faim
commençant bientôt à se faire sentir, nous fûmes obligés de retourner à
terre par une baie que nous découvrîmes. Quantité de gens qui étaient
sur le rivage prirent la fuite en nous voyant débarquer. Nous avions
fait une trop funeste expérience de la barbarie de ces insulaires pour
en espérer des vivres; mais nous trouvâmes du moins de l'eau douce. Les
rochers voisins nous offrirent des huîtres et des petits limaçons de
mer, dont nous mangeâmes avec d'autant plus de goût, qu'ayant sauvé un
plein chapeau de poivre que j'avais acheté dans le village où j'avais
laissé nos quatre hommes, il nous servit à les assaisonner. Après nous
en être rassasiés, chacun en remplit ses poches, et nous rentrâmes dans
la chaloupe avec nos deux petits barrils d'eau fraîche. Je proposai, en
quittant la baie, de prendre un peu plus au large pour faire plus de
chemin. Ce conseil fut suivi; mais le vent, qui commençait à forcer,
nous fit essuyer pendant la nuit une grosse tempête. Cependant les
peines qu'il nous causa devinrent une faveur du ciel. Si nous eussions
continué de ranger la côte, nous n'aurions pu nous défendre de relâcher
près d'une autre aiguade qui se présente dans la même île, où nous
aurions trouvé des ennemis cruels qui s'étaient déclarés depuis peu
contre les Hollandais, et qui en avaient déjà massacré plusieurs. À la
pointe du jour nous eûmes la vue de trois îles qui étaient devant nous.
Nous prîmes la résolution d'y relâcher; quoique nous ne les crussions
point habitées. On se flattait d'y trouver quelque nourriture. Celle où
nous abordâmes était remplie de ces espèces de roseaux qu'on nomme
bambous, et qui sont de la grosseur de la jambe. Nous en prîmes
plusieurs, dont nous perçâmes les noeuds avec un bâton, à l'exception de
celui de dessus; et les remplissant d'eau douce comme autant de barils
que nous fermâmes avec des bouchons, nous portâmes une bonne provision
d'eau douce dans la chaloupe. Il y avait aussi des palmiers, dont la
cime était assez molle pour nous servir d'aliment. On parcourut l'île
sans y faire d'autres découvertes. Un jour me trouvant au pied d'une
assez haute montagne, je ne pus résister à l'envie de monter au sommet,
dans l'espérance vague de faire quelque observation qui pût être utile à
nous conduire. Nous cherchions les lieux où les Hollandais étaient
établis. Il me semblait que ce soin me regardait particulièrement, et
que tous nos gens avaient les yeux tournés sur moi. Cependant, outre les
maux qui m'étaient communs avec eux, je n'étais jamais venu aux Indes
orientales, et n'ayant ni boussole ni d'autres instrumens de mer, je ne
me trouvais capable de rien pour notre conservation.

»Lorsque je fus au sommet de la montagne, mes regards se perdirent dans
l'immense étendue du ciel et de la mer. Je me jetai à genoux, le coeur
plein d'amertume, et j'adressai ma prière au ciel avec des soupirs et
des gémissemens que je ne puis exprimer. Aussitôt je découvris deux
hautes montagnes dont la couleur me parut bleue. Il me vint dans
l'esprit qu'étant à Hoorn, j'avais entendu dire à Guillaume Schouten,
qui avait fait deux fois le voyage des Indes orientales, qu'au cap de
Java il y avait deux hautes montagnes qui paraissaient bleues. Nous
étions venus dans l'île en rangeant à main gauche la côte de Sumatra, et
ces montagnes étaient à la droite. Je voyais entre elles une ouverture
ou un vide au travers duquel je ne découvrais pas de terres, et je
n'ignorais pas que le détroit de la Sonde était entre Sumatra et Java.
Ces réflexions me firent conclure qu'il n'y avait point d'erreur dans
notre route. Je descendis plein de joie, et je me hâtai d'annoncer à Rol
que j'avais vu les deux montagnes. Elles ne paraissaient plus lorsque je
lui fis ce récit, parce que les nuées les couvraient. Mais j'ajoutai ce
que j'avais appris à Hoorn de la bouche de Schouten, et j'établis mes
conjectures par d'autres raisonnemens. Rol y trouva de la vraisemblance.
«Assemblons nos gens, me dit-il, et gouvernons de ce côté-là.» Cette
déclaration que je fis à l'équipage excita beaucoup d'empressement pour
apporter à bord de l'eau, des roseaux et des cimes de palmier. On mit à
la voile avec la même ardeur, le vent était favorable à nos nouvelles
vues; nous portâmes le cap droit à l'ouverture des deux montagnes, et
pendant la nuit nous gouvernâmes par le cours des étoiles. Vers minuit
nous aperçûmes du feu: on s'imagina d'abord que c'était le feu de
quelque vaisseau, et que ce devait être une caraque; mais, en
approchant, nous reconnûmes que c'était une petite île du détroit de la
Sonde. Après en avoir doublé la pointe, nous vîmes un autre feu de
l'autre côté, et diverses marques nous firent distinguer que c'étaient
des pêcheurs. Le lendemain, à la pointe du jour, nous fûmes arrêtés par
un calme. Nous étions sans le savoir sur la côte interne de Java. Un
matelot étant monté au haut du mât cria aussitôt qu'il découvrait un
gros de vaisseaux; il en compta jusqu'à vingt-trois. Notre joie nous fit
faire des cris et des sauts; on se hâta de border les avirons à cause du
calme, et l'on nagea droit vers cette flotte. C'était un nouvel effet de
la protection du ciel, car autrement nous serions allés nous jeter à
Bantam, où nous n'avions rien de favorable à nous promettre, parce que
le roi de cette contrée était en guerre avec notre nation; au lieu que,
par une faveur admirable de la Providence, nous allâmes tomber entre les
bras de nos compatriotes et de nos amis.

»Ces vingt-trois vaisseaux étaient hollandais, sous le commandement de
Frédéric Houtman d'Alkmaar. Il se trouvait alors dans sa galerie, d'où
il nous observait avec sa lunette d'approche, surpris de la singularité
de nos voiles, et cherchant l'explication d'un spectacle si nouveau. Il
envoya sa chaloupe au-devant de nous pour s'informer qui nous étions.
Ceux qui la conduisaient nous reconnurent; nous avions fait voile
ensemble du Texel, et nous ne nous étions séparés que dans la mer
d'Espagne. Ils nous firent passer, Rol et moi, dans leur chaloupe, et
nous conduisirent à bord de l'amiral, dont le vaisseau se nommait _la
Vierge de Dordrecht_. Nous lui fûmes aussitôt présentés. Après nous
avoir marqué la joie qu'il avait de nous revoir, jugeant sans
explication quel était le plus pressant de nos besoins, il fit couvrir
sa table, et s'y mit avec nous. Lorsque je vis paraître du pain et les
autres viandes, je me sentis le coeur si serré, que mes larmes
inondèrent mon visage, et que je ne me trouvai point la force de manger.
Nos gens, qui arrivèrent aussitôt, furent distribués sur tous les autres
vaisseaux de la flotte.»



LIVRE II.

CONTINENT DE L'INDE.



CHAPITRE PREMIER.

Côte de Malabar.


Les premiers regards que nous jetterons sur le continent de l'Inde
doivent se fixer d'abord sur la côte de Malabar, la première où aient
abordé les vaisseaux de Gama.

Toute l'étendue de terre qui est entre Surate et le cap de Comorin porte
ordinairement le nom de côte de Malabar. Cependant, pour suivre des
idées plus exactes, cette côte ne commence qu'au mont Delhy, qui est
situé sous le 12e degré au nord de la ligne. C'est seulement dans cet
espace que les habitans du pays prennent eux-mêmes le nom de Malabares,
ou Malavares. Dans ce dernier sens, la longueur de la côte est d'environ
deux cents lieues. Elle est divisée en plusieurs royaumes indépendans,
dont le plus puissant est celui du Samorin ou du roi de Calicut. Il y a
peu de villes dans un pays de cette étendue, et l'on n'y rencontre guère
que des villages d'inégale grandeur, qui, malgré la différence de leurs
souverains et l'opposition de leurs intérêts, se conduisent par les
mêmes lois et les mêmes usages.

Les habitans originaires sont noirs ou fort bruns, mais la plupart ont
la taille belle. Ils prennent un grand soin de leurs cheveux, qu'ils ont
ordinairement fort longs. On ne leur reproche point de manquer d'esprit;
mais, négligeant de le cultiver, ils vivent dans une égale indifférence
pour les sciences et les arts. L'habillement des hommes et des femmes
est à peu près le même. Les deux sexes se ceignent d'une pièce de toile
qui les couvre de la ceinture aux genoux. Ils ont le reste du corps nu,
sans en excepter la tête et les pieds; mais quelques-uns se servent d'un
mouchoir de soie pour attacher leurs cheveux, après les avoir divisés
par des tresses et des noeuds.

Dans les autres pays de l'Inde, les personnes riches, surtout les
femmes, portent pour habits des étoffes de soie et de brocart d'or ou
d'argent. Au Malabar, ce sont les femmes des plus basses tribus qui
emploient les étoffes précieuses à se vêtir; et celles qui sont
distinguées par la naissance ou les richesses ne se couvrent jamais que
de belle toile de coton. Elles ont de riches ceintures d'or, des
bracelets d'argent et de corne de buffle. Mais il n'est permis de porter
des bracelets d'or qu'à ceux que le souverain honore de cette
distinction. Les deux sexes ont des bagues et des pendans d'oreilles
d'or, qui pèsent quelquefois jusqu'à quatre onces; rien ne contribue
tant à leur allonger les oreilles, qu'ils ont naturellement grandes.
C'est pour eux un trait singulier de beauté. On a soin de les percer de
bonne heure aux enfans, et de leur mettre dans l'ouverture un morceau de
feuille de palmier sèche et roulée. Cette feuille, tendant sans cesse à
reprendre son étendue naturelle, dilate insensiblement le trou, et rend
l'oreille si longue, qu'il n'est pas rare d'en voir qui pendent plus bas
que les deux épaules, et par l'ouverture desquelles on passerait
aisément le poing.

Les Malabares Gentous se font raser la barbe; quelques-uns ont des
moustaches, quoique la plupart n'en conservent point. Leurs maisons sont
bâties de terre, et couvertes de feuilles de cocotier. La pierre n'est
employée qu'à la construction des pagodes et des maisons royales. Dans
leurs campagnes, qui paraissent ne former qu'un grand village, parce
qu'on y rencontre de toutes parts des maisons dispersées, chacun a son
enclos et son puits, surtout s'il est à quelque distance des rivières;
il ne leur est pas permis, soit pour se laver, soit pour boire,
d'employer l'eau d'un voisin qui n'est pas de la même tribu.

On distingue les Malabares mahométans et les gentous. Les premiers, qui
sont en fort grand nombre, se croient originaires de l'Arabie, d'où
leurs ancêtres sont venus s'établir sur cette côte. Tout le commerce du
pays est entre leurs mains, parce que les Gentous, et surtout les
naïres, qui composent leur noblesse, se croiraient avilis par cette
profession, et que d'ailleurs ils ne montent jamais en mer pour des
voyages de long cours. Aussi les Malabares mahométans sont-ils presque
tous riches; ils passent pour les plus méchans et les plus perfides de
tous les hommes. Ils font leur demeure dans les grosses bourgades, où
ils ne souffrent pas d'habitans qui ne soient de leur secte. On donne à
ces bourgs le nom de _bazar_, qui signifie marché, parce qu'ils ne sont
peuplés que de marchands. Les plus considérables sont situés près de la
mer, ou sur les bords des rivières, pour la facilité du commerce et la
commodité des négocians étrangers. Ces riches mahométans ne se bornent
point aux méthodes ordinaires qui conduisent à la fortune; la plupart
sont corsaires; ils courent la mer avec des galiotes et des galères
qu'ils nomment _pares_. Leurs brigandages s'étendent sur toutes les
côtes de l'Inde, et, du côté opposé, jusque dans le golfe Persique et
dans la mer Rouge, où ils pillent indifféremment tout ce qui tombe entre
leurs mains: leurs prisonniers sont traités avec la dernière barbarie.
Quoique leurs bâtimens soient presque toujours montés de cinq à six
cents hommes, ils attaquent rarement ceux des Européens, s'ils ne les
croient faibles, ou s'ils ne les voient fort petits: ils sont plus
subtils que braves; la moindre résistance les met en fuite: mais ils
sont insolens et cruels dans la victoire; et lorsqu'ils sont en mer, ils
ne font aucune distinction entre les étrangers et leurs meilleurs amis.
Cette férocité les abandonne au retour. Il n'y a rien à craindre dans
leurs bazars. Les princes sous l'autorité desquels ils sont établis
ferment les yeux sur leurs larcins maritimes, et les partagent même avec
eux; mais ils les punissent aussi rigoureusement que le moindre de leurs
sujets lorsqu'ils peuvent les convaincre de quelque autre vol. On les
distingue des Gentous à leur barbe qu'ils laissent croître, à l'usage
qu'ils ont de se couper les cheveux, et plus sûrement encore à leurs
habits, qui sont des vestes et des turbans; au lieu que les Gentous sont
presque nus.

Si les prisonniers qu'ils font sur mer sont Malabares, soit gentous ou
mahométans, ils les volent, les dépouillent et les mettent à terre; mais
ils ne peuvent les réduire à l'esclavage, s'ils sont Gentous d'une autre
contrée; s'ils sont chrétiens, ils ont le pouvoir de les conduire dans
leurs habitations, de les charger de chaînes et de les forcer à des
travaux pénibles qui abrégent bientôt la vie de ceux qui n'ont personne
qui s'intéresse à leur sort et qui se hâte de les racheter. Lorsqu'un
corsaire met pour la première fois une galère à l'eau, il y égorge
quelques-uns de ses esclaves chrétiens; et l'arrosant de leur sang, il
en espère plus de bonheur dans ses courses. S'il n'a pas de victimes
qu'il puisse encore immoler, il attend pour cet exécrable sacrifice
qu'il lui tombe quelques chrétiens entre les mains. Comme les Portugais
sont la première nation de l'Europe qui ait formé des établissemens aux
Indes, c'est aussi celle qui a le plus souvent éprouvé la cruauté des
mahométans du Malabar. Les gouverneurs de Goa en ont pris occasion
d'armer tous les ans un certain nombre de galiotes qui font une guerre
continuelle à ces ennemis du repos public. Ceux dont on peut se saisir
sont conduits à Goa, et condamnés à ramer sur les galères, ou à d'autres
travaux. Mais les pirates malabares ne sont pas plus sensibles au
malheur de leurs amis qui sont esclaves des Portugais qu'à la misère des
chrétiens qu'ils retiennent dans les fers.

Ces mahométans du Malabar sont assujettis à toutes les lois du pays qui
ne sont pas directement opposées aux maximes fondamentales de leur
secte. L'exercice de leur culte ne leur est permis que dans l'enceinte
de leurs bazars. Ils y ont peu de mosquées, et la plupart sont mal
entretenues. En un mot, les devoirs de la religion et de l'humanité les
touchent moins que la passion de s'enrichir par des voies indignes de
l'une et de l'autre.

Les Gentous formant le corps de la nation, non-seulement parce qu'ils
sont les habitans originaires, mais parce que leur nombre excède
beaucoup celui des mahométans, on les divise en plusieurs tribus, dont
la première et la plus éminente est celle des princes. Les nambours ou
grands-prêtres forment la seconde; les bramines la troisième; et les
nahers ou naïres, qui sont les nobles du pays, composent la quatrième.
La tribu des tives, qui est la cinquième, comprend ceux qui s'occupent à
cultiver la terre, à recueillir le tary, et à distiller l'eau-de-vie.
Ils portent quelquefois les armes, mais c'est par tolérance, après en
avoir reçu l'ordre ou la permission du prince. Les maïnats, sixième
tribu, n'ont pas d'autre occupation que de blanchir du linge et des
toiles, dont on fabrique une prodigieuse quantité dans toutes les
parties du Malabar. Les chètes, qui sont les tisserands, composent aussi
une tribu particulière; et Dellon, voyageur français, assure qu'il en
est de même de presque tous les métiers. Les moucouas sont la plus
nombreuse. Leur unique exercice est la pêche. Ils ne peuvent habiter que
sur le rivage de la mer, où tous leurs villages sont bâtis. On les
estime indignes de porter les armes; et, dans le plus grand besoin de
soldats, ils ne sont employés qu'à porter le bagage. La dernière et la
plus vile de toutes les tribus du Malabar, est celle des pouliats. Cette
malheureuse espèce d'hommes est regardée de toutes les autres comme la
plus méprisable partie de l'humanité, et comme indigne du jour. Les
pouliats n'ont pas de maison stable. Ils vont errans dans les campagnes;
il se retirent sous des arbres, dans des cavernes, ou sous des huttes
de feuilles de palmier. Leur unique fonction dans la société est de
garder les bestiaux et les terres. On devient infâme en les fréquentant,
et souillé pour s'être approché d'eux à la distance de vingt pas. Les
purifications sont indispensables pour ceux qui leur parlent de plus
près.

Les princes, les nambouris, les bramines et les naïres peuvent se
fréquenter, vivre ensemble et se toucher; mais personne de ces quatre
tribus ne peut prendre la même liberté avec des tribus inférieures sans
contracter une tache qui l'oblige de se purifier. Une femme est impure
et déshonorée sans retour lorsqu'elle épouse un homme d'une tribu
inférieure à la sienne. Elle peut s'allier dans une tribu supérieure.
Mais ces lois regardent particulièrement les pouliats. Si quelqu'un des
quatre premières tribus rencontre un de ces misérables objets de
l'exécration publique, il jette un cri d'aussi loin qu'il peut le voir;
et c'est un signal qui l'oblige de se retirer à l'écart. Au moindre
retardement, on a le droit de les tuer d'un coup de flèche ou de
mousquet, pourvu que le terroir ne soit pas privilégié, c'est-à-dire
consacré à quelque pagode. La vie de ces malheureux paraît si
méprisable, qu'un naïre qui veut éprouver ses armes tire indifféremment
sur le premier pouliat qu'il rencontre, sans distinction d'âge ou de
sexe. Jamais ce meurtre n'est recherché ni puni. Cette liberté de les
outrager et de les tuer impunément en a fort diminué le nombre; et
peut-être seraient-ils tous exterminés depuis long-temps, si le besoin
qu'on a d'eux pour la garde des biens de la campagne n'obligeait d'en
conserver quelques-uns. Il leur est défendu de se vêtir d'étoffe ou de
toile. L'écorce des arbres ou les feuilles entrelacées leur servent à se
couvrir. Ils sont d'ailleurs fort sales. On leur voit manger toutes
sortes d'immondices et de charognes; ils n'en exceptent pas celles des
boeufs et des vaches, ce qui augmente beaucoup l'horreur qu'on a pour
eux dans un pays où ces animaux sont en vénération. Aussi ne leur est-il
pas plus permis d'approcher des temples que des grands et de leurs
palais. Les prêtres ne reçoivent de leur part aucune autre offrande que
de l'or ou de l'argent: encore faut-il qu'ils le posent de fort loin à
terre, où l'on se garde de l'aller prendre avant qu'ils aient disparu.
On le lave pour le présenter aux dieux; et celui qui va le prendre est
obligé de se purifier après l'avoir apporté. S'ils ont quelque faveur à
demander aux grands, il faut aussi que leur requête soit présentée
d'assez loin; et la réponse se fait à la même distance. Souvent, sans
avoir commis la moindre faute, ils sont condamnés sous peine de la vie à
payer de grosses amendes; et, pour éviter la mort, ils apportent
fidèlement la taxe qu'on leur impose. Les voyageurs expliquent comment
des malheureux qui sont bannis du commerce des hommes, qui ne possèdent
rien, et qui n'exercent aucune profession dans laquelle ils puissent
s'enrichir, se trouvent en état de satisfaire à ces impositions. C'est
une passion commune à tous les Malabares d'enterrer tout l'or et
l'argent qu'ils ont amassé, et d'ajouter chaque jour quelque chose à
leur trésor, sans jamais en rien ôter. Ils meurent ordinairement sans en
avoir donné connaissance à leurs héritiers, dans l'espoir de retrouver
ces richesses et de pouvoir s'en servir lorsque, suivant leurs
principes, ils reviendront animer un autre corps. Les pouliats, qui
vivent dans l'oisiveté, emploient la meilleure partie de leur temps à la
recherche de ces trésors cachés; et le bonheur qu'ils ont souvent d'y
réussir les fait accuser de sortilége. L'usage qu'ils font de cet argent
est pour satisfaire l'insatiable avidité de leurs princes, qui menacent
continuellement leur vie. Cet incompréhensible avilissement de l'espèce
humaine que nous offrent si souvent les états despotiques, est la
condamnation évidente de cette détestable forme de gouvernement qui ne
devrait trouver d'apologistes qu'à la cour des tyrans, et qui, à la
honte de l'humanité, a trouvé des panégyristes chez les nations libres
et éclairées.

Les naïres ou les nobles du Malabar ne sont pas moins distingués par
leur adresse et leur civilité que par leur naissance. Ils ont seuls le
droit de porter les armes, et leur tribu est la plus nombreuse de chaque
état. Comme ils dédaignent la profession du commerce, la plupart ont
fort peu de bien; mais ils n'en sont pas moins respectés. Leur pauvreté
les oblige de s'engager, en qualité de gardes, au service des rois, des
princes, des gouverneurs de provinces et de villes, qui en ont toujours
un grand nombre à leur solde. Ils s'attachent même à d'autres naïres
plus riches et plus puissans, auxquels ils servent d'escorte, mais qui
les traitent avec autant d'honnêteté qu'ils en exigent de respect, pour
marquer l'égalité de la naissance.

Les étrangers qui résident ou qui passent dans le pays sont obligés de
prendre des naïres pour les garder; mais le nombre n'étant fixé par
aucune loi, ils ne consultent là-dessus que leurs facultés ou le désir
qu'ils ont de paraître avec éclat. C'est d'ailleurs une nécessité
indispensable de se faire accompagner de quelques naïres lorsqu'on
entreprend de voyager dans les terres du Malabar. Sans cette précaution,
le vol et l'insulte sont les moindres dangers auxquels on s'expose de la
part d'une tribu qui doit sa subsistance à cet usage. L'assassinat même
est une violence assez ordinaire; et comme on prend soin d'en avertir
les étrangers, ces vols et ces meurtres demeurent impunis. On rejette
leur malheur sur leur négligence ou leur avarice, d'autant plus qu'il ne
manque rien à la fidélité des naïres, lorsqu'on emploie volontairement
leurs services. Ils se louent jusqu'à la frontière de l'état dont ils
sont sujets; là ils cherchent eux-mêmes d'autres naïres de l'état
voisin, à la conduite desquels ils abandonnent le voyageur qui s'est
mis sous leur protection. Leur zèle va si loin, que, s'ils sont attaqués
dans la route, ils périssent tous jusqu'au dernier plutôt que de
survivre à ceux dont ils ont entrepris la défense. Ils n'abusent jamais
de la confiance qu'on a pour eux; ou, si l'on rapporte quelque exemple
de trahison, ils sont comme effacés par les affreux châtimens dont ils
ont été suivis. Ce n'est pas à la justice publique qu'on remet la
punition des coupables. Leurs plus proches parens leur servent de
bourreaux pour réparer la honte de leur famille, et les mettent en
pièces de leurs propres mains, avec des circonstances dont le récit fait
frémir.

Dellon observe qu'un étranger qui voyage dans le Malabar est plus en
sûreté sous l'escorte d'un enfant naïre que sous celle des plus
redoutables guerriers de la même tribu; parce que les voleurs du pays
ont pour maxime de n'attaquer jamais que les voyageurs qu'ils
rencontrent armés, et qu'ils ont, au contraire, un respect inviolable
pour la faiblesse et l'enfance. Les jeunes naïres, que leur âge ne rend
pas assez forts pour soutenir et pour manier les armes, portent une
petite massue de bois d'un demi-pied de longueur. Il est surprenant,
ajoute Dellon, que, malgré l'opinion bien établie qu'il y a moins de
danger sous la garde d'un de ces enfans que sous celle de vingt naïres
bien armés, tout le monde préfère le plaisir de paraître avec une suite
nombreuse à la certitude d'être couvert de toutes sortes d'insultes
sous une escorte qui flatte moins la vanité.

Un naïre qui sert de garde reçoit ordinairement quatre tares par jour;
en campagne, sa paie est de huit tares. C'est une petite monnaie
d'argent qui vaut à peu près deux liards, et dont seize valent un fanon,
petite monnaie d'or de la valeur de huit sous. Les rois malabares ne
fabriquent point d'autres espèces; mais ils laissent un cours libre dans
leurs états à toutes les monnaies étrangères d'or et d'argent.

Rien n'approche de la délicatesse et des scrupules de cette nation dans
ce qui concerne les alliances et les mariages. Un homme, il est vrai,
peut indifféremment se marier ou prendre une maîtresse dans sa tribu ou
dans celle qui suit immédiatement la sienne. Mais s'il est convaincu de
quelque intrigue d'amour avec une femme d'une tribu supérieure, les deux
coupables sont vendus pour l'esclavage ou punis de mort. Si la femme ou
la fille est de la tribu des nambouris, et son amant de celle des
bramines, on se contente de les vendre. Si l'homme est d'une tribu plus
basse, il est condamné à mourir, et la femme est remise entre les mains
du prince, qui a le droit de la vendre à quelque étranger chrétien ou
mahométan. Comme les femmes des quatre premières tribus l'emportent
ordinairement sur les autres par la beauté ou les agrémens, il se
présente un grand nombre de marchands pour acheter celles qui sont
condamnées à cette punition.

Dellon observe, comme une circonstance extrêmement singulière, que les
hommes de la tribu d'une femme coupable ont droit de tuer pendant trois
jours, dans le lieu où le crime s'est commis, et sans distinction d'âge
ni de sexe, toutes les personnes qu'ils rencontrent de la tribu du
séducteur. Les naïres exercent ce droit barbare sur les tives et les
chètes; ceux-ci sur les maucouas, et les maucouas sur la misérable tribu
des pouliats; mais, pour empêcher qu'il n'y ait trop de sang répandu, on
garde ordinairement les coupables pendant huit jours, et ces exécutions
sanglantes ne sont permises que du jour de leur supplice. Dans cet
intervalle, chacun a le temps et la liberté d'abandonner son village, où
les plus timides ne retournent qu'un jour ou deux après l'expiration du
terme.

On doit en conclure que l'homicide ne passe pas pour un grand crime
entre les Malabares. Outre les pouliats qu'on peut tuer impunément, il
est rare qu'on punisse de mort ceux qui tuent des personnes d'une tribu
plus élevée, à moins que le meurtre ne soit aggravé par les
circonstances; et, dans ces occasions mêmes, c'est moins la justice que
le ressentiment des familles qui règle ordinairement la vengeance. Il
n'en est pas de même du larcin: ces peuples en abhorrent jusqu'au nom.
Un voleur devient infâme: il est puni avec tant de sévérité, que
souvent le vol de quelques grappes de poivre conduit au supplice. On ne
connaît point au Malabar l'usage des prisons pour les criminels: on leur
met les fers aux pieds, et, dans cet état, on les garde jusqu'à la
décision de leur procès, qui dépend du prince, juge souverain de toutes
les affaires civiles et criminelles. Si l'accusation est douteuse et le
nombre des témoins insuffisant, on reçoit le serment de l'accusé dans
cette forme: il est conduit devant le prince, par l'ordre duquel on fait
rougir au feu le fer d'une hache; on couvre la main de l'accusé d'une
feuille de bananier, sur laquelle on met le fer brûlant pour l'y laisser
jusqu'à ce qu'il ait perdu sa rougeur, c'est-à-dire l'espace d'environ
trois minutes. Alors l'accusé se jette à terre, et présente sa main aux
blanchisseurs du roi, qui se tiennent prêts avec une serviette mouillée
dans une espèce d'eau de riz que les Indiens nomment _cangue_, et dont
ils l'enveloppent; ils lient ensuite la serviette avec des cordons dont
le prince scelle lui-même les noeuds de son cachet. Elle demeure dans
cet état pendant huit jours, après lesquels on découvre en public la
main du prisonnier. Lorsqu'elle se trouve saine et sans apparence de
brûlure, il est renvoyé absous; mais s'il y reste la moindre impression
du feu, on le conduit sur-le-champ au supplice. C'est par la bouche du
prince que l'arrêt est prononcé: l'exécution ne diffère jamais. Si le
crime est digne de mort, on fait sortir le coupable de l'enceinte du
palais; et les naïres de la garde, se faisant honneur d'exécuter l'ordre
du prince, ambitionnent la fonction de bourreau. Lorsque le crime est
assez noir pour dégrader le coupable de sa tribu, ses parens
s'empressent eux-mêmes de lui donner la mort pour laver dans son sang la
honte dont il couvre sa famille. Le supplice commun est de percer les
criminels à coups de lance, et de les mettre en pièces à coups de sabre
pour attacher leurs membres à plusieurs troncs d'arbres.

Chaque royaume du Malabar a plusieurs familles de princes qui composent
ensemble la tribu royale, distinguée de toutes les autres tribus. À la
mort d'un roi, le plus ancien des princes est déclaré son successeur, de
quelque famille qu'il soit dans cette tribu, sans qu'il y ait jamais de
contestation pour la royauté. Jamais aussi par conséquent on ne voit de
jeunes souverains. Celui qui parvient à la dignité suprême pense, après
son couronnement, à se procurer un lieutenant général sur lequel il
puisse se reposer des soins du gouvernement. À la vérité cette charge,
qui donne le premier rang après lui, est ordinairement mise à l'enchère,
mais il a le droit de choisir entre ceux qui en offrent le plus. C'est
ce gouverneur de l'état qui expédie les lettres, les passe-ports et tous
les ordres de la cour. Aussitôt que le roi se croit sûr de sa fidélité,
il lui abandonne entièrement l'administration publique pour se retirer
dans un de ses palais, où son unique occupation est de mener une vie
heureuse et tranquille. Le nouveau gouverneur fait son premier soin de
fournir au monarque tout ce qui peut contribuer à son bonheur; et,
jouissant en effet du pouvoir suprême, il reçoit les impôts, il
distribue les grâces et les récompenses; il fait à son gré la paix ou la
guerre; et quoique son devoir l'oblige d'en conférer avec son maître, il
se dispense souvent de cette servitude, surtout lorsque la vieillesse du
souverain augmente l'aversion qu'une vie molle lui inspire naturellement
pour les affaires.

Cependant, à quelque décrépitude que le roi soit parvenu, jamais un
lieutenant général n'ose pousser l'indépendance jusqu'à s'asseoir devant
lui, ni prendre liberté de faire entrer dans son palais un seul de ses
propres gardes, ni lui parler sans avoir les mains posées l'une sur
l'autre devant sa bouche; ce qui passe au Malabar pour la marque du plus
profond respect. Celui qui manquerait à quelqu'un de ces devoirs
s'exposerait à perdre la meilleure partie de son bien avec sa dignité;
parce que le roi se réserve toujours le pouvoir de casser ses lieutenans
généraux, sans être obligé de les rembourser de leur finance. Mais ces
violentes extrémités sont presque sans exemple. Il est rare, dans les
pays orientaux, qu'un sujet oublie son devoir jusqu'à s'écarter du
respect qu'il doit à son maître.

On donne au roi de Cananor le nom de _colitri_, titre héréditaire comme
celui de _samorin_ pour les rois de Calicut. Lorsque ces monarques
sortent de leurs palais, ils sont portés sur un éléphant ou dans un
palanquin. Ils ne paraissent jamais en public sans porter sur la tête
une couronne d'or, du poids de cinq cents ducats, et de la forme d'un
bonnet de nuit qui s'élève en pointe. C'est de la main de son lieutenant
général que chaque monarque reçoit cette couronne: elle ne sert qu'à
lui. Après sa mort, elle est déposée dans le trésor de la pagode royale;
et le roi qui succède en reçoit une du même poids de celui qu'il choisit
pour gouverner en son nom.

Les souverains du Malabar se font toujours accompagner d'une nombreuse
garde de naïres, avec quantité de trompettes, de tambours et d'autres
instrumens. Quantité d'officiers qui marchent loin avant les gardes
crient de toutes leurs forces que le roi vient, pour avertir ceux qui
n'ont pas droit de paraître devant lui qu'ils doivent se retirer. Tous
les princes qui se font voir hors de leurs palais sans être à la suite
du roi sont escortés aussi d'un grand nombre de gardes, d'instrumens et
d'officiers qui les précèdent, pour éloigner les personnes des tribus
inférieures. Les princesses jouissent du même privilége. Si le
lieutenant général de l'état n'est pas prince, il peut avoir des naïres
pour sa garde; mais il n'a pas de trompettes ni d'officiers qui
obligent le peuple de se retirer.

Les princes, qui ont ici tant de supériorité sur les autres tribus dans
l'ordre politique, sont inférieurs, dans l'ordre de la religion, aux
nambouris et aux bramines, dont les tribus ne sont pas moins révérées
des Malabares que de tous les autres Gentous de l'Inde. Observons, pour
éclaircir toutes ces différences, qu'une des coutumes les plus sacrées
est celle qui exclut les enfans de la succession de leurs pères, parce
qu'ils n'en tirent pas leur noblesse, et qu'ils la tirent seulement de
leur mère, à la tribu desquelles ils appartiennent toujours. On marie
ordinairement les princesses avec des nambouris ou des bramines; et les
enfans qui sortent de ces mariages sont princes et capables de succéder
à la couronne; mais, comme il n'y a pas toujours assez de princesses
pour tous les nambouris et les bramines, ils peuvent épouser aussi des
femmes de leur propre tribu: alors les enfans sont de de la tribu de
leur mère. Les princes n'épousent point de princesses: ils prennent
leurs femmes dans la tribu des naïres; d'où il arrive que leurs enfans
sont naïres et ne sont pas princes. Les naïres se marient ordinairement
dans leur propre tribu, qui est la plus nombreuse, et leurs enfans sont
naïres. Cependant ils ont la liberté de se choisir des femmes dans des
tribus qui suivent immédiatement la leur, comme celles des maïnats et
des chètes; mais alors leurs enfans suivent la condition de leur mère,
et n'ont aucun droit à la noblesse. En un mot, les hommes de toutes les
tribus peuvent s'allier ou dans leur propre tribu, ou dans celle qui est
immédiatement au-dessous; mais il n'est jamais permis aux femmes de se
mésallier; l'infraction de cette loi leur coûte la vie ou la liberté.

Les princes, les nambouris, les bramines et les naïres ont ordinairement
chacun leur femme, qu'ils s'efforcent d'engager par leurs libéralités et
leurs caresses à se contenter d'un seul mari; mais ils ne peuvent l'y
contraindre. Elle a droit de s'en procurer plusieurs, pourvu qu'ils
soient tous ou de sa tribu, ou d'une tribu supérieure. C'est une loi
fort ancienne entre les Gentous du Malabar, que les femmes peuvent avoir
autant de maris qu'elles en veulent choisir, par opposition peut-être
aux mahométans, qui ont la liberté de prendre autant de femmes qu'ils en
peuvent nourrir. Jamais cette multiplicité de maris ne produit aucun
désordre: s'ils sont d'une tribu qui leur donne droit de porter les
armes, celui qui rend une visite à leur femme commune laisse ses armes à
la porte de la maison pendant tout le temps qu'il s'y arrête, et ce
signal en éloigne les autres. Ceux à qui leur tribu ne permet pas d'être
armés laissent d'autres marques à la porte, qui n'assurent pas moins
leur tranquillité.

Au reste, les promesses, qui font l'unique bien de ces mariages,
n'engagent les Malabares qu'autant qu'ils se plaisent mutuellement.
Aussitôt que leur amour se ralentit, ou qu'il naît entre eux quelque
autre raison de dégoût, ils se séparent sans querelles et sans plaintes.
Le gage ordinaire de la foi conjugale est une pièce de toile blanche
dont le mari fait présent à sa femme, et qu'elle emploie pour se
couvrir. Il n'est pas moins libre aux hommes de quitter une femme qu'aux
femmes de changer de mari, ou d'en prendre un nouveau, qu'elles joignent
au premier. Malgré cette étrange liberté, on voit au Malabar quantité
d'heureux mariages. Il n'est pas rare d'y voir durer l'amour aussi
long-temps que la vie, ou de ne le voir finir que par des raisons assez
fortes pour justifier l'inconstance.

Quoique les femmes aient souvent plusieurs maris, la plupart des hommes
n'ont qu'une seule femme. Celles qui se voient sans bien cherchent à
réparer leur fortune en s'attachant un grand nombre d'hommes, dont
chacun s'efforce de contribuer à leur entretien. Il paraît certain que
c'est de ce droit des femmes qu'est venu l'usage de ranger les enfans
dans la tribu de leurs mères. À quelle autre tribu appartiendraient-ils,
lorsqu'ils n'ont aucune règle pour distinguer leur père? C'est
apparemment la même raison qui fait passer l'héritage aux neveux du côté
des soeurs, c'est-à-dire aux descendans des femmes, parce qu'il n'y a
jamais aucun doute qu'ils ne soient du véritable sang. Les mahométans du
Malabar ont trouvé cet ordre si sûr pour exclure les étrangers de leur
succession, que, sans être moins jaloux qu'en Turquie, ni moins soigneux
d'enfermer leurs femmes, ils observent l'usage de faire passer les biens
aux neveux maternels.

On marie les filles dans un âge fort tendre. Il s'en trouve peu qui
attendent jusqu'à douze ans, et rien n'est plus commun que de les voir
mères à dix ans. La plupart sont de petite taille. Leurs mariages
prématurés arrêtent peut-être les développemens de la nature; mais elles
sont propres, et généralement d'une figure agréable. La loi qui leur
permet d'avoir plusieurs maris les met à couvert du cruel usage d'une
grande partie des Indes, qui oblige les femmes idolâtres à se faire
brûler vives avec le mari qu'elles ont perdu.

Les habitans riches du Malabar, entre lesquels on comprend les rois
mêmes et les princes, n'affectent pas, comme dans les autres pays des
Indes, de se distinguer par une grande abondance de vaisselle d'or et
d'argent. Ils n'emploient que des paniers de jonc, et des plats de terre
ou de cuivre. Le reste de leurs meubles consiste dans des tapis ou des
nattes. Au lieu de bougies et de chandelle, ils brûlent de l'huile de
coco dans les lampes. S'ils mangent la nuit, ils tournent le dos à la
lumière. Ils ne font jamais de feu dans leurs maisons, parce que le
froid n'y est jamais assez vif pour les obliger à se chauffer. Les
cheminées ou les fourneaux qui servent à préparer leurs alimens sont en
dehors. Le riz, qu'ils recueillent au lieu de blé, fait leur principale
nourriture. Ils y joignent du lait et des légumes; mais leurs mets ont
peu de délicatesse, et leurs lits ne sont que des planches, dont ils
forment une sorte d'estrade, que les riches couvrent de tapis, et les
pauvres de nattes fort simples. Les uns et les autres n'ont qu'une pièce
de bois pour chevet.

Mais leurs pagodes ou leurs temples sont d'une magnificence surprenante.
La plupart sont couverts de lames de cuivre, et quelques-uns de plaques
d'argent. On trouve toujours à l'entrée des bassins d'une grandeur
proportionnée à la richesse du temple, où ceux qui viennent présenter
leurs voeux et leurs offrandes commencent par se purifier. Les plus
célèbres de ces édifices ont de grandes terres qui leur viennent de la
libéralité des princes, et qui passent pour des lieux si sacrés, que
c'est un crime irrémissible que d'y avoir répandu du sang. Le coupable,
de quelque tribu et de quelque condition qu'il puisse être, n'évite
point la mort; ou s'il trouve le moyen de s'en garantir par la fuite, on
lui substitue son plus proche parent. Outre les biens inaliénables, on
offre sans cesse aux idoles du riz, du beurre, des fruits, des
confitures, de l'or, de l'argent et des pierreries. Les bramines tirent
non-seulement leur subsistance de ces offrandes, mais, dans les temples
bien fondés, ils distribuent chaque jour aux pauvres du voisinage et
aux passans étrangers quantité de riz et d'autres secours, sans égard
pour leur religion; avec cette seule différence, que les pauvres Gentous
des tribus supérieures ont la liberté d'entrer dans la pagode et d'y
séjourner, au lieu que les pauvres des tribus inférieures, ou qui ne
sont pas Gentous, reçoivent l'aumône hors du temple et n'y peuvent
jamais entrer. On leur accorde néanmoins le logement dans les lieux qui
n'ont pas d'autre usage.

Les Gentous ont dans leurs temples une infinité d'idoles qui ne
représentent rien de connu dans le monde, et qui ne doivent leur
existence qu'au caprice de l'ouvrier. Ils y gardent avec la même
vénération les images de plusieurs animaux auxquels ils rendent un culte
religieux. Mais ils adorent particulièrement le soleil et la lune. Leurs
réjouissances au renouvellement de la lune, et leurs alarmes au temps
des éclipses leur sont communes avec tous les Orientaux, et presque avec
tous les idolâtres de l'univers. Mais, dans l'opinion que la lumière et
la chaleur du soleil sont encore plus nécessaires, leur frayeur est
beaucoup plus vive pendant les éclipses de cet astre. Ils ne cessent
point de hurler et de prier qu'il n'ait repris sa splendeur ordinaire.

Ils saluent leurs dieux et leurs rois avec les mêmes cérémonies; et leur
respect pour leur prince va si loin, qu'à quelque distance qu'ils soient
de sa personne, ils n'osent jamais s'asseoir dans un lieu où ses
regards peuvent tomber. Les jeunes naïres observent le même devoir à
l'égard des anciens de leurs tribus, sans se relâcher pour les plus
pauvres, ni même pour leurs ennemis.

Comme il y a peu de régularité dans leur calendrier, et qu'ils comptent
le temps par les lunes, ils n'ont pas de jours fixes pour la célébration
de leurs fêtes. Tout dépend du caprice des bramines, qui se préparent à
ces solennités par des jeûnes très-austères. Le jour qu'ils ont indiqué,
tous les peuples voisins d'une pagode s'y rendent tumultueusement pour
accompagner les idoles qu'on promène, dans les villages de la dépendance
du temple, sur des éléphans magnifiquement ornés. Une troupe de naïres
les environne avec des éventails attachés à de longues cannes, qui leur
servent à chasser les mouches autour des idoles et des prêtres. L'air
retentit du bruit confus des instrumens mêlés aux acclamations du
peuple, pendant qu'un des principaux bramines, armé d'un sabre à deux
tranchans, dont la poignée est garnie de plusieurs sonnettes, court
devant le cortége avec toutes les agitations d'un furieux, en se donnant
par intervalle des coups de sabre sur la tête et sur le corps. On voit
couler abondamment le sang de ses blessures. On brûle après leur mort
les princes, les nambouris, les bramines et les naïres, et l'on enterre
les morts de toutes les tribus inférieures.

Les Malabares à qui la loi permet de porter les armes s'en servent avec
beaucoup d'adresse. À peine les enfans ont la force de marcher, qu'on
leur met entre les mains de petits arcs et des flèches proportionnées,
avec lesquelles ils font la guerre aux oiseaux. À l'âge de dix ou douze
ans, ils sont envoyés dans les académies entretenues aux dépens du
prince, où la subsistance et l'instruction sont gratuites. Chacun
fabrique les armes dont il se sert. Leurs mousquets sont néanmoins fort
légers. Ils ont tous un moule pour les balles. En tirant, ils appuient
la crosse du fusil contre leur joue, sans qu'il arrive jamais aucun
inconvénient de cette méthode. On leur voit rarement manquer leur coup:
ils se servent aussi de sabres et de lances; mais rien n'est comparable
à l'adresse avec laquelle ils tirent de l'arc. Dellon leur a vu souvent
tirer deux flèches, l'une immédiatement après l'autre, et percer de la
seconde le bois de la première. La longueur ordinaire de leurs arcs est
de six pieds, et leurs flèches sont longues de trois. Le fer a trois
doigts de large sur huit de long. Ils ne les portent point dans un
carquois, comme les Mogols, qui en ont de beaucoup plus petites; mais
ils en tiennent six ou sept dans la main. Avec l'arc, la lance et le
mousquet, ils ont au côté gauche un petit coutelas sans fourreau, large
d'un demi-pied et long d'un pied et demi, qui est soutenu par un crochet
de fer. Cette arme ne s'emploie que dans les combats où ils ne peuvent
plus se servir des autres armes. Ceux qui portent le sabre l'ont nu dans
une main, avec une rondache dans l'autre. Toutes les armes sont
entretenues avec une propreté dont les autres Indiens sont fort
éloignés.

Dans les académies, la jeune noblesse est souvent exercée aux fonctions
militaires devant le prince et les grands. On nomme des juges. Les
directeurs choisissent les plus habiles écoliers, et les divisent en
deux bandes, qui doivent combattre en champ clos pendant un temps
limité; mais ces divertissemens dégénèrent presque toujours en
véritables combats, et finissent par une effusion de sang qui coûte la
vie à plusieurs de ces jeunes champions.

Quoique les naïres soient naturellement braves, et qu'ils portent
toujours leurs armes nues, ils en font rarement usage pour satisfaire
leurs ressentimens particuliers. La plupart de leurs différens se
terminent par des injures. S'ils en viennent quelquefois aux mains, ils
commencent par mettre bas leurs armes, et leur combat se fait à coups de
poings. Lorsqu'il s'élève une querelle d'importance entre deux naïres
riches et puissans, et que l'honneur de leurs familles y est intéressé,
chacun des deux adversaires choisit un ou plusieurs de ses vassaux dans
une tribu inférieure. Ils sont abondamment nourris pendant quelques
semaines. On leur apprend à manier les armes. Aussitôt qu'on les croit
bien instruits, on convient du jour et du lieu où le différent doit se
terminer. Le prince s'y rend avec toute sa cour. Les adversaires s'y
trouvent à la tête de ceux qui doivent combattre pour eux. La mêlée
commence entre ces malheureux vassaux, qui ne doivent être armés que de
deux petits coutelas à deux tranchans, et le combat ne finit
ordinairement que par la mort de tous les braves d'un des deux partis.
La victoire décide de la meilleure cause. Alors les deux naïres se
réconcilient tranquillement, avec peu de regret du sang qui s'est versé
pour eux, et dans l'orgueilleuse idée que leur propre sang est trop
noble et trop précieux pour être répandu dans toute autre cause que
celle du prince ou de l'état. Entre ces misérables victimes de la
vengeance de leurs maîtres, il est assez ordinaire que les vainqueurs
mêmes qui ont survécu à leurs ennemis jouissent peu de la victoire,
parce qu'ils ne sortent d'un combat si désespéré qu'avec des blessures
mortelles.

En général, les Malabares sont fort patiens. Ils s'abandonnent rarement
à la colère; s'ils se vengent, c'est toujours par les voies de
l'honneur. Ils ont tant d'horreur pour le poison, qu'à peine savent-ils
de quoi il peut être composé, quoique ce détestable usage soit fort
commun dans tous les autres pays de l'Inde.

Dans leurs guerres, ils ne connaissent aucun ordre. On ne les voit
observer ni rang, ni marche régulière, ni la moindre apparence de
discipline. Les rois de cette contrée ne cherchent point à s'agrandir
par l'usurpation des états voisins. S'ils pénètrent chez leurs ennemis,
c'est pour se venger par quelques ravages; et lorsqu'ils font la paix,
ils se restituent mutuellement toutes leurs conquêtes, à l'exception du
butin.

L'air est sain sur toute la côte. On y trouve abondamment du gibier de
toutes les espèces. La mer voisine est fort poissonneuse et le poisson
excellent. L'Asie a peu de pays où l'on trouve avec plus de facilité et
d'abondance tout ce qui est nécessaire à la subsistance des hommes. Les
fruits et les plantes y sont d'une excellence et d'une variété
singulières. Cependant le poivre du Malabar est moins estimé que celui
de quelques états voisins, quoiqu'il en produise beaucoup plus. On n'y
trouve du cardamome que dans le royaume de Cananor, sur une montagne
éloignée de la mer d'environ six à sept lieues. Le profit en est grand
pour les propriétaires, non-seulement parce qu'il n'en croît point
ailleurs, mais parce qu'il demande moins de culture que le poivre. On
est dispensé de le semer, et même de labourer la terre. Il suffit de
mettre le feu aux herbes qui se sont multipliées pendant les pluies et
que le soleil dessèche après l'hiver. Leurs cendres brûlées disposent la
terre à produire le cardamome. Il se transporte dans tous les royaumes
de l'Inde, en Perse, en Arabie, en Turquie, et jusqu'en Europe, où il ne
s'emploie guère néanmoins que pour les usages de la médecine: mais la
plupart des peuples de l'Asie ne trouvent rien de bien apprêté, s'il
n'y a du cardamome. Sa rareté en augmente la valeur jusqu'à le rendre
ordinairement trois ou quatre fois plus cher que le plus beau poivre.

Il se trouve de la cannelle dans le pays de Malabar; mais elle est si
peu comparable à celle qui vient de Ceylan, qu'elle n'est guère employée
que pour la teinture. On ne dit rien des arbres, qui sont communs à
toutes les parties de l'Inde. Mais, comme il n'y a point de pays où les
cocotiers soient en si grand nombre, ni dans lequel on en tire autant
d'avantages, c'est l'occasion de donner une description exacte de cet
admirable ouvrage de la nature.

Les Malabares donnent indifféremment le nom de _tenga_ au cocotier et à
son fruit. La hauteur ordinaire de cet arbre est de trente à quarante
pieds. Il est d'une grosseur médiocre, fort droit, et sans autres
branches que dix ou douze feuilles qui sortent du tronc vers le sommet.
Ces feuilles sont larges d'un pied et demi, et longues de huit ou dix.
Elles sont divisées comme celles du palmier qui porte les dattes. On les
emploie sèches et tressées pour couvrir les maisons. Elles résistent
pendant plusieurs années à l'air et à la pluie. De leurs filamens les
plus déliés on fait de très-belles nattes qui se transportent dans
toutes les Indes. Des plus gros filets on fait des balais. Le milieu,
qui est comme la tige de la feuille, et qui n'est pas moins gros que la
jambe, sert à brûler. On voit aux cocotiers un nombre de feuilles
presque toujours égal, parée qu'il en succède continuellement de
nouvelles aux anciennes.

Le bois de l'arbre est spongieux, et se divise en une infinité de
filamens; ce qui ne permet de l'employer à bâtir des maisons et des
vaisseaux que dans sa vieillesse, lorsqu'il devient plus solide: ses
racines sont en fort grand nombre et très-déliées; elles n'entrent pas
fort loin dans la terre; mais le cocotier n'en résiste pas moins à la
violence des orages; sans doute parce que, n'ayant point de branches, il
donne moins de prise à l'effort du vent. Au sommet, on trouve entre les
feuilles une sorte de coeur ou de gros germe qui approche du chou-fleur
par la figure et le goût, mais qui a quelque chose de plus agréable. Un
seul de ces germes suffit pour rassasier six personnes. Cependant on en
fait peu d'usage, parce que l'arbre meurt aussitôt qu'il est cueilli, et
ceux qui veulent s'accorder le plaisir d'en manger font toujours couper
le tronc. Entre ce chou et les fleurs il sort plusieurs bourgeons fort
tendres, à peu près de la grosseur du bras. En coupant leur extrémité,
on a déjà vu qu'on en fait distiller une liqueur qui a été décrite. Les
tives, dont la tribu s'attache particulièrement à l'agriculture, montent
chaque jour, soir et matin, au sommet des cocotiers. Ils portent à leur
ceinture un vase dans lequel ils versent ce qui a été distillé depuis
le soir ou le matin du jour précédent. Cette liqueur porte, au Malabar
comme dans l'Indoustan, le nom de _tary_ ou _soury_. C'est la seule
qu'on recueille régulièrement sur toute la côte. En la distillant, on en
fait d'assez bonne eau-de-vie, qui devient très-violente en la passant
trois fois à l'alambic. Si le tary frais est jeté dans une poêle pour y
bouillir avec un peu de chaux vive, il s'épaissit en consistance de
miel. S'il bout un peu plus long-temps, il acquiert la solidité du
sucre, et même à peu près sa blancheur; mais il n'a jamais la
délicatesse de celui des cannes. C'est de ce sucre que le peuple fait
toutes ses confitures: les Portugais l'appellent _jagre-jagara_, qui est
le nom malabare.

Les cocotiers dont on fait distiller le tary par l'incision des
bourgeons ne portent aucun fruit, parce que c'est de cette liqueur que
le fruit se forme et se nourrit. Mais ceux qu'on épargne pour en tirer
des cocos poussent de chacun de leurs bourgeons une sorte de grappe
composée de dix, douze ou quinze cocos au plus. La superficie de leur
première écorce est d'abord verte et fort tendre. Elle contient une
liqueur claire, agréable, saine et rafraîchissante, qui monte
quelquefois à plus d'une chopine dans les plus gros fruits. L'écorce qui
la renferme immédiatement se mange avec plaisir lorsqu'elle est tendre,
et a le goût des fonds d'artichauts. Mais à mesure que les cocos
mûrissent, une portion de cette eau se change insensiblement en une
substance blanche, molle et douce, qui a le goût de la crème. Les
Malabares donnent aux cocos à demi mûrs le nom d'_élixir_, et les
Portugais celui de _lagné_. Dans leur parfaite maturité, il ne reste que
très-peu d'eau, et le goût en devient moins agréable à mesure que la
quantité diminue. C'est de cette eau que se forme leur chair, qui est à
la fin aussi solide et aussi ferme que celle des noisettes, dont elle a
la blancheur et le goût. Les cuisiniers indiens en expriment le suc dans
leurs sauces les plus délicates. On la presse dans des moulins pour en
tirer une huile qui est la seule dont on se serve aux Indes. Récente,
elle égale en bonté l'huile d'amandes douces; en vieillissant, elle
acquiert le goût d'huile de noix; mais elle n'est alors employée que
pour la peinture.

L'arbre pousse de nouveaux bourgeons, et porte de nouveaux fruits trois
fois l'année. La grosseur des cocos est à peu près celle de la tête
humaine. Comme le moindre vent les fait tomber, il est dangereux de
s'asseoir sous les arbres qui les portent; mais on en est peu tenté,
parce qu'étant sans branches, ils n'offrent point d'abri contre les
ardeurs du soleil. La première écorce des cocos est fort polie et
toujours verte, quoiqu'elle jaunisse un peu en vieillissant, surtout
lorsque le fruit est anciennement tombé de l'arbre. Après la première
pellicule de cette écorce, ce qui reste est épais de trois doigts. On
le divise en filamens qui servent à faire toutes sortes de cordages, et
même des câbles pour les plus gros vaisseaux. La seconde enveloppe est
une coque fort dure, et de l'épaisseur d'un pouce; c'est cette coque qui
renferme la chair dont on tire l'huile. On en fait des tasses, des
cuillères, des poires à poudre et d'autres petits ouvrages. Le reste se
brûle pour en faire du charbon, qui sert aux forges des artisans.
Lorsqu'on a tiré l'huile de la chair, il reste un marc dont le peuple
nourrit les pourceaux et la volaille, et dont quantité de pauvres se
nourrissent eux-mêmes dans les années stériles.

Dellon conclut que l'éloge du cocotier n'est point exagéré lorsqu'on le
représente comme la plus utile et la plus merveilleuse de toutes les
productions de la nature. On fait de son tronc des maisons commodes,
dont le toit est couvert de ses feuilles, et dont les meubles ou les
ustensiles sont composés de son bois ou de ses coques. On en fait des
barques, avec leurs mâts et leurs vergues. Les cordages et les voiles se
font de ses filamens les plus déliés, dont on fabrique aussi diverses
sortes d'étoffes. Un bâtiment qui se trouve ainsi composé d'une partie
de l'arbre peut être chargé de fruit, d'huile, de vin, de vinaigre,
d'eau-de-vie, de miel, de sucre, d'étoffes et de charbon, qui sont tirés
des autres parties.

Schouten et Dellon vantent beaucoup une espèce d'arbre plus particulière
à cette contrée qu'aux autres pays de l'Inde, qui est de la hauteur de
nos plus grands noyers; et dont la feuille ressemble beaucoup à celle du
laurier. Il porte des fleurs d'une odeur très-agréable, et de son tronc
il distille une gomme qui sert à calfater les vaisseaux. Mais ce qu'il y
a de plus singulier dans une si grande espèce, c'est que ses branches,
comme celles du palétuvier, après s'être étendues en hauteur,
s'abaissent enfin vers la terre, et qu'à peine y ont-elles touché
qu'elles y prennent racine. Avec le temps elles deviennent si grosses,
qu'il n'est plus possible de les distinguer du tronc dont elles ont tiré
leur origine. Le même voyageur ajoute que, si l'on n'avait soin d'en
couper une partie pour les empêcher de s'étendre, un seul arbre
couvrirait par degrés les plus vastes campagnes, et formerait une
épaisse forêt.

La côte de Malabar produit toutes sortes de légumes. On y trouve
particulièrement une sorte de fèves qui ont quatre grands doigts de
largeur, et dont les cosses sont longues d'environ un pied et demi:
elles sont moins délicates que les nôtres, mais elles croissent en fort
peu de temps. La plante pousse de grandes feuilles dont on forme des
berceaux qui donnent un très-bel ombrage. On cultive avec soin, dans le
même pays, une autre plante fort curieuse, dont les feuilles ressemblent
à la pimprenelle. Ses fleurs approchent beaucoup, pour la figure, de
celle du jasmin double; mais, au lieu d'être blanches, elles sont d'un
rouge très-vif et très-beau. Comme elles n'ont point d'odeur, on ne les
cultive que pour le plaisir de la vue. La plante croît si vite et
s'étend tellement, qu'en peu de temps on en forme des haies de la
hauteur d'un homme. Rien n'a plus d'agrément dans un jardin,
lorsqu'elles sont bien touffues. On prendrait de loin leurs fleurs pour
autant de rubis, ou pour des étincelles de feu dont l'éclat est
merveilleusement relevé par la verdure des feuilles. Elles
s'épanouissent le matin au lever du soleil; et, conservant leur beauté
pendant tout le jour, elles tombent au coucher de cet astre pour faire
place à d'autres qui doivent paraître le lendemain. Cette plante
continue de fleurir ainsi sans interruption pendant le cours de l'année.
Une autre de ses propriétés, c'est qu'il suffit de l'avoir semée une
fois pour qu'elle produise des graines qui, tombant dans leur maturité,
prennent racine et se renouvellent d'elles-mêmes. Aussi les jardiniers
n'y apportent-ils pas d'autre soin que de les arroser dans les temps
secs.

Avec tous ces avantages naturels, les habitans du Malabar entendent
moins le jardinage, et n'ont pas la même curiosité pour les fleurs que
les peuples sujets du Mogol. D'ailleurs les femmes de cette côte, au
lieu de se frotter d'essences et de parfums comme les autres Indiennes,
n'emploient que de l'huile de cocos.

Entre plusieurs animaux remarquables, les perroquets du Malabar excitent
l'admiration des voyageurs par leur quantité prodigieuse autant que par
la variété de leurs espèces. Dellon assure qu'il a souvent eu le plaisir
d'en voir prendre jusqu'à deux cents d'un coup de filet. Les paons y
sont aussi en très-grand nombre; mais la chasse en est plus difficile;
et cette raison, qui la rend plus agréable, est extrêmement fortifiée
par l'utilité qu'on retire de leurs plumes. Elles servent dans toute
l'Asie à faire des parasols, des éventails et des chasse-mouches, dont
le manche est orné, pour les personnes riches, d'or, d'argent et de
pierreries. Il est impossible, si l'on en croit Dellon, d'exprimer la
quantité de chauves-souris dont toute la côte est infestée. Ces oiseaux
nocturnes y sont une fois plus gros qu'en Europe. Ils se perchent,
pendant le jour sur des arbres, où l'on en voit souvent plusieurs
milliers. Le Malabar ne produit point d'éléphans, mais on y en amène du
dehors, et les princes en nourrissent un fort grand nombre. Lorsqu'ils
veulent châtier des sujets rebelles, ils envoient des éléphans dans
leurs terres. Ces animaux, qu'on prend soin d'irriter, abattent les
maisons et les arbres, ravagent les jardins, ruinent les campagnes, et
forcent les plus obstinés à rentrer dans la soumission.

Le Malabar nourrit plusieurs animaux qui ressemblent au tigre. Ceux de
la moindre espèce ne sont pas plus grands que nos plus gros chats.
Dellon eut la curiosité d'en nourrir un pendant quelques mois au
comptoir français de Tilscéry. Il refusait tout autre aliment que de la
chair crue. Quoiqu'il fût lié d'une chaîne assez forte, il s'échappa
deux fois. On le reprit la première, et son maître en reçut une blessure
considérable à la main. La seconde fois il disparut entièrement; mais il
ne laissa point de se tenir caché long-temps aux environs du comptoir,
où il faisait une guerre cruelle à la volaille. Pendant qu'il était à la
chaîne, il avait l'adresse de répandre une partie du riz qu'on lui
présentait, aussi loin qu'il pouvait dans sa situation. Cette amorce
attirait les poules et les canes. Il feignait de dormir pour leur donner
la facilité de s'approcher; et s'élançant dessus tout d'un coup, il ne
manquait pas d'en étrangler quelques-unes.

Les léopards sont les plus communs de ces animaux. Ils causent beaucoup
de ravage dans toutes les parties du Malabar, et la soif du sang leur
fait attaquer indifféremment les hommes et les bestiaux. On leur fait
une guerre ouverte. Les rois excitent leurs sujets à cette dangereuse
chasse par différens degrés de récompense. Celui qui a délivré le pays
d'un léopard dans un combat singulier, sans autres armes que l'épée ou
la flèche, reçoit un bracelet d'or, qui passe pour une marque d'honneur
aussi distinguée que nos ordres de chevalerie. Ceux qui remportent la
même victoire à coups de mousquet, ou qui ont employé le secours
d'autrui, ne sont récompensés que par une somme d'argent.

Le tigre véritable est de la grandeur d'un cheval, et par conséquent
plus dangereux que les précédens, avec la même férocité. L'espèce en est
moins nombreuse. Dellon, qui ne vit pas sans frayeur la peau d'un de ces
redoutables monstres, rend témoignage qu'on en aurait pu couvrir un lit
carré de six pieds. Ils sont plus communs au nord de Goa. L'expérience a
fait connaître que, lorsqu'on rencontre un tigre, si l'on est armé d'un
fusil ou d'un pistolet, le parti le plus sage est de tirer en l'air, à
moins qu'on ne se croie sûr de le tuer ou de l'abattre. Le bruit
l'étonne et le met en fuite; au lieu que, s'il est seulement blessé, la
douleur de sa plaie le rend plus terrible. On assure aussi que la vue du
feu écarte les tigres.

Les buffles sauvages sont en beaucoup plus grand nombre au Malabar que
dans tout autre pays du monde. Ses habitans en font peu d'usage et n'en
mangent point la chair; mais ils permettent aux étrangers de les prendre
ou de les tuer. On fait de leur peau des souliers, des bottes, des
rondaches, des outres, et une sorte de grandes cruches garnies
intérieurement d'osier, dans lesquelles on conserve et l'on transporte
les denrées molles ou liquides.

La civette se trouve au Malabar. Il se fait un commerce fort
considérable, dans le royaume de Calicut, de la substance odorante qu'on
en retire. Les singes, dont le nombre et la variété sont incroyables au
Malabar, y passent pour des animaux divins, auxquels on élève des
statues et des temples. Quelque ravage qu'ils y causent, ce serait un
crime capital d'en tuer un sur les terres d'un prince gentou. Dellon
parle de plusieurs fêtes instituées à leur honneur, qui se célèbrent
avec beaucoup de pompe et de cérémonies.

Ce voyageur avait douté, dit-il, de ce qu'il avait entendu raconter, et
de ce qu'il avait lu sur les couleuvres du Malabar; mais il s'en
convainquit par ses yeux. On en distingue plusieurs espèces, qui
diffèrent en grosseur, en couleur, en figure, et surtout en malignité.
Les unes sont vertes et de la grosseur du doigt, mais de cinq à six
pieds de longueur. Elles sont d'autant plus dangereuses, que, se cachant
dans les buissons, entre les feuilles, leur couleur ne permet pas de les
apercevoir. Elles ne fuient point, si l'on ne fait beaucoup de bruit: au
contraire elles s'élancent sur les passans, dont elles attaquent presque
toujours les yeux, le nez ou les oreilles. Ce n'est point par leurs
morsures qu'elles empoisonnent, mais en répandant un venin subtil, dont
l'effet est si funeste, qu'il cause la mort en moins d'une heure. Comme
leur rencontre n'est que trop fréquente, l'usage dans les chemins
étroits est de se faire précéder d'un esclave, qui frappe de part et
d'autre pour les écarter. Un Indien malabare, qui servait quelquefois
Dellon en qualité d'interprète, allant un jour au bourg de Balliepatan,
à la pagole du même nom, accompagné d'un seul naïre qui le précédait,
vit un de ces dangereux reptiles qui s'élança sur son guide, et qui, se
glissant par une narine, sortit aussitôt par l'autre, et demeura pendant
des deux côtés. Le naïre tomba sans connaissance, et ne fut pas
long-temps sans expirer. Une autre espèce que les Indiens nomment _nalle
pambou_, c'est-à-dire bonne couleuvre, a reçu des Portugais le nom de
_cobra capella_, parce qu'elle a la tête environnée d'une peau large qui
forme une espèce de chapeau. Son corps est émaillé de couleurs
très-vives, qui en rendent la vue aussi agréable que ses blessures sont
dangereuses. Elles ne sont mortelles pourtant que pour ceux qui
négligent d'y remédier. Les diverses représentations de ces cruels
animaux font le plus bel ornement des pagodes. On leur adresse des
prières et des offrandes. Un Malabare qui trouve une couleuvre dans sa
maison la supplie d'abord de sortir. Si ses prières sont sans effet, il
s'efforce de l'attirer dehors en lui présentant du lait ou quelque autre
aliment. S'obstine-t-elle à demeurer, on appelle les bramines, qui lui
représentent éloquemment les motifs dont elle doit être touchée, tels
que le respect du Malabare et les adorations qu'il a rendues à toute
l'espèce. Pendant le séjour que Dellon fit à Cananor, un secrétaire du
prince gouverneur fut mordu par un de ces serpens à chapeau, qui était
de la grosseur du bras, et d'environ huit pieds de longueur. Il
négligea d'abord les remèdes ordinaires; et ceux qui l'accompagnaient se
contentèrent de le ramener à la ville, où le serpent fut apporté aussi
dans un vase bien couvert. Le prince, touché de cet accident, fit
appeler aussitôt les bramines, qui représentèrent à l'animal combien la
vie d'un officier si fidèle était importante à l'état. Aux prières on
joignit les menaces: on lui déclara que, si le malade périssait, elle
serait brûlée vive dans le même bûcher. Mais elle fut inexorable, et le
secrétaire mourut de la force du poison. Le prince fut extrêmement
sensible à cette perte. Cependant, ayant fait réflexion que le mort
pouvait être coupable de quelque faute secrète qui lui avait peut-être
attiré le courroux des dieux, il fit porter hors du palais le vase où la
couleuvre était renfermée, avec ordre de lui rendre la liberté, après
lui avoir fait beaucoup d'excuses et quantité de révérences.

La loi que les idolâtres s'imposent de ne tuer aucune couleuvre est peu
respectée des chrétiens et des mahométans. Tous les étrangers qui
s'arrêtent au Malabar font main-basse sur ces odieux reptiles; et c'est
rendre sans doute un important service aux habitans naturels. Il n'y a
point de jour où l'on ne fût en danger d'être mortellement blessé,
jusque dans les lits, si l'on négligeait de visiter toutes les parties
de la maison qu'on habite. On trouve encore une espèce de serpens fort
extraordinaires, longs de quinze à vingt pieds, et si gros, qu'ils
peuvent avaler un homme. Ils ne passent pas néanmoins pour les plus
dangereux, parce que leur monstrueuse grosseur les fait découvrir de
loin, et donne plus de facilité à les éviter. On n'en rencontre guère
que dans les lieux inhabités. Dellon en vit plusieurs de morts après de
grandes inondations, qui les avaient fait périr et qui les avaient
entraînés dans les campagnes ou sur le rivage de la mer. À quelque
distance, on les aurait pris pour des troncs abattus et desséchés. Mais
il les peint beaucoup mieux dans le récit d'un accident, dont on ne peut
douter sur son témoignage, et qui confirme ce qu'on a lu dans d'autres
relations sur la voracité de quelques serpens des Indes.

«Pendant la récolte du riz, quelques chrétiens qui avaient été
idolâtres, étant allés travailler à la terre, un jeune enfant qu'ils
avaient laissé seul à la maison en sortit pour s'aller coucher, à
quelques pas de la porte, sur des feuilles de palmier, où il s'endormit
jusqu'au soir. Ses parens, qui revinrent fatigués du travail, le virent
dans cet état; mais ne pensant qu'à préparer leur nourriture, ils
attendirent qu'elle fût prête pour aller l'éveiller. Bientôt ils lui
entendirent pousser des cris à demi étouffés, qu'ils attribuèrent à son
indisposition. Cependant, comme il continuait de se plaindre, quelqu'un
sortit, et vit en s'approchant qu'une de ces grosses couleuvres avait
commencé à l'avaler. L'embarras du père et de la mère fut aussi grand
que leur douleur. On n'osait irriter la couleuvre, de peur qu'avec ses
dents elle ne coupât l'enfant en deux, ou qu'elle n'achevât de
l'engloutir. Enfin, de plusieurs expédiens, on préféra celui de la
couper par le milieu du corps, ce que le plus adroit et le plus hardi
exécuta fort heureusement d'un seul coup de sabre. Mais comme elle ne
mourut pas d'abord, quoique séparée en deux, elle serra de ses dents le
corps de l'enfant, et l'infecta tellement de son venin, qu'il expira peu
de momens après.

»Un soir, ajoute Dellon, après avoir soupé, nous entendîmes un chacal
qui criait seul proche de notre maison, et d'une manière si
extraordinaire, que tout le bruit de nos chiens ne le fit point écarter.
Nous fîmes sortir nos gens avec leurs armes, par précaution contre les
tigres. Ils trouvèrent qu'une couleuvre avalait le chacal, qu'elle avait
apparemment trouvé endormi. Ils la tuèrent et le chacal aussi. Elle
n'avait pas plus de dix pieds de long.»

Schouten donne à ces monstres affamés le nom de _polpogs_. «Ils ont,
dit-il, la tête affreuse et presque semblable à celle du sanglier. Leur
gueule et leur gosier s'ouvrent jusqu'à l'estomac lorsqu'ils voient une
grosse pièce à dévorer. Leur avidité doit être extrême, car ils
s'étranglent ordinairement lorsqu'ils dévorent un homme ou quelque autre
animal. On prétend d'ailleurs que l'espèce n'en est pas venimeuse. Il
est vrai que nos soldats, pressés de la faim, en ayant quelquefois
trouvé qui venaient de crever pour avoir avalé une trop grosse pièce,
telle qu'un veau, les ont ouverts, en ont tiré la bête qu'ils avaient
dévorée, l'ont fait cuire et l'ont mangée sans qu'il leur en soit arrivé
le moindre mal.»

Le même écrivain en décrit une espèce que les Hollandais ont nommée
_preneurs de rats_, parce qu'ils vivent effectivement de rats et de
souris comme les chats, et qu'ils se nichent dans les toits des maisons.
Loin de nuire aux hommes, ils passent sur le corps et le visage de ceux
qui dorment, sans leur causer aucune incommodité. Ils descendent dans
les chambres d'une maison comme pour les visiter, et souvent ils se
placent sur le plus beau lit. On embarque rarement du bois de chauffage
sans y jeter quelques-uns de ces animaux pour faire la guerre aux
insectes qui s'y retirent.

Ajoutons à cette description du Malabar le jugement d'un voyageur qui en
avait parcouru toutes les parties. Il ne balance point à le regarder
comme le plus beau pays des Indes orientales en-deçà du Gange. Ce n'est
pas, dit-il, que l'Asie n'ait quantité de côtes maritimes dont l'aspect
est charmant; mais, à ses yeux, elles n'approchent point de celles du
Malabar. On y voit de la mer plusieurs villes considérables, telles que
Cananor, Calicut, Cranganor, Cochin, Porga, Calycouland, Coyland, etc.
On y découvre des allées, ou plutôt des bois de cocotiers, de palmiers
et d'autres arbres. Les cocotiers, qui sont toujours verts et chargés
de fruits, s'avancent jusqu'au bord du rivage, où, pendant la marée, les
brisans vont arroser leurs racines, sans que ces cocotiers reçoivent
aucune altération de l'eau salée. Mais ce ne sont pas les bois seuls qui
font l'ornement de cette côte. On y voit de belles campagnes de riz, des
prairies, des pâturages, de grandes rivières, de gros ruisseaux et des
torrens d'eau pure. De Calicut et de la côte septentrionale, on peut
aller vers le sud jusqu'à Coyland par des eaux internes. Il est vrai
qu'elles n'ont pas assez de profondeur pour recevoir de gros bâtimens;
mais elles forment de grands étangs, des viviers et des bassins pour
toutes sortes d'usages. Elles nourrissent une extrême quantité de
poissons. Les arbres y sont couverts d'une perpétuelle verdure, et la
terre n'est pas moins ornée, parce que la gelée, la neige et la grêle
n'y flétrissent jamais l'herbe ni les fleurs.

Les royaumes de Cananor et de Calicut, continue le même écrivain, sont
les deux pays des Indes qui ont été connus les premiers des Portugais.
Celui de Cananor, où la plupart des géographes font commencer la côte de
Malabar, est à quatorze ou quinze lieues de Mangalor. Calicut, siége de
l'empire des Samorins, commence proche de la rivière de Berghera, au
nord du royaume de Cananor, et se termine à celui de Cranganor. Sa
longueur est de trente ou quarante lieues sur vingt de largeur.
Cranganor est entre Calicut et Cochin. Il n'est pas d'une grande
étendue; mais, depuis que les Hollandais sont en possession de sa
capitale, ils l'ont assez fortifiée pour la rendre capable de résister à
toutes sortes d'attaques. Le royaume de Cochin commence à la rivière de
Cranganor, et finit à cinq ou six lieues au sud de la ville de Cochin,
qui en est la capitale. Il renferme dans sa dépendance l'île de Vaïpi.
Au sud de Cochin, on trouve le royaume de Percatti ou Porca, et plus
loin, dans les terres, deux autres petits royaumes de nulle
considération. Porca finit au sud du royaume de Calicoulang, qui finit
de même au sud de celui de Coyland; et Coyland s'étend au sud jusqu'au
cap de Comorin, partie la plus méridionale du continent des Indes
en-deçà du Gange. L'état de Coyland n'a pas plus de quinze lieues de
longueur. Les Hollandais en ont fortifié la capitale avec autant de soin
que celles de Cochin et de Cranganor, après les avoir enlevées toutes
trois aux Portugais; sur quoi le même voyageur admire le bonheur de la
Compagnie hollandaise des Indes orientales, pour laquelle il semble que
les Portugais eussent travaillé plus d'un siècle en faisant bâtir
quantité de belles villes qui sont passées entre ses mains, et qui font
aujourd'hui le fondement de sa puissance. Les hautes montagnes de
Balagate, qu'on découvre de plusieurs endroits du rivage de ces divers
états, forment comme un mur de séparation entre la côte de Malabar et
celle de Coromandel, qui laisse l'une à l'est, et l'autre à l'ouest.



CHAPITRE II.

Surate.


Après cette vue générale du Malabar, nous devons nous arrêter un moment
sur les deux villes les plus célèbres de cette côte, Surate, dépendance
de l'empire mogol, et Goa, autrefois la capitale florissante des
établissemens portugais dans l'Inde, aujourd'hui le faible reste d'une
puissance renversée.

Surate est située sur le golfe de Cambaye, à l'extrémité septentrionale
de la mer Indienne, et fait partie du royaume de Guzarate. Sa position
est par le 21e. degré et demi de latitude nord. Elle est arrosée par le
Taphy, belle et grande rivière qui forme un port, où les plus gros
bâtimens de l'Europe peuvent entrer facilement. Le climat est fort
chaud; mais son ardeur excessive est tempérée par des pluies douces qui
tombent dans les saisons où le soleil a le plus de force, et par des
vents qui soufflent régulièrement dans certains mois. Ce mélange
d'humidité et de chaleur fait le plus fertile et le plus beau pays du
monde d'un terrain qui serait naturellement sec et inhabitable. Le riz
et le blé, nécessaires pour la nourriture d'une si grande ville, y
croissent en abondance avec tout ce qui peut servir à la bonne chère.

Les habitans n'épargnent rien pour embellir leurs maisons. On est
surpris de voir les dehors aussi ornés d'ouvrages de menuiserie que les
appartemens les plus propres. L'intérieur est d'une magnificence
achevée. On y marche sur la porcelaine, et de toutes parts les murs
brillent de cette précieuse matière, outre une quantité infinie de
vases, qui donnent aux chambres un air incomparable de fraîcheur et de
propreté. Les fenêtres ne reçoivent pas le jour, comme en Europe, par
des carreaux de verre, mais par des écailles de crocodiles ou de
tortues, ou par des nacres de perles, dont les différentes couleurs
adoucissent la lumière du soleil, et la rendent plus agréable sans la
rendre plus obscure. Les toits sont en plates-formes, et servent le soir
à la promenade: souvent même on y fait tendre des lits pour y passer la
nuit plus fraîchement. C'est presque le seul moyen d'éviter les grandes
chaleurs qui se font sentir la nuit dans l'intérieur des maisons, tandis
que l'air est frais au-dehors.

Outre les maisons publiques, qui sont l'ouvrage des magistrats, Carré,
voyageur français, vante celles que d'autres nations avaient fait bâtir
comme à l'envi, et qui occupent de grands quartiers de la ville. On
distinguait par différens étendards les comptoirs des Français, des
Anglais et des Hollandais. Ces trois grands édifices joignaient à leur
beauté l'avantage d'être si bien fortifiés, qu'ils étaient à couvert de
toutes sortes d'insultes.

L'or de Surate est si fin, que, le transportant en Europe, on peut y
gagner douze ou quatorze pour cent. L'argent, qui est le même dans tous
les états du Mogol, surpasse celui du Mexique et les piastres de
Séville: il a moins d'alliage que tout autre argent. L'Anglais Ovington
dit qu'il n'y a jamais vu de pièces rognées, ni d'or ou d'argent qui eût
été falsifié. La roupie d'or en vaut quatorze d'argent, et celle
d'argent vingt-sept sous d'Angleterre, ou cinquante-quatre sous de
France.

On apporte à Surate des marchandises de toutes les parties de l'Asie;
elles y sont achetées par les Européens, les Turcs, les Arabes, les
Persans et les Arméniens. Il n'y a point de marchands qui se répandent
plus dans le monde, et qui voyagent avec autant d'ardeur que les
Arméniens; leur langue est une des plus usitées dans l'Asie. De tout
temps ils ont été célèbres par leur commerce: c'était dans leur
voisinage, c'est-à-dire sur le Phase, qu'était autrefois la toison d'or;
toison fameuse parmi les anciens, mais qui n'était qu'un grand commerce
de laine, de peaux et de fourrures que les peuples du Nord y portaient.

Les marchands Indiens, qui viennent par terre à Surate, se servent
rarement de chevaux pour le transport de leurs marchandises, parce
qu'ils sont tous employés au service du prince; ils les amènent dans
des chariots, sur des dromadaires, des chameaux et des ânes.

Ce sont les Hollandais qui apportent à Surate toutes sortes d'épiceries.
Les Anglais y apportent particulièrement du poivre.

Outre le gouverneur militaire de Surate, qui demeure constamment au
château, comme s'il y était prisonnier, les habitans ont leur gouverneur
civil, qui est chargé particulièrement de l'administration des affaires
publiques et de la justice. Il ne s'éloigne guère plus souvent de son
palais, pour être à portée de recevoir sans cesse les requêtes des
principaux marchands, et de régler les affaires qui demandent une
prompte exécution. S'il sort pour prendre l'air, il est assis sur un
éléphant, dans un fauteuil magnifique. Outre le conducteur de l'animal,
il a près de lui un domestique qui l'évente et qui chasse les mouches
avec une queue de cheval attachée au bout d'un petit bâton de la
longueur d'un pied. Cet éventail, tout simple qu'il doit paraître, est
le seul en usage parmi les grands, et pour la personne même de
l'empereur. Entre différentes marques de grandeur, le gouverneur de
Surate nourrit plusieurs éléphans; il entretient une garde de cavalerie
et d'infanterie pour la sûreté de sa personne et pour l'exécution de ses
ordres.

Quoique Surate soit habitée par toutes sortes de nations, les querelles
et les disputes mêmes y sont rares. Les Indiens idolâtres, plus propres
à recevoir une injure qu'à la faire, évitent soigneusement tous les
crimes odieux et nuisibles à la société, tels que le meurtre et le vol.
Ovington apprit avec étonnement que dans une si grande ville il y avait
plus de vingt ans que personne n'avait été puni de mort. L'empereur se
réserve le droit des sentences capitales. On ne les communique qu'aux
tribunaux les plus éloignés de sa cour; ainsi, dans les cas
extraordinaires, on informe ce monarque du crime; et, sans faire venir
le coupable, il impose le châtiment.

S'il se fait quelque vol à la campagne dans la dépendance de Surate, un
officier, qui se nomme le _poursdar_, est obligé d'en répondre; il a
sous ses ordres plusieurs compagnies de gens armés qui observent
continuellement les grands chemins et les villages pour donner la chasse
aux voleurs. En un mot, comme il y a peu de villes où le commerce soit
aussi florissant qu'à Surate, il n'y en a guère où l'on apporte autant
de soin au maintien du repos et de la sûreté publique.

Ovington parle avec complaisance d'un grand hôpital, dans le voisinage
de cette ville, entretenu par les Banians, pour les vaches, les chèvres,
les chiens, et d'autres animaux qui sont malades ou estropiés, ou trop
vieux pour le travail. Un homme qui ne peut plus tirer de service d'un
boeuf, et qui est porté à lui ôter la vie pour s'épargner la dépense de
le nourrir, ou pour se nourrir lui-même de sa chair, trouve un Banian
charitable qui ne manque pas, lorsqu'il est informé du danger de cet
animal, de le demander au maître, et qui, l'achetant quelquefois assez
cher, le place dans cet hôpital, où il est bien traité jusqu'au terme
naturel de sa vie.

Près du même édifice on en voit un autre qui est fondé pour les
punaises, les puces, et toutes les espèces de vermine qui sucent le sang
des hommes. De temps en temps, pour donner à ces animaux la nourriture
qui leur convient, on loue un pauvre homme pour passer une nuit sur un
lit dans cet hôpital; mais on a la précaution de l'y attacher, de peur
que, la douleur des piqûres l'obligeant de se retirer avant le jour, il
ne puisse les nourrir à l'aise de son sang. C'est pousser un peu loin
l'amour pour les animaux. Les sages de l'Inde n'ont-ils pas compris que
tout ce qui ne vit que du mal d'autrui ne mérite pas de vivre? Ce n'est
pas pour les insectes nourris à Surate que nous faisons cette réflexion.

Thévenot, voyageur français, regarde Surate et son canton comme la plus
belle partie de la province du Guzarate, indépendamment des avantages
extraordinaires que cette ville tire de son commerce; et la province
même, comme la plus agréable de l'Indostan: c'était autrefois un
royaume, qui tomba sous la domination du grand-mogol Akbar, vers l'année
1595.

C'est ici le lieu de placer une aventure fort touchante arrivée au
voyageur Carré, dont nous venons de tirer les détails qui regardent
Surate. Il traversait les déserts de l'Arabie; il s'était pourvu en
Perse d'un guide arabe, nommé _Hadgi-Hassem_, dont on lui avait garanti
le courage et la fidélité. Un jour que la disette d'eau, ou plutôt
l'infection que les sauterelles avaient répandue dans tous les puits qui
se trouvent sur la route, les avait réduits pour unique ressource à une
petite provision d'eau fraîche qu'ils portaient dans des outres, ils
aperçurent, à quatre cents pas d'une colline, un cavalier bien monté qui
venait à eux à toute bride: ils s'arrêtèrent avec quelque défiance dans
un lieu rempli de brigands: ils le couchèrent en joue, Carré armé de son
fusil, et l'Arabe de son arc. Le cavalier retint son cheval, et leur
cria en langue turque qu'il ne pensait point à les insulter. En leur
tenant ce discours, il reculait sur ses traces pour se mettre hors de la
portée du fusil qui lui était suspect. Lorsqu'il se crut en sûreté, il
fit un signe de la main; et, baissant la pointe de sa lance, il fit
entendre aux étrangers qu'il désirait leur parler.

Hadgi-Hassem ne balança point à s'approcher de lui: Carré les laissa un
moment ensemble. Après quelques mots d'explication, le cavalier, s'étant
assuré qu'il n'avait rien à craindre, descendit de cheval, et la
conversation devint commune; mais les complimens ne furent pas longs.
Il était si plein de son malheur, qu'il ne pouvait parler d'autre chose.
«J'ai, leur dit-il, derrière cette colline, une grosse compagnie de gens
que j'amène d'Alep. Avancez, vous allez être témoin de notre funeste
situation, et peut-être aiderez-vous à notre salut.»

Carré et son guide montèrent la colline; ils découvrirent bientôt la
caravane, composée d'une vingtaine de valets et d'environ cent chameaux
qui servaient à porter deux cents filles âgées de douze à quinze ans:
elles étaient dans un état dont la seule vue inspirait la pitié;
couchées par terre, la plupart fort belles, mais les yeux baignés de
larmes, et le désespoir peint sur leurs visages. Les unes jetaient des
cris pitoyables; d'autres s'arrachaient les cheveux.

«Jamais de ma vie, dit l'auteur, je ne serai aussi touché que je le fus
de ce spectacle; et, quoique j'entrevisse une partie de la vérité, je
demandai au cavalier turc qui étaient ces misérables filles, et d'où
venaient leurs lamentations. Il me répondit en italien que je voyais sa
ruine entière; qu'il était un homme perdu, et plus désespéré cent fois
que toutes ces filles ensemble. «Il y a dix ans, ajouta-t-il, que je les
élève dans Alep, avec des soins et des peines infinies, après les avoir
achetées bien cher. C'est ce que j'ai pu rassembler de plus beau en
Grèce, en Géorgie, en Arménie; et dans le temps que je les conduis pour
les vendre à Bagdad, où la Perse, l'Arabie et le pays du Mogol s'en
fournissent, j'ai le malheur de les voir périr faute d'eau, pour avoir
pris le chemin du désert, comme le plus sûr.»

»Ce récit m'inspira une égale horreur pour sa personne et pour sa
profession. Cependant je feignis d'autres sentimens pour l'engager à
nous apprendre le reste de son aventure. Il continua librement; et nous
montrant des fossés qui venaient d'être comblés: «J'ai déjà fait
enterrer, nous dit-il, plus de vingt de ces filles et dix eunuques qui
sont morts pour avoir bu de l'eau des puits. C'est un poison mortel pour
les hommes et les bêtes. À peine même y trouve-t-on de l'eau; ce ne sont
que des sauterelles mortes, dont l'odeur seule est capable de tout
infecter. Nous sommes réduits à vivre du lait des chameaux femelles; et
si l'eau continue de nous manquer, il faut m'attendre à laisser dans ces
déserts la moitié de mes espérances.»

»Pendant que je détestais au fond du coeur la barbarie de cet infâme
marchand, la compassion dont j'étais rempli pour tant de malheureuses
filles me tirait les larmes des yeux; mais je me crus près de mourir de
saisissement et de douleur lorsque j'en vis neuf ou dix qui touchaient à
leur fin, et que j'aperçus sur les plus beaux visages du monde les
dernières convulsions de la mort.

»Je m'approchai d'une d'entre elles qui allait expirer, et coupant la
corde qui attachait nos outres, je me hâtai de lui offrir à boire. Mon
guide arabe devint furieux. Je compris par l'excès auquel il s'emporta
combien ces peuples ont de férocité dans les moeurs. Il prit son arc, et
d'un coup de flèche il tua la jeune fille que je voulais secourir.
Ensuite il jura qu'il traiterait de même toutes les autres, si je
continuais de leur donner de l'eau. «Ne vois-tu pas, me dit-il d'un ton
brutal, que, si tu prodigues le peu d'eau qui nous reste, nous serons
bientôt réduits à la même extrémité? Sais-tu que d'ici à vingt lieues il
n'y en a pas une goutte qui ne soit empoisonnée par les sauterelles
pouries?» En me tenant ce discours, il fermait les outres, et les
attachait au cheval avec une action si violente et tant de fureur dans
les yeux, que la moindre résistance l'eût rendu capable de m'attaquer
moi-même.

»Cependant il conseilla au marchand turc d'envoyer quelques-uns de ses
gens avec des chameaux dans les marais de Taiba, qui ne devaient pas
être fort éloignés, et dans lesquels il se trouve des eaux vives qui
pouvaient avoir été garanties de la corruption; mais la crainte que les
Arabes de cette ville ne vinssent enlever ce qui lui restait de sa
marchandise l'empêchait de prendre ce parti, et nous le laissâmes dans
une irrésolution dont nous ne vîmes pas la fin.

»Je ne dirai rien des cris que j'entendis jeter à tant de victimes
innocentes lorsque, nous voyant partir, elles perdirent l'espérance
qu'elles avaient eue pendant quelques instans, de trouver du soulagement
à la soif qui les consumait. Ce souvenir m'afflige encore.»



CHAPITRE III.

Goa.


L'île de Goa était, comme on l'a vu dans le premier volume de cet
Abrégé, une dépendance du royaume de Décan; elle a donné son nom à la
ville qui en est la capitale. Cette île, dont le circuit est d'environ
huit lieues, est formée par une belle et grande rivière qui l'environne,
et qui fait plusieurs autres îles peuplées d'Indiens et de Portugais.
Cette rivière est assez profonde, quoique les grands vaisseaux, tels que
les caraques et les galions, soient obligés de s'arrêter à l'embouchure,
qui porte le nom de Barre. Les bords de l'île sont défendus par sept
forteresses, dont les deux principales sont à l'embouchure de la
rivière: l'une au nord, du côté de la terre ferme, qui est le pays de
Bardes, dépendant aussi des Portugais, et pour la garde d'une belle
fontaine d'eau fraîche autant que pour celle de la rivière; l'autre à
l'opposite, sur un cap de l'île. Ces deux forteresses défendent fort
bien l'entrée de la rivière; mais elles ne peuvent empêcher les navires
étrangers de mouiller à la Barre, et par conséquent de fermer le passage
aux vaisseaux portugais.

Toute l'île est montagneuse: la plus grande partie est d'une terre rouge
dont les habitans font d'assez belles poteries; mais on y trouve une
autre terre d'un gris noirâtre, beaucoup plus fine et plus délicate, qui
sert aussi à faire des vases de la finesse du verre. Le pays n'est pas
des plus fertiles; ce qu'il faut moins attribuer aux mauvaises qualités
du terroir qu'à ses montagnes; car on sème dans les vallées du riz et du
millet qui se moissonnent deux fois l'année. L'herbe et les arbres y
conservent toujours leur verdure, comme dans la plupart des îles et des
pays qui sont entre les deux tropiques. On y voit un grand nombre de
vergers bien plantés et fermés de murailles, qui servent de promenades
et de maisons de campagne aux Portugais. Ils y conduisent de l'eau par
un grand nombre de canaux pour l'entretien des cocotiers dont ils tirent
leur vin et leurs ustensiles. Assez près de la ville est un fort bel
étang de plus d'une lieue de tour, sur les bords duquel les seigneurs
ont de fort belles maisons et des jardins remplis de toutes sortes de
fruits.

Les villages de l'île sont peuplés de différentes sortes d'habitans
naturels ou étrangers. La plupart des naturels sont encore idolâtres. On
distingue, 1º. les bramines, qui sont répandus dans toutes les Indes,
et que les autres regardent comme leurs supérieurs et leurs maîtres; 2º.
les canarins, qui se divisent en deux espèces: l'une, de ceux qui
exercent le commerce et d'autres métiers honnêtes; l'autre composée de
pêcheurs, de rameurs et de toutes sortes d'artisans; 3º. les colombins,
qui s'emploient aux choses les plus viles, et qui vivent dans la
pauvreté et la misère. Le privilége de ces anciens habitans de l'île est
de jouir tranquillement de leur liberté en vertu d'une ordonnance des
rois de Portugal, et de ne pouvoir être forcés dans leur culte de
religion ni réduits à l'esclavage. Entre les étrangers, quoique le
premier rang appartienne aux Portugais, ils mettent eux-mêmes beaucoup
de différence entre tous ceux qui prennent ce nom. Les véritables
maîtres sont ceux qui viennent de l'Europe, et qui se nomment avec
affectation Portugais du Portugal. On considère après eux ceux qui sont
nés dans l'Inde de père et de mère portugais; ils portent le nom de
_castices_. Les derniers sont ceux qui ont pour père un Portugais, ou
une Portugaise pour mère, mais qui doivent la moitié de leur naissance à
une Indienne ou à un Indien. On les appelle métis, comme on appelle
mulâtres ceux qui viennent d'un Portugais et d'une Négresse d'Afrique.
Les mulâtres sont au même rang que les métis. Mais, entre les métis,
ceux qui sont de race bramine du côté de leur père ou de leur mère,
jouissent d'une considération particulière. Les autres habitans sont ou
des étrangers indiens qui achètent la liberté de demeurer dans l'île en
payant un tribut personnel, ou des Européens, tels qu'un petit nombre
d'Espagnols, quantité d'Italiens, quelques Allemands et Flamands, un
fort grand nombre d'Arméniens et quelques Anglais. On n'y voit pas un
seul Français, à l'exception de quelques jésuites employés dans les
missions. Le nombre des esclaves y est infini. Les Portugais en achètent
de toutes les nations indiennes, et le commerce qu'ils en font est
très-étendu. Ils s'arrêtent peu aux défenses qui doivent leur faire
excepter plusieurs peuples avec lesquels ils vivent en paix. Amis,
ennemis, ils enlèvent ou achètent tous ceux qui tombent entre leurs
mains, et les vendent pour le Portugal ou pour les autres colonies.

La ville de Goa, située à 15 degrés et demi de latitude septentrionale,
règne l'espace d'une demi-lieue sur le bord de la rivière du côté du
nord. Depuis environ cent dix ans que les Portugais s'étaient rendus
maîtres de l'île, Pyrard ne se lassait point d'admirer qu'ils y eussent
élevé tant de superbes bâtimens, qui comprennent des églises, des
monastères, des palais, des places publiques, des forteresses et
d'autres édifices à la manière de l'Europe. Il lui donne une lieue et
demie de tour, sans y comprendre les faubourgs. Elle n'est forte que du
côté de la rivière. Une simple muraille qui l'environne de l'autre côté
ne la défendrait pas long-temps contre ceux qui seraient maîtres de
l'île. Elle avait dans son origine de bonnes portes et des murs plus
hauts et plus épais; mais, s'étant fort accrue pendant les années
florissantes du règne de ses habitans dans les Indes, ses anciennes
défenses sont devenues presque inutiles. Aussi toute la confiance des
Portugais est-elle dans la difficulté des passages.

La grande porte de la ville est ornée avec beaucoup de magnificence. Ce
sont des peintures qui représentent les guerres des Portugais dans les
Indes, des trophées d'armes; surtout une belle statue dorée, qui est
celle de sainte Catherine, patronne de Goa, parce que ce fut le jour de
sa fête que les Portugais se rendirent maîtres de l'île.

La rue Drécha est un marché perpétuel où l'on trouve toutes sortes de
marchandises de l'Europe et de l'Inde. C'est là que tous les ordres de
la ville se rassemblent et se mêlent indifféremment pour vendre ou
acheter. On y fait les changes et les encans; on y vend les esclaves; et
dans une ville où le commerce est si florissant, il n'y a personne qui
n'ait journellement quelque intérêt à ce qui s'y passe. La foule est si
serrée, que tout le monde y portant de grands chapeaux nommés
_sombreros_, dont le diamètre est au moins de six ou sept pieds, et qui
servent également à défendre de la chaleur et de la pluie, il semble, de
la manière dont ils s'entre-touchent, qu'ils ne fassent qu'une seule
couverture. Les esclaves ne s'y vendent pas avec plus de décence qu'en
Turquie, c'est-à-dire qu'on les y mène en troupes de l'un ou de l'autre
sexe comme les animaux les plus vils, et que chacun a la liberté de les
visiter curieusement. Les plus chers, du temps de Pyrard, ne coûtaient
que vingt ou trente pardos, quoiqu'il s'y trouvât des hommes très-bien
faits, et de fort belles femmes de tous les pays des Indes, dont la
plupart savaient jouer des instrumens, broder, coudre, faire toutes
sortes d'ouvrages, de confitures et de conserves. Pyrard observa que,
malgré la chaleur du pays, tous ces esclaves indiens des deux sexes
n'exhalent pas de mauvaise odeur; au lieu que les Nègres d'Afrique
sentent, dit-il, le porreau vert, odeur qui devient insupportable
lorsqu'ils sont échauffés.

Les Portugais de Goa ne se font pas un scrupule d'user des jeunes
esclaves qu'ils achètent, lorsqu'elles sont sans maris. S'ils les
marient eux-mêmes, ils renoncent à ce droit, et leur parole devient une
loi qu'ils ne croient pas pouvoir violer sans crime. S'ils ont un enfant
mâle d'une esclave, l'enfant est légitimé, et la mère est déclarée
libre. C'est une richesse à Goa, qu'un grand nombre d'esclaves: outre
ceux dont on tire des services domestiques, d'autres qui s'occupent
au-dehors sont obligés d'apporter chaque jour ou chaque semaine à leur
maître ce qu'ils ont gagné par leur travail. On voit dans le même marché
un grand nombre de ces esclaves qui ne sont point à vendre, mais qui
mettent eux-mêmes leurs ouvrages en vente, ou qui cherchent des
occupations convenables à leurs talens. Les filles se parent
soigneusement pour plaire aux spectateurs, et cet usage donne lieu à
beaucoup de désordres.

Il se trouve dans le marché de la rue Drécha quantité de beaux chevaux
arabes et persans, qui se vendent nus jusqu'à cinq cents pardos; mais la
plupart y sont amenés avec de superbes harnais, dont la valeur surpasse
quelquefois celle du cheval.

La marée montant jusqu'à la ville, les habitans sont réduits à tirer
l'eau qu'ils boivent de quelques sources qui descendent des montagnes,
dont il se forme des ruisseaux qui arrosent plusieurs parties de l'île.
Il y a peu de maisons dans Goa qui n'aient des puits; mais cette eau ne
peut servir qu'aux besoins domestiques. Celle qui se boit est apportée
d'une belle fontaine nommée Banguenin, que les Portugais ont environnée
de murs à un quart de lieue de la ville. Ils ont pratiqué au-dessous
quantité de réservoirs où l'on blanchit le linge, et d'autres qui
servent comme de bains publics. Quoique le chemin en soit fort pénible,
et qu'on ait à monter et descendre trois ou quatre grandes montagnes, on
y rencontre nuit et jour quantité de gens qui vont et qui viennent.
L'eau se vend par la ville. Un grand nombre d'esclaves, employés
continuellement à cette besogne, la portent dans des cruches de terre
qui tiennent environ deux seaux, et vendent la cruche cinq
bosourouques, qui reviennent à six deniers. Il aurait été facile aux
Portugais de faire venir la source entière dans Goa par des tuyaux ou
des aquéducs; mais ils prétendent que le principal avantage serait pour
les étrangers, auxquels il n'en coûterait rien pour avoir de l'eau,
quoiqu'ils soient en plus grand nombre qu'eux dans la ville; sans
compter que le soin d'en apporter occupe les esclaves, et fait un revenu
continuel pour les maîtres qui tirent le fruit de leur travail.

Les Portugais, prétendant tous à la qualité de gentilshommes, affectent
de fuir le travail, qu'ils croient capable de les avilir, et se bornent
au commerce, qui peut s'accorder avec la noblesse et les armes. La
plupart ne marchent qu'à cheval ou en palanquin. Leurs chevaux sont de
Perse ou d'Arabie; les harnais de Bengale, de la Chine et de Perse,
brodés de soie, enrichis d'or, d'argent et de perles fines; les étriers
d'argent doré; la bride couverte de pierres fines, avec des sonnettes
d'argent. Ils se font suivre d'un grand nombre de pages, d'estafiers et
de laquais à pied, qui portent leurs armes et leurs livrées. Les femmes
ne sortent que dans un palanquin, qui est une sorte de litière portée
par quatre esclaves, couverte ordinairement d'une belle étoffe de soie,
suivie d'une multitude d'esclaves à pied.

Dans la situation de Goa, les seuls ennemis qui puissent causer de
l'inquiétude aux Portugais sont les Indiens du Décan, lorsque la paix
cesse de subsister entre les deux nations; mais elle est établie depuis
long-temps d'une manière qui paraît inaltérable, parce qu'elle paraît
fondée sur un intérêt réciproque. Celui des Portugais consiste à compter
les rois du Décan pour leurs amis; et celui de ces rois est de tirer le
plus grand parti possible du commerce que les Portugais attirent dans le
pays. D'ailleurs, depuis fort long-temps, les Portugais ne sont plus
assez puissans dans l'Inde pour y faire craindre l'esprit de conquête
qui les animait autrefois.

Le pouvoir du vice-roi portugais s'étend sur tous les établissemens de
sa nation dans les Indes. Il y exerce tous les droits de l'autorité
royale, excepté à l'égard des gentilshommes, que les Portugais nomment
hidalgos. Dans les causes civiles comme dans les criminelles, ils
peuvent appeler de sa sentence en Portugal; mais il les y envoie
prisonniers les fers aux pieds. Ses appointemens sont peu considérables
en comparaison des profits qui lui reviennent pendant ses trois ans
d'administration. Le roi lui donne environ soixante mille pardos, ce qui
suffit à peine pour son entretien, au lieu qu'il gagne quelquefois un
million. Il se fait servir avec tout le faste de la royauté. Jamais on
ne le voit manger hors de son palais, excepté le jour de la conversion
de saint Paul, et celui du nom de Jésus, qu'il va dîner dans les maisons
de jésuites qui portent ces noms. L'archevêque est le seul qui mange
quelquefois à sa table. Ce prélat est lui-même un grand seigneur par
son rang et par l'immensité de son revenu. Son autorité dans les Indes
représente celle du pape, excepté à l'égard des jésuites, qui, ne
voulant reconnaître que le pape même et leur général, étaient en procès
avec lui depuis long-temps. Son revenu n'a pas de bornes, parce qu'outre
les rentes annuelles qui sont attachées à la dignité d'archevêque et de
primat des Indes, il tire des présens de tous les autres
ecclésiastiques, et la principale part des biens confisqués par
l'inquisition de Goa. On lui rend à peu près les mêmes honneurs qu'au
vice-roi. Il mange en public avec la même pompe, et ne se familiarise
pas plus avec la noblesse. Un évêque qu'il a sous ses ordres, et qui
porte aussi le titre d'évêque de Goa, rend pour lui ses visites, comme
il exerce en son nom la plupart des fonctions épiscopales.

Quant à ce qui regarde l'inquisition, le rédacteur de l'Histoire
générale, avant de rapporter ce qu'en dit Pyrard, commence par remarquer
que c'est un homme très-religieux, dont le caractère est bien établi, et
dont le témoignage ne peut être suspect. Sa franchise, à qui la naïveté
de son langage un peu vieux semble encore donner plus de poids, se
manifeste tellement dans son récit, que le rédacteur n'a pas cru devoir
y changer le moindre mot. Nous imiterons son exemple.

«Quant à leur inquisition, leur justice y est beaucoup plus sévère
qu'en Portugal, et brûle fort souvent des Juifs que les Portugais
appellent christianos novos, qui veut dire, nouveaux chrétiens. Quand
ils sont une fois pris par la justice de la sainte inquisition, tous
leurs biens sont saisis aussi, et ils n'en prennent guère qui ne soient
riches. Le roi fournit à tous les frais de cette justice, si les parties
n'ont de quoi; mais ils ne les attaquent ordinairement que quand ils
savent qu'ils ont amassé beaucoup de biens. C'est la plus cruelle et
impitoyable chose du monde que cette justice, car le moindre soupçon et
la moindre parole, soit d'un enfant, soit d'un esclave qui veut faire
déplaisir à son maître, font aussitôt prendre un homme, et ajouter foi à
un enfant, pourvu qu'il sache parler. Tantôt on les accuse de mettre des
crucifix dans les coussins sur quoi ils s'asseyent et s'agenouillent;
tantôt qu'ils fouettent des images et ne mangent point de lard; enfin
qu'ils observent encore leur ancienne loi, bien qu'ils fassent
publiquement les oeuvres de bons chrétiens. Je crois véritablement que
le plus souvent ils leur font accroire ce qu'ils veulent, car ils ne
font mourir que les riches, et aux pauvres ils donnent seulement quelque
pénitence. Et ce qui est plus cruel et méchant, c'est qu'un homme qui
voudra mal à un autre, pour se venger, l'accusera de ce crime; et étant
pris, il n'y a ami qui ose parler pour lui, ni le visiter ou
s'entremettre pour lui, non plus que pour les criminels de
lèse-majesté. Le peuple n'ose non plus parler en général de cette
inquisition, si ce n'est avec un très-grand honneur et respect; et si de
cas fortuit il échappait quelque mot qui la touchât tant soit peu, il
faudrait aussitôt s'accuser et se déférer soi-même, si vous pensiez que
quelqu'un l'eût ouï; car autrement, si un autre vous déférait, on serait
aussitôt pris. C'est une horrible et épouvantable chose d'y être une
fois, car on n'a ni procureur ni avocat qui parle pour soi; mais eux
sont juges et parties tout ensemble. Pour la forme de procéder, elle est
toute semblable à celle d'Espagne, d'Italie et de Portugal. Il y en a
quelquefois qui sont deux ou trois ans prisonniers sans savoir pourquoi,
et ne sont visités que des officiers de l'inquisition, et sont en lieu
d'où ils ne voient jamais personne. S'ils n'ont de quoi vivre, le roi
leur en donne. Les Gentous et Maures indiens de Goa, de quelque religion
que ce soit, ne sont pas sujets à cette inquisition, si ce n'est
lorsqu'ils se sont faits chrétiens. Cependant, si d'aventure un Indien,
Maure ou Gentou avait diverti ou empêché un autre qui aurait eu volonté
de se faire chrétien, et que cela fût prouvé contre lui, il serait pris
de l'inquisition, comme aussi celui qui aurait fait quitter le
christianisme à un autre, comme il arrive assez souvent. Il me serait
difficile de dire le nombre de tous ceux que cette inquisition fait
mourir ordinairement à Goa. Je me contente de l'exemple seul d'un
joaillier ou lapidaire qui y avait demeuré vingt-cinq ans et plus, et
était marié à une Portugaise métisse, dont il avait une fort belle fille
prête à marier, ayant amassé environ trente ou quarante mille crusades
de bien. Or, étant en mauvais ménage avec sa femme, il fut accusé
d'avoir des livres de la religion prétendue. Sur quoi étant pris, son
bien fut saisi, la moitié laissée à sa femme, et l'autre à
l'inquisition. Je ne sais ce qui en arriva, car je m'en vins là-dessus;
mais je crois, plutôt qu'autre chose, qu'on l'a fait mourir, ou pour le
moins tout son bien perdu pour lui. Il était Hollandais de nation. Au
reste, toutes les autres inquisitions des Indes répondent à celle-ci de
Goa. C'est toutes les bonnes fêtes qu'ils font justice. Ils font marcher
tous ces pauvres criminels ensemble avec des chemises ensoufrées et
peintes de flammes de feu; et la différence de ceux qui doivent mourir
d'avec les autres, est que les flammes vont en haut, et celles des
autres en bas. On les mène droit à la grande église, qui est assez près
de la prison, et sont là durant la messe et le sermon, auquel on leur
fait de grandes remontrances; après, on les mène au Campo Santo-Lazaro,
et là on brûle les uns en présence des autres qui y assistent.»

C'est un spectacle curieux de voir tous les nouveaux chrétiens de la
domination portugaise avec un grand chapelet de bois qu'ils portent au
cou; et les Portugais mêmes, hommes et femmes, qui en portent sans cesse
un entre les mains, sans le quitter dans les exercices les plus
profanes et les plus opposés aux bonnes moeurs. Ils ont quelques autres
usages d'une piété assez mal entendue. À la messe, par exemple, lorsque
le prêtre lève l'hostie consacrée, ils lèvent tous le bras, comme s'ils
voulaient la montrer, et crient deux ou trois fois de toute leur force,
_misericordia!_ Ils poussent un cri bien plus effrayant, au rapport de
quelques voyageurs modernes, lorsque, se précipitant vers le lieu où
l'on exécute les _autodafé_, et pleins de cette curiosité barbare qui se
permet le spectacle d'un supplice, ils répètent, en se pressant les uns
sur les autres, à l'aspect d'un juif qu'on va brûler, _judeo! judeo!_ Ce
murmure sourd, ce frémissement d'une rage pieuse (je le répète d'après
un voyageur français qui en a été témoin) fait frissonner jusqu'au fond
de l'âme; il semble qu'alors tout un peuple soit composé de bourreaux.
En général, tout ce qu'on rapporte de cette nation prouve une dévotion
sombre et mélancolique, un culte de terreur qui rappelle ce mot de La
Bruyère: «Il y a des gens dont on peut dire, non pas qu'ils craignent
Dieu, mais qu'ils en ont peur.» On pourrait citer aussi ce beau vers de
la tragédie d'_Oreste_ qui peint Clytemnestre tremblant devant les
dieux:

     Elle semblait les craindre, et non les adorer.



CHAPITRE IV.

Golconde.


La division générale de l'Inde présente d'abord à nos recherches les
régions situées en-deçà du Gange, que l'on peut distinguer en deux
parties, l'occidentale, nommée autrement côte de Malabar, dont nous
venons de parler; et l'orientale, qui s'étend vers la côte de
Coromandel. On sent bien que notre plan n'est point de donner une
description exactement géographique de toutes les contrées situées entre
ces deux côtes. Nous nous bornons à suivre les voyageurs dans les pays
d'où l'on peut tirer des détails intéressans, et qui ont paru fixer
principalement leur attention. Nous ne nous sommes arrêté sur la côte de
Malabar, qu'à Surate et à Goa. Avant de passer sur la côte opposée, nous
trouvons sur notre route Golconde, qui mérite d'occuper nos lecteurs.
Gingi, Tanjaour, Maduré, et tous les pays qui s'étendent vers la pointe
du cap Comorin, ne nous offrent rien, dans les récits des voyageurs, qui
puisse ajouter aux notions que nous cherchons à prendre du grand pays de
l'Inde. Nos observations sur ce pays étant principalement tirées de
Tavernier, nous croyons devoir dire un mot de ce célèbre voyageur qui a
reçu tant d'éloges et essuyé tant de censures. Lorsqu'il raconte sur la
foi d'autrui, on peut croire et on a prouvé que ces récits sont souvent
fabuleux; mais, comme il ne manque ni de probité ni de lumières, on peut
d'autant moins le démentir sur ce qu'il a vu de ses propres yeux, qu'en
le comparant avec les voyageurs les plus estimés, on ne s'aperçoit point
qu'il soit jamais en contradiction avec eux. Son critique le plus
violent a été le ministre Jurieu; mais, par le mal que Tavernier avait
dit des Hollandais dans ses voyages, on peut présumer qu'il entrait dans
les censures de Jurieu beaucoup de partialité nationale; et le caractère
connu de ce critique protestant, l'amertume et la violence de ses
déclamations contre Tavernier, doivent faire penser qu'il écoutait
beaucoup plus son animosité personnelle que le zèle de la vérité. Bayle,
en convenant lui-même des reproches qu'on peut faire à Tavernier, le
justifie sur le degré de croyance qu'il mérite quand il parle comme
témoin oculaire, et infirme le témoignage de Jurieu par une réflexion
très-juste: «Que n'a-t-on pris, dit-il, le parti d'opposer relation à
relation, faits à faits, au lieu d'entasser des injures personnelles?»

Jean-Baptiste Tavernier était né, en 1605, à Paris, où son père, natif
d'Anvers, était venu s'établir pour y faire le commerce des cartes
géographiques. Les curieux qui venaient en acheter chez lui, s'y
arrêtant quelquefois à discourir sur les pays étrangers, l'inclination
naturelle du jeune Tavernier pour les voyages ne fut pas moins échauffée
par leurs discours que par la vue de tant de cartes. Aussi commença-t-il
à s'y livrer dès sa plus tendre jeunesse. On apprendra par son exemple
que l'ardeur et l'industrie peuvent conduire à la fortune avec fort peu
de secours. Il gagna dans ses voyages d'Orient des biens si
considérables par le commerce de pierreries, qu'à son retour en 1668,
après avoir été anobli par Louis XIV, il se vit en état d'acheter la
baronnie d'Aubonne, au canton de Berne, sur les bords du lac de Genève.
Cependant la malversation d'un de ses neveux, auquel il avait confié la
direction d'une cargaison de deux cent vingt-deux mille livres, dont il
espérait tirer au Levant plus d'un million de profit, jeta ses affaires
dans un si grand désordre, que, pour payer ses dettes ou pour se mettre
en état de former d'autres entreprises, il vendit cette terre à M. du
Quesne, fils aîné d'un de nos grands hommes de mer. Ensuite, s'étant mis
en chemin dans l'espérance de réparer ses pertes par de nouveaux
voyages, il mourut à Moscou, dans le cours du mois de juillet 1689, âgé
de quatre-vingt-quatre ans.

Il avait recueilli quantité d'observations dans six voyages qu'il avait
faits pendant l'espace de quarante ans, en Turquie, en Perse et aux
Indes; mais un si long commerce avec les étrangers lui avait fait
négliger sa langue naturelle, jusqu'à le mettre hors d'état de dresser
lui-même ses relations: elles ont été rédigées par différens écrivains,
Chappuzeaux, La Chapelle, etc.

Le royaume de Golconde prend son nom de la ville de Golconde, qui en est
la capitale, et que les Persans et les Mogols ont nommée Haïderabad,
située à 17 degrés et demi de latitude nord. On ne trouve dans aucun
voyageur l'exacte mesure de son étendue; et les itinéraires de Tavernier
ne peuvent donner là-dessus que des lumières d'autant plus imparfaites,
que diverses révolutions y ont apporté beaucoup de changemens; mais en
général c'est un pays dont on vante la fertilité. Il produit abondamment
du riz et du blé, toutes sortes de bestiaux et de volailles, et les
autres nécessités de la vie. On y voit quantité d'étangs qui sont
remplis de bon poisson, surtout d'une espèce d'éperlans fort délicats.

Le climat est fort sain. Les habitans divisent leurs années en trois
saisons: mars, avril, mai et juin font l'été; car, dans cet espace,
non-seulement l'approche du soleil cause beaucoup de chaleur, mais le
vent, qui semblerait devoir la tempérer, l'augmente à l'excès; il y
souffle ordinairement vers le milieu de mai un vent d'ouest qui échauffe
plus l'air que le soleil même. Dans les chambres les mieux fermées, le
bois des chaises et des tables est si ardent, qu'on n'y saurait toucher,
et qu'on est obligé de jeter continuellement de l'eau sur le plancher
et sur les meubles; mais cette ardeur excessive ne dure que six ou sept
jours, et seulement depuis neuf heures du matin jusqu'à quatre heures
après midi; il s'élève ensuite un vent frais qui la tempère
agréablement. Ceux qui ont la témérité de voyager pendant ces extrêmes
chaleurs sont quelquefois étouffés dans leurs palanquins. Elles
dureraient pendant tous les mois de juillet, d'août, de septembre et
d'octobre, si les pluies continuelles qui tombent alors en abondance ne
rafraîchissaient l'air, et n'apportaient aux habitans le même avantage
que les Égyptiens reçoivent du Nil. Leurs terres étant préparées par
cette inondation, ils y sèment leur riz et leurs autres grains, sans
espérer d'autres pluies avant la même saison de l'année suivante. Ils
comptent leur hiver au mois de décembre, de janvier et de février: mais
l'air ne laisse pas d'être alors aussi chaud qu'il est au mois de mai
dans les provinces septentrionales de France; aussi les arbres de
Golconde sont-ils toujours verts et toujours chargés de fruits mûrs. On
y fait deux moissons de riz. Il se trouve même des terres qu'on sème
trois fois.

Les habitans de Golconde sont presque tous de belle taille, bien
proportionnés, et plus blancs de visage qu'on ne saurait se l'imaginer
d'un climat si chaud. Il n'y a que les paysans qui soient un peu
basanés. Leur religion est un mélange d'idolâtrie et de mahométisme.
Ceux qui sont attachés à la secte de Mahomet ont adopté la doctrine des
Persans. Les idolâtres suivent celle des bramines.

Quoique l'usage fasse donner à présent le nom de Golconde à la capitale
du royaume, elle se nomme proprement Bagnagar. Golconde est une
forteresse qui en est éloignée d'environ deux lieues, où le roi fait sa
résidence ordinaire, et qui n'a pas moins de deux lieues de circuit. La
ville de Bagnagar fut commencée par le bisaïeul du monarque qui occupait
le trône pendant le voyage de Tavernier, à la sollicitation d'une de ses
femmes qu'il aimait passionnément, et qui se nommait Nagar. Ce n'était
auparavant qu'une maison de plaisance où l'on entretenait de fort beaux
jardins pour le roi. En y jetant les fondemens d'une grande ville, il
lui fit prendre le nom de sa femme; car Bag-Nagar signifie le jardin de
Nagar. On y rencontre à peu de distance quantité de grandes roches, qui
ressemblent à celles de la forêt de Fontainebleau. Une grande rivière
baigne les murs du côté du sud-ouest, et va se jeter proche de
Mazulipatan, dans le golfe de Bengale; on la passe à Bagnagar sur un
grand pont de pierre, dont la beauté ne le cède guère à celle du
Pont-Neuf de Paris. La ville est bien bâtie et de la grandeur de celle
d'Orléans. On y voit plusieurs belles et grandes rues, mais qui, n'étant
pas mieux pavées que toutes les villes de Perse et des Indes, sont fort
incommodes en été par le sable et la poussière dont elles sont
remplies.

Dans un endroit de la ville, dit Tavernier, on voit une pagode commencée
depuis cinquante ans, et demeurée imparfaite, qui sera la plus grande de
toutes les Indes, s'il arrive jamais qu'elle soit achevée. On admire
surtout la grandeur des pierres. Celle de la niche, qui est l'endroit où
doit se faire la prière, est une roche entière, d'une si prodigieuse
grosseur, que cinq ou six cents hommes ont employé cinq ans à la tirer
de la carrière, et qu'il a fallu quatorze cents boeufs pour la traîner
jusqu'à l'édifice. Une guerre du roi de Golconde et du Mogol a fait
suspendre ce bel ouvrage, qui aurait passé, suivant Tavernier, pour le
plus merveilleux monument de toute l'Asie.

Le peuple de Golconde est divisé en quarante-quatre tribus; et cette
division sert à régler les rangs et les prérogatives. La première tribu
est celle des bramines, qui sont les prêtres du pays, et les docteurs de
la religion dominante. Ils entendent si bien l'arithmétique, que les
mahométans mêmes les emploient pour leurs comptes. Leur méthode est
d'écrire avec une pointe de fer sur des feuilles de palmier. Ils
tiennent par tradition, de leurs ancêtres, les secrets de la médecine et
de l'astrologie, qu'ils ne communiquent jamais aux autres tribus.
L'Anglais Méthold vérifia par diverses expériences qu'ils n'entendent
pas mal le calcul des temps, et la prédiction des éclipses. C'est par
l'exercice continuel de ces connaissances qu'ils ont si bien établi leur
réputation dans toutes les Indes, qu'on n'entreprend rien sans les
avoir consultés. Mais rien n'a tant servi à la relever que l'honneur
qu'ils ont eu de donner deux rois de leur race, l'un à Calicut, et
l'autre à la Cochinchine. Après eux, la tribu des famgams tient le
second rang. C'est un autre ordre de prêtres qui observent les
cérémonies des bramines, mais qui ne prennent point d'autre nourriture
que du beurre, du lait, et toutes sortes d'herbages, à l'exception des
ognons, auxquels ils ne touchent jamais, parce qu'il s'y trouve
certaines veines qui paraissent avoir quelque ressemblance avec du sang.

Les comitis, qui composent la troisième tribu, sont des marchands, dont
le principal commerce est de rassembler les toiles de coton qu'ils
revendent en gros, et de changer les monnaies. Leur habileté va si loin
dans les changes, qu'à la seule vue d'une pièce d'or ils parient d'en
connaître la valeur à un grain près. La tribu des campoveros, qui suit
immédiatement, est composée de laboureurs et de soldats. C'est la plus
nombreuse; elle ne rejette l'usage d'aucune sorte de viande, à
l'exception des boeufs et des vaches; mais elle regarde comme un si
grand excès d'inhumanité, de tuer des animaux dont l'homme reçoit tant
de services, que le plus indigent de cet ordre n'en vendrait pas un pour
la plus grosse somme aux étrangers qui les mangent, quoique entre eux
ils se les vendent pour quatre francs ou cent sous. La tribu suivante
est celle des femmes de débauche, dont on distingue deux sortes: l'une,
de celles qui ne se prostituent qu'aux hommes d'une tribu supérieure;
l'autre, des femmes communes qui ne refusent leurs faveurs à personne.
Elles tiennent cette infâme profession de leurs ancêtres, qui leur ont
acquis le droit de l'exercer sans honte. Les filles de leur tribu, qui
ont assez d'agrémens pour n'être pas rebutées de l'autre sexe, sont
élevées dans l'unique vue de plaire. Les plus laides sont mariées à des
hommes de la même tribu, dans l'espérance qu'il naîtra d'elles des
filles assez belles pour réparer la disgrâce de leurs mères.

On fait apprendre aux plus jolies le chant, la danse, et tout ce qui
peut leur rendre le corps souple. Elles prennent des postures qu'on
croirait impossibles. «J'ai vu, dit Méthold, une fille de huit ans lever
une de ses jambes aussi droit, par-dessus la tête, que j'aurais pu lever
mon bras, quoiqu'elle fût debout et soutenue seulement sur l'autre. Je
leur ai vu mettre les plantes des pieds sur la tête.» Tavernier dit: «Il
y a tant de femmes publiques dans la capitale, dans ses faubourgs et
dans la forteresse, qu'on en compte ordinairement plus de vingt mille
sur les rôles du déroga. Elles ne paient point de tribut, mais elles
sont obligées, tous les vendredis, de venir en certain nombre, avec leur
intendante et leur musique, se présenter devant le balcon du roi. Si ce
prince s'y trouve, elles dansent en sa présence; et s'il n'y est pas,
un eunuque vient leur faire signe de la main qu'elles peuvent se
retirer. Le soir, à la fraîcheur, on les voit devant les portes de leurs
maisons, qui sont de petites huttes; et quand la nuit vient, elles
mettent pour signal à la porte une chandelle ou une lampe allumée. C'est
alors qu'on ouvre aussi toutes les boutiques où l'on vend le tari. On
l'apporte de cinq ou six lieues dans des outres, sur des chevaux qui en
portent une de chaque côté, et qui vont le grand trot. Le roi tire de
l'impôt qu'il met sur le tari un revenu considérable; et c'est
principalement dans cette vue qu'il permet tant de femmes publiques,
parce qu'elles en occasionnent une grande consommation. Ces femmes ont
tant de souplesse, que, lorsque le roi qui règne présentement voulut
aller voir la ville de Masulipatan, neuf d'entre elles représentèrent
bien la figure d'un éléphant, quatre faisant les quatre pieds, quatre
autres le corps, et une la trompe; et le roi, monté dessus comme sur un
trône, fit de la sorte son entrée dans la ville.

Les orfévres, les charpentiers, les maçons, les marchands en détail, les
peintres, les selliers, les barbiers, les porteurs de palanquins, en un
mot, toutes les professions qui servent aux usages de la société, font
autant de tribus qui ne s'allient jamais entre elles, et qui n'ont pas
d'autre relation avec les autres que celles de l'intérêt et des besoins
mutuels. La dernière est celle des piriaves. Cette malheureuse espèce
de citoyens n'est reçue dans aucune autre tribu: elle n'a pas même la
permission de demeurer dans les villes. Le plus vil artisan d'une tribu
supérieure, qui aurait touché par hasard un piriave, serait obligé de se
laver aussitôt. Leur fonction est de préparer les cuirs, de faire des
sandales et d'emballer les marchandises. Malgré cette odieuse
différence, toutes les tribus ont la même religion et les mêmes temples;
car le mahométisme n'a guère trouvé de faveur qu'à la cour. Ces temples
sont ordinairement fort obscurs, et n'ont pas d'autre lumière que celle
qu'ils reçoivent par les portes, qui demeurent toujours ouvertes. Chacun
y choisit son idole. Ils servent aussi de retraite à ceux qui voyagent.
Méthold fut obligé de se loger un jour dans le temple de la
Petite-Vérole, dont l'idole principale représentait une grande femme
maigre, avec deux têtes et quatre bras. Le fondateur de cet édifice lui
raconta que, cette maladie s'étant répandue dans sa famille, il avait
fait voeu de lui bâtir un temple, et qu'elle avait cessé aussitôt. Les
plus dévots, s'ils sont moins riches, lui font un autre voeu. Méthold
fut témoin du zèle avec lequel il s'exécute. On fait à l'adorateur deux
ouvertures avec un couteau dans les chairs des épaules, et l'on y passe
les pointes de deux crocs de fer. Ces crocs tiennent au bout d'une
solive posée sur un essieu, qui est porté par deux roues de fer, de
sorte que la solive a son mouvement libre. D'une main l'adorateur tient
un poignard; de l'autre une épée. On l'élève en l'air, et dans cet état
on lui fait faire un quart de lieue de chemin par le mouvement des
roues. Pendant cette procession il fait mille différens gestes avec ses
armes. Méthold, qui en vit successivement accrocher quatorze à la
solive, s'étonna que la pesanteur du corps ne fît pas rompre la peau par
laquelle il est attaché. Cette douleur n'arrache aucune marque
d'impatience à ceux qui la souffrent. On met un appareil sur leurs
plaies; ils retournent chez eux dans un triste état, mais consolés par
le respect et l'admiration des spectateurs.

Le droit de marier les enfans appartient aux pères et aux mères, qui
leur choisissent toujours un parti dans la même tribu, et le plus
souvent dans la même famille; car ils n'ont aucun égard pour les degrés
de parenté. Ils ne donnent rien aux filles en les mariant; le mari est
même obligé de faire quelque présent au père. On marie les garçons dès
l'âge de cinq ans, et les filles à l'âge de trois; mais on suit les lois
de la nature pour la consommation. Elle est fort avancée dans un climat
si chaud; et Méthold a vu des filles devenir mères avant l'âge de douze
ans. La cérémonie du mariage consiste à promener les deux époux dans un
palanquin, par les rues et les places publiques. À leur retour, un
bramine étend un drap sous lequel il fait passer une jambe au mari, pour
presser de son pied nu celui de la jeune épouse, qui est dans le même
état. Si le mari meurt avant sa femme, la veuve n'a jamais la liberté
de se remarier, sans excepter celles dont le mariage n'a point été
consommé. Leur condition devient fort malheureuse. Elles demeurent
renfermées dans la maison de leur père, dont elles n'obtiennent jamais
la permission de sortir; assujetties aux ouvrages les plus fatigans,
privées de toutes sortes d'ornemens et de plaisirs. Enfin cette
contrainte est si pénible, que la plupart prennent la fuite pour mener
une vie plus libre; mais elles sont obligées de s'éloigner de leur
famille, dans la crainte d'être empoisonnées par leurs parens, qui se
font un honneur de cette vengeance.

L'usage leur laisse indifféremment la liberté de brûler leurs morts ou
de les enterrer. On jette les cendres des uns dans la rivière la plus
voisine; les autres sont ensevelis les jambes croisées, c'est-à-dire,
dans la posture où ils s'asseyent ordinairement. Si l'on en croit la
tradition du pays, les femmes étaient autrefois si livrées à la
débauche, qu'elles empoisonnaient leurs maris pour s'y abandonner plus
librement. Ce désordre, répandu dans toutes les conditions, ne put être
arrêté que par de rigoureuses lois qui obligeaient une veuve de se
brûler avec son mari, sur le seul fondement qu'elle pouvait avoir
procuré sa mort par l'avantage qu'elle trouvait à lui survivre. Cet
usage subsiste encore dans quelques autres pays des Indes; mais, du
temps de Méthold, on en avait adouci la rigueur à Golconde. La loi
n'ôtait aux veuves que la liberté de se remarier, en leur laissant
néanmoins celle de se brûler par un simple mouvement de tendresse, et
dans l'espérance de rejoindre l'objet de leur affection. Ce motif n'a
souvent que trop de force, surtout dans de jeunes femmes qui se voient
condamnées pour le reste de leur vie aux horreurs du veuvage. On peut
même conclure du récit de Méthold non-seulement que les femmes sont
élevées dans des préjugés favorables à l'ancien usage, mais que toute la
nation n'est pas fâchée qu'il se perpétue.

Il nous reste à parler des mines de Golconde. Tavernier se vante d'être
le premier Européen qui les ait visitées; il se trompe. Ce même anglais
Méthold, dont nous avons mêlé les observations à celles de Tavernier,
avait fait un voyage aux mines en 1622; et nous transcrirons son récit
avant celui du voyageur français.

Méthold ayant entendu parler avec admiration d'une mine de diamans dont
le roi de Golconde s'était mis en possession, et qui attirait tous les
joailliers des pays voisins, ne put résister à la curiosité de la
visiter. On attribuait cette découverte au hasard. Un berger, gardant
son troupeau dans un champ écarté, avait donné du pied contre une pierre
qui lui avait paru jeter quelque éclat. Il l'avait ramassée, et l'ayant
vendue pour un peu de riz à quelqu'un qui n'en connaissait pas mieux la
valeur, elle était passée de mains en mains, sans rapporter beaucoup de
profit à ses maîtres, jusqu'à celle d'un marchand plus éclairé, qui, par
de longues recherches, était parvenu enfin à découvrir la mine. Méthold,
également curieux de voir le lieu d'où l'on tirait une si riche
production de la nature, et de connaître l'ordre qui s'observait dans le
travail, entreprit ce voyage avec Socore et Thomason, tous deux employés
comme lui au service de la compagnie anglaise dans le comptoir de
Masulipatan.

Ils employèrent quatre jours à traverser un pays désert, stérile et
rempli de montagnes. Cet espace leur parut d'environ cent huit milles
d'Angleterre. Le premier étonnement fat de trouver les environs de la
mine fort peuplés, non-seulement par la multitude des ouvriers que le
roi ne cessait pas d'y envoyer, mais encore par un grand nombre
d'étrangers que l'avidité du gain attirait de toutes les contrées
voisines. Les trois Anglais se logèrent dans une hôtellerie assez
commode; et pour suivre l'usage établi, ils rendirent une visite de
civilité au gouverneur, Radja Ravio, qui était bramine; le roi l'avait
chargé de recevoir les droits de la couronne, et de conserver l'ordre
entre quantité de nations différentes. Cet officier leur fit voir de
fort beaux diamans dont le plus précieux était de trente carats, et
pouvait se tailler en pointe.

Le jour suivant ils se rendirent à la mine: elle n'est qu'à deux lieues
de la ville de Golconde. Le nombre des ouvriers ne montait pas à moins
de trente mille. Les uns fouillaient la terre, les autres en
remplissaient des tonneaux. D'autres puisaient l'eau qui s'amassait dans
les ouvertures. D'autres portaient la terre de la mine dans un lieu fort
uni, sur lequel ils l'étendaient à la hauteur de quatre ou cinq pouces;
et la laissant sécher au soleil, ils la broyaient le jour suivant avec
des pierres. Ils ramassaient avec soin tous les cailloux qui s'y
trouvaient. Ils les cassaient sans aucune précaution. Quelquefois ils y
trouvaient des diamans. Plus souvent ils n'en trouvaient pas. Mais on
assura Méthold qu'ils connaissaient à la vue les terres qui donnaient le
plus d'espérance, et qu'ils les distinguaient même à l'odeur. Il ne put
douter du moins qu'ils n'eussent quelque moyen de faire cette
distinction sans rompre les mottes de terre et les cailloux; car dans
quelques endroits ils ne faisaient qu'égratigner un peu de terre; et
dans d'autres ils fouillaient jusqu'à la profondeur de cinquante à
soixante pieds.

La terre de cette mine est rouge, avec des veines d'une matière qui
ressemble beaucoup à de la chaux, quelquefois blanches et quelquefois
jaunes. Elle est mêlée de cailloux qui se lèvent attachés plusieurs
ensemble. Au lieu d'y faire des allées et des chambres comme dans les
mines de l'Europe, on creuse droit en bas, et l'on fait comme des puits
carrés. Méthold ne peut assurer si les mineurs s'attachent à cette
méthode pour suivre le cours de la veine, ou si c'est un simple effet de
leur ignorance; mais ils ont une manière de tirer l'eau des mines qui
lui parut préférable à toutes nos machines: elle consiste à placer les
uns au-dessus des autres un grand nombre d'hommes qui se donnent l'eau
de mains en mains. Rien n'est plus prompt que ce travail; et la
diligence y est d'autant plus nécessaire, que l'endroit où l'on a
travaillé à sec pendant toute la nuit se trouverait le matin presque
rempli d'eau.

La mine était affermée à Marcanda, riche marchand de la tribu des
orfévres, qui en payait annuellement la somme de trois cent mille
pagodes, sans compter que le roi se réservait tous les diamans au-dessus
de dix carats. Ce fermier général avait divisé le terrain en plusieurs
portions carrées qu'il louait à d'autres marchands. Les punitions
étaient très-rigoureuses pour ceux qui entreprenaient de frauder les
droits: mais cette crainte n'empêchait pas qu'on ne détournât sans cesse
quantité de beaux diamans. Méthold en vit deux de cette espèce qui
approchaient chacun de vingt carats, et plusieurs de dix ou douze. Mais,
malgré le péril auquel on s'expose en les montrant, ils se vendent fort
cher.

Cette mine est située au pied d'une grande montagne, assez proche de
Chrischna, grand fleuve qui coule à l'est. Le pays est naturellement si
stérile, qu'il ne pouvait passer que pour un désert avant cette
découverte. On admirait avec quelle promptitude il s'était peuplé, et
l'on y comptait alors plus de cent mille hommes, ouvriers ou marchands.
Les vivres y étaient d'autant plus chers, qu'on était obligé de les y
apporter de fort loin; et les maisons assez mal bâties, parce qu'on se
formait des logemens proportionnés au peu de séjour qu'on y devait
faire. Peu de temps après, un ordre du roi fit fermer la mine et
disparaître tous les habitans. On s'imagina que le dessein de ce prince
était d'augmenter le prix et la vente des diamans: mais quelques Indiens
mieux instruits apprirent à Méthold que cet ordre était venu à
l'occasion d'une ambassade du Mogol qui demandait au roi de Golconde
trois livres pesant de ses plus beaux diamans. Aussitôt que les deux
cours se furent accordées, on recommença le travail, et la mine était
presque épuisée lorsque Méthold quitta Masulipatan.

Ce pays produit aussi beaucoup de cristal et quantité d'autres pierres
transparentes, telles que des grenats, des améthystes, des topazes et
des agates. Il s'y trouve beaucoup de fer et d'acier qui se transporte
en divers endroits des Indes.

On ne connaît dans le pays aucune mine d'or ni de cuivre. Il se trouve
dans un seul endroit des montagnes une grande quantité de bézoards,
qu'on tire du ventre des chèvres. Méthold parle avec admiration de la
multitude de ces animaux qu'on ne cesse pas de tuer, pour chercher ces
précieuses pierres dans leurs entrailles. Quelques-unes en donnent trois
ou quatre, les unes longues, d'autres rondes, mais toutes fort petites.
On a fait une expérience singulière sur ces chèvres. De quatre qui
furent transportées à cent cinquante milles de leurs montagnes, on en
ouvrit deux aussitôt après, et l'on y trouva des bézoards. On laissa
passer dix jours pour ouvrir la troisième, et l'on vit à quelques
marques qu'elle en avait eu. Dans la quatrième, qui ne fut ouverte qu'un
mois après, on ne trouva ni bézoards, ni la moindre marque de pierre.
Méthold en conclut que la nature produit dans ces montagnes quelque
arbre ou quelque plante qui, servant de nourriture aux chèvres, concourt
à la production du bézoard. Il ajoute à cette courte relation que la
teinture, ou plutôt, dit-il, la peinture des toiles de ce pays (car les
plus fines se peignent au pinceau) est la meilleure et la plus belle de
toutes celles de l'Orient. La couleur dure autant que l'étoffe. On la
tire d'une plante qui ne croît point dans d'autres lieux, et que les
habitans nomment chay.

Le récit de Tavernier est plus étendu. Il s'était rendu dans le golfe
Persique, où l'espérance du gain et sa profession de joaillier l'avaient
engagé à acheter un grand nombre de perles. Il résolut d'entreprendre le
voyage de Golconde pour se fournir de ce qu'il trouverait de plus riche
dans les mines de diamans, et pour vendre au roi ses perles, dont la
moindre était de trente-quatre carats. L'espèce de curiosité que peut
inspirer ce voyage nous empêche de rien retrancher de son itinéraire,
que plusieurs de nos lecteurs seront bien aises de suivre.

Il s'embarqua le onzième jour de mai 1652 sur un grand vaisseau du roi
de Golconde, qui vient en Perse tous les ans, chargé de toiles fines et
de chites, ou de toiles peintes, dont les fleurs sont au pinceau; ce qui
les rend plus belles et les plus chères que celles qui se font au moule.
La compagnie hollandaise s'étant accoutumée à donner aux vaisseaux des
rois de l'Inde un pilote, un sous-pilote et deux ou trois canonniers, il
y avait six matelots hollandais dans l'équipage du vaisseau. Les
marchands arméniens et persans qui passaient aux Indes pour leur
commerce y étaient au nombre de cent. On avait aussi à bord
cinquante-six chevaux que le roi de Perse envoyait au roi de Golconde.

Après quelques jours de navigation il s'éleva un vent des plus
impétueux. Le bâtiment, qu'on avait eu l'imprudence de laisser sécher
pendant cinq mois au port de Bender-Abassi, commença bientôt à faire eau
de toutes parts; et, par un autre malheur, les pompes ne valaient rien.
On fut obligé de recourir à deux balles de cuirs de Russie qu'un
marchand portait aux Indes, où ces belles peaux, qui sont très-fraîches,
servent à couvrir les lits de repos. Quatre ou cinq cordonniers qui se
trouvaient heureusement à bord, entreprirent d'en faire des seaux qui ne
tenaient pas moins d'une pipe, et rendirent un service important dans un
si grand danger. À l'aide d'un gros câble auquel on attacha autant de
poulies qu'il y avait de seaux, on vint à bout, dans l'espace d'une
heure ou deux, de tirer toute l'eau du vaisseau par cinq grands trous
qu'on fit en divers endroits du tillac.

Le temps étant devenu plus doux, on arriva le 2 juillet au port de
Masulipatan. Les facteurs anglais et hollandais y reçurent fort
civilement Tavernier, et lui donnèrent plusieurs fêtes dans un beau
jardin que les Hollandais ont à une demi-lieue de la ville; mais,
apprenant le dessein qu'il avait de se rendre à Golconde, ils
l'avertirent que le roi n'achetait rien de rare ni de haut prix sans
avoir consulté Mirghimola, son premier ministre et général de ses
armées, qui faisait alors le siége de Gandicot, ville de la province de
Carnatic, dans le royaume de Visapour. Tavernier ne balança point à
prendre cette route; il acheta une sorte de voiture qui se nomme
_pallekis_, avec trois chevaux et six boeufs, pour porter lui, ses
valets et son bagage; et son départ ne fut différé que jusqu'au 21
juillet.

Il fit trois lieues le premier jour pour aller passer la nuit dans le
village de Nilmol. Le 22 il fit six lieues jusqu'à Vouhir, autre village
avant lequel on passe une rivière sur un radeau; le 23, après une
marche de six heures, il arriva dans Patemet, mauvais village où la
violence des pluies l'obligea de s'arrêter trois jours.

Le 27, n'ayant pu faire qu'une lieue et demie jusqu'à Bézoara, par des
chemins que les grandes eaux avaient rompus, il s'y arrêta quatre autres
jours. Une rivière qu'il avait à passer s'était changée en torrent si
rapide, que la barque ne pouvait résister au courant, sans compter qu'il
fallut du temps pour laisser passer les chevaux du roi de Perse. On les
menait à Mirghimola, par la même raison qui forçait Tavernier de voir ce
ministre avant de se rendre à Golconde. Pendant le séjour qu'il fit à
Bézoara il visita plusieurs pagodes. Le nombre en est plus grand dans
cette contrée qu'en tout autre endroit des Indes, parce qu'à l'exception
des gouverneurs et de quelques-uns de leurs domestiques qui sont
mahométans, tous les peuples y sont idolâtres.

Il partit de Bézoara le 31, et, passant la rivière, qui était large
alors d'une demi-lieue, il arriva trois lieues plus loin devant une
grande pagode bâtie sur une plate-forme où l'on monte par quinze ou
vingt marches. On y voit la figure d'une vache, d'un marbre fort noir,
et quantité d'autres idoles. Les plus hideuses sont celles qui reçoivent
le plus d'adorations et d'offrandes. Un quart de lieue au delà, on
traverse un gros village. Le même jour Tavernier fit encore trois lieues
pour arriver à Kakkali, village proche duquel on voit dans une petite
pagode cinq ou six idoles de marbre assez bien faites. Le lendemain,
après une marche de sept heures, il alla descendre à Condevir, grande
ville avec un double fossé revêtu de pierres de taille. On y arrive par
un chemin qui est fermé des deux côtés d'une forte muraille où, d'espace
en espace, on voit quelques tours rondes peu capables de défense. Cette
ville touche au levant d'une montagne d'une lieue de tour, environnée
par le haut d'un bon mur, avec une demi-lune de cinquante en cinquante
pas. Elle a dans son enceinte trois forteresses dont on néglige
l'entretien.

Le 2 d'août Tavernier et les compagnons de son voyage ne firent que six
lieues pour aller passer la nuit dans le village de Copenour. Le 3,
après avoir fait huit lieues, ils entrèrent dans Adanqui, village assez
considérable, qui est accompagné d'une fort grande pagode, où l'on voit
les ruines de quantité de chambres qui avaient été faites pour les
prêtres. Il reste encore dans la pagode quelques idoles mutilées que ces
peuples ne laissent pas d'adorer. Le 4, on fit huit lieues jusqu'au
village de Nosdrepar, avant lequel on trouve, à la distance d'une
demi-lieue, une grande rivière qui avait alors peu d'eau, parce que le
temps des pluies n'était pas encore arrivé dans ce canton. Le 5, après
huit lieues de chemin, on passa la nuit au village de Condecour. Le 6,
on marcha sept heures pour arriver à Dakié. Le 7, après avoir fait
trois lieues, on traversa Nélour, ville où les pagodes sont en grand
nombre. Un quart de lieue plus loin, on traversa une grande rivière,
après laquelle on fit encore six lieues jusqu'au village de Gandaron. Le
8, on arriva par une marche de huit heures à Sereplé, qui n'est qu'un
petit village. Le 9, on fit neuf lieues pour s'arrêter dans un fort bon
village qui se nomme Ponter. Le 10, on marcha deux heures, et l'on passa
la nuit à Senepgond, autre village considérable.

Le jour suivant on arriva le soir à Paliacate, qui n'est qu'à quatre
lieues de Senepgond; mais on en fit plus d'une dans la mer, où les
chevaux avaient, en plusieurs endroits, de l'eau jusqu'à la selle. Le
véritable chemin est plus long de deux ou trois lieues. Paliacate est un
fort qui appartient aux Hollandais, et dans lequel ils tiennent leur
comptoir pour la côte de Coromandel; ils y entretiennent une garnison
d'environ deux cents hommes, qui, joints à plusieurs marchands et à
quelques naturels du pays, en font une demeure assez peuplée. L'ancienne
ville du même nom n'en est séparée que par une grande place. Les
bastions sont montés d'une fort bonne artillerie, et la mer vient battre
au pied; mais c'est moins un port qu'une simple plage. Tavernier
séjourna dans la ville jusqu'au lendemain au soir, et le gouverneur, qui
se nommait Pitre, ne souffrit point qu'il y eût d'autre table que la
sienne. Il lui fit faire trois fois, avec une confiance affectée, le
tour du fort sur les murailles, où l'on pouvait se promener facilement.
La manière dont les habitans de Paliacate vont prendre l'eau qu'ils
boivent est assez remarquable; ils attendent que la mer soit retirée
pour aller faire sur leur rivage des ouvertures d'où ils tirent de l'eau
douce qui est excellente.

Le 12, il partit de Paliacate; et le lendemain, vers dix heures du
matin, il entra dans Madraspatan, ou Madras, fort anglais qui porte
aussi le nom de Saint-Georges, et qui commençait alors à se peupler. Il
s'y logea dans le couvent des Capucins, où le P. Ephraïm de Nevers et le
P. Zénon de Beaugé jouissaient paisiblement de la protection du
gouverneur. San-Thomé n'étant qu'à une demi-lieue de Madras, Tavernier
visita cette ville, dont les Portugais étaient encore en possession;
mais leurs civilités ne purent l'empêcher de retourner le soir parmi les
Anglais, avec lesquels il trouvait plus d'amusement. Ils l'arrêtèrent
jusqu'au 22, qu'étant parti le matin, il fit six lieues pour aller
passer la nuit dans un gros village qui se nomme Servavaron.

Le 23, il la passa dans le bourg d'Oudecot, après avoir traversé pendant
sept lieues un pays plat et sablonneux, où l'on ne voit de toutes parts
que des forêts de bambous d'une hauteur égale à nos plus hautes futaies.
Il s'en trouve de si épaisses, qu'elles sont inaccessibles aux hommes;
mais elles sont peuplées d'une prodigieuse quantité de singes. On avait
raconté à Tavernier que les singes qui habitent un côté du chemin
étaient si mortels ennemis de ceux qui occupent les forêts du côté
opposé, que, si le hasard en fait passer un d'un côté à l'autre, il est
étranglé sur-le-champ. Le gouverneur de Paliacate lui avait parlé du
plaisir qu'il avait eu à les voir combattre, et lui avait appris comment
on se procure ce spectacle. Dans tout ce canton le chemin est fermé, de
lieue en lieue, par des portes et des barricades, où l'on fait une garde
continuelle, avec la précaution de demander aux passans où ils vont et
d'où ils viennent; de sorte qu'un voyageur y peut marcher sans crainte
et porter son or à la main. L'abondance n'y règne pas moins que la
sûreté, et l'on y trouve à chaque pas l'occasion d'acheter du riz. Ceux
qui veulent être témoins d'un combat de singes font mettre dans le
chemin cinq ou six corbeilles de riz, éloignées de quarante ou cinquante
pas l'une de l'autre; et près de chaque corbeille cinq ou six bâtons de
deux pieds de long et de la grosseur d'un pouce. On se retire ensuite un
peu plus loin. Bientôt on voit les singes descendre des deux côtés du
sommet des bambous, et sortir du bois pour s'approcher des corbeilles.
Ils sont d'abord près d'une demi-heure à se montrer les dents: tantôt
ils avancent, tantôt ils reculent, comme s'ils appréhendaient d'en venir
au choc. Enfin les femelles, qui sont plus hardies que les mâles,
surtout celles qui ont des petits, qu'elles portent entre leurs bras,
comme une femme porte son enfant, s'approchent d'une proie qui les
tente, et mettent la tête dans les corbeilles. Alors les mâles du parti
opposé fondent sur elles et les mordent sans ménagement. Ceux de l'autre
côté s'avancent aussi pour soutenir leurs femelles; et, la mêlée
devenant furieuse, ils prennent les bâtons qu'ils trouvent près des
corbeilles, avec lesquels ils commencent un rude combat. Les plus
faibles sont obligés de céder: ils se retirent dans les bois, estropiés
de quelque membre, ou la tête fendue; tandis que les vainqueurs,
demeurant maître du champ de bataille, mangent avidement le riz.
Cependant, lorsqu'ils sont à demi rassasiés, ils souffrent que les
femelles du parti contraire viennent manger avec eux.

Tavernier, se disposant à partir pour Golconde, se rendit le 15 au matin
à la tente du nabab Mirghimola. Sa curiosité n'y manqua pas d'exercice.
Ce général était assis les jambes croisées et les pieds nus, avec deux
secrétaires près de lui. Cette posture n'eut rien de surprenant pour
Tavernier, parce qu'elle est commune en Orient, non plus que la nudité
des jambes et des pieds, parce que c'est l'usage des plus grands
seigneurs de Golconde, surtout dans leurs appartemens, où l'on ne marche
que sur de riches tapis. Mais il observa que le nabab avait tous les
entre-deux des doigts des pieds pleins de lettres, et qu'il en avait
aussi quantité entre les doigts de la main gauche. Il en tirait tantôt
de ses mains, tantôt de ses pieds, pour en dicter les réponses à ses
secrétaires. Lui-même il en faisait quelques-unes. Lorsque les
secrétaires avaient achevé d'écrire, il leur faisait lire leurs lettres.
Ensuite il y appliquait son cachet de sa propre main; et c'était
lui-même aussi qui les donnait aux messagers qui devaient les porter.
Aux Indes, suivant la remarque de Tavernier, toutes les lettres que les
rois, les généraux d'armée et les gouverneurs de provinces envoient par
des gens de pied, arrivent beaucoup plus vite que par d'autres voies. On
rencontre de deux en deux lieues de petites cabanes où demeurent
constamment deux ou trois hommes gagés pour courir. Le messager, qui
arrive hors d'haleine, jette sa lettre à l'entrée. Un des autres la
ramasse, et se met à courir aussitôt. Ajoutez qu'aux Indes, la plupart
des chemins sont comme des allées d'arbres, et que ceux qui sont sans
arbres ont, de cinq en cinq cents pas, de petits monceaux de pierres que
les habitans des villages voisins sont obligés de blanchir, afin que
dans les nuits obscures et pluvieuses ces courriers puissent distinguer
leur route.

Pendant que Tavernier était dans la tente, on vint avertir le nabab
qu'on avait amené quatre criminels à sa porte. L'usage du pays ne permet
pas de les garder long-temps en prison. La sentence suit de près la
conviction du crime. Mirghimola, sans rien répondre, continua d'écrire
et de faire écrire ses secrétaires; ensuite il ordonna tout d'un coup
qu'on lui amenât les criminels. Après les avoir interrogés sévèrement,
et leur avoir fait confesser de bouche le crime dont ils étaient
accusés, il reprit ses occupations. Plusieurs officiers de son armée,
qui entraient dans la tente, s'approchaient respectueusement pour lui
faire leur cour. Il ne répondit à leur salutation que par un signe de
tête. Enfin, ce silence ayant duré près d'une heure, il leva brusquement
la tête pour prononcer la sentence des quatre criminels.

Tavernier alla descendre chez Pitre Delan, jeune Hollandais, chirurgien
du roi, que ce prince avait demandé instamment à Cheteur, envoyé de
Batavia. Le roi de Golconde se plaignait depuis long-temps d'un mal de
tête, et les médecins l'exhortaient à se faire tirer du sang en quatre
endroits de la langue. Les chirurgiens du pays n'osaient entreprendre
cette opération. Delan, dont on espérait un si grand service, fut
attaché à la cour avec huit cents pagodes de gages. Quelques jours après
le départ de l'envoyé, cet adroit jeune homme, qui avait déjà fait
prendre une bonne opinion de son habileté en publiant que la saignée
était le moins difficile de tous les exercices de chirurgien, fut averti
que le roi était résolu de le mettre à l'épreuve; mais on lui déclara
que ce prince voulait absolument que, suivant l'ordonnance des médecins,
il ne lui tirât que huit onces de sang, et qu'avec un maître si
redoutable il ne devait rien donner au hasard. Delan, plein de
confiance en ses propres lumières, ne balança point à se laisser
conduire dans une chambre du palais par deux ou trois eunuques. Quatre
vieilles femmes l'y vinrent prendre pour le mener au bain, où, l'ayant
déshabillé et bien lavé, elles lui parfumèrent tout le corps,
particulièrement les mains. Elles lui firent prendre une robe à la mode
du pays; ensuite l'ayant mené devant le roi, elles apportèrent quatre
petits plats d'or, que les médecins firent peser. Il fut averti encore
qu'il devait se garder sur sa tête de passer les bornes de leur
ordonnance; il saigna le roi avec tant de bonheur ou d'adresse, qu'en
pesant le sang avec les plats, on trouva qu'il n'en avait tiré que huit
onces. Cette justesse, et la légèreté de sa main, passèrent pour des
prodiges de l'art. Le monarque en fut si satisfait, qu'il lui fit donner
sur-le-champ trois cents pagodes, c'est-à-dire environ sept cents écus.
La jeune reine et la mère-reine voulurent aussi qu'il leur tirât du
sang. Tavernier, qui ne s'arrête à ce récit que pour faire connaître à
nos chirurgiens ce qu'ils peuvent espérer aux Indes, s'imagine que la
curiosité de le voir avait plus de part à cet empressement que le besoin
de se faire saigner. C'était, dit-il, un jeune homme des mieux faits, et
jamais ces deux princesses n'avaient vu un étranger de si près. Delan
fut conduit dans une chambre magnifique, où les femmes qui l'avaient
préparé à saigner le roi lui lavèrent encore les bras et les mains, et
le parfumèrent soigneusement. Ensuite elles tirèrent un rideau, et la
jeune reine allongea le bras par un trou. Il la saigna fort habilement.
La reine-mère n'ayant pas été moins satisfaite, il reçut une grosse
somme, avec quelques pièces de brocart d'or; et ces trois opérations le
mirent dans une haute faveur à la cour.

Il paraît que ce fut sous la protection de cet heureux chirurgien que
Tavernier entreprit de visiter les mines de diamans. On lui conseilla de
commencer par celle de Raolkonde, qui est la plus célèbre. Elle est
située à cinq journées de Golconde, et à huit ou neuf de Visapour. Il
n'y avait pas plus de deux cents ans qu'elle avait été découverte. Comme
les souverains de ces deux royaumes étaient autrefois sujets de
l'Indoustan et gouverneurs des mêmes provinces qu'ils érigèrent en
royaumes après leur révolte, on a cru long-temps en Europe que les
diamans venaient des terres du grand-mogol.

En arrivant à Raolkonde, Tavernier alla saluer le gouverneur de la mine,
qui commande aussi dans la province. C'était un mahométan, qui lui fit
un accueil fort civil, et qui lui promit toutes sortes de sûretés pour
son commerce, mais qui lui recommanda beaucoup de ne pas frauder les
droits du souverain, qui sont de deux pour cent.

Aux environs du lieu d'où l'on tire les diamans, la terre est
sablonneuse et pleine de rochers et de taillis. Ces rochers ont
plusieurs veines larges, tantôt d'un demi-doigt, tantôt d'un doigt
entier; et les mineurs sont armés de petits fers crochus par le bout,
qu'ils enfoncent dans ces veines pour en tirer le sable ou la terre.
C'est dans cette terre qu'ils trouvent les diamans. Mais, comme les
veines ne vont pas toujours droit, et que tantôt elles baissent ou elles
haussent, ils sont contraints de casser ces rochers pour ne pas perdre
leur trace. Après les avoir ouvertes, ils ramassent la terre ou le
sable, qu'ils lavent deux ou trois fois pour en séparer les diamans.
C'est dans cette mine que se trouvent les pierres les plus nettes et de
la plus belle eau; mais il arrive souvent que, pour tirer le sable des
rochers, ils donnent de si grands coups d'un gros levier de fer, qu'ils
étonnent le diamant et qu'ils y mettent des glaces. Lorsque la glace est
un peu grande, ils clivent la pierre, c'est-à-dire qu'ils la fendent, et
plus habilement que nous. Ce sont les pièces qu'on nomme _faibles_ en
Europe, et qui ne laissent pas d'être de grande montre. Si la pierre est
nette, ils ne font que la passer sur la roue, sans s'amuser à lui donner
une forme, dans la crainte de lui ôter quelque chose de son poids. S'il
y a quelque petite glace, ou quelques points, ou quelque petit sable
noir ou rouge, ils couvrent toute la pierre de facettes pour cacher ses
défauts. Une glace fort petite se couvre de l'arête d'une des facettes;
mais les marchands aimant mieux un point noir dans une pierre qu'un
point rouge, on brûle la pierre qui est tachée d'un point rouge, et ce
point devient noir.

On trouve auprès de cette mine quantité de lapidaires qui n'ont que des
roues d'acier à peu près de la grandeur de nos assiettes de table. Ils
ne mettent qu'une pierre sur chaque roue, qu'ils arrosent incessamment
avec de l'eau, jusqu'à ce qu'ils aient trouvé le chemin de la pierre.
Alors ils prennent de l'huile et n'épargnent pas la poudre de diamant,
qui est toujours à grand marché. Ils chargent aussi la pierre beaucoup
plus que nous. Tavernier vit mettre sur une pierre cent cinquante livres
de plomb. C'était à la vérité une grande pierre qui demeura à cent trois
carats après avoir été taillée, et la grande roue du moulin, qui était à
notre manière, était tournée par quatre Nègres. Les Indiens ne croient
pas que la charge donne des glaces aux pierres.

Le négoce se fait à la mine avec autant de liberté que de bonne foi.
Outre ses deux pour cent, le roi tire un droit des marchands pour la
permission de faire travailler à la mine. Ces marchands, après avoir
cherché un endroit favorable avec les mineurs, prennent une portion de
terrain à laquelle ils emploient un nombre convenable d'ouvriers. Depuis
le premier moment du travail jusqu'au dernier, ils paient chaque jour au
roi deux pagodes pour cinquante hommes, et quatre pagodes s'ils en
emploient cent.

Les plus malheureux sont les mineurs mêmes, dont les gages ne montent
par an qu'à trois pagodes; aussi ne se font-ils pas scrupule en
cherchant dans le sable de détourner une pierre qu'ils peuvent dérober
aux yeux, et comme ils sont nus, à la réserve d'un petit linge qui leur
couvre le milieu du corps, ils tâchent adroitement de l'avaler.
Tavernier en vit un qui avait caché dans le coin de son oeil une pierre
du poids d'un manghelin, c'est-à-dire d'environ deux de nos carats, et
dont le larcin fut découvert. Celui qui trouve une pierre dont le poids
est au-dessus de sept ou huit manghelins reçoit une récompense, mais
proportionnée à sa misère plutôt qu'à l'importance du service.

Les marchands qui se rendent à la mine pour ce riche négoce ne doivent
pas sortir de leur logement: mais chaque jour, à dix ou onze heures du
matin, les maîtres mineurs leur apportent des montres de diamans. Si les
parties sont considérables, ils les confient aux marchands pour leur
donner le temps de les considérer à loisir. Il faut ensuite que le
marché soit promptement conclu, sans quoi les maîtres reprennent leurs
pierres, les lient dans un coin de leur ceinture ou de leur chemise, et
disparaissent pour ne revenir jamais avec les mêmes pierres; ou du moins
s'ils les rapportent, elles sont mêlées avec d'autres qui changent
absolument le marché. Si l'on convient de prix, l'acheteur leur donne un
billet de la somme pour l'aller recevoir du chérif, c'est-à-dire d'un
officier nommé pour donner et recevoir les lettres de change. Le moindre
retardement au delà du terme oblige de payer un intérêt sur le pied d'un
et demi pour cent par mois. Mais, lorsque l'acheteur est connu, ils
aiment mieux les lettres de change pour Agra, pour Golconde ou pour
Visapour, et surtout pour Surate, d'où ils font venir diverses
marchandises par les vaisseaux étrangers.

C'est un spectacle agréable de voir paraître tous les jours au matin les
enfans des maîtres mineurs et d'autres gens du pays, depuis l'âge de dix
ans, jusqu'à l'âge de quinze ou seize, qui viennent s'asseoir sous un
gros arbre dans la place du bourg. Chacun d'eux a son poids de diamans
dans un sac pendu d'un côté de sa ceinture, et de l'autre une bourse
attachée, qui contient quelquefois jusqu'à cinq ou six cents pagodes
d'or. Ils attendent qu'on leur vienne vendre quelques diamans, soit du
lieu même ou de quelque autre mine. Quand on leur en présente un, on le
met entre les mains du plus âgé de ces enfans, qui est comme le chef des
autres. Il le considère soigneusement, et le fait passer à son voisin,
qui l'examine à son tour: ainsi la pierre circule de main en main dans
un grand silence, jusqu'à ce qu'elle revienne au premier. Il en demande
alors le prix pour en faire le marché; et s'il l'achète trop cher, c'est
pour son compte. Le soir, tous ces enfans font la somme de ce qu'ils
ont acheté. Ils regardent leurs pierres, et les mettent à part, suivant
leur eau, leur poids et leur netteté. Ils mettent le prix sur chacune, à
peu près comme elles pourraient se vendre aux étrangers. Ensuite ils les
portent aux maîtres, qui ont toujours quantité de parties à assortir, et
tout le profit se partage entre ces jeunes marchands, avec cette seule
différence, que le chef ou le plus âgé prend un quart pour cent de plus
que les autres. Ils connaissent si parfaitement le prix de toutes sortes
de pierres, que, si l'un d'eux, après en avoir acheté une, veut perdre
demi pour cent, un autre est prêt à lui rendre aussitôt son argent.

Un jour, sur le soir, Tavernier reçut la visite d'un homme fort mal
vêtu. Il n'avait qu'une ceinture autour du corps et un méchant mouchoir
sur la tête. Après quelques civilités, il fit demander à Tavernier, par
son interprète, s'il voulait acheter quelques rubis; et tirant de sa
ceinture quantité de petits linges, il en fit sortir une vingtaine de
petites pierres. Tavernier en acheta quelques-unes, et ne fit pas
difficulté de les payer un peu au-delà de leur prix, parce qu'il jugea
qu'on n'était pas venu le trouver sans avoir quelque chose de plus
précieux à lui offrir. En effet, l'Indien l'ayant prié d'écarter ses
gens, ne se vit pas plus tôt seul avec l'interprète et lui, qu'il ôta le
mouchoir sous lequel ses cheveux étaient liés. Il en tira un petit linge
qui contenait un diamant de quarante-huit carats et demi, et de la plus
belle eau du monde, et les trois quarts fort net. «Gardez-le jusqu'à
demain, dit-il à Tavernier, pour l'examiner à loisir. S'il est de votre
goût, vous me trouverez hors du bourg à telle heure, et vous
m'apporterez telle somme.» Tavernier ne manqua pas de lui porter la
somme qu'il avait demandée; à son retour à Surate, il trouva un profit
considérable sur cette pierre.

Quelques jours après, ayant reçu avis qu'un Français nommé Boète, qu'il
avait laissé à Golconde pour recevoir et garder son argent, était
attaqué d'une maladie dangereuse, il ne pensa qu'à retourner dans le
pays. Le gouverneur de la mine, surpris de le voir partir sitôt, lui
demanda s'il avait employé tout son argent. Il lui restait vingt mille
pagodes, dont il regrettait effectivement de n'avoir pas fait l'emploi;
mais, se croyant pressé par l'avis qu'il avait reçu, il fit voir au
gouverneur tout ce qu'il avait acheté, qui se trouva conforme au rôle du
receveur des droits; il paya les deux pour cent; et, ne déguisant pas
même qu'il avait acheté en secret un diamant de quarante-huit carats et
demi, il satisfit avec la même fidélité pour cette pierre, quoique
personne ne fût informé de son marché dans le bourg. Le gouverneur,
admirant sa bonne foi, lui confessa naturellement qu'aucun marchand du
pays n'aurait eu cette délicatesse; et, dans le mouvement de son estime,
il fit venir les plus riches marchands de la mine, avec ordre
d'apporter leurs plus belles pierres. Dans l'espace d'une heure ou deux,
Tavernier employa fort avantageusement ses vingt mille pagodes. Après le
marché, ce généreux gouverneur dit aux marchands qu'ils devaient
distinguer un si galant homme par quelque témoignage de reconnaissance
et d'amitié. Ils consentirent de fort bonne grâce à lui faire présent
d'un diamant de quelque prix.

La manière de traiter entre ces marchands mérite particulièrement une
observation. Tout se passe dans le plus profond silence. Le vendeur et
l'acheteur sont assis l'un devant l'autre comme deux tailleurs. L'un des
deux ouvrant sa ceinture, le vendeur prend la main droite de l'acheteur,
et la couvre avec la sienne de cette ceinture, sous laquelle le marché
se fait secrètement, quoiqu'en présence de plusieurs autres marchands
qui peuvent se trouver dans la même salle, c'est-à-dire que les deux
intéressés ne se parlent, ni de la bouche, ni des yeux, mais seulement
de la main. Si le vendeur prend toute la main de l'acheteur, ce signe
exprime mille. Autant de fois qu'il la lui presse, ce sont autant de
mille pagodes ou de mille roupies, suivant les espèces dont il est
question. S'il ne prend que les cinq doigts, il n'exprime que cinq
cents. Un doigt signifie cent. La moitié du doigt jusqu'à la jointure du
milieu, signifie cinquante; et le petit bout du doigt jusqu'à la
première jointure, signifie dix. Il arrive souvent que, dans un même
lieu et devant quantité de témoins, une même partie se vend sept à huit
fois, sans qu'aucun autre que les intéressés sache à quel prix elle est
vendue. À l'égard du poids des pierres, on n'y peut être trompé que dans
les marchés clandestins. Lorsqu'elles s'achètent publiquement, c'est
toujours aux yeux d'un officier du roi, qui, sans tirer aucun bénéfice
des particuliers, est chargé de peser les diamans; et tous les marchands
doivent s'en rapporter à son témoignage.

Tavernier obtint du gouverneur une escorte de six cavaliers pour sortir
des terres de son gouvernement, qui s'étend jusqu'aux limites communes
des royaumes de Visapour et de Golconde. Elles sont marquées par une
rivière large et profonde, dont le passage est d'autant plus difficile,
qu'il ne s'y trouve ni pont ni bateau. On se sert, pour la traverser,
d'une invention assez commune aux Indes. C'est un vaisseau rond de dix à
douze pieds de diamètre, composé de branches d'osier, comme nos
mannequins, et couvert de cuir de boeuf. On pourrait entretenir de
bonnes barques, ou faire un pont sur cette rivière; mais les deux rois
s'y opposent, parce qu'elle fait la séparation de leurs états. Chaque
jour au soir, tous les bateliers des deux rives sont obligés de
rapporter à deux officiers, qui demeurent de part et d'autre à un quart
de lieue du passage, un état exact des personnes et des marchandises
qui ont passé l'eau pendant le jour.

En arrivant à Golconde, Tavernier apprit avec chagrin que son agent
était mort, et que la chambre où il l'avait laissé avait été scellée de
deux sceaux, l'un du cadi, qui est comme le chef de la justice, et
l'autre du cha-bander ou saban-dar, qu'il compare à notre prévôt des
marchands. Un officier de justice gardait la porte nuit et jour, avec
deux valets qui avaient servi l'agent jusqu'à sa mort. Après avoir
demandé à Tavernier si l'argent qui se trouvait dans la chambre était à
lui, on en exigea des preuves, qui furent le témoignage des chérifs
mêmes qui l'avaient compté par son ordre. On lui fit signer un papier
par lequel il déclarait qu'on n'en avait rien détourné; et les frais de
ces procédures lui parurent si légers, qu'il admira également la
fidélité et le désintéressement de la justice indienne.

Il entreprit bientôt de visiter une autre mine de diamans qui est dans
le royaume de Golconde, à sept journées de la capitale. Elle est proche
d'un gros bourg où passe la même rivière qu'il avait traversée en
revenant de Raolkonde. De hautes montagnes forment une sorte de
croissant à une lieue et demie du bourg; et c'est dans l'espace qui est
entre le bourg et les montagnes qu'on trouve le diamant. Plus on cherche
en s'approchant des montagnes, plus on découvre de grandes pierres; mais
si l'on remonte trop haut, on ne rencontre plus rien. Ce voyage,
suivant le calcul de Tavernier, est de cinquante-cinq lieues.

Il fut surpris de trouver aux environs de cette mine jusqu'à soixante
mille personnes qu'on y employait continuellement au travail. On lui
raconta qu'elle avait été découverte depuis environ cent ans par un
pauvre homme, qui, bêchant un petit terrain pour y semer du millet,
avait trouvé une pointe-naïve du poids d'environ vingt-cinq carats. La
forme et l'éclat de cette pierre la lui avaient fait porter à Golconde,
où les négocians avaient reçu avec admiration un diamant de ce poids,
parce que les plus gros qui fussent connus auparavant n'étaient que de
dix à douze carats. Le bruit de cette découverte n'ayant pas tardé à se
répandre, plusieurs personnes riches avaient commencé aussitôt à faire
ouvrir la terre, et l'on n'avait pas cessé d'y trouver quantité de
grandes pierres. Il s'en trouvait en abondance depuis dix jusqu'à
quarante carats, et quelquefois de beaucoup plus grandes, puisque,
suivant le témoignage de Tavernier, Mirghimola, ce même capitaine indien
dont on a parlé, fit présent au grand mogol Aureng-zeb d'un diamant de
cette mine qui pesait neuf cents carats avant d'être taillé. Mais la
plupart de ces grandes pierres ne sont pas nettes, et leurs eaux
tiennent ordinairement de la qualité du terroir. S'il est humide et
marécageux, la pierre tire sur le noir; s'il est rougeâtre, elle tire
sur le rouge, et suivant les autres endroits, tantôt sur le vert et
tantôt sur le jaune. Il paraît toujours sur leur surface une sorte de
graisse qui oblige de porter sans cesse la main au mouchoir pour
l'essayer.

À l'égard de leur eau, Tavernier observe qu'au lieu qu'en Europe nous
nous servons du jour pour examiner les pierres brutes, les Indiens se
servent de la nuit. Ils mettent dans un trou qu'ils font à quelque mur,
de la grandeur d'un pied carré, une lampe avec une grosse mèche, à la
clarté de laquelle ils jugent de l'eau et de la netteté de la pierre,
qu'ils tiennent entre leurs doigts. L'eau que l'on nomme _céleste_ est
la pire de toutes. Il est impossible de la reconnaître tandis que la
pierre est brute. Mais, pour peu qu'elle soit découverte sur le moulin,
le secret infaillible pour bien juger de son eau est de la porter sous
un arbre touffu. L'ombre de la verdure fait découvrir facilement si elle
est bleue.

On cherche les pierres dans cette mine par des méthodes qui ressemblent
peu à celle de Raolkonde. Après avoir reconnu la place où l'on veut
travailler, les mineurs aplanissent une autre place à peu près de la
même étendue, qu'ils environnent d'un mur d'environ deux pieds de haut.
Au pied de ce mur, ils font de petites ouvertures pour l'écoulement de
l'eau, et les tiennent fermées jusqu'au moment où l'eau doit s'écouler.
Alors tous les ouvriers se rassemblent, hommes, femmes et enfans, avec
le maître qui les emploie, accompagné de ses parens et de ses amis. Il
apporte avec lui quelque idole, qu'on met debout sur la terre, et devant
laquelle chacun se prosterne trois fois. Un prêtre, qui fait la prière
pendant la cérémonie, leur fait à tous une marque sur le front avec une
composition de safran et de gomme, espèce de colle qui retient sept ou
huit grains de riz qu'il applique dessus. Ensuite s'étant lavé le corps
avec de l'eau que chacun apporte dans un vase, ils se rangent en fort
bon ordre pour manger ce qui leur est présenté dans un festin que le
maître leur fait au commencement du travail.

Après ce repas, chacun commence à travailler. Les hommes fouillent la
terre, les femmes et les enfans la portent dans l'enceinte qui se trouve
préparée. On fouille jusqu'à dix, douze et quatorze pieds de profondeur;
mais, aussitôt qu'on rencontre l'eau, il ne reste plus d'espérance.
Toute la terre étant portée dans l'enceinte, on prend avec des cruches
l'eau qui demeure dans les trous qu'on a faits en fouillant. On la jette
sur cette terre pour la détremper; après quoi les trous sont ouverts
pour donner passage à l'eau, et l'on continue d'en jeter d'autre
par-dessus, afin qu'elle entraîne le limon et qu'il ne reste que le
sable. On laisse sécher tout au soleil, ce qui tarde peu dans un climat
si chaud. Tous les mineurs ont des paniers à peu près de la forme d'un
van, dans lesquels ils mettent ce sable pour le secouer comme nous
secouons le blé. La poussière achève de se dissiper, et le gros est
remis sur le fond qui demeure dans l'enceinte. Après avoir vanné tout le
sable, ils l'étendent avec une manière de râteau qui le rend fort uni.
C'est alors que, se mettant tous ensemble sur ce fond de sable avec un
gros pilon de bois, large d'un demi-pied par le bas, ils le battent d'un
bout à l'autre de deux ou trois grands coups qu'ils donnent à chaque
endroit. Ils le remettent ensuite dans les paniers, le vannent encore,
et recommencent à l'étendre; et, ne se servant plus que de leurs mains,
ils cherchent les diamans en pressant cette poudre, dans laquelle ils ne
manquent point de les sentir. Anciennement, au lieu d'un pilon de bois
pour battre la terre, ils la battaient avec des cailloux, et de là
venaient tant de glaces dans les pierres.

Depuis trente ou quarante ans, on avait découvert une autre mine entre
Colour et Raolkonde; on y trouvait des pierres qui avaient l'écorce
verte, belle, transparente, et qui paraissaient même plus belles que les
autres; mais elles se mettaient en morceaux lorsqu'on commençait à les
égriser, ou du moins elles ne pouvaient résister sur la roue. Le roi de
Golconde fit fermer la mine.

Il restait à visiter la mine de Bengale, qui est la plus ancienne de
toutes les mines de diamans. On donne indifféremment à cette mine le nom
de Soumelpour, qui est un gros bourg proche duquel on trouve les
diamans, ou celui de Gouel, rivière sablonneuse dans laquelle on les
découvre. La rivière de Gouel vient des hautes montagnes, qui sont
éloignées d'environ cinquante cosses au midi, et va se perdre dans le
Gange.

C'est en remontant que les recherches commencent; lorsque le temps des
grandes pluies est passé, ce qui arrive ordinairement au mois de
décembre, on attend encore pendant tout le mois de janvier que la
rivière soit éclaircie, parce qu'alors elle n'a pas plus de deux pieds
d'eau en divers endroits, et qu'elle laisse toujours quantité de sable à
découvert. Vers le commencement de février on voit sortir de Soumelpour
et d'un autre bourg qui est vingt cosses plus haut sur la même rivière,
et de plusieurs petits villages de la plaine, huit ou dix mille
personnes de tous les âges qui ne respirent que le travail; les plus
experts connaissent à la qualité du sable s'il s'y trouve des diamans.
On entoure ces lieux de pieux, de fascines et de terre, pour en tirer
l'eau et les mettre tout-à-fait à sec. Le sable qu'on y trouve, sans le
chercher jamais plus loin qu'à deux pieds de profondeur, est porté sur
une grande place qu'on a préparée au bord de la rivière, et qui est
entourée comme à Raolkonde d'un petit mur d'environ deux pieds. On y
jette de l'eau pour le purifier; et tout le reste de l'opération
ressemble à celle des mineurs de Golconde.

C'est de cette rivière que viennent toutes les belles pierres qu'on
appelle _pointes-naïves_: elles ont beaucoup de ressemblance avec celles
qu'on nomme _pierres de tonnerre_, mais il est rare qu'on en trouve de
grandes.



CHAPITRE V.

Établissemens français de la côte de Coromandel.


Nous trouvons dans notre recueil peu de détails sur les possessions
européennes de cette côte, qui dépend en grande partie du royaume de
Carnate, et qui est tributaire du grand-mogol. Ce royaume de Carnate
était autrefois soumis au roi de Golconde; les mahométans mogols s'en
sont emparés, et le pays est partagé, comme dans tous le reste de
l'Inde, entre le mahométisme et l'idolâtrie; nous n'avons trouvé sur
l'intérieur de ce royaume que quelques récits de missionnaires, peu
intéressans pour la curiosité du lecteur. Les villes de la côte sont
célèbres par leur commerce, et fréquentées par toutes les nations de
l'Europe. Les Portugais y possèdent Méliapour ou San-Thomé; les
Hollandais ont bâti le fort de Gueldre dans la ville de Paliacate, et
les Anglais le fort de Saint-Georges dans celle de Madras: on sait
combien est riche et florissante cette colonie, rivale de Pondichéry.
L'intérêt national nous engage à parler avec un peu plus d'étendue de
cette colonie française, qui a essuyé tant d'alternatives de prospérités
et de disgrâces.

Luillier, voyageur français, est le seul qui nous ait donné quelques
détails sur Pondichéry. Il s'était embarqué à Lorient, le 4 mars 1722,
sur un vaisseau de la compagnie des Indes. Dix jours qu'il passa d'abord
dans la rade de Pondichéry, avant de continuer sa route vers le Bengale,
ne lui donnèrent pas le temps d'acquérir beaucoup de connaissances sur
la colonie, qu'il n'eut le temps de visiter qu'à son retour. Pondichéry
était déjà devenu le premier comptoir de la compagnie des Indes. On
commençait à ne rien épargner pour lui donner de l'éclat. Luillier croit
son circuit d'environ quatre lieues, et le représente déjà très-peuplé,
surtout de Gentous, qui aiment mieux, dit-il, la domination française
que celle des Maures. Chaque état est resserré dans son quartier. On y
construisit alors une nouvelle forteresse, près de laquelle quelques
officiers français avaient fait bâtir des maisons: mais, comme le pays a
peu de bois pour les édifices, et que d'ailleurs il s'élève de temps en
temps des vents fort impétueux, elles ne sont que d'un étage. Outre ce
nouveau fort, on en comptait neuf petits, qui faisaient auparavant
l'unique défense des murs. La garde était composée de trois compagnies
d'infanterie française, et d'environ trois cents Cipaies, nom qu'on
donne à des habitans naturels du pays qu'on fait élever et vêtir à la
manière de France. Il y avait à Pondichéry trois maisons religieuses:
l'une de jésuites, la seconde de carmes, et la troisième de capucins,
qui se disaient curés de toute la ville et de l'église malabare. Le roi,
pour donner du lustre à ce bel établissement, y avait établi depuis
quelques années un conseil souverain; la compagnie y entretenait un
gouverneur, un commandant militaire et un major.

On ne s'est arrêté à cette courte description que pour faire comparer,
dans la suite de cet article, l'état de Pondichéry, tel qu'il était
alors avec ce qu'il est devenu dans l'espace de peu d'années.

Le vaisseau ayant remis à la voile le 22 juillet pour le Bengale, on
n'eut qu'un vent favorable jusqu'à la rade de Ballasor, où l'on arriva
le 29. Ballasor est un lieu célèbre par le commerce des senas, sorte de
belle toile blanche, et de ces étoffes qui passent en France pour des
écorces d'arbres, quoiqu'elles soient composées d'une soie sauvage qui
se trouve dans les bois. On passa le lendemain devant Calcutta, comptoir
des Anglais de l'ancienne compagnie, où l'on faisait bâtir alors de
très-beaux magasins. Il est situé sur le bord du Gange, à huit lieues du
comptoir de France. Comme divers particuliers ont fait bâtir des maisons
à Calcutta, on le prendrait de loin pour une ville.

On passa de même devant le comptoir des Danois, qui saluèrent le
bâtiment français de treize coups de canon: c'est un honneur qu'il reçut
de tous les vaisseaux européens qu'il rencontra jusqu'à la loge
française; elle porte le nom de Chandernagor: c'est une très-belle
maison qui est située sur le bord d'un des deux bras du Gange. Elle a
deux autres loges dans sa dépendance: celle de Cassambazar, d'où
viennent toutes les soies dont il se fait un si grand commerce au
Levant, et celle de Ballasor. Tous ces établissemens sont situés dans le
pays d'Ougly, province du royaume de Bengale.

Chandernagor n'est éloigné que d'une lieue de Chinchoura, grande ville
où les Hollandais et les Anglais de la nouvelle compagnie ont des
comptoirs. Celui des Hollandais l'emporte beaucoup sur l'autre par la
beauté des édifices; les Portugais y ont deux églises, l'une qui
appartenait aux jésuites, et l'autre aux augustins. La ville de
Chinchoura est défendue par une citadelle qui sert de logement au
gouverneur. Le port est si spacieux, qu'il peut contenir trois cents
vaisseaux à l'ancre.

Les banians, qui sont les principaux marchands du pays, y ont leur
demeure et leurs magasins.

La province d'Ougly est par le vingt-troisième degré sous le tropique du
cancer. L'air y est fort grossier et moins sain qu'à Pondichéry;
cependant la terre y est beaucoup meilleure; elle produit toutes sortes
de légumes et d'herbes potagères, du froment, du riz en abondance, du
miel, de la cire, et toutes les espèces de fruits qui croissent aux
Indes. Aussi le Bengale en est-il comme le magasin. On y recueille
quantité de coton, d'une plante dont la feuille ressemble à celle de
l'érable, et qui s'élève d'environ trois pieds; le bouton qui le
renferme fleurit à peu près comme celui de nos gros chardons.

La compagnie tire de son comptoir d'Ougly diverses sortes de
malles-molles; des casses, que nous nommons mousselines doubles; des
doréas, qui sont les mousselines rayées; des tangebs, ou des mousselines
serrées; des amans, qui sont de très-belles toiles de coton, quoique
moins fines que les senas de Ballasor; des pièces de mouchoirs de soie,
et d'autres toiles de coton. La grande ville de Daca, qui est éloignée
de la loge d'environ cent lieues, fournit les meilleures et les plus
belles broderies des Indes, en or et en argent comme en soie. De là
viennent les stinkerques et les belles mousselines brodées qu'on apporte
en France. C'est de Patna que la compagnie tire du salpêtre, et tout
l'Orient, de l'opium. Les jamavars, les armoisins et le cottonis, qui
sont des étoffes mêlées de soie et de coton, viennent de Cassambazar. En
général, suivant la remarque de Luillier, les plus belles mousselines
des Indes viennent de Bengale, les meilleures toiles de coton viennent
de Pondichéry, et les plus belles étoffes de soie à fleurs d'or et
d'argent viennent de Surate.

Le retour à Pondichéry n'offrit rien de plus remarquable que les
événemens ordinaires de la navigation. Jetons un coup d'oeil rapide sur
les progrès de la colonie depuis le voyage de Luillier, et sur l'état de
Pondichéry. Il fut entouré de murs en 1723. L'attention que les
gouverneurs ont toujours eue d'assigner le terrain aux particuliers qui
demandaient la permission de bâtir a formé comme insensiblement une
ville aussi régulière que si le plan avait été tracé tout d'un coup: les
rues en paraissent tirées au cordeau. La principale, qui va du sud au
nord, a mille toises de long, c'est-à-dire une demi lieue parisienne; et
celle qui croise le milieu de la ville est de six cents toises. Toutes
les maisons sont contiguës. La plus considérable est celle du
gouverneur. De l'autre côté, c'est-à-dire au couchant, on voit le jardin
de la compagnie, planté de fort belles allées d'arbres, qui servent de
promenades publiques, avec un édifice richement meublé, où le gouverneur
loge les princes étrangers et les ambassadeurs. Les jésuites ont dans la
ville un beau collége, dans lequel douze ou quinze de leurs prêtres
montrent à lire et à écrire, et donnent des leçons de mathématiques;
mais ils n'y enseignent pas la langue latine. La maison des missions
étrangères n'a que deux ou trois prêtres, et le couvent des capucins en
a sept ou huit. Quoique les maisons de Pondichéry n'aient qu'un étage,
celles des riches habitans sont belles et commodes. Les Gentous y ont
deux pagodes, que les rois du pays leur ont fait conserver, avec la
liberté du culte pour les bramines, gens pauvres, mais occupés sans
cesse au travail, qui font toute la richesse de la ville et du pays.
Leurs maisons n'ont ordinairement que huit toises de long sur six de
large, pour quinze ou vingt personnes, et quelquefois plus. Elles sont
si obscures, qu'on a peine à comprendre qu'ils aient assez de jour pour
leur travail. La plupart sont tisserands, peintres en toiles ou
orfévres. Ils passent la nuit dans leurs cours ou sur le toit, presque
nus et couchés sur une simple natte: ce qui leur est commun, à la
vérité, avec le reste des habitans; car Pondichéry étant au 12e. degré
de latitude septentrionale, et par conséquent dans la zone torride,
non-seulement il y fait très-chaud, mais pendant toute l'année il n'y
pleut que sept ou huit jours vers la fin d'octobre. Cette pluie, qui
arriva régulièrement, est peut-être un des phénomènes les plus
singuliers de la nature.

Les meilleurs ouvriers gentous ne gagnent pas plus de deux sous dans
leur journée; mais ce gain leur suffit pour subsister avec leurs femmes
et leurs enfans. Ils ne virent que de riz cuit à l'eau, et le riz est à
très-bon marché. Des gâteaux sans levain, cuits sous la cendre, sont le
seul pain qu'ils mangent, quoiqu'il y ait à Pondichéry d'aussi bon pain
qu'en Europe. Malgré la sécheresse du pays, le riz, qui ne croît pour
ainsi dire que dans l'eau, s'y recueille avec une prodigieuse abondance;
et c'est à l'industrie, au travail continuel des Gentous, qu'on a cette
obligation. Ils creusent dans les champs, de distance en distance, des
puits de dix à douze pieds de profondeur, sur le bord desquels ils
mettent une espèce de bascule avec un poids en dehors et un grand seau
en dedans. Un Gentou monte sur le milieu de la bascule, qu'il fait aller
en appuyant alternativement un pied de chaque côté, et chantant sur le
même ton, suivant ce mouvement, en malabare, qui est la langue ordinaire
du pays, et un, et deux, et trois, etc. pour compter combien il a tiré
de seaux. Aussitôt que ce puits est tari il passe à un autre. En
général, cette nation est d'une adresse étonnante pour la distribution
et le ménagement de l'eau. Elle en conserve quelquefois dans des étangs,
des lacs et des canaux, après le débordement des grandes rivières,
telles que le Coltam, qui n'est pas éloigné de Pondichéry. Les
mahométans, auxquels on donne ordinairement le nom de Maures, sont aussi
fainéans que les Gentous sont laborieux.

La ville de Pondichéry est à quarante ou cinquante toises de la mer,
dont le reflux sur cette côte ne s'élève jamais plus de deux pieds.
C'est une simple rade où les vaisseaux ne peuvent aborder. On emploie
des bateaux pour aller recevoir ou porter des marchandises à la distance
d'une lieue en mer; extrême incommodité pour une ville où rien ne manque
d'ailleurs à la douceur de la vie. Les alimens y sont à très-vil prix.
On y fait bonne chère en grosse viande, en gibier, en poisson. Si l'on
n'y trouve point les fruits d'été qui croissent en Europe, le pays en
produit d'autres qui nous manquent, et qui sont meilleurs que les
nôtres.

Suivant le dernier dénombrement, on comptait dans Pondichéry cent vingt
mille habitans, chrétiens, mahométans ou gentous. La ville a plusieurs
grands magasins, six portes, une citadelle, onze forts ou bastions, et
quatre cent cinq pièces de canon, avec des mortiers et d'autres pièces
d'artillerie. La réputation des Français, soutenue par la sage conduite
de leurs gouverneurs, leur a fait obtenir de plusieurs princes indiens
des priviléges, des honneurs et des préférences qui doivent flatter la
nation. La première faveur de cette espèce est de battre monnaie au coin
de l'empereur mogol, que les Hollandais n'ont encore pu se procurer par
toutes leurs offres. Les Anglais en ont joui pendant quelques années;
mais diverses révolutions les ont déterminés à l'abandonner. M. Dumas
obtint cette grâce en 1736, par lettres patentes de Mahomet-Chah,
empereur mogol, adressées à Aly-Daoust-Khan, nabab ou vice-roi de la
province d'Arcate; elles étaient accompagnées d'un éléphant avec son
harnais, présent qui ne se fait chez les Orientaux qu'aux rois et aux
plus puissans princes. M. Dumas, comprenant les avantages qu'il en
pouvait tirer pour la compagnie, fit frapper tous les ans, depuis
l'année 1735 jusqu'en 1741, qui fut celle de son retour en France, pour
cinq à six millions de roupies. Cette monnaie est une pièce d'argent qui
porte l'empreinte du mogol, un peu plus large que nos pièces de douze
sous, et trois fois plus épaisse: une roupie vaut quarante-huit sols.

Pour comprendre de quelle utilité ce nouveau privilége fut à la
compagnie, il faut savoir que le gouverneur, se conformant au titre des
roupies du mogol, mit dans celle de Pondichéry la même quantité
d'alliage, et qu'il établit le même droit de sept pour cent. Par une
évaluation facile, on a trouvé que, dans la marque de ces cinq à six
millions, valant en espèces plus de douze millions de livres, la
compagnie tirait un avantage de quatre cent mille livres par an. Ce
produit augmente de jour en jour par le cours étonnant des roupies de
Pondichéry, qui sont mieux reçues que toutes les autres monnaies de
l'Inde. Non-seulement elles se font des lingots que la compagnie envoie,
mais toutes les nations y portent leurs matières, sur lesquelles l'hôtel
de la monnaie profite suivant la quantité de l'alliage. Il n'y a que les
pagodes et les sequins qui puissent le disputer, dans le commerce, à la
monnaie de Pondichéry. La pagode est l'ancienne monnaie des Indes. C'est
une pièce d'or qui a précisément la forme d'un petit bouton de veste, et
qui vaut huit livres dix sous. Le dessous, qui est plat, représente une
idole du pays; et le dessus, qui est rond, est marqué de petits grains,
comme certains boutons de manche. Le sequin est une véritable pièce
d'or très-raffiné, qui vaut dix livres de notre monnaie. Il est un peu
plus large qu'une pièce de douze sous, mais moins épais; ce qui fait que
tous les sequins sont un peu courbés; il s'en trouve même de percés, ce
qui vient de l'usage que les femmes indiennes ont de les porter au cou
comme des médailles. Ces pièces sont extrêmement communes dans le pays,
et ne se frappent qu'à Venise. Elles viennent par les Vénitiens, qui
font un commerce très-considérable à Bassora, dans le fond du golfe
Persique, à Moka, au détroit de Babel-Mandel, et à Djedda, qui est le
port de la Mecque. Les Indiens y portent tous les ans une bien plus
grande quantité de marchandises que les Français, les Hollandais, les
Anglais et les Portugais n'en tirent. Ils les vendent aux Persans, aux
Égyptiens, aux Turcs, aux Russes, aux Polonais, aux Suédois, aux
Allemands et aux Génois, qui vont les acheter dans quelqu'un de ces
trois ports, pour les faire passer dans leur pays par la Méditerranée et
par terre.

Il convient, dans cet article, de faire connaître les monnaies qui sont
en usage à Pondichéry. Après les pagodes, il faut placer les roupies
d'argent, monnaie assez grossière, qui n'ont pas tout-à-fait la largeur
de nos pièces de vingt-quatre sous, mais qui sont plus épaisses du
double. L'empreinte est ordinairement la même sur toute la côte de
Coromandel. Une face porte ces mots: _l'an... du règne glorieux de
Mahomet_; et l'autre: _cette roupie a été frappée à..._: celles de
Pondichéry et de Madras portent également le nom d'_Arcate_, parce que
la permission de les frapper est venue du nabab de cette province; mais
on distingue celles de Pondichéry par un croissant qui est au bas de la
seconde face, et celles de Madras par une étoile.

Les fanons sont de petites pièces d'argent, dont sept et demi valent une
roupie, et vingt-quatre une pagode, par conséquent le fanon vaut un peu
moins de six sous.

On appelle cache une petite monnaie de cuivre, dont soixante-quatre
valent un fanon; ainsi la cache vaut un peu plus d'un denier.

Ces monnaies, quoiqu'en usage dans l'Inde entière, n'y ont pas la même
valeur partout; et la cause de cette différence est qu'il y en a de plus
ou moins fortes, et de plus ou moins parfaites pour le titre.

Dans le Bengale on compte encore par ponis, qui ne sont pas des pièces,
mais une somme arbitraire, comme nous disons en France une pistole. Il
faut trente-six à trente-sept ponis pour une roupie d'argent d'Arcate;
ainsi le ponis vaut environ cinq liards de notre monnaie. Au-dessous
sont les petits coquillages dont on a parlé dans les relations d'Afrique
et dans celles des Maldives, qui portent le nom de _cauris_, et dont
quatre-vingts font le ponis.

L'établissement français de Pondichéry s'est accru par les donations de
quelques nababs qui ont eu besoin de ses secours, après la guerre que
Thamas-Kouli-Khan ou Nadir-Chah, roi de Perse, porta dans l'Indoustan.

Après l'infortune du mogol, qui avait été fait prisonnier dans sa
capitale, et dont les immenses trésors étaient passés entre les mains du
vainqueur, quelques nababs, ou vice-rois de la presqu'île de l'Inde,
jugèrent l'occasion d'autant plus favorable pour s'ériger eux-mêmes en
souverains, qu'il n'y avait aucune apparence que le roi de Perse, déjà
trop éloigné de ses propres états, et si bien récompensé de son
entreprise, pensât à les venir attaquer dans une région qu'il
connaissait aussi peu que les environs du cap de Comorin.
Daoust-Aly-Khan, nabab d'Arcate, le même qui avait accordé aux Français
la permission de battre monnaie, se flatta de pouvoir former deux
royaumes: l'un, pour Sabder-Aly-Khan, son fils aîné; l'autre pour
Sander-Saheb, son gendre: jeunes gens qui n'avaient que de l'ambition,
sans aucun talent pour soutenir un si grand projet. Arcate est une
grande ville à trente lieues de Pondichéry au sud-ouest, la plus
malpropre qu'il y ait au monde.

Les mogols, qui avaient étendu leurs conquêtes dans cette partie de
l'Inde sous le règne du fameux Aureng-Zeb, avaient laissé subsister les
royaumes de Trichenapaly, de Tanjaour, de Maduré, de Maïssour et de
Marava. Ces états étaient gouvernés par des princes gentous,
tributaires, à la vérité, de l'empereur mogol, mais fiers et lents dans
leur dépendance, qui se dispensaient quelquefois de payer le tribut, ou
qui attendaient que l'empereur fît marcher ses armées pour les y
contraindre. La plupart devaient à la cour de Delhy de très-grosses
sommes qu'on avait laissé accumuler par la mollesse de Mahomet-Chah,
plus occupé des plaisirs de son sérail que de l'administration, dont il
se reposait sur des ministres aussi voluptueux que lui. Daoust-Aly-Khan
saisit cette occasion pour attaquer les princes voisins de son
gouvernement. Il assembla une armée de vingt-cinq à trente mille
chevaux, avec un nombre proportionné d'infanterie, dont il donna le
commandement à Sabder et à Sander-Sahed. Leur premier exploit fut la
prise de Trichenapaly, grande ville fort peuplée, à trente-cinq lieues
au sud-ouest de Pondichéry. Cette capitale, investie par l'armée des
Maures, le 6 mars 1736, fut emportée d'assaut le 26 du mois suivant.
Sabder en abandonna le gouvernement à Sander-Saheb, son beau-frère, qui
prit aussitôt la qualité de nabab.

Après avoir soumis le reste de cette contrée, ils tournèrent leurs armes
vers le royaume de Tanjaour, dont ils assiégèrent la capitale. Le roi
Sahadgy s'y était renfermé avec toutes les troupes qu'il avait pu
rassembler. Cette place est si bien fortifiée, qu'après avoir
inutilement poussé leurs attaques pendant près de six mois, ils furent
obligés de changer le siége en blocus. Tandis que Sander-Saheb demeura
pour y commander, Bara-Saheb, un de ses frères, s'avança au sud avec un
détachement de quinze mille chevaux, se rendit maître de tout le pays de
Marava, du Maduré et des environs du cap Comorin. Ensuite, remontant le
long de la côte de Malabar, il poussa ses conquêtes jusqu'à la province
de Travancor. Ce fut dans ces circonstances que Sander-Saheb mit les
Français en possession de la terre de Karical.

Tous les princes gentous, alarmés d'une invasion si rapide, implorèrent
le secours du roi des Marattes. Ils lui représentèrent que leur religion
n'était pas moins menacée que leurs états; et les principaux ministres
de ce prince, dont la plupart sont bramines, lui firent un devoir
indispensable de s'armer pour une cause si pressante. Il se nommait
Maha-Radja. Ses états sont d'une grande étendue. On l'a vu souvent
mettre en campagne cent cinquante mille chevaux, et le même nombre de
gens de pied, à la tête desquels il ravageait les états du mogol, dont
il lirait d'immenses contributions. Les Marattes, ses sujets, sont peu
connus de nos géographes. La guerre fait leur principale occupation: ils
habitent au sud-est des montagnes qui sont derrière Goa, vers la côte de
Malabar. La capitale de leur pays est Satera, ville très-considérable.

Les sollicitations du roi de Tanjaour et des princes du même culte,
jointes à l'espérance de piller un pays où depuis long-temps toutes les
nations du monde venaient échanger leur or et leur argent pour des
marchandises, déterminèrent enfin le roi des Marattes à faire partir une
armée de soixante mille chevaux et de cent cinquante mille hommes
d'infanterie, dont il donna le commandement à son fils aîné,
Ragodgi-Bonsolla Sena-Saheb-Soubab. Elle se mit en marche au mois
d'octobre 1739. Daoust-Aly-Khan, informé de son approche, rappela son
fils et son gendre, qui tenaient encore le roi de Tanjaour bloqué dans
sa capitale. Il était question de mettre leurs propres états à couvert.
Cependant ces deux généraux ne se déterminèrent pas tout d'un coup à
s'éloigner de leurs conquêtes, et laissèrent avancer l'ennemi, qui
répandait le ravage et la terreur sur son passage. Daoust se hâta de
rassembler tout ce qui lui restait de troupes, avec lesquelles il alla
se saisir des gorges de la montagne de Canamay, vingt-cinq lieues à
l'ouest d'Arcate, défilés très-difficiles, et qu'un petit nombre de
troupes peut défendre contre une nombreuse armée.

Les Marattes y arrivèrent au mois de mai 1740. Après avoir reconnu qu'il
leur était impossible de forcer le nabab d'Arcate dans son poste, ils
campèrent à l'entrée des gorges, d'où ils firent tenter secrètement la
fidélité du prince gentou qui gardait un autre passage avec cinq ou six
mille hommes, et que Daoust avait cru digne de sa confiance. Ce prince
fut bientôt corrompu par les promesses et par l'argent des Marattes. Les
bramines levèrent ses difficultés en lui représentant que le succès de
cette guerre pouvait ruiner le mahométisme et rétablir la religion de
leurs pères. Il consentit à livrer le passage. Les Marattes, continuant
d'amuser le nabab par de légères attaques, y firent marcher leurs
troupes et s'en saisirent le 19 mai. De là, ils trouvèrent si peu
d'obstacles au dessein de le surprendre par-derrière, qu'ils
s'approchèrent à deux portées de canon avant qu'il se défiât de son
malheur. Lorsqu'on vint l'informer qu'il paraissait du côté d'Arcate un
corps de cavalerie qui s'avançait vers le camp, il s'imagina que
c'étaient les troupes de son gendre qui venaient le joindre; mais il
entendit aussitôt de furieuses décharges de mousqueterie, et la présence
du danger lui fit ouvrir les yeux sur la trahison.

Aly-Khan, son second fils, et tous ses officiers généraux, montant
aussitôt sur leurs éléphans, se défendirent avec autant d'habileté que
de valeur. Mais ils furent accablés d'un si grand feu et d'une si
terrible décharge de frondes, que tout ce qu'il y avait de gens autour
d'eux périt à leurs pieds ou prit la fuite. Le nabab et son fils,
blessés de plusieurs coups, tombèrent morts de leurs éléphans, et leur
chute répandit tant de frayeur dans l'armée, que la déroute devint
générale. La plupart des officiers furent tués ou foulés aux pieds par
les éléphans, qui enfonçaient dans la boue jusqu'à la moitié des jambes.
Il était tombé la nuit précédente une grande pluie qui avait détrempé la
terre. Plusieurs guerriers, qui étaient de ce combat, assurèrent que
jamais champ de bataille n'avait présenté un plus affreux spectacle de
chevaux, de chameaux et d'éléphans blessés et furieux, mêlés, renversés
avec les officiers et les soldats, jetant d'horribles cris, faisant de
vains efforts pour se dégager des bourbiers sanglans où ils étaient
enfoncés, achevant d'étouffer ou d'écraser les soldats qui n'avaient pas
la force de se retirer.

Gityzor-Khan, général de l'armée mogole, qui avait rendu d'importans
services à la compagnie, fut blessé de cinq coups de fusil et d'un coup
de fronde qui lui creva un oeil, et le renversa de dessus son éléphant.
On doit faire observer qu'une décharge de frondes par le bras des
Marattes est aussi redoutable que la plus violente mousqueterie. Les
domestiques de Gityzor, l'ayant vu tomber, l'emportèrent avant la fin du
combat dans un bois voisin, et ne pensèrent qu'à s'éloigner de l'ennemi.
Après dix ou douze jours de marche, ils arrivèrent à Alamparvé, qui se
nomme aussi Jorobandel, à sept ou huit lieues de Pondichéry. Les
principales blessures de leur maître étaient un coup de fusil qui lui
avait coupé la moitié de la langue et fracassé la moitié de la mâchoire;
un autre qui pénétrait dans la poitrine, et trois coups dans le dos,
avec un oeil crevé. On lui envoya le chirurgien-major de la compagnie,
qui passa près de lui vingt-cinq jours sans pouvoir le sauver.

La date de cette affreuse bataille est du 20 mai 1740. Les Marattes y
firent un grand nombre de prisonniers, dont les principaux furent
Taqua-Saheb, grand-divan, un des gendres de Daoust, et le nabab
Eras-Khan-Mirzoutohr, commandant-général de la cavalerie. Dans le
pillage du camp, ils enlevèrent la caisse militaire, l'étendard de
Mahomet et celui de l'empereur; ils emmenèrent quarante éléphans avec un
grand nombre de chevaux. Le corps de Daoust-Aly-Khan fut trouvé parmi
les morts; mais on ne put reconnaître celui de son fils, qui avait été
sans doute écrasé, comme un grand nombre d'autres, sous les pieds des
éléphans.

Le bruit de ce grand événement jeta dans toute la presqu'île de l'Inde
une épouvante qui ne peut être représentée. On ne put se le persuader
dans Pondichéry qu'à la vue d'une prodigieuse multitude de fugitifs,
Maures et Gentous, qui vinrent demander un asile avec des cris et des
larmes, comme dans le lieu de toute la côte où ils se flattaient de
trouver plus de secours et d'humanité. Bientôt le nombre en devint si
grand, que la prudence obligea de fermer les portes de la ville. Le
gouverneur y était jour et nuit pour donner ses ordres. Les maisons et
les rues se trouvèrent remplies de grains et de bagages. Tous les
marchands indiens de la ville et des lieux voisins qui avaient des
effets considérables à Arcate et dans les terres, s'empressaient de les
mettre à couvert sous la protection des Français. Le 25 mai, qui était
le cinquième jour après la bataille, la veuve du nabab Daoust-Aly-Khan,
avec toutes les femmes de sa famille et ses enfans, se présentèrent à la
porte de Valdaour, avec des instances pour être reçues dans la ville, où
elles apportaient tout ce qu'elles avaient ramassé d'or et d'argent, de
pierreries et d'autres richesses.

Cette position était délicate pour les Français; ils avaient à craindre
que les Marattes, informés du lieu où toute la famille du nabab s'était
retirée avec tous ses trésors, ne vinssent attaquer Pondichéry. D'un
autre côté, ils étaient perdus d'honneur dans les Indes, s'ils avaient
fermé leurs portes à cette famille fugitive, qui commandait depuis
long-temps dans la province, et qui n'avait jamais cessé de les
favoriser. Ajoutons que, la moindre révolution pouvant changer la face
des affaires, et faire reprendre aux Marattes le chemin de leur pays,
Sabder-Aly-Khan et toute sa race seraient devenus ennemis
irréconciliables de ceux qui leur auraient tourné le dos avec la
fortune, et n'auraient pensé qu'à la vengeance. Le gouverneur assembla
son conseil. Il n'y déguisa pas les raisons qui rendaient la générosité
dangereuse; mais il fit voir avec la même force que l'humanité,
l'honneur, la reconnaissance et tous les sentimens qui distinguent la
nation française ne permettaient pas de rejeter une famille si
respectable et tant de malheureux qui venaient se jeter entre ses bras.
L'avis qu'il proposa, comme le sien, fut de les recevoir et de leur
accorder la protection de la France. Ce parti fut généralement approuvé
du conseil, et confirmé par les applaudissemens de tout ce qu'il y avait
de Français à Pondichéry.

On se hâta d'aller avec beaucoup de pompe au-devant de la veuve du
nabab. Toute la garnison fut mise sous les armes et borda les remparts.
Le gouverneur, accompagné de ses gardes à pied et à cheval, et porté sur
un superbe palanquin, se rendit à la porte de Valdaour, où la princesse
attendait la décision de son sort. Elle était avec ses filles et ses
neveux, sur vingt-deux palanquins, suivis d'un détachement de quinze
cents cavaliers, de quatre-vingts éléphans, de trois cents chameaux, et
de plus de deux cents voitures traînées par des boeufs, dans lesquelles
étaient les gens de leur suite; enfin de deux mille bêtes de charge.
Après lui avoir fait connaître combien la nation s'estimait heureuse de
pouvoir la servir, on la salua par une décharge du canon de la
citadelle. Elle fut menée avec les mêmes honneurs aux logemens qu'on
avait déjà préparés pour elle et pour toute sa suite. Il ne manqua rien
à la civilité des Français, et tous les officiers mogols en témoignèrent
une extrême satisfaction. Jamais la nation française ne s'était acquis
plus de gloire aux Indes. Les apparences semblaient promettre plus de
sûreté à la veuve du nabab dans les établissemens anglais, hollandais,
danois, tels que Porto-Novo, Tranquebar ou Négapatan, qui étaient plus
proches et plus puissans que le nôtre. Mais venir d'elle-même, et sans
aucune convention, se jeter sous la protection des Français, c'était
déclarer hautement qu'elle avait pour eux plus d'estime et de confiance
que pour toutes les autres nations de l'Europe.

Cependant Sabder-Aly-Khan, fils aîné du malheureux Daoust, arriva près
d'Arcate, deux jours après la bataille, avec un corps de sept à huit
cents chevaux. Mais à la première nouvelle de ce désastre, il se vit
abandonné de ses troupes, et réduit à se sauver avec quatre de ses gens
dans la forteresse de Vélour. Sander-Saheb, son beau-frère, qui était
sorti de Trichenapaly avec quatre cents chevaux, apprit aussi cette
funeste nouvelle en chemin, et trouva tout le pays soulevé contre les
Maures. Plusieurs petits princes, qui portent le titre de paliagaras, se
déclarèrent pour les Marattes, jusqu'à tenter de l'enlever pour le
livrer entre leurs mains. Il n'eut pas d'autre ressource que de
retourner à Trichenapaly, et de s'y renfermer dans la forteresse. Le
général des Marattes prit sa marche vers Arcate, dont il se rendit
maître sans opposition. La ville fut abandonnée au pillage et consumée
en partie par le feu. Divers détachemens, qui furent envoyés pour
mettre le pays à contribution, firent éprouver de toutes parts l'avarice
et la cruauté du vainqueur. C'est un ancien usage parmi ces barbares que
la moitié du butin appartienne à leurs chefs. Ils exercèrent toutes
sortes de violences, non-seulement contre les mahométans, mais contre
les Gentous mêmes qui avaient imploré leur secours, et qui les
regardaient comme les protecteurs de leur religion. Ils portent avec eux
des chaises de fer, sur lesquelles ils attachent nus avec des chaînes
ceux dont ils veulent découvrir les trésors; et, mettant le feu dessous,
ils les brûlent jusqu'à ce qu'ils aient donné tout leur bien. On ne
s'imaginerait point combien ils firent périr d'habitans par ce cruel
supplice, ou par le poignard qui les vengeait de ceux qui n'avaient rien
à leur offrir. Tous les lieux qui essuyèrent leur fureur furent presque
entièrement détruits; ce qui avait fait un tort extrême aux manufactures
de toile dans un pays où la plupart des Gentous exercent le métier de
tisserand, dans lequel ils excellent.

Tandis qu'ils répandaient la désolation dans la province d'Arcate et
dans les lieux voisins, Sabder-Aly-Khan, renfermé dans sa forteresse de
Vélour, leur fit des propositions d'accommodement. Après quelques
négociations, le traité fut conclu à des conditions fort humiliantes.
Sabder devait succéder à son père dans la dignité de nabab d'Arcate;
mais il s'obligeait de payer aux vainqueurs cent laques ou cinq
millions de roupies, à restituer toutes les terres de Trichenapaly et de
Tanjaour, à joindre ses troupes aux Marattes, pour en chasser
Sander-Saheb qui était encore en possession de la ville, de la
forteresse et de tout l'état de Trichenapaly; enfin à servir lui-même
d'instrument pour rétablir tous les princes de la côte de Coromandel
dans les domaines qu'ils possédaient avant la guerre. Quoique le général
maratte n'eût rien de plus favorable à désirer, une autre raison l'avait
fait consentir à ce traité. Le roi de Golconde commençait à s'alarmer
des ravages qui s'étaient commis dans le Carnate. Il avait résolu d'en
arrêter les progrès. Nazerzingue, soubab de Golconde, et fils de
Nizam-Elmouk, premier ministre du Mogol, s'était mis en marche avec une
armée de soixante mille chevaux et de cent cinquante mille hommes
d'infanterie. En arrivant sur les bords du Quichena, qui n'est qu'à
douze journées d'Arcate, il avait été arrêté par le débordement de ce
fleuve; mais le général maratte, informé de son approche et du dessein
qu'il avait de continuer sa marche après la retraite des eaux, craignit
de perdre tous ses avantages à l'arrivée d'un ennemi si redoutable; et
cette réflexion le disposa plus facilement à conclure avec Sabder.

La résistance des Français acheva de le déterminer. Avant cette
incursion, un Maure distingué par son rang en avait donné avis au
gouverneur de Pondichéry, son ami particulier. On ignore comment il
s'était procuré ces lumières dans un si grand éloignement. Mais à la
nouvelle du premier mouvement des Marattes, le gouverneur français avait
pris toutes les mesures de la prudence pour se mettre à couvert.
L'enceinte de la ville n'étant point encore achevée du côté de la mer,
il avait fait élever une forte muraille pour fermer l'intervalle de
quarante à cinquante toises qui sont entre les maisons et le rivage. Il
avait rétabli les anciennes fortifications; il en avait construit de
nouvelles. La place avait été fournie de vivres et de munitions de
guerre. Enfin, lorsque les Marattes étaient entrés dans la province, il
avait fait prendre les armes non-seulement à la garnison, mais encore à
tous les habitans de la ville qui étaient en état de les porter. Les
postes avaient été distribués; et ces préparatifs n'avaient pas peu
contribué à attirer à lui tous les habitans des lieux voisins, qui
l'avaient regardé comme leur défenseur après la bataille de Canamay.

L'événement justifia ces précautions. Après avoir pris possession
d'Arcate, le vainqueur menaça d'attaquer Pondichéry avec toutes ses
forces, si les Français ne se hâtaient de l'apaiser par des sommes
considérables. Il leur déclara ses intentions par une lettre du 20
janvier 1741, où l'adresse et la fierté étaient également employées.
N'ayant reçu, disait-il, aucune réponse à plusieurs lettres qu'il avait
écrites au gouverneur, il était porté à le croire ingrat et du nombre
de ses ennemis; ce qui le déterminait à faire marcher son armée contre
la ville: les Français devaient se souvenir qu'il les avait anciennement
placés dans le lieu où ils étaient, et qu'il leur avait donné la ville
de Pondichéry; aussi se flattait-il encore que le gouverneur, ouvrant
les yeux à la justice, lui enverrait des députés pour convenir du
paiement d'une somme; et, dans cette espérance, il voulait bien
suspendre les hostilités pendant quelques jours. Suivant l'usage des
Marattes et de la plupart des Gentous, qui n'écrivent jamais qu'en
termes obscurs, pour ne pas donner occasion de les prendre par leurs
paroles, il ajoutait que le porteur de sa lettre avait ordre de
s'expliquer plus nettement. En effet, cet envoyé, qui était un homme du
pays, dont le gouverneur connaissait la perfidie par des lettres
interceptées qu'il avait écrites à son père, demanda au nom des Marattes
une somme de cinq cent mille roupies; et de plus, le paiement d'un
tribut annuel, dont le général prétendait, sans aucune apparence de
vérité, que les Français étaient redevables à sa nation depuis cinquante
ans.

Le gouverneur crut devoir une réponse civile à cette lettre; mais il ne
parla point des droits chimériques que les Marattes s'attribuaient sur
Pondichéry, ni du tribut et de l'intérêt, ni des cinq cent mille roupies
qu'ils demandaient avant toute espèce de traité, et qui seraient
montées à plus de quinze millions de notre monnaie. Le silence sur des
prétentions si ridicules lui parut plus conforme aux maximes des
Indiens. Peu de jours après, le général insista sur ses demandes par une
nouvelle lettre, qui paraît mériter, comme la seconde réponse du
gouverneur français, d'obtenir place dans cette narration.

     «_Au gouverneur de Pondichéry, votre ami
     Ragodgi-Bonsolla-Sena-Saheb-Soubab: Ram Ram,_

»Je suis en bonne santé, il faut me mander l'état de la vôtre.

»Jusqu'à présent je n'avais pas reçu de vos nouvelles; mais Capal-Cassi
et Atmarampantoulou viennent d'arriver ici, qui m'en ont dit, et j'en ai
appris d'eux.

»Il y a présentement quarante ans que notre grand roi vous a accordé la
permission de vous établir à Pondichéry: cependant, quoique notre armée
se soit approchée de vous, nous n'avons pas reçu une seule lettre de
votre part.

»Notre grand roi, persuadé que vous méritiez son amitié, que les
Français étaient des gens de parole, et qui jamais n'auraient manqué
envers lui, a remis en votre pouvoir une place considérable. Vous êtes
convenu de lui payer annuellement un tribut que vous n'avez jamais
acquitté. Enfin, après un si long temps, l'armée des Marattes est venue
dans ces cantons. Les Maures étaient enflés d'orgueil; nous les avons
châtiés. Nous avons tiré de l'argent d'eux. Vous n'êtes pas à savoir
cette nouvelle.

»Nous avons ordre de Maha-Radja, notre roi, de nous emparer des
forteresses de Trichenapaly et de Gindgy, et d'y mettre garnison. Nous
avons ordre aussi de prendre les tributs qui nous sont dus depuis
quarante ans par les villes européennes du bord de la mer. Je suis
obligé d'obéir à ces ordres. Quand nous considérons votre conduite et la
manière dont le roi vous a fait la faveur de vous donner un
établissement dans ses terres, je ne puis m'empêcher de vous dire que
vous vous êtes fait tort en ne lui payant pas ce tribut. Nous avions des
égards pour vous, et vous avez agi contre nous. Vous avez donné retraite
aux Mogols dans votre ville. Avez-vous bien fait? De plus, Sander-Khan a
laissé sous votre protection les casenas de Trichenapaly et de Tanjaour,
des pierreries, des éléphans, des chevaux et d'autres choses dont il
s'est emparé dans ces royaumes, ainsi que sa famille: cela est-il bien
aussi? Si vous voulez que nous soyons amis, il faut que vous nous
remettiez ces casenas, ces pierreries, ces éléphans, ces chevaux, la
femme et le fils de Sander-Khan. J'enverrai de mes cavaliers, et vous
leur remettrez tout. Si vous différez de le faire, nous serons obligés
d'aller nous-mêmes vous y forcer, de même qu'au tribut que vous nous
devez depuis quarante ans.

»Vous savez aussi ce qui est arrivé dans ce pays à la ville de Bassin.
Mon armée est fort nombreuse. Il faut de l'argent pour ses dépenses. Si
vous ne vous conformez point à ce que je vous demande, je saurai tirer
de vous de quoi payer la solde de toute l'armée. Nos vaisseaux
arriveront aussi dans peu de jours. Il faut donc que notre affaire soit
terminée au plus tôt.

»Je compte que, pour vous conformer à ma lettre, vous m'enverrez la
femme et le fils de Sander-Khan, avec ses éléphans, ses chevaux, ses
pierreries et ses casenas.

»Le 15 du mois de Randiam. Je n'ai point autre chose à vous mander.»

Loin d'être effrayé de ces menaces, le gouverneur français y répondit en
ces termes:

     «_À Ragodgi-Bonsolla, etc._

»Depuis la dernière lettre que j'ai eu l'honneur de vous écrire, j'en ai
reçu une autre de vous. Vos alcoras m'ont dit qu'ils avaient employé
vingt-deux jours en chemin, et qu'avant de venir ici ils avaient été à
Tanralour. Pendant que vous étiez près d'Arcate, j'ai envoyé deux
Français pour vous saluer de ma part; mais ils ont été arrêtés et
dépouillés en chemin, ce qui ne leur a pas permis de continuer leur
route. Ensuite la nouvelle s'est répandue que vous étiez retourné dans
votre pays.

»Vous me dites que nous devons un tribut à votre roi depuis quarante
ans; jamais la nation française n'a été assujettie à aucun tribut. Il
m'en coûterait la tête, si le roi de France, mon maître, était informé
que j'y eusse consenti. Quand les princes du pays ont donné aux Français
un terrain sur les sables du bord de la mer pour y bâtir une forteresse
et une ville, ils n'ont point exigé d'autres conditions que de laisser
subsister les pagodes et la religion des Gentous. Quoique vos armées
n'aient point paru de ce côté-ci, nous avons toujours observé de bonne
foi ces conditions.

»Votre seigneurie est sans doute informée de ce que nous venons faire
dans ces contrées si éloignées de notre patrie. Nos vaisseaux, après
huit à neuf mois de navigation, y apportent tous les ans de l'argent
pour acheter des toiles de coton dont nous avons besoin dans notre pays;
ils y restent quelques mois, et s'en retournent lorsqu'ils sont chargés.
Tout l'or et l'argent répandus dans ces royaumes viennent des Français;
sans eux, vous n'auriez pas tiré un sou de toute la contrée, que vous
avez trouvée au contraire enrichie par notre commerce. Sur quel
fondement votre seigneurie peut-elle donc nous demander de l'argent? et
où le prendrions-nous? Nos vaisseaux n'en apportent que ce qu'il en faut
pour les charger; nous sommes même obligés souvent, après leur départ,
d'en emprunter pour nos dépenses.

»Votre seigneurie me dit que votre roi nous a donné une place
considérable; mais elle devrait savoir que, quand nous nous sommes
établis à Pondichéry, ce n'était qu'un emplacement de sable qui ne
rendait aucun revenu; si d'un village qu'il était alors nous en avons
fait une ville, c'est par nos peines et nos travaux; c'est avec les
sommes immenses que nous avons dépensées pour la bâtir et la fortifier,
dans la seule vue de nous défendre contre ceux qui viendraient
injustement nous attaquer.

»Vous dites que vous avez ordre de vous emparer des forteresses de
Trichenapaly et de Gindgy; à la bonne heure, si cette proximité n'est
pas pour vous une occasion de devenir notre ennemi. Tant que les Mogols
ont été maîtres de ces contrées, ils ont toujours traité les Français
avec autant d'amitié que de distinction, et nous n'avons reçu d'eux que
des faveurs. C'est en vertu de cette union que nous avons recueilli la
veuve du nabab Aly-Daoust-Khan, avec toute sa famille, que la frayeur a
conduite ici après la bataille où la fortune a secondé votre valeur.
Devions-nous leur fermer nos portes, et les laisser exposées aux injures
de l'air? Des gens d'honneur ne sont pas capables de cette lâcheté. La
femme de Sander-Saheb, fille d'Aly-Daoust-Khan, et soeur de
Sabder-Aly-Khan, y est aussi venue avec sa mère et son frère, et les
autres ont repris le chemin d'Arcate. Elle voulait passer à
Trichenapaly; mais ayant appris que vous en faisiez le siége avec votre
armée, elle est demeurée ici.

»Votre seigneurie m'écrit de remettre aux cavaliers que vous enverrez
cette dame, son fils, et les richesses qu'ils ont apportées dans cette
ville. Vous qui êtes rempli de bravoure et de générosité, que
penseriez-vous de moi si j'étais capable de cette bassesse? La femme de
Sander-Saheb est dans Pondichéry sous la protection du roi mon maître,
et tout ce qu'il y a de Français aux Indes perdrait la vie plutôt que de
vous la livrer. Vous me dites qu'elle a ici les trésors de Tanjaour et
de Trichenapaly; je ne le crois pas, et je n'y vois aucune apparence,
puisque j'ai même été obligé de lui fournir de l'argent pour vivre et
pour payer ses domestiques.

»Enfin vous me menacez, si je ne me conforme pas à vos demandes,
d'envoyer votre armée contre nous, et d'y venir vous-mêmes. Je me
prépare de mon mieux à vous recevoir, et à mériter votre estime, en vous
faisant connaître que j'ai l'honneur de commander à la plus brave de
toutes les nations de la terre, et qui se défend avec le plus
d'intrépidité contre une injuste attaque.

»Je mets au reste ma confiance dans le Dieu tout-puissant, devant lequel
les plus formidables armées sont comme la paille légère que le vent
emporte et dissipe de tous côtés; j'espère qu'il favorisera la justice
de notre cause. J'avais déjà entendu parler de ce qui était arrivé à
Bassin; mais cette place n'était pas défendue par des Français.»

Cette réponse est un modèle de noblesse et de modération. Le dernier mot
est sublime.

Les précautions que cette lettre annonçait au général des Marattes
n'étaient pas une fausse menace; la ville était bien fournie de
munitions de guerre et de bouche, et l'on n'y comptait pas moins de
quatre à cinq cents pièces d'artillerie. Le gouverneur avait fait
descendre tous les équipages des vaisseaux qui se trouvaient dans la
rade; il avait armé les employés de la compagnie, et tous les habitans
français, dont il avait formé un corps d'infanterie qu'on exerçait tous
les jours au service du canon et de la mousqueterie. Enfin il avait
choisi parmi les Indiens ceux qui étaient en état de porter les armes,
ce qui lui fit environ douze cents Européens, et quatre à cinq mille
pions, Malabares ou mahométans. Quoique dans l'occasion il y ait peu de
fond à faire sur ces troupes indiennes, la garde qu'on leur faisait
monter sur les bastions et sur les courtines soulageait beaucoup la
garnison.

On demeura ainsi sous les armes jusqu'au mois d'avril 1741. Le général
des Marattes employa ce temps à ravager ou à subjuguer tous les pays
voisins; plus occupé néanmoins à faire du butin qu'à prendre des places
pour les conserver. Trichenapaly fut celle qui lui opposa le plus de
résistance. C'est une ville forte pour les Indes. Elle est environnée
d'un bon mur, qui est flanqué d'un grand nombre de tours, avec une
fausse braie, ou double enceinte, et un large fossé plein d'eau. Les
Marattes, après l'avoir entièrement investie, ouvrirent la tranchée le
15 décembre, et formèrent quatre attaques, qu'ils poussaient
rigoureusement en sapant les murailles sous des galeries fort bien
construites. Sander-Saheb commençait à s'y trouver extrêmement pressé.
Bara-Saheb, son frère, qui défendait le Maduré avec quelques troupes,
partit à la tête de sept ou huit mille chevaux pour se jeter dans la
ville, et ce secours aurait pu forcer les barbares de lever le siége.
Mais ayant appris sa marche, ils envoyèrent au-devant de lui un corps de
vingt mille cavaliers et dix mille pions, qui taillèrent en pièces sa
petite armée. Il périt lui-même après s'être glorieusement défendu. Son
corps fut apporté au général des Marattes, qui parut touché de la perte
d'un homme extrêmement bien fait, et qui s'était signalé par une rare
valeur. Il l'envoya couvert de riches étoffes à Sander-Saheb son frère
pour lui rendre les honneurs de la sépulture. Ce triste événement
découragea les assiégés. Ils manquaient depuis long-temps d'argent, de
vivres et de munitions. Sander-Saheb, réduit à l'extrémité, prit le
parti de se rendre; et le vainqueur, content de sa soumission, lui
laissa la vie et la liberté: mais ayant pris possession de la place le
dernier jour d'avril 1741, il en abandonna le pillage à son armée.

Pendant le siége, il avait fait marcher du côté de la mer un détachement
de quinze ou seize mille hommes, qui attaquèrent Porto-Novo, à sept
lieues au sud de Pondichéry, et qui se rendirent facilement maîtres
d'une ville qui n'était pas fermée. Ils y enlevèrent tout ce qui se
trouvait de marchandises dans les magasins hollandais, anglais et
français. Cependant, par le soin qu'on avait eu de faire transporter à
Pondichéry la plus grande partie des effets de la compagnie de France,
elle ne perdit que trois ou quatre mille pagodes, en toiles bleues qui
étaient encore entre les mains des tisserands et des teinturiers. De
Porto-Novo, les Marattes passèrent à Goudelour, établissement anglais à
quatre lieues au sud de Pondichéry, qu'ils pillèrent malgré le canon du
fort Saint-David. Ils vinrent camper ensuite près d'Ankhionac, à une
lieue et demie de Pondichéry; mais n'ayant osé s'approcher de la ville,
ils allèrent se jeter sur Condgymer et Sadras, deux établissemens des
Hollandais dont ils pillèrent les magasins.

Enfin les chefs du détachement écrivirent au gouverneur français. Ils
lui envoyèrent même un officier de distinction pour lui renouveler les
demandes de leur général, et lui déclarer que, sur son refus, ils
avaient ordre d'arrêter tous les vivres qu'on transporterait à
Pondichéry, jusqu'au moment où le reste de leur armée; après la prise de
Trichenapaly, qui ne pouvait tenir plus de quinze jours, viendrait
attaquer régulièrement la place. Le gouverneur reçut fort civilement cet
envoyé. Il lui fit voir l'état de la ville et de l'artillerie, la force
de la citadelle qu'on pouvait faire sauter d'un moment à l'autre par les
mines qu'on y avait disposées, et la quantité des vivres dont la place
était munie. Il l'assura qu'il était dans la résolution de se défendre
jusqu'à la dernière extrémité, et qu'il ne consentirait jamais à des
demandes qu'il n'avait pas le pouvoir d'accorder. Il ajouta qu'il avait
fait embarquer sur les vaisseaux qu'il avait dans la rade les
marchandises et les meilleurs effets de sa nation; et que si, par une
suite d'événemens fâcheux, il voyait ses ressources épuisées, il lui
serait facile de monter lui-même à bord avec tout ce qui lui resterait
de Français, et de retourner dans sa patrie: d'où les Marattes devaient
conclure qu'il y avait peu à gagner pour eux, et beaucoup à perdre.
L'officier, qui n'avait jamais vu de ville si bien munie, ne put
déguiser son admiration, et se retira fort satisfait des politesses
qu'il avait reçues.

Mais une circonstance légère contribua plus que toutes les
fortifications de Pondichéry à terminer cette guerre. Comme c'est
l'usage aux Indes de faire quelque présent aux étrangers de
considération, le gouverneur offrit à l'envoyé des Marattes dix
bouteilles de différentes liqueurs de Nancy. Cet officier en fit goûter
au général, qui les trouva excellentes. Le général en fit boire à sa
maîtresse, qui, les trouvant encore meilleures, le pressa de lui en
procurer à toutes sortes de prix. Ragodgi-Bonsolla, fort embarrassé par
les instances continuelles d'une femme qu'il aimait uniquement, ne
s'adressa point directement au gouverneur, dans la crainte de se
commettre ou de lui avoir obligation. Il le fit tenter par des voies
détournées; et les offres de ses agens montèrent jusqu'à cent roupies
pour chaque bouteille. Le gouverneur, heureusement informé de la cause
de cet empressement, feignit d'ignorer d'où venaient des propositions si
singulières, et témoigna froidement qu'il ne pensait point à vendre des
liqueurs qui n'étaient que pour son usage. Enfin, Ragodgi-Bonsolla, ne
pouvant soutenir la mauvaise humeur de sa maîtresse, les fit demander en
son nom, avec promesse de reconnaître avantageusement un si grand
service. On parut regretter à Pondichéry d'avoir ignoré jusqu'alors les
désirs du prince des Marattes; et le gouverneur, se hâtant de lui
envoyer trente bouteilles de ses plus fines liqueurs, lui fit dire qu'il
était charmé d'avoir quelque chose qui pût lui plaire. Ce présent fut
accepté avec une vive joie. Le gouverneur en reçut aussitôt des
remercîmens, accompagnés d'un passe-port par lequel on le priait
d'envoyer deux de ses officiers pour traiter d'accommodement. Cette
passion que ce général avait de satisfaire sa maîtresse l'avait déjà
porté à défendre toutes sortes d'insultes contre la ville et les
Français.

Deux bramines, gens d'esprit, et solidement attachés à la nation
française, furent députés sur-le-champ au camp des Marattes, avec des
instructions et le pouvoir de négocier la paix. Ils y apportèrent tant
d'adresse et d'habileté, que Ragodgi-Bonsolla promit de se retirer au
commencement du mois de mai; et loin de rien exiger des Français, il
envoya au gouverneur, avant son départ, un serpent, qui est dans les
cours indiennes le témoignage le plus authentique d'une sincère amitié.

Bientôt une conduite si sage et si généreuse attira au gouverneur de
Pondichéry des remercîmens et des distinctions fort honorables de la
cour même du grand-mogol. Il reçut une lettre du premier ministre de ce
grand empire, avec un serpent et des assurances d'une constante faveur
pour la nation.

Sabder-Aly-Khan, instruit par la renommée autant que par les lettres de
sa mère, des caresses et des honneurs que toute sa famille ne cessait de
recevoir à Pondichéry, se crut obligé de signaler sa reconnaissance.
Non-seulement il se hâta d'écrire au gouverneur pour lui marquer ce
sentiment par des expressions fort nobles et fort touchantes, mais il
joignît à ces lettres un paravana, c'est-à-dire un acte formel par
lequel il lui cédait personnellement, et non à la compagnie, les aldées
ou les terres d'Arkhionac, de Tedouvanatam, de Villanour, avec trois
autres villages qui bordent au sud le territoire des Français, et qui
produisent un revenu annuel de vingt-cinq mille livres. Il se rendit
ensuite à Pondichéry, avec Sander-Saheb son beau-frère.

Sur l'avis qu'on y reçut le 2 septembre que ces deux princes y devaient
arriver le soir, le gouverneur fit dresser une tente à la porte de
Valdaour. Il envoya au-devant d'eux trois de ses principaux officiers, à
la tête d'une compagnie des pions de sa garde, avec des danseuses et des
tamtams, qui font toujours l'ornement de ces fêtes. Le nabab, étant
arrivé à la tente, y fut reçu par le gouverneur même, qui s'y était
rendu avec toute la pompe de sa dignité. Il entra dans la ville pour se
rendre d'abord au jardin de la compagnie, où sa mère et sa soeur étaient
logées. Les deux premiers jours furent donnés, suivant l'usage des
Maures, aux pleurs et aux gémissemens. Dans la visite que le prince fit
ensuite au gouverneur, il fut reçu avec tous les honneurs dus à son
rang, c'est-à-dire au bruit du canon, entre deux haies de la garnison
qui était en bataille sur la place. Après avoir passé quelques momens
dans la salle d'assemblée, il souhaita d'entretenir en particulier le
gouverneur, qui le fit entrer dans une chambre avec quelques seigneurs
de sa suite. Sabder employa les termes les plus vifs et les plus
affectueux pour exprimer sa reconnaissance, en protestant qu'il
n'oublierait jamais l'important service qu'il avait reçu du gouverneur
et des Français. Lorsqu'il fut rentré dans la salle commune, on lui
offrit le bétel; et, suivant l'usage, à l'égard de ceux qu'on veut
honorer singulièrement, on lui versa un peu d'eau rose sur la tête et
sur ses habits. Mais, de tous les présens qui lui furent offerts, il ne
voulut accepter que deux petits vases en filigrane de vermeil; et,
partant fort satisfait des honneurs et des politesses qu'il avait reçus,
il envoya dès le même jour au gouverneur un serpent avec le plus beau de
ses éléphans.

L'année suivante, lorsque le chevalier Dumas quitta les Indes pour
retourner en France, toute la reconnaissance du nabab parut s'accroître
avec le chagrin de perdre son bienfaiteur et son ami. Il lui envoya pour
monument d'une éternelle amitié l'habillement et l'armure de son père
Daoust-Aly-Khan, présent également riche et honorable.

Enfin cette faveur fut couronnée par une autre; ce fut la dignité de
nabab et de mansoupdar, qui donnait au chevalier Dumas le commandement
de quatre azaris et demi, c'est-à-dire, de quatre mille cinq cents
cavaliers mogols, dont il était libre de conserver deux mille pour sa
garde, sans être chargé de leur entretien. Elle lui vint de la cour du
Mogol, mais sans doute à la recommandation du nabab d'Arcate. Jamais
aucun Européen n'avait obtenu cet honneur dans les Indes. Outre l'éclat
d'une distinction sans exemple, il en revenait un extrême avantage à la
compagnie française, qui allait se trouver défendue par les troupes de
l'Indoustan et par les généraux mogols, collègues du gouverneur de
Pondichéry. Mais le chevalier Dumas, qui sollicitait depuis deux ans son
retour en France, était presqu'à la veille de son départ. Son zèle pour
les intérêts de la compagnie lui fit sentir de quelle importance il
était de faire passer son titre et ses fonctions aux gouverneurs qui
devaient lui succéder. Il tourna tous ses soins vers cette entreprise,
et les mêmes raisons qui lui avaient fait obtenir la première grâce,
disposèrent les Mogols à lui accorder la seconde. Il en reçut le firman,
qui fut expédié au nom du grand visir, généralissime des troupes de
l'empire. En résignant le gouvernement de Pondichéry à son successeur
dans le cours du mois d'octobre 1741, il le mit en possession du titre
de nabab, et le fit reconnaître en qualité de mansoupdar par les quatre
mille cinq cents cavaliers dont le commandement est attaché à cette
dignité.

On sait généralement que le gouverneur Dupleix porta au plus haut degré
l'honneur du nom français dans les Indes, qu'il rendit au nabab
Mouzaferzingue des services encore plus essentiels que Dumas n'en avait
rendu à Sabder-Aly-Khan, qu'il le rétablit dans ses états par la mort de
Nazerzingue son concurrent, tué dans une bataille en 1750; que de
nombreuses dépenses et de magnifiques présens furent la récompense de ce
service. Dupleix reçut du Mogol le titre de nabab, et des appointemens
très-considérables. Il étala dans les Indes un faste capable d'étonner
ce peuple même, celui de l'univers à qui la pompe extérieure en impose
le plus. Il est mort à Paris dans l'indigence. Il y avait rapporté
l'habitude de manières royales qu'il mêlait avec adresse à l'urbanité
française qu'il ne blessait pas. Mais, toujours préoccupé du luxe
asiatique, il affectait de mépriser le cortége simple et peu nombreux
qui accompagne ordinairement nos rois. Il ne faisait pas réflexion que
tout grand appareil est difficile à mouvoir, et que ce qui peut convenir
au despote immobile et invisible qui se montre une fois l'an à un peuple
d'esclaves pourrait embarrasser beaucoup nos monarques, qui, dans leurs
palais toujours ouverts, vivent sous les yeux de leurs sujets.

Il suffira de rappeler ici que Pondichéry, prise par les Anglais dans la
dernière guerre, et rendue par le traité de paix de 1763, sort peu à peu
de ses ruines, et reprend par degrés son ancien commerce, quoiqu'elle
n'ait plus la même puissance.

Nous trouvons dans la relation de Dellon, que nous avons déjà citée,
l'histoire d'une fourberie très-singulière et très-hardie, qui peut
égayer nos lecteurs en finissant cet article.

Un Portugais, dont la fortune était fort dérangée, mais qui avait
beaucoup d'esprit et de hardiesse, ayant eu l'occasion de s'assurer
qu'il ressemblait parfaitement au comte de Sarjedo, un des plus grands
seigneurs de Portugal, conçut le dessein d'une fort audacieuse
entreprise. Le véritable comte de Sarjedo, qui était alors à Lisbonne,
était fils d'un ancien vice-roi des Indes orientales, et qui s'y était
fait aimer par la douceur de son gouvernement. Il avait laissé à Goa un
fils naturel qu'il avait enrichi par ses bienfaits, et qui tenait un
rang distingué parmi les Portugais des Indes.

C'était avec le fils légitime de ce vice-roi que l'aventurier avait une
parfaite ressemblance. Louis de Mendoze Furtado gouvernait alors les
Indes. Mais son terme étant expiré, on attendait de jour en jour à Goa
qu'il lui vînt un successeur de Lisbonne; et le bruit s'était déjà
répandu que don Pèdre, régent de Portugal, pensait à nommer pour cet
emploi le jeune comte de Sarjedo, dont le père l'avait rempli avec tant
de succès et d'approbation. L'aventurier portugais, voulant profiter de
cette circonstance, partit de Lisbonne, se rendit à Londres, y prit un
équipage de peu d'éclat et s'embarqua avec deux valets de chambre qui ne
le connaissaient pas, sur un vaisseau de la compagnie d'Angleterre, qui
avait ordre d'aborder à Madras. Il était convenu de prix avec le
capitaine pour son passage et pour celui de ses gens, et le paiement
avait été fait d'avance. Il avait fait provision des petites commodités
qui sont nécessaires sur mer, et qui servent à gagner l'affection des
matelots, telles que de l'eau-de-vie, du vin d'Espagne et du tabac.
Pendant les premiers jours, il garda beaucoup de réserve; et l'air de
gravité qu'il affecta dans ses manières et dans son langage disposa tout
le monde à le croire homme de qualité. Ensuite il fit entendre aux
Anglais, quoique par degrés et dans des termes ambigus, qu'il était le
comte de Sarjedo. Mais, en approchant de Madras, il prit ouvertement ce
nom; et, pour expliquer son déguisement, il ajouta que le prince régent
de Portugal, n'ayant pu équiper une flotte assez nombreuse pour le
conduire aux Indes avec la pompe et la majesté convenables à son rang,
lui avait ordonné de partir incognito, parce que le terme de Mendoza
était tout-à-fait expiré.

Les Anglais ajoutèrent de nouveaux honneurs à ceux qu'ils lui avaient
déjà rendus, et le traitèrent avec les respects et les cérémonies qu'on
observe à l'égard des vice-rois. Ils s'applaudissaient du bonheur qu'ils
avaient eu de le porter aux Indes, ne doutant point que sa
reconnaissance pour les services qu'ils lui avaient rendus ne le
disposât, pendant le temps de son gouvernement, à rendre service à la
compagnie, et particulièrement à ceux qui l'avaient obligé. Mais, pour
l'exciter encore plus à les favoriser dans l'occasion, à peine fut-il
descendu au rivage, que tout le monde s'empressa de lui offrir tout
l'argent dont il avait besoin, et c'était justement à quoi le faux comte
s'était attendu. Il en prit de toutes mains, des caissiers de la
compagnie et de divers particuliers qui s'estimaient trop heureux et
trop honorés de la préférence qu'il leur accordait, et qui se
repaissaient déjà des grandes espérances dont il avait soin de les
flatter. Non-seulement les Anglais lui ouvrirent leurs bourses, mais les
Portugais qui étaient établis à Madras, et ceux qui demeuraient dans les
lieux voisins vinrent en foule auprès de lui pour lui composer une
espèce de cour, sans pouvoir déguiser leur jalousie et l'honneur que les
Anglais avaient eu de le recevoir les premiers. Le comte reçut ses
nouveaux sujets avec la gravité d'un véritable souverain, et leur tint
un langage qui prévint jusqu'aux moindres soupçons.

Les Portugais les plus riches lui offrirent aussi de l'argent, et le
supplièrent de ne pas épargner leur bourse. À peine voulaient-ils
recevoir les billets qu'il avait la bonté de leur faire; d'autres lui
présentèrent des diamans et des bijoux. Il ne refusait rien; mais il
avait une manière de recevoir si agréable et si spirituelle, qu'il ne
semblait prendre que pour obliger ceux qui lui faisaient des présens. Il
se donna des gardes avec un grand nombre de domestiques, et son train
répondit bientôt à la grandeur de son rang. Après s'être arrêté l'espace
de quinze jours à Madras, il en partit avec un équipage magnifique et
une suite nombreuse dont l'entretien lui coûtait peu, parce que, dans
tous les lieux de son passage, il n'y avait personne qui ne se crût fort
honoré de le recevoir. En passant dans les comptoirs français et
hollandais, il eut soin de ne rien refuser de ce qui lui était offert,
dans la crainte de les offenser, disait-il, s'il en usait moins
civilement avec eux qu'avec les Anglais. Les riches marchands et les
personnes de qualité, mahométans ou gentous, suivirent l'exemple des
Européens. Chacun cherchait à mériter les bontés d'un nouveau vice-roi
qui devait jouir sitôt du pouvoir de nuire ou d'obliger. Il tirait
d'ailleurs un extrême avantage de l'estime et de l'affection qu'on avait
eues pour le seigneur dont il s'attribuait le nom et la qualité. De tous
les vice-rois des Indes, c'était celui qui s'était fait le plus aimer.
Il parcourut ainsi toute la côte de Coromandel et celle du Malabar, sans
cesser de recevoir de grosses sommes et des présens. Il avait l'adresse
d'acheter aussi les pierreries et les raretés qu'il trouvait en chemin,
remettant à les payer lorsqu'il serait à Goa.

Enfin il approcha de cette capitale de l'empire portugais, où le bruit
de son arrivée aux Indes s'était répandu depuis long-temps. Il y était
attendu avec impatience; mais il se contenta d'y envoyer un de ses
principaux domestiques pour faire quelques civilités de sa part à celui
qu'il honorait du nom de son frère, et qui était le fils naturel du
vieux comte de Sarjedo. Ce seigneur se trouva incommodé lorsqu'il reçut
la lettre du faux comte; et ne pouvant se rendre auprès de lui, il y
envoya son fils aîné, que Dellon avait vu à Goa, et dont il parle avec
éloge. Le comte lui fit un accueil fort civil, mais en gardant néanmoins
toute la fierté que les Portugais observent avec leurs parens naturels.
Comme il était fort bien instruit des affaires publiques et de celles de
la maison de Sarjedo, il ne laissait rien échapper qui ne servît à
confirmer l'opinion qu'on avait de lui. Il fit entendre sans
affectation, à celui qu'il nommait son neveu, et à d'autres seigneurs
portugais qui étaient venus de Goa pour lui faire leur cour, qu'avant
son entrée il était indispensablement obligé d'aller jusqu'à Surate,
pour traiter de quelques affaires secrètes avec les ministres du
grand-mogol, qui devaient s'y rendre dans la même vue. Cet artifice lui
fit éviter de passer à Goa, dont il n'approcha que de dix lieues.
Cependant son cortége et sa bourse grossissaient de jour en jour, parce
que la noblesse des villes portugaises qui se trouvaient près de son
passage se rendaient sans cesse auprès de lui, et que de tous côtés on
lui apportait des présens que la civilité ne lui permettait pas de
refuser.

Il s'avança vers Daman, où Dellon était depuis quelques mois; mais ce ne
fut qu'après avoir fait avertir le gouverneur du jour auquel il y devait
arriver. Il avait ordonné aussi qu'on lui préparât un logement hors de
la ville, par la seule raison qu'il voulait éviter les cérémonies et les
remettre à son retour de Surate. On disposa pour le recevoir une maison
que les jésuites ont à un quart de lieue de la ville. Il y alla
descendre de son palanquin. Le gouverneur et toute la noblesse du pays
s'y étaient rendus pour lui rendre leurs respects, et presque tous les
Hollandais s'y rassemblèrent pour avoir l'honneur de le saluer. Un
jésuite du collége de Daman, qui avait étudié à Coïmbre avec le
véritable comte de Sarjedo, et croyait le connaître parfaitement, ne
manqua point de se trouver avec le père recteur pour le recevoir dans la
maison qui lui était destinée. Il le vit, il lui parla, et fut si
convaincu que c'était le comte de Sarjedo, qu'il n'en conçut aucun
doute. Le lendemain de son arrivée, ce fourbe se trouva un peu incommodé
d'une indigestion qui lui avait causé quelques douleurs d'entrailles. Il
demanda s'il n'y avait pas de médecin dans la ville. On fit appeler
Dellon, qui eut à son tour l'honneur de le voir et de lui rendre ses
services. Il parut satisfait de ses remèdes. Cependant Dellon observa
que ses airs de grandeur étaient affectés. Il fut même surpris que ce
fier vice-roi le reprît en public de quelques termes trop peu
respectueux, dont il s'était servi en lui parlant, sans considérer qu'un
étranger ne pouvait pas savoir toute la délicatesse de la langue
portugaise; mais cette facilité à s'offenser ne l'empêcha point de
marquer au médecin français beaucoup d'estime et de confiance, et de lui
faire de magnifiques promesses qui portèrent ses amis à le féliciter de
l'occasion qu'il avait trouvée d'avancer sa fortune. Le comte fut guéri
en peu de jours, et ne pensa qu'à continuer son voyage. Cependant il
acheta dans la ville quantité de choses précieuses sans les payer. Il
reçut de l'argent de divers Portugais; mais il se dispensa d'en donner à
personne, et Dellon ne reçut aucun salaire pour ses soins et ses
remèdes. Il partit enfin avec sa nombreuse suite. Elle fut même grossie
du fils du gouverneur de Daman, qu'il eut la bonté d'y admettre à la
prière de son père. Avec ce brillant équipage, il se rendit à Surate, où
son premier soin fut de convertir tout son argent en pierreries.
Ensuite, laissant toute sa suite dans la ville, il en partit avec un
seul homme, sous le prétexte d'une conférence qu'il devait avoir à
quelques lieues avec un ministre secret du Mogol. Mais son voyage fut
beaucoup plus long qu'on ne se l'imaginait, puisqu'on ne l'a pas revu
depuis. Il eut l'honnêteté de faire dire, sept ou huit jours après, à
tous les gens de son cortége, qu'ils pouvaient s'en retourner, parce que
ses affaires ne lui permettaient pas de revenir sitôt.


FIN DU CINQUIÈME VOLUME.



TABLE DES MATIÈRES

CONTENUES DANS CE VOLUME.


SECONDE PARTIE.--ASIE.


LIVRE PREMIER.

ÎLES DE LA MER DES INDES.

                                                                  Pag.

  CHAPITRE XI.--Voyages et Aventures de Mendez-Pinto, Portugais.     1

  CHAP. XII.--Naufrage de Guillaume Bontekoë, capitaine
  hollandais.                                                      210


LIVRE II.

CONTINENT DE L'INDE.

  CHAPITRE PREMIER.--Côte de Malabar.                              245

  CHAP. II.--Surate.                                               292

  CHAP. III.--Goa.                                                 302

  CHAP. IV.--Golconde.                                             316

  CHAP. V.--Établissemens français de la côte de Coromandel.       361


FIN DE LA TABLE.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Abrégé de l'Histoire Générale des Voyages (Tome 5)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home