Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3663, 10 Mai 1913
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3663, 10 Mai 1913" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 3663, 10 Mai 1913



LA REVUE COMIQUE, par Henriot.



Ce numéro contient lº LA PETITE ILLUSTRATION, Série-Théâtre nº 6: HÉLÈNE
ARDOUIN, de M. Alfred Capus; 2° UN SUPPLÉMENT ÉCONOMIQUE ET FINANCIER de
deux pages.

L'ILLUSTRATION
_Prix du Numéro: Un Franc._
SAMEDI 10 MAI 1913
_71e Année.-Nº 3663._

L'ARRIVEE D'ALPHONSE XIII Le roi d'Espagne et le président de la
République à la gare du Bois de Boulogne.



NOTRE NUMÉRO DU SALON

_Nos lecteurs ont pu constater les nouveaux progrès réalisés dans
l'édition de notre numéro du Salon. Le nombre des planches hors texte et
remmargées, en couleurs ou en héliogravure, a été augmenté; presque
toutes les pages ont été tirées en deux tons et plus de 150 tableaux ont
été reproduits, donnant une idée d'ensemble assez complète de la double
exposition de peinture du Grand Palais._

_Malheureusement l'établissement d'un pareil numéro, dont le poids
atteint un kilogramme, et qui est tiré à 138.000 exemplaires, a
constitué un travail énorme, pour lequel il était impossible de prendre
une avance, et qui a dû être mené à bien en quelques jours seulement. Le
Salon est, en effet, une actualité, et certains tableaux, les plus
intéressants et les mieux signés, n'arrivent au Grand Palais que dans
les derniers jours d'avril._

_Bien que nos ateliers se soient fait aider par la plus importante
maison d'imprimerie et de brochure de Paris, il a été impossible
d'obtenir l'assemblage et le brochage de plus de 25.000 exemplaires par
jour. Ces opérations n'ayant pu commencer que le mercredi 30 avril, et
le jeudi de l'Ascension, puis le dimanche étant jours de chômage légal,
ce n'est donc que le mercredi 7 mai que le brochage complet a été
terminé._

_Nos abonnés s'expliquent ainsi le retard qu'ils ont subi dans la
réception, de leur numéro._

_Notre Salon et notre Noël sont de véritables primes que nous leur
adressons, deux fois par an. Pour ces albums copieux et luxueux, nous
leur demandons une tolérance de quelques jours sur les dates fixées._

LA PETITE ILLUSTRATION

Nous publierons le 17 mai:
_Servir_
la belle oeuvre de M. HENRI LAVEDAN, jouée par M. Lucien Guitry au
théâtre Sarah-Bernhardt.
_La Chienne du roi_, un acte du même auteur, qui accompagnait _Servir_
sur l'affiche, complétera ce numéro de _La Petite Illustration_.



COURRIER DE PARIS

LA FUGUE

Je ne sais pas ce qui a passé dans l'air, et dans tout moi-même. Je
montais les Champs-Elysées, par un de ces temps si beaux, d'une suavité
si fine et si tendre qu'aucune phrase échappée du coeur, aucun mot rare
et choisi, ne seraient capables d'en fournir la plus petite idée!... La
vie, pour un instant, consentait à se révéler dans sa beauté première,
et les paradis n'étaient plus perdus. Je m'avançais dans un vertige de
joie. En une seconde tout était devenu rassurant, clair et délicieux--La
tristesse? Evanouie! Ah! vieux sortilège du printemps. Toujours le même!
et toujours si nouveau! Je te reconnaissais à tes bouffées, à ton feu,
frais et pénétrant, à ce sucre que tu mets dans le sang et dont tu
saupoudres les lèvres où notre langue le fait fondre, en y savourant un
goût ressuscité de fleur et de baiser. Tout ce qui allait, venait, tout
ce qui me croisait et m'appelait semblait y dépenser exprès une
incroyable allégresse. On mettait à marcher, à courir, à voler à son
but, une hâte gaie. Et il y avait aussi dans cette activité comme une
soif d'évasion. Rien ne bougeait qui ne le fît avec des façons de
partir. Et de cette course dirigée, de ces impatiences, de ces élans
pris tout à coup vers une invisible fontaine, de cette précipitation
fiévreuse, élégante et frivole, de la candide volupté du ciel et de la
douceur des arômes et des caresses de la brise, de tout ce grand
étourdissement que rien ne peut exprimer qu'un soupir, un soupir
d'extase découragée, de tout cela sortait et se formait une idée
haletante, impérieuse, prompte, résumée par ce mot bref: la fugue.

Oui, la Fugue! Elle était partout. On la respirait, on la buvait. Elle
traversait de part en part les cerveaux comme une flèche de laque rouge.
Elle filait et sifflait avec le cri pointu et arraché de l'hirondelle et
les poumons se dilataient pour avaler plus de vent. La Fugue!
C'est-à-dire fuite. Fuir, mais fuir sans frayeur, sans craindre de se
retourner,... et fuir en avant, bondir dans le temps et l'espace, et
partir... oh! pas tout à fait, «partir un peu» seulement, en sachant
bien qu'on reviendra. Que ce mot renferme d'attraits, qu'il secoue de
charmes! Qu'il fait flotter de beaux rubans! Il a les diverses couleurs
de la décision, de la brusquerie, du caprice et du rêve. Il est preste,
aimable, et tout trépidant d'impromptu. En le lançant pour le rattraper,
tel qu'un jongleur qui taquine une boule d'or, nous voilà déjà sur une
pointe de pied ainsi que des masques de comédie italienne et des noms de
ville, qui sont à eux seuls des carillons de bonheur, nous tintent aux
oreilles: des Naples, des Florence, des Rome, des Grenade. Nous perdons
la tête... à nous retrouver dans la glace avec nos yeux d'hier, si
hardis de jeunesse, car nous sommes toujours jeunes, quel que soit notre
âge, tant que nous ranime et nous prend cette printanière folie du
départ. Les vieillards n'ont pas de fugue.

Mais, dès qu'elle est en nous, la fugue nous remplit. Elle parle, avec
une voix défaillante de rendez-vous, ou bien elle chante... elle exhale
en une amoureuse langueur des refrains de vieilles romances, des tours
Saint-Jacques écoutées les yeux mi-clos, la main sur la poitrine, en
modulant des souvenirs. Ou bien elle commande: «Allons! pars! obéis!...
Va-t'en...! Laisse là, pour un jour, ta chambre et ta maison... et viens
avec moi, prends ma main, ma main qui brûle et veut s'enfoncer dans la
tienne. En route! Je suis la fugue.»

--Mais où irons-nous? Peu importe. Jamais bien loin pourtant, car la
fugue est rapide, et, comme le plaisir d'amour, ne dure qu'un moment.
Ses minutes sont comptées d'avance. Elle est faite d'une joie dévorante
et pressée, comme dérobée, volée à l'étalage. Ainsi, que ce soit ici ou
là, en un pays étranger tout proche, ou dans un coin de France, la fugue
sera folle et presque irréfléchie, un billet de bonheur d'aller et
retour. Nous partirons tels que nous sommes, sans autres bagages que
nous, et, pour plus de logique, nous devrions être nu-tête, ainsi que
pour la récréation, quand nous étions enfants. Ah! cette joie de
s'échapper, de «s'enlever» soi-même comme si l'on s'emportait et se
prenait en croupe, afin de galoper ailleurs! Et n'est-ce pas, en dehors
du printemps, par toute saison, le besoin perpétuel de l'homme, agité
sans cesse d'autre chose?

Le lecteur sédentaire qui reste des longues journées plongé dans le
livre et qui ne sent plus glisser et couler sur lui le sable des
minutes, s'imagine, parce qu'il demeure assis dans le même fauteuil,
qu'il ne change pas de place,... il en change constamment, il n'est
jamais là où nous croyons et où il croit être... il se dévore en
perpétuelles fugues et le volume, le chapitre, la page, la ligne et le
mot l'emportent loin du monde. On peut même dire, sans se tromper, que
les immobilisés sont les plus grands fugaces. Tous ceux que retient une
chaîne ne cherchent qu'à la tendre et veulent la briser... ou l'alléger
alors et la supprimer par les escapades de l'esprit. Les grands chemins
parcourus sont ceux que, du fond d'un siège usé, combine et recommence
le paralytique. Le sommeil est la fugue nécessaire imposée par la
tyrannie de la nature, et l'insomnie est une espèce d'échappement
maladif et tourmenté de la pensée.

Prenez la vie, la vie quotidienne; vous y verrez que, du matin au soir,
tout n'est que fugue ininterrompue, sans répit. Les courses, les
visites, les besognes, les prétendues obligations, tous les plaisirs,
toutes les affaires, graves ou sans conséquences,... fugues... fugues.
La prière en est une et le baiser une autre. La charité, l'exercice du
devoir, le sacrifice et le dévouement sont des fugues... car rien de
tout cela ne s'opère dans le calme ni la lenteur. Il faut de la fièvre
et de la poussée en tout ce que l'on fait avec un grand désir, et
l'ardeur a pour loi d'être toujours rapide. Les voyages sont de vastes
fugues, et les absences de petites. Et aussi les ivresses et les
recueillements. Et à chaque minute, à chaque seconde, la fugue est là
qui, se jetant dans les roues d'une autre, nous dérange et nous ravit,
en plein travail, au milieu de la conversation, pendant le morceau de
piano, quand le comédien parle au théâtre, ou qu'au salon chante la
femme, à tout moment, à tout venant...

Nos goûts et nos appétits... Nos courses chez les antiquaires, fugues
dans le passé, randonnées dans les plaines du vieux temps... chasses à
travers les forêts de l'histoire... Comme on se dit tout à coup, avant
le dîner: «Une idée... Si nous allions à Versailles... ou simplement au
Bois... le tour des lacs, et puis nous rentrerons,...» l'altéré
d'autrefois se prescrit soudain: «Une idée... si nous allions
aujourd'hui, tout de suite au quinzième? Non... au dix-huitième?...» Ou
bien il pense: «Demain j'irai à l'Empire» comme on décide: «Je pars pour
Anvers.» Et tout cela, tout ce qui est fugue a pour caractère aussi de
s'accomplir dans une sorte de joie et de contentement vif et soutenu...
Il n'existe pas de fugues tristes, de fugues d'ennui. Ces mots-là ne
vont pas ensemble, tandis que fugue amoureuse est, au contraire, une
locution qui semble tout particulièrement juste et réussie. Venise,
Séville, sont des villes qui n'ont pour raison d'être que de marquer les
points et les étapes des fugues passionnées, et le bon dimanche
hebdomadaire, avec son repos honnête, ou ses risibles tours du monde de
banlieue, est la fugue des pauvres gens, des travailleurs de semaine.

Ainsi de fugue en fugue, de balade en balade de nos pensées et de nos
coeurs qui nous lâchent, nous trompent, nous faussent compagnie,
s'échappent toujours, et ne sont du matin au soir qu'en partance, nous
gagnons, sans nous en apercevoir, en la redoutant, l'heure de la mort,
la dernière fugue. Et quand je dis: la dernière! Qui sait? Quelles
fugues nous attendent? Les immenses fugues d'après la vie...

HENRI LAVEDAN.

_(Reproduction et traduction réservées.)_



LE ROI D'ESPAGNE A PARIS

_Notre confrère M. Raymond Recouly, le brillant rédacteur des articles
de politique étrangère au_ Figaro, _reçu en audience au palais de Madrid
par le roi Alphonse XIII avant son départ pour Paris, a pu longuement
s'entretenir avec lui de toutes les questions qui intéressent et
rapprochent la France et l'Espagne, des relations unissant les deux
pays, de leur oeuvre commune au Maroc. Le_ Figaro _a reproduit ces
déclarations. M. Raymond Recouly, dans l'article qu'on va lire, trace
pour nos lecteurs, d'après ses impressions personnelles, un vivant
portrait du souverain qui a été, cette semaine, notre hôte._

Sa Majesté Alphonse XIII, roi d'Espagne, est assurément, et de beaucoup,
le souverain étranger le plus populaire en France, depuis la mort
d'Édouard VII. Dans notre pays où l'on apprécie par-dessus tout la
crânerie et la bravoure, qui donc se montra aussi brave, aussi crâne que
lui? Les «risques du métier royal» ne sont pour aucun autre aussi
grands, aussi quotidiens que pour lui. Il les assume avec un sang-froid,
un calme, une tranquillité parfaits, dédaigneux des lettres de menace
qui lui parviennent par centaines, refusant obstinément de modifier,
sous aucun prétexte, quoi que ce soit du programme des cérémonies.

C'est chez nous, au cours de son premier voyage officiel, à Paris, en
1905, qu'il reçut, si l'on peut dire, le baptême du feu. On sait sa
fière contenance au moment de l'attentat de la rue de Rohan, le jeune
roi, debout dans la voiture, disant à l'escorte, avec un geste calme:
«Ce n'est rien, messieurs, rassurez-vous!» puis se penchant hors de la
portière et agitant son casque à long plumage blanc pour montrer aux
personnes de sa suite qu'il n'avait aucun mal.

Juste une année plus tard, jour pour jour, au retour de l'église où
venait d'être célébré son mariage avec la princesse Ena de Battenberg,
ce fut l'effroyable attentat de la calle Mayor. L'anarchiste Morales, du
second étage qu'il avait tranquillement loué, sans que nul cherchât à le
surveiller et à l'inquiéter, jette une énorme bombe dissimulée dans un
bouquet de fleurs sur le carrosse de gala où se trouvent le roi et la
reine. Depuis quelque temps, le _sereno_, le pittoresque veilleur de
nuit, dans les rues madrilènes, avait remarqué un homme qui, du haut
d'un balcon, lançait des oranges dans la rue: c'était Morales qui se
faisait la main et s'entraînait à ne pas manquer son coup. La bombe tua
ou blessa une quarantaine de personnes. Le couple royal, par le plus
extraordinaire des miracles, n'eut pas la plus légère blessure.

Et il y a quelques semaines à peine, tandis que le roi, précédant un
imposant cortège d'officiers, de généraux, s'en revenait à cheval du
champ de manoeuvres où les recrues avaient prêté le serment, un homme
s'approche et lui tire, à bout portant, trois coups de revolver que,
seule, sa merveilleuse présence d'esprit lui permet d'éviter.

Comment refuser son admiration à un courage si tranquille, à une si
parfaite maîtrise de soi?

                                 *
                                * *

Il ne tiendrait pourtant qu'au roi, s'il laissait prendre les
précautions que son entourage ne cesse de lui demander, de diminuer,
dans une proportion considérable, les dangers auxquels il s'expose. On
le supplie, par exemple, de sortir toujours encadré d'une escorte qui
tiendrait à une certaine distance la foule. Il s'y est jusqu'ici
obstinément refusé. A tout instant, au cours des cérémonies ou des
voyages, il est accoutumé à recevoir des placets et des suppliques que
les intéressés, ayant toute liberté de s'approcher, lui tendent de la
main à la main. Le moyen, dans ces conditions, d'organiser une
surveillance tant soit peu efficace?

Les Espagnols ont un proverbe qui revient dans leur bouche très
fréquemment: _Lo que debe ser no puede faltar_ (ce qui doit être ne
saurait manquer).

Il y a quelques traces de cette résignation dans la bravoure insouciante
et un peu fataliste du roi. Il y a ce sentiment que, quoi qu'on fasse,
en dépit des mesures les plus minutieuses, les plus strictes, la part
d'imprévu restera malgré tout très grande. Et, alors, à quoi bon?
Pourquoi donc se gâter, s'empoisonner l'existence? Ne vaut-il pas mieux
s'en remettre un peu à la Fortune qui s'est montrée et qui continuera,
souhaitons-le, à se montrer si bienveillante envers un homme ignorant
absolument ce que c'est d'avoir peur?

                                 *
                                * *

Dans son magnifique et imposant palais de Madrid, la suprême parure de
sa capitale, j'ai eu tout récemment l'honneur d'être reçu, en audience
particulière, par Sa Majesté Alphonse XIII. Les grandes cours
spacieuses, les longs couloirs où se tiennent, immobiles, des
hallebardiers, pleins de prestance, les salons où des tapisseries
inestimables, les plus belles qui soient au monde, voisinent avec les
portraits de Goya, tout cela proclame les longs siècles de gloire de
cette puissante monarchie espagnole.

Et, certes, le contraste n'est pas petit entre ce vieux palais et ce
jeune souverain, l'un, représentant la fière Espagne obstinément
attachée à ses traditions et comme murée dans son originalité, l'autre,
épris au contraire de toutes les nouveautés.

[Illustration: Cte de Romanonès. S. M. Alphonse XIII. Le roi d'Espagne
et son président du Conseil.]

De haute taille et très élancé, le regard vif, le geste prompt, avec une
extraordinaire souplesse de mouvements qui dénote un corps entraîné à
tous les exercices, à toutes les fatigues, le roi donne une grande
impression de vigueur et de santé. Tout ce qu'on a raconté sur sa faible
constitution, sur les maladies qui le guettent, doit être décidément
relégué au rang des fables. Le régime minutieux et bien réglé auquel il
fut soumis dès sa naissance, les soins vigilants de la plus dévouée des
mères, le grand air, la pratique des sports, ont fait merveille.

Il faut une santé peu commune pour déployer une si prodigieuse activité,
pour mener, sans défaillance, une existence aussi bien remplie. Les
affaires publiques, les conseils de ses ministres, les réceptions, les
audiences, la chasse, le yachting, l'automobile, etc., le roi prétend
conduire tout cela de front. Il est notamment un enragé joueur de polo.
Il y a quelque temps de cela, au cours d'une partie très mouvementée,
son poney s'abattit et la tête de celui qui le montait vint donner si
rudement sur le sol qu'Alphonse XIII demeura plus d'un quart d'heure
évanoui. Sa famille, son entourage, que cet accident avait remplis
d'inquiétude, désireux d'en éviter un pareil à l'avenir, le suppliaient
de renoncer pour toujours au polo. «C'est une des choses qui m'amusent,
qui me récréent le plus, répondit le roi. Pourquoi donc voulez-vous
m'imposer pareille privation? La vie n'est plus possible si, par crainte
des accidents, il faut renoncer à tout ce qui en fait le charme!»

Le roi est également passionné pour l'automobile. Il est un excellent
chauffeur et il adore conduire lui-même. Au moment de son mariage, les
automobilistes espagnols et étrangers lui offrirent une fête au Pardo,
durant laquelle il fut accueilli par des acclamations enthousiastes. On
m'a raconté, à cet égard, une anecdote assez curieuse. Alphonse XIII,
toujours désireux d'essayer de nouvelles machines, en achète un très
grand nombre dont il se défait ensuite assez rapidement. L'une d'elles
ne lui donnant qu'une médiocre satisfaction, il avait chargé son
mécanicien de la vendre à n'importe quel prix. Quelques jours après,
comme il courait les routes, aux environs de Madrid, il aperçoit de loin
une voiture en panne; à mesure qu'il s'approche, il reconnaît que c'est
celle dont il s'est débarrassé; par-dessous, étendu à plat ventre, dans
la poussière, soufflant et geignant, le malheureux acquéreur essayait,
mais en vain, de réparer ce qui était irréparable. Que faire? Le roi,
relevant son col et rabattant sa casquette, passa à la quatrième
vitesse!...

                                 *
                                * *

Au cours du long entretien qu'il m'accorda, Alphonse XIII me parla du
Maroc où l'Espagne et la France possèdent des intérêts solidaires et
défendent la même cause. Son grand désir est que l'action des deux pays
soit concertée, de manière à ce que les efforts, les sacrifices de l'un
bénéficient des efforts, des sacrifices de l'autre. Il me parla surtout
de l'armée, de la nôtre et de la sienne. Il connaît un certain nombre de
nos officiers; nul, plus que lui, ne rend hommage à leurs rares
qualités, à leur énergie, à leur abnégation. Par ses soins, sous son
impulsion de tous les jours, l'armée espagnole est en train de subir une
très importante réorganisation qui aura pour effet d'accroître
sensiblement son nombre et sa valeur. Le service obligatoire vient
d'être institué; on a supprimé la faculté des remplacements et des
rachats qui éloignaient de la caserne l'élite du pays, tous les jeunes
gens des classes bourgeoises et aristocratiques.

D'ailleurs, ce n'est pas seulement dans l'armée qu'on peut constater de
très sérieux progrès. Au point de vue économique, pour ce qui est du
calme, de la tranquillité du pays, de la solidité du régime, les
améliorations sont indéniables. Quiconque revient maintenant en Espagne,
après un intervalle de quelques années, note, à tout instant, les
heureux résultats de ces améliorations. L'accroissement de la population
est considérable, en dépit d'une émigration intense dans l'Amérique du
Sud, en Algérie, au Maroc. Cette émigration n'appauvrit point le pays
autant qu'on pourrait le croire: un assez grand nombre d'émigrés
retournent dans la mère patrie, après fortune faite. Ils y apportent
leurs capitaux, leur activité, leur intelligence qui s'est ouverte aux
choses de l'étranger. La politique espagnole se fait plus stable et plus
saine. Or, l'un des facteurs de cette politique, le facteur essentiel,
c'est la personnalité, la popularité du roi. De cela, tous les Espagnols
qui sont sincères, tous les étrangers connaissant bien l'Espagne sont
unanimes à convenir.

En même temps qu'elle développe aussi sa puissance et sa richesse,
l'Espagne éprouve tout naturellement le désir, le besoin de sortir de
son isolement. Elle veut ne plus rester isolée, confinée dans sa
péninsule. La majorité des hommes politiques et du public incline
nettement vers une entente plus étroite avec l'Angleterre et la France.

Le roi Alphonse XIII, par tout ce qu'on sait de son orientation, de ses
sympathies personnelles, ressent beaucoup plus vivement qu'aucun de ses
sujets ce désir-là. C'est justement ce qui donne à son séjour parmi nous
une importance, une signification exceptionnelles. C'est une raison de
plus pour qu'on se réjouisse de l'accueil si chaleureux que Paris vient
de faire à ce très sympathique et très attachant souverain!

RAYMOND RECOULY.



_Ce numéro étant mis sous presse peu d'heures après l'arrivée du
souverain à Paris, c'est dans le suivant que nous pourrons rendre compte
des visites royales à Fontainebleau et à Saint-Cyr._



[Illustration: La revue de la garnison de Paris, sur l'esplanade des
Invalides: le général Michel ouvre le défilé et salue la tribune
officielle.]

[Illustration: LES FÊTES MILITAIRES EN L'HONNEUR DU ROI D'ESPAGNE.--A
Fontainebleau: l'inspection des officiers de l'École d'artillerie.]

Mercredi, jour de l'arrivée du roi d'Espagne à Paris, les acclamations,
très chaleureuses, se sont partagées entre le souverain, notre hôte, le
président de la République française et les troupes de la garnison de
Paris, qui, mise tout entière sur pied, des Champs-Elysées aux
Invalides, défila ensuite sur l'Esplanade devant le souverain. Le
lendemain, jeudi, qui fut la journée de Fontainebleau, Alphonse XIII
reprit contact avec notre armée que, cette fois, on lui présenta en
manoeuvre d'abord dans la vallée de la Solle où évoluèrent deux brigades
de cavalerie, ensuite au polygone où furent exécutés d'intéressants
exercices d'artillerie en campagne.

[Illustration: LE DISCOURS DE M. BARTHOU A CAEN.--«... Notre grand pays
veut la paix, mais seulement la paix qui s'accorde avec sa fierté et sa
dignité, non la paix née de la peur!»

A la droite de M. Barthou: M. Perrotte, maire de Caen; M. Klotz,
ministre de l'Intérieur; M. Hendlé, préfet du Calvados; à sa gauche: M.
Pichon, ministre des Affaires étrangères; M. Chéron, ministre du
Travail, député du Calvados.--_Phot_. Matin.]

Dimanche dernier, à Caen, au banquet organisé en l'honneur du Congrès
des Petites Amicales d'instituteurs et des oeuvres postscolaires, M.
Louis Barthou, président du Conseil, a prononcé le grand discours que
l'on attendait de lui à la veille de la rentrée des Chambres et auquel
les graves problèmes à résoudre d'urgence, tels que la loi militaire et
la loi électorale, en même temps que les inquiétudes internationales de
l'heure présente, devaient donner une portée exceptionnelle.

Donc M. Louis Barthou a été très écouté, et il a été aussi très
applaudi, car on lui a su gré de se placer résolument sur le terrain
national. Le président du Conseil, en effet, dans un éloquent appel au
pays, a insisté avec force sur le devoir national qu'impose à tous la
situation extérieure. Et, constatant l'élan et l'union patriotiques qui
se sont manifestés, chez nous, aux heures graves, il a pu dire:

«Ce grand pays veut la paix, mais seulement la paix qui s'accorde avec
sa fierté et sa dignité, non la paix née de la peur.»

D'où la nécessité de renforcer nos effectifs par le service de trois
ans:

«Il ne s'agit pas de céder à une sorte de folie contagieuse des
armements. Il s'agit de se défendre... Quand le devoir prend la forme
d'un intérêt national, il faut tout simplement faire son devoir. Ce
devoir, le gouvernement l'accomplit en affirmant, dès maintenant, sa
volonté de maintenir sous les drapeaux la classe libérable au 1er
octobre prochain.»

Avant de faire ces importantes déclarations, le président du Conseil,
envisageant la situation politique intérieure, avait affirmé: «La
République ne peut pas désarmer devant ses adversaires, mais nous nous
refusons à des agressions ou à des vexations indignes de républicains
conscients de leurs devoirs et de leur force.»

Enfin, parlant de la loi électorale, M. Louis Barthou a déclaré
nettement que, «s'il dépend du gouvernement, la consultation électorale
de 1914 ne se fera pas au scrutin d'arrondissement.»



COMPLICATIONS BALKANIQUES
LES DIFFICULTÉS DU PARTAGE ENTRE LES ALLIES
ET LA QUESTION D'ALBANIE

La question de Scutari est en voie de règlement, mais l'éventualité
d'une occupation de l'Albanie par l'Autriche-Hongrie et l'Italie n'est
pas encore définitivement écartée et un très grave problème reste ainsi
posé devant l'Europe. Comme on va voir, il est en connexion étroite avec
celui du partage entre les alliés des territoires conquis par eux sur
les Turcs.

Quelles seraient d'abord les conséquences générales d'une installation
austro-italienne en Albanie, que personne n'aurait la naïveté de
supposer devoir être provisoire? Les unes sont évidentes, les autres
presque inévitables.

Conséquences certaines: l'anéantissement de l'oeuvre de la Conférence de
Londres qui a décidé le principe d'une Albanie autonome sous le contrôle
et la garantie des six grandes puissances; la destruction de l'équilibre
naval adriatique et, par conséquent, méditerranéen, ce qui porterait un
préjudice grave à la France et à l'Angleterre; l'abandon du principe:
«Les Balkans aux peuples balkaniques», qui, depuis la guerre d'Orient, a
été la base de l'entente européenne.

Conséquences presque inévitables: par l'effet de la violation du
principe: «les Balkans aux peuples balkaniques», la nécessité pour les
voisins de l'Albanie, les Monténégrins, les Serbes et les Grecs, de
s'opposer par la force à l'occupation austro-italienne (or, l'idée de
derrière la tête des Autrichiens est de trouver un prétexte pour écraser
la Serbie sans que la Russie intervienne); l'ouverture de la «politique
des compensations» entre les grandes puissances aux dépens de la Turquie
asiatique. En effet, si deux grandes puissances européennes,
l'Autriche-Hongrie et l'Italie, s'agrandissaient aux dépens de la
Turquie d'Europe, tous les précédents historiques obligeraient à
envisager que les quatre autres grandes puissances, la Russie,
l'Allemagne, l'Angleterre et la France, voudraient obtenir des avantages
compensateurs qui ne pourraient être trouvés qu'aux dépens de l'empire
ottoman d'Asie.

[Illustration: Écoles, églises et monastères grecs en Epire.]

Enfin, et c'est le point sur lequel nous allons insister, l'intervention
austro-italienne en Albanie pourrait déterminer une rupture décisive de
l'entente balkanique ou, au contraire, aider à la solution des
difficultés du partage entre les alliés.

                                 *
                                * *

Il est bien connu que des dissentiments graves existent à cet égard
entre les Serbes, les Grecs et les Bulgares, enthousiasmés par l'étendue
de leurs victoires qui ont dépassé toutes leurs prévisions.

Précisons donc les raisons des conflits d'intérêt entre les alliés afin
de discerner, en relation avec le projet d'intervention austro-italienne
en Albanie, quelles transactions sont susceptibles de permettre le
maintien du bloc balkanique.

LES PRÉTENTIONS GRECQUES

Elles ont trait à la fois à l'Epire, à la Macédoine et aux îles de la
mer Égée.

En Epire, la Grèce se heurte à l'Italie. Les cartes ci-dessous et
ci-contre montrent à quel point les divergences sont grandes entre les
gouvernements de Rome et d'Athènes, combien, par conséquent, les Grecs
doivent être émus par le projet d'intervention italienne dans le sud de
l'Albanie et dans la région même qu'ils revendiquent. Forts de leur
droit, ils déclarent formellement qu'ils considèrent leurs conquêtes
comme définitives et que, si l'Italie veut les chasser d'Epire, ils
résisteront par la force. «D'ailleurs, disent-ils, la partie de l'Epire
que nous revendiquons est habitée par une forte majorité hellène. Qu'on
fasse un plébiscite, on verra bien.» Le carton ci-dessous indiquant les
nombreuses écoles, églises et monastères qu'ils ont en Epire suffit à
démontrer que les Grecs ne courent aucun risque en proposant une
consultation des populations et à quel point les prétentions italiennes
sont injustifiées.

Le différend qui existe entre les Hellènes et les Bulgares est également
très dangereux.

Pour les Grecs, il y a deux questions qui ne se posent même pas: celle
de la péninsule chalcidique qui est entièrement grecque et celle de leur
maintien à Salonique (Thessalonique en grec).

«Aucun traité avant la guerre n'a réglé entre nous et les Bulgares,
disent les Grecs, le partage des territoires conquis; nous avons pris
Salonique les premiers. Cette ville est placée dans notre sphère
d'action géographique. Nous prétendons y rester. Notre roi Georges, en
mourant à Salonique, a consacré définitivement cette cité terre
hellénique. Nous occupons la ville avec près de cent mille hommes qui,
actuellement, se retranchent stratégiquement aux alentours. Si les
Bulgares veulent nous en chasser, il faudra qu'ils agissent par la
force.»

[Illustration: Maximum des prétentions grecques. Le grisé indique la
région que réclame la Grèce et que lui contestent l'Italie d'une part,
la Bulgarie et la Serbie de l'autre.--Pour la signification des lignes
de points, traits et croix, se reporter à la carte générale ci-contre.]

Remarquons encore que les prétentions helléniques dépassent de beaucoup
Salonique. En principe, les Grecs les soutiennent ainsi. «L'extension de
la Bulgarie en Thrace va aller bien au delà de tout ce que l'on pouvait
supposer. Puisque nous allons abandonner aux Bulgares 400.000 Grecs, au
moins, sans aucun espoir de retour, au nom de l'équilibre balkanique,
nous devons avoir une compensation importante en Macédoine.»

[Illustration: Iles qui faisaient partie de l'empire turc, actuellement
occupées par l'Italie (noms soulignés d'un trait-double) ou par la Grèce
(noms soulignés d'un trait simple). Les premières comptent, sur 118.000
habitants. 102.000 habitants grecs (25.000 à Rhodes, 18.000 à Kolymnos,
16.000 à Symi, 10.500 à Kos, etc.) et 16.000 Musulmans; les secondes,
sur 325.000 habitants, 300.000 Grecs (115.000 à Mytilène, 70.000 à Chio,
47.000 à Samos, 24.500 à Lemnos, 12.000 à Thasos, 12.500 à Nikaria,
etc.), et 25.000 Musulmans.]

[Illustration: Carte montrant les difficultés du partage, entre les
alliés balkaniques, des territoires conquis.]

Partant de ce point de vue, le gouvernement d'Athènes, au cours des
hostilités, a proposé à celui de Sofia comme base de partage des
territoires gréco-bulgares une ligne partant à l'est de Kavala et
passant ensuite par Drama, Demir-Hissar, laissant au sud le lac de
Dorijan, puis Monastir, pour aboutir à peu près au milieu du lac
d'Okrida. Il est évident que ce tracé exprime un maximum des prétentions
grecques qui n'a d'ailleurs aucune chance d'être accepté par la
Bulgarie. On le sait bien à Athènes, aussi a-t-on en vue deux
transactions. L'une est indiquée par une ligne partant du fond du golfe
d'Orfano, passant au-dessus du lac de Dorijan et s'infléchissant ensuite
au sud de façon à laisser Monastir aux Serbes pour aboutir au milieu du
lac de Prespa. Enfin, ultime transaction, dont les Grecs ne parlent
encore que sans précision, les Hellènes se contenteraient d'avoir autour
de Salonique un territoire suffisamment étendu pour assurer la défense
stratégique de la ville. Mais c'est là, semble-t-il, le minimum
irréductible des prétentions des Grecs. «Sinon, disent-ils, nous
subirons s'il le faut la guerre.»

A la vérité, étant donné la tension des esprits, il suffirait d'un
incident fâcheux pour compliquer encore la situation. A Nikaia, il y a
peu de temps, un véritable combat s'est engagé entre Grecs et Bulgares;
et, dans le triangle Sérès, Kavala, golfe d'Orfano, les troupes des deux
pays alliés sont toujours en contact dangereux, les Bulgares occupant le
nord du triangle et les Grecs toute la partie sud bordant la mer.

A propos des îles, les Grecs ont affaire aux grandes puissances. Aucune
difficulté en ce qui concerne la Crète; elle leur est accordée. Mais ils
réclament, en outre, la possession définitive de toutes les îles de la
mer Egée, y compris celles occupées par l'Italie pendant la guerre de
Tripolitaine. Comme ils ne peuvent pas agir directement contre les
Italiens pour les expulser, les Grecs s'en remettent à l'action de la
Triple Entente, qui a déjà exprimé l'opinion que ces îles devaient
revenir à la Grèce, comme ayant une population grecque. Quant aux îles
occupées par la Grèce et qui se trouvent près de la Turquie d'Asie et
des détroits, les puissances de la Triple Alliance les refusent à la
Grèce sous prétexte de ne pas mettre en danger la puissance turque en
Asie, mais les Grecs font remarquer que ces îles ont une population
hellène et que ce sont les seules qui présentent pour eux un réel
intérêt, puisque, en dehors de ces îles, il ne s'agit que de quelques
rochers inhabités. Deux îles surtout tiennent au coeur des Hellènes:
Mytilène, avec 115.000 Grecs, et Chio avec 70.000.

LES PRÉTENTIONS SERBES

Le conflit entre Serbes et Bulgares est aussi aigu que celui entre Grecs
et Bulgares. Il est rendu plus délicat encore par l'existence d'un
traité d'alliance sur l'interprétation duquel on n'est pas d'accord
actuellement à Belgrade et à Sofia.

«Il faut bien comprendre, disent les Serbes, que Je traité du 12 mars
1912 n'envisageait pas exclusivement une guerre devant amener un partage
définitif des territoires turcs. Quand nous avons signé, il s'agissait
surtout d'obtenir de la Turquie l'application des réformes promises à la
population macédonienne par le traité de Berlin, et, par conséquent, de
nous mettre d'accord sur la délimitation éventuelle des futures
provinces autonomes. Toutefois, il était prévu que l'action diplomatique
pourrait échouer et qu'une guerre éclaterait. Dans ce cas, on a envisagé
le partage de la Macédoine. Voici comment on a procédé. Le traité
serbo-bulgare a d'abord délimité deux zones de territoires incontestés,
l'une serbe, l'autre bulgare, la région située entre ces deux zones
formant le territoire contestable. Comme le montre la carte, la région
bulgare incontestée se trouvait à l'est de la ligne suivant d'abord la
chaîne des Rhodopes et ensuite la Struma pour aboutir au fond du golfe
d'Orfano. La zone serbe incontestée était bornée par une ligne partant
de la frontière serbo-bulgare, passant par les monts du Karadagh, du
Char Planina, donc nous attribuant tout le vilayet de Scutari, sous la
seule condition que nous, Serbes, en fissions la conquête effective, et
aboutissant à l'Adriatique bien au sud de Durazzo.

«Quant à la zone contestable, elle avait, elle-même, été délimitée dans
une certaine mesure par une ligne partant du point de jonction des
frontières serbo-bulgares et passant ensuite à l'ouest de Kuprulu
(Velès) pour aboutir au sommet du lac d'Okrida. Toute la portion à l'est
de cette ligne était considérée comme plutôt bulgare, mais il était
entendu qu'en cas de contestation on recourrait à l'arbitrage de
l'empereur de Russie.

«Voilà ce que disait le traité. Dans l'intérêt commun des alliés et
spécialement des Bulgares, nous avons fait beaucoup plus que notre
accord ne nous le prescrivait. Nous avons mobilisé 360.000 hommes au
lieu de 150.000. Les Bulgares devaient même nous aider avec 100.000
hommes dans la région du Vardar. Nous avons dû nous en passer. N'est-il
pas évident que, du fait de son plus grand effort en Macédoine, la
Serbie a puissamment soulagé la Bulgarie qui a pu employer toutes ses
forces dans la vallée de la Maritza et marcher sur Tchataldja?
Aurait-elle pu le faire si elle avait envoyé 100.000 hommes en
Macédoine?

«Il y a encore un point fort important à mettre en lumière. _D'après
notre traité d'alliance, la Bulgarie était tenue d'envoyer au secours de
la Serbie 200.000 soldats bulgares, si elle était attaquée par
l'Autriche._ Cédant aux conseils des puissances amies, nous avons évité
un conflit avec l'Autriche. Nous avons ainsi renoncé au vilayet de
Scutari avec Durazzo que nous avaient abandonné les Bulgares et, comme
conséquence, nous ne leur avons pas demandé leur concours contre
l'Autriche. Les Bulgares ne doivent-ils pas nous indemniser de notre
renonciation à un droit qui a entraîné l'abandon de nos prétentions
essentielles sur la côte de l'Adriatique? Rotez encore que la guerre a
été prolongée pour nous d'au moins cinq mois dans le seul intérêt de la
Bulgarie. Après la bataille de Lulé-Bourgas, la paix aurait été possible
si les Bulgares n'avaient pas maintenu toutes leurs exigences. Or, nous
les avons aidés à les soutenir. Alors que notre traité ne nous y
obligeait nullement, nous leur avons donné 50.000 hommes pendant toute
la durée du siège d'Andrinople. Nous avons aussi fourni du matériel de
siège et supporté des dépenses supplémentaires.

[Illustration: Maximum des prétentions serbes. Le grisé indique les
territoires que la Serbie, ayant dû renoncer au nord de l'Albanie,
réclame en Macédoine et que lui contestent les Bulgares et les
Grecs.--Pour la signification des lignes de points, traits et croix, se
reporter à la carte générale de la page précédente.]

Enfin, dernière considération, grâce à notre concours, les Bulgares
obtiennent beaucoup plus de territoires qu'ils ne l'espéraient
eux-mêmes.

«Pour tous ces motifs, nous nous adressons à la Bulgarie et lui
proposons, dans l'intérêt de l'entente balkanique, de partager les
territoires conquis non pas d'après un traité dont nous avons largement
outrepassé les obligations, mais d'après l'équité. Or, l'équité
n'est-elle pas indiquée par une ligne suivant à peu près les territoires
occupés par nous, Serbes; par exemple, par une ligne partant au sud-est
d'Egri-Palanka et laissant Istip aux Bulgares, coupant le lac de Borijan
et allant ensuite rejoindre la frontière des Grecs avec lesquels nous
nous arrangerons toujours, bien que, comme nous, ils prétendent à
Monastir, et que nous ne soyons pas encore d'accord sur d'autres points.

«En raison de nos énormes sacrifices de toute nature, les Bulgares
doivent nous écouter et discuter avec nous. S'ils ne le veulent pas,
c'est qu'ils envisagent la possibilité de nous faire la guerre.»

Comme on voit, les Serbes comme les Grecs tiennent le même raisonnement
aux Bulgares et disent en somme: «Pourquoi quitterions-nous les
positions que nous occupons?» Il résulte de cette identité d'intérêt et
de situation entre Serbes et Grecs que ceux-ci seraient amenés à
résister d'accord aux Bulgares, si finalement ceux-ci en appelaient aux
armes, _résultat qu'évidemment s'efforceraient d'obtenir l'Autriche et
l'Italie si elles intervenaient en Albanie._

LES PRÉTENTIONS BULGARES

Ces multiples arguments n'ont pas encore eu raison de la ténacité des
Bulgares. Il y a peu de jours, le gouvernement de Sofia n'avait pas
répondu à la demande officielle du cabinet de Belgrade de négocier et de
discuter, mais officieusement les Bulgares tiennent aux Serbes le
langage suivant:

«Certes, vous vous êtes conduits envers nous en alliés très loyaux
pendant la guerre. Nous le reconnaissons volontiers. Vous en avez
l'honneur. Mais rien ne saurait modifier la valeur de notre traité
auquel nous attribuons un sens étroit et limitatif, et qui, selon nous,
prévoyait tous les concours que vous nous avez donnés. Nous prétendons
donc à la possession des territoires situés à l'est de la ligne tracée
par le traité, donc de Monastir et de Kuprulu (Vélès).»

Aux Grecs, les Bulgares disent:

«Non seulement nous considérons vos prétentions sur Serès comme
exorbitantes et inadmissibles, mais pour nous il y a une question de
Salonique. En Bulgarie, notre opinion publique très ardente considère
depuis longtemps Salonique, dont l'hinterland est bulgare, comme le
symbole de la Macédoine, et il nous est bien difficile de la faire
revenir sur sa conviction que Salonique doit appartenir à la Bulgarie.»

Les Bulgares les plus excessifs voudraient non seulement Salonique, mais
encore que la frontière gréco-bulgare fût ainsi tracée. Elle partirait
de l'embouchure de la Vistritza, dans le golfe de Salonique, et finirait
à la frontière gréco-albanaise près de Koritza. Les Bulgares auraient
ainsi Jenidje-Vardar, avec son lac, Vodena, Ostrovo et son lac, Kastoria
et son lac. Ils toucheraient ainsi à l'Albanie.

Les Grecs ne semblent nullement disposés même à discuter un pareil
tracé.

Nos cartes montrent clairement à quel degré ces diverses prétentions
_maxima_ des alliés sont opposées et quelles possibilités elles ouvrent
aux intrigues austro-italiennes. A première vue, ces prétentions
paraissent tellement inconciliables qu'un conflit sanglant semble
inévitable. Il y a cependant, malgré les efforts tripliciens à Sofia, de
sérieuses raisons d'espérer que de larges transactions interviendront,
car si, en Serbie, en Grèce et en Bulgarie, l'opinion publique, excitée
au plus haut point, offre un terrain favorable aux puissances qui
cherchent la division des Balkaniques, il se trouve heureusement à la
tête de ces trois pays des hommes d'État aux qualités éminentes. Ils ont
montré déjà trop de prévoyance et de hauteur de vues pour ne pas partir
de cette vérité certaine que l'union seule des alliés a fait leur
victoire dans la guerre, que leur entente seule encore permettra aux
Etats balkaniques de tirer pendant la paix tous les fruits de leurs
brillants succès.

Comprenant leur impérieux intérêt commun de défendre avant tout la
formule «les Balkans aux peuples balkaniques», ils inclineront sans
doute aux concessions mutuelles indispensables pour que la confédération
balkanique puisse durer et devenir une grande force politique,
économique et militaire.

Certes, les hommes d'État des Balkans, pour arriver à ce résultat, si
souhaitable dans l'intérêt vital de leur pays, ont plus que jamais à
lutter contre des influences extérieures qui travaillent à les brouiller
à mort. L'Autriche, aidée de l'Allemagne et de l'Italie, va évidemment
tout faire pour séparer les Bulgares des Serbes et des Grecs. Une guerre
entre eux faciliterait singulièrement une occupation austro-italienne en
Albanie; les Serbes et les Grecs étant pris entre deux feux. Elle
comblerait, en outre, les voeux secrets de la diplomatie allemande, car
elle empêcherait pour longtemps la réalisation de la confédération
balkanique qui est un véritable cauchemar pour Vienne et pour Berlin.

Des hommes d'État aussi avisés que les souverains des Balkans et MM.
Guéchof, Pachitch, Venizelos, ont trop «d'avenir dans l'esprit» pour ne
pas comprendre la gravité décisive des prétentions austro-italiennes.
Ils rechercheront sur la base de quels principes supérieurs les
concessions mutuelles peuvent se faire. Ces principes, on peut les
entrevoir. Il est de l'intérêt commun des Balkaniques qu'aucune autre
puissance ne s'installe dans la péninsule et que les partages soient
faits entre eux de telle sorte qu'aucun souvenir vraiment cruel ne
puisse rester au coeur de l'un d'eux. Pour arriver à ce résultat
satisfaisant, il convient que la répartition territoriale définitive
laisse autant que possible chaque allié parfaitement indépendant dans
sa sphère géographique.

LES CONCESSIONS RÉCIPROQUES POSSIBLES

Maintenant, quelles concessions réciproques peuvent être envisagées?

Il semble bien que les Bulgares seront amenés à faire aux Grecs le
sacrifice de Salonique, puisqu'il ne saurait être évité sans guerre. Or,
cette guerre odieuse entre alliés, au lendemain de la victoire, ne
vaudrait certainement pas pour les Bulgares les avantages de toute
nature qui peuvent résulter pour eux d'une entente avec les Grecs.
D'ailleurs, si les Bulgares laissent définitivement Salonique aux Grecs,
avec naturellement les territoires environnants nécessaires pour assurer
la défense de la ville, ils ne se priveront d'aucun élément essentiel
pour mettre en valeur les territoires de la Bulgarie considérablement
agrandie. Bans Salonique, ville avant tout cosmopolite, où il y a fort
peu de Bulgares, c'est le port qui est intéressant. Or, les Bulgares
vont avoir sur la mer Égée plusieurs points où il est possible de faire
d'excellents ports purement bulgares. A Kavala, notamment, la situation
est admirable et on peut y créer de toutes pièces un port aussi bien
approprié aux besoins de la marine de commerce que de la marine de
guerre.

[Illustration: Maximum des prétentions bulgares. Le grisé indique les
territoires que les Bulgares réclament à l'ouest en vertu de leur traité
avec les Serbes, et au sud en contestant aux Grecs Salonique et une
partie de la Macédoine.-Pour la signification des lignes de points,
traits et croix, se reporter à la carte générale de la page précédente.]

D'autre part, l'abandon de leurs prétentions sur Salonique permettrait
peut-être aux Bulgares d'obtenir un autre résultat qui leur serait
précieux et qu'ils souhaitent ardemment: la cession de deux îles
occupées par les Grecs qui, par leur position géographique,
conviendraient singulièrement à la grande Bulgarie; l'île de Thasos, qui
paraît presque indispensable pour assurer l'avenir stratégique de
Kavala; Samothrace, bien que plus éloignée du rivage, présente le même
intérêt pour le futur port bulgare de Dédé-Agatch. Or, ces deux îles,
occupées par la Grèce, ont une population grecque. Samothrace compte
3.600 Hellènes et Thasos 12.344. Il est bien évident que les Bulgares ne
peuvent songer à obtenir ces îles des Grecs que s'ils font à ces
derniers des concessions autour de Salonique. D'autre part, les Grecs
n'ont pas d'intérêt à conserver deux îles qui seraient pour les Bulgares
des objets trop tentants de constante convoitise.

Entre les Bulgares et les Serbes, il est souhaitable au plus haut point,
d'une part que des deux côtés aucune mesure militaire ne soit prise qui
puisse être considérée comme offensante et que les Bulgares, appréciant
l'étendue et la diversité des sacrifices serbes, ne se montrent pas
intransigeants et qu'en tous cas l'arbitrage, prévu avant la guerre, de
l'empereur de Russie permette une entente durable entre Serbes et
Bulgares qui, au cours des hostilités, ont eu tant de raisons de
s'estimer réciproquement. Les Serbes, coupés de l'Adriatique, souhaitent
naturellement de n'avoir à s'entendre qu'avec un seul État, la Grèce,
pour assurer leur issue économique vers Salonique.

Les puissances de la Triple Entente ont des motifs trop puissants de
vouloir la durée de l'union balkanique pour ne pas s'entremettre
activement afin de maintenir l'accord des Balkaniques, surtout devant la
menace de l'intervention austro-italienne, et pour faciliter les
transactions indispensables au partage des territoires conquis sur les
Turcs. C'est aux alliés, en cette heure si grave pour leur avenir, à
faciliter la mission des puissances qui leur ont manifesté tant de
sympathies, en leur faisant confiance, en s'abstenant de récriminations
inutiles, en évitant le _bluff_ des demandes exagérées indigne de leur
cause, en gardant constantes chez eux l'estime et la reconnaissance
réciproques qui doivent rester au coeur de ceux qui ont combattu du même
côté, et pour une cause aussi sainte que la libération du séculaire joug
ottoman.

Animés de cet esprit, les Balkaniques qui, après avoir triomphé de tant
de difficultés, grâce à une entente étroite, ont encore à assurer leur
avenir, feront bloc contre l'immixtion dans la péninsule de puissances
non balkaniques, si elle se produit, et ils comprendront finalement que,
selon notre proverbe, «une mauvaise transaction vaut mieux qu'un bon
procès.» Elle vaudra infiniment mieux surtout qu'une guerre fratricide
entre les alliés, qui ternirait, devant le monde entier et d'une façon
irrémédiable, la gloire jusqu'ici si grande de la magnifique épopée
balkanique.

ANDRÉ CHÉRADAME.



[Illustration: LES FÊTES DE JEANNE D'ARC A PARIS.--Une procession
aux-flambeaux dans le parc des Franciscaines, impasse Reille. _Phot. L.
Gimpel, sur plaque hypersensibilisée._]

Célébrée, dans toute la France, avec une grande ferveur patriotique, la
fête de Jeanne d'Arc a été marquée, à Paris, dimanche dernier, par de
belles manifestations, qui se sont déroulées dans l'ordre et
l'enthousiasme. Tandis que les façades des maisons, dans beaucoup de
quartiers, s'étaient parées de guirlandes, de drapeaux, et d'étendards
bleu et blanc, les statues de l'héroïne lorraine avaient été abondamment
fleuries, et, devant les monuments bien connus de la place des
Pyramides, de la place Saint-Augustin et du boulevard Saint-Marcel, ce
fut dès les premières heures de la matinée un défilé d'imposants
cortèges,--celui de la Ligue des Patriotes, conduit par son vaillant
président M. Paul Déroulède, celui des ligueurs d'Action française et
des élèves des grandes écoles et des lycées, celui des élus de Paris,
auxquels s'étaient jointes de nombreuses sociétés.

Pour avoir attiré moins de foule, la cérémonie dont nous donnons ici une
gracieuse image ne fut pas l'une des moins touchantes. Les
Franciscaines, dont la communauté s'étend, non loin du parc Montsouris,
dans les calmes abords de l'impasse Reille, ont voué un culte spécial à
la Bienheureuse, sous l'invocation de laquelle elles ont placé des
bonnes oeuvres et un patronage de jeunes filles: en dehors des heures de
travail, celles-ci apprennent là le chant grégorien, et sont les pieuses
élèves de la «manécanterie Jeanne d'Arc». Dimanche soir, à 8 heures,
elles étaient toutes réunies dans le jardin joliment illuminé, pour
participer à la procession aux flambeaux organisée par les soeurs autour
de la statue de Jeanne d'Arc qui se dresse sous les arceaux des arbres.
Après qu'elles en eurent fait le tour, un sermon fut prononcé par le
Père Ledoré, général des Eudistes, et la cérémonie se termina par la
bénédiction du Saint-Sacrement.



[Illustration: Les Monténégrins creusent, dans le sol pierreux de la
colline enfin conquise, des fosses pour leurs morts.]

[Illustration: APRÈS LA PRISE DE TARABOCH.--Aspect d'une tranchée
turque. _Phot. H. Grant, du_ Daily Mirror.]

[Illustration: L'évacuation de la ville par les troupes d'Essad pacha.]

[Illustration: Les Monténégrins entrent dans Scutari.]

[Illustration: Entrée du prince Danilo et de ses officiers.]

[Illustration: L'OCCUPATION DE SCUTARI PAR LES MONTÉNÉGRINS.--Les femmes
jettent des fleurs sur le passage de l'automobile du prince Danilo
rapportant à Cettigne les drapeaux turcs pris à Taraboch.--_Phot. H.
Grant, du_ Daily Mirror.]

[Illustration: UNE JOURNÉE GLORIEUSE POUR LES ARMES MONTÉNÉGRINES: LES
ÉTENDARDS ROYAUX DÉPLOYÉS SUR LA CIME DU TARABOCH]

_Ce fut pour le Monténégro un jour de grande allégresse, l'un des plus
heureux de toute son héroïque histoire que celui où, sur le sommet du
Taraboch, arrosé de tant de sang, les étendards rouges où s'éploie
l'aigle d'argent dominèrent le lac paisible, l'opulente plaine
qu'égaient de claires arabesques la Bojana, le Brin et le Kiri,--et
surtout Scutari, enfin conquise au prix d'un si vaillant effort. Jour de
joie sans lendemain, hélas! Sous la pression des puissances,
solidarisées avec l'implacable Autriche, le pauvre et vaillant petit
pays a dû abandonner sa conquête, la remettre à l'Europe: dans quelques
jours, des détachements de marins débarqués des navires qui bloquent
toujours les côtes monténégrines, assureront la police de Scutari. Cet
abandon imposé, inéluctable, a été discuté au cours d'un conseil
solennel de la Couronne, auquel assistèrent tous les princes de la
famille royale, les ministres, les hauts dignitaires civils, et qui dut
être étonnamment pathétique. En une première séance, le roi écouta les
avis, d'aucuns--et ceux des généraux en tête--conciliants, pacifiques;
d'autres--ainsi celui du prince héritier Danih, qui a joué dans toute
cette guerre un rôle éminent--intransigeants, préconisant la résistance
désespérée. A l'ouverture de la séance suivante, Nicolas 1er Pétrovitch
fit connaître sa décision: «Il me faut consentir à l'évacuation de
Scutari, de cette Scutari qui était le rêve le plus cher de mes jeunes
années, de cette Scutari qui était à la fois pour les Monténégrins et
l'héritage ancestral et le gage d'un avenir plus heureux.» Et, quand il
eut, de sa main, rédigé et signé le télégramme annonçant ce renoncement,
le vieux héros de l'indépendance pleura._

[Illustration: HEURE DE TRIOMPHE.--Les clefs de Scutari dans une main,
le roi du Monténégro déploie de l'autre, devant ses sujets, un drapeau
pris aux Turcs.]

[Illustration: Le roi Nicolas. UN PETIT PEUPLE HÉROÏQUE.--Tout le
Monténégro en trois photographies: un vieux roi, des invalides, et des
enfants qui grandiront pour combattre à leur tour.--_Phot. H. Grant._]

[Illustration: Le bureau de l'agent consulaire français après
l'explosion de l'obus tombé dans le jardin.]

[Illustration: La famine pendant le siège: Mme Krajewski, femme de
l'agent consulaire de France, soignant un affamé.]

[Illustration: Maison des Franciscains éventrée par un obus.]

[Illustration: Pendant le bombardement: la famille et les amis de
l'agent consulaire de France, M. Krajewski, réfugiés dans la cave du
Consulat.]

[Illustration: Ruines d'une maison turque après le bombardement.]

[Illustration: LES EFFETS DU BOMBARDEMENT DE SCUTARI.--Dommages causés
dans le jardin du Consulat de France par un obus de 150 mm.--_Phot. de
M. C. H. Moore et du Dr. Merhaut._]



[Illustration: Embrasement de la basilique du Sacré-Coeur pour la fête
de Jeanne d'Arc à Montmartre.--_Phot. Famechon et Lejards._]

UNE VISION D'APOTHÉOSE

Nous montrons, à une page précédente, la gracieuse cérémonie par
laquelle fut célébrée, le soir du 4 mai, chez les Franciscaines de
l'impasse Reille, la fête de Jeanne d'Arc, patronne de leurs bonnes
oeuvres. Tandis que, dans leur jardin retiré, les flambeaux, les
veilleuses multicolores suspendues aux arbres, jetaient leur éclat
discret, tout à l'autre bout de Paris, le Sacré-Coeur s'embrasait
magnifiquement. Les feux de Bengale, rouges et verts, allumés au pied de
la basilique, les illuminations du dôme et des coupoles, lui faisaient,
dans la nuit, une auréole de clarté; et elle apparaissait, de loin, dans
son nuage lumineux, plus resplendissante encore de se détacher sur un
ciel sans étoiles, au-dessus des lueurs incertaines de la ville.

La «journée de Jeanne d'Arc» se termina sur cette vision d'apothéose que
parvient à rendre, malgré les difficultés de la photographie nocturne,
le cliché reproduit à cette page.



LES MÉDAILLÉS DE 1870 AU BRÉSIL

Il y a quelques semaines, au Brésil, ceux de nos compatriotes qui
pouvaient orner leur boutonnière du ruban de 1870 se réunissaient en une
cordiale agape où ils évoquaient avec émotion les souvenirs de la
guerre. Ils étaient six survivants, MM. Georges Prevault, Félix Avril,
André Bourdelot, Claude Manasse, Louis Domingues et Clémencey, qui
avaient demandé au colonel Balagny, le distingué chef de notre mission
militaire à Sao Paulo, et au consul de France, M. Charles Birlé, de
présider leur dîner commémoratif. Ce fut, loin du pays, qu'à chaque
minute de cette soirée l'on évoqua, une petite fête charmante où des
toasts, que les circonstances actuelles rendaient plus graves et plus
ardents, furent portés à la mère patrie.

[Illustration: Un groupe de six anciens combattants de 1870 vivant à Sao
Paulo (Brésil) réunis sous la présidence du colonel Balagny et du consul
de Fiance, M. Birlé.--_Phot. A. Bourdelot._]



LE SERMONNAIRE DES PARISIENNES

Aux nombreux auditeurs et aux auditrices plus nombreuses encore des
conférences données, le mois dernier, à la salle de la Société de
Géographie, par Mgr Bolo, le médaillon, exposé en ce moment au Salon et
dû au sculpteur Doisy, que nous reproduisons ici, rappellera de
saisissante manière les traits de l'éminent prélat dont les rudes
sermons savent si spirituellement châtier les frivolités ou les erreurs
de la vie mondaine. Il est des visages dont la ressemblance ne saurait
être mieux rendue que par le relief, dur et vigoureux, du métal: ce
profil nettement tracé, d'une si fine et s, ardente expression, porte
l'accent de la vie.

[Illustration: Médaillon de Mgr Bolo, par Doisy.]

Depuis deux ans qu'il s'est attaché à traiter pour les Parisiennes, en
des séries de causeries placées à pareille époque, des sujets de morale
auxquels ne conviendrait point la majesté de la chaire, Mgr Bolo a vu
s'accroître son auditoire féminin, empressé à subir les rigueurs
persuasives de son éloquence. De: même que Mme de Sévigné aimait à
entendre Bourdaloue, «qui frappe toujours comme un sourd, disant les
vérités à bride abattue», nos contemporaines se plaisent à écouter la
parole du conférencier qui les charme en les gourmandant. Après avoir,
la première fois, parlé des «Jeunes filles d'aujourd'hui», puis des
«Mariages de demain», Mgr Bolo avait pris comme sujets, cette année,
«l'Empire des Salons» et «la Morale des Salons». Ce lui fut matière à
retracer, en termes particulièrement heureux, toute l'histoire des
salons littéraires, qui sont, dans le domaine de l'esprit, «une sorte de
Champagne délimitée et de première zone où s'élabore notre fin et clair
langage, ce langage fluide, doré, pétillant, dont la vivacité explose en
des mots qui sautent comme des bouchons». Si l'ancienne conversation
française--celle qui était en honneur à l'Hôtel de Rambouillet--fut
abondamment louée par le prédicateur, nos réunions mondaines de
maintenant provoquèrent ses sévérités. Mgr Bolo blâme les potins, les
commérages, redoute l'influence des «théâtrières»--entendez les femmes
de théâtre--accuse le bridge et la musique... C'est un sermonnaire
ardent, impétueux. Mais il séduit, jusque dans ses plus vives
remontrances. Il est le critique le, moins indulgent de notre
temps,--qui ne lui ménage pas les éloges.



[Illustration: Un légionnaire lit les prières funèbres devant les
cercueils des morts de Nekhila.--_Phot. Georges Ancelm._]

NOTRE ACTION AU MAROC

_Les dépêches fréquemment publiées par les quotidiens, en ces derniers
temps, ont donné l'impression qu'il se produisait, au Maroc, une
recrudescence d'activité guerrière. Et, en effet, les soldats qui ont
charge d'assurer la tranquillité à ceux qui veulent poursuivre une
besogne pacifique ont eu, avec les tribus turbulentes, la tâche rude.
Nous nous sommes appliqués à résumer ici les diverses phases des
opérations qui leur ont été confiées._

DANS LA RÉGION DE LA MOULOUYA

Le travail de jonction de l'Algérie au Maroc par Taza se poursuivait
lentement et sans bruit depuis quelques mois, d'après la méthode
favorite du général Lyautey,--la fameuse méthode de la «tache d'huile».
Selon l'expression imagée de M. Ladreit de La Charrière, on sapait
doucement la falaise de part et d'autre, à l'occident et à l'orient,
jusqu'à ce qu'elle fût prête à tomber. Quelques craquements du côté de
la Moulouya viennent de révéler cette prudente besogne. Tandis que, par
l'ouest, le général Gouraud, aussi sagace négociateur, quand il
convient, qu'il se montre, en d'autres circonstances, prestigieux
entraîneur d'hommes, installait sans incident, sans avoir tiré un seul
coup de fusil, un poste à Souk el Arba de Tissa, chez les Hya'ma, les
choses, au contraire, se sont passées moins doucement dans la région de
la Moulouya.

Au commencement de février, progressant de quelques kilomètres, une
partie des troupes composant la garnison de Taourirt s'établissaient à
Merada constituées en «groupe mobile» sous les ordres du général
Girardot, avec la mission, précisée par le général Alix, commandant le
Maroc oriental, de maintenir et de consolider les résultats acquis au
cours des opérations de mai et juin 1912--dont nous avons rendu compte
en leur temps--de s'avancer autant que possible sur la rive gauche de la
Moulouya, afin de préparer une marche éventuelle sur la casbah M'Soun,
étape importante de la pénétration vers Taza, qui ne s'accomplira que
l'heure bien sonnée, enfin de protéger les travaux du chemin de fer à
voie étroite qui gagne peu à peu vers Guercif (la première locomotive
est arrivée au milieu du mois dernier à Taourirt).

Sitôt installé à Merada, le groupe mobile se mit à l'oeuvre, rayonnant
incessamment dans la plaine de Tafrata, repassant par tous les points
qui furent, l'an dernier, le théâtre de pénibles combats. Grâce à
l'appoint en hommes que fournirent les garnisons de Debdou et de
Guercif, des postes furent mis à l'oued Cefla, à Sidi Yousef, à
Maharidja et Safsafat. Entre temps, on reconnaissait la plaine de Djel,
parcourant les territoires des Haouara et des Beni bou Yahi, et on
atteignait, comme M. Etienne le pouvait déclarer à la Chambre, les
environs de la casbah M'Soun, sans avoir tiré un coup de feu.

Le 9 avril, confiant en cette tranquillité, le général Girardot, avec
son groupe, partait pour aller établir un poste nouveau à Nekhila, sur
l'oued Bou Redim, affluent de la Moulouya, au pied du massif du Guilliz,
l'un des premiers contreforts de la chaîne du Rif. La route fut calme.
Mais à peine arrivait-on au camp, vers une heure de l'après-midi, qu'une
attaque se produisit. Une fusillade éclata sur les crêtes montagneuses
du Zag, au nord. On était engagé, et il fallut se battre pendant cinq
heures pour repousser l'ennemi, qui laissa dix morts sur le terrain.
Nous avions seulement six blessés.

On n'eut qu'un court répit: à 9 heures du soir, les Béni bou Yahi,
auxquels on avait affaire, livraient un nouvel assaut plus furieux. Ils
arrivaient presque aux tranchées: un tirailleur, Saïd Sahar, fut tué à
bout portant. Le combat, violent, mouvementé, ne prit fin qu'à une heure
du matin.

Nos troupes avaient à peine eu le temps de souffler un peu et de se
remettre de ces alertes, quand, dans l'après-midi du 10, vers 2 heures,
des coups de feu, de nouveau, partirent d'une crête. Le capitaine
Doreau, à la tête d'un détachement de la 2e compagnie du 1er étranger,
fut envoyé pour occuper cette position. Les Béni bou Yahi lentement
reculèrent vers le Guilliz, poursuivis par les légionnaires. Mais cette
retraite cachait une embuscade.

Tout à coup, la petite troupe se vit entourée, cernée de toutes parts,
accablée par une horde sept à huit fois supérieure en nombre. Le
capitaine Doreau, en vain, voulut ramener ses hommes; c'était bien tard,
et le cercle se resserrait.

Dès le premier moment, le lieutenant Grosjean, qui transmettait l'ordre
du capitaine, était frappé d'une balle sous l'omoplate. Le feu des
nôtres ne parvint pas à arrêter l'élan de l'ennemi, qui continuait à
progresser. Alors, le capitaine donna l'ordre suprême: «En avant! à la
baïonnette!» Ce fut sa dernière parole: une balle en pleine tête le
foudroyait.

[Illustration: Carte de la région voisine de la Moulouya où opèrent nos
troupes du Maroc oriental.]

[Illustration: Sur les rives de la Moulouya: au premier plan, ruines de
la casbah de Merada; au centre, les montagnes du Guilliz, et, tout à
l'arrière-plan, le moyen Atlas.--_Phot. Georges Ancelm._]

[Illustration: NOS PROGRÈS DANS LE MAROC ORIENTAL.--Sur les bords de
l'oued Mellélou, à Safsafat, notre poste le plus avancé dans la
direction de Taza, au sud de la casbah M'Soun.-_Phot. du lieut.
Durdilly._]

[Illustration: Colonel Mangin. Devant la casbah de Mechra en Nefad en
feu: le colonel Mangin, son état-major et, à côté de son fanion, le
fanion de ralliement abandonné par Moha ou Saïd.]

[Illustration: A LA CONQUÊTE DE L'ATLAS MAROCAIN.--La casbah Tadla sur
l'oued Oum er Rbia. Vue prise le 7 avril, jour où le colonel Mangin,
ayant bousculé la harka de Moha ou Saïd, se jeta rapidement sur le seul
pont permettant sa fuite. Phot. du lieut. Bourgoin.]

[Illustration: Carte des régions du Maroc occidental où opèrent les
colonnes Mangin et Henrys.]

Bientôt se produisait un corps à corps épique. Les cadavres, des deux
côtés jonchaient le sol.

«La retraite est forcée, écrit un des acteurs de ce combat farouche. Le
lieutenant Grosjean, qui, bien que blessé, se traînant, assume le
commandement, l'a ordonnée lui-même. Les Béni bou Yahi, ivres de sang et
de carnage, se précipitent, armés de formidables poignards. Les
poitrines halètent. On entend le ronronnement des balles de gros
calibre, mêlé aux sifflements des projectiles Lebel. Avec des cris
démoniaques, les Marocains essaient d'achever les blessés, s'acharnent
même sur les morts. Le corps du capitaine Doreau est frappé de trois
coups dans la poitrine; le caporal Schwartz, inerte, a la tête tranchée,
que dis-je? hachée! Le lieutenant Grosjean essaie de se relever, mais
ses forces le trahissent, et, dans un cri, il retombe épuisé: «A moi, la
Légion!»

«Cet appel du chef a été entendu. Les légionnaires qui se repliaient
font volte-face et foncent sur l'ennemi, baïonnette au canon. Le fer
rougi de sang défonce les poitrines. C'est un spectacle poignant que
celui de cette poignée d'hommes disciplinés, et vaillante plus qu'on ne
saurait le dire, se frayant un passage au milieu de cette tourbe
hurlante et grimaçante. Ils arrivent auprès de leur lieutenant, le
saisissent à bras le corps, le relèvent, l'emportent, glorieux otage.
Une pluie de balles s'abat sur eux. Le sergent Panter, qui soutient le
lieutenant Grosjean, a le pouce enlevé. Le lieutenant lui-même a la main
droite traversée. Plusieurs légionnaires tombent à leur tour. Alors, des
luttes désespérées s'engagent, car il s'agit de ne pas laisser les
blessés aux mains de ces sauvages, et chaque groupe, protégeant et
entraînant un frère d'armes hors de combat, n'est, pour les fusils
marocains, qu'une trop belle cible...

«Enfin, des goumiers en patrouille ont entendu la fusillade. Ils
arrivent à la rescousse. Le camp est prévenu: c'est pour les Beni bou
Yahi la débâcle. Mais de quel prix ce succès est acheté: nous avons sept
morts, dont le capitaine Doreau et deux caporaux, et neuf blessés, tout
cela sur trente-sept combattants: car ils n'étaient que quarante engagés
en cette affaire si rude!

«Deux jours plus tard, le 12 avril, à 7 heures du matin, un très simple
et très émouvant cortège se dirigeait du camp vers le cimetière de
Merada. Précédées de la section de mitrailleuses du 6e bataillon, sept
arabas ornées de lauriers, de feuillages, de tentures tricolores de
fortune, portaient à leur dernière demeure les dépouilles des braves de
Nekhila. Toute la garnison assistait à cette triste cérémonie, et, après
un discours du commandant Quirin, un légionnaire, tête nue, la figure
grave, dit la prière des morts,--en latin. C'est, disaient les hommes,
un ancien «curé». Qui sait quelles épaves recèle la légion, si brave, si
noble?» Au moins, nous demeurions sur nos positions: le 16 avril, le
général Girardot inaugurait officiellement le poste. Pour la première
fois, le pavillon tricolore flottait sur la «redoute Doreau».

Sans doute aura-t-elle encore à subir plus d'une attaque, car les tribus
ne peuvent se résigner facilement à une occupation qui nous livre
l'unique point d'eau de la région. Elles ont, d'autre part, trop de
facilités à nous harceler en raison du voisinage de la zone espagnole
où, après chaque défaite, elles peuvent se réfugier: le 10 avril, en
déroute, c'est là qu'elles se repliaient par El Kheneg, une gorge qui
les dérobait vite à notre poursuite. Toujours est-il 'que le poste est
là, assez fort pour se défendre: le général Girardot, en jugeant ainsi,
regagnait, le 17 avril, Merada avec le gros de ses forces, et se
remettait à la disposition du général Alix pour de nouvelles opérations.

Le commandant en chef du Maroc oriental préparait aussitôt, pour la
marche vers la casbah M'Soun, une colonne formée du groupe mobile du
général Girardot et du groupe de réserve du général Trumelet-Faber, dont
il devait prendre le haut commandement. Et quelques jours d'un repos
bien mérité étaient accordés aux combattants de Nekhila. Mais les Beni
bou Yahi allaient contrecarrer ce projet.

Le 19, le général Alix était prévenu qu'ils se disposaient, au nombre de
plusieurs milliers, avec le concours des Mtalsa, à attaquer de nouveau,
le lendemain matin, le poste de Nekhila, la «redoute Doreau» défendue
seulement par 500 hommes.

A 8 heures du soir, l'ordre de départ était donné. Deux heures et demie
plus tard, mis en route de trois quarts d'heure en trois quarts d'heure,
trois groupes, comprenant en tout 4.500 hommes, cheminaient dans les
ténèbres. Ils marchèrent toute la nuit, surprirent au petit jour
l'ennemi, installé au pied du djebel Guilliz, et, sans prendre un
instant de repos, engagèrent l'action.

_Voir plus haut, à la page 441, la carte de la région de la Moulouya._

Un moment désemparés par la brusquerie de cette attaque, les Beni bou
Yahi se ressaisirent assez vite. Ils résistèrent opiniâtrement jusqu'à
une heure de l'après-midi. Alors, brusquement, accablés à la fin par les
feux de l'artillerie et de l'infanterie, ils se débandèrent, s'enfuirent
dans leurs montagnes, vers la zone espagnole, toujours, abandonnant leur
camp qui fut anéanti. Nous avions cinq morts et vingt et un blessés,
qu'on ramena vers Merada.

Il y eut encore, dans la nuit du 22 au 23, une nouvelle alerte, une
attaque contre le même poste, si vive, que plusieurs piquets du réseau
de fil de fer furent arrachés et que les assaillants parvinrent à jeter
dans le camp des engins, d'ailleurs inoffensifs, des bombes
confectionnées avec de vieilles boîtes de conserves: la garnison se tira
d'affaire seule et repoussa cette agression.

Depuis lors, le calme règne à Nekhila. Le général Alix y demeure avec sa
colonne, recueillant des renseignements sur les dispositions des tribus
dont il surveille l'attitude, prêt à s'élancer vers M'Soun dès qu'il
aura la certitude qu'il peut, dans de bonnes conditions, faire ce
nouveau bond en avant.

A L'ASSAUT DE L'ATLAS MAROCAIN

La brusque occupation par le colonel Charles Mangin, plus que jamais
plein «d'allant», d'un point sur l'oued Zem, affluent de l'Oum er Rbia,
occupation affirmée par l'installation d'un poste, a déterminé dans la
région occupée par les Zaïanes une certaine effervescence, à laquelle il
a fallu faire face vigoureusement. De là, toute une série d'opérations
qui se poursuivent encore à l'heure actuelle, et que couronnera, très
vraisemblablement, une action d'ensemble, annoncée, puis démentie, à
laquelle prendraient part cinq colonnes convergeant vers le pays zaïane
et son hypothétique capitale Khenifra.

En attendant le déclenchement décisif, deux colonnes, sous le
commandement des colonels Charles Mangin et Henrys, font d'énergique
besogne, l'une remontant progressivement vers les Zaïanes, l'autre
descendant vers le sud dans la région de Meknès.

Menacé d'une attaque de Moha ou Hamou el Zaïani, notre irréconciliable
ennemi, qui s'est rapproché jusqu'à Betmat Aïssaoua, d'où il commande
aux Smaala, Beni Khirane et Beni Zemmour, le colonel Mangin se décide à
prendre les devants.

«Il quitte, nous écrit un des officiers de la colonne, l'oued Zem le 25
mars à minuit et tombe, à 9 heures du matin, sur le campement de notre
vieil adversaire, qui ne dut son salut qu'à une fuite rapide. L'audace
du colonel déconcerte les contingents que poussait le Zaïani et qui se
sentent abandonnés de lui. Les Beni Zemmour, Smaala, Beni Khirane
commencent à comprendre l'inutilité d'une plus grande résistance et ils
viennent, les uns après les autres, offrir leur soumission au colonel.
Pour les hâter, celui-ci se porte à la rencontre d'un détachement de
sortie, venu de Zailiga, qui pourrait, le cas échéant, prendre les
tribus par derrière.»

C'était le premier avantage remporté sur des tribus qu'aucun sultan n'a
dominées depuis Moulai Ismaïl, le contemporain du Roi-Soleil. C'était le
point de départ d'une campagne de première importance.

«Restaient, continue notre correspondant, les contingents du Sud. Les
Chleuh, chassés de leurs montagnes par la neige, s'étaient groupés sous
les ordres de Moha ou Saïd sur les deux rives de l'Oum er Rbia. Cet
autre adversaire avait, en outre, entraîné dans son sillage les Aït
Roboa.

«Le colonel Mangin songe à réduire ces contingents. Il part subitement,
le 6 avril dans l'après-midi, de la dechra Brakne où il avait reçu la
soumission des tribus du Nord, et vient coucher à Boujad, qu'il quitte
au milieu de la nuit pour chercher à atteindre Moha ou Saïd; mais des
guetteurs nous éventent et les campements sont levés précipitamment et
dirigés vers l'oued. Les pluies des derniers jours et la fonte des
neiges ont grossi le cours d'eau au point que bon nombre de gués sont
impraticables et que la majeure partie des hommes et des animaux devra
gagner l'unique pont de la casbah Tadla: c'est l'objectif du colonel
Mangin. Il l'atteint vers 10 heures du matin et y trouve un désordre
indescriptible. Cavaliers et piétons se bousculent pour franchir
l'étroit passage, alors que plus de dix mille moutons, qui n'ont pas
encore eu le temps de passer, nous sont abandonnés.

«Mais Moha ou Saïd nous avait échappé. Il s'était retiré chez lui, à
Mechra en Nefad, au pied de la montagne, à 12 kilomètres de la casbah
Tadla. A 2 heures, la colonne se remet en marche et se dirige vers le
repaire de notre ennemi, qui se reposait tranquillement des fatigues de
la matinée. Et c'est une nouvelle fuite de notre adversaire, un départ
tellement rapide, que le chef si prestigieux nous abandonne son étendard
de satin blanc.

«Un foyer d'agitation existe encore à Beni Mellal, où sont groupés
environ quatre mille guerriers. De même que les précédents, le colonel
Mangin va le réduire à néant. Partie de la casbah Tadla le 10 avril à 11
heures du matin, la colonne vient camper à Zidania, malgré de belles
attaques de Marocains qui cherchent à l'accrocher en arrière.

«Un orage dans la soirée fait craindre des difficultés pour le
lendemain, mais qu'importe? les admirables troupes pressentent la
victoire, et il est peu d'obstacles pour les arrêter. A midi, la
résistance était brisée, les innombrables défenseurs de la casbah Béni
Mellal et des jardins qui l'entouraient avaient dû nous céder le
terrain.»

Ayant frappé ce coup énergique, le colonel Mangin continua pendant
quelques jours à parcourir le pays, recueillant force soumissions,--mais
quelle sincérité faut-il attendre de ces gens à qui, confiants, on donne
l'aman, et qu'on retrouve huit jours après devant soi, le fusil à la
main?

Le 19 avril, enfin, la colonne Mangin atteignait l'oued el Abid à Dar
Caïd Embarek, où elle devait donner la main au lieutenant-colonel Savy,
venu de Marakech. La violence du courant de l'oued ne permit qu'aux
cavaliers du lieutenant-colonel Savy de passer sur la rive droite, mais
la jonction était faite et l'impression produite sur les indigènes
considérable. Ils comprenaient que, désormais, toute tentative de
rébellion serait rapidement réprimée, que, soit de Marakech, soit d'El
Borouj, soit de l'oued Zem, des colonnes pouvaient se porter sur le
moindre foyer d'agitation.

A quelques jours de là, le 25 avril, le colonel Mangin revenait à El
Borouj pour y accueillir le général Lyautey, qui avait tenu à se rendre
compte de la situation au Tadla. Le résident général reçut les caïds
récemment soumis, et, très certainement, sut trouver les mots
convaincants pour les affermir dans leurs résolutions pacifiques et leur
démontrer que leur intérêt bien entendu même les engage à vivre avec
nous en bonne intelligence.

Après le départ du général Lyautey, le colonel Mangin reprenait ses
troupes à Dar ould Zidouh et les ramenait à la casbah Tadla.

Le 26 avril, il était de nouveau en route, marchant sur Aïn Zerga. Près
de ce point, son arrière-garde fut en butte à une attaque de la part des
contingents Aïb Attala et Aïb Bouzem. Toute la colonne dut être engagée,
tant l'agresseur devenait mordant. Repoussé, enfin, et poursuivi par
toute la cavalerie et l'artillerie montée, l'ennemi subit des pertes
nombreuses. De notre côté, 4 tués et 27 blessés, parmi lesquels le
colonel Mangin lui-même, atteint légèrement à la jambe.

Dans la nuit même, la colonne continuait sa marche vers Sidi Ali ben
Brahim, où était groupée une harka de Chleuh. Le terrain qu'elle
traversa était jonché encore de cadavres de Marocains tombés la veille.

L'ennemi guettait les nôtres, embusqué dans un bois d'oliviers, en avant
de Sidi Ali. Le combat fut un des plus meurtriers que nous ayons livrés,
puisque nous eûmes 18 morts et 41 blessés. La harka était nombreuse et
acharnée. Elle tint bon jusqu'à 8 heures du soir, puis alors se débanda
à bout d'effort, se dispersa dans toutes les directions. Elle se
reformait un peu plus tard et, à distance respectueuse, observait notre
attitude. Le colonel Mangin, pour en finir, recourut à une ruse
classique: il feignit de se replier. Son mouvement fut suivi par
l'ennemi. Alors, se retournant brusquement, dans une vigoureuse
contre-attaque, il infligea aux Chleuh des pertes considérables. La
colonne passa la nuit à Sidi Ali et n'en repartit que le
lendemain,--sans avoir été de nouveau inquiétée. Le 2 mai, elle rentrait
à la casbah Zidania.

Plus au nord, le colonel Henrys de son côté a déployé une activité égale
et a eu à faire face à des groupes non moins ardents, Zemmour, Beni
M'Tir, Beni M'Guild, Guerouane.

Parti d'El Hajeb au commencement d'avril, son action devait se
développer vers le sud. Le 2 avril, en un raid rapide, il surprenait un
campement hostile et lui enlevait ses troupeaux; le lendemain, il
occupait la casbah des mêmes dissidents. Des négociations s'ouvraient
immédiatement. Un premier douar zemmour de 60 tentes faisait sa
soumission, et, en quelques jours, 200 tentes guerouanes sollicitaient
et obtenaient l'aman.

Ces négociations furent à maintes reprises interrompues; quelque
effervescence se produisait qui obligeait le colonel Henrys à porter un
coup rapide, toujours suivi de soumissions nouvelles.

L'un de ses succès les plus remarquables fut, le 23 avril, la prise et
la destruction de la casbah Ifran. Pour l'atteindre, il avait fallu à
ses vaillantes troupes traverser la forêt de Jaba, passer le mont
Koudiat, à 1.700 mètres d'altitude, dans le brouillard, le froid, la
neige.

Le 24, le colonel Henrys prenait contact avec la colonne Comte, venue de
Fez sans qu'on ait signalé, dans sa marche, aucun incident.

Les dissidents, en revanche, ne devaient pas laisser au colonel Henrys
grand répit.

Bientôt, il était avisé qu'ils allaient attaquer son camp de Dar Caïd
Itto (sur la position exacte duquel on n'est pas encore exactement
fixés). Sans attendre cette attaque, le colonel décidait de prendre
l'offensive et de se porter sur Azrou où les dissidents étaient
installés. Mais eux-mêmes, avertis, se retirèrent sur les hauteurs
boisées qui dominent le sud de la ville. Celle-ci fut occupée après une
courte résistance. Le colonel y trouva des approvisionnements de bois
considérables, qui serviront à la construction de redoutes fortifiées.

Les Marocains firent pourtant un retour offensif. Ils furent repoussés.

Le colonel Henrys regagna le camp de Dar Caïd Itto, en détruisant sur sa
route quatre casbahs appartenant à la tribu des Beni M'Guild, dans la
vallée de l'oued Tigrira.

[Illustration: Passage de l'Oum er Rbia par l'artillerie de 75, à la
casbah Zidania.--_Phot. du vétérinaire militaire Wagner._]



CE QU'IL FAUT VOIR

PETIT GUIDE DE L'ÉTRANGER

Voilà une expérience faite, et nous savons dès maintenant ce qu'il
faudra voir le 4 mai de l'an prochain. Il faudra voir la fête de Jeanne
d'Arc. Des Français de tous les partis en réclamaient, depuis des
années, la célébration. Qu'attendait-on pour les satisfaire? Dans un
pays comme le nôtre, où l'on adore non seulement la bravoure, mais les
gestes les attitudes jolies de la bravoure, et qui a pour capitale une
ville dont un philosophe a dit qu'elle était le paradis des femmes, on
imagine très bien de quel éclat charmant, de quelle somptuosité tendre
et pieuse pourra être revêtu un tel hommage, le jour où la loi l'aura
consacré; une fête officielle de l'Héroïsme guerrier qui sera la fête
d'une jeune fille! N'est-ce pas de quoi enflammer de joie tous les
cours? Nous n'avons eu, dimanche dernier, qu'une ébauche de cette
fête-là, puisqu'elle n'est point officielle encore... Quel émouvant
spectacle pourtant nous donna cette foule parisienne, qu'on dit
sceptique, et que nous vîmes heureuse de pavoiser, de défiler, de prier
pour une petite villageoise qui sauva sa patrie, et dont l'aventure
prodigieuse a des grâces de conte de fées. Des penseurs ont voulu faire
du 1er mai la fête du Peuple. Je crois bien qu'à cette date-là, celle du
4 mai va faire désormais la plus sérieuse des concurrences,--et que le
peuple ne s'en plaindra point.

                                 *
                                * *

Jeanne d'Arc fêtée dimanche; un roi salué, trois jours après, par les
acclamations de Paris... Les étrangers qui furent témoins de cette
commémoration et de cette visite rendront au moins cette justice au
Paris de 1913 qu'il sait être républicain avec éclectisme et politesse.
Il est vrai que le roi d'Espagne est un de ses monarques favoris. Paris
aime Alphonse XIII pour sa jeunesse, pour son courage, pour l'espèce de
sérénité élégante qu'il oppose aux petites misères et aux grands risques
de son métier de roi, et enfin (car on est égoïste!) pour l'amitié très
sincère que nous savons qu'il a pour nous.

Mais pourquoi ce souverain s'en va-t-il si vite d'une ville qu'il aime?
Il ne s'est même pas donné le temps de goûter la grâce... un peu
mouillée de notre printemps. Il y avait trop de monde et trop de bruit
aux Champs-Elysées, mercredi, pour qu'il y pût voir comme la neige de
nos marronniers en fleurs est jolie à regarder entre l'Arc de triomphe
et l'Obélisque. Il n'a pas vu nos Salons du Grand Palais. Il n'a pas vu
se dresser sur la piste sablée du Concours hippique les formes blanches
d'un peuple de statues... Il n'a même pas regardé nos petits Salons!

Ils sont plus charmants que jamais et composent, à cette heure, un
spectacle d'exceptionnel attrait. Les petits Salons, c'est ce qu'il faut
voir cette semaine.

Je place au nombre des «petits Salons» cette délicieuse exposition de
l'Union centrale consacrée aux Arts féminins et à laquelle les grands
murs nus du Pavillon de Marsan font un si auguste cadre. Arts féminins,
en chacun desquels s'évoque un peu de l'âme de nos vieilles provinces.
Paris leur envoie, à ces provinces, ses modes, qui changent deux fois
par an. Elles lui envoient, elles, d'exquis souvenirs de leur passé, et
ce qu'il y a d'éternel dans leurs traditions d'élégance. Car les modes
d'une province, c'est quelque chose dont on ne sait pas l'âge, et qui ne
change jamais.

                                 *
                                * *

De la rue de Rivoli, courons à la rue de Sèze (après une halte, qui ne
sera pas sans agrément, chez les _Intimistes_, du boulevard
Malesherbes); et nous voici devant l'Exposition charmante de Luigi Loir.
Personne ne connaît mieux que ce peintre nos boulevards extérieurs et
notre banlieue; et l'on pourrait dire qu'à travers ces décors-là Luigi
Loir est, pour l'étranger, le meilleur des guides, car il leur en fait
voir ce que d'eux-mêmes, en vérité, ils n'y auraient jamais vu. De
Montmartre ou de Bougival l'étranger ne connaît guère que les heures
brillantes du jour ou de la nuit. Il a vu Bougival sous le soleil du
printemps; Montmartre sous le flamboiement de ses illuminations et de
ses tapages nocturnes. Luigi Loir nous en montre et nous en fait aimer
les mélancolies crépusculaires. Cet instant de la journée où
s'entr'ouvre sur la nuit qui vient «l'oeil clignotant des bleus becs de
gaz», personne ne l'a décrit aussi finement, aussi spirituellement que
lui.
                                 *
                                * *

De l'esprit! Il semble qu'on ait peur d'en avoir, en peinture; ou qu'on
ne sache pas en avoir. Aux premiers rangs de ceux qui en ont, et
beaucoup, saluons M. André Devambez dont voici précisément l'Exposition
ouverte, depuis quelques jours, à côté de celle de Luigi Loir, chez
Georges Petit. Près de cent cinquante «numéros» groupés en un Salon
unique! C'est que M. Devambez possède ce don, aussi rare chez les
peintres que chez les écrivains, de savoir dire beaucoup de choses en de
très courts alinéas. M. André Devambez fait penser à ces maîtres
flamands et hollandais dont les «petits tableaux» contiennent souvent de
si grande peinture. Et comme il aurait tort d'agrandir les toiles où il
peint! N'y fait-il pas tenir tout ce qu'il veut? Ne s'y montre-t-il pas,
tour à tour, poète, historien, humoriste?

Humoriste! Comme je sais gré à M. Devambez d'oser l'être franchement;
d'avoir compris--comme le comprenaient ces maîtres flamands et
hollandais dont il était temps, vraiment, de reprendre chez nous la
tradition délicieuse--qu'une réalité _comique_, c'est quelque chose qui
peut être peint tout aussi bien que dessiné, et que la couleur ne
saurait être le privilège des sujets nobles,--ou ennuyeux. M. Devambez
aura été l'un des premiers à s'apercevoir de cela. Remercions-le du
service qu'il nous rend... et qu'il rend à la peinture!

UN PARISIEN.



AGENDA (10-17 mai 1913)

EXAMENS ET CONCOURS.--Le cours complémentaire d'études coloniales au
Collège de France est vacant. (Le délai d'inscription et de production
des titres des candidats expirera le _18 mai._)--Le _14 mai_ auront
lieu, à Paris, des examens pour l'obtention des brevets de langue
annamite, cambodgienne et caractères chinois.--Un concours
d'architecture est ouvert à Toulon, entre tous les architectes français,
pour la reconstruction de l'hôtel de ville de Toulon.

CONFÉRENCE.--Comédie des Champs-Elysées (avenue Montaigne), le _10 mai_,
à 4 h. 1/2: _la Femme et le Théâtre_, conférence et auditions de M.
Marcel Prévost, à-propos en vers de M. Xavier Roux.

EXPOSITIONS ARTISTIQUES.--_Paris_: Grand Palais: Salon de la Société des
Artistes français; Salon de la Société nationale des Beaux-Arts.--Petit
Palais: exposition de David et ses élèves.--Ancien hôtel de Sagan (23,
rue de Constantine): exposition d'objets d'art du moyen âge et de la
renaissance au profit de la Croix-Rouge française. Cette exposition
durera jusqu'à fin mai.

--Hôtel de Ville (salle Saint-Jean): exposition de la Société artistique
et littéraire de la Préfecture de la Seine.

--A l'Office tunisien (2, rue Meyerbeer): exposition d'oeuvres des
frères Delahogue (vues de Tunisie et d'Algérie).--Au Palais de Glace:
Salon des Humoristes, organisé par le _Rire_.--Galerie Devambez (43,
boulevard Malesherbes), jusqu'au _17 mai_: exposition de la Société des
Intimistes.--Salle Georges Petit (8, rue de Sèze), jusqu'au _15 mai_:
aquarelles et dessins par A. Devambez; tableaux, aquarelles et études
par Luigi Loir.--Galerie La Boétie (64 bis, rue La Boétie), jusqu'au _21
mai_: exposition de la société Le Pastel.

L'EXPOSITION CANINE.--L'exposition canine internationale, organisée par
la Société centrale pour l'amélioration des races de chiens en France,
se tiendra sur la terrasse de l'Orangerie des Tuileries du _17_ au _26
mai_. Elle aura lieu en deux séries: 1° chiens courants français et
étrangers, bassets et chiens d'arrêt; 2° chiens courants bâtards, chiens
de berger, de garde, et chiens de luxe.

CONCERTS.--Le _15 mai_, salle Gaveau, en soirée, concert donné par le
violoniste Jacques Thibaud; à la même date, salle Pleyel, concert du
«quatuor avec piano (Lucien Wurmser, Firmin Touche, Maurice Vieux. Jules
Marneff).

SPORTS.--_Courses de chevaux_: le _10 mai_, le Tremblay; le _11_,
Longchamp; le _12_, Saint-Cloud; le _13_, Saint-Ouen; le _14_, le
Tremblay; le _15_, Longchamp; le _16_, Maisons-Laffitte; le _17_,
Saint-Ouen.--_Escrime_: le _17 mai_, assaut du cercle Hoche; le _18 mai_
s'ouvrira, au Jardin des Tuileries, la grande semaine des armes de
combat organisée par la Fédération parisienne d'escrimeurs.--Automobile:
les _11_ et _12 mai_ se courra le tour de Sicile (Targa-Florio); du _11_
au _15 mai_, grand meeting de vitesse organisé par le Club de la Sarthe
et de l'Ouest, la Flèche, Laval, Tours.--Le _18 mai_, ouverture du 4e
Salon de l'automobile à Saint-Pétersbourg.--_Boxe_: les grands prix
amateurs de boxe anglaise se disputeront, les _11_ et _18 mai_, à la
salle Boisleux, et les mêmes jours, au Boxing Hall.--Le match de boxe
pour le titre de champion d'Europe, qui devait se disputer à
l'exposition de Gand le _25 mai_, est remis au _1er juin_.--_Cyclisme_:
les _17_ et _18 mai_, course Bordeaux-Paris.--Au Parc des Princes, les
_11_ et _12 mai_, grand meeting de la Pentecôte; grand prix de la
Pentecôte; course à l'australienne.--_Athlétisme_: courses à pied le _12
mai_, Racing-Club de France contre South London Harriers; le _18 mai_,
prix Blanchet.



LES LIVRES & LES ÉCRIVAINS

DINGO

Le dingo est un chien qui nous vient d'Australie, un chien, à vrai dire,
ni chien ni loup, mais plutôt loup que chien, et qui tient surtout du
loup de Russie; à ce détail près--observe sir Edward Herpett, le
personnage de préface du nouveau livre de M. Octave Mirbeau (1)--à cela
près «que, n'ayant ni le pelage gris du loup, ni son échine basse, il
rappelle, sans l'excuse de la faim et même sans un goût très violent
pour la viande, sa férocité carnassière.» Enfin, le dingo est un loup
dont l'illusoire ressemblance avec le chien suffit à le faire accepter
comme chien parmi les bêtes et les gens de notre société organisée. Mais
il n'en est pas moins que le dingo reste loup et qu'en traversant les
foules--humaines et animales--ordonnées, policées, civilisées, de notre
temps, il y demeure un élément de trouble, de contraste, et--pour M.
Mirbeau--d'études comparatives. Sauvagerie contre civilisation. La bête
instinctive contre l'homme éduqué. La nature contre l'artifice. Ouvrons,
à nouveau, parmi les décors de cette époque, la lice des millénaires et
tenons les paris. M. Octave Mirbeau s'est réservé le soin de tirer la
philosophie, ou du moins une philosophie, de ce rapprochement et de cet
antagonisme, et, sans grande hésitation, avec une sorte de joie, il a
donné comme titre au recueil de ses impressions, observations,
conclusions, le nom de celui qui, dans ce contact émouvant, lui paraît
avoir joué le rôle du personnage noble, du héros. Il a donné comme titre
à son livre le nom de la bête sauvage: _Dingo_.

    [Note 1: _Dingo_, par Octave Mirbeau, Eug. Fasquelle, édit.]

Donc, _Dingo_, récit d'une vie de chien, est surtout une histoire de la
vie des hommes, des hommes d'aujourd'hui et aussi sans doute des hommes
de demain; car M. Octave Mirbeau ne semble guère admettre dans
l'évolution de l'humanité de grandes possibilités de changement, ni
surtout de perfectionnement. L'homme est grotesque quand il n'est pas
criminel et criminel quand il n'est pas grotesque. Vous ne le sortirez
point de là, et il paraît difficile, tout pesé, que jamais l'âme d'un
homme puisse valoir l'âme d'un chien, voire d'un chien féroce.

Ne vous indignez pas trop contre M. Octave Mirbeau, ni contre son livre.
D'abord M. Mirbeau a prodigué dans ce livre tout le talent âpre que vous
aimez en lui, et rarement l'art de la forme a davantage paré la violence
du fond. M. Mirbeau, vous le savez, est le plus poignant, le plus
impitoyable des pessimistes satiriques. C'est le pamphlet en une phrase,
en un mot, en une virgule. Il vous étrangle entre deux tirets et vous
assomme avec trois points de suspension. Il est à lui seul Juvénal et La
Rochefoucauld, Diogène et Jean Veber. Mais encore vaut-il mieux ne le
comparer à nul autre. Mirbeau est Mirbeau sans plus et sans moins. Et
c'est bien assez pour son compte et pour le nôtre.

La société des hommes, dans le nouveau livre de M. Mirbeau, tient en un
village de quelque Seine-et-Oise, le village de Ponteilles-en-Barcis. Il
y a là, d'un côté, tous les représentants de notre organisation
économique, politique, administrative, militaire, religieuse, ceux de la
famille, ceux de la communauté et ceux de l'État. Il y a, de l'autre
côté, Dingo, le chien sauvage. Et le massacre commence. Si M. Mirbeau,
en ce carnage, épargnait quelqu'un ou quelque chose, cela deviendrait
tout à fait angoissant, car tels de nous qui ne compteraient point parmi
les exceptions pourraient se sentir directement et cruellement atteints.
Mais qu'on se rassure! M. Mirbeau n'épargne rien, ni personne. Il ne
fait point de quartier. Tout y passe: maréchaussée, justice, finances
publiques, économie domestique, commerce, littérature, théâtre, science,
et non point seulement la science officielle consacrée, décorée, mais
encore la science indépendante, combattue, entravée. Tous y passent,
depuis le maire jusqu'au garde champêtre, sans oublier le gendarme--qui
fraude, pour le vendre plus cher, le fumier de la gendarmerie--sans
oublier l'employé des postes qui, derrière son guichet, pèse les lettres
et les frappe du timbre «avec une violence précise et comme s'il
accomplissait un acte de vengeance». Vous devinez bien que ne sont mis
hors de compte ni le médecin, ni le pharmacien, ni le vétérinaire, ni
l'Institut Pasteur, «une belle blague!».

Bien entendu, la charité humaine, la solidarité, l'amitié, sont traitées
comme vous pensez. La bonté, la pitié! Ah! ah! Vous entendez d'ici ce
rire de M. Mirbeau, ce rire court et sec qui se brise sur les dents et
vous laisse un froid aux gencives. Et ce qu'il y a de terrible, parfois,
presque tout le temps même de votre lecture, c'est que vous avez
vraiment envie de rire avec M. Mirbeau, et du même rire que lui. Et
pourquoi? Tout simplement parce que tous les personnages types que nous
voyons réunis à Ponteilles, le village «qui crève d'or» et «se berce de
rêves atroces», tous ces personnages sont indiscutablement vrais. Nous
avons lu leurs effroyables histoires, chaque matin, dans les journaux;
nous avons vu frémir de leurs haineuses colères les grimoires d'avoués;
nous avons connu leur redoutable sottise et leur lâche fureur quand ils
composent une foule; et surtout nous avons soupçonné leurs tares, leur
avidité, leur hypocrisie, et leur facilité à commettre tous les crimes
que ne sait pas atteindre la justice, et dont, en sa conscience de bête
sauvage, s'indigne le chien féroce de M. Mirbeau. Car c'est là, au fond,
tout le secret de la violence justicière de Dingo, qui, lâché au milieu
de ces appétits, de ces bassesses, inflige à tout le pays de multiples
et ruineuses expiations. Bien plus. Il nous communique, ce Dingo, et par
une irrésistible contagion, un peu de sa rage de meurtre. On a comme
envie de lui crier: «Bravo! Dingo. Continue, Dingo! Pille et tue! Ne
t'arrête point aux bêtes domestiques, civilisées, elles aussi, les
pauvres... Sus aux gens, aux habitants, ceux de Ponteilles, jusqu'au
dernier.»

Ceux de Ponteilles! Car nous n'avons pas, il faut bien le dire, songé un
seul moment, ni, sans doute, M. Mirbeau lui-même, que l'humanité de
Ponteilles était toute l'humanité. Mais nous n'en sommes pas moins
ravis, d'avoir été conviés par Dingo à nous mirer dans les mares de
Ponteilles, car, pour nous y être vus un moment, nous les hommes, si
laids, tellement difformes et à ce point infâmes, nous éprouvons, quand
c'est fini, cette même impression heureuse que l'on ressent après que
cesse l'obsession caricaturale d'un miroir en creux ou en bosse placé
devant notre visage. Nous nous savons plus beaux,--et meilleurs.

ALBÉRIC CAHUET.

Voir, dans _La Petite Illustration_, le compte rendu des autres livres
nouveaux.



LES THÉÂTRES

_Cyrano de Bergerac_, poursuivant son éblouissante carrière, vient
d'atteindre sa millième représentation sur cette même scène de la
Porte-Saint-Martin, d'où il s'élança il y a quinze ans vers la gloire. A
cette occasion, les directeurs de ce théâtre et l'auteur ont offert au
public parisien une représentation gratuite de ce chef-d'oeuvre. On
imagine aisément quels enthousiastes applaudissements les ont
récompensés de ce geste généreux. M. Edmond Rostand, dans une pensée
délicate, voulant associer à son triomphe l'inoubliable Coquelin aîné,
avait, la veille, en pleine représentation, fait adresser à la mémoire
du créateur du rôle de Cyrano, par M. Le Bargy, qui lui succède, un
salut profondément émouvant. Les spectateurs privilégiés de cette
commémoration touchante ont uni, dans une ovation spontanée, le nom du
grand artiste disparu a celui du glorieux auteur qui lui fit rendre ce
public hommage par l'admirable Cyrano d'aujourd'hui.

La Comédie-Française a enrichi son répertoire de pièces en un acte d'une
délicieuse petite comédie de MM. Robert de Flers et G.-A. de Caillavet,
_Venise_, et elle a monté _Riquet à la Houppe_, une des comédies de
Théodore de Banville où s'affirment le plus brillamment les prestigieux
dons poétiques, et la souplesse verbale, l'incessante fantaisie,
l'esprit toujours jaillissant de ce roi du Parnasse. On a fait fête à
l'une et à l'autre de ces oeuvres, jouées à ravir, la première par Mlle
Leconte et MM. Numa et Le Roy, la seconde par Mmes Lara, Delvair,
Robinne, Bovy et MM. Berr, Brunot, Croué.

_Panurge_, représenté à la Gaîté-Lyrique, est la dernière partition
écrite pour la scène par Massenet. Dans cet opéra-comique, vivant,
joyeux et pittoresque, le compositeur regretté semble avoir voulu
renouveler sa manière. Tour à tour allègre, comique, amoureuse,
sentimentale, sa musique charme et émeut. Le livret, d'une tenue très
littéraire, est dû à la collaboration de MM. Georges Spitzmuller et
Maurice Boukay. Le succès de cette oeuvre a été vif. Il convient d'y
associer les excellents artistes qui l'interprètent: Mlles Lucy Arbel et
Doria, MM. Vanni, Marcoux, Gilly, Martinelly.

A l'Odéon, M. André Antoine a eu l'ingénieuse idée de présenter
l'_Esther_ de Racine dans une mise en scène inspirée des tapisseries de
Troy. Les artistes, revêtus de costumes dessinés par M. Ibels,
reproduisaient les attitudes des personnages imaginés par le célèbre
peintre, et le décor, dû à M. Paquereau, était une copie fidèle de celui
qu'il composa. La musique de Jean-Baptiste Moreau accompagnait les
choeurs.

D'un roman qu'il avait publié dans le Figaro sous le titre _l'Ile
fantôme_, M. Charles Esquier, ex-pensionnaire de la Comédie-Française, a
tiré une pièce, _l'Entraîneuse_, jouée avec succès à Bruxelles et
reprise ces jours derniers au théâtre Antoine. Un musicien, pauvre et
méconnu, mais encouragé, soutenu, «entraîné» par sa femme, aimante et
dévouée, n'arrive finalement à faire représenter sa première oeuvre et
ne parvient par là à la fortune, à la célébrité, qu'au prix d'un
douloureux sacrifice de sa compagne, sacrifice dont elle double la
valeur en le tenant secret même lorsque, après le triomphe, son mari la
délaisse et la trahit. On a applaudi cette pièce qui nous présente une
étude, très scéniquement composée, d'un intérieur d'artistes; on a
beaucoup applaudi aussi les interprètes, au premier rang desquels il
faut citer Mlle Margel, d'une sincérité ardente et pathétique et dont la
renommée s'accroît légitimement à chaque nouvelle apparition, et un
débutant--du moins à Paris--M. Francen, auquel son jeu sobre, vigoureux
et juste, peut faire prédire à coup sûr le plus bel avenir.

Au théâtre Michel, _Manche Câline_, la comédie de M. Pierre Frondaie,
est accompagnée hormis quelques jours d'une fantaisie, _Pas davantage_,
de M. Nozière, tout à fait dans le ton voluptueux et sentimental, galant
et badin, que le spirituel auteur a transposé du dix-huitième siècle
(même quand il s'agit du Second Empire, comme c'est ici le cas) en
l'adaptant au goût moderne; une musique facile et d'ailleurs agréable,
de M. Marcel Lattès, accompagne cette jolie fantaisie.

Le théâtre Sarah-Bernhardt a fait une reprise du _Bossu_, pièce qui fut,
il y a juste un demi-siècle, tirée du roman de Paul Féval par l'auteur
lui-même, aidé du dramaturge Anicet Bourgeois; c'est un mélodrame
historique attendrissant et divertissant, l'un des modèles de ce genre
qui fit fortune de 1850 à 1865. Dans le rôle de Lagardère, créé par le
fameux Mélingue, M. Joubé déploie la fougue qui convient au
chevaleresque et romanesque héros.

La Société des Escholiers, présidée par M. Auguste Rondel, nous a donné
un intéressant spectacle composé de deux petites comédies la _Bonne
École_, de M. Jean Hermel, et _Ainsi soit-il_, de MM. Gallo et
Martin-Valdour, et d'un ouvrage plus important de M. François de Nion,
_l'État second_; c'est l'exposé curieux, étonnant, d'un cas d'hypnose
assez rare et exceptionnel, mais traité avec une ingéniosité et une
sobriété dramatiques qui ont valu à l'auteur de sincères
applaudissements.

M. Octave Bernard fait représenter en ce moment, au Théâtre Nouveau de
Belleville, _Mirka la Brune_, soeur cadette des _Deux Orphelines_ et de
_la Porteuse de pain_. Le public populaire a paru s'intéresser à ce
drame où, après bien des péripéties émouvantes ou comiques, les méchants
sont punis et les justes récompensés.

Avec les premiers jours de mai, les Folies-Marigny ont ouvert leurs
portes aux Champs-Elysées sur _la Revue de Marigny_ de MM. Michel Carré
et André Borde, où défilent, selon l'usage, dans des décors somptueux,
et en costumes pittoresques et variés, d'innombrables virtuoses de la
comédie, du chant et de la danse,--et il en est même, comme miss
Campton, qui cumulent et sont à la fois comédiennes, chanteuses et
danseuses.

[Illustration: Le transmetteur téléphonique à deux microphones, un pour
la bouche, un pour le nez.]



DOCUMENTS et INFORMATIONS

LE TÉLÉPHONE INTENSIF.

La netteté des transmissions téléphoniques est fort irrégulière; elle
dépend en grande partie des phénomènes électriques dont les
constructeurs cherchent à diminuer l'influence en réglant convenablement
la sensibilité des microphones et en apportant le plus grand soin dans
l'installation des fils conducteurs. Mais les modulations de la voix ont
aussi un rôle qui semble avoir jusqu'ici fort peu préoccupé les
constructeurs.

D'après le docteur Jules Glover, médecin du Conservatoire, ce rôle
aurait une grande importance, car le courant agit sur l'aimant récepteur
du téléphone, non point par son intensité propre, mais par ses
variations. On doit donc s'attacher à reproduire aussi exactement que
possible les variations de la voix.

Or, les vibrations sonores, en sortant du pharynx, arrivent au voile du
palais qui les dissocie en deux groupes plus ou moins inégaux: les unes
s'échappent par le nez, les autres par la bouche. La théorie indique dès
lors la nécessité de transmettre, avec une égale perfection, ces deux
groupes d'ondes sonores. Cette condition ne se trouve pas réalisée dans
les appareils actuels qui reçoivent seulement les ondes buccales.

Le docteur Glover a donc établi un transmetteur téléphonique se
distinguant des transmetteurs ordinaires en ce qu'il comprend deux
microphones de sensibilité différente, dans lesquels on parle
respectivement avec la bouche et avec le nez. L'appareil, présenté à
l'Académie des sciences par M. d'Arsonval, semble donner une
amplification sonore importante et une netteté de la voix
particulièrement précieuse dans les transmissions à longue distance.

Ajoutons que l'hygiène peut être assurée dans les postes publics au
moyen d'un dérouleur automatique permettant d'interposer, à chaque
communication, un papier fin entre le nez et la bouche et les
microphones.

A PROPOS DE LA STATION DE TRAPPES.

La presse a récemment raconté que l'Institut avait refusé la station
météorologique de Trappes que l'éminent savant Teisserenc de Bort avait
voulu lui laisser pour qu'on y pût continuer les recherches entreprises
sur la haute atmosphère.

La raison donnée était, et est bien, que la somme que Teisserenc de Bort
laissait, en outre de la station, à l'Institut, ne suffisait pas à
assurer le fonctionnement de celle-ci.

Cette information, toutefois, ne contient qu'une partie de la vérité, et
on aurait tort de croire, d'après ce qui vient d'être dit, que la
station de Trappes est perdue pour la science.

Comme la famille du regretté savant tient avant tout à ce que Trappes
vive et continue à être utile, des négociations ont été entamées, par M.
H. Deslandres en particulier, grâce auxquelles le voeu de Teisserenc de
Bort sera exaucé, sans que l'Institut soit chargé d'un fardeau qu'il ne
pouvait accepter.

La combinaison adoptée, tout en conservant à Trappes son caractère
scientifique, tout en lui permettant de continuer l'oeuvre commencée,
donne, en outre, à la station un caractère pratique, et du plus haut
intérêt.

Les progrès, et les exigences aussi, de l'aviation et de l'aéronautique
font qu'il est devenu très désirable de connaître au jour le jour, les
variations qui se font dans les mouvements aériens. On a besoin de jeter
sans cesse des coups de sonde dans l'atmosphère pour savoir si elle est
calme, ou agitée, quels courants s'y trouvent et à quelle hauteur. Pour
obtenir ces renseignements, il faut des stations organisées pour
l'examen de l'atmosphère, stations d'où chaque jour il sera envoyé aux
centres d'aviation et d'aéronautique intéressés, des renseignements
précis.

Trappes est tout indiqué pour être une de ces stations, et c'est à ce
titre qu'il sera recueilli non par l'Institut, mais par l'État.
Sera-t-il rattaché au ministère de l'Instruction publique, ou à celui de
la Guerre? On ne sait au juste. Mais en tout cas, tout en servant à
l'exploration quotidienne de l'atmosphère jusqu'à 3.000 mètres de
hauteur, pour les besoins pratiques, la station continuera les
recherches entreprises déjà sur la haute atmosphère, et ce sera
probablement sous la surveillance de l'Institut que se poursuivra cette
besogne essentiellement scientifique, mais très instructive et utile
aussi, dont Teisserenc de Bort fut l'ouvrier principal.

Les admirateurs et amis du très regretté savant, trop tôt enlevé à la
science, seront heureux d'apprendre que l'oeuvre de celui-ci se
poursuivra, et, sans perdre son intérêt scientifique, acquerra un
intérêt national.

PRODUCTION D'ENGRAIS AU MOYEN DE L'ALUMINIUM.

Lorsqu'il y a soixante ans Sainte-Claire Deville indiquait le moyen de
produire de l'aluminium à 1.200 francs le kilo, il pensait bien que,
dans un avenir plus ou moins rapproché, on trouverait des procédés
économiques pour obtenir industriellement le nouveau métal; il ne se
doutait guère sans doute que les usines d'aluminium deviendraient un
jour des fabriques d'engrais. C'est pourtant ce qui arrive.

On sait que l'aluminium est extrait de la bauxite, terre rouge très
riche en alumine, dont les gisements les plus importants se trouvent en
France dans le département du Var. M. Serpek, ingénieur autrichien, a
constaté que si l'on chauffe la bauxite à 1.500 degrés, en présence de
charbon, on capte l'azote de l'air et on obtient du nitrure d'aluminium
d'où l'on tire de l'aluminium et du sulfate d'ammoniaque vendu comme
engrais. L'aluminium revient alors à 1 fr. 05 le kilo au lieu de 1
fr. 50, prix actuel; et l'on espère réaliser une économie encore plus
considérable.

Le procédé étant protégé par un brevet, il est probable que le
consommateur n'en bénéficiera guère avant quelque temps. On peut,
néanmoins, entrevoir à bref délai un nouvel essor de l'industrie de
l'aluminium, industrie essentiellement française qui suit un
développement constant.

De 750 tonnes en 1902, notre production a passé à 4.400 tonnes en 1909,
pour atteindre 13.000 tonnes en 1912, soit plus du cinquième de la
production mondiale qui s'est chiffrée par 60.000 tonnes.

L'aluminium a valu successivement 59 francs le kilo en 1888, 19 francs
en 1890, 6 fr. 25 en 1893, 2 fr. 50 en 1906: il coûte actuellement 1 fr.
95, le prix de revient ne dépassant pas 1 fr. 50. Le procédé Serpek fera
sans doute descendre le prix de vente au-dessous de ce dernier chiffre.

LA CHALEUR SUPPORTÉE PAR LE CORPS HUMAIN.

L'homme supporte dans certaines régions une température à peu près
double de la température maxima qui lui paraît effroyable sous les
climats tempérés. Dans l'Australie centrale on a constaté fréquemment
une température moyenne de 46 degrés centigrades à l'ombre et de 60
degrés au soleil; on a même relevé 55 et 67 degrés. Dans la traversée de
la mer Bouge et du golfe Persique, le thermomètre des paquebots se tient
couramment entre 50 et 60 degrés, malgré une ventilation continuelle. Un
des récents explorateurs de l'Himalaya a constaté, au mois de décembre,
à 9 heures du matin, et à 3.300 mètres d'altitude, une température de 55
degrés.

Deux savants anglais, Bleyden et Chautrey, ont cherché à déterminer la
température limite que nous pouvons supporter. Ils s'enfermèrent dans un
four dont la chaleur fut élevée progressivement, et ils supportèrent une
température dépassant un peu le point d'ébullition de l'eau,
c'est-à-dire 100 degrés.

Cette endurance s'explique par la transpiration énorme que provoquent
les températures élevées; l'eau qui perle à la surface de la peau se
transforme instantanément en vapeur, absorbant pour changer ainsi d'état
une notable partie de la chaleur qui entoure immédiatement le corps.

En résumé, on peut affirmer, sans paradoxe, qu'à condition d'être
protégé de tout contact direct avec la source de chaleur, le corps
humain est capable de supporter une température presque suffisante pour
cuire une côtelette.

LA PRÉTENDUE SOLIDARITÉ OUVRIÈRE DES FOURMIS.

La fourmi n'est point prêteuse, nous enseigne la fable; elle ne pratique
nullement la solidarité ouvrière, croit pouvoir affirmer M. Cornetz,
observateur averti. Et l'instinct social que nous attribuons à ces
insectes si admirés n'existerait que dans notre imagination.

A l'appui de cette opinion, M. Cornetz cite une expérience aisée à
répéter. Offrons à une fourmi un brin de fromage taillé en forme de
navette, elle s'agrippe à la pointe, le fait tourner, puis l'entraîne
dans la direction du nid. D'autres fourmis passent: l'une s'accroche à
la pointe, les autres se cramponnent à droite et à gauche, et le fromage
continue à avancer, mais beaucoup plus lentement. Il n'y a pas réunion
d'efforts; au contraire, chaque fourmi cherche à faire tourner la
miette. Si on chasse les fourmis de droite, le fromage tourne aussitôt
dans le sens des aiguilles d'une montre; il tourne en sens inverse si
l'on écarte seulement les fourmis de droite. Fait-on lâcher prise à
toutes les fourmis latérales, l'objet est entraîné par la fourmi de
pointe aussi vivement qu'avant l'arrivée des prétendues collaboratrices.
Enfin, supprimons la fourmi de pointe en laissant toutes les autres: le
fromage s'arrête net. Donc, la fourmi de pointe fournissait seule un
travail utile.

D'où il semblerait résulter que l'instinct des fourmis les porte surtout
à prendre le bien du voisin.

BILAN DE GRÈVES.

Une étude documentaire, publiée récemment par le _Times_ sur le
mouvement ouvrier en Grande-Bretagne, nous a apporté des chiffres
particulièrement intéressants.

L'année 1912 a vu se produire chez nos voisins 821 grèves qui ont
englobé 1.437.032 personnes et se sont traduites par la perte de
40.346.400 journées de travail. Ces deux derniers chiffres constituent
des records, ce qui n'est pas le cas du premier, car les deux années
1894 et 1896 avaient été marquées chacune par 929 grèves.

L'année 1911, seule, pourrait être comparée à 1912 avec 903 grèves,
961.980 personnes et 10.319.591 journées perdues. Mais on voit que le
bilan de l'année dernière fut beaucoup plus important grâce à la grève
générale des mineurs (quatre fois plus de journées perdues). Le total
des personnes englobées dans les grèves de ces deux dernières années a
été supérieur au total correspondant des dix années précédentes, soit de
1901 à 1910. La seule année que l'on puisse comparer à cette période
1911-1912 est 1893, qui vit se produire 615 grèves entraînant la perte
de plus de 30 millions de journées de travail.



[Illustration: Gestes du Mexique: la réconciliation officielle et
publique des généraux Huerta et Orozco, au palais présidentiel de
Mexico.]

LA POLITIQUE AU MEXIQUE

A la veille de la réunion du congrès qui doit procéder à l'élection
régulière du président de la République mexicaine, les troubles
renaissent en ce pays qui, après avoir été si longtemps maintenu dans
l'ordre par la poigne de fer de Porfirio Diaz, semble revenir à la
tradition des pronunciamentos. On considère, néanmoins, jusqu'à présent,
que le neveu de Porfirio, le général Félix Diaz, qui, avec le général
Huerta, fit la dernière révolution, conserve les plus grandes chances
d'être élu. En attendant, c'est le général Huerta qui continue de
détenir le pouvoir. C'est--il l'a prouvé--un homme rude, et que les
scrupules de légalité embarrassent peu. On le dit habile à pratiquer la
politique intérieure mexicaine. En tout cas, il a réussi à amener à
composition le fameux général Orozco, celui-là même dont nous avons
publié récemment le portrait, un fusil à la main et une cartouchière à
la ceinture. Les rebelles d'Orozco étaient en principe des gens
paisibles, puisqu'ils réclamaient simplement l'application des lois
agraires! Le général Huerta lui-même n'en dut pas moins tenir contre eux
dans le Nord une campagne très pénible ces derniers temps. Enfin, les
deux ennemis se sont réconciliés. Le 17 mars dernier, au palais
présidentiel, Orozco, en redingote, a reçu de son ex-adversaire une
large accolade, à la mode hispano-américaine.

Ce qui ne veut pas dire, hélas! que la révolution soit terminée. Le chef
Zapata, et d'autres chefs, inconnus hier, et peut-être gouverneurs ou
ministres demain, tiennent de nouveau la campagne. Un récent télégramme
annonçait le pillage d'un train et le massacre des voyageurs. Aussi tous
les Mexicains d'ordre et de travail et les étrangers souhaitent-ils
qu'un gouvernement ferme, sinon une dictature, soit rétabli sans tarder
et que l'on puisse à nouveau connaître la sécurité que sut maintenir la
longue présidence de Porfirio Diaz.



LA TOURNÉE DE M. SILVAIN

C'est le propre des incidents de théâtre d'être aussi retentissants que
promptement oubliés... Peut-être a-t-on déjà un peu perdu le souvenir
des démêlés qu'eut, le mois dernier, au moment de son départ pour une
longue tournée, M. Silvain avec la Comédie-Française. Ayant commencé son
voyage par quelques villes du Midi, l'excellent tragédien, sociétaire
infatigable, dut par deux fois, et à deux jours d'intervalle, regagner
Paris pour y venir jouer Louis XI. Et l'on a pu calculer que le
vice-doyen de la Maison avait ainsi parcouru plus de 3.000 kilomètres en
quatre-vingt-onze heures,--record que n'aurait point permis l'antique
chariot de Thespis.

Depuis lors, la tournée de M. Silvain en Algérie et en Tunisie s'est
poursuivie sans encombre. C'est de Guelma que nous arrive aujourd'hui
l'écho de ses succès. Il y a représenté, le 1er mai, sur la scène du
théâtre romain de Calama, une oeuvre dont il est l'auteur, en
collaboration avec M. Jaubert, l'_Andromaque_ d'Euripide, traduite et
adaptée par leurs soins. L'éclat de l'interprétation, en tête de
laquelle figurait, aux côtés de M. Silvain dans le rôle du vieux Pelée,
Mme Louise Silvain en Andromaque, la nouveauté de la pièce, non encore
donnée en public, avaient attiré de nombreux spectateurs, qui firent
fête aux deux artistes et à leur troupe. Une de nos photographies montre
une scène de la pièce, dans un décor adroitement reconstitué, où l'on
voit, à gauche, le palais de Néoptolème et à droite le temple de Thétis,
à Phtie, en Thessalie.

[Illustration: Le sociétaire de la Comédie-Française en voyage: M.
Silvain.]

[Illustration: Une représentation d'_Andromaque_ (d'après Euripide) au
théâtre romain de Calama: Mme Silvain, sur les marches du temple de
Thétis.]

LA TOURNÉE DE M. ET Mme SILVAIN EN TUNISIE.--_Photographies C. Nataf._



LE RAID HIPPIQUE BIARRITZ-PARIS

Le raid hippique des officiers de la réserve et de l'armée territoriale
avait fait ressortir, en 1911 et en 1912, des qualités d'endurance
remarquables; la course de 1913 adonné des résultats tout à fait
exceptionnels.

L'épreuve comportait le voyage de Biarritz à Paris; mais le trajet de
Biarritz à Bordeaux constituait un exercice d'entraînement n'appelant
aucun classement; la véritable course commençait à Bordeaux. Pour la
première fois, aucune limite de vitesse n'avait été imposée aux
concurrents. Guidés par une science hippique déjà éprouvée, nos
officiers purent ainsi demander à leurs chevaux l'effort maximum, et,
malgré cela, sur 84 concurrents partis de Biarritz, 62 arrivèrent à
Versailles.

[Illustration: Biarritz-Paris à cheval: le sous-lieutenant Crespiat et
sa jument _Bibi_.]

La première place est revenue au sous-lieutenant Crespiat, du 1er
régiment de chasseurs, qui, parti de Bordeaux le lundi 21 avril, à 5
heur s du matin, arrivait à Versailles le jeudi à 3 heures de
l'après-midi, ayant couvert exactement 560 kilomètres en quatre-vingts
heures, soit une moyenne d'environ 163 kilomètres par jour pendant trois
jours et demi.

Les capitaines Lebrun, Nathan, Doussaud et les lieutenants d'Amboix de
Larbon, Pichon, Jabat, Guyot, Fabre, du Halgouët, Caillât, classés
immédiatement après le vainqueur, avaient eux-mêmes soutenu un train
d'environ 140 kilomètres par 24 heures.



[Illustration: QUAND ON EST DE MAUVAISE HUMEUR, par Henriot.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3663, 10 Mai 1913" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home