Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3666, 31 Mai 1913
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3666, 31 Mai 1913" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 3666, 31 Mai 1913

LA REVUE COMIQUE, par Henriot.

Ce numéro contient:
lº LA PETITE ILLUSTRATION, Série-Théâtre nº 9: L'HABIT VERT, de MM.
Robert de Fiers et G.-A. de Caillavet;
2° Quatre pages non brochées: LA SCULPTURE AU SALON DE 1913;
3° UN SUPPLÉMENT ÉCONOMIQUE ET FINANCIER de deux pages.

L'ILLUSTRATION
_Prix du Numéro: Un Franc._
SAMEDI 31 MAI 1913
_71e Année.--N° 3666._

[Illustration: UN BRAVE PARMI LES BRAVES Achille Delannoy, patron du
canot de sauvetage de Calais, décoré de la Légion d'honneur le 25 mai.
_Voir l'article, page 503._]



COURRIER DE PARIS

LES JARDINS

Il est fort à la mode en ce moment de se bouleverser des jardins. On ne
parle que d'eux, des dangers qu'ils courent, de leur gloire, de leur
beauté, de l'art qui doit régir leur composition. Ils obtiennent chaque
jour des amis, des défenseurs et des apôtres nouveaux, et plus d'un
citadin profane qui, en se couchant, ne se doutait pas de ce que c'était
qu'une plate-bande, se réveille à la rosée du lendemain avec une âme
jardinière.

Bien que j'en éprouve une joie sans malice, je suis un peu étonné que
l'on semble s'aviser seulement à cette heure des indispensables jardins,
de leur importance et de leur nécessité. Comme, depuis que le monde est
monde, ils couvrent sur la terre une bonne moitié du sol, si ce n'est
plus, ils méritent aussi de tenir dans notre existence intellectuelle et
sentimentale une place qui ne sera jamais trop grande. Ne sont-ils pas
l'embellissement naturel d'une destinée au même degré que d'un site? Ils
ont été faits et voulus pour accompagner un esprit et clore, sans
l'emprisonner, un coeur, autant que pour agrémenter une maison ou
entourer un château. C'est la ceinture végétale de notre nudité. Nous
avons besoin de jardins pour nous promener dans les idées et dans les
sentiments, et vivre loin d'eux est funeste à qui désire une bonne
respiration morale. Aussi ai-je toujours été curieux, avant de faire la
connaissance de quelqu'un, de savoir si, au moins, «son appartement
intérieur» _donnait sur des jardins_, car c'est l'essentiel, la vraie
vue qu'il convient de posséder pour goûter, dans sa plénitude, le charme
pur et profond de la vie. Tout le monde n'a pas la chance ou le
privilège d'ouvrir ses fenêtres sur des arbres et des gazons, mais tout
le monde peut aimer les jardins, et grâce à cet amour, voir se dérouler
des tapis d'un vert éternel, et se balancer une branche et neiger des
roses...

Si nous étions plus adroits et moins ingrats, si nous gardions bien le
simple souvenir de tous les jardins qui nous ont passé par les yeux, qui
ont une minute été toucher notre âme et que nous n'avons pas su retenir,
quel vaste et délicieux domaine n'aurions-nous pas pour errer aux heures
d'isolement?... car il va de soi qu'au figuré comme au réel, après le
suprême et incomparable bonheur d'être deux dans la complicité du
jardin, le plus doux est d'y être seul. Qui de vous, dites-moi, même
jeune, et quel que soit son âge, n'a déjà en soi et derrière soi, tout
un mémento de bosquets, de grandes allées, de petits chemins, de
berceaux, d'ombrages tremblants et de vives fleurs? Qui de nous ne
pourrait, s'il lui en venait le caprice, écrire «Mes jardins»,
l'histoire de ses jardins dont il nous conterait qu'il fut le captif
volontaire, le Silvio Pellico tendrement ravi?

Premiers et vagues jardins de la trébuchante enfance, au milieu
desquels, un jour, nous fûmes tout à coup révélés à nous-mêmes, où notre
bout de nez plongé dans une fleur, nous avons soudain senti et respiré
le parfum spécial de notre existence qui nous montait au front et se
répandait en nous pour nous obséder toujours... Jardins de plus tard, où
nous marchons et regardons alors sans le secours de personne, jardinet
clos de murs croulants chez une vieille tante en province, carré de
légumes et de pâquerettes, de gueules-de-loup et de pensées blanches qui
me semblait une immensité à perte de vue... au delà de laquelle
j'imaginais de merveilleux pays, qui était pour moi le vestibule fleuri
de l'univers.

Et puis ce sont les Tuileries à cerceaux et à ballons du commencement de
ma jeunesse, les Tuileries dont je percevais déjà, sans l'approfondir ni
pouvoir l'exprimer, l'altière et mélancolique grâce, la noblesse un peu
triste. C 'est là que, pour la première fois, dans une langoureuse
ivresse, vous m'avez arrêté, déesses de pierre, faunes engainés,
graciles coureurs à tête ronde lancés en avant sur la pointe d'un orteil
brisé, avec un pigeon sur le poignet dé votre bras tendu... C'est là que
j'ai appris les vastes arbres centenaires qui superposent leurs rameaux
pleins des murmures du passé, les fleurs qui font de beaux dessins, le
jet d'eau royal, sceptre liquide qui secoue des pierreries dans l'air et
asperge de diamants l'aile des oiseaux... et vous aussi chaises aux
pailles arrachées, chaises rustiques à la Rousseau, groupées par
endroits dans le creux ménagé au bas d'un gros tronc noir, pour y faire
cuvette aux jours d'arrosage. Il y en avait toujours une de renversée, à
l'écart, comme si elle s'était battue avec les autres et qu'elle n'eût
pas été la plus forte. Elle me faisait penser à la Révolution et je n'ai
jamais pu la regarder ainsi à terre sans me représenter un des Suisses
du 10 août, étendu sur le dos dans le jardin, où des coups de fusil
perdus font tomber des feuilles...

... Retraites ombreuses du Luxembourg qui sentiez si bon les matins et
les soirs du temps où j'aspirais l'odeur des premières convoitises...

Et je n'ai pas parlé, avant, des chers jardins des maisons familiales,
des jardins de vacances où l'on a joué dans une innocente ardeur avec
d'adorables petites filles que l'on s'est souvenu plus tard d'avoir
aimées, sans le savoir, dont les bras nus égratignés par les épines, et
les cheveux flottants où restait une feuille morte, vous repassent
devant la pensée, trente ans après, dans des allées où on ne court plus.

C'était l'époque aussi des jardins de pensionnat où l'on se mettait si
promptement en nage et où l'on buvait, en manches de chemise, à la
pompe, l'eau la plus fraîche qui jamais vous coulera le long du cou,...
des jardins de l'Abbaye où l'on avait une soeur «dans la classe bleue».

Et puis on s'est lancé bientôt dans les routes qui vont loin... on a
élargi ses promenades, on a pris des voitures et des trains, et on a
successivement connu, les uns après les autres, les grands jardins
réservés dont les noms vous terrassent quand on les prononce... Une
fois, dix, vingt fois et plus, on a visité, sans jamais les connaître et
les posséder complètement, ces villes de verdure, ces capitales de la
flore, de la perspective et du point de vue, ces prises d'horizon, ces
captations de lumière, d'ombre, d'espace et d'eau qui s'appellent avec
tant de solennelle majesté Versailles, Saint-Cloud, Chantilly,
Compiègne, Fontainebleau... on a vu les jardins de la Loire, ceux des
ruines et ceux des châteaux, des anciennes terres princières... les
jardins blasonnés qui paraissent, eux aussi, descendre des croisades, et
dont les traditionnelles beautés de race, respectées et transmises,
montrent des roideurs héraldiques, des ordonnances d'écusson. Chaque
parterre est un _quartier_. Ah! les jardins, les jardins!... Que ce mot
prononcé, traîné, lentement, un peu bas, d'une voix qui désire et
soupire et qui prend le ton de la volupté, que ce mot suffit donc à
propager en nous une indicible extase! Avez-vous pensé jamais au séjour
affreux que serait la terre, inhabitable sans les jardins? Et sans eux
que serait aussi tout ce qui vient du coeur? Que seraient l'amitié, la
tendresse, l'amour...? l'amour dont ils sont le pays indiqué, le suave
domaine et le bleu décor, la chambre à ciel ouvert? On ne peut faire un
pas en dehors de soi sans trouver la petite porte battante ou la grille
du jardin, sans entrer dans un jardin... Nous sommes entourés par les
masses de verdures de ce mot touffu, magique et prodigieux.

Si nous voulons aller du côté sentimental, aussi bien dans le passé que
dans le présent, nous ne rencontrons que des souvenirs de jardin...
C'est au jardin que nous avons été nous cacher et nous réfugier
haletants, échappés de nous-mêmes, pour mener un jeu, rêver, écouter
chanter notre âme par la voix du rossignol, dire tout haut des vers qui
nous étourdissaient, et guetter une robe, cueillir une main, ou pleurer,
le front sur un arbre auquel on racontait sa peine...

Et, si nous voulons aller vers l'art, nous sommes tenus de passer à tout
instant par des jardins... jardins de Breughel et de Léonard, de Cranach
et du Poussin, jardins des Primitifs, qui ne perdent pas un pouce de la
fenêtre où ils viennent si gentiment se serrer et s'encadrer, jardins
des tableaux du grand siècle qui paraissent dessinés à la Vauban,
jardins de Watteau, d'Hubert Robert et de Fragonard,... et combien
d'autres!

Irons-nous à l'histoire? Elle est pleine aussi de jardins... qui
feraient un livre au titre embaumé... jardins de Cléopâtre et de
Sémiramis... petits jardins et préaux fleuris des temps gothiques,
jardins magnifiques et somptueux de la Renaissance, jardins de Philippe
II et de François Ier, du cardinal d'Amboise et de Richelieu, de Louis
XIV et du Régent, de Marie-Antoinette et de la du Barry... jardins
d'Espagne, jardins d'Italie, jardins d'Orient... jardins mystiques de la
foi, ceux des couvents, du cloître et du missel, des marges de
l'antiphonaire... Et jardin sévère de Jésus-Christ... jardin sans fleurs
des Oliviers...

Les jardins sont partout... partout... Il faudrait plus d'un an pour les
énumérer. Ils couvrent le passé, le présent, l'avenir... ce monde-ci et
l'autre... Car sans oser rien préjuger du mystère futur... on peut dire
avec certitude et sans se tromper, que le paradis _sera un jardin..._
Plus beau que ceux d'en bas et les surpassant tous, il en rappellera
cependant un peu, pour notre récompense, les humaines délices... Et si
des fleurs insoupçonnées nous attendent aux divins bosquets, du moins
celles de la terre, je le pense, ne seront pas oubliées. Il est
impossible, sans sacrilège, d'admettre un paradis qui n'aurait pas de
roses... La Vierge s'y plairait moins...

Et nous y verrons aussi des cyprès, mille fois millénaires, en forme de
clochers... et des jets d'eau montant toujours, toujours... et de grands
papillons à tête d'archange, d'un bleu tout nouveau... bleu d'éternité.

Henri Lavedan.

_(Reproduction et traduction réservées.)_



UN BRAVE: LE PATRON DELANNOY

La Société centrale de Sauvetage des naufragés tenait, dimanche dernier,
dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, son assemblée générale, sous
la présidence de M. Georges Pallain, gouverneur de la Banque de France,
remplaçant M. l'amiral Duperré, légèrement indisposé. Le président de la
République y était représenté par le lieutenant-colonel Aldebert, le
ministre de la Marine par le vice-amiral de Jonquières.

A cette émouvante fête annuelle, la fête de l'héroïsme, une assistance
nombreuse se pressait, vibrante, frissonnante à chaque instant au récit
des exploits que lui narrait d'une voix chaleureuse, dans un rapport
impressionnant, M. Busson-Billault, ancien bâtonnier de l'ordre des
avocats, administrateur de la Société.

Le premier héros qu'il nomma est François-Achille Delannoy, patron du
canot de sauvetage de Calais. Un vrai brave, on peut l'affirmer, sous
une solide étoffe; une âme sans peur dans un corps d'athlète. Dans sa
carrière de sauveteur, commencée voilà quarante-deux ans, il a arraché
aux flots, à la mort, _cent quatre-vingt-seize_ personnes, des marins
comme lui, des compatriotes quelquefois, des frères, et aussi des
Anglais, des Norvégiens, des Italiens, des Eusses... Quelle nation du
monde n'est pas redevable à ce vaillant d'avoir conservé quelqu'un de
ses fils?

En sa faveur, la Société centrale, depuis qu'elle le distingua, en 1871,
a épuisé toutes les récompenses dont elle dispose. Elle a dû, cette
année, recourir au gouvernement et solliciter de lui la consécration
suprême. Elle eut la joie de l'obtenir: le président accrocha sur le
chandail de laine bleue du marin, tout scintillant déjà de vingt-sept
médailles et décorations diverses, et où les rubans mêlaient toutes les
couleurs de l'arc-en-ciel, la croix de la Légion d'honneur. Delannoy
reçut les larmes aux yeux la double accolade de M. Georges Pallain et de
l'amiral de Jonquières. Un tonnerre de bravos roula sous l'immense
plafond, et se prolongea longuement, jusqu'à l'instant où le nouveau
chevalier rejoignit sa place et tomba dans les bras de sa fidèle
compagne, en blanche coiffe boulonnaise, qui l'étreignait à plein coeur.

Après Delannoy, ce furent dix, vingt autres, dont le plus jeune n'a pas
quinze ans, et dont on ne sait lequel admirer le plus. Ce sont Riou,
Jégou, Cloarec, rudes Bretons qui, à eux trois, dans la tempête du 30
septembre, sauvèrent cinquante-six personnes; c'est Leprêtre, de
Gravelines, qui pour avoir, par une nuit sinistre, sauvé avec ses
camarades du bateau de sauvetage, huit hommes sur une barque en
perdition--une épave, déjà--reçoit la médaille d'or de l'amiral de
Jonquières; c'est Hougard, de la Turballe, c'est le capitaine Casanova,
des Messageries Maritimes, qui, le 20 juin, sauve et recueille les _cinq
cent trente-neuf_ marins et passagers du navire allemand _Queula_,--et
voilà pourquoi le comte Perponcher représente sur l'estrade
l'ambassadeur d'Allemagne. Car tous ces gens, Delannoy en tête, on l'a
vu, sont, eux aussi, internationalistes, comme se proclamaient nombre de
ceux qui, à la même heure, manifestaient en d'autres lieux contre la loi
de trois ans, au nom des grands principes. Seulement, leur manière est
différente, par bonheur.

La cérémonie se termina par la présentation du «challenge de
l'héroïsme», créé par notre confrère le _Matin_, dédié _Aux marins
sauveteurs de France pour glorifier l'héroïsme français_. C'est un
magnifique objet d'art, oeuvre des frères Falize, qui a été attribué,
pour la première fois, aux marins de Saint-Guénolé-Kérity, Riou, Jégou,
Cloarec et leurs camarades du bateau de sauvetage, et qui va orner, un
an, le beau phare d'Eckmühl, à Penmarch.



LE BOURGMESTRE LÉGIONNAIRE

Le cas de ce bourgmestre allemand qui, il y a quelques semaines,
s'engagea dans notre légion étrangère, a déjà fait couler beaucoup
d'encre. Les journaux quotidiens ont raconté comment M. Paul Tromel,
bourgmestre d'Usedom, après avoir assisté, le 28 mars dernier, à une
séance du conseil d'arrondissement de Swinemunde, se rendit à Berlin,
d'où il écrivit à son adjoint d'Usedom de vouloir bien se charger des
affaires courantes. Puis, il quitta l'Allemagne et l'on perdit sa trace
jusqu'au jour où l'on apprit que, sous le nom de Funze, M. Tromel avait
contracté un engagement dans la légion étrangère. Là-dessus, les
feuilles allemandes ne manquèrent point cette occasion de renouveler
leurs coutumières attaques contre notre légion, et le cas de M. Tromel
donna lieu aux plus fantaisistes versions.

On affirmait, notamment, que le bourgmestre d'Usedom avait été «racolé»
à Paris et dirigé sur la légion en même temps qu'un autre Allemand
originaire de Tilsitt. Celui-ci se serait évadé à Marseille, mais Tromel
n'aurait pas osé suivre cet exemple. Cependant, il aurait prié le
déserteur d'agir pour lui en Allemagne. Et là-dessus, toute la presse
pangermaniste de mener grand train.

Or, il est résulté des premières informations précises reçues de Saïda,
où tient actuellement garnison le soldat de 2e classe du 2e étranger
Paul Tromel, que ce dernier, non seulement s'était engagé à la légion
dans toute la lucidité de son esprit, mais encore qu'il assurait s'y
trouver parfaitement bien et ne demandait qu'à continuer la vie qu'il
s'y était faite. Ce qui était confirmé par une déclaration écrite dudit
Paul Tromel, déclaration datée du 16 mai dernier, et dont nous
reproduisons plus bas le fac-similé. Enfin, ces derniers jours, les
journaux allemands voulaient bien annoncer eux-mêmes que l'adjoint
d'Usedom venait de recevoir de Tromel une carte postale illustrée
portant ces mots:

_«Je vous adresse en signe de vie mes salutations. Je supporte très bien
le service. Je pense souvent à vous. Mille choses pour vous et votre
famille. De votre: Paul Tromel._

Donc, il apparaît bien que l'incident est clos. Le nom du bourgmestre
d'Usedom allonge simplement la liste de ceux de ses compatriotes qui ont
voulu, comme lui, changer leur destinée et vivre, dans notre légion, la
vie militaire française, dont, apparemment, on ne leur avait point dit
que du mal.

[Illustration: M, Paul Tromel, bourgmestre d'Usedom, soldat de 2e classe
à la légion (2e rég. étranger).]



A LA MÉMOIRE DE NOS SOLDATS
INDIGÈNES D'ALGÉRIE.

Sous les auspices du «Souvenir français», et grâce à l'heureuse
initiative d'un officier du 4e tirailleurs, le capitaine Mennetrier, un
monument vient d'être élevé, au cimetière musulman de Bône, à la mémoire
des soldats indigènes morts au service de la France. C'est une blanche
«Koubba» de style mauresque, décorée de faïences; à l'intérieur, se
dresse un mausolée, dont la stèle porte une inscription en arabe rédigée
par un «thaleb», suivant le rite coranique.

[Illustration: Monument élevé, au cimetière musulman de Bône, à la
mémoire des soldats indigènes morts pour la France.]

Ce monument, conforme à la tradition musulmane, est le premier qui, sur
la terre d'Afrique, soit consacré aux héros de notre armée algérienne
tombés au champ d'honneur. L'hommage qui leur est ainsi officiellement
rendu ne pouvait manquer de toucher les populations indigènes: aussi la
cérémonie d'inauguration a-t-elle été pour elles l'occasion d'une
manifestation de loyalisme, qu'elles ont tenu à rendre d'autant plus
éclatante que, quelques jours auparavant, nos commissions de recrutement
avaient procédé, dans la région même, aux opérations de la conscription.

Devant la Koubba, de nombreux discours furent prononcés. Parlant au nom
du «Souvenir français», M. Délaye indiqua qu' «au moment où nous faisons
un plus large appel aux soldats indigènes de notre Afrique du Nord, il
était nécessaire de montrer à nos sujets musulmans que la France se
souvient et sait honorer la mémoire de tous ceux qui meurent pour elle».
M. Bulliod, représentant la municipalité de Bône, évoqua, avant M.
Laromer, président de la Société des «Vétérans de 1870-1871», les fastes
glorieux de nos troupes algériennes. Puis M. Mardassi Brahim, notable
musulman, dans une belle allocution patriotique, proposa à ses jeunes
coreligionnaires l'exemple de Saïd ben Béchir, ce «turco» du 3e
tirailleurs qui s'illustra à la défense de Bazeilles. Et, enfin, M.
Chérif-Cheikh, conseiller municipal et président du comité du monument,
fit noblement valoir que, si nos soldats indigènes sont, par eux-mêmes,
courageux et prêts à tous les sacrifices, ils doivent aux officiers
français qui les conduisent et qui leur apprennent à se battre de former
une irrésistible élite.

[Illustration: Autographe de la déclaration écrite et signée, à Saïda,
le 16 mai dernier, par M. Paul Tromel.]

[Illustration: LE MARIAGE DE LA FILLE DE GUILLAUME II.--Dîner de gala
dans la Salle Blanche du château royal de Berlin. A gauche, de bas en
haut: la princesse impériale (femme du kronprinz), le duc de Cumberland,
la reine Marie d'Angleterre, l'empereur d'Allemagne, la duchesse de
Cumberland (cachée par un valet), le prince impérial d'Allemagne; à
droite, de bas en haut: la princesse Cécile Henri de Prusse, le roi
d'Angleterre, l'impératrice d'Allemagne, le fiancé (prince Ernest de
Cumberland), la fiancée (princesse Victoria-Louise), l'empereur de
Russie, la grande-duchesse de Bade, etc.--_Dessin de J. MATANIA, envoyé
spécial à Berlin du journal illustré anglais_, The Sphere.]

Le mariage civil et religieux de la princesse Victoria-Louise, fille de
l'empereur Guillaume II, avec le prince Ernest-Auguste de Cumberland,
due de Brunswick-Lunebourg, fils du duo de Cumberland, chef de la maison
dépossédée de Hanovre, a été célébré en grande pompe, le samedi 24 mai,
au château royal de Berlin. Les souverains anglais et le tsar, venus
exprès dans la capitale allemande, assistèrent aux diverses cérémonies
en même temps que cinquante grands-ducs, grandes-duchesses et princes de
maisons régnantes. Notre gravure donne une vision du fastueux dîner qui,
dans la Salle Blanche du palais, réunit, le 22 mai au soir, ces hôtes
augustes autour des jeunes fiancés dont l'union symbolisait la
réconciliation des Guelfes et des Hohenzollern. On annonce, en effet,
déjà, que, d'ici à peu de mois, le jeune prince Ernest-Auguste, le mari
de la fille du kaiser, sera remis en possession de tous les droits de sa
famille sur le duché de Brunswick qu'administre actuellement et
provisoirement une régence.



[Illustration: East river, les docks et le pont de Brooklyn.]

NEW-YORK ENTREVU PAR UN BARBARE D'ORIENT

Copyright by Pierre Loti, 1913.

Samedi, 21 septembre 1912.

Le jour se lève. L'hélice du paquebot qui m'amène a ralenti son
tournoiement fébrile: évidemment nous arrivons, nous sommes devant
New-York.

Et, comme par un pressentiment qu'une grande chose extraordinaire va
passer, j'ouvre la fenêtre de ma cabine. En effet, là-bas, en face, une
sorte de colosse de Rhodes, une femme exaltée se dresse sur le ciel, le
bras tendu dans un geste magnifique. Sans l'avoir jamais vue, je la
reconnais, il va sans dire: la statue de la Liberté, qui veille à
l'entrée de l'Hudson. Elle est haute comme une tour. Les pluies et les
vents lui ont déjà donné la patine vert-de-gris des antiques déesses de
l'Égypte. Sur un piédestal en pierres roses, aussi grand qu'une
citadelle, elle surgit, pâlement verdâtre, dans le brouillard du matin
et dans les fumées que le soleil dore. Elle est superbement symbolique
et terrible. On dirait qu'elle fait à l'univers entier des signes
d'appel; on dirait qu'elle crie: «Hurrah! C'est ici la porte! Hurrah!
Entrez tous dans la fournaise! Jetez-vous tête baissée dans le gouffre
des affaires, du bruit, de l'agitation et de l'or!»

Et le voici qui s'ouvre devant nous, ce gouffre quasi infernal. Jadis,
ce n'était que l'entrée d'une large rivière, entre des roseaux et des
arbres. Aujourd'hui c'est quelque chose qui, pour mes yeux épris
d'Orient et de lignes pures, tient du cauchemar, mais arrive quand même
à une sorte de beauté tragique, par l'excès même de l'horreur. Mille
tuyaux crachent des fumées noires ou des vapeurs en tourbillons blancs,
qui se mêlent, qui s'enroulent, qui embrouillent l'horizon comme sous
des sarabandes de nuages. Le long des deux rives, à perte de vue,
s'alignent les docks couverts, qui sont de gigantesques carcasses toutes
pareilles, en ferraille couleur de deuil. Partout des inscriptions
accrocheuses s'étalent en lettres de dix mètres de haut, les unes
blanches ou rouges sur les fonds noirs, les autres aériennes soutenues
par des charpentes d'acier. On est assourdi par des sifflets stridents,
des plaintes gémissantes de sirènes, des grondements de moteurs, des
fracas d'usines. Et, au-dessus de tout cela que tant de fumées
enveloppent, plus haut, plus haut, comme des géants poussés trop vite et
trop efflanqués, des géants qui allongeraient démesurément le cou pour
mieux voir, les gratte-ciel surgissent effarants et invraisemblables,
les uns carrés, les autres pointus, les gratte-ciel à trente, quarante
ou cinquante étages, surveillant ce pandémonium par leurs myriades de
fenêtres...

[Illustration: La statue de la Liberté.]

Ah! on vient me réclamer ma «feuille d'entrée», un questionnaire que
chacun doit remplir avant d'être admis à poser le pied sur le sol
d'Amérique. Moi qui avais oublié! En hâte je griffonne mes réponses. Un
peu stupéfiantes, les questions: «Etes-vous anarchiste? Etes-vous
polygame? N'êtes-vous pas idiot? N'avez-vous jamais donné de signes
d'aliénation mentale? Possédez-vous plus de cinquante dollars de
patrimoine? Combien de condamnations avez-vous subies? etc..» De telles
précautions témoignent du juste souci qu'ont les Américains de ne pas
admettre chez eux les hôtes «non désirables» (undesirables),--et nous
devrions bien en faire autant à Tunis, pour les émigrants que nous
envoie chaque jour l'Italie.--C'est égal, ce formulaire suranné est un
peu naïf, car si l'on était idiot ou maboul, il est probable qu'on n'en
conviendrait pas, surtout par écrit.

                                 *
                                * *

[Illustration: Les toits de New-York.]

[Illustration: Les passerelles du Métropolitain.]

Deux ou trois heures plus tard, après d'interminables formalités de
douane et des batailles sur les docks contre des journalistes armés de
kodaks, je me trouve enfin au centre de New-York, confortablement
installé et très haut perché dans un hôtel à je ne sais combien
d'étages, où fonctionnent de prodigieux ascenseurs. Je domine de mes
fenêtres la plupart des bâtisses d'alentour, où tout est rouge, d'un
rouge sombre tirant sur le chocolat. Murs de briques rouges. Toits en
terrasses, sans tuiles bien entendu, mais couverts de je ne sais quel
«imperméable» peint en rouge,--et ce sont des promenoirs pour les
habitants, leurs chiens et leurs chats; des messieurs en bras de chemise
(car il fait très chaud, une chaleur mouillée de Gulf-Stream) y lisent
les journaux à dix pages, des ménagères y battent leurs tapis ou bien y
font sécher leurs lessives. Au-dessus des toits, un peu partout,
s'élancent des charpentes en fer pour soutenir en plein ciel les grandes
lettres des affiches-réclames, ou bien pour élever, comme à bout de
bras, les énormes tonneaux peints en rouge qui contiennent les
provisions d'eau en cas d'incendie. Trop de choses en l'air, vraiment,
trop de ferrailles, trop d'écritures zigzaguant sur les nuages. Et çà et
là, auprès ou au loin, des gratte-ciel se dressent isolés--sortes de
maisons-asperges, pourrait-on dire--qui font mine d'épier avec
indiscrétion tout ce qui se passe alentour. D'en bas m'arrive un
continuel vacarme; en plus des autos comme à Paris, c'est le
Métropolitain qui fonctionne sur de bruyantes passerelles en fer, à
hauteur de premier ou de deuxième étage; sans trêve, les trains se
poursuivent ou se croisent. Et il y en a d'autres en dessous, qu'on
entend rouler comme des ouragans dans les profondeurs du sol. C'est la
ville de la trépidation et de la vitesse! Regardés de mes hautes
fenêtres, les passants me semblent tout écrasés et courtauds. Les
femmes, avec la mode actuelle, disparaissent sous leur chapeau trop
large, ressemblent à un disque où des plumets s'agitent. Et, au milieu
de ces gens empressés qui cheminent le long des trottoirs, de tous
petits êtres décrivent des courbes folles: des «enfants à roulettes»
qui, déjà pris d'une frénésie d'aller vite, font du skating éperdument
sur l'asphalte.

Quatre heures, le moment où j'avais fait dire à des journalistes que je
les recevrais. Et il m'en arrive un, puis deux, puis dix, puis vingt,
puis trente!... Tous ont l'abord courtois et cordial, et bien volontiers
je leur tends la main. Mais où donc les mettre? Mon salon n'a plus assez
de chaises; qu'on ouvre ma chambre à coucher, on en fera asseoir sur mon
lit; pour les occuper, qu'on leur offre des cigarettes!

Et je suis sur le banc des accusés, au milieu de tout ce monde. Un seul
parle français et traduit aux autres mes paroles ahuries, qui sont
aussitôt notées sur des carnets. «Qu'est-ce qu'il a dit? Qu'est-ce qu'il
a dit?» Je n'aurais jamais cru que mes réparties, généralement ineptes,
pourraient être si précieuses.

--«Mon cher maître, voulez-vous d'abord nous exposer ce que vous pensez
des femmes américaines.»

--«Moi! Mais rien encore: je n'ai pas eu le temps de sortir, je n'en ai
vu qu'une seule, une femme de chambre rencontrée dans l'ascenseur, et
c'était une négresse!»

--«Bien. Écrivez: M. Pierre Loti diffère son jugement et demande à
réfléchir.»

A l'instant même, en voici deux qui font leur entrée, deux Américaines,
demoiselles journalistes, le kodak au cran de sûreté. Elles ont l'air
intelligent, éveillé, gracieux et d'ailleurs très comme il faut. Je les
fais asseoir à mes côtés; l'une d'elles s'excuse d'être encore en tenue
de voyage: c'est qu'elle arrive à peine du Congo, où elle était allée
chasser le rhinocéros... Et l'interrogatoire continue. La littérature,
l'hygiène, la politique, la religion et l'économie sociale, tout y
passe. Quelle haute idée ont-ils donc de mon omnicompétence, pour
enregistrer avec tant de soin mes plates réponses:

--«Mon cher maître, êtes-vous d'avis que la convention de Genève
autorisera l'emploi des aéroplanes militaires? Mon cher maître,
êtes-vous partisan de la castration pour les assassins, qu'un de nos
philanthropes vient de proposer?»

Les deux gentilles misses parlent français. Leurs questions
particulières s'entre-croisent avec celles de l'interprète général. Et
bientôt c'est le plus étourdissant des coq-à-l'âne, où se heurtent la
réélection de M. Fallières, les suffragettes, la castration des
assassins, la représentation proportionnelle et les randonnées du
rhinocéros. Que va-t-il sortir de ce tohu-bohu, et quel effet d'ensemble
cela donnera-t-il, en imprimé, dans les journaux de cette nuit?...

Mais j'avais pensé que ce serait assommant, et au contraire! C'est
d'ailleurs si nouveau pour moi, qui, en France, ne reçois jamais un
reporter, c'est si imprévu, si drôle, et ils ont si bonne grâce, que
vraiment je m'amuse. Quand ils sont tous partis, les grandes lettres que
j'aperçois par mes fenêtres, les grandes lettres dans le ciel,
commencent à éclairer le brumeux et lourd crépuscule, chaque inscription
prenant feu d'un seul coup, l'une en rouge, l'autre en bleu, l'autre en
vert; ce sont des réclames lumineuses et clignotantes; New-York en est
couvert et on m'a bien recommandé d'aller le soir admirer dans les rues
cette féerie quotidienne.

[Illustration: Broadway.]

[Illustration: Foule du samedi, à 5 heures de l'après-midi.]

[Illustration: New-York le soir, vu de Brooklyn.]

[Illustration: Un gigantesque panneau-réclame: course de chars romains
surmontant une maison.]

A neuf heures donc, je descends me mêler à la foule, sur les larges
trottoirs de Broadway. Malgré les costumes parisiens des femmes, malgré
les «complets» et les horribles «melons» pareils aux nôtres, ce n'est
pas la foule de Paris; les allures ont je ne sais quoi de plus décidé,
de plus volontaire, de plus excentrique aussi. Et quel méli-mélo de
toutes les races! On reconnaît au passage des Japonais, des Chinois
tondus à l'européenne, des Grecs, des Levantins, des Scandinaves aux
cheveux pâles.--Quelqu'un du pays me disait ce soir: «New-York n'est pas
encore tout à fait l'Amérique, il n'en est plutôt que le seuil, où
s'arrêtent d'abord en débarquant les foules disparates qui nous viennent
d'Europe. A la seconde génération, quand tous ces gens se sont mêlés,
croisés, nous voyons naître alors de vrais Américains qui ont une
cohésion parfaite et l'amour de leur patrie nouvelle, vérifiant la
devise «_e pluribus unum_». Ceux-là se fixent plus volontiers dans nos
villes de l'intérieur, où il faut aller pour se sentir vraiment aux
Etats-Unis, et voir la race entreprenante et forte, rajeunie comme un
arbre taillé, qui résulte du mariage de toutes ces énergies.»--Beaucoup
de femmes élégantes, sur les trottoirs de Broadway, et beaucoup de très
belles, du moins quand elles ne sont pas crûment éclaboussées par de
blêmes soleils électriques leur donnant des teints de cadavres; mais
trop de négresses, en vérité; à chaque instant, sous quelque grand
chapeau garni de roses, passe une figure toute noire. Les opulentes
boutiques, les étalages derrière d'immenses glaces, sont comme le long
de nos boulevards. Mais l'électricité qui ruisselle ici, qui règne en
souveraine, est mille fois plus agressive que chez nous; il semble que
tout vibre et crépite sous l'influence de ces courants innombrables,
dispensateurs de la force et de la lumière; on est comme électrisé
soi-même et un peu frémissant. Mon Dieu, que de bruit dans Broadway!
Presque sans trêve, il faut se résoudre à entendre courir en vertige
au-dessus de sa tête, sur les vibrantes passerelles de ferraille, des
files de wagons-monstres, bondés de monde et étincelants de feux. En
revenant d'ici, Paris va me sembler une bonne vieille petite ville
arriérée et calme, aux maisonnettes basses; d'ailleurs aucune de ses
illuminations du 14 juillet n'approche des fantasmagories qui, les soirs
quelconques, se jouent à New-York. Partout des lumières multicolores,
qui changent et scintillent, formant et déformant des lettres; elles
dégringolent en cascade du haut en bas des maisons, ou traversent les
voies comme des banderoles tendues. Mais c'est en l'air surtout qu'il
faut regarder--malgré le fracas souterrain des trains express qui vous
feraient baisser instinctivement les yeux vers le sol--c'est en l'air,
au faîte des extravagantes bâtisses, au-dessus des toits; là sont les
réclames lumineuses, qui remuent par des trucs nouveaux, les visions qui
dansent. Un marchand de je ne sais quoi a surmonté sa boutique d'une
course de chars romains où l'on voit des chevaux gigantesques agiter
avec frénésie leurs pattes de feu. Un marchand de parapluies a érigé une
bonne femme qui gesticule avec son ombrelle ouverte. Un marchand de
mercerie exhibe un énorme chat, tout en feu jaune, qui dévide un peloton
de feu rouge et s'entortille avec le fil. Un marchand de brosses à
dents, le plus cocasse de tous, fait gigoter dans le ciel un diablotin
qui roule des prunelles de feu vert, en brandissant de chaque main une
brosse de 10 mètres de long... Vite, vite, les apparitions se dessinent,
se démènent, s'effacent, reviennent, vite, si vite que le regard se
trouble à les suivre. Et de temps à autre, au bout d'un gratte-ciel non
éclairé, qui montait invisible dans l'atmosphère de brume et de fumée,
quelque affiche géante, que l'on dirait suspendue comme une
constellation, éclate en feu rouge, vous martèle un nom dans l'esprit,
et se hâte de s'éteindre. Tout cela, pour ma mentalité d'Oriental, est
déroulant et même un peu diabolique; mais c'est si drôle et en même
temps si ingénieux, que je m'amuse et presque j'admire...

Dimanche, 22 septembre.

Ce que je vais raconter de ma première nuit de New-York fera sourire les
Américains; aussi bien est-ce dans ce but que je l'écris. Dans un livre
du merveilleux Rudyard Kipling, je me rappelle avoir lu les épouvantas
du sauvage Mowgli la première fois qu'il coucha dans une cabane close:
l'impression de sentir un _toit_ au-dessus de sa tête lui devint bientôt
si intolérable, qu'il fut obligé d'aller s'étendre dehors à la belle
étoile. Eh! bien, j'ai presque subi cette nuit une petite angoisse
analogue,--et c'étaient les gratte-ciel, c'étaient les grandes
lettres-réclames au-dessus de moi, c'étaient les grands tonneaux rouges
montés sur leurs échasses de fonte; trop de choses en l'air, vraiment,
pas assez de calme là-haut. Et puis, ces six millions d'êtres humains
tassés alentour, ce foisonnement de monde, cette _superposition_ à
outrance oppressaient mon sommeil. Oh! les gratte-ciel, déformés et
allongés en rêve! Un en particulier (celui du trust des caoutchoucs, si
je ne m'abuse), un qui surgit là très proche, un tout en marbre qui doit
être d'un poids à faire frémir! Il m'écrasait comme une surcharge, et
parfois quelque hallucination me le montrait incliné et croulant...

[Illustration: Des gratte-ciel.]

[Illustration: Un coin de Central Park.]

C'est dimanche aujourd'hui; le matin se lève dans une brume lourde et
moite; il fera une des chaudes journées de cette saison automnale qu'on
appelle ici «_l'été indien_». Sur New-York pèse la torpeur des
dimanches anglais et, dans les avenues, les voitures électriques ont
consenti une trêve d'agitation. Rien à faire, les théâtres chôment et
demain seulement je pourrai commencer à suivre les répétitions du drame
qui m'a amené en Amérique. Mais dans le voisinage, tout près, il y a
Central Park, que j'aperçois par ma fenêtre, avec ses arbres déjà
effeuillés; j'irai donc là, chercher un peu d'air et de paix.

Central Park est comme un bois de Boulogne ouvert en pleine ville, avec
des allées pour les cavaliers, des allées pour les autos, d'immenses
prairies pour le football, et des recoins presque solitaires pour les
idylles.

[Illustration: Un promeneur et un écureuil dans Central Park.]

Les feuillages sont les mêmes qu'en France, mais flétris par un plus
précoce automne, après un été plus brûlant. Çà et là des blocs de
rochers noirs se lèvent, comme s'ils avaient crevé les pelouses, et
c'est le sol même de New-York qui reparaît à nu, ce sol dur et homogène
qui a favorisé la hardiesse des maisons à trente ou quarante étages,
écrasantes de lourdeur. Le parc est tellement grand que parfois on se
croirait en pleine campagne, si toujours un ou deux gratte-ciel dans le
lointain n'élevaient au-dessus de la cime des arbres leurs têtes
indiscrètes, semblables à des maisons chimériques du pays de Gulliver...
Les gens élégants doivent avoir fui la ville, car je ne rencontre
aujourd'hui que des petits bourgeois endimanchés, des «enfants à
roulettes», d'austères vieilles misses à lorgnon qui doivent être des
institutrices. Et solitairement je vais m'asseoir au bord d'une allée.

A peine suis-je là qu'un bruit très léger me fait tourner la tête. A
côté de moi, sur mon banc, un amour de petit écureuil gris vient de
bondir, et il me regarde en faisant le beau, debout sur son
arrière-train, relevant sa belle queue de chat angora... Oh! en voici un
second, plus hardi encore» qui saute sur mes genoux! J'en aperçois aussi
qui courent sur l'herbe ou qui jouent dans les branches.--Et c'est une
des choses gracieuses et touchantes de New-York, cette tribu de petits
êtres libres qui a pris possession de Central Park et que tout le monde
protège; on leur bâtit des maisonnettes de poupée sur les arbres, les
promeneurs leur apportent des bonbons et des graines qu'ils viennent
manger à la main; rien ne les effraie plus, ni le galop des cavaliers,
ni le bruit de ces «enfants à roulettes», aussi gentils et effrontés
qu'eux-mêmes, qui font du skating sur l'asphalte de tous les sentiers.

Le déclin du jour amène pour moi d'intolérables mélancolies dans ce parc
d'automne, au milieu de cet humble petit monde du dimanche, qui est si
hétéroclite et qui m'est si inconnu; au-dessus des bosquets d'ombre, les
lointains gratte-ciel, rougis à la pointe par le soleil couchant, me
donnent une impression d'exil que je n'avais jamais éprouvée, même en
plein désert; les écureuils gris, par précaution contre les chats qui
vont bientôt rôder, remontent dans leurs maisonnettes suspendues; le
crépuscule commence à m'étreindre, et j'ai envie de m'enfuir vers les
rues plus animées où je coudoierai plus de monde. Je ne sais si déjà je
m'américanise, mais je sens ce soir qu'il me faut du mouvement et du
bruit.

[Illustration: L'armée du Salut.]

Dans les quartiers qui entourent le parc, toutes ces hautes maisons, que
de richesses elles étalent et quel luxe dominateur! C'est presque trop;
la proportion, la mesure manquent un peu. Les entrées où veillent des
mulâtres galonnés, sont de marbre ou de porphyre, avec des colonnades
grecques, byzantines ou gothiques, avec de lourdes et somptueuses
grilles en bronze ou en fer forgé qui feraient honneur à nos
cathédrales. Et tout cela vient de surgir presque en un jour! C'est
humiliant en vérité pour notre vieille Europe qui a mis des siècles à
bâtir ses villes célèbres et n'a jamais eu assez d'or pour faire aussi
beau. Mais, à tant de luxe, quelque chose manque, quelque chose que l'on
ne définit pas, et qui est peut-être tout simplement l'âme d'un passé...

                                 *
                                * *

Neuf heures, et nuit brumeuse. Quand je suis accoudé à ma haute fenêtre,
avant de redescendre me plonger dans la fantasmagorie des rues, une
sérénade tout à fait burlesque éclate sans préambule, en bas, sur un
trottoir de Broadway. Des voix d'hommes hurlent ensemble une sorte de
cantiques de guerre, accompagné à l'unisson par des trombones et des
cors de chasse. Qu'est-ce que c'est que ce charivari, mon Dieu?--Ah!
l'armée du Salut! Un bataillon qui est venu se poster là pour tâcher de
sauver au passage les égarés du dimanche soir s'acheminant vers les
bouges de l'alcool. Eh! bien, après la première minute de stupeur et de
sourire, on oublie le ridicule de cela pour céder à une impression
plutôt grave. Dans cette ville où trépident nuit et jour les
transactions et les affaires, il y a donc place encore pour le vieux
rêve religieux qui berça les hommes pendant des siècles. Ce rêve, il est
vrai, a pris une forme délirante, tapageuse, effrénée, ici où tout est
neuf et excessif; mais on le sent là, bien vivant quand même, derrière
cette musique de maison de fous. Et on ne sourit plus.

Copyright. Droits réservés.

PIERRE LOTI.

--_A suivre_.--

[Illustration: Écureuil.]



[Illustration: Au Bois, le matin: les jolies rencontres du photographe.]

[Illustration: MAI PARISIEN.--Robes et chapeaux printaniers: la mode vue
aux dernières réunions de Longchamp.--_Phot. de Givenchy et Agié._]

C'est toujours au Bois, le matin, et, l'après-midi, aux Courses, qu'il
faut aller chercher les visions très diverses de luxe et de grâce
féminine dont le mois de mai parisien compose son attrait particulier.
Les hasards d'une promenade dans les allées du Bois ont favorisé le
photographe; il en a rapporté trois instantanés qui, par bonne fortune,
forment des tableautins de genre achevés. Et il a pu surprendre, aux
réunions de Longchamp, toutes les variétés des élégances printanières,
encore timides et hésitantes jusqu'au dernier meeting où elles
s'affirmèrent sans réserve. Les images que nous avons rapprochées ici,
et celle de la double page qui suit, donneront un aperçu des modes de
cette saison, que marque le triomphe incontesté du petit chapeau
empanaché, abondant en aigrettes et en paradis, et paré de capricieuses
«fantaisies».

[Illustration: ÉLÉGANCES DE LONGCHAMP: LA FOLIE DES AIGRETTES ET DES
PARADIS]



[Illustration: Le village de Tormery, vu du sommet de la roche
menaçante.]

L'EXPLOSION DU ROCHER DE TORMERY

Un des événements de la semaine dernière a été cette explosion du rocher
de Tormery dont on parlait depuis si longtemps. Il faisait partie
obligée des curiosités que devait visiter le touriste, venu passer
quelques jours à Aix-les-Bains ou dans la contrée. On vous conduisait
jusqu'à la gare de Chignin et l'on vous montrait le rocher.

--Voilà la «Roche Pourrie», disait le guide, et au-dessous le village de
Tormery qu'elle écrasera un de ces jours.

Et, de fait, il y avait lieu de redouter un cataclysme, car cette énorme
masse, de 9.000 mètres cubes, semblait suspendue au-dessus des soixante
et quelques maisons habitées par les braves cultivateurs savoyards. Un
premier avertissement avait été donné le 14 août 1903. A 7 heures du
soir, deux blocs de 400 mètres environ s'étaient détachés de la «Roche
Pourrie», comme l'avaient baptisée les paysans, à cause de sa
désagrégation lente, mais progressive. Ces blocs, par bonheur, étaient
tombés dans la plaine et n'avaient atteint personne. Ils s'étaient
contentés d'écraser deux celliers inoccupés, dont, après la chute, il
n'était plus resté trace.

Allait-il donc, dans un temps plus ou moins long, en être de même du
village? C'était certain, c'était fatal, si l'on ne prenait au plus vite
les mesures nécessaires.

[Illustration: Les échafaudages dressés pour le percement des 237 trous
de mine.]

L'administration des ponts et chaussées intervint. Elle fit sceller, en
travers des crevasses, des barres de fer qui permettraient de constater
le moindre déplacement du rocher. C'était un palliatif momentané et
insuffisant, parce que le rocher qui repose sur un sol marneux pouvait
un jour s'abattre d'un seul coup sur Tormery sans avoir bougé
auparavant.

[Illustration: Vue en plan.]

Des démarches nouvelles furent faites de la part des autorités locales,
maire, conseil municipal, conseil d'arrondissement, conseil général,
préfet... Les ingénieurs des ponts et chaussées examinèrent sous toutes
ses faces la «Roche Pourrie» et finirent par tomber d'accord sur ce
point qu'il fallait la détruire.

Le bloc B (après l'explosion qui a détruit, à droite et à gauche, les
parties condamnées de la masse rocheuse) est tombé en arrière,
entraînant des fragments de la partie supérieure, et s'est coincé en A
dans la crevasse; la partie C de la roche centrale restée en surplomb
s'est déplacée de 4 centimètres en bas et vers sa droite.

[Illustration: Vue en coupe (suivant d e sur la vue en plan).]

Mais comment? On ne pouvait pas, bien entendu, faire écrouler le rocher
sur le village: c'eût été provoquer la catastrophe qu'on voulait éviter.
Par les moyens ordinaires, c'est-à-dire par des coups de mine
successifs, on aurait envoyé au loin d'énormes quartiers de roc qui
auraient broyé tout ce qui se serait trouvé sur leur passage. Il fallait
au contraire anéantir le rocher, le réduire en parcelles inoffensives,
et pour cela provoquer, en des points très nombreux et très rapprochés,
autant d'explosions absolument simultanées. Mais, même en employant
l'électricité, on ne voyait pas bien la possibilité d'y arriver...
d'autant plus qu'il fallait éviter tout «ratage», c'est-à-dire toute
mine n'ayant pas fait explosion et demeurant par suite très dangereuse.

On s'adressa--il y a un an de cela--à la maison Davey, Bickford, Smith
et Cie, de Rouen, déjà bien connue par son cordeau Bickford qui sert
dans les mines--et aussi dans les attentats anarchistes--à faire
exploser un engin, utile ou criminel. Il ne s'agissait pas cette fois du
cordeau Bickford ordinaire, comme l'ont dit presque tous les journaux,
mais bien d'un nouveau cordeau détonant au trinitrotoluène, pour lequel
la maison a pris un brevet spécial et qui détone avec une vitesse de
6.000 mètres à la seconde, alors que le cordeau ordinaire brûle à raison
d'un mètre en 90 secondes et ne peut pas exploser.

La vitesse de détonation du nouveau cordeau permet de faire partir
ensemble un nombre incalculable de mines avec une seule amorce
électrique mise au moment même où l'on veut produire l'explosion.

Le cordeau est en contact avec toutes les cartouches, car il va au fond
de chaque trou. Il oblige toutes les cartouches à partir. Plus
d'accidents consécutifs aux culots, d'explosifs,--terme consacré pour
désigner l'explosif non parti. En outre, pendant le chargement,
l'absence d'amorce supprime tout danger.

C'est avec ce cordeau qu'on a exécuté des travaux très difficiles et
très délicats, comme le déblaiement du tunnel d'Ypres, situé au milieu
de riches propriétés qu'une secousse trop forte eût pu détériorer, ceux
de Briddlington (Yorkshire), de Port-de-Bouc, de
Saint-Jean-de-Maurienne, etc.

La maison Davey, Bickford et Cie envoya un jeune ingénieur, M. Georges
Dienne, qui examina le rocher. Après une visite minutieuse, il fut
d'avis qu'on pouvait, sans le moindre danger pour le village, réduire en
poussière les 9.000 mètres cubes.

Mais M. Reulos, ingénieur des ponts et chaussées, estima que c'était
exagéré. A son avis, il suffisait d'enlever deux blocs qui se trouvaient
à droite et à gauche du bloc central et qui, à eux deux, cubaient 2.000
mètres. Le reste ne serait plus dangereux. On consoliderait le bloc de
7.000 mètres restant, au moyen d'un mur de soutènement.

N'ayant à s'occuper que de l'exécution des ordres reçus, M. Georges
Dienne s'inclina. Il prit ses mesures. Ce fut une besogne longue et
difficile que de percer les 237 trous de mine sur les flancs de ces deux
blocs. On en jugera par les photographies prises pendant la préparation.

Ces trous de mine furent chargés avec de la dynamite gomme à 92% de
nitroglycérine. Certains de ces trous dépassaient quatre mètres et demi
de profondeur et étaient chargés de six kilos de dynamite.

La longueur totale de cordeau détonant, partant de chaque trou pour se
raccorder au point où fut placée, à la dernière minute, l'amorce
électrique qui provoqua la détonation générale, était de 1.500 mètres.

[Illustration.]

[Illustration: Le chargement à la dynamite des trous de mine et la pose
des cordeaux détonants.]

[Illustration: L'explosion. Près de la cabane, sur le flanc de la
montagne, à gauche, se tenait, avec ses aides, l'ingénieur chargé de
déterminer la déflagration; on voit, aux bords de la dentelure de flamme
et de fumée, que la roche éclatée est projetée dans l'espace en
cailloutis minuscules.]

Bien que M. Dienne répondît de tout et affirmât que les maisons de
Tormery ne ressentiraient même pas une secousse, l'administration crut
devoir prendre des mesures exceptionnelles de prudence. On donna ordre
d'évacuer le village et ce fut un spectacle attristant de voir les
paysans abandonner leurs maisons avec leurs femmes et leurs enfants,
traînant après eux leurs bestiaux, emportant leurs objets les plus
précieux, leurs instruments agricoles, etc. Mercredi matin, le maire de
Chignin, commune d'où dépend Tormery, vint avec les gendarmes et les
gardes forestiers visiter les maisons une à une pour s'assurer que
personne n'y était resté.

La nouvelle de cette explosion avait attiré beaucoup de curieux. Il en
était venu d'Aix-les-Bains, de Chambéry, de Grenoble, de Lyon, de
Genève. La compagnie de Paris-Lyon-Méditerranée avait organisé des
trains spéciaux et la petite gare de Chignin ne s'était jamais trouvée à
pareille fête. Pour contenir la foule, on avait dû faire venir une
compagnie de chasseurs alpins. Il fallait à tout prix empêcher les
curieux d'être victimes de leur imprudence et de recevoir sur la tête un
des blocs de roches qu'allait infailliblement lancer en l'air
l'explosion, absolument comme un volcan en éruption.

Quant au village on en avait fait le sacrifice. Il allait,
vraisemblablement, être enseveli sous les décombres, comme Pompéi et
Herculanum sous la lave du Vésuve. Le conseil général avait voté une
somme de 100.000 francs pour indemniser les habitants, obligés de se
reconstruire un asile un peu plus loin dans la vallée.

Mercredi matin, la foule était là, haletante. On se montrait, en face de
Tormery, le Granier, cette muraille de 2.000 mètres qui maintient la
montagne. On se racontait qu'en 1428 une partie de cette montagne
s'était écroulée, engloutissant vingt-trois localités, dont une ville de
5.000 habitants, nommée Saint-André, et sur l'emplacement de laquelle se
trouve actuellement le lac du même nom. On se disait qu'aujourd'hui
encore, dans la clarté des matins, on peut apercevoir sous les eaux du
lac, au fond, tout au fond, la pointe du clocher de Saint-André, comme
dans la baie de Soulac, en Saintonge, on aperçoit à temps calme la ville
engloutie par la mer.

Dix heures... M. Georges Dienne, après une rapide inspection, réunit ses
cordeaux et pose le détonateur. On avertit la foule que l'explosion va
avoir lieu.

Dix heures trente-cinq... une faible flamme, un crépitement, suivi d'un
bruit semblable à celui des grêlons qui tombent. Ce sont les petits
fragments du roc qui dégringolent de chaque côté, pas plus gros que les
graviers qu'on jette dans les allées des parcs... Le village est intact.

--C'est ça l'explosion! s'écrie-t-on dans la foule.

Et, il faut l'avouer à la honte de l'espèce humaine, il y a un immense
désappointement. On se figurait voir une lueur colossale, des jets de
feu gigantesques, des blocs énormes projetés à des hauteurs
incommensurables et retombant sur les toitures du village qu'ils
auraient broyées comme des fétus de paille... Ce n'était vraiment pas la
peine de venir de si loin.

[Illustration: Après l'opération: blocs de roche tombés dans la fissure
derrière la masse centrale de roc restant en porte à faux.]

Si, c'était la peine, parce qu'on a vu la puissance de la science
actuelle, luttant contre les forces de la nature.

Parmi les habitants aussi, il y en eut quelques-uns qui furent déçus.
Ils savaient qu'il y avait 100.000 francs destinés à payer les dégâts et
ils avaient escompté cela, imaginant sans doute qu'au lieu de leur
vétusté masure on leur donnerait un petit chalet plus moderne, plus
confortable que la demeure ancestrale si rudimentaire. Mais ils se
consolèrent vite. N'était-ce pas le bonheur quand même, que de pouvoir
sans encombre reprendre sa place au foyer et ses habitudes?...

Les deux blocs latéraux sont donc pulvérisés. Le danger est-il
complètement, définitivement conjuré? Il est à craindre que non.

Le bloc principal, de 7.000 mètres, subsiste. Les terrains qui le
supportent sont toujours aussi mauvais: c'est de la marne qui
s'attendrit et se délaie à la pluie...

Il est vrai qu'on va le soutenir par un mur. Mais ce mur, dont la
construction présentera de grandes difficultés et nécessitera de fortes
dépenses, pourra-t-il présenter une résistance suffisante? Le terrain
sur lequel on aura à poser les fondations est-il assez solide? Quelle
épaisseur faudra-t-il lui donner pour qu'il puisse supporter la poussée
formidable du rocher?

Les blocs non minés qu'on a voulu garder sur le sommet du rocher et du
côté de la montagne, pour faire contrepoids, sont tombés dans la
crevasse qui sépare le rocher de la montagne. Au lieu de soutenir la
«roche pourrie», ils vont la pousser vers l'avant.

En outre, une partie de ce rocher qui, avant l'explosion, faisait corps
avec le noyau principal, s'est déplacée de quatre centimètres vers la
droite du côté nord et est descendue également de quatre centimètres,
ainsi qu'en font foi les «témoins» posés avant l'explosion et examinés
après.

Tout cet été il n'y aura rien à craindre. Mais, l'hiver venu, avec les
pluies, ou bien encore au dégel...?

On fera bien, pendant que la saison est favorable, de construire au plus
vite le mur de soutènement et d'y apporter tous les perfectionnements
possibles, dût-on y consacrer les 100.000 francs qu'on destinait à la
reconstruction du village.

Mais n'eût-il pas été plus simple d'anéantir d'un seul coup tout le
rocher?

C. D.



Une représentation de _la Fiancée vendue_ de Smetana sur la vaste scène
en plein air du Théâtre national de Prague.--Phot. V. Jehticka.

UN GIGANTESQUE THÉÂTRE DE LA NATURE

Maintenant que le soleil s'est enfin décidé à rendre au mois de mai sa
splendeur traditionnelle, les théâtres de la nature ont commencé de
disposer leurs premiers décors. Les représentations en plein air se
généralisent de plus en plus et il faut signaler, cette année, la
gigantesque entreprise du Théâtre national de Prague, qui, dans un décor
naturel en amphithéâtre, dans la banlieue de la capitale de la Bohême,
peut mettre en scène, devant 20.000 spectateurs, une prodigieuse
figuration. Notre photographie a été prise lors de la première
représentation de _la Fiancée vendue_, l'opéra de Smetana, qui sera
interprétée par le même ensemble à Paris, au théâtre des Champs-Elysées.



UNE FÊTE DES JARDINS OUVRIERS A BICÊTRE

La Société dos Jardins ouvriers de Paris et de banlieue a été créée en
1904. Son but est de réunir les concours généreux qui lui permettent de
prendre en location ou en dépôt des terrains qu'elle attribue ensuite
moyennant une très faible rétribution à des ouvriers chargés de famille
et sous la seule obligation de bien cultiver leur petit lot de terre et
d'y construire une tonnelle-abri.

Cette oeuvre si intéressante a eu des débuts difficiles. Procurer à
l'ouvrier ou à l'employé de Paris un coin de sol de 100 à 150 mètres
carrés paraît chose bien chimérique. La société débuta avec cinq jardins
à Levallois-Perret. Dix autres vinrent s'y ajouter en 1905, prélevés sur
un terrain de l'Assistance publique, boulevard Brune. A partir de 1906,
le développement de l'oeuvre fut plus rapide. A sa dernière assemblée
générale, le 2 février 1913, M. Robert Georges-Picot, le secrétaire
général, annonçait un total de 36 groupes représentant 1.420 jardins. On
n'a pas idée de ce qu'il a fallu d'efforts pour amener à la culture et à
la vie certains terrains de rebut. Les ouvriers ont littéralement pétri
et formé le sol. Mais aussi avec quelle joie ils vous montrent leurs
légumes, leurs fleurs et leurs plates-bandes. On peut affirmer que, sur
un terrain de 100 à 150 mètres, ils obtiennent, en moyenne, 80 francs de
légumes, sans compter un gain moral qui ne saurait s'apprécier en
argent. Car ces braves gens organisent entre eux des concours de
jardinage, des visites de jardins, des fêtes d'enfants, des mutualités
maternelles. Dimanche, ils se réunissaient joyeusement à Bicêtre où ils
avaient organisé la représentation en plein air d'une adaptation de la
légende de Geneviève de Brabant. On avait élevé une petite chèvre pour
tenir le rôle de la biche. Un aimable juge de paix avait rimé des vers.
Un artiste de l'Odéon, M. Dutertre, avait dirigé les répétitions qui
eurent lieu pendant deux mois, le soir, chez l'abbé Lemire. Les
jardiniers d'Arcueil avaient charrié pour leurs camarades de Bicêtre le
décor de feuillage, et un millier de spectateurs applaudirent avec
enthousiasme la grâce douloureuse de Geneviève et la noble allure du
comte de Brabant.

[Illustration: L'abbé Lemire. LES THÉÂTRES DE MAI.--Une scène de
_Geneviève de Brabant_ représentés sur le Théâtre de verdure des Jardins
ouvriers, à Bicêtre.--_Phot. Gimpel,_]

[Illustration: M. Paul Hervieu. M. PAUL HERVIEU EN ESPAGNE.--L'illustre
écrivain à la fête champêtre du «Rocio», près de Séville.--_Phot.
Serra._]

M. Paul Hervieu vient de faire en Espagne un séjour de quelques
semaines, pendant lequel il a été l'objet des manifestations de
sympathie les plus flatteuses, pour lui-même et pour les lettres
françaises. Le maître de la tragédie moderne s'était rendu à Madrid pour
assister à la première représentation de _la Course du Flambeau_,
traduite par un excellent écrivain, M. Carlos de Battle, et interprétée
par une grande artiste, Mme Carmen Cabena: acclamé par les spectateurs
du théâtre de la Zarzuela, affablement reçu par le roi Alphonse XIII et
le ministre de l'Instruction publique, fêté par la société madrilène et
par ses confrères espagnols, il a vu son voyage se transformer en une
manière d'ambassade littéraire, qui, nous écrit notre correspondant M.
J. Causse, «a contribué à fortifier l'oeuvre accomplie, dans le même
temps, par les diplomates des deux côtés des Pyrénées».

A ces attentions officielles se sont unies, pour charmer son séjour, les
impressions pittoresques qu'il a rapportées d'une excursion en
Andalousie. Près de Séville, M. Paul Hervieu et ses compagnons de
voyage, Mme la baronne de Pierrebourg--en littérature Claude Ferval et
le comte et la comtesse de Lauris, ont eu l'occasion d'assister à l'une
des fêtes les plus caractéristiques de l'Espagne. Le pèlerinage
champêtre de la vierge du «Rocio» (de la Rosée), dont le sanctuaire,
situé en plein bois, est chaque année, à cette époque, le rendez-vous de
nombreuses confréries. La famille du grand armateur M. Ramon Ibarra a
l'habitude de convier gracieusement, dans sa belle propriété de Lopaz,
les jeunes filles et les jeunes gens de l'aristocratie sévillane, qui,
vêtus du costume populaire andalou, vont attendre le passage des
pèlerins, venus à cheval ou'en charrettes décorées de fleurs...
L'éminent académicien, qui s'était mêlé à eux, n'a pas échappé à
l'objectif du photographe; et c'est ainsi qu'a pu être pris cet
instantané imprévu de l'auteur des _Tenailles_ et de _la Loi et
l'Homme_.



[Illustration: LE DÉMAGOGUE M. Jean Jaurès au meeting du
Pré-Saint-Gervais.]

LES «TROIS ANS» ET LE PARTI SOCIALISTE

La mise à l'étude du projet de loi rétablissant le service militaire de
trois ans, la décision prise par le gouvernement, conscient de ses
responsabilités et soucieux de ses devoirs, de maintenir sous les
drapeaux la classe libérable à l'automne, tout cela, que la masse du
pays--et de l'armée--acceptait sagement, a produit parmi les partis
avancés une effervescence qui n'a rien d'ailleurs d'inattendu, et fourni
le prétexte de protestations, de propagandes qui ont eu, par malheur,
une regrettable répercussion dans certains régiments.

Des manifestations, demeurées heureusement isolées, se sont produites,
la plus grave à Rodez, où un commencement de sédition fut arrêté, dès le
début, par l'attitude énergique, résolue, du commandant Angelby.

Ces mouvements d'indiscipline ont été réprimés et punis sans faiblesse
comme sans retard. Des enquêtes, conduites notamment par le général Pau,
le général Goetschy ont rapidement établi les culpabilités et déterminé
les nécessaires sanctions.

Mais, de prime abord, les renseignements recueillis par les enquêteurs
révélaient clairement que les vraies responsabilités remontaient plus
haut, et que les soldats insubordonnés, avec cette légèreté, cette
spontanéité qui caractérisent la jeunesse, n'avaient été que trop
dociles à des suggestions venues du dehors.

«Nous ne sommes pas en présence d'une mutinerie militaire, aurait
déclaré en rentrant à Paris le général Pau, mais d'un mouvement
d'origine politique.»

Les socialistes, les membres de la C. G. T. et autres anarchistes
allaient bien vite fournir eux-mêmes des arguments probants pour
justifier cette impression,-sans parler des faits précis qui allaient
être révélés par diverses opérations de police.

Le dimanche 24 mai devait avoir lieu la traditionnelle manifestation au
«mur des Fédérés», au cimetière du Père-Lachaise. Les socialistes
décidaient brutalement d'en faire le prétexte d'une manifestation
hostile au maintien de la classe sous les drapeaux, hostile aux «trois
ans»,--pour tout dire, nettement antimilitariste. Le gouvernement ne le
pouvait permettre. Il décida d'interdire cette démonstration, et la
Chambre l'approuva.

Cependant, respectueux du droit de réunion, il ne songea non plus à
empêcher les adversaires des mesures militaires de s'assembler,
dimanche, au Pré-Saint-Gervais, en un meeting de protestation. Il n'eut
pas à regretter cette tolérance. Tout se passa dans un ordre parfait.

Le temps, d'abord, était radieux et chaud et incitait à la douceur. Une
foule, que les organisateurs ont évaluée à 120.000 personnes, mais qui
en comptait 30.000 à 35.000 suivant la préfecture de police, se rendit
par cette tiède journée au lieu indiqué par des affiches et les journaux
intransigeants.

Des femmes, des enfants s'étaient mêlés aux manifestants. Des filets
bourrés de victuailles et de «litres» se voyaient dans les groupes,
derrière les drapeaux rouges ou noirs roulés dans leurs gaines. On
saucissonna sur l'herbe, et ce fut une partie de campagne autant qu'un
meeting. Après quoi, on se réunit autour des tribunes, pour y entendre,
tour à tour, les quatre-vingt-seize orateurs inscrits! Que d'éloquence
en une journée!

Il y avait là tous les orateurs écoutés du parti,--ou plutôt des partis,
M. Jaurès en tête, qui ne fut ni le plus violent ni, partant, le plus
applaudi. Il y avait encore M. Vaillant, véhément toujours, malgré les
ans, M. Marcel Sembat, M. Albert Willm. Ils distribuaient la bonne
parole par petites tables, si l'on peut dire, du haut de sept tribunes,
sept camions dont le plus entouré était certes celui qu'ombrageait le
drapeau noir des communistes anarchistes.

Aucun conflit, grâce aux mesures d'ordre habilement prévues par le
préfet de police, M. Hennion, ne troubla la réunion.

Le lendemain, bien résolu à rechercher toutes les responsabilités dans
les regrettables incidents dont les casernes ont été le théâtre, le
gouvernement faisait procéder à une centaine de perquisitions, à
Paris--notamment à la Confédération Générale du Travail, et à la Bourse
du Travail--et en province, afin de rechercher les preuves des
excitations politiques.

[Illustration: Le commandant Mongrand.--_Phot. Grémion._]



L'ATTENTAT D'HANOÏ

Dans une récente et importante interview publiée par notre confrère le
_Temps_, M. le gouverneur général Sarraut a tenu à déclarer que
l'attentat d'Hanoï, la bombe lancée le 26 avril dernier sur des
officiers français à la terrasse d'un café local, n'était pas «un crime
annamite» mais un crime extérieur à l'Indo-Chine, inspiré très
vraisemblablement par le prince exilé Cuong Dé et exécuté par «la pègre
internationale d'Asie».

Les journaux quotidiens ont dit, en leur détail, les circonstances de
cet attentat qui causa une si grande émotion en France. Le samedi 26
avril 1913, vers 7 h. 1/2 la bombe, éclatant au milieu des consommateurs
du café de Hanoï-Hôtel, blessait mortellement les commandants Mongrand
et Chapuis, de l'infanterie coloniale, et atteignait plus ou moins
grièvement douze autres Français et six indigènes. L'un des morts, le
commandant Mongrand, qui s'était particulièrement distingué au Soudan où
il avait été cité pour action d'éclat à la prise du repaire de Kentadji
sur le Niger, laisse une veuve et quatre enfants. Il achevait sa période
de séjour en Indo-Chine et, par décision du 24 avril, avait été affecté
au 4e colonial, à Toulon.

L'une de nos gravures représente le lieu de l'attentat, la devanture du
café photographiée le lendemain du crime, avec son panneau défoncé et
ses vitres brisées Le sang des victimes a laissé des traces sur le sol
et sur l'une des tables.

[Illustration: La terrasse du café de Hanoï-Hôtel après l'explosion de
la bombe.]

Quelques jours avant cet événement, une autre bombe avait tué à Thaï
Binh un mandarin attaché à la cause française. Il n'est résulté de ces
attentats aucune panique parmi nos compatriotes. Dans la nuit qui a
suivi le meurtre des officiers, le gouverneur général, M. Sarraut, a
fait afficher une énergique proclamation. Les victimes ont été enterrées
le mardi 29 avril à 9 heures du matin. Tout Hanoï et beaucoup de
Français de l'intérieur y assistaient. Devant la chapelle de l'hôpital
militaire, alors que l'on venait de placer les deux cercueils sur des
prolonges d'artillerie, le gouverneur général de l'Indo-Chine, M. Albert
Sarraut, a prononcé un discours ému, promettant le châtiment exemplaire
des meurtriers et de leurs complices. Ce discours se termina par le cri
de «Vive la France!» qui, malgré la tristesse de l'heure, fut très
applaudi.

[Illustration: Les obsèques des victimes de l'attentat d'Hanoï: le
discours de M. Sarraut, gouverneur général de l'Indo-Chine, devant la
chapelle de l'hôpital militaire.]



CE QU'IL FAUT VOIR

LE PETIT GUIDE DE L'ÉTRANGER

C'est entendu. Paris s'étend, Paris «coule» vers l'ouest. Il avait, au
temps de Mme de Sévigné, son centre mondain place Royale et dans le
Marais; sous Louis-Philippe, entre le Cirque d'hiver et les Variétés;
plus tard, entre les Tuileries et Tortoni. Les hommes de cette
génération-ci ont amené le centre de Paris sur les boulevards, entre
l'Opéra et la Madeleine. Ce sera demain les Champs-Elysées et l'Étoile,
et, dans trente ans, Bagatelle, quand il n'y aura plus de
fortifications. Les expositions de peinture et les marchands de tableaux
suivront le mouvement; ils l'ont déjà suivi (nous le remarquions ici
dernièrement); mais cela n'empêche pas qu'il n'y ait en ce moment dans
l'un des moins occidentaux et des plus vieux quartiers de Paris, un
Salon de peinture qu'il faut voir. C'est le Salon des artistes du 4e
arrondissement. Il a même, ce Salon, le privilège d'une situation
unique; il est installé pour un mois dans la cour d'un des plus
pittoresques et vénérables monuments de Paris: à l'Hôtel de Sens.

Cet hôtel avait été construit, à la fin du quinzième siècle pour les
archevêques de Sens, sous l'autorité desquels était placé--et demeura
placé jusqu'en 1622--l'évêché de Paris. Il eut, durant cette période,
des hôtes illustres: Louis de Bourbon, Louis de Guise cardinal de
Lorraine, la reine Margot, et, avant elle, Nostradamus! La renommée du
prophète provençal s'était propagée jusqu'à Paris, et Henri II avait
fait prier Nostradamus de venir à la cour. Il y vint. Le roi ordonna
qu'il fût logé chez le cardinal de Sens. Cela se passait au mois d'août
1556. Nostradamus fut même retenu à l'hôtel de Sens par un petit
accident que, quoique astrologue, il n'avait point prévu. Un accès de
goutte le cloua douze jours dans sa chambre, en attendant les succès de
prophète qu'il allait remporter à la cour quelques jours après! Mais le
vieil hôtel lui-même allait connaître d'étranges mésaventures. Abandonné
par les archevêques de Sens, il allait être successivement le dépôt des
coches de Bourgogne; puis une confiturerie, puis une verrerie... Et le
voilà qui se relève tout doucement de cette déchéance. Il est, depuis
quelques mois, la propriété de la Ville de Paris, qui se propose
d'installer là une partie de ses collections. Quelque temps s'écoulera
encore avant que soient commencés les travaux que cet aménagement
nécessite; et la Société d'artistes du 4e arrondissement a eu la très
bonne idée de mettre à profit ce délai en demandant à la Ville de lui
ouvrir, pour un mois, la maison où Nostradamus eut la goutte, et devant
la porte de laquelle la reine Margot fit, le 6 avril 1606, trancher la
tête à un gentilhomme dont elle avait eu, comme femme, à se plaindre.
L'Exposition n'occupe du vieil hôtel que la cour intérieure, qu'on a
plafonnée d'un vélum, et sablée avec soin. Au fond de la cour, une porte
basse ouverte sur l'étroit et tortueux escalier noir qui mène aux
souterrains; à côté, surélevée de quelques marches, une petite chambre
où un mobilier gothique--oeuvre de quelque exposant tapissier de
l'arrondissement--a pour cadre une très belle cheminée «du temps», et
les poutres vermoulues d'un plafond qu'aucune restauration n'a profané
encore.

Et plus de trois cents oeuvres sont exposées ici. Les sujets de la
plupart d'entre elles sont empruntés à l'arrondissement lui-même, à son
histoire, à ses paysages. Et gentiment, le long de ces murs, amateurs et
professionnels fraternisent. Saluons parmi ceux-ci: Franck Bail, Belot,
Emile Bernard, Max Blondat, Delahogue, Druard, J.-J. Dufour, E. Fraisse,
Garcia-Ramon, Grouiller, Lalauze, E. Lequeux, Pannemaker, A. Boulard,
Emile Renard... Il est évident que d'une exposition située entre la rue
François-Miron et le pont des Célestins--ou, plus exactement, à l'angle
de la rue du Figuier et de l'ancienne rue de la Mortellerie--ces
excellents artistes n'avaient nul profit ni surcroît de gloire à
espérer... Simplement, ils ont «marché» avec les camarades, pour
l'honneur de l'arrondissement. C'est très bien. C'est d'autant mieux
qu'ils fourniront aux curieux qui leur feront visite une occasion de
connaître ce coin délicieux du vieux Paris où l'on ne va pas assez. Le
carrefour où s'érige l'Hôtel de Sens est à quelques pas de la Seine. Il
fait face à l'île Saint-Louis, ce petit morceau de ville qui est, à lui
seul, une relique. Autour de la vieille maison, c'est la rue des Lions,
la rue des Jardins, les rues Saint-Paul, Beautreillis, du Petit-Musc;
des façades d'hôtels seigneuriaux endormis dans la paix de petites rues
de province. Ayez dans la poche le 4e fascicule de l'ouvrage où le
marquis de Rochegude a décrit en vingt brochures (une par
arrondissement) les rues de Paris, et conté l'histoire des maisons; et
promenez-vous... Ce ne sera pas du temps perdu.

                                 *
                                * *

Mais que, tout de même, le Paris d'autrefois ne vous fasse pas trop
oublier celui d'à présent. N'oubliez pas les Ballets russes. Guettez
l'ouverture, aux Champs-Elysées, d'un certain Cinéma-Théâtre où l'on dit
qu'il sera indispensable aux gens du monde de se montrer de temps en
temps. (Acceptons-en l'augure! Ce n'est pas le directeur de l'entreprise
qui s'en offensera.)

Et puis, retournez à Bagatelle pour y voir, à partir de lundi,
l'exposition annoncée par la manufacture de Sèvres, et qui sera composée
de figurines, de bibelots ayant trait aux jardins et aux fleurs. Sèvres
se modernise, se rajeunit sans cesse. Sèvres _invente_. Il faut qu'on
sache cela. Les étrangers nous entendent dire assez de mal de nos
industries d'État pour qu'il nous soit très agréable de leur en pouvoir
dire du bien de temps en temps. J'ajoute que de notre Manufacture de
Sèvres on ne parle plus guère, depuis des mois, que pour louer ses
oeuvres et rendre hommage aux admirables efforts des hommes qui la
dirigent. Sa participation d'hier à l'Exposition de Turin, celle
d'aujourd'hui à l'Exposition de Gand sont des victoires auxquelles on ne
saurait être indifférent chez nous.

... Et puis, enfin, n'allons pas oublier que c'est lundi prochain, 2
juin, que sera déclarée à l'Opéra-Comique la naissance du dernier enfant
de Gustave Charpentier: un petit garçon appelé _Julien_ et que tout
Paris acclame, avant même que le bruit de son premier vagissement soit
venu à nos oreilles.

Il y a vraiment des nouveau-nés qui ont de la chance.

UN PARISIEN.



AGENDA (31 mai--7 juin 1913)

EXAMENS ET CONCOURS.--Le 7 juin, clôture des inscriptions du concours
pour le recrutement des dames employées aux postes et télégraphes.

EXPOSITIONS ARTISTIQUES.--Grand Palais (Champs-Elysées): Salon de la
Société des artistes français; Salon de la Société nationale des
Beaux-Arts.--Petit Palais: exposition de David et ses élèves.--Ancien
hôtel de Sagan (23, rue de Constantine): objets d'art du Moyen Age et de
la Renaissance au profit de la Croix-Rouge française.--Hôtel de Sens
(rue du Figuier): les Artistes du 4e.--A Bagatelle (bois de Boulogne):
exposition de l'Art du jardin.--Hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau (29,
rue de Sévigné): promenades et jardins de Paris, seizième, dix-septième,
dix-huitième siècles.--Cercle de la Librairie (117, boulevard
Saint-Germain): Palais-Salon.--Galerie Devambez (43, boulevard
Malesherbes): la petite ville de province.

LES ROSATI.--Le 8 juin, à Fontenay-aux-Roses, pèlerinage annuel des
Rosati; les honneurs de la Rose seront faits à M. Francis Picavet,
secrétaire au Collège de France, et à M. Le Sidaner, peintre.

FÊTES DE BIENFAISANCE.--Le 1er juin, au parc de Gennevilliers, fête de
bienfaisance, donnée par l'Aéronautique-Club de France. Départ de 10
ballons montés.--Le Ier juin, au théâtre des Champs-Elysées,
représentation de gala au bénéfice de la Société de charité maternelle
de Paris; le 6 juin, au même théâtre, représentation au profit du
monument Jules Renard.--Le 7 juin, à la Porte-Saint-Martin,
représentation de retraite de M. Frédéric Achard.

CONCERTS.--Le 5 juin, à la salle de Géographie (184, boulevard
Saint-Germain), à 4 heures: concert donné par M. Edouard Risler.--Le 6
juin, salle des Agriculteurs (8, rue d'Athènes), à 9 heures du soir:
concert donné par M. Henri Gilles, avec le concours de Mme Emma Eames,
et de M. Emilio de Gogoza. Mme Eames ne s'est pas fait entendre depuis
plusieurs années à Paris, et M. Emilio de Gogoza y chantera pour la
première fois.

SPORTS.--_Courses de chevaux_: le 31 mai, Enghien; le Ier juin,
Longchamp; le 2, Saint-Cloud; le 3, Saint-Ouen; le 4, le Tremblay; Epsom
(Derby); le 5, Longchamp; le 6, Maisons-Laffitte; Epsom (the Oaks); le
7, Auteuil.--_Aviation_: le 1er juin, à l'aérodrome de Port-Aviation, à
Juvisy: match Garros-Audemars.--_Boxe_: au Nouveau-Cirque (rue
Saint-Honoré): championnats du monde de lutte de combat; le 31 mai, à 9
heures du soir, à la salle des Ingénieurs civils (rue Blanche): assaut
annuel de la salle Conte; le 1er juin, à l'Exposition universelle de
Gand: match Carpentier-Bombardier-Wells.--_Lawn-tennis_: à partir du 7
juin, sur les terrains du Stade français, à Saint-Cloud: championnat du
monde de tennis.--_Aviron_: le Ier juin, à Juvisy, coupe des nations; la
Société des Régates rouennaises organise pour le 8 juin des régates
nationales à l'aviron.--_Cyclisme_: le 8 juin, Paris-Bruxelles.



LES LIVRES & LES ÉCRIVAINS

L'HOMME EN ROSE

L' «Homme en rose» n'existe plus. Vainement ce très grand artiste, ce
fastueux poète de la lumière: Albert Besnard, est allé chercher dans
l'Inde le prince des féeries hindoues, vêtu de mousselines couleur
d'aurore et piquées d'or, le rajah des légendes qui vit une existence de
songe dans les murailles ajourées de ses palais. Les souverains de
l'Asie anglaise portent aujourd'hui des vestons en laine de Manchester,
jouent au golf et se font blanchir à Londres. L'homme en rose n'existe
plus; mais les décors de son ancienne puissance sont toujours debout,
avec leurs immuables temples, leurs dieux farouches, et les foules
affamées et fanatisées qui continuent leur agitation délirante dans la
lumière pourpre de 1'«Inde couleur de sang».

Déjà, lorsque, dans notre numéro de Noël de 1911, nous eûmes la joie de
reproduire quelques-unes des plus belles pages d'album et des études
rapportées par Albert Besnard de son voyage, notre confrère Pierre
Mille, l'un des meilleurs écrivains chroniqueurs et critiques de ce
temps, sut admirablement dire à notre public ce que fut cette visite du
somptueux artiste aux Indes. Cette terre de symboles vieux comme le
monde, Albert Besnard la parcourut presque dans tous les sens, promenant
ses extases de panthéiste dans le Ceylan bouddhique dont il vit les
temples d'Anouradhapoura assiégés de fidèles, à Kandy, à Madura, à
Trichinopoli où des cloches chrétiennes sonnent sur les foules hindoues,
à Tanjore, à Pondichéry, l'Inde française où les hommes sont plus beaux,
plus altiers, à Hydérabad on fête et en folie, à Calcutta, aux bords du
Gange, à Delhi, à Jeypour, à Bombay, enfin. La vie est une fête!...
s'écriait l'artiste, marchant dans le soleil. La vie, surtout pour lui,
était une illumination. Et c'est de la rutilante couleur qu'il a fixée
en ses notes de route (1) en même temps qu'en ses pages d'album.
L'écrivain ne s'y sépare pas du peintre. Il traduit tout en visions
plutôt qu'en pensées. «Je suis de ceux qui n'apprennent que par les
yeux!» écrit-il. Et c'est pour nos yeux surtout qu'il rend sensibles les
scènes vues: ainsi cette femme qui, enveloppée d'un pagne de soie orange
tissé d'argent, allonge sur le sol ses bras très purs, cerclés d'or;
ainsi cet adolescent vêtu de rose, conduisant par les degrés d'un temple
un éléphant énorme «qui descend et grandit jusqu'à abolir les piliers,
la voûte»; ainsi cet autre éléphant «obèse, cheminant du pas pressé et
pourtant mesuré d'un vieil employé allant à ses affaires». L'image fixée
par la plume est exacte et chante clair et gai comme le croquis, au
pinceau, de l'album. Les visions, parfois, vous brûlent.

«Tout à l'heure, sur un pont hors de la ville, j'ai vu passer trois
femmes vêtues de rouge. Sous un ciel presque blanc, le sol flambait, ce
sol de l'Inde, rose comme la flamme ou rouge comme le sang... Sur la
tête, ces créatures portaient une cargaison de vases de terre cuite.
Elles marchaient très vite, du pas souple des figures antiques, avec un
léger bond du corps en avant qui leur donnaient l'air de voler. Elles
marchaient très vite, comme des fantômes ignés au travers d'un brasier.»

Albert Besnard écrit comme il peint. Il y a dans son encrier toute la
magie flamboyante de sa palette.

ALBÉRIC CAHUET.



L'ARMÉE TOUJOURS PRÊTE

M. Joseph Reinach vient de réunir en volume (2) les études qu'il a
consacrées aux questions militaires au cours de sa carrière politique,
longue de plus de trente ans. Vice-président de la commission de l'armée
à la Chambre, il a pris une part active à tous les débats concernant la
défense nationale, depuis la discussion de la loi de 1909 sur
l'artillerie, dont il fut le rapporteur, jusqu'à celle qui occupe
aujourd'hui le Parlement. Cette oeuvre se signale par son harmonie, son
unité; on y voit comment un esprit net et pratique, affranchi de toute
considération étrangère, est conduit logiquement, après avoir accepté le
service de deux ans, à envisager comme une nécessité le retour à celui
de trois ans, d'abord pour la cavalerie, puis pour toutes les armes.
L'augmentation du personnel de l'artillerie, que l'auteur vota il y a
quatre ans, a contribué, avec l'abaissement de la natalité, à vider les
unités actives; il fallait donc, pour parer à ce danger, soit réduire le
nombre de nos corps d'armée, soit prolonger la présence des hommes sous
les drapeaux. M. J. Reinach, n'ayant pas demandé, il y a six mois, dans
son discours sur la loi des cadres, qu'on changeât l'organisation de nos
grandes unités, était fatalement amené à réclamer le service général de
trois ans. Le projet, assurant la fixité des effectifs, qu'il a élaboré
avec M. de Montebello, a été adopté par le gouvernement; grâce à lui,
nous verrons demain l'armée _toujours prête_, malgré les armements
formidables de nos voisins. R. K.

[Note 1: Que publia le _Figaro_ et qui viennent d'être réunies sous ce
titre: _l'Homme en rose_, en un volume de la bibliothèque Charpentier,
Fasquelle, édit.. 3 fr. 50.]

[Note 2: _L'Armée toujours prête._ Édition Berger-Levrault, 3 fr. 50.]

Voir dans _La Petite Illustration_ le compte rendu du _Journal d'une
femme de cinquante ans_, souvenirs de la marquise de La Tour du
Pin-Gouvernet, et des autres livres nouveaux.



L'EXPOSITION D'HORTICULTURE

L'exposition d'horticulture vient de finir. Il semble permis d'affirmer,
sans paradoxe, que, grâce au mauvais temps des premières semaines de
mai, les parterres de roses eurent une splendeur exceptionnelle. Le
soleil est souvent le grand ennemi des exposants: beaucoup de fleurs
s'épanouissent avant l'heure officielle; celles que des soins spéciaux
réussissent à retarder se fanent à peine écloses. Le froid humide dont
nos jardins ont tant souffert pendant quelques semaines, avant les
grandes chaleurs de la fin du mois, avait été mis habilement à profit
par nos horticulteurs, et si quelques coloris manquaient d'intensité, la
fraîcheur des nuances présentait la séduction de la tonalité anglaise.

On a surtout admiré la rose nouvelle, _Madame Edouard Herriot_, qui fit
sensation à l'exposition internationale d'horticulture de Londres où
elle obtint la coupe d'or du _Daily Mail_.

Il est assez malaisé de définir exactement la nuance de cette rose
magnifique qui vient s'ajouter à la série des roses cuivrées obtenues
par M. Pernet-Ducher, de Lyon. Pour le rédacteur du _Gardener's
Chronicle_, «la couleur reste évasive. La teinte rose des fleurs
épanouies est très charmante, les boutons sont d'une riche couleur
orange-cerise foncé».

Le _Gardener's Magazine_ voit les boutons «de couleur orange-vermillon
riche ou orange terre cuite; les fleurs entièrement ouvertes sont rose
foncé fortement teinté de saumon orange».

_The Horticultural advertiser_ trouve la couleur «grandiose, d'un riche
cuivre rougeâtre avec des teintes saumon et abricot». Enfin, l'obtenteur
s'exprime ainsi: «Fleur de grandeur et de duplicature moyennes, d'un
superbe coloris rouge corail nuancé de jaune et de rose de Carthane,
passant au rouge crevette».

Ces diverses définitions m'ont paru fort discutables, la dernière
surtout. Cependant, après avoir gémi de mon impuissance à trouver le mot
juste, j'ai regardé du corail et j'ai constaté que la définition de M.
Pernet-Ducher est la plus exacte. La nuance de _Madame Edouard Herriot_
correspond à un corail spécial, un peu orangé, très différent du corail
rouge ou du corail rose que nous avons généralement dans l'oeil.

A cette rose remarquable, le jury a attribué la coupe de l'Hay, offerte
par M. Gravereaux.

Une autre nouveauté, _Juliet_, pourrait s'appeler _Caméléon_. Cuivrée le
matin, rose à midi, violâtre le soir, cette rose, d'une jolie forme,
passe par divers tons en conservant une fraîcheur de nuance très rare
chez des fleurs aussi capricieuses.

Les rosiers sarmenteux de M. Nonin, plus beaux que jamais, formaient un
ensemble décoratif d'une richesse et d'une légèreté déconcertantes.
_Source d'or_ apporte dans cette famille une jolie couleur jaune, assez
marquée, que l'on ne possédait pas encore; _Excelsa_, plus cramoisie que
_Crimson Rambler_, est moins resplendissante. Dans les polyantha nains,
signalons _Georges Elger_, blanc à coeur jaune.

A côté des roses, on voyait les traditionnels gloxinias, les fulgurants
bégonias, et toute la série des fleurs connues, parmi lesquelles M.
Cayeux faisait revivre la _Clarkia elegans_, délicieuse papilionacée de
couleur orangée, à laquelle on ne saurait comparer l'antique et terne
_Clarkia pulchella_.

                                 *
                                * *

Il y eut aussi un concours de bouquets réservé aux femmes du monde. La
plupart des concurrentes surent, en peu de temps, garnir agréablement
les vases mis à leur disposition; mais ce furent de simples ébauches.

On ne saurait, paraît-il, demander davantage aux «amateurs». Jusqu'ici,
on pensait que, pour faire un bouquet, il suffit d'avoir des fleurs et
tant soit peu de goût. La noble dame, dissimulée sous le pseudonyme de
Clairoix, nous apprend dans _l'Art du bouquet_ (Laveur) qu'il est encore
nécessaire de connaître les théories des Japonais, maîtres incontestés
en la matière; pour guider notre ignorance, elle formule, d'après
Sin-Kiou-Shin, philosophe de l'antiquité, quelques styles en honneur au
pays de Mme Chrysanthème.

Etudions les principes subtils du Shin no Hana, du Rikkwa, du Sangi, du
Shitsu, du Zi, et nous saurons disposer en gerbes élégantes, voire
savantes et expressives, les plantes et les fleurs que nous traitions
naguère avec trop de désinvolture.

«Des silhouettes et des taches», telle est l'idée maîtresse dans la
décoration florale au Japon. Ajoutez à cela la beauté de nos fleurs, et,
n'en déplaise à l'auteur de ce petit livre joliment conçu, la grâce
maniérée ou la fantaisie d'une femme de goût, et vous aurez un bouquet
parfait.

L'auteur nous donne de précieuses indications sur l'art d'adapter la
forme et la couleur des vases à la forme et à la couleur des branches,
fleuries ou non. Voici quelques exemples cueillis au hasard:

Iris mauves, feuillages d'érable negundo blanc, deux feuilles de fougère
mâle;

Un pavot rouge pourpre, quelques branches de cytises jaunes, une ou deux
branches d'iris mauve pâle en bouton; vase de cristal assez bas;

Une pivoine en arbre, rose vif; une branche d'érable japonais pourpre,
une petite branche souple de cornouiller vert à fleurs blanches;

Dans un grand cornet de Delft bleu, un mélange de lilas de Perse de
nuance très délicate et d'épine-vinette pourpre à fleurs jaunes;

Dans un vase petit, en poterie verte commune: deux grappes de sorbier,
quatre ou cinq scabieuses pourpres violettes;

Dans un vase en faïence, bleu et blanc: quelques branches de saule.

De judicieuses remarques sur l'harmonie des couleurs, quelques recettes
pour conserver les fleurs coupées, ajoutent à l'intérêt pratique d'un
ouvrage fort habilement illustré et que les femmes élégantes, ayant des
loisirs, des fleurs et des arbres, auront plaisir à consulter.

F. HONORÉ.



LE DRAME DE MADRID

Une lugubre affaire, encore incomplètement éclaircie, et qui rappelle,
par sa mystérieuse horreur, les contes les plus angoissants d'Edgar Poe,
passionne en ce moment Madrid, où son sinistre héros, le capitaine
Manuel Sanchez Lopez, chef du personnel à l'École de guerre, était fort
connu.

Le 24 avril dernier, on constatait la disparition d'un joueur de
profession, nommé Rafaël Garcia Jalon, et, deux jours après, on
apprenait qu'une jeune fille avait tenté de toucher à la caisse de son
cercle un jeton de 5.000 pesetas que Jalon y avait pris, en recommandant
de ne le changer qu'à lui-même. Une rapide enquête permit d'établir que
cette jeune fille était Marie-Louise Sanchez; elle fut aussitôt arrêtée,
puis relâchée, devant ses dénégations et celles de son père. Sur ces
entrefaites, une perquisition, opérée au domicile du capitaine, à
l'École de guerre, amena la découverte, dans les égouts, de lambeaux de
chair humaine. Au cours des recherches, on remarqua, au fond d'une
chambre de débarras de l'appartement, une cloison qui semblait
nouvellement replâtrée; quelques coups de pioche mirent à jour une
cachette où gisaient des os brisés, des vêtements que l'on reconnut pour
être ceux de Jalon, et les instruments ayant servi à dépecer le cadavre.
Ces funèbres débris furent portés dans la cour du manège attenant.

En même temps qu'on appréhendait Sanchez et sa fille, on jetait en
prison un caporal et trois soldats, convaincus de complicité. Depuis,
Marie-Louise Sanchez a avoué le crime et accusé formellement son père, à
qui l'enquête impute d'autres forfaits plus anciens, et qui, malgré des
charges accablantes, continue à protester de son innocence.



DOCUMENTS et INFORMATIONS

LA T. S. F. ENTRE PARIS ET WASHINGTON.

Une note du commandant Ferrié, présentée à l'Académie des sciences nous
apprend que le poste de T. S. F. de la tour Eiffel a «causé» plusieurs
fois avec le poste de Washington. Ce dernier possède une antenne en
nappe portée par un mât de 200 mètres de hauteur et deux mâts de 150
mètres; il utilise une force d'environ 90 chevaux. Le poste de Paris
dispose de 80 chevaux.

La distance à vol d'oiseau entre les deux stations dépasse 6.000
kilomètres. Or, les postes étrangers qui disposent d'une puissance
double ou triple ne sont guère entendus, de façon normale, qu'à une
distance d'à peu près 4.000 kilomètres.

Remarquons que ces conversations ont été échangées de façon assez
suivie. Elles seront reprises, dès qu'on aura arrêté le programme des
observations astronomiques à faire sur les deux continents pour
déterminer au moyen de la T. S. F. (par la méthode des coïncidences que
nous avons jadis expliquée), la différence de longitude entre Paris et
Washington.

Ce record magnifique prouve, une fois de plus et de façon péremptoire,
la supériorité, systématiquement contestée, du poste de la tour Eiffel;
il permet de supputer les résultats que l'on obtiendra le jour où le
poste disposera d'une force plus grande, si le Parlement se décide à
voter les crédits nécessaires pour l'établissement du réseau
intercolonial. Le projet sommeille depuis un an dans les cartons de la
commission du budget à la grande joie, sans doute, du ministre des
Postes et Télégraphes de la Grande-Bretagne qui, récemment, s'exprimait
ainsi devant la Chambre des Communes:

«Le premier occupant en télégraphie sans fil sera le maître du trafic,
il convient donc de se hâter afin d'établir de grandes stations de
télégraphie sans fil dans toutes les colonies anglaises, avant que les
colonies françaises en soient munies.»

UN DEUIL DE L'AVIATION FRANÇAISE EN COCHINCHINE.

De Saïgon, où la mort de l'aviateur Georges Verminck, tombé, le 7 avril,
à Mytho, au cours d'un périlleux atterrissage on vol «piqué», a été
vivement déplorée, nous arrive aujourd'hui l'écho de l'impression
profonde causée, dans la colonie française, comme dans les milieux
indigènes, par cette fin tragique.

Les belles randonnées qu'il avait exécutées pendant un séjour de deux
mois, notamment de Saïgon à Pnompenh, de Saïgon au cap Saint-Jacques, et
de Saïgon à Bienhoa, avaient rendu Georges Verminck unanimement
sympathique, et l'on peut dire, populaire en Cochinchine, où il
assurait, avec son frère Charles et son camarade Marc Pourpe, le
prestige de l'aviation française: aussi ses funérailles, auxquelles
assistèrent de nombreux Annamites, eurent-elles un caractère de grande
solennité. «Elles furent célébrées à la cathédrale de Saïgon, nous écrit
un témoin attristé de la cérémonie, M. Richard, en présence d'une foule
considérable. Après l'absoute, que Mgr Mossard avait tenu à donner, le
cortège, précédé par la musique du 11e régiment d'infanterie coloniale,
se dirigea vers le cimetière, où plusieurs discours furent prononcés.

Mais le témoignage le plus touchant du deuil ressenti dans la population
indigène nous est apporté par une pièce de vers annamite, commençant
ainsi: «Verminck, malheureux Verminck! En quelques minutes, dix ans
d'efforts sont anéantis. Richesse, honneurs, existence même, tout
t'abandonne sans espoir! Lorsqu'ils contemplent les nuages, les hommes
de Cochinchine te regrettent. Lorsqu'ils entendent le vent, les hommes
d'Europe te pleurent!» Et cette émouvante lamentation, ce thrène à la
manière antique, qui n'est pas dépourvu de valeur littéraire, se termine
par ces deux vers: «O ciel, pourquoi anéantir ainsi un héros? Le fer, la
pierre même s'irritent de ce malheur immérité.»

LE CLOÎTRE DE SAINT-MICHEL DE CUXA.

Nous avons signalé, dans notre numéro du 17 mai dernier, la vente à un
sculpteur américain, M. Gray-Barnard, du cloître de Saint-Michel de Cuxa
(Pyrénées-Orientales), menacé d'exil. Depuis la publication de notre
article, le sort de ces vieilles et vénérables pierres a subi de
nombreuses vicissitudes, dont nous informe M. J.-R. de Brousse.

L'acquéreur, M. Gray-Barnard, est allé trouver M. Léon Bérard,
sous-secrétaire d'État aux Beaux-Arts, et lui a dit qu'il abandonnait
son achat, et faisait don du cloître à la France. Mais, aussitôt cette
nouvelle répandue dans la presse méridionale, il est revenu sur sa
décision. Puis, changeant à nouveau d'avis, et reprenant son généreux
projet, il a avisé M. Bérard «qu'il offrait le cloître à la ville de
Prades, à condition que les dépenses par lui engagées pour l'enlèvement
dudit cloître lui soient remboursées.»

UNE HORLOGE INATTENDUE.

La ville de Hameln, située dans la province de Hanovre, au confluent de
la Hamel et de la Weser, est célèbre par la légende du charmeur de rats
dont la maison constitue la principale curiosité de l'endroit. On y
fabrique des étoffes de soie, de laine et de coton, on y pêche des
saumons.

[Illustration: Cadeau offert par la ville de Hameln à la princesse
Victoria-Louise.]

Les habitants de l'industrieuse cité, désireux d'offrir à la fille du
kaiser un cadeau de mariage original, ont imaginé un modèle de pendule
qu'on dirait conçu par le vieux Silène pour honorer Bacchus. Nos
lecteurs sauront apprécier à sa valeur ce chef-d'oeuvre de l'horlogerie
allemande où le goût germanique s'épanouit avec une ampleur vraiment
«kolossale».

[Illustration: Dans la cour du manège de l'École supérieure de guerre, à
Madrid, la police examine les ossements de la victime du capitaine
Sanchez Lopez, extraits de la cachette (qu'on voit au coin supérieur
gauche) où l'assassin les avait emmurés.--_Phot, Alfonso_.]

[Illustration: Dîner offert par le prince de Liéven, chef d'état-major
de la marine impériale russe, et par la princesse de Liéven au
vice-amiral Le Bris, chef d'état-major de la marine française, et aux
officiers du croiseur-école _Jeanne-d'Arc_.--_Phot. Bulla._]

LA MARINE FRANÇAISE EN RUSSIE

Le vice-amiral Le Bris, chef d'état-major général de la marine, vient de
se rendre à Saint-Pétersbourg. C'est une de ces visites grâce auxquelles
les chefs de l'armée russe et de l'armée française, depuis la signature,
en 1892, de la convention militaire qui unit les deux pays, demeurent en
contact effectif et se mettent d'accord sur les mesures à adopter en vue
de telles ou telles éventualités. Le dernier voyage de ce genre fut
celui qu'effectua, l'an dernier, l'amiral prince de Liéven, chef
d'état-major de la marine impériale, et qui eut pour principal résultat
la signature d'une convention navale franco-russe.

Le vice-amiral Le Bris a trouvé à Saint-Pétersbourg, dans tous les
cercles officiels, l'accueil le plus cordial, comme déraison.
L'empereur, à peine de retour de Berlin, où il avait assisté au mariage
de la princesse Victoria-Louise, donnait aussitôt audience au chef
d'état-major général de la marine française et aux officiers qui
l'accompagnaient, ainsi qu'au capitaine de vaisseau Grasset, commandant
du croiseur école _Jeanne-d'Arc_, en ce moment à Cronstadt, et les
comblait de distinctions. En leur honneur, des réceptions superbes ont
été organisées, notamment à l'ambassade de France, où M. Delcassé avait
invité avec eux le président du Conseil, M. Kokovtzov, les ministres des
Affaires étrangères, de la Guerre, de la Marine, chez le prince de
Liéven, où les officiers français purent apprécier la toute gracieuse
hospitalité de la princesse de Liéven; enfin, un déjeuner d'adieu,
extrêmement brillant, a été donné, mercredi, à bord de la
_Jeanne-d'Arc_.



LES THÉÂTRES

_Marie-Magdeleine_, la belle oeuvre de M. Maurice Maeterlinck,
représentée pour la première fois à Nice en mars dernier, et que nous
allons publier dans un de nos prochains numéros, vient de retrouver, sur
la scène du Châtelet, le grand succès qui l'accueillit naguère. Son
action, ramassée et vivante, se développe en trois actes pour lesquels
M. Maxime Dethomas a composé des décors dont la sobriété somptueuse
s'accorde à merveille au style incisif et coloré de l'oeuvre. C'est
l'aventure de Marie de Magdala, courtisane, que la curiosité porta sur
les pas du Nazaréen et qui ne s'en détacha plus. Cette oeuvre, d'une
haute tenue littéraire, est d'une grande vérité humaine. Le paganisme et
la chrétienté y opposent leurs philosophies différentes. Et quelle
atmosphère troublée et troublante! Le mystère s'y renforce de réalisme.
La résurrection de Lazare, si puissamment matérialisée, est un des
moments les plus pathétiques de ce drame émouvant. Mme Georgette
Leblanc-Maeterlinck, aux belles lignes souples et sinueuses, a
magnifiquement incarné Marie-Magdeleine sous ses deux aspects, d'abord
celui de la courtisane vaniteuse, cruelle et lascive, puis celui de la
pécheresse repentie, si touchante d'humilité et de résignation.

Il y a près d'un siècle que Chateaubriand écrivit le _Moïse_ dont
l'Odéon vient d'offrir en spectacle à ses abonnés la tardive «première
représentation». Le sujet de cette tragédie est assez simple: un fils
d'Aaron s'est épris d'une Amalécite; l'étrangère le pousse à renier le
Dieu d'Israël; mais Moïse, chargé des tables de la Loi, redescend
opportunément du Sinaï pour empêcher l'abjuration. Le public a manifesté
plus de respect que d'enthousiasme pour cette oeuvre haute, froide,
claire, d'inspiration apparemment racinienne et d'une humanité sans
doute un peu conventionnelle. La forme en est supérieure au fond. Elle
abonde en beaux vers sonores que de dévoués artistes ont fait applaudir.

[Illustration: Mme Georgette Leblanc-Maeterlinck au second et au
troisième acte de _Marie-Magdeleine_. _Phot. Gerschel._]



_Ce numéro est complété par quatre pages non brochées: LA SCULPTURE AU
SALON._



MON VOISIN DE TABLE D'HOTE, par Henriot.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3666, 31 Mai 1913" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home