Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3668, 14 Juin 1913
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3668, 14 Juin 1913" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.

L'ILLUSTRATION, NO. 3668, 14 JUIN 1913 ***



L'Illustration, No. 3668, 14 Juin 1913

LA REVUE COMIQUE, par Henriot.

Ce numéro contient:
1° LA PETITE ILLUSTRATION Série-Théâtre n° 11: MARIE-MAGDELEINE, de M.
Maurice Maeterlinck;
2° Un SUPPLÉMENT ÉCONOMIQUE ET FINANCIER de deux pages.

L'ILLUSTRATION
_Prix du Numéro: Un Franc._
SAMEDI 14 JUIN 1913
_71e Année.--Nº 3668._

M. PIERRE BAUDIN. V.-AMIRAL LE BRIS.

[Illustration: M. POINCARÉ. M. ÉTIENNE. C.-AMIRAL DARRIEUS. M. MOLLARD.
V.-AMIRAL BELLUE. LE SALUT A L'ARMÉE NAVALE En rade de Toulon: le
Président de la République, les ministres de la Guerre et de la Marine,
abordant en chaloupe le croiseur «Jules-Michelet», répondent aux vivats
de l'équipage.]



L'Illustration, _qui vient de donner huit pièces de théâtre en sept
numéros consécutifs, va commencer, dans le prochain fascicule de_ La
Petite Illustration _(21 juin), la publication d'un roman nouveau dont
le titre seul éveillera la curiosité du lecteur:_

_UN ROMAN DE THEATRE_

_par_ M. MICHEL PROVINS, _de qui nous avons publié, il y a quelques
années, une série de nouvelles d'une très délicate et très pénétrante
observation._

_Puis--après le court intervalle nécessaire encore à l'apparition de
quelques pièces de théâtre--commencera la publication du roman auquel
travaille_ M. PAUL BOURGET, _de l'Académie française:_

_LE DÉMON DE MIDI_



COURRIER DE PARIS

L'ART DE L'ENFANCE

C'est une erreur de croire que tout le monde ait été petit. Je connais,
moi, des gens à qui cette puissante faiblesse a été refusée, des
malheureux qui, du premier jour, sont entrés dans la vie comme s'ils
sortaient de Polytechnique, et qui, aussitôt grands et tout formés, ont
dû certainement naître avec de la barbe, un porte-monnaie et une canne.
Et dans le porte-monnaie il y avait déjà quelque chose... Plaignons-les
d'avoir--en étant tout de suite «un homme»--passé par-dessus le bonheur
de l'enfance.

Mais s'il vous est arrivé d'être petit, franchement petit, si vous avez
eu une bonne dont vous teniez, en levant le bras, le coin du tablier, si
vous êtes souvent tombé de tout votre haut, moins d'un mètre, en
poussant des cris d'aiglon fracassé, si vous avez aimé jouer, jouer par
terre, en ce temps que la terre était notre voisine, à portée de nos
mains, de nos yeux fureteurs et qu'elle nous faisait plaisir à voir, à
toucher, à tripoter, parce que nous ne savions pas, candides encore, que
nous y serions ensevelis, et qu'en la grattant de nos petits doigts nous
ne faisions que de commencer nous-mêmes à creuser notre tombe... si donc
vous avez été le nain aux mollets nus, occupé pour des heures au ras du
sol, vous devez vous souvenir des inexprimables délices que nous
représentait et nous procurait la _maisonnette..._

                                 *
                                * *

La maisonnette!... c'est-à-dire le petit logis, baroque et nécessaire,
dont la construction s'imposait si souvent à notre impatience, au désir
de notre instinct. La maison familiale et paternelle, la maison de
pierre où il y avait un concierge, un escalier, du gaz et des serrures,
ne nous suffisait pas. Il nous en fallait, au cours de nos jeux, une
autre, plus accessible, plus intime, et _pour nous seuls_, qui fût
cependant une réduction de la grande et de la vraie, qui en fût l'image,
mais à notre échelle et à notre ressemblance: la maisonnette. Nous la
cherchions et la possédions déjà dans nos joujoux, dans nos bergeries et
nos arches de Noë. Mais c'était surtout pour _nous-mêmes_ que nous
l'exigions, afin qu'elle nous servît et que nous pussions, pendant
quelques instants dont nous tirions des années, y élire domicile.

Alors nous la bâtissions.

Rappelez-vous. Presque toujours c'était dans un coin du jardin, dans un
coin retiré que nous voulions sauvage. Il fallait que l'endroit fût un
peu perdu et à couvert, difficile d'accès et très ombragé, que l'on ne
vît pour ainsi dire pas de ciel et qu'il y régnât constamment cette
fraîcheur verte et profonde qui picote et vous monte au nez dans les
bois. Et des herbes assez hautes (jusqu'au mollet) étaient
indispensables, ainsi que d'épais fourrés, pour nous donner la pleine
illusion de la forêt vierge... Il n'était pas mauvais non plus que, pour
découvrir ce lieu de retraite, l'on fût contraint à plus d'un détour,
que l'on fît semblant de s'égarer, de consulter des boussoles,
d'appeler, en mettant ses mains en cornet devant sa bouche, que l'on
écartât des branches qui résistaient et que l'on prît des petits
sentiers biscornus comme ceux de la guerre dans les romans de Fenimore.

Si par bonheur nous avions de l'eau et un rocher, c'était le rêve.

                                 *
                                * *

Il y avait deux sortes de construction: la _maisonnette_ et la _cabane_.
La première comportait plus d'élégance et de solidité, la seconde
réclamait moins de soins, mais distribuait peut-être une joie plus
profonde et plus mystérieuse.

Pour la maisonnette, on avait recours à des paravents tendus de papiers
à fleurs, à des devants de cheminée 1830 qui, vus par en dessous,
faisaient les plafonds les plus gais. Des châles de cachemire et des
fichus attachés par des épingles fournissaient les rideaux. Il y avait
de vrais meubles, comme dans le salon de papa, et on s'asseyait, les
genoux au menton, sur les tabourets de pied dont le crin piquait la
peau. Installation complète et luxueuse. Dans la maisonnette, l'on
jouait, garçonnets et petites filles, au monde, au monsieur qui fume, à
la dame, à la soirée, à la visite, au concert, à la dînette, au mariage,
aux domestiques renvoyés. En étendant la main par la fenêtre, on disait
à une blonde de six ans, même sous un radieux soleil: «Je crois,
comtesse, qu'il va pleuvoir.» Et quand l'eau dégringolait à seaux, en
tambourinant les murs de papier, on sortait se rouler dans les flaques
en criant: «La ravissante journée!»

Mais la _cabane_ était une source de sensations plus fortes, plus
durables, plus poétiques aussi.

On l'obtenait avec des vieilles caisses d'emballage, barbelées de clous
tordus, des planches qui portaient les mots _endroit, envers_ et
_fragile_; on y joignait du papier goudronné, de la paille, des piquets
de barrière. Il était naturel qu'elle fût branlante et mal jointe, afin
de laisser passer le canon des fusils, et elle eût été ratée si elle
n'avait pas cédé et craqué quand on s'y appuyait. Elle était
hospitalière au vent, aux intempéries. On pouvait, de l'intérieur, à
n'importe quel endroit, regarder à son aise au travers pour observer ce
qui se passait dehors, voir s'il venait un voleur ou des loups. On y
avait très peur avec un grand courage. On s'y enfermait sans clef, on
s'y barricadait contre des dangers imaginaires et certains, on y
guettait tout ce qui pouvait _venir_. On y savourait la vigoureuse
impression d'être en un pays inconnu, loin de tout, un pays inhabité, au
point de se demander quand on mangerait,... et quoi?

La cabane faisait penser à la chasse et au naufrage.

                                 *
                                * *

Et quelquefois aussi, je me souviens que l'on avait recours à _la
hutte_, réalisée tout simplement par trois branches en fourche, réunies
à leur extrémité et drapées--ainsi que d'un manteau troué--de la toile
poussiéreuse qui servait dans la remise à recouvrir «la calèche de chez
Binder». Au faisceau rustique était suspendue sans retard une marmite
pleine _d'eau du torrent_ sous laquelle, à plat ventre, on essayait,
avec des joues toutes rondes, d'allumer un feu qui ne voulait pas
prendre et dont la fumée vous persécutait. Dans la hutte on n'avait le
droit d'entrer _qu'en rampant_, et l'on y couchait sur des feuilles, la
joue contre une pierre. C'est ainsi qu'était goûtée la vie purement
sauvage, la vie indienne, la vie laponne, la vie dans laquelle on ne
travaille pas, on n'a pas de dictées, ni de devoirs de vacances, dans
laquelle on ne fait rien... rien... la vraie vie enfin.

                                 *
                                * *

Ah! maisonnettes, cabanes, huttes de mon enfance... fragiles abris de
mon passé qui me paraissiez si solides, si sûrs, et qui n'avez pas su me
protéger, qui vous êtes écroulés si vite!... qu'êtes-vous devenus?

Je vous avais oubliés... et, l'autre jour, il a suffi que j'aille au
musée Galliéra, à l'Exposition de _l'Art de l'Enfance_, pour que je vous
retrouve et que je rentre à la minute dans mes émotions relevées. Je me
suis recourbé de nouveau--mais beaucoup plus--en franchissant vos portes
basses. Quand j'ai vu, dans la cour du palais Brignole, se dresser--oh!
pas bien haut--les toitures des constructions rustiques, aux couleurs
vives de jouets, quand j'ai vu les rideaux, touchants comme des pans de
petites chemises, les jardinets pas plus grands qu'une assiette peinte,
les allées étroites où je ne pouvais plus marcher qu'en mettant tout de
bon _un pied devant l'autre_, il m'a semblé que, véritablement, je
fondais, je diminuais pour redescendre à la taille et au niveau de
l'esprit naïf et du coeur si pur que j'avais alors, et qui n'ont changé,
grandi, que pour se ternir et démériter. J'avais dans les yeux, dans
l'oreille et dans l'odorat les visions, les bruits et les senteurs du
temps de franchise où je ne faisais _qu'éprouver_. L'odeur du sable et
des toupies, de la peau rose des balles, du bois blanc des pelles et du
fer des seaux me revenait aux narines comme des parfums de violettes.
J'aurais voulu être tout seul pour mettre des cailloux dans ma bouche.
Et si j'avais résolu de faire un pâté, je crois que, du premier coup, je
l'aurais réussi. Je ne pouvais pas m'arracher de ces jardins de
nourrice, de ces bosquets de Lilli put, où m'ensorcelaient tant de
souvenirs, groupés et dispersés, tant d'événements vécus,... que j'eusse
aimé revivre! Plus que tous les calendriers et que toutes les paroles
fameuses sur la brièveté de nos jours, ces courtes plates-bandes, ces
morceaux de gazon, ces piquets de verdure frisée, ces murs de paille et
de planchettes minces me certifiaient, me prouvaient la fragilité des
premières années qui, plus promptes, plus légères, s'enfuient et
s'écartent aussi de nous d'un pied plus vif et plus rapide.

Ces maisonnettes ont beau être faites pour les enfants, elles ne leur
disent jamais--sur le moment--rien de secret ni de mystérieux. Ils les
habitent comme de petits animaux sans les apprécier. Et ce n'est que
bien plus tard, quand ils sont des hommes et qu'ils ne peuvent plus
entrer dans les cabanes, qu'ils les regrettent.

HENRI LAVEDAN.

_(Reproduction et traduction réservées.)_



[Illustration: Un hydroplane vogue vers le bâtiment de guerre
présidentiel.]

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

A TOULON

Les deux journées que M. Raymond Poincaré, accompagné de M. Pierre
Baudin, ministre de la Marine, et de M. Étienne, ministre de la Guerre,
vient de passer à Toulon, la revue navale qui a marqué ce voyage ont
constitué, au cours des manoeuvres qui s'achèvent cette semaine, un
magnifique intermède.

Arrivé à Toulon samedi dernier, à 8 h. 1/2 du matin, le chef de l'État
s'embarquait presque aussitôt, après une visite à l'hôtel de ville, sur
le croiseur cuirassé _Jules-Michelet_.

Tous les bâtiments de l'armée navale, ayant à leur tête le _Voltaire_,
battant pavillon de l'amiral de Lapeyrère, avaient quitté le matin la
rade pour aller attendre en mer le _Jules-Michelet_. Le croiseur,
arborant le pavillon personnel du Président, aux initiales R. P., défila
d'abord entre deux files de torpilleurs d'escadre et de sous-marins,
faisant la haie sur son passage, puis rencontra successivement, comme
dans une première revue, les divers éléments de l'armée navale.

L'après-midi devait être rempli par une intéressante manoeuvre. Pendant
le déjeuner, la flotte concentrée se disloquait, se divisait, en vue du
combat en deux groupes sous le commandement respectif des amiraux Boué
de Lapeyrère et de Marolles. A une heure, ils étaient à 20 milles l'un
de l'autre, et l'amiral de Lapeyrère commençait à faire rechercher par
sa division légère l'adversaire avec lequel il voulait engager le
combat.

[Illustration: M. Étienne. M. Raymond Poincaré. M. Pierre Baudin. Sur le
pont du croiseur.]

A 2 heures, les deux forces étaient en présence. Le duel d'artillerie
commençait.

Il fut suivi, de la part de l'amiral de Marolles de deux attaques de
torpilleurs qui enthousiasmèrent les spectateurs.

Un duel d'artillerie enfin termina la journée. Puis l'armée entière se
trouva réunie, en rade des Salins, par un crépuscule radieux.

En guise de fête vénitienne, on offrit, le soir, au Président, la vue
d'une attaque de nuit, et dans le ciel de sombre azur, où ses couchait
un mince croissant, les faisceaux des projecteurs emmêlèrent leurs
rayons.

La journée du dimanche, consacrée à la revue navale, allait offrir un
spectacle moins pittoresque, peut-être, mais d'une impressionnante
grandeur.

Le temps était délicieux. Les hydroplanes allaient être de la fête: deux
monoplans et un biplan évoluèrent, une partie de l'après-dînée autour du
bateau présidentiel, se mêlèrent aux goélands, jouèrent au milieu des
barques, égratignèrent la mer, unie comme un beau lac, de leurs sillages
argentés.

Devant le _Jules-Michelet_, mouillé au milieu de la baie des Vignettes,
défilèrent tour à tour, conduits par le _Voltaire_, portant l'amiral de
Lapeyrère, les énormes _Danton_, de la 1re escadre, puis la 2e escadre,
avec ses cinq _Patrie_, puis les cuirassés moins récents, enfin les
croiseurs cuirassés de la division légère. Et, dans l'air lumineux, les
accents de _la Marseillaise_, les notes allègres de la _Marche Lorraine_
tour à tour, se mêlaient aux vivats protocolaires des équipages, au
fracas des salves, aux hourras partis des barques lourdes de foule.

[Illustration: A BORD DU CROISEUR «JULES-MICHELET» (7 JUIN).--En route
pour la revue navale, par un coup de mistral.--_Phot. Marius Bar._]

[Illustration: LES GRANDES MANOEUVRES NAVALES.--Une concentration des
trois escadres, avec leurs contre-torpilleurs. _Photographie prise du_
Jauréguiberry, _au retour de Porto-Vecchio._]

[Illustration: LA REVUE PRÉSIDENTIELLE AU LARGE DE TOULON (7 JUIN). Le
croiseur «Jules-Michelet», ayant à bord M. Raymond Poincaré, passe,
escorté par un torpilleur d'escadre, entre les lignes cuirassées qui
s'avancent en sens inverse. _Photographie prise du paquebot_ Carthage,
_affecté au Parlement et à la Presse._]

[Illustration: En rade des Vignettes, à bord du croiseur
_Jules-Michelet_: le défilé de l'armée navale devant le Président de la
République.]

[Illustration: M. Poincaré. A bord du cuirassé _Voltaire_: présentation
des commandants des bâtiments après le défilé.]



LES FÊTES DE TOULON

[Illustration: LA REVUE NAVALE DU 7 JUIN AU LARGE DE TOULON.--Arrivée du
_Jules-Michelet_ battant pavillon présidentiel, entre les lignes
cuirassées. _Dessin d'Albert SÉBILLE, à bord du répétiteur_
Jurien-de-la-Gravière.]

En contraste avec la vision de la revue navale recueillie par l'objectif
que nous publions deux pages plus haut, voici, vu par un peintre de
marines, un épisode de la même imposante manifestation. Les escadres,
qui avaient pris la mer le samedi matin, comme nous l'avons dit d'autre
part, revenaient, un peu avant 9 heures, au-devant du _Jules-Michelet._
Il leur apparut bientôt, empanaché de fumée, en tenue de combat,--n'eût
été le pavillon présidentiel flottant à son grand mât. Encore quelques
minutes, et il s'engageait au milieu de la flotte superbe s'avançant en
deux files. _Le Voltaire,_ alors, donna le signal du salut. Ce fut,
pendant près de deux minutes, un glorieux fracas. Il soufflait un
mistral assez vif qui soulevait, comme pour la mêler aux mouvants
flocons vomis par les canons, l'écume dont s'ourlaient les vagues,
cependant qu'un blanc voilier «tout dessus» vent arrière traversait
d'une allure souple et sûre les lignes de l'armée navale, sans troubler
un moment cette démonstration guerrière.



[Illustration: Tunnel Victoria, sur la rampe sud (côté de Brigue). Le
profil du rocher rappelle celui de la feue reine d'Angleterre.]

LE NOUVEAU GRAND TUNNEL SOUS LES ALPES

LE LOETSCHBERG: DE SON PERCEMENT A SON INAUGURATION

On doit inaugurer le 20 juin le chemin de fer du Loetschberg ou chemin
de fer des Alpes Bernoises. Cette nouvelle ligne d'accès au Simplon, à
traction électrique, située entièrement sur territoire suisse, présente
pour notre pays un intérêt commercial qui n'est pas négligeable; en
outre, elle atteste une fois de plus la supériorité des constructeurs
français.

La ligne du Loetschberg, intégralement suisse, a été concédée à un
groupe d'entrepreneurs français, à l'exclusion de tout élément étranger.
Ce fait exceptionnel et quelque peu anormal constitue déjà un hommage
magnifique rendu, avant la lettre, au mérite de nos ingénieurs; la façon
dont ces derniers ont accompli leur tâche montre à quel point une telle
confiance était justifiée. Le percement des Alpes Bernoises a été
commencé quelques mois après l'ouverture de la ligne du Simplon; en un
si court intervalle, la technique des travaux souterrains n'avait pas
fait de progrès sensibles. Or, malgré des difficultés aussi grandes,
parfois même plus grandes, qu'au Simplon; en dépit de «surprises» aussi
désastreuses, nos compatriotes ont battu, et de très loin, tous les
records établis par les perceurs de montagnes pour la vitesse
d'avancement et pour la précision du point de rencontre des équipes de
chaque versant. En outre, c'est la première fois qu'un travail de cette
importance, comportant un tunnel de 14.600 mètres et une dépense de 100
millions, est terminé et livré à l'heure prévue.

A diverses reprises, nous avons tenu nos lecteurs au courant de ces
travaux; nous allons rappeler brièvement les étapes de l'entreprise.

La grande chaîne des Alpes Bernoises, qui s'étend de la pointe orientale
du Léman au massif de la Jungfrau, suit une direction sensiblement
parallèle à la vallée du Rhône; elle isole complètement de cette
dernière la région de Berne. De la capitale fédérale, on ne pouvait
jusqu'ici gagner le Rhône et Brigue, point de départ de la ligne du
Simplon, qu'en faisant un énorme détour. La petite ligne de montagne
Spiez-Montreux est surtout une ligne de tourisme, elle ne raccourcit
guère la distance et ne se prête point à un service de trains rapides.

L'idée de percer ce massif, que ne traverse même aucune voie
carrossable, remonte à une trentaine d'années. Une première concession
fut accordée à un groupe suisse en 1891, puis transférée en 1897 au
canton de Berne qui ne réussit point à trouver le concours financier
dont il avait besoin.

[Illustration: Détail de la nouvelle voie ferrée et des principaux
tunnels de Spiez à Brigue.]

Un banquier parisien, M. Loste, offrit alors l'appui de capitaux
français; en même temps un consortium d'entrepreneurs français acceptait
d'exécuter le projet. Ce consortium, établi en 1906, comprenait les plus
éminents de nos constructeurs: MM. Allard, Chagnaud, Coiseau, Couvreux,
Dolfus, Duparchy et Wiriot. MM. Duparchy et Coiseau étant décédés au
début des travaux, le consortium s'adjoignit un nouveau participant
français, M. Prudhomme. Les associés confièrent plus spécialement
l'administration générale de l'entreprise à M. Chagnaud, celui-là même
qui «enfonça» si magistralement sous la Seine les fameux caissons du
Métropolitain; la direction générale des travaux échut à M. Zurcher,
ingénieur en chef des Ponts et Chaussées.

La voie était déjà amorcée par un petit chemin de fer de tourisme entre
Spiez (sur le lac de Thoune) et Frütigen, qu'il y avait lieu d'adapter à
la circulation de trains internationaux. La ligne à construire
commençait donc à Frütigen, à 806 mètres d'altitude. Le parcours total,
de Frütigen à Brigue, mesure 60 kil. 400 mètres; outre le grand tunnel,
il comprend 52 tunnels secondaires formant un ensemble de 12 kilomètres
et dont le plus important a 1.700 mètres.

La ligne suit la vallée de la Kander; en amont de Kandersteg (1.200 m.),
après avoir fait, à Miltholz, une double boucle, elle entre dans le
tunnel de 14 kilomètres, qui lui permet de passer sous le col du
Loetschberg (2.695 mètres) et de déboucher à Goppenstein (1.218 mètres)
sur le versant nord de la vallée du Rhône, au flanc duquel elle descend
jusqu'à Brigue (680 mètres).

Les travaux de perforation du grand tunnel commencés à la fin de 1906,
marchèrent d'abord régulièrement, mais l'année 1908 fut marquée par deux
catastrophes. Le 29 février, près de la tête sud, à Goppenstein, une
avalanche ensevelit onze personnes sous les débris de l'hôtel restaurant
de l'entreprise, endommageant une partie des installations et montrant
la nécessité de construire de nouveaux logements en casemates. Quelques
mois plus tard, le 24 juillet, la galerie nord, où l'avancement
atteignait déjà 2.600 mètres, est en partie comblée par la chute
soudaine d'une masse d'alluvions provenant d'un ancien lit de la Kander
au-dessous de laquelle on devait, au dire des géologues les plus
autorisés, passer en toute sécurité.

[Illustration: Un tournant de la ligne près de Brigue, au-dessus du
Rhône.]

Le déblaiement et l'achèvement du tunnel, suivant le tracé définitif,
ayant été reconnus impossibles, on ferme la galerie ensablée par un mur
de 10 mètres d'épaisseur, traversé de drains pour l'écoulement des eaux.
On reprend les travaux à plus de 1.400 mètres en arrière, en obliquant
vers l'est; une courbe inverse ramènera sur l'axe du premier tracé. La
longueur totale du tunnel, fixée d'abord à 13.735 mètres, se trouve
ainsi portée à 14.605 mètres, non compris les 1.400 mètres de galerie
abandonnée.

Le percement suit dès lors son cours normal, et le 31 mars 1911 les deux
galeries d'avancement se rencontrent sensiblement au milieu du tunnel,
avec une précision qui n'avait jamais été atteinte et qu'il semble
difficile de surpasser. Malgré les difficultés résultant de l'adoption
d'un tracé sinueux, malgré les corrections de nivellement nécessitées
par l'allongement du souterrain, la déviation des deux équipes a été
insignifiante, comme le montrent les chiffres suivants:

Écart latéral des axes des deux galeries, suivant
l'horizontale                                        257 millimètres.

Écart en hauteur                                     102

Écart entre la longueur totale prévue (14.605 mètres)
et la longueur mesurée après le percement            410.

D'autre part, le tableau ci-après montre que la vitesse d'avancement fut
de beaucoup supérieure à celle réalisée dans la perforation de tous les
autres grands tunnels européens.

On remarquera que, dans ce relevé, il n'est point fait état des périodes
d'interruption des travaux. Si, après avoir tenu compte des jours de
chômage et des arrêts imposés par les deux accidents, on déduit les 140
jours de perforation à la main et l'avancement correspondant--353 mètres
pour les deux têtes--l'avancement en perforation mécanique ressort à 11
m. 95 par jour.

[Illustration: La vallée de la Kander.]

[Illustration: _Tableau comparatif du percement des grands tunnels
européens._]

La ligne complètement achevée et équipée fut livrée quelques semaines
avant le 1er mai 1913, date fixée par les contrats.

Un tel résultat honore d'autant plus les constructeurs français qu'ils
avaient assumé la responsabilité d'une tâche particulièrement difficile.
Le front d'attaque sud du grand tunnel était à 1.200 mètres d'altitude,
dans une région parsemée de quelques misérables chalets, ensevelie sous
la neige durant tout l'hiver, ravagée par les avalanches et reliée à la
vallée par des sentiers rudimentaires à peine accessibles aux mulets.
Jamais on ne s'était trouvé dans des conditions aussi déplorables pour
creuser un souterrain d'une telle importance; il a fallu des prodiges
d'organisation pour établir les chantiers et assurer le transport des
matériaux. Pendant la période de travail intensif, les travaux ont
occupé une armée de neuf mille ouvriers.

Comme couronnement à cette oeuvre grandiose, le consortium des
entrepreneurs a dû intenter un procès à la Compagnie du chemin de fer.
Cette dernière refuse de considérer comme un cas de force majeure
échappant au contrat forfaitaire l'éboulement désastreux de la galerie
nord, bien que cette galerie ait été percée suivant le tracé imposé par
la Compagnie, après le rapport de géologues qui s'étaient trompés
d'environ 80 mètres sur le niveau de la roche où l'on pouvait passer en
toute sécurité. M. Brandt, constructeur du tunnel du Simplon, eut
d'ailleurs à se défendre contre des prétentions analogues.



LES CONSÉQUENCES DE L'OUVERTURE DU LOETSCHBERG

Cette voie d'accès au Simplon est considérée en Suisse comme présentant
surtout un intérêt régional. Elle permettra au canton de Berne de
détourner une partie du trafic qui enrichit Bâle par le Gothard, et
Lausanne par le Simplon.

Pour apprécier le point de vue international et surtout le point de vue
français, nous tiendrons compte de deux rectifications de ligne, en
cours d'achèvement: le raccourci Frasne-Vallorbe, qui évitera aux trains
du P.-L.-M. le détour par Pontarlier, et le raccourci Moutier-Grange
qui, par un tunnel d'environ 8 kilomètres, diminuera le parcours sur le
réseau de l'Est.

Dès lors, deux faits se dégagent:

1° Pour la majeure partie de la région située à l'ouest de Cologne, le
trafic qui gagne aujourd'hui l'Italie par Metz, Strasbourg et le
Gothard, aura avantage à se diriger vers le Lotschberg en empruntant le
rail français à Givet, Montmédy, Pagny, etc. Une guerre de tarifs a été
évitée par des conventions récentes.

En même temps, le réseau de l'Est, désormais relié à Milan par une voie
sensiblement plus courte que le Gothard, se trouvera dans de meilleures
conditions pour garder le trafic-voyageurs anglais qu'Ostende n'a pas
réussi à détourner. Le trajet Nancy-Milan, raccourci seulement de 56
kilomètres, se fera avec un gain de temps d'environ trois heures.

2° Quant à la distance de Paris au Simplon, elle sera kilométriquement
plus faible par le Frasne-Vallorbe que par le Lotschberg. Mais les temps
de trajet seront sensiblement les mêmes.

Ces situations respectives sont résumées dans ce tableau où nous
indiquons les distances _réelles_, négligeant les distances _virtuelles_
toujours discutables.

[Illustration: tableau.]

Ajoutons que la nouvelle ligne est assez pittoresque. Entre Frütigen et
Kandersteg, elle suit la vallée de la Kander, fraîche et verdoyante. Les
ponts, les viaducs, les surprises de vues au débouché des petits
tunnels; la boucle de Miltholz, où se superposent trois voies raccordées
par des tunnels hélicoïdaux, ajouteront au charme du trajet qui ménage
au delà du grand tunnel une belle vue sur les Alpes du Valais.

F. HONORÉ.

[Illustration: Du nord de la France à Milan par le Saint-Gothard, le
Simplon, le Loetschberg.]



[Illustration: Le nouveau et l'ancien directeur, M. Albert Besnard et M.
Carolus Duran, à la villa Médicis, le jour de la transmission de leurs
pouvoirs.--_Phot. Ch. Abeniacar._]

A L'ACADÉMIE DE FRANCE A ROME

Depuis une semaine, le nouveau directeur de l'Académie de France à Rome,
M. Albert Besnard, a pris possession de ses fonctions: une simple et
touchante cérémonie a consacré la transmission des pouvoirs, et groupé
une dernière fois, pour de mélancoliques adieux, autour de M. Carolus
Duran, les pensionnaires de la villa Médicis.

Certes, nulle nomination ne pouvait être accueillie avec plus de faveur
que ne l'a été celle de M. Albert Besnard; mais M. Carolus Duran était
adoré des jeunes artistes auxquels, depuis huit années, il consacrait
ses soins dévoués, prodiguait les conseils, donnait l'affection d'un
coeur toujours généreux. Aussi de quelles attentions on l'entourait!
Avec quelles prévenances on s'efforçait de lui adoucir une tâche
devenue, surtout depuis la mort de Mme Carolus Duran, bien lourde à ses
épaules! On ne le laissait pas sortir en ville sans sa garde d'honneur,
que formaient deux ou trois pensionnaires. Et c'était un spectacle
touchant que de voir ce beau vieillard, tout chenu, au masque si plein
de caractère encore, cheminant par les rues sous la protection de ces
jeunes gens empressés, déférents, filiaux pour tout dire.

Ce fut le mercredi 4 juin, que M. Albert Besnard arriva à la villa pour
prendre possession de sa charge. A peine débarqué à Rome, il avait reçu
la visite de M. Robert Vaucher, notre correspondant, venu le saluer au
nom de _L'Illustration_, et, dès les premières minutes de l'entretien,
s'était révélé ambitieux de conquérir ce même cordial attachement
qu'avait si bien su s'attirer M. Carolus Duran.

Le nouveau directeur fut présenté par son prédécesseur aux pensionnaires
dans le grand salon de la villa. Mme Albert Besnard l'accompagnait.
D'une voix que l'émotion fit bientôt défaillir, M. Carolus Duran
s'efforça de dire combien les sympathies que lui avaient montrées ces
«hommes de coeur» qu'il allait quitter lui avaient été précieuses.
L'allocution se termina dans une accolade: les deux grands artistes, le
directeur d'hier et celui de demain, tombèrent dans les bras l'un de
l'autre.



L'INCIDENT DU DERBY D'EPSOM

Le dramatique incident qui s'est produit, le mercredi de la semaine
passée, au Derby d'Epsom, alors que se disputait la course, a causé,
dans toute l'Angleterre, une vive émotion: l'importance nationale de
cette grande épreuve hippique, l'intérêt passionné qu'elle suscite chez
nos voisins, l'affluence considérable qu'elle attire--la présence,
aussi, parmi les concurrents, d'un poulain français _Nimbus_, sur lequel
on fondait de grands espoirs, et qui eût pu, sans doute, en des
conditions normales, poursuivre sa chance--devaient donner au geste
inattendu de cette suffragette, se jetant devant le cheval qui portait
les couleurs du roi, un retentissement que n'atteignirent point les
précédents attentats des terribles militantes du «vote pour les femmes».

Brutalement projetée sur la piste et frappée par les sabots du cheval
dont elle avait provoqué la chute, tandis que son jockey, H. Jones,
roulait à terre, en se faisant des contusions graves, mais heureusement
non mortelles, l'héroïne de l'aventure, miss Émilie Davison, fut
transportée, dans un pitoyable état, à l'hôpital d'Epsom: elle y a
succombé, dimanche dernier, après une longue agonie.

Miss Davison, qui était âgée de trente-cinq ans, comptait, depuis 1906,
parmi les suffragettes les plus résolues. Et elle s'était déjà signalée,
à plusieurs reprises, par son extrême violence. C'est elle qui imagina,
un jour, de se cacher dans le calorifère de la Chambre des communes pour
apostropher les députés, et qui, il y a quelques mois, souffleta un
infortuné pasteur qu'elle avait pris pour M. Lloyd George. Mise en
prison par neuf fois, elle y manifesta encore son ardeur combattive en
faisant la grève de la faim, en se barricadant dans sa cellule et en
tentant de se suicider.

Miss Davison est considérée aujourd'hui par les suffragettes comme une
martyre de la cause. Au cours d'un tumultueux meeting tenu cette semaine
à Londres, Mrs Despard a exprimé l'espoir que son sacrifice «allumerait
une flamme dans le coeur des hommes et les déterminerait à mettre fin à
une situation redoutable».

[Miss Émilie Davison. Instantané pris quelques jours avant l'incident
d'Epsom.]

[Sur la piste de l'hippodrome d'Epsom, après l'agressive irruption de la
suffragette: miss Davison, le cheval _Anmer_ et son jockey, roulent à
terre.]

L'ASSASSINAT DU GRAND VIZIR A CONSTANTINOPLE

«Le grand vizir Mahmoud Chefket pacha, passant en automobile sur la
place de la mosquée Sultan Bayazid, pour se rendre au Divan, a été
frappé d'une balle de revolver à la tempe et, transporté au ministère de
la Guerre, est mort quelques instants après. Son aide de camp, Ibrahim
bey, a été tué à côté de lui. Des cinq assassins, un seul a été arrêté.
La ville est, comme toujours, calme et indifférente.»

Telles sont les nouvelles de Constantinople qui nous arrivent le
mercredi et le jeudi de cette semaine.

Ainsi le sang de Mahmoud Chefket et d'Ibrahim bey paie le sang de Nazim
pacha et de Tewfik Kibrizli.

Je revois passer devant mes yeux la tragédie du 23 janvier et Mahmoud
Chefket pacha lui-même, le lendemain matin, accompagnant le sultan à la
cérémonie du Sélamlik, puis recevant, le soir, à 3 heures, l'investiture
du grand vizirat: raide, très droit, yeux étincelants, moustaches de
chat, l'expression implacablement résolue; et auprès de lui, vivant
contraste, le cheik-ul-islam, vieillard séculaire, cassé, à la longue
barbe, les yeux fixés vers le sol, l'air d'un très ancien revenant
échappé du plus antique, du plus saint, du plus fanatique cimetière de
Stamboul. Cette incarnation de la jeune Turquie et de l'ancienne,
affrontées l'une à l'autre, avait quelque chose d'infiniment dramatique.
Comme aujourd'hui, le peuple de Constantinople demeurait «calme et
indifférent».

Et cependant, ce général à l'expression si impérieuse, ce bon officier à
l'allemande, germanophile qui entrevoyait le monde à travers des
lunettes prussiennes, était un faible, simple instrument aux mains du
Comité Union et Progrès. Les adversaires de celui-ci n'ont pas frappé à
la tête.

Les titres de Mahmoud Chefket sont des titres de général de guerre
civile. Il est célèbre pour avoir, en avril 1009, conduit le 3e corps de
Salonique contre Constantinople, célèbre pour avoir conspiré la chute du
cabinet Kiamil et la mort de Nazim. Perte de la Bosnie-Herzégovine,
perte de la Tripolitaine et de la Cyrénaïque, prolongation inutile de la
guerre avec les Balkaniques, conditions plus dures de la paix, tels sont
les résultats qu'il a obtenus, et le bilan de la Jeune Turquie.
Pourtant, c'était un des meilleurs de son pays, inlassable travailleur,
ayant tenté de toute son âme la réorganisation de l'armée. Mais il
semble qu'à un certain point de décadence d'un peuple la bonne volonté
des individus soit vaine pour le sauver et que les efforts dans ce but
n'aboutissent qu'à hâter les catastrophes. G. R.

[Illustration: Mahmoud Chevket pacha.--_Phot, Phébus._]



[Illustration: Sur la lisière du sentier de la Vertu. _Croquis d'après
nature de J. SIMONT._]

LE MATIN AU BOIS

«Nous n'irons plus au Bois, déclarent quelques grincheux. Le Bois est
envahi par trop de gens depuis que de Belleville on y peut venir, par le
Métropolitain, pour trois sous. Et puis, les automobiles y soulèvent
trop de poussière; et qui osera nous débarrasser de cette poussière-là?
L'automobile est une reine dont on ne discute plus les volontés; on
avait essayé de lui fermer deux heures par jour l'allée des Acacias. Ce
fut un beau tapage! Non, non... nous n'irons plus au Bois.»

[Illustration: Un vieil habitué des allées cavalières.]

Les grincheux ont tort, et c'est Lavedan qui a raison. Il nous disait,
la semaine dernière, qu'il n'y a rien à Paris de plus délicieux que ces
deux mois de fin de printemps, de fin de saison parisienne. Mai, juin...
C'est vrai, mais encore faut-il choisir. Car il y a, même à Paris, dans
l'instant admirable de l'année où nous voici parvenus, des coins
privilégiés, et, comme eût dit Dumas fils, des minutes supérieures. Or,
l'un de ces coins privilégiés, n'en doutez pas: c'est le Bois. Il faut
aller au Bois. Et il faut y aller le matin. Oh! pas le dimanche, c'est
entendu; pas le jour où le Métro déverse sur le Bois deux cent mille
flâneurs; où, de la porte Dauphine et de la porte Maillot, jaillissent
les cyclistes, en gerbes rasantes; où il pleut sur les pelouses des
bouteilles vides et des papiers gras; mais en semaine.

En semaine, et _pas trop tôt_. Avant neuf heures du matin, le Bois n'a
pas sa vraie physionomie. Le Bois n'est pas en beauté. Je veux dire que,
pour la parfaite joie de nos yeux, il n'est pas ce qu'il sera deux
heures plus tard; ce qu'il faut qu'il soit pour être quelque chose
d'unique au monde.

[Illustration: _Les chiens à la mode._]

Avant neuf heures du matin, le Bois appartient aux arroseurs, aux
jardiniers, aux chauffeurs qui viennent à grande vitesse chercher des
clients dans Paris; aux gens d'écurie qui promènent leurs bêtes, aux
hommes d'affaires qui font du cheval par hygiène, montent en chemise de
flanelle et en chapeau mou,--en attendant le bain tiède et le
chocolat... C'est entre neuf heures et midi qu'il faut aller au Bois; et
c'est autour d'onze heures qu'il est exquis, si le temps est joli, de
s'y attarder. Ah! qu'il est donc désolant que Verlaine ait eu le mépris
du «monde», et que, pour n'avoir pas à s'habiller, il ait situé ses
_Fêtes galantes_ au temps de Fragonard et de Watteau! Car le Bois aussi
a ses fêtes galantes qui sont, deux mois par an, des fêtes de tous les
matins. Le Bois a ses dessinateurs et ses peintres; il a ses prosateurs.
Verlaine eût été le plus spirituel et le plus tendre de ses poètes, et
l'on y rencontre à cheval, à pied ou sur des chaises--à chaque tournant
d'allée--des hommes et des femmes qui ont l'air de bavarder des vers de
lui.

[Illustration: MATINÉE PARISIENNE AU BOIS.--Une gracieuse rencontre dans
l'allée des Acacias: le salut du cavalier. _Dessin de J. SIMONT._]

[Illustration: Le banc des «populaires»: une élégante vient de passer.]

N'allez pas chercher trop loin ces cavaliers, ces tournants d'allée et
ces femmes. Le bois de Boulogne est une «étendue d'herbe» qu'on aime
principalement, comme la mer, à cause des petites plages qui la bordent.
Ces plages s'appellent Maillot, Madrid, Bagatelle, Dauphine, la
Muette... Chacune d'elles est formée de pelouses commodes, de clairières
où l'on s'assoit et d'où l'on guette les cavaliers qui passent au long
de l'allée toute proche, et qu'arrêtent des mains tendues, des sourires
qu'on savait rencontrer là. On potine, on échange de menus propos tout à
fait dénués d'intérêt, mais qu'importe? Est-ce qu'ici l'attrait du
spectacle n'est pas tout entier dans la grâce des attitudes, dans la
façon jolie dont se disent ces choses inutiles, dans cet art souverain
que possèdent, à Paris, certaines femmes--celles, justement, qui vont au
Bois le matin--de composer d'adorables aquarelles rien qu'en disant
bonjour à un cavalier qui passe, ou en promenant sous le bras, comme un
bibelot de prix, le plus aimable ou le plus ridicule des petits chiens?

Un poète populaire francfortois, nommé Stolze, écrivait un jour: «Une
chose qui ne m'entrera jamais dans la tête, c'est qu'on puisse n'être
pas de Francfort.» Je suis étonné qu'à l'exemple de Stolze aucun
écrivain de chez nous n'ait encore publié cette opinion:

«Une chose incompréhensible, c'est que les Parisiennes aient pu plaire
avant d'être habillées comme elles le sont aujourd'hui.»

Il est certain qu'aucune mode n'a jamais plus spirituellement aidé à
faire valoir les séductions de la grâce féminine que celles où l'on voit
se complaire, à cette heure, la Parisienne. La jupe est assez courte
pour laisser libre jeu au petit pied qu'habille la bottine claire. Elle
est collante et souple à la fois. Elle est un vêtement de précision et
de complaisance. Elle ne crie pas ce qu'il faut taire, mais tout ce
qu'il est décemment possible de dire, elle le dit. Et leurs chapeaux! De
ce côté-là, c'est le désordre; c'est l'anarchie; mais quoi de plus
avantageux que l'anarchie, quand il s'agit de parer un joli visage?

Point de consigne oppressive; nul ordre à recevoir de sa modiste. On se
regarde dans la glace, et l'on choisit un chapeau pour sa figure: toque
ou bonnet, cape ou turban, vaste ou minuscule, persan ou batignollais,
il importe peu. Et tous sont charmants.

[Illustration: Une aimable personnification de l'entente cordiale:
«Mademoiselle» et «Miss».]

Il n'est pas jusqu'à leur allure qui ne soit devenue plus troublante...
Entraînée aux sports, la jeune femme sait mieux marcher qu'autrefois;
regardez-la suivre au Bois, vers midi, le chemin qui la ramène dans
Paris. Elle marche droite, avec aisance et résolution, en petite
personne qui sait où elle va et ce qu'elle veut.

Mais que celles-là ne nous empêchent pas de regarder les autres... tous
les autres. Car le Bois, le matin, ne doit pas son attrait qu'aux
productions de la Modiste et du Couturier; et sur ces petites «plages»
qui le bordent il est d'autres figures intéressantes que les modèles
d'Helleu et de Boldini. Il y a toute une gentille clientèle d'«habitués»
qu'on serait désolé de n'y plus voir. Il y a le rentier «classe moyenne»
qui vient goûter là l'exquise volupté des flâneries matinales et dont la
devise est faite d'un distique de _Galatée..._

        _Ah! qu'il est doux de ne rien faire_
        _Quand tout s'agite autour de nous!_

[Illustration: Au bois de Boulogne: un brin de causerie sous les
acacias. _Croquis d'après nature de J. SIMONT._]

Il y a la _miss_; il y a la _fraülein_, qui ne semblent pas trop
souffrir, en vérité, de l'exil auquel leur mission d'éducatrices les
condamne; il y a le vieux cavalier, le sportsman ancien style qui veut
bien reconnaître que la Parisienne de 1913 est une ravissante personne,
mais qui cependant persiste à lui préférer celle de 1867, et pour cause.
Il y a l'officier sur son cheval d'armes, le petit garçon sur son
premier poney, l'amazone mûre, de belle prestance encore, qui fait du
trot en pensant à sa corsetière et à son médecin. Il y a... il y a cent
autres spectacles encore. Allons au Bois. Allons-y souvent. Le Bois est
une de ces choses superflues sans lesquelles une foule d'honnêtes gens
auraient, à Paris, l'impression de manquer du nécessaire.

E. B.



[Illustration: Venu de Paris à Johannistal dans la matinée, Brindejonc
des Moulinais, après avoir remplacé son casque d'aviateur par une
casquette, va se restaurer. Les gestes des personnages retenant les
chapeaux et les plis des vêtements soulevés témoignent de la violence de
la bourrasque.]

UN STUPÉFIANT RAID AÉRIEN

DE PARIS A VARSOVIE

Depuis longtemps déjà l'audace de nos aviateurs n'a plus de bornes; il
semble désormais que leur succès ne doive connaître d'autre limite que
celle de leur courage et de leur témérité. Malgré les prouesses qui,
chaque jour, étendent le domaine des espoirs ou des prévisions, hier
encore il eût semblé presque impossible de voler de Paris à Varsovie
entre le lever et le coucher du soleil. Tel est pourtant le voyage
extraordinaire, naguère encore digne de servir de thème à un conte de
fée, que vient d'accomplir un de nos plus jeunes et de nos plus
brillants champions, Brindejonc des Moulinais.

Pour couvrir cette distance de 1.360 kilomètres à vol d'oiseau,
Brindejonc n'a fait que deux escales. Parti de Villacoublay à 4 heures
du matin, il arrive à 6 h. 45 à Wanne (Westphalie); le temps de se
ravitailler, d'inspecter son moteur, et il repart à 8 h. 55. Deux heures
plus tard, à 11 heures (heure française), il atterrit à Berlin où son
apparition cause une véritable stupeur: depuis le matin, la tempête fait
rage; sur l'aérodrome de Johannistal, les oriflammes des hangars ont été
arrachés par le vent, aucun pilote n'a même songé à sortir. Notre
compatriote n'en est que plus chaleureusement accueilli; il s'offre
quelques heures de repos, puis, tout souriant, comme le montre notre
photographie, malgré sa fatigue, malgré la persistance du vent sud-ouest
dont la violence rend son voyage extrêmement périlleux, mais fournit à
la vitesse propre de son appareil un appoint considérable, il reprend
son vol à 13 h. 45. Et, bien avant que se dessine le crépuscule, à 17 h.
15, l'oiseau de France se pose doucement à Varsovie.

Si l'on tient compte des arrêts, il reste un vol effectif de cinq heures
cinq pour franchir les 900 kilomètres de distance entre Paris et Berlin,
ce qui représente une vitesse moyenne réelle de 177 kilomètres à
l'heure. La moyenne générale entre Paris et Varsovie ressort à 170
kilomètres; en fait elle est sensiblement plus forte, car le détour par
Dusseldorf, Berlin et Posen semble porter la distance parcourue à près
de 1.500 kilomètres. D'après un télégramme de l'aviateur, la vitesse
entre Wanne et Hanovre aurait même atteint 215 kilomètres.

Brindejonc a ainsi mis quatre fois moins de temps que le train le plus
rapide pour se rendre de Paris en Pologne. Il avait emporté un paquet de
numéros du Matin qu'il a distribué aux habitants de Varsovie à l'heure
même où le train en apportait à Lyon!

Par ce raid extraordinaire Brindejonc devient détenteur de la coupe
Pommery conquise récemment par Guillaux qui était allé de Biarritz à
Kollum, portant à 1.229 kilomètres le record du voyage en ligne droite
en une seule journée. Le glorieux pilote reçoit la juste récompense
d'une maîtrise et d'une audace à peu d'autres pareilles; il s'était déjà
signalé dans plusieurs grandes épreuves, notamment dans le circuit des
capitales et dans le circuit d'Anjou où, seul avec Garros, il termina le
parcours le premier jour, bravant une tempête qui avait arrêté tous les
autres concurrents.

Cette fois encore, il se trouvait aux prises avec des conditions
atmosphériques déplorables. «Pris dans un tourbillon, racontait-il en
arrivant à Berlin, je fis une chute de 300 mètres. Je passai en quelques
secondes de 1.500 à 1.200 mètres. Tout mon dos est écorché. Je suis
brisé de fatigue, mais je n'en suis pas moins content et fier d'avoir
accompli en si peu de temps le trajet devenu classique Paris-Berlin.»

Sans doute, c'est la force du vent arrière qui a permis de réaliser
cette vitesse exceptionnelle, car la vitesse propre de l'appareil ne
dépasse guère 120 kilomètres; mais un tel exploit montre le parti qu'un
bon pilote peut tirer de la fureur des éléments et atteste une fois de
plus la valeur et le courage des aviateurs français.

Ajoutons que le héros de cette admirable performance est né à Plerin
(Côtes-du-Nord) le 8 février 1892.

[Illustration: Brindejonc des Moulinais remonte dans son monoplan pour
accomplir son étape d'après-midi: Berlin-Varsovie.]

[Illustration: A l'aérodrome de Johannistal: le départ pour Varsovie. LE
PASSAGE A BERLIN DE L'AVIATEUR FRANÇAIS BRINDEJONC DES MOULINAIS]



[Illustration: Une capitale de sultanat au Dar Kouti: le «dem» du sultan
Kamoune.]

NOTRE OEUVRE AFRICAINE

LA JONCTION AVEC LES POSSESSIONS ANGLAISES

_Hors du bruit de nos agitations, de nos querelles, les admirables
soldats lancés en enfants perdus dans la brousse tropicale pour
accomplir l'oeuvre française continuent posément, méthodiquement, leur
excellente besogne. Mais ils sont si loin, si isolés, que les feuillets
d'histoire qu'ils écrivent ne nous parviennent que lorsque d'autres
feuillets peut-être s'y sont déjà ajoutés. C'est ainsi que nous pouvons
seulement donner le récit de faits qui se déroulaient au Dar Kouti, aux
confins mêmes de notre empire africain et des possessions anglaises,
dans les derniers jours de l'année écoulée. Il n'en a pas moins, après
tant de semaines, la saveur de l'inédit._

[Illustration: La région de Djalé, au Dar Kouti, récemment occupée par
nos troupes.]

[Illustration: Une palabre sous la tente: El Hadj Tockeur, envoyé du
sultan Kamoune, devant le capitaine Souclier.]

On se souvient qu'au mois de janvier 1911 l'ancien lieutenant de Rabah,
Mohammed es Senoussij sultan du Dar Kouti, trouvait la mort au cours
d'un combat sanglant que lui avait livré le capitaine Modat.

Ce tyran retors et cruel avait réussi, grâce à une souple diplomatie, à
maintenir des liens et même l'apparence d'une alliance avec nous. Il en
profitait pour tirer de notre bienveillance tout ce qui pouvait lui
servir à fortifier sa puissance, en particulier les armes et les
munitions.

De notre côté, la faiblesse de nos effectifs dans les territoires du
Chari-Tchad ne nous permettait malheureusement pas de surveiller ses
agissements. Il en abusa pour ravager et dépeupler le pays qui lui était
soumis et les régions avoisinantes, accroître ses armements et, par ses
relations avec les plus fanatiques partisans de l'islam, tenter
d'installer, au coeur des possessions françaises, un grand marché
d'esclaves et un foyer de propagande religieuse.

Pourtant, le moment vint où le sultan du Dar Kouti sentit que, malgré
tous ses efforts, il ne lui serait plus possible de nous cacher ses
coupables agissements. Dès lors, il ne songea plus qu'à s'affranchir de
notre tutelle, et à se préparer un refuge hors de notre portée. Il
saisit le moment de nos plus cruels embarras au Ouadaï, la période
durant laquelle fut massacrée la colonne Fiegenschuh et celle qui vit
tomber le colonel Moll et ses compagnons d'armes à Dorothé. Disposant de
4.000 fusils, dont 1.200 à tir rapide, il dirigea ses meilleurs chefs de
bannière et 2.000 guerriers contre la montagne de Djalé, vrai nid
d'aigle, escarpé, tourmenté, formidable, où son ancien vassal le chef
Djellab, sultan des tribus ouangas et youlous, s'était habilement
fortifié. Le siège qu'il en fit fut long et meurtrier. Il lui fallut
deux années d'efforts pour venir à bout des Youlous qui, finalement,
affamés, épuisés, s'enfuirent de nuit pour se réfugier au Soudan
anglo-égyptien, laissant la position aux mains de leurs adversaires.
C'était le triomphe pour Senoussi. Sa défaite et sa mort, par les armes
du capitaine Modat, vinrent briser ses espérances.

C'est alors que vainqueurs de Djellab et vaincus de N'délé vinrent se
réfugier à Djalé même, où ils se groupèrent sous les ordres d'Abdoullaye
Kamoune, fils de Senoussi. Conseillé par les plus ardents ennemis de
l'influence française, le fanatique El Hadj Tockeur et le faki Yssa,
anciens confidents de son père, le jeune sultan entreprit la réalisation
des rêves et des projets ébauchés. Nouant des intelligences avec ses
voisins, razziant tantôt vers le nord-ouest, en pays rounga, tantôt vers
le bassin de la Kotto, au sud, où il massacra deux commerçants français,
poussant des pointes vers la région de N'délé, il n'en continuait pas
moins à nous accabler de fallacieuses promesses et de protestations
d'amitié.

[Illustration: Les redans et retranchements naturels du repaire de
Ouanda Djalé: au centre, cases du village de Djemel Eddine, un des fils
de Senoussi.]

La situation ne pouvait durer. Une puissance nouvelle se formait: il
fallait agir, et agir vite. La 4e compagnie du bataillon de
l'Oubangui-Cliari, sous les ordres du capitaine Souclier, fut envoyée
contre Djalé, le repaire de Kamoune, avec mission d'obtenir la
soumission absolue de celui-ci. L'ultimatum du capitaine Souclier étant
demeuré sans effet, au bout de vingt-quatre heures, l'assaut fut donné
et la position brillamment enlevée. Nos adversaires surpris, bousculés,
éperdus, furent culbutés, rejetés dans la plaine, éparpillés en désordre
dans toutes les directions, laissant nombre des leurs sur le terrain.
Kamoune, à peu près abandonné, s'enfuit, et très probablement se réfugia
en territoire anglais. L'un de ses frères se rendit; les soumissions
affluèrent.

[Illustration: Le tata du sultan Abdoullaye Kamoune, à Djalé.]

C'en est donc fait désormais de l'ancienne tyrannie senoussienne. La
route du Chari au bassin du Bahr el Ghazal est ouverte. La jonction avec
la grande puissance amie devient un fait accompli par suite de
l'installation d'un poste français à cinq jours du poste anglais de
Kafia-Kingi et de la soumission du chef Djellab, réinstallé auprès de
nous sur l'ancienne route des caravanes. Notre influence et notre
commerce vont maintenant s'exercer librement dans ces vastes régions où
la paix française ramènera l'ordre, la richesse et la prospérité.



LA NOUVELLE ALBANIE

M. Franz de Jessen, ancien correspondant de _L'Illustration_ à
Copenhague, qui a suivi, comme correspondant du journal danois le
_Riet_, les armées ottomanes durant la campagne de Thrace jusqu'au
dernier coup de canon tiré en novembre à Tchataldja, avant le premier
armistice, parcourt aujourd'hui l'Albanie devenue soudain indépendante,
mais incertaine encore de son sort; il y visite les grands chefs féodaux
qui prétendent chacun peser de façon décisive, du poids de leur épée et
du nombre de leurs soldats, sur les destinées du pays et nous adresse
ces très intéressantes lignes sur ses premières impressions pittoresques
et sa rencontre avec Essad pacha:

DE DURAZZO A TIRANA

Tirana, 28 mai 1913.

J'arrivais le 23 mai, à bord de l'_Albanie_, dans le port d'Antivari.
Nous apportions aux Monténégrins les premiers vivres qu'ils eussent
reçus après la levée du blocus. Quoique fort contents, ils jurèrent
qu'ils n'avaient jamais manqué de rien. Seul le propriétaire suisse de
l'hôtel de la Marine se plaignait de n'avoir pu, durant les trois
derniers jours, servir de bière à sa clientèle, et que les puissances
eussent ainsi attenté aux intérêts d'un neutre.

San Giovanni de Medua était occupé à mon passage par un bataillon
monténégrin et deux batteries. Cependant, à 2 kilomètres de la ville, on
apercevait un camp turc de 2.000 hommes environ avec une trentaine de
canons de campagne Krupp. C'étaient des soldats d'Essad pacha, évacués
là, attendant les transports qui les ramèneraient en Turquie, et ne
faisant point trop mauvais ménage avec leurs ennemis de la veille.

Le 25 mai, nous jetons l'ancre devant Durazzo. Deux croiseurs, l'un
italien, l'autre autrichien, sont sur rade, quoique la ville ne soit
plus bloquée. Ni formalité de passeport, ni douane. Le soleil levant
éclaire les fortifications vénitiennes, la mer de turquoise, les petites
maisons qui arborent le jeune drapeau de l'Albanie, rouge avec l'aigle
noir, car les Albanais se nomment fils de l'aigle. Quelques-uns de ces
drapeaux portent aussi une étoile blanche symbolisant le ciel commun à
tous, catholiques, orthodoxes, musulmans.

LE FIEF D'ESSAD PACHA

A Durazzo, ordre parfait. Essad pacha y a institué un conseil de 6
notables, 3 musulmans, 3 orthodoxes, présidé par son cousin Hamid bey
Toptani.

Beaucoup de soldats turcs sont demeurés là, vivant dans la détresse sans
que personne se soucie d'eux, ni d'assurer leur rapatriement. Quant aux
soldats albanais, ils ont été licenciés et renvoyés dans leurs foyers.

Hamid bey me donne un gendarme d'escorte, en uniforme turc, pour
m'accompagner à Tirana, centre de l'influence de la famille des Toptani
qui prétendent descendre de Scanderbeg et dont Essad pacha est le chef.

Les paysages qui bordent la route de Durazzo sont riants et fertiles,
vergers, prairies, bosquets. Les églantines, les clématites, les jasmins
en fleur parfument la brise de mer. Les paysans s'arrêtent, demandent
qui je suis, puis saluent et disent à mon drogman «Qu'il écrive bien de
l'Albanie!»

Tirana a un charme indescriptible. Protégée au nord par de hautes
montagnes, elle est enfouie dans la verdure de ses platanes, de ses
mûriers, de ses cyprès et d'innombrables jardins où se mêlent l'oranger,
le citronnier, les lauriers et les myrtes. Partout de l'eau, des sources
et des cascades.

CONVERSATION AVEC ESSAD PACHA

La demeure d'Essad pacha et de son état-major est une vraie forteresse
gardée par les soldats turcs. Les Serbes qui l'ont occupée auparavant
n'ont pas été tendres pour la propriété d'Essad pacha. Il s'en plaint,
mais sans trop d'amertume.

[Illustration: Essad pacha chez lui, à Tirana.--_Phot. F. de Jessen._]

Le maître de Tirana et de toute l'Albanie, au nord du fleuve Scumbi, a
cinquante ans environ; il est vigoureux et d'allure militaire. Ne
sachant que quelques mots de français, son chef d'état-major sert
d'interprète. Il sait écouter, parle avec finesse; parfois ses yeux
brillent, ses traits durcissent et on se sent en face d'un chef qui veut
être obéi sans défaillance. Cependant il sait sourire et faire sourire;
il a de l'ironie. C'est un militaire doublé d'un diplomate et qui
combine les manières orientales à la rudesse d'un hobereau prussien. Il
dément avec dédain les bruits qui ont couru sur ses relations avec le
roi de Monténégro. Il n'y a eu nulle entente de sa part avec celui-ci.
Il a rendu la ville à cause de la famine. La résistance était
impossible, non seulement un jour, mais quelques heures de plus. A
chaque fois que je reviens sur ce sujet, il se montre plus catégorique.

Mais quelle est sa position en Albanie, entouré de troupes turques, vêtu
en général turc, placé entre le gouvernement provisoire de Valona,
presque reconnu par l'Italie et l'Autriche, et le gouvernement de
Constantinople et ce padischah auquel ses propres soldats à lui, Essad
pacha, souhaitent encore chaque jour, après la prière, longue vie et
long règne? Je le lui demande.--«Quant au gouvernement de Valona, me dit
le général avec un sourire, comment voulez-vous que moi, général turc,
j'entretienne des relations avec lui? Les consuls d'Autriche et d'Italie
m'ont informé qu'un tel gouvernement existait. Je n'en sais rien. Cela
ne me regarde pas!»

Et, montrant les dents et clignant des yeux: «Maintenant il y a la
question de mes relations avec le gouvernement turc. Rien de plus
simple. J'attends les ordres du ministère de la Guerre turc. Mais
parfaitement... Je suis prêt à conduire mes hommes où on voudra, pourvu
que ce ne soit pas trop loin. Par exemple je n'irai pas à Bagdad ou au
fond de l'Asie Mineure. Cela n'a pas besoin d'explication.»

Voilà une loyauté parfaite. Mais Essad insiste: «Quand j'ai nommé Hamid
bey mutessarif de Durazzo, il m'a demandé:--A qui dois-je m'adresser
pour prendre des ordres?--A Dieu, lui ai-je répondu, et ensuite à qui
tu voudras, sauf à moi.» Mais qui gouvernera ce pays, ai-je demandé à
mon tour? Il rit: «Vous oubliez que l'Autriche et l'Italie estiment
qu'il y a un gouvernement à Valona.»

Cependant il dévoile quelques-unes de ses pensées. Il veut «le bonheur
de l'Albanie». C'est vague; comment l'assurer? L'indépendance est le
point principal, puis: compromis honorable avec la Turquie, organisation
du pays conformément à ses traditions nationales, recours à l'assistance
européenne au point de vue financier et technique, mais sans
arrière-pensée, sans tutelle autrichienne ou italienne. «Quant à mes
aspirations au trône d'Albanie, merci, pas pour moi! déclare-t-il. Qu'on
nous laisse en paix; et avec mes amis et tous les chefs du pays
peut-être ferons-nous de bonne besogne.»

Il y a, en Albanie, trois religions: l'islam, l'orthodoxie et le
catholicisme romain. Aussi a-t-on pensé, assez sottement d'ailleurs,
qu'un prince ou qu'un roi protestant, n'appartenant à aucune de ces
communions, concilierait tout. Essad pacha estime la trouvaille
plaisante. «Pourquoi pas un juif? dit-il, vraiment, ce sont là des
propos et des jeux d'enfant. Ce qui importe et ce qui importe seul,
c'est notre indépendance, et par indépendance j'entends non pas une
étiquette couronnée mais une réalité assurée et indiscutable.»

Pour l'instant, Essad pacha se repose, maître dans le fief de ses pères,
ayant le temps d'attendre qu'on vienne le chercher si l'on a besoin de
lui, conscient de sa force et de sa puissance, prêt à bondir au moment
opportun, et sûr que rien ne se fera sans lui dans l'Albanie du Nord.

FRANZ DE JESSEN.

Ajoutons, quant aux rapports d'Essad pacha et du ministère de la Guerre
à Constantinople, que le gouvernement turc considère ce grand chef
albanais comme un simple rebelle. Certains des membres de ce
gouvernement s'expriment même à son sujet avec la dernière violence.
Comme notre collaborateur Georges Rémond, pensant à ce moment partir
pour l'Albanie, s'entretenait de lui avec le colonel Djemal bey,
gouverneur militaire de Constantinople, celui-ci lui déclara
textuellement: «Essad pacha est le fils d'un bandit enrichi par Abdul
Hamid, bandit lui-même, ayant fait assassiner. Hassan Riza bey,
commandant la place de Scutari, l'un de nos meilleurs officiers, et
ayant lâchement rendu la ville après entente avec le roi de Monténégro.
Il n'existe pas d'homme plus scélérat et plus bassement ambitieux...»



[Illustration: Mlle Broquedis. M. Max Decugis. M. A. F. Wilding. Mlle
Amblard.]

TENNIS ET TENNISSEURS

_Paris, cette semaine, a vu pour la deuxième fois se disputer, sur les
terrains du Stade français à Saint-Cloud, le championnat du monde de
lawn-tennis sur court en terre battue, les meilleurs joueurs européens
se sont trouvés aux prises sous les yeux d'une assistance aussi élégante
que nombreuse et frémissante. C'est le grand event continental de
l'année «tennistique», un des clous notables de la saison mondaine et
sportive._

_Les notes suivantes, que nous avons la bonne fortune de publier à cette
occasion, sont dues à M. André Lichtenberger. Car M. André Lichtenberger
n'est pas seulement le subtil et délicat romancier que nos lecteurs
connaissent. Chronologiquement au moins, il fut un des premiers joueurs
de tennis de France et n'a pas cessé de manier la raquette. Ses
observations souriantes ou narquoises se recommandent donc autant de sa
connaissance du jeu que de ses qualités de psychologue. Elles sont
détachées d'un petit volume qui paraîtra prochainement à la librairie
Oudin: «Le Lawn-tennis.--Notes, Souvenirs, Méditations»._

I

MÉDITATIONS SOCIALES, ÉTHIQUES, PSYCHOLOGIQUES ET AUTRES

La vogue du tennis existe depuis trente ans et va grandissant. Cet
empire sera-t-il éphémère comme celui d'Alexandre? Question grave et
délicate.

J'estime que, déjà longue et quasi mondiale, la faveur du tennis
s'étendra encore dans l'espace et dans le temps. Et je m'en réjouis.
Cela tient à ce qu'il est un jeu «bien fait». Il y a des jeux
«secondaires», trop spéciaux, artificiels, qui ne sauraient amuser qu'un
moment ou qu'une poignée d'amateurs. D'autres sont éternels parce qu'ils
émeuvent le fond même de notre nature. On jouera au siècle des siècles à
la main chaude, à cache-cache et au chat perché.

Le tennis a conquis rapidement un succès qui s'affirmera parce qu'il
satisfait agréablement un certain nombre des facteurs déterminants qui
poussent l'homme à jouer.

Il a d'abord cette qualité indispensable d'être un jeu amusant.

Il est amusant parce que, d'une façon simple, nette, élégante,
harmonieuse, il répond au besoin d'exercice physique de l'homme
civilisé, et en même temps, de la même manière, satisfait l'instinct de
lutte qui subsiste en lui.

[Illustration: M. André Lichtenberger en tennisseur.]

Réagir par le sport contre les déformations de notre organisme au sein
de la vie intense de nos cités surpeuplées est aujourd'hui un de nos
besoins universels. Mais une foule des moyens qu'on nous propose sont
médiocrement attrayants. La pratique solitaire de certaines gymnastiques
suppose une volonté ascétique qui passe la mesure de beaucoup d'entre
nous. D'autres jeux nécessitent les outillages compliqués ou coûteux,
des apprentissages interminables, n'atteignent qu'incomplètement, que
partiellement, le but qu'ils proposent. Le tennis est un jeu complet,
faisant travailler l'organisme tout entier, réalisable pratiquement
d'une manière en somme aisée. Et il bénéficie au plus haut degré de ce
stimulant qu'est l'instinct de la lutte.

Infiniment respectable, pèlerin passionné, solitaire et silencieux, le
joueur de golf poursuit par monts et par vaux ses travaux d'art pénibles
et raffinés sur la petite boule qu'il chasse devant lui. Au tennis la
riposte de l'adversaire tient sans cesse en haleine, aiguise et distrait
l'attention du joueur. C'est une véritable bataille qu'il livre. Moins
brutale que la boxe, moins précipitée que l'escrime, elle donne
néanmoins la même espèce d'excitation, de joie aiguë.

Le tennis a, de plus, cette qualité d'être un jeu sociable. On joue
entre soi, séparés et non isolés du monde, dans l'atmosphère de la
maison ou du club. Il n'est ni dangereux ni épuisant, et, par là,
accessible à tous les âges et à tous les sexes. Il peut se pratiquer en
famille, unifier sur le court plusieurs générations.

Il est un des moyens les plus commodes aujourd'hui pour faire transpirer
ensemble des jeunes gens de sexe différent. Il est accessible à des
messieurs hors d'âge sans qu'ils soient tenus de se sentir ridicules. On
peut y faire figure honorable après un apprentissage relativement bref
et sans avoir des aptitudes physiques exceptionnelles.

Si presque tout le monde peut jouer au tennis, pour y exceller, il faut,
par contre, réunir un nombre considérable de qualités rares. Et c'est ce
qui fait qu'accessible et intéressant pour la foule, il offre en même
temps un caractère éminemment athlétique et esthétique.

Le tennis met en jeu d'incontestables qualités morales: ténacité,
énergie, maîtrise de soi. Il exige certaines qualités intellectuelles.
Non qu'il soit indispensable d'être un Pascal ou un Poincaré. Mais un
pur crétin arrivera difficilement à y exceller. Un minimum de réflexion,
de présence d'esprit et d'attention est nécessaire, ne fût-ce que pour
démêler le jeu de l'adversaire et rectifier le sien, en conséquence.
Maints échecs et maintes victoires sont dus à de pures raisons
psychologiques.

[Illustration: M. Rahe. Miss Ryan. M. Froitzheim. _Croquis d'après
nature de L. de Fleurac._]

Le tennis est-il un jeu esthétique? On l'a contesté. Sans doute son
cadre un peu étriqué et artificiel, la limitation nécessaire du geste et
d'effort, ce quelque chose de sautillant et d'aheurté à la fois qui le
caractérise ne fait pas de lui tout d'abord un spectacle harmonieux. Il
n'a ni l'envol élastique et noble de la pelote basque, ni la furie
truculente, et empoignante du football, ni la simplicité classique et
splendide de la boxe, ni la puissance rythmée du rowing, ni l'éclat
crissant et belliqueux de l'escrime. Pourtant la vitesse, la précision,
la souplesse et la mesure du geste lui confèrent une grâce spirituelle,
un charme à la fois robuste et net, qui sont bien à lui.

                                    *
                                   * *

De ce que le tennis, accessible aux deux sexes, déroule ses phases
harmonieuses dans un cadre restreint parmi une assistance attentive et
nombreuse, il en résulte qu'il est infiniment propice au développement
d'un aimable cabotinage. Et c'est là, sans doute, qu'il faut chercher
une des raisons principales de son succès. Un monde spécial du tennis
est né avec ses attitudes, son langage, ses costumes, son snobisme, sa
franc-maçonnerie particulière. A des degrés divers, il marque d'une
empreinte ceux qui y participent. Elle est d'un charme plus ou moins
prenant, selon les individus. Une bonne fortune extrêmement rare veut
que la totalité des champions que j'ai approchés soient sans aucune
exception des garçons exquis qui unissent à la perfection de leur art
une simplicité cordiale et de bon goût. En dehors d'eux on peut bien
constater que par définition le champion du tennis est un tantinet
poseur. Une nonchalance estimée aristocratique et un américanisme
vaguement voyoucratique le caractérisent parfois. Ils lui confèrent une
allure extrêmement personnelle.

                                    *
                                   * *

Quelques vices plus laids trouvent pareillement leur contentement au
tennis. La rosserie, voire la muflerie, s'y épanouissent à coeur joie.
Pas d'occasion plus commode pour abuser lâchement de sa force. Avec
impunité, le promenant de droite et de gauche, du grillage du fond au
filet, vous époumonez jusqu'à l'agonie un gentleman rondouillard. Il
vous suffit de quelques balles pour écoeurer une vierge ou déshonorer une
dame mûre qui demeurerait respectable sur tout autre terrain. Il est des
drives brutaux comme une rupture, des lobs perfides comme des billets
souscrits à longue échéance, des volées basses et trompeuses comme un
faux serment, des services américains décevants comme un flirt de même
nationalité.

«Le style, c'est l'homme». Jamais l'adage célèbre ne se vérifia mieux
qu'au tennis. Jadis le croquet passait pour une épreuve décisive
antérieure aux fiançailles. Si vous ne vous étiez pas jeté les maillets
à la figure avant la fin de la partie, vous pouviez espérer naviguer en
paix parmi les écueils de la vie conjugale. Combien les enseignements du
tennis sont plus riches, plus délicats et plus féconds! Rien qu'à voir
comment Z... tient sa raquette est une indication. Jamais vous ne me
ferez croire qu'Amy soit un pingre, Decugis un mouton et Salm un enfant
de choeur.

[Illustration: En attendant l'heure du match.]

[Illustration: Les arbitres de touche. Le juge-arbitre. Mlle de Csery
(Hongroise) M. Decugis (Français). M. Craig Biddle (Américain). Miss
Ryan (Américaine). LES CHAMPIONNATS DU MONDE DE LAWN-TENNIS.--Un match
mixte sur le grand court central du Stade français, à Saint-Cloud.
_Photographie J. Clair-Guyot._]

Autant que le caractère, le tennis révèle la profession. Chacune confère
au jeu de ses adeptes une empreinte qui les décèle. La vigueur nette et
un peu sèche des attaques trahit le militaire. Ce processus honorable et
appliqué pue l'universitaire à plein nez. Drives et smashes risqués à
l'aveuglette dénoncent le cerveau brûlé. Vous faut-il le dossier de
l'avocat, le diagnostic du médecin?

Je recommande particulièrement le tennis à l'intellectuel. Tandis que
l'escrime l'énervera et que le golf sera impuissant à captiver son
attention, le tennis, sitôt quelques balles échangées, s'empare de lui,
le saisit et le distrait. Au bout d'un set, il a oublié les pires
rosseries de ses confrères et combien son génie fut méconnu. La partie
terminée, sous la douche bienfaisante, il se consolerait presque de n'en
avoir point. Et, ensuite, placé en face d'une bonne tasse de thé et
beurrant ses toasts, il reprendra confiance dans ses lumières, dans
l'avenir de la France et le bonheur de l'humanité.

II

CONSEILS POUR TOUS

Le tennis est le tennis, c'est-à-dire quelque chose de considérable.
Cependant, il n'emplit pas la vie, du moins tout entière.

Quand vous jouez au tennis, jouez-y. Vous aurez de l'esprit ailleurs,
s'il vous en reste.

Ne soyez ni appliqués jusqu'au tragique, ni désintéressés jusqu'au je
m'enfichisme. Croyez ou ayez l'air de croire que c'est arrivé, ou
presque.

A moins que vous ne soyez Anglais, auquel cas ça viendra tout seul,
faites-vous une tenue. Surveillez vos nerfs. Un masque mélodramatique
est de trop. Une dégaine de gavroche pas tout à fait assez. Canet est
bien.

Soignez votre style, mais ne lui sacrifiez pas tout. Proportionnez vos
ambitions à vos forces. Il n'est permis qu'à Gobert de faire de suite
trente-deux fautes de service. Evitez les mimiques outrées. Ne saluez
pas de l'épée pendant plusieurs secondes avant de servir. Même si le
service est bon, il y a déception. Et si rien ne vient, cela vous a un
air de misère et d'avortement.

Ne considérez avec stupeur ni le ciel, ni la terre, ni votre raquette
quand vous venez de manquer la balle. En somme, rappelez vos souvenirs,
cela vous était déjà arrivé.

Si vous dominez aisément votre adversaire, n'exagérez pas la muflerie.
Il y a des manières de faire cadeau d'un jeu qui appellent la gifle.
Sachez gagner.

Et sachez perdre.

Quand, après deux heures de jeu, vous êtes estoqué, ne dites pas à votre
vainqueur épuisé: «J'ai joué quinze au-dessous de mon jeu.»

Il y a, quand l'arbitre a jugé contre vous, certains regards de stupeur
naïve qui sont d'exactes tentatives de chantage. Ils ne trompent
personne.

Sachez offrir de recommencer un coup douteux surtout s'il n'est pas très
important pour vous.

Même un sacré arbitre est un arbitre sacré: ne l'oubliez pas.

N'engagez pas de controverse avec votre partenaire du double; vous
n'êtes mariés que jusqu'à la fin de la partie.

Si la petite jeune fille qui joue avec vous en mixte est tout à fait
nulle, évitez néanmoins de vous désintéresser d'elle comme d'un animal
galeux.

_Au champion_:

Souviens-toi que tu n'as pas toujours été champion et que tu ne le seras
pas toujours.

Sans doute que si tu as manqué, c'est la faute de la balle, de la
raquette, du vent, de l'arbitre, du jour ou de la semaine. Mais c'est
toujours davantage la tienne et celle de ton adversaire. Même pour le
let? Oui, monsieur!

Je sais bien que, puisque tu ne les paies pas, ça t'est égal de casser
tes raquettes. Tout de même, pas d'excès d'ostentation dans tes dépits.

Puisque le public paie, il n'est que de stricte honnêteté de défendre ta
chance jusqu'au bout. Sans quoi tu le voles. Songes-y.

Naturellement, puisque tu es ténor, tu peux te permettre certaines
libertés. Sache les accommoder à ton grade, de même que tes exigences.
Un champion interscolaire ne peut pas réclamer des balles neuves à
chaque set. Certains petits cris d'oiseau n'ont toute leur grâce que sur
les lèvres d'un vainqueur international.

Si tu joues à l'étranger, outre la correction.

Si tu joues en France, outre la courtoisie.

N.-B.--Paie tes entrées.

_Aux jeunes filles:_

Vous flirtiez tout à l'heure et recommencerez dans un instant.
Maintenant, on joue.

Ayez, au tennis, une tenue de tennis. Les grands chapeaux, les chichis
et les jupes entravées, ça sera délicieux en dehors du court.

Point de glapissements suraigus ni de mutins trépignements. C'est gentil
cinq minutes, et puis ça appelle la fessée.

Cependant, n'adoptez pas non plus à l'égard des balles une attitude
d'indifférence hautaine. Si elles ne vous intéressaient pas, vous
pouviez rester assise.

Ne laissez à aucun prix votre partenaire vous ramener les balles. Ces
choses-là se paient cruellement. On peut en rater un mariage ou un
divorce.

Il n'est pas nécessaire que vous ayez une première balle foudroyante.
Mais si vous envoyez régulièrement ces deux services dans le filet,
mettez-vous plutôt au tricot.

Inutile d'entretenir avec votre partenaire une conversation soutenue.
Cependant adressez-lui de temps en temps un compliment, surtout s'il est
en guigne.

Ne clignez pas de l'oeil à la galerie. Ça peut vous jouer toutes sortes
de sales tours.

Ne vous enorgueillissez pas démesurément de vos succès. N'oubliez pas
qu'en simple, ce monsieur chauve et grisonnant vous rendrait
demi-trente.

_A l'apprenti:_

Encore quelques milliers de balles par-dessus le filet, et tu y seras
presque. Mais, en attendant, ne tape pas sur chacune à tour de bras.
Tennis n'est pas synonyme de frénésie. Et si tu savais ce que tu es
ennuyeux pour tes souffre-drives!

Ne t'accroche pas, parasite indécramponnable, aux basques de Laurentz ou
de Gobert. Il ne t'est à peu près d'aucun profit de jouer avec beaucoup
plus fort que toi. Regarde, et escrime-toi de préférence contre qui peut
te rendre quinze au maximum.

Si, un jour, Germot, vaguement surentraîné, échange avec toi quelques
balles, ne répète pas pendant six mois d'un ton négligent: «J'ai pris
quatre jeux à Germot.» Il les a laissés tomber, et tu t'es borné à les
ramasser.

_Tu Marcellus eris!_ crois-le, je n'y vois nul inconvénient. Mais
rappelle-toi que tu ne l'es pas encore.

_Au vieux joueur_:

O toi qui fus champion, je sympathise. Tes muscles se sont rouillés, tes
articulations raidies, ton haleine est devenue plus courte. Et,
pourtant, tenace, tu n'as pas déserté les courts. Je t'en félicite.
C'est un bon signe de santé physique et morale. Continue. Il t'est
encore permis de jouer les handicaps. Mais surveille-toi. N'oublie pas
que tu es au bord d'être ridicule. Il t'appartient de faire en sorte de
ne pas te dégoûter toi-même.

Évite le sillage des petites jeunes filles et des grands champions. Tu
les embêtes, et, malgré leur excellente éducation, tu t'apercevras
bientôt qu'ils ne t'amusent pas.

Approprie tes ambitions à ce qui te reste de valeur. Pour peu que tu
aies à promener du ventre, abstiens-toi les singles prolongés. Prends
garde que tes courses évoquent l'autobus et ta face congestionnée le
disque d'alarme.

Aie le jeu consciencieux et bon enfant. Que ta victoire, rare, soit
modeste. Accepte sans amertume la défaite. Ne t'époumone pas à lutter
indéfiniment, à galoper d'un coin du terrain à l'autre. Ne batifole pas.
Point de gestes excessifs ni d'exclamations puériles. Passé au filet,
réprime le râle d'agonie qui te monte aux lèvres et sache sourire à la
balle qui te fuit comme à une plaisanterie d'un goût délicat ou comme à
la vie, qui, elle aussi, commence à t'échapper et qui ne reviendra pas.

ANDRÉ LICHTENBERGER.

_Deux jeunes championnes revenant du court._



CE QU'IL FAUT VOIR

LE PETIT GUIDE DE L'ÉTRANGER

Le hasard fait voisiner sur les murs de Paris, depuis quelque temps, des
affiches qu'on pourrait appeler des affiches-soeurs. L'une annonça
d'abord l'exposition d'Alphonse de Neuville, dont je parlais ici, il y a
huit jours. L'autre, ensuite, nous informa d'une reprise des _Cloches de
Corneville_. Le peintre et le musicien sont de la même génération. C'est
autour de l'année 1860 que Neuville exposait au Salon ses premiers
tableaux militaires (qui étaient des tableaux de victoires); et c'est
vers le même temps que Planquette composait ses premières chansons de
café-concert, expurgées par la censure. _Les Cloches de Corneville_ sont
de 1877: l'année où Neuville, en pleine gloire, envoyait le portrait de
Paul Déroulède au Salon du Palais de l'Industrie. L'étranger, qui, après
une heure passée à la galerie de La Béotie, aura consacré sa soirée aux
_Cloches de Corneville_, saura comment, il y a trente-cinq ans, notre
pays célébrait ses soldats, et quels refrains--puisque tout finit par
des chansons!--il aimait à chanter.

Ce qu'il faudra voir encore, ces jours-ci? Il faudra voir _la
Pisanelle_, au Châtelet; le concours général agricole, au Champ de Mars;
et, avenue Montaigne, les Ballets russes dont les dernières
représentations sont annoncées.

Ne pas manquer surtout les deux tableaux du _Sacre du Printemps!_ Il
n'arrive pas tous les jours qu'on voie, pour un Ballet, une foule se
passionner et des auteurs crier à la cabale.

Cabale inoffensive d'ailleurs; où l'on ricane, où l'on sifflote; une
cabale qui, non seulement ne prend point les choses au tragique, mais
semble ne se plaindre que de les voir prendre par quelques-uns un peu
plus au sérieux qu'il ne faudrait.

Est-ce à dire que le grand danseur par qui cette chorégraphie «païenne»
lut imaginée et le musicien de talent qui fit sautiller si étrangement
ces marionnettes sur une musique qu'en peut qualifier de troublante,
sans offenser personne, aient manqué de sincérité, ou, comme
l'affirmaient quelques spectateurs maussades, se soient moqués de nous?
Mais non, et ce sont là des insinuations très vilaines. Le musicien qui
prend la peine d'écrire et d'orchestrer une partition (ce qui est un
fort rude labeur) ne songe jamais à se moquer de personne; et le
chorégraphe qui anime de son inspiration des masses dansantes, règle des
pas inédits, des mouvements neufs (ce qui ne doit pas être une mince
besogne non plus!) ne saurait être accusé, le pauvre, d'être un homme
sans sincérité. Où M. Nijinski a-t-il appris que les Russes de la
préhistoire dansassent de la manière qu'il les fait danser? Nulle part,
évidemment. Mais sa conviction qu'ils dansaient ainsi, et non autrement,
n'en est pas moins certaine.

Une sincérité moins certaine me paraît être celle de certains
spectateurs. Ah! ceux-là sont admirables; et, s'il faut voir _le Sacre
du Printemps_ (que les auteurs me pardonnent cette opinion
irrespectueuse), c'est aussi pour jouir du spectacle de ceux et de
celles qui s'y pâment. Vous les connaissez; ce sont nos amis les snobs,
qu'on retrouve partout, animés d'une ardeur que rien ne rebute, d'une
apparence de foi qui ne se lasse point. Qu'il s'agisse de choses peintes
ou de choses sculptées, de musique, de danse, de théâtre ou de
belles-lettres, ils sont prêts, toujours. Il leur suffit que l'oeuvre
soit présentée dans des conditions de suffisante élégance et déclarée
très ennuyeuse et très obscure, pour qu'aussitôt ils se précipitent,
d'avance conquis, et tout de suite proclament que rien n'est plus beau,
plus clair, plus simple que ce qu'on leur montre là. Personne n'a
compris? C'est assez pour qu'eux comprennent. Il ne faut point détester
les snobs. Ce ne sont ni des gens sans esprit, ni des gens méchants. Ce
sont des aristocrates; ce sont des personnes très dégoûtées qui ne
veulent toucher qu'à des opinions qui n'ont pas servi.

                                    *
                                   * *

Les fêtes de la semaine prochaine, à Montmartre, ne les attireront
sûrement pas. Elles attireront trop de monde pour que le snobisme y
puisse trouver du plaisir. Je crois que, tout de même, en dépit de la
cohue, elles vaudront d'être vues.

La Butte et ses alentours sont habités par des hommes qui ont beaucoup
d'esprit, qui sont gais, et qui savent perdre leur temps à des besognes
charmantes qui ne rapportent rien; car ils sont généralement pauvres, ce
qui explique pourquoi ils méprisent volontiers l'argent. On sait que
leurs fêtes de la semaine prochaine--trois pleines journées de
réjouissances!--son des fêtes d'adieu! On rira. On devrait pleurer,
puisqu'il s'agit de saluer Montmartre non pas comme on salue un
vainqueur, et comme le saluait, il y a vingt ans, le gentilhomme Salis,
mais comme on salue un mort.

En effet, Montmartre s'en va. Montmartre s'écroule; non de vieillesse,
mais d'ambition. Montmartre veut avoir des rues larges à la place de ses
ruelles, des garages d'automobiles à la place de ses petits jardins. La
Butte veut être une butte moderne; électricité, téléphone, ascenseur et
sagesse à tous les étages...

Il faut en prendre son parti. Les démolisseurs sont à l'oeuvre, et le
drame est commencé. Des ruelles historiques de Montmartre ont déjà
disparu; d'autres vont disparaître, et cela continuera aussi longtemps
que derrière les peintres qui enragent et les poètes qui pleurent, il y
aura des propriétaires qui se frottent les mains.

Il y aura donc peut-être, fout compte fait, pour l'Étranger qui passe,
quelque chose de plus intéressant à voir dans Montmartre, la semaine
prochaine, que les fêtes qui s'y donneront: il y aura Montmartre
lui-même.

Qu'il s'y promène avant qu'y sévisse le vacarme des cavalcades; et qu'il
retourne y poursuivre sa promenade, après que les cavalcades auront
passé.

Même entamée par la pioche des entrepreneurs, la Butte demeure quelque
chose de charmant. Certaines des rues qu'on y voit encore--telles la rue
de l'Abreuvoir et la rue Girardon--étaient, au dix-septième siècle, des
sentiers: et ces sentiers eux-mêmes avaient été tracés sur une terre
foulée autrefois par les Druides, et où Mercure et Mars eurent des
temples! Il n'y a plus de temples à Montmartre; mais il y reste encore
trois moulins. Les «Amis du Vieux Paris» n'ont point d'architectures
vénérables à y faire admirer aux étrangers: mais d'amusants débris du
passé, des morceaux de pavillons, d'abbayes, d'observatoires, des traces
de destruction guerrière y évoquent l'histoire de dix siècles, à côté de
maints cabarets fameux où se racontent l'histoire... et les histoires
d'hier.

On ne peut pas dire que la Butte soit une belle chose, en vérité; mais
tant d'événements s'y sont passés, et tant de figures y ont passé qu'on
peut dire qu'elle compose à elle seule le plus prodigieux recueil
d'anecdotes qu'il y ait à Paris.

Étrangers, allez vite feuilleter le recueil, avant que le Progrès en ait
chiffonné et balayé les dernières pages!

UN PARISIEN.



AGENDA (14-21 juin 1913)

CONFÉRENCES.--Hôtel de Sens (rue du Figuier): le 15 juin, à 4 heures,
conférence de M. Léon Riotor. Le 20 juin, au Salon de la Société des
Artistes Français (Grand Palais): conférence de M. Jean Morin: _la
Verrerie artistique dans l'antiquité_.

EXPOSITION PHILATÉLIQUE.--Au Palais de Glace (Champs-Elysées): du 21 au
30 juin, exposition philatélique internationale organisée par la Société
française de timbrologie.

EXPOSITIONS ARTISTIQUES.--_Paris_: Grand Palais: Salon de la Société des
Artistes Français; Salon de la Société nationale des
Beaux-Arts.--Pavillon de Marsan (Louvre): l'Art des Jardins en
France.--Bibliothèque Le Peletier de Saint-Fargeau (29, rue de Sévigné):
Promenades et Jardins de Paris.--Hôtel de Sens (rue du Figuier): le 16
juin, clôture de l'exposition des Artistes du 4e arrondissement.

CONGRÈS.--A l'Hôtel des Sociétés savantes: du 16 au 20 juin, se tiendra
un congrès forestier international, organisé par le Touring-Club de
France.

FÊTES DE BIENFAISANCE.--Au vélodrome du Parc des Princes: le 16 juin, à
2 h. 1/2 fête artistique et sportive, au bénéfice de l'oeuvre française
du rapatriement des artistes lyriques et dramatiques.--Au Trocadéro: le
17 juin, matinée donnée Par l'oeuvre des Trente Ans de théâtre au
bénéfice de son dispensaire.

FÊTE.--Le 19 juin, à l'Opéra: soirée de gala en l'honneur de Beethoven,
Verdi, Saint-Saens. Au programme, sélection d'oeuvres des trois
compositeurs, avec orchestre.

SPORTS.--_Courses de chevaux_: le 14 juin, Auteuil; le 15, Chantilly,
prix du Jockey-Club: le 16, Saint-Cloud; le 17, Enghien; le 18, le
Tremblay; le 19, Longchamp; le 20, Maisons-Laffitte; le 21,
Saint-Ouen.--_Aéronautique_: le 15 juin, à Saint-Cloud, grand prix
annuel de l'Aéro-Club de France.--_Automobile_: le 22 juin, grand prix
de France des motocyclettes, circuit de Fontainebleau.--_Boxe_: le 15
juin, à Toulouse: Willie Levis contre Kid Jackson.



LES LIVRES & LES ÉCRIVAINS

LE GRAND PRIX DE LITTÉRATURE

C'était, la semaine dernière, la seconde fois que l'Académie française
attribuait son Grand Prix de littérature. La raison de ce prix, fondé il
y a trois ans sur l'initiative de M. Paul Thureau-Dangin, fut sans doute
qu'il appartenait essentiellement à l'illustre compagnie de décider,
elle avant tous autres, quelle oeuvre méritait, chaque année, d'être
sacrée chef-d'oeuvre. De-ci de-là, d'autres jurys bien rentes avaient
peu à peu rogné sur cette prérogative, et telles de leurs décisions
avaient été retentissantes. On en était venu à complètement oublier que
cent ou cent cinquante volumes--à peu près le quart de la production en
librairie--étaient annuellement jugés dignes par l'illustre assemblée
d'une plus ou moins haute récompense. Les lauréats de l'Académie étaient
devenus plus nombreux encore que les officiers d'académie. On n'y
prenait plus garde dans le public, tandis que l'on s'accoutumait à
acheter de confiance, aux étalages des libraires, les volumes primés par
les académiciens Goncourt ou même par les dames de la _Vie Heureuse_.
L'Académie ne pouvait rester sur cet affront. Elle ajouta à ses cent
cinquante prix annuels un cent cinquante et unième prix auquel elle
donna le nom de Grand Prix, et qu'elle dota de dix mille francs. Dix
mille francs, c'est une somme. Il y eut une brusque émotion dans toute
la gendelettres où, nuls, jeunes ou vieux, ne pouvaient bouder à un
pareil encouragement à bien écrire. De son côté, l'Académie se devait à
elle-même, pour cette fois, de bien juger. Elle souhaita d'être
infaillible, et ce souci l'obséda au point que, le premier coup, dans le
scrupule de se tromper, elle préféra s'abstenir de prendre une décision.
On lui reprocha assez vivement cette attitude pour que, l'année
suivante, elle supprimât le temps de la réflexion et se précipitât, les
yeux fermés semble-t-il, sur une oeuvre dont on lui avait dit du bien:
_l'Élève Gilles_, de M. André Lafon. Mais ce choix fut peu ratifié par
le public. On attendit la belle, c'est-à-dire la troisième épreuve, qui
se décida le jeudi de la semaine dernière. Trois livres, ou plutôt une
oeuvre, toute une oeuvre d'écrivain et deux livres étaient en
discussion. Couronnerait-on le _Jean-Christophe_, de M. Romain Rolland,
qui venait de terminer, par un éblouissant chapitre (1), ce roman, en
onze volumes, de la pensée d'une époque; ou bien donnerait-on le prix
aux romans nés d'hier de deux nouveaux venus dans les lettres: _Laure_
(2), de M. Émile Clermont, ou _l'Appel des armes_, de M. Ernest Psichari
(3). Il apparut tout de suite que la beauté et la richesse de l'oeuvre
de M. Romain Rolland étaient indiscutables et ne souffraient guère de
comparaison. Mais il y avait à trancher une question de principe par
quoi se divisaient les opinions académiques. Le Grand Prix devait-il
honorer une carrière ou encourager un début? On vota plusieurs fois pour
se mettre d'accord sur la thèse et, finalement, la majorité des
suffrages attribua le laurier d'or à l'oeuvre de M. Romain Rolland, à
_Jean-Christophe_, que venait d'ailleurs de parachever le volume final
paru dans les délais convenus pour la validité des candidatures. Le
président de la République lui-même, M. Raymond Poincaré, avait tenu à
participer à toutes les passes de la joute. On assure qu'il vota pour
_Jean-Christophe_.

      Note 1: _Jean-Christophe, la Nouvelle Journée_, par Romain
      Rolland, Ollendorff, éditeur, 3 fr. 50

      Note 2: _Laure_, par Émile Clermont, Bernard Grasset, éditeur, 3
      fr. 50.

      Note 3: _L'Appel des armes_, par Ernest Psichari, Oudin, éditeur,
      3 fr. 50.

Sans doute, l'Académie, en donnant le plus haut gage de son estime à M.
Romain Rolland, n'a pas entendu épouser les doctrines sur la vie,
aventureuses et un peu confuses, de Jean-Christophe Kraft, musicien
génial, les conceptions imprécises de son humanitarisme, son mépris de
l'oeuvre du passé et son peu de goût pour notre art national. Les idées,
en elles-mêmes, n'ont pas été jugées, et c'est très bien ainsi. On n'a
voulu retenir que l'abondance prodigieuse de la pensée, éclose à chaque
ligne, la pureté, si française, de la langue, l'exacte et délicate
beauté des paysages du Rhin, la fraîcheur émouvante des scènes de
l'amour adolescent, le sens noble et profond des pages sur l'amitié.
Lorsque parut le premier _Jean-Christophe_--que le jury de la _Vie
Heureuse_ eut, tout d'abord, l'heureux instinct de distinguer--ce fut
une joie, une émotion vive et ravie dans ces lettres, car, dès ce
moment, l'on salua et l'on mit hors de pair le grand écrivain qui venait
de naître, et qui, aujourd'hui, dans sa laborieuse retraite de Vevey, où
est venu le surprendre la consécration académique, travaille
paisiblement à de nouvelles fortes oeuvres.

                                    *
                                   * *

M. Romain Rolland nous dit, dans la préface du dernier volume de
_Jean-Christophe_: «J'ai écrit la tragédie d'une génération qui va
disparaître. Je n'ai cherché à rien dissimuler de ses vices et de ses
vertus, de sa pesante tristesse, de son orgueil chaotique, de ses
efforts héroïques et de ses accablements sous l'écrasant fardeau d'une
tâche surhumaine: toute une somme du monde, une morale, une esthétique,
une foi, une humanité nouvelle à refaire. Voilà ce que nous fûmes.» Et
il ajoute: «Hommes d'aujourd'hui, jeunes hommes, à votre tour!
Faites-vous de nos corps un marchepied et allez de l'avant. Soyez plus
grands et plus heureux que nous.»

Jeunes hommes d'aujourd'hui, s'écrie, en riposte, M. Ernest Psichari
dans _l'Appel des armes_, pour redevenir grands et forts, ne continuez
point de suivre la route de la critique, des vides sophismes et des
inutiles tournois de l'esprit. Nous avons trop d'esprit. Mais nous
n'avons plus d'âme. Notre cerveau éclate sous la poussée des
imaginations folles et malsaines, et dans l'effort des mesquines
discussions. Nous nous mourons de littérature. Arrêtons-nous sur le
chemin de Byzance. Plus de paroles, de l'action. Retrempons notre race
dans le soleil et dans le feu des terres neuves, mystiques et
guerrières!

Entre ces deux livres en conflit, le roman de M. Émile Clermont,
_Laure_, a recueilli, pour de tous autres mérites, d'importants
suffrages. La pensée est moins riche ou moins ardente que dans les
oeuvres précédentes. Elle n'est pas moins élevée. Elle est plus subtile.
C'est l'étude d'une âme inaccessible aux réalités modestes du bonheur
humain. Qu'elle erre dans l'épanouissement sublime d'un parc au matin du
printemps, ou qu'elle se replie dans le silence clos et froid d'une
cellule, cette âme de Laure est une âme de cloître, orientée toujours
vers l'infini. Elle est trop loin, trop haut pour descendre parmi les
médiocrités de la vie. Elle passe, à distance, comme une lumière. Elle
éclaire autour d'elle. Mais elle ne se mêle pas aux autres faibles et
troubles lueurs humaines. On trouve, dans cette oeuvre, certainement
influencée par l'art de M. René Boylesve, des nuances infinies de
pensée, qui, parfois, à vrai dire, trahissent trop la recherche et
nuisent au relief. Aussi le personnage étudié demeure-t-il, malgré tout,
imprécis. Il y a des visions brèves, délicieuses, deux ou trois scènes
muettes d'une grande émotion, et beaucoup de très jolies petites images
qui n'arrivent pas cependant à nous donner un seul portrait expressif.
M. Émile Clermont a révélé dans son récit de rares qualités d'écrivain.
Et ces qualités, cependant, ne nous ont point valu un livre parfait ni
même peut-être un très bon livre. L'attention se lasse. Elle résiste mal
aux longueurs, car 200 pages pourraient, sans lui nuire, être
retranchées de ce volume qui en compte 417. Enfin, il y a trop souvent
une absence de simplicité qui irrite. Voici, par exemple, Laure qui
prophétise avec un enfant sur les bras:

--Plus tard, murmure-t-elle, que deviendras-tu, toi que j'aurai vu à
l'aube de tes jours, comblé des plus beaux présages? A ton enfance
quelle grâce aura manqué?... Pourtant faudra-t-il qu'au long des années,
dans ton coeur si pur, les instincts vulgaires de la race s'éveillent
l'un après l'autre? Hélas! le faudra-t-il?... Que deviendras-tu? Quoi
donc! homme, simplement homme, traînant indéfiniment les mêmes désirs et
les mêmes passions banales dans le cercle que nous savons! Cela
seulement! éternellement cela! A cette perspective, tout regard
s'attriste et toute pensée se décourage.

Cela, c'est de la «littérature» et non point de la meilleure. Nous
aimons mieux l'art, très fin, très souple, qui chatoie, en cent autres
endroits, dans l'expression de la sensibilité humaine. _Laure_, c'est un
joyau trop minutieusement ouvré. Il y a trop de facettes. On ne retrouve
plus le foyer.

ALBÉRIC CAHUET.



L'ATTENTAT D'HANOI

Nous avons, il y a deux semaines, signalé, par quelques documents
photographiques, le déplorable attentat d'Hanoï, qui, le 26 avril
dernier, fit deux victimes, le commandant Mongrand et le commandant
Chapuis. Le portrait du premier qui avait pu nous parvenir sans retard,
a été, à cette douloureuse occasion, publié dans notre numéro du 31 mai.
Il convenait de rendre le même hommage à son camarade, frappé à ses
côtés, officier, comme lui, d'infanterie coloniale.

[Illustration: Le commandant Chapuis.]

Le commandant Chapuis, blessé grièvement par la bombe jetée sur la
terrasse du Hanoï-Hôtel, ne succomba qu'après une cruelle agonie: il eut
encore le suprême courage de supporter une opération qui ne laissait
aucun espoir.

Il est mort au moment où il s'apprêtait à revenir en France, ayant
terminé son séjour en Indochine.



DOCUMENTS et INFORMATIONS

HISTOIRES DE SCORPIONS.

L'histoire naturelle nous apprend que le scorpion est un animal d'une
voracité extrême, redoutable pour les insectes dont il fait sa proie
ordinaire, et même pour l'homme, qui doit, dans les pays chauds, se
garder de sa piqûre envenimée: les deux photographies reproduites
ci-contre témoignent que sa férocité s'exerce également sur ses
semblables et que, dans cette gent cruelle, le plus vigoureux s'attaque
volontiers au plus faible, et le dévore.

C'est à un entomologiste de Biskra, M. Chiarelli, grand collectionneur
d'insectes sahariens, que nous devons la communication de ces curieux
documents. On sait que la femelle du scorpion porte ses petits sur son
dos jusqu'à ce qu'ils soient assez forts pour aller chercher eux-mêmes
leur subsistance. En ayant isolé une avec sa progéniture, M. Chiarelli
voulut un jour la sortir de la boîte où il la conservait: mais à peine
l'avait-il touchée qu'il vit les petits, effrayés sans doute,
s'éparpiller, et la mère, les attrapant avec ses pinces, se mettre à les
dévorer un à un. «Comme je craignais de les voir tous disparaître de
cette façon, nous écrit l'observateur amusé de cette singulière scène,
je plaçai immédiatement le scorpion dans un bocal, où je versai une
solution de formol. La mère cessa de vivre, sans toutefois lâcher ceux
qu'elle avait déjà saisis entre ses pinces.» Le photographe n'eut
ensuite qu'à disposer l'animal et ses petits sur un morceau de drap noir
afin d'obtenir le cliché que nous publions.

M. Chiarelli procéda de la même manière pour deux scorpions de taille
différente, qu'il avait placés dans un bocal, sans aucune nourriture, et
qu'il retrouva, deux jours après, le plus gros dévorant l'autre: on ne
voyait plus, de celui-ci, que l'extrémité de la queue, avec le dard. Le
formol immobilisa, encore une fois, l'animal, qui put être alors
aisément photographié avec sa proie.

A PROPOS DU ROCHER DE TORMERY.

Nous avons longuement rendu compte, dans notre numéro du 31 mai dernier,
de l'explosion du «rocher de Tormery», par laquelle ont été anéantis les
deux blocs latéraux de l'énorme masse de 9.000 mètres cubes qui menaçait
le petit village savoyard. On a pu se demander--et l'auteur documenté de
notre article posait, en terminant, la question--pourquoi on avait
laissé subsister le bloc principal, si dangereux encore qu'on a dû
prévoir, pour empêcher son écroulement, la construction d'un mur de
soutien.

M. A. Reulos, ingénieur des ponts et chaussées, qui fut chargé de
l'opération, nous écrit que l'explosion de la masse entière, après avoir
été soigneusement étudiée, était apparue comme impraticable et inutile,
pour plusieurs raisons, qu'il nous explique. Tout d'abord, il eût été
impossible de perforer, avec les moyens ordinaires, un bloc de 15 mètres
d'épaisseur; il aurait fallu recourir à l'emploi de perforatrices en un
point où l'installation d'un matériel compliqué présentait des
difficultés presque insurmontables. D'autre part, une exploration
minutieuse de la grande faille, en arrière du rocher, avait permis de
constater que la masse centrale était solide et qu'il suffisait de la
protéger, à la base, par des travaux appropriés. Enfin l'explosion
totale faisait craindre des dégâts très importants dans le village.
«Malgré l'effritement produit par la dynamite-gomme de la maison
Davey-Bickford, assure M. A. Reulos, il reste toujours des morceaux de
roc pouvant atteindre 1 ou 2 mètres cubes; plusieurs auraient été
projetés au loin, et d'autres seraient restés accrochés dans les
broussailles voisines, constituant pour les habitants de Tormery un
péril permanent.»

Sur quelques points de détail, M. A. Reulos rectifie nos informations:
ce n'est pas la maison Davey-Bickford qui a fait percer les trous de
mine, mais la maison Bernasconi, de Chambéry; et la partie centrale du
rocher n'a pas eu, pendant l'explosion, le moindre mouvement.

TRAITEMENT DE LA DIPHTÉRIE PAR L'AIR CHAUD.

M. Rendu a constaté que les microbes de la diphtérie sont détruits par
un chauffage à 60 degrés pendant cinq minutes ou par une température de
70 degrés maintenue deux minutes. La diphtérie se localisant
généralement aux voies respiratoires supérieures, un essai de traitement
par la chaleur paraissait dès lors tout indiqué.

Avant d'expérimenter sur des malades, l'auteur a voulu déterminer la
limite de la température que peuvent supporter les voies respiratoires
supérieures. Il a pu lui-même supporter des inhalations d'air chaud sec
pendant un temps qui variait de 2 minutes à 100 degrés à une demi-heure
à 60 degrés, la température de l'air étant prise à l'entrée de la
bouche. Pour assurer cette tolérance imprévue, il suffit de protéger les
lèvres et le reste de la face avec des compresses imbibées d'eau.

Après cette étude préparatoire, le docteur Rendu a traité par l'air
chaud 33 cas de diphtérie, en même temps qu'il soignait un autre groupe
de 33 malades avec du sérum antidiphtérique. Les résultats ont été
identiques dans les deux cas et la mortalité n'a pas dépassé 15%.

LE CONGRÈS INTERNATIONAL DES FEMMES

Le dixième congrès international des femmes, qui s'était réuni à Paris,
vient de terminer ses travaux.

Si les premières féministes pouvaient aujourd'hui contempler leur
oeuvre, elles partageraient avec les doyennes du parti un étonnement
extrême: Mmes Vincent, Hubertine Aucler et d'autres «anciennes»,
vaillantes et simples, ont dû se croire transportées dans un monde
nouveau, au milieu de cette assemblée où furent représentées plus de
vingt nations, assemblée aussi féminine que féministe, élégante et
posée, où la sagesse présidait en personne derrière un bureau tout
fleuri de roses.

Beaucoup de vieilles dames, ayant évidemment passé l'âge de
l'inexpérience; quelques-unes bien charmantes sous les cheveux blancs,
n'abdiquant en rien leur dignité ou leur coquetterie de femmes et
servant avec esprit la cause qu'elles défendent: telles furent, pour ne
citer que celles-ci, Mme Siegfried, présidente du Congrès, et Mlle
Bonneval, présidente de séance.

D'autres, plus jeunes, ardemment convaincues, exposent leurs travaux
avec mesure, une mesure qui, parfois, paraît de la froideur et empêche
les idées de passer «la rampe», exception faite cependant pour Mmes
Séverine et Maria Vérone, dont l'éloquence communicative enthousiasme
les congressistes.

Lady Aberdeen, ex-vice-reine des Indes, présidente d'honneur, apportait
avec l'autorité de son nom la grâce aristocratique de sa personne; Mme
Cruppi parlait avec une compétence que sa distinction faisait
particulièrement apprécier; Mme Avril de Sainte-Croix se signalait par
son activité et son bon sens positif qui lui fit lancer cette boutade:
«Commencez par faire respecter les lois que vous avez, avant d'en
demander d'autres.»

Et, dans une harmonie parfaite, ce congrès s'est déroulé, sans heurt,
sans déclaration outrancière. A peine sentait-on, par instant, poindre
ce sentiment indéfinissable qui ressemble de loin à la jalousie,
sentiment si accentué dans les assemblées masculines, mais qui, chez les
femmes, pourrait bien n'être qu'une généreuse émulation.

Les travaux présentés formaient un ensemble considérable embrassant des
questions multiples: hygiène, travail, sciences, politique, etc., le
tout traité avec une raison indiscutable.

La section du suffrage offrait un intérêt particulier: on attendait, on
espérait peut-être des manifestations ridicules. Cette sympathique
curiosité a été déçue; Mme Maria Vérone, s'abstenant de tout commentaire
personnel, a simplement rappelé les réformes utiles réalisées par les
femmes dans les pays, déjà nombreux, où elles sont électrices et
éligibles.

En Amérique et en Océanie, le sort des ouvriers s'est fort amélioré
depuis que les femmes votent. Partout les électrices ont fait adopter
des lois importantes pour l'éducation morale; elles combattent tout ce
qui déprave l'homme et la femme et, par suite, atteint l'enfant; elles
mènent une guerre sans merci contre l'alcoolisme et elles ont obtenu des
résultats extraordinaires en faisant interdire les débits d'alcool ou
limiter leur nombre. C'est ainsi qu'en Suède on compte actuellement un
débit pour 5.000 habitants au lieu de 1 pour 400 habitants il y a
quelques années; en Norvège on ne trouve pas plus d'un cabaret pour
20.000 habitants; en Islande l'alcool est prohibé, l'alcoolisme a
presque disparu en Finlande. Au Wyoming, où les femmes votent depuis
vingt-cinq ans, il n'y a plus d'asiles d'indigents, les prisons sont
presque vides et les crimes sont devenus très rares.

La question de la paix est ainsi noblement posée par les congressistes;
quels sont les moyens propres à éveiller dans les jeunes consciences
l'amour de la justice et le respect du droit des peuples?

Enfin Mme Maria Vérone lance cet appel éloquent qui précise le véritable
point de vue du féminisme sérieux, trop souvent défiguré par ses
adversaires: «Féministes de tous pays, nous devons lutter pour que les
femmes obtiennent partout l'émancipation politique, on considérant cet
affranchissement non point comme un _but_, mais comme un MOYEN de
réaliser notre programme, comme une étape nécessaire vers le progrès.
Alors seulement il nous sera permis d'entrevoir un avenir meilleur pour
ceux qui nous suivront, d'espérer que désormais la justice et le droit
régneront dans la famille consolidée, dans la nation régénérée, dans
l'humanité tout entière fraternellement unie.»

[Illustration: DANS LE MONDE DES SCORPIONS.--Une mère qui dévore ses
petits. Elle en tient un dans sa bouche et en a déjà saisi deux autres,
un dans chaque pince. _Collection de M. Chiarelli, à
Biskra.--Photographies Bougault._]

[Illustration: Scorpion avalant un de ses congénères. On ne voit plus,
de la victime, que les trois dernières phalanges de la queue et le
crochet venimeux sortant de la bouche du mangeur.]



[Illustration: A la Chambre de Manille: les députés philippins en
séance.]

LE PARLEMENT PHILIPPIN

A regarder la curieuse photographie que nous reproduisons ici, on
dirait, tout d'abord, d'une classe de grands écoliers bien sages, tous
vêtus de semblable manière, ainsi qu'il convient aux élèves de la même
institution, et écoutant attentivement la parole du maître, assis
derrière leurs pupitres identiques... Nos yeux accoutumés aux vastes
assemblées parlementaires où se discutent les affaires des grands États
verront avec une surprise amusée, en cette image, la salle des séances
de la Chambre philippine, à Manille. Sur chaque pupitre, une prévoyante
administration a fait inscrire, en lettres blanches, le nom de celui qui
l'occupe: grâce à cette disposition ingénieuse, le président ne peut
avoir aucune hésitation à reconnaître et à désigner, dans le tumulte des
débats, le député turbulent pour lequel s'impose un rappel à l'ordre.

Les occasions lui sont fréquentes d'user des sévérités que lui accorde
le règlement, car les délibérations de la Chambre philippine, pour se
poursuivre devant une assemblée peu nombreuse, sont souvent bruyantes et
passionnées. Il y a quelque temps, M. Pedro A. Paterno (que l'on
aperçoit ici au premier rang) soulevait des protestations indignées en
proposant, comme unique moyen d'augmenter rapidement la population de
l'archipel, la bigamie obligatoire. Plus récemment, un projet de loi sur
la suppression de l'esclavage, courageusement soutenu par le secrétaire
de l'Intérieur, M. Dean C. Worcester, provoquait de vives
controverses... Les députés de Manille n'observent point toujours la
paisible attitude qu'on leur voit sur notre photographie.



UN «PRINCE DES ESPIONS»

«L'affaire Kedl», qui vient d'éclater brusquement en Autriche, a un côté
romanesque, une ampleur qui la distingue des banales et mesquines
histoires d'espionnage où quelque soldat besogneux est compromis à bas
prix: le colonel Alfred Redl a pu être justement qualifié de prince des
espions.

Il était bel homme, et portait avec aisance le coquet uniforme
autrichien. Il avait quarante-six ans; on lui en eût donné quarante. Le
teint haut en couleur, le verbe assuré, l'allure athlétique, un peu
vulgaire, pourtant, il s'imposait à l'attention là où il paraissait.
Détail piquant, avant de trafiquer, avec la Russie, des secrets
militaires de son pays, il a pris la parole, comme commissaire du
gouvernement, représentant de la vindicte publique, dans maintes
affaires d'espionnage. Il était, en dernier lieu, chef d'état-major du
commandant du 8e corps, à Prague.

Sa carrière avait été superbe, puisqu'on parlait déjà de sa promotion au
grade de général. «Une carrière d'archiduc», disait au correspondant du
Figaro un de ses camarades. Il menait grand train, avec autos et
maîtresses cotées.

La guerre des Balkans allait détruire ce bel édifice et révéler,
derrière la brillante façade de cette vie fortunée, les infamies
cachées. Ce fut, en effet, à de certaines coïncidences, au moment de la
mobilisation autrichienne, à des concordances saisissantes entre les
mouvements des troupes de la monarchie dualiste et de celles de la
Russie, qu'on commença de soupçonner le colonel Redl. Une enquête
discrète fut commencée. Le 24 mai, le chef d'état-major du 8e corps
était mandé à Vienne: on voulait profiter de son absence pour opérer
chez lui une perquisition. Elle donna des résultats accablants. Le drame
se dénoua en quelques heures. Tandis que Redl dînait dans sa chambre
d'hôtel, trois officiers d'état-major fouillaient l'automobile qui
l'avait amené. Ils y trouvaient un revolver et des papiers déchirés.
Déjà le télégraphe avait apporté au ministère de la Guerre les résultats
de l'opération de Prague. Il semble qu'on eût dû arrêter Redl sans
délai. Non. Les trois officiers, avec un procureur, lui firent visite
dans sa chambre. Des policiers furent apostés dans les corridors de
l'hôtel. Redl put néanmoins sortir, aller au café, écrire des lettres.
Le lendemain, on le trouvait mort, un browning neuf gisant à ses pieds.

[Illustration: Le colonel autrichien Alfred Redl. _Phot. Harkanyi._]

L'affaire, toutefois, ne saurait être étouffée, car de nombreuses
arrestations, s'y rapportant, ont été opérées.



LES THÉÂTRES

Après le _Martyre, de Saint-Sébastien_, qui fut représenté, il y a deux
ans, au théâtre du Châtelet, M. Gabriele d'Annunzio vient de donner sur
cette même scène une nouvelle pièce, écrite en notre langue, dont il
connaît et met en oeuvre, avec un lyrisme abondant, toutes les
magnifiques ressources, _la Pisanelle ou la Mort parfumée_. Composée en
vers décasyllabiques et non rimes, cette comédie, qui compte un prologue
et trois actes, fait revivre une époque et une légende françaises, en
nous transportant au treizième siècle, dans l'île de Chypre, alors
gouvernée par le prince Huguet de Lusignan: la «Pisanelle», c'est une
jeune femme de Pise, faite prisonnière par des pirates, qui vient, ainsi
que l'ont annoncé les prédictions, délivrer l'île des maux dont elle est
accablée.

Mise en scène par M. Usewolod Meyerhold, des théâtres impériaux de
Saint-Pétersbourg, encadrée dans des décors aux colorations
audacieusement somptueuses de M. Léon Bakst, accompagnée d'une partition
due à M. Hildebrando da Parma, _la Pisanelle_ a obtenu auprès du public
parisien le plus chaleureux succès. On a beaucoup applaudi les
interprètes, au premier rang desquels Mme Ida Rubinstein et MM. de Max
et Joubé.

Au théâtre Antoine, reprise du _Baptême_, de MM. Alfred Savoir et
Nozières. Le succès de cette comédie, une des plus remarquables du
répertoire contemporain, ne se dément pas et durera longtemps. On sait
qu'elle met à la scène des juifs convertis au catholicisme et tirant
avantage de leur conversion pour élargir leurs affaires. Le sujet était
délicat à traiter. Les auteurs l'ont abordé sans parti pris; leurs types
sont heureusement campés; l'intrigue, claire, bien conduite, abonde en
traits d'observation. Parmi les interprètes, M. Lugné Poe et Mme Cheirel
ont été particulièrement applaudis. Le spectacle commence par _le Champ
libre_, un acte très divertissant de M. Jean Jullien.

Les Escholiers ont donné quatre pièces nouvelles qui composent un
spectacle varié. _Coup double_, de MM. Renouard et Le Clerc, est une
aimable bergerie sentimentale. _Le Tournant_, de M. Lionel Nastorg, fait
dialoguer d'autres amoureux avec philosophie à l'heure de la rupture.
_L'Épreuve d'amour_, de M. Grawitz, indique son sujet par son titre;
mais les amants ici portent le costume grec et s'expriment en vers.
Quant à la _Vraie Loi_, cette pièce se distingue par ses deux actes des
précédentes qui n'en ont qu'un; on y voit les enfants d'un homme qui se
tua, possédés à leur tour par la hantise du suicide. Pour la
représentation de ces oeuvres, les Escholiers avaient fait appel à
d'excellents artistes.



[Illustration: MARIÉ SANS LE SAVOIR, par Henriot.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3668, 14 Juin 1913" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home