Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3669, 21 Juin 1913
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3669, 21 Juin 1913" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 3669, 21 Juin 1913

LA REVUE COMIQUE, par Henriot.

Ce numéro contient:
1° Une double page hors texte en couleurs;
2° Le premier fascicule du nouveau roman de M. Michel Provins: UN ROMAN
DE THÉÂTRE;
3° Un SUPPLÉMENT ÉCONOMIQUE ET FINANCIER de deux pages.

L'ILLUSTRATION
_Prix du Numéro: Un Franc._
SAMEDI 21 JUIN 1913
_71e Année.--N° 3669._



[Illustration: LE DERNIER REPOS SUR LE LIT DE CAMP Au Maroc; le
commandant Bernier, tué près d'Ifrane en chargeant à la tête de son
bataillon. _Voir l'article, page 577._]



        _Ce numéro comprend une double page en couleurs
        hors texte sur_
                       _LES FLORALIES DE GAND_
        _et la première partie d'une étude sur_
                        _LA FAUNE D'AFRIQUE_
        _illustrée de quatre pages en_ héliogravure; _la seconde
        partie de cette étude, avec quatre autres pages en
        héliogravure, paraîtra la semaine prochaine. La plupart
        des numéros qui vont suivre auront d'ailleurs,
        comme celui-ci, des pages en couleurs._

                _Le prochain supplément théâtral contiendra_
                             _VOULOIR_
                    _comédie en quatre actes_
                     _de_ M. GUSTAVE GUICHES
        _qui poursuit une brillante carrière à la Comédie-Française._



COURRIER DE PARIS

LES MALLES

On les a descendues.

Les voilà dans l'antichambre, encore mal réveillées du creux et long
sommeil qui les a engourdies depuis les dernières vacances. Je les
reconnais et elles n'ont pas du tout l'air de me connaître. Elles ont
beau porter, imprimées et peintes, mes initiales, en noir et en rouge,
et montrer ma carte de visite suspendue, en prétention, à une de leurs
poignées, dans l'étiquette de cuir, elles m'ignorent, totalement. Elles
ne me témoignent pas plus de cordialité qu'à un homme d'équipe. Dénuées
de grâce et de bienveillance, elles exagèrent déjà leur pataude
grandeur. Elles encombrent, et on dirait que c'est avec plaisir,
qu'elles le font exprès. Étalées dans une large indifférence et un lourd
sans-gêne, elles sont là--chez moi, qui suis leur maître, qui les ai
choisies, achetées, payées--comme elles seraient ailleurs, n'importe
où. Je comprends que, pour en avoir la taille et les dimensions, elles
ne sauraient pourtant être des _meubles_, qu'il ne faut pas leur
demander le caractère intime et le bon ventre d'une commode, la
tendresse presque conjugale d'une armoire, la sympathie d'un
bonheur-du-jour. N'ayant ni famille, ni domicile, ni foyer, ni patrie,
elles ne se sentent, en effet, jamais chez elles. Ce sont des
juives-errantes. D'un égoïsme de voyageur, elles ne présentent un peu de
caractère et de physionomie que dans les gares, les fourgons, sur les
chariots et sur le toit des omnibus. Elles ne «vivent» que sanglées,
cordées, pleines jusqu'aux bords, et seulement en cours de route,
pendant le trajet. Une malle vide, et au repos, échouée au grenier, ou
rangée dans la chambre de débarras est une chose inouïe d'abandon, d'une
impersonnalité inexprimable, une chose pire que morte, une chose triste
et affreuse, et décourageante, qui n'est rien... rien... et dont
s'écarte elle-même, prise de spleen à sa vue, la souris à jeun.

                                  *
                                 * *

Mais en ce moment les malles sont à la veille d'entrer dans la danse. Le
couvercle levé, elles attendent-qu'on les nourrisse, que nous jetions en
elles, connue des petits pains dans le fournil de l'éléphant, tout ce
que nous emportons avec nous dès que nous nous déplaçons, les
indispensables inutilités dont nous croyons que nous ne pouvons pas nous
passer. Que l'on sache ou non «faire une malle», il faut cependant, en
effet, que «tout y tienne». Il est nécessaire que nous y mettions notre
linge et nos livres, nos vêtements et nos papiers, nos cravates et nos
agendas, nos chaussures, nos remèdes, nos affaires de toilette et nos
petits paquets intimes, les quotidiennes reliques qui font partie de
nous-mêmes plus étroitement encore que nos chemises. Tout cela doit
trouver sa place--et la trouve--dans la malle, quelle qu'elle soit. Car
la malle, d'aspect si dur et si peu accommodant, est pourtant douée
d'une incroyable souplesse. On n'imagine pas sa complaisance élastique à
se plier à tous nos désirs, même les plus insensés... Elle absorbe ce
que l'on veut. Ne dites jamais qu'elle est pleine et que l'on ne peut
plus rien y ajouter. Même petite à ne contenir que le minimum, elle a
des profondeurs de gouffre insoupçonné, et j'en ai connu qui, sans avoir
la capacité d'un tonneau, étaient de vraies malles des Danaïdes.

Quel curieux et saisissant spectacle que celui de l'intérieur d'une
malle! Chaque fois qu'il m'est arrivé d'y songer, à genoux devant la
mienne, tandis que j'empilais tour à tour, et les uns contre les autres,
les objets les plus différents et les plus opposés, je n'ai pu
m'empêcher d'en sourire et quelquefois d'en divaguer... C'est un ramassé
prodigieux, une cohésion de disparates qui amuse et fait réfléchir. Au
fond d'abord, classement logique, les poids lourds, les chaussures, le
gros linge, les livres, les dossiers... Mais avec la meilleure bonne
volonté, tout cela ne resterait pas cinq minutes et jouerait bientôt si
l'on ne prenait la précaution de le caler. Il faut boucher les trous,
tamponner. Et c'est ici qu'apparaît la malice opportune du destin qui me
force à consolider mon Sénèque avec ma boîte à bijoux et à enfoncer
trois paires de chaussettes de soie dans le flanc des _Pensées de
Pascal_, «pour les retenir».

Dans le casier du milieu sont généralement déposés les vêtements pliés
mou, avec art, les habits qui ne veulent pas être maltraités, les
pantalons bien tendus, couchés comme des malades. Et le dernier
compartiment, celui du dessus, reçoit presque toujours la lingerie fine,
les chemises, les gilets blancs, les choses plates et légères, entre
lesquelles se glisse au dernier moment maint objet menu et fragile.
Voici la malle à peu près faite, achevée. Sans qu'elle ait besoin d'être
transparente, on y voit avec l'esprit que toutes les matières y sont
rassemblées, que le bois, le fer, l'or, l'argent, la laine, le fil, le
papier, le carton, la soie, le velours, le drap, le verre, la
porcelaine, sont condamnés, dans l'espace le plus réduit, à se serrer, à
se presser, à s'accepter sans mauvaise humeur. Pas pour longtemps,
heureusement, la brève durée d'un voyage, d'un très court trajet, même
quand les indicateurs font croire qu'il est long. C'est tout à fait
l'image de la vie.

On ferme, en se baissant, avec la toute petite clef qui se donne des
façons de clef de coffre-fort, on boucle les courroies, et il semble
alors que l'on soit allégé de tout ce qui est dans la malle comme si on
se l'était retiré de dessus le corps et la pensée, ainsi qu'un gros
poids. On est déjà à moitié parti.

                                  *
                                 * *

Pendant qu'elle est chargée, transbordée, la malle ne nous intéresse
pas. Nous n'y pensons plus. Elle a cessé de nous appartenir. Nous aimons
nous figurer que nous voyageons sans elle, les mains vides. Elle ne
commence à nous manquer qu'à la minute où, arrivés à destination et
rendus à l'hôtel, nous commandons «qu'on nous la monte». Elle nous
représente alors notre maison, notre fortune et nous-mêmes, et nous nous
trouvons déjà moins seuls quand le garçon colossal--afin d'en exagérer
la pesanteur et pour nous donner aussi une plus vaste idée de la force
de ses reins--la laisse tomber à nos pieds dans la chambre
inhospitalière.

A cet instant, la malle quitte son air bête pour prendre figure de
camarade, et sa vue ne nous choque pas, si laide et si fatiguée qu'elle
soit. C'est d'ailleurs en peinant et en vieillissant qu'elle gagne du
caractère et de la physionomie. Une malle propre, reluisante et neuve ne
signifie rien, n'a pas de raison d'être. Il faut qu'elle ait, le plus
tôt, un passé derrière elle, et beaucoup de pays, qu'on la sente lourde
et lasse, ne s'étonnant plus guère, et revenue de maints endroits
lointains comme de maintes illusions. Il faut qu'elle ait été cahotée,
heurtée, cognée, brutalisée, que, sans même avoir besoin de lire les
adresses des hôtels dont elle est couverte, et qui, collées les unes sur
les autres, lui font partout des emplâtres glorieux et racornis, nous
n'ayons qu'à la regarder pour nous souvenir... pour qu'elle nous retrace
tous les voyages que nous avons faits avec elle et ceux aussi que nous
n'avons pas pu faire et que nous ne ferons jamais. Alors elle est
presque émouvante... Les mots Rome, Naples, Tolède, Prague, Florence,
Bruges, lui font un calendrier rétrospectif dont nous détachons les
feuillets par la mémoire. Nous lui parlons, nous la tutoyons. Elle est
«notre vieille malle», qui a trimé comme nous, qui au long de nos
courses par le monde a contenu tant de choses, même celles que nous
n'avons pas rapportées!

Et il y a des malles pour tous les goûts, pour tous les âges, pour
toutes les conditions. La malle, c'est l'homme. Celle de l'enfance et de
nos trousseaux de collège n'est pas celle de la jeunesse et de l'âge
mûr; la malle du domestique ne sera jamais prise pour celle du maître,
même si elle a d'abord appartenu au maître. En la donnant il l'a
changée. La malle de l'ouvrier, celles du bourgeois, du mondain, du
riche, de l'Anglais, de l'Américain, de la femme élégante, et cent
autres, révèlent aussitôt la qualité de leur possesseur. La petite
valise jaune du soldat en permission, et toujours fermée par une
ficelle, n'est-elle pas légendaire, classique? Et si je ne parle pas de
celle du prêtre, c'est que le prêtre, chacun le sait, n'a pas de malle.
On ne lui connaît toute la vie qu'un sac, un sac noir, comme au
séminaire. Seulement, si c'est un curé très vieux, le sac est en
tapisserie.

Enfin, si la malle isolée m'a quelquefois fait l'effet d'un cercueil qui
attend qu'on le cache en l'introduisant vite dans la terre, que dire de
l'étrange et gênante impression que toujours me causent les malles
réunies par centaines, quand je les vois dans les gares, à l'arrivée du
train, alignées, comme après un sinistre, sur les parapets de chêne. Je
ne peux pas croire qu'elles ne renferment que du linge, des vêtements et
des mouchoirs, j'ai l'obsession qu'elles contiennent du mystère et de la
vie éteinte, et que des morts y sont déjà couchés, et que ces morts sont
nous-mêmes, oui, nous-mêmes, d'avance étendus, n'ayant plus rien à
déclarer, tout prêts pour la Consigne.

HENRI LAVEDAN

_(Reproduction et traduction réservées.)_



UN ROMANCIER DANS LES COULISSES

MICHEL PROVINS

Lorsque Michel Provins, entre tous les sujets qui pouvaient également le
tenter, a choisi celui de ce _Roman de théâtre_ dont la publication
commence aujourd'hui, j'imagine qu'il a obéi à une pensée en quelque
sorte personnelle, amicale: il a voulu faire une oeuvre qui fût
particulière aux lecteurs de _La Petite Illustration_, une oeuvre pour
eux, et qui leur apportât le plaisir dont ils semblent si friands.
Presque chaque semaine, en effet, ces lecteurs reçoivent une pièce de
théâtre, et, dans leur fauteuil, ils se donnent le plus confortablement
du monde le spectacle de toute la comédie contemporaine. Mais, au
théâtre, n'y' à-t-il que la littérature...? Chaque représentation
n'a-t-elle pas son histoire plus ou moins secrète, ses dessous
mystérieux, des amours, des affaires, des rivalités de vedette ou
d'argent...? Comment donc sont reçues, montées, distribuées, répétées,
portées aux nues ou étranglées, ces comédies imprimées dont la lecture
est si calme, comment se comportent dans la réalité ces acteurs et
actrices dont se voient les noms fameux en regard des personnages,--tout
cela qui leur apparaît un peu lointain, d'autant plus attirant, est-ce
que ces amateurs passionnés du théâtre en imagination, le plus beau de
tous, ne seraient pas bien aises tout de même de le connaître un peu...?
Ils auraient ainsi, toujours chez soi et sans se déranger, le tableau
complet de la vie comique, les moeurs à côté des oeuvres, les pièces
qu'on joue et ceux qui les jouent, la scène et les coulisses, les deux
côtés du rideau.

Et cette intention, qui fut une attention, sera d'autant plus goûtée
que, s'il eût l'ingéniosité de la concevoir, nul aussi ne pouvait mieux
la réaliser que Michel Provins.

Michel Provins, en effet, dont le théâtre et le journalisme littéraire
ont établi la réputation, est un spécialiste, pourrait-on dire, du
Parisianisme. Mais il faut s'entendre, car il y a Parisianisme et
Parisianisme. Michel Provins n'est même pas de Paris. Il est
Bourguignon, est resté Bourguignon, revient chaque année au berceau de
sa famille, ne se repose et ne se plaît que là. Si la vie le lui eût
permis, peut-être qu'il n'eût décrit que la campagne et ses plaisirs et
l'on verra dans le roman d'aujourd'hui avec quelle ferveur attendrie il
parle de la poésie et du bonheur des belles existences rustiques. Mais
Michel Provins, qui fut secrétaire de Waldeck-Rousseau, a été de bonne
heure initié aux affaires, à la finance, à la haute finance. Son talent,
son goût pour la littérature et principalement pour le théâtre
achevèrent d'élargir le cercle de son information. Il apparaît ainsi
comme un observateur qui n'a pas choisi son milieu et qui a seulement
observé celui où il s'est trouvé. Il a fait du Parisianisme comme
d'autres font des paysanneries, uniquement parce qu'il avait de bons
yeux, le sens de la vérité, et que c'était cela qu'il voyait.

De là son charme, son originalité vraie. Michel Provins est un Parisien
à la bonne franquette, un boulevardier sans façon, un ironiste charmant
homme. De silhouette élégante et mince, les yeux bleus, la moustache
fine et toute la physionomie comme la moustache, l'air un peu d'un
administrateur de grande banque, cordial, souriant, sérieux, on le sent
tout de suite dans la vie, dans la réalité, autant que dans les livres,
intéressé par les hommes et par les choses, sincèrement, directement,
naïvement, comme on l'est dans la pratique, avant de songer à ce qu'on
pourra dire en ses écrits, attitude d'esprit qui est la plus précieuse
et la plus féconde. Elle exclut toute prétention. Elle est la sincérité
même et le naturel. Michel Provins dédaigne tout enjolivement, tout
apparat, toute «pose» proprement littéraire. Il n'a rien d'un
gendelettre acharné à une ingrate profession, ni d'un écrivain à
système. Il est seulement un des hommes les plus avertis de la vie, qui
s'est trouvé à même de la connaître sous ses aspects les plus variés,
dans les milieux parfois les plus fermés, côté dames et côté messieurs,
et qui, tout naturellement, selon ses dons et moyens, s'est mis à la
peindre comme il l'avait aperçue, non sans en dégager quelque
philosophie qui ressemble à une morale ni sans y mêler un peu de ce
sentiment, j'allais dire de cette tendresse ou mieux encore de cet
attendrissement qui, chez beaucoup, est comme la revanche des
occupations les plus positives......

[Illustration: M. Michel Provins. _Portrait par Caillac._]

Cette simplicité d'un écrivain sans doctrine se révèle dans le choix
même de la forme qui a fait le succès de Michel Provins. Ses livres, il
ne les compose pas à la manière des romanciers: cela l'ennuierait ou
simplement le fatiguerait. Il est un dialoguiste, comme le furent avec
tant d'éclat les Lavedan, les Donnay. Peut-être même, à l'heure
actuelle, est-il le seul qui y excelle encore. La loi de ce genre est la
fantaisie, la fantaisie dans la vérité, la vérité dans l'ironie: tout
l'art consiste ici dans le dosage de la satire, de l'observation, de
l'esprit, de l'enjouement, du scepticisme et de la morale. Et il est
incomparable, ce dosage, dans _la Femme d'aujourd'hui, les
Passionnettes, l'Entraîneuse, Comment elles nous prennent, Nos petits
coeurs, Toute la lyre, Du désir au fruit défendu_, et tant d'autres
volumes, à la fois si harmonieux et de ton si pareil, si nuancés dans
leur fond. Même quand il renonce au dialogue, Michel Provins ne renonce
pas à s'effacer lui-même au seul profit de ses personnages. Il adopte
alors le genre épistolaire qu'il ne manie pas moins heureusement. C'est
ainsi que, dans _Celles qu'on brûle et celles qu'on envoie_, il a tiré
de ce procédé l'effet le plus ingénieux. Chacun des héros qu'il met en
scène, le mari, par exemple, qui découvre que sa femme le trompe,
rédige, en un moment de sincérité, une longue épître où il se peint tout
entier et laisse parler son âme: celle-là, c'est la lettre à brûler.
Puis, en regard, sans aucun commentaire, se trouve une toute petite
lettre de rien du tout sur les affaires courantes de la vie qui
continue: c'est la lettre qu'on envoie: antithèse qui correspond
justement à la duplicité de toute existence ou du moins à son mystère.

La vérité, c'est donc que Michel Provins est, avant tout, un homme de
théâtre et je regrette que ce ne soit pas aujourd'hui le lieu d'étudier
un peu plus longuement cet aspect essentiel de son talent. Chacune des
scènes qu'il publie de quinzaine en quinzaine dans un quotidien et qui
constituent ses volumes est une pièce de théâtre parfaitement composée.
Outre le dialogue, Michel Provins ne possède pas seulement les qualités,
qu'on pourrait appeler matérielles, de l'auteur dramatique, le sens de
l'effet, du mouvement, la logique scénique. Tout ce qui se présente à
son esprit sous la forme théâtrale prend un sens, une portée, une valeur
morale. A cette tâche qui l'amuse, en cette observation légère et gaie,
il apporte tout le sérieux d'une longue réflexion et le soin méticuleux
d'un écrivain attentif... Si ses amants, qui ne sont pas toujours
recommandables, si ses petites femmes, qui ne sont pas toujours ni bien
vertueuses ni bien amoureuses, si tous ces figurants de la
«passionnette» parlent selon leur nature et la vie, ils parlent aussi
selon la langue, et bien qu'ils ne s'expriment que pour se peindre, ils
ne le font pas au hasard et en disent bien souvent plus long qu'ils ne
pensent. Ce dialoguiste est un satirique et ce Boulevardier, venu de
Bourgogne, a des vues d'ensemble. C'est ainsi que peu de sujets furent
plus justes, plus compréhensifs, plus actuels en leur temps et plus
neufs que celui des _Dégénérés_ dont le titre même est demeuré générique
(ce n'est pas une méchante pointe...!). Ce type du ministre veule, du
groupe Gibou, cette femme arriviste, ce financier complaisant, tous ces
désossés, sans morale, sans foi et sans force, n'ayant pas même
l'énergie des petites vilenies qu'ils commettent presque sans les avoir
voulues, n'ayant' d'autre conception de l'existence que celle d'un
plaisir qu'ils sont aussi incapables de conquérir que de goûter, tout
cela demeure comme une des peintures les plus réussies et les plus
authentiques d'une époque dont on peut, par bonheur, espérer déjà
qu'elle n'est plus tout à fait la nôtre.

Au surplus, les lecteurs d'_Un roman de théâtre_ vont se trouver bien à
l'aise pour apprécier à la fois Michel Provins tout entier, car je ne
serais pas étonné que ce fût là justement un de ses ouvrages les mieux
venus. Il semble qu'il y ait combiné avec un bonheur particulier les
deux procédés où il excelle--le dialogue et les lettres--et il y étudie
le milieu pour lequel nous savons son goût naturel et sa compétence
acquise. J'ajoute qu'il est à l'âge de maîtrise où les dons et
l'expérience s'harmonisent comme d'eux-mêmes dans le travail créateur.
Un jeune homme de famille et de province, pris à l'éblouissement du
théâtre, de l'applaudissement et de l'amour, puis revenu à la vérité de
la vie et du coeur, des comédiens et des comédiennes, des étoiles, des
auteurs, des critiques, une fille de financier qui n'échappe à la misère
que par des engagements de toutes sortes, des commanditaires et des
directeurs, des lectures de pièces, des répétitions, des chutes et des
triomphes, de la puérilité, des nerfs, et, contre tant de
faux-semblants, un peu d'amour vrai, d'innocence et de pureté qui ont
tout de même ici, comme dans la vie, le dernier mot,--en faut-il tant à
un excellent et malicieux dialoguiste pour charmer, attacher, et parfois
doucement émoustiller les amateurs si ardents que nous sommes tous de
toutes choses théâtrales...?

GASTON RAGEOT.



            LE VOYAGE D'UNE COCCINELLE

              par ROSEMONDE GÉRARD

        Tandis que j'écrivais, hier soir,
        Près de la fenêtre entr'ouverte,
        Parmi l'odeur, l'odeur si verte,
        Qui monte du jardin si noir;

        Tandis que par plaintes égales,
        Dans le gazon mouillé de nuit,
        La fine chanson des cigales
        Montait comme une herbe de bruit;

        Tandis que la brise essoufflée,
        Remplaçant le grand vent qui court
        N'envoyait plus qu'un souffle court
        Sentant la double giroflée;

        Tandis que, fronçant les sourcils,
        Je cherchais vainement à mettre
        Le soir vague en des mots précis;
        Et tandis que, par la fenêtre,

        Mon coeur suivait mon rêve au loin,
        --Sur ma page claire est tombée.
        Minuscule, rouge et bombée,
        Une coccinelle à sept points!

        Elle tomba, brusque et jolie;
        Et, comme elle tombait de haut,
        De même que Manon Lescaut
        Elle en était tout étourdie!

        Mais te brusque étourdissement
        Dura le quart d'une seconde.
        Et le plus simplement du monde
        Elle reprit le sentiment.

        Elle ne cria pas: «Où suis-je?»
        N'eut pas besoin de sels anglais,
        Ni, pour dissiper son vertige,
        De dégrafer son corselet,

        Mais elle sut, hors de panique,
        Vite se réarticuler
        Comme un doux objet mécanique
        Dont on a retrouvé la clef.

        Plus vernie et plus écarlate,
        Sous le rond d'or de l'abat-jour,
        Elle se mit à faire un tour
        Au petit pas de ses six pattes;

        Elle esquissa des avant-deux,
        Traça des lignes et des cercles,
        Levant, ainsi que des couvercles,
        Son dos qui se sépare en deux;

        Et, fins pétales de dentelle
        Bien repliés dans un coffret,
        On voyait paraître ses ailes
        Chaque fois que son dos s'ouvrait.

                                  *
                                 * *

        Elle fit, sur mon écritoire,
        Un voyage très varié;
        Elle contourna la mer Noire
        Sur le rebord d'un encrier;

        Sur un presse-papier de verre
        Elle escalada le Mont-Blanc,
        Et, dans le brin de capillaire
        Qui d'un bouquet pendait tremblant.

        Elle put se croire, sans doute,
        Parmi les profondeurs d'un bois:
        Trois fois elle y perdit sa route
        Et dut la retrouver trois fois!

        Elle en partit comme on se sauve,
        Un instant tournoya dans l'air,
        Et tomba sur le sable fauve,
        Juste au milieu d'un grand désert!

        (Ce désert en miniature
        C'était, dans la sébile en buis,
        La poudre à sécher l'écriture...)
        Elle en sortit vaillamment; puis.

        Sur la plate-forme splendide
        D'un pot de colle à bouchon d'or,
        Elle fit quelques pas encor
        Sur le dôme des Invalides!

        Elle avait absolument l'air
        D'une petite voyageuse
        Qui s'en va du bord de la mer
        Jusqu'à l'altitude neigeuse I

        Elle avait l'air absolument
        D'une infatigable touriste
        Qui, seule, sans guide et sans liste,
        Visite tous les monuments!

        Chaque perspective inconnue
        La ravissait comme un bonheur;
        Pour regarder les points de vue
        Elle montait sur les hauteurs;

        Et sa course était si fuyante,
        Son voyage si furieux,
        Que, malgré sa robe voyante,
        Parfois je la perdais des yeux!

        Un instant, n'ayant pu la suivre
        Autour du manche d'un cachet,
        Je crus, dans un étui de livre,
        Que, peureuse, elle se cachait:

        Soudain, je la vois sur la pointe
        Du porte-plume que je tiens;
        Elle y demeure, pattes jointes;
        Sans doute elle s'y trouve bien.

        Sans bouger la main, je l'inspecte
        Et je l'admire de tout près:
        Rien n'est joli comme un insecte,
        Douceur qui ne fait pas exprès,

        Perle qui brode la nuit triste
        Entre le soir et le matin,
        Ame qui semble une améthyste,
        Rubis qui possède un destin,

        Minute où s'accrochent deux ailes,
        Battement de coeur du mois d'août!...
        Je regardai la coccinelle:
        Elle ne bougeait plus du tout,

        Et semblait s'amuser, sournoise,
        A donner, de tout son émail,
        Au porte-plume de travail
        Un air d'élégance viennoise.

        Juste à ce moment, du dehors,
        La sérénade cigalière
        Monta si limpide, et le lierre
        Fut noir avec un cri si fort,

        Orgueilleux de sa fleur nouvelle,
        L'acacia parla si bien
        A la petite coccinelle,
        La glycine trouva moyen

        De lui faire, depuis la grille,
        En traversant tout le jardin,
        Un si tendre appel de vanille,
        Que je crus la voir fuir soudain.

        Mais qu'importent les tentatives
        De tout un soir occidental
        Quand s'échappe une flamme vive
        D'une colonne de cristal?

        Et restant le temps, sur ma tempe,
        De murmurer: «Qu'est-ce que c'est?»
        Elle s'élança vers la lampe
        Dont la splendeur l'éblouissait.

        A peine eut-elle, au bord du verre,
        Mis un pied fin comme un cheveu,
        Qu'elle reçut d'un doigt de feu
        Des chiquenaudes de lumière;

        Et brusquement, pour le bureau,
        Quittant la colonne qui brille,
        Je crus la voir tomber du haut
        D'une transparente Bastille!

        Vite, elle se remit d'aplomb,
        Alla, mais n'y demeura guère,
        Parmi les gros boulets de guerre
        Qui pour nous sont des grains de plomb;

        Elle explora deux livres: Dante
        _(l'Enfer)_, et Michelet _(l'Oiseau)_;
        Faillit trébucher, l'imprudente,
        Entre les pointes des ciseaux;

        Se noya presque dans un vase
        Pour voir de plus près un oeillet;
        Revint examiner la phrase
        Qui s'étalait sur mon feuillet;

        Promena longuement sa bouche
        Sur l'encre de mon papier bleu,
        Mettant dans mes pattes de mouche
        Ses pattes de bête à bon Dieu;

        Enfin, ayant, ronde et légère,
        D'un bout de table à l'autre bout,
        Tracé des mots sur la poussière
        Et vivement marché sur tout;

        Ayant, minuscule et ravie,
        Dans ce voyage merveilleux,
        Manqué trois fois perdre la vie,
        Par le fer, par l'eau, par le feu.

        Elle regagna les dentelles
        Vacillantes des blancs rideaux,
        Quatre fois projeta ses ailes
        Et les replia sur son dos,

        Puis, ayant supprimé ses pattes,
        Elle leva complètement
        Ses deux élytres écarlates,
        Hésita, frémit un moment,

        Et, soudain, vite, vite, vite,
        Par la fenêtre s'envola,
        Emportant, elle si petite,
        Mon grand rêve de ce soir-là!

                                  ROSEMONDE GÉRARD.



A L'ASSAUT DE L'ATLAS MAROCAIN

L'ACTION DE LA COLONNE HENRYS

Nous exposions récemment (numéro du 10 mai) le plan de campagne dont la
réalisation progressive, par une action convergente des colonnes Mangin
et Henrys, secondées par le colonel Coudein, doit nous livrer bientôt,
enfin, le Tadla et la région du Moyen Atlas, si farouchement défendus
par les tribus qui les occupent, Chleuh. Zemmour, Zaïan, Beni M'Tir,
Beni M'Guild, Guerrouan, etc.

En rendant compte des conditions brillantes dans lesquelles avait été
exécutée la première partie de ce plan, nous avions laissé le colonel
Henrys à Dar Caïd Ito--exactement «Dar Caïd Omar Ould Ito» dont la
position n'était pas alors très exactement connue--après un raid
audacieux sur Azrou qu'il avait occupé.

A ce moment, les Beni M'Tir étaient coupés en deux groupes, dont l'un
avait cherché asile chez les Zaïan, tandis que l'autre se repliait vers
le pays des Beni M'Guild.

Très satisfait des résultats obtenus, le général Franchet d'Esperey
tenait à venir féliciter en personne le colonel Henrys, et aussi à
visiter les deux nouveaux postes établis à Ifrane et à Dar Caïd Ito.

Le 13 mai, accompagné du général Dalbiez, commandant de la région de
Meknès, le commandant en chef du Maroc occidental arrivait à la kasba El
Hajeb, un de nos plus anciens postes en pays berbère, et le centre du
cercle des Beni M'Tir, récemment créé et confié précisément au colonel
Henrys. L'après-midi, il passait en revue la petite garnison de Dar Caïd
Ito. Le lendemain, il se portait avec la colonne sur Ifrane, en passant
par le nord de la forêt de Jaba. Il eut la fortune d'être témoin, au
cours de cette marche qui devait n'être qu'une promenade d'inspection,
d'une attaque vigoureuse des Beni M'Guild. Ce fut une affaire assez
chaude, où, malheureusement, un des bons collaborateurs du colonel
Henrys, le commandant Bernier, du 1er tirailleurs, tomba mortellement
blessé, au moment où, à la tête de son bataillon, il conduisait une
charge à la baïonnette qui allait être décisive et repousser l'ennemi.

Les Marocains laissèrent sur le terrain de nombreux cadavres. Le chef
lui-même qui les conduisait était blessé, et son prestige semblait en
être considérablement entamé.

A six jours de là, le 20 mai, l'ennemi dessinait une nouvelle offensive.
Mais il donnait des signes visibles de lassitude et ne montra pas le
«cran» qui caractérise d'ordinaire ses attaques et qui étonne toujours
les plus allants de nos soldats eux-mêmes.

La colonne continue ses opérations, et il est certain que nous aurons à
rendre compte de plus d'un combat encore, avant 4e pouvoir enregistrer
la paix définitive.

Ce que nous tenons à souligner, c'est l'extrême rigueur de cette
campagne, dans un pays âpre, difficile, dépourvu même de pistes, hérissé
en tous sens, par une température inclémente, pluvieuse, froide, même en
cette saison avancée.

Au premier coup d'oeil qu'on jette sur la carte que nous donnons et où
sont reportés tous les itinéraires suivis par la colonne Henrys depuis
sa mise en route, à la mi-mars, jusqu'à la fin de mai, on est frappé de
la prodigieuse activité que dénotent ces marches et contremarches, et de
l'endurance qu'il a fallu aux troupes, à chaque instant accrochées,
bataillant à chaque pas, pour parcourir et battre aussi en tous sens un
terrain en lui-même si pénible.

[Illustration: Les opérations, marches et contremarches, de la colonne
Henrys.]

[Illustration: Colonel Henrys. Général Franchet d'Esperey. Général
Dalbiez. A j'état-major de la colonne Henrys.]

Le colonel Henrys était, aux dernières nouvelles que nous en avons eues,
au pied de l'Atlas. Il avait reçu la soumission de nombreux douars
guerrouan et beni m'tir. Les rebelles étaient rejetés dans la montagne,
bloqués; l'indépendance des indomptables Zaïan se trouvait fortement
compromise. Car la pression qu'exercent graduellement les colonnes
lancées à l'attaque de l'Atlas va s'accentuant.

SANGLANTS COMBATS AU TADLA

Le colonel Mangin, de son côté, vient d'être amené à livrer deux combats
très meurtriers, les plus sanglants que nous ayons eu à enregistrer
depuis le commencement de l'occupation du Maroc, puisqu'ils ne nous ont
pas coûté moins de 70 morts dont 3 officiers, et 135 blessés, parmi
lesquels 6 officiers.

C'est toujours Moha ou Saïd qu'a devant lui le colonel Mangin.

Informé, au commencement de juin que cet irréconciliable ennemi
s'apprêtait à fondre sur les tribus ralliées de la région avoisinant la
kasba Tadla, le colonel constituait un groupe mobile qui, espérait-il,
suffirait à détourner Moha de ses projets. Il n'en fut rien, et le 8
juin, une rencontre se produisait à Sidi ben Daoud, à la suite de
l'occupation, par le groupe mobile, de Rhorm el Allem, à 12 kilomètres
de la kasba Tadla. Moha ou Saïd fut mis en déroute, mais il alla se
réfugier à sa kasba de Ksiba. Le colonel Mangin, laissant à Sidi ben
Daoud le gros de ses forces, se lança sur Ksiba avec un groupe léger et
deux batteries de 65.

[Illustration: Le chef d'escadron Picard.--_Phot. Louis Botte._]

La cavalerie, composée de goumiers et de partisans, sous le commandement
du chef d'escadron Picard, fut attaquée dès le matin. L'escarpement de
la route rendit le combat très périlleux. La petite troupe ne parvint à
se maintenir qu'au prix de pertes importantes: 21 tués, dont 2
officiers, et 3 blessés.

L'arrivée du colonel Mangin, avec le gros, permit de reprendre
l'offensive. L'ennemi fut bousculé, la kasba enlevée à la baïonnette.
Nous avions 4 autres morts et 31 blessés. On fit sauter la kasbah, on y
mit le feu et l'on rentra camper le soir à Sidi ben Daoud.

Mais l'ennemi ne s'avouait pas vaincu. De nouveau il se rassemblait à la
kasba Ksiba. Le surlendemain de ce premier succès, le colonel Mangin
revenait sur lui pour l'achever, emmenant toutes ses forées, divisées en
trois groupes: avant-garde commandée par le lieutenant colonel Mathieu;
centre sous le commandement du commandant Biétrix; arrière-garde et
convoi, enfin, sous le colonel Mangin lui-même.

La kasba fut défendue avec un acharnement désespéré. On se rendit compte
alors de l'importance qu'avait sa possession aux yeux des indigènes et,
donc, de l'impression que produirait sur eux sa prise définitive. Au
prix d'un héroïque effort, la colonne escalada une falaise rocheuse
dominant Ksiba, d'où l'on commença le bombardement, et occupa, tour à
tour toutes les crêtes avoisinantes. A 10 heures du matin, on pouvait
donner à la kasba le second assaut. Quand elle fut prise, on y ralluma
le feu pour en achever la ruine. A midi, on reprenait le chemin de Sidi
ben Daoud.

Mais cet avantage avait été acheté au prix de 45 morts et de 101
blessés.

La liste des officiers et soldats mis hors de combat au cours de ces
deux opérations vient d'être publiée. On y relève parmi les morts, en
tête de liste, le nom du commandant Picard, commandant de la cavalerie
du groupe mobile, qui appartenait, comme capitaine, d'abord, à la
colonne Mangin depuis sa formation, qui s'était distingué à Ben Guérir,
à Sidi bou Othman, contre El Heiba, avait commandé la pointe
d'avant-garde entrée le 7 septembre 1912 à Marrakech, et qui, en
récompense de ces brillants états de service, venait d'être promu chef
d'escadron.

[Illustration: La région de Tadla où opère la colonne Mangin. Les pistes
sont indiquées par les lignes en tirets.]

[Illustration: Colonel Mangin Général Ditte. Au camp: l'heure du
rapport.]

Avec lui sont tombés, le 8 juin, le lieutenant Bornet-Mazimbert,
l'adjudant Barreau, du 8e bataillon colonial, les brigadiers Bossillon,
Ladreux, et le cavalier Corbillin du 4e spahis, le soldat Mille, du 3e
zouaves. Au combat du 10 on a eu à déplorer la perte du lieutenant
Variengien du 7e tirailleurs, du sous-lieutenant de réserve Gilles, du
8e bataillon sénégalais, de 6 zouaves, etc.

Aux dernières nouvelles, on annonce que le général d'Esperey se rend sur
les lieux, afin d'examiner les mesures à prendre pour assurer la
tranquillité de ce pays sans étendre les opérations.

G. B

[Illustration: La kasba Tadla. Dans les bâtiments blancs, à la base du
minaret, ont été installés les services de santé; à l'arrière-plan, à
gauche, pont sur l'Oum er Rhia.]



[Illustration: Impératrice Alexandra. Tsar Nicolas II. Tsarévitch Alexis
(sur les bras d'un cosaque). LES FÊTES DU CENTENAIRE DES ROMANOF.--A
Moscou: la famille impériale saluée par la foule au Kremlin. _Phot.
C.-O. Bulla._]

Afin de suivre toute une série de fêtes organisées pour la célébration
du centenaire des Romanof, le tsar Nicolas, accompagné de l'impératrice,
du grand-duc héritier et des grandes-duchesses, entouré des membres de
la famille impériale et suivi par tous les hauts dignitaires de
l'empire, vient de se rendre dans plusieurs des «vieilles villes»
russes. Le voyage impérial commença à Vladimir, d'où les souverains et
leur suite gagnèrent Nijni Novgorod. Là, seize vapeurs attendaient pour
conduire, par la Volga, cette cour brillante à Kostroma.

Un peu avant d'atteindre cette ville, le groupe impérial débarquait afin
de gagner, en voiture, le monastère Ilatief, où s'était réfugié, fuyant
les Polonais, Michel Féodorovitch, le fondateur de la dynastie. Le
cortège emprunta la même route qu'avaient prise, en 1613, les délégués
moscovites qui allaient offrir la couronne à cet illustre ancêtre des
Romanof.

De Kostroma, la famille impériale gagnait Moscou, où elle arriva le 6
juin. De grandes fêtes avaient été préparées en son honneur. La journée
du 7, anniversaire de la naissance de l'impératrice Alexandra, fut
particulièrement solennelle. Les souverains, accompagnés du prince
héritier et de toute la famille impériale, reçurent, au Kremlin, des
délégations venues des plus lointaines Russies, des confins de l'empire.
Et, en remerciant le maréchal de la noblesse de Moscou, qui l'avait
salué au nom de la noblesse russe tout entière, l'empereur dit combien
il avait été frappé des témoignages de fidélité et d'affection qui lui
avaient été prodigués au cours de ce voyage.



[Illustration: Antilope mâle de Grant.]

LA FAUNE D'AFRIQUE

_Chargé de mission dans l'Afrique équatoriale par le Muséum national
d'histoire naturelle, le docteur Émile Gromier, à la différence de tous
ceux qui ont avant lui rapporté des photographies de la grande faune
africaine, n'est pas allé là-bas en chasseur de grosse bête, soucieux de
produire des témoignages de ses exploits, ni en photographe spécialiste,
préoccupé d'obtenir des clichés records, mais en zoologue, en
observateur de la vie animale dans la forêt, et dans la brousse des
Tropiques. Il n'a pas traqué les antilopes, les girafes, les zèbres, les
rhinocéros, les éléphants: il les a regardés vivre, les épiant, se
cachant près de leurs points d'eau, non pour placer une balle au bon
endroit, mais pour les étudier sans les effrayer, pour surprendre leurs
attitudes familières qu'il notera sur le carnet et fixera par
l'objectif. Il a traité les fauves comme Fabre les insectes. De là, le
caractère, l'aspect particulier de ses photographies, surtout de celles
qui montrent des éléphants, en quelque sorte, dans leur intimité, et qui
accompagneront un second article._

Nul, s'il n'est observateur passionné, ne saura l'intérêt qu'offre la
poursuite et l'étude des animaux africains aux moeurs occultes, aux
allures furtives, aux sens éveillés. Si l'intérêt est grand, la
difficulté d'observation n'est pas petite. Il faut épier l'animal,
l'attendre avec une inébranlable patience et savoir profiter de
l'occasion à l'instant même où elle se présente. Cette occasion, après
l'avoir guettée des mois et encore des mois, un jour, tout à coup, elle
surgit avec une facilité d'examen, une clarté dans le détail, qui
dédommagent de la longue attente. J'ai ainsi pu récolter, malgré les
multiples difficultés de la tâche, d'intéressants documents et de
nombreux clichés pris sur le vif.

Les contrées de l'Est africain, de l'Uganda et du Congo belge, sur
lesquelles ont porté mes investigations zoologiques, sont loin de
posséder une faune ornithologique et mammalogique semblable. Les
différences profondes qu'elles présentent au point de vue du relief du
sol et partant au point de vue climatérique font que chacune d'elles est
en quelque sorte caractérisée par une flore et des espèces animales
particulières.

Inversement, il est exact de dire que, dans les mêmes conditions de
relief de sol et de climat, la flore et la faune se retrouvent
étrangement semblables à elles-mêmes à des centaines de kilomètres de
distance.

Il existe évidemment un grand nombre d'espèces qui, par suite de leur
malléabilité, de leur facilité d'adaptation aux différents milieux, ont
étendu leur habitat sur toute la zone tropicale, mais le plus grand
nombre se sont confinées dans des contrées bien définies qui leur
assurent une nourriture conforme à leurs besoins et une protection
suffisante.

C'est ainsi que les grands herbivores et les fauves qui en vivent
abondent dans les glands espaces herbeux, que les antilopes de plus
petite taille, les petits rongeurs et carnassiers, hôtes des brousses
basses, s'accommodent en général des régions habitées par l'indigène;
que les singes arboricoles affectionnent les rives boisées des cours
d'eau et que les mammifères amphibies recherchent le voisinage des
estuaires et des grandes rivières.

GAZELLES ET BUBALES

Jetons un coup d'oeil sur la faune des plaines et des grandes steppes.
C'est le vrai domaine des herbivores, c'est là que nous trouverons,
réunies en troupeaux souvent innombrables, ces antilopes de toutes
tailles et de tout poil qui constituent pour le voyageur un si curieux
spectacle dans les grandes plaines traversées par l'Uganda Railway par
exemple.

Voici de bien mignonnes petites bêtes: taille effilée, tournure svelte,
costume crème avec écharpe noire sur le ventre, tel est le signalement
sommaire des gazelles de Thomson. Hautes comme un chevreau, elles sont
là une dizaine, le chef armé de leurs petites cornes annelées, broutant
les pousses vertes qui vont reconstituer la prairie détruite par le
grand fléau des feux annuels. Peu méfiantes en général là où elles ne
sont pas trop poursuivies, elles laissent facilement approcher
l'observateur si celui-ci a pris la bonne précaution de se mettre sous
le vent.

Mais la plus méfiante s'est alarmée: c'est une jeune mère accompagnée de
son petit haut comme un caniche; elle a levé la tête, fixé le chasseur
en mastiquant la dernière bouchée d'herbes folles, remué vivement le
petit appendice blanc et noir qui lui sert de queue et aussitôt, à ce
signe d'inquiétude, tout le groupe s'est alarmé, toutes les petites
queues se sont agitées, et la harde s'en est allée en trottinant,
conduite par la plus avisée.

Plus loin, voici des gazelles plus fortes, mais tout aussi gracieuses,
ce sont des «Grant».

Plus éclectiques que leurs petites cousines de «Thomson», elles broutent
avec entrain aussi bien dans la plaine dénudée que dans les rochers
buissonneux, dominés çà et là par de rachitiques mimosées épineuses.

Le mâle, d'un échantillon plus fort que ses compagnes, relève de temps
en temps la tête, montrant une admirable paire de cornes annelées,
arquées en arrière, presque hautes comme lui-même, une robe plutôt
isabelle et une ceinture noire aussi, mais d'un noir moins franc.

D'une contrée à l'autre, à quelques lieues de distance, les cornes de
cette antilope varient de forme et créent ainsi des sous-espèces locales
dont la plus typique certainement la gazelle de Roberts _(Gazella
Robertsi)_, dont les cornes divergent d'extraordinaire façon.

Quel est cet escadron bizarre, et, quelque peu ridicule qui vous suit
des yeux avec obstination? Ce sont des bubales. Ah! les bubales:
providence et désespoir du chasseur.

Providence, car ils sont partout et font la base du garde-manger;
désespoir, car ils se constituent souvent les sentinelles des troupeaux
sans malice et les entraînent dans leur fuite éperdue au moment même où
vous alliez faire le plus intéressant des clichés ou le plus rare des
coups de fusil.

Bien souvent, des scènes se passent comme celle-ci: avec la prudence et
la souplesse du chat qui guette sa proie vous vous êtes glissé en
rampant dans les herbes folles, votre front moite, vos reins courbaturés
méritent bien la récompense: un bel élan aux cornes spiralées broutant
sans soupçon l'herbe sauvage. Hélas! un bubale vous a vu! Il part de son
trot élastique et saccadé dans la direction de votre gibier, se plante
en face de vous, droit comme un I, éternue, donne l'alarme et s'enfuit
d'un galop grotesque, lent et rythmé, entraînant l'autre à sa suite.
Lorsque cette scène s'est renouvelée quelquefois vous devenez l'ennemi
irréductible de ces pauvres «congoni», nom que leur donnent les
indigènes, et vous ne pouvez plus les voir sans être pris d'une rage de
destruction irréfléchie.

[Illustration: Élan femelle allant, dans les roseaux, s'abreuver à un
ruisselet.--_Photographies du Dr E. Gromier._]

[Illustration: Les curieux de la steppe africaine: quatre bubales
intrigués par le photographe.]

Comme les Grant, et comme, en général, tous les animaux africains, ces
bubales varient d'une contrée à l'autre. La forme des cornes, les
proportions, la robe, varient sensiblement, créant ainsi des
sous-espèces.

Dans certains districts éloignés les uns des autres et très délimités,
on trouve un parent du bubale, mais moins disgracieux, le chanfrein
moins disproportionné, la croupe moins fuyante, la robe d'un beau brun
roux: c'est le topi. On le rencontre dans le Jubaland, dans les
districts au sud du Rodolphe, à des centaines de kilomètres plus loin
aux sources du Nil, dans la vallée de la Ronts-chourou et dans les
plaines au sud du lac Albert-Edouard. A Witschoumbi, j'ai vu 1.500 topis
en un seul troupeau.

Je n'ai pas l'intention de passer en revue, même rapidement, toutes les
antilopes des steppes, je sortirais du cadre de cet article. Cependant,
je mentionnerai encore deux espèces des grands espaces dénudés, les gnus
d'abord, ces curieux animaux qui tiennent du cheval par la queue, la
crinière et les ruades, du boeuf par la tête et les cornes, de l'antilope
par la souplesse et les moeurs, du bison d'Amérique par l'allure
générale; et les oryx, si jolies dans leur robe isabelle, leur chanfrein
harnaché, leurs longues cornes effilées et parallèles qui ont donné
naissance autrefois à la légende de la licorne.

L'ÉLAN ET LE ZÈBRE

Je veux dire quelques mots d'un hôte important des forêts à clairières
et de la savane: l'élan. C'est un animal superbe, la plus grande
antilope africaine. J'ai tué des mâles d'une taille et d'un poids
considérables. Le cou musclé comme celui du taureau, terminé très près
de terre par un fanon proéminent, soutient une tête élégante, animée de
beaux yeux fort doux, et surmontée d'une paire de cornes tordues sur
leur axe très volumineuses et lourdes. L'espèce de l'Ouest et du Centre
africain, dite _Taurotragus derbyanus_, est la plus grande, ses cornes
atteignent parfois le poids de 20 kilos et une longueur d'un mètre. Cet
animal, pendant la saison des amours, vit en petites hardes d'un mâle
accompagné de cinq à six femelles, puis les sexes se séparent.

J'ai pu approcher l'élan de fort près; un jour même, mon ami Barbezat et
moi, armés de nos appareils photographiques, sommes arrivés en rampant à
une dizaine de mètres d'une petite harde dont nous avons pris
simultanément quelques clichés.

[Illustration: FAUNE D'AFRIQUE.--Surprise à l'abreuvoir, une harde de
zèbres s'enfuit au galop. _Phot. du Dr Em. Gromier_]

[Illustration: Un escadron de zèbres.]

[Illustration: Un grand rhinocéros mâle fait la sieste sous un maigre
mimosa, épineux. Sur son dos des oiseaux cherchent des parasites.]

[Illustration: Une girafe mâle gigantesque et un girafon, surpris par le
photographe, restent un instant immobiles avant de prendre leur galop.]

FAUNE D'AFRIQUE _Photographies du Dr Émile Gromier._

C'est une antilope facile à tuer, cependant, comme elle est puissante et
son cuir épais, le chasseur doit employer des balles pleines. Ayant tiré
au coeur, à trente mètres, un énorme et vieux taureau, celui-ci fit un
bond, décocha une ruade et resta immobile. Je tirai de nouveau: l'animal
fit une cinquantaine de mètres au trot. Outré de ma maladresse et
croyant avoir manqué le coeur malgré la proximité, je tirai une
troisième balle sans résultat. Un quatrième coup eut raison enfin de la
bête qui s'écroula; il était temps, mes hommes, goguenards,
chuchotaient, et mon prestige en souffrait. Mes quatre balles pleines
étaient au coeur où elles avaient opéré de simples pertuis, venant
ensuite s'arrêter contre la paroi costale opposée. Si la distance avait
été plus grande, les dégâts eussent été plus importants, bien entendu.

Si l'on veut enrayer la disparition de cette espèce, intéressante,
belle, et facile à domestiquer, il faudra employer des moyens
énergiques, car elle offre une cible large, elle est lourde dans la
fuite, peu méfiante, et sa reproduction est médiocre.

Dans les fourrés épineux de l'Est africain, du Cap à l'Abyssinie,
jusqu'à 3.000 mètres d'altitude, on trouve la plus belle de toutes les
antilopes: le coudou.

De grande taille, de formes élégantes, la robe d'un brun roux strié de
quelques lignes blanches parallèles, la tête petite surmontée de la plus
admirable paire de cornes spiralées qu'il existe, c'est un animal
magnifique.

Très furtif, on l'aperçoit rarement au clair et dans les bush épais où
il se tient le jour, sa recherche est malaisée et son approche très
difficile. Il se nourrit de feuilles et de bourgeons, et vient souvent,
le soir, paître l'herbe des clairières.

Il existe un petit échantillon de l'espèce, le lesser-kudu des Anglais,
_Strepsiceros imberbis_, assez abondant dans l'Est africain. Dans le
British-East-Africa notamment, il existe un peu partout entre les
stations de Tsavo et de Makindu. Je conseille au sportsman de s'arrêter
à la station de M'toto-Andeï, sur l'Uganda Railway, et de diriger ses
recherches avec un bon guide de la tribu des War Kàmba entre la voie
ferrée et la base du massif des Ongolea.

A côté de toutes ces antilopes, il ne faut pas oublier leur compagnon
presque inséparable: le zèbre. Il en existe plusieurs espèces qui
varient par la taille, par le nombre et la disposition des rayures,
nulle n'est plus belle que le zèbre de Grant coloré par les rayons si
riches du soleil équatorial. L'espèce la plus favorisée au point de vue
de la taille est le zèbre de Grévy, spécial au Somaliland et qui
n'atteint pas au sud l'Équateur. Son domaine est même curieusement
délimité par la rive gauche du fleuve Guaso-Nyiro, qui décrit un vaste
arc de cercle autour du puissant massif de Kénia et va se perdre dans un
immense marécage, le Lorian.

Le zèbre est si peu méfiant, si peu résistant à la balle, si lourd, et
offre une telle cible que le tirer n'est plus du sport, mais du
massacre, ce sont donc les novices ou les disciples de Costecalde qui se
livrent à cet exercice.

Cependant, un impérieux besoin de viande oblige quelquefois à en
sacrifier. La chair est rouge, semblable à celle du boeuf et excellente à
mon goût; les colons, pourtant, la dédaignent, en général.

Tous ces beaux animaux de la steppe ont actuellement une vie bien
précaire, constamment obligés de surveiller les quatre points de
l'horizon, le jour, à cause de l'homme acharné à leur perte, ils doivent
se garer encore, la nuit, des entreprises du lion.

LA VIE ET L'HUMEUR DES LIONS

Le grand félin, que je ne nommerai pas «roi des animaux», réservant
cette appellation honorifique au seul qui la mérite, l'éléphant, existe
partout où il y a des herbivores en dehors des forêts. Il n'est pas rare
dans la savane, il est extrêmement abondant dans les steppes où la vie
animale pullule et se tient surtout à leurs confins, à cause dos
couverts.

Il excelle à se dissimuler et dans un pays que vous parcourez chaque
jour en long et en large, vous n'avez que bien rarement l'occasion d'en
rencontrer alors que, la nuit, vous l'entendez rugir de tous côtés.
Cependant, en battue, on arrive à le débusquer de sa retraite qui est
souvent au bord d'un cours d'eau, dans les buissons épineux, les ajoncs
et les hautes graminées de la rive.

Quelquefois, dans les pays rocheux, il est tapi à l'ombre d'un bloc,
dans une anfractuosité, dans une grotte, ou plus simplement sous un
petit acacia épineux formant parasol.

Par des nuits très étoilées, sans lune, je pouvais compter exactement
tous les lions qui m'entouraient grâce à leurs prunelles. Il ne s'agit
pas là de phosphorescence, bien entendu, mais, comme chez tous les
félins, y compris notre chat domestique, l'oeil reflète la lumière qui
le frappe sous une certaine incidence.

Quand j'étais débutant en Afrique, je me rappelle qu'un soir nous étions
couchés, M. Brandon, un charmant Anglais, M. Klein, un jeune Américain,
et moi sous un petit mimosa épineux, dans la steppe sauvage; vers le
milieu de la nuit, nos noirs vinrent, tremblants, nous avertir que nous
étions entourés de lions. Ils nous montraient des lueurs jaune verdâtre
qui se mouvaient. Je ne pouvais que me rendre à l'évidence: six lions
rôdaient autour de nous, et chaque fois qu'ils nous fixaient on voyait
admirablement leurs six paires de prunelles, ainsi que le jeu de leurs
paupières. Depuis, j'ai pu faire souvent la même constatation.

Le lion est timide le jour, au moins dans les pays où il est très
poursuivi; s'il entend ou sent le chasseur blanc (il fait parfaitement
la différence entre l'Européen et l'indigène) et qu'il soit bien tapi,
il ne bouge pas; sinon, il se dérobe rapidement.

S'il est surpris, il peut adopter, suivant son humeur, plusieurs
attitudes. D'assez loin sur une proie, il vous regarde fixement,
retrousse les babines comme pour lâcher un juron, pivote sur lui-même et
s'en va lentement, la tête basse sans se retourner, faisant comme si
vous n'étiez pas là. Vous voyez un animal beaucoup plus grand et plus
long que vous ne vous y attendiez, puissant, musclé, marchant sans
légèreté, la queue raide, les deux omoplates saillant alternativement.
Sa robe très claire le fait paraître blanchâtre dans les herbes roussies
par le soleil, seule sa crinière, s'il en a, tranche en fauve ou en noir
sur l'ensemble. Ne vous y trompez pas, ce lion profitera du moindre
obstacle, un groupe d'arbres, un rocher, un mouvement de terrain qui le
masquera pour partir à fond de train et disparaître à longues foulées.

Le plus souvent, un lion surpris de près sur sa proie fuit au petit trot
ou au galop, quelquefois pourtant il esquisse un mouvement en avant;
c'est tantôt une action de défense réflexe, tantôt une façon de vous
tâter. La tête est haute, il vous regarde bien en face, retroussant par
intervalles les babines, montrant les dents, ses oreilles sont couchées,
il ronchonne et grommelle, la queue se tortille de droite et de gauche,
surtout à son extrémité qui est plus mobile; puis la prudence reprenant
le dessus et en face de votre immobilité ou devant votre geste
d'épauler, il tourne sur les talons et se dérobe.

Autre attitude, si vous avez affaire à un lion peu commode ou blessé: il
baisse la tête en grondant et en montrant les dents par intervalles,
faisant le geste de mordre de côté, la queue s'agite avec précipitation,
il rugit par saccades, découvre carrément ses crocs en retroussant les
lèvres, couche les oreilles, part sur vous au trot, puis, levant
brusquement la queue, prend le galop sans cesser de vous fixer avec
fureur et en accompagnant chaque bond d'un rauquement rythmé.

Chasseur, du sang-froid! Si vous êtes sûr de vous-même attendez et
placez bien votre balle expansive, le lion n'ira pas plus loin et vous
aurez l'orgueil d'avoir triomphé d'un grand péril. Sinon, ayez un noir
expérimenté et sûr qui vous passera en cas de charge deux coups de
chevrotines. Ce n'est plus du sport, mais vous serez sauf et votre
ennemi criblé. Il n'existe, en face d'une charge, que ces deux
solutions.

Le lion est doué d'une grande force musculaire. Évidemment, je ne l'ai
jamais vu sauter une barrière avec un boeuf aux dents, comme on l'a
raconté, mais les manifestations de sa force auxquelles j'ai assisté
m'en ont pourtant donné une haute idée.

Un matin, sur les flancs du mont Donyo-Sabuk, dans l'Est africain
anglais, un indigène Masaï accourt m'avertir que le cheval d'un Européen
absent vient d'être tué par des lions.

Je me rends en hâte sur les lieux et constate que la porte d'une petite
écurie en bois a été forcée, que le cheval a été tué à l'intérieur et
tiré au dehors par les fauves. Ceux-ci, alourdis, ne doivent pas être
loin. Je prends quelques hommes avec moi pour battre un petit ravin.
Effectivement, les lions, car ils sont deux, un mâle et une femelle,
sortent au pas d'un buisson épineux où ils étaient tapis, ils sont
gorgés de viande et leur ventre énorme traîne presque jusqu'à terre. Je
les vise dans mon oculaire photographique 9x12; mais, les apercevant
mal, je prends le pas de course pour me rapprocher autant que possible.
Inutiles efforts, les deux fauves se décident à prendre le galop et à
remonter la pente de la montagne à une allure que je ne puis soutenir.
Quelques instants après ils rentrent dans un bois sombre où je ne me
risque pas à les suivre. Je change alors mes batteries et décide de
photographier les lions la nuit suivante. Pour cela, j'appelle tous mes
hommes disponibles qui, s'attelant au nombre d'une trentaine, arrivent
avec une peine inouïe à déplacer de quelques mètres le cadavre du grand
cheval blanc, de façon à le mettre dans une position plus favorable à
mon affût. Je fais construire une petite cabane en branchage épineux,
installe mon magnésium et mon appareil photographique en bonne position
et je descends au camp.

Le soir, je me rends à mon affût, sur les flancs de la montagne, en
recommandant à mes hommes de monter au premier coup de fusil.

Le soleil va se coucher à l'horizon des grandes plaines que je domine,
ses rayons lui font comme une auréole incandescente, son disque rouge
paraît énorme dans la brume légère du soir.

La nuit vient et son silence n'est plus troublé que par le claquement du
bec de l'engoulevent au vol feutré engloutissant quelque coléoptère, ou
par le chant vraiment euphonique d'une sorte de rapace nocturne égrenant
ses notes perlées.

Je m'introduis dans mon petit réduit épineux, et les sens aux aguets,
calme, avec l'indifférence que crée l'habitude, je rêve, pour tromper
l'attente, à la patrie lointaine, aux êtres aimés laissés si loin,
là-bas...

Il peut être 10 heures quand le silence est rompu par des froissements
dans les grandes herbes. C'est alors que l'esprit travaille et que la
sagacité du chasseur s'essaie à interpréter les sons pour en déduire
leur auteur; car chaque animal a son allure, qu'il est facile de
déterminer à l'oreille avec un peu d'habitude.

J'arrive, au bout de quelques minutes, à me rendre compte que ce sont
bien des lions qui avancent. Ils avancent, mais d'une façon
intermittente, ils font 20 ou 30 mètres et restent immobiles de longues
minutes avant de faire de nouveau quelques pas. Ces animaux sont
évidemment en méfiance, ayant été dérangés le matin même et sachant la
présence d'un chasseur dans la région.

Je n'insisterai pas sur la dose de patience qu'il faut déployer dans ces
circonstances, je dirai seulement que ces lions mirent plus d'une heure
certainement à franchir la distance qui les séparaient de mon appât,
lorsque je commençai à les entendre.

Enfin, à un moment donné sous la lune blafarde, fantômes blancs
immobiles en face de moi à exactement 7 mètres, j'aperçois un magnifique
lion et une lionne. Ils me fixent sans un mouvement et me voient
certainement. Pensant qu'ils vont peut-être fuir sans toucher au
cadavre, je me prépare à déclancher mon magnésium, lorsque d'un commun
accord ils se jettent sur le cheval, l'empoignent non avec la gueule,
mais avec les griffes de devant et s'arc-boutant sur le train de
derrière ils le tirent à eux pour l'emporter...

Je fais exploser mon magnésium, une lueur intense m'éblouit,
accompagnée d'une détonation très forte provoquée par un malheureux excès
de poudre. Mes hommes croient à un coup de fusil, une immense clameur
monte de la vallée célébrant la mort probable du «simba couboua» (grand
lion) qu'ils avaient aperçu le matin même, et trente torches illuminent
bientôt le paysage.

Je renvoie tous mes gens en leur recommandant expressément de ne revenir
qu'à la troisième détonation de mon fusil.

Je m'installe de nouveau dans mon réduit, m'entoure d'une grosse
couverture, car je suis transi par le froid relatif des nuits
africaines, pose ma carabine Mannlicher à ma portée, bien décidé cette
fois à faire une fin au grand lion.

Je suis à peu près sûr que les fauves reviendront, car leur audace
précédente prouve leur appétit. Ce sera long, évidemment, mais je suis
armé d'une inébranlable patience.

Ma patience fut mise à trop forte épreuve, hélas! car je m'endormis...
et, lorsque je m'éveillai, le cheval n'était plus là! Les lions étaient
venus, avaient empoigné le lourd cadavre et l'avaient traîné à plus de
100 mètres de là sur une pente assez forte, à travers les hautes herbes
et les ronces. Ils avaient réussi à deux le travail de trente hommes...
Belle manifestation de leur force musculaire que je tenais à signaler.

Je ne sais rien de plus formidable, de plus beau et de plus
impressionnant que le rugissement du lion dans son domaine sauvage. Il
est rare de l'entendre avant les dernières heures de la nuit, car
auparavant le félin chasse et il est silencieux. Mais, dès qu'il a
triomphé et que son appétit est satisfait, il l'exprime à pleine gueule.
Aux quatre coins de l'horizon, les lions se répondent ainsi, et c'est un
concert d'une grandeur et d'une sauvagerie incomparables!

Si la rencontre du grand félin m'a vite laissé sans émotion, sa grande
voix m'a toujours impressionné vivement et certaines nuits je ne pouvais
m'endormir tant j'étais «empoigné».

Une nuit, mon domestique personnel vint tout tremblant me réveiller:
«Bouana ico simba arbaïni!», Monsieur, il y a ici quarante lions. A la
clarté de la lune blafarde, j'aperçus vingt-quatre lions qui buvaient à
tour de rôle à une flaque d'eau près de laquelle nous nous trouvions.
Allant et venant, ils enjambaient et flairaient mes hommes roulés par
terre dans leurs couvertures. Leur soif étanchée, ces lions repus s'en
allèrent comme ils étaient venus, nous gratifiant peu après du plus
magnifique concert.

Contrairement à ce que l'on croit généralement, les lions ne se
nourrissent pas seulement de viande fraîche et palpitante, ils
s'accommodent admirablement des chairs putréfiées. A l'affût, derrière
un cadavre de rhinocéros, je les voyais la nuit venir humer les effluves
épouvantables, le nez au vent, paraissant se complaire tellement à cette
cérémonie qu'ils la renouvelaient plusieurs nuits de suite, comme le
chasseur qui hume avec volupté le fumet de la bécasse pour savoir si
elle est à point. C'était, d'ailleurs, le cas, car ces lions, ne pouvant
entamer le cuir épais de la lourde bête, attendaient que la
décomposition eût fait son oeuvre.

Il n'y a pas plusieurs espèces de lions. Dans une contrée
particulièrement sèche il y a plus de probabilité, évidemment, de
rencontrer des lions gris jaunâtre avec une faible crinière, ou même
sans cet ornement, mais on y rencontre aussi des lions doués d'un
système pileux plus développé.

Dans la vallée du Kédong (Rift Valley), près de la capitale de l'Est
africain anglais, Nairobi, il y avait en 1911 et même encore en 1912 un
lion colossal bien connu des chasseurs anglais, que j'ai traqué moi-même
sans succès à plusieurs reprises, et qui était doué d'un système pileux
brun roussâtre au moins aussi développé que celui des plus beaux
spécimens de nos ménageries. Il faisait partie d'une bande de fauves
gris jaunâtre dont plusieurs n'avaient aucune crinière. J'ai vu d'autre
part, dans une même troupe, un lion sans crinière, deux lions avec une
courte crinière roussâtre et un grand lion à petite crinière noire. Sur
la quantité de lions mâles qu'il m'a été donné d'apercevoir, je n'en ai
peut-être pas vu deux absolument semblables et il ne m'a pas été
vraiment possible de les classer en espèces particulières.

L'ANIMAL TÉLESCOPE

L'animal typique de la savane est la timide girafe. Ce n'est pas un
animal, c'est un télescope dont l'approche est d'une extrême difficulté.
Immobile, son mimétisme la rend presque invisible; sa robe se marie
admirablement avec le paysage. L'espèce du Kilima-N'djaro, dite de
Schillings, présente même en guise de taches de véritables feuilles de
platane.

Apeurée, la girafe fuit au galop. Ce galop est lent (j'ai calculé que
l'animal accomplit une foulée toutes les quatre secondes), mais ces
foulées sont immenses et la vitesse est extrême dans tous les terrains.
Pendant la fuite, le grand cou décrit un mouvement lent et rythmé de
balancier d'avant; en arrière; tandis que la queue aux longs poils noirs
est relevée en arc de cercle sur le côté gauche. Cet animal gigantesque
est encore très abondant et subsistera partout où on voudra se donner la
peine de le protéger comme dans les colonies anglaises. Malheureusement
partout ailleurs on le massacre par lucre ou simplement pour le plaisir.
N'ai-je pas lu qu'un sous-officier du Chari avait anéanti tout un
troupeau en quelques minutes? Triste exploit!

Cet animal atteint parfois des proportions considérables dont la belle
girafe du Jardin d'Acclimatation peut donner déjà une idée. La girafe
vit par petites hardes, d'un grand mâle roux sombre, de cinq ou six
femelles roux clair et de deux ou trois girafons café au lait. Rarement,
elle se réunit en grands troupeaux; cependant j'ai vu ensemble
trente-deux girafes, dont je n'ai malheureusement pu prendre qu'un bien
mauvais cliché.

La girafe vit aux dépens des mimosées de la savane.

La harde est là, immobile, devant les sveltes mimosas épineux; les
mouvements sont lents et compassés, les lèvres préhensibles projetées en
avant saisissent délicatement les pousses terminales, la queue fouette
les flancs, les oreilles sont couchées, les yeux clignotent pour éviter
les épines, de temps à autre une langue rosée s'introduit dans chaque
narine.

Le grand mâle noisette, au dos brun noir, prend l'amble et va explorer
un mimosa voisin que sa tête claire domine.

Alerte! Il a aperçu l'observateur: il fait demi-tour et se plante droit
comme un I, oreilles en avant. Aussitôt ses six compagnes, comme à la
parade, l'imitent, se rendent compte du danger et, pivotant de nouveau,
tous s'éloignent à longues foulées.

LE RHINOCÉROS AVEUGLE ET FÉROCE

Parmi les animaux qui frappent l'imagination et dont je veux entretenir
le lecteur, il en est un qui fréquente indifféremment la savane, la
brousse épineuse, et n'est point rare dans la steppe à condition qu'elle
présente les quelques petits mimosas épineux dont il se nourrit: c'est
le rhinocéros. Cet animal détient deux records, celui de la laideur et
celui de l'inintelligence. Il est facile de l'approcher de très près,
car il est pratiquement aveugle et n'a pas une ouïe très fine; seul son
odorat est excellent. Il ne faudrait pas se fier à son aspect massif et
lourdaud, car il est capable de galoper dans les terrains les plus
extraordinaires et on le rencontre dans les montagnes abruptes comme
dans les plaines. Si le rhinocéros sent l'homme de loin, quelquefois il
fuit au galop, le plus souvent il charge sur l'odeur. De près, il charge
toujours sans hésiter, avec furie, sa petite queue grotesque à peine
longue de 50 centimètres menaçant le ciel. Cette charge est rapide et
dangereuse si on ne sert pas du vent. Il est d'ailleurs facile et de
toute nécessité de courir rapidement à angle droit de façon à faire
perdie l'odeur à l'animal irascible. Dérouté, il s'arrête net, tourne
sur les talons et fuit souvent au galop pendant des kilomètres.

Il a comme parasite un oiseau, le _Buphaga erythroryncha_, gros comme
une grive et marron comme elle, qui lui tend les deux services de le
débarrasser de ses tiques et de l'avertir du danger. Un jour que
j'approchais, prêt à prendre, à quelques mètres, un curieux cliché de
deux rhinocéros endormis, les oiseaux parasites s'envolèrent en
crissant, réveillant les deux grands animaux qui, instantanément, se
précipitèrent sur moi qui n'étais nullement masqué dans la plaine rase.
Je dus sacrifier presque à bout portant l'un d'eux pour ma défense.

Le rhinocéros n'est pas dur à tuer, à condition de le tirer au coeur,
qui est volumineux et facile à repérer. Une balle pleine suffit à en
avoir raison.

Dans certaines régions, très boisées, cet animal est encore assez
abondant pour constituer un certain danger, pour les caravanes qu'il
charge sans qu'on sache d'où il vient et où il va. Nous étions
quelquefois chargés plusieurs fois par jour, mes hommes et moi, sans
apercevoir notre ennemi, tant était dense la végétation. Inutile
d'ajouter que mes malheureux colis, régulièrement précipités à terre par
leurs porteurs, étaient soumis à une bien rude épreuve.

Dans l'Est africain, lorsque je désirais rencontrer un rhinocéros pour
mes photographies, je montais sur une éminence et, armé de ma lunette
Zeiss, j'explorais minutieusement les alentours; il était rare que je ne
visse point un ou plusieurs rhinocéros.

... Aujourd'hui ils sont trois dans le champ de mon observatoire. L'un
d'eux somnole dans l'herbe, au gros soleil, ses quatre pattes repliées
sous lui. Il ressemble à s'y méprendre à une termitière, d'autant plus
qu'il est couvert de la même terre rougeâtre; seules les allées et
venues des gros cornets qui lui servent d'oreilles attestent la vie de
sa grosse masse.

Une grande femelle aux cornes remarquablement longues erre d'un pas
lent, broutant des acacias rachitiques couverts de grosses noix de
galle, d'épines droites et blanches et de fourmis noires. Des oiseaux
brun roux, au bec corail et aux yeux rouges, courent, sur son grand
corps comme nos pics autour de leur arbre. Quand ils sont par trop
indiscrets et s'agrippent aux oreilles, la lourde bête les secoue
violemment pour s'en défaire. Mais on sent une union étroite entre ces
parasites et leur hôte, l'un père nourricier, les autres avertisseurs.

Le troisième rhinocéros est un vieux mâle, maigre, efflanqué, dont les
côtes simulent les grillages de bois d'une cage à poulets. Ses oreilles
déchiquetées attestent son ardeur à provoquer ses rivaux lors des
compétitions amoureuses de ses jeunes années. Son oreille gauche est
même percée d'un gros trou rond comme à l'emporte-pièce. Paisiblement,
en vieux philosophe désabusé, il somnole à l'ombre problématique de
l'éternel mimosa épineux de la steppe.

De temps à autre il changera de place pour suivre l'ombre mouvante de
l'arbuste, jusqu'au soir, dont la fraîcheur l'engagera à reprendre la
monotonie de ses promenades nocturnes. Il se livrera alors avec volupté
aux douceurs des bains de boue, il s'abreuvera à longs traits à la mare
bourbeuse qui sert à toute la faune du district, il marchera toute la
nuit arrachant de-ci de-là quelques feuilles ou quelques branchages
terminaux qu'il mastiquera avec un bruit rude de molaires.

LE PLUS DANGEREUX ANIMAL DE l'AFRIQUE

Un animal fort dangereux, et je ne crains pas de dire le plus dangereux
même de l'Afrique, est le grand buffle de Cafrerie dont le domaine est
étendu dans tout l'Est africain et qui est remplacé au Centre et à
l'Ouest par une espèce de taille moins considérable, mais d'humeur tout
aussi vindicative.

Animal des bois, on le voit rarement au clair, sinon au lever et au
coucher du soleil. Les mâles sont d'une musculature et d'une puissance
étonnante, dont nos taureaux ne peuvent donner aucune idée. Les cornes,
fort belles, prennent souvent avec l'âge de grandes proportions, le poil
noir brillant est souvent rare chez les vieux mâles. J'ai tué des
taureaux qui portaient de longues cicatrices parallèles dues aux griffes
du lion dont ils s'étaient débarrassés victorieusement.

Le buffle est dur, une balle «solid» bien placée au coeur en a pourtant
raison, malgré l'épaisseur de son cuir. Mal placée, le danger est grand,
la charge est foudroyante et difficile à arrêter à temps; d'autre part,
quelquefois l'animal blessé se cache et fond sur le chasseur à
l'improviste pendant qu'il suivait imprudemment sa piste. La meilleure
arme pour le buffle est l'express double 450-500.

Le buffle de Cafrerie a été fort éprouvé il y a quelques années par la
grande épidémie de peste bovine qui a sévi sur le sud du continent et a
atteint la région des grands lacs elle-même. Des mesures de protection
ont permis aux troupeaux de se reconstituer en partie et dans l'Uganda
on parlait, lors de mon passage, d'en rendre la chasse absolument libre
pour quelque temps de façon à en limiter le nombre. Je ne puis m'étendre
davantage sur cet animal pourtant si intéressant, et je passe au vrai
«roi des animaux», au plus intelligent, au plus formidable, et, je ne
crains pas de le dire, au plus beau de tous: l'éléphant d'Afrique...

DR ÉMILE GROMIER.

_A suivre._--Droits réservés.

[Illustration: Éléphants cueillant des pousses nouvelles dans un fourré.
_Phot. du Dr E. Gromier._]



[Illustration: LA MODE AU DERBY DE CHANTILLY.--Les gracieux effets et
les surprises du contre-jour. _Photographies Agié et B._]

Des robes souples, vaporeuses, enveloppantes, où la mousseline de soie,
la précieuse dentelle, le tulle neige, la fine charmeuse, soulignés de
gros rubans, font merveilles, des chapeaux qui supportent toutes les
fantaisies de l'aigrette et du paradis ou qu'orne encore le tulle,
disposé en grands nouds légers: tels sont apparus, dimanche passé, en
cette belle réunion de Chantilly, où se courait le Derby français, les
derniers produits de la Mode, décidément parée pour les ardeurs de
l'été... Cette fois-ci, les photographes se sont plu à saisir en
contre-jour quelques-unes des élégantes qui remplissaient le pesage. La
précaution était nécessaire pour obtenir des images où tous les détails
fussent mis en valeur, et non pas absorbés par l'éclat direct du soleil:
on lui doit aussi--car l'instantané est impitoyable--cette silhouette
inattendue de jeune femme, un peu trop sommairement vêtue sous sa robe
aérienne et surprise par l'objectif avec une cruelle indiscrétion.

[Illustration: L'investissement, par la force armée, de la maison où
s'étaient enfermés les meurtriers.]

[Illustration: La police pénètre dans une maison d'où elle pourra
surveiller les assiégés.]

[Illustration: Les meurtriers capturés sont emmenés en automobile.]

[Illustration: La garde de la maison enlevée d'assaut. _Photographies
Taïb Kope._]



La capture des meurtriers du grand vizir Mahmoud Chefket.

A CONSTANTINOPLE

Pas un instant la tranquillité de Constantinople n'aura été troublée
après l'assassinat de Mahmoud Chefket pacha et deux jours à peine auront
suffi pour arrêter ses meurtriers. Tout l'honneur en revient à l'énergie
du gouverneur militaire Djemal bey et du préfet de police Azmi bey.

La recherche des assassins a donné lieu à un épisode émouvant. Ceux-ci
s'étaient réfugiés à Péra dans un immeuble de la rue Piré Mehmed où la
police les découvrit. Ils s'y défendirent avec acharnement durant trois
heures.

Agents et pompiers occupaient les alentours de la maison, le doigt sur
la gâchette de leur fusil. Dès le début de l'affaire, un officier, Hilmi
bey, fut blessé mortellement. La police avait pénétré dans la maison
sise en face de l'immeuble assiégé. Assassins et agents échangeaient de
là coups de fusil et coups de revolver. Cependant d'autres policiers,
avec le préfet à leur tête, entraient dans une maison mitoyenne de celle
occupée par les meurtriers, faisaient sauter les cloisons et
s'emparaient de trois hommes, le capitaine Kiazim, le lieutenant Ali bey
et un certain Chefky qu'une automobile emportait aussitôt à la prison de
la cour martiale.

Les funérailles du grand vizir se sont faites avec pompe. Les fils du
sultan suivaient le corps qui, les prières faites à Sainte-Sophie, fut
transporté sur la colline de la Liberté pour y être inhumé parmi les
soldats morts à la bataille de Constantinople (24 avril 1909) que
commandait Mahmoud Chefket pacha.

Un grand ministère s'est aussitôt constitué. Nous y voyons figurer les
noms que les récents événements de Turquie ont rendu les plus célèbres:
Izzet pacha, Mahmoud pacha, Talaat bey. La tâche est énorme, souhaitons
qu'ils y suffisent, selon la formule turque, «avec l'aide et la
miséricorde de Dieu».

[Illustration: Tckuruk Soulou Mahmoud, ministre de la Marine.
Hadji Adil, ministre de l'Intérieur. Saïd Halim, grand vizir.
Zia effendi. Hilmi effendi, fils du sultan.
Le nouveau grand vizir aux obsèques du grand vizir assassiné.--_Phot.
Taïb Kope._]



[Illustration: Au Théâtre Antique: les jeunes Arlésiennes, revêtues du
costume local, défilent devant Mistral et le saluent.]

LES FÊTES VIRGINALES D'ARLES

Des fêtes pittoresques ont eu lieu dimanche et lundi derniers à Arles,
en Provence. Près de quatre cents jeunes filles du territoire, ayant
nouvellement revêtu le costume local qu'elles s'engagent à conserver,
sont venues recevoir, des mains de Frédéric Mistral, le diplôme
attestant cette solennelle «prise de coiffe».

Le grand poète de Maillane est l'initiateur de cette consécration dont
l'origine remonte à 1903. A cette époque, une vingtaine de jeunes
Arlésiennes seulement se rendirent, dans une salle du _Museon Arlaten_,
à l'appel des organisateurs: la _Festo Vierginenco_, la Fête Virginale,
était fondée. L'année suivante, le lundi de Pâques, pour la première
fois, elle fut rendue publique et célébrée avec éclat.

Mistral y parla devant un grand concours de peuple, et son allocution,
évoquant le passé glorieux de la race, rendit hommage à la beauté de ses
femmes. _L'Illustration_ (9 avril 1904) consacra une page entière à
cette intéressante manifestation régionale qui, depuis, n'avait plus été
renouvelée, dans Arles du moins.

Cette année, par les soins du Syndicat d'initiative local, dont le
président, le docteur Urpar, a déployé la plus intelligente
persévérance, la cérémonie s'est déroulée dans l'imposant décor du
Théâtre Antique, et elle a été précédée et suivie de divertissements
empruntés aux vieilles coutumes du pays d'Arles.

Le dimanche, après les aubades des tambourinaires, les jeunes filles,
ayant défilé une à une devant Mistral au Théâtre Antique, se rendirent,
escortées d'une foule enthousiaste, aux arènes. On y vit les taureaux du
Pouly combattus à la mode provençale, les farandoleurs exécuter les
danses traditionnelles, les _gardian_ se défier au tournoi des écharpes
et au jeu des aiguillettes. Puis le soir, dans le Théâtre Antique
encore, impressionnant sous les clartés lunaires, une représentation
d'opéra réunit un auditoire innombrable; et les fêtes se terminèrent le
lendemain, aux plaines de Meyran, en Camargue, par une
_ferrade_--émouvant spectacle dont, au cours d'une récente excursion aux
Saintes-Maries-de-la-Mer, les invités des _Annales_ ont connu le
frisson--cavaliers et piétons, aux prises avec le jeune taureau qu'il
faut parvenir à terrasser, y rivalisèrent de courage et d'audace, pour
gagner un sourire de celles en l'honneur desquelles la fête était
donnée.

[Illustration: Fêtes arlésiennes: la _ferrade_, dans l'arène improvisée
des plaines de Meyran, en Camargue. _Photographies Chusseau-Flaviens._]



CE QU'IL FAUT VOIR

LE PETIT GUIDE DE L'ÉTRANGER

Les gens de sport ont leurs «grandes semaines». Le petit monde des
théâtres a sa grande Quinzaine; et cette grande quinzaine s'ouvrira ces
jours-ci. C'est deux semaines d'émotions très fortes; de rires, de
larmes, d'enthousiasmes et d'attaques de nerfs. Il faut voir cela. Un
étranger qui aime Paris et qui a la curiosité de le bien connaître
commettrait la plus inexcusable des étourderies s'il se désintéressait
d'un spectacle aussi rare, et laissait passer les Concours du
Conservatoire sans essayer de conquérir le coin de loge ou le strapontin
d'où il pourra y assister.

Tous ces concours ne sont pas également «courus», et, pour moi, j'ai
cette faiblesse de m'intéresser surtout à ceux que la foule néglige: aux
concours de contrebasse et de cor, de clarinette, de trombone et de
basson. Ceux-là sont les plus accessibles. Ils sont suivis par une
clientèle discrète d'amis, de parents pauvres, de vieux amateurs et de
jeunes soldats. Les concurrents qu'on applaudit là ne s'élèveront
presque jamais à la dignité de virtuoses. Ils occuperont obscurément
leur place en des orchestres civils ou militaires; ils y tiendront leur
«partie» avec utilité, et sans gloire.

Comme l'accompagnateur qui, assis au piano, soutient de ses dix doigts
le chant de la cantatrice qu'on acclame, ils seront, toute leur vie, les
_servants_ du succès des autres. Ce sont les prolétaires de la Musique;
et ces concours sont pour eux d'inoubliables journées...

Car ce sont les seuls instants de leur carrière où ils auront eu
l'honneur de comparaître _seuls_ devant une salle où chacun d'eux est
attendu, et séparément entendu. Ils connaîtront la gloire du _solo_; un
accompagnateur, assis près d'eux, au piano, les assistera modestement;
ils seront, pour cinq minutes, des vedettes; on les applaudira. Et, si
une récompense leur est décernée, ils seront de nouveau introduits en
scène par un appariteur en habit noir, interpellés dans le silence de la
salle par un monsieur illustre qui prononcera les mots sacramentels:
«Monsieur, le jury vous décerne un premier prix.» Dans le crépitement
des bravos, ils salueront encore, très confus, très heureux, tellement
émus qu'on les verra rire quelquefois, à cause d'une extrême envie de
pleurer... Et puis, le lendemain, ce sera la joie d'ouvrir les journaux,
d'y trouver, son nom, suivi d'appréciations élogieuses de la critique;
ils pourront dire, tout comme Caruso, Pugno, Chaliapine ou
Nijinski: «J'ai une bonne presse.» Et ce sera fini pour toujours.
Confondus désormais dans la foule des orchestres, ils ne seront plus,
sous le bâton du chef, que deux mains qui s'agitent devant un pupitre,
autour d'une figure qu'on ne regarde pas. N'importe. Ils auront eu leur
minute heureuse, et l'impression délicieuse de ce que c'est que la
gloire... Allez les voir vivre cette minute-là. C'est très touchant, et
ce n'est pas ennuyeux du tout.

Et puis, vraiment, quelquefois, on tombe sur un solo de trombone ou de
contrebasse qui est fort agréable à écouter.

Les séances consacrées au piano et au violon sont plus dures, et vous
admirerez qu'une telle foule consente à s'écraser en une salle où règne
une température d'étuve, pour entendre le même morceau joué trente ou
quarante fois de suite, et presque toujours très bien! car on n'a même
pas, aux concours du Conservatoire, la ressource d'entendre, de temps à
autre, le morceau très mal joué qui vous reposerait des autres, et
donnerait du prix à ce qui va suivre. Tous sont d'une force
décourageante. Mais l'auditoire qui est là ne se décourage point. Il
épie les fautes, prend des notes, se pâme aux traits heureux, compare et
commente avec passion... Il me semble qu'aux concours de violon et de
piano le spectacle, pour un observateur désintéressé, est surtout dans
la salle.

Mais voici les grandes épreuves! Le chant, l'opéra, l'opéra-comique, la
comédie!

Amis étrangers, que le caprice de vos «déplacements» a fixés à Paris
dans le moment précis où s'ouvre la série des grandes épreuves du
Conservatoire, ne manquez pas de mettre un hasard si exceptionnel à
profit. Coin de loge, ou simple strapontin, vous dis-je! Ce sera déjà
bien joli si vous les obtenez.

En ces dernières années, il n'était pas trop difficile d'y réussir. Un
sous-secrétaire d'État aux Beaux-Arts, M. Dujardin-Beaumetz, s'était
généreusement avisé de transporter du Conservatoire à l'Opéra-Comique
les concours du Conservatoire. Cela lui donnait mille places de plus,
dont une partie était distribuée aux membres du Parlement. Et comme je
m'étonnais un jour que le Parlement prétendît envahir à lui seul la
moitié d'une salle de spectacle où, somme toute, il ne s'agissait que de
suivre une épreuve scolaire qui ne le regarde point; «Pardon, fit M. le
sous-secrétaire d'État, cela les regarde! Ce sont les parlementaires qui
votent le budget. Il est tout naturel qu'ils veuillent savoir comment
leur argent est dépensé...» L'amitié d'un sénateur ou d'un député (et
quel étranger ne compte un sénateur ou un député parmi les amis de ses
amis?) suffisait donc à assurer l'accès de ces spectacles célèbres à
quiconque avait résolu de s'y faufiler. La vieille tradition est, depuis
deux ans, restaurée; et l'on est revenu à la petite salle du faubourg
Poissonnière. Sept cents personnes seulement peuvent trouver place aux
grands concours; en sorte qu'au plaisir _d'en être_ s'ajoute
l'orgueilleuse satisfaction d'en _avoir été!_

Amis étrangers, je vous recommande tout particulièrement celui de
Comédie. Il y a de vieux Parisiens qui se croiraient déshonorés s'ils
n'avaient été vus, ce jour-là, dans l'atmosphère surchauffée de la
petite salle, applaudissant aux débuts de la «grande amoureuse» ou de la
grande soubrette de demain. Ah! les enthousiasmes de ce public, et ses
fureurs! Comme il aime le succès et comme il déteste l'injustice! Ah!
ces salles déchaînées contre un jury dont la sonnette éperdue de M.
Gabriel Faure s'efforce en vain de faire entendre les décisions!...

Sans doute, le Grand Prix de Longchamp est une chose à voir, et vous ne
manquerez pas, amis étrangers, ce spectacle-là; sans doute, le Salon du
peintre-sculpteur futuriste Boccioni qui s'ouvre demain rue La Boétie
est à voir aussi; mais qu'est-ce que tout cela, à côté d'un beau
«chahut» au concours d'Opéra-comique ou de Comédie!

UN PARISIEN.



AGENDA (21-28 juin 1913)

EXAMENS ET CONCOURS.--Les épreuves pour le concours d'admission au
Prytanée militaire de la Flèche auront lieu les 23 et 24 juin, au
chef-lieu de chaque département. Les candidats inscrits à Paris
concourront à la mairie du 6e arrondissement--Un concours est ouvert
entre les artistes français, pour l'exécution d'une médaille
commémorative de l'élection du président de la République par les
Chambres réunies à Versailles le 17 janvier 1913.

LES CONCOURS DU CONSERVATOIRE.--Les concours publics de fin d'année du
Conservatoire sont ainsi fixés: 23 juin, contrebasse, alto, violoncelle;
le 24, instruments à vent (bois); le 25, instruments à vent (cuivre); le
26, chant (hommes); le 27, chant (femmes); le 28, piano (femmes); le 30,
harpe; le 1er juillet: opéra-comique; le 2, tragédie; le 3, comédie; le
7, violon; le 8, piano (hommes); le 9, opéra; le 12, distribution des
prix.

EXPOSITIONS ARTISTIQUES.--Grand-Palais (Champs-Elysées); Salon de la
Société des Artistes français; Salon de la Société Nationale des
Beaux-Arts.--Pavillon de Marsan (musée des arts décoratifs); exposition
rétrospective de l'art des Jardins en France.--Bibliothèque Le Peletier
de Saint-Fargeau (29, rue de Sévigné): promenades et jardins de Paris.
Conférences le vendredi à 4 heures.--Galerie Georges Petit (rue de
Sèze): exposition des petits maîtres de 1830.

EXPOSITION PHILATÉLIQUE.--Au Palais de glace (Champs-Elysées): du 21 au
30 juin, exposition philatélique internationale organisée par la Société
française de timbrologie.

INAUGURATIONS DE MONUMENTS.--Le 22 juin aura lieu l'inauguration du
monument d'Hougoumont, dans la plaine de Waterloo, élevé à la mémoire
des soldats morts le 18 juin 1815 à Waterloo.--Les fêtes d'inauguration
du musée Ingres et du monument Pouvillon, qui devaient avoir lieu à la
fin de juin à Montauban, sont remises au mois d'octobre.

FÊTE DE BIENFAISANCE.--Le 22 juin, au théâtre du Parc de la maison de
retraite de Pont-aux-Dames, matinée de gala au bénéfice de la Maison de
retraite fondée par Coquelin.

CONCERT.--Le 22 juin, au Châtelet en soirée, concert donné par la
Société des grandes auditions musicales de France: les Grands musiciens
modernes anglais.

SPORTS.--_Courses de chevaux_: le 21 juin, Saint-Ouen; le 22, Auteuil
(grand steeple); le 23, Saint-Cloud; le 24, Longchamp; le 25, Auteuil;
le 26, Longchamp; le 27, Auteuil; le 28, Longchamp; le 29, Longchamp
(Grand Prix de Paris).--_Automobile_: le 22 juin, Grand Prix de France
des motocyclettes, circuit de Fontainebleau.--Le 1er juillet commencera
le rallye-automobile du Plateau central (concours de tourisme en
montagne).--_Cyclisme_: les 29 juin, 3 et 6 juillet, à la Piste
municipale (Vincennes): Grand Prix cycliste de Paris.--A Buffalo, le 22
juin, réunion de courses. Course de 100 kilomètres.--Le 11e tour de
France se disputera du 29 juin au 27 juillet.--_Athlétisme_: le 22 juin,
à Colombes, championnats nationaux d'athlétisme.



LES LIVRES & LES ÉCRIVAINS

LE COEUR ET LA TÊTE

M. Georges Oudart a glané avec tact quelques-unes des pensées vives ou
profondes, qui rendent à la fois si grave, par ses vérités d'âme, et si
joliment chatoyante, par son alerte et spirituelle fantaisie, l'oeuvre
de Maurice Donnay. La rubrique la plus riche de ce recueil (1) est
naturellement celle qui traite de l'amour. N'oublions point qu'Amants
est l'un des premiers triomphes de Maurice Donnay et que l'amour a tenu
le grand premier rôle dans toute une partie de son théâtre.

      Note 1: Le Coeur et la Tête, Sansot, éditeur.

Or voici, entre autres choses, ce que M. Maurice Donnay nous dit, ou
nous fait dire par ses personnages, de l'amour:

... «On aime plusieurs fois, c'est vrai, et chaque fois d'une manière
différente, mais on n'aime qu'une seule fois d'une façon immortelle,
divine presque... une seule fois, on peut être un dieu!»

... «On naît amant comme on naît musicien ou poète.»

... «Le dédain d'aimer n'est le plus souvent que l'impuissance d'être
aimé.»

... «En amour, il y a toujours un qui aime davantage et c'est celui-là
qui souffre.--Mais c'est l'autre qui s'ennuie.»

... «Moins un coeur est sec, mieux il flambe.»

... «En amour, neuf fois sur dix, le malheur arrive par les lettres
comme la fièvre typhoïde vient par l'eau.»

... «Ça ne signifie rien de dire à un homme qu'on ne l'aime plus; mais
ce qui signifie quelque chose, c'est de lui dire qu'on en aime un
autre.»

... «La passion excuse tout, mais chez les brutes seulement.»

... «Les mariages d'amour sont les seuls qui ne puissent pas durer, car
ils supposent des âmes d'amants, et être amants, n'est-ce pas avoir le
désir continuel de sensations, de troubles, de mystère et d'inconnu,
d'inconnu?»

... «Il y a des souvenirs d'amour qu'on n'évoque pas avec des mots;
c'est comme des paysages de bonheur que l'on revoit dans le silence de
soi-même, des paysages attendrissants avec de grandes lignes calmes; un
air que l'on entend, un parfum que l'on respire, et voilà que vous
revivez avec leur intensité les heures de jadis et que vous retrouvez
l'âme que vous aviez à cette heure-là; c'est donc qu'elles valaient la
peine d'être vécues.»

En amour, l'homme et la femme sont dissemblables, et par le coeur et par
la tête. L'amour chez la femme, plus violemment passionnée, plus
exclusive, plus personnelle, a particulièrement retenu l'attention, si
souvent émue, de l'auteur _d'Amants_, qui nous parla le mieux de l'amour
moderne. Il nous dit:

... «Dans le coeur de l'homme, chacune de ses maîtresses a sa pierre,
son inscription et sa petite croix. Tandis que les femmes, lorsqu'elles
aiment un homme, tout disparaît; leur vie commence à partir du jour où
elles l'ont connu... et, quant au reste, il n'y a pas d'inscription ni
de croix dans leur coeur. C'est l'oubli absolu, et, pour certaines, la
fosse commune.»

... «Le flirt est la leçon d'escrime que prend une femme avec des
fleurets mouchetés avant d'aller sur le terrain avec des épées
véritables.»

... «Il y a une règle commune qui veut que, lorsqu'une femme se croit
moins aimée, elle se rende encore moins aimable.»

Rien n'est plus vrai... Mais, nous le savons aussi, pour avoir fait la
plus large part à l'observation moderne de l'amour, le théâtre de
Maurice Donnay ne lui est pas exclusivement consacré. L'auteur de _la
Patronne_, du _Retour de Jérusalem_, de _Paraître_, s'est surtout
passionné, dans les oeuvres de ces dix dernières années, à l'étude des
problèmes sociaux. D'où, dans le précieux petit recueil de M. Oudart, de
riches glanes sur notre époque, sur la souffrance, sur la mort. Nous ne
pouvons citer tout le livre, nous donnerons seulement, pour terminer,
ces quelques lignes, jolies et graves, sur la patrie:

... «La patrie, c'est des victoires glorieuses, des défaites héroïques,
de beaux exemples de sacrifices et de vertus... c'est des cathédrales,
des palais, des tombeaux... c'est des paysages que l'on a vus tout
enfant et d'autres qui, plus tard, ont encadré des heures de joie ou de
tristesse... c'est des choses intimes, des souvenirs, des traditions,
des coutumes... c'est un langage qui nous paraît le plus doux, c'est une
vieille chanson, un vieux proverbe plein de bon sens... c'est une rose
qui s'appelle la France, c'est une assiette peinte, que sais-je?

«Mais oui, la patrie, c'est tout ça... et bien d'autres choses encore.»

Voilà. Et cette définition chaude et vibrante, cette définition d'élan
et d'instinct, peut suffire à la fois à notre tête et à notre coeur.

A. C.

Voir dans _La Petite Illustration_ le compte rendu des oeuvres des
poètes.



LES FLORALIES DE GAND

_Nous avons déjà, dans le numéro du 3 mai, consacré quelques gravures à
l'Exposition de Gand. Nous publions aujourd'hui un ensemble de
photographies en couleurs qui donneront une vision des «Floralies» qui
sont le clou de cette exposition, et au sujet desquelles notre
correspondant de Bruxelles, M. Gérard Harry, nous a adressé l'article
suivant:_

Voici près d'un siècle que la très ancienne Société d'horticulture de
Gand organise, de cinq en cinq années, ces concours baptisés «Floralies»
où se marque chaque étape du progrès que le savoir et le goût du
botaniste ont fait franchir à des créations d'essence immuable tels que
l'oillet, l'azalée, l'orchidée, le bégonia, le lilas, la rose même. Ces
Floralies, plus populaires encore en Belgique que les Concours hippiques
et les Expositions de beaux-arts (il faut, tous les cinq ans, des trains
spéciaux pour y amener les foules d'amateurs des neuf provinces) ont été
presque ignorées du grand public de France, d'Angleterre, d'Allemagne,
jusqu'à leur coïncidence actuelle avec une Exposition universelle. Mais,
sur les spécialistes de tous pays, elles exercent depuis longtemps
autant d'attirance que le Derby d'Epsom ou le Grand Prix de Paris sur
les éleveurs de chevaux pur sang. Et chacun s'y prépare de longue date
et y apporte, avec le souci de sa propre gloire, ce qu'il a pu produire
de plus beau ou de plus neuf, en s'aidant des procédés de culture les
plus ingénieux ou des combinaisons chimiques les plus savantes.

Les photographies en couleurs, que nous reproduisons, du récent
«concours de beautés» de Gand donneront une idée synthétique de cette
périodique et poétique solennité. On y verra que la furie multicolore et
odorante des fleurs est elle-même «habillée» d'un joli décor constitué
par des dioramas qui situent illusoirement leur splendeur dans un cadre
adéquat: ici, à l'orée d'un taillis, le feuillage d'un hêtre rouge
tranchant sur les teintes azurées d'un massif d'hortensias; là, les
ondulations d'une simili-chaîne de montagnes élargissant l'horizon de
pyramides d'azalées; là encore, les ruines, en staff patiné, d'un
antique temple grec, dédié à Flore, éternelle divinité de l'éphémère
royaume du printemps. A défaut des délicieuses variétés d'oeillets
anglais, arrivés en retard, par la suite de la grève générale belge, on
a pu fixer les ombelles couleur bleu de ciel d'un groupe d'hortensias
dont les experts ont chanté spécialement les louanges, à raison de leur
nuance idéale et aussi parce que leurs «éleveurs» avaient su les
préserver d'une maladie qui, après quelque temps, les décolore ou les
amaigrit. Une variété d'hortensias d'un blanc immaculé apparaît sur une
autre de nos gravures et aussi un massif de ces azalées à fleur simple
ou double, unicolores ou panachées, qui constituent la spécialité
gantoise par excellence et qui étonnent, aux Floralies, par leur
opulente profusion et la recherche de leur coloris.

_Ici vient s'intercaler une double page hors texte en couleurs: LES
FLORALIES DE GAND, comptée dans la pagination de 591 à 594._

[Illustration: Corbeille de Cinéraires.]

[Illustration: Le Temple de Flore.]

[Illustration: Azalées et Hortensias.]

[Illustration: Bégonias Gloire de Lorraine.]

[Illustration: Renan thera. Odontoglossum et Oncidium. Dendrobium. Autre
variété de Dendrobium. Un coin de la serre des Orchidées.]

[Illustration: Hortensias.]

LES FLORALIES DE L'EXPOSITION DE GAND

Des potées de bégonias «Gloire de Lorraine» appelaient d'emblée les
regards des profanes par le prestige de leur ton de rose brique, et les
connaisseurs les proclamaient presque uniques parmi les bégonias
hybrides, supérieurs au prototype naturel et homogène. Hybride encore,
ce groupe de cinéraires où le bleu indigo lutte avec le rouge sang et le
violet intense pour composer un tableau qui met l'oeil en tumulte, et
l'on sent bien que l'audace imaginative et la persévérance du botaniste
ont passé par là et surenchéri victorieusement sur la conception de la
nature... Quant à la tribu des orchidées qui emplissaient huit salonnets
de leurs gestes pleins de fier décorum ou de grâce aristocratiquement
alanguie et retombante, il faudrait des pages pour les énumérer et les
dépeindre. Jamais on n'avait vu réunie une telle profusion de ces Reines
exquises et «maniérées» du monde végétal,--à croire que cette élite
patricienne était devenue une démocratie innombrable. Que dire de
l'infinité et de la subtilité de leurs bigarrures, et comment définir
des nuances qui vont de la teinte de la neige ou du nuage à celles des
velours violets, des satins verts ou des bronzes dorés. Le groupe que
montrent nos photographies et où elles se présentent, au milieu des
hautes et souples lianes dont elles sont les luxueuses parasites,
appartient à un assortiment magnifique des genres odontoglossum,
cattleyas, amarylles et vandas qui se déroulent en grappes jaunes,
blanches ou mauves, en silhouettes d'insectes ou d'oiseaux, ou en
admirables cols d'urnes.

On m'a dit que l'ensemble des Floralies de Gand avait été assuré contre
les accidents pour quatre ou cinq millions, dont la grosse part
s'appliquait aux orchidées. Quel salon de peinture moderne prétendrait
atteindre ou surpasser pareille évaluation, pour des risques de huit
jours? Mais les fleurs n'ont qu'une saison. Et c'est précisément ce qui
fait le prix de ces expositions fugitives, de ces floralies où l'on
court comme à un spectacle de radieuse jeunesse sans lendemain, à un
étalage de beauté dont il faut se hâter de jouir et dont le souvenir
vaudra plus que la possession des choses plus durables et pour cela
moins rares.

GÉRARD HARRY.



DOCUMENTS et INFORMATIONS

LE PLUS PRÉCIEUX TAPIS DU MONDE

Le Victoria-and-Albert Muséum, à Londres, vient de recevoir, à titre de
prêt, l'un des quatre panneaux qui forment le fameux «tapis de perles de
Baroda», ce trésor de l'art indien que les experts considèrent comme la
plus merveilleuse pièce de broderie en existence.

Il est composé de quatre panneaux symétriques, présentant chacun une
superficie de 0 m. 55, et qui se juxtaposent exactement.

D'après le TIMES, à qui nous empruntons ces détails, ce tapis fut
commandé par un des prédécesseurs du maharadja actuel, qui le destinait
à recouvrir le tombeau de Mahomet, à Médine. Le travail demanda trois
années aux meilleurs brodeurs et joailliers du Baroda; les matières
employées coûtèrent une vingtaine de millions de francs, et les artistes
se distribuèrent une gratification de 50.000 francs.

La section exposée comporte une fleur centrale formée de 405 diamants et
24 rosettes en bordure, formées chacune de 52 diamants. Des
ruissellements de rubis, d'émeraudes et de saphirs sont encadrés
d'arabesques brodées de perles fines.

On comprend que le prudent prince hindou, qui, dans un élan
d'enthousiasme inspiré par sa femme préférée, de religion musulmane,
avait décidé d'offrir un pareil chef-d'oeuvre à la mémoire du Prophète,
se soit ravisé au dernier moment!

Les CAUSES DU DESSÈCHEMENT DU PAIN

On pourrait croire que, si le pain se dessèche, devient rassis, c'est
simplement parce qu'il perd de l'eau par évaporation.

Il n'en est rien, et la preuve, c'est qu'en chauffant du pain rassis
vers 50 à 60 degrés, ce pain reprend la consistance du pain frais.

De récentes expériences dé M. Katz, d'Amsterdam, démontrent qu'il s'agit
de deux formes différentes d'équilibre physico-chimique.

Aux températures élevées, de 50 à 100 degrés, le pain frais est la phase
d'équilibre; au contraire, aux températures ordinaires, la forme stable
est le pain rassis.

On peut conserver du pain frais en vase clos à la température ordinaire;
après vingt-quatre heures, il est devenu rassis; au contraire, celui
qu'on conserve, même à l'air libre, à une température de 50 à 70 degrés,
présente encore une mie parfaitement fraîche et une saveur inaltérée.

Les températures très basses ont d'ailleurs une action analogue aux
températures élevées. Tandis qu'à 0° le pain est devenu très rassis,
à -6° il se ramollit, et à -8° il redevient frais. A la température de
l'air liquide, le pain se conserve absolument frais.

Il est vraisemblable qu'il s'agit là de modifications se produisant dans
le grain d'amidon.

Ces expériences sont intéressantes au point de vue pratique, car elles
démontrent qu'il serait possible d'avoir du pain frais le matin sans
imposer le travail nocturne aux boulangers.

NÈGRES ESCLAVAGISTES.

Un écrivain américain vient de faire connaître un chapitre curieux de
l'histoire de l'esclavage aux États-Unis: c'est celui qui concerne les
nègres possesseurs d'esclaves. Il n'y avait pas seulement des blancs qui
eussent des esclaves noirs: il y avait des nègres aussi. Des nègres
émancipés qui s'étaient mis, eux aussi, à acheter de leurs congénères.
Rien de surprenant à cela, puisque en Afrique l'esclavage était pratique
courante et que la population était divisée en deux classes: les hommes
libres et les esclaves. On ne peut donc s'étonner que l'usage africain
ait persisté en Amérique.

Bon nombre de cas sont relatés, d'après des pièces: par exemple, des
contrats de vente. Les contemporains, en outre, ont fait mention de
faits de ce genre. Il en est de scandaleux dans le nombre. Ainsi on
rappelle l'exemple d'un jeune nègre qui, étant fils de blanche, et par
là citoyen libre, se laissa persuader par sa mère d'acheter son père qui
était esclave. Tout alla bien jusqu'au jour où le père, froissé de
quelque mauvais procédé de son fils, lui fit des représentations; sur
quoi le jeune homme vendit son père à quelque autre propriétaire, dans
le Sud, dans la région la plus redoutée des malheureux nègres, «pour lui
apprendre les bonnes manières».

On cite un autre exemple: celui d'une négresse libre qui avait pour
esclave son mari. Elle le louait au tiers et au quart, pour divers
travaux, et s'en faisait des rentes. Mais un jour il l'offensa de
quelque manière, et elle le vendit à un autre. Elle eut du regret du
reste, et voulut le ravoir, mais le nouveau propriétaire refusa.

Un nègre, libre, qui avait une femme esclave la racheta en vendant leurs
enfants. On a connu des nègres qui approuvaient fort l'esclavage: l'un
d'eux était l'esclave de sa femme, et, lorsque éclata la guerre, ce fut
un sudiste enragé. Il fallut même le mettre quelque temps à l'ombre,
pour insultes aux troupes du Nord.

Il est même arrivé à des nègres de posséder des blancs, des émigrés:
entre autres deux familles allemandes trop pauvres pour payer le voyage
et qui obtinrent l'avance des fonds contre promesse d'une certaine durée
de travail. Une loi fut même promulguée en Virginie pour empêcher les
nègres de posséder des blancs ou des Indiens.

En 1860, à Charleston, il y avait 132 nègres possédant 390 esclaves. On
estime qu'il y a bien eu plus de 6.000 nègres possesseurs d'esclaves aux
États-Unis. Mais les renseignements les concernant sont très rares.

LA CHAPELLE DE L'ELYSÉE.

Nous avons promené l'autre jour nos lecteurs parmi les salons du palais
de l'Elysée. Nous avions passé, sans nous y arrêter, devant une étroite
antichambre, presque obscure, tout près de laquelle aboutit l'escalier
privé des appartements du président de la République. On n'a pas parlé
depuis bien longtemps de ce coin de l'Elysée. C'est là que se trouve la
chapelle, salle basse à laquelle on accède par quelques degrés. Depuis
la séparation des Eglises et de l'État, cette chapelle est inutilisée,
mais elle a été laissée intacte. Naguère, jusque sous la présidence de
M. Émile Loubet, un prêtre y venait dire la messe plusieurs fois dans
l'année, et la petite chapelle était alors remplie d'assistants. De
vieux serviteurs ont gardé le souvenir des fastueuses cérémonies qui se
déroulaient sous ses voûtes, telles que la remise, par le nonce, de la
barrette pourpre aux nouveaux cardinaux. Dans sa robe éclatante, le
prélat qui, devant l'autel, venait ainsi d'être investi de nouvelles
grandeurs, quittait la chapelle et parcourait plusieurs salons aux côtés
du président de la République. Des officiers français et des Gardes
nobles, venus de Rome tout exprès, leur faisaient cortège. Les personnes
qui ont été témoins de ces pompes ne les évoquent qu'avec admiration.

LA PORTÉE DES ONDES HERTZIENNES COMPARÉE À CELLES DU SON ET DE LA
LUMIÈRE.

On peut communiquer à travers l'atmosphère par les ondes sonores, les
ondes lumineuses ou les ondes hertziennes. Or, la télégraphie sans fil
atteint aujourd'hui des portées de plusieurs milliers de kilomètres, qui
dépassent de beaucoup la portée de la télégraphie optique ou des signaux
sonores. On peut donc se demander si la supériorité de la télégraphie
sans fil ne tient pas, en majeure partie, à ce que les postes hertziens
disposent d'une puissance mécanique beaucoup plus considérable que celle
utilisée pour la télégraphie optique ou acoustique.

Un ingénieur anglais, M. Duddell, a essayé de résoudre la question, en
prenant pour base de ses calculs une portée de 100 milles anglais, soit
160 kilomètres.

Pour franchir cette distance par ondes électriques, l'antenne doit
rayonner environ 300 watts.

D'autre part, les expériences récentes de M. Paterson permettent
d'admettre qu'une source lumineuse ayant une intensité de l/10e de
bougie, est visible jusqu'à 1 kilomètre. Il en résulterait que, pour
rester visible à 160 kilomètres, la source lumineuse devrait avoir une
intensité de 2.560 bougies. En tenant compte de la perte de rendement,
il faudrait, pour obtenir une telle lumière, une force d'environ 250
watts.

Enfin, en appliquant les lois physiques connues, on trouve qu'une
puissance mécanique de 143 watts peut produire un signal sonore
perceptible à 160 kilomètres.

Ces trois chiffres, 300, 250, 143 watts présentent des écarts sensibles;
on peut dire cependant qu'ils sont du même ordre de grandeur.

Il semblerait donc que notre oreille, notre oeil et le récepteur
radiotélégraphique possèdent approximativement la même sensibilité et
sont, à une distance donnée, impressionnés par des puissances variant au
maximum du simple au double.

Mais cet équilibre ne se manifeste plus dans la pratique, parce que
l'atmosphère ne véhicule point avec la même perfection les ondes de
divers genres.

Les ondes hertziennes, constituées par d'immenses vagues, contournent
les obstacles et sont peu absorbées par l'air et par ses poussières. Au
contraire, les ondes sonores et les ondes lumineuses sont très courtes;
un obstacle faible les arrête et les brumes les absorbent. En outre,
elles sont incapables de contourner la courbure de la terre, qui cesse
d'être négligeable quand il s'agit de franchir des centaines de
kilomètres.

L'ACCROISSEMENT DE LA POPULATION ET DE LA PRODUCTION DU BLÉ.

Le prix du blé tend à augmenter sur tous les grands marchés du monde.
Voici, en effet, pour différents pays, les cours d'avril 1913 comparés
au prix moyen par quintal de deux périodes décennales:

              1881-90   1901-10   Avril 1913

Paris.......   24 55     22 60     28 80

Liverpool...   20 08     16 94     20 57

Berlin......   22 66     23 49     26 03

Budapest....   27 22     22 41     22 64

New-York....   18 50     16 71     18 36

La hausse est donc générale. Et, cependant, de 1901 à 1910, la
production mondiale a passé de 674 millions de quintaux à 888 millions,
soit un accroissement d'environ 30%.

M. Edmond Théry se demande dès lors si l'augmentation de la production
n'est pas dépassée par l'augmentation de la population consommatrice de
blé.

En prenant pour base les statistiques officielles, on constate que, pour
l'ensemble de l'Europe, la production moyenne de blé par tête d'habitant
est tombée de 126 kilos pendant la période 1881-1890 à 117 kilos pendant
la période 1901-1910. A vingt ans d'intervalle, la population européenne
a donc augmenté dans une proportion plus grande que la production
mondiale du blé. Il en est de même en Afrique.

La situation change en Asie, en Océanie et surtout en Amérique. Dans ce
dernier pays, la production du blé par habitant s'est élevée de 174 à
218 kilos. Ainsi s'est trouvé compensé le déficit relatif de la
production européenne.

Maintenant, si nous envisageons le problème de façon plus générale, nous
voyons que la population de tous les pays producteurs de blé est passée
de 689 millions d'habitants en 1885 à 858 millions en 1905, soit une
augmentation, de plus de 24%, alors que la production du blé augmentait
de 30%, comme nous l'indiquons plus haut.

M. Théry croit pouvoir conclure que la hausse persistante du blé tient à
des causes diverses très accidentelles. Et l'élévation des cours ayant
provoqué un accroissement des surfaces ensemencées, il en résultera une
nouvelle augmentation de la production mondiale par rapport à la
population. Dans ces conditions, le prix du blé pourra baisser
sensiblement sur les marchés français.

UN PRÉCURSEUR.

C'est bien un «gratte-ciel», avec ses multiples étages, son architecture
massive et régulière, où se reconnaissent pourtant, aux détails
d'ornementation, la grâce et la mesure du goût français, que figure
l'ancienne estampe reproduite ici, dont nous devons la communication à
un de nos lecteurs, M. Félix Rochet, de Pigeac.

[Illustration: Projet d'un gratte-ciel (11 étages et 110 mètres de
hauteur) datant de 1601.]

Cet édifice, qui rappelle si curieusement les «sky-scrapers»
américains--nous en avons, tout récemment encore, montré quelques-uns
pour illustrer les pages de M. Pierre Loti, sur New-York--fut conçu et
dessiné, voilà plus de trois siècles, par un architecte savoyard,
Jacques Perret, de Chambéry, le précurseur assurément des hardis
constructeurs d'outre-Atlantique. Dans un ouvrage paru en 1601, il a
donné le plan d'ensemble de ce «grand et excellent pavillon dans lequel
pourraient loger cinq cents personnes à leur aise». Le bâtiment mesure
26 toises de long (50 mètres 45 cent.) sur 22 toises de large (46 mètres
65 cent.). Dans l'épaisseur des murailles, qui n'ont pas moins de 2
toises (3 mètres 98 cent,), «sont petits escaliers, cabinets et privés
depuis le bas jusques en haut; par ce moyen, ajoute l'ingénieux
architecte, il n'y a rien de vide ou de perdu».

Avec ses onze étages et le petit pavillon bâti sur le toit en terrasse
du corps central, l'édifice devait atteindre environ 110 mètres. Certes,
nous sommes loin encore des immeubles géants de New-York, hauts de 150
ou 200 mètres, dont nous avons reproduit naguère, dans notre numéro du 3
août 1912, l'impressionnant aspect. Mais il faut reconnaître, dans le
«grand et excellent pavillon» de Jacques Perret, l'ancêtre des
«sky-scrapers» d'aujourd'hui: les Américains devaient réaliser, trois
cents ans plus tard, l'audacieuse idée conçue par un Français.

[Illustration: Dr Carrel. M. Georges Clemenceau. Dr Pozzi. La conférence
du docteur Alexis Carrel à l'hôpital Broca.--_Phot. L. Mayer_.]

LA VIE DES TISSUS CONSERVÉE

Lundi dernier, à l'hôpital Broca, dans l'amphithéâtre du docteur Pozzi,
le docteur Alexis Carrel, devant une affluence énorme, a exposé les
résultats de ses merveilleuses recherches sur la vie des tissus
conservée et transférée. Le public connaît déjà, par les comptes rendus
des séances de l'Académie de médecine, les impressionnantes découvertes
que l'on doit, dans le domaine de la physiologie expérimentale, au
docteur Alexis Carrel qui, après avoir été attaché comme prosecteur à la
Faculté de médecine de Lyon, est maintenant fixé, depuis plusieurs
années, à New-York où il poursuit ses admirables travaux à l'Institut de
recherches scientifiques créé par M. Rockefeller. Le docteur Carrel est
l'homme qui enlève une cuisse tout entière, un rein, ou tout autre
organe à un animal et qui lui en rajuste un autre emprunté à un de ses
congénères. Il a, dans sa conférence, expose comment il réussissait à
conserver des cellules, des tissus, des organes entiers même maintenus
vivants pendant des semaines, une fois séparés du corps, et il a
expliqué les applications pratiques qui pouvaient être faites au point
de vue de la greffe humaine. Ajoutons qu'une ovation enthousiaste fut
faite au jeune savant par ses auditeurs, au premier rang desquels on
remarquait, vêtu du même sarrau d'hôpital que les étudiants, M.
Clemenceau toujours curieux des progrès de la science médicale.



PREMIÈRES ARMES DU PRINCE DE GALLES

Le prince de Galles, qui fait partie du bataillon d'officiers formé par
les élèves de l'Université d'Oxford, a, pour la première fois, porté
cette semaine l'uniforme kaki de l'armée territoriale anglaise: samedi
dernier, il quittait Oxford, avec de nombreux étudiants, «dans un
compartiment de troisième classe», disent les journaux de Londres, et
gagnait Mitchet Camp, près d'Aldershot, où il devait accomplir une
courte période d'instruction.

Avec la même simplicité et la même bonne grâce qui ont laissé en France
un souvenir si charmant, le prince de Galles partagea familièrement la
vie de ses camarades, s'associant aux travaux du camp, prenant sa part
des corvées, et marchant, dans le rang, comme un simple «private». Le
premier jour de manoeuvres lui réserva des émotions inattendues: envoyé
en reconnaissance avec un autre éclaireur, il fut surpris par une
dizaine de cyclistes du parti adverse, qui le firent prisonnier en
criant: «Haut les mains». Quelques instants après, il était heureusement
délivré par les siens, accourus en nombre...

[Illustration: Au cantonnement.]

[Illustration: Sur la route, en éclaireur.]

L'ÉDUCATION MILITAIRE D'UN FUTUR SOUVERAIN.--Le prince de Galles aux
manoeuvres.



[Illustration: LA PAVOTINE, par Henriot.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3669, 21 Juin 1913" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home