Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3672, 12 Juillet 1913
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3672, 12 Juillet 1913" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 3672, 12 Juillet 1913

LA REVUE COMIQUE, par Henriot.

Ce numéro contient:

1° LA PETITE ILLUSTRATION, Série-Roman n° 8: UN ROMAN DE THÉÂTRE, de M.
Michel Provins;

2° UN SUPPLÉMENT ÉCONOMIQUE ET FINANCIER de deux pages.

L'ILLUSTRATION
SAMEDI 12 JUILLET 1913

_Prix du Numéro: Un Franc._
_71e Année.--N° 3672._



[Illustration: UN SIXIÈME PEUPLE: EN ARMES DANS LES BALKANS Le prince
héritier Ferdinand de Roumanie, généralissime des armées roumaines
mobilisées. _Phot. C.-G. Basiliade._]

LA PETITE ILLUSTRATION

_Le numéro du 19 juillet contiendra La Rue du Sentier, comédie en quatre
actes de_ PIERRE DECOURCELLE ET ANDRÉ MAUREL. _Dans le numéro du 26
juillet paraîtra la dernière partie de l'oeuvre de_ MICHEL PROVINS: _Un
Roman de Théâtre. Pendant les mois d'août, septembre et octobre nous
publierons deux autres grands romans: Le Démon de midi, par_ PAUL
BOURGET, _de l'Académie française; La Voix qui s'est tue, par_ GASTON
RAGEOT.



COURRIER DE PARIS

LES OUVRIERS DANS LA MAISON

Pourquoi donc, suis-je content ce matin. D'où sort ce je ne sais quoi
d'inattendu, de vif et d'apaisé que je remarque en moi? Je cherche, sans
inquiétude. Je me tâte en dedans. Puis, n'ayant rien senti ni vu de ce
côté, je regarde à l'extérieur, j'écoute... Il fait beau, le ciel est
lumineux, tout rayonne... Mais ce n'est pourtant pas cela seul qui
m'éveille et me satisfait... Et voilà qu'après une minute d'attente et
d'observation, le bruit, pas très éloigné, d'un marteau, vers la
buanderie, frappe mon oreille. En même temps m'arrive à toute vitesse,
du fond de la cour, le cri blanc de la pierre grattée, comme
martyrisée,... et presque aussitôt, de la bouche d'une fenêtre voisine,
grande ouverte, s'échappe et se dandine à, travers l'espace l'air à
pampilles du _Toréador..._

J'ai compris maintenant pourquoi j'étais ce matin, sans en découvrir
tout de suite la cause, heureux de vivre, et «de me trouver là». J'ai
reconnu, sans les voir, le menuisier, le maçon et le peintre. _Il y a
des ouvriers dans la maison._

                                    *
                                   * *

Ne souriez pas. Ne vous écartez pas d'être de mon avis. Donnez-moi le
temps de m'expliquer, de vous développer ma sensation si gentille avant
d'en extraire un peu de sentiment.

Il y a deux sortes d'ouvriers: ceux de la ville et ceux de la campagne.
Les premiers, sauf exception, sont presque tous un sujet d'effroi. Dire
à Paris: «_J'ai des ouvriers à la maison_» équivaut à constater, en la
déplorant, une irrémédiable catastrophe. Tandis qu'au contraire, ici,
aux champs, penser: «_J'ai des ouvriers à la maison_», ne déclanche
qu'une impression agréable, gaie, plutôt ravigotante. Pourquoi? C'est
qu'ils n'offrent entre eux aucune ressemblance, et qu'autant les
premiers font peur, autant les seconds rassurent. Entendons-nous bien
toutefois. Les ouvriers que je veux dire et pour lesquels je plaide une
cause déjà gagnée ne sont pas ces hommes quelconques, verra on ne sait
d'où, ramassés au hasard de l'embauchage et fournissant en quelque sorte
un travail impersonnel et anonyme... non, les ouvriers que j'aime et que
j'estime, que je désigne à la considération et à la sympathie; sont les
ouvriers _du pays_, connus réputés, dont le nom est familier, mieux que
des régionaux, ceux de la ville, du village, du lieu même, d'en face,
les ouvriers d'un caractère natal, qui n'ont jamais bougé de l'endroit
où ils opèrent depuis leur jeunesse, où ils ont appris le peu, le peu
qui est immense, et qu'ils savent. Parlez-moi de ceux-là... Ils sont des
types traditionnels, des exemplaires parfaits d'artisans provinciaux,
des modèles accomplis de travailleurs français, perpétuant avec
simplicité, conscience et dignité, l'exercice du métier qui est le leur,
à la place même où les a situés leur naissance et les a préparés
l'existence toute pareille de leurs pères et de leurs grands-pères
qu'ils ne font, manuellement et socialement, que continuer.

                                    *
                                   * *

En voici trois, que j'emploie depuis des années, et qui sont la preuve
vivante de mon affirmation.

Le _menuisier_. Solide, équilibré, râblé, bien portant, paisible et
robuste, attentif et réfléchi, parlant peu, écoutant beaucoup, plutôt
sérieux et d'apparence timide, c'est un homme qui possède à fond tout ce
qui concerne sa partie. Ebéniste aussi, charpentier au besoin, il
connaît le bois et il en fait ce qu'il veut. D'une égalité d'humeur et
de labeur que rien n'entame il apporte à toutes les différentes
besognes, simples ou compliquées, la même somme d'effort tranquille et
continu. Il n'a jamais l'air de se fatiguer ni de s'ennuyer. Il ignore
l'impatience et la nervosité. Il est aussi régulier qu'une mécanique et
il n'en fournit pas l'ouvrage morne et insignifiant. Il met dans son
travail, il y fait passer l'expression de son désir et de sa volonté, ce
rien qui attache aux choses un peu de personnalité et par quoi le
résultat, au lieu d'être fade et froid, garde et montre une moitié de
l'intelligence et de la peine qu'il a coûtées.

Et le _maçon_ n'est pas moins intéressant, moins digne d'être pris comme
exemple. Mince et vif, alerte, avec des yeux d'oiseau, blond brûlé,
musclé, souple et dégourdi en tout, il a l'air fantassin, gymnaste et
chasseur à pied. On le sent rompu aux exercices du corps. Il suffit de
le voir marcher et faire dix pas, l'allure dégagée, le rein bien
balancé, pour imaginer comme il se trouve à son aise sur la planche
élastique d'un échafaudage. Il manie ainsi qu'un joujou une échelle de 8
mètres et porte une lourde pierre sur son épaule droite aussi aisément
qu'un petit paquet. Vous pouvez vous fier à lui pour ce qui rentre dans
son état. Il a du coup d'oeil et de la main, et bien qu'il ait recours,
aussi souvent qu'il le faut, au compas, à l'équerre et au fil à plomb,
il pourrait à la rigueur s'en passer. Il travaille pendant des heures,
au plein soleil du mois d'août, par 40 degrés, sans mouiller sa chemise,
car il est sec et pointu comme une pioche. Il a l'endurance sobre et
tenace, toutes les qualités d'un petit soldat d'Afrique. Il est toujours
en train, toujours d'attaque, et son ouvrage est sans reproche.

Avec le _peintre_ je me trouve aussi, tout de suite, en assurance de
sympathie. Très grand, les cheveux longs et noirs, grave de regard et de
manières, il a dans la silhouette quelque chose de romantique, cet
indéfinissable cachet qui signe l'artiste. Il pourrait arborer un
feutre. La fréquentation des couleurs, l'habitude d'observer les tons,
de chercher la nuance, d'admirer et d'étudier les tableaux, d'en faire
aussi soi-même, à ses loisirs, et d'un sentiment très juste, tout cela
crée chez le peintre une atmosphère intellectuelle particulière. Il est
évident que le ciel rentre plus dans ses ordinaires préoccupations que
dans celles du menuisier et du maçon. Il travaille avec le secours et
l'enorgueillissement de la lumière. Tout en faisant «chanter» les murs
et les plafonds dont il étend les couches, avec le geste de la caresse,
il se laisse aller à chanter lui-même par un besoin naturel... c'est sa
façon de rêver et de mettre de la mélodie dans son travail, qui ne
réclame pas, comme celui du toucheur de pierre et de bois, une exacte et
sévère contiguïté. Il est pour ainsi dire impossible «d'envoyer»
_Carmen_ en taillant à coups de ciseau un bloc de granit ou en montant
une armoire lingère de chêne plein.

                                    *
                                   * *

Tels quels, et si sommairement que je vous les aie esquissés, vous ne
pouvez vous faire une idée de ce dont, à eux trois, sont capables ces
fins _ouvriers_, en prenant le mot, dont ils n'ont pas l'étroitesse de
rougir, dans sa plus haute et favorable expression, dans son sens
générique, ainsi qu'on l'entendait au dix-septième siècle et que
l'employait La Bruyère. Ouvrier: celui qui fait un ouvrage, une chose
réussie, «une petite oeuvre» de ses mains et de son intelligence,
parfaitement adaptée à sa destination.

Aussi, est-ce un plaisir véritable que de s'approcher de leur travail et
de s'y mêler, ne serait-ce que par la cordialité muette de la présence.
Regarder travailler les ouvriers... Dès le jeune âge on y prend goût,
par instinct, sans se rendre compte encore, des difficultés et du mérite
dont on est le spectateur ignorant. Mais plus tard, quand on sait, que
l'on apprécie... peu de distractions sont à ce point amusantes et
soutenues. Qui de nous, maintes fois, n'est resté longtemps à côté d'un
de ces braves gens qui faisait sa besogne et allait son train sans
s'occuper du monde, comme s'il était tout seul?... Et cependant il ne
peut jamais arriver à oublier totalement que nous sommes là. Notre
curiosité, notre intérêt lui sont le plus efficace des stimulants. Il
s'applique donc et se surpasse. On est émerveillé de suivre le manège de
ses mains, aptes à tant de choses, de ses doigts épais et forts, d'une
adresse et d'une habileté auxquelles semblait s'opposer leur grosseur,
et qui savent se plier aux plus délicates exigences. De cet humble et de
ce modeste on apprend mille petits secrets, et aussi la lenteur
obstinée, la patience animale, l'inusable esprit de suite. Ce temps que
nous croyons perdre en flânant auprès de lui, nous le gagnons. Paresse
laborieuse et féconde. Nous retirons de notre récréation le plus
instructif des divertissements. Nous prenons une leçon de choses
incessante, toujours neuve. Le travail de l'ouvrier joue pour nous le
rôle d'un reconstituant moral, et quand nous l'avons bien observé, que
nous avons bien regardé _comment il fait_, c'est d'un coeur plus battant
et avec meilleur entrain que nous allons à notre tour travailler,--sans
qu'il nous regarde. Mais cependant il ne reste pas, même à distance,
absolument éloigné de notre effort. Dans un arrêt de l'esprit, à une
brève suspension de séance, entre deux idées ou deux mots, le rabot qui
ronfle... la pierre taquinée, la voix heureuse du ténor, invisible
«rossignol des murailles», viennent à titre d'encouragement nous
rappeler çà et là _qu'il y a des ouvriers... des ouvriers dans la
maison._

Et pas beaucoup... deux ou trois seulement. La bonne mesure pour
bricoler. Davantage serait trop.

HENRI LAVEDAN.

_(Reproduction et traduction réservées.)_



                    L'IMPOSSIBLE AMITIÉ

        Dans un jardin proche des bois, dans un jardin
        Où l'on aurait, avec les biches et les daims,
        Des conversations quelquefois familières,
        Dans un jardin sentant le buis, le thym, le lierre,
        La mûre, le sureau, le gland et le marron,
        Dans un tiède jardin où les doux pommiers ronds
        Auraient encor du gui lorsqu'ils n'ont plus de pommes,
        Je voudrais n'être rien près de toi qu'un jeune homme:
        Je voudrais être ton ami. Dans des sentiers,
        Nous irions, sous un ciel bleu comme l'amitié.
        On entendrait au loin le hennissement tendre
        D'un arabe attaché qui ne veut plus attendre
        Et qui s'impatiente en frappant du sabot.
        Il y aurait de l'or dans l'air. Il ferait beau.
        Le soleil, sur le sol, mettrait de claires taches;
        Sur les bancs, on verrait des journaux, des cravaches,
        Des romans jaune pâle et des gants de chamois.
        Nous oublierions l'heure du jour, le jour du mois,
        Ne connaissant Avril que par les violettes.
        Nous fumerions tous deux de blondes cigarettes.
        J'aurais une cravate noire, un gilet clair.
        Parfois, je te dirais:  «Un peu de  feu, mon cher!»
        Ou bien: «Raconte-moi les yeux de ta maîtresse!»
        Et ce seraient, alors, dans la chaude paresse
        Des longs jours, où dans l'or calme de leur déclin.
        De ces propos mystérieux et masculins
        Que nous ne connaîtrons jamais, nous autres femmes!
        Peut-être du dandysme et peut-être de l'âme,
        Lèvre qui rit encor quand le coeur faiblissait,
        Un peu Stendhal, un peu Byron, un peu Musset:
        On parle; on est profond,  subtil, terrible, tendre...
        Et d'une chiquenaude on fait tomber la cendre
        Qui par miracle tient au petit bout de feu!
        Je serais ton ami. Nous serions là tous deux
        Et nous nous dirions tout, sans crainte et sans mélange:
        Comment le désir vient, comment le désir change,
        Et qu'il est plus fatal, féroce et frémissant,
        Que l'oiseau vert qui happe une mouche en passant;
        Qu'il suit l'odeur d'un nom, la chanson d'une étoffe...
        Et nous agiterions des mots de philosophe,
        Comme des sons de cloche, entre nos souvenirs;
        Et nous nous griserions des printemps à venir
        En sculptant des secrets sur l'écorce des hêtres.
        Parfois, tu suspendrais quelque brûlante lettre
        Sous l'aile d'un pigeon qui saurait voyager:
        Et chacun de nos jours, transparent et léger.
        Comme un baguenaudier se couvrirait de bulles.
        Ainsi que dans un frais distique de Tibulle,
        Je te souhaiterais des vergers pleins de fruits,
        Des jours pleins de douceur et de plus douces nuits;
        Car du libre cerveau qu'enferme ton front lisse
        Autant que la grandeur j'aimerais le délice.
        Je voudrais que le monde eût ton coeur pour appui
        Que l'heureuse Fortune, au bord clair de ton puits,
        S'accoudât pour cent ans à côté de sa roue!
        Que, fendant ton lac bleu de sa fragile proue,
        L'espoir, vers toi, toujours, fût un bateau qui vient!
        Que le plaisir dormît sous tes pieds comme un chien!
        Que les plafonds pour toi retrouvassent des roses!
        Je te voudrais parmi des ciels d'apothéose.
        Je te voudrais tranquille et triomphant parmi
        La lumière et l'amour. Je serais ton ami.
        Je t'aimerais sans cris, sans nerfs, sans jalousie.
        Si quelque femme était belle en Andalousie,
        Je te dirais: «Partons! tu la verras demain!»
        Si tu disais: «Je veux avoir sous ce jasmin
        Une table, une grande chaise qu'on balance,
        Du tabac, du printemps, un livre et du silence...»,
        Tendre, je m'en irais sans rien te demander.
        Comme sur un drap vert on jette un coup de dés,
        Je jetterais mon âme aux gazons de ta route.
        Je t'aimerais sans pleurs, sans misères, sans doutes;
        Mon rêve comprendrait  ton rêve à demi-mot;
        Et si ton rêve, un soir, voulait monter plus haut,
        Parmi des ciels gonflés de nuages de cuivre
        Où mon rêve, ébloui, ne pourrait plus  le suivre,
        D'un coeur tout embaumé d'altruisme  hautain
        Je saurais en toi-même adorer ton destin
        Et t'aimer, même au prix de mon propre désastre.
        Pour le palpitement unique de ton astre!

                                    *
                                   * *

        ... Je serais ton ami. Je te dirais: «Vois donc
        Quels grands cils ont ces yeux baissés! Quel abandon
        A cette fin de jour qui sur le soir s'attarde! »
        Je serais ton ami. Je te dirais: «Regarde
        Quelle petite main vers la tienne se tend!
        Considère comment la vapeur de l'étang
        A su désordonner le fond du paysage!
        Admire ce jardin! Respire ce visage!
        Ne passe pas si vite! attends! l'air est si bleu
        Qu'il a bien mérité qu'on le lui dise un peu!
        Arrête un peu ta vie au tournant de ce rêve!
        Tout cela, cet instant si long, cette heure brève,
        C'est pour toi! Prends ce ciel divin!  Prends la pâleur
        Qui couvre en même temps ce front et cette fleur.
        Veux-tu ces fruits? ces mots? ce danger? ce mystère?
        Quoi encore?... On n'est pas assez longtemps sur terre
        Pour priver celui-là que l'on aime le mieux.
        Prends du bonheur avec ta bouche, avec tes yeux,
        Prends la vie! Ah! je veux qu'elle te soit charmante!
        Prends-la toute! prends-la!...» Mais je suis ton amante,
        Et tu dois me mentir, et moi te tourmenter!
        Et lorsque je te tends un baiser velouté,
        J'ai quelquefois le coeur d'une bête de proie!
        Car je veux tout te prendre: et les instants de joie,
        Et les sourires lourds, et les rires légers!
        Je ne désire ton bonheur qu'autant que j'ai
        Bien vu qu'il suit la courbe exacte de ma lèvre!
        Autour de toi, je rôde avec des yeux de fièvre.
        Et, devant toi, je vais, écartant de la main
        La branche qui charmait un peu trop le chemin.
        Lorsqu'un chant, au lointain, s'éloignant sans secousse,
        Semble mettre  à la  nuit  une pédale  douce,
        Et qu'il prétend traîner tous les cours après lui,
        J'écoute avec horreur la douceur de la nuit!
        L'hiver, lorsque tu sors, j'interroge la neige.
        Lorsque tu parais gai, je t'entoure de pièges.
        Lorsque tu t'assombris, j'exige des serments.
        Et lorsque tu les fais je jure que tu mens!
        Et je soupçonne tout: la brume en ses écharpes,
        Et la brise d'été qui, renversant sa harpe,
        S'en fait un bateau d'or pour mieux traverser l'eau!
        Et soupçonne la Lune et ce pâle halo
        Qui se forme en lumière et qui répand  le trouble!
        Et je vais supplier chaque jacinthe double
        De ne pas se mêler au prime acacia!
        J'ai peur de cet air bleu dans lequel  il y a
        Trop d'arbres qui sont verts, trop de rieurs qui sont roses!
        Redoutant les effets, je tremble aussi des causes.
        Je ne veux pas qu'en toi glisse tout ce printemps
        Qui notas fait la main moite avec les yeux flottants.
        Je ne peux pas souffrir que les saisons te touchent,
        Ni que le miel d'une heure ait fondu sur ta bouche;
        Je ne peux pas souffrir qu'un grand soir enchanté
        Te passe au cou des bras qui sont des roses thé;
        Et je vais, arrêtant tes rêves dans leur course;
        Et je vais, apportant au bord de chaque source
        Où ton désir, comme un pied d'oiseau se posa,
        Le lamentable coeur dont parle Spinoza!
        Je crains tout ce qui rit, j'éteins tout ce qui dore;
        Bref, je suis, avec toi, avec toi que j'adore,
        Avec toi dont je meurs, presque comme serait
        Quelqu'un,  ô mon amour, qui te détesterait!

                                                   ROSEMONDE   GÉRARD.



[Illustration: Théâtre de la lutte serbo-bulgare et gréco-bulgare. Les
grisés limitent les régions où se sont localisées, jusqu'au 9 juillet,
les opérations.]

LA SECONDE GUERRE DES BALKANS

LES OPÉRATIONS EN MACÉDOINE

La guerre maintenant déclarée, officielle, toutes relations
diplomatiques rompues, se poursuit, acharnée, en Macédoine, entre les
alliés d'hier, avec, depuis une semaine, un avantage nettement marqué
pour les Serbes et les Grecs contre les Bulgares que menacent, d'autre
part, au nord de leurs frontières, les forces hâtivement mobilisées de
la Roumanie et, au sud-est de leurs conquêtes de Thrace, l'armée turque
prête à sortir des lignes de Tchataldja.

Nous avons dit, dans notre dernier numéro, quelle était la situation
stratégique et l'importance numérique des adversaires en présence lors
de l'offensive bulgare. Cette offensive, dont divers documents saisis
sur des officiers prisonniers ont permis de préciser le caractère et
d'établir les responsabilités, ne fut point une querelle ou un
malentendu d'avant-postes. Une marche en avant générale avec le but
précis de couper les communications entre les Serbes et les Grecs et de
s'emparer de Salonique avait été parfaitement combinée et ordonnée par
le commandement bulgare. Le roi Ferdinand et son président du Conseil,
M. Danef, auraient, dit-on, tout ignoré des opérations projetées. Ils
ont relevé de ses fonctions le généralissime Savof qu'ils ont remplacé
par le général Radko Dimitrief et ils ont fait, mais trop tard, un réel
effort pour arrêter les hostilités engagées.

La carte détaillée que nous publions aujourd'hui, avec des grisés
limitant les régions où les adversaires sont aux prises, permettra,
surtout si on la compare à la carte indiquant, dans notre dernier
numéro, la position respective des armées opposées, de se rendre compte
de l'importance, du caractère et de l'orientation des dernières
opérations que nous préciserons rapidement d'après les télégrammes
jusqu'ici parvenus et en attendant les récits plus complets et précis de
nos correspondants de guerre.

1° _Du côté serbe_.--L'offensive bulgare du 30 juin avait donné les
résultats suivants:

La deuxième armée bulgare du Nord (général Koutintchef), passant sur la
rive droite de la Zletovska, avait occupé les positions de Zletovo, de
Dreveno, de Neogasi, chassant d'Istip et du confluent de la Bregalnitza
les Serbes qui, avant l'offensive, occupaient ces positions avec les
Bulgares.

D'autre part, l'aile gauche de Koutintchef ayant reçu des renforts de
l'armée bulgare du Sud (général Ivanof) avait pu s'emparer de Krivolak
et rejeter les Serbes sur la rive droite du Vardar.

Les Serbes, d'abord, avaient fléchi sous le choc. Mais les importants
renforts qui leur furent envoyés d'urgence de Kumanovo et d'Uskub leur
ont permis de se redresser et de prendre à leur tour l'offensive. Après
avoir repoussé les Bulgares sur la rive gauche de la Zletovska, l'aile
gauche serbe, dans une manoeuvre enveloppante, s'est emparée des deux
hauteurs de Retka-Boukva et de Sultan-Tepe, tournant ainsi l'aile droite
bulgare. La marche en avant s'est continuée par la prise des deux
positions de Raitchevo et de Banja, qui commandent la ville de Kotchana,
et par la prise de Kotchana elle-même, que durent évacuer les Bulgares,
refoulés dès lors entre la rive gauche de la Bregalnitza et les pentes
nord des monts Platchkovitza. Pendant ce temps, l'aile droite serbe
opérant contre l'aile gauche de Koutintchef s'emparait de Krivolak et
d'Istip, rejetant les forces qui lui étaient opposées sur les pentes
ouest des monts Platchkovitza.

2° _Du côté grec_.--En même temps que l'armée du général Koutintchef au
nord avait agi contre les Serbes, l'armée du général Ivanof au sud
progressait contre les Grecs. Une partie des forces du général Ivanof,
marchant sur Salonique, s'était avancée jusqu'à Baldja, à 25 kilomètres
au nord de la ville, tandis qu'une division s'emparait de l'importante
position de Guevgheli, point de jonction des Serbes et des Grecs, et de
la voie ferrée de Karasuli à Kilindir.

D'autre part, tout à fait au sud, l'extrême aile gauche bulgare chassait
les Grecs des pentes sud du Panghaïon, leur faisait repasser la Strouma
et s'emparait de Nigrita. L'offensive bulgare ne devait pas aller plus
avant.

Rappelé d'urgence à Salonique menacée, et où, dès les premières
nouvelles des engagements d'avant-postes, le bataillon bulgare avait été
capturé par les Grecs après une lutte dont nos gravures d'aujourd'hui
prouvent l'acharnement, le roi Constantin marchait déjà à la tête de
toutes ses troupes disponibles contre les Bulgares et les repoussait,
d'étape en étape, à Sarigol, à Kilkitch, à Irikli. Son armée, continuant
sa marche en avant, reprend le tronçon de chemin de fer de Karasuli à
Kilindir, bat les Bulgares à Tchidemli, rétablit, en s'emparant de
Guevgheli, les communications avec les Serbes, puis occupe les
importantes positions de Doïran et de Strumitza, rejetant l'adversaire
sur les pentes sud du mont Platchkovitza, cependant que l'aile droite,
refoulant devant elle l'extrême gauche bulgare, reprenait Nigrita et
arrivait sous les murs de Sérès.

_L'encerclement des Bulgares_.--Il suit de ces opérations combinées des
Serbes et des Grecs que l'armée du général Koutintchef et, en grande
partie, l'armée du général Ivanof, se trouvent acculées, sans
communications possibles, aux flancs des monts Platchkovitza, où les
Serbes par le nord et l'ouest, et les Grecs par le sud tendent à les
encercler.

L'occupation, par les Grecs, de Demirhissar a coupé la route de Sérès.
Les ravitaillements sont devenus, pour l'une et l'autre armée bulgare,
d'une extrême difficulté et le mouvement concentrique des Serbes et des
Grecs, s'il réussissait, isolerait leur adversaire dans une position
presque désespérée.

_Les tentatives de pénétration en Serbie_.--Il faut ajouter encore, pour
résumer toutes les informations des télégrammes, que des tentatives de
passage de troupes bulgares en territoire serbe ont été signalées au
nord d'Egri-Palanka, ainsi que dans les environs de Tzaribrod sur la
ligne de Nich, à Saint-Nicolas, et, plus au nord encore, à Zaïtchar. Ces
reconnaissances paraissent avoir été partout refoulées par les Serbes.
De ce côté, les informations sont confuses, mais il semble bien que les
Bulgares là encore ont été fort éprouvés.

LA MOBILISATION ROUMAINE

Les Bulgares, dont la situation stratégique paraît maintenant très
compromise, auront-ils à défendre, en outre, leur territoire contre
l'invasion des forces roumaines? Ceci est le secret de demain. Mais les
alarmes sont immédiates. La mobilisation, ordonnée par décret royal du 3
juillet, s'achève en effet au milieu de l'enthousiasme national. Des
lettres de Bucarest nous disent les manifestations exaltées qui se
produisent en ce moment en faveur de la guerre dans toutes les villes du
royaume. Dès qu'eût été signé le décret de mobilisation, la population
de Bucarest s'est massée devant le palais royal pour acclamer le roi,
les ministres, le prince héritier, nommé généralissime; elle a entouré
le monument du voïvode Michel le Brave et applaudi les orateurs
populaires qui parlaient de la guerre nécessaire et de la Grande
Roumanie reconstituée. Et chaque jour l'on continue ces manifestations
au cours desquelles, si l'on acclame la Serbie, on pousse le cri de «A
bas l'Autriche», cri très nouveau dans ce pays si longtemps soumis à
l'influence de la Triplice.

LES MENACES TURQUES

Les Turcs, aussi, menacent d'entrer en ligne, si les Bulgares n'évacuent
point d'urgence le littoral de la mer de Marmara et ne se retirent point
au delà de la ligne Enos-Midia assignée comme nouvelle frontière par le
protocole du traité. Ce sont pour l'instant les revendications avouées
dans une note à Belgrade. Mais on peut supposer, si l'on en juge par
l'exaltation actuelle du parti militaire, qu'au cas d'un écrasement
bulgare l'armée, non encore dispersée, de Tchataldja tenterait un effort
pour reprendre quelques avantages en Thrace, si, ce qui est peu
probable, l'Europe et particulièrement la Russie n'y mettaient point
opposition.

A. C.

Voir à la page 46 les photographies de LA NUIT SANGLANTE DE SALONIQUE
(30 Juin--1er Juillet).



[Illustration: L'ENTHOUSIASME POUR LA GUERRE EN ROUMANIE.--Manifestation
populaire dans la rue de la Victoire, à Bucarest, le 3 juillet, après la
signature du décret de mobilisation. On lit, sur les banderoles, ces
inscriptions: «A bas l'Autriche perfide!»--«Vive la Grande
Roumanie!»--«Nous voulons la guerre!»--Phot. H. Ghinsberg.]

[Illustration: DANS LES RANGS BULGARES.--Interrogatoire, à Istip, du
sous-lieutenant serbe Milan Bojkovitch, qui avait été découvert, déguisé
en villageois.]

[Illustration: Après les premières escarmouches, favorables aux
Bulgares: quelques prisonniers grecs, amenés à l'hôtel du gouverneur, à
Sérès.]

_Photographies M. Ivanof._



[Illustration: ARMÉE SERBO-MONTÉNÉGRINE.--Les contingents monténégrins,
arrivés à Uskub (Skopljé en serbe) le 28 juin, partent pour le front.

LA NOUVELLE GUERRE DE MACÉDOINE]

[Illustration:

_Phot Wagner._

A L'ASSAUT DE KSIBA.--Un passage difficile de l'artillerie de 75: pièce
tirée à bras par des tirailleurs algériens.]

_L'un des officiers qui, les 8 et 10 juin derniers, dans l'Atlas
marocain, dirigeaient les fougueux assauts par lesquels la colonne
Mangin emporta la kasba Ksiba, repaire de Moha ou Saïd, décrivant ce nid
d'aigles qui nous coûta si cher, en dit simplement: «Ksiba est située à
1.000 mètres d'attitude, dans un pays difficile.» On ne saurait pousser
plus loin la concision, qualité primordiale du style militaire, non plus
que la modestie. Le fait est que les chemins que nos soldats durent
emprunter pour atteindre leur but défiaient en âpreté toute description,
et que seule la photographie peut donner une idée exacte des difficultés
qu'il fallut vaincre. Cest ainsi que les tirailleurs durent tirer à bras
jusqu'aux crêtes les pièces d'artillerie, par des sentiers abrupts,
rocailleux, zigzaguant entre des buissons épais. Dans le même temps, les
goumiers marocains du lieutenant Delhomme, descendus de leurs chevaux,
lancés en avant de la colonne, se défilaient un à un le long de chemins
couverts, bordés de végétations denses, éminemment propices aux
embuscades, pour gagner le pied d'un piton qui dominait le village et
qu'ils étaient chargés d'emporter d'assaut. Et l'on s'explique, à la vue
de ce terrain chaotique et broussailleux, comment la vaillante colonne
fut si cruellement décimée._



D'ALGER AU DAHOMEY PAR TOMBOUCTOU

_Lorsque, il y a peu de mois, le général Bailloud fut atteint par la
limite d'âge, l'énergique et toujours jeune commandant en chef du 19e
corps d'armée ne voulut point revenir en France sans avoir fait une
dernière et exceptionnelle randonnée d' «Africain». Et voilà comment,
accompagné d'un officier d'élite, le lieutenant Labrue, maintenant
capitaine, le général Bailloud réalisa, d'Alger au Dahomey, à travers
les périlleuses étendues sahariennes, un raid qui témoigne d'une vigueur
physique et d'une énergie morale que l'ancien chef de nos troupes
d'Algérie saurait mettre, le cas échéant, au service du pays, à la tête
d'une des formations de réserve, noyau de notre armée de seconde ligne.
Sur ce «tourisme» d'étude au Soudan, nous sommes heureux de publier
quelques intéressantes photographies et notes de route._

Les plus hautes personnalités civiles et militaires et les nombreux amis
du général Bailloud s'étaient réunis, le 24 novembre 1912, vers 8 heures
du soir, sur les quais de la gare d'Alger pour saluer le commandant en
chef du 19e corps, qui, le matin même, avait quitté son commandement.

C'est d'ordinaire sur les pontons de la Compagnie Générale
Transatlantique que se déroulent ces cérémonies d'adieux; mais l'ancien
chef du service des Étapes à Madagascar, l'ancien commandant de la
colonne expéditionnaire de Chine, des 20e, 17e et 19e corps d'armée,
atteint maintenant par l'inflexible limite d'âge, n'emprunte pas la voie
normale pour se rendre en France. Il gagne la Touraine, où il a fixé sa
résidence d'été, en passant par... Tombouctou et en procédant en cours
de route à des expériences de télégraphie sans fil qui permettront
peut-être d'établir la liaison tant cherchée entre l'Algérie et le
Soudan.

Un officier, le lieutenant Labrue, deux caporaux radio-télégraphistes,
munis d'un poste récepteur de télégraphie sans fil, deux ordonnances,
une petite escorte prise sur place: c'est, estime le général, plus que
suffisant pour traverser le Sahara où pourtant un important rezzou vient
d'être signalé.

[Illustration: Le général Bailloud achète la lance d'un chef touareg.]

Tougourt devait être gagné par la voie des airs. Une série d'accidents
survenus aux appareils du centre d'aviation de Biskra priva le général
Bailloud de ce mode de locomotion. C'est en auto qu'il arrive dans la
capitale de l'Oued-Rhir, et à cheval qu'il fait son entrée à Ouargla, où
les dernières troupes régulières du 19e corps adressent leur adieu au
chef qui les a si brillamment commandées pendant de longues années.

La «Sauterelle» du caporal Cros, pilotée par le lieutenant de Lafargue
qui a réussi, au prix de quels efforts, à faire la route Biskra-Ouargla,
prend, à son bord, le général jusqu'à la Gara-Krima, à quelques
kilomètres au sud d'Ouargla; puis c'est le méhari, la seule monture
possible au désert, qui va le transporter, trop lentement à son gré,
d'une «rive à l'autre du Sahara».

[Illustration: Un passage difficile dans la koudia du Hoggar.]

Ouargla et Gao, ainsi sont baptisés les deux méhari du général. Le
premier, très calme, va de son pas tranquille et n'est pas impressionné
le moins du monde par les «pull up» de son cavalier qui se croit encore
sur un pur sang. Gao, qui vient d'être arraché aux douceurs du pâturage,
manifeste d'abord une ardeur qui effraie un peu les braves Chaambas
habitués à cheminer lentement sur les pistes du désert. Au bout de
quelques jours, il reprend l'allure caractéristique de sa race, et seuls
des airs entraînants comme le _Danube bleu_ ou la _Chanson du petit
paveur_ parviennent à lui faire donner plus que les six kilomètres
réglementaires.

La Noël est fêtée aux portes d'In Salah le 25 décembre et pour la
première fois les petits Chaambas voient un arbre de Noël. Les
innombrables menus objets apportés dans ce but d'Alger font la joie des
enfants d'indigènes, comme à la même heure, dans la mère patrie, la
distribution traditionnelle de joujoux à tous les jeunes frères de
France. Le 5 janvier 1913, les tentes sont dressées dans les gorges de
Takombaret.

[Illustration: Itinéraire du général Bailloud, d'Alger à Porto-Novo.]

Du 17 au 21 janvier, on chemine péniblement par les sentiers impossibles
de la Koudia du Hoggar, au milieu de blocs énormes jetés au hasard par
des Titans, et figurant des animaux fantastiques, des châteaux forts du
moyen âge, de vieilles églises des Flandres, tandis que, çà et là, des
pitons émergent. Le 21, au soir, on arrive à Fort-Motylinsky. Le 25, on
touche à Tamanghasset, où le général retrouve un vieil ami, le Révérend
Père de Foucauld, le plus grand marabout du Sahara, et nourrit pendant
quarante-huit heures toute une tribu touareg avec un sac de bechna. Un
nouvel arbre de Noël, suivi d'une large distribution d'épingles de
nourrice, de petits savons et de glaces à deux sous, attire sur la tête
du général et de son officier d'ordonnance les bénédictions de toutes
les Targuistes jeunes et vieilles.

L'horrible Tanezrouft est franchi du 31 janvier au 3 février; le 4, on
prend de l'eau à Tin-Gahor, point important de bifurcation du futur
railway transafricain, et, le 11, on installe le campement à Bou-Ghessa,
à la frontière de l'Algérie et de l'Afrique Occidentale française, où
s'opère la jonction des méharistes algériens et soudanais. Cet événement
saharien fut marqué par des fêtes superbes qui se déroulèrent dans un
cadre majestueux et sous une tempête de vent et de sable comme on ne
peut en voir qu'au Sahara. Un mât de cocagne remplace l'arbre de Noël,
et ce divertissement inconnu jusqu'alors au Sahara excite l'enthousiasme
universel.

[Illustration: Un hippopotame tué par le général Bailloud.]

Le 18 février, Kidal; le 1er mars, Bourem, sur le Niger; au total, près
de 3.000 kilomètres franchis en moins de trois mois.

Tombouctou est tout proche, et l'aimable insistance du colonel Sadorge,
commandant supérieur de la région, décide le général, qui avait fait
avec lui la campagne de Madagascar, à pousser jusqu'à la. «Mystérieuse».
Il y séjourne une semaine qu'il emploie à visiter la ville où se tient
la grande foire annuelle du centre africain et à faire aux environs
quelques reconnaissances cynégétiques, notamment une victorieuse
campagne de trois jours contre une bande de six lions.

Du 18 mars au 11 avril, c'est la descente du Niger, en chaland, avec les
escales de Bamba, Bourem, Gao, Ansango, Tillabery, Niamey, Gaya...

Ce mode de locomotion ne plaît guère au général qui s'accommode assez
mal des longues heures d'immobilité dans l'étroite cabine du chaland.
Chaque fois qu'il trouve une monture, il fait une partie de l'étape à
cheval, force un coba à la course, abat une girafe après avoir chargé le
troupeau pendant plus d'une demi-heure, tue un hippopotame dans les
rapides de la Bezinga. Il échappe ainsi à la fièvre, plus heureux que
son officier d'ordonnance qui, retenu de temps à autre par d'inopportuns
accès, doit se contenter d'une seule victime, un bel hippopotame.

[Illustration: En pirogue sur le Niger.]

Entre temps, le général interroge les administrateurs et les chefs
indigènes sur le recrutement des noirs qui est appliqué pour la première
fois dans la région, assiste à quelques opérations, voit un bataillon de
recrues en formation à Niamey, s'enquiert des ressources du pays, des
besoins des populations et donne dans tous les villages où il passe,
avec sa générosité habituelle, une multitude de ces petits cadeaux qui,
là plus que partout ailleurs, entretiennent l'amitié.

Gaya marque la fin de la navigation fluviale, la limite du territoire du
Haut-Sénégal-Niger et celle du royaume de la terrible mouche tsé-tsé qui
ne fera heureusement qu'une victime dans la caravane,--un brave chien,
Miss, l'inséparable compagnon du général.

Le retour à la côte s'effectue par le Dahomey et par les moyens de
transport les plus modernes: l'automobile et le chemin de fer.

Une excellente route aboutit jusqu'au Niger; un service automobile
transportant voyageurs, marchandises et courrier est organisé et, en
cinq jours, par petites étapes, on atteint Savé, terminus du chemin de
fer du Dahomey. Un jour suffit pour gagner Kotonou par la voie ferrée;
quelques heures de navigation à travers la lagune conduisent à
Porto-Novo, capitale administrative du Dahomey, où le général et son
officier reçoivent, au palais du gouvernement, jusqu'au jour de leur
départ pour la France, 27 avril, la plus cordiale hospitalité de M.
Noufflard.

Cette traversée du Dahomey, si rapide fût-elle, permit cependant au
général de se rendre compte du développement économique de cette belle
colonie dont le budget se chiffre chaque année par un gros excédent de
recettes.

[Illustration: Le roi Toffa sortant, avec ses ministres, de la résidence
de Porto-Novo, où il vient de saluer le général Bailloud.]

Un admirable réseau routier est en voie d'exécution; une ligne
secondaire de chemin de fer longe la frontière de la Nigeria; d'autres
projets de voies de communication sont à la veille d'être réalisés. Le
long des voies ferrées et des routes, la brousse disparaît, faisant
place à d'importantes plantations de maïs, d'igname, de mil, de manioc,
de bananiers, etc.

Au Dahomey comme au Sahara et dans les territoires du
Haut-Sénégal-Niger, le général a trouvé chez toutes les autorités
civiles et militaires l'accueil le plus aimable et le plus empressé. Le
commandant supérieur de la région de Tombouctou se porta à sa rencontre
jusqu'à Kidal, le lieutenant-gouverneur du Dahomey vint le saluer à
Savé.

Les chefs indigènes se firent un devoir de présenter leurs hommages au
grand chef blanc, venu d'Alger par le Sahara: Mohammed Ferzoug, chef des
Touaregs Ifoghas; Moussa ag Amastane, amenokal du Hoggar; les chefs des
tribus de Tombouctou, Gao, Ansango, la plupart accompagnés de nombreux
cavaliers; enfin, au Dahomey, les rois de Parakou, de Savé; Agoli Akbo,
le frère de Behanzin; le roi Toffa, de Porto-Novo, et nombreux autres
roitelets. On ne saurait non plus omettre la reine des Peuhls, le chef
recouvert d'un casque étincelant de blancheur, cadeau récent de la femme
d'un administrateur, et Zoumaou, roi des Dassa, monté sur un superbe
cheval de bois à roulettes, traîné par ses ministres,--spectacle imprévu
pour des Européens.

Le raid transafricain que vient d'accomplir le général Bailloud, outre
l'enseignement qu'il comporte au point de vue de la coopération que
doivent se prêter les troupes algériennes et soudanaises chargées
d'assurer la police du Sahara, a permis à l'un de nos premiers chefs
militaires, dont les avis font autorité sur toutes les questions
coloniales, de se rendre compte sur place des possibilités d'avenir d'un
Sahara resté encore mystérieux pour celui qui ne le connaît que par les
récits de trop rares visiteurs.

Capitaine L...

[Illustration: A LA COUR DES ROITELETS DAHOMÉENS.--La promenade équestre
de Zoumaou, roi des Dassa, sur un cheval de bois à roulettes traîné par
ses ministres.]



LES NOCES DE DIAMANT DE LA SOCIÉTÉ DES GENS DE LETTRES.--Le discours du
président de la République à la Sorbonne.

_Les noces de diamant de la Société des Gens de lettres ont été fêtées,
samedi dernier 5 juillet, avec un éclat exceptionnel. Tous les journaux
quotidiens ont donné de longs comptes rendu? détaillés de la cérémonie
de la Sorbonne présidée par M. Raymond Poincaré, de la réception à
l'Hôtel de Ville et du grand banquet du soir présidé par M. Louis
Barthou, président du Conseil des ministres. On a publié partant les
admirables discours prononcés au cours de celte fête splendide des
lettres françaises à laquelle s'étaient associés les pouvoirs publics,
les grands corps de l'État, l'Institut et l'Université, et où les
nations étrangères étaient représentées par le corps diplomatique au
grand complet. Nous ne répéterons point ici ce qui a été dit et très
bien dit ailleurs. Nous préférons, selon les traditions et le caractère
de notre journal, donner, dans une belle gravure, la physionomie exacte
de cette commémoration; et notre collaborateur J. Simont a choisi, à cet
effet, pour composer le dessin de notre double page, l'instant de la
réunion de la Sorbonne où le président de la République, répondant au
beau discours du président de la Société des Gens de lettres, M. Georges
Lecomte, adresse, avec cette éloquence si pure, si élevée, si nationale
qui est la sienne, son salut aux lettres françaises._

_Dessin de J. SIMONT._



[Illustration: I. trois alpinistes A, après être monté sur le clocheton
de gauche, a lancé la corde par le travers du clocheton central; le
second alpiniste B, s'étant attaché à cette corde, commence à monter.]

[Illustration: II.--L'alpiniste B en train de grimper s'efforce
d'atteindre quelques aspérités qui lui permettront de se hisser sur la
plate-forme du clocheton central.]

UNE ÉCOLE DE GRIMPEURS

L'ESCALADE ET LA TRAVERSÉE DES CLOCHETONS DE PLAN-PRAZ.

Les rochers du nord de la Grande-Bretagne offrent aux alpinistes
anglais un merveilleux «champ d'entraînement»; chaque année, avant la
belle saison, les membres de l'Alpine-Club londonien vont s'exercer aux
difficultés de l'escalade en gravissant les cimes de l'île de Skye, en
Écosse, ou les falaises du Cumberland; sur les flancs abrupts de ces
aiguilles, d'une altitude modeste mais qui exigent des prodiges de force
et de souplesse, les débutants se familiarisent avec la technique
savante des «rochassiers»; cette «école de grimpeurs» a ses adeptes et
ses fervents. Les membres du Club allemand-autrichien s'attaquent aux
pics vertigineux des Dolomites où se rencontrent les plus périlleux
passages des grands sommets alpestres. Les Suisses ont à Schaffhouse un
«jardin d'escalade», la Frendenthal, et l'on sait la faveur dont le
Salève jouit auprès des étudiants genevois.

[Illustration: III.--Le troisième alpiniste C grimpe à son tour le long
de la corde, aidé par son camarade B qui lui prête main-forte.]

En France, rien de pareil. Le touriste se lance à l'assaut des montagnes
savoyardes ou dauphinoises sans avoir été préparé aux fatigues spéciales
qui le guettent. S'il peut étudier l'emploi du piolet et des crampons en
parcourant des glaciers aisément accessibles, en franchissant des cols
faciles, il reste ignorant de l'art de grimper, art complexe et
périlleux s'il en fut.

Pourtant, il existe, au-dessus de Chamonix, entre le Brévent, belvédère
illustre, et la chaîne des «Bouges», aux pierres friables, une crête
presque ignorée, déchiquetée comme une scie inégale et dont les dents
sont de véritables aiguilles. On y distingue surtout le Clocher et les
trois Clochetons de Plan-Praz, pitons aigus aux parois rapides et qui
semblent lisses. Depuis quelque temps, les friands de «varappe» leur
rendent visite. Les guides Joseph Ravanel et Joseph Demarchi leur ont
montré le chemin. De l'hôtellerie de Plan-Praz, on gagne, en une heure,
par le sentier du col du Brévent et des pentes d'herbe très inclinées,
une dépression à gauche du Clocher. On grimpe alors directement la face
du Clocher jusqu'à mi-hauteur puis on tourne à droite pour atteindre une
étroite fissure (visible de Plan-Praz) et l'on s'élève, à l'aide d'un
genou coincé dans cette fissure, jusqu'au sommet. Pour descendre, on se
laisse glisser le long de la corde dans une cheminée assez large qui
aboutit près du point de départ. De là, par des rocs éboulés, on atteint
un champ, souvent couvert de neige, et l'on se trouve en face des trois
clochetons que représentent nos photographies.

L'ascension du deuxième clocheton est seule difficile. Elle serait sans
doute impossible si un alpiniste--que nous désignons dans nos légendes
par la lettre A--après être monté sur le clocheton de gauche (d'accès
aisé), ne lançait une corde par-dessus une aspérité du piton central.
Cette aspérité est à 7 ou 8 mètres du sommet. Les autres alpinistes B et
C, en contournant le piton de droite, atteignent une brèche entre
celui-ci et le clocheton central. De là, l'un d'eux B se penche, saisit
la corde pendante, s'y attache et commence l'escalade d'une plaque sans
prises contre laquelle le corps se maintient par un miracle d'équilibre.
La difficulté de cette escalade se double du fait que la corde
maintenue, au lieu de l'aider, contrarie l'effort du grimpeur qui,
souvent, reste agrippé par le bout des doigts. Au-dessus de la plaque se
trouve une vire horizontale d'où le second alpiniste B peut hisser le
troisième C. Lorsqu'ils sont réunis, ils se détachent, et le premier
alpiniste A, toujours perché sur son pic, retire la corde à lui pour la
relancer de nouveau, mais, cette fois, par-dessus le sommet du clocheton
du milieu.

La même manoeuvre se renouvelle alors et l'ascension se continue par
l'arête de droite de ce clocheton.

[Illustration: IV.--Les deux alpinistes B et C s'étant rejoints sur la
plate-forme gagnent l'un après l'autre le sommet.]

C'est au sommet que commence l'acrobatie. Il s'agit de passer du
clocheton central sur le clocheton de gauche. Pour ce faire, on double
la corde, on l'enroule autour du piton central et, tandis que le premier
alpiniste A tire sur la double extrémité et que le troisième C maintient
la boucle accrochée, le second B accomplit une impressionnante traversée
dans le vide. Il se suspend d'abord par les mains à la corde et passe
une jambe au-dessus d'elle. Ensuite, il avance par un mouvement de
reptation en déplaçant lentement les mains. Dès qu'il atteint le sommet
de gauche, il aide A à rendre la corde à leur compagnon C qui redescend,
lui, par le chemin de la montée.

Pour un spectateur profane, ce jeu passionnant peut paraître une folie.
Mais l'usage intelligent de la corde permet de pratiquer cette
gymnastique vertigineuse avec sécurité. Afin de prévenir tout accident,
on emploie deux cordes, l'une dite «de rappel» que lance le premier
alpiniste (elle doit avoir 40 mètres environ), l'autre (plus courte) qui
réunit les deux grimpeurs. Pendant la traversée aérienne, l'alpiniste B
passe sur la corde de rappel doublée, mais il est attaché au milieu de
l'autre corde dont ses deux compagnons tiennent les extrémités. Une
chute devient ainsi impossible. Enfin, pour effectuer le retour, le
grimpeur C se noue d'abord, sous les aisselles, la corde simple que B
laissera filer peu à peu. Puis il saisit à deux mains la corde double
et, les pieds posés à plat sur le roc, le corps presque en équerre, il
descend par la force des bras.

[Illustration: V.--Par la double corde maintenue à chacun des sommets
par les deux grimpeurs A et C, l'alpiniste B fait, dans le vide, la
traversée, laissant son camarade C redescendre par le chemin de la
montée.]

De semblables exercices valent toutes les leçons de technique alpine, et
les débutants qui les auront tentés ne s'effraieront pas des plus
difficiles passages des cimes célèbres.

GEORGES CASELLA.



[Illustration: _Phot. de Givenchy._ LA SAISON.--Fin d'après-midi au Polo
de Bagatelle.]

_C'est par une de ces douces fins d'après-midi, où il est si plaisant de
prolonger jusqu'au repas du soir l'heure du thé au Bois, propice aux
légers entretiens et aux rencontres élégantes... Entre tous les
«rendez-vous» de bonne compagnie, le Polo de Bagatelle, près de
Longchamp, s'offre comme un des plus choisis. Tandis que, sur le vaste
tapis gazonné réservé au jeu, se poursuit, parmi les galopades et les
coups de maillet, une rude partie, de paisibles groupes errent le long
de l'allée de sable fin, ou s'attablent sous les arbres, opposant, en
contraste au sport violent qui emplit la pelouse d'alertes chevauchées,
leur grâce indolente. Car l'endroit, aristocratique et discret, est de
ceux que la Mode a consacrés et où une Parisienne habituée des réunions
mondaines aime à paraître, sinon pour se passionner aux péripéties d'un
beau match, du moins pour goûter le plaisir, toujours nouveau, d'être
vue, et admirée..._



[Illustration: NOS BONS PETITS ÉLÈVES DU MAROC.--Les lauréats de la
distribution des prix à l'école franco-arabe de Casablanca.]

Si la France est obligée encore, dans toute une partie du Maroc,
d'achever par les armes sa prise de possession, elle n'a pas attendu
longtemps, dès que la sagesse des indigènes lui en a laissé la latitude,
pour leur prodiguer, dans les régions qu'elle occupe en paix, les
bienfaits de sa culture, et la gravure ci-dessus constitue une heureuse
antithèse à celle qui montre, d'autre part, nos soldats à l'action.
C'était la première fois qu'il était procédé, à l'école franco-arabe de
Casablanca, à une «distribution solennelle des prix». La cérémonie,
présidée par M. le comte de Saint-Aulaire, délégué à la résidence
générale, autour duquel avaient pris place le général Ditte, M. Loth,
directeur de l'enseignement, le pacha de Casablanca et tous les
notables, fut suivie par la plupart des parents des élèves, assez
étonnés, sans doute, à la vue de leurs enfants les bras chargés de
livres aux reliures voyantes et le front ceint de couronnes dorées. Ah!
si quelques émissaires des farouches Tadla, Béni M'Tir ou Zaer avaient
pu se mêler à leurs groupes et contempler, comme eux, ce diplomate,
représentant de la France, ces officiers complimentant gravement,
affectueusement, ces bambins aux yeux éveillés dans des masques de
bronze, quelles réflexions n'eussent-ils pas faites! Avant de venir
récompenser de leur application ces petits Arabes, M. de Saint-Aulaire
avait présidé à une autre solennité, plus semblable à celles que nous
voyons se dérouler chez nous à pareille époque, avec la foule des
garçons et des fillettes anxieux et béants devant les tables lourdes de
volumes scintillants d'or: c'était la distribution des prix aux élèves
des écoles françaises. Mais, pour être moins pittoresque que l'autre, et
ne pas présenter le même contraste, elle n'en était pas moins frappante,
pour ceux-là surtout qui l'année précédente avaient vu, groupés autour
de leurs maîtres, deux cents enfants, et qui en voyaient, cette fois,
quinze cents,--tant cette ville de Casablanca se développe avec
rapidité, tant l'oeuvre française y progresse à pas de géant.



[Illustration: Une charge impressionnante de 30.000 boy-scouts, après la
revue passée à Birmingham par le prince Arthur de Connaught.]

CHEZ LES BOY-SCOUTS ANGLAIS

Les Anglais, qui furent nos maîtres en matière de «scoutisme», possèdent
une véritable petite armée d'éclaireurs, alerte, bien exercée, pleine de
vaillance et d'entrain; la semaine dernière, elle a eu les honneurs
d'une inspection passée par le prince Arthur de Connaught, en présence
de son chef, le général sir R. Baden-Powell. C'est près de Birmingham, à
Perry Hall Park, qu'a eu lieu, samedi, la revue de ces jeunes troupes,
qui ne comprenaient pas moins de 30.000 boy-scouts, venus de toutes les
parties de l'Angleterre; une délégation internationale, où figuraient
des représentants de la France, qui furent particulièrement fêtés,
s'était jointe à eux. Après avoir manoeuvré devant leur auguste
visiteur, ils lui donnèrent le spectacle d'une charge générale: et ce
fut une vision impressionnante que celle de tous ces jeunes garçons se
précipitant, en une bruyante mêlée, drapeaux en tête, puis s'arrêtant
soudain, au commandement, après une course éperdue...



UN CADEAU DE GUILLAUME II A LA NORVÈGE

[Illustration: La statue colossale du héros Scandinave Fridthjof,
offerte aux Norvégiens par l'empereur d'Allemagne.--_Phot. Conrad
Hünich._]

L'empereur d'Allemagne, qui fait chaque été, depuis nombre d'années, une
croisière sur les côtes de Norvège, a pris peu à peu ce pays en
affection particulière. Si bien qu'il lui envoie un présent peu commun;
ce n'est rien de moins que la statue colossale du légendaire héros
Scandinave Fridthjof, qu'il destine à être érigée en vue de la
mer,--souvenir d'un monarque ami des choses de la mer à un peuple de
navigateurs. Ce Fridthjof, qui est loin dans la pénombre de l'histoire
norvégienne, en reste la plus grande figure, parce que les Scaldes l'ont
chanté. Il est pour les Norvégiens ce que sont pour les Grecs les
guerriers de l'_Iliade_. C'est un vaillant comme Achille ou Ajax; mais
ses poètes anciens ou nouveaux--le dernier en date Esaïas Tegner au
commencement du dix-neuvième siècle--ont célébré non moins que le
guerrier l'amant passionné et fidèle. La _saga_ de Fridthjof n'est pas
seulement une chanson de gestes, c'est un poème d'amour, et les
Scandinaves placent Fridthjof et son Ingeborg près de Tristan et
d'Iseult. De Scandinavie, les récits de ses aventures et de ses amours
traversées ont passé en Allemagne: elles y sont, on peut le dire,
vivantes et populaires. Aussi l'idée est-elle venue tout naturellement à
Guillaume II d'offrir aux Norvégiens cet hommage à une sorte d'ancêtre
héroïque commun aux deux nations.

Notons encore que Fridthjof a fourni à un compositeur français, M.
Théodore Dubois, le sujet d'une oeuvre non représentée, mais dont
l'ouverture a été souvent exécutée dans nos concerts symphoniques.

La statue de Fridthjof est l'oeuvre d'un des plus renommés sculpteurs
d'Allemagne: le professeur Max Unger. Voici quelques-unes des mesures:
elle a 12 mètres de haut; son poids est de 14.000 kilos; le pouce de la
main droite a la longueur d'un bras d'homme; les pieds ont 1 m. 70 de
longueur; un enfant debout contre l'un des pieds en dégage à peine la
cheville. Ce colosse se dressera sur un promontoire qui domine le
Sognefjord, près de Bergen.

Fondue en plusieurs parties, la statue a été assemblée pour la première
fois la semaine dernière à Berlin où elle a été exposée pendant quelques
jours. Puis elle a été démembrée et envoyée au cours de cette semaine à
Hambourg, d'où elle sera embarquée pour Bergen. Elle doit être érigée
sur l'emplacement choisi pour le 31 juillet. L'inauguration aura lieu en
présence de l'empereur Guillaume II, qui offrira en personne son
souvenir au roi Haakon et à la nation norvégienne.



[Illustration: Mlle Lili Boulanger.--_Phot. H. Manuel._]

LES PRIX DE ROME DE MUSIQUE

L'Académie des beaux-arts, qui, l'an passé, avait réservé l'attribution
du grand prix de Rome de composition musicale, a décerné, cette année,
les deux hautes récompenses dont elle disposait: pour la première fois,
une femme, Mlle Lili Boulanger, a recueilli, grâce à un concours
exceptionnel, le laurier tant disputé.

Les candidats, au nombre de cinq, avaient à exercer leur jeune talent
sur un épisode emprunté par M. Eugène Adenis, auteur d'un poétique
livret, au second _Faust_ de Goethe. Samedi dernier, l'audition de leurs
cinq oeuvres était donnée, suivant l'usage, au jury académique: après
une courte délibération, il accordait un premier grand prix à Mlle Lili
Boulanger par 31 voix contre 5, un autre à M. Claude Delvincourt, par 29
voix contre 7, tandis que M. Marc Delmas remportait un premier second
grand prix.

Mlle Juliette Boulanger, qui est une très gracieuse jeune fille de
dix-neuf ans, appartient à une famille de musiciens: son père,
compositeur excellent, à qui l'on doit un _Don Quichotte_ joué à
l'Opéra-Comique, et professeur de chant remarquable, lui a transmis des
dons précieux, qu'elle partage avec sa soeur aînée, Mlle Nadia Boulanger,
second grand prix de Rome en 1909. La suprême récompense qui avait été
refusée à celle-ci, malgré d'éminentes qualités, sa cadette l'a obtenue,
après seulement quelques années d'études et de préparation suivies: son
succès ne pouvait être ni plus brillant ni plus prompt.



CE QU'IL FAUT VOIR

LE PETIT GUIDE DE L'ÉTRANGER

J'ai commis, sans m'en apercevoir, une injustice, il y a quinze jours.
En disant «au revoir», pour un an, aux deux Salons de la Nationale et
des Artistes français, j'en signalais deux autres qui venaient de nous
ouvrir leurs portes, rue de Sèze et rue La Boétie. J'insistais sur
l'attrait de curiosité qui s'attachait à la seconde de ces Expositions:
l'exposition du futuriste Boccioni, peintre-sculpteur. J'y insistais
narquoisement, sans doute; mais enfin j'y insistais! Et je ne faisais
que mentionner l'autre: celle des «Petits Maîtres de l'École de 1830».
Voilà bien l'injustice. Nous allons à ce qui amuse, à ce qui étonne, à
ce qui scandalise un peu, au besoin. Nous allons (disons l'affreux mot
juste!) à ce qui épate... Et volontiers nous négligeons les grâces
discrètes du joli spectacle qui ne fait pas de bruit. C'est mal. Mais
l'essentiel est de pouvoir se repentir à temps; et c'est pourquoi je
vous supplie de courir chez ces «Petits Maîtres», et de ne les point
quitter trop vite, vite.

Cette exposition est, en ce moment, un des plus délicieux ornements de
Paris. J'y suis retourné l'autre matin; et il m'a paru que la saison
était particulièrement propice au spectacle délicat qui nous y est
offert. Le public élégant--mais un peu tumultueux--des vernissages a
déjà fait ses malles, ou, tout au moins, ne songe plus qu'à se sauver
vers la montagne, vers les plages, vers les «eaux» diverses qui le
sollicitent; et sur les cimaises, doucement éclairées, du Salon où règne
un silence de chapelle, les «Petits Maîtres» ont l'air de sourire au
visiteur et de le remercier: «C'est gentil à vous d'être venu...»

Arsène Alexandre a appelé cette exposition «le Salon des _Eclipsés_».
C'est vrai. Nous ne les connaissions pas, ces «Petits Maîtres»; ou nous
ne les connaissions que très mai. De trop grandes gloires, de bruyantes
célébrités nous les cachaient; ils avaient eu le malheur de venir
chanter leur discrète chanson en même temps que des ténors
considérables, dont les voix éclatantes eurent tôt fait de couvrir les
leurs. La postérité les vengera-t-elle d'une si amère mésaventure? C'est
bien possible. Il paraît qu'il ne sera plus permis, l'hiver prochain,
d'ignorer les «Petits Maîtres» et que nous allons voir triompher, dans
les ventes, ces signatures d' «éclipsés»: Baron Berchère, Brissot de
Carville, Cabat, Chavet, Cicéri, Couder. Karl Daubigny fils, Defaux,
Dédreux, Victor Dupré, Fauvelet. Fichel. Flers, Guillemin, Héreau,
Hervier, Joyant. Lambinet (qui a quarante paysages exposés!), Lavieille.
Le Poittevin, le Roux, Longuet. Jules Noël, Ouvrié, Plassan, Roqueplan,
Philippe-Rousseau, Rozier, Ville-vieille, et plus de trente autres
encore! Leur catalogue, excellemment présenté par M. Roger Miles, ne
comprend pas moins de trois cent cinquante ouvrages, dont beaucoup vous
seront des révélations véritables. Allez voir cela.

Peu de bruit; peu de monde; de petites toiles que l'oeil embrasse vite:
c'est bien l'atmosphère et le cadre d'intimité qui conviennent à
d'honnêtes gens dont la destinée fut d'ignorer la gloire et, simplement,
de travailler très bien dans le silence...

                                    *
                                   * *

Ce qu'il faut voir, cette semaine, après les «Petits Maîtres»? Ne
cherchez pas. C'est tout trouvé. Il faut voir la Fête nationale.

Je sais qu'une immense foule de Parisiens blasés s'enfuient de Paris, le
14 juillet. Qu'est-ce que cela prouve, sinon que le spectacle de cette
journée a cessé d'être intéressant pour eux? Qu'ils se sauvent donc;
mais qu'ils n'aillent point conseiller aux étrangers de les suivre! Ce
serait mai. Il faut avoir vu, ne fût-ce qu'une fois, le peuple de Paris
célébrer son Quatorze Juillet.

Je suis sûr qu'il le célébrera, cette année, avec une joie particulière,
et que depuis longtemps on ne l'aura vu se précipiter avec un si joli
enthousiasme à la revue de Longchamp!

Est-ce à dire que ce spectacle doive apporter aux Parisiens quelque
supplément de plaisir? une surprise quelconque? Non. Mais pour toutes
sortes de raisons (que nos coeurs connaissent et qu'il est inutile de
redire ici) l'heure est propice aux beaux spectacles militaires.

On courra donc à Longchamp, et deux tableaux, également émouvants et
pittoresques, s'y mêleront sous nos yeux; celui de l'armée qu'on
acclamera; et celui de la foule qui acclamera l'armée... Les
«cocardiers» vont vivre là d'heureuses minutes, et je crois que les
étrangers qui les auront suivis au bois de Boulogne ne s'y ennuieront
pas, comme on dit.

Mais qu'après la fête militaire du matin ces amateurs de pittoresque
parisien n'aillent point manquer la fête populaire du soir! Cette fête
est partout, et principalement dansées parties les plus populeuses et
les moins élégantes de la ville; aux boulevards extérieurs et dans ce
qu'on appelle les faubourgs. Nul protocole ne la règle; aucun programme
n'en a fixé les amusements. C'est une sorte de kermesse improvisée dans
le vacarme des orchestres de carrefours et parmi la joie d'illuminations
où la guirlande électrique, le réverbère municipal et le lampion de
marchand de vin combinent leurs effets pittoresques.

Chose curieuse: la gaieté de cette fête nocturne du Quatorze Juillet est
très différente de celle dont le Carnaval, par exemple, nous donne le
spectacle. La nécessité de s'entasser là où passeront les cortèges, la
liberté du déguisement, la liberté--odieuse!--du confetti semblent
exciter à un peu de brutalité les foules de Carnaval. On se bouscule, on
s'écrase; sous le déguisement, la plaisanterie devient vite plus
grossière, parce qu'elle est anonyme; et sous l'averse cinglante des
petites rondelles de papier multicolores, que d'hommes paisibles se
sentent devenir enragés!

Le Paris du Quatorze Juillet a une tout autre physionomie. Il nous donne
l'amusante vision d'une multitude de fêtes de familles, éparses dans les
rues... Chaque quartier s'amuse chez soi, et personne ne gêne personne.
C'est comme un immense concert de joie bruyante, mais honnête, et à la
protection de laquelle semble paternellement concourir l'autorité
publique. On dirait--et cela est touchant--que durant toute cette soirée
du Quatorze Juillet le droit de s'amuser est, aux yeux de la police
elle-même, un droit très sérieux et qu'il convient que chacun respecte.

Le soir du Quatorze Juillet, il y a de petites rues, à Paris, où les
familles dînent sur le trottoir et rendent aux passants la circulation
très difficile. La police sourit, et laisse faire. Elle est pour ceux
qui «font la fête» contre ceux qui ne la font pas; et si quelque
voiture, au carrefour où s'érige le petit kiosque à musique, s'avance
menaçante vers les couples qui s'agitent en cadence sur la chaussée, la
police tire son bâton blanc et ordonne que la voiture s'arrête, aussi
longtemps que durera la valse ou le quadrille: la police est, le soir du
Quatorze Juillet, contre ceux qui ne dansent pas,--pour ceux qui
dansent.

Amis étrangers, je vous en prie, ne nous quittez pas lundi prochain!

UN PARISIEN.



AGENDA (12-19 juillet 1913).

EXAMENS ET CONCOURS--Les examens oraux pour l'admission à l'école navale
commenceront le _15 juillet_ à Paris.

EXPOSITIONS ARTISTIQUES.--Pavillon de Marsan (Louvre), Bibliothèque Le
Peletier de Saint-Fargeau (29, rue de Sévigné), et à Bagatelle:
expositions de l'art des jardins.--Musée Galliera: l'Art pour
l'enfance.--Galerie Lévesque (faubourg Saint-Honoré, 109): oeuvres de
Thomas Couture.

LE CONCOURS CRESCENT.--Le jury du concours de poèmes de la fondation
Crescent a décidé qu'il y avait lieu de procéder à un nouveau concours,
aucun des ouvrages n'ayant réuni la majorité des suffrages. Ce nouveau
concours est ouvert il sera clos le _15 octobre_.

CONGRÈS.--Un congrès international pour la protection de l'enfance, se
tiendra à Bruxelles du _23 au 26 juillet._

INAUGURATION DE MONUMENT.--Le _13 juillet_, aura lieu, à Denain,
l'inauguration du monument dédié au maréchal de Villars.

GARDEN-PARTY.--Il y aura, le _13 juillet_, garden-party à l'Elysée. Ce
sera la seule de la saison.

SPORTS.--_Courses de chevaux: le 12 juillet,_ Saint-Ouen; le _13_,
Auteuil, prix de France; le _14_, Saint-Cloud; le _15_, Saint-Ouen; le
_16_, le Tremblay; le _17_. Maisons-Laffitte; le _18_, Rambouillet; le
_19_, le Tremblay.--_Automobile_: les _12 et 13 juillet_, circuit de
Picardie, Grand Prix de l'Automobile-Club de France; grand prix des
motocyclettes et cyclecars.--_Aviron_: le 8e grand prix des joutes
lyonnaises se disputera les _13, 14 et 15 juillet_, dans le bassin de
l'île des Cygnes.--_Escrime_; le tournoi des armes de Vittel aura lieu,
cette année, les _18, 19 et 20 juillet.--Aviation_; à la Ferté-Vidame,
les _12, 13 et 14 juillet_, meeting d'aviation: coupe Latham.



LES LIVRES & LES ÉCRIVAINS

AMES BALKANIQUES

La lutte entre alliés, entre frères de race et de religion, qui a
succédé, dans les Balkans, à la guerre des Slaves et des Grecs contre
l'«ennemi héréditaire», le Turc, la guerre entre chrétiens qui a suivi la
croisade chrétienne, a, dès les premiers combats, témoigné d'un
acharnement inouï. Les haines de familles, surtout lorsqu'elles naissent
d'une succession disputée, ne sont-elles point les plus impitoyables?
Les télégrammes des champs de bataille signalent des ardeurs
effrayantes, des blessés achevés, des corps à corps de fauves qui
s'entre-mordent, des villages innocents brûlés sans cause, pour le seul
plaisir de l'incendie. Et voilà qui navre soudainement nos sympathies
pour les énergiques petits peuples dont le premier élan nous parut si
beau, si grand, si juste! Les événements d'aujourd'hui n'étaient pas
cependant tout à fait imprévus. Ils n'ont surpris personne autre que les
diplomates et les financiers. Et le nouveau beau livre des frères
Tharaud: _la Bataille à Scutari d'Albanie_ (1), dont les pages
notées--avant la rédaction à deux--par un artiste, un penseur et un
historien, dans la Montagne noire, d'abord, après le premier coup de
canon, puis parmi les couvents de l'Athos, précise l'effroyable logique
des hécatombes actuelles.

      Note 1: _La Bataille à Scutari d'Albanie_, par Jérôme et Jean
      Tharaud. Émile-Paul, éditeur, 3 fr. 50.

Celui des deux frères collaborateurs qui s'en alla sous le feu du
Tarabosh chercher des visions de la guerre monténégrine ne s'est point
préoccupé de saisir à la hâte les documents immédiats d'une
correspondance quotidienne. Ses notes, réunies pour un livre de
philosophie historique, impartiale, profonde et souvent émouvante, qui
remonte aux origines, consulte la tradition, et renoue méthodiquement
les faits épars, ont une valeur de document loyal et contrôlé, dont
l'expression, sous ces plumes artistes, est toujours belle.

Devant Scutari, si passionnément convoité, les Tharaud écrivent:

«Cette plaine, ce lac, cette ville lointaine, c'est le riche trésor qui
sera le partage du vainqueur, c'est la coupe dorée qui circule au jour
des noces, dans les banquets monténégrins. Depuis des siècles, du haut
de ces rochers, le berger misérable de la Tcherna Goray voit briller
cette opulence à ses pieds; depuis des siècles, il rêve d'abandonner son
séjour de corbeau pour descendre là-bas dans la terre promise. Un
moment, il l'a possédée, il y s. cinq cents ans de cela, et cela n'a
duré qu'un jour: mais de ce bref instant la nostalgie lui reste.»

Un très pittoresque portrait nous est donné du roi Nicolas, «ce roi
paysan à qui tout a réussi»; qui a bien marié ses filles, qui a arrondi
son domaine, qui a reçu de toutes mains, ce monarque rustique qui adore
les opérations financières, les lointains coups de Bourse, tout ce qu'on
nomme de ce nom mystérieux: les affaires, et dont un des projets les plus
chers serait d'installer sur le rocher de Dulcigno, cet ancien nid de
pirates, un casino comme à Monte-Carlo. Impressionnante aussi la
première visite aux blessés turcs prisonniers dont une quinzaine ont le
visage barré d'un pansement en forme de croix, qui recouvre les plaies
du nez et des oreilles coupées. Le visiteur ne s'indigne point, car il
songe au passé de luttes monténégrines et il écrit: «Horrible, mais
traditionnel!» Mais le véritable enseignement du livre nous apparaît dès
que nous pénétrons dans le «palais» de l'archevêque catholique du
Monténégro. Il n'y a point là de discussion sur un sujet périlleux, mais
seulement quelques mots qui saisissent, et aussi des silences contraints
plus éloquents encore. Et, dès lors, on sent gronder déjà sourdement
dans cette atmosphère de fièvre et de feu, une haine qui monte entre
frères chrétiens rivaux.

Ce sont les orthodoxes qui vont rendre les Balkans à la chrétienté et
rejeter l'infidèle à l'Asie. «Dans cette guerre de délivrance, les
catholiques ne jouent qu'un rôle effacé, misérable: ils sont si peu
nombreux! Et que deviendront-ils, lorsque les orthodoxes feront partout
la loi? N'auront-ils pas souvent à regretter les Turcs? Les nations
hérétiques montreront-elles à leur égard la large tolérance dont ils
bénéficiaient sous la domination du sultan? Tout l'Orient catholique
assiste avec angoisse à la débâcle turque.» Effroi de l'avenir, horreur
de l'orthodoxie, immense inquiétude!

L'impression reçue, en cet endroit, est si forte, que le voyageur,
poursuivant son pèlerinage d'histoire, quitte le Monténégro et sa
capitale, «un de ces lieux où il faut naître, vivre et mourir, ou ne pas
rester une heure», et se rend directement au mont Athos, la montagne
sainte qui, depuis près de dix siècles, est pour les chrétiens d'Orient
le lieu sacré par excellence et qui, «plus que Sainte-Sophie elle-même,
demeure l'expression la plus haute du sentiment religieux qui soulève
l'Orient chrétien contre l'Orient islamique». Les pages des Tharaud sur
l'Athos sont admirables et resteront. Mais on y sent la déception du
philosophe qui ne découvre que de la haine là où il espérait peut-être
trouver de l'union et de l'amour.

--Regardez-moi, monsieur, lui dit le piètre sous-préfet qui représente
en ce lieu l'autorité du sultan; regardez-moi, monsieur, suis-je assez
misérable? Et la souveraineté du sultan ne s'est jamais manifestée en
ces lieux que par des pauvres hères comme moi. Quel peuple, je vous le
demande, quel conquérant aurait montré pour les gens qui vivent ici plus
de tolérance religieuse? Dans notre loi, ils sont restés aussi libres,
plus libres même que sous les empereurs de Byzance. Ils n'ont pas eu à
subir un centième des rigueurs qui furent imposées aux moines de France
et qu'ont connues aussi les moines de la catholique Autriche et de la
très chrétienne Espagne... Tous ces moines se détestent à mort. La haine
qu'ils ont contre l'islam est le seul lien qui les rassemble. Lorsque
nous ne serons plus là, ces Russes, ces Grecs, ces Serbes, ces Roumains,
ces Bulgares, se déchireront entre eux.

C'est fait. La prédiction se réalise. Mais les querelles de moines sont
maintenant des querelles de peuples qui se règlent à coups de canon
devant le Turc, intéressé, qui regarde... Le pessimisme de MM. Tharaud
est une douloureuse vérité actuelle, et nous en souffrons, dans notre
âme occidentale fraternelle qui connut d'enthousiastes émotions lors de
la belle offensive bulgare, de la résurrection hellénique, et de ces
premières victoires serbes dont un témoin émerveillé, M. Henry Barby,
correspondant de guerre du Journal, vient de rappeler, en un précieux
livre du souvenir (2), les heures héroïques et pures.

      Note 2: _Les Victoires serbes_, par Henry Barby. Bernard Grassel,
      éditeur. 3 fr. 50.

ALBÉRIC CAHUET.



LES THÉÂTRES

«Rome n'est plus dans Rome...» La Comédie-Française est à
l'Opéra-Comique. Depuis quelques jours, sociétaires et pensionnaires du
Français occupent, rue Favart, les loges des artistes de la maison que
la «fermeture annuelle» met en congé. Ainsi, Oedipe, Tartufe, le gendre
de M. Poirier, vivent provisoirement sur les domaines d'Aphrodite, de
Manon et de Lakmé. Villégiature estivale. Durant ce temps, les
architectes apportent des aménagements nouveaux à notre première scène
qui, lois de sa réouverture, en septembre, s'ornera,--enfin!--du beau
plafond de Bernard, dont le marouflage nécessite des travaux minutieux
et longs et pour la pose duquel il a fallu fermer les portes.

Aux arènes de Lutèce, qui, dans leur étal actuel, forment rue Monge un
agréable square de pierres vénérables et de jeune verdure, quelques
représentations théâtrales viennent d'être données par les soins de Mme
Caristi-Martel qui, l'an dernier, inaugura cette scène de plein air dans
un quartier de Paris. Un drame en quatre actes, l'_An Mille_ de M.
Maurice Magre, composait l'essentiel du spectacle. Cette oeuvre aux
grandes lignes, où l'amour s'oppose au fanatisme, écrite en vers
sonores, et parfaitement jouée, a obtenu un succès très vif.

A propos de spectacles de plein air, il convient de signaler, à cette
place, _Bérénice_, tragédie en trois actes, de M. Albert du Bois,
représentée ces jours passés aux arènes de Nîmes et qui provoqua--et ce
fut justice--l'enthousiasme d'un auditoire des plus nombreux. Cette
pièce, d'une haute tenue littéraire, oeuvre d'un lettré subtil, a
cependant ému la foule parce qu'elle est claire, simple, rapide,
humaine. Elle s'offrait dans le cadre qui lui convenait le mieux.



LE NOUVEAU PRÉSIDENT D'HAÏTI

En moins d'un an, Haïti aura, par deux fois, changé de président. Au
mois de septembre dernier, le général Leconte, tué dans l'explosion de
son palais, à Port-au-Prince, était remplacé par M. Tancrède Auguste,
qui ne devait occuper que peu de temps ses hautes fonctions. Sa mort,
survenue au mois de mai, a rendu nécessaire une élection nouvelle: c'est
sur M. Michel Oreste que s'est porté, d'un accord unanime, le choix de
l'Assemblée nationale.

Né à Jaemel en 1859, M. Michel Oreste a partagé, jusqu'à présent, son
activité entre la jurisprudence et la politique. Avocat, puis procureur
de la République près le tribunal de sa ville natale, il a professé le
droit constitutionnel et administratif à l'École de droit de
Port-au-Prince.

[Illustration: M. Michel Oreste.]

D'abord député au Corps législatif, il a été, par deux fois, nommé
sénateur, en 1902 et en 1912.

En Haïti, le nouveau chef de l'État est très estimé pour la droiture de
son caractère, son intelligence, son courage, qui lui ont gagné la
faveur populaire.



DOCUMENTS et INFORMATIONS

CURIEUX PHÉNOMÈNE DE VISION NOCTURNE.

L'oeil humain possède deux sortes d'organes pour percevoir les rayons
lumineux: les cônes et les bâtonnets. Les cônes, logés dans la tache
centrale de la rétine, sont les organes de la vision colorée; ils
fonctionnent pendant le jour en recevant l'image des objets que nous
fixons. Les bâtonnets sont disséminés sur le reste de la rétine; ils
donnent la sensation de lumière, abstraction faite de toute couleur.

Ces deux groupes d'organes possèdent une sensibilité fort différente; il
semble, en outre, que les cônes fonctionnent pendant le jour ou le soir
s'ils sont excités par une lumière directe, alors que les bâtonnets nous
servent durant la nuit. Pour vérifier ce phénomène, un physiologiste
réputé, Lummer, a fait diverses expériences dont plusieurs sont faciles
à répéter. Lors d'une ascension en ballon par une nuit de pleine lune,
des oriflammes de plusieurs couleurs avaient été attachées à la nacelle.
A mesure que l'oeil s'habituait à la nuit, les couleurs s'atténuèrent,
et, bientôt, toutes parurent uniformément grises ou blanchâtres.

Un autre jour, dans la montagne, le ciel était très étoile. Si l'oeil
était affecté par le voisinage de lampes électriques, les cônes
restaient éveillés, et la vision colorée subsistait. Il suffisait de se
mettre à l'abri des lumières vives pour que les bâtonnets entrent en
jeu; on perdait alors la notion des couleurs, et le ciel, où l'on
n'avait aperçu jusque-là que de rares étoiles, apparaissait constellé
d'une myriade d'astres, tous de teinte blanchâtre. Leur nombre et leur
éclat diminuait beaucoup dès que l'on faisait un effort pour les fixer.
D'autre part, si l'on se retournait brusquement, au moment où les
bâtonnets étaient en pleine activité, les lumières rouges des fenêtres
paraissaient blanches durant le très court instant nécessaire pour
«déclancher» l'action des cônes.

Enfin, M. Lummer cite une autre expérience particulièrement curieuse:
si, après avoir regardé un instant le croissant de la lune, nous
cherchons à fixer une étoile située dans son voisinage, pendant quelques
secondes la lune cessera d'être visible.

[Illustration: Le nouveau casque de la gendarmerie: à cheval et à pied.
_Dessins de G. Bifry-Boely._]

LE CASQUE DE LA GENDARMERIE.

La gendarmerie va être dotée d'un casque, que, dès lundi, on pourra
voir, à la revue de Longchamp, porté par un détachement de
l'arme,--celui-là même auquel sera remis, solennellement, le drapeau qui
jusqu'à présent manquait à ce corps d'élite.

Les inventeurs de la nouvelle coiffure, dont l'aspect est décoratif,
encore qu'un peu suranné, se sont manifestement inspirés des casques de
la Restauration et de la monarchie de Juillet: elle rappelle beaucoup
ceux qu'avaient les mousquetaires gris en 1814, les gendarmes des
chasses sous Charles X, et, plus tard, les cuirassiers et les dragons
entre 1830 et 1835.

Le casque qui vient d'être adopté s'orne d'un plumet tricolore; sa bombe
est en cuivre; son cimier, sa plaque de tête et sa gourmette sont en
métal blanc. Pour les hommes à cheval, le cimier est surmonté d'une
brosse en crins noirs d'où tombe une crinière, également en crins noirs;
pour la gendarmerie à pied, on a simplement supprimé la crinière.

Le casque des officiers est semblable à celui de la troupe, à cette
différence près que la bombe est dorée au mercure, et que le cimier, la
plaque et la gourmette sont en maillechort.

LES VICTIMES DES ALPES EN 1912.

M. Montandon vient de publier dans l'_Echo des Alpes_, organe officiel
du Club alpin suisse, une liste rectifiée et raisonnée des accidents
mortels survenus dans les Alpes en 1912. De ce travail fort intéressant,
il appert une fois de plus que la majorité des accidents de montagne
sont dus à la maladresse ou à l'imprudence.

En 1912, le nombre des accidents mortels s'est élevé à 140, contre 125
en 1911. Les 140 accidents ont fait 165 victimes dont 14 femmes et 4
guides. Il y a eu 5 accidents de plus de 2 victimes: au Schneeberg, 10
morts; au Hochschwab, 4; au Waxenstein, à l'Eisjoechl, au Mont-Rouge de
Péreret, 3. Ces montagnes ne comptent point parmi les plus connues; la
plupart se trouvent en Autriche.

Au point de vue de la nationalité, les victimes se répartissent ainsi:

66 Autrichiens, 49 Allemands, 24 Suisses, 7 Italiens, 6 Français, 4
Anglais, 2 divers, 7 de nationalité inconnue.

D'autre part, on compte 100 accidents en Autriche, 28 en Suisse, 6 en
France, 6 en Italie.

A part les chutes sur les rochers et dans les gorges, les accidents se
répartissent par nature de la manière suivante:

Epuisement ou froid, 15; étouffement dans la neige, 6; attaque, malaise,
4; tués par des pierres roulantes, 4; chute dans des crevasses, 2; noyé,
1; causes indéterminées, les touristes ayant disparu, 12.

Voici maintenant les causes extérieures directes:

Tempête, orage, brouillard, nuit                         20
Cueillette de fleurs                                     12
Glissade involontaire sur le névé                        10
Rupture de pont de neige ou de corniche                   5
Attaque, maladie de coeur                                 4
Avalanche venant des hauteurs                             4
Chute de pierres                                          4
Glissade volontaire fatale                                2
Avalanche provoquée par les touristes                     1
Myopie                                                    1
Causes inconnues (disparus)                              12
Faux pas sur rocher ou gazon, et causes mal expliquées   65

                              Total                     140

Enfin, si l'on écarte 45 cas insuffisamment expliqués, on constate que,
sur les 95 cas restant, 84 auraient pu être évités. C'est-à-dire que 88%
de ces accidents furent causés par l'inexpérience ou l'imprudence des
touristes. Voici, du reste, le détail des uns et des autres:

_Accidents inévitables._
Provoqués par la montagne ou par un fatal
enchaînement de circonstances, sans imprudence               8
Provoqués par une attaque ou un malaise sans imprudence      3
Ensemble                                                    11

Accidents évitables.

Touristes partis seuls                                      33
Touristes ayant quitté la caravane                          10

Touristes en compagnie, mais sans guide:

Imprévoyance, maladresse                                    10
Partis par temps mauvais ou douteux.                         8
S'étant engagés dans un endroit dangereux                    7
Équipement insuffisant                                       7
Non encordés                                                 5
Novices sans guide                                           4

                          Total                             84

Ajoutons que, d'une façon générale, la grande majorité des accidents
évitables a eu pour victimes des touristes sans expérience de la
montagne. En outre, la proportion des accidents mortels survenus à des
touristes seuls, comparés au nombre d'accidents expliqués, augmente
régulièrement depuis trois ans: 32% en 1910: 38 en 1911; 45 en 1912.

LE PNEU-MOUSSE.

Le pneu-mousse est une invention récente d'origine allemande. Il tire
son nom de l'usage auquel il est destiné et de la façon dont il est
fabriqué. Le pneu-mousse est destiné à remplacer la chambre à air
actuelle et il est constitué par ce qu'on pourrait appeler une
MAYONNAISE de caoutchouc. C'est une sorte d'éponge de caoutchouc, mais à
cellules infiniment petites, ressemblant beaucoup plus à de la pierre
ponce très fine qu'à une éponge véritable. Contrairement à ce qu'on
pourrait supposer, on ne le fabrique nullement en triturant du
caoutchouc avec un gaz approprié. On prépare au contraire un mélange
analogue à celui qu'on emploie d'ordinaire pour faire le caoutchouc
vulcanisé; on en confectionne un boudin et on place le tout dans une
sorte de tube de canon où l'on introduit de l'azote à la pression de 600
atmosphères. On chauffe ensuite à la vapeur vers 135°, ce qui amène la
pression à 800 atmosphères, et on laisse cuire. Quand on démoule, le
boudin, qui a été soumis à une pression à peu près double de celle qui
s'exerce dans les fusils de chasse, s'allonge du quart de sa longueur et
augmente d'autant en diamètre; au lieu d'une masse compacte et dure, il
présente l'apparence d'une mousse de caoutchouc extraordinairement fine
et extrêmement élastique. L'azote s'est en partie dissous dans le
caoutchouc, en partie répandu dans la masse, en formant des cellules
microscopiques, si bien que la densité du produit n'est plus guère que
de 0.11, le neuvième de celle du caoutchouc. Le tout forme un boudin
singulièrement souple, qui peut remplacer la chambre à air; on le monte
en effet dans les enveloppes à peu près comme celle-ci. Mais il a le
gros avantage de ne pouvoir éclater et d'être insensible aux
perforations. Des essais récents exécutés avec une voiture de 1.750
kilos, à la vitesse moyenne de 52 kilomètres, ont permis de constater
que le pneu-mousse était encore parfaitement intact après un parcours de
plus de 3.000 kilomètres. On peut donc espérer que le nouveau produit
viendra, un jour concurrencer nos fragiles pneumatiques, à la condition
toutefois qu'on arrive à le fabriquer par des procédés économiques plus
rapides et surtout moins dangereux, car, une étuve à 800 atmosphères,
c'est exactement la même chose qu'un obusier de campagne! qui ne
cesserait pas un instant de tirer. Et une usine qui renfermerait un
certain nombre d'étuves de ce genre serait certainement d'une
fréquentation quelque peu aléatoire.

EMPLOI DE L'AIR COMPRIMÉ POUR ÉVITER L'INSUBMERSIBILITÉ DES NAVIRES.

Un dispositif original en vue d'assurer l'insubmersibilité vient d'être
installé sur trois cuirassés américains dont on achève la construction:
_Pennsylvanie, Nevada et Oklahoma._ A chaque compartiment étanche du
navire aboutit une conduite d'air comprimé alimentée par un générateur
central. En cas de voie d'eau, impossible à combattre avec les pompes,
on envoie de l'air comprimé à une pression suffisante pour empêcher la
pénétration de l'eau, c'est, en somme, une application du procédé
classique employé dans les caissons qui servent à établir des fondations
sous l'eau. Bien entendu, l'air est envoyé à des pressions décroissantes
à mesure qu'on s'éloigne du compartiment envahi, de façon à prévenir la
rupture d'une cloison sous l'effet de la différence existant entre les
pressions exercées par l'eau et celles exercées par l'atmosphère.

Ce dispositif présente un autre avantage: il permet, à tout instant, par
l'envoi d'une légère quantité d'air comprimé, de vérifier l'étanchéité
des cloisons et de découvrir les points de fuite.

UN MONUMENT DU SOUVENIR EN CRÈTE

Le mercredi 25 juin a été inauguré, dans l'ancienne capitale de la
Crète, à Candie, un monument consacré à la mémoire des Français qui
trouvèrent la mort, voici près de deux siècles et demi, pendant le siège
de Candie par les Turcs. Pour cette cérémonie, on avait choisi le jour
anniversaire d'un des plus beaux faits d'armes accompli par l'intrépide
petite armée envoyée, sur l'ordre de Louis XIV, au secours de la ville
épuisée; c'est, en effet, le 25 juin 1669 qu'eut lieu l'héroïque sortie
dans laquelle fut tué le duc de Beaufort, chef de l'expédition.

Le monument se compose dune simple dalle dressée, sur laquelle,
au-dessous d'une croix, est gravée une inscription rappelant le souvenir
«du duc de Beaufort, amiral de France, et des officiers, soldats et
marins français, au nombre d'un millier, tombés sous les murs de
Candie».

[Illustration: Monument à la mémoire du duc de Beaufort, amiral de
France, inauguré à Candie, le 25 juin.--_Phot. H. R. Behaeddin._]

Notre vice-consul, M. Rosenbusch, le lieutenant-colonel Bordeaux et le
capitaine Pilla, de la mission militaire française de Grèce, ainsi que
toutes les autorités locales, assistaient à l'inauguration. Le maire de
Candie prononça un discours exaltant les bienfaits de la France; et le
grand poète populaire crétois Constantinidis récita des vers, après
avoir déposé une couronne au pied du monument.



[Illustration: École Tereki, où 500 soldats bulgares, sous les ordres du
commandant Lazarof, résistèrent toute la nuit au bombardement et à la
fusillade, et ne se rendirent qu'à 6 heures du matin, le 1er juillet.]

[Illustration: Effet de tir de mitrailleuse: mur criblé de balles à
l'intérieur de l'école Tereki.]

[Illustration: Brèche ouverte dans la maison du général Hessaptchef,
qui, parti la veille, y avait laissé un poste bulgare.]

[Illustration: Trous d'obus à l'angle d'une maison du boulevard Hamidieh
qu'occupait un détachement.]

[Illustration: Cadavres de soldats bulgares transportés au cimetière
pour y être ensevelis.]

LA NUIT SANGLANTE DE SALONIQUE (30 JUIN--1er JUILLET).--Effets du
bombardement et de l'assaut, par les troupes grecques, des maisons où
étaient cantonnés les détachements bulgares.



[Illustration: PROBLÈMES, par Henriot.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3672, 12 Juillet 1913" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home